close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

000103779

код для вставкиСкачать
25e Réunion O. N. O. Romande, Genève 1965
Confin. neurol. 28: 327-332 (1966)
Travail de la Clinique oto-rkino-laryngologique de l’Université de Turin
(Dir. : Prof. F. Brunetti)
L a v aleu r diagnostique de la stim u la tio n vestibulaire
g alv an iq u e dans certain s syndrom es otoneurologiques
P lusieures recherches ex p érim en tales o n t m is en évidence que le
c o u ra n t g alv an iq u e ne d éterm in e pas une stim u latio n vestibulaire,
à tra v e rs des co u ra n ts en d o ly m p h atiq u es, m ais agit p a r une stim u la ­
tio n des fibres d u V I I I e nerf.
E n effet, il est possible de d é te rm in er des réflexes v estibulaires chez
les a n im au x après d e stru c tio n d ’un la b y rin th e (D ohlm an, H u izin g a ,
Northington et Barrera, Buchanan et L a d d ), s u rto u t d an s les prem iers
jo u rs après l’in te rv e n tio n .
Ce fa it d e v a it p o rte r, com m e conséquence clinique, que la stim u la ­
tio n v e stib u la ire g alv an iq u e a la possibilité de poser un diagnostic
différentiel e n tre hyporéflexie due à une lésion des récep teu rs et
hyporéflexie due à une lésion nerveuse.
T outefois, bien que plusieures o b servations dans ce sens aien t été
ra p p o rté e s ( A u b ry et Ombredanne, R iu s et Ferrero, Hennebert, M enzio
et H a h n ), d ’a u tre s a u te u rs o n t tro u v é des données incertaines et
v ariab les chez des su jets n o rm au x e t des p a tie n ts avec lésions o to n eu ­
rologiques.
Le c o n tra ste de données p arm i les différents a u te u rs nous a am enés
p rem ièrem en t à rech erch er, si dans des groupes de p a tie n ts avec des
lésions sû re m e n t localisées a u x récep teu rs ou au tro n c de la V I I I e
p aire, le seuil du n y sta g m u s galv an ique é ta it différent.
La recherche d u seuil du n y stag m u s vestib u laire galvanique a été
p ra tiq u é e avec m éth o d e bipolaire et ap p lication des électrodes su r le
trag u s.
On a u g m e n ta it le c o u ra n t p a r des paliers successifs e t graduels de
y2 m A , ju s q u ’à l’ap p a ritio n d u n y stag m u s.
N ous avons choisi la m éth o d e bipolaire, puisque le seuil du n y sta g ­
m us p o u v a it ê tre o b te n u à u n seuil plus bas q u ’avec la m éthode u n i­
polaire et, en conséquence, avec m oins de troubles du p a tie n t.
Downloaded by:
Vanderbilt University Library
129.59.95.115 - 10/25/2017 11:35:12 AM
P a r R . H a h n et P . M e n z io
328
H ahn, Menzio, La valeur diagnostique de la stim ulation vestibulaire
E n c e tte m an ière, com m e il a v a it été supposé p a r B arany et
d é m o n tré su ccessivem ent p a r L edoux, la stim u la tio n v estib u laire se
v érifiait p a r u n e a u g m e n ta tio n de l’ac tiv ité du n e rf v estib u laire du
côté d u pôle p o sitif e t une d im in u tio n de c e tte a c tiv ité du côté du
pôle négatif.
N ous avons donc considéré com m e lésions sû rem en t localisées au x
fibres du n e rf v e stib u la ire les form es su iv an tes, d o n t nous ra p p o rto n s
à côté le seuil d u n y sta g m u s g alv an ique.
Sections ch irurgicales d u V I I I e n e rf: 2 p a tie n ts , seuil du n y stag m u s
g a lv an iq u e 9 mA.
T u m eu rs de l’angle ponto -céréb elleux : 22 p a tie n ts, seuil du n y stagm u s/g alv an iq u e 6 -9 mA.
A rach n o ïd ites de la fosse c rân ien n e p o stérieu re: 4 p a tie n ts, seuil du
n y sta g m u s/g a lv a n iq u e 5 -7 mA.
Lésions d u tro n c céréb ral avec hyporéflexie th erm iq u e et ro ta to ire :
24 p a tie n ts , seuil d u n y sta g m u s, g a lv an iq u e: 4 J/2~8 m A .
Sclérose en p la q u e s: 3 p a tie n ts : seuil du n y stag m u s g alv an iq u e:
N éoplasies cérébelleuses : 3 p a tie n ts : seuil du n y stag m u s galv an iq u e :
4 -6 m A .
N ous avons classé com m e lésions sû re m e n t localisées au x récep ­
te u rs v e stib u la ire s, sans a tte in te des fibres du V I I I e n e rf les form es
su iv a n te s, qui p ré s e n ta ie n t to u te s u ne hyporéflexie m on o latérale aux
ép reu v es th e rm iq u e s e t ro ta to ire s :
O pérés réce m m e n t de d estru c tio n d ’un la b y rin th e p a r in tro d u c tio n
de fibrine d a n s le can al sem icirculaire la té ra l: 33 p a tie n ts, seuil du
n y sta g m u s g a lv an iq u e 1-2,5 mA.
Si l’on considère que le seuil n o rm al du n y stag m u s pro v o q u é p a r la
s tim u la tio n v e stib u la ire g a lv an iq u e est de 2 -3 m A , la différence en tre
les d e u x catégories de su je ts exam inés est trè s év idente.
E n effet, lorsque l’hyporéflexie th e rm iq u e e t ro ta to ire est due à une
lésion isolée des ré c e p te u rs v e stib u la ires, le seuil du n y stag m u s g alv a n i­
que est n o rm a l, ta n d is que, lorsque c e tte hyporéflexie est due à une
lésion des fibres d u V I I I e n erf, le seuil du n y sta g m u s galv an iq u e est
au g m en té.
L a s tim u la tio n v e stib u la ire g a lv an iq u e nous p e rm e t donc de d istin ­
g u er une lésion des ré c e p te u rs d ’une lésion des fibres du V I I I e nerf.
E n conséquence, si nous ap p liq u o n s c e tte m éth o d e à d ’a u tre s
a lté ra tio n s v e stib u la ire s, d o n t on d o it é ta b lir le siège de la lésion
Downloaded by:
Vanderbilt University Library
129.59.95.115 - 10/25/2017 11:35:12 AM
6 mA.
galvanique dans certains syndromes otoncurologiqucs
329
d é te rm in a n te , on p e u t o b te n ir, selon n o tre expérience, une co n trib u ­
tio n d iag n o stiq u e bien valable.
N ous av o n s alors exam iné les ré su lta ts de la stim u la tio n vestibulaire g alv an iq u e d an s les cas su iv a n ts, qui p ré se n ta ie n t une hyporéflexie th erm iq u e et ro ta to ire .
O tite ch ronique et opérés de ty m p an o -p étro -m asto ïd ecto m ie : 36 cas ;
chez 24 p a tie n ts : seuil d u n y stag m u s g alv an iq u e: 1-3 mA,
chez 12 p a tie n ts : seuil du n y stag m u s g alv an iq u e:
mA.
Il fa u t re m a rq u e r q ue, d an s ces d erniers cas, il s’agissait de p a tie n ts
avec o tite chron iq u e trè s ancienne ou a y a n t des signes de com plica­
tio n s neurologiques.
S y n d ro m e de M énière classique: 120 cas:
chez 86 p a tie n ts : seuil d u n y sta g m u s g alv an iq u e: 2 - 3 1/2 mA,
chez 34 p a tie n ts : seuil du n y sta g m u s g alv an iq u e: 4 % -8 mA.
(ces d erniers cas p ré se n ta ie n t des crises très fréquentes d a ta n t de
p lu sieu rs années).
O to sp o n g io se: 2 c as; seuil d u n y stag m u s g alv an iq u e: 4 -7 mA.
P a ra ly sie d u facial: 5 c as; seuil d u ny stag m u s g alv an iq u e: 4 -9 mA.
N y stag m u s e t v e rtig e de p o sitio n : 2 cas; seuil du n y stag m u s gal­
v a n iq u e : 3^1 mA.
N e u ro n ite v e s tib u la ire : 7 c as; seuil d u n y stag m u s galv an iq u e:
6 -9 mA.
T oxicose v estib u laire, D ia b è te : 2 p a tie n ts ; seuil du n y stagm us
g a lv a n iq u e : 6 mA.
S tre p to m y c in e : 14 p a tie n ts ; seuil du n y stag m u s g alv an iq u e: 8 mA.
chez 6 cas;
seuil d u n y sta g m u s g a lv a n iq u e : 1 mA. chez 8 cas.
M atières co lo ra n te s: 2 p a tie n ts ; seuil du ny stag m u s g alv an iq u e:
7 mA.
H é p a tiq u e s: 3 p a tie n ts ; seuil d u ny stag m u s g alv an iq u e: 6 -8 mA.
S olfocarbonism e: 2 p a tie n ts ; seuil du ny stag m u s g alv an iq u e: 6 mA.
P a ro tid ite ép id ém iq u e: 2 cas; seuil du n y stag m u s g alv anique:
5 ]/2 mA.
6 mA. chez 2 cas.
Downloaded by:
Vanderbilt University Library
129.59.95.115 - 10/25/2017 11:35:12 AM
H y p o aco u sie récep tiv e sans v e rtig e: 4 cas; seuil du n y stagm us
g a lv a n iq u e : 2 m A. chez 2 cas;
330
Ilahn, Menzio, La valeur diagnostique de la stim ulation vestibulaire
H y p e rte n sio n a rté rie lle: 18 c as; chez 13 p a tie n ts : seuil d u n y s ta g ­
m u s g a lv a n iq u e : 2 -3 '/2 m A ;
chez 5 p a tie n ts : seuil du n y sta g m u s g a lv a n iq u e : 4 -6 mA.
T ra u m a tism e s c râ n ie n s: 39 cas;
chez 15 p a tie n ts : seuil du n y sta g m u s g alv a n iq u e : 2 -3 m A ;
chez 24 p a tie n ts : seuil du n y sta g m u s g a lv a n iq u e : 4 y*-9 mA.
S y n d ro m e d ’an gioncurose la b y rin th iq u e : 10 cas;
chez 8 p a tie n ts : seuil du n y sta g m u s g a lv a n iq u e : 2 -3 m A ;
chez 2 p a tie n ts ; seuil d u n y sta g m u s g a lv a n iq u e : 4 -6 mA.
A rth ro se cerv icale: 4 c a s; chez 1 p a tie n t: seuil du n y stag m u s
g a lv a n iq u e : 2 m A , chez 3 p a tie n ts : seuil du n y stag m u s g alv an iq u e:
4 i/ 2-5 % m A .
S u rd ité so u d a in e : 10 cas;
chez 7 p a tie n ts : seuil d u n y sta g m u s g alv an iq u e: 4 -8 m A ;
chez 3 p a tie n ts : seuil d u n y sta g m u s g alv an iq u e: 2 y, mA.
D ’ap rès ces données, il est év id en t que la p lu p a rts des alté ra tio n s
otoneu ro lo g iq u es, qui d o n n e n t une hyporéflexie, so n t déterm inées
trè s ra re m e n t p a r une lésion p articu lière des récep teu rs ou du nerf.
F o n t ex cep tio n à c e tte règ le: les tu m e u rs de l’aco u stiq u e ou les
d e stru c tio n s chirurgicales d ’un la b y rin th e , les a lté ra tio n s vestibulaires con tem p o rain es à une p a ra ly sie faciale, les n eu ro n ites vestib u laires et q u elques toxicoses v e stib u laires (d iab ète, solfocarbonism e,
p a ro tid ite ép idém ique). P re sq u e to u te s ces form es p athologiques in ­
téressen t sp écialem en t le V I I I e nerf.
Il y a d ’a u tre s lésions (sy n d ro m e de M énière, o tite chronique,
an gioneurose la b y rin th iq u e , toxicose p a r strep to m y cin e) q u i dans la
g ran d e m a jo rité des cas p ré s e n te n t un seuil n orm al du n y stag m u s
g alv an iq u e.
II fa u t p en ser d an s ces cas q u ’au co m m encem ent de la sy m p to m a ­
tologie il y a seu lem en t une a tte in te des ré cep teu rs et que successive­
m e n t, en p e rs is ta n t p o u r u n te m p s assez long e t une in te n sité assez
fo rte le processus é tio -p a th o g é n iq u e, il se vérifie une lésion d ég énéra­
Downloaded by:
Vanderbilt University Library
129.59.95.115 - 10/25/2017 11:35:12 AM
T o u tefo is une p a rtie de ces p a tie n ts p ré se n te n t une a u g m en tatio n
d u seuil d u n y sta g m u s g alv an iq u e, s u rto u t si les crises de v ertiges so n t
trè s fré q u e n te s et se ré p è te n t dep uis lo n g tem p s, si l’o tite s’associe à
des signes de com p licatio n s n eurologiques, ou si les doses de s tre p to ­
m ycine o n t été trè s élevées.
galvanique dans certains syndromes otoneurologiqucs
331
tive secondaire des fibres du V I I I e nerf. C ette h y p othèse serait con­
firm ée p a r l’o b serv atio n d an s le tem p s de quelq u es-u n s de nos p atien ts.
U n troisièm e g roupe de lésions enfin p eu t in téresser soit le récep teu r
soit le n e rf (n y stag m u s de position, hyp erten sio n artérielle, tra u m a ­
tism e crânien, a rth ro se cervicale, su rd ité soudaine).
Au cours de n o tre expérience clinique, nous avons enfin observé des
a lté ra tio n s c a ra c téristiq u e s d u seuil e t de la direction du ny stag m u s
g alv an iq u e chez des p a tie n ts qui p résen taien t la dite prévalence unité ra le d u n y stag m u s p rovoqué.
E n effet, si la cause de c e tte prévalence u n ilatérale é ta it périp h éri­
que avec u n n y sta g m u s sp o n ta n é (syndrom e de M énière, destru ctio n
d ’u n la b y rin th e , la b y rin th ite aiguë, suites im m édiates d ’in terv en tio n
de copho-chirurgie, n y sta g m u s de position, etc), la stim u latio n gal­
v an iq u e n ’a ja m a is d éterm in é u n n y stag m u s opposé au ny stag m u s
sp o n ta n é , m ais a to u jo u rs accen tu é le n y stag m u s sp o n tan é, quel q u ’ait
été le côté d ’ap p licatio n de l’électrode négative.
Le co m p o rtem en t du n y stag m u s galvanique persiste pour une
période de 10-15 jo u rs su ccéd an t à la prem ière crise de vertige et
d isp a ra ît lorsque l’a p p a re n te p révalcnce unilatérale du n y stagm us
co n tem p o rain e au n y sta g m u s sp o n tan é fait place à une hyporéflexie
v estib u laire u n ilatérale.
Son im p o rta n c e d iag n o stiq u e est dém ontrée p a r le fait que nous ne
l’avons ja m a is observée d an s les vraies prévalences unilatérales du
n y sta g m u s d ’origine cen trale (tu m eu rs des hém isphères cérébraux,
synd rom es ép ilep tiq u es, tu m e u rs de la fosse crânienne postérieure,
tu m e u rs d u tro n c cérébral, lésions cérébelleuses, tu m eu rs du IV e v en ­
tricu le, sclérose en p laq u e, n év ra x ite).
D ans to u s ces cas (103 p a tie n ts), le ny stag m u s galvanique a to u ­
jo u rs p résen té une d irectio n n orm ale, m êm e a y a n t des m odifications
d u seuil co n co rd an tes avec les a u tres stim u latio n s v estibulaires po u r
in d iq u e r la présence de la p révalence nystagm ique.
N ous soulignons l’im p o rta n c e d iagnostique de ce co m p o rtem en t du
n y sta g m u s g alv an iq u e p o u r différencier une «fau sse» prévalence u n i­
la té ra le d u n y sta g m u s d ’origine p ériphérique d ’une « v ra ie » prévalence u n ila té ra le du n y sta g m u s d ’origine centrale.
Downloaded by:
Vanderbilt University Library
129.59.95.115 - 10/25/2017 11:35:12 AM
N ous avons observé c e tte sy m p to m ato lo g ie en 153 cas de diffé­
re n te étiologie et nous croyons q u ’il s’agit du m êm e phénom ène ob­
servé chez le cobaye p a r B uchanan et Ladd après d estru ctio n d ’un
la b y rin th e à propos des d év iatio n s du tro n c et des m em bres.
332
H ahn, Menzio
D ans le cas d ’une lésion p é rip h é riq u e , la d isp a ritio n de l’a lté ra tio n
de d irectio n du n y sta g m u s g a lv a n iq u e in d iq u e la v a lid ité des p h é n o ­
m ènes de co m p en satio n v e stib u la ire e t la d isp aritio n des m écanism es
qui o n t d é te rm in é le déficit v estib u laire.
Il nous sem ble encore im p o rta n t que les deu x a lté ra tio n s p rin c ip a ­
les de l’ép reu v e g alv an iq u e (élévation d u seuil n y stag m iq u e, a lté ra ­
tio n de la d irectio n d u n y sta g m u s) so n t en m esure de co n trib u e r d ’une
m an ière décisive au d iag n o stic d ifférentiel v e stib u laire, p a r une m é­
th o d e sim ple e t ra p id e d a n s son ex écution.
Adresse des au teu rs: D r R. Hahn et D r P. Menzio, Clinique oto-rhino-laryngologiquc de l'U niversité, Turin
(Italie)
Discussion
Downloaded by:
Vanderbilt University Library
129.59.95.115 - 10/25/2017 11:35:12 AM
C. R. Pfalz: D ans le cadre de l’examen otoneurologique l’épreuve galvanique est
une m éthode diagnostique im portante. Elle a été négligée longtemps pour des ra i­
sons d ’insuffisance technique. Le développem ent de la photo-électro-nystagm ographie a rendu possible l’enregistrem ent du nystagm us pergalvanique, sym ptôm e
vestibulaire objectif éprouve de la réaction galvanique. Les tracés du nystagm us
enregistrés au cours d ’une stim ulation galvanique nous fournissent des inform ations
plus précises que l’observation seule des réactions vestibulaires provoquées par
stim ulation électrique, ce que nous avons dém ontré l’année dernière, lors de la
24e réunion, Groupe O. N. O., à N euchâtel («L a valeur diagnostique de la réaction
vestibulaire galvanique.» Confin. Neurol. 25: 203-209 [1965]).
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
0
Размер файла
668 Кб
Теги
000103779
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа