close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

833.Treaty Series 2530

код для вставкиСкачать
Treaty Series
Treaties and international agreements
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2530
2008
I. Nos. 45158-45181
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
UNITED NATIONS • NATIONS UNIES
Treaty Series
Treaties and international agreements
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2530
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
United Nations • Nations Unies
New York, 2012
Copyright © United Nations 2012
All rights reserved
Manufactured in the United Nations
Print ISBN: 978-92-1-900495-5
e-ISBN: 978-92-1-054989-9
Copyright © Nations Unies 2012
Tous droits réservés
Imprimé aux Nations Unies
Volume 2530, Table of Contents
TABLE OF CONTENTS
I
Treaties and international agreements
registered in August 2008
Nos. 45158 to 45181
No. 45158. South Africa and Ukraine:
Convention between the Government of the Republic of South Africa and the
Cabinet of Ministers of Ukraine for the avoidance of double taxation and
the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income (with
protocol). Kyiv, 28 August 2003 ..................................................................
3
No. 45159. South Africa and Bulgaria:
Convention between the Republic of South Africa and the Republic of
Bulgaria for the avoidance of double taxation and the prevention of fiscal
evasion with respect to taxes on income. Sofia, 29 April 2004 ....................
71
No. 45160. South Africa and Kuwait:
Agreement between the Government of the Republic of South Africa and the
Government of the State of Kuwait for the avoidance of double taxation
and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income.
Kuwait, 17 February 2004 ............................................................................
135
No. 45161. South Africa and Swaziland:
Agreement between the Government of the Republic of South Africa and the
Government of the Kingdom of Swaziland for the avoidance of double
taxation and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on
income (with protocol). Pretoria, 23 January 2004 ......................................
199
No. 45162. Turkey and Portugal:
Cultural Agreement between the Republic of Turkey and the Portuguese
Republic. Ankara, 5 December 1988 ............................................................
237
No. 45163. Germany and United States of America:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the United States of America concerning the
activities of enterprises charged with providing analytical support services
"Lear Siegler Services (DOCPER-AS-66-01) (VN 82)". Berlin,
4 March 2008................................................................................................
III
243
Volume 2530, Table of Contents
No. 45164. Germany and United States of America:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the United States of America concerning the
activities of enterprises charged with providing analytical support services
"Booz Allen Hamilton
(DOCPER-AS-39-09) (VN 295)". Berlin,
15 April 2008................................................................................................
245
No. 45165. Germany and United States of America:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the United States of America concerning the
activities of enterprises charged with providing analytical support services
"Sparta, Inc. (DOCPER-AS-40-02) (VN 302)". Berlin, 15 April 2008........
247
No. 45166. Germany and United States of America:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the United States of America concerning the
activities of enterprises charged with providing analytical support services
"Subcontractor Computer Sciences Corporation (DOCPER-AS-22-04)
(VN 303)". Berlin, 15 April 2008 .................................................................
249
No. 45167. Germany and United States of America:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the United States of America concerning the
activities of enterprises charged with providing analytical support services
"Complex Solutions, Inc. (DOCPER-AS-59-02), Analysis Group LLC
(DOCPER-AS-55-03) (VN 292)". Berlin, 15 April 2008 ............................
251
No. 45168. Germany and United States of America:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the United States of America concerning the
activities of enterprises charged with providing analytical support services
"Booz Allen Hamilton, Inc. (DOCPER-AS-39-10), Northrop Grumman
Information Technology, Inc. (DOCPER-AS-13-06) (VN 428)". Berlin,
15 April 2008................................................................................................
253
No. 45169. Germany and Eritrea:
Agreement between the Government of Eritrea and the Government of the
Federal Republic of Germany concerning financial cooperation (Project:
Housing Development). Asmara, 24 March 1994 ........................................
No. 45170. Germany and Eritrea:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the State of Eritrea concerning financial
IV
255
Volume 2530, Table of Contents
cooperation (Project: Construction of Secondary Schools). Asmara,
9 December 2002 and 16 April 2003 ............................................................
257
No. 45171. Germany and Namibia:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Republic of Namibia regarding financial
cooperation in 2005/2006. Windhoek, 31 October 2007 ..............................
259
No. 45172. Germany and United States of America:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the United States of America concerning the
activities of enterprises charged with providing analytical support services
"Raytheon Technical Services Company, LLC (DOCPER-AS-57-02) (VN
427)". Berlin, 15 April 2008 .........................................................................
261
No. 45173. Germany and Nicaragua:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Republic of Nicaragua concerning financial
cooperation in 2002. Managua, 24 September 2003 ....................................
263
No. 45174. Germany and Nicaragua:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Republic of Nicaragua concerning financial
cooperation in 2002. Managua, 24 September 2003 ....................................
265
No. 45175. Germany and Cameroon:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Republic of Cameroon concerning financial
cooperation in 2006. Yaoundé, 11 June 2008...............................................
267
No. 45176. Germany and Lao People's Democratic Republic:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Government of the Lao People's Democratic Republic concerning
financial cooperation in 2006. Vientiane, 22 November 2007 .....................
269
No. 45177. Germany and Philippines:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the Republic of the Philippines concerning
financial cooperation (Special Programme Renewable Energies). Manila,
2 August 2007 and 30 October 2007 ............................................................
V
271
Volume 2530, Table of Contents
No. 45178. Germany and Caribbean Community:
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and
the Caribbean Community concerning financial cooperation in 2006/2007.
Port of Spain, 26 February 2008 ...................................................................
273
No. 45179. Federal Republic of Germany and Morocco:
Agreement between the Federal Republic of Germany and the Kingdom of
Morocco concerning technical and economic cooperation (with protocol,
8 May 1961). Rabat, 6 May 1961 .................................................................
275
No. 45180. United Nations and Cameroon:
Exchange of letters constituting an agreement between the United Nations and
the Government of Cameroon regarding the hosting of the "Preconference Seminar for Elected Women Local Government Leaders" and
the "Ministerial Conference on Leadership Capacity Building for
Decentralized Governance and Poverty Reduction in Africa", to be held in
Yaoundé, from 26 to 30 May 2008. New York, 12 May 2008 and
29 May 2008 .................................................................................................
299
No. 45181. Germany and Ethiopia:
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany
and the Government of the Federal Democratic Republic of Ethiopia
concerning financial cooperation regarding a first reprogramming of funds
to the project "Cofinancing to the Protection of Basic Services". Addis
Ababa, 28 January 2008 and 1 February 2008 .............................................
VI
301
Volume 2530, Table des matières
TABLE DES MATIÈRES
I
Traités et accords internationaux
enregistrés en août 2008
Nos 45158 à 45181
No 45158. Afrique du Sud et Ukraine :
Convention entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le
Cabinet des Ministres de l'Ukraine tendant à éviter la double imposition et
à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu (avec
protocole). Kiev, 28 août 2003 .....................................................................
3
No 45159. Afrique du Sud et Bulgarie :
Convention entre la République sud-africaine et la République de Bulgarie
tendant à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en
matière d'impôts sur le revenu. Sofia, 29 avril 2004 ....................................
71
No 45160. Afrique du Sud et Koweït :
Accord entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le
Gouvernement de l'État du Koweït tendant à éviter la double imposition et
à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu. Koweït,
17 février 2004 .............................................................................................
135
No 45161. Afrique du Sud et Swaziland :
Accord entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le
Gouvernement du Royaume de Swaziland tendant à éviter la double
imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu
(avec protocole). Pretoria, 23 janvier 2004 ..................................................
199
No 45162. Turquie et Portugal :
Accord culturel entre la République de Turquie et la République portugaise.
Ankara, 5 décembre 1988 .............................................................................
237
No 45163. Allemagne et États-Unis d'Amérique :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des
entreprises chargées de fournir des services d'appui analytique "Lear
Siegler Services (DOCPER-AS-66-01) (VN 82)". Berlin, 4 mars 2008 ......
VII
243
Volume 2530, Table des matières
No 45164. Allemagne et États-Unis d'Amérique :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des
entreprises chargées de fournir des services d'appui analytique "Booz
Allen Hamilton (DOCPER-AS-39-09) (VN 295)". Berlin, 15 avril 2008 ...
245
No 45165. Allemagne et États-Unis d'Amérique :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des
entreprises chargées de fournir des services d'appui analytique "Sparta,
Inc. (DOCPER-AS-40-02) (VN 302)". Berlin, 15 avril 2008.......................
247
No 45166. Allemagne et États-Unis d'Amérique :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des
entreprises chargées de fournir des services d'appui analytique
"Subcontractor Computer Sciences Corporation (DOCPER-AS-22-04)
(VN 303)". Berlin, 15 avril 2008 ..................................................................
249
No 45167. Allemagne et États-Unis d'Amérique :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des
entreprises chargées de fournir des services d'appui analytique "Complex
Solutions, Inc. (DOCPER-AS-59-02), Analysis Group LLC (DOCPERAS-55-03) (VN 292)". Berlin, 15 avril 2008 ................................................
251
No 45168. Allemagne et États-Unis d'Amérique :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des
entreprises chargées de fournir des services d'appui analytique "Booz
Allen Hamilton, Inc. (DOCPER-AS-39-10), Northrop Grumman
Information Technology, Inc. (DOCPER-AS-13-06) (VN 428)". Berlin,
15 avril 2008 .................................................................................................
253
No 45169. Allemagne et Érythrée :
Accord entre le Gouvernement de l'Érythrée et le Gouvernement de la
République fédérale d'Allemagne relatif à la coopération financière
(Projet : Développement du logement). Asmara, 24 mars 1994 ...................
255
No 45170. Allemagne et Érythrée :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement de l'État de l'Érythrée relatif à la coopération financière
(Projet : Construction d'écoles secondaires). Asmara, 9 décembre 2002 et
16 avril 2003 .................................................................................................
VIII
257
Volume 2530, Table des matières
No 45171. Allemagne et Namibie :
Accord de coopération financière en 2005/2006 entre le Gouvernement de la
République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République de
Namibie. Windhoek, 31 octobre 2007 ..........................................................
259
No 45172. Allemagne et États-Unis d'Amérique :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des
entreprises chargées de fournir des services d'appui analytique "Raytheon
Technical Services Company, LLC (DOCPER-AS-57-02) (VN 427)".
Berlin, 15 avril 2008 .....................................................................................
261
No 45173. Allemagne et Nicaragua :
Accord de coopération financière en 2002 entre le Gouvernement de la
République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République du
Nicaragua. Managua, 24 septembre 2003.....................................................
263
No 45174. Allemagne et Nicaragua :
Accord de coopération financière en 2002 entre le Gouvernement de la
République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République du
Nicaragua. Managua, 24 septembre 2003.....................................................
265
No 45175. Allemagne et Cameroun :
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République
fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Cameroun
2006. Yaoundé, 11 juin 2008........................................................................
267
No 45176. Allemagne et République démocratique populaire lao :
Accord de coopération financière en 2006 entre le Gouvernement de la
République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République
démocratique populaire lao. Vientiane, 22 novembre 2007 .........................
269
No 45177. Allemagne et Philippines :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement de la République des Philippines relatif à la coopération
financière (Programme spécial Énergies renouvelables). Manille,
2 août 2007 et 30 octobre 2007 ....................................................................
271
No 45178. Allemagne et Communauté des Caraïbes :
Accord de coopération financière en 2006/2007 entre le Gouvernement de la
République fédérale d'Allemagne et la Communauté des Caraïbes. Port of
Spain, 26 février 2008 ..................................................................................
IX
273
Volume 2530, Table des matières
No 45179. République fédérale d'Allemagne et Maroc :
Accord de coopération technique et économique entre la République fédérale
d'Allemagne et le Royaume du Maroc (avec protocole, 8 mai 1961).
Rabat, 6 mai 1961 .........................................................................................
275
No 45180. Organisation des Nations Unies et Cameroun :
Échange de lettres constituant un accord entre l'Organisation des Nations
Unies et le Gouvernement du Cameroun concernant l'organisation de
l'"Atelier de pré-conférence pour les femmes élues en change de la gestion
des affaires publiques au niveau local" et la "Conférence ministérielle sur
le renforcement des capacités de leadership pour la gouvernance
décentralisée et la réduction de la pauvreté en Afrique", devant se tenir à
Yaoundé, du 26 au 30 mai 2008. New York, 12 mai 2008 et 29 mai 2008 ..
299
No 45181. Allemagne et Éthiopie :
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et
le Gouvernement de la République fédérale démocratique d'Éthiopie
relatif à la coopération financière concernant la première reprogrammation
de fonds au projet "Cofinancement pour la protection des services
essentiels". Addis-Abeba, 28 janvier 2008 et 1 février 2008........................
X
301
NOTE BY THE SECRETARIAT
Under Article 102 of the Charter of the United Nations, every treaty and every international agreement
entered into by any Member of the United Nations after the coming into force of the Charter shall, as soon as
possible, be registered with the Secretariat and published by it. Furthermore, no party to a treaty or international
agreement subject to registration which has not been registered may invoke that treaty or agreement before any
organ of the United Nations. The General Assembly, by resolution 97 (I), established regulations to give effect
to Article 102 of the Charter (see text of the regulations, vol. 859, p. VIII; http://treaties.un.org/doc/source/publi
cations/practice/registration_and_publication.pdf).
The terms "treaty" and "international agreement" have not been defined either in the Charter or in the
regulations, and the Secretariat follows the principle that it acts in accordance with the position of the Member
State submitting an instrument for registration that, so far as that party is concerned, the instrument is a treaty or
an international agreement within the meaning of Article 102. Registration of an instrument submitted by a
Member State, therefore, does not imply a judgement by the Secretariat on the nature of the instrument, the
status of a party or any similar question. It is the understanding of the Secretariat that its acceptance for
registration of an instrument does not confer on the instrument the status of a treaty or an international
agreement if it does not already have that status, and does not confer upon a party a status which it would not
otherwise have.
*
* *
Disclaimer: All authentic texts in the present Series are published as submitted for registration by a party
to the instrument. Unless otherwise indicated, the translations of these texts have been made by the Secretariat
of the United Nations, for information.
NOTE DU SECRÉTARIAT
Aux termes de l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tout traité ou accord international conclu par
un Membre des Nations Unies après l'entrée en vigueur de la Charte sera, le plus tôt possible, enregistré au
Secrétariat et publié par lui. De plus, aucune partie à un traité ou accord international qui aurait dû être
enregistré mais ne l'a pas été ne pourra invoquer ledit traité ou accord devant un organe de l’Organisation des
Nations Unies. Par sa résolution 97 (I), l'Assemblée générale a adopté un règlement destiné à mettre en
application l'Article 102 de la Charte (voir texte du règlement, vol. 859, p. IX; http://treaties.un.org/doc/source/
publications/practice/registration_and_publication-fr.pdf).
Les termes « traité » et « accord international » n'ont été définis ni dans la Charte ni dans le règlement, et
le Secrétariat a pris comme principe de s'en tenir à la position adoptée à cet égard par l'État Membre qui a
présenté l'instrument à l'enregistrement, à savoir qu’en ce qui concerne cet État partie, l'instrument constitue un
traité ou un accord international au sens de l'Article 102. Il s'ensuit que l'enregistrement d'un instrument présenté
par un État Membre n'implique, de la part du Secrétariat, aucun jugement sur la nature de l'instrument, le statut
d'une partie ou toute autre question similaire. Le Secrétariat considère donc que son acceptation pour
enregistrement d’un instrument ne confère pas audit instrument la qualité de traité ou d'accord international si ce
dernier ne l'a pas déjà, et qu'il ne confère pas à une partie un statut que, par ailleurs, elle ne posséderait pas.
*
* *
Déni de responsabilité : Tous les textes authentiques du présent Recueil sont publiés tels qu’ils ont été
soumis pour enregistrement par l’une des parties à l’instrument. Sauf indication contraire, les traductions de ces
textes ont été établies par le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, à titre d'information.
I
Treaties and international agreements
registered in
August 2008
Nos. 45158 to 45181
Traités et accords internationaux
enregistrés en
août 2008
os
N 45158 à 45181
Volume 2530, I-45158
No. 45158
____
South Africa
and
Ukraine
Convention between the Government of the Republic of South Africa and the Cabinet of Ministers of Ukraine for the avoidance of double taxation and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income (with protocol). Kyiv,
28 August 2003
Entry into force: 29 December 2004 by notification, in accordance with article 27
Authentic texts: English and Ukrainian
Registration with the Secretariat of the United Nations: South Africa, 1 August 2008
Afrique du Sud
et
Ukraine
Convention entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Cabinet des
Ministres de l'Ukraine tendant à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu (avec protocole). Kiev, 28 août
2003
Entrée en vigueur : 29 décembre 2004 par notification, conformément à l'article 27
Textes authentiques : anglais et ukrainien
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Afrique du Sud, 1er août
2008
3
Volume 2530, I-45158
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
4
Volume 2530, I-45158
5
Volume 2530, I-45158
6
Volume 2530, I-45158
7
Volume 2530, I-45158
8
Volume 2530, I-45158
9
Volume 2530, I-45158
10
Volume 2530, I-45158
11
Volume 2530, I-45158
12
Volume 2530, I-45158
13
Volume 2530, I-45158
14
Volume 2530, I-45158
15
Volume 2530, I-45158
16
Volume 2530, I-45158
17
Volume 2530, I-45158
18
Volume 2530, I-45158
19
Volume 2530, I-45158
20
Volume 2530, I-45158
21
Volume 2530, I-45158
22
Volume 2530, I-45158
23
Volume 2530, I-45158
24
Volume 2530, I-45158
25
Volume 2530, I-45158
26
Volume 2530, I-45158
[ UKRAINIAN TEXT – TEXTE UKRAINIEN ]
27
Volume 2530, I-45158
28
Volume 2530, I-45158
29
Volume 2530, I-45158
30
Volume 2530, I-45158
31
Volume 2530, I-45158
32
Volume 2530, I-45158
33
Volume 2530, I-45158
34
Volume 2530, I-45158
35
Volume 2530, I-45158
36
Volume 2530, I-45158
37
Volume 2530, I-45158
38
Volume 2530, I-45158
39
Volume 2530, I-45158
40
Volume 2530, I-45158
41
Volume 2530, I-45158
42
Volume 2530, I-45158
43
Volume 2530, I-45158
44
Volume 2530, I-45158
45
Volume 2530, I-45158
46
Volume 2530, I-45158
47
Volume 2530, I-45158
48
Volume 2530, I-45158
49
Volume 2530, I-45158
50
Volume 2530, I-45158
51
Volume 2530, I-45158
[TRANSLATION – TRADUCTION]
CONVENTION ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SUDAFRICAINE ET LE CABINET DES MINISTRES DE L’UKRAINE TENDANT À ÉVITER LA DOUBLE IMPOSITION ET À PRÉVENIR
L’ÉVASION FISCALE EN MATIÈRE D’IMPÔTS SUR LE REVENU
PRÉAMBULE
Le Gouvernement de la République sud-africaine et le Cabinet des Ministres de
l’Ukraine,
Désireux de conclure une convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu et désireux de développer des relations économiques mutuelles,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Personnes visées
La présente Convention s'applique aux personnes qui sont des résidents de l’un des
États contractants ou des deux.
Article 2. Impôts visés
1. La présente Convention s'applique aux impôts sur le revenu perçus pour le compte
d’un État contractant, de ses subdivisions politiques ou de ses collectivités locales, quel
que soit le système de perception.
2. Sont considérés comme impôts sur le revenu les impôts perçus sur le revenu total
ou sur des éléments du revenu, y compris les impôts sur les plus-values provenant de
l'aliénation de biens mobiliers ou immobiliers et les impôts sur le montant global des salaires payés par les entreprises.
3. Les impôts auxquels s'applique la Convention sont :
a) En Afrique du Sud :
(i)
L’impôt ordinaire;
(ii)
L’impôt secondaire sur les sociétés; et
(iii)
L’impôt perçu à la source sur les redevances;
(ci-après dénommés « l’impôt sud-africain »);
b) En Ukraine :
(i) L'impôt sur le bénéfice des entreprises; et
(ii) L'impôt sur le revenu des personnes physiques;
52
Volume 2530, I-45158
(ci-après dénommés « l’impôt ukrainien »).
4. La Convention s'applique aussi aux impôts de nature identique ou sensiblement
analogues qui seraient établis par l’un ou l’autre des États contractants après la date de la
signature de la Convention et qui s'ajouteraient aux impôts actuels ou qui les remplaceraient. Les autorités compétentes des États contractants se communiquent les modifications importantes apportées à leurs législations fiscales respectives.
5. Les dispositions de la Convention ne s’appliquent pas aux peines et amendes pour
infraction à la législation fiscale des États contractants.
Article 3. Définitions générales
1. Aux fins de la présente Convention et à moins que le contexte n'appelle une interprétation différente :
a) L'expression « Afrique du Sud » s'entend de la République sud-africaine et, au
sens géographique, comprend les eaux territoriales de la République sud-africaine ainsi
que toute zone située en dehors des eaux territoriales, y compris le plateau continental
qui, conformément à la législation sud-africaine et au droit international, a été ou peut
être désigné comme constituant une zone à l'intérieur de laquelle l'Afrique du Sud peut
exercer des droits souverains ou sa compétence;
b) Le terme « Ukraine », employé dans un sens géographique, désigne le territoire de
l'Ukraine, son plateau continental et sa zone économique (maritime) exclusive, y compris
toute zone située au-delà de la mer territoriale de l'Ukraine qui, conformément au droit
international, a été ou serait ultérieurement désignée comme une zone à l'intérieur de laquelle peuvent être exercés les droits de l'Ukraine afférents aux fonds marins et à leur
sous-sol ainsi qu'à leurs ressources naturelles;
c) L'expression « un État contractant » et « l'autre État contractant » désignent, suivant le contexte, l’Afrique du Sud ou l’Ukraine;
d) Le terme « activité » comprend l’exécution de services professionnels et d’autres
activités indépendantes;
e) Le terme « société » désigne toute personne morale ou toute entité qui est considérée comme une personne morale aux fins d’imposition;
f) L’expression « autorité compétente » s’entend, en Afrique du Sud, du Commissaire sud-africain du Service du revenu ou d’un représentant autorisé et, en Ukraine, de
l’Administration fiscale ukrainienne ou de son représentant dûment habilité;
g) Le terme « entreprise » s’entend de l’exercice de toute activité;
h) Les expressions « entreprise d'un État contractant » et « entreprise de l'autre État
contractant » s'entendent respectivement d'une entreprise exploitée par un résident d'un
État contractant et d'une entreprise exploitée par un résident de l'autre État contractant;
i) L'expression « trafic international » s'entend de tout transport effectué par un navire ou un aéronef exploité par une entreprise d'un État contractant, sauf lorsque le navire
ou l'aéronef n'est exploité qu'entre des points situés dans l'autre État contractant;
j) Le terme « ressortissant » s'entend :
(i) De toute personne physique possédant la nationalité d'un État contractant;
53
Volume 2530, I-45158
(ii)
De toute personne morale ou association tirant son statut en tant que tel
des lois en vigueur dans un État contractant;
k) Le terme « personne » comprend une personne physique, une société et tout autre
groupement de personnes traité comme une société aux fins de l'imposition.
2. À moins que le contexte n'appelle une interprétation différente, pour l'application
en tout temps des dispositions de la présente Convention par un État contractant, toute
expression qui n'y est pas définie a le sens que lui attribue alors la législation de cet État
concernant les impôts auxquels s'applique la Convention; toute définition en vertu de la
législation fiscale applicable dudit État l'emportant sur toute définition de ladite expression en vertu d'autres lois dudit État.
Article 4. Résident
1. Aux fins de la présente Convention, l'expression « résident d'un État contractant »
s'entend de toute personne qui, en vertu de la législation de cet État, y est assujettie à
l'impôt du fait de son domicile, de sa résidence, de son siège de direction, du lieu de sa
constitution ou de tout autre critère similaire, et englobe également cet État ainsi que toute subdivision politique ou collectivité locale de celui-ci. Toutefois, cette expression ne
s'applique pas aux personnes qui sont assujetties à l'impôt dans cet État sur les seuls revenus provenant de sources situées dans cet État.
2. Si, en raison des dispositions du paragraphe 1, une personne physique est résidente des deux États contractants, sa situation est réglée de la manière suivante :
a) La personne physique est réputée n'être un résident que de l'État contractant où elle dispose d'un foyer d'habitation permanent; si elle dispose d'un foyer d'habitation permanent dans les deux États contractants, elle est réputée n'être un résident que de l'État
avec lequel ses liens personnels et économiques sont les plus étroits (centre des intérêts
vitaux);
b) Si l'on ne peut déterminer, par application des dispositions de l'alinéa a), son lieu
de résidence, la personne est réputée être un résident uniquement de l'État dans lequel elle séjourne habituellement;
c) Si cette personne séjourne habituellement dans les deux États ou si elle ne séjourne habituellement dans aucun d'eux, elle est réputée résider uniquement dans l'État dont
elle possède la nationalité;
d) Si la personne est un ressortissant des deux États ou si elle n'est un ressortissant
d'aucun des deux, les autorités compétentes des États contractants règlent la question d'un
commun accord.
3. Si par application des dispositions du paragraphe 1 une personne autre qu'une personne physique est un résident des deux États, elle est réputée être uniquement un résident de l'État où son siège de direction effective est situé.
54
Volume 2530, I-45158
Article 5. Établissement stable
1. Au sens de la présente Convention, l'expression « établissement stable » désigne
une installation fixe d'affaires par l'intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout ou
partie de son activité.
2. L'expression « établissement stable » comprend notamment :
a) Un siège de direction;
b) Une succursale;
c) Un bureau;
d) Une usine;
e) Un atelier;
f) Une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu d'extraction
ou d’exploitation de ressources naturelles;
g) Un entrepôt ou toute autre structure utilisée comme point de vente.
3. L'expression « établissement stable » englobe également :
a) Un chantier, un projet de construction ou de montage ou une activité de supervision liée audit chantier ou projet, mais uniquement lorsque ledit chantier, projet ou activité est maintenu pendant une période supérieure à 12 mois;
b) La fourniture de services, y compris des services de consultants, par une entreprise agissant par l'intermédiaire d'employés ou d'autre personnel engagé par l'entreprise à
cette fin, mais uniquement dans le cas où de telles activités se poursuivent (pour le même
projet ou pour un projet connexe) sur le territoire d'un État contractant pendant une ou
des périodes représentant au total plus de six mois pour toute période de 12 mois;
c) La fourniture de services professionnels ou d’autres activités indépendantes par
une personne physique, mais uniquement dans le cas où de tels services ou activités se
poursuivent sur le territoire d'un État contractant pendant une ou des périodes représentant au total plus de six mois pour toute période de 12 mois.
4. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, l'expression « établissement stable » est réputée ne pas couvrir :
a) L'usage d'installations aux seules fins de stockage ou d'exposition de produits ou
marchandises appartenant à l'entreprise;
b) L'entreposage de produits ou marchandises appartenant à l'entreprise aux seules
fins de stockage ou d'exposition;
c) L'entreposage de produits ou marchandises appartenant à l'entreprise aux seules
fins de transformation par une autre entreprise;
d) Le maintien d'une installation fixe d'affaires aux seules fins d'acheter des produits
ou marchandises ou de recueillir des renseignements pour l'entreprise;
e) Le maintien d'une installation fixe d'affaires aux seules fins d'exercer, pour l'entreprise, d'autres activités de caractère préparatoire ou auxiliaire;
f) Le maintien d'une installation fixe d'affaires aux seules fins d'exercer, selon quelque combinaison que ce soit, des activités visées aux alinéas a) à e) du présent paragra-
55
Volume 2530, I-45158
phe, à condition que l'activité cumulée de l'installation fixe d'affaires ait un caractère préparatoire ou auxiliaire.
5. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2 du présent article, lorsqu'une
personne autre qu'un agent jouissant d'un statut indépendant auquel s'applique le paragraphe 6 du présent article, agit pour le compte d'une entreprise et dispose dans un État
contractant de pouvoirs qu'elle y exerce habituellement lui permettant de conclure des
contrats au nom de l'entreprise, ou ne dispose pas d’un tel pouvoir mais conserve habituellement dans ledit État un stock de marchandises appartenant à l'entreprise sur lequel
cette personne prélève régulièrement des marchandises en vue de leur livraison au nom
de l'entreprise, cette entreprise est considérée comme ayant un établissement stable dans
cet État pour toutes les activités que cette personne exerce pour l'entreprise, à moins que
les activités de cette personne ne soient limitées à celles qui sont mentionnées au paragraphe 4 du présent article et qui, si elles étaient exercées par l'intermédiaire d'une installation fixe d'affaires, ne permettraient pas de considérer cette installation comme un établissement stable selon les dispositions de ce paragraphe.
6. Une entreprise n'est pas considérée comme ayant un établissement stable dans un
État contractant du seul fait qu'elle y exerce son activité par l'entremise d'un courtier, d'un
commissionnaire général ou de tout autre agent jouissant d'un statut indépendant, à
condition que ces personnes agissent dans le cadre ordinaire de leur activité.
7. Le fait qu'une société qui est un résident d'un État contractant contrôle ou est
contrôlée par une société qui est un résident de l'autre État contractant ou qui y exerce
son activité (que ce soit par l'intermédiaire d'un établissement stable ou non) ne suffit
pas, en lui- même, à faire de l'une quelconque de ces sociétés un établissement stable de
l'autre.
Article 6. Revenus immobiliers
1. Les revenus qu'un résident d'un État contractant tire de biens immobiliers (y compris les revenus des exploitations agricoles ou forestières) situés dans l'autre État contractant, sont imposables dans cet autre État.
2. L'expression « biens immobiliers » a le sens que lui attribue le droit de l'État
contractant où les biens considérés sont situés. L'expression comprend en tous cas les accessoires, le cheptel mort ou vif des exploitations agricoles et forestières, les droits auxquels s’appliquent les dispositions du droit privé concernant la propriété foncière, l'usufruit des biens immobiliers et les droits à des paiements variables ou fixes pour l'exploitation ou la concession de l'exploitation de gisements minéraux, sources et autres ressources naturelles. Les navires et aéronefs ne sont pas considérés comme des biens immobiliers.
3. Les dispositions du paragraphe 1 du présent article s'appliquent aux revenus provenant de l'exploitation directe, de la location ou de toute autre forme d'exploitation de
biens immobiliers.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 3 du présent article s'appliquent également
aux revenus provenant des biens immobiliers d'une entreprise.
56
Volume 2530, I-45158
Article 7. Bénéfices des entreprises
1. Les bénéfices d'une entreprise d'un État contractant ne sont imposables que dans
cet État, à moins que l'entreprise n'exerce son activité dans l'autre État contractant par
l’intermédiaire d'un établissement stable qui y est situé. Si l'entreprise exerce son activité
d'une telle façon, les bénéfices de l'entreprise sont imposables dans l'autre État mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cet établissement stable.
2. Sous réserve des dispositions du paragraphe 3 du présent article, lorsqu'une entreprise d'un État contractant exerce son activité dans l'autre État contractant par
l’intermédiaire d'un établissement stable qui y est situé, il est imputé, dans chaque État
contractant, à cet établissement stable les bénéfices qu'il aurait pu réaliser s'il avait constitué une entreprise distincte exerçant des activités identiques ou analogues dans des
conditions identiques ou analogues et traitant en toute indépendance avec l'entreprise
dont il constitue un établissement stable.
3. Pour déterminer les bénéfices d'un établissement stable, sont admises en déduction
des dépenses exposées aux fins poursuivies par cet établissement stable, y compris les
dépenses de direction et les frais généraux d'administration ainsi exposés, soit dans l'État
où est situé cet établissement stable soit ailleurs. Toutefois, aucune déduction n'est admise pour les sommes qui seraient le cas échéant versées (à d'autres titres que le remboursement de frais encourus) par l'établissement stable au siège central de l'entreprise ou à
l'un quelconque de ses bureaux, comme redevance, honoraire ou autre paiement similaire, pour l'usage de brevets ou d'autres droits, ou comme commission, pour des services
précis rendus ou pour une activité de direction ou, sauf dans le cas d'une entreprise bancaire, comme intérêt sur des sommes prêtées à l'établissement stable. De même, il n'est
pas tenu compte, dans le calcul des bénéfices d'un établissement stable, des sommes (autres que le remboursement des frais encourus) portées par l'établissement stable au débit
du siège central de l'entreprise ou de l'un quelconque de ces autres bureaux comme redevance, honoraire, ou autre dépense similaire, pour l'usage de brevets ou d'autres droits,
ou comme commission pour des services précis rendus ou pour une activité de direction
ou, sauf dans le cas d'une entreprise bancaire, comme intérêt sur des sommes prêtées au
siège central de l'entreprise ou à l'un quelconque de ces autres bureaux.
4. S'il est d'usage, dans un État contractant, de déterminer, comme le stipule sa législation, les bénéfices imputables à un établissement stable sur la base d'une répartition
des bénéfices totaux de l'entreprise entre ses diverses parties, aucune disposition du paragraphe 2 du présent article n'empêche cet État contractant de déterminer le bénéfice imposable selon la répartition en usage. La méthode de répartition adoptée doit cependant
être telle que le résultat obtenu soit conforme aux principes contenus dans le présent article.
5. Aucun bénéfice n'est imputé à un établissement stable du fait qu'il a simplement
acheté des marchandises pour l'entreprise.
6. Aux fins des paragraphes précédents du présent article, les bénéfices à imputer à
l'établissement stable sont déterminés chaque année selon la même méthode, à moins
qu'il n'existe des motifs valables et suffisants de procéder autrement.
57
Volume 2530, I-45158
7. Lorsque les bénéfices comprennent des éléments de revenu traités séparément
dans d'autres articles de la présente Convention, les dispositions de ces articles ne sont
pas affectées par les dispositions du présent article.
Article 8. Transport international
1. Les bénéfices qu'un résident d'un État contractant tire de l'exploitation, en trafic
international, de navires ou d'aéronefs ne sont imposables que dans cet État.
2. Au sens du présent article, les bénéfices provenant de l'exploitation, en trafic international, de navires ou d'aéronefs comprennent notamment les bénéfices provenant de
la location coque nue de navires ou d'aéronefs exploités en trafic international, si ces bénéfices sont accessoires par rapport aux bénéfices auxquels les dispositions du paragraphe 1 du présent article sont applicables.
3. Les bénéfices d'une entreprise d'un État contractant provenant de l'usage ou de la
location de conteneurs (y compris les remorques, péniches et équipement y afférent pour
le transport des conteneurs) utilisés pour le transport en trafic international de produits ou
de marchandises ne sont imposables que dans cet État.
4. Les dispositions du paragraphe 1 du présent article s'appliquent aussi aux bénéfices provenant de la participation à un pool, une exploitation en commun ou un organisme
international d'exploitation.
Article 9. Entreprises associées
1. Lorsque :
a) Une entreprise d'un État contractant participe directement ou indirectement à la direction, au contrôle ou au capital d'une entreprise de l'autre État contractant; ou que
b) Les mêmes personnes participent directement ou indirectement à la direction, au
contrôle ou au capital d'une entreprise d'un État contractant et d'une entreprise de l'autre
État contractant,
et que, dans l'un ou l'autre cas, les deux entreprises sont, dans leurs relations commerciales ou financières, liées par des conditions convenues ou imposées qui diffèrent de celles
qui seraient convenues entre des entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces
conditions, auraient été réalisés par l'une des entreprises mais n'ont pu l'être en fait à cause de ces conditions, peuvent être inclus dans les bénéfices de cette entreprise et imposés
en conséquence.
2. Lorsqu'un État contractant inclut dans les bénéfices d'une de ses entreprises, et
impose en conséquence, des bénéfices sur lesquels une entreprise de l'autre État contractant a déjà été imposée dans cet autre État contractant, et que les bénéfices ainsi inclus
sont des bénéfices qui auraient été réalisés par l'entreprise du premier État contractant si
les conditions convenues entre les deux entreprises avaient été celles qui l'auraient été entre des entreprises indépendantes, l'autre État procédera à un ajustement approprié du
montant de l'impôt qui y a été perçu sur ces bénéfices. Pour déterminer cet ajustement, il
sera dûment tenu compte des autres dispositions de la présente Convention et, si cela est
nécessaire, les autorités compétentes des deux États contractants se consulteront.
58
Volume 2530, I-45158
Article 10. Dividendes
1. Les dividendes payés par une société qui est un résident d'un État contractant à un
résident de l'autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois, ces dividendes sont aussi imposables dans l'État contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, et selon la législation de cet État, mais si le
bénéficiaire effectif des dividendes est un résident de l'autre État contractant, l'impôt ainsi établi ne peut excéder :
a) Cinq pour cent du montant brut des dividendes si le bénéficiaire effectif est une
société (autre qu’une société de personnes) qui détient au moins 20 pour cent du capital
de la société ayant des dividendes;
b) Quinze pour cent du montant brut des dividendes dans les autres cas.
Les autorités compétentes des États contractants règlent d'un commun accord les
modalités d'application de ces limitations.
Le présent paragraphe n'affecte pas l'imposition de la société au titre des bénéfices
qui servent au paiement des dividendes.
3. Le terme « dividendes » employé dans le présent article désigne les revenus provenant d'actions ou autres parts bénéficiaires participant aux bénéfices (à l'exception des
créances), ainsi que les revenus d'autres droits de société soumis au même régime fiscal
que les revenus d'actions par la législation fiscale de l'État dont la société distributrice est
un résident.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s'appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des dividendes, résident d'un État contractant, exerce une activité dans l'autre État
contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, par l'intermédiaire d'un
établissement stable qui y est situé et que la participation génératrice des dividendes s'y
rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l'article 7 de la présente Convention est applicable.
5. Lorsqu'une société qui est un résident d'un État contractant tire des bénéfices ou
des revenus de l'autre État contractant, cet autre État ne peut percevoir aucun impôt sur
les dividendes payés par la société, sauf dans la mesure où ces dividendes sont payés à un
résident de cet autre État ou dans la mesure où la participation génératrice des dividendes
se rattache effectivement à un établissement stable situé dans cet autre État, ni prélever
aucun impôt, au titre de l'imposition des bénéfices non distribués de la société, sur les
bénéfices non distribués de la société, même si les dividendes payés ou les bénéfices non
distribués consistent en tout ou en partie en bénéfices ou revenus provenant de cet autre
État.
Article 11. Intérêts
1. Les intérêts produits dans un État contractant et versés à un résident de l'autre État
contractant sont imposables dans ledit autre État.
2. Toutefois, ces intérêts peuvent également être imposés dans l'État contractant où
ils ont leur source et conformément à la législation de cet État, mais si le bénéficiaire effectif des intérêts est un résident de l'autre État contractant, ledit impôt n'excédera pas
59
Volume 2530, I-45158
10 pour cent du montant brut des intérêts. Les autorités compétentes des États contractants détermineront par accord mutuel le mode d’application de cette limitation.
3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2 du présent article, les intérêts provenant d'un État contractant sont exonérés d'impôt dans cet État si :
a) Le débiteur des intérêts est cet État contractant ou l'une de ses subdivisions politiques ou l'une de ses collectivités locales; ou
b) Les intérêts sont payés au Gouvernement de l'autre État contractant, à une de ses
subdivisions politiques, à une de ses collectivités locales, à sa Banque centrale ou à toute
agence ou tout organe (y compris une institution financière) appartenant entièrement à
cet autre État contractant ou à une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales;
ou
c) Les intérêts sont payés relativement à des prêts effectués dans le cadre d'un accord
conclu entre les Gouvernements des États contractants.
4. Le terme « intérêts » employé dans le présent article désigne les revenus des
créances de toute nature, assorties ou non de garanties hypothécaires ou d'une clause de
participation aux bénéfices du débiteur, et notamment les revenus des fonds publics et
des obligations d'emprunts, y compris les primes et lots attachés à ces titres.
5. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 3 du présent article ne s'appliquent pas
lorsque le bénéficiaire effectif des intérêts, résident d'un État contractant, exerce une activité dans l'autre État contractant d'où proviennent les intérêts, par l'intermédiaire d'un
établissement stable qui y est situé, et que la créance génératrice des intérêts s'y rattache
effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l'article 7 de la présente Convention est
applicable.
6. Les intérêts sont considérés comme provenant d'un État contractant lorsque le débiteur est un résident de cet État. Toutefois, lorsque le débiteur des intérêts, qu'il soit ou
non un résident d'un État contractant, a dans un État contractant un établissement stable
pour lequel la dette donnant lieu au paiement des intérêts a été contractée et qui supporte
la charge de ces intérêts, ceux-ci sont considérés comme provenant de l'État où l'établissement stable est situé.
7. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif ou que l'un et l'autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des intérêts, compte tenu de la créance pour laquelle ils sont payés, excède celui dont seraient
convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l'absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s'appliquent qu'à ce dernier montant. Dans ce cas, la partie
excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque État contractant et compte tenu des autres dispositions de la Convention.
Article 12. Redevances
1. Les redevances relevant d'un État contractant et versées à un résident de l'autre
État contractant sont imposables dans ledit autre État.
2. Toutefois, lesdites redevances peuvent également être imposées dans l'État
contractant où elles ont leur source et conformément à la législation de cet État mais si le
60
Volume 2530, I-45158
bénéficiaire effectif des redevances est un résident de l'autre État contractant, l'impôt ainsi mis à sa charge ne peut dépasser 10 pour cent du montant brut des redevances.
3. Au sens du présent article, le terme « redevances » s'entend des rémunérations de
toute nature payées pour l'usage ou la concession de l'usage d'un droit d'auteur sur une
œuvre littéraire, artistique ou scientifique (y compris les films cinématographiques et les
films, les enregistrements ou les disques servant à des émissions de radiophonie ou de télévision), d’un brevet, d’un marque de fabrique ou de commerce, d’un dessin ou d’un
modèle, d’un plan, d’une formule ou d’un procédé secrets ou pour des informations (savoir-faire) concernant une expérience acquise dans un domaine industriel, commercial ou
scientifique.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 du présent article ne s'appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des redevances, résident d'un État contractant, exerce une activité dans l'autre État contractant d'où proviennent les redevances, par l'intermédiaire
d'un établissement stable qui y est situé, et que le droit ou le bien générateur des redevances se rattache effectivement à l'établissement stable. Les dispositions applicables en pareil cas sont celles de l'article 7 de la présente Convention.
5. Les redevances sont considérées comme provenant d'un État contractant lorsque le
débiteur est un résident dudit État. Toutefois, lorsque le débiteur des redevances, qu'il
soit ou non résident d'un État contractant, possède dans un État contractant un établissement stable pour les besoins duquel l’obligation donnant lieu aux redevances a été
contractée et lorsque lesdites redevances sont payables par ledit établissement stable, les
redevances en question sont considérées comme provenant de l'État où se trouve l'établissement stable.
6. Lorsqu'en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire
effectif, ou que l'un et l'autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des redevances, compte tenu de l'usage, du droit ou de l'information pour lesquelles elles sont
payées, excède celui dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l'absence de telles relations, les dispositions du présent article ne s'appliquent qu'à ce dernier
montant. Dans ce cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque État contractant et compte tenu des autres dispositions de la Convention.
Article 13. Plus-values financières
1. Les plus-values qu'un résident d'un État contractant tire de l'aliénation de biens
immobiliers visés à l'article 6 de la présente Convention et situés dans l'autre État
contractant, sont imposables dans cet autre État.
2. Les plus-values qu'un résident d'un État contractant tire de l'aliénation :
a) D'actions, autres que des actions cotées à une bourse de valeurs approuvée, dont la
valeur est entièrement ou principalement tirée de biens immobiliers situés dans l'autre
État contractant; ou
b) D’une participation dans une société de personnes dont les actifs consistent principalement en biens immobiliers situés dans l’autre État contractant, ou en actions telles
que mentionnées à l'alinéa a) ci-dessus,
61
Volume 2530, I-45158
sont imposables dans cet autre État.
3. Les plus-values provenant de l'aliénation de biens mobiliers qui font partie de l'actif d'un établissement stable qu'une entreprise d'un État contractant a dans l'autre État
contractant, y compris de telles plus-values provenant de l'aliénation de cet établissement
stable (seul ou avec l'ensemble de l'entreprise), sont imposables dans cet autre État.
4. Les plus-values d'une entreprise d'un État contractant provenant de l'aliénation de
navires ou aéronefs exploités en trafic international ou de biens mobiliers affectés à l'exploitation de ces navires ou aéronefs ne sont imposables que dans cet État.
5. Les plus-values provenant de l'aliénation de tous biens autres que ceux visés aux
paragraphes précédents du présent article ne sont imposables que dans l'État contractant
dont le cédant est un résident.
Article 14. Professions dépendantes
1. Sous réserve des dispositions des articles 15, 17 et 18 de la présente Convention,
les salaires, traitements et autres rémunérations similaires qu'un résident d'un État
contractant reçoit au titre d'un emploi salarié ne sont imposables que dans cet État, à
moins que l'emploi ne soit exercé dans l'autre État contractant. Si l'emploi y est exercé,
les rémunérations reçues à ce titre sont imposables dans cet autre État.
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1 du présent article, les rémunérations
qu'un résident d'un État contractant reçoit au titre d'un emploi salarié exercé dans l'autre
État contractant ne sont imposables que dans le premier État si :
a) Le bénéficiaire séjourne dans l'autre État pendant une période ou des périodes
n’excédant pas au total 183 jours durant toute période de 12 mois commençant ou se
terminant durant l'année fiscale considérée; et
b) Les rémunérations sont payées par un employeur ou pour le compte d'un employeur qui n'est pas un résident de l'autre État; et
c) La charge des rémunérations n'est pas supportée par un établissement stable que
l'employeur a dans l'autre État.
3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, les rémunérations reçues au titre d'un emploi salarié exercé à bord d'un navire ou d'un aéronef exploité en trafic international par l’entreprise d’un État contractant sont imposables dans ledit État.
Article 15. Tantièmes
Les tantièmes et autres rétributions similaires qu'un résident d'un État contractant reçoit en sa qualité de membre du conseil d'administration ou de surveillance d'une société
qui est un résident de l'autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
Article 16. Artistes et sportifs
1. Nonobstant les dispositions des articles 7 et 14 de la présente Convention, les revenus qu'un résident d'un État contractant tire de ses activités personnelles exercées dans
l'autre État contractant en tant qu'artiste du spectacle, tel qu'un artiste de théâtre, de ciné62
Volume 2530, I-45158
ma, de la radio ou de la télévision, ou qu'un musicien ou sportif, sont imposables dans cet
autre État.
2. Lorsque les revenus d'activités qu'un artiste du spectacle ou un sportif exerce personnellement et en cette qualité sont attribués non pas à l'artiste du spectacle ou au sportif
lui-même mais à une autre personne, ces revenus sont imposables, nonobstant les dispositions des articles 7 et 14 de la Convention, dans l'État contractant où les activités de
l'artiste ou du sportif sont exercées.
3. Les revenus tirés par un résident d'un État contractant au titre d'activités qu'il
exerce dans l'autre État contractant tel qu'envisagé aux paragraphes 1 et 2 du présent article, ne sont pas imposables dans cet autre État, si les activités sont financées partiellement ou entièrement au moyen de fonds publics provenant du premier État contractant,
d'une subdivision ou d'une collectivité locale d'un État, ou si lesdites activités se déroulent dans le cadre d'un accord ou d'un arrangement culturel entre les Gouvernements des
États contractants.
Article 17. Pensions
1. Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l'article 18 de la présente
Convention, les pensions et autres rémunérations analogues ainsi que les rentes ayant
leur source dans un État contractant et payées à un résident de l'autre État contractant,
sont imposables dans le premier État mentionné.
2. Le terme « rente » désigne une somme prédéterminée, payable périodiquement à
échéances fixes à une personne physique, sa vie durant ou pendant un laps de temps déterminé ou déterminable, en exécution d'un engagement d'effectuer les paiements en
échange d'une pleine et adéquate contre-valeur en argent ou en son équivalent.
3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1 du présent article, les pensions et autres rémunérations similaires et les rentes, payées en exécution d'un régime public de sécurité sociale d’un État contractant, d’une de ses subdivisions politiques ou de ses collectivités locales, ne sont imposables que dans cet État.
Article 18. Fonction publique
1. a) Les traitements, salaires et autres rémunérations similaires, autres que les pensions, versés par un État contractant, une de ses subdivisions politiques ou collectivités
locales à une personne physique, au titre de services rendus à cet État, à cette subdivision
politique ou collectivité locale, ne sont imposables que dans cet État.
b) Toutefois, ces salaires, traitements et autres rémunérations similaires ne sont imposables dans l'autre État contractant que si les services sont rendus dans cet autre État et
si la personne physique est un résident dudit État qui remplit une des conditions suivantes :
(i) Elle est un ressortissant de cet État; ou
(ii) Elle n'est pas devenue un résident de cet État aux seules fins de fournir
lesdits services.
63
Volume 2530, I-45158
2. a) Toute pension versée par un État contractant, une de ses subdivisions politiques
ou collectivités locales, ou sur des fonds constitués par cet État contractant, cette subdivision politique ou collectivité locale à une personne physique pour services rendus à cet
État ou à cette subdivision ou collectivité sont imposables uniquement dans cet État.
b) Toutefois, ladite pension n'est imposable dans l'autre État contractant que si la
personne physique est un résident et un ressortissant de cet autre État.
3. Les dispositions des articles 14, 15, 16 et 17 de la présente Convention s'appliquent aux traitements, salaires et autres rémunérations similaires ainsi qu'aux pensions
servies au titre de services rendus dans le cadre d'une activité commerciale ou industrielle
exercée par le Gouvernement d'un État contractant, une de ses subdivisions politiques ou
collectivités locales.
Article 19. Étudiants
Les paiements reçus par un étudiant ou un apprenti qui est ou qui était, immédiatement avant de se rendre dans un État contractant, un résident de l'autre État contractant et
qui séjourne dans le premier État aux seules fins d'y poursuivre son éducation ou sa formation, aux fins de sa subsistance, de son éducation ou de sa formation, ne sont pas imposables dans ledit État, à condition qu'ils proviennent de sources extérieures audit État.
Article 20. Autres revenus
1. Les éléments du revenu, d'où qu'ils proviennent, d'un résident d'un État contractant qui ne sont pas visés dans les articles précédents de la présente Convention ne sont
imposables que dans cet État.
2. Les dispositions du paragraphe 1 du présent article ne s'appliquent pas aux revenus autres que les revenus provenant de biens immobiliers au sens du paragraphe 2 de
l'article 6 de la Convention, lorsque le bénéficiaire de ces revenus, résident d'un État
contractant, exerce une activité dans l'autre État contractant, par l'intermédiaire d'un établissement stable qui y est situé, et que le droit ou le bien générateur de ces revenus se
rattache effectivement à cet établissement stable. Dans ce cas, les dispositions de l'article
7 de la Convention est applicable.
3. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2 du présent article, les éléments
de revenu d'un résident d'un État contractant qui ne sont pas visés dans les articles précédents de la présente Convention et qui proviennent de l'autre État contractant sont aussi
imposables dans ledit autre État.
Article 21. Élimination de la double imposition
La double imposition s'élimine de la manière suivante :
a) En Afrique du Sud, sous réserve des dispositions de la législation sud-africaine
pour ce qui est de la déduction de l'impôt exigible en Afrique du Sud de l'impôt exigible
dans tout autre pays que l'Afrique du Sud, l'impôt ukrainien versé par des résidents de
l'Afrique du Sud au titre de revenus imposables en Ukraine, conformément aux disposi64
Volume 2530, I-45158
tions de la présente Convention, est déduit des impôts exigibles en vertu de la législation
fiscale sud-africaine. Ladite déduction ne doit cependant pas dépasser un montant dont le
rapport à l'impôt total sud-africain est égal au rapport du revenu concerné au revenu total.
b) En Ukraine, lorsque qu’un résident ukrainien reçoit des revenus qui, conformément aux dispositions de la présente Convention, sont imposables en Afrique du Sud,
l’Ukraine admet en déduction de l’impôt sur le revenu de ce résident un montant égal à
l’impôt payé en Afrique du Sud. Ladite déduction ne doit cependant pas dépasser le montant de l’impôt dû par ce résident sur ledit revenu en Ukraine.
Article 22. Non-discrimination
1. Les nationaux d'un État contractant ne sont soumis dans l'autre État contractant à
aucune imposition ou obligation y relative, qui est autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujettis les nationaux de cet autre État qui se trouvent
dans la même situation, notamment au regard de la résidence. La présente disposition
s'applique aussi, nonobstant les dispositions de l'article 1er de la présente Convention,
aux personnes qui ne sont pas des résidents d'un État contractant ou des deux États
contractants.
2. Les apatrides qui sont des résidents d'un État contractant ne sont soumis dans l'un
ou l'autre État contractant à aucune imposition ou obligation y relative qui est autre ou
plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujettis les nationaux de l'État
concerné qui se trouvent dans la même situation, notamment au regard de la résidence.
3. L'imposition d'un établissement stable dont une entreprise d'un État contractant
dispose dans l'autre État contractant ne sera pas établie dans cet autre État d'une façon
moins favorable que celle des entreprises de cet autre État qui exercent les mêmes activités. La présente disposition ne pourra être interprétée comme obligeant un État contractant à accorder aux résidents de l'autre État contractant les indemnités, dégrèvements et
abattements fiscaux qu'il accorde à titre personnel à ses résidents du fait de leur situation
matrimoniale ou de leurs responsabilités familiales.
4. Sauf lorsque s'appliquent les dispositions du paragraphe 1 de l'article 9, du paragraphe 7 de l'article 11 ou du paragraphe 6 de l'article 12 de la Convention, les intérêts,
redevances et autres montants versés par une entreprise d'un État contractant à un résident de l'autre État contractant sont, pour la détermination des bénéfices imposables de
cette entreprise, admis en déduction selon les mêmes conditions que s'ils avaient été versés à un résident du premier État.
5. Les entreprises d'un État contractant dont tout ou partie du capital est détenu ou
contrôlé, directement ou indirectement, par un ou plusieurs résidents de l'autre État
contractant, ne seront soumises, dans le premier État, à aucune imposition ou obligation y
relative, qui soit autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourraient être assujetties d'autres entreprises similaires de ce premier État.
6. Aucune disposition du présent article n’empêche l’Afrique du Sud d'imposer les
bénéfices d'un établissement stable situé en Afrique du Sud d'une société qui est un résident de l’Ukraine, à un taux qui n'excède pas le taux d’impôt normal sur les sociétés de
plus de cinq points de pourcentage.
65
Volume 2530, I-45158
7. Les dispositions du présent article s'appliquent, nonobstant les dispositions de l'article 2 de la Convention, aux impôts de toute nature ou dénomination.
Article 23. Procédure amiable
1. Lorsqu'une personne estime que les mesures prises par un État contractant ou par
les deux États contractants entraînent ou entraîneront pour elle une imposition non
conforme aux dispositions de la présente Convention, cette personne peut, indépendamment des recours prévus par le droit interne de ces États, soumettre son cas à l'autorité
compétente de l'État contractant dont elle est un résident ou, si son cas relève de l'article
22, paragraphe 1, de la Convention, à celle de l'État contractant dont elle est un ressortissant. Le cas doit être soumis dans les trois ans qui suivent la première notification de la
mesure qui entraîne une imposition non conforme aux dispositions de la Convention.
2. L'autorité compétente s'efforce, si la requête lui paraît fondée et si elle n'est pas elle-même en mesure d'y apporter une solution satisfaisante, de résoudre le cas par voie
d'accord amiable avec l'autorité compétente de l'autre État contractant, en vue d'éviter
une imposition non conforme à la Convention. L'accord est appliqué quels que soient les
délais prévus par le droit interne des États contractants.
3. Les autorités compétentes des États contractants s'efforcent, par voie d'accord
amiable, de résoudre les difficultés ou de dissiper les doutes auxquels peuvent donner
lieu l’interprétation ou l'application de la Convention.
4. Les autorités compétentes des États contractants peuvent communiquer directement entre elles en vue de parvenir à un accord dans le sens des paragraphes précédents
du présent article. Lorsqu'il semble judicieux d'échanger des avis oralement en vue de
parvenir à un accord, cet échange peut avoir lieu par l'intermédiaire d'une commission
composée de représentants des autorités compétentes des États contractants.
Article 24. Échange de renseignements
1. Les autorités compétentes des États contractants échangent les renseignements nécessaires pour appliquer les dispositions de la présente Convention ou celles de la législation interne des États contractants, de leurs subdivisions politiques ou autorités locales
relatives aux impôts de toute nature et dénomination dans la mesure où l'imposition qu'elle prévoit est conforme à la présente Convention, en particulier pour prévenir la fraude et
faciliter l’application des dispositions statutaires contre l’évasion légale. Les échanges de
renseignements ne sont pas limités par les articles 1 et 2 de la Convention. Les renseignements reçus par un État contractant sont tenus secrets et ne sont communiqués qu'aux
personnes ou autorités (y compris les tribunaux et organes administratifs) concernées par
l'établissement ou le recouvrement des impôts visés par la Convention, par les procédures
ou poursuites concernant ces impôts ou par les décisions sur les recours relatifs aux impôts visés à la première phrase. Ces personnes ou autorités n'utilisent ces renseignements
qu'à ces fins. Elles peuvent cependant en faire état au cours d’audiences publiques des
tribunaux ou dans des jugements.
2. Les dispositions du paragraphe 1 du présent article ne peuvent en aucun cas être
interprétées comme imposant à un État contractant l'obligation :
66
Volume 2530, I-45158
a) De prendre des dispositions administratives dérogeant à sa législation ou à sa pratique administrative ou à celles de l'autre État contractant;
b) De fournir des renseignements qui ne pourraient être obtenus sur la base de sa législation ou dans le cadre de sa pratique administrative normale, ou de celles de l'autre
État contractant;
c) De fournir des renseignements qui révéleraient un secret commercial, industriel ou
professionnel ou un procédé commercial ou des renseignements dont la divulgation serait
contraire à l'ordre public.
Article 25. Assistance en matière de recouvrement
1. Les États contractants s'engagent à se prêter mutuellement assistance pour recouvrer les impôts dus par un contribuable dès lors que le montant en aura été définitivement
fixé conformément à là législation de l'État contractant à l'origine de la demande d'assistance.
2. Si la demande de recouvrement d'impôts formulée par un État contractant est acceptée par l'autre État contractant, lesdits impôts seront recouvrés par cet autre État dans
la mesure autorisée par sa législation interne.
3. Les créances faisant l'objet de demandes d'assistance ne jouissent pas de priorité
sur les impôts impayés dans l'État contractant qui prête l'assistance et les dispositions du
paragraphe 1 de l'article 24 de la présente Convention s'appliquent également à tout renseignement porté à la connaissance de l'autorité compétente d'un État contractant en exécution du présent article.
4. Toute demande de recouvrement formulée par un État contractant devra être accompagnée des attestations prescrites par sa législation pour établir que les impôts dus
par le contribuable ont été définitivement fixés.
5. Si la créance fiscale d'un État contractant n'a pas été fixée définitivement en raison
d'une procédure de recours ou autre, cet État pourra, afin de protéger ses revenus, demander à l'autre État contractant de prendre en son nom les mesures conservatoires prévues par la législation de cet autre État. S'il accède à cette demande, l'autre État prendra
lesdites mesures dans les limites autorisées par sa législation interne.
6. La demande visée aux paragraphes 4 ou 5 du présent article ne sera faite par un
État contractant que si le contribuable débiteur n'y possède pas suffisamment de biens
pour permettre le recouvrement des impôts dus.
7. L'État contractant où l'impôt sera recouvré conformément aux dispositions du présent article remettra immédiatement à l'État contractant pour le compte duquel l'impôt aura été recouvré le montant ainsi recouvré diminué, le cas échéant, de celui des frais exceptionnels visés à l'alinéa b) du paragraphe 8 du présent article.
8. Il est convenu que, sauf accord contraire entre les autorités compétentes des deux
États contractants :
a) Les frais ordinaires engagés par un État contractant au titre de l'aide au recouvrement seront pris en charge par cet État;
67
Volume 2530, I-45158
b) Les frais exceptionnels engagés par un État contractant au titre de l'aide au recouvrement seront pris en charge par l'autre État et acquittés par le premier État indépendamment du montant recouvré pour son compte.
Dès qu'un État contractant prévoira que des frais extraordinaires risquent de devoir
être engagés, il en informera l'autre État contractant en lui indiquant le montant estimé.
Les autorités compétentes des États contractants peuvent régler le mode d'application du
présent paragraphe.
9. Dans le présent article, le terme « impôts » s'entend des impôts qui font l'objet de
la présente Convention ainsi que de tous les intérêts et pénalités y afférents.
Article 26. Agents diplomatiques et fonctionnaires consulaires
Les dispositions de la présente Convention ne portent pas atteinte aux privilèges fiscaux dont bénéficient les agents diplomatiques ou les fonctionnaires consulaires en vertu
soit des règles générales du droit international, soit des dispositions d'accords particuliers.
Article 27. Entrée en vigueur
1. Chacun des États contractants notifiera à l'autre, par la voie diplomatique, l'accomplissement des procédures requises par son droit interne pour l'entrée en vigueur de
la présente Convention. La Convention entrera en vigueur à la date de réception de la
dernière de ces notifications.
2. Les dispositions de la Convention s'appliqueront :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, aux montants payés ou crédités
à compter du 1er janvier qui suit la date à laquelle la Convention entrera en vigueur; et
b) En ce qui concerne les autres impôts, aux périodes d’imposition commençant à
partir du 1er janvier de l’année qui suit celle à laquelle la Convention entre en vigueur.
Article 28. Dénonciation
1. La présente Convention demeurera en vigueur jusqu’à sa dénonciation par l’un
des États contractants. Chacun des États contractants peut dénoncer la présente Convention par voie diplomatique moyennant un préavis écrit d’au moins six mois avant la fin
de toute année civile commençant après l'expiration d'une période de cinq ans à compter
de la date d’entrée en vigueur de la présente Convention.
2. Dans ce cas, la Convention cessera d’être applicable :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, pour les montants versés ou
crédités après la fin de l'année civile au cours de laquelle ledit préavis est donné; et
b) En ce qui concerne les autres impôts, pour les années d'imposition commençant
après la fin de l'année civile au cours de laquelle ledit préavis a été donné.
68
Volume 2530, I-45158
EN FOI DE QUOI, les soussignés, dûment autorisés à cet effet, ont signé la présente
Convention.
FAIT à Kiev en double exemplaire, le 28 août 2003, en langues anglaise et ukrainienne, chaque texte faisant également foi.
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
Pour le Cabinet des Ministres de l’Ukraine :
69
Volume 2530, I-45158
PROTOCOLE
Au moment de procéder à la signature de la présente Convention entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Cabinet des Ministres de l’Ukraine tendant à
éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu, les soussignés sont convenus de la disposition suivante qui fait partie intégrante de la
Convention :
En ce qui concerne l’article 22 de la Convention, il est entendu que les dispositions
du paragraphe 6 tiennent compte du fait que la succursale sud-africaine d’une entreprise
non résidente est soumise à l’impôt normal en Afrique du Sud à un taux de 35 pour cent.
Une société nationale est imposable au taux de 30 pour cent mais sera tenue au paiement
de l'impôt secondaire sur les sociétés à un taux de 12,5 pour cent en cas de distribution
des bénéfices. La société non résidente est exonérée de l’impôt secondaire sur les sociétés eu égard aux bénéfices de sa succursale sud-africaine.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, dûment autorisés à cet effet, ont signé le présent
Protocole.
FAIT à Kiev en double exemplaire, le 28 août 2003, en langues anglaise et ukrainienne, chaque texte faisant également foi.
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
Pour le Cabinet des Ministres de l’Ukraine :
70
Volume 2530, I-45159
No. 45159
____
South Africa
and
Bulgaria
Convention between the Republic of South Africa and the Republic of Bulgaria for
the avoidance of double taxation and the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income. Sofia, 29 April 2004
Entry into force: 27 October 2004 by notification, in accordance with article 27
Authentic texts: Bulgarian and English
Registration with the Secretariat of the United Nations: South Africa, 1 August 2008
Afrique du Sud
et
Bulgarie
Convention entre la République sud-africaine et la République de Bulgarie tendant
à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion fiscale en matière d'impôts
sur le revenu. Sofia, 29 avril 2004
Entrée en vigueur : 27 octobre 2004 par notification, conformément à l'article 27
Textes authentiques : bulgare et anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Afrique du Sud, 1er août
2008
71
Volume 2530, I-45159
[ BULGARIAN TEXT – TEXTE BULGARE ]
72
Volume 2530, I-45159
73
Volume 2530, I-45159
74
Volume 2530, I-45159
75
Volume 2530, I-45159
76
Volume 2530, I-45159
77
Volume 2530, I-45159
78
Volume 2530, I-45159
79
Volume 2530, I-45159
80
Volume 2530, I-45159
81
Volume 2530, I-45159
82
Volume 2530, I-45159
83
Volume 2530, I-45159
84
Volume 2530, I-45159
85
Volume 2530, I-45159
86
Volume 2530, I-45159
87
Volume 2530, I-45159
88
Volume 2530, I-45159
89
Volume 2530, I-45159
90
Volume 2530, I-45159
91
Volume 2530, I-45159
92
Volume 2530, I-45159
93
Volume 2530, I-45159
94
Volume 2530, I-45159
95
Volume 2530, I-45159
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
96
Volume 2530, I-45159
97
Volume 2530, I-45159
98
Volume 2530, I-45159
99
Volume 2530, I-45159
100
Volume 2530, I-45159
101
Volume 2530, I-45159
102
Volume 2530, I-45159
103
Volume 2530, I-45159
104
Volume 2530, I-45159
105
Volume 2530, I-45159
106
Volume 2530, I-45159
107
Volume 2530, I-45159
108
Volume 2530, I-45159
109
Volume 2530, I-45159
110
Volume 2530, I-45159
111
Volume 2530, I-45159
112
Volume 2530, I-45159
113
Volume 2530, I-45159
114
Volume 2530, I-45159
115
Volume 2530, I-45159
116
Volume 2530, I-45159
[TRANSLATION – TRADUCTION]
CONVENTION ENTRE LA RÉPUBLIQUE SUD-AFRICAINE ET LA RÉPUBLIQUE DE BULGARIE TENDANT À ÉVITER LA DOUBLE IMPOSITION ET À PRÉVENIR L’ÉVASION FISCALE EN MATIÈRE D’IMPÔTS
SUR LE REVENU
PRÉAMBULE
La République sud-africaine et la République de Bulgarie,
Désireuses de conclure une Convention tendant à éviter la double imposition et à
prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu dans le but de promouvoir et
renforcer les relations économiques entre les deux pays,
Sont convenues de ce qui suit :
CHAPITRE PREMIER. PORTÉE DE LA CONVENTION
Article premier. Personnes visées
La présente Convention s’applique aux personnes qui sont des résidents d’un État
contractant ou des deux États contractants.
Article 2. Impôts visés
1. La présente Convention s’applique aux impôts sur le revenu perçus pour le compte d’un État contractant ou de ses collectivités locales, quel que soit le système de perception.
2. Sont considérés comme impôts sur le revenu les impôts perçus sur le revenu total
ou sur des éléments du revenu, y compris les impôts sur les gains provenant de
l’aliénation de biens mobiliers ou immobiliers.
3. Les impôts actuels auxquels s’applique la présente Convention sont :
a) En ce qui concerne la Bulgarie :
i) L’impôt sur le revenu des particuliers;
ii) L’impôt sur les sociétés;
(ci-après dénommés « l’impôt bulgare »);
b) En ce qui concerne l’Afrique du Sud :
i) L’impôt ordinaire;
117
Volume 2530, I-45159
ii) L’impôt secondaire sur les sociétés;
iii) L’impôt perçu à la source sur les redevances;
(ci-après dénommés « l’impôt sud-africain »).
4. La présente Convention s’applique aussi aux impôts de nature identique ou analogue qui seraient établis par l’un ou l’autre État contractant après la date de signature de la
Convention et qui s’ajouteraient aux impôts actuels ou qui les remplaceraient. Les autorités compétentes des États contractants se communiquent les modifications importantes
apportées à leurs législations fiscales respectives.
CHAPITRE II. DÉFINITIONS
Article 3. Définitions générales
1. Au sens de la présente Convention, à moins que le contexte n’exige une interprétation différente :
a) Le terme « Bulgarie » désigne la République de Bulgarie et, lorsqu’il est utilisé
dans un sens géographique, son territoire et la mer territoriale sur laquelle elle exerce son
droit souverain, ainsi que le plateau continental et la zone économique exclusive sur laquelle elle exerce ses droits de souveraineté et sa compétence conformément au droit international;
b) L’expression « Afrique du Sud » s’entend de la République sud-africaine et, au
sens géographique, comprend les eaux territoriales de la République sud-africaine ainsi
que toute zone située en dehors des eaux territoriales, y compris le plateau continental
qui, conformément à la législation sud-africaine et au droit international, a été ou peut
être désigné comme constituant une zone à l’intérieur de laquelle l’Afrique du Sud peut
exercer des droits souverains ou sa compétence;
c) Les expressions « un État contractant » et « l’autre État contractant » désignent la
Bulgarie ou l’Afrique du Sud, selon le contexte;
d) Le terme « personne » désigne les personnes physiques, les sociétés et tout autre
groupement de personnes considéré comme une entité aux fins d’imposition;
e) Le terme « société » désigne toute personne morale ou toute entité qui est considérée comme une personne morale aux fins d’imposition;
f) L’expression « trafic international » s’entend de tout transport effectué par un navire ou un aéronef exploité par un résident d’un État contractant, sauf lorsque ledit navire
ou aéronef n’est exploité qu’entre des points situés dans l’autre État contractant;
g) L’expression « autorité compétente » désigne :
i) En Bulgarie, le Ministre des finances ou son représentant autorisé;
ii) En Afrique du Sud, le Commissaire sud-africain du Service du revenu ou
un représentant autorisé;
h) Le terme « national » désigne :
i) Toute personne physique possédant la nationalité d’un État contractant;
118
Volume 2530, I-45159
ii)
Toute personne morale, société de personnes ou association constituées
conformément à la législation en vigueur dans un État contractant;
i) Le terme « activité » inclut la fourniture de services professionnels et l’exécution
d’autres activités de caractère indépendant;
j) L’expression « bénéfices des entreprises » inclut également les revenus tirés de la
fourniture de services professionnels et l’exécution d’autres activités de caractère indépendant.
2. Pour l’application de la présente Convention à un moment donné par un État
contractant, tout terme ou expression qui n’y est pas défini a, sauf si le contexte exige
une interprétation différente, la signification que lui attribue, à ce moment-là, le droit de
cet État concernant les impôts auxquels s’applique la Convention, le sens attribué à ce
terme ou à cette expression par le droit fiscal de cet État prévalant sur celui que lui attribuent les autres branches du droit dudit État.
Article 4. Résidence
1. Au sens de la présente Convention, l’expression « résident d’un État contractant »
désigne toute personne qui, en vertu de la législation de cet État, est assujettie à l’impôt
dans cet État, en raison de son domicile, de sa résidence, de son siège de direction, de son
lieu d’enregistrement ou de tout autre critère de nature analogue et s’applique aussi à cet
État ainsi qu’à ses subdivisions politiques ou collectivités locales. Toutefois, cette expression ne comprend pas les personnes qui ne sont assujetties à l’impôt dans cet État
que pour les revenus de sources qui y sont situées.
2. Si, par application des dispositions du paragraphe 1, une personne physique se
trouve être un résident des deux États contractants, son statut est déterminé conformément aux règles énoncées ci-après :
a) La personne physique est réputée n’être un résident que de l’État où elle dispose
d’un foyer d’habitation permanent; si elle dispose d’un foyer d’habitation permanent
dans les deux États contractants, elle est réputée n’être un résident que de l’État avec lequel elle a les liens personnels et économiques les plus étroits (centre des intérêts vitaux);
b) Si l'on ne peut déterminer la résidence de la personne physique par application des
dispositions de l'alinéa a), la personne est réputée être un résident uniquement de l’État
où elle séjourne habituellement;
c) Si la personne séjourne habituellement dans les deux États, ou si elle ne séjourne
habituellement dans aucun des deux, elle est réputée n’être un résident que de l’État dont
elle est un ressortissant;
d) Si la personne est un ressortissant des deux États ou si elle n’est un ressortissant
d’aucun des deux, les autorités compétentes des États contractants règlent la question
d’un commun accord.
3. Si par application des dispositions du paragraphe 1 une société est un résident des
deux États contractants, elle est réputée être uniquement un résident de l’État où son siège de direction effective est situé.
4. Lorsque, selon les dispositions du paragraphe 1, une personne autre qu’une personne physique ou une société est résidente des deux États contractants, les autorités
119
Volume 2530, I-45159
compétentes s’efforcent de résoudre d’un commun accord le problème et fixeront ensemble le mode d’application de la présente Convention à ladite personne.
Article 5. Établissement stable
1. Au sens de la présente Convention, l’expression « établissement stable » désigne
une installation fixe d’affaires, par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout
ou partie de son activité.
2. L’expression « établissement stable » comprend notamment :
a) Un siège de direction;
b) Une succursale;
c) Un bureau;
d) Une usine;
e) Un atelier;
f) Une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu
d’extraction de ressources naturelles;
g) Une installation, un appareil de forage ou un navire utilisés pour l’exploration de
ressources naturelles, mais uniquement lorsque l’activité relative à ladite exploration est
maintenue pendant une période ou des périodes excédant trois mois au cours de toute période de 12 mois.
3. L’expression « établissement stable » englobe également :
a) Un chantier, un projet de construction ou de montage ou une activité de supervision liée audit chantier ou projet, mais uniquement lorsque ledit chantier, projet ou activité est maintenu pendant une période supérieure à six mois;
b) La fourniture de services, y compris des services de consultants, par un résident
agissant par l’intermédiaire d’employés ou d’autre personnel engagé par un résident à
cette fin, mais seulement lorsque de telles activités se poursuivent (pour le même projet
ou pour un projet connexe) au sein d’un État contractant pendant une période ou des périodes dépassant au total 183 jours dans les limites d’une période quelconque de 12 mois
commençant ou se terminant au cours de l’exercice concerné;
c) La fourniture de services professionnels ou l’exercice d’autres activités de caractère indépendant par une personne physique, mais seulement lorsque lesdits services ou
activités se poursuivent au sein d’un État contractant pendant une période ou des périodes dépassant au total 183 jours dans les limites d’une période quelconque de 12 mois ou
se terminant au cours de l’exercice concerné.
4. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, on considère qu’il n’y
a pas « établissement stable » si :
a) Il est fait usage d’installations aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison de marchandises appartenant au résident;
b) Des marchandises appartenant au résident sont entreposées aux seules fins de
stockage, d’exposition ou de livraison;
120
Volume 2530, I-45159
c) Des marchandises appartenant au résident sont entreposées aux seules fins de
transformation par un autre résident;
d) Une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins d’acheter des marchandises ou de réunir des informations pour le résident;
e) Une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins d’exercer, pour le résident, toute autre activité de caractère préparatoire ou auxiliaire;
f) Une installation fixe d’affaires est utilisée aux seules fins de l’exercice cumulé des
activités mentionnées aux alinéas a) à e), à condition que l’activité d’ensemble de
l’installation fixe d’affaires, résultant de ce cumul, garde un caractère préparatoire ou
auxiliaire.
5. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2, lorsqu’une personne—autre
qu’un agent jouissant d’un statut indépendant auquel s’applique le paragraphe 6—agit
pour le compte d’un résident et dispose, dans un État contractant, de pouvoirs qu’elle y
exerce habituellement, lui permettant de conclure des contrats au nom du résident, ce résident est considéré comme ayant un établissement stable dans cet État pour toutes les activités que cette personne exerce pour le résident, à moins que les activités de cette personne ne soient limitées à celles qui sont énumérées au paragraphe 4 et qui, si elles
étaient exercées par l’intermédiaire d’une installation fixe d’affaires, ne permettraient pas
de considérer cette installation fixe comme un établissement stable selon les dispositions
de ce paragraphe.
6. Un résident d’un État contractant n’est pas considéré comme ayant un établissement stable dans un État contractant du seul fait qu’elle y exerce son activité par
l’entremise d’un courtier, d’un commissionnaire général ou de tout autre agent jouissant
d’un statut indépendant, à condition que ces personnes agissent dans le cadre ordinaire de
leur activité.
7. Le fait qu’une société qui est un résident d’un État contractant contrôle, ou est
contrôlée par une société qui est un résident de l’autre État contractant, ou qui y exerce
son activité (que ce soit par l’intermédiaire d’un établissement stable ou non) ne suffit
pas, en lui-même, à faire de l’une quelconque de ces sociétés un établissement stable de
l’autre.
CHAPITRE III. IMPÔTS SUR LE REVENU
Article 6. Revenus de biens immobiliers
1. Les revenus qu’un résident d’un État contractant tire de biens immobiliers (y
compris les revenus provenant des exportations agricoles ou forestières) situés dans
l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. L’expression « biens immobiliers » a le sens que lui attribue le droit de l’État
contractant dans lequel ils se trouvent. Dans tous les cas, cette expression comprend les
accessoires, le cheptel et le matériel utilisé dans l’agriculture et l’exploitation forestière,
les droits auxquels s’appliquent les dispositions du droit privé en ce qui concerne la propriété foncière, l’usufruit des biens immobiliers et les droits à des paiements variables ou
121
Volume 2530, I-45159
fixes pour l’exploitation ou la concession de gisements minéraux, sources et autres ressources naturelles. Les navires et les aéronefs ne sont pas considérés comme des biens
immobiliers.
3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aux revenus provenant de
l’utilisation directe, de la location ou de l’utilisation des biens immobiliers sous toute autre forme.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 3 s’appliquent également aux revenus provenant des biens immobiliers utilisés dans l’exercice d’une activité.
Article 7. Bénéfices des entreprises
1. Les bénéfices d’entreprise d’un résident d’un État contractant ne sont imposables
que dans cet État à moins que le résident exerce son activité dans l’autre État contractant
par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé. Si le résident exerce son activité d’une telle façon, les bénéfices d’entreprise du résident sont imposables dans
l’autre État, mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables audit établissement
stable.
2. Sous réserve des dispositions du paragraphe 3, lorsqu’un résident d’un État
contractant exerce son activité dans l’autre État contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, il doit être attribué, dans chaque État contractant, à cet
établissement stable, les bénéfices qu’il aurait pu réaliser en tant que personne distincte et
séparée exerçant des activités identiques ou analogues dans des conditions identiques ou
similaires et traitant en toute indépendance avec le résident et avec toutes les autres personnes.
3. Pour déterminer les bénéfices d’un établissement stable, sont admises en déduction les dépenses exposées aux fins poursuivies par cet établissement stable, y compris
les dépenses de direction et les frais généraux d’administration ainsi engagés, soit dans
l’État contractant où cet établissement stable est situé, soit ailleurs. Toutefois, les dépenses qui ne sont pas déductibles en vertu des lois de l’État contractant dans lequel
l’établissement stable est situé ne font pas l’objet d’une déduction.
4. Aucun bénéfice d’entreprise ne devra être imputé à un établissement stable d’une
personne du seul fait qu’il a acheté des marchandises pour la personne.
5. Aux fins des paragraphes précédents, les bénéfices à imputer à un établissement
stable sont déterminés chaque année selon la même méthode, à moins qu’il existe des
motifs valables et suffisants de procéder autrement.
6. Lorsque les bénéfices comprennent des éléments de revenu traités séparément
dans d’autres articles de la présente Convention, les dispositions desdits articles ne sont
pas affectées par les dispositions du présent article.
Article 8. Transports maritime et aérien
1. Les bénéfices qu’un résident d’un État contractant tire de l’exploitation, en trafic
international, de navires ou d’aéronefs ne sont imposables que dans cet État.
122
Volume 2530, I-45159
2. Aux fins du présent article, les bénéfices provenant de l’exploitation de navires et
d’aéronefs en trafic international comprennent :
a) Les bénéfices tirés de la location coque nue de navires et d’aéronefs exploités en
trafic international;
b) Les bénéfices provenant de l’utilisation ou de la location de conteneurs,
lorsque de tels bénéfices sont accessoires aux bénéfices auxquels s’appliquent les dispositions du paragraphe 1.
3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aussi aux bénéfices provenant de la
participation à un pool, à une exploitation en commun ou à un organisme international
d’exploitation.
Article 9. Personnes associées
1. Lorsque :
a) Un résident d’un État contractant participe directement ou indirectement à la direction, au contrôle ou au capital d’un résident de l’autre État contractant; ou que
b) Les mêmes personnes participent directement ou indirectement à la direction, au
contrôle ou au capital d’un résident d’un État contractant et d’un résident de l’autre État
contractant;
et que, dans l’un ou l’autre cas, les deux personnes sont, dans leurs relations commerciales ou financières, liées par des conditions convenues ou imposées qui diffèrent de celles
qui seraient convenues entre des entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces
conditions, auraient été réalisés par l’une des personnes, mais n’ont pu l’être en fait à
cause de ces conditions, peuvent être inclus dans les bénéfices de cette personne et imposés en conséquence.
2. Lorsqu’un État contractant inclut dans les bénéfices d’un résident de cet État—et
impose en conséquence—des bénéfices sur lesquels un résident de l’autre État contractant a été imposée dans cet autre État, et que les bénéfices ainsi inclus sont les bénéfices
qui auraient été réalisés par la première personne mentionnée si les conditions convenues
entre les deux personnes avaient été celles convenues entre des personnes indépendantes,
l’autre État procède à un ajustement approprié du moment de l’impôt qui a été perçu sur
ces bénéfices. Pour déterminer cet ajustement, il est tenu compte des autres dispositions
de la présente Convention et, s’il y a lieu, les autorités compétentes des États contractants
se consultent.
Article 10. Dividendes
1. Les dividendes payés par une société résidant dans un État contractant à un résident de l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois, lesdits dividendes sont aussi imposables dans l’État contractant dont la
société qui paie ces dividendes est un résident, et selon la législation de cet État, mais si
le bénéficiaire effectif des dividendes est un résident de l’autre État contractant, l’impôt
ainsi levé ne peut excéder :
123
Volume 2530, I-45159
a) Cinq pour cent du montant brut des dividendes si leur bénéficiaire effectif est une
société qui détient directement au moins 25 pour cent du capital de la société qui verse
les dividendes; ou
b) Quinze pour cent du montant brut des dividendes dans tous les autres cas.
Le présent paragraphe n’a aucun effet sur l’imposition de la société en ce qui
concerne les bénéfices sur lesquels les dividendes sont payés.
3. Le terme « dividendes » employé dans le présent article désigne les revenus provenant d’actions ou d’autres droits de participation aux bénéfices, à l’exception des
créances, ainsi que les autres revenus soumis au même régime fiscal que les revenus
d’actions par la législation de l’État contractant dont la société distributrice est un résident.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des dividendes, résident d’un État contractant, exerce une activité dans l’autre
État contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, par l’intermédiaire
d’un établissement stable qui y est situé, et que la participation génératrice des dividendes se rattache effectivement à cet établissement stable. Les dispositions applicables en
pareil cas sont celles de l’article 7.
5. Lorsqu’une société qui est un résident d’un État contractant tire des bénéfices ou
des revenus de l’autre État contractant, cet autre État ne peut percevoir aucun impôt sur
les dividendes payés par la société, sauf dans la mesure où ces dividendes sont payés à un
résident de cet autre État ou dans la mesure où la participation génératrice des dividendes
se rattache effectivement à un établissement stable situé dans cet autre État, ni prélever
aucun impôt sur les bénéfices non distribués de la société, même si les dividendes payés
ou les bénéfices non distribués consistent en tout ou en partie en bénéfices ou revenus
provenant de cet autre État.
6. Les dispositions du présent article ne s’appliquent pas lorsque le principal objectif
ou l’un des principaux objectifs de toute personne concernée par la création ou la cession
d’actions ou d’autres droits en raison desquels les dividendes sont versés consiste à tirer
avantage du présent article par le biais de cette création ou cession.
Article 11. Intérêts
1. Les intérêts produits dans un État contractant et versés à un résident de l’autre État
contractant sont imposables dans ledit autre État.
2. Toutefois, ces intérêts peuvent également être imposés dans l’État contractant où
ils ont leur source et conformément à la législation de cet État, mais si le bénéficiaire effectif des intérêts est un résident de l’autre État contractant, ledit impôt n’excédera pas
cinq pour cent du montant brut des intérêts.
3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2, les intérêts provenant d’un État
contractant et payés au Gouvernement de l’autre État contractant, à l’une de ses subdivisions politiques ou autorités locales, à la Banque centrale de Bulgarie, la Banque centrale
de l’Afrique du Sud ou à toute institution appartenant intégralement au Gouvernement de
cet autre État ou à toute subdivision ou autorité, sont exonérés d’impôt dans le premier
État.
124
Volume 2530, I-45159
4. Le terme « intérêts » tel qu’il est utilisé dans le présent article s’entend des revenus de créances de toute nature, avec ou sans garantie hypothécaire, et avec ou sans clause de participation aux bénéfices du débiteur et en particulier des revenus tirés de fonds
publics et d’obligations d’emprunt, y compris les primes et lots rattachés à ces titres,
fonds et obligations. Les pénalités pour retard de paiement ne sont pas considérées comme des intérêts au sens du présent article.
5. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 3 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des intérêts, résident d’un État contractant, exerce une activité dans l’autre
État contractant d’où proviennent les intérêts, par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, et que la créance génératrice des intérêts s’y rattache effectivement.
Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 sont applicables.
6. Les intérêts sont considérés comme provenant d’un État contractant lorsque le débiteur est un résident de cet État. Toutefois, lorsque le débiteur des intérêts, résident ou
non d’un État contractant, a dans un État contractant un établissement stable pour lequel
la dette dormant lieu au paiement des intérêts a été contractée et qui supporte la charge de
ces intérêts, ceux-ci sont considérés comme provenant de l’État contractant où
l’établissement stable est situé.
7. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif des intérêts ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le
montant des intérêts, compte tenu de la créance pour laquelle ils sont payés, excède celui
dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce
cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque
État contractant et compte tenu des autres dispositions de la présente Convention.
8. Les dispositions du présent article ne s’appliquent pas lorsque le principal objectif
ou l’un des principaux objectifs de toute personne liée à la création ou à l’octroi de la
créance pour laquelle les intérêts sont versés consiste à tirer avantage du présent article
par le biais de cette création ou de cet octroi.
Article 12. Redevances
1. Les redevances relevant d’un État contractant et versées à un résident de l’autre
État contractant sont imposables dans ledit autre État.
2. Toutefois, lesdites redevances peuvent également être imposées dans l’État
contractant où elles ont leur source et conformément à la législation de cet État mais si le
bénéficiaire effectif des redevances est un résident de l’autre État contractant, l’impôt
ainsi mis à sa charge ne peut dépasser :
a) Cinq pour cent du montant brut :
i) Des redevances de droits d’auteur et autres rétributions similaires relatives
à la production ou la reproduction de toute œuvre culturelle, dramatique,
musicale ou autre œuvre artistique (mais sans inclure les redevances liées
aux films cinématographiques et œuvres enregistrées sur films, bandes ou
autres moyens de reproduction destinés à la télédiffusion);
125
Volume 2530, I-45159
ii)
Des redevances payées pour l’usage d’un équipement industriel, commercial ou scientifique;
b) Dix pour cent du montant brut des redevances dans tous les autres cas.
3. Au sens du présent article, le terme « redevances » s’entend des rémunérations de
toute nature payées pour l’usage ou la concession de l’usage d’un droit d’auteur sur une
œuvre littéraire, artistique ou scientifique, y compris les films cinématographiques et les
films, les enregistrements ou autres moyens de reproduction servant à des émissions de
radiophonie ou de télévision, d’un brevet, d’une marque de fabrique ou de commerce,
d’un dessin ou d’un modèle, d’un plan, d’une formule ou d’un procédé secrets, ou pour
la transmission par satellite, fibre optique ou technologie similaire, ou pour l’usage ou la
concession de l’usage d’équipements industriels, commerciaux ou scientifiques ou pour
des informations concernant une expérience acquise dans un domaine industriel, commercial ou scientifique.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des redevances, résident d’un État contractant, exerce une activité dans l’autre
État contractant d’où proviennent les redevances, par l’intermédiaire d’un établissement
stable qui y est situé, et que le droit ou le bien générateur des redevances se rattache effectivement à l’établissement stable en question. Les dispositions applicables en pareil
cas sont celles de l’article 7.
5. Les redevances sont considérées comme provenant d’un État contractant lorsque
le débiteur est un résident dudit État. Toutefois, lorsque le débiteur des redevances, qu’il
soit ou non résident d’un État contractant, possède dans un État contractant un établissement stable pour les besoins desquels l’engagement donnant lieu aux redevances a été
contracté et lorsque lesdites redevances sont payables par ledit établissement stable, les
redevances en question sont considérées comme provenant de l’État où se trouve
l’établissement stable.
6. Lorsqu’en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire
effectif, ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des redevances, compte tenu de l’usage, du droit ou de l’information pour lesquelles elles sont
payées, excède celui dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en
l’absence de telles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce
dernier montant. Dans ce cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon
la législation de chaque État contractant et compte tenu des autres dispositions de la présente Convention.
7. Les dispositions du présent article ne s’appliquent pas dans le cas où le principal
objectif ou l’un des principaux objectifs de toute personne participant à la création ou à
l’octroi des droits pour lesquels les redevances sont versées est de tirer avantage du présent article par le biais de cette création ou de cet octroi.
Article 13. Plus-values
1. Les plus-values qu’un résident d’un État contractant réalise à la cession des biens
immeubles définis à l’article 6 et situés dans l’autre État contractant sont imposables dans
cet autre État.
126
Volume 2530, I-45159
2. Les plus-values résultant de la cession de biens meubles qui font partie de l’actif
d’un établissement stable qu’un résident d’un État contractant a dans l’autre État contractant, y compris les plus-values résultant de la cession de cet établissement stable (seul ou
avec l’ensemble de l’entreprise exploitée par ledit résident), sont imposables dans cet autre État.
3. Les plus-values qu’un résident d’un État contractant tire de l’aliénation de navires
ou d’aéronefs exploités en trafic international ou des biens meubles affectés à
l’exploitation de ces navires ou aéronefs ne sont imposables que dans cet État.
4. Les plus-values tirées de l’aliénation d’actions en capital d’une société dont les
actifs consistent principalement, directement ou indirectement, en biens immobiliers situés dans un État contractant sont imposables dans cet État.
5. Les plus-values provenant de l’aliénation de tous biens autres que ceux visés aux
paragraphes précédents du présent article ne sont imposables que dans l’État contractant
dont le cédant est un résident.
Article 14. Revenus tirés d'une activité salariée
1. Sous réserve des dispositions des articles 15, 17, 18, 19 et 20, les salaires, traitements et autres rémunérations similaires qu’un résident d’un État contractant reçoit au titre d’un emploi sont imposables exclusivement dans cet État, à moins que l’emploi ne
soit exercé dans l’autre État contractant. Si l’emploi y est exercé, les rémunérations reçues à ce titre sont imposables dans cet autre État.
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, la rémunération qu’un résident d’un
État contractant reçoit au titre d’un emploi exercé dans l’autre État contractant est exclusivement imposable dans le premier État mentionné si :
a) Le bénéficiaire séjourne dans l’autre État pendant une ou plusieurs périodes
n’excédant pas 183 jours au total au cours de toute période 12 mois commençant ou se
terminant pendant l’exercice fiscal concerné; et
b) La rémunération est payée par un employeur ou pour le compte d’un employeur
qui n’est pas un résident de l’autre État; et
c) La charge de rémunération n’est pas supportée par un établissement stable que
l’employeur a dans l’autre État.
3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, les rémunérations reçues au titre d’un emploi exercé à bord d’un navire ou d’un aéronef exploité en trafic international par un résident d’un État contractant sont imposables dans ledit État.
Article 15. Tantièmes
Les tantièmes et autres rétributions similaires qu’un résident d’un État contractant
reçoit en sa qualité de membre du conseil d’administration ou autre organisme semblable
d’une société, qui est un résident de l’autre État contractant, sont imposables dans cet autre État.
127
Volume 2530, I-45159
Article 16. Artistes et sportifs
1. Nonobstant les dispositions des articles 7 et 14, les revenus qu’un résident d’un
État contractant tire de ses activités personnelles exercées dans l’autre État contractant en
tant qu’artiste du spectacle, tel qu’un artiste de théâtre, de cinéma, de la radio ou de la télévision, ou qu’un musicien ou sportif, sont imposables dans cet autre État.
2. Lorsque les revenus d’activités qu’un artiste du spectacle ou un sportif exerce personnellement et en cette qualité sont attribués non pas à l’artiste du spectacle ou au sportif lui-même mais à une autre personne, ces revenus sont imposables, nonobstant les dispositions des articles 7 et 14, dans l’État contractant où les activités de l’artiste ou du
sportif sont exercées.
Article 17. Pensions et rentes
1. Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l’article 18, les pensions et autres rémunérations similaires payées à un résident d’un État contractant au titre d’un emploi antérieur et les rentes versées audit résident ne sont imposables que dans cet État.
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, les pensions versées et autres paiements de même nature effectués en vertu d’un programme national faisant partie du système de sécurité sociale d’un État contractant ne sont imposables que dans cet État.
3. Le terme « rentes » désigne une somme déterminée versée périodiquement
conformément à un calendrier de paiement pendant la durée de vie de l’intéressé ou pendant une période spécifiée ou vérifiable en vertu d’une obligation d’effectuer les paiements en contrepartie d’une considération adéquate et totale, sous une forme monétaire
ou ayant une valeur monétaire.
Article 18. Fonction publique
1. a) Les traitements, salaires et autres rémunérations similaires, autres que les pensions, versés par un État contractant, une de ses subdivisions politiques ou collectivités
locales à une personne physique, au titre de services rendus à cet État, à cette subdivision
politique ou collectivité locale, ne sont imposables que dans cet État.
b) Toutefois, ces salaires, traitements et autres rémunérations similaires ne sont imposables dans l’autre État contractant que si les services sont rendus dans cet autre État et
si la personne physique est un résident dudit État qui remplit une des conditions suivantes :
i) Elle est un ressortissant de cet État; ou
ii) Elle n’est pas devenue un résident de cet État aux seules fins de fournir
lesdits services.
2. a) Toute pension versée par un État contractant, une de ses subdivisions politiques
ou collectivités locales, ou sur des fonds constitués par cet État contractant, cette subdivision politique ou collectivité locale à une personne physique pour services rendus à cet
État ou à cette subdivision ou collectivité sont imposables uniquement dans cet État.
128
Volume 2530, I-45159
b) Toutefois, ladite pension n’est imposable dans l’autre État contractant que si la
personne physique est un résident et un ressortissant de cet autre État.
3. Les dispositions des articles 14, 15, 16 et 17 s’appliquent aux traitements, salaires
et autres rémunérations similaires ainsi qu’aux pensions servies au titre de services rendus dans le cadre d’une activité commerciale ou industrielle exercée par un État contractant, une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales.
Article 19. Étudiants et apprentis
Les paiements reçus par un étudiant ou un apprenti qui est ou qui était, immédiatement avant de se rendre dans un État contractant, un résident de l’autre État contractant,
et qui séjourne dans le premier État aux seules fins d’y poursuivre son éducation ou sa
formation, aux fins de sa subsistance, de son éducation ou de sa formation, ne sont pas
imposables dans ledit État, à condition qu’ils proviennent de sources extérieures audit
État.
Article 20. Enseignants et chercheurs
1. Une personne qui séjourne dans un État contractant, pour une période ne dépassant pas deux ans, uniquement aux fins d’y enseigner ou d’entreprendre des recherches
dans une université, un collège ou autre établissement d’enseignement reconnu dans ledit
État et qui est ou qui était immédiatement avant son séjour un résident de l’autre État
contractant est exonérée dans le premier État mentionné de l’impôt sur les rémunérations
correspondant à cet enseignement ou à ces recherches, sous réserve que lesdites rémunérations proviennent de sources extérieures audit État.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas aux revenus provenant d’une
recherche effectuée non pas dans l’intérêt public mais principalement au profit d’un ou
de plusieurs particuliers.
Article 21. Autres revenus
1. Les éléments du revenu d’un résident d’un État contractant, d’où qu’ils proviennent, qui ne sont pas traités dans les articles précédents de la présente Convention ne sont
imposables que dans cet État.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas aux revenus autres que ceux
provenant de biens immobiliers, tels qu’ils sont définis au paragraphe 2 de l’article 6,
lorsque le bénéficiaire de tels revenus, résident d’un État contractant, exerce une activité
dans l’autre État contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé,
et que le droit ou le bien générateur des revenus s’y rattache effectivement. Les dispositions de l’article 7 sont alors applicables.
129
Volume 2530, I-45159
CHAPITRE IV. MÉTHODES D’ÉLIMINATION DE LA DOUBLE IMPOSITION
Article 22. Élimination de la double imposition
La double imposition est évitée de la manière suivante :
a) En Bulgarie :
i) Lorsqu’un résident de la Bulgarie tire un revenu qui, conformément aux
dispositions de la présente Convention, est imposable en Afrique du Sud,
la Bulgarie, sous réserve des dispositions des alinéas ii) et iii) du présent
paragraphe, exonérera ledit revenu de l’impôt;
ii) Lorsqu’un résident de la Bulgarie tire des dividendes, des intérêts ou des
redevances qui, conformément aux dispositions des articles 10, 11 ou 12 de
la présente Convention, sont imposables en Afrique du Sud, la Bulgarie
déduira de l’impôt sur les dividendes, intérêts ou redevances dudit résident
un montant égal à l’impôt versé en Afrique du Sud. Toutefois, ladite déduction ne devra pas dépasser la partie de l’impôt calculée avant la déduction, qui est imputable auxdits dividendes, intérêts ou redevances provenant de l’Afrique du Sud;
iii) Lorsque conformément à toute disposition de la présente Convention les
revenus reçus par un résident de la Bulgarie sont exonérés de l’impôt en
Bulgarie, la Bulgarie prendra toutefois en considération le revenu exonéré
lors du calcul du montant de l’impôt sur le reste du revenu dudit résident;
b) En Afrique du Sud, sous réserve des dispositions de la législation sud-africaine
pour ce qui est de la déduction de l’impôt exigible en Afrique du Sud de l’impôt exigible
dans tout autre pays que l’Afrique du Sud, l’impôt bulgare versé par des résidents de
l’Afrique du Sud au titre de revenus imposables en Bulgarie, conformément aux dispositions de la présente Convention, est déduit des impôts exigibles en vertu de la législation
fiscale sud-africaine. Ladite déduction ne doit cependant pas dépasser un montant dont le
rapport à l’impôt total sud-africain est égal au rapport du revenu concerné au revenu total.
CHAPITRE V. DISPOSITIONS SPÉCIALES
Article 23. Non-discrimination
1. Les nationaux d’un État contractant ne sont soumis dans l’autre État contractant à
aucune imposition ou obligation y relative qui soit autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourront être assujettis les nationaux de cet autre État, qui se trouvent
dans la même situation, notamment au regard de la résidence. Nonobstant les dispositions
de l’article premier, la présente disposition s’applique aussi aux personnes qui ne sont
pas des résidents d’un État contractant ou des deux États contractants.
2. L’imposition d’un établissement stable, qu’un résident d’un état contractant a dans
l’autre État contractant n’est pas établie dans cet autre État d’une façon moins favorable
130
Volume 2530, I-45159
que l’imposition des résidents de cet autre État qui exercent les mêmes activités. La présente disposition ne peut être interprétée comme obligeant un État contractant à accorder
aux résidents de l’autre État contractant les déductions personnelles, abattements et réductions d’impôt en fonction de la situation ou des charges de famille qu’il accorde à ses
propres résidents.
3. À moins que les dispositions du paragraphe 1 de l’article 9, du paragraphe 7 de
l’article 11 ou du paragraphe 6 de l’article 12 soient applicables, les intérêts, redevances
ou autres dépenses payés par un résident d’un État contractant à un résident de l’autre
État contractant sont déductibles, pour la détermination des bénéfices imposables du
premier résident mentionné, dans les mêmes conditions que s’ils avaient été payés à un
résident de l’État mentionné en premier.
4. Les entreprises qui sont des résidents d’un État contractant, dont le capital est en
totalité ou en partie, directement ou indirectement détenu ou contrôlé par un ou plusieurs
résidents de l’autre État contractant, ne sont soumises dans le premier État à aucune obligation ou imposition y relative qui soient autres ou plus lourdes que celles auxquelles
sont ou pourront être assujetties les autres entreprises similaires qui sont des résidents de
l’État mentionné en premier.
5. Aucune disposition du présent article n’empêchera l’Afrique du Sud d’imposer
sur les bénéfices attribuables à un établissement stable en Afrique du Sud d’une société,
qui est un résident de Bulgarie, un impôt à un taux qui ne dépasse pas le taux de l’impôt
normal sur les sociétés de plus de cinq points de pourcentage.
Article 24. Procédure amiable
1. Lorsqu’une personne estime que les mesures prises par un État contractant ou par
les deux États contractants entraînent ou entraîneront pour elle une imposition non
conforme aux dispositions de la présente Convention, elle peut, indépendamment des recours prévus par le droit interne de ces États, soumettre son cas à l’autorité compétente
de l’État contractant dont elle est un résident ou, si son cas relève du paragraphe 1 de
l’article 23, à celle de l’État contractant dont elle possède la nationalité. Le cas doit être
soumis dans les trois ans qui suivent la première notification de la mesure qui entraîne
une imposition non conforme aux dispositions de la présente Convention.
2. L’autorité compétente s’efforce, si la réclamation lui paraît fondée et si elle n’est
pas elle-même en mesure d’y apporter une solution satisfaisante, de résoudre le cas par
voie d’accord amiable avec l’autorité compétente de l’autre État contractant, en vue
d’éviter une imposition non conforme à la Convention. L’arrangement conclu à l’amiable
est appliqué, quels que soient les délais prévus par le droit interne des États contractants.
3. Les autorités compétentes des États contractants s’efforcent, par voie d’accord
amiable, de résoudre les difficultés ou de dissiper les doutes auxquels peuvent donner
lieu l’interprétation ou l’application de la Convention. Elles se consultent également au
sujet de l’élimination de la double imposition dans les cas non traités dans la présente
Convention.
4. Les autorités compétentes des États contractants communiquent directement entre
elles pour conclure un accord au sens des précédents paragraphes, y compris par
131
Volume 2530, I-45159
l’intermédiaire d’une commission mixte composée d’elles-mêmes ou de leurs représentants.
Article 25. Échange de renseignements
1. Les autorités compétentes des États contractants échangent les renseignements nécessaires pour appliquer les dispositions de la présente Convention ou celles de la législation interne des États contractants relative aux impôts de tous types et descriptions imposés pour le compte des États contractants, dans la mesure où l’imposition prévue par ces
lois n’est pas contraire aux dispositions de la Convention, notamment afin de prévenir la
fraude et l’évasion fiscale à l’égard desdits impôts. L’échange de renseignements n’est
pas restreint par les articles 1 et 2. Les renseignements reçus par l’État contractant sont
tenus secrets de la même manière que les renseignements obtenus en application de la législation interne de cet État et ne sont communiqués qu’aux personnes ou autorités (y
compris les tribunaux et organes administratifs) concernées par l’établissement ou le recouvrement des impôts visés dans la première phrase, par les procédures ou poursuites
concernant ces impôts ou par les décisions sur les recours relatifs à ces impôts. Ces personnes ou autorités n’utilisent ces renseignements qu’à ces fins. Elles peuvent faire état
de ces renseignements au cours d’audiences publiques de tribunaux ou dans des jugements.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ne peuvent en aucun cas être interprétées comme
imposant à un État contractant l’obligation :
a) De prendre des mesures administratives dérogeant à sa législation et à sa pratique
administrative ou à celles de l’autre État contractant;
b) De fournir des renseignements qui ne pourraient être obtenus sur la base de sa législation ou dans le cadre de sa pratique administrative normale ou de celles de l’autre
État contractant;
c) De fournir des renseignements qui révéleraient un secret commercial, industriel,
professionnel ou un procédé commercial, ou des renseignements dont la communication
serait contraire à l’ordre public.
Article 26. Membres des missions diplomatiques et des postes consulaires
Les dispositions de la présente Convention ne portent pas atteinte aux privilèges fiscaux dont bénéficient les membres des missions diplomatiques ou des postes consulaires
en vertu soit des règles générales du droit international, soit des dispositions d’accords
particuliers.
132
Volume 2530, I-45159
CHAPITRE VI. DISPOSITIONS FINALES
Article 27. Entrée en vigueur
1. Chacun des États contractants notifiera à l’autre l’accomplissement des procédures requises par sa législation pour l’entrée en vigueur de la présente Convention. Celleci entrera en vigueur à la date de réception de la dernière de ces notifications.
2. Les dispositions de la présente Convention s’appliquent :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, aux montants versés ou crédités
le 1er janvier ou à une date postérieure suivant celle au cours de laquelle la présente
Convention est entrée en vigueur;
b) En ce qui concerne les autres impôts, aux années d’imposition commençant le
1er janvier ou à une date postérieure suivant celle au cours de laquelle la présente
Convention est entrée en vigueur.
Article 28. Dénonciation
1. La présente Convention demeurera en vigueur sans limitation de durée mais l’un
ou l’autre des États contractants pourra la dénoncer par la voie diplomatique, en notifiant
l’autre par écrit avant le 30 juin inclus de toute année civile à compter de la cinquième
année qui suit la date de son entrée en vigueur.
2. Dans ce cas, les dispositions de la présente Convention cessent d’avoir effet :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, sur les montants payés ou portés au crédit après la fin de l'année civile au cours de laquelle ledit préavis est donné;
b) En ce qui concerne les autres impôts, sur les années d’imposition commençant à
après la fin de l'année civile au cours de laquelle ledit préavis est donné.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés, ont signé la présente
Convention.
FAIT à Sofia, ce 29 avril 2004, en double exemplaire, dans les langues anglaise et
bulgare, les deux textes faisant également foi.
Pour la République sud-africaine :
Pour la République de Bulgarie :
133
Volume 2530, I-45160
No. 45160
____
South Africa
and
Kuwait
Agreement between the Government of the Republic of South Africa and the Government of the State of Kuwait for the avoidance of double taxation and the
prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income. Kuwait, 17 February 2004
Entry into force: 25 April 2006 by notification, in accordance with article 29
Authentic texts: Arabic and English
Registration with the Secretariat of the United Nations: South Africa, 1 August 2008
Afrique du Sud
et
Koweït
Accord entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement
de l'État du Koweït tendant à éviter la double imposition et à prévenir l'évasion
fiscale en matière d'impôts sur le revenu. Koweït, 17 février 2004
Entrée en vigueur : 25 avril 2006 par notification, conformément à l'article 29
Textes authentiques : arabe et anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Afrique du Sud, 1er août
2008
135
Volume 2530, I-45160
136
Volume 2530, I-45160
137
Volume 2530, I-45160
138
Volume 2530, I-45160
139
Volume 2530, I-45160
140
Volume 2530, I-45160
141
Volume 2530, I-45160
142
Volume 2530, I-45160
143
Volume 2530, I-45160
144
Volume 2530, I-45160
145
Volume 2530, I-45160
146
Volume 2530, I-45160
147
Volume 2530, I-45160
148
Volume 2530, I-45160
149
Volume 2530, I-45160
150
Volume 2530, I-45160
151
Volume 2530, I-45160
152
Volume 2530, I-45160
153
Volume 2530, I-45160
154
Volume 2530, I-45160
155
Volume 2530, I-45160
156
Volume 2530, I-45160
[ ARABIC TEXT – TEXTE ARABE ]
157
Volume 2530, I-45160
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
158
Volume 2530, I-45160
159
Volume 2530, I-45160
160
Volume 2530, I-45160
161
Volume 2530, I-45160
162
Volume 2530, I-45160
163
Volume 2530, I-45160
164
Volume 2530, I-45160
165
Volume 2530, I-45160
166
Volume 2530, I-45160
167
Volume 2530, I-45160
168
Volume 2530, I-45160
169
Volume 2530, I-45160
170
Volume 2530, I-45160
171
Volume 2530, I-45160
172
Volume 2530, I-45160
173
Volume 2530, I-45160
174
Volume 2530, I-45160
175
Volume 2530, I-45160
176
Volume 2530, I-45160
177
Volume 2530, I-45160
178
Volume 2530, I-45160
179
Volume 2530, I-45160
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SUDAFRICAINE ET LE GOUVERNEMENT DE L’ÉTAT DU KOWEÏT TENDANT À ÉVITER LA DOUBLE IMPOSITION ET À PRÉVENIR
L’ÉVASION FISCALE EN MATIÈRE D’IMPÔTS SUR LE REVENU
Le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement de l’État du
Koweït;
Désireux de promouvoir leurs relations économiques mutuelles par la conclusion
d’un accord tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu;
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Personnes visées
Le présent Accord s’applique aux personnes qui sont des résidents d’un État contractant ou des deux États contractants.
Article 2. Impôts visés
1. Le présent Accord s’applique aux impôts sur le revenu perçus pour le compte
d’un État contractant ou d’une de ses subdivisions, quel que soit le mode de perception.
2. Sont considérés comme impôts sur le revenu tous les impôts perçus sur le revenu
total ou sur des éléments du revenu, y compris les impôts sur les gains provenant de
l’aliénation de biens mobiliers ou immobiliers et les impôts sur les plus-values.
3. Les impôts actuels auxquels s’applique le présent Accord sont notamment :
a) Dans le cas du Koweït :
1) L’impôt sur le revenu des sociétés;
2) La contribution sur les bénéfices nets payables des sociétés actionnaires koweïtiennes au profit de la Fondation koweïtienne pour l'avancement des
sciences (Kuwait Foundation for Advancement of Science, KFAS);
3) Le Zakat;
(ci-après dénommés « l’impôt koweïtien »);
b) Dans le cas de l’Afrique du Sud :
1) L’impôt normal;
2) L’impôt secondaire sur les sociétés;
3) L’impôt perçu à la source sur les redevances;
(ci-après dénommés « l’impôt sud-africain »).
180
Volume 2530, I-45160
4. Le présent Accord s’applique également à tout impôt de nature identique ou sensiblement analogue qui serait appliqué conformément à la législation d’un État contractant après la date de signature du présent Accord et qui viendrait s’ajouter aux impôts en
vigueur ou les remplacer. Les autorités compétentes des États contractants se communiquent toutes modifications importantes apportées à leurs législations fiscales respectives.
Article 3. Définitions générales
1. Au sens du présent Accord, à moins que le contexte n’exige une interprétation différente :
a) Les expressions « un État contractant » et « l’autre État contractant » s’entendent,
selon le contexte, du Koweït ou de l’Afrique du Sud;
b) Le terme « Koweït » désigne le territoire de l’État du Koweït et comprend toute
zone située au-delà de la mer territoriale qui, conformément au droit international, a été
ou serait ci-après désigné, en vertu de la législation du Koweït, comme une zone sur laquelle le Koweït peut exercer ses droits souverains ou sa compétence;
c) L’expression « Afrique du Sud » s’entend de la République sud-africaine et, au
sens géographique, comprend les eaux territoriales de la République sud-africaine ainsi
que toute zone située en dehors des eaux territoriales, y compris le plateau continental
qui, conformément à la législation sud-africaine et au droit international, a été ou peut
être désignée comme constituant une zone à l’intérieur de laquelle l’Afrique du Sud peut
exercer ses droits souverains ou sa compétence;
d) Le terme « personne » s’entend de toute personne physique ou toute société et
tout autre groupement de personnes qui est traité comme une entité aux fins d’imposition;
e) Le terme « ressortissant » s’entend :
1) De toute personne physique possédant la nationalité d’un État contractant;
2) De toute personne morale, partenariat ou association dont le statut en tant
que tel résulte de la législation en vigueur dans un État contractant;
f) Le terme « société » s’entend de toute personne morale ou toute entité qui est
considérée comme une personne morale aux fins d’imposition;
g) Les expressions « entreprise d’un État contractant » et « entreprise de l’autre État
contractant » s’entendent respectivement d’une entreprise exploitée par un résident d’un
État contractant et d’une entreprise exploitée par un résident de l’autre État contractant;
h) L’expression « trafic international » s’entend de tout transport effectué par un navire ou un aéronef exploité par une entreprise d’un État contractant, sauf lorsque le navire ou l’aéronef est exploité uniquement entre des points situés dans l’autre État contractant;
i) Le terme « impôt » s’entend de l’impôt koweïtien ou de l’impôt sud-africain, selon
le contexte;
j) L’expression « autorité compétente » s’entend :
1) Dans le cas du Koweït, du Ministre des finances ou son représentant autorisé;
181
Volume 2530, I-45160
2) Dans le cas de l’Afrique du Sud, du Commissaire sud-africain du Service du
revenu ou de son représentant autorisé.
2. À moins que le contexte n’appelle une interprétation différente, pour l’application
en tout temps des dispositions du présent Accord par un État contractant, toute expression qui n’y est pas définie a le sens que lui attribue alors la législation de cet État
concernant les impôts auxquels s’applique l’Accord; toute définition en vertu de la législation fiscale applicable dudit État l’emportant sur toute définition de ladite expression
en vertu d’autres lois dudit État.
Article 4. Résident
1. Aux fins du présent Accord, l’expression « résident d’un État contractant »
s’entend :
a) Dans le cas du Koweït, d’une personne physique qui a son domicile au Koweït et
qui est un ressortissant koweïtien et d’une société qui est immatriculée au Koweït;
b) Dans le cas de l’Afrique du Sud, de toute personne qui, en vertu de la législation
de l’Afrique du Sud, est assujettie à l’impôt dans ledit État en raison de son domicile, de
sa résidence, de son siège de direction ou de tout autre critère du même ordre.
L’expression ne comprend cependant pas les personnes assujetties à l’impôt en Afrique
du Sud au seul titre de leurs revenus provenant de sources situées dans ledit État.
2. Aux fins du paragraphe 1, un résident d’un État contractant inclut :
a) Le Gouvernement dudit État contractant et toute subdivision politique ou collectivité locale dudit État;
b) Toute institution gouvernementale créée dans ledit État contractant conformément
au droit national, telle qu’une société, une Banque centrale, un fonds, une autorité, une
fondation, une agence ou une autre entité similaire;
c) Toute entité établie dans ledit État contractant par le Gouvernement dudit État
contractant ou par l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales ou par toute institution gouvernementale définie à l’alinéa b), et les organes similaires d’États tiers.
3. Si, par application des dispositions du paragraphe 1 du présent article, une personne physique se trouve être un résident des deux États contractants, son statut est déterminé conformément aux règles énoncées ci-après :
a) La personne physique est réputée n’être un résident que de l’État contractant où
elle dispose d’un foyer d’habitation permanent; si elle dispose d’un foyer d’habitation
permanent dans les deux États contractants, elle est réputée n’être un résident que de
l’État contractant avec lequel elle a les liens personnels et économiques les plus étroits
(centre des intérêts vitaux);
b) Si l’on ne peut déterminer, par application des dispositions de l’alinéa a), de quel
État contractant la personne physique est réputée être résidente, la personne est réputée
être un résident de l’État contractant où elle séjourne habituellement;
c) Si la personne séjourne habituellement dans les deux États contractants ou si elle
ne séjourne habituellement dans aucun des deux, elle est réputée n’être un résident que
de l’État contractant dont elle est un ressortissant;
182
Volume 2530, I-45160
d) Si le statut de la personne ne peut être déterminé en vertu des dispositions des alinéas a) à c), les autorités compétentes des États contractants règlent la question d’un
commun accord.
4. Si, par application des dispositions du paragraphe 1 du présent article, une personne autre qu’une personne physique est un résident des deux États contractants, elle est
réputée être un résident de l’État contractant où son siège de direction effective est situé.
Article 5. Établissement stable
1. Au sens du présent Accord, l’expression « établissement stable » désigne une installation fixe d’affaires par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout ou partie
de son activité.
2. L’expression « établissement stable » comprend notamment :
a) Un siège de direction;
b) Une succursale;
c) Un bureau;
d) Une usine;
e) Un atelier;
f) Une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu lié à la
prospection ou l’exploitation de ressources naturelles.
3. Un chantier, un projet de construction ou de montage ou des activités de surveillance s’y exerçant, entrepris dans un État contractant, constitue un établissement stable,
mais uniquement lorsque ledit chantier, projet ou activité se poursuit pendant une période
supérieure à six mois.
4. La fourniture de services, y compris les services de consultants ou
d’administration, par une entreprise d’un État contractant, agissant par l’intermédiaire de
salariés ou d’autre personnel engagés par l’entreprise à cette fin, dans l’autre État
contractant, constitue un établissement stable uniquement si des activités de cette nature
se poursuivent pendant une ou plusieurs périodes représentant un total de plus de six
mois dans la limite d’une période quelconque de 12 mois débutant ou se terminant au
cours de l’année fiscale considérée.
5. Une entreprise d’un État contractant est réputée avoir un établissement stable dans
l’autre État contractant si un important matériel ou équipement technique, mécanique ou
scientifique est utilisé pendant plus de six mois dans les limites de toute période de 12
mois débutant ou se terminant au cours de l’année fiscale considérée ou est installé dans
cet autre État contractant par ou pour l’entreprise ou en vertu d’un contrat passé avec elle.
6. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, l’expression « établissement stable » est réputée ne pas couvrir :
a) L’usage d’installations aux seules fins de stockage, d’exposition ou de livraison
de produits ou marchandises appartenant à l’entreprise;
b) L’entreposage de produits ou marchandises appartenant à l’entreprise aux seules
fins de stockage, d’exposition ou de livraison;
183
Volume 2530, I-45160
c) L’entreposage de produits ou marchandises appartenant à l’entreprise aux seules
fins de transformation par une autre entreprise;
d) Le maintien d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’acheter des produits ou marchandises ou de recueillir des renseignements pour l’entreprise;
e) Le maintien d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’exercer, pour
l’entreprise, d’autres activités de caractère préparatoire ou auxiliaire;
f) Le maintien d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’exercer, selon quelque combinaison que ce soit, des activités visées aux alinéas a) à e), à condition que
l’activité cumulée de l’installation fixe d’affaires ait un caractère préparatoire ou auxiliaire.
7. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2, lorsqu’une personne—autre
qu’un agent jouissant d’un statut indépendant auquel s’applique le paragraphe 8—agit
dans un État contractant au nom d’une entreprise de l’autre État contractant, ladite entreprise est considérée comme ayant un établissement stable dans le premier État contractant
pour toutes activités que cette personne exerce pour l’entreprise, si cette personne a, et
exerce habituellement dans le premier État contractant, le pouvoir de négocier et de
conclure des contrats au nom de ladite entreprise, à moins que les activités de cette personne ne soient limitées à celles qui sont énumérées au paragraphe 6 et qui, exercées
dans une installation fixe d’affaires, ne feraient pas de celle-ci un établissement stable au
sens dudit paragraphe.
8. Une entreprise d’un État contractant n’est pas réputée avoir un établissement stable dans l’autre État contractant du seul fait qu’elle y exerce son activité par l’entremise
d’un courtier, d’un commissionnaire général ou de tout autre intermédiaire jouissant d’un
statut indépendant, si ces personnes agissent dans le cadre ordinaire de leur activité.
9. Le fait qu’une société qui est un résident d’un État contractant contrôle ou est
contrôlée par une société qui est un résident de l’autre État contractant ou qui y exerce
son activité (que ce soit par l’intermédiaire d’un établissement stable ou non) ne suffit
pas, en lui-même, à faire de l’une ou l’autre de ces sociétés un établissement stable de
l’autre.
Article 6. Revenus immobiliers
1. Les revenus qu’un résident d’un État contractant tire de biens immobiliers (y
compris les revenus des exploitations agricoles ou forestières) situés dans l’autre État
contractant, sont imposables dans cet autre État contractant.
2. L’expression « biens immobiliers » a le sens que lui attribue le droit de l’État
contractant où les biens considérés sont situés. L’expression comprend en tout cas les accessoires, le cheptel mort ou vif des exploitations agricoles et forestières, les droits auxquels s’appliquent les dispositions du droit privé concernant la propriété foncière,
l’usufruit des biens immobiliers et les droits à des paiements variables ou fixes pour
l’exploitation ou la concession de l’exploitation de gisements minéraux, sources et autres
ressources naturelles. Les navires et aéronefs ne sont pas considérés comme des biens
immobiliers.
184
Volume 2530, I-45160
3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aux revenus provenant de
l’exploitation directe, de la location ou de l’affermage, ainsi que de toute autre forme
d’exploitation des biens immobiliers.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 3 s’appliquent également aux revenus provenant des biens immobiliers d’une entreprise ainsi qu’aux revenus des biens immobiliers servant à l’exercice d’une profession indépendante.
Article 7. Bénéfices des entreprises
1. Les bénéfices d’une entreprise d’un État contractant ne sont imposables que dans
cet État contractant, à moins que l’entreprise n’exerce son activité dans l’autre État
contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable situé dans ledit autre État
contractant. Si l’entreprise exerce ou a exercé son activité d’une telle façon, les bénéfices
de l’entreprise sont imposables dans l’autre État contractant mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables à cet établissement stable.
2. Sous réserve des dispositions du paragraphe 3, lorsqu’une entreprise d’un État
contractant exerce son activité dans l’autre État contractant par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, il est imputé, dans chaque État contractant, à cet établissement stable les bénéfices qu’il aurait pu réaliser s’il avait constitué une entreprise distincte exerçant des activités identiques ou analogues dans des conditions identiques ou
analogues et traitant en toute indépendance avec l’entreprise dont il constitue un établissement stable.
3. Pour déterminer les bénéfices d’un établissement stable, sont admises en déduction des dépenses exposées aux fins poursuivies par cet établissement stable, y compris
les dépenses de direction et les frais généraux d’administration ainsi exposés, soit dans
l’État où est situé cet établissement stable, soit ailleurs, en tenant compte de toute loi ou
réglementation en vigueur dans l’État contractant concerné. Toutefois, aucune déduction
n’est admise pour les sommes qui seraient, le cas échéant, versées (à d’autres titres que le
remboursement de frais encourus) par l’établissement stable au siège central de
l’entreprise ou à l’un quelconque de ses bureaux, comme redevance, honoraire ou autre
paiement similaire, pour l’usage de brevets ou d’autres droits, ou comme commission,
pour des services précis rendus ou pour une activité de direction ou, sauf dans le cas
d’une entreprise bancaire, comme intérêt sur des sommes prêtées à l’établissement stable.
De même, il n’est pas tenu compte, dans le calcul des bénéfices d’un établissement stable, des sommes (autres que le remboursement des frais encourus) portées par
l’établissement stable au débit du siège central de l’entreprise ou de l’un quelconque de
ses autres bureaux comme redevance, honoraire, ou autre dépense similaire, pour l’usage
de brevets ou d’autres droits, ou comme commission pour des services précis rendus ou
pour une activité de direction ou, sauf dans le cas d’une entreprise bancaire, comme intérêt sur des sommes prêtées au siège central de l’entreprise ou à l’un quelconque de ses
autres bureaux.
4. S’il est d’usage dans un État contractant, de déterminer les bénéfices imputables à
un établissement stable sur la base d’une répartition des bénéfices totaux de l’entreprise
entre ses diverses parties, aucune disposition du paragraphe 2 n’empêche cet État
contractant de déterminer les bénéfices imposables selon la répartition en usage; la mé185
Volume 2530, I-45160
thode de répartition adoptée doit, cependant, être telle que le résultat obtenu soit conforme aux principes contenus dans le présent article.
5. Aucun bénéfice n’est imputé à un établissement stable du seul fait qu’il a acheté
des marchandises pour l’entreprise.
6. Aucune disposition du présent article n’affecte l’application de toute loi ou réglementation d’un État contractant concernant la détermination de la dette fiscale d’une personne, y compris lorsque les renseignements dont dispose l’autorité compétente de cet
État contractant sont insuffisants pour déterminer les bénéfices attribuables à un établissement stable, pour autant que cette loi ou réglementation soit appliquée en tenant compte des renseignements disponibles et, dans la mesure du possible, conformément aux
principes du présent article.
7. Aux fins des paragraphes précédents, les bénéfices à imputer à l’établissement
stable sont déterminés chaque année selon la même méthode, à moins qu’il n’existe des
motifs valables et suffisants de procéder autrement.
8. Lorsque les bénéfices comprennent des éléments de revenu ou des gains traités
séparément dans d’autres articles du présent Accord, les dispositions de ces articles ne
sont pas affectées par les dispositions du présent article.
Article 8. Navigation maritime et aérienne
1. Les bénéfices d’une entreprise d’un État contractant provenant de l’exploitation,
en trafic international, de navires ou d’aéronefs ne sont imposables que dans cet État
contractant.
2. Au sens du présent article, les bénéfices provenant de l’exploitation, en trafic international, de navires ou d’aéronefs comprennent notamment les bénéfices provenant de
la location coque nue de navires ou d’aéronefs exploités en trafic international, si ces bénéfices sont accessoires par rapport aux bénéfices auxquels les dispositions du paragraphe 1 sont applicables.
3. Les bénéfices d’une entreprise d’un État contractant provenant de l’usage ou de la
location de conteneurs (y compris les remorques, péniches et équipement y afférent pour
le transport des conteneurs) utilisés pour le transport en trafic international de produits ou
de marchandises ne sont imposables que dans cet État contractant.
4. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aussi aux bénéfices provenant de la
participation à un pool, une exploitation en commun ou un organisme international
d’exploitation.
Article 9. Entreprises associées
1. Lorsque :
a) Une entreprise d’un État contractant participe directement ou indirectement à la
direction, au contrôle ou au capital d’une entreprise de l’autre État contractant;
b) Les mêmes personnes participent directement ou indirectement à la direction, au
contrôle ou au capital d’une entreprise d’un État contractant et d’une entreprise de l’autre
État contractant,
186
Volume 2530, I-45160
et que, dans l’un ou l’autre cas, les deux entreprises sont, dans leurs relations commerciales ou financières, liées par des conditions convenues ou imposées qui diffèrent de celles
qui seraient convenues entre des entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces
conditions, auraient été réalisés par l’une des entreprises mais n’ont pu l’être en fait à
cause de ces conditions, peuvent être inclus dans les bénéfices de cette entreprise et imposés en conséquence.
2. Lorsqu’un État contractant inclut dans les bénéfices d’une de ses entreprises, et
impose en conséquence, des bénéfices sur lesquels une entreprise de l’autre État contractant a déjà été imposée dans cet autre État contractant, et que les bénéfices ainsi inclus
sont des bénéfices qui auraient été réalisés par l’entreprise du premier État contractant si
les conditions convenues entre les deux entreprises avaient été celles qui l’auraient été
entre des entreprises indépendantes, l’autre État contractant procédera à un ajustement
approprié du montant des bénéfices soumis à l’impôt. Pour déterminer cet ajustement, il
sera dûment tenu compte des autres dispositions du présent Accord et, si cela est nécessaire, les autorités compétentes des deux États contractants se consulteront.
Article 10. Dividendes
1. Les dividendes payés par une société qui est un résident d’un État contractant à un
résident de l’autre État contractant qui est le bénéficiaire effectif de ces dividendes ne
sont imposables que dans cet autre État contractant.
Les dispositions du présent paragraphe n’affectent pas l’imposition de la société au
titre des bénéfices qui servent au paiement des dividendes.
2. Le terme « dividendes » employé dans le présent article désigne les revenus provenant d’actions, d’actions de jouissance ou de bons de jouissance, de parts de mine, de
parts de fondateur ou d’autres parts bénéficiaires participant aux bénéfices, à l’exception
des créances, ainsi que les revenus d’autres droits de société soumis au même régime fiscal que les revenus d’actions par la législation fiscale de l’État contractant dont la société
distributrice est un résident.
3. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des dividendes, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant
dont la société qui paie les dividendes est un résident, soit une activité industrielle ou
commerciale par l’intermédiaire d’un établissement stable qui est situé dans cet autre État
contractant, soit une profession indépendante au moyen d’une base fixe qui est située
dans cet autre État contractant, et que la participation génératrice des dividendes s’y rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 ou de l’article 14, suivant
les cas, sont applicables.
4. Lorsqu’une société qui est un résident d’un État contractant tire des bénéfices ou
des revenus de l’autre État contractant, cet autre État contractant ne peut percevoir aucun
impôt sur les dividendes payés par la société, sauf dans la mesure où ces dividendes sont
payés à un résident de cet autre État contractant ou dans la mesure où la participation génératrice des dividendes se rattache effectivement à un établissement stable ou à une base
fixe situés dans cet autre État contractant, ni prélever aucun impôt, au titre de
l’imposition des bénéfices non distribués, sur les bénéfices non distribués de la société,
187
Volume 2530, I-45160
même si les dividendes payés ou les bénéfices non distribués consistent en tout ou en
partie en bénéfices ou revenus provenant de cet autre État contractant.
Article 11. Intérêts
1. Les intérêts provenant d’un État contractant et payés à un résident de l’autre État
contractant qui est le bénéficiaire effectif de ces intérêts ne sont imposables que dans cet
autre État contractant.
2. Aux fins du présent article, le terme « intérêts » désigne les revenus des créances
de toute nature, assorties ou non de garanties hypothécaires ou d’une clause de participation aux bénéfices du débiteur, et notamment les revenus des fonds publics et des obligations d’emprunts, y compris les primes et lots attachés à ces titres, ainsi que tous revenus
soumis au même régime fiscal que les revenus de fonds prêtés par la législation fiscale de
l’État contractant d’où proviennent les revenus. Les intérêts de pénalisation en raison
d’un paiement tardif ne sont pas considérés comme des intérêts aux fins du présent article.
3. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des intérêts, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant d’où
proviennent les intérêts soit une activité industrielle ou commerciale par l’intermédiaire
d’un établissement stable qui est situé dans cet autre État contractant, soit une profession
indépendante au moyen d’une base fixe qui est située dans cet autre État contractant, et
que la créance génératrice des intérêts se rattache effectivement à l’établissement stable
ou à la base fixe en question. Dans ces cas, les dispositions de l’article 7 ou de l’article
14, suivant le cas, sont applicables.
4. Les intérêts sont considérés comme provenant d’un État contractant lorsque le débiteur est un résident de cet État contractant. Toutefois, lorsque le débiteur des intérêts,
qu’il soit ou non un résident d’un État contractant, a dans un État contractant un établissement stable, ou une base fixe, pour lesquels la dette donnant lieu au paiement des intérêts a été contractée et qui supporte la charge de ces intérêts, ceux-ci sont considérés
comme provenant de l’État contractant où l’établissement stable, ou la base fixe, est situé.
5. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif des intérêts ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le
montant des intérêts, compte tenu de la créance pour laquelle ils sont payés, excède celui
dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce
cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque
État contractant et compte tenu des autres dispositions du présent Accord.
Article 12. Redevances
1. Les redevances provenant d’un État contractant et payées à un résident de l’autre
État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois, ces redevances sont aussi imposables dans l’État contractant d’où elles
proviennent et selon la législation de cet État contractant; mais si la personne qui reçoit
188
Volume 2530, I-45160
les redevances en est le bénéficiaire effectif, l’impôt ainsi établi ne peut excéder dix pour
cent du montant brut de ces redevances.
3. Le terme « redevances » employé dans le présent article désigne les rémunérations
de toute nature payées pour l’usage ou la concession de l’usage d’un droit d’auteur sur
une œuvre littéraire, artistique ou scientifique, y compris les films cinématographiques et
les œuvres enregistrées sur films, bandes ou autres moyens de reproduction destinés à la
télédiffusion ou à la radiodiffusion, d’un brevet, d’une marque de fabrique ou de commerce, d’un dessin ou d’un modèle, d’un plan, d’une formule ou d’un procédé secret, ou
pour des informations concernant une expérience industrielle, commerciale ou scientifique.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des redevances, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant d’où proviennent les redevances, soit une activité industrielle ou commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui est situé dans cet autre État contractant, soit
une profession indépendante au moyen d’une base fixe qui est située dans cet autre État
contractant, et que le droit ou le bien générateur des redevances se rattache effectivement
à l’établissement stable ou à la base fixe en question. Dans ce cas, les dispositions de
l’article 7 ou de l’article 14, suivant le cas, sont applicables.
5. Les redevances sont considérées comme provenant d’un État contractant lorsque
le débiteur est un résident de cet État. Toutefois, lorsque le débiteur des redevances, qu’il
soit ou non un résident d’un État contractant, a dans un État contractant un établissement
stable, ou une base fixe, pour lesquels l’engagement donnant lieu aux redevances a été
contracté et qui supportent la charge de ces redevances, celles-ci sont considérées comme
provenant de l’État contractant où l’établissement stable ou la base fixe sont situés.
6. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des
redevances, compte tenu de la prestation pour laquelle elles sont payées, excède celui
dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce
cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque
État contractant et compte tenu des autres dispositions du présent Accord.
Article 13. Gains en capital
1. Les gains qu’un résident d’un État contractant tire de l’aliénation de biens immobiliers visés à l’article 6 et situés dans l’autre État contractant sont imposables dans cet
autre État contractant.
2. Les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers qui font partie de l’actif
d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant a dans l’autre État
contractant, ou de biens mobiliers qui appartiennent à une base fixe dont un résident d’un
État contractant dispose dans l’autre État contractant pour l’exercice d’une profession indépendante, y compris de tels gains provenant de l’aliénation de cet établissement stable
(seul ou avec l’ensemble de l’entreprise) ou de cette base fixe, sont imposables dans cet
autre État contractant.
189
Volume 2530, I-45160
3. Les gains tirés par une entreprise d’un État contractant de l’aliénation de navires
ou d’aéronefs exploités en trafic international ou de biens mobiliers affectés à
l’exploitation de ces navires ou aéronefs ne sont imposables que dans cet État contractant.
4. Les gains provenant de l’aliénation de tous biens autres que ceux visés aux paragraphes 1, 2 et 3 ne sont imposables que dans l’État contractant dont le cédant est un résident.
Article 14. Professions indépendantes
1. Les revenus qu’un individu qui est un résident d’un État contractant tire d’une
profession libérale ou d’autres activités de caractère indépendant ne sont imposables que
dans cet État contractant, à moins que ledit individu ne dispose d’une base fixe habituelle
dans l’autre État contractant pour l’exercice de ses activités. En pareil cas, seule la fraction des revenus qui est imputable à ladite base fixe est imposable dans l’autre État
contractant. Aux fins du présent Accord, lorsqu’un individu qui est un résident d’un État
contractant séjourne dans l’autre État contractant pendant une période ou des périodes
supérieures à 183 jours au cours d’une période de 12 mois commençant ou se terminant
au cours de l’année fiscale considérée, il sera réputé disposer d’une base fixe de façon
habituelle dans cet autre État contractant et les revenus tirés des activités qu’il exerce
dans cet autre État contractant seront imputables à cette base fixe.
2. L’expression « profession libérale » comprend tout particulièrement les activités
indépendantes d’ordre scientifique, littéraire, artistique, éducatif ou pédagogique, ainsi
que les activités indépendantes des médecins, avocats, ingénieurs, architectes, dentistes et
comptables.
Article 15. Professions dépendantes
1. Sous réserve des dispositions des articles 16, 18, 19, 20 et 21, les salaires, traitements et autres rémunérations similaires qu’un résident d’un État contractant reçoit au titre d’un emploi salarié ne sont imposables que dans cet État contractant, à moins que
l’emploi ne soit exercé dans l’autre État contractant. Si l’emploi y est exercé, les rémunérations reçues à ce titre sont imposables dans cet autre État contractant.
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, les rémunérations qu’un résident
d’un État contractant reçoit au titre d’un emploi salarié exercé dans l’autre État contractant ne sont imposables que dans le premier État contractant si toutes les conditions suivantes sont remplies :
a) Le bénéficiaire séjourne dans l’autre État pendant une période ou des périodes
n’excédant pas au total 183 jours au cours d’une période de 12 mois commençant ou se
terminant au cours de l’année fiscale considérée;
b) Les rémunérations sont payées par un employeur ou pour le compte d’un employeur qui n’est pas un résident de l’autre État contractant;
c) La charge des rémunérations n’est pas supportée par un établissement stable ou
une base fixe que l’employeur a dans l’autre État contractant.
190
Volume 2530, I-45160
3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, les rémunérations reçues au titre d’un emploi salarié exercé à bord d’un navire ou d’un aéronef exploité en
trafic international par une entreprise d’un État contractant ne sont imposables que dans
cet État contractant.
4. Une personne qui est à la fois un ressortissant d’un État contractant et salariée
d’une entreprise dudit État contractant dont l’activité principale consiste à exploiter un
aéronef en trafic international et qui obtient une rémunération en contrepartie d’activités
exécutées dans l’autre État contractant n’est imposable que dans le premier État contractant eu égard à la rémunération obtenue au titre de son emploi dans cette entreprise.
Article 16. Tantièmes
Les tantièmes et autres rétributions similaires qu’un résident d’un État contractant
reçoit en sa qualité de membre du conseil d’administration ou d’un autre organe similaire
d’une société qui est un résident de l’autre État contractant ne sont imposables que dans
le premier État contractant.
Article 17. Artistes et sportifs
1. Nonobstant les dispositions des articles 7, 14 et 15, les revenus qu’un résident
d’un État contractant tire de ses activités personnelles exercées dans l’autre État contractant en tant qu’artiste du spectacle, tel qu’un artiste de théâtre, de cinéma, de la radio ou
de la télévision, ou qu’un musicien, ou en tant que sportif, sont imposables dans cet autre
État contractant.
2. Lorsque les revenus d’activités qu’un artiste du spectacle ou qu’un sportif exerce
personnellement et en cette qualité sont attribués non pas à l’artiste ou au sportif luimême mais à une autre personne, ces revenus sont imposables, nonobstant les dispositions des articles 7, 14 et 15, dans l’État contractant où les activités de l’artiste ou du
sportif sont exercées.
3. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas aux revenus tirés par
des artistes ou des sportifs qui sont des résidents d’un État contractant au titre d’activités
personnelles exercées dans l’autre État contractant si leur visite dans cet autre État
contractant est financée partiellement ou entièrement au moyen de fonds publics provenant du premier État contractant, d’une de ses subdivisions politiques ou de ses collectivités locales ou d’un de ses organismes publics, ni aux revenus tirés par une organisation
sans but lucratif au titre de telles activités, sous réserve qu’aucun élément desdits revenus
ne soit dû à un propriétaire, fondateur ou membre ou ne soit mis autrement à la disposition de ceux-ci.
Article 18. Pensions et rentes
1. Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l’article 19, les pensions, autres
rémunérations similaires et rentes provenant d’un État contractant et versées à un résident
de l’autre État contractant sont imposables dans le premier État contractant.
191
Volume 2530, I-45160
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, les pensions et autres paiements effectués en exécution d’un régime de sécurité sociale d’un État contractant ne sont imposables que dans cet État contractant.
3. Au sens du présent article :
a) L’expression « pensions et autres rémunérations similaires » désigne des paiements périodiques effectués après la mise à la retraite au titre d’un emploi antérieur ou en
compensation de dommages subis dans le cadre d’un emploi antérieur;
b) Le terme « rentes » désigne une somme prédéterminée payable périodiquement à
échéances fixes, à la vie durant ou pendant un laps de temps déterminé ou déterminable,
en exécution d’un engagement d’effectuer les paiements en échange d’une pleine et adéquate contre-valeur en argent ou en son équivalent.
Article 19. Fonctions publiques
1. a) Les salaires, traitements et autres rémunérations similaires, autres que les pensions, payés par un État contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales à une personne physique, au titre de services rendus à cet État contractant ou à
cette subdivision ou collectivité, ne sont imposables que dans cet État contractant.
b) Toutefois, ces salaires, traitements et autres rémunérations similaires ne sont imposables que dans l’autre État contractant si les services sont rendus dans cet État
contractant et si la personne physique est un résident de cet État contractant et a rempli
l’une des conditions suivantes :
1) Possède la nationalité de cet État contractant;
2) N’est pas devenu un résident de cet État contractant à seule fin de rendre les services.
2. a) Les pensions payées par un État contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales, soit directement soit par prélèvement sur des fonds qu’ils
ont constitués, à une personne physique, au titre de services rendus à cet État contractant
ou à cette subdivision ou collectivité, ne sont imposables que dans cet État contractant.
b) Toutefois, ces pensions ne sont imposables que dans l’autre État contractant si la
personne physique est un résident de cet État contractant et en possède la nationalité.
3. Les dispositions des articles 15, 16, 17 et 18 s’appliquent aux salaires, traitements
et autres rémunérations similaires ainsi qu’aux pensions payées au titre de services rendus dans le cadre d’une activité industrielle ou commerciale exercée par un État contractant ou l’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales.
Article 20. Enseignants et chercheurs
1. Une personne physique qui est ou qui était immédiatement avant de se rendre dans
un État contractant un résident de l’autre État contractant et qui, à l’invitation du Gouvernement du premier État contractant ou d’une université, d’un collège, d’un établissement d’enseignement, d’un musée ou d’une autre institution culturelle de ce premier État
contractant, ou dans le cadre d’un programme officiel d’échanges culturels, est présente
dans cet État contractant pour une période n’excédant pas deux années consécutives aux
192
Volume 2530, I-45160
seules fins d’enseigner, de donner des conférences ou de faire des recherches dans une
telle institution ou dans le cadre d’un tel programme, est exonérée d’impôt dans ce premier État sur ses rémunérations au titre de cette activité, à condition que ces rémunérations proviennent de sources extérieures à ce premier État contractant.
2. Les dispositions du présent article ne s’appliquent pas aux revenus reçus au titre
de travaux de recherche entrepris uniquement au profit personnel d’une ou de plusieurs
personnes déterminées.
Article 21. Étudiants et stagiaires
1. Un étudiant ou un stagiaire qui séjourne dans un État contractant uniquement aux
fins de son éducation ou de sa formation et qui est, ou qui était immédiatement avant de
se rendre dans ledit État contractant, un résident de l’autre État contractant, n’est pas imposable dans le premier État contractant s’agissant des paiements reçus de l’étranger aux
fins de son entretien, de son éducation ou de sa formation.
2. En ce qui concerne les subventions, bourses et rémunérations d’un emploi non
couvertes par le paragraphe 1, un étudiant ou un stagiaire décrit au paragraphe 1 aura
droit en outre pendant cette éducation ou cette formation aux mêmes exemptions, abattements ou réductions sur les impôts que ceux auxquels ont droit les résidents de l’État
contractant où l’étudiant ou le stagiaire séjourne.
Article 22. Autres revenus
1. Les éléments du revenu d’un résident d’un État contractant, d’où qu’ils proviennent, qui ne sont pas traités dans les articles précédents du présent Accord ne sont imposables que dans cet État contractant.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ne s’appliquent pas aux revenus, autres que les
revenus provenant de biens immobiliers tels qu’ils sont définis au paragraphe 2 de
l’article 6, lorsque le bénéficiaire de tels revenus, résident d’un État contractant, exerce
dans l’autre État contractant, soit une activité industrielle ou commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, soit une profession indépendante
au moyen d’une base fixe qui y est située, et que le droit ou le bien générateur des revenus s’y rattache effectivement. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 ou de l’article
14, suivant les cas, sont applicables.
Article 23. Élimination de la double imposition
Il est convenu d’éviter la double imposition conformément aux dispositions suivantes :
a) Dans le cas du Koweït :
Lorsqu’un résident du Koweït tire des revenus qui, conformément aux dispositions
du présent Accord, sont imposables en Afrique du Sud, le Koweït admet en déduction de
l’impôt koweïtien de ce résident un montant égal à l’impôt payé en Afrique du Sud. Cette
193
Volume 2530, I-45160
déduction ne doit cependant pas excéder la fraction de l’impôt koweïtien, calculé avant
déduction, correspondant aux revenus imposables en Afrique du Sud.
b) Dans le cas de l’Afrique du Sud :
Sous réserve des dispositions de la législation de l’Afrique du Sud pour ce qui est de
la déduction de l’impôt exigible en Afrique du Sud de l’impôt exigible dans tout pays autre que l’Afrique du Sud, l’impôt koweïtien versé par des résidents de l’Afrique du Sud
au titre du revenu imposable au Koweït, conformément aux dispositions du présent Accord, est déduit des impôts exigibles conformément à la législation fiscale sud-africaine.
Ladite déduction ne doit cependant pas dépasser un montant dont le rapport à l’impôt total sud-africain est égal au rapport du revenu concerné au revenu total.
Article 24. Non-discrimination
1. Les personnes physiques possédant la nationalité d’un État contractant ne sont
soumises dans l’autre État contractant à aucune imposition ni obligation y relative, qui
soit autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourraient être soumises les personnes physiques possédant la nationalité de cet autre État contractant qui se trouvent
dans la même situation, notamment en matière de résidence. La présente disposition
s’applique aussi, nonobstant les dispositions de l’article premier, aux personnes physiques qui ne sont pas des résidents d’un État contractant ou des deux États contractants.
2. L’imposition d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant
maintient dans l’autre État contractant n’est pas établie dans cet autre État contractant
d’une façon moins favorable que l’imposition des entreprises d’états tiers qui exercent la
même activité dans les mêmes circonstances. La présente disposition ne peut être interprétée comme obligeant l’un ou l’autre des États contractants à accorder à des résidents
de l’autre État contractant les déductions personnelles, abattements ou réductions d’impôt
qu'il accorde à titre personnel à ses résidents du fait de leur situation matrimoniale ou de
leurs responsabilités familiales.
3. Les entreprises d’un État contractant, dont le capital est en totalité ou en partie, directement ou indirectement, détenu ou contrôlé par un ou plusieurs résidents de l’autre
État contractant, ne sont soumises dans le premier État contractant à aucune imposition
ou obligation y relative, qui est autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourraient être soumises d’autres entreprises similaires dont le capital est en totalité ou en
partie, directement ou indirectement, détenu ou contrôlé par un ou plusieurs résidents de
l’un quelconque État tiers.
4. À moins que les dispositions du paragraphe 1 de l’article 9, du paragraphe 5 de
l’article 11 et du paragraphe 6 de l’article 12 ne soient applicables, les intérêts, redevances et autres sommes versés par une entreprise d’un État contractant à un résident de
l’autre État contractant sont déductibles, aux fins de déterminer les bénéfices imposables
de cette entreprise, dans les mêmes conditions que s’ils avaient été versés à un résident
du premier État contractant.
5. Aucune disposition du présent article ne saurait être interprétée comme imposant à
un État contractant l’obligation légale d’étendre aux résidents de l’autre État contractant
le bénéfice de tout traitement, préférence ou privilège qu’il peut accorder à tout État tiers
ou à ses résidents en vertu d’une union douanière, d’une union économique, d’une zone
194
Volume 2530, I-45160
de libre-échange ou de tout accord régional ou sous-régional ayant trait entièrement ou
principalement à l’imposition ou aux mouvements de capitaux auquel le premier État
contractant peut être partie.
6. Aucune disposition du présent article n’empêchera l’Afrique du Sud d’imposer
sur les bénéfices attribuables à un établissement stable en Afrique du Sud d’une société,
qui est un résident du Koweït, un impôt à un taux qui ne dépasse pas le taux de l’impôt
normal sur les sociétés de plus de cinq points de pourcentage.
7. Dans le présent article, le terme « imposition » s’entend des impôts qui font
l’objet du présent Accord.
Article 25. Procédure amiable
1. Lorsqu’une personne estime que les mesures prises par un État contractant ou par
les deux États contractants entraînent ou entraîneront pour elle une imposition non
conforme aux dispositions du présent Accord, elle peut, indépendamment des recours
prévus par le droit interne de ces États contractants, soumettre son cas à l’autorité compétente de l’État contractant dont elle est un résident ou, si son cas relève du paragraphe 1
de l’article 24, à celle de l’État contractant dont elle possède la nationalité. Le cas doit
être soumis dans un délai de trois ans à partir de la première notification des mesures qui
entraînent une imposition non conforme aux dispositions de l’Accord.
2. L’autorité compétente s’efforce, si la réclamation lui paraît fondée et si elle n’est
pas elle-même en mesure d’y apporter une solution satisfaisante, de résoudre le cas par
voie d’accord amiable avec l’autorité compétente de l’autre État contractant, en vue
d’éviter une imposition non conforme au présent Accord. Tout accord obtenu est appliqué quels que soient les délais prévus par le droit interne des États contractants.
3. Les autorités compétentes des États contractants s’efforcent, par voie d’accord
amiable, de résoudre les difficultés ou de dissiper les doutes auxquels peuvent donner
lieu l’interprétation ou l’application de l’Accord. Elles peuvent aussi se concerter en vue
d’éliminer la double imposition dans les cas non prévus par l’Accord.
4. Les autorités compétentes des États contractants peuvent communiquer directement entre elles en vue de parvenir à un accord comme il est indiqué aux paragraphes
précédents.
Article 26. Échanges de renseignements
1. Les autorités compétentes des États contractants échangent les renseignements nécessaires pour appliquer les dispositions du présent Accord ou celles de la législation interne relative aux impôts de toute nature et dénomination imposés par les États contractants ou leurs subdivisions politiques, dans la mesure où l’imposition qu’elle prévoit
n’est pas contraire à l’Accord. Les informations reçues par un État contractant sont tenues secrètes de la même manière que les renseignements obtenus en application de la
législation interne de cet État contractant, et ne sont communiquées qu’aux personnes ou
autorités (y compris les tribunaux et organes administratifs) concernés par
l’établissement ou le recouvrement des impôts visés dans la première phrase, par les procédures ou poursuites concernant ces impôts, ou par les décisions sur les recours relatifs
195
Volume 2530, I-45160
à ces impôts. Ces personnes ou autorités n’utilisent ces renseignements qu’à ces fins,
mais peuvent faire état de ces renseignements au cours d’audiences publiques de tribunaux ou dans des jugements.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ne peuvent en aucun cas être interprétées comme
imposant à un État contractant l’obligation de :
a) Prendre des mesures administratives dérogeant à sa législation et à sa pratique
administrative ou à celles de l’autre État contractant;
b) Fournir des renseignements qui ne pourraient être obtenus sur la base de sa décision ou dans le cadre de sa pratique administrative normale ou de celles de l’autre État
contractant;
c) Fournir des renseignements qui révéleraient un secret commercial, industriel, professionnel ou un procédé commercial ou des renseignements dont la communication serait contraire à l’ordre public.
Article 27. Dispositions accessoires
1. Les dispositions du présent Accord ne peuvent être interprétées comme constituant un obstacle de quelque nature que ce soit à l’octroi, maintenant ou dans l’avenir,
d’une exclusion, exonération, déduction, ou de tout autre abattement :
a) En vertu de la législation fiscale d’un État contractant relative au calcul de l’impôt
établi par cet État;
b) En vertu de tout arrangement spécial relatif à la fiscalité entre les États contractants ou entre l’un des États contractants et les résidents de l’autre État contractant.
2. Les autorités compétentes de chaque État contractant peuvent édicter des règles en
vue de l’application des dispositions du présent Accord.
Article 28. Agents diplomatiques et fonctionnaires consulaires
Aucune disposition du présent Accord ne porte atteinte aux privilèges fiscaux dont
bénéficient les membres d’une mission diplomatique ou d’un poste consulaire ou les
membres des délégations permanentes auprès d’organisations internationales en vertu des
règles générales du droit international ou des dispositions d’accords particuliers.
Article 29. Entrée en vigueur
Chacun des États contractants notifiera par écrit à l’autre l’accomplissement de ses
procédures constitutionnelles pour l’entrée en vigueur du présent Accord. Le présent Accord entrera en vigueur à la date de la réception de la dernière de ces notifications et ses
dispositions prendront effet dans les deux États contractants :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, à l’égard des montants payés ou
portés au crédit à partir du premier jour du deuxième mois suivant immédiatement la date
d’entrée en vigueur du présent Accord;
196
Volume 2530, I-45160
b) En ce qui concerne les autres impôts, à l’égard des périodes d’imposition commençant à partir du premier jour du deuxième mois suivant immédiatement la date
d’entrée en vigueur du présent Accord.
Article 30. Durée et dénonciation
Le présent Accord restera en vigueur pour une période de cinq ans et continuera à
produire ses effets ensuite pour une ou plusieurs périodes similaires, à moins que l’un des
États contractants n’informe l’autre par écrit, au moins six mois avant l’expiration de la
période initiale ou de toute période ultérieure, de son intention de dénoncer le présent
Accord. Dans ce cas, l’Accord cessera de produire ses effets dans les deux États contractants :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, à l’égard des montants payés ou
portés au crédit à partir du 1er janvier suivant l’année au cours de laquelle le préavis est
donné;
b) En ce qui concerne les autres impôts, à l'égard des périodes d’imposition commençant à partir du 1er janvier suivant l’année au cours de laquelle le préavis est donné.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, dûment habilités à cet effet, ont signé le présent
Accord.
FAIT à Koweït, en deux exemplaires originaux, le 26e jour de Dhu’l Hijjah de l’an
1424 de l’hégire, correspondant au 17 février 2004, en langues anglaise et arabe, les deux
textes faisant également foi.
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
AZIZ PAHAD
Vice-Ministre des affaires étrangères
Pour le Gouvernement de l’État du Koweït :
KHALID S. AL-JARALLAH
Sous-Secrétaire aux affaires étrangères
197
Volume 2530, I-45161
No. 45161
____
South Africa
and
Swaziland
Agreement between the Government of the Republic of South Africa and the Government of the Kingdom of Swaziland for the avoidance of double taxation and
the prevention of fiscal evasion with respect to taxes on income (with protocol).
Pretoria, 23 January 2004
Entry into force: 28 February 2005 by notification, in accordance with article 28
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: South Africa, 1 August 2008
Afrique du Sud
et
Swaziland
Accord entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement
du Royaume de Swaziland tendant à éviter la double imposition et à prévenir
l'évasion fiscale en matière d'impôts sur le revenu (avec protocole). Pretoria, 23
janvier 2004
Entrée en vigueur : 28 février 2005 par notification, conformément à l'article 28
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Afrique du Sud, 1er août
2008
199
Volume 2530, I-45161
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
200
Volume 2530, I-45161
201
Volume 2530, I-45161
202
Volume 2530, I-45161
203
Volume 2530, I-45161
204
Volume 2530, I-45161
205
Volume 2530, I-45161
206
Volume 2530, I-45161
207
Volume 2530, I-45161
208
Volume 2530, I-45161
209
Volume 2530, I-45161
210
Volume 2530, I-45161
211
Volume 2530, I-45161
212
Volume 2530, I-45161
213
Volume 2530, I-45161
214
Volume 2530, I-45161
215
Volume 2530, I-45161
216
Volume 2530, I-45161
217
Volume 2530, I-45161
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE SUDAFRICAINE ET LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DU SWAZILAND TENDANT À ÉVITER LA DOUBLE IMPOSITION ET À PRÉVENIR L’ÉVASION FISCALE EN MATIÈRE D’IMPÔTS SUR LE REVENU
PRÉAMBULE
Le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement du Royaume
du Swaziland,
Désireux de promouvoir et de renforcer les relations économiques entre les deux
pays,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Personnes visées
Le présent Accord s’applique aux personnes qui sont des résidents d’un des États
contractants ou des deux.
Article 2. Impôts visés
1. Le présent Accord s’applique aux impôts sur le revenu perçus pour le compte
d’un État contractant ou d’une de ses subdivisions politiques, quel que soit le mode de
perception.
2. Sont considérés comme impôts sur le revenu, tous les impôts perçus sur le revenu
total ou sur des éléments du revenu, y compris les impôts sur les gains provenant de
l’aliénation de biens mobiliers ou immobiliers.
3. Les impôts en vigueur auxquels s’applique l’Accord sont notamment :
a) En Afrique du Sud :
i) L’impôt ordinaire;
ii) L’impôt secondaire sur les sociétés; et
iii) L’impôt perçu à la source sur les redevances;
(ci-après dénommés « l’impôt sud-africain »); et
b) Au Swaziland, les impôts perçus en vertu de l’Ordonnance relative à l’impôt sur
les revenus de 1975;
(ci-après dénommés « l’impôt du Swaziland »).
4. L’Accord s’applique également à tout autre impôt de nature sensiblement analogue qui serait appliqué après la date de signature de l’Accord et qui viendrait s’ajouter
aux impôts en vigueur ou les remplacer. Les autorités compétentes des États contractants
218
Volume 2530, I-45161
se communiquent toutes modifications importantes apportées à leurs législations fiscales
respectives.
Article 3. Définitions générales
1. Aux fins du présent Accord et à moins que le contexte n’appelle une interprétation
différente :
a) L’expression « Afrique du Sud » s’entend de la République sud-africaine et, au
sens géographique, comprend les eaux territoriales de la République sud-africaine ainsi
que toute zone située en dehors des eaux territoriales, y compris le plateau continental
qui, conformément à la législation sud-africaine et au droit international, a été ou peut
être désignée comme constituant une zone à l’intérieur de laquelle l’Afrique du Sud peut
exercer des droits souverains ou sa compétence;
b) Le terme « Swaziland » s’entend du Royaume du Swaziland;
c) Les expressions « un État contractant » et « l’autre État contractant » s’entendent,
selon le contexte, de l’Afrique du Sud ou du Swaziland;
d) L’expression « activité économique » s’entend de la fourniture de services professionnels et de l’exercice d’autres activités de caractère indépendant;
e) Le terme « société » s’entend de toute personne morale ou toute entité qui est
considérée comme une personne morale aux fins d’imposition;
f) L’expression « autorité compétente » désigne :
i) Dans le cas de l’Afrique du Sud, le Commissaire sud-africain du Service
du revenu ou un représentant autorisé; et
ii) Dans le cas du Swaziland, le Commissaire aux impôts ou un représentant
autorisé;
g) Le terme « entreprise » s’applique à l’exercice de toute activité économique;
h) Les expressions « entreprise d’un État contractant » et « entreprise de l’autre État
contractant » s’entendent respectivement d’une entreprise exploitée par un résident d’un
État contractant et d’une entreprise exploitée par un résident de l’autre État contractant;
i) L’expression « trafic international » s’entend de tout transport effectué par un navire, un aéronef ou un véhicule de transport ferroviaire ou routier exploité par une entreprise d’un État contractant, sauf lorsque le navire, l’aéronef ou le véhicule de transport
ferroviaire ou routier est exploité uniquement entre des points situés dans l’autre État
contractant;
j) Le terme « ressortissant » s’entend de toute personne physique possédant la nationalité d’un État contractant et de toute personne morale, association ou autre entité dont
le statut en tant que tel résulte de la législation en vigueur dans un État contractant;
k) Le terme « personne » comprend une personne physique, une société et tout autre
groupe de personnes traité comme une entité aux fins de l’imposition.
2. À moins que le contexte n’appelle une interprétation différente, pour l’application
en tout temps des dispositions du présent Accord par un État contractant, toute expression qui n’y est pas définie a le sens que lui attribue alors la législation de cet État
concernant les impôts auxquels s’applique l’Accord; toute définition en vertu de la légi219
Volume 2530, I-45161
slation fiscale applicable dudit État l’emportant sur toute définition de ladite expression
en vertu d’autres lois dudit État.
Article 4. Résident
1. Aux fins du présent Accord, l’expression « résident d’un État contractant »
s’entend de toute personne qui, en vertu de la législation dudit État, est assujettie à
l’impôt dans ledit État en raison de son domicile, de sa résidence, de son siège de direction, ou de tout autre critère du même ordre, et elle comprend également ledit État et toute subdivision politique ou collectivité locale de celui-ci. L’expression ne comprend cependant pas toute personne imposable dans ledit État uniquement pour des revenus de
sources qui s’y situent.
2. Si, par application des dispositions du paragraphe 1, une personne physique se
trouve être un résident des deux États contractants, son statut est déterminé comme suit :
a) La personne physique est réputée n’être un résident que de l’État contractant où
elle dispose d’un foyer d’habitation permanent; si elle dispose d’un foyer d’habitation
permanent dans les deux États contractants, elle est réputée n’être un résident que de
l’État avec lequel elle a les liens personnels et économiques les plus étroits (centre des intérêts vitaux);
b) Si l’on ne peut déterminer la résidence de la personne physique par application
des dispositions de l’alinéa a), la personne est réputée être un résident uniquement de
l’État où elle séjourne habituellement;
c) Si la personne séjourne habituellement dans les deux États, ou si elle ne séjourne
habituellement dans aucun des deux, elle est réputée n’être un résident que de l’État dont
elle est un ressortissant;
d) Si la personne est un ressortissant des deux États ou si elle n’est un ressortissant
d’aucun des deux, les autorités compétentes des États contractants règlent la question
d’un commun accord.
3. Si, par application des dispositions du paragraphe 1, une personne autre qu’une
personne physique est un résident des deux États contractants, elle est réputée être uniquement un résident de l’État où son siège de direction effective est situé.
Article 5. Établissement stable
1. Aux fins du présent Accord, l’expression « établissement stable » s’entend d’une
installation fixe d’affaires par l’intermédiaire de laquelle une entreprise exerce tout ou
partie de son activité.
2. L’expression « établissement stable » couvre en particulier :
a) Un siège de direction;
b) Une succursale;
c) Un bureau;
d) Une usine;
e) Un atelier;
220
Volume 2530, I-45161
f) Une mine, un puits de pétrole ou de gaz, une carrière ou tout autre lieu
d’extraction de ressources naturelles;
g) Un chantier, un projet de construction, d’assemblage ou de montage ou une activité de supervision liée audit chantier ou projet mais uniquement si ledit chantier, projet
ou activité dure plus de six mois;
h) La prestation de services, y compris des services de consultant, par une entreprise,
par l’intermédiaire d’employés ou de membres de son personnel engagés par l’entreprise
à ces fins, mais uniquement si des activités de cette nature se poursuivent (pour le même
projet ou un projet connexe) au sein de l’État contractant pendant une ou des périodes
représentant un total de plus de 90 jours dans les limites de toute période de 12 mois
commençant ou se terminant au cours de l’année d’imposition concernée; et
i) La fourniture de services professionnels ou l’exercice d’autres activités de caractère indépendant par une personne physique mais seulement lorsque lesdits services ou activités se poursuivent au sein de l’État contractant pendant une ou des périodes dépassant
un total de 90 jours dans les limites de toute période de 12 mois commençant ou se terminant au cours de l’année d’imposition concernée.
3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, l’expression « établissement stable » est réputée ne pas couvrir :
a) L’usage d’installations aux seules fins de stockage ou d’exposition de produits ou
marchandises appartenant à l’entreprise;
b) L’entreposage de produits ou marchandises appartenant à l’entreprise aux seules
fins de stockage, d’exposition ou de livraison;
c) L’entreposage de produits ou marchandises appartenant à l’entreprise aux seules
fins de transformation par une autre entreprise;
d) Le maintien d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’acheter des produits ou marchandises ou de recueillir des renseignements pour l’entreprise;
e) Le maintien d’une installation fixe d’affaires aux seules fins de publicité, de fournir des renseignements, de recherche scientifique ou d’activités similaires qui ont, pour
l’entreprise, un caractère préparatoire ou auxiliaire; et
f) Le maintien d’une installation fixe d’affaires aux seules fins d’exercer, selon quelque combinaison que ce soit, des activités visées aux alinéas a) à e) du présent paragraphe, à condition que l’activité cumulée de l’installation fixe d’affaires résultant de cette
combinaison ait un caractère préparatoire ou auxiliaire.
4. Nonobstant les dispositions des paragraphes 1 et 2, lorsqu’une personne—autre
qu’un agent jouissant d’un statut indépendant auquel s’applique le paragraphe 5—agit
dans un État contractant au nom d’une entreprise de l’autre État contractant, cette entreprise est considérée comme ayant un établissement stable dans ledit État contractant pour
toutes les activités que cette personne exerce pour l’entreprise, pour autant que cette personne :
a) Dispose dans cet État du pouvoir, et l’exerce habituellement, de conclure des
contrats au nom de l’entreprise, à moins que les activités de cette personne ne soient limitées à celles qui sont énumérées au paragraphe 3 et qui, exercées dans une installation
221
Volume 2530, I-45161
fixe d’affaires, ne feraient pas de celle-ci un établissement stable au sens des dispositions
dudit paragraphe; ou
b) Ne dispose pas d’un tel pouvoir mais maintient habituellement dans cet État un
stock de produits et de marchandises à partir duquel cette personne livre régulièrement
des produits et marchandises au nom de l’entreprise.
5. Une entreprise n’est pas réputée avoir un établissement stable dans un État
contractant du seul fait qu’elle y exerce son activité par l’entremise d’un courtier, d’un
commissionnaire général ou de tout autre intermédiaire jouissant d’un statut indépendant,
si ces personnes agissent dans le cadre ordinaire de leur activité.
6. Le fait qu’une société qui est un résident d’un État contractant contrôle ou est
contrôlée par une société qui est un résident de l’autre État contractant ou qui exerce son
activité dans cet autre État (que ce soit par l’intermédiaire d’un établissement stable ou
non) ne suffît pas, en lui-même, à faire de l’une ou l’autre de ces sociétés un établissement stable de l’autre.
Article 6. Revenus immobiliers
1. Les revenus qu’un résident d’un État contractant tire de biens immobiliers (y
compris les revenus des exploitations agricoles ou forestières) situés dans l’autre État
contractant sont imposables dans cet autre État contractant.
2. L’expression « biens immobiliers » a le sens que lui attribue le droit de l’État
contractant où les biens considérés sont situés. Elle couvre en tout état de cause les accessoires, le cheptel et le matériel utilisé pour l’exploitation agricole et forestière, les
droits auxquels s’appliquent les dispositions du droit commun concernant la propriété
foncière, l’usufruit des biens immobiliers et les droits à des paiements variables ou fixes
en contrepartie de l’exploitation ou de la concession de l’exploitation de gisements minéraux, sources et d’autres ressources naturelles. Les navires, bateaux et aéronefs ne sont
pas considérés comme des biens immobiliers.
3. Les dispositions du paragraphe 1 du présent article s’appliquent aux revenus provenant de l’exploitation directe, de la location ou de toute autre forme d’exploitation de
biens immobiliers.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 3 s’appliquent également aux revenus provenant des biens immobiliers d’une entreprise.
Article 7. Bénéfices des entreprises
1. Les bénéfices d’une entreprise d’un État contractant ne sont imposables que dans
cet État, à moins que l’entreprise n’exerce son activité dans l’autre État contractant par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé. Si l’entreprise exerce son activité
d’une telle façon, les bénéfices de l’entreprise sont imposables dans l’autre État contractant, mais uniquement dans la mesure où ils sont imputables audit établissement stable.
2. Sous réserve des dispositions du paragraphe 3 du présent article, lorsqu’une entreprise d’un État contractant exerce son activité dans l’autre État contractant par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, il est imputé, dans chaque État
222
Volume 2530, I-45161
contractant, à cet établissement stable les bénéfices qu’il aurait pu réaliser s’il avait constitué une entreprise distincte et séparée exerçant des activités identiques ou analogues
dans les mêmes conditions ou des conditions similaires et traitant en toute indépendance
avec l’entreprise dont il constitue un établissement stable.
3. Pour déterminer les bénéfices d’un établissement stable, sont admises en déduction les dépenses exposées aux fins poursuivies par cet établissement stable, y compris
les dépenses de direction et les frais généraux d’administration ainsi exposés, soit dans
l’État contractant où est situé cet établissement stable, soit ailleurs.
4. S’il est d’usage, dans un État contractant, de déterminer les bénéfices imputables à
un établissement stable sur la base d’une répartition des bénéfices totaux de l’entreprise
entre ses diverses parties, aucune disposition du paragraphe 2 n’empêche cet État
contractant de déterminer les bénéfices imposables selon la répartition en usage; la méthode de répartition adoptée doit cependant être telle que le résultat obtenu soit conforme
aux principes contenus dans le présent article.
5. Aucun bénéfice n’est imputable à un établissement stable du seul fait qu’il a acheté des biens ou des marchandises pour l’entreprise.
6. Aux fins des dispositions des paragraphes précédents, les bénéfices à imputer à
l’établissement stable sont déterminés chaque année selon la même méthode, à moins
qu’il n’existe des motifs valables et suffisants de procéder autrement.
7. Lorsque les bénéfices comprennent des éléments de revenu traités séparément
dans d’autres articles du présent Accord, les dispositions desdits articles ne sont pas affectées par les dispositions du présent article.
Article 8. Transports internationaux
1. Les bénéfices d’une entreprise d’un État contractant provenant de l’exploitation,
en trafic international, de navires, d’aéronefs ou de véhicules de transport ferroviaire ou
routier ne sont imposables que dans cet État contractant.
2. Aux fins du présent article, les bénéfices provenant de l’exploitation de navires,
d’aéronefs ou de véhicules de transport ferroviaire ou routier en trafic international comprennent :
a) Les bénéfices tirés de l’affrètement coque nue de navires ou d’aéronefs utilisés en
trafic international;
b) Les bénéfices provenant de l’utilisation ou de la location de conteneurs;
c) Les bénéfices tirés de l’affrètement de véhicules de transport ferroviaire ou routier;
lorsque ces bénéfices sont accessoires par rapport aux bénéfices auxquels s’appliquent
les dispositions du paragraphe 1.
3. Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aussi aux bénéfices provenant de la
participation à un pool, à une exploitation en commun ou à un organisme international
d’exploitation.
223
Volume 2530, I-45161
Article 9. Entreprises associées
1. Lorsque :
a) Une entreprise d’un État contractant participe directement ou indirectement à la
direction, au contrôle ou au capital d’une entreprise de l’autre État contractant; ou que
b) Les mêmes personnes participent directement ou indirectement à la direction, au
contrôle ou au capital d’une entreprise d’un État contractant et d’une entreprise de l’autre
État contractant;
et que, dans l’un ou l’autre cas, les deux entreprises sont, dans leurs relations commerciales ou financières, liées par des conditions convenues ou imposées qui diffèrent de celles
qui seraient convenues entre des entreprises indépendantes, les bénéfices qui, sans ces
conditions, auraient été réalisés par l’une des entreprises mais n’ont pu l’être en fait à
cause de ces conditions, peuvent être inclus dans les bénéfices de cette entreprise et imposés en conséquence.
2. Lorsqu’un État contractant inclut dans les bénéfices d’une de ses entreprises, et
impose en conséquence, des bénéfices sur lesquels une entreprise de l’autre État contractant a déjà été imposée dans cet autre État contractant et que les bénéfices ainsi inclus
sont des bénéfices qui auraient été réalisés par l’entreprise du premier État contractant si
les conditions convenues entre les deux entreprises avaient été celles qui l’auraient été
entre des entreprises indépendantes, l’autre État procédera à un ajustement approprié du
montant de l’impôt qui a été perçu sur ces bénéfices. Pour déterminer cet ajustement, il
sera dûment tenu compte des autres dispositions du présent Accord et, si cela est nécessaire, les autorités compétentes des deux États contractants se consulteront.
Article 10. Dividendes
1. Les dividendes payés par une société résidant dans un État contractant à un résident de l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois, lesdits dividendes sont aussi imposables dans l’État contractant dont la
société qui paie ces dividendes est un résident, et selon la législation de cet État, mais si
le bénéficiaire effectif des dividendes est un résident de l’autre État contractant, l’impôt
ainsi levé ne peut excéder :
a) Dix pour cent du montant brut des dividendes si leur bénéficiaire effectif est une
société qui détient directement au moins 25 pour cent du capital de la société qui verse
les dividendes; ou
b) Quinze pour cent du montant brut des dividendes dans tous les autres cas.
Les autorités compétentes des États contractants établiront d’un commun accord les
modalités d’application de ces limites.
Le présent paragraphe n’a aucun effet sur l’imposition de la société en ce qui
concerne les bénéfices sur lesquels les dividendes sont payés.
3. Le terme « dividendes » employé dans le présent article désigne les revenus provenant d’actions ou d’autres droits de participation aux bénéfices, à l’exception des
créances, ainsi que les autres revenus soumis au même régime fiscal que les revenus
224
Volume 2530, I-45161
d’actions par la législation de l’État contractant dont la société distributrice est un résident.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des dividendes, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant dont la société qui paie les dividendes est un résident, une activité commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, et que la participation génératrice des dividendes se rattache effectivement à cet établissement stable. Les dispositions
applicables en pareil cas sont celles de l’article 7.
5. Lorsqu’une société qui est un résident d’un État contractant tire des bénéfices ou
des revenus de l’autre État contractant, cet autre État ne peut percevoir aucun impôt sur
les dividendes payés par la société, sauf dans la mesure où ces dividendes sont payés à un
résident de cet autre État ou dans la mesure où la participation génératrice des dividendes
se rattache effectivement à un établissement stable situé dans cet autre État, ni prélever
aucun impôt sur les bénéfices non distribués de la société, même si les dividendes payés
ou les bénéfices non distribués consistent en tout ou en partie en bénéfices ou revenus
provenant de cet autre État.
Article 11. Intérêts
1. Les intérêts produits dans un État contractant et versés à un résident de l’autre État
contractant sont imposables dans ledit autre État.
2. Toutefois, ces intérêts sont également imposables dans l’État contractant d’où ils
proviennent et conformément à la législation de cet État, mais si le bénéficiaire effectif
des intérêts est un résident de l’autre État contractant, ledit impôt n’excédera pas 10
pour cent du montant brut des intérêts.
Les autorités compétentes des États contractants établiront les modalités
d’application de cette restriction d’un commun accord.
3. Nonobstant les dispositions du paragraphe 2, les intérêts générés dans un État
contractant seront exonérés d’impôt dans cet État s’ils sont tirés par le Gouvernement de
l’autre État contractant ou une de ses subdivisions politiques ou une de ses collectivités
locales ou tout autre organisme entièrement détenu et contrôlé par ledit Gouvernement ou
ladite subdivision ou autorité.
4. Le terme « intérêts » employé dans le présent article désigne les revenus des
créances de toute nature, assorties ou non de garanties hypothécaires, et assortis ou non
d’une clause de participation aux bénéfices du débiteur et notamment les revenus tirés
des titres de l’État et les revenus des obligations d’emprunts, y compris les primes et lots
rattachés à ces titres ou obligations. Les amendes prélevées pour paiement tardif ne sont
pas considérées comme des intérêts aux fins du présent article.
5. Les dispositions des paragraphes 1, 2 et 3 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire effectif des intérêts, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant d’où proviennent les intérêts une activité économique par l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé et que la créance génératrice des intérêts se rattache effectivement à cet établissement stable. Dans ce cas, les dispositions de l’article 7 sont applicables.
225
Volume 2530, I-45161
6. Les intérêts sont considérés comme provenant d’un État contractant lorsque le débiteur est un résident de cet État. Toutefois lorsque le débiteur des intérêts, résident ou
non d’un État contractant, a dans un État contractant un établissement stable pour lequel
la dette donnant lieu au paiement des intérêts a été contractée et qui supporte la charge de
ces intérêts, ceux-ci sont considérés comme provenant de l’État contractant où
l’établissement stable est situé.
7. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif des intérêts ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le
montant des intérêts, compte tenu de la créance pour laquelle ils sont payés, excède celui
dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce dernier montant. Dans ce
cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon la législation de chaque
État contractant et compte tenu des autres dispositions du présent Accord.
Article 12. Redevances
1. Les redevances relevant d’un État contractant et versées à un résident de l’autre
État contractant sont imposables dans ledit autre État.
2. Toutefois, lesdites redevances peuvent également être imposées dans l’État
contractant où elles ont leur source et conformément à la législation de cet État mais si le
bénéficiaire effectif des redevances est un résident de l’autre État contractant, l’impôt
ainsi mis à sa charge ne peut dépasser 10 pour cent du montant brut des redevances.
Les autorités compétentes des États contractants établiront les modalités
d’application de cette restriction d’un commun accord.
3. Au sens du présent article, le terme « redevances » s’entend des rémunérations de
toute nature payées pour l’usage ou la concession de l’usage d’un droit d’auteur sur une
œuvre littéraire, artistique ou scientifique (y compris les films cinématographiques et les
films, les enregistrements ou les disques utilisés pour des émissions radiophoniques ou
télévisées), d’un brevet, d’une marque de fabrique ou de commerce, d’un dessin ou d’un
modèle, d’un plan, d’une formule ou d’un procédé secrets, ou pour des informations
concernant une expérience acquise dans un domaine industriel, commercial ou scientifique.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des redevances, résident d’un État contractant, exerce dans l’autre État contractant d’où proviennent les redevances, une activité économique par l’intermédiaire d’un
établissement stable qui y est situé et que le droit ou le bien générateur des redevances se
rattache effectivement audit établissement stable. Dans ce cas, les dispositions de
l’article 7 sont applicables.
5. Les redevances sont considérées comme provenant d’un État contractant lorsque
le débiteur est un résident dudit État. Toutefois, lorsque le débiteur des redevances, qu’il
soit ou non résident d’un État contractant, possède dans un État contractant un établissement stable pour les besoins desquels l’engagement donnant lieu aux redevances a été
contracté et lorsque lesdites redevances sont payables par ledit établissement stable, les
redevances en question sont considérées comme provenant de l’État où se trouve
l’établissement stable.
226
Volume 2530, I-45161
6. Lorsque, en raison de relations spéciales existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif, ou que l’un et l’autre entretiennent avec de tierces personnes, le montant des
redevances, compte tenu de l’usage, du droit ou de l’information pour lesquelles elles
sont payées, excède celui dont seraient convenus le débiteur et le bénéficiaire effectif en
l’absence de telles relations, les dispositions du présent article ne s’appliquent qu’à ce
dernier montant. Dans ce cas, la partie excédentaire des paiements reste imposable selon
la législation de chaque État contractant et compte tenu des autres dispositions du présent
Accord.
Article 13. Honoraires pour services techniques
1. Les honoraires pour services techniques provenant d’un État contractant et payés
par un résident de l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
2. Toutefois ces honoraires peuvent aussi être imposés dans l’État contractant d’où
ils proviennent et selon la législation de cet État; mais si le bénéficiaire effectif est soumis à l’imposition dans l'autre État contractant à l'égard des honoraires pour services
techniques, l’impôt ainsi établi ne peut excéder 10 pour cent du montant brut de ces honoraires.
Les autorités compétentes des États contractants établiront les modalités
d’application de cette restriction d’un commun accord.
3. Au sens du présent article, l’expression « honoraires pour services techniques »
désigne les paiements de toute nature faits à une personne autre qu’un salarié de la personne qui effectue les paiements en contrepartie de tous services de gestion ou de tous
services à caractère technique ou consultatif.
4. Les dispositions des paragraphes 1 et 2 ne s’appliquent pas lorsque le bénéficiaire
effectif des honoraires, résident de l’un des États contractants, exerce dans l’autre État
contractant d’où proviennent les honoraires une activité industrielle ou commerciale par
l’intermédiaire d’un établissement stable qui y est situé, et que la créance génératrice des
honoraires se rattache effectivement à l’établissement stable. En pareil cas, les dispositions de l’article 7 sont applicables.
5. Les honoraires sont réputés provenir d’un État contractant lorsque le débiteur est
un résident de cet État. Toutefois, lorsque le débiteur, qu’il soit ou non un résident d’un
État contractant, a dans un État contractant un établissement stable pour lequel
l’obligation donnant lieu au paiement des honoraires a été contractée et qui supporte la
charge de ces honoraires, ceux-ci sont réputés provenir de l’État où l’établissement stable
est situé.
6. Lorsque, en raison de relations particulières existant entre le débiteur et le bénéficiaire effectif ou que l’un et l’autre entretiennent avec une tierce personne, le montant
des honoraires versés excède celui dont le débiteur et le bénéficiaire effectif seraient
convenus en l’absence de pareilles relations, les dispositions du présent article ne
s’appliquent qu’à ce dernier montant. En pareil cas, la partie excédentaire des paiements
reste imposable conformément à la législation de chaque État contractant, compte dûment
tenu des autres dispositions du présent Accord.
227
Volume 2530, I-45161
Article 14. Gains en capital
1. Les gains qu’un résident d’un État contractant tire de l’aliénation des biens immobiliers définis à l’article 6 et situés dans l’autre État contractant sont imposables dans cet
autre État.
2. Les gains provenant de l’aliénation de biens mobiliers qui font partie de l’actif
d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant possède dans l’autre
État contractant, y compris de tels gains provenant de l’aliénation de cet établissement
stable (seul ou avec l’ensemble de l’entreprise), sont imposables dans cet autre État.
3. Les gains qu’une entreprise d’un État contractant tire de l’aliénation de navires,
d’aéronefs ou de véhicules de transport ferroviaire ou routier exploités en trafic international ou de biens mobiliers affectés à l’exploitation de ces navires, aéronefs ou véhicules
de transport ferroviaire ou routier ne sont imposables que dans cet État.
4. Les gains tirés de l’aliénation d’actions en capital d’une société dont les actifs
consistent principalement, directement ou indirectement, en biens immobiliers situés
dans un État contractant sont imposables dans cet État.
5. Les gains provenant de l’aliénation de tous biens autres que ceux visés aux paragraphes précédents du présent article ne sont imposables que dans l’État contractant dont
le cédant est un résident.
Article 15. Professions salariées
1. Sous réserve des dispositions des articles 16, 18 et 19, les salaires, traitements et
autres rémunérations similaires qu’un résident d’un État contractant reçoit au titre d’un
emploi sont imposables exclusivement dans cet État, à moins que l’emploi ne soit exercé
dans l’autre État contractant. Si l’emploi y est exercé, les rémunérations reçues à ce titre
sont imposables dans cet autre État.
2. Nonobstant les dispositions du paragraphe 1, la rémunération qu’un résident d’un
État contractant reçoit au titre d’un emploi exercé dans l’autre État contractant est exclusivement imposable dans le premier État mentionné si :
a) Le bénéficiaire séjourne dans l’autre État pendant une ou plusieurs périodes
n’excédant pas 183 jours au total au cours de toute période de 12 mois commençant ou se
terminant pendant l’année d’imposition concernée; et
b) La rémunération est payée par un employeur ou pour le compte d’un employeur
qui n’est pas un résident de l’autre État; et
c) La charge de rémunération n’est pas supportée par un établissement stable que
l’employeur a dans l’autre État.
3. Nonobstant les dispositions précédentes du présent article, les rémunérations reçues au titre d’un emploi exercé à bord d’un navire, d’un aéronef ou d’un véhicule de
transport ferroviaire ou routier exploité en trafic international par une entreprise d’un
État contractant sont imposables exclusivement dans ledit État.
228
Volume 2530, I-45161
Article 16. Tantièmes d’administrateurs
Les tantièmes et autres rétributions similaires qu’un résident d’un État contractant
reçoit à titre de membre du conseil d’administration d’une société qui est un résident de
l’autre État contractant sont imposables dans cet autre État.
Article 17. Artistes et sportifs
1. Nonobstant les dispositions des articles 7 et 15, les revenus qu’un résident d’un
État contractant tire de ses activités personnelles exercées dans l’autre État contractant en
tant qu’artiste du spectacle, tel qu’un artiste de théâtre, de cinéma, de la radio ou de la télévision, ou qu’un musicien ou sportif, sont imposables dans cet autre État.
2. Lorsque les revenus d’activités qu’un artiste du spectacle ou un sportif exerce personnellement et en cette qualité sont attribués non pas à l’artiste du spectacle ou au sportif lui-même mais à une autre personne, ces revenus sont imposables, nonobstant les dispositions des articles 7 et 15, dans l’État contractant où les activités de l’artiste ou du
sportif sont exercées.
Article 18. Pensions et rentes
1. Sous réserve des dispositions du paragraphe 2 de l’article 19, les pensions et autres rémunérations similaires, ainsi que les rentes, ayant leur source dans un État contractant et versées à un résident de l’autre État contractant, sont imposables dans le premier
État mentionné.
2. Le terme « rente » s’entend d’un montant déclaré, payable périodiquement à
échéances fixes, à titre viager ou pendant une période déterminée en vertu d’une obligation d’effectuer ces versements en contrepartie du versement initial, en espèces ou en valeur appréciable en espèces, d’un capital suffisant.
Article 19. Fonction publique
1) a) Les traitements, salaires et autres rémunérations similaires autres que les pensions, versés par un État contractant, une de ses subdivisions politiques ou collectivités
locales à une personne physique, au titre de services rendus à cet État, à cette subdivision
politique ou collectivité locale, ne sont imposables que dans cet État.
b) Toutefois, ces salaires, traitements et autres rémunérations similaires ne sont imposables dans l’autre État contractant que si les services sont rendus dans cet autre État et
si la personne physique est un résident dudit État qui remplit une des conditions suivantes :
i) Elle est un ressortissant de cet État; ou
ii) Elle n’est pas devenue un résident de cet État aux seules fins de fournir lesdits
services.
2) a) Toute pension versée par un État contractant, une de ses subdivisions politiques
ou collectivités locales, ou sur des fonds constitués par cet État contractant, cette subdivi229
Volume 2530, I-45161
sion politique ou collectivité locale à une personne physique pour services rendus à cet
État ou à cette subdivision ou collectivité n’est imposable que dans ledit État.
b) Toutefois, ladite pension n’est imposable dans l’autre État contractant que si la
personne physique est un résident et un ressortissant de cet autre État.
3. Les dispositions des articles 15, 16, 17 et 18 s’appliquent aux traitements, aux salaires et aux rémunérations similaires ainsi qu’aux pensions servies au titre de services
rendus dans le cadre d’une activité commerciale ou industrielle d’un État contractant, ou
d’une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales.
Article 20. Étudiants, apprentis et stagiaires
Un étudiant, un apprenti ou un stagiaire qui séjourne dans un État contractant à seule
fin d’y poursuivre ses études ou sa formation, et qui est ou qui était, immédiatement
avant de séjourner dans cet État, un résident de l’autre État contractant, est exonéré dans
le premier État de l’impôt sur les sommes qu’il reçoit de l’extérieur dudit premier État
pour couvrir ses frais d’entretien, d’études ou de formation.
Article 21. Autres revenus
Les éléments du revenu provenant d’un État contractant qui ne sont pas visés dans
les articles précédents du présent Accord sont imposables dans cet État.
Article 22. Élimination de la double imposition
1. La double imposition s’élimine de la manière suivante :
a) En Afrique du Sud, sous réserve des dispositions de la législation de l’Afrique du
Sud pour ce qui est de la déduction de l’impôt exigible en Afrique du Sud de l’impôt exigible dans tout autre pays que l’Afrique du Sud, l’impôt du Swaziland versé par des résidents de l’Afrique du Sud au titre du revenu imposable au Swaziland, conformément aux
dispositions du présent Accord, est déduit des impôts exigibles conformément à la législation fiscale sud-africaine. Ladite déduction ne doit cependant pas dépasser un montant
dont le rapport à l’impôt total sud-africain est égal au rapport du revenu concerné au revenu total.
b) Au Swaziland, sous réserve des dispositions de la législation du Swaziland, en vigueur de temps à autre, relative à l’attribution d’un crédit sur l’impôt du Swaziland de
l’impôt payé dans un pays autre que le Swaziland (sans toutefois porter atteinte au principe général énoncé dans le présent article), l’impôt sud-africain payé en vertu de la législation de l’Afrique du Sud et conformément aux dispositions du présent Accord, directement ou par voie de retenue, au titre des revenus qu’une personne qui est un résident du
Swaziland tire de sources situées en Afrique du Sud ouvre droit à un crédit sur l’impôt du
Swaziland exigible au titre de ces revenus pour autant que ledit crédit n'excède pas le
taux moyen de l’impôt du Swaziland sur ces revenus.
2. Aux fins du paragraphe 1 du présent article, les expressions « impôt sud-africain
payé » et « impôt du Swaziland payé » seront réputées comme comprenant le montant de
230
Volume 2530, I-45161
l’impôt qui aurait été payé en Afrique du Sud ou au Swaziland, le cas échéant, s’il n’y
avait pas eu l’exonération ou la réduction accordée en vertu de lois qui instituent des
programmes d’encouragement du développement économique en Afrique du Sud ou au
Swaziland, selon le cas, si ces programmes ont été jugés, d’un commun accord, qualifiables aux fins du présent paragraphe par les autorités compétentes des États contractants.
3. Une subvention accordée par un État contractant ou une de ses subdivisions politiques ou collectivités locales à un résident de l’autre État contractant conformément aux
lois qui instituent des programmes d’encouragement du développement économique, en
Afrique du Sud ou au Swaziland, selon le cas, ne sera pas imposable dans l’autre État si
ces programmes ont été jugés, d’un commun accord, qualifiables aux fins du présent paragraphe par les autorités compétentes des États contractants.
Article 23. Non-discrimination
1. Les ressortissants d’un État contractant ne sont soumis dans l’autre État contractant à aucune imposition ni obligation y relative qui soit autre ou plus lourde que celles
auxquelles sont ou pourraient être assujettis les ressortissants de cet autre État qui se
trouvent dans la même situation. La présente disposition s’applique aussi, nonobstant les
dispositions de l’article premier, aux personnes qui ne sont pas des résidents d’un ou des
deux États contractants.
2. L’imposition d’un établissement stable qu’une entreprise d’un État contractant
maintient dans l’autre État contractant ne sera pas établie dans cet autre État d’une façon
moins favorable que celle des entreprises de cet autre État qui exercent les mêmes activités. La présente disposition ne pourra être interprétée comme obligeant un État contractant à accorder aux résidents de l’autre État contractant les indemnités, dégrèvements et
abattements fiscaux qu’il accorde à titre personnel à ses résidents du fait de leur situation
matrimoniale ou de leurs responsabilités familiales.
3. Les entreprises d’un État contractant dont tout ou partie du capital est détenu ou
contrôlé, directement ou indirectement, par un ou plusieurs résidents de l’autre État
contractant, ne seront soumises, dans le premier État, à aucune imposition ou obligation y
relative qui soit autre ou plus lourde que celles auxquelles sont ou pourraient être assujetties d’autres entreprises similaires de ce premier État.
4. À moins que les dispositions du paragraphe 1 de l’article 9, du paragraphe 7 de
l’article 11, du paragraphe 6 de l’article 12 ou du paragraphe 6 de l’article 13 ne soient
applicables, les intérêts, redevances, honoraires pour services techniques ou autres dépenses payés par une entreprise d’un État contractant à un résident de l’autre État
contractant sont déductibles, pour la détermination des bénéfices imposables de cette entreprise, dans les mêmes conditions que s’ils avaient été payés à un résident du premier
État.
5. Aucune disposition du présent article n’empêchera l’Afrique du Sud de prélever
sur les bénéfices attribuables à un établissement stable en Afrique du Sud d’une société,
qui est un résident du Swaziland, un impôt à un taux qui ne dépasse pas le taux de
l’impôt normal sur les sociétés de plus de cinq points de pourcentage.
6. Dans le présent article, le terme « imposition » s’entend des impôts qui font
l’objet du présent Accord.
231
Volume 2530, I-45161
Article 24. Procédure amiable
1. Lorsqu’une personne estime que les mesures prises par un État contractant ou par
les deux États contractants entraînent ou entraîneront pour elle une imposition non
conforme aux dispositions du présent Accord, elle peut, indépendamment des recours
prévus par le droit interne de ces États, soumettre son cas à l’autorité compétente de
l’État contractant dont elle est un résident ou, si son cas relève du paragraphe 1 de
l’article 23, à celle de l’État contractant dont elle possède la nationalité. Le cas doit être
soumis dans les trois ans qui suivent la première notification de la mesure qui entraîne
une imposition non conforme aux dispositions du présent Accord.
2. L’autorité compétente s’efforcera, si la réclamation lui paraît fondée et si elle n’est
pas elle-même en mesure d’y apporter une solution satisfaisante, de résoudre le cas par
voie d’accord amiable avec l’autorité compétente de l’autre État contractant, en vue
d’éviter une imposition non conforme au présent Accord. Tout accord retenu devra être
appliqué indépendamment des délais prévus par la législation interne des États contractants.
3. Les autorités compétentes des États contractants s’efforceront, par voie d’accord
amiable, de résoudre les difficultés ou de dissiper les doutes auxquels pourront donner
lieu l’interprétation ou l’application de l’Accord. Elles peuvent aussi se concerter en vue
d’éliminer la double imposition dans les cas non prévus par l’Accord.
4. Les autorités compétentes des États contractants peuvent communiquer directement entre elles en vue de parvenir à un accord au sens des paragraphes précédents.
Lorsqu’il semble souhaitable d’avoir un échange verbal de vues pour parvenir à un accord, cet échange verbal peut avoir lieu par le biais d’un comité mixte composé de représentants des autorités compétentes des États contractants.
Article 25. Échange de renseignements
1. Les autorités compétentes des États contractants échangent les renseignements nécessaires pour appliquer les dispositions du présent Accord ou celles de la législation interne des États contractants relatives aux impôts de toute nature et dénomination dans la
mesure où l’imposition qu’elle prévoit est conforme au présent Accord. Les échanges de
renseignements ne sont pas limités par les articles 1 et 2. Tous les renseignements reçus
par un État contractant sont tenus secrets de la même manière que les renseignements obtenus en application de la législation interne de cet État et ne sont communiqués qu’aux
personnes ou autorités (y compris les tribunaux et organes administratifs) concernées par
l’établissement ou le recouvrement des impôts visés par l’Accord, par les procédures ou
poursuites concernant ces impôts ou par les décisions sur les recours relatifs aux impôts
visés à la première phrase. Ces personnes ou autorités n’utilisent ces renseignements qu’à
ces fins, mais peuvent faire état de ces renseignements au cours d’audiences publiques de
tribunaux ou dans des jugements.
2. Les dispositions du paragraphe 1 ci-dessus ne peuvent en aucun cas être interprétées comme imposant à un État contractant l’obligation :
a) De prendre des mesures administratives dérogeant à sa législation et à ses pratiques administratives ou à celles de l’autre État contractant;
232
Volume 2530, I-45161
b) De fournir des renseignements qui ne pourraient être obtenus sur la base de sa législation ou dans le cadre de ses pratiques administratives normales ou de celles de
l’autre État contractant;
c) De fournir des renseignements qui révéleraient un secret commercial, industriel ou
professionnel ou un procédé commercial ou des renseignements dont la divulgation serait
contraire à l’ordre public.
Article 26. Membres des missions diplomatiques et postes consulaires
Aucune disposition du présent Accord ne porte atteinte aux privilèges fiscaux dont
bénéficient les membres des missions diplomatiques ou des postes consulaires en vertu
des règles générales du droit international ou des dispositions d’accords particuliers.
Article 27. Assistance en matière de recouvrement
1. Les États contractants se prêtent mutuellement assistance, dans la limite autorisée
par leur droit national, pour recouvrer les impôts visés à l’article 2 ainsi que les intérêts et
les indemnités en ce qui concerne lesdits impôts, pour autant que des mesures raisonnables visant à recouvrer lesdits impôts aient été prises par les États contractants demandant
une assistance.
2. Les créances faisant l’objet de demandes d’assistance ne jouissent pas de priorité
sur les impôts impayés dans l’État contractant qui prête l’assistance et les dispositions du
paragraphe 1 de l’article 25 s’appliquent également à tout renseignement porté à la
connaissance de l’autorité compétente d’un État contractant en exécution du présent article.
3. Les autorités compétentes des États contractants établiront les modalités
d’application des dispositions du présent article d’un commun accord.
Article 28. Entrée en vigueur
1. Chacun des États contractants notifiera à l’autre l’accomplissement des procédures requises par sa législation pour l’entrée en vigueur du présent Accord. Celui-ci entrera en vigueur à la date de réception de la dernière de ces notifications.
2. Les dispositions du présent Accord s’appliqueront :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, aux montants versés ou crédités
à compter du trentième jour qui suit la date à laquelle l’Accord entrera en vigueur; et
b) Pour les autres impôts, aux exercices fiscaux commençant à partir de la date à laquelle l’Accord entre en vigueur.
3. La Convention entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement du Royaume du Swaziland tendant à éviter la double imposition et à prévenir
l’évasion fiscale en matière d’impôts sur le revenu qui est entrée en vigueur le
23 août 1973 prendra fin à la date d’entrée en vigueur du présent Accord et cessera de
produire ses effets pour toute année d’imposition ou toute période à laquelle s’appliquent
les dispositions du présent Accord.
233
Volume 2530, I-45161
Article 29. Dénonciation
1. Le présent Accord restera en vigueur sans limitation de durée mais l’un ou l’autre
des États contractants pourra le dénoncer par la voie diplomatique, en notifiant l’autre
État par écrit avant le 30 juin inclus de toute année civile à compter de la cinquième année qui suit la date de son entrée en vigueur.
2. Dans ce cas, l’Accord cessera d’être applicable :
a) En ce qui concerne les impôts retenus à la source, pour les montants versés ou
crédités après la fin de l’année civile au cours de laquelle ledit préavis est donné; et
b) En ce qui concerne les autres impôts, pour les exercices fiscaux commençant
après la fin de l’année civile au cours de laquelle ledit préavis est donné.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés, ont signé le présent Accord.
FAIT à Pretoria, en deux exemplaires, ce 23 janvier 2004.
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
Pour le Gouvernement du Royaume du Swaziland :
234
Volume 2530, I-45161
PROTOCOLE
Au moment de procéder à la signature de l’Accord conclu aujourd’hui entre le Gouvernement de la République sud-africaine et le Gouvernement du Royaume du Swaziland
tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôts
sur le revenu, les soussignés sont convenus que les dispositions suivantes feraient partie
intégrante dudit Accord.
En ce qui concerne l’article 23, il est entendu que le prélèvement par le Swaziland
d’un impôt sur les bénéfices des succursales sur les revenus rapatriés d’une société non
résidente attribuables à un établissement stable au Swaziland, en plus de l’impôt sur le
revenu prélevé sur les revenus imposables de ladite société, ne constituera pas une discrimination sous réserve que tout impôt prélevé sur les bénéfices des succursales ne dépasse pas 10 pour cent du montant des revenus rapatriés.
EN FOI DE QUOI, les soussignés, à ce dûment autorisés, ont signé le présent Protocole.
FAIT à Pretoria, en deux exemplaires, ce 23 janvier 2004.
Pour le Gouvernement de la République sud-africaine :
Pour le Gouvernement du Royaume du Swaziland :
235
Volume 2530, I-45162
No. 45162
____
Turkey
and
Portugal
Cultural Agreement between the Republic of Turkey and the Portuguese Republic.
Ankara, 5 December 1988
Entry into force: 11 July 2005 by the exchange of instruments of ratification, in
accordance with article X
Authentic texts: French
Registration with the Secretariat of the United Nations: Turkey, 1 August 2008
Turquie
et
Portugal
Accord culturel entre la République de Turquie et la République portugaise. Ankara, 5 décembre 1988
Entrée en vigueur : 11 juillet 2005 par échange des instruments de ratification,
conformément à l'article X
Textes authentiques : français
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Turquie, 1er août 2008
237
Volume 2530, I-45162
[ FRENCH TEXT – TEXTE FRANÇAIS ]
238
Volume 2530, I-45162
239
Volume 2530, I-45162
[TRANSLATION – TRADUCTION]
CULTURAL AGREEMENT BETWEEN THE REPUBLIC OF TURKEY AND
THE PORTUGUESE REPUBLIC
The Government of the Republic of Turkey and the Government of the Portuguese
Republic,
Desiring to develop the cultural relations between the two countries and to
strengthen their bonds of friendship, have decided to conclude a cultural agreement for
this purpose and have appointed as their Plenipotentiaries:
For the Government of the Republic of Turkey:
His Excellency Mr. Mesut Yilmaz, Minister for Foreign Affairs;
For the Government of the Portuguese Republic:
His Excellency Mr. Joao De Deus Pinheiro, Minister for Foreign Affairs,
who, after verification of their full powers, have agreed as follows:
Article I
The Contracting Parties shall develop to the greatest possible extent their relations in
school education, intellectual matters, science and the arts.
Article II
In order to attain the objectives stated in article 1, the Contracting Parties shall promote, by awarding scholarships if possible, exchanges of university teachers and members of teaching, scientific and cultural institutions.
They shall encourage the holding of artistic events such as exhibitions, concerts and
conferences related to the culture of the other country, as well as cultural exchanges in
the fields of cinema, theatre, opera and ballet, radio and television.
Article III
The Contracting Parties shall encourage cooperation in the field of sport by facilitating sport exchanges between the institutions and federations of the two countries.
Article IV
The Contracting Parties shall encourage cooperation between the youth organizations of the two countries.
240
Volume 2530, I-45162
Article V
The Contracting Parties shall facilitate the exchange of literary, scientific, technological and artistic works between public organizations, including universities, in order to
increase each country’s knowledge and understanding of the other.
Article VI
The Contracting Parties shall ensure that historical facts concerning the other country are properly presented in history and geography textbooks.
They shall also exchange the texts contained in such books.
Article VII
The Contracting Parties shall study requirements for recognition of the equivalence
of diplomas, with a view either to obtaining an academic degree or, in specific cases, to
pursuing an occupation.
They shall also endeavour to study requirements for taking into account higher education completed in the country of origin with regard to further studies in the other country.
Article VIII
The Government of each Contracting Party shall consider the possibility of awarding
scholarships to enable students and persons holding qualifications of the other Contracting Party to pursue in its territory further studies or research or to improve their technical
skills.
Article IX
Each Government shall encourage the translation of literary and scientific works
written in the language of the other country.
Article X
This Agreement shall enter into force on the date of the exchange of the instruments
of ratification and shall remain in force until it is terminated by one of the High Contracting Parties. Termination may not take place within the first 12 months following the entry into force of this Agreement, and three months’ written notice must be given to the
other Party.
241
Volume 2530, I-45162
IN WITNESS WHEREOF, the Plenipotentiaries have signed this Agreement, drawn
up in the French language.
DONE in duplicate at Ankara, on 5 December 1988.
For the Government of the Republic of Turkey:
For the Government of the Portuguese Republic:
242
Volume 2530, I-45163
No. 45163
____
Germany
and
United States of America
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the United States of America concerning the activities of enterprises charged with providing analytical support services "Lear Siegler Services (DOCPER-AS-66-01) (VN 82)". Berlin, 4 March 2008
Entry into force: 4 March 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
États-Unis d'Amérique
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des entreprises
chargées de fournir des services d'appui analytique "Lear Siegler Services
(DOCPER-AS-66-01) (VN 82)". Berlin, 4 mars 2008
Entrée en vigueur : 4 mars 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
243
Volume 2530, I-45164
No. 45164
____
Germany
and
United States of America
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the United States of America concerning the activities of enterprises charged with providing analytical support services "Booz Allen Hamilton
(DOCPER-AS-39-09) (VN 295)". Berlin, 15 April 2008
Entry into force: 15 April 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
États-Unis d'Amérique
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des entreprises
chargées de fournir des services d'appui analytique "Booz Allen Hamilton
(DOCPER-AS-39-09) (VN 295)". Berlin, 15 avril 2008
Entrée en vigueur : 15 avril 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
245
Volume 2530, I-45165
No. 45165
____
Germany
and
United States of America
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the United States of America concerning the activities of enterprises charged with providing analytical support services "Sparta, Inc. (DOCPER-AS-40-02) (VN 302)". Berlin, 15 April 2008
Entry into force: 15 April 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
États-Unis d'Amérique
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des entreprises
chargées de fournir des services d'appui analytique "Sparta, Inc. (DOCPERAS-40-02) (VN 302)". Berlin, 15 avril 2008
Entrée en vigueur : 15 avril 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
247
Volume 2530, I-45166
No. 45166
____
Germany
and
United States of America
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the United States of America concerning the activities of enterprises charged with providing analytical support services "Subcontractor
Computer Sciences Corporation (DOCPER-AS-22-04) (VN 303)". Berlin, 15
April 2008
Entry into force: 15 April 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
États-Unis d'Amérique
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des entreprises
chargées de fournir des services d'appui analytique "Subcontractor Computer
Sciences Corporation (DOCPER-AS-22-04) (VN 303)". Berlin, 15 avril 2008
Entrée en vigueur : 15 avril 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
249
Volume 2530, I-45167
No. 45167
____
Germany
and
United States of America
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the United States of America concerning the activities of enterprises charged with providing analytical support services "Complex Solutions,
Inc. (DOCPER-AS-59-02), Analysis Group LLC (DOCPER-AS-55-03) (VN
292)". Berlin, 15 April 2008
Entry into force: 15 April 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
États-Unis d'Amérique
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des entreprises
chargées de fournir des services d'appui analytique "Complex Solutions, Inc.
(DOCPER-AS-59-02), Analysis Group LLC (DOCPER-AS-55-03) (VN 292)".
Berlin, 15 avril 2008
Entrée en vigueur : 15 avril 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
251
Volume 2530, I-45168
No. 45168
____
Germany
and
United States of America
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the United States of America concerning the activities of enterprises charged with providing analytical support services "Booz Allen Hamilton, Inc. (DOCPER-AS-39-10), Northrop Grumman Information Technology,
Inc. (DOCPER-AS-13-06) (VN 428)". Berlin, 15 April 2008
Entry into force: 15 April 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
États-Unis d'Amérique
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des entreprises
chargées de fournir des services d'appui analytique "Booz Allen Hamilton, Inc.
(DOCPER-AS-39-10), Northrop Grumman Information Technology, Inc.
(DOCPER-AS-13-06) (VN 428)". Berlin, 15 avril 2008
Entrée en vigueur : 15 avril 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
253
Volume 2530, I-45169
No. 45169
____
Germany
and
Eritrea
Agreement between the Government of Eritrea and the Government of the Federal
Republic of Germany concerning financial cooperation (Project: Housing Development). Asmara, 24 March 1994
Entry into force: 24 March 1994 by signature, in accordance with article 6
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Érythrée
Accord entre le Gouvernement de l'Érythrée et le Gouvernement de la République
fédérale d'Allemagne relatif à la coopération financière (Projet : Développement du logement). Asmara, 24 mars 1994
Entrée en vigueur : 24 mars 1994 par signature, conformément à l'article 6
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
255
Volume 2530, I-45170
No. 45170
____
Germany
and
Eritrea
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the State of Eritrea concerning financial cooperation (Project:
Construction of Secondary Schools). Asmara, 9 December 2002 and 16 April
2003
Entry into force: 16 April 2003
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Érythrée
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement de l'État de l'Érythrée relatif à la coopération financière (Projet : Construction d'écoles secondaires). Asmara, 9 décembre 2002 et 16 avril
2003
Entrée en vigueur : 16 avril 2003
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
257
Volume 2530, I-45171
No. 45171
____
Germany
and
Namibia
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Republic of Namibia regarding financial cooperation in
2005/2006. Windhoek, 31 October 2007
Entry into force: 31 October 2007 by signature, in accordance with article 6
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Namibie
Accord de coopération financière en 2005/2006 entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République de Namibie.
Windhoek, 31 octobre 2007
Entrée en vigueur : 31 octobre 2007 par signature, conformément à l'article 6
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
259
Volume 2530, I-45172
No. 45172
____
Germany
and
United States of America
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the United States of America concerning the activities of enterprises charged with providing analytical support services "Raytheon Technical
Services Company, LLC (DOCPER-AS-57-02) (VN 427)". Berlin, 15 April 2008
Entry into force: 15 April 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
États-Unis d'Amérique
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement des États-Unis d'Amérique relatif aux activités des entreprises
chargées de fournir des services d'appui analytique "Raytheon Technical Services Company, LLC (DOCPER-AS-57-02) (VN 427)". Berlin, 15 avril 2008
Entrée en vigueur : 15 avril 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
261
Volume 2530, I-45173
No. 45173
____
Germany
and
Nicaragua
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Republic of Nicaragua concerning financial cooperation in
2002. Managua, 24 September 2003
Entry into force: 24 September 2003 by signature, in accordance with article 5
Authentic texts: German and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Nicaragua
Accord de coopération financière en 2002 entre le Gouvernement de la République
fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Nicaragua. Managua, 24 septembre 2003
Entrée en vigueur : 24 septembre 2003 par signature, conformément à l'article 5
Textes authentiques : allemand et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
263
Volume 2530, I-45174
No. 45174
____
Germany
and
Nicaragua
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Republic of Nicaragua concerning financial cooperation in
2002. Managua, 24 September 2003
Entry into force: 24 September 2003 by signature, in accordance with article 6
Authentic texts: German and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Nicaragua
Accord de coopération financière en 2002 entre le Gouvernement de la République
fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Nicaragua. Managua, 24 septembre 2003
Entrée en vigueur : 24 septembre 2003 par signature, conformément à l'article 6
Textes authentiques : allemand et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
265
Volume 2530, I-45175
No. 45175
____
Germany
and
Cameroon
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Republic of Cameroon concerning financial cooperation in
2006. Yaoundé, 11 June 2008
Entry into force: 11 June 2008 by signature, in accordance with article 5
Authentic texts: French and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Cameroun
Accord de coopération financière entre le Gouvernement de la République fédérale
d'Allemagne et le Gouvernement de la République du Cameroun 2006. Yaoundé, 11 juin 2008
Entrée en vigueur : 11 juin 2008 par signature, conformément à l'article 5
Textes authentiques : français et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
267
Volume 2530, I-45176
No. 45176
____
Germany
and
Lao People's Democratic Republic
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Lao People's Democratic Republic concerning financial cooperation in 2006. Vientiane, 22 November 2007
Entry into force: 22 November 2007 by signature, in accordance with article 5
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
République démocratique populaire lao
Accord de coopération financière en 2006 entre le Gouvernement de la République
fédérale d'Allemagne et le Gouvernement de la République démocratique populaire lao. Vientiane, 22 novembre 2007
Entrée en vigueur : 22 novembre 2007 par signature, conformément à l'article 5
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
269
Volume 2530, I-45177
No. 45177
____
Germany
and
Philippines
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Republic of the Philippines concerning financial cooperation
(Special Programme Renewable Energies). Manila, 2 August 2007 and 30 October 2007
Entry into force: 30 October 2007, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Philippines
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement de la République des Philippines relatif à la coopération financière (Programme spécial Énergies renouvelables). Manille, 2 août 2007 et 30
octobre 2007
Entrée en vigueur : 30 octobre 2007, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
271
Volume 2530, I-45178
No. 45178
____
Germany
and
Caribbean Community
Agreement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Caribbean Community concerning financial cooperation in 2006/2007. Port of
Spain, 26 February 2008
Entry into force: 26 February 2008 by signature, in accordance with article 5
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Communauté des Caraïbes
Accord de coopération financière en 2006/2007 entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et la Communauté des Caraïbes. Port of Spain, 26
février 2008
Entrée en vigueur : 26 février 2008 par signature, conformément à l'article 5
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
273
Volume 2530, I-45179
No. 45179
____
Federal Republic of Germany
and
Morocco
Agreement between the Federal Republic of Germany and the Kingdom of Morocco
concerning technical and economic cooperation (with protocol, 8 May 1961).
Rabat, 6 May 1961
Entry into force: 6 May 1961 by signature, in accordance with article 9
Authentic texts: Arabic, French and German
Authentic texts of the protocol: French and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
République fédérale d'Allemagne
et
Maroc
Accord de coopération technique et économique entre la République fédérale d'Allemagne et le Royaume du Maroc (avec protocole, 8 mai 1961). Rabat, 6 mai
1961
Entrée en vigueur : 6 mai 1961 par signature, conformément à l'article 9
Textes authentiques : arabe, français et allemand
Textes authentiques du protocole : français et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
275
Volume 2530, I-45179
276
Volume 2530, I-45179
277
Volume 2530, I-45179
[ ARABIC TEXT – TEXTE ARABE ]
278
Volume 2530, I-45179
[ FRENCH TEXT – TEXTE FRANÇAIS ]
279
Volume 2530, I-45179
280
Volume 2530, I-45179
281
Volume 2530, I-45179
282
Volume 2530, I-45179
283
Volume 2530, I-45179
284
Volume 2530, I-45179
[ GERMAN TEXT – TEXTE ALLEMAND ]
285
Volume 2530, I-45179
286
Volume 2530, I-45179
287
Volume 2530, I-45179
288
Volume 2530, I-45179
289
Volume 2530, I-45179
290
Volume 2530, I-45179
291
Volume 2530, I-45179
292
Volume 2530, I-45179
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT BETWEEN THE FEDERAL REPUBLIC OF GERMANY AND
THE KINGDOM OF MOROCCO CONCERNING TECHNICAL AND
ECONOMIC COOPERATION
The Government of the Federal Republic of Germany and the Government of the
Kingdom of Morocco,
Desiring to consolidate and strengthen the friendly relations that already exist between the two States and their peoples,
Considering their common interest in maintaining and encouraging their States’
technical and economic development, and recognizing the benefits that will accrue to
both from closer technical and economic cooperation,
Have agreed as follows:
Article 1
1. The Government of the Federal Republic of Germany and the Government of the
Kingdom of Morocco will endeavour, to the best of their ability, to cooperate and assist
one another in technical and economic matters. They will cooperate as equal partners,
with equal rights.
2. On the basis of this Agreement and pursuant thereto, the Contracting Parties plan
to enter into arrangements relating to certain projects in the field of technical and economic cooperation.
Article 2
With a view to the fulfilment of the objectives of this Agreement, the special agreements mentioned above in article 1, paragraph 2, may provide that the Government of the
Federal Republic of Germany will:
1. Help the Government of the Kingdom of Morocco to create centres for instruction
and vocational training, to procure instructional and audiovisual material for its technological and scientific institutes, to promote technical training of Moroccan citizens, and
to recruit German experts, instructors and specialists;
2. Give representatives of the Government of the Kingdom of Morocco the opportunity to acquaint themselves with German experts’ knowledge in the fields of technical,
administrative and economic development;
3. At its own expense, and at the request of the Government of Morocco, dispatch
German experts whose responsibility it will be to draw up reports on technological and
economic opportunities, to conduct projects whereby the Kingdom of Morocco’s economic resources can be fully developed and utilised;
293
Volume 2530, I-45179
4. Provide students and trainees of the Kingdom of Morocco with scholarships and
training opportunities at centres of instruction in Germany and in German industry.
Article 3
The Government of the Kingdom of Morocco shall:
1. Provide the land and buildings for the projects conducted under this Agreement,
as required, and defray the operating and maintenance costs thereof subject to article 2,
paragraph 3;
2. Endeavour to provide accommodation for German experts, instructors and specialists and their families, or, alternatively, to bear the cost of their accommodation;
3. Defray the travel and transportation expenses of German experts, instructors and
specialists for trips taken in the Kingdom of Morocco in furtherance of their activity;
4. Grant every facility to German experts, instructors and specialists for the fulfilment of their mission, in particular by providing them with the necessary administrative
documentation.
Article 4
It should be noted that the materiel supplied pursuant to this Agreement, in particular
to equip the instruction or vocational training centres, will be delivered to the Government of the Kingdom of Morocco, CIF Casablanca.
Article 5
The Government of the Kingdom of Morocco shall:
1. Grant duty-free temporary admission, for the entire stay of the interested party in
Morocco, for furniture, personal effects and one motor vehicle per family of an expert;
2. Grant German experts, instructors and specialists, for the duration of their activity
under an agreement concluded in accordance with article 1, paragraph 2, above, exemption from taxes and other fiscal levies on the wages, salaries and allowances paid by the
Government of the Federal Republic of Germany for the performance of this Agreement.
Article 6
The Government of the Kingdom of Morocco shall give the benefit of article 5
above to German experts, instructors and specialists carrying on their activity in Morocco
as of the effective date of this Agreement within the framework of Technical Assistance
to Morocco.
294
Volume 2530, I-45179
Article 7
The Contracting Governments shall keep each other informed, under a special
agreement, of the instructional and work plans relevant to the undertaking of technical
and economic cooperation.
Article 8
This Agreement shall also apply to Land Berlin provided that the Government of the
Federal Republic of Germany does not make a contrary declaration to the Government of
the Kingdom of Morocco within three months of the signature of this Agreement.
Article 9
This Agreement shall enter into force on the date of its signature.
DONE at Rabat, on 6 May 1961, in six copies, two in Arabic, two in German and
two in French, the French text being authentic in case of divergence.
For the Government of the Federal Republic of Germany :
HERBERT MÜLLER-ROSCHACH
ERICH BOLTZE
For the Government of the Kingdom of Morocco:
M'HAMED DOUIRI
295
Volume 2530, I-45179
PROTOCOL
Pursuant to the Agreement on Technical and Economic Cooperation entered into by
the Government of the Federal Republic of Germany and the Government of the Kingdom of Morocco on 5 May 1961, the two Governments have agreed to jointly carry out
the following projects:
I. Industrial planning
The Government of the Federal Republic of Germany is prepared to make available
to the Government of the Kingdom of Morocco a group of experts whose responsibility it
will be to review economic development opportunities in Morocco in the iron and metals
industry, the chemical and petrochemical industry and related industries and to develop
expertise on those opportunities.
II. Incentives for sugar production
To encourage expansion of sugar production, the Federal Government agrees to
strengthen the Cultivation Trial Centre and to help popularize sugar beet growing.
To that end, the German Federal Government agrees to send a graduate agronomist,
a technician specialized in the field and a geneticist (seed selection) for a two-year assignment.
In line with the wishes of the Government of Morocco, the Federal Government
plans to send two engineers specialized in the sugar industry, including a graduate chemist, for a one-year assignment.
Further, to assist in the work of the above-mentioned experts, materiel and technical
equipment will be provided to the Trial Centre by the Federal Government.
The Federal Government is prepared, in addition, to train two Moroccan technicians
in Germany for one year.
III. Training for skilled workers
A. The Government of the Federal Republic of Germany is prepared to furnish the
requisite assistance for the equipment of a vocational training and qualification centre.
The Government of the Kingdom of Morocco has designated for that purpose the Nador
Centre, now under construction.
B. Once the expertise now under development is available, a decision will be made
by mutual consent in consultation with a representative of the Government of the Kingdom of Morocco.
C. The Government of the Federal Republic of Germany is prepared to make four
specialized instructors available to the Government of Morocco for a two-year period.
The Government of the Kingdom of Morocco will give those instructors the opportunity
to acquaint themselves with the methods and programs already in use at the various centres of Morocco’s Ministry of Labour and Social Affairs.
D. The Government of the Federal Republic of Germany is prepared to receive ten
Moroccan instructors designated by the Government of Morocco after consultation with
the Government of the Federal Republic of Germany, with a view to providing them with
296
Volume 2530, I-45179
practical training, for one year, in a vocational school and in German industry, in order to
perfect their knowledge and develop within their specialties.
E. Implementation procedures for this Protocol will be specified by an exchange of
notes between the Government of the Federal Republic of Germany and the Government
of the Kingdom of Morocco.
IV. Television - cinema - information
After viewing a presentation by a Moroccan delegation on the current situation of
television, cinema and pure information, and in response to the wishes expressed by the
Government of the Kingdom of Morocco, the Government of the Federal Republic of
Germany has decided:
A. Television:
1. In the near future, in accordance with the wishes of the Government of Morocco,
to send two German engineers to advise the Government of Morocco on the expansion of
its television network.
2. Once sufficient expertise has been developed, the Government of the Federal Republic of Germany will send three more engineers or technicians, for a one-year period,
to advise the Government of Morocco on the starting up and operating of the television
network.
3. The cost will be borne by the Government of the Federal Republic of Germany.
B. Cinema:
1. The Government of the Federal Republic of Germany will establish a film reproduction laboratory including a sound stage. At the same time, the laboratory will serve as
an instruction centre for the training and development of technicians and mechanics.
2. The Government of the Federal Republic of Germany will take care to appoint a
German expert to outfit the laboratory and train the Moroccan staff to be employed there.
3. The Government of the Federal Republic of Germany will, for a one-year period
beginning in 1961, provide, at its own expense, theoretical and practical instruction in the
Federal Republic of Germany to four young trainees from the Moroccan Film Centre.
C. Information:
The Moroccan delegation has expressed a desire to obtain a printing press from the
Federal Republic of Germany. The Government of the Federal Republic of Germany will
do what it can to honour that request. The details of the project will be set in an exchange
of letters.
As of now, the German delegation agrees to send an expert, at its own expense, to do
an on-site study for the installation of the printing press.
297
Volume 2530, I-45179
DONE at Rabat, on 8 May 1961, in duplicate.
For the Government of the Federal Republic of Germany :
HERBERT MÜLLER-ROSCHACH
ERICH BOLTZE
For the Government of the Kingdom of Morocco:
M'HAMED DOUIRI
298
Volume 2530, I-45180
No. 45180
____
United Nations
and
Cameroon
Exchange of letters constituting an agreement between the United Nations and the
Government of Cameroon regarding the hosting of the "Pre-conference Seminar for Elected Women Local Government Leaders" and the "Ministerial Conference on Leadership Capacity Building for Decentralized Governance and
Poverty Reduction in Africa", to be held in Yaoundé, from 26 to 30 May 2008.
New York, 12 May 2008 and 29 May 2008
Entry into force: 29 May 2008, in accordance with the provisions of the said letters
Authentic texts: English and French
Registration with the Secretariat of the United Nations: ex officio, 6 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Organisation des Nations Unies
et
Cameroun
Échange de lettres constituant un accord entre l'Organisation des Nations Unies et
le Gouvernement du Cameroun concernant l'organisation de l'"Atelier de préconférence pour les femmes élues en change de la gestion des affaires publiques
au niveau local" et la "Conférence ministérielle sur le renforcement des capacités de leadership pour la gouvernance décentralisée et la réduction de la pauvreté en Afrique", devant se tenir à Yaoundé, du 26 au 30 mai 2008. New York,
12 mai 2008 et 29 mai 2008
Entrée en vigueur : 29 mai 2008, conformément aux dispositions desdites lettres
Textes authentiques : anglais et français
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : d'office, 6 août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
299
Volume 2530, I-45181
No. 45181
____
Germany
and
Ethiopia
Arrangement between the Government of the Federal Republic of Germany and the
Government of the Federal Democratic Republic of Ethiopia concerning financial cooperation regarding a first reprogramming of funds to the project "Cofinancing to the Protection of Basic Services". Addis Ababa, 28 January 2008
and 1 February 2008
Entry into force: 1 February 2008, in accordance with its provisions
Authentic texts: English and German
Registration with the Secretariat of the United Nations: Germany, 1 August 2008
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Allemagne
et
Éthiopie
Arrangement entre le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne et le
Gouvernement de la République fédérale démocratique d'Éthiopie relatif à la
coopération financière concernant la première reprogrammation de fonds au
projet "Cofinancement pour la protection des services essentiels". AddisAbeba, 28 janvier 2008 et 1 février 2008
Entrée en vigueur : 1er février 2008, conformément à ses dispositions
Textes authentiques : anglais et allemand
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Allemagne, 1er août 2008
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du
règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la
Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
301
Printed at the United Nations, New York
11-34324—March 2012—85
ISSN 0379-8267
Sales No. TS2530
USD $35
ISBN 978-92-1-900495-5
UNITED
NATIONS
TREATY
SERIES
Volume
2530
2008
I. Nos.
45158-45181
RECUEIL
DES
TRAITÉS
NATIONS
UNIES
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
5
Размер файла
10 809 Кб
Теги
series, 2530, treaty, 833
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа