close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

862.Treaty Series 2699

код для вставкиСкачать
Treaty Series
Treaties and international agreem ents
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2699
2010
I. Nos. 47912-47932
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
UNITED NATIONS • NATIONS UNIES
Treaty Series
Treaties and international agreem ents
registered
or filed and recorded
with the Secretariat of the United Nations
VOLUME 2699
Recueil des Traités
Traités et accords internationaux
enregistrés
ou classés et inscrits au répertoire
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies
United Nations • Nations Unies
New York, 2014
Copyright © United Nations 2014
All rights reserved
Manufactured in the United Nations
Print ISBN: 978-92-1-900673-7
e-ISBN: 978-92-1-056411-3
Copyright © Nations Unies 2014
Tous droits réservés
Imprimé aux Nations Unies
Volume 2699, Table of Contents
TABLE OF CONTENTS
I
Treaties and international agreements
registered in October 2010
Nos. 47912 to 47932
No. 47912. Turkey and Romania:
Agreement between the Government of the Republic of Turkey and the Government of Romania on the readmission of citizens of their States and aliens with illegal status on the territories of their respective States (with annexes). Bucharest, 19 January 2004 .............................................................
3
No. 47913. Turkey and Serbia:
Agreement between the Government of the Republic of Turkey and the Government of the Republic of Serbia on economic cooperation. Belgrade,
26 October 2009 ...........................................................................................
75
No. 47914. International Fund for Agricultural Development and Colombia:
Loan Agreement (Program for the Development of Investment Opportunities
and Capitalization of the Assets of Rural Microenterprises) between the
Republic of Colombia and the International Fund for Agricultural Development (with General Conditions for Agricultural Development Financing
dated 2 December 1998 and annexes). Rome, 19 February 2007 .................
89
No. 47915. International Fund for Agricultural Development and Honduras:
Loan Agreement (Project to Enhance the Rural Economic Competitiveness in
Yoro (PROMECOM) between the Republic of Honduras and the International Fund for Agricultural Development (with General Conditions for
Agricultural Development Financing dated 2 December 1998 and annexes). Tegucigalpa, 11 March 2008 .................................................................
91
No. 47916. International Bank for Reconstruction and Development and Turkey:
Loan Agreement (Second Programmatic Environmental Sustainability and Energy Sector Development Policy Loan) between the Republic of Turkey
and the International Bank for Reconstruction and Development (with
schedules, appendix and International Bank for Reconstruction and Development General Conditions for Loans, dated 1 July 2005, as amended
through 12 February 2008). Ankara, 1 July 2010 .........................................
III
93
Volume 2699, Table of Contents
No. 47917. Argentina and El Salvador:
Cooperation Agreement between the Argentine Republic and the Republic of
El Salvador to combat transnational organized crime. Buenos Aires,
10 July 2007 .................................................................................................
95
No. 47918. Argentina and Ecuador:
Cooperation Agreement between the Argentine Republic and the Republic of
Ecuador in the area of land transport. Quito, 22 March 2007.......................
113
No. 47919. Lithuania and Germany:
Agreement between the Government of the Republic of Lithuania and the
Government of the Federal Republic of Germany on the recognition of
equivalence of higher education qualifications and degrees (with annex).
Palanga, 15 May 2009 ..................................................................................
123
No. 47920. Argentina and Ecuador:
Memorandum of Understanding concerning industrial complementation in the
field of metal engineering between the Argentine Republic and the Republic of Ecuador. Buenos Aires, 20 September 2007 .......................................
151
No. 47921. Argentina and Brazil:
Agreement supplementary to the Agreement on technical cooperation between
the Government of the Argentine Republic and the Government of the
Federative Republic of Brazil for the implementation of the project “Capacity Building in the Field of Water Management”. Buenos Aires,
21 February 2008..........................................................................................
159
No. 47922. Argentina and Ecuador:
Basic Agreement on technical and scientific cooperation between the Governments of the Argentine Republic and the Republic of Ecuador. Quito,
26 January 1972............................................................................................
161
No. 47923. Argentina and Ecuador:
Economic Cooperation Agreement between the Government of the Argentine
Republic and the Government of the Republic of Ecuador. Buenos Aires,
5 April 1977 .................................................................................................
177
No. 47924. Argentina and Ecuador:
Agreement on cooperation in the food sector between the Argentine Republic
and the Republic of Ecuador. Buenos Aires, 20 September 2007 ................
IV
191
Volume 2699, Table of Contents
No. 47925. Argentina and Ecuador:
Memorandum of Understanding between the Argentine Republic and the Republic of Ecuador on investments in housing construction. Buenos Aires,
20 September 2007 .......................................................................................
199
No. 47926. Argentina and El Salvador:
Cooperation Agreement on the promotion of trade and investment between the
Argentine Republic and the Republic of El Salvador. Buenos Aires,
10 July 2007 .................................................................................................
205
No. 47927. Argentina and El Salvador:
Agreement between the Argentine Republic and the Republic of El Salvador
on the free exercise of remunerated activities for dependants of diplomatic, consular, administrative and technical personnel of diplomatic missions, consular offices and permanent representations to international organizations. Buenos Aires, 10 July 2007 ......................................................
213
No. 47928. Argentina and Equatorial Guinea:
Memorandum of Understanding between the Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of Equatorial Guinea concerning consultation on matters of common interest. Buenos Aires,
22 November 2007 .......................................................................................
225
No. 47929. Argentina and Ecuador:
Agreement between the Argentine Republic and the Republic of Ecuador in the
area of infrastructure and road concessions. Buenos Aires,
20 September 2007 .......................................................................................
233
No. 47930. European Community and Republic of Korea:
Agreement on the scientific and technological cooperation between the European Community and the Government of the Republic of Korea (with annexes). Brussels, 22 November 2006 ...........................................................
241
No. 47931. European Community and Mexico:
Agreement for scientific and technological cooperation between the European
Community and the United Mexican States (with annex). Brussels,
3 February 2004............................................................................................
281
No. 47932. European Community and Brazil:
Agreement for scientific and technological cooperation between the European
Community and the Federative Republic of Brazil (with annex). Brasilia,
19 January 2004............................................................................................
V
329
Volume 2699, Table des matières
TABLE DES MATIÈRES
I
Traités et accords internationaux
enregistrés en octobre 2010
Nos 47912 à 47932
No
47912. Turquie et Roumanie :
Accord entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de
la Roumanie relatif à la réadmission de leurs ressortissants et des étrangers
en situation irrégulière sur le territoire de leurs états respectifs (avec annexes). Bucarest, 19 janvier 2004 .................................................................
No
47913. Turquie et Serbie :
Accord entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de
la République de Serbie relatif à la coopération économique. Belgrade,
26 octobre 2009 ............................................................................................
No
89
47915. Fonds international de développement agricole et Honduras :
Accord de prêt (Projet en vue de renforcer la compétitivité économique rurale
de Yoro (PROMECOM) entre la République du Honduras et le Fonds international de développement agricole (avec Conditions générales applicables au financement du développement agricole en date du
2 décembre 1998 et annexes). Tegucigalpa, 11 mars 2008 ..........................
No
75
47914. Fonds international de développement agricole et Colombie :
Accord de prêt (Programme pour le développement d'opportunités d'investissement et actualisation des avoirs des micro-entreprises rurales) entre la
République de Colombie et le Fonds international de développement agricole (avec Conditions générales applicables au financement du développement agricole en date du 2 décembre 1998 et annexes). Rome,
19 février 2007 .............................................................................................
No
3
91
47916. Banque internationale pour la reconstruction et le développement
et Turquie :
Accord de prêt (Deuxième prêt relatif à la politique de développement programmatique de la viabilité environnementale et du secteur énergétique)
entre la République turque et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (avec annexes, appendice et Conditions générales
applicables aux prêts de la Banque internationale pour la reconstruction et
le développement, en date du 1er juillet 2005, telles qu’amendées au
12 février 2008). Ankara, 1er juillet 2010 .....................................................
VII
93
Volume 2699, Table des matières
No
47917. Argentine et El Salvador :
Accord de coopération entre la République argentine et la République
d'El Salvador pour combattre la criminalité transnationale organisée. Buenos Aires, 10 juillet 2007..............................................................................
No
47918. Argentine et Équateur :
Accord de coopération dans le domaine du transport terrestre entre la République argentine et la République de l'Équateur. Quito, 22 mars 2007 .........
No
161
47923. Argentine et Équateur :
Accord de coopération économique entre le Gouvernement de la République
argentine et le Gouvernement de la République de l'Équateur. Buenos
Aires, 5 avril 1977 ........................................................................................
No
159
47922. Argentine et Équateur :
Accord de base relatif à la coopération technique et scientifique entre les Gouvernements de la République argentine et de la République de l'Équateur.
Quito, 26 janvier 1972 ..................................................................................
No
151
47921. Argentine et Brésil :
Accord complémentaire à l'Accord de coopération technique entre le Gouvernement de la République argentine et le Gouvernement de la République
fédérative du Brésil concernant l'exécution du projet “Renforcement des
capacités dans le domaine de la gestion de l'eau”. Buenos Aires,
21 février 2008 .............................................................................................
No
123
47920. Argentine et Équateur :
Mémorandum d'accord relatif à la complémentarité industrielle dans le domaine de la métallurgie entre la République argentine et la République de
l'Équateur. Buenos Aires, 20 septembre 2007 ..............................................
No
113
47919. Lituanie et Allemagne :
Accord entre le Gouvernement de la République de Lituanie et le Gouvernement de la République fédérale d'Allemagne relatif à la reconnaissance de
l'équivalence des qualifications et des diplômes d'enseignement supérieur
(avec annexe). Palanga, 15 mai 2009 ...........................................................
No
95
177
47924. Argentine et Équateur :
Accord de coopération dans le secteur alimentaire entre la République argentine et la République de l'Équateur. Buenos Aires, 20 septembre 2007........
VIII
191
Volume 2699, Table des matières
No
47925. Argentine et Équateur :
Mémorandum d'accord entre la République argentine et la République de
l'Équateur sur les investissements dans la construction de logements. Buenos Aires, 20 septembre 2007.......................................................................
No
47926. Argentine et El Salvador :
Accord de coopération dans le domaine de la promotion du commerce et de
l'encouragement des investissements entre la République argentine et la
République d'El Salvador. Buenos Aires, 10 juillet 2007 .............................
No
241
47931. Communauté européenne et Mexique :
Accord de coopération scientifique et technologique entre la Communauté européenne et les États-Unis du Mexique (avec annexe). Bruxelles,
3 février 2004 ...............................................................................................
No
233
47930. Communauté européenne et République de Corée :
Accord de coopération scientifique et technologique entre la Communauté européenne et le Gouvernement de la République de Corée (avec annexes).
Bruxelles, 22 novembre 2006 .......................................................................
No
225
47929. Argentine et Équateur :
Accord entre la République argentine et la République de l'Équateur dans le
domaine de l'infrastructure et des concessions routières. Buenos Aires,
20 septembre 2007........................................................................................
No
213
47928. Argentine et Guinée équatoriale :
Mémorandum d'accord entre le Gouvernement de la République argentine et le
Gouvernement de la République de Guinée équatoriale relatif à des consultations en matière d'intérêt commun. Buenos Aires, 22 novembre 2007..
No
205
47927. Argentine et El Salvador :
Accord entre la République argentine et la République d'El Salvador sur le
libre exercice d'activités rémunérées pour les membres de famille à charge
du personnel diplomatique, consulaire, administratif et technique des missions diplomatiques, des consulats et des représentations permanentes auprès des organisations internationales. Buenos Aires, 10 juillet 2007 ..........
No
199
281
47932. Communauté européenne et Brésil :
Accord de coopération scientifique et technologique entre la Communauté européenne et la République fédérative du Brésil (avec annexe). Brasilia,
19 janvier 2004 .............................................................................................
IX
329
NOTE BY THE SECRETARIAT
Under Article 102 of the Charter of the United Nations, every treaty and every international agreement entered into by any Member of the United Nations after the coming into force of the Charter shall, as soon as possible, be registered with the Secretariat and published by it. Furthermore, no party to a treaty or international
agreement subject to registration which has not been registered may invoke that treaty or agreement before any
organ of the United Nations. The General Assembly, by resolution 97 (I), established regulations to give effect
to Article 102 of the Charter (see text of the regulations, vol. 859, p. VIII; http://treaties.un.org/doc/source/publi
cations/practice/registration_and_publication.pdf).
The terms “treaty” and “international agreement” have not been defined either in the Charter or in the
regulations, and the Secretariat follows the principle that it acts in accordance with the position of the Member
State submitting an instrument for registration that, so far as that party is concerned, the instrument is a treaty
or an international agreement within the meaning of Article 102. Registration of an instrument submitted by a
Member State, therefore, does not imply a judgement by the Secretariat on the nature of the instrument, the status of a party or any similar question. It is the understanding of the Secretariat that its acceptance for registration of an instrument does not confer on the instrument the status of a treaty or an international agreement if it
does not already have that status, and does not confer upon a party a status which it would not otherwise have.
*
* *
Disclaimer: All authentic texts in the present Series are published as submitted for registration by a party
to the instrument. Unless otherwise indicated, the translations of these texts have been made by the Secretariat
of the United Nations, for information.
NOTE DU SECRÉTARIAT
Aux termes de l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tout traité ou accord international conclu par
un Membre des Nations Unies après l'entrée en vigueur de la Charte sera, le plus tôt possible, enregistré au
Secrétariat et publié par lui. De plus, aucune partie à un traité ou accord international qui aurait dû être
enregistré mais ne l'a pas été ne pourra invoquer ledit traité ou accord devant un organe de l’Organisation des
Nations Unies. Par sa résolution 97 (I), l'Assemblée générale a adopté un règlement destiné à mettre en
application l'Article 102 de la Charte (voir texte du règlement, vol. 859, p. IX; http://treaties.un.org/doc/source/
publications/practice/registration_and_publication-fr.pdf).
Les termes « traité » et « accord international » n'ont été définis ni dans la Charte ni dans le règlement, et
le Secrétariat a pris comme principe de s'en tenir à la position adoptée à cet égard par l'État Membre qui a présenté l'instrument à l'enregistrement, à savoir qu’en ce qui concerne cet État partie, l'instrument constitue un
traité ou un accord international au sens de l'Article 102. Il s'ensuit que l'enregistrement d'un instrument présenté par un État Membre n'implique, de la part du Secrétariat, aucun jugement sur la nature de l'instrument, le statut d'une partie ou toute autre question similaire. Le Secrétariat considère donc que son acceptation pour enregistrement d’un instrument ne confère pas audit instrument la qualité de traité ou d'accord international si ce
dernier ne l'a pas déjà, et qu'il ne confère pas à une partie un statut que, par ailleurs, elle ne posséderait pas.
*
* *
Déni de responsabilité : Tous les textes authentiques du présent Recueil sont publiés tels qu’ils ont été
soumis pour enregistrement par l’une des parties à l’instrument. Sauf indication contraire, les traductions de ces
textes ont été établies par le Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies, à titre d'information.
I
Treaties and international agreements
registered in
October 2010
Nos. 47912 to 47932
Traités et accords internationaux
enregistrés en
octobre 2010
os
N 47912 à 47932
Volume 2699, I-47912
No. 47912
____
Turkey
and
Romania
Agreement between the Government of the Republic of Turkey and the Government
of Romania on the readmission of citizens of their States and aliens with illegal
status on the territories of their respective States (with annexes). Bucharest,
19 January 2004
Entry into force: 8 November 2004 by notification, in accordance with article XVII
Authentic texts: English, Romanian and Turkish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Turkey, 12 October 2010
Turquie
et
Roumanie
Accord entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de la
Roumanie relatif à la réadmission de leurs ressortissants et des étrangers en situation irrégulière sur le territoire de leurs états respectifs (avec annexes). Bucarest, 19 janvier 2004
Entrée en vigueur : 8 novembre 2004 par notification, conformément à l'article XVII
Textes authentiques : anglais, roumain et turc
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Turquie, 12 octobre 2010
3
Volume 2699, I-47912
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
4
Volume 2699, I-47912
5
Volume 2699, I-47912
6
Volume 2699, I-47912
7
Volume 2699, I-47912
8
Volume 2699, I-47912
9
Volume 2699, I-47912
10
Volume 2699, I-47912
11
Volume 2699, I-47912
12
Volume 2699, I-47912
13
Volume 2699, I-47912
14
Volume 2699, I-47912
15
Volume 2699, I-47912
16
Volume 2699, I-47912
17
Volume 2699, I-47912
18
Volume 2699, I-47912
19
Volume 2699, I-47912
20
Volume 2699, I-47912
[ ROMANIAN TEXT – TEXTE ROUMAIN ]
21
Volume 2699, I-47912
22
Volume 2699, I-47912
23
Volume 2699, I-47912
24
Volume 2699, I-47912
25
Volume 2699, I-47912
26
Volume 2699, I-47912
27
Volume 2699, I-47912
28
Volume 2699, I-47912
29
Volume 2699, I-47912
30
Volume 2699, I-47912
31
Volume 2699, I-47912
32
Volume 2699, I-47912
33
Volume 2699, I-47912
34
Volume 2699, I-47912
35
Volume 2699, I-47912
36
Volume 2699, I-47912
37
Volume 2699, I-47912
38
Volume 2699, I-47912
39
Volume 2699, I-47912
[ TURKISH TEXT – TEXTE TURC ]
40
Volume 2699, I-47912
41
Volume 2699, I-47912
42
Volume 2699, I-47912
43
Volume 2699, I-47912
44
Volume 2699, I-47912
45
Volume 2699, I-47912
46
Volume 2699, I-47912
47
Volume 2699, I-47912
48
Volume 2699, I-47912
49
Volume 2699, I-47912
50
Volume 2699, I-47912
51
Volume 2699, I-47912
52
Volume 2699, I-47912
53
Volume 2699, I-47912
54
Volume 2699, I-47912
55
Volume 2699, I-47912
56
Volume 2699, I-47912
57
Volume 2699, I-47912
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE TURQUE
ET LE GOUVERNEMENT DE LA ROUMANIE RELATIF À LA RÉADMISSION DE LEURS RESSORTISSANTS ET DES ÉTRANGERS EN SITUATION IRRÉGULIÈRE SUR LE TERRITOIRE DE LEURS ÉTATS
RESPECTIFS
Le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de la Roumanie, ciaprès dénommés les « Parties contractantes »,
Rappelant les liens historiques existant entre eux,
Gardant à l’esprit l’affinité entre leurs peuples,
Notant avec satisfaction les relations étroites, la confiance mutuelle et le respect existant entre eux,
Réaffirmant la nécessité de prévenir l’immigration illégale, le trafic de migrants et la
traite des êtres humains tout en respectant les droits inaliénables des personnes, indépendamment de l’appartenance ethnique, de la nationalité, de la religion, de la couleur, du
sexe et du handicap,
Tenant compte des traités, conventions et accords internationaux par lesquels ils sont
eux-mêmes ou leurs États liés,
Dans l’intention de régler, selon les principes d’humanité et d’équité ainsi que dans
un esprit d’amitié, la réadmission mutuelle des ressortissants de leurs États et des étrangers en situation irrégulière sur le territoire de leurs États respectifs,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Définitions
Aux fins du présent Accord :
a) Le terme « Étranger » s’entend d’une personne qui n’est citoyenne de l’État
d’aucune des deux Parties contractantes;
b) Le terme « Visa » s’entend d’un permis valide délivré par les autorités compétentes d’une des Parties contractantes, quelle qu’elle soit, autorisant une personne à entrer
et à séjourner sur le territoire de l’État de cette Partie contractante pendant une période
déterminée ou à transiter par ce territoire;
c) L’expression « Autorisation de séjour » s’entend d’un document valide délivré
par les autorités compétentes d’une Partie contractante, autorisant la personne qui le détient à résider sur le territoire et à rentrer sur le territoire de l’État de cette Partie contractante. Un visa ou une autorisation de séjour temporaire accordé à une personne dans le
cadre du traitement d’une demande d’asile ou dans l’attente d’une procédure d’expulsion
n’est pas considéré comme une autorisation de séjour.
58
Volume 2699, I-47912
Article II. Réadmission des citoyens des États des Parties contractantes
1) Chaque Partie contractante réadmet, à la demande de l’autre Partie contractante
et sans formalités particulières, toute personne qui ne remplit pas ou ne remplit plus les
conditions d’entrée ou de séjour applicables sur le territoire de l’État de la Partie contractante requérante, pour autant qu’il soit établi ou valablement présumé qu’elle possède la
nationalité de l’État de la Partie contractante requise.
2) Les dispositions du paragraphe 1 s’appliquent aux personnes qui ont été déchues
de la nationalité de l’État de la Partie contractante requise après être entrées sur le territoire de l’État de la Partie contractante requérante, sans avoir au moins eu la garantie
d’être naturalisées par les autorités compétentes de la Partie contractante requérante.
3) La Partie contractante requise, selon que de besoin et sans tarder, délivre aux
personnes devant être réadmises les documents de voyage nécessaires à leur rapatriement.
4) Si des contrôles effectués après une réadmission ayant eu lieu conformément au
présent article révèlent que les personnes n’étaient pas en possession de la nationalité de
l’État de la Partie contractante requise au moment de leur départ du territoire de l’État de
la Partie contractante requérante, la Partie contractante requérante réadmet immédiatement ces personnes. Cette mesure n’est pas d’application si les personnes sont entrées de
manière illégale sur le territoire de la Partie contractante requérante directement depuis le
territoire de la Partie contractante requise et si la demande de réadmission a été dépêchée
dans les délais envisagés pour les étrangers conformément aux conditions visées à
l’article V.
Article III. Preuve de la citoyenneté
1) La citoyenneté des personnes devant être réadmises sera censée prouvée sur la
foi des documents valides suivants et qui peuvent manifestement être attribués à leur détenteur :
a) Cartes d’identité nationales ou autres documents d’identité;
b) Tout type de passeport et carnet de marin;
c) Documents avec photographie du titulaire délivrés par les représentations consulaires compétentes ou autres autorités dûment mandatées par le droit national en remplacement du passeport;
d) Certificat d’identité/nationalité délivré par la représentation consulaire compétente;
e) Photocopies certifiées de l’un des documents mentionnés ci-dessus;
f) Autres documents mutuellement reconnus par les autorités compétentes des Parties contractantes.
2) La preuve à laquelle il est fait référence au paragraphe 1 du présent article est
une raison suffisante pour que soit approuvée une demande de réadmission s’inscrivant
dans le cadre de l’article II, à moins que la Partie contractante requise ne prouve le contraire.
59
Volume 2699, I-47912
Article IV. Présomption de citoyenneté
1) La citoyenneté des personnes à réadmettre peut être considérée comme présumée
sur la foi des documents suivants, notamment :
a) Être en possession d’un des documents mentionnés à l’article III dont la validité
est expirée;
b) Cartes d’identité personnelles officielles et laissez-passer des institutions gouvernementales;
c) Déclarations écrites des personnes en question légalement recueillies par la Partie contractante requérante;
d) Déclarations écrites de témoins, légalement recueillies par la Partie contractante
requérante;
e) Autres documents mutuellement reconnus par les autorités compétentes des Parties contractantes.
2) La preuve à laquelle il est fait référence au paragraphe 1 du présent article est
une raison suffisante pour déterminer la citoyenneté, à moins que cette preuve ne soit contestée par la Partie contractante requise.
3) En cas de doute en ce qui concerne la citoyenneté de la personne à réadmettre, la
Partie contractante requérante peut demander à la représentation consulaire de l’État de la
Partie contractante requise de procéder à l’audition de la personne concernée. Celle-ci est
organisée à l’endroit proposé par la Partie contractante requérante en accord avec les
agents consulaires. Les Parties contractantes s’efforcent d’organiser l’audition de la personne concernée dans les plus brefs délais.
4) Lorsqu’à l’issue de cette audition ou pendant la période de vérification des
preuves obtenues au cours de l’enquête, il est établi que la personne à réadmettre est un
citoyen de l’État de la Partie contractante requise, la représentation consulaire de l’État de
la Partie contractante requise lui délivre le document mentionné au paragraphe 3 de
l’article II.
Article V. Réadmission des étrangers
1) Chaque Partie contractante, à la demande de l’autre Partie contractante, réadmet
les étrangers entrés directement du territoire de l’État de la Partie contractante requise sur
le territoire de l’État de la Partie contractante requérante et qui ne satisfont pas aux conditions légales en vigueur pour entrer sur le territoire de l’État de la Partie contractante requérante.
2) Chaque Partie contractante, sur demande de l’autre Partie contractante, réadmet
les étrangers qui ne remplissent pas ou ne remplissent plus les conditions de séjour légal
sur le territoire de l’État de la Partie contractante requérante et qui ne sont pas en possession d’une autorisation de séjour valide ou d’un visa valide délivré par les autorités compétentes de la Partie contractante requérante.
3) Si les deux Parties contractantes ont délivré une autorisation de séjour ou un visa, le paragraphe 2 du présent article s’applique uniquement si le permis de résidence ou
60
Volume 2699, I-47912
le visa délivré par la Partie contractante requise a une date d’expiration dépassant celle du
permis ou du visa délivré par la Partie contractante requérante.
4) L’obligation de réadmission dont il est question aux paragraphes 1 et 2 du présent article ne s’applique pas aux étrangers qui, au moment de leur entrée sur le territoire
de l’État de la Partie contractante requérante, possédaient un visa ou une autorisation de
séjour valide délivré par les autorités compétentes de la Partie contractante requérante.
Article VI. Preuve de l’entrée dans le cas d’étrangers
1) La preuve de l’entrée des étrangers sur le territoire de l’État de la Partie requise
est établie sur la foi de l’une des pièces probantes suivantes :
a) Tampon d’entrée ou de sortie de la Partie contractante apposé sur tout type de
passeport ou de document de voyage reconnu de quelque nature que ce soit;
b) Tampon d’entrée ou de sortie de cette Partie contractante apposé sur un faux
passeport ou document de voyage ou sur un passeport ou document de voyage falsifié;
c) Autres documents probants ou pièces justificatives pouvant établir formellement
l’entrée par les frontières de l’État de cette Partie contractante.
2) À moins que la Partie contractante requise ne prouve le contraire, la preuve à laquelle il est fait référence au paragraphe 1 du présent article sera considérée comme une
preuve suffisante permettant d’établir qu’un étranger est entré sur le territoire de l’État de
la Partie contractante requise.
Article VII. Présomption d’entrée dans le cas d’étrangers
1) L’entrée d’un étranger sur le territoire de l’État de la Partie contractante requise
peut être considérée comme présumée sur la foi des éléments suivants :
a) Une autorisation de séjour dont la validité est expirée, délivré par les autorités
compétentes de cette Partie contractante;
b) Des déclarations écrites d’agents de l’administration publique de cette Partie
contractante;
c) Des déclarations écrites recueillies dans les formes légales de la personne à
transférer;
d) Un tampon de sortie d’un pays tiers qui a une frontière commune avec l’État de
cette Partie contractante, s’il est appuyé par une autre preuve telle que l’itinéraire possible, la date de franchissement de cette frontière commune;
e) Billets de voyage nominatifs établissant formellement le franchissement des
frontières de l’État de cette Partie contractante.
2) Les preuves auxquelles il est fait référence au paragraphe 1 du présent article seront censées être suffisantes pour justifier d’autres enquêtes concluantes menées par les
Parties contractantes.
61
Volume 2699, I-47912
Article VIII. Procédures de réadmission
1) Pour la réadmission de personnes ayant lieu en vertu du présent Accord, la procédure à appliquer consiste dans une procédure simplifiée ou, le cas échéant, dans une
procédure normale, et les formulaires requis seront utilisés conformément aux spécimens
reproduits dans les annexes à l’Accord. Dans tous les cas, les autorités compétentes de la
Partie contractante requérante prendront toutes les mesures qui s’imposent pour qu’un déroulement sans heurt et efficace de la procédure puisse être assuré.
2) La réadmission selon la procédure simplifiée s’applique dans le cas de citoyens
des États des Parties contractantes pour lesquels une preuve de la citoyenneté et de
l’entrée illégale/séjours illégaux sur le territoire de l’État de la Partie contractante requérante peut être fournie et dans le cas d’étrangers en situation irrégulière, pour lesquels une
pièce probante, attestant qu’elles sont entrées directement par les airs en provenance du
territoire de l’État de la Partie contractante requise sur le territoire de l’État de la Partie
contractante requérante, peut être apportée. La procédure se déroulera comme suit :
a) Si les conditions stipulées pour la réadmission d’une personne sont remplies, les
autorités compétentes de la Partie contractante requérante aviseront, conformément à
l’annexe 1 du présent Accord, les autorités compétentes de la Partie contractante requise
demandant la réadmission de cette personne;
b) La Partie contractante requise réadmettra, dans un délai ne dépassant pas
trente jours à compter de la date de réception de la demande de réadmission, la personne
concernée si les preuves visées aux articles III et VI sont jugées acceptables;
c) Suite à la réponse positive de la Partie contractante requise, la réadmission de la
personne sera effectuée par le personnel des autorités compétentes de la Partie contractante requérante en collaboration avec les missions diplomatique ou consulaire de la Partie contractante requise présentes aux aéroports et un rapport officiel sera établi, conformément à l’annexe 2 du présent Accord;
d) Si les conditions stipulées aux articles III et VI ne sont pas remplies, la procédure de réadmission normale s’applique.
3) La réadmission effectuée conformément à la procédure normale ne s’applique
pas si les conditions à remplir pour la procédure simplifiée ne sont pas réunies et si la Partie contractante requérante ne peut fournir que des preuves induites comme stipulé aux articles IV et VII. Cette procédure se déroulera comme suit :
a) Si les conditions de réadmission sont remplies, les autorités compétentes de la
Partie contractante requérante avisent, conformément à l’annexe 3 du présent Accord, les
autorités compétentes de la Partie contractante requise de la demande de réadmission
pour cette personne;
b) Les autorités compétentes de la Partie contractante requise accuseront réception
par écrit de la demande de réadmission;
c) Les autorités compétentes de la Partie contractante requise répondent de manière
définitive à toute demande de réadmission dans les soixante jours au plus tard qui suivent
l’accusé de réception; après communication de l’acceptation de la demande de réadmission, la réadmission a lieu dans les quinze jours suivants;
62
Volume 2699, I-47912
d) La réadmission des personnes effectuée conformément à la procédure normale
sera certifiée par un rapport officiel établi conformément à l’annexe 2 du présent Accord.
4) Le délai d’exécution d’une réadmission acceptée comme spécifié dans le présent
article peut être prolongé à concurrence du délai ayant servi à clarifier, à la demande des
autorités compétentes de la Partie contractante requérante, les obstacles juridiques ou pratiques ayant éventuellement pu se présenter.
5) Pendant le déroulement du processus de réadmission, les Parties contractantes
prennent l’engagement de ne pas réadmettre des groupes importants de personnes. Cet
engagement n’est pas valable dans le cas où la réadmission concernerait un groupe de
personnes entrées sur le territoire de l’État de la Partie contractante requérante au même
moment et au même endroit.
Article IX. Transit aux fins de réadmission
1) À la demande de l’autre Partie contractante, une Partie contractante autorise
l’entrée et le passage en transit des étrangers sur le territoire de son État aux fins de leur
réadmission à destination d’un pays tiers. La Partie contractante requise se réserve le droit
de fixer des conditions avant l’octroi de ce permis en demandant que lui soient remises
des garanties précisant que l’autorisation requise de la part de l’autre État éventuel ou des
États de transit et de l’État de destination est un fait acquis.
2) Dans un cas de ce genre, les autorités compétentes de la Partie contractante requérante présentent une demande aux autorités compétentes de la Partie contractante requise en utilisant le formulaire reproduit à l’annexe 4.
3) Les Parties contractantes s’efforcent de limiter le passage en transit aux personnes qui ne sont pas à même de regagner leur pays d’origine directement par la voie des
airs.
4) La Partie contractante requise se réserve le droit de refuser le passage en transit
d’un étranger aux fins de sa réadmission pour des raisons de protection de la sécurité nationale, de l’ordre public et de la santé publique de son État.
5) S’il y a lieu de penser que la personne faisant l’objet d’une demande de transit
risque, dans l’État de destination, d’encourir la peine de mort, d’être torturée, d’être soumise à des peines ou des traitements inhumains, cruels ou dégradants en fonction de sa
race, de sa couleur, de sa religion de sa nationalité, de son appartenance à un certain
groupe social ou de ses opinions politiques, et si les garanties prévues au paragraphe 1 du
présent article ne sont pas jugées satisfaisantes, la Partie contractante requise se réserve le
droit de refuser ladite demande.
6) La Partie contractante requérante garantit à la Partie contractante requise que
l’étranger, dont le transit est autorisé, sera muni d’un document de voyage valide pour les
pays de transit et de destination.
7) Si les étrangers faisant l’objet d’une procédure de réadmission n’est pas autorisé
à entrer sur le territoire d’un pays tiers ou si la poursuite du voyage, pour quelque raison
que ce soit, n’est plus possible, la Partie contractante requérante en assumera l’entière
responsabilité, y compris les frais entraînés par la prise en charge de cet étranger et par
son renvoi immédiat vers le territoire de son État.
63
Volume 2699, I-47912
Article X. Délai de l’obligation de réadmission des étrangers
1) La Partie contractante requérante peut présenter une demande de réadmission
pour les personnes visées au paragraphe 1 de l’article V dans un délai de sept jours à
compter de la date à laquelle l’entrée illégale dudit étranger sur le territoire de son État a
été légalement déterminée.
2) Pour les cas relevant de la disposition du paragraphe 2 de l’article V, ce délai
n’excèdera pas trois mois, faute de quoi la demande de réadmission ne sera plus admissible.
Article XI. Protection des données personnelles
1) Les informations requises pour l’application du présent Accord seront fournies
pour les finalités uniquement pour lesquelles l’Accord a été conclu.
2) Les données à caractère personnel ne peuvent être transmises qu’aux autorités
compétentes des Parties contractantes.
3) Les autorités compétentes des Parties contractantes garantissent la protection de
toutes les informations reçues/transmises dans le cadre du présent Accord, conformément
à leur législation applicable.
4) Les Parties contractantes s’engagent à maintenir la confidentialité des informations fournies dans le cadre du présent Accord et à ne pas les transmettre à une tierce partie, à moins d’y avoir été autorisées par la Partie contractante requérante.
5) Les Parties contractantes protègent également les informations contre toute perte
fortuite, tout accès intempestif et contre toute altération non autorisée ou divulgation indue.
6) Les Parties contractantes détruisent les informations dès l’instant où elles ont été
utilisées pour l’objet auquel elles étaient destinées.
Article XII. Coûts
1) La Partie contractante requérante supporte la totalité des frais associés au transport des personnes faisant l’objet d’une réadmission au titre des articles II ou V du présent Accord jusqu’à la frontière de l’État de la Partie contractante requise.
2) La Partie contractante requérante supporte la totalité des frais associés au transport des étrangers au titre de l’article IX du présent Accord jusqu’à la frontière du pays de
destination finale et, le cas échéant, les frais associés au retour de ces personnes vers le
territoire de son État, dès le moment où la poursuite du voyage, pour quelque raison que
ce soit, n’est plus possible.
Article XIII. Transport de biens légalement acquis
1) La Partie contractante requérante autorise les personnes faisant l’objet d’une
procédure de réadmission à transporter vers l’État de destination l’ensemble de leurs
biens acquis légalement en vertu de la législation applicable.
64
Volume 2699, I-47912
2) Les Parties contractantes n’ont aucune obligation de quelque nature que ce soit
de couvrir les frais de transport de ces biens.
Article XIV. Autorités compétentes
1) Les autorités des Parties contractantes autorisées à présenter et recevoir des
communications en matière de réadmission ou de passage en transit sont les suivantes :
Pour la Partie contractante turque :
a) L’ambassade de la République turque à Bucarest;
b) Le consulat général turc à Constanta;
c) La Direction générale de la sécurité du Ministère de l’intérieur.
Adresse :
Department of Foreigners, Borders, Asylum and Immigration Affairs
Yukari Ayranci, 06100 Ankara Téléphone : 90-3 12-412 32 10, 412 33 05
Fax 90-312-466 90 11
Adresse électronique: yhidb@egm.gov.tr
Pour la Partie contractante roumaine :
a) L’ambassade de Roumanie à Ankara;
b) Le consulat général roumain à Istanbul;
c) L’inspectorat général de la police des frontières - Ministère de l’administration
et de l’intérieur.
Adresse :
Razoare Str. 2-4, sector VI, Bucarest, Roumanie 7000
Fax : +40213121189
Téléphone : +40213121189
Adresse électronique : igpf@mi.ro
2) Les Parties contractantes s’informent l’une l’autre des changements apportés à
ces autorités.
Article XV. Mise en œuvre de l’Accord
1) Les autorités compétentes des Parties contractantes coopèrent directement pour
mettre en application le présent Accord.
2) Les représentants des autorités compétentes des Parties contractantes utilisent
l’anglais comme langue de travail dans le cadre de la mise en application du présent Accord.
3) Les experts des Parties contractantes se réunissent au moins une fois par an pour
évaluer la mise en application générale du présent Accord.
4) L’ordre du jour général de la réunion des experts consistera, entre autres, à :
a) Évaluer les résultats de l’année précédente,
65
Volume 2699, I-47912
b) Se mettre d’accord quant aux améliorations susceptibles d’être apportées aux activités menées en commun,
c) Négocier la résolution des différends d’ordre technique et individuel,
d) Débattre des propositions visant à amender le présent Accord.
5) Toute autorité compétente quelle qu’elle soit des Parties contractantes peut proposer des réunions extraordinaires quand elle le juge nécessaire.
Article XVI. Relation avec les autres accords internationaux
1) Les dispositions du présent Accord n’affectent en rien les droits acquis et les
obligations souscrites par l’une quelconque des Parties contractantes découlant d’autres
instruments juridiques internationaux par lesquels elle est liée.
2) Le présent Accord ne s’applique pas aux personnes faisant l’objet de procédures
en matière d’extradition, d’extradition en transit ou de transfert de personnes condamnées,
convenues entre les Parties contractantes ou entre des tierces Parties et les Parties contractantes.
Article XVII. Dispositions finales
1) Le présent Accord est conclu pour une période indéterminée et entrera en vigueur le jour où aura été reçue la dernière des notifications échangées par la voie diplomatique par les Parties contractantes s’informant l’une l’autre de ce que la procédure nécessaire à son entrée en vigueur a été accomplie.
2) Chaque Partie contractante peut suspendre l’application du présent Accord, en
totalité ou en partie, pour des raisons de protection de l’ordre public, de la santé publique
ou de la sécurité nationale en adressant préalablement, par la voie diplomatique, la notification écrite correspondante. La suspension prendra effet à la date et à l’heure indiquées
dans la notification. La Partie contractante qui a suspendu l’application du présent Accord
avise dès que possible l’autre Partie contractante de la fin de cette suspension.
3) Il peut être mis fin à tout moment d’un commun accord au présent Accord et ce
dernier peut être dénoncé par l’une des Parties contractantes par la voie diplomatique
moyennant préavis de trois mois.
4) Chaque Partie contractante peut à tout moment proposer des amendements au
présent Accord. Ces amendements entreront en vigueur conformément au paragraphe 1 du
présent article.
Les annexes 1 à 4 font partie intégrante du présent Accord.
66
Volume 2699, I-47912
SIGNÉ à Bucarest le 19 janvier 2004, en deux exemplaires originaux rédigés chacun
en langues turque, roumaine et anglaise, tous les textes faisant également foi. En cas de litige découlant de leur interprétation, le texte anglais prévaudra.
Pour le Gouvernement de la République turque :
ŎMER ZEYTINOĞLU
Ambassadeur de la République turque
Pour le Gouvernement de la Roumanie :
IOAN RUS
Ministre de l’administration et de l’intérieur
67
Volume 2699, I-47912
ANNEXE À L’ACCORD DE RÉADMISSION TURCO-ROUMAIN
ANNEXE 1. DEMANDE DE RÉADMISSION SIMPLIFIÉE
De : (Autorité compétente de la Partie contractante requérante) _________________
À : (Autorité compétente de la Partie contractante requise) _____________________
DATE : _____________________________________________________________
NUMÉRO : _________________________________________________________
1. DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL :
Nom : ______________________________________________________________
Prénom : ____________________________________________________________
Surnom : ____________________________________________________________
Nom du père :
________________________________________________________
Nom de la mère :
______________________________________________________
Nationalité : _________________________________________________________
Langue : ____________________________________________________________
Date de naissance : ____________________________________________________
Lieu de naissance : ____________________________________________________
Désignation, numéro, autorité émettrice, date des documents certifiant l’entrée dans
le pays de départ, le cas échéant ou si définis : __________________________________
2. CIRCONSTANCES DE L’ENTRÉE ILLÉGALE SUR LE TERRITOIRE DE
LA PARTIE REQUÉRANTE :
Date et heure de l’entrée :
_______________________________________________
Lieu de l’entrée :
______________________________________________________
Durée du séjour et lieu de séjour sur le territoire de l’État requérant : _____________
Exposé détaillé des circonstances dans lesquelles s’est effectuée l’entrée le cas
échéant :
________________________________________________________________
Mineurs transférés avec la personne susmentionnée : _________________________
Nom : ______________________________________________________________
Prénom : ____________________________________________________________
68
Volume 2699, I-47912
Nom du père :
________________________________________________________
Nom de la mère :
______________________________________________________
Date et lieu de naissance :
_______________________________________________
3. LIEU ET DATE PROPOSÉS POUR LE TRANSFERT
4. CIRCONSTANCES PARTICULIÈRES CONCERNANT LA PERSONNE ET
AUTRES REMARQUES :
Cachet et signature
Nom et fonction de la Partie requérante
69
Volume 2699, I-47912
ANNEXE 2. RAPPORT SUR LA RÉADMISSION DE PERSONNES
Lieu de transfert : _____________________________________________________
Date et heure de transfert : ______________________________________________
Autorité chargée de la remise : ___________________________________________
Autorité chargée de la réadmission : ______________________________________
Date et numéro de la demande : __________________________________________
Date et numéro de la réponse : ___________________________________________
Les personnes dont la liste figure ci-dessous ont été admises (indiquer à côté de
chaque numéro les références de la carte d’identité de la personne ainsi que sa nationalité)
_____________________________________________________________________
1. ________________________________________________________________
2. ________________________________________________________________
3. ________________________________________________________________
Les documents et affaires personnelles ci-après ont été remis : (description détaillée)
___________________________________________________________________
REMARQUES_______________________________________________________
Cachet et signature
Nom complet et fonction
du responsable de la remise
Cachet et signature
Nom complet et fonction
du responsable de la réception
70
Volume 2699, I-47912
ANNEXE 3. FORMULAIRE DE DEMANDE POUR RÉADMISSION NORMALE
De : (Autorité compétente de la Partie contractante requérante) _________________
À : (Autorité compétente de la Partie contractante requise) _____________________
DATE : _____________________________________________________________
NUMÉRO :
__________________________________________________________
1. DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL :
Nom : ______________________________________________________________
Prénom : ____________________________________________________________
Surnom : ____________________________________________________________
Nom du père :
________________________________________________________
Nom de la mère :
______________________________________________________
Nationalité : _________________________________________________________
Langue : ____________________________________________________________
Date de naissance : ____________________________________________________
Lieu de naissance : ____________________________________________________
Adresse du dernier lieu de résidence dans le pays de départ, s’il y a lieu ou si définie :
_________________________________________________________________
Désignation, numéro, autorité émettrice, date des documents certifiant l’entrée dans
le pays de départ, le cas échéant ou si définis : __________________________________
2. CIRCONSTANCES DE L’ENTRÉE ILLÉGALE SUR LE TERRITOIRE DE
L’ÉTAT REQUÉRANT :
Date et heure de l’entrée :
_______________________________________________
Lieu de l’entrée :
______________________________________________________
Exposé détaillé des circonstances dans lesquelles s’est effectuée l’entrée le cas
échéant :
________________________________________________________________
3. SÉJOUR SUR LE TERRITOIRE DE L’ÉTAT REQUÉRANT :
Durée du séjour :
______________________________________________________
71
Volume 2699, I-47912
Lieu de séjour :
_______________________________________________________
Itinéraire suivi après l’entrée illégale : _____________________________________
Raisons de supposer qu’une personne a franchi illégalement la frontière du pays requérant _________________________________________________________________
4. FAITS PARTICULIERS PROPRES À LA PERSONNE :
Nécessité de recourir à un interprète dans la langue suivante : __________________
Affaires personnelles : (documents, argent liquide, etc.) : ______________________
Indications relatives à la personnalité, au statut et aux origines sociales de la personne : _________________________________________________________________
État de santé de la personne; recours éventuel à une assistance médicale :
__________________________________________________________________
Mineurs transférés avec la personne susmentionnée :
Nom : ______________________________________________________________
Prénom : ____________________________________________________________
Nom du père :
________________________________________________________
Nom de la mère :
______________________________________________________
Date et lieu de naissance :
_______________________________________________
5. LIEU ET DATE PROPOSÉS POUR LE TRANSFERT :
___________________________________________________________________
6. AUTRES REMARQUES :
___________________________________________________________________
Cachet et signature
Nom et fonction de la Partie requérante
72
Volume 2699, I-47912
ANNEXE 4. DEMANDE DE TRANSFERT EN TRANSIT
AUX FINS DE RÉADMISSION
1. DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL :
Nom : ______________________________________________________________
Prénom : ____________________________________________________________
Surnom : ____________________________________________________________
Date et lieu de naissance :
_______________________________________________
Nom du père :
________________________________________________________
Nom de la mère :
______________________________________________________
Nationalité : _________________________________________________________
Langue : ____________________________________________________________
Dernier lieu de résidence dans le pays de départ si applicable ou défini : __________
2. BUT DE LA RÉADMISSION :
Pays de destination : ___________________________________________________
Pays de transit :
_______________________________________________________
L’admission est-elle garantie dans tous les Pays de transit ainsi que dans le Pays de
destination? _____________________________________________________________
Le rapatriement direct de la personne vers le pays de destination est-il possible ? Si
non, pourquoi ? __________________________________________________________
3. LIEU ET DATE PROPOSÉS POUR LE TRANSFERT :
___________________________________________________________________
4. NOMS DES AGENTS ET ACCOMPAGNATEURS :
___________________________________________________________________
5. AUTRES REMARQUES :
___________________________________________________________________
Cachet et signature
Nom et fonction de la Partie requérante
73
Volume 2699, I-47913
No. 47913
____
Turkey
and
Serbia
Agreement between the Government of the Republic of Turkey and the Government
of the Republic of Serbia on economic cooperation. Belgrade, 26 October 2009
Entry into force: 9 July 2010 by notification, in accordance with article 4
Authentic texts: English, Serbian and Turkish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Turkey, 12 October 2010
Turquie
et
Serbie
Accord entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de la
République de Serbie relatif à la coopération économique. Belgrade,
26 octobre 2009
Entrée en vigueur : 9 juillet 2010 par notification, conformément à l'article 4
Textes authentiques : anglais, serbe et turc
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Turquie, 12 octobre 2010
75
Volume 2699, I-47913
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
76
Volume 2699, I-47913
77
Volume 2699, I-47913
78
Volume 2699, I-47913
[ SERBIAN TEXT – TEXTE SERBE ]
79
Volume 2699, I-47913
80
Volume 2699, I-47913
81
Volume 2699, I-47913
82
Volume 2699, I-47913
[ TURKISH TEXT – TEXTE TURC ]
83
Volume 2699, I-47913
84
Volume 2699, I-47913
85
Volume 2699, I-47913
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE TURQUE
ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE SERBIE RELATIF
À LA COOPÉRATION ÉCONOMIQUE
Le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de la République de
Serbie (ci-après dénommés « les Parties »),
Inspirés par les liens traditionnels d’amitié existant entre la République turque et la
République de Serbie,
Désireux de développer et d’intensifier leur coopération économique, industrielle,
technique et technologique sur la base de la réciprocité et de l’avantage mutuel,
Conscients de la nécessité de disposer d’un cadre légal adéquat sous-tendant les relations serbo-turques conformément à la législation et à la règlementation applicables dans
les deux pays,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Objectifs
Les Parties s’accordent à reconnaître que les objectifs de l’Accord, conformément
aux lois et règlements en vigueur dans chaque pays, consisteront à :
(a) Favoriser les activités des secteurs respectifs pour accroître la coopération économique, technique et technologique bilatérale;
(b) Soutenir et développer les contacts commerciaux et les opportunités commerciales;
(c) Faciliter l’expansion de l’investissement bilatéral et l’identification des opportunités économiques et des possibilités d’investissement qui se présentent dans leurs pays
respectifs;
(d) Encourager la coopération dans les domaines présentant un intérêt commun
s’agissant du développement économique;
(e) Renforcer la coopération pour améliorer globalement les relations économiques
entre les deux pays.
Article 2. Coopération économique
Dans le cadre de leur législation respective en vigueur, les Parties mettent tout en
œuvre pour développer et renforcer la coopération économique, dans les proportions les
plus larges possible, dans tous les domaines considérés comme étant dans leur intérêt
commun et à leur avantage mutuel. Les Parties se sont engagées à respecter les principes
de l’économie de marché. Elles acceptent par conséquent d’encourager et de faciliter da-
86
Volume 2699, I-47913
vantage la coopération entre leurs institutions publiques et privées conformément aux lois
et règlements en vigueur dans chaque pays. À cette fin, elles acceptent :
(a) D’échanger des informations sur le développement économique et le commerce
bilatéral entre les deux pays;
(b) D’identifier et de faciliter les opportunités d’investissement dans les entreprises
du secteur privé;
(c) De promouvoir et de soutenir les missions économiques et celles destinées à
promouvoir l’investissement, les analyses de marché, l’échange d’informations commerciales et de renseignements à caractère commercial, le jumelage entre entreprises et le jumelage institutionnel et enfin de mener à bien d’autres initiatives ayant pour but de mettre
en contact les partenaires commerciaux potentiels;
(d) De s’informer l’une l’autre des facilités existantes en matière de foires commerciales, expositions, missions d’affaires et autres activités promotionnelles;
(e) De faciliter l’échange d’experts;
(f) D’explorer et de promouvoir les possibilités de création de coentreprises dans
les pays tiers;
(g) De promouvoir et d’améliorer la coopération industrielle, technique et technologique entre le secteur public et le secteur privé.
Article 3. Comité économique mixte
1. Les Parties mettront en place un Comité économique mixte (ci-après dénommé
« le Comité ») pour réaliser les objectifs du présent Accord.
2. Les réunions du Comité seront convoquées d’un commun accord sur demande
d’une des Parties quelle qu’elle soit et se tiendront en alternance en Turquie et en Serbie.
3. Les tâches du Comité consisteront notamment à :
(a) Définir les lignes directrices générales régissant la coopération économique;
(b) Identifier les possibilités nouvelles permettant de développer encore davantage
la coopération économique à l’avenir;
(c) Faire des suggestions visant à améliorer les modalités d’application de la coopération économique entre les entreprises des deux pays; et
(d) Faire des recommandations pour que l’application et la mise en œuvre du présent
Accord soient menées à bien.
4. Le Comité sera composé d’experts des deux Parties et de représentants des organisations compétentes tant du secteur public que du secteur privé.
Article 4. Entrée en vigueur
1. Le présent Accord entrera en vigueur trente (30) jours après la date de réception
de la dernière notification écrite par laquelle les Parties s’informent l’une l’autre par la
voie diplomatique de ce que les procédures requises par leur droit interne pour l’entrée en
vigueur du présent Accord ont été accomplies.
87
Volume 2699, I-47913
2. À la date d’entrée en vigueur du présent Accord,
(a) L’Accord entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de
la République fédérale socialiste de Yougoslavie établissant le comité mixte turcoyougoslave signé à Ankara le 16 mars 1972, et
(b) L’Accord de coopération économique, technique, industrielle et scientifique à
long terme entre le Gouvernement de la République turque et le Gouvernement de la
République fédérale socialiste de Yougoslavie signé le 12 mai 1976,
cesseront leurs effets.
Article 5. Dénonciation
Le présent Accord est valide pour une période d’un (1) an à compter de la date de
son entrée en vigueur et sera prorogé de plein droit à concurrence de périodes successives
d’un (1) an chacune, à moins que l’une des Parties n’avise l’autre par écrit et par la voie
diplomatique de son intention de mettre fin à l’Accord moyennant préavis signifié
trois (3) mois avant l’expiration de la période de validité en cours.
Article 6. Règlement des litiges
Tout différend entre les Parties découlant de l’interprétation ou de l’application du
présent Accord sera résolu sans retard inutile par voie de consultations et de négociations
menées à l’amiable.
Article 7. Amendements
1. Tout amendement apporté au présent Accord entrera en vigueur conformément à
l’article 4.
2. Tout amendement ou toute dénonciation du présent Accord ne remettra pas en
cause la validité des arrangements et des contrats déjà conclus dans le cadre du présent
Accord.
FAIT à Belgrade le 26 octobre 2009, en deux exemplaires originaux rédigés chacun
en langues turque, serbe et anglaise, tous les textes faisant également foi. En cas de divergence dans l’interprétation du présent Accord, le texte anglais prévaudra.
Pour le Gouvernement de la République turque :
ÖMER DINÇER
Ministre du travail et de la sécurité sociale
Pour le Gouvernement de la République de Serbie :
MLADAN DINKIĆ
Vice-Premier ministre et
Ministre de l’économie et du développement régional
88
Volume 2699, I-47914
No. 47914
____
International Fund for Agricultural Development
and
Colombia
Loan Agreement (Program for the Development of Investment Opportunities and
Capitalization of the Assets of Rural Microenterprises) between the Republic of
Colombia and the International Fund for Agricultural Development (with General
Conditions
for
Agricultural
Development
Financing
dated
2 December 1998 and annexes). Rome, 19 February 2007
Entry into force: 28 June 2007, in accordance with section 13.01 of the General
Conditions
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: International Fund for
Agricultural Development, 19 October 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Fonds international de développement agricole
et
Colombie
Accord de prêt (Programme pour le développement d'opportunités d'investissement
et actualisation des avoirs des micro-entreprises rurales) entre la République de
Colombie et le Fonds international de développement agricole (avec Conditions
générales applicables au financement du développement agricole en date du
2 décembre 1998 et annexes). Rome, 19 février 2007
Entrée en vigueur : 28 juin 2007, conformément à la section 13.01 des Conditions
générales
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Fonds international de
développement agricole, 19 octobre 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
89
Volume 2699, I-47915
No. 47915
____
International Fund for Agricultural Development
and
Honduras
Loan Agreement (Project to Enhance the Rural Economic Competitiveness in Yoro
(PROMECOM) between the Republic of Honduras and the International Fund
for Agricultural Development (with General Conditions for Agricultural Development Financing dated 2 December 1998 and annexes). Tegucigalpa,
11 March 2008
Entry into force: 17 November 2008, in accordance with section 13.01 of the General
Conditions
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: International Fund for
Agricultural Development, 19 October 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Fonds international de développement agricole
et
Honduras
Accord de prêt (Projet en vue de renforcer la compétitivité économique rurale de
Yoro (PROMECOM) entre la République du Honduras et le Fonds
international de développement agricole (avec Conditions générales applicables
au financement du développement agricole en date du 2 décembre 1998 et
annexes). Tegucigalpa, 11 mars 2008
Entrée en vigueur : 17 novembre 2008, conformément à la section 13.01 des
Conditions générales
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Fonds international de
développement agricole, 19 octobre 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
91
Volume 2699, I-47916
No. 47916
____
International Bank for Reconstruction and Development
and
Turkey
Loan Agreement (Second Programmatic Environmental Sustainability and Energy
Sector Development Policy Loan) between the Republic of Turkey and the International Bank for Reconstruction and Development (with schedules, appendix and International Bank for Reconstruction and Development General Conditions for Loans, dated 1 July 2005, as amended through 12 February 2008).
Ankara, 1 July 2010
Entry into force: 12 August 2010 by notification
Authentic text: English
Registration with the Secretariat of the United Nations: International Bank for
Reconstruction and Development, 22 October 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Banque internationale pour la reconstruction
et le développement
et
Turquie
Accord de prêt (Deuxième prêt relatif à la politique de développement programmatique de la viabilité environnementale et du secteur énergétique) entre la République turque et la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (avec annexes, appendice et Conditions générales applicables aux prêts
de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, en date
du 1er juillet 2005, telles qu’amendées au 12 février 2008). Ankara,
1er juillet 2010
Entrée en vigueur : 12 août 2010 par notification
Texte authentique : anglais
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Banque internationale
pour la reconstruction et le développement, 22 octobre 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
93
Volume 2699, I-47917
No. 47917
____
Argentina
and
El Salvador
Cooperation Agreement between the Argentine Republic and the Republic of
El Salvador to combat transnational organized crime. Buenos Aires,
10 July 2007
Entry into force: 6 March 2008 by notification, in accordance with article 14
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
El Salvador
Accord de coopération entre la République argentine et la République d'El Salvador
pour combattre la criminalité transnationale organisée. Buenos Aires,
10 juillet 2007
Entrée en vigueur : 6 mars 2008 par notification, conformément à l'article 14
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
95
Volume 2699, I-47917
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
96
Volume 2699, I-47917
97
Volume 2699, I-47917
98
Volume 2699, I-47917
99
Volume 2699, I-47917
100
Volume 2699, I-47917
101
Volume 2699, I-47917
[TRANSLATION – TRADUCTION]
COOPERATION AGREEMENT BETWEEN THE ARGENTINE REPUBLIC
AND THE REPUBLIC OF EL SALVADOR TO COMBAT TRANSNATIONAL ORGANIZED CRIME
The Argentine Republic and the Republic of El Salvador, hereinafter “the Parties”,
In the context of the friendly relations existing between the two States,
Bearing in mind the United Nations Convention against Transnational Organized
Crime and the Protocols thereto: to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons,
Especially Women and Children; against the Smuggling of Migrants by Land, Sea and
Air; and against the Illicit Manufacturing of and Trafficking in Firearms, Their Parts and
Components and Ammunition,
Desiring to create a framework for cooperation between the two countries and to coordinate their actions to prevent and suppress transnational organized crime in all its manifestations,
With the aim of developing a course of action complementary to other relevant international treaties or agreements to which both countries are parties,
Have agreed as follows:
Article 1
The Parties undertake to cooperate, within the framework of the powers granted by
their respective legal and administrative systems, to prevent and combat criminal acts
linked to transnational organized crime occurring in their respective territories so as to
ensure ongoing coordination and more effective action in that regard.
Article 2
The cooperation referred to in the preceding Article covers all issues of mutual interest relating to the prevention, investigation and prosecution of the offences established in
accordance with Articles 5, 6, 8 and 23 of the United Nations Convention against Transnational Organized Crime; Article 5 of the Protocol to Prevent, Suppress and Punish Trafficking in Persons, Especially Women and Children; Article 6 of the Protocol against the
Smuggling of Migrants by Land, Sea and Air; and Article 5 of the Protocol against the Illicit Manufacturing of and Trafficking in Firearms, Their Parts and Components and
Ammunition, and any other criminal behaviours that are a manifestation of organized
crime as established in both Parties’ domestic law and which are transnational in nature.
To that end, an offence shall be deemed transnational in nature if:
a) It is committed in more than one State;
b) It is committed in one State but a substantial part of its preparation, planning, direction or control takes place in another State;
102
Volume 2699, I-47917
c) It is committed in one State but involves an organized criminal group that engages in criminal activities in more than one State; or
d) It is committed in one State but has substantial effects in another State.
Article 3
The cooperation and technical assistance provided under this Agreement and in the
framework of the United Nations Convention against Transnational Organized Crime and
the Protocols thereto shall include:
a. Cooperation in the formulation, development or improvement of specific training
programmes for its law enforcement personnel and for other personnel charged with the
prevention, detection and control of the offences covered by the United Nations Convention against Transnational Organized Crime and the Protocols thereto.
b. Planning and execution by each Party of research and training programmes designed to share expertise in the areas referred to in the preceding paragraph,
which may include the organization of conferences and seminars to promote cooperation
and to stimulate discussion of issues of common interest, as well as an exchange of views
between experts and practitioners and scientific and academic communities on organized
crime trends in their respective territories, the circumstances in which it operates and the
techniques involved.
c. Exchanges of personnel between the central authorities or agencies with relevant
responsibilities, for which purpose specific agreements may be entered into.
d. The signing of an agreement on extradition and mutual legal assistance.
Article 4
In particular, the Parties shall cooperate in adopting effective measures:
a. To enhance and, where necessary, to establish channels of communication between their competent authorities, agencies and services in order to facilitate the secure
and rapid exchange of information concerning all aspects of the offences covered by Article 2 of this Agreement and their links to other criminal activities.
b. To cooperate in conducting inquiries with respect to offences covered in Article 2 of this Agreement concerning:
i) The identity, whereabouts and activities of persons suspected of involvement in such offences;
ii) The movement of proceeds of crime or property derived from the commission of such offences;
iii) The movement of property, equipment or other instrumentalities used or intended for use in the commission of such offences.
c. To provide, when appropriate, necessary items or quantities of substances for
analytical or investigative purposes.
d. To facilitate effective coordination between their competent authorities, agencies
and services and to promote the exchange of personnel and other experts, including, sub103
Volume 2699, I-47917
ject to bilateral agreements or arrangements between the Parties, the posting of liaison officers.
e. To exchange information on specific means and methods used by organized
criminal groups, including, where applicable, routes and conveyances and the use of false
identities, altered or false documents or other means of concealing their activities.
f. To exchange information and coordinate administrative and other measures taken as appropriate for the purpose of early identification of the offences covered by Article 2 of this Agreement.
Article 5
A Party receiving a request for confiscation from the other Party relating to the offences covered in Article 2 of this Agreement, shall, in keeping with its domestic legal
systems, adopt measures for the identification, tracing, and freezing or seizure of the proceeds of crime or property the value of which corresponds to the value of such proceeds
and of property, equipment or other instrumentalities used or intended for use in the
commission of the offences referred to in this Agreement, in order to authorize their confiscation.
When acting on the said request, each Party shall, to the extent permitted by domestic
law and if so requested, give priority consideration to returning the confiscated proceeds
of crime or property to the other Party so that it can give compensation to the victims of
the crime or return such proceeds of crime or property to their legitimate owners.
Article 6
The Parties may consider the possibility of entering into specific agreements, consistent with their respective domestic legal and administrative systems, with a view to:
a. Contributing a percentage of the value of such proceeds of crime or property, or
funds derived from the sale of such proceeds of crime or property, or a portion thereof, to
an account specifically designated for that purpose under a funding mechanism of the
United Nations or other intergovernmental bodies specializing in the fight against transnational organized crime;
b. Sharing such proceeds of crime or property, or funds derived from the sale of
such proceeds of crime or property, on a case-by-case basis.
Article 7
The Parties shall establish a Joint Commission to promote and monitor the cooperation called for in this Agreement, for which purpose the members appointed to serve on
the Commission shall be notified through the diplomatic channel.
104
Volume 2699, I-47917
Article 8
The Commission referred to in the preceding Article shall meet as and when the Parties think fit, alternately in the Argentine Republic and the Republic of El Salvador, with
the aim of:
- Evaluating the objectives set out in this Agreement and the progress made;
- Recommending any new joint initiatives to their respective Governments;
- Making suggestions to better achieve the objectives of this Agreement.
When deemed necessary, the Parties may convene meetings to exchange information
on techniques and methods used in the fight against organized crime and to take appropriate action.
Article 9
Each of the Parties shall maintain the confidentiality of the data provided by the other
Party, pursuant to the laws of the originating Party.
All information, whether oral or written, and all such documents as may be exchanged pursuant to this Agreement, shall be considered confidential and subject to the
conditions that the originating Party deems appropriate; they may be used for other purposes only with the consent of the originating Party.
The materials, information and media and equipment provided under this Agreement may not be transferred to third parties without the consent of the originating Party.
Article 10
All activities deriving from this Agreement shall be conducted in accordance with the
laws and regulations in force in the Argentine Republic and the Republic of El Salvador.
Article 11
The Parties may reject a request for information in whole or in part, or attach conditions thereto, if they consider it potentially harmful to their independence, sovereignty or
security or to essential interests of the State or if it is not consistent with their legal system. In that event they shall so notify the other Party.
Article 12
This Agreement shall not hinder the fulfilment of the obligations contained in multilateral and bilateral agreements signed by the Parties and shall not prevent the Parties
from providing one another with assistance under other treaties or agreements previously
entered into.
105
Volume 2699, I-47917
Article 13
The authorities responsible for the enforcement of this Agreement shall be, for the
Republic of El Salvador, the Ministry of Public Security and Justice, and, for the Argentine Republic, the Ministry of Foreign Affairs, International Trade and Worship. The enforcement authorities shall communicate with each other directly or through the diplomatic channel.
Article 14
This Agreement shall enter into force when the Parties have notified one another that
their respective national requirements for its entry into force have been met. It shall remain in force for three (3) years and shall be automatically renewable for equal periods,
unless either Party gives notice through the diplomatic channel, at least three months before it expires, of its intention to terminate.
DONE at Buenos Aires on 10 July 2007, in two copies in the Spanish language, both
texts being equally authentic.
For the Argentine Republic:
JORGE TAÍANA
Minister of Foreign Affairs, International Trade and Worship
For the Republic of El Salvador:
FRANCISCO ESTEBAN LAÍNEZ
Minister of Foreign Affairs
106
Volume 2699, I-47917
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET
LA RÉPUBLIQUE D’EL SALVADOR POUR COMBATTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE
La République argentine et la République d’El Salvador, ci-après dénommées « les
Parties »,
Dans le cadre des relations amicales qui existent entre les deux États,
Tenant compte de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et de ses Protocoles additionnels : le Protocole visant à prévenir, réprimer
et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants, le Protocole
contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer et le Protocole contre la fabrication
et le trafic illicites d’armes à feu, de leurs pièces, éléments et munitions,
Désireux de créer un cadre de coopération entre les deux pays et de coordonner leurs
actions pour prévenir et réprimer la criminalité transnationale organisée sous toutes ses
formes,
Dans le but de mener une action complémentaire par rapport aux autres traités ou accords internationaux concernés dont les deux pays sont signataires,
Sont convenues de ce qui suit :
Article premier
Les Parties s’engagent à se prêter une assistance réciproque, dans le cadre des attributions que leurs systèmes juridiques et administratifs respectifs leur accordent, en vue de
prévenir et de combattre les actes délictuels liés à la criminalité transnationale organisée
qui ont lieu sur leur territoire, afin d’obtenir une coordination permanente et des mesures
plus efficaces en la matière.
Article 2
L’assistance visée à l’article précédent comprend toutes les questions d’intérêt mutuel liées à la prévention, aux enquêtes et aux poursuites relatives aux infractions établies
conformément aux articles 5, 6, 8 et 23 de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée; à l’article 5 du Protocole visant à prévenir, réprimer et
punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants; à l’article 6 du Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer; et à l’article 5 du Protocole
contre la fabrication et le trafic illicites d’armes à feu, de leurs pièces, éléments et munitions, et autres conduites délictuelles qui sont des formes de la criminalité organisée, qui
figurent dans les droits nationaux des deux Parties et qui présentent un caractère transnational.
À cette fin, l’infraction sera de nature transnationale si :
107
Volume 2699, I-47917
a) Elle est commise dans plus d’un État;
b) Elle est commise dans un seul État mais qu’une partie substantielle de sa préparation, de sa planification, de sa conduite ou de son contrôle a lieu dans un autre État;
c) Elle est commise dans un seul État mais implique un groupe criminel organisé
qui se livre à des activités criminelles dans plus d’un État; ou
d) Elle est commise dans un seul État mais a des effets substantiels dans un autre
État.
Article 3
La coopération et l’assistance technique, qui seront menées à bien conformément aux
dispositions du présent Accord et dans le cadre de la Convention des Nations Unies
contre la criminalité transnationale organisée et de ses Protocoles respectifs, comprendra :
a. La coopération à la création, au développement ou au perfectionnement de programmes de formation spécifiques à l’intention du personnel de ses services chargés de
l'application de la loi, ainsi que d’autres personnels chargés de prévenir, de détecter et de
réprimer les infractions visées par la Convention des Nations Unies contre la criminalité
transnationale organisée et de ses Protocoles respectifs.
b. La planification et l’exécution, par chacune des Parties, des programmes de recherche et de formation conçus pour échanger des connaissances spécialisées dans les
domaines visés au paragraphe précédent et qui peut comprendre l’organisation de conférences et séminaires pour favoriser la coopération et stimuler l’analyse des problèmes
communs, ainsi que l’échange de vues entre experts et professionnels, milieux scientifiques et académiques, par rapport aux tendances de la criminalité organisée sur leurs territoires respectifs, les circonstances dans lesquelles elle opère et les techniques impliquées.
c. L’échange de personnel entre les autorités centrales ou des organismes ayant des
responsabilités dans les domaines visés, les Parties pouvant souscrire, à cet effet, des accords spéciaux.
d. La souscription d’un Accord en matière d’extradition et d’entraide judiciaire.
Article 4
Les Parties collaboreront notamment en adoptant des mesures efficaces pour :
a. Renforcer ou, si nécessaire, établir des voies de communication entre leurs autorités, organismes et services compétents afin de faciliter l’échange sûr et rapide
d’informations concernant tous les aspects des infractions visées à l’article 2 du présent
Accord, ainsi que leurs liens avec d’autres activités criminelles.
b. Coopérer dans la conduite d’enquêtes dans le cas des délits visés à l’article 2 du
présent Accord, concernant les points suivants :
i) Identité et activités des personnes soupçonnées d’implication dans lesdites
infractions, lieu où elles se trouvent;
108
Volume 2699, I-47917
ii) Mouvement du produit du crime ou des biens provenant de la commission
de ces infractions;
iii) Mouvement des biens, des matériels ou d’autres instruments utilisés ou destinés à être utilisés dans la commission de ces infractions.
c. Fournir, lorsqu’il y a lieu, les pièces ou quantités de substances nécessaires à des
fins d’analyse ou d’enquête.
d. Faciliter la coordination efficace entre leurs organismes, autorités, et services
compétents et favoriser l’échange de personnel et d’experts, y compris, sous réserve de
l’existence d’accords ou d’arrangements bilatéraux entre les Parties concernées, le détachement d’agents de liaison.
e. Échanger des informations sur les moyens et procédés spécifiques employés par
les groupes criminels organisés, y compris, s’il y a lieu, sur les itinéraires et les moyens de
transport ainsi que sur l’usage de fausses identités, de documents modifiés ou falsifiés ou
d’autres moyens de dissimulation de leurs activités.
f. Échanger des informations et coordonner les mesures administratives et autres
prises, comme il convient, pour détecter au plus tôt les infractions visées par l’article 2 du
présent Accord.
Article 5
La Partie qui reçoit une demande de confiscation présentée par l’autre Partie, par
rapport aux délits visés à l’article 2 du présent Accord adoptera, dans le cadre de son système juridique national, les mesures pour identifier, localiser et geler ou saisir le produit
du crime ou de biens dont la valeur correspond à celle de ce produit, ainsi que des biens,
équipements ou autres instruments utilisés ou destinés à être utilisés pour les infractions
visées dans le présent Accord, en vue d’autoriser leur confiscation.
Lors de l’acceptation de ladite demande, chaque Partie, dans la mesure où son droit
interne le lui permet et pour autant qu’il lui soit demandé de procéder ainsi, envisage à
titre prioritaire de restituer le produit du délit ou les biens confisqués à l’autre Partie afin
que cette dernière puisse dédommager les victimes de l’infraction ou restituer le produit
du délit ou ces biens à leurs propriétaires légitimes.
Article 6
Les Parties peuvent envisager de conclure entre elles des accords spéciaux, conformément à leurs systèmes juridiques respectifs et à leurs règlements administratifs, en vue
de :
a. Verser sur un compte établi à cet effet dans le cadre d’un mécanisme de financement des Nations Unies ou d’autres organismes intergouvernementaux spécialisés dans
la lutte contre la criminalité transnationale organisée, un pourcentage de la valeur de ce
produit de l’infraction ou de ces biens, ou les fonds provenant de leur vente, ou une partie
de ceux-ci.
b. Partager, systématiquement ou au cas par cas, ce produit ou ces biens, ou les
fonds provenant de leur vente.
109
Volume 2699, I-47917
Article 7
Les Parties créeront une Commission mixte destinée à encourager et à superviser la
coopération inhérente au présent Accord. À cet effet, les membres désignés pour faire
partie de cette Commission seront avertis par la voie diplomatique.
Article 8
La Commission visée à l’article précédent se réunira quand les Parties le jugeront
opportun, tour à tour en République argentine et en République d’El Salvador, pour :
- Évaluer les objectifs fixés dans le présent Accord et les progrès réalisés;
- Recommander éventuellement à leurs Gouvernements respectifs de nouvelles
initiatives communes;
- Formuler des suggestions pour faciliter la réalisation des objectifs établis dans le
présent Accord.
Quand elles le jugeront nécessaire, les Parties pourront convoquer des réunions de
travail pour échanger des informations sur les techniques et méthodes utilisées dans la
lutte contre la criminalité organisée et pour adopter les mesures pertinentes.
Article 9
Les Parties garantiront la confidentialité des données fournies par l’autre Partie, conformément aux dispositions de la législation de la Partie qui les a fournies.
Toute information, qu’elle soit orale ou écrite, ainsi que tous les documents susceptibles d’être échangés dans le cadre de l’application du présent Accord seront considérés
confidentiels et soumis aux conditions que la Partie qui les a fournis juge opportunes; ils
ne pourront être utilisés à d’autres fins qu’avec le consentement de la Partie qui les a
transmis.
Les matériaux, les informations et les moyens ainsi que l’équipement fournis dans le
cadre du présent Accord ne pourront pas être transférés à des tiers sans le consentement
de la Partie qui les a transmis.
Article 10
Toutes les activités issues du présent Accord devront être conformes à la législation
et aux règlements en vigueur en République argentine et en République d’El Salvador.
Article 11
Les Parties pourront refuser intégralement ou en partie la demande d’informations ou
imposer certaines conditions, si elles considèrent que cette demande met en danger leur
indépendance, leur souveraineté, leur sécurité ou les intérêts essentiels de l’État ou qu’elle
est contraire à son système juridique. Dans ce cas, elles devront notifier leur décision à
l’autre Partie.
110
Volume 2699, I-47917
Article 12
Le présent Accord ne s’opposera pas à l’officialisation des obligations comprises
dans les accords multilatéraux et bilatéraux dont les Parties sont signataires et il
n’empêchera pas les Parties de s’entraider en vertu d’autres traités ou accords signés précédemment.
Article 13
Les autorités chargées de l’application du présent Accord seront : pour la République
d’El Salvador, le Ministère de la sûreté publique et de la justice, et pour la République
argentine, le Ministère des relations extérieures, du commerce international et du culte.
Les autorités responsables communiqueront directement entre elles ou par la voie diplomatique.
Article 14
Le présent Accord prendra effet à la date à laquelle les Parties se seront notifié, par la
voie diplomatique, de l'accomplissement des procédures requises par leurs législations nationales respectives. Il aura une durée initiale de trois (3) ans et sera tacitement reconduit
pour des périodes de même durée, à moins qu'une des Parties n'ait notifié par écrit à
l'autre, avec trois (3) mois de préavis par rapport à la fin de la période, son intention d’y
mettre fin.
FAIT à Buenos Aires, le 10 juillet 2007, en deux exemplaires originaux, en langue
espagnole, les deux textes faisant également foi.
Pour la République argentine :
JORGE TAÍANA
Ministre des relations extérieures,
du commerce international et du culte
Pour la République d’El Salvador :
FRANCISCO ESTEBAN LAÍNEZ
Ministre des relations extérieures
111
Volume 2699, I-47918
No. 47918
____
Argentina
and
Ecuador
Cooperation Agreement between the Argentine Republic and the Republic
of Ecuador in the area of land transport. Quito, 22 March 2007
Entry into force: 31 October 2007 by notification, in accordance with article 7
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Équateur
Accord de coopération dans le domaine du transport terrestre entre la République
argentine et la République de l'Équateur. Quito, 22 mars 2007
Entrée en vigueur : 31 octobre 2007 par notification, conformément à l'article 7
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
113
Volume 2699, I-47918
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
114
Volume 2699, I-47918
115
Volume 2699, I-47918
[TRANSLATION – TRADUCTION]
COOPERATION AGREEMENT BETWEEN THE ARGENTINE REPUBLIC
AND THE REPUBLIC OF ECUADOR IN THE AREA OF LAND
TRANSPORT
The Argentine Republic and the Republic of Ecuador, hereafter referred to as “the
Parties”, agree, within the framework of the Basic Agreement on Technical and Scientific
Cooperation concluded between the two countries on 26 January 1972, to conclude this
Cooperation Agreement on the basis of the following considerations:
The Parties have decided to strengthen the current bases for mutual cooperation in
matters related to land transport and road safety as a key way of contributing to the reinforcement of bilateral cooperation relations, development and the well-being of their peoples,
The Parties pursue, as a shared interest, the establishment of ties aimed at cooperation in the development and enhancement of information on the mobility of persons and
goods, through joint efforts and exchange of expertise,
On those grounds, the Parties commit themselves to using their characteristics and
potential to facilitate the implementation of crucial joint projects in the field of transport,
Therefore, the Parties agree to conclude this Agreement subject to the following articles:
Article one. Purpose
The purpose of this Framework Agreement consists in comprehensive cooperation
between the Parties with a view to the exchange and development of activities in the areas
of land transport and road safety.
Article two. Specific agreements
The nature, terms and scope of such cooperation shall be detailed in specific agreements which shall lay down the mutual commitments of the Parties and specify the cooperation projects, the contributions in personnel, the duration of tasks and the management
monitoring system for the joint activities planned.
Article three. Follow-up Commission
For the implementation of this Agreement and the specific agreements concluded, a
Bipartite Follow-up Commission shall be created. It shall consist of two (2) representatives of each Party and shall meet every year. In those meetings, the Parties shall hold
talks and discuss and formulate the specific content of the implementation plan. The Par-
116
Volume 2699, I-47918
ties undertake to designate their representatives within thirty (30) days following the signature of this Agreement.
Article four. Tasks of the Commission
The Commission shall carry out the following tasks:
(a) Proposing cooperation possibilities of mutual interest;
(b) Presenting proposals prepared by the competent bodies of each Party;
(c) Clarifying and ruling on any uncertainties that may arise with regard to the interpretation or implementation of this Framework Agreement or the specific agreements;
(d) Ensuring follow-up of the specific agreements agreed upon;
(e) Assessing, as a basis for their continuation, the impact of activities carried out.
Article five. Contributions
The financial assistance provided by the Parties for the implementation of this
Agreement shall not involve any expenditure over and above the programmes budgeted
by the relevant Ministries of each Party.
Article six. Liabilities
Any liabilities that may arise under this Agreement shall be limited to the contribution made by each Party.
Article seven. Validity and termination
This Agreement shall enter into force once the Parties have notified each other of the
fulfilment of the requirements provided for by their respective law. The Agreement shall
remain in force for a period of two (2) years and shall be renewed automatically for equal
periods. Nevertheless, either Party may terminate this Agreement through written notification communicated to the other Party at least sixty (60) days before it takes effect.
Without prejudice to the provisions of the preceding paragraph, any rights and obligations that may have been agreed upon under specific agreements entered into within the
framework of this Agreement shall remain in force in accordance with the time limits and
conditions stipulated therein.
117
Volume 2699, I-47918
DONE at Quito, on 22 March 2007, in duplicate, in the Spanish language, both texts
being equally authentic.
For the Ministry of Federal Planning, Public Investment and Services
of the Argentine Republic:
JULIO DE VIDO
For the Ministry of Transport and Public Works of the Republic of Ecuador:
TRAJANO ANDRADE
118
Volume 2699, I-47918
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION DANS LE DOMAINE DU TRANSPORT
TERRESTRE ENTRE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LA RÉPUBLIQUE DE L'ÉQUATEUR
La République argentine et la République de l'Équateur, ci-après dénommées « les
Parties », conviennent de souscrire le présent Accord de coopération dans le cadre de
l’Accord de base relatif à la coopération technique et scientifique souscrit entre les deux
pays le 26 janvier 1972, en vertu des considérations suivantes :
Que les Parties ont décidé de consolider les bases existant pour la collaboration mutuelle dans les domaines liés au transport terrestre et à la sécurité routière en tant que facteur fondamental de contribution au renforcement des relations bilatérales de coopération,
au développement et au bien-être de leurs peuples,
Que celles-ci considèrent d’intérêt commun la création de liens en vue de collaborer
au développement et à l’amélioration des connaissances liées à la mobilité des personnes
et des marchandises, grâce à un effort commun et à l’échange d’expériences,
Que sous ces prémices, les Parties s’engagent à profiter de leurs caractéristiques et
possibilités pour faciliter la réalisation de projets communs d’envergure, dans le domaine
des transports,
Les Parties conviennent donc de souscrire le présent Accord, en vertu des articles
suivants :
Article premier. Objet
Le présent Accord-cadre a pour objet la collaboration étroite des Parties en ce qui
concerne les échanges et le développement d’activités en matière de transport terrestre et
de sécurité routière.
Article deux. Accords spéciaux
La nature, les termes et la portée de cette coopération seront définis dans des accords
spéciaux. Ceux-ci détermineront les engagements entre les Parties et détailleront les projets de coopération, les apports de personnel, la durée des tâches ainsi que le système de
contrôle de la gestion des activités communes planifiées.
Article trois. Comité de suivi
Pour l’exécution du présent Accord et des Accords spéciaux qui seraient signés, il est
créé un Comité bipartite de suivi, qui comprendra deux (2) représentants de chacune des
Parties et se réunira tous les ans. Lors de cette réunion, les Parties partageront des informations, entameront des débats et établiront le contenu concret du plan d’exécution. Les
119
Volume 2699, I-47918
Parties s’engagent à désigner leurs représentants dans un délai de trente (30) jours après
la signature du présent Accord.
Article quatre. Fonctions du comité
Le Comité exercera les fonctions suivantes :
a) Proposer des possibilités de collaboration d’intérêt commun;
b) Présenter les propositions élaborées par les organes compétents de chacune des
Parties;
c) Éclaircir et résoudre les doutes pouvant découler de l’interprétation et de
l’exécution du présent Accord-cadre ou des Accords spéciaux;
d) Effectuer le suivi des Accords spéciaux conclus;
e) Évaluer l’impact des mesures prises afin d’assurer leur continuité.
Article cinq. Contributions
L’aide financière octroyée par les Parties pour l’application du présent Accord
n’entraînera aucune dérogation aux programmes budgétisés par les Ministères compétents
de chaque Partie.
Article six. Responsabilité
La responsabilité qui pourrait découler du présent Accord sera limitée à la part correspondant aux contributions apportées par chacune des Parties.
Article sept. Entrée en vigueur et dénonciation
Le présent Accord entrera en vigueur dès que les Parties se seront communiqué l'accomplissement des formalités juridiques internes requises pour son entrée en vigueur; il
restera valable pendant une période deux (2) ans et sera tacitement reconduit pour des périodes de même durée. Les Parties pourront cependant y mettre fin sur notification écrite
envoyée à l'autre Partie, avec au moins soixante (60) jours de préavis avant la prise d’effet
de la dénonciation.
Sans préjudice des dispositions énoncées au paragraphe précédent, les droits et obligations qui seraient contractés suite aux accords spéciaux signés dans le cadre du présent
Accord resteront valides, conformément aux délais et aux conditions établis dans lesdits
accords.
120
Volume 2699, I-47918
FAIT à Quito, le 22 mars 2007, en deux exemplaires originaux, en langue espagnole,
les deux textes faisant également foi.
Pour le Ministère de la planification, de l’investissement public
et des services de la République argentine :
JULIO DE VIDO
Pour le Ministère des transports et des travaux publics
de la République de l’Équateur :
TRAJANO ANDRADE
121
Volume 2699, I-47919
No. 47919
____
Lithuania
and
Germany
Agreement between the Government of the Republic of Lithuania and the Government of the Federal Republic of Germany on the recognition of equivalence of
higher education qualifications and degrees (with annex). Palanga, 15 May 2009
Entry into force: 30 June 2010 by notification, in accordance with article 11
Authentic texts: German and Lithuanian
Registration with the Secretariat of the United Nations: Lithuania, 8 October 2010
Lituanie
et
Allemagne
Accord entre le Gouvernement de la République de Lituanie et le Gouvernement de
la République fédérale d'Allemagne relatif à la reconnaissance de l'équivalence
des qualifications et des diplômes d'enseignement supérieur (avec annexe).
Palanga, 15 mai 2009
Entrée en vigueur : 30 juin 2010 par notification, conformément à l'article 11
Textes authentiques : allemand et lituanien
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Lituanie, 8 octobre 2010
123
Volume 2699, I-47919
[ GERMAN TEXT – TEXTE ALLEMAND ]
124
Volume 2699, I-47919
125
Volume 2699, I-47919
126
Volume 2699, I-47919
127
Volume 2699, I-47919
128
Volume 2699, I-47919
129
Volume 2699, I-47919
130
Volume 2699, I-47919
131
Volume 2699, I-47919
[ LITHUANIAN TEXT – TEXTE LITUANIEN ]
132
Volume 2699, I-47919
133
Volume 2699, I-47919
134
Volume 2699, I-47919
135
Volume 2699, I-47919
136
Volume 2699, I-47919
137
Volume 2699, I-47919
138
Volume 2699, I-47919
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT BETWEEN THE GOVERNMENT OF THE REPUBLIC OF
LITHUANIA AND THE GOVERNMENT OF THE FEDERAL REPUBLIC
OF GERMANY ON THE RECOGNITION OF EQUIVALENCE OF
HIGHER EDUCATION QUALIFICATIONS AND DEGREES
The Government of the Republic of Lithuania and the Government of the Federal
Republic of Germany (hereinafter referred to as the “Contracting Parties”),
Having regard to the Council of Europe and UNESCO Convention on the Recognition of Qualifications concerning Higher Education in the European Region of
11 April 1997 (ETS 165),
Seeking to promote cooperation relating to studies and science,
Intending to enable the students and graduates of either State to continue their studies
or a scientific activity in the other State, and
Aware of the significance of the mutual recognition of evidence of formal qualifications in the field of higher education,
Have agreed as follows:
Article 1. General provisions
(1) The provisions of this Agreement shall apply to studies, study periods, and study
and examination results accomplished at higher education institutions in the Republic of
Lithuania or the Federal Republic of Germany, and to formal qualifications in higher education, which have been obtained there.
(2) Higher education institutions for the purposes of this Agreement are:
- In the Republic of Lithuania, any study or science facility officially recognized under national legal instruments;
- In the Federal Republic of Germany, any state educational establishment
that is a higher education institution according to the rules and regulations of
the German Länder, and any non-state educational establishment recognized
as a higher education institution by the competent Ministry.
(3) Both Contracting Parties shall document the list of higher education institutions
defined in Article 1 (2). In the case of the Federal Republic of Germany, the list shall be
managed by the Hochschulrektorenkonferenz (Conference of Rectors and Presidents of
Higher Education Institutions (HRK)) and published on the HRK home page under
Hochschulkompass (“Higher education compass”). In the case of the Republic of Lithuania, the list shall be managed by the Ministry of Education and Science and published on
the Ministry's home page.
139
Volume 2699, I-47919
Article 2. Purpose of the Agreement
(1) This Agreement concerns the recognition of, and attribution of credit for, study
periods and study and examination results accomplished in either State, higher education
qualifications obtained, academic and scientific degrees conferred and other academic
qualifications towards the continuation of studies or commencement of new studies and
the use of academic and scientific degrees.
(2) Study periods completed, study and test results achieved, higher education qualifications obtained, academic and scientific degrees conferred and other academic qualifications secured before entry into force of this Agreement may be recognized, if they have
been completed, obtained or conferred in accordance with the provisions of this Agreement.
Article 3. Recognition of study periods and study and examination results
towards continuation of studies
Provided that they are professionally relevant, study periods and study and examination results accomplished in either State shall be recognized in accordance with the regulations in force for the continuation of studies.
Article 4. Higher education qualifications, and academic and scientific degrees
For the purposes of this Agreement, higher education qualifications and academic
and scientific degrees are the qualifications and academic and scientific degrees specified
in the annex.
Article 5. Recognition of higher education qualifications for continuation
of studies or for new studies
(1) Upon request, higher education qualifications shall be recognized or considered
as credit towards continuation of studies or for new studies in accordance with the classification laid down in the annex.
(2) Where this is necessary for the intended studies or under the regulations applicable to the higher education institution concerned, recognition and credits may be linked to
conditions.
(3) In the case of courses of study in the Federal Republic of Germany, which in the
Federal Republic of Germany are concluded with a State examination, recognition of and
credit for study results as well as admission to State examinations shall be governed by
the relevant legal provisions in force in the Federal Republic of Germany.
Article 6. Admission to doctoral studies
(1) Holders of the magistras degree or of a certificate of conclusion of in-depth studies from the Republic of Lithuania may be admitted to studies for the acquisition of the
140
Volume 2699, I-47919
doctoral degree at higher education institutions in the Federal Republic of Germany in accordance with the respective doctoral degree regulations.
(2) Holders of a Master or Magister, Diplom, Lizenziat or Magister Artium degree
or of corresponding artistic degrees and persons having passed State Examinations
(Staatsprüfungen) from the Federal Republic of Germany may be admitted to studies to
obtain a doctoral degree at higher education institutions in the Republic of Lithuania in
accordance with the regulations of the higher education institution concerned.
Article 7. Use of degrees
Holders of one of the higher education qualifications or academic or scientific degrees specified in the annex may use such qualifications or degrees in either State in the
form in which they have been conferred. Abbreviations may be used in the form established in the State of award or in the usual form.
Article 8. Agreements between higher education institutions
This Agreement shall not prevent the conclusion of agreements between higher education institutions in the States of the two Contracting Parties containing more extensive
provisions designed to promote the academic mobility of students, higher education
teachers and scientists and cooperation among higher education institutions.
Article 9. Professional recognition
(1) This Agreement shall not affect legislation which regulates professional recognition under binding national or international legal instruments.
(2) The classification of higher education qualifications agreed upon in this Agreement may however facilitate decisions for the recognition of such qualifications for professional purposes.
Article 10. Expert Committee
(1) A Permanent Expert Committee shall be established to discuss all issues arising
in connection with the implementation of this Agreement and shall consist of up to six
members to be appointed by both Contracting Parties. The Expert Committee shall have
the task to observe the development of higher education institution systems, ensure an appropriate application of this Agreement and formulate proposals for its further development. The lists of members shall be transmitted through the diplomatic channels.
(2) The Permanent Expert Committee shall meet at the request of either Contracting
Party. The venue for its meetings shall be agreed upon through the diplomatic channels.
141
Volume 2699, I-47919
Article 11. Period of validity, entry into force and termination
(1) This Agreement shall be concluded for an unlimited period. It shall enter into
force on the date on which the two Contracting Parties have notified each other that their
respective national requirements for entry into force have been fulfilled. The relevant date
shall be the day on which the last notification is received.
(2) Either Contracting Party may terminate this Agreement, through the diplomatic
channels, by giving notice of termination in writing. The termination shall take effect six
months after notice of termination has been received by the other Contracting Party.
(3) This Agreement may be completed and/or amended in writing on the basis of a
proposal of either Contracting Party subject to the consent of the other Contracting Party.
Article 12. Annex
The Annex shall form a component of this Agreement.
DONE at Palanga, on 15 May 2009, in two original copies, in the Lithuanian and
German languages, both texts being equally authentic.
For the Government of the Republic of Lithuania:
For the Government of the Federal Republic of Germany:
142
Volume 2699, I-47919
ANNEX
Upon request, higher education qualifications shall be recognized or considered as
credits towards continuation of studies or for new studies or for the exercise of academic
functions in accordance with the classification contained in this annex.
(1) Recognition of or attribution of credit for higher education qualifications and
scientific degrees secured in the Republic of Lithuania and in the Federal Republic of
Germany shall be based on the following correspondences:
Republic of Lithuania
Federal Republic of Germany
(a) bakalauras
(a) Bakkalaureus/Bachelor
Diplom (FH [specialized institution of higher education])
(b) Individual examination
First level
(b) Qualification conferred
after conclusion of firstlevel higher education
studies
Second level
(a) Magistras (Master's)
Qualification conferred after conclusion of in-depth
studies
(b) Qualification conferred
after conclusion of specialized second-level studies
(a) Magister/master
Magister Artium
Diplom
Lizenziat
State Examination
Artistic Examination
(b) Individual examination
Third level
(a) Daktaras (with indication of the scientific field)
(b) Meno licenciatas (with
indication of the artistic
field)
(a) Doktor degree (with indication of the scientific field)
(b) No counterpart
(2) Study results obtained through non-university higher education studies completed in the Republic of Lithuania at a kolegija (College) with a profesinis bakalauras degree
or equivalent qualifications may, after an individual examination, serve as a basis for
143
Volume 2699, I-47919
credit for Bakkalaureus/Bachelor studies and equivalent courses of study at higher education institutions in the Federal Republic of Germany.
(3) A habilituotas daktaras degree conferred in the Republic of Lithuania and a Habilitation concluded in the Federal Republic of Germany with Venia legendi (entitlement
to teach at a higher education institution) shall be deemed to be equivalent qualifications
for the independent exercise of research and teaching functions, participation in doctoral
and Habilitation-proceedings or other academic examinations.
144
Volume 2699, I-47919
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE LITUANIE ET
LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D’ALLEMAGNE
RELATIF À LA RECONNAISSANCE DE L’ÉQUIVALENCE DES QUALIFICATIONS ET DES DIPLÔMES D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR
Le Gouvernement de la République de Lituanie et le Gouvernement de la République
fédérale d’Allemagne, ci-après dénommés les « Parties contractantes »,
Vu la Convention du 11 avril 1997 entre le Conseil de l’Europe et l’UNESCO sur la
reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur dans la région européenne (ETS 165),
Visant à promouvoir la coopération dans le domaine des études et de la science,
Désirant donner aux étudiants et diplômés d’un État la possibilité de poursuivre leurs
études ou une activité scientifique dans l’autre État, et
Conscients de l’importance qu’il y a à ce que les diplômes décernés dans l’enseignement supérieur soient réciproquement reconnus,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier. Dispositions générales
(1) Les dispositions du présent Accord s’appliquent aux études et périodes d’études
accomplies, aux unités de cours et d’examen capitalisables obtenues dans les établissements de l’enseignement supérieur de la République de Lituanie ou de la République fédérale d’Allemagne, ainsi qu’aux qualifications ayant été obtenues dans l’enseignement
supérieur de ces pays.
(2) Aux fins du présent Accord, on entend par établissement de l’enseignement supérieur :
- En République de Lituanie, tout établissement d’études ou organisme scientifique reconnu par l’État par des actes juridiques nationaux;
- En République fédérale d’Allemagne, tout établissement de l’enseignement
officiel faisant partie, selon la réglementation des Länder, de l’enseignement
supérieur et tout établissement de l’enseignement privé officiellement reconnu en tant qu’établissement de l’enseignement supérieur par le ministère
responsable en la matière.
(3) Les deux Parties contractantes dressent la liste des établissements de
l’enseignement supérieur conformément au paragraphe 2 de l’article premier. Pour la République fédérale d’Allemagne, la liste est tenue par la Hochschulrektorenkonferenz
(HRK), la Conférence des recteurs et directeurs des établissements de l’enseignement supérieur, et publiée dans le « Hochschulkompass » pouvant être consulté sur le site Internet
de la HRK. Pour la République de Lituanie, la liste est tenue par le Ministère de
l’enseignement et de la science et publiée sur le site Internet de ce dernier.
145
Volume 2699, I-47919
Article 2. Objet de l’Accord
(1) Le présent Accord concerne la reconnaissance et la prise en compte des périodes
d’études accomplies, des unités de cours et d’examen capitalisables obtenues dans les
deux États, des qualifications obtenues dans l’enseignement supérieur et des grades académiques et titres scientifiques conférés et autres qualifications académiques permettant
de poursuivre ses études ou d’entreprendre de nouvelles études et de porter des grades
académiques et titres scientifiques.
(2) Les périodes d’études accomplies et les unités de cours et d’examen capitalisables obtenues avant l’entrée en vigueur du présent Accord ainsi que les qualifications de
l’enseignement supérieur, les grades académiques et titres scientifiques et autres qualifications académiques obtenus avant cette date peuvent être reconnus s'ils ont été accomplis,
obtenus ou décernés conformément au présent Accord.
Article 3. Reconnaissance des périodes d’études, des unités de cours et d’examen
capitalisables aux fins de poursuivre des études
Les périodes d’études accomplies ainsi que les unités de cours et d’examen capitalisables obtenues dans les deux États sont reconnues conformément à la réglementation applicable à la poursuite des études.
Article 4. Qualifications de l’enseignement supérieur, grades académiques
et titres scientifiques
Les qualifications de l’enseignement supérieur, les grades académiques et titres
scientifiques au sens du présent Accord s’entendent des qualifications, grades académiques et titres scientifiques figurant en annexe.
Article 5. Reconnaissance des qualifications de l’enseignement supérieur aux fins de
poursuivre des études ou d’entreprendre de nouvelles études
(1) Sur demande, les qualifications de l’enseignement supérieur sont reconnues ou
prises en compte en fonction des classements en annexe aux fins de poursuivre des études
ou d’entreprendre de nouvelles études.
(2) Les reconnaissances et prises en compte peuvent entraîner des frais lorsqu’elles
sont requises pour les études envisagées ou en vertu des règlements existants pour
l’établissement de l’enseignement supérieur concerné.
(3) Pour les filières universitaires en République fédérale d’Allemagne qui sont suivies en République fédérale d’Allemagne et sanctionnées par un examen de l’État, les reconnaissances et les prises en compte des unités de cours capitalisables ainsi que les admissions aux examens de l’État s’effectuent en fonction de la réglementation applicable
en République fédérale d’Allemagne.
146
Volume 2699, I-47919
Article 6. Admission à la procédure de promotion pour l’obtention d’un doctorat
(1) Les détenteurs d’un « magistras » ou les détenteurs d’un diplôme délivré par la
République de Lituanie sanctionnant des études menées de manière ininterrompue peuvent être autorisés à entreprendre des études conduisant au doctorat dans l’enseignement
supérieur organisé en République fédérale d’Allemagne conformément à la procédure de
promotion pour l’obtention d’un doctorat.
(2) Les détenteurs d’un grade de master/magister, d’un grade de diplômé, de licencié
ou d’une maîtrise en sciences humaines et les détenteurs d’un diplôme sanctionnant des
études artistiques ainsi que les diplômés ayant passé les examens de l’État (Staatsprüfungen) organisés en République fédérale d’Allemagne peuvent, conformément au règlement
de l’établissement concerné, être admis aux études conduisant au doctorat organisées dans
les établissements de l’enseignement supérieur situés en République de Lituanie.
Article 7. Port des grades
Les détenteurs d’une des qualifications, d’un des grades académiques et titres scientifiques obtenus dans l’enseignement supérieur figurant en annexe sont en droit de les porter dans l’autre État sous la forme qui leur a été conférée. Les abréviations sont portées
dans les formes fixées dans l’État dispensateur et sinon, dans les formes usuelles.
Article 8. Accords entre établissements de l’enseignement supérieur
Le présent Accord ne s’oppose en rien à ce que soient conclus des accords entre les
établissements de l’enseignement supérieur situés dans les États des deux Parties contractantes et contenant des dispositions plus progressistes visant à promouvoir la mobilité
académique des étudiants, des professeurs de l’enseignement supérieur et des scientifiques ainsi que la coopération entre les établissements de l’enseignement supérieur.
Article 9. Reconnaissance professionnelle
(1) Il n’est pas dérogé ici aux règlements régissant la reconnaissance professionnelle
par des actes juridiques nationaux ou internationaux à caractère impératif.
(2) Les niveaux des qualifications dispensées par les établissements de
l’enseignement supérieur tels que convenus dans le présent Accord peuvent toutefois faciliter les décisions devant être prises dans le cadre de la reconnaissance de ces qualifications à des fins professionnelles.
Article 10. Commission d’experts
(1) Aux fins d’arbitrer l’ensemble des questions susceptibles de se poser durant
l’application du présent Accord, une commission permanente d'experts, composée de six
membres au maximum désignés par les deux Parties contractantes, sera constituée. Cette
commission d’experts aura pour mission d’une part d’observer le développement du système de l’enseignement supérieur, de veiller à ce que le présent Accord soit appliqué de
147
Volume 2699, I-47919
manière adéquate et d’autre part de faire des propositions quant à la poursuite de celui-ci.
Les listes de membres seront transmises par la voie diplomatique.
(2) La Commission d’experts permanente se réunit à la demande d’une des deux
Parties contractantes. Le lieu de réunion sera convenu par la voie diplomatique.
Article 11. Durée de validité, entrée en vigueur, dénonciation
(1) Le présent Accord est conclu pour une durée indéterminée. Il entrera en vigueur
le jour où les deux Parties contractantes se seront avisées de ce que les conditions requises par leur droit interne respectif pour son entrée en vigueur ont été remplies. La date
de réception de la dernière notification est ici déterminante.
(2) Chaque Partie contractante peut dénoncer le présent Accord par écrit en recourant à la voie diplomatique. La dénonciation prendra effet six mois à compter de la réception de l’avis de dénonciation par l’autre Partie contractante.
(3) L’Accord peut être complété ou modifié par écrit sur proposition d’une Partie
contractante avec l’assentiment de l’autre.
Article 12. Annexe
L’annexe fait partie intégrante du présent Accord.
FAIT à Palanga le 15 mai 2009 en deux exemplaires originaux, chacun rédigé en
langues lituanienne et allemande, les deux textes faisant également foi.
Au nom du Gouvernement de la République de Lituanie :
Au nom du Gouvernement de la République fédérale d’Allemagne :
148
Volume 2699, I-47919
ANNEXE
Pour poursuivre des études ou pour entreprendre de nouvelles études ainsi que pour
exercer des fonctions académiques, les qualifications obtenues dans des établissements de
l’enseignement supérieur sont reconnues ou prises en compte sur demande, conformément
aux classements figurant dans la présente annexe.
(1) Lors de la reconnaissance ou de la prise en compte des qualifications acquises ou
des titres scientifiques obtenus dans des établissements de l’enseignement supérieur situés
en République de Lituanie et en République fédérale d’Allemagne, il convient de tenir
compte des correspondances suivantes :
République de Lituanie
République fédérale
d’Allemagne
(a) Bakalauras (baccalauréat)
(b) Qualification décernée après avoir terminé
des études universitaires du
premier niveau
(a) Bakkalaureus/Bachelor
(baccalauréat/bachelier)
Diplôme (FH - haute école
spécialisée) – grade
(b) Examen au cas par cas
(a) Magistras (maîtrise)
Qualification décernée
après avoir terminé le cycle
d’études complet
(b) Qualification dispensée après avoir terminé
des études spéciales du
deuxième niveau
(a) Magister/Master (maîtrise/master)
Magister Artium (maîtrise
en sciences humaines)
Diplômé
Lizentiat (licencié)
Examen de l’État
Examen d’évaluation à caractère artistique
(b) Examen au cas par cas
(a) Daktaras (doctorat,
avec mention de la branche
scientifique)
(b) Meno licenciatas
(avec mention de la
branche artistique)
(a) Doctorat (avec mention
de la branche scientifique)
(b) Pas de correspondance
Premier niveau
Deuxième niveau
Troisième niveau
149
Volume 2699, I-47919
(2) Les unités de cours capitalisables obtenues dans un kolegija (collège) conduisant
au grade de profesinis bakalauras ou à des qualifications équivalentes obtenues à la suite
d’études faites dans l’enseignement supérieur non universitaire en République de Lituanie
peuvent, après examen individuel, entrer en ligne de compte et être considérées comme
des études accomplies dans des filières universitaires correspondantes et au grade de bachelier/bachelor dans des établissements de l’enseignement supérieur de la République
fédérale d’Allemagne.
(3) Un grade d’habilituotas daktaras décerné en République de Lituanie et une
« Habilitation » (qualification) de l’enseignement supérieur de la République fédérale
d’Allemagne sanctionnée par l’octroi d’une Venia legendi sont reconnus comme des qualifications équivalentes pour occuper une charge sous statut indépendant dans le domaine
de la recherche et de l’enseignement et pour participer à la procédure de promotion pour
l’obtention d’un doctorat ou d’une qualification et à d’autres examens académiques.
150
Volume 2699, I-47920
No. 47920
____
Argentina
and
Ecuador
Memorandum of Understanding concerning industrial complementation in the field
of metal engineering between the Argentine Republic and the Republic of Ecuador. Buenos Aires, 20 September 2007
Entry into force: 20 September 2007 by signature, in accordance with article 8
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Équateur
Mémorandum d'accord relatif à la complémentarité industrielle dans le domaine de
la métallurgie entre la République argentine et la République de l'Equateur.
Buenos Aires, 20 septembre 2007
Entrée en vigueur : 20 septembre 2007 par signature, conformément à l'article 8
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
151
Volume 2699, I-47920
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
152
Volume 2699, I-47920
153
Volume 2699, I-47920
154
Volume 2699, I-47920
[TRANSLATION – TRADUCTION]
MEMORANDUM OF UNDERSTANDING CONCERNING INDUSTRIAL
COMPLEMENTATION IN THE FIELD OF METAL ENGINEERING
BETWEEN THE ARGENTINE REPUBLIC AND THE REPUBLIC OF
ECUADOR
The Argentine Republic and the Republic of Ecuador, hereafter referred to as “the
Parties”,
Desiring to strengthen the traditional ties of friendship and cooperation linking the
Argentine and Ecuadorian peoples,
Taking into account the Economic Cooperation Agreement concluded between the
Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of Ecuador
on 5 April 1977,
Stressing the importance for both Governments of working together in order to consolidate productive projects of enterprises, cooperatives and microenterprises of both nations in search of solutions to the problems of poverty and social exclusion; strengthen
cooperation; improve the educational and cultural level of their peoples; and ensure trade
and growth on a mutual basis,
Considering the advantage of strengthening coordination activities with a view to industrial complementation in the field of metal engineering,
Have decided as follows:
1. The Parties shall take steps and undertake activities, in line with their internal
legislation, to encourage public, private or mixed-ownership enterprises of both Parties to
develop agreements aimed at facilitating industrial complementation in the sector of metal
engineering.
2. With a view to the implementation of this Memorandum of Understanding, the
Parties shall ensure that industrial complementation workshops in the metal engineering
sector of both countries shall take place in order to enable the metal engineering enterprises of the Parties to identify potentials partners in carrying out industrial complementation processes.
3. The Parties shall promote industrial complementation processes, focusing on the
following sectors:
- Melting of steel scrap;
- Melting of aluminium;
- Design and construction of machinery;
- Automation of equipment and machinery;
- Hot and cold wire-drawing and rolling of steel;
- Design and construction of metal structures.
155
Volume 2699, I-47920
4. The Parties shall support the conclusion of cooperation agreements between entrepreneurial associations of the metal engineering industry, stressing such matters as:
- Assistance and support for improving the structure and organizations of the
services of entrepreneurial associations;
- Cooperation aimed at bringing about and developing internal and external
partnership schemes.
5. The Parties shall designate official counterparts for the implementation of this
Memorandum of Understanding. Such counterparts shall be, in the case of Ecuador, the
Ministry of Industry and Competitiveness and, in the case of Argentina, the Office of the
Under-Secretary for Industry in the Ministry of the Economy and Production and the Ministry of Foreign Affairs, International Trade and Worship.
6. Enterprises that may decide to launch a process of industrial complementation
shall regulate their relations by means of the type of contract that they consider appropriate, in line with the national legislation of the Parties.
7. Any uncertainty or dispute that may arise in connection with the interpretation or
implementation of this Agreement shall be resolved through the diplomatic channel, by
means of direct negotiations between the Parties.
8. This Memorandum of Understanding shall enter into force on the date of its signature and shall remain in force for a period of three (3) years renewable automatically
for an equal period unless either Party provides written notification to the contrary no later than three (3) months before the expiry of the period of validity.
9. This Memorandum of Understanding may be amended by mutual consent of the
Parties. Amendments shall enter into force in a manner decided by the Parties.
DONE at Buenos Aires, on 20 September 2007, in duplicate, both texts being equally
authentic.
For the Argentine Republic:
For the Republic of Ecuador:
156
Volume 2699, I-47920
[TRANSLATION – TRADUCTION]
MÉMORANDUM D'ACCORD RELATIF À LA COMPLÉMENTARITÉ INDUSTRIELLE DANS LE DOMAINE DE LA MÉTALLURGIE ENTRE LA
RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LA RÉPUBLIQUE DE L'ÉQUATEUR
La République argentine et la République de l'Équateur, ci-après dénommées « les
Parties »,
Désireuses de renforcer les liens historiques d’amitié et de coopération qui unissent
les peuples argentin et équatorien,
Tenant compte de l’Accord de coopération économique souscrit le 5 avril 1977 entre
le Gouvernement de la République argentine et le Gouvernement de la République de
l'Équateur,
Soulignant l’importance pour les deux Gouvernements de travailler ensemble à la
consolidation de projets productifs d’entreprises, de coopératives et de micro-entreprises,
des deux nations, à la recherche de solutions aux problèmes de pauvreté et d’exclusion
sociale, du renforcement de la coopération, de l’amélioration de l’éducation culturelle de
leurs peuples, d’échanges et de croissance mutuelle,
Considérant l’intérêt de consolider les mesures de coordination pour la complémentarité industrielle dans le domaine de la métallurgie,
Sont convenues de ce qui suit :
1. Les Parties effectueront les démarches et prendront les mesures nécessaires, conformément à leurs législations internes, afin que les entreprises publiques, privées ou
mixtes des deux Parties mettent signent des accords visant à faciliter la complémentarité
industrielle dans le domaine de la métallurgie.
2. Aux fins de l’exécution du présent Mémorandum d’accord, les Parties veilleront
à organiser des ateliers de complémentarité industrielle dans le domaine de la métallurgie,
dans les deux pays, en faisant en sorte que les entreprises des Parties du secteur de la métallurgie puissent découvrir des associés potentiels permettant de mettre en œuvre des
processus de complémentarité industrielle.
3. Les Parties encourageront les processus de complémentarité industrielle, en donnant la priorité aux secteurs suivants :
- Fonte de ferrailles;
- Fonte d’aluminium;
- Conception et construction de machines;
- Automatisation des équipements et des machines;
- Tréfilage et laminage d’acier à chaud et à froid;
- Conception et construction de structures métalliques.
157
Volume 2699, I-47920
4. Les Parties encourageront la souscription d’accords de coopération entre les associations d’entreprises actives dans le domaine de la métallurgie, en insistant sur des aspects tels que :
- L’aide et le soutien pour améliorer la structure et l’organisation des services des
associations d’entreprises,
- La coopération pour motiver et mettre au point des modèles d’associations internes et externes.
5. Les Parties désigneront des autorités officielles chargées de l’exécution du présent accord. En ce qui concerne l’Équateur, cette fonction revient au Ministère de
l’industrie et de la compétitivité. En ce qui concerne l’Argentine, il s’agira du Soussecrétariat de l’industrie du Ministère de l’économie et de la production et du Ministère
des relations extérieures, du commerce international et du culte.
6. Les entreprises qui décideraient de mettre en œuvre des processus de complémentarité industrielle réguleront leurs relations selon la forme contractuelle qui semble la
plus adéquate, conformément aux législations internes des Parties.
7. Tout doute ou tout différend découlant de l’interprétation ou de l’application du
présent Accord sera résolu par la voie diplomatique, par le biais de négociations directes
entre les Parties.
8. Le présent Mémorandum d’accord entrera en vigueur le jour de sa signature et il
restera valable pendant trois (3) ans. Il sera tacitement renouvelable pour des périodes de
même durée, sauf notification écrite du contraire provenant de l’une ou l’autre des Parties,
notifiée au moins trois (3) mois avant l’échéance de la période.
9. Le présent Mémorandum d’accord pourra être amendé par consentement mutuel
des Parties. Les amendements entreront en vigueur selon la forme convenue entre les Parties.
FAIT à Buenos Aires, le 20 septembre 2007, en deux exemplaires originaux, les deux
textes faisant également foi.
Pour la République argentine :
Pour la République de l’Équateur :
158
Volume 2699, I-47921
No. 47921
____
Argentina
and
Brazil
Agreement supplementary to the Agreement on technical cooperation between the
Government of the Argentine Republic and the Government of the Federative
Republic of Brazil for the implementation of the project “Capacity Building in
the Field of Water Management”. Buenos Aires, 21 February 2008
Entry into force: 21 February 2008 by signature, in accordance with article VII
Authentic texts: Portuguese and Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Not published in print in accordance with article 12(2) of the General Assembly regulations to give effect to
Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended.
Argentine
et
Brésil
Accord complémentaire à l'Accord de coopération technique entre le Gouvernement
de la République argentine et le Gouvernement de la République fédérative du
Brésil concernant l'exécution du projet “Renforcement des capacités dans le
domaine de la gestion de l'eau”. Buenos Aires, 21 février 2008
Entrée en vigueur : 21 février 2008 par signature, conformément à l'article VII
Textes authentiques : portugais et espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
Non disponible en version imprimée conformément au paragraphe 2 de l'article 12 du règlement de l'Assemblée générale destiné à mettre en application l'Article 102 de la Charte des Nations Unies, tel qu'amendé.
159
Volume 2699, I-47922
No. 47922
____
Argentina
and
Ecuador
Basic Agreement on technical and scientific cooperation between the Governments
of the Argentine Republic and the Republic of Ecuador. Quito, 26 January 1972
Entry into force: 15 May 1973 by notification, in accordance with article X
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Équateur
Accord de base relatif à la coopération technique et scientifique entre les Gouvernements de la République argentine et de la République de l'Équateur. Quito,
26 janvier 1972
Entrée en vigueur : 15 mai 1973 par notification, conformément à l'article X
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
161
Volume 2699, I-47922
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
162
Volume 2699, I-47922
163
Volume 2699, I-47922
164
Volume 2699, I-47922
165
Volume 2699, I-47922
166
Volume 2699, I-47922
167
Volume 2699, I-47922
168
Volume 2699, I-47922
[TRANSLATION – TRADUCTION]
BASIC AGREEMENT ON TECHNICAL AND SCIENTIFIC COOPERATION
BETWEEN THE GOVERNMENTS OF THE ARGENTINE REPUBLIC
AND THE REPUBLIC OF ECUADOR
The Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of
Ecuador,
On the basis of the existing cordial relations between their States,
In view of their shared interest in promoting technical and scientific cooperation between the two countries,
Recognizing the possibilities which exist in that respect,
Have decided to conclude a Basic Agreement on technical and scientific cooperation
and have for that purpose appointed as their plenipotentiaries:
On behalf of his Excellency the President of the Argentine Republic, Mr. Luis María
de Pablo Pardo, Minister of Foreign Affairs and Worship,
On behalf of his Excellency the President of the Republic of Ecuador, Mr. Rafael
García Velasco, Minister of Foreign Affairs,
Who, having exchanged their full powers, found in good and due form, have agreed
as follows:
Article I
1. The Contracting Parties shall commit themselves to cooperating in scientific research and technological development.
2. The various areas, modalities and conditions of cooperation shall be determined
on a case-by-case basis through special agreements.
Article II
1. In particular, the above cooperation shall include:
(a) Exchange of specialists to provide consultative and advisory services in studying, preparing and implementing specific programmes and projects;
(b) Exchange of scientific and technological information;
(c) Granting of study scholarships to candidates from both countries, duly selected
to participate in skills-development, training or specialization courses or sessions in the
other country;
(d) Exchange and training of scientists and other research staff;
(e) Joint conduct of scientific research programmes; and organization of seminars,
skills development programmes and similar activities;
169
Volume 2699, I-47922
(f) Creation and operation of research institutions and trial and experimental production centres;
(g) Use of scientific and technical facilities or installed equipment.
2. To the extent possible, the Contracting Parties shall contribute to the designation
of experts and the acquisition of materials, equipment and other required items.
Article III
1. The costs of seconding scientists and other staff of one of the Contracting Parties
to the other shall be borne by the sending Party, unless special agreements are concluded
in that regard.
2. The financing of research or other programmes whose implementation is decided
in accordance with this Agreement shall take a form to be specified in the special agreements referred to in Article I, paragraph 2.
Article IV
Representatives of the Contracting Parties shall meet to promote the implementation
of this Agreement and of the special agreements concluded under Article I, paragraph 2,
in order to inform each other of the course of works of common interest and decide on
any necessary measures. Such meetings shall take place periodically within the framework
of Argentine-Ecuadorian Economic and Technical Ad hoc Coordination Committee.
Moreover, groups of experts may be appointed to examine specific issues.
Article V
1. Information exchange shall take place between the Contracting Parties or bodies
designated by them, particularly research institutes, documentation centres and specialized libraries.
2. The Contracting Parties may communicate the information received to public institutions, public service institutions or enterprises supported by the Government and/or
State institutions. Special agreements concluded under Article I, paragraph 2, may limit or
rule out such communication in the case of the said entities.
Communication to other bodies or persons shall be prohibited or limited where the
other Contracting Party or the bodies designated by it so stipulate before or during the exchange.
3. Each Contracting Party shall ensure that the persons authorized to receive information under this Basic Agreement or the special agreements concluded for its implementation shall abstain from transmitting such information to bodies or persons not authorized
to receive it under this Agreement or the special agreements concluded in accordance
with Article I, paragraph 2.
170
Volume 2699, I-47922
Article VI
To the extent of their possibilities, the Contracting Parties shall support the exchange
and use of inventions protected by patents or trademarks and of technical expertise,
whose owners are individuals.
Article VII
1. Within the framework of the applicable provisions of their respective national
legislation, the Contracting Parties shall ensure that items imported or exported by virtue
of special agreements concluded under Article I, paragraph 2, shall be exempted from the
payment of customs duties and any other tax or surcharge collected on import or export
operations.
2. Moreover, individuals residing in the territory of a Contracting Party who, pursuant to special agreements concluded under Article I, paragraph 2, of this Agreement for
its implementation, move to the territory of the other Contracting Party shall be exempted
from income tax.
3. Within the framework of the applicable provisions of their respective national
legislation, the Contracting Parties shall allow scientists and another personnel working
for the implementation of special agreements concluded under Article I, paragraph 2, and
their families, during their stay in the territory of the other Contracting Party, to import or
export, free of duties and security deposits, any items destined for their personal use.
Article VIII
Staff seconded in accordance with this Agreement shall, under the special agreements
concluded pursuant to Article I, paragraph 2, be subject to the legislation, regulations and
instructions in force at their place of work.
Article IX
This Agreement shall give rise to no claim incompatible with the national obligations
of the Contracting Parties or with obligations provided for by public international law.
Article X
1. This Agreement shall enter into force on the date on which the two Contracting
Parties shall notify each other that the relevant legal provisions have been fulfilled by
their Governments.
2. This Agreement shall remain in force for five (5) years, renewable by successive
periods of two (2) years, unless either Contracting Party terminates it twelve (12) months
before its expiry. Such termination shall not affect the duration of special agreements
concluded under Article I, paragraph 2.
171
Volume 2699, I-47922
IN WITNESS WHEREOF, the plenipotentiaries of the two Governments have signed
this Agreement in Quito, on 26 January 1972, in duplicate, both texts being equally authentic.
For the Government of the Argentine Republic:
LUIS MARÍA DE PABLO PARDO
Minister of Foreign Affairs and Worship
For the Government of the Republic of Ecuador:
RAFAEL GARCÍA VELASCO
Minister of Foreign Affairs
172
Volume 2699, I-47922
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE BASE RELATIF À LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET
SCIENTIFIQUE ENTRE LES GOUVERNEMENTS DE LA RÉPUBLIQUE
ARGENTINE ET DE LA RÉPUBLIQUE DE L'ÉQUATEUR
Le Gouvernement de la République argentine et le Gouvernement de la République
de l'Équateur,
En vertu des relations d’entente cordiale existant entre leurs États,
Au vu de leur intérêt commun à promouvoir la coopération technique et scientifique
entre les deux pays,
Reconnaissant les possibilités existant dans ce domaine,
Décident de conclure, dans un esprit de collaboration amicale, un Accord de base relatif à la coopération technique et scientifique et ils désignent, dans ce but, en tant que
leurs plénipotentiaires :
Pour son Excellence le Président de la République argentine, le Ministre des relations
extérieures et du culte, le Dr Luis María de Pablo Pardo, et
Pour son Excellence le Président de la République de l’Équateur, le Ministre des relations extérieures, le Dr Rafael García Velasco,
Lesquels, après avoir échangé leurs pleins pouvoirs, reconnus en bonne et due forme,
sont convenus des dispositions suivantes :
Article premier
1. Les Parties contractantes s’engagent à coopérer dans les domaines de la recherche scientifique et du développement technologique.
2. Les différents domaines de la collaboration, ainsi que ses modalités et conditions, seront établis au cas par cas, dans des accords spéciaux.
Article II
1. La coopération portera spécialement sur les domaines suivants :
a) Échanges de techniciens pour prêter des services de conseil et d’assistance pour
l’étude, la préparation et l’exécution de programmes et de projets spécifiques;
b) Échanges d'informations scientifiques et technologiques;
c) Octroi de bourses d’étude à des candidats des deux pays dûment sélectionnés
pour participer dans l’autre pays à des cours ou des stages de formation professionnelle,
d’exercice pratique ou de spécialisation;
d) Échanges et formations de scientifiques et autres personnels liés à la recherche;
173
Volume 2699, I-47922
e) Réalisation conjointe de programmes de recherche scientifique; organisation de
séminaires, de programmes de formation professionnelle et d’autres activités analogues;
f) Création et exploitation d’instituts de recherche et de centres de test et de production expérimentale;
g) Utilisation des installations ou des sites scientifiques et techniques.
2. Les Parties contractantes collaboreront, dans la mesure du possible, à la désignation d’experts et à l’acquisition de matériel, d’équipements et autres éléments nécessaires.
Article III
1. Les frais d’envoi de scientifiques et d’autres personnels d’une des Parties contractantes à l’autre seront supportés par la Partie d'envoi, sauf accords spéciaux souscrits à
ce sujet.
2. Le financement des programmes de recherche et autres que les Parties décideraient de mettre à exécution conformément au présent Accord se fera comme établi dans
les Accords spéciaux visés au paragraphe 2 de l’article premier.
Article IV
Les représentants des Parties contractantes se réuniront afin de promouvoir
l’application du présent Accord et des accords spéciaux qui seraient conclus conformément aux dispositions du paragraphe 2 de l’article premier, pour s’informer mutuellement
de l’état d’avancement des travaux d’intérêt commun et pour convenir des mesures qui
s’avèreraient nécessaires. Ces réunions se tiendront à intervalles réguliers dans le cadre de
la Commission spéciale argentino-équatorienne de coordination économique et technique.
Des groupes d’experts pourront également être désignés pour examiner des questions spécifiques.
Article V
1. Les échanges d’informations s’effectueront entre les Parties contractantes ou
entre les organismes qu’elles auront désignés, tout particulièrement entre instituts de recherche, centres de documentation et bibliothèques spécialisées.
2. Les Parties contractantes peuvent communiquer les informations reçues à des
institutions publiques ou à des institutions et entreprises d’utilité publique soutenues par
le Gouvernement et/ou des organismes de l'État. Elles peuvent limiter ou exclure cette
possibilité de communication dans les accords spéciaux conclus conformément aux dispositions du paragraphe 2 de l’article premier.
La communication des informations à d’autres organismes ou personnes sera interdite
ou limitée lorsque l'autre Partie contractante ou les organismes désignés par elle le demandent avant ou pendant les échanges.
3. Chaque Partie contractante garantira que les personnes autorisées à recevoir des
informations en vertu du présent Accord de base ou des accords spéciaux conclus en vue
de son application ne communiqueront pas ces informations à des organismes ou à des
174
Volume 2699, I-47922
personnes qui ne sont pas autorisés à en avoir connaissance, conformément au présent
Accord de base ou aux accords spéciaux conclus conformément aux dispositions du paragraphe 2 de l’article premier.
Article VI
Les Parties contractantes encourageront, dans la mesure de leurs possibilités, les
échanges et l’utilisation d’inventions protégées par des brevets ou des marques déposées
et les échanges et l’utilisation d’expériences techniques, dont les propriétaires sont des
personnes physiques.
Article VII
1. Les Parties contractantes garantiront, dans le cadre des dispositions en vigueur
de leurs législations nationales respectives, que les articles importés ou exportés en vertu
des accords spéciaux conclus conformément aux dispositions du paragraphe 2 de
l’article premier, sont exonérés du paiement des droits de douane ou de toute autre taxe,
charge ou impôt perçu pour les opérations d’importation ou d’exportation.
2. Sont également exemptées de l’impôt sur les revenus, les personnes physiques
résidant sur le territoire d’une Partie contractante et qui, en vertu des accords spéciaux
conclus pour l’application du présent Accord, conformément aux dispositions du paragraphe 2 de l’article premier, déménagent sur le territoire de l’autre Partie contractante.
3. Dans le cadre des dispositions en vigueur dans leurs législations nationales respectives, les Parties contractantes autoriseront, pour les scientifiques et les autres personnels œuvrant à l’application des accords spéciaux conclus conformément aux dispositions
du paragraphe 2 de l’article premier et pour leurs familles, pendant toute la durée de leur
séjour sur le territoire de l'autre Partie contractante, l’importation ou l’exportation libres
de droits et de cautions des objets destinés à leur usage personnel.
Article VIII
Le personnel détaché conformément aux dispositions du présent Accord devra se
soumettre, en fonction des Accords spéciaux conclus conformément aux dispositions du
paragraphe 2 de l’article premier, aux lois, règlements et instructions en vigueur sur le
lieu de leur travail.
Article IX
Le présent Accord n’établit aucun droit qui serait contraire aux obligations nationales
des Parties contractantes ou à des obligations issues du droit public international.
175
Volume 2699, I-47922
Article X
1. Le présent Accord entrera en vigueur à la date à laquelle les deux Parties contractantes se seront communiqué l'accomplissement, par leurs Gouvernements, des formalités juridiques correspondantes.
2. Le présent Accord restera en vigueur pendant une période cinq (5) ans. Il sera
tacitement reconduit pour des périodes successives de deux (2) ans, à moins qu'une des
Parties n'ait notifié par écrit à l'autre Partie son intention de le dénoncer au moins
douze (12) mois avant son échéance. Cette dénonciation ne portera pas atteinte aux délais
des accords spéciaux convenus conformément aux dispositions du paragraphe 2 de
l’article premier.
EN FOI DE QUOI, les plénipotentiaires des deux Gouvernements ont signé le présent Accord à Quito, le 26 janvier 1972, en deux exemplaires identiques et faisant également foi.
Pour le Gouvernement de la République argentine :
LUIS MARÍA DE PABLO PARDO
Ministre des relations extérieures et du culte
Pour le Gouvernement de la République de l’Équateur :
RAFAEL GARCÍA VELASCO
Ministre des relations extérieures
176
Volume 2699, I-47923
No. 47923
____
Argentina
and
Ecuador
Economic Cooperation Agreement between the Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of Ecuador. Buenos Aires,
5 April 1977
Entry into force: provisionally on 5 April 1977 by signature and definitively on
6 June 1978 by the exchange of instruments of ratification, in accordance with
article 11
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Équateur
Accord de coopération économique entre le Gouvernement de la République argentine et le Gouvernement de la République de l'Équateur. Buenos Aires,
5 avril 1977
Entrée en vigueur : provisoirement le 5 avril 1977 par signature et définitivement le
6 juin 1978 par échange des instruments de ratification, conformément à l'article 11
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
177
Volume 2699, I-47923
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
178
Volume 2699, I-47923
179
Volume 2699, I-47923
180
Volume 2699, I-47923
181
Volume 2699, I-47923
182
Volume 2699, I-47923
183
Volume 2699, I-47923
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ECONOMIC COOPERATION AGREEMENT BETWEEN THE GOVERNMENT OF THE ARGENTINE REPUBLIC AND THE GOVERNMENT OF
THE REPUBLIC OF ECUADOR
The Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of
Ecuador,
Desiring to reaffirm the brotherly ties which link their peoples and aiming to cooperate for their mutual benefit to enhance their economic development, raise the standards of
living within their respective territories, increase reciprocal trade and strengthen economic relations between the two countries,
Have agreed as follows:
Article 1
The Contracting Parties shall make every effort to implement programmes of cooperation and economic complementation in activities decided between them by mutual consent in the spirit of this Agreement.
Article 2
The cooperation and complementation referred to in the preceding article shall take
place in the following sectors, inter alia: trade, industry, energy, steel processing, agriculture, livestock farming, forestry, mining, fishing, food processing, metal engineering, automobile industry, cellulose and paper processing, transport, and physical, communications and financial infrastructure.
Article 3
In the area of trade, the Contracting Parties shall develop activities aimed at facilitating and increasing reciprocal trade through mechanisms that they deem appropriate, without prejudice to the preferential treatment established in favour of Ecuador within the
framework of the Latin American Free Trade Association.
Article 4
In the industrial sector, the Contracting Parties shall step up efforts to boost complementation and cooperation in the development of industries of mutual interest.
They shall also consider with utmost interest the promotion of investments in binational enterprises. To that end, they shall exchange information on projects potentially
184
Volume 2699, I-47923
conducive to such cooperation and on the facilities that they could provide in that connection.
Article 5
The Contracting Parties shall mutually give priority to the supply of products of plant
and animal origin, provided such products adequately meet conditions for international
competition; and shall seek to enter into medium- and long-term agreements.
Article 6
In view of the importance of air and sea transport and its impact on economic development and on the enhancement of trade flows between the two countries, the Contracting
Parties shall facilitate the conclusion of agreements between enterprises of both nations in
order to strengthen the respective trade activities.
Article 7
In the fishing sector, the Contracting Parties may decide on programmes of cooperation in determining the ichthyological and fishing potential of Ecuador; introducing seeds
of new species which can help to increase protein production for human consumption;
promoting industrialization in connection with existing species; or carrying out any other
project involving such activities.
Article 8
In order to support studies and the implementation of projects agreed upon under this
Agreement, the Contracting Parties shall seek to obtain financing, particularly at the international level, through action that secures the required funds.
They shall also negotiate, through their respective competent financial institutions,
the granting of loans designed to promote trade on a reciprocal basis.
Article 9
The Argentine-Ecuadorian Economic and Technical Ad hoc Committee created under the Agreement concluded at Buenos Aires on 1 July 1965 shall examine and assess
the obligations imposed by the implementation of this Agreement and those to be established under complementary agreements.
Article 10
Commitments made pursuant to this Agreement shall be compatible with the rights
and obligations arising for both Contracting Parts as a result of their participation in the
185
Volume 2699, I-47923
Latin American integration processes, which are governed by rules whose enforcement
shall automatically prevail.
Article 11
This Agreement shall be implemented provisionally as from its signature and shall
enter into force on the date of exchange of the instruments of ratification.
This Agreement shall have a duration of five (5) years, at the end which the Agreement shall be renewed automatically for successive one-year periods.
Article 12
Either Contracting Party, with a view to the adaptation of this Agreement to a new
situation, may request of the other Party the immediate commencement of negotiations on
any amendments to the Agreement, particularly in light of the report drawn up by the Ad
hoc Committee pursuant to the provisions of Article 9.
If the Contracting Parties do not reach an understanding within sixty (60) days following the date of the request for negotiations, either Contracting Party may, through a
formal communication addressed to the other Party, terminate this Agreement, such termination occurring ninety (90) days after the said notification.
Without prejudice to the provisions of the preceding paragraph, any rights and obligations that are established under specific agreements concluded within the framework of
this Agreement shall remain in force subject to the periods and conditions provided for in
such agreements.
DONE at Buenos Aires, on 5 April 1977, in duplicate, both texts being equally authentic.
For the Argentine Republic:
CÉSAR AUGUSTO GUZZETTI
Minister of Foreign Affairs and Worship
For the Republic of Ecuador:
JORGE SALVADOR LARA
Minister of Foreign Affairs
186
Volume 2699, I-47923
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION ÉCONOMIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LE GOUVERNEMENT
DE LA RÉPUBLIQUE DE L'ÉQUATEUR
Le Gouvernement de la République argentine et le Gouvernement de la République
de l'Équateur,
Désireux de renforcer les liens fraternels qui unissent leurs peuples et afin de coopérer pour leur bénéfice mutuel, en vue de faire progresser leur développement économique,
d’atteindre un meilleur niveau de vie au sein de leurs territoires respectifs, de favoriser la
croissance du commerce réciproque et de renforcer la consolidation des relations économiques entre les deux pays,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Les Parties contractantes déploieront tous leurs efforts pour mettre en application des
programmes de coopération et de complémentarité économique, pour les activités que les
deux Parties décideront de commun accord, dans l’esprit du présent Accord.
Article 2
La coopération et la complémentarité auxquelles se rapporte l’article précédent concerneront tout particulièrement les secteurs suivants : le commerce, l’industrie, l’énergie,
la sidérurgie, l’agriculture, l’élevage, l’exploitation forestière, l’exploitation minière, la
pêche, le secteur alimentaire, la métallurgie, l’industrie automobile, le secteur de la cellulose et du papier, les transports, l’infrastructure physique, les communications et le secteur financier.
Article 3
Dans le domaine commercial, les Parties contractantes mettront sur pied des mesures
visant à faciliter et à accroître le commerce réciproque par le biais de procédures qu’elles
estiment adéquates, sans porter atteinte au traitement privilégié établi en faveur de
l’Équateur, dans le cadre de l’Association Latino-Américaine de Libre Échange.
Article 4
Dans le secteur industriel, les Parties contractantes intensifieront leurs efforts pour
étendre le degré de complémentarité et de coopération dans le développement d’industries
d’intérêt mutuel.
187
Volume 2699, I-47923
Elles considèreront également avec le plus grand intérêt la réalisation
d’investissements dans des entreprises binationales. À cet effet, elles échangeront des renseignements sur des projets adéquats pour une telle coopération et sur les facilités qu’elles
accorderaient dans ce domaine.
Article 5
Les Parties contractantes s’accorderont mutuellement la priorité d’approvisionnement
en produits provenant de l’agriculture et de l’élevage, dans la mesure où ceux-ci présentent les conditions adéquates face à la concurrence internationale, et elle veilleront à conclure des contrats à moyen terme et à long terme.
Article 6
Considérant l’importance des transports aérien et maritime et leur influence sur le
développement économique et sur la croissance des flux commerciaux entre les deux
pays, les Parties contractantes faciliteront la conclusion d’accords entre les entreprises des
deux nations afin d’intensifier la circulation concernée.
Article 7
Dans le domaine de la pêche, les Parties contractantes pourront convenir de programmes de coopération afin de déterminer le potentiels ichtyologique et halieutique de
l’Équateur, pour les opérations de mise en charge de nouvelles espèces qui favorisent
l’augmentation de la production de protéines pour la consommation humaine, pour
l’industrialisation des espèces existantes ou pour tout autre projet concernant ces activités.
Article 8
Afin de favoriser la concrétisation d’études et l’exécution de projets convenus dans le
cadre du présent Accord, les Parties contractantes veilleront à obtenir un financement, et
tout particulièrement un financement international, en effectuant les démarches destinées
à garantir l’octroi des ressources nécessaires.
Elles négocieront également, par le biais de leurs institutions financières compétentes, la concession de crédits destinés à encourager les échanges commerciaux réciproques.
Article 9
La Commission spéciale argentino-équatorienne de coordination économique et
technique, créée par l’Accord conclu à Buenos Aires le 1er juillet 1965, examinera et évaluera les obligations issues de l’application du présent Accord, ainsi que celles qui seront
établies dans des accord additionnels.
188
Volume 2699, I-47923
Article 10
Les engagements découlant du présent Accord devront être compatibles avec les
droits et obligations issus, pour les deux Parties contractantes, de leur participation aux
processus d’intégration latino-américaine, dont les normes seront applicables en priorité
et de manière systématique.
Article 11
Le présent Accord sera appliqué provisoirement à compter de sa signature et il entrera en vigueur à la date de l'échange des instruments de ratification.
Il restera en vigueur pour une durée initiale de cinq (5) ans au terme de laquelle il sera tacitement reconduit pour des périodes successives d’un (1) an.
Article 12
Toute Partie contractante qui souhaiterait adapter le présent Accord à une nouvelle
situation, pourra demander à l’autre l’ouverture immédiate de négociations afin
d’introduire les modifications correspondantes, en tenant tout particulièrement compte du
rapport élaboré par la Commission spéciale, conformément aux dispositions de l’article 9.
Si les Parties contractantes ne parviennent pas à un accord dans les soixante (60)
jours qui suivent la date de la demande de négociations, chacune pourra dénoncer le présent Accord sur communication officielle destinée à l’autre Partie et il y sera alors mis fin
quatre-vingt-dix (90) jours après ladite notification.
Sans préjudice des dispositions du paragraphe précédent, les droits et obligations que
les Parties auront contractés suite aux accords spéciaux conclus dans le cadre du présent
Accord, resteront en vigueur conformément aux délais et conditions qui y ont été convenus.
FAIT à Buenos Aires, le 5 avril 1977, en deux exemplaires originaux faisant également foi.
Pour le Gouvernement de la République argentine :
CÉSAR AUGUSTO GUZZETTI
Le Ministre des relations extérieures et du culte
Pour le Gouvernement de la République de l’Équateur :
JORGE SALVADOR LARA
Le Ministre des relations extérieures
189
Volume 2699, I-47924
No. 47924
____
Argentina
and
Ecuador
Cooperation Agreement in the food sector between the Argentine Republic and the
Republic of Ecuador. Buenos Aires, 20 September 2007
Entry into force: 20 September 2007 by signature, in accordance with article 6
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Équateur
Accord de coopération dans le secteur alimentaire entre la République argentine et
la République de l'Équateur. Buenos Aires, 20 septembre 2007
Entrée en vigueur : 20 septembre 2007 par signature, conformément à l'article 6
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
191
Volume 2699, I-47924
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
192
Volume 2699, I-47924
193
Volume 2699, I-47924
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT ON COOPERATION IN THE FOOD SECTOR BETWEEN
THE ARGENTINE REPUBLIC AND THE REPUBLIC OF ECUADOR
The Argentine Republic and the Republic of Ecuador, hereinafter referred to as “the
Parties”,
Taking into account the Agreement on Economic Cooperation between the Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of Ecuador, signed
on 5 April 1977,
Considering the ties of solidarity that unite the two peoples and the need to ensure
that the food supply is adequate for the development of the capacities of all the inhabitants of both nations,
Convinced that pooling the efforts of the private and public sectors is the best way to
overcome adverse situations in the food sector,
Have agreed as follows:
Article 1
The Argentine Republic shall endeavour to ensure a rapid response from the Argentine private sector to requests by the Republic of Ecuador for price quotes on the delivery
of food staples.
The Republic of Ecuador, for its part, undertakes to coordinate with the private sector
to ensure a similar response to such requests by the Argentine Republic.
Article 2
Each Party agrees to evaluate, on a priority basis, offers by companies of the other
Party in cases where price quotes on the delivery of foodstuffs in the circumstances described in the preceding paragraphs have been requested.
Article 3
The Parties shall make every effort to exchange and transmit accurate information in
order to take advantage of trade opportunities that may derive from the analysis of potential exportable products in the agri-food sector.
Article 4
The Parties undertake to cooperate and coordinate on matters relating to the
transport and logistics of any operations that may transpire within the framework of the
present Agreement.
194
Volume 2699, I-47924
Article 5
Any doubts or disputes that may arise regarding the interpretation or implementation
of this Agreement shall be settled through direct negotiations between the Parties through
the diplomatic channel.
Article 6
The present Agreement shall enter into force on the date of its signature for an indefinite period.
Either of the Parties may terminate the present Agreement by giving written notification to the other at least six (6) months in advance.
DONE in Buenos Aires, on 20 September 2007, in two originals, both texts being
equally authentic.
For the Republic of Argentina:
For the Republic of Ecuador:
195
Volume 2699, I-47924
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE ENTRE
LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LA RÉPUBLIQUE DE L'ÉQUATEUR
La République argentine et la République de l'Équateur, ci-après dénommées « les
Parties »,
Tenant compte de l’Accord de coopération économique entre le Gouvernement de la
République argentine et le Gouvernement de la République de l'Équateur, signé le
5 avril 1977,
Considérant les liens de solidarité qui unissent les deux peuples et la nécessité de garantir un approvisionnement adéquat en denrées alimentaires pour le développement des
capacités de tous les habitants des deux nations,
Convaincus que l’union des efforts des secteurs privé et public constitue la meilleure
manière de combattre les situations préoccupantes dans le secteur alimentaire,
Les Parties sont convenues de ce qui suit :
Article premier
La République argentine veillera à aborder le secteur privé argentin en vue d’obtenir
une réponse rapide aux demandes des offres de prix pour la fourniture d’aliments de base,
sur demande de la République de l’Équateur.
De son côté, la République de l’Équateur s’engage à coordonner le même type de réponse avec le secteur privé si la République argentine vient à le demander.
Article 2
Chacune des Parties convient d’évaluer en priorité les offres soumises par les entreprises de l’autre Partie, au cas où elles auraient demandé des offres de prix pour des denrées alimentaires, conformément aux dispositions énoncées aux paragraphes antérieurs.
Article 3
Les Parties veilleront à échanger et à transmettre des informations précises afin de
pouvoir bénéficier des possibilités commerciales qui pourraient ressortir de l’analyse des
estimations de l’offre exportable dans le secteur agro-alimentaire.
Article 4
Les Parties s’engagent à coopérer et à assurer la coordination dans les domaines liés
au transport et à la logistique pour les opérations qui pourraient voir le jour dans le cadre
du présent Accord.
196
Volume 2699, I-47924
Article 5
Tout doute ou tout différend découlant de l’interprétation ou de l’application du présent Accord sera résolu par la voie diplomatique, par le biais de négociations directes
entre les Parties.
Article 6
Le présent Accord entrera en vigueur à la date de sa signature et il aura une durée illimitée.
Toute Partie, quelle qu’elle soit, pourra y mettre fin par notification adressée à l’autre
par écrit, au moins six (6) mois avant sa prise d’effet.
FAIT à Buenos Aires, le 20 septembre 2007, en deux exemplaires originaux, les deux
textes faisant également foi.
Pour la République argentine :
Pour la République de l’Équateur :
197
Volume 2699, I-47925
No. 47925
____
Argentina
and
Ecuador
Memorandum of Understanding between the Argentine Republic and the Republic
of Ecuador on investments in housing construction. Buenos Aires,
20 September 2007
Entry into force: 20 September 2007 by signature, in accordance with article 4
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Équateur
Mémorandum d'accord entre la République argentine et la République de l'Équateur sur les investissements dans la construction de logements. Buenos Aires,
20 septembre 2007
Entrée en vigueur : 20 septembre 2007 par signature, conformément à l'article 4
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
199
Volume 2699, I-47925
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
200
Volume 2699, I-47925
201
Volume 2699, I-47925
[TRANSLATION – TRADUCTION]
MEMORANDUM OF UNDERSTANDING BETWEEN THE ARGENTINE
REPUBLIC AND THE REPUBLIC OF ECUADOR ON INVESTMENTS
IN HOUSING CONSTRUCTION
The Argentine Republic and the Government of the Republic of Ecuador, hereinafter
referred to as “the Parties”,
Considering that:
Within the framework of the Agreement on Economic Cooperation between the Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of Ecuador,
signed on 5 April 1977, laying the foundation for ties between the two countries, and
highlighting their mutual interest in promoting and stimulating progress in both economies, which will also contribute to the integration of Latin America,
Private construction and consulting firms and their chambers of commerce and industry have provided assistance in drawing up infrastructure and construction plans in both
countries,
Many Argentine companies in this sector have expressed their interest in investing in
construction in the Republic of Ecuador, either through public housing construction and
improvement programmes or through private undertakings.
In view of the aforesaid considerations, the Parties agree to:
1. Collaborate in the elaboration of programmes for the study and formulation of
projects in the area of housing, taking into account the experience of both the Argentine
and Ecuadorian public and private sectors with a view to increasing reciprocal cooperation;
2. Engage in reciprocal consultations on state-sponsored plans for housing construction or improvement with the aim of promoting private capital investment in those
plans by both countries;
3. Facilitate the reciprocal investment in housing construction by reputable companies in the other country;
4. Carry out, through the relevant Ministries, scientific and technical assessment
and cooperation activities for the joint execution of cooperation, research and training
projects relating to housing construction.
The present Memorandum of Understanding shall enter into force on the date of its
signature for an indefinite period.
DONE in Buenos Aires, on 20 September 2007, in two originals, both texts being
equally authentic.
For the Argentine Republic:
For the Republic of Ecuador:
202
Volume 2699, I-47925
[TRANSLATION – TRADUCTION]
MÉMORANDUM D'ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET
LA RÉPUBLIQUE DE L'ÉQUATEUR SUR LES INVESTISSEMENTS
DANS LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS
La République argentine et la République de l'Équateur, ci-après dénommées « les
Parties »,
Considérant :
Que, dans le cadre de l’Accord de coopération économique entre le Gouvernement
de la République argentine et le Gouvernement de la République de l'Équateur, signé le
5 avril 1977, qui définissait les bases des liens qui unissent les deux pays et soulignait leur
intérêt réciproque à promouvoir et à favoriser le progrès dans les deux économies afin de
contribuer ainsi à l’intégration de l’Amérique latine,
Que les entreprises privées de génie civil, de consultance et leurs Chambres ont accompagné le développement des plans d’infrastructures et de construction dans les deux
pays,
Que bon nombre d’entreprises argentines dans ce secteur ont manifesté leur intérêt
pour effectuer des investissements dans le secteur de la construction en République de
l’Équateur, que ce soit par le biais de programmes publics de construction et de rénovation des logements ou par l’intermédiaire d’entreprises privées,
Étant donné les considérations énoncées ici, les Parties sont convenues de ce qui
suit :
1. Collaborer à l’élaboration de programmes pour l’étude et la formulation de projets dans le domaine des logements, en tenant compte de l’expérience des secteurs publics
et privés, tant équatoriens qu’argentins. Elles visent ainsi une plus grande coopération réciproque;
2. Se consulter mutuellement sur des projets de l’État en matière de construction de
logements ou de leur rénovation, de manière à encourager les investissements de capitaux
privés provenant des deux pays pour lesdits projets;
3. Favoriser les investissements mutuels dans le domaine de la construction de logements de la part d’entreprises de l’autre pays, jouissant d’une bonne réputation;
4. Mener à bien, par le biais des Ministères correspondants, des activités
d’assistance et de coopération scientifique et technique pour la réalisation commune de
projets de coopération, de recherche et de formation en matière de constructions civiles
pour les logements.
Le présent Mémorandum d’accord entrera en vigueur à la date de sa signature, pour
une durée illimitée.
203
Volume 2699, I-47925
FAIT à Buenos Aires, le 20 septembre 2007, en deux exemplaires originaux, tous
deux faisant également foi.
Pour la République argentine :
Pour la République de l’Équateur :
204
Volume 2699, I-47926
No. 47926
____
Argentina
and
El Salvador
Cooperation Agreement on the promotion of trade and investment between
the Argentine Republic and the Republic of El Salvador. Buenos Aires,
10 July 2007
Entry into force: 10 July 2007 by signature, in accordance with article 6
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
El Salvador
Accord de coopération dans le domaine de la promotion du commerce et de l'encouragement des investissements entre la République argentine et la République
d'El Salvador. Buenos Aires, 10 juillet 2007
Entrée en vigueur : 10 juillet 2007 par signature, conformément à l'article 6
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
205
Volume 2699, I-47926
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
206
Volume 2699, I-47926
207
Volume 2699, I-47926
[TRANSLATION – TRADUCTION]
COOPERATION AGREEMENT ON THE PROMOTION OF TRADE AND
INVESTMENT BETWEEN THE ARGENTINE REPUBLIC AND THE
REPUBLIC OF EL SALVADOR
The Argentine Republic and the Republic of El Salvador, on the basis of the Agreement on Scientific and Technical Cooperation between the two Parties signed on
5 June 1981 and in force since 3 December 1985,
Recognizing the fundamental role that foreign trade plays in the economic growth of
our countries, as well as the expansion and diversification of markets for their exports,
Also recognizing the importance of fostering and broadening technical cooperation in
this area,
Noting the desirability of promoting investments, bearing in mind, in particular, the
interest expressed by both Parties in encouraging more balanced trade relations,
Have agreed as follows:
1. The Argentine Republic, through the relevant technical agencies of its Ministry
of Foreign Affairs, shall carry out studies and design analytical tools to evaluate trade intelligence in order to identify Salvadoran products that can be exported to the Argentine
market;
2. An Argentine technical mission shall be conducted through the Argentine Horizontal Cooperation Fund (FO-AR) with the aim of communicating the findings of the
studies referred to in the preceding paragraph;
3. The Argentine Republic shall organize seminars, also under the auspices
of FO-AR, in cities to be agreed upon with the authorities of El Salvador, with the aim of
reaching out as widely as possible to interested sectors and collaborating in the
organization of any trade missions;
4. The Argentine Republic shall hold orientation and training days on managing the
strategic promotion of exports for officials and technical personnel of relevant agencies in
the sector;
5. The Argentine Republic shall also dispatch a technical mission for the purpose
of identifying sectors that might be suitable for Argentine investment. The aim of the
technical mission shall be to identify, in particular, areas of interest to small and mediumsized Argentine enterprises in such sectors as textiles, automobile parts and shoes, among
others;
6. This technical mission shall take into account the favourable conditions that
El Salvador has to offer in respect of the inflow of foreign capital as well as opportunities
for access to third countries.
The Ministry of Foreign Affairs, International Trade and Worship in the Argentine
Republic and the Ministry of Foreign Affairs in the Republic of El Salvador shall be responsible for the application of the present Agreement.
208
Volume 2699, I-47926
The present Agreement shall enter into force on the date of its signature and shall remain in force for two (2) years. It shall be automatically renewable unless otherwise indicated by either of the Parties at least ninety (90) days in advance.
DONE in Buenos Aires on 10 July 2007 in two originals in the Spanish language,
both texts being equally authentic.
For the Argentine Republic:
JORGE TAIANA
Minister for Foreign Affairs, International Trade and Worship
For the Republic of El Salvador:
FRANCISCO ESTEBAN LAINEZ
Minister for Foreign Affairs
209
Volume 2699, I-47926
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD DE COOPÉRATION DANS LE DOMAINE DE LA PROMOTION
DU COMMERCE ET DE L’ENCOURAGEMENT DES INVESTISSEMENTS ENTRE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LA RÉPUBLIQUE
D'EL SALVADOR
La République argentine et la République d'El Salvador, se fondant sur l’Accord de
coopération scientifique et technique signé entre les deux Parties le 5 juin 1981 et en vigueur depuis le 3 décembre 1985,
Reconnaissant le rôle fondamental du commerce extérieur sur la croissance économique de leurs pays, ainsi que l’approfondissement et la diversification des marchés pour
leurs exportations,
Reconnaissant de même l’importance d’encourager et d’étendre la coopération technique dans ce domaine,
Signalant l’intérêt mutuel de promouvoir les investissements en tenant compte tout
particulièrement de l’intérêt manifesté par les deux Parties de favoriser des relations
commerciales plus équilibrées,
Sont convenues de ce qui suit :
1. La République argentine, par le biais des organes techniques compétents de sa
Chancellerie, mènera à bien des études et mettra au point des outils et des modules
d’analyse et d’évaluation commerciale, afin d’identifier les produits de l’offre exportable
salvadorienne susceptibles d’intéresser le marché argentin;
2. Par le biais du Fonds argentin de coopération horizontale (FO-AR), il sera créé
une mission technique argentine chargée d’exposer les résultats des études mentionnées
au paragraphe précédent;
3. La République argentine organisera, également sous les auspices du FO-AR,
dans des villes à convenir avec les autorités d’El Salvador, des séminaires visant à assurer
la plus grande diffusion aux secteurs intéressés et la collaboration à l’organisation
d’éventuelles missions commerciales;
4. La République argentine convoquera des journées d’orientation et de formation
pour la gestion promotionnelle stratégique des exportations. Ces journées s’adresseront
aux fonctionnaires et techniciens des organismes liés au secteur;
5. De même, la République argentine enverra une mission technique chargée
d’identifier les secteurs présentant des créneaux propices pour les investissements argentins. La mission technique aura pour objectif d’identifier tout particulièrement les segments intéressants pour les petites et moyennes entreprises argentines, notamment dans le
secteur textile, le secteur des pièces automobiles et le secteur de la chaussure;
6. Cette mission technique tiendra compte des conditions favorables qu’El Salvador
offre à l’entrée de capitaux étrangers et des possibilités d’accès à des pays tiers.
210
Volume 2699, I-47926
L’exécution du présent Accord sera à charge du Ministère des relations extérieures,
du commerce international et du culte, pour la République argentine, et du Ministère des
relations extérieures, pour la République d’El Salvador.
Le présent Accord entrera en vigueur à la date de sa signature, pour une durée de
deux (2) ans. Il sera automatiquement reconduit pour des périodes de même durée, tant
qu’aucune communication du contraire n’est transmise par l’une ou l’autre des Parties,
avec au moins quatre-vingt-dix (90) jours de préavis.
FAIT à Buenos Aires, le 10 juillet 2007, en deux exemplaires originaux en langue
espagnole, tous deux faisant également foi.
Pour la République argentine :
JORGE TAIANA
Ministre des relations extérieures, du commerce international et du culte
Pour la République d’El Salvador :
FRANCISCO ESTEBAN LAINEZ
Ministre des relations extérieures
211
Volume 2699, I-47927
No. 47927
____
Argentina
and
El Salvador
Agreement between the Argentine Republic and the Republic of El Salvador on the
free exercise of remunerated activities for dependants of diplomatic, consular,
administrative and technical personnel of diplomatic missions, consular offices
and permanent representations to international organizations. Buenos Aires,
10 July 2007
Entry into force: 21 November 2007 by notification, in accordance with article 12
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
El Salvador
Accord entre la République argentine et la République d'El Salvador sur le libre
exercice d'activités rémunérées pour les membres de famille à charge du personnel diplomatique, consulaire, administratif et technique des missions diplomatiques, des consulats et des représentations permanentes auprès des organisations internationales. Buenos Aires, 10 juillet 2007
Entrée en vigueur : 21 novembre 2007 par notification, conformément à l'article 12
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
213
Volume 2699, I-47927
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
214
Volume 2699, I-47927
215
Volume 2699, I-47927
216
Volume 2699, I-47927
217
Volume 2699, I-47927
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT BETWEEN THE ARGENTINE REPUBLIC AND THE REPUBLIC OF EL SALVADOR ON THE FREE EXERCISE OF REMUNERATED ACTIVITIES FOR DEPENDANTS OF DIPLOMATIC, CONSULAR, ADMINISTRATIVE AND TECHNICAL PERSONNEL OF DIPLOMATIC MISSIONS, CONSULAR OFFICES AND PERMANENT REPRESENTATIONS TO INTERNATIONAL ORGANIZATIONS
The Argentine Republic and the Republic of El Salvador, desiring to permit dependants of personnel in diplomatic missions, consular offices and permanent representations
to international organizations in of one of the Parties, appointed to carry out official duties in the territory of the other Party, to freely exercise remunerated activities, on the basis of reciprocal treatment,
Have agreed as follows:
Article 1
Dependants of diplomatic, consular, administrative and technical personnel of diplomatic missions and consular offices of the Argentine Republic in El Salvador and of the
Republic of El Salvador in Argentina may exercise remunerated activities in the receiving
State, under the same conditions as nationals of that State, once the corresponding authorization has been obtained in accordance with the provisions of this Agreement. This benefit shall also be extended to dependants of Argentine or Salvadoran nationals accredited
to international organizations with headquarters in either of the two countries.
Article 2
For the purposes of this Agreement, “dependant” shall mean:
(a) A spouse;
(b) Unmarried children under 21 years of age who are dependent on their parents or
minors who are 23 years of age and are pursuing studies at institutions of higher education
and,
(c) Unmarried children who are dependent on their parents and have a physical or
mental disability.
Article 3
There shall be no restrictions on the nature or type of employment exercised. It is understood, however, that in professions or activities requiring special qualifications, the
dependant shall comply with the regulations governing the exercise of such professions or
218
Volume 2699, I-47927
activities in the receiving State. Furthermore, authorization may be denied in cases where,
for reasons of security, only nationals of the receiving State may be employed.
Article 4
The request for authorization to exercise a remunerated activity shall be made by the
respective Diplomatic Mission in a note verbale to the Ministry of Foreign Affairs. This
request must provide proof of the family relation of the person concerned to the employee
on whom he or she is dependent and the remunerated activity that person wishes to pursue. Once it has been proved that the person for whom authorization is being requested
falls within the categories set out in the present Agreement, the Ministry of Foreign Affairs of the receiving State shall officially inform the Embassy of the sending State, without delay, that the dependant has been authorized to work, subject to the relevant regulations of the receiving State.
Article 5
Dependants who enjoy immunity from jurisdiction under the Vienna Convention on
Diplomatic Relations, the Vienna Convention on Consular Relations, the Convention on
the Privileges and Immunities of the United Nations or under any other international instrument in effect in both countries and have secured employment under the present
Agreement shall not enjoy immunity from civil or administrative jurisdiction if proceedings are instituted against them in connection with documents or contracts directly related
to the pursuit of such activities, and shall remain subject to the legislation and the courts
of the receiving State in respect of such proceedings.
Article 6
In the event that a dependant enjoys immunity from criminal jurisdiction under the
Vienna Convention on Diplomatic Relations or the Vienna Convention on Consular Relations and is accused of a crime committed in connection with his or her work, the sending
State shall give very serious consideration to any written request from the receiving State
to lift immunity. The foregoing shall be understood without prejudice to the right of the
sending State to decide that lifting immunity is contrary to its interests.
Article 7
The dependant who carries out remunerated activities in the receiving State shall be
subject to the tax and social security legislation applicable in that State with regard to the
exercise of such activities.
Article 8
This Agreement does not imply recognition of titles, rank or academic degrees between the two countries.
219
Volume 2699, I-47927
Article 9
Authorization to exercise a remunerated activity in the receiving State shall expire
not later than two months from the date on which the diplomatic or consular agent, or administrative or technical personnel on whom the person is dependent terminates his functions with the Government or international organization with which he is accredited; during this time period, work and residence permits subject to the regulations of the receiving
State may not be requested.
Article 10
The Parties undertake to adopt such measures as may be necessary to apply the present Agreement.
Article 11
Either of the Parties may denounce the present Agreement by notifying the other Party in writing, through the diplomatic channel, of its intention to denounce it. The denunciation shall become effective six months after the date of notification.
Article 12
The present Agreement shall enter into force on the date of the last note in which the
Parties inform each other that they have fulfilled the requirements of their respective domestic legal requirements for the entry into force of international treaties.
DONE in Buenos Aires on 10 July 2007, in duplicate in the Spanish language, both
texts being equally authentic.
For the Argentine Republic:
For the Republic of El Salvador:
220
Volume 2699, I-47927
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LA RÉPUBLIQUE
D'EL SALVADOR SUR LE LIBRE EXERCICE D'ACTIVITÉS RÉMUNÉRÉES POUR LES MEMBRES DE LA FAMILLE À CHARGE DU
PERSONNEL DIPLOMATIQUE, CONSULAIRE, ADMINISTRATIF ET
TECHNIQUE DES MISSIONS DIPLOMATIQUES, DES CONSULATS ET
DES REPRÉSENTATIONS PERMANENTES AUPRÈS DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES
La République argentine et la République d'El Salvador,
Animées du désir de permettre le libre exercice d'activités rémunérées sur la base
d’un traitement réciproque aux membres de la famille à charge du personnel des missions
diplomatiques, des consulats et des représentations permanentes auprès des organisations
internationales d’une des Parties,
Dépêchés en mission officielle sur le territoire de l’autre Partie,
Sont convenues de ce qui suit :
Article premier
Les membres de la famille à charge du personnel diplomatique, consulaire, administratif et technique des missions diplomatiques et des consulats de la République argentine
à El Salvador et de la République d’El Salvador en Argentine, pourront exercer des activités rémunérées dans l’État d’accueil, selon les mêmes conditions que les ressortissants
de cet État, après avoir obtenu l’autorisation correspondante conformément aux dispositions du présent Accord. Ce privilège s’étendra également aux membres de la famille à
charge de ressortissants argentins ou salvadoriens accrédités auprès d’organisations internationales ayant leur siège dans l’un ou l’autre des deux pays.
Article 2
Aux fins du présent Accord, l’expression « membres de la famille à charge » désigne :
a) Le conjoint,
b) Les enfants à charge, célibataires, de moins de 21 ans, ou ceux de moins de
23 ans qui poursuivent des études supérieures dans des établissements d’enseignement
supérieur et,
c) Les enfants à charge handicapés physiques ou mentaux célibataires.
221
Volume 2699, I-47927
Article 3
Il n’existe aucune restriction quant à la nature ou à la catégorie d’emploi qu’ils peuvent exercer. Il est entendu toutefois que, pour les professions ou activités qui requièrent
des qualifications particulières, le membre de la famille à charge devra respecter les
normes qui régissent l’exercice de telles professions ou activités dans l’État d’accueil.
L’autorisation pourra en outre être refusée dans certains cas où, pour des motifs de sécurité, seuls des ressortissants de l’État d’accueil peuvent être employés.
Article 4
La demande d’autorisation pour l’exercice d’une activité rémunérée se fera par le
biais de la Mission diplomatique concernée, au moyen d’une note verbale adressée au
Ministère des relations extérieures. Cette demande devra accréditer la relation familiale
existant entre l’intéressé et l’employé qui en a la charge et mentionner l’activité rémunérée qu’il souhaite exercer. Après vérification que la personne pour laquelle l’autorisation
est demandée fait bien partie des catégories définies dans le présent Accord, le Ministère
des relations extérieures de l’État d’accueil informe sans tarder et officiellement
l’Ambassade de l’État accréditant que le membre de la famille à charge est autorisé à
exercer un travail, sous réserve de la réglementation applicable de l’État d’accueil.
Article 5
Un membre de la famille à charge qui jouit de l’immunité de juridiction en vertu des
dispositions de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, de la Convention
de Vienne sur les relations consulaires, de la Convention sur les privilèges et immunités
des Nations Unies ou conformément à tout autre instrument international en vigueur pour
les deux pays et qui obtient un emploi dans le cadre du présent Accord, ne jouit pas de
l’immunité de juridiction en matière civile ou administrative dans l’État d’accueil pour
tout acte ou contrat directement lié à l'exercice desdites activités; celles-ci sont soumises à
la législation et aux tribunaux de l’État d’accueil compétents en la matière.
Article 6
Au cas où un membre de la famille à charge jouirait de l’immunité de juridiction en
matière pénale, conformément aux dispositions de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques ou de la Convention de Vienne sur les relations consulaires et qu’il
est accusé d’une infraction commise dans le cadre de son travail, l’État accréditant examinera très sérieusement toute demande écrite, présentée par l’État d’accueil, de lever ladite immunité. Toutes les dispositions qui précèdent s’entendront sans préjudice du droit
de l’État accréditant de décider que cette levée d’immunité est contraire à ses intérêts.
222
Volume 2699, I-47927
Article 7
Le membre de la famille à charge qui exerce des activités rémunérées dans l’État
d’accueil sera soumis à la législation applicable dans ledit État en matière d’impôts et de
sécurité sociale pour ce qui est de l’exercice de ces activités.
Article 8
Le présent Accord n’implique aucune reconnaissance de titres, diplômes ou études
entre les deux pays.
Article 9
L’autorisation d’exercer une activité rémunérée dans l’État d’accueil, cessera d’être
valable dans un délai maximum de deux mois après la date à laquelle l’agent diplomatique ou consulaire, l’employé administratif ou technique dont dépend le membre a terminé ses fonctions auprès du Gouvernement ou de l’organisation internationale auprès duquel/de laquelle il était détaché. La durée d’occupation de ses fonctions n’a cependant aucune incidence en cas de demande de permis de travail et de résidence, généralement réglementés dans la législation de l’État d’accueil.
Article 10
Les Parties s’engagent à adopter les mesures nécessaires pour appliquer le présent
Accord.
Article 11
Chacune des Parties pourra dénoncer le présent Accord sur notification écrite à
l’autre Partie, transmise par la voie diplomatique et l’informant de son intention de le dénoncer. La dénonciation prendra effet six (6) mois après la date de la notification.
Article 12
Le présent Accord entrera en vigueur à la date de la réception de la dernière notification, par la voie diplomatique, de l'accomplissement des formalités juridiques internes requises pour l’entrée en vigueur de traités internationaux.
FAIT à Buenos Aires, le 10 juillet 2007, en deux exemplaires en langue espagnole,
les deux textes faisant également foi.
Pour la République argentine :
Pour la République d’El Salvador :
223
Volume 2699, I-47928
No. 47928
____
Argentina
and
Equatorial Guinea
Memorandum of Understanding between the Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of Equatorial Guinea concerning consultation on matters of common interest. Buenos Aires, 22 November 2007
Entry into force: 22 November 2007 by signature, in accordance with article 6
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Guinée équatoriale
Mémorandum d'accord entre le Gouvernement de la République argentine et le
Gouvernement de la République de Guinée équatoriale relatif à des consultations en matière d'intérêt commun. Buenos Aires, 22 novembre 2007
Entrée en vigueur : 22 novembre 2007 par signature, conformément à l'article 6
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
225
Volume 2699, I-47928
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
226
Volume 2699, I-47928
227
Volume 2699, I-47928
228
Volume 2699, I-47928
[TRANSLATION – TRADUCTION]
MEMORANDUM OF UNDERSTANDING BETWEEN THE GOVERNMENT
OF THE ARGENTINE REPUBLIC AND THE GOVERNMENT OF THE
REPUBLIC OF EQUATORIAL GUINEA CONCERNING CONSULTATION ON MATTERS OF COMMON INTEREST
The Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of
Equatorial Guinea (hereinafter referred to as “the Parties”),
Guided by the desire to deepen and consolidate even further the cordial relations already existing between them,
Recognizing the dynamic development of their bilateral relationship and the potential
for significant expansion of cooperation in various sectors,
Considering the responsibility of the two countries as members of the international
community and the contribution they can make to furthering just and lasting solutions to
contemporary international issues, in particular those concerning the interests of developing countries,
Aware of the advantages of joint consideration of issues pertaining to the situation of
the regions in which they are located, and
Convinced of the importance of establishing a flexible high-level consultation mechanism on matters of common interest,
Have reached the following understanding:
Article 1
The Parties shall hold high-level consultations annually or as the need arises, with the
aim of analysing the international situation as well as the state and development of relations between them.
Article 2
Delegations to consultation meetings shall be presided over by high-level officials, to
be designated on the occasion of each meeting.
Article 3
These consultations shall take place alternately in Argentina and Equatorial Guinea
and the dates and agendas shall be decided through the diplomatic channel.
229
Volume 2699, I-47928
Article 4
Study groups or working groups to analyse specific topics can be established through
a joint decision-making process.
Article 5
The representatives of the Parties accredited to the United Nations and other international organizations may hold consultations on matters of common interest when they
deem it necessary.
Article 6
The present Memorandum of Understanding shall enter into force on the date of its
signature. It shall remain in force for an initial period of five (5) years and may be renewed by agreement between the Parties. Either of the Parties may terminate it by giving
written notification through the diplomatic channel six (6) months in advance.
Article 7
The present Memorandum of Understanding may be amended by agreement between
the Parties through an exchange of notes through the diplomatic channel.
DONE in Buenos Aires on 22 November 2007, in two originals in the Spanish language, both texts being equally authentic.
For the Republic of Argentina:
For the Republic of Equatorial Guinea:
230
Volume 2699, I-47928
[TRANSLATION – TRADUCTION]
MÉMORANDUM D'ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE GUINÉE ÉQUATORIALE RELATIF À DES CONSULTATIONS EN MATIÈRE D'INTÉRÊT COMMUN
Le Gouvernement de la République argentine et le Gouvernement de la République
de Guinée équatoriale (ci-après dénommés « les Parties »),
Animés par le désir d’approfondir et de consolider les relations cordiales existant déjà entre eux,
Reconnaissant le développement dynamique des relations bilatérales et le potentiel de
croissance significatif que représente la coopération dans divers secteurs,
Considérant la responsabilité des deux pays en tant que membres de la Communauté
internationale et la contribution qu’ils peuvent apporter au développement de solutions
justes et durables aux problèmes contemporains internationaux, tout particulièrement aux
problèmes concernant les intérêts des pays en développement,
Conscients des avantages de considérer conjointement les questions relatives à la situation des régions dans lesquelles ils se trouvent; et
Convaincus de l’importance d’établir un mécanisme de consultation souple et de haut
niveau sur les questions d’intérêt commun,
Sont convenus de ce qui suit :
Article premier
Les Parties se consulteront une fois par an, ou selon les besoins, lors de réunions de
haut niveau, afin d’analyser la situation internationale ainsi que l’état et le développement
des relations entre eux.
Article 2
Des fonctionnaires de haut niveau présideront les délégations envoyées aux réunions
de consultations, selon des décisions au cas par cas.
Article 3
Ces consultations auront lieu en alternance en Argentine et en Guinée équatoriale et
la date ainsi que l’ordre du jour seront convenus par la voie diplomatique.
231
Volume 2699, I-47928
Article 4
Le processus décisionnel conjoint permettra d’établir des groupes d’étude ou de travail chargés d’analyser des questions spécifiques.
Article 5
Les représentants des Parties accrédités auprès des Nations Unies et d’autres organismes internationaux pourront effectuer des consultations relatives à des questions
d’intérêt commun, chaque fois qu’ils le jugent nécessaire.
Article 6
Le présent Mémorandum d’accord entrera en vigueur à la date de sa signature. Il restera valable pendant une période initiale de cinq (5) ans et pourra être prorogé par accord
entre les Parties. L’une ou l’autre d’entre elles pourra y mettre fin en adressant une notification écrite à l’autre, par la voie diplomatique, avec six (6) mois de préavis.
Article 7
Le présent Mémorandum d’accord pourra être amendé par accord entre les Parties,
par le biais d’un échange de notes transmis par la voie diplomatique.
FAIT à Buenos Aires, le 22 novembre 2007, en deux exemplaires originaux, en
langue espagnole, les deux textes faisant également foi.
Pour la République argentine :
Pour la République de Guinée équatoriale :
232
Volume 2699, I-47929
No. 47929
____
Argentina
and
Ecuador
Agreement between the Argentine Republic and the Republic of Ecuador in the area
of infrastructure and road concessions. Buenos Aires, 20 September 2007
Entry into force: 20 September 2007 by signature, in accordance with article 5
Authentic text: Spanish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Argentina, 14 October 2010
Argentine
et
Équateur
Accord entre la République argentine et la République de l'Équateur dans le domaine de l'infrastructure et des concessions routières. Buenos Aires,
20 septembre 2007
Entrée en vigueur : 20 septembre 2007 par signature, conformément à l'article 5
Texte authentique : espagnol
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Argentine,
14 octobre 2010
233
Volume 2699, I-47929
[ SPANISH TEXT – TEXTE ESPAGNOL ]
234
Volume 2699, I-47929
235
Volume 2699, I-47929
[TRANSLATION – TRADUCTION]
AGREEMENT BETWEEN THE ARGENTINE REPUBLIC AND THE REPUBLIC OF ECUADOR IN THE AREA OF INFRASTRUCTURE AND
ROAD CONCESSIONS
The Argentine Republic and the Republic of Ecuador, hereafter referred to as “the
Parties”,
Whereas:
Within the framework of the Economic Cooperation Agreement, concluded between
the Government of the Argentine Republic and the Government of the Republic of Ecuador, signed on 5 April 1977, and establishing the basis for ties between the two countries,
emphasis should be placed on shared interest in promoting and stimulating progress in the
two economies, thereby contributing to, inter alia, the integration of Latin America,
It is to the interest of both Governments to strengthen the area of transport and infrastructure, crucial to economic development,
Considerable importance is also ascribed to exchanging expertise in privatizations
within the sector and in road, harbour and airport concessions,
It is necessary to provide an institutional framework for missions of exchange of expertise between the authorities and specialists responsible for the aforementioned areas in
both countries.
In view of the preceding considerations, the Parties have agreed to:
1. Facilitate cooperation and exchange of expertise between the authorities of the
two countries in respect of road, harbour and airport concessions;
2. Examine the legal framework of privatizations carried out and/or concessions
granted in the Argentine Republic since 1989 to this date, including the current situation
of that framework and an analysis of the areas covered by a concession and of the enterprises privatized;
3. Carry out missions to exchange expertise between the authorities and specialists
responsible for road, harbour and airport concessions;
4. Analyze Argentine expertise in handling inland waterway transport legislation,
regulation and operation;
5. Analyze Argentine expertise in the administration and maintenance of railways.
This Agreement shall enter into force on the date of its signature and shall remain in
force for an indefinite period.
236
Volume 2699, I-47929
DONE at Buenos Aires, on 20 September 2007, in two original copies, both texts being equally authentic.
JULIO DE VIDO
Minister of Federal Planning, Public Investment and Services of the Argentine Republic
HÉCTOR VILLAGRÁN
Minister of Transport and Public Works of the Republic of Ecuador
237
Volume 2699, I-47929
[TRANSLATION – TRADUCTION]
ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE ET LA RÉPUBLIQUE DE
L'ÉQUATEUR DANS LE DOMAINE DE L'INFRASTRUCTURE ET DES
CONCESSIONS ROUTIÈRES
La République argentine et la République de l'Équateur, ci-après dénommées « les
Parties »,
Considérant :
Que dans le cadre de l’Accord de coopération économique entre le Gouvernement de
la République argentine et le Gouvernement de la République de l'Équateur, signé le
5 avril 1977, qui définissait les bases des liens qui unissent les deux pays et soulignait leur
intérêt réciproque à promouvoir et à favoriser le progrès dans les deux économies afin de
contribuer ainsi à l’intégration de l’Amérique latine,
Que les deux Gouvernements éprouvent un intérêt mutuel à renforcer le secteur de
l’infrastructure des transports, essentielle pour le développement économique,
Qu’il existe de même une préoccupation marquée pour les échanges d’expériences
qui ont trait aux privatisations du secteur, ainsi qu’aux concessions routières, portuaires et
aéroportuaires,
Qu’il s’avère nécessaire de donner un cadre institutionnel aux missions d’échange
d’expériences entre les autorités et les techniciens responsables des secteurs susmentionnés dans les deux pays.
Suite aux considérations énoncées dans les paragraphes qui précèdent, les Parties
sont convenues de ce qui suit :
1. Faciliter la coopération et les échanges d’expériences entre les autorités des deux
pays en matière de concessions routières, portuaires et aéroportuaires;
2. Étudier le cadre juridique des privatisations et/ou des concessions réalisées dans
la République argentine depuis l’année 1989 jusqu’à ce jour, y compris leur situation actuelle, l’analyse des zones cédées en concession et des entreprises privatisées;
3. Organiser des missions d’échange d’expériences entre autorités et techniciens
chargés des concessions routières, portuaires et aéroportuaires;
4. Analyser l’expérience argentine dans la gestion de la législation, de la réglementation et de l’exploitation du transport fluvial;
5. Analyser l’expérience argentine dans la gestion et l’entretien des voies ferrées.
Le présent Accord entrera en vigueur à la date de sa signature et il aura une durée illimitée.
238
Volume 2699, I-47929
FAIT à Buenos Aires, le 20 septembre 2007, en deux exemplaires originaux, tous
deux faisant également foi.
JULIO DE VIDO
Ministre de la planification fédérale, des investissements publics et des services
de la République argentine
HÉCTOR VILLAGRÁN
Ministre des transports et des travaux publics de la République de l’Équateur
239
Volume 2699, I-47930
No. 47930
____
European Community
and
Republic of Korea
Agreement on the scientific and technological cooperation between the European
Community and the Government of the Republic of Korea (with annexes).
Brussels, 22 November 2006
Entry into force: 29 March 2007 by notification, in accordance with article 12
Authentic texts: Czech, Danish, Dutch, English, Estonian, Finnish, French, German,
Greek, Hungarian, Italian, Korean, Latvian, Lithuanian, Maltese, Polish,
Portuguese, Slovak, Slovene, Spanish and Swedish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Council of the European
Union, 4 October 2010
Only the authentic English and French texts of the Agreement (with annexes) are published herein. The other
authentic texts of the Agreement are not published herein, in accordance with article 12 (2) of the General Assembly Regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended,
and the publication practice of the UN Secretariat.
Communauté européenne
et
République de Corée
Accord de coopération scientifique et technologique entre la Communauté européenne et le Gouvernement de la République de Corée (avec annexes).
Bruxelles, 22 novembre 2006
Entrée en vigueur : 29 mars 2007 par notification, conformément à l'article 12
Textes authentiques : tchèque, danois, néerlandais, anglais, estonien, finnois, français,
allemand, grec, hongrois, italien, coréen, letton, lituanien, maltais, polonais,
portugais, slovaque, slovène, espagnol et suédois
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Conseil de l'Union
européenne, 4 octobre 2010
Seuls les textes authentiques anglais et français de l'Accord (avec annexes) sont publiés ici. Les autres textes
authentiques de l’Accord ne sont pas publiés ici, conformément aux dispositions de l'article 12, paragraphe 2, des réglementations de l'Assemblée générale, en application de l'Article 102 de la Charte des
Nations Unies, tel qu'amendé, et de la pratique dans le domaine des publications du Secrétariat de
l'ONU.
241
Volume 2699, I-47930
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
242
Volume 2699, I-47930
243
Volume 2699, I-47930
244
Volume 2699, I-47930
245
Volume 2699, I-47930
246
Volume 2699, I-47930
247
Volume 2699, I-47930
248
Volume 2699, I-47930
249
Volume 2699, I-47930
250
Volume 2699, I-47930
251
Volume 2699, I-47930
252
Volume 2699, I-47930
253
Volume 2699, I-47930
254
Volume 2699, I-47930
255
Volume 2699, I-47930
256
Volume 2699, I-47930
257
Volume 2699, I-47930
258
Volume 2699, I-47930
259
Volume 2699, I-47930
260
Volume 2699, I-47930
[ FRENCH TEXT – TEXTE FRANÇAIS ]
261
Volume 2699, I-47930
262
Volume 2699, I-47930
263
Volume 2699, I-47930
264
Volume 2699, I-47930
265
Volume 2699, I-47930
266
Volume 2699, I-47930
267
Volume 2699, I-47930
268
Volume 2699, I-47930
269
Volume 2699, I-47930
270
Volume 2699, I-47930
271
Volume 2699, I-47930
272
Volume 2699, I-47930
273
Volume 2699, I-47930
274
Volume 2699, I-47930
275
Volume 2699, I-47930
276
Volume 2699, I-47930
277
Volume 2699, I-47930
278
Volume 2699, I-47930
279
Volume 2699, I-47930
280
Volume 2699, I-47931
No. 47931
____
European Community
and
Mexico
Agreement for scientific and technological cooperation between the European
Community and the United Mexican States (with annex). Brussels,
3 February 2004
Entry into force: 13 June 2005 by notification, in accordance with article 11
Authentic texts: Danish, Dutch, English, Finnish, French, German, Greek, Italian,
Portuguese, Spanish and Swedish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Council of the European
Union, 4 October 2010
Only the authentic English and French texts of the Agreement (with annex) are published herein. The other
authentic texts of the Agreement are not published herein, in accordance with article 12 (2) of the General Assembly Regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended,
and the publication practice of the UN Secretariat.
Communauté européenne
et
Mexique
Accord de coopération scientifique et technologique entre la Communauté européenne et les États-Unis du Mexique (avec annexe). Bruxelles, 3 février 2004
Entrée en vigueur : 13 juin 2005 par notification, conformément à l'article 11
Textes authentiques : danois, néerlandais, anglais, finnois, français, allemand, grec,
italien, portugais, espagnol et suédois
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Conseil de l'Union
européenne, 4 octobre 2010
Seuls les textes authentiques anglais et français de l'Accord (avec annexe) sont publiés ici. Les autres textes
authentiques de l’Accord ne sont pas publiés ici, conformément aux dispositions de l'article 12, paragraphe 2, des réglementations de l'Assemblée générale, en application de l'Article 102 de la Charte des
Nations Unies, tel qu'amendé, et de la pratique dans le domaine des publications du Secrétariat de
l'ONU.
281
Volume 2699, I-47931
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
282
Volume 2699, I-47931
283
Volume 2699, I-47931
284
Volume 2699, I-47931
285
Volume 2699, I-47931
286
Volume 2699, I-47931
287
Volume 2699, I-47931
288
Volume 2699, I-47931
289
Volume 2699, I-47931
290
Volume 2699, I-47931
291
Volume 2699, I-47931
292
Volume 2699, I-47931
293
Volume 2699, I-47931
294
Volume 2699, I-47931
295
Volume 2699, I-47931
296
Volume 2699, I-47931
297
Volume 2699, I-47931
298
Volume 2699, I-47931
299
Volume 2699, I-47931
300
Volume 2699, I-47931
301
Volume 2699, I-47931
302
Volume 2699, I-47931
303
Volume 2699, I-47931
304
Volume 2699, I-47931
[ FRENCH TEXT – TEXTE FRANÇAIS ]
305
Volume 2699, I-47931
306
Volume 2699, I-47931
307
Volume 2699, I-47931
308
Volume 2699, I-47931
309
Volume 2699, I-47931
310
Volume 2699, I-47931
311
Volume 2699, I-47931
312
Volume 2699, I-47931
313
Volume 2699, I-47931
314
Volume 2699, I-47931
315
Volume 2699, I-47931
316
Volume 2699, I-47931
317
Volume 2699, I-47931
318
Volume 2699, I-47931
319
Volume 2699, I-47931
320
Volume 2699, I-47931
321
Volume 2699, I-47931
322
Volume 2699, I-47931
323
Volume 2699, I-47931
324
Volume 2699, I-47931
325
Volume 2699, I-47931
326
Volume 2699, I-47931
327
Volume 2699, I-47931
328
Volume 2699, I-47932
No. 47932
____
European Community
and
Brazil
Agreement for scientific and technological cooperation between the European
Community and the Federative Republic of Brazil (with annex). Brasilia,
19 January 2004
Entry into force: 7 August 2007 by notification, in accordance with article XII
Authentic texts: Danish, Dutch, English, Finnish, French, German, Greek, Italian,
Portuguese, Spanish and Swedish
Registration with the Secretariat of the United Nations: Council of the European
Union, 4 October 2010
Only the authentic English and French texts of the Agreement (with annex) are published herein. The other
authentic texts of the Agreement are not published herein, in accordance with article 12 (2) of the General Assembly Regulations to give effect to Article 102 of the Charter of the United Nations, as amended,
and the publication practice of the UN Secretariat.
Communauté européenne
et
Brésil
Accord de coopération scientifique et technologique entre la Communauté européenne et la République fédérative du Brésil (avec annexe). Brasilia,
19 janvier 2004
Entrée en vigueur : 7 août 2007 par notification, conformément à l'article XII
Textes authentiques : danois, néerlandais, anglais, finnois, français, allemand, grec,
italien, portugais, espagnol et suédois
Enregistrement auprès du Secrétariat des Nations Unies : Conseil de l'Union
européenne, 4 octobre 2010
Seuls les textes authentiques anglais et français de l'Accord (avec annexe) sont publiés ici. Les autres textes
authentiques de l’Accord ne sont pas publiés ici, conformément aux dispositions de l'article 12, paragraphe 2, des réglementations de l'Assemblée générale, en application de l'Article 102 de la Charte des
Nations Unies, tel qu'amendé, et de la pratique dans le domaine des publications du Secrétariat de
l'ONU.
329
Volume 2699, I-47932
[ ENGLISH TEXT – TEXTE ANGLAIS ]
330
Volume 2699, I-47932
331
Volume 2699, I-47932
332
Volume 2699, I-47932
333
Volume 2699, I-47932
334
Volume 2699, I-47932
335
Volume 2699, I-47932
336
Volume 2699, I-47932
337
Volume 2699, I-47932
338
Volume 2699, I-47932
339
Volume 2699, I-47932
340
Volume 2699, I-47932
341
Volume 2699, I-47932
342
Volume 2699, I-47932
343
Volume 2699, I-47932
344
Volume 2699, I-47932
345
Volume 2699, I-47932
346
Volume 2699, I-47932
347
Volume 2699, I-47932
[ FRENCH TEXT – TEXTE FRANÇAIS ]
348
Volume 2699, I-47932
349
Volume 2699, I-47932
350
Volume 2699, I-47932
351
Volume 2699, I-47932
352
Volume 2699, I-47932
353
Volume 2699, I-47932
354
Volume 2699, I-47932
355
Volume 2699, I-47932
356
Volume 2699, I-47932
357
Volume 2699, I-47932
358
Volume 2699, I-47932
359
Volume 2699, I-47932
360
Volume 2699, I-47932
361
Volume 2699, I-47932
362
Volume 2699, I-47932
363
Volume 2699, I-47932
364
Volume 2699, I-47932
365
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
5
Размер файла
11 538 Кб
Теги
series, treaty, 862, 2699
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа