close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

La Libre Belgique 70-71 2017

код для вставкиСкачать
Spécial
Pays-Bas:
cinquante
nuances
d’oranje
Ce que disaient les
terroristes, la veille
du 22 mars 2016
Belgique pp.2-5
FOIRE DU LIVRE
Les rendez-vous
du week-end
à ne pas manquer.
pp.54-55
BRUXELLES - SAMEDI 11 ET DIMANCHE 12 MARS 2017 - www.lalibre.be
40 pages
LA LIBRE
ENTREPRISE
Les grands
projets
de Léopold
Lippens
pour Knokke
JOHANNA DE TESSIÈRES
Voyage dans un pays
si proche et pourtant
tellement différent.
Économie pp.30-33
ALEXIS HAULOT
Un pays blindé
contre la crise
et les OPA
hostiles
Catherine
Fonck: “Il faut
un gendarme
pour contrôler
les politiciens”
Belgique pp.10-11
Culture pp.52-53
Quotidien européen – Belgique 2,5 € – France 2,60 € – Luxembourg 2,5 €Tél.: 02/744.44.44
BELGA
Le projet
Citroën: bien
plus qu’un
simple musée
134e année – n° 70-71 HHHHHH
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Les attentats du 22 mars 2016
Dossier réalisé par Jacques Laruelle
Trois attentats-suicides
Où et quand? Les attentats du 22 mars 2016
désignent précisément trois attentats-suicides à la
bombe: deux ont eu lieu à l’aéroport de Zaventem (à
7h58), le troisième (à 9h11) à Bruxelles, dans une
rame du métro roulant dans un tunnel proche de la
station Maelbeek (quartier européen).
Bilan Le bilan définitif de ces trois attentats fait
état de 32 morts (hors kamikazes) et 340 blessés,
originaires de 22 pays différents.
Quel était l’état d’esprit des djihadistes,
prêts à tuer le lendemain le plus d’innocents
possible à Zaventem?
n Les policiers ont réussi à mettre la main
sur la dernière conversation des terroristes
avec leur commanditaire en Syrie.
n
DEMOULIN
Dans la tête des
terroristes de Bruxelles
L’immeuble de la rue Max Roos, à proximité duquel a été retrouvé, dans une poubelle, l’ordinateur portable que les terroristes avaient abandonné quelques heures plus tôt.
2
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
| LE RÉCIT |
| LA LETTRE |
Une revendication des attentats
Comment
adressée au gouvernement
l’ordinateur a
livré ses secrets
A
quelques heures de commettre l’attentat san­
glant de Zaventem le 22 mars, quelles pen­
sées peuvent bien traverser l’esprit des deux
terroristes qui s’apprêtent à tuer le plus d’in­
nocents possible en se faisant exploser dans
le hall des départs bondé ? Personne ne peut le dire.
Les enquêteurs de l’antiterrorisme ont néanmoins
pu constater la détermination de ces hommes et leur
sang­froid. Les policiers ont réussi à mettre la main sur
la dernière conversation des terroristes avec leur com­
manditaire en Syrie. Elle date de la nuit du 21 au
22 mars. Non seulement ils expliquent ce qu’ils comp­
tent faire le lendemain mais ils prennent aussi des dis­
positions pour que de nouveaux terroristes prennent
la relève après les attentats. Ils se doutent bien qu’à Ra­
qqa, on est au courant des derniers développements
en Belgique, à savoir la fusillade rue du Dries à Forest le
15 mars et l’arrestation de Salah Abdeslam le 18 mars
à Molenbeek.
La police a mis la main
sur cet enregistrement
de Laachraoui et
El Bakraoui car elle a réagi
au quart de tour.
A la lecture de la retranscription de ce “rapport oral”
– qui dure une grosse dizaine de minutes, on devine
que la police est sur leurs talons, qu’ils se sentent cer­
nés et qu’ils pressentent qu’ils doivent agir très rapide­
ment sous peine d’être arrêtés avant de frapper. La po­
lice a pu mettre la main sur cet enregistrement de Na­
jim Laachraoui et d’Ibrahim El Bakraoui car elle a réagi
au quart de tour. Le chauffeur de taxi qui a pris en
charge les terroristes à Schaerbeek a contacté la police
lorsqu’il a compris que c’était lui qui les avait emme­
nés à Zaventem. Les enquêteurs ont immédiatement
bouclé le quartier. Les éboueurs ont retrouvé, dans une
poubelle de la rue Max Roos, un ordinateur portable
que les terroristes avaient abandonné quelques heures
plus tôt.
Si les policiers ne l’avaient pas récupéré à temps, les
services de Bruxelles­Propreté l’auraient emmené
dans un camion­poubelle. Il serait tombé dans les
oubliettes de l’histoire. Les terroristes avaient effacé
les données contenues dans l’ordinateur. Mais les poli­
ciers ont réussi à récupérer une partie de celles­ci. Il y
avait là des photos, des textes, des vidéos et des enre­
gistrements audio.
L’ordinateur était utilisé depuis octobre 2015, soit
avant les attentats de Paris. Pour communiquer avec
leurs commanditaires en Syrie, les terroristes de
Bruxelles, extrêmement prudents, utilisaient plu­
sieurs modes de communication. Ils enregistraient no­
tamment, sous forme de fichier informatique, ce qu’ils
avaient à dire. Ils utilisaient ensuite des logiciels de
cryptage. Les fichiers étaient envoyés de manière sécu­
risée par l’intermédiaire d’Internet. Les terroristes
avaient aussi mis en place des routines afin que le cor­
respondant comprenne que celui qui le contactait
était bien du même camp.
Voici ce qu’ils disent.
N
ajim Laachraoui et Ibrahim El Bakraoui
l’ont dit à leur commanditaire : s’ils frap­
pent Bruxelles, c’est parce qu’ils sont ac­
culés. La progression des enquêteurs, qui ont
travaillé jour et nuit pour les capturer, les
pousse à agir près de leur base
à Bruxelles plutôt qu’en
France à l’occasion de l’Euro
de football comme ils en
avaient encore l’intention
quelques semaines plus tôt.
L’un d’eux a néanmoins écrit
une lettre de revendication
pour justifier le fait qu’ils frap­
pent Bruxelles. Ce fichier texte
“Lettre Bel” a été enregistré
dans l’ordinateur la veille des
attentats, à 22h43. Il est truffé
de fautes d’orthographe, que nous reprodui­
sons.
Il débute par un “Ce message s’adresse au gou­
vernement belge, vous voilà aujourd’hui entrain
de compter vos morts et ce malgré vos millions
investit pour votre sécurité intérieur et malgré le
grand nombre d’enquêteurs que vous avez mis
sur le dossier des attentats de Paris”.
L’auteur reste sur un ton grandiloquent :
“L’équation est très simple, vous la connaisser
déjà mais je vais tout de même vous la rappeler.
Tant que vous continuerez à nuire aux intérêts de
l’Etat Islamique par votre participation à cette
maudite coalition, alors il vous
faudra accepter d’être frappé.”
Et de continuer sur le ton de
la menace : “Je jure par Allah
que nous ne laisserons pas im­
puni le sang des notres et très
vite vous allez vous rendre
compte que la facture sera
lourde.”
L’auteur exhorte “les person­
nes se réclamant de l’Islam en
Europe de façon générale et en
Belgique de façon particulière.
Jusqu’à quand allez­vous rester insensible face au
sort de vos frères et sœurs”.
Pour l’auteur, la raison de l’attaque de la coa­
lition contre l’Etat islamique est que “ces mé­
créants ne supportent pas l’idée que des Musul­
mans puissent avoir un état fort qui sache les dé­
fendre et qui sache donner du poids à leurs
propos”.
Un des terroristes
a écrit cette lettre
de revendication
pour justifier
le fait qu’ils
frappent
Bruxelles.
Sur des photos, les terroristes
paradent avec leurs armes
D
ans le jargon des informaticiens, on appelle cela la
“thumbnail cache”. C’est, sur un ordinateur tour­
nant sous Windows, une base de données qui
stocke, sous forme de miniatures, les photos qui ont été
visualisées par l’utilisateur. Les policiers, qui ont tra­
vaillé sur l’ordinateur découvert rue Max Roos, ont
réussi à accéder à ces vignettes miniatures. Cela peut être
des images consultées sur Internet ou des photos qui y
ont été stockées par l’utilisateur de l’appareil.
Les enquêteurs y ont trouvé des photos inédites des oc­
cupants de la rue Max Roos. Elles sont prises sur des ma­
telas disposés dans l’appartement.
En toile de fond, il y a un drapeau de l’Etat islamique.
Sur le matelas, dressées contre le mur, des armes auto­
matiques. On devine aussi des chargeurs. Certains des
clichés montrent des hommes assis sur le matelas, l’in­
dex pointé vers le ciel, signe d’allégeance à l’Etat islami­
que.
On reconnaît sans peine les trois hommes, hilares sur
certaines des images et parfois enlacés comme de vieux
copains. Ce sont les trois hommes qui, le 22 mars, quitte­
ront l’appartement pour Zaventem : Ibrahim El Bakraoui
(parfois photographié avec un Coran dans la main gau­
che), Najim Laachraoui et Mohamed Abrini.
Les vignettes donnent également des indications sur
d’éventuelles cibles envisagées par les terroristes. Une de
ces photos miniatures, ont conclu les enquêteurs, pro­
vient d’un article de “La Dernière Heure”, posté sur son
site Internet le 15 décembre 2015. C’est une capture
d’écran d’un article intitulé : “Où boire un verre et assis­
ter à un concert à Bruxelles.” L’article liste les cafés­con­
certs les plus tendance dans la capitale.
Le dernier texte
“Notre amour pour la mort
va précipiter son instant”
Le texte est non signé mais il pourrait
bien être le dernier qu’un des kamikazes
de Zaventem a écrit avant de quitter
Schaerbeek pour l’aéroport. Le fichier
texte a été enregistré le 22 mars 2016 à
02h51, un peu plus de quatre heures
avant qu’ils ne quittent la planque de la
rue Max Roos. Il reprend des poèmes en
arabe, avec des fautes dans les
déclinaisons. Les trois poèmes, écrits par
des poètes morts au premier millénaire,
traitent de la mort.
“Notre amour pour la mort va précipiter
son instant. Tandis que leur peur de la
mort allongera leur vie”, peut-on lire dans
le premier. “Le croissant est apparu pour
prendre ma vie. Je me réjouis à chaque fois
que le croissant apparaît”, peut-on lire
dans un des deux autres.
Plus loin sur la page, l’auteur écrit : “Je
m’apprête à faire une opération martyr” et
il implore que son dieu l’accepte de lui et
de ses frères…
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
3
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Najim Laachraoui
BELGA
L’un des kamikazes de
Zaventem, qui se trouvait dans
la planque de la rue Max Roos,
avant le 22 mars 2016.
Il pourrait aussi avoir tenu
un rôle notable
dans l’organisation
des attentats de Paris,
le 13 novembre 2015, sous
le faux nom de Soufiane Kayal.
Ibrahim El Bakraoui
“La situation est telle qu’on ne
peut plus, on ne peut plus retarder
quoi que ce soit, tu vois. On doit
travailler le plus vite possible.”
Extrait du message adressé
par les deux terroristes de Zaventem
à leur contact en Syrie
REPORTERS/BPRESSE
AFP
Le second terroriste
ayant commis
un attentat-suicide
à l’aéroport de Zaventem.
Son frère, Khalid El Bakraoui,
s’est, quant à lui, fait exploser
un peu plus tard
dans une rame de métro qui
quittait la station
de Maelbeek.
Des dizaines de personnes quittent l’aéroport en courant juste après les deux explosions, le matin du 22 mars 2016.
| L’ENREGISTREMENT |
“On a décidé de travailler, Inchallah, demain, mardi
P
aix sur vous, mon frère” : ainsi dé­
bute le message qu’adresse Na­
jim Laachraoui à son contact en
Syrie et où il annonce les attentats à
venir. Deux voix sont audibles dans
le document : la sienne et celle
d’Ibrahim El Bakraoui qui se fera éga­
lement exploser le lendemain à Za­
ventem. On n’entend pas Mohamed
Abrini, “l’homme au chapeau” qui
partira avec eux avant de renoncer à
se faire exploser au dernier moment.
Najim Laachraoui s’excuse pour le
retard : “On a eu quelques empêche­
ments, quelques imprévus t’as pu t’en
rendre compte en lisant l’actualité”,
dit­il, une référence probable à l’as­
saut contre la planque de Forest et
l’arrestation de Salah Abdeslam.
Visiblement, ces actions policières
les ont déstabilisés : “La situation est
telle qu’on ne peut plus, on ne peut plus
retarder quoi que ce soit, tu vois. On
doit travailler le plus vite possible et on
a décidé de travailler Inchallah demain
mardi 22 mars.”
“Tout le monde est cramé”
Et de préciser : “Parce qu’on n’a plus
de planque de sécurité, il n’y a plus per­
sonne, etc. Tu vois il n’y a plus de frère
pour logistique, etc. Tout le monde est
4
cramé tu vois.” Il explique ainsi que c’est que… Si on utilise les kala, vu qu’on
“toutes les photos sont sorties”. La n’a pas beaucoup de chargeurs, etc. On
presse a en effet publié le 16 mars la va commencer à frapper dans la foule
photo des deux frères El Bakraoui, et ils vont fuir et il y a les militaires, il y
indiquant qu’ils pourraient être les a des trucs. Donc on s’est dit que pour
deux fuyards de la rue Dries et qu’ils faire le… un maximum de victimes, il
ont loué des planques.
faut s’infiltrer et en dernière minute on
Najim Laachraoui explique qu’ils déclenche tout en même temps Inchal­
vont utiliser les plus de 100 kilos de lah.”
TATP qu’ils ont – “comme je te l’ai dit
Najim Laachraoui dit que “ça va être
dans l’audio précédente” – déjà fabri­ cinq Dougma”, employant un terme
qués.
hébreu pour “opérations”. Ce qui
Il s’apprête à dire les
confirme une fois de
cibles, “Les cibles ce sera
plus qu’il devait y
Inchallah”, quand il est
avoir cinq kamikazes
coupé par la seconde
si Mohamed Abrini (à
voix, à savoir Ibrahim
Zaventem) et Osama
kamikazes
En principe, il devait y avoir
El Bakraoui qui paraît
Krayem (qui partira de
cinq kamikazes, si Mohamed
pressé de lui annon­
la planque d’Etterbeek
Abrini et Osama Krayem
cer : “L’aéroport”.
avec
Khalid
El
n’avaient pas renoncé
Bakraoui avant de faire
au dernier moment.
“Faire un maximum
demi­tour à la station
de victimes”
Pétillon) n’avaient pas
Najim Laachraoui reprend alors la renoncé au dernier moment.
parole pour lui dire que ce sera “l’aé­
Les deux hommes détaillent alors
roport… Et les métros. Les lignes de mé­ l’arsenal qui leur reste. Pour ce point,
tro”. Et de justifier l’utilisation du il semble bien que ce soit Ibrahim El
TATP plutôt que les armes : “Un frère Bakraoui qui gère. Sur l’enregistre­
nous a donné comme information que ment, Najim Laachraoui répète les
en matinée, il y a des vols américains, mots que lui souffle son complice.
des vols russes, des vols israéliens. On
Najim Laachraoui revient sur des
va essayer de les toucher. Le problème projets antérieurs d’action qu’il avait
5
déjà évoqués, comme l’atteste un
autre fichier audio – enregistré et en­
voyé à son contact entre le 15 février
et le 15 mars – qui a aussi été re­
trouvé dans l’ordinateur. “Nous on
avait pensé aux prisonniers, etc., tu sais
bien, Mohammed, etc. Heu… Mehdi.
Mais voilà maintenant c’est toi qui gè­
res ça va ?”
Dans ce premier audio, Najim Laa­
chraoui avait évoqué une idée, qu’il a
eue avec les frères El Bakraoui, qui
serait le kidnapping “d’une ou deux tê­
tes” afin de libérer certains “frères” et
“sœurs” incarcérés.
Il citait Mehdi Nemmouche (auteur
présumé de l’attentat au Musée juif
de Bruxelles) et Mohamed Bakkali
(un “logisticien” qui aurait notam­
ment loué la planque de Schaerbeek
où les ceintures explosives utilisées à
Paris ont été confectionnées). Dans
son esprit à l’époque, il n’était pas
question de frapper la Belgique mais
l’Euro de football programmé en
juin 2016.
“On va pourrir dans une cellule”
Ibrahim El Bakraoui, resté relative­
ment en retrait, tient aussi à s’expri­
mer. Il dit aussi qu’ils se sentent cer­
nés et qu’ils craignent d’être arrêtés à
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
REPORTERS/BPRESSE
Les deux bombes ont explosé dans le hall des départs, près des comptoirs de Brussels Airlines et d’American Airlines, où de nombreux passagers enregistraient leurs bagages.
| LE DONNEUR D’ORDRES |
tout moment : “On est en train de tra­
vailler dans la précipitation.” Et il
ajoute, comme pour s’excuser : “Je te
jure frère, Allah il est témoin, on avait
plein de plans. On avait plein d’idées. On
voulait faire plein de choses, mais c’est le
destin et la volonté d’Allah, on est obligé
de travailler, ou sinon on va rester pour­
rir dans une cellule.”
Najim Laachraoui l’incite alors à ap­
profondir : “Dis leur Salah et tout, je ne
sais pas ce qui leur a pris.” On devine
ainsi que l’attitude de Salah Abdeslam
et Sofien Ayari, qui ont fui l’apparte­
ment de Forest sans combattre et qui
ont été capturés le 18 mars, ne trouve
pas grâce à leurs yeux.
“Ouais ouais, les frères qui étaient
dans l’appartement à Forest. Leur
réaction, après c’est Allah qui sait
mieux… On ne sait pas pourquoi ils
sont sortis, ils ont abandonné leurs ar­
mes. Enfin Abou Hamza (nom de
guerre de Sofien Ayari), il avait une ka­
lach avec six chargeurs et il y a qu’Abde­
laziz (surnom de Mohamed Belkaid,
tué par la police dans l’appartement
de Forest) qui a fini avec eux.”
C’est Najim Laachraoui qui conclut :
“Je te jure qu’on t’aime dans la voie d’Al­
lah, on t’aime beaucoup beaucoup. Salu­
tations sur vous, mon frère.”
Qui est ce contact en Syrie ?
L’
homme, à qui s’adressent Najim Laachraoui et
Ibrahim El Bakraoui, est clairement un donneur
d’ordres au départ de la Syrie. Dans l’enregistre­
ment, Ibrahim El Bakraoui cite un nom, “Ecoute Abou
Ahmed”, ou “Ecoute Abou Ahmad”, dit­il, en se présentant
lui­même sous son nom de guerre (Abou Souleymane).
Najim Laachraoui, qui a combattu en Syrie dans les
rangs djihadistes, lui demande de saluer de sa part des
combattants qu’il y a fréquentés sur place.
Ils se connaîtraient donc. “Dis des excuses
de ma part aux frères là, avec qui j’ai pu tra­
vailler tu vois.” Et de citer trois noms de
guerre avant de lui demander de “passer le
bonjour, un grand bonjour de ma part” à
quatre autres personnes.
deux hommes, Usman Mohamad Gani, a dit avoir re­
connu, sur une photo qui lui a été présentée, Oussama
Atar derrière cet “Abou Ahmed”.
Oussama Atar, un Belge de 32 ans, est un cousin des
frères El Bakraoui. Leurs mères sont sœurs. C’est un
vieux routier du terrorisme. Il a été arrêté à Ramadi
(Irak), en février 2005. La ville était alors le haut lieu des
activités de la résistance d’Al­Qaïda à l’occupation amé­
ricaine. Il aurait été blessé dans des
combats. Remis aux autorités irakien­
nes, il a été condamné à perpétuité,
une peine revue à 10 ans de prison. Il a
notamment été incarcéré à Camp
Bucca, qui fut un berceau de ceux qui
deviendront les chefs de l’Etat islami­
que. Sa famille s’est battue pour le
Suggéré par Omar Krayem
faire libérer. Le gouvernement Le­
Mais qui se cache derrière cet “Abou Ah­
terme l’a appuyée. Oussama Atar a été
med” ? Omar Krayem, le Suédois qui a re­
libéré en 2012.
Oussama Attar
noncé au dernier moment à se faire explo­
Il n’est resté que quelques années en
Il pourrait être le contact
ser dans le métro, a dit aux enquêteurs
Belgique. Entre 2012 et 2014, Ous­
en Syrie des deux terroristes.
qu’il pense qu’Abou Ahmed est l’émir des
sama Atar a rendu visite en prison à
attentats de Paris et qu’il pourrait être
un des deux frères El Bakraoui. Il l’a vu
membre de la famille El Bakraoui.
à une vingtaine de reprises. Aurait­il radicalisé un des
Par ailleurs, deux hommes, qui avaient quitté la Syrie frères, voire les deux frères, qui n’étaient connus alors
avec les deux kamikazes irakiens du Stade de France, que comme braqueurs ? C’est une possibilité. C’est en
n’avaient pu gagner la France à temps pour les attentats tout cas en raison de ses liens familiaux et du manque
du 13 novembre. Ils avaient été retardés en Grèce à de contrôles menés par l’administration pénitentiaire
cause de leurs faux passeports. Ils ont été interpellés, qu’il a pu franchir les portes de la prison.
près d’un mois après les attentats de Paris, en décem­
Ces éléments ne sont cependant que des indices. Ils ne
bre 2015 dans un camp de réfugiés en Autriche. Ils ont sont pas complètement probants pour dire qu’Oussama
expliqué avoir été envoyés par “Abou Ahmed”. Un des Atar se cache derrière “Abou Ahmed”.
REPORTERS
22 mars”
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
5
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
“Je suis une victime majeure
des comités de secteur”
3 QUESTIONS À
n Les rémunérations des
membres du comité de
direction sont connues.
Baudouin Velge
Managing Partner pour la société
Interel
L’
1
Qui a décidé la création
des comités de secteur ?
Stéphane Moreau adopte la dé­
fense que l’on imaginait. “Je n’étais
plus chez Publifin depuis 2012, nous
sommes face à des décisions des fédé­
rations politiques du PS, du MR et du
CDH”, explique­t­il en dédouanant
Ecolo –et lui­même– par la même
occasion. Il considère cependant
que ce qui s’y est passé est “regret­
table mais sur le plan juridique je ne
sais plus que penser. Je suis le premier
marri de la tournure des événements
vu que j’en suis une victime majeure.”
2
Qui a validé la structure
actuelle du groupe?
Sur la structure compliquée qui
organise le groupe Publifin et ses
multiples filiales, Stéphane Moreau
est très clair. Il a reçu l’aval de tout
ce qui comptait en Wallonie: “Je
n’ai pas fait ça sur un carton de bière.
Je suis allé présenter ce schéma aux
ministres wallons de l’Economie et
des Pouvoirs locaux, Jean­Claude
Marcourt et Paul Furlan, qui ont
trouvé que ça avait du sens, parce que
personne n’avait de meilleure idée.
Puis je suis revenu à Liège, et il a fallu
l’accord des trois partis tradition­
nels.” Il cite alors André Gilles (PS),
Willy Demeyer (PS), Daniel Bac­
quelaine (MR), Pierre­Yves Jeholet
(MR) ou encore Dominique Drion
6
1
GYS/REPORTERS
audition du patron de Nethys,
Stéphane Moreau, par la com­
mission d’enquête Nethys/
Publifin aura amené sa surprise
journalière. Le matin, en bureau, les
chefs de groupe de la commission
décident de démarrer l’audition
par une présentation préparée par
Stéphane Moreau (PS). Le hic, c’est
qu’après deux heures, l’homme
n’avait présenté que 83 des 398 sli­
des qu’il avait concoctés. L’agace­
ment provoqué auprès de certains
députés aura contraint Stéphane
Moreau, brillant pédagogue, à résu­
mer son intervention. Une inter­
vention qui durera encore deux
heures. Après cette intervention in­
téressante pour un passionné du
secteur de l’énergie mais opaque
pour les autres, le bal des questions
allait pouvoir commencer. Voici
quelques éléments de réponses.
“Nous sommes face à des décisions des fédérations
politiques PS, MR et CDH.”
Stéphane Moreau (PS)
Le patron de Nethys s’exprime sur la création des comités de secteur de Publifin.
(CDH), avec l’accord du président
du parti, Benoît Lutgen. Il est à no­
ter que le ministre de l’Energie de
l’époque, l’Ecolo, Jean­Marc Nollet
n’a pas été consulté. Finalement
Stéphane Moreau prend le contre­
pied de tous ceux qui ont voulu im­
pliquer Ecolo dans cette histoire.
3
Quelles sont
les rémunérations
des dirigeants de Nethys?
Après avoir demandé le huis clos
pour aborder la question délicate
des rémunérations de dirigeants de
Nethys, Stéphane Moreau a fini par
répondre de manière publique. Il a
confirmé le montant avancé, il y a
deux semaines chez nos confrères
de “l’Echo”. A savoir pour lui, une
partie annuelle brute et fixe de
593 000 euros, un montant auquel
il faut ajouter une partie variable de
246 000 euros. Un montant sup­
plémentaire qu’il a touché en 2015
et pas en 2014. Il admet également
toucher 40000 euros par an chez
EDF Luminus. Les autres membres
du comité de direction touchent
eux différents montants. Le patron
de Voo, Jos Donvil, touche
750 000 euros bruts par an. Le di­
recteur financier, Pol Heyse touche
600 000 euros tout comme le res­
ponsable du pôle assurances, Fré­
déric Vandeschoor. Le secrétaire gé­
néral, Gil Simon touche un mon­
tant qui avoisine les 300 000 euros.
Tous les membres du comité de di­
rection bénéficient, en outre, d’un
parachute doré de deux ans de ré­
munérations.
4
Pourquoi avoir
mélangé si longtemps
des fonctions politiques
et des fonctions
entrepreneuriales?
Stéphane Moreau précise que
“tous les interlocuteurs politiques lié­
geois vous le confirmeront: j’ai tou­
jours limité mes prises de position po­
litiques à la commune d’Ans. Dans le
cadre de mes fonctions économiques,
je me devais de garder une grande
neutralité.” Il précise en outre que
s’il a bien annoncé qu’il démission­
nerait de son mandat de bourgmes­
tre d’Ans, il ne l’avait pas encore fait
parce qu’il souhaitait laisser passer
l’orage avant de valoriser son bilan
et de transmettre les rênes à son
successeur.
Stéphane Tassin
Comment peut-on se préparer à
de tels interrogatoires?
Il faut d’abord penser au message que
l’on veut faire passer. Il est indispensable ensuite d’imaginer toutes les
questions possibles, même les plus
exagérées. Un bon moyen de penser à
toutes ces questions, est d’étudier
scrupuleusement les prises de position
antérieures énoncées par les membres
de la commission. Pour s’exercer, il est
utile de le faire avec un répétiteur
capable de poser des questions et de
renchérir sur les réponses données.
L’idéal est de s’exercer avec une personne qui est extérieure à l’affaire. C’est
une telle personne qui pensera à des
questions parfois saugrenues, mais face
auxquelles il faut être capable de
répondre sans montrer d’hésitations.
2
Qu’est-ce qu’il ne faut pas
faire?
La règle absolue est de ne jamais
mentir. Un mensonge revient toujours
comme un boomerang, et les dégâts
sont alors considérables. En évitant
donc de mentir, il faut avoir suffisamment préparé ses éléments de réponses
pour emmener l’auditoire dans la
direction souhaitée. C’est la même
chose quand on demande des chiffres
ou des données précises. Il faut pouvoir
les donner, tout en parvenant à mettre
en évidence les éléments qui servent
son propos. C’est comme quand on
rédige une bonne note, et que l’on
emmène l’auditeur ou le journaliste
dans une logique de pensée, dans une
argumentation et un raisonnement afin
que la conclusion semble implacable.
C’est pour cela que lorsque l’on écoute
une défense, il est capital de s’interroger sur ce que la personne n’a pas dit.
C’est un exercice difficile cependant.
3
Empêtré dans le “PenelopeGate”, François Fillon est-il un
bon exemple en la matière?
Il est devenu bon au fil des semaines.
Aujourd’hui, en meeting ou sur un
plateau télé, il est excellent. Posé,
calme, déterminé, stable, sûr de lui, il
déroule son propos et son histoire de
manière implacable. Après, certains
débusqueront des erreurs ou des
mensonges. Mais c’est la première
impression personnelle qui compte le
plus.
BdO
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
LA JOURNÉE
VIRGINIE LEFOUR/BELGA
Barbara Trachte s’inquiète
pour l’avenir du Pacte
Willy Demeyer a provoqué un coup de tonnerre en annonçant sa démission.
Le PS liégeois perd la tête
n Willy Demeyer se retire
et ouvre la voie à une élection
présidentielle à la fédération.
sorte ses camarades à faire un choix entre certai­
nes de leurs fonctions actuelles et la plus haute
responsabilité au sein de la Fédération liégeoise
du PS.
Le club des cinq touché coulé
En attendant que les ambitions s’expriment,
illy Demeyer a donné le coup d’envoi des l’affaire Publifin aura donc mis un terme à la
grandes manœuvres au Parti socialiste mainmise du fameux “club des cinq” sur le PS lié­
liégeois. L’affaire Publifin avait déjà pro­ geois. Un club, pour rappel, formé par Willy De­
voqué les démissions de Stéphane Moreau et meyer, Stéphane Moreau, André Gilles, Alain Ma­
d’André Gilles –du mayorat d’Ans pour l’un, de la thot et le ministre wallon Jean­Claude Marcourt.
Province pour l’autre. Voici qu’elle pousse le pré­ Cette association – qui avait notamment confiné
sident de la Fédération liégeoise du PS vers la sor­ Frédéric Daerden et Jean­Pascal Labille dans des
tie. Au cours d’une assemblée générale convo­ rôles subsidiaires – profitait de ses relais et in­
quée vendredi soir, il a annoncé son retrait. Il a fluences politiques à la Province, au gouverne­
également laissé entendre qu’il n’exercera plus ment wallon ainsi que dans le milieu économi­
son mandat de député fédéral après la fin des tra­ que via l’intercommunale Publifin et l’entreprise
vaux de la commission “attentats” qui lui tien­ Nethys.
nent à cœur. A terme, Willy Demeyer ne sera
La fin du pouvoir de ce quintet ne signifie pas
donc plus “que” bourgmestre de Liège.
pour autant la fin de l’influence de tous ses mem­
La population “veut plus de transparence, un lien bres. Mais beaucoup ont vu leur légitimité s’écor­
raisonnable entre les rémunérations et les presta­ ner. Alain Mathot, bourgmestre de Seraing, est
tions, la fin des cumuls, con­
fragilisé par les enquêtes judiciai­
fiait­il vendredi à “La
res en cours dans certains dossiers
Meuse”. En tant que manda­
le concernant. Stéphane Moreau
taires publics, il faut savoir
est clairement affaibli mais de­
l’entendre. Nous sommes des
meure patron de Nethys qui pèse
mandataires publics, et c’est le
lourd dans l’économie liégeoise. Et
citoyen qui nous paye. Même
si André Gilles semble complète­
si je suis persuadé qu’un cu­
ment abîmé par le scandale, Jean­
mul bien ciblé peut être utile.
Claude Marcourt demeure peu ex­
Notamment pour porter les
posé à ce stade.
problématiques des grandes
Dans ce contexte, la voie semble
Willy
Demeyer
villes à la Chambre.” Et
s’ouvrir
clairement pour Frédéric
Président sortant de la Fédération
d’ajouter : “J’ai adhéré à la
Daerden, député fédéral et bourg­
liégeoise du Parti socialiste.
philosophie de ce groupe (Pu­
mestre de Herstal. Isabelle Simo­
blifin, NdlR) sans en connaî­
nis, ministre wallonne en charge
tre tous les détails. J’accepte donc d’endosser une part de la Promotion sociale et de la Jeunesse, semble
de responsabilités.”
également se positionner pour augmenter son in­
Willy Demeyer a invité vendredi ses vice­prési­ fluence dans la Cité ardente. Quant à Jean­Pascal
dents qui sont également députés, bourgmestres, Labille, patron des Mutualités socialistes, il sem­
voire ministre (Frédéric Daerden, Isabelle Simo­ ble a priori isolé. Rappelons qu’en 2015, la réélec­
nis et Alain Mathot) à également remettre leur tion de Willy Demeyer à la tête de la plus puis­
mandat aux militants. Ceux­ci devraient être mo­ sante fédération du PS ne s’était pas déroulée
bilisés pour élire une nouvelle équipe dirigeante dans l’enthousiasme militant. Il était en place de­
d’ici le 1er mai. En mettant l’accent sur le décu­ puis 2005.
mul, le bourgmestre de Liège force en quelque
M. Co.
W
“J’ai adhéré à la
philosophie du groupe
Publifin… J’accepte
donc d’endosser une
part de
responsabilités.”
8
Dans l’opposition au parlement de la Fédé­
ration Wallonie­Bruxelles, l’Ecolo Barbara
Trachte n’est pas à proprement parler une
ennemie viscérale du Pacte d’excellence.
Elle l’observe intéressée, soulignant cer­
tains de ses aspects redoutés, comme son
pilotage par les résultats. Ce vendredi pour­
tant, elle avertit la ministre Schyns. “Si elle
souhaite que le Pacte survive à la législature,
elle doit absolument impliquer l’opposition
dans le processus. Il en va de sa responsabilité.
Or elle semble vouloir nous solliciter de ma­
nière classique sur les décrets qui découleront
du Pacte. Mais si c’est le cas, cela ne va pas du
tout lier l’opposition à la logique globale de la
réforme. Comment veut­elle que cette réforme,
qu’elle souhaite systémique, survive à la
prochaine campagne ?”
Terrorisme : une proposition MR
envoyée au Conseil d’Etat
La Chambre a décidé de renvoyer au Con­
seil d’Etat la proposition de loi du MR qui
permet aux bourgmestres de fermer tem­
porairement les lieux pour lesquels ils
auraient de “sérieuses indications” d’activités
terroristes. Le texte élargit la possibilité
qu’ont les bourgmestres d’agir lorsqu’ils
soupçonnent des trafics d’êtres humains
sur leur territoire. Socialistes, écologistes
et élus DéFI jugent la procédure inadaptée
et entendent qu’une décision de ce genre
soit confiée aux autorités judiciaires. Des
amendements ont été déposés et l’opposi­
tion était en nombre pour requérir l’avis
du Conseil d’Etat.
Budget : ajustement 2017 rikiki
Non? Si, si, vous avez bien lu. La majorité
fédérale ne devrait pas trop s’étriper dans
les prochains jours : le montant à trouver
pour ajuster le budget 2017 n’est “que” de
313 millions d’euros, selon le rapport du
comité de monitoring publié vendredi soir.
En fait, le “trou” tourne autour de 1 mil­
liard d’euros mais le gouvernement a
décidé d’utiliser la réserve de quelques
centaines de millions dégagée en 2016
afin de contrer, notamment, les incertitu­
des en matière de recettes fiscales.
Un premier “kern” aura déjà lieu ce samedi
dans le cadre du conclave budgétaire.
Les ambulanciers crient famine
Les services ambulanciers actifs dans l’aide
médicale d’urgence (AMU) à Bruxelles ont
manifesté, toutes sirènes hurlantes, devant
le cabinet de la ministre de la Santé publi­
que Maggie De Block (Open VLD) vendredi
matin. Ils entendaient dénoncer le manque
de moyens mis à la disposition du secteur.
“Devoir vendre des calendriers pour se finan­
cer, ce n’est plus possible”, scandent­ils. “Idéa­
lement, il nous faudrait un financement 10
fois supérieur à celui que nous avons actuelle­
ment”, expliquent­ils. “Mais nous nous
contenterons de cinq fois plus”. Ils se disent
derrière la ministre mais exigent qu’elle
soit soutenue par le reste du gouvernement.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
GEEN COMMENTAAR
Chronique Vincent Rocour
Le néerlandais comme patrimoine
L
a ministre flamande de l’Enseigne­
ment Hilde Crevits (CD&V) a fait le
buzz cette semaine en Flandre.
Dans une interview au “Nieuwsblad”,
elle s’est inquiétée de l’énorme fossé
qu’il y a entre les résultats des enfants
qui parlent le néerlandais à la maison et
ceux qui s’expriment dans une autre
langue. Un fossé qui s’est aggravé entre
la première et la seconde générations.
Un enseignant de Maasmechelen lui a
rapporté avoir vu une élève quitter
l’école à 18 ans parlant un néerlandais
impeccable et revenir quelques années
plus tard pour inscrire son enfant qui
ne parlait, lui, pas un mot de néerlan­
dais. “Ça ne va”, a­t­elle scandé. Les pa­
rents doivent prendre leurs responsa­
bilités, aller au contact avec les profs,
participer à la vie de l’école, etc.
En Flandre, beaucoup ont vu dans
cette sortie une tentative, pour le
CD&V, de remettre le curseur un peu
plus à droite et réinvestir le champ de
l’identité libre à la N­VA. Le coup a
porté d’ailleurs. Les ténors de la N­VA
ont été obligés de saluer un discours
“courageux”. A l’Open VLD, le meilleur
maire du monde, Bart Somers, a suren­
chéri en proposant de
prévoir une sanction fi­
nancière pour les pa­
rents qui ne se rendent
pas aux réunions à la­
quelle l’école de leur
enfant les invite.
Le dogme
portance, pour les parents, de connaître
le néerlandais pour favoriser la scolarité
de leurs enfants. C’est que, en Flandre,
la langue, c’est un dogme, le passage
obligé pour l’intégration. Etre Flamand,
ce n’est pas seulement habiter en Flan­
dre. C’est aussi parler le néerlandais.
Jusqu’au raidissement.
Un autre débat a été
mené cette semaine.
L’université de Gand
s’est plaint de la lour­
deur des contraintes
qui existent pour l’or­
ganisation de filières
d’étude dans une autre
langue que le néerlan­
dais. La législation fla­
mande limite à 6 % dans le premier cy­
cle et à 35 % dans le second le volume
de cours qui peut être dispensé dans
une autre langue. Et surtout, il faut
Etre Flamand,
ce n’est pas
seulement
habiter en
Flandre.
Toutes les réactions
n’ont évidemment pas
été positives. Les représentants des as­
sociations d’immigrés ont dénoncé une
sortie réductrice, inutilement vexa­
toire. Mais personne n’a contesté l’im­
pouvoir organiser, en parallèle, le
même cours en néerlandais. Mais, dans
les milieux universitaires flamands, on
craint que ces contraintes viennent
handicaper les établissements dans un
contexte d’internationalisation de l’en­
seignement supérieur.
Ce débat­là a cependant tourné court.
La N­VA a fermé la porte. Et la ministre
Hilde Crevits l’a verrouillée derrière
elle aussitôt. Par crainte de voir le néer­
landais se faire déborder.
La Flandre est souvent à l’avant­
garde. Mais quand il s’agit de toucher à
la langue, elle se montre d’une pru­
dence maladive. Elle a ainsi mis 10 ans
de plus que la Communauté française
pour adopter l’enseignement en im­
mersion. Des décennies du combat na­
tionaliste l’ont rendue méfiante par
rapport aux langues dominantes. En
périphérie comme ailleurs.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
9
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Transparence politique
Catherine Fonck (CDH) veut
porter deux grands chantiers: la
suppression des Provinces et
la participation citoyenne.
n Elle veut un contrôle renforcé
de la probité en politique.
n Elle endosse au sein de son
parti le rôle de “Madame Propre”.
n
Bio Express
‣ Age : Catherine Fonck a 48 ans.
‣ Formation : médecin néphrologue (diplômée
de l’UCL en 1993).
‣ Fonctions occupées : elle a été ministre de
l’Enfance, de l’Aide à la Jeunesse et de la Santé en
Communauté française de Belgique de 2004 à
2009; ainsi que Secrétaire d’Etat à
l’Environnement et Secrétaire d’Etat aux Réformes
institutionnelles au sein du gouvernement fédéral
(2014).
‣ Actuellement : elle est cheffe du groupe CDH à
la Chambre.
“On peut supprimer
l’institution
provinciale”
Entretien Frédéric Chardon
et Antoine Clevers
L
e scandale “Publifin” n’a pas que des
conséquences politiques en Wallonie.
Au fédéral aussi, on réfléchit à moraliser
encore un peu plus la vie publique. Le
groupe de travail sur le renouveau poli­
tique a d’ailleurs été installé mardi à la Cham­
bre des représentants. La cheffe de groupe
CDH, Catherine Fonck, livre sa vision des “af­
faires”. Pour elle, il s’agit d’une opportunité
pour plus de transparence.
Dans le climat actuel, les partis n’ont plus d’autres
choix que de jouer le jeu de la transparence…
Il y a une formidable opportunité à saisir pour
faire bouger les lignes. La priorité des priorités
est que les politiques aient un comportement
exemplaire. Et si ce n’est pas le cas, il faut resser­
rer une série de règles : sur la hauteur des rému­
nérations, le cumul des mandats, le contrôle de
l’argent public grâce à la transparence… Nous
devons agir avant que la pression ne retombe.
L’oubli va passer par là…
Quelle doit être, selon vous, “la” priorité ?
Je vois deux chantiers. Le premier: les trop
nombreux niveaux de pouvoir dans notre
lasagne institutionnelle – Régions, Communau­
tés, communes, Provinces, intercommunales…
C’est générateur d’inefficacité parce que tout
monde est compétent, mais personne n’est res­
ponsable. On a trop de niveaux de pouvoir, trop
de structures, trop de mandataires. A titre per­
sonnel, je pense qu’on peut supprimer l’institu­
tion provinciale, tout en redistribuant ses com­
pétences.
Pensez-vous que c’est réalisable? Il y a eu et il y
aura de fortes résistances politiques…
10
J’ose espérer que les politiques vont avoir le
courage d’admettre qu’on ne peut pas conti­
nuer de la même manière. Si, in fine, ce n’est pas
l’institution provinciale que l’on supprime,
mais toute une série d’autres couches dans le
système, comme ces intercommunales “pou­
pées russes” où chaque structure en cache
d’autres, je me dis qu’on aura aussi gagné. On
parle de Publifin. Mais il y a aussi d’autres petits
“Publifin” cachés à démasquer.
ils dans le bon en dénonçant ces salaires et en soulignant que, eux, ils touchent 1 800 euros par
mois ?
Au PTB, ils n’ont pas 1800 euros par mois… Ils
perçoivent la même indemnité que tous les
autres parlementaires. Après, en interne, ils re­
distribuent l’argent et ils financent probable­
ment d’autres choses. Leur discours est un peu
simpliste. En revanche, je trouve qu’il y a des ni­
veaux de rémunération totalement indécents.
Et le deuxième chantier dont vous
parliez ?
Je pense que les citoyens ont
largement le sentiment d’être
mis de côté, de ne pas être en­
tendus. Je trouve qu’il n’y a pas
suffisamment de place pour la
participation citoyenne.
La rémunération du président de
la Chambre, le N-VA Siegfried
Bracke (environ 16000 euros net
par mois) ?
Oui, je trouve que c’est indé­
cent. Il est le premier person­
nage politique du pays. Ce qu’il
touche, c’est trop. Il y a aussi
des cumuls qui mènent à des
rémunérations
indécentes,
comme on l’a vu avec Publifin.
Inversement, j’ai entendu Louis
Michel (député européen MR)
dire que 4 800 euros par mois
pour un parlementaire, c’est un salaire de mi­
sère. Non, hein ! L’indemnité parlementaire est
confortable et elle suffit. Les députés doivent
s’investir pleinement dans ce qu’ils font. Entre
les discours extrêmes de Louis Michel et du
PTB, il faut raison garder.
“La rémunération
de Siegfried Bracke
est indécente. Il est
le premier
personnage
politique du pays.
Ce qu’il touche,
c’est trop.”
C’est ce que tout le monde dit.
Que proposez-vous pour remédier à cela ?
Je crois au modèle du jury d’as­
sises. Donc pas sur la base
d’une question à laquelle on répond par oui ou
non (comme dans le cas du référendum, NdlR).
Au contraire, des citoyens pourraient débattre
entre eux dans la perspective de dégager une
solution commune.
Où pourraient se tenir ces débats citoyens ?
J’ai beaucoup d’estime pour le Sénat. Mais re­
connaissons que dans sa forme actuelle (un Sé­
nat des régions et des communautés, NdlR), il
peine à convaincre… Il faut remplacer le Sénat
par une chambre citoyenne.
L’un des éléments qui a choqué l’opinion publique,
c’est la hauteur des émoluments perçus par certains mandataires publics. Les députés PTB étaient-
A vous entendre, vous défendez le décumul députébourgmestre?
J’ai toujours été clair à ce sujet. A titre personnel,
je suis persuadée que le décumul est une bonne
chose. Cela permet au parlementaire de s’inves­
tir à temps plein dans sa fonction – et ça de­
mande du temps. Je pense aussi que concentrer
tout le pouvoir dans quelques mains, ce n’est
pas l’idéal.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
“Il faut un gendarme pour
contrôler les politiciens”
Décumul, suppression des provinces, participation citoyenne… Ce sont des projets que
porte Ecolo depuis longtemps. Cette formation a eu raison avant tout le monde ?
Je ne sais pas. Et franchement, je m’en fi­
che. Je crois qu’on peut rassembler, dans
tous les partis, des gens qui veulent avan­
cer sur cette envie de renouveau. Il y a un
momentum à saisir. J’y crois ! Vous savez,
étant moi­même en politique, je me dis
parfois que la politique, c’est à désespérer
tellement on sent les dogmes, les jeux ma­
jorité­opposition, la particratie, les ni­
veaux de pouvoir… Si on ne profite pas de
ce qui se passe pour le moment, quand va­
t­on le faire ?
Votre parti a-t-il bien réagi, selon vous, après
l’éclatement du scandale Publifin ?
C’est le parti, mais aussi le gouvernement
wallon où nous sommes présents. Je pense
qu’il y a une prise de conscience à la me­
sure de l’extrême gravité de ce qui se
passe. Le gouvernement wallon a avancé
assez vite. Le cadastre des mandats et des
rémunérations est lancé, il y a la volonté de
revoir les structures, de rendre incontour­
nables des règles qui ont été contour­
nées, etc. Cela dit, un volet a été insuffi­
samment réalisé, celui du contrôle et de la
sanction. Des pratiques ont échappé aux
radars. Il faut donc renforcer le contrôle. Et
prévoir des sanctions. Il faut un gendarme.
“La politique, c’est
à désespérer tellement on
sent les dogmes, les jeux
majorité­opposition,
la particratie, les niveaux
de pouvoir…”
Catherine Fonck semble vouloir incarner la droiture
morale au sein du CDH. Elle est sans complaisance vis-àvis des dérives de type “Publifin”.
JOHANNA DE TESSIÈRES
Qui pourrait être ce gendarme ? La Cour des
comptes, qui reçoit déjà les déclarations de
mandats ?
Peu m’importe. En tout cas, une instance
avec une indépendance suffisante. Un
exemple : le plafond des revenus (150 % de
l’indemnité parlementaire, NdlR). Qui
contrôle ça ? Je n’en sais rien… La question
se pose aussi sur la sanction. Elle doit aller
jusqu’à l’inéligibilité. Il y a eu un estompe­
ment manifeste des normes chez certains
politiques. Vous vous rendez compte qu’il
y en a qui parviennent à se faire payer
leurs émoluments publics via une société
de management ! ? (le député PS Alain Ma­
thot, notamment, NdlR). Puisque les gens
ne savent pas eux­mêmes avoir un com­
portement éthique, il faut verrouiller les
règles. Avec des sanctions fortes.
Pour en revenir au CDH, votre position sur le
décumul, la suppression des provinces… n’est
pas forcément partagée par tous.
Il y a des discussions en cours. Je ne suis
pas porte­parole du parti, c’est à Benoît
Lutgen que revient le rôle de donner la li­
gne. Il y a en tout cas une diversité d’opi­
nions. Je ne dirais pas à ce stade que je suis
toute seule au CDH à vouloir faire évoluer
les choses, il y a une vraie volonté au sein
du parti.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
11
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Des salaires
“excessifs” à
la SRIB
n L’opposition Ecolo
veut une réforme rapide
de la gouvernance bruxelloise.
TF1
L
La chaîne TF1 est décidée à monétiser ses audiences en Belgique francophones auprès des annonceurs belges.
Elio Di Rupo s’immisce
dans le dossier TF1
n L’arrivée prochaine de la chaîne
française dans le paysage publicitaire
belge est remontée jusqu’au patron du PS.
C’
est l’un des serpents de mer du paysage
audiovisuel francophone belge : la commer­
cialisation, par la chaîne française TF1, de
spots publicitaires ciblant le public belge. La pre­
mière tentative de lancer ce type de
“décrochage” avait eu lieu à la fin des
années 1980. Ce fut un échec.
Le dossier a refait surface ces der­
niers mois. Et cette fois, la filiale du
groupe Bouygues semble décidée à
arriver à ses fins. Gilles Pelisson, pa­
tron de TF1, l’a répété à plusieurs re­
prises : il lancera des décrochages pu­
blicitaires en Belgique dès 2018. Ce
qui nécessite de trouver une régie
déjà active sur le marché belge.
Interrogé le mois dernier au Parle­
ment de la Fédération Wallonie­
Bruxelles, le ministre des Médias, Jean­Claude Mar­
court (PS), avait estimé que de tels décrochages “per­
turberaient l’équilibre extrêmement fragile du paysage
audiovisuel belge”. Mais il avait admis qu’il ne dispo­
sait pas des moyens juridiques “pour les empêcher de
le faire”… De fait, TF1 peut faire valoir la directive
européenne sur les Services de médias audiovisuels
(SMA) pour justifier de tels décrochages.
La chaîne française jouit en Belgique francophone
d’une part d’audience comprise entre 15 et 20 %,
mais dont elle ne retire à ce jour aucune recette pu­
blicitaire directe. Or, d’après des estimations, TF1
pourrait récolter entre 20 et 30 millions d’euros de
recettes annuelles en pratiquant des décrochages.
Les présidents de partis interviennent
Cette perspective suscite l’ire de RTL Belgique (so­
ciété de droit luxembourgeois...), qui retire l’essentiel
de ses revenus de la publicité. L’inquiétude est aussi
de mise du côté de la RTBF, laquelle puise entre 20 et
25 % de ses recettes du marché de la pub. Les deux
opérateurs redoutent que TF1 gri­
gnote une part importante de “leur”
gâteau publicitaire.
Vendredi, le dossier était à l’ordre
du jour des conseils d’administration
de la RMB (régie publicitaire de la
RTBF) et de la chaîne publique.
D’après nos informations, le conseil
de la RMB a reporté la discussion.
Même scénario, dans l’après­midi,
du côté de Reyers.
Pressé par Philippe Delusinne (CEO
de RTL Belgique), le président du PS,
Elio Di Rupo, aurait pris contact, dès
jeudi, avec ses homologues du CDH (Benoît Lutgen)
et du MR (Olivier Chastel) pour que leurs représen­
tants à la RMB et à la RTBF s’abstiennent de prendre
attitude...
Cette non­décision devrait conduire TF1 à se tour­
ner vers la régie flamande Transfer. Ou à créer sa pro­
pre régie. Car, par la porte ou par la fenêtre, il est ac­
quis que TF1 débarquera en Belgique dans les tout
prochains mois.
P.-F.L.
Par la porte ou
par la fenêtre, il
est acquis que
que TF1
débarquera en
Belgique dans
les tout
prochains mois.
12
e débat sur les rémunérations des
mandataires publics est revenu au
parlement bruxellois vendredi. Pu­
blics ? Pas tout à fait puisqu’il s’agissait
de la direction de la SRIB, la société ré­
gionale d’investissement, chargée de
soutenir les entreprises. Il s’agit d’une
société de droit privé détenue à 74 % par
la Région bruxelloise. Elle est dirigée par
Serge Vilain et Jean­Luc Vanraes, prési­
dent et vice­président du comité de di­
rection ainsi que par les directeur et di­
recteur adjoint Eddy Van Gelder et
Etienne­Jean Noël. Les situations de MM
Noël (ex­MR) et Vanraes (Open VLD) re­
tiennent l’attention car ils sont échevin à
Schaerbeek pour le premier et président
du CPAS d’Uccle pour le second.
Les quatre patrons trustent à eux seuls
1,3 million d’euros par an. Ces rémuné­
rations sont “excessives” pour le minis­
tre de tutelle de la SRIB, Didier Gosuin
(Défi), qui a lancé une réforme globale à
la SRIB. Mais sont soulevées les ques­
tions de savoir si ces fonctions pouvaient
être cumulées avec des mandats locaux
et si le plafond légal de 150 % du traite­
ment d’un député (pour le coup large­
ment dépassé) devait s’appliquer aux cas
Noël et Vanraes. Pour les uns, c’est non
car les deux mandataires sont sous con­
trats privés à la SRIB. C’est moins clair
pour d’autres, surtout dans le cas de M.
Vanraes, nommé pour 6 ans en 2013 sur
proposition du gouvernement bruxel­
lois.
Indécence et illégalité?
M. Noël a quant à lui été recruté selon
une procédure normale en 1985 et a
“simplement gravi les échelons de la so­
ciété”, explique­t­il, même si son entrée
au comité de direction a été proposée
par le gouvernement bruxellois. Son
contrat est à durée indéterminée. “Une
ordonnance de 2014 prévoit une incompa­
tibilité avec mon mandat d’échevin à partir
de 2018, complète­t­il. Je la respecterai,
j’exerce mon dernier mandat d’échevin.”
Pour la députée de l’opposition Ecolo
Isabelle Durant, “ce sont des mandats” et
le statut de conseiller communal de M.
Vanraes suffit à lui imposer le plafond
des 150 % : “Il n’y a pas de raison de tour­
ner autour du pot comme le fait le ministre­
Président Vervoort.” Défi, dans la majo­
rité, se montre également sévère. “Ces ré­
munérations sont indécentes lorsqu’elles
sont cumulées avec d’autres mandats pu­
blics”, confie le chef de groupe Emma­
nuel De Bock. Pour lui, cette formule du
“contrat privé” “est illégale par rapport
aux textes encadrant les rémunérations”.
M. Co.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
| CROQUIS DE JUSTICE |
L’ancienne greffière marseillaise
victime de son assuétude à la cocaïne
n La quinquagénaire, à la vie difficile, a été
arrêtée à la gare du Midi avec 100 g de coke
dans sa valise. Procès en Belgique.
Audience Louise Vanderkelen
D
epuis les attentats qui ont frappé Paris en
novembre 2015, des mesures de sécurité ont été
prises à Bruxelles, notamment dans les grandes
gares internationales. De nombreux agents de police
patrouillent depuis maintenant près d’un an et demi
dans les couloirs sombres de la gare du Midi, qui
accueille les Thalys, les TGV et les Eurostars menant
leurs voyageurs vers l’étranger.
Le 9 décembre 2015, Myriam (*) attend son train
vers Marseille lorsque des policiers lui demandent
d’ouvrir sa valise. Surprise: les agents y trouvent
135,8 grammes de cocaïne sous forme de boulettes,
pour une valeur de près de 7000 euros. Myriam avait
un but, celui d’acheminer la drogue vers la cité
phocéenne, où elle vit.
Myriam fut emprisonnée du 10 décembre 2015 au
13 janvier 2016 avant d’être libérée sous caution pour
une somme de 5000 euros.
Myriam devait
récupérer la cocaïne
dans un bar anversois
et la transporter
jusqu’à Marseille pour
la modique somme
de 500 euros ainsi
qu’une dose pour
sa consommation
personnelle.
La défense, qui qualifie le cas de Myriam de “fait
isolé et regrettable”, finit par demander à la présidente
la suspension simple du prononcé à titre principal
compte tenu de son casier judiciaire vierge que la
prévenue aimerait conserver en l’état, de son âge et
du handicap de son fils qui a besoin d’elle.
C’est qu’une suspension à titre probatoire, c’est­à­
dire sous conditions, serait difficile à respecter. Le fait
que la prévenue vive à Marseille rend son exécution
difficile. Comment assurer le suivi des éventuelles
mesures imposées par le juge? La présidente semble
acquiescer d’un hochement de tête.
De son côté, le procureur du Roi relève que la
prévenue, décrite comme sans le sou ou presque, a
toutefois trouvé les 5000 euros nécessaires à sa
libération et estime qu’il serait juste que l’acompte
que la Marseillaise a reçu de Walid soit confisqué.
Jugement le 30 mars.
U (*) : prénoms d’emprunt
“Une femme fragile”
La voici aujourd’hui devant ses juges. Enfin, façon
de parler, car la prévenue n’était pas présente à
l’audience pour raisons de santé. Elle était
représentée par sa jeune avocate. Cette dernière
explique que c’est un certain Walid (*), rencontré par
Myriam à Marseille, qui a proposé un deal à sa cliente,
à savoir acheminer la drogue récupérée dans un bar
anversois, en l’échange d’une somme de 500 euros et
d’une dose de cocaïne. Walid lui avait donné un
acompte de 100 à 150 euros pour réaliser sa mission.
Myriam est décrite par son avocate comme une
proie facile. Fragile psychologiquement, elle est
dépendante à la cocaïne. Voilà pourquoi elle s’est
laissée tenter par cette modique somme et la
promesse d’une dose gratuite pour jouer la “mule”.
Celle qui a avoué le transport de cocaïne est selon
son avocate “un cas à part”. Myriam, 57 ans, a un
casier judiciaire vierge et a fait une belle, même si
brève, carrière... comme greffière, assistant un juge à
Marseille.
Cette femme, qui approche de la soixantaine,
souffre toutefois d’une grave dépression ainsi que de
bronchites chroniques, précise son avocate. Une
dépression liée en partie au handicap d’un de ses fils
qui l’a poussée à quitter son job au tribunal pour se
consacrer pleinement à son enfant malade.
Les revenus de la quinquagénaire sont faibles. Son
départ à la retraite anticipée ne lui donne qu’une
pension d’environ 1000 euros par mois pour subvenir
à ses besoins et à ceux de son enfant.
Une collaboration difficile avec la justice
L’avocate de la prévenue s’excuse pour le manque
de participation de sa cliente à l’enquête. “Elle a peur.
Elle est une proie facile pour les trafiquants qui s’en
prennent aux personnes fragiles comme elle. Elle dit
qu’elle ne reconnaît pas Walid ni la personne qui lui a
donné la drogue à Anvers mais elle ne veut pas les
dénoncer, de peur de représailles.”
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
13
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
WALSCHAERTS FRANÇOIS/REPORTERS
La catastrophe ferroviaire du 15 février 2010, à Buizingen, avait fait 19 morts et 162 blessés.
Buizingen : à trois
devant le tribunal ?
n Le parquet entend poursuivre
un des deux conducteurs de train
impliqués, la SNCB et Infrabel.
N
ouvelle étape importante dans le dos­
sier lié à la catastrophe ferroviaire sur­
venue à Buizingen le 15 février 2010 il y
a plus sept ans désormais. Ce jour­là, un train
L, parti de Louvain et qui se dirigeait vers
Braine­le­Comte, et un train IC, parti de
Quiévrain à destination de Liège­Guillemins,
étaient entrés en collision, à hauteur de Bui­
zingen. L’accident avait causé la mort de 19
personnes et fait 162 blessés, dont 11 griève­
ment atteints.
Conducteur, SNCB et Infrabel
Expertises critiques
Au lendemain de la catastrophe, la SNCB
avait relevé une faute de la part du conduc­
teur du train venant de Louvain qui aurait
franchi –thèse retenue par le
parquet– un signal alors qu’il
était rouge.
Après l’accident, deux collè­
ges d’experts (un médico­lé­
gal et un d’expertise ferro­
viaire) avaient été désignés. “Il
y a eu trop peu d’argent injecté
dans le rail et la SNCB n’a pas
fait de la sécurité sa priorité”,
avait indiqué le second dans
son rapport. Les experts
avaient notamment affirmé
que le système de freinage
n’avait jamais bien fonctionné.
Depuis, les systèmes de freinage ont été
multipliés sur le réseau. Sur les lignes à
grande vitesse, un système empêche les con­
ducteurs de train de dépasser la vitesse auto­
risée. Sur les autres parties du réseau, un sys­
tème permet automatiquement de freiner un
train qui arrive à moins de 300 mètres d’un
feu rouge et qui roule à plus de 40 km/h.
J.-C.M.
Le parquet
entend
poursuivre
le conducteur
du train venant
de Louvain,
la SNCB
et Infrabel.
Le parquet de Hal­Vilvorde
a rendu, vendredi ses réquisi­
tions et a décidé de poursui­
vre, devant le tribunal de po­
lice de Hal, le conducteur du
train
Louvain­Braine­le­
Comte, la SNCB et Infrabel.
Le conducteur aurait ignoré
un feu rouge et la SNCB ainsi
qu’Infrabel auraient négligé la
sécurité de l’infrastructure
ferroviaire et des trains.
Le conducteur du train L a toujours nié sa
responsabilité dans l’accident mais un doute
subsisterait sur sa version des faits après
l’analyse des éléments de conduite et de la si­
gnalisation. Il risque cinq ans de prison et une
amende de 3000 euros. La SNCB et Infrabel
sont également poursuivis et risquent une
amende de 600000 euros.
La chambre du conseil se penchera sur le
14
dossier le 24 avril. Elle entendra alors le ré­
quisitoire du parquet et les conclusions des
autres parties. Des demandes de devoirs
complémentaires seront cependant possi­
bles. Dans ces conditions, on ne peut se pro­
noncer sur la date de l’ordonnance et encore
moins sur celle d’un éventuel procès.
En octobre 2016, le juge d’instruction en
charge du dossier avait transmis celui­ci au
parquet de Hal­Vilvorde, lequel avait repris
l’enquête judiciaire initialement ouverte par
le parquet de Bruxelles.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Fortunes diverses
pour des djihadistes
n Le tribunal n’épargne pas la mère, qui a
multiplié les voyages en Syrie. Deux de ses
filles s’en tirent mieux, pas la troisième.
P
lusieurs femmes membres d’une même famille ont
connu des fortunes diverses, vendredi, devant le
tribunal correctionnel de Bruxelles. Elles étaient
toutes prévenues de participation aux activités d’un
groupe terroriste.
Habiba C. a obtenu la suspension probatoire du pro­
noncé. Elle avait tenté de se rendre en Syrie, en janvier
2016, avec sa sœur, Fatima, sa fille et sa mère, Maria G.
Le procureur fédéral avait requis quatre ans de prison
avec sursis à son encontre. Son conseil, Me Abbes, avait
réclamé l’acquittement, plaidant la contrainte irrésisti­
ble. Il avait indiqué à l’audience que sa cliente avait, une
première fois, été emmenée de force en Syrie par ses pa­
rents et qu’elle y avait été mariée de force, à 16 ans, à un
combattant djihadiste. Elle s’était retrouvée enceinte.
La jeune fille avait réussi à revenir en Belgique, avec sa
mère, Maria G., déjà condamnée à 5 ans de prison en
avril 2016 par la cour d’appel de Bruxelles pour ces faits.
La mère, en janvier 2016, avait à nouveau tenté de re­
joindre la Syrie avec Habiba et la fille de cette dernière
ainsi qu’avec une autre de ses filles, Fatima. Pour ce se­
cond voyage, le tribunal l’a condamnée à 4 ans de prison
avec sursis pour ce qui excède la moitié. Cette peine
s’ajoute donc aux 5 ans infligés en avril. Une sœur d’Ha­
biba C., Hakima, a pris 2 ans avec sursis probatoire mais
Fatima, soupçonnée d’être toujours en Syrie, a écopé de
5 ans. Enfin, Zakia H., une amie de Fatima C., prévenue
d’avoir envoyé de l’argent à celle­ci, a bénéficié de la sus­
pension probatoire du prononcé. (D’après Belga)
EN BREF
Monarchie
La reine Paola a quitté l’hôpital
313
GSM dans les prisons
La reine Paola a quitté, vendredi, les cliniques
universitaires Saint-Luc où elle était hospitalisée depuis
trois semaines à la suite d’une fracture du col du fémur, a
annoncé le Palais. Les médecins ont estimé que la Reine
avait retrouvé suffisamment d’autonomie à la marche et
dans les mouvements de la vie quotidienne pour pouvoir
regagner le château du Belvédère. (Belga)
En 2016, 313 GSM ont été retrouvés
dans les prisons belges, surtout du côté
flamand (227). Ce chiffre était de 197
seulement en 2015. Le nombre et
l’efficacité des contrôles auraient permis
de plus nombreuses saisies, selon
le ministre de la Justice.
Médecins
Trop d’agressions
Police
Suspension
du préavis de grève
Défense
Des F-16 interceptent
un avion civil indien
Les syndicats policiers ont
suspendu leur préavis de
grève en attendant les
résultats du prochain
conclave budgétaire, ontils indiqué, vendredi, à
l’issue d’une réunion de
négociations avec le
cabinet du ministre de
l’Intérieur Jan Jambon.
(Belga)
Des F-16 belges ont intercepté,
vendredi, dans l’espace aérien
néerlandais, un avion indien
transportant des passagers qui ne
répondait plus aux injonctions des
aiguilleurs du ciel alors qu’il survolait
l’Allemagne. Les F-16 ont décollé de
Florennes. Depuis cette année, les
avions de chasse belges et néerlandais
surveillent l’espace aérien du Benelux
en alternance. (Belga)
Des médecins ont été
reçus, vendredi, au cabinet
du ministre de la Justice. Il
a été question des
agressions dont ils sont
victimes. Selon le “Journal
du Médecin”, 33% des
médecins ont été
confrontés au moins une
fois à une agression
physique ces dix dernières
années. (Belga)
Grand rassemblement
pour soutenir Lajoie
n Le garçon de douze ans et sa mère sont
menacés d’expulsion vers le Congo.
L
ajoie est un jeune garçon de 12 ans. Il est bon élève à
l’école Active d’Uccle et est une étoile montante de
son club de basket Uccle Europe, où il évolue dans la
catégorie U14 Régional. Arrivé en Belgique à l’âge de
deux ans avec sa maman, ils sont aujourd’hui tous deux
menacés d’expulsion vers le Congo.
Après avoir organisé une pétition en ligne signée par
près de 10 000 citoyens, le comité de soutien de Lajoie
et de sa maman organise le dimanche 12 mars dès 14
heure un grand rassemblement au parc du Wolven­
dael, à Uccle. Les élèves de l’école Active, leurs parents,
le personnel éducatif, le directeur, des responsables du
centre PMS, des enseignants mais aussi le président du
club de basket et le coach de Lajoie seront présents afin
de demander aux autorités fédérales de lui “garantir
une vie paisible dans son lieu de résidence habituel, centre
de tous ses intérêts”. Lajoie et sa maman pourront égale­
ment bénéficier du soutien de taille du délégué géné­
ral aux droits de l’enfant, du président de la Ligue des
droits de l’homme, de la directrice de la Coordination
et initiative pour réfugiés et étrangers (Ciré) et de
l’avocat de la famille qui seront également présents.
L.V.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
15
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
À savoir
Musée bruxellois le
plus émouvant
JEAN BERNARD
Lauwers Sis à deux pas de la
Benoît Ers (dessin) et Vincent Dugomier (scénario) en sont au troisième tome de la série parue au Lombard.
Les enfants de la
Résistance au Musée
Anderlecht Le Musée de la
Résistance de Belgique
accueille une exposition basée
sur la bande dessinée de
Dugomier et Ers.
breux témoignages.”
“Pas de saut temporel après l’exode
de 40”
Ce point de vue enfantin est ori­
ginal puisqu’il permet de mieux
décrire ce que furent les débuts de
la Résistance en France. “Dans les
autres BD, on montre souvent les per­
sonnages subissant l’exode de 1940
puis, saut temporel, on les retrouve
ieux complices en bandes dans le maquis en 1943. Ici, nous
dessinées, le Liégeois Benoît avons voulu aussi traiter le no man’s
Ers (dessin) et le Bruxellois land entre les deux périodes en ques­
Vincent Dugomier (scénario) ont tion”, souligne Benoît Ers… “Et qui
déjà plusieurs séries à leur actif.
est terriblement important quand on
Travaillant assez classiquement – s’adresse aux enfants, complète Du­
synopsis
découpé
gomier, car il ne
par Vincent qui se
s’agit pas juste de
charge aussi de la re­
montrer des actions
cherche historique,
de résistance, il s’agit
Benoît s’occupant de
aussi de montrer
trouver les objets ou
pourquoi et contre
éléments vestimen­
quoi on résiste. Et
taires d’époque – ils
cela, il faut l’expliquer
se sont lancés dans
en 40 et pas en 43.”
une aventure se dé­
“Ajouter une petite
roulant durant la Se­
fille allemande dans
Vincent
Dugomier
conde Guerre mon­ Scénariste de bandes dessinées. la bande, c’est aussi
diale, dans un coin
bien utile pour l’intri­
de France : “Les en­
gue afin de parcourir
fants de la Résistance”, dont le troi­ tous les aspects de la Résistance”,
sième tome est sorti récemment.
sourit Benoît Ers.
“Tels que nous les décrivons, de tels
Heureux, tout comme les édi­
faits d’enfants se lançant dans la ré­ tions du Lombard, du retour ren­
sistance à l’occupant et appelant les contré dans les écoles, les deux
adultes à se révolter n’ont pas existé”, compères ont décidé de mettre en
précise Dugomier. “Mais des en­ place une exposition. “Les jeunes
fants, employés par les adultes pour sont très intéressés par le sujet. Ils ne
mener des missions, ça, il y en a eu le connaissent pas forcément mais il
beaucoup et depuis la sortie du pre­ y en a toujours un dont un grand­pa­
mier tome, nous avons reçu de nom­ rent a été résistant… et enfant. Du
V
“Quand on
s’adresse aux
enfants, il s’agit
aussi de montrer
pourquoi et contre
quoi on résiste.”
16
coup, cela dynamise les discussions”,
avance Dugomier.
Plus de documents sur la période
“La génération qui vient est sans
doute mieux servie que la nôtre avec
foule de documents qui sont désor­
mais déclassifiés, précise encore
Benoît Ers. On profite des travaux
d’historiens, on confronte notre
point de vue avec le leur.”
D’avoir choisi la Résistance fran­
çaise plutôt que la belge était plus
simple (tout est relatif). “On voulait
essayer de la raconter de la manière
la plus universelle possible car les dif­
férentes zones françaises ou belges
subissaient l’occupation de manière
différente.”
L’exposition est donc un prolon­
gement des albums. Elle existe en
quatre exemplaires et peut être
fournie en prêt à des bibliothè­
ques, des écoles ou des musées,
comme c’est le cas à Anderlecht.
Ou lors d’événements comme ce
week­end à la Foire du Livre (stand
330 du Lombard). “On rajoutera des
panneaux au fur et à mesure que no­
tre récit avance. Et on veut aussi qu’il
y ait des résonances avec le monde
d’aujourd’hui.”
Que l’exposition soit présentée
au Musée de la Résistance n’est que
la suite logique des aventures de
François, Eusèbe et Lisa, 13 ans au
début du conflit, et du prix Saint­
Michel que les auteurs s’étaient vu
attribuer, et remettre des mains de
Jean­Jacques Bouchez, conserva­
teur du musée.
Jean Bernard
jolie maison communale
d’Anderlecht, le Musée de la
Résistance de Belgique est un
lieu qui ne laisse pas le
visiteur intact. Déjà, cette
belle maison de maître qui
demanderait sans doute un
petit coup de rénovation fut
un haut lieu de la Résistance,
elle qui a abrité l’atelier du
photograveur Pierre Lauwers,
entré dans l’histoire pour
avoir réalisé la plaque
photogravée du “faux Soir”, le
clandestin le plus célèbre
distribué le 9 novembre 1943
au nez et à la barbe de
l’occupant, plaque qui a été
rendue à son lieu d’origine en
juin 2014 par le fils d’un
libraire marseillais. Si
l’imprimeur Wellens fut pris et
torturé par les Allemands, il
ne dénonça jamais ses
acolytes du Front de
l’Indépendance et Lauwers en
particulier, qui fut
régulièrement perquisitionné
par la Gestapo qu’il accueillait
en se levant de son fauteuil,
se proposant de l’aider dans
ses fouilles. Mais les nazis lui
imposaient de rester assis, ce
dont il ne se faisait pas prier,
tous les documents
compromettants se trouvant
dans le faux fond du fauteuil
en question !
Depuis 1972, le Musée de la
Résistance de Belgique
recueille force documents
précieux en lien avec la
période de la Deuxième
Guerre mondiale. Dans un coin
de l’une des pièces, une série
d’urnes provenant de tous les
camps de concentration et
d’extermination contiennent
les cendres de certains qui ne
sont jamais revenus de
l’horreur… Ailleurs, on
trouvera les objets en lien
avec la Résistance – matériel
de sabotage, faux documents,
armes. On ne manquera pas
aussi de passer par la salle du
parachute.
‣ Exposition bd Les
enfants de la Résistance
en partenariat avec les
éditions Lombard et la
librairie Skull accessible du
lundi au vendredi de 9h à 17h,
ou sur rendez-vous. Exposition
ludique et pédagogique à
découvrir jusqu’au 30 juin
2017 au Musée de la
Résistance de Belgique, 14 rue
van Lint à 1070 Bruxelles. Tél :
0032/(02) 522.40.41.
info@museumresistance.be
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
La pratique de la pêche séduit dans la capitale
Bruxelles La saison recommencera le
27 mars. Des modalités précises doivent
toutefois être respectées.
bos (Jette) ou l’étang du square Clémentine
(Laeken).
Mais ce n’est pas le cas dans tous les étangs.
Ainsi, par exemple, le droit de pêche dans
l’étang du Bois de la Cambre est uniquement
accordé aux concessionnaires du Chalet Robin­
son. Des concours y sont d’ailleurs organisés
plusieurs fois par an.
Actuellement, aucune cartographie claire des
endroits où il est légal de pêcher n’a été établie
mais le cabinet de Céline Fremault (CDH), mi­
nistre bruxelloise de l’Environnement, y tra­
vaille. Aucune date précise n’a cependant en­
core été définie concernant cette cartographie.
A. F.
“Les lieux les plus prisés
se trouvent entre l’écluse
d’Anderlecht et
Drogenbos, et entre le
pont Van Praet et celui
de Vilvorde.”
A
vec le retour des beaux jours, bon nombre
de Bruxellois envisagent de ressortir leur
canne à pêche. Un peu de patience, toute­
fois, puisque la saison ne recommencera qu’à
partir du 27 mars. Le temps pour les amateurs
de se mettre en ordre. En effet, cette pratique
est réglementée et il est obligatoire de se voir
octroyer un permis de pêche pour exercer sa
passion dans les eaux de la capitale. Ainsi, en
2016, 657 permis A ont été délivrés par la Ré­
gion, selon des chiffres communiqués par
Bruxelles Environnement. Un nombre sensi­
blement identique aux années précédentes,
preuve que cette pratique continue de séduire
les adeptes de la canne à pêche. Le permis A, va­
lable durant toute l’année, coûte 7,95 € et con­
cerne la pêche classique au bord de l’eau, tandis
que le permis B dont le coût est de 20,34 € est
peu octroyé en Région bruxelloise et concerne
la pêche depuis une embarcation.
Jean-Paul Paternoster
Président de l’amicale des pêcheurs du
Brabant.
La Région bruxelloise, de par la densité de son
bâti, est moins propice à la pratique de la pêche
que dans les deux Régions voisines. Mais plu­
sieurs points d’eau sont toutefois très appréciés
des pêcheurs. “Les lieux les plus prisés se trouvent
au Canal, entre l’écluse d’Anderlecht et Drogen­
bos, et entre le pont Van Praet et celui de Vil­
vorde”, explique Jean­Paul Paternoster, prési­
dent de l’Amicale des pêcheurs du Brabant qui
est également chargé de rempoissonner le Ca­
nal chaque année.
Bruxelles Environnement a ainsi repris la ges­
tion des étangs régionaux depuis quelques an­
nées, dans le cadre de la mise en œuvre de son
plan de gestion des étangs. Outre le Canal, plu­
sieurs étangs sont également très prisés des pê­
cheurs.
Ainsi, il est autorisé de pratiquer de la pêche
aux étangs d’Ixelles, à l’étang du Parc des Sour­
ces (Woluwe­Saint­Lambert), aux étangs de
Rouge­Cloître (Auderghem), à l’étang du Poel­
JC GUILLAUME
Plusieurs étangs très prisés des pêcheurs
Un des grands défis à l’avenir est de sensibiliser les jeunes à la pratique de la pêche.
La réforme des collectes toujours autant décriée
Bruxelles Les syndicats se disent
insatisfaits de l’avancée des négociations
à l’issue de la réunion avec Fadila Laanan
(PS) ce vendredi.
T
rois mois après sa mise en application, la
réforme de la collecte des déchets conti­
nue de faire parler d’elle. Ce vendredi ma­
tin, une réunion avait lieu entre la secrétaire
d’Etat chargée de la Propreté publique, Fadila
Laanan (PS), et les syndicats, qui demandent à
ce que cette réforme soit repensée.
“Les 24 engagements prévus pour combler les
congés et les 16 prévus pour remédier aux tour­
nées supplémentaires du mercredi ne vont pas ré­
gler les problèmes structurels. L’infrastructure
actuelle permet seulement d’accueillir les 24 pre­
miers engagés mais c’est tout. Les intérimaires
qui viennent en renfort le mercredi doivent se
déshabiller dans les couloirs car nous sommes
déjà au complet dans les infrastructures”, dé­
plore Michel Piersoul, permanent SLFP pour
Bruxelles Propreté.
Manque de personnel
Pour rappel, Bruxelles Propreté avait dû en­
gager des intérimaires quelques semaines
après l’entrée en vigueur de la réforme, à la
suite du constat d’un manque de personnel le
mercredi après­midi, lors des récoltes de sacs
bleus.
Pour pallier les différents problèmes rencon­
trés, Michel Piersoul a proposé, dans un pre­
mier temps, de remettre une tournée nocturne
pour les sacs jaunes. “Cela fait suite à une de­
mande des commerçants. Cela ne nécessiterait
pas de camion supplémentaire et, au contraire,
cela permettrait de mieux utiliser les structures”,
confie Michel Piersoul.
Parmi les autres propositions mises sur la ta­
ble, notons l’idée de collecter les déchets orga­
niques au même moment que les sacs blancs et
le passage de trois à cinq jours de tournée pour
les sacs bleus. Mais, selon le délégué syndical,
cette réunion s’apparentait à un “dialogue de
sourds”.
Du côté de la secrétaire d’Etat, on annonce le
lancement, après Pâques, d’une analyse de ris­
ques. La prochaine concertation aura lieu le
27 mars.
S. N.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
17
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Bois de La Cambre : de laborieux travaux
Bruxelles Depuis 2005, la Ville
a investi des millions d’euros.
Ecolo pointe des défauts.
D
es travaux, des travaux, en­
core des travaux, diront les
Ucclois. Depuis 2005, des
millions d’euros ont déjà été dé­
pensés pour restaurer l’intégra­
lité des éléments du paysage du
Bois de la Cambre (structure de
la végétation, sentiers, scènes,
mobilier urbain et équipements).
A l’été 2012, Beliris a d’ailleurs
dû corriger des problèmes de ra­
vinement des chemins causés par
des rénovations précédentes.
Coût total : 300 000 € depuis
2015. “Chaque année, nous inves­
tissons des fonds propres impor­
tants pour entretenir les espaces
verts et les 17 hectares de chemins
pédestres et cavaliers du bois”, af­
firme Ahmed El Ktibi (PS), éche­
18
vin de l’Environnement et des
Espaces verts.
Des travaux inefficaces ? Mal
réalisés ? C’est ce qu’assurent Cé­
line Delforge (Ecolo), députée ré­
gionale, et Thibaud Wyngaard,
député et chef de
groupe Ecolo à Uc­
cle.
sable et gravier qui recouvre les
sentiers du Bois – de bouger et
s’être occupé des chemins priori­
taires, soit ceux qui sont le plus
empruntés par les promeneurs à
l’intérieur du Bois. Lorsque les
chemins ont été re­
mis à neuf en 2016,
une technique a,
semble­t­il, été uti­
Ecolo pas convaincu
lisée pour guider
“Si des travaux de
l’eau. Mais Ecolo ne
rénovation ont été
semble pas con­
effectués, une série
vaincu par la mé­
de problèmes que
thode.
Céline Delforge et
nous avons déjà rele­
“A certains en­
Thibaud Wyngaard
vés demeurent : l’abri
droits, de la dolomie
au toit de chaume de
a été épandue. Pour­
la Plaine des artilleurs qui a brûlé il quoi refaire les choses à l’identique
y a près de deux ans n’a toujours alors qu’on sait que cela ne tient
pas été remplacé, de nombreux sen­ pas… Mêmes causes, mêmes effets !
tiers et trottoirs sont toujours ravi­ Ne faut­il pas étudier des alternati­
nés et dangereux, la dolomie em­ ves ?”, s’étonnent Céline Delforge
portée bouche ensuite les avaloirs.” et Thibaud Wyngaard.
La Ville affirme pourtant avoir
Dès lors, ils plaident pour une
réalisé des travaux afin d’empê­ réflexion profonde sur le pro­
cher la dolomie – ce mélange de blème de gestion de l’eau au Bois
“Pourquoi refaire
les choses à
l’identique alors
qu’on sait que cela
ne tient pas…”
de la Cambre. D’année en année,
l’eau emporte la dolomie et
creuse les sentiers. Le phénomène
s’aggrave pour Ecolo. Des travaux
de réasphaltage sont­ils en cause ?
“On peut également s’inquiéter des
malfaçons de la dernière réfection
de la voirie principale où, à certains
endroits, de l’asphalte a été coulé
dans la rigole. Résultat : une rigole
naturelle s’est formée dans la dolo­
mie du trottoir. Si la Ville récep­
tionne des travaux aussi mal réali­
sés, l’inquiétude est de mise pour la
suite.”
Du côté de la Ville, le cabinet de
l’échevin des Espaces verts rap­
pelle qu’il a conscience de ce pro­
blème et que le Bois de la Cambre
reste au centre de ses priorités.
“Nos agents prennent donc cons­
tamment soin de ce site prestigieux.
Cet investissement permanent per­
met de conserver les trésors natu­
rels et patrimoniaux du bois”, in­
siste Ahmed El Ktibi.
Christophe Reyns
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
EN BREF
JC GUILLAUME
Ce week-end, des bénévoles récolteront les denrées non
périssables (boissons, céréales, boîtes de conserve, biscuits,
pâtes, sucre…). Cette opération annuelle vise à permettre aux
enfants moins chanceux de profiter de vacances et de loisirs.
L’opération fonctionne de manière locale : ce qui est récolté à
Watermael-Boitsfort est redistribué vers les associations de la
commune. Ces 11 et 12 mars, les bénévoles récolteront toutes
vos denrées.
A. F.
Bruxelles-Ville
Le Waux-hall à la recherche d’un occupant
saisonnier
Fraîchement restauré par la Ville de Bruxelles, le Wauxhall, situé dans le Parc royal, est désormais à la
recherche d’un locataire. La commune vient de lancer un
appel à projet afin de rendre à ce lieu historique de la
capitale sa fonction initiale : le divertissement. Les
porteurs de projets intéressés doivent faire une
proposition portant sur une programmation culturelle
basée sur des rendez-vous récurrents, qui se tiendra au
minimum les week-ends des mois de juillet et août 2017.
L’appel à projet est doté d’un budget de maximum
80000 €.
S. N.
Molenbeek
Le CPAS s’oppose à la levée du secret
professionnel de son personnel
Le Conseil de l’action sociale a voté à l’unanimité une motion
contre le projet de loi initié par la N-VA le 3 février dernier. Ce
projet vise la levée du secret professionnel des travailleurs du
Centre public d’action sociale dans le cadre d’enquêtes
terroristes. “L’exercice de leur mission serait mis à mal”, rapporte
la motion. Le CPAS de Molenbeek n’est pas le seul à s’y opposer.
A Forest, où une motion a également été déposée, le président
Stéphane Roberti (Ecolo) insiste sur l’importance du secret
professionnel dans la création d’une relation d’aide et de
confiance “indispensable à l’accompagnement social que nous
désirons offrir aux personnes fragilisées”.
L. D.
Bruxelles
Petite enfance : le parlement met un terme au vide
juridique des crèches clandestines
Le parlement bruxellois a mis un terme vendredi à un vide institutionnel
et juridique illustré par le décès, en mars 2015, d’un bambin dans une
crèche clandestine de Berchem qui ne disposait plus d’agrément depuis
2007. L’ordonnance soumet les institutions bilingues d’accueil et les
personnes qui n’ont demandé d’agrément à une autorisation via cette
institution bruxelloise bi-communautaire. Le bourgmestre aura la faculté
d’ordonner la fermeture rapide des milieux d’accueil qui n’ont plus
d’autorisation.
30
ambulances
Une trentaine d’ambulances ont déferlé
devant le cabinet de la ministre de la Santé
Maggie De Block (Open VLD) ce vendredi
pour dénoncer le manque de moyens.
“Le service juridique de
la Régie des Bâtiments
examine quelles sont
les possibilités qui
existent.”
DANNY GYS
Boitsfort
Appel à la générosité dans le cadre de l’opération
Arc-en-ciel
Jan Jambon (N-VA) fait suite à la
proposition d’Ecolo d’ouvrir une
partie du domaine royal de Laeken
au grand public.
Haren
Les riverains retournent
devant le Conseil d’Etat
Le Comité de Haren va retourner
devant le Conseil d’Etat pour réclamer
la suspension du permis
d’environnement en vue de la
construction de la prison de Haren. Ce
permis a été accordé jeudi par le
gouvernement bruxellois. Après la
délivrance d’un permis d’urbanisme le
23 décembre dernier, rien ne semble
empêcher encore la construction de la
prison de Haren. Mais les riverains ne
baissent cependant pas les bras. “Nous
introduirons un appel en annulation et
un autre en suspension auprès du
Conseil d’Etat”, indique Jean-Baptiste
Godinot, membre de l’ASBL Respire,
partenaire du Comité de Haren.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
19
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Union européenne
Les Vingt-sept ont conclu
le sommet en insistant sur
la nécessité de rester unis.
n Mais le concept d’“Europe
à plusieurs vitesses” continue
à les diviser.
n En Pologne, l’attitude du
gouvernement est vivement critiquée.
n
Les pays du Benelux prennent l’initiative
“Nous avons décidé d’inviter les membres du groupe de Visegrad
(Hongrie, Pologne, Slovaquie, Tchéquie) aux Pays-Bas, et puis plus
tard dans l’année aussi les pays baltes”, pour discuter de l’avenir de
l’Europe, a annoncé vendredi le Premier ministre néerlandais Mark
Rutte, flanqué de ses pairs belge et luxembourgeois, Charles Michel et
Xavier Bettel.
Les pays du Benelux ont été les premiers – avant le quatuor
Allemagne-France-Italie-Espagne – à (res) sortir, en février, lors du
sommet de Malte, l’idée d’une Europe dont les membres avanceraient
à “vitesses différenciées”, selon qu’ils souhaitent ou pas aller plus
loin dans l’intégration. Le principe n’emballe guère, pour dire le
moins, les pays d’Europe centrale (lire ci-contre). OleB
REPORTERS/PHOTOSHOT
L’Europe cherche à
sauver les apparences
La chancelière Angela Merkel et le président français François Hollande discutent lors du sommet informel, ce 10 mars à Bruxelles, dans la salle de réunion funky du bâtiment Europa.
20
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Au chaos, les Européens
préfèrent le statu quo
Seule contre Tusk, seule contre tous,
la Pologne s’envoie au coin
L’
L’Europe à plusieurs vitesses ne fait pas l’unanimité
­ “Comment allez­vous communiquer
avec le gouvernement polonais ?”
­ “En Polonais.”
Donald Tusk
Président (polonais) du Conseil européen réélu à la fureur de
Varsovie, en réponse à une question de la presse, jeudi soir.
­ “En espérant que c’est un langage
qu’ils comprendront.”
Jean-Claude Juncker
“Nous ferons tout pour donner une chance à l’unité
[européenne], mais nous ne sommes pas prêts
à accepter n’importe quoi pour y arriver.”
Charles Michel
Premier ministre belge, très critique envers l’attitude polonaise.
Certes, le duo franco­allemand, ainsi que le Benelux conti­
nuent à pousser l’idée (chacun la leur) d’une Europe à plu­
sieurs vitesses. Dans les limites du “politiquement correct”. “La
devise est que nous sommes unis, mais unis dans la diversité”, pré­
cise la chancelière allemande Merkel. “Il faut qu’on soit capables
d’avancer plus vite à quelques­uns”, a insisté le président français
Hollande.
Toutefois, quelques mètres plus loin, la Première ministre
polonaise Szydlo répétait son rejet du principe d’une Europe à
plusieurs vitesses, invoquant la nécessité de préserver l’unité –
un principe qui semblait moins la préoccuper jeudi, alors
qu’elle s’acharnait à fustiger ses homologues. Le président de la
Commission Jean­Claude Juncker s’est donc vu obligé de souli­
gner que ce scénario d’Europe à plusieurs vitesses n’en est
qu’un parmi les cinq évoqués dans son “Livre blanc”. “J’ai re­
marqué, non sans surprise, que cela est vu par certains collègues
comme l’introduction d’une nouvelle ligne de division, comme un
nouveau rideau de fer entre l’Est et l’Ouest. Ce n’est pas l’intention”,
a­t­il assuré.
“Quand on parle d’Europe à plusieurs vitesses, on donne l’im­
pression qu’on peut aller dans des directions opposées. Pour éviter
les malentendus, on parlera donc de coopérations renforcées, ce qui
veut dire que tout le monde va au même endroit, mais à son
rythme”, complète une source européenne. Une manière
d’éteindre les soupçons des pays méfiants, puisque le concept
est déjà inscrit dans les traités et appliqué par les Etats mem­
bres. Il n’est pas non plus question de changer les traités dans
un avenir proche (ni même lointain), a assuré M. Juncker. Bref,
le moindre mot est pesé pour ne froisser aucun Etat membre à
deux semaines du sommet de Rome, où les Vingt­sept sont
censés étaler leur optimisme et leur unité.
Résultat : “La valeur ajoutée de la déclaration de Rome sera le re­
nouvellement des vœux des Vingt­sept après 60 ans de mariage”,
admet la même source européenne. Entendez : la nouveauté
est que rien de neuf n’est prévu. Il s’agit avant tout de sauver les
apparences lors de la célébration des noces de diamant de
l’Union, avant qu’elle n’entame la procédure de divorce avec le
Royaume­Uni. De là à ce que cela provoque un sursaut d’euro­
philie auprès des citoyens européens…
Maria Udrescu
“Il ne pouvait pas y avoir de remplacement [de Tusk].
Ce n’est pas l’esprit du Conseil européen. Ce n’est tout
simplement pas l’esprit européen.”
François Hollande
Président français.
AFP
Le moindre mot est pesé pour
ne froisser aucun Etat membre,
juste avant le 60e anniversaire
des traités de Rome.
AP
AP
Président de la Commission européenne.
BELGA
unité et rien que l’unité. Ainsi pourrait­on résumer
l’esprit qui a animé les discussions sur l’avenir de l’Eu­
rope entre les vingt­sept chefs d’Etat et de gouverne­
ment, ce 10 mars à Bruxelles. Pourtant, la veille, ces
mêmes leaders avaient échoué à afficher un front uni
à l’issue du premier jour du sommet. Vexée par la réélection du
Polonais Donald Tusk à la tête du Conseil européen, Varsovie a
refusé d’en signer les conclusions. Les autres Etats membres
ont contourné l’obstacle en adoptant des conclusions “du prési­
dent du Conseil européen” qui “n’ont pas fait l’objet d’un consensus
pour des raisons non liées à sa teneur”. Comme pour mieux souli­
gner l’isolement polonais. L’épisode n’en est pas moins gênant
alors que l’Union cherche à resserrer les rangs avant l’ouver­
ture des négociations du Brexit. A ce point gênant que tout le
monde s’est empressé de passer à autre chose.
“Aujourd’hui, l’ambiance a été beaucoup plus optimiste, plus
constructive. […] Avec une approche positive de tous les côtés. Sans
exception”, s’est réjoui vendredi M. Tusk à l’issue du sommet
informel destiné à préparer le 60e anniversaire des traités de
Rome, programmé le 25 mars. Et d’ajouter : “L’unité des Vingt­
sept est notre atout le plus précieux.” Reste que pour le préserver,
c’est toute réelle ambition de donner un coup de fouet à
l’Union qu’il a fallu sacrifier.
Valérie Woyno
Correspondante à Varsovie
D
ans la foulée de la reconduction de Donald
Tusk à la tête du Conseil européen, jeudi à
Bruxelles, l’opposition libérale polonaise
compte déposer une motion de défiance à l’égard
de la Première ministre Beata Szydlo. Seule à
s’être opposée à la prolongation du madat de son
compatriote, elle est tenue responsable de ce que
l’opposition qualifie “d’échec total” de sa politique
européenne.
“Nous allons tout faire pour montrer que la politi­
que menée par Mme Szydlo – et par le chef de file des
conservateurs, Jarolsaw Kaczynski, qui dirige de
facto le pays – fera sortir la Pologne de l’UE”, a dé­
claré le chef du principal parti d’opposition polo­
nais, la Plateforme civique (PO, centriste, le parti
de M. Tusk) Grzegorz Schetyna. Pour la porte­pa­
role des conservateurs du parti Droit et Justice
(PiS), il s’agit d’une démarche politique et “ab­
surde” qui n’aucune chance d’aboutir. Au pouvoir
depuis bientôt un an et demi, le PiS dispose en ef­
fet d’une majorité parlementaire confortable et
disciplinée qui lui garantit une “assurance­vie”.
La presse pointe une déroute et s’inquiète
“Défaite cuisante”, “Waterloo”… Les commentai­
res n’étaient pas tendres à Varsovie. Sur Twitter,
l’ancien gardien de but polonais, Jerzy Dudek, a
commenté : “UE – Pologne 27 à 1. C’est la seule fois
que je me réjouis d’une défaite de la Pologne.”
Mme Szydlo est critiquée par la majorité de la
presse pour avoir mené de “manière dilettante et
incompétente” sa politique en tentant de pousser
très tardivement son propre candidat, l’eurodé­
puté polonais Jacek Saryusz Wolski, à ce poste.
Mais aussi pour avoir tenté de mettre des bâtons
dans les roues de l’UE en refusant de signer les
conclusions du sommet. “Jaroslaw a essayé d’ap­
pliquer dans l’UE les mêmes méthodes qu’il utilise en
Pologne”, grince la “Gazeta Wyborcza”, en réfé­
rence au fait que, depuis plus d’an, le gouverne­
ment se refuse à publier un verdict du Tribunal
constitutionnel qui lui est défavorable. “En Polo­
gne, cela fonctionne car il a la majorité et il contrôle
l’appareil de l’Etat”, mais au niveau européen, il
s’est retrouvé seul, “sans aucun allié”. “Même le
Premier ministre hongrois, Viktor Orban, considéré
comme le plus proche partenaire de Kaczynski, a
voté pour Tusk. Cela veut dire que le gouvernement
PiS s’est complètement égaré dans sa politique euro­
péenne”, déclare à “La Libre” Ryszard Petru, le
chef du parti d’opposition Nowoczesna.
Certains s’inquiètent de “l’isolement de la Polo­
gne” qui n’a plus d’alliés en Europe pour pousser
ses propres initiatives, avance le quotidien con­
servateur “Rzeczpospolita”. Tandis que pour la
“Gazeta Wyborcza”, Jaroslaw Kaczynski conduira
le pays vers un “Polexit”. Un point de vue que ne
partage pas M. Petru : “Le vote de jeudi a encore ren­
forcé les sympathies proeuropéennes des Polonais.
En aucun cas, ils ne voteraient pas pour sortir de l’UE
lors d’un référendum. En Pologne, l’adjectif ‘euro­
péen’ est synonume de ‘bon’, contrairement au
Royaume­Uni où il signifie ‘mauvais’.”
Pour l’instant, la seule mesure de rétorsion en­
visagée par le gouvernement est l’annulation de
la visite du vice­ministre des Affaires étrangères,
Jan Dziedziczak, en Hongrie où il devait se rendre
à l’occasion de la fête nationale de ce pays.
On n’est jamais si bien trahi que par ses amis.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
21
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
LA JOURNÉE
EUROPÉENNE
Etre invité à prendre le thé avec la chance­
lière allemande Angela Merkel, alias “La
femme la plus puissante du monde”, ça vous
pose un candidat à la présidence de la Répu­
blique française. Une porte­parole du gouver­
nement allemand a confirmé vendredi
qu’Emmanuel Macron sera reçu jeudi pro­
chain à la chancellerie pour une rencontre
“informelle et confidentielle”. Tout en prenant
soin de préciser qu’il ne s’agissait pas d’ap­
porter “un soutien” au leader du mouvement
En Marche !, mais de soigner “les relations
avec la France”. Tu m’étonnes.
A Berlin aussi, on sait lire les sondages qui
donnent Emmanuel Macron vainqueur au
second tour de la présidentielle contre n’im­
porte quel adversaire.
SUPRÊME COURT VIA AP
Merkel invite Macron à Berlin
pour faire connaissance…
… “François qui ?”
Le candidat Hollande n’avait pas eu l’hon­
neur d’être reçu par Madame, en 2012. Il
était, il est vrai, de la même famille politique
que le Parti social­démocrate allemand, alors
dans l’opposition à la coalition dirigée par la
chrétienne­démocrate Merkel. Celle­ci sup­
portait le président sortant Sarkzoy, membre,
comme elle, du Parti populaire européen.
Comme l’est aussi François Fillon, d’ailleurs.
Lors du passage du candidat du parti Les
Républicains (LR) à Berlin, en janvier, la
chancelière lui avait dit qu’elle espérait le
revoir “en président de la République”. C’était
avant l’affaire que l’on sait.
Selon “Le Point”, Fillon a tout fait pour empê­
cher la rencontre Merkel­Macron. Mais il
semblerait que la chancelière a la mémoire
moins courte que les cadres LR et qu’il faut
plus que “300 000” personnes au Trocadéro
pour l’impressionner.
Juncker invite les proeuropéens
à bouger leurs fesses
“Les Européens convaincus qui restent assis
iront toujours moins vite que les populistes qui
courent.” C’est par cette formule que le prési­
dent de la Commission européenne, Jean­
Claude Juncker, a conclu la conférence de
presse bicéphale de fin de sommet donnée
avec celui du Conseil européen, Donald Tusk.
“La question n’était pas pour moi, mais j’avais
préparé cette phrase”, a admis le Luxembour­
geois, qui pour rien au monde ne raterait
l’occasion de placer un bon mot. Celui­ci est
très inspiré d’une citation de Michel Audiard,
où il était question de deux intellectuels et
d’un con. Qui est qui ?
Tchécoslovaquie, le (bref) retour
Ce vendredi, le Premier ministre tchèque
Bohuslav Sobotka a brossé la deuxième
journée du sommet pour cause de réunion
politique au pays. Il a confié le soin à son
homologue slovaque Robert Fico de porter la
voix de Prague. Quand, comme les Tchèques
et les Slovaques, on a vécu ensemble pendant
74 ans, on sait tout de l’autre. Même après
vingt­cinq ans de séparation.
22
La Cour suprême britannique est considérée aujourd’hui comme trop blanche et trop masculine.
La Cour suprême se veut
plus diverse
Royaume-Uni A la veille du remplacement
de la moitié de ses membres, elle veut
s’ouvrir. Le dépôt de candidatures est clos.
Tristan de Bourbon
Correspondant à Londres
L
a cour suprême britannique se prépare à une
évolution sans précédent. D’ici à cet automne,
trois juges seront nommés en remplacement
de plusieurs de ses membres partis ou partant pro­
chainement à la retraite, avant que l’opération ne
se répète l’an prochain. Le renouvellement de six
des douze membres de la plus haute cour d’appel
du pays devrait être utilisé pour modifier sa com­
position traditionnelle.
Son président David Neuberger, 69 ans, bataille
depuis trois ans pour “permettre à la cour de devenir
plus diverse”. Si tel n’était pas le cas, “nous devrions
avoir honte”, avait même fait savoir en novem­
bre 2015 sa vice­présidente Brenda Hale, 72 ans.
Son constat est sans appel : “Depuis ma nomination
le 12 janvier 2004, (...) les treize nominés ont tous été
des hommes. Tous blancs. Seuls deux d’entre eux ne
sont pas passés par des écoles privées. Seuls trois d’en­
tre eux ne sont pas passés par des internats non­mix­
tes. Seuls deux d’entre eux ne sont pas passés par Ox­
ford ou Cambridge. Tous ont été d’éminents avocats
employés par des cabinets privés.”
Les deux juges ont clairement énoncé leurs moti­
vations. “Plus nous avons d’inclusion plus est grand le
réservoir de juges potentiels et plus est grande la qua­
lité des juges”, avait assuré David Neuberger lors
d’un discours en mars 2014. “En outre, un pouvoir
judiciaire plus divers donne une meilleure confiance
dans le système judiciaire. Je suis sceptique sur la no­
tion que des juges de sexe féminin, d’une minorité eth­
nique ou homosexuels aient tendance à penser diffé­
remment de juges masculins, blancs et hétérosexuels.
Mais ils ont assurément des expériences différentes qui
apportent de précieuses et différentes perspectives
pour faire face aux problèmes.”
Pour ce faire, la Cour suprême a contacté des
groupes tels que le Réseau d’avocats noirs ou l’asso­
ciation des femmes avocates ainsi que des groupes
universitaires. Les candidats pour un poste de juge
à temps partiel seront également acceptés, ce qui
est sensé favoriser les candidatures féminines.
Si les regards se concentrent sur la plus haute ins­
tance judiciaire du pays, celle­ci n’est que la partie
émergée de l’iceberg. Selon les statistiques du mi­
nistère de la Justice, 24 % des juges du pays sont des
femmes alors qu’elles représentent 51% de la po­
pulation. Elles sont plus représentées dans les ins­
tances les plus basses (33% des juges des cours de
district) qu’aux niveaux plus élevés (21% des juges
de la haute cour de justice).
Le plus dur : inclure ceux issus de milieux défavorisés
Les minorités ethniques, qui représentent 12 %
de la population, sont sous­représentées à tous les
niveaux. Seuls 6 % des juges ne sont pas blancs, dont
5 % à la haute cour et dans les cours de district. La
représentativité des minorités est bien meilleure
chez les avocats (35% de femmes et 12% de non­
blancs) tandis que leur représentation est propor­
tionnelle à leur présence au sein de la population
chez les magistrats (53% de femmes et 11 % de non­
blancs).
Il n’en reste pas moins que David Neuberger es­
time que “le plus grand déficit en termes de diversité
et le plus difficile problème d’inclusion pour la profes­
sion juridique concerne ceux issus d’un milieu éduca­
tionnel, social et économique moins privilégié”. Pour
inverser cette tendance, il enjoint à ses collègues de
se rendre dans les établissements scolaires publics
pour encourager leurs élèves à réfléchir à une car­
rière juridique et les cabinets juridiques à embau­
cher des élèves issus de milieux moins favorisés.
Les nominations à la Cour suprême, dont le dépôt
des candidatures pour les trois postes ouverts cette
année est clos depuis vendredi, pourraient servir
de message fort à cet égard.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
La génération Y veut renouveler la politique hongroise
Hongrie Le parti Momentum
entend ringardiser les partis
traditionnels.
Corentin Léotard
Correspondant en Hongrie
P
lus de deux cents cinquante
mille signatures récoltées pour
l’organisation d’un référendum
sur la candidature de Budapest à
l’organisation des Jeux olympiques
de 2024! La capitale hongroise a jeté
l’éponge et le référendum n’aura pas
lieu, mais qu’importe : deux semai­
nes après ce tour de force, le mouve­
ment Momentum s’est officielle­
ment constitué en parti politique le
week­end dernier.
A l’instar de leur leader, Andras Fe­
kete­Györ, beaucoup d’entre eux ont
moins de trente ans, sont bardés de
diplômes et ont fait leurs classes à
l’étranger, en entreprise ou dans les
institutions européennes. Ils se mon­
trent très progressistes sur les ques­
tions de société, tandis qu’on les de­
vine libéraux sur les questions éco­
nomiques. Leurs profils et leur
ambition de “donner une voix à la jeu­
nesse” fait des jeunes urbains leur
électorat naturel, mais ils tentent de
mobiliser y compris
en province.
Les critiques pleuvent
gouverné avec le parti socialiste dans
les années 2000. Mais la nouvelle
formation s’est aussi attirée des ini­
mitiés à gauche, renvoyant celle­ci
dos­à­dos avec la droite, en balayant
d’un revers de la main les vingt­cinq
années de la transition post­commu­
niste et en jouant la
carte
génération­
nelle.
Des observateurs
sceptiques –tels que
le journal Amerikai
Népszava– craignent
que Momentum de­
vienne un outil aux
mains du Fidesz
pour affaiblir encore
plus la gauche et
pour restructurer le
clivage politique en­
tre une droite nationale­protection­
niste et une droite libérale.
La presse de
droite ne cesse
de diffamer ces
jeunes, tentant
de les faire passer
pour des suppôts
de George Soros.
Pour son baptême
du feu, Momentum
découvre le sort ré­
servé à ceux qui osent
contrecarrer les plans
du Fidesz au pouvoir:
la presse de droite n’a
de cesse de les diffa­
mer, tentant de les
faire passer pour des
suppôts de George Soros, le financier
milliardaire et philanthrope, juif
hongrois d’origine. Le Premier mi­
nistre Viktor Orban les a immédiate­
ment estampillés du sceau – infa­
mant à ses yeux – du SzdSz, le défunt
parti des libéraux budapestois qui a
Absence d’“imaginaire national positif”
Est­ce pour tenter de détourner les
jeunes qui sympathisent en grand
nombre avec le parti anti­establish­
ment Jobbik ? Toujours est­il que
Momentum met l’accent sur son pa­
triotisme. Ce faisant, il a également
blessé une partie de la gauche en lui
reprochant son absence d’“imagi­
naire national positif”. L’éditorialiste
d’un hebdomadaire de référence
(“HVG”) leur a sèchement rétorqué:
“Le fait que la gauche soit considérée
comme traître à sa patrie, ça a toujours
été un refrain lancinant. Expliquez­
nous donc quel est ce récit national po­
sitif qui manque à la gauche et que l’on
trouve à droite !”
Si le journaliste reconnaît le grand
mérite de Momentum – “avoir dé­
montré qu’il y a un intérêt à s’engager
en politique et que le changement est
possible” –, il va plus loin dans sa cri­
tique contre “ces jeunes polyglottes
dans le vent, avec leur bagout, leur
créativité, leur humour, leur coolitude”
et considère qu’ils “s’emploient à vou­
loir rayer de la carte l’opposition parle­
mentaire avec une arrogance telle que
le Fidesz se frotte déjà les mains.”
Bienvenue à Momentum dans le
panier de crabes!
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
23
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Montretout, Dallas version Le Pen
France Voici le théâtre de
rencontres secrètes, de coups
bas et d’échanges macabres.
Jean­Marie Le Pen devra se résou­
dre à vivre dans ce manoir – com­
mandé par Napoléon III pour son
chef de cabinet – suite à l’attentat à la
dynamite qui frappa l’appartement
familial en 1976. En évoquant cet
emménagement, l’une des filles de la
famille dira que cette maison lugubre
et froide “sentait la mort” à leur arri­
vée. “Très vite, Montretout, c’est la poli­
tique matin, midi et soir ! La chambre
conjugale était à côté du bureau de
Jean­Marie Le Pen, le lieu des rencon­
tres et des décisions politiques du FN”,
précise le journaliste du “Parisien”.
Cette omniprésence de la politique
provoque le départ hâtif de Pierrette,
la première femme de Le Pen, qui
abandonne par la même occasion ses
trois jeunes filles. “Dans la précipita­
tion, elle emporte dans sa vanity­case
l’œil de verre de réserve de Jean­Marie
24
Dans son manoir, Jean-Marie Le Pen organise ses rencontres politiques, sa traditionnelle garden-party et ses coups bas.
Le Pen, mais elle oublie l’urne funéraire
Après le divorce, les déchirures fa­
de sa maman. Cet oubli va donner lieu miliales s’enchaîneront. “A la fin des
à un échange d’objets entre les avocats années ‘90, la fille aînée Marie­Caro­
Georges­Paul Wagner (pour lui) et Gil­ line quitta définitivement le clan pour
bert Collard (pour elle) un soir à l’orée rejoindre celui de Bruno Mégret, dont
d’un bois.”
son mari est conseiller. Père et fille ne se
Ce conflit conjugal
reparleront plus ja­
rocambolesque rebon­
mais. En 2014, c’est
dira dans la presse à
au tour de Marine de
scandale lorsque Le
claquer la porte, ne
Pen justifia son refus
supportant plus les
de verser une pension
propos réitérés de son
alimentaire à son ex­
père sur les chambres
épouse en précisant
à gaz. C’est une rup­
qu’elle n’a qu’à “faire
ture familiale et politi­
des ménages !”. En réac­
que à la fois.” Ce qui
Jean-Marie Le Pen
tion à cette provoca­
est moins connu,
Fondateur du Front national.
tion verbale, Pierrette
c’est la cause sou­
Lalanne accepte de po­
daine et passionnelle
ser nue dans le magazine “Playboy” de ce nouveau départ : “Le chat préféré
en tenue de soubrette. Cette humilia­ de Marine est croqué et tué par les deux
tion choquera surtout les filles du molosses de Jean­Marie. Elle va en être
couple et particulièrement Marine bouleversée et quittera immédiatement
qui devra faire face aux moqueries Montretout. C’est la goutte qui a fait dé­
des copains dans la cour de l’école.
border le vase”, confie le journaliste.
REPORTERS
Elle “sentait la mort”
MAXPPP/BELGAIMAGE
M
ontretout, l’antre du FN, c’est
la célèbre maison familiale où
trois générations de Le Pen ont
vécu (Jean­Marie, Marine et Marion).
Argent, visiteurs secrets, ruptures
fracassantes et petits meurtres en fa­
mille, n’en demandez pas plus, tous
les éléments d’un bon roman s’y sont
succédé. A travers son récit “Dans
l’enfer de Montretout” (Flamma­
rion), le journaliste Olivier Beau­
mont retrace le feuilleton de ce lieu
incontournable du Front national.
La saga commence avec l’héritage
du riche ami de la famille, Hubert
Lambert. Héritier des cimenteries
Lambert, il meurt en 1976 à 42 ans
d’une cirrhose, peu après avoir fait de
Jean­Marie Le Pen son légataire uni­
versel. L’héritage, qui est immédiate­
ment contesté par la famille du dé­
funt, comprend plusieurs millions de
francs, des comptes en Suisse et une
partie de la demeure de Montretout.
Elle est située dans un luxueux parc
privatif sur les hauteurs de Saint­
Cloud avec vue imprenable sur Paris.
Selon Olivier Beaumont, “Le Pen
exerçait une violence psychologique sur
ses filles”. “Montretout, c’est tout ce que
la politique peut contenir de violences,
de trahisons, de coups bas et de règle­
ments de compte. Le Pen a toujours édu­
qué ses filles à la dure.”
Visiteurs secrets
Dans l’entre­deux­tours des légis­
latives de 1993, Bernard Tapie, me­
nacé par une triangulaire dans les
Bouches­du­Rhône, viendra discrè­
tement lui rendre une petite visite.
Avec le sans­gêne qui le caractérise,
il supplie Jean­Marie Le Pen de
maintenir son candidat au second
tour afin d’éviter que les électeurs
frontistes ne se tournent vers son ad­
versaire de droite. Comme d’autres
personnalités politiques françaises,
Bernard Tapie a toujours nié avoir
sonné à la lourde grille de Montre­
tout.
Dorian de Meeûs
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Première Présidente et premier chef de l’Etat destitué
Analyse Philippe Paquet
L
a première présidente de la Corée
du Sud est devenue vendredi le
premier chef de l’Etat sud­coréen
destitué. Les huit juges de la Cour su­
prême ont confirmé à l’unanimité la
décision à laquelle les parlementaires
étaient parvenus, le 9 décembre : par
un vote sans appel (234 voix sur 300),
ils avaient réclamé l’impeachment de
Park Geun­Hye, suspendue de ses
fonctions depuis. “Il n’y avait pas
d’autre choix”, a sobrement commenté
la présidente de la Cour.
Pour Mme Park, 65 ans, c’est le der­
nier acte d’un destin frappé du sceau
de la tragédie. Fille du dictateur Park
Chung­Hee, qui dirigea le pays d’une
main de fer de 1961 à 1979, elle avait
22 ans quand sa mère fut tuée, en
1974, par un agent nord­coréen qui voir politique et le monde des affaires
avait tenté d’abattre le Président. Ce­ ont toujours été ténébreux. Avec Park
lui­ci sera assassiné cinq ans plus tard, Geun­Hye, la classique affaire de cor­
par un de ses amis qu’il avait nommé à ruption a, toutefois, pris une tournure
la tête de la CIA coréenne.
inédite, digne de ces séries télévisées
La destitution de Mme Park vient par que la Corée du Sud exporte dans
ailleurs alourdir une
toute l’Asie.
histoire politique déjà
Tombée, dans sa jeu­
chargée. Outre le coup
nesse, sous l’influence
d’Etat de Park Chung­
occulte de Choi Tae­
Hee et son assassinat, la
Min, le fondateur de
Corée du Sud a vu deux
l’“Eglise de la vie éter­
de ses anciens prési­
nelle” (une secte
dents, les généraux
aujourd’hui disparue
Chun Doo­Hwan et
combinant croyances
Roh Tae­Woo, faire de
chrétiennes et boudd­
Park Geun-Hye
la prison pour corrup­
histes), Mme Park se lia
La Présidente ensorcelée.
tion. Un troisième, Roh
d’amitié avec la fille de
Moo­Hyun, s’est sui­
ce prétendu chaman,
cidé en 2009, alors qu’il faisait l’objet Choi Soon­Sil. Devenue Présidente, en
d’une enquête pour corruption, lui 2013, elle fit de cette amie une con­
aussi.
seillère omniprésente et omnipotente.
Choi Soon­Sil, de son côté, profita de
La fatale emprise du chaman
sa position pour extorquer argent et
Dans un pays où l’économie est de­ faveurs aux grandes entreprises co­
puis toujours dominée par de puis­ réennes, de Hyundai à Samsung,
sants conglomérats industriels (les comme son père l’avait fait.
“chaebols”), les rapports entre le pou­
Le scandale, aux multiples rebondis­
LEE JIN-MAN/AP
Corée du Sud Park Geun-Hye
est emportée par un scandale
liant corruption et surnaturel.
sements, a déjà conduit devant les tri­
bunaux le patron de Samsung, Lee Jae­
Yong. Choi Soon­Sil est également
poursuivie et, maintenant qu’elle a
perdu son immunité en redevenant
une citoyenne ordinaire, Park Geun­
Hye devrait être confrontée à son tour
à la justice. Treize chefs d’accusation
au moins ont été retenus contre elle,
de l’abus de pouvoir à la transmission
de secrets d’Etat.
Un changement de cap politique
La destitution de Mme Park va logi­
quement profiter à l’opposition en Co­
rée du Sud. Des élections doivent être
organisées dans un délai de soixante
jours. Elles pourraient couronner
Moon Jae­In, qui fut le secrétaire géné­
ral du cabinet présidentiel de Roh
Moo­Hyun. Cet ancien opposant à la
dictature, avocat spécialisé dans la dé­
fense des droits de l’homme, est aussi
le fils d’un réfugié venu de Corée du
Nord pendant la guerre. On attend de
lui une politique a priori plus conci­
liante à l’égard du régime communiste
nord­coréen.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
25
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
“Certains veulent faire
parler la religion
en termes dominateurs”
Tunisie Faouzia Charfi met en garde
sur le retour de l’influence islamiste.
Entretien Vincent Braun
F
aouzia Charfi a enseigné la physique à l’uni­
versité de Tunis et fut une éphémère secré­
taire d’Etat juste après la révolution. Face au
retour en force des thèses islamistes et d’un is­
lam rigoriste d’obédience wahhabite dans la so­
ciété tunisienne, elle est retournée aux sources
des grands penseurs arabes, islamologues, juris­
tes, historiens. Elle livre ses recherches dans un
livre subtilement intitulé “Sacrées questions…
pour un islam d’aujourd’hui”, où elle insiste sur
l’importance du rôle de l’éducation.
La société tunisienne est toujours en proie, ditesvous, à des pressions de la part de l’islam politique
et de l’islam radical. Leur influence se traduit-elle
par plus d’incitations à la chose religieuse ?
Certains veulent faire parler la religion en ter­
mes dominateurs. Pour moi, l’islam politique ou
l’islam wahhabite, qui ont gagné en importance
ces dernières années en Tunisie, veulent impo­
ser une vision rigoriste, tant
dans les pratiques que dans le
discours sur les grandes ques­
tions de société. On n’a jamais
autant entendu parler du rama­
dan ou du pèlerinage. Ce qui me
gêne, c’est que ces pratiques
sont envisagées beaucoup plus
en fonction de la pression so­
ciale ou dans un cadre “com­
mercial” que par rapport à un
besoin spirituel. On parle plus
des repas de rupture de jeûne
que du jeûne lui­même, de ce
que l’on va dépenser.
breuses questions de société qui sont posées
aujourd’hui : l’homosexualité, la consommation
de cannabis, la conversion à une autre religion…
De nombreux Tunisiens sont attachés à la tradi­
tion et c’est plus cette tradition qui les amène à
refuser la modernité qu’un réel besoin spirituel.
C’est en cela que les pratiques sont plus vécues
dans une dimension sociale que dans une con­
viction intime.
Vous avez constaté un rejet progressif des théories
scientifiques par vos étudiants…
Pour ces étudiants, il n’y a qu’une seule vérité,
c’est la vérité de l’islam. Et la science fait partie
de cette vérité. Ils ne voient pas de séparation
entre les deux, ce qui veut dire qu’il n’y a pas de
pensée autonome. Cela s’exprime plus claire­
ment chez les scientifiques parce qu’ils ont sou­
vent moins de culture générale, moins l’occasion
de débattre. Malheureusement, la science est
enseignée un peu partout, d’ailleurs même en
Europe, comme un dogme. On ne favorise pas
vraiment l’esprit critique sauf pour certains, ex­
trêmement exigeants et brillants sur le plan in­
tellectuel. Donc il est bien plus facile pour un
étudiant scientifique d’accepter ce dogme reli­
gieux au sein duquel la science trouve sa place
comme dans un système fermé.
Mais si c’était le cas, il n’y aurait
pas de création scientifique. Or,
si la science a progressé, c’est
justement parce que des sa­
vants ont remis en cause les
connaissances.
MAXPPP/BELGAIMAGE
“Le voile est
révélateur
de l’influence
de l’islam politique
dans la société.”
Ce qui vous gêne, c’est que tout
soit ramené à la religion.
Oui, et que l’on n’ait pas cette
curiosité à l’égard du savoir, de
la manière dont il s’est cons­
truit. Il faut voir cette fermeture
de l’esprit de nos jeunes qui est
très liée à l’éducation.
La révolution de 2011 a vu renaître
le débat entre islamistes et proComment faire émerger un islam
Faouzia Charfi
Professeur honoraire à
gressistes…
moderne en prise sur son temps ?
l’université de Tunis.
Ce débat est revenu en force. Et
Je pense qu’il y a une évolution
la Constitution (dont l’élabora­
possible à travers la société ci­
tion fut longue et mouvementée, NdlR) a mon­ vile. Par sa volonté et son attachement à l’his­
tré que ce débat a eu lieu et qu’il était nécessaire. toire du pays, elle a réussi à faire en sorte que la
Et je crois que c’est le côté moderniste de la Tu­ nouvelle Constitution n’ait pas comme source la
nisie qui a fini par l’emporter. On a l’habitude de charia. Et c’est une réaffirmation de ce que Bour­
dire que ce n’est pas un hasard car la Tunisie guiba avait commencé à réaliser. La Tunisie est
avait commencé au XIXe siècle des réformes po­ un pays qui a énormément évolué. Beaucoup de
litiques.
femmes portent aujourd’hui le voile mais la plu­
part considèrent qu’elles doivent faire des étu­
Diriez-vous que les Tunisiens ont besoin des certitu- des et travailler.
des que propose la religion, alors que leur quotidien
est justement empli d’incertitudes…
Le voile est-il le signe de ce regain de l’islam ?
Il y a beaucoup de jeunes Tunisiens qui se sen­ Le voile est révélateur de l’influence que l’islam
tent de culture musulmane, qui ont une vision politique exerce dans la société. C’est un signe
très moderne de leur pays et qui veulent vivre identitaire d’ordre politique, qui ne correspond
comme d’autres jeunes à l’étranger. Ce qui est pas du tout à une exigence religieuse ou spiri­
peut­être plus marqué, c’est cette frange confor­ tuelle. Mais il y a des acquis sur lesquels on ne
miste de la société qui se sent plus à l’aise en ap­ reviendra pas.
puyant le parti (islamiste) Ennahda qu’en soute­
nant des modernistes qui ont besoin d’appuyer U “Sacrées questions… pour un islam
des libertés pour tout le monde. Il y a de nom­ d’aujourd’hui”, Odile Jacob, 255 pages.
26
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
EN BREF
France
Marine Le Pen refuse d’aller chez le juge
JOHAN ORDONEZ/AFP
La candidate d’extrême-droite à la présidentielle
française Marine Le Pen a refusé de se rendre vendredi
à la convocation du juge chargé de l’enquête sur les
soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen. Elle
dénonce une “opération politique”. La présidente du
Front national (FN) avait fait savoir par avance qu’elle ne
se rendrait à aucune convocation avant la fin des
échéances électorales, en faisant valoir son immunité de
députée européenne. (Belga)
Funérailles d’une des 35 adolescentes mortes dans les flammes mercredi au Guatemala.
Des adolescentes enfermées
meurent dans un incendie
Guatemala Leur home avait fait
l’objet d’une vingtaine de plaintes,
notamment pour abus sexuels.
L
e Président n’assiste pas à la conférence de
presse parce qu’il s’occupe d’affaires ur­
gentes de la nation”, a justifié le secré­
taire au Bien­être social du Guatemala au
lendemain de l’incendie d’un home pour
enfants proche de la capitale, qui a fait 37
morts au moins – et une vingtaine de brûlés
aux deuxième et troisième degrés qui lut­
tent pour la vie.
Le chef de l’Etat – l’ex­acteur comique
Jimmy Morales – est pourtant doublement
concerné puisque non seulement la tragédie
provoque l’indignation de ses concitoyens
dans un pays pourtant parmi les plus vio­
lents du monde, mais c’est son épouse qui
chapeaute le secrétariat au Bien­être social
responsable de l’établissement incendié.
Ce dernier, “Hogar Seguro” (foyer sûr),
conçu pour 400 pensionnaires, en héber­
geait, selon la presse locale, près de 800 –
filles et garçons de familles “dysfonctionnel­
les” placés là par le juge, enfants d’adolescen­
tes violées et délinquants juvéniles ayant
terminé leur peine mais ne sachant où aller.
Selon une ONG d’aide à l’enfance, plus de
20 plaintes avaient été déposées en 2015
contre Hogar Seguro. Un de ses enseignants
est en cours de jugement pour avoir forcé
des élèves de 12 à 14 ans à lui faire des fella­
tions; un ancien jardinier a été condamné
pour viol d’une pensionnaire. Le procureur
des droits de l’homme dit avoir signalé à
plusieurs reprises des abus dans ce “foyer”
touchant à l’alimentation et à des mauvais
traitements.
Selon le père d’une des victimes, les en­
fants ne recevaient parfois qu’un repas par
jour; plusieurs filles se plaignaient de viol.
Mardi, la police a été appelée pour récupé­
rer une soixantaine de pensionnaires qui
s’étaient enfuis en raison de mauvais traite­
ments; 19 restent en fuite. Mercredi, des jeu­
nes filles se sont révoltées et ont été enfer­
mées pour punition. Elles ont mis le feu à un
matelas pour attirer l’attention et le feu s’est
répandu. Une voisine du home a entendu
des adolescentes réfugiées sur le toit crier à
leurs moniteurs et à la police : “Violez­nous ici
si c’est encore ce que vous voulez !”
Le secrétaire au Bien­être a mis en cause la
moralité des jeunes filles, rejeté toute “négli­
gence”, nié que la qualité de la nourriture
soit un motif de révolte suffisant et refusé de
démissionner.
MFC
Allemagne
L’assaillant est
un déficient mental
L’homme qui a blessé neuf
personnes avec une hache
jeudi soir à la gare
centrale de Düsseldorf est
un déficient mental, croit
savoir la police allemande.
Agé de 36 ans, le suspect
est originaire du Kosovo et
vit à Wuppertal. L’homme
a fui les lieux avant de
sauter d’un pont et de se
blesser. Interpellé, il a été
conduit dans un hôpital.
La police pense qu’il a agi
seul. (Reuters)
Allemagne
Ankara ne peut
invoquer
la Constitution
Les responsables
politiques turcs ne
peuvent invoquer la
Constitution allemande
pour obtenir le droit de s’y
rendre et d’y mener
campagne, a estimé
vendredi la Cour
constitutionnelle. Elle
avait été saisie par un
citoyen allemand opposé
aux tentatives d’Ankara de
mener campagne en
Allemagne. (Reuters)
145
abus sexuels par des onusiens en 2016
Ces abus, impliquant des casques bleus ou des agents civils
de l’Onu, étaient 99 en 2015. Devant cette hausse, le
nouveau secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres,
envisage de nouvelles mesures, notamment la réduction des
rétributions aux pays d’origine des auteurs de ces
maltraitances.
Arabie saoudite
Un concert inédit en près de 30 ans
Deux mille spectateurs, des hommes uniquement, ont assisté
jeudi soir à Riyad à un concert des chanteurs populaires
Rached al-Majed et Mohammed Abdou. Selon la presse locale,
il s’agit d’une première dans la capitale saoudienne depuis
l’interdiction des concerts publics au début des années 1990.
Ce concert est le signe de la volonté des autorités saoudiennes
de proposer un plus grand choix de divertissements dans un
pays où la moitié de la population a moins de 25 ans, malgré
la résistance de milieux religieux conservateurs.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
27
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
MARS SOCIETY MRDS
Les sept astronautes
du désert
15 jours à passer dans une boîte de conserve
D
ans le hall moderne du cen­
tre européen d’entraîne­
ment des astronautes à Co­
logne, c’est le sourire photo­
génique de Thomas Pesquet,
en gros plan et vêtu de sa combinai­
son d’astronaute, qui accueille le visi­
teur. Calogero Montedoro, Elke Mer­
gny, Quentin Thomas et le reste de
leur équipe ont eux aussi revêtu leur
“uniforme”. Chacun porte une veste
rouge frappée du logo “UCL to Mars”.
Début avril, ces jeunes scientifiques,
étudiants à l’UCL ou doctorants, par­
tiront pour 15 jours sur Mars, et ils
sont venus recueillir les derniers con­
seils de Frank De Winne.
Si c’est certes bien l’astronaute
belge qui les accueille en chair et os,
ce n’est pas tout à fait la planète
rouge qui les attend, mais un “analo­
gue” dans le désert de l’Utah, aux
Etats­Unis. C’est­à­dire un module
qui a pour but de simuler au maxi­
mum les conditions d’astronautes
sur Mars. Ils vont passer “quinze jours
dans une boîte de conserve” : leur es­
pace de vie consistera en un cylindre
de 8 mètres de diamètre réparti sur
deux étages dont les occupants ne
28
peuvent sortir qu’en combinaison
spatiale. Le module est divisé en trois
parties (serre, observatoire et habi­
tat) reliées par un tunnel.
Expérience de la Nasa
Chacun des sept astronautes aura
un rôle bien spécifique (comman­
dant, second, techni­
cien, géologue…) mais
devra aussi mener des
expériences scientifi­
ques. “Ce n’est pas
pour du beurre”, as­
sure
en
chœur
l’équipe : la sélection
est rude et toutes les
expériences doivent
être validées par la
Mars Society, une or­
ganisation qui pro­
meut les missions ha­
bitées sur Mars. Elles
seront ensuite exploitées par les
agences spatiales pour aider à l’ex­
ploration martienne. “Et en plus, nous
sommes l’un des 250 équipages à faire
partie d’une étude de la Nasa, qui cher­
che à savoir quelle est la composition
idéale d’un équipage d’astronautes (ca­
ractère, compétence…).” Les partici­
pants, des passionnés, rêvent à une
carrière dans le spatial. Voire à deve­
nir astronaute. “Intégrer le corps des
astronautes, c’est un parcours d’excep­
tion et ce n’est pas toujours possible,
mais ici on peut voir si la partie con­
crète nous accroche et acquérir des con­
naissances, confie
Damien Mertens.
Moi, c’est un rêve
d’enfant. J’ai grandi à
Houston à côté du
centre de la Nasa…” Et
il y a aussi la curio­
sité de l’inconnu :
“Mars, c’est le pro­
chain défi, assure
Elke Mergny. Après
Christophe Colomb, le
ciel, la Lune…”
Frank De Winne,
lui, pense que Mars
n’est pas pour tout de suite, et qu’il
faudra justement repasser par la
Lune avant d’y aller. Mais les “astro­
nautes” n’en sont pas déçus. “On est
des maillons de la chaîne, on veut juste
faire progresser la science.”
So. De., à Cologne
L’espace de vie,
pour sept
personnes,
consistera en
un cylindre
de huit mètres
de diamètre,
sur deux étages.
De Winne : “Avant
Reportage Sophie Devillers
Envoyée spéciale en Allemagne
V
ous, dans votre module, vous aurez
de la place ! Dans le vaisseau
Soyouz (qui emmène les astro­
nautes vers la station spatiale), on est
collés l’un contre l’autre pendant deux
jours”, mime en riant Frank De Winne,
face aux astronautes de la mission
“UCL to Mars”. Avant d’amener les jeu­
nes dans une réplique de l’aire de vie
de la station spatiale internationale,
gros cylindre blanc installé dans l’im­
mense hall destiné aux entraînements
des astronautes. “Voilà, là, c’est le seul
endroit d’intimité que l’on peut avoir,
dit­il, désignant un espace fermé grand
comme une cabine de douche, où
pend un sac de couchage, car les astro­
nautes “dorment debout”… Ce qui vous
manque le plus dans l’ISS, ce sont les con­
tacts humains, mais je suis parti une fois
6 mois et une fois 11 jours. Là, c’est
comme partir en vacances, la maison n’a
pas le temps de manquer…”
A présent qu’il est revenu sur Terre,
Frank De Winne dirige ce centre de
l’Agence spatiale européenne où les as­
tronautes du monde entier viennent
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Spatial
Sept étudiants de l’UCL
s’apprêtent à passer 15
jours sur “la planète Mars”.
n Au centre d’entraînement
des astronautes de l’ESA,
Frank De Winne leur a livré
ses conseils.
n
Les freins
Trois obstacles au voyage vers la planète rouge
Problèmes. Le directeur du centre d’entraînement des astronautes de l’ESA,
Frank De Winne, voit trois obstacles techniques au voyage actuel sur Mars : les
radiations (“on a zéro connaissance sur leur effet sur l’homme”), la propulsion
(“à l’état actuel, les fusées ne peuvent faire qu’atterrir une tonne sur Mars, ce n’est
pas assez pour un habitat, de l’eau, de la nourriture”) et le support-vie, c’est-àdire les techniques permettant la survie d’humains (oxygène, nourriture…).
“Même sur la station spatiale, on a du mal à fermer la boucle” pour être
autonome en termes de ressources.
EN BREF
Environnement
Les coraux de la
Grande Barrière ont
encore blanchi
Les récifs de la Grande
Barrière de corail en
Australie ont connu un
épisode de blanchissement
sans précédent pour la
deuxième année consécutive
en raison du réchauffement
des températures de l’océan,
ont indiqué vendredi des
responsables scientifiques.
Le blanchissement est un
phénomène de
dépérissement qui se traduit
par une décoloration. Les
récifs peuvent s’en remettre
si l’eau refroidit, mais ils
peuvent aussi mourir si le
phénomène persiste. (AFP)
pôle sud de la Lune, où il y a de l’eau, ce qui réglerait le souci de ressources,
pour l’homme mais aussi pour le carburant. L’agence spatiale cherche aussi à
savoir s’il est possible de construire des structures, des briques, sur place, par
exemple à l’aide d’un four solaire, qui utilise la puissance du soleil pour obtenir
de hautes températures, ou encore les micro-ondes.
L’habitat prototype de la Mars Society dans l’Utah qui mène des études
sur ce que ce serait de vivre sur Mars.
d’aller sur Mars, il faudra retourner sur la Lune”
s’entraîner. Par exemple dans ce mo­
dule, où ils apprennent à installer les
expériences comme sur l’ISS – in fine
cela doit ressembler à des étagères
remplies de câbles. Ou cette piscine à
l’eau bien bleue à côté du hall, où l’on
peut immerger des sortes de tanks
pour que les astronautes s’exercent
aux sorties extra­véhiculaires. “Cela si­
mule l’apesanteur”, précise Frank De
Winne aux jeunes. A qui il conseille de
“profiter” de leur expérience, même
“s’il y aura des difficultés. Gardez à l’es­
prit le but final: apprendre des choses”.
Mais même si Frank De Winne salue
leur motivation il n’hésite pas à leur
dire que la mission habitée pour Mars
n’est pas pour tout de suite. Bien que la
Nasa en prévoie une pour 2030. “Depuis
30 ans, la Nasa dit que c’est pour dans 15
ans. Même quand j’étais petit: c’est tou­
jours dans 15 ans!, ironise­t­il, ajoutant
qu’il voit trois obstacles techniques au
voyage sur Mars (lire ci­contre). Pour al­
ler sur Mars, il faudra procéder graduelle­
ment.” En clair, d’abord se rendre sur la
Lune pour se préparer. “A l’agence spa­
tiale européenne, nous pensons que le pro­
SD
“Il y a 30 ans, c’était pour dans 15 ans”
Frank De Winne
Au centre d’entraînement
des astronautes à Cologne.
chain pas sera la Lune plutôt que Mars.
Tout ce qu’on doit développer pour aller
sur Mars est encore trop difficile et coû­
tera beaucoup trop d’argent. Aucune
autorité politique ne va débloquer les
moyens nécessaires pour aller sur Mars.
On peut y aller dans 15 ans, sans doute.
Pour planter un drapeau et dire: ‘on est les
premiers’, mais ça n’apporte rien à l’hu­
manité! Le but est d’avoir une exploration
soutenable, pour apprendre et découvrir
des choses. Il faut aller plus graduellement,
par la Lune, car c’est accessible. Les bud­
gets sont encore grands, mais si on fait
cela avec les Russes, les Chinois, les Améri­
cains, c’est gérable, et on peut avoir des ré­
sultats à relativement court terme.”
En vue de ces missions, les “analo­
gues”, ces structures simulées telle la
base martienne de l’Utah, jouent un
rôle “de plus en plus important, pour tes­
ter les technologies, les opérations ici sur
Terre”, note Frank De Winne, en dési­
gnant par la fenêtre une aile du centre :
“On va y construire un analogue lunaire,
avec une surface de régolite (poussière
lunaire), et on va tester les technologies
pour utiliser les ressources sur place. Car
il va falloir construire des choses sur
place, avec les ressources sur place.”
AFP
Solution. L’idée de l’ESA serait de se rendre sur la Lune, en particulier, au
Santé
Grippe aviaire : les
mesures prolongées
Les mesures de prévention
aménagées après la
découverte de grippe aviaire
sont prolongées jusqu’au
9 avril car le risque est
toujours globalement
présent, a annoncé vendredi
l’Agence fédérale pour la
sécurité de la chaîne
alimentaire (Afsca). De
nouveaux assouplissements
pour des situations
entraînant peu de risque de
contact avec les oiseaux
sauvages sont cependant
introduits. (Belga)
30
ans d’Ebola
Des scientifiques ont annoncé
avoir mis au point un vaccin
pour protéger gorilles et
chimpanzés du virus Ebola,
qui a tué des dizaines de
milliers de ces animaux ces 30
dernières années. Le vaccin
peut leur être administré
oralement, dans de la
nourriture, donc plus
facilement que par injection.
Un tel vaccin aurait en outre
l’avantage de contribuer à
protéger aussi les humains,
dont beaucoup ont été dans le
passé contaminés en
mangeant des grands singes
infectés. (Belga)
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
29
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
ALEXIS HAULOT
“En 1939, la ville comptait
7 000 chambres d’hôtels.
Aujourd’hui, seulement 600”,
explique Léopold Lippens.
30
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
L’invité du week-end
PORTRAIT
Léopold Lippens
P
our le trouver, avenue du Zoute, il faut
franchir une longue allée de saules. Dans sa
vaste demeure logée sur quelque six hecta­
res de terrain et située à deux pas du golf,
le maïeur de ces lieux semble couler des
jours paisibles. “Je suis né le 20 octobre 1941, en
pleine guerre, sur la table de la cuisine…, raconte­t­il
d’emblée. A la maison, on parlait anglais avec ma­
man qui avait vécu outre­Manche, français avec papa
et néerlandais avec le personnel […].”
Le comte Léopold Lippens est l’aîné d’une famille
qui a longtemps détenu des postes clés dans l’éco­
nomie belge. Les Lippens étaient à l’origine de gros
propriétaires terriens. Il fut un temps où l’on disait
qu’ils pouvaient aller de Knokke à Moerbeke en
restant sur leur propriété… soit une distance de 60
Entretien réalisé par Alice Dive
et Charlotte Mikolajczak
kilomètres. Ils se sont diversifiés dans la finance –
avec la saga Fortis dont on connaît l’issue – et le su­
cre. Echevin de la Ville de Knokke­Heist dès 1970,
puis bourgmestre de celle­ci sans discontinuer de­
puis 1979, l’homme le martèle haut et fort : il est
apolitique. “Je ne suis membre d’aucun parti et n’ai
certainement pas l’intention d’en intégrer un”, lâche­
t­il.
Féru d’immobilier, Léopold Lippens est consi­
déré par beaucoup de ses administrés comme le
maïeur­bâtisseur, celui à qui l’on doit le caractère
exclusif de la station balnéaire huppée de la côte
belge. Son frère, alias Maurice “Fortis” Lippens,
préside aujourd’hui la Compagnie du Zoute. Ja­
mais avare d’une petite “punchline”, l’hyper­
maïeur paraît indéboulonnable sur ses terres.
lalibre.be
En vidéo
Découvrez ce samedi sur lalibre.be
la vidéo de notre entretien avec
Leopold Lippens, bourgmestre de
Knokke-Heist depuis 1979.
“Aux Etats-Unis, KnokkeHeist aurait 7 ou 8 golfs”
Evoquer Knokke, c’est souvent mettre en avant les prix
forts de son immobilier. Est-ce dérangeant selon vous ?
Non, car c’est faux. Knokke­Heist est davantage axée
sur l’Horeca (quelque 300 restaurants), les magasins
(1800), les galeries d’art (une centaine)… Ce sont les
classes moyennes qui font tourner la station. 220
jours par an, la ville abrite plus de
150000 personnes, 4 à 5 fois plus que
le nombre d’habitants. D’où ce return
sur investissement pour les commer­
çants. Et c’est parce qu’il y a toujours
quelque chose à faire ici que des per­
sonnes investissent dans l’immobilier.
Knokke­Heist est unique sur la côte
belge. On a tous les avantages d’une
ville sans les inconvénients. On peut y
circuler à vélo – il y a 100 km de pistes
cyclables protégées – ou en voiture de
golf – on en dénombre 700 et le cap
des 1 000 sera passé d’ici peu. Cela
donne l’impression d’être en vacances
dans son propre pays.
quelques années on bénéficiera d’un millier de nou­
velles chambres : un Ibis, l’an prochain, près de la nou­
velle clinique; le “8300” de Ghelamco, au bout de
l’avenue du Zoute; un hôtel de 200 à 300 chambres
autour du nouveau golf; un autre dans l’immeuble qui
remplacera le Casino. Mais les hôtels ne suffisent pas.
Il faut aussi créer des animations sur
les plages: on est les premiers, en Bel­
gique, à avoir modernisé nos plages, ce
qui a donné du punch à la station; les
autres communes balnéaires nous ont
alors imitées. Il faut aussi se concentrer
sur les activités sportives (équitation,
voile, tennis, vélo…). Et créer des boîtes
de nuit parce qu’on n’en a pas assez.
“Une station
balnéaire qui perd
ses jeunes est une
station balnéaire
qui meurt.
Or, un tiers de la
population de
Knokke a plus
de 70 ans.”
L’image de marque de Knokke, ce sont donc les restos, les
commerces, l’immobilier…
Mais aussi la propreté et la sécurité ! Pour une ville de
35 000 habitants, Knokke­Heist aligne 15 commissai­
res et 210 agents de police. Et on est la première com­
mune à avoir introduit les caméras de surveillance
(une cinquantaine). Mais nos efforts portent aussi sur
le développement de la commune (voir page 32). Et
sur son rajeunissement. Car une station balnéaire qui
perd ses jeunes est une station balnéaire qui meurt.
Or, un tiers de la population de Knokke a plus de 70
ans. Certes, 70 ans aujourd’hui c’est moins vieux que
dans les années 50 ou 60, mais c’est néanmoins âgé.
Comment attirer ces jeunes ?
Avec des… hôtels. Les jeunes ont besoin de points de
chute qu’ils réservent sur booking.com. En 1939, la
ville comptait 7 000 chambres d’hôtels. Aujourd’hui,
seulement 600. Mais il y a des projets concrets et d’ici
Un deuxième golf, développé par Ghelamco, va venir concurrencer celui du
Zoute. Pourquoi un
deuxième?
Si nous étions aux
Etats­Unis, Knokke­
Heist aurait 7 ou 8 golfs. Un golf est
limité en nombre de membres : en­
tre 32 et 35 par trou. 36 trous – ce
que compte le Golf du Zoute–, c’est
1 200 membres. Déjà nous sommes
plus nombreux.
Le fait que le privé fasse tout ou presque, c’est la base
de notre système. La commune, elle, joue un rôle de
catalyseur d’idées : elle annonce quels sont ses objec­
tifs et ceux que cela intéresse se présentent. D’ailleurs,
certaines communes feraient bien de laisser faire les
privés… Le ramassage des poubelles, l’élagage des ar­
bres, la plantation des fleurs (jusqu’à 100 000 par an),
l’entretien des routes et des égouts… Tout ce qu’on
pouvait privatiser, on l’a privatisé. On n’a gardé que la
distribution de l’eau, la police et les pompiers (mais
ces derniers font partie d’une zone plus large que la
seule commune). En 1975, lors de la fusion des com­
munes, le personnel communal c’était entre 850 et
900 personnes. Aujourd’hui, c’est 30 à 40 % de moins.
Et ce, alors que c’est l’inverse pour les autres commu­
nes : 30 à 40 % de plus !
C’est peut-être une stratégie que, budgétairement, toutes
les communes ne peuvent se permettre…
Notre budget est simple: 45 millions
d’euros de recettes proviennent du
précompte immobilier, 15 millions de
la taxe de seconde résidence, 7,5 mil­
lions des parcmètres, 7,5 millions des
fonds de l’Etat et 10 millions de diver­
ses autres sources. On est la seule
commune de Belgique à s’autofinan­
cer. On a toujours une dette ancienne
à payer mais on n’emprunte plus.
“On peut circuler à
vélo – il y a 100 km
de pistes cyclables
protégées – ou
en voiture de golf
– on en dénombre
700 et le cap des
1000 sera passé
d’ici peu.”
N’y a-t-il pas un risque de créer une
concurrence ? Et une dichotomie vieux/
jeunes, riches/moins riches ? Et est-ce
que la Compagnie du Zoute, propriétaire du golf du Zoute n’avait pas intérêt à faire elle-même ce deuxième golf ?
Non, car on ne peut gérer deux golfs en même temps.
Mais surtout parce que deux propriétaires différents
et donc deux directions différentes, cela donne des
styles, des ambiances, des charmes différents.
Vous semblez être très fier que la commune passe la main
au privé…
La taxe sur les secondes résidences a-telle augmenté ?
Non. Mais il est faux de dire qu’aug­
menter la taxe, c’est considérer les se­
conds résidents comme des vaches à lait. S’il n’y avait
pas de seconds résidents, on pourrait se contenter
d’égouts de 20 cm de large… Et puis, on parle beau­
coup de cette taxe levée par les communes de la côte
mais jamais de l’impôt cadastral à Bruxelles qui a
pourtant sérieusement augmenté.
U La suite de notre entretien à lire en pages 32­33
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
31
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Dans 10 ans, Knokke
A quelles intercommunales songez-vous ?
Je pense par exemple à Fluxys, c’est une
énorme entreprise. Son prési­
dent, Daniël Termont (NdlR :
bourgmestre SP.A de la Ville
de Gand) touche 30 000 euros
par an et fait un travail formi­
dable. Quand on touche
30 000 euros et que l’on réa­
lise annuellement 100, 300,
500 millions d’euros de chiffre
d’affaires… je peux vous garan­
tir que, si c’était dans le privé,
il gagnerait cinq à dix fois plus
que cela. C’est donc cela que
les gens trouvent scandaleux ?
A condition que cela se fasse au bénéfice du citoyen…
Cela, c’était précisément aux ad­
ministrateurs autour de lui à lui
dire qu’il allait trop loin, mais
tous ceux­là sont des amateurs.
Et que faisaient ces derniers ? Ils
n’ouvraient pas la bouche et se
contentaient d’encaisser l’argent.
“Le seul rêve des
socialistes et des
verts, c’est qu’un
bourgmestre ou un
échevin touche
2500 euros par
mois, histoire que
ce soit le balayeur
de rue qui dirige.”
En ce qui vous concerne, êtes-vous présent au sein
d’intercommunales ?
Non, je n’ai jamais voulu être dans aucune in­
tercommunale car j’ai toujours dit qu’il fallait
des professionnels et non des amateurs dans
ces organes. Il y a d’ailleurs très peu de profes­
sionnels qui sont des politiciens. Qu’il s’agisse
des eaux, des chemins de fer, du brûlage d’or­
dures… Cela doit être géré par des profession­
nels et non par des gens qui sont uniquement
là parce qu’ils doivent représenter la com­
mune. Ils peuvent le faire bien entendu, mais
ne doivent en aucun cas être rémunérés pour
cela ! Je ne connais pas Stéphane Moreau, je ne
l’ai même jamais rencontré. Mais je pense qu’il
a certainement fait un excellent travail. J’ai
beaucoup d’admiration pour ce qu’il a accom­
pli. C’est un homme qui est parvenu à créer
une machine de guerre.
Avec de l’argent public et en s’éloignant de l’objet
social initial de l’intercommunale Publifin, observent d’aucuns…
C’est possible, oui. Mais l’argent public doit être
contrôlé par les gens qui font de la politique. Et
qui fait de la politique en Wallonie ? Ce sont les
32
A vous entendre, il faudrait donc plus de Stéphane
Moreau en Wallonie ?
Sûrement ! Ce sont des gens qui font un boulot
formidable. Stéphane Moreau, on lui a de­
mandé de faire quelque chose avec de l’argent
public, il a créé des jobs en Wallonie. Il a fait ce
qu’on lui demandait. J’aurais tendance à croire
qu’il a créé un plus pour la Wallonie. Mainte­
nant, il est clair qu’il y a des personnes qui utili­
sent ces organes dans leur intérêt propre. Je le
répète, les intercommunales devraient selon
moi être gérées par des professionnels et non
par des politiciens.
Stéphane Moreau est un “politicien”, pas un professionnel…
Non, pour moi, il est probablement profession­
nel dans ce qu’il gère. Cela ne veut pas dire que
je le soutiens ni que je le défends.
D.R.
C’est un peu caricatural comme raisonnement…
non ?
Non, je vous dis que c’est comme cela. C’est la
médiocrité au pouvoir et c’est tout bonnement
lamentable.
Les chambres de la nouvelle clinique AZ Zeno, qui s’ouvrira en novembre
de cette année, donneront sur le nouveau golf.
La deuxième phase de la cité-jardin Heulebrug, lancée en 2000-2004
derrière la gare de Heist, est en cours.
Épinglé
La “notion simple” d’illégalité
selon Lippens
Politique migratoire. Interrogé sur l’action
socio-économique du gouvernement Michel, le
maïeur de la ville côtière se dit “absolument ravi”
de la présence de la N-VA au sein de la Suédoise
et n’hésite pas à qualifier d’“extraordinaire” le
travail des ministres nationalistes Francken et
Jambon. “En matière de politique migratoire,
Francken a une idée, il est conséquent”, estime-til. Et de s’expliquer : “Si on est illégal, on n’a pas
le droit d’être ici. Si on est légal, on a le droit d’être
ici. C’est une notion simple. En ce sens, je trouve
que Théo Francken fait un travail formidable […].”
JAKOB + MACFARLANE
Ce qui a d’abord choqué l’opinion
publique, ce sont les émoluments versés à certains mandataires publics présents au sein
des comités de secteur de même
que les conflits d’intérêts dans le
chef de certains élus…
Oui. Et combien touche un
journaliste à la télévision pour
dire cela? Plus sérieusement,
que veulent les socialistes et les verts? Le seul
rêve qu’ils aient, c’est qu’un bourgmestre ou un
échevin touche 2500 euros par mois, histoire
que ce soit le balayeur de rue qui dirige. De
cette façon, c’est eux qui dirigeront la Belgique.
Quand Nethys décide de racheter
un journal dans le Sud de la
France, c’est au bénéfice du citoyen?
Cela dépend. Si ce sont des re­
venus qui peuvent permettre
de créer de l’emploi dans la ré­
gion, bien sûr. Attendez, s’il faut
investir dans un rayon de 12 ki­
lomètres autour de chez soi,
alors au revoir et merci. L’Eu­
rope existe. S’il a envie d’ache­
ter quelque chose qui ne mar­
che pas bien et dont il est cer­
tain qu’en le reprenant cela
peut générer des intérêts en re­
tour, pourquoi pas !
Le deuxième golf de Knokke-Heist (27 trous) pourrait ouvrir en 2020.
D.R.
socialistes. Aujourd’hui, ces derniers se disent
scandalisés par ce qui se passe alors que c’est
eux qui ont dit à Stéphane Moreau “Vas­y, fais
quelque chose de bien avec l’argent public”.
Moi, je dis chapeau à Monsieur Moreau. Il de­
vait le faire avec de l’argent public. Sans cela, il
ne serait pas parvenu à réaliser ce qu’il a fait
avec Nethys, filiale privée de Publifin.
GHELAMCO
Avec les récents scandales Publifin et Publipart, c’est
toute l’image de la bonne gouvernance publique qui
en prend un coup au nord comme au sud du pays…
Non, je ne suis pas d’accord. Via les médias, cer­
taines personnes tentent de démolir l’image de
gens qui travaillent bien. Car oui, il y a une série
d’individus au sein de ces intercommunales
qui travaillent honorablement.
GHELAMCO
Il faudrait plus de Stéphane
Moreau en Wallonie ? “Sûrement !”
L’ancien hôtel de ville de Heist sera démoli et remplacé par une
“Community House” colorée, mêlant logements et services publics.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
n La station balnéaire mène de front plus d’une dizaine de gros
projets immobiliers.
T
ous les deux ans, Knokke­Heist
organise une exposition de ses
projets immobiliers. La 4e édi­
tion de “Horizon 8300” s’est tenue
l’an dernier et a accueilli 30 000 per­
sonnes. Où l’on pouvait voir com­
bien, dans 10 ans, Knokke­Heist ne
sera plus… Knokke­Heist. “Seules trois
zones resteront intactes, confirme son
bourgmestre. Le Zwin, qui a été trans­
formé et agrandi. Le Zoute, parce qu’on
veut en préserver l’envi­
ronnement agricole et
l’urbanisme strict. On a
ainsi protégé 1 500
maisons avec obligation
de maintenir l’enve­
loppe extérieure à
l’identique. Et, troisième
zone, le golf du Zoute et
ses 110 ha.” Pour le
reste, c’est partout que la commune
va changer.
En 2005, on ne parlait que de cela :
le remplacement du Casino par une
tour en forme de voiles effilées de…
110 m de hauteur… “Si le projet avait
obtenu les autorisations nécessaires, il
serait construit aujourd’hui et serait un
succès, note le bourgmestre. Je suis
convaincu que si on doit attendre 10
ans pour obtenir un permis, il vaut
mieux abandonner. On a donc imaginé
autre chose : le déplacement du Casino
actuel sur un parking
de 650 à 700 places
qui s’inscrira entre le
Casino et La Réserve et,
à la place, la construc­
tion d’un immeuble
abritant des salles de
congrès (4 500 m²) et
un musée (autour de la
salle Magritte préser­
vée), surmontés d’un hôtel sur 3 ou 4
étages (150 à 200 chambres, toutes des
suites de 150 m²) et d’appartements de
luxe sur 2 à 3 étages. On avance étape
par étape, dont la première est l’attri­
bution d’une nouvelle concession de 15
ans, prolongeable de 15 ans, pour le
Casino.” Car l’actuelle se termine fin
2017­début 2018. L’appel d’offres a
été lancé et trois candidats se sont
présentés qui savent qu’un déména­
gement est envisagé : Waterland, l’ac­
tuel exploitant, Infinity Game in
Knokke et Golden Palace Casino.
“Si on doit attendre
10 ans pour
obtenir un permis,
il vaut mieux
abandonner.”
1
Quartier du golf
et des tennis
Le manque de chambres d’hôtels
dans la commune est à ce point
criant qu’un complexe hôtelier pour­
rait être érigé du côté des tennis. “Ce
n’est pas impossible, confirme Léopold
Lippens. Avec, en sus, une adresse sup­
plémentaire pour Siska.”
2
Entrée de Knokke
et quartier de la gare
Ici, la commune se prépare à un vé­
ritable bouleversement. Son con­
tournement par la nouvelle auto­
route A11 (Bruges­Westkapelle) sera
ouvert en août. La sortie “Knokke”
sera composée de 6 ronds­points
dont 3 évidés, permettant aux pié­
tons et cyclistes de passer en dessous.
La gare de Knokke va être reculée
afin de créer un nouveau bâtiment
symbolisant une entrée de ville. Der­
rière la gare, c’est le projet Dui­
nenwater qui s’étend sur 38 ha (dont
les 11 ha du lac de Cloedt), soit 384
logements, un pôle pour les seniors,
un autre pour les jeunes. C’est là que
s’inscrira le deuxième golf de la com­
mune après celui du Zoute. “Un golf
de 27 trous dessiné par Jack Nicklaus,
avec hôtel et infrastructures modernes,
poursuit M. Lippens. Le projet devrait
être approuvé d’ici peu. L’aménage­
ment du golf pourrait démarrer dans
un an pour une ouverture en 2020. Un
golf sur lequel donneront les chambres
de la nouvelle clinique (213 lits), qui
s’ouvrira en novembre de cette année.”
3
Quartier
du Casino
4
Duinbergen
et Heist
Les autres plages ne sont pas en
reste. L’ancienne piscine de Duinber­
gen, si la commune la rachète, pour­
rait être démolie et remplacée par un
hôtel avec vue sur mer, “comme il y en
avait dans le temps”, indique le
bourgmestre. A Heist, l’ancienne
maison communale sera démolie et
remplacée par une nouvelle “Com­
munity House”, mêlant logements
(de luxe et sociaux) et services pu­
blics (bibliothèque…) dans une enve­
loppe haute, résolument moderne et
très colorée. Derrière la gare, sur
22 ha, c’est la cité­jardin Heulebrug
qui se poursuit. La 2e phase est en
cours (371 logements). Une 3e clôtu­
rera le projet.
5
Ici
et là
D’autres projets émaillent le pay­
sage knokkois, comme ce ponton sur
le lac de Cloedt entre Duinenwater et
le site de La Réserve, “tel un lien cultu­
rel qui mènera jusqu’aux plages”, ou le
nouveau centre d’entraînement du
Club de Bruges à Westkapelle.
Al.D. et C.M.
Investir tout en
prêtant gracieusement
n Collaboration inédite entre Deutsche Bank et
Funds for Good, visant à aider des personnes aux
moyens limités à lancer leur petite entreprise.
“C’est vrai que
l’économie de
marché a exagéré.”
LALMA, D/BELGA
ne sera plus Knokke
Pierre-Olivier Beckers
Président de Funds for Good.
A
u 20, rue de la Samaritaine, tout près du Sablon, se
trouve Soul, un restaurant végétarien tenu par Emilie.
C’est là, dans ce coin bien caché de Bruxelles, qu’était
organisée une conférence de presse avec Pierre­Olivier
Beckers, l’ex­patron de Delhaize et Alain Moreau, CEO de
Deutsche Bank Belgique. Un lieu inédit pour un partena­
riat qui se veut novateur, conciliant finance et philanthro­
pie.
L’idée vient de Food for Funds, une petite société qui dis­
tribue des fonds d’investissement tout en cherchant à avoir
un impact sociétal. Créé par trois financiers (Nicolas Cro­
chet, Patrick Somerhausen, Marc Verhaeren), Food for
Funds est présidée, depuis juillet 2014, par Pierre­Olivier
Beckers. Lequel tient aujourd’hui un discours différent de
celui des patrons de grandes sociétés. “Ce ne sont pas les
grandes entreprises qui vont porter l’emploi. Les jeunes entre­
prises sont, elles, mieux placées.” Et de citer les sévères res­
tructurations qui touchent notamment le monde de la fi­
nance (ING, Axa, etc.). “C’est vrai que l’économie de marché a
exagéré. Trop d’entreprises ont placé la mondialisation du pro­
fit tout en haut de l’échelle. Gagner plus d’argent mais à quel
prix ? A cette question, le jeune entrepreneuriat est mieux placé
pour donner une réponse”, poursuit­il.
Triple constat
Funds for Good a aussi fait un triple constat : il est difficile
de trouver un job aujourd’hui, les banques ne prêtent pas
facilement, les investisseurs sont aussi à la recherche d’un
sens pour leur épargne. D’où le choix de distribuer 50 % de
leurs bénéfices (ou 10 % du chiffre d’affaires en l’absence
de bénéfice) pour Funds for Good Philanthropy dont l’ob­
jectif est d’accorder des “prêts d’honneur” (sans intérêt) de
quelques milliers d’euros à des jeunes entrepreneurs. Une
aide dont a bénéficié Emilie avec la création de 4 emplois à
la clé.
Deutsche Bank Belgique a décidé de collaborer avec
Funds For Good en distribuant le fonds Architect Strategy
(géré par la Banque du Luxembourg). Sur les 60 points de
base de frais de rétrocession payés à la banque, celle­ci en
versera 20 points à la Fondation. “C’est la première fois
qu’une banque de cette taille distribue le fonds et décide de
s’inscrire ainsi dans le projet social. On espère lever 20 à
25 millions d’euros. On va aussi proposer aux employés et
pourquoi pas aux clients de devenir coach des jeunes entrepre­
neurs”, a expliqué Alain Moreau. Il s’agit d’un fonds défen­
sif qui a affiché une performance de 7,85 % en 2014,
+0,99 % en 2015 et ­0,34 % en 2016.
Si les objectifs du partenariat sont atteints, c’est environ
100 000 euros qui seront versés à la Fondation.
AvC
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
33
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Bulle photovoltaïque: pour la Cwape,
le consommateur doit payer tout de suite
n La temporisation ne fait que
“reporter” le problème.
O
n le sait, le système wallon de
soutien au photovoltaïque a été
beaucoup trop généreux par le
passé. Les gouvernements wallons
successifs ont octroyé trop de certifi­
cats verts (CV) aux particuliers par
rapport aux quotas que les fournis­
seurs d’énergie doivent acquérir.
Résultat, les certificats verts excé­
dentaires doivent être rachetés par
Elia, le gestionnaire du réseau d’élec­
tricité. Actuellement, la surcharge
qu’Elia facture à l’ensemble des con­
sommateurs wallons d’électricité
(ménages et entreprises) ne lui permet
pas de financer ces rachats. Fin 2016,
Elia accusait un déficit de trésorerie de
plusieurs dizaines de millions d’euros.
Le gestionnaire de réseau voudrait
34
donc augmenter le tarif qu’il facture les mettre en réserve le temps que la
pour financer les rachats de certificats bulle se dégonfle. Il s’agirait de la
verts. Si cette augmentation était ap­ deuxième opération de ce type après
pliquée, le tarif destiné à financer la celle orchestrée par l’intercommunale
bulle photovoltaïque passerait de 60 à Ecetia.
100 euros, par an, pour une consom­
Cela coûte cher
mation moyenne d’électricité.
La coalition PS/CDH au pouvoir en
Le régulateur wallon de l’énergie
Wallonie redoute une telle hausse des vient de rendre un avis très critique
prix. Avant de démis­
sur la mise en place de
sionner, Paul Furlan
ce mécanisme de
(PS), l’ancien ministre
temporisation.
“Le
de l’Energie, avait fait
mécanisme de tempo­
euros
voter un avant­projet
risation, à lui seul, ne
Si Elia augmente ses tarifs, la
de décret dont l’objec­
résout pas le problème
surcharge passera de 60 à
tif est d’éviter que la
d’excédent structurel
100 euros par an pour une
surcharge photovoltaï­
sur le marché des CV,
consommation moyenne.
que soit appliquée.
peut­on lire dans cet
Ce projet prévoit no­
avis. En effet, tel
tamment la mise en place d’un méca­ qu’imaginé, le mécanisme tend à re­
nisme de “temporisation” des certifi­ porter temporellement la dette à l’hori­
cats verts. S’il aboutit, un organisme zon 2026, mais ne donne aucune solu­
public sera chargé de racheter un cer­ tion, ni à court ni à long terme, quant
tain nombre de certificats verts et de au sort réservé aux CV excédentaires.”
100
La Cwape conseille au gouverne­
ment wallon d’augmenter la facture
des Wallons dès maintenant, plutôt
que de reporter le remboursement du
déficit. Selon le régulateur, la solution
imaginée par Paul Furlan reviendrait
à faire payer la bulle photovoltaïque
bien au­delà de 2026.
Pour le gouvernement wallon,
l’avantage de cette solution est que la
facture d’électricité resterait stable. En
quelque sorte, on paierait moins mais
plus longtemps. C’est sans compter
que le mécanisme de temporisation
coûterait 8 millions d’euros par an. En
effet, un organisme public devrait em­
prunter l’argent nécessaire aux achats
de certificats verts et il faudrait enga­
ger du personnel pour gérer le sys­
tème. Mais comme ce surcoût est fi­
nancé par le budget wallon et non par
la facture d’électricité, il sera moins vi­
sible…
Laurent Lambrecht
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
La fin de l’ère Jourdain aux Jardins d’Annevoie
n L’homme d’affaires belge devrait
récupérer 5 millions d’euros au terme
d’une étonnante saga politico-judiciaire.
EUREKA/REPORTERS
C’
est la fin d’une saga qui remonte maintenant à
un peu plus de 17 ans. Hier, l’homme d’affaires
Stéphan Jourdain a en effet définitivement
tourné la page des Jardins d’Annevoie au terme d’un
parcours qui aura été marqué par bien des péripéties,
y compris sur le terrain politique et judiciaire.
Les actes notariés ont en effet été signés hier après­
midi. Ils marquent le début d’une nouvelle ère pour
les seuls jardins d’eau de Belgique, situés à Anhée en
province de Namur. Pour solde de tout compte, Sté­
phan Jourdain devrait, selon nos informations, tou­
cher 5 millions d’euros, 400000 provenant de la Ré­
gion wallonne (NdlR : pour le rachat du parking), pro­
priétaire de 25 hectares du site, et le solde d’Ernest
Loumaye, un investisseur belge, établi en Suisse qui a
fait sa carrière dans le secteur pharmaceutique. “Fina­
lement, je m’en sors moins mal que prévu. Je suis content
de tourner cette page qui m’a donné pas mal de soucis
pendant dix­huit ans. Mais je suis aussi fier d’avoir
œuvré au remembrement de ce site et d’avoir via les tra­
vaux qui y ont été réalisés redonné à l’endroit son lustre
d’antan”, nous a expliqué Stéphan Jourdain.
Quelques rétroactes sont nécessaires pour com­
prendre les enjeux de cette transaction. En 1999, Sté­
phan Jourdain mettait la main sur le site touristique
wallon, en déboursant à l’époque 1,75 million
d’euros, un chiffre auquel il faut soustraire 1,1 million
de primes à l’investissement perçues pour ce site
classé “Patrimoine majeur de Wallonie”. Mais début
2004, Stéphan Jourdain revend pour 3,5 millions
d’euros 25 hectares du site (comprenant notamment
le château, la cour et la piscine) à la Région wallonne
qui lui octroie un bail emphytéotique de 99 ans. Sur le
papier, une belle opération financière donc. De pro­
priétaire, Stéphan Jourdain devient alors, dès le mi­
lieu des années 2000, châtelain locataire mais ac­
quiert parallèlement au fil des années suivantes et en
pleine propriété cette fois environ 20 hectares sup­
Le château d’Annevoie restera donc dans le giron de la Région wallonne.
plémentaires de bois et prairies, en rasant au passage
quelques maisons. Des actifs qu’il revend donc
aujourd’hui à Ernest Loumaye.
Une relation qui tourne très mal
Dès 2011, Stéphan Jourdain avait annoncé sa vo­
lonté de se retirer de l’aventure des Jardins d’Anne­
voie. Mais pas à n’importe quelles conditions, esti­
mant alors y avoir déjà englouti entre 5 et 7 millions
d’euros, notamment en raison des travaux et des défi­
cits d’exploitation récurrents. Il faut dire que les rela­
tions se sont fortement dégradées dès 2004 entre
l’homme d’affaires et la Région wallonne, après l’évic­
tion des libéraux du gouvernement wallon. Une rela­
tion à couteaux tirés qui débouchera sur un certain
nombre de procédures judiciaires, Stéphan Jourdain
ayant réalisé des travaux sans permis. Pendant de
nombreuses années, ce bras de fer entre la Région
wallonne et l’investisseur paralysera le développe­
ment du site. Ce qui débloquera finalement la situa­
tion ? En réalité, c’est le dossier de Laminoirs de Long­
tain qui sera la clé. Fin 2014, Stéphan Jourdain repren­
dra cet outil sidérurgique louviérois aux côtés de la
Sogepa, l’un des bras financiers de la Région wallonne.
Mais l’aventure fit long feu et, l’outil revendu, la So­
gepa se retrouva avec une dette de 1,75 million
d’euros vis­à­vis de Stéphan Jourdain. Ce dernier uti­
lisa alors cette “monnaie d’échange” pour forcer un
accord avec la Région wallonne sur les Jardins d’Anne­
voie. Entendez : un accord financièrement acceptable,
avec remboursement de cette dette à la Sogepa à la clé.
Au final, la Région wallonne a­t­elle fait une bonne
affaire ? Cela reste à démontrer. Entre prix d’acquisi­
tion, primes à l’investissement, subsides et autres frais
d’avocats, elle aurait déboursé pas loin de 7 millions
d’euros. Pour être propriétaire d’un site touristique…
dont elle n’a pas la gestion.
V.S.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
35
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Belfius : intox de
Van Overtveldt ?
J
e plaide pour qu’on n’attende pas trop long­
temps pour une entrée en Bourse de Belfius.
L’entreprise affiche de bons chiffres. Qui aurait
parié sur de tels chiffres il y a trois ou quatre
ans?” Comment interpréter ces déclarations
faites, vendredi au “Tijd”, par le ministre des
Finances Johan Van Overtveldt? Y a­t­il une
décision qui se prépare au sein du gouverne­
ment ? Selon nos informations, le sujet n’a pas
été mis formellement à l’ordre du jour en con­
seil des ministres restreint. Même si on ima­
gine qu’il a déjà été abordé de manière infor­
melle alors qu’on vient d’entrer dans l’exercice
budgétaire du mois de mars.
Deal Arco
On sait que la N­VA et, en particulier le mi­
nistre des Finances qui se dit proche de l’école
de Chicago, sont favorables à l’idée d’une pri­
vatisation partielle de Belfius (actuellement
détenue à 100 % par l’Etat belge). Privatisation
partielle (mais pas une revente à un groupe
étranger) également soutenue par le comité de
direction et le conseil d’administration. Johan
Van Overtveldt y travaille­t­il déjà (avec la re­
cherche de banque d’affaires) et a­t­il le sou­
tien de ses partenaires du gouvernement afin,
comme il le voudrait, d’aboutir avant la fin de
législature ? Impossible d’avoir une réaction du
cabinet des Finances. Il se peut que le ministre
ait relancé l’idée afin de mettre la pression.
Mais il est loin d’être évident qu’il ait beau­
coup de soutien, en particulier du CD&V. Qui
est toujours à la recherche d’une solution pour
les coopérateurs d’Arco, lesquels aimeraient
récupérer leurs économies perdues dans la dé­
bâcle de Dexia. On ne peut donc pas exclure
que le CD&V monnaye son feu vert à une pri­
vatisation partielle de Belfius en échange d’un
deal sur Arco. Belfius est un dossier où il y a
beaucoup d’éléments à prendre en compte…
AvC
36
EN BREF
Boissons
Spadel finalise l’acquisition
de la société bulgare Devin
Le groupe Spadel, actif dans la
production d’eaux minérales
naturelles, d’eaux de sources et de
boissons rafraichissantes naturelles,
a finalisé l’acquisition, annoncée en
décembre dernier, de Devin, le
leader du marché des eaux
embouteillées en Bulgarie. (Belga)
7
PowdAir: Bruxelles/Sion
Une nouvelle compagnie aérienne
britannique baptisée PowdAir va
s’implanter à l’aéroport suisse de Sion.
A partir de décembre 2017, et pendant
toute la saison des sports d’hiver, elle
desservira au moins sept destinations,
parmi lesquelles Bruxelles.
Médias
Roularta manque de visibilité
Le groupe Roularta a enregistré l’an
dernier une baisse de 4,7 % de son
chiffre d’affaires consolidé, à
276,5 millions d’euros. L’ebitda a par
contre progressé de 2,4 % en 2016 par
rapport à 2015, à 34,4 millions
d’euros. Le groupe a réduit sa dette
nette à 57,4 millions d’euros. Il
distribuera un dividende brut de
0,50 euro par action. Roularta n’a pas
donné de guidance pour 2017 pour
cause de manque de visibilité sur le
marché publicitaire. (Belga)
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
AVIS DES
BROKERS
TJP
GALAPAGOS +2.67%
ING GROEP N.V. +2.02%
KBC +1.50%
FLLP
SOLVAY -1.40%
ENGIE -1.26%
COFINIMMO -0.91%
Bekaert (+0,1 % à
45,57 euros) a été relevé de
“réduire” vers “ajouter” chez
Alphavalue, l’objectif étant
ajusté à la hausse de 42 vers
48,90 euros. “Nous avons
remonté nos prévisions
pour 2017 et 2018 suite à la
publication des derniers
résultats trimestriels, avec
des objectifs encourageants
fixés par la direction,
notamment une marge
opérationnelle de 10 % à
moyen terme.”
Atenor (+0,2 % à
49,90 euros) a été descendu
d’“ajouter” vers “conserver”
chez Degroof Petercam,
l’objectif restant inchangé à
52 euros. “Les résultats 2016
sont ressortis en ligne avec
nos attentes, et les
perspectives sont bonnes pour
2017. Suite à la bonne
performance récente, le
potentiel n’est toutefois plus
suffisant pour justifier un avis
positif.”
Barco (+4,2 % à
87,41 euros) a été confirmé à
“acheter” chez ABN Amro,
l’objectif étant propulsé de
86 vers 110 euros. “Le
groupe va tenir son Capital
Markets Day ce jeudi 16 mars.
A cette occasion, le nouveau
CEO présentera ses priorités
pour les prochaines années, et
nous estimons que ce pourrait
être le signe d’un mouvement
positif sur le titre, avec
potentiellement une hausse
des versements aux
actionnaires.”
Umicore (-0,02 % à
50,76 euros) a été relevé de
“conserver” vers “acheter”
chez Berenberg, l’objectif
étant fixé à 56 euros. “Notre
révision intervient alors que
les prix du cobalt se sont
orientés à la hausse, tandis
que le marché des batteries
rechargeables affiche des
fondamentaux solides. Et
dans le même temps, le cours
s’est allégé de 10 % depuis la
publication des chiffres
trimestriels au début février.”
G.Se.
La Fed devrait enfin
resserrer l’étau des taux
Revue boursière Hausse des
taux en vue aux Etats-Unis, et
secousses en Bourse.
Analyse Patrick Van Campenhout
L
es opérateurs actifs sur les valeurs
américaines ont levé le pied cette
semaine dans l’attente des der­
niers chiffres relatifs à l’emploi aux
Etats­Unis diffusés hier. Des chiffres
qui ont conforté le sentiment d’immi­
nence de la prochaine hausse des taux
de référence de la Réserve fédérale
américaine (Fed) au terme de la réu­
nion de son comité de politique mo­
nétaire les 14 et 15 mars. La Fed dont
l’objectif en matière d’emploi était de
faire reculer le taux de chômage sous
les 6 %, appréciera sans doute le pas­
sage de ce paramètre de 4,8 % à 4,7 %.
Le taux d’inflation qui sera communi­
qué le 15 précisément, devrait lui
aussi confirmer la validité du calen­
drier de ce resserrement monétaire,
premier d’une série de trois cette an­
née.
Correction ou rotation ?
les opérateurs ont ajouté comme la
semaine passée, quelque 10 points de
base au rendement exigés sur les obli­
gations de référence, et même un peu
plus pour les OAT françaises, qui
paient d’avance le prix d’un scrutin à
l’issue de plus en plus incertaine. A ce
propos, les observateurs suivront de
près les résultats des élections aux
Pays­Bas, sans oublier les ébats politi­
ques relatifs au Brexit. La livre sterling
a déjà perdu 20 % depuis l’annonce du
référendum au Royaume­Uni.
Le marché est prêt psychologique­
ment à digérer ce tour de vis moné­
taire, mais comme les valeurs améri­
caines sont relativement chères par
rapport à leurs attentes bénéficiaires,
il y a aujourd’hui un risque de correc­
tion non négligeable. De correction Europe en hausse
ou… d’arbitrage, puisque le différen­
Quoi qu’il en soit, le fondateur mil­
tiel de valorisation est aujourd’hui liardaire du fonds Appaloosa manage­
très nettement favorable aux actions ment (hedge fund), David Tepper, a
européennes. Les ana­
mis le paquet sur les
lystes spécialisés dans
valeurs européennes,
les valeurs européen­
se basant sur la
nes se sont d’ailleurs
moyenne des valorisa­
Adidas accélère
réveillés pour rappeler
tions, et a “shorté” le
qu’il subsiste chez Le titre du groupe de vêtements marché obligataire, ta­
de sport a le vent en poupe.
nous un potentiel de
blant sur une correc­
Une bonne affaire pour son
hausse des valeurs co­
tion des prix liée à la
principal actionnaire, GBL.
tées, par rapport à ce
hausse des taux. L’inté­
qui s’observe de l’autre
rêt des investisseurs
côté de l’Atlantique. Certes, la reprise pour nos valeurs de premier plan ne
n’est pas aussi avancée qu’aux Etats­ se dément pas, comme on l’a encore
Unis, mais il nous reste de la marge. Le vu avec l’offre de BPG rejetée cette se­
discours du patron de la Banque cen­ maine par le néerlandais AKZO dont
trale européenne (BCE) cette semaine, le cours a bondi de 18 %. Un scénario
a à cet égard conforté les optimistes. semblable à celui de l’offre de Kraft
Mario Draghi, s’il a maintenu en l’état Heinz sur Unilever, il y a quelques
la politique monétaire de l’institut jours. Il explique la fermeté de la
d’émission européen, s’est montré Bourse d’Amsterdam. Mais cette ten­
désormais plus inquiet des risques dance doit aussi beaucoup à ING et au
géopolitiques que de l’évolution des secteur dans son ensemble, porté par
paramètres économiques surveillés la hausse des taux de marché, très fa­
par la BCE. Pour Mario Draghi, le ris­ vorable aux banques. A Bruxelles,
que de déflation qui avait effrayé les d’ailleurs, l’indice Bel 20 a bénéficié à
observateurs, est derrière nous. De là plein de la hausse d’ING et de KBC,
à évoquer le ralentissement du pro­ tout en répudiant Ahold Delhaize,
gramme de soutien au marché obliga­ trop “étrangère”, et Elia, au profit de
taire, ou à la hausse des taux de réfé­ Sofina et d’Aperam qui sont entrées
rence, il y a un pas, bien entendu. Mais dans sa composition. A Bruxelles en­
+10,50%
core, IBA a poursuivi sa progression
suite à des recommandations d’ana­
lystes, et Ackermans van Haaren a
rebondi suit à l’avance soutenue de
CFE qui compte pour un tiers dans
sa valorisation.
Wall Street
Le pétrole noircit le tableau.
Wall Street a terminé vendredi une
semaine de baisse sur une note
légèrement positive, soutenue par de
bons chiffres de l’emploi américain
mais souffrant de la chute des prix du
pétrole: le Dow Jones a pris 0,21% et
le Nasdaq 0,39%. Le Dow Jones a
avancé de 44,79 points à 20902,98
points et le Nasdaq de 22,92 points à
5861,73 points. L’indice élargi S&P
500 a gagné 7,73 points, soit 0,33%, à
7,73 points. Le bon démarrage de la
Bourse de New York vendredi a été
tempéré peu après l’ouverture par une
rechute des cours du pétrole qui, face
à la prise de conscience d’une offre
toujours élevée, ont perdu 9% sur la
semaine. “Le fait que le pétrole ait tant
baissé a affecté la performance des
marchés d’actions”, a commenté Bill
Lynch de Hinsdale Associates. Le très
attendu rapport mensuel de l’emploi
américain s’est en revanche révélé
positif sur tous les fronts avec
235000 créations d’emplois en
février, soit bien plus que prévu, une
légère décrue du taux de chômage à
4,7% et une nouvelle hausse du
salaire horaire moyen. Signes de
bonne santé de l’économie
américaine, ces chiffres ont également
semblé entériner un relèvement des
taux de la Réserve fédérale américaine
(Fed), que les investisseurs
anticipaient déjà très largement. (AFP)
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
37
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Fonds - Sicav - Branche 23
NOM DU FONDS
JUR. DEV. DATE VALEUR VALEUR TYPE FR. FRAIS RET. %
JOUR PRÉC.
% 01/01
Candriam Bds Em Dbt Loc Cur C
Candriam Bds Em Dbt Loc Cur D
Candriam Bds Emerging Mkts C
Candriam Bds Emerging Mkts D
Candriam Bds Euro C
Candriam Bds Euro D
Candriam Bds Euro Gov Inv. Gr C
Candriam Bds Euro Gov Inv. Gr D
Candriam Bds Euro High Yield C
Candriam Bds Euro High Yield D
Candriam Bds Euro Long Term C
Candriam Bds Euro Long Term D
Candriam Bds Euro Short Term C
Candriam Bds Euro Short Term D
Candriam Bds Europe Gov. Pl C
Candriam Bds Europe Gov. Pl D
Candriam Bds World Gov Plus C
Candriam Bds World Gov Plus D
Candriam Bonds Euro Converg C
Candriam Bonds Euro Converg D
Candriam Bonds Euro Govern C
Candriam Bonds Euro Govern D
Candriam Bonds International C
Candriam Bonds International D
Candriam Bonds USD C
Candriam Bonds USD D
Candriam Bonds USD Govern C
Candriam Bonds USD Govern D
Candriam Business Eq. Europe
Candriam Eq B Belgium C
Candriam Eq B Belgium D
Candriam Eq B Belgium L
Candriam Eq B BRIC C
Candriam Eq B BRIC D
Candriam Eq B BRIC L
Candriam Eq B China C
Candriam Eq B China D
Candriam Eq B China L
Candriam Eq B Emerg Europe C
Candriam Eq B Emerg Europe D
Candriam Eq B Emerg Europe L
Candriam Eq B Eur Sm&Mid Cap C
Candriam Eq B Eur Sm&Mid Cap D
Candriam Eq B Eur.Conv.C
Candriam Eq B Eur.Conv.C
Candriam Eq B Eur.Conv.L
Candriam Eq B Gb Health Care C
Candriam Eq B Gb Health Care D
Candriam Eq B Gb Health Care L
Candriam Eq B Gb Industrials C
Candriam Eq B Gb Industrials D
Candriam Eq B Gb Industrials L
Candriam Eq B Gb Property C
Candriam Eq B Gb Property D
Candriam Eq B Gb Property L
Candriam Eq B Global Energy C
Candriam Eq B Global Energy D
Candriam Eq B Global Energy L
Candriam Eq B Global Finance C
Candriam Eq B Global Finance D
Candriam Eq B Global Finance L
Candriam Eq B Global Telecom C
Candriam Eq B Global Telecom D
Candriam Eq B Global Telecom L
Candriam Eq B Leading Brands L
Candriam Eq B Leading Brands-C
Candriam Eq B Leading Brands-D
Candriam Eq B Rob&Innov Tech C
Candriam Eq B Rob&Innov Tech D
Candriam Eq B Rob&Innov Tech L
Candriam Eq L Asia C
Candriam Eq L Asia D
Candriam Eq L Australia C
Candriam Eq L Australia D
Candriam Eq L Biotechnology C
Candriam Eq L Biotechnology D
Candriam Eq L Emerging Mkts C
Candriam Eq L Emerging Mkts D
Candriam Eq L Euro 50 C
Candriam Eq L Euro 50 D
Candriam Eq L Europe C
Candriam Eq L Europe D
Candriam Eq L Europe Innov. C
Candriam Eq L Europe Innov. D
Candriam Eq L Germany C
Candriam Eq L Germany D
Candriam Eq L Japan C
Candriam Eq L Japan D
Candriam Eq L Sust. World C
Candriam Eq L Sust. World D
Candriam Eq L Switzerland C
Candriam Eq L Switzerland D
Candriam Eq L UK C
Candriam Eq L UK D
Candriam Quant Equities USA C
Candriam Quant Equities USA D
Candriam Sust. Eur Corp Bd C
Candriam Sust. Eur Corp Bd D
Candriam Sust. Eur Corp Bd L
Candriam Sust. Eur Sh T Bd C
Candriam Sust. Eur Sh T Bd D
Candriam Sustain. Euro Bonds C
Candriam Sustain. Euro Bonds D
38
EA EUR
EA USD
EA USD
EA USD
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA USD
EA USD
EA USD
EA USD
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE USD
BE USD
BE USD
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE USD
BE USD
BE USD
EA USD
EA USD
EA AUD
EA AUD
EA USD
EA USD
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA EUR
EA JPY
EA JPY
EA EUR
EA EUR
EA CHF
EA CHF
EA GBP
EA GBP
EA USD
EA USD
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
BE EUR
08/03 85.12 85.54
08/03 80.95 81.37
08/03 2 396.06 2 405.18
08/03 1 020.80 1 024.70
08/03 1 144.13 1 146.75
08/03 276.63 277.26
08/03 988.16 991.72
08/03 311.16 312.29
08/03 1 084.30 1 085.49
08/03 190.97 191.18
08/03 8 037.83 8 077.61
08/03 4 609.92 4 632.75
08/03 2 093.11 2 095.68
08/03 1 411.29 1 413.04
08/03 924.33 926.68
08/03 265.57 266.25
08/03 142.11 142.38
08/03 39.75 39.83
08/03 3 463.59 3 477.51
08/03 1 565.43 1 571.73
08/03 2 264.59 2 272.63
08/03 1 157.43 1 161.56
08/03 996.61 998.06
08/03 237.71 238.05
08/03 938.24 940.67
08/03 280.44 281.16
08/03 3 312.70 3 319.15
08/03 1 520.55 1 523.51
08/03 90.66 90.59
08/03 798.02 795.96
08/03 269.05 268.36
08/03 792.05 790.00
08/03 29.71 29.71
08/03 23.21 23.20
08/03 29.51 29.51
08/03 1 206.77 1 217.88
08/03 911.22 919.61
08/03 1 199.47 1 210.52
07/03 608.59 613.55
07/03 466.41 470.21
07/03 605.53 610.46
08/03 704.17 709.32
08/03 505.72 509.42
08/03 289.92 290.11
08/03 220.07 220.21
08/03 288.49 288.68
08/03 3 075.97 3 066.01
08/03 2 327.75 2 320.22
08/03 3 054.48 3 044.60
08/03 1 127.22 1 128.61
08/03 888.89 889.98
08/03 1 118.41 1 119.79
06/03 1 244.97 1 247.95
06/03 802.94 804.86
06/03 1 237.26 1 240.22
08/03 928.04 941.31
08/03 544.05 551.83
08/03 922.94 936.14
08/03 579.55 579.43
08/03 431.64 431.55
08/03 575.42 575.30
08/03 235.43 235.79
08/03 154.02 154.26
08/03 233.95 234.30
08/03 1 166.42 1 163.83
08/03 1 174.51 1 171.89
08/03 874.25 872.31
08/03 207.47 207.09
08/03 188.21 187.86
08/03 206.00 205.62
08/03 20.58 20.73
08/03 16.44 16.56
08/03 1 127.66 1 131.69
08/03 643.35 645.65
08/03 505.57 500.06
08/03 484.52 479.24
08/03 767.72 766.99
08/03 579.29 578.74
08/03 574.13 573.39
08/03 341.44 340.99
08/03 978.77 978.99
08/03 572.33 572.46
08/03 1 849.24 1 848.09
08/03 196.16 196.04
08/03 454.84 454.71
08/03 295.88 295.80
08/0320 946.00 20 905.00
08/0317 826.00 17 792.00
08/03 323.85 324.02
08/03 256.16 256.29
08/03 839.56 839.26
08/03 676.07 675.82
08/03 368.07 368.19
08/03 221.05 221.13
08/03 2 754.76 2 754.25
08/03 2 369.40 2 368.97
08/03 464.17 465.17
08/03 311.01 311.67
08/03 463.07 464.06
08/03 255.38 255.43
08/03 149.62 149.65
08/03 360.31 361.18
08/03 266.59 267.24
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
1.00
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
3.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
3.48
3.46
3.36
3.34
-1.39
-1.40
-2.18
-2.19
1.31
1.28
-3.04
-3.05
0.01
-0.03
-2.03
-2.04
-0.62
-0.62
0.25
0.24
-2.16
-2.18
-0.49
-0.50
-0.10
-0.11
-0.41
-0.42
3.12
4.60
4.60
4.58
9.96
9.95
9.95
9.57
9.57
9.55
0.00
0.00
-0.02
3.36
3.35
3.16
3.16
3.14
7.47
7.47
7.45
4.60
4.60
4.58
-0.62
-0.62
-0.63
-5.95
-5.96
-5.97
4.29
4.29
4.26
-0.45
-0.45
-0.46
5.57
5.59
5.59
10.18
10.19
10.17
9.06
9.02
3.04
3.03
13.65
13.64
10.26
10.25
3.09
3.08
2.77
2.75
4.14
4.14
4.33
4.33
0.43
0.42
4.31
4.30
12.36
4.81
4.08
4.08
6.60
6.58
-0.23
-0.23
-0.24
0.04
0.04
-1.38
-1.39
Candriam Sustain. Europe C
Candriam Sustain. Europe D
Candriam Sustain. High (cap)
Candriam Sustain. High (dis)
Candriam Sustain. Medium (cap)
Candriam Sustain. Medium (dis)
Candriam Sustain. North Am C
Candriam Sustain. North Am D
Candriam Sustain. Pacific C
Candriam Sustain. Pacific D
Candriam Sustain. World Bd C
Candriam Sustain. World Bd D
Candriam Sustain. World C
Candriam Sustain. World D
Candriam Sustainable Low (cap)
Candriam Sustainable Low (dis)
Candriam Total Return II Bd C
Candriam Total Return II Bd D
DMM European Equities C
DMM European Equities D
DMM European Equities L
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
EA
EA
BE
BE
BE
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
USD
JPY
JPY
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
06/03
06/03
06/03
06/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
06/03
06/03
07/03
07/03
06/03
06/03
06/03
24.64
19.16
403.68
318.92
6.93
5.74
44.92
40.33
3 395.00
2 791.00
3 294.21
2 383.12
30.00
26.16
4.62
3.73
127.03
106.36
263.18
216.52
3 097.94
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
2.50
3.00
2.50
2.50
2.50
2.45
2.46
2.21
2.21
1.33
1.33
4.39
4.40
2.82
2.84
-0.91
-0.91
4.31
4.31
0.45
0.45
0.42
0.42
3.06
3.08
3.06
Belfius Fullinvest High C
Belfius Fullinvest High D
Belfius Fullinvest High L
Belfius Fullinvest Low C
Belfius Fullinvest Low D
Belfius Fullinvest Low L
Belfius Fullinvest Medium C
Belfius Fullinvest Medium D
Belfius Fullinvest Medium L
Belfius Plan Bonds C
Belfius Plan Equities
Belfius Plan High
Belfius Plan Low
Belfius Plan Medium
Belfius Ptf Cash Strategy FoF-C
Belfius Sel Ptfl Europe Yield
Belfius Sel Ptfl Wo Balanced40 C
Belfius Sel Ptfl Wo Balanced40 D
Belfius Sel Ptfl Wo Balanced60 C
Belfius Sel Ptfl Wo Balanced60 D
Belfius Sel Ptfl Wo Bonds C
Belfius Sel Ptfl Wo Bonds D
Belfius Sel Ptfl Wo Growth C
Belfius Sel Ptfl Wo Growth D
Belfius Sel Ptfl Wo Yield C Acc
Belfius Sel Ptfl Wo Yield C Inc
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
06/03
07/03
06/03
793.89 794.65 Cap. Q 2.50
326.98 327.29 Dis. Q 2.50
789.51 790.27 Cap. Q 2.50
823.31 823.80 Cap. Q 2.50
306.39 306.57 Dis. Q 2.50
819.62 820.11 Cap. Q 2.50
797.17 797.74 Cap. Q 2.50
310.24 310.46 Dis. Q 2.50
793.43 794.00 Cap. Q 2.50
371.31 371.75 Cap. Q 2.50
354.29 354.89 Cap. Q 2.50
357.54 357.94 Cap. Q 2.50
434.62 434.91 Cap. Q 2.50
402.87 403.22 Cap. Q 2.50
1 488.61 1 488.41 Cap. Q 2.50
15.45 15.46 Cap. Q 1.50
14.97 14.98 Cap. Q 1.50
10.10 10.11 Dis. Q 1.50
13.78 13.80 Cap. Q 1.50
9.76
9.78 Dis. Q 1.50
16.14 16.15 Cap. Q 1.50
10.16 10.17 Dis. Q 1.50
6.29
6.30 Cap. Q 1.50
10.01 10.02 Dis. Q 1.50
15.71 15.72 Cap. Q 1.50
10.25 10.25 Dis. Q 1.50
3.15
3.15
3.13
0.79
0.79
0.78
1.89
1.89
1.87
0.36
4.14
2.33
0.68
1.40
-0.15
0.19
1.42
1.41
2.38
2.31
-0.62
-0.59
3.28
3.30
0.38
0.49
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
07/03
07/03
08/03
09/03
07/03
07/03
07/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
07/03
07/03
07/03
07/03
07/03
07/03
07/03
07/03
07/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
Atlas Real Estate EMU
Degroof Asymmetric Diversified A
DPAM Bds L Corporate EUR 2017 A
DPAM Bds L Corporate EUR 2019 A
DPAM Bds L Corporate EUR B
DPAM Bds L EMU Quants B
DPAM Bds L EUR 2017 B
DPAM Bds L EUR 2019 A
DPAM Bds L EUR 2021 F
DPAM Bds L EUR Selection A
DPAM Cap.B Bonds Euro Med.T
DPAM Cap.B Eq. Belgium B
DPAM Cap.B Eq. EMU Behav.Val B
DPAM Cap.B Eq. EMU Index B
DPAM Cap.B Eq. Europe Index B
DPAM Cap.B Eq. Japan Index B
DPAM Cap.B Eq. US Behav.Val B
DPAM Cap.B Eq. US Div B
DPAM Cap.B Eq. US Index B
DPAM Cap.B Eq.Wld ex J.E.U. B
DPAM Eq L Emerging MSCI Index B
DPAM Eq L EMU Dividend B
DPAM Eq L Europe Behavioral Val B
DPAM Glb Strategy L High A
DPAM Glb Strategy L High B
DPAM Glb Strategy L Low B
DPAM Glb Strategy L Lw A
DPAM Glb Strategy L Med Lw B
DPAM Glb Strategy L Med Lw F
DPAM Glb Strategy L Medium B
DPAM Glb Strategy L Medium B
DPAM GSt L Conservative Bal Sust B
DPAM Inv.B Bds Eur IG B
DPAM Inv.B Bds Eur ShTerm 1Y B
DPAM Inv.B Bonds Eur B
DPAM Inv.B Eq. Agrivalue B
DPAM Inv.B Eq. Belgium B
DPAM Inv.B Eq. Eur. Sm Caps B
DPAM Inv.B Eq. Europe B
DPAM Inv.B Eq. US Div B
DPAM Inv.B Eq. US Div B USD
DPAM Inv.B Eq. Wld Dividend B
DPAM Inv.B Eq. World Div B USD
DPAM Inv.B Eq. World Sustain B
DPAM Inv.B Equities Euroland B
DPAM Inv.B Equities World B
DPAM Inv.B Europe Dividend B
DPAM Inv.B Europe Sustain. B
DPAM Inv.B Real Estate EurDiv. B
DPAM Inv.B RealEstatEuropB
65.39
112.06
114.06
101.79
183.49
273.41
213.91
106.25
176.53
142.29
443.44
386.06
97.88
106.98
96.74
109.74
114.42
274.91
116.61
135.07
125.41
107.04
44.78
50.31
95.11
85.47
32.99
65.28
65.43
111.91
50.33
131.03
66.68
238.10
78.94
141.16
153.48
208.25
129.72
123.47
130.16
192.61
204.55
165.71
167.72
123.83
238.30
231.94
174.32
414.37
24.61
19.14
404.45
319.53
6.94
5.75
45.03
40.43
3 393.00
2 789.00
3 299.59
2 387.01
30.01
26.17
4.63
3.74
126.91
106.27
264.00
217.19
3 107.55
65.50
112.20
114.07
101.88
183.91
274.24
213.92
106.24
177.00
142.81
444.37
384.59
97.74
106.86
96.69
109.83
114.39
274.66
116.58
136.11
126.00
107.15
44.72
50.36
95.21
85.47
32.99
65.32
65.46
112.01
50.37
130.94
66.93
238.12
79.23
141.81
152.90
208.15
129.45
123.33
130.32
192.59
205.00
165.58
167.36
123.62
238.46
231.74
174.29
415.41
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
H
H
H
Q
Q
H
H
H
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
H
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
2.00
1.00
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
1.50
3.00
1.50
2.00
2.00
2.00
2.15
2.25
2.10
2.00
2.00
2.10
2.15
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
1.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
-1.06
0.00
-0.11
0.12
-0.15
-1.78
-0.17
-0.25
-0.44
-1.95
-0.90
4.96
3.77
3.29
3.26
2.59
5.47
5.06
5.77
4.45
8.37
2.23
2.92
4.16
4.15
1.00
1.01
1.79
1.84
2.52
2.53
1.19
-1.97
-0.08
-2.01
0.74
4.98
5.09
3.65
5.05
5.13
3.09
3.17
4.26
3.22
6.37
2.05
2.65
-0.59
-0.56
DPAM L Bds Em Mkt Sust B
DPAM L Bds EUR Corp HY B
DPAM L Bds EUR Gov 1-5 B
DPAM L Bds EUR Hgh Yld ST B
DPAM L Bds EUR Quality B
DPAM L Bds Gov Sust B
DPAM L Bds Higher Yield B
DPAM L Bds Univ Uncons B
DPAM L Eq. Opportunity B
DPAM L Glb Target Inc B
DPAM L Liquidity EUR&FRN B
DPAM L Patrimonial B
DPAM L Patrimonial Dyn Fd B
DPAM Money Mkt L Monetary EUR B
DPAM RDT-DBI Eq. EMU Div A
PAM L Balanced Medium Risk B
Select Eq Emerging Multi Mgmt - E
Select Eq Japan Multi Manag
Select Global TPF Flexible
BL American Sm Cies A-DIST-USD
BL American Sm Cies B
BL American Sm Cies B EUR Hdg
BL American Sm Cies BM
BL American Sm Cies BM EUR Hdg
BL American Sm Ciess AM
BL Bond Dollar A
BL Bond Dollar B
BL Bond Emerging Markets Dollar B
BL Bond Emerging Markets Euro A
BL Bond Emerging Markets Euro B
BL Bond Euro A
BL Bond Euro B
BL Emerging Markets A
BL Emerging Markets AM
BL Emerging Markets AR
BL Emerging Markets B
BL Emerging Markets BC
BL Emerging Markets BCM
BL Emerging Markets BM
BL Emerging Markets BR
BL Equities America A
BL Equities America AM
BL Equities America AR
BL Equities America B
BL Equities America B EUR Hdg
BL Equities America BM
BL Equities America BM EUR Hdg
BL Equities America BR
BL Equities Asia A
BL Equities Asia AM
BL Equities Asia AR
BL Equities Asia B
BL Equities Asia BC
BL Equities Asia BCM
BL Equities Asia BM
BL Equities Asia BR
BL Equities Div B CHF Hdg
BL Equities Div B USD Hdg
BL Equities Div BR CHF Hdg
BL Equities Dividend A
BL Equities Dividend AM
BL Equities Dividend AR
BL Equities Dividend B
BL Equities Dividend BM
BL Equities Dividend BM CHF Hdg
BL Equities Dividend BM USD Hdg
BL Equities Dividend BR
BL Equities Europe A
BL Equities Europe AM
BL Equities Europe AR
BL Equities Europe B
BL Equities Europe B CHF Hdg
BL Equities Europe B USD Hdg
BL Equities Europe BM
BL Equities Europe BM CHF Hdg
BL Equities Europe BM USD Hdg
BL Equities Europe BR
BL Equities Europe BR CHF Hdg
BL Equities Horizon A EUR
BL Equities Horizon AM
BL Equities Horizon AR
BL Equities Horizon B
BL Equities Horizon BM
BL Equities Horizon BR
BL Equities Jap B CHF Hdg
BL Equities Jap B EUR Hdg
BL Equities Jap B USD Hdg
BL Equities Jap BR CHF Hdg
BL Equities Japan A
BL Equities Japan AM
BL Equities Japan AR
BL Equities Japan B
BL Equities Japan BM
BL Equities Japan BM CHF Hdg
BL Equities Japan BM EUR Hdg
BL Equities Japan BM USD Hdg
BL Equities Japan BR
BL European Family Bus A
BL European Family Bus AM
BL European Family Bus B
BL European Family Bus BM
BL European Family Bus BM USD Hdg
BL European Sm Cies A
BL European Sm Cies AM
BL European Sm Cies B
BE
LU
LU
BE
BE
BE
EA
EA
LU
EA
EA
EA
EA
EA
BE
EA
EA
EA
BE
BE
EA
EA
BE
EA
EA
EA
BE
BE
EA
EA
BE
EA
EA
EA
BE
BE
EA
LU
EA
LU
EA
BE
EA
EA
BE
BE
BE
EA
EA
BE
EA
EA
LU
LU
BE
BE
BE
EA
LU
EA
BE
EA
EA
BE
EA
LU
EA
EA
LU
EA
BE
EA
EA
BE
BE
BE
BE
EA
BE
BE
BE
BE
BE
EA
BE
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
EUR
08/03 123.63 123.93
08/03 129.52 129.80
08/03 100.73 100.87
08/03 135.32 135.41
08/03 555.53 556.61
08/03 1 295.96 1 299.40
08/03 254.43 254.81
08/03 158.85 158.94
08/0311 047.85 11 016.50
07/03 109.72 109.81
08/03 342.35 342.36
08/03 119.01 119.19
08/03 110.38 110.66
08/03 491.81 491.81
08/03 61.37 61.30
08/03 853.95 853.21
09/03 81.90 82.08
09/03 158.38 159.53
08/03 119.39 119.48
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
1.50
2.00
3.00
3.00
3.00
2.00
4.54
1.51
-0.52
0.36
-0.15
-0.75
2.14
1.00
4.71
1.47
0.32
1.36
2.40
-0.03
3.26
3.21
9.19
4.78
1.96
USD
USD
EUR
USD
EUR
USD
USD
USD
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
USD
EUR
EUR
USD
USD
USD
USD
EUR
USD
EUR
USD
USD
USD
USD
USD
EUR
EUR
USD
USD
CHF
USD
CHF
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
CHF
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
CHF
USD
EUR
CHF
USD
EUR
CHF
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
CHF
EUR
USD
CHF
JPY
JPY
JPY
JPY
JPY
CHF
EUR
USD
JPY
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
EUR
EUR
09/03 107.54 107.58
09/03 115.35 115.39
09/03 113.38 113.42
09/03 115.42 115.47
09/03 113.62 113.65
09/03 107.55 107.59
09/03 279.75 280.55
09/03 1 227.64 1 231.15
09/03 103.42 103.65
09/03 102.62 102.95
09/03 113.91 114.28
09/03 230.25 230.81
09/03 1 105.56 1 108.25
09/03 133.78 134.66
09/03 136.90 137.80
09/03 114.26 115.01
09/03 167.83 168.93
09/03 94.85 95.28
09/03 94.94 95.37
09/03 167.98 169.08
09/03 136.72 137.62
09/03 172.13 172.28
09/03 173.89 174.05
09/03 128.62 128.74
09/03 6 175.15 6 180.68
09/03 108.78 108.88
09/03 6 181.04 6 186.46
09/03 108.94 109.04
09/03 133.87 133.99
09/03 95.15 95.58
09/03 95.83 96.27
09/03 92.68 93.10
09/03 97.45 97.90
09/03 125.27 126.10
09/03 125.31 126.17
09/03 97.53 97.97
09/03 97.69 98.14
09/03 104.60 104.87
09/03 142.91 143.29
09/03 104.31 104.58
09/03 126.84 127.17
09/03 129.98 130.32
09/03 136.99 137.35
09/03 166.56 167.00
09/03 166.72 167.17
09/03 104.76 105.04
09/03 143.07 143.44
09/03 155.13 155.54
09/03 171.28 170.92
09/03 174.05 173.69
09/03 127.10 126.84
09/03 6 412.69 6 399.38
09/03 104.15 103.93
09/03 95.10 94.91
09/03 6 418.76 6 405.38
09/03 104.44 104.21
09/03 95.11 94.90
09/03 131.69 131.42
09/03 103.51 103.29
09/03 137.53 137.34
09/03 140.29 140.08
09/03 134.39 134.20
09/03 1 053.33 1 051.80
09/03 1 054.26 1 052.74
09/03 140.57 140.37
10/03 109.05 107.74
10/03 185.63 183.41
10/03 150.94 149.10
10/03 108.37 107.07
10/0319 687.00 19 447.00
10/0319 936.00 19 693.00
10/0312 584.00 12 431.00
10/0317 282.00 17 071.00
10/0317 299.00 17 088.00
10/03 109.19 107.87
10/03 185.98 183.74
10/03 151.09 149.25
10/0312 684.00 12 529.00
09/03 110.19 110.05
09/03 110.28 110.14
09/03 110.19 110.05
09/03 110.31 110.17
09/03 111.14 110.99
09/03 144.56 144.12
09/03 146.07 145.63
09/03 148.83 148.38
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
0.00
5.51
5.20
0.00
0.00
0.00
-5.26
-0.71
0.95
-5.38
0.82
-3.86
-0.82
2.64
0.00
3.07
4.94
5.27
0.00
0.00
4.89
6.12
0.00
5.92
7.12
6.76
0.00
0.00
7.07
7.07
0.00
6.47
7.77
7.43
0.00
0.00
7.73
5.89
6.25
5.83
3.50
0.00
3.52
5.96
0.00
0.00
0.00
5.94
3.81
0.00
3.62
5.41
5.31
5.75
0.00
0.00
0.00
5.36
5.27
1.75
0.00
2.85
3.49
0.00
3.35
3.34
3.40
3.77
3.28
2.33
0.00
2.23
3.55
0.00
0.00
0.00
0.00
3.51
0.00
0.00
0.00
0.00
0.00
4.77
0.00
5.77
BL European Sm Cies B USD Hdg
BL European Sm Cies BM
BL European Sm Cies BM USD Hdg
BL Fund Selection 0-50-B
BL Fund Selection 50-100 B
BL Fund Selection Alt.Strat.B
BL Fund Selection Eq. B
BL Global 30 A
BL Global 30 AM
BL Global 30 AR
BL Global 30 B
BL Global 30 BM
BL Global 30 BR
BL Global 50 A
BL Global 50 AM
BL Global 50 AR
BL Global 50 B
BL Global 50 BM
BL Global 50 BR
BL Global 75 A
BL Global 75 AM
BL Global 75 AR
BL Global 75 B
BL Global 75 B Hdg
BL Global 75 BM
BL Global 75 BM CHF Hdg
BL Global 75 BR
BL Global 75 BR Hdg
BL Global Bond A
BL Global Bond B
BL Global Equities A
BL Global Equities AM
BL Global Equities AR
BL Global Equities B
BL Global Equities BM
BL Global Equities BR
BL Global Flexible EUR A
BL Global Flexible EUR AM
BL Global Flexible EUR AR
BL Global Flexible EUR B
BL Global Flexible EUR B Hdg
BL Global Flexible EUR BM
BL Global Flexible EUR BM CHF Hdg
BL Global Flexible EUR BR
BL Global Flexible EUR BR Hdg
BL Global Flexible USD A
BL Global Flexible USD AM
BL Global Flexible USD AR
BL Global Flexible USD B
BL Global Flexible USD BM
BL Global Flexible USD BR
BL Optinvest (Euro) B
BL Short Term Dollar A
BL Short Term Dollar B
BL Short Term Euro A
BL Short Term Euro B
LU
BE
BE
EA
EA
EA
LU
EA
BE
EA
EA
BE
EA
EA
BE
EA
EA
BE
EA
EA
BE
EA
EA
LU
BE
BE
EA
LU
EA
EA
EA
BE
EA
EA
BE
EA
EA
BE
EA
EA
LU
BE
BE
EA
LU
EA
BE
EA
EA
BE
EA
EA
EA
EA
EA
EA
USD
EUR
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
CHF
EUR
CHF
EUR
CHF
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
CHF
EUR
CHF
EUR
CHF
USD
USD
USD
USD
USD
USD
EUR
USD
USD
EUR
EUR
09/03
09/03
09/03
08/03
08/03
08/03
08/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
10/03
10/03
10/03
10/03
96.40
148.97
96.43
127.78
178.72
101.63
193.69
670.74
673.76
110.96
1 412.96
1 414.22
113.42
918.30
925.71
116.55
1 724.38
1 726.03
121.52
1 474.28
1 493.57
125.70
2 373.61
101.99
2 375.85
101.63
128.79
101.36
292.92
695.10
163.74
166.08
134.64
807.95
808.69
148.46
116.40
118.39
122.55
157.39
103.46
157.54
103.74
152.66
102.83
109.46
110.93
109.52
116.79
116.90
110.84
124.01
234.34
536.57
233.11
570.96
96.10
148.52
96.13
127.84
178.74
101.71
193.57
671.92
674.94
111.15
1 415.45
1 416.70
113.62
919.96
927.38
116.76
1 727.50
1 729.13
121.74
1 476.59
1 495.88
125.90
2 377.32
102.14
2 379.54
101.79
129.00
101.51
293.30
696.01
164.04
166.38
134.88
809.43
810.17
148.73
116.87
118.86
123.05
158.02
103.88
158.17
104.16
153.27
103.25
109.49
110.96
109.55
116.82
116.94
110.87
124.30
234.33
536.55
233.12
570.99
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
6.07
0.00
0.00
1.59
3.40
1.32
4.43
0.29
0.00
0.58
0.66
0.00
0.81
1.31
0.00
1.12
2.02
0.00
2.07
1.69
0.00
1.83
2.91
2.84
0.00
0.00
2.72
2.80
-3.88
0.13
3.55
0.00
3.58
4.79
0.00
4.75
2.55
0.00
2.63
4.11
4.02
0.00
0.00
4.06
3.96
3.15
0.00
3.30
4.29
0.00
4.24
-0.79
-6.52
0.20
-0.12
-0.04
Triodos Sustainable Bond Fund C
Triodos Sustainable Bond Fund D
Triodos Sustainable Equity Fund C
Triodos Sustainable Equity Fund D
Triodos Sustainable Mixed Fund C
Triodos Sustainable Mixed Fund D
Triodos Sustainable Pioneer Fund C
Triodos Sustainable Pioneer Fund D
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
34.81
30.61
36.83
38.20
36.36
35.86
35.56
26.36
34.90
30.69
36.83
38.20
36.41
35.91
35.55
26.35
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
5.00
-1.42
-1.42
4.36
4.40
1.00
0.99
2.92
2.93
C+F Balanced Dynamic C Cap
C+F Balanced Dynamic C Dis
C+F Belgian Growth C Cap
C+F Belgian Growth C Dis
C+F Div Cur (EX Euro) C Cap
C+F Div Cur (EX Euro) C Dis
C+F Euro Bonds C cap
C+F Euro Bonds C dis
C+F Euro Cash C Cap
C+F Euro Cash C Dis
C+F Euro Equities C Cap
C+F Euro Equities C Dis
C+F Euro Equities D Cap
C+F Euro Equities D Dis
C+F Gbl opportunities C Cap
C+F Gbl opportunities C Dis
C+F Immo Rente C Cap
C+F Immo Rente C Dis
C+F Optimum C Cap
C+F Optimum C Dis
C+F Vega Equity C Cap
UI Global Flexible - A Cap
UI Global Flexible - A Dis
UI Global Flexible - B Cap
UI Global Flexible - C Cap
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
07/03
07/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
6 190.27
6 149.87
249.20
222.54
101.03
99.91
423.64
304.75
489.92
426.10
501.92
169.89
459.31
162.88
208.69
180.04
249.41
146.34
7 102.02
5 869.92
193.03
213.13
194.67
215.94
219.62
6 177.62
6 137.30
248.52
221.93
101.14
100.02
424.13
305.11
489.89
426.08
501.27
169.67
458.73
162.68
208.45
179.83
249.54
146.42
7 088.04
5 858.36
192.11
212.90
194.46
215.70
219.37
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
H
Q
Q
Q
Q
Q
H
H
Q
Q
H
H
H
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
3.00
3.00
3.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
4.84
4.84
1.89
1.89
0.34
0.34
-0.29
-0.29
-0.19
-0.19
2.45
2.45
2.26
2.25
3.72
3.72
-1.17
-1.17
5.22
5.22
6.22
3.72
3.72
3.76
3.81
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
UI Global Flexible - D Cap
UI Global Flexible - D Dis
UI High A Cap
UI High A Dis
UI High B Cap
UI High C Cap
UI High D Cap
UI High D Dis
UI Low A Cap
UI Low A Dis
UI Low B Cap
UI Low C Cap
UI Low C Dis
UI Low D Cap
UI Low D Dis
UI Medium A Cap
UI Medium A Dis
UI Medium B Dis
UI Medium C Cap
UI Medium D Cap
UI Medium D Dis
UI Quality Growth B Cap
American Equities - C
Asian Equities at Work C
Cash + at Work - C
Cash Govies at Work C EUR
Contrarian Equities - C
Corp.Bonds at Work - C
Equities at Work - C
European Equities - C
Fixed Income at Work - C
High Yield at Work - C
Inflation at Work - C
Patrimonium at Work C EUR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
09/03
10/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
193.97
177.21
150.58
140.76
151.72
154.81
144.19
134.96
140.42
112.75
142.18
144.73
127.02
138.40
122.72
168.11
139.40
163.59
172.97
164.08
147.57
287.75
336.47
202.61
155.96
128.98
601.88
283.25
164.99
583.98
144.88
158.53
190.55
245.99
193.76
177.02
150.55
140.73
151.69
154.78
144.16
134.94
140.47
112.79
142.22
144.77
127.06
138.44
122.76
168.15
139.44
163.63
173.02
164.13
147.61
286.93
336.44
203.09
156.09
129.34
604.07
284.24
165.18
584.20
145.53
159.57
191.38
246.43
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
3.00
3.00
2.00
2.00
2.00
2.00
3.00
3.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
3.00
3.00
2.00
2.00
2.00
2.00
3.00
3.00
2.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.64
3.63
4.33
4.33
4.37
4.41
4.23
4.22
1.68
1.68
1.72
1.76
1.77
1.67
1.67
2.76
2.76
2.80
2.84
2.58
2.71
5.06
6.68
5.29
-0.13
0.11
8.57
0.31
6.32
4.55
-0.08
1.07
-0.76
3.34
Lazard Financials Debt
Norden
Objectif Alpha Euro A
Objectif Alpha Euro C
Objectif Alpha Euro R
Objectif Alpha Europe A
Objectif Alpha Europe R
Objectif Patrimoine Croissance
Objectif Small Caps Euro Action A
Objectif Small Caps Euro Action R
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
1 131.69 1 131.05 Dis. Q 4.00
193.56 193.70 Cap. Q 4.00
431.07 430.54 Dis. Q 4.00
340.72 340.30 Cap. Q 4.00
400.12 399.64 Dis. Q 4.00
547.88 547.08 Cap. Q 4.00
317.55 317.10 Dis. Q 4.00
352.32 351.94 Cap. Q 4.00
805.91 803.80 Dis. Q 4.00
1 544.84 1 540.81 Dis. Q 4.00
2.33
2.62
5.78
5.78
5.58
5.84
5.65
2.62
5.41
5.34
Richelieu Bond 2020 Cap A
Richelieu Bond 2020 Dis A
Richelieu Bond Dollar Cap A
Richelieu Bond Dollar Dis A
Richelieu Bond Euro Cap A
Richelieu Bond Euro Dis A
Richelieu Bond Euro Prime Cap A
Richelieu Bond Euro Prime Dis A
Richelieu Bond International Cap A
Richelieu Bond International Dis A
Richelieu Eq Mid Cap Euro Cap A
Richelieu Eq Mid Cap Euro Dis A
Richelieu Equity Belgium Cap A
Richelieu Equity Belgium Dis A
Richelieu Fd Flagship Cap
Richelieu Fd Flagship Dis
Richelieu Fd Strat Balanc. Cap A
Richelieu Fd Strat Balanc. Dis A
Richelieu Fd Strat Def Cap A
Richelieu Fd Strat Def Dis A
Richelieu Fd Strat Dyn Cap A
Richelieu Fd Strat Dyn Dis A
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
USD
USD
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
07/03
07/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
554.53
511.84
717.38
311.30
163.83
128.52
72.36
34.36
625.41
527.62
33.85
33.85
284.94
280.53
603.74
540.81
1 094.72
1 080.25
1 067.65
1 056.44
1 144.27
1 126.34
554.94
512.22
719.33
312.15
164.00
128.66
72.50
34.43
626.44
528.49
33.91
33.91
284.26
279.86
604.15
541.18
1 095.09
1 080.62
1 068.47
1 057.24
1 143.87
1 125.94
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
2.00
2.00
2.50
2.50
2.00
2.00
1.00
1.00
2.00
2.00
2.00
2.00
5.00
5.00
5.00
5.00
-
0.78
-3.01
-0.28
-0.28
1.24
1.24
-0.84
-0.84
-0.14
-0.14
6.21
6.21
4.09
4.09
3.18
3.18
2.51
2.51
1.36
1.36
3.65
3.65
R - Alizes Fund C EUR
R - Alizes Fund D EUR
R - Club Fund C EUR
R - Club Fund D EUR
R - Conviction Euro Fund C EUR
R - Conviction Europe Fund C EUR
R - Credit Horizon 1-3 Fund D EUR
R - Credit Horizon 12 M Fund D EUR
R - Euro Credit Fund C EUR
R - Euro Credit Fund D EUR
R Alizés C EUR
R Alizés F EUR
R Allocation Modérée C
R Allocation Modérée D
R Club C EUR
R Club D EUR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
1 037.67
1 013.42
1 139.00
1 029.99
1 098.51
1 049.65
1 016.47
1 000.47
1 048.12
1 045.33
134.26
131.99
43.96
25.16
156.81
120.13
1 037.04
1 012.80
1 137.08
1 028.25
1 094.64
1 045.79
1 016.75
1 000.57
1 048.70
1 045.91
134.18
131.91
43.92
25.14
156.55
119.93
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
3.00
4.50
4.50
1.59
1.60
3.70
3.70
5.17
5.08
0.21
-0.02
1.48
1.47
1.64
1.56
1.62
0.96
3.77
3.77
R Club F EUR
R Conviction Convertibles Eur
R Conviction Euro C EUR
R Conviction Euro F EUR
R Conviction Europe C EUR
R Conviction USA C
R Conviction USA H
R Credit Horizon 1-3 C EUR
R Credit Horizon 1-3 D EUR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
R Credit Horizon 1-3 I EUR
EA EUR 08/03
R Credit Horizon 12M C EUR
R Credit Horizon 12M D EUR
R Euro Aggregate C
R Euro Credit C EUR
R Euro Credit D EUR
R Euro Credit F EUR
R Euro Credit IC EUR
R Midcap Euro C EUR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
R Midcap Euro I EUR
EA EUR 08/03
R Target Nagelmackers D
R Target Nagelmackers ID
R Valor C EUR
R Valor D EUR
R Valor F EUR
R Valor P EUR
FR
FR
EA
EA
EA
EA
R Opal Biens Réels C
R Opal Biens Réels F
R Opal Europe Special
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
08/03
07/03
07/03
08/03
08/03
08/03
08/03
152.88
280.82
178.64
173.03
48.01
287.58
136.17
16.04
11.77
108
820.32
132.50
99.51
111.41
437.71
296.10
147.43
1 359.51
273.43
154
528.95
102.84
1 029.06
2 033.30
1 736.47
1 839.94
1 389.18
152.62
280.68
178.00
172.41
47.83
287.64
136.47
16.05
11.77
108
848.92
132.51
99.52
111.57
437.95
296.26
147.51
1 360.25
272.49
153
990.67
102.79
1 028.61
2 032.21
1 735.54
1 838.98
1 388.41
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
4.50
3.00
4.50
4.50
4.50
4.50
4.50
2.00
2.00
3.70
2.24
5.25
5.19
5.12
4.00
3.88
0.25
-0.84
Belfius Pension Fd Bal Plus
BE EUR 08/03 100.32
100.34 Cap. Q
-
1.72
Belfius Life Eq Fin&Util Idx-C
EUR 07/03
19.45
0.00 Dis.
-
2.21
Belfius Pension Fd High Equities
BE EUR 08/03 132.82
132.79 Cap. Q 3.00
2.53
Belfius Life Eq Future Indx-C
EUR 07/03
19.78
0.00 Dis.
-
4.38
Belfius Pension Fund Low Equities
BE EUR 08/03 113.58
113.67 Cap. Q 3.00
0.88
Belfius Life Eq USA Index-C
EUR 07/03
37.44
0.00 Dis.
-
5.41
Fortis B Pension Fnd Bal
BE EUR 08/03 184.37
184.55 Cap. Q 3.00
0.90
DVV Horizon 1-C
EUR 06/03
11.43
0.00 Dis.
-
0.35
Fortis B Pension Fnd Grth
BE EUR 08/03 155.01
155.00 Cap. Q 3.00
1.85
DVV Horizon 3-C
EUR 06/03
14.43
0.00 Dis.
-
0.42
Fortis B Pension Fnd Stab
BE EUR 08/03 148.73
149.04 Cap. Q 3.00 -0.16
DVV Horizon 5-C
EUR 06/03
13.80
0.00 Dis.
-
1.32
Metropolitan Rentastro Bal
BE EUR 08/03 104.87
104.97 Cap. Q 3.00
0.90
DVV Horizon 7-C
EUR 06/03
12.29
0.00 Dis.
-
2.42
Metropolitan Rentastro Grth
BE EUR 08/03 239.30
239.29 Cap. Q 3.00
1.82
DVV Horizon 9-C
EUR 06/03
13.10
0.00 Dis.
-
4.80
Cap. Q 2.00
0.31
Metropolitan Rentastro Stab
BE EUR 08/03 102.02
102.24 Cap. Q 3.00 -0.17
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
1.00
1.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.00
2.50
0.04
0.03
-0.71
1.52
0.73
1.48
1.58
2.90
Star Fund
BE EUR 09/03 180.86
180.51 Cap. Q 3.00
KBC Life Cash
EUR 07/03 321.56
321.56 Cap. Q 3.50 -0.10
Cap. Q 2.50
3.08
KBC Life Defensive
EUR 07/03 391.67
391.72 Cap. Q 3.50
1.27
KBC Life Dynamic
EUR 07/03 394.12
394.46 Cap. Q 3.50
3.14
Dis.
Dis.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
1.15
1.14
5.00
5.00
4.88
5.05
KBC Life European Bonds
EUR 07/03 474.76
474.72 Cap. Q 3.50 -0.88
KBC Life European Equities
EUR 07/03 257.01
257.27 Cap. Q 3.50
3.61
KBC Life Neutral
EUR 07/03 402.64
402.85 Cap. Q 3.50
2.29
KBC Life Top 5 Sectors
EUR 07/03 355.75
356.23 Cap. Q 3.50
5.00
KBC Life World Equities
EUR 07/03 251.72
251.99 Cap. Q 3.50
4.24
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
2.50
2.50
4.50
4.50
3.00
3.00
EA EUR 08/03 1 809.30 1 822.13 Cap. Q 3.00
EA EUR 08/03 98.20 98.89 Cap. Q 3.00
EA EUR 08/03 76.36 76.50 Cap. Q 3.00
0.20
0.10
3.47
2.16
Belfius Life Bd Corp Euro-C
EUR 08/03
43.18
0.00 Dis.
- -0.48
Belfius Life Bd LgTerm Euro-C
EUR 08/03
61.74
0.00 Dis.
- -4.74
Belfius Life Bd ShTerm Euro-C
EUR 08/03
34.31
0.00 Dis.
- -0.41
Belfius Life Eq Daily Cons Index-C
EUR 07/03
61.60
0.00 Dis.
-
3.08
Belfius Life Eq Europe Indx-C
EUR 07/03
32.03
0.00 Dis.
-
2.96
Euronext Bruxelles
TITRE
PAYS
MARCHÉ
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
CLÔTURE
COURS
DIFF.
EN %
COURS
OUVERT
VOLUME
DIV.
DEV.
DATE
64.05
12.18
27.17
130.35
1.15
35.00
124.50
15.25
247.59
0.01
120.12
144.00
8.00
22.00
976.00
25.25
51.00
173.50
4.60
4.90
24.20
194.50
153.29
50.60
147.02
180.00
10.01
4.49
632.00
2000.00
152.51
64.08
11.51
28.60
132.00
1.12
35.00
124.90
15.25
247.60
0.01
114.66
146.20
8.00
26.25
990.10
25.26
51.00
170.00
4.60
4.85
24.20
192.40
153.96
50.60
147.00
180.00
10.00
4.40
632.01
2000.00
150.01
-0.05
5.82
-5.00
-1.25
2.68
0.00
-0.32
0.00
-0.00
0.00
4.76
-1.50
0.00
-16.19
-1.42
-0.04
0.00
2.06
0.00
1.03
0.00
1.09
-0.44
0.00
0.01
0.00
0.10
2.05
-0.00
0.00
1.67
64.05
12.18
27.17
130.35
1.15
35.00
124.50
15.25
247.59
207.00
120.12
144.00
8.00
22.00
976.00
25.25
51.00
173.50
4.60
4.90
24.20
194.50
153.29
50.60
147.02
180.00
10.01
4.49
632.00
2000.00
152.51
10
40
42
820
317
120
468
20
12
15
953
646
4
10
23
40
96
47
25
95
48
163
216
6
27
8
10
595
76
185
3
7.50
76.00
23.31
15.54
8.53
8.52
16.24
35.99
16.78
206.99
2.61
17.49
22.95
25.45
0.00
624.97
32.00
6.82
337.99
0.00
45.27
12.03
10.91
0.00
16.74
8.08
22.98
7.39
36.03
73.92
1.73
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
31-12-15
12-09-14
27-11-15
29-07-15
16-12-09
02-02-10
28-09-15
14-07-09
18-02-16
22-07-08
30-01-08
29-02-16
08-04-09
22-10-13
-09-02-15
21-03-14
29-03-16
13-06-14
17-11-14
25-11-10
30-04-08
23-03-07
-25-06-09
09-02-15
23-05-14
23-05-14
22-06-15
22-06-15
25-03-15
EURO
PRÉC.
I NFO SUR DIVIDENDE
Certificats immobiliers
SSgA Emerging Mkts Select Eq P
SSgA EMU Eq Fd P C
SSgA EMU Eq Fd P D
SSgA EUR Liquidity I Acc
SSgA EUR Liquidity I Stable NAV
SSgA EUR Liquidity I Stable NAV
SSgA EUR Liquidity S
SSgA EUR Liquidity Z Acc
SSgA EUR Liquidity Z Stable NAV
SSgA Euro Corp Bnd Index Fd P D
SSgA Euro Corp ex-Fin Bd Index Fd I
SSgA Euro Corp ex-Fin Bd Index Fd P
SSgA GBP Liquidity Fd S
SSgA GBP Liquidity Fd S2
SSgA GBP Liquidity Fd S3
SSgA GBP Liquidity I Acc
SSgA GBP Liquidity I Stable NAV
SSgA GBP Liquidity Premier Stble GBP
SSgA GBP Liquidity Select Stble GBP
SSgA GBP Liquidity Select Stble USD
SSgA Global Managed Vol Eqty Fd A
SSgA USD Liquidity I Acc
SSgA USD Liquidity I Stable NAV
SSgA USD Liquidity S
SSgA USD Liquidity S2
SSgA USD Liquidity S3
State Street Australia Ind Eq Fd P
State Street Canada Ind Eq Fd P
State Street Emerging Asia Eq Fd I
State Street EMU Index Eq Fd P
State Street Europe Enhanced Eq Fd I
State Street Europe Eq Fd I
State Street Europe Index Eq Fd P
State Street Europe Sm Cap Eq Fd P
State Street Europe Val Spotlight Fd A
State Street Gb Emg Mkts Idx Eq Fd P
State Street Japan Index Eq Fd I
State Street Japan Index Eq Fd I EUR
State Street Japan Index Eq Fd P
State Street Multi-Factor Gb Eq I
State Street North Am Enh. Eq Fd I
State Street Pacific ex Jap Indx Eq
State Street Switzerland Index Eq
State Street UK Index Eq Fd P
State Street US Index Eq Fd P
State Street World Index Eq Fd P
EA
FR
FR
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
13/02
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
09/03
10.27
10.04
10.43
10.85
1.00
1.00
1.00
10.90
1.00
9.81
11.03
11.00
1.00
1.00
1.00
11.26
1.00
1.00
1.00
1.00
11.18
10.70
1.00
1.00
1.00
1.00
12.13
11.96
9.93
11.48
11.25
9.74
11.06
10.14
10.95
11.89
10.77
11.96
10.71
11.25
11.57
12.38
10.58
12.55
12.35
11.75
10.42
10.00
10.39
10.85
1.00
1.00
1.00
10.90
1.00
9.86
11.05
11.02
1.00
1.00
1.00
11.26
1.00
1.00
1.00
1.00
11.18
10.70
1.00
1.00
1.00
1.00
12.14
11.95
10.06
11.42
11.23
9.69
11.05
10.19
10.90
12.04
10.74
11.98
10.68
11.24
11.57
12.48
10.56
12.58
12.33
11.74
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Dis.
Dis.
Dis.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
3.00 7.07
3.00 4.78
3.00 4.78
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
3.00 -0.55
3.00 -0.30
3.00 -0.33
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
3.00 4.82
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
- 0.00
3.00 3.23
3.00 1.93
3.00 9.69
3.00 3.86
3.00 4.08
3.00 2.37
3.00 3.26
3.00 4.35
3.00 4.29
3.00 6.95
3.00 1.72
3.00 2.98
3.00 1.64
3.00 4.83
3.00 5.68
3.00 7.86
3.00 5.52
3.00 3.24
3.00 5.92
3.00 5.03
TreeTop Conv.Internat.A
TreeTop Conv.Internat.B
TreeTop Conv.Internat.C
TreeTop Conv.Internat.D
TreeTop Glob Opp. A
TreeTop Glob Opp. B
TreeTop Glob Opp. C
TreeTop Sequoia Equity A
TreeTop Sequoia Equity B
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EA
EUR
USD
GBP
EUR
EUR
USD
GBP
EUR
USD
07/03
07/03
07/03
07/03
10/03
10/03
10/03
10/03
10/03
296.49
387.82
127.47
266.55
147.17
146.29
218.13
149.05
155.41
293.10
383.09
125.78
263.51
147.47
146.55
218.18
149.46
155.81
Cap.
Cap.
Dis.
Dis.
Cap.
Cap.
Dis.
Cap.
Cap.
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
3.00
3.00
3.00
3.00
5.00
5.00
5.00
3.00
3.00
8.21
8.76
8.57
8.19
4.86
5.71
5.81
7.57
8.84
ANTARES CERT
AUDERGHEM CERT
BASILIX CERT
BEAULIEU-AV. CERT
CH. LA HULPE CERT
COLONEL BOURG
DIEGEM KENNEDYCERT
DISTRI-INVEST CERT
DISTRI-LAND CERT
ETOILE CERT
FINEST
GENK LOGIST. CERT
HANZEVAST CS 1
HORIZON CERT
IMMO MCC
KORTRIJK SHOP.CERT
LOUVAIN NEUVE 1976
LUX-AIRPORT CERT
MACHELEN CERT
MACHELEN,KUUR.CERT
MARCEL THIRY CERT
NORTH PLAZA
PARK DE HAAN CERT
PLEIADES
REGENCE- RUE CERT
ST.GUDULE-PL. CERT
WEST.SHOPPING CERT
WESTLAND 2004 CERT
WOL. EXTENS. CERT
WOL. SHOPPING CERT
ZENOBE GRAMME CERT
Indices des prix à la consommation
2013
Période
I.S.
I.d.P.
Févr. 2017
105.06
104.67
Janv. 2017
104.65
104.28
Déc. 2016
104.05
103.54
Nov. 2016
103.97
103.41
Oct. 2016
103.86
103.34
Sept. 2016
103.68
103.04
Août 2016
103.97
103.26
Juil. 2016
103.93
103.31
Juin 2016
103.74
103.19
Mai 2016
103.77
103.08
Avr. 2016
103.53
102.75
Mars 2016
103.47
102.57
Févr. 2016
102.53
101.65
Janv. 2016
102.42
101.59
I.S. = Indice Santé - I.d.P. = Indice des Prix
2004
I.S.
126.88
126.39
125.66
125.56
125.43
125.21
125.56
125.52
125.29
125.32
125.03
124.96
123.83
123.69
1996
I.d.P.
128.12
127.64
126.73
126.57
126.49
126.12
126.39
126.45
126.30
126.17
125.77
125.55
124.42
124.35
I.S.
144.35
143.79
142.96
142.85
142.70
142.46
142.85
142.80
142.54
142.58
142.25
142.17
140.88
140.73
I.d.P.
147.24
146.69
145.65
145.47
145.37
144.95
145.26
145.33
145.16
145.00
144.54
144.29
142.99
142.91
1988
I.S.
174.04
173.36
172.37
172.24
172.05
171.76
172.24
172.17
171.86
171.91
171.51
171.41
169.85
169.67
1988
I.d.P.
180.71
180.04
178.76
178.54
178.42
177.90
178.28
178.36
178.16
177.97
177.40
177.09
175.50
175.40
1981
244.47
243.56
241.83
241.52
241.36
240.66
241.17
241.29
241.01
240.75
239.98
239.56
237.41
237.27
Pour convertir
(1)
(2)
(3)
1981
1988
0,73920
1988
1966
3,39350
1988
1971
2,85430
1996
1988
1,2273
1996
1981
1,6603
2004
2013
0,8170
2004
2013
0,8280
(1) Passez de la base... (2) à la base... (3) en multipliant par...
(1)
I.d.P. 1988
I.S. 1996
I.d.P. 1996
I.S. 2004
I.d.P. 2004
I.d.P. 2013
I.S.2013
(2)
I.d.P. 1996
I.S. 1988
I.d.P. 1988
I.S. 1996
I.d.P. 1996
I.d.P. 2004
I.S. 2004
(3)
0,81480
1,20570
1,22730
1,1377
1,1493
1,2240
1,2077
Cours de change
Cours moyens indicatifs de la BCE
Devise (1 EURO =)
Bath
Couronne Danoise
Couronne Norvegienne
Couronne Suedoise
Dirham
Dollar Us
Dollar canadien
Franc suisse
Livre Egyptienne
Livre Sterling
Nouvelle livre turque
Yen
Yuan
Zloty
Code ISO
THB
DKK
NOK
SEK
MAD
USD
CAD
CHF
EGP
GBP
TRY
JPY
CNY
PLN
10/03
37.66
7.43
9.14
9.58
10.71
1.06
1.44
1.08
18.87
0.87
3.99
122.42
7.36
4.33
03/03
36.98
7.43
9.05
9.55
10.66
1.06
1.42
1.07
17.14
0.87
3.93
120.95
7.28
4.30
Var/H%
1.84
-0.01
1.05
0.26
0.49
0.52
1.45
0.95
10.14
0.69
1.51
1.22
1.21
0.90
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
02/01
37.41
7.43
9.05
9.54
10.61
1.05
1.41
1.07
19.37
0.85
3.71
122.89
7.27
4.41
39
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Euronext Cours du 10.03.17
PAYS MARCHÉ CLÔTURE
EURO
TITRE
4ENERGY INV (D)
AB INBEV
ABLYNX (D)
ABO GROUP
ACCENTIS
ACKERMANS V.HAAREN
AEDIFICA SIR
AGEAS
AGFA-GEVAERT
AHOLD DELHAIZE
KONINKLIJKE
ALCATEL-LUCENT
ANTARES CERT
APERAM
ARCELORMITTAL
ARGEN-X
ASCENCIO (D)
ATENOR GROUP (D)
AUDERGHEM CERT
BANIMMO A (D)
BARCO
BASILIX CERT
BEAULIEU-AV. CERT
BEFIMMO SIR
BEKAERT (D)
BELRECA
BELUGA
BIOCARTIS
BONE THERAPEUTICS
BPOST - PROMESSES
BQUE NAT. BELGIQUE
BREDERODE
CAMPINE
CARE PROPERTY INVEST
CELYAD
CFE (D)
CIE BOIS SAUVAGE
CO.BR.HA (D)
COFINIMMO PRIV1
COFINIMMO PRIV2
COFINIMMO SIR
COLRUYT (D)
CONNECT GROUP
D IETEREN (D)
DE ROUCK GEO (D)
DECEUNINCK
DELTA LLOYD
DEXIA
DIEGEM KENNEDYCERT
DISTRI-LAND CERT
ECKERT-ZIEGLER BG
ECONOCOM GROUP
ELIA
EMAKINA GROUP (D)
EMD MUSIC (D)
ENGIE
EURONAV
EURONEXT
EVADIX
EVS BROADC.EQUIPM.
EXMAR
FAGRON
FLEXOS (D)
FLORIDIENNE
FLUXYS CAT.D
FOUNTAIN
FOYER
FRED & GINGER (D)
GALAPAGOS
GBL
GENK LOGIST. CERT
GENTICEL
GIMV
GLOBAL GRAPHICS
GREENYARD
HAMON
HOME INV BEL SIR
IBA (D)
ICE CONCEPT (D)
IMMO MOURY SIR
IMMOBEL
IMMOPOOL
ING GROEP
INTERVEST SIR
JENSEN-GROUP
KBC
KBC ANCORA
KEYWARE TECH. (D)
KINEPOLIS GROUP
KORTRIJK SHOP.CERT
LEASINVEST SIR
LOTUS BAKERIES
LOUVAIN NEUVE 1976
LUX-AIRPORT CERT
MDXHEALTH
MEDIVISION
MELEXIS (D)
MIKO
MONTEA C.V.A. SIR
MOPOLI
MOPOLI FOND
MOURY CONSTRUCT
NEUFCOUR-FIN.
NEWTREE (D)
NYRSTAR (D)
OIM
ONTEX GROUP
OPTION (D)
ORANGE BELGIUM
OTC (D)
PAIRI DAIZA
PAYTON PLANAR
PCB
PEUGEOT
PHARCO (D)
PICANOL
PNS
PROXIMUS
QRF SIR
QUESTFOR GR-PRICAF
REALCO
REALDOLMEN (D)
RECTICEL
REIBEL
RENTABILIWEB (D)
RESILUX
RETAIL EST. SIR
RHJ INTERNATIONAL
ROSIER
ROULARTA
RTL GROUP
SABCA (D)
SAINT GOBAIN
SAPEC
SCHEERD.V KERCHOVE
SIOEN
SIPEF (D)
SMARTPHOTO GROUP
SOFINA
SOFTIMAT
SOLVAC NOM(RETAIL)
SOLVAY
SPADEL
ST.GUDULE-PL. CERT
40
COURS
DIFF.
EN %
COURS
OUVERT
MAX.
VOLUME
MAX.
MIN.
C
C
C
C
DF
C
C
C
C
3.24
100.70
11.66
2.65
0.04
145.10
71.62
37.08
4.15
3.24
100.40
11.50
2.60
0.04
145.35
71.50
36.95
4.06
+0.00
+0.30
+1.39
+1.92
+0.26
-0.17
+0.17
+0.32
+2.27
3.24
101.50
11.56
2.65
0.04
144.65
71.52
37.00
4.08
3.24
101.50
11.77
2.65
0.04
146.60
71.83
37.36
4.20
3.24
23
100.30 1569677
11.49 215617
2.65
989
0.04 247340
144.60
73927
71.27
23294
37.00 583295
4.08 635276
3.45
119.60
14.69
3.00
0.04
146.30
78.80
40.47
4.42
0.10
92.13
8.21
1.66
0.03
100.15
59.30
28.55
2.56
NL
C
20.57
20.41
+0.73
20.45
20.64
20.42 3735416
22.20
17.89
FR
BE
NL
NL
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
NL
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
NL
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
NL
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
C
SF
C
C
C
DF
C
SF
C
C
SF
SF
C
C
DF
DF
C
C
C
C
C
DF
C
C
C
C
SF
DF
DF
C
C
C
C
SF
C
C
C
SF
SF
C
C
C
SF
SF
C
C
C
SF
C
C
C
SF
DF
DF
DF
C
SF
C
C
SF
C
C
C
C
C
C
C
SF
DF
C
SF
C
C
C
C
C
C
C
SF
C
C
SF
SF
C
DF
C
DF
C
DF
DF
DF
DF
SF
C
C
C
C
C
SF
DF
DF
DF
C
SF
DF
SF
C
C
C
SF
C
C
SF
C
C
C
C
DF
C
C
DF
C
DF
DF
C
C
C
C
C
C
C
DF
SF
3.50
64.05
46.52
7.89
16.00
59.25
49.90
12.18
3.99
87.41
27.17
130.35
50.58
45.57
97.51
1.30
10.15
7.14
22.96
2 940.00
46.66
14.00
20.26
20.73
126.00
330.40
2 881.03
95.00
86.40
103.55
45.31
1.05
41.97
0.19
2.43
5.32
11.01
124.50
247.59
9.00
14.40
47.41
14.89
1.69
12.56
7.48
41.22
0.21
35.21
7.40
10.35
4.35
124.60
26.25
1.70
75.50
23.75
72.57
83.25
144.00
2.16
51.86
3.75
16.43
3.64
96.35
49.27
0.57
55.99
55.80
0.05
14.62
23.65
39.90
63.50
42.03
1.34
48.57
25.25
104.35
2 392.75
51.00
173.50
5.68
0.01
81.51
113.50
45.34
290.00
8 205.99
144.10
7.11
1.70
6.16
0.05
30.84
0.19
21.52
0.47
72.50
2.63
6.10
19.28
0.33
91.72
3.17
28.77
24.99
7.27
18.45
26.20
7.45
5.70
6.80
188.30
77.42
4.17
160.51
27.01
73.65
26.63
46.13
167.70
800.00
27.08
67.00
1.66
134.70
2.35
118.65
109.45
122.45
180.00
3.50
64.08
46.91
8.04
16.31
59.29
49.82
11.51
4.00
83.91
28.60
132.00
50.90
45.53
97.50
1.30
10.05
7.02
22.95
2 916.15
45.99
14.00
20.45
20.54
123.80
330.00
2 869.03
87.50
123.00
104.50
45.05
1.05
41.33
0.17
2.45
5.31
11.01
124.90
247.60
8.75
14.26
47.54
15.00
1.70
12.72
7.49
40.94
0.27
35.40
7.39
10.32
4.34
124.60
26.39
1.70
64.12
23.75
70.68
82.99
146.20
2.15
51.49
3.68
16.36
3.60
96.45
48.99
0.60
56.00
55.95
0.04
14.33
23.66
38.54
62.56
41.84
1.38
47.65
25.26
105.15
2 407.00
51.00
170.00
5.57
0.03
81.57
115.00
45.00
290.50
8 488.99
145.00
7.85
1.55
6.11
0.05
30.41
0.19
21.54
0.47
73.00
2.63
6.00
19.50
0.33
91.80
3.50
28.55
25.00
7.25
18.30
26.17
7.40
5.25
6.85
188.65
77.22
4.27
165.00
28.90
75.19
28.00
46.22
167.65
800.00
27.00
66.60
1.67
134.60
2.55
118.80
111.00
122.00
180.00
+0.00
-0.05
-0.82
-1.83
-1.90
-0.07
+0.16
+5.82
-0.25
+4.17
-5.00
-1.25
-0.63
+0.09
+0.01
+0.00
+1.00
+1.71
+0.04
+0.82
+1.46
+0.00
-0.93
+0.95
+1.78
+0.12
+0.42
+8.57
-29.76
-0.91
+0.59
-0.19
+1.56
+11.76
-0.73
+0.26
+0.05
-0.32
+-0.00
+2.83
+1.02
-0.27
-0.73
-0.59
-1.26
-0.20
+0.67
-22.22
-0.54
+0.08
+0.24
+0.23
+0.00
-0.53
+0.00
+17.75
+0.00
+2.67
+0.31
-1.50
+0.47
+0.72
+1.90
+0.46
+1.22
-0.10
+0.57
-5.00
-0.02
-0.27
+25.00
+2.02
-0.02
+3.53
+1.50
+0.48
-2.90
+1.93
-0.04
-0.76
-0.59
+0.00
+2.06
+1.99
-66.67
-0.07
-1.30
+0.77
-0.17
-3.33
-0.62
-9.43
+9.68
+0.82
+0.00
+1.41
+2.15
-0.05
+0.00
-0.68
+0.00
+1.67
-1.13
+0.00
-0.09
-9.43
+0.77
-0.04
+0.28
+0.82
+0.11
+0.68
+8.57
-0.72
-0.19
+0.26
-2.36
-2.72
-6.54
-2.05
-4.89
-0.21
+0.03
+0.00
+0.30
+0.60
-0.48
+0.07
-7.84
-0.13
-1.40
+0.37
+0.00
3.50
64.05
46.90
8.02
16.31
59.35
50.00
12.18
4.00
84.73
27.17
130.35
50.61
45.80
97.51
1.30
10.13
7.15
23.09
2 915.00
46.00
14.00
20.40
20.75
123.70
330.40
2 881.03
95.00
96.00
104.75
45.00
1.05
41.38
0.19
2.43
5.32
11.01
124.50
247.59
9.00
14.29
47.55
14.89
1.69
12.75
7.51
41.08
0.21
35.40
7.36
10.30
4.35
124.60
26.30
1.70
64.03
23.75
71.23
82.90
144.00
2.20
51.43
3.66
16.32
3.60
95.75
49.00
0.57
55.99
55.90
0.05
14.43
23.68
39.05
62.77
41.95
1.38
47.78
25.25
105.95
2 417.00
51.00
173.50
5.63
0.01
81.80
113.40
45.02
290.00
8 205.99
144.10
7.11
1.70
6.17
0.06
30.46
0.19
21.46
0.47
72.50
2.63
5.80
19.58
0.33
91.80
3.17
28.69
24.66
7.22
18.45
25.90
7.41
5.70
6.80
188.60
77.49
4.27
160.50
28.16
75.20
26.63
46.28
167.60
800.00
27.00
66.80
1.66
134.45
2.35
118.75
111.10
122.45
180.00
3.50
64.05
47.37
8.14
16.38
59.35
50.13
12.18
4.01
87.84
27.17
130.35
50.70
45.96
97.51
1.30
10.20
7.15
23.10
2 951.00
46.66
14.00
20.40
21.00
126.00
330.50
2 881.03
95.00
96.00
104.75
45.57
1.05
42.16
0.19
2.45
5.33
11.15
124.50
247.59
9.00
14.46
47.66
14.89
1.69
12.76
7.61
41.27
0.21
35.60
7.40
10.45
4.35
124.60
26.30
1.70
75.73
23.75
72.93
83.65
144.00
2.20
51.97
3.75
16.49
3.64
96.35
49.42
0.57
55.99
55.90
0.05
14.74
23.80
39.90
63.99
42.36
1.40
48.70
25.25
105.95
2 418.00
51.00
173.50
5.75
0.01
82.55
113.50
45.34
290.00
8 205.99
144.10
7.11
1.70
6.23
0.06
30.90
0.19
21.55
0.47
72.50
2.63
6.10
19.73
0.33
92.00
3.17
28.91
25.00
7.30
18.45
26.20
7.45
5.70
6.88
188.70
77.90
4.28
160.51
28.16
75.20
26.63
46.65
167.70
800.00
27.25
67.00
1.70
135.15
2.35
118.75
111.50
122.45
180.00
3.50 1048645
64.05
10
46.52 535223
7.85 18879329
16.00
56822
58.85
4993
49.87
3292
12.18
40
3.98
11410
84.11
28433
27.17
42
130.35
820
50.40
35066
45.39
69201
97.51
112
1.30
200
10.05
30878
7.10
10165
22.95 297546
2 915.00
82
45.99
4280
14.00
200
20.25
4169
20.53
15607
123.40
32375
328.40
64
2 881.03
4
95.00
9
86.40
23
103.35
33216
45.00 165176
0.99
30012
41.26
52259
0.19
9000
2.43
80989
5.32 1416972
11.01
1025
124.50
468
247.59
12
9.00
20
14.28 106495
47.15
35906
14.89
400
1.69
10
12.51 7418832
7.44 407547
40.84 100269
0.21
4510
35.01
44175
7.31
12313
10.27 167484
4.35
113
124.60
20
26.25
1497
1.70
1474
64.03
277
23.75
400
71.14 486393
82.90 141429
144.00
646
2.13
42417
51.43
17456
3.64
25383
16.21 208317
3.57
1293
95.75
580
48.85
46923
0.57
1000
55.99
1
55.50
1436
0.05
3812
14.38 27047111
23.65
7911
38.54
3443
62.65 1258575
41.85
48774
1.25 148829
47.77
9953
25.25
40
103.15
445
2 383.00
115
51.00
96
173.50
47
5.58 408282
0.01
1000
81.49
19587
113.40
35
44.81
2324
290.00
1
8 205.99
1
144.10
11
7.11
42
1.70
1068
6.09 339594
0.05 111700
30.02 161886
0.19 230084
21.37
37727
0.47
555
72.50
6
2.63
266
5.80
4136
19.28 3690286
0.33
250
91.72
451
3.17
3940
28.57 514564
24.65
2745
7.22
5190
18.45
500
25.90
3014
7.34
62923
5.70
600
6.70
3247
188.00
4609
76.69
26426
4.16
41675
160.50
20
26.80
33047
73.57
7361
26.63
2
46.09 1309762
166.55
732
800.00
10
27.00
2580
66.70
9341
1.66
15017
134.05
28731
2.35
100
118.65
96
109.25 272003
122.45
2
180.00
8
3.57
70.10
51.43
8.84
16.80
65.00
50.50
12.18
5.70
87.85
29.75
157.80
61.22
47.44
97.51
1.45
12.10
19.49
24.96
3 142.50
46.00
14.25
20.95
53.49
125.20
332.50
2 978.00
127.00
151.00
116.05
54.98
1.07
45.69
2.49
6.45
26.95
128.90
295.00
11.48
14.75
50.74
15.00
1.80
15.21
10.89
43.98
0.27
36.50
8.25
10.59
4.35
137.00
29.00
3.19
23.75
70.71
83.07
160.00
5.73
52.95
3.85
16.49
6.95
104.00
49.71
0.60
57.50
57.69
0.10
14.41
26.00
39.98
62.74
42.40
1.99
49.95
51.67
114.55
2 617.95
190.00
5.69
82.38
115.00
48.42
290.50
9 000.00
149.50
9.24
1.60
9.59
0.26
33.06
0.23
22.44
0.49
74.35
2.63
7.00
20.06
0.88
94.44
4.40
31.21
28.00
12.49
18.45
27.40
7.58
8.00
193.90
81.95
185.99
28.95
83.30
31.35
48.12
179.50
800.00
31.20
67.99
2.03
134.90
2.79
122.95
116.95
125.00
185.00
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
PRÉC.
COURS
MIN.
12 MOIS
INFO SUR DIVIDENDE
DIV. DEV.
DATE
1.6000
1.9600
2.1000
1.6500
0.3800
3.04 0.1600
59.01 7.5000
28.77 0.2656
3.46 0.1770
9.23
56.56 0.1920
41.21 1.4600
10.09 76.0000
3.60 0.2700
56.48 1.2775
25.00 23.3100
131.50 15.5400
50.12 2.5500
33.11 0.9000
95.25 2.4400
1.03 0.0400
6.58
6.34
20.59 1.0600
2 701.00135.4100
35.40 0.7000
10.41 1.2500
15.80 0.7200
14.13
75.15 2.4000
239.00 5.4312
2 751.00 16.6700
127.00 6.3700
84.00 6.3700
101.55 3.5400
44.06 1.0000
0.33
35.28 0.9000
2.08 0.0250
2.58 0.0850
10.21 0.6800
104.52 16.2400
215.16 16.7808
0.65
8.50 0.1500
43.13 1.5500
9.25 0.1100
1.69 0.2200
10.77 0.5000
6.21 0.8200
30.14 1.0540
0.10
26.20 0.6000
5.80 0.1000
4.44 1.0000
4.10
91.50 2.0000
25.60 1.2000
1.07 0.8800
- 1.9800
18.50
36.20
69.09 2.7900
136.70 17.4862
1.29
45.50 2.4500
1.92
13.27
3.41 0.1300
93.16 3.7500
34.46 1.3900
0.57
52.60 2.3000
40.10 0.8000
0.02
8.30 0.2040
22.21 1.7100
24.20 0.4000
39.35 1.0000
26.06 1.3600
1.29
34.01 0.7900
20.02624.9700
94.00 4.7000
1 550.00 14.2000
- 32.0000
170.00 6.8200
2.87
- 0.3800
46.02 1.3000
94.00 1.2800
38.60 2.0300
280.00
8 199.99
126.00 4.4000
6.60
0.90 0.0400
0.60 0.1600
0.02 0.1900
24.20 0.4600
0.08
18.45
0.47 0.5100
72.50 2.0000
1.68 0.0700
4.76 0.0500
10.08 1.1000
0.27 2.1200
51.00 0.1000
3.17 0.1000
25.13 0.5000
24.56 1.3200
6.22 2.7300
16.50 0.1000
17.47 0.2900
4.51 0.2000
4.80
- 0.2000
126.00 2.0000
71.00 3.2000
131.40 8.0000
21.16 0.3500
63.50 1.1640
24.10 0.8400
32.15 1.2400
23.00 0.5500
631.00 2.0000
15.00 0.3700
46.10 0.6000
0.67
96.00 2.4520
2.11 0.5000
87.00 2.1000
79.10 1.3200
95.11 1.2400
145.00 8.0800
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
15-11-16
30-05-16
02-11-16
09-05-16
25-04-07
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
05-06-07
31-12-15
18-11-16
08-05-15
01-12-16
25-04-16
12-09-14
28-05-13
10-05-16
27-11-15
29-07-15
15-09-16
12-05-16
29-04-15
28-05-14
08-12-16
19-05-16
25-05-16
28-05-12
21-12-15
24-05-16
02-05-16
01-06-15
22-05-15
22-05-15
13-05-16
02-10-15
31-05-16
18-05-16
19-08-16
22-05-08
28-09-15
18-02-16
30-06-15
30-05-16
02-05-11
01-08-08
12-10-16
17-05-16
18-05-16
22-11-16
07-09-16
14-05-15
15-07-16
20-05-16
25-06-12
17-04-14
05-05-15
29-02-16
TITRE
PAYS MARCHÉ CLÔTURE
EURO
SUCRAF A & B
SV PATRIMONIA
TELENET GROUP
TER BEKE
TESSENDERLO
TEXAF (D)
THINK-MEDIA
THROMBOGENICS
TIGENIX (D)
TINC
TOTAL
TUBIZE (ATTR)
TUBIZE-FIN
U&I LEARNING (D)
UCB
UMICORE (D)
UNITRONICS
VAN DE VELDE
VASTNED RETAIL BEL
VGP
VIOHALCO
VISION IT (D)
VRANKEN-POMMERY
WAREHOUSES-SICAFI
WDP-SICAFI
WERELDHAV B SIR
WOL. EXTENS. CERT
WOL. SHOPPING CERT
ZENITEL
ZENOBE GRAMME CERT
ZETES INDUSTRIES
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
FR
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
COURS
DIFF.
COURS
OUVERT
COURS
12 MOIS
VOLUME
MAX.
+7.50
2.15
2.15
2.00
250
-26.67
0.55
0.55
0.55
500
+0.00
55.17
55.62
55.05 146826
+2.70 166.50 172.15 166.05
713
+1.53
35.16
36.00
35.09
86553
+0.00
33.95
33.95
33.90
725
+0.00
0.05
0.05
0.05
19500
+1.45
3.30
3.30
3.25
16981
-3.26
0.78
0.78
0.74 592428
+0.08
12.56
12.60
12.50
6651
+1.02
46.97
47.83
46.92 6358792
-6.98
0.40
0.43
0.40
50
+0.98
64.00
64.78
63.87
3221
-0.72
1.37
1.37
1.37
1500
+1.28
69.07
69.96
69.03 302103
-0.02
50.95
51.28
50.75 460509
+2.94
4.90
4.90
4.90
3780
-0.41
55.60
57.00
55.60
10178
-0.58
51.75
51.75
51.50
583
-0.65
74.00
74.79
73.52
223
+0.22
1.80
1.80
1.80
1338
+5.26
2.48
2.60
2.48
1961
-0.36
22.40
22.56
22.30
6509
+0.00
62.80
62.80
62.80
150
+0.22
85.89
86.12
85.30
16627
+0.48 104.00 105.25 103.40
575
+-0.00 632.00 632.00 632.00
76
+0.00 2 000.00 2 000.00 2 000.00
185
+0.60
1.69
1.69
1.69
100
+1.67 152.51 152.51 152.51
3
-0.07
54.03
54.20
54.01
5930
2.30
0.85
55.40
166.50
36.39
35.40
0.05
3.88
1.20
12.96
49.50
0.46
64.25
1.38
75.28
58.89
4.76
68.60
59.84
96.66
1.92
25.49
65.70
92.64
122.60
660.00
2 119.99
1.82
160.47
54.75
PRÉC.
DF
2.15
2.00
SF
0.55
0.75
C
55.40
55.40
C 171.00 166.50
C
35.42
34.88
DF
33.90
33.90
DF
0.05
0.05
C
3.30
3.25
C
0.74
0.77
C
12.51
12.50
C
47.27
46.79
C
0.40
0.43
C
64.63
64.00
SF
1.37
1.38
C
69.73
68.85
C
50.76
50.77
C
4.90
4.76
C
55.77
56.00
C
51.60
51.90
C
73.52
74.00
C
1.80
1.80
SF
2.60
2.47
C
22.31
22.39
DF
62.80
62.80
C
85.89
85.70
C 104.45 103.95
SF 632.00 632.01
SF 2 000.00 2 000.00
DF
1.69
1.68
SF 152.51 150.01
C
54.01
54.05
EN %
MAX.
MIN.
INFO SUR DIVIDENDE
DIV. DEV.
DATE
MIN.
1.64
0.55 0.3000
38.15 7.9000
99.80 2.5000
27.71 1.3300
29.52 0.5750
0.01
2.50
0.64
11.01 0.2100
38.06 0.6100
0.40
49.10 0.5000
0.96
54.84 1.0600
41.15 0.6000
1.76
53.10 1.3500
50.90 2.7200
34.00 0.4100
0.98
- 0.1200
21.01 0.8000
60.02 3.0000
76.28 4.0000
98.51 4.9000
605.06 36.0300
1 745.00 73.9200
0.95 0.0000
122.02 1.7300
36.00 0.8000
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
11-08-09
03-05-13
11-06-15
06-06-13
18-05-16
01-12-16
20-03-17
05-05-16
04-05-15
23-08-16
22-11-16
05-05-15
13-01-14
25-09-09
13-07-16
09-12-15
28-04-16
18-04-16
22-06-15
22-06-15
02-02-05
25-03-15
19-12-16
Euronext Cours du 10.03.17
TITRE
CLÔTURE
COURS
DIFF.
EN %
COURS
OUVERT
MAX.
MIN.
VOLUME
MAX.
MIN.
DF
SF
SF
SF
SF
DF
C
SF
DF
C
11.80
2 881.03
14.89
0.20
0.21
0.01
2.04
72.50
13.52
2.35
12.00
2 869.03
15.00
0.25
0.27
0.01
2.07
73.00
13.50
2.55
-1.67
+0.42
-0.73
-20.00
-22.22
+0.00
-1.45
-0.68
+0.15
-7.84
11.80
2 881.03
14.89
0.20
0.21
0.01
2.06
72.50
13.52
2.35
11.80
2 881.03
14.89
0.20
0.21
0.01
2.07
72.50
13.52
2.35
11.80
2 881.03
14.89
0.20
0.21
0.01
2.03
72.50
13.52
2.35
16
4
400
18997
4510
400
2888
6
33000
100
0.00
2 978.00
15.00
0.50
0.27
0.08
3.80
74.35
0.00
2.79
0.00
2 751.00
9.25
0.08
0.10
0.01
1.83
72.50
0.00
2.11
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
SF
1.69
4.35
23.75
0.57
0.05
1.70
0.47
0.33
3.17
18.45
5.70
0.55
0.10
1.37
1.70
4.34
23.75
0.60
0.04
1.55
0.47
0.33
3.50
18.30
5.25
0.75
0.19
1.38
-0.59
+0.23
+0.00
-5.00
+25.00
+9.68
+0.00
+0.00
-9.43
+0.82
+8.57
-26.67
-47.37
-0.72
1.69
4.35
23.75
0.57
0.05
1.70
0.47
0.33
3.17
18.45
5.70
0.55
0.10
1.37
1.69
4.35
23.75
0.57
0.05
1.70
0.47
0.33
3.17
18.45
5.70
0.55
0.10
1.37
1.69
4.35
23.75
0.57
0.05
1.70
0.47
0.33
3.17
18.45
5.70
0.55
0.10
1.37
10
113
400
1000
3812
1068
555
250
3940
500
600
500
260
1500
1.80
4.35
23.75
0.60
0.10
1.60
0.49
0.88
4.40
18.45
8.00
0.85
0.10
1.38
1.69
4.10
18.50
0.57
0.02
0.90
0.47
0.27
3.17
16.50
4.80
0.55
0.10
0.96
PAYS
MARCHÉ
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
BE
EURO
PRÉC.
COURS
12 MOIS
INFO SUR DIVIDENDE
DIV.
DEV.
DATE
Alternext
CATALA
CO.BR.HA
EMAKINA GROUP
EUROPUBLIDIS
EVADIX
KKO INT WARRANT A
KKO INTERNATIONAL
PAIRI DAIZA
SETTLEMENTS
SOFTIMAT
16.6700
0.1100
2.0000
0.5000
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
USD
EUR
01-06-15
02-05-11
14-09-15
20-08-13
Marché Libre
EMD MUSIC
FLEXOS
FNG GROUP
ICE CONCEPT
IMMOPOOL
NEWTREE
OTC
PHARCO
PNS
REALCO
REIBEL
SV PATRIMONIA
TEAM KALORIK
U&I LEARNING
Capitaux échangés
0.2200
0.0400
0.5100
2.1200
0.1000
0.1000
0.3000
0.0800
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
EUR
01-08-08
19-06-07
13-05-08
18-01-16
24-11-14
22-07-15
11-08-09
22-06-07
Indice
29-06-15
07-05-12
01-12-16
13-05-16
14-12-16
01-06-15
05-08-16
03-05-16
25-05-16
16-11-16
01-06-15
13-05-16
09-02-15
19-05-16
19-05-16
21-03-14
29-03-16
25-10-11
25-10-16
04-06-15
20-05-16
15-06-15
19-06-07
09-08-13
17-07-14
01-06-16
13-05-08
14-09-15
07-01-10
11-06-14
02-06-11
18-01-16
20-04-15
24-11-14
07-12-16
19-05-16
23-03-16
22-07-15
21-12-15
29-05-14
23-05-12
27-05-16
06-07-16
25-06-13
29-05-12
06-09-16
10-06-14
06-06-16
19-06-15
28-05-15
07-05-15
04-07-16
11-05-16
20-08-13
16-12-16
16-01-17
24-06-15
09-02-15
Total général
Continu belge
Continu étranger
Cours du jour
465795957.43
465134526.5300
661430.9000
Cours Précéd. Diff. en %
448606603.169
3.83
447894112.6690
3.85
712490.5000
-7.17
Cours de change
Cours du jour
Cours Précéd. Diff. en %
BEL 20 ouverture
3756.08
3699.47
1.53
BEL 20 cloture
3764.65
3744.54
0.54
Matières premières
Billets de banques
Devise (en EUR)
COURONNE DANOISE
COURONNE NORVEGIENNE
COURONNE SUEDOISE
DOLLAR CANADIEN
DOLLAR US
FRANC SUISSE
LIVRE STERLING
YEN
(000) EUR
ISO
DKK
NOK
SEK
CAD
USD
CHF
GBP
JPY
Achat
7.3200
9.0000
9.4200
1.4030
1.0399
1.0530
0.8553
120.0000
10.03.2017
Vente
7.5800
9.3700
9.7600
1.4530
1.0820
1.0950
0.8877
124.3000
Prix moy.
615.00
225.00
1240.00
218.00
315.00
565.38
142.00
283.00
1200.00
36700.00
1175.00
1202.65
275.00
272.00
214.00
Préc.
610.00
227.00
1230.00
220.00
320.00
572.13
145.00
290.00
1210.00
37250.00
1160.00
1206.55
279.00
275.00
217.00
Aluminium Londres (USD/t)
Argent N.Y. ($/ounce)
Brent Londres (USD/lb)
Cuivre Bruxelles (EUR/t)
Cuivre Londres (USD/t)
Etain Londres (USD/t)
Nickel Londres (USD/t)
Plomb Londres (USD/t)
Zinc Londres (USD/t)
10-03-17
1846.50
16.88
51.85
6094.85
5653.00
19200.00
10050.00
2226.00
2655.00
09-03-17
1880.50
17.22
51.88
6094.85
5781.00
19425.00
10515.00
2239.50
2700.00
Var/H%
-1.81
-1.97
-0.06
0.00
-2.21
-1.16
-4.42
-0.60
-1.67
Or
Devise (en EUR)
10 $ US
10 Florins
20 $ US
20 Francs Tunisie
5 $ US
50 Ecus
Demi Souverain
Elisabeth II
Krugerrand
Lingot 1 Kg
Lingotin Once CPoR
Once (en $)
Reichmark
Souverain
Union latine
Indices des prix à la consommation
2013
Période
I.S.
I.d.P.
Févr. 2017
105.06
104.67
Janv. 2017
104.65
104.28
Déc. 2016
104.05
103.54
Nov. 2016
103.97
103.41
Oct. 2016
103.86
103.34
Sept. 2016
103.68
103.04
Août 2016
103.97
103.26
Juil. 2016
103.93
103.31
Juin 2016
103.74
103.19
Mai 2016
103.77
103.08
Avr. 2016
103.53
102.75
Mars 2016
103.47
102.57
Févr. 2016
102.53
101.65
Janv. 2016
102.42
101.59
I.S. = Indice Santé - I.d.P. = Indice des Prix
2004
I.S.
126.88
126.39
125.66
125.56
125.43
125.21
125.56
125.52
125.29
125.32
125.03
124.96
123.83
123.69
1996
I.d.P.
128.12
127.64
126.73
126.57
126.49
126.12
126.39
126.45
126.30
126.17
125.77
125.55
124.42
124.35
I.S.
144.35
143.79
142.96
142.85
142.70
142.46
142.85
142.80
142.54
142.58
142.25
142.17
140.88
140.73
I.d.P.
147.24
146.69
145.65
145.47
145.37
144.95
145.26
145.33
145.16
145.00
144.54
144.29
142.99
142.91
1988
I.S.
174.04
173.36
172.37
172.24
172.05
171.76
172.24
172.17
171.86
171.91
171.51
171.41
169.85
169.67
1988
I.d.P.
180.71
180.04
178.76
178.54
178.42
177.90
178.28
178.36
178.16
177.97
177.40
177.09
175.50
175.40
1981
244.47
243.56
241.83
241.52
241.36
240.66
241.17
241.29
241.01
240.75
239.98
239.56
237.41
237.27
Pour convertir
(1)
(2)
1981
1988
1988
1966
1988
1971
1996
1988
1996
1981
2004
2013
2004
2013
(1) Passez de la base... (2) à la base... (3) en multipliant par...
(3)
0,73920
3,39350
2,85430
1,2273
1,6603
0,8170
0,8280
(1)
I.d.P. 1988
I.S. 1996
I.d.P. 1996
I.S. 2004
I.d.P. 2004
I.d.P. 2013
I.S.2013
(2)
I.d.P. 1996
I.S. 1988
I.d.P. 1988
I.S. 1996
I.d.P. 1996
I.d.P. 2004
I.S. 2004
(3)
0,81480
1,20570
1,22730
1,1377
1,1493
1,2240
1,2077
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Obligations publiques
Paris Cours du 10.03.17
Dette directe de l'Etat
97-2028 Linéaure
09-2017 Linéaire
04-2035 Linéaire
05-2015 Linéaire
06-2016 Linéaire
06-2022 Linéaire
07-2017 Linéaire
08-2018 Linéaire
09-2019 Linéaire
09-2020 Linéaire
03-2016 Linéaire
03-2041 Linéaire
09-2021 Linéaire
02-2016 Linéaire
06-2027 Linéaire
03-2026 Linéaire
09-2022 Linéaire
06-2023 Linéaire
Bons Etat 08-16
Bons Etat 08-16
Bons Etat 08-16
Bons Etat 08-13
Bons Etat 08-16
Bons Etat 03-17
Bons Etat 06-17
Bons Etat 09-17
Bons Etat 12-17
Bons Etat 03-15
Bons Etat 03-18
Bons Etat 06-18
Bons Etat 09-18
Bons Etat 12-18
Bons Etat 03-16
Bons Etat 03-19
Bons Etat 06-16
Bons Etat 06-19
Bons Etat 09-16
Bons Etat 09-19
Bons Etat 12-16
Bons Etat 12-19
Bons Etat 03-17
Bons Etat 03-20
Bons Etat 06-17
Bons Etat 06-20
Bons Etat 09-20
Bons Etat 12-17
Bons Etat 12-20
Bons Etat 03-18
Bons Etat 03-21
Bons Etat 06-18
Bons Etat 06-21
Bons Etat 09-18
Bons Etat 09-21
Bons Etat 12-18
Bons Etat 12-21
Bons Etat 03-19
Bons Etat 03-22
Bons Etat 06-19
Bons Etat 06-22
B291
B300
B304
B306
B307
B308
B309
B312
B315
B318
B319
B320
B321
B322
B323
B324
B325
B328
B996
B999
B209
B211
B212
B215
B218
B220
B222
B223
B224
B226
B228
B230
B232
B233
B235
B236
B238
B239
B241
B242
B243
B244
B245
B246
B247
B248
B249
B250
B251
B252
B253
B254
B255
B256
B257
B258
B259
B260
B261
154.82
106.04
170.13
100.20
100.02
121.88
100.16
107.49
109.57
116.90
101.18
155.47
122.20
100.20
101.16
137.72
126.86
114.84
100.39
103.00
101.42
100.00
100.47
99.96
100.86
101.65
102.38
100.10
103.12
103.72
104.54
105.70
100.26
107.36
100.08
108.30
99.98
108.63
100.05
111.40
100.34
109.17
100.89
109.72
107.65
100.87
107.00
101.11
107.65
101.01
106.57
102.03
109.57
101.87
109.29
101.90
108.99
101.40
107.53
154.82
106.12
161.16
100.53
100.22
122.84
100.99
107.47
109.56
117.72
101.34
155.47
122.06
100.29
101.25
137.72
126.86
114.84
100.39
103.09
101.42
100.26
100.76
100.03
100.87
101.80
102.42
100.13
103.17
103.75
104.59
105.73
100.26
107.47
100.10
108.36
99.99
108.65
100.06
111.41
100.52
109.78
101.05
109.90
107.80
101.54
107.07
101.79
108.52
101.45
106.63
102.09
109.55
102.27
109.46
102.50
109.54
101.80
107.75
Rendements
Fonds d'Etat de référence à 10 ans
Allemagne
Belgique
Japon
Royaume-Uni
0.4500
0.8200
0.0800
1.2200
0.4200
0.7600
0.0800
1.2000
ACCOR
AIR LIQUIDE
AIRBUS
ALCATEL-LUCENT
ARCELORMITTAL
AXA
BNP PARIBAS ACT.A
BOUYGUES
CAP GEMINI
CARREFOUR
CREDIT AGRICOLE
DANONE
EIFFAGE
ENGIE
ESSILOR INTL.
KERING
KLEPIERRE
L'OREAL
LAFARGEHOLCIM LTD
LEGRAND
LVMH
MICHELIN
NOKIA
ORANGE
PERNOD RICARD
PEUGEOT
PUBLICIS GROUPE SA
RENAULT
SAFRAN
SAINT GOBAIN
SANOFI
SCHNEIDER ELECTRIC
SOCIETE GENERALE
SODEXO
SOLVAY
TECHNIPFMC
TF1
TOTAL
UNIBAIL-RODAMCO
VALEO
VEOLIA ENVIRON.
VINCI
VIVENDI
Bourses étrangères Cours du 10.03.17
EURO
38.10
102.30
70.06
3.50
7.89
23.92
61.86
37.91
82.85
21.57
12.64
62.84
68.94
12.56
111.85
235.40
34.54
177.35
53.40
52.92
196.40
106.15
4.99
14.77
108.00
19.28
62.31
84.67
69.05
46.13
82.24
65.26
47.75
104.85
109.45
29.47
10.71
47.27
213.25
58.29
16.05
70.34
17.32
+0.22
+0.00
+0.00
+0.00
-1.83
-0.37
+1.76
+1.04
-0.43
-1.08
+2.02
+0.62
+1.26
-1.26
+0.04
-0.61
-1.14
+0.54
-0.85
-0.11
+0.38
+1.05
+0.64
+0.89
-0.09
-1.13
-1.00
-0.77
-0.13
-0.21
-0.10
+1.16
+2.13
+0.24
-1.40
+0.44
-1.34
+1.02
-1.91
+0.00
-0.59
-0.57
-0.12
Indices
Amsterdam: AEX
Euronext: Euronext 100
Euronext: Next 150
Francfort: DAX Extra
Lisbonne: PSI 20
Madrid: IBEX 35
FTSE MIB
New-York: DJ Industrial
New-York: Nasdaq 100
Paris: CAC 40
Zurich: SMI
Francfort
ADIDAS AG O.N.
ALLIANZ SE VNA O.N.
BASF SE O.N.
BAY.MOTOREN WERKE AG ST
BAYER AG NA
COMMERZBANK AG O.N.
CONTINENTAL AG O.N.
DAIMLER AG NA O.N.
DEUTSCHE BANK AG NA O.N.
DEUTSCHE BOERSE NA O.N.
DEUTSCHE POST AG NA O.N.
DEUTSCHE POSTBANK AG NA
DT.TELEKOM AG NA
E.ON AG NA
FRESEN.MED.CARE KGAA ST
FRESENIUS SE O.N. ST
HEIDELBERGCEMENT AG O.N.
HENKEL AG+CO.KGAA ST O.N.
INFINEON TECH.AG NA O.N.
K+S AG O.N.
LANXESS AG
LINDE AG O.N.
LUFTHANSA AG VNA O.N.
MAN AG ST O.N.
MERCK KGAA O.N.
METRO AG ST O.N.
MUENCH.RUECKVERS.VNA O.N.
RWE AG ST O.N.
SAP AG O.N.
SIEMENS AG NA
THYSSENKRUPP AG O.N.
TUI AG NA
VOLKSWAGEN AG ST O.N.
Londres
Amsterdam Cours du 10.03.17
AALBERTS INDUSTR
AEGON
AIR FRANCE -KLM
AKZO NOBEL
ALTICE
ARCELORMITTAL
ASML HOLDING
BOSKALIS WESTMIN
CORIO
DELTA LLOYD
DSM KON
FUGRO
GALAPAGOS
GEMALTO
HEINEKEN
ING GROEP N.V.
KONINKLIJKE AHOLD
KPN KON
NN GROUP
OCI
PHILIPS KON
RANDSTAD
RELX
ROYAL DUTCH SHELLA
SBM OFFSHORE
TNT EXPRESS
UNIBAIL-RODAMCO
UNILEVER DR
VOPAK
WOLTERS KLUWER
EURO
35.13
5.38
7.34
76.20
21.39
7.89
116.60
34.11
52.50
5.32
63.43
15.00
72.57
61.71
78.00
14.62
21.70
2.79
30.66
17.84
28.45
55.09
16.64
24.16
14.53
8.45
213.25
45.88
40.66
37.75
+0.24
+0.49
-1.84
+4.68
+4.37
-1.83
+1.57
+1.52
-1.13
+0.26
-0.09
+0.67
+2.67
+0.46
-0.06
+2.02
+0.28
+0.29
+1.21
-0.64
-0.54
-0.70
-1.39
+0.62
+0.52
-9.56
-1.91
+0.53
+0.15
-0.40
511.14
964.48
2 684.17
11 963.18
4 626.27
9 996.90
19 668.30
20 880.24
5 383.72
4 993.32
8 669.97
Aberdeen Asset Management PLC
Amec PLC
Anglo American PLC
Antofagasta PLC
Astrazeneca PLC
Babcock International Group PLC
Bae Systems PLC
Barclays PLC
Bg Group PLC
Bhp Billiton PLC
BP PLC
British American Tobacco PLC
British Land Company PLC
British Sky Broadcasting Group PLC
Bt Group PLC
Burberry Group PLC
Crh PLC
Croda International PLC
Diageo PLC
Easyjet PLC
Fresnillo PLC
Gkn PLC
Glaxosmithkline PLC
Glencore Xstrata PLC
Hargreaves Lansdown PLC
HSBC Holdings PLC
Imperial Tobacco Group PLC
Intercontinental Hotels Group PLC
International Consolidated Airlines Group
S.A.
Intertek Group PLC
Itv PLC
Kingfisher PLC
Legal & General Group PLC
Marks And Spencer Group PLC
Meggitt PLC
Melrose Industries PLC
Morrison (Wm) Supermarkets PLC
Old Mutual PLC
Pearson PLC
Persimmon PLC
Prudential PLC
Reckitt Benckiser Group PLC
Reed Elsevier PLC
Rio Tinto
Rolls-Royce Holdings PLC
Royal Dutch Shell PLC
Royal Dutch Shell PLC
Rsa Insurance Group PLC
Sage Group PLC
Sainsbury (J) PLC
Schroders PLC
Serco Group PLC
Severn Trent PLC
Smith & Nephew PLC
Sse PLC
Standard Life PLC
Tate & Lyle PLC
Tesco PLC
Travis Perkins PLC
Tui Travel PLC
Vodafone Group PLC
Weir Group PLC
Whitbread PLC
William Hill PLC
Wood Group (John) PLC
Wpp PLC
Xstrata PLC
(EUR)
179.45
169.15
89.30
83.54
106.75
8.29
191.05
70.00
18.26
79.71
31.12
35.73
16.08
7.03
79.00
74.13
88.69
102.70
17.00
22.58
63.15
152.00
14.34
97.34
101.40
29.28
179.50
13.81
89.03
123.05
22.56
13.14
143.70
+23.21
+7.88
+0.20
-0.75
+4.35
+3.46
+5.73
+0.94
-0.71
-3.16
+0.53
+0.00
-0.50
-1.03
+4.93
+1.65
-0.50
+5.40
+0.06
-3.67
-5.96
+1.03
+16.25
+1.45
-0.25
-7.37
+3.28
+12.69
+5.20
+5.85
-3.38
-2.99
-2.68
(PENCE)
286.78
1 055.42
1 162.62
757.48
4 767.18
896.79
638.85
233.96
1 046.73
1 254.33
470.82
5 113.00
613.99
850.50
343.08
1 803.84
2 905.54
3 639.72
2 272.82
978.30
1 311.00
370.61
1 676.00
310.52
1 324.00
666.63
3 548.81
3 857.08
+0.33
-2.35
+1.19
+0.27
+0.09
-0.24
-0.50
+0.49
+1.62
+0.39
+4.00
+0.48
-1.24
-1.39
+3.94
+0.89
+1.44
-0.46
+0.77
+0.16
-3.30
-0.45
+0.27
+1.15
+1.03
-0.24
-1.38
+0.06
566.50
+0.67
3 856.28
207.72
333.66
249.55
338.28
454.61
231.24
234.60
225.28
677.62
2 115.76
1 646.48
7 320.27
1 534.86
3 225.11
755.75
2 127.74
2 217.78
592.35
646.04
266.38
3 134.79
114.38
2 334.34
1 238.89
1 510.07
381.19
762.93
189.71
1 483.25
437.60
203.82
1 846.83
3 876.16
270.88
753.51
1 701.15
963.50
+1.51
-0.37
-0.87
-0.19
-0.25
+0.05
+0.98
+0.05
+0.04
-0.06
+0.34
+0.39
+0.57
+0.29
+0.61
+0.98
+2.26
+2.16
+-0.00
-1.15
+1.52
-0.03
+1.49
+0.39
+1.12
-0.41
+0.40
+0.78
+1.78
+1.01
-1.26
+0.41
-0.67
+1.11
+2.45
+1.69
-1.21
+0.00
Nyse
3M Co
Abbott Laboratories
Accenture Cl A
Alcoa Inc
Allstate Corp
Alphabet A
Altria Group Inc
Amazon.com
American Electric Power Co Inc
American Express Co
Amgen Inc
Aon plc
Apache Corp
Apple Inc
AT&T
Avon Products Inc
Baker Hughes Inc
Bank of America Corp
Bank of New York Mellon
Baxter International Inc
Best Buy Co Inc
Boeing Co
Boston Scientific Corp
Bristol-Myers Squibb Co
Campbell Soup
Capital One Financial Corp
Caterpillar Inc
Chevron
China Life Insurance Co Ltd AD
+0.67
+0.37
+0.44
-0.13
-0.31
+0.89
+0.45
+0.05
+0.34
+0.24
+0.35
(USD)
191.19
45.73
123.95
34.53
82.06
843.26
76.46
852.20
65.44
79.39
181.47
117.88
50.24
139.15
42.36
4.28
56.28
25.32
48.17
52.02
44.81
178.71
24.65
58.35
59.20
92.22
92.31
110.60
15.07
+0.65
+0.20
+0.63
-2.36
+0.60
+0.54
+0.34
-0.09
+0.93
+0.11
+1.43
+1.32
-0.77
+0.34
+0.98
+1.18
-1.99
-0.14
+0.50
-0.21
-0.09
-1.04
-0.20
+0.57
+0.27
+0.12
+1.00
+0.51
+0.80
China Mobile ADS
Chipotle Mexican Grill
Cisco Systems
Citigroup Inc
Coca-Cola Co
Colgate-Palmolive Co
Comcast Corporation
ConocoPhillips
Costco Wholesale Corporation
Covidien
CVS Caremark
Dell Inc
Delta Air Lines
Devon Energy Corp
Dow Chemical Co
Dun & Bradstreet Corp
E.I. DuPont de Nemours & Co
Eastman Chemical Co
Eaton Corp PLC
Edison International
Eli Lilly & Co
EMC Corp
Entergy Corp
Estee Lauder Cos. Inc
Exelon Corp
Exxon Mobil Corp
FedEx Corp
Ford Motor Co
General Dynamics Corp
General Electric Co
General Motors
Gilead Sciences
Goldman Sachs Group Inc
H.J. Heinz Company
Halliburton Co
Harley-Davidson Inc
Harman International Industrie
Hewlett-Packard Co
Home Depot Inc
Honeywell International Inc
Intel Corporation
International Business Machine
Invesco Limited
Johnson & Johnson
JPMorgan Chase & Co
Kellogg Co
Kimberly-Clark Corp
LinkedIn
Lockheed Martin Corp
Lowes Cos.
Macys
ManpowerGroup
Marriott International Inc Cl
MasterCard Cl A
McDonalds Corp
Medtronic Inc
MeetMe
Merck & Co Inc
Microsoft Corporation
Molson Coors Brewing Co Cl B
Monsanto Co
Moodys Corp
Morgan Stanley
Motorola Solutions
National-Oilwell Inc
54.72
407.75
34.26
61.50
42.29
74.26
37.33
45.68
165.35
107.18
80.42
13.86
47.92
40.25
63.87
107.82
80.89
77.63
72.50
78.82
84.38
29.04
73.62
85.82
35.97
81.63
192.17
12.54
190.86
30.28
36.85
68.19
248.53
72.49
50.93
60.06
111.50
17.39
146.88
127.07
35.91
177.84
31.80
126.26
91.28
74.20
133.89
195.97
268.73
81.59
31.74
100.85
86.62
111.25
128.00
83.06
5.05
65.61
64.95
97.10
114.09
111.95
46.50
82.09
37.84
-0.04
-0.68
+0.57
-0.10
+0.61
+1.20
-0.16
-1.73
-0.25
-0.81
-0.35
+0.22
+1.40
-1.30
+0.50
-0.64
+0.50
+0.12
+1.26
+1.04
-0.20
+0.83
+0.70
+3.53
+0.53
-0.06
+0.45
+0.40
+0.27
+2.04
+0.04
-0.29
-0.66
+0.06
+0.10
+2.21
-0.01
+0.23
+0.17
+0.70
+0.22
+0.37
-1.43
+0.24
-0.32
+0.14
+0.89
+0.01
+0.01
+0.51
+0.63
+1.26
+0.36
+0.31
-0.08
+0.31
-12.99
-0.43
+0.32
+0.32
+0.25
-0.49
-0.41
+0.87
+0.37
Nike Inc Cl B
Nokia Corp ADS
Norfolk Southern Corp
NYSE Euronext
Occidental Petroleum Corp
Oracle Corp
PepsiCo Inc
Petroleo Brasileiro S/A ADS
Pfizer Inc
Philip Morris International
Phillips 66
Procter & Gamble Co
QUALCOMM Incorporated
Ralph Lauren Corp
Raytheon Co
Red Hat Inc
Regions Financial Corp
Reynolds American Inc
Robert Half International Inc
Schlumberger Ltd
Southern Co
Sprint Corporation
Stanley Black & Decker
Target Corp
Teva Pharmaceutical Industries
Texas Instruments Incorporated
Tiffany & Co
Time Warner Inc
Toyota Motor Corp ADS
Twitter
Tyco International Ltd
U.S. Bancorp
Unisys Corp
United Parcel Service Inc Cl B
United Technologies Corp
UnitedHealth Group Inc
Verizon Communications Inc
Wal-Mart Stores
Walgreen Co
Walt Disney
Wells Fargo & Co
Western Union
Weyerhaeuser Co
Whirlpool Corp
Williams Cos.
Xerox Corp
56.44
5.37
119.69
45.10
62.62
42.69
109.64
9.39
34.13
110.58
78.87
91.12
58.66
80.30
154.41
82.23
15.14
60.60
48.21
78.71
49.63
8.27
129.20
55.38
33.38
80.32
88.71
98.65
112.70
15.11
45.48
54.94
14.20
106.76
112.17
170.00
49.37
70.13
76.06
110.95
58.86
19.68
33.29
177.82
28.92
7.36
Zurich
ABB Ltd
Actelion
Adecco
CS Group
Geberit
Givaudan
Julius Baer
Nestlé
Novartis
Richemont
Roche
SGS Surveillance
Swatch
Swiss Re AG
Swisscom
Syngenta
UBS
Zurich Insurance Group
+0.12
+1.80
+0.25
-1.49
+0.21
+0.57
+0.57
+1.46
+0.21
+0.25
+2.63
+0.85
+1.17
+0.78
+0.18
+0.81
-0.33
+0.25
+1.43
-0.01
+0.24
-0.60
+1.25
+0.31
+1.31
+1.50
+0.28
+0.17
+0.45
-0.66
+1.07
+0.00
+1.97
+0.83
+0.21
+1.14
+0.18
+0.36
-0.96
-0.07
+0.26
+0.00
+0.18
+0.80
+0.24
-0.27
(CHF)
22.60
276.50
70.00
15.45
436.80
1 810.00
49.00
75.20
75.65
75.70
257.30
2 113.00
341.40
90.15
444.70
443.20
16.11
281.90
-1.48
+0.55
-0.14
+0.13
-0.36
+0.67
+0.84
+0.27
+0.46
-0.85
-0.50
+0.52
-0.81
+0.45
+0.41
+0.43
+1.19
+0.39
Valeurs de croissance Cours du 10.03.17
Nasdaq
(USD)
ACCENTURE CL A
ACTIVISION BLIZZARD
ADOBE SYSTEMS INCORPORATED
AKAMAI TECHNOLOGIES
ALCOA INC
ALPHABET A
ALTERA CORPORATION
AMAZON.COM
AMGEN INC
AON PLC
APACHE CORP
APOLLO GROUP
APPLE INC
APPLIED MATERIALS
AUTODESK
BAIDU
BED BATH & BEYOND INC
BEST BUY CO INC
BIOGEN IDEC INC
BLACKBERRY LIMITED
BOSTON SCIENTIFIC CORP
BROADCOM CORPORATION
C.H. ROBINSON WORLDWIDE
CA INC
CADENCE DESIGN SYSTEMS
CELGENE CORPORATION
CHECK POINT SOFTWARE TECHNOLOG
CHINA LIFE INSURANCE CO LTD AD
CHINA MOBILE ADS
CHIPOTLE MEXICAN GRILL
CINTAS CORPORATION
CISCO SYSTEMS
CITRIX SYSTEMS
COGNIZANT TECHNOLOGY SOLUTIONS
COMCAST CORPORATION
COSTCO WHOLESALE CORPORATION
DELL INC
DELTA AIR LINES
DENTSPLY INTERNATIONAL INC
DISCOVERY COMMUNICATIONS
DISH NETWORK CORPORATION
DREAMWORKS ANIMATION SKG
DUN & BRADSTREET CORP
EASTMAN CHEMICAL CO
EATON CORP PLC
EBAY INC
EDISON INTERNATIONAL
ELECTRONIC ARTS INC
ELI LILLY & CO
ERICSSON
ESTEE LAUDER COS. INC
EXPEDIA
EXPEDITORS INTERNATIONAL OF WA
EXPRESS SCRIPTS HOLDING COMPAN
FACEBOOK
FASTENAL COMPANY
FISERV
FLEXTRONICS INTERNATIONAL LTD
FOSSIL GROUP
GARMIN LTD
GILEAD SCIENCES
GROUPON
H.J. HEINZ COMPANY
HARLEY-DAVIDSON INC
HARMAN INTERNATIONAL INDUSTRIE
HASBRO
IAC/INTERACTIVECORP
INFOSYS LIMITED ADS
INTEL CORPORATION
INTUIT INC
INTUITIVE SURGICAL
INVESCO LIMITED
JUNIPER NETWORKS INC
KELLOGG CO
KIMBERLY-CLARK CORP
123.95
49.21
121.09
64.23
34.53
843.26
53.96
852.20
181.47
117.88
50.24
9.99
139.15
38.13
86.12
172.70
39.78
44.81
292.32
6.83
24.65
54.67
79.35
32.40
31.42
124.00
99.92
15.07
54.72
407.75
119.04
34.26
79.51
58.75
37.33
165.35
13.86
47.92
63.40
27.70
62.06
40.97
107.82
77.63
72.50
33.14
78.82
89.81
84.38
6.62
85.82
125.76
56.59
67.65
138.82
50.80
117.29
16.66
17.06
52.53
68.19
3.98
72.49
60.06
111.50
97.50
50.66
15.50
35.91
124.94
733.86
31.80
28.01
74.20
133.89
+0.63
+0.39
+0.98
+0.05
-2.36
+0.54
+0.06
-0.09
+1.43
+1.32
-0.77
-0.05
+0.34
+1.98
+2.22
-0.33
+0.86
-0.09
-0.24
+0.59
-0.20
+0.33
+1.07
+0.82
+0.61
-0.90
+1.13
+0.80
-0.04
-0.68
+0.99
+0.57
+0.65
+1.87
-0.16
-0.25
+0.22
+1.40
+0.92
-0.57
-2.28
+0.01
-0.64
+0.12
+1.26
-0.12
+1.04
+0.88
-0.20
+0.53
+3.53
+0.82
+1.33
+1.18
+0.41
+1.24
-0.14
+0.91
+1.43
+0.77
-0.29
-1.61
+0.06
+2.21
-0.01
+0.14
-2.86
+1.84
+0.22
+0.14
-0.30
-1.43
+0.70
+0.14
+0.89
KLA-TENCOR CORPORATION
LAM RESEARCH CORPORATION
LAMAR ADVERTISING COMPANY
LEVEL 3 COMMUNICATIONS INC
LIBERTY GLOBAL PLC
LIBERTY INTERACTIVE CORPORATIO
LINEAR TECHNOLOGY CORPORATION
LOGITECH INTERNATIONAL S.A.
MACYS
MANPOWERGROUP
MARRIOTT INTERNATIONAL INC CL
MARVELL TECHNOLOGY GROUP LTD
MATTEL
MAXIM INTEGRATED PRODUCTS
MICROCHIP TECHNOLOGY INCORPORA
MICROSOFT CORPORATION
MOLSON COORS BREWING CO CL B
MONSANTO CO
MONSTER BEVERAGE CORPORATION
MOODYS CORP
MORGAN STANLEY
MOTOROLA SOLUTIONS
NETAPP
NETFLIX
NEWS CORPORATION
NIELSEN HOLDINGS PLC
NII HOLDINGS
NOVATEL WIRELESS
NUANCE COMMUNICATIONS
NVIDIA CORPORATION
ORACLE CORP
PACCAR INC
PATTERSON COMPANIES
PATTERSON-UTI ENERGY
PAYCHEX
PAYPAL HOLDINGS
PEABODY ENERGY CORP
PETSMART
PHILLIPS 66
PRICELINE.COM INCORPORATED
QUALCOMM INCORPORATED
RALPH LAUREN CORP
RED HAT INC
REYNOLDS AMERICAN INC
ROBERT HALF INTERNATIONAL INC
ROSS STORES
RYANAIR HOLDINGS PLC
SANDISK CORPORATION
SEAGATE TECHNOLOGY.
SEARS HOLDINGS CORPORATION
SIGMA-ALDRICH CORPORATION
SIRIUS XM RADIO INC
SOHU.COM INC
STANLEY BLACK & DECKER
STAPLES
STARBUCKS CORPORATION
SYMANTEC CORPORATION
TELLABS
TESLA MOTORS
TEVA PHARMACEUTICAL INDUSTRIES
THE GOODYEAR TIRE & RUBBER COM
THE NASDAQ OMX GROUP
TIFFANY & CO
TRIPADVISOR
TWENTY-FIRST CENTURY FOX
UNISYS CORP
UNITED ONLINE
UNITED PARCEL SERVICE INC CL B
VERISIGN
VERTEX PHARMACEUTICALS INCORPO
WESTERN DIGITAL CORPORATION
WESTERN UNION
WHIRLPOOL CORP
WYNN RESORTS
XILINX
YAHOO! INC
ZYNGA INC
93.20 +1.54
120.60 +2.59
75.71 +0.36
56.47 +1.07
35.69 +1.13
29.93 +6.40
65.04
-0.37
29.57 +0.12
31.74 +0.63
100.85 +1.26
86.62 +0.36
16.39 +3.50
25.54 +1.35
45.00 +0.40
73.95 +0.64
64.95 +0.32
97.10 +0.32
114.09 +0.25
46.82
-0.40
111.95
-0.49
46.50
-0.41
82.09 +0.87
42.15 +0.40
140.89 +0.26
28.75
-0.45
43.71
-1.33
1.35 -12.90
2.56 +1.19
16.91 +0.24
99.10 +0.57
42.69 +0.57
67.72 +1.50
44.57 +0.36
25.23 +0.20
62.39 +0.43
43.00 +0.20
2.07
-2.36
82.99 +0.05
78.87 +2.63
1 755.32 +0.31
58.66 +1.17
80.30 +0.78
82.23 +0.81
60.60 +0.25
48.21 +1.43
66.97 +0.47
82.44 +0.66
76.18
-0.52
47.28 +1.29
9.22 +15.10
139.76
-0.04
5.18 +0.68
41.73 +1.61
129.20 +1.25
8.67 +2.12
54.54
-1.18
30.03 +1.45
2.44 +0.00
243.69
-0.49
33.38 +1.31
35.46 +0.42
70.96
-0.17
88.71 +0.28
43.60 +0.02
29.98
-0.96
14.20 +1.97
11.00
-0.09
106.76 +0.83
85.48 +0.74
93.98 +0.43
75.00 +1.00
19.68 +0.00
177.82 +0.80
99.56 +0.58
59.55 +1.10
45.98 +0.09
2.83 +2.90
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
41
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Football/Division 1
Dimanche, sur le coup de
16h20, les derniers verdicts de
la phase classique tomberont.
n Six clubs pour deux enjeux :
Gand, Genk, Charleroi et
Malines se disputent les PO1,
Mouscron et Westerlo veulent
éviter la culbute en D1B.
n
| PROGRAMME |
DIVISION 1A
30e journée
Lokeren – Charleroi
La Gantoise – FC Malines
Westerlo – RC Genk
Eupen – Z. Waregem
Standard – Ostende
Courtrai – Mouscron
Club Bruges – St-Trond
Anderlecht – W.-Beveren
(Di 14h30)
(Di 14h30)
(Di 14h30)
(Di 14h30)
(Di 14h30)
(Di 14h30)
(Di 14h30)
(Di 14h30)
1. Club Bruges
29 18
2. Anderlecht
3. Z. Waregem
4. Ostende
5. FC Malines
6. Charleroi
7. La Gantoise
8. RC Genk
9. Standard
10. Courtrai
11. Eupen
12. Lokeren
13. W.-Beveren
14. St-Trond
15. Westerlo
16. Mouscron
29
29
29
29
29
29
29
29
29
29
29
29
29
29
29
17
14
14
14
13
13
13
9
8
8
7
7
8
5
6
7 4 54 22 58
5 7 64 30 58
6 9 46 37 51
8 7 50 35 49
9 6 41 33 48
7 9 33 31 48
8 8 42 29 47
10 6 36 35 45
9 11 42 40 38
14 7 38 53 31
15 6 39 61 30
13 9 24 34 30
13 9 28 40 30
16 5 33 46 29
16 8 33 61 23
20 3 27 53 21
Lokeren – Charleroi Dimanche 14h30
Garder les valeurs qui ont emmené Charleroi au Top 6
D1A Faire comme si c’était un match comme les
autres et ne rien changer à ses habitudes. C’est la
méthode choisie par Felice Mazzù pour préparer la
rencontre à Lokeren, dont le résultat va décider ou
non de la présence des Zèbres en PO1. “On a essayé
de préparer la semaine normalement, en se focalisant
sur le plaisir. On tente de rester dans notre bulle et de
ne pas prêter attention aux pressions extérieures”, indiquait le coach carolo en conférence de presse, vendredi.
Seul le résultat compte
Il ne le cache pas : Mazzù s’attend à voir une équipe
de Lokeren concernée, bien que pour elle, cette rencontre soit sans enjeu. “Comme contre Courtrai, je
pense que ce sera un match solide face à une équipe
qui ne veut rien lâcher. On devra donc s’appuyer sur
les valeurs qui sont les nôtres et afficher beaucoup de
courage, un gros état d’esprit. On doit penser à notre
jeu car penser au résultat est la meilleure manière de
ne pas être bon.”
Pour aller chercher la qualification, Mazzù souhaite
s’inspirer de la première mi-temps face à Courtrai… à
une exception près. “On doit essayer de ne plus être
hors-jeu. On s’est créé pas mal de situations durant la
première période samedi dernier et avec le bon placement, on aurait marqué avant la pause.”
Une chose est sûre : Charleroi ne va pas changer son
jeu pour cet ultime match, même si cela doit se faire
au détriment du spectacle. “On doit se baser sur nos
qualités et non en fonction de ce que les gens aimeraient voir. Se projeter vers l’avant, ouvrir les espaces
et en prendre cinq, ce n’est pas mon dada. On ne doit
pas changer pour plaire aux autres, au risque de voir
revenir le boomerang très rapidement…”
M. J.
JUPILER PRO LEAGUE > 30 E JOURNÉE
DI 14H30 – DAKNAM
LOKEREN
Entr. Runar Kristinsson
1
Copa
20
25
Rassoul
Ninaj
11
6
Galitsios
Skulason
23
Jambor
8
50
Persoons
Bolbat
21
17
Miric
Hupperts
18
Martin
9
10
Harbaoui
Pollet
29
Remacle
19
18
Baby
25
13
Marcq
Diandy
41
N’Ganga
Mata
24
8
Martos
Dessoleil
1
Penneteau
ARBITRE
M. Boucaut
CHARLEROI
Entr. Felice Mazzù
À vos calculettes
Voici les différents
scénarios
‣ En PO1, le vainqueur de
Malines – La Gantoise sera
qualifié. En cas de partage,
c’est le KaVe qui jouera les PO1.
Battus, les Malinois doivent
espérer une défaite de
Charleroi et que Genk ne gagne
pas par un score fleuve.
‣ A Lokeren, Charleroi a besoin
d’un point pour assurer sa
place dans le Top 6. Une
défaite peut suffire, si Gand est
battu et que Genk ne gagne pas
à Westerlo.
‣ Pour en être, Genk doit
battre Westerlo, espérer une
défaite de Charleroi et que
Gand ne batte pas Malines, ou
alors par un score-fleuve…
LEFOUR/BELGA
‣ Westerlo sera assuré du
Charleroi est à un petit point du bonheur : Les Carolos peuvent se contenter d’un nul à Lokeren pour accéder aux PO1.
42
maintien s’il bat Genk.
‣ Mouscron doit battre Courtrai
et espérer que Westerlo ne
gagne pas contre Genk.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Une ultime journée
sous haute tension
2500
Courtrai – Mouscron Dimanche 14h30
Mouscron veut croire au miracle
Entretien Thomas Van den Bril
JUPILER PRO LEAGUE> 30 E JOURNÉE
DI 14H30 – ST. ÉPERONS D’OR
COURTRAI
D1A Mouscronnois pur jus, Jérémy Huyghebaert est probablement le joueur le plus optimiste du noyau de Mircea Rednic.
Jérémy, l’état d’esprit a changé dans le
groupe suite à la victoire face au Standard ?
Pour moi, la situation n’a pas changé. On savait que nous devions gagner nos deux derniers matches. On s’est rapproché un petit
peu du maintien mais nous n’avons toujours
pas notre sort entre les mains.
Comment avez-vous préparé cette rencontre ?
Nous n’avons pas fait beaucoup de physique.
Nous le faisons depuis le début de la saison.
C’est surtout aux niveaux mental, technique
et tactique que nous avons travaillé.
Ent. Karim Belhocine
13
Sifakis
6
Barbaris
Goutas
16
31
23
Van Loo
Joaozinho
8
Pavlovic
30
14
D’Haene
Van Der Bruggen
27
9
Ouali
Chevalier
11
Saadi
20
99
Diedhiou
Matulevicius
11
7
Markovic
Mohamed
26
5
Nkaka
Hubert
28
27
Huyghebaert
Vojvoda
29
36
Peyre
Arslanagic
21
ARBITRE
M. Visser
Delac
Cette équipe de Courtrai ne vous a pas tellement réussi cette saison.
Nous les avons rencontrés en championnat et
MOUSCRON
Ent. Mircea Rednic
supporters “hurlus”
en Coupe. Nous les avons dominés à deux reprises et pourtant nous avons perdu à chaque fois sur le score de 1-0.
Vous sentez le groupe stressé par l’enjeu ?
Déjà avant le Standard, le coach nous avait
demandé de nous libérer, de ne penser qu’au
football. Cela avait fonctionné face aux Liégeois. Nous devrons rester concentrés de la
sorte face à Courtrai. Mais on ne doit pas
avoir de pression puisque tout le monde
nous avait condamnés à la culbute après notre défaite face à Waasland-Beveren. Là,
nous sommes peut-être en train de réaliser le
miracle que les Mouscronnois attendent.
Vous y avez toujours cru, vous, au maintien ?
Moi, tant que mathématiquement ce n’est
pas fait, j’y crois toujours. La saison dernière, j’étais au White Star. A quatre semaines de la fin du championnat, nous avions six
points de retard. Eh bien, nous avions fini
par être champions. Cela peut être le même
cas de figure cette saison.
Gand – Malines Dimanche 14h30
Gand n’a pas le choix, la victoire sinon rien
D1A “La pression sera là pour eux comme pour
nous. On verra qui la gère le mieux, qui la
transforme en pression positive.” Yannick Ferrera a bien résumé la situation psychologique actuelle. Les deux équipes veulent atteindre les PO1 et il y a très peu de chances
que les deux y parviennent.
1
Les atouts
de Malines
Quand Yannick Ferrera dit que qualifier Malines pour les playoffs 1 serait le plus grand
exploit de sa jeune carrière, il le pense vraiment. “Nous ne sommes pas censés être là si
on regarde le budget des autres clubs.” Ce qui
signifie qu’ils n’ont aucunement la pression.
C’est avec beaucoup de panache que les
Malinois sont restés dans le haut du tableau.
Même Hein Vanhaezebrouck soulignait les
performances de Malines. “Cette équipe surfe
sur le positivisme. Elle est athlétique, très forte
que ce soit physiquement ou mentalement.
C’est un club que j’aime beaucoup.”
JUPILER PRO LEAGUE
DI. 14H30 – GHELAMCO ARENA
LA GANTOISE
Entr. Hein Vanhaezebrouck
91
Kalinic
13
2
Gigot
21
Mitrovic
Asare
44
16
Esiti
Schoofs
32
15
Foket
Saïef
18
31
Kalu
Kubo
7
Coulibaly
99
Verdier
10
7
Croizet
Matthys
2
16
Bjelica
55
11
Filipovic
Rits
15
Cocalic
Paulussen
5
Vitas
4
De Witte
26
Coosemans
ARBITRE
M. Delferière
MALINES
Entr.: Yannick Ferrera
2
Les atouts
de Gand
Qualitativement, La Gantoise possède les
meilleures individualités et l’expérience de ces
grands moments. Ils sortent pourtant d’un
match européen qui s’est conclu sur une grosse
claque en plein visage. “C’est déjà du passé”,
affirme, sans convaincre, Vanhaezebrouck.
Le terrain doit être son avantage. Malines
s’exprime moins bien hors de ses bases.
3
Comment prendront-ils
la rencontre ?
Le nul ne suffit pas à La Gantoise. “Je pars
donc avec une équipe pour gagner, dit Vanhaezebrouck. Je ferai mon groupe en fonction
de cela et je n’y changerai pas grand-chose.”
Malines et Ferrera peuvent se contenter d’un
nul mais ne le feront pas. “Garder le zéro, c’est
risquer de se prendre un but en fin de match.
C’est trop dangereux. Il faut y aller pour gagner.”
Romain Van der Pluym
La mobilisation est forte au sein des
supporters mouscronnois pour ce
match de la dernière chance puisque
plus de 2500 supporters hurlus sont
attendus à Courtrai. Pourtant, le bloc
visiteur ne peut contenir que 840
personnes. Ces tickets ont été vendus
en deux jours, un exploit. Les
malchanceux se sont alors rabattus
sur les places disponibles au stade
des Eperons d’Or et destinées aux
supporters courtraisiens.
Épinglé
Anderlecht – Beveren
pour la 1re place
Les Mauves, en cas de succès
contre Waasland Beveren et d’un
faux pas brugeois face à SaintTrond, peuvent encore finir
premiers de la phase classique.
Pour cela, Weiler pourra compter
sur une équipe presque au
complet. Kara Mbodj a annoncé
via les réseaux sociaux qu’il était
prêt pour ce match. Mais Uros
Spajic a fort plu aux entraîneurs
et à la direction, à Nicosie. Est-ce
que le Serbe ne resterait pas dans
l’équipe ? En ce moment, il est
plus rapide que le Sénégalais. Si
Weiler maintient l’équipe qui fait
des ravages à domicile, il laisse
Trebel et Stanciu sur le banc,
malgré leurs bons matches (à
Malines et à Nicosie). Les cartes
jaunes disparaissent après cette
journée.
Du côté des Flandriens, Rudy
Camacho (tête), François Marquet
(dos) et l’ex-Anderlechtois
Ibrahima Conté (aine) sont
incertains. Niels De Schutter a été
exclu à Gand et s’est vu infliger
deux journées de suspension.
Waasland-Beveren n’a plus rien à
perdre ni à gagner. Au match
aller, les Waaslandiens avaient
battu Anderlecht. Y.T.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
43
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Les Pays-Bas n’ont rien à envier au hockey
S
La Hoofdklasse, bientôt dépassée?
Ces dernières années, le trafic sur le
chemin de la Hoofdklasse s’était con­
sidérablement amplifié pour nos Red
Lions notamment. Il y a deux ans à
peine, on dénombrait sept membres
de l’équipe nationale masculine
parmi l’élite chez nos voisins du nord: années avec des clubs belges, d’où leur
Thomas Briels, Elliot Van Strydonck présence en DH encore cette saison”,
et Vincent Vanasch à l’Oranje­Zwart, justifie le chef de la Fédé. On peut éga­
Simon Gougnard et Tom Boon à Bloe­ lement expliquer ce retour au pays
mendaal, Sébastien Dockier à Den par le contrecoup des JO et les choix
Bosch et Loïck Luy­
personnels de plu­
paert à Kampong.
sieurs joueurs pour
S’essayer
à
la
des raisons familiales
meilleure ligue au
ou professionnelles.
monde, rien d’illogi­
Sans oublier les tra­
que après tout pour
jets qui se révèlent
les plus ambitieux et
une contrainte très
talentueux de nos ar­
pesante. Et puis, le
tistes.
championnat belge
Depuis les JO de Rio
est devenu plus re­
où nos compatriotes
levé. “Je mettrais notre
se sont parés d’argent
DH à égalité avec l’Al­
après avoir vaincu –
lemagne mais devant
pour la première fois –
les championnats an­
l’ogre hollandais, cet
glais ou espagnols”,
exode vers les polders
appuie l’ancien dou­
connaît une accalmie.
ble Stick d’Or. Il y a
Seuls Dockier (an­
aussi la très at­
Marc Coudron
noncé de retour au
trayante India League
Président de l’ARBH.
Beerschot ce week­
qui ouvre ses bras à
end) et Stockbroekx
de nombreux Belges.
(Bloemendaal) n’évoluent pas à do­ “C’est vrai qu’en termes d’argent, c’est
micile.
la ligue la plus attractive du monde.
“L’année précédant les Jeux, beaucoup Mais c’est un format très particulier
de Lions sont rentrés en Belgique pour sur 6 semaines. Au niveau de la struc­
privilégier le programme intensif de ture, on est encore loin de la Hoofd­
l’équipe nationale. Ils ont alors, pour la klasse”, sourit Coudron.
plupart, signé des contrats sur plusieurs
Pierre Vangrootloon
“Les Néerlandais
ont 20 ans
d’avance sur
l’évolution de notre
sport en Belgique.”
AFP
i dans les années soixante, les
deux royaumes partageaient un
nombre sensiblement sembla­
ble d’affiliés, le boum du hockey hol­
landais s’est opéré à l’issue de la
Coupe du monde 1973 disputée à do­
micile. Les Oranje créaient la surprise
et s’offraient le Graal en battant l’Inde
en finale. “C’est un peu comme battre le
Brésil en finale du Mondial de foot, cela
a eu un retentissement énorme dans le
pays”, souligne Marc Coudron, prési­
dent de l’Association royale belge de
hockey. Un événement qui a marqué
la trajectoire du hockey aux Pays­Bas
jusqu’à en faire un sport national.
A l’issue de cette performance phé­
noménale, la Fédération hollandaise a
capitalisé, développé et parfaitement
géré son essor. Avant de connaître
une période faste, tout simplement
hallucinante à la fin des années 90
avec à la clé une médaille d’or aux JO
1996 et 2000 et la Coupe du monde
1998. “Une génération dorée qui a ab­
solument tout raflé”, témoigne Cou­
dron. “Cela a mis le hockey en lumière
grâce à cette formidable équipe qui était
la meilleure en sport collectif du pays.”
S’en sont suivis des investissements
colossaux aux quatre coins du pays.
Autour de 200 villes et villages ont ac­
quis des infrastructures. Désormais,
le hockey orange peut s’appuyer sur
un énorme réservoir d’adhérents (en­
tre 250000 et 300000) à travers près
de 300 clubs dans tout le pays. “C’est
La Mecque du hockey !”, tonne l’ancien
capitaine des Red Lions. “Ils ont 20 ans
d’avance sur l’évolution de notre sport
en Belgique. Nous visons les 50000 affi­
liés et la Hollande est évidemment un
modèle en termes de structure et de dé­
veloppement.” Si tout semble rose
dans la patrie des tulipes, l’équipe na­
tionale masculine doit cependant di­
gérer la décevante quatrième place
lors des derniers JO. “C’est une désillu­
sion mais de là à parler de recul, c’est
très relatif. Cela reste une des meilleures
équipes du monde”, tempère Coudron.
DEMARET
n Coudron s’exprime sur nos
voisins à l’approche de leurs
élections législatives.
Aux JO de Rio, la bande à Tom Boon avait réalisé l’exploit de vaincre l’ogre hollandais en demi-finale (3-1).
44
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
belge
Le Daring remontera-t-il la pente ?
DEMARET
Division d’Honneur Les Molenbeekois
reçoivent le Dragons, qu’ils sont les seuls
à avoir battu jusqu’ici. Dans le bas du
tableau, Beerschot-Orée sera important.
“Techniquement, leur
équipe nationale est la
plus solide au monde. Ils
me font penser au ‘tiki­
taka’ du FC Barcelone.”
Jeroen Delmée
DEMARET
Ancien joueur de l’équipe nationale
hollandaise et ex-coach des Red Lions.
“Le championnat
hollandais est le plus
intéressant du monde,
que ce soit au niveau
du talent ou
des infrastructures.”
Elliott Van Strydonck
Red Lion et ancien joueur
d’Oranje-Zwart.
L
a 16e journée du championnat s’annonce a priori
sans beaucoup de relief, ce qui n’exclut pas que cer­
taines surprises puissent se produire. Une seule ren­
contre opposera les clubs de la colonne de gauche, et
donc forcément aussi ceux de la colonne de droite.
La tête d’affiche est incontestablement constituée de
Daring­Dragons. Non seulement pour la raison qu’on
vient d’invoquer, mais aussi – beaucoup l’ont oublié en­
tre­temps – parce que les Molenbeekois sont les seuls à
avoir battu les champions sortants, qui plus est dans leur
antre brasschaatois. Seulement voilà, à l’époque le Da­
ring collectionnait les victoires et n’avait pas encore
perdu de point – sauf plus tard sur le tapis vert. Depuis
lors, les Rouge et Noir peinent à retrouver la bonne car­
buration et le changement de coach n’a pas encore pro­
duit d’effet notable. En outre, les coéquipiers de Geof­
froy Cosyns devront composer sans leur défenseur et ti­
reur de pc Dominic Uher, mobilisé par son équipe
nationale en World League 2. Il est pourtant temps de
retrousser ses manches du côté de la Basilique…
Les autres candidats à la 4e place – on peut raisonnable­
ment penser que le Top 3 actuel ne sera plus vraiment
inquiété sauf effondrement subit – auront un pro­
gramme disparate. Le Léo s’en ira au Wellington (le
match aller a été inversé : attention les distraits !) privé
lui aussi de deux joueurs clés : Nuñez qui joue pour l’Ita­
lie et Kotulski mobilisé par la Pologne. On voit mal les
Jaune et Gris déflorer leur capital­points dans ces condi­
tions.
La World League fait des ravages
Quant à l’Herakles, il sera astreint à un derby jamais
évident contre le Braxgata qui est en grand manque de
Les Dames de l’Antwerp transfèrent
Maartje Paumen…
DEMARET
L’
“S’il faut noter un aspect
négatif, je dirais qu’ils
sont un peu trop sûrs
d’eux. Et sans doute que
cet aspect n’est pas
étranger à notre victoire
contre eux aux JO.”
Vincent Vanasch
Red Lion et ancien joueur
d’Oranje-Zwart.
points. Malgré le fossé qui sépare les deux équipes (les
Lierrois comptent presque deux fois plus de points que
les Boomois), il y aura certainement match.
La même chose peut être dite de Louvain­Racing. Dé­
sormais rassurés sur leur sort, les Universitaires, tou­
jours imprévisibles, même d’une mi­temps à l’autre, ne
partent pas forcément perdants contre les Rats, même si
ceux­ci leur sont intrinsèquement supérieurs. Là aussi la
World League provoquera trois absents : Dallons et Loc­
kwood à Louvain et Harte au Racing. Watducks­An­
twerp, ou le 2e qui reçoit l’avant­dernier, ne devrait pas
engendrer de surprise notable, même sans Charlet et
Dumont qui joueront pour la France.
Il reste le seul match entre deux équipes de la
deuxième moitié du classement : Beerschot­Orée. A l’al­
ler, les Woluwéens l’avaient emporté au finish. Mainte­
nant qu’ils sont pratiquement au sec, ils devront pren­
dre garde au retour de manivelle, d’autant qu’ils se pro­
duiront sans Charles Masson, qui jouera pour la France.
Jean-François Jourdain
équipe masculine de l’Antwerp a beau vivre une sai­
son très difficile, le club reste ambitieux. En témoigne
l’annonce de l’arrivée d’un très gros poisson dans
l’équipe féminine : la Néerlandaise Maartje Paumen, une
des joueuses les plus emblématiques du monde, jouera la
saison prochaine à Sint­Job­in’t­Goor.
Un petit coup d’œil à son palmarès ? 2 médailles d’or et
une d’argent aux Jeux, 2 fois championne du monde, 3 fois
championne d’Europe, 4 Champions Trophy… et le titre de
meilleure buteuse en Hoofdklasse chaque année en­
tre 2008 et 2016, sauf en 2012. Vous en faut­il plus ?
La Hollandaise se dit impatiente de découvrir de nouvel­
les aventures : “Après avoir pris ma retraite internationale, je
trouve que c’est une excellente opportunité pour jouer près de
chez moi, mais tout de même dans une compétition et une cul­
ture différentes. Le hockey belge ne cesse de progresser depuis
quelques années et je suis impatient de pouvoir faire évoluer
cette équipe vers le plus haut niveau !” Quant à sa future coach
Sofie Gierts, elle est évidemment sur son petit nuage : “Nous
avons démarré un nouveau projet avec une nouvelle équipe à
la fin de la saison passée, avec beaucoup de jeunes joueuses du
club. (...) Nous allons tous pouvoir nous inspirer de sa mentalité
et de sa passion pour le hockey. Nous sommes très impatients
d’être avec elle sur le terrain et d’ainsi faire évoluer le hockey fé­
minin.”
J.F.J.
Du côté des Dames
Le Waterloo Ducks en danger
L’Antwerp se rend à Waterloo avec la ferme intention
d’éliminer les Vertes de la course aux play-offs. Frustrées
de leur défaite à la dernière minute sur un but très
contesté, les vice-championnes en titre ne peuvent pas
perdre sous peine de se retrouver à la 6e place et à 7
points des Anversoises; le top 4 s’éloignerait quelque peu.
Les autres rencontres sont a priori plutôt déséquilibrées. Il
ne fait nul doute que le Parc ne pourra rien face au
Victory, que le Wellington profitera de sa visite à Bruges
pour garder le contact avec le top 4, et que Louvain fera
de même en recevant le Pingouin. La Gantoise conservera
sa deuxième place même en cas de défaite face au
Dragons tandis que le Braxgata devra se méfier en se
rendant à l’Herakles qui fait enfin donner du canon à ses
Néo-Zélandaises. Ph.D.
… et le Beerschot rapatrie
Sebastien Dockier
I
l n’y a pas qu’à Bruxelles que l’on
s’active en vue de la saison pro­
chaine. Comme le fait remarquer ce
dirigeant de club blanchi sous le har­
nais : “Si tu attends le 10 mai et la fin de la
saison pour partir à la pêche aux joueurs,
tu arrives deuxième sur la balle partout !”
Le Beerschot a donc pris les devants et
rapatrié son ancien joueur, Sebastien
Dockier. L’international anversois, ori­
ginaire de Malines, se produisait pour
Den Bosch, le club de Marc Lammers,
depuis trois saisons. Le transfert n’a pas
encore été confirmé (ni infirmé
d’ailleurs) par le club, et nous n’aurons
dès lors aucune réaction officielle, mais
il a été annoncé sur le site de la fédéra­
tion néerlandaise, toujours bien in­
formé. Une chose est certaine, cepen­
dant : cette transaction n’aura lieu que
si les Ours se maintiennent en DH, les
internationaux n’évoluant pas en D1.
Actuellement, ils sont 9es avec 16 pts,
quatre de plus que l’Antwerp, actuelle­
ment 1er relégable.
J.F.J.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
45
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Peter Sagan marque déjà les es
sur Tirreno-Adriatico
Cyclisme Le champion du
monde sera le grand favori de
Milan-Sanremo.
D
cès ne pourrait lui échapper.
“Je ne suis pas toujours le plus fort,
vous savez (rires). Jeudi, même si j’ai
gagné le sprint du peloton, deux gars
ont fini devant moi. Je me suis servi
des enseignements tirés d’une de mes
défaites l’année dernière sur Tirreno.
J’avais lancé le sprint de trop loin avec
un fort vent latéral. J’ai retenu la le­
çon et suis sorti de la roue de Viviani
au bon moment.”
Concentré sur les prochaines échéances
Déjà très impressionnant lors du
week­end d’ouverture en Belgique,
le champion du monde se profile
sans doute un peu plus comme le
grandissime favori à la victoire la
semaine prochaine à Milan­San­
remo.
“Plus que les victoires, ce sont les
sensations que l’on éprouve en ma­
“L’année dernière
je n’ai pas connu
les joies du succès ici
mais je me suis
ensuite imposé au
Tour des Flandres.
Dès lors j’espère que
je ne viens pas
de vivre la dernière
victoire de
ma saison…”
Peter Sagan
SUNADA/BELGA
e la grisaille de Kuurne au ciel
azur de Montalto di Castro,
l’arc­en­ciel de Peter Sagan
brille avec le même éclat. Qu’on
aime ou exècre le personnage, force
est de constater que le Slovaque
possède le pouvoir de colorer cha­
cune des courses au départ des­
quelles il s’aligne et exerce une
forme de magnétisme sur les foules
partout où il passe.
Hier, près d’une heure après sa
victoire dans la troisième étape de
Tirreno Adriatico, tous ceux qui
portaient un badge officiel autour
du cou semblaient s’être donné
rendez­vous dans la salle de presse
devenue trop exiguë quelques mi­
nutes après que le nouveau leader
Rohan Dennis se soit adressé à une
quinzaine de journalistes tout au
plus.
“Je pense mesurer à sa juste valeur
la popularité dont je jouis, souriait le
coureur de Bora­Hansgrohe. Je tente
juste de rester moi­même. Cet enthou­
siasme autour de ma personne est po­
sitif mais il faudra voir s’il survivra
aux années… (rires)”
C’est que la domination du ci­
toyen monégasque est telle
qu’elle tend parfois à tuer tout
suspens. Vendredi, après qu’il a
pu échapper à la chute qui ne per­
mit qu’à une dizaine de coureurs
de se jouer la victoire, on eut ainsi
très vite le sentiment que le suc­
Peter Sagan se profile sans doute comme le grandissime favori la semaine prochaine à Milan-Sanremo.
46
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
chine qui importent souvent le
plus. Ce succès constitue ma
sixième victoire sur la Course des
Deux Mers, mais l’année dernière
je n’ai pas connu les joies du succès
ici, mais je me suis ensuite imposé
au Tour des Flandres. Dès lors, j’es­
père que je ne viens pas de vivre la
dernière victoire de ma saison…
(rires).”
Habituellement très peu enclin
à évoquer d’autres échéances
que celles de la prochaine heure,
le Slovaque semble cette fois
déjà absorbé par le sujet. Et si les
ondes de Radio Peloton crépi­
tent d’un bruit qui laisserait en­
tendre que le Slovaque prépare
la sortie prochaine d’un nou­
veau buzz à la façon de sa réin­
terprétation de “Grease”, ce­
lui­ci affirme “qu’il se concentre
sur le vélo”.
Cela promet…
Quentin Finné
Épinglé
Nouveau coup de
chaud pour Boonen
Victime de chutes au Tour
d’Oman et sur le Circuit Het
Nieuwsblad, l’Anversois a une
nouvelle fois été impliqué dans
un incident qui jetta au sol
plusieurs coureurs à 800 mètres
du but et coupa le peloton en
deux. “On ne peut pas dire que je
sois vraiment tombé, commentait
l’Anversois après avoir franchi la
ligne plusieurs minutes après
Peter Sagan. J’ai simplement été
éraflé au niveau de mon genou
droit, au même endroit qu’une
précédente plaie. Rien de trop
grave donc. J’étais environ en
15e position, avec mon équipier
Gaviria dans ma roue, lorsque
deux gars sont tombés devant
moi. Je n’ai pu les éviter. Cette
série de coups du sort me
frustre-t-elle ? Une des
premières choses que j’ai
apprises dans ma carrière est
que cela présentait plus de
risques de rouler en tête dans
un final comme celui-là plutôt
qu’à l’arrière du peloton (rires).
Quand vous vous apprêtez à
participer à un sprint et qu’on
vient de franchir la flamme
rouge, on sait qu’une chute peut
arriver. Mais tout va bien, j’ai
même pu manifester mon
mécontentement par une petite
tape sur la tête du coureur à
l’origine de ce crash…”
Cyclisme Le Français reste
solide leader alors que
le plus dur reste à faire.
A
u revoir, à demain… Enfin, je
l’espère !”
Julian Alaphilippe s’est re­
pris in extremis et a provoqué le
rire en salle de presse quand il a
donné rendez­vous aux journalis­
tes présents. Chaque jour, le vain­
queur de l’étape et le porteur du
maillot jaune viennent en effet
parler aux médias présents sur la
Course au Soleil.
Après sa prise de pouvoir mer­
credi, à l’issue du chrono du mont
Brouilly, le jeune Français s’habi­
tue à la situation, à son nouveau
statut, mais, contrairement à ce
que son cri du cœur pourrait lais­
ser croire, il sait bien qu’il va vrai­
ment devoir se battre pour conser­
ver son bien, ce samedi, au som­
met du col de la Couillole.
“L’étape d’aujourd’hui (vendredi)
a confirmé ce que je pensais, rien ne
sera facile”, avouait en effet la pé­
pite de Quick Step à l’issue d’une
étape où il avait un peu coincé
dans la finale, sur le mur de
Fayence.
Henao comme principal concurrent
Pourtant, Alaphilippe avait fini
4e au sommet de la côte de 1,3 km
à près de 10% (dont des passages
supérieurs à 17%) et il a même
grappillé quelques secondes à ses
rivaux. Cependant, il a dû concé­
der dix­huit secondes, bonifica­
tions comprises, à Sergio Henao.
Le récent champion de Colom­
bie, leader de la Sky, semble a
priori son principal rival avant un
terrible week­end final.
“L’étape a été difficile et la pro­
chaine sera encore plus compliquée
avec de nombreuses ascensions plus
dures
que
celles
gravies
aujourd’hui”, expliquait encore le
maillot jaune qui revint sur le pre­
mier des trois derniers volets de
l’épreuve.
S’il reste confiant, le coureur de
Saint­Amand­Montrond se veut
aussi réaliste.
“Je prends jour après jour, sou­
rit­il. Je sais que j’ai encore plusieurs
adversaires, il suffit de jeter un coup
d’œil au classement. Après, Henao est
très fort, il a une solide équipe mais
moi aussi. Il sera un sérieux client
pour creuser des écarts sur la
Couillole. Il reste deux opportunités à
mes adversaires de me reprendre du
temps ou de faire basculer la course
mais je ne lâcherai rien.”
Eric De Falleur
ESTRELLA/AFP
prits
Alaphilippe
résiste à
Paris-Nice
David Goffin aborde le tournoi d’Indian Wells avec le plein de confiance.
Goffin revient sur son
début de saison
Tennis Avant de faire son entrée, ce samedi soir, au 2e
tour d’Indian Wells, face au Russe Karen Khachanov,
David Goffin s’est confié à La Libre.
Carole Bouchard
Envoyée spéciale aux Etats-Unis
A
vant de filer s’entraîner avec Jo­Wilfried Tsonga vendredi
matin, David Goffin a pris le temps de donner des nouvelles
pour son retour à Indian Wells, là où il avait épaté son monde
en 2016 en atteignant les demi­finales, avec des victoires sur Stan
Wawrinka et Marin Cilic au passage. L’actuel 12e joueur mondial, fi­
naliste à Sofia et Rotterdam, était souriant et détendu au long de
cette interview en terrasse du restaurant des joueurs. Sous le soleil,
avec la vue sur les montagnes.
Vous repensez à votre performance de l’an passé en revenant ici ou vous
préférez éviter ?
Si, j’y repense. Mais pas trop (sourire). J’essaie juste de commencer un
nouveau tournoi. Je ne vois pas ça comme des points à défendre mais
comme une opportunité. Je sais que chaque saison est différente…
Comment voyez-vous ce premier match face au Russe Karen Khachanov,
vainqueur de Tommy Robredo (6-1, 7-5) ?
C’est un match difficile car c’est un jeune joueur assez puissant, qui a
vraiment de très grosses frappes donc dans un bon jour il peut vrai­
ment être très dangereux. A moi de montrer que je suis présent dès
le début et que je ne vais rien lâcher pour essayer de le faire un peu
déjouer car frapper plus fort que lui, ça ne va pas être possible.
Ce gros début de saison doit vous donner beaucoup de confiance…
Oui, bien sûr. Je me sens bien, j’ai eu beaucoup de matches depuis le
début de la saison, le niveau de jeu était là aussi donc, oui tout va bien
pour l’instant. Physiquement aussi, donc ça roule.
Quel regard portez-vous sur votre premier passage dans le Top 10 avec un
peu de recul ?
Je n’y suis resté qu’une semaine ou deux…
C’est déjà ça !
Oui. J’étais content c’est sûr. Être 10e mondial ça fait quand même
quelque chose. Être dans le Top 10, c’est un rêve pour tout joueur du
tennis. Et c’était bien que ça arrive après un bon résultat comme Rot­
terdam…
En terme de jeu, vous trouvez-vous plus fort qu’à la même époque la saison passée ?
Oui, je pense que je continue à progresser. Le service a vraiment bien
évolué je trouve et je pense que je suis sur la bonne voie. Je sers vrai­
ment beaucoup mieux depuis le début de l’année et ça m’aide pas
mal. Je continue aussi d’être un peu plus agressif, et là aussi il faut
continuer. Je pense être un peu meilleur dans tous les comparti­
ments.
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
47
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Ferrari finit en trombe les essais
hivernaux
Formule 1 Kimi Raikkonen a
dévoilé les cartes
de la Scuderia ce vendredi.
FERNANDEZ/AP
P
résent en famille, avec son
jeune fils Robin, Kimi Raikko­
nen a explosé les chronos,
vendredi, lors de la huitième et
dernière journée d’essais hiver­
naux F1 sous le soleil de Catalogne.
Alors que la veille son équipier Se­
bastian Vettel avait volontairement
levé le pied pour ne pas passer sous
la barre de la minute dix­neuf (ce
qui n’avait pas échappé à l’œil
averti de Lewis Hamilton, toujours
suivi dans le paddock par son
chien Roscoe), Iceman a dévoilé
une partie des cartes de la Scuderia
en signant un phénoménal
1.18.638 en pneus ultra­tendres,
sept dixièmes plus vite que les
deux Mercedes.
“Lewis nous accuse de cacher no­
tre jeu, mais tout le monde sait que
les Benz ne vont jamais à fond non
plus lors des tests privés”, a indiqué
le quadruple champion du monde
allemand, deuxième pilote le plus
vu en piste en Espagne après Valt­
teri Bottas (628 tours) à qui “il
manque encore deux dixièmes”, se­
lon un Niki Lauda pas trop satis­
fait de ces deux semaines de pré­
paration. “Ferrari nous a rattrapés,
voire dépassés”, estime Hamilton.
“J’ai hâte d’être à Melbourne pour
Kimi Raikkonen a explosé les chronos lors de la dernière journée d’essais hivernaux.
voir ce qu’il en est réellement.”
Nous aussi mais il est certain que
la SF70H va vite. Très vite même.
Un vrai duel Ferrari­Mercedes se­
rait génial pour la F1.
McLaren n’est pas encore au point
A l’analyse des performances de
Montmelo, Williams­Mercedes et
Red Bull­Renault sont dans la
même seconde que les deux écuries
favorites. Tandis que Renault, Toro
Rosso et Force India ne pointent pas
loin non plus.
En queue de peloton, on retrouve
Sauber et McLaren­Honda dont le
calvaire s’est poursuivi hier, de
nouveaux problèmes électriques
privant Fernando Alonso de pré­
cieux kilomètres. En huit jours, la
MCL32, à 2.7 secondes, aura quasi
bouclé autant de tours sur la dé­
panneuse que d’affilée. “Le début de
saison s’annonce difficile”, a reconnu
le patron Zak Brown. “On aura en­
core des soucis lors des premiers GP. Je
serais étonné que cela se passe autre­
ment. Mais Honda fait tout son possi­
ble pour sortir de l’ornière.”
Franchement pas les débuts que
l’on espérait pour notre Stoffel Van­
doorne (17e absolu sur 20 titulaires,
41 millièmes devant Alonso) res­
tant concentré, positif et très pro­
fessionnel.
O. d.W.
“Ferrari nous a rattrapés, voire dépassés…”
Lewis Hamilton
LES MEILLEURS TEMPS DE LA SEMAINE
Pilote
Raikkonen
Vettel
Bottas
Hamilton
Massa
Verstappen
Sainz Jr
Hulkenberg
Ricciardo
Pérez
Ocon
Palmer
Stroll
Kvyat
Magnussen
Grosjean
Vandoorne
Alonso
Ericsson
Wehrlein
Giovinazzi
Celis Jr
48
Ecurie
Ferrari
Ferrari
Mercedes
Mercedes
Williams
Red Bull
Toro Rosso
Renault
Red Bull
Force India
Force India
Renault
Williams
Toro Rosso
Haas
Haas
McLaren
McLaren
Sauber
Sauber
Sauber
Force India
Temps
1.18.634
1.19.024
1.19.310
1.19.352
1.19.420
1.19.438
1.19.837
1.19.885
1.19.900
1.20.116
1.20.161
1.20.205
1.20.335
1.20.416
1.20.504
1.21.110
1.21.348
1.21.389
1.21.670
1.22.347
1.22.401
1.23.568
Pneus
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Super tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Super tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Tendres
Super tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Super tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Ultra Tendres
Tours
364
591
628
388
417
347
307
313
337
349
365
283
385
277
370
346
235
190
444
146
151
71
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
| RÉSULTATS |
EN BREF
BASKET-BALL
NBA
Jeudi : Detroit – Cleveland 106-101; Memphis –
LA Clippers 98-114; Oklahoma City – San
Antonio 102-92; Portland – Philadelphia
114-108 (a.p.); Phoenix – LA Lakers 110-122.
HOCKEY
Division 1
Antwerp – Spirou
Mons-Hainaut – Louvain
Willebroek – Brussels
Alost – Limburg United
Ostende – Liège
J. Stuyven (TFS) 3:18; 58. J. Bakelants (ALM)
3:26; 76. B. De Clercq (LTS) 7:20; 83. M. Monfort
(LTS) 7:51; 86. T. Boonen (QST) 8:47; 121.
J. Vermote (QST) 12:57; 122. N. Maes (LTS)
12:59; 123. T. Benoot (LTS) 13:24; 142. I. Keisse
(QST) 15:38; 143. J. Debusschere (LTS) 15:44;
147. S. Vanmarcke (CDT) 16:45.
Division d’Honneur messieurs
83-76 a.p.
Sa 20h30
Sa 20h30
Sa 20h30
Sa 20h30
CYCLISME
16e journée
Herakles – Braxgata
Daring – Dragons
Waterloo Ducks – Antwerp
Louvain – Racing
Wellington – Léopold
Beerschot – Orée
Paris-Nice
FOOTBALL
6e étape : 1. Simon Yates (G-B/ORS) les
193.5km en 4h37 : 51 (moy. 41.785133km/h); 2.
Sergio Henao (Col) à 0:17; 3. Richie Porte (Aus)
0:26; 4. Julian Alaphilippe (Fra) 0:29; 5. Daniel
Martin (Irl) 0:29; 6. Ion Izagirre (Esp) 0:32; 7.
Jakob Fuglsang (Dan) 0:32; 8. Alberto Contador
(Esp) 0:32; 9. Ilnur Zakarin (Rus) 0:32; 10. Tony
Gallopin (Fra) 0:32… Les Belges : 25. Dylan
Teuns 05:07; 29. Philippe Gilbert 05:47; 31.
Serge Pauwels 05:58; 33. Oliver Naesen 06:03;
38. Thomas De Gendt 06:22; 42. Jens Keukeleire
06:35; 62. Tosh Van der Sande 12:47; 93. Jelle
Wallays 18:08; 95. Yves Lampaert 18:08; 100.
Edward Theuns 23:28; 110. Baptiste Planckaert
23:28; 122. Maarten Wynants 23:28; 124. Stijn
Vandenbergh 23:28; 136. Zico Waeytens 23:28.
Général : 1. J. Alaphilippe (Fra/QST) les
941.0km en 21h58 : 22 (moy. 42.825718km/h);
2. T. Gallopin (Fra) à 0:36; 3. S. Henao (Col)
0:46; 4. G. Izagirre (Esp) 0:57; 5. D. Martin (Irl)
01:20; 6. I. Zakarin (Rus) 01:31; 7. A. Contador
(Esp) 01:34; 8. S. Yates (G-B) 01:37; 9. I. Izagirre (Esp) 02:04; 10. W. Barguil (Fra) 03:08;
11. P. Gilbert 06:41;…; 20. Y. Lampaert 19:37;
21. K. Koren (Slo) 19:49; 22. J. Wallays 21:32;
23. M. Finetto (Ita) 22:02; 24. M. Matthews
(Aus) 22:42; 25. O. Naesen 23:20… Les autres
Belges : 33. J. Keukeleire 27 : 22; 49. T. Van der
Sande 33 : 58; 66. D. Teuns 37 : 58; 70. T. De
Gendt 39 : 18; 77. S. Pauwels 41 : 02; 86.
E. Theuns 42 : 41; 90. B. Planckaert 43 : 12;
102. M. Wynants 44 : 56; 128. S. Vandenbergh
55 : 36; 134. Z-. Waeytens 57 : 07.
15h00
15h00
15h00
15h00
15h00
15h30
Italie
28 journée. – Vendredi : Juventus – AC Milan
2-1.
e
Allemagne
24e journée. – Vendredi : Bayer Leverkusen –
Werder Brême 1-1.
France
29e journée – Vendredi : Marseille – Angers
3-0, Nice – Caen 2-2.
TENNIS
Indian Wells – WTA – 7669423 $
Premier tour : M. Duque (Col) bat P. Tig (Rou)
6-4, 0-6, 6-4; N. Osaka (Jap) bat R. Ozaki (Jap)
6-4, 6-2; K. Siniaková (Tch) bat M. Barthel (All)
4-6, 6-4, 6-4; M. Linette (Pol) bat T. Townsend
(USA) 6-4, 6-2; J. Görges (All) bat A. Tomljanovic (Cro) 7-5, 6-2; L. Davis (USA) bat V. Golubic
(Sui) 6-4, 4-6, 7-5; A. Beck (All) bat E. Bouchard
(Can) 3-6, 6-2, 6-2; D. Vekic (Cro) bat A. Riske
(USA) 6-3, 7-6 (7/2); S. Sorribes (Esp) bat E.
Makarova (Rus) 6-4, 6-2; S. Peng (Chn) bat L.
Tsurenko (Ukr) 6-2, 2-6, 7-5; L. Safarova (Tch)
bat L. Arruabarrena (Esp) 6-3, 6-2; J. Jankovic
(Ser) bat I. Falconi (USA) 6-2, 3-6, 6-3; S. Rogers
(USA) bat J. Brady (USA) 6-4, 7-6 (7/4); V. Lepchenko (USA) bat Y. Shvedova (Kaz) 4-6, 6-2,
6-4; P. Parmentier (Fra) bat O. Dodin (Fra) 6-2,
6-4; A. Petkovic (All) bat V. King (USA) 6-0, 2-0
(abandon).
Rallye/Mexique
Début de course amputé, Hänninen premier
Les deux premières spéciales du Rallye du Mexique ont été
annulées suite à un accident bloquant pendant 6 heures
l’autoroute entre Mexico City et Léon. Dommage pour Neuville qui
devait profiter de cette 1re journée pour faire le trou… Jeudi soir, la
double étape dans le centre de Mexico a permis à Juho Hänninen
(Toyota) de prendre la tête, 1,6 sec. devant Tänak (Ford) et Meeke
(Citroën) et 2,6 sec. devant Neuville (Hyundai), tandis qu’Ogier et
Lefebvre calaient leur moteur. B.V.
Judo
Van Snick, le bronze
en -52 kg à Bakou
La capitale de l’Azerbaïdjan
semble réussir à la Liégeoise
puisque, après son titre, il y a
deux ans, lors des Jeux
européens, en -48 kg, elle y a
décroché, ce vendredi, la médaille
de bronze aux dépens de
l’Israélienne Cohen, n°7 mondial,
en -52 kg. Une sacrée
performance pour Charline qui en
était, seulement, à sa deuxième
apparition dans sa nouvelle
catégorie après sa cinquième
place, en décembre, au Grand
Chelem de Tokyo. G.B.
Golf
Woods encore
poussé à déclarer
forfait
Tiger Woods a renoncé à
participer à l’Arnold Palmer
Invitational, du 16 au
19 mars, alors que se profile
le Masters d’Augusta début
avril. “Malheureusement, en
raison des soins et du repos
nécessaires pour mon dos, je
ne serai pas en mesure de
participer à ce tournoi”, a
indiqué celui qui n’est plus
apparu en compétition
depuis l’Open de Dubaï le
3 février.
Automobilisme/Motocyclisme
Décès de John Surtees, le polyvalent
Le Britannique John Surtees, seul pilote à avoir été sacré
champion du monde de Formule 1 et de vitesse moto, est décédé
à l’âge de 83 ans, vendredi à Londres, a annoncé sa famille dans
un communiqué. L’ancien pilote avait remporté le titre mondial
dans la catégorie reine du sport auto avec Ferrari en 1964,
après sept titres sur deux roues. Quatre en 500 cc, en 1956,
1958, 1959 et 1960 et trois en 350 cc, en 1958, 1959 et 1960,
tous au guidon des fameuses MV Agusta. (AFP)
Tirreno-Adriatico
3e étape : 1. P. Sagan (Svq/BOH), les 204,0 km
en 4h51 : 59 (moy. 41,920 km/h); 2. E.Viviani
(Ita/SKY) à 0:00; 3. J. Roelandts (LTS) 0:00; 4.
S. Modolo (Ita/UAD) 0:00; 5. L. Mezgec (Sln/
ORS) 0:00; 6. R. Zabel (All/KAT) 0:00; 7.
A. Palini (Ita/ANS) 0:00; 8. R. Ferrari (Ita/UAD)
0:00; 9. G. Preidler (Aut/SUN) 0:00; 10.
R. Sinkeldam (P-B/SUN) 0:00;…
Les autres Belges : 31. T. Benoot (LTS) 0:00;
59. G. Van Avermaet (BMC) 0:00; 63. N. Maes
(LTS) 0:00; 70. J. Bakelants (ALM) 0:00; 76.
J. Stuyven (TFS) 0:00; 84. M. Monfort (LTS)
0:00; 102. S. Vanmarcke (CDT) 0:00; 113.
T. Wellens (LTS) 0:00; 117. B. De Clercq (LTS)
3:05; 137. J. Vermote (QST) 4:10; 139. T. Boonen
(QST) 0:00; 140. I. Keisse (QST) 0:00.
Général : 1. R. Dennis (Aus/BMC) les 455,7km
en 11h07 : 13 (moy : 40,907 km/h); 2. G. Van
Avermaet (BMC) à 0:00; 3. D. Caruso (Ita/BMC)
0:00; 4. T. van Garderen (USA/BMC) 0:00; 5.
N. Terpstra (P-B/QST) 0:16; 6. B. Jungels
(Lux/QST) 0:16; 7. N. Quintana (Col/MOV) 0:21;
8. A. Amador (C-R/MOV) 0:21; 9. J. Castroviejo
(Esp/MOV) 0:21; 10. D. Moreno (Esp/MOV)
0:21;…; 17. T. Wellens (LTS) 0:51;… Les autres
Belges : 33. J. Roelandts (LTS) 1:17; 54.
Indian Wells – ATP – 7669423 $
Premier tour : V. Pospisil (Can) bat Yen-Hsun
Lu (Tha) 6-7 (6/8), 6-4, 6-3; D. Lajovic (Ser) bat
F. Tiafoe (USA) 6-3, 6-3; P. Gojowczyk (All) bat
R. Opelka (USA) 6-4, 3-6, 6-1; A. Mannarino
(Fra) bat J. Monaco (Arg) 6-3, 6-7 (5/7), 6-1;
K. Khachanov (Rus) bat T. Robredo (Esp) 6-1,
7-5; D. Dzumhur (B-H) bat R. Harrison (USA)
6-4, 3-6, 7-5; M. Klizan (Svq) bat T. Monteiro
(Bre) 7-6 (8/6), 6-3; F. Fognini (Ita) bat K.
Kravchuk (Rus) 0-6, 7-5, 6-4; P. Lorenzi (Ita) bat
R. Haase (P-B) 6-4, 6-3; A. Dolgopolov (Ukr) bat
V. Troicki (Ser) 6-1, 6-4; Y. Nishioka (Jap) bat E.
Ymer (Sue) 6-4, 6-1; B. Fratangelo (USA) bat B.
Tomic (Aus) 6-2, 6-2; D. King (Bar) bat N.
Basilashvili (Geo) 7-5, 7-5; M. Kukushkin (Kaz)
bat J. Thompson (Aus) 1-6, 6-1, 3-0 (ab.);
J. Sousa (Por) bat D. Schwartzman (Arg) 4-6,
6-3, 6-4; J. Chardy (Fra) bat R. Albot (Mol) 7-6
(7/2), 6-2.
RUGBY
Tournoi des Six Nations
Pays de Galles – Irlande
22-9
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
49
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
SERVICE NÉCROLOGIE - TEL: 02 211 31 88, EMAIL: NECROLOGIESLB@IPMADVERTISING.BE, FAX: 02 211 28 72
AVIS NÉCROLOGIQUES
21-116226701-01
21-116254401-01
21-116259401-01
21-116227301-01
21-116256401-01
21-116221601-01
50
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
SALLE DE VENTE PAR NOTAIRES
34, rue de la Montagne - 1000 Bruxelles
21-116222402-02
21-116220101-01
MAISONS À LOUER
ANTIQUITÉS
21-116225602-02
21-115938201-01
LITTORAL À LOUER
21-114382601-01
SERVICES
21-115938204-04
21-116224401-01
21-116188801-01
AVIS DE FUNÉRAILLES
21-116226502-02
21-116220902-02
21-116225102-02
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
51
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Musées
Le projet sera plus
qu’un musée d’art
moderne et
contemporain.
n Laurent Busine,
l’ex-directeur du
Mac’s, a été choisi
comme conseiller
spécial.
n “Le plus gros
investissement
culturel à Bruxelles
depuis Léopold II”
indique Yves
Goldstein, chargé
du projet.
n
“Le Pompidou ne viendra pas en colonisateur
hégémonique. Fort de son expérience d’implication
dans la ville, il travaillera avec nous, avec le monde
culturel bruxellois.”
Yves Goldstein
JOHANNA DE TESSIÈRES
Ex-chef de cabinet du ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort, désormais en charge du
pilotage du projet de pôle culturel qui doit voir le jour dans l’ancien garage Citroën, à Yser.
L’intérieur du garage Citroën, situé le long du canal à Yser, tel qu’il se présente
aujourd’hui.
Les contours du Citroën,
bruxellois, se dessinent
M
Rencontre Guy Duplat
ercredi soir, plus de 200 représen­
tants du monde culturel bruxellois
étaient invités au garage Citroën pour
une visite des lieux et un exposé des
responsables du mégaprojet de “Pôle
multiculturel, pluridisciplinaire” avec entre
autres, deux musées. Le ministre­président Rudi
Vervoort, les responsables du Centre Pompidou
(Bernard Blistène, directeur du musée d’Art mo­
derne et Denis Berthomier, DG du Pompidou),
étaient là aux côtés d’Yves Goldstein chargé par
la Région bruxelloise de conduire ce projet et
que nous avons rencontré à cette occasion.
Les participants ont pu se rendre compte que
derrière le show room bien connu, il y a tout le
garage avec ses immenses verrières : une vraie
cathédrale à rénover.
Il s’agissait aussi de tenter de rassurer les in­
quiétudes nées de ce projet.
Lors de son annonce en septembre, on avait
déjà indiqué que le choix serait de dédier les
35 000 m2 entièrement à la culture. “C’est la pre­
mière fois depuis Léopold II qu’un tel investissement
culturel se fera à Bruxelles”, s’enthousiasme Yves
Goldstein qui nous en précise les affectations :
15 000 m2 pour le futur musée d’Art moderne et
contemporain, soit 8 000 m2 pour l’expo perma­
52
nente, 4 000 m2 pour les expos temporaires –
deux de front – et 3 000 m2 pour l’administratif.
Fabuleux
collections publiques en Art moderne disponibles en
Belgique. Mais je ne sais pas encore en dire plus et
c’est un job part time.”
L’autre musée consacré à l’architecture (cons­ Concours international
titué à partir du Civa et des archives Sint Lukas)
Au nom de la SAU, Société d’aménagement ur­
aura 10 000 m2. Les 10 000 m2 restant, avec bain, propriétaire du Citroën, un concours inter­
l’actuel show room et ses 21 mètres de hauteur national d’architecture sera lancé mi­avril.
de plafond et deux “rues” qui traverseront le D’ores et déjà, dit Yves Goldstein, les plus grands
“Pôle culturel” seront des “espa­
bureaux ont marqué un intérêt
ces publics” : expos, ateliers
(Herzog&de Meuron, Koolhaas,
d’enfants, horeca, incubateur de
Nouvel, etc.). L’enveloppe prévue
start­up culturelles et des salles
pour les travaux est de 125 mil­
millions d’euros
disponibles pour les acteurs cul­
lions d’euros hors TVA et hors
turels bruxellois. Yves Goldstein C’est le montant de l’enveloppe honoraires (au total, 170 millions
prévue pour les travaux
cite le Kunsten, Passa Porta,
d’euros). Mais on sait que pour de
d’aménagement de l’ancien
RAB, etc.
tels projets, les budgets sont sou­
garage Citroën.
On a appris aussi que Laurent
vent dépassés.
Busine, l’ex­directeur du Mac’s au
Un jury international présidé
Grand Hornu, venait d’être nommé conseiller par un architecte choisira sept bureaux qui pré­
spécial d’Yves Goldstein pour le volet artistique senteront des projets plus précis pour un choix
du projet pendant la phase préparatoire. Yves final qui se ferait mi­2018. Les travaux commen­
Goldstein veut ainsi marquer qu’il ne s’occupera ceraient à l’automne 2019. Le projet sera pré­
pas directement de l’artistique. “Ce mégaprojet se senté la semaine prochaine, au Mipim à Cannes.
réalisera, c’est maintenant clair, nous explique Aucune date n’est avancée pour l’ouverture du
Laurent Busine. Autant alors faire que cela réus­ nouveau Citroën
sisse. Le bâtiment est fabuleux et l’apport du Pompi­
Autre échéance importante : fin avril sera mis
dou était indispensable si on doit occuper 8000 m2 en place un “comité d’orientation scientifique”
d’expo permanente alors qu’il n’y pas vraiment de avec entre autres des personnalités culturelles.
170
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
JOHANNA DE TESSIÈRES
Yves Golstein a été chargé par la Région bruxelloise de conduire le projet du vaste pôle multicuturel qui doit prendre place dans l’ancien garage Citroën.
le mégapôle culturel
Fin 2017, devrait être signée la convention avec
le Pompidou.
De l’argent neuf
Cet été, Yves Goldstein doit sortir l’organi­
gramme futur du Pôle culturel. Beaucoup de
noms circulent déjà sur son futur directeur artis­
tique, mais c’est “prématuré”.
Dès le printemps 2018, il y aura dans les locaux
du Citroën encore en friche une “phase de préfi­
guration”, qui sera définie avec le comité d’orien­
tation avec expos, spectacles, performances,
“pour que les Bruxellois s’approprient déjà le lieu”.
Yves Goldstein a tenté de rassurer sur deux
points : “Non, dit­il, le Pompidou ne viendra pas en
colonisateur hégémonique. Fort de son expérience
d’implication dans la ville, il travaillera avec nous,
avec le monde culturel bruxellois. Le projet n’aura
de sens que s’il sublime ce que Bruxelles fait déjà.
Non, le projet ne prendra pas un euro aux acteurs
culturels actuels subsidiés surtout par les Commu­
nautés, car le budget viendra de la Région, ce qui est
possible depuis la 6e réforme de l’Etat.” Il n’a pas
convaincu tous les participants car beaucoup
d’inconnues demeurent dont le coût de fonc­
tionnement. La route sera encore longue. Yves
Goldstein explique aussi qu’il “bétonnera” le pro­
jet pour le rendre irréversible avant les élections
régionales de 2019.
Une interminable saga
L
a saga d’un musée d’Art moderne et con­
temporain à Bruxelles est très ancienne.
Broodthaers se plaignait déjà de l’absence
de musée d’Art contemporain dans la capitale
de l’Europe. Le Wiels et Bozar font un travail
magnifique mais n’ont pas de collections, ce
ne sont pas de musées. On attend cependant
avec grand intérêt la grande expo des dix ans
du Wiels, “Le musée absent”, qui s’ouvre le
20 avril et sera “la préfiguration d’un musée
d’Art contemporain dans la capitale de l’Eu­
rope”. Le musée d’Art moderne a quant à lui,
hélas, été fermé il y a six ans pour y installer le
musée Fin de siècle.
Impuissance
verture du musée d’Art moderne.
Devant cette impuissance prolongée, la Ré­
gion bruxelloise, forte des compétences cultu­
relles neuves qu’elle vient d’acquérir avec la
dernière réforme de l’Etat, a pris cette initia­
tive très ambitieuse. Et comme le fédéral (l’ex­
secrétaire d’Etat Elke Sleurs (N­VA) qui a dé­
missionné le 20 février pour reprendre la
fonction de cheffe de groupe à Gand) ne veut
pas lui prêter la collection d’Art moderne du
musée des Beaux­Arts et que l’idée de prêts
venus de collections privées et publiques (Bel­
fius et Proximus), s’est avérée illusoire, la Ré­
gion a pris le Pompidou comme partenaire.
Un pari à suivre.
G.Dt
L’Art moderne n’a certes pas disparu au mu­
sée des Beaux­Arts comme en témoigne la
magnifique exposition Rik Wouters qui vient
de s’ouvrir, mais la réouverture du musée est
dans l’impasse. Le gouvernement actuel a re­
fusé la piste du bâtiment Vanderborght et pro­
posé à la place des travaux dans des salles à ré­
nover. Mais rien ne bouge. Le micmac institu­
tionnel belge a bloqué l’émergence d’un
nouveau musée à Bruxelles comme la réou­
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
53
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
/
Une sonate signée
Emmanuel Dongala
Hommage L’écrivain congolais nous emmène
au Siècle des lumières dans les pas d’un musicien
prodige. Un récit d’apprentissage enjoué.
Nos inhumanités s
Écritures Philippe Claudel est
l’invité d’Eric-Emmanuel Schmitt
à l’occasion d’une carte blanche.
Rencontre Geneviève Simon
T
out ce que j’ai écrit jusqu’ici concernait l’Afrique – et par­
ticulièrement la corruption, la dictature, la pauvreté, les
enfants soldats. J’ai donc voulu passer à autre chose.”
Mission accomplie avec “La sonate à Bridgewater” dans le­
quel Emmanuel Dongala retrace, d’une plume enjouée,
l’étonnant parcours de George Bridgewater. Lorsqu’il ap­
prend que la célèbre “Sonate à Kreutzer” n’a pas été écrite
pour Rodolphe Kreutzer, mais pour un jeune musicien
mulâtre aujourd’hui oublié, l’auteur de “Photo de groupe
au bord du fleuve” n’a qu’une envie : creuser cette révéla­
tion. Cinq années de recherches et de lecture seront néces­
saires à l’écriture de ce roman, qui nous emmène à Paris,
Londres et Vienne.
Le parcours de George Brigdewater est proprement ex­
traordinaire. “A chaque étape de sa vie, il est protégé. Dès son
arrivée à Paris en 1789, il éblouit tout le monde, ce qui lui per­
met de fréquenter les milieux aristocratiques. Quand il arrive
“Tout ce que l’on ressent aboutit à
la musique : l’amour,
la joie, la tristesse, la beauté.
La musique est une révélation
plus haute que toute sagesse
ou philosophie.”
en Angleterre, le prince Georges, qui n’est pas encore roi, le
prend en affection. Puis il y a cette rencontre merveilleuse avec
Beethoven. Le génie musical de Brigdewater lui ouvre toutes les
portes. En cette fin de XVIIIe, à Paris, les salons où se joue de la
musique réunissent les savants, les hommes politiques, les mu­
siciens, les élégants qui allaient à la cour pour être vus. On dé­
bat là de toutes les idées. C’est un monde en ébullition.”
D’autant qu’un vent de liberté souffle sur le Vieux Conti­
nent : une révolution est en marche. “Cela se traduit aussi
dans les orchestres où émerge le concept de virtuose. Et dans la
danse : c’en est terminé du menuet et de la contredanse, la valse
arrive, qui permet de virevolter avec sa cavalière.”
Ecrivain africain
Né au Congo en 1941, Emmanuel Dongala a vécu aux
Etats­Unis après la guerre civile qui a déchiré son pays. Il le
dit sans ambages : “Je suis un écrivain africain et je le revendi­
que. Cela ne réduit en rien mon talent si j’en ai un. C’est ma po­
sition. Mes collègues écrivains africains préfèrent dire qu’ils
sont écrivains. Pour moi, c’est un faux débat : j’ai vécu aux
Etats­Unis où l’on se dit écrivain juif new­yorkais sans que cela
pose problème !” A propos de son engagement en tant qu’ar­
tiste, il explique : “Quand j’étais plus jeune, je me disais écri­
vain engagé, mais ce n’est plus le cas. Je dis à présent que je suis
un écrivain qui regarde le monde et essaie de montrer ce qui se
cache derrière les apparences. Je crois que j’ai un peu réussi. La
littérature, le roman ne sont pas inutiles. Bien sûr le livre ne
peut changer le monde, mais il peut mieux faire percevoir ce
qu’on ne verrait pas sans lui. Quand je pense à quelque chose
qui me bouleverse, je pense à un livre. Je suis un activiste social,
j’écris des articles d’opinion, je signe des pétitions, mais pour
moi le livre transcende ces petites activités quotidiennes.”
U “La fascination artistique”, rencontre avec Emmanuel
Dongala, Jessica Nelson et Jean­Paul Delfino (samedi 11 mars à
17h, Grand­Place du Livre).
54
Entretien Geneviève Simon
A
vec “Inhumaines” (Stock, 130 pp.,
env. 16,50 €), son nouveau roman,
Philippe Claudel nous plonge dans
l’extrême noirceur de notre monde. On
est dans une grande entreprise, des êtres
aux profils indéfinis se croisent, s’en­
nuient, partent en vacances, et ça dérape
souvent. Les situations exposant des
nœuds dramatiques s’enchaînent sans
préambule. L’écriture est au diapason :
phrases lapidaires, métaphores bannies,
simplicité apparente. Où l’on retrouve
l’auteur du “Rapport de Brodeck” et des
“Ames grises” dans un registre inhabituel.
Votre intention est-elle de secouer la conscience des lecteurs ?
Autant que la mienne est secouée. Quand
on regarde le monde comme il va et la
conscience humaine comme elle se des­
sine, on peut soit pleurer, soit rire. La situa­
tion est dramatique, consternante, interro­
gative, et il me semble qu’un des devoirs de
la littérature est d’essayer de regarder les
choses en face, quitte à déranger, à provo­
quer, à tressaillir. Le livre est né du constat
qu’on devenait des créatures inhumaines
par nos réactions, nos désirs, nos centres
d’intérêt, nos égoïsmes, nos vides politi­
ques, la façon dont on organise nos socié­
tés… Je pouvais en tirer un ouvrage dépri­
mant, mais j’ai plutôt eu envie d’être dans
le rire énorme, de faire une sorte de grand
écart entre le Montesquieu des “Lettres
persanes” et un humour à la “Hara­Kiri”.
Les situations sont outrancières, dérangeantes, excessives, et pourtant on n’est qu’à un fil
de la réalité…
Tous les chapitres du roman naissent de
faits réels. Je parle d’un type qui voit son
sexe disparaître : on sait comment Google
investit des milliards dans la transforma­
tion de l’homme. Ailleurs, lorsqu’un en­
fant revient chez lui du pensionnat, son
père hésite, il ne sait pas si c’est un garçon
ou une fille : on connaît les débats sur le
genre, le transgenre, le transexe. Toutes les
situations du livre laissent une base d’in­
terrogation, que ce soit sur les pauvres, le
sort des migrants, le suicide assisté, la por­
nographie sur Internet. Je prends des élé­
ments réels et les regarde à la loupe.
Vous allez jusqu’à parler d’un président de la
République qui rêve qu’on lui tire une balle
dans la tête tant tout va mal pour lui.
Le nôtre s’est tout de même tiré une balle
dans le pied en acceptant de recevoir des
journalistes lors de dizaines d’entre­
tiens : “Un président ne devrait pas dire
ça” est un suicide politique. Sans parler
de ce qui se passe actuellement : on a at­
teint des sommets, ou plutôt le fond.
Philippe Claudel stigmatise notre indifférence
La provocation mène la danse : en la matière,
vous êtes-vous donné des limites ?
Je ne me suis jamais donné de limites
quand j’écris, que ce soit un roman au
sens traditionnel du terme, ou ce type de
livre. Mais quand le texte a été terminé, je
me suis beaucoup interrogé quand
même : comment cela va être compris ? Il
y a toujours le risque d’être pris au pre­
mier degré. Mais il faut faire confiance au
lecteur et en sa capacité à remettre ce li­
vre en perspective avec mes précédents
titres.
“Mais la nature humaine est ainsi faite qui ne
se contente jamais de ce qu’elle a.” Pensezvous que le pire est à encore à venir, ou demeurez-vous malgré tout optimiste ?
Je crois que c’est Einstein qui parlait des
deux infinis dont on ne voyait jamais le
bout : celui de l’univers et celui de la bê­
tise humaine. Je pense que l’homme est
une créature fascinante à observer, tou­
jours capable d’être pire que ce qu’on
connaît d’elle. On vit dans un temps d’in­
quiétude, un temps où, soudain, arrivent
ou risquent d’arriver au pouvoir des créa­
tures parmi les plus folles que celles qui
ont été engendrées par l’espèce humaine
– je pense à Donald Trump : c’est ahuris­
sant de voir qu’une des plus grandes puis­
sances au monde est gouverné par un fou
total, vulgaire, qui s’exprime un peu
comme mes personnages, avec des phra­
ses lapidaires, des tweets, des formules.
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
crutées à la loupe
Ce samedi
A Tour & Taxis, de 10h à 19h.
ALEXIS HAULOT
Entrée gratuite. Inscription sur www.flb.be.
Dany Laferrière
Ecrivain.
L’Heure Libre. “Menacé de toutes parts, l’homme a-t-il un avenir ?” Désastre écologique, néo-libéralisme, terrorisme, danger
d’extinction : notre avenir semble des plus sombres. Serait-il
déjà trop tard ? Tour d’horizon et pistes de solutions avec Paul
Jorion et Hervé Kempf. Animation : Baptiste Erpicum (13h,
Grand-Place du Livre).
JOHANNA DE TESSIÈRES
face aux plus démunis.
Philippe Claudel
L’écrivain, cinéaste et dramaturge est
membre de l’Académie Goncourt. Il
réside en Lorraine où il est né en 1962.
Parmi vos sources d’inspiration, il y a “C’est
arrivé près de chez vous” de Rémy Belvaux,
André Bonzel et Benoît Poelvoorde. Il y a donc
un accent belge dans la manière dont vous
avez pensé ce livre ?
Je suis né et j’habite toujours en Lorraine,
près de la frontière belge, et c’est un pays
où je me rends souvent. Je me suis tou­
jours senti chez moi chez vous. J’aime
beaucoup de choses en Belgique, notam­
ment votre faculté à vous moquer de
vous­mêmes – ce que les Français n’ont
pas du tout. Sur le plan artistique, j’aime
cette forme de folie, de baroque belge
comme on pourrait parler de baroque
sud­américain dans la littérature. Il y a
une dimension de rêve, de folie, de fantas­
tique et, sur le plan cinématographique, il
y a des cinéastes qui, à un moment, ont
créé cette pépite, “C’est arrivé près de chez
vous”, qui était un premier film, et souve­
nez­vous de l’impact ! Avec un humour
atroce, qui semblait purement gratuit. Or
avec le recul, on comprend que les réalisa­
teurs étaient déjà dans une critique d’une
forme de téléréalité qui n’existait pas en­
core : une équipe de tournage qui suit un
serial killer, dans l’intimité d’un individu.
Ce film n’était pas seulement une pochade
entre copains, il disait des choses sur ce
que nous allions devenir.
U Carte blanche à Eric­Emmanuel Schmitt :
rencontre avec Philippe Claudel, ce samedi
11 mars à 14h, Grand­Place du Livre.
Rendez-vous. – “Vies en Haïti” avec Dany Laferrière et Néhémy
Pierre-Dahomey (17h, Théâtre des Mots).
– “En soutien à Asli Erdogan” : lecture de textes et accompagnement musical, avec Claire Bodson, Serap Güven et Sibel Dincer
(18h, Théâtre des Mots).
– Rencontre avec Harlan Coben (14h, Théâtre des Mots).
– “Le dernier assaut”: projection d’illustrations pour un spectacle audiovisuel et musical. Avec Jacques Tardi, Dominique
Grange et Assordzéâm (17h, Palais des Imaginaires).
Ce dimanche
A Tour & Taxis, de 10h à 19h.
Entrée gratuite. Inscription sur www.flb.be.
KAROLY EFFENBERGER
REPORTERS/BILDHUSET
Dédicaces. Jeanne Ashbé, Alain Beremboom, Anne Brouillard,
Pascal Bruckner, Jean-Marc Ceci, Harlan Coben, Víctor del Árbol,
Grégoire Delacourt, Xavier Deutsch, Thomas Gunzig, Amélie
Nothomb, Rascal, Eric-Emmanuel Schmitt, Kim Thúy, Alex Vizorek, Bernard Werber, entre autres.
Tom Lanoye
Ecrivain.
L’Heure Libre. “Quand tout a basculé”. Nécessité d’écrire, désir
de témoigner : comment la littérature a permis à Kim Thúy et
Gaël Faye de retisser des liens avec des mondes à jamais perdus ? Animation : Geneviève Simon (13h, Grand-Place du Livre).
Dédicaces. Barbara Abel, Philippe Berthet, Paul Colize, Didier
Decoin, Víctor del Árbol, Patrick Delperdange, Gaël Faye, JeanLuc Fonck, Jacques Franck, Hermann, Emile Jadoul, Armel Job,
Thomas Lavachery, Yann Moix, Eric-Emmanuel Schmitt, Thomas
d’Ansembourg, Vincent Zabus, entre autres.
Rendez-vous. – “La langue de ma mère”, projection du film en
avant-première, suivi d’une rencontre avec Tom Lanoye
(10h/12h, Théâtre des Mots).
– Lecture d’extraits de “L’Amie prodigieuse” d’Elena Ferrante,
par Stéphanie Van Vyve (17h, Théâtre des Mots).
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
55
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Vertigineuse justesse
de Duras à l’Océan Nord
Critique Marie Baudet
U
n pan de moquette beige, une
table de travail, des chaises, une
lampe de bureau. Au fond deux
panneaux noirs, dans un coin un ca­
napé de velours. De l’espace. On est
au théâtre. Au tribunal aussi où va se
solder le divorce d’Anne­Marie Ro­
che et Michel Nollet. Et dans le hall
de l’hôtel d’Evreux où, jadis, ils ont
habité pendant les travaux de la mai­
son qui abriterait leur vie rangée.
Avant qu’ils soient “arrachés l’un à
l’autre par les forces mauvaises de la
passion”.
“La Musica Deuxième”, reprise et
amplification donnée en 1985 par
Marguerite Duras à sa pièce “La Mu­
sica” (forgée à l’origine pour la BBC),
ausculte le couple, son intimité pas­
sée, l’élan qui l’a fondé, les douleurs
qu’il a couvées, ses instants de fusion,
ses torrents de fureur. Son désir con­
sumé, sa fin, désormais.
du “Ravissement de Lol V. Stein”.
C’est à cet endroit, à la fois cristal­
De “La Musica Deuxième”, cette
lisé et aux contours incertains, que création de Colonel Astral en accueil
nous emporte le magnifique duo en résidence à l’Océan Nord donne
réuni par Guillemette Laurent: Ca­ une lecture vertigineusement juste,
therine Salée, complice de longue ample et humble, empreinte de cette
date de la metteuse en scène, et pureté presque douloureuse char­
Yoann Blanc, qu’elle côtoya à l’Insas riée par la plume de Duras.
et dirige ici pour la
Alors que les lumières
première fois. Eux
de Julie Petit­Etienne
dont la série “La
font surgir des paysa­
Trêve” a fait con­
ges, le verbe épouse la
naître le talent au
musique, de la mélodie
plus grand nom­
jazzy à la mélancolie de
bre livrent, dans le
Beethoven, en passant
suspens de l’acte
par une chanson à la li­
théâtral, une per­
mite du karaoké kitsch
formance d’une fi­
et d’une vérité déchi­
Catherine Salée
nesse nourrie de
rante, où s’esquissent
et Yoann Blanc
retenue et de fan­
“les tempêtes de l’inéluc­
taisie.
table”. Le théâtre s’offre
ici à la force de la littérature, à l’émo­
Les tempêtes de l’inéluctable
tion sans fard, à l’ordinaire de la vie
La sonnerie de téléphone inter­ magnifié par l’intelligence drama­
rompt l’exposé liminaire, la descrip­ turgique. Ce qui précisément nous
tion, pour lancer le dialogue qui, du rend si cher l’art vivant.
vouvoiement, passera parfois au tu –
ô combien durassienne oscillation. U Bruxelles, Océan Nord, jusqu’au
Loin de tout cliché pourtant, comme 18 mars, à 20h30 (mercredi à 19h30).
de l’austérité redoutée parfois chez Durée : 1h10. Infos & rés. :
l’auteure de “Moderato cantabile” ou 02.216.75.55, www.oceannord.org
MICHEL BOERMANS
Scènes Guillemette Laurent
livre à un magnifique duo
“La Musica Deuxième”.
EN BREF
lalibre.be
A découvrir également
sur notre site Internet
> Le palmarès des prix
Caecilia décernés par l’Union
de la presse musicale belge
aux meilleurs enregistrements
de musique classique mis en
vente en Belgique au cours de
l’année écoulée. Par Martine
D. Mergeay.
> Critique du concert
d’ouverture du Klarafestival
donné jeudi par l’orchestre
MusicAeterna, son fondateur
Theodor Currentzis et la
violoniste moldave Patricia
Kopatchinskaja. Par Martine
D. Mergeay.
> Critique du concert des
Franglaises au Cirque royal.
Par Isabelle Monnart
37500
visiteurs
Le succès de l’exposition “The
Art of Banksy” consacrée au
street artiste britannique
Banksy attire la foule au
Shopping Stdafeestzaal à
Anvers. Elle est prolongée
jusqu’au 7 mai (Belga).
DEKROOK
IMAGE Gand se dote d’une bibliothèque du XXIe siècle
56
Tout ce week-end, Gand
fête l’ouverture de sa
nouvelle grande
bibliothèque, appelée “De
Krook”, située près du
Vooruit, le long de la
courbe de l’Escaut. Un
grand bâtiment de métal,
béton et verre, de
17500 m2, horizontal,
avec un immense porte-àfaux de métal.
Architecture à la fois
minimaliste et expressive,
intégrée à son
environnement (deux
étages sont en sous-sol
pour alléger l’ensemble et
quatre étages en surface).
Les architectes espagnols
de RCR Arquitectes,
(auteurs en France du
musée Soulages et du
prochain musée sur l’île
Seguin) qui ont conçu
cette bibliothèque en
association avec les
architectes gantois
Coussé&Goris, viennent
de recevoir le prestigieux
Prix Pritzker, le Nobel
d’architecture. Les salles
ouvertes au public sont
particulièrement agréables
avec au troisième étage,
une salle de lecture
agrémentée d’une superbe
vue sur la ville. G.Dt
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Le franc-tireur
André Versaille
Entretien réalisé par
Monique Baus
Le contexte
Bio Express
L’auteur et éditeur belge, André
‣ Parcours. André Asaël (c’est son vrai nom) est né le 9 juillet
Versaille, publie depuis lundi, sous
forme de feuilleton quotidien, une
série de textes qui constitueront “Les
musulmans ne sont pas des bébés
phoques”, un ouvrage à sortir en
septembre prochain.
blog du journal “Le Monde”, au moins
jusque fin juin.
Au centre de sa critique, “sa
Famille”, la gauche de la gauche, des
“hérauts du padamalgam” en plein
déni qui, criant à l’islamophobie à
tout-va, nous empêchent, dit-il, de
regarder en face un certain islam
sectaire et tyrannique.
OLIVIER PAPEGNIES/COLLECTIF HUMA
Entre-temps, ses épisodes
animent le débat d’idées sur un
Depuis cinq jours, vous publiez quotidiennement un
épisode du feuilleton au titre claquant de “Les musulmans ne sont pas des bébés phoques”, sur un
blog associé au journal “Le Monde” (http://andreversaille.blog.lemonde.fr). Avant d’en venir au fond,
une question pour l’éditeur que vous êtes : pourquoi
cette forme de feuilleton ?
D’abord parce que je suis un enfant des romans­
feuilletons. Dumas, Sue et du Terrail ont en­
chanté ma jeunesse. C’est à un éditeur qui paria
sur l’idée de retenir le public en publiant une
histoire en épisodes que l’on doit ce format dont
je m’étonne par ailleurs qu’il ait disparu. Je me
suis donc dit que, pour un ouvrage polémique tel
que celui que je prépare, cela m’intéresserait
d’en faire un feuilleton avant un livre. Ensuite, il
y a un autre objectif. Je souhaite ouvrir le débat à
ceux qui veulent confronter leurs idées aux
miennes. Je suis d’ailleurs très content de parti­
ciper, chaque jour, à de vraies discussions argu­
mentées. C’est d’autant plus passionnant que
souvent aujourd’hui, sur Internet, les échanges
tournent vite aux injures…
Ont-elles lieu sans filtre, ces discussions ?
Des amis m’avaient mis en garde en me disant
1949 à Anvers. Fasciné par son papa, un homme d’une culture
tellement vivante qui avait pourtant tout appris par lui-même et qui
lui inculque le goût du roman et celui de l’histoire, il crée sa
première maison d’édition dès l’âge de 21 ans. “A quinze ans, je
savais que je voulais devenir éditeur”, confie-t-il sur son site.
‣ Editeur. En 1971, il crée donc les éditions “Complexe” qu’il
dirigera jusqu’à leur revente en 2007. Depuis 2008, il chapeaute la
maison d’édition qui porte son nom où il continue à faire ce qui lui
plaît : “assister de près au grand dessein de l’interprétation du monde”.
‣ Auteur. L’homme publie aussi en son nom de très nombreux
ouvrages, dont “Penser le XXe siècle”, “La Bêtise, l’art et la vie” (un
montage de la correspondance de Gustave Flaubert à Louise Colet)
ou, encore, “60 ans de conflit israélo-arabe”.
‣ Réalisateur. En 2014, après plusieurs voyages au Rwanda, il
réalise un film sur la situation des femmes tutsi qui ont échappé au
génocide de 1994 dans ce pays. “Rwanda, les viols” est salué par la
critique, sélectionné pour de nombreux festivals et lauréat de divers
prix dont un prix du public au Fipa de Biarritz.
que j’avais plus à y perdre qu’à y gagner. Je ne
pense pas… Personnellement, j’aime discuter
avec des gens dont je ne partage pas l’avis. C’est
le plaisir du débat. Et je dois dire que, chaque fois
que j’ai discuté avec quelqu’un qui ne pense pas
comme moi, j’ai revu ma position et j’ai la fai­
blesse de croire que l’autre aussi. C’est cela qui
m’intéresse. J’ai la nostalgie de la conversation.
Pouvoir dire les choses : c’est aussi de cela qu’il est
question dans vos textes. Dans l’avertissement qui
ouvre votre page, vous résumez ainsi ce dont il
s’agit : “Du malaise de bien des progressistes face à
un certain islam sectaire tyrannique, au point de
traiter d’islamophobes et de racistes ceux qui prennent la liberté de le critiquer.” A ce point-là ?
Mais bien sûr ! L’amalgame que l’on fait entre les
musulmans et l’islamisme sectaire n’a aucun
sens. Je précise que je qualifie d’islamistes, non
pas évidemment les musulmans pratiquants,
mais bien les intégristes fanatiques qui veulent
imposer de force un islam radical. Ou par le ter­
rorisme comme Daech, ou par les méthodes ju­
diciaires obscurantistes en cours en Arabie saou­
dite.
Le vrai problème est, notamment avec le procès
Bruckner (attaqué pour diffamation pour ses
propos sur l’islamisme) et le procès Bensoussan
(pour incitation à la haine raciale) – tous les deux
relaxés – qu’on a vu monter au front des gens
qui, contrairement aux apparences, ne défen­
dent pas les musulmans mais bien la sanctuari­
sation de l’islam. Or on doit avoir le droit de tout
critiquer. Dans le débat, il n’y a pas de raison de
pouvoir toucher à certains et pas à d’autres. C’est
ça, la liberté d’expression.
Or, aujourd’hui, on n’a plus le droit de dire cer­
taines choses. Tout est devenu insultant. Nous
sommes dans une société où nous ne pouvons
plus parler parce que tous les termes deviennent
suspects. Nous sommes dans l’ère du soupçon, il
n’y a plus d’innocents. Et le problème n’est plus
de savoir si ce qu’on dit est exact, mais si ça ne va
pas “faire d’extrême droite” ou autre…
Seulement, si l’on ne parle pas des choses telles
qu’elles sont, comment avancer ? Attention,
n’est­ce pas, c’est une critique de l’intérieur. Ma
réflexion vise ceux que j’appelle “ma Famille”,
c’est­à­dire les intellectuels de la gauche de la
gauche qui sont dans le plus grand déni. C’est
bien de critiquer également sa propre famille.
Quand on est de gauche et qu’on critique Fillon
| EXTRAITS |
“Lessiver la France de son passé
et de sa culture, voilà le mot
d’ordre qui séduisit notre
Famille. Il ne sera plus question
de penser et enseigner l’histoire
de la France, mais de
la convoquer au tribunal.”
58
“Il n’y a rien à demander aux
musulmans. Le travail, c’est
uniquement à la société d’accueil
de l’accomplir. Tout pour
les musulmans, rien par les
musulmans, telle semble être la
devise du patron de Médiapart.”
“Ah, le malaise des vertueux qui
ne savent plus comment prouver
leur bienveillance à ceux qu’ils
veulent à tout prix tenir pour
des dominés.”
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
“Les musulmans
ne sont pas des
bébés phoques”
ou Sarko, où est le risque ?
Une de vos chroniques traite “de notre posture de dominants repentis”. Le déni dont vous parlez vient-il de
là ?
En tant que descendants de coloniaux, nous nous
trouvons une responsabilité dans leurs crimes.
Nous aimons même ce sentiment de culpabilité. A
travers lui, nous montrons que nous sommes des
gens bien. Il y a, là, quelque chose de terriblement
narcissique et malsain. Nous sommes gavés de
bienveillance mais nous nous repentons de quel­
que chose dont nous ne sommes même pas res­
ponsables ! Nous ne pensons les relations entre
l’Occident et les Etats décolonisés qu’en termes de
dominants et dominés. L’Arabie saoudite est un
pays dominé, ah bon ? Par qui ? Cela n’a pas de
sens ! Et ce paternalisme est du dédain par rapport
à une population que nous réduisons à un état in­
fantile. Même la violence des islamistes (qui pren­
nent aussi pour cibles d’autres musulmans), nous
la voyons comme le résultat de notre oppression !
On ne peut pas avancer ainsi…
D’où votre titre (“Les musulmans ne sont pas des bébés phoques”)?
“Nous, toujours si prompts
à organiser des marches contre
toutes les injustices, nous nous
sommes faits bien petits. Nous
crions : gare aux
généralisations ! Et cela nous
entraîne à nuancer encore et
encore, à l’infini.”
Oui. Il est très méprisant, de notre part, de voir les
musulmans comme des victimes ou une espèce en
danger. Quand j’entends Edwy Plenel, j’ai l’im­
pression d’entendre Brigitte Bardot qui parle des
bébés phoques. Je m’explique. Les musulmans
sont très capables de faire autre chose que réagir
par rapport à nous. Sont­ils trop bêtes pour cela ?
Evidemment non. Vous savez, dans l’histoire, les
dominés ont souvent été plus intelligents que les
dominants. Comme si nous étions les sujets et eux
les objets : mais quel indécrottable occidentalo­
centrisme, non ? Dès lors, si on ne peut parler de
rien, il ne peut être question non plus de dire que
Daech est un programme politique. Ce n’est pas
une réaction à quelque chose. Il y a un plan. C’est
une révolution qui prend de l’ampleur et qu’on ne
peut pas lire comme une réaction de dominés face
à un Occident oppresseur !
D’autant, dites-vous aussi dans l’un de vos textes, que
tous les peuples dominés n’ont pas versé dans une violence extrême. Par exemple ?
Regardez les Vietnamiens. La question de la guerre
du Vietnam est enterrée depuis très longtemps
chez eux. Et les Indiens ? Les Indes britanniques,
c’était le Pakistan, le Bengladesh et l’Inde.
“S’il était vrai que la violence de
la révolte était proportionnelle à
la cruauté de l’oppression subie,
on aurait dû, au lendemain
de la Seconde Guerre mondiale,
assister à une multitude d’attentats
juifs contre les Allemands.”
Aujourd’hui, les deux premiers pays sont à la
traîne mais l’Inde, pas du tout. Parce qu’elle a tiré
un trait. C’est ce qui lui permet d’aller de l’avant.
Nous, si je comprends bien votre argumentation, nous
ne pouvons aller de l’avant à cause de ceux que vous
appelez les “hérauts du padamalgam” ?
C’est ça oui. Ils assimilent la moindre critique de
l’islam à de la stigmatisation, du racisme. Pendant
la guerre froide, on disait : “Si tu penses cela, tu fais
le jeu des Américains.” C’est la même chose
aujourd’hui. A tous propos, on “fait le jeu de Ma­
rine Le Pen”. On n’ose plus se dire laïc sous pré­
texte qu’elle prône la laïcité. Mais la sienne et la
mienne ne sont évidemment pas les mêmes ! Alors
stop ! Car il y a un énorme recul. Il faut qu’on réap­
prenne d’urgence à nous écouter les uns les autres.
Sous peine de quoi ?
De laisser un boulevard à tous les fanatismes, y
compris à l’extrême droite. 30 % de gens se disent
proches de Le Pen aujourd’hui, dont beaucoup
viennent de la gauche. L’erreur de “ma Famille”
c’est d’avoir à chaque fois laissé dire à la seule
droite ou extrême droite des choses qui sont
vraies…
“Interrogeons­nous sur le chemin
qui, comme à la belle époque du
tiers­mondisme triomphant, nous
avait conduits de la complaisance
à la lâcheté.”
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
59
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Si Geert
Wilders
gagnait…
D.R.
Opinion
Paul Broholm
Chief investment officer chez
Theodoor Gilissen, une société
du réseau KBL European Private
Bankers, également présent
en Belgique sous le nom
de Puilaetco Dewaay.
n Voici ce qu’une victoire aux législatives
du parti d’extrême droite PVV signifierait
pour le marché néerlandais et l’avenir de
l’Europe.
A
quelques jours des élec­
tions législatives néerlan­
daises qui auront lieu le
15 mars, les résultats
s’annoncent très ser­
rés pour le Parti pour la li­
berté (PVV) d’extrême droite,
dirigé par Geert Wilders.
Alors que la plupart des ob­
servateurs estiment qu’en
cas de victoire du PVV son
leader ne sera pas en mesure
de former une coalition, il
est bon de rappeler que peu
avaient prédit le vote en fa­
veur du Brexit et la victoire
de Donald Trump à l’élection
américaine. Posons­nous dès
lors la question suivante :
quels seraient les impacts
d’un gouvernement dirigé par
M. Wilders sur le marché
néerlandais, et de façon plus
générale sur l’avenir de l’Eu­
rope ?
Figure très controversée,
qui souhaite interdire le Co­
ran et imposer un moratoire
contre l’immigration non­oc­
cidentale, Geert Wilders le dit
lui­même : “La moitié du pays
m’adore, l’autre me déteste, c’est
tout ou rien.” Surtout connu
pour ses vues islamophobes, il
s’est engagé à sortir les Pays­
Bas de l’Union européenne,
supprimer toute aide aux
étrangers et augmenter les
subventions publiques pour la
police et les services de sécu­
rité. Néolibéral en faveur
d’une privatisation du secteur
de la santé et des transports
publics, il prévoit des réduc­
tions d’impôts et une dérégula­
tion importante. Il a en outre
promis de défendre ceux qu’il
appelle les “bons travailleurs
néerlandais”, en augmentant no­
tamment les avantages octroyés
aux citoyens de naissance tout en
supprimant ces mêmes aides pour
les immigrés.
60
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
COURRIER DES LECTEURS
Cela n’est pas sans rappeler les pro­
messes du Président américain, et il
ne s’agit sans doute pas d’une coïnci­
dence. Ces quarante dernières an­
nées, à l’exception de deux élections,
les Néerlandais ont toujours suivi les
tendances électorales américaines.
Tout comme la victoire de Trump a
sans nul doute augmenté les chances
du dirigeant du Parti pour la liberté,
sa victoire pourrait donner un sé­
rieux coup de pouce à Marine Le Pen
en France et Frauke Petry en Allema­
gne. Cependant, il est presque cer­
tain qu’une victoire du PVV n’entraî­
nerait pas le même élan que Trump
aux Etats­Unis, où les investisseurs
ont réagi positivement à ses promes­
ses de réductions fis­
cales, de dérégulation
et de dépenses en in­
frastructures.
Geert Wilders, avec
un manifeste d’une
page faisant office de
programme, n’est pas
susceptible de gagner
la confiance des in­
vestisseurs. Dans
tous les cas, aucun
autre parti néer­
landais ne semble
vouloir compter
sur une série de ré­
ductions fiscales
et de dépenses pu­
bliques qui pour­
raient mettre en
péril l’excellent
déficit public du
pays de tout juste 0,4 % du PIB.
et une majorité des deux­tiers des
deux Chambres du Parlement en
convenir. Cela s’avère fortement im­
probable. Néanmoins, une victoire du
PVV attiserait les craintes d’un Nexit
et d’une potentielle dissolution de
l’Union européenne. Ces scenarios se­
raient très préoccupants pour les in­
vestisseurs.
De graves conséquences
Alors que le PIB des Pays­Bas a aug­
menté de près de 2 % ces deux der­
nières années et que le taux de chô­
mage est à son plus bas depuis cinq
ans, toute menace impactant le statut
du pays en tant que hub européen du
transport devrait être prise au sé­
rieux.
En termes absolus,
les Pays­Bas (9e pays
exportateur
au
monde) exportent
légèrement plus que
le Royaume­Uni (11e
mondial). Toutefois,
l’économie néerlan­
daise (28e mondiale)
représente tout juste
un cinquième de
l’économie britanni­
que (10e mondiale).
Du port de Rotter­
dam à l’aéroport de
Schiphol, les consé­
quences d’un Nexit
pourraient être très
graves. Les répercus­
sions iraient bien au­
delà des frontières
hollandaises et toucheraient sur­
tout la France mais aussi les pays
eurosceptiques comme la Grèce,
l’Espagne, l’Italie et les Etats nordi­
ques. Par la suite, les investisseurs
se tourneraient vers des valeurs re­
fuges, probablement les obliga­
tions.
Geert Wilders
et les autres
dirigeants
populistes
resteront­ils
les voix d’une
opposition en
colère ou
réussiront­ils
contre toute
attente
à s’emparer
du pouvoir?
Un éventuel Nexit
Compte tenu de la promesse
de Geert Wilders de sortir de
l’Union européenne, la réac­
tion néerlandaise pourrait­elle
ressembler à celle du Royau­
me­Uni dans le sillage du vote
pour le Brexit ? L’économie
post­Brexit a effectivement af­
fiché de bonnes surprises :
suite à un net et court recul, les
marchés se sont de nouveau
emballés; au 1er mars, le cours
de l’indice FTSE 100 avait ga­
gné 16 %, soutenu en grande
partie par la dépréciation con­
tinue de la livre sterling.
Toutefois, ces situations sont
difficilement
comparables.
Tout d’abord, un “Nexit” (de la
contraction de “Netherlands”
et “exit”) n’est pas vraiment
la pierre angulaire de la vi­
sion de Geert Wilders, qui
veut certes désislamiser son
pays, mais qui reste un
eurosceptique modéré, du
moins comparé à Marine Le
Pen ou Nigel Farage au
Royaume­Uni. Qui plus est,
pour sortir de l’Union euro­
péenne, tout nouveau gouver­
nement devrait organiser un ré­
férendum, les citoyens néerlandais
se prononcer en faveur d’une sortie
Calendrier électoral déterminant
Evidemment, il est peu probable
que le leader d’extrême droite puisse
participer au gouvernement et nous
n’envisageons pas ce type de scénario
catastrophe qui pousserait les inves­
tisseurs européens vers les sorties de
secours.
Au contraire, l’Europe connaît ac­
tuellement une croissance relative­
ment solide, une confiance élevée des
consommateurs et un climat positif
pour les entreprises.
Le calendrier électoral sera déter­
minant : Geert Wilders et les autres
dirigeants populistes resteront­ils les
voix d’une opposition en colère ou
réussiront­ils contre toute attente à
s’emparer du pouvoir ?
U Les propos et points de vue exprimés
dans ce document sont ceux de l’auteur
à la date du présent article et sont
susceptibles d’être modifiés. Cet article
est également de nature générale et ne
doit en aucun cas être assimilé à la
fourniture de conseils en investissement,
d’ordre juridique, fiscal ou comptable.
ÉLECTIONS FRANÇAISES
FRANÇOIS FILLON = DONALD TRUMP ?
Toute ressemblance de François Fillon avec Donald Trump ne
serait pas fortuite : même mythomanie, même mégalomanie,
selon le journaliste, dans la chronique “La Diplomatie pour les
nuls”. L’un et l’autre de ces termes font état d’un comportement
pathologique, c’est-à-dire, maladif. S’ils s’appliquent de toute
évidence à Donald Trump, je ne vois vraiment pas en quoi on
pourrait les appliquer à François Fillon, qui a derrière lui 35 ans
d’une activité politique que la plupart reconnaissent comme
exemplaire. Est-il raisonnable de penser que du jour au lendemain, cela soit effacé du fait d’une quelconque maladie ? Il y a
aussi la conclusion du journaliste Hubert Leclercq, dans son
édito : “François Fillon pourrait être le fossoyeur de la droite parce
qu’il a joué sa carte personnelle face à celle de la famille ou de
l’Etat. Pauvre spectacle. Pauvre droite. Pauvre France.” Oui, ce
n’est pas exclu que ces présidentielles conduisent au démembrement de la droite traditionnelle devenue archaïque, mais ce ne
sera pas la faute de François Fillon qui aurait joué sa carte personnelle ! Il a été plébiscité pour jouer cette carte et depuis,
aucune autre alternative gagnante n’a pu se concrétiser. S’il perd
et que la France se trouve entraînée dans le bourbier de l’extrême
droite ou dans la Rolls d’Emmanuel Macron (dixit Philippe Paquet), les premiers responsables seront les médias et leur acharnement à détruire l’image de François Fillon, sur base d’une
information du “Canard enchaîné”, dont le caractère illégal
pourrait toujours être avéré. Si ce n’était que la France qui devait
subir les conséquences de ce désastre, nous n’aurions aucune
raisons de nous en préoccuper. Mais ce désastre risque d’entraîner derrière lui toute l’Europe et la Belgique serait méchamment
concernée.
Jean L. De Brouwer
Beaufays
DÉCOUVERTE D’UN GISEMENT DE PÉTROLE
RYTHME INFERNAL
Les pétroliers se réjouissent de la découverte d’un gisement de
pétrole d’un volume estimé à 1,2 milliard de barils. Douze jours et
demi de consommation mondiale au rythme actuel. Des réjouissances qui ont un goût écologique bien amer. Que de dégâts en
perspective pour si peu. Seul point “réellement” positif : c’est en
Alaska… cela ne déclenchera pas une deuxième guerre du Golfe.
Philippe Tyberghein
FOOT : LA REMUNTADA DE BARCELONE CONTRE LE PSG
DEUX PENALTIES IMAGINAIRES
Match rocambolesque, comme on les aime. Seul l’arbitre n’était
pas à la hauteur en donnant deux penalties imaginaires qui ont
faussé le résultat. Cela laisse un goût amer au spectateur neutre.
Yves De Groote
DEUX CLUBS, DEUX PHILOSOPHIES
Le Barça est un grand d’Europe, le PSG un investissement de
prestige.
Benoit Harriaux
“RIPOSTES” SUR L’OBLIGATION DU PORT DU CASQUE DE VÉLO
PROTÉGER LES USAGERS LES PLUS FAIBLES
Indépendamment de toute considération “lobbyistique”, je
trouve qu’il est sage d’imposer le port du casque à tous les
cyclistes ainsi que peut-être celui d’un gilet fluo. Un contrôle
accru de la sécurité des vélos (présence de “sonnette” et présence et utilisation de phares/catadioptres) ne serait pas de trop
non plus, en tout cas à Bruxelles, où l’on voit vraiment trop de
n’importe quoi en la matière. On se demande même parfois
quelle proportion de cyclistes connaît et respecte les règles du
code de la route les concernant. J’entends déjà les ultras me
rétorquer que les automobilistes ne sont pas mieux lotis en la
matière. C’est vrai, mais bon, si on veut protéger les usagers les
plus faibles, il faut parfois aussi les protéger d’eux-mêmes, on ne
pourra pas transformer toutes les routes de Wallonie en pistes
cyclables “vélo only”, quoiqu’en dise le Gracq.
Michel Legrand
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
61
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
62
La Libre Belgique - samedi 11 et dimanche 12 mars 2017
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
02/744.44.44
Du lundi au vendredi de 8h à 17h.
Le samedi de 8h à 13h.
Rue des Francs, 79 - 1040 Bruxelles
T.V.A.: BE0403.508.716 R.C.B.: 185.436
Vice-président du CA: Patrice le Hodey
Administrateur délégué-éditeur responsable:
François le Hodey
Directeur général: Denis Pierrard
Rédacteur en chef: Francis Van de Woestyne
Rédacteurs en chef adjoints: Xavier Ducarme et Nicolas
Ghislain
Rédaction: 02/211.28.11 Fax: 02/211.28.32
Gazette de Liége: 04/290.04.80
Courriel: LLB.redaction@lalibre.be
Internet: www.lalibre.be
Publicité IPM Advertising: 02/211.31.44
Fax: 02/211.29.14
Courriel: adv@ipmadvertising.be
Nécrologie, Carnet familial, Annonces classées (Jusqu’à
19H30): 02/211.31.88 Fax: 02/211.28.72
Internet: www.carnetfamilial.be
Abonnements: 02/744.44.44 Fax: 02/744.45.55
Abonnement intégral (papier + 100% numérique et Sélection
LaLibre.be) à partir de 30,50€/mois (domiciliation)
Abonnement 100% numérique à partir de 17,50€/mois
Abonnement Sélection de LaLibre.be à partir de 6€/mois
Courriel: abonnements@saipm.com
Internet: www.ipmstore.be
Librairies: 02/744.44.77 Fax: 02/744.45.60
Imprimerie: IPM Press Print - Rue des Francs, 79 - 1040 Bxl.
Ce journal est protégé par le droit d'auteur: Si vous souhaitez copier,
scanner, stocker et/ou diffuser sous quelque forme que ce soit un article, une
photo, une infographie... veuillez contacter la société COPIEPRESSE au
02/558.97.80 ou via info@copiepresse.be. Pour plus d'infos consultez le site
www.copiepresse.be
LOTERIE NATIONALE
Tirages du vendredi 10 mars
Tirage du vendredi 10 mars
Keno |
Euromillions
Kenophone : 0900/223.80
0 gagnant ...............................................................0,00 €
5 exacts et J
1 gagnant ...................................................1 279 253,60 €
5 exacts
4 gagnants .....................................................74 488,10 €
4 exacts et JJ
31 gagnants .....................................................4 701,20 €
4 exacts et J
671 gagnants ......................................................231,60 €
4 exacts
1 493 gagnants ...................................................145,30 €
3 exacts et JJ
1 616 gagnants ......................................................76,10 €
2 exacts et JJ
22 625 gagnants ...................................................25,00 €
3 exacts et J
31 548 gagnants ...................................................18,90 €
3 exacts
70 465 gagnants ..................................................16,00 €
1 exact et JJ
123 981 gagnants .................................................12,90 €
2 exacts et J
488 735 gagnants ..................................................9,80 €
2 exacts
1 114 364 gagnants .................................................5,30 €
02 - 07 - 18 - 24 - 27 - 31 - 32 - 33 - 37 - 42 31 – 36 – 38 – 47 – 49/8 – 11
43 - 44 - 45 - 51 - 54 - 55 - 56 - 58 - 64 - 68 5 exacts et JJ
Pick 3 | 9 – 4 – 4
Tirage du mercredi 8mars
Lotto |
5 – 17 – 32 – 37 – 43 – 44/26
6 exacts
5 exacts + Bonus
5 exacts
4 exacts + Bonus
4 exacts
3 exacts + Bonus
3 exacts
2 exacts + Bonus
Joker+ | 10/3
6 chiffres
5 chiffres
4 chiffres
3 chiffres
2 chiffres
1 chiffre
Cancer
0
2
49
139
2628
3548
46580
32564
0,00
47113,10
1823,90
321,40
31,40
12,40
5,00
3,00
6-5-7-8-7-7
0
2
33
316
3027
29733
15107
20000
2000
200
20
5
2
1,50
€
€
€
€
€
€
€
samedi 11 et dimanche 12 mars 2017 - La Libre Belgique
63
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
ÉDITO
n Belgique
Politique | Lors de l’assemblée
générale du PS liégeois, Willy
Demeyer a annoncé qu’il renonçait
à son poste de député fédéral et à
la présidence du PS liégeois. C’est
une nouvelle conséquence du
scandale Publifin, qui a mené
également ce vendredi Stéphane
Moreau, un autre ténor de la
fédération liégeoise, devant la
commission parlementaire wallonne. Upp.6 et 8
CDH | Catherine Fonck, la cheffe
de groupe humaniste à la Chambre,
veut incarner la transparence
politique au sein de son parti. Elle
veut supprimer les Provinces,
“décumuler”, etc. Pas certain que
tout le monde soit d’accord au
CDH. Upp.10-11
Buizingen | Le parquet de Hal-Vilvorde entend demander le renvoi
devant le tribunal de police d’un
des conducteurs de train impliqués
dans la catastrophe ferroviaire de
Buizingen du 15 février 2010 (10
morts) mais aussi celui de la SNCB
et d’Infrabel. Up.14
Guatemala | Indignation après la
mort de 37 adolescents dans un
home dépendant de la Présidence,
où ils subissaient de mauvais
traitements. Up.27
n Économie
Tourisme | La page Stéphan
Jourdain est désormais définitivement refermée aux Jardins d’Annevoie. L’homme d’affaires a en effet
revendu une partie du site qu’il
détenait encore. Up.35
être un ballon d’essai vis-à-vis des
autres partenaires du gouvernement. Up.36
n Sports
Cyclisme | Peter Sagan s’est
imposé à l’arrivée de la 3e étape du
52e Tirreno – Adriatico. Greg Van
Avermaet a perdu le maillot bleu
de leader. Upp.46-47
n Culture
Photovoltaïque | Le régulateur
wallon de l’énergie rejette la
solution imaginée par Paul Furlan
pour dégonfler la bulle photovoltaïque. U p.34
Musées | Ce n’est pas uniquement
un musée d’art moderne et contemporain qui va voir le jour sur le site
de l’ancien garage Citroën à Yser,
mais un mégapôle culturel bruxellois. Upp.52-53
Banques | Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA),
a plaidé vendredi pour une entrée
en Bourse de Belfius sans trop
tarder. Une déclaration qui pourrait
Exposition | “The Art of Banksy”,
l’exposition consacrée au street
artiste Banksy, est prolongée
jusqu’au 7 mai en raison de son
succès. A voir à Anvers. Up.57
| duBus |
n International
Union européenne | Au lendemain
de l’accrochage avec la Pologne à
propos de la réélection de Donald
Tusk à la présidence du Conseil
européen, les Vingt-sept ont débattu de l’avenir de l’Europe, en
insistant sur la nécessité de rester
unis. Upp.20-21
Corée du Sud | Celle qui fut, en
2013, la première femme à présider la Corée du Sud est devenue
vendredi le premier chef de l’Etat
sud-coréen à être destitué, à la
suite d’un scandale sans précédent
mêlant corruption et pratiques
occultes. Up.25
| MÉTÉO |
Bruxelles
Aujourd'hui
Min 2°C - Max 14°C
Météo complète P. 63
64
Par Gilles Toussaint
Un électrochoc
pour l’Europe
Il n’y a pas si longtemps, on se serait désolé
de la nouvelle crise qui a agité le sommet des
dirigeants européens. Mais, pour le coup, on
s’en réjouira plutôt. La fermeté affichée par
vingt­sept Etats membres face au caprice
irrationnel du gouvernement ultraconserva­
teur polonais, atteint de “Tuskophobie”, est
en effet une bonne chose.
Il est clair que, dans une “union”, chaque
pays, petit ou grand, est en droit de faire
valoir son point de vue et d’attendre que
celui­ci soit pris en compte. Encore faut­il
que les arguments avancés soient raisonna­
bles et ne nuisent pas à l’intérêt général.
En l’occurrence, nul n’a souhaité, comme il le
prétend, “humilier” ou “manquer de res­
pect” au gouvernement de Varsovie. La
manœuvre de ce dernier, classique au sein
des courants populistes et/ou nationalistes,
visait simplement à se positionner en vic­
time et à faire de l’Europe un épouvantail
afin de flatter son électorat.
Ce faisant, la réflexion ne doit pas s’arrêter à
la Pologne. Ces derniers mois, d’autres capi­
tales ont également refusé d’appliquer,
ouvertement ou sournoisement, des déci­
sions prises collectivement parce qu’elles
avaient l’heur de leur déplaire. On songe à
l’accueil des demandeurs d’asile et aux déri­
ves inacceptables qui ont cours en Hongrie.
Si des pays se sentent à ce point mal à l’aise
avec le projet européen dès qu’il est question
de valeurs autres que celle de l’argent, qu’ils
la quittent. Et qu’ils assument ce choix de­
vant leurs populations dont on a la faiblesse
de penser qu’elles ne se montreront pas
forcément enthousiastes.
Alors que l’on fêtera sous peu les 60 ans des
traités de Rome et que même son allié
d’outre­Atlantique lui devient hostile, l’Eu­
rope a besoin plus que jamais de resserrer les
rangs, quitte à les éclaircir, autour d’une
réforme profonde, cohérente et lisible pour
les citoyens. Pas d’une usine à gaz qui multi­
plierait les “coopérations renforcées” entre
quelques pays, faute de mieux…
Les politiques et les diplomates qui pensent
pouvoir se contenter d’un simple ravalement
de façade se trompent lourdement.
| INDICES |
J BEL 20 J Dow Jones J CAC 40 J EuroStoxx50 J Euro/Dollar
3764,65
20902,98
4993,32
3416,27
1,06
+ 0,54
+ 0,21
+ 0,24
+ 0,19
+ 0,52
La Libre Belgique - Bruxelles – Belgique 2,5 € – France 2,60 € – Luxembourg 2,5 € – Tél.: 02/744.44.44 – samedi 11 mars 2017 – 134e année – n° 70-71 – HHHHHH
© S.A. IPM 2017. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
417
Размер файла
5 655 Кб
Теги
La Libre Belgique, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа