close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

La Libre Belgique 62 2017

код для вставкиСкачать
International pp.16-17
CHRISTOPHE ENA/AP
Un peu de droite,
un peu de gauche,
Macron livre
son programme présidentiel
Par crainte des critiques,
les ministres évitent
le Mipim de Cannes
Belgique pp.6-7
La manne
culturelle
de Mons
remise
en cause
Quotidien européen – Belgique 1,60 € – France 2,60 € – Luxembourg 1,60 €Tél.: 02/744.44.44
La ministre de la Culture
s’interroge sur l’utilisation
des subsides de la Biennale
Mons 2018.
pp. 4-5
HERCHAFT/REPORTERS
BRUXELLES/BRABANT - VENDREDI 3 MARS 2017 - www.lalibre.be
134e année – n° 62 HHHHHH
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
LA PERSONNALITÉ
n International pp.20-21
L’adieu aux armes
des Farc
Jean Pisani-Ferry
Economiste français, architecte du programme d’Emmanuel Macron
Le 1er mars, la guérilla marxiste des
Forces armées révolutionnaires
(Farc) de Colombie a commencé
l’opération de désarmement, qui
sera progressive. Reportage.
L’
BELGAIMAGE
n Planète pp.22-23
Tensions sur les forêts
wallonnes
A la manœuvre du “projet
Macron”, rendu public
jeudi, l’économiste Jean
Pisani-Ferry lui apporte
une caution intellectuelle
de poids.
FLEMAL
Une proposition de décret
CDH­PS vise à faciliter la privatisa­
tion des forêts wallonnes.
Pour l’opposition et les associa­
tions de défense de l’environne­
ment, c’est non.
n Économie p.28
La bataille européenne
du droit d’auteur
Le Parlement européen planche
sur la réforme du “copyright”. Les
éditeurs de presse, en pleine révo­
lution numérique, se mobilisent
contre les opposants au projet.
architecte discret du pro­
gramme d’Emmanuel
Macron, Jean Pisani­Ferry,
peut se prévaloir d’une carrière
bien remplie et d’un certain
lignage familial et intellectuel.
Arrière­petit­neveu de Jules Ferry,
mais aussi fils d’Edgar Pisani qui
fut ministre sous de Gaulle et
Mitterrand, l’économiste de 65
ans, reconnu par ses pairs du
Cercle des économistes, a lui aussi
apporté sa contribution à l’Etat.
Réputé comme un bourreau de
travail, l’ancien expert économi­
que de Jean­Marc Ayrault et de
Manuel Valls, qui a démissionné
le 11 janvier dernier de son poste
de commissaire général de France
Stratégie, le think tank de Mati­
gnon, pour rejoindre l’équipe
d’En marche, ne réalise pas là son
premier engagement dans une
campagne électorale. Il fut l’un
des artisans de la candidature de
Dominique Strauss­Kahn à la
présidentielle en 2011 et a con­
tribué aux programmes de Lionel
Jospin en 2002 et de François
Hollande en 2012. Son influence,
toujours en coulisse, peut égale­
ment se mesurer à l’aune du
“schéma d’union bancaire” qui a
été adopté par les chefs d’Etat de
l’Union européenne en
juin 2012, et qui est né des ré­
flexions du think tank bruxellois
Bruegel, dont il était le directeur
entre 2005 et 2013. S’il a
aujourd’hui accouché, en deux
mois, de l’ensemble du projet
d’Emmanuel Macron, son adhé­
sion au mouvement En marche
n’allait pas de soi. L’intellectuel
“de gauche” a décliné pendant un
temps les appels de pied d’un
mouvement qui ne lui inspirait
que scepticisme, et qu’il assimilait
à une trop forte dose de “techno­
cratie”. Mais ça, c’était avant.
Avant l’onde de choc du Brexit,
de l’élection de Donald Trump et
de la percée de Marine Le Pen.
Autant d’événements que M.
Ferry vit comme une rupture qui
l’oblige à l’engagement politique.
“La France, l’Europe, sont à la merci
d’un nouvel âge des extrêmes. Je ne
veux pas, demain, regretter de
m’être borné à jouer les observa­
teurs”, s’explique­t­il auprès des
“Echos”. Rien d’étonnant toute­
fois à ce que l’économiste se soit
tourné vers celui à qui il fournis­
sait, à Bercy, des notes sur les
enjeux économiques et sociaux
du pays, et avec qui il partage
désormais l’idéal de dépassement
des clivages politiques. Jean Pisa­
ni­Ferry est acquis à la “révolu­
tion”.
A.W.-H. (st.)
| duBus |
n Culture pp.38-39
La démocratie
américaine sous la loupe
de Romeo Castellucci
Le célèbre metteur en scène italien
crée “La Democrazia in America” à
Anvers. Une pièce inspirée d’Alexis
de Tocqueville.
Contacts .................................................... p.55
Débats ................................................. p.44-45
Jeux .................................................... pp.54-55
Marchés .............................................. pp.30-33
Météo/Loterie ............................................ p.55
Nécrologies ......................................... pp.52-53
Région ................................................ pp.12-14
Sports ................................................. pp.34-37
Télévision .......................................... pp.46-50
2
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
L’OBJET
LE CHIFFRE
LE CHIFFRE
Deepstack
53
318
Logiciel invaincu contre
des humains au poker.
L’
noms proposés
pour le Nobel
de la paix
Un quasi-record de 318 individus et
organisations ont été proposés pour le
Nobel de la paix 2017, a indiqué jeudi
l’Institut Nobel, une liste hétéroclite
qui comprendrait les Casques blancs
syriens, Donald Trump ou encore
Jacques Chirac.
D.R.
intelligence artifi­
cielle n’en finit pas
de progresser,
comme l’a prouvé le
logiciel Deepstack, qui a
battu au poker tous les
joueurs professionnels
qu’il a affrontés récem­
ment, une grande pre­
mière.
Dans une des variantes
les plus complexes du
poker, le “No Limit
Hold’em”, Deepstack a
battu une trentaine de
joueurs professionnels
lors d’un tournoi disputé
en décembre, ont précisé
les concepteurs de ce
programme objet d’une
publication jeudi dans la
revue américaine
“Science”. “Le poker est
un grand défi en intelli­
gence artificielle car c’est
la quintessence du jeu aux
règles imparfaites dans
lequel chacun des joueurs
ne dispose pas de la même
information et ne partage
pas la même perspective”,
relève Michael Bowling,
professeur à l’Université
d’Alberta et principal
auteur de cette avancée.
La Fifa
inspire toujours
la méfiance
Après les scandales de corruption dévoilés l’an
dernier au sein de la Fédération internationale de
football (Fifa), la méfiance est toujours de mise.
Ainsi, 53% des 25000 personnes interrogées dans
une enquête de l’ONG Transparency International
estiment que trop peu de changements ont été
apportés pour changer les choses.
Vidéo. Comment réagiriezvous si vous assistiez au
harcèlement d’un garçon par
d’autres jeunes ? “Would You
React” réalise des
expériences sociales sur le
territoire belge.
Dernièrement, une vidéo sur
le thème de l’humiliation sur
Internet a été tournée à un
arrêt de tram face à la gare
d’Etterbeek, en Région
bruxelloise. “Would You
React” a filmé les réactions
des passants. Si certains
n’hésitent pas à intervenir,
d’autres ignorent totalement
cette agression. Une vidéo à
voir sur LaLibre.be.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
3
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Politique culturelle
Pour la ministre CDH de la Culture,
la Biennale doit être bénéfique à
l’ensemble de la Communauté française.
n Au MR, on veut que certaines
dépenses publicitaires sur l’événement
soient intégrées aux comptes de
campagne d’Elio Di Rupo (PS).
n
Dossier réalisé par Antoine Clevers
Rééquilibrage. Il nous revient que plusieurs acteurs
culturels, notamment namurois, demandent un
rééquilibrage régional des subsides, alors que Mons a
été très bien servie grâce à la Capitale européenne de
la culture. En novembre, la ministre Greoli annonçait
un million d’euros de plus pour Charleroi en 2017, mais
sans parler de rééquilibrage parce que l’argent venait
d’une hausse de 3% sur son budget. En fait, la ministre
veut travailler par projet plutôt que par région.
Alda Greoli s’interroge
sur les subsides
de la Biennale Mons 2018
La Ville, Mars et la Fondation à la manœuvre
Trois institutions sont à la manœuvre dans
Mons 2018, les mêmes que pour Mons 2015: la
Ville de Mons, Mars (Mons Arts de la scène, ancien­
nement Le Manège Mons) et la Fondation Mons
2025 (ex­Fondation Mons 2015). Ces trois­là vont
officiellement unir leurs forces par la signature
prochaine d’un “contrat­cadre portant coopération
horizontale non institutionnalisée” (que “La Libre”
a pu consulter). Or, “quand on lit ce contrat, les cho­
ses sont assez simples, dit Georges­Louis Bouchez.
D’un côté, Mars et la Ville chargent la barque de pro­
jets. De l’autre, la Fondation sert de banquier…”
“On met sous le coût de la Biennale des dépenses qui
4
auraient de toute façon dû être assumées (par la Ville
ou Mars, NdlR), avec ou sans Biennale.” Il cite en
exemple deux événements, mentionnés dans la
convention, que la Ville prendra en charge. D’une
part, l’exposition consacrée à David LaChapelle
programmée en 2017. Donc avant la Biennale. Et
d’autre part, les commémorations pour la Pre­
mière Guerre mondiale en novembre 2018. “La
Communauté française ne finance des commémora­
tions nulle part sauf à Mons… Normalement, c’est à
charge du fédéral ou des autorités locales.”
laine de 5,6 millions d’euros généré par la Capitale
européenne de la Culture. Ce montant comprend
des subsides communautaires versés après 2015
afin d’éponger les dernières factures. “C’est très
sournois de la part de l’organisation de Mons 2015
d’avoir fait des non­dépenses, estime Olivier Destre­
becq. Quand de l’argent public n’est pas dépensé, j’es­
time qu’il doit être ristourné aux pouvoirs publics.”
“Pas question de financer les ASBL de Di Rupo”
A très bonne source, “La Libre” apprend que la
ministre de la Culture, Alda Greoli, a eu une réu­
“Di Rupo pilote tout”
nion en début de semaine dernière avec Anne­So­
Pour le jeune libéral, la mainmise
phie Charle et Savine Moucheron
d’Elio Di Rupo, bourgmestre de
afin de clarifier la destination finale
Mons et président du PS, est évi­
des subsides alloués à la Fondation
dente. Il pointe la composition du
Mons 2025. Et, visiblement, la mi­
comité de pilotage qui regroupe des
nistre a demandé à ses deux inter­
représentants des trois institutions
locutrices de revoir leur copie. Elle
impliquées dans Mons 2018. Pour
décèle, nous dit­on, de futures dé­
la Ville, on y retrouve M. Di Rupo,
penses trop centrées sur Mons. “En
son échevine de la Culture Savine
clair, indique notre source, il n’est
Moucheron (CDH), et le responsa­
pas question de financer les ASBL
Alda Greoli
ble du Pôle muséal, Xavier Roland
d’Elio Di Rupo…” L’idée serait que les
Ministre de la Culture (CDH).
(étiqueté PS). Pour la Fondation, il
subsides profitent à la culture sur
s’agit de la secrétaire générale An­
l’entièreté de la Communauté fran­
ne­Sophie Charle (PS) et de son président Domini­ çaise, par exemple via des collaborations extérieu­
que Cominotto. Enfin, pour Mars, c’est son prési­ res à la région montoise. Une nouvelle rencontre
dent Jean­Paul Deplus (PS) et son directeur général aura lieu dans quelques semaines.
Philippe Degeneffe (étiqueté PS).
Contactée, Mme Greoli confirme la tenue de la réu­
“Autour de cette table, il faudra m’expliquer qui nion, il y a dix jours. “Nous avons convenu qu’il fal­
commande si ce n’est pas Elio Di Rupo, poursuit l’élu lait une réflexion portant sur l’intégralité de la Com­
communal MR. On nous met trois organes sur un munauté française en termes de rayonnement cultu­
pied d’égalité, mais c’est un leurre. Ce sont des structu­ rel”, dit­elle, sans autres précisions. En vacances,
res dans lesquelles Di Rupo a une majorité absolue. Il Mme Charle, nous écrit par courriel que “le contenu
pilote tout lui­même. Et il peut de la sorte jouir des du rendez­vous avec la ministre n’est pas destiné à
moyens mis à la disposition de la Fondation.”
être communiqué dans les médias. C’est un rendez­
Plusieurs millions d’euros de subsides sont en vous de travail dont le but est de nous permettre de…
jeu. Il existe un accord politique pour que le gou­ travailler.” Enfin, l’attachée de presse de la Ville de
vernement de la Communauté française verse Mons nous indique que tout commentaire sur le
deux fois 1,5 million d’euros à la Fondation Mons sujet est prématuré tant que la convention (le con­
2025. La première tranche en 2017 (elle a été ins­ trat­cadre) n’est pas signée. Ce sera fait le 13 mars
crite au budget), la seconde en 2018 (à confirmer). prochain au cours d’une réunion du conseil d’ad­
En plus, la Fondation peut compter sur un bas de ministration de la Fondation Mons 2025.
ROGE/BELGA
A
quoi vont concrètement servir les der­
niers publics censés financer la Biennale
Mons 2018? Au MR, la question se pose
avec beaucoup d’acuité. Georges­Louis
Bouchez, chef de file de l’opposition MR
au conseil communal de Mons, et Olivier Destre­
becq, député libéral au Parlement de la Commu­
nauté française, soupçonnent le PS local, Elio Di
Rupo en tête, d’avoir la tentation d’utiliser indirec­
tement cet argent au bénéfice de la campagne élec­
torale en 2018. Procès d’intention? Possible. Mais
force est de constater que la ministre de la Culture,
Alda Greoli (CDH), a demandé la semaine dernière
aux organisateurs de la Biennale de clarifier l’utili­
sation qu’ils comptaient faire des subsides octroyés
par la Communauté française (ou Fédération Wal­
lonie­Bruxelles).
La problématique s’inscrit dans le prolongement
de Mons 2015, Capitale européenne de la culture
(CEC) – une année d’événements culturels mar­
quée, entre autres, par l’exposition Van Gogh. La
Commission européenne recommande aux villes
qui reçoivent ce titre de pérenniser les investisse­
ments consentis. C’est la raison pour laquelle le
projet d’une biennale a vu le jour à Mons. Le pre­
mier numéro doit avoir lieu, “comme par hasard”,
entre août et novembre 2018, s’agace M. Destre­
becq. C’est­à­dire en plein pendant la compagne
pour les élections communales d’octobre 2018.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
LAURIE DIEFFEMBACQ/BELGA
Elio Di Rupo, bourgmestre de Mons et président du PS, s’était beaucoup investi dans Mons 2015, Capitale européenne de la culture. La Biennale Mons 2018 en est la prolongation.
Pour le MR, les supports publicitaires de la Biennale doivent être
comptabilisés dans les dépenses électorales d’Elio Di Rupo
C’est la raison pour laquelle le libéral
montois va déposer de manière antici­
pative une interpellation devant la com­
mission des Dépenses électorales du
parlement wallon. Il demande, selon le
texte, “l’intégration des supports et événe­
ments de Mons 2018 dans les comptes de
campagne des candidats concernés par
une mise en évidence quelconque”.
Pas d’exception pour Mons 2018
La loi du 7 juillet 1994 prévoit que
tous les messages “destinés à influencer
favorablement le résultat d’un parti politi­
que, d’une liste et de leurs candidats” doi­
vent être considérés comme des “dépen­
ses de propagande électorale”. Une excep­
tion toutefois: la publicité autour d’un
événement ayant “un caractère régulier
et récurrent”. Mais Georges­Louis Bou­
chez rejette l’idée que la Biennale puisse
correspondre à cette définition parce
que, écrit­il dans son interpellation,
FLÉMAL/BELGA
C’
est fou comme le hasard fait bien
les choses”, ironise Olivier Destre­
becq, député MR au parlement
de la Communauté française. Le 23 fé­
vrier dernier, la ministre de la Culture,
Alda Greoli (CDH), lui répondait, au
cours d’un débat parlementaire, que la
première édition de la Biennale mon­
toise “devrait se dérouler entre août et no­
vembre 2018”. C’est­à­dire en plein pen­
dant la campagne pour les élections
communales d’octobre 2018.
“La période est suspecte”, poursuit
Georges­Louis Bouchez, le chef de l’op­
position MR au conseil communal de
Mons. Dans son viseur, le bourgmestre
des lieux, Elio Di Rupo (PS), qui va, selon
lui, profiter d’une publicité électorale
gratuite grâce à la Biennale Mons 2018.
Il pointe les nombreux supports de
communication autour des événements
culturels sur lesquels le nom et le visage
du socialiste apparaîtront.
Georges-Louis Bouchez
Chef de l’opposition MR au
conseil communal de Mons et
délégué général de son parti.
l’événement culturel aura lieu pour la
toute première fois en 2018.
“De nombreuses publications seront si­
gnées, voire illustrées par la photo d’élus et
candidats aux élections à ce moment­là, à
commencer par le bourgmestre Elio Di
Rupo et les échevins”, poursuit­il. Comme
“la date choisie par les autorités est de na­
ture à avoir une influence sur le résultat
des élections et, qu’à tout le moins, il semble
que cela soit l’effet recherché […] il est donc
logique que les supports de communica­
tion mais aussi les événements qui mettent
en avant [les] candidats doivent être inté­
grés dans [leurs] comptes de campagne”.
La commission des Dépenses électora­
les se prononce d’habitude après un
scrutin. Dans le cas présent, M.Bouchez
veut “clarifier les règles du jeu avant le dé­
but de la partie”. Il se réfère à “la volonté
du parlement de Wallonie de permettre à
la commission […] d’avoir un pouvoir pré­
ventif”. Bientôt une grande première?
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
5
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Hécatombe mini
et… liégeoise au
LA JOURNÉE
Accusée par “Le Vif”, la fille de Marcourt nie
avoir travaillé pour Nethys
Selon nos confrères du “Vif”, Raphaëlle Marcourt (la fille
du ministre wallon de l’Economie, le PS Jean­Claude
Marcourt) a travaillé ces derniers mois comme juriste
pour Nethys. Ces prestations, effectuées pour le compte
du cabinet d’avocats de son père, auraient eu lieu sans
contrat, alors que le scandale Publifin avait éclaté. Tou­
jours selon l’hebdomadaire, elle aurait en outre travaillé
sur une matière qui n’est pas la sienne (elle est spéciali­
sée en droit de la famille) : la protection des données à
caractère personnel. Budget prévu par Nethys pour cette
mission: 50000 euros. Une faveur donnée par Stéphane
Moreau à la fille de son principal soutien au sein du PS
liégeois? L’intéressée nie catégoriquement ces informa­
tions. Dans un mail envoyé aux rédactions, Raphaëlle
Marcourt explique avoir bien eu “des contacts avec les
responsables de chez Nethys afin d’envisager une mission
visant à mettre en œuvre le règlement européen relatif à la
protection des personnes physiques à l’égard du traitement
des données à caractère personnel et à la libre circulation de
ces données”. Toutefois, à la suite de deux réunions chez
Nethys, “nous avons rédigé un projet de convention d’hono­
raires que nous avons transmis à Nethys. Nous n’avons
jamais reçu de réponse à ce courrier, la convention n’a
jamais fait l’objet d’une signature et nous n’avons perçu
aucun honoraire à la suite de ces différentes rencontres.”
Une hache lancée à travers une fenêtre
du domicile de Bart De Wever
Un individu a jeté une hache à travers la fenêtre du
domicile de Bart De Wever, à Anvers, dans la nuit de
mercredi à jeudi. Le bourgmestre de la Métropole est
actuellement en vacances, mais sa mère était présente au
moment des faits. Un suspect a été appréhendé, mais il a
déjà été libéré par le parquet. Une surveillance avait été
mise en place autour de la maison du nationaliste fla­
mand après plusieurs menaces et incidents, mais celle­ci
a été levée depuis quelque temps.
Eerdekens (PS) réclame 4 millions d’euros et
attaque le groupe Publifin
Le bourgmestre d’Andenne Claude Eerdekens (PS), qui a
fait étudier par des juristes ces dernières semaines la
possibilité de porter plainte en justice contre le groupe
Publifin, a confirmé jeudi dans Sudpresse qu’une plainte
sera déposée en mai prochain. Le mayeur estime que sa
commune a été privée de 4 millions d’euros de dividen­
des. Andenne pointe du doigt les rémunérations du
management de Nethys ainsi que des investissements de
sociétés du groupe dans des activités éloignées des mis­
sions de l’intercommunale énergétique qu’elle était à la
base. En conflit de longue date avec Publifin, Andenne
n’est plus liée à cette dernière que pour la distribution
de gaz. Cette action d’une commune à la suite du scan­
dale des rémunérations d’élus au sein des comités de
secteur de Publifin pourrait donner des idées à d’autres
bourgmestres…
Dans le cadre de sa campagne “Baissons les loyers”
lancée il y a environ un an, le PTB a dévoilé ce jeudi un
calculateur des loyers sur le site www.baissonsles­
loyers.be pour les appartements en Région bruxelloise.
Le calculateur permet de faire une estimation rapide du
loyer de son appartement selon le quartier, le nombre de
pièces et l’état du bien. Il compare le montant payé
actuellement avec celui qui devrait être pratiqué si
l’indexation des prix du marché en 2004 avait respecté
l’inflation. Le parti d’extrême gauche a calculé que
l’écart entre les deux s’est creusé de 22% depuis lors.
6
V. DESJARDINS/IMAGE&CO/MIPIM
Le PTB lance un calculateur des loyers
Les Belges sont fans de La Croisette: au Mipim, la délégation belge frisera les 1400 professionnels.
Dont quelques dizaines de personnalités politiques.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
stérielle
Mipim
n Ce qui ne veut pas dire que tous
les politiques ont décidé de bouder
le salon immobilier cannois.
E
Se sont décommandés, à la dernière mi­
nute paraît­il, le ministre Marcourt et le
bourgmestre de Liège, Willy Demeyer,
pourtant grand habitué des lieux.
Mais que viennent donc faire tous ces
politiques à Cannes? Avant tout, comme
les milliers de professionnels de l’immobi­
lier adeptes du Mipim – ils seront plus de
23000 en provenance de 90 pays, dont
près de 1400 Belges –, ils font du réseau­
tage. Ce ne sont en effet pas les lieux de
rencontres qui manquent (tout le monde
multiplie à souhait les conférences, débats,
cocktails, dîners…), doublés de deux atouts
clés: les rendez­vous fixes sont rares, dé­
laissés au profit d’échanges informels, et
l’ambiance est festive.
Autre bonne raison d’un tel déplacement
public: “Montrer une dynamique immobi­
lière, explique Nicole Tassiaux, directrice
projets Gre­Liège. C’est un aspect à ne pas né­
gliger car on a tous besoin d’investisseurs, de
promoteurs, d’exploitants…” Et si la plupart
des participants, publics ou privés, sont fi­
dèles, c’est “parce que le one shot, au Mipim,
n’est pas porteur. Il faut le pratiquer sur la du­
rée, deux ou trois ans d’affilée”,
ajoute Françoise Lejeune, di­
rectrice générale de la Spi.
st­ce d’emblée pour écarter toute criti­
que, ou peut­être parce qu’ils sont
moins disposés qu’avant à se faire
égratigner, toujours est­il que la présence
ministérielle au Mipim est, cette année,
plus que réduite. L’édition 2017 du Marché
international des professionnels de l’im­
mobilier, 28e du nom, qui se tient à Cannes
mi­mars, n’accueille en effet qu’un minis­
tre wallon – Maxime Prévot, Travaux pu­
blics – et deux bruxellois – Rudi Vervoort,
ministre­Président, et Cécile Jodogne, se­
crétaire d’Etat au Commerce extérieur. On
est loin de certaines années fastes où, atti­
rés par la douceur méditerranéenne, ils dé­
barquaient sur La Croisette par poignées,
voire plus. Comme en 2007, où ils étaient
sept au total, trois wallons et quatre bruxel­
lois! Tout comme en 2013, mais en ordre
inversé, soit quatre wallons
(la moitié du gouvernement)
et trois bruxellois (près de la
moitié de l’exécutif), accom­
Un seul stand, un seul bar
ministres
pagnés de leur chef de cabi­
En
nombre
de
ministres
net, de leurs collaborateurs
Mais la raison d’être des
techniques, de leur porte­ wallons et bruxellois faisant politiques dans un salon tel
le déplacement au Mipim,
parole. S’ils n’ont finalement
que ce Marché international
on peut dire qu’il y a des
pas tous débarqué à Cannes,
des professionnels de l’im­
années grasses et des
c’est essentiellement parce
mobilier, c’est que ce sont
années maigres. 2007 et
qu’ils n’ont pu… embarquer
eux qui, en réalité, ont per­
2013 étaient grasses
(7 ministres). 2017 sera
à Bruxelles, leur avion étant
mis à des privés d’y trouver
maigre: trois seulement.
cloué au sol par un épisode
de la visibilité, en les accom­
neigeux.
pagnant, en partageant un
En 2014, effet de rattrapage sans doute, il stand, en organisant des événements... Et
n’y avait plus que deux ministres. Mais cinq cela vaut pour les 90 pays et les 500 villes
l’année suivante, et cinq aussi en 2016.
exposants! Certes, ces élus ou ces repré­
sentants n’ont pas directement trouvé le
Echanges informels et ambiance festive
chemin de Cannes, mais, au bout de 7­8
Ce qui ne veut pas dire que, cette année ans, ce sont eux qui ont fait décoller l’évé­
(le salon se tient la semaine prochaine, du nement. “La Région wallonne signera cette
14 au 17 mars), la présence politique s’est année sa 17e participation au Mipim comme
franchement effacée. Au contraire: du côté exposant, indique Jean­Pierre Marcelle, di­
des parlements, des provinces, des com­ recteur général de l’Awex. Au début, on mi­
munes et des intercommunales, on joue sait nos actions sur l’attractivité du territoire.
des coudes pour avoir une place au soleil Aujourd’hui, on met en avant les acteurs du
cannois. La délégation wallonne compte développement. Le public a fait l’écrin, mais
ainsi neuf députés wallons des commis­ c’est le privé qui fait l’intérieur. On peut dire
sions Logement et Centre­ville, un gouver­ que l’équilibre public­privé est atteint.”
neur (Gilles Mahieu, du Brabant wallon),
Pour la 4e année consécutive, les trois Ré­
huit bourgmestres (Andenne, Flémalle, gions (plus précisément les Régions wal­
Herstal, Huy, Nivelles, Seraing, Tubize et lonne et bruxelloise et les Villes de Gand et
Verviers), six échevins (de Huy, Liège, Spa Anvers) se partagent un seul et même
et Verviers), toutes les intercommunales à stand baptisé “Surreal Estate in Belgium”,
l’exception d’Idelux. De la Région de une même salle de conférence “Red
Bruxelles­Capitale, aucun bourgmestre, Room”, une même terrasse et… un même
mais sans doute quelques échevins. Et des bar. “En 17 ans, le dialogue inter­régional est
équipes annexes volontairement réduites, bien meilleur, conclut Jean­Pierre Marcelle.
dit­on. Plus l’ambassadeur de Belgique en Avec le dialogue public­privé, c’est sans doute
France et le consul général de Belgique à ce qu’on a le mieux réussi.”
Marseille.
Charlotte Mikolajczak
3
Détournements
à l’administration
n Un agent vole vingt
mille euros à l’Office de la
formation en alternance.
L’
Office francophone de la
Formation en Alternance
(Offa) est un organisme
public tout jeune : il a été créé
en 2015. Et pourtant, cette
institution, qui a pour mission
la coordination de l’enseigne­
ment en alternance (école/lieu
de travail) en Belgique franco­
phone, doit déjà affronter un
petit scandale.
Vingt mille euros… ou plus
Selon nos informations, un
agent qui avait été détaché au
sein de l’Offa par l’Ifapme
(l’Institut wallon de formation
en alternance) a détourné des
sommes d’argent qui, accu­
mulées ces derniers mois,
s’élèveraient
à
environ
20 000 euros. Il semblerait que
ce collaborateur se faisait rem­
bourser des notes de frais in­
justifiées.
Ce stratagème est manifeste­
ment passé entre les mailles
des contrôles internes à l’Offa
et il a fallu que la cour des
Comptes s’en mêle pour que le
détournement d’argent public
soit révélé il y a quelques jours.
Démasqué, l’agent a été immé­
diatement licencié pour faute
grave.
Plainte auprès du parquet
La justice devrait s’en mêler
assez rapidement car une
plainte a été directement dé­
posée par l’Offa et par l’Ifapme
auprès du parquet du procu­
reur du Roi.
Par ailleurs, l’agent a été en­
tendu dans le cadre d’une
audition interne à son admi­
nistration. Il a reconnu les faits
et s’est engagé à rembourser
les montants détournés. L’Offa
et l’Ifapme avaient décidé de
ne pas ébruiter l’affaire, mais
elle est tout de même venue
jusqu’aux oreilles de “La Li­
bre”.
Reste que ce détournement
pose plusieurs questions.
D’abord, les montants volés
par l’agent sont incertains :
une analyse serait en cours au
sein de l’Offa afin de détermi­
ner si la fraude est plus impor­
tante que les 20 000 euros esti­
més actuellement. Comme
mentionnés ci­dessus, les faits
se sont étalés sur plusieurs
mois. On craint que les dé­
tournements soient plus im­
portants encore.
Des complices en interne ?
Ensuite, il faudra déterminer
comment ce genre de manipu­
lation a pu arriver. En effet, s’il
y a eu des remboursements in­
dus versés au fraudeur, ils de­
vaient bien, à un moment ou à
un autre, correspondre à des
ordres comptables validés par
la hiérarchie de l’Offa. Y a­t­il
donc eu des complicités au
sein de l’organisme public ?
Ou alors l’argent a­t­il pu
être subtilisé en raison d’une
absence coupable de règles de
contrôle interne ou en raison
de dysfonctionnements ? Ces
questions sensibles feraient
également l’objet d’une en­
quête de l’Offa.
No comment de l’Offa
Du côté de l’Offa, Eric Hel­
lendorf (Ecolo), le directeur
général, ne souhaite pas faire
de commentaires, le dossier
ayant été confié à la justice. Il
nous certifie cependant avoir
pris immédiatement “toutes les
mesures nécessaires pour sauve­
garder l’intérêt général et l’inté­
rêt particulier de l’organisme
public” sous sa responsabilité.
Frédéric Chardon
Il a fallu que la Cour des
comptes s’en mêle pour que ce
détournement d’argent public
soit révélé il y a quelques jours.
Démasqué, l’agent a été
immédiatement licencié
pour faute grave.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
7
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Un véhicule
suspect à
Saint-Gilles
L
e quartier de la Porte de Hal, à Saint­
Gilles, déjà fortement touché par la
fermeture d’un tunnel routier, a été
longuement paralysé jeudi à la suite de
l’intervention du service de déminage
pour un véhicule transportant deux
bonbonnes de gaz.
Les services de police et le bourgmestre
de Saint­Gilles, Charles Picqué, n’ont
pris aucun risque. Ils ont bouclé le quar­
tier. La station de métro a été fermée,
tout comme des commerces. Des habi­
tants ont été empêchés temporairement
de rejoindre leur domicile.
En cause, un incident, a priori consi­
déré comme mineur. Une voiture brûle
un feu rouge aux environs de 14h30.
Une patrouille de police de la zone de
Bruxelles­Midi, présente dans les envi­
rons, décide dès lors de contrôler le con­
ducteur du véhicule.
Les policiers constatent qu’il est connu
des autorités. Son profil inquiète. Il est
allé en Syrie en 2014. Il a été condamné
en 2016 à une peine de cinq ans avec
sursis partiel dans le dossier terroriste où
était aussi jugé par défaut Najim Laa­
chraoui, kamikaze de Zaventem.
L’alerte a été levée dans la soirée
Des vérifications ont été effectuées
dans le véhicule. Les policiers constatent
qu’il y a deux bonbonnes de gaz dans le
coffre du véhicule. Ce qui ne manque pas
d’alerter quand on se rappelle qu’en sep­
tembre dernier, trois femmes soupçon­
nées de préparer un attentat avaient été
interpellées à Paris. Elles avaient aban­
donné, non loin de la cathédrale Notre­
Dame, une Peugeot avec cinq bonbonnes
de gaz, du gasoil et non loin, une ciga­
rette allumée. “Dans la mesure où le con­
ducteur était connu des services de police et
que la destination des bonbonnes de gaz
n’était pas très claire, les services de police
n’ont pris aucun risque. Un périmètre a été
mis en place et le service de déminage de
l’armée a été requis sur les lieux”, a justifié
le parquet de Bruxelles.
Le véhicule a été déplacé précaution­
neusement dans un petit square. Vers
19h30, les démineurs ont constaté
qu’aucun dispositif de mise à feu ne re­
liait les deux bonbonnes de gaz, dont
une était vide. Tout danger d’explosion
était écarté. L’alerte a été levée.
Le conducteur a été emmené pour
audition. “Il est absolument prématuré de
confirmer que le conducteur aurait eu une
intention criminelle. Toute spéculation
dans ce sens est prématurée”, a indiqué le
parquet de Bruxelles.
J. La.
8
MICHEL KRAKOWSKI
n On se demandait pourquoi
ce condamné pour terrorisme
transportait des bonbonnes.
Edouard Close, l’ancien bourgmestre de Liège, décédé ce jeudi 2 mars à l’âge de 87 ans.
L’ancien bourgmestre
de Liège Edouard Close
est décédé à l’âge de 87 ans
n Liégeois parmi les Liégeois, cet homme
élégant a vécu une fin de carrière difficile,
avec sa condamnation pour corruption.
E
douard Close, bourgmestre de Liège de 1977 à
1990, est décédé ce jeudi 2 mars à l’âge de
87 ans.
La vie d’Edouard Close est indissociable du Parti
socialiste. Né dans un milieu ouvrier socialiste, il
est affilié au parti dès 1948. Il suit une formation
d’ébéniste avant d’être employé par la mutualité
socialiste. Militant dans les Jeunes gardes socialis­
tes, il devient secrétaire général du mouvement
avant d’en être le président. Conseiller communal
à Liège, en 1958, il est élu député pour l’arrondis­
sement de Liège en 1968.
Premier bourgmestre du grand Liège
Bien qu’opposé à la participation de son parti au
gouvernement Eyskens, il vota pourtant la ré­
forme de la Constitution et la loi Terwagne en
1970. Il devient échevin de l’Instruction publique
en 1971. L’année suivante, il quitte son mandat
scabinal pour être secrétaire d’Etat adjoint au mi­
nistre des Affaires économiques. De 1973 à 1974,
il est ministre de l’Intérieur dans le gouvernement
Leburton. Il revient au collège échevinal de Liège
où il a en charge les Affaires sociales. Il entre au Sé­
nat en 1974 et est chef de groupe des sénateurs
wallons du PSB. Président de la commission de
l’Intérieur du Sénat, il accorde une attention toute
particulière au dossier des fusions de communes.
Il renonce à son mandat de sénateur lorsque, en
1977, il devient le premier bourgmestre du grand
Liège.
En 1983, il préside une majorité composée du
PS, d’Ecolo et du Rassemblement wallon. C’est la
première fois dans l’histoire que des écologistes
sont associés au pouvoir dans une grande ville. En
fait, c’était à l’époque la seule possibilité pour le
Parti socialiste d’éviter une coalition PSC­PRL qui
l’aurait rejeté dans l’opposition.
En 1989, Edouard Close est confronté à l’énorme
dette de la Ville de Liège. Une réduction drastique
du personnel communal engendre un véritable
chaos. Une grève des enlèvements d’immondices
fait que les rues de la ville et surtout la place de­
vant l’hôtel de ville sont jonchées de détritus.
Edouard Close réquisitionnera l’armée pour net­
toyer la ville.
La période noire
Peu après éclate un scandale financier : ce sera
l’affaire de corruption du marché public des horo­
dateurs qui débouchera sur un procès retentis­
sant. Edouard Close, inculpé avec plusieurs per­
sonnalités, sera, en 1992, condamné à 28 mois de
prison avec sursis pour corruption. Le bourgmes­
tre évitera la démission en établissant son domi­
cile hors de Liège, ce qui le mettait en état d’empê­
chement.
Edouard Close était passionné d’alpinisme et de
pêche. Il était aussi supporter du Standard. Très
proche des gens, notamment par un accent lié­
geois qu’il n’a jamais voulu corriger, il était doté
d’une réelle élégance naturelle. Beaucoup de Lié­
geois, et non des moindres, ont toujours considéré
que dans l’affaire qui a douloureusement marqué
sa fin de carrière, il avait surtout été abusé. Une
chose est certaine, Edouard Close ne s’était pas en­
richi. Il a terminé sa vie à Liège, simplement.
A l’annonce du décès de l’ancien bourgmestre de
Liège, William Ancion (CDH), qui fut son premier
échevin et qu’Edouard Close désigna pour le rem­
placer lorsqu’il se mit en congé temporaire, nous a
déclaré: “C’était un homme qui avait le sens du bien
commun. Ce qu’on a pu lui reprocher ne paraît que
peccadilles en regard de ce à quoi on assiste
aujourd’hui. Il aimait Liège et les Liégeois, qui le lui
rendaient bien.”
Lily Portugaels
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Les étudiants ne sont pas
égaux devant les CPAS
Philip Claes était entré
dans la Résistance à 16ans
n Il existe des écarts énormes entre ceux qui aident
les jeunes précaires à faire des études et d’autres.
n Décédé dimanche, il témoigna au sein du Groupe Mémoire
l’horreur des camps nazis qu’il a vécue.
8000
Évocation Christian Laporte
L’
quoi être étiquetés “terroristes” et
arrêtés. Philip Claes avait 18 ans lors
de son arrestation en juin 1942.
heure est plus que jamais à la
relève de la garde de la mé­
moire : les témoins de la vie Quatre prisons et quatre camps
concentrationnaire disparaissent
Suivit un parcours concentration­
quasi tous les jours. Le Groupe Mé­ naire lourd de quatre prisons “disci­
moire a ainsi perdu dimanche Phi­ plinaires” et d’autant de camps. Pri­
lip Claes (93 ans), le président sonnier politique, il fut classé
d’honneur de l’Ami­
“Nacht und Nebel” et
cale d’Esterwegen et
condamné à mort par
trésorier de l’Amicale
le tribunal de Berlin.
des Nacht und Ne­
Libéré à Dachau,
bel­NN.
Claes rentra à Malines
Le président de Mé­
durant l’été de 1945.
moire/Herinnering,
Il se mit alors à la re­
Pieter Paul Baeten, se
cherche de “Nina”,
sent bien seul car il
une prisonnière poli­
est désormais, en son
tique à qui il avait pu
PHILIP CLAES
sein, l’ultime survi­
crier au­delà des bar­
vant direct de l’hor­ Lors de l’arrivée au camp de belés du camp d’Este­
reur vécue dans les Natzweiler Struthof (Alsace) rwegen qu’il était de
en été 1944.
camps nazis. Il est
Malines… Passée par
d’autant plus sous le
Ravensbrück et par
coup que l’aventure de son ami Phi­ Mauthausen, Nina van Kerckhoven
lip présenta moult similitudes avec et lui formèrent un couple de “Ré­
la sienne. L’un comme l’autre entrè­ sistants” exceptionnel qui ne con­
rent encore adolescents dans la Ré­ nut pas la joie de devenir parents.
sistance au début de la guerre : Phi­ Jusqu’au bout, ils s’encouragèrent
lip à l’athénée Pitzemburg de Mali­ mutuellement en allant parler aux
nes, Pieter Paul à l’athénée de jeunes de leur confiance dans la dé­
Berchem. Discrets mais efficaces, ils mocratie. Depuis quelques années,
passaient des messages, impri­ la vie s’éteignait progressivement
maient des tracts, glissaient la en Philip mais même s’il parlait de
presse clandestine dans les boîtes moins en moins il continua le com­
aux lettres. Ils prévinrent aussi des bat, aussi ébranlé que son ami Bae­
dénonciations, des arrestations… De ten par l’évolution de la Belgique.
D.R.
E
n 2016, plus de 8000 jeunes
Il faut dès lors s’interroger sur le
Wallons percevaient le revenu principe d’équité entre les jeunes
d’intégration
“étudiant” citoyens “qui serait ici mis à mal”.
auprès de leur CPAS. Le nombre
L’IDD évoque une autre question:
d’étudiants aidés par les centres pu­ les CPAS ont­ils le temps et sont­ils
blics d’action sociale a donc qua­ suffisamment armés pour orienter,
druplé depuis 2002. Les 18­24 ans accompagner et aider ces jeunes
constituent l’essentiel des bénéfi­ étudiants dont le réseau social et fa­
ciaires –la loi sur l’intégration so­ milial est souvent peu soutenant,
ciale réserve un traitement spécial voire inexistant?
aux moins de 25 ans.
Mais il est un constat, posé par Eparpillement de compétences
l’Institut pour un développement
Voilà un beau débat en perspec­
durable (IDD) de Philippe Defeyt, tive, qui devrait s’appuyer sur une
qui interpelle : les
étude plus fouillée vi­
jeunes qui sollicitent
sant à déterminer les
une aide pour entre­
mécanismes explica­
prendre, reprendre
tifs de telles différen­
Bénéficiaires
ou poursuivre des
ces. Pour Philippe
en Wallonie
études de plein exer­
Defeyt, il est néces­
En 2002, on ne comptait
cice –c’est une exi­
saire que les politi­
que 2 000 jeunes étudiants
gence pour avoir
ques s’en saisissent.
dépendant du CPAS.
droit au revenu d’in­
D’autres interroga­
tégration étudiant–
tions, fondamentales,
ne sont pas égaux.
apparaissent en filigrane. Est­ce
L’octroi de cette aide dépend ce­ bien le rôle des CPAS de prendre en
pendant d’une décision laissée à la charge les études des jeunes en si­
discrétion du conseil de l’aide so­ tuation de précarité, une mission
ciale. Il peut donc y avoir des diffé­ dont la Communauté française s’est
rences entre les communes. Et c’est défaussée? Sans compter la com­
le cas.
plexité d’articuler les mécanismes
“Les écarts entre CPAS sont énormes. existants: aides du CPAS, bourses de
La proportion de jeunes qui reçoivent la Fédération Wallonie­Bruxelles,
effectivement un revenu d’intégration subsides sociaux des universités et
étudiant va de 0% à 80% des jeunes des hautes écoles. Il y a, de fait, ma­
qui pourraient en bénéficier”, souli­ tière à discussion.
gne Philippe Defeyt.
An.H.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
9
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Droit de réponse
L’argent de la corruption kazakhe
pour le Studio lyrique de Dragone
en Italie : une invention pure
C’
est avec un grand étonnement
que la Fondation Pergolesi
Spontini et son administrateur
délégué William Graziosi ont décou­
vert l’article intitulé “Les connexions
italo­turco­kazakhes douteuses de
Franco Dragone”. Vous y indiquez
que le Studio que la Fondation Pergo­
lesi Spontini met sur pied à Jesi (pro­
vince d’Ancône) avec l’aide de Franco
Dragone “aurait été financé au moyen
de capitaux kazakhs issus de la corrup­
tion gouvernementale”. Cette hypo­
thèse, totalement gratuite, est erro­
née et mensongère. Créée en septem­
bre 2000, la Fondation Pergolesi
Spontini gère cinq théâtres, emploie
près de cent personnes et son finan­
cement provient de l’argent public
donné par des procédures totalement
transparentes.
Le nouveau “Studio Dragone” se li­
mite à l’objet principal de la Fonda­
tion, à savoir l’art lyrique. Son objectif
est de soutenir le travail de jeunes ta­
lents de l’opéra grâce à la supervision
artistique de Franco Dragone. Autre­
ment dit, ce partenariat n’a pas en­
traîné d’investissements matériel et
humain importants. Par conséquent,
écrire que c’est via le canal kazakh
“que Franco Dragone aurait reçu la
somme d’argent nécessaire à la création
de son studio italien”, relève de l’in­
vention pure.
Par ailleurs, l’article d’Alice Dive
contient plusieurs inexactitudes:
Relevons ceci:
10
– Contrairement à ce qui est écrit,
William Graziosi n’est pas directeur
artistique de l’Opéra d’Astana (il a
quitté ces fonctions depuis 2014).
– Contrairement à ce qui est écrit,
William Graziosi n’entretient pas
d’étroite proximité avec le président
kazakh.
– Contrairement à ce qui est écrit,
William Graziosi n’est pas un “ami
proche” de Fettah Tamince même
s’ils ont été en relation profession­
nelle.
– Contrairement à ce qui est écrit, la
presse italienne n’a jamais fait aucune
allusion à cette “amitié”, à notre con­
naissance.
Pour conclure, la Fondation Pergo­
lesi Spontini indique que votre jour­
nal dans cet article a donné des infor­
mations complètement fausses et
mensongères sans en vérifier préven­
tivement la vérité et sans faire aucune
démarche à l’égard de la Fondation
Pergolesi Spontini pour l’interroger
sur ces supputations d’une gravité
évidente. Accuser une fondation res­
pectable d’être financée par des capi­
taux de la corruption mérite des élé­
ments de preuve ou, à tout le moins,
un faisceau de présomptions concor­
dantes. “La Libre Belgique” est dans
l’incapacité de les produire et la Fon­
dation Pergolesi Spontini la prie donc
de rétablir la vérité.
William Graziosi,
administrateur délégué
de la Fondation Pergolesi Spontini
La cellule de Vervi
n Le procureur fédéral
a requis un minimum
de 16 ans contre El Bali.
M
arouan El Bali était­il
simplement “au mauvais
endroit au mauvais mo­
ment” ou était­il un des diri­
geants de la cellule terroriste
de Verviers, dont deux mem­
bres ont péri dans l’assaut poli­
cier contre un appartement de
Verviers où elle détenait un im­
portant arsenal?
Sa défense a soutenu la pre­
mière thèse tandis que le pro­
cureur fédéral, convaincu de la
seconde, a demandé jeudi à la
cour d’appel de Bruxelles,
qu’elle ne descende pas en des­
sous des 16 ans prononcés en
première instance.
Les images de l’assaut de l’ap­
partement de la rue de la Col­
line à Verviers, le 15 janvier
2015, ont fait le tour du
monde. En début de soirée, les
unités spéciales ont donné l’as­
saut, car les enquêteurs étaient
persuadés qu’un attentat était
imminent. Trois hommes
étaient dans l’appartement.
Le groupe faisait l’objet d’une
étroite surveillance. Des micros
avaient été placés dans l’appar­
tement. Immédiatement, les
policiers étaient tombés sous
un feu nourri venu de l’inté­
rieur: deux des terroristes, So­
fiane Amghar et Khalid Ben
Larbi, deux hommes aguerris
qui avaient combattu dans les
rangs djihadistes en Syrie,
étaient tués les armes à la main.
Piégé par un ami d’enfance
Marouan El Bali avait réussi à
quitter l’appartement par une
fenêtre et avait été cueilli par
les unités spéciales. C’était un
ami d’enfance de Sofiane
Amghar. Ce sont ces liens
d’amitié, a expliqué Marouan
El Bali devant la cour d’appel,
qui l’ont conduit à aider le ter­
roriste à son retour de Syrie.
Très vite, il a été question
d’armes. Mais il est formel : il
n’imaginait pas que, malgré
son passé récent en Syrie, son
ami d’enfance était occupé à la
préparation d’attentat. “Je pen­
sais qu’il allait retomber dans ses
combines”, a­t­il dit, en faisant
référence au passé de braqueur
de Sofiane Amghar.
Marouan El Bali l’a répété
jeudi : il n’a pas aidé Sofiane
Amghar et Khalid Ben Larbi à
rassembler l’important arsenal
découvert dans l’appartement
de la rue de la Colline.
Il conteste également avoir
participé à l’achat des produits
qui devaient permettre la fa­
brication du TATP, l’explosif
utilisé par les terroristes du
13 novembre 2015 à Paris et du
22 mars 2016 à Zaventem et à
Maelbeek. Seul un ingrédient
manquait à Verviers : l’acide
que l’on retrouve notamment
dans les batteries de voitures.
Le procureur fédéral Bernard
Michel en est pourtant con­
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
ers, un “brouillon de Paris”
EN BREF
Prison de Haren
Recours contre le permis d’urbanisme
Une dizaine de riverains ont introduit lundi un recours en
annulation contre le permis d’urbanisme délivré le
24 décembre par le gouvernement bruxellois au projet de
méga-prison à Haren, ont annoncé jeudi le comité de
Haren et l’association Respire qui soutiennent la
démarche. Les opposants prévoient de déposer un recours
suspensif en cas d’obtention du permis d’environnement.
5
présumés escrocs interpellés à Bruxelles
DIEFFEMBACQ/BELGA
Cinq personnes qui achetaient des biens de luxe
avec des cartes de crédit falsifiées ont été
interpellées mardi à Bruxelles. En quelques heures,
ces trois hommes et deux femmes ont escroqué une
demi-douzaine de commerces de Louvain, Bruxelles
et Waterloo, surtout des bijouteries, pour un
préjudice total de plus de 65000 euros. (Belga)
Marouane El Bali est le seul membre de la cellule de Verviers à avoir fait appel de sa condamnation.
vaincu : c’est Marouan El Bali
qui devait amener cet acide à
Amghar et Ben Larbi, sur qui
un calepin avec la recette du
TATP a été trouvé. Il a ainsi fait
référence à la phrase pronon­
cée par Marouan El Bali: “L’eau
de batterie, c’est facile à trouver
au quartier.”
France-Brésil
M. Michel en est certain :
“Verviers était le brouillon des at­
tentats de Paris.” La cellule était
pilotée par Abdel Hamid
Abaaoud, l’architecte des at­
Le procureur
estime que si la
cellule
de Verviers
n’avait pas été
démantelée,
elle aurait
frappé à Paris le
26 mars 2015.
tentats de Paris. Et, si elle
n’avait pas été démantelée, elle
aurait frappé au printemps
2015 plutôt que le 13 novem­
bre avec des hommes nou­
veaux. M. Michel a même cité
une date : le 26 mars 2015, date
où s’est joué le match France­
Brésil au Stade de France.
Pour la défense de Marouan
El Bali, qui poursuit sa plaidoi­
rie vendredi, rien ne permet de
l’impliquer dans un projet d’at­
tentat. Il faut l’acquitter au bé­
néfice du doute.
J. La.
Dison
Le fils de l’imam reste 3 mois de plus en IPPJ
Le placement en Institution publique de protection de la
jeunesse (IPPJ) du fils de l’imam radical de Dison a été
prolongé fin février pour une durée de trois mois par le
tribunal de la jeunesse de Verviers, a appris jeudi Belga à
bonne source. Le jeune est à Braine-le-Château depuis août
2016 pour incitation à la haine et propagande djihadiste.
Vottem
Un homme retrouvé mort au centre fermé
Le corps sans vie d’un homme originaire d’Azerbaïdjan a
été découvert jeudi matin au centre fermé de Vottem, où il
était détenu. Provenant d’un précédent centre, il a tenté de
se mutiler, ne supportant pas sa détention. C’est dans le
“cachot” où il a été placé en isolement qu’il a été retrouvé
sans vie. Le parquet s’est rendu sur place. L.V.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
11
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Les Dayez de retour sur scène :
une fameuse “Philantroupe” !
Ixelles Du 9 au 23 mars, ils et
elles joueront pour seize belles
et bonnes causes.
A
u commencement, en 2008, il y
eut un anniversaire lors duquel
des enfants et proches de la fa­
mille d’Etienne­Charles Dayez (qui
fut chef de l’info à la RTB avant qu’elle
ne devienne F) et de Cécile Crokaert
étaient montés sur scène dans un ca­
dre purement privé. La Philantroupe
était née et des spectateurs proches
d’associations caritatives leur deman­
dèrent de remettre ça pour leurs
œuvres ! Le pied était à l’étrier et le
projet a grandi. Tout comme la troupe
initiale composée d’Odile et de Bruno
Dayez ainsi que de Xavier Rolin, re­
jointe par Pierre Scaillet, Catherine
Ghion, Amandine Le Pollain, André
L’objectif
de la Philantroupe ?
Générer un bénéfice
pour les œuvres
et faire connaître
les associations
qui les soutiennent !
Jadoul, Benoît Baijot, Hugues Dayez !
Tout comme a joliment crû le nombre
d’associations bénéficiaires ! Résultat :
les acteurs ont pris de l’assurance et
refont l’expérience avec beaucoup
d’enthousiasme. On ne change pas
une formule qui marche : l’entrée est
gratuite, un chapeau à remplir géné­
reusement passe après le spectacle qui
se poursuit au bar autour d’un sand­
wich et d’un verre. L’objectif de la Phi­
lantroupe est de générer un bénéfice
pour lesdites œuvres mais aussi de
faire connaître les associations qui les
soutiennent !
Un répertoire si peu charitable…
D.R.
Le répertoire des Dayez Brothers
and Sisters pourrait se résumer en
trois points : il n’y a que des pièces
contemporaines, à l’humour corrosif
et qui font réfléchir. Ce qui leur fait
dire qu’“ils jouent des pièces peu chari­
tables à des fins charitables”.
Du 9 au 23 mars, la Philantroupe re­
met ça à la salle Lumen, au 36, chaus­
sée de Boondael pour dix représenta­
tions de “Jacques a dit” de Marc Fayet
après des pièces de Yasmina Reza,
Jaoui­Bacri, Gabor Rassov, Sébastien
Thiéry et Gérald Sibleyras. Ce 7e spec­
tacle préparé par Bruno, Hugues et
Odile Dayez et par Benoît Baijot, Ca­
therine Ghion et Marie­Laure de Ker­
chove sera joué pour quelque vingt as­
sociations dont ATD Quart Monde,
l’Escalpade, Domisum, les Petits Riens,
Solidarité Grands Froids, le Samuso­
cial, Télé­Accueil… De quoi joindre de
belles causes à un bon moment de dé­
tente !
Christian Laporte
Du 9 au 23 mars, il y aura, à n’en pas douter, beaucoup d’ambiance à la salle Lumen près de la place Flagey…
U Réservations sur www.philantroupe.tk
Aider les copropriétaires à rénover leur immeuble
Bruxelles Le MR fait des propositions
pour soutenir les milliers de Bruxellois
vivant en copropriété.
L
e mercredi 27 octobre 2015, deux balcons du
10e étage de la résidence Vendôme, avenue
Jean Dubrucq, à Molenbeek, s’effondraient
soudainement, entraînant dans leur chute ceux
des 7, 8 et 9e étages du bâtiment. Un incident qui
aurait pu virer au drame, le concierge se trouvant
encore en bas de l’immeuble, mais qui était aussi
évitable que prévisible. “Cela fait 17 ans que les ter­
rasses doivent être rénovées, mais l’assemblée géné­
rale (AG) des copropriétaires n’a jamais voté pour ces
travaux”, expliquait alors Allan Thays, le concierge.
12
C’est dans le souci de prévenir ce genre d’acci­
dents et pour soutenir la vie des copropriétaires,
que le MR a présenté ce jeudi ses propositions tant
au niveau régional que fédéral. La députée fédérale
Françoise Schepmans (MR) souhaite ainsi aider les
copropriétaires victimes de manquements de la
part de copropriétaires ne remplissant pas leurs
obligations du point de vue des charges commu­
nes, tandis que le député bruxellois Olivier de
Clippele (MR) veut soutenir fiscalement les diffé­
rents projets de rénovation nécessaires.
“Il faut mettre en place un système de prêt sans inté­
rêt permettant aux immeubles de logements placés
sous le régime de la copropriété forcée d’assumer les
travaux indispensables à leur maintien. Dans de
nombreux immeubles de copropriété, un certain
nombre de propriétaires ne sont pas très riches et ont
un certain âge. Savoir que le prêt est gratuit peut
aider à débloquer une situation”, insiste Olivier de
Clippele, qui veut aussi faire en sorte que les co­
propriétés récupèrent plus facilement les charges
communes impayées en cas de vente du bien du
mauvais payeur.
“C’est une problématique que je connais très bien
parce que, pendant de nombreuses années, j’ai vécu
ici dans un immeuble au Mettewie. Les appartements
sont extrêmement confortables mais datent des an­
nées 60. Beaucoup nécessitent des travaux de rénova­
tion afin que leur valeur ne diminue. Si rien n’est fait,
un cercle vicieux est en train de se mettre en place”,
souligne, de son côté, celle qui est aussi bourgmes­
tre de Molenbeek.
“Beaucoup de ces immeubles ont un revenu cadas­
tral plus élevé que des maisons plus récentes unifami­
liales. Cela n’a pas de sens !”, ont insisté les libéraux.
J.Th.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
La mort de l’hôpital
est prévue pour juin
Tubize Les lits devraient alors
être transférés vers le site
nivellois.
I
l y a quelques jours, le 28 février, la
cité aclote disait au revoir à son
service maternité. En cause : une
restructuration mise en marche par le
groupe Jolimont pour répondre à la
réforme de la ministre. Mais le groupe
Jolimont, ce n’est pas que le site de Ni­
velles, c’est aussi celui situé dans la
cité du Betchard où l’hôpital est remis
en question au même titre que son
Smur.
Et malheureusement, les nouvelles
ne sont pas réjouissantes pour l’ensei­
gne tubizienne. “Un conseil d’adminis­
tration s’est tenu la semaine passée et ils
nous ont confirmé leurs intentions de
fermer certains services”, déplore Mi­
chel Januth, le bourgmestre de Tu­
bize.
Une date a même été avancée ! “Pour
Tubize, les lits seraient transférés vers Ni­
velles au début du mois de juin. Logique­
ment, il ne devrait en rester plus qu’une
dizaine pour le transit. Quant au Smur, il
devrait suivre dans la foulée.”
Sauver ce qui peut l’être
Un véritable coup dur qui n’entame
néanmoins pas la motivation des
autorités communales de sauver ce
qui peut encore l’être. “On savait de­
puis le début que ce serait compliqué
mais nous allons continuer de nous bat­
tre, clame le maïeur tubizien. On ne
baisse pas les bras. Nous avons été en re­
cours contre la décision du ministre Pré­
vot qui avait confirmé la décision de
l’hôpital et nous serons entendus par une
commission le 23 mars.”
Et s’il le faut, le bourgmestre ira
même plus loin. “Nous avons eu contact
avec le cabinet du Premier ministre et de
la ministre de la Santé qui nous ont con­
firmé qu’aucune décision n’avait été
prise concernant la fermeture ou non de
l’hôpital de Tubize. C’est le groupe Joli­
mont qui a pris la décision pour se met­
tre en conformité.”
Quant à la proposition qui avait été
faite de maintenir les services ouverts
le temps que prendra la construction
du nouvel hôpital, “nous n’avons pas eu
la moindre réponse de Jolimont !”, con­
clut Michel Januth.
J.Br.
Au Conseil d’Etat
contre Lidl
Waterloo Contre la
décision du ministre
d’autoriser l’implantation.
I
l y a quelques jours, nous ap­
prenions que le ministre
Marcourt donnait son accord
à la chaîne de magasins Lidl
pour s’implanter à la place de
“Cuir n1” sur la chaussée de
Bruxelles. Une décision éton­
nante qui a surpris les autorités
communales, elles qui avaient
déjà remis à plusieurs reprises
un avis négatif sur ce projet.
Face à cette situation, la com­
mune a décidé d’aller au Conseil
d’Etat pour casser l’obtention de
ce permis. “Le ministre suit uni­
quement l’avis de Lidl qui lui men­
tionne que Waterloo est en pénu­
rie alimentaire et en forte sous­of­
fre commerciale alors que nous
avons déjà 14 enseignes alimen­
taires de grandes surfaces sur no­
tre territoire”, note Cédric Tu­
melaire, l’échevin de l’Urba­
nisme.
De plus, vu l’implantation
souhaitée, le niveau esthétique
n’est pas vraiment du goût des
autorités communales. “Quand
on arrive dans la commune, cela
donnerait : bienvenue à Waterloo,
vous avez un Lidl à votre droite
avec une architecture qui ne s’in­
tègre pas du tout. Nous n’avons
rien contre la chaîne de magasins
Lidl mais dans ce cas­ci, il n’y a
aucune nécessité.”
Enfin, en termes de mobilité,
l’implantation d’une grande sur­
face de ce type à cet endroit pose
aussi question. “La mobilité n’est
pas non plus prise en compte. Les
camions de livraison journalière
devront manœuvrer sur la chaus­
sée de Bruxelles afin de déposer
leurs marchandises en vis­à­vis du
quai de livraison. Le permis déposé
ne prévoit aucun aménagement
non plus pour les voitures qui doi­
vent tourner sur la chaussée de
Bruxelles pour entrer sur le terrain
de Lidl. D’après Lidl, une partie im­
portante de ses clients utilise soi­
disant les transports en commun”,
doute l’échevin waterlootois.
J.Br.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
13
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Il pleuvra des oranges… et des euros
C
eux qui aiment ça sont inévitablement
au courant : le carnaval de Nivelles, c’est
ce week­end. Il s’agit non seulement du
plus grand événement du genre en Brabant
wallon puisqu’au moins 50000 personnes
sont attendues, mais aussi en Wallonie.
C’est parti donc pour le carnaval des en­
fants ce samedi à partir de 14h30 au départ
de la gare, puis pour le grand cortège du di­
manche qui en sera, dès 14h, à sa 115e édi­
tion.
La cavalcade partira d’abord, comme le veut
la tradition. Puis suivront les gilles qui sont
toujours plus nombreux en terre aclote. On
reste à onze sociétés – les Ptits Djiles n’exis­
tent plus, les Pierrots sont de retour – mais à
présent, ce sont 660 gilles et fantaisies qui
martèleront en rythme les pavés aclots à
grands coups de sabots.
En comptant les gilles, bénévoles de l’orga­
nisation, les musiciens et les participants à la
Brabant wallon
Attention aux faux agents des eaux
cavalcade, on arrive à près de 1500 person­
nes impliquées pour faire vivre ce carnaval !
Pas mal et, du côté du budget du comité orga­
nisateur, on évoque le montant de 55500 €.
Il y a toutefois des recettes, que le président
Philippe Bouffioux évalue à une vingtaine de
milliers d’euros. Il s’agit notamment du
sponsoring, et de la location des emplace­
ments par les forains et les ambulants.
L’intercommunale des eaux du centre du Brabant wallon
(IECBW) tient à mettre en garde contre une nouvelle
vague de faits de vols par ruse. Le principe est simple :
des personnes mal intentionnées se présentent chez des
personnes le plus souvent âgées et prétextent le fait de
devoir vérifier les compteurs d’eau. Et une fois entrés
chez leurs futures victimes, ils en profitent pour faire
main basse sur des objets de valeur. De tels faits ont été
récemment commis dans la rue Emile Hecq à Genappe et
dans la rue Antoine André à Wavre. L’IECBW précise que
ses hommes n’interviennent chez ses clients qu’après les
en avoir avertis par courrier. L’IECBW rappelle également
que ces prestations ne sont effectuées que par des
agents habilités par l’IECBW, porteurs d’un badge avec
photo et d’une fiche d’exécution de travaux.
Un budget conséquent pour les gilles
Pour les gilles, la participation à un carnaval
peut s’avérer coûteuse. En prenant en compte
la location des costumes – soumonces et dé­
filé –, les accessoires qui doivent être achetés,
la cotisation et les boissons, on arrive vite à
un millier d’euros chaque année. Les sociétés,
elles, ont un budget propre qui varie de
30000 à 45000 € en fonction de leur taille.
Des dépenses qui sont autant de retombées
économiques. En additionnant celles­ci, les
recettes des restaurants et des cafés le diman­
che et le lundi, ce qu’achètent les 50000
spectateurs et les recettes engrangées par les
ambulants et forains, Philippe Bouffioux es­
time que le carnaval de Nivelles génère un
chiffre d’affaires global de 2 millions d’euros !
V.F.
FLEMAL
Nivelles Les retombées économiques
du carnaval aclot sont estimées
à deux millions d’euros.
EN BREF
Louvain-la-Neuve
Le Musée Hergé fleurit les grands-mères
Comme tous les premiers dimanches du mois, le Musée
Hergé de Louvain-la-Neuve sera ouvert gratuitement au
public ce 5 mars. Avec une petite particularité puisque ce
dimanche marquera la fête des grands-mères. Celles qui
seront accompagnées de leurs petits-enfants pourront
découvrir le musée au travers d’un jeu-quiz, à réaliser en
famille, et recevront des fleurs de la part du musée.
U Infos : www.museeherge.com
Genappe
739 kg de nourriture
récoltés au profit de
l’Arche
Le magasin Tom&Co a
organisé pour la 2e fois,
durant 15 jours, une
collecte de nourriture au
profit de l’Arche, un centre
de revalidation pour
animaux sauvages et
exotiques qui ne bénéficie
toujours pas de subsides.
Le refuge doit faire appel
aux dons de particuliers
pour nourrir et soigner les
nombreux animaux qu’il
accueille. Au total, 739 kg
de nourriture ont ainsi pu
être récoltés ces quinze
derniers jours. “Nous
tenons à dire un immense
merci à tous ceux qui ont
participé à la campagne des
écuelles du cœur au profit
du refuge”, précisent les
responsables de l’Arche.
U www.arche-asbl.be
14
Événement
Le salon Creativa
fête ses 20 ans
d’existence à
Brussels Expo
Creativa Bruxelles, le
salon des loisirs créatifs et
du Do It Yourself, ouvrira
ses portes jeudi prochain
à Brussels Expo. Pour ses
20 ans d’existence,
l’événement accueillera
durant quatre jours
quelque 200 stands
autour du thème Garden
Party, annoncent les
organisateurs dans un
communiqué. Outre les
astuces et conseils
prodigués par les
exposants, des ateliers
axés sur la couture, les
beaux-arts, la peinture,
l’art floral, la
customisation, la dorure
ou encore la céramique
feront appel à la créativité
des visiteurs, spécialistes
ou débutants.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Le programme
d’Emmanuel
Macron :
un peu de tout
pour tous
Social
Système universel
de retraite
C’est sans doute l’une des propositions les plus
ambitieuses – et les plus risquées – du candidat
d’En marche.
Emmanuel Macron veut “engager dès le début, avec
les partenaires sociaux, les négociations sur la
création d’un vrai système universel de retraite”, a-til précisé dans une interview au “Parisien”, ce
jeudi matin. L’objectif est de faire converger les
différents systèmes de retraite, qui constituent
actuellement un véritable maquis – à commencer
par les régimes dits “spéciaux”, qui aménagent des
conditions particulières à certaines catégories de
populations et certains secteurs d’activité. Une
multiplicité de règles et de dérogations qui sont,
selon le candidat d’En marche, source d’injustices
et d’opacité.
Macron veut ainsi “faire converger progressivement
l’ensemble des systèmes de retraite en termes de
financement, de caractéristiques et de taux de
réversion. […] Un euro versé pour cotisation ouvrira
droit aux mêmes droits quels que soient votre
secteur ou votre statut. Ce sera la vraie fin des
inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé.”
Le candidat d’En marche ne souhaite en revanche
pas toucher aux “paramètres” constitutifs du
système de retraite: l’âge de départ (toujours à
60 ans), le montant des retraites, et les
cotisations qui servent à le financer. L’objectif, en
employant cette méthode nouvelle, est d’éviter
l’écueil des précédents gouvernements, dont
beaucoup se sont cassé les dents sur cette
fameuse réforme des retraites, particulièrement
emblématique pour les salariés et leurs
représentants syndicaux.
Macron s’est donné “dix ans” pour faire aboutir
son projet de réforme des retraites, quitte à ne
pas en voir les effets “durant son propre mandat”.
Une manière pour lui “de retrouver le sens du
temps long”. Une manière, aussi, de ne pas trop
braquer les partenaires sociaux.
B.M. à Paris
Éthique
Interdiction d’employer
un proche pour les
parlementaires
C’est une manière pour Macron de surfer sur
l’affaire Fillon, tout en répondant à une exigence
de François Bayrou. L’ancien ministre de
l’Economie veut interdire aux élus et ministres
toute embauche d’un membre de leur famille, et
interdire aux parlementaires d’exercer des
activités de conseil parallèlement à leur mandat,
pour éviter d’éventuels conflits d’intérêts.
LIONEL BONAVENTURE/AFP
Emmanuel Macron,
le candidat
à la présidentielle
française a enfin dévoilé,
ce jeudi 2 mars,
son programme.
16
Il souhaite aussi que toutes les indemnités des
parlementaires soient soumises à l’impôt. “Nous
fiscaliserons l’intégralité de la rémunération des
parlementaires, notamment l’indemnité
représentative de frais de mandat”, a-t-il précisé
au “Parisien”. Si un parlementaire a des frais liés
à son activité, “il peut les déduire mais il doit
donner ses justificatifs, contrôlables par le fisc”.
Autant de mesures que le candidat veut inscrire
dans le cadre d’une “grande loi de moralisation
de la vie publique”.
B.M. à Paris
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
France
Emmanuel Macron a présenté
un programme qui vise à ratisser à droite
et à gauche.
n Un programme à l’identité sociale-libérale.
n Du côté de François Fillon, les défections
se multiplient. Son domicile a été
perquisitionné.
n
Macron dévoile un programme
d’inspiration sociale-libérale
O
n en sait enfin plus sur
le projet d’Emmanuel
Macron, qui a présenté
les grandes lignes de
son programme ce jeudi
matin, lors d’une conférence de
presse.
Comme on pouvait s’y attendre,
la composante économique du
projet est particulièrement déve­
loppée. Concocté avec l’aide de
son chef économiste, Jean Pisani­
Ferry (lire son portrait en page 2), il
s’agit d’un projet dont l’objectif,
évoqué par Macron lui­même, est
de mettre en place “de nouvelles li­
bertés, en face de nouvelles protec­
tions”.
Une ligne inspirée du modèle de
flexi­sécurité à la scandinave. Si
Macron n’a pas donné toutes les
précisions qu’on aurait pu atten­
dre sur la manière dont il comp­
tait décliner cette philosophie, il a
malgré tout annoncé un certain
nombre de mesures qui s’inscri­
vent dans ce cadre.
Les plus emblématiques sont
sans doute les réformes des retrai­
tes et de l’assurance­chômage, vi­
sant à rendre ces systèmes plus
simples et plus transparents.
S’agissant des retraites, Macron
veut notamment mettre en place
un système de “retraite univer­
selle” (lire l’encadré ci­contre).
Les observateurs n’ont pas man­ à embaucher en CDI) qu’à sa
qué de constater que l’orientation droite (contrôle renforcé des chô­
“sociale­libérale” de ce pro­ meurs…).
gramme était finalement assez
Il a également abordé d’autres
proche de celle qu’avait initiée thématiques, quoique de manière
François Hollande, durant la se­ plus succincte. A commencer par
conde partie de son mandat, no­ l’éducation: le candidat d’En mar­
tamment par le biais de la très dé­ che, qui veut supprimer 120000
criée “loi travail”.
postes dans la fonction publique,
Aussi Macron, refusant cette fi­ souhaite cependant créer “en­
liation encombrante, a­t­il tenu à tre 4000 et 5000 postes” d’ensei­
distinguer clairement sa démar­ gnants. Il milite également pour
che de celle du chef de l’Etat. l’autonomie des écoles en matière
“C’est un projet qui
de recrutement, ou
assume ce qu’il est, qui
encore une prime
veut retrouver l’esprit
annuelle de 3000
de conquête de la
euros nets par an,
France, qui dit dès le
pour les enseignants
début ce qu’il veut
en zone prioritaire.
faire, qui prend des
Macron n’a pas
mesures et décisions
oublié non plus les
radicales, qui ne cher­
domaines de la sé­
che pas des compro­
curité (créations de
mis imparfaits entre
postes de policiers
Emmanuel
Macron
ces objectifs multi­
et de places de pri­
ples”, a ainsi martelé
son) ou encore de
Macron, dans un long tacle à l’at­ l’environnement (plan d’investis­
tention du président de la Répu­ sement de 15 milliards d’euros
blique.
consacré à la transition énergéti­
que).
Transition énergétique
Au­delà de la polémique, le fon­ Moralisation
“C’est un projet
qui assume ce
qu’il est, qui veut
retrouver l’esprit
de conquête de
la France.”
dateur d’En marche a voulu don­
ner du grain à moudre aussi bien à
sa gauche (taxation des contrats
courts pour inciter les entreprises
Sécurité
Création d’une “police
de la proximité quotidienne”
L’objectif est la mise en place d’une police plus proche du terrain. “Il ne
s’agit pas de ressusciter, vingt ans plus tard, la police de proximité créée
par Jean-Pierre Chevènement”, a précisé le candidat, dans une tribune
publiée mercredi sur Facebook. Mais “l’inspiration est la même. Il s’agit de
déployer une police mieux ancrée dans les territoires dont elle a la charge”.
Selon Macron, cette police de proximité saura “faire preuve de fermeté
quand c’est nécessaire, parce que seule une police proche des gens a les
moyens de faire comprendre son action, d’assurer la sécurité de tout un
quartier et de faire reconnaître son autorité”. La police de proximité avait
été supprimée en 2003 par Nicolas Sarkozy, lorsqu’il était le ministre de
l’Intérieur de Jacques Chirac. B.M. à Paris
Il a également pensé à donner
satisfaction à son nouveau parte­
naire, François Bayrou, en répon­
dant à ses demandes concernant
l’introduction d’une dose de pro­
portionnelle aux élections législa­
tives, ainsi que de nouvelles règles
de moralisation de la vie publi­
que.
Au final, on peut penser que ce
programme ne fera sans doute pas
fondamentalement bouger les li­
gnes: ses partisans y trouveront
certainement leur compte, même
s’ils regretteront peut­être que le
candidat n’ait pas sorti de sa be­
sace de mesures véritablement
“révolutionnaires”. Quant à ses
détracteurs, ils dénonceront sans
surprise le côté “attrape­tout”
d’un programme voué surtout à
ne déplaire fondamentalement à
personne. Les électeurs tranche­
ront.
Tout le monde
quitte le navire
François Fillon
D
epuis la conférence de presse de mercredi, lors
de laquelle François Fillon a annoncé maintenir
sa candidature malgré sa possible mise en exa­
men le 15 mars prochain, les défections se multi­
plient dans son camp. Selon le recenseur en ligne que
le quotidien “Libération” a consacré au phénomène,
ils étaient, jeudi soir, plus de cinquante sarkozystes,
jupéistes, lemairistes, copéistes ou autres, à avoir déjà
retiré leur soutien au vainqueur de la primaire de la
droite toujours pris dans le “Penelopegate”. Celui­ci a
d’ailleurs reçu la visite des enquêteurs ce jeudi à son
domicile parisien du VIIe arrondissement pour une
perquisition dans le cadre de l’enquête sur les em­
plois présumés fictifs.
La vague de défections lancée par Bruno Le Maire
seulement deux heures après l’annonce par François
Fillon de sa possible mise en examen. Premier candi­
dat de la primaire à s’être rallié à François Fillon,
Bruno Le Maire, depuis, en charge des questions
européennes et internationales au sein de la campa­
gne, s’est retiré au “nom du respect de la parole donnée”.
Le parti de centre droit UDI a annoncé la “suspension”
de sa participation à la campagne dans la foulée.
Il n’aura fallu guère plus de temps pour que d’autres
élus abandonnent le navire. Parmi eux, les députés LR
Franck Riester, Laure de La Raudière, Alain Chrétien,
Arnaud Robinet, le maire de Saint­Etienne Gaël Per­
driau ou encore le centriste Yves Jégo. Rancuniers,
certains ne se sont pas privés d’une réplique bien sen­
tie à l’endroit de leur ancien favori. “En ce moment, je
pense au général de Gaulle…”, a lâché le député LR du
Nord Sébastien Huygue, allusion à l’attaque de
M.Fillon contre Nicolas Sarkozy en août dernier.
Tsunami
La vague de défections semble bien se transformer
en véritable tsunami. Le directeur adjoint de campa­
gne de François Fillon, Sébastien Lecornu, a démis­
sionné de ses fonctions jeudi, tout comme le con­
seiller Vincent Le Roux. Sans préciser à qui elle pen­
sait, Catherine Vautrin, la vice­présidente de droite
de l’Assemblée nationale a, pour sa part, réclamé “un
autre candidat”. Candidat que le député Georges Fe­
nech, lui, a déjà bien identifié. Briguant une nouvelle
fois le leadership de la fronde, il a invité les “élus res­
ponsables” à parrainer Alain Juppé, qui se serait dit
“prêt”.
Les derniers soutiens de François Fillon s’emploient
donc à renforcer la digue. Un rassemblement de sou­
tien doit avoir lieu dimanche après­midi, place du
Trocadéro, à Paris.
A.W.-H. (st.)
Au Front national
Marine Le Pen perd son immunité
d’eurodéputée
Soucis judiciaires pour Marine Le Pen… aussi. Le
Parlement européen a voté jeudi à une forte majorité la
levée de son immunité demandée par la justice française
dans une affaire de “diffusion d’images violentes”. En
décembre 2015, la présidente du FN avait tweeté trois
photos avec le texte “Daech, c’est ça !”: un soldat syrien
écrasé sous un char, un pilote jordanien brûlé dans une
cage et une photo de l’otage américain décapité James
Foley. La levée de l’immunité ne concerne que ce dossier,
mais ouvre la voie à sa convocation par les enquêteurs,
ainsi qu’à une éventuelle garde à vue.
H. Le.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
17
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Renvoyez, renvoyez…
Alors que des milliers de migrants continuent d’af­
fluer sur les côtes européennes, désormais depuis la
Libye, les Etats membres semblent toujours aussi
désemparés et désorganisés face à ce défi. Mais plus
pour longtemps, du moins si l’on en croit la volonté
de la Commission européenne de prendre le tau­
reau par les cornes pour améliorer l’efficacité de la
politique migratoire de l’Union. Au menu de son
nouveau “plan d’action” présenté ce jeudi: des
retours à volonté. L’exécutif européen a en effet
exhorté les Etats membres à renvoyer plus systéma­
tiquement dans leur pays d’origine les migrants qui
n’ont pas droit à l’asile. Et leur a même fourni un
guide d’actions pour y parvenir, assorti d’un budget
de 200 millions d’euros. Les Vingt­huit sont par
exemple invités à mieux coordonner les services
nationaux impliqués dans cette procédure, à accélé­
rer l’examen des dossiers, à adopter des décisions de
retour ne comportant pas de date d’expiration, à
mettre en place des programmes d’assistance au
retour volontaire… Et s’il est une recommandation
qui risque bien de replonger définitivement l’Union
dans le collimateur des défenseurs des droits de
l’homme, c’est bien celle de “prévenir les risques de
fuite” en plaçant les migrants déboutés en rétention.
Anticipant déjà une pluie de critiques, le commis­
saire Dimitris Avramopoulos a précisé: “Quand nous
parlons de ces centres de rétention, il ne s’agit pas de
camps de concentration, ce serait très éloigné de notre
esprit et de nos principes.” Encore heureux. Car, pour
le reste, ce plan s’inscrit parfaitement dans la ten­
dance de l’Union à se concocter une politique de
retour, à défaut d’être capable de se doter d’une
politique d’accueil.
…. mais n’oubliez pas de relocaliser
Il n’empêche que l’exécutif européen n’a pas (en­
core?) jeté l’éponge sur ce dernier point. S’il est prêt
à se montrer plus dur envers les migrants économi­
ques, il a aussi insisté sur la nécessité de continuer à
“offrir une protection à ceux qui en ont besoin”. Ainsi,
M.Avramopoulos a­t­il rappelé que “la relocalisation
est notre mesure essentielle de solidarité”, avant de
pester contre ces Etats membres qui refusent d’ac­
cueillir des réfugiés depuis la Grèce et l’Italie, pays
en première ligne face à l’afflux de migrants. “Il n’y a
plus d’excuses […]. Le système de relocalisation se ter­
mine en septembre, mais la responsabilité des Etats
membres de remplir leurs obligations ne s’arrête pas là.
C’est comme si vous aviez une dette, vous devez la
payer”, a­t­il mis en garde. La Commission a par
ailleurs (re)précisé, dans un communiqué publié ce
jeudi, qu’elle n’hésiterait pas à sortir le bâton pour
sanctionner les mauvais élèves – une menace aussi
vieille que le débat sur la solidarité face à la crise
migratoire. Encore faut­il qu’elle ose l’utiliser pour
leur taper sur les doigts.
Un visa pour les touristes américains ?
Du côté du Parlement européen, ce sont les Etats­
Unis qu’on voulait réprimander ce jeudi, faute de
remplir leur part du contrat. Les eurodéputés ont
exhorté la Commission européenne à prendre “d’ici
deux mois” les mesures juridiques nécessaires pour
réintroduire temporairement une obligation de visa
pour les citoyens américains, étant donné que
Washington refuse de donner l’accès à son territoire
sans ce document de voyage aux ressortissants de
cinq pays de l’UE (Bulgarie, Croatie, Chypre, Pologne
et Roumanie). Il en va du principe de réciprocité et
de… la solidarité entre Etats membres. Ben tiens.
18
Un départ
fracassant pour
secouer la Curie
Vatican Une ex-victime d’abus sexuels
de clercs déplore les blocages de la
Congrégation pour la doctrine de la foi.
L
a Curie, la haute administration romaine de
l’Eglise, veut­elle vraiment sanctionner les
clercs coupables d’abus sexuels? Pour la
sortir de sa torpeur, une figure de proue de la
lutte, l’Irlandaise Marie Collins, une des fonda­
trices de la Commission pontificale pour la pro­
tection des mineurs, a remis sa démission à son
président, le cardinal Sean O’Malley. Le pape l’a
acceptée tout en reconnaissant son important
travail en faveur des victimes d’abus sexuels.
Le plus grand “ministère” dans le collimateur
Marie Collins a clairement été outrée par l’ab­
sence de coopération de plusieurs bureaux de la
Curie avec la Commission. Cette ex­victime
d’abus avait tout mis en œuvre pour que ce
combat devienne une priorité pour l’Eglise, té­
moignant sans relâche comme voix des sans
voix. Cela l’amena à entrer dans la Commission
voulue par François dès sa création en 2014.
Mme Collins poursuivra cependant la lutte car
elle continuera à remplir un rôle éducatif au
sein de la Commission, en reconnaissance de
ses capacités d’enseignement et de l’impact de
son témoignage. Et ses critiques seront abor­
dées à la prochaine session de la Commission.
Victime à 13 ans d’abus sexuels perpétrés par
un prêtre aumônier d’un hôpital, Marie Collins
a pointé du doigt le manque de coopération de
la Congrégation pour la doctrine de la foi, le
principal dicastère qui fait la sourde oreille aux
demandes du pape. “C’est ravageur de voir en
2017 que certains hommes de la Curie peuvent
donner la priorité à d’autres considérations que la
sécurité d’enfants et d’adultes vulnérables”, a­t­
elle dit non sans constater que “l’Eglise dit de bel­
les paroles en public mais freine à huis clos à
Rome”. Il faut dire que la commission d’experts,
dont le mandat se termine fin 2017, est limitée
à des recherches et propositions sur la préven­
tion, sans intervention sur des cas individuels.
“Le pape doit écarter certaines personnes!”
Un membre de la commission, le père jésuite
et psychothérapeute allemand Hans Zollner, dit
comprendre “la frustration et l’impatience de
Marie Collins, qui se justifient de son point de vue,
mais ça ne correspond malheureusement pas au
rythme et à la réalité de l’Eglise. Oui, elle bouge,
mais pas de la même façon dans toutes les cultu­
res”. Le “hic” est que la Commission a déjà vu
partir deux laïcs, dont une autre ancienne vic­
time, le Britannique Peter Saunders. Ce dernier
pourrait revenir à la Commission car “le départ
de Mme Collins est un désastre. Rien ne changera si
François ne se débarrasse pas de certaines person­
nes!” Cela tombe plutôt mal car la presse s’in­
terroge sur les gestes de clémence du pape à
l’égard de certains abuseurs tels un prêtre ita­
lien récidiviste toujours pas ramené à l’état laïc.
Le pape serait trop miséricordieux mais en dé­
froquant un clerc, l’Eglise perd toute possibilité
de contrôle sur ses brebis galeuses.
Christian Laporte
MOLLY RILEY/AFP
LA JOURNÉE
Jeff Sessions avait juré de dire toute la vérité au Sé
Jeff Sessio
russe pour
États-Unis Le ministre de la
Justice est à son tour accusé de
contacts secrets avec la Russie.
Éclairage Philippe Paquet
C
elui qui est censé superviser l’en­
quête sur les contacts que l’entou­
rage de Donald Trump a eus avec la
Russie, le ministre de la Justice Jeff Ses­
sions, a lui­même eu de tels contacts,
qu’il a dissimulés au Sénat lors de l’audi­
tion qui préluda à la confirmation de sa
nomination, le 10 janvier. On comprend
que les Démocrates réclament sa démis­
sion, tandis que des Républicains in­
fluents souhaitent qu’à tout le moins, il
se tienne désormais à bonne distance de
l’enquête.
Jeff Sessions a réagi au quart de tour
aux révélations du “Washington Post”,
mercredi soir. S’il a bien eu deux con­
tacts avec l’ambassadeur de Russie à
Washington, Sergueï Kisliak (l’un en
juillet, l’autre en septembre 2016), c’est
en sa qualité de sénateur de l’Alabama,
membre de la commission des forces ar­
mées, a­t­il expliqué jeudi matin sur
NBC. La campagne électorale n’a pas été
évoquée dans ces conversations et c’est
la raison pour laquelle il les a passées
sous silence.
Cette explication tarabiscotée rappelle,
toutefois, trop celle de François Fillon
sur les émoluments de son épouse pour
satisfaire les parlementaires. Le verbatim
de l’audition au Sénat est là pour rappe­
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
L’US Air Force en quête d’un
avion d’attaque léger dans la
“longue guerre” antiterroriste
canons.50 inclus dans la voilure ou
externes, dans une nacelle, sont
d’origine FN Herstal.
Le Super Tucano a déjà été acquis
par les Etats­Unis, pour le compte
de l’Afghanistan, qui doit en récep­
tionner 20 entre janvier 2016 et
aut­il utiliser une masse pour 2018. L’ Embraer 314 est en service
écraser un moustique ? Autre­ dans de nombreux pays d’Afrique,
ment dit, pourquoi mettre en d’Asie et d’Amérique du Sud, no­
œuvre de coûteux avions de com­ tamment en Colombie contre les
bat F­16 ou, peut­être un jour, des Farc et les cartels de la drogue, ainsi
F­35 hors de prix, pour attaquer des qu’en République dominicaine,
terroristes terrés dans les monta­ toujours contre les narcotrafi­
gnes? C’est la question que se pose, quants. Ce dernier cas est exem­
depuis une dizaine d’années, l’US plaire car les appareils dominicains
Air Force. L’armée
sont épaulés par les
de l’air américaine
moyens de détec­
envisage donc d’ac­
tion et de guidage
quérir des avions
de la 12e Air Force
dollars l’heure
d’attaque légers, à
américaine, connue
hélices, de type Em­ Ce serait le coût maximal d’un pour avoir réalisé le
Embraer Super Tucano au
braer 314 Super Tu­
premier raid sur To­
combat, soit quatre fois moins
cano ou Beechcraft
kyo, le 18 avril
qu’un Lockheed Martin F-16.
AT­6 Texan II.
1942, sous le com­
Comme les initia­
mandement du lt
les “AT” le laissent entendre, ces avi­ col. Doolittle.
ons sont destinés à l’attaque (At­
tack) et à l’entraînement (Training), Le chef d’état-major au créneau
raison pour laquelle ils sont tous
La nécessité d’acquérir une plate­
deux biplaces. L’AT­6 est un appa­ forme peu coûteuse et efficace, le
reil extrapolé du Pilatus PC­9. En général David L. Goldfein, chef
cas de compétition, il part comme d’état­major de l’Air Force, vient de
outsider face à l’Embraer Super l’évoquer pour la “longue lutte”
Toucan, créé pour la surveillance de contre le terrorisme international,
l’immense bassin de l’Amazone et et en particulier contre Daech. Le
des frontières brésiliennes.
coût d’un Super Tucano est de
Conçu pour évoluer par très hau­ 500 dollars l’heure, multiplié par 5
tes températures et à partir de ter­ ou 10 en opérations militaires. Le
rains rudimentaires, l’Embraer est “Washington Post” évalue le coût
équipé d’un puissant turbopropul­ horaire au combat d’un F­16 à
seur Pratt&Whitney et surtout 19000 dollars, et celui de l’hypo­
d’une avionique et de systèmes thétique F­35 à… 42000 dollars.
d’armes dernier cri qui lui permet­
Trois Super Tucano d’occasion
tent de mettre en œuvre des muni­ viennent d’être acquis par le Nige­
tions de précision. Ce qu’il faut dans ria en lutte contre le terrorisme isla­
la lutte antiterroriste comme anti­ miste.
guérilla. Pour la petite histoire, les
Dominique Simonet
États-Unis L’Embraer Super
Tucano ou le Beechcraft AT-6
dans la lutte contre Daech.
F
5000
nat, le 10 janvier. Il a pourtant passé sous silence ses rencontres avec l’ambassadeur de Russie.
ns, nouveau boulet
Donald Trump
ler que Jeff Sessions s’est défendu
d’avoir le moins du monde communi­
qué “avec des Russes”. On sait que le gé­
néral Michael Flynn avait lui aussi mi­
nimisé la portée de ses relations avec le
même ambassadeur Kisliak, avant de
devoir renoncer, sous la pression mé­
diatique, à son poste de
conseiller à la sécurité
nationale.
américain. Encore moins l’éventualité
que l’équipe du Président actuel ait pris
langue avec le Kremlin avant l’élection,
peut­être pour lui laisser entrevoir les
contreparties à espérer d’une aide ou
d’un soutien.
Quelle indépendance?
Dans l’immédiat, il
s’agit d’enquêter sur le
piratage informatique
Un rouage clé
dont Moscou se serait
Al Franken
Jeff Sessions est, à
rendu coupable durant
Le sénateur démocrate du
n’en pas douter, un pi­
la campagne – et la
Minnesota (et ex-humoriste de
lier de l’Administration télévision), à qui Jeff Sessions presse révélait jeudi
Trump autrement plus
que l’Administration
avait dit n’avoir jamais eu de
important que Michael
Obama avait mis les
contacts avec “des Russes”, a
Flynn. Il fut le premier ironisé jeudi en apprenant que bouchées doubles pour
le ministre de la Justice avait
élu à soutenir publi­
en sauvegarder les
bel et bien rencontré
quement le candidat,
preuves avant le trans­
l’ambassadeur de Russie.
dès l’entame des pri­
fert du pouvoir, le
maires en février 2016.
20 janvier. Or, de plus
En dépit des casseroles teintées de ra­ en plus d’élus doutent de la capacité du
cisme qu’il traîne depuis des lustres (la FBI à mener cette enquête avec toute
veuve de Martin Luther King avait jadis l’indépendance voulue si l’agence reste
fait barrage à sa nomination à un poste sous l’autorité de Jeff Sessions.
de juge fédéral), ce conservateur du
Tant le chef de la majorité républi­
Sud a été imposé par le nouveau Prési­ caine à la Chambre, Kevin McCarthy,
dent à la direction d’un ministère aussi que le président de la commission de
essentiel que prestigieux. On n’ima­ supervision de la Chambre, Jason Chaf­
gine pas qu’il en soit écarté facilement. fetz, ont demandé jeudi que le ministre
Il n’empêche que “l’affaire russe”, de la Justice “se récuse” dans cette af­
ainsi que la désignent les médias amé­ faire. Ce que l’intéressé a fait jeudi soir,
ricains, prend mauvaise tournure pour ainsi que pour “toute enquête en cours ou
la Maison­Blanche. S’ils peuvent par­ à venir qui concernerait les campagnes du
donner à Donald Trump beaucoup de président des Etats­Unis”. D’aucuns, ce­
choses et notamment son style peu pendant, ne jurent plus que par la dési­
conventionnel, les élus ne sauraient, en gnation d’un procureur spécial. Une
revanche, accepter l’idée que Moscou initiative qui aurait inévitablement un
ait interféré dans le processus électoral petit air de Watergate.
U.S. AIR FORCE PHOTO BY CAPT. JUSTIN BROCKHOFF
“L’ambassadeur de
Russie est russe.”
Un A-29 Super Tucano dominicain revient d’une mission antidrogue conjointe
avec la Colombie et l’US Air Force.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
19
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Les guérilleros des Farc commen
Une guérillera monte la garde à l’entrée du camp de rassemblement, à San José de Oriente, dans le département de Cesar, au nord de la Colombie. L’opération de désarmement, qui
Colombie Ils ont achevé
de se rassembler le 18 février
pour lancer l’adieu aux armes.
Reportage Laurence Mazure
Correspondante en Colombie
C
ela fait 21 ans que je fais partie
des Farc – j’avais 16 ans quand
j’y suis entrée…” Aujourd’hui, les
années de guerre sont finies et Eliza­
beth, comme ses compagnes les plus
proches, fait partie des quelque 300
membres des Farc (Forces armées ré­
volutionnaires de Colombie, guérilla
marxiste) qui attendent de rendre
les armes, dans la zone de rassemble­
ment de Tierra Grata, près du village
de San José del Oriente, à une ving­
taine de kilomètres de Valledupar,
capitale de la région caribéenne du
Cesar, au nord de la Colombie. L’opé­
ration de désarmement, prévue en
trois phases, a été lancée le 1er mars,
avec quelques semaines de retard.
A Tierra Grata, comme dans
26 autres lieux de rassemblement à
travers le pays, les Nations unies
coordonnent les responsables des
20
Farc et du gouvernement qui veillent
au bon déroulement de ce processus
de DDR (démobilisation, désarme­
ment et réinsertion).
Le gouvernement a peu préparé
Il fait près de 40 °C à l’ombre du
toit en tôle du périmètre de récep­
tion réglementaire, où tous les mem­
bres de la guérilla en civil et sans ar­
mes peuvent rencontrer les médias
et toutes les personnes qui désirent
les voir – membres de leurs familles,
amis d’enfance, et curieux des villa­
ges alentour.
“C’est nous qui avons construit ce bâ­
timent parce que le gouvernement n’a
pas fait grand­chose”, dit fièrement
Elizabeth, désignant de la main cette
structure sans mur où une bâche ar­
bore une immense photo de Simon
Trinidad. De son vrai nom Ricardo
Palmera, ce cadre politique des Farc
et fils de Valledupar, capturé en
Equateur en 2004, purge 60 ans de
prison aux Etats­Unis après plu­
sieurs procès controversés pour son
rôle dans l’enlèvement de trois
membres de l’agence antidrogue
américaine en juillet 2003.
Aujourd’hui, au milieu du va­
carme et de la poussière des engins
de construction qui œuvrent aux
dernières infrastructures du camp,
des guérilleras s’assoient autour
d’une table pour raconter leur his­
toire au cœur du conflit colombien,
expliquer les raisons qui les avaient
poussées à prendre les armes, parler
de la paix et des retrouvailles avec
les proches, ainsi que de leurs atten­
tes – et de leurs inquiétudes. Elles
font partie de ces 35 % de femmes
présentes parmi 7 500 membres de
la guérilla.
Trop pauvre pour aller à l’école
Pourquoi avoir pris les armes ? “Mes
parents étaient des paysans si pauvres
que je n’ai pas pu terminer l’école pri­
maire – pourtant je voulais étudier et
devenir infirmière pour avoir un ave­
nir”; un voile de tristesse passe dans
les yeux d’Elizabeth. “Mais c’était im­
possible. C’est cette injustice sociale qui
m’a poussée à intégrer le Front 19 des
Farc dans la région des Caraïbes.” Un
silence. “Maintenant que nous som­
mes là, j’aimerais bien revoir ma fa­
mille. Mais ils vivent loin d’ici, dans
une autre région. Ils travaillent tout le
temps et on ne leur donne que 24 heu­
res pour faire l’aller­retour, ce qui n’est
pas suffisant.”
Solañe, elle, avait 15 ans quand elle
s’est réfugiée chez les Farc pour sau­
ver sa vie. Issue de la communauté
amérindienne Kankuama, de la
Sierra Nevada de Santa Marta, à
l’autre bout de la région du Cesar,
son village natal, Atanquez, a été la
cible d’attaques des paramilitaires et
des forces armées contre leurs lea­
ders sociaux.
“J’ai 5 frères et sœurs mais je suis la
seule dans la guérilla. Après y être en­
trée, je n’ai plus jamais vu ma famille
pour les protéger contre des actes de
vengeance politique.” Alors que la
plupart des guérilleros circulent avec
leurs téléphones portables et jon­
glent entre réseaux sociaux et appli­
cations, Solañe reste prudente : “J’en­
voie des messages, via d’autres person­
nes, à transmettre verbalement. Rien
d’autre.”
A 43 ans, Paola a déjà derrière elle
vingt ans dans les rangs des Farc et
une famille durement frappée par le
conflit, dans le sud du Cesar, à Chi­
michagua. Deux de ses frères ont ja­
dis été abattus, à un mois d’inter­
valle, par les forces armées et les pa­
ramilitaires. Elle a dû fuir vers la
guérilla en laissant son enfant de
deux ans avec ses parents.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
cent le désarmement
EN BREF
Italie
Un Belge tué dans
une avalanche
Quand la mort
n’est jamais loin
D
ans la chaleur écrasante du début
d’après­midi, deux hommes discu­
tent, assis sur des chaises en plasti­
que blanc. L’un d’eux, Solis Almeida, est
le commandant, aujourd’hui démobilisé,
du Front 19 des Farc. Face à lui, un ami de
jeunesse et de militantisme venu lui ren­
dre visite pour la première fois depuis
longtemps dans la zone de rassemble­
ment de Tierra Grata.
Des bribes de leur conversation déri­
vent au fil du vent brûlant : des noms de
garçons, de filles, des questions pour sa­
voir ce que sont leurs compagnons de
jeunesse devenus. A chaque fois, l’ami
explique : “Lui, il est tombé, à tel endroit,
dans une embuscade…”, “elle, elle a été assas­
sinée…”, “quant à lui, il a été enlevé; on n’a
retrouvé son cadavre que trois jours plus
tard…”.
“Ah bon ?” – visage attristé et soupir de
Solis devant une hécatombe qui n’a rien à
envier à la guerre menée dans les monta­
gnes. Car cette longue nécrologie est celle
de l’UP, l’Union patriotique.
LUIS ACOSTA/AFP
Un parti d’assassinés
sera progressive, a été lancée le 1er mars.
“Longtemps je n’ai eu aucun contact
avec lui car j’avais peur des représailles
des paramilitaires.” Elle baisse les yeux
puis reprend : “Le 7 février de cette an­
née, pour la première fois, j’ai revu mon
fils. Ce n’est pas facile, il pose beaucoup
de questions sur ma vie avec les Farc et
je lui explique les choses.
Mais, par sécurité, ses
camarades de classe ne
savent rien de tout cela
– le reste de mes frères
et sœurs non plus
d’ailleurs.”
Faire de la politique
La gestion d’entreprise fait rêver de
petit commerce.
Et de politique aussi. Quand toutes
les armes seront rendues, fin mai, un
nouveau parti va naître. Solañe,
comme d’autres, est prête : “Je veux
travailler avec la nouvelle organisation.
Les commandants pour­
ront m’envoyer là où il le
faudra.” Toutefois, la
prudence est de mise :
femmes et hommes ob­
servent avec inquié­
tude les assassinats qui
ciblent actuellement,
semaine après semaine,
parfois jour après jour,
les leaders sociaux de la
société où toutes et
tous vont devoir se
réinsérer.
En
attendant,
Adriana montre en
souriant un bracelet
fait de symboles de la paix : “Nous édi­
tons des vidéos pour que les Colombiens
comprennent ce qu’est l’accord [de paix]
final. Au début, les gens sont venus nous
voir un peu comme des bêtes curieuses.
Et puis, en parlant, les contacts se sont
détendus. C’est la pédagogie pour la
paix !”
Paola a dû fuir
vers la guérilla
après que deux
de ses frères
eurent été
abattus,
à un mois
d’intervalle, par
l’armée et les
paramilitaires.
“Nous avons appris
beaucoup avec la gué­
rilla.” Pour Adriana,
38 ans dont 18 avec
les Farc, celles­ci “ont
été l’université de la vie
– la meilleure d’entre
toutes”.
Toutes ces femmes disent y avoir
appris les bases de professions qu’el­
les souhaitent étudier et exercer
pour se réinsérer dans la société. Cel­
les qui ont fait des uniformes rêvent
de devenir couturières. D’autres, qui
ont été infirmières sur le terrain, es­
pèrent étudier et réussir un diplôme.
Ce parti, issu en 1986 de précédentes
négociations de paix et destiné aux futurs
démobilisés des Farc, accueille d’abord
syndicalistes, militants de gauche, mem­
bres du Parti communiste. Il s’impose ra­
pidement comme la troisième force poli­
tique du pays. Ce succès précipite l’offen­
sive meurtrière de leurs ennemis jurés –
armée, mafieux, paramilitaires. On dé­
plorera 3 500 à 5000 victimes de l’UP en­
tre 1986 à 1992 – tandis que les accords
de paix avortent.
Aujourd’hui, les survivants ont beau­
coup de choses à se raconter – et pas que
des souvenirs nostalgiques. Ainsi, Don
Hector, paysan et vétéran du Parti com­
muniste, se souvient avec ironie et pu­
deur : “Quand les assassinats contre l’UP
ont commencé, nous étions sûrs que les Farc
viendraient à notre secours… Sauf qu’ils ne
sont jamais venus. Ils ont filé dans la monta­
gne et nous, nous nous sommes retrouvés
seuls face à ceux qui nous ont tués, déplacés
et persécutés durant des années.”
Sifredy, entraperçu la veille parlant avec
Solis, militant de l’UP et leader commu­
nautaire chargé des restitutions de terres
spoliées dans son village de Santa Fé,
garde un souvenir amer de cette époque :
parce que, milicien civil de la guérilla, il
avait survécu à une offensive qu’elle avait
mal conduite, des chefs des Farc avaient
voulu l’exécuter pour “traîtrise”.
D’autres personnes de l’UP ayant sur­
vécu ont aussi été témoins des exactions
de la guérilla à l’encontre de ses propres
troupes – violences sexuelles, exécutions
sommaires.
Le chemin de la mémoire et de la justice
transitionnelle risque d’être long et mou­
vementé.
L.M., en Colombie
Au moins quatre personnes
sont mortes, dont au moins
un Belge, et sept autres ont
été blessées jeudi après
deux avalanches dans une
zone hors-piste à
Courmayeur, dans le nordouest de l’Italie. Deux autres
Belges figureraient parmi les
blessés. Le Premier ministre
belge, Didier Reynders, a
confirmé une victime belge
jeudi soir, alors qu’un
précédent bilan faisait état
de deux morts. (AFP)
Congo-Kinshasa
Le fils Tshisekedi
fait marche arrière
L’accord entre la veuve et le
frère de feu Etienne
Tshisekedi, d’une part, et le
gouverneur de Kinshasa,
d’autre part, pour un
rapatriement de la dépouille
le 11 mars est-il nul et non
avenu ? La presse kinoise
rapporte la colère des
militants, qui ont monté des
barricades à la permanence
de l’UDPS, mercredi. Selon
“Le Phare”, Félix Tshisekedi,
cadre du parti, sommé de
s’expliquer, a promis de
“respecter la volonté” de “la
base” et d’exiger, avant
l’inhumation provisoire, un
accord sur l’emplacement
d’un mausolée mais aussi
sur la nomination du futur
Premier ministre – qui, pour
l’opposition, doit être Félix
Tshisekedi. MFC
Congo-Kinshasa
Cinq otages,
dont un Français
Un Français figure au
nombre des personnes
enlevées mercredi au
Maniema (centre-est du
Congo), a confirmé jeudi le
ministère français des
Affaires étrangères. Le
groupe minier canadien
Banro avait annoncé le rapt,
dans la nuit de mardi à
mercredi, à la mine d’or de
Namoya, de cinq salariés,
dont trois Congolais et un
Tanzanien. Les ravisseurs –
il s’agirait de la milice Raïa
Mutomboki – réclament une
rançon de 20000 dollars
par personne kidnappée.
Les rapts se multiplient à
l’Est. (Reuters, Belga)
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
21
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Environnement
Une proposition de décret CDHPS veut faciliter la privatisation
de certaines parcelles de forêt.
n René Collin, ministre de la
Nature (CDH), y voit une manière
d’intégrer davantage les citoyens.
n Pour l’opposition et les
associations environnementales,
le texte est flou et contreproductif.
n
3 Minutes
Où : une proposition de décret CDH-PS entend faciliter la
vente des forêts publiques et supprimer le contrôle exercé
par le parlement en la matière.
Quand : ces mesures, proposées en décembre dernier, ont
immédiatement été dénoncées par l’opposition Ecolo, qui y
voit une atteinte à “la transparence du système” et a mobilisé
la société civile.
Comment : le ministre wallon de la Nature, René Collin
REPORTERS/EUREKA
(CDH), a donc décidé de freiner l’avance du texte, et
d’organiser dès lundi une série d’auditions parlementaires.
Pour le ministre, ce projet est avant tout destiné à maximiser
les services économiques rendus par les forêts wallonnes, “là
où un projet comme Nassonia se concentre sur les apports de la
forêt en termes de biodiversité”. Pour les opposants au texte,
les mesures annoncées manquent de clarté et posent un
véritable problème pour la gestion des forêts.
Les forêts wallonnes rendent bien des services. Reste à savoir lesquels on veut privilégier.
1
hectare
Actuellement, lorsque les autorités publiques
veulent vendre des parcelles de plus d’un hectare,
elles doivent d’abord obtenir l’accord du parlement.
La proposition de décret voudrait modifier cela.
22
38
groupements forestiers citoyens
Selon Ecolo, 38 groupements citoyens seraient agréés ou en
cours d’agréation. “Mais on ne sait absolument pas qui se
trouve dans ces groupements citoyens. Il pourrait tout à fait
s’agir de prête-noms”, affirme la députée Hélène Ryckmans.
70 ans
L’âge moyen lors de la coupe
Toujours selon l’opposition Ecolo au parlement
wallon, les coupes à blanc sont réalisées sur des
arbres qui ont en moyenne 50 ans, dans le secteur
privé, contre 70 ans sur les parcelles publiques.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Tensions politiques autour
des forêts wallonnes
D
ébut février, une dizaine
d’agents du département wal­
lon de la nature et des forêts
(DNF) ont délaissé leurs zones
boisées pour aller manifester
devant le Parlement wallon. L’objet de
leur courroux: une proposition de dé­
cret déposée fin 2016 par des députés
CDH et PS destinée à faciliter la privati­
sation de certaines parcelles de forêt
wallonne. Porteurs d’une lettre signée
par 456 de leurs collègues, les agents
de la DNF ont vigoureusement dé­
noncé la forme et le contenu du texte
qui “fait peu de cas de leur travail” et
ouvre, selon eux, la porte à l’arrivée de
puissants investisseurs financiers dans
les forêts du Sud du pays.
Quelques semaines plus tôt, Ecolo et
diverses associations de protection de
l’environnement avaient déjà vigou­
reusement critiqué cette proposition
(lire ci­dessous) dont l’avancée a été
freinée in extremis par le ministre wal­
lon de l’Agriculture et de la Nature,
René Collin (CDH), qui a finalement
proposé au Parlement d’organiser une
série d’auditions sur le sujet afin de
préciser les motivations de la région et
tâter l’opinion du secteur.
A quelques jours de la première audi­
tion qui se tiendra ce lundi six mars, le
ministre revient sur le contenu de ce
décret controversé. “La proposition de
décret contient essentiellement trois cho­
ses”, explique René Collin, qui recon­
naît d’emblée que le texte manque de
clarté et tient à éclaircir personnelle­
ment certaines zones d’ombre.
1
Créer des ventes
de bois anticipées
“Nous voulons ouvrir la possibilité
d’acheter et de vendre du bois sur pied”,
explique le mandataire “c’est­à­dire
deux ou trois ans avant que ce bois ne soit
coupé. Cela permettrait aux menuiseries
de faire face aux difficultés d’approvi­
sionnement qu’elles rencontrent actuelle­
ment, et aux autorités qui possèdent des
parcelles de forêt (Région, communes,
CPAS…) de toucher des recettes antici­
pées.” “Cette mesure vise simplement à
instaurer une base légale”, poursuit
René Collin. “Ce mécanisme de vente an­
ticipée ne sera mis en place que s’il ren­
contre une large approbation politique et
il sera très encadré, avec des délais, des
échéances de paiement,… Il n’est absolu­
ment pas question de généraliser le sys­
tème.”
2
Faciliter les cessions
entre pouvoirs publics
“Lorsque les autorités publiques veulent
vendre des parcelles de plus d’un hectare,
elles doivent d’abord obtenir l’accord du
parlement”, explique le ministre. “Le
décret prévoit simplement que le gouver­
nement ne doive plus passer devant le
Parlement lorsqu’il désire céder ses droits
indivis (lorsque plusieurs titulaires ont
des droits identiques sur un seul et
même bien, dans ce cas­ci une parcelle
de forêt, NdlR) à d’autres pouvoirs pu­
blics.”
De l’aveu même du ministre, la Ré­
gion n’a toutefois “aucune intention de
se débarrasser de ses forêts indivises. Ce
n’est pas quelque chose qui présente une
acuité particulière, je ne connais
d’ailleurs pas de cas précis où un pouvoir
public souhaiterait céder ses droits.” La
portée de cette mesure reste donc, se­
lon lui, extrêmement limitée. Ce qui
peut légitimement poser la question
de son utilité.
3
Céder des parcelles
publiques au privé
“Le texte prévoit enfin la possibilité – de
manière limitée et quasiment expérimen­
tale – de céder quelques éléments du pa­
trimoine forestier public à des groupe­
ments privés agréés”, termine René Col­
lin pour qui l’objectif est avant tout
“d’intéresser le secteur privé, la popula­
tion et les petits épargnants à la gestion
forestière.”
Aux critiques qui y voient une ma­
nière de vendre les forêts wallonnes à
de puissants investisseurs financiers
(lire ci­contre), le ministre de la Nature
répond qu’un “plafond sera imposé à ces
investissements privés pour éviter que les
grosses entreprises n’interviennent. Pour
moi il faut également garder le régime fo­
restier, et donc appliquer au privé les rè­
gles qui sont actuellement imposées aux
pouvoirs publics, ce qui permettra de ga­
rantir le respect de l’intérêt général.”
Les agents de la DNF sont ouverte­
ment hostiles à l’arrivée du secteur
privé. René Collin leur répond en guise
de conclusion qu’il serait “dommage de
se priver de la possibilité de mobiliser
l’expertise qui existe dans le secteur
privé”. “Il y a encore peu de partenariats
public­privé dans le secteur forestier”,
ajoute­t­il. “Pourquoi ne pas le dévelop­
per?”
Valentin Dauchot
Un décret “vague” censé “rapprocher les citoyens des forêts”
A
peine annoncée, cette proposition de décret a
vivement été critiquée par l’opposition, et no­
tamment les mandataires Ecolo qui ont en quel­
que sorte “lancé l’alerte” auprès de la société civile.
Pour la députée Ecolo Hélène Ryckmans, “le patri­
moine forestier est d’abord et avant tout un bien com­
mun. Nous avons peu de ressources, alors il faut les proté­
ger. Je ne dis pas que ‘gestion privée’ signifie automati­
quement ‘surexploitation’, mais les chiffres que nous
possédons nous incitent à avoir des craintes. Un audit
réalisé sur le secteur du bois a révélé que les coupes à
blanc étaient réalisées sur des arbres de 50 ans en
moyenne dans le privé, contre 70 ans en moyenne sur les
parcelles publiques. Quand on se penche sur la coupe des
arbres résineux – nettement majoritaires sur les parcelles
privées car dotés d’une croissance plus rapide et donc plus
propice à l’exploitation – on constate que le taux de prélè­
vement qui est appliqué sur ces parcelles est beaucoup
plus important (environ 150%) que le taux de régénéra­
tion naturelle. Le CDH a ce mantra du partenariat public­
privé, mais rien n’indique qu’un tel partenariat serait ef­
fectivement bénéfique pour les forêts, bien au contraire.”
Des motivations floues
Pour les associations environnementales comme In­
ter­Environnement Wallonie (IEW), plus nuancée
mais tout aussi contrariée par le texte, “ce projet a con­
duit à opposer gestion publique et gestion privée, or tou­
tes deux répondent à un cadre et des objectifs différents.
Les pratiques du privé sont moins balisées et quelque part,
c’est normal. Mais on peut réellement se poser la question
d’y transférer des forêts qui sont présentes dans le patri­
moine public depuis des siècles.” Pour Lionel Delvaux,
coordinateur ruralité et biodiversité d’IEW, “les crain­
tes relatives à ce texte sont donc inévitables car il s’agit
d’introduire un véritable changement de paradigme en
termes de gestion. Or, malgré son importance, la proposi­
tion de décret fournit très peu d’informations sur les in­
tentions des autorités et le contexte dans
lequel ces mesures sont proposées. Un
texte d’une telle ampleur comporte géné­
ralement un exposé des motifs et dresse
un constat objectif de la situation. Ce
n’est pas le cas ici.”
Rapprocher le citoyen?
tion davantage est une excellente idée, mais si elle veut,
elle peut déjà le faire au niveau communal. Beaucoup de
communes possèdent déjà des parcelles de forêt et bien
souvent, les gens ne le savent même pas.”
La fin du contrôle parlementaire
Deuxième critique et non des moindres : la volonté
du ministre de mettre fin au contrôle parlementaire
sur la vente de parcelles forestières.
Pour Lionel Delvaux, “cela donnerait
un blanc­seing au gouvernement pour
vendre des forêts domaniales et suppri­
merait donc toute possibilité de contrôle
par un niveau de pouvoir supérieur. Les
parcelles de forêts morcelées pourraient
représenter un réel enjeu, mais faut­il
passer par un décret qui autorise toute
vente, ou déposer un décret au parlement
pour gérer ponctuellement ce problème?”
Pour Hélène Ryckmans, le constat est
encore plus clair: “Pour un bien aussi
fondamental que nos forêts, il faut main­
tenir un contrôle démocratique. René
Collin avait déjà inscrit au budget 2016
des recettes de 5 millions d’euros relatives à la vente de
biens forestiers. Il n’a pu en tirer qu’un million. A mon
sens, cette démarche est une façon de simplifier la procé­
dure pour pouvoir faciliter la vente de ces biens à l’ave­
nir.”
V.D.
La volonté
du ministre
de mettre fin
au contrôle
parlementaire
sur la vente
de parcelles
forestières
passe mal.
Deux autres critiques reviennent ré­
gulièrement. La première concerne
l’argument avancé par le ministre Col­
lin selon lequel cette mesure vise “à
rapprocher les citoyens des forêts wal­
lonnes”. Pour la députée Ecolo Hélène
Ryckmans, “en privatisant une forêt, on
renforce plutôt le message ‘accès inter­
dit’. Le ministre parle par ailleurs de groupements fores­
tiers citoyens. Actuellement, 38 groupements sont agréés
ou en cours d’agréation. Tout le monde tente soudaine­
ment d’obtenir son agréation et on ne sait absolument
pas qui se trouve dans ces groupements citoyens. Il pour­
rait tout à fait s’agir de prête­noms. Impliquer la popula­
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
23
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Énergie
Malgré une année dans le rouge, les marchés
réagissent positivement aux résultats d’Engie.
n La directrice générale, Isabelle Kocher, cherche
toujours des partenaires pour Electrabel.
n Selon nos informations, l’incertitude sur
la sortie du nucléaire doit d’abord être levée.
n
2025
Sortie du nucléaire
La loi prévoit que l’ensemble
des réacteurs nucléaires belges
doivent être fermés en 2025.
La patronne d’Engie
rassure après
une année difficile
L’ouverture du capital d’Electrabel n’est pas pour tout de suite
O
fficiellement, le projet d’ouverture du
capital d’Electrabel à des partenaires
belges est toujours à l’ordre du jour du
côté d’Engie. Isabelle Kocher, la direc­
trice générale du groupe français, l’a ré­
pété à l’occasion de la présentation des résultats
annuels du groupe. “Electrabel est une entreprise
critique en Belgique du point de vue de la sécurité
d’approvisionnement. Nous allons reprendre les dis­
cussions autour de la création d’un attelage de par­
tenaires, voire d’actionnaires, qui
s’inscrivent dans le paysage belge, a­
t­elle expliqué. Nous sommes
ouverts à toutes les formules qui per­
mettent de renforcer l’ancrage
d’Electrabel en Belgique.”
La patronne d’Engie a ajouté que
les principaux points problémati­
ques avaient récemment été ré­
glés par les autorités belges : la
prolongation de Doel 1 et 2 a été
votée, tout comme le cadre fiscal
entourant les activités nucléaires
en Belgique. En outre, le montant
des provisions qu’Engie doit payer
en vue du démantèlement des
centrales nucléaires a été “réglé”
par les autorités belges.
Encore des obstacles
Cette
disponibilité
en forte hausse
a eu un impact
positif
de 329 millions
d’euros
sur le résultat
d’exploitation
de l’entité
Benelux
d’Engie.
Malgré ces avancées, de sérieux obstacles doi­
vent encore être franchis pour arriver à séduire
des investisseurs ou partenaires potentiels. “L’his­
toire à raconter aux investisseurs n’est pas encore
très alléchante, confie une source proche du dos­
sier. Avant d’envisager une entrée en Bourse, il reste
plusieurs choses à régler. Premièrement, le prix de
l’électricité est beaucoup trop bas pour attirer des
investisseurs. Dix euros supplémentaires par MWh,
cela changerait complètement l’équation économi­
24
que. Ensuite, il faut savoir si les réacteurs nucléaires
produiront au­delà de 2025.”
“Personne ne peut croire que la Belgique va sortir
du nucléaire en 2025, explique une autre source
proche du dossier. Avant d’avancer sur d’autres
dossiers, il faut savoir quels réacteurs vont être pro­
longés dans le cadre de l’élaboration d’une vision
énergétique pour la Belgique. Electrabel est impliqué
dans ces discussions. Les rencontres avec Marie­
Christine Marghem ont eu lieu, il faut encore ren­
contrer les régions.”
En clair, les candidats à l’entrée
dans le capital d’Electrabel doivent
avoir une vision sur le timing de la
sortie du nucléaire pour faire leurs
calculs de rentabilité.
belge de 51 %, en 2015, à 80 %, en 2016. Et cette
disponibilité en forte hausse a eu un impact posi­
tif de 329 millions d’euros sur le résultat d’ex­
ploitation de l’entité Benelux d’Engie.
Quant à l’arrêt de Tihange 1 provoqué par le
soulèvement d’une dalle lors des travaux de pro­
longation, Isabelle Kocher le chiffre à 50 millions
d’euros par trimestre sur le résultat d’exploita­
tion.
Laurent Lambrecht
Bon cru 2016 pour le nucléaire
Les résultats annuels d’Engie ont
confirmé, si besoin en était, l’im­
portance des centrales nucléaires
d’un point de vue financier. Alors
que Doel 1, Doel 3 et Tihange 2
étaient restés indisponibles durant
la majeure partie de 2015, ils ont
de nouveau produit de l’électricité
à plein régime en 2016.
Pour rappel, Doel 3 et Tihange 2,
les deux réacteurs touchés par des
défauts dus à l’hydrogène, ont reçu
le feu vert de l’Agence fédérale de contrôle nu­
cléaire en vue d’un redémarrage en novem­
bre 2015. Quant à Doel 1, il avait été déconnecté
du réseau le 15 février 2015, le jour de son qua­
rantième anniversaire. Il avait ensuite redémarré
fin 2015, suite à la prolongation de dix ans déci­
dée par le gouvernement.
Malgré l’arrêt de Tihange 1 intervenu en sep­
tembre 2016, le retour de ces trois réacteurs a fait
passer le taux de disponibilité du parc nucléaire
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
ERIC PIERMONT/AFP
La directrice générale d’Engie s’en tient à son plan de transformation.
L’action a flambé malgré une année dans le rouge
I
sabelle Kocher est officiellement direc­
trice générale d’Engie depuis le 3 mai
2016. Sa première année à la tête du
groupe engagé dans un vaste plan de
transformation a été pour le moins mou­
vementée.
Des rumeurs de dissensions entre Isa­
belle Kocher et Gérard Mestrallet, qui res­
tera président du conseil d’administration
d’Engie jusqu’en mai 2018, ont régulière­
ment fait irruption dans la presse. Fin
2016, l’ancien numéro 1 du groupe a dû
manifester publiquement son soutien à
Isabelle Kocher.
En début d’année, le groupe a également
acté le départ de Sandra Lagumina, un
membre du comité de direction arrivé
moins d’un an plus tôt. Et ce n’est pas tout.
Estimant Engie victime de tentatives de
déstabilisation dans la presse, Isabelle Ko­
cher a demandé à l’Autorité des marchés
financiers d’exercer une vigilance accrue
sur le groupe.
Une chute de l’action de 20%
Tous ces remous n’ont pas plu aux mar­
chés financiers. Début février, l’action En­
gie accusait une baisse supérieure à 20%
par rapport au moment où Isabelle Ko­
cher a pris la tête de la multinationale
française.
Après ces épisodes délicats, la publica­
tion des résultats annuels d’Engie était
donc un moment important pour la seule
femme dirigeante d’une société du Cac 40.
“Nous avons de très bonnes nouvelles”, s’est
d’emblée réjouie Isabelle Kocher. “Tous nos
objectifs sont atteints, nous sommes même en
avance sur notre plan de transformation.”
L’action a d’ailleurs flambé en Bourse
avec une hausse de 8,24% à 12,60 euros. Si
le titre est loin d’avoir rattrapé son retard,
il n’affiche plus qu’une perte de 10% par
rapport au jour de l’intronisation d’Isa­
belle Kocher.
Par ailleurs, si les comptes sont toujours
dans le rouge, la perte de 400 millions est
nettement moins importante que celle de
l’année précédente (­4,6 milliards
d’euros). Surtout, elle intègre des provi­
sions supplémentaires d’un milliard
d’euros en vue du démantèlement des
centrales nucléaires belges.
“Nous sommes dans une phase temporaire
de contraction assumée, a expliqué la direc­
trice générale. Les actifs cédés ne contri­
buent plus à la croissance, tandis que les nou­
veaux investissements mettront entre 18
mois et 2,5 ans pour créer de la valeur.”
Isabelle Kocher s’en tient donc à la stra­
tégie sur trois ans présentée l’année der­
nière: céder pour 15 milliards d’euros
d’actifs et investir 16 milliards d’euros sur
les trois axes prioritaires: les énergies à bas
carbone (y compris le gaz dans le vocabu­
laire d’Engie), les grandes infrastructures
et les services énergétiques.
Plus d’économies que prévu
400
millions
perte
Le groupe affiche une perte
de 400 millions d’euros en
2016, contre 4,6 milliards
d’euros en 2015.
Avec des ventes pour un montant de
8 milliards d’euros, le plan de cession
d’actifs se déroule bien. “Nous avons réalisé
plus de la moitié de notre objectif tout en réa­
lisant des plus­values”, se félicite Isabelle
Kocher. Grâce à ces cessions, le groupe
avance vers son objectif de ne plus être ex­
posé qu’à 15% aux prix énergétiques d’ici
fin 2018.
Quant aux investissements, ils sont un
peu à la traîne puisque le groupe a dé­
pensé 4,7 milliards d’euros sur les 16 mil­
liards prévus d’ici fin 2018.
Par ailleurs, le plan de réduction des
coûts avance plus vite que prévu. Alors
que l’objectif initial était de faire des éco­
nomies de l’ordre d’un milliard d’euros au
niveau du groupe, cet objectif a été révisé à
1,2 milliard d’euros. Même si Isabelle Ko­
cher insiste sur le fait que ces économies
ne ciblent pas prioritairement le person­
nel, un plan de départs concerne 275 per­
sonnes en Belgique.
Laurent Lambrecht
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
25
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Snap Inc. brille sur
le parquet de Wall Street
n Les actions de l’entreprise de
messagerie ont débarqué dans un
marché boursier en plein boom.
T
rès attendue par les investisseurs, les in­
termédiaires financiers et les actionnai­
res de start­up technologiques aux
Etats­Unis, la première cotation des actions
Snap Inc. a débuté jeudi à la Bourse de New
York dans une ambiance fiévreuse. D’entrée
de jeu, l’action qui avait été introduite à
17 dollars s’est envolée pour coter autour des
24 dollars, soit un bond de plus de 40%.
Euphorie.
C’est que le marché est ap­
paremment mûr pour ac­
cueillir quelques­unes des “li­
cornes” qui rôdent à Wall
Street en attendant le mo­
ment qui leur permettra de se
vendre au meilleur prix aux
investisseurs. Les licornes
sont des entreprises non co­
tées dont la valorisation dé­
passe le milliard de dollars.
Après Snap Inc. qui recouvre
l’application mobile de mes­
sagerie instantanée Snapchat,
on espère en effet voir défiler
d’autres entreprises comme
Uber, Airbnb, Spotify.
de 1,6 milliard chacun. Une fortune bâtie sur
un concept simplissime : on envoie aux desti­
nataires une photo ou une vidéo qui dispa­
raît après quelques secondes ou quelques
heures. Snapchat a évidemment développé
une série d’outils ludiques pour embellir les
images ou les rendre plus amusantes.
Des images en or
Mais comment valoriser des photos de gens
sympas, fussent­elles égayées par de grandes
oreilles roses? C’est évidemment en se ba­
sant sur les recettes publicitaires. La pub ci­
blée est omniprésente sur cette application.
Et selon eMarketeer, elle arrose un public
jeune – de 12 à 35 ans, et plutôt les jeunes
adultes que les ados. Mais les entreprises et
les stars sont aussi présentes
sur Snapchat qui leur permet
de s’adresser à un public très
ciblé. Et ça fonctionne. Les es­
timations les plus prudentes
font état pour 2017 d’un chif­
fre d’affaires publicitaire
avoisinant le milliard de dol­
lars.
C’est dire que la valorisa­
tion boursière retenue par les
analystes est particulière­
ment juteuse puisque, initia­
lement, ils ont considéré cor­
rect de payer en Bourse près
de 21 fois le chiffre d’affaires,
pour une entreprise qui va encore devoir dé­
montrer sa capacité à dégager des bénéfices.
L’an passé, sur base d’un chiffre d’affaires de
451 millions de dollars, Snap a dû faire face à
des coûts de fonctionnement importants de
924 millions et, conséquemment, à une
perte nette de 514 millions de dollars.
L’équation à résoudre est donc simple : il faut
accroître le nombre d’utilisateurs, leur durée
d’utilisation de l’app, les recettes publicitai­
res, et contrôler les coûts. Dans le document
préalable transmis au gendarme américain
de la bourse, la SEC (Securities and Exchange
Commission), Snap a divulgué les chiffres les
plus récents qui font état de 158 millions
d’utilisateurs générant par tête un revenu
moyen de 1,05 dollar par trimestre.
Patrick Van Campenhout
Les licornes
sont
des entreprises
non cotées
dont
la valorisation
dépasse
le milliard
de dollars.
Valorisation : 20 milliards
Snap dépasse très largement le cap du mil­
liard de dollars de valorisation puisque sur la
seule base du prix retenu pour son introduc­
tion en Bourse, soit 17 dollars l’action, sa va­
leur totale approche déjà les 20 milliards
puisqu’au terme de l’opération, le total des
actions existantes sera de 1,16 milliard.
Pour entamer les hostilités, les actionnaires
de l’entreprise ont décidé de mettre en vente
200 millions d’actions, de manière à récolter
3,4 milliards de dollars. Au passage, les co­
fondateurs de Snapchat, Evan Spiegel (26
ans) et Robert Murphy (28 ans) tous deux dé­
tenteurs de 97 164 485 actions Snap sont de­
venus milliardaires avec une fortune initiale
26
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Caterpillar ne souhaite pas
garder le terrain de Gosselies
n Aucune décision sur le sujet ne
peut être prise avant la fin de la
phase 1 de la procédure Renault.
U
n obstacle à la reconversion du site
de Caterpillar Gosselies va peut­être
tomber. On a appris hier de la direc­
tion locale que “le groupe Caterpillar ne sou­
haite pas garder le terrain”. La porte­parole
locale précise toutefois que cette question
ne peut être légalement traitée qu’après la
clôture de la phase 1 de la procédure Re­
nault en cours à Caterpillar Gosselies. Il y a
quelques semaines, les syndicats indi­
quaient que la direction se montrait
ouverte à une vente du terrain. Cette
ouverture semble plus que se confirmer.
C’est le 16 mars qu’aura lieu le prochain
(et peut­être le dernier) conseil d’entre­
prise extraordinaire de la phase 1, d’infor­
mation et de consultation, de la procédure
Renault. Ensuite, on enclenchera la phase
2, dite de négociations, qui dure 30 jours.
Elle devrait s’apparenter à une formalité
puisque deux préaccords sociaux sont
conclus, côté ouvriers et côté employés.
Les employés ont été informés mercredi
du contenu de ce préaccord conclu lundi
dernier et sur lequel ils se prononceront à
bulletin secret le 6 mars. “La Libre” a pu
prendre connaissance, en exclusivité, du
préaccord. Le voici, dans les grandes lignes,
(les détails sur lalibre.be/économie/entre­
prises). Les montants indiqués sont en
brut. Le préavis légal est fixé à 30000 euros
et s’y ajoutent plusieurs primes extraléga­
les. Il y a l’incitant à des objectifs de pro­
duction (3255 euros), l’indemnité de fer­
meture (156,88 euros par année d’ancien­
neté, montant doublé pour les 45 ans et
plus) et une indemnité de départ de 2250
ou de 2500 euros par année d’ancienneté.
Une prime pour les démissionnaires
La CNE et le Setca ont même négocié des
primes pour les employés qui ont démis­
sionné après l’annonce de fermeture de
l’entreprise le 2 septembre. Elles vont de
15 000 euros + 1125 euros par année d’an­
cienneté à 30 000 euros + 1250 euros par
année d’ancienneté. Les syndicats se di­
sent “satisfaits” de ce préaccord, dans un
cadre de négociations “difficiles”.
La première vague de départs des tra­
vailleurs aura lieu le 30 avril. Elle concer­
nera des ouvriers, des employés et des ma­
nagers liés à la production. La seconde va­
gue est prévue le 31 mai, pour le même
type de personnel. Les autres départs se­
ront étalés jusqu’au 31 décembre.
Isabelle Lemaire
Le tour-opérateur Tui volera
à nouveau vers la Tunisie
n Avec des prix en forte baisse, la
destination attire les touristes et
les premiers vols font le plein.
L
e groupe de tourisme Tui a décidé
d’emboîter le pas à son concurrent
Thomas Cook et reprendra ses vols à
destination de la Tunisie à partir du
31 mars, a­t­il annoncé dans un communi­
qué jeudi. La semaine dernière, le tour­
opérateur Thomas Cook avait fait savoir
que des voyages à destination de la Tunisie
reprendraient en avril.
Depuis l’attentat sanglant de Sousse,
seule la compagnie aérienne Tunisair assu­
rait encore quelques vols vers ce pays de­
puis la Belgique. Après l’attentat de Sousse
commis le 26 juin 2015, le ministère belge
des Affaires étrangères avait émis un avis
de voyage négatif pour la Tunisie. Les tour­
opérateurs avaient alors suspendu tous
leurs voyages vers la Tunisie. Mais la se­
maine dernière, la Belgique a assoupli son
avis de voyage pour les villes côtières tuni­
siennes ainsi que pour Tunis. Dans la fou­
lée, les voyagistes ont décidé de réintégrer
la Tunisie comme destination touristique.
“Le secteur du tourisme en Tunisie a fourni
des efforts considérables afin de pouvoir ac­
cueillir à nouveau des touristes sur ses plages.
A ceux­ci s’ajoutent des réductions qui font
que les voyages en Tunisie sont jusqu’à 50 %
meilleur marché qu’auparavant”, affirme
Tui, chez qui la Tunisie était jusqu’en
2015, la 4e destination la plus populaire
après l’Espagne, la Turquie et la Grèce.
Dans le Top 5
Thomas Cook, lui, avait annoncé jeudi
dernier reprendre ses vols vers la Tunisie à
partir du 8 avril. “Vu le succès de la destina­
tion, le premier vol a toutefois été anticipé au
1er avril”, a fait savoir le tour­opérateur.
Dans un communiqué, il indique en outre
que les réservations pour la Tunisie vont
bon train. “A peine une semaine après l’an­
nonce, la plupart des vols sont déjà remplis.
L’attraction touristique ensoleillée d’Enfidha
se trouve déjà dans le Top 5 des endroits les
plus réservés la semaine passée”, souligne­
t­il.
En 2015, la Tunisie a été frappée par trois
attaques sanglantes de l’organisation dji­
hadiste Etat islamique (musée du Bardo,
station balnéaire à Sousse, explosion à
bord d’un bus de la sécurité présidentielle
à Tunis). Celles­ci avaient fait un total de
72 victimes, dont deux ressortissantes bel­
ges. (Belga)
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
27
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Les éditeurs se mobilisent
autour du droit d’auteur
L
a bataille européenne du “copy­
right” est lancée. On veut parler
de la réforme initiée, en sep­
tembre dernier, par le commissaire
Günther Oettinger en vue de faire
adopter, par le Parlement et les
Etats membres, une directive sur le
droit d’auteur dans le cadre du
“marché unique numérique”.
Le projet prévoit d’instaurer un
“droit voisin” du droit d’auteur
pour les éditeurs de presse. En
d’autres termes, l’exécutif européen
entend faciliter la possibilité, pour
les éditeurs, de réclamer des droits
sur les contenus journalistiques mis
en ligne et utilisés par les grands
agrégateurs que sont Google, Face­
book et quelques autres géants du
Net. Des contenus qui, à ce jour, ne
sont pas rémunérés et dont les agré­
gateurs tirent de plantureux reve­
nus publicitaires.
L’initiative de la Commission avait
été saluée par l’Association des édi­
teurs européens (ENPA) et la Fédé­
ration internationale des journalis­
tes (FIJ). De son côté, Google avait
jugé que “l’équilibre approprié
n’avait pas encore été atteint”, tout
en affirmant être prêt à discuter…
Des eurodéputés divisés
3 QUESTIONS À
teurs et aux réseaux sociaux, de ré­
munérer les contenus utilisés. Il en
va, disent­ils, de l’avenir et de l’in­
dépendance de la presse.
Si bataille il y a aujourd’hui, c’est Des éditeurs au front
en raison des critiques, parfois viru­
Pour les éditeurs européens, l’ar­
lentes, émises par des eurodéputés ticle 11 fait figure de “minimum vi­
de différents groupes politiques tal”. Confrontés à un recul continu
contre le projet. La controverse des ventes “papier”, ils tentent de
porte sur l’article 11, lequel fixe rebondir sur les supports numéri­
–pour une période limitée à 20 ans– ques. “Si on n’est pas capable de mo­
les droits des éditeurs pour l’utilisa­ nétiser nos contenus numériques, on
tion numérique de
disparaîtra !”
ont
leurs contenus.
plaidé hier des re­
Des eurodéputés,
présentants
de
comme l’Allemande
l’ENPA auprès de
des revenus en ligne
Julia Reda (Groupe
l’eurodéputé belge
captés par les “tech”
des Verts/Alliance li­
Pascal Arimont.
Les éditeurs de contenus en
bre européenne), ne
Alors que le débat
ligne ne bénéficient que d’une
veulent pas enten­
s’anime au Parle­
maigre portion (de l’ordre de
dre parler de cet ar­
ment européen, les
20 %) du gâteau publicitaire.
ticle au nom du libre
éditeurs ont donc
accès des citoyens à
décidé de monter au
l’information. La Britannique Ca­ front pour exiger un cadre légal les
therine Stihler (Groupe Socialistes mettant sur un pied d’égalité (“level
et Démocrates) vient de remettre playing field”) face aux géants amé­
un rapport, au nom de l’une des ricains de l’Internet.
quatre commissions concernées par
La bataille ne fait que commencer.
la réforme, où elle supprime pure­ La semaine prochaine, un nouveau
ment et simplement l’article 11.
rapport, rédigé cette fois par l’euro­
A contrario, d’autres membres du députée Thérèse Comodini (PPE),
Parlement européen sont convain­ sera dévoilé. Avec ou sans arti­
cus de la nécessité de protéger les cle 11? Suspense…
éditeurs en imposant, aux agréga­
Pierre-François Lovens
75%
NICOLAS MAETERLINCK/BELGA
n Le Parlement européen
planche sur la réforme, très
sensible, du droit d’auteur.
Pascal Arimont
Eurodéputé belge (PPE), membre de
la commission du marché intérieur et
de la protection des consommateurs.
1
Comment jugez-vous la proposition de directive sur le droit
d’auteur européen du commissaire
Günther Oettinger?
La Commission a eu le mérite de soumettre une dizaine de propositions en vue de
créer un marché numérique européen.
C’était devenu indispensable de fixer des
règles pour que tout le monde trouve sa
place dans la révolution numérique.
Aujourd’hui, on a quelques grandes
entreprises technologiques américaines
qui ont créé, en Europe, des situations
quasi monopolistiques en profitant de
l’absence d’un cadre juridique européen.
Sur le volet spécifique du “droit
d’auteur”, M.Oettinger a donc proposé de
créer un droit d’auteur pour les éditeurs
de presse, ce qui est une très bonne
chose. Surtout dans un contexte où on
assiste à une transition des médias vers
Internet. Cette transition met une forte
pression sur les éditeurs et les journalistes.
2
Ils sont en danger?
Oui. Du point de vue économique et
intellectuel. Certaines entreprises sont en
train de jouer avec la survie du “quatrième pouvoir” de notre Etat de droit
européen. Ce serait une erreur monumentale de ne pas défendre la presse professionnelle européenne. Et l’article 11 de la
proposition de M.Oettinger nous donne
la possibilité de le faire. Si on croit que
Google poursuit l’intérêt général des
Européens, on se trompe. Soyons clairs:
c’est une machine à faire de l’argent.
Point!
JC GUILLAUME
3
La presse européenne devra, de plus en plus, compter sur la monétisation de ses contenus en ligne pour exister.
28
Certains de vos collègues du
Parlement européen veulent
supprimer cet article 11…
Oui, et ça m’inquiète. Je ne les comprends
pas. Pour l’instant, Google et d’autres
utilisent des contenus, qu’ils ne rémunèrent pas, pour vendre de la publicité. Ces
contenus doivent être protégés et payés.
Je ne veux pas d’un monde où Google fixe
les règles. Je me battrai donc auprès de
mes collègues pour que l’article 11 de la
proposition soit maintenu.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
EN BREF
2%
Patronat
Qui pour remplacer Vincent Reuter (UWE)?
Inflation dans la zone euro
Comme le précisait “Trends”, le bureau Odgers Berndston va
remettre une short-list de candidats potentiels pour succéder à
Vincent Reuter, administrateur délégué de l’Union wallonne des
entreprises (UWE). Selon le magazine, les noms de Thierry
Castagne (directeur général d’Agoria Wallonie), d’Olivier de
Wasseige (Internet Attitude et vice-président de l’UWE), de Didier
Malherbe (UCB et président du Forem) ou de Renaud Mazy (CEO
des Cliniques universitaires Saint-Luc) circuleraient. Atteint par la
limite d’âge, Vincent Reuter restera en place jusqu’à la
désignation de son successeur.
Parkings
Des vues chinoises sur Q-Park
AB InBev déçoit et
suspend les bonus
Plusieurs importants investisseurs chinois ont fait une offre
pour racheter la société néerlandaise Q-Park, qui exploite des
garages et des terrains de parkings, en Belgique notamment. Le
montant de la vente pourrait atteindre plus de 2,3 milliards
d’euros, selon le journal économique “Financial Times” de jeudi,
qui cite des sources proches du dossier. Parmi les intéressés qui
se sont manifestés lors d’un premier appel d’offres figureraient
de grandes entreprises comme Cheung Kong Infrastructure (CKI)
et Fosun International. (AFP)
Le taux d’inflation annuel de la
zone euro s’est élevé à 2% en
février, contre 1,8% en janvier
selon une estimation rapide
publiée jeudi par Eurostat, l’office
statistique de l’Union
européenne. Il a ainsi atteint,
pour la première fois depuis
quatre ans, le niveau souhaité
par la Banque centrale
européenne (BCE) sur le moyen
terme, à savoir un niveau
supérieur mais proche de 2%. Ce
chiffre est conforme aux attentes
des analystes interrogés par
Factset. L’inflation avait atteint
1,8% en janvier. Un taux
d’inflation de 2% est considéré
comme signe de bonne santé de
l’économie par la Banque
centrale européenne, qui en a
donc fait son objectif. Depuis des
mois, l’institution basée à
Francfort maintient ses taux
d’intérêt à des niveaux
historiquement bas. (AFP)
n Le brasseur souffre d’un contexte négatif
au Brésil et de charges financières élevées.
P
our la première fois depuis 2008, Carlos Brito, le
patron d’AB InBev, n’aura pas droit à un bonus.
En cause, une année 2016 décevante en termes
de résultats pour le premier brasseur mondial. “Nous
prônons une culture d’ownership et pensons que les me­
sures d’intéressement des cadres doivent être en accord
avec les intérêts des actionnaires. Quand nous n’attei­
gnons pas nos objectifs, nous en assumons la responsabi­
lité”, souligne le communiqué.
Avec un bénéfice par action diminué de moitié
pour passer de 5,20 dollars en 2015 à 2,83 dollars en
2016, “la plupart des membres du comité exécutif” sera
ainsi privé de prime cette année. Carlos Brito aura
eu droit à un salaire fixe de 1,48 million auquel
s’ajoute une partie variable limitée (environ 300 000
euros, selon nos calculs). Des charges financières plus
élevées que prévu ainsi qu’une année difficile au Bré­
sil expliquent en grande partie les performances du
groupe au­dessous des attentes.
L’endettement net d’AB InBev s’élevait à 108 mil­
liards de dollars fin 2016, soit une hausse par rapport
aux 42,2 milliards affichés au 31 décembre 2015, di­
rectement liée au rachat de SABMiller. Le dividende
payé pour l’exercice 2016 sera de 3,6 euros/action
dont 2 euros restent à payer.
Le groupe prévoit une croissance modeste des dividendes
Le groupe se montre positif sur le rachat de SAB­
Miller, estimant “le processus d’intégration bien en­
gagé” et dit envisager l’avenir “avec confiance”, no­
tamment au Brésil qui devrait bénéficier notamment
d’une évolution démographique favorable et de l’éli­
mination des disparités régionales en matière de re­
venus.
Pour ce qui est du dividende, le groupe maintient
sa prévision à la hausse des dividendes au fil du
temps, “mais cette croissance devrait toutefois être mo­
deste compte tenu de l’importance du désendettement”.
AvC
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
29
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
AVIS DES
BROKERS
Changes
Bruxelles
Wall Street
Europe
Euro en baisse. L’euro
Engie bondit. Le Bel 20
Tassement. Wall Street a
Rééquilibrage. Les Bourses
baissait jeudi face à un dollar
toujours soutenu par la
perspective d’un possible
resserrement monétaire aux
Etats-Unis, tandis que la
monnaie unique souffrait
d’inquiétudes politiques en
Europe. L’euro valait 1,0514
dollar, contre 1,0545 dollar
mercredi. La probabilité d’un
relèvement des taux
directeurs de la Réserve
fédérale américaine (Fed) en
mars a plus que doublé en une
semaine, franchissant la barre
des 80 % mercredi après des
commentaires semblant
renforcer la perspective d’une
telle action mi-mars formulés
par William Dudley, président
de la Fed de New York, et John
Williams, à la tête de l’antenne
de San Francisco. “La cerise
sur le gâteau, c’est que Lael
Brainard (membre du comité
de politique monétaire de la
Fed, NdlR) qui est connue
comme étant un des membres
de la Fed les plus prudents, a
approuvé une hausse bientôt”,
a expliqué un analyste.
parvenait à se maintenir dans
le vert jeudi et gagnait
finalement 0,21 % à 3 668,37
points avec seulement 6 de ses
éléments en hausse. Il
bénéficiait essentiellement du
soutien d’Engie (12,61) qui
bondissait de 8,24% (lire aussi
pp.24-25). AB InBev (101,30)
abandonnait de son côté
2,50 %, toutes deux après
résultats. Bekaert (46,34) ne
gagnait plus que 1,62 %
supplémentaire, UCB (69,09)
s’appréciant de 1,14 %
contrairement à Solvay (111,10)
qui avait viré de 0,45 % à la
baisse. Umicore (48,60)
reperdait 3,38 % à l’inverse de
Nyrstar (6,13) qui regagnait par
ailleurs 3,16 %. KBC (59,38) et
ING (13,49) ne reperdaient
plus que 0,15 et 0,18 %, Ageas
(36,53) cédant 0,22 %. Ahold
Delhaize (20,31) et Colruyt
(44,86) reperdaient 2,17 et
0,64 % tandis que Telenet
(53,45) reculait de 0,98 %.
Proximus (27,91) et Orange
Belgium (21,47) qui prenaient
0,45 et 0,35 %. (Belga)
baissé jeudi au terme d’une
séance calme au lendemain
d’un bond à des records,
l’actualité s’y résumant
largement à l’entrée en Bourse
réussie du groupe Snap: le
Dow Jones a perdu 0,53% et le
Nasdaq 0,73%. Selon les
résultats définitifs, l’indice
vedette Dow Jones Industrial
Average a cédé 112,58 points à
21002,927 points et le
Nasdaq, 42,81 points à
5861,22 points. L’indice élargi
S&P 500 a reculé de 14,04
points, soit 0,59%, à 2381,92
points. “On a monté à des
records la veille, donc c’est tout
naturel d’assister à un repli
après une telle performance de
la Bourse”, a commenté Peter
Cardillo, économiste en chef
chez First Standard Financial.
La Bourse américaine avait
fortement monté après un
discours très apprécié du
président Donald Trump au
Congrès, le Dow Jones finissant
notamment à plus de 21.000
points pour la première fois de
son histoire. (AFP)
européennes ont terminé
proches de l’équilibre jeudi,
une partie des investisseurs
préférant marquer une pause
après la forte progression de
la veille, tandis que le dollar
restait orienté à la hausse sur
fond d’anticipation de
relèvement imminent des
taux aux Etats-Unis. A Paris,
le Cac 40 a fini sur une
progression de 0,06 % à
4 963,80 points. Le Footsie à
Londres a clôturé
pratiquement inchangé après
avoir atteint en séance un
plus haut historique à
7 394,61 points et le Dax
allemand a cédé 0,06 %.
L’indice EuroStoxx 50 a perdu
0,16 % mais le FTSEurofirst
300 a grignoté 0,05 % et le
Stoxx 600 a clôturé quasistable. Le marché parisien,
lui, a profité du bond de
8,24 % d’Engie, sa meilleure
performance depuis 2008,
l’objectif affiché d’un retour à
la croissance organique cette
année étant salué par les
analystes. (Reuters)
TJP
ENGIE +8.24%
GALAPAGOS +1.73%
BEKAERT +1.62%
FLLP
UMICORE -3.38%
AB INBEV -2.50%
AHOLD DEL -2.17%
Umicore (-3,4 % à
48,60 euros) a vu sa
recommandation descendre
d’“acheter” vers “neutre”
chez UBS, l’objectif étant
descendu de 62 vers
53 euros. Le courtier a
descendu ses attentes pour
l’exercice 2017, et souligne
que la visibilité sur les
résultats est aujourd’hui
plus incertaine, avec des
marges qui devraient être
sous pression dans l’activité
de recyclage. Barclays
(“sous-pondérer”) a
également descendu son
objectif vers 44 euros. “Nous
craignons que l’électrification
croissante des voitures
ralentisse la croissance dans
les catalyseurs.”
Bekaert (1,6 % à
46,34 euros) a été remonté
de “conserver” vers
“accumuler” chez KBC
Securities, l’objectif étant
propulsé de 38 vers
50 euros. “Nous considérons
que la valorisation actuelle
est attractive, au vu d’une
croissance du résultat par
action attendue autour de
15 % par an pour les cinq
prochains exercices”, un
mouvement qui
s’accompagnera d’une forte
progression de la marge
opérationnelle. “Nous
pensons que le groupe devrait
attirer les investisseurs,
notamment en raison du
redressement de l’économie
européenne.”
Solvay (-0,5 % à
111,10 euros) a été
descendu d’“acheter” vers
“ajouter” chez Degroof
Petercam, l’objectif restant
inchangé à 120 euros. Cette
révision fait suite à
l’annonce de résultats “sans
surprise majeure” pour
l’exercice 2016, qui n’ont pas
poussé l’analyste à revoir à
la hausse ses attentes. Si
l’analyste reste confiant
dans les améliorations
opérationnelles chez Solvay,
il souligne qu’il ne reste
désormais plus assez de
potentiel pour encore
justifier un avis “acheter”.
G.Se.
30
Fonds - Sicav - Branche 23
NOM
DU FONDS
Candriam Bds Em Debt Lcl Cur C EUR
Candriam Bds Em Debt Lcl Cur D EUR
Candriam Bds Emerging Markets C
Candriam Bds Emerging Markets D
Candriam Bds Eur C
Candriam Bds Eur Convergence C
Candriam Bds Eur Convergence D
Candriam Bds Eur D
Candriam Bds Eur Gov C
Candriam Bds Eur Gov D
Candriam Bds Eur Gov Inv Grade C
Candriam Bds Eur Gov Inv Grade D
Candriam Bds Eur High Yield C
Candriam Bds Eur High Yield D
Candriam Bds Eur Long Term C
Candriam Bds Eur Long Term D
Candriam Bds Eur Short Term C
Candriam Bds Eur Short Term D
Candriam Bds International C
Candriam Bds International D
Candriam Bds Sust. Eur Gov C
Candriam Bds Sust. Eur Gov D
Candriam Bds USD C
Candriam Bds USD D
Candriam Bds USD Gov C
Candriam Bds USD Gov D
Candriam Bds World Gov Plus C
Candriam Bds World Gov Plus D
Candriam Business Eq Eurpe D
Candriam Eq B Belgium C
Candriam Eq B Belgium C
Candriam Eq B Belgium D
Candriam Eq B BRIC C Part (C)
Candriam Eq B BRIC C Part (L)
Candriam Eq B BRIC D
Candriam Eq B China C Part (C)
Candriam Eq B China C Part (L)
Candriam Eq B China D
Candriam Eq B Emerging Eurpe C
JUR. DEV. DATE VALEUR
EA EUR
EA USD
EA USD
EA USD
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA USD
EA USD
EA USD
EA USD
EA EUR
EA EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
27/02
27/02
27/02
28/02
28/02
28/02
28/02
84.75
80.60
2 399.57
1 022.32
1 151.57
3 484.69
1 574.99
278.44
2 287.33
1 169.09
998.07
314.29
1 084.08
190.94
8 159.94
4 680.00
2 094.35
1 412.20
1 001.23
238.81
933.70
268.27
946.24
282.83
3 340.54
1 533.34
143.46
40.13
89.91
781.07
775.24
263.34
29.88
29.68
23.34
1 213.66
1 206.35
916.42
604.40
Candriam Eq B Emerging Eurpe C
Candriam Eq B Emerging Eurpe D
Candriam Eq B Eur Sm&Mid Caps C
Candriam Eq B Eur Sm&Mid Caps D
Candriam Eq B Eurpe Conviction C
Candriam Eq B Eurpe Conviction C
Candriam Eq B Eurpe Conviction D
Candriam Eq B Gb Energy C
Candriam Eq B Gb Energy C
Candriam Eq B Gb Energy D
Candriam Eq B Gb Finance C
Candriam Eq B Gb Finance C
Candriam Eq B Gb Finance D
Candriam Eq B Gb Health Care C
Candriam Eq B Gb Health Care C
Candriam Eq B Gb Health Care D
Candriam Eq B Gb Industrials C
Candriam Eq B Gb Industrials C
Candriam Eq B Gb Industrials D
Candriam Eq B Gb Property Funds C
Candriam Eq B Gb Property Funds C
Candriam Eq B Gb Property Funds D
Candriam Eq B Gb Telecom C
Candriam Eq B Gb Telecom C
Candriam Eq B Gb Telecom D
Candriam Eq B Leading Brands C
Candriam Eq B Leading Brands C
Candriam Eq B Leading Brands D
Candriam Eq B Rob&Inno Tech C
Candriam Eq B Rob&Inno Tech C
Candriam Eq B Rob&Inno Tech D
Candriam Eq L Asia C
Candriam Eq L Asia D
Candriam Eq L Australia C
Candriam Eq L Australia D
Candriam Eq L Biotechnology C
Candriam Eq L Biotechnology D
Candriam Eq L Emerging Markets C
Candriam Eq L Emerging Markets D
Candriam Eq L Eur 50 C
Candriam Eq L Eur 50 D
Candriam Eq L Eurpe C
Candriam Eq L Eurpe D
Candriam Eq L Eurpe Innovation C
Candriam Eq L Eurpe Innovation D
Candriam Eq L Germany C
Candriam Eq L Germany D
Candriam Eq L Japan C
Candriam Eq L Japan D
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE USD
BE USD
BE USD
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE USD
BE USD
BE USD
EA USD
EA USD
EA AUD
EA AUD
EA USD
EA USD
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA JPY
EA JPY
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
24/02
24/02
24/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
601.37
463.20
710.70
510.41
288.23
289.65
219.86
931.52
936.64
549.10
568.89
572.96
426.73
3 058.14
3 079.58
2 330.49
1 113.91
1 122.67
885.30
1 259.10
1 266.91
817.09
235.91
237.40
155.31
1 165.13
1 157.12
867.27
207.18
205.72
187.95
20.68
16.52
1 110.03
633.30
501.40
480.53
761.59
574.67
562.39
334.46
976.82
571.20
1 850.69
196.32
452.73
294.51
20 945.00
17 825.00
Candriam Eq L Sust. World C
Candriam Eq L Sust. World D
Candriam Eq L Switzerland C
Candriam Eq L Switzerland D
Candriam Eq L United Kingdom C
Candriam Eq L United Kingdom D
Candriam Quant Eq USA C
Candriam Quant Eq USA D
Candriam Sust. Eur Bds C
Candriam Sust. Eur Bds D
Candriam Sust. Eur Corporate Bds C
Candriam Sust. Eur Corporate Bds C
Candriam Sust. Eur Corporate Bds D
Candriam Sust. Eur Short Term Bds C
Candriam Sust. Eur Short Term Bds D
Candriam Sust. Eurpe C
Candriam Sust. Eurpe D
Candriam Sust. High C
Candriam Sust. High D
Candriam Sust. Low C
Candriam Sust. Low D
Candriam Sust. Medium C
Candriam Sust. Medium D
Candriam Sust. North America C
Candriam Sust. North America D
Candriam Sust. Pacific C
Candriam Sust. Pacific D
Candriam Sust. World Bds C
Candriam Sust. World Bds D
Candriam Sust. World C
Candriam Sust. World D
Candriam Total Return II Bond C
Candriam Total Return II Bond D
DMM Eurpean Eq C Part (C)
DMM Eurpean Eq C Part (L)
DMM Eurpean Eq D
Belfius Fullinvest High C
Belfius Fullinvest High C
Belfius Fullinvest High D
Belfius Fullinvest Low C
EA EUR
EA EUR
EA CHF
EA CHF
EA GBP
EA GBP
EA USD
EA USD
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE USD
BE USD
BE JPY
BE JPY
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE
BE
BE
BE
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
27/02
24/02
24/02
23/02
23/02
23/02
23/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
27/02
27/02
27/02
24/02
24/02
24/02
24/02
24/02
24/02
24/02
322.02
254.72
830.74
668.97
364.80
219.09
2 757.16
2 371.54
362.95
268.55
465.62
466.73
312.72
255.45
149.67
24.54
19.05
403.13
318.48
4.63
3.74
6.94
5.74
45.00
40.40
3 399.00
2 794.00
3 316.01
2 398.89
29.82
26.12
126.33
105.78
260.85
3 070.48
214.58
790.51
786.17
325.59
823.31
Belfius Fullinvest Low C
Belfius Fullinvest Low D
Belfius Fullinvest Medium C
Belfius Fullinvest Medium C
Belfius Fullinvest Medium D
Belfius Plan Bds C
Belfius Plan Eq C
Belfius Plan High C
Belfius Plan Low C
Belfius Plan Medium C
Belfius Ptf Cash Strategy C
Belfius Sel Ptf Europe Yield
Belfius Sel Ptf World Balanced 40 C
Belfius Sel Ptf World Balanced 40 D
Belfius Sel Ptf World Balanced 60 C
Belfius Sel Ptf World Balanced 60 D
Belfius Sel Ptf World Bonds C
Belfius Sel Ptf World Bonds D
Belfius Sel Ptf World Growth C
Belfius Sel Ptf World Growth D
Belfius Sel Ptf World Yield C
Belfius Sel Ptf World Yield D
Atlas Real Estate EMU
Degroof Asymmetric Diversified A
DPAM Bds L Corporate EUR 2017 A
DPAM Bds L Corporate EUR 2019 A
DPAM Bds L Corporate EUR B
DPAM Bds L EUR 2017 B
DPAM Bds L EUR 2019 A
DPAM Bds L EUR 2021 F
DPAM Bds L EUR Selection A
DPAM BONDS L EMU QUANTS Classe
B
DPAM Cap.B Bonds Euro Med.T
DPAM Cap.B Eq. Belgium B
DPAM Cap.B Eq. EMU Behav.Val B
DPAM Cap.B Eq. EMU Index B
DPAM Cap.B Eq. Europe Index B
DPAM Cap.B Eq. Japan Index B
DPAM Cap.B Eq. US Behav.Val B
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
24/02 819.64
24/02 306.39
24/02 791.85
24/02 795.56
24/02 309.61
24/02 369.74
24/02 352.43
24/02 356.33
24/02 434.26
24/02 402.14
24/02 1 489.00
24/02
15.44
24/02
14.94
24/02
10.08
24/02
13.73
24/02
9.73
24/02
16.18
24/02
10.18
24/02
6.26
24/02
9.96
27/02
15.72
24/02
10.25
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
66.34
112.42
114.07
101.88
184.58
213.92
106.24
177.00
143.84
EUR 01/03
276.11
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
445.75
377.13
96.26
105.16
96.01
111.80
114.08
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
DPAM Cap.B Eq. US Div B
DPAM Cap.B Eq. US Index B
DPAM Cap.B Eq.Wld ex J.E.U. B
DPAM Eq L Emerging MSCI Index B
DPAM Eq L EMU Dividend B
DPAM Eq L Europe Behavioral Val B
DPAM Glb Strategy L High A
DPAM Glb Strategy L High B
DPAM Glb Strategy L Low B
DPAM Glb Strategy L Lw A
DPAM Glb Strategy L Med Lw B
DPAM Glb Strategy L Med Lw F
DPAM Glb Strategy L Medium B
DPAM Glb Strategy L Medium B
DPAM GSt L Conservative Bal Sust B
DPAM Inv.B Bds Eur IG B
DPAM Inv.B Bds Eur ShTerm 1Y B
DPAM Inv.B Bonds Eur B
DPAM Inv.B Eq. Agrivalue B
DPAM Inv.B Eq. Belgium B
DPAM Inv.B Eq. Eur. Sm Caps B
DPAM Inv.B Eq. Europe B
DPAM Inv.B Eq. US Div B
DPAM Inv.B Eq. US Div B USD
DPAM Inv.B Eq. Wld Dividend B
DPAM Inv.B Eq. World Div B USD
DPAM Inv.B Eq. World Sustain B
DPAM Inv.B Equities Euroland B
DPAM Inv.B Equities World B
DPAM Inv.B Europe Dividend B
DPAM Inv.B Europe Sustain. B
DPAM Inv.B Real Estate EurDiv. B
DPAM Inv.B RealEstatEuropB
DPAM L Bds Em Mkt Sust B
DPAM L Bds EUR Corp HY B
DPAM L Bds EUR Gov 1-5 B
DPAM L Bds EUR Hgh Yld ST B
DPAM L Bds EUR Quality B
DPAM L Bds Gov Sust B
DPAM L Bds Higher Yield B
DPAM L Bds Univ Uncons B
DPAM L Eq. Opportunity B
DPAM L Glb Target Inc B
DPAM L Liquidity EUR&FRN B
DPAM L Patrimonial B
DPAM L Patrimonial Dyn Fd B
DPAM Money Mkt L Monetary EUR B
DPAM RDT-DBI Eq. EMU Div A
PAM L Balanced Medium Risk B
Select Eq Emerging Multi Mgmt - E
Select Eq Japan Multi Manag
Select Global TPF Flexible
BL American Sm Cies A-DIST-USD
BL American Sm Cies B
BL American Sm Cies B EUR Hdg
BL American Sm Cies BM
BL American Sm Cies BM EUR Hdg
BL American Sm Ciess AM
BL Bond Dollar A
BL Bond Dollar B
BL Bond Emerging Markets Dollar B
BL Bond Emerging Markets Euro A
BL Bond Emerging Markets Euro B
BL Bond Euro A
BL Bond Euro B
BL Emerging Markets A
BL Emerging Markets AM
BL Emerging Markets AR
BL Emerging Markets B
BL Emerging Markets BC
BL Emerging Markets BCM
BL Emerging Markets BM
BL Emerging Markets BR
BL Equities America A
BL Equities America AM
BL Equities America AR
BL Equities America B
BL Equities America B EUR Hdg
BL Equities America BM
BL Equities America BM EUR Hdg
BL Equities America BR
BL Equities Asia A
BL Equities Asia AM
BL Equities Asia AR
BL Equities Asia B
BL Equities Asia BC
BL Equities Asia BCM
BL Equities Asia BM
BL Equities Asia BR
BL Equities Div B CHF Hdg
BL Equities Div B USD Hdg
BL Equities Div BR CHF Hdg
BL Equities Dividend A
BL Equities Dividend AM
BL Equities Dividend AR
BL Equities Dividend B
BL Equities Dividend BM
BL Equities Dividend BM CHF Hdg
BL Equities Dividend BM USD Hdg
BL Equities Dividend BR
BL Equities Europe A
BL Equities Europe AM
BL Equities Europe AR
BL Equities Europe B
BL Equities Europe B CHF Hdg
TABLEAU EXPLICATIF
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
EUR
BE USD
LU USD
LU EUR
BE USD
BE EUR
BE USD
EA USD
EA USD
LU USD
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
EA USD
BE USD
BE EUR
EA EUR
EA USD
BE USD
EA USD
EA USD
EA EUR
BE USD
BE EUR
EA USD
EA USD
BE USD
EA USD
EA USD
EA EUR
BE EUR
BE USD
EA USD
LU CHF
EA USD
LU CHF
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
BE CHF
BE USD
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
LU CHF
28/02 273.54
28/02 115.90
28/02 135.23
22/02 127.75
28/02 105.74
28/02
44.31
27/02
50.15
27/02
94.82
27/02
85.62
27/02
33.05
27/02
65.37
27/02
65.51
27/02 112.00
27/02
50.37
27/02 130.83
28/02
67.41
28/02 238.14
28/02
79.75
28/02 143.09
28/02 149.94
28/02 207.86
28/02 128.23
28/02 122.84
28/02 130.36
28/02 192.18
28/02 205.45
28/02 165.86
28/02 165.54
28/02 123.15
28/02 236.58
28/02 230.74
28/02 175.11
28/02 422.19
28/02 123.17
28/02 129.71
28/02 100.91
28/02 135.39
28/02 557.91
28/02 1 308.17
28/02 254.39
28/02 158.66
28/02 10 927.05
27/02 110.14
28/02 342.31
28/02 119.44
28/02 111.23
28/02 491.82
28/02
60.34
28/02 847.66
01/03
81.80
01/03 159.76
28/02 119.65
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
108.93
116.84
114.88
116.90
115.09
108.93
282.42
1 239.36
103.92
103.02
114.36
231.86
1 113.30
135.31
138.45
115.54
169.74
95.70
95.78
169.88
138.29
173.99
175.75
130.04
6 241.71
110.00
6 247.08
110.23
135.32
95.73
96.41
93.23
98.05
126.35
126.42
98.12
98.29
105.09
143.53
104.81
127.44
130.58
137.64
167.35
167.50
105.26
143.62
155.87
171.24
174.00
127.11
6 411.43
104.15
BL Equities Europe B USD Hdg
BL Equities Europe BM
BL Equities Europe BM CHF Hdg
BL Equities Europe BM USD Hdg
BL Equities Europe BR
BL Equities Europe BR CHF Hdg
BL Equities Horizon A EUR
BL Equities Horizon AM
BL Equities Horizon AR
BL Equities Horizon B
BL Equities Horizon BM
BL Equities Horizon BR
BL Equities Jap B CHF Hdg
BL Equities Jap B EUR Hdg
BL Equities Jap B USD Hdg
BL Equities Jap BR CHF Hdg
BL Equities Japan A
BL Equities Japan AM
BL Equities Japan AR
BL Equities Japan B
BL Equities Japan BM
BL Equities Japan BM CHF Hdg
BL Equities Japan BM EUR Hdg
BL Equities Japan BM USD Hdg
BL Equities Japan BR
BL European Family Bus A
BL European Family Bus AM
BL European Family Bus B
BL European Family Bus BM
BL European Family Bus BM USD Hdg
BL European Sm Cies A
BL European Sm Cies AM
BL European Sm Cies B
BL European Sm Cies B USD Hdg
BL European Sm Cies BM
BL European Sm Cies BM USD Hdg
BL Fund Selection 0-50-B
BL Fund Selection 50-100 B
BL Fund Selection Alt.Strat.B
BL Fund Selection Eq. B
BL Global 30 A
BL Global 30 AM
BL Global 30 AR
BL Global 30 B
BL Global 30 BM
BL Global 30 BR
BL Global 50 A
BL Global 50 AM
BL Global 50 AR
BL Global 50 B
BL Global 50 BM
BL Global 50 BR
BL Global 75 A
BL Global 75 AM
BL Global 75 AR
BL Global 75 B
BL Global 75 B Hdg
BL Global 75 BM
BL Global 75 BM CHF Hdg
BL Global 75 BR
BL Global 75 BR Hdg
BL Global Bond A
BL Global Bond B
BL Global Equities A
BL Global Equities AM
BL Global Equities AR
BL Global Equities B
BL Global Equities BM
BL Global Equities BR
BL Global Flexible EUR A
BL Global Flexible EUR AM
BL Global Flexible EUR AR
BL Global Flexible EUR B
BL Global Flexible EUR B Hdg
BL Global Flexible EUR BM
BL Global Flexible EUR BM CHF Hdg
BL Global Flexible EUR BR
BL Global Flexible EUR BR Hdg
BL Global Flexible USD A
BL Global Flexible USD AM
BL Global Flexible USD AR
BL Global Flexible USD B
BL Global Flexible USD BM
BL Global Flexible USD BR
BL Optinvest (Euro) B
BL Short Term Dollar A
BL Short Term Dollar B
BL Short Term Euro A
BL Short Term Euro B
Triodos Sustainable Bond Fund C
Triodos Sustainable Bond Fund D
Triodos Sustainable Equity Fund C
Triodos Sustainable Equity Fund D
Triodos Sustainable Mixed Fund C
Triodos Sustainable Mixed Fund D
Triodos Sustainable Pioneer Fund C
Triodos Sustainable Pioneer Fund D
LU USD
BE EUR
BE CHF
BE USD
EA EUR
LU CHF
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
LU CHF
EA EUR
EA USD
LU CHF
EA JPY
BE JPY
EA JPY
EA JPY
BE JPY
BE CHF
BE EUR
BE USD
EA JPY
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE USD
EA EUR
BE EUR
EA EUR
LU USD
BE EUR
BE USD
EA EUR
EA EUR
EA EUR
LU EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
LU CHF
BE EUR
BE CHF
EA EUR
LU CHF
EA EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
BE EUR
EA EUR
EA EUR
LU CHF
BE EUR
BE CHF
EA EUR
LU CHF
EA USD
BE USD
EA USD
EA USD
BE USD
EA USD
EA EUR
EA USD
EA USD
EA EUR
EA EUR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
28/02
28/02
28/02
28/02
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
02/03
02/03
02/03
02/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
95.04
6 416.96
104.40
95.05
131.67
103.51
137.72
140.45
134.59
1 054.76
1 055.68
140.78
108.61
184.87
150.26
107.94
19 599.00
19 846.00
12 531.00
17 205.00
17 221.00
108.73
185.19
150.40
12 628.00
109.83
109.91
109.83
109.94
110.71
145.29
146.80
149.58
96.83
149.71
96.86
127.48
178.35
101.48
192.51
676.19
679.18
111.83
1 424.46
1 425.61
114.32
926.89
934.29
117.65
1 740.50
1 742.02
122.69
1 488.48
1 507.81
126.94
2 396.45
102.96
2 398.51
102.60
130.05
102.33
293.79
697.16
165.25
167.58
135.88
815.39
816.07
149.83
117.73
119.73
123.96
159.19
104.66
159.33
104.91
154.41
104.03
109.81
111.27
109.86
117.17
117.27
111.20
124.83
234.33
536.55
233.12
570.98
35.09
30.86
37.31
38.69
36.71
36.21
36.40
26.98
C+F Balanced Dynamic C Cap
C+F Balanced Dynamic C Dis
C+F Belgian Growth C Cap
C+F Belgian Growth C Dis
C+F Div Cur (EX Euro) C Cap
C+F Div Cur (EX Euro) C Dis
C+F Euro Bonds C cap
C+F Euro Bonds C dis
C+F Euro Cash C Cap
C+F Euro Cash C Dis
C+F Euro Equities C Cap
C+F Euro Equities C Dis
C+F Euro Equities D Cap
C+F Euro Equities D Dis
C+F Gbl opportunities C Cap
C+F Gbl opportunities C Dis
C+F Immo Rente C Cap
C+F Immo Rente C Dis
C+F Optimum C Cap
C+F Optimum C Dis
C+F Vega Equity C Cap
UI Global Flexible - A Cap
UI Global Flexible - A Dis
UI Global Flexible - B Cap
UI Global Flexible - C Cap
UI Global Flexible - D Cap
UI Global Flexible - D Dis
UI High A Cap
UI High A Dis
UI High B Cap
UI High C Cap
UI High D Cap
UI High D Dis
UI Low A Cap
UI Low A Dis
UI Low B Cap
UI Low C Cap
UI Low C Dis
UI Low D Cap
UI Low D Dis
UI Medium A Cap
UI Medium A Dis
UI Medium B Dis
UI Medium C Cap
UI Medium D Cap
UI Medium D Dis
UI Quality Growth B Cap
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
6 142.36
6 102.27
245.97
219.65
101.49
100.36
424.13
305.11
489.47
425.71
495.00
167.55
453.08
160.68
207.74
179.21
249.60
146.45
7 043.51
5 821.56
188.87
212.18
193.80
214.96
218.62
193.13
176.44
149.45
139.71
150.57
153.63
143.12
133.96
140.08
112.48
141.82
144.36
126.69
138.06
122.42
167.30
138.73
162.79
172.12
163.30
146.87
285.64
American Equities - C
Asian Equities at Work C
Cash + at Work - C
Contrarian Equities - C
Corp.Bonds at Work - C
Equities at Work - C
European Equities - C
Fixed Income at Work - C
Foyer Umbrella- Cash Govies at Work
Foyer Umbrella- Patrimonium at
Work
High Yield at Work - C
Inflation at Work - C
EA USD
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
01/03
02/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
339.98
205.15
156.23
606.50
285.32
165.95
587.07
146.29
129.73
EA EUR 01/03
247.55
EA EUR 01/03
EA EUR 01/03
160.06
192.86
Lazard Financials Debt
Norden
Objectif Alpha Euro A
Objectif Alpha Euro C
Objectif Alpha Euro R
Objectif Alpha Europe A
Objectif Alpha Europe R
Objectif Patrimoine Croissance
Objectif Small Caps Euro Action A
Objectif Small Caps Euro Action R
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02 1 124.13
28/02 192.67
28/02 421.36
28/02 333.04
28/02 391.19
28/02 541.14
28/02 313.72
28/02 349.11
28/02 788.70
28/02 1 511.95
Richelieu Bond 2020 Cap A
Richelieu Bond 2020 Dis A
EA EUR 28/02
EA EUR 28/02
553.66
511.04
Richelieu Bond Dollar Cap A
Richelieu Bond Dollar Dis A
Richelieu Bond Euro Cap A
Richelieu Bond Euro Dis A
Richelieu Bond Euro Prime Cap A
Richelieu Bond Euro Prime Dis A
Richelieu Bond International Cap A
Richelieu Bond International Dis A
Richelieu Eq Mid Cap Euro Cap A
Richelieu Eq Mid Cap Euro Dis A
Richelieu Equity Belgium Cap A
Richelieu Equity Belgium Dis A
Richelieu Fd Flagship Cap
Richelieu Fd Flagship Dis
Richelieu Fd Strat Balanc. Cap A
Richelieu Fd Strat Balanc. Dis A
Richelieu Fd Strat Def Cap A
Richelieu Fd Strat Def Dis A
Richelieu Fd Strat Dyn Cap A
Richelieu Fd Strat Dyn Dis A
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
USD
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
27/02
27/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
724.58
314.43
164.18
128.80
72.82
34.58
629.80
531.33
33.75
33.75
278.41
274.10
602.45
539.66
1 090.57
1 076.16
1 067.37
1 056.16
1 135.86
1 118.06
R - Alizes Fund C EUR
R - Alizes Fund D EUR
R - Club Fund C EUR
R - Club Fund D EUR
R - Conviction Euro Fund C EUR
R - Conviction Europe Fund C EUR
R - Credit Horizon 1-3 Fund D EUR
R - Credit Horizon 12 M Fund D EUR
R - Euro Credit Fund C EUR
R - Euro Credit Fund D EUR
R Alizés C EUR
R Alizés F EUR
R Allocation Modérée C
R Allocation Modérée D
R Club C EUR
R Club D EUR
R Club F EUR
R Conviction Convertibles Eur
R Conviction Euro C EUR
R Conviction Euro F EUR
R Conviction Europe C EUR
R Conviction USA C
R Conviction USA H
R Credit Horizon 1-3 C EUR
R Credit Horizon 1-3 D EUR
R Credit Horizon 1-3 I EUR
R Credit Horizon 12M C EUR
R Credit Horizon 12M D EUR
R Euro Aggregate C
R Euro Credit C EUR
R Euro Credit D EUR
R Euro Credit F EUR
R Euro Credit IC EUR
R Midcap Euro C EUR
R Midcap Euro I EUR
R Target Nagelmackers D
R Target Nagelmackers ID
R Valor C EUR
R Valor D EUR
R Valor F EUR
R Valor P EUR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
FR
FR
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02 1 030.27
28/02 1 006.18
28/02 1 120.99
28/02 1 013.70
28/02 1 068.91
28/02 1 028.24
28/02 1 016.54
28/02 1 000.61
28/02 1 047.51
28/02 1 044.72
28/02 133.29
28/02 131.05
28/02
43.56
28/02
24.93
28/02 154.32
28/02 118.22
28/02 150.46
28/02 279.77
28/02 173.80
28/02 168.35
28/02
47.02
28/02 286.83
28/02 136.40
28/02
16.04
28/02
11.77
28/02108 815.85
28/02 132.51
28/02
99.52
28/02 111.60
28/02 437.44
28/02 295.91
28/02 147.34
28/02 1 358.55
28/02 269.36
28/02152 197.44
28/02 102.71
28/02 1 027.69
28/02 2 025.67
28/02 1 729.95
28/02 1 833.28
28/02 1 383.87
R Opal Biens Réels C
R Opal Biens Réels F
R Opal Europe Special
EA EUR 28/02 1 836.57
EA EUR 28/02
99.69
EA EUR 28/02
75.30
SSgA Emerging Mkts Select Eq P
SSgA EMU Eq Fd P C
SSgA EMU Eq Fd P D
SSgA EUR Liquidity I Acc
SSgA EUR Liquidity I Stable NAV
SSgA EUR Liquidity I Stable NAV
SSgA EUR Liquidity S
SSgA EUR Liquidity Z Acc
SSgA EUR Liquidity Z Stable NAV
SSgA Euro Corp Bnd Index Fd P D
SSgA Euro Corp ex-Fin Bd Index Fd I
SSgA Euro Corp ex-Fin Bd Index Fd P
SSgA GBP Liquidity Fd S
SSgA GBP Liquidity Fd S2
SSgA GBP Liquidity Fd S3
SSgA GBP Liquidity I Acc
SSgA GBP Liquidity I Stable NAV
SSgA GBP Liquidity Premier Stble GBP
SSgA GBP Liquidity Select Stble GBP
SSgA GBP Liquidity Select Stble USD
SSgA Global Managed Vol Eqty Fd A
SSgA USD Liquidity I Acc
SSgA USD Liquidity I Stable NAV
SSgA USD Liquidity S
EA
FR
FR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
JUR. forme juridique / BE fonds belge / EA fond étranger agréé / NA non agréé / DATE date de clôture du calcul en cours / VALEUR valeur net d’inventaire ou de rachat lorsque spécifié
01/03
01/03
01/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
01/03
01/03
01/03
02/03
02/03
01/03
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
01/03
02/03
02/03
02/03
10.45
10.03
10.42
10.85
1.00
1.00
1.00
10.90
1.00
9.85
11.08
11.06
1.00
1.00
1.00
11.26
1.00
1.00
1.00
1.00
11.31
10.70
1.00
1.00
SSgA USD Liquidity S2
SSgA USD Liquidity S3
State Street Australia Ind Eq Fd P
State Street Canada Ind Eq Fd P
State Street Emerging Asia Eq Fd I
State Street EMU Index Eq Fd P
State Street Europe Enhanced Eq Fd I
State Street Europe Eq Fd I
State Street Europe Index Eq Fd P
State Street Europe Sm Cap Eq Fd P
State Street Europe Val Spotlight Fd A
State Street Gb Emg Mkts Idx Eq Fd P
State Street Japan Index Eq Fd I
State Street Japan Index Eq Fd I EUR
State Street Japan Index Eq Fd P
State Street Multi-Factor Gb Eq I
State Street North Am Enh. Eq Fd I
State Street Pacific ex Jap Indx Eq
State Street Switzerland Index Eq
State Street UK Index Eq Fd P
State Street US Index Eq Fd P
State Street World Index Eq Fd P
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
02/03
02/03
01/03
01/03
24/02
01/03
01/03
13/02
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
01/03
1.00
1.00
11.97
11.98
10.07
11.44
11.30
9.74
11.14
10.31
10.91
12.09
10.78
12.11
10.72
11.35
11.72
12.49
10.52
12.66
12.51
11.88
TreeTop Conv.Internat.A
TreeTop Conv.Internat.B
TreeTop Conv.Internat.C
TreeTop Conv.Internat.D
TreeTop Glob Opp. A
TreeTop Glob Opp. B
TreeTop Glob Opp. C
TreeTop Sequoia Equity A
TreeTop Sequoia Equity B
EA EUR
EA USD
EA GBP
EA EUR
EA EUR
EA USD
EA GBP
EA EUR
EA USD
20/02
20/02
20/02
20/02
02/03
02/03
02/03
02/03
02/03
293.10
383.09
125.78
263.51
149.17
148.38
218.39
149.53
155.98
Belfius Pension Fnd Bal Plus
Belfius Pension Fnd High Eq
Belfius Pension Fnd Low Eq
Fortis B Pension Fnd Bal
Fortis B Pension Fnd Grth
Fortis B Pension Fnd Stab
Metropolitan Rentastro Bal
Metropolitan Rentastro Grth
Metropolitan Rentastro Stab
Star Fund
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
28/02
01/03
99.64
131.53
113.33
183.99
154.02
149.09
104.66
237.78
102.27
181.03
Belfius Life Bd Corp Euro
Belfius Life Bd LgTerm Euro
Belfius Life Bd ShTerm Euro
Belfius Life Eq Daily Cons Idx
Belfius Life Eq Europe Idx
Belfius Life Eq Fin&Util Idx
Belfius Life Eq Future Idx
Belfius Life Eq USA Index
DVV Horizon 1-C
DVV Horizon 3-C
DVV Horizon 5-C
DVV Horizon 7-C
DVV Horizon 9-C
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
28/02
28/02
28/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
43.47
63.28
34.34
61.49
31.80
19.03
19.73
37.23
11.38
14.40
13.75
12.23
12.98
KBC Life Cash
KBC Life Defensive
KBC Life Dynamic
KBC Life European Bonds
KBC Life European Equities
KBC Life Neutral
KBC Life Top 5 Sectors
KBC Life World Equities
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
27/02
321.58
391.58
392.52
476.59
253.32
401.64
354.71
250.08
Contact pour insertion Henry Visart
Tél: (0021.2) 211.29.59 / Fax: (0021.2) 211.29.97
SICAV
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
31
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Euronext Cours du 02.03.17
PAYS MARCHÉ CLÔTURE
EURO
TITRE
4ENERGY INV (D)
AB INBEV
ABLYNX (D)
ABO GROUP
ACCENTIS
ACKERMANS V.HAAREN
AEDIFICA SIR
AGEAS
AGFA-GEVAERT
AHOLD DELHAIZE
KONINKLIJKE
ALCATEL-LUCENT
ANTARES CERT
APERAM
ARCELORMITTAL
ARGEN-X
ASCENCIO (D)
ATENOR GROUP (D)
AUDERGHEM CERT
BANIMMO A (D)
BARCO
BASILIX CERT
BEAULIEU-AV. CERT
BEFIMMO SIR
BEKAERT (D)
BELRECA
BELUGA
BIOCARTIS
BONE THERAPEUTICS
BPOST - PROMESSES
BQUE NAT. BELGIQUE
BREDERODE
CAMPINE
CARE PROPERTY INVEST
CELYAD
CFE (D)
CIE BOIS SAUVAGE
CO.BR.HA (D)
COFINIMMO PRIV1
COFINIMMO PRIV2
COFINIMMO SIR
COLRUYT (D)
CONNECT GROUP
D IETEREN (D)
DE ROUCK GEO (D)
DECEUNINCK
DELTA LLOYD
DEXIA
DIEGEM KENNEDYCERT
DISTRI-LAND CERT
ECKERT-ZIEGLER BG
ECONOCOM GROUP
ELIA
EMAKINA GROUP (D)
EMD MUSIC (D)
ENGIE
EURONAV
EURONEXT
EVADIX
EVS BROADC.EQUIPM.
EXMAR
FAGRON
FLEXOS (D)
FLORIDIENNE
FLUXYS CAT.D
FOUNTAIN
FOYER
FRED & GINGER (D)
GALAPAGOS
GBL
GENK LOGIST. CERT
GENTICEL
GIMV
GLOBAL GRAPHICS
GREENYARD
HAMON
HOME INV BEL SIR
IBA (D)
ICE CONCEPT (D)
IMMO MOURY SIR
IMMOBEL
IMMOPOOL
ING GROEP
INTERVEST SIR
JENSEN-GROUP
KBC
KBC ANCORA
KEYWARE TECH. (D)
KINEPOLIS GROUP
KORTRIJK SHOP.CERT
LEASINVEST SIR
LOTUS BAKERIES
LOUVAIN NEUVE 1976
LUX-AIRPORT CERT
MDXHEALTH
MEDIVISION
MELEXIS (D)
MIKO
MONTEA C.V.A. SIR
MOPOLI
MOPOLI FOND
MOURY CONSTRUCT
NEUFCOUR-FIN.
NEWTREE (D)
NYRSTAR (D)
OIM
ONTEX GROUP
OPTION (D)
ORANGE BELGIUM
OTC (D)
PAIRI DAIZA
PAYTON PLANAR
PCB
PEUGEOT
PHARCO (D)
PICANOL
PNS
PROXIMUS
QRF SIR
QUESTFOR GR-PRICAF
REALCO
REALDOLMEN (D)
RECTICEL
REIBEL
RENTABILIWEB (D)
RESILUX
RETAIL EST. SIR
RHJ INTERNATIONAL
ROSIER
ROULARTA
RTL GROUP
SABCA (D)
SAINT GOBAIN
SAPEC
SCHEERD.V KERCHOVE
SIOEN
SIPEF (D)
SMARTPHOTO GROUP
SOFINA
SOFTIMAT
SOLVAC NOM(RETAIL)
SOLVAY
SPADEL
32
COURS
DIFF.
EN %
COURS
OUVERT
MAX.
VOLUME
MAX.
MIN.
C
C
C
C
DF
C
C
C
C
3.24
101.30
11.90
2.29
0.04
136.35
71.84
36.53
3.94
3.24
103.90
11.84
2.40
0.04
136.60
72.09
36.61
3.95
+0.00
-2.50
+0.59
-4.58
+0.00
-0.18
-0.35
-0.22
-0.30
3.24
101.00
11.88
2.29
0.04
136.00
72.19
36.67
3.94
3.24
103.40
11.97
2.29
0.04
137.50
72.19
36.80
3.98
3.24
12
100.30 3144076
11.70 227966
2.29
44
0.04
82350
135.55
39379
71.16
13971
36.44 566761
3.90 129969
3.45
119.60
14.69
3.00
0.04
137.00
78.80
40.47
4.42
0.10
92.13
8.21
1.66
0.03
100.15
58.89
28.55
2.56
NL
C
20.31
20.76
-2.17
20.76
20.76
20.25 5459818
22.20
17.89
FR
BE
NL
NL
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
NL
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
NL
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
NL
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
C
SF
C
C
C
DF
C
SF
C
C
SF
SF
C
C
DF
DF
C
C
C
C
C
DF
C
C
C
C
SF
DF
DF
C
C
C
C
SF
C
C
C
SF
SF
C
C
C
SF
SF
C
C
C
SF
C
C
C
SF
DF
DF
DF
C
SF
C
C
SF
C
C
C
C
C
C
C
SF
DF
C
SF
C
C
C
C
C
C
C
SF
C
C
SF
SF
C
DF
C
DF
C
DF
DF
DF
DF
SF
C
C
C
C
C
SF
DF
DF
DF
C
SF
DF
SF
C
C
C
SF
C
C
SF
C
C
C
C
DF
C
C
DF
C
DF
DF
C
C
C
C
C
C
C
DF
3.50
69.99
48.69
8.56
16.00
60.00
48.92
12.18
4.00
85.40
27.17
131.62
51.99
46.34
97.51
1.30
10.77
6.90
23.36
2 903.00
44.89
13.70
20.11
20.82
110.35
327.75
2 968.99
95.00
86.40
105.55
44.86
0.97
42.99
0.19
2.45
5.36
11.13
126.98
225.02
8.98
14.39
49.00
14.25
1.69
12.61
7.74
41.35
0.21
35.65
7.37
10.22
4.35
127.00
26.82
1.70
75.50
23.75
68.68
81.67
145.90
2.16
51.36
3.72
16.43
4.00
96.00
43.88
0.60
55.37
55.60
0.04
13.49
23.90
38.20
59.38
40.87
1.36
48.23
25.00
105.45
2 350.60
51.00
170.00
5.47
0.01
81.98
112.00
46.30
290.50
8 488.99
145.01
7.11
1.36
6.13
0.06
29.38
0.16
21.47
0.47
72.50
2.63
6.00
18.52
0.33
90.00
3.17
27.91
24.81
7.30
18.30
25.43
7.20
5.25
6.80
188.45
74.00
4.17
165.00
28.57
73.86
28.00
45.59
164.00
800.00
27.19
66.91
1.73
129.05
2.50
118.00
111.10
122.00
3.50
64.00
49.40
8.74
15.75
60.15
48.73
11.51
4.00
86.89
28.60
131.57
52.11
45.60
97.50
1.30
11.30
7.17
23.46
2 902.85
44.70
13.70
20.50
21.59
109.30
328.15
2 969.74
87.50
123.00
105.85
45.15
0.99
43.18
0.17
2.43
5.36
11.27
118.75
222.02
9.00
14.46
48.56
14.00
1.70
11.64
7.83
41.56
0.27
35.87
7.45
10.30
4.34
124.01
26.80
1.70
64.12
23.75
67.51
81.71
145.50
2.15
51.49
3.75
16.45
4.10
95.26
43.58
0.60
55.37
55.97
0.05
13.52
23.89
38.21
59.47
41.20
1.40
47.90
25.00
105.00
2 374.50
51.00
170.00
5.45
0.03
80.29
112.00
46.50
290.00
8 500.00
145.01
7.85
1.01
5.94
0.06
29.64
0.16
21.39
0.47
73.00
2.60
6.05
18.41
0.55
93.60
3.50
27.78
25.00
7.29
17.50
25.80
7.08
4.90
6.85
188.50
73.10
4.27
165.00
28.58
73.90
28.00
46.10
163.50
800.00
27.25
66.99
1.82
129.35
2.31
115.50
111.60
120.00
+0.00
+9.36
-1.43
-2.11
+1.59
-0.25
+0.39
+5.82
+0.00
-1.71
-5.00
+0.04
-0.23
+1.62
+0.01
+0.00
-4.69
-3.83
-0.45
+0.01
+0.43
+0.00
-1.90
-3.57
+0.96
-0.12
-0.03
+8.57
-29.76
-0.28
-0.64
-1.92
-0.44
+11.76
+0.82
-0.02
-1.20
+6.93
+1.35
-0.22
-0.45
+0.90
+1.79
-0.59
+8.24
-1.19
-0.51
-22.22
-0.61
-1.07
-0.78
+0.23
+2.41
+0.07
+0.00
+17.75
+0.00
+1.73
-0.05
+0.27
+0.47
-0.25
-0.80
-0.12
-2.44
+0.78
+0.69
+0.00
+0.00
-0.66
-20.00
-0.18
+0.02
-0.03
-0.15
-0.81
-2.86
+0.70
+0.00
+0.43
-1.01
+0.00
+0.00
+0.31
-66.67
+2.10
+0.00
-0.43
+0.17
-0.13
+0.00
-9.43
+34.65
+3.16
+0.00
-0.88
-0.62
+0.35
+0.00
-0.68
+1.15
-0.83
+0.62
-40.00
-3.85
-9.43
+0.45
-0.78
+0.11
+4.57
-1.40
+1.69
+7.14
-0.72
-0.03
+1.23
-2.36
+0.00
-0.03
-0.05
+0.00
-1.10
+0.31
+0.00
-0.20
-0.12
-4.89
-0.23
+8.23
+2.16
-0.45
+1.67
3.50
69.99
49.60
8.76
15.85
60.25
48.80
12.18
3.99
86.24
27.17
131.62
52.30
45.63
97.51
1.30
11.40
7.18
23.46
2 905.00
44.89
13.70
20.50
21.80
109.40
328.15
2 968.99
95.00
96.00
106.05
45.22
0.99
43.10
0.19
2.43
5.36
11.27
126.98
225.02
9.00
14.50
48.45
14.25
1.69
12.00
7.77
41.69
0.21
35.89
7.44
10.30
4.35
127.00
26.80
1.70
64.03
23.75
65.61
81.71
145.90
2.20
51.49
3.78
16.40
4.10
95.50
43.46
0.60
55.37
55.82
0.04
13.53
23.90
38.49
59.38
41.12
1.40
48.31
25.00
105.10
2 374.95
51.00
170.00
5.41
0.01
80.66
112.00
46.50
290.50
8 488.99
145.01
7.11
1.36
6.10
0.06
29.66
0.16
21.50
0.47
72.50
2.63
6.00
18.39
0.33
93.95
3.17
27.81
25.00
7.25
18.30
25.30
7.08
5.25
6.80
188.25
74.00
4.27
165.00
28.59
73.75
28.00
46.46
164.00
800.00
27.22
66.26
1.82
127.80
2.50
115.65
111.70
122.00
3.50
69.99
49.71
8.84
16.20
60.25
49.10
12.18
4.01
86.45
27.17
131.62
52.30
47.21
97.51
1.30
11.45
7.18
23.48
2 910.00
44.94
13.70
20.90
21.80
110.40
328.15
2 968.99
95.00
96.00
106.05
45.24
0.99
43.44
0.19
2.45
5.37
11.35
126.98
225.02
9.00
14.55
49.00
14.25
1.69
12.63
7.81
41.69
0.21
35.89
7.44
10.36
4.35
127.00
26.82
1.70
75.73
23.75
68.70
81.76
145.90
2.20
51.50
3.78
16.48
4.10
96.19
44.02
0.60
55.37
55.82
0.04
13.59
24.10
38.58
59.82
41.30
1.40
48.31
25.00
107.95
2 375.20
51.00
170.00
5.50
0.01
82.32
112.00
46.50
290.50
8 488.99
145.01
7.11
1.36
6.20
0.06
29.73
0.16
21.50
0.47
72.50
2.63
6.00
18.52
0.33
93.95
3.17
27.93
25.14
7.30
18.30
25.80
7.24
5.25
6.88
188.95
74.41
4.28
165.00
28.59
73.95
28.00
46.49
166.00
800.00
27.25
66.99
1.82
129.75
2.50
118.20
112.25
122.00
3.50 1048645
69.99
763
48.37 329668
8.51 19632628
15.62
28567
59.40
8062
48.73
3441
12.18
40
3.98
29862
84.38
24392
27.17
42
131.62
123
51.34
28492
45.58 282787
97.51
112
1.30
610
10.71 162027
6.90
32346
23.27 276968
2 902.00
80
44.70
3058
13.70
670
20.11
9896
20.50
34823
108.55
33573
324.50
117
2 968.99
2
95.00
9
86.40
23
105.05
36900
44.66 219039
0.97
9825
42.59
36016
0.19
9000
2.40
56355
5.35 2875025
11.13
3408
126.98
208
225.02
40
8.98
32
14.32 174366
48.41
50419
14.25
1071
1.69
10
12.00 21785627
7.71 360720
41.25
85823
0.21
4510
35.42
18885
7.30
14889
10.09 158263
4.35
113
127.00
250
26.70
2041
1.70
2000
64.03
277
23.75
400
65.00 645766
81.23 179806
145.90
211
2.13
42417
51.21
14650
3.72
2858
16.35 138860
4.00
1171
95.50
236
43.45
66861
0.60
750
55.37
1
55.00
2814
0.04
200
13.45 16207027
23.84
12013
38.00
317
58.95 635916
40.30
15815
1.36
6600
47.10
13972
25.00
420
105.10
818
2 350.05
138
51.00
96
170.00
10
5.41 108103
0.01
1000
80.24
45361
112.00
81
45.99
1568
290.50
10
8 488.99
1
145.01
71
7.11
42
1.36
2133
5.97 439992
0.06 246791
29.13 168563
0.16
40100
21.23
40501
0.47
555
72.50
6
2.63
1100
6.00
1108
18.22 2338921
0.33
2275
88.55
6584
3.17
3940
27.57 510780
24.81
1687
7.23
6209
18.30
270
25.13
4695
7.05
62990
5.25
162
6.70
3247
188.25
4866
73.50
6825
4.16
41675
165.00
50
28.37
742
73.23
6921
28.00
50
45.48 1836368
163.00
2317
800.00
10
26.91
9780
66.26
3305
1.71
86297
127.80
9621
2.50
1359
115.60
366
110.70 258465
122.00
87
3.57
70.10
51.43
8.84
16.80
65.00
49.00
12.18
6.30
87.85
29.75
157.80
61.22
46.60
97.51
1.45
12.50
19.49
24.96
3 142.50
44.90
14.25
20.95
53.49
109.30
332.50
2 978.00
127.00
151.00
116.05
54.98
1.06
45.69
2.49
6.45
34.00
128.90
295.00
11.48
14.50
50.74
15.00
1.80
15.21
10.89
43.98
0.27
36.50
8.77
10.59
4.35
137.00
29.00
3.19
23.75
67.90
81.71
160.00
5.73
52.95
3.85
16.49
6.95
104.00
46.40
0.60
57.50
57.69
0.10
14.05
26.00
39.98
62.30
42.40
1.99
49.95
51.67
114.55
2 617.95
190.00
5.69
80.58
112.00
48.42
290.50
9 000.00
149.50
9.24
1.60
9.59
0.26
33.06
0.25
22.44
0.49
74.35
2.60
7.00
19.16
0.88
94.44
4.40
31.21
28.00
12.49
18.30
27.40
7.15
8.00
193.90
81.95
185.99
28.95
83.30
31.35
48.12
179.50
800.00
31.20
67.99
2.03
129.85
2.79
122.95
116.95
125.00
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
PRÉC.
COURS
MIN.
12 MOIS
INFO SUR DIVIDENDE
DIV. DEV.
DATE
1.6000
1.9600
2.1000
1.6500
0.3800
3.04 0.1600
56.00 7.5000
28.77 0.2656
3.46 0.1770
9.23
56.56 0.1920
41.21 1.4600
10.09 76.0000
3.60 0.2700
56.48 1.2775
25.00 23.3100
131.50 15.5400
50.12 2.5500
32.13 0.9000
95.25 2.4400
1.03 0.0400
6.58
6.34
20.59 1.0600
2 701.00135.4100
35.40 0.7000
10.41 1.2500
15.80 0.7200
14.13
75.15 2.4000
239.00 5.4312
2 751.00 16.6700
127.00 6.3700
84.00 6.3700
100.65 3.5400
44.06 1.0000
0.33
34.41 0.9000
2.08 0.0250
2.58 0.0850
10.21 0.6800
102.01 16.2400
215.16 16.7808
0.65
8.00 0.1500
43.13 1.5500
9.25 0.1100
1.69 0.2200
10.77 0.5000
6.21 0.8200
30.14 1.0540
0.10
26.20 0.6000
5.80 0.1000
4.44 1.0000
4.10
91.31 2.0000
25.60 1.2000
0.99 0.8800
- 1.9800
18.50
36.20
69.09 2.7900
136.70 17.4862
1.29
44.51 2.4500
1.92
13.27
3.41 0.1300
93.16 3.7500
34.46 1.3900
0.60
52.00 2.3000
40.10 0.8000
0.02
8.30 0.2040
22.21 1.7100
23.61 0.4000
39.35 1.0000
26.06 1.3600
1.29
34.01 0.7900
20.02624.9700
92.29 4.7000
1 550.00 14.2000
- 32.0000
170.00 6.8200
2.87
- 0.3800
46.02 1.3000
93.51 1.2800
38.45 2.0300
280.00
8 199.99
126.00 4.4000
6.60
0.90 0.0400
0.60 0.1600
0.02 0.1900
24.20 0.4600
0.08
18.45
0.47 0.5100
72.50 2.0000
1.68 0.0700
4.76 0.0500
10.08 1.1000
0.27 2.1200
46.31 0.1000
3.17 0.1000
25.13 0.5000
24.56 1.3200
6.22 2.7300
16.50 0.1000
17.47 0.2900
4.51 0.2000
4.80
- 0.2000
126.00 2.0000
71.00 3.2000
131.40 8.0000
21.16 0.3500
63.50 1.1640
24.10 0.8400
32.15 1.2400
23.00 0.5500
610.00 2.0000
15.00 0.3700
46.10 0.6000
0.67
93.75 2.4520
1.88 0.5000
87.00 2.1000
79.10 1.3200
95.11 1.2400
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
15-11-16
30-05-16
02-11-16
09-05-16
25-04-07
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
05-06-07
31-12-15
18-11-16
08-05-15
01-12-16
25-04-16
12-09-14
28-05-13
10-05-16
27-11-15
29-07-15
15-09-16
12-05-16
29-04-15
28-05-14
08-12-16
19-05-16
25-05-16
28-05-12
21-12-15
24-05-16
02-05-16
01-06-15
22-05-15
22-05-15
13-05-16
02-10-15
31-05-16
18-05-16
19-08-16
22-05-08
28-09-15
18-02-16
30-06-15
30-05-16
02-05-11
01-08-08
12-10-16
17-05-16
18-05-16
22-11-16
07-09-16
14-05-15
15-07-16
20-05-16
25-06-12
17-04-14
05-05-15
29-02-16
TITRE
PAYS MARCHÉ CLÔTURE
EURO
ST.GUDULE-PL. CERT
SUCRAF A & B
SV PATRIMONIA
TELENET GROUP
TER BEKE
TESSENDERLO
TEXAF (D)
THINK-MEDIA
THROMBOGENICS
TIGENIX (D)
TINC
TOTAL
TUBIZE (ATTR)
TUBIZE-FIN
U&I LEARNING (D)
UCB
UMICORE (D)
UNITRONICS
VAN DE VELDE
VASTNED RETAIL BEL
VGP
VIOHALCO
VISION IT (D)
VRANKEN-POMMERY
WAREHOUSES-SICAFI
WDP-SICAFI
WERELDHAV B SIR
WOL. EXTENS. CERT
WOL. SHOPPING CERT
ZENITEL
ZENOBE GRAMME CERT
ZETES INDUSTRIES
TITRE
13-05-08
14-09-15
07-01-10
11-06-14
02-06-11
18-01-16
20-04-15
24-11-14
07-12-16
19-05-16
23-03-16
22-07-15
21-12-15
29-05-14
23-05-12
27-05-16
06-07-16
25-06-13
29-05-12
06-09-16
10-06-14
06-06-16
19-06-15
28-05-15
07-05-15
04-07-16
11-05-16
20-08-13
16-12-16
16-01-17
24-06-15
12 MOIS
MAX.
185.00
2.30
0.85
55.19
157.00
36.39
35.40
0.05
3.88
1.22
12.96
49.50
0.46
63.95
1.38
75.28
58.89
4.33
68.60
59.84
96.66
1.92
25.49
65.70
92.64
122.60
660.00
2 119.99
1.82
160.47
54.75
MAX.
MIN.
INFO SUR DIVIDENDE
DIV. DEV.
DATE
MIN.
145.00 8.0800
1.64
0.75 0.3000
38.15 7.9000
99.80 2.5000
27.71 1.3300
29.52 0.5750
0.01
2.50
0.64
11.01 0.2100
38.06 0.6100
0.40
49.10 0.5000
0.73
54.84 1.0600
40.84 0.6000
1.69
53.10 1.3500
50.90 2.7200
34.00 0.4100
0.98
- 0.1200
21.01 0.8000
58.97 3.0000
76.00 4.0000
98.51 4.9000
605.06 36.0300
1 745.00 73.9200
0.95 0.0000
122.02 1.7300
36.00 0.8000
DIFF.
EN %
COURS
OUVERT
MAX.
MIN.
VOLUME
MAX.
MIN.
DF
SF
SF
SF
SF
DF
C
SF
DF
C
11.80
2 968.99
14.25
0.25
0.21
0.01
2.04
72.50
13.52
2.50
12.00
2 969.74
14.00
0.23
0.27
0.01
2.06
73.00
13.50
2.31
-1.67
-0.03
+1.79
+8.70
-22.22
+0.00
-0.97
-0.68
+0.15
+8.23
11.80
2 968.99
14.25
0.25
0.21
0.01
2.07
72.50
13.52
2.50
11.80
2 968.99
14.25
0.25
0.21
0.01
2.08
72.50
13.52
2.50
11.80
2 968.99
14.25
0.25
0.21
0.01
2.00
72.50
13.52
2.50
16
2
1071
10
4510
25
8036
6
33000
1359
0.00
2 978.00
15.00
0.50
0.27
0.08
3.80
74.35
0.00
2.79
0.00
2 751.00
9.25
0.08
0.10
0.01
1.83
72.50
0.00
1.88
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
1.69
4.35
23.75
0.60
0.04
1.36
0.47
0.33
3.17
18.30
5.25
0.75
0.10
1.37
1.70
4.34
23.75
0.60
0.05
1.01
0.47
0.55
3.50
17.50
4.90
0.82
0.19
1.38
-0.59
+0.23
+0.00
+0.00
-20.00
+34.65
+0.00
-40.00
-9.43
+4.57
+7.14
-8.54
-47.37
-0.72
1.69
4.35
23.75
0.60
0.04
1.36
0.47
0.33
3.17
18.30
5.25
0.75
0.10
1.37
1.69
4.35
23.75
0.60
0.04
1.36
0.47
0.33
3.17
18.30
5.25
0.75
0.10
1.37
1.69
4.35
23.75
0.60
0.04
1.36
0.47
0.33
3.17
18.30
5.25
0.75
0.10
1.37
10
113
400
750
200
2133
555
2275
3940
270
162
1000
260
1500
1.80
4.35
23.75
0.60
0.10
1.60
0.49
0.88
4.40
18.30
8.00
0.85
0.10
1.38
1.69
4.10
18.50
0.60
0.02
0.90
0.47
0.27
3.17
16.50
4.80
0.75
0.10
0.73
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
CATALA
CO.BR.HA
EMAKINA GROUP
EUROPUBLIDIS
EVADIX
KKO INT WARRANT A
KKO INTERNATIONAL
PAIRI DAIZA
SETTLEMENTS
SOFTIMAT
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
09-02-15
11-08-09
03-05-13
11-06-15
06-06-13
18-05-16
01-12-16
21-12-16
05-05-16
04-05-15
23-08-16
22-11-16
05-05-15
13-01-14
25-09-09
13-07-16
09-12-15
28-04-16
18-04-16
22-06-15
22-06-15
02-02-05
25-03-15
19-12-16
EURO
PRÉC.
COURS
12 MOIS
INFO SUR DIVIDENDE
DIV.
DEV.
DATE
16.6700
0.1100
2.0000
0.5000
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
01-06-15
02-05-11
14-09-15
20-08-13
Marché Libre
EMD MUSIC
FLEXOS
FNG GROUP
ICE CONCEPT
IMMOPOOL
NEWTREE
OTC
PHARCO
PNS
REALCO
REIBEL
SV PATRIMONIA
TEAM KALORIK
U&I LEARNING
Capitaux échangés
Total général
Continu belge
Continu étranger
Devise (en EUR)
COURONNE DANOISE
COURONNE NORVEGIENNE
COURONNE SUEDOISE
DOLLAR CANADIEN
DOLLAR US
FRANC SUISSE
LIVRE STERLING
YEN
0.2200
0.0400
0.5100
2.1200
0.1000
0.1000
0.3000
0.0800
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
01-08-08
19-06-07
13-05-08
18-01-16
24-11-14
22-07-15
11-08-09
22-06-07
Indice
Cours du jour
595705918.271
595161933.9910
543984.2800
Billets de banques
19-06-07
09-08-13
17-07-14
01-06-16
COURS
VOLUME
EN %
Alternext
Cours de change
15-06-15
COURS
OUVERT
+0.00 180.00 180.00 180.00
8
+7.50
2.15
2.15
2.00
250
-8.54
0.75
0.75
0.75
1000
-0.98
53.93
54.26
53.20 122544
-0.35 156.40 156.90 155.05
839
+0.15
33.99
34.33
33.67
42787
+0.00
33.90
33.90
33.90
112
+0.00
0.05
0.05
0.05
19500
-1.60
3.32
3.37
3.26
35506
-1.41
0.71
0.71
0.69 153065
+0.08
12.54
12.55
12.50
15015
+0.09
47.55
47.95
47.45 4023715
-6.98
0.40
0.43
0.40
50
+0.65
63.00
63.50
62.43
8654
-0.72
1.37
1.37
1.37
1500
+1.14
69.00
69.68
68.67 427472
-3.38
50.03
50.38
48.59 647843
+6.24
4.40
4.60
4.40
1600
-2.07
55.95
56.22
54.76
17554
-0.65
52.10
52.49
52.10
539
-0.17
84.19
84.19
83.13
108
-0.06
1.74
1.74
1.74
1000
+5.26
2.48
2.60
2.48
1961
-0.56
23.00
23.00
22.69
724
+1.14
62.30
62.30
62.30
430
+0.00
87.70
87.70
87.10
17810
+0.43 105.75 106.00 105.40
1060
+2.36 650.00 650.00 650.00
566
+1.49 2 050.00 2 050.00 2 050.00
54
+1.20
1.68
1.68
1.68
4913
-0.06 150.01 150.01 150.01
22
+0.06
54.00
54.04
54.00
829
COURS
MARCHÉ
05-08-16
03-05-16
25-05-16
16-11-16
01-06-15
25-10-11
25-10-16
04-06-15
20-05-16
DIFF.
PRÉC.
CLÔTURE
PAYS
14-12-16
01-06-15
13-05-16
09-02-15
19-05-16
19-05-16
21-03-14
29-03-16
COURS
SF 180.00 180.00
DF
2.15
2.00
SF
0.75
0.82
C
53.45
53.98
C 155.05 155.60
C
34.03
33.98
DF
33.90
33.90
DF
0.05
0.05
C
3.26
3.31
C
0.70
0.71
C
12.52
12.51
C
47.80
47.75
C
0.40
0.43
C
63.21
62.80
SF
1.37
1.38
C
69.09
68.31
C
48.60
50.30
C
4.60
4.33
C
54.80
55.96
C
52.10
52.44
C
84.14
84.28
C
1.74
1.74
SF
2.60
2.47
C
22.97
23.10
DF
62.30
61.60
C
87.70
87.70
C 106.00 105.55
SF 650.00 635.00
SF 2 050.00 2 020.00
DF
1.68
1.66
SF 150.01 150.10
C
54.04
54.01
Euronext Cours du 02.03.17
29-06-15
07-05-12
01-12-16
13-05-16
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
Cours Précéd. Diff. en %
474575932.206
25.52
473217987.9260
25.77
1357944.2800
-59.94
(000) EUR
Cours du jour
Cours Précéd. Diff. en %
BEL 20 ouverture
3658.52
3596.30
1.73
BEL 20 cloture
3668.37
3660.51
0.21
Matières premières
ISO
DKK
NOK
SEK
CAD
USD
CHF
GBP
JPY
Achat
7.1528
8.4016
8.9423
1.3657
1.0242
1.0357
0.8326
117.0200
02.03.2017
Vente
7.7437
9.1471
9.9489
1.4432
1.0690
1.0855
0.8694
122.1500
Prix moy.
645.00
232.00
1290.00
221.00
330.00
593.63
145.00
295.00
1260.00
38670.00
1235.00
1238.10
285.00
286.00
218.00
Préc.
645.00
232.00
1290.00
223.00
330.00
593.00
148.00
295.00
1260.00
38570.00
1235.00
1240.40
285.00
281.90
224.50
Aluminium Londres (USD/t)
Argent N.Y. ($/ounce)
Brent Londres (USD/lb)
Cuivre Bruxelles (EUR/t)
Cuivre Londres (USD/t)
Etain Londres (USD/t)
Nickel Londres (USD/t)
Plomb Londres (USD/t)
Zinc Londres (USD/t)
02-03-17
1933.50
18.31
55.42
6362.81
6038.00
19325.00
10980.00
2285.00
2870.00
01-03-17
1894.50
18.33
56.51
6362.81
5935.00
19175.00
10865.00
2271.00
2812.50
Var/H%
2.06
-0.11
-1.93
0.00
1.74
0.78
1.06
0.62
2.04
Or
Devise (en EUR)
10 $ US
10 Florins
20 $ US
20 Francs Tunisie
5 $ US
50 Ecus
Demi Souverain
Elisabeth II
Krugerrand
Lingot 1 Kg
Lingotin Once CPoR
Once (en $)
Reichmark
Souverain
Union latine
Indices des prix à la consommation
2013
Période
I.S.
I.d.P.
Janv. 2017
104.65
104.28
Déc. 2016
104.05
103.54
Nov. 2016
103.97
103.41
Oct. 2016
103.86
103.34
Sept. 2016
103.68
103.04
Août 2016
103.97
103.26
Juil. 2016
103.93
103.31
Juin 2016
103.74
103.19
Mai 2016
103.77
103.08
Avr. 2016
103.53
102.75
Mars 2016
103.47
102.57
Févr. 2016
102.53
101.65
Janv. 2016
102.42
101.59
I.S. = Indice Santé - I.d.P. = Indice des Prix
2004
I.S.
126.39
125.66
125.56
125.43
125.21
125.56
125.52
125.29
125.32
125.03
124.96
123.83
123.69
1996
I.d.P.
127.64
126.73
126.57
126.49
126.12
126.39
126.45
126.30
126.17
125.77
125.55
124.42
124.35
I.S.
143.79
142.96
142.85
142.70
142.46
142.85
142.80
142.54
142.58
142.25
142.17
140.88
140.73
I.d.P.
146.69
145.65
145.47
145.37
144.95
145.26
145.33
145.16
145.00
144.54
144.29
142.99
142.91
1988
I.S.
173.36
172.37
172.24
172.05
171.76
172.24
172.17
171.86
171.91
171.51
171.41
169.85
169.67
1988
I.d.P.
180.04
178.76
178.54
178.42
177.90
178.28
178.36
178.16
177.97
177.40
177.09
175.50
175.40
1981
243.56
241.83
241.52
241.36
240.66
241.17
241.29
241.01
240.75
239.98
239.56
237.41
237.27
Pour convertir
(1)
(2)
1981
1988
1988
1966
1988
1971
1996
1988
1996
1981
2004
2013
2004
2013
(1) Passez de la base... (2) à la base... (3) en multipliant par...
(3)
0,73920
3,39350
2,85430
1,2273
1,6603
0,8170
0,8280
(1)
I.d.P. 1988
I.S. 1996
I.d.P. 1996
I.S. 2004
I.d.P. 2004
I.d.P. 2013
I.S.2013
(2)
I.d.P. 1996
I.S. 1988
I.d.P. 1988
I.S. 1996
I.d.P. 1996
I.d.P. 2004
I.S. 2004
(3)
0,81480
1,20570
1,22730
1,1377
1,1493
1,2240
1,2077
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Obligations publiques
Paris Cours du 02.03.17
Dette directe de l'Etat
97-2028 Linéaure
09-2017 Linéaire
04-2035 Linéaire
05-2015 Linéaire
06-2016 Linéaire
06-2022 Linéaire
07-2017 Linéaire
08-2018 Linéaire
09-2019 Linéaire
09-2020 Linéaire
03-2016 Linéaire
03-2041 Linéaire
09-2021 Linéaire
02-2016 Linéaire
06-2027 Linéaire
03-2026 Linéaire
09-2022 Linéaire
06-2023 Linéaire
Bons Etat 08-16
Bons Etat 08-16
Bons Etat 08-16
Bons Etat 08-13
Bons Etat 08-16
Bons Etat 03-17
Bons Etat 06-17
Bons Etat 09-17
Bons Etat 12-17
Bons Etat 03-15
Bons Etat 03-18
Bons Etat 06-18
Bons Etat 09-18
Bons Etat 12-18
Bons Etat 03-16
Bons Etat 03-19
Bons Etat 06-16
Bons Etat 06-19
Bons Etat 09-16
Bons Etat 09-19
Bons Etat 12-16
Bons Etat 12-19
Bons Etat 03-17
Bons Etat 03-20
Bons Etat 06-17
Bons Etat 06-20
Bons Etat 09-20
Bons Etat 12-17
Bons Etat 12-20
Bons Etat 03-18
Bons Etat 03-21
Bons Etat 06-18
Bons Etat 06-21
Bons Etat 09-18
Bons Etat 09-21
Bons Etat 12-18
Bons Etat 12-21
Bons Etat 03-19
Bons Etat 03-22
Bons Etat 06-19
Bons Etat 06-22
B291
B300
B304
B306
B307
B308
B309
B312
B315
B318
B319
B320
B321
B322
B323
B324
B325
B328
B996
B999
B209
B211
B212
B215
B218
B220
B222
B223
B224
B226
B228
B230
B232
B233
B235
B236
B238
B239
B241
B242
B243
B244
B245
B246
B247
B248
B249
B250
B251
B252
B253
B254
B255
B256
B257
B258
B259
B260
B261
154.82
106.04
170.13
100.20
100.02
121.88
103.98
107.49
109.57
116.90
101.18
155.47
122.20
100.20
101.25
137.72
126.86
114.84
100.39
103.00
101.42
100.00
100.47
99.96
100.86
101.65
102.49
100.10
103.17
103.72
104.54
105.70
100.26
107.47
100.08
108.37
99.98
108.65
100.05
111.44
100.34
109.76
100.89
109.72
107.65
100.87
107.00
101.11
107.65
101.01
106.57
102.03
109.55
101.87
109.29
101.90
108.99
101.40
107.53
154.82
106.12
161.16
100.53
100.22
122.84
103.98
107.47
109.56
117.72
101.34
155.47
122.06
100.29
101.97
137.72
126.86
114.84
100.39
103.09
101.42
100.26
100.76
100.03
100.87
101.80
102.46
100.13
103.23
103.75
104.59
105.73
100.26
107.48
100.10
108.55
99.99
108.82
100.06
111.53
100.52
110.20
101.05
109.90
107.80
101.54
107.07
101.79
108.52
101.45
106.63
102.09
109.73
102.27
109.46
102.50
109.54
101.80
107.75
Rendements
Fonds d'Etat de référence à 10 ans
Allemagne
Belgique
Japon
Royaume-Uni
0.3100
0.6800
0.0600
1.2100
0.2800
0.6600
0.0600
1.1900
ACCOR
AIR LIQUIDE
AIRBUS
ALCATEL-LUCENT
ARCELORMITTAL
AXA
BNP PARIBAS ACT.A
BOUYGUES
CAP GEMINI
CARREFOUR
CREDIT AGRICOLE
DANONE
EIFFAGE
ENGIE
ESSILOR INTL.
KERING
KLEPIERRE
L'OREAL
LAFARGEHOLCIM LTD
LEGRAND
LVMH
MICHELIN
NOKIA
ORANGE
PERNOD RICARD
PEUGEOT
PUBLICIS GROUPE SA
RENAULT
SAFRAN
SAINT GOBAIN
SANOFI
SCHNEIDER ELECTRIC
SOCIETE GENERALE
SODEXO
SOLVAY
TECHNIPFMC
TF1
TOTAL
UNIBAIL-RODAMCO
VALEO
VEOLIA ENVIRON.
VINCI
VIVENDI
Bourses étrangères Cours du 02.03.17
EURO
37.30
102.75
71.70
3.50
8.56
23.20
57.67
36.98
83.37
22.81
11.86
62.73
68.30
12.61
108.50
232.00
35.26
176.05
55.43
53.61
194.10
107.00
4.93
14.37
108.80
18.52
64.21
85.88
68.77
45.59
82.64
65.12
44.12
105.25
111.10
31.58
10.83
47.80
215.85
59.56
16.19
69.92
16.68
-0.57
-0.77
+0.82
+0.00
-2.11
+0.69
+0.14
-0.32
+1.37
+0.04
+0.42
-0.21
-0.48
+8.24
-0.91
-1.07
-0.52
-0.31
+0.98
-1.14
-0.61
-0.28
-0.24
-0.21
-0.18
+0.62
-0.59
-0.60
+1.24
-1.10
-0.22
-0.23
+0.33
+0.67
-0.45
+0.89
+0.32
+0.09
-0.69
+0.03
+2.60
+0.27
-0.30
Indices
Amsterdam: AEX
Euronext: Euronext 100
Euronext: Next 150
Francfort: DAX Extra
Lisbonne: PSI 20
Madrid: IBEX 35
FTSE MIB
New-York: DJ Industrial
New-York: Nasdaq 100
Paris: CAC 40
Zurich: SMI
Francfort
ADIDAS AG O.N.
ALLIANZ SE VNA O.N.
BASF SE O.N.
BAY.MOTOREN WERKE AG ST
BAYER AG NA
COMMERZBANK AG O.N.
CONTINENTAL AG O.N.
DAIMLER AG NA O.N.
DEUTSCHE BANK AG NA O.N.
DEUTSCHE BOERSE NA O.N.
DEUTSCHE POST AG NA O.N.
DEUTSCHE POSTBANK AG NA
DT.TELEKOM AG NA
E.ON AG NA
FRESEN.MED.CARE KGAA ST
FRESENIUS SE O.N. ST
HEIDELBERGCEMENT AG O.N.
HENKEL AG+CO.KGAA ST O.N.
INFINEON TECH.AG NA O.N.
K+S AG O.N.
LANXESS AG
LINDE AG O.N.
LUFTHANSA AG VNA O.N.
MAN AG ST O.N.
MERCK KGAA O.N.
METRO AG ST O.N.
MUENCH.RUECKVERS.VNA O.N.
RWE AG ST O.N.
SAP AG O.N.
SIEMENS AG NA
THYSSENKRUPP AG O.N.
TUI AG NA
VOLKSWAGEN AG ST O.N.
Londres
Amsterdam Cours du 02.03.17
AALBERTS INDUSTR
AEGON
AIR FRANCE -KLM
AKZO NOBEL
ALTICE
ARCELORMITTAL
ASML HOLDING
BOSKALIS WESTMIN
CORIO
DELTA LLOYD
DSM KON
FUGRO
GALAPAGOS
GEMALTO
HEINEKEN
ING GROEP N.V.
KONINKLIJKE AHOLD
KPN KON
NN GROUP
OCI
PHILIPS KON
RANDSTAD
RELX
ROYAL DUTCH SHELLA
SBM OFFSHORE
TNT EXPRESS
UNIBAIL-RODAMCO
UNILEVER DR
VOPAK
WOLTERS KLUWER
EURO
34.65
5.20
6.90
64.81
20.75
8.56
116.00
34.66
52.50
5.36
62.34
15.18
68.68
57.29
78.40
13.49
21.70
2.69
29.86
19.09
29.03
55.05
16.98
24.89
14.87
8.45
215.85
44.75
41.38
38.70
+2.44
+0.54
-0.56
+0.09
+0.41
-2.11
-0.56
-0.36
-1.13
-0.02
-0.21
+2.53
+1.73
+1.49
-0.05
-0.18
+0.28
+0.82
-0.03
-0.86
-0.03
-0.95
+0.83
+0.44
+0.30
-9.56
-0.69
-0.56
+1.83
-0.57
503.79
958.11
2 664.87
12 059.57
4 708.57
9 751.50
19 441.29
21 074.88
5 373.01
4 963.80
8 661.63
Aberdeen Asset Management PLC
Amec PLC
Anglo American PLC
Antofagasta PLC
Astrazeneca PLC
Babcock International Group PLC
Bae Systems PLC
Barclays PLC
Bg Group PLC
Bhp Billiton PLC
BP PLC
British American Tobacco PLC
British Land Company PLC
British Sky Broadcasting Group PLC
Bt Group PLC
Burberry Group PLC
Crh PLC
Croda International PLC
Diageo PLC
Easyjet PLC
Fresnillo PLC
Gkn PLC
Glaxosmithkline PLC
Glencore Xstrata PLC
Hargreaves Lansdown PLC
HSBC Holdings PLC
Imperial Tobacco Group PLC
Intercontinental Hotels Group PLC
International Consolidated Airlines Group
S.A.
Intertek Group PLC
Itv PLC
Kingfisher PLC
Legal & General Group PLC
Marks And Spencer Group PLC
Meggitt PLC
Melrose Industries PLC
Morrison (Wm) Supermarkets PLC
Old Mutual PLC
Pearson PLC
Persimmon PLC
Prudential PLC
Reckitt Benckiser Group PLC
Reed Elsevier PLC
Rio Tinto
Rolls-Royce Holdings PLC
Royal Dutch Shell PLC
Royal Dutch Shell PLC
Rsa Insurance Group PLC
Sage Group PLC
Sainsbury (J) PLC
Schroders PLC
Serco Group PLC
Severn Trent PLC
Smith & Nephew PLC
Sse PLC
Standard Life PLC
Tate & Lyle PLC
Tesco PLC
Travis Perkins PLC
Tui Travel PLC
Vodafone Group PLC
Weir Group PLC
Whitbread PLC
William Hill PLC
Wood Group (John) PLC
Wpp PLC
Xstrata PLC
(EUR)
162.75
167.35
90.36
87.18
106.20
7.47
193.75
69.88
19.39
81.14
32.60
35.73
16.27
7.46
79.30
76.01
90.67
103.55
17.35
22.53
65.22
154.35
13.93
97.29
105.25
29.48
181.40
13.93
89.44
125.10
23.51
13.40
147.05
+11.74
+6.73
+1.39
+3.58
+3.81
-6.78
+7.22
+0.76
+5.44
-1.42
+5.31
+0.00
+0.68
+5.03
+5.33
+4.22
+1.72
+6.27
+2.12
-3.88
-2.87
+2.59
+12.93
+1.40
+3.54
-6.74
+4.37
+13.67
+5.68
+7.61
+0.69
-1.07
-0.41
(PENCE)
284.75
1 055.42
1 287.24
830.92
4 733.60
931.55
649.43
230.42
1 046.73
1 347.27
464.78
5 155.77
620.25
850.50
334.03
1 768.64
2 842.08
3 503.31
2 274.77
956.42
1 460.00
374.81
1 664.40
336.33
1 333.61
665.48
3 548.81
3 840.22
+2.04
-2.35
-1.74
+0.07
+2.01
-0.55
+2.43
-1.06
+1.62
-0.46
+1.77
+0.72
-0.17
-1.39
+2.95
+0.38
-0.66
+1.01
-0.23
-0.20
+0.58
+1.05
-0.13
-0.42
+0.09
+0.61
-1.38
+0.87
543.50
-1.48
3 571.00
206.14
332.58
252.01
335.17
468.82
242.25
244.30
220.25
685.79
2 125.00
1 634.88
7 326.19
1 533.17
3 383.72
776.17
2 124.77
2 231.17
593.42
656.74
264.78
3 077.80
116.44
2 346.55
1 217.46
1 528.98
370.84
752.21
188.42
1 469.00
437.60
202.62
1 913.82
3 835.09
263.57
748.42
1 901.47
963.50
-0.30
-2.63
+0.86
+0.14
-0.26
+2.01
+10.87
+0.87
+0.60
+0.56
-1.19
+0.20
-0.19
+1.15
+0.71
-1.75
+0.07
+1.24
-1.54
+1.11
-1.35
-1.55
-1.29
+1.12
-0.23
-0.17
-0.31
+0.09
-0.91
-6.05
-1.26
+0.21
-0.44
-0.31
+1.88
+0.20
-1.02
+0.00
Nyse
3M Co
Abbott Laboratories
Accenture Cl A
Alcoa Inc
Allstate Corp
Alphabet A
Altria Group Inc
Amazon.com
American Electric Power Co Inc
American Express Co
Amgen Inc
Aon plc
Apache Corp
Apple Inc
AT&T
Avon Products Inc
Baker Hughes Inc
Bank of America Corp
Bank of New York Mellon
Baxter International Inc
Best Buy Co Inc
Boeing Co
Boston Scientific Corp
Bristol-Myers Squibb Co
Campbell Soup
Capital One Financial Corp
Caterpillar Inc
Chevron
China Life Insurance Co Ltd AD
-0.25
-0.16
+0.06
-0.06
+0.01
+1.30
+0.66
+0.04
-0.17
+0.06
+0.31
(USD)
189.83
45.69
124.34
35.86
81.75
830.63
75.71
848.87
66.51
80.10
178.06
116.44
51.92
138.93
42.06
4.42
60.73
25.21
47.98
50.77
44.84
182.99
24.99
56.84
59.82
94.32
94.34
113.36
15.07
-0.01
+0.22
+0.23
-5.58
-1.13
-0.55
+0.15
-0.49
+0.59
-2.20
-0.10
-0.89
-1.93
-0.62
+0.04
+0.00
-1.78
-1.14
-1.00
-0.84
+6.43
-0.53
+0.10
-0.56
+0.55
-1.85
-4.28
-0.47
-2.33
China Mobile ADS
Chipotle Mexican Grill
Cisco Systems
Citigroup Inc
Coca-Cola Co
Colgate-Palmolive Co
Comcast Corporation
ConocoPhillips
Costco Wholesale Corporation
Covidien
CVS Caremark
Dell Inc
Delta Air Lines
Devon Energy Corp
Dow Chemical Co
Dun & Bradstreet Corp
E.I. DuPont de Nemours & Co
Eastman Chemical Co
Eaton Corp PLC
Edison International
Eli Lilly & Co
EMC Corp
Entergy Corp
Estee Lauder Cos. Inc
Exelon Corp
Exxon Mobil Corp
FedEx Corp
Ford Motor Co
General Dynamics Corp
General Electric Co
General Motors
Gilead Sciences
Goldman Sachs Group Inc
H.J. Heinz Company
Halliburton Co
Harley-Davidson Inc
Harman International Industrie
Hewlett-Packard Co
Home Depot Inc
Honeywell International Inc
Intel Corporation
International Business Machine
Invesco Limited
Johnson & Johnson
JPMorgan Chase & Co
Kellogg Co
Kimberly-Clark Corp
LinkedIn
Lockheed Martin Corp
Lowes Cos.
Macys
ManpowerGroup
Marriott International Inc Cl
MasterCard Cl A
McDonalds Corp
Medtronic Inc
MeetMe
Merck & Co Inc
Microsoft Corporation
Molson Coors Brewing Co Cl B
Monsanto Co
Moodys Corp
Morgan Stanley
Motorola Solutions
National-Oilwell Inc
54.99
416.22
34.37
60.62
42.46
73.73
37.44
48.18
177.94
107.18
81.33
13.86
49.94
43.47
63.35
106.76
79.70
79.69
72.09
79.92
82.89
29.04
75.54
82.91
36.41
83.30
194.67
12.66
191.05
30.18
37.75
70.52
251.03
72.49
53.86
58.63
111.56
17.32
147.88
126.32
35.90
180.55
32.37
123.60
92.10
75.01
134.49
195.97
266.88
80.40
33.21
97.79
87.51
111.34
128.24
81.97
4.83
66.07
64.00
98.46
114.81
112.46
46.27
80.01
40.29
-1.42
-0.70
-0.17
-1.51
+0.74
+0.38
-0.35
-1.77
+0.05
-0.81
+0.79
+0.22
-2.17
-2.60
-0.17
-0.52
-0.01
-2.17
-0.76
+0.69
-1.14
+0.83
-0.04
-1.34
+0.96
+0.35
-1.41
-0.16
-0.70
-0.07
+0.87
+0.49
-0.70
+0.06
-1.57
+0.38
+0.00
-1.79
+0.81
-0.73
-0.06
-0.77
-0.22
-0.21
-1.60
+0.23
+0.96
+0.01
-0.52
-1.28
+0.79
-1.32
-1.11
-0.86
-0.58
-0.12
-1.02
-0.23
-1.42
-1.19
-0.60
-0.65
-1.16
+0.04
-3.45
Nike Inc Cl B
Nokia Corp ADS
Norfolk Southern Corp
NYSE Euronext
Occidental Petroleum Corp
Oracle Corp
PepsiCo Inc
Petroleo Brasileiro S/A ADS
Pfizer Inc
Philip Morris International
Phillips 66
Procter & Gamble Co
QUALCOMM Incorporated
Ralph Lauren Corp
Raytheon Co
Red Hat Inc
Regions Financial Corp
Reynolds American Inc
Robert Half International Inc
Schlumberger Ltd
Southern Co
Sprint Corporation
Stanley Black & Decker
Target Corp
Teva Pharmaceutical Industries
Texas Instruments Incorporated
Tiffany & Co
Time Warner Inc
Toyota Motor Corp ADS
Twitter
Tyco International Ltd
U.S. Bancorp
Unisys Corp
United Parcel Service Inc Cl B
United Technologies Corp
UnitedHealth Group Inc
Verizon Communications Inc
Wal-Mart Stores
Walgreen Co
Walt Disney
Wells Fargo & Co
Western Union
Weyerhaeuser Co
Whirlpool Corp
Williams Cos.
Xerox Corp
57.78
5.21
121.77
45.10
65.48
42.88
110.10
9.98
34.49
109.78
78.29
90.91
56.36
80.70
154.29
82.41
15.32
61.58
47.50
80.93
50.31
8.72
128.11
57.93
34.80
78.08
90.07
99.00
113.34
15.78
45.48
55.47
13.88
105.93
112.66
167.25
49.97
70.74
76.06
110.55
58.70
19.92
34.18
177.74
29.03
7.29
Zurich
ABB Ltd
Actelion
Adecco
CS Group
Geberit
Givaudan
Julius Baer
Nestlé
Novartis
Richemont
Roche
SGS Surveillance
Swatch
Swiss Re AG
Swisscom
Syngenta
UBS
Zurich Insurance Group
+0.05
-1.04
-1.30
-1.49
-1.12
-0.09
+0.34
-5.63
+0.23
-0.38
-1.36
-0.82
-1.14
+0.22
-0.17
-0.96
-3.71
-0.52
-1.64
-1.63
+0.52
-1.36
-0.91
+0.20
-0.64
-0.08
-1.58
+0.06
-1.24
-0.13
+1.07
-1.63
-2.63
-0.88
-0.90
-0.40
+0.32
+0.44
-0.96
-0.42
-1.68
+0.05
+0.35
-0.16
+0.66
-1.35
(CHF)
23.09
272.20
72.60
15.93
439.10
1 819.00
49.28
74.70
78.75
75.15
246.30
2 133.00
337.10
90.00
444.00
437.80
16.20
280.30
+1.63
+0.70
+0.55
+5.15
+1.04
-0.27
+0.26
+0.61
+0.45
+1.55
+0.65
-0.09
+0.96
+0.22
+0.41
+1.23
+4.72
+1.08
Valeurs de croissance Cours du 02.03.17
Nasdaq
ACCENTURE CL A
ACTIVISION BLIZZARD
ADOBE SYSTEMS INCORPORATED
AKAMAI TECHNOLOGIES
ALCOA INC
ALPHABET A
ALTERA CORPORATION
AMAZON.COM
AMGEN INC
AON PLC
APACHE CORP
APOLLO GROUP
APPLE INC
APPLIED MATERIALS
AUTODESK
BAIDU
BED BATH & BEYOND INC
BEST BUY CO INC
BIOGEN IDEC INC
BLACKBERRY LIMITED
BOSTON SCIENTIFIC CORP
BROADCOM CORPORATION
C.H. ROBINSON WORLDWIDE
CA INC
CADENCE DESIGN SYSTEMS
CELGENE CORPORATION
CHECK POINT SOFTWARE TECHNOLOG
CHINA LIFE INSURANCE CO LTD AD
CHINA MOBILE ADS
CHIPOTLE MEXICAN GRILL
CINTAS CORPORATION
CISCO SYSTEMS
CITRIX SYSTEMS
COGNIZANT TECHNOLOGY SOLUTIONS
COMCAST CORPORATION
COSTCO WHOLESALE CORPORATION
DELL INC
DELTA AIR LINES
DENTSPLY INTERNATIONAL INC
DISCOVERY COMMUNICATIONS
DISH NETWORK CORPORATION
DREAMWORKS ANIMATION SKG
DUN & BRADSTREET CORP
EASTMAN CHEMICAL CO
EATON CORP PLC
EBAY INC
EDISON INTERNATIONAL
ELECTRONIC ARTS INC
ELI LILLY & CO
ERICSSON
ESTEE LAUDER COS. INC
EXPEDIA
EXPEDITORS INTERNATIONAL OF WA
EXPRESS SCRIPTS HOLDING COMPAN
FACEBOOK
FASTENAL COMPANY
FISERV
FLEXTRONICS INTERNATIONAL LTD
FOSSIL GROUP
GARMIN LTD
GILEAD SCIENCES
GROUPON
H.J. HEINZ COMPANY
HARLEY-DAVIDSON INC
HARMAN INTERNATIONAL INDUSTRIE
HASBRO
IAC/INTERACTIVECORP
INFOSYS LIMITED ADS
INTEL CORPORATION
INTUIT INC
INTUITIVE SURGICAL
INVESCO LIMITED
JUNIPER NETWORKS INC
KELLOGG CO
KIMBERLY-CLARK CORP
(USD)
124.34
46.67
119.89
63.78
35.86
830.63
53.96
848.87
178.06
116.44
51.92
9.99
138.93
36.48
87.36
174.35
40.61
44.84
293.49
6.89
24.99
54.67
80.53
32.62
31.08
122.23
99.18
15.07
54.99
416.22
118.53
34.37
79.32
60.17
37.44
177.94
13.86
49.94
63.64
28.48
60.83
40.97
106.76
79.69
72.09
33.91
79.92
87.01
82.89
6.53
82.91
118.92
56.78
71.96
136.75
50.63
116.61
16.51
18.66
51.71
70.52
4.13
72.49
58.63
111.56
97.53
50.66
15.29
35.90
125.17
742.48
32.37
28.25
75.01
134.49
+0.23
-1.00
-0.37
+0.62
-5.58
-0.55
+0.06
-0.49
-0.10
-0.89
-1.93
-0.05
-0.62
-1.00
-1.75
-0.55
-0.29
+6.43
+0.08
+0.00
+0.10
+0.33
-0.41
-0.41
-0.73
-1.19
-0.08
-2.33
-1.42
-0.70
-0.92
-0.17
-1.80
-0.13
-0.35
+0.05
+0.22
-2.17
-1.35
-0.11
-1.88
+0.01
-0.52
-2.17
-0.76
-1.05
+0.69
-0.92
-1.14
-0.76
-1.34
-1.27
-0.87
+0.35
-0.47
-0.69
-0.41
-1.17
-1.74
-1.22
+0.49
-2.71
+0.06
+0.38
+0.00
-0.41
-2.86
-0.39
-0.06
+0.51
+0.19
-0.22
+0.02
+0.23
+0.96
KLA-TENCOR CORPORATION
LAM RESEARCH CORPORATION
LAMAR ADVERTISING COMPANY
LEVEL 3 COMMUNICATIONS INC
LIBERTY GLOBAL PLC
LIBERTY INTERACTIVE CORPORATIO
LINEAR TECHNOLOGY CORPORATION
LOGITECH INTERNATIONAL S.A.
MACYS
MANPOWERGROUP
MARRIOTT INTERNATIONAL INC CL
MARVELL TECHNOLOGY GROUP LTD
MATTEL
MAXIM INTEGRATED PRODUCTS
MICROCHIP TECHNOLOGY INCORPORA
MICROSOFT CORPORATION
MOLSON COORS BREWING CO CL B
MONSANTO CO
MONSTER BEVERAGE CORPORATION
MOODYS CORP
MORGAN STANLEY
MOTOROLA SOLUTIONS
NETAPP
NETFLIX
NEWS CORPORATION
NIELSEN HOLDINGS PLC
NII HOLDINGS
NOVATEL WIRELESS
NUANCE COMMUNICATIONS
NVIDIA CORPORATION
ORACLE CORP
PACCAR INC
PATTERSON COMPANIES
PATTERSON-UTI ENERGY
PAYCHEX
PAYPAL HOLDINGS
PEABODY ENERGY CORP
PETSMART
PHILLIPS 66
PRICELINE.COM INCORPORATED
QUALCOMM INCORPORATED
RALPH LAUREN CORP
RED HAT INC
REYNOLDS AMERICAN INC
ROBERT HALF INTERNATIONAL INC
ROSS STORES
RYANAIR HOLDINGS PLC
SANDISK CORPORATION
SEAGATE TECHNOLOGY.
SEARS HOLDINGS CORPORATION
SIGMA-ALDRICH CORPORATION
SIRIUS XM RADIO INC
SOHU.COM INC
STANLEY BLACK & DECKER
STAPLES
STARBUCKS CORPORATION
SYMANTEC CORPORATION
TELLABS
TESLA MOTORS
TEVA PHARMACEUTICAL INDUSTRIES
THE GOODYEAR TIRE & RUBBER COM
THE NASDAQ OMX GROUP
TIFFANY & CO
TRIPADVISOR
TWENTY-FIRST CENTURY FOX
UNISYS CORP
UNITED ONLINE
UNITED PARCEL SERVICE INC CL B
VERISIGN
VERTEX PHARMACEUTICALS INCORPO
WESTERN DIGITAL CORPORATION
WESTERN UNION
WHIRLPOOL CORP
WYNN RESORTS
XILINX
YAHOO! INC
ZYNGA INC
90.73
-0.78
118.47
-1.00
76.12 +0.95
56.96
-1.20
34.79
-1.14
29.93 +6.40
64.95
-0.18
28.48
-2.00
33.21 +0.79
97.79
-1.32
87.51
-1.11
15.84
-0.50
25.36
-0.70
44.18
-1.10
73.01
-0.84
64.00
-1.42
98.46
-1.19
114.81
-0.60
47.36 +12.90
112.46
-0.65
46.27
-1.16
80.01 +0.04
42.26
-1.74
139.52
-2.17
28.75
-0.45
45.09 +0.07
1.95
-4.88
2.56 +1.19
17.09
-0.35
99.00
-3.68
42.88
-0.09
67.38
-2.62
45.67
-0.49
27.65
-2.57
62.37
-0.68
42.77 +0.80
2.07
-2.36
82.99 +0.05
78.29
-1.36
1 734.00 +0.10
56.36
-1.14
80.70 +0.22
82.41
-0.96
61.58
-0.52
47.50
-1.64
67.80 +1.50
80.27
-2.94
76.18
-0.52
48.92
-1.25
7.77 +0.65
139.76
-0.04
5.13
-0.77
40.82
-1.14
128.11
-0.91
9.25 +0.87
57.11
-0.02
29.20 +0.38
2.44 +0.00
250.47 +0.18
34.80
-0.64
36.14 +1.03
71.25
-1.27
90.07
-1.58
40.81
-1.59
29.70
-0.54
13.88
-2.63
11.00
-0.09
105.93
-0.88
83.62
-0.62
89.89
-0.45
76.29
-2.59
19.92 +0.05
177.74
-0.16
100.15
-2.56
59.35
-0.55
45.93
-0.67
2.75 +2.04
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
33
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Athlétisme
CHAMPIONNATS D’EUROPE INDOOR
181
L’écart de points
entre Thiam et
Hellebaut
L’écart de points entre
le record de Nafi Thiam
(4696)
et le record national de
Tia Hellebaut (4877).
A Belgrade, Nafi Thiam sera la grandissime favorite
du pentathlon, mais refuse la pression.
n Son entraîneur, Roger Lespagnard, a été impressionné
par le niveau atteint par sa protégée lors de l’hiver.
n La médaillée d’or olympique n’a pas placé cet Euro
dans ses priorités de l’année.
n
Les Belges
partent à la conquête
de Belgrade
Nafi Thiam : “Je suis tranquille”
Entretien Guy Beauclercq
Envoyé spécial à Belgrade (Serbie)
Q
u’elle le veuille ou non, Nafi
Thiam sera la grandissime
favorite du pentathlon lors
de ces championnats d’Eu­
rope indoor. Cinq épreuves
en une journée, ce ven­
dredi, où notre championne olympi­
que sera attendue, regardée. Mais
cette pression liée à son nouveau sta­
tut, la Namuroise semble la balayer
du revers de la main.
Vous avez l’air heureuse de renouer avec
la compétition. Pourtant, vous ne vous
êtes décidée qu’à la dernière minute
quant à votre participation. Pourquoi ?
Tout simplement parce que cet Euro
indoor n’était pas une nécessité. Et il
n’est pas un objectif. Je ne me prépare
pas spécifiquement pour le pentath­
lon. Mais je me sens bien ! J’ai amélioré
deux records personnels, cet hiver, à
savoir : le poids, le 8 février, à Paris, où
j’ai lancé à 15,35 m et le 60 m haies, le
18, à Gand, où j’ai couru en 8.37, soit
cinq centièmes de mieux que précé­
demment. De quoi me rassurer…
Il n’empêche, avec votre statut de championne olympique, il y aura inévitablement une forme de pression sur vos épaules…
Quelle pression ? La seule pression que
34
je connaisse est celle que je me mets.
Et, ici, dans ma tête, je suis tranquille.
J’apprécie beaucoup m’aligner en in­
door. La preuve : sauf l’an dernier, j’ai
participé à tous les rendez­vous inter­
nationaux depuis 2013 ! A Göteborg,
pour ma première participation chez
les seniors, je me suis classée sixième
de l’Euro avec 4.493 pts. L’année sui­
vante, au Mondial, j’ai disputé la hau­
teur. Et il y a deux ans,
à Prague, j’ai décroché
l’argent à l’Euro avec
4696 pts, ce qui cons­
titue toujours mon re­
cord personnel.
Relais 4x400 m
nellement, je n’ai aucune préférence.
Je m’adapte aux circonstances, tout
simplement, sachant que mon hiver
2017 a été beaucoup plus light au ni­
veau des entraînements que le précé­
dent avec la perspective des Jeux de
Rio.
Comment va ce coude qui vous a causé
tant de tracas l’été dernier ?
Ecoutez, bien ! Le mé­
decin m’a donné le feu
vert pour me réentraî­
ner normalement aux
lancers, mais je ne suis
pas pressée. Pour être
honnête, depuis Rio, je
Un record que vous espén’ai lancé le poids
rez améliorer ici, à Belqu’en compétition à
Nafi Thiam
grade ?
Paris. Et le javelot, pas
On verra ! Vous savez,
encore ! Ce n’est pas
j’ai l’habitude de prendre épreuve par nécessaire de précipiter.
épreuve et d’y donner le meilleur de
moi­même, sans calculer. Ce n’est A Rio, vous étiez outsider. Ici, vous êtes
qu’en fin de journée que je vois où j’en favorite. Qu’est-ce que ça change pour
suis. Si je gagne, tant mieux ! Si je vous ?
perds, mais que je suis satisfaite de Absolument rien ! Je suis la même. Je
moi, tant mieux aussi. Sincèrement, ne me préoccupe de rien d’autre que
c’est chouette de retrouver cette am­ de moi. En fait, ce pentathlon, c’est
biance.
mon truc à moi. Bien entendu, je suis
plus sollicitée qu’avant mon titre
Contrairement à l’heptathlon, le pentath- olympique, mais pas dérangée par la
lon se dispute sur une journée. Un avan- situation. Et puis, Belgrade est une
tage ou un inconvénient ?
étape dans ma saison, dont le Mondial
En tout cas, ce n’est pas pareil sur le londonien est le véritable objectif. Là,
plan de la gestion de la fatigue. Person­ je devrai être à mon meilleur niveau.
“Je suis en forme,
oui, mais
pas comme
aux Jeux de Rio.
Loin de là !”
Les jeunes sont prêts
Les Belgian Tornados sont fin
prêts ! Ce vendredi, les
champions d’Europe de relais
4x400m s’envolent pour
Belgrade où l’équipe ambitionne
de monter à nouveau sur le
podium, deux ans après le
fantastique succès remporté à
Prague grâce à un record
continental (3:02.87). Auparavant
Jacques Borlée s’est assuré que
Julien Watrin, qui a souffert
récemment d’une inflammation,
était bel et bien apte à être aligné
à Belgrade ce dimanche en finale
du relais 4x400m. Ce qui, sauf un
réveil de la douleur d’ici là, sera
le cas. “Le test que j’ai fait passer
ce jeudi à Julien s’est très bien
passé, précise le sélectionneur
Jacques Borlée. Il faudra voir s’il
n’y a pas de réaction, auquel cas
on ne prendra pas de risque. Mais
je suis content de ce que j’ai vu.
D’autant que Robin
(Vanderbemden) et Dylan
(Borlée) ont montré d’excellentes
choses également ces derniers
jours. Et j’ai bien besoin de pouvoir
compter sur eux ! La Pologne aura
une grosse équipe et il faudra se
méfier de la France… Mais on ne
va pas se mettre de pression :
l’objectif est de monter sur le
podium.” L.M.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
BELGA/ERIC LALMAND
Nafi Thiam n’a pas placé les championnats d’Europe indoor en haut de la liste de ses priorités, mais la championne olympique reste ambitieuse.
Lespagnard ne voit pas ce qui pourrait
empêcher Thiam d’être championne d’Europe
L
e doigt de Roger Lespagnard ef­
fleure, un à un, les noms ou
plutôt les performances des
quinze engagées au pentathlon de
ces championnats d’Europe indoor.
“Il y en a une qui a réussi 4 550
points…, explique l’entraîneur de
Nafi Thiam. La voilà ! L’Ukrainienne
Shukh. Elle n’a que 18
ans, mais il faudra s’en
méfier.”
Fort de son expé­
rience, Roger Lespa­
gnard, 70 ans, n’a
même pas pointé les
perfs de la Néerlan­
daise Broersen (4830
pts) et de la Biélorusse
Maksimava
(4 742
pts) qui, toutes deux,
devancent pourtant
notre
championne
olympique (4696 pts,
en 2015, à Prague).
“Tout
simplement
parce que ces totaux ne datent pas de
cette année et que je ne pense pas
qu’elles soient encore à ce niveau. Ni
l’une ni l’autre ! Alors que Nafi a
beaucoup progressé, ne fût­ce que sur
800 m avec un 2.16 aux Jeux de Rio
pour un 2.24 à l’Euro de Prague. Nafi
a d’ailleurs devancé Broersen de 100
points lors du triathlon (longueur,
poids, 60 m haies), le 8 février, à Pa­
ris. Franchement, compte tenu de son
état de forme actuel, je ne vois vrai­
ment pas qui peut l’empêcher d’être
sacrée championne d’Europe.”
L’heptathlon, son point faible
Il est vrai que les
chiffres plaident en fa­
veur de la Namuroise
qui a également pro­
fité du rendez­vous
parisien pour amélio­
rer son record person­
nel au poids avec un
lancer à 15,35 m.
“Oui ! Et alors qu’elle
n’avait plus lancé le
poids, ni le javelot
d’ailleurs, depuis Rio,
enchaîne Roger Lespa­
gnard. Comme elle
n’avait pas encore sauté
en longueur sur un élan
complet. Je dois donc bien avouer
qu’elle m’étonne cet hiver alors que,
pourtant, ses entraînements n’ont
rien à voir avec ceux d’il y a un an
quand elle préparait les Jeux.”
Ces championnats d’Europe in­
door n’étant pas un véritable objec­
tif, Nafi travaille surtout sa vitesse,
Il est vrai que
les chiffres
plaident
en faveur de
la Namuroise
qui a
également
profité de
l’hiver pour
s’améliorer.
notamment sur 200 m, son vérita­
ble point faible à l’heptathlon. “Se­
lon moi, elle ne sent pas encore la dis­
tance parce qu’il n’est pas possible
qu’avec son potentiel, elle ne puisse
pas courir plus vite que 25.10 comme
ce fut le cas à Rio. Mais ça viendra!
Comme ce fut le cas pour le 800 m où
ses progrès, l’hiver dernier, lui ont
permis d’être sacrée championne.”
La barre est placée très haut
A 22 ans, Nafi Thiam est donc en­
core perfectible, ce à quoi s’attache
son entraîneur, capable de réfléchir
à court terme, tout en travaillant à
long terme. Ainsi, quand on évoque
avec lui le record de Belgique du
pentathlon de Tia Hellebaut (4877
pts), Roger Lespagnard fronce les
sourcils.
“Ecoutez, il faut d’abord savoir
qu’avec 4 877 points, Tia a placé la
barre très haut, peut­être trop pour
Nafi à l’occasion de ces champion­
nats d’Europe indoor. Mais elle est,
bien entendu, toujours capable
d’épater la galerie. Si elle preste à son
niveau, elle ne sera pas loin de ce re­
cord, ce qui serait quand même im­
pressionnant, compte tenu de ses en­
traînements.”
G. B.
| L’HORAIRE |
Vendredi
09h30: 60m h./pentathlon (N. Thiam)
(Record de Thiam indoor : 8.37/2017)
09h40: longueur H (qualifications)
09h45: 400m F (1er tour)
10h20: hauteur/pentathlon (N. Thiam)
(Record de Thiam indoor : 1,94/2014)
10h20: 400m H (1er tour)
10h50: poids F (qualifications)
10h58: 800m F (1er tour)
11h35: 800m H (1er tour)
(J. Van Den Broeck)
12h00: triple F (qualifications)
12h15: 3000m F (1er tour)
12h45: 60m h. F (1er tour)
(A. Zagré)
13h15: poids/pentathlon
(N. Thiam)
(Record de Thiam indoor : 15,35/2017)
13h20: 60m h. H (1er tour)
16h30: 60m h. F (demi-finales)
(A. Zagré ?)
16h35: longueur/pentathlon (N. Thiam)
(Record de Thiam indoor : 6,51/2016)
16h45: 60m h. H (demi-finales)
17h00: perche H (FINALE)
17h05: 1500m F (1er tour)
17h30: hauteur F (qualifications)
17h35: poids F (finale)
17h45: 400m F (demi-finales)
18h05: 400m H (demi-finales)
18h20: triple H (qualifications)
18h25: 3000m H (1er tour)
18h55: 800m/pentathlon (finale)
(N. Thiam)
(Record de Thiam indoor : 2:21.18/2013)
19h15: 1.500m m (1er tour)
19h55: 60m h. F (finale)
(A. Zagré ?)
20h10: 60m h. H (finale)
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
35
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Le choix
du cœur
d’Anthony
Vanden Borre
Herakles – Léopold 1-1
Football L’ex-Mauve a signé
au Tout Puissant Mazembe,
au Congo.
LÉOPOLD: Henet (3); J. Plennevaux (1), J.
Verdussen (2), Van Strydonck (2), Poncelet
(1); Cuvelier (2), Zimmer (3), Thiéry (3); M.
Plennevaux (2), A. Verdussen (2), Turner
(1); puis Lemaire (2), Englebert (1), De
Trez (1), Dupont (1), Eaton (2).
Entretien Christophe Franken
Arbitres : MM. S. Michielsen et A. Zimmer.
C
e week­end, Anthony Van­
den Borre s’envolera pour
la République démocrati­
que du Congo et entamera, à 29
ans, la plus grande aventure de
sa vie au Tout Puissant Ma­
zembe, club basé à Lubumbashi.
Vous surprenez beaucoup de monde
avec ce départ au Congo…
Il ne faut pas croire que je signe
n’importe où. Je m’engage dans
un très grand club et j’en suis très
fier. Le TP Mazembe, c’est ma
2e maison après Anderlecht.
Parce que vous êtes né à Likasi, à
une heure de route de Lubumbashi?
Oui. Mes racines sont là­bas. J’ai
d’ailleurs toujours été fan du TP
Mazembe. Chez moi, j’ai toujours
eu des maillots du club. Quand
j’étais jeune, je supportais trois
clubs: Anderlecht, l’Olympique
de Marseille et le TP Mazembe.
Le Léo joue avec son bonheur
HERAKLES :Timmermans (3); Reckinger
(2), Hens (2), Le Paige (2), Le Clef (2); M.
Donck (2), Child (1); Keusters (3), De Kerpel (2); Smith (1), Huybrechs (1); puis V.
Donck (2), Vazquez (1), Da Costa (1), Van
Stratum (1), Struyf (2).
Cartes vertes : 4e Keusters, 33e M. Plennevaux, 45e De Kerpel, 59e M. Donck.
Les buts : 44e M. Plennevaux sur suite de
pc (0-1), 64e Reckinger sur suite de pc
(1-1)
DIVISION D’HONNEUR Le Léopold n’a
ramené qu’une maigre unité de son
déplacement à Lierre en match de retard et reste donc à 4 points de la 4e
place qui est toujours la propriété de
l’Herakles.
Pourtant, hier soir, le club ucclois
était le seul patron sur le terrain.
Même si l’Herakles était déçu d’avoir
manqué deux occasions en fin de rencontre, le club de Reckinger peut être
satisfait de ce mini hold-up. Sans la
maladresse des attaquants ucclois et
l’adresse de Timmermans, l’addition
aurait été salée pour les Lierrois. “Oui,
c’est un bon point”, confiait Cédric
Struyf qui en profitait pour rappeler
que son équipe reste sur 10 matches
sans défaite. “Notre priorité est et reste
“Nous n’avons
peut­être pas eu
beaucoup
d’occasions sur
l’ensemble de la
partie, mais elles
étaient franches.
Les attaquants
nous ont sauvés ces
deux dernières
semaines. Cette
fois­ci, ils ont été
moins efficaces.”
Tanguy Zimmer
Median du Léo.
de bien défendre.”
Sur ce plan, la mission était accomplie. Malgré les huit pc et quelques occasions nettes, le portier local ne s’est
retourné qu’à une reprise sur un pc...
mal stoppé qui a atterri sur le stick de
Max Plennevaux à la 44e minute.
A ce moment, le Léo aurait dû mener
de 2 ou 3 buts si l’Australien Turner
n’avait pas manqué deux énormes occasions. Sur la première, il était parti
seul vers le but, mais il perdait son
duel face à Timmermans. Avant cela, il
avait oublié de pousser la balle dans le
but vide. En deuxième période, il manquait encore une belle opportunité.
“Nous n’avons peut-être pas eu beaucoup d’occasions sur l’ensemble de la
partie, mais elles étaient franches. Les
attaquants nous ont sauvés ces deux
dernières semaines. Cette fois-ci, ils ont
été moins efficaces”, analysait le n°14
du Léo.
Au but d’ouverture de Plennevaux,
l’Herakles répondait à la 64e minute
par un but similaire de Reckinger. Romain Henet avait arrêté les 3 premiers
pc, mais il devait se retourner sur le 4e.
“Nous avons bien réagi après le 0-1”,
confirmait Struyf avant que Tanguy
Zimmer ne rajoute que “le Top 4 n’était
pas fini.”
“Rien n’est encore fait. Il reste beaucoup de matches. L’Herakles doit encore jouer de grands noms. Nous savions que le championnat serait chaud
jusqu’au bout. Avec ce point, nous sauvons l’essentiel.”
Thibaut Vinel
Vous aviez quatre ans quand vous
avez quitté votre Congo natal pour
rejoindre Bruxelles. Vous en avez
encore des souvenirs?
Oui. Je garde surtout le souvenir
d’un ami que j’avais là­bas. On
était tout le temps ensemble. On
a dû fuir le Congo à cause des
pillages consécutifs à la guerre au
début des années 90. Je n’ai ja­
mais revu cet ami. Ce sera beau si
je pouvais le retrouver là­bas mais
j’ai peu d’espoir. Depuis mon dé­
part quand j’étais enfant, je ne
suis jamais retourné au Congo.
Le prochain match du TP Mazembe
est fixé au 12 mars en Ligue des
Champions contre un club zambien.
Vous serez déjà prêt à jouer?
Je suis très bien physiquement.
J’ai continué à m’entraîner seul.
Ça ne remplace pas des séances
collectives mais je serai disponi­
ble dès que le coach aura besoin
de moi.
36
PHILIPPE DEMARET
Il y a deux mois, vous mettiez fin à
votre prêt à Montpellier et vous en
aviez marre du football.
Marre, c’est un bien grand mot.
Disons que j’étais plus fatigué
mentalement. J’avais besoin de
faire une pause.
Le Léopold n’est pas sorti victorieux du piège lierrois malgré une très nette domination.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
| RÉSULTATS |
BASKET-BALL
NBA
LA Clippers – Houston 103 – 122; Sacramento – Brooklyn 100 – 109; Boston –
Cleveland 103 – 99; San Antonio – Indiana
100 – 99; Toronto – Washington 96 – 105;
Atlanta – Dallas 100 – 95; Miami – Philadelphie 125 – 98; Utah – Minnesota 80 –
107; Milwaukee – Denver 98 – 110; La
Nouvelle-Orleans – Detroit 109 – 86;
Orlando – New York 90 – 101.
Division 1
Limburg United – Ostende
Liège – Antwerp Giants
Spirou Basket Jeunes – Ok. Alost
Louvain – Willebroek
Brussels – Belfius Mons-Hainaut
Ve 20h30
Ve 20h30
Ve 20h30
Sa 20h30
Di 15h00
HOCKEY
Division d’Honneur messieurs
Jeudi 2 mars
Herakles – Léopold
1. Dragons
14 9
2. Watducks
14 9
3. Racing
14 8
4. Herakles
14 8
5. Léopold
14 7
6. Daring
14 7
7. Orée
14 5
8. Louvain
14 4
9. Braxgata
14 4
10.Beerschot
14 4
11.Antwerp
14 4
12.Wellington
14 0
La prochaine journée
Dimanche 5 mars
Racing – Léopold
Wellington – Beerschot
Dragons – Herakles
Braxgata – Watducks
Antwerp – Louvain
Orée – Daring
2
3
1
2
4
5
7
5
7
9
10
14
3 55-24
2 48-26
5 47-32
4 37-30
3 51-34
2 45-37
2 30-38
5 30-31
3 35-41
1 40-44
0 19-45
0 16-70
1-1
30
29
29
28
24
23
17
17
15
13
12
0
15h00
15h00
15h00
15h00
15h00
15h30
FOOTBALL
Allemagne
23e journée. – Vendredi : Augsbourg – RB
Leipzig.
Classement : 1. Bayern Munich 53 pts; 2.
RB Leipzig 48; 3. Dortmund 40; 4. Hoffenheim 38; 5. Hertha Berlin 37; 6. Francfort
35; 7. Cologne 33; 8. Leverkusen 30; 9.
Fribourg 30; 10. Mönchengladbach 29; 11.
Mayence 28; 12. Schalke 27; 13. Augsbourg
27; 14. Wolfsbourg 22; 15. Werder Brême
22; 16. Hambourg 20; 17. Ingolstadt 18; 18.
Darmstadt 12.
Espagne
25e journée. – Mercredi : Osasuna –
Villarreal 1-4 (64e sur pen. Roberto Torres/2e Soriano, 27e sur pen. Soldado, 74e et
78e Borré), Barcelone – Gijon 6-1 (9e Messi,
11e Rodríguez csc, 27e Suárez, 49e Paco
Alcácer, 65e Neymar, 87e Rakitic/21e Castro),
Grenade – Alaves 2-1 (38e Mubarak, 53e
Cuenca/57e Camarasa), Celta Vigo – Espanyol 2-2 (21e Aspas, 30e Wass/28e Moreno,
32e Piatti), Real Madrid – Las Palmas 3-3 (8e
Isco, 86e sur pen. et 89e Ronaldo/10e Tana,
56e sur pen. Viera, 59e Boateng). Jeudi : La
Corogne – Atlético 1-1, Séville – Bilbao 1-0.
Classement : 1. FC Barcelone 57 pts; 2. Real
Madrid 56 (24 m.); 3. Séville 55; 4. Atletico
Madrid 46; 5. Real Sociedad 45; 6. Villar-
real 42; 7. Eibar 39; 8. Athletic Bilbao 38; 9.
Espanyol 36; 10. Celta Vigo 35 (24); 11.
Alaves 33; 12. Las Palmas 29; 13. Valence
29; 14. Betis 27 (24); 15. Malaga 26; 16.
Leganes 21; 17. La Corogne 20 (24); 18.
Grenade 19; 19. Gijon 17; 20. Osasuna 10.
France
Coupe de France (1/8es de finale). –
Mardi : CA Bastia (D3) - ANGERS 0-1,
FRÉJUS (D4) - Auxerre (D2) 2-0, BORDEAUX
– Lorient 2-1. Mercredi : Niort (D2) - PARIS
SG 0-2, Quevilly (D3) - GUINGAMP 1-2,
AVRANCHES (D3) - Strasbourg (D2) (tab :
6-5) 1-1, Marseille – MONACO 3-4 (a.p.).
Jeudi : Bergerac (D4) - LILLE 1-2.
28e journée - Vendredi : Bordeaux – Lyon.
Classement : 1. Monaco 62 pts; 2. Paris SG
59; 3. Nice 59; 4. Lyon 46 (26 m.); 5.
Bordeaux 42; 6. Saint Etienne 39; 7. Marseille 39; 8. Rennes 36; 9. Toulouse 35; 10.
Guingamp 34; 11. Nantes 34; 12. Angers 33;
13. Montpellier 32; 14. Caen 31; 15. Lille 29;
16. Nancy 28; 17. Metz 28 (26); 18. Dijon 27;
19. Bastia 24; 20. Lorient 22.
TENNIS
Acapulco – WTA – 226750 $
2e tour : Mirjana Lucic-Baroni (Cro/n°1) bat
Shelby Rogers (USA) 6-4, 6-4; Pauline
Parmentier (Fra) bat Andrea Petkovic
(All/n°8) 6-4, 3-6, 6-1; Jelena Ostapenko
(Let) bat Madison Brengle (USA) 7-5, 6-4;
Lesia Tsurenko (Ukr/n°7) bat Julia Görges
(All) 6-1, 2-0 (ab); Christina McHale (USA/
n°5) bat Taylor Townsend (USA) 6-1, 7-6
(7/5); Monica Puig (P-R/n°4) bat Daniela
Hantuchova (Svq) 6-4, 6-4; Kirsten Flipkens bat Ajla Tomljanovic (Cro) 7-5 (ab);
Kristina Mladenovic (Fra/n°2) bat Heather
Watson (G-B) 7-6 (7/4), 6-7 (5/7), 7-5.
Kuala Lumpur – WTA – 250000 $
2e tour : Magda Linette (Pol) bat Shuai
Peng (Chn/n°4) (ab); Yingying Duan (Chn/
n°5) bat Sara Sorribes (Esp) 6-0, 4-6, 7-5;
Qiang Wang (Chn/n°6) bat Saisai Zheng
(Chn) 6-1, 6-1; Xinyun Han (Chn) bat Anna
Kalinskaya (Rus) 6-3, 6-0; Ashleigh Barty
(Aus) bat Miyu Kato (Jpn) 6-0, 6-3.
Dubaï – ATP – 2858530 $
2e tour : Robin Haase (P-B) bat Damir
Dzumhur (BIH) 6-2, 4-6, 6-4; Fernando
Verdasco (Esp) bat Gaël Monfils (Fra/n°4)
6-3, 7-5 A. Murray (G-B/n°1) bat P. Kholschreiber (All) 6-7 (4), 7-6 (18), 6-1.
Acapulco – ATP – 1491310$
2e tour : Nick Kyrgios (Aus/n°6) bat Donald
Young (USA) 6-2, 6-4; Dominic Thiem
(Aut/n°4) bat Adrian Mannarino (Fra) 7-5,
6-3; Sam Querrey (USA) bat David Goffin
(n°5) 6-2, 6-3; Steve Johnson (USA) bat
Ernesto Escobedo (USA) 7-6 (5), 6-3; Marin
Cilic (Cro/n°3) bat Borna Coric (Cro) 6-3,
2-6, 6-3; Yoshihito Nishioka (Jap) bat Jordan
Thompson (Aus) 6-4, 3-6, 6-0; Rafael Nadal
(Esp/n°2) bat Paolo Lorenzi (Ita) 6-1, 6-1;
Novak Djokovic (Ser/n°1) bat Juan Martin
Del Potro (Arg) 4-6, 6-4, 6-4.
São Paulo – ATP – 520285 $
2e tour : Federico Delbonis (Arg/n°7) bat
Casper Ruud (Nor) 7-5, 6-3; João Sousa
(Por/n°4) bat Renzo Olivo (Arg) 6-2, 6-4
L’AUTRE
REGARD
Une statue
pour le mal­
aimé
Par Miguel Tasso
Luis Enrique a annoncé
qu’il quitterait le Camp
Nou à la fin de la sai­
son. Le coach du Barça
dit avoir besoin de
repos, tant la pression
est grande sur le banc.
Bizarre. L’homme est
jeune et conquérant. Et
son bilan est remarqua­
ble. En trois ans, il a
déjà remporté deux fois
la Liga, deux Coupes du
Roi et une Ligue des
Champions. Et pour­
tant, de guerre lasse, il
rend son tablier avant
même la fin de la
classe. Que se cache­t­il
derrière ce coup de
théâtre et cette démis­
sion programmée ?
Certes, le job d’entraî­
neur du club “blau­
grana” est usant et
astreignant. Et Luis
Enrique a le caractère
suffisamment trempé
pour assumer ses choix.
Mais certains se de­
mandent si d’autres
éléments n’ont pas
joué. Très fermé, peu
ouvert au dialogue et
guère apprécié des
médias, le coach astu­
rien ne faisait, en outre,
pas l’unanimité dans le
vestiaire. Ses relations
avec Lionel Messi
étaient notamment très
tendues. A en croire les
mauvaises langues,
c’est à peine si les deux
hommes se parlaient. A
l’heure où la star argen­
tine envisage d’aller
voir ailleurs si l’herbe
est plus verte, la situa­
tion devenait donc très
“touchy” pour tout le
monde. Si l’on apprend
dans les prochains jours
que le quintuple Ballon
d’or renouvelle son
contrat au Camp Nou, il
ne faudra peut­être pas
chercher ailleurs l’ex­
plication à tout ce tin­
tamarre. Et une statue
sera peut­être élevée
sur les Ramblas à Luis
Enrique le mal­aimé !
EN BREF
Tennis
Acapulco:eGoffin
battu au 2 tour
A la veille de sa rencontre
de deuxième tour à
Acapulco, David Goffin avait
prédit “un top match” contre
Sam Querrey “qui est un
grand serveur”. Sa
prédiction ne s’est pas
avérée. De match, il ne fut
jamais question.
David Goffin a été bouté
hors du tournoi en à peine
69 minutes. Le Liégeois n’a
pas retrouvé son niveau de
jeu face à l’Américain.
Ce 6-2, 6-3 fait mal à plus
d’un titre. Il a été piégé
dans l’un de ses secteurs de
jeu favoris: la lecture de
service. Goffin n’a jamais
été capable de lire les
trajectoires. Il a pris 7 aces.
Il n’a remporté que 4 points
sur les 27 services de
Querrey. Th. V.
7
Vandoorne à Barcelone
Räikkönen (Ferrari) a signé le
meilleur temps (1:20.872) de
la 4e journée d’essais de
préparation à la saison 2017
de F1, jeudi à Barcelone.
Stoffel Vandoorne (McLarenHonda) a signé le 7e chrono
(1:22.576). La piste avait été
arrosée selon la demande de
l’équipementier Pirelli.
Golf/Open de Tshwane
Detry réalise le par
Thomas Detry a inscrit 71
coups sur sa carte lors du
premier tour de l’Open de
Tshwane, une épreuve du
circuit européen (EPGA)
dotée de 1,19 million d’euros,
disputé sur le parcours à
Pretoria en Afrique du Sud. Le
Belge partage la 66e place du
classement général. (Belga)
Football
Abonnés: Anderlecht
ne communique pas
Alors que tous les clubs de
l’élite ont joué le jeu avec
une mention spéciale pour
le Standard et Charleroi,
Anderlecht n’a pas souhaité
communiquer les données
concernant ses abonnés.
Relancé à plusieurs reprises,
le club s’est contenté du
nombre d’abonnements
écoulés. Dommage… C.F.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
37
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Scènes
L’incontournable metteur en scène
italien crée à Anvers son nouveau
spectacle, “La Democrazia
in America”.
n Inspiré d’Alexis de Tocqueville,
il évoque les puritains qui créèrent
en Amérique une nouvelle et parfois
dangereuse forme de démocratie.
n
A savoir
Quoi : “La Democrazia in America” de Romeo Castellucci.
Joué en italien, surtitré en français et en néerlandais.
Où : De Singel, Anvers, www.desingel.be
Quand : du 8 au 11 mars.
Romeo Castellucci et
le “vide” de l’Amérique
V
oilà des années que le metteur en scène
italien Romeo Castellucci fascine les
spectateurs avec ses créations somp­
tueuses et souvent troublantes, d’une
grande beauté formelle et en même
temps faisant débat. “L’art ne doit pas être pédago­
gique, il n’est pas un message, je ne suis pas un prê­
tre, je n’apporte pas d’idéologie, je prône une forme
d’abandon. Je n’aime pas la provocation mais, par
contre, l’art doit être la « pierre du scandale”. C’est
un mot magnifique si on revient à son étymolo­
gie grecque qui veut dire : “la pierre qui nous fait
trébucher”, quelque chose qui nous oblige
même à changer de direction et nous force à
penser. Le rôle du théâtre, de l’art, de la littéra­
ture est de créer cette mise à nu par l’image, de
nous amener à courber notre regard comme la
lumière se courbe en approchant d’un trou
noir», nous disait­il.
Ces dernières années, Castellucci a multiplié
les spectacles très forts : “Go Down, Moses” au
Singel, “Orphée” à la Monnaie avec une Eurydice
qui était une malade locked in, bouleversant et
inoubliable. Il a créé sa version du “Sacre du
printemps” en un somptueux ballet de pous­
sière. En décembre, il montrait dans une église
d’Anvers, “The Minister’s Black Veil” avec l’im­
mense acteur américain Willem Dafoe en acteur
voilé.
“Castellucci touche en nous des zones qu’on ne
pensait même pas avoir ! Il valorise l’humain qui est
en nous. Certes, il secoue le public, ne cherche pas à
plaire, mais il nous atteint au plus profond de nous
et nous rend plus humains. Respecter le public n’est
pas lui plaire. Un acte d’amitié véritable est de par­
fois lui dire ce qui cloche. Romeo nous confronte
avec les abîmes”, nous disait Frie Leysen l’an­
cienne directrice du Kunstenfestivaldesarts.
Vous créez “La Democrazia in America”. Cela tombe
bien avec l’arrivée de Trump ?
38
C’est un projet que j’ai eu bien avant qu’on ne
parle de Trump et son élection est plutôt gênante
pour le propos. Je me suis concentré sur le livre
“La démocratie en Amérique” écrit par Alexis de
Tocqueville en 1835 qui analyse la nature de cette
démocratie qu’il découvrait. Il est vrai qu’il évo­
quait déjà des signes inquiétants dont on voit les
conséquences aujourd’hui. Créer une nouvelle
forme de démocratie, le rêve américain, peut
avoir aussi des suites dangereuses pour la liberté
de l’homme et virer parfois au cauchemar.
Comme “la tyrannie de la majorité” dont il parle
(qu’on retrouve pour le Brexit ou Berlusconi), la
menace que fait peser une rhétori­
que populiste sur la liberté intel­
lectuelle, les relations ambigües
qui existent entre l’intérêt général
et les ambitions individuelles.
Mais le livre est bien plus vaste,
très bien écrit et passionnant.
litique et des manières de vivre ensemble.
Revenons à Tocqueville...
Il montre que la démocratie américaine est née
dans le désert, comme une fleur peut parfois y
pousser. Cette démocratie n’a rien à voir avec l’hé­
ritage européen. Elle se façonne à l’image de
Moïse avançant dans le désert et est profondé­
ment ancrée, non pas dans les Evangiles mais
dans l’Ancien Testament. Tocqueville parle du
rôle essentiel des “puritains” dans cette naissance
et ce rapport à la terre. Les Puritains sont l’ex­
trême droite des calvinistes. Ils étaient convaincus
que l’Amérique était pour eux la
Terre promise où ils pourraient
fonder un Etat basé sur la volonté
de Dieu, en alliance directe avec
Dieu. Ils prônaient une société
égalitaire (sauf pour les Noirs, les
Indiens et les femmes), fondée sur
le devoir et l’individu. Le purita­
La démocratie, en Amérique comme
nisme n’existe plus mais a laissé
en Europe, semble bien en crise...
des traces. L’individualisme amé­
Dans la politique, il y a des vagues.
ricain est né là, avec la notion de la
Et aujourd’hui, on subit un creux
responsabilité individuelle du
très profond et très inquiétant. La
chrétien devant Dieu, sans l’inter­
politique doit être basée sur la fra­
médiaire d’un clergé. Comme est
ternité car il n’ y a aucun autre
né là, le respect de la richesse. Si
moyen pour être ensemble. Or, la
un homme devient très riche c’est
fraternité a disparu, le rapport aux
qu’il est proche de Dieu. Il n’y a
autres est vu comme un danger. La
pas de charité ou d’amour, seule la
politique doit trouver le moyen de
Loi compte. On voit toujours les
réinventer cette fraternité.
traces de cette origine puritaine et
pionnière avec le président qui
Le théâtre peut-il rester, lui, une
vote sur la Bible et avec la liberté
Romeo Castellucci
forme de démocratie ?
d’avoir des armes, dans l’orgueil
Le fait pour des spectateurs et des
américain aussi dont parlait Toc­
acteurs d’être ensemble, dans un même lieu est queville qui écrivait : “Il me semble voir toute la
une forme de démocratie et de solidarité pour destinée de l’Amérique renfermée dans le pre­
peu que le spectacle ne soit pas pédagogique et mier Puritain qui aborda sur ses rivages, comme
reste ouvert et vivant au débat et à la discussion. toute la race humaine dans le premier homme”.
Le théâtre peut être alors, comme une célébra­
tion, le double obscur et nécessaire du combat po­ Vous opposez cela à la démocratie inspirée des Grecs.
“La politique doit
être basée sur la
fraternité car il n’ y
a aucun autre
moyen pour être
ensemble.
Or, la fraternité
a disparu.”
DESINGEL
Entretien Guy Duplat
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
DESINGEL ET CASTELLUCCI
Romeo Castellucci, devant un voile coloré, pendant les répétitions de “La Democrazia in America”.
La tragédie grecque est née quand les dieux sont
morts. Et au même moment sont nées en Grèce,
la ville et la politique qui répond comme en écho
à cette tragédie. En Amérique, c’est tout différent.
On y écrit les lois comme Moïse le fit dans le dé­
sert. C’est un monde sans ombre, tout est sous le
soleil alors que la tragédie est l’ombre de la démo­
cratie grecque. Et Tocqueville dit que cela peut
créer des monstres. Au moment où la Révolution
française tuait le Dieu chrétien, et alors que le
droit peut naître vraiment quand Dieu est mort,
la démocratie américaine réinventait un rapport
nouveau à Dieu, mais le Dieu de l’Ancien Testa­
ment.
Comment traduire cela en un spectacle d’une heure et
quart ?
Je ne traduis pas un tel livre. J’ai pris un moment
du livre qui me semble refléter la racine du puri­
tanisme américain. C’est un couple de paysans
habitant une “log house” (une cabane de ron­
dins). Ils étaient dans l’avant­garde des pèlerins
dans le désert, comme Moïse. Mais la femme est
alors prise par un doute radical : l’Amérique est­
elle vraiment la Terre promise ? Et elle découvre
brusquement le vide américain. Elle se dit qu’ils
ont été abandonnés par Dieu et se retrouvent
dans le vide. Ce vide contemporain qui domine la
culture américaine, ce vide de l’Histoire, c’est
cette mélancolie sur laquelle ont écrit bien des ar­
tistes depuis Melville et Faulkner jusqu’à Foster
Wallace aujourd’hui. C’est le récit de quelqu’un
qui s’arrête et dit : on s’est trompé.
Comme toujours, votre spectacle sera très visuel mais
avec aussi des danses folkloriques avec des danseurs
en costumes des Puritains américains de l’époque.
Je ne suis pas chorégraphe et j’ai repris des danses
folkloriques très anciennes d’Albanie, de Grèce,
du Botswana, d’Angleterre, de Hongrie et de Sar­
daigne, les plus anciennes qui soient. Dans cha­
que ville où nous jouerons nous ajouterons une
quinzaine de danseurs locaux. Ces danses ancien­
nes sont comme une forme de démocratie où
chacun peut danser comme il le veut mais en sui­
vant le même rythme que les autres. Ces danses
plongent dans le brouillard de l’Histoire, elles ont
une dimension “aurorale”.
Bio express
Un grand nom de la scène
européenne
Romeo Castellucci est né en 1960 à Cesena, en
Italie, où il travaille avec sa “societas Raffaello Sanzio”
créée avec Chiara Guidi et sa sœur Claudia Castellucci.
Depuis plus de 25 ans, il développe des spectacles
singuliers et magnifiques, proches des arts plastiques,
joués dans toute l’Europe, et qui touchent tous les sens
(on se souvient de son cycle “La Tragedia Endogina”).
En 2008, il est l’artiste associé au Festival d’Avignon et
y créait l’événement, salué tant par le public que par la
critique, avec sa trilogie sur la “Divine Comédie” de
Dante. A La Monnaie, à Bruxelles, il a monté en 2011
un très beau “Parsifal” et en 2014, un “Orfeo”
saisissant avec une patiente atteinte de locked in. Frie
Leysen fut la première à découvrir Romeo Castellucci
et à l’inviter au Kunstenfestivaldesarts avant qu’il ne
devienne un des plus grands noms des scènes
européennes. En 2011, un groupe d’intégristes
chrétiens s’en était pris violemment à Paris à son
spectacle “Sur le concept du visage du fils de Dieu”.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
39
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Mountain Bike fait sa
crise de la trentaine
Rock Mountain Bike reprend du service
avec un 2e disque qui confirme tout le
bien que l’on pensait déjà du quatuor.
Rencontre Nicolas Capart
T
rois ans après son album éponyme et in­
troductif, la plus belle bécane garage­
rock du royaume de Belgique publie “Too
Sorry for Any Sorrow”, délicate seconde pla­
que à l’élégance électrique. Un titre tiré du
single – “This Lonely Place” – récemment dé­
voilé par Mountain Bike, qui ne rappelle qu’à
peine la verve hédoniste et adolescente qui
était leur jadis. Le ton a changé, ses membres
ont grandi, les envies pop se sont imposées, et
il aura fallu le temps de la redécouverte pour à
nouveau être séduits.
Dans l’intervalle, outre une gargantuesque
tournée, chacun a vaqué. Etienne Marsal avec
ses compatriotes français de Warm Toy Ma­
chine, et Charles­Antoine Vanderborght der­
rière les fûts de la formation tournaisienne
Thee Marvin Gays. Aurélien Auchain et Ste­
fano Bedani dans leurs projets solos, respecti­
vement June Moan et Billie Joe. Il y a un an à
peu près, toutes ces belles énergies se sont re­
trouvées à l’abri des sentiers hennuyers pour
concocter l’excellent deuxième disque qu’ils
présenteront au Cirque Royal en mai.
Si le ton s’est affiné, versant tant et plus vers un
son garage pop assumé, le propos semble lui aussi
avoir pas mal changé…
Etienne: Les textes ont pas mal évolué, c’est
beaucoup plus personnel. C’est moi qui les
écris, j’ai en effet pas mal bossé… Pour la musi­
que par contre, cela a été plus collectif, on a
vraiment bossé et peaufiné les compos à qua­
tre. Côté thématiques, cela tourne souvent
autour du même sujet : la crise de la trentaine
(rires). On est un peu tous en plein dedans (sauf
le cadet Aurélien qui ne se sent pas concerné et n’a
encore que 27 ans, NdlR), c’était difficile de faire
autrement. D’autant qu’on a toujours fonc­
tionné de manière impulsive et spontanée avec
Mountain Bike.
BORIS GORTZ
Ainsi s’immisce discrètement mais d’entrée le titre
“Future Son”, surprenante projection où l’on sent
poindre l’envie de devenir papa.
Etienne : Ce sont des questions qu’on se pose
tous. Des hésitations… Quand on en parle avec
nos parents, ils nous ont eu jeunes, les miens à
24 ans. Pour eux et à l’époque, c’était normal.
Nous, on attend le bon moment, mais je sup­
pose qu’il n’y en a pas vraiment.
Aurélien : C’est comme une lettre qu’écrirait
Etienne à un gamin hypothétique pour le pré­
venir, le mettre un peu en garde…
Etienne : Lui dire : ‘Désolé de te mettre dans la
m***’. Parce que la vie c’est cool oui, mais c’est
quand même pas la fête tout le temps.
Aurélien : Mais tout cela est teinté d’optimisme
On a gardé le côté surf du premier album, in­
séré des mélodies qui nous faisaient envie, as­
sumé une certaine mélancolie. Le fait d’avoir
appris à se connaître ces dernières années le
permet, sans avoir peur de verser dans le kitsch.
De gauche à droite : Aurélien Auchain (guitare), Charles-Antoine Vanderborght (batterie), Etienne Marsal
(chant/guitare) et Stefano Bedani (basse) forment Mountain Bike.
40
Il se passe quoi pour Mountain Bike des lendemains de la sortie de votre premier éponyme
(2014) à son successeur aujourd’hui ?
Etienne : Il y a eu deux ans de tournée. Plus de
150 dates. Sans trop s’en rendre compte, on
s’est pas mal épuisé. Dans la foulée, on a un peu
soufflé, ce qui nous a permis de terminer l’al­
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
En concert, The XX déploie toutes
les couleurs de l’arc-en-ciel
bum. Mais on a beaucoup joué en France, en Belgique,
quelques gigs en Allemagne, en Italie, en Suisse aussi.
Et quasiment dans toutes les villes des Pays­Bas.
Quels en furent les meilleurs moments ?
Charles : La fois où Pierre a froissé les côtes d’Etienne…
Etienne : Oh oui, ça c’était monnaie courante (rires).
On s’entend très bien avec notre ingé­son Valfrey, pré­
sent sur presque toutes nos dates. Du coup, pas mal de
souvenirs sont liés à lui…
Charles : J’avais adoré notre passage au Pukkel, il y a 2
ans. On est arrivé sur scène en caddys de golf, c’était
cool. Une fois, on a joué dans une piscine vide aussi.
Aurélien : Moi, je garde un bon souvenir de l’Euroso­
nic à Groningen. De l’AB avec Franz Ferdinand aussi.
Ça s’était fait à l’arrache, on nous a appelés la veille…
Et les pires souvenirs ?
Etienne : Cette date à Bordeaux, au Rocher de Palmer,
pour la tournée Europavox. D’abord, à cause de ce
“côté français” (dit le natif de l’Hexagone, NdlR). Et puis,
la salle était trop grande, tout au bout de la ville… Per­
sonne ne va jusque­là sauf pour voir Michel Sardou. Il
y avait 15 personnes, dont les parents de Stefano qui
avaient fait 500 bornes pour venir.
Stefano : Ma mère était aux anges, la salle était vide,
elle a pu danser et occuper tout l’espace. Je pense que
mes parents ont adoré en fait.
Musique Le trio electropop londonien
se produisait à guichets fermés
mercredi et jeudi à Forest National.
Critique Marie-Anne Georges
M
ercredi soir, c’est dans un Forest Na­
tional blindé que The XX a donné le
premier de ses deux concerts à gui­
chets fermés. C’est donc devant 16000 per­
sonnes que Romy, Oliver et Jamie, trio de­
venu une figure majeure de l’indie, auront
joué à Bruxelles les 1er et 2 mars. On les sent
heureux d’être là, corroboré par un “We are
so excited to be here” d’Oliver Sim. Plus tard, le
chanteur et bassiste deman­
dera que l’on braque les pro­
jecteurs vers les 8000 person­
nes qui les ovationnent tout
en se souvenant de leur pre­
mier concert, un set de 20
minutes devant un public
quelque peu plus clairsemé. Il
s’agissait du showcase orga­
nisé par leur maison de dis­
ques à la Rotonde du Botani­
que en 2009. Leur premier
album n’était pas encore sorti
et Beggars, qui représente en
Belgique leur label Young
Turks, croyait en eux et avait
eu l’heureuse initiative de programmer cette
petite sauterie. “On en a fait du chemin”, con­
clura le musicien. De fait !
sent des blancs tranchants ou des gris apai­
sants, l’on a aussi droit à des rouges, des
bleus, de l’orangé flamboyant avant un final
arc­en­ciel du meilleur effet – le moment où
l’on a vu le plus de portables immortaliser le
décor.
Pour élaborer leur setlist de dix­neuf mor­
ceaux, les trois amis ont été piocher dans
leurs trois opus. Logique. Avec une part quasi
égale de leur dernière et de leur première li­
vraison – “Coexist” n’apparaissant que trois
fois. Et la surprise du chef, “Loud Places” tiré
de l’album solo de Jamie XX, “In Colour”.
Ecoute religieuse
Tout au long de l’heure et demie de con­
cert, les spectateurs (en grande majorité jeu­
nes) resteront assez stoïques, offrant une
écoute religieuse dans le tem­
ple de Forest, ondulant à
peine de la tête, alors que le
corps aurait pu suivre. Car au
fil des années, Jamie XX est
passé maître en ornementa­
tions sonores, offrant des tex­
tures plus complexes, plus ri­
ches – le dernier album pour
preuve. Sur scène, certains de
leurs précédents morceaux
sont retravaillés, quand
d’autres affichent toujours
l’electropop minimaliste qui
caractérise le groupe anglais.
Les spectateurs semblent ap­
précier se lover dans cette langueur. Pour­
tant, la complicité qui unit, sur l’album,
Romy Madley Croft et Oliver Sim, ne s’im­
pose pas d’emblée dans cette énorme salle.
Pour voir le public se lever d’un seul
homme (jusqu’aux étages, c’est dire), il fau­
dra attendre “On Hold”, contenant le fa­
meux remix de Hall and Oates. Mais c’est
déjà presque la fin du concert. Nombreux
sont les puristes qui rechignent à se déplacer
à Forest National, salle réputée pour son son
pourri. Mardi, l’ingé son de The XX a fait des
miracles – les immenses baffles dispensant
une qualité incroyable.
Un décor au
diapason de la
mue opérée par
The XX: blancs
tranchants, gris
métalliques
cèdent la place
au
polychrome.
Après la tournée, un an en dehors des radars ?
Stefano : Il y a eu pas mal de retard, deux enregistre­
ments successifs avec les mêmes morceaux, les choses
ont traîné, il a fallu changer de set up… On ne voulait
pas reprendre les concerts sans nouveau morceau.
Etienne : Le fait qu’Aurélien ait tout enregistré a joué.
Il fallait du temps pour avoir le recul nécessaire.
“Cette fois, on a pris le temps
et fait exactement ce que l’on
voulait. Cet album est plus fidèle
à nos attentes […] Et moins
‘chien fou’ en effet.”
Petit groupe devenu grand
Aurélien Auchain
Guitariste du groupe Mountain Bike.
Un album éponyme en 2009 suivi de
“Coexist” en 2012 avant l’étonnant, mais ô
combien réjouissant “I See You”, sorti en jan­
vier dernier et un succès, à chaque fois, crois­
sant.
Le décor est sans doute au diapason de la
mue opérée par The XX. Si les miroirs géants
qui pivotent ou les colonnes de lumières,
parfois en mode “boule à facettes”, propo­
Comment s’est déroulé l’enregistrement cette fois ?
Charles : A la campagne… En famille.
Stefano : Après l’enregistrement du premier au studio
de Iacopo, on a pris l’habitude d’aller chez les parents
de Charles, à Rumes (dans le Tournaisis, NdlR). On y est
tranquille, on y bosse à notre rythme. Il y a une pièce
pour nous où l’on a installé tout notre matériel.
Aurélien : Le gros du travail a été fait là. Les voix et ar­
rangements finalisés ailleurs. Un morceau au Studio
Pyramide (à Beersel), trois autres chez nos potes du
groupe Double Veterans, au Hightime Studio.
Charles : On a commencé à un endroit, continué dans
d’autres, pour finir à Anvers où Aurélien et Staf Ver­
beeck (dEUS, BRNS, Madensuyu) ont mis de l’ordre et
mixé. Il reste ce côté “bricolé”, qui va bien au projet.
“Too Sorry for Any Sorrow” est un coming-out pop, qui ne
garde du garage que quelques décharges d’électricité.
Stefano : Celui­là n’a plus grand­chose de garage.
Quand je réécoute le premier, ça pique un peu… Pas
ici, et je me suis habitué à cette qualité de son.
Charles : On est revenu à nos premiers amours, des
plans plus simples, moins gonflés…
Aurélien : Par opposition au premier, on n’a fait aucun
compromis. On a pris le temps et fait exactement ce
que l’on voulait faire. Il est plus fidèle à nos attentes […]
Et moins “chien fou” en effet.
nage Menopause). En concert, le 10/3 au Water Moulin
(Tournai) le 25/3 au Reflektor (Liège), le 6/5 aux Aralu­
naires (Arlon) et le 20/5 au Cirque Royal (Bruxelles).
DR
U “Too Sorry for Any Sorrow” (Humpty Dumpty/Tee­
Miroirs géants, colonnes de lumières: le public est resté bien sage alors que Forest aurait pu, parfois,
se transformer en discothèque géante.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
41
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Luc Peire, peintre belge de la verticalité
sommet de la sobriété qui ne fut ja­
mais, ni austère, ni sévère. Elle sut
conserver, et c’est l’un des grands
mérites du peintre, une sorte de sa­
gesse et de modestie par l’économie
de moyens notamment, et un aspect
vivant par l’énergie vibratoire conte­
nue en ces compositions abstraites
pourtant simples et concises.
BOLLAERT&MOORTGAT
Stature spirituelle
Luc Peire, “Tasman”, 1988, huile sur toile, 260 x 200 cm.
Exposition Une excellente
rétrospective au FeliXart
Museum, à Drogenbos.
T
out qui a déjà approché une
œuvre de Luc Peire (Bruges,
1916 – Paris 1994) a été séduit
par la rigueur du propos et l’élan de
la verticalité. Ce sont les deux fonda­
mentaux d’une option qui se définit
dès le début des années cinquante et
qui se radicalisa au contact parisien
de Michel Seuphor. L’excellente ex­
position sise au FelixArt Museum re­
prend l’ensemble du trajet de ma­
nière chronologique en réservant
une belle et indispensable place aux
dessins et autres œuvres en noir et
blanc. Ces dernières marquent le
42
A la recherche
de la verticalité
et de l’espace
infinis, Luc
Peire créera un
lieu dans lequel
chacun peut
vivre et
ressentir cette
impression
d’infinitude.
Les premières œuvres de l’exposi­
tion introduisent le bleu neutre qui
restera une marque chromatique ré­
currente, sans pour autant être uni­
que. Elles s’engagent aussi dans l’es­
prit de synthèse qui conduira l’ar­
tiste jusqu’à évincer un substrat de
figuration au profit de la seule ligne.
La droite, debout comme l’homme,
et ce n’est pas un hasard. La ligne
verticale, c’est l’élévation, la droiture
en tant que stature spirituelle dans le
sens où l’entendait Kandinsky. C’est
aussi une forme de la dignité hu­
maine dont l’artiste était lui­même
porteur. Même posée dans la toile
comme en apesanteur, la ligne isolée
tient et s’affirme comme élément vi­
tal qui anime l’espace ainsi habité.
Espace infini
Le parcours progresse lentement
vers les compositions abstraites,
épurées, dans lesquelles il introduit
des variations chromatiques, les
unes douces dans des gris et des jau­
nes, les autres très franches comme
le rouge. Et ce cheminement passera
entre autres par une phase où l’illu­
sion picturale joue de la 3D entre
plans, espaces et dispositif architec­
tural. Comme le montre l’exposi­
tion, Luc Peire interviendra in situ,
dans l’architecture, et se consacrera,
grâce à l’utilisation du Formica
transparent, à des réalisations sculp­
turales. A la recherche de la vertica­
lité et de l’espace infinis, il créera, par
le recours à des miroirs au sol et au
plafond, un lieu dans lequel chacun
peut vivre et ressentir cette impres­
sion d’infinitude.
Claude Lorent
U Luc Peire, FeliXart Museum, Kuikens­
traat 6, 1620 Drogenbos. Jusqu’au
14 mai. Du jeudi au dimanche de
10h30 à 17h.
Le bonus
A voir à Knokke
En complément de cette visite
d’exposition, une autre s’impose.
Celle de la Fondation Jenny Luc
Peire à Knokke où vous pourrez
notamment expérimenter la
fameuse pièce-miroir de 1967,
“Environnement I”. Le lieu qui a
été agrandi et aménagé est en
fait l’ancienne maison avec
jardin et atelier de l’artiste où
sont exposées en permanence
une série d’œuvres et où sont
conservées les archives de celui
qui fut un grand voyageur et
passa la majeure partie de sa vie
à Paris (1959-1994) où il
exposait très régulièrement. En
dehors des expositions
temporaires, la Fondation se
visite en groupe.
U Fondation Jenny Luc, 64 De
Judestraat à B­8300 Knokke­
Dorp. Infos : www.lucpeire.com
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Scènes Mossoux-Bonté ausculte
le monde contemporain dans “A Taste
of Poison”. A voir aux Brigittines.
Critique Guy Duplat
D
ans la compagnie Mossoux­Bonté, par­
fois c’est Nicole Mossoux qui crée, aidée
par Patrick Bonté, parfois c’est l’inverse.
Dans “A Taste of Poison”, créé cette semaine
aux Brigittines à Bruxelles, Patrick Bonté, l’ac­
tuel directeur du lieu, est à la manœuvre et
propose un spectacle conçu comme une fable,
jouée et dansée, une satire caustique sur notre
monde actuel.
Nos tics et nos tocs
EN BREF
Photographie
Décès du célèbre photojournaliste David Rubinger
Agé de 92 ans, le photojournaliste David Rubinger est mort
mercredi à Jérusalem. Son portrait de trois parachutistes israéliens
contemplant le mur des Lamentations après la prise par Israël de
Jérusalem-Est lors de la guerre des Six Jours en 1967 reste une des
images emblématiques de ce conflit. Né en 1924 à Vienne, il avait
fui le nazisme et s’était installé en Palestine sous mandat
britannique en 1939. Il a couvert pendant 50 ans les guerres et la
politique israélienne, dépeignant aussi par ses photos l’histoire
sociale et culturelle de l’Etat hébreu, créé en 1948. (AFP)
Patrimoine
L’Institut royal du patrimoine artistique ouvrira
ses portes au public le 9 mars
L’Institut royal du patrimoine artistique (IRPA) est l’institution
scientifique fédérale en charge de la documentation, de l’étude et de
la conservation-restauration du patrimoine culturel et artistique. Lors
de la journée portes ouvertes, on pourra découvrir les différents
services qu’il propose et contempler les œuvres qui s’y trouvent
temporairement, dont des tableaux de Bruegel l’Ancien ou Rubens.
L’entrée est gratuite. Dès l’année prochaine, l’IRPA sera accessible au
public chaque premier jeudi du mois de mars. (Belga)
56,9
millions de dollars
SOTHEBY’S
Sous
le scalpel
de la danse
Mise en vente mercredi soir chez
Sotheby’s, à Londres, la toile
“Bauerngarten (Blumengarten)”
(1907) de Gustav Klimt a battu
des records. Jamais un paysage
peint par l’artiste autrichien ne
s’est vendu aussi cher. C’est
aussi le troisième prix le plus
élevé jamais payé en Europe
pour une de ses œuvres.
Sur scène, cinq experts, des savants un peu
fous, portant de longues blouses blanches,
sortent de couloirs aseptisés avec leurs instru­
ments autour du cou. Ils viennent tour à tour
s’expliquer devant des micros placés sur le de­
vant de la scène. Ils pratiquent d’étranges ex­
périences sur l’humain. Neuf tests en tout, sur
ce qu’est une bouche, une chute élégante, sur
le corps devenu objet commercial, sur
l’amour, voire la pornographie.
Aux Brigittines, Patrick
Bonté propose un
spectacle conçu comme
une fable, jouée et
dansée, une satire
caustique sur notre
monde actuel.
Ils se soumettent eux­mêmes aux expérien­
ces : corps pliés, détournés de manière rigo­
lote. Avec leurs faux airs de scientifiques
froids, ils scrutent nos tics et nos tocs, notre
fond animal. Le corps et nos liens sociaux sont
devenus des marchandises. Leurs expériences
sont comme une métaphore de ce que devien­
nent les relations humaines et amoureuses
dans une société où tout est rapport de pou­
voir.
“A Taste of Poison” est une suite de saynètes
plus ou moins burlesques, plus ou moins réus­
sies, sur notre monde contemporain. Le sens
s’éclaire à la fin par une longue chanson finale
interprétée avec énergie, par les cinq perfor­
meurs sur le mode des music­halls améri­
cains, où ils remercient l’Amérique pour ces
dérives montrées auparavant mais aussi pour
tous les malheurs du monde et de nous avoir
donné ce “goût du poison” : écosystème dé­
vasté, guerres, puissance de l’argent, dro­
gue, etc. Tout y passe dans un chant totale­
ment parodique et grinçant.
U “A Taste of Poison”, aux Brigittines, à Bruxelles,
jusqu’au 4 mars.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
43
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Opinion
Nora Seni
Asli
Erdogan,
l’Européenne
Professeure à l’Institut français
de géopolitique,
Université Paris-VIII (1).
n Dans son dernier livre, l’écrivaine et opposante turque décrit l’oppression et la prison.
Elle établit aussi un parallèle entre le déni
autour du génocide arménien en Turquie,
Auschwitz et la destruction de villes kurdes.
C
inq heures du matin, le train
qui roule vers Auschwitz est
plein à craquer des condam­
nés de la mémoire. Les che­
veux des femmes mortes, ton­
dues avant d’être brûlées dans les
fours, l’oreille mutilée de Bünyamin
retrouvée dans une poubelle à Cizre,
les anneaux de l’enfer, insatiables, plus
tortueux que la vie humaine…”
Asli Erdogan, écrivaine, figure em­
blématique de l’insoumission à la
dictature turque fait résonner dans
son dernier ouvrage, “Le Silence
même n’est plus à toi” (2), le martyre
des villes kurdes de Turquie, de Ci­
zre, de Varto, avec l’évocation des
camps de destruction des Juifs d’Eu­
rope. Cette évocation est tout sauf
banale ou attendue. Elle est surpre­
nante non parce qu’elle contrevient
aux règles formulées par Lanzmann
qui veille au maintien de l’unicité
de la Shoah, mais parce qu’il est ex­
ceptionnel de rencontrer dans le
paysage littéraire turc une quelcon­
que référence à l’extermination des
Juifs d’Europe pendant la Seconde
Guerre mondiale.
Cette absence flagrante caracté­
rise autant la littérature, les arts, le
théâtre, la peinture que le monde
des idées dans son ensemble. Il ap­
paraît que, n’ayant pas participé à la
Seconde Guerre mondiale, la Tur­
quie s’est épargné les questions
existentielles que la découverte des
camps a soulevées en Europe. Bien
que concernée elle­même par l’éra­
dication des Arméniens d’Anatolie
et les persécutions des Alévis (chii­
tes), elle n’a guère été touchée par le
doute fondamental qui a ébranlé la
civilisation occidentale sur sa pro­
pre nature, son humanité. Elle ne
s’est pas associée à l’effroi et aux ré­
vulsions qui ont travaillé les cons­
ciences avec leur lot de dénégations,
suivies, longtemps plus tard, de po­
litiques dites mémorielles, de la re­
connaissance des responsabilités
des Etats, de demandes de pardon,
44
de poses de stèles, de création de
musées, d’inventions de pédagogies
adaptées aux jeunes.
Altérités menaçantes
Alors que l’obsession d’une paix
solide et pérenne a conduit pendant
des décennies les gestes et décisions
des pays occidentaux dans l’après­
Seconde Guerre mondiale, indui­
sant la fondation des plus impor­
tantes institutions qui encadrent
nos vies, c’est une tout autre obses­
sion qui inspirait les politiques et la
pensée turques : le souci de l’homo­
généité ethnique religieuse, l’ambi­
tion d’une population composée
quasi exclusivement de Turcs mu­
sulmans sunnites. Héritée des der­
nières décennies de l’Empire otto­
man qui a perdu tout au long du
XIXe siècle tous les territoires où
l’élément turc­musulman n’était
pas majoritaire, cette obsession a
continué d’imprégner l’ADN de la
Turquie républicaine, entravant la
démocratie, s’imposant aux menta­
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
La question des camps
phie se rapportant à l’Holocauste.
Pas de cursus universitaire non
plus incluant l’analyse de la mon­
tée du nazisme, du fascisme. Pas
de processus mémoriel, pas de
participation aux commémora­
tions internationales jusqu’aux
années 2000. Bien entendu, la
crainte de devoir se confronter à
la question du génocide arménien
est un des moteurs de cette “indif­
férence”. Le con­
flit israélo­palesti­
nien n’a rien ar­
rangé.
Identifiant les
juifs du monde
entier à Israël, ils
ont sélectionné
dans ce conflit les
arguments qui les
rendaient indiffé­
rents aux massa­
cres sur les ruines
desquels l’Europe
s’est reconstituée.
Ce couvercle posé
sur les mémoires des terres tur­
ques a pétrifié la pensée, jusqu’à
stériliser la sensibilité des intellec­
tuels. Ceux­ci ont su tout concep­
tualiser, du marxisme jusqu’au li­
béralisme le plus thatchérien, ils
ont même reconnu le caractère
génocidaire des massacres armé­
niens, mais se sont abstenus d’at­
tention, d’émotion quant au na­
zisme et à son pivot, l’antisémi­
tisme. Ainsi n’ont­ils pas su
reconnaître les signaux du totali­
tarisme que faisait clignoter dès le
début des années 2010 Recep
Tayyip Erdogan. Il figure en bonne
place aujourd’hui parmi les auto­
crates de notre monde tandis
qu’Asli Erdogan semble assez
seule lorsqu’elle interroge sa ca­
pacité à intégrer la question des
camps dans son écriture.
“Si elle se risque à pénétrer dans les
camps de concentration où les con­
damnés furent pendus aux portes
décorées et rehaussées de maximes,
elle pressent qu’elle n’en ressortira
plus.” Et quelques lignes plus loin,
ayant parlé de la “grande catastro­
phe” des Arméniens, elle conclut :
“Nous vieillissons pour oublier […] et
oublions sans cesse que ces cadavres,
nous les portons en nous.”
Le monde
éditorial turc ne
s’est guère
encombré de
livres d’histoire
ou de
philosophie se
rapportant à
l’Holocauste.
En cela, les intellec­
tuels progressistes
ou de gauche n’ont
pas, en temps voulu,
joué
leur
rôle
d’avant­garde, de vigile. Ils se sont
maintenus à une place de conseiller
du prince, ne pouvant s’économiser
la fierté de faire partie de la majo­
rité. Le monde éditorial turc, si di­
versifié et riche par ailleurs, et qui a
été si prompt à traduire les ouvrages
de la “French thought”, de Foucault
à Deleuze, ne s’est guère encombré
de livres d’histoire ou de philoso­
U (1) Nora Seni est l’auteure de “A
qui sert la Turquie en Europe”, dans
la revue Hérodote (février 2017).
U (2) Cet ouvrage a été publié en
janvier par Actes Sud en France, au
lendemain de la mise en liberté
conditionnelle de l’auteur. C’est un
recueil des chroniques écrites pour
Özgün Güden, quotidien soutenant
les revendications kurdes et dont la
justice turque a ordonné la ferme­
ture et l’arrestation des collabora­
teurs pour “appartenance à une
organisation terroriste”.
U Cette opinion est parue le 21 fé­
vrier dans “Libération”. Les interti­
tres sont de la rédaction.
OPINION
La vérité
en 140 caractères ?
n Est-ce vraiment cela que nous voulons? Des propos
de plus en plus extrêmes pour créer le buzz?
Pieter Timmermans
Administrateur-délégué de la Fédération
des entreprises de Belgique (FEB).
BELGA
lités, fabricant des altérités mena­
çantes.
Avec ses artistes, ses intellectuels
et ses figures politiques, la Turquie a
traversé les 70 années qui la sépa­
rent de la Seconde Guerre mondiale
sans être saisie par le vertige de ce
que l’homme peut faire à l’homme,
par la vision des corps suppliciés,
réduits en cendres. Ce qui la sépare
de l’Europe, c’est de ne pas soumet­
tre toutes les options
politiques du pays au
choix de la paix, de
ne pas privilégier la
démocratie comme
régime le mieux ca­
pable de maintenir
cette paix et la cohé­
sion sociale.
L
es vacances scolaires sont généralement une période un peu moins
chargée. Une période propice
pour prendre un peu de recul et regarder derrière nous. Si on m’avait dit l’an
dernier que le Brexit se réaliserait, que
Donald Trump prendrait ses quartiers
à la Maison-Blanche et que nos voisins
des Pays-Bas et de France avaient de
grandes chances de voir arriver l’extrême droite au pouvoir, je n’y aurais
cru qu’à moitié. Mon propos ici n’est
pas de juger les gens qui ont choisi de
soutenir ces candidats ni de leur jeter
la pierre mais d’essayer de comprendre et d’expliquer comment nous en
sommes arrivés là.
Nous avons, je pense, tous une responsabilité face à la montée des discours extrémistes ou protectionnistes
et à la polarisation que ceux-ci induisent dans notre société. Je le constate
moi-même quotidiennement. Trop souvent, nous sommes tentés par la petite
phrase qui fera mouche médiatiquement ou sur Twitter et ce au détriment
du contenu et d’un raisonnement argumenté. Voilà une critique que l’on fait à
mon organisation. La FEB devrait prendre des positions plus fortes, la FEB est
trop nuancée. Je m’inscris en faux contre cette vision. Depuis quand un avis
mesuré et pondéré ne peut-il pas être
fort? Je suis d’ailleurs d’avis que, pour
bon nombre de thématiques, la réponse ne peut être complètement
noire ou complètement blanche. Je
suis convaincu que la vérité se trouve
le plus souvent dans la nuance. Défendre une opinion nuancée avec un raisonnement bien argumenté ne doit pas
être synonyme de ringardise.
Les responsables politiques et autres
décideurs doivent toujours garder à
l’œil l’exigence de vérité. Les médias
également. La chasse aux scoops et la
recherche du titre le plus provocateur
se font trop souvent au détriment de la
qualité et de la véracité des informations. Comprenez-moi bien, je ne rejette pas les nouvelles technologies ou
les nouveaux moyens de communication. Je les utilise moi-même ainsi que
mon organisation. Je fustige cependant le système qu’ils ont contribué à
mettre en place. Un système où une information en chasse une autre et où
l’on peut dire tout et son contraire à
une vitesse infernale.
Ce nouvel écosystème médiatique
nous donne donc une responsabilité
supplémentaire. Nous devons parfois
avoir le courage de ne pas lancer un
tweet ou un bon mot à la légère juste
pour le plaisir de faire parler de soi.
Nous devons prendre le risque d’être
moins “intéressant”. Sinon, dans
quelle direction allons-nous et pour
quel résultat? Une érosion progressive
du soutien public envers nos dirigeants et une diminution du respect
pour le monde politique et les autres
institutions. Est-ce vraiment cela que
nous voulons? Que les propos deviennent de plus en plus extrêmes pour essayer de gagner la course à la popularité. Avons-nous atteint la limite?
N’est-ce pas la preuve que nous pouvons et devons faire mieux? En tant
qu’administrateur-délégué d’une organisation de premier plan, je mesure
l’importance de ce devoir d’exactitude
et je pense que nous devons chaque
jour nous poser des questions sur la façon dont nous communiquons. La communication doit rester un moyen et ne
doit pas devenir notre seul but.
L’histoire récente nous a prouvé le
pouvoir des petites phrases. Avant
d’avoir un programme ou des solutions, certains pensent d’abord à la
meilleure façon de créer le buzz. Nous
devons avoir l’exigence de refuser cela
et d’offrir plus au citoyen. Tout comme
le citoyen doit pouvoir avoir les clefs
pour décoder l’actualité mais aussi
avoir accès à la vérité. Cela passera
par un travail pédagogique dès le plus
jeune âge mais aussi par une transparence et une exigence accrues de nos
institutions politiques et médiatiques.
Cela ne peut plus tarder, les enjeux
sont trop importants pour être sous-estimés. Les “fake news” et “alternative
facts” ne peuvent devenir la norme. Le
slogan ne doit pas être le seul moyen
pour que l’on parle de nos chiffres et
de nos études dans la presse. Twitter
et Facebook ne doivent pas devenir notre seul lieu de débat.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
45
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Les grands entretiens d’A
Culture Le prof de philo
reprend le talk-show de Nicolas
Demorand. France 3, 23h40.
Entretien Caroline Gourdin
Correspondante à Paris
L
a nouvelle formule de Drôle
d’endroit pour une rencon­
tre HH a conservé la patte de
l’émission, symbolisée par l’instal­
lation de Philippe Starck, qui tient
lieu de plateau. Mais la structure,
le ton, et le maître de cérémonie
ont changé. Ali Baddou reprend
cette émission culturelle de
deuxième partie de soirée, avec
une périodicité de trois ou quatre
numéros par mois, au lieu de
deux. Le professeur agrégé de phi­
losophie, passé par France Cul­
ture, Canal +, et officiant sur
France Inter, reçoit Christine An­
got dans les locaux désertés du
journal “Libération”, rue Béranger
à Paris.
Dans ce lieu où s’éparpillent
vieux claviers, journaux…, l’écri­
vaine se livre aisément sur son
rapport à la littérature, à l’écriture
ou à la politique. Avant de partager
un moment avec Delphine Hor­
villeur, une des trois femmes rab­
bins de France. Et l’on se laisse
porter par ces 45 minutes, ani­
mées avec chaleur, humour et es­
prit de répartie par Ali Baddou.
Cette formule laisse plus de place aux
silences ?
Oui, et aussi le temps d’explorer
différentes facettes d’une person­
nalité, d’une œuvre, son rapport à
l’actualité… Et d’organiser une ren­
contre, dans la dernière partie de
l’émission, entre notre invité et
quelqu’un dont le travail entre en
46
FRANÇOIS ROELANTS – FTV
Nicolas Demorand, que vous remplacez, parlait d’“art de la conversation” ? Comment qualifiez-vous ces
rencontres ?
Je retiens deux mots : conversation
et passion. L’émission, c’est un lieu,
un grand entretien (au lieu de
trois). On a la chance d’avoir plus
de temps pour aller au fond d’une
œuvre, dialoguer avec un créateur,
un artiste, un cinéaste, un écrivain.
Et aussi pour investir davantage les
lieux dans lesquels on s’installe, y
déambuler, voir les résonances
qu’ils peuvent avoir avec nos invi­
tés. Nous avons testé le principe
avec Christine Angot dans les an­
ciens locaux de Libé, et avec le pa­
léoanthropologue Pascal Picq à la
grotte de Lascaux pour la pro­
chaine émission.
Depuis octobre, France 3 proposait “Drôle d’endroit pour une rencontre”, présenté par Nicolas Demorand. Il cède sa place à Ali
Baddou.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
li Baddou
HHH SEARCHING FOR SUGAR MAN
Quel ton souhaitez-vous privilégier ?
Il y a un exercice d’admiration, on
reçoit des gens qu’on aime, dont on
a envie de partager le regard sur le
monde avec les téléspectateurs. Et
il y a une chose à laquelle je tiens,
mais c’est ma nature : c’est une
forme de légèreté. Pour moi, la cul­
ture, c’est quelque chose de joyeux,
d’enthousiasmant,
une source de curio­
sité. Quand on parle
de la culture, souvent
les gens ont peur. Au
contraire, cela fait
partie de nos vies. Il
faut y aller le sourire
aux lèvres.
En parallèle, vous conservez votre
entretien politique sur France Inter
le vendredi à 7h50. Vous êtes dans
des temporalités différentes…
Avec d’un côté, la matinale où on
est à chaud avec un
format court, et de
l’autre, la télé, où on
est dans la pro­
grammation à quel­
ques semaines, avec
une grosse mécani­
que de tournage et
des temps d’entre­
Ali Baddou
tien longs, cela
Journaliste.
Avez-vous eu des mocomble tous les
ments de surprise au
plaisirs.
cours de ces deux enregistrements ?
J’ai été surpris de voir à quel point Et vos cours à Sciences po ?
Christine Angot avait des choses à Je vais y retourner, pour donner
dire aux anciens locaux de Libé, au­ un cours de philosophie politique
delà de ses chroniques politiques. à la rentrée prochaine. D’ici là, je
Des choses qui permettaient d’ex­ vais animer deux soirées dans le
pliquer son travail d’écrivain, et Grand amphi avec les étudiants et
son rapport à la réalité. Avec Pascal les profs, pour les premier et
Picq, quand on se promène avec lui deuxième tours de l’élection pré­
dans la grotte, on a l’impression sidentielle. C’est excitant d’ima­
que les hommes de Lascaux sont là, giner qu’une autre soirée prési­
vivants, avec nous.
dentielle est possible, hors des
plateaux de télé. Elles seront re­
Il se passe quelque chose…
prises sur Facebook, et par larges
Le fait d’être en dehors d’un studio tranches, sur France Info.
“La culture fait
partie de nos vies.
Il faut y aller
le sourire
aux lèvres.”
| LIBRE PARCOURS |
WARNER BROS. FRANCE
PATHÉ DISTRIBUTION
UNITED INTERNATIONAL PICTURES (UIP)
C’est devenu
un rendez­vous
incontourna­
ble. L’an der­
nier, 11 mil­
lions de Fran­
çais ont
regardé le
spectacle télé des Enfoirés.
L’édition 2017 (en faveur des
Restos du cœur), dont l’hymne
a été écrit par Grégoire et
MC Solaar, est à découvrir ce
soir dès 20h55 sur TF1.
Après “Dix pour
cent”, dont elle
fut l’une des
vedettes, Laura
Smet tourne à
nouveau pour
France 2 dans
“Imposture”, un
drame psychologique teinté de
polar. La comédienne joue Alice,
qui découvre (à la mort de sa
mère) que sa vie tout entière est
basée sur une imposture. Ce soir,
à 21h sur France2.
**** Obligatoire *** Recommandé ** Conseillé * Facultatif ° Déconseillé
*** ARGO
SONY PICTURES RELEASING FRANCE
| GENSINFO |
REPORTERS / BPRESSE
Avez-vous des envies pour la suite
de l’émission ?
J’ai envie qu’on ouvre, le plus lar­
gement possible, le spectre des
formes d’expression culturelle.
Qu’on aille vers l’art contempo­
rain, le cinéma, la danse, l’opéra…
Sans rien s’interdire. Mais la pro­
grammation est un sport de com­
bat à la télé. Nous avons lancé des
pistes dont on n’a pas encore les
retours.
HAL WILSON
télé apporte de la fraîcheur, de la
spontanéité. Christine Angot
était beaucoup plus détendue,
souriante, que dans le cadre
d’une promo en plateau.
Stewe Roland qui a travaillé avec Jerry Lee
Lewis, The Cure, Boney M, Gloria Gaynor…
Documentaire. Arte, 22h40.
Pour ceux qui ont eu la chance de découvrir Tout semblait bien parti, pour lui…
“Searching for Sugar Man”, dans les salles Mais c’est l’échec total. Le public américain
obscures, à Noël 2012, ce fut un enchante- l’ignore complètement. Alors, après avoir enment. Ce long métrage est un documentaire, registré deux albums, le label Sussex Record
un genre qui peut rendre frileux. C’est pour- le laisse tomber. Quand, un jour, un exemtant ce format-là qui donne toute sa force à plaire de son album “Cold Fact” arrive, par
cette histoire singulière de portée univer- hasard, en Afrique du Sud. Il se propage
selle. Sa BO envoûtante participe aussi du comme une traînée de poudre. Là-bas, l’artiste devient plus
voyage…
“Sugar Man” est une
connu qu’Elvis Presenquête
passionley. Il devient l’icône
nante menée par le
rebelle de la jeudisquaire Stephen
nesse antiapartheid.
Segerman et le jourEn Afrique du Sud,
naliste Craig Barthoon ignore tout de lui,
lomew, détective méalors que sur les
lomane. “Sugar Man”
autres rock stars, il
est une quête d’idenétait possible d’obtité bouleversante,
tenir des informacelle d’un certain
tions.
Sur lui, rien de rien.
Sixto Rodriguez, à
Il se serait suicidé, il
moins
qu’il
ne
se serait immolé sur
s’agisse d’un certain Malik Bendjelloul évoque le parcours du
scène devant le puJésus… Dans les an- musicien américain Sixto Diaz Rodríguez.
blic… C’était sans
nées 70, cet auteur,
compositeur, interprète américain d’origine compter sur la ténacité du disquaire Stephen
mexicaine sort deux albums aux Etats-Unis. Segerman et du journaliste Craig BartholoMusicien errant, il travaillait sur des chan- mew, détective mélomane. Pour ajouter au
tiers, réparait des toits. Vagabond, poète des mystère, le jeune réalisateur suédois Malik
rues dans le Detroit sordide et délabré des Bendjelloul qui a poli ce petit bijou – que
seventies, il racontait dans ses chansons, sa certains jugèrent angélique – a mis fin à ses
jours en 2014. Tandis que le succès inatvie et celle des laissés-pour-compte.
Des producteurs avaient fini par repérer ce tendu au box-office de son film a permis à
drôle de type qui jouait dos au public. Il faut Sixto Rodriguez de remonter sur scène pour
dire que Rodriguez avait tout pour réussir. Sa donner des concerts à travers le monde.
voix, ses mélodies, son talent. Un Bob Dylan.
Virginie Roussel
“Un sage, un prophète”, selon son producteur
REPORTERS / BPRESSE
écho avec celui de l’invité fil rouge.
La rencontre entre Christine Angot,
qui ne croit pas en Dieu mais dont
le nom veut dire Dieu, avec cette
femme rabbin géniale, Delphine
Horvilleur, pour qui le ciel n’est pas
vide, c’était hyper intéressant, sur
la féminité, le désir, le rapport au
corps. Avec Pascal Picq, il y a eu un
échange passionnant avec des artis­
tes urbains, des graffeurs, dont la
forme d’expression contemporaine
dialogue avec les peintures rupes­
tres de Lascaux.
| LE ZOOM DU JOUR |
de Ben Affleck (Etats-Unis,
2012). Avec Ben Affleck, John
Goodman, Bryan Cranston, Kyle
Chandler.
La Deux, 20 h 50
1. Thriller. En 1979, six diplomates parviennent à échapper à la
prise d’otages de l’ambassade
des Etats-Unis, à Téhéran. Tony
Mendez, chargé de les exfiltrer,
imagina un plan fou : se faire
passer pour un réalisateur hollywoodien. Un thriller passionnant et rondement mené.
** TITEUF, LE FILM
* HÔTEL TRANSYLVANIE 2
Club RTL, 20 h 00
de Genndy Tartakovsky (EtatsUnis, 2015).
de Zep (France/Belgique, 2011).
2. Animation. La mèche blonde la
plus récalcitrante de la bande
dessinée s’anime au grand écran.
Titeuf a des soucis avec les filles :
sa mère quitte le domicile familial, tandis que la belle Nadia ne
l’invite pas à son anniversaire.
Transposant lui-même son univers, le dessinateur Zep signe un
film d’animation de belle facture,
avec l’esprit tendre et l’humour
gentiment provocateur de ses BD.
° LE ROI SCORPION
de Chuck Russel (Etats-Unis,
2002). Avec Dwayne Johnson.
AB 3, 20 h 00
Be 1, 17 h 30
3. Animation. Une suite sans panache de la comédie horrifique
des studios Sony Pictures Animation. Ou quand Dracula doit
apprendre à son petit-fils à devenir un monstre… Un conte
très gentillet sur la différence à
destination des plus petits.
4. Aventures. C’était avant les pyramides, au temps des culturistes et des Barbie. Mathayus, un
grand fort gaillard bardé d’épées,
d’arcs et de poignards, entendait
faire la peau au tyran qui terrorisait la région. Ce prequel du “Retour de la momie” est une série C
– comme con-con – réalisée par
Chuck Russel avec l’individu
nommé “The Rock” en vedette.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
47
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
48
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
49
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
REPORTERS / LEEMAGE
RADIO Qui a dit cervelle de moineau ?
50
Les éléphants ont une
mémoire spatiale, olfactive,
visuelle et vocale importante,
mais saviez-vous que certains
oiseaux peuvent cacher leur
nourriture dans des milliers
d’endroits différents?
Dans“L’intelligence animale.
Cervelle d’oiseaux et mémoire
d’éléphants” (Ed. Odile Jacob),
l’éthologue Emmanuelle
Pouydebat montre que
l’intelligence est une fonction
adaptative partagée par tous.
La Première, 11h.
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
SERVICE NÉCROLOGIE - TEL: 02 211 31 88, EMAIL: NECROLOGIESLB@IPMADVERTISING.BE, FAX: 02 211 28 72
AVIS NÉCROLOGIQUES
21-116186801-01
21-116152101-01
21-116169301-01
21-116201901-01
21-116189201-01
21-116189501-01
52
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
AVIS DE FUNÉRAILLES
21-116155802-02
21-116169702-02
21-116157302-02
21-116164802-02
ANNIVERSAIRES
21-116173001-01
MAISONS À LOUER
LITTORAL À LOUER
21-115938201-01
21-115938204-04
DIVERS
ANTIQUITÉS
21-116150801-01
21-114382601-01
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
53
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
54
La Libre Belgique - vendredi 3 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
02/744.44.44
Du lundi au vendredi de 8h à 17h.
Le samedi de 8h à 13h.
Rue des Francs, 79 - 1040 Bruxelles
T.V.A.: BE0403.508.716 R.C.B.: 185.436
Vice-président du CA: Patrice le Hodey
Administrateur délégué-éditeur responsable:
François le Hodey
Directeur général: Denis Pierrard
Rédacteur en chef: Francis Van de Woestyne
Rédacteurs en chef adjoints: Xavier Ducarme et Nicolas
Ghislain
Rédaction: 02/211.28.11 Fax: 02/211.28.32
Gazette de Liége: 04/290.04.80
Courriel: LLB.redaction@lalibre.be
Internet: www.lalibre.be
Publicité IPM Advertising: 02/211.31.44
Fax: 02/211.29.14
Courriel: adv@ipmadvertising.be
Nécrologie, Carnet familial, Annonces classées (Jusqu’à
19H30): 02/211.31.88 Fax: 02/211.28.72
Internet: www.carnetfamilial.be
Abonnements: 02/744.44.44 Fax: 02/744.45.55
Abonnement intégral (papier + 100% numérique et Sélection
LaLibre.be) à partir de 30,50€/mois (domiciliation)
Abonnement 100% numérique à partir de 17,50€/mois
Abonnement Sélection de LaLibre.be à partir de 6€/mois
Courriel: abonnements@saipm.com
Internet: www.ipmstore.be
Librairies: 02/744.44.77 Fax: 02/744.45.60
Imprimerie: IPM Press Print - Rue des Francs, 79 - 1040 Bxl.
Ce journal est protégé par le droit d'auteur: Si vous souhaitez copier,
scanner, stocker et/ou diffuser sous quelque forme que ce soit un article, une
photo, une infographie... veuillez contacter la société COPIEPRESSE au
02/558.97.80 ou via info@copiepresse.be. Pour plus d'infos consultez le site
www.copiepresse.be
LOTERIE NATIONALE
Tirages du jeudi 2 mars
Tirage du mardi 28 février
Keno |
Euromillions
Kenophone : 0900/223.80
0 gagnant ..............................................................0,00 €
5 exacts et J
0 gagnant ...............................................................0,00 €
5 exacts
4 gagnants ..................................................240 661,40 €
4 exacts et JJ
17 gagnants ......................................................5 232,40 €
4 exacts et J
410 gagnants ......................................................231,40 €
4 exacts
760 gagnants .....................................................174,20 €
3 exacts et JJ
1 246 gagnants .....................................................60,20 €
2 exacts et JJ
11 402 gagnants ...................................................30,30 €
3 exacts et J
20 373 gagnants ....................................................17,90 €
3 exacts
54 502 gagnants ...................................................12,60 €
1 exact et JJ
60 555 gagnants ...................................................16,10 €
2 exacts et J
308 000 gagnants .................................................9,50 €
2 exacts
821 467 gagnants ...................................................4,30 €
03 - 16 - 18 - 23 - 26 - 28 - 29 - 31 - 33 - 38 10 – 20 – 31 – 35 – 42/2 – 12
41-42 - 43 - 48 - 49 - 51 - 62 - 64 - 66 - 70 5 exacts et JJ
Pick 3 | 9 – 1 – 6
Tirage du mercredi 1er mars
Lotto |
5 – 9 – 14 – 22 – 38 – 45/29
6 exacts
5 exacts + Bonus
5 exacts
4 exacts + Bonus
4 exacts
3 exacts + Bonus
3 exacts
2 exacts + Bonus
Joker+ | 2/3
6 chiffres
5 chiffres
4 chiffres
3 chiffres
2 chiffres
1 chiffre
Poissons
0
2
59
197
2883
4590
48286
39898
0,00
43141,40
1387,10
207,70
26,20
8,80
5,00
3,00
7-1-1-1-6-0
0
0
2
23
197
2310
1011
20000
2000
200
20
5
2
1,50
€
€
€
€
€
€
€
vendredi 3 mars 2017 - La Libre Belgique
55
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
ÉDITO
n Belgique
Gosselies.” Cette déclaration, faite
hier, de la porte-parole de la direction
locale laisse entendre que la reconversion du site sera possible après sa
fermeture. Up.27
n International
France | Emmanuel Macron a
présenté son programme en vue de
l’élection présidentielle. Un texte à
l’accent très social-libéral. Du côté de
François Fillon, les défections se
multiplient parmi ses soutiens. Son
domicile a été perquisitionné. Upp.16-17
Entreprise | En raison de résultats en
forte baisse et décevants en 2016, les
membres du comité exécutif du géant
de la bière AB InBev n’ont pas droit à
un bonus. Up.29
n Sports
Football | L’ancien Anderlechtois
Anthony Vanden Borre s’est engagé
dans un de ses clubs de cœur : le
Tout Puissant Mazembe, basé à
Lubumbashi, au Congo. Up.36
Fraude | Un agent travaillant au sein
de l’organisme public Offa (formation
en alternance) a détourné environ
20000 euros. La Cour des comptes
l’a démasqué et il a été licencié. Le
dossier a été transmis au parquet.
Up.7
Sécurité | Le conducteur d’un véhicule contenant deux bonbonnes de
gaz a été interpellé jeudi à SaintGilles. Le quartier a été bouclé.
L’alerte a été levée dans la soirée. Up.8
Seconde Guerre | Philip Claes était
entré dans la Résistance à 16 ans
avant de connaître un lourd parcours
concentrationnaire. Up.9
Judiciaire | Marouan El Bali, con-
| MÉTÉO |
Brabant wallon/
Bruxelles
Aujourd'hui
Vatican | Marie Collins, ex-victime
d’abus sexuels, a claqué la porte de la
commission spéciale “ad hoc” du
Vatican pour protester contre le
manque de réaction de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Up.18
Etats-Unis | Le ministre américain de
la Justice, Jeff Sessions, est accusé
d’avoir dissimulé ses rencontres avec
l’ambassadeur russe à Washington.
Or, c’est lui qui supervise l’enquête
sur les rapports présumés de l’entourage de Donald Trump avec la
Russie. Upp.18-19
n Économie
Energie | Le titre Engie a flambé en
Bourse après la publication des
résultats annuels du groupe. Le
nucléaire se porte mieux mais le
groupe affiche une petite perte.
Upp.24-25
Industrie | “Le groupe Caterpillar ne
souhaite pas garder le terrain de
DIDIER BAUWERAERTS
Salon | Un ministre wallon et deux
ministres bruxellois seulement feront
le déplacement cette année au
Mipim (Cannes, 14-17 mars), ce
grand rendez-vous international de
l’immobilier. Les communes et
intercommunales, par contre, ne
seront pas en reste. Upp.6-7
GUYOT/AFP
JC GUILLAUME
Politique culturelle | La ministre de
la Culture, Alda Greoli (CDH), demande aux organisateurs de la
Biennale Mons 2018 une clarification
sur la façon dont ils utiliseront les
subsides de la Communauté française. En parallèle, le MR voudrait
que certaines dépenses autour de
l’événement soient comptabilisées
dans les comptes de campagne du
PS. Upp.4-5
damné à 16 ans en première instance, conteste toujours devant la
cour d’appel toute participation dans
la cellule terroriste de Verviers. Upp.10-11
Hockey | Le Léopold a dominé tout le
match mais n’est pas parvenu à
battre l’Herakles (1-1) jeudi soir lors
de la huitième journée en retard. Up.36
Tennis | Battu par l’Américain Sam
Querrey en à peine 69 minutes (6-2,
6-3), David Goffin n’a pas passé le
2e tour du tournoi d’Acapulco. Up.37
n Culture
Photographie | Le célèbre photojournaliste David Rubinger est mort à
l’âge de 92 ans. Pendant un demi-siècle, il a couvert les guerres et la
politique israélienne. Up.43
Peinture | Mise en vente mercredi
soir chez Sotheby’s à Londres, une
toile de Gustav Klimt, “Bauerngarten
Blumengarten”, a été acquise pour
56,9 millions de dollars. Up.43
Par Francis Van de Woestyne
Un mois sans haine,
un mois sans grève
Un mois sans alcool, un mois sans viande…
Les initiatives de ce type se multiplient et
recueillent un véritable succès. Mais à quoi
servent vraiment ces opérations? Sont­el­
les réellement efficaces, durables? Et si on
en imaginait d’autres, plus utiles? Voyons.
On ne peut évidemment nier le bénéfice
qu’éprouvent ceux qui, consommant de
l’alcool avec frénésie, ont choisi de renon­
cer à s’enivrer pendant 28 jours. Le bien­
être en termes de santé est bien réel. Leurs
nuits seront sans doute plus profondes et
plus calmes. Pour eux et pour ceux ou
celles qui les partagent. On imagine aussi
que les carnassiers qui ont besoin de leur
entrecôte quotidienne bien dodue offri­
ront à leur organisme un répit salutaire
s’ils réduisent leur consommation de
viande.
Mais faut­il en arriver à de tels “excès”?
Aucun médecin n’a jamais interdit à un
homme ou une femme bénéficiant d’une
santé normale de boire un ou deux verres
de vin de temps en temps. Il en est même
qui recommandent le breuvage pour
autant qu’il soit consommé avec modéra­
tion. Et tant qu’à faire, autant choisir un
bon cru. C’est l’excès qui nuit en tout.
La “Tournée minérale”, qui consiste à une
privation totale de tout alcool pendant un
mois, révèle sans doute un caractère fort,
une excellente maîtrise de soi. Mais si c’est
pour se remettre à l’ivresse dès que le
mois se termine, où est le bénéfice?
Pareil avec la viande. Il n’est pas sain d’in­
gurgiter des steaks de mauvaise qualité.
Mais plutôt que de rayer la “chair” des
menus, pourquoi ne pas encourager les
familles à choisir de beaux morceaux et
surtout à préférer de la viande belge, une
des meilleures, issue de nos élevages
champêtres? Préférons les circuits courts,
les fruits, légumes et viandes d’ici. Les
bénéfices seront sans doute plus durables.
Et si la mode des mois “sans ceci, sans
cela” a tendance à se généraliser, suggé­
rons quelques pistes: un mois sans haine,
un mois sans arrogance au volant, un mois
sans stress, un mois sans grève…
| INDICES |
J BEL 20 L Dow Jones J CAC 40 L EuroStoxx50 L Euro/Dollar
3668,37
21002,97
4963,80
3384,71
1,05
+ 0,21
-0,53
+ 0,06
-0,16
-0,18
Min 2°C - Max 12°C
Météo complète P. 55
56
La Libre Belgique - Bruxelles – Belgique 1,60 € – France 2,60 € – Luxembourg 1,60 € – Tél.: 02/744.44.44 – vendredi 3 mars 2017 – 134e année – n° 62 – HHHHHH
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
568
Размер файла
5 727 Кб
Теги
La Libre Belgique, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа