close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

698

код для вставкиСкачать
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Министерство образования и науки Российской Федерации
Омский государственный университет им. Ф.М. Достоевского
УДК 40
ББК 81.2я43
С232
Рекомендован к изданию редакционно-издательским советом ОмГУ
Рецензенты:
доц. Т.В. Дмитриченко; ст. преп. Э.С. Нефедова
С232
Сборник знакомит студентов на языке оригинала с главными
событиями истории Франции, начиная с революции 1789 г. до
создания Европейского Союза, а также включает лексико-грамматические упражнения, тесты, французско-русский словарь. Способствует развитию у студентов навыков работы со спецтекстами и умений их реферировать.
Для студентов исторического факультета, изучающих французский язык.
УДК 40
ББК 81.2я43
СБОРНИК ТЕКСТОВ И УПРАЖНЕНИЙ
ПО ФРАНЦУЗСКОМУ ЯЗЫКУ
(для студентов исторического факультета)
Изд-во
ОмГУ
Сборник текстов и упражнений по французскому
языку (для студентов исторического факультета) / Сост.
В.М. Литвинова. – Омск: Изд-во ОмГУ, 2005. – 203 с.
ISBN 5-7779-0564-1
Омск
2005
ISBN 5-7779-0564-1
© Омский госуниверситет, 2005
2
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Préface
La France – ou ce qui deviendrait la France – s’éclaire à
l’intérieur du monde celte, de l’Empire romain, de la Chrétienté, de
l’Europe de la Renaissance et de l’humanisme où elle est confrontée
aux nouveaux mondes qu’elle vient de découvrir. Puis la France s’est
elle-même répandue par les hommes ou par ses idées en Europe et
dans le monde, par la part qu’elle a prise aux grandes découvertes, par
le rayonnement de sa langue et de sa littérature à l’époque classique,
de ses idées au siècle des Lumières, par le retentissement de la
Révolution française et des principes de liberté, d’égalité et de
fraternité, par l’étendue d’une colonisation faite d’ombres et de clartés,
par l’influence de ses savants, de ses écrivains, de ses artistes. A ces
mêmes époques, elle accueillait elle-même des apports étrangers de
plus en plus largement internationaux. Il ne peut y avoir d’histoire
nationale qui ne soit ouverte sur l’étranger, sur les autres.
Il faut comprendre son temps. Il me paraît important d’arriver
jusqu’à aujourd’hui pour essayer de voir précisément comment le
présent devient passé et comment peut en faire de l’histoire. Mais le
vrai raisonnement historique, c’est celui qui permet de voir comment
le présent sort du passé, en est nourri, éclairé. C’est en connaissant ce
passé que nous comprenons mieux le présent et que nous sommes
mieux capables de dominer l’histoire.
D’après Jacques Le Goff «Histoire de France»
La Révolution française (1789–1799)
1. Lisez et traduisez le texte.
La Révolution qui éclate en France à la fin du XVIIIe siècle et
qui bouleverse la structure sociale et politique traditionnelle à un point
tel qu'elle marque le début de la période contemporaine, s'est préparée
lentement tout au long d'un siècle. Le XVIIIe siècle a vu se creuser de
plus en plus le fossé qui séparait les classes privilégiées, puissances du
passé intéressées au maintien de l'ancien régime,et les forces sociales
nouvelles qui tendaient à le détruire. Alors qu'apparaissait et se
développait l'économie moderne fondée sur l'organisation capitaliste et
industrielle de la production, la société d'ancien régime reposait
toujours sur le système féodal de la propriété foncière et sur les
corporations pour la production artisanale. Alors que la masse des
productions de qui dépendait la société tout entière, détenait la plus
grande partie de la richesse du pays et accroissait sans cesse sa
prépondérance économique, le travail était toujours jugé déshonorant
et l'inutilité apparaissait comme le trait distinctif des classes
privilégiées. La structure traditionnelle de la nation ne correspondait
plus au rapport des forces économiques et sociales.
Dans le même temps que le développement de l'économie augmentait сe déséquilibre, la philosophie des lumières donnait à la
bourgeoisie conscience de sa puissance et de représenter dans la
nation l'élément de progrès. La propagande philosophique avait
répandu parmi les couches supérieures de la société, surtout depuis le
milieu du siècle, les idées de liberté, d'égalité, de souveraineté
nationale; et cela tandis que la monarchie française s'appuyait
sur des institutions archaïques, et s'affirmait toujours de droit
divin et absolutiste.
Les lois et les institutions ne correspondaient plus à l'idéologie
nouvelle.
C'est de ce déséquilibre fondamental, économique, social et
politique, de cet antagonisme des classes, de ces contradictions
multiples, que jaillit la Révolution de 1789.
A. Soboul,
La Révolution française 1789—1799 (1950)
3
4
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce qui éclate en France à la fin du XVIIIe siècle? –
2) Que marque la Révolution? – 3) Qu’est-ce que le XVIIIe siècle a
vu? – 4) Sur quel système reposait toujours la société d’Ancien
régime? – 5) Qu’est-ce qui ne correspondait plus au rapport des forces
économiques et sociales? – 6) La philosophie des lumières donnait-elle
à la bourgeoisie conscience de la puissance? – 7) Quelles idées avait
répandu la propagande philosophique parmi les couches supérieures de
la société? – 8) Sur quelles institutions s’appuyait la monarchie
française? – 9) A quoi ne correspondaient plus les lois et les
institutions? – 10) De quoi jaillit la Révolution de 1789?
3. A vous de compléter:
1) La Révolution ghjet la structure
sociale et politique traditionnelle.
2) Les forces sociales nouvelles
tendaient à détruire ghjkl qui les
séparait des classes privilégiées.
3) La société d’ancien régime reposait
toujours sur ghjkl de la propriété
foncière et sur les corporations pour la
production artisanale.
4) La philosophie des lumières donnait
à la bourgeoisie conscience de sa
puissance et de représenter dans la
nation ghjkl .
5) La propagande philosophique avait
répandu parmi ghjkl de la société les
idées de la liberté, d’égalité, de
souveraineté nationale.
6) La monarchie française ghjkl sur des
institutions archaïques et s’affirmait
toujours de droit divin et absolutiste.
7) C’est de cet antagonisme des classes,
de ces ghjkl multiples que jaillit la
Révolution de 1789.
5
a) s’appuyait
b) contradictions
c) l’élément de
progrès
d) le système féodal
e) les couches
supérieures
f) boulverse
g) le fossé
4. Traduisez en choisissant un équivalent russe du
mot mis en relief.
1) La Révolution éclate en France à la fin du XVIII siecle.
a) вспыхивать b) устанавливать c) кончаться
2) La Révolution de 1789 marque le début de la période
contemporaine .
a) прежний b) вчерашний c) современный
3) Cette période s’est préparée lentement au long du siècle.
a) быстро b) на протяжении c) в конце
4) L’économie moderne apparaissait et se développait,
l’économie moderne fondée sur l’organisation capitaliste et
industrielle de la production.
a) увлеченный b) основанный c) распространенный
5) Le travail était toujours jugé déshonorant.
a) называть b) определять c) считать
6) Les philosophes avaient répandu surtout depuis le milieu du
siècle les idées de liberté, d’égalité, de souveraineté nationale.
a) скоро b) особенно c) современно
7) Les lois et les institutions ne correspondaient plus à
l’idéologie nouvelle.
a) соответствовать b) созывать c) выводить
5. A vous de traduire les séries suivantes et de faire
les entrer dans des phrases:
1)
2)
3)
4)
5)
6)
7)
8)
9)
10)
11)
12)
la Grande Révolution bourgeoise française
le début du XIXe siècle
marquer le début
séparer les classes privilégiées
la période contemporaine
l’économie moderne
l’organisation capitaliste et industrielle
le système féodal
la structure traditionnelle
la propagande philosophique
la monarchie française
l’antagonisme des classes
6. Parlez des
bourgeoise de 1789.
causes
6
de
la
Grande
Révolution
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Louis XVI n’avait cédé qu’en apparence devant le tiers état. La
veille même du jour où il ordonnait à la minorité du clergé et à la majorité de la noblesse de se fondre au sein de l’Assemblée nationale, il
décidait d’appeler autour de Paris 20.000 hommes de troupe. Les
princes le poussent dans cette voie; la cour de Versailles entend «jeter
par les fenêtres» tous ces députés; certains conseillent la dissolution;
d’autres parlent de convoquer une nouvelle assemblée, ailleurs qu’à
Paris ou Versailles.
Ces bruits courent à Paris, amplifiés par la rumeur populaire
[…].
De la bourgeoisie, l’agitation gagne les masses populaires. La
classe dirigeante mobilise à ses fins politiques, les artisans et les boutiquiers si nombreux à Paris; les compagnons et les ouvriers suivent à
leur tour. La convocation des États généraux a soulevé dans le peuple
un immense espoir de régénération nationale: une ère nouvelle semble
s’ouvrir. Et voici que les aristocrates s’opposent à ce renouveau;
l’opposition de la noblesse au doublement du tiers, puis au vote par
tête, a enraciné cette idée que les nobles défendront opiniâtrement
leurs privilèges. Ainsi se forme l’idée d’un «complot aristocratique».
Le peuple entend agir contre les ennemis de la Nation et de son bonheur, avant que les aristocrates aient attaqué.
La crise économique contribue à cette mobilisation des masses.
Elle résulte d’une série de récoltes médiocres ou déficitaires; la
moisson de 1788 a été particulièrement mauvaise; dès août 1788, le
prix du pain augmente. Les troubles dus à la disette et à la cherté, déjà
nombreux au printemps de 1789, se multiplient en juillet lorsque la
crise, à la veille de la moisson, est à son comble.
Complot aristocratique et crise économique se lient dans
l'esprit populaire: les aristocrates sont accusés d'accaparer les grains
pour accabler le tiers. Les passions s'exaltent au plus haut point.
Le peuple ne doute plus que le roi veut disperser par la force cette
Assemblée nationale qui porte tous ses espoirs. Les patriotes accusent
le gouvernement de vouloir provoquer les Parisiens, afin de pouvoir
faire marcher les nombreuses troupes qu'il a concentrées autour de la
capitale, surtout des régiments étrangers.
Marat, le 1e r juillet, lance un pamphlet, Avis au peuple ou les
ministres dévoilés; il met le peuple en garde contre toute provocation
gouvernementale:
«O mes concitoyens ! Observez toujours la conduite des
ministres pour régler la vôtre. Leur objet est la dissolution de notre
Assemblée nationale, leur unique moyen est la guerre civile. Les
ministres soufflent la sédition! Eh bien! gardez-vous de vous livrer à
la sédition et vous déconcerterez leurs perfides manœuvres. Ils vous
environnent de l'appareil formidable des soldats, des baïonnettes!
Pénétrez leurs projets inflammatoires.»
La gravité de la situation n'échappa pas à l'Assemblée
nationale. Le 8 juillet, sur le rapport de Mirabeau, elle décide l'envoi
d'une adresse au roi pour demander l'éloignement des troupes.
Le 11 ju ill e t, le roi fait répondre par son garde des sceaux que
les troupes ne sont destinées qu'à réprimer, ou plutôt à prévenir de
nouveaux désordres, à maintenir le bon ordre et l'exercice des
lois, à assurer et protéger même la liberté qui doit régner dans les délibérations des Etats généraux.
Puis, brusquant les choses, Louis XVI, le jour même, renvoie
Necker et appelle au ministère un contre-révolutionnaire déclaré, le
baron de Breteuil, avec le maréchal de Broglie à la guerre.
La nouvelle est connue à Paris l'après-midi du
dimanche 12 juillet. Elle y fait l'effet d'une catastrophe. Le peuple
pressent que ce n'est là qu'une première démarche dans la voie de la
réaction. Aux rentiers et aux financiers, le renvoi de Necker apparaît
comme la menace d'une prochaine banqueroute [...] Aux patriotes, le
renvoi du ministre fait présager la dissolution de l'Assemblée. Les
spectacles se ferment; des réunions, des manifestations
s'improvisent, au Palais-Royal en particulier où Camille Desmoulins
harangue la foule.
On sonne le tocsin, on pille les boutiques des armuriers; l'armement du peuple commence.
Dans la journée du 13 des groupes parcourent Paris,
cherchant des armes, menaçant de fouiller les hôtels des aristocrates;
on ouvre des tranchées, on élève des barricades. Depuis l'aube les
7
8
La prise de la Bastille
1. Lisez et traduisez le texte.
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
ouvriers en fer forgent des piques. Mais c'étaient des armes à feu
qu'il fallait. La foule en demande au prévôt des marchands; en vain.
Dans l'appès-midi, les gardes françaises, qui ont reçu l'ordre
d'évacuer Paris, refusent d'obéir et se mettent à la disposition de
l'hôtel de ville.
Ce fut dans le but de se procurer des armes que la foule se
porta, le 14 juillet, au matin, à l'hôtel des Invalides, puis à la Bastille.
En quelques heures, la forteresse, symbole de l'absolutisme et de
l'arbitraire, était enlevée par le peuple parisien.
De Versailles, l'Assemblée nationale a suivi les événements parisiens avec anxiété. Dans la journée du 14, deux députations ont été
envoyées au roi, pour solliciter quelques concessions. Bientôt arrive
la nouvelle de la prise de la Bastille.
A quel parti va se ranger le roi? La soumission de Paris exigerait une pénible guerre de rues; et de grands seigneurs libéraux, entre
autres le duc de Liancourt, engagent le monarque, dans l'intérêt
même de la royauté, à éloigner les troupes. Louis XVI décide donc de
temporiser, de céder une nouvelle fois et d'attendre le moment
favorable pour recouvrer sa pleine souveraineté. Le 15 juillet, il
se rend à l'Assemblée nationale pour y annoncer le renvoi des troupes.
Le peuple parisien comprit l'importance de la victoire qu'il
venait de remporter sur la royauté, et donna libre cours à sa joie dans
les rues de la capitale. Les journalistes patriotes célébrèrent de leur
côté les événements du 14 juillet.
Mais c'est la bourgeoisie parisienne qui profita de la victoire
populaire, en s'emparant de l'administration de la capitale.
Le Comité permanent de l'Hôtel de ville devient la Commune
de Paris, dont le député Bailly fut élu maire, tandis que Lafayette était
nommé commandant de la milice bourgeoise, qui prenait bientôt le
nom de garde nationale.
Si la royauté sort singulièrement déchue de ces journées de
juillet 1789, la bourgeoisie parisienne apparaît triomphante.
Profitant de la victoire populaire du 14 juillet, elle a réussi à
instaurer son pouvoir dans la capitale, à faire reconnaître sa
souveraineté par le roi lui-même. Bientôt, sa victoire sera sentie comme
la victoire de la bourgeoisie tout entière.
9
Victoire réelle de la bourgeoisie, le 14 juillet devient vite le
symbole de la liberté. Car si cette journée consacre l'arrivée au pouvoir
d'une nouvelle classe, elle signifie aussi l'effondrement de l'ancien
régime, dans la mesure où il s'incarnait en la Bastille; et, en ce sens,
elle ouvre à tous les opprimés d'immenses espérances.
D'après A. S о b o u l. 1789 l'An Un de la Liberté (1950).
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que Louis XVI décidait de faire? – 2) Qui le pousse
dans cette voie? – 3) Que conseillent certains? De qoui parlent
d’autres? – 4) Qu’est-ce qui gagne les masses populaires? – 5) Qui
mobilise la classe dirigeante? – 6) Qu’est-ce que la convocation des
Etats généreux a soulevé dans le peuple? – 7) Les aristocrates
s’opposent-ils à ce renouveau? – 8) Comment le peuple entend-il agir?
– 9) Qu’est-ce qui contribue à cette mobilisation des masses? – 10) De
quoi résulte la crise économique? – 11) Quand se multiplent des
troubles dus à la disette et à la cherté? – 12) Qu’est-ce qui se lie dans
l’esprit populaire? – 13) Que fait Marat le 1er juillet? – 14) Qu’est-ce
que l’Assemblée nationale décide? – 15) Que répond le roi à
l’Assemblée? – 16) Qui renvoie le roi? Qui appelle-t-il au ministère? –
17) Que pressent le peuple? Que fait présager le renvoi de Necker aux
patriotes? – 18) Qu’est-ce qui se ferme et s’improvise? Qu’est-ce qui
commence? – 19) Pourquoi des groupes parcourent-ils Paris dans la
journée du 13 juillet? – 20) Dans quel but la foule se porta-t-elle à
l’hôtel des Invalides, puis à la Bastille? – 21) D’où l’Assemblée
nationale a-t-elle suivi les événements parisiens? – 22) Qui a été
envoyé au roi dans la journée du 14? – 23) Quelle nouvelle arrive-telle bientôt? – 24) Que décide de faire Louis XVI? – 25) Pourquoi se
rend-il à l’Assemblée nationale le 15 juillet? – 26) Que comprit le
peuple parisien? – 27) Qui profita de la victoire populaire? – 28) Estce que la royauté sort déchue de ces journées de juillet 1789? – 29) Et
la bourgeoisie parisienne apparaît-elle triomphante? – 30) Qu’est-ce
qu’elle a réussi à faire dans la capitale? – 31) Qu’est-ce qui devient le
symbole de la liberté? – 32) Qu’est-ce que cette journée consacre? –
33) Que signifit cette journée? – 34) Qu’est-ce qu’elle ouvre à tous les
opprimés?
10
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
3. Quelle préposition? Ou pas de préposition?
1) Louis XVI n’avait cédé qu’en apparence ….. le tiers état. –
2) Il décidait ….. appeler ….. Paris 20.000 hommes ….. troupe. –
3) Ces bruits courent ….. Paris emplifiés ….. la rumeur populaire. –
4) Le peuple entend agir ….. les ennemis ….. la Nation et ….. son
bonheur. – 5) La crise économique contribue ….. cette mobilisation
des masses. – 6) Le peuple ne doute plus que le roi veut disperser …..
la force cette Assemblée nationale qui porte tous ces espoirs. –
7) Marat met le peuple ….. garde ….. toute provocation gouvernementale. – 8) ….. la journée du 13 des groupes parcourent Paris cherchant
des armes. – 9) ….. quelques heures, la fortenesse, symbole de
l’absolutisme et de l’arbitraire, était enlevée ….. le peuple parisien. –
10) Profitant ….. la victoire populaire du 14 juillet, la bourgeoisie a
réussi ….. instaurer son pouvoir dans la capitale.
la voie de la réaction. – 3) Mais c’est la bourgeoisie parisienne qui
profita de la victoire populaire, en s’emparant de l’administration de la
capitale. – 4) C’est de ce déséquilibre fondamental économique, social
et politique, de cet antagonisme des classes, de ses contradictions multiples que jaillit la Révolution de 1789.
6. Résumez le texte.
4. A vous de compléter:
1) Les princes le poussent dans cette
voie, la cour de Versailles entend
«jeter par les fenêtres» ghjet.
2) La classe dirigeante mobilise ghjkl
les artisans et les boutiquiers si
nombreux à Paris.
3) La crise économique résulte ghjkl
médiocres ou déficitaires.
4) Complot aristocratique et crise
economique se lient ghjkl: les aristocrates sont accusés d’accaparer les
grains pour accabler le tiers.
5) ghjkl n’échappa pas à l’Assemblée
nationale.
a) d’une série de
récoltes
b) dans l’ésprit populaire
c) tous ces députés
d) à ses fins politiques
e) la gravité de la
situation
5. A vous de traduire et d’expliquer les phrases cidessous.
1) Louis XVI n’avait cédé qu’en apparence devant le tiers état. –
2) Le peuple pressent que ce n’est là qu’une première démarche dans
11
12
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
La Révolution et l’Empire
1. Lisez et traduisez le texte qui suit.
L' «épopée» napoléonienne, qui a conduit à travers l'Europe des
troupes françaises tour à tour victorieuses et défaites, est aussi
l'histoire d'une stabilisation intérieure. Dans une France économiquement marquée par vingt-cinq années de troubles, elle a fixé pour
de nombreuses décennies à la fois le souvenir d'une glorieuse
aventure et les bases de la nouvelle société bourgeoise.
«Soldat de la Révolution», «fondateur de la quatrième dynastie»,
qui succède à la mérovingienne, la carolingienne et la capétienne,
«usurpateur» rejeté, en Europe par les vieilles monarchies, en
France par les tenants de l'Ancien Régime comme par ceux de l'an
I I , Napoléon Bonaparte l'a été tour à tour. Il a traversé l'Europe en
vainqueur puis en vaincu, et il l’a bouleversée. Il a puisé, dans la
monarchie et la République, les instruments d'un système de
gouvernement qui survivront bien au-delà de sa chute et donné pour
longtemps à la vie publique française le thème du sauveur plébiscité
en qui le peuple peut remettre sa destinée. Laissant derrière lui une
France économiquemcnt stagnante, il n'en a pas moins facilité
l'installation de la nouvelle bourgeoisie dirigeante du siècle qui
commence.
2. A vous de répondre aux questions.
1) Qu’est-ce qui est aussi l’histoire d’une stabilisation
intérieure? – 2) Qu’est-ce que cette histoire a fixé pour de nombreuses
décennies? – 3) Qui a été tour à tour Napoléon Bonaparte? –
4) Qu’est-ce qu’il a traversé en vainqueur, puis en vaincu? – 5) Qu’a-til facilité laissant derrière lui une France économiquement stagnante?
13
Le Consulat, l'ordre et la paix
1. Lisez et traduisez les textes.
«Citoyens, la Révolution est fixée aux principes qui l’оnt
commencée, elle est finie.» Dans ces mots de la proclamation de
présentation de la nouvelle Constitution (celle de l'an VIII, décembre
l799), Bonaparte disait aux Français ce qu'ils attendaient: le maintien
des acquis de la Révolution et le retour au calme. Maître désormais du
pouvoir, il se met à la tâche avec trois objectifs: le bon fonctionnement
de l'État, le contrôle de la société, la paix. En deux ans, l'essentiel en
sera atteint.
Réorganiser l’État. Et, pour cela, avoir une bonne Constitution,
une bonne administration et de bonnes finances. La Constitution de l'an
VIII, issue du coup d'État de Brumaire, met en œuvre le principe de
Sieyès: «L'autorité vient d'en haut et la confiance d'en bas», mais cette
fois au profit de Bonaparte. Elle établit en effet un Consulat où le
pouvoir va à un Premier Consul qui a l’initiative des lois, traite du
budget, de la diplomatie, de la guerre, nomme à presque tous les
emplois et ne laisse à deux autres consuls que des fonctions
honorifiques. Le pouvoir législatif se dilue entre quatre assemblées qui
se neutralisent, et le système électoral – théoriquement revenu au
suffrage universel – ne sert qu'à établir des listes de notabilités dans
lesquelles le Premier Consul opère les choix qu'il veut.
Ce pouvoir fort se prolonge par une administration centralisée
où, rigoureusement, la directive descend vers le bas et le
renseignement remonte vers le haut. Le ministère de l'Intérieur, cet
ancien secrétariat d'État à la Maison du roi, en est la pièce maîtresse.
Sur le terrain, dans chaque département, le préfet, à qui on demande
d'être aussi obéissant qu'efficace, applique les ordres du gouvernement
et lui transmet enquêtes, statistiques, recensements, informations
policières. Jamais à ce point l'État n'avait tenu le pays.
Mais tout cela exige de l'argent et Bonaparte veut pour l'État des
rentrées financières que ni l'Ancien Régime ni la République n’avaient
su jusqu'ici se procurer en quantité suffisante. Pour y parvenir, il
n'innove pas mais installe un rigoureux système d’établissement et
de prélèvement de l'impôt, redonne du crédit à l'État par la création
14
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
d'une Caisse d'amortissement, rend confiance au commerce en
créant la Banque de France et confirme, comme unité monétaire, le
franc, ce franc de germinal qui devait rester stable tout au long du 19e
siècle. Ainsi, preuve du succès de ces mesures, on peut annoncer en 1802
que le budget de l'État est en équilibre.
Encadrer la société... et, pour cela, calmer les esprits, fixer les
règles du jeu social et, à moyen terme, tenir la jeunesse. Bonaparte,
pour qui la religion n'est pas «le mystère de l'Incarnation mais celui de
l'ordre social», comprend qu'il faut réconcilier l'État et le catholicisme,
qui tient au cœur de la plus grande part de la population. Il négocie
donc, non sans peine, en 1801, avec Pie VII, un concordat qui, aux
yeux du pape, comble le fossé qui s'était creusé entre la papauté et les
Français, et à ceux de Bonaparte, en reconnaissant la religion
catholique comme celle de la majorité des Français, réinsère le clergé
dans les structures de l'État. Les deux partis y voient tant d'avantages
que Pie VII ferme les yeux sur des articles organiques que Bonaparte
ajoute unilatéralement pour calmer les anciens révolutionnaires que
tant de «capucinades» exaspèrent.
Pour sortir du désordre des systèmes juridiques issus de
monarchie et de la République, on tire la synthèse qui répondait à la
mentalité du moment et à la volonté du Premier Consul: le Code civil
des Français, dont les 2 281 articles publiés en 1804 affirment la fin
des privilèges, la pleine reconnaissance du droit de propriété, l'autorité
du chef de famille (la femme voit ainsi régresser son statut par les
droits nouveaux reconnus aux hommes) et la liberté du travail...
celle qui favorise l'employeur aux dépens de l'employé. Et la société
trouve là pour deux siècles son cadre juridique.
Enfin, les écoles centrales, par une discipline trop lâche, une
insuffisante insertion dans la culture classique, menacent de donner
vie à une jeunesse mal soumise. Sans en revenir aux collèges dont
le modèle se trouve chez les jésuites, on opte pour la création de lycées
dont la discipline militaire avec uniforme et tambour, l'enseignement
fortement orienté vers les langues anciennes, la soumission aux
autorités administratives préparent un avenir plus sûr et des serviteurs
plus dociles de l’État.
15
Faire la paix … et marcher à l’Empire. A son retour d’Egypte,
Bonaparte trouve la France affrontée à une deuxième coalitions des
Anglais, des Russes et des Autrichiens. Mais plusieurs victoires,
dont celle de Marengo le 14 juin 1800, poussent les Russes à se
retirer, les Autrichiens à signer à Lunéville, le 9 février 1801, un
traité qui confirme celui de Campoformio. Les Anglais sont donc à
nouveau seuls et, préoccupés par une agitation intérieure et le
mécontentement irlandais, mesurant aussi la puissance française, ils
préfèrent négocier. La paix d’Amiens, signée le 25 mars 1802, ramène
ainsi sur le continent la paix, qu'on n'avait pas connue depuis 1792.
Immense est donc le prestige du Premier Consul. Mais, pour ce
maître à la légitimité discutable, chaque victoire est une menace: aurat-on encore besoin de lui? Il lui faut donc mieux asseoir son pouvoir. En
jouant de deux arguments, la crainte du retour des Bourbons, la
menace d'une reprise de la guerre, il devient en 1802 consul à vie
comme rempart contre la poussée monarchiste du moment et, le 2
décembre 1804, alors que se fragilise l'instable paix d'Amiens, empereur
des Français. Avec la caution populaire de plébiscites parfois
aménagés, avec la caution religieuse de Pie VII, le «représentant
couronné de la Révolution» renoue avec l'Empire de Charlemagne.
Empire, une fulgurante trajectoire militaire
En huit ans, de 1804 à 1812, Napoléon 1er conquiert l'Europe,
les troupes sont au Portugal et à Moscou, à Rome et à
Hambourg. Dans une Europe de 167 millions d'habitants,
l’Empire en comprend 44 et le «Grand Empire» en contrôle 82.
Fulgurante, la trajectoire se termine en désastre, mais, par là même,
achève de construire une légende qui nourrira les rêves – et parfois
l'action – des générations à venir.
Les conditions de l'épopée. Napoléon a deux atouts, son armée
et son génie. Son armée, c'est celle qu'ont forgée la forte démographie
de la France, dix années ou quinze de combats et l'attachement à des
valeurs sûres, l'amour de la République ou la fidélité au chef
victorieux, en trois mots le nombre, l'expérience, l'idéal. En revanche, il
n'y a d'innovation ni dans les équipements ni dans les méthodes de la
16
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
guerre, et c'est avant tout avec les jambes des soldats qu'ont été
remportées les victoires.
Son génie, c'est un extraordinaire sens du terrain, sur les
grands comme sur les petits espaces, une capacité à pressentir la
logique de l'adversaire, un dynamisme impérieux qui entraîne les
hommes (en trois jours, du 13 au 16 janvier 1797, la division
Masséna fait cent kilomètres à pied et participe à trois combats
victorieux), un sens de la manœuvre qui s'impose à l'ennemi et
l'amène à subir le lieu et les conditions du combat. Mais
l'Empereur ne laisse aucune initiative à ses subordonnés et son génie
est celui d'un homme seul. Ses ennemis s'en souviendront le moment
venu.
L'ascension. C'est fondamentalement par rapport à l'Angleterre
que se construit une politique extérieure qui peu à peu dévient
européenne et par là démesurée. Côté anglais, il s'agit de garder lа
maîtrise des mers et aussi un marché européen sans lequel l'économie
étouffe. Côté français, il faut, par l'arme économique ou militaire,
imposer l'autonomie du système continental et le libérer du joug
anglais, et, pour y parvenir, Napoléon dut bouleverser l'ancien régime
européen.
A trois reprises, les puissances continentales, poussées par
l'Angleterre, subissent la victoire française. En 1805, l'Autriche est la
grande vaincue; en 1806 et 1807, la Prusse et aussi la Russie; en
1809, à nouveau l'Autriche. Au-delà des victoires éclatantes –
Austerlitz, 2 décembre 1805; Iéna, 14 octobre 1806; Wagram, 6 juillet
1809... – , une réorganisation de l'Europe se fait au profit de Napoléon
et des membres de sa famille, dans la perspective d'une fermeture
du continent à l'Angleterre. En Allemagne, Westphalie, Saxe,
Hanovre croissent au détriment de la Prusse et de l'Autriche.
Napoléon devient roi d'Italie, annexe les États pontificaux et
vassalise le royaume de Naples. Son frère devient roi d'Espagne. Un
grand-duché de Varsovie se crée en Pologne. Les provinces
illyriennes sont rattachées à la France, et l'Empire, avec 130
départements, s'étend en plus du territoire national sur la Belgique, la
Rhénanie, la Hollande et jusqu'à Rome au sud et Hambourg au
nord. Alliances et politique matrimoniales se joignent à l'action
17
militaire: en 1807 et 1808, à Tilsit et Erfurt, Napoléon amène le tsar
Alexandre Ier à fermer ses côtes à l'Angleterre; en 1810, il épouse MarieLouise, fille de l'empereur d'Autriche, et entre ainsi dans le concert
des familles régnantes européennes.
Zénith apparent de cette trajectoire, les années 1810–1811
dissimulent encore les deux difficultés qui pourtant annoncent le déclin.
Dès 1805, l'Angleterre avait écrasé la flotte française à Trafalgar et
ruiné tout projet de débarquement. Le combat ne pouvant plus être
qu'économique, Napoléon, par les décrets de Berlin (novembre 1806)
et de Milan (décembre 1807), fermait les côtes européennes aux
marchandises anglaises. Mais encore fallait-il que ce «Blocus continental» fût réel. Et c'est en particulier pour l'imposer en Espagne que
l'Empereur s'enfonce dans une guérilla où il commence à user ses
forces.
Le déclin. Avec l'Angleterre, c'est donc la guerre d'usure, et
l’année 1811-1812 la vit chanceler. Mais Napoléon, inquiet de
l’incertaine alliance du tsar, voulut ramener celui-ci dans son camp par
la force. Et c'est la campagne de Russie, prévue comme une guerre éclair
et qui tourne à la tragédie dans l'hiver 1812: des 675 000 hommes qui
passent le Niémen en juin 1812, 18 000 reviennent (d'autres suivront
plus tard) en décembre. Après la Russie, ce sont l'Allemagne, la
Hollande, l'Italie, l'Espagne qui sont perdues en 1813. La campagne de
France (1814) voit bien renaître le génie militaire du général de l'armée
d'Italie, mais la trahison des corps constitués l'emporte. L'Empire est
balayé; Napoléon abdique le 6 avril 1814 et part pour l'île d'Elbe.
En deux ans, le rêve s'est donc effondré: il renaît pourtant. De
l'île d'Elbe, Napoléon voit s'installer une première Restauration des
Bourbons qui fait revivre les souvenirs révolutionnaires et l’hostilité
à l'Ancien Régime. Il tente à nouveau sa chance: «le vol de l'aigle» le
ramène à Paris le 1er mars 1815, mais là, au lieu d’accepter l'aide
populaire et de se fonder sur l'esprit de l'an II, il prend appui sur un
très libéral «Acte additionnel aux Constitutions de l'Empire» et sur une
classe de notables qui ne lui fait pas confiance. Comme les Alliés ont
décidé sa perte, il prend donc les armes et, dans un ultime duel avec les
Anglais, perd définitivement la partie à Waterloo le 18 juin 1815.
18
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
1) Que disait Bonaparte aux Français pendant la proclamation
de la nouvelle Constitution (celle de l’an VIII, décembre 1799)? –
2) Avec quels objectifs se met-il à la tâche? – 3) Quand sera atteint
l’essentiel? – 4) Qu’est-ce qu’il faut pour réorganiser l’État? –
5) Qu’est-ce que la Constitution établit? – 6) Comment se dilue le
pouvoir législatif? – 7) A quoi sert le système électorale? – 8) Qui
applique les ordres du gourvenement et lui transmet enquêtes,
statistiques, informations politiques, recensements? – 9) Que veut
Bonaparte pour l’État? – 10) Installe-t-il un rigoureux système
d’établissement et de prélèvement de l’impôt? – 11) Qu’est-ce qu’il
confirme comme unité monétaire? – 12) Qu’est-ce que la religion est
pour Bonaparte? – 13) Quand a été publié le Code civil des Français?
– 14) Qu’affirment ses articles? – 15) Pourquoi opte-t-on dans le
domaine de l’enseignement? – 16) Qu’est-ce que Bonaparte trouve à
son retour d’Egypte? – 17) Que préfèrent les Anglais? – 18) Qu’est-ce
qui ramène la paix sur le continent? – 19) De quels arguments joue
Bonaparte pour devenir consul à vie? – 20) Quand devient-il empereur
des Français? – 21) En combien d’ans Napoléon Ier conquiert-il
l’Europe? – 22) Avec quoi ont été remportées les victoires? –
23) Qu’est-ce que son génie? – 24) Est-ce que l’Empereur laisse une
initiative à ses subordonnés? – 25) Par rapport à quel pays se construit
une politique extérieure? – 26) Que faut-il faire par l’arme
économique ou militaire? – 27) Quand les puissances continentales
poussées par l’Angleterre, subissent-elles la victoire française? –
28) Napoléon devient-il roi d’Italie? – 29) Qui devient roi d’Espagne?
– 30) Où s’étend l’Empire avec 130 départements? – 31) A quoi
Napoléon amène-t-il le tsar Alexandre Ier? – 32) Quand épouse-t-il
Marie-Louise, fille de l’Empereur d’Autriche et entre-t-il ainsi dans le
concert des familles régnantes européennes? – 33) Quand l’Angleterre
avait-elle écrasé la flotte française à Trafalgar? – 34) Par quoi
Napoléon fermait-il les côtes européennes aux marchandises
anglaises? – 35) Qui voulut ramener Napoléon dans son camp par la
force? – 36) A quoi tourne la campagne de Russie prévue comme une
guerre éclair? – 37) Combien de soldats reviennent en France en
décembre 1812? – 38) Quels pays sont perdus après la Russie? –
39) Quand Napoléon abdique-t-il et part-il pour l’île d’Elbe? –
19
40) D’où Napoléon voit-il s’installer une première restauration des
Bourbons? – 41) Qu’est-ce qui le ramène à Paris le 1er mars 1815? –
42) Est-ce qu’il accepte l’aide populaire et se fonde sur l’esprit de l’an
II? – 43) Est-ce qu’il prend les armes et, dans un ultime duel avec les
Anglais, perd définitivement sa partie à Waterloo le 18 juin 1815?
3. A vous de compléter:
1) Il a traversé l’Europe ghjet, puis en
vaincu.
2) Laissant derrière lui une France
économiquement stagnante, il n’en a pas
moins facilité ghjkl dirigeante du siècle
qui commence.
3) Bonaparte disait aux Français ce
qu’ils attendaient: ghjkl et le retour au
calme.
4) Le ministère de l’Intérieur, cet ancien
secrétariat d’État à la maison du roi en
est ghjkl.
5) Ainsi, preuve du succès de ces
mesures, ghjkl en 1802 que le budjet de
l’État est en équilibre.
6) Le Code civil des Français dont les
2281 articles publiés en 1804 affirme
ghjkl, la pleine reconnaissance du droit
de propriété et la liberté du travail.
7) La paix d’Amiens, signée le 25 mars
1802, ramène ainsi sur ghjkl qu’on
n’avait pas connu depuis 1792.
8) ghjkl les puissances continentales,
poussées par l’Angleterre, subissent la
victoire française.
9) La campagne de France (1814) voit
bien renaître le génie militaire du
général de l’armée d’Italie mais la
trahison ghjkl l’emporte.
20
a) le maintien des
acquis de la Révolution
b) la pièce maîtresse
c) en vainqueur
d) l’installation de la
nouvelle bourgeoisie
e) on peut annoncer
f) la fin des privilèges
g) le continent la paix
h) à trois reprises
i) des corps constitués
j) une première restauration des Bourbons
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
10) De l’île d’Elbe, Napoléon voit
s’installer ghjkl qui fait revivre les
souvenirs révolutionnaires et l’hostilité
à l’Ancien Régime.
4. A vous de choisir un équivalent et de traduire.
1) Napoléon Ier conquiert l’Europe en ghjkl.
a) dix ans b) cinq ans c) huit ans
2) Les victoires ont été remportées avec des jambes de ghjkl.
a) ses camarades b) ses parents c) ses soldats
3) L’Empereur ne laisse pas une initiative à ses ghjkl.
a) compatriotes b) subordonnés c) messieurs
4) Une politique extétieure de la France se construit par rapport
à ghjkl.
a) la Pologne b) l’Espagne c) l’Angleterre
5) Les puissances continentales poussées par l’Angleterre
subissent ghjkl la victoire française.
a) à deux reprises b) à une reprise c) à trois reprises
6) Napoléon devient le roi d’Italie annexe les États pontificaux
et vassalise le royaume ghjkl.
a) d’Autriche b) de Naple c) de Varsovie
7) Alliances et politique matrimoniales se joignent à l’action
militaire: en 1807 et 1808 à Tilsit et Erfurt, Napoléon amène le tsar
Alexandre Ier à fermer ses côtes à ghjkl.
a) l’Italie b) l’Angleterre c) l’Egypte
8) En ghjkl Napoléon épouse Marie-Louise, fille de l’empereur
d’Autriche et entre ainsi dans le concert des familles régnantes
européennes.
a) 1804 b) 1808 c) 1810
9) Dès 1805 ghjkl avait écrasé la flotte française à Trafalgar et
ruiné tout projet de débarquement.
a) la Russie b) l’Angleterre c) l’Autriche
10) Le combat ne pouvant plus être qu’économique, Napoléon
par les décrets de Berlin (novembre 1806) et de Milan (décembre
1807), ghjkl les côtes européennes aux marchandises anglaises.
a) présentait b) proposait c) fermait
21
5. A vous de traduire en français:
1) Наполеон, обеспокоенный ненадежным союзом царя, хотел привести его в лагерь силой. – 2) Кампания в России, предусмотренная как молниеносная война, приводит к трагедии зимой
1812 г. – 3) Из 675 000 солдат, которые перешли Неман в июне
1812 г., 18 000 возвращаются в декабре во Францию. – 4) В 1813 г.
потеряны Голландия, Италия, Испания, Германия. – 5) Империя
прекращает свое существование. – 6) Наполеон отрекается от
престола и отправляется на остров Эльба. – 7) С острова Эльба
Наполеон видит, как происходит первая реставрация Бурбонов. –
8) Наполеон пытается испытать свой шанс, «полет орла» приводит его в Париж 1 марта 1815 г. – 9) Он берется за оружие и в последней дуэли с англичанами терпит окончательное поражение
при Ватерлоо 18 июня 1815 г.
6. Parlez de Napoléon Bonaparte.
22
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
La monarchie constitutionnelle au temps de notables
1. Lisez et traduisez le texte.
Pendant un tiers de siècle, la France vit deux expériences de
monarchie constitutionnelle. Après la Restauration, la monarchie de
Juillet consacre les conquêtes libérales de 1789. La société est
dominée par l'opposition entre le monde des notables et le peuple.
L'économie se transforme à partir de 1840.
La Restauration
Mise en place du régime. Louis XVIII octroie le 4 juin 1814
une Charte constitutionnelle. Le terme venait de l'Ancien Régime.
Le préambule affirme que l'«autorité tout entière réside en France
dans la personne du roi» et rejette la souveraineté du peuple. Mais,
présentée comme une concession, la Charte reconnaît les
conquêtes politiques et sociales de la Révolution: égalité devant
la loi, admissibilité de tous aux emplois civils et militaires, liberté
individuelle, droit de propriété – la vente des biens nationaux n'est pas
mise en cause. Certes, des limites sont apportées à l'affirmation de la
liberté de religion (la religion catholique est en effet «religion de
l'État»), et de la liberté de la presse, qui doit se conformer aux lois qui
répriment ses abus. Cependant, les fondements de la société libérale
et bourgeoise issue de la Révolution ne sont pas touchés. Le
compromis de 1814 exclut une restauration de la société d'Ancien
Régime.
L'organisation des pouvoirs donne au roi le pouvoir exécutif, la
nomination des ministres, l'initiative des lois. Deux assemblées
discutent celles-ci: la Chambre des pairs, dont les membres sont
nommés par le roi, et la Chambre des députés, élue selon un suffrage
censitaire; les électeurs doivent payer une contribution directe de 300
francs; pour être éligible, il faut payer une contribution directe de 1
000 francs. Ainsi, la vie politique est réservée à une minorité: moins
de 90 000 Français vont pouvoir voter. Les ministres, choisis par le
roi, n'ont pas de responsabilité politique devant les Chambres. Ce
régime, représentatif et constitutionnel, n'est donc pas un régime
23
parlementaire, où le gouvernement mis en minorité est tenu de
démissionner.
Compromis entre «les droits et les prérogatives de la couronne» et les aspirations libérales, les institutions issues de la Charte
bénéficient, au départ, de la prudence politique de Louis XVIII. Frère
de Louis XVI, le comte de Provence a pris le titre, de Louis XVIII en
1795 à la mort de l'orphelin du Temple. Il souhaite «nationaliser la
royauté et royaliser la nation». Mais, si la première Restauration, en
1814, s'est faite sans heurt, la seconde Restauration (après
l'exaspération des passions entraînée par les Cent-Jours, le retour au
pouvoir de Napoléon suivi de la défaite de Waterloo) s'accompagne de
violences. Dans le Sud-Est et le Sud-Ouest, des centaines de
bonapartistes furent massacrés. Dans ce climat, où les royalistes «plus
royalistes que le roi», les ultraroyalistes, souhaitent que soient
condamnés les partisans des Cent-Jours, se font les élections. Elles
désignent, à la fin d'août 1815, selon le mot de Louis XVIII, une
«Chambre introuvable». Le gouvernement fit voter des lois
d'exception. Le maréchal Ney, héros des campagnes napoléoniennes,
est condamné par la Chambre des pairs et fusillé le 7 décembre 1815. Les
administrations sont «épurées»: le mot entre alors dans le vocabulaire
politique.
2. Répondez aux questions.
1) Quand Louis XVIII octroie-t-il une Charte constitutionnelle?
– 2) Qu’est-ce que cette Charte reconnaît? – 3) Qu’est-ce qui n’est pas
touché? – 4) Est-ce que le compromis de 1814 exclut une restauration
de la société de l’Ancien Régime? – 5) Que donne l’organisation des
pouvoirs au roi? – 6) Par qui sont nommés les membres de la Chambre
des paires? – 7) Comment est élue la Chambre des députés? –
8) Qu’est-ce qu’il faut pour être éligible? – 9) A qui est réservée la vie
politique? – 10) Les ministres ont-ils la responsabilité devant les
Chambres? – 11) Qui a pris le titre de Louis XVIII? – 12) Comment se
fait la première Restauration? Et la seconde Restauration? – 13) Que
désignent les élections à la fin d’août 1815?
24
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
3. A vous de trouver les équivalents:
1) le terme; la présentation; l’autorité; la charte; la loi; la liberté;
la société; la restauration; le pouvoir; le roi; la chambre; les élections;
le gourvenement; le droit de propriété; l’État; le compromis; la
conquête
2) палата; власть; завоевание; закон; выражение; реставрация; хартия; представление; компромисс; свобода; право собственности; выборы; государство; общество; правительство; король
4. a) A vous de donner les noms de ces verbes à l’aide
du suffixe –(a)tion.
1) affirmer – 2) présenter – 3) fonder – 4) restaurer –
5) contribuer – 6) nationaliser – 7) administrer
b) A vous de donner les noms des verbes suivants et
de les traduire:
1) conquérir – 2) peupler – 3) admettre – 4) nommer – 5) discuter – 6) élire – 7) choisir – 8) condamner – 9) accompagner –
10) libérer
5. Quelle préposition ou pas de préposition?
1) La Charte reconnaît les conquêtes politiques et sociales …..
la Révolution; égalité ….. la loi, admissibilité ….. tous aux emplois
civils et militaires, liberté individuelle. – 2) Pour être éligible, il faut
payer une contribution directe ….. 1000 francs. – 3) Les ministres,
choisis ….. le roi, n’ont pas de responsabilité politique ….. les Chambres. – 4) Si la première Restauration ….. 1814 s’est faite ….. heurt, la
seconde Restauration ….. l’ exaspération des passions entraînée par les
Cent-Jours, le retour au pouvoir ….. Napoléon suivi ….. la défaite de
Waterloo s’accompagne ….. violence.
6. Parlez de «Mise en place du régime».
25
La vie politique sous la Restauration
1. Lisez et traduisez le texte ci-dessous.
Louis XVIII appelle au pouvoir un ancien émigré, d'esprit
modéré, le duc de Richelieu. Il souhaite, tout comme les Alliés, que la
réaction ne s'étende pas. Le roi prend, le 5 septembre 1816,
l'ordonnance de dissolution de la Chambre «introuvable». Les
élections d’octobre 1816 envoient une majorité de constitutionnels
dont le chef de file est le comte Decazes, qui succède à Richelieu en
1818. Mais, le 13 février 1820, l'assassinat du duc de Berry, héritier
de la dynastie, emporte Decazes et met fin à la tentative libérale
ouverte par Louis XVIII. Après un bref gouvernement Richelieu, les
ultras viennent aux affaires avec le comte de Villèle, que le comte
d'Artois, frère de Louis XVIII, Charles X, conserve à la tête du
gouvernement, lorsqu'il monte sur le trône en septembre 1824. Le
nouveau souverain est acquis à la cause ultraroyaliste. La loi du double
vote, qui fait voter deux fois le quart des électeurs, les plus imposés,
assure l'élection d'une majorité ultra. Une loi sur la presse frappe les
idées libérales: elle impose l'autorisation préalable, permet de rétablir
la censure par ordonnance, renvoie les délits non devant le jury, mais
en correctionnelle.
Les conspirations, dues en 1821–1822 à l'association secrète de
la Charbonnerie, échouent. Le recours à la force ne trouve pas grand
écho. En revanche, l'opposition libérale dénonce avec succès
l'influence de l'Église dans la politique, les menées du «parti prêtre»
et la mise en question de l'œuvre révolutionnaire par l'indemnisation
des émigrés pour leurs propriétés vendues comme biens nationaux. La
victoire de l'opposition aux élections de 1827 entraîne la démission de
Villèle, en janvier 1828. Le roi forme un gouvernement proche des
modérés. Mais cette tentative de conciliation tourne court. Le 8 août
1829, Charles X appelle un ultra, le prince Jules de Polignac, à
former le gouvernement. Lors de la rentrée parlementaire en mars
1830, l’adresse, votée par 221 députés de l'opposition, constate
l’absence de «concours» entre les vues politiques du gouvernement et
les vœux du peuple. La Chambre est dissoute le 16 mai. Le conflit est
ouvert entre la souveraineté du roi et la souveraineté du peuple
représenté par la Chambre.
26
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. A vous de répondre aux questions:
1) Qui appelle au pouvoir Louis XVIII? – 2) Quand le roi prendil l’ordonnance de la dissolution de la Chambre «introuvable»? –
3) Qui est Charles X? Qui conserve-t-il à la tête du gouvernement? –
4) Quand Charles X monte-t-il sur le trône? – 5) Qu’est-ce qui frappe
les idées libérales? – 6) Que l’opposition libérale dénonce-t-elle? –
7) Qu’est-ce qui entraîne la démission de Villèle? – 8) Qui appelle
Charles X à former le gouvernement? – 9) Qu’ est-ce que l’adresse
votée par 221 députés de l’opposition constate? – 10) Quand est
dissoute la Chambre? – 11) Qu’est-ce qui est ouvert entre la
souveraineté du roi et la souveraineté du peuple représenté par la
Chambre?
3. Demandez (qui? quoi? etc.):
4. Choisissez les séries qui vout ensemble et faites-les
entrer dans des phrases:
27
5. Résumez le contenu du texte «La vie politique sous
la Restauration».
***
La Monarchie de juillet
1. Lisez et traduisez le texte.
La révolution de 1830
1) Louis XVIII appelle au pouvoir un ancien émigré, d’esprit
modéré, le duc de Richelieu. – 2) Les élections d’octobre 1816
envoient une majorité des constitutionnels dont le chef de file est le
comte Decaze, qui succède à Richelieu en 1818. – 3) Les conspirations
dues en 1821–1822 à l’association secrète de la Charbonnerie,
échouent. – 4) Le 8 août 1829, Charles X appelle un ultra, le prince
Jules de Polignac, à former le gouvernement.
1) l’ordonnance de dissolution de
la chambre
2) mettre fin à la tentative libérale
3) venir aux affaires avec
4) monter sur le trône
5) voter deux fois
6) frapper les idées libérales
7) permettre de rétablir la censure
par ordonnance
8) entraîner la démission
9) tourner court
i) голосовать два раза
j) нанести удар по либеральным идеям
a) покончить с либеральной попыткой
b) остановиться на полуслове
c) повлечь за собой отставку
d) указ о роспуске
палаты
e) прийти к делам
f) позволить установить
цензуру указом
g) взойти на трон
Les élections renforcent l'opposition. Charles X, fort du succès
de la prise d'Alger le 5 juillet, promulgue le 25 juillet quatre
ordonnances, comme l'y autorise l’article 14 de la Charte. Elles
rétablissent l'autorisation préalable pour les journaux, elles excluent la
patente du cens électoral, ce qui revient à exclure du droit de vote
commerçants et industriels au profit des propriétaires fonciers. La
Chambre est dissoute et de nouvelles élections fixées.
Les journalistes, réunis par Thiers au bureau du National,
appellent à la résistance. A l'instigation des jeunes gens des sociétés
secrètes, étudiants, employés, ouvriers, notamment les typographes,
dressent des barricades dans les quartiers de l'est de Paris. L'armée
compte moins de 12 000 hommes, peu désireux de combattre le peuple,
qui arbore le drapeau tricolore. Au terme de trois jours de combat,
l'armée évacue Paris. Les journalistes du National et des hommes
politiques libéraux avaient préconisé depuis des mois un changement
de dynastie et l'appel au duc d'Orléans, le cousin du roi. A
l'exemple de la révolution d'Angleterre de 1688, c'est «changer les
personnes sans changer les choses». Ce petit groupe impose sa
solution. Le 30 juillet au matin, un manifeste rédigé par Thiers lance la
candidature du duc d'Orléans, «prince dévoué à la cause de la
Révolution [...], roi citoyen», acquis aux couleurs tricolores et à la
Charte.
28
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Le duc d'Orléans accepte des députés et des pairs la lieutenance
générale du royaume. Le 31, il se rend à l'hôtel de ville et paraît au
balcon, embrassant La Fayette, enveloppé du drapeau tricolore. Le
peuple l'acclame. Les orléanistes avaient escamoté la victoire
républicaine. Charles X, retiré à Rambouillet, crut sauver la dynastie en
abdiquant en faveur de son petit-fils le duc de Bordeaux, Henri V, et en
nommant le duc d'Orléans régent. Vaines décisions. Une colonne de
gardes nationaux marche sur Rambouillet. Chartes X ne veut pas lutter
et gagne l'Angleterre. Le pays suit la révolution parisienne. Le 9 août,
Louis-Philippe Ier est proclamé «roi des Français», après avoir prêté
serment à la Charte révisée par les Chambres.
Le préambule de la Charte est supprimé, parce qu'il paraissait
«octroyer aux Français des droits qui leur appartiennent essentiellement». La religion catholique n'est plus religion de l'État, mais
«professée par la majorité des Français»: c'est le retour à la formule du
Concordat. La censure est abolie. «La France reprend ses couleurs»,
tricolores. Peu de modifications apportées à l'organisation des pouvoirs:
les Chambres ont l'initiative des lois. La Chambre des députés élit son
président. Le cens électoral est abaissé de 300 à 200 francs; le cens
d'éligibilité, de 1 000 à 500 francs. L'âge pour être électeur est abaissé
de 30 à 25 ans; pour être éligible, de 40 à 30.
La révolution de Juillet a une double signification, politique et
sociale. Elle confirme la victoire de la souveraineté nationale sur le droit
monarchique, la victoire de la bourgeoisie libérale sur l’aristocratie et
le clergé. 1830 est bien l'aboutissement de 1789. Le régime s'appuie sur
une milice bourgeoise: la garde nationale, où servent, face aux émeutes,
les hommes inscrits à la contribution personnelle et qui peuvent acheter
leur équipement.
rend-il à l’hôtel de ville et paraît-il au balcon acclamé par le peuple? –
10) Quand Louis-Philippe 1er est-il proclamé «roi des Français» après
avoir prêté serment à la Charte révisée par les Chambres? – 11) La
religion catholique est-elle encore religion d’État? – 12) La censure
est-elle abolie? La France reprend-elle ses couleurs tricolores? –
13) Les Chambres ont-elles l’initiative des lois? – 14) Le cens
électoral est-il abaissé? Le cens d’éligibité est-il également abaissé? –
15) Qu’est-ce que la révolution de Juillet confirme? – 16) Est-ce que
1830 est bien l’aboutissement de 1789?
3. Quelle préposition? Ou pas de préposition?
1) Les ordonnances de Charles X rétablissent l’autorisation préalable ….. les journaux. – 2) Les journalistes, réunis ….. Thiers au
bureau du National, appellent ….. la résistance. – 3) ….. l’instigation
des jeunes gens des sociétés secrètes étudiants, employés, ouvriers
dressent des barricades ….. les quartiers ….. l’est ….. Paris. – 4) …..
l’exemple ….. la révolution ….. Angleterre ….. 1688, c’est «changer
les personnes sans changer les choses». – 5) Une colonne ….. gardes
nationaux marche ….. Rambouillet. – 6) La religion catholique n’est
plus religion de l’État, mais «professée ….. la majorité des Français».
–7) L’âge pour être électeur est abaissé ….. 30 ….. 25 ans; pour être
éligible ….. 40 ….. 30. – 8) Le régime s’appuie ….. une milice bourgeoise: la garde nationale, où servent ….. aux émeutes, les hommes
inscrits ….. la contribution personnelle et qui peuvent acheter leur
équipement.
4. A vous de traduire en français:
1) Quand Charles X promulgue-t-il quatre ordonnances? –
2) Qu’est-ce que ces ordonnances établissent? – 3) La Chambre estelle dissoute? De nouvelles élections sont-elles fixées? – 4) Qui
appelle à la résistance? – 5) Qui dresse des barricades dans les
quartiers de l’Est de Paris? – 6) Quand l’armée évacue-t-elle Paris? –
7) Qui avait préconisé un changement de dynastie et l’appel au duc
d’Orléans? – 8) Le duc d’Orléans accepte-t-il des députés? – 9) Se
1) Карл Х обнародует 4 указа, как это разрешено статьей 14
Хартии. – 2) Палата распускается, и назначаются новые выборы. –
3) Армия насчитывает менее 12 000 человек, не слишком желая
сражаться с народом, водрузившим триколор. – 4) Утром 30 июля
манифест, составленный Тьером, выдвигает кандидатуру герцога
Орлеанского – «принца, преданного делу Революции, королягражданина», ставшего под знамена и признавшего Хартию. –
5) 9 августа Луи-Филипп провозглашается королем французов,
дав клятву на Хартии, пересмотренной палатами. – 6) Мало изменений вносится в полномочия: палаты имеют законодательную
29
30
2. A vous de répondre aux questions:
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
инициативу. – 7) Июльская революция имеет двойное значение:
политическое и социальное. – 8) Она подтверждает победу национального суверенитета над правом монархии, победу либеральной
буржуазии над аристократией и духовенством.
5. Résumez le texte «La Révolution de 1830».
Le règne de Louis-Philippe
1. Lisez et traduisez le texte.
Roi citoyen, roi bourgeois, qui participe des vertus et des
défauts de la bourgeoisie de son temps, Louis-Philippe est un roi
Bourbon, désireux d'affirmer son autorité personnelle face au
pouvoir ministériel. Il ne parvient à ses fins qu'à partir de 1840. A
ses débuts, le régime, dans l’effervescence née de la révolution, doit
faire face à l'agitation ouvrièrе, aux émeutes suscitées par les sociétés
secrètes républicaines frustrées de leur victoire, aux menées des
légitimistes.
Le nouveau régime va-t-il étendre les réformes libérales et
soutenir les mouvements révolutionnaires qui venaient d'éclater en
Europe? C'est le vœu du ministère Laffitte et du «parti du
mouvement». Mais, le 13 mars 1832, Louis-Philippe appelle aux affaires
le banquier Casimir Perier, qui définit un programme «juste
milieu»: «Au-dedans l'ordre sans sacrifice pour la liberté, au-dehors
la paix sans qu'il en coûte rien à l'honneur.» Casimir Perier, puis ses
successeurs (le leader du «parti de la résistance» est emporté par le
choléra en avril 1832), triomphèrent des troubles sociaux, de la
tentative de soulèvement légitimiste animée par la duchesse de
Berry, des sociétés secrètes républicaines. La répression est rude,
notamment en avril 1834, lorsque des barricades sont élevées dans le
quartier de l'hôtel de ville, à Paris, et que les soldats massacrent les
habitants d'une maison, rue Transnonain, d'où est parti un coup de feu.
La loi de septembre 1835 sur la presse punit l'offense au roi,
l'attaque contre le principe ou la forme du gouvernement.
Les républicains renoncent à l'action violente et prennent le
nom de «radicaux», emprunté à l'Angleterre.
31
2. Répondez aux questions.
1) Que veut affirmer Louis-Philippe? – 2) Quand parvient-il à
ses fins? – 3) A quoi doit faire face le régime à ses débuts? – 4) Qui
définit un programme «juste milieu»? – 5) Est-ce que Cazimir Perier,
puis ses successeurs triomphèrent des troubles sociaux? – 6) Comment
est la répression en avril 1834? – 7) Est-ce que la loi de septembre
1835 sur la presse punit l’offense au roi? – 8) A quoi renoncent les
républicains? – 9) Quel nom prennent-ils?
3. Trouvez les équivalents, faites-les entrer dans des
phrases.
1) affirmer son autorité; à partir de; participer des vertus et des
défauts; face au pouvoir ministériel; faire face à l’agitation ouvrière;
les sociétés secrètes des républicains; étendre les réformes libérales;
soutenir le mouvement révolutionnaire
2) поддержать революционное движение; подтвердить свою
власть; расширить либеральные реформы; противостоять волнению рабочих; перед лицом министерской власти; иметь отношение к добродетели и недостаткам; секретные общества республиканцев; начиная с
4. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
1) Louis-Philippe est ….. Bourbon, désireux d’affirmer son
autorité personnelle face au pouvoir ministriel.
a) un duc b) un roi c) un comte
2) Le nouveau régime ne va pas étendre ….. et soutenir les
mouvements révolutionnaires.
a) les réformes libérales b) les réformes sociales c) les réformes civiles
3) Le 13 mai 1832 Louis-Philippe appelle aux affaires le
banquier Cazimir Perier qui définit un programme ….. .
a) «petit milieu» b) «milieu social»
c) «juste milieu»
4) La répression est rude, notamment en avril 1834, lorsque des
barricades sont élevées dans le quartier ….. .
a) au centre de la ville
b) de la rive gauche
c) de l’hôtel de
ville
32
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
5) La loi de septembre 1835 sur la presse punit ….. au roi,
l’attaque contre le principe ou la forme du gouvernement.
a) l’amour
b) l’offense
c) le respect
6) A ses débuts, le régime dans l’effervescence née de la
révolution doit ….. à l’agitation ouvrière, aux émeutes suscitées par les
sociétés secrètes républicaines frustrées de leur victoire, aux menées
des légitimistes.
a) faire face
b) contribuer
c) prendre part
5. A vous de traduire en français en employant c’est
… qui; c’est … que:
1) В начале режим должен противостоять бунту, вызванному секретными обществами республиканцев. – 2) Луи-Филипп
– король Бурбон, желающий установить свой авторитет по отношению к министерской власти. – 3) 13 марта 1832 г. Луи-Филипп
призывает к делам банкира Казимира Перье. – 4) Банкир Казимир
Перье определяет программу «золотая середина». – 5) Сентябрьский закон 1835 г. о прессе наказывает за оскорбление короля,
нападение на принцип и форму правления.
6. Résumez le texte «Le règne de Louis – Philippe»
33
La révolution de 1848 et le Second Empire: de la Révolution
démocratique à la démocratie autoritaire
1. Lisez et traduisez le texte.
La monarchie de Juillet s'effondre d'elle-même devant la révolution démocratique et sociale de 1848. Après l'effervescence révolutionnaire et la réaction qui suit, le Second Empire représente une
expérience de démocratie autoritaire, fortifiée un temps par les
succès de l’économie et de la politique extérieure. Le régime se
libéralise, mais est emporté par la défaite de 1870.
La révolution de 1848 et la IIe République
Le mouvement révolutionnaire. La révolution de 1848 n'est pas
un mouvement isolé en Europe. Les causes des troubles étaient
profondes. Février 1848 prend sa source dans une grave crise
économique d'origine agricole qui sévit en Europe depuis 1846. Mais
le lent cheminement des aspirations démocratiques et de l'idée
républicaine sous la monarchie de Juillet constitue aussi un élément
décisif.
Le 22 février 1848, la révolution éclate à Paris, au terme d'une
campagne de banquets, prétexte à réunions politiques organisées par
les libéraux. Le 24 février, le roi Louis-Philippe abdique et la
République est proclamée. L'esprit des contemporains associe la
République aux souvenirs de la Grande Révolution, celle de 1789 et de
1792, que venaient de réveiller les premières Histoires générales
de la Révolution de Michelet, de Louis Blanc, de Lamartine.
La République proclamée, un gouvernement provisoire réunit
des membres de deux équipes, celle du journal le National, républicain
modéré, et celle du journal la Réforme, radical. Le ministre le plus
illustre est le poète Lamartine, alors au sommet de sa gloire. Les
premières semaines de la jeune République voient le triomphe de
l'«esprit de 1848», fruit d'un intérêt généreux pour le Peuple souffrant
et les peuples opprimés, d'un grand désir de fraternité, du romantisme.
La scène souvent citée du prêtre bénissant l'arbre de la liberté sur la place
du village reflète bien ce moment d'unanimité.
34
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Le gouvernement provisoire prend plusieurs mesures capitales:
il appelle à l'élection d'une Constituante au suffrage universel, il
proclame la liberté de presse et de réunion, il abolit la peine de mort et
l'esclavage dans les colonies. Sous la pression des clubs et des courants
socialistes en pleine effervescence, le gouvernement proclame aussi
le droit au travail et crée les Ateliers nationaux chargés de procurer
du travail aux ouvriers chômeurs que la crise avait multipliés à Paris.
Ces Ateliers nationaux ne furent dans la réalité que le pâle reflet des
Ateliers sociaux préconisés par le socialiste Louis Blanc, membre du
gouvernement. Enfin, une «commission du gouvernement pour les
travailleurs» est chargée de réfléchir aux problèmes sociaux.
Les premières élections au suffrage universel ont lieu le jour de
Pâques, 23 avril 1848. Si le climat se détériore déjà à Paris sous l'effet
des difficultés économiques et financières, l'esprit de 1848 triomphe
encore en province. Le taux de participation est remarquable: le corps
électoral, dont les femmes sont pourtant exclues, est brusquement
porté de 240 000, à la fin de la monarchie de Juillet, à 9 395 000
électeurs. 7 835 000 d'entre eux votent, soit 84 %. La victoire éclatante
des républicains modérés permet à l'Assemblée d'élire une Commission
exécutive provisoire de cinq membres, dont font partie Lamartine et le
radical Ledru-Rollin.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce qui s’effondre devant la révolution démocratique et
sociale de 1848? – 2) Qu’est-ce que le Second Empire représente? –
3) Par quoi est emporté le régime? – 4) Est-ce que la révolution de
1848 est un mouvement isolé? – 5) Où prend sa source février 1848? –
6) Quand est proclamée la république? – 7) A quoi est-ce que l’esprit
des contemporains associe la république? – 8) Combien d’équipes
réunit un gouvernement provisoire? – 9) Qui est le ministre le plus
illustre? – 10) Qu’est-ce que les premières semaines de la jeune
République voient? – 11) Quelles mesures prend le gouvernement
provisoire? – 12) Qu’est-ce que le gouvernement proclame et crée? –
13) Quelle comission est chargée de réfléchir aux problèmes sociaux?
– 14) Quand ont lieu les premières élections au suffrage universel? –
15) Est-ce que le taux de participations est remarquable? – 16) Qu’estce qui permet à l’Assemblée d’élire une comission exécutive
provisoire?
35
3. Trouvez les séries qui vont ensemble et faites-les
entrer dans des phrases.
a) провозгласить свободу
прессы и собраний
b) проходить в день Пасхи
c) брать начало в…
d) избрать временную исполнительную комиссию
e) увидеть триумф духа
f) отменить смертную казнь
и рабство
g) принять несколько мер
f) слабое подобие общественных мастерских
g) под влиянием финансовых и экономических трудностей
j) дать работу безработным
1) prendre sa source dans
2) voir le triomphe de l’esprit
3) prendre plusieurs mesures
4) abolir la peine de mort et
l’esclavage
5) proclamer la liberté de
presse et de réunion
6) le pâle reflet des Ateliers
sociaux
7) avoir lieu le jour de Pâques
8) sous l’effet des difficultés
économiques et financières
9) élire une comission exécutive provisoire
10) procurer du travail aux
ouvriers chômeurs
4. A vous de dire au superlatif:
les causes profondes; le mouvement isolé; la grave crise; le
ministre illustre; la scène citée; le pâle reflet; la victoire éclatante; le
lent cheminement
5. Parlez de la révolution de 1848.
Le reflux. Le prince Louis Napoléon
1. Lisez et traduisez le texte.
Mais les tensions ne tardent pas à s’accroître. Les faillites
nombreuses et surtout l’impôt impopulaire de 45 centimes par franc
accompagnent une situation financière désastreuse. A l’issue de la
«journée du 15 mai», les principaux chefs socialistes, et parmi eux
Barbès et Blanqui, sont arrêtés. Les Ateliers nationaux, considérés
comme un foyer d'agitation, sont dissous le 22 juin. Cette mesure
provoque une véritable guerre civile, courte (du 23 au 26 juin) mais
36
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
sanglante. S'affrontent l'est de Paris, révolutionnaire et ouvrier, et
l'ouest bourgeois. Les troupes commandées par le général Cavaignac,
endurci aux guerres d'Afrique, et la garde nationale des beaux quartiers
répriment sans pitié les barricades. Révolution spontanée, provoquée
par une terrible misère, les journées de Juin sont décisives pour
l'avenir de la IIe République: identifiées aux horreurs de la Terreur
jacobine par les bourgeois parisiens et par la province, elles conduisent
la République à une évolution réactionnaire, qui rejette le mouvement
ouvrier dans l'opposition et durcit les luttes de classes. Du peuple sacré
du printemps de 1848, il ne reste que la «vile multitude» honnie par
Thiers.
Ce changement se manifeste dans les débats autour de la
Constitution. Les députés refusent d'y inscrire le droit au travail et à
l'instruction. La Constitution est votée le 4 novembre 1848. Elle assure
le pouvoir exécutif par l'élection du président de la République, pour
quatre ans, au suffrage universel. Pour éviter un pouvoir personnel
trop fort, le président n'est cependant pas rééligible avant un délai de
quatre ans. Le pouvoir législatif appartient à une Assemblée législative
unique élue pour trois ans au suffrage universel direct. Rien n'est prévu
en cas de conflit entre le président et l'Assemblée.
L'élection présidentielle a lieu le 10 décembre 1848: loin devant
Cavaignac, candidat des républicains modérés, est élu Louis Napoléon
Bonaparte, fils de Louis et donc neveu de Napoléon Ier. Nul doute que
la célébrité du nom, les souvenirs d’ordre et de grandeur qui y sont
associés, et qu'a ravivés la monarchie de Juillet, ne soient pour
beaucoup dans le succès du prince. Son passé turbulent et sa
personnalité complexe apparaissent pourtant des plus ambigus. Est-il
fataliste, lui qui croit à son étoile? Socialiste, puisqu'il a écrit
l'Extinction du paupérisme? Ou bien révolutionnaire? Peu avant
Février, il a connu la prison, a longtemps séjourné en exil. Après son
élection, il prête serment à la République, constitue un gouvernement
essentiellement conservateur, et semble ainsi l'homme du Parti de
l'ordre, formé par des modérés et des monarchistes, comme Thiers.
Le Parti de l'ordre triomphe aux élections législatives du 13 mai
1849, alors que les républicains modérés subissent une cuisante
défaite. Mais la nouvelle Assemblée comprend aussi une minorité de
démocrates-socialistes, les «montagnards». La polarisation de la vie
politique s'accentue après l'émeute du 13 juin et les lois de répression
qui s'ensuivent, annulant la liberté de réunion, restreignant la liberté de
presse et donnant au gouvernement la possibilité d'instaurer l'état de
siège. Le 15 mars 1850, la loi Falloux étend la liberté de
l'enseignement à l'enseignement secondaire, et accroît l'influence de
l'Église dans le domaine scolaire.
A l'horizon de 1851, le Parti de l'ordre voit poindre l'échéance
des nouvelles élections législatives. Pour contrecarrer l'essor des
montagnards, la loi du 31 mai 1850 restreint nettement le suffrage et
ramène le chiffre des électeurs de 9 millions à moins de 7 millions
(pour être électeur, il faut être domicilié depuis trois ans dans le
canton, ce qui frappe surtout la main-d'œuvre mobile). Les
monarchistes espèrent alors une restauration, mais la division entre
légitimistes, fidèles au comte de Chambord, et orléanistes la conduit à
l'échec. Au même moment, le «Prince-Président» gagne l'opinion par
ses voyages en province et consolide son autorité. Ne pouvant obtenir,
aux termes de la Constitution, un deuxième mandat, il organise un
coup d'État le 2 décembre 1851, date anniversaire d’Austerlitz et du
couronnement de Napoléon Ier. Le coup d'État rencontre peu de
résistance à Paris, encore sous le choc de Juin 1848, mais il se heurte à
d’importants soulèvements dans la province des montagnards, au sudest d'une ligne La Rochelle-Metz. Une répression sévère s’abat sur les
républicains, arrêtés, déportés ou exilés. Le plébiscite du 21 décembre,
qui a lieu après le rétablissement du suffrage universel par Louis
Napoléon, confirme à une écrasante majorité le coup d'État et permet
au président de la République de rester au pouvoir durant dix ans.
1) Qu’est-ce qui ne tarde pas à s’accroître? – 2) Qu’est-ce qui
accompagne une situation financière? – 3) Qui est arrêté à l’issue de la
journée du 15 mai? – 4) Quand sont dissous les Ateliers nationaux? –
5) Qu’est-ce que cette mesure provoque? – 6) Qui réprime sans pitié
les barricades? – 7) A quoi est-ce que les journées de Juin conduisent
la Révolution? – 8) Qu’est-ce que les députés refusent d’inscrire à la
Constitution? – 9) Qu’est-ce que la Constitution de 1848 assure? –
10) Le pouvoir législatif appartient-il à une Assemblée législative? –
11) Quand a lieu l’élection présidentielle? – 12) Qui est élu président
37
38
2. Répondez aux questions.
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
de la République? – 13) Quel gouvernement constitue Louis Napoléon? – 14) Quand triomphe le Parti de l’ordre? – 15) La nouvelle Assemblée comprend-elle aussi une minorité de démocrates-socialistes?
– 16) Qu’est-ce que les lois de répression annulent? – 17) Qu’est-ce
que la loi Falloux du 15 mars 1850 étend et accroît? – 18) Que restreint la loi du 31 mai 1850 pour contrecarrer l’essor des montagnards? –
19) Qu’est-ce que le «Prince-Président» gagne par ses voyages en
province? – 20) Pourquoi Louis Napoléon organise-t-il un coup
d’État?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
1) Les faillites nombreuses et surtout l’impôt de 45 centimes par
franc ….. une situation financière désastreuse.
a) présentent b) accompagnent c) conduisent
2) Louis Napoléon n’a plus qu’à ….. le rétablissement de
l’Empire en novembre 1852.
a) communiquer b) déclarer c) annoncer
3) D’une façon générale, toutes les grandes ….. sont
suspendues.
a) droits b) libertés
c) choses
4) L’opposition est réduite à l’abstention des légitimistes ou à la
clandestinité pour les républicains dont Victor Hugo en exil à
Gernesey, se fait l’ardent ….. .
a) supporter b) orateur c) défenseur
5) Des conditions nouvelles, notamment l’essor du crédit et la
mobilisation des ….. modifient de façon décisive le paysage
économique en France.
a) argent
b) masse
c) capitaux
6) Le développement des transports permet ….. progressive
d’un marché national.
a) l’organisation b) la création c) la présence
7) Le régime soutient cet essor économique en menant la
politique de grands ….. en province.
a) travaux b) projets c) budjets
4. Choisissez les équivalents, faites-les entrer dans
des phrases.
1) un coup d’État; les tensions; à l’issue de; considérer comme
un foyer d’agitation; s’affronter; réprimer sans pitié; rejeter le
mouvement ouvrier; le droit au travail et à l’instruction; assurer le
pouvoir exécutif; l’élection présidentielle; la célébrité du nom; croire à
son étoile
2) отвлечь рабочее движение; верить в свою звезду; государственный переворот; в конце; право на труд и образование;
рассматривать как очаг волнения; обеспечить исполнительную
власть; известность имени; подавлять безжалостно; выступать
друг против друга; президентские выборы; напряженность
5. Complétez les phrases ci-dessous
préposition ou un article, s’il le faut.
par
une
1) Cette mesure provoque ….. véritable guerre civile, courte
mais sanglante. – 2) S’affrontent l’est ….. Paris, révolutionnaire et
ouvrier, et ….. ouest bourgeois. – 3) Les troupes commandées ….. le
général Cavaignac et la garde nationale ….. beaux quartiers répriment
….. pitié les barricades. – 4) Les journées ….. Juin sont décisives …..
l’avenir de la République. – 5) Les députés refusent ….. y inscrire le
droit ….. travail et ….. instruction. – 6) La constitution assure le pouvoir exécutif ….. l’élection du président ….. la république ….. quatre
ans, ….. suffrage universel. – 7) Le pouvoir législatif appartient …..
une Assemblée législative unique élue ….. trois ans au suffrage universel direct. – 8) Rien n’est prévu ….. cas ….. conflit ….. le président
et l’Assemblée. – 9) Louis Napoléon est-il fataliste, lui qui croit …..
son étoile? – 10) Après son élection, il prête serment ….. la République, constitue un gouvernement essentiellement conservateur et semble ainsi l’homme du Parti de l’ordre formé ….. des modérés et des
monarchistes comme Thiers.
6. A vous de traduire et d’expliquer les phrases qui
suivent:
1) La polarisation de la vie politique s’accentue après l’émeute
du 13 juin et les lois de répression qui s’ensuivent, annulant la liberté
39
40
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
de réunion, restreignant la liberté de presse et donnant au
gouvernement la possibilité d’instaurer l’état de siège.
2) Ne pouvant obtenir aux termes de la Constitution un
deuxième mandat, il organise un coup d’État le 2 septembre 1851, date
anniversaire d’Austerlitz et du couronnement de Napoléon Ier.
7. Résumez le texte «Le reflux. Le prince Louis
Napoléon».
L’Empire autoritaire. L’Empire triomphant
1. Lisez et traduisez le texte.
L’évolution vers l’Empire est rapide. Une courte Constitution,
de type consulaire, en janvier 1852, reconnaît les grands principes de
1789 et institue un régime présidentiel autoritaire: nommé pour dix
ans, le président de la République jouit de la totalité du pouvoir
exécutif et n'est responsable que devant le peuple par voie de plébiscite.
Il a seul l'initiative des projets de loi, face à un pouvoir législatif affaibli
et éclaté entre le Conseil d'État qui prépare les lois, le Corps
législatif qui les vote sans les discuter, et le Sénat conservateur pourvu
de pouvoirs constituants.
Louis Napoléon n'a plus qu'à annoncer le rétablissement de
l'Empire en novembre 1852. Il est approuvé par un plébiscite
triomphal. Par le mariage de Napoléon III avec Eugénie de
Montijo et la naissance du prince impérial en 1856, l'Empire paraît
fondé solidement. Les premières années sont comblées de succès dans
les domaines militaire et diplomatique aussi bien qu'à l'intérieur.
L'empereur règne sans contestation sur une administration bien en
main, dont les fonctionnaires prêtent serment. La presse est muselée
par un droit de timbre élevé et surtout par le régime habile des
avertissements: au bout de trois avertissements, le journal incriminé
est supprimé. La presse doit donc pratiquer l'autocensure. D'une façon
générale, toutes les grandes libertés sont suspendues.
Régime autoritaire, l'Empire repose certes sur le principe
démocratique du suffrage universel, mais celui-ci est orienté par
l'administration, qui suscite le «candidat officiel», seul à avoir droit à
41
l'affiche blanche réservée aux proclamations officielles. Les élections
de 1852 montrent la docilité du corps électoral. L'opposition est
réduite à la fronde des salons orléanistes, l'abstention des légitimistes
ou à la clandestinité pour les républicains, dont Victor Hugo, en exil à
Guernesey, se fait l’ardent défenseur. C'est peu face aux amples
appuis dont bénéficie l'Empire: les milieux d'affaires sont satisfaits de
l'essor économique et de l'ordre retrouvé, les catholiques soutiennent
massivement le «nouveau Constantin», l'armée apprécie la gloire que
lui confère la guerre de Crimée en 1854–1856 contre la Russie; enfin et
surtout, les campagnes profitent de l'ordre et de la prospérité générale.
Nourri d'idées saint-simoniennes, l'empereur s'intéresse
personnellement à l'économie, alors dans une période de remarquable
développement. Des conditions nouvelles, notamment l'essor du crédit
et la mobilisation des capitaux, modifient de façon décisive le paysage
économique en France: c'est sous le Second Empire que sont fondés,
entre autres, le Crédit lyonnais et la Société générale. Le chemin de
fer connaît dans les mêmes années sa croissance la plus rapide. Le
développement des transports permet la création progressive d'un
marché national et le début d'une spécialisation pour les régions agricoles
les plus en pointe. Dans le même temps apparaissent de nouvelles formes
de vente au détail, avec l'ouverture par Aristide Boucicaut du premier
grand magasin: le Bon Marché.
Le régime soutient cet essor économique en menant une
politique de grands travaux en province, ainsi le drainage et
l'assainissement de la Sologne, la création de la forêt des Landes, mais
aussi à Paris où Haussmann, préfet de la Seine de 1853 à 1866, modèle
une capitale nouvelle, percée de larges artères. La prospérité de
l'Empire est donc indéniable et l'impulsion de l'État bonapartiste l'a
favorisée. Mais toutes les régions n'ont pas bénéficié de cette
prospérité au même degré et, passé les premières années du règne, le
rythme de la croissance se ralentit notablement, avant même l'entrée
dans la crise économique qui sévit, en 1867 et dans les années
suivantes.
2. Répondez aux questions.
1) L’évolution vers l’Empire est-elle rapide? – 2) Que reconnaît
une courte Constitution, de type consulaire, en janvier 1852? – 3) In42
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
stitue-t-elle un régime présidentiel autoritaire? – 4) De quoi jouit le
président de la République? – 5) Quelle initiative a le président? –
6) Qu’est-ce que Louis Napoléon a à annoncer en novembre 1852? –
7) Par quoi l’Empire paraît-il fondé solidement? – 8) La presse est-elle
muselée par un droit de timbre élevé? – 9) La presse doit-elle donc
pratiquer l’autocensure? – 10) Toutes les grandes libertés sont-elles
suspendues? – 11) Sur quel principe repose l’Empire? – 12) Que
montrent les élections de 1852? – 13) A quoi est reduite l’opposition?
– 14) De quoi sont satisfaits les milieux d’affaires? – 15) Est-ce que
les catholiques soutiennent massivement le "nouveau Constantin"? –
16) Qu’est-ce que l’armée apprécie? – 17) A quoi s’intéresse
l’empereur nourri d’idées saint-simoniennes? – 18) Qu’est-ce qui
modifie de façon décisive le paysage économique en France? –
19) Qu’est-ce qui connaît la croissance la plus rapide? – 20) Qu’est-ce
que le développement des transports permet? – 21) Le régime soutientil cet essor économique en menant une politique de grands travaux en
province? – 22) Que fait Hausmann, préfet de la Seine, de 1853 à
1866? – 23) Est-ce que toutes les régions ont bénéficié de cette prospérité de l’Empire?
Vers l’Empire libéral
1. Lisez et traduisez le texte.
Les efforts d'ouverture. Aux élections de 1857, les candidats
officiels l'ont emporté et seuls 5 républicains siègent au Corps
législatif. Le réveil de l'opposition débute avec le rétablissement du
droit d’adresse en 1860. En 1863, 32 opposants sont élus, dont 17
républicains. Dès la rentrée parlementaire, dans son discours célèbre du
11 janvier 1864, Thiers réclame les «cinq libertés nécessaires»: liberté
individuelle, liberté de la presse, liberté électorale, liberté de la
représentation nationale et liberté pour le Corps législatif de diriger
les affaires.
L'Empire prend des initiatives, dans le domaine de l'instruction
publique. Les ministres successifs, Rouland (1856–1863) et Duruy
(1863–1869), s'attachent à développer l'enseignement d'État et à
contenir la croissance démesurée de l'enseignement congréganiste.
La loi de 1867 est à l'origine, avec les écoles de hameau, d'une
43
meilleure pénétration de l'instruction dans les campagnes et assure
l'existence d'écoles laïques féminines. La création, par une circulaire,
de cours secondaires publics pour les jeunes filles, amène la rupture
des catholiques, déjà hostiles, avec Duruy, dont ils exigent le départ.
Mais c'est dans le domaine social que les idées de Napoléon III
se font le plus directement sentir. L'envoi de délégués ouvriers en
Angleterre à la conférence des Trade Unions et le manifeste des
Soixante, en 1864, qui revendique des candidatures ouvrières aux
élections, font espérer que les ouvriers se rallient à l'Empire et se
détachent des républicains. Le gouvernement prend des mesures
audacieuses en permettant la formation d'associations ouvrières et en
accordant le droit de grève par la loi de 1864.
Les tentatives d'ouverture menées par le pouvoir se heurtent
cependant à la montée des oppositions politiques et au glissement de
l'Association internationale des travailleurs vers un socialisme inspiré en
partie par le marxisme. En 1867, la section française de l’AIT est
dissoute. Les échecs de la politique extérieure, d'autre part,
affaiblissent encore l'Empire. La France reste sans réaction face à la
menace de la Prusse victorieuse de l'Autriche à Sadowa en 1866.
L'expédition du Mexique, née du rêve américain de l’empereur, se
termine par un désastre en 1867.
L'empereur est alors contraint à poursuivre l'évolution libérale.
Il annonce de nouvelles mesures en 1867. Le droit d'interpellation est
rétabli (1867), le régime de la presse est assoupli en mai 1868 et les
réunions publiques peuvent se tenir. Ces réformes permettent à une
nouvelle génération de républicains de s'exprimer dans les journaux
et de formuler de façon vibrante ses revendications. Différents des
«quarante-huitards». ces jeunes républicains, qui ont eu vingt ans sous
l'Empire, se veulent plus efficaces et plus positifs. Leur leader est le
jeune avocat Léon Gambetta, rendu brusquement célèbre par une
plaidoirie: la défense du journaliste Delescluze (coupable d'avoir appelé
à une souscription pour le monument au député Baudin, tué lors du
coup d'État) lui avait donné l'occasion de prendre violemment à partie
les hommes au pouvoir.
44
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
République parlementaire et laïcité (1870–1914)
1) Qui l’a emporté aux élections de 1857? – 2) Qu’est-ce qui
débute avec le rétablissement du droit d’adresse en 1860? – 3) Quelles
les «cinq libertés nécessaires» réclame Thiers? – 4) L’Empire prend-il
des initiatives dans le domaine de l’instruction publique? – 5) Qu’estce que la loi de 1867 assure? – 6) Où se font le plus directement sentir
les idées de Napoléon III? – 7) Quelles mesures prend le
gouvernement? – 8) Qu’est-ce qui affaiblit l’Empire? – 9) Quelles
mesures annonce l’empereur en 1867? – 10) Qui est le leader des
jeunes républicains?
3. A vous de trouver les équivalents:
1) le rétablissement de droit; un discours célèbre; la liberté
électorale; s’attacher à développer l’enseignement; meilleure
pénétration de l’instruction; l’existence d’écoles laïques; revendiquer
des candidatures ouvrières aux élections; accorder le droit de grève;
les échecs de la politique extérieure; les réunions publiques
2) существование светских школ; стараться развивать образование; восстановление права; свобода выбора; провалы внешней политики; знаменитая речь; лучшее проникновение образования; общественные собрания; требовать кандидатуры рабочих на
выборах; предоставить право на забастовку
4. A vous de donner les noms des verbes qui suivent:
élire
siéger
débuter
enseigner
développer
instruire
envoyer
monter
affaiblir
5. Parlez de l’Empire autoritaire.
45
réunir
pénétrer
rentrer
1. Lisez et traduisez le texte.
Née de la révolution du 4 septembre 1870, la République triomphe
des conservateurs monarchistes. Elle allie la démocratie politique, le
régime parlementaire et la laïcité. Avec la fin du siècle s'affirme la
montée du socialisme.
La IIIe République naît en plein drame. La guerre continue,
menée par le gouvernement de la Défense nationale, composé des
députés républicains de Paris. A partir du 18 septembre, la capitale
est investie et Gambetta quitte Paris en ballon pour aller animer la
lutte en province. Impuissant à débloquer Paris, craignant
l'insurrection, le gouvernement, malgré Gambetta, signe l'armistice,
le 28 janvier 1871. Sous la pression de Bismarck, qui souhaite un
véritable interlocuteur lors du traité de paix, les élections à l'Assemblée
nationale ont lieu le 8 février 1871. La campagne pour la paix des
notables locaux conservateurs leur vaut un écrasant succès sur les
républicains et surtout les gambettistes, partisans de la lutte à
outrance. L'homme des «libertés nécessaires» et de l'opposition à la
guerre, Thiers, alors au sommet de sa popularité, est élu «chef du
pouvoir exécutif de la République». Il signe le 26 février, à Versailles,
les préliminaires de paix ratifiés par l'Assemblée le 1er mars. Le 10
mai, le traité de Francfort impose à la France le paiement d'une
indemnité de 5 milliards de francs-or et surtout la perte de l'Alsace et
d'une partie de la Lorraine avec Metz. Les provinces perdues vont
hanter la conscience nationale française jusqu'à 1914.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que la République, née de la Révolution du 4
septembre 1870, allie? – 2) Qu’est-ce qui s’affirme avec la fin du
siècle? – 3) Comment naît la IIIe République? – 4) Qu’est-ce qui
continue? – 5) Qui quitte la capitale investie pour aller animer la lutte
en province? – 6) Que fait le gouvernement malgré Gambetta? –
7) Quand ont lieu les élections à l’Assemblée? – 8) Quelle campagne
vaut aux conservateurs un écrasant succès sur les républicains? –
9) Qui est élu chef du pouvoir exécutif de la République? –
10) Qu’est-ce que le traité de Francfort impose à la France?
46
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Naissance du régime
1. Lisez et traduisez le texte.
La Commune. La question du régime reste pendante. Devant
une Assemblée en majorité monarchiste. Thiers s'est engagé à ne
pas prendre parti sur le régime. La crainte d'une restauration,
l'humiliation de la défaite, les misères du siège, l'effervescence
révolutionnaire de la capitale depuis la fin de l'Empire, tels sont les
aspects du malaise de Paris, dont les élections de février avaient
montré les sentiments républicains. L'Assemblée nationale s'installe à
Versailles et non à Paris, supprime la solde des gardes nationaux et le
moratoire des loyers: ces maladresses mettent le feu aux poudres. Le
18 mars, les émeutes éclatent à Montmartre. Thiers, instruit par
l'expérience de la monarchie de Juillet, préfère quitter Paris pour
Versailles, abandonnant la ville à l'insurrection.
La Commune s'installe, affirmation de l'autonomie parisienne.
Le Conseil général de la Commune est élu le 26 mars avec 50 %
d'abstentions, mais la Commune n'a guère le temps d'accomplir une
œuvre en profondeur car toutes ses énergies sont absorbées par la
guerre entre versaillais et communards (ou fédérés) qui commence
en avril. Elle s'achève de façon atroce par la «semaine sanglante»
du 22 au 28 mai. De 20 000 à 35 000 insurgés sont exécutés sans
jugement; le reste est condamné à l'exil ou à la déportation.
Les communards sont issus du vieux Paris des métiers qualifïés et
de l'artisanat, pour leur majorité. Ils représentent des courants très
divers: patriotes déçus, jacobins révolutionnaires, blanquistes.
proudhoniens, socialistes de l'Internationale. Proche des sans-culottes
et des insurgés de 1848, dernier avatar des soulèvements parisiens
venus de la Révolution française, la Commune est interprétée par
Marx comme la première des révolutions futures. Mais l'essor du
mouvement ouvrier n'en est pas moins brisé pour dix ans en France.
La première conséquence de la Commune est de démontrer
qu'aucun régime autre que la République n'est tolérable pour la
capitale et pour les grandes villes de province, Lyon, Marseille,
Toulouse, qui ont connu elles aussi d'éphémères Communes.
47
2. Répondez aux questions.
1) Est-ce que la question du régime reste pendante? – 2) Quels
sentiments avaient montré les élections de février? – 3) Que fait
l’Assemblée nationale? – 4) Où éclatent les émeutes le 18 mars? –
5) Qui préfère quitter Paris pour Versailles? – 6) Qu’est-ce qui
s’installe? – 7) Quand est élu le Conseil général de la Commune? –
8) La Commune a-t-elle le temps d’accomplir une œuvre en
profondeur? – 9) Comment s’achève la Commune? – 10) Combien
d’insurgés sont exécutés sans jugement? – 11) A quoi est condamné le
reste? – 12) Qui représentent les communards? – 13) Quelle est la
première conséquence de la Commune?
3. Quelle préposition? Quel article?
1) La IIIe République nait ….. plein drame. – 2) ….. du 18
septembre, la capitale est investie et Gambetta quitte Paris ….. ballon
….. animer la lutte ….. province. – 3) ….. la pression de Bismark qui
souhaite ….. veritable interlocuteur lors du traité ….. paix, …..
élections ….. Assemblée nationale ont lieu ….. 8 février. – 4) Thiers
signe ….. 26 février ….. Versailles, les préliminaires ….. paix ratifiés
….. l’Assemblée le 1er mars. – 5) Le 10 mai le traité ….. Francfort
impose ….. France le paiement ….. indemmité ….. 5 milliards …..
francs-or et surtout ….. perte ….. Alsace et ….. une partie …..
Lorraine avec Metz.
4. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
1) Thiers s’est engagé à ne pas prendre parti sur le régime.
a) сказал b) понял c) обязался
2) Thiers, instruit par l’expérience de la monarchie de juillet,
préfère quitter Paris pour Versailles, abondonnant la ville à l’insurrection.
a) наученный b) образованный c) способный
3) Le Conseil général de la Commune est élu le 26 mars avec
50 % d’abstentions mais la Commune n’a guère le temps d’accomplir
une œuvre en profondeur car toutes ses énergies sont absorbées par la
guerre entre versaillais et communards qui commence en avril.
a) с 50 % голосов b) уклонений от голосования c) участием
48
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
4) Les communards sont issus du vieux Paris des métiers
qualifiés et de l’artisanat pour leur majorité.
a) являются участниками
b) происходят
c) являются
организаторами
5) Mais l’essor du mouvement ouvrier n’en est pas moins brisé
pour dix ans en France.
a) развитие
b) подъем
c) упадок
6) Les provinces perdues vont hanter la conscience nationale
française jusqu’à 1914.
a) неотступно преследовать
b) оказывать
c) играть
5. Résumez le texte «La Commune».
La crise du 16 mai
1. Lisez et traduisez le texte.
Les élections législatives de 1876 donnent la majorité aux
républicains, qui l'emportent notamment dans l'Est, le Sud-Est et la
région parisienne. Mac-Mahon s'accommode d'abord de cette majorité,
puis contraint à la démission le républicain modéré Jules Simon, le 16
mai 1877. Face à la Chambre, où 363 députés protestent solennellement
contre la violation du régime parlementaire, Mac-Mahon use de son
droit de dissolution. Aux élections d'octobre, les républicains restent
majoritaires, obligeant Mac-Mahon à «se soumettre», selon le mot de
Gambetta. En janvier 1879, avec la conquête du Sénat et la démission
de Mac-Mahon, remplacé par Jules Grévy, la République triomphait
définitivement. Paris redevient capitale, le 14 juillet devient la fête
nationale, et la Marseillaise l'hymne national.
La vie politique de la IIIe République est profondément
marquée par cette naissance difficile. La crise du 16 mai jette le
discrédit sur le droit de dissolution, qui n'est plus utilisé. Les pouvoirs
du président de la République s'en trouvent affaiblis. Cependant,
l'instabilité gouvernementale, due à l'absence de grands partis
organisés, ne conduit pas à affirmer l'autorité du président du Conseil.
La permanence des hommes permet toutefois de mener à bien les
grandes réformes républicaines en matière d'école et de libertés. La
49
révision constitutionnelle de 1884 supprime les 75 sénateurs
inamovibles, modifie le régime électoral du Sénat, affirme que «la
forme républicaine du gouvernement ne peut faire l'objet d'une
proposition de révision». La République devient le «régime définitif»
de la France.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que les élections législatives donnent aux
républicains? – 2) Que fait le maréchal Mac-Mahon, président de la
République? – 3) De quel droit use Mac-Mahon? – 4) Quand la
République triomphait-elle définitivement? – 5) Quand le 14 juillet
devient-il la fête nationale et la Marseillaise l’hymne national? –
6) Qu’est-ce qui ne conduit pas à affirmer l’autorité du président du
Conseil? – 7) Qu’est-ce qui permet de mener à bien les grandes
réformes républicaines en matière d’école et de liberté? – 8) Que fait
la révision constitutionnelle? – 9) Qu’est-ce qui devient le «régime
définitif» de la France?
3. Parlez de la vie politique de la IIIe République.
Les républicains de gouvernement au pouvoir
1. Lisez et traduisez le texte.
Les grandes lois républicaines. Sortis vainqueurs de la crise, les
républicains sont pourtant divisés. Aux républicains de gouvernement,
qualifiés d'«opportunistes», s'opposent les radicaux démocrates et
jacobins qui, derrière Clemenceau, revendiquent «la République
démocratique et sociale» et un programme hardi: suppression du
Sénat, décentralisation administrative, impôt sur le revenu,
séparation des Églises et de l'État. L'électorat des radicaux était
encore en 1879 celui des quartiers ouvriers des grandes villes, mais
il s'implante de plus en plus dans les régions rurales, «rouges» de longue
date comme le nord du Massif central, ou venues du bonapartisme
comme le Sud-Ouest et les Charentes.
Les années 1881–1885 sont dominées par les républicains de
gouvernement, les «opportunistes». En quelques années, les idées
50
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
républicaines s'incarnent dans une série de lois: en 1881, la liberté de
réunion et la liberté de presse; en 1884, la liberté d'association et la
loi municipale. L'œuvre républicaine se veut œuvre d'unité, comme le
montre la loi militaire de 1889, qui supprime le volontariat et les
exemptions de service («les curés sac au dos»). L'inspiration
profondément laïque se manifeste dans la lutte contre les
congrégations (l'expulsion des jésuites en 1880) et le rétablissement du
divorce (1884). L'unité républicaine triomphe dans la mairie, lieu de
«républicanisation du décor» (M. Agulhon), la caserne, mais surtout
l'école.
L'esprit des lois scolaires républicaines est imprégné de foi
dans la science et le progrès, et de patriotisme. Sous l'influence de
Jules Ferry, la loi sur la gratuité de l'enseignement primaire est votée
en 1881, la loi sur l'obligation scolaire de six à treize ans et sur la laïcité
de l'enseignement public en 1882. Le personnel est laïcisé à partir de
1886. L'œuvre de Ferry couronne une évolution séculaire. Elle
n'apporte donc pas l'école à une France déjà majoritairement
alphabétisée et acquise à l'instruction, mais elle aide à gommer les
inégalités entre France du Nord et France du Midi, entre instruction
masculine et féminine. L'école est dotée de matériel, de manuels, de
locaux plus décents et de maîtres mieux formés grâce au véritable code
de l'enseignement primaire que forme l'ensemble des lois scolaires tout
au long des années 1880.
2. Répondez aux questions.
1) Qui s’oppose aux républicains de gouvernement? – 2) Par qui
sont dominées les années 1881-1885? – 3) Dans quoi s’incarnent les
idées républicaines? – 4) Où triomphe l’unité républicaine? – 5) Sous
l’influence de qui est votée en 1881 la loi sur la gratuité de
l’enseignement primaire? – 6) De quoi est dotée l’école?
3. A vous de choisir les séries qui vont ensemble:
1)
2)
3)
4)
l’élection
la région
l’hymne
la naissance
a)
b)
c)
d)
51
inamovible
national
parlementaire
républicaine
5) le régime
6) la réforme
7) la révision
8) l’instabilité
9) la forme
10) les sénateurs
11) la république
e)
f)
g)
h)
i)
j)
gouvernemental
constitutionnel(le)
définitive
difficile
parisienne
législative
4. A vous de traduire en français:
1) Сначала Мак-Маон приспосабливается к большинству,
затем принуждает к отставке умеренного республиканца Жюля
Симона 16 мая 1877 г. – 2) Республика торжествовала окончательно в январе 1879 г. – 3) Париж вновь становится столицей, 14
июля – национальным праздником, а Марсельеза – национальным
гимном. – 4) Поэтому полномочия президента республики оказались более ослабленными.
Socialistes et modérés
1. Lisez et traduisez le texte.
Les divers socialismes. Une évolution profonde du paysage
politique se produit au cours des années 1890. Le socialisme devient un
grand mouvement par la conquête de nombreuses mairies et l'entrée
d'une cinquantaine de députés à la Chambre aux élections de 1893. Les
socialistes restent cependant divisés. Le Parti ouvrier français de Jules
Guesde, marxiste et révolutionnaire, gagne le nord de la France et
supplante parfois le radicalisme dans le Midi. Il se heurte à
l'autonomie croissante du mouvement syndical, imprégné d'anarchosyndicalisme, et à plusieurs autres groupes socialistes: les blanquistes du
Comité central révolutionnaire, devenu le Parti socialiste révolutionnaire
de Vaillant en 1898, revendiquent l'héritage jacobin; les «possibilistes»
de la Fédération des travailleurs socialistes créée en 1882 déclinent
après la crise boulangiste et la scission du Parti ouvrier socialiste
révolutionnaire de Jean Allemane en 1890, qui prône la lutte des
classes, l'antimilitarisme et l'antiparlementarisme. Nombre de
socialistes «indépendants» jouent un rôle important dans le
52
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
mouvement: ainsi Millerand ou Jaurès. Déchiré entre ses tendances,
hésitant entre marxisme et réformisme, le socialisme choisit, au
moment du boulangisme comme lors de l'affaire Dreyfus, de
s'allier à la gauche politique contre les adversaires irréconciliables
de la République. Plusieurs socialistes s'engagent nettement sur la
voie du réformisme: en 1896, le programme de Saint-Mandé
d'Alexandre Millerand affirme que la conquête du pouvoir se fera
par voie électorale et parlementaire et répudie l'antimilitarisme.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce qui se produit au cours des années 1890? – 2) Le
socialisme devient-il un grand événement? – 3) Que gagne le Parti
ouvrier français de Jules Guesde, marxiste et révolutionnaire? – 4) A
quoi se heurte-t-il? – 5) Qui joue un rôle important dans le
mouvement? – 6) Sur quelle voie s’engagent plusieurs socialistes?
3. Résumez le texte «Socialistes et modérés».
53
Naissance d’une France nouvelle
(fin 19e – début 20e siècle)
Les phénomènes cycliques
1. Lisez et traduisez le texte.
A la prospérité des premières années du Second Empire succède
une décélération sensible dès 1857–1860, violemment accentuée dans
les années 1880: le krach de l'Union générale en 1882 donne le signal
de faillites en cascade dans les entreprises et les banques
d'affaires. La misère, le chômage et les conflits sociaux
qu'illustrent les grèves des mineurs d'Anzin en 1884 ou de
Decazeville en 1886 manifestent bien la présence de la crise. Le taux
de croissance de l'industrie passe de 2,2 % à moins de 1 %.
L'investissement se ralentit nettement et la banque se détourne
des prêts à l'industrie. L'agriculture, surtout, se contracte sous le
double effet de crises internes, dont celle de la concurrence des pays
neufs et celle de la vigne, due au phylloxéra, qui est la plus grave. Le
commerce extérieur, enfin, subit un grave déclin: les années 18761879 voient le début du recul précipité de la France sur tous les
marchés internationaux. Le libre-échange instauré en 1860 avait déjà
pénalisé certaines régions industrielles comme Rouen et Lille, mais
le protectionnisme mis en place par Jules Méline en 1892 et surtout
1897 (la «loi du cadenas») ne profite pas davantage à une
économie anémiée face à la réussite anglaise et surtout allemande.
Deuxième puissance commerciale en 1860, la France est dépassée
par l'Allemagne en 1871, puis par les États-Unis en 1878.
L'économie française réussit cependant à redémarrer vers 1896,
et surtout à partir de 1906. Jusqu'à la guerre se développent des
industries nouvelles de pointe où la France brille particulièrement:
l'automobile grâce à Panhard-Levassor, Peugeot ou les frères Renault,
le caoutchouc chez Michelin, l'aéronautique, ou l'aluminium que
favorise l'essor de l'hydroélectricité alpine. Les industries sidérurgique
et textile restent cependant essentielles, et la place si importante de
l'agriculture, qui accroît sa spécialisation régionale, demeure
spécifique de l'économie française.
54
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
A la veille de la guerre, l'économie française apparaît équilibrée,
appuyée sur une monnaie forte et un potentiel considérable. Elle est
pourtant menacée par des faiblesses de structure.
2. Répondez aux questions.
1) A quoi succède une décélération sensible dès 1857? –
2) Qu’est-ce qui manifeste bien la présence de la crise? – 3) Que
voient les années 1871–1879? – 4) Est-ce que la France est la
deuxième puissance commerciale en 1860? – 5) Par quels États estelle dépassée en 1871 et en 1878? – 6) Quand l’économie française
réussit-elle à redémarrer? – 7) Quelles industries nouvelles de pointe
se développent jusqu’à la guerre? – 8) Quelles industries restent
cependant essentielles? – 9) Qu’est-ce qui demeure spécifique de
l’économie française? – 10) Comment est l’économie française à la
veille de la guerre? – 11) Par quoi est-elle encore menacée?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
1) Le krach de l’Union générale en 1892 donne le signale de
faillites en cascade dans les entreprises et les banques d’affaires.
a) крах b) разорение c) улучшение
2) La misère, le chômage, les conflits sociaux manifestent bien
la présence de la crise.
a) проявлять b) показывать c) доверять
3) Le taux de croissance de l’industrie passe de 2,2 % à moins
de 1 %.
a) показатель
b) определитель
c) процент
4) Le commerce extérieur subit un grave déclin: les années
1876–1879 voient le début du recul précipité de la France sur tous les
marchés internationaux.
a) скольжение b) отступление c) упадок
5) L’économie française réussit à redémarrer vers 1896 et
surtout à partir de 1906.
a) удаваться b) благоприятствовать c) совершаться
6) La place si importante de l’agriculture qui accroît sa
spécialisation régionale, demeure spécifique de l’économie française.
a) жить b) поднимать c) оставаться
55
4. A vous de trouver les séries qui vont ensemble et de
faire les entrer dans des phrases:
1) способствовать подъему
2) нищета и безработица
3) испытать серьезный упадок
4) увеличить региональную
специализацию
5) процветание первых лет
6) быть превзойденной
a) la prospérité des
premières années
b) accroître la
spécialisation régionale
c) la misère et le chômage
d) favoriser l’essor
e) être dépassée
f) subir un grand déclin
5. A vous de traduire:
с 1857 года; под двойным влиянием кризиса; на всех международных рынках; в 1860 году; к 1896 году; до войны; благодаря Пежо или братьям Рено; накануне войны
6. Exposez le texte «Les phénomènes cycliques».
Les mutations de la société
1. Lisez et traduisez le texte.
La société française a connu, pendant ces décennies, des
mutations capitales. Sans doute la France reste-t-elle majoritairement
rurale (encore en 1911, les ruraux constituent 53 % de la population),
mais l'urbanisation croît avec les débuts de l'exode rural. La
population, de 1841 à 1913, est passée de 35 800 000 habitants à 39
800 000. Mais, compte tenu de la perte de l’Alsace-Lorraine et du gain
de Nice et de la Savoie, cet accroissement est dû plus à l'immigration
qu'à une natalité qui est en recul. Le taux de natalité passe en effet de
26 % en 1850–1855 à 22 % pour la période 1891–1895, avant de
descendre à 20 % en 1900–1914. La mortalité reste cependant élevée
jusque vers 1895. La stagnation démographique de la France est un fait
majeur dans une Europe en pleine expansion.
56
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que la société française a connu pendant ces
décennies? – 2) La France reste-t-elle majoritairement rurale? –
3) Quelle est la population de 1841 à 1913? – 4) A quoi est dû cet
accroissement? – 5) Quel est le taux de natalité en 1891–1895 et en
1900–1914? – 6) La mortalité reste-t-elle élevée? – 7) Qu’est-ce qui
est un fait majeur dans une Europe en pleine expansion?
Croissance du monde ouvrier
1. Lisez et traduisez le texte.
Il semble que le niveau de vie ouvrier durant la période s'est
globalement élevé: l'ouvrier s'alimente mieux, mange plus de viande en
1900 qu'en 1850. Mais la vie ouvrière reste très dure et elle est perçue
comme telle. L'absence de toute sécurité contre la maladie, les infirmités
de la vieillesse ou les accidents du travail (avant la loi de 1898), la
longueur de la journée de travail et la fragilité de l'emploi donnent à la
condition ouvrière une extrême précarité. Le retard de la France en
matière de politique ouvrière aggrave la situation. Dans la période
1850–1914, seul le Second Empire eut une véritable politique ouvrière.
Il faut attendre la fin du siècle pour assister à l'apparition du «remords
social» au sein de la bourgeoisie française: témoin l'écho réservé à
l'encyclique pontificale Rerum novarum promulguée en 1891.
La loi de 1884 (loi Waldeck-Rousseau) permet la formation de
syndicats; les fédérations de métier et les bourses du travail animées
par Pelloutier s'unissent dans la Confédération générale du travail,
fondée en 1895 mais vraiment unifiée en 1902 seulement. Les
révolutionnaires ou «anarcho-syndicalistes» y dominent, prônant la
grève générale et la stricte séparation d'avec les partis politiques,
comme le réaffirme la charte d'Amiens en 1906. Les revendications
ouvrières (le repos hebdomadaire, la journée de huit heures, le salaire
journalier de 5 francs) ne sont qu'imparfaitement entendues par le
personnel politique républicain. Aussi l'ensemble des lois sociales
votées avant 1914 reste-t-il très en retrait sur la législation sociale de
l'Allemagne. La loi sur les retraites ouvrières et paysannes n'est
adoptée qu'en 1910 et sa portée est limitée.
Si les paysans forment encore la majorité de la société française,
les ouvriers s'y taillent une place grandissante. Ils forment un monde
encore flou, où l'artisanat joue toujours un rôle essentiel et où ne
s'affirme que dans certaines régions un prolétariat industriel urbain au
sens strict. Le dénuement se rencontre, bien sur, dans la grande ville,
mais il faut observer qu'avant l'industrialisation, en 1815, on y trouvait
la même proportion (70 %) de gens mourant sans laisser de
succession. L'industrie rurale, textile ou métallurgique, reste très
importante en nombre, avec les ouvriers à domicile. La nouveauté
qu'apporte cependant la seconde moitié du 19e siècle, c'est l'usine et sa
discipline encore très mal acceptée. Les mineurs de Carmaux, par
exemple, restent très liés au monde rural et s'absentent de la mine lors
de la moisson.
A la distinction entre ouvrier en milieu rural et ouvrier en milieu
urbain, il faudrait ajouter encore bien des nuances entre l'ouvrier des
grands centres urbains (Paris ou Lyon) au contact des classes
moyennes, l'ouvrier de régions ouvrières comme le Nord ou celui de
centres isolés. Au sein même d'une seule région, le milieu ouvrier reste
extrêmement composite: vers 1900, dans la région lyonnaise, on
trouve aussi bien des artisans traditionnels (le gantier et le tisseur), des
métiers de l'industrie moderne (le mineur et le métallurgiste) et des
métiers de type tertiaire dont l'existence est entraînée par l'industrie (le
cheminot, le garçon de magasin). Un milieu complexe donc et
extrêmement divers: de l'artisan urbain spécialisé, instruit, nourri d'un
savoir-faire et d'une culture ouvrière et politique, à l'ouvrier du textile
rural, misérable souvent, il y a un monde.
1) Est-ce que les ouvriers se taillent une place grandissante à la
société française? – 2) Où s’affirme un prolétariat industriel urbain? –
3) Qu’est-ce qui reste très important? – 4) Qu’est-ce que la seconde
moitié du 19e siècle apporte? – 5) Quel reste le milieu ouvrier? –
6) Est-ce que le niveau de vie ouvrier s’est élevé? – 7) La vie ouvrière
reste-t-elle très dure? – 8) Qu’est-ce qui donne à la condition ouvrière
une extrême précarité? – 9) Qu’est-ce qui aggrave la situation? –
10) Le Second Empire eut-il une véritable politique ouvrière? –
11) Qu’est-ce qui permet la formation de syndicats? – 12) Qui domine
dans la Confédération générale du travail? – 13) Comment sont
57
58
2. Répondez aux questions.
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
entendues les revendications ouvrières par le personnel politique
républicain? – 14) Est-ce que l’ensemble des lois sociales votées avant
1914 reste en retrait sur la législation sociale de l’Allemagne? –
15) Quand est adoptée la loi sur les retraites ouvrières et paysannes?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
1) La société française ghjkl pendant ces décennies des
mutations capitales.
a) a pris
b) a connu
c) a présenté
2) La population de 1841 à 1913 ghjkl de 35 800 000 habitants
à 39 800 000.
a) est respectée b) est devenue c) est passée
3) La mortalité ghjkl cependant jusque vers 1895.
a) reste élevée b) montre élevée c) parait élevée
4) La stagnation démographique de la France ghjkl un fait
majeur dans une Europe en pleine expansion.
a) semble b) est c) a
5) Les paysans forment encore la majorité de la société
française, les ouvriers s’y taillent une place ghjkl .
a) moyenne b) grandissante c) petite
6) La nouveauté qu’apporte cependant la seconde moitié du
e
XIX siècle, c’est l’usine et sa discipline encore très mal ghjkl .
a) célébrée b) connue c) acceptée
7) Au sein même d’une seule région le milieu ouvrier reste
ghjkl composite.
a) lentement b) extrêmement c) activement
8) Mais la vie ouvrière reste très ghjkl et elle est perçue comme
telle.
a) heureuse b) légère c) dure
9) Le retard de la France en ghjkl de politique ouvrière aggrave
la situation.
a) matière b) texte c) domaine
10) Dans la période 1850–1914, seul le Second Empire eut une
ghjkl politique ouvrière.
a) véritable
b) moyenne c) grande
59
4. A vous de demander (Quand? Qui? etc.):
1) Il semble que le niveau de vie ouvrier durant la période s’est
globalement élevé: l’ouvtier s’alimente mieux, mange plus de viande
en 1900 qu’en 1850. – 2) La loi de 1884 (loi Waldeck-Rousseau)
permet la fondation de syndicats; les fédérations de métier et les
bourses du travail animées par Pelloutier s’unissent dans la
Confédération générale du travail, fondée en 1895 mais vraiment
unifiée en 1902 seulement. – 3) Aussi l’ensemble des lois sociales
votées avant 1914 reste-t-il très en retrait sur la législation sociale de
l’Allemagne.
5. Résumez le texte «Croissance du monde ouvtier».
Triomphe et diversité de la bourgeoisie
1. Lisez et traduisez le texte.
Les classes bourgeoises urbaines profitent le plus de
l'enrichissement d'ensemble dont bénéficie inégalement la masse des
Français. La répartition cependant n'est pas uniforme: la richesse
bourgeoise est fortement concentrée sur le nord de la France, et avant
tout sur Paris, capitale incontestée qui exerce sous le Second Empire
une hégémonie héritée de l'Ancien Régime. Plus que de la bourgeoisie,
il conviendrait de parler des bourgeoisies. L'époque voit le déclin des
notables traditionnels, surtout dans la vie politique. Ils gardent
pourtant un poids local, voire régional dans des régions de grande
propriété, ils sont présents dans la haute fonction publique et parfois
dans les milieux d'affaires. Unis par le patrimoine des humanités
classiques, un ensemble de relations sociales et l'influence que donne
la propriété, les notables sont eux-mêmes une réalité contrastée, du
grand notable à envergure nationale au notable rural.
De nouvelles bourgeoisies viennent concurrencer les positions
acquises par les notables. Sous le Second Empire, la grande bourgeoisie
d'affaires, enrichie par le négoce et la banque, prend son véritable essor,
fondée sur un type de fortune où s'accroît la part des avoirs mobiliers,
surtout après 1881, et des valeurs boursières. De même, la part des fortunes liées à l'entreprise industrielle augmente notablement. Avec la IIIe
République triomphent la bonne bourgeoisie des talents, avocats en
60
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
renom ou médecins célèbres, ingénieurs, et une nouvelle aristocratie
républicaine de hauts fonctionnaires. Après la crise du 16 mai 1877 a
lieu, certes, une certaine démocratisation du personnel dirigeant et la
montée des provinciaux. Tous ou presque restent cependant issus de la
petite ou moyenne bourgeoisie et rares sont les hommes vraiment nouveaux. La bourgeoisie est de plus en plus constituée d'héritiers, unis par
une même conception de la société. En dessous se déploie l'infinie
variété des classes moyennes, du petit commerçant à l'employé, du fonctionnaire au petit rentier, voire à l'artisan. Ces classes moyennes, les
«couches nouvelles» dont Gambetta célébrait l'avènement, partagent
souvent avec la bourgeoisie des valeurs communes: l'ardeur au travail
(les rentiers oisifs qui n'ont véritablement jamais travaillé sont rares), le
sens de l'épargne, l’attachement à la propriété et à l'ordre. Un certain
mode de vie caractérise aussi la bourgeoisie et la frange supérieure des
classes moyennes: l'emploi au moins d'un domestique – en 1881, il y a 1
200 000 domestiques en France – , l'usage d'un salon où l'on reçoit et où
la jeune fille de la maison joue du piano.
2. Quel article? Ou pas d’article? Quelle préposition?
Ou pas de préposition?
1) L’époque voit le déclin ….. notables traditionnels surtout …..
la vie politique. – 2) ….. nouvelles bourgeoisies viennent concurrencer
….. positions acquises ….. les notables. – 3) ….. même la part …..
fortunes liées ….. l’entreprise industrielle augmente notablement. –
4) Après la crise ….. 16 mai 1877 a lieu, certes ….. certaine démocratisation ….. personnel dirigeant et la montée ….. provinciaux. – 5) …..
bourgeoisie est de plus ….. plus constituée ….. héritiers, unis ….. une
même conception ….. la société. – 6) Tous ou presque restent cependant issus ….. petite ou moyenne bourgeoisie et rares sont ….. hommes vraiment nouveaux. – 7) Un certain mode ….. vie caractérise
aussi ….. bourgeoisie et la frange supérieure ….. classes moyennes. –
8) ….. la IIIe République triomphent la bonne bourgeoisie ….. talents
avocats ….. renom ou médecins célèbres, ingénieure, et ….. nouvelle
aristocratie républicaine ….. hauts fonctionnaires.
3. Résumez le texte «Triomphe et diversité de la
bourgeoisie».
61
Diversité et richesse de la vie culturelle
1. Lisez et traduisez le texte.
La rapide analyse des catégories sociales, si mouvantes et si
floues, qui composent la société française dans la seconde moitié du
19e siècle ne rend guère compte d'une infinie diversité politique,
religieuse, sociale, régionale. Cette diversité est aussi culturelle. La IIIe
République, profondément pédagogue, permet une certaine
démocratisation de la culture, grâce à l'école: le premier éditeur de
l'époque n'est-il pas Hachette, éditeur de livres scolaires?
Encyclopédies et dictionnaires se multiplient; est ainsi mise à la
disposition du grand public une culture centrée sur la patrie et la
construction, aussi nécessaire qu'irrésistible, de la nation française
autour de la date phare de 1789. La «petite presse» bon marché et à très
gros tirages – le Petit Journal, le Petit Parisien, le Matin et le Journal
tirent à eux quatre à 2 400 000 exemplaires vers 1900 – et la presse
locale, enfin, répandent partout un modèle unificateur.
Après la disparition de la génération romantique, dont Victor
Hugo, poète national, demeure le témoin, et après l'échec de 1848,
s'ouvre l'ère du réalisme et du naturalisme, de Flaubert à Zola. La
littérature se met à l'écoute d'un temps dominé par le culte de la science
et du fait positif. Les poètes exaltent l'art pour l'art, mènent des créations
originales, de Baudelaire à Verlaine et Rimbaud. Le grand public, pour
sa part, affectionne le roman populaire, le théâtre de boulevard,
l'opérette. Face à l'académisme qui domine l'art officiel, l'œuvre de
Manet marque un tournant et ouvre la voie aux recherches des
«impressionnistes», ainsi nommés par référence au titre d'une œuvre
de Monet présentée à l'exposition de 1874: Impression, soleil levant.
Peu à peu, les audaces des impressionnistes et de leurs
successeurs, qui, de Cézanne aux cubistes, proposent un nouveau type
de représentation, sont acceptées. Mais de nouvelles avant-gardes
brillent de tous leurs feux dans les années qui précèdent la guerre, avec
la création du Sacre du printemps de Stravinski le 29 mai 1913, les
œuvres d'un Picasso, le groupe de la Nouvelle Revue française. La
période de l'entre-deux-guerres va voir ces créations s'imposer à leur
tour.
62
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
1) La rapide analyse des catégories sociales rend-elle compte
d’une infinie diversité politique, religieuse, sociale, régionale? –
2) Cette diversité est-elle aussi culturelle? – 3) La IIIe République
permet-elle une certaine démocratisation de la culture? – 4) Qu’est-ce
qui se multiplie? – 5) Qu’est-ce qui est mis à la disposition du grand
public? – 6) Qu’est-ce qui répand un modèle unificateur? – 7) Quelle
ère s’ouvre après la disparition de la génération romantique? –
8) Qu’est-ce que les poètes exaltent? – 9) Qu’affectionne le grand
public? – 10) Qu’est-ce que l’œuvre de Manet marque? – 11) De
nouvelles avant-gardes brillent-elles de tous leurs feux dans les années
qui précèdent la guerre?
3. A vous de choisir les séries qui vont ensemble:
a) блистать постановкой
и произведениями
b) означать поворот
c) оставаться свидетелем
d) исчезновение романтического поколения
e) некоторая демократизация
культуры
f) составлять французское
общество
g) вокруг отправной даты
h) учитывать разнообразие
i) прославлять искуcство для
искусства
j) предоставить в распоряжение
k) предложить новый вид
изображения
l) благодаря школе
1) composer
la
société
française
2) rendre compte d’une
diversité
3) une certaine démocratisation de la culture
4) grâce à l’école
5) être mis(e) à la disposition
6) autour de la date phare
7) la disparition de la génération romantique
8) demeurer le témoin
9) exalter l’art pour l’art
10) marquer un tournant
11) proposer un nouveau type
de représentation
12) briller avec la création et
les œuvres
63
4. Traduisez en français.
1) Анализ социальных категорий, которые составляют французское общество, не учитывает политическое, религиозное, социальное, региональное разнообразие. – 2) Это разнообразие также
культурное. – 3) Благодаря школе, III Республика позволяет некоторую демократизацию культуры. – 4) Культура, сконцентрированная на идеях родины и строительства Французской нации вокруг отправной даты 1789 г., находится в распоряжении широкой
публики. – 5) Виктор Гюго, национальный поэт, остается свидетелем исчезновения поколения романтиков. – 6) Открывается новая эра реализма и натурализма от Флобера к Золя. – 7) Поэты прославляют искусство для искусства, создают оригинальные произведения от Бодлера до Верлена и Рембо. – 8) Широкая публика
любит популярный роман, бульварный театр, оперетту. – 9) Творчество Манэ означает поворот и открывает путь поискам импрессионистов. – 10) Новинки авангарда блистают в предвоенные годы с исполнением «Весны священной» И. Стравинского 29 мая
1913 г., произведениями Пикассо, группой «Новое французское
обозрение».
5. Exposez le texte «Diversité et richesse de la vie
culturelle».
64
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
L’expansion française dans le monde au XIXe siècle
1. Lisez et traduisez le texte.
La colonisation reprend avec la conquête de l’Algérie et les
initiatives du Second Empire. Mais son essor date de la IIIe
République. Le «parti colonial» triomphe des oppositions et de
l’indifférence. A la veille de la guerre, la France est présente en
Afrique du Nord, en Afrique noire, à Madagascar, en Indochine.
Premières initiatives
Jusqu'en 1852, des initiatives diverses. Dans la première moitié
du 19e siècle, la France ne dispose que de quelques colonies éparses,
héritage de l'Ancien Régime: la Martinique, la Guadeloupe, SaintPierre-et-Miquelon, la Guyane et, dans l'océan Indien, la Réunion et
cinq comptoirs aux Indes. En Afrique, quelques comptoirs côtiers au
Sénégal n'intéressent guère que les commerçants de Marseille et de
Bordeaux. La Restauration entreprit l'expédition d'Alger pour des
raisons de prestige, à des fins de politique intérieure, et pour mettre fin
à la piraterie des corsaires. Le dey cède Alger le 5 juillet 1830. La
monarchie de Juillet fut embarrassée par ce legs. Ce n'est que
progressivement qu'elle passe à l’«occupation restreinte», puis de
celle-ci à la conquête, achevée en 1847 avec la reddition d'Abd elKader; encore certaines régions, comme la Petite et la Grande
Kabylie, restent-elles largement insoumises. Une colonisation de
peuplement européen débute cependant: Italiens, Espagnols, mais
aussi Français, dont le flot est nourri par les insurgés de 1848. En 1871,
300 000 Européens déjà sont installés en Algérie.
L'administration des colonies françaises reste mal définie
jusque sous le Second Empire. De même qu'il n'existe aucune doctrine
coloniale au ministère de la Marine et des Colonies, l'opinion publique
ne porte aucun intérêt à l'aventure coloniale. Les colonies vivent
toujours sous le régime du «pacte colonial» ou «exclusif». qui interdit
aux colonies d'acheter et de vendre à tout autre pays qu'à la métropole.
Une décision importante est prise en 1848 quand le gouvernement
provisoire, sous l'impulsion de Victor Schœlcher, abolit l'esclavage dans
les colonies, esclavage dont vivaient les plantations.
65
La première moitié du 19e siècle voit se renforcer l'influence
française au Levant. Les missions catholiques, s'appuyant sur les
«capitulations» du 16e siècle par lesquelles l'Empire ottoman accordait
à la France la protection des catholiques de son Empire, étendent
leur action, notamment dans le domaine scolaire, auprès des
maronites, des grecs-catholiques et bientôt de l'ensemble des chrétiens
d'Orient. Très forte en Syrie (le territoire inclut l'actuel Liban), la
présence culturelle et économique de la France s'affirme également dans
une autre province de l'Empire ottoman, l'Egypte. Méhémet-Ali, pacha
d'Egypte, développe à ce point l'autonomie vis-à-vis du sultan qu'en
1832 son fils Ibrahim conquiert la Syrie. En 1832, puis en 1840, un
ultimatum des puissances européennes guidées par l'Angleterre et la
Russie contraint Méhémet-Ali, soutenu par la France, à reculer. La
dynastie de Méhémet-Ali est désormais contenue en Egypte, mais
elle obtient le droit d'y être héréditaire. En définitive, la crise de
1840 ne met pas en cause la place de la France en Orient.
2. Répondez aux questions.
1) Avec quoi reprend la colonisation? – 2) De quelle République
date son essor? – 3) Où est présente la France à la veille de la guerre?
– 4) De quelles colonies dispose la France dans la première moitié du
XIXe siècle? – 5) Pour quelles raisons la Restauration entreprit-elle
l’expédition d’Alger? – 6) Combien d’Européens sont déjà installés en
Algérie en 1871? – 7) Existe-t-elle une doctrine coloniale au ministère
de la Marine et des Colonies? – 8) Sous quel régime vivent toujours
les colonies? – 9) Quelle décision est prise en 1848? – 10) Que voit la
première moitié du XIXe siècle? – 11) Qui étend son action? – 12) Où
s’affirme également la présence de la France? – 13) La crise de 1840
met-elle en cause la place de la France en Orient?
L’œuvre du Second Empire
1. Lisez et traduisez le texte.
Sous le Second Empire sont posées les bases de l'expansion.
Poussé par les partisans de la colonisation, missionnaires, militaires et
marins, certains milieux d'affaires, les saint-simoniens dont il se sent
66
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
proche, l'empereur mène une politique coloniale plus ambitieuse et
plus cohérente que celle de ses prédécesseurs.
Gouverneur du Sénégal de 1854 à 1861 et de 1863 à 1865,
Faidherbe lance le premier le projet de relier le Sénégal à la vallée
du Niger. Il développe la mise en valeur du pays grâce aux cultures
d'arachide. La France est d'autre part de plus en plus présente en
Extrême-Orient et dans le Pacifique. En Chine, elle obtient des droits
économiques, juridiques et religieux en même temps que l'Angleterre
en 1860. En Indochine, la présence de missionnaires français sert de
prétexte pour établir la souveraineté française sur la Cochinchine
(1862–1867) et un protectorat sur le Cambodge en 1863.
L'implantation française reste très limitée face à des résistances
solides. Les Français se sont aussi installés en Nouvelle-Calédonie
(1853), bientôt utilisée comme bagne, et à Madagascar.
Ces extensions ne modifient pas fondamentalement
l'administration des colonies. L'expérience du ministère de l'Algérie et
des Colonies (1858–1860) reste éphémère. Du moins l'abolition du
pacte colonial en 1861 permet-elle une progressive assimilation
douanière avec la métropole.
L'influence au Proche-Orient s'affirme. La guerre de Crimée avec
la Russie est due avant tout au souci de maintenir l'alliance anglaise;
mais l'expédition de Syrie, en 1860, est entreprise pour la défense des
chrétiens, en particulier des maronites, contre les druzes. La France et
l'Angleterre obtiennent que le Mont-Liban soit désormais administré
par un gouverneur chrétien nommé par le sultan. La présence au
Levant est également économique. Les capitaux français sont
déterminants dans la culture des vers à soie, grâce aux soyeux
lyonnais, dans la construction des chemins de fer en Syrie, dans le
domaine bancaire ottoman et dans de nombreuses entreprises de
grands travaux. Le canal de Suez est construit par Ferdinand de
Lesseps de 1859 à 1869.
En Algérie, le Second Empire facilite l'implantation de sociétés
financières et favorise les travaux publics. Sous l'influence d'un saintsimonien converti à l'islam, Ismaïl Urbain, apparaît le souci des
populations arabes. L'Empire développe les «bureaux arabes» dirigés
par des officiers, plus proches des Algériens que ne l'est le «régime
civil», plus favorable, lui, aux colons. Après une expérience
d'assimilation qui ne satisfaisait que ces derniers et la création d'un
ministère de l'Algérie, Napoléon III revient au régime antérieur et
souhaite l'association des Arabes et des Européens. «L'Algérie,
proclame-t-il dans sa lettre du 6 février 1863, n'est pas une colonie
proprement dite, mais un royaume arabe.» C'est le retour au régime civil
après la chute de l'Empire qui déclencha la grande insurrection de
Kabylie en 1871. L'administration de la IIIe République devait au reste
se montrer beaucoup plus dure pour les «indigènes» que le Second
Empire.
1) Quand sont posées les bases de l’expansion? – 2) Quelle
politique coloniale mène l’empereur? – 3) Où est présente de plus en
plus la France? – 4) Quels droits obtient-elle en Chine en même temps
que l’Angleterre en 1860? – 5) De quoi sert la présence de
missionnaires français en Indochine? – 6) Où se sont installés bientôt
les Français? – 7) Ces extensions modifient-elles fondamentalement
l’administration des colonies? – 8) Qu’est-ce qui s’affirme au ProcheOrient? – 9) A quoi est due la guerre de Crimée avec la Russie? –
10) Pourquoi est entreprise l’expédition en Syrie en 1860? – 11) La
présence au Levant est-elle également économique? – 12) Quand et
par qui est construit le canal de Suez? – 13) Qu’est-ce que le Second
Empire facilite et favorise en Algérie? – 14) Que développe l’Empire?
– 15) Que souhaite Napoléon III? – 16) Qu’est-ce qui déclancha la
grande insurrection de Kabylie en 1871? – 17) Comment devait se
montrer l’administration de la IIIe République?
67
68
2. Répondez aux questions.
3. A vous de demander (Quand? Qui? etc.):
1) Poussé par les partisans de la colonisation, missionnaires,
militaires et marins, certains milieux d’affaires, les saint-simoniens
dont il se sent proche, l’empereur mène une politique coloniale plus
ambitieuse et plus cohérente que celle de ces prédécesseurs.
2) En Indochine, la présence de missionnaires français sert de
prétexte pour établir la souveraineté française sur la Cochinchine
(1862–1867) et un protectorat sur le Cambodge en 1863.
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
3) La guerre de Crimée avec la Russie est due avant tout au
souci de maintenir l’alliance anglaise.
4) Les capitaux français sont déterminants dans la culture des
vers à soie, grâce aux soyeux lyonnais, dans la construction des
chemins de fer en Syrie, dans le domaine bancaire ottoman et dans de
nombreuses entreprises de grands travaux.
5) L’administration de la IIIe République devait au reste se
montrer beaucoup plus dure pour les «indigènes» que le Second
Empire.
4. Parlez de l’œuvre du Second Empire.
Les domaines d’action
1. Lisez et traduisez le texte.
L'intervention de la France en Tunisie, en 1881, prend prétexte
d'un incident frontalier entre Algérie et Tunisie. Le traité du Bardo,
signé avec le bey de Tunis, permet à la France d'établir son protectorat,
malgré une résistance très vive du Sud tunisien. La formule se veut
souple, pour éviter le poids d'une administration directe, mais la
pratique amène bientôt les fonctionnaires français à doubler les
autorités tunisiennes. Heurtées de plein fouet par la révélation
déchirante de la modernité, les élites musulmanes de Tunisie déclinent,
tandis que les bourgeoisies juives autochtone ou européenne immigrée
s'affirment rapidement.
La pénétration au Maroc se fait par étapes. Les problèmes de
frontière avec l'Algérie, la conquête du Sahara après 1900, l'anarchie
où le pays se trouve plongé amènent la France à imposer
progressivement au sultan une véritable mainmise économique. Écartée
des accords qui établissaient les «droits» français au Maroc,
l'Allemagne ne peut éviter, après deux crises internationales, et
moyennant compensation au Congo, l'établissement du protectorat
français au Maroc (1912).
L'influence française en Syrie et au Liban était bien établie. En
Egypte, la dette énorme contractée par le khédive Ismaïl, à l'égard de
la France comme de l'Angleterre, conduit à une mainmise politique
69
de l'Angleterre qui devance la France en 1882 dans la répression de la
révolte d'Arabi Pacha. Les Anglais occupent l'Égypte, faisant pièce à
l'influence culturelle et scolaire des missions françaises.
En Afrique, la France, l'Angleterre et l'Allemagne se partagent le
continent après la conférence coloniale de Berlin (1884–1885). Les
territoires occupés en Afrique équatoriale à la suite de missions de
Brazza (1875–1880), le Gabon, le Congo, l'Oubangui-Chari, sont
regroupés en 1910 dans l'Afrique-Équatoriale française (AEF). En
Afrique occidentale, la France occupe successivement la Côted'Ivoire à partir de 1883, la Guinée en 1896 et le Dahomey (années
1890), réalisant ainsi les projets de Faidherbe. En 1895, l'AfriqueOccidentale française (AOF) regroupait le Sénégal, le Tchad et
l'ensemble des territoires du golfe de Guinée, sauf le Nigeria (boucle
du Niger), occupé par les Anglais. Les années 1890–1900 voient enfin la
jonction des grands ensembles africains français (Algérie, AOF, AEF)
par la difficile exploration du Sahara français. Mais les troupes
françaises, secondées par les «méharistes» indigènes, continuent à
affronter les «rezzous» des nomades.
La pression des colons de la Réunion pousse la France à établir à
Madagascar dès 1885, une manière de protectorat, qui conduit, après
des révoltes, à l'annexion pure et simple en 1896. Certains coloniaux,
соmme Lyautey, blâment la dureté de la répression et l'absence
d'autonomie administrative des populations. Lyautey écrit en 1901 de
Madagascar: «Nous oublions que les indigènes ont une histoire et une
civilisation.»
Sous la ргésidence du Conseil de Jules Ferry (1882–1885), la
France établit son protectorat sur l’Annam (1884) et le Tonkin.
2. Répondez aux questions.
1) De quel incident prend prétexte l’intervantion de la France en
Tunisie? – 2) Qu’est-ce qui permet à la France d’établir son
protectorat? – 3) Comment se fait la pénétration au Maroc? –
4) Comment était établie l’influence française en Syrie et au Liban? –
5) Qui occupe l’Egypte? – 6) Quand la France, l’Angleterre et
l’Allemagne se partagent-elles le continent d’ Afrique? – 7) Qu’est-ce
qui est regroupé en 1910 dans l’Afrique Équatoriale française? –
8) Qu’est-ce que la France occupe en Afrique Occidentale? –
70
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
9) Qu’est-ce que l’Afrique Occidentale française regroupait? –
10) Qu’est-ce que les années 1890–1900 voient? – 11) Qu’est-ce qui
pousse la France à établir à Madagascar, dès 1885, une manière de
protectorat? – 12) Sous la présidence de qui la France établit-elle son
protectorat sur l’Annam et le Tonkin?
3. Résumez le texte «Les domaines d’action».
La France dans le monde en 1914
1. Lisez et traduisez le texte.
L'Empire, à la veille de la Première Guerre mondiale, constitue
une masse imposante: environ 10 millions de kilomètres carrés,
peuplés de 50 millions d'habitants. Mais l'influence française dans le
monde de la seconde moitié du 19e siècle ne s'affirme pas seulement
par l'expansion coloniale. Si l'émigration est faible, l'influence culturelle est favorisée par le prestige intellectuel et artistique de Paris,
par le rayonnement du français, langue des élites en Europe comme
en Amérique latine, langue aussi de la diplomatie. A partir de la fin du
siècle, l'expansion financière française est considérable: les épargnants
exportent leurs capitaux. En 1913, les emprunts d'État, valeurs
«sûres», représentent plus de la moitié des placements à l'étranger.
L'allié russe attire, mais aussi l'Autriche-Hongrie, l'Empire ottoman,
l'Amérique latine, la Chine.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que l’Empire, à la veille de la Première guerre
mondiale, constitue? – 2) Est-ce que l’influence française dans le
monde de la seconde moitié du XIXe siècle s’affirme seulement par
l’expansion coloniale? – 3) Par quoi est favorisée l’influence
culturelle? – 4) L’expansion financière française est-elle considérable?
– 5) Quels pays attirent la France?
71
3. A vous de trouver les équivalents:
a) dans la première moitié du
XIXe siècle
b) ne porter aucun intérêt à la
colonisation
c) interdire aux colonies de
vendre
d) le gouvenement provisoire
e) les puissances européennes
f) reprendre la conquête
g) être présent, -e
h) passer à l’occupation restreinte
i) obtenir le droit
j) mettre en cause
1) возобновить завоевание
2) присутствовать
3) в первой половине XIX
века
4) перейти к ограниченной
оккупации
5) не прoявлять никакого
интереса к колонизации
6) запрещать колониям продавать
7) временное правительство
8) европейские державы
9) добиться права
10) ставить под сомнение
4. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
1) Le traité du Bardo permet à la France d’établir son
protectorat, malgré une résistance très vive du Sud tunisien.
a) содействие b) сопротивление c) борьба
2) Les problèmes de frontières avec l’Algérie, la conquête du
Sahara après 1900, l’anarchie où le pays se trouve plongé, amènent la
France à imposer au sultan une véritable mainmisme économique.
a) сделать b) навязать c) сообщить
3) L’influence française en Syrie et au Liban était bien établie.
a) присоединение b) влияние c) согласие
4) Les Anglais occupent l’Egypte faisant pièce à l’influence
culturelle et scolaire des missions françaises.
a) полагая b) подшучивая c) говоря
5) En Afrique occidentale la France occupe successivement la
Côte-d’Ivoire à partir de 1883, la Guinée en 1895.
a) одновременно b) последовательно c) медленно
6) La pression des colons de la Réunion pousse la France à
établir à Madagascar dès 1885, une manière de protectorat qui conduit
après des révoltes, à l’annexion pure et simple en 1896.
a) подталкивать b) приобщать c) наказывать
72
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
7) La France se heurte aux résistances de la Chine jusqu’au
traité de Tien-tsin (1885) qui consacre l’emprise française sur
l’Indochine.
a) встречаться b) наталкиваться c) показываться
8) La fin du siècle voit la pénétration pacifique au Laos, de 1887
à 1893.
a) встреча b) прибытие c) проникновение
5. A vous de former les adverbes des adjectifs cidessous:
Modèle: successif – successive – successivement
historique; scientifique; lent; malheureux; actif; égal; autre;
progressif; politique; évident; principal; constant; premier; sérieux;
froid; chaud
6. A vous de traduire en français:
1) Империя представляет собой внушительные размеры накануне Первой мировой войны. – 2) Влияние Франции в мире не
утверждается только колониальной экспансией во второй половине XIX века. – 3) Интеллектуальный и художественный престиж Парижа благоприятствует культурному влиянию Франции в
мире. – 4) Французская финансовая экспансия является значительной. – 5) Государственные займы составляют более половины
инвестиций государства за границей в 1913 г.
7. Parlez des colonies de la France.
73
La guerre de 1914–1918, l’après-guerre
1. Lisez et traduisez le texte.
La guerre de 1914–1918 est victorieuse, mais coûteuse. La décennie
suivante est dominée par l’application du traité de Versailles. A la
prospérité et à un fonctionnement convenable des institutions,
succède la crise économique et politique. Ni le Front populaire ni la
tentative de redressement d'Edouard Daladier ne sont couronnés de
succès.
Alliée depuis 1891 de l'Empire russe, qui offre une «alliance de
revers» face à la menace allemande, la France, surmontant les vieilles
rivalités coloniales, s'est rapprochée de l'Angleterre en 1904 par
l’«Entente cordiale». L'antagonisme franco-allemand, un temps
assoupi, s'éveille à nouveau lors de l'expansion française au Maroc,
particulièrement lors des deux crises de 1905 et 1911. Cependant, la
Russie, alliée de la France, et bientôt de l'Angleterre, se heurte à
l'Empire austro-hongrois, allié de l'Allemagne, dans les Balkans.
L'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo le 28 juin
1914 par un groupe nationaliste serbe constitue le détonateur qui
embrase l'Europe, puis le monde.
2. Répondez aux questions.
1) Comment est la guerre de 1914–1918? – 2) Par quoi est
dominée la décennie suivante? – 3) A quoi succède la crise
économique et politique? – 4) Par quoi la France s’est-elle rapprochée
de l’Angleterre? – 5) Quand s’éveille à nouveau l’antagonisme francoallemand? – 6) A quoi se heurte la Russie, alliée de la France? –
7) Qu’est-ce qui constitue le détonateur qui embrase l’Europe, puis le
monde?
74
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
L'entrée dans le соnflit et la guerre de mouvement
1. Lisez et traduisez le texte.
Ultimatum, puis déclaration de guerre de l'Autriche à la Serbie,
mobilisation de la Russie, ultimatum allemand à la Russie,
mobilisation générale en France le 1er août, déclaration de guerre de
l'Allemagne à la France le 3, invasion de la Belgique, qui détermine
l'Angleterre à entrer dans la guerre le 4, tel est l'engrenage. Le
gouvernement français n'avait pas cherché le conflit, mais ses
engagements internationaux le contraignent à prendre le risque de
celui-ci. Ne pas réagir face aux prétentions des empires centraux
revenait pour la France à devenir une puissance de second ordre. Si,
depuis la défaite de 1870, la majorité de l'opinion affirme un
patriotisme défensif sans bellicisme, elle est profondément attachée à
l'indépendance et à la sécurité de la France.
La mobilisation se fait sans enthousiasme, mais avec résolution.
L'entrée de la France dans la «guerre du droit» réveille même chez les
pacifistes et les antimilitaristes la flamme de 1792. «La classe ouvrière
s'est toujours nourrie des traditions révolutionnaires des soldats de
l'an II allant porter au monde la liberté», s'écrie le secrétaire général
de la CGT Léon Jouhaux aux obsèques de Jaurès, assassiné par un
nationaliste le 31 juillet. Les socialistes entrent dans le gouvernement
d'Union sacrée présidé par Viviani. Les conservateurs, de leur côté,
surmontent leurs préventions contre le régime. Le conflit engagé, le
retour de l'Alsace-Lorraine dans la communauté française, réparation
espérée depuis 1871, devient le but de guerre de la France.
L'Allemagne voulait écraser la France pour se tourner ensuite
vers la Russie. Victorieuse en Belgique, l'armée allemande s'enfonce
profondément en France et franchit la Marne, afin d'encercler l'armée
française. Joffre, qui a su reculer en bon ordre, lance le 5 septembre
une contre-offensive: la bataille de la Marne refoule les Allemands en
Champagne. Sur le front occidental s'ouvre alors une guerre de
positions extrêmement coûteuse, aucun des belligérants ne parvenant à
percer ni à user l'adversaire. L'échec allemand devant Verdun, défendu
par le général Pétain de février à juin 1916, est à cet égard exemplaire.
75
2. Répondez aux questions.
1) Quel est l’engrenage? – 2) Est-ce que le gouvernement français avait cherché le conflit? – 3) Pourquoi la France doit-elle réagir
face aux prétentions des empires centraux? – 4) A quoi est profondément attachée la majorité d’opinion? – 5) Quelle flamme réveille
l’entrée de la France dans la «guerre du droit»? – 6) Que s’écrie le secrétaire général de la CGT aux obsèques de Jores? – 7) Quel est le but
de guerre de la France? – 8) Que voulait faire l’Allemagne? – 9) Où
s’enfonce profondément l’armée allemande? – 10) La bataille de la
Marne refoule-t-elle les Allemands en Champagne? – 11) Quelle
guerre s’ouvre alors sur le front occidental?
3. A vous de choisir les équivalents et de faire des
phrases:
a) независимость и безопасность
b) убийство эрцгерцога
с) начиная с поражения
d) перед лицом угрозы
e) стать целью войны
f) союзница русской империи
g) увенчаться успехом
h) во время двух кризисов
i) держава второго порядка
1) devenir le but de guerre
2) lors des deux crises
3) face à la menace
4) être couronné(e) de succès
5) alliée de l’Empire russe
6) l’assassinat de l’archiduc
7) une puissance de second ordre
8) depuis la défaite
9) l’indépendance et la sécurité
4. Résumez le texte.
Le pays s’installe dans la guerre
1. Lisez et traduisez le texte.
L'économie du pays doit s'adapter à une guerre longue nullement
prévue. La région industrielle du Nord est occupée. L'intervention de
l'État dans l'économie s'accroît de façon considérable. Le ministre
socialiste de l'Armement, Albert Thomas, croit possible, à la faveur de
la guerre, de développer une économie mixte associant l'État et
l'industrie privée et de favoriser les relations contractuelles dans les
76
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
rapports sociaux. Le conflit enrichit certaines catégories: commerçants,
spéculateurs, profiteurs de guerre. La hausse des prix et l’inflation,
inconnue des Français au 19e siècle, ruinent tes rentiers, les détenteurs
de revenus fixes. Dès le début du conflit, l'État a mis fin à la
convertibilité du papier-monnaie. Le montant des billets en circulation
est multiplié par plus de six. Les importations doivent être financées
par l'emprunt.
La poursuite du conflit sans issue prévisible, le mécontentement
social qui entraîne des grèves au printemps 1917, l'échec de l'offensive
de Nivelle, successeur de Joffre, en avril 1917, suivi de mutineries
dans la troupe, la montée des idées pacifistes dans le monde socialiste et
syndicaliste, les aspirations à une paix de compromis d'une partie du
personnel politique illustrent le malaise profond du printemps et de
l'été 1917. Il se traduit par l’instabilité politique: Briand, successeur de
Viviani en octobre 1915, cède la place, en mars 1917, à Alexandre
Ribot, lui-même conduit à démissionner en septembre. Le nouveau
gouvernement dirigé par Paul Painlevé ne comporte plus de ministres
socialistes: c'est la fin de l'Union sacrée. Painlevé, emporté à son tour,
cède la place à Clemenceau en novembre 1917.
Le vieux jacobin – il a soixante-seize ans – affirme sa
détermination: «Je fais la guerre», et coupe court à toute idée de paix
de compromis. Il traduit le radical Caillaux en Haute Cour, et
gouverne appuyé sur l'opinion, à laquelle sa résolution rend confiance.
Lа carte de guerre n'est guère favorable. La paix de Brest-Litovsk, le 3
mars 1918, avec la Russie soviétique fait espérer à l'état-major
allemand une décision à l'ouest avant l’intervention du corps
expéditionnaire américain. Les Allemands s'efforcent, de mars à
juillet 1918, de parvenir à la percée décisive, mais quatre offensives
successives échouent. Le général Foch, général en chef des armées
alliées depuis le 17 avril, passe à l’offensive, d'abord partielle puis, en
septembre, générale. Les troupes allemandes sont contraintes à
reculer et n'occupent plus qu'une faible superficie du territoire français
lorsque l'Allemagne (dont les alliés bulgares, turcs, austro-hongrois ont
déjà cessé la lutte) demande l'armistice. Celui-ci est signé à Rethondes,
en forêt de Compiègne, le 11 novembre 1918.
77
2. Répondez aux questions.
1) A quoi doit s’adopter l’économie du pays? – 2) Qu’est-ce qui
s’accroît de façon considérable? – 3) Qu’est-ce que le ministre de
l’Armement, Albert Thomas, croit possible de développer? – 4) Qui
enrichit le conflit? – 5) Qu’est-ce qui ruine les rentiers, les détenteurs
de revenus fixes? – 6) Qu’est-ce qui doit être financé par l’emprunt? –
7) Est-ce que la carte de guerre est favorable? – 8) Qu’est-ce qui fait
espérer à l’état major allemand une décision à l’ouest avant
d’intervention du corps expéditionnaire américain? – 9) Les Allemands s’efforcent-ils, de mars à juillet 1918, de parvenir à la percée
décisive? – 10) Qui passe à l’offensive d’abord partielle, puis en septembre, générale? – 11) A quoi sont contraintes les troupes allemandes? – 12) Où et quand a été signé l’armistice?
3. A vous de traduire en français:
1) Экономика страны должна приспособиться к длительной
войне. – 2) Значительно увеличивается вмешательство государства в экономику. – 3) Министр вооружения считает возможным
развивать смешанную экономику, объединяя государство и частную промышленность. – 4) Военный конфликт обогатил некоторые категории: спекулянтов, торговцев, людей, получающих выгоду от войны. – 5) Импортные поставки должны финансироваться займом. – 6) Брест-Литовский мир 3 марта 1918 г. с Советской
Россией дает надежду немецкому генеральному штабу на решение на западе до вступления американского экспедиционного
корпуса. – 7) Генерал Фок, главнокомандующий армией союзников, переходит в наступление. – 8) Германия просит перемирия,
которое было подписано 11 ноября 1918 г. в Компьенском лесу.
4. Résumez le texte «Le pays s’installe dans la
guerre».
78
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Le règlement du conflit
1. Lisez et traduisez le texte.
La conférence de la paix se tient à Paris et aboutit à une série de
traités, dont le plus important est le traité de Versailles, signé le 28 juin
1919 dans la galerie des Glaces du château, là même où avait été
proclamé l'Empire allemand le 18 janvier 1871. L'Alsace-Lorraine
revient à la France. En revanche, l'opposition des Anglo-Saxons ne
permet pas à la France d'obtenir l'autonomie de la Rhénanie ni
l'annexion du sud de la Sarre. Celle-ci, administrée par la Société des
Nations pendant quinze ans, doit ensuite choisir son destin par
plébiscite. L'Allemagne perd la Posnanie, une partie de la Prusse et de
la Silésie au profit de la Pologne devenue indépendante. Un
«corridor» isole la Prusse orientale du reste de l'Allemagne. A défaut
du détachement de la Rhénanie du Reich, Clemenceau obtient une
garantie anglo-saxonne en cas d'agression allemande, l'occupation
temporaire de la Rhénanie et la création d'une «zone démilitarisée» (la
rive gauche du Rhin et une bande de 50 kilomètres sur la rive droite), la
limitation à 100 000 hommes de l'armée allemande. Enfin, l'Allemagne
doit payer des réparations pour «les dommages causés aux populations
civiles des nations alliées et à leurs propriétés». La fixation du montant
et des modalités des réparations ouvrait un contentieux difficile avec
la république de Weimar, née de l'effondrement de l'Empire allemand.
2. Répondez aux questions.
a) grand b) important c) sérieux
3) Le traité de Versailles ghjkl le 28 juin 1919 dans la Galérie
des Glaces du château.
a) a été ouvert b) a été signé c) a été montré
4) On ghjkl l’Empire allemand dans la galérie des Glaces du
château de Versailles le 18 janvier 1871.
a) a proclamé b) a demandé c) a annoncé
5) L’Alsace-Lorraine ghjkl à la France.
a) passe b) revient c) rentre
6) La Rhénanie ghjkl par la Société des Nations pendant quinze
ans doit ensuite choisir son destin par plébiscite.
a) dirigée b) menée c) administrée
7) L’Allemagne perd la Posnanie, une partie de la Prusse et de
la Silésie au profit de la Pologne ghjkl indépendante.
a) venue b) devenue c) obtenue
8) L’Allemagne doit payer des réparations pour «les dommages
ghjkl aux populations alliées et à leurs propriétés».
a) causés b) faits c) conduits
4. Résumez le texte «Le règlement du conflit».
L’après guerre. Le difficile retour à la paix.
1. Lisez et traduisez le texte.
1) La conférence de la paix ghjkl à Paris.
a) passer b) présenter c) se tenir
2) Elle aboutit à une série de traités dont le plus ghjkl est le
traité de Versailles.
Les conséquences de la guerre sont considérables et pèsent sur
l'histoire de la France pour des décennies. Le poids démographique
était lourd: 1 400 000 morts, 750 000 invalides totaux. L'ampleur de la
saignée et l'horreur du conflit fondent chez les anciens combattants la
volonté de «ne plus revoir cela» et nourrissent le très fort sentiment
d'attachement à la paix qui domine la période. Les destructions de la
guerre, dans les zones du front et dans les départements occupés, étaient
considérables. La reconstruction se fit rapidement, à la faveur de
l'essor économique des années 20, qui prolonge la croissance
commencée avec le début du siècle et poursuivie pendant la guerre.
Les difficultés sociales nées de la hausse des prix, le retour à
l'économie de paix, l'exemple de la révolution soviétique suscitent une
79
80
1) Où se tient la conférence de la paix? – 2) A quoi aboutit-elle?
– 3) Qu’est-ce qui revient à la France? – 4) Qu’est-ce qui doit choisir
son destin par plébiscite? – 5) Qu’est-ce que l’Allemagne perd? –
6) Quelle garantie obtient Clemanceau? – 7) Que doit payer
l’Allemagne?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
vive agitation sociale en 1919 et 1920. La crainte du péril révolutionnaire
scelle la coalition électorale du Bloc national aux législatives de
novembre 1919. Elle va des radicaux clemencistes à la droite, en
n'englobant pas l'extrême droite. La majorité des radicaux et les
socialistes, adversaires de l'Union sacrée depuis 1917, vont séparément
à la bataille. Le Bloc national l'emporte nettement, profitant du
prestige de Clemenceau, qui apparaît comme son chef. Mais,
quelques semaines plus tard, Paul Deschanel est préféré au «père
la Victoire», jugé autoritaire, lors de la succession de Poincaré à la
présidence de la République; l'ingratitude du personnel politique
retrouvait la tradition qui voulait un président de la République faible.
Quand Deschanel, frappé par la maladie, doit démissionner en
septembre 1920, son successeur est l'ancien socialiste Millerand, alors
président du Conseil. Il veut exercer pleinement ses nouvelles
fonctions et donner un nouveau style à la présidence de la République,
intervenant dans la conduite de la politique extérieure.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce qui pèse sur l’histoire de la France pour des décennies? – 2) Quel était le poids démographique? – 3) Qu’est-ce qui fonde
chez les anciens combattants la volonté de «ne plus revoir cela» et
nourrit le très fort sentiment d’attachement à la paix? – 4) Comment
étaient les destructions de la guerre? – 5) Comment ce fit la reconstruction? – 6) Qu’est-ce qui suscite une vive agitation sociale en 1919
et 1920? – 7) Qu’est-ce qui scelle la coalition électorale du Bloc national aux législatives de novembre 1919? – 8) Qui va séparément à la
bataille? – 9) Quel bloc l’emporte? – 10) Qui est le successeur de
Deschanel? – 11) Comment veut exercer Millerand ses nouvelles fonctions?
3. Quel article? Ou pas d’article? Quel préposition?
Ou pas de préposition?
étaient considérables. – 4) La reconstruction se fit rapidement …..
faveur ….. l’essor économique ….. années 20. – 5) ….. crainte …..
peril révolutionnaire scelle la coalition électorale ….. Bloc national
….. législatives ….. novembre 1919. – 6) ….. Bloc national l’emporte
nettement profitant ….. prestige ….. Clemenceau qui apparaît comme
son chef. – 7) ….. ancien socialiste Millerand veut exercer pleinement
ses nouvelles fonctions et donner ….. nouveau style ….. présidence
….. République.
La difficile application des traités (1870–1914)
1. Lisez et traduisez le texte.
Les années de l'après-guerre sont dominées par les problèmes
posés par l'application du traité de Versailles. La non-ratification de
celui-ci par le Sénat des États-Unis a rendu vaine la garantie
promise par le président Wilson. Les Anglo-Saxons, inquiets de
l'avenir de l'Allemagne, souhaitent réduire le poids des réparations.
Aristide Briand, socialiste indépendant passé au centre, président du
Conseil de janvier 1921 à janvier 1922, accepterait un aménagement
des réparations en échange de la garantie britannique à la sécurité de
la France. Millerand, appuyé sur la majorité du personel politique, le
contraint à démissionner. Poincaré, revenu à la vie politique après
avoir quitté l'Elysée, âgé de soixante-deux ans, devient président du
Conseil. Il est l'homme de la politique d’«exécution» du traité de
Versailles. Après un an de vaine négociation, il fait entrer les
troupes françaises et belges dans la Ruhr. Cette «saisie de gage» veut
contraindre l'Allemagne à négocier. Mais la pression des AngloSaxons, l'état médiocre du franc ne permettent pas à Poincaré de tirer
pleinement parti de son succès. Il doit accepter au printemps 1924 le
plan Dawes, qui ne donne qu'en partie satisfaction aux exigences
françaises.
2. Répondez aux questions.
1) Les conséquences de la guerre pèsent ….. l’histoire de la
France ….. des décennies. – 2) La guerre fonde ….. les anciens
combattants ….. volonté de «ne plus revoir cela». – 3) Les destructions
….. guerre dans ….. zones du front et ….. les départements occupés
1) Par quoi sont dominées les années de l’après-guerre? –
2) Qu’est-ce qui a rendu vaine la garantie promise par le président
Wilson? – 3) Que souhaitent les Anglo-Saxons? – 4) Qu’accepterait
81
82
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Aristide Briand, président du Conseil de janvier 1921 à janvier 1922?
– 5) Qui contraint Briand à démissionner? – 6) Qui devient président
du Conseil? – 7) Poincaré est-il l’homme de la politique d’«exécution»
du traité de Versailles? – 8) Qu’est-ce qu’il fait faire après un an de
vaine négociation? – 9) Est-ce que cette «saisie de gage» veut contraindre l’Allemagne à négocier? – 10) Qu’est-ce qui ne permet pas à
Poincaré de tirer pleinement parti de son succès? – 11) Que doit accepter Poincaré au printemps de 1924?
3. A vous de choisir les équivalents et de faire les
entrer dans des phrases:
a) приказать войти французским и бельгийским
войскам
b) уменьшить груз репараций
с) сделать напрасной гарантию
d) извлечь полностью
пользу из своего успеха
e) стать председателем
Совета
f) в обмен на британскую
гарантию
g) проблемы, поставленные выполнением договора
h) дать частично удовлетворение французским требованиям
1) les problèmes posés par
l’application du traité
2) en échange de la garantie
britanique
3) réduire le poids des
réparations
4) devenir président du
Conseil
5) faire entrer les troupes
françaises et belges
6) tirer pleinement parti de
son succès
7) donner en partie
satisfaction aux exigences
françaises
8) rendre vaine la garantie
4. Résumez le texte «La difficile application des
traités».
83
La France dans la Seconde Guerre mondiale
1. Lisez et traduisez le texte.
Après la défaite de juin 1940, les Français se divisent. Au départ,
une majorité accepte l'armistice et la «révolution nationale» du
maréchal Pétain, qui met fin à la République et collabore avec
l’Allemagne de Hitler. Une minorité, d'abord infime, suit le général de
Gaulle et entre dans la Résistance qui se range progressivement
autour de celui-ci, dont l'autorité s'impose à la Libération.
2. Répondez aux questions.
1) Quand se divisent les Français? – 2) Qu’est-ce qu’une majorité accepte? – 3) Que fait le maréchal Pétain? – 4) Qui suit le général de Gaulle et entre dans la Résistance?
De la «drôle de guerre» à la défaite
1. Lisez et traduisez le texte.
L'esprit de I'«Union sacrée» ne souffle pas comme en 1914. Les
socialistes n'entrent pas dans le cabinet Daladier remanié, auquel ils
reprochent d'agir de façon autoritaire en recourant aux décrets-lois. Le
Parti communiste a approuvé le pacte germano-soviétique. Il vote les
crédits de guerre, mais, rappelé à l'ordre par l'Internationale, il s'en
prend, à partir de fin septembre, à la «guerre impérialiste». Le gouvernement réplique par la dissolution du Parti et une répression
sévère.
La Pologne est écrasée en trois semaines. Sur le front ouest, les
opérations restent limitées. L'Allemagne attend son heure. Les Alliés
ne veulent pas prendre le risque d'une offensive et pensent ébranler
l'Allemagne par le blocus. Cette «drôle de guerre» affecte le moral
de l'opinion, qui en vient pour une part à s'interroger sur le sens
du conflit. Autour de Pierre Laval, de certains radicaux, des
socialistes pacifistes, progresse l'idée d'une paix de compromis. Les
partisans de la fermeté, à droite comme à gauche, obtiennent la
démission du cabinet Daladier, jugé irrésolu. Paul Reynaud le
84
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
remplace, mais il n'obtient que de justesse une majorité et doit
conserver Daladier à la Guerre. Les socialistes proches de Léon Blum
entrent dans le gouvernement. En avril, les Allemands devancent le
projet d'intervention franco-britannique en Norvège. Ébranlé par
cet insuccès, le gouvernement français est virtuellement
démissionnaire le 9 mai.
2. Répondez aux questions.
1) Est-ce que l’esprit de «l’Union sacrée» souffle comme en
1914? – 2) Les socialistes entrent-ils dans le cabinet Daladier? – 3) Le
Partie communiste a-t-il approuvé le pacte germano-soviétique? Votet-il les crédits de guerre? – 4) Que fait le gouvernement? – 5) Quel
Etat est écrasé en 3 semaines? – 6) Que veulent les Alliés? – 7) Quelle
idée progresse autour de Pierre Laval, de certains radicaux, des socialistes pacifiques? – 8) Qu’est-ce que les partisans de la fermeté obtiennent? – 9) Qui remplace Daladier? – 10) Qui devance le projet
d’intervantion franco-britanique en Norvège? – 11) Le gouvernement
français est-il virtuellement démissionnaire le 9 mai?
3. A vous de choisir les antonymes et de faire des
phrases:
1)
2)
3)
4)
5)
6)
7)
8)
9)
10)
11)
12)
la guerre
la majorité
rapidement
l’occupation
accepter
l’ordre
la dissolution
pacifique
le conflit
embarquer
la victoire
armé
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
h)
i)
j)
k)
l)
85
la défaite
l’armistice
la paix
débarquer
belliqueux
la minorité
la libération
lentement
le désordre
refuser
la convocation
désarmé
4. A vous de traduire en français.
1) Социалисты не входят в кабинет Даладье. – 2) Компартия
одобряет германо-советский пакт, но она выступает против империалистической войны. – 3) Правительство отвечает роспуском
партии и жестокими репрессиями. – 4) Польша захвачена за три
недели. – 5) На западном фронте операции остаются ограниченными. – 6) Союзники думают сокрушить Германию блокадой. –
7) «Странная война» влияет на человека, который приходит к тому, чтобы спросить себя о смысле конфликта. – 8) Сторонники
твердой линии добиваются отставки Даладье, которого считают
нерешительным. – 9) Немцы в апреле опережают план франкобританской интервенции в Норвегию. – 10) Французское правительство, потрясенное этой неудачей, уходит в отставку 9 мая.
5. Parlez de «La drôle de guerre».
Défaite militaire et crise politique
1. Lisez et traduisez le texte.
Le lendemain, c'est l'offensive allemande. Invasion des Pays-Bas
et de la Belgique, percée le 13 mai dans les Ardennes, encerclement
des armées française, anglaise et belge, dont une partie seulement peut
embarquer à Dunkerque jusqu'au 3 juin, échec de la tentative du
général Weygand (qui a remplacé Gamelin le 19 mai) pour tenir le
front de la Somme à l'Aisne du 5 au 11 juin, entrée le 10 juin de l'Italie
dans la guerre aux côtés de l'Allemagne, retraite dans le désordre au
milieu de l'exode des populations civiles: en un mois, l'armée
française, tenue après 1918 pour la première d'Europe, s'effondre.
La 10 juin, le gouvernement gagne Tours puis Bordeaux. Paul
Reynaud procède à des remaniements successifs, dont il escompte
un surcroît d'énergie. En vain: le maréchal Pétain, vice-président du
Conseil le 18 mai, est, comme Weygand, favorable à l'armistice dès
le 25. Il refuse une simple capitulation militaire à l'exemple des armées
hollandaise et belge, dont les gouvernements ont gagné l'Angleterre.
Il souhaite que les politiques portent la responsabilité de la défaite et
s'oppose à la poursuite de la guerre en Afrique du Nord. Paul
86
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Reynaud ne parvient pas, au long de Conseils des ministres
dramatiques, à imposer son point de vue, et démissionne le 16 juin au
soir. Pétain, appelé par le président de la République, forme aussitôt
un gouvernement et demande l'armistice, signé le 22 juin. La plus
grande partie de la France est zone occupée. Le gouvernement, qui
s'installe à Vichy (ville d'eaux aux locaux disponibles), conserve une
armée de 100 000 hommes. La flotte doit retourner désarmée dans ses
ports d'avant guerre.
2. Répondez aux questions.
1) Est-ce l’offensive allemande le lendemain? – 2) Qu’est-ce qui
se passe en Europe? – 3) En combien de temps l’armée française tenue
après 1918 pour la première d’Europe s’effondre-t-elle? – 4) A quoi
procède Paul Reynaud? – 5) Qui est favorable à l’armistice? –
6) Pétain refuse-t-il une simple capitulation militaire à l’exemple des
armées hollandaise et belge? – 7) Que souhaite Pétain? – 8) Paul
Reynaud parvient-il à imposer son point de vue? – 9) Qui forme un
gouvernement et demande l’armistice? – 10) Quelle partie de la France
est occupée? – 11) Que conserve le gouvernement qui s’installe à
Vichy? – 12) Où doit retourner la flotte?
3. A vous de compléter et de traduire:
1) En un mois ghjet, tenue après 1918
pour la première d’Europe, s’effondre.
2) Le 10 juin ghjkl gagne Tours, puis
Bordeaux.
3) ghjkl vice-président du Conseil le 10
mai est, comme Weygand, favorable à
l’armistice dés le 25.
4) Il refuse une simple capitulation
militaire ghjkl hollandaise et belgique
dont les gouvernements ont gagné
l’Angleterre.
5) Il souhaite que les politiques ghjkl
de la défaite et s’oppose à la guerre en
Afrique du Nord.
87
a) la plus grande
partie
b) le gouvernement
c) le maréchal Pétain
d) à l’exemple des
armées
e) portent la responsabilité
6) Pétain, appelé par la président de la
République,
forme
aussitôt
le
gouvernement et ghjkl, signé le 22 juin.
7) ghjkl de la France est zone occupée.
8) Le gouvernement qui ghjkl Vichy
conserve une armée de 100 000
hommes.
9) La flotte doit ghjkl dans ses ports
d’avant guerre.
f)
g)
h)
i)
retourner désarmée
s’installe à
l’armée française
demande l’armistice
4. Résumez le texte «Défaite militaire et crise
politique».
La fin de la IIIe République
1. Lisez et traduisez le texte.
L'armistice n'entraînait pas de lui-même la fin du régime de la
IIIe République. Mais celui-ci fut emporté par le désastre, dont il fut
tenu responsable. Les menées de Pierre Laval, ministre depuis le 23
juin, puis vice-président du Conseil, triomphèrent des rares résistances.
Le 10 juillet 1940, l'Assemblée nationale, par 569 voix contre 80 et 20
abstentions déclarées, «donne tous pouvoirs au gouvernement de la
République, sous l'autorité et la signature du maréchal Pétain, à l'effet de
promulguer, par un ou plusieurs actes, une nouvelle Constitution de
l'État français. Cette Constitution devra garantir les droits du Travail,
de la Famille et de la Patrie. Elle sera ratifiée par la nation et
appliquée par les Assemblées qu'elle aura créées». Les assurances
données aux parlementaires, qui avaient cru par ce texte faire de Pétain,
vieillard octogénaire, un simple syndic de faillite, s'évanouirent dès les
jours suivants. L'État français succédait à la République. A la faveur
de la défaite naissait un nouveau régime.
2. Répondez aux questions.
1) Est-ce que l’armistice entraînait de lui-même la fin du régime
de la IIIe République? – 2) Qu’est-ce qui triomphe des rares
résistances? – 3) Que donne l’Assemblée nationale au gouvernement
88
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
de la République? – 4) Qu’est-ce que la nouvelle Constitution devra
garantir? – 5) A quoi succédait l’État français? – 6) A la faveur de
quoi naissait un nouveau régime?
Dès le lendemain du 10 juillet 1940, le maréchai Pétain
s'attribue les fonctions de chef de l'État et abroge la présidence de la
République. Maître et source de tout pouvoir, libre de désigner son
successeur, entouré de ministres qui sont des commis, le maréchal
Pétain fonde un régime fondamentalement antidémocratique et
antilibéral. Une législation d'exception est mise en place. Les garanties
de droit n'existent plus. La loi du 22 juillet 1940 permet de réviser les
naturalisations intervenues depuis 1927. La loi du 13 août frappe les
associations secrètes, la franc-maçonnerie. La loi du 3 octobre 1940
exclut les juifs de la fonction publique et des professions dirigeantes
de la presse et de l'industrie. Les juifs étrangers sont internés dans des
camps. Les autorités d'occupation avaient pris les premières mesures
antisémites en zone occupée le 27 septembre 1940, mais Vichy agit en
zone non occupée sans pression allemande au nom de l'antisémitisme
d'État. Le deuxième statut des juifs du 2 juin 1941 aggrave le premier
texte en introduisant un numerus clausus dans les professions
libérales, et une définition de la race plus rigoureuse que dans la
législation allemande.
Le nouveau régime veut mettre en œuvre la «révolution
nationale». Celle-ci signifie une rupture complète avec l'esprit et
l'œuvre de la Révolution française et les valeurs libérales. Le régime
exalte les corps intermédiaires – famille, province, corporations – et,
avec le soutien de l'Église, prône le retour à l'ordre moral après
l'«esprit de jouissance». Il préconise également le retour à la terre,
source de toutes les vertus. Par là, l'idéologie de Vichy, dont l'écho fut
beaucoup plus considérable dans la France non occupée que dans la
zone d'occupation, loin d'être fascisante, évoque le traditionalisme du
Portugal de Salazar.
Le régime trouve des soutiens divers: l'extrême droite contrerévolutionnaire, incarnée par l'Action française, mais aussi des milieux
modérés, de la droite libérale aux radicaux, pour qui Pétain est seul
susceptible de préserver les chances de la France après la défaite, des
hommes de gauche conduits par leur pacifisme et leur antiparlementarisme, des technocrates, hommes d'affaires, hauts fonctionnaires
qui trouvent dans le nouveau régime l'occasion de faire aboutir des
projets jusque-là sans réalisation. Aussi, par certaines de ses
initiatives, Vichy annonce-t-il la modernisation de la IVe République.
L'illusion commune à tous les partisans du régime de Vichy est
de croire possibles des réformes d'envergure sans tenir compte de
l'environnement international, alors que l'Allemagne occupe une
grande partie du pays. Au mépris de la convention d'armistice, elle a
annexé de fait les départements d'Alsace et la Moselle, rattachés au
Gau d'Oberrhein et au Gau de Westmark; le Nord et le Pas-de-Calais
sont rattachés à l'administration allemande en Belgique; une «zone
interdite» va de la Somme à la Franche-Comté, annonce d'une
éventuelle annexion.
89
90
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
1) L’armistice n’entraînait pas de lui-même ghjkl du régime de
la IIIe République.
a) le début
b) la moitié c) la fin
2) Le 10 juillet 1940, l’Assemblée nationale «donne tous
pouvoirs au gouvernement de la République, sous l’autorité et la
signature du maréchal Pétain, à l’effet de ghjkl, par un ou plusieurs
actes, une nouvelle Constitution de l’État français.».
a) conserver b) promulguer c) déclarer
3) Cette Constitution devra ghjkl les droits du Travail, de la
Famille et de la Patrie.
a) montrer b) garantir c) préparer
4) Elle sera ratifiée par la nation et ghjkl par les Assemblées
qu’elle aura créées.
a) déclarée b) observée c) appliquée
5) L’État français ghjkl à la République.
a) succédait b) retrouvait c) collaborait
6) ghjkl de la défaite naissait un nouveau régime.
a) au souvenir b) à la faveur c) à l’occasion
4. Résumez le texte «La fin de la IIIe République».
La «révolution nationale»
1. Lisez et traduisez le texte.
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
L'opinion témoigne au départ d'une très large adhésion au
Maréchal. Sa popularité décroît à mesure qu’il s’engage de façon
inéluctable sur la voie de la collaboration – à cet égard, le rappel de
Pierre Laval, le 18 avril 1942, représente un tournant – et à mesure que la
carte de guerre rend de plus en plus douteuse la victoire de l'Allemagne.
L'entrée en guerre de l'URSS, le 22 juin 1941, et celle des États-Unis, le
7 décembre, donnent en effet au conflit une dimension mondiale,
comme le général de Gaulle n'avait cessé de l'annoncer.
2. Répondez aux questions.
1) Quel régime fonde le maréchal Pétain? – 2) Quelle loi exclut
les juifs de la fonction publique et des professions dirigeantes de la
presse et de l’industrie? – 3) Qu’est-ce que le nouveau régime veut
mettre en œuvre? – 4) Qu’exalte et prône le régime? – 5) Qu’est-ce
que l’idéologie de Vichy évoque? – 6) Quels soutiens trouve le régime? – 7) Quelle est l’illusion commune à tous les partisans du régime de Vichy? – 8) Qu’est-ce que l’Allemagne occupe et annexe? –
9) Que témoigne l’opinion au départ? – 10) Quand décroit la popularité du maréchal? – 11) Qu’est-ce qui donne au conflit une dimension mondiale?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire:
zone non occupée sans pression allemande au nom de l’antisémitisme
d’État.
a) moyens b) préoccupations c) mesures
7) La révolution nationale signifie une ghjkl complète avec
l’esprit et l’œuvre de la Révolution française et les valeurs libérales.
a) accord b) correspondance c) rupture
8) Le régime trouve ghjkl divers: l’extrême droite contrerévolutionnaire incarnée par l’Action française, mais aussi des milieux
modérés de la droite libérale aux radicaux.
a) des moyens b) des soutiens c) des problèmes
9) L’illusion commune à tous les partisans du régime de Vichy
est de croire possibles ghjkl d’envergure sans tenir compte de
l’environnement international, alors que l’Allemagne occupe une
grande partie.
a) des réformes b) des compétitions c) des rencontres
10) Sa popularité ghjkl à mesure qu’il s’engage de façon
inéluctable sur la voie de collaboration.
a) augmente b) décroît c) contribue
4. Exposez le texte «La révolution nationale».
France libre et Résistance
1) Le maréchal Pétain ghjkl les fonctions de chef de d’État et
abroge la présidence de la République.
a) prend b) s’attribue c) conserve
2) Pétain fonde un régime ghjkl antidémocratique et antilibéral.
a) absolument b) lentement c) fondamentalement
3) Les garanties de droit n’ ghjkl pas.
a) occupent b) montrent c) existent
4) Une législation d’exception est ghjkl en place.
a) faite b) occupée c) mise
5) La loi du 3 octobre 1940 exclut les juifs de la fonction
publique et des professions ghjkl de la presse et de l’industrie.
a) dirigeantes b) admettant c) occupant
6) Les autorités d’occupation avaient pris les premières ghjkl
antisémites en zone occupée le 27 septembre 1940, mais Vichy agit en
Théoricien de la guerre des blindés avant 1939, ce général de
brigade à titre temporaire, proche de Paul Reynaud qui l'appelle
comme sous-secrétaire d'État à la Guerre le 6 juin 1940, gagne
l'Angleterre le 17 juin 1940, et le lendemain invite à poursuivre la
lutte. Il réfute les arguments des partisans de l'armistice: «La France
n'est pas seule (...) Cette guerre est une guerre mondiale.» Reconnu par
les Britanniques comme le «chef des Français libres», il n'obtient au
départ que des ralliements fort limités. Le bombardement, le 3 juillet
1940, par une escadre anglaise, d'une partie de la flotte française en
rade de Mers el-Kébir, pour éviter qu'elle ne passe sous le contrôle
91
92
1. Lisez et traduisez le texte.
Les débuts
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
allemand, accroît l'isolement des Français libres, qui échouent en
septembre devant Dakar. Cependant, de Gaulle obtient le ralliement de
l'Afrique-Équatoriale française, du Cameroun, de la NouvelleCalédonie et des îles françaises du Pacifique. Il dispose ainsi du
support indispensable pour affirmer l'indépendance de la France libre,
vis-à-vis de l'Angleterre et des Etats-Unis surtout, qui se défient de lui.
Il crée à Brazzaville, le 27 octobre 1940, le Conseil de défense de
l'Empire, puis, le 24 septembre 1941, le Comité national français qui
assure «l'exercice provisoire des pouvoirs publics», formé de
commissaires. Ainsi la France libre se dote-t-elle de structures
étatiques.
Venus d'horizons politiques très divers, les Français libres sont
unis par la volonté de poursuivre la lutte, le refus de l'«usurpation» de
Vichy, la fidélité à de Gaulle. Les mouvements de résistance nés, à
partir de l'automne 1940, dans la France occupée comme dans la
France non occupée, indépendamment de la France libre, ne vont que
progressivement reconnaître l’autorité de De Gaulle. Celui-ci envoie
en mission en zone occupée l'ancien préfet Jean Moulin, afin de mener
à bien l'unité de la Résistance. Dès le 14 juillet 1942, la substitution
des termes «France combattante» à ceux de «France libre» manifeste
l'adhésion de la Résistance intérieure à de Gaulle, malgré des conflits et
des tensions persistants.
2. Répondez aux questions.
1) Qui gagne l’Angleterre le 17 juin 1940 et invite à poursuivre
la lutte? – 2) Refute-t-il les aguments des partisans de l’armistice? –
3) Qu’est-ce qui accroît l’isolement des Français libres? – 4) Quel ralliement obtient de Gaulle? – 5) De quoi dispose-t-il pour affirmer
l’indépendance de la France libre vis-à-vis de l’Angleterre et des
États-Unis? – 6) Qu’est-ce que de Gaulle crée le 27 octobre 1940 et le
24 septembre 1941? – 7) Comment vont reconnaître l’autorité de De
Gaulle les mouvements de résistance? – 8) Qu’est-ce qui manifeste
l’adhésion de la Résistance intérieure à de Gaulle?
93
3. Choisissez les équivalents, faites-les entrer dans
des phrases:
1) le sous-secrétaire d’État
2) inviter à poursuivre la
lutte
3) les arguments des partisans de l’armistice
4) ne pas passer sous le
contrôle allemand
5) disposer du support
indispensable
6) assurer «l’exercice provisoire des pouvoirs publics»
7) la volonté de poursuivre
la lutte
8) les mouvements de
résistance nés
9) manifester l’adhésion
de la Résistance intérieure
a) воля продолжать борьбу
b) располагать необходимой
поддержкой
c) возникшие движения сопротивления
d) заместитель госсекретаря
e) не переходить под контроль
немцев
f) призывать к продолжению
борьбы
g) аргументы сторонников перемирия
h) обеспечить временное исполнение общественных полномочий
i) показать объединение внутреннего сопротивления
4. Résumez le texte «Les débuts».
Le gouvernement provisoire
de la République française
1. Lisez et traduisez le texte.
De Gaulle est isolé et refuse que demeure l’ «esprit de Vichy» en
Afrique du Nord; en quelques mois, il va renverser la situation. Après
l'assassinat de Darlan, dans la nuit de Noël 1942, Giraud devient
commandant en chef civil et militaire. De Gaulle lui reproche de ne
pas rétablir les «lois de la République» et propose l'établissement d'un
«pouvoir central provisoire». Il a le soutien des résistants. Le Conseil
national de la Résistance constitué à Paris sous la présidence de Jean
Moulin réunit les représentants des mouvements de résistance, des
partis, des syndicats. Il demande la formation d'un gouvernement
94
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
provisoire à Alger présidé par de Gaulle. Celui-ci arrive à Alger le 30
mai à l'appel de Giraud. Le 3 juin est formé le Comité français de la
libération nationale (CFLN), dont de Gaulle et Giraud sont
coprésidents. Mais, bien vite, ce dernier perd toute autorité politique.
Une Assemblée consultative, formée de représentants de la
Résistance et d'anciens parlementaires, siège à Alger à partir de
novembre 1943. De Gaulle élargit le CFLN aux représentants des
diverses familles d'esprit, y faisant entrer, le 4 avril 1944, deux
commissaires communistes. Véritable gouvernement (il se transforme le 3
juin en gouvernement provisoire de la République française, GPRF), il
prépare la mise en place des pouvoirs à la Libération. L'armée
d'Afrique du Nord et les Français libres venus du Tchad prennent part à
la bataille de Tunisie, puis d'Italie, avant d'être associés au
débarquement en Normandie et en Provence.
Cependant, le gouvernement de Vichy perd peu à peu ses
soutiens. Laval est acculé à céder toujours davantage aux exigences
allemandes: il accepte à l'été 1942 la déportation des juifs. Le régime
s'appuie à partir du 30 janvier 1943 sur la Milice, organisme de
maintien de l'ordre fascisant qui combat au côté des Allemands contre
les résistants. Les initiatives de ces derniers se multiplient. Ils forment,
dans certaines régions de montagne, des maquis, grossis par les jeunes
gens qui veulent échapper au Service du travail obligatoire (STO) en
Allemagne. Répression, bombardements aériens des Alliés, difficultés
alimentaires croissantes, tel est le climat à la veille de la Libération.
2. Répondez aux questions.
3. Quel article? Ou pas d’article? Quel préposition?
Ou pas de préposition?
1) De Gaulle refuse que demeure … «esprit de Vichy» …
Afrique … Nord; … quelques mois il va renverser … situation. – 2) …
l’assassinat … Darlan, … la nuit de Noël 1942, Giraud devient
commandant … chef civil et militaire. – 3) De Gaulle propose à
Giraud l’établissement … «pouvoir central provisoire». – 4) Le
Conseil national … Résistance constitué … Paris … la présidence …
Jean Moulin réunit … représentants … mouvenements … résistance,
… partis, … syndicats. – 5) Le Conseil demande … formation …
gouvernement provisoire … Alger présidé … de Gaulle. – 6) Le 3 juin
1943 est formé … Comité français … libération nationale (CFLN),
dont … Gaulle et Giraud sont coprésidents. – 7) Véritable
gouvernement il se transforme … 3 juin … gouvernement provisoire
… République française (GPRF), il prépare … mise … place des
pouvoirs … Libération. – 8) L’armée … Afrique … Nord et les
Français libres venus du Tchad prennent part … bataille … Tunisie,
puis … Italie, avant d’être associés … débarquement … Normandie et
… Provence. – 9) … régime … Vichy perd peu … peu ses soutiens. –
10) Le régime s’appuie … partir … 30 janvier 1943 … Milice,
organisme … maintien … ordre … fascisant qui combat au côté …
Allemands … les résistants.
4. Résumez le texte «Le gouvernement provisoire de la
République française».
1) De Gaulle est-il isolé? Que refuse-t-il? – 2) Qui devient
commandant en chef civil et militaire apès l’assassinat de Darlan? –
3) Qu’est-ce que de Gaulle lui propose? – 4) Qui réunit le Conseil national de la Résistance constitué à Paris? – 5) Que demande ce Conseil? – 6) Qu’est-ce qui est formé le 3 juin? – 7) En quoi se transforme
le Comité français de la libération nationale? – 8) Qui prend part à la
bataille de Tunisie? – 9) Le gouvernement de Vichy perd-il ses
soutiens? – 10) Sur quoi s’appuie le régime à partir du 30 janvier
1943? – 11) Que font les résistants? – 12) Quel est le climat à la veille
de la Libération?
95
96
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
La Libération et la IVe République (1944–1958)
1. Lisez et traduisez le texte.
La France libérée entreprend reconstruction et modernisation
économique. Mais les institutions de la IVe République amènent un
retour aux mœurs politiques de la IIIe République finissante. La crise
de la décolonisation emporte le régime en mai 1958.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que la France libérée entreprend? – 2) Qu’est-ce
que les institutions de la IVe République amènent? – 3) Qu’est-ce qui
emporte le régime en mai 1958?
Le retour à la paix. La Libération
1. Lisez et traduisez le texte.
Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie. Désireux de
ne pas préjuger de l'avenir politique de la France, ils avaient envisagé
au départ une administration militaire des territoires libérés. Mais de
Gaulle, fort de l'appui des populations, impose l'autorité des
représentants du gouvernement provisoire. Après la libération de
Paris (25 août 1944) et la formation d'un gouvernement d'«unanimité
nationale», le GPRF est reconnu officiellement par les Alliés. Mais
de Gaulle doit aussi faire accepter son autorité par les pouvoirs locaux
issus de la Résistance. Ce n'est qu'au bout de plusieurs mois – les
«milices patriotiques» liées au Parti communiste sont dissoutes le 28
octobre – que le gouvernement met fin à une situation parfois
proche de l'anarchie.
Pour couper court à l'épuration spontanée qui accompagne la
Libération, marquée d'arrestations arbitraires et d'un peu plus de 9 000
exécutions sommaires, le garde des Sceaux crée, le 15 septembre
1944, les cours spéciales de justice. Elles prononcent 38 266
condamnations, dont 2 853 condamnations à mort: 76 furent
exécutées. Des peines d'indignité nationale frappèrent de nombreux
sympathisants du régime de Vichy et de la collaboration, en tout près
97
de 50 000. Les ministres de Vichy furent traduits devant une Haute
Cour de justice. Elle condamna à mort Pierre Laval et le maréchal
Pétain, dont de Gaulle commua la peine en détention à vie. Telle était
la sanction de la véritable guerre civile qui opposa les Français entre
eux pendant la Seconde Guerre mondiale.
La guerre contre l'Allemagne nazie se poursuivit jusqu'à la
capitulation du 8 mai 1945. De Gaulle s'attacha à ce que la France fût
présente dans la lutte finale: les volontaires venus des Forces françaises
de l'intérieur (FFI) réalisant un amalgame avec les troupes venues
d'Angleterre et d'Afrique du Nord. La France fut représentée lors de la
capitulation de l'Allemagne, mais ne fut pas invitée aux conférences
des trois Grands à Yalta (février 1945) et Potsdam (juillet 1945). La
défaite avait fortement ébranlé la position internationale de la France.
Aussi la volonté de rendre à la France son «rang» est-elle pour le
général de Gaulle, mais aussi pour les cadres dirigeants du pays, une
préoccupation primordiale. La création, par le décret du 3 janvier
1946, du plan de modernisation et d'équipement, la nationalisation de
l'énergie et d'une partie du secteur bancaire s'inscrivent dans cette
volonté de forger une France nouvelle, dotée d'une économie
moderne. Les mutations de l'économie française, dans les décennies
qui suivent la Libération, tiennent pour une part à cet état d'esprit.
2. Répondez aux questions.
1) Quand débarquent les Alliés en Normandie? – 2) Qu’est-ce
que les Alliés avaient envisagé? – 3) Quelle autorité impose de
Gaulle? – 4) Quand le gouvernement provisoire de la République
française est-il reconnu officiellement par les Alliés? – 5) Qu’est-ce
que le garde des Sceaux crée le 15 septembre 1944? – 6) Qu’est-ce qui
frappe de nombreux sympatisants du régime de Vichy et de la
collaboration? – 7) A quoi la Haute Cour condamna-t-elle Pierre Laval
et le maréchal Pétain? – 8) Est-ce que de Gaulle commua la peine à
mort en détention à vie à Pierre Laval et à Pétain? – 9) Qu’est-ce qui
opposa les Français entre eux? – 10) De Gaulle s’attacha-t-il à ce que
la France fût présentée dans la lutte finale? – 11) La France fut-elle
invitée aux conférences des trois Grands à Yalta (février 1945) et
Potsdam (juillet 1945)? – 12) Fut-elle représentée lors de la
capitulation de l’Allemagne? – 13) Qu’est-ce qui avait fortement
98
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
ébranlé la position internationale de la France? – 14) Quelle est la
préoccupation primordiale pour le général de Gaulle et pour les cadres
dirigeants du pays? – 15) Qu’est-ce qui s’inscrit dans la volonté de
forger une nouvelle France dotée d’une économie moderne?
3. A vous de compléter et de traduire.
1) fghjkl les Alliés débarquent en
Normandie.
2) Après la libération de Paris fghjkl
et la formation d’un gouvernement
d’ «unanimité nationale», le GPRF
est reconnu par les Alliés.
3) Le garde de Sceaux crée fghjkl
les cours spéciales de justice.
4) La guerre contre l’Allemagne
nazie se poursuivit jusqu’à la
capitulation fghjkl.
5) La création par le décret f ghjkl
du plan de modernisation et
d’équipement, la nationalisation de
l’énergie et d’une partie du secteur
bancaire, s’inscrivent dans cette
volonté de forger une France
nouvelle dotée d’une économie
moderne.
6) La France ne fut pas invitée aux
conférences des trois Grands à Yalta
fghjkl et Potsdam fghjkl.
4. Résumez le texte.
99
le 15 septembre 1944
le 25 août 1944
le 6 juin 1944
le 3 janvier 1946
février 1945
juillet 1945
le 8 mai 1945
Vers de nouvelles institutions
1. Lisez et traduisez le texte.
Dans cette aspiration profonde à une rénovation – beaucoup
disent: à une révolution – qui s'affirme après la Libération, se pose,
une nouvelle fois, la question des institutions. Mis à part les radicaux
et une partie de la droite modérée, nul ne souhaite le retour au
régime de la IIIe République. Le 21 octobre 1945, les Français sont
consultés par référendum sur les institutions, en même temps qu'ils
élisent, à la représentation proportionnelle dans le cadre départemental,
une Assemblée. A la première question du référendum: «Voulez-vous
que l'Assemblée élue ce jour soit constituante?», 96,1 % des
suffrages exprimés répondent oui. C'en est donc fini des institutions de
la IIIe République. La deuxième question demande d'approuver le
projet de loi organisant les pouvoirs publics jusqu'à la mise en vigueur
de la nouvelle Constitution. Il limite les pouvoirs de l'Assemblée, élue
pour sept mois. Surtout, la Constitution adoptée par l'Assemblée doit
être «soumise à l'approbation du corps électoral [...] par voie de
référendum». De Gaulle rompt ainsi avec la tradition d'une
Assemblée constituante seule souveraine pour donner au pays ses
institutions. Le Parti communiste et les mouvements proches de lui,
ainsi que les radicaux, font campagne pour le non à la seconde
question. Lе oui l'emporte avec 66,3 % des suffrages exprimés.
Le même jour, les élections donnent la nouvelle configuration
politique du pays. Radicaux et modérés s'effondrent, la SFIO
progresse par rapport à 1936, mais elle est devancée nettement par le
Parti communiste, qui connaît une croissance exceptionnelle,
conséquence de son rôle à la Libération et du prestige de l'URSS.
Enfin, une formation nouvelle réalise une percée: le Mouvement
républicain populaire (MRP), qui réclame de la démocratie chrétienne,
mais aussi du général de Gaulle.
Celui-ci, élu président du gouvernement à l'unanimité par la
Constituante, forme, non sans s'être opposé dans un premier temps
au Parti communiste à qui il ne confie que des ministères économiques
et sociaux, un gouvernement dominé par les trois principaux partis.
Très vite, il entre en conflit avec la Constituante, qui entend le
tenir à l'écart de l'élaboration de la Constitution. A propos du
100
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
débat sur les crédits de la défense nationale, le 31 décembre 1945, il
pose le dilemme: «Veut-on un gouvernement qui gouverne ou bien
veut-on une Assemblée omnipotente?» Le 20 janvier 1946, il
démissionne, espérant peut-être créer la situation qui lui permettrait
de faire triompher ses idées, après avoir été rappelé.
En fait, seule une minorité de Français (27 % selon l'IFOP)
souhaite alors son retour. Le socialiste Félix Gouin devient président
du gouvernement provisoire. La majorité communiste et socialiste de
la Constituante adopte un projet de Constitution qui institue une
Assemblée unique. Le MRP, les radicaux, la droite prennent parti
contre le projet, rejeté lors du référendum du 5 mai 1946 par 53 % des
suffrages exprimés. Après les élections du 2 juin, la nouvelle
Constituante adopte un projet de compromis: un Conseil de la
République, élu selon un système à deux degrés, constitue un relatif
contrepoids à l'Assemblée nationale et, comme le Sénat dans les lois de
1875, prend part à l'élection d'un président de la République, qui
retrouve ses prérogatives de la IIIe République.
De Gaulle s'efforce de peser dans le débat constitutionnel. Dans
le discours de Bayeux, le 16 juin 1946, après l'élection de la deuxième
Constituante, il expose ses idées. Il souhaite que le chef de l'État,
«placé au-dessus des partis», élu par un collège «beaucoup plus large»
que le Parlement, soit un «arbitre au-dessus des contingences
politiques». A Épinal, le 22 septembre, il condamne le projet de
Constitution. Une partie de l'électorat, notamment au sein du MRP,
l'écoute: la Constitution est approuvée par 53,5 % des suffrages
exprimés, mais seulement 36,1 % des électeurs inscrits, alors que 31,2 %
votent contre et 31,4 % s'abstiennent. Le régime ne dispose à sa
naissance que d'un médiocre soutien.
2. Répondez aux questions.
1) Quelle question se pose une nouvelle fois dans cette
aspiration profonde à une rénovation? – 2) Est-ce que tout le monde
souhaite le retour au régime de la IIIe République? – 3) Sur quoi sont
consultés les Français le 21 octobre 1945 par référendum? – 4) Que
répondent 96,1 % des suffrages exprimés à la première question du
référendum? – 5) Qu’est-ce que la deuxième question demande? –
6) Avec quelle tradition rompt de Gaulle? – 7) Quelle campagne font
101
le Parti communiste et les mouvements proches de lui? – 8) Qu’est-ce
qui l’emporte? – 9) Qu’est-ce qui s’effondre? – 10) Quel parti connaît
une croissance exeptionnelle? – 11) Quelle formation réalise une
percée? – 12) Qui forme un gouvernement dominé par les trois
principaux partis? – 13) Est-ce que de Gaulle entre en conflit avec la
Constituante? – 14) Quand démissionne-t-il? – 15) Qui devient
président du gouvernement provisoire? – 16) Qui adopte un projet de
Constitution? – 17) Qui prend parti contre le projet rejeté lors du
référendum du 5 mai 1946? – 18) Quel projet adopte la nouvelle
Constituante? – 19) Dans quel discours expose de Gaulle ses idées? –
20) Qu’est-ce que de Gaulle souhaite? – 21) Où condamne-t-il le
projet de la Constitution? – 22) Par qui est approuvée la Constitution?
– 23) Qui vote contre? Qui s’abstient? – 24) De quel maintien dispose
le régime?
3. A vous de traduire en français.
1) После освобождения вновь встает вопрос институтов. –
2) Никто не желает возвращения к IIIей республике. – 3) 21 октября 1945г. на референдуме французы высказываются об институтах и избирают Ассамблею. – 4) Де Голль порывает с единственно суверенным Учредительным собранием, чтобы дать стране
свои институты. – 5) «За» высказались 66,3 % избирателей. –
6) Де Голль, избранный председателем правительства единогласно, формирует трехпартийное правительство. – 7) Но он вступает
в конфликт с Учредительным собранием, которое намерено держать его в стороне от разработки конституции. – 8) Де Голль уходит в отставку 20 января 1946г. – 9) Новое Учредительное собрание принимает компромиссный проект. – 10) В речи, произнесенной в Бэйё 16 июня 1946г. после избрания второго Учредительного собрания, де Голль излагает свои идеи. – 11) Режим располагает только слабой поддержкой при своем возникновении.
4. Résumez le texte.
102
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
La IVe République face à ses adversaires
1. Lisez et traduisez le texte.
Contre les communistes et le RPF, la Troisième Force
Après les élections du 10 novembre 1946 à l'Assemblée
nationale, qui renforcent le PC au détriment de la SFIO et
marquent un tassement du MRP, et après l'élection du Conseil de la
République, un socialiste proche de Léon Blum, Vincent Auriol, est
élu président de la IVe République. La longue période provisoire qui
avait suivi la Libération se terminait enfin.
Le socialiste Paul Ramadier forme un gouvernement qui
poursuit le tripartisme, associant communistes, socialistes, républicains populaires. Mais, lorsque les communistes s'opposent à la
politique des salaires du gouvernement, le président du Conseil,
usant des pouvoirs que la Constitution lui donne, révoque les
ministres communistes par le décret du 5 mai 1947. Ils espèrent
d'abord revenir au pouvoir, mais l'entrée dans la guerre froide et la
pression de Moscou conduisent à l'automne de 1947 le Parti
communiste à une opposition radicale au régime. Celui-ci rencontre
d'autre part l'hostilité du Rassemblement du peuple français (RPF),
fondé par de Gaulle, le 7 avril 1947, pour réviser les institutions.
Face à cette double opposition s'affirme une majorité de
Troisième Force. Elle va des socialistes à la droite modérée. Unis sur
l'essentiel – la défense du régime, l'alliance atlantique contre la menace
soviétique (le traité de l'Atlantique Nord est signé le 4 avril 1949), la
construction européenne (le traité instituant la Communauté
européenne du charbon et de l'acier, CECA, est signé le 18 avril
1951) – , les partis s'opposent sur la question de l'école (MRP et
modérés souhaitent des subventions aux écoles privées) et sur la
politique économique et sociale (modérés et radicaux critiquent le
dirigisme économique et le réformisme social issu de la Libération).
Aussi les gouvernements sont-ils instables, même si la majorité de
Troisième Force se réforme après chaque crise.
Les choses changent avec les élections du 17 juin 1951. Elles se
font selon la loi des apparentements: les listes apparentées
emportent tous les sièges si elles obtiennent la majorité absolue, la
103
proportionnelle ne jouant que dans le cas contraire. Cette réforme
électorale limite le succès en nombre de sièges du RPF, présent pour la
première fois à une élection législative, et celui du PC. Mais le vote de
la loi Barangé accordant des subventions aux écoles privées prive la
Troisième Force de sa victoire: les socialistes quittent la majorité.
Le balancier se déplace vers le centre droit, comme l'atteste
l'arrivée à la présidence du Conseil d'un indépendant, Antoine Pinay,
le 6 mars 1952. Attaché à la défense du franc et à la stabilisation
des prix, celui-ci sait trouver l'écoute de l'opinion, par sa manière
simple et son appel au bon sens. Il rallie une partie des élus du RPF.
L'échec du Rassemblement du peuple français est bientôt manifeste: le
6 mai 1953, de Gaulle rend leur liberté à ses amis politiques, et ses
interventions publiques se font de plus en plus rares. Il prend position
contre le traité de la Communauté européenne de défense (CED), qui
crée une armée européenne intégrée, point de départ d'une Europe
supranationale. Le projet est rejeté le 30 août 1954 par la conjonction
des adversaires du réarmement de la République fédérale – notamment
les communistes – et des adversaires de la supranationalité.
2. Répondez aux questions.
1) Quand Vincent Auriol est-il élu président de la IVe
République? – 2) Quel gouvernement forme le socialiste Paul
Romadier? – 3) Pourquoi le président du Conseil révoque-t-il les
ministres communistes par le décret du 5 mai 1947? – 4) Qu’est-ce qui
conduit le Parti communiste à une opposition radicale au régime? –
5) Qu’est-ce que le régime rencontre d’autre part? – 6) Qu’est-ce qui
s’affirme face à cette double opposition? – 7) Sur quoi s’opposent les
partis unis sur l’essentiel? – 8) Quand changent les choses? –
9) Qu’est-ce que la réforme électorale limite? – 10) Qu’est-ce qui
prive la Troisième Force de sa victoire? – 11) Par quoi sait trouver
l’écoute de l’opinion Antoine Pinay, président du Conseil? –
12) Pourquoi de Gaulle rend-il leur liberté à ses amis politiques? –
13) Prend-il position contre le traité de la Communauté européenne de
défense?
104
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
3. A vous de trouver et de traduire les équivalents.
1) les Forces françaises de l’intérieur
2) le Parti communiste
3) le Mouvement républicain populaire
4) le Rassemblement du peuple français
5) l’Union des Républiques Socialistes
Soviétiques
6) la Communauté européenne du charbon
et de l’acier
7) la Communauté éuropéenne de défense
8) la Front de libération nationale
9) l’Union démocratique et socialiste de la
Résistance
a)
b)
c)
d)
e)
f)
g)
h)
i)
UDSR
MRP
CECA
PC
URSS
CED
FFI
FLN
RPF
4. Résumez le texte.
1. Lisez et traduisez le texte.
Les problèmes de la décolonisation
A partir de 1953, cependant, le régime de la IVe République se
révèle de plus en plus impuissant à répondre aux problèmes de la
décolonisation. Depuis décembre 1946, la France mène en Indochine
une guerre qui paraît sans issue contre le Vietnam, d'inspiration
communiste. Dans les protectorats de Tunisie et du Maroc, les
mouvements nationalistes s'affirment. Les gouvernements français
successifs sont partagés entre des velléités libérales et une attitude de
fermeté, souvent due à la pression des résidents généraux et des
milieux de la colonisation. C'est ainsi que le 20 août 1953 le résident
général au Maroc fait déposer le sultan Mohammed V.
Après la chute du camp retranché de Dien Bien Phu le 7 mai
1954, qui témoigne de la gravité de la situation militaire au Tonkin,
Pierre Mendès France devient président du Conseil le 18 juin. Ce
radical fait figure depuis des années de Cassandre, annonçant la crise
du régime. Il obtient le soutien des milieux gaullistes, qui n'oublient
pas qu'il a été ministre du général de Gaulle, et forme un gouvernement
105
composé de radicaux, d'indépendants, d'anciens du RPF. Il s'adresse
directement à l'opinion par-dessus les partis, appelant à un «effort de
rénovation» et au «redressement». Les accords de Genève du 20 juillet
1954 mènent fin aux hostilités au Vietnam, partagé par le 17e parallèle.
La république du Nord-Vietnam est un régime communiste. La
république du Sud-Vietnam tombe bien vite sous l'influence des ÉtatsUnis, qui prennent le relais de la France.
Pierre Mendès France proclame d'autre part à Tunis l'«autonomie interne» de la Tunisie. Mais le chef du gouvernement se heurte, à
partir de novembre 1954, à l'insurrection du Front de libération
nationale (FLN) en Algérie. Le MRP, qui rend le président du
Conseil responsable de l'échec de la CED, joint ses voix à la droite
nationaliste et au Parti communiste, opposés au réarmement de la
république fédérale d'Allemagne décidé par les accords de Paris.
Mendès France est renversé le 3 février 1955: avec Antoine Pinay, il
avait été le seul président du Conseil réellement populaire de la IVe
République. Son ministre des Finances, Edgar Faure, lui succède. Il
se heurte aux mêmes difficultés. Il fait revenir sur son trône le sultan
Mohammed V, le 16 novembre. Des négociations destinées à mener à
«l'indépendance dans l'interdépendance» sont annoncées.
Edgar Faure espère que des élections législatives permettront de
dégager les sentiments de l'opinion face au difficile problème algérien.
Il met à profit les conditions prévues par la Constitution: deux crises
gouvernementales en moins de dix-huit mois lui permettent de procéder
à la dissolution de l'Assemblée. Les élections sont ainsi avancées de
quelques mois. Mais l'initiative du président du Conseil, accusé d'être
un nouveau Mac-Mahon, est très vivement critiquée à gauche. La
coalition de Front républicain, qui associe la SFIO, les radicaux
mendésistes, l'UDSR (Union démocratique et socialiste de la
Résistance) de François Mitterrand, certains gaullistes avec Jacques
Chaban-Delmas, remporte un relatif succès, sans avoir une majorité.
Le MRP poursuit son reflux, les anciens gaullistes s'effondrent, tandis
que le mouvement poujadiste, désigné du nom de son fondateur,
Pierre Poujade, papetier à Saint-Céré, obtient 12 % des suffrages
exprimés: parti d'une protestation contre le fisc, il véhicule
l'antiparlementarisme et nationalisme xénophobe.
106
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Le socialiste Guy Mollet, secrétaire général de la SFIO, forme
un gouvernement de minorité, qui obtient l'appui du MRP et d'une
partie des modérés, désireux d'éviter que le soutien communiste ne
conduise à un Front populaire. Guy Mollet, dans sa déclaration
d'investiture, se dit favorable, après le cessez-le-feu et des élections
libres, à la reconnaissance d'une «personnalité algérienne», mais la
pression des colons d'Algérie et des milieux nationalistes d'une part,
l'intransigeance, d'autre part, du FLN, qui exige l'indépendance, ne
permettent pas au président du Conseil de prendre l'initiative. Le
gouvernement reconnaît en mars 1956 l'indépendance du Maroc et de
la Tunisie. Il promulgue, le 23 juin, la loi-cadre qui va permettre une
évolution du statut des territoires d'outre-mer, mais il est pris dans
l'engrenage de l'affaire algérienne: terrorisme, répression, rôle
croissant de l'armée.
Guy Mollet obtient le soutien de la droite, en une manière
d'union nationale, notamment lors de l'expédition franco-britannique à
Suez en novembre 1956 pour répondre à la nationalisation du canal par
le colonel Nasser. Elle se solde par un échec du fait de l'opposition des
deux Grands. Guy Mollet fait d'autre part approuver le projet qui conduit
à la signature du traité de Marché commun à Rome le 25 mars 1957.
Mais son gouvernement, le plus long de l'histoire de la IVe République,
est abandonné par la droite le 21 mai 1957 à cause de sa politique
financière et sociale.
2. Répondez aux questions.
1) Quand le régime se révèle-t-il de plus en plus impuissant à
répondre aux problèmes de la colonisation? – 2) Depuis quand la
France mène-t-elle une guerre en Indochine contre le Vietnam? –
3) Où s’affirment les mouvements nationalistes? – 4) Quand Pierre
Mendès France devient-il président du Conseil? – 5) Quel soutien
obtient-il? – 6) Qu’est-ce qui met fin aux hostilités au Vietnam? –
7) Est-ce que la république du Nord-Vietnam est un régime
communiste? – 8) Sous l’influence de quel État tombe la république du
Sud-Vietnam? – 9) Qu’est-ce que Pierre Mendès France proclame à
Tunis? – 10) A quoi se heurte le chef du gouvernement à partir de
novembre 1954? – 11) Pourquoi P. Mendès France est-il renversé? –
12) Qui succède à P. Mendès France? –13) Qu’espère Edgar Faure? –
107
14) Comment est critiquée l’initiative du président du Conseil? –
15) Quelle coalition remporte un relatif succès sans avoir une majorité?
– 16) Qui forme un gouvernement de minorité? – 17) Qu’est-ce que le
gouvernement reconnaît en mars 1956? – 18) Quel soutient obtient
Guy Mollet? – 19) Que fait approuver Guy Mollet? – 20) Par qui est
abandonné le gouvernement de Guy Mollet, le plus long de l’histoire
de la IVe République?
3. A vous de trouver un équivalent et de traduire.
1) A partir de 1953, le régime de la IVe République se révèle de
plus en plus impuissant à répondre aux qsdfgh de la colonisation.
a) questions b) problèmes c) accords
2) Dans les protectorats de Tunisie et du qsdfgh les
mouvements nationalistes s’affirment.
a) Portugal b) Brésil c) Maroc
3) Après la chute du camp retranché de Dien Bien Phu le 7 mai
1954, qui témoigne de la qsdfgh de la situation militaire au Tonkin,
Pierre Mendès France devient président du Conseil le 18 juin.
a) gravité b) préoccupation c) observation
4) Il s’adresse qsdfgh à l’opinion par-dessus les partis, appelant
à un «effort de rénovation» et au «redressement».
a) lentement b) vivement c) directement
5) Les qsdfgh de Genève du 20 juillet 1954 mettent fin aux
hostilités au Vietnam, partagé par le 17e parallèle.
a) traités b) accords c) déclarations
6) Le chef du gouvernement se heurte, à partir de novembre
1954, à qsdfgh du Front de libération nationale en Algérie.
a) la révolution b) la résistance c) l’insurrection
7) Edgar Faurt espère que les élections législatives permettront
de qsdfgh les sentiments de l’opinion face au difficile problème
algérien.
a) trouver b) dégager c) prendre
8) Le gouvernement reconnaît en mars 1956 qsdfgh du Maroc et
de la Tunisie.
a) l’autonomie b) l’indépendance c) la priorité
108
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
9) Guy Mollet fait d’autre part qsdfgh le projet qui conduit à la
signature du traité de Marché commun à Rome le 25 mars 1957.
a) approuver b) montrer c) apprendre
10) Mais son gouvernement qsdfgh de l’histoire de la IVe
République est abandonné par la droite le 21 mai 1957, à cause de sa
politique financière et sociale.
a) le plus grand b) le plus court c) le plus long
4. Résumez le texte.
1. Lisez et traduisez le texte.
Vers la fin du régime
Son successeur, le radical Maurice Bourgès-Maunoury, ne dure
pas quatre mois (12 juin – 30 septembre 1957): il est renversé sur le
projet de loi-cadre relatif à l'Algérie. Son ministre des Finances Félix
Gaillard, un autre radical, lui succède après cinq semaines de crise. Il fait
adopter la loi-cadre, fort édulcorée, pour l'Algérie, mais sa majorité
l'abandonne le 15 avril 1958. II a en effet accepté les propositions des
«bons offices» anglo-américains pour régler le conflit franco-tunisien
après le bombardement par l'aviation française du village tunisien de
Sakhiet-Sidi-Youssef, suspecté d'abriter des «rebelles» du FLN.
S'ouvre une crise gouvernementale de quatre semaines, dont la
longueur illustre l'état d'impuissance où est parvenu le régime. Lorsque,
le 13 mai, le républicain populaire Pierre Pflimlin, à qui sont attribuées
des intentions libérales sur l'Algérie, se présente devant l'Assemblée,
l'émeute éclate à Alger. Les manifestants, maîtres du gouvernement
général, forment un comité de salut public, présidé par le général
Massu. Ils veulent sauver l’«Algérie française» et porter au pouvoir un
autre gouvernement à Paris. Les chefs de l'armée sont dans les mêmes
sentiments, sortant de leur traditionnelle neutralité.
De petits groupes gaullistes exploitent la situation pour permettre le retour au pouvoir du général de Gaulle. Celui-ci l'affirme,
le 15 mai, «prêt à assumer les pouvoirs de la République». Il
contribue ainsi à accélérer la désagrégation du régime, apparaissant
bientôt comme un recours face aux milieux activistes d'Algérie, qui
109
établissent leur autorité sur la Corse le 24 mai. Le 27, le général de
Gaulle, pour couper court à toute initiative d'Alger en métropole,
déclare qu'il a entamé «le processus régulier nécessaire à l'établissement
d'un gouvernement républicain». Il invite les forces armées à la discipline.
L'évolution de Guy Mollet et de la majorité de la SFIO ouvre la voie légale
du retour au pouvoir du général de Gaulle, investi le 1er juin 1958 par 329
voix contre 224.
La IVe République avait pu surmonter les graves difficultés
politiques et sociales de 1947–1948, elle avait amorcé la construction
européenne et la réconciliation franco-allemande. La reconstruction avait
été rapide et le pays s'était engagé sur la voie d'une croissance qu'il n'avait
jamais connue. Mais l'instabilité du régime, son incapacité à prendre les
choix décisifs, son inaptitude à susciter une véritable adhésion de
l'opinion le condamnaient à être emporté par la crise algérienne.
2. Répondez aux questions.
1) Le successeur de Guy Mollet, le radical Maurice BourgèsMaunoury, est-il renversé sur le projet de loi-cadre relatif à l’Algérie?
– 2) Qui lui succède? – 3) Que fait adopter Félix Gaillard? – 3) A-t-il
accepté les propositions des «bons offices» anglo-américains pour
régler le conflit franco-tunisien? – 4) Quand éclate l’émeute à Alger? –
5) Qu’est-ce que les manifestants, maîtres du gouvernement général,
forment? – 6) Que veulent-ils? – 7) Dans quels sentiments sont les
chefs de l’armée? – 8) Pour quoi de petits groupes exploitent-ils la
situation? – 9) Quand de Gaulle s’affirme-t-il? – 10) Contribue-t-il à
accélérer la désagrégation du régime? – 11) Qu’est-ce que de Gaulle
déclare? – 12) Qu’est-ce qui ouvre la voie légale du retour au pouvoir
du général de Gaulle investi le 1er juin 1958 par 329 voix contre 224?
– 13) Qu’est-ce que la IVe République avait pu surmonter et amorcé? –
14) Comment avait été la reconstruction? – 15) Qu’est-ce qui
condamne le régime à être emporté par la crise algérienne?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire.
1) Son successeur, le radical M. Bourgès-Maunoury, est
renversé sur le projet de loi-cadre relatif à l’Algérie.
a) свергнут
b) одобрен
c) заявлен
110
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2) Félix Gaillard fait adopter la loi-cadre fort édulcorée pour
l’Algérie, mais sa majorité l’abandonne le 15 avril 1958.
a) заставлять принять
b) вынуждать усвоить
c) заставлять найти
3) S’ouvre une crise gouvernementale de quatre semaines dont
la longueur illustre l’état impuissant où est parvenu le régime.
a) состояние
b) способ c) позиция
4) Les manifestants, maîtres du gouvernement général, forme un
comité de salut public présidé par le général Massu.
a) общественной свободы
b) общественной комиссии
c) общественного спасения
5) Ils veulent sauver «l’Algérie française» et porter au pouvoir
un autre gouvernement à Paris.
a) приводить к власти
b) вносить полномочия
c) затрагивать власть
6) Les chefs de l’armée sont dans les mêmes sentiments sortant
de leur traditionnelle neutralité.
a) отступая
b) придерживаясь c) направляя
7) De Gaulle s’affirme, le 15 mai 1958, prêt à assumer les
pouvoirs de la République.
a) взять на себя полномочия
b) обеспечить полномочия
c) отречься от полномочий
8) Le 27 mai, le général de Gaulle, pour couper court,
l’initiative d’Alger en métropole, déclare qu’il a entamé le processus
régulier nécessaire à l’établissement d’un gouvernement républicain.
a) переходить b) начать c) закончить
9) De Gaulle invite les forces armées à la discipline.
a) приглашать b) призывать c) приказывать
10) L’instabilité du régime, son inaptitude à susciter une
véritable adhésion de l’opinion le condamnaient à être emporté par la
crise algérienne.
a) согласие b) отказ c) учет
4. Résumez le texte.
111
La Ve République sous de Gaulle (1958–1969)
1. Lisez et traduisez le texte.
De Gaulle, revenu aux affaires, fait approuver une Constitution qui
dote la France de la stabilité politique. Il règle le problème algérien
et, rejetant la supranationalité, poursuit la construction de l'Europe.
Les oppositions politiques retrouvent un poids appréciable à partir
des élections présidentielles de 1965. La crise de I968 révèle les
aspirations diverses d'une société traversée de profondes mutations, et
ses contrecoups entraînent le départ du général de Gaulle après
l'échec du référendum d'avril 1969.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que de Gaulle, revenu aux affaires, fait approuver?
– 2) Quel problème règle-t-il? Que poursuit-il? – 3) Qu’est-ce que la
crise de 1968 révèle? – 4) Quand de Gaulle se retire-t-il de la
politique?
1. Lisez et traduisez le texte.
Les premières années
Le nouveau régime
Le gouvernement formé le 1er juin par le général de Gaulle,
dernier président du Conseil de la IV e République, surprend par la
présence de personnalités issues des grands partis de gouvernement de
cette IVe République, l'absence des partisans les plus affirmés de
l'Algérie française, le recours à des hauts fonctionnaires. Il obtient
pour six mois le droit d'agir par ordonnances. Surtout, la loi du 3 juin
1958 lui donne le pouvoir d'élaborer, après avis d'un Comité
consultatif formé en partie de parlementaires, un projet de Constitution
destiné à être soumis à référendum. Aux termes de la loi du 3 juin,
le projet doit mettre en œuvre les principes suivants: «Seul le suffrage
universel est source du pouvoir [...] Le pouvoir exécutif et le pouvoir
législatif doivent être effectivement séparés [...] Le gouvernement doit
112
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
être responsable devant le Parlement.» D'emblée perce l'ambiguïté
même des institutions de la Ve République: l'affirmation de la
séparation des pouvoirs et de l'autorité de l'exécutif va de pair avec
l'affirmation que le régime est un régime parlementaire, responsable
devant le Parlement. Le nouveau régime ne saurait donc être un régime
présidentiel à l'américaine.
Présenté solennellement par le général de Gaulle, à la date
symbolique du 4 septembre, place de la République, le texte de la
Constitution est soumis à référendum le 28 septembre. Les partisans
du non sont, d'une part, certains groupes d'extrême droite, d'autre part,
le Parti communiste et l'Union des forces démocratiques, réunion
autour de Pierre Mendès France et François Mitterrand de la partie
de la gauche non communiste qui n'accepte ni les conditions du
retour de De Gaulle au pouvoir, ni les nouvelles institutions. Les
abstentions sont très faibles: 15 %. Le oui obtient 79 % des suffrages
exprimés, soit les deux tiers des inscrits, chiffre exceptionnel qui
donne pleine autorité à de Gaulle. Le oui prend de 1 600 000 à 1 900
000 voix au Parti communiste.
Des nouvelles institutions, plusieurs lectures sont possibles, et la
Constitution de 1958 ne prit toute sa portée qu'au long de la pratique
coutumière. Mais, dès 1958, le président de la République apparaît
comme la «clé de voûte» des nouvelles institutions. Aux termes de
l'article 5, il «assure par son arbitrage le fonctionnement régulier des
pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État». Il nomme le Premier
ministre. Il peut «soumettre аu référendum tout projet de loi portant
sur l'organisation des pouvoirs publics» (article 11). Il peut, en cas de
crise majeure, exercer des pouvoirs exceptionnelles (article 16). Le
président de la République, source du pouvoir, est élu par un collège
de grands électeurs qui correspond, pour la métropole au collège
électoral qui élit les sénateurs. Le gouvernement, «responsable devant
le Parlement» (article 20), procède du chef de l'État: il doit donc
bénéficier d'une double confiance. La séparation de l'exécutif et du
législatif entraîne l'incompatibilité des fonctions ministérielles et
parlementaires: le parlementaire devenu ministre cède son siège à
son suppléant.
Le régime veut être, selon la formule de François Goguel, un
«régime parlementaire sans souveraineté du Parlement». L'Assemblée
nationale, élue selon l'ordonnance du 13 octobre au scrutin
uninominal majoritaire à deux tours, jugé apte à dégager une majorité
de gouvernement, voit ses initiatives bridées par plusieurs articles de la
Constitution: désormais, un projet de loi est mis en discussion dans les
termes du gouvernement. Celui-ci peut faire procéder à un «vote
bloqué». Il peut demander au Parlement l'autorisation d'agir par
ordonnances. Lors du vote d'une motion de censure, «seuls sont
recensés les votes favorables» à celle-ci. A défaut de vote de la
censure, un projet de loi sur lequel le Premier ministre a engagé la
responsabilité du gouvernement est considéré comme adopté (article
49-3). Le Conseil constitutionnel (neuf membres nommés pour neuf
ans, trois par le président de la République, trois par le président de
l'Assemblée, trois par celui du Sénat) constitue une autre arme
inconnue de la tradition républicaine contre les déviations du régime
parlementaire. Ce régime inédit, à la fois parlementaire et présidentiel,
prend peu à peu son visage, mais à l'automne 1958 il semble avant tout
forgé pour de Gaulle, qui a besoin d'une grande liberté d'action pour
régler le problème algérien.
Les élections législatives du 23 novembre 1958 confirment la
baisse du Parti communiste. Les divers partis qui se réclament du général
de Gaulle se maintiennent, tandis que l'Union pour la Nouvelle
République (UNR), gaulliste, retrouve le score du RPF en 1951. Le
second tour entraîne en revanche une polarisation de l’électorat autour
de l'UNR et de la droite modérée, favorisées par les effets du scrutin
majoritaire. La SFIO n'a qu'une quarantaine d'élus, le Parti
communiste dix, il est victime de son isolement au deuxième tour. De
nombreux sortants sont battus.
Le 21 décembre, le général de Gaulle est élu président de la
République par 62 394 voix (78,5 % des suffrages exprimés). Il prend
ses fonctions le 8 janvier 1959, nommant aussitôt un de ses fidèles,
Michel Debré, Premier ministre. La SFIO ne participe pas au
gouvernement parce qu'elle désapprouve la politique d'austérité
introduite par l'ordonnance du 30 décembre, mais elle va apporter son
soutien au général de Gaulle dans les grandes orientations de sa
politique algérienne.
113
114
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
er
1) Par quoi surprend le gouvernement formé le 1 juin par le
général de Gaulle? – 2) Qu’est-ce qu’il obtient pour six mois? –
3) Que lui donne la loi du 3 juin 1958? – 4) Quels principes doit mettre
en œuvre le projet de la Constitution? – 5) Est-ce que le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif doivent être effectiviment séparés? – 6) Le
gouvernement doit-il être responsable devant le Parlement? – 7) Est-ce
que le nouveau régime est un régime parlementaire ou présidentiel à
l’américaine? – 8) Quand le texte de la Constitution est-il soumis à
référendum? – 9) Qui est le partisan de «non»? – 10) Quelles sont les
abstentions? – 11) Qu’est-ce qui obtient 79 % des suffrages exprimés?
– 12) Quand le président apparaît-il comme la «clé de voûte» des nouvelles institutions? – 13) Peut-il nommer le Premier ministre? Peut-il
soumettre au référendum tout projet de loi? – 14) Quand le président
peut-il exercer des pouvoirs exeptionnels? – 15) Qu’est-ce que la séparation de l’exécutif et du législatif entraîne? – 16) Qu’est-ce que de
Gaulle peut demander au parlement? – 17) Pour qui le régime semblet-il avant tout forgé? – 18) Qu’est-ce qui confirme la baisse du Parti
communiste? – 19) Qu’est-ce que le second tour des élections législatives de 1958 entraîne? – 20) Quand le général de Gaulle est-il élu
président de la République? – 21) Quand prend-il ses fonctions?
3. Trouvez les équivalents, faites-les entrer dans des
phrases.
a) исполнительная и законодательная власть
b) быть вынесенным на референдум
c) дать полномочие разработать проект конституции
d) быть ответственным перед парламентом
e) претворять принципы
f) действовать с помощью
указов
g) одобрить конституцию
1) faire approuver la
constitution
2) régler le problème
algérien
3) entraîner le départ du
général de Gaulle
4) exercer des pouvoirs
exeptionnels
5) obtenir le droit d’agir par
ordonnance
6) donner le pouvoir
d’élaborer un projet de
Constitution
115
h) урегулировать алжирскую
проблему
i) повлечь за собой уход де
Голля
j) осуществлять чрезвычайные полномочия
7) mettre en œuvre les
principes
8) être soumis à référendum
9) le pouvoir exécutif et le
pouvoir législatif
10) être responsable devant
le parlement
4. A vous de choisir un équivalent et de traduire.
1) L’affirmation de la séparation des pouvoirs et de l’autorité de
l’exécutif va de pair avec l’affirmation que le régime est un régime
parlementaire, responsable devant le Parlement.
a) казаться одновременно
b) идти заодно
c) содействовать одновременно
2) Le nouveau régime ne saurait donc être un régime
présidentiel à l’américaine.
a) не показал бы
b) не мог бы
c) не запретил бы
3) Présenté par le général de Gaulle, à la date symbolique du 4
septembre, place de la République, le texte de la Constitution est
soumis à référendum le 28 septembre.
a) дан на референдум
b) вынесен на референдум
c) подтвержден на референдуме
4) Les partisans du «non» sont, d’une part, certains groupes
d’extrême droite, d’autre part, le Parti communiste et l’Union des
forces démocratiques, réunion autour de Pierre Mendès France.
a) люди против
b) сторонники неприятия
c) выступающие за
5) Aux termes de l’article 5, il «assure par son arbitrage le
fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de
l’État».
a) в пределах статьи
b) в силу статьи
c) в результате статьи
116
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
6) Le gouvernement «responsable devant le Parlement» (article
20), procède du chef de l’État: il doit donc bénéficier d’une double
confiance.
a) получать
b) пользоваться
c) ощущать
7) Le gouvernement peut demander au Parlement l’autorisation
d’agir par ordonnances.
a) действовать с помощью указов
b) действовать по приказу
c) действовать по инструкции
8) Ce régime inédit, à la fois parlementaire et présendentiel,
prend peu à peu son visage, mais à l’automne 1958 il semble avant
tout forgé pour de Gaulle, qui a besoin d'une grande liberté d'action
pour régler le problème algérien.
a) скрывает свое лицо
b) показывает понемногу свое лицо
c) не принимает своего лица
9) De Gaulle prend ses fonctions le 8 janvier 1959, nommant
aussitôt un de ses fidèles, Michel Debré, Premier ministre.
a) упомянув сразу
b) назначив сразу
c) предупредив сразу
5. Résumez le texte.
La décolonisation
1. Lisez et traduisez le texte.
La décolonisation de l'Afrique noire et de Madagascar se fait
sans crise majeure. Seule la Guinée vote non au référendum du 28
septembre 1958, refusant ainsi le statut d'État membre de la
Communauté instituée par l'article 1 de la Constitution, et choisissant
l'indépendance. En fait, la Communauté fut éphémère. Dès I960, la
République malgache et les États d'Afrique noire devenaient
pleinement indépendants et signaient des accords de coopération
avec la France.
117
Le règlement de l'affaire algérienne fut autrement complexe et
dramatique. De Gaulle, à son retour aux affaires, n'avait pas arrêté de
solution précise, mais il était convaincu que l'«intégration» n'avait pas
d'avenir, que l'indépendance était inéluctable et que, dans le court terme,
le développement économique de l'Algérie et une formule d'association
ouvraient la voie à une évolution nécessaire. Le 16 septembre 1959, le
général de Gaulle proclame le recours à l'autodétermination. Trois
solutions seront proposées à la population: la sécession, la
francisation, le «gouvernement des Algériens par les Algériens,
appuyé sur l'aide de la France et en union étroite avec elle».
De Gaulle trouve désormais en face de lui l'opposition de plus en
plus résolue des partisans de l'Algérie française. Elle s'affirme lors de
la «semaine des barricades d'Alger» (24 janvier – 1 er février 1960),
et surtout lors du putsch des généraux (22–25 avril 1961). Mais de
Gaulle est fort de l'appui de l'opinion: le 8 janvier 1961, 75,2 % des
suffrages exprimés en métropole approuvent l'autodétermination. Lors
du putsch des généraux, le contingent et la majorité des officiers ne
suivent pas les activistes. Par la suite, l'Organisation armée secrète
(OAS), qui recourt au terrorisme, essaie de faire basculer l'armée de
son côté. En vain. Cependant, la négociation avec le FLN, plusieurs
fois engagée puis interrompue, aboutit enfin lors de la conférence
d'Évian, le 18 mars 1962. Le 8 avril, 90,6 % de oui en métropole
approuvent les accords qui prévoient l'association de l'Algérie
indépendante et de la France. Le 3 juillet, la France reconnaît l'indépendance de l'Algérie, mais la grande majorité des Européens, près
d'un million, ont fui l'Algérie, sous la pression de l'OAS, qui fait la
politique du pire, et par crainte de violences. Dès lors, une partie des
accords d'Évian devient d'emblée caduque.
Pour la France, la page est tournée. En guère plus de dix-huit
mois, quatorze républiques ont pris la suite des territoires de l'Afrique
française. Madagascar et l'Algérie sont devenues des républiques.
L'heure de l'Empire a pris fin, sans drames en Afrique noire et à
Madagascar, mais au terme d'une crise douloureuse en Algérie. Étaitce repli égoïste sur l'Hexagone? Telle n'était pas la volonté du
général de Gaulle, comme l'attestent le changement de dénomination
du secrétariat à la Communauté, devenu le 18 mai 1961 ministère de la
Coopération, et la politique qu'il va mettre en œuvre.
118
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
1) Comment se fait la décolonisation de l’Afrique noire et de
Madagascar? – 2) Quel pays vote «non» au référendum du 28 septembre 1958? – 3) Quand les États de l’Afrique noire devenaient-ils
pleinement indépendants? – 4) Qu’est-ce qui fut complexe et dramatique?
– 5) De quoi était convaincu de Gaulle? – 6) Qu’est-ce que le général
de Gaulle proclame le 16 septembre 1959? – 7) Quelles solutions seront proposées à la population? – 8) Quelle opposition trouve de
Gaulle en face de lui? – 9) De quoi est fort de Gaulle? – 10) Quelle
organisation essaie de faire basculer l’armée de son côté? –
11) Qu’est-ce qui aboutit lors de la conférence d’Evian le 18 mars
1962? – 12) Qui approuve les accords? Que prévoient ces accords? –
13) Quand la France reconnaît-elle l’indépendance de l’Algérie? –
14) Qui a fui l’Algérie sous la pression de l’OAS? – 15) Comment a
pris fin l’heure de l’Empire?
3. Résumez le texte.
Une autre politique étrangère
1. Lisez et traduisez le texte.
Libéré de l'hypothèque algérienne, de Gaulle peut, avec plus
d'autorité, poursuivre les grandes orientations de sa politique étrangère.
Dès son retour au pouvoir, il avait affirmé celles-ci. Hostile à une
Europe supranationale, il avait fait en matière européenne deux choix
considérables: ne pas mettre en cause le traité de Rome instituant le
Marché commun signé le 25 mars 1957; poursuivre le rapprochement
franco-allemand, fondement à terme d'une Europe confédérale,
indépendante des États-Unis.
De Gaulle était d'autre part hostile à l'organisation militaire du
Pacte atlantique, qui intégrait l'armée française dans un système dirigé
par les États-Unis. Dès mars 1959, il retire les forces françaises de
Méditerranée du contrôle de l'OTAN. Le 3 novembre 1959, dans un
discours à l'École militaire, il annonce la mise sur pied d'une force
nationale de dissuasion, pour la réalisation de laquelle il bénéficie des
choix de la IVe République, à partir de 1954. La première bombe
119
atomique française explose le 13 février 1960. La création de la force
de frappe atomique française est poursuivie activement, malgré les
critiques des États-Unis, qui proposent une force atomique
multilatérale à leurs alliés.
Ces orientations inquiètent les milieux politiques français
favorables à l'alliance atlantique comme à l'intégration européenne. Le
problème algérien réglé, de Gaulle n'apparaît plus indispensable.
2. A vous de répondre.
1) Quand de Gaulle peut-il poursuivre les grandes orientations
de la politique étrangère? – 2) Quels deux choix considérables en
matière européenne avait fait de Gaulle? – 3) A quoi était hostile de
Gaulle? – 4) Quand retire-t-il les forces françaises de Méditerranée du
contrôle de l’OTAN? – 5) Quand de Gaulle annonce-t-il la mise sur
pied d’une force nationale de dissuasion? – 6) Quand explose la première
bombe atomique française? – 7) Que proposent les États-Unis à leurs
alliés? – 8) Quand de Gaulle n’apparaît-il plus indispensable?
3. A vous de traduire en français.
1) Деколонизация черной Африки и Мадагаскара происходит без большого кризиса. – 2) Только Гвинея голосует против на
референдуме 28 сентября 1958 г., выбирая независимость. –
3) Африканские государства и Мальгашская республика становятся независимыми полностью и подписывают соглашения о сотрудничестве с Францией. – 4) Но алжирское урегулирование было сложным и драматичным. – 5) Генерал де Голль провозглашает
ходатайство о самоопределении. – 6) Перед ним оппозиция все
более и более решительная сторонников французского Алжира. –
7) Но общественное мнение поддерживает де Голля. – 8) Контингент и большинство офицеров не идут за активистами во время
путча генералов. – 9) Секретная военная организация, которая
прибегает к терроризму, пытается заставить перейти армию на
свою сторону. – 10) Франция признает независимость Алжира 3
июля 1962 г., но большинство европейцев, около 1 миллиона, покинули Алжир.
120
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
4. A vous de compléter et de traduire.
1) Libéré de l’hypothèque algérienne de Gaulle peut qsdfgh les
grandes orientations de la politique étrangère.
a) faire b) poursuivre c) monter
2) De Gaulle était qsdfgh à l’organisation militaire du Pacte
atlantique qui intégrait l’armée française dans un système dirigé par
les États-Unis.
a) content b) hostile c) heureux
3) qsdfgh mars 1959, il retire les forces françaises de
Méditerranée du contrôle de l’OTAN.
a) lorsque b) dès c) à la fin
4) Le 3 novembre 1959, dans un discours à l’Ecole militaire, il
annoce qsdfgh d’une force nationale de dissuasion.
a) une nouvelle b) la mise sur pied c) les accords signés
5) La création de la force de frappe atomique française est
poursuivie activement, qsdfgh les critiques des États-Unis qui
proposent une force atomique multilatérale à leurs alliés.
a) conformément b) selon c) malgré
6) Ces orientations inquiètent les milieux politiques français
qsdfgh à l’alliance atlantique comme à l’intégration européenne.
a) favorables b) hostiles c) sérieux
7) Le problème algérien réglé, de Gaulle n’apparaît plus qsdfgh.
a) meilleur b) heureux c) indispensable
5. Résumez le texte «Une autre politique étrangère».
La Ve République s’enracine.
Après-gaullisme et alternance politique
1. Lisez et traduisez le texte.
Sans crise institutionnelle se succèdent Georges Pompidou,
continuateur, pour l'essentiel, de De Gaulle, Valéry Giscard
d'Estaing, qui rallie l'opposition centriste et dont les tentatives de
réforme se heurtent à la crise, François Mitterrand. L'élection de
celui-ci à la présidence de le République entraîne une alternance
politique, suivie, après les élections législatives de 1986, d'une
période de «cohabitation».
Les années Pompidou
L'élection. La succession de De Gaulle, épreuve pour les
institutions, se déroule sans crise. L'élection oppose, outre les candidats
de gauche et d'extrême gauche, le centriste Alain Poher, président du
Sénat, et Georges Pompidou, qui se réclame de la tradition gaulliste
et des institutions de la Ve République. Sa volonté d'ouverture au
problème européen lui vaut le ralliement d'une partie des centristes
autour de Jacques Duhamel, René Pleven, Joseph Fontanet.
Au premier tour, Georges Pompidou obtient 44,5 % des suffrages
exprimés, devançant nettement Alain Poher (23 %) et Jacques
Duclos (21 %). Le Parti communiste, hostile à un rapprochement des
socialistes et du centre et aux orientations «atlantistes» d'Alain
Poher, appelle ses électeurs à l'abstention. Tous ne suivent pas
cette consigne: le taux d'abstention passe de 22,41 à 31 %. Georges
Pompidou obtient plus de 58 % des exprimés et 37,50 % des inscrits;
Alain Poher, respectivement 42 % et moins de 27 %. Ce succès
démontre les aptitudes du gaullisme à survivre à de Gaulle et
enracine les institutions de la Ve République.
Débloquer la société. La nomination de Jacques Chaban-Delmas,
gaulliste de tradition radicale, comme Premier ministre, l'entrée dans le
gouvernement de centristes ralliés, la mise en cause par la déclaration
gouvernementale d'une «société bloquée» témoignent d'une volonté
121
122
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
d'ouverture. L'État s'efforce de développer la négociation contractuelle
dans les relations du travail. Le gouvernement surmonte les
mouvements sociaux et l'agitation des groupes gauchistes. Mais une
partie de sa majorité, conservateurs au sein de l'UDR gaulliste,
républicains indépendants qui veulent marquer leur spécificité, critique
une politique jugée trop peu ferme.
Dans la même période, la gauche non communiste se réorganise
autour du nouveau Parti socialiste fondé en juillet 1969, qui s'oriente
vers un rapprochement avec le Parti communiste. A Épinay, en juin
1971, François Mitterrand entre au Parti socialiste et en devient le
premier secrétaire. Au long des années, le nouveau parti va se grossir
d'apports nouveaux, recueillant une part des fruits de la contestation de
1968.
Le président de la République poursuit les grandes orientations du général de Gaulle en matière de politique extérieure. Le seul
infléchissement, d'ailleurs amorcé par de Gaulle en février 1969, est
la levée, en mai 1971, du veto français à l'entrée de l'Angleterre –
jugée susceptible d'équilibrer l'Allemagne fédérale – dans le Marché
commun. Georges Pompidou, qui espère rallier les centristes d'opposition
et diviser la gauche (les socialistes sont favorables à l'élargissement de
l'Europe), consulte les Français, le 23 avril 1972, par voie de
référendum, sur l'élargissement du Marché commun. Mais l'appel à
l'abstention du Parti socialiste transforme en demi-échec le succès
d'opinion escompté par le président de la République. Le oui obtient
68 % des suffrages exprimés, mais seulement 36 % des inscrits,
avec 39,5 % d'abstentions et 7,1 % de blancs et nuls.
2. Répondez aux questions.
1) Qui se succède à Charles de Gaulle? – 2) Que fait Valéry
Giscard d’Estaing? – 3) Qu’est-ce qui entraîne une alternance politique?
– 4) Comment se déroule la succession de De Gaulle? – 5) Qu’est-ce
que Georges Pompidou se réclame? – 6) Qu’est-ce que Pompidou obtient pendant les élections? – 7) Qu’est-ce que l’État s’efforce de faire?
– 8) Qu’est-ce que le gouvernement surmonte? – 9) Qui se réorganise
autour du Parti socialiste? – 10) Quand François Mittérrand entre-t-il
au Parti socialiste et en devient-il le premier secrétaire? – 11) Qu’est123
ce que le président de la Répiblique poursuit en matière de la politique
extérieure?
3. A vous de trouver les équivalents. Faites-les entrer
dans des phrases.
A: 1) démontrer; 2) le premier tour; 3) devancer; 4) les élections;
5) le suffrage universel; 6) enraciner; 7) obtenir quarante pour-cent des
suffrages; 8) l’emporter; 9) hostile à des socialistes; 10) le taux
d’abstentions; 11) surmonter
B: преодолевать; процент не голосовавших; доказать; получить сорок процентов голосов; первый тур; укоренять; опережать;
всеобщее избирательное право; одержать победу; выборы; враждебный социалистам.
4. A vous de traduire en français.
1) Наследование де Голлю проходит без кризиса. – 2) В первом туре Жорж Помпиду набирает 44,5 % избирательных голосов.
– 3) Компартия, враждебная сближению с социалистами, призывает избирателей к уклонению от голосования. – 4) Ж. Помпиду
побеждает на выборах. – 5) Его успех доказывает способность
голлизма пережить де Голля и укрепить институты Vой Республики. – 6) Новая социалистическая партия, образованная в 1969 г.,
ориентирована на сближение с компартией. – 7) В Эпинэ в июне
1971 г. Франсуа Миттеран вступает в соцпартию и становится ее
секретарем. – 8) Ж. Помпиду в области внешней политики продолжает направление де Голля. – 9) Жорж Помпиду советуется с
французами по поводу расширения общего рынка на референдуме 23 апреля 1972 г.
5. Résumez le texte.
La présidence de Valéry Giscard d'Estaing
1. Lisez et traduisez le texte.
A la recherche d'un «consensus». Lorsque Georges Pompidou
disparaît le 2 avril 1974 au soir, l'intérim est à nouveau assuré, comme
le 27 avril 1969, et conformément aux institutions, par le président du
124
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Sénat, Alain Poher. A la différence de 1969, la gauche unie présente
un candidat dès le premier tour: François Mitterrand. Du côté de la
majorité s'opposent Jacques Chaban-Delmas et le ministre des
Finances Valéry Giscard d'Estaing. Il est soutenu par les républicains
indépendants, les centristes d'opposition et une fraction des gaullistes
autour de Jacques Chirac. La participation électorale est très élevée: il
n'y a que I5,77 % d'abstentions. François Mitterrand obtient 43,3 %
des suffrages en métropole, Valéry Giscard d'Estaing 32,91 %, Jacques
Chaban-Delmas, qui au long de sa campagne a déçu, 14,6 %. L'issue
du second tour est incertaine. Valéry Giscard d'Estaing, qui a convaincu
de sa volonté de changement une frange des électeurs, l'emporte de
justesse par 50,81 % des suffrages exprimés, contre 49,19 % à son
adversaire. Un peu plus de 420 000 suffrages séparent les deux
candidats. Le taux de participation, inégalé, est de 87,9 %. Si l'élection
présidentielle est pleinement entrée dans les mœurs politiques des
Français, le pays paraît coupé en deux.
Le nouveau président de la République, grand bourgeois
libéral, désireux de gouverner «au centre» et de trouver un certain
«consensus», va se heurter aux dures contraintes de la lutte politique et
à des contestations diverses, sur une toile de fond de crise économique
et de tensions internationales aggravées. Le Premier ministre est
Jacques Chirac, choix dû à l'attitude de celui-ci lors de l'élection
présidentielle et au poids dominant du groupe UDR à l'Assemblée. Mais
l'UDR ne détient plus qu'un tiers des portefeuilles, au côté de centristes
et de non-parlementaires. Le «changement» annoncé par le nouveau
président de la République se traduit par des démarches symboliques
qui visent avec plus ou moins de bonheur à une plus grande simplicité
dans les contacts avec les Français. Le président de la République
s'efforce d'ouvrir un dialogue avec l'opposition sans trouver un
véritable écho.
Cependant, des mesures importantes sont adoptées: loi du 5
juillet 1974 qui abaisse à dix-huit ans l'âge de la majorité, loi du 31
décembre 1975 qui modifie le statut de Paris, doté enfin d'un maire élu.
D'autre part, le Congrès adopte le 21 octobre 1974, par 488 voix contre
273, une révision de la Constitution qui étend à 60 députés ou sénateurs
le droit, jusque-là dévolu au président de la République, au Premier
ministre, aux présidents des Assemblées, de déférer une loi au Conseil
125
constitutionnel avant sa promulgation. Cette disposition, qui sur le
moment ne frappe guère, est à l'origine des interventions croissantes du
Conseil constitutionnel, juge de la conformité à la Constitution du
travail législatif. A la souveraineté de la loi, chère à la tradition
républicaine, s'oppose une manière de gouvernement des juges, un
pouvoir de contrepoids, issu de la tradition libérale.
A côté de ces réformes politiques sont prises des réformes qui
touchent aux mœurs. Elles veulent répondre aux aspirations libertaires
et individualistes caractéristiques de l'esprit du temps. La loi du 17
janvier 1975 sur l'interruption volontaire de grossesse est adoptée
par une «majorité d'idées» qui associe la gauche et une minorité de la
majorité gouvernementale. Le ministre de la Santé, Simone Veil, s'est
efforcé de présenter la loi dépénalisant l'avortement comme un
moindre mal, l'avortement étant une «formule de détresse». En fait,
l'application de la loi ne se fera pas dans l'esprit qui a présidé à son
vote. Une loi du 11 juillet 1975 facilite les procédures de divorce. En
revanche, les projets relatifs aux réformes économiques et sociales
n'aboutissent pas, ainsi du rapport de la commission présidée par Pierre
Sudreau sur la réforme de l'entreprise.
2. Répondez aux questions.
1) Quand disparaît Georges Pompidou? – 2) Par qui est assuré
l’intérim? – 3) Quel candidat présente la gauche unie? – 4) Qui
s’oppose du côté de la majorité? – 5) Par qui est soutenu Giscard
d’Estaing? – 6) De quoi a-t-il convaincu des électeurs? – 7) A quoi va
se heurter le nouveau président de la République, grand bourgeois libéral? – 8) Qui est le Premier ministre? – 9) Que s’efforce de faire le
président de la République? – 10) Quelles mesures sont adoptées? –
11) Quand le Congrès adopte-t-il une révision de la Constitution? –
12) Quelles réformes sont prises à côté de ces réformes politiques?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire.
1) Lorsque Georges Pompidou disparaît le 2 avril 1974, qsdfgh
est assurée conformément aux institutions par le président du Sénat,
Alain Poher.
a) la succession b) l’intérim c) la traduction
126
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2) A la différence de 1969, qsdfgh présente un candidat dès le
premier tour François Mitterrand.
a) la droite unie b) les partis unis c) la gauche unie
3) qsdfgh de la majorité s’opposent Jaques Chaban-Delmas et le
ministre des Finances Valéry Giscard d’Estaing.
a) près de b) vers c) du côté
4) La participation électorale est très élevée il n’y a que 15,7 %
qsdfgh.
a) les suffrages b) d’abstentions c) citoyens
5) Valéry Giscard d’Estaing, qui a convaincu de sa volonté de
changement une frange des électeurs, qsdfgh de justesse par 50,81%
des suffrages exprimés contre 49,19 % à son adversaire.
a) l’emporte b) gagne c) discute
6) Le nouveau président de la République va se heurter aux
dures contraintes de la lutte politique et à des contestations diverses
sur une toile de fond de crise économique et de qsdfgh internationales
aggravées.
a) tensions b) coopération c) stagnations
7) Le président de la République s’efforce d’ouvrir qsdfgh avec
l’opposition sans un véritable écho.
a) un discours b) un espoir c) un dialogue
8) A côté de ces réformes politiques qsdfgh des réformes qui
touchent aux mœurs.
a) sont discutées b) sont prises c) sont révisées
9) Une loi du 11 juillet 1975 qsdfgh les procédures de divorce.
a) aggrave b) facilite c) montre
10) Les projets qsdgh aux réformes économiques et sociales
n’aboutissent pas.
a) relatifs b) conformes c) correspondant
4. Résumez le texte.
127
Le poids de la crise
1. Lisez et traduisez le texte.
En fait, une partie de la majorité parlementaire est réservée
devant les projets présidentiels. Les interventions croissantes du
président de la République dans la conduite directe des affaires, une
appréciation différente de l'attitude à observer face à la crise économique,
un désaccord sur l'Europe (c'est le 12 juillet qu'intervient l'accord de
Bruxelles sur l'élection de l'Assemblée européenne au suffrage
universel), toutes ces raisons sont aux origines de la démission, le 25
août 1976, du Premier ministre. Il affirme publiquement, et de façon
inhabituelle, ne pas disposer des moyens nécessaires pour assurer ses
fonctions.
Jacques Chirac est remplacé par Raymond Barre, professeur
d'économie politique, ancien vice-président de la Commission des
Communautés économiques européennes, ministre du Commerce
extérieur depuis janvier 1976, qui n'appartient à aucune formation
politique et reçoit pour première mission de lutter contre l'inflation. Il
prend en même temps les portefeuilles de l'Économie et des Finances.
La stabilité monétaire et l'équilibre des échanges extérieurs
deviennent la priorité. Dans cette politique d'austérité, le Premier
ministre trouve des oppositions au sein même de sa majorité. Chirac
prend la tête du mouvement gaulliste, rebaptisé RPR (Rassemblement
pour la République), qui adopte une attitude critique vis-à-vis du
gouvernement. Aussi Raymond Barre recourt-il volontiers, tout au
long des gouvernements successifs qu'il préside jusqu'en mai 1981, à
l'article 49-3, qui dispose que le texte proposé est adopté si une motion
de censure ne recueille pas de majorité. De vives frictions opposent,
dans la majorité gouvernementale, le RPR et l'Union pour la
démocratie française (UDF), constituée à la veille des élections de
1978. Ce cartel électoral réunit: le Parti républicain, issu des
républicains indépendants, le Centre des démocrates-sociaux, né de la
réunification des centristes d'inspiration démocrate-chrétienne; et les
radicaux, entendons ceux qui n'acceptent pas, à l'inverse du
Mouvement des radicaux de gauche, l'entente avec les socialistes ou
les communistes.
128
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
A gauche, les négociations en vue de mettre à jour le
Programme commun échouent en septembre 1977. Conséquence de
cette division, l'opposition ne trouve pas, aux législatives de mars 1978,
le succès que pouvaient lui laisser escompter les sondages ou les
municipales de 1977. Mais, pour la première fois depuis la guerre, le
Parti socialiste devance le Parti communiste, indice d'un rééquilibrage
important au sein de la gauche. Dans la majorité, qui a environ 80
sièges de plus que ses adversaires, le RPR, tout en demeurant le groupe
le plus important, connaît un tassement au profit de l'UDF.
Un nouveau gouvernement Barre est formé au lendemain des
élections. Mais, en fait, chacun a désormais le regard fixé sur l'élection
présidentielle. La désunion reste entière à gauche, elle n'est pas moins
grande dans le camp majoritaire. Raymond Barre poursuit la politique
de redressement du franc et du commerce extérieur, sans parvenir à
empêcher la montée du chômage. Les initiatives réformatrices du
président de la République s'estompent, tandis que certaines
orientations marquent la volonté de rassurer la partie la plus
conservatrice de l'opinion, ainsi le vote à la fin de la législature de la
loi «sécurité et liberté», critiquée bien au-delà de l'opposition.
Le président de la République, très présent dans le jeu
politique intérieur, est cependant soucieux de s'affirmer avant tout en
politique extérieure. S'il poursuit pour l'essentiel les orientations de ses
prédécesseurs, il donne l'impression de manquer de fermeté face à
l'Union Soviétique et de nourrir des illusions sur le dialogue avec celleci en rencontrant Brejnev à Varsovie, le 19 mai 1980, quelques mois
après l'intervention soviétique en Afghanistan.
2. Répondez aux questions.
9) Quelle politique poursuit le gouvernement R. Barre? – 10) Les
initiatives réformatrices du président de la République s’estompentelles? – 11) De quoi est soucieux le président de la République? –
12) Quelle impression donne-t-il face à l’Union Soviétique?
3. Quel article? Ou pas d’article? Qquel préposition?
Ou pas de préposition?
1) Le Premier ministre affirme publiquement ne pas disposer
qsdfgh moyens nécessaires qsdfgh assurer ses fonctions. –
2) Raymond Barre n’appartient qsdfgh aucune formation politique et
reçoit qsdfgh première mission de lutter qsdfgh l’inflation. – 3) La
stabilité monétaire et l’équilibre qsdfgh échanges extérieurs
deviennent qsdfgh priorité. – 4) Chirac prend qsdfgh tête qsdfgh
mouvement gaulliste, rebaptisé RPR qui adopte une attitude critique
qsdfgh gouvernement. – 5) De vives frictions opposent, dans qsdfgh
majorité gouvernementale, le RPR et l’Union qsdfgh démocratie
française (UDF), constituée qsdfgh veille des élections 1978. –
6) qsdfgh nouveau gouvernement Barre est formé qsdfgh lendemain
des élections. – 7) Barre poursuit la politique qsdfgh redressement
qsdfgh franc et qsdfgh commerce extérieur qsdfgh parvenir à
empêcher la montée qsdfgh chômage. – 8) Le président qsdfgh
République, très présent qsdfgh le jeu politique intérieur est cependant
soucieux qsdfgh s’affirmer avant tout qsdfgh politique extérieure. –
9) S’il poursuit qsdfgh l’essentiel les orientations qsdfgh ses
prédécesseurs, il donne l’impression qsdfg manquer qsdfgh fermeté
face à l’Union Soviétique.
1) Qu’est-ce qui est à l’origine de la démission, le 25 août 1976,
du Premier ministre? – 2) Par qui est remplacé Jaques Chirac? –
3) Quels portefeuilles prend Raymond Barre? – 4) Qu’est-ce qui
devient la priorité? – 5) Le Premier ministre trouve-t-il des oppositions
au sein même de sa majorité? – 6) Qui prend la tête du mouvement
gaulliste rebaptisé RPR (Rassemblement pour la République)? – 7) A
quel article recourt volontiers Raymond Barre tout au long des
gouvernements successifs? – 8) Quel parti devance le Parti cimmuniste
pour la première fois depuis la guerre aux législatives de mars 1978? –
L'élection présidentielle oppose, outre les «petits candidats», les
représentants de chacune des grandes formations politiques. Le
premier tour, le 26 avril, est marqué par le recul important du Parti
129
130
4. Résumez le texte.
L'alternance de gauche
1. Lisez et traduisez le texte.
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
communiste: avec 15,34 % des suffrages exprimés, Georges Marchais
arrive au quatrième rang, après Jacques Chirac (17,99 %), François
Mitterrand (25,84 %) et Valéry Giscard d'Estaing (28,31 %). L'écart
entre le président sortant et son adversaire socialiste est plus faible
que prévu.
Au second tour, François Mitterrand, qui fait campagne sur le
thème de la «force tranquille», attire à lui les suffrages des petits
candidats de gauche et des écologistes. Il obtient le ralliement du Parti
communiste. Enfin, une frange de l'électorat gaulliste vote pour lui par
hostilité à Valéry Giscard d'Estaing. Le taux de participation s'élève.
Les abstentions passent de 18,9 % au premier tour à 14,13 %.
François Mitterrand l'emporte, le 10 mai, par 52,22 % des suffrages
exprimés alors que Valéry Giscard d'Estaing en compte 47,77 %. Le
président sortant est incontestablement victime de l'usure du pouvoir.
Surtout, son adversaire, à cause du recul du Parti communiste, paraît
moins dépendant de celui-ci que sept ans plus tôt. La France élit le
premier président socialiste au suffrage universel.
L'alternance politique se fait par la voie de l'élection présidentielle. Les institutions de la Ve République supportent sans mal l'épreuve.
Le nouveau président de la République forme un gouvernement dirigé
par le socialiste Pierre Mauroy, sans faire appel aux communistes,
choix qui rassure l'opinion. L'Assemblée est dissoute et les élections
législatives des 14 et 21 juin, dominées par un fort abstentionnisme
(plus de 29 %), venu essentiellement de la droite, montrent que les
Français veulent confirmer le succès du président de la République. Le
recul communiste s'affirme (16,12 % des exprimés) ainsi que la poussée du Parti socialiste (37,77 %), rallié par nombre d'électeurs qui
veulent mettre en tête le candidat socialiste face au candidat
communiste. Au soir du second tour, le Parti socialiste a 285
élus; il dépasse de 40 sièges la majorité absolue. Le Parti communiste
passe de 86 à 44 députés. L'opposition comporte 157 élus, dont 88 RPR
et 62 UDF. Désormais, majorité parlementaire et majorité
présidentielle concordent. Tel est le vœu des électeurs, fidèles à
l'esprit des institutions. Mais, désireux d'une alternance politique, ils
ne souhaitent pas un profond changement de société, comme le croient
un temps les vainqueurs.
1) L’écart entre le président sortant Valéry Giscard d’Estaing et
son adversaire socialiste François Mitterrand est plus faible que prévu.
a) разрыв b) разница c) отрыв
2) Au second tour F. Mitterrand qui fait campagne sur le thème
de la «force tranquille» attire à lui les suffrages des petits candidats de
gauche et des écologistes.
a) умеренная сила b) спокойная сила c) важная сила
3) Une frange de l’électorat gaulliste vote pour lui par hostilité à
Valéry Giscard d’Estaing.
a) полоса b) часть c) количество
4) La France élit le premier président socialiste au suffrage
universel.
a) общие голоса
b) всеобщее избирательное право
c) голосование
5) L’alternance politique se fait par la voie de l’élection
présidentielle.
a) путем b) помощью c) введением
6) Les institutions de la Ve République supportent sans mal
l’épreuve.
a) без вреда b) безболезненно c) без горя
7) Désormais, majorité parlementaire et majorité présidentielle
concordent.
a) отвечать b) совпадать c) противостоять
131
132
1) Qui oppose l’élection présidentielle? – 2) Quel était l’écart
entre le président sortant et son adversaire socialiste au premier tour? –
3) Quels suffrages attire François Mitterand? – 4) Le taux de participation
s’élève-t-il? – 5) Qui l’emporte les élections présidentielles? – 6) Quel
président élit la France? – 7) Quel gouvernement forme le nouveau
président? – 8) L’Assemblée est-elle dissoute? – 9) Que montrent les
élections législatives? – 10) Qu’est-ce qui concorde? – 11) Les électeurs
souhaitent-ils un profond changement de société?
3. A vous de choisir un équivalent et de traduire.
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
8) Mais désireux d’une alternance politique ils ne souhaitent pas
un profond changement de société comme le croient un temps les
vainqueurs.
a) мечтающие b) стремящиеся c) жаждущие
4. Résumez le texte.
De l’«état de grâce» à la rigueur
1. Lisez et traduisez le texte.
Le nouveau gouvernement Mauroy comporte quatre ministres
communistes sur quarante-quatre membres. Leur présence, bien que
limitée, témoigne de la volonté du président de la République
d'associer au pouvoir toutes les composantes de la gauche et de mettre
en œuvre les grands aspects de son programme.
Une politique de relance de l'économie, appuyée par des mesures
sociales, vise à enrayer le chômage. Un certain nombre de groupes
industriels et les grandes banques sont nationalisés. D'importantes lois
étendent la décentralisation et concernent les relations sociales dans
l'entreprise.
Soutenue au départ par l'attitude favorable de l'opinion
(l'«état de grâce»), l'expérience socialiste se heurte bien vite à la
contrainte des réalités économiques. En juin 1982, il est indispensable
d'engager un plan de rigueur, renforcé au printemps 1983. La charge
idéologique de certains projets et les maladresses des gouvernants
amènent un reflux de l'opinion, sensible dès les premières élections
partielles du début 1982, et qui s'affirme aux municipales de 1983.
Enfin, les relations entre socialistes et communistes se détériorent,
malgré la participation gouvernementale du PCF, qui se sent otage. En
juillet 1984, François Mitterrand, quelques semaines après la
manifestation populaire contre le projet relatif à l'enseignement privé,
ressenti comme une atteinte à la liberté d'enseignement, fait appel à un
nouveau Premier ministre, Laurent Fabius. Le Parti communiste met
alors fin à la participation gouvernementale: la politique de rigueur et de
modernisation rencontre son hostilité croissante.
133
2. Répondez aux questions.
1) Quels ministres comporte le nouveau gouvernement Mauroy?
– 2) De quoi témoigne la présence des ministres communistes au
gouvernement? – 3) Qu’est-ce qu’une politique de relance de l’économie
vise à enrayer? – 4) Qu’est-ce qui est nationalisé? – 5) Quelles lois
étendent la décentralisation et concernent les relations sociales dans
l’entreprise? – 6) A quoi se heurte bien vite l’expérience socialiste? –
7) Quel plan est-il indispensable d’engager? – 8) Qu’est-ce qui amène
un reflux d’opinion? – 9) Quand François Mitterrand fait-il appel à un
nouveau Premier ministre Laurent Fabius? – 10) Quel parti met alors
fin à la participation gouvernementale?
3. Choisissez les séries qui vont ensemble. Faites-les
entrer dans des phrases:
1) comporter quatre ministres
2) témoigner de la volonté
3) viser à enrayer le chômage
4) concerner les relations
sociales
5) se heurter à la contrainte
6) engager un plan de rigueur
7) amener un reflux de
l’opinion
8) faire appel à un nouveau
9) mettre fin à la participation
10) le projet relatif à
l’enseignement
a) проект, касающийся образования
b) положить конец участию
c) касаться социальных отношений
d) свидетельствовать о воле
e) обратиться к новому
f) включать четыре министра
g) сталкиваться с принуждением
h) принять обязательный план
i) приводить к оттоку общественного мнения
j) иметь целью уменьшение
безработицы
4. Résumez le texte.
134
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
La cohabitation
1. Lisez et traduisez le texte.
Les élections de mars 1986, grâce à l'introduction de la
représentation proportionnelle, ne donnent à l'opposition RPF et UDF,
qui obtient 44,7 % des suffrages exprimés en métropole, qu'une majorité
de justesse en sièges. La consultation confirme à la fois la montée du
Front national (9,80 %), aux thèmes xénophobes, et la poursuite du recul
du Parti communiste (9,60 %), victime de la mauvaise image de l'URSS
dans l'opinion, de ses campagnes contre le Parti socialiste, de son
vieillissement. Le régime connaît une nouvelle alternance politique et
l'épreuve d'une cohabitation entre le président de la République et la
majorité parlementaire. François Mitterrand appelle Jacques Chirac à
former le gouvernement, qui engage une politique libérale, marquée
notamment par la privatisation d'entreprises nationalisées. Le président
de la République prend à l'occasion ses distances.
Aux élections présidentielles, François Mitterrand obtient 34,1 %
des exprimés au premier tour, le 24 avril, face à Jacques Chirac: 19,9 %,
et à Raymond Barre: 16,6 %, affaiblis par le succès du Front national de
Jean-Marie Le Pen: 14,4 %. Le PCF s'effondre: 6,8 %. Au deuxième
tour, François Mitterrand se présente en homme de rassemblement. Il
l'emporte par 54 % des exprimés. Il invite Michel Rocard à former un
gouvernement qui se veut d'«ouverture», et comprend certaines personnalités «centristes». La dissolution de l'Assemblée vise à faire coïncider
majorité présidentielle et majorité parlementaire. Les élections en juin
ne donnent qu'une majorité relative (276 élus pour 271 au centre et à la
droite) aux socialistes et radicaux de: gauche. Le scrutin uninominal
rétabli par Jacques Chirac ne laisse que 27 sièges au PCF et un au Front
national. Le gouvernemcnt Rocard est élargi à des personnalités de la
«société civile». La seconde expérience socialiste se différencie
d'emblée de celle de 1981 par son souci de gestion et de réalisme.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que les élections de mars 1986 donnent à
l’opposition? – 2) Qu’est-ce que la consultation confirme? – 3) Que
connaît le régime? – 4) Qu’est-ce que F. Mitterrand appelle J. Chirac à
135
faire? – 5) Que fait le président de la République? – 6) Combien
d’exprimés obtient F. Mitterrand aux élections présidentielles au
premier tour? – 7) Comment se présente F. Mitterrand au deuxième
tour? – 8) Comment l’emporte-t-il? – 9) Qui invite Mitterrand à former
un gouvernement? – 10) Qu’est-ce qui la dissolution de l’Assemblée
vise à faire? – 11) Que donnent les élections en juin? – 12) A qui est
élargi le gouvernement Rocard? – 13) Par quoi se différencie d’emblée
la seconde expérience?
3. A vous de compléter et de traduire.
1) Les élections de mars 1986 qsdfgh à l’introduction de la
représentation proportionnelle, ne donnent à l’opposition qu’une
majorité de justesse en sièges.
a) pour
b) grâce c) vers
2) Le régime connaît une nouvelle alternance politique et
l’épreuve d’une cohabitation qsdfgh le président de la République et la
majorité parlementaire.
a) depuis b) parmi c) entre
3) Mitterrand appelle Jacques Chirac à former le gouvernement
qui engage une politique libérale, marquée notamment qsdfgh la
privatisation d’entreprises nationalisées.
a) à b) par c) sur
4) Au deuxième tour, François Mitterrand se présente qsdfgh
homme de rassemblement.
a) en b) comme c) depuis
5) La dissolution de l’Assemblée vise qsdfgh faire coïncider
majorité présidentielle et majorité parlementaire.
a) entre b) parmi c) à
6) Le gouvernement Rocard est élargi qsdfgh des personnalités
de la «société civile».
a) grâce à b) vers c) à
7) La seconde expérience socialiste se différencie d’emblée de
celle de 1981 qsdfgh son souci de gestion et de réalisme.
a) par b) entre c) pour
4. Parlez de «La cohabitation».
136
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Les mutations de la France
dans la seconde moitié du 20e siècle
Le mouvement économique
Reconstruction et modernisation
1. Lisez et traduisez le texte.
La Seconde Guerre mondiale entraîne des pertes humaines
importantes (600 000 morts), inférieures cependant à la saignée de la
guerre de 1914. Les dommages économiques sont considérables du
fait des prélèvements allemands, des destructions, de l'absence
d'investissements. Le niveau de production de 1938 n'est atteint qu'en
1947. Celui de 1929, à la fin seulement de 1950. La reconstruction est
largement dominée par l'intervention de l'État conformément aux idées
répandues chez les résistants. Le contrôle des changes établi lors de
l'entrée en guerre est maintenu, comme le contrôle des prix appelé à
durer, au moins partiellement, jusqu'en 1986. L'énergie, une partie du
secteur bancaire, des entreprises compromises sous l'Occupation,
comme Renault, sont nationalisées. Le décret du 3 janvier 1946 établit
un plan «pour la modernisation et l'équipement économique»: les deux
termes disent les maîtres mots de ces années d'après guerre. Cette
modernisation se fait dans un esprit dirigiste, commun aux hauts
fonctionnaires et aux cadres dirigeants de l'économie.
La production repart, mais l'économie française connaît deux
handicaps majeurs: l’inflation et le déséquilibre des échanges
extérieurs. Si la très forte inflation qui suit la guerre prend fin en 1949,
une nouvelle vague inflationniste reparaît en 1951–1952, consécutive
notamment à la guerre de Corée. Antoine Pinay, président du Conseil
en mars 1952, parvient, par une politique de confiance, à l'enrayer,
mais le mal demeure présent dans les mentalités et les structures de
l'économie.
Le déséquilibre des échanges, dû à l'ampleur des importations
dans les années de la reconstruction, trouve un remède partiel grâce à
l'aide Marshall: la France, comme les autres pays de l'Europe
occidentale, bénéficie d'une aide des États-Unis, qui comble le
déficit en dollars et permet l'investissement. Chargée de présider à la
137
répartition de l'aide américaine, l'OECE (Organisation européenne de
coopération économique) favorise le développement des échanges
internationaux. Les débuts de la construction européenne (la
Communauté européenne du charbon et de l'acier entre en vigueur le
25 juillet 1952) contribuent d'autre part à ouvrir l'économie
française à des dimensions nouvelles. La décision du général de
Gaulle à son retour au pouvoir de ne pas remettre en cause le traité de
Rome du 25 mars 1957 instituant le Marché commun marque le
caractère inéluctable d'une évolution qui modifie fondamentalement les
conditions de l'économie française.
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que la Seconde Guerre mondiale entraîne? –
2) Comment sont les dommages économiques. – 3) Par quoi est dominée
la reconstruction? – 4) Qu’est-ce qui est maintenu? – 5) Qu’est-ce qui
est nationalisé? – 6) Qu’est-ce que le décret du 3 janvier 1946 établit?
– 7) Que connaît l’économie française? – 8) Qu’est-ce que le
déséquilibre des échanges trouve? – 9) Quelle organisation favorise le
développement des échanges internationaux? – 10) Qu’est-ce qui
contribue à ouvrir l’économie française à des dimensions nouvelles? –
11) Qu’est-ce qui marque le caractère inéluctable d’une évolution qui
modifie fondamentalement les conditions de l’économie française?
3. Traduisez en français.
1) Франция очень изменилась начиная с 40-х годов. – 2) Она
стала сильной индустриальной державой. – 3) Вторая мировая война повлекла за собой человеческие потери и значительный экономический ущерб. – 4) Государство доминирует в реконструкции. –
5) Энергия, часть банковского сектора, предприятия, скомпрометировавшие себя при оккупации, национализированы. – 6) Производство возобновляется, но французская экономика имеет два больших препятствия: инфляцию и нарушение равновесия внешнего обмена. – 7) Нарушение равновесия обмена находит частичное «лекарство», благодаря помощи Маршалла. – 8) Франция, как и другие
страны Западной Европы, пользуется помощью США. – 9) Европейская организация по экономическому сотрудничеству благо138
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
приятствует развитию международного обмена. – 10) Римский
договор от 25 марта 1957 г., учреждающий Общий рынок, отмечает
неотвратимый характер развития, которое изменяет коренным образом условия французской экономики.
4. Résumez le texte.
De la croissance à la crise
1. Lisez et traduisez.
Dès les années 1954–1955, la France, comme les autres pays du
monde atlantique, entre dans une période de croissance exceptionnelle.
Le taux de croissance moyen annuel est de 4,5 % de 1949 à 1959, de
5,8 % de 1959 à 1970. Entre 1946 et 1977, le produit national brut est
multiplié par cinq. La France devient une grande puissance industrielle
et un des premiers pays exportateurs du monde. La production
industrielle triple de 1954 à 1984. La France se dote d'une
industrie électronucléaire «la plus performante du monde» (JeanMarcel Jeanneney). L'industrie aérospatiale est la rivale des ÉtatsUnis. Mais les succès de grandes entreprises publiques et privées,
également aidées par l'État, ne doivent pas masquer les déficiences des
entreprises moyennes, face aux mutations technologiques et à la
concurrence étrangère.
A partir de 1973, la crise consécutive aux fluctuations des prix
des matières premières, notamment du pétrole, et aux fluctuations du
cours du dollar, consécutive aussi aux innovations techniques et à la
montée des nouveaux pays industriels, a touché la France. La production
languit depuis 1974, augmentant de 8 % en treize ans. Le chômage passe
de 2,8 % de la population active en 1974 à 6,3 % en 1980 et 10,9 % en
1986.
L'évolution démographique est préoccupante. En quatre décennies,
la population a crû du cinquième, atteignant 55 506 000 habitants
en 1987. Le relèvement du taux de natalité se maintient jusqu'à 1965,
entraînant le rajeunissement de la population. En revanche, il baisse
depuis une vingtaine d'années: il passe de 17,9 % à moins de 14 %.
Cette chute, moins accusée cependant que dans les pays voisins, et la
139
baisse du taux de mortalité (10,1 %) conduisent à un vieillissement
inéluctable de la population. Le taux de fécondité est tombé de 2,47
enfants par femme en 1970 à 1,82 en 1987, quand le seuil de remplacement des générations est de 2,1 enfants par femme. Les perspectives
démographiques sont donc inquiétantes pour l'avenir. Les années de
croissance ont nécessité, comme entre 1921 et 1931, un important recours
à l'immigration. Les étrangers représentent actuellement environ
4500000 habitants, par ordre d'importance: Portugais et Algériens
(plus de 800 000 pour chaque communauté), puis Marocains, Italiens et
Espagnols (de 400 000 à 500 000). Les pays latins du bassin
méditerranéen et le Maghreb représentent les principaux apports. La
région parisienne, la région Rhône-Alpes et la Provence sont les
principaux foyers de population immigrée.
2. A vous de répondre.
1) Quand la France entre-t-elle dans une période de croissance
exeptionnelle? – 2) Quel est le taux de croissance moyen annuel? –
3) Quand le produit national brut est-il multiplié par cinq? – 4) Que
devient la France? – 5) De quelle industrie se dote la France? –
6) Quelle industrie est la rivale des États-Unis? – 7) Quelle crise a
touché la France? – 8) Quel est le chômage de la population active? –
9) Quelle est l’évolution démographique? – 10) Quand la population at-elle crû? – 11) Qu’est-ce qui se maintient jusqu’à 1965? – 12) Qu’estce qui conduit à un vieillissement inéluctable de la population? –
13) Quel est le taux de fécondité? – 14) Quelles sont les perspectives
démographiques pour l’avenir? – 15) Combien d’habitants représentent
les immigrés? – 16) Quels sont les principaux foyers de population
immigrée?
3. Choisissez les équivalents. Faites-les entrer dans
des phrases.
1) le taux de croissance
moyen
2) devenir
une
grande
puissance
3) masquer des déficiences
a) подъем новых стран
b) цены на сырье
c) процент среднего роста
d) понижение процента
смертности
140
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
4) des prix des matières
premières
5) la montée des nouveaux
pays
6) le relèvement du taux de
natalité
7) entraîner le rajeunissement
8) la baisse du taux de
mortalité
9) un important recours à
l’immigration
10) le produit national brut
e) повлечь за собой омоложение
f) валовой национальный продукт
g) стать великой державой
h) скрывать недостатки
i) повышение процента рождаемости
j) большой спрос на иммиграцию
4. Résumez le texte «De la croissance à la crise».
141
La coopération européenne
La politique extérieure commune
1. Lisez et traduisez.
L'organe suprême en matière de diplomatie et la défense européenne, c'est le Conseil européen à qui il appartient de définir la
politique étrangère de l'Union.
Le Conseil européen confierait à un haut représentant – un
Monsieur ou Madame PESC (la Politique étrangère et la sécurité
commune) – le soin de coordonner la mise en œuvre de la politique
extérieure. En matière de défense, le Conseil européen donnerait des
instructions au bras armé de l'Union, l'Union de l'Europe occidentale
(UEO), qui elle-même pourrait l'appuyer sur les moyens militaires de
l'Alliance atlantique (OTAN).
La réforme de l'Alliance atlantique décidée à Berlin en juin
1996. en permettant l'émergence d'une véritable «identité européenne
de défense» ouvre la voie à une politique de défense européenne décidée
par le Conseil européen. Reste posé le problème des pays neutres – ils
sont quatre dans l'Union (Autriche, Finlande. Irlande, Suède) – dont la
neutralité devra évoluer vers plus de solidarité.
L'UEO est la seule organisation européenne compétente en
matière de défense, dans un contexte marqué par la Conférence
intergouvernementale (CIG) sur la réforme des institutions européennes
et la création d'un «pilier européen» au sein de l'Organisation du traité
de l'Atlantique nord.
La coordination étroite avec cette organisation passe par la
définition de méthodes de travail, l'identification de moyens de
l'Alliance qui pourront être prêtés à l'UEO, et des exercices conjoints.
Pour que l'organisation européenne soit en effet capable de mener une
opération, outre une volonté politique commune des Européens d'agir,
deux conditions sont nécessaires:
– Une «identité européenne de défense», appelée également
«pilier européen», doit être créée au sein de l'OTAN pour faciliter, le
jour J, l’activation au sein de l'Alliance atlantique d'une chaîne de
commandement européen et des moyens matériels nécessaires pour une
142
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
opération à laquelle les États-Unis ne voudraient pas participer avec
des troupes de combat.
– Une définition claire des rapports entre l'Union européenne et
l’UEO, pour que la première organisation puisse confier un mandat à la
seconde, qui deviendra alors véritablement son «bras armé».
2. Répondez aux questions.
1) Quel est l’organe suprême en matière de diplomatie et de
défense européenne? – 2) A qui confierait le Conseil européen le soin
de coordonner la mise en œuvre de la politique extérieure? – 3) Au
bras de quelle Union donnerait le Conseil européen des instructions? –
4) La réforme de l’Alliance atlantique décidée à Berlin en juin 1996 à
quoi ouvre-t-elle la voie? – 5) Vers quoi devra évoluer la neutralité de
l’Autriche, de la Finlande, de l’Irlande et de la Suède? – 6) Est-ce que
l’UEO (l’Union de l’Europe occidentale) est la seule organisation
européenne compétente en matière de défense? – 7) Par quoi passe la
coordination étroite avec l’Organisation du traité de l’Atlantique nord?
– 8) Quelles conditions sont nécessaires pour que l’organisation
européenne soit capable de mener une opération?
3. Choisissez les équivalents. Faites-les entrer dans
des phrases.
1) il appartient de définir
2) la mise en œuvre de la
politique extérieure
3) en matière de défense
4) ouvrir la voie à une
politique de défense
5) la création d’un pilier
européen au sein
6) passer par la définition de
méthodes de travail
7) outre une volonté politique
commune
8) des moyens matériels
nécessaires
a) кроме общей политической
воли
b) открыть путь к оборонительной политике
c) надлежит определить
d) претворение в жизнь внешней политики
e) в области обороны
f) создание европейской защиты в рамках
g) необходимые материальные
средства
h) проходить через определение методов работы
143
4. Exposez le texte «La politique extérieure commune».
Une tentative d’armée européenne
1. Lisez et traduisez.
Avec le début de la guerre de Corée, le 25 juin 1950, les ÉtatsUnis et la plupart des pays d'Europe occidentale estimèrent indispensable de réarmer l'Allemagne pour renforcer la défense atlantique.
Pour les Français, la perspective de voir renaître une armée allemande était
difficilement acceptable. Pour le chancelier Adenauer aussi, qui craignait
la renaissance du militarisme dans la République fédérale.
La France proposa donc une Communauté européenne de défense
(CED), sur le modèle de la CECA, avec des divisions nationales
juxtaposées au sein d'une armée européenne, sous un commandement
unique, avec un service commun d'armement et d'intendance. Cette
intégration permettrait d'utiliser les ressources humaines et industrielles
de l'Allemagne pour la défense commune, tout en évitant les
inconvénients d'une armée nationale allemande.
Le traité créant la CED fut signé le 27 mai 1952 entre les Six de
la CECA.
Mais sa ratification sera finalement refusée par la France ellemême, où l'opinion était profondément déchirée. En effet, les partisans
du traité y voyaient le meilleur moyen d'intégrer solidement
l'Allemagne et de faire progresser la construction européenne.
Pour les adversaires, celle-ci serait déséquilibrée au profit de
l'Allemagne en raison de l'absence de la Grande-Bretagne (qui n'avait
pas voulu participer) et des engagements militaires de la France hors
d'Europe (Indochine, Afrique). Surtout, la disparition de l'armée
française en tant que telle et le partage de la souveraineté nationale
apparaissaient inadmissibles à beaucoup.
L'Assemblée nationale repoussa la CED le 30 août 1954.
L'Allemagne sera néanmoins réarmée. Par les Accords de Paris du 23
octobre 1954, elle retrouvait sa souveraineté, une armée nationale dans
le cadre de l'Organisation atlantique. Elle adhérait, avec l'Italie, au
traité défensif de Bruxelles, l'Union de l'Europe occidentale (UEO)
étant créée pour surveiller son réarmement.
144
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. A vous de répondre aux questions.
1) Quels États estimèrent indispensable de réarmer l’Allemagne
pour renforcer la défense atlantique? – 2) Pour qui cette perspective
était-elle difficilement acceptable? – 3) Qu’est-ce que la France
propose? – 4) Qu’est-ce que cette intégration permettrait? – 5) Quand
fut signé le traité créant la CED (la Communauté Européenne de
défense)? – 6) Pourquoi la ratification de ce traité sera-t-elle
finalement refusée par la France elle-même? – 7) Quand l’Assemblée
nationale repoussa-t-elle la CED? – 8) Quand l’Allemagne retrouvaitelle sa souveraineté, une armée nationale dans le cadre de
l’Organisation atlantique? – 9) A quel traité adhérait-elle?
souveraineté,
qsdfgh armée nationale qsdfgh cadre qsdfgh
Organisation atlantique.
4. Résumez le texte «Une tentative d’armée européenne».
3. Quel préposition? Ou pas de préposition? Quel article? Ou pas d’article?
1) Avec le début qsdfgh guerre de Corée, le 25 juin 1950, les
États-Unis et la plupart qsdfgh pays qsdfgh Europe occidentale
estimèrent indispensable qsdfgh réarmer qsdfgh Allemagne qsdfgh
renforcer la défense atlantique. – 2) qsdfgh Français la perspective
qsdfh voir renaître qsdfgh armée allemande était difficilement
acceptable. – 3) qsfgh France proposa donc qsdfgh Communauté
européenne qsdfgh défense sur le modèle de la CECA. – 4) Cette
intégration permettrait qsdfgh utiliser qsdfh ressources humaines et
industrielles qs dgh Allemagne qsd gh la défense commune tout en
évitant les inconvénients qsdfgh armée nationale allemande. – 5) Le
traité créant CED fut signé qsdfgh 27 mai 1952 qsdfgh les Six qsdfgh
CECA. – 6) qsdfgh ratification sera finalement refusée qsdfgh France
elle-même où l’opinion était profondément déchirée. – 7) qsdfgh
partisans qsdfgh traité y voyaient qsdfgh meilleur moyen d’intégrer
solidement qsdfgh Allemagne et qsdfgh faire progresser qsdfgh
construction européenne. – 8) qsdfgh adversaires, la ratification serait
déséquilibrée au profit qsdfgh Allemagne qsdfgh raison qsdfgh
absence qsdfgh Grande-Bretagne et qsdfgh engagements militaires
qsdfgh France hors d’Europe. – 9) qsdfgh Assemblée nationale
repoussa qsdfgh CED qsdfgh 30 août 1954. – 10) qdfgh Accords
qdfgh Paris qsfgh 23 octobre 1954 l’Allemagne retrouvait sa
145
146
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
L’Euro, pour lutter à égalité avec le dollar et le yen?
1. Lisez et traduisez le texte.
L'établissement d'un véritable marché unique pose à l'évidence le
problème de la monnaie. L'existence de douze devises différentes,
même limitées dans leurs fluctuations par le SME, a des inconvénients
sérieux. Peut-on imaginer les États-Unis avec 50 dollars différents? Le
Traité de Maastricht prévoit donc la mise en œuvre progressive d'une
Union économique et monétaire (UEM) et d'adoption d'une monnaie
unique entre le 1er janvier 1997 et le 1er janvier 1999.
Cette monnaie, l'Euro, sera gérée par une Banque centrale
européenne, indépendante du pouvoir politique, dont le premier
objectif sera le maintien de la stabilité monétaire. Les politiques
économiques des pays membres resteront largement autonomes mais
devront respecter une bonne gestion et converger vers des objectifs
fixés en commun; elles seront, autant que nécessaire, coordonnées.
Pour participer pleinement à l’UEM, un certain nombre de critères
de convergence devront être respectés par les différents pays: niveaux
maxima de l'inflation, du déficit budgétaire, de la dette publique, des taux
d'intérêt, des variations de change. Il est vraisemblable que tous les
États membres ne pourront, en même temps, remplir les conditions
nécessaires.
Le passage à la monnaie unique se fera même si une minorité
d'États y est prête. Pour les autres, il y aura une période de transition,
et un Fond de cohésion aidera les pays les moins prospères à réunir les
conditions nécessaires (Irlande, Espagne, Portugal, Grèce). Est-ce là
une perte de souveraineté nationale? En réalité, dans la plupart des
pays, il n'y a plus de politique monétaire vraiment indépendante. Avec
la monnaie unique, la souveraineté sera exercée en commun et la
souveraineté monétaire européenne sera de loin supérieure à la somme
des actuelles souverainetés monétaires nationales.
L'Euro pourra lutter à égalité avec le dollar et le yen, et la
Communauté européenne, déjà première puissance commerciale,
pèsera d'un poids déterminant (rappelons que les Douze disposent des
plus importantes réserves mondiales d'or et de devises). L'Union
économique et monétaire, qui vise à faciliter la reprise de la croissance
147
et la lutte contre le chômage, sera accompagnée d'actions dans le
domaine social.
P. Gerbet. La construction de l’Europe
2. Répondez aux questions.
1) Quel problème pose l’établissement d’un véritable marché
unique? – 2) Qu’est-ce qui a des inconvénients sérieux? – 3) Peut-on
imaginer les États-Unis avec 50 dollars différents? – 4) Qu’est-ce que
le Traité de Maastricht prévoit? – 5) Par quelle Banque sera gérée cette
monnaie? – 6) Est-ce que les politiques économiques des pays
membres resteront autonomes? – 7) Qu’est-ce qu’il faut faire pour
participer pleinement à l’UEM (l’Union économique et monétaire)? –
8) Est-ce que tous les pays membres pourront en même temps remplir
les conditions nécessaires? – 9) Quand le passage à la monnaie unique
se fera-t-il? – 10) Qu’est-ce qu’il y aura pour les autres? – 11) Est-ce
qu’il y a des politiques monétaires vraiment indépendantes dans la
plupart des pays? – 12) La souveraineté monétaire européenne sera-telle de loin supérieure à la somme des actuelles souverainetés
monétaires nationales? – 13) L’Euro pourra-t-elle lutter à égalité avec
le dollar et le yen? – 14) Qu’est-ce que l’Union économique et
monétaire vise à faire?
3. A vous de compléter et de traduire.
1) L’établissement d’un véritable
marché unique pose qsfgh le problème
de la monnaie.
2) Le Traité de Maastricht prévoit
donc qsdfgh progressive d’une Union
économique et monétaire.
3) L’Euro sera gérée par une Banque
centrale européenne indépendante du
pouvoir politique dont le premier
objectif sera qdfgh .
4) Les politiques économiques des
pays membres devront respecter qsd h
vers des objectifs fixés en commun.
148
a) le maintien de la
stabilité monétaire
b) se fera même
c) devront être
respectés
d) à l’évidence
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
5) Pour participer pleinement à
l’UEM, un certain nombre de critères
de convergence qsfgh par les différents
pays.
6) Le passage à la monnaie unique
qsdfgh si une minorité d’États y est
prête.
7) En réalité qsdfgh il n’y a plus de
politique monétaire indépendante.
8) qsdfgh la souveraineté sera
exercée en commun.
9) L’Euro pourra qsdfgh le dollar et
le yen et la Communauté européenne,
déjà première puissance commerciale,
pèsera d’un poids déterminant.
10) L’Union économique et monétaire
qui qsdfgh la reprise de la croissance
et la lutte contre le chômage, sera
accompagnée d’actions dans le
domaine sociale.
e) la mise en œuvre
f) lutter à égalité avec
g) une bonne gestion
et converger
h) dans la plupart des
pays
i) vise à faciliter
j) avec la monnaie
unique
4. Résumez le texte «L’Euro pour lutter à égalité avec
le dollar et le yen?»
L’Euro, c’est déjà aujourd’hui
1. Lisez et traduisez le texte.
1999 est l'année de l'Euro. Le traité de Maastricht a fait de
l'Euro, la monnaie unique européenne, une «irrévocable» obligation
juridique et politique. Le grand marché unique bénéficiera d'une
monnaie unique, au moins dans un premier temps pour les pays qui
respecteront les critères macro-économiques de rigueur budgétaire
prévus par le traité de Maastricht.
La monnaie unique facilitera considérablement la vie des
citoyens et des entreprises qui n'auront plus à faire face au risque de
change; la politique monétaire sera gérée en commun par la banque
centrale européenne où chaque banque centrale sera représentée; sur
les marchés internationaux, l'Euro devait être considérée comme l'égal
du dollar et du yen et assurer à l'Europe une plus grande indépendance
monétaire, consolidée par le dynamisme du grand marché unique. La
suprématie actuelle du dollar sera donc remise en cause.
L'enjeu de l'Euro est donc considérable; en outre, l'Euro renforcera
chez les citoyens le sentiment de l'appartenance à l'Union européenne
souvent ressentie comme une entité abstraite. En fait, le passage à la
monnaie unique se déroule en plusieurs étapes:
– D'abord au début de 1998, les chefs d'États et de
gouvernements arrêtent la liste des États membres qui participent les
premiers à la monnaie unique, puis ils nomment le directoire de la
banque centrale européenne qui est installée à Francfort, en Allemagne.
– 1er janvier 1999. les taux de conversion entre les monnaies des
pays participants sont fixés de manière irrévocable et l'Euro devient
une monnaie à part entière. À partir de cette date, la banque centrale
européenne conduit en Euro la politique monétaire unique et les États
membres émettent la dette publique en Euro.
– Avant le 1er janvier 2002, la banque centrale européenne et les
banques centrales nationales mettent progressivement en circulation
les billets en Euro et retirent les billets en monnaie nationale.
– Le 1er juillet 2002, au plus tard, les billets et les pièces en
monnaie nationale n'auront plus cours.
D’après «Label France»
149
150
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
2. Répondez aux questions.
1) Qu’est-ce que 1999? – 2) Qu’est-ce qui a fait de l’Euro la
monnaie unique européenne? – 3) Qu’est-ce qui bénéficiera d’une
monnaie unique? – 4) Qu’est-ce que la monnaie unique facilitera? –
5) Par quoi sera gérée la politique monétaire? – 6) Comment devait
être considérée l’Euro sur les marchés internationaux? – 7) Qu’est-ce
qui sera donc remise en cause? – 8) Qu’est-ce que l’Euro renforcera
chez les citoyens? – 9) Comment se déroule le passage à la monnaie
unique? – 10) Que font les chefs d’États et de gouvernements au début
de 1998? – 11) Quelle politique monétaire conduit en Euro la banque
centrale européenne à partir du 1er janvier 1999? – 12) Que font la
banque centrale européenne et les banques centrales nationales avant
le 1er janvier 2002? – 13) Quand n’auront plus cours les billets et les
pièces en monnaie nationale?
banques centrales nationales mettent
progressivement en circulation les
billets en Euro et qsdfgh.
4. Parlez de l’Euro.
3. A vous de compléter et de traduire.
1) Le Traité de Maastricht a fait de
l’Euro, la monnaie unique européenne,
qsdfgh .
2) Sur les marchés internationaux
l’Euro devait être considérée comme
qdfgh et assurer à l’Europe une plus
grande indépendance monétaire.
3) L’Euro renforcera chez les
citoyens qdfgh à l’Union européenne
souvent ressentie comme une entité
abstraite.
4) Ils nomment qsdfgh qui est
installée à Francfort, en Allemagne.
5) qsdfgh la banque centrale
européenne conduit en Euro la
politique monétaire unique et les
Etats membres émettent la dette
publique en Euro.
6) Avant le 1er janvier 2002, la
banque centrale européenne et les
151
a) l’égal du dollar et
du yen
b) le directoire de la
banque centrale
c) retirent les billets
en monnaie nationale
d) à partir de cette
date
e) le sentiment de
l’appartenance
f) une «irrévocable»
obligation juridique et
politique
152
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
La citoyenneté européenne
1. Lisez et traduisez le texte.
«Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des hommes»
écrivait Jean Monnet en tête de ses «Mémoires». D'où la définition
d'une citoyenneté européenne qui ne supprime pas les citoyennetés
nationales, mais vient s'y ajouter.
Déjà étaient apparus des symboles de la citoyenneté
européenne: le drapeau officiel européen aux douze étoiles d'or sur
fond azur, souvent arboré à côté du drapeau national, l’«Hymne à la
joie» de Beethoven consacré comme hymne de la Communauté, le
passeport de modèle uniforme.
Le Traité de Maastricht institue la citoyenneté de l'Union
européenne. «Est citoyen de l'Union toute personne ayant la nationalité
d'un État membre». À cet effet, il reconnaît aux citoyens européens le
droit «de circuler et de séjourner librement sur le territoire des États
membres», ce qui va plus loin que le droit de circulation ou
d'établissement des personnes exerçant une profession, et intéresse
notamment les étudiants, les retraités et les chômeurs.
Le traité accorde le droit de vote et d'éligibilité aux élections
municipales et aux élections européennes à tout citoyen de l'Union
résidant dans un État membre dont il n'est pas le ressortissant (les
modalités devant être arrêtées avant le 31 décembre 1994 par le
Conseil statuant à l'unanimité, ce qui permettra de tenir compte de
situations particulières).
Enfin, tout ressortissant communautaire se trouvant sur le
territoire d'un État tiers où son État n'est pas représenté sera assuré
d'une protection diplomatique et consulaire de la part de tout autre État
membre.
Pour défendre ces droits, le citoyen de l'Union européenne aura
droit de pétition devant le Parlement européen et pourra adresser des
plaintes au médiateur. (En ce qui concerne les droits afférents au grand
marché – circulation et établissement, accès aux emplois salariés, droit
des consommateurs, etc. – existe déjà le recours devant la Cour de
justice des Communautés).
153
2. Répondez aux questions.
1) Qu’écrivait Jean Monnet? – 2) Que fait la citoyenneté
européenne? – 3) Qu’est-ce qui est apparu? – 4) Qu’est-ce que le
Traité de Maastricht institue? – 5) Que reconnaît le Traité de
Maastricht? – 6) Quel droit accorde le traité à tout citoyen de l’Union
résidant dans un État membre? – 7) Qui sera assuré d’une protection
diplomatique et consulaire de la part de tout autre État membre? –
8) Quel droit aura le citoyen de l’Union européenne?
3. A vous de demander (Quand? Comment? Où? etc.)
1) «Nous ne coalisons pas des États, nous unissons des
hommes», – écrivait Jean Monnet en tête de ses «Mémoires».
2) A cet effet le Traité reconnaît aux citoyens européens le droit
de «circuler et de séjourner librement sur le territoire des États
membres», ce qui va plus loin que le droit de circulation ou
d’établissement des personnes exerçant une profession et intéresse
notamment les étudiants, les retraités et les chômeurs.
3) Tout ressortissant communautaire se trouvant sur le territoire
d’un État tiers où son État n’est pas représenté sera assuré d’une
protection diplomatique et consulaire de la part de tout autre État
membre.
4. Résumez le texte «La citoyenneté européenne».
154
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
TESTS
Trouvez la bonne réponse.
Test1
1. A la fin du XVIIIe siècle asdfghjkl éclate en France.
a) la révolte
b) l’insurrection
c) la révolution
2. La société d’Ancien Régime reposait toujours sur asdfghjkl
féodal de la propriété foncière.
a) la peur
b) le système
c) la présence
3. La philosophie des lumières donnait asdfghjkl conscience de
sa puissance et de représenter dans la nation l’élément de progrès.
a) au paysan
b) à la bourgeoisie
c) à l’ouvrier
4. La structure tradionnelle de la nation ne correspondait plus
asdfghjkl des forces économiques et sociales.
a) au rapport
b) au retour
c) à la participation
e
5. Le XVIII siècle a vu asdfghjkl de plus en plus le fossé qui
séparait les classes privilégiées et les forces sociales nouvelles qui
tendaient à le détruire.
a) agrandir
b) accroître
c) se creuser
6. La monarchie française s’appuyait sur des institutions
asdfghjkl et s’affirmait toujours de droit divin et absolutiste.
a) modernes
b) archaïques
c) grandes
7. asdfghjkl et les institutions ne correspondaient plus à
l’idéologie nouvelle.
a) les matières
b) les lois
c) les accords
8. C’est de ce asdfghjkl fondamental, économique, social et
politique, de cet antagonisme des classes, de ces contradictions
multiples que jaillit la Révolution de 1789.
a) déséquilibre
b) bilan
c) équilibre
9. La convocation des États généraux a soulevé dans le peuple
un immense espoir de asdfghjkl nationale, une ère nouvelle semble
s’ouvrir.
a) rajeunissement
b) régénération
c) départ
155
10. Les troubles dus à la disette et à la cherté, déjà nombreux au
printemps de 1789, asdfghjkl en juillet lorsque la crise, à la veille de la
moisson, est à son comble.
a) se présentent
b) se multiplient
c) se rassemblent
11. Complot aristocratique et crise économique se lient dans
asdfghjkl populaire: les aristocrates sont accusés d’accaparer les grains
pour accabler le tiers.
a) l’esprit
b) la volonté
c) le désir
12. Le 14 juillet, en quelques heures, la Bastille, prison royale,
symbole de l’absolutisme et de l’arbitraire, était enlevée par asdfghjkl.
a) les aristocrates
b) les soldats
c) le peuple parisien
13. Mais c’est la bourgeoisie parisienne qui profite de asdfghjkl
populaire, en s’emparant de l’administration de la capitale.
a) la gloire
b) la victoire
c) la prison
Test2
1. Napoléon Bonaparte a puisé dans la monarchie et la
République, les instruments d’un système de asdfghjkl qui survivront
bien au-delà de sa chute et donné pour longtemps à la vie publique
française le thème du sauveur plébiscité en qui le peuple peut remettre
sa destinée.
a) administration
b) gouvernement
c) représentation
2. Bonaparte disait aux Français ce qu’ils attendaient: asdfghjkl
des acquis de la Révolution et le retour au calme.
a) la victoire
b) le maintien
c) le siège
3. La Constitution de l’an VIII, établit en effet un Consulat où
asdfgh jl va à un Premier Consul qui a l’initiative des lois, traite du
budjet, de la diplomatie, de la guerre, nomme à presque tous les emplois
et ne laisse à deux autres consuls que des fonctions honorifiques.
a) la gloire
b) le pouvoir
c) l’espoir
4. Pour sortir du désordre des systèmes juridiques, issus de la
monarchie et de la République, on tire la synthèse qui répondait à
asdfghjkl du moment et à la volonté du Premier Consul, le Code civil
des Français dont 2281 articles publiés en 1804 affirment la fin des
privilèges, la pleine reconnaissance du droit de propriété.
a) la pensé
b) la création
c) la mentalité
156
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
5. En jouant de deux arguments, la crainte du retour des
Bourbons, la menace d’une asdfghjkl de la guerre, Napoléon devient
en 1802 consul à vie comme rempart contre la poussé monarchiste du
moment, et le 2 décembre 1804, alors que se fragilise l’instable paix à
Amiens, empereur des Français.
a) reprise
b) fin
c) paix
6. En huit ans, de 1804 à 1812, Napoléon Ier asdfghjkl l’Europe,
ses troupes sont au Portugal et à Moscou, à Rome et à Hambourg.
a) annexe
b) s’empare
c) conquiert
7. C’est la campagne de Russie, prévue comme une guerre éclair
et qui as dfhjkl à la tragédie dans l’hiver 1812: des 675 000 hommes
qui passent Niéman en juin 1812, 18 000 reviennent en décembre.
a) tourne
b) fait
c) présente
8. De l’île d’Elbe Napoléon voit asdfghjkl une première
Restauration des Bourbons qui fait revivre les souvenirs
révolutionnaires et l’hostilité à l’Ancien Régime.
a) s’occuper
b) s’installer
c) se faire
9. Comme les Alliés ont décidé sa perte, il prend donc les armes
et dans un ultime duel avec les Anglais, perd définitivement la partie à
Waterloo le 18 juin asdfhjk l .
a) 1805
b) 1815
c) 1813
Test3
1. Mais si la première Restauration, en 1814, s’est faite sans
heurt, la seconde Restauration (après l’exaspération des passions
entraînée par les Cent-Jours, le retour au pouvoir de Napoléon suivi de
la défaite de Waterloo) asd f hjk de violences.
a) se produit
b) a lieu c) s’accompagne
2. La révolution de Juillet 1830 confirme la victoire de la
souveraineté nationale sur asdfhj k monarchique, la victoire de la
bourgeoisie sur l’arictocratie et le clergé.
a) l’espoir b) le droit c) la pensée
3. La loi de septembre 1835 sur la presse punit asdf hjk au roi,
l’attaque contre le principe ou la forme du gouvernement.
a) l’offense
b) l’obéissance c) la croyance
157
4. La révolution de 1848 as df hjk sa source dans une grave
crise économique d’origine agricole qui sévit en Europe depuis 1846.
a) fait
b) prend
c) commence
5. La Constitution est votée le 4 novembre 1848, elle assure le
pouvoir exécutif par asdfh jk du président de la République pour
quatre ans, au suffrage universel.
a) le choix
b) l’élection
c) l’organisation
6. Le plébiscite du 21 décembre 1851, qui a lieu après le
rétablissement du suffrage universel par Louis Napoléon, confirme à
une écrasante majorité le coup d’État et permet au président de la
République de asdfhjk au pouvoir durant dix ans.
a) être
b) rester
c) entrer
7. La France déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870,
cédant à une provocation de Bismark, les partisans de l’Empire
autoritaire espèrent, grâce à une victoire, reprendre as dfhjk .
a) de la volonté
b) de l’influence
c) de l’échec
8. Le traité de Francfort asd hjk à la France le paiement d’une
indemnité de 5 milliards de francs-or et surtout la perte de l’Alsace et
d’une partie de la Lorraine avec Metz.
a) impose
b) permet
c) exige
9. La Commune de Paris de 1871 n’a guère asdfh j k
d’accompagner une œuvre en profondeur car toutes ses énergies sont
absorbées par la guerre entre versaillais et communards ou fédérés qui
commence en avril.
a) l’espoir b) le temps
c) le droit
10. En janvier 1879, avec a s k du Sénat et la démission de
Mac-Mahon, remplacé par Jules Grévy, la République triomphait
définitivement: Paris redevient capitale et la Marseillaise l’hymne
national.
a) la participation
b) la conquête
c) l’organisation
11. La révision constitutionnelle de 1884 supprime les 75
sénateurs inamovibles, modifie le régime asdfhj k du Sénat, affirme
que «la forme républicaine du gouvernement ne peut faire objet d’une
proposition de révision».
a) gouvernemental
b) civil
c) électoral
158
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Test4
1. Dans la première moitié du XIXe siècle, la France ne dispose
que de a sdfhj k colonies éparses, héritage de l’Ancien Régime: la
Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et, dans l’océan Indien, la
Réunion et cinq comptoirs aux Indes.
a) plusieurs
b) quelques
c) aucunes
2. En Indochine, la présence de missionnaires français sert de
prétexte pour a sd jk la souveraineté française sur la Cochinchine
(1862–1867) et un protectorat sur le Cambodge en 1863.
a) faire
b) établir
c) implanter
3. En Algérie, le Second Empire facilite l’implantation de
sociétés financières et asdfhjk les travaux publics.
a) organise
b) favorise
c) publie
e
4. L’organisation de la III République devait au reste a sdf hjk
beaucoup plus dure pour les indigènes que le Second Empire.
a) se présenter
b) se rappeler
c) se montrer
5. A partir de la fin du siècle, asdfh jk financière française est
considérable: les épargnants exportent leurs capitaux.
a) l’expansion
b) le capital
c) l’argent
6. L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo le
28 juin 1914 par un groupe as dfhk serbe constitue le détonateur qui
embrase l’Europe, puis le monde.
a) grand
b) nationaliste
c) créateur
7. Le conflit engagé, le retour de l’Alsace-Lorraine dans la
communauté française, réparation espérée depuis 1871, devient
asdfhjk de guerre de la France.
a) le travail
b) la défaite
c) le but
8. L’Allemagne doit payer des réparations pour les «dommages
causés aux asdf hjk civiles des nations alliées et à leurs propriétés».
a) habitants
b) populations
c) gens
9. Poincaré président du Conseil, doit accepter au printemps
1924 le plan Dawes qui ne donne qu’en partie satisfaction aux asdfhjk
françaises.
a) emplois
b) choix
c) exigences
159
10. Devant l’attitude de l’Angleterre, de son ministre des
Affaires étrangères, de la très grande partie de la presse et du
personnel politique, Daladier cède à Hitler en septembre 1938, tout en
étant convaincu que la guerre est asdfhjk .
a) proche
b) locale
c) lointaine
11. Le 15 mars 1939 Hitler, bafouant les garanties données à la
Tchécoslovaquie entre en Bohême, asdfhjk le «protectorat de
Bohême-Moravie».
a) créant
b) exécutant
c) trouvant
Test5
1. Après asdfhjk de juin 1940, les Français se divisent.
a) le départ
b) la défaite
c) la victoire
2. Une majorité asdfhjk l’armistice et la «révolution nationale»
du maréchal Pétain qui met fin à la République et collabore avec
l’Allemagne de Hitler.
a) refuse
b) entend
c) accepte
3. Une minorité suit le général de Gaulle et entre dans as dfhjk
qui se range progressivement, autour de celui-ci dont l’autorité
s’impose à la Libération.
a) le Conseil
b) la Résistance
c) la République
4. Après asd fhjk de Paris (25 août 1944) et la formation d’un
gouvernement d’«unanimité nationale» le gouvernement provisoire de
la République française est reconnu officiellement par les Alliés.
a) la libération
b) l’occupation
c) l’organisation
5. Aussi la volonté de rendre à la France son «rang» est-elle
pour le général de Gaulle, mais aussi pour a sd dirigeants du pays, une
préoccupation primordiale.
a) les hommes
b) les spécialistes
c) les cadres
6. Le 20 janvier 1946 de Gaulle démissionne, a sdfhjk peut-être
créer la situation qui lui permettrait de faire triompher ses idées, après
avoir été rappelé.
a) pensant
b) espérant
c) travaillant
7. Le gouvernement reconnaît en mars 1956 asdf hjk du Maroc
et de la Tunisie.
a) le droit
b) le but
c) l’indépendance
160
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
8. Le 21 décembre 1958 le général de Gaulle est élu président
de la République, il asdfh jk ses fonctions le 8 janvier 1959.
a) devient
b) prend
c) met
9. En mai 1968 la crise étudiante née de la crainte de la sélection
et de l’aspiration confuse à a sdfhjk de société, entraîne une crise
sociale.
a) un entraînement
b) un échangement
c) une idée
10. Charles de Gaulle démissionne dès le résultat du référendum,
le 27 avril 1969, démontrant son respect de asdfhjk .
a) la vérité
b) la responsabilité
c) la démocratie
Test6
1. asdfhjk de De Gaulle, épreuve pour les institutions, se
déroule sans crise.
a) la succession
b) le retour
c) l’avènement
2. Georges Pompidou, président de la République, asdfhjk les
grandes orientations du général de Gaulle en matière de la politique
extérieure.
a) fait
b) montre
c) poursuit
3. Valéry Giscard d’Estaing, nouveau président de la
République, grand bourgeois libéral, désireux de asdfh j k «du centre
et de trouver un certain consensus» va se heurter aux dures contraintes
de la lutte politique et à des contestations diverses, sur une toile de
fond de crise économique et de tensions internationales aggravées.
a) travailler
b) gouverner
c) respecter
4. Au second tour François Mitterrand qui fait campagne sur le
thème de «la force tranquille» attire à lui asd fhjk des petits candidats
de gauche et des écologistes, la France élit le premier président
socialiste au suffrage universel.
a) des voix
b) des travaux
c) des hommes
5. Aux élections présidentielles de 1986, François Mitterrand se
présente asfhj k de rassemblement, il l’emporte par 54 % des
exprimés.
a) en cadre
b) en matière
c) en homme
161
6. La France, comme les autres pays de l’Europe occidentale,
bénéficie d’une aide asd fhjk qui comble le déficit en dollar et permet
d’investissement.
a) de l’Angleterre
b) de l’Allemagne
c) des États-Unis
7. Les débuts de la construction européenne (la Communauté
européenne du Charbon et de l’acier entre a dfhjk le 25 juillet 1952)
contribuent d’autre part à ouvrir l’économie française à des
dimensions nouvelles.
a) en contact
b) en vigueur
c) en matière
8. Entre 1946 et 1977 le produit national brut est multiplié par
cinq, la France devient une grande puissance industrielle et un des
premiers pays asfh jk du monde; la production industrielle triple de
1954 à 1984.
a) exportateurs
b) importateurs
c) conducteurs
9. asdf hjk passe de 2,8 % de la population active en 1974 à
6,3 % en 1980 et 10,9 % en 1986.
a) l’activité
b) le travail
c) le chômage
10. Le retour à l’histoire peut être interprété comme un autre
indice de cette attente. En a sdfhjk notamment, en cette fin de XXe
siècle, l’importance toute particulière que les Français attachent à la
commémoration de deux étapes capitales de leur passé commun: le
millénaire de la monarchie capétienne en 1987 et le bicentenaire de la
Révolution en 1989.
a) raconte
b) témoigne
c) annonce
Test7
1. L’organe suprême en matière de diplomatie et de défense
européenne, c’est le Conseil européen à qui il asd fhjk de définir la
politique étrangère de l’Union.
a) montre
b) présente
c) appartient
2. La réforme de l’Alliance atlantique décidée à Berlin en juin
1996, a sdfhjk l’émergence d’une véritable «identité européenne de
défense» ouvre la voie à une politique de défense européenne décidée
par le Conseil européen.
a) permettant
b) formant
c) éclairant
162
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
3. Pour les Français, la perspective de voir asdf hjk une armée
allemande était difficilement acceptable.
a) paraître
b) renaître
c) conduire
4. Par asdfhj k de Paris du 23 octobre 1954, l’Allemagne
retrouvait sa souveraineté, une armée nationale dans le cadre de
l’Organisation atlantique.
a) le Traité
b) le Conseil
c) les Accords
5. 1999 est l’année de l’Euro; le traité de Maastricht a fait de
l’Euro la monnaie unique européenne, une «irrévocable» asdfhjk
juridique et politique.
a) obligation b) affaire
c) proposition
6. Avant le 1er janvier 2002, la banque centrale européenne et
les banques centrales nationales as dfhjk progressivement en
circulation les billets en Euro et retirent les billets en monnaie
nationale.
a) disent
b) vont c) mettent
7. L’Euro renfoncera chez asd fhjk le sentiment de
l’appartenance à l’Union européenne souvent ressentie comme une
entité abstraite.
a) les dirigeants
b) les habitants
c) les citoyens
8. L’Euro pourra asdfhjk à égalité avec le dollar et le yen.
a) parler
b) lutter
c) rivaliser
9. La monnaie unique facilitera a sdfh jk la vie des citoyens et
des enterprises qui n’auront plus à faire face au risque de change.
a) considérablement
b) peu
c) trop
10. L’Union économique et monétaire, qui vise à faciliter la
reprise de as dfh jk et la lutte contre le chômage, sera accompagnée
d’actions dans le domaine social.
a) la croissance
b) le retour
c) le début
163
Annexe
Rois, régimes et gouvernements de la France depuis 1789
Prise de la Bastille: 14 juillet 1789
Déclaration des droits de l’homme et du citoyen: 26 août 1789
Rouget de Lisle compose son Chant de guerre pour l’armée du
Rhin (la Marseillaise): 25 avril 1792
Convention (1792–1795)
Directoire (1795–1799)
Consulat (1799–1804)
Premier Empire: Napoléon Ier (1804–1814/1815)
Restauration: Louis XVIII (1814/1815–1824)
Restauration: Charles X (1824–1830)
Monarchie de Juillet: Louis-Philippe (1830–1848)
Deuxième République (1848–1852)
Second Empire: Napoléon III (1852–1870)
Troisième République (1870/1875–1940)
État Français (1940–1944)
Quatrième République (1944–1958)
Cinquième République (1958 …)
164
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Bibliographie
VOCABULAIRE
Aa
1. Histoire de France (sous la direction de J. Carpentier et F.
Lebrun). P., 1987.
2. La France. L., 1961.
3. Харитонова И.В., Самохотская И.С. Франция как она
есть. М., 2000.
165
abaisser – понижать, опускать
abdiquer – отрекаться, отказаться
abandonner – покидать, оставлять
abattre s’ ~ – обрушиться, падать; рухнуть
abolir – отменять, упразднять
abolition f – отмена
aboutir à – приводить к …; оканчиваться
abriter – защищать, укрывать
abroger – отменять (закон, декрет)
absorber – поглощать
abstention f – уклонение (от голосования)
abus m – злоупотребление, правонарушение
accabler – отягчать, обременять, удручать
accaparer – скупать, захватывать, завладевать
accepter – принимать, соглашаться
accélérer – ускорять
acclamer – приветствовать, устраивать овацию
accident m – происшествие, несчастный случай
accomoder – улаживать, устраивать
accompagner – сопровождать
accorder – согласовывать, предоставлять, приводить в соответствие
accroissement m – рост, увеличение
accroître (p.p. – accru) – умножить, увеличить
acculer – загнать в тупик, вынуждать, доводить
accuser – обвинять, указывать (на), подтверждать
achever – заканчивать, завершать
acier m – сталь
additionnel, -le – добавочный
adhésion f – присоединение, вступление
admettre – принимать, допускать, признавать, позволять
admissibilité f – приемлемость, допустимость
admissible – приемлемый, допустимый
adversaire m – противник, соперник
affaiblir – ослабить, уменьшать, умерять
affaiblissement m – ослабление
affaire f – дело, тяжба, процесс
166
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
affecter – 1) предназначать; 2) действовать, влиять, огорчать
affectionner – любить, питать расположение
affirmer – утверждать
affronter – смело выступать против, противостоять
âge m – возраст, век, годы
aggraver – отягчать, осложнять, обострять
agir – действовать
agitation f – волнение, беспокойство
agîter – волновать, подстрекать
agriculture f – земледелие, сельское хозяйство
aide f – помощь
aider – помогать
aigle m, f – орел, орлица; знамя
ailleurs – в другом месте
ajouter – прибавлять
alimentation f – питание, снабжение
alliance f – союз
alliés m pl – союзники
Allemagne f – Германия
Allemand, -e m, f – немец, немка
Alsace f – Эльзас
amalgame m – смесь, амальгама, смешение, мешанина
ambiguïté f – двусмысленность, неопределенность, неясность
amener – приводить, причинять, доводить до
aménagement m – устройство, оборудование
amorcer – привлекать, заманивать
amplifier – увеличивать, расширять
animer – оживлять, одушевлять
annexer – аннексировать, присоединять
annexion f – присоединение
anniversaire m – годовщина, день рождения
annoncer – объявлять, извещать, докладывать
anxiété f – тоска, тревога, беспокойство
apparaître (p.p. – apparu) – появляться, показываться
apparent, -e – очевидный, явный, заметный
apparenter – объединить, породнить
apparition f – появление
appartenir à – принадлежать
apprécier – ценить, оценивать
approuver – одобрять
apte à – способный; пригодный к …
167
aptitude f – способность, склонность
arbitrage m – арбитраж; третейский суд
arbitraire – произвольный; деспотический
arborer – водружать
archiduc m – эрцгерцог
ardent, -e – горячий, пылкий
argent m – деньги; серебро
armer – вооружать, снаряжать
armistice m – перемирие
arrêter – арестовывать; останавливать
artisan m – ремесленник; творец, создатель
artisanat m – ремесленное сословие; ремесленники
assainissement m – оздоровление; очистка
assassinat m – убийство
assemblée f – собрание; ассамблея
associer – приобщать, привлекать
atout m – козырь
attachement m – привязанность, преданность
attacher, se – стараться; привязаться
attendre – ждать
atteindre (p.p. – atteint) – достигать, догонять
attester – свидетельствовать, удостоверять
attirer – привлекать, притягивать
attitude f – поведение, отношение
attribuer – приписывать, присваивать
au-dedans – внутри
au-dehors – снаружи
aucun, -e – никто, ни один, никакой
audace f – отвага, смелость, дерзость
audacieux, -se – смелый, отважный
augmenter – увеличивать, возрастать
aussi – также, тоже, столь же
aussi bien que – так же как
aussitôt – тотчас, сейчас
austérité f – строгость, суровость
autodétermination f – самоопределение
autorisation f – разрешение, позволение
autoritaire – властный
autorité f – власть, влияние, полномочие
autour – вокруг, около
autre – другой, иной
168
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
autrement – иначе; в противном случае
avis m – мнение; совет; извещение, уведомление
Bb
baisse f – понижение, убыль
baisser – понижать, опускать
balancier m – маятник
balayer – мести, разгонять
ballon m – мяч, воздушный шар
bande f – полоса
bas, -se – низкий, невысокий
d’en bas – снизу
basculer – качаться; поколебать
bataille f – сражение, битва
battre (p.p. – battu) – бить, разбивать, преодолевать
bellicisme m – милитаристская политика
belligérant, -e – воюющий
bénéficier de – пользоваться чем-либо
bénir – благословлять
besoin m – потребность
bien – хорошо; много; очень
bien m – благо; имущество
bien-être m – благополучие; благосостояние, достаток
bien sûr – конечно
blâmer – порицать, осуждать
blindé m – танк
blocus m – блокада
bonheur m – счастье
bon marché m – дешевизна
bouclier m – щит; защита
boulverser – потрясать; сильно волновать; ниспровергать
bourse f – биржа
boursier m – биржевой игрок; маклер
bout m – конец, край
boutiquier m – лавочник
brider – сдерживать, обуздывать
briser – разбивать, ломать
bruit m – шум; слух, молва
brusquement – резко; внезапно
brut – сырой; необработанный
but m – цель, намерение
169
Cc
cadenas m – висячий замок
cadence f – такт; размер; темп
caisse f – ящик; касса
camp m – стоянка; лагерь
cause f – причина, довод
capacité f – способность
cas m – случай, обстоятельство
céder – уступать; передавать; подчиняться
célébrer – прославлять; праздновать
célébrité f – слава; известность
certes – разумеется, конечно
certain, -e – уверенный; некоторый
cesser – прекращать, останавливать
civil, -e – гражданский
chambre f – комната; камера; палата
chancelier m – канцлер
changer – меняться
changement m – изменение, перемена
charger – брать на себя
charte f – хартия; грамота; устав
château m – замок
cherté f – дороговизна
chéminot m – железнодорожник
Chine f – Китай
choc m – толчок; шок
choisir – выбирать
choix m – выбор
chose f – вещь; дело
chômage m – безработица
chômeur m – безработный
chrétien m – христианин
chute f – падение, провал
clé f de voûte – основа, база; главное
clergé m – духовенство
coïncider – совпадать
colon m – поселенец; колонист
collaborer – сотрудничать
collègue m f – коллега
combattant m – боец; фронтовик
170
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
l’ancien ~ – ветеран
combattre (p.p. – combattu) – вести бой; оспаривать; бороться
comble m – крыша; вершина
commandement m – команда; командование
commencer – начинать, начинаться
commerce m – 1) торговля; 2) знакомство
commis m – служащий; приказчик
commuer – смягчать наказание
commun, -e – общий
communauté f – община; общность
compensation f – возмещение, компенсация; выравнивание
composant m – составная часть
composer – составлять; сочинять
complexe – сложный
compte tenu – учитывая
comptoir m – стойка, прилавок
conciliation f – примирение
concitoyen m – соотечественник
conclure – заключать; делать вывод
conclusion f – вывод; заключение
concours m – содействие; конкурс, состязание
condition f – условие
conjoint, -e – объединенный; совместный
coopération f – сотрудничество, взаимодействие
correspondre à – соответствовать
consacrer – посвящать
conseil m – совет
conseiller – советовать
conséquence f – следствие; результат
considérable – значительный
considérer – рассматривать, обсуждать, учитывать
consigne f – приказ; запрет
consolider – упрóчивать, укреплять
contestation f – спор, оспаривание
constituer – составлять; учреждать
constitution f – конституция; состав
contenir – содержать
continuer – продолжать
continuité f – непрерывность; преемственность
contraindre – принуждать
contre-offensive f – контрнаступление
171
contrepoids m – противовес
contribuer – содействовать
convaincre – убеждать; уличать
convaincu – убежденный; уличенный
convenable – соответствующий, подходящий
converger – сходиться
convocation f – созыв; вызов
convoquer – созывать
coup de feu m – выстрел
coupable – виновный; преступный
couper court – прерывать
courant m – течение; поток
couronnement m – коронование; завершение
couronner – короновать; увенчивать
coûteux, -se – дорогой, дорогостоящий
craindre – бояться, опасаться
crainte f – страх, опасение
créer – создавать
création f – творение, создание
croire (p.p. – cru) – думать; полагать
croisement m – переплетение; встреча; скрещивание
croissance f – рост; возрастание
croissant, -e – возрастающий; растущий
croître (p.p. – crû) – расти; увеличивать
Dd
davantage – дольше, больше
débarquement m – высадка, выгрузка
débarquer – высаживать, выгружать
débloquer – снимать блокаду
décélération f – уменьшение скорости движения
décennie f – десятилетие
décevoir – обманывать; разочаровывать
déçu, -e – разочарованный; обманутый
déchirant – раздирающий
déchirer – рвать, терзать
décider – решать, постановлять
décisif, -ve – решительный; окончательный
décision f – решение; постановление
déclarer – объявлять
172
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
déclaration f – объявление; декларация
décliner – клонить к; отводить
déconcerter – расстраивать; смущать
défaire – разрушать; развязывать; отделываться
défaite f – поражение
défaut m – недостаток; ошибка; промах
à défaut de – за неимением
défavorable – неблагоприятный
déférer – передавать; присуждать
définition f – определение
définir – определять
définitif, -ve – окончательный
dégagement m – освобождение
dégager – освобождать; выделить
degré m – ступень; степень; градус
délit m – правонарушение, проступок
demander – просить; спрашивать; требовать; нуждаться
démarche f – попытка; хлопоты; действие; поступок
demesuré, -e – огромный, чрезмерный
demeurer – жить; оставаться
démission f – отставка
démissionner – выйти в отставку; выйти из…
démontrer – доказывать
dénomination f – наименование, название
dénouer – развязывать, распутывать
dénuement m – лишения; бедность
départ m – отъезд; отправление
dépasser – обгонять, опережать
dépénaliser – не наказывать
dépendance f – зависимость
dépendre – зависеть
dépenser – тратить, расходывать
déposer – класть; слагать с себя; вносить; оставлять
désapprouver – осуждать; не одобрять
désarmer – разоружать, обезоруживать, сложить оружие
désastre m – бедствие, катастрофа
déséquilibre m – нарушение равновесия; неуравновешенность
déshonorable – позорный
désir m – желание
dessous – внизу, под
au-dessous – ниже
173
désormais – отныне, впредь
destin m – судьба, участь
destruction f – разрушение
détenir – хранить; обладать; удерживать
devant – впереди, перед; у; мимо
développement m – развитие; рост
développer – развивать
déviation f – отклонение; уклон
devise f – девиз; лозунг
les devises – валюта
dictionnnaire m – словарь
dirigeant, -е – господствующий; правящий
diriger – управлять; направлять
diluer – разводить; разбавлять
dimension f – размер; измерение
discours m – речь; выступление
discrédit m – потеря кредита; потеря доверия
disette f – недостаток; нужда; голод
disparaître – исчезать; пропасть без вести
disparition f – исчезновение
disponible – наличный; свободный; незанятый
disposer – располагать, размещать, устраивать
disposition f – расположение; намерение; распоряжение
dissolution f – прекращение деятельности; роспуск
dissoudre (p.p. – dissous) – распускать, расформировать
distinct, -e – отчетливый; отдельный
distinction f – различие, отличие
diversité f – разнообразие, различие
diviser – делить, разделять
division f – разделение; несогласие
domicile m – жилище; местожительство
dominer – господствовать; преобладать
dommage m – убыток, ущерб
donc – следовательно; итак; значит
doter – оснащать; одарять
doute m – сомнение
douteux, -se – сомнительный
droit m – право
la droite – правые
drôle de guerre f – странная война
dû, -e – причитающийся; должный; являющийся следствием
174
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
dur, -e – твердый; тяжелый; суровый
durer – длиться, продолжаться
dureté f – твердость; суровость
Ee
ébranler – потрясать; расшатывать
écart m – разрыв; разница; отклонение
écarter – отстранять, отодвигать
échange m – мена, обмен
échanger – обменять, обменяться
échapper – избегать; ускользнуть
échéance f – срок платежа
échec m – провал, поражение, неудача
échouer – провалиться; потерпеть неудачу
éclatant, -e – блестящий, яркий
éclater – раздаваться; вспыхивать (о войне)
écrasement m – подавление, уничтожение
écraser – уничтожать, подавлять
éditer – издавать
éditeur m – издатель
édulcorer – смягчать; лишать опоры
effectivement – на деле; по существу
effectuer – осуществлять, исполнять
effervescence f – волнение, возбуждение
effet m – результат; следствие; действие; впечатление
en effet – в самом деле
efficace – действенный, эффективный
effondrement m – крушение, крах; обвал
effondrer, s’ – рухнуть, обвалиться
efforcer, s’ – силиться, стараться
égal, -e – равный; одинаковый
également – одинаково; так же
égalité f – равенство
égard m – отношение; уважение; внимание
à l’égard de – по отношению к
église f – церковь
élaborer – разработать
élargir – расширять; освобождать
électeur m – избиратель
élection f – выбор; избрание
175
les elections – выборы; ~ législatives – выборы в парламент
élever – поднимать; воздвигать
éligibilité f – право быть избранным
élire (p.p. – élu) – избирать, выбирать
éloignement m – удаление, отдаление
éloigner – отдалять; отстранять; отодвигать
embarasser – затруднять; мешать; стеснять
embarquer – производить посадку; грузить судно
emblée : d’ ~ – сразу; с первого раза
embrasser – охватывать; embraser – зажигать
émergence f – появление; выход
émeute f – бунт, возмущение
emparer, s’~ – захватывать, овладевать
empêcher – мешать, препятствовать
empereur m – император
empire m – власть; господство; империя
emploi m – употребление; должность
employer – применять, употреблять
emporter – уносить; увлекать
l’emporter sur qn – взять верх; восторжествовать
emprunt d’État m – государственный заём
emprunter – занимать, заимствовать
encercler – окружать
endurci, -e – ожесточенный; закаленный
enfoncer – погружать; вбить; вогнать
engagement m – обязательство; введение в бой; наем
engager – обязывать; вовлекать; начинать
s’engager – ввязаться; вступить на военную службу
englober – включать; охватывать
engrenage m – стечение обстоятельств
ennemi m – враг, неприятель
énorme – огромный
enraciner – укоренять
enrayer – тормозить; пресекать
enrichir – обогащать
enrichissement m – обогащение
enquête f – анкета; расследование; опрос; следствие
enseignant m – преподаватель
enseignement m – преподавание; обучение; образование
enseigner – обучать; преподавать
ensuivre, s’ ~ – следовать; вытекать
176
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
entamer – начинать, приступать
entendre – слушать; понимать; намереваться; подразумевать
entente f – понимание; согласие; соглашение; договоренность
entourage m – окружение, среда
entrée f – вступление; вход; наступление; начало
entrer – входить; поступать; вступать
entreprendre – предпринимать
entreprise f – предприятие; начинание
envergure f – размах; масштаб; ширина
environ – около, приблизительно
environnement m – окружающая среда
envisager – представлять; намереваться; рассматривать
épargner – щадить, беречь
épars, -e – разбросанный, разрозненный
épuration f – очищение, чистка; улучшение
équilibre m – равновесие
équipement m – снаряжение, экипировка
équiper – оборудовать
esclavage m – рабство, неволя
escompter – учитывать; надеяться; рассчитывать; предвидеть
espace f – пространство; промежуток времени, расстояние
espérance f – надежда
espérer – надеяться
espoir m – надежда
essayer – испытывать; пробовать; пытаться
essentiel, -le – основной, главный
essentiellement – главным образом; по существу
essor m – взлет; подъем
est [εst] m – восток
établir – устанавливать; основать; учреждать
établissement m – основание, учреждение; становление
état m – положение; состояние; сословие
État m – государство; штат
États-Unis m pl – Соединенные Штаты
étatique – государственный
étendre – распространять; расширять; увеличивать
étendue f – пространство; протяжение; длительность; размер; диапазон
étroit, -e – узкий; тесный
exalter – превозносить, восхвалять
exaspération f – ожесточение; ухудшение
exclure (p.p. – exclu) – исключать; устранять
177
exécuter – совершать; исполнить; казнить
exécutif, -ve – исполнительный
exécution f – исполнение; казнь
exceptionnel, -le – особенный, исключительный
exercer – тренировать; выполнять; применять
exigence f – потребность; требовательность
exiger – требовать
existence f – существование
exister – существовать
il existe – существует
exode f – массовое бегство; переселение; эмиграция
expansion f – расцвет; распространение; экспансия
exploration f – исследование; разведка
exploser – взрываться
exprimer – выражать
extérieur, -e – внешний, наружный
extrême – крайний; чрезмерный
Ff
face à – по отношению к…; перед лицом
facile – легкий
facilité f – легкость
faible – слабый
faillite f – крах, банкротство
faire face à – противостоять
faire pièce à qn. – подшутить над кем-либо
fait m – факт; дело; поступок
de fait – фактически
fascisant, -е – фашиствующий
faveur f – благосклонность; милость
en faveur de – в пользу
favorable – благоприятный; благосклонный
favoriser – благоприятствовать
fécondité f – плодородие, плодовитость
feminin, -e – женский
fidèle – верный, преданный
fidélité f – верность; правильность
fin f – конец; кончина; намерение; цель
à des fins pacifiques – в мирных целях
fixer – устанавливать; назначать
178
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
flamme f – пламя
flou, -e – неясный; туманный
fluctuations f pl – колебания, шатания
fois f – раз
à la fois – сразу, одновременно
fonctionnaire m – чиновник
fonctionner – действовать
fond m – основа; сущность; дно
fondateur m – основатель, учредитель
fondement m – основа; база; фундамент
fonder – учреждать, основывать
force f – сила
force f tranquille – спокойная сила
force f de dissuasion – сила устрашения
forger – ковать
fort, -e – сильный
forteresse f – крепость
fortune f – удача; судьба; состояние
fosse f – яма; шахта; могила; le fossé – пропасть; ров
fouet m – хлыст, кнут
fouiller – искать; рыться
foule f – толпа; множество
foyer m – центр; очаг
fragiliser – делать непрочным
franchir – переходить; преодолевать
frange f – бахрома; расплывчатость границ; полоса
frapper – бить; поражать; удивлять
fraternité f – братство
fuir (p.p. – fui) – убегать; уклоняться; избегать
fulgurant, -е – сверкающий; молниеносный
Gg
gagner – выигрывать; завоевывать; зарабатывать; достигать
gain m – выигрыш, прибыль
garde f – гвардия; охрана; караул
garde m des sceaux – министр юстиции
garder – охранять; соблюдать
gauche – левый
gauche f – левые партии
général, -e – общий; главный; le général – 1) общее, целое; 2) генерал
179
génération f – поколение
généreux, -se – великодушный; щедрый
gens m pl – люди
gérer – управлять; заведовать
gestion f – управление, руководство
glace f – лед; зеркало; стекло
glissement m – сползание; сдвиг
gloire f – слава; гордость
glorieux, -se – славный; знаменитый
golfe m – залив
gouvernement m – правительство; образ правления; управление
gouverner – править; управлять
gouverneur m – губернатор; наместник
grâce à – благодаря
grain m – зерно; крупица
grave – важный; значительный
gravité f – тяжесть; важность; значительность
grossir – увеличивать; усиливать
guerre f – война
guerre f civile – гражданская война
guerre f éclair – молниеносная война
guerre f d’usure – позиционная война
déclarer la guerre – объявить войну
déclencher la guerre – развязать войну
faire la guerre à qn. – воевать с кем-либо
guerrier m – воин
guerroyer – воевать; вести войну
guider – вести; руководить
Hh
habile – ловкий
hameau m – поселок, хутор
hanter – часто посещать; неотступно преследовать (в мыслях)
haranguer – обращаться с краткой речью
hausse f – повышение; поднятие
haut, -e – высокий
d’en haut – сверху
Haute Cour f de justice – Верховный суд
hebdomadaire m – еженедельник
hériditaire – наследственный
180
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
héritage m – наследство
hériter – наследовать
héritier m – наследник
hésiter – колебаться; не решаться
heure f – час; время; пора
heurter, se – er – сталкиваться
sans heurt – без столкновения
hexagone m – шестиугольник
honnir – позорить
honneur m – честь
honorifique – почетный
horreur f – ужас
hostilités f pl – военные действия
humiliation f – унижение, оскорбление
hypothèque – предположительный; гипотетический
Ii
île f d’Elbe – остров Эльба
imaginer – представлять себе; выдумывать
immense – необъятный, громадный
immigration f – переселение, иммиграция
imparfaitement – несовершенно
importance f – значение; важность; значительность
imposant, -e – внушительный
imposer – возлагать; облагать; вменять в обязанность
impôt m – налог, подать
imprégner – пропитывать; насыщать; проникнуть
impression f – печать; впечатление; отпечаток; след
impuissant, -e – бессильный, беспомощный
inadmissible – непримиримый; недопустимый
inamovible – несменяемый
inaptitude f – неспособность, непригодность
incarner – воплощать
incertain, -e – неуверенный; сомнительный; неясный
inclure (p.p. – inclus) – включать; прилагать к…
incompatibilité f – несовместимость; несходство
inconnu m – неизведанное, неизвестное
incontestablement – неоспоримо, несомненно
incontesté – неоспоримый; безусловный; бесспорный
inconvénient m – неудобство; помеха
181
indemnisation f – возмещение убытков
indemnité f – пособие; вознаграждение; компенсация ущерба
indéniable – неопровержимый
indépendamment – независимо
indépendance f – независимость, самостоятельность
indice m – знак; признак; указатель
indifférence f – безразличие, равнодушие
indigne – недостойный
indignité f – недостойность; оскорбление; обида
indispensable – необходимый
inégal, -e – неравный; непостоянный
inégalité f – неравенство; неравномерность
inéluctable – неотвратимый, неизбежный
infléchissement m – отклонение; преломление
infini, -e – бесконечный
infirmité f – несовершенство; недостаток; немощь
influencer – влиять; действовать
ingouvernable – непокорный, непослушный
ingratitude f – неблагодарность
innovation f – новшество, нововведение
innover – вводить новшества
inquiet, -e – беспокойный
inquiéter – тревожить; беспокоить
inscrire – вписывать, записывать
inspiration f – вдохновение; внушение
inspirer – вдохновлять; внушать
insoumis, -e – непокорный
instable – неустойчивый
installation f – устройство; размещение; установка
installer – водворять; помещать; устраивать
instauration f – устройство; учреждение
instaurer – учреждать, основывать
instigation f – подстрекательство
instituer – учреждать, основывать
institution f – учреждение; установление; институт
instruction f – образование; просвещение; инструкция
instruire – обучать; наставлять; расследовать
insuccès m – неудача, неуспех
insurgé m – повстанец
s’insurger – восставать
insurrection f – восстание
182
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
interdire – запрещать, препятствовать
intergouvernemental, -e – межправительственный
intérim m – временное заместительство
par intérim – временно
intermédiaire m – посредник
interne – внутренний; присущий
interrompre (p.p. – interrompu) – прерывать
intervention f – вмешательство; интервенция; посредничество
introduire – вводить; впускать
invasion f – набег, нашествие, вторжение
Jj
jaillir – выделяться; появляться; бить ключом
jambe f – нога
joie f – радость; веселье
joindre (p.p. – joint) – соединять; складывать
jonction f – соединение
jouer – играть
jouir de – пользоваться
jouissance f – пользование; наслаждение
juger – судить; решать
juge m – судья
Juif, -ve m, f – еврей, еврейка
jusqu’à – до
juste – справедливый; верный
le juste milieu – золотая середина
justesse f – правильность, точность
juxtaposer – приставлять; сопоставлять
Ll
laisser – позволять; допускать
laïque – светский; мирской
lancée f – бросок; рывок
lancer – бросать; пускать в ход
lecture f – чтение; разбор
léger, -ère – легкий
législatif, -ve – законодательный
législation f d’exeption – чрезвычайное законодательство
légitimité f – законность
legs [lε] m – завещенное имущество
183
lendemain m – следующий день; завтра
lent, -e – медленный
Levant m – восток
levée f – ополчение; выступление (масс)
libération f – освобождение
libérer – освобождать
libertaire m – анархист
liberté f – свобода
libre – свободный
lien m – связь
lier, se ~ – связывать, соединять
limitation f – ограничение
limiter – ограничивать
local, -e – местный
loi f – закон
loi f d’exeption – чрезвычайный закон
loin – далеко
long, -ue – долгий
longueur f – продолжительность
Lorraine f – Лотарингия
lors – когда; во время
lorsque – когда
lourd, -e – тяжелый
loyer m – плата за наем
lumière f – свет; познание
les lumières – просвещение
le siècle de lumières – эпоха просвещения
lutte f – борьба
lutter – бороться
Mm
main d’œuvre f – рабочая сила; рабочие руки
maintenir – поддерживать
maintien m – сохранение в силе; поддержание
maître m – хозяин; мастер; знаток
majoritaire – мажоритарный
maladie f – болезнь
maladresse f – оплошность, неловкость
malaise m – тревожное состояние
malgré – вопреки; несмотря на …
184
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
manifestation f – проявление; демонстрация
manifester – обнаруживать; проявлять
manger – есть, кушать
marchand m – торговец
marché m – рынок
mariage m – брак, замужество, женитьба
Marine f – морской флот
marquer – отмечать; указывать на…; накладывать отпечаток
maquis m – чаща
homme m du maquis – партизан
mécontentement m – недовольство
médiocre – посредственный
membre m du gouvernement – член правительства
même – такой же; даже
menace f – угроза
menacer – угрожать; подвергать опасности
menées f pl – происки, интриги
mener – водить, вести, приводить, управлять
mépris m – презрение
au mépris de – вопреки
mesure f – мера; мероприятие
à mesure que – по мере того как
mesurer – измерять, отмерять
métier m – ремесло, профессия
mettre – класть, ставить, помещать
mettre en garde – предостерегать
mettre le feu aux poudres – вызвать гнев; негодовать
mettre fin à qch – положить конец
mettre en cause – затронуть; поставить под сомнение
mettre à jour – закончить сегодняшним днем
mettre à la disposition – предоставить в распоряжение
mettre en place – поместить
mettre en œuvre – пустить в ход / в действие
se mettre à la tâche – взяться за дело
midi m – полдень
Midi m – юг
milieu m – середина; среда; окружение
au milieu de – посреди; среди
militaire – военный, воинский
mineur, -е – меньший; второстепенный; несовершеннолетний
mise f en place – установка
185
mise f sur pied – готовность
modalité f – свойство; разновидность
modérer – умерять, смягчать
modification f – видоизменение
modifier – видоизменять
mœurs f pl – нравы, обычаи
moins – меньше
au moins – по крайней мере
monétaire – денежный; финансовый; валютный
monnaie f – монета, деньги
montagnard m – горец, монтаньяр
montée f – подъем, восхождение
mort f – смерть
mortalité f – смертность
mot m – слово
motion f – предложение; резолюция
la motion de défiance – вотум недоверия
mouvant, -e – движущийся; зыбкий
mouvement m – движение, ход
moyen m – средство, способ, возможность
multilateral, -e – многосторонний
multiplier – умножать
multitude f – масса, множество
museler – затыкать рот
mutation f – перемена; сдвиг; замена
Nn
naissance f – рождение, возникновение, начало
naître – родиться, происходить
natalité f – рождаемость
naturellement – естественно, конечно
néanmoins – тем не менее; однако
nécessaire – нужный, необходимый
négoce m – торговля
négociations f pl – переговоры; продажа ценных бумаг
négocier – вести переговоры
net, -te – чистый, ясный, отчетливый
nettement – ясно; решительно; четко
neveu m – племянник
niveau m – уровень
186
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
niveau m de vie – уровень жизни
noble – дворянский; благородный
noblesse f – дворянство
nom m – имя, название
au nom – во имя
nomade m – кочевник
nombre m – число, множество
nommer – называть; назначать
notabilité f – видное положение
notable – именитый, значительный
nourrir – кормить, насыщать
nouveauté f – новизна, новшество, новинка
nul, -le – никакой; ни один; недействительный
nullement – ничуть; нисколько; никоим образом
Oo
obéir – слушаться, повиноваться
obéissant, -е – послушный, покорный
objectif m – цель
objet m – предмет, вещь, цель, тема
obligatoire – обязательный
obligeant, -e – услужливый, любезный
obsèques f pl – пышные похороны
observer – наблюдать; соблюдать
obtenir – добиваться, достигать
occasion f – случай, повод, причина
occidental, -e – западный
octogénaire – восьмидесятилетний
octroyer – предоставлять
occuper – занимать
occupation f – захват, оккупация
œuvre f – дело, труд, сочинение
offense f – оскорбление, обида
offensif, -ve – наступательный
oisif, -ve – праздный; неиспользованный
opérer; s’~ – действовать, происходить
opinion f – мнение, взгляд
opposer – противопоставлять
opprimer – угнетать, притеснять
ordonnance f – постановление, инструкция, указ
187
ordonner – предписывать, приказывать
ordre m – порядок; приказ; распоряжение
Orient m – восток
origine f – начало, происхождение, возникновение
otage m – заложник; залог
outrance f – крайность, преувеличение
outrе – кроме; сверх
d’outre mer – заморский
ouverture f – открытие, начало
ouvrier m – рабочий
ouvrir – открывать, начинать
Pp
pacifique – миролюбивый, тихий
paiement m – уплата, платеж, расплата
paix f – мир, примирение
papetier m – бумагопромышленность
paraître (p.p. – paru) – появляться; казаться; выходить в свет (о книге)
parfait, -e – совершенный, законченный
parfois – иногда, временно
parmi – среди
part f – часть, доля
d’une part – с одной стороны
d’autre part – с другой стороны
partager – делить, разделять
parti m – партия; решение; мнение
participation f – участие
participer à – участвовать
participer de – происходить от…; иметь отношение к…
particulièrement – особенно; в частности
partie f – часть; сторона; участие
en partie – частично
partiel, -le – частичный
partisan m – сторонник; партизан
parvenir – достигать, доходить
passage m – проход, переход
passé m – прошлое
passer – проходить, прoезжать; переходить, передавать
passion f – страсть, пыл, страдание
pays m – страна, земля, родина
188
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Pays-Bas m pl – Нидерланды
peine f – наказание, кара; трудность, труд
la peine de mort – смертная казнь
pénaliser – наказывать
pendant – во время; в продолжение
pénétration f – проникание, проницательность
pénétrer – проникать, волновать
penser – мыслить, думать, размышлять
percer – проникать, пробивать
percevoir – чувствовать, воспринимать; собирать (налоги)
permanence f – непрерывность, перманентность
permettre – позволять, допускать, разрешать
péril m – опасность
persistant, -e – твердый, стойкий, настойчивый
personnel m – личный состав; персонал
perte f – потеря, утрата, гибель
peser – тяготить, удручать; взвешивать
pétrole m – нефть, керосин
peuple m – народ, населенность, население
pièce f – часть, деталь; документ; миномет, пулемет
pièce-maîtresse f – главный документ
piller – грабить, расхищать
pire – худший
pitié f – жалость
placement m – помещение; расстановка; устройство
plaidoirie f – ведение дела в суде
pleinement – полностью; совершенно; вполне
plonger – погружать, повергать
plupart f – большая часть; большинство
plusieurs – несколько; многие
poids m – вес, тяжесть, груз
poindre – светать, заниматься (о заре)
point de vue m – точка зрения
Pologne f – Польша
pontifical, -e – папский, епископский
population f – население
portée f – значение, важность; предел
porter – нести, доставлять
possibilité f – возможность
il est possible – возможно
pourtant – однако; все-таки
189
pousser – побуждать, толкать
pouvoir m – власть, возможность
pouvoirs m pl – полномочия
préalable – предварительный
préambule m – предисловие
précarité f – ненадежность, непрочность
précéder – предшествовать
précipiter – низвергать, сбрасывать, ввергать; ускорять
précis, -e – точный, краткий
préconiser – восхвалять, посвящать
prédécesseur m – предшественник
préférer – предпочитать
prélèvement m – взимание, вычет
préliminaries m pl – предварительные переговоры
prendre part à – принимать участие
préoccupation f – озабоченность, беспокойство
préoccuper – поглощать, заботить
prépondérance f – перевес, преобладание
présager – предвещать
présence f – присутствие, явка
préserver – предохранять
présidence f – председательство, президентство
président m sortant – президент, полномочия которого окончились
présider – председательствовать
pressentir – предчувствовать
pression f – давление, гнет
prévenir – предупреждать, предотвращать
prévoir – предвидеть
primordial, -e – главный, первостепенный
prison f – тюрьма
privé, -e – частный, приватный
priver – лишать
prix m – цена, стоимость, премия
procéder – действовать, поступать, приступить
proclamation f – провозглашение
proclamer – провозглашать
procurer – доставлять, добывать
proche – близкий, ближний
production f – производство; предъявление
produire – производить; вызывать; причинять; предъявлять
professer – исповедовать; публично заявлять
190
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
profiter – извлекать выгоду; воспользоваться
profond, – e – глубокий, глубокомысленный
profondir – углубить
progressivement – постепенно
projet m – замысел, план, проект
prolonger – продолжать, удлинять
promettre – обещать; подавать надежды
promulgation f – обнародование
promulguer – обнародовать
prôner – проповедовать, восхвалять
proposer – предлагать
proposition f – предложение
propriétaires m pl fonciers – помещики, землевладельцы
propriété f – собственность, имение; свойство
prospérité f – процветание, благосостояние
protéger – покровительствовать, защищать
provisoire – временный
puis – потом, затем
puissance f – мощь, могущество; власть; держава
puissant, -e – могущественный, влиятельный
pur, -e – чистый; безупречный; правильный
Qq
quantité f – количество, множество
quart m – четверть
quartier m – квартал; четвертая часть; казарма; место стоянки
quelque – некоторый
quelques – несколько
quitter – покидать, оставлять, бросать
Rr
radical, -e – радикальный, коренной
raison f – причина, довод, основание
rajeunissement m – обновление
ralentir – замедлять, приостанавливать
ralliement m – объединение, сбор
rallier – объединять
ramener – возвращать, восстанавливать; приводить обратно
rang m – ряд; ранг, чин
ranger – размещать; приводить в порядок; выстраивать
191
rapide – быстрый, скорый
rapidement – быстро
rappel m – призыв; вызов; напоминание
rappeller – призывать (к порядку); отзывать; напоминать
rapports m pl – отношения
rapprocher, se ~ – приближаться
rassemblement m –сборище, собрание; стягивание (войск)
rassurer – успокаивать
rattacher – связывать; иметь отношение к…
rаviver – оживлять
rayonnement m – излучение, сияние, ореол
rayonner – сиять, излучать
réaffirmer – вновь подтверждать
réarmement m – перевооружение
rebaptiser – переименовать
rebelle m – бунтовщик
recensement m – перепись
recenser – производить перепись
recherche f – искание, поиск, исследование
réclamer – протестовать, требовать
réconciliation f – примирение
reconnaissance f – признание; разведка; признательность
reconnaître – узнавать, признавать
recourir – прибегать к…; употреблять
recours m – прибежище; средство; прошение, иск; ходатайство
recouvrir – перекрывать, прикрывать
recueillir – собирать; давать приют; принимать
recul m – отступление; разгон; время
reculer – отступать; отсрочивать; отдалять
reddition f – отдача, сдача, капитуляция
redémarrer – вновь предпринимать; сдвинуться с места
rédiger – составлять, редактировать
redressement m – возрождение; оздоровление
réduire – сокращать; обращать в…; доводить до…
référence f – справка, ссылка, рекомендация
réfléchir – обдумывать, размышлять
reflet m – отражение, отсвет, отблеск
refléter – отражать
reflux m – отход, отлив
refouler – оттеснять; давать задний ход
refus m – отказ
192
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
refuser – отказываться, отклонять, отказывать
régiment m – полк; множество
règlement m – урегулирование; устав; расчет
régler – устанавливать, регулировать
règne m – царствование
régner – царствовать, господствовать
Reich m – рейх
rejeter – отбрасывать, отвергать
relais m – эстафета; переключение
relance f – новый подъем
relancer – снова поднимать
relatif, -ve – относительный, касающийся
relation f – отношение, связь
remaniement m – переделка, пересмотр, переустройство
remanier – переделывать
remarquable – замечательный
remettre – передавать; откладывать
remords m – угрызение совести
rempart m – земляной вал; оплот
remplacer – заменять, замещать
rempоrter – уносить; одержать (победу)
renaissance f – возрождение
renaître – возрождаться, поправляться
rencontrer – встречать
rendre compte de – отчитываться; давать отчет о…
se rendre – отправляться; сдаваться
renforcer – подкреплять, усиливать
renom m – известность, репутация
renoncer à – отказаться, отрекаться
renouer – вновь связывать; возобновлять
rentrée f – возвращение, поступление, возобновление
renvoi m – отсылка обратно; увольнение; отсрочка
renvoyer – отсылать обратно; возвращать; отсрочивать
répandre – распространять, проявлять, расточать
réparations f pl – репарации, возмещение
répartir – распределить, размещать
répartition f – распределение, размещение
répliquer – возражать, отвечать
répondre – отвечать; соответствовать
repos m – отдых, покой, пауза
reposer – успокаивать; покоиться; полагаться (на)
193
reprendre – возобновлять, восстанавливать
représentation f – представительство; изображение; воспроизведение
représenter – представлять, изображать
réprimer – подавлять, обуздывать
reprocher – упрекать, укорять
répudier – отвергать
résister – сопротивляться, противостоять
résistance f – сопротивление
réserver – откладывать; предназначать
résider – жить; находиться; заключаться; состоять
résident m – резидент
ressemblance f – сходство
résoudre – решать, разрешать
résolution f – решение, постановление
responsable – ответственный, уполномоченный
respecter – уважать; соблюдать; щадить
respectivement – взаимно, соответственно
restreindre – ограничивать, сокращать
restreint, -e – ограниченный, сокращенный
rétablir – восстанавливать
rétablissement m – восстановление, выздоровление
retourner – возвращаться; переворачивать
retraite f – отступление; отставка; пенсия
retour m – возвращение, поворот
retirer – отодвигать, отстранять; извлекать; взять обратно
se retirer – удаляться, уходить
réunification f – воссоединение
réunion f – собрание, соединение
réunir – собирать, соединять
réussir – преуспевать; иметь успех; добиваться чего-либо
réussite f – достижение, удача, успех
revanche f – реванш
en revanche – взамен; в отместку
rêver – мечтать, задумывать, желать
rêve m – сон, сновидение, мечта
réveiller – будить
révélation f – разоблачение; открытие; откровение
révéler – вскрывать, разоблачать
revendication f – требование, притязание
revendiquer – требовать; отстаивать права
revenir – возвращаться; сводиться к…
194
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
réviser – проверять, пересматривать
revivre – оживать; вновь переживать
révolte f – бунт, мятеж, возмущение
révoquer – отзывать, смещать, отменять
revoter – снова голосовать
richesse f – богатство
rigoureux, -se – строгий, суровый, жестокий
rigueur f – строгость, суровость; точность
rivalité f – соперничество
rive f – берег
roi m – король, царь
royaume m – королевство, царство
rude – суровый, грубый
rupture f – перелом, разрыв, прорыв
rural, -e – сельский, деревенский
Russe m, f – русский
la Russie – Россия
Ss
sacré, -е – священный
sacrifice m – жертва
saigner – кровоточить
saisie f de gage – наложение ареста на залог
salaire m – заработная плата
salut m – спасение, избавление; привет, поклон
sanglant, -e – окровавленный, кровавый
sans – без
sauf – кроме, помимо, исключая
sauver – спасать
sauveur m – спаситель, избавитель
savoir faire m – умение, сноровка, ловкость
sceller – накладывать печать; запаять; опечатать
scolaire – школьный
score m – очко, счет
scrutin m – выборы; баллотировка; голосование
second, -e – второй, другой
selon – по; согласно; по мнению; соответственно
sembler – казаться
il semble – кажется
séparer – отделять
195
sens m – смысл, значение
bon sens m – здравый смысл
sensible – чувствительный, восприимчивый
sentiment m – чувство, ощущение
sentir – чувствовать, понимать, сознавать
service m – служба, услуга
servir – служить, годиться
seul, -e – один, единственный, одинокий
seulement – единственно, только
sévère – строгий, суровый
sévir – свирепствовать
siècle m – век, эпоха, столетие
siège m – резиденция, местонахождение, центр; осада
siéger – заседать; находиться, помещаться
signal m – сигнал, знак
signe m – знак, признак; примета
signer – подписывать
signification f – значение, смысл
signifier – означать, выражать
simple – простой, заурядный, легкий
société f – общество, товарищество
soit… soit – либо… либо; или… или
solder – платить жалованье; уплачивать долг
solennellement – торжественно
solliciter – просить, хлопотать, ходатайствовать
solution f – решение, разрешение
sommaire – краткий; суммарный; le sommaire – содержание
somme f – сумма, итог, совокупность
sommet m – вершина, верхушка
sondage m – выяснение
sortant, -е – выходящий; le député sortant ~ – депутат, полномочия которого окончились
souci m – забота, хлопоты
soucieux, -se – заботливый; озабоченный
souffler – дуть, раздувать; гасить; подсказывать
souffrir – страдать; выдерживать; позволять; терпеть
soulèvement m – поднятие; восстание
soulever – поднимать; se ~ – волноваться, взбунтоваться; подниматься
soumettre – покорять, подчинять; подвергать
soumisson f – подчинение, покорность
souple – гибкий, мягкий, сговорчивый
196
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
source f – источник, родник, ключ
souscription f – подписка; подпись
soutien m – опoра, поддержка
soutenir – поддерживать, защищать; утверждать
souvenir, se ~ – помнить, вспоминать
souverain m – монарх, государь
stagnant, -e – застойный
succéder – следовать за…; наследовать
succès m – успех, удача
succession f – последовательность; наследование; наследство
successivement – последовательно
subir – испытывать, переносить, выдерживать
subordonner – подчинять; делать зависимым
substitution f – замена, замещение
subvention f – пособие, субсидия, дотация
sud-est m – юго-восток
sud-ouest m – юго-запад
suffrage m – голос (избирательный); избирательное право
le suffrage universel – всеобщее избирательное право
suffire – быть достаточным; хватать; il suffit – достаточно
suffisant, -e – достаточный
suite f – продолжение, последствие, порядок; ряд
suivre – следовать; идти за…; следить; вытекать
supplanter – вытеснять
supporter – поддерживать; переносить; терпеть
supranational, -e – наднациональный
surmonter – возвышаться; преодолевать
surprendre – заставать врасплох; поражать; перехватывать
susceptible – способный к восприятию; восприимчивый
susciter – вызывать, порождать
suspecter – подозревать
suspendre – прерывать; откладывать; отстранять
suspicion f – подозрение, недоверие
Tt
tailler – резать, обтесывать, кроить
tandis que – между тем как; тогда как
tard – поздно
tarder – медлить, задерживаться
tassement m – оседание; скученность; уплотнение
197
taux m – расценка, такса, проценты
tel, -le – такой, таковой
témoignage m – свидетельство; показание
témoigner – высказывать, проявлять, свидетельствовать
témoin m – свидетель
temporaire – временный
temporiser – медлить, выжидать
temps m – время, пора
tenant m – защитник, заступник
tendre à – стремиться к чему-нибудь
tenir – держать, владеть; заключать; вмещать
tenir compte de – принимать во внимание
se tenir – держаться; происходить
tentation f – соблазн, искушение
tentative f – попытка
tenter – пробовать, искушать; tenter de – пытаться
terme m – предел, срок; слово, выражение; конец
terminer – кончать, заканчивать
terrible – ужасный, страшный
tertiaire – третий
le secteur ~ – население, занятое в сфере обслуживания
tiers – третий
Tiers État m – третье сословие
tirer – извлекать, вынимать; стрелять
tirer parti de – извлечь пользу
tisseur m – ткач
tocsin m – набат
toile f – холст, полотно
tolérable – сносный, терпимый
tolérance f – терпимость
tomber – падать, свалиться
total, -e – весь, полный
toucher – касаться, трогать
tour m – поворот, ход, направление
tournant m – поворот; хитрость, уловка
tourner – вращать; направлять, обращать; принимать новый оборот
tout au long – основательно
toutefois – все-таки
traduire – выражать, передавать
trahison f – измена, предательство
trait m – черта, особенность
198
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
traité m – договор, соглашение
traiter – обходиться; обращаться; обсуждать
transition f – переход; переходная ступень
triompher – ликовать, торжествовать
tripler – утраивать
troubles m pl – волнения, смута, беспорядки
troupes f pl – войска
trouver – находить
tuer – убивать
turbulent, -e – шумливый, неугомонный
Uu
ultime – последний
unanimité f – единодушие, единогласие
unificateur m – объединитель
unifié, -e – объединенный
uninominal, -e – содержащий только одно имя
union f – союз, единение, согласие
Union Sacrée f – Священный союз
unique – единственный
unir – объединять, связывать
unité f – единство; единица; часть; подразделение
usage m – обычай; пользование
user – изнашивать; тратить; изнурять
usure f – износ, истрепывание
vente f – продажа
véritable – истинный, настоящий
vérité f – истина, правда
vers – к; приблизительно; около
vertu f – свойство; доблесть; добродетель; мужество
victime f – жертва
victoire f – победа; remporter la victoire – одержать победу
vieille – старая
vieux – старый
violation f – нарушение
visage m – лицо
viser – иметь в виду; наметить; добиваться
voie f – путь, дорога
voix f – голос; избирательный голос
vol m – полет; похищение, кража
volonté f – воля, желание, охота
vote m – голос, решение, голосование
voter – голосовать; ставить на голосование; голосовать за
vraiment – право; в самом деле
vraisemblablement – вероятно
vue f – зрение
le point de vue – точка зрения
en vue – в виду
Vv
vain, -e – напрасный, бесполезный
vaincre – побеждать, преодолевать
vaincu, -e – побежденный
vainqueur m – победитель
valeur f – ценность, стоимость, значение; достоинство
valoir – стоить
il vaut – стоит
véhiculer – перевозить
veille f – канун
à la veille – накануне
velléité f – попытка; слабое поползновение
vendre – продавать
venir – приходить, прибывать; venir de – происходить; проистекать
199
200
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
SOMMAIRE
Préface (d’après Jaques le Goff) .................................................................. 3
La Révolution française (1789–1799) (A. Soboul) ...................................... 4
La prise de la Bastille .................................................................................... 7
La Révolution et l’Empire (J. Carpentier)................................................ 13
Le Consulat, l'ordre et la paix .................................................................. 14
Empire, une fulgurante trajectoire militaire ............................................. 16
La monarchie constitutionnelle au temps de notables (J.-M. Mayeur)... 23
La Restauration........................................................................................ 23
La vie politique sous la Restauration ....................................................... 26
La Monarchie de juillet............................................................................ 28
La révolution de 1830 .............................................................................. 28
Le règne de Louis-Philippe...................................................................... 31
La révolution de 1848 et le Second Empire: de la Révolution
démocratique à la démocratie autoritaire (J.-M. Mayeur) ...................... 34
La révolution de 1848 et la IIe République .............................................. 34
Le reflux. Le prince Louis Napoléon ....................................................... 36
L’Empire autoritaire. L’Empire triomphant............................................. 41
Vers l’Empire libéral ............................................................................... 43
République parlementaire et laïcité (1870–1914) (J.-M. Mayeur) .......... 46
Naissance du régime ................................................................................ 47
La crise du 16 mai.................................................................................... 49
Les républicains de gouvernement au pouvoir ........................................ 50
Socialistes et modérés.............................................................................. 52
Naissance d’une France nouvelle (fin 19e – début 20e siècle) ................... 54
Les phénomènes cycliques....................................................................... 54
Les mutations de la société ...................................................................... 56
Croissance du monde ouvrier................................................................... 57
Triomphe et diversité de la bourgeoisie................................................... 60
Diversité et richesse de la vie culturelle................................................... 62
L’expansion française dans le monde au XIXe siècle (J.-M. Mayeur) .... 65
Premières initiatives................................................................................. 65
L’œuvre du Second Empire ..................................................................... 66
Les domaines d’action ............................................................................. 69
La France dans le monde en 1914............................................................ 71
La guerre de 1914–1918, l’après-guerre (J.-M. Mayeur)......................... 74
L'entrée dans le соnflit et la guerre de mouvement.................................. 75
Le pays s’installe dans la guerre .............................................................. 76
Le règlement du conflit............................................................................ 79
201
L’après guerre. Le difficile retour à la paix. ............................................ 80
La difficile application des traités (1870–1914) ...................................... 82
La France dans la Seconde Guerre mondiale (J.-M. Mayeur) ................ 84
De la «drôle de guerre» à la défaite ......................................................... 84
Défaite militaire et crise politique............................................................ 86
La fin de la IIIe République...................................................................... 88
La «révolution nationale» ........................................................................ 89
France libre et Résistance ........................................................................ 92
Le gouvernement provisoire de la République française ......................... 94
La Libération et la IVe République (1944–1958) (J.-M. Mayeur) ........... 97
Le retour à la paix. La Libération ............................................................ 97
Vers de nouvelles institutions ................................................................ 100
La IVe République face à ses adversaires .............................................. 103
Les problèmes de la décolonisation ....................................................... 105
Vers la fin du régime ............................................................................. 109
La Ve République sous de Gaulle (1958–1969) (J.-M. Mayeur) ............ 112
La décolonisation................................................................................... 117
Une autre politique étrangère................................................................. 119
La Ve République s’enracine. Après-gaullisme et alternance
politique (J.-M. Mayeur)........................................................................... 122
Les années Pompidou ............................................................................ 122
La présidence de Valéry Giscard d'Estaing............................................ 124
Le poids de la crise ................................................................................ 128
L'alternance de gauche........................................................................... 130
De l’«état de grâce» à la rigueur ............................................................ 133
La cohabitation ...................................................................................... 135
Les mutations de la France dans la seconde moitié du 20e siècle .......... 137
Le mouvement économique................................................................... 137
Reconstruction et modernisation............................................................ 137
De la croissance à la crise ...................................................................... 139
La coopération européenne (P. Gerbet) .................................................. 142
La politique extérieure commune .......................................................... 142
Une tentative d’armée européenne......................................................... 144
L’Euro, pour lutter à égalité avec le dollar et le yen? (P. Gerbet) ........ 147
L’Euro, c’est déjà aujourd’hui (d’après "Label France") .................... 150
La citoyenneté européenne (P. Gerbet) ................................................... 153
Tests............................................................................................................ 155
Annexe........................................................................................................ 164
Bibliographie.............................................................................................. 165
Vocabulaire ................................................................................................ 166
202
Copyright ОАО «ЦКБ «БИБКОМ» & ООО «Aгентство Kнига-Cервис»
Учебное издание
Составитель
Вера Михайловна Литвинова
СБОРНИК ТЕКСТОВ И УПРАЖНЕНИЙ
ПО ФРАНЦУЗСКОМУ ЯЗЫКУ
(для студентов исторического факультета)
Технический редактор Н.В. Москвичёва
Редактор Л.Ф. Платоненко
Подписано в печать 14.03.05. Формат бумаги 60х84 1/16.
Печ. л. 12,7. Уч.-изд. л. 13,0. Тираж 70 экз. Заказ 105.
Издательство Омского государственного университета
644077, г. Омск-77, пр. Мира, 55а, госуниверситет
203
204
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
11
Размер файла
1 013 Кб
Теги
698
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа