close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Les Echos - 09 05 2018

код для вставкиСкачать
Philippe Lopez/AFP
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Air France-KLM
La difficile quête
d’un nouveau
patron
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE // MERCREDI 9,JEUDI 10 MAI 2018 // LESECHOS.FR
// P. 17 ET POINT DE VUE P. 9
L’inquiétant
bras de fer
L’ESSENTIEL
VALÉRIE PÉCRESSE CRITIQUE
LE BILAN DE MACRON
La présidente de la région Ile-deFrance met en garde sur le manque
de « fond » des réformes et pointe le
fossé qui se creuse entre « le pouvoir et la vraie vie ». // P. 2
PRÈS DE 65.000 ÉTUDIANTS
EN PLUS À LA RENTRÉE 2018
Le gouvernement prévoit 65.000
étudiants de plus à la rentrée, dont
34.000 à l’université, alors que
19.000 places supplémentaires
ont été créées. // P. 3
ENTREPRISES
& MARCHÉS
LA GRÈVE À LA SNCF AU
MINIMUM JUSQU’À FIN MAI
Le Sénat examinera la réforme à
partir du 29 mai. Edouard Philippe
évoquera peu avant la reprise de la
dette. En attendant, les syndicats
restent mobilisés. // P. 16
NESTLÉ S’OFFRE LA MARQUE
DE CAFÉ STARBUCKS
Le géant suisse a signé un accord
avec l’enseigne américaine pour
commercialiser la gamme de
produits Starbucks vendue dans
les supermarchés.
// P. 18 ET « CRIBLE » P. 36
M6 CONFIANT MALGRÉ
DES AUDIENCES EN BERNE
Victime d’un trou d’air en avril, le
groupe compte sur ses autres
chaînes et sur les programmes du
second semestre pour remonter la
pente. // P. 22
PAIEMENT : LA LICORNE
IZETTLE VEUT SE FAIRE COTER
La jeune pousse suédoise concurrente de l’américain Square va
s’introduire en Bourse. Elle espère
lever près de 200 millions d’euros.
// P. 29
Cinéma
Le « premier film »,
cette passion
française // L’ENQUÊTE P. 13
L’accord historique avec les
Occidentaux en sept questions
Les cours du pétrole au plus
haut depuis novembre 2014
DIPLOMATIE Le monde entier était suspendu mardi soir à
la décision du président américain. Donald Trump s’apprêtait à annoncer le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le
nucléaire iranien, ouvrant une nouvelle période d’incertitudes au Moyen-Orient. // PAGE 4
DÉCRYPTAGE Le compromis obtenu de haute lutte par les
ÉNERGIE. En progression de près de 15 % depuis le début de
Occidentaux en 2015 a permis de geler le programme
nucléaire de l’Iran et, en retour, la levée des sanctions a permis un rebond de son économie. Mais il n’est pas parfait.
Forces et faiblesses d’un accord sous tension. // PAGES 4-5
Le soutien à Macron du ministre
allemand de l’Economie
EUROPE Dans une interview aux « Echos », Peter Altmaier
se dit optimiste sur les chances d’un accord franco-allemand.
Après Jean Monnet en son
temps et plus récemment François Mitterrand et l’ex-président du Parlement européen
Martin Schulz, le président de
la République se verra décerner
jeudi le prix Charlemagne par
la ville d’Aix-la-Chapelle.
Il s’agit d’une nouvelle marque de reconnaissance de l’Allemagne à l’égard de « Macron
l’Européen », même si elle ne
porte pas la signature du gouvernement d’Angela Merkel. La
chancelière a accepté toutefois
de prononcer l’éloge qui accom-
pagnera la remise du prix au
chef de l’Etat. Dans une interview aux « Echos », le ministre
allemand de l’Economie rend
lui aussi un hommage non feint
au président français.
Ce pilier de la CDU, proche de
la chancelière, affirme qu’avec
son enthousiasme, il a « créé un
nouvel espoir pour l’Union européenne et son processus d’intégration ». Il ajoute que jamais
depuis le couple MitterrandKohl, l’Europe n’a disposé d’une
telle fenêtre d’opportunité pour
avancer dans l’intégration. Il est
confiant dans la possibilité d’un
accord d’ici le Conseil européen
du mois de juin. Mais il insiste
aussi sur le fait que « la France et
l’Allemagne partent de points de
vue très différents et de priorités
divergentes ». D’où les blocages
multiples dans les discussions
entre Paris et Berlin qui tranchent avec cette belle unanimité affichée dans les discours
par les dirigeants allemands
vis-à-vis d’Emmanuel Macron.
// PAGE 6 ET L’ÉDITORIAL
DE DOMINIQUE SEUX
PAGE 8
La chute
des ventes
de diesel
s’accélère
en France
SUR
AUTOMOBILE « Dieselgate »,
DOMINIQUE SEUX
DANS « L’ÉDITO ÉCO »
À 7H45
DU LUNDI AU VENDREDI
Shutterstock
Pyramide Distribution
CARNET // P. 33
Donald Trump prêt à sortir
de l’accord nucléaire iranien
Produits chimiques : les PME
dans le cauchemar de REACH
A compter du 31 mai, les obligations
des entreprises vont être durcies.
ISSN0153.4831
NUMÉRO 22692
110e ANNÉE
36PAGES
Antilles Réunion 3,70 €. Guyane-St Martin
4,80 €. Belgique 3, 20 €. Espagne 4 €.
Grande-Bretagne 3£40. Grèce 3,70 €. Italie
4 €. Luxembourg 3,40 €. Maroc 28 DH. Suisse
5 , 4 0 F S . Tu n i s i e 4 , 5 T N D. Z o n e C FA
2.800 CFA.
ENVIRONNEMENT Voté il y a dix ans, le règlement sur les pro-
duits chimiques enjoint aux entreprises fabriquant ou utilisant
plus d’une tonne de substances par an de se déclarer en ligne ou
de vérifier que leurs fournisseurs sont en règle. Une procédure
complexe qui concerne directement quelque 70.000 entreprises françaises. // PAGES 24-25
rééquilibrage fiscal entre le
gazole et l’essence, nouvelle stratégie électrique des constructeurs… les raisons du déclin du
diesel sont multiples et ne
datent pas d’hier. Mais, en ce
début d’année, un cap a été franchi en France, où la part des
motorisations diesel est passée
sous le seuil des 40 % depuis
deux mois. Les flottes d’entreprise sont désormais également
touchées. Enfin, la France n’est
pas la seule à être frappée par
cette dégringolade. En Europe,
la part du diesel est tombée à
37,9 % en moyenne au premier
trimestre, contre 44,8 % sur
l’ensemble de 2017. // PAGE 19
l’année, le prix du baril a retrouvé les niveaux atteints il y a
trois ans. En partie liée aux tensions entre Washington et
Téhéran, cette envolée commence à inquiéter. // PAGE 27
ET L’ÉDITORIAL DE GUILLAUME MAUJEAN PAGE 8
La grande
colère des
commissaires
aux comptes
L’analyse de
Laurence Boisseau
Les professionnels du chiffre vont
manifester le 17 mai. Ils s’opposent à la
disposition du projet de loi Pacte qui
prévoit de supprimer la présence du
commissaire aux comptes dans les PME.
Ces derniers devraient perdre un quart
de leurs mandats, écrit Laurence
Boisseau, soit 620 millions d’euros
de chiffre d’affaires sur un total de
2,7 milliards. Pour Bercy, la priorité
est de diminuer les charges des PME.
// PAGE 8
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
FRANCE
Macron, ou l’injonction
de grandeur
Emmanuel Macron veut remettre le pays sur
le chemin de la grande Histoire tout en bousculant
les Français pour qu’ils fassent de même.
LE FAIT
DU JOUR
POLITIQUE
Cécile
Cornudet
Dessins Fabien Clairefond pour « Les Echos »
C
annes s’ouvre,
Emmanuel Macron
présente son film.
Dans ses deux interviews
télévisées, dans quelques
« off » à son retour d’Australie
et dans le documentaire
diffusé lundi sur France 3, le
chef de l’Etat vient de
longuement commenter le
film de ses un an à l’Elysée.
Auteur, acteur, metteur en
scène. La présidence s’en
trouve du coup plus
« bavarde » qu’annoncé mais
qu’importe. Quand on aime
l’Histoire, il est très tentant de
la contempler se faire.
L’Histoire, Emmanuel
Macron l’aime, s’en nourrit et
la fabrique sous nos yeux. Il
est finalement très peu le
jeune président moderne que
son âge laissait présager, le
nouveau Giscard venant
bousculer les codes.
Emmanuel Macron voit plus
haut, il inscrit ses pas dans
ceux des géants. Ainsi au
journaliste du « JDD » : « Si le
général de Gaulle avait
entendu le discours du déclin,
la France ne se serait pas
construit un tel destin. On peut
lui dire merci. Quand je me
déplace en région c’est ce que je
vois, la fierté retrouvée », dit-il.
Sans doute attend-il un merci.
Parce que la France ratait le
virage de la mondialisation,
se recroquevillait et
s’enfonçait dans le
pessimisme, il était temps de
renouer avec son Histoire et
l’« esprit de conquête »,
diagnostiquait-il depuis deux
ans. Sans les mots constitutifs
de ce qu’elle est, « grandeur »,
« absolu », « héroïsme », elle se
sentait perdue. L’heure était
venue de renouer avec eux.
Parce que son histoire
personnelle est celle d’une
incroyable épopée contre les
corps constitués et les idées
arrêtées, Emmanuel Macron
rencontrait ce moment. Pays
perdu cherche héros. Si seul
un homme ayant réussi
l’impensable peut réussir à
nouveau l’impensable, alors
il remettra le pays sur le
chemin de son Histoire.
Emmanuel Macron ose
renouer avec l’ambition
désuète de la « grandeur »
et touche à coup sûr une corde
sensible. En « dégageant » la
classe politique, les Français
ont mis fin à la « petite
politique » qui les tirait vers le
bas. Mais au fait, quel est le
coût de la grandeur ? Car si le
chef de l’Etat loue le
« sacrifice » du colonel
Beltrame, et soumet ses
propres troupes à un rythme
d’enfer, il semble attendre de
même des Français. Soyez
grands ! signifie-t-il lorsqu’il
critique « ceux qui pensent que
le summum de la lutte, c’est les
50 euros d’APL ». Peut-on
connaître la France et moins
bien les Français ? Réponse
dans les quatre ans.
ccornudet@lesechos.fr
en bref
Business France : Muriel Pénicaud
convoquée le 22 mai chez le juge
comme témoin assisté
POLITIQUE La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, est convo-
quée chez le juge le 22 mai comme « témoin assisté » dans
l’affaire Business France, a indiqué son cabinet mardi, confirmant une information du « Canard enchaîné ». Une information judiciaire a été ouverte pour soupçons de favoritisme concernant un déplacement d’Emmanuel Macron, alors ministre
de l’Economie, à Las Vegas en janvier 2016, préparé par Business France, dirigé à l’époque par Mme Pénicaud.
Fêtes de Jeanne d’Arc : Philippe a salué
la jeune métisse incarnant la Pucelle
COMMÉMORATION Le Premier ministre, Edouard Philippe, a pré-
sidé mardi la traditionnelle journée du 8 mai des fêtes johanniques
célébrées chaque printemps à Orléans et a salué la jeune métisse
Mathilde Edey Gamassou, cinquantième incarnation de Jeanne
d’Arc, qui avait subi des commentaires injurieux sur les réseaux
sociaux en raison de ses origines, béninoises par son père et polonaises par sa mère. « Jeanne d’Arc […] appartient à tous, elle est la
France dans sa splendide complexité », a déclaré le Premier ministre.
RETROUVEZ NICOLAS BARRÉ
LE DIRECTEUR DE LA RÉDACTION DES ECHOS
DANS LE JOURNAL DE 8H D’EUROPE MATIN
PRÉSENTÉ PAR PATRICK COHEN
#E1Matin
INTERVIEW // VALÉRIE PÉCRESSE Présidente LR de la région Ile-de-France
« L’habileté de la forme masque, chez
Macron, les insuffisances du fond »
l Pour Valérie Pécresse, « le fossé se creuse entre le pouvoir et la vraie vie ».
l Elle tacle la « course aux décibels » de Laurent Wauquiez.
Propos recueillis par
Pierre-Alain Furbury
@paFurbury
Un an après l’élection
d’Emmanuel Macron, la
France va-t-elle « mieux »
– comme le dit l’exécutif – ou
est-elle « détricotée » – comme
le dit Laurent Wauquiez ?
Au moment de l’élection d’Emmanuel Macron, la France a poussé un
soupir de soulagement. Parce
qu’elle a évité les extrêmes et mis fin
au quinquennat calamiteux de
François Hollande. On a
aujourd’hui un président qui
incarne la fonction et qui décide. De
cela, les Français sont plutôt satisfaits. Maintenant, si on porte un
jugement global sur son action,
l’habileté de la forme masque les
insuffisances du fond. Les efforts
qu’il réclame sont déséquilibrés et
inéquitablement répartis. Ça ne
peut pas durer sur le long terme.
Mais le sujet est moins un éventuel
détricotage que le fossé qui se creuse
entre le pouvoir et la vraie vie.
C’est-à-dire ?
Ça se voit d’abord sur le pouvoir
d’achat. Avec Emmanuel Macron,
tout a augmenté, sauf les salaires
et les retraites. Tout compris, la
ponction fiscale sur les classes
moyennes est supérieure à celle du
quinquennat Hollande et le gouvernement vit dans le déni de cette
réalité. Il n’y a aucune baisse des
dépenses de l’Etat, qui seule permettrait une baisse durable des
impôts. Autre exemple : le régalien. Nous avons dans les quartiers
populaires une spirale délinquance-communautarisme-radicalisation religieuse très alarmante,
dont le président semble ne pas
avoir pleinement conscience.
« Avec Emmanuel
Macron, tout
a augmenté, sauf
les salaires et les
retraites. »
L’exécutif est très en deçà de ce
qu’il faut faire. Malgré des paroles
viriles, la loi immigration est une
loi sans grand contenu qui ne sera
pas suivie d’effets. Ce décalage
entre la vraie vie et le gouvernement se nourrit aussi du pouvoir
excessif donné à la technostructure par rapport à tous ceux qui
pourraient être des relais, collectivités locales, partenaires sociaux,
société civile… La recentralisation
autoritaire est à contresens de
l’histoire. Emmanuel Macron
avait fait la promesse de libérer les
énergies, de rapprocher le pouvoir
des citoyens ; elle n’est pas tenue.
Reconnaissez-vous, comme
le pense une majorité de Français, qu’Emmanuel Macron
mène une politique de droite ?
Un électeur de droite sur deux
est d’ailleurs séduit par lui…
Emmanuel Macron est un libéral
assumé. Il cherche à rendre la
France plus attractive pour les
investisseurs. Il mène une politique de centre droit sur les questions entrepreneuriales. Mais elle
est insuffisante. J’attends toujours
la baisse des charges sociales qui
permettra de créer de l’emploi. La
France reste un pays trop fiscalisé.
En revanche, sur les sujets régaliens – immigration, communautarisme, sécurité –, le président
reste ancré à gauche. De ce point de
vue, le désarmement pénal de la
France et le sentiment d’impunité
des délinquants sont inquiétants.
Pour résumer, il y a un manque de
Valérie Pécresse estime qu’Emmanuel Macron ne tient pas ses promesses. Photo Eric Piermont/AFP
fermeté sur le régalien et un manque d’audace sur les réformes économiques.
Sur la SNCF, doit-il tenir
jusqu’au bout ?
Il doit tenir jusqu’au bout mais, en
réalité, il a déjà beaucoup lâché.
La grève a conduit à repousser la
réforme du statut des cheminots en
2020 et à repousser l’ouverture à la
concurrence, en Ile-de-France, jusqu’en 2039 ! Les gains de cette
réforme, à laquelle je suis favorable,
sont en train de s’amenuiser au fur
et à mesure du conflit. Alors que les
Français veulent davantage de
trains, plus confortables et moins
chers. Les chemins de fer allemands sont 30 % moins cher au
kilomètre. L’écart de productivité
est considérable.
Quels enseignements tirezvous de la crise à Air France ?
D’abord, on ne doit pas faire de référendum sur une politique salariale !
Surtout quand, en matière de coût
de la vie, tout a augmenté sauf les
salaires. Il faut poursuivre le redressement d’Air France et que la
société offre, comme la SNCF, un
meilleur service à un meilleur prix.
C’est une question de survie dans
l’univers ultra-concurrentiel de
l’aérien. J’attends de l’Etat qu’il
porte ce projet de modernisation
lui-même, qu’il en fasse un grand
projet pour la France.
« La prise de risque
doit être
récompensée,
mais il faut aussi
se préoccuper de ceux
qui travaillent dur
et se lèvent tôt. »
Que dit le climat social
de l’état du pays ?
Il faut se souvenir que le président
a été élu dans un contexte où tous
les extrêmes, additionnés, faisaient 50 % des voix. Pour répondre à cette colère, il y a urgence à
rétablir deux choses : la valorisation du travail et l’autorité de l’Etat.
Or sur ces deux points, le message
est brouillé. Réformer l’Etat, l’assurance chômage, maîtriser les
dépenses d’assurance maladie,
reprendre le chantier de la
réforme des retraites, est indispensable pour baisser les charges et
améliorer la feuille de paie. J’ai été
favorable à la « flat tax » sur les dividendes des entrepreneurs, parce
que la prise de risque doit être
récompensée, mais il faut aussi se
préoccuper de ceux qui travaillent
dur et se lèvent tôt. D’où mes propositions de service garanti à 100 %
dans les transports aux heures de
pointe, et de restauration de la
défiscalisation des heures supplémentaires.
« Promettre un
référendum sur
l’immigration ne
me paraît pas crédible.
Pourquoi pas un
referendum “pour ou
contre le chômage” ?
La réforme des institutions
est-elle une modernisation ?
Elle est bien éloignée des préoccupations du moment. Améliorerat-elle la démocratie ? Non. Elle
éloignera les citoyens des parlementaires, dont elle affaiblira
l’influence. Je redoute une dérive
d’exercice solitaire du pouvoir.
Quel bilan tirez-vous des cinq
premiers mois de Laurent
Wauquiez à la tête de LR ?
Nous ne devons pas faire une
course aux décibels mais une
course à la crédibilité et, dans cette
course, reconnaissons que nous
partons avec un peu de retard ! Ce
que les Français attendent de
l’opposition, ce sont des solutions
alternatives et crédibles. Promettre
un référendum sur l’immigration
ne me paraît pas en être une. Pourquoi pas un référendum « pour ou
contre le chômage » ? La droite doit
être audacieuse, briser des tabous :
je propose de réformer l’assurancechômage afin que les entreprises
qui ont le courage de garder leurs
salariés paient moins de cotisations
chômage que celles qui licencient,
mais aussi d’interdire de financer
du logement social là où il y en a
déjà plus de 30 % pour casser les
ghettos. Il faudra des idées neuves
et l’ascenseur social doit être au
cœur de nos propositions. C’est
pour cela que j’ai créé le mouvement Libres !.
Sur l’Europe, une synthèse
est-elle possible à droite entre
pro-européens et eurosceptiques ?
Je souhaite une droite résolument
pro-européenne, mais euro-lucide,
qui s’engage à améliorer le fonctionnement de l’Europe. Je crois à
l’Europe des 27, pas à des cercles
concentriques qui fractureraient
l’Europe au lieu de la renforcer.
Stoppons l’élargissement pour renforcer nos coopérations sur les
sujets cruciaux de l’Europe de
demain : protection des frontières,
réindustrialisation… Ma ligne est
claire. Elle ne fait pas peser sur
l’Europe la responsabilité de nos
lâchetés et de nos renoncements.
La France doit être de retour en
Europe. Il est hallucinant d’envoyer
des députés européens à Bruxelles
qui ne parlent pas l’anglais, ou
qu’un directeur d’administration
centrale en France puisse ne pas
avoir été une fois dans sa carrière à
Bruxelles.
Jean-Pierre Raffarin quittera
LR si la ligne n’est pas européenne. Vous aussi ?
Laurent Wauquiez m’a garanti que
notre ligne sera pro-européenne. Je
le jugerai sur ses actes. Ma ligne
rouge, c’est le refus de toute alliance
avec le Front national ou ses affidés.
Pour moi, le FN n’est pas le prolongement de la droite mais le contraire de la droite. Avec Libres !, je
veux peser au sein de ma famille. Je
mets en garde sur le risque que certains font courir à la droite en la voulant eurosceptique, anti-entreprise,
protectionniste ou populiste. Je
refuse qu’on oppose territoires
ruraux et banlieues ou centre-villes,
parce que c’est à l’ensemble des
Français que nous devons nous
adresser. Notre ligne doit être une
ligne de rassemblement contre les
fractures ; pas de clivage autour de
ces fractures. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE // 03
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
Réforme des institutions : le bras de fer
continue entre l’exécutif et le Sénat
l Le Conseil des ministres examine ce mercredi le projet de loi constitutionnelle, premier volet de la réforme.
l Le gouvernement prévoit de renouveler intégralement le Sénat en 2021, provoquant une vive inquiétude.
POLITIQUE
Isabelle Ficek
@IsabelleFicek
C’est parti. Ce mercredi, le Conseil
des ministres examine le premier
volet de la réforme des institutions
avec le projet de loi constitutionnelle « pour une démocratie plus
représentative, responsable et efficace ». Si la plupart de ses dispositions – suppression de la Cour de
justice de la République, réforme
du Conseil supérieur de la magistrature, mention de la lutte contre le
changement climatique – font consensus, la mention de la spécificité
de la Corse fait davantage débat et la
partie concernant le travail parlementaire irrite fortement.
C’est un point sur lequel Gérard
Larcher doit revenir lors d’une conférence de presse ce mercredi. Le
président du Sénat – clef pour faire
passer la révision constitutionnelle
qui doit être votée dans les mêmes
termes par l’Assemblée et le Sénat
avant d’être approuvée par les trois
Gérard Larcher, président du Sénat, en séance.
Photo Lionel Bonaventure/AFP
cinquièmes du Congrès – a transmis ses inquiétudes dans un courrier à Emmanuel Macron en avril.
Lundi sur LCI, il a rappelé ses
« lignes plus que rouges : un Parle-
ment qui ne soit pas réduit dans ses
droits. » Or, les deux autres volets de
la réforme – les projets de loi organique et ordinaire – actuellement au
Conseil d’Etat et qui seront exami-
nés en Conseil des ministres « prochainement », selon Matignon, suscitent une vive inquiétude au Sénat.
Ils contiennent bien la baisse de
30 % du nombre de parlementaires,
la fin du cumul des mandats dans le
temps et une dose de proportionnelle de 15 % pour les législatives
(qui monte à 17 %, comme l’a dévoilé
« Le Figaro », car les députés des
Français de l’étranger seront élus à
la proportionnelle). Mais la mise en
œuvre proposée est « une provocation », lâche un sénateur.
Alors que la Chambre haute est
renouvelée par moitié tous les trois
ans, le projet prévoit que le Sénat
soit intégralement renouvelé en
septembre 2021. Cela, pour que la
réduction du nombre de sénateurs
n’introduise pas un « déséquilibre de
représentativité entre les deux séries,
une série réduite et une série maintenue », explique Matignon. Un
renouvellement général jugé par
certains au Sénat non conforme à la
Constitution. Les sénateurs élus en
2014 verraient leur mandat de six
ans prolongé d’un an et ceux élus en
2017 raccourci de deux ans. Les pre-
miers seraient élus en 2021 pour un
mandat de trois ans et les seconds
pour un mandat de six ans. Possible, seulement si cela est justifié
« par l’intérêt général », pointe une
source.
Le renouvellement
général du Sénat
est jugé par certains
non conforme
à la Constitution.
Pourquoi septembre 2021 ? Car,
précise le texte, « le collège électoral
sénatorial tiendra compte des différents scrutins locaux » (les municipales, départementales et régionales). Et s’il prévoit au minimum un
sénateur par département, le redécoupage et la clef de répartition des
parlementaires sont renvoyés à des
ordonnances ultérieures. « C’est le
gouvernement qui dit, ne vous occupez de rien, on s’occupe de tout ! Ils ne
font pas cela pour perdre des sièges…
On peut aussi rejouer le match jus-
qu’à ce qu’En marche soit majoritaire
au Sénat ! ironise un sénateur pourtant bienveillant avec l’exécutif. Est-ce fait pour négocier ? Soit ils
partent de haut pour pouvoir aboutir
en s’armant comme des porte-avions,
soit ils cherchent la “cogne” pour dire
on ne peut pas aboutir à cause d’eux. »
« Tout cela n’a pas de sens, il va falloir qu’ils reviennent à la raison. Le
tripatouillage électoral pose problème. Ils sont en train de faire basculer les sénateurs dans l’hostilité »,
regrette-t-on dans l’entourage de
Gérard Larcher, qui a toujours dit
vouloir aboutir sur cette réforme.
Dans ce jeu de poker menteur, certains pensent que, « comme dans la
police, le gouvernement fait le
méchant et le chef de l’Etat le gentil »,
espérant que les choses se régleront
entre Emmanuel Macron et Gérard
Larcher et lors du débat parlementaire. Voilà en tout cas un nouvel
épisode qui risque de ne pas aider le
Sénat à voter la révision constitutionnelle. A moins qu’il ne s’agisse
de lui forcer la main, en échange de
modifications sur les lois organique
et ordinaire. n
65.000 étudiants supplémentaires attendus à la rentrée
ENSEIGNEMENT
Dans une étude, le
ministère de l’Enseignement supérieur
dessine plusieurs
scénarios dans
lesquels les places
disponibles sont
insuffisantes.
Entre 2016 et 2026,
l’Université devrait
accueillir 215.000 étudiants de plus.
Marie-Christine Corbier
@mccorbier
On savait les universités promises à
un choc démographique pour la
rentrée 2018. On a désormais une
idée précise de son ampleur. Dans
une note d’information qui vient
d’être publiée la semaine dernière,
le ministère de l’Enseignement
supérieur estime que le nombre
total d’étudiants inscrits « devrait
s’accroître de 65.000 » à la rentrée
prochaine, une hausse liée au boom
démographique de l’an 2000.
L’étude table sur « une progression substantielle du nombre total
des inscriptions dans l’enseignement
supérieur » pour la rentrée, avec
notamment 34.000 étudiants supplémentaires à l’université (+2,2 %),
dont 25.200 étudiants de plus en
licence (+3 %), 10.100 étudiants de
plus en master (+1,7 %) et 1.000 de
moins en doctorat (–2,2 %).
Y aura-t-il assez de places dans
les universités pour accueillir tous
les étudiants qui le souhaitent ? Les
inquiétudes se sont accrues avec la
loi sur l’orientation et la réussite des
étudiants. Durant le débat parlementaire, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal,
avait promis de créer 22.000 places
supplémentaires : 19.000 l’ont été,
assure-t-elle.
« Sur la base des vœux formulés
par les candidats, nous accompagnerons les établissements pour créer
des places supplémentaires là où c’est
nécessaire », a promis Edouard Philippe le 25 avril. Il doit annoncer fin
juin « des moyens supplémentaires
pour créer des nouvelles places »,
notamment « dans les filières technologiques en BTS ou en DUT », là où
la demande a été « plus forte que ce
qui avait été anticipé », mais aussi
« pour les licences universitaires ».
« Le choc démographique avait été
mal, voire très mal, anticipé par les
gouvernements antérieurs. Ce gouvernement ne va pas connaître la
même erreur », a affirmé le Premier
ministre.
évolution des comportements et des
préférences des bacheliers liée au
nouveau contexte de Parcoursup »,
qui diffuse systématiquement des
informations sur la réussite dans les
filières. En STS (sections de technicien supérieur), par exemple, pour
une hausse attendue de 6.800 étudiants, il n’y aurait que 1.600 places.
Un scénario C « annoncé » suppose
que « les moyens nécessaires à
l’absorption du choc démographique
ne sont pas présents dès 2018 dans
toutes les filières ». Si l’on reprend
l’exemple des STS, il n’y aurait que
2.200 places. « Un ajustement sur
trois ans est envisagé dans les deux
scénarios contraints », au fil du « tas-
sement » des évolutions démographiques, poursuit l’étude.
A partir de 2021, la progression
du nombre d’étudiants devrait être
moins forte. L’enseignement supérieur devrait néanmoins absorber
327.000 étudiants supplémentaires
entre 2016 et 2026 (+13 %),
dont +22 % pour les effectifs des for-
mations d’ingénieurs non universitaires, +18 % pour les écoles de commerce et facultés privées et +11,8 %
pour les principales filières universitaires. Pour ces dernières, cela
représente 215.000 étudiants supplémentaires, soit l’équivalent
d’une dizaine d’universités de taille
moyenne. n
Progression moins forte
à partir de 2021
L’étude présente trois scénarios. Un
scénario A « tendanciel » est fondé
sur l’absence de contraintes de
capacités. Un scénario B « contraint » fait l’hypothèse que « les
capacités d’accueil sont accrues mais
ne parviennent pas immédiatement
à absorber les nouveaux entrants »,
faute de « moyens humains d’enseignement » suffisants. Ce scénario
pourrait refléter « des anticipations
des futurs bacheliers sur des capacités d’accueil contraintes » ou « une
Les jeunes issus des milieux populaires restent sous-représentés
Les universités sont
« tout autant sélectives »
socialement que
les grandes écoles,
selon une étude.
Qui trouve-t-on parmi les jeunes qui
viennent grossir les rangs de l’enseignement supérieur ? Près d’un tiers
sont enfants de cadres supérieurs,
alors que 11 % seulement ont des
parents ouvriers, selon une
étude que vient de publier l’Observa-
toire des inégalités à partir de plusieurs sources statistiques du ministère de l’Education nationale. « Les
écarts sont encore plus grands dans
certaines filières », y lit-on. Dans les
classes préparatoires et les écoles
d’ingénieurs, où cet écart est jugé
« considérable », « les enfants de
cadres sont huit fois plus nombreux
que ceux d’ouvriers ». Mais l’enseignement supérieur universitaire est
« tout autant sélectif socialement que
les grandes écoles », poursuit l’étude.
Simplement, « le tri s’effectue plus
tard dans le cursus ». En licence, 15 %
des étudiants sont enfants
d ’e m p l o y é s e t 1 3 % e n f a n t s
d’ouvriers. En master, ils ne sont
plus, respectivement, que 10 % et 8 %
puis, en doctorat, 7 % et 5 %. A
l’inverse, la part des étudiants dont
les parents sont cadres passe de 28 %
en licence à 33 % en master et 34 %
en doctorat.
Mais l’enseignement supérieur,
« souvent caricaturé », n’augmente
pas les inégalités, insiste Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des
inégalités. Certes, « les filières élitistes, très bien équipées, demeurent
réservées aux plus favorisés, mais la
promotion sociale existe grâce aux
filières techniques et professionnelles », assure-t-il.
L’étude cite, notamment, le cas
des sections de technicien supérieur
(STS) et, dans un degré moindre,
celui des instituts universitaires de
technologie (IUT). La part des
enfants d’employés et d’ouvriers
dans les BTS représente près de
40 % des 18-23 ans. Pour Louis Maurin, « ces données montrent un visage
de l’enseignement supérieur un peu
plus complexe que les discours simplistes qu’on entend souvent ». « La
relation n’est pas non plus linéaire
entre la part d’enfants les plus favorisés et les financements, ajoute-t-il
encore. Un étudiant de BTS coûte
quasiment aussi cher qu’un élève de
classe préparatoire. » — M.-C. C.
« Les filières
élitistes, très bien
équipées, demeurent
réservées aux plus
favorisés. »
LOUIS MAURIN
Directeur de l’Observatoire
des inégalités
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
MONDE
en
chiffres
ALLEMAGNE : RECUL
DES COMMANDES
À L’INDUSTRIE
10
INDONÉSIE : PAUSE
DANS LA HAUSSE DU PIB
Les commandes à l’industrie
en Allemagne ont diminué
en mars de façon inattendue
pour le troisième mois
d’affilée en raison de la
faiblesse de la demande
extérieure. Selon l’Office
fédéral des statistiques, ces
commandes ont diminué sur
un mois de 0,9 % après –0,2 %
en février (chiffre révisé).
La croissance de l’économie
indonésienne au premier
trimestre a atteint 5,06 %,
après +5,2 % au trimestre
précédent, en raison d’une
réduction des dépenses
de l’Etat et d’une baisse des
exportations, selon l’agence
nationale des statistiques.
La hausse du PIB en
glissement annuel ressort
à +5,01 %.
MILLIONS D’EMPLOIS
Le secteur en croissance
des énergies renouvelables
a créé 500.000 nouveaux
emplois l’an dernier
pour dépasser la barre des
10 millions pour la première
fois, selon l’Agence internationale pour les énergies
renouvelables (Irena).
MOYEN-ORIENT
Le monde suspendu
à la décision de Trump
sur le nucléaire iranien
l Le président américain devait annoncer mardi, quatre jours
avant l’échéance, prévue le 12 mai, qu’il quittait l’accord conclu en 2015.
l Mais Washington pourrait ouvrir la porte à de nouvelles négociations.
Nicolas Rauline
@nrauline
— Bureau de New York
Après des mois de suspense et de
négociations, voici le temps des décisions. Donald Trump devait annoncer, mardi après-midi à Washington
et dans la soirée heure française, ce
qu’il comptait faire dans le dossier
du nucléaire iranien, quatre jours
avant l’échéance, prévue le 12 mai. La
plupart des observateurs s’attendaient à le voir dénoncer l’accord
passé en 2015 entre Téhéran, l’administration Obama, l’Union européenne, la France, le Royaume-Uni,
l’Allemagne, la Chine et la Russie.
Selon le « New York Times »,
Donald Trump a appelé lui-même
Emmanuel Macron, mardi matin,
pour lui signifier son retrait. – Ce que
la Maison-Blanche et l’Elysée ont
démenti.– Le quotidien évoque aussi
de nouvelles sanctions. Pour Axios,
le secrétaire d’Etat Mike Pompeo
avait fait part de sa décision à ses
homologues européens dès vendredi. Mais il n’avait pas exclu de
revenir, dans les prochaines semaines, à la table des négociations… Jusqu’au dernier moment, les alliés ont
tenté de convaincre Donald Trump
de rester dans l’accord ou, au moins,
de donner un peu plus de temps à la
diplomatie. Le ministre britannique
des Affaires étrangères, Boris Johnson, s’est ainsi entretenu avec le viceprésident, Mike Pence, et avec Mike
Pompeo, apparaissant même dans
« Fox and Friends », l’une des émissions de télévision préférées de
Donald Trump. « Nous devons améliorer l’accord, le président a eu raison
d’attirer l’attention sur cela. Mais il ne
faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain
pour autant », a-t-il déclaré.
Une ère d’incertitude
Lors de sa visite à Washington,
il y a deux semaines, Emmanuel
Macron s’était montré pessimiste.
Il avait proposé un cadre de négociation plus large, incluant le
nucléaire iranien après 2025, les
activités balistiques et la stabilité de
la région, avec l’influence iranienne
en Syrie, en Irak, au Liban et au
Yémen. « Mon souhait premier, c’est
que les Etats-Unis restent, mais il
faut aussi discuter du reste et éviter
de tomber complètement dans
l’inconnu », avait-il précisé. C’est
pourtant ce qui risque d’arriver.
Une ère d’incertitude devrait
s’ouvrir, alors que plusieurs scénarios étaient évoqués, ces derniers
jours. Donald Trump pouvait
en effet opter pour une sortie
en douceur de l’accord. Dans ce cas,
les alliés pourraient profiter de
la période de 180 jours qu’ont les
entreprises pour se mettre en
conformité avec les sanctions (sur
les exportations de pétrole iranien
et les transactions) pour reprendre
les négociations. Dans le cas d’une
sortie « dure », les sanctions
seraient immédiatement réactivées, avant un nouveau volet de
punitions. Celui-ci pourrait concerner les entreprises étrangères qui
ont des activités en Iran.
L’accord historique conclu en
juillet 2015 levait les sanctions à
l’encontre de l’Iran. En contrepartie, Téhéran s’était engagé à
arrêter son programme nucléaire
au moins jusqu’en 2025. Certains, à
Téhéran, militent pour une reprise
de l’enrichissement d’uranium en
cas de retrait américain. Mais
d’autres considèrent que le compromis reste valable, puisque les
Européens l’appuient toujours.
Donald Trump a dénoncé cet
accord dès son entrée dans la campagne présidentielle. Il avait alors
juré de « déchirer » ce qu’il considère être le « pire accord » de l’histoire américaine, qui remettrait en
cause la sécurité nationale. Selon
lui, l’Iran le bafouerait, même s’il a
été contredit sur ce point par les
experts de l’AIEA. Jusqu’ici, toutefois, ses conseillers l’avaient
convaincu de ne pas en sortir. Il
avait alors refusé de le certifier, renvoyant la balle au Congrès.
Mais les conseillers qui prônaient
le dialogue, comme Rex Tillerson et
le général McMaster, ont été remplacés par des partisans d’une ligne
dure envers Téhéran, l’ancien patron
de la CIA Mike Pompeo et le nouveau
conseiller à la sécurité nationale,
John Bolton. Quelques heures avant
d’annoncer sa décision, Donald
Trump s’en prenait encore à John
Kerry, qui avait conduit les négociations en 2015. Il tweetait : « John
Kerry ne se remet pas du fait qu’il a eu
sa chance et qu’il l’a laissée passer.
Reste en dehors des négociations,
John, tu fais du mal à ton pays ! »
L’ancien secrétaire d’Etat avait rencontré, ces dernières heures, plusieurs protagonistes du dossier. n
L’accord nucléaire de 2015
Au Liban, le Hezbollah
pro-iranien sort renforcé
des législatives
Justine Babin
— A Beyrouth
A l’occasion des premières élections
législatives en neuf ans tenues
dimanche au Liban, le Hezbollah et
ses alliés ont décroché la majorité
parlementaire. Cette victoire du
parti chiite pro-iranien n’a rien
d’anodin dans un contexte régional
marqué par le bras de fer entre l’Iran
et l’Arabie saoudite.
La majorité arithmétique des sièges à la Chambre des députés a
changé de mains. Elle est désormais
détenue à 67 sièges sur 128 par le
Hezbollah, le parti chiite Amal et le
Courant patriotique libre (CPL) du
président de la République, Michel
Aoun. « C’est une grande victoire »,
s’est félicité Hassan Nasrallah, le leader du « parti de Dieu », lors d’une
allocution télévisée.
Le Courant du futur, parti du Premier ministre sunnite, Saad Hariri,
soutenu par l’Arabie saoudite, a
perdu un tiers des sièges qu’il occupait et du même coup la majorité
qu’il détenait avec l’ancienne « coalition du 14 mars ». « Nous avions
parié sur un meilleur résultat et un
bloc plus large », a regretté Saad
Hariri lundi après-midi.
• QUE PRÉVOIT L’ACCORD ?
Bilal Hussein/AP/Sipa
Les élections législatives de
dimanche ont conforté
l’influence du parti chiite
pro-iranien au détriment du
parti du Premier ministre
sunnite, Saad Hariri.
Les atouts et les faiblesses du
compromis sur le nucléaire
iranien trouvé le 14 juillet
2015 après douze années de
négociations par les grandes
puissances mondiales.
Un accord de collaboration
En pratique, cependant, la forte présence du Hezbollah au sein des institutions libanaises n’est pas un phénomène nouveau, l’ensemble de ces
partis ayant conclu un accord de collaboration à la tête de l’Etat il y a plusieurs mois. En octobre 2016, le CPL,
le Hezbollah et le Courant du futur
s’étaient en effet accordés pour permettre l’élection du général Michel
Aoun à la présidence de la République, mettant fin à deux ans de vide
institutionnel. Saad Hariri avait
obtenu le poste de Premier ministre,
tandis que le Hezbollah continuait
d’exercer son influence au Parlement et au gouvernement, où il disposait de deux postes ministériels.
« Cette équation présidentielle reste
valable après les élections », estime
Ali Mourad, enseignant en droit
public à l’Université arabe de Bey-
Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, devrait être reconduit
à son poste, malgré un score décevant aux élections législatives.
routh. La progression de son
alliance parlementaire assure au
Hezbollah une influence plus
confortable au sein des institutions.
Néanmoins, « même s’il souhaite
faire partie du gouvernement, le “parti
de Dieu” ne vise probablement pas des
postes clefs », avance Ali Mourad. Il
ne dispose que de 13 sièges dans
l’Assemblée parlementaire.
« Cette présence symbolique lui
permet néanmoins de préserver ses
intérêts et de garder les mains libres
pour mener à bien ses projets régionaux », estime-t-il. Les forces du
Hezbollah sont notamment engagées depuis 2012 dans le conflit
syrien, aux côtés des forces du
régime de Bachar Al Assad.
Saad Hariri, toujours à la tête du
premier bloc sunnite au Parlement,
conserve pour sa part ses chances
de reconduction au poste de Premier ministre (qui doit obligatoirement revenir à un sunnite). Une
perspective qui repousse loin derrière lui la crise de novembre au
cours de laquelle l’Arabie saoudite
l’avait poussé à poser sa démission,
annulée un mois plus tard. n
L’Iran s’est engagé à un gel pendant
dix ans de son programme
nucléaire, assorti du démantèlement de ses 1.008 centrifugeuses de
dernière génération et de l’élimination de son stock de 300 kilos d’uranium enrichi en isotope de qualité
nucléaire. Téhéran est toutefois
autorisé au bout de quinze ans à
reprendre toutes ses activités sans
aucune contrainte, officiellement
pour produire de l’électricité. Ses
équipements doivent en outre être
regroupés sur deux sites accessibles
en permanence aux inspecteurs de
l’Agence internationale de l’énergie
atomique (AIEA). Les sanctions
internationales contre ses secteurs
de la finance, de l’énergie et des
transports sont levées pour l’essentiel depuis janvier 2016. Le gel des
avoirs iraniens en Occident, dont le
montant oscille entre 30 et 100 milliards de dollars, doit aussi être levé
progressivement.
• L’IRAN L’A-T-IL RESPECTÉ ?
Selon l’Agence internationale de
l’énergie atomique (AIEA), oui. Elle
a mené une centaine d’enquêtes et
produit depuis 2015 huit rapports –
le dernier a été publié en février –,
dont les conclusions allaient toutes
dans le même sens, sans réserves.
Ses enquêteurs ont constaté le
démantèlement des centrifugeuses,
le regroupement des équipements
sur les sites de Fordow et Natanz et
la réduction du stock d’uranium
conformément au calendrier prévu.
L’AIEA, dont le nombre d’inspecteurs a triplé à 150 (dont aucun Américain), a pu installer des techniques
de surveillance sophistiquées (capteurs, caméras, fibres optiques).
Mais elle n’a pas accès à n’importe
quel site dans le pays. Téhéran dispose d’un savoir-faire qui lui permettrait en théorie de produire
assez d’uranium pour une bombe
en un an s’il ne s’estime plus lié par
l’accord.
EN SONT
•LESQUELLES
LIMITES ?
L’accord permet, certes, de gagner
dix ans, mais laisse l’Iran, dont les
dirigeants sont sensibles au temps
long, reprendre sans aucune contrainte à partir de 2030 un programme nucléaire pouvant conduire clandestinement à la
production d’armes nucléaires.
L’accord se confine aussi, par
essence, au nucléaire et laisse donc,
grosso modo, l’Iran libre de dévelop-
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MONDE // 05
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
ZONE EURO :
RECUL DU MORAL
DES INVESTISSEURS
SUISSE : NOUVEAU RECUL
DU CHÔMAGE EN AVRIL
Poutine entame
son quatrième
mandat et garde
Medvedev
Le taux de chômage en Suisse, un
des plus bas au monde, a poursuivi
son recul en avril, à 2,7%, contre
2,9 % en mars, selon le secrétariat
d’Etat à l’Economie. Fin avril, 119.781
personnes étaient inscrites au
chômage, soit 10.632 de moins qu’en
mars, un niveau jamais atteint
depuis 2012, ce qui fait craindre
désormais une pénurie de maind’œuvre dans de nombreux
secteurs.
Le moral des investisseurs s’est
détérioré en mai pour le
quatrième mois d’affilée. L’indice
de confiance a fléchi à 19,2 en mai,
contre 19,6 en avril, selon l’institut
Sentix. Les menaces américaines
sur l’acier et les risques de
protectionnisme expliquent cette
détérioration, selon les analystes
de l’institut. L’indice a également
reculé en Allemagne à 24,4.
RUSSIE
DÉCRYPTAGE // Le Moyen-Orient est une poudrière
où toute étincelle peut déclencher un nouveau conflit régional
et de nouvelles tensions entre grandes puissances.
Un choix crucial pour Israël
et l’Arabie saoudite
Jacques Hubert-Rodier
@jhrodier
A
Jusqu’au dernier
moment, les alliés ont
tenté de convaincre
Donald Trump de rester
dans l’accord.
Photo Brendan
Smialowski/AFP
près « l’axe du mal » avec
l’Irak de Saddam Hussein,
l’Iran et la Corée du Nord,
voici peut-être « l’axe de la résistance », selon Moscou, qui pourrait
consacrer le rapprochement entre
l’Iran et la Russie face à l’Amérique.
La décision du président Donald
Trump sur l’accord visant à limiter
les capacités nucléaires iraniennes
à des fins militaires en échange
d’une levée progressive des sanctions, intervient dans une région
devenue une poudrière prête à
exploser à la moindre étincelle.
Quelle que soit sa tonalité – abandon pur et simple par les EtatsUnis du « plan d’action global
conjoint » de juillet 2015, ou
suspension de cet accord dans
l’attente de nouveaux engagements
de Téhéran –, l’annonce du président Trump aura de toutes façons
des conséquences importantes
dans le jeu des alliances à l’échelle
régionale et aussi mondiale.
A court terme, elle devrait renforcer les liens avec les deux alliés
locaux des Etats-Unis : Israël et
l’Arabie saoudite. Israël, d’abord.
Quelques jours avant le transfert de
l’Ambassade américaine, le 14 mai,
de Tel-Aviv à Jérusalem et dans
un climat d’affrontement entre
Israéliens et Palestiniens le long
de la frontière avec Gaza, nul
doute qu’un durcissement américain contre Téhéran satisfera
le Premier ministre israélien,
Benyamin Netanyahu, qui a pesé de
tout son poids sur ce dossier. La
semaine dernière, « Bibi » est allé
jusqu’à présenter, dans une mise
en scène dont il a le secret, des
documents sur le programme
nucléaire iranien, obtenus lors
d’une audacieuse opération du
Mossad en Iran, sans apporter
d’ailleurs la preuve du non-respect
par Téhéran de l’accord de 2015.
Un zèle qui s’explique notamment
par l’influence croissante de l’Iran
au Liban au travers du Hezbollah.
La victoire du mouvement chiite
libanais lors des élections de
dimanche dernier (lire plus bas)
en a apporté une nouvelle preuve.
L’annonce du
président Trump aura
des conséquences
importantes dans
le jeu des alliances
à l’échelle régionale
et aussi mondiale.
L’annonce de Donald Trump
devrait aussi affermir les liens
entre Washington et Riyad, où l’on
redoute plus que tout l’affirmation
de l’Iran comme puissance régionale. Depuis l’invasion de l’Irak en
2003 par les Etats-Unis, Téhéran a
mené une politique expansionniste dans la région, que ce soit en
Irak ou au Yémen, provoquant une
forte inquiétude de Riyad. Au point
que le royaume wahhabite s’est
engagé militairement dans ce dernier pays. Mais le champ d’affrontement régional le plus dur est
aujourd’hui la Syrie, où Téhéran a
déployé des Pasdarans des brigades al-Qods et fait appel au Hezbollah libanais. Des forces qui ont permis au président Bachar Al Assad
de se maintenir au pouvoir à
Damas, avant l’intervention militaire en 2015 de la Russie.
Une gifle diplomatique
pour les Européens
De manière plus globale, toute
décision de Trump affaiblissant l’accord de 2015 constitue une
véritable gifle diplomatique pour
les Européens qui, Emmanuel
Macron en tête, n’ont cessé de
plaider pour son maintien. Quitte
à y ajouter des clauses prenant
en compte les inquiétudes américaines. Tout espoir n’est toutefois pas perdu pour le Vieux Continent. Ils peuvent encore sauver
une partie de l’accord de Vienne.
Mais cela dépend en grande partie
d e l a r é a c t i o n d e Té h é r a n e t
plus particulièrement de ses faucons. S’ils décident de maintenir
l’Iran dans « le plan d’action global », le pire pourrait être évité.
Sinon, le risque d’une nouvelle
flambée du pétrole ne pourra
être écarté à court terme. Ni, à plus
long terme, celui, effrayant, d’une
prolifération nucléaire dans toute
la région. n
5 en sept questions
per son programme de missiles
balistiques. L’accord ne traite pas
non plus des ingérences, en Syrie,
Liban et Yémen d’un Iran aux fortes
ambitions régionales. Angela Merkel et Emmanuel Macron ont
d’ailleurs reconnu la nécessité
d’aborder ces questions, mais Téhéran fait valoir que cela n’a rien à voir
avec l’accord sur le nucléaire.
IMPACT A-T-IL EU
•SURQUEL
LE MARCHÉ PÉTROLIER ?
L’Iran est autorisé à exporter librement son pétrole depuis janvier 2016, alors que les sanctions
occidentales avaient fait chuter ses
ventes à 0,9 mb/j (millions de barils
par jour) dès 2012. Téhéran a réussi à
récupérer ses parts de marché plus
vite que prévu, malgré une pénurie
de tankers, avec des exportations de
2,6 mb/j dès mai 2016, équivalant au
niveau atteint avant les sanctions il y
a sept ans. Cet afflux de presque 2
mb/j (2 % de la production mondiale) s’est accompagné, paradoxalement, d’un doublement des cours
de l’or noir. Ce dernier a en effet été
dopé par la forte demande mondiale
et par l’accord entre l’Arabie saoudite et la Russie, aux abois financièrement, pour réduire leur production afin de redresser les cours.
IRANIENNE
•ENL’ÉCONOMIE
A-T-ELLE BÉNÉFICIÉ ?
Dans un premier temps, le compromis sur le nucléaire a littéralement
dopé l’économie iranienne. La
reprise progressive des exportations de pétrole après trois ans
d’embargo a permis au pays un
retour spectaculaire de la croissance. En 2016, le PIB iranien progressait de 12,5 %, alors qu’il était en
récession l’année précédente. Peu à
peu, indique le FMI dans son dernier rapport, le rebond de l’activité
s’est étendu au secteur non pétrolier
ainsi que dans la construction et les
services, le chômage amorçant un
début de décrue. Mais l’effet bénéfique de l’accord s’est essoufflé dans le
courant de 2017, avec de moindres
performances du secteur pétrolier,
tandis que les menaces croissantes
d’une sortie de l’accord par l’administration Trump ont dissuadé les
investisseurs. La croissance devrait
cependant dépasser les 4 % en 2017
et 2018. Ces meilleurs résultats économiques n’ont pas empêché
d’importants mouvements de protestation de la part de la population
qui dénonce la corruption, le coût de
la vie et l’austérité budgétaire.
LES ENTREPRISES
•FRANÇAISES
EN ONT-ELLES
PROFITÉ POUR S’IMPLANTER
LOCALEMENT ?
En 2017, l’Hexagone se classait quatrième partenaire commercial de
l’Iran, après l’Allemagne, l’Italie et
les Pays-Bas, avec plus de 1,2 milliard
d’euros d’exportations. Renault et
PSA sont les leaders du marché
automobile, qui passera de un à
trois millions de véhicules par an
d’ici à 2030. Renault a signé en
juillet 2017 un accord pour produire
150.000 véhicules, en plus des
200.000 unités actuelles. PSA a
signé, également en 2016, deux
accords : Peugeot avec Iran Khodro
et Citroën avec Saipa. Airbus a reçu
d’Iran Air la commande d’une centaine d’avions pour 17,5 milliards
d’euros au prix catalogue, tout
comme son concurrent américain
Boeing. Total a prévu, lui, d’investir
un milliard de dollars dans le développement de la phase 11 de South
Pars, le plus grand gisement de gaz
naturel au monde. Le groupe a
expurgé de son projet tout ce qui fait
lien (logiciels, etc.) avec les EtatsUnis, explique « The Wall Street
Journal » pour contourner d’éventuelles sanctions. En réalité, beaucoup de projets économiques sont
freinés depuis des mois par les
menaces de Donald Trump. Les
financements sont rares. Par
ailleurs, les investisseurs rechignent à faire affaire, même indirectement, avec le corps des Pasdarans,
gros acteur économique en Iran
mais classé par Washington
comme organisation terroriste.
QUEL RISQUE POUR LES
•GROUPES
OCCIDENTAUX SI
L’ACCORD EST DÉNONCÉ ?
Les conséquences pour les entreprises ayant investi en Iran dépendent
évidemment du scénario de sortie
envisagé par les Etats-Unis, et d’une
clause éventuelle qui épargnerait
les décisions prises alors que
l’accord était encore en vigueur,
comme l’administration Trump l’a
fait avec Cuba. A défaut, les entreprises concernées peuvent théoriquement se voir appliquer le principe
d’extraterritorialité, qui permet à la
justice américaine de poursuivre et
sanctionner les entités traitant avec
des pays sous embargo dès lors
qu’elles sont présentes aux EtatsUnis, font des transactions en dollars, ou avec des banques américaines. L’accord de 2015 prévoit un
délai de 180 jours pour permettre
aux entreprises de rompre leurs
engagements en Iran avant que les
sanctions ne prennent effet, laissant
le temps aux pays signataires de
négocier d’éventuels ajustements.
Mais il n’est pas certain que l’administration Trump suive cette voie.
Dans tous les cas, la décision va
ouvrir une période d’incertitude
pour les entreprises, qui risque de se
p r o l o n g e r j u s q u’à c e q u e l a
deuxième partie de l’accord arrive à
échéance en juillet.
— Y. B., E. C., C. C. et P. B.
Dmitri Medvedev
est reconduit au
poste de Premier
ministre.
C’est le signe qu’il
ne faut pas attendre
de grandes réformes du pouvoir
russe dans les
prochains mois.
Benjamin Quénelle
— Correspondant à Moscou
Vladimir Poutine a entamé
lundi son quatrième mandat
présidentiel, comme le précédent, sous les ors et applaudissements au Kremlin, deux
jours après l’arrestation de centaines de manifestants à Moscou. Le chef de l’Etat, âgé
de soixante-cinq ans, et qui est
de fait à la tête du pays depuis
dix-huit ans – une durée très
nettement supérieure à celle de
tout autre dirigeant de pays
important, hormis Angela Merkel – a prêté serment, la main
droite sur la Constitution. Il a
été réélu le 18 mars président
jusqu’en 2024 avec plus de 76 %
des voix. Quelques minutes
plus tard, Vladimir Poutine a
annoncé qu’il garderait à la tête
du gouvernement Dmitri Medvedev. Ce dernier a été depuis
2003 un collaborateur parfaitement loyal – une qualité prioritaire pour Vladimir Poutine –
en tant que chef de l’administration présidentielle, puis vicePremier ministre, puis chef de
l’Etat et Premier ministre. Il
incarne le statu quo.
Peu apprécié dans la population, moqué par l’opposition en
raison de sa personnalité jugée
effacée, Dimitri Medvedev
verra ce mardi sa candidature
soumise à la Douma, la chambre basse du Parlement, qui
approuvera très certainement
le choix présidentiel. Les analystes à Moscou s’attendaient
pour la plupart à sa nomination
en raison de la priorité de Poutine pour la stabilité, ainsi que
du manque d’alternatives crédibles. L’ex-ministre des Finances, Alexeï Koudrine, était trop
libéral et inacceptable pour les
« siloviki » (armée et FSB).
Le duo apparemment inaltérable de l’exécutif aura un
agenda chargé. La Russie, certes
sortie de deux ans de récession,
est menacée de stagnation. Des
mesures impopulaires sont à
prévoir, dont la hausse de l’âge
de la retraite. D’autres réformes
mettront à mal la rente pétrolière et les intérêts de proches
peu enclins à la diversification
industrielle pourtant indispensable pour s’assurer de nouveaux moteurs de croissance.
Les plus libéraux espèrent
des changements institutionnels, notamment pour rendre
le système judiciaire plus indépendant et donc plus efficace
dans la lutte contre la corruption. Mais le maintien de Dmitri
Medvedev ne laisse pas préjuger de grandes réformes. Un
mot que Vladimir Poutine n’a
d’ailleurs même pas prononcé
dans son récent discours à la
nation.
Sortir la Russie
de son isolement
« Ce quatrième mandat sera le
plus difficile pour Poutine. Jusque-là, son agenda avait été
dominé par la politique étrangère, thème gagnant. Mais il va
devoir se concentrer sur l’économie, thème où il a beaucoup à
perdre… », prévient Dmitrï
Oreshkine, politologue indépendant. Sortir la Russie de son
isolement international sera un
défi tout aussi difficile. Un
temps incertain à cause de
l’affaire Skripall, le voyage
d’Emmanuel Macron le 25 mai
au forum économique de SaintPétersbourg a finalement été
confirmé par l’Elysée. Une
semaine avant, Vladimir Poutine recevra la chancelière allemande Angela Merkel. Deux
rencontres tests pour donner le
ton du quatrième, et en principe dernier, mandat du chef du
Kremlin. n
« Ce quatrième
mandat sera le
plus difficile pour
Poutine. Jusquelà, son agenda
avait été dominé
par la politique
étrangère, thème
gagnant. Mais il
va devoir se
concentrer sur
l’économie, thème
où il a beaucoup
à perdre… »
DMITRÏ ORESHKINE
Politologue indépendant
Vladimir Poutine a entamé lundi son quatrième mandat
présidentiel, sous les ors et applaudissements au Kremlin.
Photo Alexander Zemlianichenko/AFP
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 // MONDE
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
Macron sacré
champion
de l’Europe à
Aix-la-Chapelle
l Emmanuel Macron recevra jeudi
le prix Charlemagne en Allemagne.
l Le chef de l’Etat ne cesse d’être
loué outre-Rhin pour son engagement
européen, mais le couple
franco-allemand bute sur la réforme
de l’Union européenne.
EUROPE
Catherine Chatignoux
@chatignoux
Personne n’en doute plus, Emmanuel Macron l’Européen est grandement apprécié outre-Rhin. La
classe politique allemande n’a pas
cessé de lui dispenser hommages
et compliments depuis son élection. Il est régulièrement loué pour
son engagement, sa volonté et sa
vision, comme le fait aujourd’hui
dans « Les Echos » le ministre de
l’Economie, Peter Altmaier. Jeudi,
c’est la ville d’Aix-la-Chapelle qui
s’apprête à distinguer le président
français en lui remettant son prix
Charlemagne. La récompense est
décernée chaque année depuis
1950 par le maire de la ville – capitale de l’empereur franc –, à ceux
dont l’action en faveur de l’unification européenne est jugée particulièrement remarquable. Emmanuel Macron succédera à une série
de personnalités aussi prestigieuses que Jean Monnet et Robert
Schuman, considérés comme « les
pères » de l’Europe et, plus récemment, pour ne citer que des Français, à Simone Veil, Valéry Giscard
d’Estaing, Jacques Delors et François Mitterrand.
Le ministère des
Finances allemand,
Olaf Scholz, rejette
pour l’instant
les projets français
d’aménagement
de la dette grecque.
Il y voit une incitation
au laxisme pour
Athènes.
Cerise sur le gâteau, c’est Angela
Merkel qui prononcera le discours
d’éloge qui accompagne traditionnellement la remise de ce prix. C’est
l’Elysée qui a proposé son nom. Une
façon peut être d’inciter la chancelière – elle-même récipiendaire du
prix il y a dix ans – à inscrire sa
réflexion et son action dans celle du
président. Mais ce nouvel échange
de discours et d’amabilités risque
de donner l’impression que les
paroles, si louangeuses soient-elles,
sont la seule réponse que l’Allema-
gne est capable d’offrir à la France et
que les gestes tardent… Emmanuel
Macron prononcera, lui, son quatrième grand discours en moins
d’un an sur l’Europe après ceux de
la Sorbonne, de l’Acropole et
du Parlement européen.
Une distinction
prématurée ?
L’Elysée reconnaît à demi-mot que
le travail de conviction est difficile
auprès du gouvernement de coalition que l’on espérait beaucoup plus
enclin à suivre le président français
dans son ambition de refonder
l’Europe. Les sujets de frictions sont
nombreux même en dehors de la
réforme de la zone euro, qui est pour
l’instant bloquée. En dépit des promesses, le projet de budget allemand de la défense est limité dans
son expansion, au point d’avoir provoqué la colère de la ministre proeuropéenne, Ursula von der Leyen.
Et loin de lever le pied, le ministre
des Finances, Olaf Scholz, prévoit
une hausse contenue des investissements publics d’ici à 2021. Le ministère des Finances rejette aussi pour
l’instant les projets français d’aménagement de la dette grecque en
fonction de l’évolution de la croissance économique, y voyant une
incitation au laxisme pour Athènes.
Le projet de taxation des géants
du numérique – les Gafa – poussé
par le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, est soutenu de
plus en plus tièdement par son
homologue à Berlin et, face aux
menaces américaines de taxation
de l’acier et de l’aluminium, l’Allemagne, qui a le plus à perdre dans
cette bataille commerciale, montre
des dispositions à négocier que ne
partage pas, pour l’instant, la
France. « Le travail progresse bien »,
assure toutefois l’Elysée, en faisant
remarquer que certains dossiers
avancent rapidement, comme la
décision franco-allemande début
avril de fabriquer en commun la
prochaine génération d’armements.
Certains avaient jugé prématurée l’attribution, en 2009, du prix
Nobel de la paix au président américain Barack Obama, à peine entré
en fonction. A Paris, pour devancer
les critiques, on a décidé de prendre
le prix Charlemagne « comme un
encouragement » à agir en Europe.
(
Lire l’éditorial
de Dominique Seux
Page 9
Rebond de l’industrie en mars
La production industrielle en Allemagne a augmenté de
1,0 % en mars, sa plus forte hausse mensuelle depuis le
mois de novembre, selon l’office statistique Destatis. Elle
s’était contractée de 1,7 % en février après un gain de
0,1 % en janvier. Ce rebond plus marqué que prévu dissipe les craintes d’un net ralentissement de l’économie
au premier trimestre après une croissance de 2,7 % en
2017. Lundi, un autre indicateur, celui des commandes
industrielles s’était légèrement contracté pour le troisième mois consécutif dans un contexte de guerre commerciale avec les Etats-Unis. Le trimestre s’achève au
total sur une note positive avec un excédent commercial
en progression de 22 milliards d’euros pour le seul mois
de mars, grâce à une hausse des exportations de 1,7 %.
Emmanuel Macron prononcera son quatrième grand discours en moins d’un an sur l’Europe. Photo Ludovic Marin/AFP
INTERVIEW // PETER ALTMAIER Ministre allemand de l’Economie
« Nous disposons de la plus grande fenêtre
d’opportunité depuis la période Kohl-Mitterrand »
croyons que l’euro est une œuvre
importante d’Helmut Kohl et François Mitterrand, une conquête historique qui a donné une nouvelle
qualité à l’Union européenne. Nous
voulons poursuivre cette réussite.
On doit réfléchir dans le détail si on
doit créer un budget de la zone euro
qui représenterait environ 80 % du
budget de l’UE après le départ du
Royaume-Uni. Il y a des débats
intensifs au sein de l’Eurogroupe.
Nous ferons des propositions qui
complètent celles d’Emmanuel
Macron et qui ont une chance d’être
acceptées par toute l’Union.
Propos recueillis par
Thibaut Madelin
@ThibautMadelin
P
our le ministre de l’Economie allemand, Peter Altmaier, le prix Charlemagne,
qui sera remis jeudi à Emmanuel
Macron à Aix-la-Chapelle, « est à la
fois une reconnaissance et un signal
de confiance ». Très proche d’Angela
Merkel, ce pilier de la CDU voit dans
le président français et la chancelière allemande « la meilleure
chance » depuis François Mitterrand et Helmut Kohl.
Le soir de la victoire d’Emmanuel Macron, vous écriviez sur
Twitter : « Vive La France ! Vive
L’Europe ! » Un an plus tard,
que reste-t-il de l’euphorie ?
Il reste beaucoup. D’abord, le président a créé une nouvelle dynamique
dans le débat politique et économique en France. Avec pour conséquence un encouragement énorme
pour l’économie française ainsi
qu’une perspective de hausse de la
croissance et de baisse du chômage.
Il a également créé un nouvel espoir
pour l’Union européenne et son
processus d’intégration. Il y avait
comme une grisaille après le référendum britannique sur le Brexit.
Avec son enthousiasme, Emmanuel
Macron a créé quelque chose de
comparable aux discours de Winston Churchill, Helmut Kohl ou François Mitterrand.
Mais il se trouve confronté
à une Allemagne qui freine…
Pas du tout. Le moteur franco-allemand est important parce que, très
souvent, nous partons de points de
vue différents et de priorités divergentes. Cela a toujours été le cas :
après de longs débats, il faut trouver
un compromis franco-allemand
qui nous permet de réformer
l’Union européenne. Dans le passé,
c’est très souvent l’Allemagne qui a
pris l’initiative, sur le marché unique, par exemple. La France avait
plutôt des réticences et après une
réflexion approfondie, nous sommes toujours arrivés à des positions
communes. Ce fut aussi le cas en
2010, lors de la crise de l’euro, lorsque le président français et la chancelière ont trouvé à Deauville un
compromis qui nous a permis de
surmonter la crise et de rendre plus
stable la monnaie commune.
Cette fois, la France a pris
l’initiative…
Peter Altmaier, ministre de l’Economie allemand.
Photo Marko Priske/Laif-RÉA
Et c’est une bonne chose pour nous
tous car l’Allemagne se trouvait
dans une situation un peu transitoire après les élections du 24 septembre, avec une très longue formation du gouvernement – la plus
longue de l’histoire. Pendant cette
p ério de difficile, Emmanuel
Macron a proposé un ordre du jour
et des réformes concrètes. Avec le
nouveau gouvernement, nous sommes maintenant en train de réagir à
ces propositions. Il s’agit de trouver,
comme dans le passé, un compromis qui nous permette d’avancer.
« Le moteur francoallemand est
important parce que,
très souvent, nous
partons de points de
vue différents et de
priorités divergentes. »
« Cela a toujours été le
cas : après de longs
débats, il faut trouver
un compromis francoallemand qui nous
permet de réformer
l’Union européenne. »
On a l’impression que votre
parti, la CDU, hésite à faire un
pas, notamment par peur de
l’AfD. Angela Merkel aura-t-elle
le courage d’affronter les résistances internes ?
Le débat a commencé en Allemagne il y a six semaines, avec la formation du nouveau gouvernement.
Nous avons eu un débat au sein de
notre group e parlementaire
comme il y en a au sein du SPD et
dans le public. C’est un processus
absolument indispensable pour
identifier non seulement les pistes
de réflexion mais aussi de solutions.
Très probablement, l’Allemagne va
compléter les idées françaises.
Quelles concessions
êtes-vous prêt à faire ?
Nous avons un accord de coalition
qui est assez clair sur quelques
points : nous sommes opposés à
une harmonisation de la dette
publique en Europe, les fameux
eurobonds. Par ailleurs, nous ne
voulons pas d’union de transfert.
L’UE doit plutôt se donner les
moyens de mieux affronter les défis
du moment : l’innovation et notamment le numérique, l’intelligence
artificielle, une meilleure protection des frontières extérieures, la
protection du climat ou la coopération avec l’Afrique. Il y a d’autres
points qui ne sont pas faciles,
comme l’idée de créer un budget de
la zone euro. Il y a au Parlement
européen quelques réticences pour
des questions institutionnelles. C’est
une question à clarifier. Mais notre
accord de coalition ne comprend
pas de lignes rouges, sauf les deux
que je viens de vous citer.
Paris raisonne plus en zone euro
et Berlin plus en Europe à 27.
Est-ce un facteur bloquant ?
Ce qui nous réunit est le souhait que
l’euro reste une réussite. Nous
On a l’impression que,
du commerce à la zone euro en
passant par la taxe numérique,
il y a un dialogue francoallemand, mais surtout
des tensions…
Non. Il y a eu des divergences d’opinions, voire des conflits au cours des
50 dernières années entre la France
et l’Allemagne. C’était le cas entre de
Gaulle et Adenauer sur la politique
transatlantique, sur la Réunification après la chute du mur de Berlin
ou encore sur la politique économique au début de la présidence de
François Hollande. Nous avons toujours réussi à les surmonter. Je suis
convaincu que la présidence
d’Emmanuel Macron et sa coïncidence avec le quatrième mandat
d’Angela Merkel offrent la meilleure
chance de compromis au moins
depuis la coopération entre François Mitterrand et Helmut Kohl. Car
nos deux dirigeants politiques ont
un engagement très net pour le processus d’intégration. Ils partagent
des convictions très claires sur le climat, la position de l’Europe dans le
monde, le multilatéralisme, l’économie sociale de marché, la technologie. J’ai l’impression qu’on a là une
fenêtre d’opportunité qui est plus
grande que jamais depuis les
années 1990.
Et qui se referme…
Il y a parfois des fenêtres qui se referment, mais ça dépend de notre travail et de notre dévouement. Les
deux dirigeants ont la volonté politique très claire de se mettre d’accord
avant l’été. C’est une bonne nouvelle
car les élections au Parlement européen au printemps 2019 seront
l’occasion d’un débat sur l’intégration européenne. Une prise de position commune est absolument
nécessaire pour battre le populisme
et encourager le soutien en faveur
des partis modérés en Europe. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
NUMERO EXCEPTIONNEL
SPECIAL CANNES
i
d
e
r
d
n
e
V
11 mai
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
idées&débats
SOMMAIRE
Le meilleur du Cercle L’économie circulaire, enjeu majeur pour
l’industrie
des Echos
La Chronique
Les pilotes d’Air France,
soldats de l’ancien monde
Le Point de vue
Les deux visages
de la révolution technologique
Cinéma
Une adolescente disparaît
LES ÉDITORIAUX DES « ÉCHOS »
Le devoir européen
de Macron 2
Photo Hamilton/RÉA
La grande colère des
commissaires aux comptes
Laurence Boisseau
@boisseaul
— Journaliste au service Marchés
On ne les voit pas souvent défiler
dans les rues. Le 17 mai prochain, ils
seront pourtant à Paris, Lille, Strasbourg, Lyon, Marseille, Toulouse et
Nantes pour manifester. Les commissaires aux comptes ne sont pas
contents. L’objet de leur courroux ?
La décision de Bercy de supprimer
l’obligation de certification des
comptes dans les petites et moyennes entreprises. Cette réforme s’inscrit dans le cadre de la loi Pacte, le
« plan d’action pour la croissance et
la transformation des entreprises ».
Une disposition annoncée comme
une mesure de simplification
pour les sociétés. Une mesure qui
n’est évidemment pas du goût de
ces professionnels du chiffre, persuadés qu’on les « assassine ».
« Nous sommes une profession
angoissée et en colère », explique
Jean Bouquot, président de la Compagnie nationale des commissaires
aux comptes (CNCC).
Concrètement, que va-t-il se passer ? Le gouvernement va relever
les seuils déclenchant l’obligation
de nommer un commissaire aux
comptes au niveau actuel de ce qui
se pratique ailleurs en Europe. La
réforme de l’audit, en 2016, a fixé à
8 millions d’euros de chiffre d’affaires le seuil d’audit légal obligatoire
sur le continent ; il est, aujourd’hui,
de 3,1 millions d’euros en France.
« Il y a quelque chose de totalement
surréaliste en France », justifie
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie. « On dit : il faut que les PME
grandissent, mais dès qu’elles grandissent, on leur rajoute des obligations, et après on se plaint qu’elles ne
grandissent pas. »
Pour les commissaires aux
comptes, ces mesures vont engendrer un vrai cataclysme. La profession devrait perdre un quart de ses
mandats, soit 620 millions d’euros
de chiffre d’affaires sur un total de
2,7 milliards, selon un rapport de
l’Inspection générale des finances
(IGF). La réforme entraînerait un
L’ANALYSE
DE LA RÉDACTION
Les professionnels
du chiffre vont manifester le 17 mai.
Ils s’opposent à la
disposition du projet
de loi Pacte qui
prévoit de supprimer
la présence du commissaire aux comptes
dans les PME.
Une mesure qui
va les contraindre
à réinventer leur
métier.
D
Les points à retenir
gouvernement va relever
•lesLeseuils
déclenchant
l’obligation pour les
entreprises de nommer un
commissaire aux comptes au
niveau actuel de ce qui se
pratique ailleurs en Europe.
Les commissaires aux
comptes devraient perdre un
quart de leurs mandats, soit
620 millions d’euros de chiffre
d’affaires sur un total de
2,7 milliards.
Pour Bercy, la priorité
est de diminuer les charges
pour les PME.
Pour éviter trop de pertes
d’emplois, le gouvernement a,
pourtant, lancé une mission
sur l’avenir de la profession.
•
•
•
plan social touchant entre 6.000 et
7.000 salariés qui perdraient leur
emploi. Elle concernerait
3.500 professionnels qui exercent
de 75 à 100 % de leur activité dans
les mandats concernés par cette
mesure.
Les commissaires aux comptes
mettent aussi en avant le risque que
ce projet présente pour le bon fonctionnement de notre économie. Ils
font valoir qu’ils remplissent des
missions d’intérêt général. Notamment l’obligation de déclencher une
procédure d’alerte quand des difficultés économiques surgissent
dans l’entreprise. Ils doivent aussi
révéler des faits délictueux à la justice. Un moyen de préserver l’activité et l’emploi en France, et de lutter contre la fraude qui sévit dans
les PME. « Le législateur d’avant
n’était pas si idiot. Très rationnellement, il a adapté les seuils d’audit à la
structure de notre économie. Car les
petites et moyennes entreprises
représentent près de 60 % de la
valeur ajoutée produite dans notre
pays. Il est dangereux de laisser croire
que chaque Etat n’a pas à adapter les
objectifs européens à ses propres réalités », explique Jean-Luc Flabeau,
président d’ECF (Experts-comptables et commissaires aux comptes
de France). En Allemagne, les seuils
sont supérieurs, car il y a bien
moins de petites entreprises.
Repenser l’avenir
de la profession
De fait, les Etats européens dont les
seuils d’audit ont été relevés il y a
peu font déjà machine arrière,
avancent les commissaires aux
comptes. C’est le cas de la Suède, du
Danemark et de l’Italie. « Un retour
en arrière au vu de l’augmentation
des erreurs comptables et de leurs
conséquences sur l’assiette fiscale et
sociale. Sans parler du risque de
dégradation de la confiance résultant
d’une information financière plus
opaque. On en attendait un gain pour
les entreprises. C’est l’inverse que l’on
constate », continue Jean-Luc Flabeau.
Bercy semble pourtant bien
résolu : sa priorité reste bien celle
de diminuer les charges pour les
petites et moyennes entreprises. La
fin de l’obligation de se soumettre
au verdict d’un commissaire aux
comptes représenterait une économie moyenne de 5.500 euros par
an, selon les travaux de l’Inspection
générale des finances (IGF).
Po u r é v i t e r t r o p d e p e r t e s
d’emplois, le gouvernement a,
pourtant, lancé une mission sur
l’avenir de la profession. Cette dernière a été confiée à un groupe
d’experts et placée sous la présidence de Patrick de Cambourg, président depuis 2015 de l’ANC (Autorité des normes comptables).
Pour les commissaires aux comptes, l’enjeu va consister désormais à
réinventer leur métier. Jean Bouquot a déjà fait des propositions.
« Dans les PME, le commissaire aux
comptes pourrait jouer un rôle de
réviseur légal. Il continuerait à donner son opinion sur les comptes, mais
en ne se concentrant que sur ce point.
Il pourrait aussi donner très utilement son appréciation sur le contrôle
interne, les forces et faiblesses de
l’entreprise, et la solvabilité, en
excluant toute vérification juridique. »
Autre piste : faire intervenir le
commissaire aux comptes dans les
groupes. Aujourd’hui, en dehors
des comptes consolidés, les obligations de certification légale des
comptes ne s’appliquent qu’aux
entités juridiques séparées. « Certains groupes sont complexes et opaques ; le commissaire aux comptes y
a une vraie valeur ajoutée », explique
Jean Bouquot. D’autres vont plus
loin. « Si l’on souhaite développer
l’épargne de proximité, il est nécessaire d’établir un lien de confiance. Ce
n’est possible que si un contrôle a été
réalisé. Il peut s’agir d’un contrôle des
comptes, du respect de l’environnement, ou un audit social ; cela peut
varier, d’une entreprise à l’autre,
mais il faut qu’un tiers de confiance
ait effectué ces sortes de « due diligence » », avance un professionnel.
Autant d’idées qu’il faudra bien examiner une fois la colère passée. n
Que va pouvoir faire Emmanuel Macron de
sa deuxième année à l’Elysée maintenant
qu’il a lancé l’essentiel de son projet de
mai 2017 ? Ces jours-ci, on entend parfois
cette question bizarre dans la bouche de
commentateurs à l’imagination un peu
courte. Le principal intéressé, lui, n’a pas à
chercher loin pour trouver de quoi s’occuper :
Par Dominique
la mise en place concrète sans faiblir des
Seux
réformes engagées et désormais soutenues
majoritairement par l’opinion (SNCF,
Le statu quo universités) ; l’accélération de chantiers
et les grands jusqu’ici peu entrouverts (économies dans les
dépenses publiques, baisse de la pression
pas sont
des classes moyennes). Mais il y a aussi
impossibles. fiscale
un terrain prioritaire pour Macron acte II :
Restent les
l’Europe. Jusqu’à maintenant, la diplomatie
internationale a beaucoup occupé le
petits pas.
président, de Trump à Poutine et de Xi
Jinping à Modi en Inde. En revanche, hormis
trois discours remarquables à Athènes, à la Sorbonne et au
Parlement de Strasbourg, il n’y a eu aucune avancée concrète sur
l’avenir européen. Alors que les populistes, eux, grappillent chaque
jour davantage de victoires, en Pologne, en Hongrie, en Italie et
même en Allemagne (il y a 92 députés d’extrême droite au
Bundestag)… Aujourd’hui, il se trouve que seul Paris a du
leadership : à Berlin, la coalition au pouvoir est faible, Rome est sans
gouvernement et Madrid est obsédé par la Catalogne. Qui plus est, la
France a recouvré un peu de crédit budgétaire. Jeudi, Emmanuel
Macron recevra à Aix-la-Chapelle le prix Charlemagne des mains
d’Angela Merkel, honneur auquel seul François Mitterrand avait eu
droit, en 1988. Il est temps de donner de la chair aux belles ambitions
affichées et de montrer que l’Europe, ce ne sont pas seulement des
mots. Cela suppose : un, de ne pas être dupe des embrassades avec
Donald Trump qui, s’il a choisi le président français comme son
interlocuteur privilégié (Bush avait privilégié Blair et Obama,
Merkel), ne pense qu’à diviser l’UE et n’en fait qu’à sa tête sur ce qui
est vraiment important à ses yeux (l’Iran) ; deux : considérer que les
propositions allemandes sont aussi sensées que les françaises. Les
partenaires de la France considèrent que sa principale proposition,
un budget européen, ne manque pas de sel de la part d’un pays dont
la dette publique progresse encore. Peu importe que Paris ait
d’autres idées, c’est perçu ainsi. De son côté, Berlin met sur la table du
plus pratique, sur l’immigration ou les investissements, et considère
que la convergence des économies et des finances publiques est un
préalable au reste. C’est décevant parce qu’il y aura une nouvelle
crise des dettes un jour. Mais l’urgence est bien d’effectuer des
avancées visibles et concrètes aux yeux des Européens. Pour l’année
qui s’ouvre, le statu quo et les grands pas sont impossibles. Restent
les petits pas. Ce sont parfois ceux qui permettent d’aller le plus loin.
(
Lire nos informations
Page 6
Faut-il craindre un choc pétrolier ?
Par Guillaume Maujean
Ceci n’est pas un choc. Mais la remontée régulière des cours du
pétrole doit commencer à inquiéter les pays consommateurs. Les
fameuses planètes qui s’alignaient parfaitement – chute du brut, taux
d’intérêt faibles et euro en berne – ne tournent plus rond. Au point de
faire peser un risque sérieux sur la vigueur de la reprise. Les prix du
brent viennent de dépasser les 75 dollars. Ils ont été multipliés par
près de trois depuis janvier 2016 et approchent désormais d’une zone
critique. Personne n’a vu venir cette progression. En octobre, le FMI
lui-même tablait sur un cours du baril à 50 dollars en 2018. Et la
plupart des spécialistes étaient convaincus qu’il ne dépasserait guère
les 60-65 dollars. Les tensions géopolitiques au Moyen-Orient,
l’imprévisibilité de Donald Trump, qui s’apprêtait à remettre en
cause l’accord nucléaire avec l’Iran ou les difficultés de certains gros
producteurs comme le Venezuela en ont décidé autrement. Face à
une telle augmentation, le premier réflexe est de parler de « choc
pétrolier » et du spectre d’une rechute de l’économie. La plupart des
récessions dans l’après-guerre n’ont-elles pas été précédées d’une
brusque tension des prix du brut ? Le phénomène auquel nous
assistons en ce moment est loin d’être négligeable. Mais on ne peut
pour autant parler de « choc ». La hausse des prix n’est pas soudaine,
c’est plutôt un ajustement après une phase de grande faiblesse. Elle
tient plus à une accélération de la demande qu’à un rationnement de
l’offre. Les pays de l’Opep ont bien tenté de reprendre le contrôle du
marché en signant un accord inédit avec la Russie, mais cette
alliance apparaît encore fragile. Et le dynamisme des pétroles de
schiste aux Etats-Unis, où les forages sont de plus en plus rentables,
devrait encore agir comme une corde de rappel. En somme, le risque
pour l’économie est moins le niveau actuel des prix (ils étaient deux
fois plus élevés il y a dix ans) que leur inconstance. C’est l’instabilité
du marché pétrolier, qui rend plus incertaines les perspectives de
croissance, complique la tâche des banques centrales et freine les
décisions d’investissement des entreprises.
(
Lire nos informations
Page 27
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 09
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
opinions
LES ARTICLES LES PLUS LUS SUR LESECHOS.FR
1. SNCF : Edouard Philippe ne convainc pas les syndicats
2. Air France-KLM dévisse en Bourse
3. Budget : le gouvernement se penche sur les prestations sociales
4. Le cirque Pinder en liquidation judiciaire
5. Le Plaza Hotel de New York cédé pour 600 millions de dollars
LE MEILLEUR DU
CERCLE DES ÉCHOS
DANS LA PRESSE
ÉTRANGÈRE
L’économie circulaire, enjeu
majeur pour l’industrie
« Tous unis contre
les pilleurs d’art »
De plus en plus d’industriels considèrent
désormais le recyclage comme une
opportunité de créer de la valeur. Il est
maintenant grand temps que l’ensemble du
secteur s’y mette, estime Bertrand Dubin,
dirigeant associé d’Océplast-Océwood.
UN OBJECTIF NATIONAL « Le 23 avril
dernier […] le Premier ministre, Edouard
Philippe, a présenté sa feuille de route pour
développer l’économie circulaire en
encourageant notamment le recyclage. Alors
que le taux de recyclage des plastiques en
France se situe actuellement entre 20 % et
25 %, l’objectif visé est de 100 % d’ici à 2025. »
UN BUT ATTEIGNABLE « Devenir acteur
de l’économie circulaire n’est pas un Graal
inaccessible, pas même dans l’industrie.
Nous avons la chance aujourd’hui de
connaître une dynamique plus vertueuse
en faveur du développement durable.
Les industriels aussi ont ce défi à relever. »
UNE OPPORTUNITÉ RÉELLE « Qu’il
s’agisse de PME ou de grands groupes, c’est
l’occasion, pour les entreprises, de s’investir
dans un enjeu sociétal, dont l’impact sur
leur activité peut être réellement vertueux.
A l’heure où collaborateurs, clients et
collectivités ont, en la matière, des attentes
de plus en plus fortes en termes
d’engagements écologique, local, durable…
l’industriel écoresponsable aura
indéniablement une longueur d’avance
en s’y investissant pleinement. »
UNE QUESTION DE SURVIE « Pour
préserver sa place sur le marché, son
implantation sur le territoire et la pérennité
de son activité, il est illusoire de vouloir faire
l’impasse sur sa transformation écologique
qui, pourtant, dans un écosystème favorable,
devient accessible à tous. »
a
A lire en intégralité sur Le Cercle :
lesechos.fr/idees-debats/cercle
vole un œuf vole un bœuf. » Et
•qui« Qui
pille un musée vole, comme
l’affirme le « Times », « l’héritage d’une
nation, son histoire et son identité ». Le
monde, écrit le quotidien londonien, a
bien compris l’inquiétude des Irakiens
face au pillage du Musée national de
Bagdad lors de l’invasion américaine de
2003. Nombre de pays sont favorables
au retour en Grèce des frises du Parthénon, exposées au British Museum. Les
pilleurs de tombes, d’églises, d’antiquités, de cimetières, de sites archéologiques provoquent la colère des peuples,
mais aussi répondent à l’avidité des collectionneurs peu scrupuleux. Mais si
les pays prennent des mesures, les
pilleurs trouvent des moyens de dissimuler l’origine de pièces volées qu’ils
veulent écouler.
« Face à la vindicte populaire, un universitaire de Cambridge, Christos Tsirogiannis, qui a passé de longues heures à
examiner les catalogues des ventes aux
enchères, pour repérer des œuvres volées
ou à l’origine douteuse, est parvenu à
sauver pas mal d’antiquités grecques et
étrusques qui étaient sur le point d’être
vendues. » Il est aidé par l’accès à des
documents sur des objets passés par les
mains de pilleurs que lui ouvrent les
gouvernements grec et italien. « Ce qui
est, sans aucune raison, dénié aux maisons de ventes aux enchères qui peuvent
être obligées d’interrompre une vente à la
dernière minute au prix d’une perte
sèche pour elles. » A la différence d’un
universitaire, cette situation oblige les
maisons de vente et les marchands
d’art à investir beaucoup de temps et
d’argent pour découvrir la provenance
des objets. « Tout le monde doit être uni
pour prévenir les pillages », conclut le
journal.— J. H.-R.
LE LIVRE
DU JOUR
Les vertus n’ont pas
de prix
LE PROPOS Voilà Jean-Michel
Blanquer enfin pris en défaut. Le
ministre de l’Education a pensé à
réhabiliter calcul et écriture, ce
qui déjà justifierait qu’on lui édifie
une statue. Il a oublié ce fameux
« prix de vertu » que l’on décernait à
la grande époque des grands
instituteurs. Jean-Yves Boulic,
qui fut pendant quarante ans
journaliste politique – ceci n’a rien
à voir avec cela –, y a pensé. Il cite
Renan : « Prenons toutes les vertus,
croyez-moi : il n’y en aura pas trop
pour les rudes moments que la
conscience humaine peut avoir à
traverser. » L’auteur ne les a pas
toutes prises, il en a sélectionné
seize, une par chapitre. Chacun se
conclut par une série de citations et
un petit texte. Voyez celui sur
la bonté. « Rien n’est plus rare que
la véritable bonté ; ceux mêmes qui
croient en avoir n’ont d’ordinaire
que de la complaisance ou de la
faiblesse », écrivait La
Rochefoucauld. Ce livre, vraiment
très agréable à lire, est ainsi plein de
références historiques et littéraires
bien trouvées. Toutes sortes de
questions sont posées : « Peut-on se
représenter la fidélité comme “un
promontoire sur lequel sans cesse se
Eloge des vertus
Jean-Yves Boulic, Editions SaintSimon. 248 pages, 19,80 euros.
brisent les vagues”, selon l’image de
Marc Aurèle ? » Jusqu’où doit aller
la sincérité ? Pourquoi ne
demande-t-on pas plus de courage
aux hommes politiques ? Quel est
le poids de la douceur ? « Il n’y a à
mes yeux de grandeur que dans
la douceur », disait Simone Weil.
L’INTÉRÊT Aujourd’hui, la
philosophie est pratiquement aussi
à la mode que la cuisine vegan, celle
où l’on n’a rien le droit de manger.
Voilà un utile vade-mecum que l’on
a le droit – le devoir ? – de lire.
—Sabine Delanglade
Le Syndicat national des pilotes de ligne vient de condamner Air France à une mort certaine, alors que les pilotes
ne comptent que pour un quatorzième de l’effectif de la compagnie. Photo Gilles Rolle/RÉA
Les pilotes d’Air France,
soldats de l’ancien monde
A la source des conflits d’Air France ou de la SNCF, il y a l’idée – totalement
fausse – que l’Etat sera éternellement présent pour renflouer les monopoles du passé. Au contraire, les deniers publics doivent servir à financer des
entreprises réellement stratégiques et à préparer l’avenir.
LA
CHRONIQUE
d’Edouard
Tétreau
A
lors que la France compte
5,9 millions de demandeurs
d’emploi, et que 20 % des jeunes de 18 à 29 ans vivent en dessous du
seuil de pauvreté (source Insee), une
bataille fait rage pour savoir qui fera
perdre le plus de richesses et d’espoir à
la France. Cette intersyndicale de l’antiFrance voit s’affronter deux camps.
A mon extrême gauche, SUD-rail,
CGT-cheminots, et leurs complices
objectifs de La France insoumise, qui
rêvent tous à un nouveau Mai 68 – cet
âge d’or du plein-emploi et de la consommation à outrance, ce moment de grâce
de l’intelligentsia de gauche où il faisait
bon comparer, vingt-trois ans après
Auschwitz, les CRS aux SS. A ma droite
extrême, le SNPL, représentant des pilotes de ligne d’Air France, qui vient de
condamner leur entreprise et ses
80.000 emplois à une mort économique
quasi certaine, parce que, décidément
non, 250.000 euros de rémunération
annuelle moyenne pour un commandant de bord aux responsabilités et
horaires si allégés, c’est bien trop peu.
Les pilotes de ligne comptent pour
un quatorzième des effectifs d’Air
France. Or, à chaque plan de sauvetage,
ce sont les autres (personnels au sol, ou
navigants en cabine) qui réalisent les
plus grands sacrifices, à la fois en termes de réduction d’effectifs et de compression salariale, pour protéger les
rentes de cette triste clique.
Que faire, face à ce scandale qui
dure ? D’abord, comme l’a souligné le
ministre de l’Economie ce week-end,
l’Etat ne saurait être davantage complice de ce chantage. A l’heure où des
services publics essentiels (hôpitaux
publics, forces de l’ordre, justice) viennent à manquer de ressources financières, l’idée que l’Etat verse un euro supplémentaire dans ce tonneau des
Danaïdes est inacceptable. « Aucune
entreprise n’est immortelle », comme
soulignait l’ancien président d’Air
France, Alexandre de Juniac. Surtout
quand ses cadres supérieurs veulent la
tuer pour une augmentation
supplémentaire.
Ensuite, l’épisode Air France montre
hélas, une fois de plus, que l’Etat n’est
pas toujours le meilleur actionnaire
d’entreprises concurrentielles. Incarnant l’intérêt général, il est immédiatement pris en otage par des groupes de
salariés sursyndiqués du fait même de
sa présence : la CGT à la SNCF ou chez
EDF, le SNPL chez Air France. Le coût
de la présence de l’Etat, encourageant
une dynamique revendicative, se
retrouve dans la situation financière
fragile de ces entreprises.
L’épisode Air France
montre hélas, une fois de
plus, que l’Etat n’est pas
toujours le meilleur
actionnaire d’entreprises
concurrentielles.
Le gouvernement, à rebours d’une
logique libérale thatchérienne qui aboutirait à la privatisation-sanction de la
SNCF, a décidé de continuer d’accompagner cette entreprise, qui est un de nos
biens communs. C’est un choix courageux, et coûteux, qui permet la pérennité
d’un groupe octogénaire. Sans doute
est-il temps pour l’Etat, tout en gérant ces
passifs accumulés par l’absence de décision et de courage des derniers quinquennats et septennats, de davantage
préparer et financer l’avenir de nos entreprises stratégiques. Celles du XXIe siècle
plutôt que des siècles précédents.
A ce titre, les recettes attendues des
privatisations futures d’entreprises en
bonne santé et n’ayant plus besoin de
l’Etat à leur capital viendront abonder
un fonds pour l’innovation de 10 milliards d’euros, dont l’objet n’a jamais été
aussi prioritaire. En effet, ces sommes
ne seront pas de trop pour aider la
France à rattraper son retard dans les
domaines de l’intelligence artificielle, de
la robotique et, plus généralement, dans
le domaine des plates-formes et infrastructures numériques, où notre pays est
aujourd’hui en situation de dépendance
plutôt que d’autonomie stratégique.
Lorsqu’une entreprise en partie française, comme PSA, se croit obligée de
recourir aux technologies du chinois
Huawei pour connecter ses futures voitures, et en faire ainsi, potentiellement,
des armes (en cas de hacking, ou parce
qu’une autorité supérieure l’aura
demandé à Huawei), nous avons un
problème majeur. Et, à ce jour, une
absence totale de solutions qui nous
garantiraient ici notre souveraineté
numérique – et la sécurité du territoire.
Certains sondages d’opinion suggèrent que l’action du gouvernement est
trop rapide, va trop vite. On pensera ici
exactement le contraire, dans le
domaine du financement de l’innovation et de la souveraineté numériques.
La vitesse de déploiement des réseaux
numériques, le retard sinon l’indigence
des précédents exécutifs à comprendre
cet enjeu obligent à accélérer. Un élément supplémentaire vient plaider en
faveur de la mise en place – et donc de
l’abondement – de ce fonds stratégique :
nous savons ici, d’expérience, que
l’euphorie financière du moment ne
durera pas. C’est maintenant qu’il faut
lever ces 10 milliards d’euros. Pas lorsque les marchés se seront retournés.
Si la survie d’Air France n’est pas
acquise du fait de ses pilotes de ligne, et
que celle de la SNCF dépend de syndicats
de cheminots, dont on espère qu’ils ont
davantage le sens des responsabilités,
l’autonomie stratégique et la politique
industrielle numérique de la France,
conditions de notre survie et de notre
prospérité future, dépendent, elles, du
seul exécutif. S’il faut prendre un exemple historique concret, il est à chercher
dans la décision du général de Gaulle de
doter la France de l’arme atomique, quoi
qu’il en coûtât alors. Soixante-dix ans
après, nous continuons de tirer les dividendes stratégiques, diplomatiques et
économiques de cette décision.
Il faut donc vendre sans tarder les
réussites d’hier pour financer celles de
demain. Plutôt que de renflouer ad nauseam les échecs et enfants gâtés du
XXe siècle, qui n’ont plus leur place dans
la France de 2018. La bonne nouvelle du
progrès numérique est qu’il nous permettra, à terme, de nous passer des pilotes de ligne d’Air France. Mais pas de la
qualité de service et du contact humain
de ses personnels navigants et au sol.
Edouard Tétreau est associé gérant
de Mediafin.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 // IDEES & DEBATS
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
opinions
LE POINT
DE VUE
d’Emmanuel Combe
O
utre une longue et coûteuse
grève, Air France-KLM doit
aujourd’hui affronter une crise
de gouvernance, suite à la démission de
son PDG. Autant dire que la situation
du groupe est critique, alors qu’il doit
affronter des défis stratégiques
majeurs. Ces défis vont bien au-delà de
sujets conjoncturels comme la remontée des cours du pétrole, qui affecte
l’ensemble des acteurs de l’aérien. Il
s’agit d’abord de défis internes au
groupe et qui vont conditionner, sinon
sa survie, à tout le moins son positionnement et sa place futurs dans le ciel
européen et mondial.
Si aucune initiative forte n’est prise
rapidement, le risque est de voir la compagnie s’engager dans une spirale de
« l’attrition ». Cette spirale pourrait
conduire à terme Air France à devoir
lâcher son court et moyen-courrier
pour devenir un acteur spécialisé sur le
seul long courrier. Pour éviter un tel scénario, Air France doit impérativement
relever trois défis majeurs.
Le premier défi est celui des coûts. Si
des efforts de productivité ont été faits
depuis quelques années, ils restent
insuffisants par rapport aux standards
du marché. Ainsi, Air France affiche des
niveaux de coût au siège kilomètre
(CSKO) supérieurs à ceux de concurrents historiques comme IAG (British
Airways), qui récolte les fruits de sa stratégie sur le segment du moyen-courrier
avec sa filiale Vueling. Quant aux pure
players du low cost, ils continuent de
délivrer une offre à bas coût : 3,6 centim e s d u k i l o m è t r e (C S KO) p o u r
LA CHRONIQUE
DU CERCLE
DES ÉCONOMISTES
de Mickaël Berrebi
et Jean-Hervé Lorenzi
D
e tous les carrefours importants,
l’œil immense vous fixait du
regard. Il y en avait un sur le mur
d’en face. BIG DATA VOUS REGARDE,
répétait le message. »
Le fait de pasticher le célèbre « 1984 »
de George Orwell permet d’imaginer ce
que pourrait être une société intrusive,
marquée par une intervention systématique dans la vie privée des citoyens. On
peut pasticher ainsi bien d’autres
auteurs. En revisitant « Le Meilleur des
mondes » d’Aldous Huxley, on peut
décrire les terribles risques d’eugénisme, ceux liés à la manipulation génétique déjà existants, le fameux CRISPRCas9. Avec « Les Cavernes d’acier »
d’Isaac Asimov, on ressent la peur
d’asservissement de l’homme face à la
machine, et l’on devine toutes les violences potentielles d’une nouvelle ère technologique imprégnée d’une intelligence artificielle forte.
Une question, en effet, s’impose.
Faut-il craindre les Gafa américains, les
BATX chinois, et toutes les autres « big
tech » ?
Il est important de bien distinguer
quatre sujets sensibles autour de ces
grandes entreprises technologiques.
Trois d’entre eux sont bien connus, et
progressivement, sont en voie d’être
traités. Le premier, c’est celui de la fiscalité et des techniques d’optimisation largement pratiquées par elles. La Commission européenne et les gouver-
LES ARTICLES LES PLUS PARTAGÉS SUR LESECHOS.FR
1. L’impôt à la source, une triple peine pour les PME
2. Air France, une histoire jalonnée de grèves dures
3. Le parti islamiste en tête des municipales en Tunisie
4. Réinvesti président, Poutine conserve Medvedev comme
Premier ministre
5. Aux Etats-Unis, le pétrole de schiste de plus en plus rentable
Les trois défis
qu’Air France doit
relever
Ryanair ; 6,4 centimes pour easyJet, soit
30 % en dessous d’Air France. Il est
urgent qu’Air France ait de grandes
ambitions dans le low cost sur le segment du moyen-courrier.
Le deuxième défi est celui de la taille
critique : sur le moyen-courrier, Air
France ne joue déjà plus dans la cour
des grands. Deux géants – Ryanair et
easyJet – dominent le ciel européen.
Ryanair aligne 434 appareils et 129 millions de passagers transportés, ce qui en
Air France doit
poursuivre sur le longcourrier le difficile travail
de montée en gamme.
fait le premier opérateur en Europe. Du
côté d’easyJet, la flotte se compose de
290 Airbus, qui ont transporté pas
moins de 81 millions de passagers en
2017. Par comparaison, si l’on prend le
périmètre (large) du court et moyencourrier d’Air France (hors KLM mais
en incluant Transavia France), on aboutit à un ensemble qui pèse 230 appareils
et transporte 41 millions de passagers
soit… un tiers de Ryanair.
Il est urgent qu’Air France reparte à
l’offensive, ce qui passera nécessairement par des fusions-acquisitions et
rachats d’actifs : il existe encore quelques low cost qui n’ont pas atteint la
taille critique, sont spécialisées sur
des niches de marché et qui tomberont tôt ou tard dans l’escarcelle d’un
grand opérateur. Le troisième défi est
celui du service. Face à la concurrence
des compagnies du Golfe et asiatiques, Air France doit poursuivre sur le
long-courrier le difficile travail de
montée en gamme. Elle ne réside pas
seulement dans la qualité intrinsèque
des produits (repas, sièges, wi-fi, etc.) :
elle se joue aussi et surtout dans la
capacité à être à l’écoute du client, à
faire preuve de constance dans la qualité de la prestation, en classe affaires
comme en classe économique.
Sur le court et moyen-courrier,
l’enjeu est davantage celui de la simplicité d’usage et de l’efficacité du produit :
le temps de vol doit être utile pour le
voyageur et Air France doit, comme la
SNCF, aller sur le terrain de la mobilité
et de l’intermodalité, pour offrir une
offre, de porte-à-porte, dont l’aérien ne
sera qu’un segment. Le travail de polarisation de l’offre selon le niveau de prix
payé doit être poursuivi : le client qui
voyage à bas prix doit accepter d’avoir
beaucoup moins que celui qui paie
cher, quitte à mettre des prestations en
options payantes.
Espérons que la crise actuelle soit
l’occasion d’un sursaut salutaire qui
permettra à Air France de redevenir ce
qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : un
fleuron français, porte-drapeau de
notre pays.
Emmanuel Combe est professeur
à l’université de Paris-I PanthéonSorbonne et spécialiste du transport
aérien. Il est aussi vice-président
de l’Autorité de la concurrence.
Les deux visages
de la révolution
technologique
nements sont de plus en plus décidés à
s’attaquer à ce sujet. Tout cela devrait se
résoudre dans un avenir proche avec la
mise en place de nouvelles règles qui
remettront la fiscalité internationale à
niveau.
Ensuite, ce sont les accusations de
pratiques commerciales abusives et
l’abus de position dominante auxquelles
font face les Gafa. Comme pour la fiscalité, la Commission européenne et sa
c o m m i s s a i r e à l a C o n c u r r en c e ,
Margrethe Vestager, suivent ce dossier
Nos sociétés
démocratiques
semblent incapables
de maîtriser leur avenir
technologique.
de près et, déjà, n’hésitent pas à infliger
de lourdes pénalités en attendant une
évolution réglementaire qui devrait
s’imposer. Après, le problème est celui
de la privacy et des risques liés à l’exploitation de données à des fins commerciales ou politiques. L’affaire Cambridge
Analytica et Facebook a permis une
prise de conscience bien plus forte qu’à
l’époque de l’affaire Snowden. Et surtout,
la réglementation en Europe évolue, elle
aussi, avec l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données à partir du 25 mai prochain.
En revanche, le quatrième sujet est
aujourd’hui totalement absent de nos
réflexions. Pour la première fois de
notre histoire, nos sociétés démocratiques semblent incapables de maîtriser leur avenir technologique. Craindre pour notre société et l’avenir de
notre liberté ne signifie en aucun cas
rejeter le progrès technique, bien au
contraire. Mais le fait d’innover
n’autorise pas pour autant des entreprises privées à tracer la route de
l’humanité, et à dessiner pour nous un
monde pensé par un Elon Musk, quel
qu’en soit son talent. C’est à la réflexion
collective, et donc politique, de
reprendre le dessus pour définir le
cadre sociétal des années à venir.
A nous de réorienter nos sociétés
pour les faire tendre vers « Anthropos », un monde apaisé qui a déjà été
pensé par Aristote, Rousseau, Locke,
Kant… Un monde qui se veut respectueux de l’humain et qui redonnerait au
politique tout son rayonnement. Enfin,
surtout, un monde dans lequel le politique retrouverait toute sa capacité à se
projeter dans un avenir construit par et
pour les hommes.
Mickaël Berrebi et Jean-Hervé
Lorenzi sont membres du Cercle
des économistes et auteurs du livre
« L’Avenir de notre liberté :
Faut-il démanteler Google…
et quelques autres ? », Eyrolles.
La notion de démocratie représentative est morte. Quelle démocratie va lui
succéder ? Photo Shutterstock
La fin de la démocratie
représentative
LIBRE
PROPOS
Par
Gaspard Koenig
M
ort à la démocratie… » Lors de
l’occupation de l’Ecole normale
supérieure de la rue d’Ulm, un
slogan tagué sur les murs a déchaîné les
moqueries et les indignations vertueuses.
Personne n’a remarqué les points de suspension. Les normaliens ont beaucoup de
défauts, mais il faut leur faire confiance
pour appliquer à la révolution une certaine
rigueur grammaticale.
Un point d’exclamation aurait signifié un
appel anarchisant, et somme toute assez
classique, à la destruction des institutions
bourgeoises. Mais ces points de suspension
dénotent plutôt une forme de lassitude, un
constat désabusé et inquiet. Il faut le prendre
au sérieux. Nous sommes peut-être comme
ce vieux saint dans la forêt rencontré par le
Zarathoustra de Nietzsche, qui n’avait pas
encore entendu dire que Dieu était mort.
Serait-il possible qu’aujourd’hui la démocratie libérale soit morte, et que la nouvelle
ne nous en soit pas encore parvenue ?
C’est en tout cas la thèse troublante du
chercheur de Harvard Yascha Mounk dans
son dernier livre, « The People vs. Democ r a c y » . I l c o n s t a t e l ’a v è n e m e n t
d’une « démocratie sans droits », illibérale et
plébiscitaire, consistant dans le rapport
direct entre un homme et un peuple. On la
retrouve dans les autocraties orientales, de la
Russie à la Chine en passant par la Turquie
ou la Hongrie, mais aussi aux portes de nos
vieux Etats-nations occidentaux : près de la
moitié des jeunes Américains se satisferaient
ainsi d’un leader fort affranchi des contrepouvoirs (à commencer par le Congrès).
De manière plus originale, Mounk décèle
une tendance inverse et symétrique
de « droits sans démocratie », où juges et
bureaucrates se retrouvent chargés de la
défense des libertés individuelles et des
intérêts nationaux : ainsi en Espagne ou en
Italie, 49 % des sondés confieraient volontiers leur destin à « un gouvernement
d’experts non élus ». Loin d’incarner,
comme veulent le croire les commentateurs étrangers, la résistance de la démocratie libérale, Emmanuel Macron pourrait
bien être le produit paradoxal de ces deux
tendances, en incarnant à la fois le présidentialisme dans sa version la plus
extrême, et la compétence technocratique
dans ses aspects les plus rassurants.
Ce qui semble bel et bien mort en tous les
cas, c’est la notion de démocratie représen-
tative. L’historien Pierre Rosanvallon avait
rappelé il y a quelques années, dans « Le
Bon Gouvernement », que l’émergence de
la démocratie à l’ère industrielle était profondément liée à la prééminence du pouvoir législatif : voter pour le chef de l’exécutif
était considéré comme une hérésie réservée aux Américains. Deux siècles plus tard,
l’élection présidentielle est devenue la
norme dans le monde et les partis ne sont
plus que les plates-formes de candidats
stars, quand ils ne sont pas créés sur mesure
pour eux. Rosanvallon considère cette subversion progressive du parlementarisme
comme irréversible. Qui se reconnaît
encore dans un parti et dans ses élus ? Combien d’entre nous s’intéressent aux prises de
position de leur député ?
Au-delà des évolutions institutionnelles,
l’idée même de représentativité a été définitivement mise à mal par les outils numériques. En donnant directement le pouvoir de
choisir à l’individu, l’ère digitale a pulvérisé les intermédiaires traditionnels pour le
commerce des biens et des services. Il est
inévitable que la même logique s’applique à
la politique et que l’on souhaite décider des
L’idée même de
représentativité a été
définitivement mise à mal
par les outils numériques.
règles communes en temps réel, du bout du
pouce. Si l’on peut changer de moyen de
transport ou de partenaire sexuel en quelques minutes, si l’on partage son opinion
sur Twitter en quelques secondes, comment accepter de donner carte blanche à un
« représentant », en votant tous les cinq ans
de manière binaire ?
Des alternatives radicales se développent. Certaines passent par un Etat toutpuissant à peine légitimé par un vote symbolique. D’autres au contraire refusent tout
pouvoir central : la vague mondiale des
cryptomonnaies dépasse largement le
cadre économique pour construire des écosystèmes décentralisés (mais censitaires)
où l’individu choisit lui-même son mode de
vie, son environnement social et sa forme
de gouvernance. D’autres, enfin, ne renonçant pas au principe « un homme, une
voix », imaginent des procédures démocratiques innovantes où chacun pourrait
transférer sa voix en fonction des sujets, et
la reprendre à tout moment (la « démocratie liquide »). Il est urgent d’y réfléchir. La
démocratie est morte, vive la démocratie ?
Gaspard Koenig est philosophe et
président du think tank GenerationLibre.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 11
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
art&culture
Festival
de Cannes
CINÉMA // Au cours d’une fête de mariage dans un village espagnol, un enlèvement fait remonter
les rancœurs, provoquant des règlements de comptes tardifs. Avec Penélope Cruz et Javier Bardem.
Une adolescente disparaît
Costa-Gavras,
Monsieur cinéma
LA
CHRONIQUE
de Thierry
Gandillot
O
Le couple formé par Penélope Cruz et Javier Bardem est un des atouts du film. Photo Memento Films Distribution
Thierry Gandillot
@thgandillot
A
sghar Farhadi est un habitué
des festivals. Au fil des années, il
a glané de nombreuses récompenses, parmi les plus prestigieuses. A
Berlin, ours d’argent pour « A propos
d’Elly » et d’or pour « Une séparation »,
son triomphe, qui recevra ensuite un
oscar, un Golden Globe et un césar du
meilleur film étranger. A Cannes, il a
reçu le prix du scénario pour « Le
Client ». Ses acteurs et ses actrices y ont
été consacré(e)s : Bérénice Bejo dans
« Le Passé » et Ali Mossafa dans « Le
Client »… Ses œuvres exigeantes séduisent les cinéphiles mais parviennent
aussi à toucher le grand public. Elles
peuvent dépasser le million de spectateurs en France, et, plus important, des
millions en Iran où, on le sait, la censure
veille. Mais Asghar Farhadi est une rock
star qui signe des autographes dans les
rues de Téhéran. Et sans rien mettre
dans sa poche avec son mouchoir des-
sus, il sait faire preuve,
FILM FRANCO-ESPAGNOL
aux gens du village de
quand il le faut, de diploEverybody Knows
fantasmer sur sa noumatie. Contrairement à
de Asghar Farhadi
velle condition, mais ils
certains de ses confrèavec Penélope Cruz,
remarquent aussi
res, privés de passeport,
Javier Bardem. 2 h 12.
l’absence de son mari.
il a le droit de quitter le
Le mariage se déroule,
pays. Ainsi « Le Passé », avec Bérénice
festif, jusqu’au moment où Laura s’aperBejo, Ali Mossafa et Tahar Rahim, a été
çoit de la disparition de sa fille. Affolée,
tourné en banlieue parisienne (2013).
elle remue ciel et terre, quand une
« Everybody Knows », présenté hors
revendication d’enlèvement avec
compétition en ouverture du Festival de
demande de rançon lui parvient.
Cannes, est un film 100 % espagnol,
tourné en Espagne en langue espagnole.
Secrets enfouis
Avec deux stars internationales : Javier
En l’absence de son mari, Laura ne peut
Bardem et Penélope Cruz.
s’appuyer que sur Paco (Javier Bardem).
« Everybody Knows » (« Todos lo
Il travaille la vigne sur une parcelle qui
saben ») se passe dans une petite ville du
appartenait à la famille de Laura. Et on
nord de l’Espagne. Laura (Penélope
comprendra assez vite qu’elle et lui ont
Cruz) revient au pays, avec ses enfants,
été passionnément amoureux dans
pour le mariage de sa sœur. Depuis
leur jeunesse. Et que la famille ne lui a
quelques années, elle vit en Argentine
pas pardonné, lui modeste ouvrier,
avec son mari, un architecte qui y aurait
d’avoir racheté les vignes à bas prix à
fait fortune. Enfin, c’est ce que tout le
Laura, abusant, selon elle, de l’amour
monde croit et dit dans ce vignoble espaqu’elle avait pour lui. La disparition de
gnol où rumeurs et ragots vont bon
l’adolescente fait remonter des secrets
train. Ces années d’absence ont permis
enfouis, des non-dits, des rancœurs,
provoquant, peut-être, des règlements
de comptes tardifs.
Ceux qui ont aimé « A prop os
d’Elly », « Une séparation » ou « Le
Client » risquent de ne pas se retrouver
dans ce film qui a peu à voir avec la
« période iranienne ». Ce thriller psychologique et social, à la Patricia Highsmith, est calibré pour faire un succès à
l’international. Le couple formé par
Penélope Cruz et Javier Bardem – à la
ville comme à l’écran – est, bien sûr, l’un
des atouts du film : ils ne déçoivent pas.
Au moment du « Passé », tourné en
France, Ashgar Farhadi espérait que
« le changement de décor » n’avait pas
fait de lui « un autre cinéaste ». On pouvait l’admettre pour « Le Passé », moins
pour « Everybody Knows ». Avec ce
long, très long métrage – 2 h 12 – Asghar
Farhadi perd de sa singularité corrosive
pour livrer un produit consensuel à fort
potentiel commercial. Pour la première
fois, le film qui a les honneurs de l’ouverture de Cannes n’est ni en anglais ni en
français. « Arriba ! » n
n le sait peu, mais le prix du jury
du Festival de Cannes a été inventé pour
Costa-Gavras. Dans sa passionnante
autobiographie, « Va où il est impossible d’aller »
(Seuil), le réalisateur de « Z » et de « L’Aveu »
raconte l’anecdote suivante. En 1969, « Z » est
choisi pour représenter la France. Sur la Croisette,
la rumeur lui donne la palme d’or. Mais Luchino
Visconti, président du jury, défend mollement
le film. La palme est décernée à « If », de Lindsay
Anderson, et le grand prix du jury à « Adalen 31 »,
de Bo Widerberg. « Z » n’obtient que le prix
d’interprétation pour Jean-Louis Trintignant.
« La délibération close, les versions varient : le jury
était sur le point de quitter la salle lorsque quelqu’un
s’est écrié : “‘Z” avec juste un prix d’interprétation
pour Trintignant, nous allons nous faire massacrer
par le public !” La faiblesse du président du jury et
du festival amena une nouvelle délibération
entraînant la création du prix du jury, qui n’existait
pas. Cette absence de rigueur dans le choix
des récompenses, qui faisait naguère les gorges
chaudes des amateurs, a disparu avec l’arrivée
de Gilles Jacob, redonnant à cette formidable
institution une nouvelle dignité. »
On ne peut que se réjouir, toutefois, de cette
innovation qui a permis de récompenser, au fil
des années, des réalisateurs aussi talentueux que
George Roy Hill, Eric Rohmer, Ridley Scott, Ken
Loach (trois fois), Lars von Trier, David Cronenberg
ou Xavier Dolan (partagé avec Jean-Luc Godard).
En 1976, Costa-Gavras retrouve la Croisette au
sein d’un jury présidé par Tennessee Williams en
compagnie de Mario Vargas Llosa ou de Charlotte
Rampling. Ils couronneront un débutant
prometteur : Martin Scorsese pour « Taxi Driver ».
Après un prix de la mise en scène en 1979 pour
« Section spéciale », Costa-Gavras est de nouveau
en lice en 1982 avec « Missing ». « Le matin du
palmarès, Gilles Jacob m’appelle à Paris pour
me demander de revenir à Cannes : “Vous êtes au
palmarès.” Je pouvais entendre en arrière-plan la
voix fâchée de Robert Favre Le Bret, le président du
festival : “Ah non, pas deux prix pour ‘Missing’ !”
Gilles a raccroché rapidement. » Au terme
de tractations qu’on imagine sophistiquées,
« Missing » partage la palme d’or avec « Yol »,
de Yilmaz Güney. (Jack Lemmon obtient le prix
d’interprétation masculine.) « Güney et moi,
un Turc et un Grec palmés la même année, la salle
attendait je ne sais quelle singularité : nous nous
sommes embrassés sous les applaudissements. »
Avec Costa-Gavras, la politique, le cinéma
et l’amitié ont toujours avancé de front.
Film en bref
ANIMATION
Perfect Blue
de Satoshi Kon (1997)
1 h 18.
Lituanie, année zéro
La jeune cinéaste lituanienne
Egle Vertelyte signe une fable
politique acide où la lucidité et
l’humour sont indissociables.
Un premier film à découvrir.
Olivier De Bruyn
En 1992, dans un village de Lituanie où il
ne se passe jamais rien ou si peu… En
ces lieux désolés, Irena tente de s’adapter à la nouvelle donne économique,
conséquence du récent effondrement
de l’empire soviétique. Avec une bonne
volonté de chaque instant, l’héroïne
s’efforce de gérer sa petite ferme porcine selon les standards du capitalisme
conquérant. Elle se heurte à la fois à ses
propres incompétences et à la mau-
vaise volonté de ses
quelques employés, qui
n’entendent pas communier sur l’autel des
valeurs libérales.
FILM LITUANIEN
contraire profiter de
leur crédulité.
de Egle Vertelyte, avec Egle
L’actualité du FestiMikulionyté, Vyto Ruginis,
val de Cannes et le
Andrius Bialobzeskis…
déluge de commentai1 h 31.
res médiatiques qui
Fable politique
l’accompagnent ne
A la grande surprise d’Irena et des
sont guère propices à la découverte de
autres villageois, un businessman amé« petits » films qui sortent discrètement
ricain arrogant, les poches remplies de
dans les salles, loin du tapis rouge et de
liasses de dollars, débarque bientôt
l’agitation de la Croisette. Il serait pourdans ce trou p erdu de Lituanie.
tant dommage que le premier essai de
L’homme semble animé des meilleures
la Lituanienne Egle Vertelyte passe inaintentions pour faire rentrer la commuperçu. Dans « Miracle », une fable polinauté locale dans le cercle « vertueux »
tique acide, la réalisatrice de trentede la modernité. Irena et ses compatriocinq ans révèle un talent singulier de
tes découvrent peu à peu que le préscénariste et de metteure en scène.
tendu sauveur américain n’a rien d’un
Une héroïne appartenant au « vieux
mécène désintéressé, mais entend au
monde » et un homme sans scrupule,
Miracle
ambassadeur d’un nouvel ordre tout en
cynisme : avec ses deux personnages
antagonistes et le destin incertain d’un
modeste élevage porcin, la cinéaste
décrit les mutations violentes subies
par son pays au début des années 1990.
En évitant le didactisme et la leçon de
choses édifiante, mais en privilégiant
un humour noir et un minimalisme qui
rappellent l’univers du Finlandais Aki
Kaurismaki, Egle Vertelyte entraîne
dans une histoire grinçante, qui en dit
plus long sur les mutations des anciens
pays communistes que les grands discours. Résultat : un film surprenant qui
témoigne des qualités d’une cinéaste
dont on entendra probablement beaucoup parler dans les années à venir. Par
exemple au Festival de Cannes… n
En 2010, Satoshi Kon s’éteignait à l’âge de quaran•te-six
ans. Réalisateur de 4 longs-métrages et d’une
série, il était surtout connu des initiés du cinéma
d’animation nippon. Pourtant, Kon était bien le
metteur en scène le plus audacieux de sa génération. A Paris, le cinéma le Brady consacre une
rétrospective à son travail, tandis que « Perfect
Blue », thriller fantastique de 1997, est à l’affiche de
plusieurs salles en France. Le film s’ouvre sur un
concert pop : vedette en tutu, Mima fait ses adieux
à la scène pour se consacrer au cinéma. Sa reconversion va déclencher la colère des fans, dont un
homme particulièrement inquiétant. Harcelée, elle
sombre dans un délire paranoïaque au point de ne
plus savoir qui elle est. Labyrinthe grandiose et terrifiant, « Perfect Blue » s’avère visionnaire dans son
portrait des fausses gloires et sa description de la
puissance tentaculaire des images. Vingt ans après,
ce dessin animé rageur fait l’effet d’un cauchemar
fabuleux et d’une nuit qui ne finit jamais.
— Adrien Gombeaud
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
enquête
Nathalie Silbert
@natsilbert
Y
aura-t-il encore une caméra d’or
française cette année à Cannes ?
Créé en 1978 par l’ancien président
du Festival, Gilles Jacob, ce prix, qui a révélé
des grands noms du cinéma mondial,
comme Jim Jarmush, Jafar Panahi ou Pascale Ferran, récompense le meilleur des premiers films présentés sur la Croisette, toutes
sélections confondues. Ces derniers temps,
les Français ont été à l’honneur. D’abord
avec « Party Girl », de Marie Amachoukeli,
Samuel Theis et Claire Burger, sélectionné
pour Un certain regard et primé en 2014.
Puis avec deux ans plus tard « Divines », de
Houda Benyamina. Et enfin, en 2017,
« Jeune Femme » de Léonor Serraille, qui a
séduit le jury avec le portrait d’une trentenaire en galère. Porté par sa distinction, le
destin du film a basculé : il a été vendu dans
vingt-six pays, acheté par Canal+…
« La caméra d’or est un magnifique tremplin pour un premier long-métrage »,
s’enthousiasme Gilles Jacob. A l’origine également de la Cinéfondation, qui soutient de
jeunes cinéastes, il précise : « toute la cohérence de mon action a reposé sur l’idée que les
grands cinéastes disparaissaient et qu’il fallait en faire émerger des nouveaux ». Une
ambition partagée par l’ensemble du
cinéma français, qui a mis le premier film
au cœur de ses priorités.
Depuis les années 2000, sur un total de
200 à 250 longs-métrages produits par an
en France, entre 60 et 80 sont des premiers
films. Deux fois plus qu’au cours des décennies précédentes, à lire les statistiques du
CNC (Centre national de la cinématographie et de l’image animée). Tout est fait,
dans le système de soutien au cinéma hexagonal, pour aider ces premières œuvres.
Au nom de l’émergence de nouvelles générations de réalisateurs et de l’exception
culturelle. Ainsi le CNC a créé, au sein de
« l’avance sur recettes », sa principale aide
sélective destinée à soutenir un cinéma
« audacieux », un collège uniquement
dédié aux premiers films. Mû par un « engagement moral », Canal+, partenaire historique du septième art, en finance plusieurs
dizaines chaque année (33 en 2017). Enfin,
les Sofica, un outil de financement du
cinéma qui offre des réductions d’impôt
aux investisseurs, sont également encouragées à investir dans des premiers films.
La Femis, voie royale
Parmi les bataillons de primo-réalisateurs,
on trouve des étudiants sortis d’écoles de
cinéma. La Femis reste la voie royale et un
« accélérateur de parcours », comme le souligne sa directrice, Nathalie Coste-Cerdan.
Des Deniz Gamze Ergüven (« Mustang »),
Hubert Charuel (« Petit Paysan »), Thomas
Cailley (« Les Combattants ») en sont issus. Il
n’est pas rare qu’avant leur sortie de l’école,
les étudiants soient repérés par le milieu.
C’est le cas de Léonor Serraille. Son scénario
de fin d’études portait en germe celui de
« Jeune Femme », qu’elle a tourné avec des
anciens de la Femis : la chef opératrice, la
monteuse, l’ingénieur du son, etc.
Mais régulièrement, des comédiens
(Michèle Laroque « Brillantissime »…), des
romanciers (Philippe Claudel) ou des humoristes tels Nicolas Bedos (« Monsieur et
Madame Adelman ») décident aussi de passer derrière la caméra. Tout comme des
« enfants de la balle », Hugo Gélin, Louis Garrel… « Dans le système français, il est plus facile
de faire un premier film quand on est acteur ou
humoriste que lorsqu’on est un excellent chef
opérateur », regrette Vincent Lowy, le directeur de l’ENS Louis-Lumière d’où sont sortis
Gaspard Noé, Emmanuel Gras… Mais quel
que soit leur profil, pour tous, la gestation est
« Dans le système
français, il est plus facile
de faire un premier film
quand on est acteur ou
humoriste que lorsqu’on
est un excellent chef
opérateur. »
VINCENT LOWY
Directeur de l’ENS Louis-Lumière
Trois premiers films français ont été sacrés caméra d’or ces dernières années à Cannes. Il s’agit de « Party Girl » (à gauche), primé en 2014,
« Divines » (en haut à droite), en 2016, et (en bas) « Jeune Femme », en 2017. Photos Pyramide Distribution, Netflix, Shellac
Le culte du
premier film, une
autre exception
française
CINÉMA // Cette année encore, Cannes met à
l’honneur des nouveaux réalisateurs. Grâce à un
environnement volontariste, entre 60 et 80 premiers
longs-métrages sont produits chaque année dans
l’Hexagone. Plongée dans cet écosystème.
longue, difficile. L’épreuve commence par
l’écriture du scénario, le réalisateur étant
souvent aussi scénariste dans un premier
film. Une période à risques pour tout le
monde – même le producteur s’il y en a un –
car personne ne sait si le projet aboutira.
Pour Sacha Wolff, le réalisateur de « Mercenaire », qui raconte l’histoire de Soane,
jeune rugbyman originaire de Wallis-et-Futuna qui vient tenter sa chance en France,
cela a pris quatre ans. Pour réaliser son premier long-métrage de fiction, ce diplômé de
la Femis (promo 2006), passé par le documentaire, a ressenti le besoin de postuler à
Emergence, un dispositif qui accompagne
les auteurs-réalisateurs dans leur projet.
Grâce à cette résidence, Sacha Wolff a pu
tourner deux séquences de son scénario.
« Cela m’a beaucoup aidé. J’ai pu mesurer si
mon scénario pouvait fonctionner cinématographiquement », confie-t-il.
Même si les premiers films sont traditionnellement modestes et peu chers, le plus dur
est néanmoins, comme pour le reste de la
production, de réunir les financements.
Sauf quand le projet est porté par un nom
connu qui facilitera sa médiatisation. « La
télévision m’a apporté la notoriété suffisante
pour financer mon film », a admis Nicolas
Bedos au moment de la sortie de « Mon-
Retrouvez l’actualité
du Festival de Cannes
sur lesechos.fr
sieur et Madame Adelman ». Pour les
autres, il faut apprendre à essuyer des refus.
Certains financent leur projet avec les
moyens du bord : l’héritage de sa grandmère pour Marc Lahore (« The Open »), des
« partenaires privés » pour François Valla,
ex-publicitaire qui vient d’achever « Versus ». En réalité, bien des cinéastes doivent
démarrer le tournage avec seulement
l’« avance sur recettes » du CNC, voire
l’argent d’une région. Léonor Serraille en
sait quelque chose. Pour « Jeune Femme »,
aucune chaîne de télévision n’avait suivi.
La débutante n’avait, il est vrai, ni actrice
connue dans son casting – « je n’en avais pas
envie », se justifie-t-elle – ni « court » à montrer aux pourvoyeurs de financements. « Il y
avait une qualité d’écriture mais, sur le papier,
rien d’assez original pour les convaincre. On a
démarré le tournage avec 615.000 euros »,
raconte Bertrand Gore, chez Blue Monday,
qui a produit le film. Si, in fine, le budget a été
un peu plus élevé, « Jeune Femme » a été
réalisé grâce à une « économie de guerre ».
« Le lot de nombreux premiers films », souligne-t-il.
Le tremplin du court-métrage
Mais des « miracles » arrivent aussi. Pour
« Jusqu’à la garde » de Xavier Legrand, récit
d’un couple en pleine désagrégation interprété par Léa Seydoux et Denis Ménochet :
2,5 millions d’euros de budget. « Cela a été
très facile. On a tout eu : le CNC, Canal+, France
Télévisions, Ciné+, les régions ! » s’exclame
son producteur Alexandre Gavras. Le travail
a, il est vrai, été facilité par les multiples prix
– dont quatre au Festival du court-métrage
de Clermont-Ferrand – décrochés par
« Avant que de tout perdre », court-métrage
réalisé auparavant par Xavier Legrand.
Le « court » reste, de fait, un bon tremplin
avant de se lancer dans un long-métrage. Il
permet à des débutants d’être repérés,
d’avoir quelque chose à montrer pour attirer un producteur ou des financiers, tout en
témoignant de leur capacité à tourner avec
de strictes contraintes économiques. C’est
ainsi que le producteur Marc-Benoît Créancier a rencontré Houda Benyamina. En
visionnant son « court », « Ma poubelle
géante », il a été séduit par son regard sur la
banlieue. « Cela m’a donné envie de la rencontrer », se souvient-il. Dans la foulée, il a
produit son moyen-métrage, « Sur la route
du paradis », puis « Divines ».
Pour tous les nouveaux venus, un enjeu
majeur est de s’assurer que leur « bébé »
sera vu par le grand public dans une salle de
cinéma. Rien ne se fait sans un distributeur
pour assurer la promotion et la sortie, qu’il
arrive avant, pendant ou après le tournage.
Une gageure. Les productions les plus intéressantes sont certes repérées par les grosses structures (Haut et Court, Diaphana,
Pyramide…), à l’affût de nouveaux talents.
« Le marché est tellement tendu que, finalement, le risque sur un premier film n’est pas
beaucoup plus fort que sur les autres », explique Eric Lagesse chez Pyramide. Mais des
kyrielles de premiers films peinent à se
frayer un accès aux salles. Et beaucoup
d’entre eux restent dans les tiroirs ou ne
sont vus que dans les festivals. « Ce qui n’est
pas rien, assure Gaël Labanti, à la tête du
Festival du premier film d’Annonay. Cela
leur donne une visibilité auprès d’un public. »
Des professionnels notamment.
« Des films que c’est pas la peine »
Une situation peu satisfaisante toutefois.
Pour y remédier, l’Acid (Agence du cinéma
indépendant pour sa diffusion) présente
d’ailleurs chaque année, pendant Cannes,
une dizaine de films, la plupart sans distributeur avec l’espoir que l’effervescence de la
grand-messe les aidera à en attirer un.
« Combien y a-t-il de premiers longs-métrages qui dépassent les 10.000 entrées payantes ? » s’interroge un financier du cinéma.
Gilles Jacob a lui-même une formule pour
qualifier ceux qui sortent mais ne restent
que peu de temps en salle quand ils y accèdent, empêchant que se crée un bouche-àoreille : « j’appelle ça “des films que c’est pas la
peine” ». Mais, comme toujours dans les
industries de création, comment savoir à
l’avance ceux qui rencontreront leur public ?
Ainsi, « Divines » n’a pas été facile à financer,
mais a été un succès public et critique. Il a, de
plus, été acheté par Netflix pour sa diffusion
mondiale, tout comme « Mercenaire ».
Il n’empêche. Les carrières des premiers
films, comme des autres, sont devenues
plus modestes que par le passé.
« Aujourd’hui, un premier film qui fait plus
de 20.000 entrées fait partie de ceux qui ont la
meilleure fréquentation, alors qu’il y a dix ans
la barre était à 50.000 », remarquent JeanChristophe Reymond et Amaury Ovise,
chez Kazak Productions. L’accueil critique
et le succès en salle sont toutefois encore
décisifs pour faire un second film. La moitié
environ y arrive. Avec 30 à 40 deuxièmes
longs-métrages par an, le système reste
néanmoins très nataliste. Ces dernières
années, les premiers et deuxièmes films ont
ainsi représenté plus de la moitié de la production agréée par le CNC. De quoi favoriser
le renouvellement du cinéma français ! n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
Les Echos
,
Budget de l’Etat 2018 : 386,3 milliards d’euros // PIB 2017 : 2.283,6 milliards d’euros courants //
Plafond Sécurité sociale : 3.311 euros/mois à partir du 01-01-2018 // SMIC horaire : 9,88 euros
à partir du 01-01-2018 // Capitalisation boursière de Paris : 1.547,84 milliards d’euros (au 10-01-2018)
// Indice des prix (base 100 en 2015) : 101,85 en décembre 2017 // Taux de chômage (BIT) : 9,4 %
au 3e trimestre 2017 // Dette publique : 2.226,1 milliards d’euros au 3e trimestre 2017
Les chiffres
de l'économie
EN FRANCE
À L’ÉTRANGER
ACCIDENT UN AVION
DE TOURISME S’ÉCRASE
DANS LE TARN : DEUX MORTS
ÉGALITÉ LES SAOUDIENNES
POURRONT CONDUIRE
À PARTIR DU 24 JUIN
Un avion de tourisme ayant décollé
en Allemagne s’est écrasé pour une
raison inconnue mardi dans le Tarn,
faisant deux victimes. Deux personnes, dont le pilote, avaient pris place à
bord de cet avion biplace. Sa destination finale était Toulouse. Il avait disparu des écrans radar en milieu
d’après-midi, selon les pompiers.
Quand les secours sont arrivés sur
place, l’appareil était en feu.
Les Saoudiennes seront autorisées à
conduire à partir du 24 juin, selon un
communiqué du gouvernement
publié mardi. Les femmes de 18 ans et
plus auront le droit de passer l’examen du permis de conduire. Des
auto-écoles pour femmes ont été
mises en place dans cinq grandes villes du royaume. Les Saoudiennes,
détentrices de permis étrangers,
pourront les échanger contre des
documents saoudiens.
MUSIQUE DÉCÈS DE LA
CHANTEUSE BELGE MAURANE
Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à
l’égalité femmes-hommes, a affirmé
mardi que la « castration chimique »
que le président de LR, Laurent Wauquiez, veut imposer pour les agresseurs sexuels n’était « pas efficace ».
Selon Mme Schiappa, « ce n’est pas une
solution qui a fait ses preuves, c’est
même plutôt le contraire (...), les prédateurs trouvent d’autres moyens, il y a
une escalade dans la violence ».
GIRONDE UN ARRÊTÉ
ANTI-RADARS JUGÉ ILLÉGAL
Un arrêté du maire de Naujac-surMer (Gironde) visant à interdire la
circulation sur sa commune de
radars-caméras embarqués a fait
l’objet mardi d’une demande de
retrait immédiat de la part de la préfecture, qui menace de saisir le tribunal administratif. L’arrêté du 25 avril
vise l’usage de ce matériel non par les
forces de l’ordre mais par des entreprises privées.
JUSTICE DEUX CONTREBANDIERS
DE CIVELLES CONDAMNÉS
À SEPT MOIS DE PRISON
Deux ressortissants chinois ont été
condamnés lundi à sept mois de prison et 30.000 euros d’amende pour
leur implication dans un trafic de
civelles (anguilles juvéniles), une
espèce protégée dont la population
s’effondre depuis trente ans. Ils ont
été arrêtés jeudi à l’aéroport de
Roissy en possession de 60 kilos de
ces alevins.
Ouverture de la 71 e édition du festival de Cannes
Il avait été considéré un temps comme
un possible dauphin de Xi Jinping. Sun
Zhengcai, ex-étoile montante du Parti
communiste chinois (PCC), a été
condamné mardi à la prison à vie,
reconnu coupable d’avoir accepté des
pots-de-vin pour plus de 170 millions
de yuans (22 millions d’euros). Cet
ancien du bureau politique du PCC est
le plus haut dirigeant chinois en exercice à tomber depuis Bo Xilai, un ex-rival du président Xi Jinping.
ARMÉNIE PACHINIAN ÉLU
PREMIER MINISTRE
L’actrice australienne Cate Blanchett a ouvert officiellement la 71e édition du festival de Cannes. C’est la douzième femme à
se voir confier la présidence cannoise. Ces derniers mois, elle a été l’une des figures de proue de la lutte contre le harcèlement
sexuel, notamment dans le cinéma. Fait rare, le jury cannois est majoritairement féminin pour cette édition.
AFP
VIOL SCHIAPPA : LA CASTRATION
CHIMIQUE N’EST « PAS EFFICACE »
LA PHOTO DU JOUR
CHINE PRISON À VIE POUR SUN
ZHENGCAI, EX-STAR DU PCC
AFP
La chanteuse belge Claudine Luypaerts, connue sous le nom de Maurane, a été retrouvée morte lundi soir
à son domicile de Bruxelles à l’âge de
cinquante-sept ans, quelques jours
après avoir annoncé sur les réseaux
sociaux son retour sur le devant de la
scène après deux ans d’absence. Maurane était connue en France depuis
les années 1980 et sa participation à la
comédie musicale « Starmania ».
// 13
Le chef de l’opposition arménienne
Nikol Pachinian a été élu mardi Premier ministre par le Parlement de
cette ex-République soviétique du
Caucase du Sud, secouée depuis trois
semaines par des protestations antigouvernementales. Seul candidat en
lice, il a été soutenu par 59 députés,
alors qu’il avait besoin de 53 voix
pour être élu. Quarante-deux députés ont voté contre lui. Il avait été mis
en échec le 1er mai par ses adversaires
du Parti républicain au pouvoir.
HONGRIE VIKTOR ORBAN
ENTAME UN NOUVEAU MANDAT
Viktor Orban inaugurait mardi un
nouveau mandat à la tête de la Hongrie. Sur les 199 députés investis
mardi, 133 soutiennent le Fidesz, donnant au Premier ministre l’appui d’une
« super majorité » des deux tiers qui
permet de réviser la Constitution. Face
à eux, les manifestations anti-Orban
ne faiblissent pas. La plus importante
est attendue en fin de journée.
ACCIDENT UN HÉLICOPTÈRE
RUSSE S’ÉCRASE EN SYRIE
Un hélicoptère militaire russe s’est
accidentellement écrasé lundi soir
dans l’est de la Syrie et ses deux pilotes ont été tués, a annoncé le ministère de la Défense à Moscou. L’accident serait dû à une défaillance
technique. Il s’agit du deuxième crash
mortel de l’armée russe en Syrie en
moins d’une semaine. Le 3 mai, un
avion de chasse s’était écrasé au
décollage et ses deux pilotes ont péri.
Photo : Valery Hache/AFP
ON EN PARLE À ROME
Le spectre des élections refait son apparition en Italie
Le chef de l’Etat propose un gouvernement neutre pour un retour aux urnes au printemps prochain.
Olivier Tosseri
— Correspondant à Rome
pourront y mettre un terme si
une majorité se dégage finalement. Ce gouvernement ne
pourra en tout cas rester en fonction au-delà du mois de décembre et sa feuille de route sera précise : faire entendre la voix de
l’Italie lors du prochain Conseil
européen, à la fin du mois de
juin, élaborer un nouveau budget et élaborer une nouvelle loi
électorale pour un retour aux
urnes au printemps 2019.
L
’heure n’est plus aux tractations mais aux décisions. Depuis les législatives du 4 mars, les pourparlers
s’enlisent dans des veto croisés
de ceux qui pourraient soutenir
ou faire partie d’un gouvernement dont l’Italie a désormais un
besoin urgent. Pour sortir de
l’impasse le président de la
République proposera donc un
« gouvernement politiquement
neutre » dirigé par une figure institutionnelle et dont les ministres auront l’obligation de ne pas
se présenter aux prochaines
élections. Son espérance de vie
dépendra des différentes forces
représentées au Parlement qui
Une abstention record
Mais ce pourrait être avant. Les
deux partis anti-système, vainqueurs du dernier scrutin, ont
immédiatement rejeté la proposition du chef de l’Etat, l’assimilant à la mise sur pied d’un
énième et honni gouvernement
technique piloté par Bruxelles.
La Ligue comme le M5S demandent des élections immédiates
en juillet ou au plus tard en septembre. Ils les considèrent
comme un deuxième tour qui
n’a pas eu lieu le 4 mars dernier
avec un mode de scrutin à dominante proportionnelle qui n’a
pas permis de désigner de vainqueurs clairs. En position de
force à droite et à gauche de
l’échiquier politique, ils sont convaincus de pouvoir conquérir
une position hégémonique dans
leurs camps respectifs. Seul le
Parti démocrate, redoutant
d’être balayé, soutient la proposition de Sergio Mattarella.
Ce dernier entend désormais
que chacun prenne ses responsabilités devant le Parlement. Si
la Ligue et le M5S acceptent sa
proposition, ils s’exposent au
mécontentement de leur base,
qui refuse tout compromis. S’ils
la refusent, ils exposent le pays à
la réaction des marchés, qui
prendront acte de son ingouvernabilité. Car en l’absence de
changement de la loi électorale
les équilibres seront légèrement
retouchés mais pas modifiés.
Des élections au cœur du mois
de juillet, du jamais-vu en Italie,
pays habitué aux gouvernements balnéaires mais pas à la
remise en cause de la trêve estivale, enregistreraient une abstention record. De quoi éroder
un peu plus la confiance des
citoyens en une démocratie fatiguée dont le système a atteint ses
limites. n
2
23
21
19
19
18
4
3
18
21
18
26
2
22
2
25
21
12/16
10/13
25
25
20
JEUDI
11/14
2
26
24
4
JEUDI
11/14
12/17
16/22
20
21
21
7/18
2
25
23
22
23
VENDRED
2
27
17
20
7/20
9/25
2
20
26
24
8/20
8/17
14/23
10/14
24
1
19
/
9/13
SAMEDI
9/12
19
11/12
16/22
VENDREDI
16/25
12/15
8/19
19/25
18/26
18/24
16/27
17/26
12/19
15/25
9/15
7/19
32/43
34/42
30/388
11/26
14/20
9/21
25/26
24/25
24/266
16/20
16/22
15/20
7/20
7/15
10/17
16/27
15/24
15/26
15/23
16/26
17/25
12/18
7/15
8/19
16/25
16/23
13/22
20/28
20/30
21/32
14/17
12/18
12/20
16/22
16/22
17/21
27/33
26/32
26/33
16/25
17/25
10/16
12/16
14/18
16/23
13/21
16/20
7/12
12/24
12/18
8/21
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
www.lesechos.fr
L’événement, qui
permettra de déguster
la cuisine de chefs
emblématiques
du 17 au 20 mai, veut
cultiver sa présence
toute l’année. // P. 21
Nicolas Villion
Le festival gastronomique
Taste of Paris installe sa marque
DEVISES EUR/GBP 0,8768 EUR/JPY 1,2954 EUR/CHF 1,1894 GBP/USD 1,3536 USD/JPY 1,0912 USD/CHF 1,0018 TAUX EONIA -0,36 LIFFE EURIBOR 3 MOIS -0,328 OAT 10 ANS 0,7697 T-BONDS 10 ANS 2,9686
INDUSTRIE & SERVICES
SNCF
DERNIÈRE HEURE
La grève partie pour durer
jusqu’à fin mai au moins. // P. 16
Le Plaza Hotel de New York
cédé pour 600 millions de dollars
AFP
AIR FRANCE-KLM
La difficile quête d’un nouveau
patron. // P. 17
Basile Dekonink
@Bdekonink
ET « CRIBLE » P. 36
NESTLÉ
Les intentions prêtées à Comcast
depuis plusieurs semaines seraient
donc sérieuses. Selon Reuters, le PDG
du groupe, Brian Roberts, envisagerait
une nouvelle offre à hauteur de 60 milliards de dollars pour le rachat d’une
partie de 21st Century Fox, pourtant
déjà promis à Disney. L’opération est un
coup à plusieurs bandes. Selon des
sources proches du dossier, l’offre de
Comcast serait suspendue au feu vert
des autorités américaines pour la
fusion de l’opérateur AT&T et du
groupe de médias Time Warner.
La concrétisation – ou non – de cette
fusion sera en effet un premier indicateur. L’administration Trump se montre particulièrement hostile aux grandes manœuvres dans les médias et a
également mis entre parenthèses la
promesse de vente d’une partie de
l’empire Murdoch à Disney. Soit les studios de cinéma de la 21st Century, la plate-forme de streaming vidéo Hulu et le
groupe de télévision payante Sky pour
52,4 milliards de dollars (hors dette).
Le groupe Suisse grandit aux
Etats-Unis en s’alliant à Starbucks.
// P. 18 ET « CRIBLE » P. 36
AUTOMOBILE
La chute du diesel s’accélère.
// P. 19
MARCHÉ DE L’ART
Franck Crusiaux/RÉA
La Chine, vaste terrain de jeu des
acteurs culturels français. // P. 20
HABILLEMENT
Le plan de bataille de Camaïeu pour
relancer sa croissance. // P. 21
HIGH-TECH & MÉDIAS
TÉLÉVISION
Malgré un trou d’air
sur les audiences, M6 reste
confiant. // P. 22
PRESSE
Un projet de loi vise des droits
voisins pour la presse française.
// P. 23
PME & RÉGIONS
CHIMIE
REACH, le règlement européen
sur la chimie qui angoisse
les PME. // PP. 24-25
START-UP
SCIENCES
Sea Proven crée le premier drone
transocéanique. // P. 26
FINANCE & MARCHÉS
PÉTROLE
Les cinq questions posées
par la remontée du pétrole. // P. 27
ET L’ÉDITORIAL
DE GUILLAUME MAUJEAN P. 8
BANQUE
Les banques britanniques
poussent les feux sur
les fermetures d’agences. // P. 28
Trônant à l’angle de Central Park depuis 111 ans, le légendaire Plaza Hotel de New York va encore changer de propriétaire.
Actuellement géré par le
groupe français AccorHotels,
l’emblématique palace de la
5e Avenue apparaît dans des
dizaines de films.
Trônant à l’angle de Central Park depuis
cent onze ans, le légendaire Plaza Hotel
de New York va encore changer de propriétaire. L’un des nouveaux acheteurs,
basé à Dubaï, a annoncé que le célèbre
établissement, qui apparaît dans plus de
trente films hollywoodiens, va être
racheté pour 600 millions de dollars avec
l’objectif d’en faire une « marque mondiale ». Shahal Khan, dont la société
White City Ventures a son siège à Dubaï,
a expliqué s’être associé à l’investisseur
Kamran Hakim, basé à New York, pour
racheter l’établissement. La transaction
doit être finalisée le 25 juin. Géré par le
groupe français AccorHotels, l’établissement compte parmi ses propriétaires
actuels le prince et milliardaire saoudien
Al Walid ben Talal, qui a été détenu pendant près de trois mois dans l’hôtel RitzCarlton de Riyad dans le cadre d’une
vague d’arrestations destinées, selon les
autorités saoudiennes, à lutter contre la
corruption.
Des ambitions dans les Emirats
Avant cela, le prestigieux hôtel a notamment appartenu à Donald Trump, mais
– b i e n q u’ i l a f f i r m e t o u j o u r s l e
contraire – cette opération immobilière a
tourné au fiasco pour le président américain : en 1988, le magnat de l’immobilier
l’avait acheté pour 400 millions de
dollars avant de le vendre sept ans plus
tard pour… 325 millions de dollars. Futur
propriétaire des lieux, Shahal Khan assure
nourrir de grandes ambitions pour
l’hôtel : « Le Plaza est unique mais personne
n’en a jamais fait une marque mondiale »,
a-t-il souligné. « Je cherche maintenant un
endroit, peut-être la Chine, peut-être un lieu
en Europe, mais je pense qu’il serait bien
aussi de faire le seul autre Plaza à Abu Dhabi
ou à Dubaï », a-t-il expliqué.
Très présent au Pakistan, l’homme
d’affaires dit vouloir développer la marque « Plaza Hotel » aux Emirats : « J’ai le
projet d’ouvrir un Plaza aux Emirats arabes unis d’ici à 2020 », a-t-il détaillé.
Pour justifier son choix, il évoque
l’aéroport de Dubaï, qui est le plus fréquenté du monde en termes de passagers
internationaux avec 88,2 millions de
voyageurs en 2017 mais aussi l’ouverture
en novembre dernier du musée Louvre
Abu Dhabi, qui se décrit comme « premier musée universel du monde arabe ».
— Source AFP
MOYENS DE PAIEMENT
Paiement : iZettle se rêve
en Square européen. // P. 29
RÉMUNÉRATIONS
Des actionnaires de plus en plus
contestataires lors des AG. // P. 30
LES ÉCHOS BUSINESS
CARNET // P. 33
SUR
DANS
« LA CHRONIQUE
BOURSE »
À 12H ET 17H35
DU LUNDI AU VENDREDI
Comcast
envisage
une contre-offre
pour Fox
L’offre de Comcast
serait suspendue
au feu vert des autorités
américaines
pour la fusion
de l’opérateur
AT&T et du groupe
de médias Time Warner.
Comcast, éconduit par Rupert
Murdoch en décembre malgré une
offre supérieure de 16 % à celle de
Disney, serait donc en embuscade et
prêt à renoncer à certains actifs de la
Fox pour éviter une trop forte concentration de médias et parvenir à
ses fins. Comcast s’est par ailleurs
immiscé dans les projets de rachat de
l’ensemble de Sky par la Fox. Le
groupe de Rupert Murdoch, déjà
actionnaire à 31 %, a conclu l’an dernier un accord pour racheter les
parts restantes du groupe de médias
européen.
Trump hostile
« Dieselgate » : nouveaux soupçons
de manipulation chez Audi
Pauline Houédé
@Pauline_H
— Correspondante à Berlin
Audi est à nouveau rattrapé par le « dieselgate », le scandale lié à la manipulation massive de moteurs Diesel destinée
à contourner les tests antipollution qui
secoue sa maison mère Volkswagen
depuis septembre 2015. La marque aux
anneaux a reconnu mardi avoir détecté
lors d’un contrôle interne des « anomalies » sur le logiciel qui équi p e les
moteurs Diesel d’environ 60.000 modèles A6 et A7 dans le monde.
Les véhicules aux Etats-Unis ne sont
pas touchés, a précisé Audi dans un communiqué, expliquant avoir informé la
semaine dernière l’agence fédérale allemande de l’automobile (KBA) de sa
découverte et stoppé les livraisons des
véhicules concernés.
33.000 véhicules concernés
Le KBA avait annoncé un peu plus tôt
dans la journée le lancement d’une audition sur le sujet, soupçonnant Audi
d’avoir installé un dispositif truqueur
sur certains moteurs Diesel de modèles
A6/A7. Environ 33.000 véhicules sont
concernés en Allemagne, avait indiqué
l’agence fédérale, sans préciser s’il comptait procéder à un rappel des véhicules.
Le KBA a déjà procédé aux rappels de
plusieurs milliers de véhicules Audi, tandis que la justice allemande enquête sur
la manipulation des moteurs du constructeur haut de gamme. La police a perquisitionné l’année dernière différents
locaux du groupe, ainsi que son siège
d’Ingolstadt et les logements de certains
employés en début d’année.
Ces nouveaux soupçons, révélés par
l’hebdomadaire « Der Spiegel », fragilisent encore davantage la position de
Rupert Stadler, à la tête du constructeur
depuis 2007, et notamment critiqué pour
sa gestion du « dieselgate ».
Le dirigeant, qui avait sauvé son poste
en août lors d’un grand remaniement au
sein du directoire, devra répondre aux
questions des actionnaires qui se réunissent ce mercredi à l’occasion de l’assemblée générale annuelle du groupe. n
L’opération est cependant compromise
depuis que l’autorité britannique de la
concurrence l’a jugé contraire à « l’intérêt du public », et Comcast s’est engouffré dans la brèche avec une offre à
12,50 livres par action (supérieure de
4 milliards de livres à celle de la Fox).
« Nous pensons que Sky est une entreprise exceptionnelle », indiquait simplement à l’époque Brian Roberts dans un
communiqué. Certains analystes
tablent, eux, sur une volonté d’entraver
le deal entre Fox et Disney – qui soutient
pleinement le rachat de Sky par Rupert
Murdoch.
La position de Comcast reste toutefois délicate. Lors de sa campagne présidentielle, Donald Trump a en effet promis de défaire la fusion du groupe
avec NBC Universal (qui comprend les
studios Universal et le réseau câblé
NBC), invoquant une trop grande
influence auprès des téléspectateurs
américains. Le projet de rachat de la
Fox ne devrait pas refroidir ses
ardeurs. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
16 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
INDUSTRIE
&SERVICES
AFP
à suivre
Feu vert de Bruxelles à l’acquisition
d’Ilva par ArcelorMittal
Manifestation des cheminots, le 19 avril, à Toulouse. Photo Pascal Pavani
SIDÉRURGIE La Commission européenne a confirmé dans un
communiqué qu’elle autorisait le sidérurgiste à acquérir l’aciérie
italienne Ilva, moyennant de lourdes concessions. Comme « Les
Echos » l’indiquaient mi-avril, ArcelorMittal s’est engagé à céder
des usines à Galati (Roumanie), Ostrava (République tchèque),
Piombino (Italie), Dudelange (Luxembourg) et Skopje (Macédoine), ainsi que deux lignes à Liège (Belgique). Soit de 6 à 7 millions de tonnes de production et de 12.000 à 12.500 salariés.
SNCF : la grève partie pour
durer jusqu’à fin mai au moins
Volkswagen : Diess se serait rendu aux
Etats-Unis pour parler du « dieselgate »
l Les syndicats devraient maintenir leur mot d’ordre de grève
jusqu’à l’examen de la réforme ferroviaire par le Sénat.
l Des risques de radicalisation apparaissent.
AUTOMOBILE Le nouveau président du directoire de Volkswa-
gen, Herbert Diess, se serait rendu aux Etats-Unis début mai
pour témoigner dans l’enquête conduite par les autorités américaines sur le scandale des émissions polluantes des moteurs
Diesel, croyait savoir mardi le journal allemand « Bild ». La
veille, Bloomberg annonçait qu’il avait obtenu un sauf-conduit
des autorités américaines pour ses déplacements hors Allemagne afin de ne pas être arrêté dans le cadre de l’enquête.
TRANSPORT
Takeda parvient à un accord
à 52 milliards d’euros avec Shire
Lionel Steinmann
@lionelSteinmann
PHARMACIE Le groupe pharmaceutique japonais Takeda est
parvenu à un accord avec Shire. L’opération, qui doit encore être
approuvée par les actionnaires du laboratoire irlandais, est
valorisée 46 milliards de livres (52 milliards d’euros). Elle sera
menée en numéraire et en actions. Il s’agit de la plus grosse transaction jamais réalisée par un groupe japonais à l’étranger.
Takeda devient le huitième plus gros groupe pharmaceutique
mondial avec un chiffre d’affaires de 31 milliards de dollars.
A Nanterre,
le Paris
La Défense Arena
AUTOMOBILE PSA a annoncé ce
Shutterstock
lundi avoir choisi la technologie
de l’équipementier Punch Powertrain pour une nouvelle boîte de
vitesses électrifiée, devant jouer
un rôle central dans le respect des
futurs objectifs européens de CO2.
Cette boîte, à double embrayage
électrifié, permet d’éviter les
à-coups d’une boîte manuelle et
de réduire la consommation. Elle
équipera une partie des véhicules
hybrides du groupe dès 2022,
notamment ses futurs modèles
48 volts.
Plus d’informations sur
lesechos.fr
A l’issue de sa rencontre
avec les syndicats, le
Premier ministre est resté
ferme, même si le projet
« peut encore être finalisé ».
n
les echos
FORMATION
Marketing Digital & Santé Numérique
La santé numérique et les GAFAMS impactent le
business model de l’industrie pharmaceutique.
Cette formation vous permet de mesurer les
enjeux de la disruption digitale dans le champ de
la santé, du connected care et de l’IoT.
Rendez-vous les 29 & 30 mai 2018 à Paris
En savoir plus sur www.lesechos-formation.fr/sante-digitale.htm
Un service proposé par Les Echos Solutions
Modalités de la reprise
de la dette
D’ici là, pas question de suspendre
la mobilisation. Faute d’inflexion
du côté du gouvernement, la grève
va se poursuivre. Au minimum
jusqu’au 24 ou au 25 mai, date à
laqu elle Edoua rd Philipp e a
annoncé qu’il convierait à nouveau
les syndicats à Matignon. C’est sans
doute à cette occasion qu’il précisera les modalités de reprise de la
dette. Les syndicats, qui réclament
ces informations depuis des
semaines, ne peuvent relâcher la
pression avant. L’hypothèse la plus
probable est que le conflit se poursuive jusqu’à l’examen du texte au
Sénat, à partir du 29 mai. Le gouvernement cherchera alors sans
doute à sortir l’Unsa et la CFDT de
Des tensions
sur la stratégie
sont à prévoir.
la grève en acceptant certains de
leurs amendements. Et pour venir
à bout de la CGT et de SUD, Matignon mise apparemment sur un
épuisement des grévistes, et ne
semble pas prêt à atténuer le bénéfice politique qu’il retirerait de
cette victoire en les laissant sauver
la face.
La situation va donc devenir de
plus en plus inconfortable pour les
syndicats, coincés entre une opinion publique qu’ils n’ont pas
réussi à rallier majoritairement à
leur cause, et une base qui, faute de
résultats, pourrait être de plus en
plus tentée de radicaliser son combat. Des tensions sur la stratégie
sont à prévoir. La CFDT et l’Unsa ne
veulent pas dévier de la stratégie de
grève intermittente (deux jours
d ’a r r ê t d e t r a v a i l t o u s l e s
cinq jours) lancée depuis début
avril, mais SUD-rail va sans doute
revenir à la charge pour passer à
une grève illimitée.
La fédération a appelé, dès
lundi, « à l’élargissement de la grève,
à amplifier la mobilisation et à
débattre dans les assemblées générales de modalités plus fortes et plus
imprévisibles ». Ses militants ont
donné le ton en montant des opérations coup de poing dans trois
gares parisiennes, d’où ils ont été
repoussés, parfois à coups de
matraques, par les CRS. « Plus on
donne le sentiment que les syndicats
ne sont pas écoutés, plus on ouvre la
voie à des débordements, prévient
Roger Dillenseger. Nous avons
alerté au plus haut niveau sur les
risques de dérapages si les choses
traînent. » Edouard Philippe lui a
répondu indirectement, lundi, en
s’annonçant intransigeant : « Rien
ne permet à quiconque de s’exonérer
du respect des règles publiques. » n
Edouard Philippe ne lâche (quasiment) rien
SPORT L’U Arena de Nanterre, qui
accueille le Racing, s’apprête à
prendre le nom du nouvel établissement public Paris La Défense,
créé le 1er janvier en remplacement
de l’Epadesa et de l’établissement
public de gestion de La Défense
(Defacto). Le contrat de « naming »
a une durée de dix ans, et un coût
annuel de 3 millions d’euros. Il a
pour but, à l’heure du Brexit, de
faire la promotion du quartier
d’affaires à travers l’Europe.
AFP
Boîte de vitesses :
PSA opte
pour Punch
Les clients de la SNCF vont devoir
prendre leur mal en patience. Les
syndicats de l’entreprise publique
se réuniront mercredi après-midi
pour partager leurs analyses sur
leurs rencontres avec le Premier
ministre, Edouard Philippe, mais il
ne fait guère de doute que le mouvement de grève lancé début avril
se poursuivra, au minimum jusqu’à l’examen de la réforme ferroviaire au Sénat, fin mai.
« Pour nous, clairement la grève se
poursuit, il n’y a pas de débat », a
déclaré, dès lundi matin, le secrétaire général de la CGT-cheminots,
Laurent Brun, après l’entretien à
Matignon. Même son de cloche
chez SUD-rail, qui jugeait, un peu
plus tard dans un tract, qu’Edouard
Philippe avait décidé « de renforcer
la grève ! », et demande plus que
jamais « le retrait du pacte ferroviaire comme préalable à l’ouverture de négociations ». L’Unsa-ferro-
viaire et la CFDT-cheminots, qui
sont sur des positions moins radicales, sont restés eux aussi sur leur
faim. Car le Premier ministre, tout
en réaffirmant sa volonté de laisser
« des espaces de discussion », n’a
laissé entrevoir aucune concession
d’envergure. « On va continuer à
porter des amendements pour qu’ils
soient intégrés à la réforme lors de
l’examen au Sénat, mais cette piste
existait déjà la semaine dernière,
déplore Roger Dillenseger, de
l’Unsa-ferroviaire. On en attendait
un peu plus. » Même constat chez
Didier Aubert à la CFDT-cheminots : « La marge [de négociation]
n’est pas très large. On négociera jusqu’au bout et on jugera sur pièces. »
Si Edouard Philippe a assuré lundi,
après avoir reçu les syndicats de la
SNCF, qu’il entendait concilier
« ouverture » et « fermeté » dans les
semaines à venir, c’est bien le
second terme qui domine dans la
conduite de la réforme ferroviaire
par le gouvernement. Les représentants des cheminots s’étaient rendus à Matignon sans trop d’illusions, et le Premier ministre ne les a
pas détrompés. Il l’a martelé dans
son discours de clôture, comme il
l’avait fait lors des réunions bilatérales : pas question de revenir sur
l’ouverture à la concurrence, sur la
fin des recrutements au statut et sur
la transformation de la SNCF en
trois sociétés fonctionnant selon les
règles des sociétés anonymes,
d’autant plus que ces trois points
ont été actés dans le projet de
loi adopté à la majorité absolue par
les députés mi-avril. Au passage, le
Premier ministre a même durci son
propos, puisque la date de la fin des
recrutements au statut, qui faisait
partie initialement des sujets qui
pouvaient être discutés, a été fixée
au 1er janvier 2020 par l’exécutif, et
fait désormais partie des points non
négociables.
Points à préciser
Certes, il reste encore un certain
nombre de points à préciser dans la
réforme (la gouvernance des gares,
les modalités de transfert du personnel en cas de marché perdu par
la SNCF dans les TER…). Le Premier
ministre a assuré qu’ils seraient
connus d’ici au début de l’examen
du texte par le Sénat en séance
publique, ce qui laisse, selon lui, « de
réels espaces de discussions » dans
les semaines à venir. Des amendements au projet de loi (la CFDT en a
une quarantaine sous le coude)
viendront formaliser d’éventuelles
concessions. Mais celles-ci se feront
manifestement à la marge, ce qui
transparaît dans la formule
d’Edouard Philippe : « Le texte ne
changera pas fondamentalement,
mais il peut encore être finalisé. »
La CFDT a
une quarantaine
d’amendements
sous le coude.
Le gouvernement a d’ores et déjà
exclu un délai supplémentaire pour
négocier la convention collective du
secteur, ce que demandait notamment l’Unsa, estimant que la date
butoir de 1er janvier 2020 était irréaliste. Le syndicat devra se contenter
de la « priorisation » de certains
chapitres de négociation et d’une
promesse de « moyens d’expertise »
pour « mener de front toutes les discussions ». Edouard Philippe n’a pas
non plus découvert son jeu sur les
modalités de reprise de la dette ferroviaire, se contentant d’évoquer
un pro cessus « avec une première partie [au 1er janvier 2020]
substantielle », et qui ne sera « ni
minimale ni totale ». Seule précision, « mon objectif est que la reprise
de la dette permette au groupe public
d’être à l’équilibre économique à la
fin du quinquennat », soit 2022. A
partir de cette date, « la SNCF ne doit
plus perdre d’argent chaque année »,
ce qui passe aussi par des économies dans l’entreprise publique,
a-t-il rappelé. Mais pour avoir des
chiffres précis, il faudra sans doute
patienter jusqu’à la prochaine rencontre avec les syndicats, qui seront
réinvités à Matignon les 24 et
25 mai. Seules tonalités positives du
point de vue des syndicats : l’évocation d’une nouvelle hausse des budgets consacrés à la rénovation du
réseau (là aussi sans donner de chiffres) et un effort de formation en
faveur des cheminots, laissé à la
main de la SNCF. Des « ouvertures »
trop réduites pour espérer une fin
de conflit rapide dans l’entreprise
publique. — L. S.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 17
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
Air France-KLM engage la difficile
quête d’un nouveau patron
l Le successeur de Jean-Marc Janaillac, qui a réglé ses comptes dans un courrier aux salariés, ne sera pas facile à trouver.
l L’action Air France-KLM a clôturé lundi en baisse de près de 10 %, augmentant la pression qui pèse sur l’entreprise.
TRANSPORT
Bruno Trévidic
@BrunoTrevidic
Les salariés et les actionnaires
d’Air France-KLM avaient intérêt à
avoir leurs ceintures bien attachées lundi matin. Trois
jours après l’annonce de la démission du PDG, Jean-Marc Janaillac,
la Bourse de Paris a en effet fait
plonger le titre Air France-KLM de
13 % à l’ouverture. Et ce, alors que
deux nouvelles journées de grève
étaient encore programmées lundi
et mardi, obligeant la compagnie à
annuler 20 % de ses vols, malgré un
taux de grévistes tombé à 14 % chez
les pilotes et 2,9 % chez les personnels au sol ! La suspension du mouvement actée mardi n’a pas permis
de rattraper les pertes. Il faut dire
que la pression est restée forte. Le
président démissionnaire a nié
mardi avoir été une « marionnette »
de l’Etat et a jugé « insultante » cette
accusation portée contre lui par le
SNPL, premier syndicat de pilotes
à Air France.
« Je me dois de réagir face à l’idée
que le gouvernement serait le réel
dirigeant d’Air France », affirme
Jean-Marc Janaillac dans un courrier interne adressé au SNPL. Il
affirme, au sujet du référendum :
« C’est une décision que j’ai prise,
parce qu’elle me semblait la seule voie
pour mettre fin au conflit en cours, et
dont j’assume pleinement les conséquences. » Dans le même temps, le
gouvernement a dramatisé la situation. Dès dimanche, sur BFM TV, le
ministre de l’Economie, Bruno Le
Maire, évoquait la possible disparition de la compagnie « si Air France
ne fait pas les efforts de compétitivité
nécessaires ». Mardi, sa collègue des
Transports, Elisabeth Borne, se
disait, sur France Info, « préoccupée
pour l’avenir » . Le conseil d’administration d’Air France-KLM a
annoncé pour le 15 mai « une solution de gouvernance de transition ».
Anne-Marie Idrac serait la mieux
placée du fait de ses bonnes relations avec l’actuel gouvernement et
de son expérience (elle fut PDG de la
RATP et de la SNCF). Elle est cependant la dernière arrivée au conseil
d’administration d’Air France.
Quant à la présidente du comité de
nomination, Anne-Marie Couderc,
son rôle devrait plutôt consister à
trouver un successeur à Jean-Marc
Janaillac. Ce qui ne s’annonce pas
simple.
« Avoir le goût du social »
Plusieurs noms avancés dans la
presse semblent pouvoir être
d’ores et déjà écartés. C’est le cas de
l’ex-PDG d’Airbus, Fabrice Brégier,
qui avait déjà décliné l’offre en
2015. L’actuel DG d’Air France,
Franck Terner, ainsi que le DRH
La grève s’achève sur un triste bilan
Réunis mardi,
les syndicats d’Air France
n’ont pas annoncé
de nouveau préavis.
Les longues grèves sont plus difficiles à arrêter qu’à lancer. Air France
en apporte une nouvelle fois la
preuve. Alors que la compagnie a
connu mardi son quinzième jour de
grève en dix semaines, il aura fallu
deux réunions, lundi soir et mardi
matin, aux représentants de l’intersyndicale pour accoucher d’une
« lettre ouverte à la direction », qui ne
met pas formellement fin à la grève,
sans pour autant la prolonger. Les
dix syndicats, qui ont eu le plus
grand mal à s’entendre sur la suite à
donner à leur mouvement, se contentent d’appeler la direction « à
revenir dans les prochains jours à la
table des négociations ». « Le conflit
est toujours en cours et la balle est
maintenant dans le camp de la direc-
tion », conclut le communiqué. En
l’absence de nouveau préavis, c’est
pourtant bien la fin de la grève qui
s’annonce. Depuis fin février, chaque
réunion de l’intersyndicale à l’issue
d’une journée de grève s’était en effet
soldée par un appel pour la prochaine grève. Et si les dix syndicats
continuent de réclamer la reprise
des négociations, gelées par la
démission de Jean-Marc Janaillac,
les représentants se sont résignés à
devoir attendre l’assemblée générale
du 15 mai et la nomination d’un dirigeant de transition par le conseil
d’administration d’Air France-KLM.
Le faible taux de grévistes à la journée du 8 mai – 14 % chez les pilotes et
2,9 % chez les personnels au sol – n’y
est pas étranger. L’intersyndicale a
au moins réussi à préserver une
apparence d’unité, malgré le nouveau mandat donné aux représentants du SNPL AF de revenir à une
négociation strictement catégorielle
pour la défense des seuls intérêts des
pilotes. Voté vendredi après-midi
par le conseil du SNPL AF, ce changement de cap n’a pas été remis en
cause par le résultat du scrutin.
Dirigeant de transition
En dépit du succès inattendu du
« non » à la consultation, le bilan de
la stratégie intersyndicale semble
en effet bien maigre, au regard de la
revendication initiale d’une hausse
générale des salaires de 7 %. Si les
quinze jours de grève ont coûté plus
de 300 millions d’euros à Air
France, ils n’auront permis d’obtenir que 1 % supplémentaire de
hausse générale des salaires en
2018 (soit 2 % au lieu du 1 % prévu
initialement), assorti d’une promesse des hausses de 1,65 % par an
de 2019 à 2021. Une proposition qui
reste toutefois à confirmer, le projet
d’accord ayant été annulé par le vote
des salariés. Accessoirement,
l’impact de la grève sur les comptes
d’Air France risque également de
faire perdre à tous les salariés la
prime d’intéressement de 2018.
Pas de quoi crier victoire au final,
même si les syndicats n’ont visiblement pas dit leur dernier mot. Car si
le dirigeant de transition d’Air France-KLM, qui sera nommé le 15 mai,
aura pour priorité de ramener un
semblant de paix sociale dans
l’entreprise, en trouvant un accord
salarial avec les organisations, il est
difficile d’imaginer qu’il puisse aller
bien au-delà du précédent accord.
Chaque point d’augmentation
générale des salaires représentant
un surcoût annuel de 35 millions
d’euros, et la grève ayant déjà coûté
plus de 50 % du bénéfice record de
2017, les marges financières d’Air
France s’annoncent très minces,
pour éviter de voir la compagnie
française replonger dans le rouge
en 2018. — B. T.
INTERVIEW // ARTHUR VAN DEN HUDDING Leader des pilotes néerlandais
« Notre principal souci concerne la survie
d’Air France-KLM »
L
es pilotes de KLM exhortent
les Français à reprendre le
dialogue social au sein d’Air
France. Une séparation entre les
deux compagnies n’est pas envisageable.
Comment les pilotes de KLM
réagissent-ils aux événements
chez Air France ?
Pour l’heure, après la défaite de JeanMarc Janaillac, on ne sait pas ce qui
va se passer. Je ne suis pas optimiste
et notre principal souci concerne la
survie du groupe. En tant que pilotes
de KLM nous n’avons pas la main. La
situation est pour le moins incertaine. On peut même parler d’une
menace quand on entend le gouvernement français dire qu’il ne soutiendra pas le groupe Air FranceKLM.
La victoire du « non » au référendum vous a-t-elle surpris ?
Le référendum voulu par Jean-Marc
Janaillac est surprenant. Ce n’est pas
la bonne méthode que de vouloir
passer outre les syndicats. Ce vote,
quel que soit son résultat, n’avait pas
beaucoup de sens, car, dans tous les
cas, il n’apportait pas de solution. Son départ a provoqué une
crise dans le groupe et son maintien
n’aurait pas réglé les problèmes avec
les syndicats. Mais le plus étonnant
est qu’il ait mis son poste dans la
balance, alors qu’il ne participe
même pas en personne aux négociations. C’est au niveau des négociateurs que quelque chose aurait dû se
passer. Le départ de Franck Terner
ou d’autres dirigeants aurait laissé la
porte ouverte en mettant la direction
en position de force pour négocier
une solution. Au contraire, la conséquence du départ de Jean-Marc
Janaillac est qu’aujourd’hui Air
France-KLM se retrouve dans une
situation d’escalade. Comment avoir
encore confiance pour qu’une solution puisse être trouvée à Air
France ?
Que doit-il se passer pour
sortir de l’impasse ?
Il faut que les parties prenantes
reprennent les discussions et parviennent à un accord. Le groupe
KLM a aussi connu des conflits,
ser les forces de négociation en intervenant.
Tim Stet
Propos recueillis
par Didier Burg
— Correspondant à Amsterdam
Arthur van den Hudding.
notamment au sein de la compagnie
Transavia. Mais notre force aux
Pays-Bas est, au-delà du conflit, de
trouver coûte que coûte une base
d’accord. Après des mois de discussions avec la direction de KLM, les
pilotes de KLM sont ainsi tombés
d’accord la semaine dernière pour
une augmentation de salaire de 4 %
pour une période d’un an et demi
entre le 1er janvier 2018 et le 1er juin
2019. Nous comptons sur la direction
et les syndicats français pour rechercher eux aussi une solution. Mais ni
le gouvernement, ni un ministre, ni
les pouvoirs publics ne doivent bri-
Une séparation entre Air
France et KLM serait-elle
souhaitable ?
Air France et KLM ont fait beaucoup
de choses ensemble. La fusion nous
a permis de conquérir le monde en
termes de réseaux et de destinations.
Notre futur est de rester ensemble et
de partager l’avenir en commun. Ce
serait un gâchis de s’arrêter maintenant. Sans Air France, KLM reste
une compagnie petite face à la concurrence du marché.
Quinze ans après la fusion, la
coopération avec Air France
a-t-elle porté des fruits pour
KLM ?
KLM et Air France ont connu des
années de croissance, créé des
emplois et ont profité mutuellement
des avantages des deux compagnies.
Nous bénéficions d’une bonne position concurrentielle face à des alliances comme IAG ou le group e
Lufthansa. Le groupe Air FranceKLM exploite un réseau de premier
plan et dispose de deux hubs de
choix avec Paris et Amsterdam. n
Gilles Gateau, sont également hors
jeu. Quant à Lionel Guérin, candidat malheureux à la présidence, il a
quitté le groupe. Selon un bon
connaisseur de l’entreprise, le profil idéal serait un candidat issu du
transport aérien, « afin de ne pas se
faire balader par les pilotes », mais
aussi et surtout, « qui a le goût du
social ». « Dans un secteur de services comme l’est le transport aérien,
le social est omniprésent, aussi bien
en Europe qu’aux Etats-Unis ». Mais
la quête de ce candidat idéal est
compliquée par le fait que la rémunération du PDG d’Air FranceKLM, soumise aux règles du secteur public, est notoirement
inférieure à celles des PDG de
grands groupes privés et que le rôle
de l’Etat y reste prépondérant,
même si sa participation n’est plus
que de 14 %.
(
Lire le « Crible »
Page 36
La gueule de bois
post-scrutin des salariés
La victoire du « non » a
plongé les salariés d’Air
France dans l’inquiétude.
« Airxit chez Air France », « gâchis »,
« champ de ruines »… Les quelques
commentaires glanés lundi auprès
de salariés d’Air France allaient dans
le même sens. Bien que 55,44 % des
salariés et 11 syndicats sur 14 aient fait
le choix du « non », le résultat du
scrutin ne semblait réjouir personne. Comme si personne n’avait
vraiment cru possible d’en arriver là.
« Ce vote a servi d’exutoire à toutes les
rancœurs et les frustrations. La gueule
de bois sera longue », résume un
représentant du personnel.
Chacun en prend pour son grade.
A commencer par Philippe Evain, le
président du syndicat de pilotes
SNPL AF, considéré comme le principal responsable du mouvement.
La décision de poursuivre la grève
lundi et mardi semble particulièrement incomprise. « C’est étrange, on
devrait avoir 55 % de grévistes, mais il
n’y en a que 14 % », souligne un pilote
« gréviste par discipline syndicale ».
« Il est vrai que voter “non” coûte
moins cher que faire grève », ajoutet-il. Si la stratégie des syndicats fait
grincer des dents, la décision de
Jean-Marc Janaillac de mettre sa
démission dans la balance, qui passait pour « courageuse » avant le
résultat du scrutin, est désormais
critiquée. « Il a pris un risque inutile
pour lui-même et pour l’entreprise »,
estime plus d’un.
Vif reproche
Le reproche est particulièrement vif
du côté des salariés de KLM. « Pourquoi est-ce aux seuls salariés d’Air
France de décider si le patron d’Air
France-KLM doit rester ou partir ? »,
s’étonne l’un de leurs représentants. Le directeur général d’Air
France, Franck Terner, et le DRH du
groupe, Gilles Gateau, sont accusés
d’avoir voulu imposer des offres
d’augmentation « en trompe-l’œil ».
Le gouvernement n’échappe pas
aux critiques. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, affirmant
dimanche sur BFM que « l’Etat n’est
pas là pour éponger les dettes », en a
hérissé plus d’un. « Air France n’a
pas touché un sou de l’Etat depuis
1993, souligne un salarié. Et si l’Etat
ne ponctionnait pas Air France en
permanence à travers les taxes et les
redevances d’ADP, nous n’en serions
pas là. »
— B. T.
AVIS FINANCIERS
Les actionnaires de Sequana
sont invités à
l’Assemblée Générale Mixte
Jeudi 24 mai 2018 à 10h30
********
Centre de Conférences Capital 8
32, rue de Monceau - 75008 Paris
La société a reçu des demandes d’ajouts de projets de résolutions.
L’ordre du jour ainsi que tous les documents relatifs à cette assemblée (y compris
les projets de résolutions, l’exposé des motifs présentés et les recommandations
du conseil d’administration) sont consultables sur le site Internet de Sequana :
www.sequana.com/finance/actionnaires/assemblee-generale
Sequana
8, rue de Seine - 92100 Boulogne-Billancourt - Tél. 01 58 04 22 80
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
18 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
Nestlé grandit aux Etats-Unis
en s’alliant à Starbucks
Fusion géante
à 7 milliards
dans les arômes
l Le Suisse va commercialiser les produits Starbucks vendus en supermarché.
l L’enseigne américaine se recentre de son côté sur ses réseaux de magasins.
AGROALIMENTAIRE
Le numéro trois
mondial des arômes
et parfums, IFF,
débourse 7,1 milliards de dollars
pour racheter la
pépite israélienne
Frutarom.
Nathalie Hamou
— A Tel-Aviv
AGROALIMENTAIRE
Elsa Conesa
@ElsaConesa
— Bureau de New York
George Clooney vantera-t-il bientôt
les mérites des capsules Starbucks ? Le géant suisse Nestlé a
annoncé, lundi, avoir signé un
accord avec l’enseigne américaine
pour commercialiser et développer
sa marque au niveau mondial.
Nestlé, qui va verser à Starbucks
7,15 milliards de dollars immédiatement et paiera ensuite des royalties
au groupe de Seattle, va commencer
par distribuer ses paquets et sachets
de café et de thé qui sont aujourd’hui
vendus dans les supermarchés
américains. Les boissons et pâtisseries vendues dans les cafés de l’enseigne Starbucks ne sont pas concernées par la transaction.
L’éventail de produits entrant
dans l’accord est encore modeste – il
dégage environ 2 milliards de dol-
lars de revenus par an. Mais le
potentiel de développement de la
marque est considérable. Fort de
son savoir-faire marketing et de son
réseau de distribution mondial,
Nestlé compte en effet élargir la
gamme de produits labellisés Starbucks et les distribuer partout dans
le monde – Nestlé est présent dans
190 pays, tandis que les paquets de
café moulu Starbucks sont pour
l’heure principalement vendus aux
Etats-Unis. « C’est clairement une
opération axée sur la croissance », a
martelé Mark Schneider, directeur
général de Nestlé, désormais à la tête
de Nescafé, Nespresso et Starbucks,
« trois marques emblématiques du
monde du café », a-t-il précisé.
Nestlé pourra ainsi proposer des
capsules Starbucks pour ses machines Nespresso, et des cafés solubles
Starbucks. Dans le cadre de
l’accord, environ 500 employés
Starbucks rejoindront les bureaux
de Nestlé. Pour Nestlé, l’accord
arrive à point nommé. Sous la pression de l’activiste Dan Loeb, qui a
forcé son capital l’an dernier, le
groupe suisse passe en revue son
copieux portefeuille de marques
pour se concentrer sur quelques
axes stratégiques que sont le café,
l’eau, la nutrition infantile et les animaux domestiques. Nescafé et Nespresso représentent près de 17 % de
ses revenus mondiaux.
Starbucks ébranlé par
l’affaire de discrimination
L’opération doit aussi permettre à
Nestlé d’accroître sa présence en
Amérique du Nord, où la marque est
historiquement moins bien implantée, en particulier face à son concurrent européen JAB, qui inonde le
marché de ses machines Keurig
(pour lesquelles Starbucks fournit
aussi des capsules). Pour doper sa
présence sur le marché américain,
Nestlé a lancé en 2014 une ligne de
machines préparant des cafés longs,
que les Américains préfèrent. Le
groupe a aussi pris une participation majoritaire dans la chaîne californienne Blue Bottle Coffee l’an
dernier. Comme son rival JAB,
Nestlé fait le pari que le café supplantera à terme les sodas, dont un
nombre croissant d’Américains se
détournent. L’accord va permettre à
Starbucks de se concentrer sur la
gestion de ses chaînes de magasins,
dont les ventes ont ralenti aux EtatsUnis. L’enseigne, ébranlée récemment par une affaire de discrimination contre des clients afroaméricains, souffre de la baisse de
fréquentation des centres commerciaux, et fait face à la concurrence de
chaînes plus pointues.
Le groupe a lancé une chaîne de
cafés haut de gamme baptisée
« Roastery ». Il cherche aussi à se
développer sur le marché chinois,
qui doit, à terme, dépasser le marché américain dans ses prévisions.
« Nos magasins aux Etats-Unis et en
Chine sont nos deux moteurs », a
résumé le directeur général, Kevin
Johnson, lundi.
(
Lire « Crible »
Page 36
La stratégie du cheval de Troie du géant suisse
C
’est à un de ses points faibles
historiques que Nestlé a
décidé de s’attaquer. En
s’offrant les produits de Starbucks
vendus en magasin pour 7,1 milliards de dollars, le numéro un de
l’agroalimentaire espère avoir
trouvé le moyen de faire une pierre
deux coups. Forcer un marché
américain, qui lui a toujours résisté,
et contrer un rival de plus en plus
menaçant, le holding JAB. De fait, si
Nescafé et Nespresso assurent à eux
ANALYSE
Par Emmanuel Grasland
seuls près de 23% des ventes de café
en magasins dans le monde, les
deux pôles café du géant suisse restent des acteurs de second rang au
pays de George Clooney. Nespresso,
la cash-machine de l’empire, n’a
jamais enregistré qu’un succès très
limité chez l’oncle Sam.
Les expressos sont boudés par les
Américains et le café soluble, cher à
Nescafé, est en perte de vitesse, avec
à peine 8% des ventes en magasin
selon l’institut Statista. Le secteur
reste dominé par des acteurs
locaux, les Starbucks, Folgers,
Maxwell House (Kraft Heinz) et
autres Dunkin’ Donuts, alors même
que ce marché est le premier de la
planète avec 13,8 milliards de dollars de revenus selon Euromonitor.
De quoi inquiéter Mark Schnei-
Notre coup de coeur
CHÂTEAU HAUT GACHIN
CUVÉE EXCELLENCE MÉDOC 2010
Médoc - Bordeaux
...
30
vins
sélectionnés
Saint-Emilion Grand Cru
Côtes du Rhône
Graves
Rioja
...
=
84,00 €
soit 7,00€ la bouteille
der. Pour le patron du groupe aux
164 usines, il est indispensable
d’atteindre une taille critique en
Amérique du Nord alors que le paysage concurrentiel a changé avec
l’émergence de JAB. Détenu par l’une
des plus riches familles de la planète,
les Reinmann, dont l’ancêtre avait
découvert la nicotine en 1823, le
groupe privé s’est bâti un empire
dans le café en investissant plus de
30 milliards de dollars en l’espace de
six ans. JAB a acquis le néerlandais
DE Master Blenders 1750 et l’a
fusionné avec les activités café de
Mondelez. Il s’est emparé des chaînes Peet’s et Caribou, du fabricant
américain de machines Keurig
Green Mountain, puis dernièrement
de Dr Pepper, afin de distribuer ses
cafés froids via son réseau.
Aujourd’hui, près d’un tiers des
ménages américains possèdent une
machine à capsules selon l’association du secteur mais à ce jeu, c’est
Keurig qui domine et pas Nespresso.
Nestlé espère changer cela. Avec
cette transaction, le groupe de
323.000 salariés met la main sur
une marque forte, capable de contrer JAB dans les capsules, alors que
Keurig travaille déjà avec Dunkin’
Donuts, McDonald’s ou... Starbucks.
Les produits de Starbucks pour
supermarchés vont aussi compenser sa faiblesse dans le café moulu
aux Etats-Unis. Surtout, Nestlé
prend un virage en imitant la stratégie multimarques de JAB, après
avoir longtemps misé quasi exclusivement sur le duo Nescafé-Nespresso. Un principe déjà mis à mal
l’an dernier avec le rachat de la
chaîne Blue Bottle Coffee puis de la
petite marque de café froid Chameleon. Un premier tour de piste, avant
de passer aux choses sérieuses. n
Les enchères montent sur le
segment des arômes naturels.
De plus en plus prisés par le
consommateur, ces produits
permettent d’éviter d’utiliser
des produits artificiels, tant
dans le domaine de l’alimentaire que dans celui des cosmétiques. De quoi susciter des
convoitises. Dernier exemple
en date : le rachat par International Flavors and Fragrances
(IFF) du spécialiste israélien des
L’o p é r a t i o n a c c é l è r e l a
consolidation d’un marché en
proie à une véritable frénésie
d’acquisitions. Il y a quelques
semaines, Givaudan a déboursé
près de 1,6 milliard de dollars
pour s’offrir le spécialiste français des extraits aromatiques
d’origine végétale Naturex
(Vaucluse). Un montant évalué
à 22 fois le bénéfice de la société.
Fondée en 1933 et cotée à
Londres et Tel Aviv, la société
Frutarom faisait partie des
cibles naturelles. Basée à Haïfa
et valorisée à près de 6 milliards
de dollars en Bourse, la firme
s’est hissée au sixième rang
mondial, en devenant un fournisseur important des industries pharmaceutique, cosmétique et alimentaire.
Fort de 5.400 personnes, Frutarom (1,4 milliard de dollars de
revenus en 2017) a lui-même
racheté pas moins de 39 entreprises au cours des cinq dernières années. Il y a un an, la société
avait déboursé 20 millions
Frutarom est valorisée à près de 6 milliards de dollars.
Photo Frutarom
arômes alimentaires naturels
Frutarom pour 7,1 milliards de
dollars (5,95 milliards d’euros).
En déboursant cette somme
record, IFF réalise la plus
importante acquisition dans les
arômes alimentaires.
Pour rattraper ses concurrents suisses Givaudan et Firmenich, qui caracolent en tête
du marché des arômes et des
parfums, le groupe américain
– numéro trois du secteur avec
3,4 milliards de dollars de ventes en 2017 – a dû frapper un
grand coup. Grâce à Frutarom,
IFF espère créer un leader dans
« le goût naturel, l’odeur et la
nutrition ». Implantée dans
plus de 35 pays où elle possède
70 laboratoires, la multinationale compte réaliser 145 millions de dollars de synergies de
coûts d’ici à trois ans, grâce à
l’opération.
d’euros pour s’offrir le producteur d’arômes alimentaires de
Grasse René Laurent.
Un pied dans la foodtech
IFF s’est engagé à maintenir les
capacités de production de Frutarom, ainsi que sa R&D, pendant trois ans dans l’Etat
hébreu, estimant que cette
société « dispose d’un portefeuille de produits extrêmement
attractif, comprenant une vaste
expertise dans le domaine des
produits naturels ».
Tout récemment, Frutarom
avait annoncé son intention
d’exploiter pendant trois ans un
nouveau laboratoire, lancé par
les pouvoirs publics israéliens,
dans le domaine de la foodtech.
Un secteur plus large que les
arômes et dans lequel Israël
affiche aussi des ambitions
mondiales. n
en bref
Shell vend ses parts dans Canadian
Natural pour 3,3 milliards de dollars
ÉNERGIE Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a
annoncé ce mardi la vente de l’intégralité de ses parts dans le
producteur de pétrole Canadian Natural. L’opération est valorisée 3,3 milliards de dollars (2,8 milliards d’euros). Les recettes
serviront à « réduire la dette », a précisé Shell qui pense terminer
la vente ce vendredi. Le géant néerlandais possède 8,9 % des
parts de Canadian Natural d’après FactSet.
LafargeHolcim pénalisé par
les mauvaises conditions météo
MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION LafargeHolcim, le premier
cimentier mondial, a annoncé mardi une baisse de 13 % de son
résultat opérationnel au premier trimestre, conséquence de
conditions météorologiques défavorables en Amérique du Nord
et en Europe. Le groupe a cependant confirmé ses prévisions pour
l’année, soit une hausse d’au moins 5 % de l’Ebitda récurrent.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 19
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
La chute du diesel s’accélère
l’essence. Résultat, la différence
entre les deux carburants n’est plus
que de 8 à 10 centimes, contre
25 centimes il y a deux ans. De quoi
rendre les véhicules diesel plus difficiles à rentabiliser – même si,
moins émetteurs de CO2, ils supportent moins de malus alors que la
grille s’est sensiblement alourdie en
AUTOMOBILE
La part des motorisations diesel est passée
en France sous
le seuil des 40 %
depuis deux mois.
Anne Feitz
@afeitz
Le rééquilibrage
de la fiscalité entre
le gazole et l’essence
a sans doute joué
un rôle dans cette
désaffection.
certains constructeurs de le supprimer de leur offre », rappelle Meïssa
Tall, chez Deloitte. Autant d’éléments susceptibles de décourager
les automobilistes, craignant pour
la valeur future de revente de leur
véhicule. En l’occurrence, les particuliers ont été les premiers à se
détourner de ce carburant : ils n’ont
été que 25 % à l’adopter en avril,
selon AAA Data. Mais les flottes
d’entreprise, longtemps épargnées
par la tendance, commencent aussi
à être touchées. D’après l’Observa-
toire du Véhicule d’Entreprise, le
diesel a représenté 81 % des ventes
B to B au premier trimestre, 5 points
de moins que sur les trois premiers
mois de 2017.
Toute l’Europe concernée
Le rééquilibrage de la fiscalité entre
le gazole et l’essence, qui s’est poursuivie le 1er janvier, a sans doute
aussi joué un rôle dans cette désaffection : les taxes sur le gazole ont
augmenté de 7,6 centimes, contre
seulement 3,9 centimes pour
début d’année. La France n’est pas la
seule à être frappée par cette
dégringolade : selon l’ACEA (Association des constructeurs européens), la part du diesel est tombée
à 37,9 % en moyenne au premier trimestre, contre 44,8 % sur l’ensemble de 2017. « Mais, selon nous,
compte tenu de ses avantages, il conservera une part de 30 % », commente Meïssa Tall. Une prévision
qui, au sein des experts du secteur,
figure parmi les plus optimistes.
4
À NOTER
Après Toyota en mars, Nissan
a également décidé de ne plus
proposer de motorisations
diesel en Europe – sans toutefois préciser de calendrier.
Sonatrach donne le coup d’envoi
de son internationalisation
Le plus gros
employeur
d’Afrique
ÉNERGIE
La compagnie
publique algérienne
rachète une raffinerie
à Exxon en Italie.
Sonatrach a publié un chiffre
d’affaires de 33 milliards
de dollars en 2017.
La production pétrolière
a atteint 1,2 million de barils
par jour. Celle de gaz
135 milliards
de mètres cubes.
Le groupe emploie 120.000
personnes, ce qui en fait
le premier employeur privé
d’Afrique.
Le projet s’inscrit
dans une stratégie
de développement
à l’étranger, explique
son PDG aux « Echos ».
Vincent Collen
@VincentCollen
Longtemps cantonné à l’Algérie,
Sonatrach lance une offensive à
l’international. La compagnie
pétrolière et gazière va racheter à
ExxonMobil la raffinerie
d’Augusta, en Sicile, ainsi que trois
terminaux pétroliers en Italie. La
transaction doit être annoncée ce
mercredi à Rome. « Cette acquisition est notre premier grand projet
d’envergure internationale », se félicite Abdelmoumen Ould Kaddour,
le PDG de Sonatrach, dans un entretien aux « Echos ».
Le premier objectif est d’améliorer l’approvisionnement de l’Algérie en carburants, dont la demande
progresse rapidement car le marché automobile est en plein boom.
« Nous sommes un pays producteur
de pétrole mais nous devons importer jusqu’à 2 milliards de dollars par
an de produits raffinés, pointe le
dirigeant. Il faut mettre fin à ce paradoxe. » La raffinerie d’Augusta assurera un débouché pour le brut algérien tout en améliorant le
ravitaillement de l’Algérie en carburants. « Cela nous donnera plus
d’autonomie et coûtera moins cher
car nous contrôlerons toute la
chaîne », assure Abdelmoumen
Ould Kaddour.
En Algérie, Sonatrach est au
beau milieu d’un programme de
réhabilitation et d’extension de ses
raffineries, et de nouvelles capacités sont prévues. « Mais cela prendra de quatre à cinq ans au bas mot.
Avec Augusta, nous avons accès
Nommé en mars 2017 par le gouvernement algérien,
Abdelmoumen Ould Kaddour est le dixième PDG de Sonatrach
en quinze ans. Photo Ryas Kramdi/AFP
immédiatement à des capacités supplémentaires », justifie le PDG.
L’acquisition des actifs italiens est
en partie opportuniste : les majors
européennes et américaines réduisent leur exposition au raffinage
Le groupe est sur le
point de signer avec
Total pour une usine
pétrochimique à
Arzew, près d’Oran.
sur le Vieux Continent, qui souffre
encore de surcapacités malgré des
restructurations massives. « Les
prix sont intéressants et Sonatrach
en profite », décrypte Francis Perrin, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et
stratégiques. Sonatrach s’est
engagé à préserver les emplois des
600 salariés d’Augusta. Les actifs
d’Exxon en Italie « s’inscrivent dans
une stratégie d’internationalisation
de long terme », ajoute Abdelmoumen Ould Kaddour. Sonatrach va
également muscler « très rapidement » son activité de trading
d’hydrocarbures – le groupe est à la
recherche d’un partenaire pour former une coentreprise.
Parallèlement, Sonatrach s’ouvre
aux investissements internationaux en Algérie. Le groupe est sur le
point de signer avec Total pour une
usine pétrochimique à Arzew, près
d’Oran. « Ce sera la première unité de
production de propylène et de polypropylène d’Algérie, souligne le
PDG. L’essentiel sera exporté vers
l’Europe. » Ce nouveau partenariat
est possible maintenant que les
deux compagnies ont soldé leur différend (en 2016, Total avait lancé
une procédure contentieuse contre
le groupe algérien). Dans l’exploration-production, l’internationalisation est balbutiante, mais Sonatrach a signé des accords avec
l’italien Eni, avec l’Irak… Le groupe
avance surtout ses pions en Afrique
(Niger, Mali, Libye…). Cette volonté
d’internationalisation est-elle inscrite dans le long terme ? On peut
en douter car le management de
Sonatrach est notoirement instable, le gouvernement algérien
n’hésitant pas à limoger les dirigeants du jour au lendemain pour
des raisons obscures. Abdelmoumen Ould Kaddour, un proche du
président Bouteflika, aux commandes depuis 2017, est le dixième PDG
en quinze ans !
La priorité est au business
Le groupe a été miné par les scandales et la stratégie industrielle a fait
les frais de l’agenda politique. « Les
hydrocarbures représentant 95 %
des exportations du pays, Sonatrach
constitue un enjeu ultra-stratégique
qui est la cible d’énormes pressions
du pouvoir politique », explique
Francis Perrin. « La page est définitivement tournée. La priorité est au
business », assure Abdelmoumen
Ould Kaddour. Il en veut pour
preuve cette première percée à
l’international, qui signe, selon lui,
que le gouvernement n’oblige plus
le groupe à investir exclusivement
en Algérie. Peut-on partager son
optimisme ? « Sonatrach a besoin de
calme et de stabilité. Mais les enjeux
politiques du pays sont tellement
complexes qu’il est impossible de
savoir si ce sera le cas », conclut
Francis Perrin. n
Ian Hanning/RÉA
Un nouveau cap est franchi. Depuis
deux mois, la part des moteurs Diesel dans les ventes de voitures particulières neuves est tombée sous la
barre des 40 % : 39,83 % en mars et
39,97 % en avril, portant la
moyenne à 40 % sur les quatre premiers mois de 2018, selon les données compilées par AAA Data pour
le CCFA (Comité des constructeurs
français d’automobiles).
Une chute impressionnante,
marquant une nette accélération
depuis le début de l’année : la proportion était encore de 45 % en
décembre et de 47,3 % sur l’ensemble de l’année 2017, bien loin des
73 % observés en 2012. Pour le
moment, faute d’une véritable alternative électrique ou hybride, c’est
l’essence qui profite de ce désamour, avec une part de 53,4 % des
ventes au premier trimestre (47,3 %
sur la même période de 2017). « Le
mouvement a été enclenché il y a plusieurs années et s’est accéléré avec le
scandale du “dieselgate”, les décisions
de certaines municipalités de le bannir dans un avenir proche ou celles de
Les slips Eminence
vendus à un
industriel israélien
Eminence emploie 900 salariés, dont 60 % en France.
TEXTILE
Le leader français
des sous-vêtements
masculins devrait
être repris par
l’industriel israélien, Delta Galil
Industries, coté à la
Bourse de Tel-Aviv.
Dominique Chapuis
dchapuis@lesechos.fr
Les slips Eminence changent de
propriétaire. Le groupe israélien Delta Galil a décidé de
reprendre le leader français et
italien des sous-vêtements masculins après plus d’un an de discussions avec des acquéreurs
potentiels. Le groupe Eminence, connu aussi pour sa marque Athéna, était contrôlé
depuis sept ans par le fonds LBO
France (IKKS, The Kooples…)
qui a décidé de le céder à un
industriel. L’opération, selon un
journal israélien, s’élèverait à
125 millions d’euros. Coté à la
Bourse de Tel-Aviv, Delta Galil
Industries est du métier. Fondé
il y a quarante ans, il fabrique et
vend des sous-vêtements sous
ses propres marques, mais
aussi pour des distributeurs
(femmes, hommes et enfants),
avec pour clients, Walmart,
Tesco ou Marks & Spencer.
L’industriel fabrique aussi des
chaussettes, et intervient dans le
textile pour le sport et les loisirs,
avec des licences pour Nike,
Puma ou Lacoste. Il pèse dix fois
plus lourd qu’Eminence, avec
un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros en 2017 (+16 %)
pour un bénéfice net annuel de
4 1 m i l l i o n s d ’e u r o s . B i e n
implanté aux Etats-Unis, Delta
Galil (10.000 salariés) souhaite
avec cette acquisition accélérer
sur le Vieux Continent, où il est
présent en Europe du Nord,
avec la marque de sous-vêtements Schiesser , qu’il a rache-
tée en 2012. Eminence va lui
ouvrir les portes des marchés
français et italien. « C’est une
transaction qui reflète nos efforts
stratégiques pour développer les
ventes de produits sous marques
et introduire Delta de manière
significative en France et Italie, où
nos activités à ce jour étaient limitées », a indiqué Isaac Dabah,
son directeur général, et principal actionnaire. Pour Eminence, dont les ventes nettes se
sont établies à 99 millions
d’euros en 2017, intégrer Delta
Dalil va lui fournir de nouvelles
armes face à son concurrent
Dim, propriété du géant mondial HanesBrands (6 milliards
de dollars de vente). Avec plus de
moyens en termes de R&D et
l’accès à de nouveaux marchés,
alors que la France reste son
premier débouché (79 %), avec
l’Italie et la marque Liabel.
La France,
premier marché
Le leader français emploie
900 salariés (dont 60 % en
France, avec deux usines à
Aimargues et Sauve (Gard), une
en Roumanie, et une autre en
Italie. Ces dernières années, le
made in France, avec les commandes de la start-up Le Slip
Français, mais aussi de distributeurs comme Celio, Monoprix
ou Carrefour, ont permis à Eminence de contrer un marché en
déflation. Reste à savoir comment va évoluer cette partie
sous-traitance. Eminence a
aussi des marchés publics. La
société équipe la Police nationale et l’armée, avec, pour cette
dernière, la fabrication de chemises tactiques à porter sous les
gilets pare-balles. Le groupe tricolore participe également à un
projet, soutenu par le gouvernement, pour la mise au point d’un
vêtement du futur. Des commandes qui, avec ce nouvel
actionnaire, seront étudiées à la
loupe par Bercy, avant la cession
définitive, prévue pour le troisième trimestre 2018. n
AVIS FINANCIERS
Les actionnaires
d’Antalis
sont invités à
l’Assemblée Générale Mixte
Mercredi 23 mai 2018 à 10h30
Centre de Conférences
Capital 8
32, rue de Monceau
75008 Paris
Pour plus d’informations :
www.antalis.com
Antalis
8, rue de Seine
92100 Boulogne-Billancourt
Tél. 01 58 04 21 90
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
20 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
La Chine, vaste terrain
de jeu des acteurs
culturels français
l Le pays aux 5.000 musées et 3.000 salles de spectacle
manque de contenus.
l Un gigantesque marché pour l’industrie de la culture.
MARCHÉ DE L’ART
Martine Robert
@martiRD
— En Chine
Le Centre Pompidou s’installe sur le
Bund à Shanghai, l’architecte Jean
Nouvel conçoit trois musées en
Chine, l’Association des biens français du patrimoine mondial forme
des gestionnaires de sites classés
dans l’empire du Milieu… Les « Frenchies » de la culture sont très appréciés en Chine et cela n’a pas échappé
à l’ambassade de France, qui y organise le plus gros festival étranger,
Croisements, inauguré fin avril au
Power Station of Art de Shanghai
par la Fondation Cartier.
« Chaque année nous y soutenons
près de 600 événements et y coordonnons trois festivals dans une trentaine de villes. Les Chinois ont construit beaucoup de “contenants” :
musées, salles de concert, opéras… et
n’ont pas toujours les “contenus”. Les
opportunités sont multiples »,
observe Robert Lacombe, conseiller de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France à
Pékin. Ce vaste pays peuplé de
1,4 milliard d’individus, où la classe
moyenne s’accroît de 20 millions de
personnes chaque année, s’est doté
de 3.000 salles de sp ectacle,
5.000 musées et 50.000 écrans de
cinéma où 15 millions de Chinois ont
pu voir un film français en 2017.
Alors l’Hexagone ne lésine pas sur
les moyens, avec 200 personnes
affectées à la diplomatie d’influence
dans la culture, l’éducation, les
médias, la coopération linguistique
ou environnementale, et un budget
de 23 millions d’euros.
731 millions d’internautes
Mais pour tout euro investi par la
France, les Chinois en mettent trois
et demi : le fruit d’un long travail.
Ainsi le Mois de la francophonie
existe depuis vingt-trois ans, avec
cette année, entre autres invitées, les
écrivaines Leïla Slimani et Marie
Darrieussecq ; on y organise même
la fameuse « Dictée de Pivot ». Le
Festival Croisements, qui en est à sa
13e édition, a attiré plus de 19 millions de spectateurs depuis son lancement. Le mandarin est la première langue de cession pour les
éditeurs français depuis 2013, avec
plus de 2.000 contrats par an, dont
les deux tiers dans le secteur jeunesse. Si l’ambassade investit 1,2 million d’euros pour Croisements, l’événement déploie en réalité un budget
de 10 millions avec ses partenaires
publics et privés. Pour l’exposition
« Un rêve français » de l’Ecole des
beaux-arts de Paris et du Centre
national des arts plastiques, le
Musée national de Chine à Pékin a
apporté 800.000 euros.
L’engouement pour l’expertise
française dépasse Pékin. Les Rencontres photographiques d’Arles
sont déclinées depuis trois ans à Xiamen, ville côtière, tandis qu’à Lianzhou François Cheval, l’ancien directeur du musée Nicéphore-Niépce de
Chalon-sur-Saône dirige le premier
L’inauguration du festival Croisements au PSA de Shanghai, organisé par la Fondation Cartier. Photo DR
musée public consacré à la photo.
Idem dans le spectacle vivant pour
lequel un accord a été signé en 2016
entre l’Association des scènes nationales et China Arts and Entertainment Group : la directrice du théâtre
de La Criée, Macha Makeïeff, a
récemment présenté « Trissotin ou
les Femmes savantes » à Canton,
Shanghai, Pékin et Tianjin. Quant à
la 15 e édition du Panorama du
cinéma français, elle tourne sur les
écrans des grandes villes du pays.
« Tout évolue très vite. L’an dernier à
Cannes les distributeurs chinois ont
tout acheté, à raison de 100.000 à
150.000 euros par film. Ils les diffusent
dans les avions, sur les plates-formes,
peu en salle pour l’instant », remarque Robert Lacombe.
Dans ce pays aux 731 millions
d’internautes, la musique en ligne
monte aussi en puissance ; avec
200 millions d’utilisateurs mensuels
sur sa plate-forme QQMusic, le
géant du numérique Tencent concentre les trois quarts du marché. La
French electro est particulièrement
présente sur les plates-formes et sur
scène. Mais aujourd’hui le gouvernement incite les institutions culturelles à un recentrage sur les artistes
nationaux. « Avant, les Chinois
n’avaient pas l’expertise, mais ils ont
appris vite et se referment », constate
Thomas de Wever, directeur de
l’agence audiovisuelle Jitu.
« Depuis un an est promu un art
officiel aux antipodes de l’ouverture
internationale souhaitée par le public,
les musées, les scènes. Heureusement,
des stratégies d’évitement sophistiquées sont mises en place », renchérit
un observateur. A l’ambassade, on
reste déterminé à poursuivre la valorisation des marques françaises :
après le Centre Pompidou ou les
Rencontres d’Arles, les festivals
d’Avignon et d’Aix, la Folle Journée
de Nantes, les Chorégies d’Orange,
sont sur les rangs… n
Musiques : en Chine, le spectacle vivant tricolore fait recette
Le Bureau Export, qui a pour mission de promouvoir la filière musicale française à l’étranger, avance
ses pions prudemment en Chine.
« Notre action se construit pas à pas
car les droits d’auteur remontent de
manière erratique et le streaming est
préempté par Tencent, maison mère
chinoise des plates-formes KuGou et
KuWo, qui comptent des centaines de
millions d’utilisateurs. Pour autant,
dans le spectacle vivant, tant en classique que dans les musiques actuelles
ou le jazz, des brèches sont possibles », observe son directeur, Marc
Thonon.
« Nous apportons plutôt une aide
financière ou à la mise en relation,
pour des tournées d’artistes », confirme Benjamin Demelemester,
chargé de projet. Cela a été le cas de
Colours in the Street (pop), Evil Needle (électro), Juan Carmona (flamenco), Imarhan (blues-rock
world), High Tone (électro). Cette
année, la scène française électro a
attiré l’attention de Mao Live, qui a
chargé Saycet, Almeeva et Kid Francescoli d’animer les « dance floors »
chinois. « La France est reconnue
comme l’une des références mondiales de l’électro. Nous cherchons
d’ailleurs à monter un festival électro
en plein air et nous souhaitons également promouvoir la musique chinoise en Europe », note Dalong Li,
directeur de Mao Live, qui dispose
d’un réseau d’une dizaine de salles,
de 500 à 1.000 places.
Des lieux intimistes
Des musiques du monde au jazz,
huit groupes français sont
accueillis en Chine dans le cadre des
Modalités de mise à disposition ou de
consultation des documents préparatoires
à l’Assemblée Générale Mixte
Les actionnaires de la société NEXITY sont informés qu’ils sont convoqués
en Assemblée Générale Mixte (assemblée extraordinaire et ordinaire), le jeudi
31 mai 2018 à 10 heures au Pavillon Gabriel, 5 avenue Gabriel 75008 Paris.
L’avis préalable de réunion comportant l’ordre du jour et les projets des résolutions
ont été publiés au Bulletin des Annonces Légales et Obligatoires (BALO) du 6 avril
2018 (Bulletin n° 42) ainsi qu’un avis rectificatif publié le 9 mai 2018 (Bulletin n°56).
L’avis de convocation est également publié au BALO du 9 mai 2018 (Bulletin n°56).
Ces avis sont tous publiés sur le site Internet de la Société (http://www.nexity.fr)
rubrique Le Groupe Nexity/Finance/Actionnaires/Assemblée Générale. Ils contiennent
l’ordre du jour de cette Assemblée, les projets de résolutions proposées par le Conseil
d’administration et les principales modalités de participation, de vote et d’exercice
des droits des actionnaires.
Les documents relatifs à cette Assemblée ainsi que les formulaires de vote par
correspondance ou par procuration sont tenus à disposition des actionnaires dans les
conditions prévues par la législation en vigueur.
Pour favoriser la participation à cette Assemblée Générale, les actionnaires ont
également la possibilité de transmettre leurs instructions de vote, désigner ou
révoquer un mandataire, par Internet, préalablement à l’Assemblée Générale sur le
site VOTACCESS, selon les conditions décrites dans l’avis paru au BALO des 6 avril
2018 et 9 mai 2018.
Les documents et renseignements prévus notamment par l’article R 225-83 du Code de
commerce, seront mis à disposition des actionnaires au siège social de la Société dans
les délais et conditions prévus à l’article R 225-89 du Code de commerce.
Tout actionnaire pourra se procurer, dans les délais et conditions prévus aux articles
R 225-88 du Code de commerce, les documents visés aux articles R 225-81 et
R 225-83 du Code de commerce par simple demande écrite adressée :
– au siège social, 19, rue de Vienne – TSA 50029 – 75801 PARIS Cedex 08 auprès de
la Direction Juridique
Ou
– à CACEIS Corporate Trust – Service Assemblées – 14 rue Rouget de Lisle, 92862 Issy
les Moulineaux Cedex 09; téléphone : 01.57.78.34.44
Accompagner toutes les vies
immobilières, c’est l’ambition
de Nexity.
Que vous soyez un particulier, une
entreprise ou une collectivité locale,
nous savons combien les projets
immobiliers jouent un rôle primordial
dans vos vies.
Pour vous aider à définir et à
concrétiser vos projets, nos métiers
rassemblent la gamme d’expertises
la plus complète du marché et
tous les services et solutions
associés : conception, promotion,
aménagement, transaction,
investissement, gestion.
Et si nous sommes différents,
c’est parce que nous sommes toujours
soucieux de vous accompagner,
d’être à votre écoute, de vous apporter
des réponses claires, concrètes et
personnalisées. À chaque étape de
nos relations.
Premier acteur de référence de notre
secteur, engagé envers tous nos
clients mais aussi vis-à-vis de notre
environnement et de toute la société,
nous voulons pour tous une belle vie
immobilière.
Lesinformationsviséesàl’articleR.225-73-1duCodedecommerceserontpubliéessurlesiteInternetdelaSociété(www.nexity.fr),
rubrique Le Groupe Nexity/Finance/Actionnaires/Assemblée Générale, dans les délais et conditions prévus par cet article.
Nexity - Société anonyme au capital de 280 648 620 euros
Siège Social : 19, rue de Vienne – TSA 50029 – 75801 PARIS Cedex 08 – 444 346 795 RCS Paris
French Music Rendez-Vous, un
programme mensuel soutenu par
l’ambassade de France. Des lieux
intimistes comme DDC (Dusk
Dawn Club) s’y prêtent bien. « Nous
programmons pour moitié des groupes chinois et pour moitié des étrangers. A Pékin et Shanghai, il y a un
public curieux pour la musique indépendante, ce n’est pas vrai partout.
Mais notre propre scène évolue car
beaucoup d’artistes étudient à l’étranger et reviennent », observe Zhang
Jincan, son directeur. Même constat
pour Ye Zuo, qui a ouvert il y a un an
et demi Omni Space, une salle de
800 places, au sein du Performing
Arts Center de Pékin. Le classique
n’est pas en reste, de l’orchestre Les
Siècles à l’ensemble de chambre
Orfeo 55 en passant par le pianiste
Jean-François Zygel, tous en tournée, dans une Chine bien équipée.
Dans la Cité interdite, le Forbidden
City Concert Hall de 1.400 places a
récemment reçu l’Orchestre national du film de Chine, dirigé par un
chef français autour de Ravel,
Debussy et César Franck. Dans le
giron du conglomérat chinois Poly,
cette scène ne reçoit aucune subvention. « Nous organisons 260 concerts
par an, mais aussi un festival l’été.
Pour nous, l’image de la France est
très associée à la culture et votre
ambassade est beaucoup plus active
que les autres pays dans ce domaine.
Elle a compris que les parents chinois
font de la musique une priorité »,
explique sa directrice, Zhu Jing.
Et la Fête de la musique exportée,
ici aussi, organisera en juin plus de
200 concerts dans le pays pour faire
connaître la diversité de la scène
hexagonale. — M. R.
À NOTER
Les comédies musicales sont
aussi très appréciées. « Mozart,
l’opéra rock » a été joué 24 fois
en 2017 par la troupe française.
Musées, galeries et foires prolifèrent
Une jeune génération de
collectionneurs se montre
très active, de même que les
galeristes internationaux.
Le Dashanzi 798 Art District de
Pékin n’a rien à envier à ces friches
transformées en districts d’art contemporain en Occident, avec ses
120 galeries et ses ateliers. Ces
anciennes usines de composants
électroniques des années 1950 sont
prisées des jeunes et des familles le
week-end. « En quelques années, le
798 s’est développé et les prix des
loyers sont devenus exorbitants :
2 0.0 0 0 e u r o s p a r m o i s p o u r
150 mètres carrés ! » souligne Thomas de Wever, directeur général de
l’agence audiovisuelle Jitu.
Un expert tricolore, Jérôme Sans,
ex-cofondateur du Palais de Tokyo, a
longtemps été à la tête de l’Ullens
Center for Contemporary Art, l’un
des lieux phares du 798. Ce centre
d’art privé ouvert en 2007 reçoit
1 million de visiteurs par an et
accueille en ce moment l’exposition
« Art is you ! 1968 in France ». « L’art
contemporain intéresse la nouvelle
génération », souligne Christina Xiao
You, chargée du développement.
Si toutes ces œuvres sont soumises à la censure éventuelle du gouvernement, on peut pourtant découvrir le travail provocateur et presque
pornographique de l’Américain
Paul McCarthy au M Woods, un
autre musée privé ouvert par des
développé avec l’ouverture de la Chine
et l’exposition universelle de 2010
avant de se refermer avec la crise.
Maintenant, les 30-40 ans prennent
la relève », poursuit-il.
La province aussi
DR
Les Chinois consomment de
plus en plus de concerts et
festivals. La France exporte
bien sa scène électro, mais
aussi ses artistes de jazz et
ses musiciens classiques.
Exposition Boltanski au Power
Station of Art (PSA) de Shanghai.
membres de l’aristocratie rouge,
donc… intouchables. A proximité, la
galerie européenne Continua a été
l’une des premières à s’installer.
« Nous présentons surtout des artistes étrangers tels Buren, Kapoor,
Höller, Pistoletto, pour amener les
Chinois à se tourner vers l’art international. Et notre artiste Kader Attia,
comme d’autres lauréats du prix
Marcel Duchamp, sera prochainement exposé au musée de l’université
de Tsinghua », se félicite Pierre Martinez, directeur adjoint. « Il y a eu une
première vague de collectionneurs
dans les années 2000 et le marché s’est
Ainsi, Adrian Cheng injecte de l’art
contemporain dans ses centres
commerciaux K11, à Hong Kong,
Shanghai, Guangzhou. Un jeune trio
de riches Chinois de Shanghai, a, lui,
séduit des marchands tels que Gagosian, Zwirner, Continua, avec leur
foire Art21. Cette effervescence n’a
pas échappé à Emmanuel Perrotin,
qui ouvre une galerie à Shanghai,
tandis que la Fondation Prada y a
investi un palais centenaire, dans le
sillage du chinois Fosun, qui avait
inauguré son espace culturel en
2016.
Alors, certes, « les galeries, les foires, sont surtout là où il y a un marché,
et beaucoup de villes en sont encore
dépourvues », précise Christina Xiao
You, mais « il y a une accélération
indéniable, avec la multiplication
d’ateliers d’artistes dans les banlieues,
et de musées associés à des opérations
immobilières », souligne Aloyse de la
Faye, adjointe à l’attachée artistique
de l’ambassade de France. Et ces
musées de province, aux budgets
modestes, raffolent de partenariats
avec leurs homologues hexagonaux
tel le Zhejiang Art Museum, qui
expose des œuvres du musée Ingres
de Montauban. — M. R.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 21
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
Le plan de bataille de Camaïeu
pour relancer sa croissance
l La chaîne de mode féminine a doublé le montant de ses investissements annuels.
l Rénovation des magasins et stratégie omnicanale sont au programme.
d’écrans digitaux. Autre chantier, la
rénovation du parc de magasins.
Près de 200 boutiques ont déjà
adopté un nouveau concept, avec
des vitrines plus larges et plus de
luminosité. « A chaque fois, cela se
traduit par une hausse de 10 % du trafic, se réjouit Elisabeth Cunin. C’est
aussi l’occasion de réorganiser les
stocks, afin d’éviter l’effet de profusion dans les magasins. » Grâce à un
recours au Big Data, l’enseigne va
aussi pouvoir analyser ses ventes,
site par site « et éviter les ruptures ».
HABILLEMENT
Dominique Chapuis
dchapuis@lesechos.fr
Camaïeu a mis un tigre dans son
moteur. Après avoir restructuré sa
dette en 2016, l’enseigne de mode a
doublé son budget d’investissement
pour le porter à 30 millions d’euros.
De quoi lancer un nouveau plan de
développement. « L’accord avec nos
créanciers nous a redonné des capacités de financement et une nouvelle
vision d’avenir pour les équipes »,
explique Elisabeth Cunin, la présidente du directoire.
Etranglée par une dette de 1 milliard d’euros, Camaïeu ne disposait
plus des moyens suffisants pour
mettre en œuvre de nouveaux chantiers. Après une négociation avec ses
créanciers, la société de Roubaix a
réduit de moitié sa dette, convertie
en capital en 2016. L’un de ses actionnaires, le fonds Ardian en a ensuite
profité pour céder sa participation,
le capital se répartissant désormais
entre Cinven et Polygon, à plus de
51 %, face à Centerbridge et Boussard & Gavaudan.
Ecrans digitaux
Aujourd’hui, l’enseigne, qui a toujours été rentable, repart de l’avant.
La première chaîne française
d’habillement féminin (11 % de part
de marché devant H&M et Zara,
selon Kantar) a réalisé un chiffre
d’affaires de près de 1 milliard en 2017,
stable, avec un Ebitda à deux chiffres
en pourcentage. « Sur un an, à fin
mars, nous avons enregistré une croissance supérieure de trois points à celle
Linge de nuit
Près de 200 boutiques ont déjà adopté un nouveau concept,
avec des vitrines plus larges et plus de luminosité. Photo Camaïeu
du marché », assure la présidente.
Quel est le plan de bataille de
l’enseigne ? La priorité est tout
d’abord de renforcer la stratégie
omnicanale, entre le Web et les
magasins. La part des ventes via
Internet ne dépasse pas 5 %, mais
celles-ci ont enregistré « une hausse
de 40 %, au quatrième trimestre »,
note Elisabeth Cunin. L’idée est
d’atteindre 15 % d’ici quatre à cinq
ans. « Nous voulons profiter de la
proximité avec nos clientes grâce à la
puissance de notre réseau de 650
magasins en France. L’objectif est
d’être les meilleurs dans la livraison
au dernier kilomètre, car les clientes
résident en moyenne à un quart
d’heure de nos boutiques. » Des tests
sont en cours dans le Nord, où
l’enseigne a un entrepôt, avec des
magasins qui ont été équipés
Connu pour ses pièces basiques et
colorées, pour un prix moyen de
15 euros, Camaïeu se lance un nouveau défi, avec l’arrivée mi-mai
d’une collection de lingerie dans
50 magasins et sur le Web. « Nous
avions déjà fait une incursion dans le
linge de nuit il y a quelques années.
Cela avait été un grand succès, mais
nous l’avons laissé en stand-by »,
révèle Elisabeth Cunin.
Quant au développement
international (20 %), « cela reste
un axe pour demain ». La chaîne a
fermé une centaine de magasins
depuis quatre ans, en sortant des
marchés russe et espagnol. Elle y
compte encore 250 boutiques,
surtout en Europe, et vient
d’ouvrir en Nouvelle-Calédonie et
en Guyane. Camaïeu doit faire ses
preuves sur un marché qui s’est
stabilisé l’an dernier après dix
ans de crise. Car les nouvelles
échéances pour la dette vont tomber fin 2019. « Il n’y aura pas de
c o u p e re t , r a s s u r e E l i s a b e t h
Cunin. Tous les actionnaires ont
validé notre plan. » n
marketing
Le festival gastronomique
Taste of Paris
installe sa marque
RESTAURATION
L’événement, qui permettra
de déguster la cuisine
de chefs emblématiques
du 17 au 20 mai, veut cultiver
sa présence toute l’année
autour de dîners inédits.
Clotilde Briard
@ClotildeBriard
Les Salons et autres événements ont plus que jamais
besoin d’entretenir le lien avec
leurs publics en dehors du
moment où ils battent leur
plein. Le festival gastronomique Taste of Paris s’est ainsi mis
en ordre de bataille. Organisée
du 17 au 20 mai par IMG au
Grand Palais à Paris, sa quatrième édition permettra de
déguster, en petites portions, la
cuisine d’une vingtaine de chefs
emblématiques. Mais dès le
10 avril, la manifestation a
ouvert la saison avec son premier « Taste Tuesday », un
ses », souligne Mathilde
Dewilde, directrice de la communication et programmatrice
de Taste of Paris. Le nombre de
couverts est limité pour garder
un caractère intimiste au
moment et permettre au chef
d’interagir avec les clients. Le
festival relaie aussi les dîners
sur les réseaux sociaux. « Cela
donne une visibilité plus large
aux restaurants », estime
Mathilde Dewilde.
Le principe de ces dîners
mensuels existe déjà à Londres
et Sydney, deux villes parmi la
bonne vingtaine à travers le
monde dans lesquelles Taste
est aujourd’hui implanté. Il est
appelé à se déployer ailleurs.
•
ACCENT MIS
SUR LA PÂTISSERIE
Le public de Taste of Paris, qui
se recrute principalement chez
les 25 à 40 ans, aura aussi pour
cette édition quelques nouveautés à se mettre sous la dent,
outre la possibilité de goûter la
cuisine de chefs, comme la tri-
La Fédération des enseignes
de l’habillement
veut élargir l’ouverture
du dimanche à l’ensemble
des commerces
de la capitale.
L’ouverture du dimanche offre un
premier bilan positif chez Camaïeu.
La chaîne d’habillement féminin a
fait partie des 120 enseignes de
mode qui ont signé un accord avec
les partenaires sociaux en juillet
dernier pour l’ouverture dominicale. Une ouverture réser vée
aux zones touristiques internationales (ZTI), que l’on trouve à Paris,
en Ile-de-France et dans des villes
du Sud. Avec l’objectif pour les commerces physiques de faire face à la
concurrence d’Internet et de s’adapter à l’évolution des comportements d’achat.
Sur les 650 magasins de
Camaïeu, une trentaine sont
ouverts le dimanche sur la base du
volontariat, dont plus des deux tiers
à Paris et en région parisienne.
« Quand les gens travaillent cinq
jours par semaine, cela leur offre une
opportunité de se faire plaisir, indique Elisabeth Cunin, la présidente
du directoire. Il y a beaucoup
d’achats d’impulsion. » Satisfaction
pour le groupe de Roubaix, ce jour
de plus ne se traduit pas par un
report des dépenses, mais par une
vraie croissance des ventes. « Le
dimanche pèse en moyenne de 10 à
15 % du chiffre d’affaires hebdomadaire, ce qui témoigne d’une vraie tendance au shopping ce jour-là »,
reprend la présidente.
Le sujet divise
La Fédération des enseignes de
l’habillement (FEH) avait estimé
lors de l’accord que 850 emplois
seraient maintenus grâce au
dimanche, et 250 créés. « Pour
beaucoup de commerces parisiens
ouverts depuis quelques mois,
le dimanche est devenu le 2e jour le
plus important de la semaine en chif-
30
MAGASINS
sur les 650 magasins
sont ouverts le dimanche
sur la base du volontariat,
dont plus des deux tiers
à Paris et en région parisienne.
fre d’affaires », indique Yohann
Pe t i o t , d i r e c t e u r g é n é r a l d e
l’Alliance du commerce.
Du côté des Galeries Lafayette
(qui ne sont pas concernées par
cet accord de branche), un millier
de postes ont été créés depuis
l’ouverture dominicale, obtenue
fin 2016. Les Galeries Lafayette
estiment le gain à 10 % de chiffre
d’affaires en plus. De son côté, la
Chambre de commerce de Paris a
chiffré à 15.000 emplois le potentiel de création dans la capitale, si
cette possibilité était généralisée.
Mais nombre de syndicats y sont
opposés. Le sujet divise aussi
politiquement. A Paris, la FEH
s’est positionnée pour étendre la
possibilité d’ouvrir le dimanche à
l’ensemble des commerces de la
capitale, comme à Londres.
L’annulation de la création d’une
zone touristique internationale
(ZTI) dans le quartier des Olympiades, en février, suivie fin avril par
celles de Bercy Village et de Porte
Maillot par le tribunal administratif
a jeté le trouble. D’autant que
d’autres quartiers sont candidats,
comme la rue des Martyrs, ou les
boutiques près de la place de la
République. « C’est illisible pour les
riverains et les touristes, et pas équitable pour les commerçants, à cause
des effets de frontières, estime
Yohann Petiot. Il faut mettre tout le
monde à la même enseigne. » C’est
déjà le cas à Bordeaux, avec au final
des commerces ouverts surtout
près de la rue Sainte-Catherine, là
où il y a le plus d’affluence en fin de
semaine. — D. Ch.
ANNE LE GALL & MAXIME SWITEK
AVECCYRIELLEHARIELETISABELLESAPORTA
CIRCUITSCOURTS
13H15-14H
#ÉconomieSolidaire
#InitiativesPositives
#SolutionsAlternatives
#E1CC
À RÉÉCOUTER EN PODCAST SUR EUROPE1.FR
Uma
Le travail du dimanche, un plus pour les enseignes de mode
En organisant des dîners une fois par mois, comme le 8 mai
chez Uma autour de saveurs péruvo-japonaises, Taste of
Paris veut entretenir le lien toute l’année avec ses visiteurs.
dîner orchestré par le médiatique Pierre Sang Boyer dans son
nouvel établissement baptisé
« Pierre Sang Signature ».
Le 8 mai, le jeune chef d’Uma,
Lucas Felzine, a initié un périple dans les saveurs péruvo-japonaises, accompagné par un
spécialiste des sushis et un
expert en saké. Et la liste se
poursuivra en juin avec le chef
de Taillevent.
UNE INITIATIVE
•INTERNATIONALE
« Nous voulons accompagner
tout au long de l’année les gens
qui se rendent au festival. Il s’agit
de leur proposer des expériences
dont ils n’ont pas l’habitude et de
leur faire découvrir des adres-
plement étoilée Anne-Sophie
Pic, qui s’y rendra pour la première fois. Un accent particulier sera mis sur la pâtisserie,
pour répondre à l’engouement
actuel pour tout ce qui touche
au sucré. Parmi les restaurants
éphémères où aller piocher un
plat pour s’imprégner du style
de chaque chef présent figurera
un espace qui accueillera chaque jour un pâtissier différent,
de Christophe Michalak à
Cédric Grolet, qui officie au
Meurice et a récemment créé le
buzz avec l’ouverture d’une
boutique où acheter ses
gâteaux. Une manière d’entretenir l’envie des gourmets les
plus passionnés de venir plusieurs jours de suite. n
Les attentes montent
envers les produits équitables
A la veille de la Quinzaine du commerce équitable, qui
se déroulera du 12 au 27 mai, les acteurs du secteur font
entendre leur voix, alors que les ventes de ce type de produits ont progressé de 10 % en 2017, indique Commerce
Equitable France. Selon un sondage OpinionWay réalisé
pour Max Havelaar, au moment de faire leurs achats, les
Français prennent nettement plus en compte qu’en 2017
l’endroit où un aliment a été produit (75 %, contre 62 % l’an
dernier), les conditions dans lesquelles cela s’est fait (62 %
au lieu de 43 %) mais aussi la rémunération des gens. Une
personne sur deux aimerait avoir plus de produits équitables et une sur trois rêverait même que tous le soient.
La grande distribution n’est pas la seule concernée par
cette attente. Plus de trois personnes sur quatre souhaiteraient que leur boulanger ou leur vendeur de fruits et
légumes leur propose ce type d’offre. Ils attendent aussi
des magasins d’habillement, des cantines et des restaurants qu’ils fassent un effort en la matière.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
22 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
HIGH-TECH
&MEDIAS
Nokia s’offre
une start-up de
l’Internet des objets
DR
en
pixels
La BBC, ITV et Channel 4
sont entrés en discussion
pour la création d’un service
de streaming vidéo britannique
destiné à concurrencer
Netflix et Amazon, qui ont
respectivement 8,2 et 4,3 millions
d’abonnés au Royaume-Uni.
Le projet n’en est qu’à ses débuts
et pourrait inclure d’autres
acteurs comme NBC Universal.
DR
Un Netflix
britannique en projet
Le géant finlandais des télécoms
a racheté SpaceTime, une
start-up californienne de l’Internet des objets « industriel » valorisée 103 millions de dollars en
2016. A l’image de son concurrent
Huawei, Nokia cible les industriels et les entreprises qui ont
d’énormes besoins en termes de
digitalisation et de connectivité.
70
MILLIARDS DE DOLLARS
La valorisation ciblée par le
constructeur de smartphones
Xiaomi à l’occasion de son
introduction en Bourse, bien
loin des 100 milliards évoqués
initialement. Le Chinois
a déposé jeudi son dossier
d’introduction auprès
de la Bourse de Hong Kong.
Malgré un trou d’air sur les audiences,
M6 reste confiant
La chaîne a enregistré
un net déclin
d’audience en avril.
Le groupe compte sur
ses autres chaînes et
mise beaucoup sur le
second semestre.
Marina Alcaraz
@marina_alcaraz
La petite chaîne qui monte connaît
depuis quelque temps un coup
d’arrêt. L’audience de M6 est en repli
ces derniers mois, en particulier en
avril avec 8,8 % de fidèles parmi les 4
ans et plus, selon Médiamétrie. Soit
un recul de 0,4 point par rapport à
mars mais surtout de 0,7 point sur
un an, et le deuxième mois le plus
faible depuis 1992. Même sur sa
cible phare, les femmes responsables des achats, M6 recule à 14,2 % le
mois dernier (contre 15,1 % en mars
et 15 % en avril 2017). « Cela est dû à
des creux en journée, mais surtout en
soirée, notamment les prime time des
samedis et lundis », explique
Philippe Nouchi, expert média chez
Publicis Media.
La chaîne n’a plus franchi le cap
symbolique des 10 % (en données
mensuelles) depuis l’automne 2016.
Et le groupe ne semble pas près de le
reconquérir. « Ce qui compte c’est
que M6 est au-dessus des 10 % sur le
midi-minuit, répond Thomas Valentin, vice-président du groupe chargé
des antennes. Nos prime time résistent bien sur la cible commerciale
depuis la rentrée. » Pour lui, l’objectif
est de « maximiser l’audience groupe
sur des cibles complémentaires ». Par
exemple, jeudi soir, la demi-finale de
l’Europa League a permis à W9
d’inscrire un nouveau record avec
quelque 4,7 millions de téléspectateurs, soit un total de 7 millions de
téléspectateurs pour M6 et W9. Et,
de fait, l’audience du groupe résiste
mieux, alors que ses autres petites
chaînes gratuites (W9, 6ter) se tiennent bien ces derniers mois.
Surtout, M6 compte frapper fort
au second semestre avec le retour de
« L’amour est dans le pré » ou
« Pékin Express ». Les matchs de
qualification des Bleus pour l’Euro
2020 et la Coupe du monde 2022,
partagés avec TF1 à la rentrée, sont
aussi motifs d’espoir, tout comme
plusieurs innovations prévues à partir de septembre (lire ci-dessous).
Plusieurs projets
dans la fiction
Le groupe va mettre également
l’accent sur la fiction française, dans
lequel il était relativement absent
jusqu’à l’année dernière. « On a une
douzaine de projets en développe-
ment ou en tournage et ce chiffre va
augmenter encore en 2019 et 2020 »,
explique le numéro deux de M6.
Parmi eux, « La Faute » avec Valérie
Karsenti et une adaptation du
roman de Michel Bussi « Un avion
sans elle ». Au total, le groupe est en
train de « renforcer ses investissements sur la TNT et sur M6 au second
semestre », résume-t-il. Tout ceci
pour un coût de grille prévu stable
en 2018.
Quoi qu’il en soit, après une
période de grâce où la capitalisation
de M6 avait dépassé celle de TF1, le
marché et les experts attendent
désormais M6 au tournant. « On
était habitué à une surperformance du groupe sur le marché publicitaire globalement depuis l’Euro. Or,
avec des audiences en baisse et la perspective de la Coupe du monde sur TF1,
rien n’est gagné. Le marché sera très
attentif à la rentrée de M6 », note
Alexandre Koller, analyste chez Gilbert Dupont. « Il est encore un peu tôt
pour que le marché publicitaire réagisse à la baisse de l’audience, mais il
ne faudrait pas qu’elle dure, au risque
pour la chaîne de devoir baisser les
prix », prévient Philippe Nouchi.
Trois projets d’émission à venir
BBC
TÉLÉVISION
Une émission sur le goût d’entreprendre
Le groupe va mettre à l’antenne au cours de la saison
prochaine un concept qui existe déjà à l’étranger sous le nom
de « Dragons’ Den » où des entrepreneurs présentent
à des investisseurs des idées de business ou d’innovation,
dans lesquelles ils peuvent prendre (ou pas) une partie
du capital. Dans la lignée d’autres programmes de M6
comme « Patron incognito », ce ne sera pas un jeu
mais « une émission permettant à des entrepreneurs
de concrétiser leurs projets », précise Thomas Valentin.
À NOTER
Des synergies sont possibles
entre M6 et RTL, qu’il a acquis
l’an dernier. Le groupe
réfléchit à diffuser sur la
télévision certaines émissions
filmées des radios.
Mais rien n’est encore acté.
BBC
VOUS AVEZ MOINS DE 35 ANS
ET UN PROJET/PARCOURS
PROMETTEUR ?
Un programme sur la passion du chant
La chaîne prévoit une émission musicale qui existe déjà
sur la BBC (« All Together Now ») où le jury est constitué
de 100 passionnés et experts de la musique reprenant
en chœur la chanson du candidat s’ils l’apprécient.
M6 n’y voit pas un talent show mais une émission
sur le « plaisir de chanter », alors que le retour de « Nouvelle
star » avait été un flop en fin d’année. Dans un tout autre
registre, M6 va lancer un nouveau magazine d’information
sur des grandes affaires de justice.
CANDIDATEZ
Talents-start.lesechos.fr
Marie Etchegoyen/6ter
à la 1ère édition du prix
Avec
ie
Catégor eurs
trepren
« Les En h »
tec
ie
Catégor eurs
trapren
« Les In ss »
busine
ie
Catégor rs
génieu
« Les In urs »
ne
intrapre
ie
Catégor eurs
trepren
« Les En ux »
socia
Bientôt « Les Mamans » sur 6ter
Alors que le groupe M6 revendique une stratégie « groupe »,
destinée à maximiser les audiences de l’ensemble, il cherche
à développer 6ter, sa petite chaîne familiale, qui se porte
plutôt bien avec une audience quasi stable sur plusieurs mois.
Il lance ainsi une série documentaire sur le quotidien
de jeunes mères de 19 à 24 ans, qui sera diffusée à partir
de la fin du mois, du lundi au vendredi en fin d’après-midi.
L’émission est inspirée d’un format suédois (« Young Mothers »)
qui a débuté l’an dernier.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
HIGH-TECH & MEDIAS // 23
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
FIBRE OPTIQUE
Le challenger
d’Orange et de SFR
sur les déploiements
en zone rurale a
dépassé ses objectifs.
Il cherche de nouveaux chantiers.
Sébastien Dumoulin
@sebastiendmln
Le contrat remporté récemment en Haute-Garonne par
Altitude Infrastructure n’est pas
le plus important que ce spécialiste du déploiement de la
fibre optique en zone rurale ait
décroché. Le groupe normand
devra connecter 280.000 foyers
et locaux professionnels du
département occitan dans les
quatre prochaines années.
C’est bien moins que les
900.000 prises qu’Altitude
s’est engagé à déployer dans le
Grand Est, dans le cadre du plus
grand RIP (réseau d’initiative
publique) de France. L’été dernier, cette victoire, en partenariat avec le groupe de travaux
publics NGE, au nez et à la barbe
d’Orange et de SFR, avait projeté
Altitude Infrastructure sur le
devant de la scène. Mais le
contrat haut-garonnais marque
tout de même une étape importante. Il permet à l’entreprise
d’atteindre avec un peu d’avance
l’objectif qu’elle s’était fixé :
3 millions de prises à déployer,
soit un peu moins de 10 % du
total national. Et d’asseoir sa
position de deuxième opérateur de RIP, derrière Orange.
« Nous tenons le rythme soutenu souhaité par le gouvernement, se plaît à souligner David
El Fassy, le président d’Altitude
Infrastructure. L’Agence du
numérique table sur 3 millions
de prises construites en France
cette année. Nous allons en
construire plus de 300.000, soit
10 % du total. Et l’an prochain,
nous monterons à 500.000. »
Altitude Infrastructure assoit sa position de deuxième
opérateur de réseau
d’initiative publique,
derrière Orange.
L’opérateur d’infrastructures
peut désormais revoir ses ambitions à la hausse. D’une part, il
reste quelques réseaux publics
à attribuer. D’autre part, le gouvernement a ouvert la porte à
des investissements privés dans
les zones rurales non encore
couvertes, dans un nouveau
cadre, baptisé « Amel » (appel à
manifestation d’engagements
locaux), qui, estime-t-il, pourrait
concerner 3 millions de prises.
Cette possibilité aiguise
l’appétit d’Altitude Infrastructure, comme de ses concurrents. Certes, il faut se passer
de subventions publiques.
Mais celles-ci sont déjà très
réduites dans les contrats les
plus récents. Et, en contrepartie,
les contraintes réglementaires
sont plus légères (moindre
contrôle du rythme de déploiement...) et le réseau devient la
propriété du constructeur.
Il reste quelques points à
éclaircir, sur le financement
des raccordements finaux des
abonnés notamment – qui peut
atteindre plusieurs milliers
d’euros pour de l’habitat isolé.
Mais Altitude Infrastructure
se verrait bien atteindre finalement les 4 millions de prises. n
Une proposition de loi
vise des droits voisins
pour la presse française
PRESSE
Une proposition de loi
du Modem envisage de
devancer la directive
sur le même sujet en
discussion à Bruxelles.
Nicolas Madelaine
@NLMadelaine
Faire payer un droit voisin pour la
presse aux plates-formes. C’est la
grande ambition du député Modem
Patrick Mignola, rapporteur d’une
proposition de loi en ce sens, qui a
en tête le modèle de la licence légale
payée par les radios pour la musique qu’elles diffusent.
Alors que s’ouvrent ce mercredi
les discussions en commission des
Affaires culturelles et de l’Education, l’enjeu est selon lui de générer « plusieurs centaines de millions
de revenus supplémentaires » pour
les éditeurs de presse et les agences.
Le tout sans interférer avec la directive européenne en discussion
sur le droit d’auteur, dont l’article 11
se penche sur le droit voisin pour
la presse, et même « avec l’objectif
de le renforcer ».
Comme pour la musique
L’idée est ainsi de faire adopter le
texte en première lecture le 17 mai.
Alors que Les Républicains et le
Parti socialiste seraient d’accord
avec le Modem, tout dépendra du
parti du président de la République. « Le réflexe [du gouvernement] est d’attendre le texte européen,
mais Paris a su par le passé montrer
l’exemple en matière d’audiovisuel et
de TVA sur la musique », espère
Patrick Mignola. Une loi française
aiderait selon lui à éviter « de perdre
une année de revenus en raison du
retard », mais aussi de se prémunir
du fait que des opposants au texte
tentent de le vider de sa substance.
Les différents syndicats de la
presse soutiennent eux la proposition de loi avec enthousiasme, à
« Alors que nous
n’avons pas de problème d’audience,
nous avons besoin
de cet outil juridique
pour discuter
avec les Gafa. »
Eric Feferberg/AFP
Altitude
Infrastructure
revoit ses
ambitions
à la hausse
MARC FEUILLÉE
Directeur général
du groupe Figaro
Le député Patrick Mignola, rapporteur de la proposition de loi.
un moment où la diffusion papier
continue à fortement décliner et où
la publicité en ligne est essentiellement captée par Google et Facebook, notamment désormais sur
le mobile. « Alors que nous n’avons
pas de problème d’audience, nous
avons besoin de cet outil juridique
pour discuter avec les Gafa », dit
Marc Feuillée, directeur général
du groupe Figaro.
Patrick Mignola veut permettre
aux éditeurs de négocier collectivement, à la différence de l’Allemagne
et de l’Espagne, où cela n’a été permis
qu’à titre individuel. Une fois qu’ils
auraient obtenu qu’un pourcentage
des revenus des plates-formes soit
collecté, une ou des sociétés de gestion collective de droits s’occuperaient de leur répartition, à l’image
de la SCPP dans la musique.
Le député insiste sur le fait qu’il
s’agit d’un droit voisin et non d’un
droit d’auteur. Les journalistes euxmêmes pourraient en négocier un
avec leurs éditeurs, mais seulement
dans un second temps. Les protagonistes attendent enfin la position du
ministère de la Culture, qui est pour
l’instant resté « très détaché » du dossier, selon un éditeur. « C’est l’occasion de se rattraper. » n
AVIS FINANCIERS
Avis de convocation à l'Assemblée générale extraordinaire
JPMorgan Funds
-
L'endroit où se tiendra l'assemblée et l'heure à
laquelle elle aura lieu sont mentionnés ci-dessous.
Ordre du jour de l'Assemblée et vote des
Actionnaires
Mise à jour générale des Statuts afin d’y
intégrer de nouvelles dispositions visant
essentiellement à se conformer au Règlement,
devant entrer en vigueur le 3 décembre 2018 ou
à toute autre date fixée par les Administrateurs
de la SICAV, mais au plus tard le 21 janvier 2019,
et visant en particulier à :
- Modifier l'Article 3 afin de mettre à jour
les références aux lois et règlements qui
s'appliquent à la SICAV, comme suit :
« L'objet exclusif de la Société est d'investir
les fonds dont elle dispose dans des actifs
financiers autorisés par (i) la Partie I de la loi du
17 décembre 2010 relative aux organismes de
placement collectif, telle que modifiée en tant
que de besoin (la « Loi ») et/ou, le cas échéant,
(ii) le Règlement (UE) 2017/1131 du Parlement
européen et du Conseil du 14 juin 2017 sur les
fonds monétaires (le « Règlement »), dans le but
de diversifier les risques d’investissement et de
faire bénéficier ses actionnaires des résultats de
la gestion de ses actifs.
La Société pourra prendre toutes les mesures
et mener toutes les transactions qu'elle juge
nécessaires pour remplir et poursuivre son
objet, dans les limites prévues par la Loi et/ou
le Règlement. »
- Modifier l’Article 5 afin, entre autres, de
préciser que chaque compartiment (i) pourra
répondre soit du statut de fonds monétaire
à valeur liquidative variable à court terme ou
standard, soit du statut de fonds monétaire
à valeur liquidative à faible volatilité à court
terme, soit du statut de fonds monétaire à
valeur liquidative constante de dette publique à
court terme en vertu du Règlement et, comme
décrit dans le Prospectus, (ii) investira dans
des actifs financiers liquides ou d’autres types
d’actifs autorisés par le Règlement ;
- Modifier l'Article 8 afin de spécifier que le
Conseil a le pouvoir (i) de refuser d’émettre une
action ou d’enregistrer un transfert d’action,
ou (ii) de procéder au rachat obligatoire des
participations existantes, ou (iii) d'imposer ces
restrictions, ou (iv) d'exiger les informations
qu'il juge nécessaires afin de vérifier qu'aucune
action n'est acquise ou détenue (directement
ou indirectement) par toute personne détenant
des participations d’une concentration telle
que cela pourrait compromettre la liquidité de
la SICAV ou de l’un de ses compartiments ayant
le statut de fonds monétaire.
- Au titre des compartiments répondant du statut
de fonds monétaire, modifier l’Article 16 afin de,
notamment :
o préciser que le Conseil a le pouvoir de
déterminer les stratégies et les politiques
d'investissement des compartiments dans
le respect de la Partie I de la Loi et/ou du
Règlement et de toute autre réglementation
applicable, tel que décrit plus en détail dans
le Prospectus ;
o préciser les actifs éligibles de la SICAV,
lesquels peuvent inclure des instruments
du marché monétaire, des actifs titrisés,
des billets de trésorerie adossés à des
actifs, des dépôts auprès d'établissements
de crédit, des instruments financiers
dérivés (dans les limites prévues par
le Règlement), des contrats de mise et
de prise en pension ainsi que des parts
d’autres fonds monétaires ;
o décrire les exigences de diversification
de la SICAV, et, en particulier, mentionner
explicitement toutes les administrations,
institutions ou organisations qui émettent
ou garantissent, individuellement ou
conjointement, des instruments du marché
monétaire dans lesquels la SICAV prévoit
d’investir plus de 5% de ses actifs ; et
o spécifier que, sauf mention contraire dans le
Prospectus, la SICAV n’investira pas plus de
10% des actifs d’un compartiment dans des
fonds monétaires au sens du Règlement.
-
-
-
-
-
-
-
Modifier l'Article 21 afin d'habiliter le Conseil
à appliquer des frais de liquidité ou des
mécanismes de plafonnement, conformément
aux dispositions du Règlement et comme décrit
plus en détail dans le Prospectus.
Modifier l'Article 22 afin de, notamment :
o spécifier que, conformément au Règlement,
le Conseil peut décider de suspendre les
rachats au titre de tout compartiment
répondant du statut de fonds monétaire sur
une période pouvant aller jusqu'à 15 jours
ouvrables ; et
o détailler les circonstances dans lesquelles
le Conseil est autorisé à suspendre le
calcul de la valeur liquidative des actions
d'un compartiment ainsi que du prix
d'émission, de conversion et de rachat,
notamment en cas de suspension du calcul
de la valeur liquidative d'un ou plusieurs
fonds d'investissement sous-jacent(s)
dans lequel ou lesquels un compartiment a
investi une part importante de ses actifs.
Modifier l’Article 23 afin, entres autres, de
décrire les actifs qui peuvent être détenus
par les compartiments répondant du statut
de fonds monétaire et la méthodologie de
valorisation applicable.
Modifier l’Article 24 afin de spécifier que
les actions pourront être émises contre une
souscription en nature sous la forme d'actifs
éligibles en vertu du Règlement.
Modifier l'Article 30 afin de clarifier que pour
toutes les questions qui ne sont pas régies
par les Statuts, les parties se référeront aux
dispositions de la Loi luxembourgeoise du
10 août 1915 sur les sociétés commerciales, de
la Loi et/ou du Règlement, selon le cas.
Ajouter un Article 31 visant à détailler les
procédures de gestion de la liquidité et
d'évaluation de la qualité de crédit appliquées
en interne par la SICAV.
Ajouter un Article 32 afin de :
o décrire la façon dont les informations
destinées aux investisseurs seront mises à
leur disposition ; et
o stipuler que par le seul fait d’investir ou de
solliciter un investissement dans la SICAV,
un investisseur reconnaît qu'il pourra
être fait usage de moyens d’information
électroniques pour divulguer certaines
informations définies dans les documents
d'offre et confirme avoir accès à Internet
ainsi qu’à une messagerie électronique
lui permettant de prendre connaissance
de l’information ou du document mis à
disposition par un moyen d’information
électronique.
Apporter aux Statuts tout autre changement
nécessaire pour se conformer aux exigences
du Règlement, de tout acte délégué ou toute
mesure s'y rapportant, et, plus généralement,
pour mettre à jour les Statuts.
L'A S S E M B L É E
Lieu Siège social de la SICAV (voir ci-dessous)
Date et heure 25 mai 2018 à 11 h 00 CET
Quorum Actions représentant au moins 50%
de la valeur des actions émises par la SICAV.
En cas de quorum insuffisant, une deuxième
assemblée générale extraordinaire sera
convoquée le 17 juillet 2018 à 11 h 00 CET avec
le même ordre du jour. Aucun quorum n’est
requis pour cette nouvelle assemblée générale
extraordinaire.
Vote Les points à l’ordre du jour seront votés à
la majorité des deux tiers des votes exprimés.
L A S I C AV
Nom JPMorgan Funds
Forme juridique SICAV
Type de fonds OPCVM
Siège social 6, route de Trèves
L-2633 Senningerberg, Luxembourg
Téléphone +352 34 10 1
Fax +352 2452 9755
Numéro d'enregistrement (RCS
Luxembourg) B 8478
Société de gestion JPMorgan Asset
Management (Europe) S.à r.l.
Avis de convocation à l'Assemblée générale extraordinaire
JPMorgan Liquidity Funds
L'endroit où se tiendra l'assemblée et l'heure à laquelle elle aura lieu sont
mentionnés ci-dessous.
Ordre du jour de l'Assemblée et vote des Actionnaires
Mise à jour des dispositions requise en vertu du Règlement (tel que défini
ci-dessous) ou découlant des modifications apportées à la Loi (telle
que définie ci-dessous) et à la Loi luxembourgeoise du 10 août 1915 sur
les sociétés commerciales (la « Loi 1915 »), devant entrer en vigueur le
3 décembre 2018 ou à toute autre date fixée par deux administrateurs de la
SICAV, mais au plus tard le 21 janvier 2019
1 Ajout de nouvelles dispositions aux Statuts, telles que requises par le
Règlement ou découlant des modifications apportées à la Loi et à la Loi 1915,
et visant en particulier à :
- modifier l'Article 3 afin de mettre à jour les références aux lois et
règlements qui s'appliquent à la SICAV, comme suit :
« L'objet de la Société est d'investir les fonds dont elle dispose dans des
actifs liquides à court terme de haute qualité autorisés par le Règlement
(UE) 2017/1131 du Parlement européen et du Conseil du 14 juin 2017
sur les fonds monétaires (le « Règlement ») et par la Partie I de la loi du
17 décembre 2010 concernant les organismes de placement collectif telle
qu'amendée en tant que de besoin (la « Loi ») afin de répartir les risques
d'investissement et de faire bénéficier ses actionnaires des résultats de la
gestion de ses actifs.
La Société pourra prendre toutes les mesures et mener toutes les
transactions qu'elle juge nécessaires pour remplir et poursuivre son objet,
dans les limites prévues par le Règlement et par la Loi. »
- modifier l’Article 5 afin, entre autres, de préciser que chaque compartiment
pourra répondre soit du statut de fonds monétaire à valeur liquidative
variable à court terme ou standard, soit du statut de fonds monétaire à
valeur liquidative à faible volatilité à court terme, soit du statut de fonds
monétaire à valeur liquidative constante de dette publique à court terme
en vertu du Règlement et, comme décrit dans le Prospectus, investira
dans des actifs financiers liquides ou d’autres types d’actifs autorisés par
le Règlement ;
- modifier l'Article 15 afin de, notamment :
o préciser que le Conseil a le pouvoir de déterminer les stratégies et
les politiques d'investissement des compartiments dans le respect du
Règlement, de la Partie I de la Loi et de toute autre réglementation
applicable, tel que décrit plus en détail dans le Prospectus ; et
o aligner les actifs éligibles et les exigences de diversification de la
SICAV sur le Règlement ;
- modifier l'Article 20 afin d'habiliter le Conseil à appliquer des frais de liquidité
ou des mécanismes de plafonnement, conformément aux dispositions
du Règlement et comme décrit plus en détail dans le Prospectus ;
- modifier l’Article 21 afin de spécifier que, conformément au Règlement,
le Conseil peut décider de suspendre les rachats au titre de tout
compartiment sur une période pouvant aller jusqu’à 15 jours ouvrables ;
- modifier l’Article 28 afin de préciser que toutes les questions qui ne sont
pas régies par les Statuts seront déterminées conformément à la Loi 1915,
au Règlement et à la Loi ;
- ajouter un Article 30 visant à détailler les procédures de gestion de la
liquidité et d’évaluation de la qualité de crédit appliquées en interne par la
SICAV ; et plus généralement, apporter aux Statuts tout autre changement
nécessaire, en particulier, pour se conformer aux exigences du Règlement
et de tout autre acte délégué ou acte d’exécution, ainsi que de la Loi et de
la Loi 1915
Mise à jour des dispositions se rapportant au non-paiement des souscriptions,
devant entrer en vigueur le 3 décembre 2018 ou à toute autre date fixée par
deux administrateurs de la SICAV, mais au plus tard le 21 janvier 2019
2 Mise à jour des dispositions de l’Article 6 se rapportant au non-paiement des
souscriptions, visant en particulier à :
- spécifier que l’émission d’actions sera subordonnée à l’acquittement du
prix d’achat à sa juste valeur par le souscripteur ;
- spécifier que l’acceptation de la souscription et l’émission des actions
seront matérialisées par l’émission d’un avis d’opéré ;
- spécifier que les actions seront gagées au bénéfice de la SICAV jusqu’à
l'acquittement du prix d’achat par le souscripteur ;
- accorder à la SICAV ou à son délégué le pouvoir discrétionnaire de racheter
ou d'annuler les actions émises aux frais du souscripteur et sans préavis
si le prix d’achat n’a pas été acquitté par le souscripteur au bénéfice de
la SICAV ou de son délégué dans le délai prévu dans le Prospectus, ou si
à un quelconque moment après réception de la demande de souscription,
s'agissant des classes d'actions pour lesquelles le règlement n'intervient
pas le jour de la demande de souscription, la SICAV prend connaissance
d’un événement de marché ou d'un événement affectant l’investisseur qui,
de l’avis de la SICAV ou de son délégué, est susceptible de provoquer une
situation dans le cadre de laquelle l’investisseur ne sera pas en position de
ou disposé à acquitter le prix d’achat dans le délai susmentionné ;
- spécifier que la SICAV ou son délégué peut également faire respecter les
droits de la SICAV dans le cadre du nantissement, à son entière discrétion,
et intenter une action à l'encontre de l’investisseur ou déduire tous les
coûts ou pertes supportés par la SICAV ou son délégué de la détention
existante de l’investisseur dans la SICAV ;
- spécifier que toute différence entre le prix d’achat et le prix de rachat
et tous les coûts encourus par la SICAV ou son délégué pour faire
appliquer les droits de la SICAV devront être acquittés par le souscripteur
au bénéfice de la SICAV, sur demande écrite, en vue de compenser les
dommages subis par la SICAV ou son délégué ;
- spécifier que si le produit du rachat est supérieur au prix d’achat et aux
coûts susmentionnés, la différence peut être conservée par la SICAV ou
son délégué (tel que convenu en tant que de besoin par les deux parties),
et que, si le produit du rachat et toute somme effectivement acquittée par
l’investisseur sont inférieurs au prix d’achat, la différence sera supportée
par la SICAV ou ses délégués (tel que convenu en tant que de besoin par
les deux parties) ; et
- spécifier que, dans l’attente de l’acquittement du prix d’achat, le transfert
et la conversion des actions concernées ne sont pas autorisés et que les
droits de vote et les droits au versement de dividendes sont suspendus.
Mise à jour des dispositions de liquidation, de réorganisation ou de fusion
des compartiments ou des classes d’actions, devant entrer en vigueur le
3 décembre 2018 ou à toute autre date fixée par deux administrateurs de la
SICAV, mais au plus tard le 21 janvier 2019
3 Mise à jour des dispositions de l’Article 20 concernant la liquidation, la clôture, la
réorganisation ou la fusion des compartiments ou des classes d’actions visant à :
- préciser dans quelles circonstances le Conseil pourra décider (i) de
liquider un compartiment ou une classe d’actions, (ii) de clôturer une
classe du compartiment en la fusionnant avec une autre classe du
même compartiment, d’un autre compartiment ou d’un autre organisme
de placement collectif en valeurs mobilières, (iii) de réorganiser un
compartiment, et (iv) de fusionner des compartiments ; et
- clarifier que les dispositions portant sur les fusions d'OPCVM énoncées
dans la Loi et tout règlement d’application s’appliqueront.
Mise à jour des dispositions concernant l’élection des membres du Conseil,
devant entrer en vigueur le 3 décembre 2018 ou à toute autre date fixée
par deux administrateurs de la SICAV, mais au plus tard le 21 janvier 2019
4 Mise à jour des dispositions de l’Article 12 afin de spécifier que l’assemblée
générale des actionnaires visant à élire les administrateurs de la SICAV
déterminera également le nombre d’administrateurs, leur rémunération et la
durée de leur mandat (au maximum six ans) et que les administrateurs seront
élus à la majorité des votes exprimés.
Mise à jour généraleet peu significative des Statuts, devant entrer en vigueur
le 3 décembre 2018 ou à toute autre date fixée par deux administrateurs de
la SICAV, mais au plus tard le 21 janvier 2019
5 Mise à jour générale des Statuts et en particulier mise à jour des Articles 6, 7,
8, 20, 21 et 22, entre autres :
- afin de spécifier que les actions pourront être émises contre une souscription
en nature sous la forme d'actifs éligibles en vertu du Règlement ;
- afin de spécifier que le Conseil a le pouvoir (i) de refuser d’émettre une
action ou d’enregistrer un transfert d’action, ou (ii) de procéder au rachat
obligatoire des participations existantes, ou (iii) d’imposer ces restrictions,
ou (iv) d’exiger les informations qu’il juge nécessaires afin de vérifier
qu’aucune action n’est acquise ou détenue (directement ou indirectement)
par (a) un « Ressortissant américain », (b) une personne contrevenant à
la loi, aux réglementations ou aux exigences d’un pays ou d’une autorité
publique, (c) toute personne se trouvant dans des circonstances qui, de
l’avis du Conseil ou de son délégué, pourraient se traduire par le fait que
la SICAV ou ses délégués soient soumis à l’impôt ou à des sanctions,
pénalités, charges ou autres inconvénients (pécuniaires, administratifs
ou opérationnels) auxquels la SICAV ou ses délégués n’auraient sinon
pas été soumis ou étant préjudiciables de quelque manière aux intérêts
de la SICAV, ou (d) toute personne détenant des participations d’une
concentration telle que cela pourrait compromettre la liquidité du Fonds
ou d’une classe d’actions ou (e) toute personne dont la participation
dépasserait les limites applicables ;
- afin de clarifier que la SICAV peut racheter ou convertir des actions d’une
classe lorsqu’il apparaît qu’un actionnaire ou un bénéficiaire économique
d’une classe d’actions soumise à des critères d’éligibilité spécifiques ne
respecte pas ces critères ;
- afin de clarifier que le Conseil peut repousser toute demande de transfert
et tout paiement du produit d'une demande de rachat traitée jusqu’à ce
que la demande d’informations supplémentaires formulée par la SICAV
soit satisfaite ;
- afin de spécifier que des procédures d’authentification peuvent être mises
en place par la SICAV ou ses délégués afin de se conformer à la législation
ou à la réglementation applicable ou afin d’atténuer le risque d’erreur et
de fraude ;
- afin de spécifier que le Conseil peut décider que la valeur liquidative soit
déterminée plusieurs fois par jour ;
- afin de clarifier que le Conseil peut décider d’appliquer une politique de
valeur liquidative stable ;
- afin de détailler les circonstances dans lesquelles le Conseil est autorisé
à suspendre le calcul de la valeur liquidative d’une classe d’actions ainsi
que du prix d’émission, de conversion et de rachat ; et
- afin de clarifier que les revenus et les charges se rapportant à un jour
de valorisation particulier seront pris en compte dans la dernière valeur
liquidative calculée au jour de valorisation en question et traités à la
dernière valeur liquidative dudit jour de valorisation si le compartiment/
la classe d’actions calcule plusieurs valeurs liquidatives chaque jour de
valorisation ; et
- Supprimer la traduction française des Statuts conformément à l’Article 26 (2)
de la Loi.
L'A S S E M B L É E
Lieu Siège social de la SICAV (voir ci-dessous)
Date et heure 25 mai 2018 à 11 h 30 CET
Quorum Aucun quorum n’est requis pour cette nouvelle assemblée générale
extraordinaire.
Vote Les points à l’ordre du jour seront votés à la majorité des deux tiers des
votes exprimés.
L A S I C AV
Nom JPMorgan Liquidity Funds
Forme juridique SICAV
Type de fonds OPCVM
Siège social 6, route de Trèves
L-2633 Senningerberg, Luxembourg
Téléphone +352 34 10 1
Fax +352 3410 8737
Numéro d'enregistrement (RCS Luxembourg) B 25148
Société de gestion JPMorgan Asset Management (Europe) S.à r.l.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
en
direct
Le Havre s’allie
au Grand Paris
ÎLE-DE-FRANCE La société
NORMANDIE Luc Lemonnier,
d’exploitation du cirque Pinder
Promogil a été placée en liquidation judiciaire, et les spectacles
prévus pour le mois de juin, annulés. Le propriétaire du cirque,
Gilbert Edelstein, explique que
son chiffre d’affaires a baissé de
plus de 60 % en mars et avril. Le
cirque subit notamment une
baisse de fréquentation des écoles.
Shutterstock
PME
&REGIONS
Le cirque Pinder
en liquidation
grandes villes-monde pour le
rayonnement et l’attractivité, la
réalisation du projet du Grand
Paris et l’activité portuaire du
Havre sont étroitement solidaires », rappelle Alexandre Missoffe. Au ralenti depuis 2008, le
dossier de l’Axe Seine reliant le
Grand Paris à la mer reprend
vigueur avec le Brexit qui pousse
les grands armateurs asiatiques
à préférer la région du Havre au
Royaume-Uni pour leurs investissements logistiques.
président de la Communauté de
l’Agglomération havraise
(Codah), et Alexandre Missoffe,
directeur général de l’association Paris-Ile-de-France Capitale
économique (PCE), ont signé
une convention de partenariat
afin de coordonner leur action
en faveur de l’attractivité. « Dans
la compétition entre les quelques
REACH, le règlement européen sur la chimie q
l Le 31 mai prochain, l’ensemble des substances chimiques fabriquées,
utilisées ou importées à hauteur d’une tonne devront avoir été enregistrées,
après analyse de leur impact sur la santé et l’environnement.
l Le règlement européen REACH, adopté en 2007, concernait au début
les quantités supérieures à 1.000 tonnes et les plus dangereuses.
Le symbole est frappant. Après des
mois de tergiversations, Bruxelles
semble décidée à réglementer les
plates-formes numériques. Dans le
même temps, l’Europe va fêter
dans trois semaines les dix ans du
règlement REACH (enregistrement, évaluation, autorisation et
restriction des produits chimiques).
A la clef, des obligations drastiques
pour les PME et les grands groupes
mettant sur le marché une simple
petite tonne de ces produits.
SIGNIFIE LA DATE
•DUQUE
31 MAI ?
Pour qu’une substance chimique
puisse continuer à être vendue sur
le territoire européen, elle devra
obligatoirement avoir été enregistrée auprès de l’Agence européenne
des produits chimiques (Echa). En
2007, lorsqu’ils ont voté ce règlement après des années de bataille,
les législateurs avaient pour but de
protéger la santé humaine et l’environnement des risques chimiques.
Il s’agissait d’améliorer la connaissance scientifique, substance par
substance, et de pousser les industriels à remplacer les produits les
plus préoccupants, comme les
phtalates dans les plastiques ou les
retardateurs de flammes bromés.
Des échéances ont été fixées.
D’abord les volumes supérieurs à
1.000 tonnes et les produits cancérogènes, reprotoxiques et mutagènes en 2010. Ensuite, en 2013, on est
passé à 100 tonnes.
Cette fois, la jauge est d’une
tonne. Les entreprises qui mettent
sur le marché les produits bruts ou
des mélanges (fabrication ou
importation) sont sommées de
fournir des données sur le processus de fabrication, les utilisations
potentielles, d’analyser les risques
et de communiquer les résultats
aux autorités européennes. Les
acheteurs, baptisés « utilisateurs
aval », qui transforment, stockent
ou mélangent, doivent s’assurer
que la matière qu’ils achètent a bien
été enregistrée par le fabricant en
amont. Si ce n’est pas le cas, ils
devront faire la démarche eux-mêmes.
EST
•LAQUELLE
PROCÉDURE ?
Le système est complexe mais fonctionne avec un principe : « une substance, un enregistrement », peu
importe le nombre d’entreprises
concernées. Afin d’éviter d’effectuer
plusieurs fois les mêmes études de
danger ou de caractérisation,
Bruxelles a demandé aux industriels de se regrouper autour d’un
même dossier. Une manière de partager les coûts, mais aussi une
démarche incroyablement nouvelle
pour des entreprises habituées à
garder leurs secrets de fabrication.
« Chaque entreprise qui découvre
REACH subit un grand choc, mais
avec le recul, il faut reconnaître que
c’est un vrai succès en matière de protection et d’amélioration de la sécurité sur l’ensemble de la chaîne de pro-
duction. La notion de partage des
données a peut-être été la chose la plus
compliquée à accepter pour les chefs
d’entreprise, mais des dispositifs de
protection ont été mis en place »,
explique un expert.
Ces dernières années se sont
constitués des forums d’information pour chaque substance. Les
« Sief » pour les spécialistes. Chaque forum a désigné un déclarant
principal. C’est lui qui a la responsabilité du dossier, sésame pour la
mise sur le marché, et du partage
des coûts des études avec les autres.
Il délivre des « lettres d’accès » et un
mot de passe, le « token », aux participants, qui permettront d’utiliser
les résultats des études lorsqu’ils
s’enregistreront individuellement
sur la plate-forme « REACH IT ». A
titre d’exemple, la notice d’emploi
de la version 6 du logiciel Uclid servant à entrer dans le système
compte… 3.600 pages. « C’est d’une
incroyable technicité pour s’y retrouver dans ces milliers de rubriques. La
seule solution est de passer par un
consultant », résume le responsable
du dossier REACH d’une PME.
Producteurs mais aussi importateurs, même la plus petite PME qui a
besoin de plus d’une tonne par an de
produits chimiques doit donc obtenir les fameuses données du groupement concernant chacune de ces
substances, et ensuite présenter la
manière dont elles seront utilisées.
SI ON NE RESPECTE
•PASETL’ÉCHÉANCE
?
La règle est « pas de données, pas de
marché ». Le passage à une tonne
produite ou utilisée par an vise des
sociétés de plus en plus petites en
taille. La cosmétique, le secteur
pétrolier, l’automobile, l’aéronautique, mais aussi les fabricants de
peinture sont également dans la
cible. « Nous avons encore des appels
de sociétés qui viennent se renseigner
pour savoir comment acheter les lettres d’accréditation de REACH »,
s’inquiète un spécialiste, tout en
reconnaissant qu’il est impossible de
savoir si la France est en retard par
rapport aux autres pays, chaque
entreprise gérant son propre dossier.
La règle est la communication
directe entre l’agence et les entreprises. Les pays ont créé des
bureaux d’aide, les « helpdesks ».
En France, il s’agit de l’Institut
national de l’environnement industriel et des risques (Ineris). Quatre
personnes chargées de répondre
aux questions, de multiples réunions, une documentation en ligne.
Mais l’Ineris ne peut se charger des
procédures à la place des entreprises.
Au-delà de l’action du helpdesk
de l’Ineris, le ministère de la Transition écologique et solidaire a mis en
place un service d’appui, afin de
répondre aux questions des entreprises ne relevant pas strictement
du champ de compétences du helpdesk et portant plutôt sur les difficultés d’ordre pratique dans la réalisation de leurs obligations.
« Plusieurs dizaines de remontées
ont été effectuées via le formulaire en
ligne dédié. Le plus souvent, les
entreprises rapportent des problèmes liés aux relations avec certains
déclarants principaux, concernant
notamment le prix de l’accès aux
données », explique un responsable
du ministère, avant d’insister sur le
fait qu’une société doit alerter dès
que possible l’Echa si elle rencontre des difficultés dans sa démarche d’enregistrement.
L’obligation d’enregistrement
concerne directement quelque
70.000 entreprises françaises, mais
aussi indirectement 1,6 million
d’entreprises utilisatrices, qui doivent s’assurer que les fournisseurs à
qui elles achètent ont bien fait enregistrer la substance vendue et
garantir ainsi leur sécurité d’approvisionnement. « REACH est la plus
grande base de données au monde
d’évaluation des substances chimiques. Pour les entreprises, en particulier les PME, c’est un processus
qui a représenté un coût et un engagement lourds. Mais à terme, c’est
bénéfique » explique Magali Smets,
Directrice générale de l’Union des
industries chimiques
RATTRAPER
•SONCOMMENT
RETARD ?
Impossible de constituer un dossier en moins d’un mois ! Les laboratoires et les consultants sont surbookés. L’agence européenne a
prévu fin janvier un dispositif pour
les situations exceptionnelles : dossiers incomplets car les laboratoires n’ont pu présenter les résultats,
mais aussi défaut ou retrait du
déclarant principal. Il faut avoir
contacté l’agence avant le 24 mai et
présenter des justificatifs. Pas question d’avoir oublié l’échéance !
COMBIEN DE DOSSIERS
•ENREGISTRÉS
?
Les derniers chiffres montrent que
21.716 dossiers ont été enregistrés
auprès de l’agence européenne
(Echa), soit 8.551 substances uniques. La France a, pour sa part,
déposé 2.243 enregistrements, soit
1.461 substances.
Pour certaines substances stratégiques les entreprises se sont disputé le rôle de déclarant principal.
« Le phénomène inverse s’est produit
pour les marchés dont la visibilité est
incertaine : pendant les derniers
mois, il y a eu une sorte de jeu de
poker entre concurrents qui voulaient éviter de prendre ce rôle. Cela
représente un travail considérable,
une responsabilité sur le long terme
ainsi qu’un investissement important, même si le déclarant principal
partage les frais en vendant des lettres d’accès aux membres du groupe
constitué autour de chaque substance. Par la suite, certaines entreprises co-déclarantes nous ont aussi fait
remonter des difficultés liées à
l’abandon de substances par le déclarant principal ou à des prix excessifs
ou injustifiés de lettres d’accès »,
explique Thomas Léopold,
expert d’Atout REACH, consultant
dont l’équipe a géré une vingtaine
de dossiers de déclarant principal et
plus de 150 dossiers de membres
pour cette dernière échéance
d’enregistrement.— J. Ch.
Stéarinerie Dubois contraint de réduire ses gammes
Le fabricant d’esters gras
pointe les coûts administratifs et de recherche induits
par le règlement européen
et la complexité des logiciels.
Créé en 1820 à Montreuil, en Ile-deFrance, le fabricant d’esters pour la
cosmétique, la pharmacie, mais
aussi la peinture et la plasturgie
Stéarinerie Dubois est l’archétype de
la PME confrontée à la complexité
de REACH. Doté d’une usine dans
l’Indre, il achète de la matière première, des acides et des alcools, et les
transforme en esters gras, des dérivés d’huiles végétales. La société, qui
emploie 140 salariés et réalise un
chiffre d’affaires de 66 millions
d’euros à 60 % à l’export, a dédié une
personne à temps plein depuis plusieurs années au suivi du dossier de
ses 150 produits concernés par
REACH, sur un total de 350. Pour
certains elle a été contrainte de prendre le rôle de déclarant principal, ce
qui l’engage pendant des années à
suivre le dossier auprès de l’agence
européenne. Pour d’autres, elle
dépend encore de la finalisation de
l’enregistrement par les autres
déclarants. « Nous avons dû nous
remettre en question et supprimer un
tiers des références concernées par
REACH. Les petites fabrications ont
été mises de côté, pas forcément car
Stéarinerie Dubois
CHIMIE
150 produits utilisés par Stéarinerie Dubois sont concernés par REACH.
elles étaient dangereuses mais car
nous ne pouvions supporter les coûts
administratifs et d’analyse. Il a aussi
fallu substituer certains produits et
reformuler, ce qui a un coût », explique Benjamin Noel, coordinateur
REACH pour l’entreprise.
Consortium de fabricants
En fait, c’est toute la chaîne qui est
impactée. L’entreprise a aussi vu
certains de ses fournisseurs cesser
de produire des auxiliaires de fabrication et a dû reformuler sa production. « Bien sûr REACH a ren-
forcé la sécurité et il faut s’en réjouir,
mais cela a aussi tendu les relations
commerciales pour de petites sociétés comme nous où la notion de service avec les clients est importante »,
ajoute Laetitia Halbeisen, responsable des affaires scientifiques et
réglementaires. L’entreprise était
spécialisée à l’origine dans la fabrication de bougies, et puis s’est orientée vers la fabrication d’esters gras.
Impossible d’accuser la PME, qui
a investi 15 millions d’euros ces dix
dernières années, d’avoir lambiné !
Elle fait notamment partie du
consortium d’industriels européens
des Esters, avec une soixantaine de
concurrents. Un consortium qui se
réunit tous les ans depuis 2008 et
dont le travail est géré par le consultant allemand Knoell Service. « Chaque fois les règles sont rappelées, on doit parler des substances,
mais ni des volumes, ni des clients ou
des prix », ajoute-t-elle.
La situation peut devenir aussi
cauchemardesque pour d’autres
sociétés. Une PME spécialisée dans
la fabrication de résines, avait
demandé en 2015 à son fournisseur
américain ses intentions vis-à-vis du
règlement. Celui-ci s’était engagé,
par lettre, à s’enregistrer. Las, en septembre, après de nombreuses relances, il a reconnu n’avoir entammé
aucune démarche ! Or, il s’agit pour
elle d’un produit de base indispensable. « Nous sommes les seuls utilisateurs européens et n’avons absolument pas les moyens de supporter les
coûts des analyses », explique une
responsable de la société. Après
avoir contacté un éventuel producteur, celui-ci a commencé par exiger
une somme exorbitante avant
d’envoyer des échantillons. Dans
l’immédiat, l’entreprise a commandé de grandes quantités, espérant « tenir » jusqu’en 2019. Le temps
de chercher un autre fournisseur.
— J. Ch.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PME & REGIONS // 25
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
12.000
NOUVELLE-AQUITAINE Le
haut comprend une surface de
125 mètres carrés habitables, ce qui
met le mètre carré à 12.000 euros.
Son actuel propriétaire qui l’a réaménagé proposait une mini-suite
installée au sommet pour
600 euros la nuit.
Lionel Bonaventure/AFP
EUROS LE MÈTRE CARRÉ DANS UN PHARE BRETON
Un phare breton réaménagé en
résidence luxueuse. C’est ce que
propose l’agence immobilière en
ligne Demeures Marines. Mis en
vente par son actuel propriétaire
1,5 million d’euros hors commission, cet édifice de 25 mètres de
innovateurs
Deezer installe une
antenne à Bordeaux
qui angoisse les PME
service de musique à la demande
en ligne Deezer, dont le siège est
à Paris, ouvre un second bureau,
à Bordeaux, dédié à l’innovation.
Il abritera à terme une quarantaine de personnes chargées de
créer des solutions techniques
pour répondre aux problématiques spécifiques de la musique
en streaming.
ClicData facilite
le reporting avec la
visualisation graphique
Un grand
ménage des
substances
ANALYSE
U
n inventaire unique au
monde. Des millions de
données sur les substances chimiques et leur utilisation
sont consultables sur le site de
l’Agence européenne des produits chimiques (Echa), en vertu
du règlement européen REACH.
Les pouvoirs publics n’auraient
jamais pu y arriver seuls !
C e q u i a é t é à l ’o r i g i n e u n
énorme traumatisme pour des
industriels habitués à cultiver le
secret sur leur processus de fabrication est devenu une force pour
la recherche. Et une sorte de
« réassurance » pour le consommateur qui achète des produits
fabriqués sur le territoire européen. Il sait, ou va bientôt prendre
conscience, que les analyses sur le
caractère cancérigène ou la diffusion dans l’environnement de
l’ensemble des produits chimiques fabriqués en Europe, ou
importés de Chine ou d’ailleurs,
ont été passées au crible et cartographiées. Et que les dossiers vont
progressivement être réexaminés
dans le but d’améliorer la sécurité.
La « machine REACH », tant
décriée par les professionnels qui
avaient prédit des faillites en raison des coûts d’analyse et du poids
de la bureaucratie, a conduit les
groupes à faire des choix. Les produits injustifiables ont été écartés.
Certains, peu compétitifs au
regard du coût, ont été retirés.
DR
Par Julie Chauveau
LE FINANCEMENT
CLICDATA
Date de création : 2008
Cofondateurs : Hélène Clary
et Telmo Silva
Montant : 1,8 million de dollars
Effectif : 15 personnes
Secteur : logiciel
Nicole Buyse
— Correspondante à Lille
Telmo Silva, qui a lancé ClicData
à Lille en 2008, rejoint deux ans
plus tard par Hélène Clary, a mis
au point un logiciel qui centralise toutes les data nécessaires
au tableau de bord d’une entreprise et, surtout, qui les structure
automatiquement. Il fait ainsi
l’agrégation d’informations
d’origines différentes (CRM,
marketing, comptabilité…),
quelle que soit la complexité des
données. « Cela permet un gain
de temps et d’efficacité, un reporting plus simple, qui permet une
analyse plus agile, explique
Hélène Clary. Mais, surtout, Clic-
Depuis le démarrage de
REACH en 2008, le leader
de la chimie française a mis
en place une équipe dédiée
d’une trentaine d’experts.
groupe Arkema. « Le 31 mai 2018
correspond au R de Reach, ce n’est
donc que le début de la constitution de
la plus grande base de données mondiale sur les substances chimiques. »
Chantal Houzelle
@HouzelleChantal
Limiter les coûts
Le cas d’Arkema donne la mesure de
la lourdeur administrative et financière qui pèse sur les producteurs et
importateurs de substances chimiques en Europe pour se mettre en
conformité avec la machine réglementaire REACH. Engagé de longue
date dans une démarche de développement durable, le leader de la chimie française n’était pas parti de
zéro lors de la phase d’enregistrement, en 2008. Pourtant, la mise en
œuvre de cette réglementation lui
aura coûté globalement 65 millions
d’euros pour enregistrer 423 substances auprès de l’Echa. Pour assurer le suivi de ces dossiers et leur
mise à jour continue, « nous avons
mis en place dès le départ une équipe
d’une trentaine d’experts en toxicologie, écotoxicologie et en réglementation, ainsi que des documentalistes, en
équivalent temps plein », précise Sylvie Macaudière, directeur sécurité,
environnement et produits du
Compte tenu de la complexité de ce
processus réglementaire, il n’est pas
possible d’évaluer le coût moyen
d’enregistrement par substance. « Il
peut varier entre 5.000 euros et plus de
1 million d’euros pour des produits
fabriqués à plus de 1.000 tonnes par
an », estime Sylvie Macaudière. « On
peut limiter ce coût unitaire en procédant à des approches par catégorie de
produits, comme nous l’avons fait
avec les acrylates, par exemple. » En
revanche, pour les mélanges complexes, les UVCB, ce n’est pas envisageable : « Il n’y a aucune analogie possible, donc il faut effectuer les tests
dans leur entièreté. Deux propriétés
de la substance font grimper le coût :
la solubilité dans l’eau et la volatilité
dans l’air. » Dans le cas d’un composé
chimique non soluble, il augmente
car des tests toxicologiques chroniques sont nécessaires. Et pour une
substance très volatile, les laboratoires spécialisés procédant à ces tests
sont obligés de passer par la voie
inhalatoire et non orale, ce qui fait
passer la barre des 500.000 euros.
Autre variable d’ajustement : ces
frais de procédure peuvent être
mutualisés entre les participants
d’un consortium pour un même
produit. Arkema, qui est déclarant
principal ou unique pour 171 de ses
substances, compte jusqu’à quarante membres dans les consortiums où il est impliqué.
Le groupe chimique n’a abandonné aucune substance lors de
deux premières phases de REACH,
en 2010 (plus de 1.000 tonnes par an)
et en 2013 (plus de 100). En revanche,
pour cette dernière tranche qui
concerne 146 de ses substances à
haute valeur ajoutée fabriquées à
plus d’une tonne par an, la question
se pose pour certaines d’entre elles.
« REACH a accéléré l’analyse de la rentabilité de nos petites substances par le
business du groupe. Il y aura des arrêts
de production, mais ils sont planifiés
pour proposer des solutions alternatives à nos clients », assure Sylvie
Macaudière. « Il nous reste de 5 à 10 %
des dossiers à finaliser. »
4
À NOTER
REACH signifie Registration,
Evaluation, Authorization and
Restriction of Chemicals.
Natarys
Arkema dépensera 65 millions d’euros
pour enregistrer 423 substances
70 % des ventes à l’étranger
La société, qui vend uniquement en ligne, affiche un million
de revenus annuels récurrents,
principalement à l’international. « Nous avons commencé
notre développement par les
marchés anglophones : la Grande-Bretagne, l’Amérique du
Nord, l’Australie et la NouvelleZélande représentent 70 % de
notre chiffre d’affaires », précise
Hélène Clary. ClicData, qui a des
bureaux à Phoenix et à Toronto,
compte développer ce secteur
de la business intelligence en
Europe. Elle espère multiplier
par cinq son chiffre d’affaires et
doubler son effectif actuel de
15 personnes d’ici à 2020. n
Natarys lance l’eau
filtrée au rayon vrac
Laboratoires débordés
Mais attention à la casse ! Surtout
dans l’Hexagone où la tentation
de faire les démarches au dernier
moment existe. Laboratoires
d’analyse et consultants sont
débordés. Sur le papier, faute de
déclaration, toute production doit
cesser le 1er juin. Mais la réalité du
terrain montre que les contrôles
ne peuvent être exhaustifs. L’administration procède par sondages.
La transparence poussée à son
maximum pose également question. Bien sûr, des procédures
visant à protéger les données ont
été prévues, mais un industriel chinois peut consulter autant de fois
qu’il le souhaite les analyses de
danger ou la caractérisation de
molécules qui ont nécessité des
mois de travail pour les entreprises
européennes. Un simple avertissement demande au lecteur de ne
pas utiliser ces données commercialement.
REACH peut aussi participer
d’une perte de compétitivité européenne. Des rumeurs circulent
sur les tentatives de Russes ou de
Chinois tardant à transmettre les
lettres d’accès ou tentant de verrouiller le marché en mettant la
main sur des substances. A l’heure
où les ordres donnés par l’administration Trump à l’Agence de
protection de l’environnement
(EPA) sont d’alléger les normes à
tout prix, l’Europe poursuit sur un
chemin inverse. Mais les industriels américains qui souhaiteront
vendre en Europe devront passer
sous les fourches caudines de
REACH. Quant aux professionnels britanniques, dont le pays a
voté pour le Brexit, leur situation
est suspendue aux discussions
finales. n
Data propose les graphiques les
plus pertinents en fonction des
données pour les visualiser. »
En 2014, ClicData a déjà levé
2 millions d’euros en amorçage,
dont 1 million auprès de Finorpa
et de Nord France Amorçage
(NFA). La société vient de réunir
une nouvelle enveloppe de
1,8 million de dollars : 1,5 en capital auprès de ses actionnaires
historiques et le solde en subvention de bpifrance. Nord Capital,
Finorpa et NFA réinvestissent
1,1 million. Les 400.000 euros
restants sont apportés par des
business angels fidèles tels que
BlaBlaCar, Aufeminin, le groupe
ASAP ou les fondateurs du
groupe nordiste Sarbacane
Software. Les fondateurs possèdent un peu moins de 20 %.
L’IDÉE
NATARYS
Date de création : 2007
Gérant : Olivier Bouche
Chiffre d’affaires :
900.000 euros en 2017
Effectif : 8 personnes
Secteur : distribution
Emmanuel Guimard
— Correspondant à Nantes
Vendre de l’eau du robinet, mais
dûment filtrée et revitalisée, au
rayon vrac des supermarchés.
L’idée, déjà répandue aux EtatsUnis, est nouvelle en France. Les
réseaux Biocoop et Chlorophylle
font figure de pionniers en installant dans leurs magasins les
fontaines H2Origine en libre service, conçues par la société Natarys, en Loire-Atlantique. Le principe : le consommateur achète
une bouteille d’une durée de vie
de deux ans et ne paie ensuite
que le contenu, soit 0,22 euro le
litre d’eau plate ou 0,40 euro
pour l’eau gazeuse. L’objectif est
de réduire les volumes de
déchets plastiques. Fondé en
2007 par Olivier Bouche et Jacques Deslais, Natarys a développé un concept de filtration et
de revitalisation de l’eau. Il s’agit
d’une triple filtration combinant
charbon actif, filtre à sédiments
et osmose inverse, permettant
de piéger métaux lourds, excès
de minéraux, pesticides… Natarys a ajouté un système de revitalisation de l’eau, « basé sur l’envoi
de très hautes fréquences électromagnétiques pour modifier les
propriétés du vivant », résume
Olivier Bouche.
De 50 à 60 magasins bio
L’entreprise, qui sous-traite la
fabrication de ses fontaines,
attend un nouvel essor avec les
magasins bio. Pour l’heure,
30 points de vente sont équipés
pour une prévision de 50 à 60 à
fin 2018. Chaque fontaine fait
l’objet d’une maintenance tous
les six mois a minima. Natarys
s’intéresse à d’autres marchés,
dont la restauration, où elle
vient de signer un premier contrat. Une prochaine levée de
fonds devrait accompagner la
montée en puissance de la
société, qui a investi 2 millions
d’euros en R&D, finançant des
études avec l’Inserm de Montpellier sur les effets de l’eau sur
la santé, dont les résultats ne
sont pas encore publiés. « C’est
un tabou », affirme Olivier Bouche, jugeant que la qualification
de l’eau en France ne répond
aujourd’hui « qu’à des éléments
normatifs ». n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
26 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
START
UP
U
y
LE RDV
REBOND
En rachetant Idiliz à BazarChic (Galeries
Lafayette), Misterfly s’offre une vitrine de
ventes événementielles pour ses clients.
La pépite parisienne, fondée par Nicolas Brumelot et
Carlos Da Silva, a conçu un moteur de réservation de
vol et va ainsi proposer ce service aux agences de
voyages après un développement technologique spécifique pour adapter la plate-forme. Cette acquisition
n’intervient que quelques mois après le rachat de la
start-up créée par Frédéric Savoyen à BazarChic (en
septembre dernier).
12
MILLIONS DE DOLLARS
Le prix déboursé par Namaste Technologies
pour acquérir Findify. La première est une
entreprise canadienne qui vend du cannabis
médical. La seconde, une start-up spécialisée
dans l’e-commerce, qui utilise le machine learning pour enrichir l’expérience client.
Startupbootcamp s’est associé à
BNP Paribas pour sa prochaine
étape de son événement « FastTrack » qui aura lieu à Paris le 16 mai prochain.
L’idée de ce programme sud-africain est de
présenter aux professionnels de la banque une
dizaine de start-up qui opèrent dans la fintech,
la cybersécurité ou l’InsurTech. A la clef, une
sélection au sein de l’accélérateur Startupbootcamp qui démarrera en août prochain.
Sea Proven crée le premier drone transocéanique
SCIENCES
Le Sphyrna va révolutionner les missions
océanographiques.
Ce véhicule sans pilote
pourra capter des
mesures en mer
24h/24 et 7j/7
en autonomie.
Le Sphyrna est un multicoque asymétrique de 16,50 mètres, stable, démontable et pouvant être transporté n’importe où en
conteneur, ce qui évite de longues traversées maritimes à l’engin
pour se rendre au point d’étude océanographique. Photo Sea Proven
« Sans Laval Mayenne Technopole,
je n’en serais pas là », indique tout de
go Fabien de Varenne. Cet ancien
marin de la marine marchande
salue le dynamisme de la technopole lavalloise, fondatrice d’Idenergie, le premier accélérateur français de start-up, en 2007. « J’ai
bénéficié de leurs apports pour devenir un entrepreneur à partir d’une
innovation. Il n’y a pas d’école pour
cela. » Avec son associé, Jean-Pierre
Garnier, ce Lavallois de souche a
fondé Sea Proven en 2014, un
bureau d’études destiné à concevoir
COMMUNIQUÉ
SAP au cœur de
l’innovation SI
en France
3 QUESTIONS À…
Gérald Karsenti,
Directeur général SAP France
— Quelle est la stratégie de
SAP en matière d’innovation ?
Gérald Karsenti › L’innovation
est au cœur de l’ADN de SAP.
Nous disposons de centres de
recherche et développement un
peu partout dans le monde, sur
les analytics, l’expérience utilisateur, le prédictif, le machine
learning, la sécurité… En France,
nous disposons de 3 Labs et d’un
Centre d’Innovation - Leonardo
Center - pour inventer et coconstruire les usages de demain
au travers des nouvelles technologies Big Data, IoT, Blockchain,
Intelligence Artificielle et Machine Learning. En janvier dernier, nous avons annoncé un
plan d’envergure pour dynamiser l’innovation en France. Nous
avons débuté ce programme
par l’acquisition de Recast.AI,
initié l’investissement dans des
startups et nous travaillons à
l’ouverture d’un incubateur en
France pour incuber plus de 50
jeunes pousses sur 5 ans.
— Pourquoi aller à la rencontre
de vos clients à VivaTech ?
GK › VivaTech, c’est l’opportu-
nité pour nous de montrer un
nouveau visage de SAP et de
démontrer comment nous apportons à nos clients plus d’innovation, d’intelligence – artificielle – et d’agilité à leur activité.
Nous les accompagnons dans
un monde où les environnements sont extrêmement changeants et les industries de plus
poreuses. Objectif
Obj tif : les
l
en plus p
i
leurs process
aider à réiinventer
internes ett à proposer de noui
à leurs clients,
velles expériiences
fournisseurs, collaborateurs, etc.
et développer des engins maritimes
robotisés. Les premiers à voir le
jour furent des drones pour le sauvetage ou la surveillance maritime.
Les deux premiers sont gonflables
et ont été développés en joint-venture avec Nautiraid, fabricant de
kayaks, également en Mayenne.
Sous l’entité DNG (Drone Nautique
Gonflable), les partenaires ont
débuté la commercialisation de
petits drones propulsés par une turbine électrique comme les
hydrojets pour la récupération de
naufragés.
Quatre ans de R&D
Le troisième drone conçu par Sea
Proven a demandé quatre ans de
R&D et 500.000 euros d’investissements. Il s’agit du premier drone
marin transocéanique multimission capable d’évoluer dans des
zones inaccessibles à l’homme.
Doué d’une autonomie de plusieurs
mois, le Sphyrna est géostationnaire, téléopéré ou automatisé, destiné à des travaux maritimes civils
ou militaires de longue portée
LE CHIF
FFRE :
3,3 MILL
ROS
LIARDS D’EUR
R
… investis l’an dernier en recherccche et inno
o
ovatio
on
o
par SAP, soit 14
4 % du chiffre d’aff
ff
ffaire mon
n
ndial
du
d
Groupe. La Fran
nce est particulière
e
ement engagée
e
avec 950 collabo
orateurs dédiés à laa R&D
D sur près
de 2 300 salariés dans
d
l’Hexagone. Un
n
ne implication
i
que les investisseme
ents récemment an
n
nn
n
noncés
vont
renforcer, à hauteur de 150 millions d’eu
uros par an.
u
NAUTISME
Le groupe lance une
nouvelle plate-forme,
Band of Boats, pour
se réapproprier les
services et les données
liées à l’utilisation
de ses bateaux.
Bénéteau, l’un des leaders mondiaux du nautisme, ne pouvait rester
sans réagir face au foisonnement
des services liés à son univers, des
acteurs tels SamBoat ou Click&Boat
ayant déjà pris des positions fortes
sur la location. La réaction du
groupe vendéen s’appelle « Band of
Boats ». Il a investi 2 millions d’euros
dans cette plate-forme de services,
dont la moitié en capital, lequel a
vocation à s’ouvrir vraisemblablement, à terme, à des acteurs adjacents de la finance, de l’assurance ou
à d’autres start-up. Et dans une fenê-
VIVATECHNOLOGY.COM
Il est équipé
sur mesure selon
la mission à effectuer.
pouvant être transporté n’importe
où en conteneur, ce qui évite de longues traversées maritimes à l’engin
pour se rendre au point d’étude
o céanographique. Doté d’un
moteur électrique, il peut emporter
tre de cinq ans, le groupe prévoit
d’injecter 5 millions d’euros dans
cette entité de 7 salariés, basée à
Nantes.
Rajeunir la clientèle
Pour l’heure, Band of Boats propose
des services de location à la semaine,
portés par son réseau de concessionnaires, mais aussi une place de marché pour l’achat, l’évaluation et la
revente de bateaux d’occasion. Cette
offre s’accompagne de services de
financement, de sécurisation des
paiements, d’assurance et de transport routier d’un port à l’autre.
« L’acheteur peut ainsi chercher un
bateau en fonction de son budget et
obtenir une simulation financière
transport compris », mentionne Olivier Maynard, venu de l’industrie
automobile pour déployer l’offre de
services et le numérique chez Bénéteau. Déjà, près de 10.000 bateaux
sont disponibles à la location et
5 . 0 0 0 à l a ve n t e s u r b a n d o f boats.com. Pour aller plus vite, le
groupe a requis l’expertise de partenaires tels que APRIL Marine, Cash-
Sentinel, CGI et SGB pour le financement, Sailogy pour la location ou
AltéAd pour le transport. Par la
suite, l’offre de services s’élargira à la
location journalière. Elle intégrera
également les services du Boat Club
de Bénéteau, réseau permettant de
naviguer sans être propriétaire sur
plus de 25 bases en France et en
péninsule ibérique avec l’assise du
groupe dans chaque port. « Band of
Boats va aussi nous permettre
d’observer comment nos bateaux sont
utilisés, note Olivier Maynard, ce qui
est un sujet essentiel pour le développement produit mais aussi la distribution, de meilleurs services… » Qui
plus est, la plate-forme sera multimarque, au-delà des 10 marques
propres au groupe, « car la taille et la
profondeur de l’offre sont fondamentales pour mieux connaître le marché ». L’enjeu est également le rajeunissement de la clientèle. « L’âge
moyen d’un acheteur étant
aujourd’hui de 60 ans et il tend à reculer, souligne Olivier Maynard. Notre
portail est un pipeline devant nous
amener nos clients de demain. » n
Backstage lance un fonds dédié
aux entrepreneuses afro-américaines
FINANCEMENT
La société de capitalrisque a annoncé
la création d’un fonds
de 36 millions
de dollars réservé
aux femmes noires.
Basile Dekonink
@Bdekonink
The world’s rendezvous
for startups & leaders
to celebrate innovation
Doté d’un moteur
électrique, il peut
emporter jusqu’à une
tonne de charge utile,
du matériel de mesure
et de captage.
jusqu’à une tonne de charge utile,
du matériel de mesure et de captage
pouvant se placer sur, sous ou audessus de la surface. Il est équipé
sur mesure selon la mission à effectuer. « Nous voulons en faire un outil
d’acquisition de données pour le
compte de tiers, précise Fabien de
Varenne. Mais on peut aussi vendre
tout ou partie des briques technologiques qui composent le Sphyrna. » Le
prototype de l’engin en carbone a
été présenté aux Assises de la mer
au Havre en novembre dernier et
n’a pas échappé à l’œil du ministre
de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Sa commercialisation pourrait débuter en
juin 2018. Pour éprouver son drone
lors d’une séquence de tests, Sea
Proven a lancé un appel à projets
« pour réaliser une mission océanographique d’intérêt général et innovante » avec une ONG et la communauté scientifique. Epaulée par
bpifrance, l’Ademe et la mission
Solar Odyssey, la start-up cherche à
lever un million d’euros pour lancer
son projet. — Olivia Bassi
Bénéteau veut concurrencer les
start-up de la location de bateaux
Emmanuel Guimard
— Correspondant à Nantes
—Comment SAP apporte-t-il
son soutien à l’écosystème de
startups ?
GK › Nous ne sommes pas un
investisseur comme les autres.
Nous apportons un savoir-faire
commercial et technologique
complémentaire. Nous connaissons le métier des startups que
nous soutenons. Nous leur apportons notre capacité à industrialiser et à commercialiser leurs
s
solutions
SI en leur donnant acc à notre portefeuille clients,
cès
l’u
u des plus riches au monde. •
un
(10.000 miles) ou de longue durée :
relevés sismiques, cartographie des
fonds marins, étude d’impact des
parcs éoliens sur la faune, surveillance d’installations offshore…
Inspiré d’une pirogue, le Sphyrna
est un multicoque asymétrique de
16,50 mètres, stable, démontable et
Arlan Hamilton préfère l’appeler
le « It’s about damn time fund »
(« Le fonds dont il était sacrément
temps »). La fondatrice et directrice
de Backstage Capital – société de
capital-risque américaine qui investit pour soutenir les femmes et les
personnes issues des minorités –
vient de lancer un fonds exclusivement dédié aux entrepreneuses
afro-américaines. « Ma conviction
est qu’investir de l’argent, du temps ou
des ressources […] dans toutes les personnes de couleur et dans les femmes
aux Etats-Unis n’est pas quelque
chose que l’on devrait considérer
comme une faveur, déclarait-elle en
février à Quartz. C’est à vous que l’on
fait une faveur si vous êtes un homme
blanc, car nous sommes le futur. »
Doté de 36 millions de dollars, le
fonds se situe au niveau de l’amorçage et injectera 1 million dans les
projets sélectionnés. L’histoire est
belle pour Arlan Hamilton, qui a
lancé Backstage Capital après avoir
essuyé les refus de la quasi-totalité
des investisseurs de la Silicon Valley
et fut même un temps sans-abri.
C’est finalement grâce à l’appui
financier de Susan Kimberlin, une
ancienne de Salesforce et PayPal,
que le projet put aboutir. Backstage
Capital est aujourd’hui soutenu par
des poids lourds de la tech comme
le CEO de Slack, Stewart Butterfield,
ou le directeur de Rose Tech Ventures, David Rose. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 27
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
FINANCE
&MARCHES
LA BOURSE ITALIENNE
EN NET REPLI
De nouveaux signes de blocage
politique lundi soir ont fait
baisser la Bourse de Milan.
Elle cédait 1,64 % mardi à la
clôture. Le pays se dirige vers de
nouvelles élections en juillet, à
l’automne ou début 2019,
après l’échec des forces politiques à trouver un accord de
gouvernement plus de deux
mois après les législatives du
4 mars.
les
indices
Les cinq questions posées par
la remontée des prix du pétrole
l Le président des Etats-Unis a prévenu ses alliés européens qu’il allait se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien.
l Dans l’attente de cette décision, les cours de l’or noir avaient atteint des niveaux jamais vus depuis fin 2014.
PÉTROLE
Etienne Goetz
@etiennegoetz
Les cours du pétrole remontent la
pente doucement, mais sûrement.
Depuis le début de l’année, ils ont
globalement gagné entre 13 % et
16 %. La hausse s’élève à plus de
60 % depuis le creux touché en
juin 2017 à 45 dollars, et bien plus
encore depuis le plus bas atteint
début 2016 quand le baril s’échangeait à moins de 30 dollars. Lundi, le
prix du WTI, référence américaine,
est même passé au-dessus de la
barre symbolique des 70 dollars, du
jamais-vu depuis fin 2014.
1 POURQUOI LE MARCHÉ
REGARDE-T-IL DE PRÈS
L’ACCORD SUR LE NUCLÉAIRE
IRANIEN ?
2 EST-CE QU’UNE TELLE
DÉCISION VA FAIRE FLAMBER
LES PRIX ?
C’est peu probable. Les investisseurs ont déjà intégré dans les cours
une bonne partie des tensions entre
l’Iran et les Etats-Unis. De plus,
comme le rappellent les analystes
de Commerzbank, toute la question
est de savoir si les autres pays seront
obligés de les implémenter.
Dans ce cas, et « seulement dans
ce cas, l’offre de pétrole iranien sera
touchée ». Or cette fois, « les EtatsUnis sont plus ou moins les seuls
partisans de sanctions, ce qui rend
plus difficile de mettre en place des
mesures extraterritoriales », poursuivent les experts de la banque
allemande.
D’AUTRES RAISONS
EXPLIQUENT-ELLES
LA REMONTÉE DES COURS ?
3
Oui, au-delà de la bonne tenue de la
croissance mondiale, qui a réveillé
la demande de pétrole, les tensions
géopolitiques entre l’Iran et Israël,
ainsi qu’entre l’Arabie saoudite et le
Yémen soutiennent aussi les
prix. Mais l’autre principale explication du regain de vigueur du brut,
c’est la production au Venezuela qui
plonge à vue de nez. Elle est tombée
à 1,43 mb/j selon les estimations de
Société Générale, contre 2,03 mb/j
en juillet 2017. Ce déclin est lié à la
crise que traverse le pays. Dernière
raison : le raffinage. A l’approche de
la « driving season » aux Etats-Unis,
les raffineurs font le plein de brut à
transformer, d’où une demande
accrue outre-Atlantique.
4 QUE VONT FAIRE L’OPEP
ET LA RUSSIE ?
L’organisation et ses partenaires se
réunissent à Vienne fin juin. Ils
devraient opter pour un statu quo et
la prolongation de l’accord de
réduction de production. Certes, un
parfum de dissension règne entre
les membres du cartel : l’Iran se
satisfaisant d’un baril entre 60 et
65 dollars, alors que l’Arabie saoudite verrait bien un pétrole à 80 dollars en vue de l’introduction d’une
partie de Saudi Aramco. Mais
5 FAUT-IL CRAINDRE
UN IMPACT
SUR LA CROISSANCE
MONDIALE ?
« l’Iran ne peut pas faire grand-chose,
elle est au maximum de sa production », explique un observateur. De
ce fait, l’acteur à surveiller est la
Russie. Elle a moins besoin d’un
pétrole cher que l’Arabie saoudite :
son économie dépend moins des
hy d r o c a r b u r e s q u e c e l l e d u
royaume, la chute du rouble atténue les effets de la baisse du brut, et
surtout la Russie se trouve en concurrence avec le schiste américain,
non seulement pour le pétrole mais
aussi pour le gaz.
Oxford Economics a imaginé les
conséquences d’un baril à 85 dollars entre fin 2018 et 2020. Selon
leur modèle, le PIB mondial serait
inférieur de 0,6 % à leur scénario de
base, l’inflation augmenterait de
1 point de pourcentage et les taux à
travers le monde remonteraient de
50 points de base. De quoi provoquer des tensions sur les marchés
financiers. Sans surprise, les économies qui en profiteraient le plus
seraient les pays exportateurs
comme l’Arabie saoudite, la Russie
et les Emirats arab es unis.A
l’inverse, les perdants seraient
les pays émergents gros consommateurs de pétrole comme la
Chine, l’Inde, l’Indonésie ou la
Turquie.
Lire l’éditorial
( Page
de Guillaume Maujean
8
L’Arabie saoudite profite du rebond de l’or noir
Les finances saoudiennes
respirent. Mais Riyad a
besoin d’un baril à 88 dollars pour sortir du rouge.
Yves Bourdillon
@yvesbourdillon
Riyad profite à plein du rebond à
70 dollars du prix du baril, qui fournit la quasi-totalité de ses revenus à
l’exportation et la majorité de ses
recettes fiscales. L’effondrement du
prix du baril depuis le record de l’été
2014 avait obligé le royaume à
s’endetter exceptionnellement et à
essayer de réduire ses coûteuses
subventions aux produits de première nécessité (eau, essence, électricité). Riyad a même dû instaurer
une TVA à 5 % en début d’année. Un
choc pour des Saoudiens habitués à
l’absence d’impôts et à un Etat providence quasi sans équivalent au
monde.
Le regain de plus de 120 % des
cours de l’or noir en deux ans permettra à la croissance économique
saoudienne de remonter à 1.8 %
Oliver Weiken/Zuma Press/Zuma/RE
Dans le cadre de cet accord conclu
en 2015, l’Iran a accepté de modifier
son programme nucléaire en
échange de la levée de sanctions
internationales. Ces dernières lui
interdisaient jusqu’alors l’accès au
marché international du pétrole.
Depuis son grand retour, l’Iran, troisième producteur de l’Opep, a augmenté sa production de un million
de barils par jour (mb/j), à 3,8 mb/j,
et ses exportations ont explosé à
2,48 mb/j en avril.
De fait, les acteurs du marché
pétrolier sont suspendus à la décision du président américain,
Donald Trump, sur l’avenir de
l’accord nucléaire iranien, qu’il
devait annoncer mardi soir. Selon
plusieurs médias, il avait d’ores et
déjà prévenu le président français
Emmanuel Macron dans l’aprèsmidi qu’il allait se retirer. Dans le
sillage de cette information, les
cours du pétrole ont brutalement
décroché de 3%.
Le redressement des cours de l’or noir va permettre à Riyad
de relancer des projets somptueux.
cette année, selon un pronostic
récent du Fonds monétaire international, contre une très inhabituelle
chute du PIB, de 0,5 %, l’an dernier.
Le redressement du cours peut
aussi doper l’évaluation (plus de
1.500 milliards de dollars selon
Bloomberg Economics) de l’entre-
prise pétrolière nationale Aramco,
au point que Riyad a décidé de
reporter à l’an prochain l’ouverture
de son capital, une opération d’une
ampleur sans doute sans précédent
dans le secteur pétrolier. Mais
Riyad n’est pas sorti d’affaires pour
autant. Son « point mort budgé-
taire », c’est-à-dire le niveau des
cours à partir duquel les finances
du royaume sortent du rouge, est
particulièrement élevé : 88 dollars
le baril cette année, selon une estimation récente du Fonds monétaire international. L’Arabie saoudite a en effet des dépenses jugées
incompressibles sur le plan militaire, en raison de son intervention
au Yémen et de sa rivalité avec
l’Iran, qui le pousse à disposer du
troisième budget de défense de la
planète. Ses dépenses sociales sont
aussi considérables, puisque la
moitié des quelque 30 millions de
Saoudiens ont moins de vingt ans et
que le taux d’activité des adultes est
particulièrement bas.
Revirement stratégique
Le mois dernier, Riyad a d’ailleurs
fait savoir qu’il visait un prix du
baril de 80 dollars, voire 100. Un
revirement total par rapport à la
stratégie d’il y a deux ans, qui avait
pour objectif de défendre ses parts
de marché quitte à ruiner au passage les producteurs de schiste amé-
ricain. Contribuer à faire remonter
le cours du baril à plus de 80 barils
pourrait donc rendre service au
concurrent de Riyad et, autre effet
pervers, compromettre ses plans de
diversification économique. Le
ministre des Finances, Mohamed
bin Abdullah Al Jadaan, a toutefois
assuré récemment que le royaume
ne compte pas dévier et profiter du
regain de l’or noir seulement
pour réduire son déficit budgétaire.
Ce dernier est toutefois prévu à… 9 %
du PIB en 2018, malgré une réduction de quatre points en deux ans. Il
est vrai que le royaume a les reins
solides, ce qu’illustre la confirmation de sa note A1 par Moody’s, grâce
à ses réserves financières très élevées et des coûts d’extraction très
bas. Il continue donc imperturbablement de lancer des projets tous
plus audacieux les uns que les
autres. Le prince héritier Mohammed ben Salmane a ainsi annoncé
officiellement vendredi un programme de construction de centres
culturels et de loisirs de 34 milliards
de dollars d’ici à 2020. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
28 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
Les banques britanniques poussent
les feux sur les fermetures d’agences
l Au total, 2.374 agences ont été fermées outre-Manche depuis 2015 ou sont en passe de l’être.
l Un mouvement qui permet aux banques, sous couvert de digitalisation des services, d’améliorer leur rentabilité.
BANQUE
Alexandre Counis
@alexandrecounis
— Correspondant à Londres
Les banques anglaises auraient-elles décidé de se passer de leurs
agences ? Leurs réseaux physiques
fondent en tout cas comme neige
au soleil. Royal Bank of Scotland
(RBS) et Lloyds Banking Group ont
annoncé ces derniers jours deux
nouveaux plans de restructuration : le premier a prévenu qu’il fermerait 162 agences de plus que
les 259 déjà condamnées depuis
décembre quand le second a ajouté
49 fermetures aux 49 déjà programmées en fin d’année dernière.
Mais le mouvement est général.
Selon l’association de consommateurs Which ?, ce sont 1.807 agences
qui ont été fermées outre-Manche
depuis 2015. Avec un rythme qui
s’accélère : après 459 en 2015 et 584
en 2016, elles ont été 703 en 2017.
Et d’après le décompte réalisé à
début mai, au moins 628 autres
devraient baisser le rideau cette
année – une soixantaine d’entre elles
a déjà fermé. Soit, au total, 2.374 fermetures !
Le même son de cloche
A chaque fois, la même raison est
invoquée : la montée en puissance de
la banque en ligne. « Depuis 2014, les
transactions conduites au travers du
réseau RBS en Angleterre et au Pays
de Galles ont chuté de 30 %. Durant la
même période, nous avons enregistré
une croissance de 53 % du nombre de
clients utilisant la banque mobile et le
volume de transactions par téléphone
a crû de 74 % », a déclaré la semaine
dernière un porte-parole.
Même son de cloche chez Lloyds
ou chez Barclays, qui a fermé plus de
121 agences depuis août 2016. Idem
chez HSBC, qui a renoncé à
222 agences en 2016, et où l’on explique que le nombre des face-à-face
avec des clients a fondu de près de
moitié en cinq ans. 93 % des contacts
se font désormais par téléphone fixe,
Internet ou smartphone.
Le rythme de fermeture est si soutenu (1.000 chez RBS depuis la fin
2014, faisant tomber le nombre
d’agences, en dix ans, de près de
2.300 à seulement 849) que certains
se demandent néanmoins si les banques ne provoquent pas elles-mêmes le mouvement. Il leur permet de
fait de doper leur rentabilité alors
même qu’elles parviennent à solder
leurs litiges hérités de la crise de
2008. La casse sociale est lourde : les
dernières annonces vont de pair
avec 800 suppressions de postes
chez RBS, 1.230 chez Lloyds.
« Micro-agences »
et « agences mobiles »
D’autres insistent sur les risques de
cette digitalisation à marche forcée
pour les clients les plus pauvres, les
plus ruraux ou les plus âgés, autrement dit les moins connectés.
Les banques ont annoncé des
mesures pour éviter de laisser ces
derniers sur le bas-côté. Lloyds
ouvre des « micro-agences » ou des
« agences mobiles » avec seulement
deux collaborateurs équipés de
tablettes (29 déjà ouvertes et 7 de
plus prévues d’ici à douze mois). Barclays a lancé l’initiative « Digital
Eagles » pour aider ses clients à basculer vers la banque en ligne.
RBS a appelé ses
clients à se rabattre
sur… le réseau
de La Poste.
Un dispositif rendu
possible, depuis
l’an dernier, par
le gouvernement.
Quant à RBS, elle a mis en place
dans ses agences des « TechXperts »
et envoie des « community bankers »
chez ses clients les plus vulnérables,
ou dans les « community centers »
(maisons de quartier ou foyers
ruraux) pour recréer un service en
face-à-face dans les zones rurales.
Reste à voir si de tels dispositifs sont
réellement à la hauteur des enjeux.
A l’image de RBS la semaine dernière, les banques peuvent aussi
appeler leurs clients à se rabattre,
quand leur agence disparaît, vers…
le réseau de La Poste. Une initiative
gouvernementale lancée l’an dernier prévoit que chacun puisse, au
Royaume-Uni, gérer ses comptes au
guichet de l’un des 11.500 bureaux
de poste du pays. Un dispositif qui
permet à 93 % des Britanniques de
disposer d’un espace à moins d’un
mile (1,6 km) de chez eux pour y
effectuer des dépôts ou des transferts. Et qui offre aux banques un
alibi en or pour fermer des agences
sans trop s’inquiéter des conséquences. n
Agence Royal Bank of Scotland, à Londres. « Depuis 2014, les transactions conduites au travers du réseau [...] ont chuté de 30 %. Durant
la même période, nous avons enregistré une croissance de 53 % du nombre de clients utilisant la banque mobile », a expliqué un porteparole de la banque pour justifier les fermetures d’agences. Photo Simon Dawson/Bloomberg
Les poids lourds du secteur s’en sortent mieux
Les grandes banques
récoltent les fruits de leurs
restructurations. Les plus
petites, aux reins moins
solides et aux activités
moins diversifiées,
souffrent.
Aux petites banques le monopole de
l’agilité, de l’inventivité, et in fine de
la croissance, avait-on eu tendance à
penser ces dernières années outreManche. Il faut dire que les grandes
banques britanniques ont peiné à
juguler les effets de la crise de 2007,
traînant derrière elles de lourdes
provisions pour règlement de litiges
et de gros coûts de restructuration.
Mais elles sont sur le point de
prendre leur revanche, car, alors que
le marché se tend dans la banque de
détail et en particulier sur les prêts
immobiliers, elles semblent mieux
positionnées que leurs rivales plus
petites pour encaisser le choc. Les
résultats du premier trimestre ont
montré combien elles commençaient à recueillir les fruits des
efforts réalisés ces dernières années
pour apurer leurs bilans et améliorer leur rentabilité. Lloyds Banking
Group et RBS ont vu leur résultat
avant impôts doubler ou presque
par rapport aux trois premiers mois
de l’an dernier. Lloyds s’offrant
même le luxe de porter sa marge
nette d’intérêt de 2,8 % à 2,93 %.
Barclays fait exception
Certes, HSBC voit son bénéfice trimestriel avant impôts reculer de
4 %, à 4,76 milliards de dollars. Mais
la hausse de 13 % des coûts invoquée
par la banque pour se justifier vient
d’« investissements nécessaires à la
croissance et au renforcement des
capacités numériques ». Seule Barclays fait exception à la règle : de
nouvelles provisions passées pour
faire face au scandale des PPI (distribution abusive de contrats d’assurance-emprunteur) l’ont précipité
dans le rouge, avec une perte avant
impôt de 236 millions.
La baisse des coûts liés aux litiges
et restructurations ne doit pas mas-
Lloyds Banking Group
et RBS ont vu leur
résultat avant impôts
doubler ou presque.
quer pour autant les difficultés réelles qui persistent en banque de
détail. Les prêts aux clients reculent
ainsi chez RBS, par exemple, où la
concurrence accrue sur les prix des
crédits immobiliers fait souffrir les
marges.
Mais les petites banques britanniques, aux reins moins solides et aux
activités moins diversifiées que leurs
rivales, ont plus de mal qu’elles à
faire face. Par un hasard du calendrier, elles viennent d’enchaîner les
mauvaises nouvelles. TSB, en espé-
rant réaliser plus de 100 millions de
livres d’économies par an grâce à
une nouvelle plate-forme informatique, a essuyé une rupture de service
qui a écorné son image et restera
dans les annales. La filiale locale de
Santander a, elle, publié un résultat
trimestriel avant impôts en repli de
21 %, à 414 millions de livres. Quant à
Metro Bank, elle a trébuché en
Bourse, des analystes estimant
qu’elle aurait à lever du capital plus
tôt que prévu.
Comme elles, Nationwide Building S ociet y, Clydesdale and
Yorkshire Bank ou encore Virgin
Money souffrent des tensions sur le
marché du crédit immobilier.
L’annonce par la Clydesdale and
Yorkshire Bank, lundi soir, d’une
offre à 1,6 milliard de livres pour
reprendre Virgin Money (filiale à
près de 35 % du groupe Virgin), ne
vise qu’à unir leurs forces pour pouvoir mieux affronter les difficultés.
— A. C.
Cartes de débit : MasterCard fait une percée au Royaume-Uni
MOYENS
DE PAIEMENT
Le réseau
international de
paiement ne pesait
que 5 % d’un marché
britannique dominé
par Visa.
Il va y porter son poids
à 20 % grâce à un
important contrat
conclu avec Santander.
L’offensive de MasterCard sur le
marché britannique des cartes de
débit commence à porter ses
fruits. Le réseau de paiement ne
pesait jusqu’à présent pas plus de
5 % de cet important marché,
autrement dit pas grand-chose,
face au grand rival Visa qui en contrôlait les 95 % restants. Mais il
vient d’y réaliser une véritable
percée : il a signé la semaine dernière un contrat avec la filiale
locale de Santander, cinquième
acteur bancaire outre-Manche,
qui va lui permettre de porter son
poids à 20 %. Au risque de bousculer Visa.
Ce renforcement sera progressif : la banque espagnole ne basculera les 9 millions de cartes de
débit de ses clients que lorsqu’elles
arriveront à échéance, un processus qui démarrera à partir du premier trimestre 2019 et s’étalera sur
les quatre prochaines années.
10 % de part de marché
supplémentaire
Mais l’accord, qui vaut p our
huit ans, est le plus gros jamais
signé par Mastercard outre-Manche. A lui seul, il lui apporte près
de 10 % de part de marché. Et il
intervient après un autre gros
contrat conclu pour sept ans en
juin 2017 avec TSB, qui procurera
Monzo, Starling, Citi ou encore
Clydesdale and Yorkshire Bank.
Offensives tous azimuts
Pourquoi Mastercard se lance-t-il à
l’assaut d’un marché que Visa
Europe a largement accaparé, bien
Visa reste le
fournisseur des quatre
principaux
établissements
bancaires britanniques.
Le renforcement de MasterCard sera progressif : Santander
ne basculera les 9 millions de cartes de débit de ses clients
que lorsqu’elles arriveront à échéance. Photo Toby Talbot/AP/Sipa
à Mastercard 4,5 % de part de marché supplémentaires – l’établissement commencera à basculer ses
clients à partir de la fin de l’année.
MasterCard n’avait jusque-là
signé qu’avec des acteurs bancaires plus petits au Royaume-Uni,
comme Virgin Money, Metro,
avant qu’il ne soit racheté aux banques en 2016 par Visa Inc ? MasterCard domine le marché britannique des cartes de crédit (et celui des
cartes prépayées). Mais le marché
des cartes de débit, notamment
plébiscité par les jeunes, se développe plus rapidement.
L’offensive du réseau américain
de paiement sur les cartes de débit
britanniques ne s’arrête pas à la
signature de nouveaux contrats.
MasterCard concurrence aussi
Visa via Vocalink, une entreprise
achetée 700 millions de livres l’an
dernier à un consortium de banques britanniques, et qui crée des
infrastructures de paiement en
temps réel. Elle devrait lancer cette
année un service qui permettra
aux utilisateurs d’acheter en ligne
directement depuis leurs comptes
courants, autrement dit sans utiliser de cartes de débit. Une fonctionnalité que plusieurs banques
Visa ont l’intention de proposer à
leurs clients, à commencer par
Barclays et HSBC.
Reste à savoir comment Visa
réagira à ces attaques tous azimuts. Le groupe reste le fournisseur des quatre principaux établissements bancaires britanniques
(HSBC, Barclays, RBS et Lloyds
Banking Group). A charge pour lui
de le rester.
— A. C.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 29
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
Paiement : iZettle se rêve
en Square européen
Schroders se voit
en pouponnière
de fintech
l La jeune pousse suédoise officialise son intention de s’introduire en Bourse.
l Elle espère lever 190,7 millions d’euros pour accélérer son développement.
INNOVATION
MOYENS
DE PAIEMENT
Ninon Renaud
@NinonRenaud
Après des mois de rumeurs, le processus est désormais sur les rails. La
jeune pousse suédoise iZettle a
annoncé mardi son intention de
s’introduire sur le marché du Nasdaq Stockholm dans les prochaines
semaines. Son objectif : accélérer sa
croissance et rivaliser avec le géant
du secteur, l’américain Square.
Fondée en 2010, la société, qui
s’est lancée sur le Vieux Continent
en ciblant les petits commerçants
avec un mini-lecteur de carte bancaire (mPOS pour « mobile point of
sale ») relié à un mobile, espère
ainsi lever 2 milliards de couronnes
suédoises (190,7 millions d’euros).
Cette opération « va nous permettre d’améliorer notre accès aux marchés de capitaux pour faciliter notre
croissance continue et renforcer notre
positionnement auprès des marchands et de nos partenaires dans un
contexte de compétition féroce en
matière de talents », précise dans un
communiqué Jacob de Geer, directeur général et cofondateur de la
société avec Magnus Nilsson.
La licorne – son tour de table de
40 millions d’euros en décembre la
valorisait un peu plus de 1 milliard de
dollars – a confié son introduction
en Bourse à Carnegie Investment
Bank AB et à JP Morgan, avec Barclays en teneur de livre associé. Ce
processus doit consister en la cession de titres existants détenus par
les actionnaires actuels, mais aussi
en l’émission d’actions nouvelles.
Présent sur 10 marchés européens, dont la France, mais aussi au
Mexique et au Brésil, iZettle a
depuis ses débuts sensiblement étoffé ses services aux commerçants, son terminal de paiement mobile se transformant en
produit d’appel dont il n’a cessé de
baisser le prix, le divisant par quatre en quatre ans, à 19 euros actuellement. Outils d’analyse des ventes,
Sophie Rolland
@Sorolland
IZettle propose un mini-lecteur de carte bancaire (mPOS pour « mobile point of sale ») relié
à un mobile. Photo Lasse Burell/iZettle
tableau de bord de facturation ou
encore facilités de trésorerie…
Grâce à ces différentes briques de
services, la fintech souhaite, sur le
modèle de son concurrent américain Square, devenir le partenaire
préféré des petits commerçants.
Elle vient dans cette logique de lancer une plate-forme d’e-commerce
permettant aux TPE suédoises et
britanniques de créer leur boutique en ligne et d’accepter les paiements sur Internet.
Un modèle qui doit faire
ses preuves
Il reste à savoir si le challenger de
Square saura convaincre les investisseurs. La société a enregistré en
2017 une croissance de 51 % en 2017,
à 776 millions de couronnes suédoi-
ses (74,2 millions d’euros), et réduit
ses pertes opérationnelles, les faisant passer de 238 millions en 2016 à
Grâce à ses différentes
briques de services, la
fintech veut devenir le
partenaire préféré des
petits commerçants.
232 millions de couronnes (22 millions d’euros) l’an dernier. Avec
28 millions de petits commerçants
dans l’ensemble de ses géographies,
elle estime que son marché représentera près de 52 milliards de dollars en 2020. Sur cette base, iZettle
vise une croissance annuelle mini-
mum de 40 % de ses revenus et
l’équilibre en 2020. Mais si la société
a baissé ses commissions comme
ses concurrents, elles restent élevées
(1,75 % du montant de la transaction). Globalement, les analystes
d’Invest Securities ont calculé qu’un
« mPOS n’est économiquement plus
rentable qu’un terminal classique
qu’en deçà d’un niveau de transaction
encaissé de 2.500 euros par mois, soit
30.000 euros par an ».
A cette limite s’ajoute la nature
très diverse des petits commerçants
qui en fait un marché très hétérogène, difficile à appréhender dans
sa globalité. Sans compter que, de
Payleven à SumUp en passant
par Smile&Pay, les concurrents de
Square poussent comme des champignons sur le Vieux Continent. n
Square vaut presque autant que Twitter
Le cours du spécialiste
des paiements mobiles
a été multiplié
par cinq depuis
sa cotation fin 2015.
ainsi développé une offre de prêts et
de dépôts, via sa filiale Square Capital, ainsi qu’un service de virement
entre particuliers baptisé « Square
Cash ». Ce service, qui a supplanté
son rival Venmo par le nombre de
téléchargements, compte 7 millions d’utilisateurs, et s’est imposé
comme un moyen de paiement
Elsa Conesa
@ElsaConesa
— Bureau de New York
Il y a dix-huit mois, Square valait
deux fois moins que Twitter. Mais à
un peu plus de 20 milliards de dollars de capitalisation boursière, il
talonne aujourd’hui le site de microblogging. Des deux sociétés fondées
par Jack Dorsey, Square, quoique la
moins connue, est de l’avis général
la plus prometteuse. De quoi faire
rêver son challenger suédois,
iZettle, qui a annoncé mardi son
introduction en Bourse dans les
prochains mois.
Réticences initiales
Fondé en 2009, Square a discrètement bouleversé l’industrie des
moyens de paiement aux EtatsUnis. Avec son petit carré de plastique blanc capable de lire la bande
magnétique d’une carte de paiement et pouvant se brancher dans
la prise audio d’un smartphone,
elle a permis, du jour au lendemain, à des centaines de milliers de
commerçants américains d’accepter les paiements par carte. Avec un
modèle simple : le terminal est gra-
La société de gestion
a créé un
programme
d’accompagnement
pour les start-up
technologiques.
Son service de
virement entre
particuliers s’est
imposé, avec 7 millions
d’utilisateurs.
Le fondateur de Twitter et Square, Jack Dorsey, en 2016.
Photo Teresa Kroeger/Getty Images for Thurgood Marshall College Fund/AFP
tuit, et Square prélève 2,65 % sur
toutes les transactions.
Introduite en Bourse au printemps 2015, la société a longtemps
souffert des réticences des investisseurs, persuadés que les fondateurs, confrontés à des pertes abyssales, cherchaient à vendre. Ce n’est
qu’après plusieurs trimestres de
résultats supérieurs aux attentes
que le cours a commencé à se
reprendre en début d’année dernière, au point d’afficher l’une des
meilleures performances boursières de la tech en 2017. Au premier
trimestre 2018, Square, bien que
toujours en pertes, avait géré près
de 18 milliards de dollars de transactions.
Diversification accélérée
L’entreprise, pilotée à mi-temps par
Jack Dorsey depuis qu’il a repris ses
fonctions chez Twitter en 2015, a de
fait activement diversifié son offre, et
a pour ambition affichée de concurrencer les grandes banques en
offrant une vaste palette de services
financiers aux entreprises et aux
particuliers. Depuis 2014, Square a
pour les particuliers n’ayant pas de
compte en banque. L’été dernier,
Square a autorisé les transactions
en bitcoins, et a déposé un dossier
pour obtenir une licence bancaire
dans l’Utah, afin d’étoffer son offre
pour les commerçants, mais aussi
pour les particuliers.
Très bien implanté chez les petits
commerçants, Square travaille aussi
à développer sa présence chez les
plus gros distributeurs, un segment
qu’il courtise en leur offrant des services annexes, comme le versement
et la déclaration des salaires, la
conception de sites Web (il vient
d’acquérir le spécialiste Weebly), et
même les services de restauration
dans les bureaux. n
Les sociétés de gestion aussi
s’intéressent aux start-up. Le
gestionnaire d’actifs britannique Schroders a lancé fin mars
un programme de collaboration avec des jeunes pousses
spécialisées dans les services
financiers.
La première société sélectionnée, Qwil Messenger, a
créé un système de messagerie instantanée destiné aux
entreprises. « Qwil Messenger
a développé une plate-forme
sécurisée et fiable qui répond
aux exigences réglementaires
croissantes en matière de communication avec les clients, en
particulier avec l’entrée en
vigueur prochaine du règlement général pour la protection
des données (RGPD) », commente Graham Kellen, responsable de la stratégie numérique chez Schroders. En
effet, si les applications de
messagerie instantanée sont
de plus en plus utilisées, elles
présentent souvent des failles
en matière de sécurité, qui les
rendent impropres à l’utilisa-
tion dans un contexte professionnel.
La jeune start-up répond aux
critères que s’était fixés Schroders pour son programme
(dénommé « Cobalt »). A savoir,
avo i r d é p a s s é l e s t a d e d u
concept et les premières phases
de croissance (early-stage), être
en ligne avec les priorités et la
culture d’entreprise de la société
de gestion et proposer une
solution innovante susceptible
d’apporter un bénéfice tangible
à un horizon d’un an.
Un accès précoce
aux technologies
« Ce programme nous permet
d’avoir accès de façon précoce à
des technologies et à des sociétés
auxquelles nous n’aurions pas
eu accès autrement », explique
Graham Kellen. « En accompagnant ces jeunes pousses, nous
pouvons également les inciter à
développer des produits qui
répondent précisément à nos
besoins. » Appuyée à un client
de la taille de Schroders, la
société a également moins de
risques de disparaître dans ses
premières années de vie. « C’est
une façon de gérer son risque
lorsque l’on a recours aux services d’une start-up. »
En plus de bénéficier d’un
accès aux équipes et aux ressources de Schroders, les jeunes
pousses « pourront potentiellement bénéficier d’investissements ». Les éventuelles prises
de participation « seront décidées au cas par cas », précise la
société de gestion. n
Le crédit
aux ménages
toujours offensif
CRÉDIT
La production
de crédits à l’habitat
a augmenté
légèrement
en mars, malgré
la stagnation des
renégociations.
Solenn Poullennec
@SolennMorgan
Les banques restent à l’offensive en matière de crédit aux
ménages en France. En mars,
l’encours des prêts aux particuliers a augmenté de 5,9 % sur un
an, pour atteindre 1.170 milliards d’euros, selon les statistiques publiées par la Banque de
France lundi. Ce rythme de
croissance annuelle est légèrement inférieur à celui enregistré un mois plus tôt (6 %) et au
cours la deuxième partie de
l’année dernière. Il reste néanmoins élevé comparé à celui
des année s 2012 à 2016 et
s’explique par la hausse du
stock des crédits à la consommation comme de celle du
stock des crédits à l’habitat.
Côté flux, la production de
prêts à la consommation amortissables est restée stable entre
février et mars (à 5,4 milliards
d’euros). Elle reste cependant
importante comparée à celle
des années précédentes, marquées par la crise et le durcissement de la régulation pour les
acteurs du « crédit conso ».
En matière de crédits à l’habitat, la production mensuelle a
augmenté légèrement entre
février et mars, pour atteindre
16,1 milliards d’euros. Cette évolution est d’autant plus notable
que le montant des crédits renégociés, qui s’était envolé à la fin
de 2016 et au début de 2017 du
fait de la baisse des taux, a stagné
à 3,1 milliards d’euros sur la
même période.
Des autorités vigilantes
Cette bonne tenue de la production de crédits nouveaux
(hors renégociations) peut
notamment s’expliquer par les
conditions toujours très avantageuses dont bénéficient les
ménages qui souhaitent
s’endetter pour acquérir leur
logement.En mars, les taux
d’intérêt moyen des nouveaux
crédits à l’habitat (à long terme
et à taux fixe) sont repartis à la
baisse pour atteindre 1,58 %
(contre 1,61 % en février), selon
la Banque de France. La tendance s’est prolongée en avril,
selon l’Observatoire Crédit
Logement/CSA.
Pour servir leurs clients
confrontés à la hausse du prix
des logements, les banques se
livrent non seulement à une
guerre de prix, mais ils ont aussi
tendance à prêter à des maturités toujours plus longues.
Ces évolutions sont sur veillées de près par les autorités
françaises : « La dynamique du
crédit à l’habitat justifie une vigilance particulière, alors que
l’accélération des prix de l’immobilier se poursuit, ainsi que
l’assouplissement des conditions
d’octroi », soulignait ainsi le
Haut Conseil de stabilité financière, en mars. Ce dernier a
d’ores et déjà agi pour éviter un
emballement du crédit aux
entreprises. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
30 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
Des actionnaires de plus en plus
contestataires lors des AG
LA SÉANCE DU 8 MAI 2018
l Certaines résolutions sur
les rémunérations des dirigeants
ont été votées de justesse.
l La reconduction des patrons
cumulant les fonctions de président
et de DG est aussi mal perçue.
Laurence Boisseau
@boisseaul
Le « printemps des actionnaires »
aura-t-il lieu en France ? La contestation est en tout cas bien plus manifeste que d’habitude lors des assemblées générales (AG) cette année.
Dix-huit groupes du CAC 40 ont déjà
tenu leur AG. Dans près de la moitié
des cas, des résolutions ont été
votées avec des scores inférieurs à
80 %. Au total, cela représente
26 résolutions, contre 35 résolutions
sur la saison 2017 dans sa globalité.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, compte tenu de l’éparpillement de la répartition du capital, obtenir moins de 80 % des
suffrages lors d’une AG de sociétés
cotées – perçues par le passé comme
de simples chambres d’enregistrement – témoigne d’une réelle manifestation d’humeur, voire d’une
contestation actionnariale.
Sujets de discorde
Comme prévu, le principal sujet de
discorde concerne les rémunérations des dirigeants. Si le taux
d’approbation moyen du « say on
pay » (vote contraignant sur le
salaire des dirigeants au titre de
2017) reste à des niveaux très satisfaisants, à 83,2 %, il est bien plus bas
qu’en 2014 (91,96 %) et inférieur à
celui de 2017 (85,7 %). La politique
de rémunération (vote ex ante) au
titre de 2018 n’a remporté, en
moyenne, que 73 % des suffrages.
Des groupes du CAC 40 ont vu certaines de leurs résolutions passer de
justesse. Chez Vinci, la rémunération d’Yves-Thibault de Silguy, administrateur référent, via sa société de
conseil, n’a obtenu que 50,37 % des
suffrages. Les émoluments 2017 du
PDG, Xavier Huillard, n’ont été
approuvés qu’à 56,26 % et sa politique de rémunération 2018, à 54,15 %.
Chez Essilor, les actionnaires ont
contesté aussi le « say on pay »
d’Hubert Sagnières (PDG) et de Laurent Vacherot (DGD), votés à 58,78 %
et 59,93 %. A l’AG de Schneider Electric, les parachutes en cas de départ
de Jean-Pascal Tricoire, PDG, et
d’Emmanuel Babeau, DG délégué,
n’ont obtenu que 59,9 %.
Autre sujet de critique, les bons
Breton – ces bons de souscription
d’actions attribués gratuitement
lors d’offre publique — sont mal
perçus par les actionnaires, car il
s’agit d’armes anti-OPA. Chez
Accor, ils n’ont été votés qu’à 53 %.
La reconduction des patrons
cumulant les fonctions de président
et de DG est aussi contestée : l’agence
américaine de conseil en vote ISS,
très influente, recommande toujours aux investisseurs de voter
contre. Chez Veolia, Antoine Frérot
a été reconduit à 69 %. Pour son dernier mandat, Martin Bouygues n’a
obtenu que 88,34 % des suffrages.
Une majorité courte alors que la
famille et les salariés ont plus de
50 % des droits de vote.
Autre signe de contestation –
hors du CAC 40 pour l’instant –, les
résolutions externes déposées par
des actionnaires et non agréées par
les conseils sont nombreuses. Pour
Le dossier iranien a maintenu
•sous
pression la place pari-
Les émoluments 2017 du PDG de Vinci, Xavier Huillard,
n’ont été approuvés qu’à 56,26 % et sa politique de rémunération
2018, à 54,15 %. Photo Hamilton/RÉA
la première fois, en France, une
société de gestion classique s’est
lancée, aux côtés d’un activiste,
dans une campagne publique. La
Financière de l’Echiquier, fondée
par Didier Le Menestrel, et SSV ont
réclamé l’entrée au conseil de Latécoère de deux nouveaux administrateurs. Chez Lagardère, Amber
Capital a proposé, aussi, deux administrateurs au conseil de surveillance, des résolutions rejetées à
83 %. Enfin, chez Fnac Darty, le
courtier en assurances dites affinitaires (couvertures de mobiles et
autres ordinateurs) SFAM, qui a
acquis 11 % du capital, a réclamé
deux sièges au conseil. n
Le plus gros fonds
souverain au monde n’a pas
suivi les recommandations
d’ISS et de Glass Lewis,
les deux grandes agences
de conseil en vote.
Dans l’âpre bataille opposant le
fonds activiste américain Elliott à
Vivendi pour le contrôle du conseil
d’administration de Telecom Italia, chaque voix allait compter.
Tous les deux le savaient. Aussi,
obtenir, à l’AG du groupe de télécoms italien, du 4 mai dernier, le
soutien du fonds souverain norvégien, cinquième actionnaire avec
ses 2,58 % du capital, était bien évidemment capital. Même si cela ne
s’est pas révélé suffisant… Car le
plus gros fonds souverain au
monde, qui gère 800 milliards
d’euros, a voté en faveur de la liste
des candidats administrateurs
déposée par Vivendi. Il s’est abstenu de voter à celle proposée par
le fonds américain dirigé par Paul
Singer. C’est toutefois ce dernier
qui l’a emporté, dans un mouchoir
de poche, avec 49,8 %, contre
47,2 % pour le groupe de Vincent
Bolloré.
Lutte contre la corruption
Le fonds souverain norvégien n’a
pas voté comme le recommandaient les deux grandes agences
américaines de conseil en vote, ISS
Une initiative de place
vise à rendre plus
rapide et plus simple
l’identification des
porteurs de titres cotés.
Une avancée qui
intéresse particulièrement les émetteurs
d’obligations.
Guillaume Benoit
@gb_eco
Si les entreprises connaissent généralement assez bien leurs actionnaires, la situation est bien différente pour leurs créanciers
obligataires. Une situation surprenante, mais qui devrait bientôt
changer. Une initiative de place,
lancée à l’initiative d’Euroclear SA
– le dépositaire central des titres
cotés à Paris – planche actuelle-
ment sur la question de la transparence sur les porteurs de titres dans
une optique large englobant les
actions, les obligations et les parts
de fonds. « Nous avons engagé des
réflexions avec un groupe de travail
de place pour rediscuter les besoins,
en vue de moderniser nos services de
transparence, explique Sébastien
Seailles chez Euroclear. Nous
devrions formuler des propositions
concrètes, d’ici juin prochain, qui
seront partagées avec notre comité
d’utilisateurs. » Parmi les solutions
envisagées, un recours à la blockchain, le système qui sécurise les
transactions du bitcoin, afin de
gagner en souplesse et en rapidité.
« Il s’agit d’un enjeu de compétitivité
pour la place de Paris », poursuit
Sébastien Séailles.
Ce changement serait le bienvenu pour les entreprises. « Le seul
moment où un émetteur connaît de
façon certaine ses créanciers obligataires, c’est le jour de l’émission,
quand les banques ayant réalisé le
placement dressent la liste des inves-
tisseurs qui ont souscrit les titres »,
explique Jérôme Guttières, président de la commission financement de l’Association française des
trésoriers d’entreprises (AFTE).
Le fonds activiste ValueAct s’invite
au capital de Citigroup
Des besoins précis
Une opacité qui peut se révéler problématique dans certaines situations. « Quand une entreprise veut,
par exemple, proposer une offre de
rachat obligataire, ou, dans certains
cas, doit procéder à une restructuration – et pour se faire obtenir l’accord
des détenteurs obligataires –, c’est un
atout pour elle de les avoir identifiés
au préalable, afin d’établir la stratégie la plus adaptée », souligne
Jérôme Guttières. L’approche n’est
pas la même pour convaincre un
investisseur institutionnel, comme
les assureurs, ou un hedge fund, par
exemple. Une procédure existe à
l’heure actuelle, mais elle est peu
connue et peu usitée : celle des titres
au porteur identifiable (TPI). Elle
permet d’obtenir une photographie, au jour de la demande, des
GOUVERNANCE Le fonds activiste ValueAct Capital Partners a
pris près de 0,7 % du capital de Citigroup en achetant pour 1,2 milliards d’actions du groupe bancaire américain au cours des quatre
derniers mois et compte renforcer son poids, a-t-il indiqué lundi à
ses investisseurs dans un courrier. ValueAct estime la banque sousvalorisée et loue notamment son réseau de traitement des paiements internationaux. Le fonds californien ne requiert pour l’heure
pas de changement stratégique majeur de la part de la direction de
Citigroup, même s’il estime que la banque pourrait porter de 40 à
50 milliards de dollars dans deux ans les versements de cash à ses
actionnaires via des rachats d’actions et dividendes plus importants. Le secteur financier représente désormais plus d’un tiers du
portefeuille de ValueAct, qui est aussi présent au capital de Morgan
Stanley et de KKR.
(Institutional Shareholder Services) et Glass Lewis. Très influentes,
celles-ci s’étaient prononcées pour
la liste d’administrateurs déposée
par Elliott.
Créé en 1990 sur les revenus tirés
de l’exploitation pétrolière et
gazière, ce fonds, qui détient 1,3 % de
la capitalisation boursière mondiale, sert de référence pour de nombreux fonds gérés de façon socialement responsable dans le monde. Sa
priorité pour 2018 est de lutter contre la corruption. En début d’année,
il a sommé les 9.000 sociétés dans
lesquelles il est investi de s’assurer
que des politiques anti-corruption
ont été bien appliquées.
— L. Boi.
créanciers obligataires sur une souche précise. « Pour les émissions réalisées depuis 2014, il est possible
d’obtenir auprès d’Euroclear SA une
image assez détaillée, décrit Jérôme
Guttières. Mais pour les souches
antérieures, on peut faire appel à
d’autres prestataires qui mènent
directement les recherches en contactant les gérants. » Cette recherche
est efficace, puisqu’elle permet en
moyenne d’identifier 80 % à 90 %
des porteurs d’obligations. On peut
descendre jusqu’au propriétaire
final, sauf si ce dernier est un particulier. Dans ce cas spécifique, c’est
le nom de la banque privée où ce
dernier possède un compte qui sera
communiqué. Mais la démarche
est assez longue, puisqu’il faut
compter quatre à six semaines pour
obtenir ces infos. Et elle a un coût,
qui dépend du prestataire et du
nombre de souches, qui est, aux
dires des trésoriers, non négligeable. Surtout dans le cas d’une entreprise qui connaît des difficultés et
doit restructurer sa dette. n
Côté valeurs, Air FranceKLM a limité ses pertes (–0,71 %)
après l’annonce de la démission
du PDG, Jean-Marc Janaillac,
vendredi. Le gouvernement a
averti dimanche que l’Etat ne
viendrait pas à la rescousse de la
compagnie. Le secteur pétrolier
a reculé, pénalisé par la baisse
des cours de l’or noir, qui se
repliaient après avoir atteint la
veille leur plus haut niveau
depuis novembre 2014. Ainsi
TechnipFMC a lâché 4,06 %,
Total, –1,71 % et Vallourec,
–2,06 %. Airbus a perdu 0,18 %.
Montagne Neige et Développement (MND) a cédé 0,23 %,
après la sanction prononcée par
la commission des sanctions de
l’Autorité des marchés financiers. Recylex a baissé de 2,54 %.
SNCF Réseau a saisi la justice
pour réclamer un dédommagement de 70 millions d’euros aux
entreprises Recylex et Retia
après des travaux de remise en
état d’une voie ferroviaire près
de Marseille.
en bref
Telecom Italia : le fonds souverain
norvégien a choisi Vivendi contre Elliott
Les entreprises pourront bientôt savoir
plus facilement qui détient leur dette
OBLIGATIONS
sienne mardi. La Bourse de
Paris a fini en léger recul
(–0,17 %), cédant à la morosité en
attendant de connaître la décision du président américain
Donald Trump concernant
l’accord sur le nucléaire iranien.
L’indice CAC 40 a perdu
9,49 points, à 5.521,93 points,
dans un volume d’échanges de
3,2 milliards d’euros. La veille, il
avait fini en légère hausse de
0,28 %. Les investisseurs ont
donc continué à surveiller plus
que jamais le prix du baril de
pétrole qui reculait mardi,
après avoir atteint lundi son
plus haut niveau en trois ans et
demi.
Intesa San Paolo enregistre son
meilleur bénéfice trimestriel en dix ans
Marco Bertorello/AFP
GOUVERNANCE
Paris en léger
repli avant
les annonces
sur l’Iran
BANQUE La banque italienne
Intesa Sanpaolo a publié mardi
un bénéfice net en hausse de
39 % au premier trimestre, à
1,25 milliard d’euros, son
meilleur en dix ans. Son stock
de crédits détériorés bruts a
par ailleurs été réduit de 1,5 milliard au premier trimestre. Le
patron de la banque, Carlo
Messina (photo), s’est félicité de
ces résultats « qui donnent une
bonne impulsion au nouveau
plan stratégique ». Il a confirmé
l’objectif d’un bénéfice net 2018
supérieur aux 3,8 milliards
enregistrés en 2017.
COMMUNIQUÉ
Suite à la publication dans les Echos en date
27 mars 2018 concernant la SOCAMI VAL DE France.
Il y aura lieu de lire :
Mercredi 16 mai 2018 à partir de 11h00
DOMAINE DE L’ABBAYE DES VAUX DE CERNAY
Route d’Auffargis
78720 CERNAY LA VILLE
En remplacement de :
Mercredi 16 mai 2018 à 10h00
Dans les locaux de la BANQUE POPULAIRE
VAL DE FRANCE
9 Avenue Newton
78180 MONTIGNY LE BRETONNEUX
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ENTREPRISE & MARCHÉS // 31
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
euronext
séAncE du 08 - 05 - 2018
CaC 40 : 5521,93 (-0,17 %) neXt 20 : 12049,47 (0,93 %)
CaC larGe 60 : 6118,49 (-0,06 %)
CaC all-tradaBle : 4347,04 (-0,05 %)
Date De ProroGation : 28 mai
CAC 40
srD suite
Valeurs mnémo / info /
ost
isin / Devise / Date Détach. / Div
accor (ac) R
a
fr0000120404
air liQuiDe (ai) R
12/05/17 1,05
a
fr0000120073
15/05/17 2,6
airBus GrouP (air) R
a
nl0000235190
16/04/18 1,28
arcelormittal (mt)
a
lu1598757687
atos se (ato) R
fr0000051732
aXa (cs) R
a
26/05/17 1,6
a
fr0000120628
03/05/18 1,26
BnP PariBas (bnp) R
a
fr0000131104
BouYGues (en) R
A : indicateur acompte, solde ou total du dividende. BPA : bénfice par action. PER : price earning ratio. les plus hauts et plus bas ajustés sont sur l’année
civile. les valeurs classées par ordre alphabétique sont regroupées en trois classes de capitalisation signalées par les lettres a pour les capitalisations
supérieures à 1 milliard d’euros, B pour les capitalisations comprises entre 1 milliard d’euros et 150 millions d’euros et c pour les capitalisations inférieures
à 150 millions d’euros. L : valeurs de l’indice cacnext20. R : valeurs de l’indice caclarge60. G : valeurs de l’indice cacmid60. g : valeurs de l’indice
cacsmall. les bénéfices par action : source facset Jcf estimates. mise en ligne intégrale des informations réglementées sur www.lesechos-comfi.fr
30/05/17 2,7
a
fr0000120503
02/05/18 1,7
caP-Gemini (cap) R
a
fr0000125338
22/05/17 1,55
carreFour (ca) R
a
fr0000120172
21/06/17 0,7
creDit aGricole (aca) R
a
fr0000045072
Danone (bn) R
29/05/17 0,6
a
fr0000120644
enGie (enGi) R
04/05/18 1,9
a
fr0010208488
11/10/17 0,35
essilor international (ei) R a
fr0000121667
KerinG (Ker) R
26/04/18 1,53
a
fr0000121485
l.V.m.H. (mc) R
15/01/18 2
a
fr0000121014
17/04/18 3,4
laFarGeHolcim (lhn)
a
ch0012214059
leGranD (lr) R
08/05/17 2
a
fr0010307819
l'oréal (or) R
02/06/17 1,19
a
fr0000120321
micHelin (ml) R
25/04/18 3,55
a
fr0000121261
24/05/17 3,25
ouv
vol.
nb titres
47,3
611888
289.335.970
108,35
810037
428.545.149
100,2
1126291
774.556.062
29,3
3380973
1.021.903.623
111
277278
105.445.349
22,655
6858123
2.425.994.622
62,23
3188385
1.248.859.386
42,67
1018443
365.138.469
114,65
390891
168.817.033
16,76
2511881
774.677.811
13,45
4195205
2.846.104.526
65,22
1282388
670.710.400
14,69
5628498
2.435.285.011
114,6
368755
219.130.367
481
222567
126.279.322
291,95
424932
505.089.741
46,22
583032
606.909.080
65,66
386886
267.255.298
198,35
559564
561.799.699
116,7
593014
179.521.119
clot
+ haut
+ bas
47,66
47,66
46,91
108,5
108,65
108,05
100,24
100,4
99,42
29,12
29,495
29,03
112
112,2
110,75
22,525
22,68
22,335
61,96
62,48
61,42
42,79
42,84
42,62
115,35
115,5
114,45
16,705
16,885
16,575
13,405
13,52
13,31
65,37
65,6
64,91
14,72
14,745
14,59
115,05
115,1
114,25
485,5
485,5
477,2
291,65
291,95
289,35
45,87
46,87
45,46
65,88
65,88
65,34
200
200,7
198,1
117,3
117,65
116,05
% Veil
% mois
% 52 s.
+ 0,74
+ 9,21
+ 13,27
+ 7,16
+ 5,15
- 0,18
+ 6,19
+ 32,93
- 0,78
+14,04
+ 36,43
+ 0,86
+ 0,09
- 11,32
- 0,55
+ 2,39
- 8,6
- 0,66
+ 2,29
- 7,3
- 0,07
+ 2,93
+ 12,13
+ 0,61
+12,54
+ 19,61
- 0,27
+ 0,3
- 23,48
- 0,3
+ 1,28
- 6,81
+ 0,28
- 0,14
+ 0,26
+ 0,14
+ 4,77
+ 6,55
+ 0,39
+ 2,36
- 4,01
+ 1,57
+16,26
+ 67,44
+ 0,24
+11,06
+ 24,82
- 2,18
+ 2,23
- 8,93
+ 0,4
+ 6,09
+ 8,02
+ 0,93
+ 5,12
+ 6,44
+ 0,6
- 1,76
- 3,22
% an
bpa
+ haut an per
+ bas an rDt
+ 10,84
48,38
42,1
2,2
+ 3,28
110
97,12
2,4
+ 20,77
3,4
100,42 29,52
81,33
1,5
+ 7,39
30,76
24,335
- 7,7
130,55
103,65
1,43
- 8,93
27,69
20,935 5,59
- 0,47
68,66
58,33
4,36
- 1,2
45,98
39,18
3,97
+ 16,64
116,95
97,38
1,34
- 7,4
19,73
15,51
4,19
- 2,86
15,54
12,92
4,48
- 6,55
71,78
63,23
2,91
+ 2,69
1,21
14,815 12,21
12,165
2,38
+ 0,09
115,65
105,35
1,33
+ 23,54
488,3
363,9
0,41
+ 18,85
294,05
232,5
1,17
- 2,49
4
51,1
43,3
4,03
+ 2,63
67,44
60,42
1,81
+ 8,14
200,7
170,3
1,78
- 1,88
130,85
113,95
2,77
Valeurs mnémo / info /
ost
isin / Devise / Date Détach. / Div
oranGe (ora) R
a
fr0000133308
05/12/17 0,25
PernoD-ricarD (ri) R
a
fr0000120693
PeuGeot (uG) R
20/11/17 1,08
a
fr0000121501
02/05/18 0,53
PuBlicis GrouPe (pub) R
a
fr0000130577
renault (rno) R
fr0000131906
saFran (saf) R
06/06/17 1,85
a
21/06/17 3,15
a
fr0000073272
19/06/17 0,83
saint-GoBain (sGo) R
a
fr0000125007
sanoFi (san) R
12/06/17 1,26
a
fr0000120578
16/05/17 2,96
scHneiDer electric (su) R a
fr0000121972
02/05/18 2,2
société Générale (Gle) R a
fr0000130809
soDeXo (sW) R
fr0000121220
solVaY (solb)
31/05/17 2,2
a
01/02/18 2,75
a
be0003470755
16/01/18 0,97
stmicroeletronics (stm) R a
nl0000226223
19/03/18 0,05
tecHniPFmc (fti) R
a
Gb00bDsfG982
total (fp) R
19/03/18 0,13
a
fr0000120271
19/03/18 0,62
uniBail-roDamco (ul)
a
fr0000124711
27/03/18 5,4
Valeo (fr)
a
DiV 3 06/06/16
fr0013176526
30/05/17 1,25
Veolia enV. (vie) R
a
fr0000124141
Vinci (DG) R
24/04/17 0,8
a
fr0000125486
ViVenDi (viv) R
24/04/18 1,76
a
fr0000127771
20/04/18 0,45
ouv
vol.
nb titres
15,075
4945279
2.660.056.599
138,05
446331
265.421.592
20,07
2052778
904.828.213
61,84
501140
230.838.337
89,68
720184
295.722.284
98
771895
443.680.643
44,005
1409029
553.557.091
65,9
3811845
1.246.780.101
75,04
1006077
574.955.979
42,21
3378409
807.917.739
82,02
328757
150.830.449
113
320311
105.876.416
19,9
2858994
911.134.420
27,55
1480194
461.797.194
52,19
7169504
2.649.159.714
197,5
297878
99.905.332
57,36
766696
239.653.121
20,7
1894093
563.364.823
84,92
1094454
591.953.483
23,06
2540129
1.300.044.709
srD
Valeurs mnémo / info /
ost
isin / Date Détach. coupon / Div
aB science (ab) g
% Veil
% mois
% 52 s.
+ 0,43
+ 8,41
+ 0,66
+ 0,04
- 1,14
+ 16,09
+ 1,1
+ 1,63
+ 4,8
+ 1,32
+ 9,94
- 3,41
- 0,69
- 9,74
+ 4,72
- 0,08
+11,97
+ 26,06
+ 0,34
+ 1,8
- 13,22
+ 0,11
- 0,29
- 26,26
+ 0,45
+ 8,65
+ 6,47
- 0,21
- 5,26
- 16,59
+ 0,85
+ 4,42
- 29,82
+ 0,8
+ 0,8
- 7,17
- 1,61
+13,04
+ 30,29
- 4,06
+14,06
- 6,86
- 1,71
+ 6,88
+ 8,37
+ 3,95
- 15,51
- 0,49
+ 5,33
- 14,1
- 0,72
+ 6,67
+ 10,68
- 0,4
+ 5,66
+ 7,3
- 0,13
+ 8,19
+ 23,69
% an
bpa
+ haut an per
+ bas an rDt
+ 4,63
15,185
13,315
1,65
+ 4,7
141,9
120,05
0,78
+ 19,79
20,99
16,455 2,61
+ 10,89
63,18
52,88
2,95
+ 6,22
100,8
81,53
3,53
+ 14,31
98,88
81,04
0,85
- 3,82
48,6
41,795 2,85
- 8,27
75,23
62,88
4,49
+ 6,41
76,34
68,18
2,92
- 2,02
47,505
41,58
5,22
- 25,75
113,05
76
3,31
- 1,73
7,98
120,65
14,27
108,25
+ 7,64
0,23
20,7
86,23
16,57
0,26
+ 4,22
28,71
22,9
+ 12,52
52,73
43,09
1,2
- 5,95 10,36
214,2
19,06
177,35
- 8,01
66,48
2,18
52
- 3,08
22,29
18,57
3,88
- 0,46
88,8
77,56
2,08
+ 3,17
24,87
20,26
1,95
Valeurs françaIses
ouv
vol.
nb titres
clot
% Veil % an
bpa
+ haut % mois + haut an per
+ bas % 52 s. + bas an rDt
B5
4,94
74819
5,02
40.789.901
4,94
B 6,93
6,96
36600
6,98
fr0004040608
20/07/17 0,25 58.051.067
6,91
aBiVaX (abvX) g
B 7,14
7,05
6943
7,18
fr0012333284
9.898.829
7,04
acantHe DeV. (acan) g
c 0,648
0,648
17835
0,656
fr0000064602
08/02/18 0,3 147.125.260
0,648
actia GrouP (ati) g
c 8,5
8,51
14097
8,54
fr0000076655
27/09/17 0,15 20.099.941
8,46
aDocia (aDoc) g
B 19,34
19,18
5658
19,36
fr0011184241
6.910.753
19,18
aéroPorts De Paris (aDp) G
a 183,5
183,3
63884
184,2
fr0010340141
06/12/17 0,7 98.960.602
182,4
air France-Klm (af) G
a 7,3
7,248
10016151
7,582
fr0000031122
14/07/08 0,58 428.634.035
7,202
59,5
aKKa tecHnoloGies (aKa) g
B 57,9
29354
59,5
fr0004180537
30/06/17 0,6 20.291.990
57,9
alD (alD)
a 14,35
14,72
157709
14,72
fr0013258662
404.103.640
14,25
alPes (cie Des ) (cDa) g
B 30,05
29,6
5844
30,25
fr0000053324
13/03/18 0,5 24.413.271
29,6
alstom (alo) LR
a 38
38,61
558359
38,66
fr0010220475
07/07/17 0,25 222.210.471
37,98
altamir (lta) g
B 17,24
17,22
521925
17,26
fr0000053837
24/05/17 0,65 36.512.301
17,2
altarea (alta) g
a 213,5
215,5
1788
216,5
fr0000033219
16/05/17 11,5 16.051.842
213,5
alten (ate) G
a 84,3
84,6
27858
84,6
fr0000071946
28/06/17 1 33.823.497
83,8
altran tecHnoloGies (alt) G a 13,28
13,29
495875
13,34
fr0000034639
09/05/17 0,24 257.021.105
13,18
amPlituDe surG. (ampli) g
3,99
3,98
16348
4,04
fr0012789667
46.929.852
3,98
amunDi (amun) G
a 73,3
71,66
eX-Ds 15/03/17
154839
73,3
fr0004125920
26/05/17 2,2 201.510.562
71,4
anF immoBilier (anf) g
B 20,4
20,4
oPa 16/11/17
4
20,4
fr0000063091
02/05/18 0,8 19.009.271
20,4
aPril GrouP (apr)
B 14,8
14,8
136
14,85
fr0004037125
11/05/17 0,26 40.904.135
14,8
arcHos (JXr) g
c 0,888
0,88
115089
0,891
fr0000182479
42.561.334
0,868
arKema (aKe) L
a 106,05
106,8
236480
106,8
fr0010313833
25/05/17 2,05 76.480.911
104,8
artPrice.com (prc) g
c 15,14
15,16
1504
15,22
fr0000074783
6.651.515
15,12
assYstem (asY) g
B 28,75
29
oPa 24/11/17
3406
29,05
fr0000074148
12/06/17 1 15.668.216
28,7
atari (ata)
c 0,605
0,598
1652309
0,617
fr0010478248
255.105.360
0,586
auBaY (aub) g
c 39,5
39,9
5812
39,95
fr0000063737
08/11/17 0,23 13.100.796
39,35
aurea (aure)
c 8,98
9
5842
9,02
fr0000039232
27/06/17 0,1 11.850.669
8,9
aVenir telecom (avt) g
c 0,367
0,36
151338
0,367
fr0000066052
21/10/11 0,05 110.501.888
0,357
aXwaY soFtware (aXW) g
B 20,8
20,7
5670
20,8
fr0011040500
13/06/17 0,4 21.210.546
20,55
Bénéteau (ben)
a 19,22
19,2
109377
19,26
fr0000035164
14/02/18 0,25 82.789.840
19,02
Bic (bb) G
a 84
84,5
89706
84,65
fr0000120966
22/05/17 3,45 46.615.862
83,7
BiGBen int. (biG) g
c 14,36
14,16
16784
14,36
fr0000074072
04/01/18 0,1 18.363.339
14
BiomérieuX (bim)
a 69
69
99173
69,6
fr0013280286
118.361.220
68,6
Boiron (boi) g
a 75
75
2298
75,1
fr0000061129
31/05/17 1,6 19.414.756
74,7
Bolloré (bol) G
a 4,25
4,316
1419716
4,326
fr0000039299
08/09/17 0,02 2.921.611.290
4,238
BonDuelle (bon) g
B 35,15
35,2
7593
35,4
fr0000063935
13/12/17 0,45 32.281.118
35,05
Bureau Veritas (bvi) L
a 21,59
21,7
506821
21,75
fr0006174348
18/05/17 0,55 442.000.000
21,58
Burelle sa (bur)
a 1380
1385
7
1385
fr0000061137
06/06/17 11,5 1.853.315
1375
carmila (carm)
c 25,2
25,25
6292
25,25
fr0010828137
28/11/17 0,75 135.060.029
25,1
casino (co) LR
a 43,04
43,04
463902
43,32
fr0000125585
07/12/17 1,56 110.583.374
42,7
catana GrouP (catG) g
c 3,255
3,19
99658
3,255
fr0010193052
30.514.178
3,16
cGG (cGG) g
c 1,996
1,985
4199567
2,034
fr0013181864
695.271.960
1,96
cHarGeurs (cri) g
c 26,06
26,04
14979
26,12
fr0000130692
26/04/18 0,35 23.330.597
25,96
cHristian Dior (cDi)
a 352,7
354,5
eX D oP 08/06/17
11747
354,5
fr0000130403
17/04/18 3,4 180.507.516
351,2
fr0010557264
aBc arBitraGe (abca) g
clot
+ haut
+ bas
15,145
15,185
14,995
138,15
138,85
137,5
20,31
20,34
19,965
62,82
62,9
61,8
89,13
90,13
88,81
98,2
98,46
97,7
44,225
44,29
43,855
65,91
65,92
65,21
75,4
75,4
74,74
42,18
42,46
41,78
83,2
83,3
82,02
113,9
114,1
112,2
19,595
19,925
19,405
26,94
27,72
26,94
51,81
52,41
51,69
197,5
197,7
196,6
57,28
57,76
56,84
20,62
20,78
20,52
84,76
85
84,38
23,13
23,14
22,97
- 0,48
-39,46
- 70,13
+ 0,43
+ 0,14
+ 6,1
- 0,14
- 3,56
- 57,01
+ 0,94
+8
+ 1,25
- 0,12
+11,1
- 6,17
- 0,93
+31,91
- 9,91
- 0,11
+ 2,12
+ 43,82
- 0,71
-17,77
- 14,38
+ 2,23
+20,93
+ 28,37
+ 2,58
+ 7,84
+ 2,94
- 1,66
+ 1,02
+ 15,22
+ 1,53
+ 5,98
+ 29,17
- 0,12
+24,06
+ 6,36
+ 0,94
+ 2,38
+ 11,72
+ 0,3
+ 9,8
+ 7,09
+ 0,08
+ 8,85
- 9,36
- 40,77
11,15
4,76
+ 10,83
7,17
6,27
- 18,31
9,87
7
- 24,65
0,87
0,562
+ 21,92
8,55
7,01
+ 33,66
21,3
13,28
+ 15,65
186,5
156
- 46,63
14,51
6,932
+ 28,51
59,5
46,2
+ 13,98
14,8
12,54
- 9,42
36,1
28,2
+ 11,57
38,66
32,79
+ 12,99
17,28
12,7
+ 3,56
218,5
184,2
+ 21,53
84,6
69,5
+ 6,3
13,681
11,63
+ 12,43
+ 8,74
4,4
- 0,5
2,94
- 2,24 + 1,43
+10,89 77,66
+ 14
61,32
+ 0,25 - 6,51
- 1,92 23,7
+ 0,49 19,7
+ 0,68
- 3,9
16,4
+ 22,11
14,1
- 0,34 + 35,38
-18,06
1,576
- 29,03
0,65
+ 0,76 + 5,17
+ 0,75 112,9
+ 8,86 94,82
- 0,92 - 10,03
+ 3,55 17,88
+ 15,64 14,42
+ 0,35 - 3,07
+ 5,07 33,05
- 19,2
26,75
- 0,83 + 66,11
- 6,85
0,948
+184,76
0,367
+ 1,4 + 15,32
- 2,44 43,3
+ 40
33,55
+ 4,53
+ 7,4
9,3
+ 26,76
7,8
- 0,55 + 71,43
- 6,98
0,477
+300
0,21
+ 0,49 - 9,21
+13,11
23,1
- 35,49 17,82
- 0,1
- 3,74
+ 4,35 23,2
+ 40,04 17,18
+ 0,78 - 7,81
+ 4,58 99,05
- 20,51 76,05
+ 2,68
+14,38 16,2
+122,29 11
+ 0,29 - 7,62
+ 6,48 79,8
+ 9,68 59
+ 0,2
+ 7,91 78,5
- 16,77 66,1
+ 0,84 - 4,68
- 1,69
4,798
+ 9,71
4,036
+ 0,29 - 20,14
- 0,71
47,8
+ 7,94 32,85
+ 0,6 - 4,78
+ 4,73 24,28
+ 0,02 20,39
+ 0,36 + 9,06
- 0,36 1420
+ 19,81 1255
+ 0,2 + 8,77
+ 3,48 25,35
- 11,99 22,4
- 0,14 - 14,87
+ 5,93 53,48
- 23,51 37,34
- 1,85 + 5,28
+ 8,5
3,611
+209,99
2,697
- 1,24 + 29,92
+25,71
4,1
- 23,57
1,295
+ 2,88
+ 4,08 28,64
+ 7,65 23,08
+ 0,51 + 16,4
+ 7,55 357,1
+ 40,34 291,6
Valeurs mnémo / info /
ost
isin / Date Détach. coupon / Div
cie Du camBoDGe (cbDG)
1,76
1,06
1,01
1,69
0,65
3,78
1,18
1,81
3,07
1,76
1,92
3,45
0,58
1,11
1,93
1,3
4,08
0,71
2,13
0,46
1,28
2,54
0,83
3,63
0,96
0,96
a
clot
% Veil % an
bpa
+ haut % mois + haut an per
+ bas % 52 s. + bas an rDt
/070518
12/06/17 48 559.735
c 1,04
3398641
fr0004026714
393.573.788
cnP assurances (cnp) GR
a 20,4
430896
fr0000120222
03/05/18 0,84 686.618.477
coFace (cofa) g
a 10,4
103568
fr0010667147
22/05/17 0,13 157.248.232
colas (re)
a 189,2
1219
fr0000121634
30/04/18 8,2 32.654.499
Dassault aV. (am) G
a 1671
6627
fr0000121725
29/05/17 12,1 8.311.921
Dassault sYstèmes (DsY) LR a 109,25
244852
fr0000130650
30/05/17 0,53 260.506.586
DBV tecHnoloGies (Dbv) G
B 38,44
95174
fr0010417345
29.802.292
DericHeBourG (DbG) g
B 7,36
184653
fr0000053381
13/02/18 0,14 163.878.780
DeVoteam (Dvt) g
c 91,4
2711
fr0000073793
29/06/17 0,6 8.332.407
Dir. enerGie (Dir)
42,24
15538
fr0004191674
02/06/17 0,25 44.747.885
DnXcorP (DnX) g
c 9,08
3492
fr0010436584
10/07/17 0,37 2.834.575
eDenreD (eDen) G
a 28,77
613053
fr0010908533
12/05/17 0,31 235.402.740
eDF (eDf) LR
a 11,7
eX-Ds 7/03/17
2383130
fr0010242511
16/11/17 0,15 2.927.438.804
eiFFaGe (fGr) LR
a 100,15
190871
fr0000130452
15/05/17 1,5 98.003.766
eKinoPs (eKi) g
3,58
20059
fr0011466069
21.242.747
elior (elior) G
a 16,4
267381
fr0011950732
16/03/18 0,42 172.289.164
elis (elis) G
a 20,92
303943
fr0012435121
29/05/17 0,37 219.370.207
eos imaGinG (eosi)
c 5,41
22441
fr0011191766
22.641.483
eramet (era) Gg
a 153,5
56774
fr0000131757
20/05/13 1,3 26.633.660
erYtecH PHarma (erYp) g
B 17,55
8557
fr0011471135
17.937.035
esi GrouP (esi) g
c 37,9
1792
fr0004110310
5.955.072
eurazeo (rf) G
a 71
100444
fr0000121121
30/04/18 1,25 78.006.378
euro ressources (eur)
c 3,39
2451
fr0000054678
13/06/17 0,15 62.491.281
euroFins scientiFic (erf) G
a 450
24289
fr0000038259
29/06/17 1,7 17.600.716
euroPcar GrouPe (eucar) G
a 9,815
226267
fr0012789949
29/05/17 0,41 161.030.883
eurotunnel (GrouPe) (Get) LR a 11,7
600533
fr0010533075
24/05/17 0,26 550.000.000
eutelsat com. (etl) LG
a 18,185
594525
fr0010221234
21/11/17 1,21 232.774.635
eXel inDustries (eXe) g
B 106,5
187
fr0004527638
14/02/18 1,58 6.787.900
Faurecia (eo) G
a 69,48
373646
fr0000121147
02/06/17 0,9 138.035.801
FFP (ffp) g
a 101,4
2334
fr0000064784
16/05/17 1,8 25.072.589
FiGeac aero (fGa) g
B 16,4
12488
fr0011665280
31.839.473
Fin. oDet (oDet)
a 936
46
fr0000062234
12/06/17 1 6.585.990
Fnac DartY (fnac)
a 91,85
26099
fr0011476928
26.658.135
Foncière Des murs (fmu)
a 26,4
3241
fr0000060303
11/04/18 1,55 106.252.098
Foncière Des réGions (fDr) G a 96,75
218491
fr0000064578
17/05/17 4,4 74.863.035
Foncière lYonnaise (flY)
a 57,4
1023
fr0000033409
30/04/18 2,3 46.528.974
FromaGeries Bel (fbel)
a 470
23
fr0000121857
17/05/17 9,75 6.872.335
Futuren (ftrn)
c 1,13
n/P reGr.
4238
fr0011284991
277.134.987
Geci international (Gecp) g
c 0,194
672697
fr0000079634
01/10/01 0,1 117.390.822
Gecina (Gfc) G
a 144,3
91581
fr0010040865
06/03/18 2,65 75.420.688
Gemalto (Gto) L
a 49,97
319855
nl0000400653
22/05/17 0,43 90.423.814
GenFit (Gnft) G
B 24,12
139447
fr0004163111
31.166.437
GensiGHt (siGht)
c3
26815
fr0013183985
24.234.223
fr0000079659
claranoVa (cla) g
2,87
ouv
vol.
nb titres
1,004
1,045
1,001
20,56
20,6
20,34
10,48
10,52
10,32
186,2
189,2
186,2
1682
1692
1670
109,5
109,75
108,6
38,64
39,2
38,06
7,33
7,39
7,25
91,1
91,4
89,1
42,24
42,36
42,2
9,08
9,08
8,8
29,02
29,37
28,7
11,685
11,815
11,56
100,2
100,4
99,64
3,54
3,635
3,54
16,49
16,55
16,36
20,9
20,96
20,72
5,57
5,59
5,41
153,7
155,3
150,3
17,62
17,65
17,47
37,85
37,9
37,45
70,35
71,05
69,65
3,39
3,43
3,39
448,4
450,2
443,6
9,77
9,815
9,565
11,78
11,83
11,66
18,225
18,445
18,185
106,5
107
106,5
71,02
71,18
69,36
101,4
101,6
101
16,54
16,6
16,22
942
942
936
91,7
92,4
91,05
26,4
26,4
26,1
95,35
96,75
94,9
57,4
57,4
57
470
470
470
1,13
1,13
1,13
0,194
0,199
0,192
144,3
145,5
143,4
49,81
49,97
49,81
24,36
24,72
24,04
3,03
3,06
2,98
- 5,46
- 5,59 7550
+ 0,75 6550
- 2,14 +104,9
+16,34
1,223
+163,52
0,491
+ 0,59 + 6,78
- 2,19
21,62
+ 3,21
19,02
+ 0,77 + 17,57
+10,9
10,76
+ 42,78
8,18
- 1,59 + 2,59
+ 4,49 192
+ 17,11 173,8
+ 0,72 + 29,59
+ 6,52 1708
+ 30,33 1267
+ 0,18 + 23,6
- 0,86 113
+ 31,22 87,52
+ 1,05 - 7,77
- 0,21 47,38
- 40,31 32,88
- 0,88 - 19,56
+ 0,69
9,18
+ 49,56
6,96
- 0,98 + 21,71
+ 2,71 92,8
+ 45,83 72,5
- 0,14 + 6,96
+44,86 42,8
+ 6,21 28,3
- 0,22 + 45,28
+22,7
10
+ 31,4
5,8
+ 0,97 + 20,02
+ 0,87 29,41
+ 19,47 23,74
- 0,51 + 12,14
+ 2,59 11,985
+ 34,67
9,832
+ 0,05 + 9,7
+ 7,58 100,4
+ 26,1
87
- 2,08 - 24,36
-14,49
5,49
- 38,33
3,46
+ 0,61 - 4,27
- 4,68 19,71
- 30,77 16,1
- 0,1
- 9,19
+ 6,09 23,94
+ 5,96 18,51
+ 2,96 + 16,53
+ 9,86
5,92
+ 17,51
4,75
+ 0,07 + 55,21
+34,12 167,2
+278,25 98,2
+ 0,4 - 4,76
+ 2,5
19,57
- 30,27 16,01
+ 1,07 - 18,6
- 1,17 47
- 34,13 34,8
- 1,26 - 4,07
- 0,45 82,286
+ 18,94 67,9
- 3,14
+ 1,5
3,61
- 3,14
3,14
- 0,27 - 11,66
+ 6,11 545,5
- 3,43 382,2
- 0,31 - 4,68
+ 7,78
11,78
- 14,11
8,59
+ 0,64 + 9,89
+ 2,79 12,49
+ 11,71
10,11
+ 0,28 - 5,55
+ 4,74 19,845
- 17,03 15,845
- 8,19
+ 0,47 125,5
+ 14,29 102
+ 2,01 + 9,04
+ 8,2
74,5
+ 53,23 62,32
+ 1,1
- 0,59 106,2
+ 12,04 94,5
+ 0,98 - 12,44
+ 0,85 19,5
- 20,02 15,76
+ 1,29 - 4,46
- 7,65 1090
+ 13,49 884
+ 0,06 - 8,94
+ 6,13 106,6
+ 38,39 81,05
- 7,76
- 8,65 29,9
+ 4,89 26
- 1,24 + 0,92
+ 6,42 96,8
+ 12,18 84,6
+ 5,11
- 2,38 63,4
+ 17,26 54,4
- 4,08
- 5,24 565
- 13,75 470
+ 0,89
- 2,02
- 33,1
+ 0,42
+ 2,34
+ 9,22
- 0,2
+ 0,3
- 11,07
+ 1,33
+ 4,28
- 24,68
+ 1,34
+ 6,69
- 57,44
1,14
1,125
+115,56
0,32
0,09
- 6,24
161,9
137,3
+ 0,63
50,14
49,1
+ 1,84
28,28
22
- 50,97
7,68
2,56
0,71
4,09
1,24
4,4
0,72
0,48
1,91
0,66
0,59
4,74
2,14
1,28
1,5
2,55
1,77
1,78
4,43
0,45
4,18
2,21
6,64
1,48
1,27
1,78
0,11
2,07
4,21
11,82
Valeurs mnémo / info /
ost
isin / Devise / Date Détach. / Div
Genticel (Gtcl) g
Valeurs françaIses
ouv
vol.
nb titres
1,5
64659
fr0011790542
77.850.006
Gl eVents (Glo) g
B 26,3
2821
fr0000066672
30/06/17 0,65 23.402.711
GrouPe crit (cen) g
B 89,2
3349
fr0000036675
28/06/17 0,4 11.250.000
GrouPe Flo (flo) g
c 0,268
eX D s 13/06/17
44459
fr0004076891
08/07/14 0,06 765.157.113
GrouPe GorGé (Goe) g
B 16,2
2169
fr0000062671
26/06/15 0,32 13.502.843
GrouPe lDlc (lDl) g
c 17,1
nom.
5283
06/10/16 0,5 6.322.106
fr0000075442
GrouPe PartoucHe (parp)
27,3
reGr.
673
fr0012612646
11/09/17 0,31 9.627.034
Gtt (Gtt) Gg
a 53,2
43919
fr0011726835
27/09/17 1,33 37.028.800
Haulotte GrouP (piG)
B 16,76
5890
fr0000066755
05/07/17 0,22 31.371.274
Hermès international (rms) LRa 553,6
75564
fr0000052292
20/02/18 1,5 105.569.412
HiGH co (hco) g
c 4,9
12185
fr0000054231
02/06/17 0,12 22.421.332
HuBwoo (hbW) g
c
fr0004052561
icaDe (icaD) G
clot
+ haut
+ bas
1,456
1,5
1,438
26,2
26,4
26,1
89,5
89,6
87,7
0,267
0,268
0,26
16,26
16,36
16,18
17,16
17,16
17,08
27,2
27,3
26,8
53,3
53,5
52,5
16,78
16,78
16,52
565,4
565,4
552,8
4,9
4,9
4,89
% Veil % an
bpa
% mois + haut an per
% 52 s. + bas an rDt
- 1,62 - 12,29
- 7,26
2,08
- 30
1,438
- 0,38 + 6,94
+ 8,26 27,9
+ 16,96 22,6
2,48
- 0,22 + 22,97
-1
95
+ 16,23 72
0,45
+ 1,91 + 2,69
+ 5,12
0,34
- 66,2
0,23
+ 3,77
+12,14
19,04
- 28,53 13,44
+ 0,23 - 14,16
+ 7,92 22,2
- 34,53 15,36
- 0,37 - 19,5
- 0,37 36,5
- 24,02 25,4
1,14
- 0,09 + 6,39
+ 2,4
60,15
+ 55,62 47,76
2,5
+ 4,03
+ 4,22 19,68
+ 14,15
15,64
1,31
+ 2,54 + 26,7
+13,42 565,4
+ 27,46 417,9
0,27
+ 3,16
- 20,97
- 6,88
-11,11
+ 10
+ 0,51
- 1,31
+ 10,62
+ 0,13
+ 0,26
+ 9,32
+ 0,61
+ 1,41
- 27,52
5,43
4,3
+ 10
0,204
0,172
- 3,64
88,65
76,25
+ 12,28
152
120
- 16,92
214,4
160,1
- 3,36
- 4,29 87,8
- 2,57 74,55
+ 1,07 - 17,29
+ 8,58 94,34
- 15,2
62,52
- 1,04 + 30,84
- 4,09
6,995
- 45,58
4,714
- 0,41 - 16,84
+ 0,2
3,12
- 18,5
2,4
- 0,13 + 13,89
+ 5,21 40,55
+ 29,98 33,8
- 0,11 + 32,97
+ 5,08 137,35
+ 23,97 99
+ 0,58 + 2,41
- 0,25 34,5
+ 4,85 29,48
- 2,31 + 7,64
- 0,67 32,9
+ 6,49 26,7
- 0,54 - 11,92
+ 4,74 36,9
- 1,22 27,16
- 2,4 + 8,66
- 2,93 45,3
+ 15,63 39,2
+ 0,5 - 7,27
+ 3,34 38,58
- 8,53 31,55
- 0,68 - 0,02
+ 7,21 30,38
- 3,76 22,84
+ 1,41 - 13,92
- 1,83 27,17
- 15,91
21,99
+ 0,93 - 4,55
+ 3,02
6
+ 44,95
4,35
- 0,34 + 17,18
66,3
+ 42,75 50,1
- 0,38 - 10,36
- 2,76 60
- 3,08 50,5
- 0,44 - 10,54
- 0,44 26,3
- 13,63 20,35
- 0,45 - 14,65
+ 1,21 39,45
- 31,39 30,25
- 0,48 - 22,57
- 8,14
41,75
- 11,41 29,55
- 3,72 - 7,36
- 3,81 24,34
- 8,51
19,94
+ 0,85 - 5,85
+17,68 38,58
+ 13,56 29,02
- 14,57
- 0,78 63,9
- 10,33 50
- 0,27 + 22,95
+11,94 37,95
+ 23,48 29,5
- 2,46 - 40,14
-16,15
13
- 46,48
7,42
- 0,18 - 42,41
- 9,45
5,41
+ 9,2
2,685
+ 0,13 - 13,8
+ 2,45 18,75
- 11,67 15,3
+ 0,38 + 5,78
+ 8,67 41,9
+ 47,66 35,3
+ 0,49 - 10,09
+ 4,06
2,52
- 18,33
1,922
- 13,38
- 3,31 36,8
- 18,46 27,55
+ 0,54 - 12,2
+ 5,6
15,61
- 22,96 12,02
- 0,93 + 3,09
+ 3,72
7,45
+ 5,2
6,376
+ 51,29
- 0,15 135,4
+ 51,82 84,1
+ 0,42 - 0,83
+ 2,13
2,9
- 1,23
2,3
+ 1,08 - 21,37
- 4,47 52,26
- 20,13 38,15
- 0,1 + 5,4
- 2,61 54,55
+ 1,12 45,28
- 2,31 - 16,57
- 5,74 10,95
- 17,82
8,46
- 6,14
+ 0,71
9,24
- 15,33
8,06
- 2,83
- 2,16 10,94
+ 10,18
9,55
- 0,15 + 21,57
+ 1,94
2,49
- 53,77
1,09
+ 0,42 + 10,48
+ 4,22 109,55
+ 13,72 87,5
+ 0,94 - 38,78
+ 0,93
9,56
- 39,93
5,09
+ 0,18 + 28,33
+ 2,36 59,6
+ 43,73 44,05
+ 2,04 - 12,83
+ 8,86 45,65
- 10,79 34,2
- 0,98 - 20,37
-22,63
4,085
- 67,6
2,02
+ 0,65 + 5,71
+ 1,68 41,95
+ 10,53 36
- 0,1 + 3,74
+ 8,99 20,1
- 10,31
16,6
+ 0,2 + 12,38
+ 8,23 52,6
44,2
- 0,68 + 65,96
+24,87 12,68
+102,07
6,8
- 1,21 - 11,67
+ 6,85 16,32
- 37,47
11,35
- 2,54 - 23,56
- 3,95 15,35
+175,9
9,68
+ 0,61
- 2,35 120,8
+ 22,72 99,05
+ 0,23 - 13,82
- 2,14
15,58
- 18,51
12,455
+ 2,76 + 36,67
+10,2 410
+ 58,22 330
136.345.527
a 78,55
78,95
102939
79,3
fr0000035081
02/05/18 4,3 74.111.186
78,35
iD loGistic (iDl) g
B 151
151,8
1525
152
fr0010929125
5.593.975
150
iliaD (ilD) LR
a 165,15
165,95
81258
166,55
fr0004035913
21/06/17 0,44 58.946.268
164,3
imerYs (nK) G
a 75,9
75,9
124282
76,05
fr0000120859
09/05/17 1,87 79.604.285
74,55
inGenico GrouP (inG) LR
a 72,68
73,62
211896
74,36
fr0000125346
17/05/17 1,5 62.363.114
72,52
innate PHarma (iph) g
B 6,285
6,215
65593
6,335
fr0010331421
57.600.100
6,2
insiDe secure (insD)
c 2,45
2,445
16850
2,47
fr0010291245
44.119.162
2,44
inter ParFums (itp) g
B 39,5
39,35
5877
39,55
fr0004024222
05/05/17 0,55 39.059.662
39,2
iPsen (ipn) G
a 133,05
132,4
80314
133,05
fr0010259150
09/06/17 0,85 83.782.308
131,1
iPsos (ips) G
a 31,06
31,44
44522
31,52
fr0000073298
03/07/17 0,85 44.436.235
30,92
JacQuet metal serVice (JcQ) g B 30,3
29,6
29168
30,3
fr0000033904
05/07/17 0,5 24.028.438
29,5
JcDecauX (Dec) G
a 29,68
29,6
123538
29,86
fr0000077919
16/05/17 0,56 212.676.701
29,52
KauFman & BroaD (Kof)
B 44,12
43,06
30727
44,32
fr0004007813
16/05/17 1,85 21.073.535
43,02
KlePierre (li) LR
a 33,94
34
458964
34
fr0000121964
26/04/18 1,96 314.356.063
33,7
Korian (Kori)
a 29,78
29,44
97296
29,78
fr0010386334
28/06/17 0,6 80.983.563
29,16
laGarDère (mmb) G
a 22,69
23,01
538990
23,07
fr0000130213
07/05/18 1,3 131.133.286
22,64
latecoere (lat) g
c 5,41
5,45
122329
5,45
fr0000032278
29/06/07 0,75 94.394.902
5,39
le Bélier (beli) g
c 58,5
58,6
438
59,1
fr0000072399
06/06/17 1,1 6.582.120
58,5
lna santé (lna) g
B 53
52,8
6587
53
fr0004170017
06/07/17 0,24 9.705.937
52,3
lectra (lss)
B 22,55
22,5
6525
22,65
fr0000065484
02/05/18 0,38 31.577.881
22,45
lineData sVices (lin) g
B 33,7
33,55
2750
33,75
fr0004156297
05/07/17 1,5 7.293.356
33,5
lisi (fii) g
a 30,95
31,05
21769
31,25
fr0000050353
02/05/18 0,48 54.023.875
30,75
m6-métroPole tV (mmt) G
a 20,58
19,95
148481
20,58
fr0000053225
17/05/17 0,85 126.414.248
19,94
maisons Du monDe (mDm)
B 35,3
35,54
114152
35,9
fr0013153541
10/07/17 0,31 45.241.894
34,98
maisons France conF. (mfc) g B 51,2
51,2
1871
51,2
fr0004159473
06/06/17 1 6.937.593
50,8
manitou (mtu) g
B 37,5
37,5
11560
37,7
fr0000038606
09/06/17 0,43 39.617.974
36,8
marie BrizarD w & s (mbWs)
B 7,7
7,53
23137
7,7
fr0000060873
27/09/07 0,5 28.336.515
7,42
mauna Kea (mKea)
c 2,74
2,73
39010
2,745
fr0010609263
23.147.338
2,705
mercialYs (merY) G
a 15,87
15,9
53026
15,92
fr0010241638
30/04/18 0,68 92.049.169
15,81
mersen (mrn) g
B 39,4
39,5
15966
39,55
fr0000039620
04/07/17 0,5 20.635.491
38,95
metaBolic eXPlorer (meteX) g c 2,04
2,05
16435
2,05
fr0004177046
23.261.500
2,01
mGi coutier (mGic) g
B 29,15
29,2
9701
29,3
fr0000053027
04/07/17 0,3 26.741.040
29,15
nanoBiotiX (nano) g
B 12,95
13,02
20122
13,14
fr0011341205
19.633.373
12,92
natiXis (Kn) LR
a 6,86
6,8
4841189
6,874
fr0000120685
26/05/17 0,35 3.138.305.787
6,724
natureX (nrX) g
B 134,2
134
2375
134,4
fr0000054694
03/07/14 0,1 9.548.741
134
netGem (ntG) g
c 2,4
2,4
7310
2,4
fr0004154060
07/06/17 0,15 29.664.667
2,37
neXans (neX) G
a 39,75
40,19
245246
40,45
fr0000044448
16/05/17 0,5 43.494.691
39,42
neXitY (nXi) G
a 52,35
52,3
72836
52,5
fr0010112524
06/06/17 2,4 56.129.724
51,8
nicoX (coX)
B 8,675
8,46
108998
8,675
fr0013018124
22.869.669
8,46
nrJ GrouP (nrG) g
B 8,6
8,56
1303
8,6
fr0000121691
15/05/12 0,3 78.417.846
8,56
oeneo (sbt) g
B 9,94
9,96
57351
10
fr0000052680
31/07/17 0,14 63.180.843
9,9
onXeo (onXeo) g
B 1,328
1,313
59819
1,328
fr0010095596
50.695.653
1,302
orPéa (orp) G
a 108,35
108,6
44414
108,8
fr0000184798
07/07/17 1 64.586.323
107,7
Parrot (parro) g
B 5,35
5,4
66827
5,43
fr0004038263
30.174.671
5,27
PHarmaGest int. (pha)
56,4
56,4
657
56,4
fr0012882389
29/06/17 0,65 15.174.125
56,3
Pierre & Vacances (vac) g
B 39,4
39,95
2247
40,05
fr0000073041
19/03/12 0,7 9.804.565
39,25
PiXium Vision (piX) g
c 2,04
2,03
336562
2,125
fr0011950641
15.137.428
2,02
Plastic omnium (pom) G
a 39,68
40,06
119536
40,1
fr0000124570
02/05/18 0,67 150.976.720
39,68
PlastiValoire (pvl)
B 19,42
19,4
DiV 8 02/05/17
3327
19,44
fr0013252186
05/04/18 0,27 22.125.600
19,24
PsB inDust. (psb)
c 49,9
50
23204
52,6
fr0000060329
25/04/17 1,8 3.675.000
49,6
Quantel (Qua) g
c 11,78
11,7
20071
11,82
fr0000038242
15.771.457
11,5
rallYe (ral)
a 13,24
13,1
61334
13,26
fr0000060618
18/05/17 1,4 52.064.824
13,02
recYleX sa (rX)
c 10
9,96
148017
10,18
fr0000120388
04/07/90 0,61 25.533.982
9,68
rémY cointreau (rco) G
a 115,8
116,2
58595
116,7
fr0000130395
01/08/17 1,65 50.223.800
115,4
reXel (rXl) G
a 12,985
13,03
993512
13,12
fr0010451203
05/07/17 0,4 303.674.322
12,88
roBertet sa (cbe)
B 410
410
c.i.P.
17
410
fr0000045601
29/06/17 4,6 143.616
410
roBertet sa (cbr)
B
/121016
c.D.V. nom.
fr0000045619
rotHscHilD & co (roth)
a 30,5
30,6
+ 0,33 + 0,21
20510
30,7
+2
33,85
fr0000031684
02/10/17 0,68 77.407.512
30,45
+ 6,07 28,25
ruBis (rui)
a 65,55
64,55
- 1,22 + 9,44
DiV 2 28/07/17
115432
65,6
+ 7,76 65,6
fr0013269123
95.065.740
64,45
+ 31,47 53,55
2,45
0,27
2,46
2,04
1,4
0,64
2,7
1,69
1,89
4,3
2,04
5,65
1,88
0,45
1,69
4,47
1,55
4,26
0,87
1,95
1,15
1,27
1,03
5,15
6,25
1,24
4,59
1,41
srD suite
Valeurs mnémo / info /
ouv
ost
vol.
isin / Devise / Date Détach. / Div nb titres
sartorius steD. Bio. (Dim)
a 80,7
DiV 6 10/05/16
38894
fr0013154002
09/04/18 0,46 92.180.190
saVencia (bh)
B 85
1695
fr0000120107
15/05/17 1,6 14.032.930
a 33,19
scor (scr) LR
441546
fr0010411983
30/04/18 1,65 191.807.715
seB (sK) G
a 160,7
25683
fr0000121709
16/05/17 1,72 50.169.049
seQuana (seQ)
c 0,57
105872
fr0011352590
65.183.351
ses-imaGotaG (sesl) g
B 23,95
5185
fr0010282822
25/06/12 0,5 13.384.229
sHowroomPriVé (srp) g
B 7,06
76558
fr0013006558
32.804.103
B
siPH (siph) g
fr0000036857
20/06/14 0,98 5.060.790
soitec (soi) G
B 72,6
eX-Ds 13/05/16 reGr.1P20
167015
fr0013227113
30.311.510
solocal GPe (local) g
B 1,039
reGr.
824627
fr0012938884
582.684.440
soPra steria GP (sop)
a 173,4
20075
fr0000050809
03/07/17 2,2 20.547.701
sPie (spie) G
a 18
288424
fr0012757854
27/09/17 0,16 150.000.000
sQli (sQi)
38
3663
fr0011289040
21/07/17 0,88 3.959.538
st DuPont (Dpt) g
c 0,142
32361
fr0000054199
16/09/14 0 524.279.556
steF (stf) g
B 108,2
1542
fr0000064271
04/05/18 2,45 13.165.649
c 1,384
stentYs (stnt) g
25859
fr0010949404
26.824.657
suez enVironnement (sev) LR a 12,125
3206131
fr0010613471
15/05/17 0,65 621.362.579
suPersonic im. (ssi) g
c 1,73
2997
fr0010526814
23.209.127
sworD GrouP (sWp) g
B 36,55
2163
fr0004180578
03/05/18 1,02 9.544.965
sYnerGie (sDG) g
B 54
6091
fr0000032658
21/06/17 0,6 24.362.000
tarKett (tKtt) G
a 25,22
181154
fr0004188670
04/07/17 0,6 63.722.696
tecHnicolor (tch) G
a 1,412
4615720
fr0010918292
21/06/17 0,06 414.461.178
telePerFormance (rcf) G
a 136,8
115233
fr0000051807
25/04/18 1,85 57.780.000
terreis (ter)
B 42,4
1372
fr0010407049
14/11/17 0,4 25.239.254
tF1 (tfi) G
a 10,46
119524
fr0000054900
30/04/18 0,35 209.873.740
tHales (ho) LR
a 110
203245
fr0000121329
06/12/17 0,45 212.717.647
tHermaDor GrouPe (thep) g B 116
581
fr0000061111
23/04/18 3,4 4.554.876
tiKeHau caPital (tKo)
a 27,4
eX D s 03/07/17
3932
fr0013230612
70.888.284
c 10
touaX (toup) g
592
fr0000033003
30/12/14 0,5 7.011.547
transGène (tnG)
B 2,775
21564
fr0005175080
62.075.190
triGano (tri) g
B 150,6
23571
fr0005691656
11/01/18 1,3 19.336.269
uBisoFt entertainment (ubi) G a 85,28
286038
fr0000054470
111.645.032
Vallourec (vK) G
a 4,986
2433842
fr0000120354
04/06/15 0,81 457.987.760
ValneVa (vla) g
B 4,09
131027
fr0004056851
78.773.618
Vicat (vct) G
a 64,55
24129
fr0000031775
20/04/18 1,5 44.900.000
Vilmorin & cie (rin) G
a 57,6
9130
fr0000052516
13/12/17 1,6 20.833.902
a 123,2
VirBac (virp) g
4928
fr0000031577
26/06/15 1,9 8.458.000
VranKen-PommerY m. (vrap)
B 23,6
1707
fr0000062796
06/07/17 0,8 8.937.085
waVestone (Wave)
B 152,2
1749
fr0004036036
02/08/17 0,61 4.966.882
a 126
wenDel (mf) G
59252
fr0000121204
23/05/17 2,35 46.253.210
worlDline (Wln) G
a 42,78
46699
fr0011981968
132.175.623
X-FaB silicon (Xfab)
a 9,11
86284
be0974310428
130.781.669
XPo loGistics (Xpo) g
a 310
1
fr0000052870
13/07/17 1,28 9.836.241
1,15
clot
+ haut
+ bas
80,4
81
80,2
85,2
85,2
84,2
33,27
33,35
32,86
159,6
160,9
158,8
0,569
0,573
0,56
24,1
24,3
23,9
7,05
7,09
6,89
74,15
74,6
72,6
1,025
1,054
1,023
175,1
175,4
172,7
18,03
18,15
17,96
38,55
38,6
37,75
0,141
0,144
0,141
110
111
108,2
1,382
1,394
1,36
13,08
13,08
11,955
1,714
1,732
1,714
36,1
36,6
36,1
53
54
52,8
25,56
25,66
25,2
1,384
1,412
1,355
138,4
138,7
136,6
42,5
42,5
42,2
10,46
10,49
10,36
110,1
110,3
109,35
116
118,5
116
27,5
27,9
27,4
10,1
10,1
9,98
2,78
2,8
2,745
153,7
154,6
150,4
85,38
85,88
84,52
4,897
5,03
4,883
3,975
4,11
3,96
63,95
64,9
63,6
57,7
58
57,5
124
125,4
123
23,5
23,6
23,4
157,4
158
152,2
127,5
128
125,8
42
42,78
41,84
9,41
9,43
9,11
310
310
310
% Veil % an
bpa
% mois + haut an per
% 52 s. + bas an rDt
- 0,06 + 33,36
+ 6,91
81
+ 26,18 59,75
0,52
+ 5,55
- 3,4
88,8
+ 3,65 78,4
1,88
+ 0,21 - 0,82
- 3,26 36,89
- 6,44 31,78
4,96
- 0,87 + 3,33
+ 1,01 175,9
+ 3,64 152,1
1,08
- 17,54
-19,29
0,9
- 48,88
0,558
+ 0,84 - 19,29
- 6,23 30,5
- 23,97 23,6
+ 11,2
- 8,08 11,7
- 71,79
6,27
+ 2,21
+ 0,47 87,9
+ 51,66 83,9
+ 2,28 + 24,73
+23,89 77,2
+ 83,63 54,6
- 1,44 + 23,49
- 9,29
1,297
- 12,39
0,832
+ 0,86 + 12,35
+ 5,8 177,7
+ 24,94 145,8
1,26
+ 0,06 - 16,93
- 0,28 22,4
- 32,26 17,11
0,89
+ 1,58 + 8,99
+ 7,68 40,2
- 12,39 33
2,28
- 0,7 - 6
- 4,73
0,205
- 17,06
0,14
+ 0,55 + 16,5
+ 6,18 111
+ 22,22 92
2,23
+ 0,29 - 9,81
- 0,72
2,011
- 37,74
1,26
+ 7,97 - 10,81
+ 9,92 14,925
- 19,75 10,58
4,97
- 0,93 - 8,83
+ 5,02
2,32
- 12,7
1,508
- 0,69 + 6,68
+ 5,09 37,8
+ 14,28 32,5
3,32
- 1,85 + 20,77
+ 3,52 54,5
+ 39,44 43,55
1,13
+ 1,35 - 26,93
- 4,91 37,34
- 40,83 21,38
2,35
- 2,19 - 51,78
+ 6,22
3,328
- 70,55
1,152
+ 1,24 + 15,86
+11,08 138,7
+ 18,59 111
1,34
- 0,7
+ 5,72 48,2
+ 11,31 39,2
- 0,19 - 14,86
- 0,38 12,89
- 11,43
9,76
3,35
+ 22,5
+ 9,88 110,35
+ 11,4
84,3
0,41
+ 2,2
+ 3,11 133
+ 24,65 111
2,93
+ 0,73 + 25,28
+ 5,36 29,3
+ 15,82 21,4
+ 1
- 13,6
+ 1,2
12,4
- 8,6
9,1
+ 0,36 - 1,77
- 1,77
3,46
- 16,27
2,715
+ 1,92 + 4,34
+ 2,47 162,7
+ 55,21 135
0,85
+ 0,12 + 33,12
+16,42 85,88
+ 90,16
61,6
- 2,06 - 2,74
+11,68
6,078
- 18,7
4,152
- 2,69 + 43,5
+12,61
4,13
+ 36,13
2,78
- 1,31 - 2,8
+ 1,91 70,9
- 0,98 59,55
2,35
+ 0,35 - 34,68
-18,27 91,9
- 15,26 56,4
2,77
+ 0,32 + 0,4
+ 2,82 130,4
- 17,03 103
- 0,42 - 0,42
+ 3,52 24,4
+ 3,52 22,5
3,4
+ 3,42 + 27,67
+17,11 158
+ 91,02 124
0,39
+ 0,79 - 11,7
+ 3,24 152,6
- 4,21 120,6
1,84
- 1,41 + 3,27
+ 0,86 47
+ 33,63 39,74
+ 2,51 - 2,01
+12,16
11
+ 17,33
7,63
+ 20,39
+ 4,03 322
+ 57,36 244
Autres Valeurs de la Zone euro
Gemalto (Gto) L
0,92
Valeurs françaIses
nl0000400653
noKia (noKia) R
fi0009000681
ses (sesG) LR
lu0088087324
a 49,97
319855
22/05/17 0,43 90.423.814
a 5,23
685130
24/05/17 0,12 5.839.381.803
12,975
1633747
23/04/18 0,68 351.105.589
49,81
49,97
49,81
5,26
5,292
5,188
13,09
13,13
12,935
- 0,2 + 0,63
+ 0,3
50,14
- 11,07 49,1
+ 0,57 + 35,08
+17,83
5,292
- 6,05
3,845
+ 1,24 + 0,61
+12,46 14,095
- 37,83 10,55
4,21
11,82
0,3
17,76
3,23
6,11
VAleurs Zone InternatIonale
General electric (Gne)
1,22
10,31
3,6
10,69
1,42
3,07
1,12
2,22
11,96
12
11324
12,2
usD 23/02/18 0,08 8.685.338.000 11,78
8,173
8,164
17513
8,173
Gb0005405286
usD 22/02/18 0,21 20.092.773.984 8,124
laFarGeHolcim ltD (lhn)
a 46,22
45,87
583032
46,87
ch0012214059
chf 08/05/17 2 606.909.080
45,46
rusal Plc (rusal)
/090418
reG. s
us9098832093
usD 05/09/17 0,37 1.636.363.646
scHlumBerGer (slb)
a 58,8
58,4
1153
58,8
an8068571086
usD 06/02/18 0,5 1.434.212.164
57
stallerGenes Greer (staGr) a 25,95
26,4
8885
26,8
Gb00bZ21rf93
19.738.000
25,75
us3696041033
HsBc (hsb)
a
+ 1,35 - 18,31
+10,5
16,12
- 55,04 10,32
+ 0,97 - 4,4
+ 6,16
8,996
+ 4,53
7,497
- 2,18 - 2,49
+ 2,23 51,1
- 8,93 43,3
- 9,91
13
+ 10,5
10
- 0,68 + 4,55
+11,03 65,4
- 11,61
51
+ 2,52 - 31,45
- 4,35 41,7
- 24,57 24,05
La cote a changé.
Vous pouvez retrouver
les Bourses internationales
sur http://investir.lesechos.fr
1,29
52,19
4
3,45
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
32 // ENTREPRISE & MARCHÉS
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
euronext//taux&changes//matières premières
actions
françaises
euronexT hors srd
isin
valeur
ouv
+ht +bs
fr0000076887 a.s.t. groupeg
c 12,96 13,2
12,76
fr0013185857 abeo
c 35,5
35,8
35,5
fr0000076861 acteosg
c 4,95 4,95
4,89
be0974269012 ad capital
0,101 0,101
0,101
fr0000062978 adl partnerg
c 15,9
16,2
15,9
fr0012821890 adux (ex:hi media) c 4,46 4,46
4,43
fr0004152874 advenisg
c 1,95
1,95
1,9
fr0013296746 advicenne
c 11,632 11,632 11,616
fr0000053043 advini
c 34,6 34,6
34,6
fr0000036105 affine reg
c 16,82 16,96 16,54
fr0000044612 afone
c 8,3
8,3
8,3
fr0000062804 alpha mos
c
fr0000039216 altareit
b338
338
338
fr0011051598 amoebag
c 5,55
5,55
5,41
fr0013258589 antalis
b 1,63
1,63
1,59
b 43,1
43,9
43
fr0010481960 argang
fr0012185536 artea
c
fr0000076952 artois
a
fr0011992700 ateme
c 16,7
16,8
16,34
fr0004042083 au femining
b 39,4 39,4
39,4
fr0000061780 augros cp
c
fr0013183589 aures tech.
c 52
52
50,7
fr0011800218 awoxg
2
2,01
2
fr0000064123 baccarat
b
mc0000031187 bains monaco
b 51
51
51
fr0013258399 balyo
c 5,3
5,35
5,26
fr0000062788 barbara bui
c 8,2
8,2
8,2
fr0000035370 bastide
c 51
51,4
50,7
fr0000062150 bleecker
c
fr0011592104 blue solutionsg
16,9
16,9
16,8
fr0004548873 bourbonGg
a 5,18
5,29
5,16
fr0000074254 bourse direct
c 1,59
1,6
1,59
fr0000078958 business et dec.g
c
fr0010151589 cafom
c 9,05 9,1
8,75
fr0012969095 capelli
43,4 43,4
41,9
fr0000064156 carp.de partic.
c
fr0000072894 castg
c 4,44 4,44
4,12
fr0000064446 catering inter.g
b 18,75 18,75
18,65
fr0010193979 cbo territoriag
c 4,06 4,07
4,03
fr0000078339 cca intern.
c
fr0000053506 cegedimg
b 35,4 36,7
35,3
fr0010309096 cegerealg
b 39,2
39,4
39,2
fr0012633360 cellnovog
c 2,86 2,875 2,83
fr0012616852 cerenisg
b 1,9
1,918
1,894
fr0000037475 cfi
c 1,47
1,47
1,47
fr0000060907 chausseria sa
c
fr0000054322 cibox inter.g
c 0,244 0,267 0,24
fr0000060824 clayeuxg
c
fr0000053399 cnimg
b 120
120
120
fr0004031763 coherisg
c 2,64 2,65
2,63
nl0010489522 constellium
fr0000065393 courtois
c 128
130
128
fr0000044323 cr alpes prov.
c106,82 107,78 106,82
fr0000185506 cr atl. vendée
c 139
140
138,76
fr0010483768 cr brie picard.
b 25,6
25,6
25,3
fr0000045213 cr ille vilaine
c 93
93
93
fr0010461053 cr languedoc
c 66,71 67,2
66,71
fr0000045239 cr loire hte-loire c 92
93,2
91,99
fr0000045551 cr morbihan
c 78
78
75,09
fr0000185514 cr nord france
b 22,65 22,8
22,6
fr0000044364 cr norm. seine
c130
130,7
130
fr0000045528 cr paris idf
b 84,9 84,9
84,7
fr0000045346 cr rhône-alpes
c190,28 191
190,28
fr0000045544 cr toulouse
c 110,78 110,8
110,78
fr0000045304 cr tour. poitou
c102,4 102,4 102,4
fr0000050395 crosswood
c 3,7
3,7
3,7
fr0007317813 cs-com. et syst.g
c 7,28
7,3
7,26
fr0011026749 daletg
c 14,4
14,5
14,1
fr0000036774 dane-elec memoryg c
fr0010879056 deinove
3,19
3,4
3,19
fr0013283108 delta plus group b 46,6 46,6
46,6
fr0000035784 digigram
c 0,78 0,79
0,78
fr0012202497 dms
c 1,625 1,625
1,58
fr0000065260 docks pétroles a c
fr0000052839 dom securityg
c 59,8 59,8
59,6
fr0010099515 ecag
c 19,35 19,5
19,35
fr0000072373 egideg
c 2,36 2,38
2,32
fr0000031023 elect. strasbourg b 130
130
130
c 11
11,5
11
fr0012650166 electro powerg
fr0004030708 encres dubuitg
c 5,42
5,42
5,4
fr0000120669 essog
b 51,5
51,7
51,2
fr0000061475 eurasia fonc inv
c
fr0000075343 euromedis groupeg c 6,75
6,75
6,75
fr0010490920 europacorpg
c 3,31
3,38
3,13
fr0000064164 exacompta clairef. c 129
129
129
fr0000037343 expl. prod. chim.
c
fr0000039026 expl. prod. chim.
c
fr0000062341 f.i.e.b.m.
c 6,35 6,35
6
fr0000062507 f.i.e.b.m.
c
fr0000038184 f.i.p.p.
c 0,271 0,271
0,271
fr0000063034 fauvet-girel g
c
fr0011271600 fermentalgg
3,09 3,095 3,06
fr0000062101 fermière cannes
b1570 1570
1570
fr0000061418 fiducial office
c 29,8 29,8
29,8
fr0000060535 fiducial re
b 198
198
198
fr0000076986 fin. moncey
a
fr0000035123 finatis
b 51
51
50
fr0000074759 fleury michon
b 49,5 49,5
49,5
fr0000065930 foncière 7 inv.
c 2,62
2,62
2,62
fr0000064362 foncière atland
c
fr0000038499 foncière euris
b 38
38
38
fr0010341032 foncière inea
b 40,9 40,9
40
fr0011277391 foncière paris nord c 0,041 0,041 0,04
fr0000063265 foncière r-paris
c
fr0000053944 foncière volta
c
fr0013030152 française energie c
fr0010588079 frey
b 28,8 28,8
28,8
fr0000031973 fsdv
c
fr0000030611 galimmo
c 24,4 24,4
24,4
fr0000034894 gaumont
b 142,5 142,5
138
fr0000053035 gea
c 101,5 101,5
101,5
fr0010501692 generixg
c 3,24 3,24
3,21
fr0011799907 genomic visiong
1,69
1,698 1,64
fr0000061459 gérard perrier
c 60,2 63,6
58,8
fr0004038099 gfi informatiqueg b 8,1
8,16
8,1
fr0000065971 graines voltZ
c 54
54
54
fr0000124232 groupe ird
c 24,6 24,6
24,6
fr0004010338 groupe jaj
c 1,7
1,7
1,7
fr0004050300 groupe openg
c 36,1
36,3
35,85
fr0010214064 groupe piZZorno
c 23,1
23,2
22,5
fr0004155000 groupe sfpi
c 3,37
3,37
3,36
fr0010340406 groupe vial
c
fr0000032526 guerbetg
b 52,4 52,7
51,8
fr0000066722 guillemot corp.g
c 5,22
5,38
5,22
fr0004035061 guy degrenne
c 0,32 0,32
0,31
fr0000066540 herigeg
c 42,8 42,8
42,8
fr0000038531 hf companyg
c 8,98 9
8,92
fr0012821916 hipay group
c 15
15,1
15
fr0000065278 hopscotch groupeg c 8,54 8,7
8,54
fr0000051393 idi
b 48,8 49,2
48,3
fr0000030827 ige + xaog
c148,5 148,5 148,5
fr0000033243 immo. dassault
b 48
48,8
48
fr0000036980 immo. hôtelière
c
fr0000066219 ind. fin. ent.
c
fr0000071797 infotelg
c 55,3 56,9
55,3
fr0000064297 innelec mult.g
c 6
6,04
6
fr0000060451 installux sa
c
fr0000064958 intexa
c
fr0013233012 inventiva
b 7,48
7,48
7,38
c 11,9
11,9
11,8
fr0000072597 it linkg
fr0004026151 itesoftg
c 4,32 4,36
4,32
fr0000073843 its groupg
c 7,2
7,2
7,06
fr0012872141 jacques bogart
c 8,4
8,4
8,22
fr0004029411 keyrusg
c 7,7
7,78
7,64
fr0000039638 la foncièreverte c
fr0000066607 lacroix sa
c 30,8 30,8
30
fr0000035263 lafuma
c
fr0004027068 lanson-bcc
b 32,4 32,6
32,4
fr0006864484 laurent-perrier
b 103
104
103
fr0000075673 le tanneurg
c 2,48 2,48
2,48
fr0000121295 lebon
c192,5 193
191
fr0004165801 les hôtels de paris c 2,7
2,7
2,7
fr0004023208 les nx constr.
b 57,4
57,6
56,2
fr0000033599 lexibookg
c 1,275 1,325
1,275
fr0000121352 locindus
b 22
22,3
22
fr0000030074 malteries fr-b
c
fr0000032302 manutan inter.g
b 86
89,4
84,8
fr0000051070 maurel & promG
a 4,795 4,84
4,705
fr0011742329 mcphy energyg
5,26 5,35
5,25
fr0000061244 mecelec
c 2,03 2,12
2,03
fr0000052623 medasysg
c 0,433 0,433 0,433
fr0000064404 média 6
c 14,8
14,8
14,8
fr0010298620 memscapg
c 1,98
1,99
1,98
fr0000077570 micropoleg
c 1,56
1,61
1,56
clôt écart vol
13,2 + 1,85
13372
35,5
265
4,9 - 1,01
560
0,101
8000
15,95 + 0,63
309
4,44 - 0,45
2938
1,9 - 2,56
1157
11,616- 0,12
1476
34,6 - 0,58
1
16,6 - 0,6
4728
8,3 + 1,84
108
0,44
338
5,54 + 2,03
1,608 - 1,35
43
1
32636
32955
682
7,65
6450
16,4 - 2,73
39,4 - 0,25
18923
30
5,1
51
- 1,35
2,01 + 0,5
2460
2701
216
51
5,28 + 0,96
8,2
50,9 - 0,2
24
10275
70
2235
90
16,8 - 1,18
5,2 + 0,19
1,59 - 1,24
585
20424
2730
7,8
8,75 - 3,85
42
- 3,23
1287
3230
51,5
4,19 - 6,47
18,65 - 0,53
4,05 - 0,25
17593
1189
9768
4,99
36,3 + 2,54
39,4 + 0,51
2,865+ 1,06
1,894- 0,32
1,47
9793
398
10288
5135
157
0,001
0,242+ 0,83 1448042
0,248
120
2,64
15
2458
11
130 + 4
107,78 + 0,9
139
+ 1,09
25,46 + 0,2
93 + 0,55
66,8 + 0,15
93,2 + 1,53
75,2 + 0,15
22,65
130,7 + 0,57
84,85 + 0,06
191
+ 0,38
110,8 + 0,54
102,4
3,7 + 8,19
7,3 + 0,28
14,5 - 1,36
154
55
397
3434
377
234
422
88
2245
62
319
46
165
1
91
2521
463
0,56
3,24 + 1,73
46,6 + 0,43
0,79 + 1,94
1,59
55247
3204
3297
7752
545
59,6
19,4 + 0,26
2,34 - 0,85
130
11,4 + 3,17
5,4
51,5 + 0,59
75
693
14669
10
22047
1013
1070
0,25
6,75
3,22 - 3,01
129
+ 1,58
11
489436
117
882
875
6
1630
105
0,271 - 3,9
10000
0,001
3,065- 0,81
1570
29,8
198
12152
5
1
1
6450
50
- 1,96
49,5 + 1,43
2,62 + 31
234
161
10
actions
françaises
euronexT hors srd suite
isin
fr0011584549
fr0000064180
fr0004034320
fr0000060196
fr0000037970
fr0011341205
fr0000120560
fr0004050250
fr0012789386
fr0010298901
fr0010428771
fr0000075392
fr0013190410
fr0010609206
fr0013318813
fr0010263202
fr0000052896
fr0000038465
fr0011027135
fr0000053514
fr0000066441
fr0012432516
fr0000060832
fr0004044600
fr0012613610
fr0010380626
fr0010211615
fr0000044471
fr0000075954
fr0000039091
fr0000060071
fr0000060121
fr0006239109
fr0000039109
fr0004175842
fr0011950682
fr0000060790
fr0000074122
fr0013214145
fr0004016699
fr0010209809
fr0000072563
fr0000078321
fr0000038804
fr0000075517
fr0000065864
fr0000131732
fr0000063307
fr0004529147
fr0004037182
fr0000066482
fr0000060949
fr0000064388
valeur
ouv
+ht
mndg
4,4
4,485
moul. strasbourg c
mr bricolage sa
b 14,75 14,75
mrm
c 1,69
1,69
musée grévin
c
b 12,95 13,14
nanobiotixg
neopostG
a 22,16 22,9
neuronesg
b 24,6
25,5
nextstage
c100
100
officiis propertiesg c 1,83
1,84
ol groupeg
c 3,06 3,07
orapig
c 9,38 9,38
orchestra-pre.
c 2,44 2,45
orege
3,58 3,59
paragon id
c 34
34,8
parefg
c 81
81
paris. de chauf.
b
passat
c 4,3
4,3
patrimoine & com
b 18,9
19
pcas g
c 18,8
18,8
poujoulat
c
poxelg
c 7
7
precia g
c202 202
prismaflexg
c 19
19,1
prodways group
b 4,58 4,58
prologueg
c 0,638 0,64
quotium tech.
c
ramsay gds
b 22
22
riberg
c 3,72
3,72
robertet sa
b484 494
s.a.m.s.e.
b 178
178
sabeton
c
scbsmg
c 6,9
6,9
séché env.g
b 29,9 30
selectirente
c 71,5
71,5
sergeferrari group c 9,98 10,15
signaux girod
c 28
28
sii
c 24,5 24,7
smcp
a 21,185 21,2
smtpcg
b 23,85 23,85
soc. fr. casinos
c
sodifrance
c
soditech ing.
c 0,945 0,945
sofibus
c
soft computingg c 14,7
14,7
c 46,2 46,8
sogeclairg
spir com.
c
tayninh
c
tessig
b 175,5 175,5
thermocompactg c
tipiak
c 90
90
tivoly
c 32,2 32,2
tonna elect.
c
+bs
4,21
clôt écart vol
4,305- 0,23
74105
670
14,75
1,69
14,75 + 0,34
1,69 - 0,59
51
1
78,5
12,92
22,16
24,5
100
1,83
3,05
9,2
2,42
3,58
34
81
13,02 + 0,54
22,88 + 4
25,5 + 2
100
1,83
3,06 - 0,65
9,28 - 1,07
2,43 - 0,82
3,59 - 0,28
34,8 + 1,31
81
+ 2,53
20122
127928
5412
21
1740
7069
766
2241
26
444
7
isin
fr0000039240
fr0000036816
fr0010127662
fr0000079147
fr0000054215
fr0000034548
fr0000074197
fr0000062465
fr0004186856
fr0000066680
fr0000050049
fr0000035719
fr0000065765
fr0011995588
fr0004034072
fr0011471291
valeur
toupargel groupe
tour eiffel
txcellg
u10g
unibel
union fin. fr. bque g
utig
verneuil part.
vetoquinolg
videlio (ex:iec)
viel et cieg
viktoria investg
visiodentg
voltalia
xilam animationg
ymagisg
ouv
c 4,22
b 54,6
1,15
c 3,51
a910
b 30,4
c 0,81
c
b 53,8
c 1,59
c 5,68
c
c 2,4
b 10,26
c 60,7
7,56
+ht +bs
4,22
4,2
54,8
54,6
1,174
1,13
3,52
3,5
910
910
30,5
30,1
0,81
0,8
clôt écart
4,2
54,6
1,14
3,5
910
30,5
0,8 - 1,24
vol
76
71
31829
2001
1
2028
12843
53
1,59
5,68
53,4 - 0,74
1,59 - 0,63
5,7
2,4
10,26
62,8
7,6
2,4
10,02
60,6
7,54
2,4
10,1 + 0,4
61,6 + 0,98
7,54
96
1
218
4,74
1
853
7625
506
109
4,25
18,8
18,8
4,25 - 1,16
18,8 - 1,05
18,8
2853
4539
64
42,8
6,9
6,95 - 0,29
202
202
19
19
4,49
4,57 + 0,44
0,631
0,631 - 1,41
34845
19
178
16923
64901
20,8
21
22
+ 2,8
3,635
3,7 + 0,27
483
483
- 0,21
178
178
1041
15162
442
1
25
6,9
29,9
71,5
9,94
27,4
24,5
21
23,35
6,9 - 0,72
30
71,5 + 0,7
9,94 - 0,2
28
24,7 + 0,41
21,05 + 0,24
23,4 - 1,89
500
129
168
223
1539
101
11611
740
2,46
18,2
0,945
0,945
450
175
14,7
45,5
14,7
45,8
74
1683
- 2,35
3,53
1,35
173
174
+ 0,29
33
90
32
90
- 2,17
32,2 - 0,62
100
352
35,5
0,46
auTres valeurs de la Zone euro
lu0569974404
it0001389631
be0974260896
nl0010949392
be0974290224
nl0006294274
it0001210050
ie00bjys1g50
be0003853703
fi0009000681
be0946620946
nl0000289783
nl0000289817
aperam
beni stabili
celyad
cnova nv
dexia
euronext
fedon
mainstay medical
montea cva
nokiaR
rentabiliweb gpg
robeco nv
rolinco
a 40,48 40,81
0,78 0,78
c 28,98 29,46
a 4,12
4,18
c 6,7
6,76
a 59
59
c
40,38
0,78
28,68
4,12
6,7
57,75
40,68 + 0,3
0,78 + 0,19
28,78 + 0,35
4,18 + 1,95
6,72
57,75 - 2,12
5640
12369
1074
1369
129420
13,49
- 10,19
44,8 + 0,45
5,26 + 0,57
14,4
44,4 44,9
44,4
a 5,23
5,292 5,188
c
37,13 37,13
37,13
39,27 39,27 39,27
685130
8,98
37,13 + 0,65
39,27 + 0,77
abbvie
agta record
bras. ouest afr.
brass. cameroun
caterpillar inc.
cfoa
coca cola enter.
diageo
lilly and co
forestière eq.
gds rusal
geneurog
hexcel
infosys
maroc telecom
merck and co inc
procter & gamble
66
66
66
126,5
126,5
126,5 + 1,2
1
625
120
68
3
45,57
30,195 30,335 30,1
c
30,335+ 2,48
65
+ 1,55
520
670
8,05
b 6,12
c
6,12
6,02
13,95
14
13,9
61
61
60,8
changes : cours au comptant
var.
veille
en %
var.
année
en %
dollar us
1,1866
livre sterliNg
0,8776
FraNc suisse
1,189
couroNNe daNoise
7,4477
couroNNe Norv.
9,6578
kuNa croate
7,3967
couroNNe suedoise
10,4544
dollar caNadieN
1,5381
yeN JaPoNais
129,5475
dollar australieN
1,5934
rouble russe
75,2868
rouPie iNdieNNe
79,6438
dollar Neo-zelaNdais 1,7038
couroNNe tcheQue
25,5908
ForiNt hoNgrois
315,145
zloty PoloNais
4,2872
lev bulgare
1,956
dollar hoNg-koNg
9,3143
WoN sud coreeN
1280,9617
Peso MexicaiN
23,2724
real
4,2547
dollar siNgaPour
1,5906
raNd sud-aFricaiN
14,9711
livre turQue
5,109
reNMibi yuaN
7,5598
ruPiah
16673,8386
Peso PhiliPPiN
61,6108
riNggit Malais
4,7357
bath thalaNdais
37,9294
-0,47
-0,19
-0,58
-0,01
0,38
-0,01
-0,73
0,14
-0,43
0,40
0,36
-0,46
0,24
0,26
0,17
0,61
0,32
-0,46
-0,45
0,32
0,43
-0,15
0,15
0,40
-0,41
-0,09
-0,49
0,71
-0,12
-1,16
-1,09
1,64
0,00
-1,96
-0,48
6,44
1,90
-4,32
3,62
8,86
3,89
0,75
0,20
1,41
2,67
0,00
-0,72
0,01
-1,40
7,02
-0,95
0,75
12,17
-3,14
2,52
2,65
-2,97
-2,97
principaux taux directeurs
pays
taux de référence
taux en %
08-05-2018
eur
eur
usd
gbp
chf
sek
dkk
jpy
cad
usd
1
1,1866
0,8776
1,189
10,4544
7,4477
1,2955
1,5381
gbp
chf
0,8427
1,1395
0,8411
1
1,3526
0,9981
0,7393
1
0,7379
1,0019
1,3552
1
8,8148
11,9217
8,7972
6,2766
8,4886
6,2639
1,0917 147,6647 108,975
1,2963
1,7534
1,2939
sek
dkk
0,0957
0,1134
0,0839
0,1137
1
0,7121
12,3862
0,1471
0,1343
0,1593
0,1178
0,1596
1,4043
1
0,174
20,6563
jpy (100)
cad
0,7719
0,916
0,6772
0,9176
0,0807
5,7486
1
1,1878
0,6502
0,7715
0,5703
0,7729
6,799
4,8411
0,8419
1
50
159,5
158
158
6,02 - 1,63
51,5 + 11,43
14,1
+ 1,39
14 + 0,72
47,8 + 0,83
61
- 0,33
1705
290
86
08-05-2018
valeur
ouv
+ht
fr0010641449
fr0010397760
fr0012788065
fr0012816825
fr0011648716
fr0010907956
fr0000035818
fr0004166197
fr0000044810
fr0010342329
fr0012819381
fr0013204070
fr0000077562
fr0004153930
fr0010458729
fr0011053636
fr0004155687
fr0004032746
fr0004171346
fr0000064529
fr0000061608
fr0004197747
fr0013263878
fr0004155240
fr0004045847
agrogeneration
auplata
biocorp
biophytis
carbio
carmat
esker
evolis
europlasma
gaussin
groupe guillin
groupe parot
hiolle industries
hybrigenics
implanet
leadmedia group
mastrad
neovacs
nextedia
nsc groupe
piscines desjoyaux
theradiag
umanis
vergnet
voy. du monde
0,378
0,114
9,1
3,175
7,69
21,55
57,7
41,8
0,177
0,319
37,25
8,94
5,05
0,455
0,382
0,378 0,378
0,125
0,11
9,12
9,1
3,22
3,1
7,7
7,6
21,55 20,9
58,2
56,7
41,8
41,6
0,196 0,175
0,351
0,305
38
36,95
8,94
8,94
5,1
4,94
0,458 0,452
0,388 0,378
+bs
0,433 0,46
0,38 0,397
0,953 0,953
14,3
1,66
15,95
130,5
écart vol
0,378- 0,26
9700
0,119+ 10,6 16435728
9,1 - 0,22
216
3,205+ 0,79 42276
7,6 - 1,17
7669
21,25 - 0,7
2188
58,2 + 0,87
2852
41,6 - 0,72
25
0,183+ 4,33 3714091
0,326- 1,66 10492649
37,85 + 1,61
17330
8,94 - 0,22
1
5,05
3667
0,452- 0,66
58632
0,386+ 1,05 50343
0,29
0,433
0,376
0,94
14,3
1,7
16
136
clôt
0,46 + 3,84
3500
0,379+ 1,34 1168957
0,945- 0,74
6807
82
14,3
1,64
15,6
14,3
1,68
16 + 0,31
0,64
130
136
50
13711
7300
+ 4,22
1355
investir 10
igs10 - Fr0011630474
a
151.1 0.198939
LA BOURSE
avec
Consultez les cotations
en direct
sur tous les marchés
internationaux
http://investir.lesechos.fr
6 mois
Marché obligataire
1 an
Zone euro-0,35/-0,50 -0,37/-0,62 -0,33/-0,48 -0,27/-0,42 -0,18/-0,43
ecarts de taux avec l’allemagne
08-05-2018
1112
0,02
isin
marchés monétaires
1 mois
3 mois
jour
- 0,32
+ 9,81
11,33
c
Taux marchés monétaires et eurodevises
cours de changes croisés
cours
bce
19,91
INVESTIR 10 GRANDES VALEURS
58
b 66
c
b
126,5
c
59,13
c
a 158
cerTiFicaT
VaLeurs Zone internationale
us00287y1091
ch0008853209
sn0008626971
cm0000035113
us1491231015
sn0000033192
us19122t1097
gb0002374006
us5324571083
ci0000053161
us9098832093
ch0308403085
us4282911084
us4567881085
ma0000011488
us58933y1055
us7427181091
rorento cdh
rusal plc
televerbier
total gabon
vale sa
Zci limited
euronexT groWTh (sélection)
2,7
53,8
1,59
5,7
Taux eT changes
08-05-2018
1 euro en devise
lu0934195610
us9098831004
ch0008175645
ga0000121459
us91912e1055
bmg9887p1068
actions
françaises
euronexT hors srd suite
6 mois
allemagne 100,25
portugal
-0,25
france
-0,03
espagne
-0,05
italie
-0,05
2 ans
5 ans
7 ans
10 ans
-0,54
0,39
0,09
0,26
0,39
-0,04
0,60
0,06
0,25
0,68
0,22
0,93
0,12
0,50
1,02
0,51
1,16
0,26
0,88
1,31
euromts
indice
FraNce
1-3 aNs
5-7 aNs
10-15 aNs
Plus 15 aNs
Plus 25 aNs
eMtxi-be
249,31
171,83
237,11
288,91
335,73
344,10
236,05
var %
-0.25
-0.55
-0.24
-0.47
-0.82
-1.03
-0.35
31/12 var %
248,89
171,84
236,20
284,90
327,74
332,52
234,24
0.42
2.65
0.62
1.99
3.29
4.56
1.13
cours a TerMe de l’euro contre les principales devises
usd
gbp
chf
sek
dkk
jpy (100)
cad
1,1866
1,1866
0,8774
0,8775
1,1889
1,1890
10,4598
10,4610
7,4464
7,4486
129,5430
129,5520
1,5380
1,5382
-0,0037
-0,0040
-0,0015
-0,0018
-0,0012
-0,0016
-0,0141
-0,0156
-0,0019
-0,0007
0,1255 -0,0064
0,0808 -0,0067
-0,0094
-0,0097
-0,0012
-0,0033
-0,0004
-0,0009
-0,0129
-0,0144
-0,0009
-0,0003
0,0726
0,0235
-0,0116
-0,0120
-0,0186
-0,0190
-0,0057
-0,0061
0,0009
0,0003
-0,0117
-0,0139
0,0006
0,0013
0,0036
-0,0569
-0,0208
-0,0213
-0,0382
-0,0386
-0,0117
-0,0122
0,0031
0,0024
-0,0130
-0,0201
0,0085
0,0026
-0,0939
-0,1729
-0,0406
-0,0414
08-05-2018
comptant
achat
veNte
a 1 mois
achat
veNte
a 3 mois
achat
veNte
a 6 mois
achat
veNte
a 12 mois
achat
veNte
bce
taux pret marginal 0.25 %
Taux repo (refi)
0.00 %
Taux DepoT
-0.40 %
royaume uni taux jour le jour
0.45 %
Taux De base
0.50 %
usa
taux jour le jour
1.75 %
fonDs feDeraux
1.75 %
2 ans
2.53 %
10 ans
2.97 %
japon
boj tokyo
-0.10 %
Taux Jour le Jour
-0.40 %
Taux repo (refi)
-0.10 %
10 ans
0.02 %
Taux bons du trésor
btf
taux
1 Mois
3 Mois
6 Mois
9 Mois
1 aN
2 aNs
5 aNs
10 aNs
-0,58
-0,58
-0,57
-0,59
-0,57
-0,51
0,01
0,76
indices de référence des emprunts à taux variables
moy.
mens.
mars 16
avr. 16
mai 16
juin 16
juil. 16
août 16
sept. 16
oct. 16
nov. 16
déc. 16
janv. 17
fév. 17
mars 17
avr. 17
mai 17
juin 17
juil. 17
août 17
sept. 17
oct. 17
nov. 17
déc. 17
janv. 18
fév. 18
mars 18
avr. 18
tmm
euribor
1 mois
3 mois
-0,293
-0,3376
-0,3378
-0,3326
-0,3279
-0,3398
-0,343
-0,3462
-0,3486
-0,3501
-0,3511
-0,353
-0,3532
-0,3563
-0,3585
-0,3569
-0,359
-0,3561
-0,3573
-0,3589
-0,3513
-0,3411
-0,3614
-0,3649
-0,3628
-0,3648
-0,31
-0,341
-0,348
-0,356
-0,369
-0,37
-0,371
-0,371
-0,373
-0,373
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,373
-0,373
-0,373
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,369
-0,369
-0,37
-0,371
-0,372
-0,23
-0,249
-0,257
-0,268
-0,294
-0,298
-0,302
-0,309
-0,313
-0,313
-0,325
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,33
-0,33
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,328
-0,328
-0,329
-0,328
-0,329
tme
0,56
0,50
0,55
0,45
0,23
0,21
0,25
0,36
0,70
0,80
0,91
1,11
1,10
0,97
0,87
0,71
0,89
0,78
0,77
0,77
0,65
0,62
0,82
0,97
0,85
0,80
source cdc ixis
tmor.
pub. priv.
moy.
eonia
euribor
tec
hebdo
1 mois 3 mois 10
the
0,76
0,70
0,75
0,65
0,43
0,41
0,45
0,56
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
0
0
0
29-03
30-03
03-04
04-04
05-04
06-04
09-04
10-04
11-04
12-04
13-04
16-04
17-04
18-04
19-04
20-04
23-04
24-04
25-04
26-04
27-04
30-04
02-05
03-05
04-05
07-05
08-05
0,80
0,80
0,80
0,76
0,76
0,77
0,77
0,77
0,77
0,77
0,76
0,76
0,76
0,76
0,76
0,82
0,82
0,82
0,82
0,82
0,88
0,88
0,88
0,88
0,85
0,85
0,85
0,76
0,70
0,75
0,65
0,43
0,41
0,45
0,56
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
1,17
1,05
1,00
-0,368
-0,365
-0,348
-0,348
-0,362
-0,363
-0,368
-0,368
-0,366
-0,366
-0,365
-0,364
-0,364
-0,367
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,367
-0,366
-0,367
-0,355
-0,355
-0,359
-0,36
-0,36
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,371
-0,371
-0,371
-0,371
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,371
-0,372
-0,372
-0,371
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,329
-0,328
-0,328
-0,328
-0,328
-0,328
-0,329
-0,329
-0,329
-0,329
-0,329
-0,329
-0,329
-0,328
-0,328
-0,328
-0,328
-0,328
-0,328
-0,328
-0,328
-0,329
-0,329
-0,329
-0,328
-0,328
-0,328
0,71
0,71
0,71
0,69
0,72
0,72
0,71
0,71
0,72
0,71
0,73
0,75
0,73
0,69
0,77
0,79
0,83
0,82
0,85
0,83
0,78
0,78
0,79
0,80
0,76
0,76
0,77
thor.
pub.
priv.
1,00
1,00
1,00
0,96
0,96
0,97
0,97
0,97
0,97
0,97
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,08
1,08
1,08
1,08
1,05
1,05
1,05
1,00
1,00
1,00
0,96
0,96
0,97
0,97
0,97
0,97
0,97
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,08
1,08
1,08
1,08
1,05
1,05
1,05
113
38
40,9 + 0,99
0,04 - 3,38
5
421
361883
34,97
4,18
17,9
28,8
159
46,8
24,4
139,5 - 2,11
101,5
3,24 + 0,94
1,682- 0,47
61
+ 7,02
8,16 + 0,74
54
- 1,82
24,6
1,7 - 5,56
36,2 - 0,28
23
- 0,43
3,37 + 0,3
1
954
5
88526
16753
2072
2194
268
1
5010
5203
1031
1241
0,91
52
- 1,7
5,28 - 1,12
0,31 - 3,13
42,8 + 0,23
8,92 - 0,67
15,1
8,56 + 0,23
48,8 + 1,04
148,5
48,7 + 1,46
11166
20511
1001
50
938
2148
2900
802
20
406
1,04
74
56,5 + 2,17
6,04 + 0,67
426
+ 0,47
2924
1821
2,24
7,4 - 0,8
11,85
4,36 + 0,93
7,2 + 0,84
8,3 - 0,24
7,7 + 0,52
733
359
251
2483
4163
11192
57
30,3
- 2,57
2444
24,4
32,6
103
2,48 + 12,73
192
- 0,26
2,7 + 22,73
57,2 + 0,7
1,32 + 1,93
22,3 + 1,36
16
49
600
156
200
297
2220
169
530
84,8 - 1,4
600
4,8
122004
5,29 + 0,57
4916
2,11 + 3,94
7554
0,433+ 0,93
50
14,8
36
1,98 + 1,54
5196
1,6 + 3,23 110334
MaTières preMières
MéTaux précieux
MéTaux non Ferreux
MéTaux sTraTégiQues
paris
OR (euros cPror/*cours hebdo)
08/05
07/05
COURS PriMe Prec.
lingot
35100
0
35100
10 florins
214
0,77
214
5 dollars*
290
9,87
290
10 dollars
588
11,38
588
20 dollars
1150
8,89
1150
5 roubles*
0
-100
0
50 pesos
1311
-0,4
1311
latine
206
1,08
206
napoleon
205,3
0,74
205,3
1/2 napoleon* 109
6,97
109
souverain eli i* 260,1
1,23
260,1
souverain
261,9
1,93
261,9
1/2 souverain* 136
5,86
136
suisse
202
-0,88
202
tunisienne*
205
0,59
205
mark*
259
3,06
259
krugerrand
1139,5
4,38
1139,5
lingotin 500grs 18200
3,7
18200
lingotin 250grs 9120
3,93
9120
lingotin 100grs 3655
4,13
3655
argent c3e (euro Par kilo) (csFaNMP)
529,33
529,33
cuivre (girm):
Londres
(eN dollars)
palladium (euro Par kilo) (csFaNMP)
Fix1
25 930
25 930
Fix2
25 952
25 952
platine (euro Par kilo) (csFaNMP)
Fix1
24 157
24 157
Fix2
24 281
24 281
London BuLLion MarKeT
08/05
07/05
argent (eN ceNts Par oz)
Fixage
1 628
1 641
or (eN dollars Par oz)
Fix
1 309
1 309
palladium (eN dollars Par oNce troy)
965
965
platine (eN dollars Par oNce troy)
899
899
neW YorK
argent (eN ceNts Par oNce)
settleMeNt
08/05
Mai 18
16,28
Juil. 18
16,42
sePt. 18
16,51
déc. 18
16,65
JaNv. 19
16,68
or (eN dollars Par oNce)
settleMeNt
settleMeNt
07/05
16,43
16,5
16,6
16,73
16,79
settleMeNt
08/05
Mai 18
1308,5
aout 18
1316,8
déc. 18
1329,5
avr. 19
1347,7
déc. 19
1365,5
platine (eN dollars Par oNce)
settleMeNt
Mai 18
Juil. 18
oct. 18
JaNv. 19
avr. 19
08/05
904,8
910,7
913
918,9
922,9
07/05
1312,5
1320,7
1333,9
1346,5
1369,6
settleMeNt
07/05
898,2
912,2
916,9
923
931
cathodes : 5839 a coMPter du 08/05/
autres demi produits cuivreux :
base cuivre
665,42 dePuis le 08/05
base laMiNé laitoN 1 titre 565,96 dePuis le 08/05
base laMiNé laitoN 70/30
575 dePuis le 08/05
base laMiNé laitoN 85/15
620,2 dePuis le 08/05
base laMiNé broNze 94/6
758,42 dePuis le 08/05
base laMiNé broNze 94/4
727,42 dePuis le 08/05
London MeTaL exchange
08/05
07/05
alliage d`alumin. (en $ par tonne)
cash
3 Mois
vol.
1880-1890
1890-1900
11920
1880-1890
1890-1900
11920
aluminium (en $ par tonne)
cash
3 Mois
vol.
2315-2316
2306-2307
1310650
2315-2316
2306-2307
1310650
cuivre (en $ par tonne)
cash
3 Mois
stocks
6782-6783
6818-6819
311375
6782-6783
6818-6819
311375
etain (en $ par tonne)
cash
3 Mois
vol.
21350-21375
21225-21230
2200
21350-21375
21225-21230
2200
13830-13835
13875-13890
314862
éLecTriciTé
ice
(eN gbP Par MWh)
clôture
08/05
base
40,69
PoiNte
46,28
ice futures
(eN gbP Par MWh)
clôture
13830-13835
13875-13890
314862
plomb (en $ par tonne)
cash
3 Mois
vol.
2272-2274
2272-2274
131600
2272-2274
2272-2274
131600
Zinc (en $ par tonne)
cash
3 Mois
vol.
2967-2968
2975-2977
236475
2967-2968
2975-2977
236475
neW YorK
cuivre (en cents par lb)
settleMeNt settleMeNt
Mai 18
JuiN 18
Juil. 18
aout 18
08/05
3
3,03
3,04
3,03
07/05
3,05
3,07
3,07
3,09
vol
333
658
98738
322
base Jul 18
base dec 18
PoiNte JuN 18
PoiNte Jul 18
08/05
51,93
58,1
55,61
55,83
KuaLa LuMpur
settleMeNt settleMeNt
Jou r
08/05
21150
07/05
21150
vol
clôture
07/05
40,69
46,28
clôture
07/05
51,93
58,1
55,61
55,83
vol
364004
192492
vol
clôture
clôture
JuiN 18
Juil. 18
sePt. 18
déc. 19
Mars 10
08/05
68,73
68,73
68,15
59,88
59,98
07/05
70,73
70,63
69,75
61,38
59,98
426,5
400
singapour
gasoliNe 97
gas oil
Fuel oil (180)
Fuel oil (380)
84,95
86,83
459,5
427,5
84,95
86,83
460,5
428,5
éMission co2
nymex emissions (eN euros Par toNNe)
clôture
08/05
13,51
clôture
settleMeNt settleMeNt
vol
07/05
21,7
22,15
22,25
gaz naTureL
JuiN 18
Juil. 18
aout 18
08/05
2,71
2,74
2,75
clôture
vol
07/05
2,74
2,76
2,77
clôture
07/05
19,99
vol
vol
21382
463
4
settleMeNt settleMeNt
08/05
JuiN 2018 21,07
Juil 2018 21,16
août 2018 21,35
07/05
21,07
21,16
21,35
07/05
86,06
80,45
80,24
38163
21913
6598
1578
clôture
clôture
vol
08/05
07/05
Mai 18
1869
1875
Juil. 18
1938
1924
sePt. 18
1977
1960
déc. 18
1975
1959
Mars 19 1955
1940
new york (eN $ Par toNNe)
2011
6134
2481
2428
1776
Mai 18
sePt. 18
déc. 18
Mai 19
Mai 19
08/05
0
2784
2784
2768
2768
vol
07/05
2822
2868
2859
2835
2835
5858
3614
190
190
settleMeNt settleMeNt
08/05
606
586,5
569,9
07/05
606
586,5
569,4
settleMeNt settleMeNt
08/05
07/05
JuiN 18
167,5
166,5
aout 18 171,5
171,25
Nov. 18
170,25
170,5
mais à chicago (eN ceNts Par
boisseau)
BeTaiLs
clôture
vol
08/05
07/05
Mai 18
1808
1789
1
Juil. 18
1801
1812
7623
Nov. 18
1797
1799
2204
JaNv. 19 1806
1800
310
Mars 19 1811
1807
25
new york-arabica (en cents par lb)
settleMeNt settleMeNt
vol
10849
4938
865
Mai 18
sePt. 18
déc. 18
Mars 19
08/05
116,05
122,4
125,85
129,4
07/05
118,45
123,05
126,5
129,95
vol
2
5519
2687
1171
vol
settleMeNt settleMeNt
Jou r
08/05
07/05
112,45
115,7
vol
112.45
1
533
7
vol
1
136
settleMeNt settleMeNt
vol
07/05
143
148
153,75
161
veau vivaNt - bresil - brl :
141.35
le 07/05//18
betail vivaNt - cMe - usd : 1.05175
le 07/05//18
betail d'eNgrais - cMe - usd : 1.37625
le 07/05//18
Porc Maigre - cMe - usd :
0.66075
le 07/05//18
Porc FraNce e - eur :
1.5
indices
rJ crb
new york (coNt. No2 - eN ceNts Par lb)
vol
settleMeNt settleMeNt
londres-robusta (en $ par tonne)
clôture
vol
settleMeNt settleMeNt
vol
vol
1868
101791
35245
08/05
07/05
Mai 18
12,49
12,55
Juil. 18
12,79
12,79
sePt. 18
12,14
12,11
avoine à chicago
(eN ceNts Par boisseau)
08/05
146
147,25
153,5
2
341
48
7
settleMeNt settleMeNt
08/05
07/05
Mai 18
394,75
393,75
Juil. 18
402,25
400,75
sePt. 18
410,25
408,5
riZ à chicago (eN ceNts Par lb)
Mai 18
Juil. 18
Nov. 18
jus d’orange
chicago (eN $ Par 1000 bdFt)
vol
caFé
Bois
Mai 18
Juil. 18
sePt. 18
07/05
0
11,38
11,72
12,83
13,1
settleMeNt settleMeNt
08/05
07/05
Mai 18
498,38
514
sePt. 18
530
528,75
déc. 18
553,38
550,75
mais à paris (eN euros Par toNNe)
Prix indicatif de l'organisation internationale du
café (cents us/livre) :
Prix composé : 114.24
Moyenne quinze derniers jours : 205.461
new york (cont. n°2 - cents par lb)
settleMeNt settleMeNt
08/05
11,32
11,42
11,79
12,87
13,16
vol
vol
vol
coTon
08/05
86,01
80,15
79,81
JuiN 18
Juil. 18
oct. 18
Mars 19
Mai 19
clôture
settleMeNt settleMeNt
08/05
07/05
Mai 18
169
168,5
1185
sePt. 18
175,5
174
10016
déc. 18
178,5
177
12446
blé à chicago (eN ceNts Par boisseau)
08/05
07/05
Mai 18
226,75
226
Juil. 18
236,5
236
sePt. 18
240,5
240,5
blé fourrager à londres
(eN £ Par toNNe)
iNdice cotlook a : 93,25, le 08/05//18
Juil. 18
Déc. 18
Mars 19
clôture
settleMeNt settleMeNt
nymex ( eN $ Par Mbtu)
clôture
vol
4655
1255
351
132
117
Prix indicatif de l'organisation internationale du
cacao (dollars/tonne) : le 03/05/
Prix indicatif : 2734
londres (eN £ Par toNNe)
uranium nymex (en $ par lb)
08/05
21,7
22,15
22,25
clôture
08/05
07/05
aout 18 324,9
320,7
oct. 18
320,5
320,2
déc. 18
327,8
326,3
Mars 19 335,2
333
Mai 19
339,2
338,3
new york (eN ceNts Par lb)
cacao
uraniuM
aout 18
déc. 18
JaNv. 19
clôture
blé de meunerie n°2 à paris
(eN euros Par toNNe)
vol
07/05
12,77
powernext gas futures
vol
08/05
07/05
Mai 18
654,5
665,5
30746
JuiN 18
651,75
662,75
95206
Juil. 18
650,25
661,75
65110
Nov. 18
644,75
655,75
5913
Fév. 19
638,25
649
1243
new york nymex wti (eN $ Par baril)
clôture
428,5
400,5
sPot
céréaLes
11,73 cts/lb
londres (eN dollars Par toNNe)
637,5
fuel
Fuel oil (hs 180)
Fuel oil (hs 380)
clôture
08/05
07/05
Jour
74,58
76,17
Juil. 18
74,58
76,17
302842
aout 18 74,3
75,83
155290
londres-gaZole (eN $ Par toNNe)
clôture
sucre
london daily price:
08/05
Nord da 19,99
londres-brent (eN $ Par baril)
clôture
produiTs péTroLiers
rotterdam
(barges - Fob) (eN $ Par toNNe)
gas oil 0.1% sul.
634
powernext gas spot
produiTs péTroLiers
clôture
etain (en dollars par tonne)
07/05
antimoine 99,65% (par tonne)
8200
8200
bismuth 99,99% (par lb)
5,2
5,2
cadmium 99,95% (par lb)
1,48
1,48
cobalt (cathodes) 99,80% (par lb)
44,25
44,25
eponge de titane 99,60% (par kg)
7,65
7,65
ferro manganese (hc) (par tonne)
1075
1075
ferro molybdene (par kg)
30
30
germanium (par kg)
1750
1750
selenium 99,50% (par lb)
24,25
24,25
silicium (par tonne)
2275
2275
nickel (en $ par tonne)
cash
3 Mois
vol.
08/05
08/05
07/05
206,17
208,09
reuters coM. 2311,52
2311,52
Moodys coM. 6231,33
6240,73
or iNdustriel 35442
35442
lMex
3292,6
3292,6
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHÉS // 33
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
dernier
dividende net
en euros**
mont. date
Mirabaud Asset Management
Tél. 058 200 60 01
www.mirabaud.com
marketing@mirabaud-am.com
A la recherche d’une gestion active
de conviction ?
Tous les details de nos solutions d’investissement
à disposition ici : www.mirabaud-am.com
Pictet Asset Management
34, avenue de Messine 75008 Paris
Tél. : 01 56 88 71 00
www.assetmanagement.pictet
code isin
désignation
des valeurs
val. unit date
hors frais de la
en euros** valor.
dernier
dividende net
en euros**
mont. date
code isin
désignation
des valeurs
340,7
LU0130729220 Pictet-emerging mkts
607,23 08/05
LU0128490280 Pictet-eur Bonds
550,02 07/05
LU0144509717 Pictet-euroPean sust. eq.
251,31 07/05
LU0128467544 Pictet-gloBal emerg.deBt
362,27 07/05
LU0935268721 ram (l) sf em mkt core eq
désignation
des valeurs
val. unit date
hors frais de la
en euros** valor.
LU0168449691 Pictet-greater china
617,66 08/05
LU0188501257 Pictet-health
251,4 08/05
548,64 08/05
LU1626130063 sWiss small & mid caPs (chf)
114,2 07/05
LU0704154292 ram (l) sf em mkt eq
188,97 07/05
LU1626129727 sWiss all caPs (chf)
104,59 07/05
LU0375629556 ram (l) sf euroPean eq
466,94 07/05
LU1626130816 silk road Zone stocks (usd)
103,32 07/05
LU1048876350 ram (l) sf gB shldr yld eq
132,17 07/05
LU0851564897 euroPean equity (eur)
170,68 07/05
LU0176900511 Pictet-JaPanese eq. sel.
15857,45 07/05
LU0705072691 ram (l) sf l/s em mkt eq
121,57 04/05
LU1626130220 high div. euroPe stocks (eur)
101,6 07/05
LU0217139020 Pictet-Premium Brands
158,7 08/05
LU0705071701 ram (l) sf l/s euroPean eq
154,05 04/05
LU0851564541 World equity (eur)
152,66 07/05
285,89 08/05
LU1279334210 Pictet-roBotics
135,16 08/05
LU0375630729 ram (l) sf north am eq
298,56 07/05
681,02 08/05
LU0338483075 Pictet-russian equities
56,27 07/05
LU1074511459 ram (l) tf conv euroPe
150,3 07/05
235,5 08/05
LU0419186167 ram (l) tf gB Bd tot ret
143,26 07/05
LU0935723782 ram (l) tf ii asia Bd tot ret
139,17 07/05
LU0256846139 Pictet-security
LU0340554913 Pictet-digital
298,02 08/05
LU0130732364 Pictet-small caP eur.
LU0255798109 Pictet-emerg lc deBt
168,5 07/05
LU0104884860 Pictet-Water
1248,97 07/05
dernier
dividende net
en euros**
mont.
date
synchrony (lu)
106,82 07/05
LU0090689299 Pictet-Biotech
93,02 08/05
code isin
07/05
LU0155303323 Pictet-asian eq. JaPan
LU0280430660 Pictet-clean energy
dernier
dividende net
en euros**
mont. date
Banque Cantonale
de Genève (France) SA
Tél. 04 72 07 31 50
bcgef.fr/fonds
LU0130728842 Pictet-emerging euroPe
LU0070964530 Pictet-indian eq.
val. unit date
hors frais de la
en euros** valor.
classification
val. unit date
hors frais de la
en euros** valor.
classification
désignation
des valeurs
classification
code isin
classification
sicav//fcp
291,37 08/05
Valeur unitaire hors frais : valeur de la part ou de l’action hors droits d’entrée ou de sortie éventuels. Les SICAV éligibles au PEA sont signalées par un astérisque *. Le pictogramme P indique la cotation d’un FCP.
Classification des OPCVM : actions françaises (AF), actions de la zone EURO (AE), actions internationales (AI), monétaires EURO (ME), monétaires à vocation internationale (MI), obligations et autres titres de créances libellés en EURO (OE), obligations et autres titres de créances internationaux (OI), sicav luxembourgeoises (LX), diversifiés (DI), garantis ou assortis d’une protection (GP). ** : en euros ou dans la devise indiquée dans la colonne «DéSIGnAtIOn DES VALEURS».
carnet
fr
PORTRAIT
plus tard, il quitte Bouygues et crée Attestation
Légale. Avec une devise empruntée à Docteur
Spock dans « Star Trek » : « Plus je partage, plus
je possède, c’est ça le miracle. » Depuis, il a ajouté
Sartre à ses citations favorites : « Toute chose
n’existe que si elle est partagée. »
Par Léa Delpont
@LeaDelpont
La French Tech parisienne est secouée par une
fronde : des entrepreneurs réclament plus de
place dans la gouvernance. A Lyon, l’association
a tranché le débat en se choisissant comme
nouveau président l’un des prodiges issus de
ses rangs : Renaud Sornin, le bouillonnant président d’Attestation Légale. Sa société, pionnière
du modèle collaboratif appliqué aux entreprises,
développe, depuis 2010, un réseau B to B
d’échange numérique de documents sécurisés.
Un choc de simplification né de sa « phobie administrative ». Laquelle ne l’empêche pas de
s’acquitter de ses impôts !
Attestation Légale (ALG dans son jargon raccourci) vient de réussir une levée de fonds de
5 millions d’euros. « Ce n’est pas raisonnable de
m’éloigner de mon entreprise à ce stade, mais Lyon
French Tech est aussi en pleine accélération et a
besoin d’un patron de scale-up qui connaisse bien
les problématiques de l’hypercroissance », assure
cet ancien de Bouygues, bon soldat de grand
groupe reconverti en turbulent général de la
« start-up sphère ».
A 48 ans, il n’a pas épuisé, loin de là, ses réserves d’enthousiasme. Sa dégaine élancée et ses
élans passionnés dégagent une impression
d’adolescent. Il ne cache pas, avec une certaine
ENTREPRISES
ALLEN & OVERY
Hervé Ekué
est nommé managing partner
d’Allen & Overy Paris.
Hervé Ekué, 46 ans, titulaire d’un
DESS de banque et finance et
d’une maîtrise de droit des affaires, a été admis au Barreau de
Paris. Il a débuté chez Clifford
Chance à Paris et Londres en tant
que collaborateur. C’est en 2001,
qu’il avait rejoint Allen & Overy
Théoricien
d’un capitalisme corrigé
DR
Renaud Sornin,
un entrepreneur
pour accélérer
Lyon French Tech
candeur, vouloir tester avec ce mandat sa
compatibilité avec « la vie politique » ou
« citoyenne », en vue de futurs engagements
au service de sa ville.
Ce Lyonnais de souche, issu d’une famille
bourgeoise, est le père de trois enfants de 15
à 18 ans, passés comme lui par l’institution
des pères maristes. Mais ces dernières années,
l’ingénieur en génie civil diplômé de l’Insa (et en
gestion de l’IAE d’Aix-en-Provence) aurait plutôt
navigué en vents contraires « de la droite vers la
gauche ». Il avoue avoir raté un DESS d’urbanisme… Il dit cash que l’argent a toujours compté
pour lui : il était déjà trésorier de la cafétéria de
l’école. Chez Bouygues GFC Construction où il
entre en 1995, il est chargé de chiffrer les ouvrages d’art au service études TP, puis du contrôle de
gestion sur le chantier du TGV Méditerranée. Il
participe à la création du GIE Achat. Jusqu’à se
lasser, après quinze ans d’un parcours ascensionnel dans le sérail des jeunes managers surmotivés. « J’avais perdu toute sensibilité, toute
empathie », estime-t-il.
Renaud Sornin est sauvé du bore-out en 2008
par une visite dans un laboratoire Microsoft
à Cambridge. Il a conservé le carnet de notes où
il n’a inscrit que ce mot : collaboratif. Deux ans
Paris, au sein du département
marchés de capitaux internationaux.
SNCF
Delphine Couzi
est nommée directrice de SNCF
Intercités.
Delphine Couzi, 49 ans, est une
ancienne élève de Centrale Lille.
Elle a occupé des postes de management opérationnel notamment
comme directrice d’établissement traction. Elle a ensuite pris
La société fait déjà 4,7 millions d’euros de chiffre
d’affaires avec 80 salariés. Dont 30 ont choisi de
devenir actionnaires – les salariés ont injecté
600.000 euros dans l’entreprise lors de la récente
levée de fonds. Leur patron a négocié pour ses
troupes, quel que soit leur niveau de salaire,
des prêts à 2 %. Car l’expérience d’entrepreneur
a transformé Renaud Sornin. L’homme est
devenu théoricien d’un « capitalisme corrigé,
quelque part entre l’économie sociale et solidaire
et le libéralisme ». Le startuppeur vise une entrée
en Bourse, un endroit original pour faire valoir
son programme : « l’entreprise partagée », qualifiée « d’utopie réaliste ».
L’esprit en perpétuelle effervescence, l’appétit
de nouveauté jamais rassasié, son sixième sens
est réglé comme un radar « sur les signaux
faibles », pour anticiper demain. Il organise sa
pensée foisonnante dans des mots-clefs, « cash,
performance, innovation, éthique, citoyen… ». Sa
métamorphose l’a conduit du monde du béton
au virtuel, « du solide à l’agile », mais aussi d’une
forme d’égoïsme au sens du collectif. Le président d’ALG vient de créer un laboratoire de
start-up, lequel aura bientôt essaimé six sociétés.
Sa profession de foi pour Lyon French Tech
parle de son « devoir de contribution au bien commun » et de « la puissance de l’intelligence collective ». Mais on pourrait déceler les premiers germes de son investissement pro bono dans son
acharnement à organiser, depuis longtemps, des
cousinades familiales et des réunions d’anciens
de l’Insa, son principal réseau professionnel et
amical. « A part ça, mon hobby, c’est mon boulot.
J’ai d’ailleurs tendance à vouloir travailler avec
mes amis pour être certain de les voir. » n
la tête de l’établissement commercial trains de Paris Nord, puis
de la production d’Eurostar. Plus
récemment, elle dirigeait les opérations et le service aux clients
auprès de la directrice générale
de Voyages SNCF.
BNP PARIBAS
Caroline Courtin
est nommée responsable
diversité et inclusion du groupe
BNP Paribas.
Caroline Courtin, 45 ans, diplô-
mée en administration des entreprises de l’université de Paris-I et
en finance de l’IEP de Strasbourg,
a rejoint BNP Paribas en 1995.
Devenue responsable RH du
métier fixed income à l’international en 2006, elle a été nommée
responsable RH de BNP Paribas
Investment Partners en 2009.Elle
a intégré, en 2012, BNP Paribas
Securities Services en qualité de
DRH pour la France. Depuis 2015,
elle était DRH, membre du
comité exécutif, de BNP Paribas
Securities Services.
HSBC
Hubert Preschez
Frédéric Coutant
Hubert Preschez rejoint
la banque de financement et
d’investissement (hors activités
de marchés) de HSBC France
en tant que managing director.
Il sera chargé de la banque
d’investissement, et
co-responsable de la banque
de financement et
d’investissement avec Frédéric
Coutant, qui vient parallèlement
d’être nommé head of corporate,
financials and multinational
banking (CFMD) pour l’Europe
Continentale.
Hubert Preschez, 47 ans, diplômé
en droit de l’université de Paris-V
et de l’Institut d’études politiques
de Paris, a d’abord travaillé au
sein des groupes bancaires Paribas et JP Morgan. En 2010, il a
intégré Société Générale CIB
comme responsable des fusionsacquisitions p our la France,
avant de devenir, en 2012, responsable corporate finance, prenant
en charge l’ensemble des activités
de fusions-acquisitions et émissions actions pour la France. En
2015, il a été promu banquier conseil, chargé de la relation globale
d’une dizaine d’entreprises du
CAC 40 au sein de Société Générale CIB et de l’Agence des Participations de l’Etat français.
Fr é d é r i c C o u t a n t , 5 2 a n s ,
diplômé de l’Institut supérieur de
gestion, est également titulaire
d’un DESS de corporate finance et
du DECF. Après avoir travaillé
chez Aérospatiale puis chez Alcatel, il a été nommé trésorier et
directeur financier adjoint du
groupe Publicis. En 2008, il est
entré chez HSB C en tant que
managing director, directeur de
la stratégie en conseil financier à
Paris. Il a ensuite été promu
directeur du coverage de la banque de financement. En 2012, il
était devenu co-responsable de la
banque de financement et
d’investissement de HSB C
France, en charge de la banque de
financement en 2013.
, Envoyez vos nominations à
carnetlesechos@nomination.fr
ORGANISME PUBLIC
CEA
Christian Cavata
est nommé au sein de la direction générale du Commissariat à
l’énergie atomique et aux énergies
alternatives, directeur de cabinet
de l’administrateur général.
Christian Cavata, 53 ans, diplômé
de l’Institut national Polytechnique de Grenoble, docteur en physique corpusculaire de l’université de Paris-XI, a été auditeur de
la 59e session nationale de
l’IHEDN. Nommé directeur de
cabinet du Haut-Commissaire à
l’énergie atomique en 2010, il a
œuvré dès 2012 comme chargé de
mission Ancre (Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie) auprès de
l’administrateur général du CEA,
président de l’alliance. En 2013, il
a pris la responsabilité du département de modélisation des systèmes et structures à la direction de
l’énergie nucléaire. Depuis juin, il
était directeur adjoint à la direction des analyses stratégiques.
ILS SONT NÉS
UN 9 MAI
Janos Ader, président de la
République de Hongrie, 59 ans.
Anne-Françoise Benoit,
chocolatière, 50 ans.
Marcel Boiteux, ancien
directeur général d’EDF,
96 ans.
Méka Brunel, directrice
générale de Gecina, 62 ans.
Patrice Debré, médecin,
73 ans.
Georges Drouin, ancien
président du Groupement des
professions de service, 82 ans.
Guy Hoquet, fondateur
du groupe Guy Hoquet
l’Immobilier, 67 ans.
Billy Joel, musicien, 69 ans.
Michel Lafon, éditeur, 69 ans.
Marie-José Pérec, athlète,
50 ans.
Christian de Portzamparc,
architecte, 74 ans.
Denis Robert, journaliste
d’investigation, écrivain,
60 ans.
Béatrice Schönberg,
journaliste, 65 ans.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
34 //
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018 Les Echos
appels d’offres
FOURNITURES
69
HOSpIcES cIvIlS
dE lyON
Acquisition
de lAmpes médicAles
et scientifiques
AVIS RECTIFICATIF
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur : HOSPICES CIVILS DE LYON, DIRECTION DES ACHATS, Mme CATHERINE
GEINDRE, 45 RUE VILLON, 69373 Lyon cedex08, courriel : da.dms-cm2@chu-lyon.
fr, adresse internet du profil acheteur :
https://www.achatpublic.com
Objet du marché : Acquisition de lampes
médicales et scientifiques
Type de marché de fournitures : Achat
Type de procédure : Procédure adaptée
Date d’envoi à la publication : 07 mai 2018
Informations rectificatives :
Dans la rubrique «Date de réception des
offres» :
au lieu de : 14 mai 2018 à 12 h 30
lire : 30 mai 2018 à 12 h 30
Dans la rubrique «MODIF BPU» :
lire : Les 6 documents : «CADRE OFFRE
FINANCIERE» ont été modifié
92
vIllE dE
cOlOmbES
Vêtements
professionnels,
Vêtements de
sport, chAussures
et équipements de
protection indiViduelle
MAIRIE DE COLOMBES
Mme Le Maire Place de la République
92700 Colombes - Tél : 01 47 60 80 00 mèl : marche-publics@mairie-colombes.fr
- web : http://marchespublics.colombes.fr
Accord-cadre avec un seul opérateur.
Objet : Fourniture de vêtements professionnels, vêtements de sport, chaussures
et équipements de protection individuelle
(EPI)
Procédure : Procédure adaptée
Durée : 12 mois.
Description : Fourniture et livraison de
chaussures (lot n°1), vêtements de travail
(lot n°2), vêtements de sport (lot n°3), vêtements d’image (lot n°4) et accessoires de
sécurité et d’hygiène (lot n°5) destinés aux
agents des services municipaux de la ville
de Colombes : services techniques, gardiens, accueils, crèches, établissements
scolaires, centres de vacances, service
jeunesse et sports, service hygiène, service funéraire, centre communal d’action
sociale.
La procédure d’achat du présent avis est
couverte par l’accord sur les marchés
publics de l’OMC : NON
Forme de la procédure : Prestation divisée en lots : oui
Possibilité de présenter une offre pour un
ou plusieurs lots.
Les variantes sont refusées
Quantité/étendue :
Les besoins récurrents sont définis dans
le bordereau des prix unitaires. Pour la satisfaction de besoins occasionnels ou spécifiques hors bordereau des prix (BPU),
lors de la remise des offres, les titulaires
devront transmettre un (des) catalogue(s)
concernant les catégories de vêtements
définies dans le bordereau des prix unitaires avec le(s) tarif(s) publics qu’ils
proposent et sur lesquels il sera fait application du taux de remise précisé à l’acte
d’engagement.
ACCORD-CADRE conclu avec un seul
opérateur économique en application
de l’article 78 du décret 2016-360 du
25 mars 2016 et de l’article 4 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015.
L’accord-cadre est à bons de commande
sans minimum et avec maximum, passé
en application de l’article 80 du décret
2016-360 du 25 mars 2016.
Lot N° 1 - Chaussures
Chaussures de travail basse et haute, non
sécurité et sécurité, bottes, sabots, cuissardes, chaussures de ville.
Estimation financière annuelle : 30 000€HT
Coût estimé hors TVA : 35 000,00 euros
Lot N° 2 - Vêtements de travail
pantalon et veste de travail, combinaison,
parka, tenue de signalisation haute visibilité, ensemble de pluie, blouse, tunique.
Le prestataire doit être en mesure d’assurer la personnalisation des tenues à la
demande de la ville.
Estimation financière annuelle : 35 000€HT
Coût estimé hors TVA : 36 000,00 euros
Lot N° 3 - Vêtements de sport
Vêtements multisports, natation. Le prestataire doit être en mesure d’assurer la
personnalisation des tenues à la demande
de la ville.
Estimation financière annuelle : 17 000€HT
Coût estimé hors TVA : 19 000,00 euros
Lot N° 4 - Vêtements d’image
costume, tailleur, chemise, chemisier.
Pour les articles en confection, le prestataire assurera les prises de mesures et les
retouches.
Estimation financière annuelle : 9 000€HT
Coût estimé hors TVA : 10 000,00 euros
Lot N° 5 - Autres équipements de protection individuelle : accessoires de sécurité et d’hygiène
gants, masque, casque, combinaison jetable, lunettes
Estimation financière annuelle : 9 000€HT
Coût estimé hors TVA : 10 000,00 euros
Conditions relatives au contrat
Financement : Virement par mandat administratif, financé sur le budget communal.
Conditions particulières d’exécution :
NON
Conditions de participation
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l’appui des candidatures par le candidat, au choix de l’acheteur public :
- Déclaration concernant le chiffre d’affaires global et le chiffre d’affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
- Présentation d’une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé.
Autres renseignements demandés :
- Le formulaire DC1 téléchargeable sur
http://www.minefe.gouv.fr, thème : marchés publics.
- Le formulaire DC2 téléchargeable sur
http://www.minefe.gouv.fr, thème : marchés publics.
- Les renseignements concernant la situation juridique de l’entreprise tels que
prévus à l’article 48 et 49 de l’ordonnance
n° 2015-899 du 23 juillet 2015:
· Lettre de candidature ou imprimé DC 1
et d’habilitation du mandataire par les
co-traitants, le cas échéant
· Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire
(ou imprimé DC 1)
. Déclaration sur l’honneur pour justifier
que le candidat n’entre dans aucun des
cas mentionnés aux articles 45 et 48 de
l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
(ou imprimés DC 1 et DC2)
· Renseignements sur le respect de l’obligation d’emploi mentionnée aux articles
L. 5212-1 à L . 5212-4 du code du travail (ou
imprimé DC 1)
· Déclaration sur l’honneur relative à l’égalité professionnelle entre les femmes et les
hommes
· Tout document relatif aux pouvoirs des
personnes habilitées à engager la société
. un extrait K-BIS de moins de trois mois
- Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l’importance du personnel d’encadrement pour
l’année en cours
Marché réservé : NON
Critères d’attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération
42% Qualité de l’offre
10% Valeur technique de l’offre
03% Critère environnemental
45% Prix
Les critères retenus pour le jugement des
offres sont communs à tous les lots. Les
sous-critères sont détaillés au règlement
de la consultation.
Remise des offres : 01/06/18 à 12h00 au
plus tard.
à l’adresse : MAIRIE DE COLOMBES, Le
Maire, Place de la République, 92700 COLOMBES
plis en recommandé avec avis de réception ou remises contre récépissé au Service courrier de 9h00 à 12h00 et de 14h00
à 17h00
Langues pouvant être utilisées dans
l’offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l’euro.
Validité des offres : 150 jours, à compter
de la date limite de réception des offres.
Renseignements complémentaires :
L’offre comprend la remise d’échantillons
dans les conditions décrites au règlement
de la consultation.
Le défaut de réception des échantillons ou
la non remise des échantillons dans le délai imparti entraînera l’irrégularité de l’offre
et de ce fait ne sera pas analysée.
Le DCE est téléchargeable librement sur
marchespublics.colombes.fr
Précisions concernant le(s) délai(s) d’introduction des recours :
Recours en référé pré-contractuel peut
être exercé contre les manquements aux
obligations de publicité et de mise en
concurrence devant le juge des référés
du TA depuis le début de la procédure de
passation jusqu’à la signature du marché.
Recours en référé contractuel peut être
exercé contre les manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence devant le juge des référés du TA, à
compter de la date de signature du marché
et ce jusqu’à l’expiration d’un délai d’un
mois si un avis d’attribution est publié
au JOUE, à défaut d’une telle publication
jusqu’à l’expiration d’un délai de six mois
à compter de la signature du marché. Ce
recours est impossible si le référé pré
contractuel a été exercé (ou si un délai de
11 jours a été respecté entre la date de publication au JOUE d’un avis d’intention de
conclure le marché et sa signature pour les
marchés à procédure adaptée)
Recours de pleine juridiction formé contre
la validité du marché, dans le délai de
2 mois à compter de la publication d’un
avis d’attribution, devant le juge du TA
Instance chargée des procédures de
recours : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE
CERGY-PONTOISE, 2-4 bd de l’Hautil, BP
30322, 95027 Cergy-Pontoise - Cedex,
Tél : 01 30 17 34 00 - Fax : 01 30 17 34 59,
mèl : greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Envoi à la publication le : 27/04/18
L’avis autorise la candidature MPS. Pour
retrouver cet avis intégral, accéder au
DCE, poser des questions à l’acheteur,
déposer un pli, allez sur http://marchespublics.colombes.fr
92
vIllE dE
cOlOmbES
fourniture et liVrAison
de titres cAdeAux
MAIRIE DE COLOMBES
Mme Le Maire, Place de la République,
92700 Colombes
Tél : 01 47 60 80 00 - mèl : marche-publics@mairie-colombes.fr - web : http://
marchespublics.colombes.fr
Accord-cadre avec un seul opérateur.
Objet : Fourniture et livraison de titres cadeaux
Type de marché : Services
Procédure : Procédure adaptée
Code NUTS : FR105
Durée : 12 mois.
Description : Il s’agit de la fourniture et livraison de titres cadeaux à l’attention des
adhérents à l’action sociale ainsi que des
agents de la ville de Colombes, du CCAS
et du SIVU.
Cela concerne différentes prestations :
événements familiaux (naissance, mariage / PACS, retraite, Noël enfants et
adultes à charge porteurs de handicap),
rentrée scolaire, Noël, spectacles / loisirs
culturels ou autres prestations.
Forme de la procédure : Prestation divisée en lots : non
Les variantes sont refusées
Quantité/étendue :
Titres cadeaux : Rentrée scolaire/évènements familiaux, Noël des enfants, spectacle et loisir
Montant maximum annuel (H.T.) : 220 500 €
Estimation financière annuelle (H.T.) :
192 000 €
Conditions relatives au contrat
Financement : Virement par mandat administratif, financé sur le budget communal.
Conditions de participation
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l’appui des candidatures par le candidat, au choix de l’acheteur public :
- Déclaration concernant le chiffre d’affaires global et le chiffre d’affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
- Présentation d’une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé.
Autres renseignements demandés :
- Le formulaire DC2 téléchargeable sur
http://www.minefe.gouv.fr, thème : marchés publics.
- Les renseignements concernant la situation juridique de l’entreprise tels que
prévus à l’article 48 et 49 de l’ordonnance
n° 2015-899 du 23 juillet 2015 :
· Lettre de candidature ou imprimé DC 1
et d’habilitation du mandataire par les
co-traitants, le cas échéant
· Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire
(ou imprimé DC 1)
. Déclaration sur l’honneur pour justifier
que le candidat n’entre dans aucun des
cas mentionnés aux articles 45 et 48 de
l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
(ou imprimés DC 1 et DC2)
· Renseignements sur le respect de l’obligation d’emploi mentionnée aux articles
L. 5212-1 à L . 5212-4 du code du travail (ou
imprimé DC 1)
· Déclaration sur l’honneur relative à l’égalité professionnelle entre les femmes et les
hommes
· Tout document relatif aux pouvoirs des
personnes habilitées à engager la société
. un extrait K-BIS de moins de trois mois
- Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l’importance du personnel d’encadrement pour
l’année en cours
Marché réservé : NON
Critères d’attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération
5% Critère environnemental
45% Valeur technique de l’offre
50% Prix
Remise des offres : 25/05/18 à 12h00 au
plus tard.
à l’adresse : MAIRIE DE COLOMBES Le
Maire, Place de la République, 92700 COLOMBES. Plis en recommandé avec avis
de réception ou remises contre récépissé
au Service courrier de 9h00 à 12h00 et de
14h00 à 17h00
Langues pouvant être utilisées dans
l’offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l’euro.
Validité des offres : 150 jours, à compter
de la date limite de réception des offres.
Renseignements complémentaires : ACCORD-CADRE conclu avec un seul opérateur économique en application de l’article
4 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet
2015. L’accord-cadre est à bons de commande sans minimum mais avec un maximum, passé en application de l’article 80
du décret 2016-360 du 25 mars 2016
Instance chargée des procédures de
recours : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE
CERGY-PONTOISE, 2-4 bd de l’Hautil, BP
30322, 95027 Cergy-Pontoise - Cedex,
Tél : 01 30 17 34 00 - Fax : 01 30 17 34 59,
mèl : greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Envoi à la publication le : 04/05/18
L’avis autorise la candidature MPS. Pour
retrouver cet avis intégral, accéder au
DCE, poser des questions à l’acheteur,
déposer un pli, allez sur http://marchespublics.colombes.fr
SERvIcES
69
dAlKIA
cENTRE EST
etudes de créAtion d’une
nouVelle unité
de production mixte
gAz/fod
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur : DALKIA Centre Est, Direction
des Achats, 2-4 avenue des Canuts 69120
Vaulx en Velin. tél. : 0427118960, Courriel :
marche.centre.est@dalkia.fr,
profil
d’acheteur
:
http://dalkia-centreest.e-marchespublics.com.
Objet du marché : marché de maîtrise
d’oeuvre portant sur les études de création
d’une nouvelle unité de production mixte
gaz/fod pour le réseau de chaud urbain
centre métropole de lyon, avec suivi potentiel des travaux en tranche optionnelle.
Caractéristiques principales :
Tranche Ferme :
- les études de conception de niveau
avant-projet et projet relatives à la création
d’une nouvelle unité de production mixte
gaz /FOD;
- l’assistance à la passation des contrats
de travaux (rédaction des DPGF et cahiers
des charges travaux).
Tranches Optionnelles:
- réalisation du DDAE.
- suivi des travaux de réalisation.
- Tranche Ferme :
* Réalisation des études d’avant-projet et
de projet relatifs à la création de la chaufferie mixte gaz FOD de BRON (95 MW);
* Rédaction des cahiers des charges et
des DPGF pour la consultation des entreprises de travaux;
* Analyse des offres reçues.
- Tranche optionnelle 1 : Réalisation du
Dossier de Demande d’Autorisation d’Exploiter
- Tranche optionnelle 2 : Suivi des travaux
de réalisation de la phase 1 des travaux
(2 premières chaudières)
- Tranche optionnelle 3 : Suivi des travaux
de réalisation de la phase 2 des travaux
(3 chaudières suivantes)
Estimation de la valeur (H.T.) : 400000 euros.
Variantes autorisées.
Prestations divisées en lots : non.
Durée du marché ou délai d’exécution :
54 mois à compter de la notification du
marché.
Date prévisionnelle de début des prestations : 01 septembre 2018
Date prévisionnelle de commencement
des travaux : 01 octobre 2018
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : paiement à l’avancement des prestations selon l’échéancier
précisé dans les documents de la consultation précisé dans les documents de la
consultation.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d’opérateurs économiques
attributaire du marché : groupement
momentané d’entreprises solidaire ou
groupement conjoint avec mandataire
solidaire, le mandataire devant alors être
l’entreprise chargée de l’exécution de la
majeure partie du contrat
Langues pouvant être utilisées dans
l’offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l’euro.
Conditions de participation :
Critères de sélection des candidatures :
adéquation des moyens humains et techniques dont dispose le candidat avec les
besoins du marché (importance des effectifs et moyens techniques, qualité et
pertinence des moyens techniques et de
l’encadrement humain).
Qualité des références indiquées, appréciée en tenant compte de la similarité avec
l’objet de la consultation, leur montant,
leur actualité et la qualité de leur exécution
justifiée par la production d’attestations
certifiées.
Niveaux d’assurances proposés
Situation juridique - références requises :
formulaire dc1 ou équivalent daté et signé
par une personne habilitée à engager la
société, incluant une déclaration sur l’honneur de n’entrer dans aucun des cas d’interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l’ordonnance
n°2015-899 du 23 juillet 2015 et d’être en
règle au regard des articles l 5212-1 à 151211 du code du travail concernant l’emploi
des travailleurs handicapés. Les candidats
étrangers certifient par cette déclaration
sur l’honneur être en conformité avec les
règles équivalentes applicables dans leur
pays. (disponible à l’adresse suivante :
http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-declarationducandidat)
un formulaire dc2 ou équivalent permettant d’établir les capacités du candidat
comme décrit ci-dessous
formulaire dc4, déclaration de sous-traitance.(disponible à l’adresse suivante :
h t t p : / / w w w. e c o n o m i e . g o u v.f r / d a j /
formulaires-declaration-candidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
un extrait kbis de moins de 3 mois ou équivalent (document permettant l’identification de la société)
si le candidat fait l’objet d’une procédure
de redressement judiciaire ou équivalente,
joindre la copie du ou des jugements prononcés à cet effet.
le candidat est libre de présenter sa candidature seul, en groupement et/ou avec
des sous-traitants. un candidat ne pourra
présenter une offre qu’à titre individuel ou
en tant que membre d’un groupement.
s’il s’appuie, pour présenter sa candidature, sur les capacités professionnelles,
techniques et financières d’autres opérateurs économiques (par exemple des
sous-traitants), le candidat produit les
mêmes documents concernant cet opérateur économique que ceux qui lui sont exigés par l’entité adjudicatrice. le candidat
doit apporter la preuve que chacun de ces
opérateurs économiques mettra à sa disposition les moyens nécessaires, pendant
toute la durée d’exécution du marché.
le dépôt sur la plateforme e-marchespublics.com requiert l’utilisation d’un certificat de signature électronique en cours de
validité.
Capacité économique et financière - références requises : la capacité économique
et financière technique et professionnelle
du candidat sera appréciée en fonction
des paramètres suivants sans ordre de
priorité :
déclaration concernant le chiffre d’affaires
global et le chiffre d’affaires concernant les
services objet du marché, réalisés au cours
des trois derniers exercices disponibles,
attestation d’assurance rc.
attestation d’assurance décennale ou
lettre d’engagement de l’assureur comme
précisé ci-dessous
bilans ou extraits de bilans, concernant
les trois dernières années, des opérateurs
économiques pour lesquels l’établissement des bilans est obligatoire en vertu
de la loi.
Capacité économique et financière - Niveau(x) spécifique(s) minimal(aux) exigé(s) : chiffre d’affaires compatible avec
les missions exercées
- assurance décennale : produire soit une
lettre d’engagement de l’assureur à fournir au titulaire une assurance décennale
couvrant les ouvrages réalisés pour des
ouvrages non soumis à l’obligation d’assurance décennale au sens du code des
assurances (article l24311) soit une attestation d’assurance décennale (ouvrages
de production et distribution d’énergie
non soumis à l’obligation d’assurance décennale au sens du code des assurances
(article l24311)). l’assurance décennale
portera à minima sur une valeur de 2 millions d’euros.
- assurance rc : production d’une attestation d’assurance rc avec niveau minimal de
garantie : 1 million d’euros par dommage et
par an (comprenant les dommages corporels, matériels et immatériels consécutifs ou
non) avec une sous-limitation de garanties
de 500.000 euros minimum pour les dommages immatériels consécutifs ou non.
Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : la capacité technique et professionnelle du candidat sera appréciée en fonction des paramètres suivants sans ordre de priorité :
déclaration indiquant les effectifs moyens
et l’importance du personnel d’encadrement pour chacune des trois dernières
années;
présentation d’une liste des principaux
services effectués au cours des trois dernières années dans le domaine objet du
marché, indiquant le montant, la date et
le destinataire public ou privé. les prestations de services sont prouvées par des
attestations du destinataire ou, à défaut,
par une déclaration de l’opérateur économique.
le candidat devra imperativement présenter des références significatives relatives
à des opérations de créations / revamping
de chaufferies urbaines produisant de
l’eau surchauffée et soumises à autorisation
le candidat devra imperativement disposer
de l’ensemble compétences nécessaires à
la réalisation de la mission de conception
et notamment : conception générale process (fluides industriels et électricité ht/
bt contrôle commande), génie civil, vrd et
acoustique -hors architecture
Référence professionnelle et capacité
technique - Niveau(x) spécifique(s) minimal(aux) exigé(s) : adéquation des moyens
humains et techniques dont dispose le
candidat avec les besoins du marché (importance des effectifs et moyens techniques, qualité et pertinence des moyens
techniques et de l’encadrement humain).
qualité des références indiquées, appréciée en tenant compte de la similarité avec
l’objet de la consultation, leur montant,
leur actualité et la qualité de leur exécution
justifiée par la production d’attestations.
Les personnes morales sont tenues d’indiquer les noms et qualifications professionnelles des membres du personnel chargé
de la prestation.
Marché réservé : non.
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement par
le candidat, à l’appui de sa candidature :
L’ensemble des pièces à produire au
choix de l’acheteur est consultable sur
e-marchespublics.com
Documents à produire à l’appui des
candidatures par le candidat, au choix
de l’acheteur public : L’ensemble des
pièces à produire au choix de l’acheteur
est consultable sur e-marchespublics.com
Documents à produire obligatoirement
par l’attributaire, avant la signature et la
notification du marché public ou de l’accord-cadre (formulaire NOTI1) :
-Les pièces prévues aux articles D. 8222-5
ou D. 8222-7 et D. 8222-8 du code du travail -Si l’attributaire est établi en France,
les attestations et certificats délivrés par
les administrations et organismes compétents prouvant qu’il a satisfait à ses obligations fiscales et sociales ou un état annuel
des certificats reçus (formulaire NOTI2) -Si
l’attributaire est établi dans un Etat autre
que la France, un certificat établi par les
administrations et organismes du pays
d’origine. Lorsqu’un tel certificat n’est pas
délivré par le pays concerné, il peut être
remplacé par une déclaration sous serment, ou dans les Etats où un tel serment
n’existe pas, par une déclaration solennelle faite par l’intéressé devant l’autorité
judiciaire ou administrative compétente,
un notaire ou un organisme professionnel
qualifié du pays -Si les documents fournis par le candidat ne sont pas établis en
langue française, ils doivent être accompagnés d’une traduction en français, certifiée conforme à l’original par un traducteur
assermenté
Marché public simplifié : NON
Nombre maximal de candidats admis à
présenter une offre : 4.
Critères objectifs de limitation du
nombre de candidats : adéquation des
moyens humains et techniques dont dispose le candidat avec les besoins du marché (importance des effectifs et moyens
techniques, qualité et pertinence des
moyens techniques et de l’encadrement
humain).
Qualité des références indiquées, appréciée en tenant compte de la similarité avec
l’objet de la consultation, leur montant,
leur actualité et la qualité de leur exécution
justifiée par la production d’attestations.
Niveaux d’assurances proposés.
Recours à une procédure se déroulant en
phases successives afin de réduire progressivement le nombre des solutions à
discuter ou des offres à négocier : oui
Critères d’attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés dans le cahier des charges (règlement de la consultation, lettre d’invitation ou document
descriptif).
Type de procédure : procédure adaptée.
Date prévue pour l’envoi aux candidats
sélectionnés de l’invitation à présenter
une offre ou à participer au dialogue :
04 juin 2018.
Date limite de réception des candidatures : 25 mai 2018 à 16:00.
Date limite de réception des offres :
06 juillet 2018 à 16:00.
Délai minimum de validité des offres :
jusqu’au 31 octobre 2018.
Renseignements complémentaires :
Après évaluation des propositions remises, l’entité adjudicatrice se réserve
la possibilité de négocier avec les 4 soumissionnaires les mieux disant, dans des
conditions qui seront communiquées ultérieurement.
Les éventuelles négociations peuvent
impliquer la réduction progressive du
nombre de soumissionnaires participant
aux discussions.
L’entité adjudicatrice peut déclarer la procédure sans suite à tout moment.
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents contractuels et
additionnels : Le dossier de consultation
des entreprises est disponible à l’adresse
http://www.e-marchespublics.com.
Conditions de remise des offres ou des
candidatures : Remise des candidatures
et des offres par voie dématérialisée, dans
les conditions définies dans le règlement
de consultation.
Date d’envoi du présent avis à la publication : 02 mai 2018.
Adresse auprès de laquelle des renseignements d’ordre administratif et technique peuvent être obtenus : DALKIA
Centre Est, Service Achats 2/4 avenue des
canuts 69120 Vaulx-en-Velin, courriel : service-achats-centre-est@dalkia.fr .
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : http://
www.e-marchespublics.com .
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal de Grande Instance de
Lyon 67 rue Servient 69433 LYON Cedex
03, adresse internet : http://www.justice.
gouv.fr .
69
HOSpIcES cIvIlS
dE lyON
mAintenAnce
des instAllAtions de
trAitement
des effluents
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur : Hospices Civils de Lyon, Mme
La directrice générale, 3 quai des Célestins B.P. 2251, 69229 Lyon cedex 02
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Santé
Objet du marché : T18_4503_PR_MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE
TRAITEMENT DES EFFLUENTS DES
HOSPICES CIVILS DE LYON ET DU GCS
BLANCHISSERIE
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• T18_4503_PR_MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DES EFFLUENTS DES HOSPICES CIVILS DE LYON
ET DU GCS BLANCHISSERIE
• Quantités : Voir CCP
Prestations divisées en lots : non
Date prévisionnelle de début des prestations : 08 juillet 2018
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Financement :
Budget de l’Etablissement Public de santé Paiement : selon les dispositions des
articles 109 à 132 du décret N° 2016-360
du 25 mars 2016 Paiement à 50 jours par
les Hospices Civils de Lyon Paiement à
30 jours par le GCS Blanchisserie.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d’opérateurs économiques
attributaire du marché : Aucune forme de
groupement n’est imposée par le pouvoir
adjudicateur.
Un même opérateur économique ne peut
pas être mandataire de plus d’un groupement pour un même marché.
En cas de groupement conjoint le mandataire sera solidaire pour l’exécution
du marché de chacun des membres du
groupement pour ses obligations contractuelles à l’égard de l’acheteur.
La présente consultation interdit aux candidats de présenter pour le marché plusieurs offres en agissant à la fois : en qualité de candidat individuel et de membres
d’un ou plusieurs groupements en qualité
de membre de plusieurs groupements.
Langues pouvant être utilisées dans
l’offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l’euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Le pouvoir adjudicateur élimine les candidatures qui, en application de l’article
55-IV du décret N° 2016-360 du25 mars
2016 ne peuvent être admises. En application de l’article 55 du décret N° 2016-360
du 25 mars 2016, en cas d’absence ou
d’omission de certaines pièces présentées à l’appui des candidatures, le pouvoir
adjudicateur pourra demander à tous les
candidats concernés de produire ou de
compléter ces pièces dans un délai approprié et identique pour tous.
• Situation juridique - références requises :
Voir RC
• Capacité économique et financière - références requises : Voir RC
• Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : Voir RC
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement par
le candidat, à l’appui de sa candidature :
• Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire.
• Déclaration sur l’honneur du candidat
justifiant qu’il n’entre dans aucun des cas
d’interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
ou, pour les marchés publics de défense
ou de sécurité, qu’il n’entre dans aucun
des cas d’interdiction de soumissionner
obligatoires prévus aux articles 45, 46 et
48 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015.
• Déclaration sur l’honneur du candidat attestant qu’il est en règle, au cours de l’année précédant celle au cours de laquelle
a lieu le lancement de la consultation, au
regard des articles L. 5212-1, L. 5212-2,
L. 5212-5 et L. 5212-9 du code du travail,
concernant l’emploi des travailleurs handicapés
• Si le candidat est établi en France, une
déclaration sur l’honneur du candidat
justifiant que le travail est effectué par
des salariés employés régulièrement au
regard des articles L. 1221-10, L. 3243-2
et R. 3243-1 du code du travail (dans le
cas où le candidat emploie des salariés,
conformément à l’article D. 8222-5-3° du
code du travail)
Documents à produire à l’appui des candidatures par le candidat, au choix de
l’acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d’affaires global et le chiffre d’affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l’importance du personnel d’encadrement pour
chacune des trois dernières années.
• Déclaration indiquant l’outillage, le matériel et l’équipement technique dont le
candidat dispose pour la réalisation de
marchés de même nature.
Autres renseignements demandés :
• Références : Liste de références en maintenance d’installations de traitement des
effluents en milieu industriel ou hospitalier,
datant de moins de trois ans et précisant
les nom et coordonnées du client public ou
privé, la nature des équipements concernés, le lieu et la période d’exécution ainsi
que le montant.
Nombre de candidats :
• Réduction du nombre d’opérateurs durant la négociation ou le dialogue (procédure négociée, dialogue compétitif) :
Recours à une procédure se déroulant en
phases successives afin de réduire progressivement le nombre des solutions à
discuter ou des offres à négocier : NON
Marché public simplifié : NON.
Critères d’attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération :
• Valeur technique (voir RC) (40 %)
• Prix des prestations (Voir RC) (60 %)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
30 mai 2018 à 12 h 30
Délai minimum de validité des offres :
120 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Le
marché est conclu pour une période ferme
de deux ans à compter du 8 juillet 2018 ou
de la date de sa notification au titulaire, si
elle est postérieure.
Durée du marché :
Le marché pourra être reconduit tacitement deux fois pour une durée d’un an
pour chaque reconduction, sauf décision
contraire du pouvoir adjudicateur intervenant au minimum trois mois avant la fin de
chaque période. Le titulaire ne peut s’opposer à cette reconduction.
Toutefois, l’installation de la Blanchisserie
Inter-hospitalière n’entrera dans le marché
qu’à compter du 2 mars 2019.
Le pouvoir adjudicateur a prévu de négocier avec au maximum les 3 candidats dont
les offres, à l’issue d’un premier classement, ont été jugées économiquement les
plus avantageuses en fonction des critères
d’attribution.
Toutefois, le pouvoir adjudicateur se réserve la possibilité d’attribuer le marché
sans négociation sur la base des offres
initiales.
A titre indicatif, les négociations se dérouleront entre le 11 et le 15 juin 2018 à la Direction des Achats - 49 rue Villon - 69008
LYON.
La participation aux séances de négociation est obligatoire sinon le candidat sera
exclu de la procédure.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 35
Les Echos Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
appels d’offres
Les candidats seront avertis de leur participation par mail quelques jours avant.
A l’issue de ces séances, une nouvelle
offre (avec compléments techniques et
nouvelle annexe financière) devra être remise dans le délai imparti sinon le candidat
sera exclu.
Toute offre paraissant comme anormalement basse fera l’objet d’une demande de
justificatif.
Les candidats ayant présenté des offres
inappropriées, inacceptables ou irrégulières au titre de l’article 59 du décret
N° 2016-360 du 25 mars 2016 ne pourront
être retenus en négociation. En particulier
seront considérées comme irrégulières les
offres initiales incomplètes ne permettant
pas une analyse aisée des critères techniques définis dans le présent règlement
de consultation (mémoire technique absent ou non adapté, renseignement très
partiel du matériel et équipements proposés, méthodologie non adaptée au projet,
délais non renseignés...).
Date d’envoi du présent avis à la publication : 04 mai 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d’ordre technique peuvent
être obtenus : Auprès de l’acheteur, Mme
Carante tél : 04-72-11-70-05 et du prescripteur Mme Lamic tél : 04-72-11-72-55
Adresse auprès de laquelle des renseignements d’ordre administratif peuvent
être obtenus : Auprès de Mme Rulliat; gestionnaire de marché - Tél : 04-72-11-70-34
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus :
h t t p s : / / w w w. m a r c h e s - p u b l i c s . g o u v.
fr/?page = entreprise.EntrepriseAdva nce dSear ch & A llCons & ref Consult ation=377185&orgAcronyme=x7c
Instance chargée des procédures de recours : Tribunal Administratif de Lyon, 184
rue Duguesclin, 69003 Lyon
Détails d’introduction des recours : Référé précontractuel devant le tribunal administratif de LYON pouvant être exercé
jusqu’à la signature du marché dans les
conditions des articles L551-1 à L551-4 du
code de justice administrative;
Référé contractuel devant le tribunal administratif de LYON pouvant être exercé
au plus tard le 31ème jour suivant la publication d’un avis d’attribution du contrat
dans les conditions des articles L551-13 à
L551-23 du code de justice administrative;
Recours en contestation de validité devant
le tribunal administratif de LYON ouvert
aux candidats évincés et pouvant être
exercé dans les 2 mois à compter de l’accomplissement des «mesures de publicité
appropriées».
92
vIllE dE
cOlOmbES
AssurAnces pour
lA restructurAtion
et extension hqe
d’un groupe scolAire
MAIRIE DE COLOMBES, Mme Le Maire,
Place de la République, 92700 Colombes,
Tél : 01 47 60 80 00, mèl : marche-publics@
mairie-colombes.fr, web : http://marchespublics.colombes.fr
Objet : Assurances construction pour
l’opération « Restructuration et extension
HQE du groupe scolaire Jean-Jacques
Rousseau »
Type de marché : Services
Procédure : Procédure adaptée
Description : Caractéristiques principales :
- Garantie dommages-ouvrages au titre
des garanties demandées pour la présente
opération (D.O.)
- Garantie tous risques chantier (T.R.C.)
- Garantie Responsabilité Civile du Maître
d’Ouvrage (R.C.M.O.)
Forme du marché : Prestation divisée en
lots : non
Les variantes sont refusées
Conditions relatives au contrat :
Financement : Virement par mandat administratif, financé sur le budget communal.
Conditions de participation :
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Habilitation à exercer l’activité professionnelle, y compris exigences relatives à l’inscription au registre du commerce ou de la
profession :
Liste et description succincte des conditions :
- Les renseignements concernant la situation juridique de l’entreprise tels que
prévus à l’article 48 et 49 de l’ordonnance
n° 2015-899 du 23 juillet 2015 :
· Lettre de candidature ou imprimé DC 1
et d’habilitation du mandataire par les
co-traitants, le cas échéant
· Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire
(ou imprimé DC 1)
. Déclaration sur l’honneur pour justifier
que le candidat n’entre dans aucun des
cas mentionnés aux articles 45 et 48 de
l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
(ou imprimés DC 1 et DC2)
· Renseignements sur le respect de l’obligation d’emploi mentionnée aux articles
L. 5212-1 à L. 5212-4 du code du travail (ou
imprimé DC 1)
· Déclaration sur l’honneur relative à l’égalité professionnelle entre les femmes et les
hommes
· Tout document relatif aux pouvoirs des
personnes habilitées à engager la société
. un extrait K-BIS de moins de trois mois
Capacité économique et financière : Liste
et description succincte des critères de
sélection, indication des informations et
documents requis :
- Déclaration concernant le chiffre d’affaires global et le chiffre d’affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
- Le formulaire DC2 téléchargeable sur
http://www.minefe.gouv.fr, thème : marchés publics.
Référence professionnelle et capacité
technique : Liste et description succincte
des critères de sélection, indication des
informations et documents requis :
- Présentation d’une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé.
- Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l’importance du personnel d’encadrement pour
l’année en cours
Chaque candidat aura à produire un dossier complet comprenant les pièces suivantes, datées et signées par lui.
En cas d’intermédiaire Agent Général, ce
dernier devra produire :
- le dossier de la compagnie,
- une copie de son mandat d’exclusivité ou
du traité de nomination,
- une attestation d’assurance responsabilité civile professionnelle,
- l’attestation d’inscription au registre
ORIAS
En cas d’intermédiaire Courtier (candidature en groupement), ce dernier devra produire deux dossiers :
- l’un au nom de son cabinet avec une attestation d’assurance responsabilité civile
professionnelle et une attestation de garantie financière (article L. 530-1 du code
des assurances),
- l’autre au nom de l’entreprise d’Assurance qui porte et provisionne le risque
technique.
- l’attestation d’inscription au registre
ORIAS
Par ailleurs, devra également être fourni, le document original de la délégation
consentie par le ou les coassureurs à
l’apériteur (mandataire) pour ce marché.
Elle doit attribuer au soumissionnaire les
pouvoirs les plus étendus pour gérer le
marché en son nom, encaisser les primes
et payer globalement les taxes, recevoir
les déclarations de sinistre, ordonner les
missions d’expertise, procéder au règlement des dommages et en payer le montant en principal et en frais.
Sans ce document, La candidature sera
rejetée.
Critères d’attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction du critère
unique du prix le plus bas. Concernant le
critère « Tarification, nature et montant des
garanties proposés » (sur 100 points), ce
dernier sera apprécié à partir des éléments
communiqués par le candidat dans son
acte d’engagement au titre de :
· l’assurance dommages ouvrages (DO) :
60 points
· l’assurance tous risques chantier (TRC) :
20 points
· l’assurance responsabilité civile du
maître d’ouvrage (RCMO) : 20 points
Remise des offres : 05/06/18 à 12h00 au
plus tard.
à l’adresse : MAIRIE DE COLOMBES, Le
Maire, plis en recommandé avec avis de
réception ou remises contre récépissé au
Service courrier, de 9h00 à 12h00 et de
14h00 à 17h00, Place de la République,
92700 COLOMBES
Langues pouvant être utilisées dans
l’offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l’euro.
Validité des offres : 150 jours, à compter
de la date limite de réception des offres.
Renseignements complémentaires :
Le marché prend effet à compter de sa
notification jusqu’à l’expiration de la garantie Dommages Ouvrage. La présente
consultation est réservée aux sociétés ou
mutuelles d’assurances ainsi qu’aux intermédiaires habilités à présenter des opérations d’assurance (courtier ou agents
d‘assurances)
Les offres ne pourront être présentées que
par :
- une entreprise / organisme qui porte et
provisionne le risque, se présentant seul
(société d’assurance, mutuelle…) ;
- un groupement d’entreprises entre un organisme qui porte et provisionne le risque
et un intermédiaire ;
- un groupement d’entreprises entre plusieurs organismes qui portent et provisionnent le risque.
En aucun cas un intermédiaire d’assurance
ne pourra se présenter seul.
Instance chargée des procédures de
recours : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE
CERGY-PONTOISE, 2-4 bd de l’Hautil, BP
30322, 95027 Cergy-Pontoise - Cedex,
Tél : 01 30 17 34 00 - Fax : 01 30 17 34 59,
mèl : greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Envoi à la publication le : 02/05/18
L’avis autorise la candidature MPS. Pour
retrouver cet avis intégral, accéder au
DCE, poser des questions à l’acheteur,
déposer un pli, allez sur http://marchespublics.colombes.fr
94 IdF HAbITAT
conseils et
AccompAgnement dAns
le cAdre d’une démArche
gloBAle de lABellisAtion
quAli’hlm
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur :
SA HLM IDF HABITAT, 59 avenue Carnot,
94507 Champigny sur Marne, 0149836181
Objet du marché :
Conseils et accompagnement dans le
cadre d’une démarche globale de labellisation QUALI’HLM
Type d’avis :
Avis d’appel public à concurrence
Type de procédure :
Procédure Adaptée
Catégorie :
Service
Support(s) de parution :
http://IDF-Habitat.e-marchespublics.com
http://www.e-marchespublics.com
Date et heure limite de dépôts :
Offre : 18/05/2018 à 11 h 30
vIllE dE
94 cHENNEvIÈRESSUR-mARNE
entretien des espAces
Verts
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur : Mairie de Chennevières-surMarne, M. Le Maire, 14 avenue du maréchal Leclerc, 94430 Chennevières-surMarne, tél. : 01 45 94 74 74, courriel :
marchespublics@chennevieres.fr, adresse
internet du profil acheteur : https://www.
achatpublic.com/sdm/ent/gen/ent_detail.
do?PCSLID=CSL_2018_P_dFediVmv
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Services généraux des administrations
publiques
Objet du marché : Entretien des espaces
verts
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• Le présent marché est conclu pour une
durée d’un an à compter de sa date de
notification. Il est renouvelable par reconduction tacite par période d’un an, sans
que sa durée totale ne puisse excéder
deux années.
• Quantités : Le présent marché comprend :
- Une partie forfaitaire pour l’entretien
courant
- Une partie à bon de commande pour la
réalisation de prestations supplémentaires, travaux ponctuels. Montant maximum annuel : 25 000 euro(s) HT.
Prestations divisées en lots : non
Durée du marché ou délai d’exécution :
12 mois à compter de la notification du
marché
Cautionnement et garanties exigés : Une
avance sera versée au titulaire, sauf renoncement.
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Les prestations, objet du présent marché, seront rémunérées
dans les conditions fixées par les règles de
la comptabilité publique et financées selon
les modalités suivantes : fonds propres de
la ville de Chennevières-sur-Marne.
Forme juridique que devra revêtir le groupement d’opérateurs économiques attributaire du marché : Non imposée.
L’exécution du marché est soumise à
d’autres conditions particulières : non
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Il est procédé à un examen des garanties
professionnelles, techniques et financières. Sont éliminées les candidatures
qui ne peuvent être admises en raison de
capacités manifestement insuffisantes. Ne
seront pas admises les candidatures qui
ne respectent pas les exigences formulées
dans l’avis d’appel public à la concurrence,
dans le règlement de la consultation et/ou
dans le décret marchés.
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement par
le candidat, à l’appui de sa candidature :
• Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire.
• Déclaration sur l’honneur du candidat
justifiant qu’il n’entre dans aucun des cas
d’interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
ou, pour les marchés publics de défense
ou de sécurité, qu’il n’entre dans aucun
des cas d’interdiction de soumissionner
obligatoires prévus aux articles 45, 46 et
48 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015.
• Déclaration sur l’honneur du candidat attestant qu’il est en règle, au cours de l’année précédant celle au cours de laquelle
a lieu le lancement de la consultation, au
regard des articles L. 5212-1, L. 5212-2,
L. 5212-5 et L. 5212-9 du code du travail,
concernant l’emploi des travailleurs handicapés
Documents à produire à l’appui des candidatures par le candidat, au choix de
l’acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d’affaires global et le chiffre d’affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l’importance du personnel d’encadrement pour
chacune des trois dernières années.
• Présentation d’une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé. Les livraisons
et les prestations de services sont prouvées par des attestations du destinataire
ou, à défaut, par une déclaration de l’opérateur économique
• Déclaration indiquant l’outillage, le matériel et l’équipement technique dont le
candidat dispose pour la réalisation de
marchés de même nature.
• Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
ses co-traitants. (disponible à l’adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mulair es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l’adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mulair es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
Marché public simplifié : NON.
Critères d’attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d’invitation ou document descriptif)
• Pas d’enchère électronique
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
30 mai 2018 à 12 h 00
Délai minimum de validité des offres :
120 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Le
pouvoir adjudicateur se réserve le droit
d’apporter des modifications de détail au
dossier de consultation qui devront être
reçues par les candidats au plus tard
6 jours avant la date limite de réception
des offres. Les candidats devront alors
répondre sur la base du dossier modifié
sans pouvoir élever aucune réclamation à
ce sujet.
*Après examen des offres reçues, le pouvoir adjudicateur se réserve le droit d’engager des négociations avec le ou les candidats ayant présenté les offres les plus
intéressantes.
Date d’envoi du présent avis à la publication : 02 mai 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d’ordre administratif et technique peuvent être obtenus :
https://www.achatpublic.com /sdm /ent/
gen/ent_detail.do?PCSLID =CSL_2018_P_
dFediVmv
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus :
https://www.achatpublic.com /sdm /ent/
gen/ent_detail.do?PCSLID =CSL_2018_P_
dFediVmv
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : Service des marchés publics, Mairie de Chennevières-surMarne, 14 avenue du Maréchal Leclerc,
94430 Chennevières-sur-Marne, adresse
internet :
https://www.achatpublic.com /sdm /ent/
gen/ent_detail.do?PCSLID =CSL_2018_P_
dFediVmv
Conditions de remise des offres ou des
candidatures : Les réponses seront transmises par tout moyen permettant de déterminer de façon certaine la date et l’heure
de réception et d’en garantir la confidentialité. Le pli des candidats devra être
transmis sous pli cacheté.
L’enveloppe extérieure portera l’intitulé
de la consultation et la mention «Ne pas
ouvrir» et l’intitulé de la consultation. Le
descriptif des éléments à transmettre au
regard de la candidature et de l’offre figure
dans le règlement de la consultation. Tout
retard entraîne l’élimination du candidat.
Offre dématérialisée possible.
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Melun,
43 rue du Général de Gaulle, 77000 Melun,
tél. : 01 60 56 66 30, télécopieur : 01 60 56
66 10
95
cOmmUNAUTÉ
cApdÉmAT
mAintenAnce et
éVolution du module gru
de lA solution cApdémAt
Identification de l’organisme qui passe le
marché : Association Communauté CapDémat, 2 avenue du parc CS20201, 95032
Cergy Pontoise
Objet du marché : maintenance et l’évolution du module GRU (gestion de la relation
usager) de la solution CapDémat Evolution
basé sur SugarCRM CE et SuiteCRM pour
sa V2
Durée du marché : 2 ans
Procédure de passation : Procédure
adaptée
Modalités d’attribution : Marché à bons
de commande
Critères de sélection : Décrit dans le règlement de la consultation
Date limite de réception des offres :
21/05/18 à 18h00
Renseignements divers : Renseignements auprès de l’association communauté CapDémat :
Contact@communaute-capdemat.fr
Adresse Internet du profil acheteur
:
https://marches.maximilien.
fr/?page = entreprise.EntrepriseAdva nce dSear ch & A llCons & ref Consult ation=301589&orgAcronyme=d5i
TRAvAUX
30
vIllE dE
cOdOlET
construction
de trottoirs
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur : Mairie de Codolet, CARMINATI Agnès, 29, rue Frédéric Mistral 30200
CODOLET tél. : 04-66-90-28-82 Courriel :
agnes@codolet.fr,
Adresse internet :
ht tp : //codolet.e-marchespublics.com,
Adresse internet du profil d’acheteur :
http://codolet.e-marchespublics.com.
Objet du marché : CONSTRUCTION DE
TROTTOIRS RUE FREDERIC MISTRAL et
CHEMIN DES AURIERES
Caractéristiques principales : Refus des
variantes.
Date prévisionnelle de commencement
des travaux : 18 juin 2018
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres :
31 mai 2018 à 12:00
Date d’envoi du présent avis à la publication : 02 mai 2018.
L’avis intégral est consultable sur
e-marchespublics.com
91 vIllE d’yERRES
trAVAux de cÂBlAge
dAns les écoles
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur : Mairie d’Yerres, 60 rue Charles
de Gaulle, 91330 Yerres, 0169497705,
http://yerres.e-marchespublics.com
Objet du marché : Travaux de câblage
dans les écoles (réseaux électriques et
informatiques)
Catégorie : Travaux
Date et heure limite de dépôts :
Candidature : 18/05/2018 à 16 h 00
Caractéristiques principales du marché :
Travaux de câblage dans 4 écoles élémentaires :
- Ecole du Taillis : 11 salles dont 7 classes
- Ecole St Exupéry : 19 salles dont 14
classes
- Ecole des Camaldules : 19 salles dont 15
classes
- Ecole des Godeaux : 15 salles dont 11
classes
Le marché sera exécuté en 2 phases :
- phase 1 : écoles St Exupéry et Camaldules : travaux à réaliser pendant les vacances scolaires d’été 2018
- phase 2 : écoles Taillis et Godeaux : : travaux à réaliser pendant les vacances scolaires de la Toussaint 2018
La procédure de passation utilisée est : la
procédure adaptée restreinte est soumise
aux dispositions du Décret n°2016-360 du
25 mars 2016. La Commune fait un appel
à candidature. Les candidatures seront
analysées et classées, les trois premiers
candidats du classement seront ensuite
consultés pour la remise d’une offre. Il sera surtout tenu compte des compétences
et références des candidats en matière de
câblage.
Les travaux seront rémunérés sur la base
d’un prix global et forfaitaire.
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : Mairie d’Yerres,
Monsieur le Maire service juridique 60
rue Charles de Gaulle 91330 Yerres , tél. :
0169497742.
Adresse auprès de laquelle des renseignements d’ordre administratif peuvent
être obtenus : Mairie de Yerres, Service
Juridique 22 rue du Mont-Griffon 91330
YERRES , tél. : 0169497742 , télécopieur :
0169497739 , courriel : sthillotlanglois@
yerres.fr , adresse internet : http://www.
yerres.fr/ .
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : Pôle technique municipal, Service Juridique 22
rue du Mont-Griffon 91330 yerres , tél. :
0169497742 .
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Versailles 56 avenue de Saint-Cloud 78000
VERSAILLES, tél. : 0139205400, télécopieur : 0139205487, courriel : greffe.ta-versailles@juradm.fr, adresse internet : http://
www.ta-versailles.juradm.fr.
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l’introduction des recours : Tribunal
administratif de Versailles 56 avenue de
Saint-Cloud 78000 VERSAILLES, tél. :
0139205400, télécopieur : 0139205487,
courriel : greffe.ta-versailles@juradm.
fr, adresse internet : http://www.ta-versailles.juradm.fr.
L’avis intégral est consultable sur
e-marchespublics.com
vIllE dE
94 cHENNEvIÈRESSUR-mARNE
réAménAgement de rues
Nom et adresse officiels de l’organisme
acheteur : Mairie de Chennevières-surMarne, M. Le Maire, 14 avenue du maréchal Leclerc, 94430 Chennevières-surMarne, tél. : 01 45 94 74 74, courriel :
m a r c h e s p u b l i c s @ c h e n n e v i e r e s .f r,
profil acheteur : https://www.achatpublic.com /sdm /ent /gen /ent_detail.
do?PCSLID=CSL_2018_zjW_yKi-8W
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Services généraux des administrations
publiques
Objet du marché : Travaux de réaménagement des Avenues Jeanne et du Bois, et
de la rue de la Jonction à Chennevièressur-Marne
Type de marché de travaux : exécution
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• Le délai d’exécution des prestations est
fixé à :
-Tranche ferme - Avenue Jeanne et rue de
la Jonction : délai global de cinq (5) mois
de travaux dont un (1) mois de préparation
à compter de la notification du marché
-Tranche optionnelle n°01 - Avenue du Bois
: délai global de cinq (5) mois de travaux
dont un (1) mois de préparation à compter
de la notification du marché
A titre indicatif, les prestations seront exécutées à partir du 1er juillet 2018. Les travaux ne seront pas interrompus pendant le
mois d’août.
• Nature et étendue : Le marché fait l’objet
de 2 tranches, définies comme suit :
- Tranche ferme : Avenue Jeanne et rue de
la Jonction
- Tranche optionnelle n°01 : Avenue du
Bois
Prestations divisées en lots : non
Cautionnement et garanties exigés : Une
avance sera versée au titulaire, sauf renoncement.
La retenue de garantie est fixée à 5% du
montant TTC du montant initial du marché.
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Les prestations, objet du présent marché, seront rémunérées
dans les conditions fixées par les règles de
la comptabilité publique et financées selon
les modalités suivantes : fonds propres de
la ville de Chennevières-sur-Marne.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d’opérateurs économiques
attributaire du marché : Non imposée.
L’exécution du marché est soumise à
d’autres conditions particulières : non
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Il est procédé à un examen des garanties
professionnelles, techniques et financières. Sont éliminées les candidatures
qui ne peuvent être admises en raison de
capacités manifestement insuffisantes. Ne
seront pas admises les candidatures qui
ne respectent pas les exigences formulées
dans l’avis d’appel public à la concurrence,
dans le règlement de la consultation et/ou
dans le décret marchés.
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement
par le candidat, à l’appui de sa candidature :
• Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire.
• Déclaration sur l’honneur du candidat
justifiant qu’il n’entre dans aucun des cas
d’interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
ou, pour les marchés publics de défense
ou de sécurité, qu’il n’entre dans aucun
des cas d’interdiction de soumissionner
obligatoires prévus aux articles 45, 46 et
48 de l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015.
• Déclaration sur l’honneur du candidat attestant qu’il est en règle, au cours de l’année précédant celle au cours de laquelle
a lieu le lancement de la consultation, au
regard des articles L. 5212-1, L. 5212-2,
L. 5212-5 et L. 5212-9 du code du travail,
concernant l’emploi des travailleurs handicapés
Documents à produire à l’appui des candidatures par le candidat, au choix de
l’acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d’affaires global et le chiffre d’affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l’importance du personnel d’encadrement pour
chacune des trois dernières années.
• Présentation d’une liste des travaux exécutés au cours des cinq dernières années,
appuyée d’attestations de bonne exécution pour les travaux les plus importants.
Ces attestations indiquent le montant,
l’époque et le lieu d’exécution des travaux
et précisent s’ils ont été effectués selon
les règles de l’art et menés régulièrement
à bonne fin
• Déclaration indiquant l’outillage, le matériel et l’équipement technique dont le
candidat dispose pour la réalisation de
marchés de même nature.
• Formulaire DC1, Lettre de candidature Habilitation du mandataire par ses co-traitants. (disponible à l’adresse suivante :
h t t p : / / w w w.e c o n o m i e .g o u v.f r / d a j /
formulaires-declaration-candidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat
individuel ou du membre du groupement.
(disponible à l’adresse suivante :
h t t p : / / w w w. e c o n o m i e . g o u v.f r / d a j /
formulaires-declaration-candidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
Marché public simplifié : NON.
Critères d’attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d’invitation ou document descriptif)
• Pas d’enchère électronique
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
31 mai 2018 à 12 h 00
Délai minimum de validité des offres :
120 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Le
pouvoir adjudicateur se réserve le droit
d’apporter des modifications de détail au
dossier de consultation qui devront être
reçues par les candidats au plus tard 6
jours avant la date limite de réception
des offres. Les candidats devront alors
répondre sur la base du dossier modifié
sans pouvoir élever aucune réclamation à
ce sujet.
*Après examen des offres reçues, le pouvoir adjudicateur se réserve le droit d’engager des négociations avec le ou les candidats ayant présenté les offres les plus
intéressantes.
Date d’envoi du présent avis à la publication : 02 mai 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d’ordre administratif et technique peuvent être obtenus : https://
w w w. a c h a t p u b l i c .c o m / s d m / e n t / g e n /
ent_detail.do?PCSLID = CSL _2018_zjW_
yKi-8W
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : https://
www.achatpublic.com/sdm/ent/gen/ent_
detail.do?PCSLID = CSL _2018_zjW_yKi8W
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation doivent être envoyés : Mairie
de Chennevières-sur-Marne, Mairie de
Chennevières-sur-Marne, 14 avenue du
Maréchal Leclerc, 94430 Chennevièressur-Marne, adresse internet : https://www.
achatpublic.com/sdm/ent/gen/ent_detail.
do?PCSLID=CSL_2018_zjW_yKi-8W
Conditions de remise des offres ou des
candidatures : Les réponses des entreprises seront transmises au service des
marchés publics par tout moyen permettant de déterminer de façon certaine la
date et l’heure de réception et d’en garantir
la confidentialité. Le pli des candidats devra être remis sous pli cacheté. Le descriptif des éléments à transmettre au regard
de la candidature et de l’offre figure dans
le règlement de la consultation. Réponse
dématérialisée autorisée. Tout retard entraîne l’élimination du candidat.
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Melun,
43 rue du Général de Gaulle, 77000 Melun,
tél. : 01 60 56 66 30, télécopieur : 01 60 56
66 10
Les Échos sont habilités à publier les annonces judiciaires et légales
dans les départements du Rhône, de Paris, des Yvelines, de l’Essonne, des
Hauts-de-Seine, de Seine-Saint Denis, du Val de Marne, et du Val d’Oise.
COMMENT PUBLIER VOS ANNONCES //
◗ Thomas BARRE : 01 87 39 76 53
tbarre@lesechos.fr
◗ Par E-mail : marchespublics@lesechos.fr
◗ Par Fax au : 01 49 53 22 60
◗ Par courrier au :
Dematis - 10 bd de Grenelle CS 10817 – 75738 PARIS CEDEX 15
Date limite de réception : le lundi midi pour une parution le mercredi suivant
dans Les Echos Entreprises et Collectivités.
RESPONSABLES D’INFORMATIONS MARCHÉS
◗ Jenyfer Befort (01 55 80 73 22)
◗ Guillaume Deshoulières (01 55 80 73 21)
◗ Jean-Francis Vinolo (07 86 15 41 80)
Les Echos Entreprises & Collectivités
◗ Editeur : Capucine Marraud des Grottes
cmarraud@lesechos.fr
◗ Directeur de Production & Logistique : Jérôme Mancellon
Retrouvez l’ensemble de nos appels d’offres et attributions de marchés
sur marches-publics.lesechos.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mercredi 9, jeudi 10 mai 2018
` SUR LE WEB WWW.LESECHOS.FR
« Les Echos »
+
Horizon bouché
La Bourse est aussi lassée d’Air France
que ses clients.
L’INVITÉ
DES « ÉCHOS »
Jean-Yves Le Gall
Président du CNES
FONDS D’INVESTISSEMENT « Le CNES [Centre national
d’études spatiales] est très proche du monde industriel.
Mais aujourd’hui, nous nous adaptons, car nous voyons
qu’un écosystème se crée avec des start-up. Nous avons décidé
de mettre en place un fonds [d’investissement] qui sera
de l’ordre de 80 à 100 millions d’euros pour faire démarrer
des start-up. Il s’agit donc d’un fonds qui est plutôt focalisé
sur l’“early-stage”. Nous pensons qu’une partie de l’avenir
du spatial, ce sont des start-up qui vont le construire. »
ÉCOSYSTEME « L’écosystème [de start-up dans le secteur
spatial] existe déjà, mais nous voulons le renforcer et,
surtout, le faire se développer très rapidement, parce que
nous voyons bien que ce qui fait la différence aujourd’hui,
dans le spatial, c’est la rapidité. »
INSIGHT Dans le cadre de la mission InSight de la NASA,
le CNES a fourni un sismomètre. « Nous savons que
la planète Mars a été habitable. C’est une sonde européenne
qui nous l’a appris en 2003. Mais la vraie question est de
savoir si Mars a été habitée. Pour cela, il faut s’intéresser
à l’histoire de Mars et l’une des questions centrales est
de savoir si le cœur de Mars est solide ou liquide. La NASA
a donc lancé un appel à idées, dont le CNES a été lauréat.
Nous allons donc déposer un sismomètre sur Mars qui
va mesurer les tremblements de terre sur Mars », explique
Jean-Yves Le Gall, dans une interview enregistrée
avant le décollage de la mission, le 5 mai.
Interview réalisée par Olivier Harmant
a L’intégralité de l’émission sur lesechos.fr/invitedesechos
Tout passe, tout lasse, tout casse. L’auto-éjection de Jean-Marc Janaillac,
le patron d’Air France-KLM, après le « non » au référendum salarial,
n’a pas plus ému les investisseurs que lorsque celui-ci avait monnayé
la levée de la grève des pilotes avant la coupe de l’Euro 2016, en échange de
l’abandon des mesures restantes du plan d’économies de son prédécesseur.
La dernière décision du PDG aura donc eu sur le titre en Bourse, en chute
de 9,8 % lundi, à peu près le même effet que la première, prise avant même
son entrée en fonction (–9,9 % le 24 juin 2016), le propre d’une histoire qui
bégaie. Que les amateurs de turbulences se rassurent : le plongeon au cours
de la séance (–14,4 %) n’est qu’un avant-goût. Le redressement des comptes
avait relégué l’action en queue du Top 10 des valeurs hexagonales
que les hedge funds jouent à la baisse. Ce mouvement devrait facilement
s’inverser tant l’horizon apparaît bouché. Le syndrome Alitalia guette
au moment où cinq low cost long-courriers débarquent cet été à Paris
et Amsterdam, constate l’analyste d’Oddo BHF. Quand il menace de laisser
tomber Air France, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, est à peu
près aussi crédible que lorsque le SNPL cherche à faire pleurer dans
les chaumières sur la feuille de paie des commandants de bord.
Ne serait-ce que parce que la compagnie pèse la moitié du trafic d’ADP
que l’Etat veut privatiser. Peut-il encore y avoir un pilote dans un tel avion ?
Frutarom 18
HSBC 28
Lufthansa 17
M6 22
Metro Bank 28
Montagne Neige et
Développement 30
Natarys 25
Nationwide Building
Society 28
Nestlé 18
Orange 23
Recylex 30
Schroders 29
Sea Proven 26
SFR 23
Sonatrach 19
Starbucks 18
Café frappant
Nestlé reprend la main dans le café
en obtenant la distribution de Starbucks.
La Bourse a déjà arbitré les deux visions
du capitalisme de Buffett et Musk.
Certains l’aiment long, d’autres serré. Nestlé, en tant que leader mondial du
café, le préfère frappé au coin du bon sens. Pour sa plus grande acquisition
depuis son arrivée à la tête du groupe suisse – et la troisième d’un siècle et
demi d’histoire –, Mark Schneider a limité les risques : un renforcement
défensif, à 7,5 milliards de dollars, dans la plus importante de ses activités
prioritaires en termes stratégiques, qui lui permet d’ajouter sur sa tasse
l’effigie emblématique de Starbucks. A 3,6 fois le chiffre d’affaires de
l’activité reprise – la distribution mondiale des paquets et sachets de café
et de thé de la marque dans les supermarchés et les restaurants –,
la valorisation ressort certes un cinquième plus élevée que la moyenne à
long terme des transactions dans l’alimentaire et un sixième au-dessus de
la dernière grande opération, le rachat en 2015 de Keurig Green Mountain
par JAB. L’alliance avec Starbucks ne transférant aucun actif, Nestlé paie
cher seulement en apparence un ticket d’entrée que seule pouvait lui offrir
la chaîne de Seattle. L’Helvète de Vevey, en voie de marginalisation aux
Etats-Unis, reprend la main face à JAB, le holding de la famille Reimann,
qui en six ans s’est hissé au deuxième rang du café sous emballage outreAtlantique. Nestlé lui passe devant avec cet accord frappant sur le plan
stratégique, positif pour ses bénéfices et en obtenant un trophée : les
capsules Starbucks, les plus utilisées sur les machines du numéro un
américain Keurig, s’ouvrent aux appareils Nespresso et Dolce Gusto.
Starbucks, Nespresso et Nescafé, la trilogie est complète. « What else ? »
Stéarinerie Dubois 24
TechnipFMC 30
TF1 22
Total 19, 30
TSB 28
Twitter 29
Vallourec 30
Virgin Money 28
Visa 28
INDEX DES AVIS
FINANCIERS
Sequana 17
Antalis 19
Nexity 20
JP Morgan 23
EN VUE
les echos est une publication du
principal associé ufipar (lvmh)
présiDent-Directeur général Pierre Louette
Directeur général Délégué Christophe Victor
Directeur Délégué Bernard Villeneuve
Directeur De la publication & présiDent De la sas les echos Pierre Louette
edité par les echos, sas au capital de 794.240 euros rcs 582 071 437
10, boulevard de Grenelle, CS10817, 75738 Paris Cedex 15 Tél. : 01 87 39 70 00.
www.lessechos.fr
éDitrice Bérénice Lajouanie
éDitrice Déléguée Capucine Marraud des Grottes
Directeur Des Développements éDitoriaux Du pôle les echos Henri Gibier
Directeur De la réDaction Nicolas Barré
eDitorialistes Cécile Cornudet,
Directeurs Délégués De la réDaction
Jacques Hubert-Rodier, Eric Le Boucher,
Dominique Seux et François Vidal
Jean-Francis Pécresse, Jean-Marc Vittori,
réDacteurs en chef
Sabine Delanglade, Laurent Flallo,
David Barroux (entreprises)
Sylvie Ramadier (le crible)
Laura Berny (enquêtes)
Les eChos exeCUTIves
Daniel Fortin (magazine, opinions, innovation)
Directeur Délégué De la réDaction
Arnaud Le Gal (les echos entrepreneurs
Laurent Guez
et opérations spéciales)
réDactrice en chef Muriel Jasor
Etienne Lefebvre (france et international)
Les
eChos week-end
Clémence Lemaistre (information digitale)
Directeur De la réDaction Henri Gibier
Guillaume Maujean (finance-marchés)
réDacteurs
en chef Gilles Denis,
Pascal Pogam (information
Karl de Meyer et Lucie Robequain
et transformation digitale)
Directrice
artistique
Cécile Texeraud
réDacteur en chef technique Didier Boileau
sÉrIe LImITÉe
Directeur De création Fabien Laborde
réDactrice en chef Frédérique Dedet
Directrice artistique aDJointe
Directrice artistique
Marion Brisson
Clarice Fensterseifer
Directeur De la Diffusion et Du marketing clients Etienne Porteaux
Directeur stratégie et communication Fabrice Février
PUBLICITÉ Les Echos Team Media tél. : 01 87 39 78 00.
présiDente Corinne Mrejen
Directrice générale Cécile Colomb
Directrice publicité financiÈre Céline Vandromme
Directrice publicité commerciale Emmanuelle Denis
Directrice publicité lifestYle Anne-Valérie Oesterlé
servICe ABonnemenTs les echos 4, rue de mouchy 60438 noailles cedex
tél. : 01 70 37 61 36. fax : 01 55 56 70 38 du lundi au vendredi de 9 h à 18 h
ImPressIon l’imprimerie (tremblay-en-france), midi libre (montpellier).
tirage Du 07 mai 2018 : 96.775 exemplaires
origine du papier : belgique. taux de fibres recyclées : 100%.
ce journal est imprimé sur du papier porteur de l’ecolabel européen
sous le numéro fi/37/002. eutrophisation : ptot 0.013kg/tonne de papier
membre de oJD-Diffusion contrôle cppap : 0421 c 83015. toute reproduction, même partielle,
est interdite sans l’autorisation expresse de l’éditeur (loi du 11 mars 1957)
ce numéro comporte un 3e cahier de 6 pages « les echos sociétés »
Le bicentenaire de Karl Marx est une occasion assez convenue de revisiter
les questions de la dynamique du capitalisme et de la formation des rentes.
Il est en revanche plus inattendu que s’en chargent les deux pôles opposés
d’« America Inc », la troisième fortune mondiale, Warren Buffett, et le
« Martien » des affaires, Elon Musk. Entre le sage d’Omaha, quatre-vingtsept printemps au compteur, et l’impétueux « disrupteur » des marchés de
l’automobile et de l’espace, il n’y a pas que quatre décennies d’écart à l’état
civil. Le premier tient chaque année le « Woodstock du capitalisme »
– entendez par là l’assemblée générale de son holding Berkshire
Hathaway –, mais à son expérience d’investisseur blanchi sous le harnais,
le second confronte une vision plus ouverte et entrepreneuriale. Quand
l’un apprécie les « barrières à l’entrée » de concurrents, le patron de Tesla
et de SpaceX les qualifie de « boiteuses » et de « vestiges pittoresques » face
au « rythme de l’innovation […], facteur fondamental de la compétitivité ». « Je
ne crois pas qu’Elon voudrait se frotter à nous dans les confiseries. Il y a d’assez
bonnes barrières autour », s’est amusé le troisième actionnaire d’Apple, qui
possède les bonbons See’s Candies, très prisés sur la côte Est. « Cela revient à
dire que vous aimez les oligopoles », a taclé Musk. Ce dialogue interposé aura
finalement conforté les aficionados respectifs des deux gourous, mais Wall
Street a déjà tranché le débat. La « prime Buffett » en Bourse a été divisée
par trois par rapport à la décennie d’avant la crise de 2008. Tandis que,
malgré ses difficultés de production, Tesla reste neuf fois mieux valorisé que
General Motors par rapport à ses revenus. Elon 1 point, Warren et Karl 0.
Karl, Warren, Elon et les bonbons
LES ENTREPRISES CITÉES
AccorHotels 15
Airbus 30
Air France-KLM 17, 30
Altitude Infrastructure
23
Aramco 27
Arkema 24
Audi 15
Barclays 28
Bénéteau 26
Camaïeu 21
ClicData 25
Clydesdale and
Yorkshire Bank 28
Comcast 15
Delta Galil 19
Eminence 19
ExxonMobil 19
crible
N
Cate Blanchett
e comptez pas sur elle pour glisser
la poussière sous le tapis rouge.
Cate Blanchett préside le Festival
de Cannes en sachant pertinemment le
rôle qui lui échoit : elle fut l’une des premières actrices à briser l’omerta autour du
producteur Harvey Weinstein, à elle maintenant d’incarner la reconquête du pouvoir par les femmes. La tâche est ardue : il
suffit de voir le nombre de réalisatrices
retenues dans la sélection officielle (3 sur
18) pour comprendre toutes les marches
qu’elles doivent encore gravir. Mais Cate
Blanchett n’a jamais reculé devant les rôles
complexes, à rebours des clichés sexistes
et hollywoodiens : le talent avec lequel elle
campe le rôle d’une bourgeoise secrètement homosexuelle, dans « Carol », n’en
est que la dernière preuve. De la reine
d’Angleterre (« Elizabeth ») à la Reine des
Elfes (« Le Seigneur des anneaux »), elle a
toujours tutoyé les sommets, réels et imaginaires. L’Australienne de 48 ans a un tel
génie pour les accents qu’on la croirait née
dans dix pays. Signe que les hommes ne lui
font pas peur, elle a endossé plusieurs rôles
masculins : elle incarne Bob Dylan dans
« I’m not there » et un clochard barbu dans
« Manifesto », qui sortira à la fin du mois.
Mais de tous ses chefs-d’œuvre, c’est certainement « Blue Jasmine » que l’on retient le
plus. Elle y joue une grande bourgeoise de
Manhattan, aussi risible que détestable. Le
rôle lui a valu l’oscar de la meilleure actrice,
en même temps qu’une volée de bois vert :
certains lui ont reproché de ménager le
réalisateur, Woody Allen, malgré les accusations de harcèlement sexuel pesant
contre lui. On ne savait rien à l’époque,
assure-t-elle. Le titre du film d’Asghar
Farhadi, projeté mardi soir en ouverture
du festival, sonne presque comme un
démenti : « Everybody knows ».
(
Lire nos informations
Page 11
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MERCREDI 9 MAI 2018 // CAHIER DES ANNONCES LÉGALES ET JUDICIAIRES AU NUMÉRO 22692 | ISSN 01534831 NE PEUT PAS Ê TRE VENDU SÉPARÉMENT
75 • PARIS
SOCIETES
CONSTITUTIONS
12100622 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte reçu par Me Olivier
GOUR, notaire à Lamballe, le 25/4/2018,
enregistré à Saint-Brieuc le 27/4/2018,
dossier 2018 N 00813, a été constituée
la S.C. Dénomination : GP2A. Siège :
4, rue Paul Dupuy, 75016 PARIS. Capital : 1.000 €, divisé en 100 parts de 10 €
chacune, numérotées de 1 à 100. Objet :
l’acquisition, la gestion et, plus généralement, l’exploitation par bail ou autrement,
des biens et droits sociaux immobiliers à
quelque endroit qu’ils se trouvent situés
et notamment les biens et droits immobiliers sis 4, rue Paul Dupuy, 75016 Paris.
Durée : 99 ans. Cessions de parts :
soumises à l’agrément des associés. Gérant : M. Pierre Marc François ROBERT,
4, rue Paul Dupuy 75016 PARIS. Immatriculation : au RCS de Paris.
12100624 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Il a été constitué une société par acte
SSP. Dénomination : MESNIL 777.
Forme : S.C.I. Siège : 62, boulevard
Flandrin, 75016 PARIS. Capital :
1.000.000 €. Objet : acquisition, apport,
propriété de tous biens et droits immobiliers. Durée : 99 ans. Gérance : M. David COHEN-SKALLI, 39, rue d’Auteuil,
75016 PARIS. Immatriculation : au
RCS de Paris. Pour avis.
12100713 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP à Paris en
date du 04/5/2018, il a été constitué une
société. Forme : S.A.R.L. Dénomination : AUX 2 ANGES. Siège : 23, rue
Daval, 75011 PARIS. Objet : boulangerie, pâtisserie, glacerie, chocolaterie,
sandwicherie, traiteur. Durée : 99 ans.
Capital : 135.000 €. Gérance : M. Philippe SIMOES, 22, avenue Foch, 94160
Saint-Mandé. Immatriculation : au RCS
de Paris. Pour avis. La gérance.
12100733 – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100498W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à
Paris du 04/5/2018, il a été constitué une
société. Forme : S.C.I. Dénomination :
S I F. Siège : 7/9, rue de Montevideo,
75116 PARIS. Capital : 1.000 € divisé
en 100 parts sociales de 10 € chacune,
entièrement souscrites et libérées. Apports en numéraire : 1.000 €. Objet :
acquisition, propriété, administration de
biens et droits immobiliers. Durée :
75 ans. Gérante : Mme Fatiha BOUGUETOF, 7/9, rue de Montevideo, 75116
Paris. Cession de parts : les parts sociales ne peuvent être cédées, quelque
soit la qualité du cessionnaire, qu’avec le
consentement de la majorité en nombre
des associés. Immatriculation : au RCS
tenu au GTC de Paris. Pour avis et mention. La gérante.
Suivant acte SSP du 25/04/2018 a été
constituée une SARL dénommée : GEMÜSE Objet : Tous types de restauration,
la préparation de plats cuisinés, la vente
sur place, à emporter, livraison à domicile,
la réalisation de prestations de traiteur, la
vente de boissons conformément à la législation en vigueur, fabrication et vente
de produits manufacturés. Capital :
5.000 € Siège social : 61 rue Ramey
75018 PARIS Durée : 99 ans Gérant :Mr
Noé LAZARE demeurant 16, rue d’Alembert 75014 Paris Immatriculation : RCS
de Paris
12100452W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à Paris
du 02/05/2018 a été constituée une SARL
nommée :
OLDER FR
Objet : en France et à l’étranger, directement ou indirectement : le dessein, la réalisation et la création de vêtements et
d’uniformes ; la réalisation de toute prestation en lien avec le secteur de la mode
et de l’habillement, hors activités réglementées ; l’apport d’affaires hors activités
réglementées dont les conditions ne seraient pas satisfaites ; la formation et l’organisation de séminaires et d’événements ; l’édition sur tous supports ; le
négoce de tous produits dans le respect
des activités réglementées ; et, plus généralement, toutes opérations commerciales, financières, industrielles, mobilières et
immobilières se rattachant directement ou
indirectement, en totalité ou en partie, similaires ou connexes à l’objet social, ou
susceptibles d’en favoriser l’exploitation
ou le développement.
Capital : 150 € Siège social : 8 rue Monsigny, 75002 Paris Durée : 99 ans Gérance : M. Morten Thuesen, 8 rue Monsigny, 75002 Paris. Mme Letizia Caramia, 8
rue Monsigny, 75002 Paris.
La société sera immatriculée au Registre
du commerce et des sociétés de Paris
12100503W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte sous seing privé à Paris, le 03
mai 2018, il a été constitué une SAS ayant
les caractéristiques suivantes :
Dénomination : SAS GGC Paris
Capital : 10.000 euros divisé en 10.000
actions d’un euro chacune.
Siège social : 58, avenue de Wagram –
75017 Paris
Objet social : La prise par tous moyens,
la gestion, la cession de toutes participations majoritaires ou minoritaires dans toutes sociétés et entreprises créées ou à
créer, en France ou à l’étranger, dont l’activité principale consiste en l’acquisition ou
la construction d’immeubles ou toutes autres opérations nécessaires à leur usage
ou à leur revente, ou la détention directe
ou indirecte de participations dans des
personnes morales dont l’objet social est
identique.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au R.C.S.
Admission aux assemblées – Vote :
Tout associé peut participer aux décisions
collectives, quel que soit le nombre de ses
actions, chaque action donnant droit à une
voix au moins.
Transmission des actions : Libre.
Président : Melhem SAMAHA demeurant
unit #201, Marinascape, Dubai Marina,
Dubai (Emirats Arabes Unis).
Commissaire aux comptes titulaire :
DELOITTE & ASSOCIES, SA, 185 C, avenue Charles de Gaulle – 92200 Neuillysur-Seine.
La société sera immatriculée au R.C.S. de
PARIS.
12100519W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 3/5/2018, il
a été constitué une Société par actions
simplifiée :
Dénomination sociale : GROUPE
FRANCHEMENT
Siège social : 55, rue des Archives 75003
PARIS
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2 // ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES
Capital social : 111.200 €
Objet : la prise de participation, directe ou
indirecte, dans toutes opérations financières, immobilières ou mobilières ou entreprises commerciales, industrielles, financières ou autres, créées ou à créer, par
tout moyen notamment par voie de création, d’apport, de souscription, d’achat ou
cession d’actions ou de parts sociales, de
fusion, de société en participation ou de
groupement, ou autrement, ainsi que la
gestion desdites participations...
Durée : 99 ans
Cession des actions : agrément
Admission aux assemblées et vote :
tout actionnaire peut participer aux assemblées quel que soit le nombre de ses
actions, chaque action donnant droit à une
voix.
Président : Monsieur Jérôme PERMINGEAT, 55, rue des Archives 75003 PARIS
Directeur général : Monsieur Sylvain
FLET, 1, les Choucas 78170 LA CELLE
ST CLOUD
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de Paris.
Pour avis
Gérance : Monsieur Alain BITTON, 7 rue
Hackedochim – 4341202 RA’ANANA - ISRAEL
La société sera immatriculée au RCS de
PARIS
Pour avis
12100595W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte SSP du 26 AVRIL 2018, il a été
constitué une Société civile Immobilière
Dénomination sociale : ROBIN
Siège social : 38 Rue Vivienne 75002
PARIS
Capital social : 1000 €
Objet : L’acquisition, apport propriété administration location et vente de tous biens
immobiliers
Durée : 99 ans.
Cession des parts sociales : agrément
Gérant : monsieur ROBIN Jacques demeurant 36 rue Vivienne 75002 PARIS
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de PARIS
Pour avis
12100528W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 03/05/2018 a été
constituée une société par actions simplifiée, dénommée : Ecobag Partners 1. Objet : la prise de participation dans toutes
entreprises commerciales, industrielles, financières ou autres. Capital 1 €. Siège social : 47 avenue George V 75008 Paris.
Durée : 99 ans. Admission aux assemblée-Vote : Les associés peuvent se faire
représenter lors de l’assemblée par un autre associé. Chaque action donne droit à
une voix. Transmission des actions : libre.
Président : M. Vincent SCHALCK, demeurant 25 rue du Champ du Feu 67810 Holzheim. Immatriculation au RCS de Paris.
12100543W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 03/05/2018 a été
constituée une société par actions simplifiée, dénommée : Ecobag Partners 2. Objet : la prise de participation dans toutes
entreprises commerciales, industrielles, financières ou autres. Capital 1 €. Siège social : 47 avenue George V 75008 Paris.
Durée : 99 ans. Admission aux assemblée-Vote : Les associés peuvent se faire
représenter lors de l’assemblée par un autre associé. Chaque action donne droit à
une voix. Transmission des actions : libre.
Président : M. Vincent SCHALCK, demeurant 25 rue du Champ du Feu 67810 Holzheim. Immatriculation au RCS de Paris.
12100565W – LE PUBLICATEUR LEGAL
KEYS TRINQUET
Société par actions simplifiée
au capital de 10.000 euros
Siège social : 11, rue Jean Mermoz –
75008 Paris
En cours de constitution
AVIS DE CONSTITUTION
Aux termes d’un acte sous seing privé en
date du 26 avril 2018, il a été constitué la
société présentant les caractéristiques
suivantes :
FORME : Société par actions simplifiée
unipersonnelle
Dénomination sociale : KEYS TRINQUET
Siège social : 11, rue Jean Mermoz –
75008 Paris
Capital social : 10.000 euros divisé en
10.000 actions de 1 euro chacune
Objet :
La Société a pour objet :
l’acquisition de tous biens immobiliers (y
compris en l’état futur d’achèvement) situés à Marseille ;
la réalisation de toutes études préalables,
l’obtention de toutes autorisations administratives en vue de la réalisation de toutes constructions ;
l’édification sur ces biens de toutes
constructions après démolition éventuelle
et dans ce cadre, la signature de toutes
conventions, la reconstruction, la rénovation ;
l’aménagement, la gestion, l’entretien, la
mise en valeur, l’administration, l’exploitation de ces biens par voie de location ;
la vente éventuelle des actifs immobiliers
après construction, reconstruction ou restructuration lourde le cas échéant ;
la souscription de tous emprunts avec ou
sans garantie ayant pour but de permettre
la réalisation de l’objet social,
Et généralement toutes opérations
commerciales, financières, civiles, mobilières ou immobilières, pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’un
des objets visés ci-dessus ou à tous objets
similaires ou connexes.
Durée : 99 années à compter de l’immatriculation au RCS.
PRESIDENT : Keys Sélection, SASU, au
capital de 10.500.000 euros, dont le siège
social est au 11, rue Jean Mermoz –
75008 Paris, 828 106 724 RCS Paris
DIRECTEUR GENERAL : Keys Reim,
SASU, au capital de 300.000 euros, dont
le siège social est au 11, rue Jean Mermoz
– 75008 Paris, 818 520 611 RCS Paris
IMMATRICULATION : RCS de Paris
COMMISSAIRES AUX COMPTES TITULAIRE : Groupe AEE, dont le siège social
est situé au 40/42, rue Laugier – 75017
Paris, 692 009 558 RCS Paris.
12100593W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte sous seing privé en
date du 02/05/2018, il a été constitué une
société présentant les caractéristiques
suivantes :
Dénomination sociale : SCI GAMBETTA
Forme : SCI
Siège social : 50, avenue des Champs
Elysées – 75008 PARIS
Capital social : 10.000 €
Objet social : l’acquisition de tous biens
et droits immobiliers, tous immeubles,
droits sociaux, donnant vocation à l’attribution en pleine propriété de droits immobiliers en France et à l’étranger. La mise
en location, la gestion à l’administration
ainsi que la vente desdits biens.
Durée : 99 années à compter de son immatriculation au registre du commerce et
des sociétés.
12100603W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte SSP à Paris, le 24/04/2018, il a
été constitué une SAS ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : Meridiam SME
Capital social : 1000 euros divisés en 100
actions d’une valeur nominale de 10 euros
Siège social : 4 Place de l’Opéra 75002
Paris
Objet social : le conseil en investissements, en particulier et sans limitation, en
instruments financiers et autres placements financiers et l’étude de toutes opérations d’investissement sous tous leurs
aspects et en particulier financier ; la présentation, la gestion et le suivi d’investissements et de participations et toutes
prestations de services à cet égard
Durée : 99 ans
Admission aux assemblées – Vote : tout
associé peut participer aux décisions collectives, quel que soit le nombre de ses
actions, chaque action donnant droit à une
voix.
Transmission des actions : libre
Président : DEAU Thierry demeurant 48
rue de Vaugirard 75006 Paris - Commissaire aux comptes titulaire : Ernst & Young
Audit, SAS sis 1-2, place des Saisons Paris La Défense1 -92400 Courbevoie
(344 366 315 RCS Nanterre)
La société sera immatriculée au R.C.S de
Paris
12100607W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à Paris
du 04/05/2018 a été constituée une SAS
nommée :
Laboratoire Efficience
(EfficienceôNaturel)
Objet : Ventes a domicile
Capital : 5.000 € Siège social : 3, Avenue de l’opéra, 75001 Paris Durée : 99
ans Président : M. Fouad Chellaoui, 12,
promenade des squares, 14200 Hérouville-Saint-Clair
La société sera immatriculée au Registre
du commerce et des sociétés de Paris
Président : la SNC PITCH PROMOTION
SNC sise 6 rue de Penthièvre 75008 PARIS immatriculée au RCS de PARIS
sous le numéro 422 989 715
Commissaire aux comptes : la SAS
ERNST & YOUNG ET AUTRES sise 1 –
2 place des Saisons – Paris La Défense
– 92400 COURBEVOIE immatriculée au
RCS de NANTERRE sous le numéro
438 476 913
Admission aux Assemblées et vote :
Tout associé peut participer aux Assemblées quel que soit le nombre de
ses actions, chaque action donnant
droit à une voix.
Immatriculation au RCS de PARIS.
12100689W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte sous seing privé à Paris, le 17
avril 2018, il a été constitué une SAS ayant
les caractéristiques suivantes :
Dénomination : HTP France- Haute
Technologie Protection France
Capital : 100 euros divisé en cents (100)
actions de un (1) euro chacune
Siège social : 2, rue Goethe, 75116 Paris.
Objet : La création et/ou la prise de participation par voie d’apport, d’achat, de
souscription ou autrement dans toute société civile ou commerciale ou entreprise
commerciale, financière, industrielle ou
immobilière et le transfert de toutes participations dans toute société civile ou
commerciale ou entreprise commerciale,
financière, industrielle ou immobilière
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au R.C.S.
Admission aux assemblées – Vote :
Tout associé peut participer aux décisions
collectives, quel que soit le nombre de ses
actions, chaque action donnant droit à une
voix au moins.
Transmission des actions : Libre.
Président : Frédéric Ruppli, demeurant
85, avenue Gaston Baissier, 78220 Viroflay.
La société sera immatriculée au R.C.S. de
PARIS.
12100732W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 02 mai 2018,
il a été constitué une Société civile :
Dénomination sociale :
Siège social : SCI SEGRO DRANCY
Capital social : 10.000 €
Objet : L’acquisition, la cession, la
construction et l’aménagement de tous immeubles ou biens immobiliers en vue ou
dans le cadre de leur gestion. L’administration et la gestion par location ou autrement de tous immeubles ou biens immobiliers.
Durée : 99 ans.
Cession des parts sociales : Toutes les
cessions sont soumises à l’agrément
préalable des associés.
Gérant : SEGRO FRANCE située 20 rue
Brunel 75017 Paris (722 053 691 RCS
Paris).
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de Paris.
Pour avis
12100748W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte sous seing privé à Paris, le 03
mai 2018, il a été constitué une SAS ayant
les caractéristiques suivantes :
Dénomination : Galipharm Invest
Capital : 100 euros divisé en 100 actions
d’un euro chacune.
Siège social : 22, avenue Franklin D.
Roosevelt – 75008 Paris.
Objet social : Toutes opérations, pour
son propre compte, d’achat, de vente et
de gestion de valeurs mobilières françaises et étrangères de toute nature et de
toutes entreprises, l’achat, la souscription,
la gestion, la vente, l’échange de ces valeurs et de tous droits sociaux, la prise
d’intérêts et la participation directe ou indirecte dans toutes sociétés et/ou entreprises commerciales, industrielles, financières ou mobilières créées et à créer par
tous moyens.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au R.C.S.
Admission aux assemblées – Vote :
Tout associé peut participer aux décisions
collectives, quel que soit le nombre de ses
actions, chaque action donnant droit à une
voix au moins.
Transmission des actions : Libre.
Président : Olivier JARROUSSE demeurant 8, chemin de Vaujoyeuse la Sartelle
– 78690 Les Essarts le Roi.
Commissaire aux comptes titulaire :
ERNST & YOUNG AUDIT, SAS à capital
variable, 1-2, place des Saisons – Paris
La Défense 1 – 92400 Courbevoie, 344
366 315 R.C.S. NANTERRE.
La société sera immatriculée au R.C.S. de
PARIS.
Aux termes d’un acte SSP du 04 mai 2018,
il a été constitué une Société à responsabilité limitée :
Dénomination sociale : IKOS MANAGEMENT
Siège social : 7 rue du Docteur Lancereaux 75008 Paris
Capital social : 10.000 €
Objet : Le conseil et l’assistance en matière administrative, commerciale, opérationnelle, juridique et de gestion auprès des sociétés intervenant dans le
domaine du recyclage, du tri, de la collecte, du traitement, du transport et de
la valorisation de tout déchet.
Durée : 99 ans
Gérant : M. Jean-Luc Petithuguenin demeurant 7 Place des Ternes 75017 Paris.
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de Paris.
Pour avis
12100670W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100679W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte S.S.P du 16/04/2018, il a été
constitué une Société par actions simplifiée dénommée : « EUROPARC COTIERE »
Siège social : 6 rue Penthièvre 75008
PARIS
Capital social : 30 000 €
Durée : 99 années
Objet social : La réalisation d’une opération d’aménagement sur la commune
de LA BOISSE (Ain) dit la ZAC des Goucheronnes.
12100822W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100350 – LA VIE JUDICIAIRE
Suivant acte SSP du 06/04/2018, il a été
constitué une société par actions simplifiée. Dénomination : MECS4. Objet : Prises de participations dans toutes sociétés.
Siège social : 143 boulevard Haussmann
75008 Paris. Durée : 99 ans. Capital :
100 €. Cessions d’actions libres. Chaque
action donne droit à une voix. Les associés peuvent se faire représenter lors de
l’assemblée par un autre associé uniquement. Une action égale une voix. Président : M. Bertrand Schmoll, demeurant 67
rue Caulaincourt 75018 Paris. Immatriculation au RCS de Paris.
Aux termes d’un acte SSP en date à
Paris du 25/4/2018, il a été constitué une
S.C. régie par les articles 1832 à 1870 du
Code civil et par les décrets pris pour leur
application. Dénomination : ETHAN. Capital : 1.000 €. Siège : 25, rue du Maire,
75003 PARIS. Objet : l’acquisition, la
gestion et plus généralement, l’exploitation par bail ou autrement, de tous biens
ou droits immobiliers à quelque endroit
qu’ils se trouvent situés et exceptionnellement la vente desdits biens et droits immobiliers, la prise de participation dans
toutes sociétés immobilières. Gérant :
M. Victor Anthony LI, 25, rue du Maire,
75003 PARIS pour une durée illimitée.
Clauses relatives aux cessions de
parts : les parts sont librement cessibles
entre associés, elles ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société
qu’avec le consentement des associés.
Durée : 99 ans. Immatriculation : au
RCS de Paris.
12100841W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100664W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 04/05/2018, il a été
constitué une SARL dénommée : PALO
VERDE. Objet : L’acquisition, la création,
l’exploitation, la vente de tous fonds de
commerce de café, bar, restaurants. Capital : 1.200 €. Siège social : 277 boulevard Voltaire 75011 Paris Durée : 99 ans
Gérante : M. Emmanuel CHANOIS, demeurant 128 rue de Vaugirard 75006 Paris. Immatriculation : RCS de Paris.
Mercredi 9 mai 2018 Les Echos Sociétés
12100774W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 19/04/2018, il a été
constitué une SAS dénommée ALAN.
Siège social : 66 rue du Faubourg Saint
Denis - 75010 Paris. Capital social :
10.000 €. Objet social : Restauration,
restauration rapide, salon de thé, traiteur,
vente à emporter. Durée : 99 ans. Président : Mr Sacha MOMIROVIC demeurant
19 chemin du Haut Saint-Denis - 93300
Aubervilliers. Immatriculation au RCS de
Paris
12100775W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 26/4/2018, il a été
constitué une S.A.S. dénommée TCM
LABS. Siège social : 128, rue La Boétie
- 75008 PARIS. Capital social : 1.200 €.
Objet social : la prestation de services et
de conseils à destination des particuliers
et des entreprises, dans ces propres locaux ou dans ceux de ces clients, l’étude,
la conception, l’équipement, l’installation,
la gestion, l’utilisation et l’amélioration de
systèmes et de réseaux informatiques.
Durée : 99 ans. Présidente : La société
BEIGE, S.A.R.L. au capital de 1.000 € sise
98, rue de Paris - 94220 Charenton-LePont - 814 080 271 RCS CRETEIL. Directeurs Généraux : La société NAHOLO,
S.A.R.L. au capital de 3.000 € sise
118, rue de Paris - 94220 Charenton-LePont - 834 755 126 RCS CRETEIL et la
société AZAR, S.A.S. au capital de
1.000 € sise 128, rue La Boétie - 75008
Paris - 838 803 161 RCS PARIS.
commissaire aux comptes : Le cabinet
CAP ECGE, 53, rue de la Chaussée
d’Antin - 75009 Paris. Immatriculation au
RCS de Paris.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
Aux termes d’un acte SSP en date à Paris
du 04/05/2018, a été constituée une société civile présentant les caractéristiques
suivantes :
Dénomination sociale : SCI GGC PARIS
Capital : 5000 euros divisé en 5000 parts
de 1 euro chacune
Siège social : 58 avenue de Wagram75017 Paris
Objet : l’acquisition d’un ensemble immobilier à usage principal de bureaux situé à
Nanterre (92000), 32 avenue Pablo Picasso, cadastré section AR nº494, la propriété et l’administration de ce bien immobilier ainsi que son exploitation et /ou sa
mise à disposition sous forme de bail ou
autrement ; la mise en valeur dudit bien et
droits immobiliers, notamment par aménagement, amélioration, édification de
constructions pour toutes destinations
Durée : 99 ans
Transmission des parts : les parts sociales sont librement cessibles entre associés et, aux conjoints des associés, ainsi
qu’aux ascendants, descendants. Toutes
cessions de parts à des tiers ne peuvent
être réalisées qu’avec l’agrément de tous
les associés
Gérant : Samaha MELHEM demeurant
unit 201 Marinascape, Dubai Marina, Dubai.
La société sera immatriculée au RCS de
Paris
12100623 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP en date du 23/4/2018 à Paris. Dénomination : M.B. COIFFURE. Forme :
S.A.S. Siège : 36, rue Ordener, 75018 Paris. Capital : 10.000 €. Objet : Fourniture
de prestations de service coiffure, esthétique, parfumerie. Durée : 99 ans. Cession d’actions et agrément : les cessions entre associés sont libres. Les
cessions aux tiers avec agrément de la
majorité des associés. Admission aux
AG et exercice du droit de vote : dans
les conditions statutaires et légales. Président : Mme Betty MATHIS, 42, rue
Chantepie, 60540 Fosseuse. DG :
Mme Mathilde ROQUE, 9, rue Mme de
Staël, 95560 Maffliers. Immatriculation :
au RCS de Paris. Pour avis.
12100858W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100685 – LA VIE JUDICIAIRE
Suivant acte SSP du 28/03/2018, il a été
constitué une S.A.S. dénommée « NUEE
DE PARIS » - Capital social : 1.000 €.
Siège social : 40 rue Bonaparte - 75006
PARIS - Objet social : Vente de prêt à
porter, accessoires, bijoux fantaisie - Durée : 99 ans. Président : Mme Brune
GUISSET demeurant 40 rue Bonaparte 75006 PARIS. Immatriculation au RCS de
PARIS.
Il a été formé le 17/4/2018 entre les associés suivants inscrits au Barreau de Paris : Mme Inès DAULOUEDE, 48, rue de
la Jonquière, 75017 Paris ; Mme Marine
CLEMENT, 34, boulevard de Clichy,
75018 Paris ; M. Dimitri DELESALLE,
2, chemin de la Bergerie, 59170 Croix ; et
M. Yohann TOREAU, 31, rue FrançoisCharles OSTYN, 92700 Colombes. Une
association d’avocats dénommée DDCT
AVOCATS. Siège : 79, avenue Raymond
Poincaré, 75016 PARIS, à responsabilité
professionnelle individuelle, A.A.R.P.I.
conformément aux dispositions des articles 124 et 125 du décret 91-1197 du
27/11/1991.
12100874W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à Paris
du 4 mai 2018 a été constituée une société par actions simplifiée présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination : GFIm Corp.
Capital : 1000 euros divisé en 1000 actions de 1 euro
Siège social : 21 rue Albert Roussel,
75017 Paris
Objet : l’acquisition, la gestion, la détention et la disposition de tous types de valeurs mobilières non cotées, dans toutes
entreprises, sociétés ou groupements,
quels qu’en soit la nature ou l’objet ; le
contrôle et l’animation ainsi que l’assistance, le conseil et la prestation de services (notamment administratifs, stratégiques, marketing, financiers et
commerciaux) auprès des participations
de la Société ;
Durée : 99 ans
Admission aux assemblées – Vote : tout
associé peut participer aux décisions, quel
que soit le nombre de ses actions, chaque
action donnant droit à une voix ; Transmission des actions : Tout transfert de titres
de la Société à un tiers non-Associé est
soumis à l’agrément préalable de la Société, délivré par décision collective des
Associés statuant à la majorité simple des
actions ayant droit de vote
Président : Monsieur Dinesh UJOODAH,
demeurant 21 Rue Albert Roussel, 75017
Paris
Commissaires aux comptes : titulaire :
Mme Amélie Vinatier, 8 rue Coquillière,
75001 Paris ; suppléant : COGEED, SAS,
8 rue Coquillière, 75001 Paris, 322 730
250 RCS Paris
La société sera immatriculée au RCS de
Paris
MODIFICATIONS
12100366 – LE PUBLICATEUR LEGAL
VERY SMART TRIP, S.A.S en liquidation au capital de 20.000 €, sise 14, rue
Charles V, 75004 PARIS, 823 892 914
RCS PARIS. Aux termes du PV de l’AGE
du 6/4/2018, il a été décidé de transférer
le siège de la liquidation du 14, rue Charles V, 75004 PARIS au 2, rue Camille Perier, 78400 CHATOU, à compter du
6/4/2018. La société fera l’objet d’une nouvelle immatriculation au RCS de Versailles. Pour avis. Le liquidateur.
12100697 – LE PUBLICATEUR LEGAL
BRETAGNE 2, S.C.I. au capital de
226.000 €, sise 88, boulevard Malesherbes, 75008 PARIS, 482 276 292 RCS PARIS. Aux termes de l’AGE du 15/4/2018,
les Associés ont décidé de transférer le
siège au 58, rue de la Pointe de Kervigorn, 29830 SAINT-PABU. L’article 4 des
statuts a été modifié en conséquence. La
société sera immatriculée au RCS de
Brest. Pour avis, Me GESTIN.
12100834 – LE PUBLICATEUR LEGAL
PARIS SAINT-BENOIT, S.A.S. au capital de 57.000 € porté à 1.257.000 euros,
sise 28, rue Saint-Benoit, 75006 PARIS,
652 027 574 RCS PARIS. Suivant PV des
décisions de l’associé unique du
28 /4/2017, il résulte les mentions suivantes à publier : Ancienne mention capital :
57.000 €. Nouvelle mention capital :
1.257.000 €. Pour avis, le président.
12091596W – LE PUBLICATEUR LEGAL
NOVARTEX
S.A.S. au capital de 1.228.548.790,64 €
28, avenue de Flandre - 75019 Paris
492 273 438 RCS PARIS
Aux termes du CA du 17/1/2018 Monsieur
Amos OUATTARA demeurant 3 Powell
House 8 Gloucester Terrace, Londres a
été nommé en qualité de représentant permanent de la société ALCENTRA FLANDRE LIMITED (administrateur).
Le CA du 15/3/2018 a nommé en qualité
de représentant permanent de la société
ANCHORAGE VIVARTE HOLDINGS LLC
(administrateur), Monsieur Eliaz POLEG
demeurant SE1 7GG, Flat 70, 23 Albert
Embakment, Londres.
Pour avis
12098523W – LE PUBLICATEUR LEGAL
FINEOS
S.A.S. au capital de 6.719.151 €
11 bis, rue d’Aguesseau - 75008 PARIS
825 095 870 RCS PARIS
12100723 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP en date du 9/4/2018 à Paris. Dénomination : PRMR CONSEILS. Forme :
S.A.S.U. Siège : 34 bis, rue Le Brun,
745013 PARIS. Objet : la fourniture de
conseils en stratégie, recherche et développement dans le domaine des addictions et plus généralement pour la promotion de la santé ; la mise en place, l’aide
à la mise en place ou la participation à des
enseignements, formations, actions de
prévention dans le domaine des addictions et plus généralement pour la promotion de la santé ; le développement de
nouveaux services et solutions, notamment informatiques, pour la promotion de
la santé, la lutte contre les addictions et,
d’une façon générale, l’amélioration de la
sécurité et de la qualité des soins à la personne, et ce sur tout support existant et à
venir. Durée : 99 ans. Capital : 1.000 € divisé en 2.000 actions de 0,5 € chacune,
réparties entre les actionnaires proportionnellement à leurs apports respectifs. Cession d’actions et agrément : les actions
ne peuvent être cédées y compris entre
associés qu’avec l’agrément préalable de
la collectivité des associés statuant à la
majorité des voix des associés disposant
du droit de vote. Admission aux AG et
exercice du droit de vote : dans les
conditions statutaires et légales. Président : M. Michel REYNAUD, 34 bis, Rue
Le Brun, 75013 PARIS. Immatriculation :
au RCS de Paris. Pour avis. Le président.
12100798 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP. Dénomination : APIMMO 75.
Forme : S.A.R.L. Siège : 2 rue Caron,
75004 PARIS. Capital : 8.000 €. Objet :
transaction sur les immeubles et les fonds
de commerce, l’achat, la vente, la location
d’immeubles et la gestion immobilière. Durée : 99 ans. Gérance : M. Alain PERDRIX, 2, rue Caron, 75004 Paris. Immatriculation : au RCS de Paris.
Suivant AGOE en date du 27/4/2018, le
capital social a été augmenté d’un montant de 808.334 € par émission d’actions
ordinaires.
Le capital social est fixé à la somme de
7.527.485 € divisé en 7.527.485 actions
de 1 € chacune.
12099182W – LE PUBLICATEUR LEGAL
ECOV
SAS au capital de 31.520 euros
Siège social :
45 rue de Buzenval 75020 Paris
808 203 467 RCS Paris
Aux termes de l’assemblée générale mixte
du 21 mars 2018, les associés ont
nommé :
- la société AUDIT & STRATEGY FINANCE MANAGEMENT située 15 rue de
la Bonne Rencontre 77860 Qunincy Voisins (453 196 263 RCS Meaux) en qualité
de Commissaire aux comptes titulaire.
- nommé en qualité de membres du comité
stratégique, M. Thomas Matagne demeurant 14 rue Colbert 44000 Nantes, M. Arnaud Bouffard demeurant 45 rue de Buzenval 75020 Paris, M. Joanny Christ
demeurant 1 rue Frédéric Magisson
75015 Paris, M. Karim Saadi 14 avenue
du Lieutenant Chaure 94100 Saint-Maurdes-Fossés, M. Laurent Monnin demeurant 3 rue Frustel de Coulanges 75005 Paris.
En date du 30 mars 2018, le Président de
la Société a constaté la réalisation définitive d’une augmentation de capital d’un
montant nominal de 9.456 euros afin de le
porter de 31.520 euros à 40.976 euros.
Pour avis.
12100372W – LE PUBLICATEUR LEGAL
DIAGORIS
Sigle : DIAGORIS
SAS au capital de 100.000 €
43 rue de rennes, 75006 Paris
511779118 RCS Paris
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES // 3
Mercredi 9 mai 2018 Les Echos Sociétés
Aux termes d’une décision en date du
19/04/2018, les associés ont décidé de
nommer à compter du 19/04/2018 en qualité de Président M. Amine EL MAKHZOUMI, demeurant 62 rue des redras,
44120 Vertou en remplacement de M
Pierre GUYON
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Paris
12100423W – LE PUBLICATEUR LEGAL
RATP INTERNATIONAL
S.A. au capital de 69.778.960 €
54, quai de la Rapée - 75012 PARIS
419 997 044 RCS PARIS
Suivant acte en date du 4/4/2018, le
conseil d’administration a constaté la réalisation définitive de l’augmentation de capital d’un montant de 15.011.400 €.
Le capital social est fixé à la somme de
84.790.360 € divisé en 5.563.672 actions
de même catégorie.
Suivant AGM du 20/4/2018, il a été décidé
de nommer en qualité d’administrateurs
Madame Céline BADZIACH, 95, rue Didot
75014 PARIS, en remplacement de Monsieur Jean Luc EVEN.
12100518W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100584W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100753W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100806W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100843W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SYDONIOS
Société par actions simplifiée
au capital de 20.000 €
Siège social :
16 rue de Fleurus - 75006 PARIS
830 025 060 RCS PARIS
L’Assemblée générale mixte du 4 février
2018 a décidé de transférer le siège social
du 16, rue de Fleurus, 75006 PARIS au
87, quai des Queyries, 33100 BORDEAUX, à compter du 5 février 2018 et de
modifier en conséquence l’article 4 des
statuts.
NGR INFORMATIQUE
Société à responsabilité limitée
au capital de 8000 euros
8 place Boulnois 75017 PARIS
RCS PARIS 414 955 658
Les Triolets
HCL
ACTION LOGEMENT SERVICES
SAS au capital de 20.000.000 euros
Siège social : 66 avenue du Maine
75014 Paris
824 541 148 RCS Paris
12100522W – LE PUBLICATEUR LEGAL
HOME 2B-Société par actions simplifiée
au capital de 7 500 euros-Siège social :
231 rue Saint Honoré, 75001 PARIS-450
938 089 RCS PARIS- Aux termes d’une
délibération de l’Assemblée Générale Ordinaire en date du 12 avril 2018, il résulte
que : Monsieur Arnaud DEBAY, demeurant 1 allée des Angelards 78430 LOUVECIENNES, a été nommé en qualité de Président en remplacement de Monsieur
Nicolas PARESY
12100473W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100534W – LE PUBLICATEUR LEGAL
HAMER COMPANY
S.A.S. au capital de 2.000 €
9, rue de la Défense
93100 MONTREUIL
828 500 702 RCS BOBIGNY
FACONNABLE HOLDING SAS
SASU au capital de 31.615.780 €
Siège social : 88/90 boulevard de
Sébastopol
75003 Paris
499 008 894 RCS Paris
Le 1/5/2018 le président a transféré le
siège social au 49, rue Pajol 75018 Paris
à compter du 1/5/2018.L’article 4 des statuts a été modifié.Dirigeant : Edouard Hamer 49, rue Pajol 75018 Paris.La société
sera désormais immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de Paris.
Suivant décisions de l’associé unique en
date du 16/04/2018, il a été décidé de
nommer en qualité de président, Mr. Jean
Blandin demeurant Carrer Vergel del Pilar
3, 08960 Sant Just Desvern, Barcelone
(Espagne), en remplacement de Mr. Vicente Castellano démissionnaire.
12100491W – LE PUBLICATEUR LEGAL
KALLISTE H - SAS au capital de 7.500 €
- Siège social : 11 rue Jean Mermoz –
75008 Paris - 825 027 725 RCS PARIS.
L’AGOE du 22/03/2018 a nommé Mme
Aurélie ASSOULINE dt 124 route de Corbeil – 91700 Saint Geneviève des Bois en
qualité de président en remplacement de
Mr Charles ANDREANI, démissionnaire.
L’assemblée prend acte de la démission
de Mme Aurélie ASSOULINE de son mandat de directeur général. Mention RCS de
PARIS
12100504W – LE PUBLICATEUR LEGAL
U I GESTION S.A
SA au capital de 1 082 950 euros
Siège social : 22 avenue Franklin D.Roosevelt 75008 Paris
417 810 538 R.C.S Paris
Aux termes des décisions du directoire en
date du 28 décembre 2017, il a été décidé
d’augmenter le capital de 57.750 euros
par l’émission de 57.750 actions d’un euro
de valeur nominale. Le capital est désormais fixé à 1.140.700 euros divisé en
19.494 en 3.320 actions de 50 euros de
valeur nominale. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
12100505W – LE PUBLICATEUR LEGAL
burger land
SARL au capital de 5.000 €
ABC+, 73-75 rue de la plaine, 75020 Paris
834206849 RCS Paris
Aux termes de l’AGO en date du
02/05/2018, le gérant a décidé de transférer le siège social à 77, rue d’avron, 75020
Paris, à compter du 02/05/2018.
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Paris
Par décisions de l’associé unique du 16
Avril 2018 augmentation du capital social
d’une somme de 292000 €, pour le porter
de 8000 € à 300000 € par incorporation
des réservices prélevée sur le compte "autres réserves" et décision de modifier les
articles 6 et 7 des statuts
Pour avis.
12100536W – LE PUBLICATEUR LEGAL
PEPE JEANS FRANCE SARL
SARL au capital de 200.000 €
Siège social : 49-49 bis, rue
Réaumur/88-90 Bld Sébastopol
75003 Paris
442 785 952 RCS Paris
Suivant décisions unanimes des associés
prises par acte SSP en date du
16/04/2018, il a été :
- décidé de nommer en qualité de co-gérant, Mr. Jean Blandin demeurant Carrer
Vergel del Pilar 3, 08960 Sant Just Desvern, Barcelone (Espagne), en remplacement de Mr. Vicente Castellano démissionnaire,
- pris acte de la fin du mandat de commissaire aux comptes suppléant, de Mr.
Etienne Boris,
12100537W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SCI DU 23 AVENUE PIERRE GRENIER
A BOULOGNE BILLANCOURT - SCI au
capital de 15 245 € - Siège social : 17
rue Réaumur - 75003 PARIS - 432 526
291 RCS PARIS
Suivant AGE du 16/01/2018, il a été décidé de transférer le siège social au 4 rue
Paul Baudry - 75008 PARIS. Les statuts
ont été modifiés en conséquence. Mention
au RCS de PARIS.
12100560W – LE PUBLICATEUR LEGAL
EXELTIUM 2
SAS au capital de 405.959, 94 €
Siège social : 7, boulevard Malesherbes
75008 Paris
529 589 467 RCS Paris
12100597W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE
MARSEILLE BERNEX
SCI au capital de 373.500,09 euros
Siège social :
1 quai de Grenelle-75015 Paris
327 046 645 RCS Paris
Aux termes de l’assemblée générale extraordinaire du 22 décembre 2017, les associés ont décidé de transférer le siège
social au 11 rue Armény 13006 Marseille
et ce à compter du 1er janvier 2018.
La société sera désormais immatriculée
au registre du commerce et des sociétés
de Marseille.
Pour avis.
12100602W – LE PUBLICATEUR LEGAL
LVMH MOET HENNESSY LOUIS
VUITTON
Société européenne
au capital de 151.508.201,70 €
Siège social : 22, avenue Montaigne 75008 PARIS
775 670 417 RCS PARIS
Le Conseil d’administration, dans sa
séance du 12 avril 2018, a décidé de réduire le capital social d’un montant de
585.888 € par voie d’annulation de
1.952.960 actions de 0,30 € achetées
dans le cadre du programme de rachat
d’actions. En conséquence, le capital social s’élève , au 12 avril 2018 , à
151.508.201,70 €.
Ce qui entraîne la modification des mentions suivantes :
Ancienne mention : 152.094.089,70 €.
Nouvelle mention : 151.508.201,70 €.
Pour avis,
Le conseil d’administration
12100686W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Selon décisions en date du 26/04/2018
des associés de SOCIETE DE GESTION
DE PARTICIPATIONS SOGEP, Société
par actions simplifiée à capital variable au
capital minimum de 150.000 €, Siège social : 71 rue de Seine - 75006 PARIS, 326
422 441 R.C.S. Paris, il a été décidé de
fixer le capital minimum à 40.000 €. Les
statuts ont été modifiés en conséquence.
Pour avis.
12100700W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par Décisions des Associés du
04/12/2017 de Alsace Connexia, SAS, capital 7.000.000 €, siège : 12 rue J-Philippe
Rameau 93634 La Plaine St Denis Cedex,
480 083 047 RCS BOBINY, ont décidé -de
prendre acte de la démission de Mr
Edouard PONT de son mandat de Président à compter du 30-11/2017 et de nommer en son remplacement Mr Lionel RECORBET, demeurant 126 rue du Point du
Jour 92100 BOULOGNE ; -de transférer le
siège au 16 rue du Gal Alain de Boissieu
75015 PARIS à compter du 1-01-2018 Les
statuts ont été modifiés en conséquence.
12100510W – LE PUBLICATEUR LEGAL
KARTHAGO
SARL au capital de 7.500 €
Siège social : 30 Boulevard de Belleville 75020 PARIS
821.467.776 RCS PARIS
Suivant un procès-verbal en date du 13
avril 2018, l’Associé unique décide à
compter du 16 avril 2018 :
- de modifier l’objet social qui se rédige
désormais comme suit :
L’exploitation d’un fonds de commerce de
type supermarché sis à PARIS (75019)
44-46 avenue de Flandres, à l’enseigne
CARREFOUR CITY ou toute autre enseigne appartenant au groupe CARREFOUR, à l’exclusion de toute autre.
- de transférer le siège social à PARIS
(75019) 44-46, avenue de Flandres
Les articles 2 et 4 des statuts sont modifiés en conséquence.
Mention sera faite au R.C.S. de PARIS.
12100511W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Le Président de la société HOLDING
RESCUE, SAS au capital de 8 894 321 €,
siège : 2 rue de Washington 75008 Paris,
797 396 892 RCS Paris, a par décisions
du 12/04/2018, constaté la réalisation définitive de l’augmentation du capital d’un
montant total de 16 602 945 € pour le porter à 25 497 266 €. Les statuts ont été modifiés en conséquence. Mention au RCS
de Paris.
12100515W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SAS DD GROUPE
SAS au capital de 27.250 €
Siège social :
37, rue de Rome 75008 PARIS
831 604 814 R.C.S PARIS
Aux termes du PV des délibérations du
président en date du 30/04/2018, il a été
décidé de transférer le siège social au 73,
cours Albert Thomas, 69003 LYON. Les
statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de PARIS.
Aux termes des délibérations de l’assemblée générale ordinaire en date du
10/04/2018 et du conseil de surveillance
en date du 10/04/2018, il a été :
Pris acte que suite à une erreur matérielle,
il a été inscrit, à tort sur le KBIS en qualité
de membre du conseil de surveillance, la
société Solvay Energy Services, SAS dont
le siège social se situe 25, rue de Clichy
75009 Paris, 428 766 976 RCS Paris,
alors qu’il y avait lieu de mentionner la société Solvay Energie France, SAS dont le
siège se situe 25, rue de Clichy 75009 Paris, 489 629 279 RCS Paris, conformément à l’assemblée générale annuelle du
10 avril 2018 ayant renouvelé son mandat,
Pris acte de la fin des fonctions de viceprésident de Mr. François Jaime, maintenu en qualité de membre du conseil de
surveillance,
Décidé de nommer en qualité de vice-président, la société Roquette Frères, SA
dont le siège social est situé sis Lestrem,
immatriculée au RCS d’Arras sous le
nº 357 200 054, déjà membre du conseil
de surveillance,
12100574W – LE PUBLICATEUR LEGAL
GARDINIER RETAIL
S.A.S. au capital de 1.072.808 €
8, rue Lamennais - 75008 PARIS
824 363 717 RCS PARIS
12100702W – LE PUBLICATEUR LEGAL
EULERIAN TECHNOLOGIES
Sigle : ET
SAS au capital de 236.000 €
Siège social : 52 bis, rue Ramponeau
75020 Paris
442 792 313 RCS Paris
Aux termes des décisions du conseil d’administration en date du 04/01/2018, il a été
décidé d’augmenter le capital de 9.326 €
pour le porter de 236.000 € à 245.326 €.
12100709W – LE PUBLICATEUR LEGAL
EXACOMPTA
Société par actions simplifiée
au capital de 2 160 000 €
Siège social : 138/140 Quai de Jemmapes - 75010 PARIS
702 047 564 RCS PARIS
-----------Le 21/03/2018, l’associée unique, en application de l’article L. 823-1, al. 2, du code
de commerce, n’a pas renouvelé le mandat de BATT AUDIT commissaire aux
comptes suppléant.
SARL au capital de 10.976,33 €
33, rue de Montreuil, 75011 Paris
582105540 RCS Paris
Aux termes de l’AGE en date du
16/03/2018, les associés ont pris acte de
la modification de la gérance de la société
à compter du 28/02/2018 :
- Monsieur Kieran Loughney (partant)
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Paris
société civile au capital de 1.000 €
17 Bd Malesherbes, 75008 Paris
814704326 RCS Paris
Aux termes de l’AGE en date du
07/05/2018, les associés ont décidé de
transférer le siège social à 7 RUE PAUL
BERT, 13100 Aix-en-Provence, à compter
du 15/05/2018.
Radiation du RCS de Paris et immatriculation au RCS de Aix-en-Provence
12100758W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100811W – LE PUBLICATEUR LEGAL
GROUPAMA GAN VIE
S.A. au capital de 1.371.100.605 euros
8/10, rue d’Astorg
75008 Paris
340 427 616 RCS PARIS
Suivant procès-verbal en date du
24/4/2018, le Conseil d’Administration a
décidé de nommer en qualité de nouvel
administrateur et de Président du Conseil
d’Administration, Mme Marie-Ange DUBOST, demeurant 4, Le Grand Hameau
50390 Biniville, en remplacement de M.
Amaury CORNUT-CHAUVINC.
Pour avis.
12100772W – LE PUBLICATEUR LEGAL
PROPOSE
SARL au capital de 30.000 €
7, rue Charlot, 75003 Paris
753032283 RCS Paris
Aux termes de l’AGE en date du
02/05/2018, les associés ont décidé de
modifier le capital social en le portant de
30.000 € à 40.000 €.
Les articles 7 et 8 des statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Paris
12100779W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SAS JOYEUSE
SAS au capital de 1.750 €
Siège social : 4 boulevard de la Bastille
75012 PARIS
822 203 246 RCS PARIS
Aux termes des décisions unanimes des
associés en date du 5 avril 2018, il a été
décidé d’étendre l’objet social aux activités suivantes : « La conception, le développement, la fabrication, l’édition et la
commercialisation auprès de particuliers
ou d’entreprises, d’objets numériques
et/ou connectés. La production et l’édition
de contenus pour des particuliers et des
entreprises ». L’article 2 des statuts a été
modifié en conséquence.
Aux termes des décisions unanimes des
associés en date du 5 avril 2018 et des
décisions du Président en date du 2 mai
2018, le capital social a été augmenté d’un
montant de 501.99 € en numéraire pour le
porter à 2.251,99 €. Les articles 6 et 7 des
statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de Paris
12100780W – LE PUBLICATEUR LEGAL
RD 14
SAS au capital de 100 €
Siège social : 54 Quai de la Rapée
75012 PARIS
828 852 954 RCS PARIS
Suivant PV des décisions de l’associé unique en date du 11 avril 2018, il a été décidé d’augmenter le capital social d’une
somme de 419.900 € pour le porter ainsi
à 420.000 €. L’associé unique a également décidé de modifier l’objet social qui
est désormais le suivant : « La conception,
l’édition, l’exploitation, la commercialisation et la maintenance de logiciels informatiques, ainsi que plus généralement de
tous développements à caractère informatique et multimédia sur tout support connu
ou inconnu destinés aux particuliers et aux
professionnels dans le domaine des transports et de la mobilité ». Les articles 2 et
7 des statuts ont été modifiés en conséquence. Mention au RCS de Paris
12100782W – LE PUBLICATEUR LEGAL
MELTI Consulting
SAS au capital de 5.000 €
38 rue de l’abbé carton, 75014 Paris
813386778 RCS Paris
Aux termes d’une décision en date du
04/05/2018, l’actionnaire unique a décidé
de transférer le siège social à 11 rue Boileau, 44000 Nantes.
Radiation du RCS de Paris et immatriculation au RCS de Nantes
12100790W – LE PUBLICATEUR LEGAL
ADTHLETIC MEDIA
S.A.S. au capital de 33.334 €
53, rue de Turbigo - 75003 PARIS
790 095 533 RCS PARIS
Suivant acte en date du 2/5/2018, il a été
pris acte de la démission de Monsieur
Matthieu SAINT GIRONS de ses fonctions
de directeur général à compter du
1/5/2018.
12100796W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Le procès verbal de l’associé unique du
7/3/2018, amendées par une décision en
date du 16/4/2018, lequel a décidé d’annuler l’apport à la société des 875.279 actions de la société COMPTOIR DU CAVIAR et de réduire le capital de la société
d’un montant de 962.808 € par voie d’annulation de 87.528 actions appartenant à
l’associé unique.
Le procès verbal du président en date du
27/4/2018 a constaté le caractère définitif
de la réduction de capital. Le capital social
est ainsi ramené à 110.000 €. L’article 7 a
été modifié en conséquence.
Pour avis.
12100726W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SCI DU 18 RUE D’AUSTERLITZ
SCI au capital de 3.048, 98 €
Siège social :
18 rue d’Austerlitz 75012 Paris
382 977 924 RCS Paris
Aux termes de l’assemblée générale extraordinaire en date du 01/08/2017, il a été
pris acte de la fin des fonctions de cogérant, de Mr. Gaston Lafont, à compter
du 17/01/2017.
CAPLOC
SAS au capital de 100.000 €
Siège social :
4, place Raoul Dautry 75015 PARIS
832 938 310 RCS PARIS
Aux termes des décisions du 04/05/2018,
l’associé unique a décidé de modifier la
dénomination sociale de la Société qui devient, à compter du même jour : YOUSE
HOME.
Modification au RCS de Paris.
Aux termes de la réunion du conseil d’administration du 12 avril 2018, les administrateurs ont désigné en qualité de nouveau
Président du Conseil d’Administration M.
Thierry Gregoire demeurant 115 rue de A.
Sakharov 62520 Le Touquet et ce en remplacement de M. Bruno Arcadipane.
Pour avis
PHAZER
SCI au capital de 1.500 €
17 Bd Malesherbes, 75008 Paris
399382175 RCS Paris
Aux termes de l’AGE en date du
07/05/2018, les associés ont décidé de
transférer le siège social à 7 RUE PAUL
BERT, 13100 Aix-en-Provence.
Radiation du RCS de Paris et immatriculation au RCS de Aix-en-Provence
12100815W – LE PUBLICATEUR LEGAL
AUPERA
S.A.R.L. au capital de 14.940 €
12, rue Médéric - 75017 PARIS
440 068 617 RCS PARIS
Aux termes du procès verbal du
15/2/2018, le gérant a décidé de transférer le siège social au 52, rue de Bassano,
75008 Paris à compter du 1/3/2018.
L’article 4 des statuts a été modifié.
Pour avis
12100821W – LE PUBLICATEUR LEGAL
TAPAGES&NOCTURNES
S.A.S. au capital de 2.300.000 €
142, rue de Tocqueville - 75017 PARIS
320 973 720 RCS PARIS
Aux termes du procès verbal du 19/4/2018
il a été décidé de nommer en qualité de
commissaire aux comptes :
- titulaire : Madame Natacha DUVAL demeurant 49, rue Pierre Demours, 75017
Paris, en remplacement de la FIDUCIAIRE BONNEFOY ET MOUGEL,
- suppléant : Madame Stéphanie
AGESNE demeurant 49, rue Pierre Demours, 75017 Paris, en remplacement de
Claude MITTELETTE
Pour avis
12100285 – LA VIE JUDICIAIRE
S.C.I. DU GROS PERRIER au capital
de 7.622,46 €, sise 3, rue Louis David,
75116 PARIS, 424 442 820 RCS PARIS.
Aux termes d’une délibération de l’AG en
date du 9/3/2018, les associés ont : nommé cogérants pour une durée indéterminée, M. Éric RADAT, 3, rue du Professeur Dubuisson, 44100 NANTES et
M. Hugues DE FINANCE, 8, rue du Docteur Battesti, 77760 Achères-La-Forêt, en
remplacement de M. Paul RADAT, décédé le 23/10/2017 et M. Alain DE FINANCE, décédé le 29/11/2015. - décidé
de transférer, à compter de ce jour, le
siège du 9, rue Louis David, 72116 PARIS
au 3, rue Louis David, 75116 PARIS.
Pour avis. La gérance.
12100390 – LA VIE JUDICIAIRE
MEDIEV, S.A.R.L. au capital de 100 €,
sise 92, rue Jouffroy d’Abbans, 75017 PARIS, 753 350 735 RCS PARIS. Aux termes des délibérations de l’AGE du
10/6/2017, il a été décidé de transférer le
siège du 92, rue Jouffroy d’Abbans, 75017
PARIS au 17, avenue des Belges, 76460
SAINT-VALERY-EN-CAUX à compter du
1er/01/2018, et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts. Pour avis.
La gérance.
12100398 – LA VIE JUDICIAIRE
CANAGI, S.A.S. au capital de 1.000 €,
sise 83, avenue Foch, 75116 PARIS, 835
084 377 RCS PARIS. Aux termes d’une
décision unanime du 16/4/2018, la collectivité des associés a décidé de remplacer
à compter du 16/4/2018 la dénomination
CANAGI par CANAGLIA et de modifier en
conséquence l’article 3 des statuts. Pour
avis. La présidente.
12100824W – LE PUBLICATEUR LEGAL
TABASCO
S.A.R.L. au capital de 3.420.152 €
68 bis, boulevard Pereire - 75017 PARIS
351 226 378 RCS PARIS
Le 27/4/2018, l’AGE a décidé de proroger
la durée de la société de 30 ans.
En conséquence, la durée de la Société
expirera le 5/7/2049, sauf les cas de dissolution anticipée ou prorogation prévus
aux présents statuts.
Les statuts sont modifiés en conséquence.
Pour avis
12100553 – LA VIE JUDICIAIRE
GLUCOZ, S.A. S. au ca pit al de
11.250 €, sise 31, rue du Caire, 75002 PARIS, 444 062 418 RCS PARIS. Aux termes d’une décision de l’associé unique en
date du 30/12/2017, la S.A.R.L. PARISIENNE D’EXPERTISE COMPTABLE
SPEC, 30, rue du Sergent Bauchat, 75012
Paris, 542 014 584 RCS Paris, a été nommée CAC pour une période de six exercices, soit jusqu’à la décision de l’associé
unique sur les comptes de l’exercice clos
le 31/12/2022. Pour avis. Le président.
12100599 – LA VIE JUDICIAIRE
12100831W – LE PUBLICATEUR LEGAL
AKUO FLOATING SOLUTIONS
S.A.S. au capital de 1.000 €
140, avenue des Champs Elysées 75008 PARIS
830 782 066 RCS PARIS
Suivant acte en date du 2/5/2018, il a été
décidé de modifier la dénomination sociale comme suit :
AKUO INDUSTRIES
Les statuts sont modifiés en conséquence.
Pour avis
T.B.E.S. Travaux Bâtiments Electricité Sécurité, S.A.S.U. au capital de
500.000 €, sise 189, rue d’Aubervilliers,
75018 PARIS, 394 366 215 RCS PARIS.
Suivant délibération de l’AGE du
25/4/2018, il a été décidé de transférer le
siège, à compter du 1er/5/2018, du
189, rue d’Aubervilliers, 75018 PARIS au
103, boulevard Mac Donald, 75019 PARIS. Président : PHI-TBES, E.U.R.L. au
capital de 1.500.000 €, 509 373 759 RCS
PARIS, sise 103, boulevard Mac Donald,
75019 PARIS, représentée par son gérant, Lionel ALIAS. Les statuts ont été modifiés en conséquence. Mention sera faite
au RCS de Paris.
12100832W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100609 – LA VIE JUDICIAIRE
France Campus Holding Sas
Société par actions simplifiée au capital de
13.238.587 €
Siège social : 6 avenue Franklin D. Roosevelt – 75008 Paris
R.C.S Paris 828 467 910
Aux termes de décisions collectives prises
par acte sous seing privé en date du 11
octobre 2017, les associés ont décidé
d’augmenter le capital social de 363.605 €
pour le porter à 13.238.587 €, par émission de 363.605 actions nouvelles d’un
montant nominal de 1 € chacune.
L’augmentation de capital a été définitivement réalisée le 15 janvier 2018.
Les articles 6 et 7 des statuts ont été modifiés en conséquence.
MML FRANCE, S.A.R.L. au capital de
1.000 €, sise 2, rue de la Lande du Bas,
ZAC de la Guénaudière, 35300 FOUGERES, 753 409 515 RCS RENNES. Par décision de l’AGE des associés en date du
26/4/2018, le siège a été transféré du
2, rue de la Lande du Bas, ZAC de la Guénaudière, 35300 FOUGERES au
111, avenue Victor Hugo 75784 PARIS
Cedex 16, à compter du même jour. L’article 4 des statuts a été modifié en conséquence. La société immatriculée au RCS
de Rennes fera l’objet d’une nouvelle immatriculation auprès du RCS de Paris. Gérance : M. Marc MARTIN-LALANDE,
109, avenue Victor Hugo, 75116 Paris.
Pour avis. La gérance.
12100837W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100662 – LA VIE JUDICIAIRE
France Campus Holding Sas
Société par actions simplifiée au capital de
13.718.587 €
Siège social : 6 avenue Franklin D. Roosevelt – 75008 Paris
R.C.S Paris 828 467 910
Aux termes de décisions collectives prises
par acte sous seing privé en date du 4 décembre 2017, les associés ont décidé
d’augmenter le capital social de
480.000 €, pour le porter à 13.718.587 €,
par émission de 480.000 actions nouvelles d’un montant nominal de 1 € chacune.
L’augmentation de capital a été définitivement réalisée le 15 janvier 2018.
Les articles 6 et 7 des statuts ont été modifiés en conséquence.
Aux termes de l’AG du 1er/4/2018 de la
société MEDICIS IMMOBILIER, S.A.R.L.
à associé unique au capital de 5.000 €,
sise 73, rue du Cherche Midi, 75006 Paris,
828 624 726 RCS PARIS. Il a été décidé
de transformer la S.A.R.L. à associé unique en S.A.S.U. à compter du jour de ladite assemblée. Cette transformation
n’entraîne pas la création d’un être moral
nouveau. Président : M. Arsia GOLESTANEH, 80, rue du Cherche Midi, 75006 Paris. Cessions d’actions et agrément : les
cessions d’actions de l’associé unique
sont libres. Admission aux AG et exercice du droit de vote : dans les conditions statutaires légales. Le dépôt légal
sera effectué au GTC de Paris. Pour avis.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
4 // ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES
12100666 – LA VIE JUDICIAIRE
12100808 – LA VIE JUDICIAIRE
MP CONSEIL, S.A.R.L. au capital de
1.000 €, 509 874 806 RCS PARIS, sise
15, rue du Louvre, 75001 PARIS. Aux termes du PV de l’AGE du 29/3/2018, l’objet
a été modifié comme suit : l’apport d’affaires dans les domaines de l’immobilier, de
la gestion de patrimoine et dans tout autre
domaine connexe, le conseil, l’assistance
et l’accompagnement dans les domaines
administratifs et juridiques ; les transactions Immobilières ; l’exploitation et la
mise en valeur de tous biens immobiliers ;
les conseils en matière de gestion et d’expertise immobilière ; la vente de tout immeuble devenu inutile pour la société ;
toutes opérations industrielles, commerciales et financières, mobilières et immobilières pouvant se rattacher directement
ou indirectement à l’objet et à tous objets
similaires ou connexes ; la participation de
la société, par tous moyens, à toutes entreprises ou sociétés créées ou à créer,
pouvant se rattacher à l’objet, notamment
par voie de création de sociétés nouvelles, d’apport, commandite, souscription ou
rachat de titres ou droits sociaux, fusion,
alliance ou association en participation ou
groupement d’intérêt économique ou de
location-gérance. L’article 2 des statuts a
été modifié en conséquence. Pour avis.
Par AGE en date du 10/4/2018, il a été
décidé à compter de ce jour de transférer
le siège de NEW FRINKING WATER
(N.D.W), S.A.R.L. au capital de 56.000 €,
497 579 342 RCS PONTOISE. Ancien
siège : 42, rue d’Herblay, 95150 TAVERNY. Nouveau siège : 84, rue des
Grands Champs, 75020 PARIS ; et de
nommer gérant M. Jean-Philippe OIRY,
né le 9/4/1951 à Avallon (89), 84, rue des
Grands Champs, 75020 Paris en remplacement de M. Jean-Claude DUBOIS démissionnaire. Les articles 4 et 17 des statuts sont modifiés en conséquence.
Mention sera faite au TC de Paris. Le
gérant. Pour avis
12100667 – LA VIE JUDICIAIRE
S.C.I. BELGRAND, S.C. au capital de
762,25 € (anciennement 12.962,25 €),
sise 22, rue Belgrand 75020 PARIS, 414
049 395 RCS PARIS. Aux termes d’un PV
de l’AGM en date du 9/2/2018, enregistré
à Paris Saint Hyacinthe, le 21/3/2018, dossier 2018.16439, référence 2018 A 06735.
La collectivité des associés a pris acte des
décisions prises par le Tribunal de Grande
Instance de Paris, dans son Jugement
rendu le 16/11/2017 ayant dit nulles les
décisions prises par l’AGE du 30/4/2015
qui ont conduit notamment à l’augmentation du capital d’un montant de 12.200 €
afin de porter ce dernier de 762,25 € à
12.962,25 €. Le capital ainsi ramené à
762,25 € a été augmenté d’une somme de
12.200 € puis limité à la somme de
9.760 € et porté à 10.522,25 €, au moyen
de la création de 640 parts nouvelles de
15,25 € chacune, assorties d’une prime
d’émission de 334,75 €, entièrement
souscrites et libérées en numéraire. Par le
même acte, il a été décidé de transférer le
siège au 14, avenue du Raincy, 93360
NEUILLY-PLAISANCE à compter du
9/2/2018. Conformément aux dispositions
du décret 2006-1566 du 11/12/2066, il est
rappelé : Objet : l’acquisition d’un local
commercial sis 22, rue Belgrand, 75020
Paris ; et plus généralement, toutes opérations mobilières, immobilières et financières se rattachant directement ou indirectement à cet objet. Durée : 99 ans à
compter du 13/10/1997. La société sera
radiée du RCS de Paris et immatriculée
au RCS de Bobigny.
12100682 – LA VIE JUDICIAIRE
PLI, S.C.I. au capital de 100 €, 482 544
590 RCS PARIS, sise 15, rue du Louvre,
75001 PARIS. Aux termes du PV de l’AGE
du 29/3/20018, l’objet a été modifié : l’acquisition, l’administration et la gestion par
location ou autrement de tous immeubles
et biens immobiliers ; l’obtention de toute
ouverture de crédit ou de prêt, avec ou
sans garantie hypothécaire, en vue de
réaliser l’objet et de permettre à la société
d’acquitter toute somme dont elle pourrait
être débiteur à quelque titre que ce soit ;
toutes opérations financières, mobilières
ou immobilières se rattachant directement
ou indirectement à cet objet et susceptibles d’en favoriser la réalisation, à condition toutefois d’en respecter le caractère
civil ; la participation de la société, par tous
moyens, à toutes entreprises ou sociétés
créées ou à créer, pouvant se rattacher à
l’objet ; la vente de tout immeuble devenu
inutile pour la société ; et plus généralement, toutes opérations, de quelque nature qu’elles soient, pouvant être utiles directement ou indirectement à la réalisation
de l’objet ou susceptibles d’en favoriser le
développement, pourvu qu’elles ne modifient pas le caractère civil de l’objet de la
société ; la société peut, notamment
constituer hypothèque ou toute autre sûreté réelle sur les biens sociaux. Pour avis.
12100717 – LA VIE JUDICIAIRE
SARL MINOV RENOV, S.A.R.L. au capital de 7.500 €, 111, avenue Victor Hugo,
75116 PARIS, 512 664 749 RCS PARIS.
En date du 1er/3/2018, l’associé unique a
décidé de transférer le siège au 32, rue
de Mora, 95880 ENGHIEN LES BAINS à
compter du même jour. L’art. 4 est modifié
en conséquence.
12100724 – LA VIE JUDICIAIRE
S.C.I. DE LA MAISONEUVE au capital
de 1509,25 €, sise 14, rue Notre-Dame de
Lorette, 75009 PARIS, 423 382 837 RCS
PARIS. Aux termes du PV de l’AGE du
30/3/2018, Mme Flore Cécile Yvonne
SULLIVAN, née le 24/6/1977 à Paris,
187, rue Saint-Denis, 75002 Paris ; et
M. Didier LEBRUN, né le 1er/3/1964 à
Pau, 187, rue Saint-Denis, 75002 Paris,
ont été nommés cogérants de la société
en remplacement de M Joseph Pierre Albert SULLIVAN, né le 22/2/1949 à Montréal (Canada), 14, rue Notre-Dame-deLorette, 75009 Paris ; et Mme Marguerite
Marie Michelle Suzanne SULLIVAN, née
le 13/12/1942 à Montréal (Canada) le,
4, rue Notre-Dame-de-Lorette, 75009 Paris ; et ce à compter du 30/3/2018. Pour
avis.
DISSOLUTIONS
12100684 – LE PUBLICATEUR LEGAL
THEMA-INFO CONSEIL, S.A.S. au capital de 6.000 €, sise 9, rue Parot, CS
72809, 75012 PARIS, 828 466 615 RCS
PARIS. Suivant l’AGE en date du
31/12/2017, le président a décidé la dissolution anticipée de la société à compter
du 31/12/2017 et sa mise en liquidation.
Mohammed GOUDJIL, 7, rue de Rethondes, B3, 95100 ARGENTEUIL est nommé
liquidateur. Le siège de liquidation est fixé
au 9, rue Parot, CS 72809, 75012 Paris.
Mention au RCS de Paris.
12100526W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Dénomination sociale : TAPAS 2
Journal de publication de l’annonce :
La Vie Judiciaire
Département : 75
Date de publication : 06/02/18
Annule et remplace la précédente publication et son rectificatif du
05/04/2018 :
Aux termes des décisions de l’associée
unique de la société TAPAS du
02/11/2017, il a été décidé la dissolution
anticipée de la société à compter du
02/11/2017 sans qu’il y ait lieu à liquidation.
Conformément aux dispositions de l’article 1844-5, alinéa 3 du code civil, les
créanciers de la société TAPAS 2 peuvent
former opposition à la dissolution dans un
délai de trente jours à compter de la présente publication devant le Tribunal de
commerce de Paris.
12100527W – LE PUBLICATEUR LEGAL
CARGILL MARCHES FINANCIERS
SAS au capital de 17.250.000 €
Siège social : 35, avenue Victor Hugo
75116 PARIS
411 227 424 RCS PARIS
Suite aux décisions de l’associé unique en
date du 03/05/2018, l’Associé unique la
société CARGILL INVESTMENTS, dont le
siège social est situé à Knowle Hill Park,
Fairmile Lane, Cobham, KT 11 2PD, Surrey, Royaume-Uni, immatriculée à LONDRES représentée par son gérant M.
Asim CHOHAN, a décidé la dissolution
sans liquidation de la société, dans les
conditions de l’article 1844-5, alinéa 3 du
Code civil. Les créanciers pourront former
oppositions devant le tribunal de
commerce de PARIS, dans les trente jours
de la présente publication.
Mention au RCS de PARIS.
Mercredi 9 mai 2018 Les Echos Sociétés
- de donner quitus au liquidateur de sa
gestion.
Les comptes de liquidation sont déposés
au greffe du tribunal de commerce de Paris.
Pour avis.
RCS de PARIS
12100829W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SANGLE-FERRIERE IMMOBILIER
Société à responsabilité limitée
au capital de 2.500 €
Siège social :
4, avenue Théodore Rousseau
75016 PARIS
507 645 547 R.C.S. PARIS
Aux termes d’une délibération en date du
24 avril 2018, la collectivité des associés
a décidé la dissolution anticipée de la société, et sa mise en liquidation amiable
sous le régime conventionnel en conformité des dispositions statutaires et des articles L 237 –1 à L 237-13 du Code de
commerce.
Elle a nommé comme liquidateur, Madame Isabelle SANGLE-FERRIERE demeurant à Paris (75016) 4, avenue Théodore Rousseau, et lui a conféré les
pouvoirs les plus étendus pour terminer
les opérations sociales en cours, réaliser
l’actif, acquitter le passif.
Le siège de la liquidation est fixé à PARIS
(75016) 4, avenue Théodore Rousseau.
C’est à cette adresse que la correspondance devra être envoyée et que les actes
et documents concernant la liquidation devront être notifiés.
Le dépôt des actes et pièces relatifs à la
liquidation sera effectué au greffe du tribunal de commerce de PARIS
LE LIQUIDATEUR
12100472 – LA VIE JUDICIAIRE
FASTE, S.A.R.L. en liquidation au capital de 5.000 €, sise 19, rue Houdart,
75020 PARIS, 751 045 618 RCS PARIS.
L’associé unique a décidé aux termes
d’une délibération du 31/3/2018, la dissolution anticipée de la société à compter du
31/3/2018 suivie de sa mise en liquidation
amiable en application des dispositions
statutaires. A été nommé comme liquidateur : M. Pierre-Pascal HOUDEBINE,
28, rue Orfila, 75020 Paris, à qui ont été
conférés les pouvoirs les plus étendus
pour terminer les opérations sociales en
cours, réaliser l’actif et apurer le passif. Le
siège de la liquidation est fixé au siège,
lequel où les actes et documents concernant la liquidation devront être notifiés. Le
dépôt de la liquidation sera effectué au
RCS de Paris. Pour avis, le liquidateur.
12100641 – LA VIE JUDICIAIRE
J.P.C.L.O, S.A.R.L. en liquidation au
capital de 1.800 €, sise 8, villa Spontini,
75016 PARIS. Siège de liquidation :
26, rue Erlanger, 75016 PARIS, 499 846
293 RCS PARIS. Aux termes d’une décision du 3/7/2017, l’associé unique, après
avoir entendu le rapport du liquidateur, a
approuvé les comptes de liquidation, a
donné quitus au liquidateur, l’a déchargé
de son mandat et a prononcé la clôture de
la liquidation. Les comptes de liquidation
seront déposés au GTC de Paris, en annexe au RCS. Pour avis. Le liquidateur.
DIVERS
12100608W – LE PUBLICATEUR LEGAL
EURL CALDES CONSEILS
SARL à associé unique
au capital de 1.000 €
Société en liquidation
Siège de liquidation :
9, Rue Robert Lindet - 75015 PARIS
519.798.730 RCS PARIS
Aux termes du PV des décisions de l’associée unique du 30 mars 2018, il a été
décidé :
- d’approuver les comptes de liquidation,
- de prononcer la clôture de liquidation de
la société,
12099227W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100312 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte SSP en date à Paris des
23/2/2018 et 23/3/2018, enregistré au Service Départemental de l’Enregistrement
Paris St-Lazare le 10/4/2018, dossier
2018 19307, référence 2018 A 05552,
LE RENDEZ-VOUS DU VOYAGE,
S.A.R.L. à capital variable au capital minimum de 800 euros, ayant son siège social
sis 80, rue Riquet 75018 Paris, immatriculée sous le nº 479 859 647 RCS PARIS,
représentée par Maître Lucile JOUVE, liquidateur judiciaire de la SELAFA MJA,
mandataires judiciaires associés, domiciliée 102, rue du Faubourg Saint Denis
75499 Paris Cedex 10,
A cédé à :
MES COPINES, S.A.R.L. au capital de
5.000 euros, ayant son siège social sis 80,
rue Riquet 75018 Paris, immatriculée sous
le nº 838 006 278 RCS PARIS,
LE FONDS DE COMMERCE de "café,
restaurant", sis et exploité 80, rue Riquet
75018 Paris, moyennant le prix de
180.000 euros.
L’entrée en jouissance a été fixée au
23/3/2018.
Il n’y a pas lieu à réception d’oppositions,
les créanciers ne sauraient être désintéressés que dans le cadre de la procédure
de liquidation judiciaire de la société LE
RENDEZ-VOUS DU VOYAGE.
Pour avis.
12100737W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 30 avril
2018 :
La société HSG, SARL au capital de
2.608.356 euros, siège social : 50, rue du
Four – 75006 Paris, 803 826 049 RCS PARIS, représentée par M. Laurent MAROLLEAU
Et
La société SIEM, SAS au capital de
1.206.710 euros, siège social : 50, rue du
Four – 75006 Paris, 485 241 905 RCS PARIS, représentée par son Président, M.
Laurent MAROLLEAU
ont décidé d’un commun accord de mettre
fin, à compter du 30 avril 2018 à la location-gérance du fonds de commerce d’hôtel sis 50, rue du Four - 75006 Paris, qui
avait été consentie aux termes d’un
contrat en date 30 décembre 2005 modifié
par avenants en date des 1er juin 2009 et
4 janvier 2012
Pour avis
VENTE DE FONDS GERANCE
OPPOSITIONS
Le contrat de location-gérance du fonds
de commerce de restaurant à enseigne
« McDonald’s » sis 7, Place Gambetta
75020 Paris, conclu entre la société
McDonald’s France (ayant son siège social sis 1, rue Gustave Eiffel 78280 Guyancourt, immatriculée sous le nº 722 003 936
RCS VERSAILLES), et Monsieur Christian-Michel FENET, lequel a été transféré
le même jour par avenant à la société
CMFG (ayant son siège social situé 7,
Place Gambetta 75020 Paris, immatriculée sous le nº 415 120 195 RCS PARIS)
a pris fin le 27/4/2018.
Un nouveau contrat a été consenti à effet
du 28/4/2018, entre la société McDonald’s
France, et Monsieur Christian-Michel FENET, lequel a été transféré le même jour
par avenant à la société CMFG, pour une
durée courant du 28/4/2018 au 27/4/2038.
Pour avis.
78 • YVELINES
SOCIETES
CONSTITUTIONS
12100631W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à VELIZY-VILLACOUBLAY du 30/04/2018 a
été constituée une EURL nommée :
200255 – LE PUBLICATEUR LEGAL
HB CONSEIL
Rectificatif à l’insertion parue dans "Le
Publicateur Légal" du mardi 27/3/2018
concernant la cession du fonds de
commerce de "prestations techniques et
mise à disposition d’une technologie de
type "vidéo native" à destination d’éditeurs
et annonceurs", intervenue entre les sociétés PULPIX SAS (cédant) et ADYOULIKE (cessionnaire). Il y a lieu de lire :
Adresse du fonds cédé : 228, boulevard
Voltaire, 75011 Paris (et non pas
37/39, rue Boissière, 75009 Paris). Pour
avis
Objet : Services en gestion administrative, services en gestion financière
Capital : 100 € Siège social : 14 RUE DU
GENERAL EXELMANS, 78140 Vélizy-Villacoublay Durée : 99 ans Gérance : Mme
Magali HEBERT, 14 RUE DU GENERAL
EXELMANS, 78140 Vélizy-Villacoublay.
La société sera immatriculée au Registre
du commerce et des sociétés de Versailles
12100704W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100500W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à paris
du 30/04/2018, enregistré le 02/05/2018
au SIE - paris - bordereau 201823945 /
case 0 :
chez laziz SARL au capital de 7.500 €,
sise 77 rue d’avron, 75020 Paris, immatriculée sous le numéro 501218283
a cédé à
burger land SARL au capital de 5.000 €,
sise abc+, 73-75 rue de la plaine, 75020
Paris, immatriculée sous le numéro
834206849
Moyennant le prix de 60.000 euros son
fonds de commerce de restauration rapide
exploité 77, rue d’avron, 75020 Paris
Entrée en jouissance par la prise de possession réelle fixée au 15/05/2018.
Les oppositions, s’il y a lieu, seront reçues
dans les dix jours de la dernière en date
des publications légales, au fonds vendu.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
France
METRO CARACAS
S.A. au capital de 456.000 €
Siège social :
17, rue du Petit Albi
95807 CERGY PONTOISE
313 536 880 RCS PONTOISE
Aux termes d’un procès-verbal du
1er/6/2017, le Conseil de surveillance a décidé de transférer le siège social au
38/44, rue Jean Mermoz, 78600 MAISONS-LAFITTE.
L’article 5 des statuts a été modifié en
conséquence.
Président du directoire : Luc RODRIGUEZ demeurant 6, rue du Palais, 34000
Montpellier.
La société sera désormais immatriculée
au RCS de Versailles.
12100749W – LE PUBLICATEUR LEGAL
FDS CAPITAL INVEST
SAS au capital de 100 €
3 Rue Antoine Coypel, 78000 Versailles
794612184 RCS Versailles
Aux termes de l’AGE en date du
04/05/2018, les associés ont décidé de
transférer le siège social à 25 rue du maréchal foch, 78000 Versailles, à compter
du 01/06/2018.
Ajout activité supplémentaire : prestations
de service informatique
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Versailles
158320A – LES ECHOS
NMA CAPITAL
SAS au capital de 2.000 €. Siège social :
88 Avenue du Général Leclerc, 92100
BOULOGNE BILLANCOURT. RCS
828 480 947 NANTERRE.
L’AGE du 15/12/2017 a décidé de transférer le siège social au 124 Rue du Maréchal Joffre, 78380 BOUGIVAL. Président :
M MARSAUD Nicolas, 124 Rue du Maréchal Joffre 78380 BOUGIVAL. Radiation
du RCS de NANTERRE et immatriculation
au RCS de VERSAILLES.
DISSOLUTIONS
12100678W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100551-2W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Rectificatif à l’annonce parue dans Le Publicateur Légal du 19/4/2018 concernant
la société LE DETAIL COURTAGE (immatriculation 75) il y a lieu de lire : suivant
acte en date du 23/4/2018.
12100596W – LE PUBLICATEUR LEGAL
b RADIO
SARL au capital de 5.000 €
Siège social :
39 avenue Parmentier 75011 Paris
489 117 648 RCS PARIS
Suivant délibération du 30/04/2018, l’associé unique a décidé la dissolution anticipée de la société à compter de ce jour
et sa mise en liquidation.
A été nommé comme liquidateur M. Albino
PEDROIA,
Le siège de liquidation est fixé au siège
social.
Par décisions en date du 30/04/2018, l’associé unique a approuvé les comptes de
liquidation, donné quitus de sa gestion au
liquidateur et prononcé la clôture de la liquidation à compter du 30/04/2018.
La société sera radiée du registre du
commerce et des sociétés de PARIS.
Pour avis,
LE LIQUIDATEUR
MODIFICATIONS
12100764W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100530W – LE PUBLICATEUR LEGAL
CARGILL VALOGISTIQUE
SARL au capital de 7 622,45 €
Siège social : 35, avenue Victor Hugo
75116 PARIS
421 542 366 RCS PARIS
Suite aux décisions de l’associé unique en
date du 03/05/2018, l’Associé unique la
société CARGILL INVESTMENTS, dont le
siège social est situé à Knowle Hill Park,
Fairmile Lane, Cobham, KT 11 2PD, Surrey, Royaume-Uni, immatriculée à LONDRES représentée par son gérant M.
Asim CHOHAN, a décidé la dissolution
sans liquidation de la société, dans les
conditions de l’article 1844-5, alinéa 3 du
Code civil. Les créanciers pourront former
oppositions devant le Tribunal de
Commerce de PARIS, dans les trente
jours de la présente publication.
Mention au RCS de PARIS.
UNIQUE GÉRANCE
Aux termes d’un acte SSP en date à Paris
du 26/04/2017 a été constituée une SAS
nommée :
Jour 1
Objet : Activité d’agence immobilière spécialisée dans les opérations en viager et
de manière générale consistant à intervenir et à prêter son concours dans toutes
opérations portant sur l’achat, la vente, la
recherche, l’échange, la location d’immeubles bâtis ou non bâtis.
Capital : 3.000 € Siège social : 17 avenue Lyautey, 78170 Celle-Saint-Cloud
Durée : 99 ans Admission aux assemblées - Vote : Tout actionnaire peut participer aux assemblées. Chaque action
donne droit à une voix. Président : M. Eric
Le Roux, 17 avenue Lyautey, 78170 CelleSaint-Cloud
La société sera immatriculée au Registre
du commerce et des sociétés de Versailles
Société Civile Immobilière les
Genêts
Sigle : SCI les Genêts
SCI, société en liquidation au capital de
135.000 €
6 chemin de la Source, 78117 Chateaufort
425053006 RCS Versailles
Aux termes d’une décision en date du
31/12/2010, les associés ont approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur, prononcé la clôture de liquidation de la société.
La société sera radiée du RCS de Versailles
Le liquidateur.
Visites sur place : le 8 juin 2018 de
10 heures à 12 heures ; le 15 juin 2018
de 10 heures à 12 heures
91 • ESSONNE
SOCIETES
CONSTITUTIONS
158255A – LES ECHOS
Par acte SSP du 18/04/2018 il a été constitué une SARL dénommée :
AUTO PIECES SERVICES
Siège social : 7 Quai Maurice Riquiez
91100 CORBEIL ESSONNES. Capital :
1.000 €. Objet : Vente, réparation véhicules. Gérant : Mme ZEYREK Siti, 4 Rue
Guy Moquet 94380 BONNEUIL SUR
MARNE. Durée : 99 ans. Immatriculation
au RCS de EVRY.
MODIFICATIONS
12100604W – LE PUBLICATEUR LEGAL
PRIMI TRANSPORT
SARL au capital de 4.000 €
1 Place Hélène Boucher, 91330 Yerres
812647378 RCS Évry
Aux termes de l’AGE en date du
16/03/2018, les associés ont pris acte de
la modification de la gérance de la société
à compter du 16/03/2018 :
- M. Audimont Reva MAURY, demeurant
1, Place Hélène Boucher, 91330 Yerres
en remplacement de TIANA Ange
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Évry
VENTE DE FONDS GERANCE
OPPOSITIONS
158254A – LES ECHOS
Par acte SSP du 18/04/2018 enregistré au
SIE de CORBEIL-ESSONNES le
19/04/2018, bord. nº 2018/238, case nº 2
SARL AUTO PIECES SERVICES, capital
7.622,45 euros, siège social : 7 Q Maurice Riquiez - 91100 CORBEIL ESSONNES, RCS EVRY 389 452 459
A vendu à SARL AUTO PIECES SERVICES 91, capital 1.000 euros, siège social
7 Q Maurice Riquiez 91100 CORBEIL ESSONNES, société en cours de formation
Un fonds de commerce de Garage sis au
7 Q Maurice Riquiez 91100 CORBEIL ESSONNES, comprenant Matériel, clientèle,
bail au prix de 60.000 €. L’entrée en jouissance a été fixée au 18/04/2018. Les oppositions seront reçues dans les 10 jours
de la dernière en date des publications légales pour la validité au 7 Q Maurice Riquiez 91100 CORBEIL-ESSONNES et la
correspondance au Negotium Avocats, 54
Rue de Rome 75008 PARIS.
VENTE DE FONDS GERANCE
92 • HAUTS-DE-SEINE
UNIQUE GÉRANCE
SOCIETES
12100833W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à Vincennes du 16/04/2018
M. Xavier COLOMIES, demeurant 4 rue
Gaston Godet, 78790 Arnouville-lès-Mantes, numéro RCS 425143757
a donné en location-gérance à :
M. Amirouche MEKSEM, demeurant 4
Avenue du 18 avril, 93130 Noisy-le-Sec
Le fonds de commerce taxi parisien sis et
exploité 4 rue Gaston Godet, 78790 Arnouville-lès-Mantes
Pour une durée de 1 année(s), à compter
du 17/04/2018 pour prendre fin le
16/04/2019.
Il se renouvellera ensuite par tacite reconduction pour une durée indéterminée.
AVIS DIVERS
VENTES AUX
ENCHÈRES
12100508 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Vente aux enchères publiques
A la barre du TRIBUNAL DE GRANDE
INSTANCE DE VERSAILLES (Yvelines),
5, place André Mignot :
mercredi 20 juin 2018 à 9 h 30
Commune de
VOISINS-LE-BRETONNEUX (Yvelines)
21 C, rue Jacques Cartier
Des locaux à usage de
bureaux : occupés
MISE A PRIX : 40.000 euros
Lieux où peuvent être consultées les
conditions de mise en vente de l’immeuble :
- SCP COURTAIGNE AVOCATS, avocat,
4, place Hoche, 78000 Versailles. Tel. :
01.39.50.02.28
- Au greffe du Juge de l’exécution du Tribunal de Grande Instance de Versailles,
5, place André Mignot.
CONSTITUTIONS
12100463 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte du 29/4/2018, il a été
constitué une S.A.R.L. Dénomination :
LA GOURMANDISE DU CHATEAU. Capital : 1.000 €. Siège : 24, rue Emilien Colin,,92150 SURESNES. Objet : vente ambulante de restauration rapide, crêperie,
confiserie. Durée : 99 ans. Gérance :
M. Tamoud Hamid 24, rue Emillien Colin,
92150 Suresnes. Immatriculation : au
RCS de Nanterre.
12100387W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à Issy
les Moulineaux du 28/04/2018 a été
constituée une EURL nommée :
ADOE CONSULTING
Objet : Conseil en développement informatiques et bancaires
Capital : 1.000 € Siège social : 29, rue
Jules Guesde, 92130 Issy-les-Moulineaux
Durée : 99 ans Gérance : M. Thomas
VAN STEYVOORT, 29, rue Jules Guesde,
92130 Issy-les-Moulineaux.
La société sera immatriculée au Registre
du commerce et des sociétés de Nanterre
12100517W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 30/04/2018, il a été
constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale : DF 17 quai Doumer
Forme juridique : SASU
Siège social : 17, rue Soyer 92200
Neuilly-sur-Seine
Capital social : 1.000 €
Objet : Acquisition et détention, sous
quelque forme que ce soit et par tous
moyens, apport en numéraire ou en nature, fusion, souscription ou autrement, directement ou indirectement, de participations parts ou actions, droits, intérêts,
obligations et engagements dans toutes
sociétés, tous groupements ou toutes entités juridiques, quelle que soit leur forme,
en France comme à l’étranger.
Durée : 99 ans
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES // 5
Mercredi 9 mai 2018 Les Echos Sociétés
Président : APOLLINE IMMOBILIER,
SAS dont le siège social est situé sis 17,
rue Soyer 92200 Neuilly-sur-Seine, immatriculée au RCS de Nanterre sous le
nº 814 947 800
Commissaires aux comptes :
Titulaire : GVA AUDIT, SAS dont le siège
social est situé sis 105, avenue Raymond
Poincaré 75116 Paris, immatriculée au
RCS de Paris sous le nº 347 496 788
Suppléant : Mme. Muriel Nouchy demeurant 105, avenue Raymond Poincaré
75116 Paris
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre.
12100637W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 03/05/2018, il a été
constitué une société présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale : DUCROS
Forme juridique : SASU
Siège social : 1, allée du Grand Tulipier
- La Prairie - 92410 Ville d’Avray
Capital social : 1.000 €
Objet : Administrateur des biens immobilier.
Durée : 99 ans
Président : Mr. Jean-Philippe Ducros demeurant 1, allée du Grand Tulipier - La
Prairie - 92410 Ville d’Avray
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre.
12100665W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant un acte ssp en date du
19.04.2018, il a été constitué une SASU
présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : 2L – CDI. Siège social :
18 rue Frédéric Clavel, 92150 SURESNES. Capital : 1000 €. Objet : conseil et
assistance commerciale auprès des promoteurs et des maîtres d’ouvrage pour la
réalisation de toutes opérations immobilières sur le territoire français. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au RCS.
Président : M. Luc LEROY, demeurant 18
rue Frédéric Clavel, 92150 SURESNES.
Immatriculation au RCS NANTERRE.
12100814W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Avis est donné de la constitution, le
30/04/2018, d’une société présentant les
caractéristiques suivantes : - DENOMINATION : TANDEM - FORME : société par
actions simplifiée - CAPITAL : 1.000 €
souscrit en numéraire - SIEGE : 88, rue
Jean Longuet - 92290 CHATENAY-MALABRY - OBJET : la détention directe ou
indirecte de titres de sociétés notamment
dans les secteurs de l’agroalimentaire et
de la communication et la réalisation de
prestations de services au profit de ces sociétés et des entreprises en général, ainsi
que toutes activités commerciales liées à
ces marchés - DUREE : 99 années - ASSEMBLEES : accès libre aux assemblées, une voix étant attachée à chaque
action. - TRANSMISSIONS D’ACTIONS :
sauf entre associés, soumises à autorisation de l’assemblée générale - Droit de
préemption ouvert au profit des associés
pour toute cession y compris entre associés - PRESIDENT : M. Pierre SCAGLIA,
demeurant 88, rue Jean Longuet - 92290
Chatenay-Malabry - IMMATRICULATION : RCS NANTERRE.
12100816W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte sous seing privé du 2 mai 2018
il a été constitué la SAS suivante
Dénomination : ACCESS 2.0
Capital social : 7.500 €.
Siège social : 5/7, rue Marcelin Berthelot
92160 ANTONY
Objet : le commerce de gros de composants et d’équipements électroniques et
de télécommunication ainsi que le
commerce et d’import-export de produits
divers non spécialisés
Président : - Monsieur Maxime GUERIN,
domicilié : 34, rue René Coche - 92170
Vanves.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Nanterre
12100817W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Avis est donné de la constitution, le
03/05/2018, d’une société présentant les
caractéristiques suivantes : - DENOMINATION : MYCELIUM - FORME : société par
actions simplifiée - CAPITAL : 10.000 €
souscrit en numéraire - SIEGE : 38, avenue Otis Mygatt - 92500 RUEIL-MALMAISON. OBJET : la détention directe ou indirecte de titres de sociétés notamment
dans le secteur de l’agro-alimentaire et la
réalisation de prestations de services au
profit de ces sociétés et des entreprises
en général, ainsi que toutes activités
commerciales liées à leur marché - DUREE : 99 années - ASSEMBLEES : accès
libre aux assemblées, une voix étant attachée à chaque action. - TRANSMISSIONS D’ACTIONS : sauf entre associés,
soumises à autorisation de l’assemblée
générale - Droit de préemption ouvert au
profit des associés pour toute cession y
compris entre associés - PRESIDENT :
TOPAZE CONSEIL, SARL au capital de
7.500 €, siège social : 42, rue du Plateau
– 92500 Rueil-Malmaison, 500 120 712
RCS NANTERRE – CO-DIRECTEURS
GENERAUX : M. Sylvain DUSSIANT, demeurant 4, impasse du quartier Saint Martin - 91580 Étréchy et M. Pierre SCAGLIA,
demeurant 88, rue Jean Longuet - 92290
Chatenay-Malabry – COMMISSAIRE
AUX COMPTES TITULAIRE : la société
POULIN RETOUT ET ASSOCIES, domiciliée 160, rue de Montmartre - 75002 Paris- IMMATRICULATION : RCS NANTERRE.
MODIFICATIONS
12099469W – LE PUBLICATEUR LEGAL
DHM
SAS au capital de 1.000 €
Siège social : 85, rue Gabriel Péri
92120 MONTROUGE
834 440 893 RCS NANTERRE
Aux termes des décisions du 12/04/2018,
l’associé unique a décidé d’augmenter le
capital d’une somme de 311.920 € pour le
porter à la somme de 312.920 € par la
création de 31.192 actions nouvelles de
10 € chacune, entièrement libérées.
Modification au RCS de Nanterre.
12100355W – LE PUBLICATEUR LEGAL
MH FRUIT
SARL au capital de 2.000 €
17 RUE DU MARCHE, 92000 Nanterre
804876746 RCS Nanterre
Aux termes de l’AGE en date du
02/01/2018, les associés ont décidé de
transférer le siège social à 95 RUE YOURI
GAGARINE, 92700 Colombes, à compter
du 02/01/2018.
CHANGEMENT DE GERANT
PARTTANT : HEMDANE MOHAMED
ARRIVANT : HEMDANE AHMED
NE LE 10/02/1970 A BEZONS
DEMEURANT : 148 BIS RUE HENRI DUNANT 92 700 COLOMBES
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Nanterre
12100380W – LE PUBLICATEUR LEGAL
sir
Sigle : SIR
SARL au capital de 30.000 €
60 boulevard clemenceau
59700 Marcq-en-Barœul
487827958 RCS LILLE METROPOLE
Aux termes de l’AGE en date du
30/04/2018, le gérant a décidé de transférer le siège social à 15 rue de La Rochefoucault, 92100 Boulogne-Billancourt, à
compter du 02/05/2018.
Gérant : M. jean luc DEZELLUS, 20 rue
de Boulainvilliers, 75016 Paris
Radiation du RCS de Lille-Métropole et
immatriculation au RCS de Nanterre
12100484W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SAS MINIMARCHE ASNIERES
Société par actions simplifiée
au capital de 883.450 euros
Siège social : 75-77, boulevard Voltaire –
92600 Asnières-sur-Seine
525 201 000 RCS Nanterre
Par décisions en date du 28/02/2018, l’associé unique a nommé, pour une durée
indéterminée, avec effet immédiat, Mr Antoine Ferreira Martins demeurant 2, rue
Troyon – 92310 Sèvres en qualité de président, en remplacement de la sté ADDY
Participations, démissionnaire.
12100502W – LE PUBLICATEUR LEGAL
ASTAVAL 87
SAS au capital de 1.524.490,17 €
Siège social : 66 Quai du Maréchal Joffre
92400 Courbevoie
341 298 578 RCS Nanterre
Par délibérations en date du 02/05/2018,
l’associé unique a pris acte de la démission de M. Dominique JUTIER de ses
foncttions de commissaire aux comptes
suppléant.
12100516W – LE PUBLICATEUR LEGAL
NORAMCO SAS
Société par actions simplifiée
au capital de 2.320.000 €
Siège social :
Tour Manhattan – 6 place de l’Iris
92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX
378 428 460 RCS NANTERRE
Aux termes des décisions de l’associé unique du 5 avril 2018, il a été décidé de nommer Monsieur Philippe LATOURNARIE
demeurant à Paris (75017) 37, rue Chazelles, en qualité de président de la société, en remplacement de Monsieur Benjamin TACHOIRES
Mention en sera faite au RCS de Nanterre.
Pour avis.
12100695W – LE PUBLICATEUR LEGAL
158317A – LES ECHOS
IGLOO
SCI au capital de 10.000 €
Siège social :
11, rue des Bois 92310 Sèvres
803 587 732 RCS Nanterre
NMA CAPITAL
Aux termes de l’assemblée générale extraordinaire en date du 31/03/2018, il a été
décidé de transférer le siège social au 49,
rue d’Angiviller 78000 Versailles,
La société sera ré-immatriculée au RCS
de Versaille
Aux termes de l’Assemblée Générale
Mixte en date du 20 avril 2018, il a été
décidé d’augmenter le capital social d’une
somme de 108.134 €, pour le porter à
500.000 € par incorporation de réserves.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au RCS de Nanterre.
SOCIETE FRANCAISE D’ELECTRONIQUE APPLIQUEE SFEA ; SAS ; capital
de 37 000 € ; Siège social : Immeuble
KEPLER Parc Technologique, 92350 LE
PLESSIS ROBINSON ; 384 243 911 RCS
NANTERRE
Aux termes des décisions du Président du
16/04/2018, il a été décidé de transférer
le siège social au 23 avenue Louis Bréguet, Immeuble « Santos Dumont » Bât.
B, 78140 VELIZY VILLACOUBLAY à
compter du 1er/05/2018. L’article 4 des
statuts a été modifié. Dirigeant : M. Xavier
HEITZ, demeurant 3 Passage de l’avenir,
78220 VIROFLAY. La société sera désormais immatriculée au RCS VERSAILLES
12100681W – LE PUBLICATEUR LEGAL
PG PROMOTION
S.A.S. au capital de 80.000 euros
21-23, rue Camille Desmoulins
92130 Issy-les-Moulineaux
302 382 858 R.C.S. NANTERRE
Aux termes des décisions du président du
19 avril 2018 : le siège social est transféré
au 1, rue Augustine Variot - 92240 Malakoff. Les statuts ont été modifiés en
conséquence.
12100492W – LE PUBLICATEUR LEGAL
ETUDE DUVERNET-SARL au capital de
7.622,45 €-Siège social 18 Rue Roger Salengro 92130 ISSY LES MOULINEAUXRCS NANTERRE 344 656 287
L’AGE du 26/04/2018 a décidé la dissolution anticipée de la Ste ETUDE DUVERNET et sa mise en liquidation amiable à
compter du 26/04/2018, nommé en qualité
de liquidateur Mr Luc BONNET demeurant 25 Bis, Rue d’Hennemont 78100
SAINT GERMAIN EN LAYE, et fixé le
siège de liquidation au siège social de la
Ste
12100707W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100711W – LE PUBLICATEUR LEGAL
JIHAIRIX ; SAS ; capital de 8 000 € ;
Siège social : 18-22 avenue Edouard
Herriot Immeuble Képler, 92350 LE
PLESSIS ROBINSON ; 501 998 512 RCS
NANTERRE
Aux termes des décisions du Président du
16/04/2018, il été décidé de transférer le
siège social au 23 avenue Louis Bréguet,
Immeuble « Santos Dumont » - Bât. B,
78140 VELIZY VILLACOUBLAY, et ce à
compter du 1er mai 2018. L’article 4 des
statuts a été modifié. Dirigeant : M. Xavier
HEITZ, demeurant 3 Passage de l’avenir,
78220 VIROFLAY. La société sera désormais immatriculée au RCS de Versailles
12100751W – LE PUBLICATEUR LEGAL
REWORLD MEDIA
Société anonyme, 730.639,28 €
8, rue Barthélémy Danjou – 92100 BOULOGNE BILLANCOURT
439 546 011 RCS NANTERRE
Aux termes des décisions du Conseil d’administration en date du 15 décembre
2017, le Conseil d’administration a
constaté l’augmentation du capital social
d’un montant de 6.163,92 € suite à la
constatation de l’attribution définitive d’actions gratuites et d’actions gratuites de
préférence au profit de certains salariés/
mandataires sociaux du Groupe. Le capital a ainsi été porté de 724.475,36 € à
730.639,28 €.
Pour avis.
Aux termes d’une AGE du 30.11.2017, les
Associés de la SARL ACOUSTIK, au capital de 7.500 €, Siège social : Résidence
Virginia - 4 rue Eugène Maison - 92330
SCEAUX, immatriculée au RCS de Nanterre sous le nº 500 383 690, ont décidé
la dissolution anticipée de la Société à
compter du même jour et sa mise en liquidation amiable sous le régime conventionnel, Monsieur Christophe PEREZ, Gérant,
a été nommé Liquidateur, le siège de liquidation a été fixé au domicile du liquidateur : lieudit MESSEME, 8 impasse des
Tilleuls – 49260 VAUDELNAY, adresse ou
tous les actes et documents concernant la
liquidation devront être notifiés. POUR
AVIS.
12100708W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Selon décisions du 17/03/2018, de SNC
LE RALLYE VILLIERS, SNC au capital de
15.244,90 €, siège : 3 place de la Libération 92300 Levallois Perret, 562.074.674
RCS NANTERRE, les associés ont décidé
de prononcer la dissolution anticipée, de
nommer Mme Georgette Bignon, demeurant 12 rue des Epinettes 35500 Vitré en
qualité de liquidateur, mettant fin à ses
fonctions de gérante. La correspondance
et les notifications des actes et documents
relatifs à la liquidation devront être adressés au domicile du liquidateur.
VENTE DE FONDS GERANCE
UNIQUE GÉRANCE
12100752W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100762W – LE PUBLICATEUR LEGAL
REWORLD MEDIA
SA au capital de 741.450,08 €
8, rue Barthélémy Danjou – 92100 BOULOGNE BILLANCOURT
439 546 011 RCS NANTERRE
Aux termes d’un PV du 31.12.2017, faisant application de
la délégation qui lui a été conférée par
l’AGE du
28.05.2014, le Conseil d’administration a
constaté la réalisation de
l’augmentation de capital d’un montant nominal de
10.810,80 € suite à la conversion d’obligations convertibles. Le capital social est
ainsi porté de 730.539,28 € à
741.450,08 €.
L’article 6 des statuts a été modifié en
conséquence.
Pour avis.
Le contrat de location-gérance du fonds
de commerce de restaurant à enseigne
« McDonald’s » sis 87, rue de Paris 92320
Châtillon, conclu entre la société McDonald’s France (ayant son siège social sis
1, rue Gustave Eiffel 78280 Guyancourt,
immatriculée sous le nº 722 003 936 RCS
VERSAILLES), et Monsieur Paul GOMEZ,
lequel a été transféré le même jour par
avenant à la société CLAX (ayant son
siège social situé 85, avenue de Paris
92320 Châtillon, immatriculée sous le
nº 418 968 756 RCS NANTERRE), prend
fin le 31/5/2018.
Un nouveau contrat a été consenti à effet
du 1/6/2018, entre la société McDonald’s
France, et Monsieur Paul GOMEZ, lequel
a été transféré le même jour par avenant
à la société CLAX, pour une durée courant
du 1/6/2018 au 31/5/2038.
Pour avis.
12100828W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SAP FRANCE
SA au capital de 11.934.288,80 euros
Siège social : 35 rue d’Alsace
92300 Levallois Perret
379 821 994 RCS Nanterre
Aux termes du conseil d’administration du
13 avril 2018, les administrateurs ont
nommé M. Gerald Karsenti demeurant 38
rue de Turenne 75003 Paris en qualité de
nouveau directeur général et ce en remplacement de M. Marc Genevois.
Pour avis
12100635W – LE PUBLICATEUR LEGAL
TVA ENGINEERING-Société par Actions
Simplifiée-au capital de 310.000 eurosSiège social : 57 avenue Raymond Aron92160 ANTONY-351.468.335 RCS NANTERRE- Aux termes de l’AGO en date du
30/04/2018, les associés ont décidé de :
nommer en qualité de Président, SAS TVA
INVEST, sise 57 avenue Raymond Aron
92160 Antony, immatriculée au RCS sous
le nº493.655.518 RCS NANTERRE, en
remplacement de M. Antoine TRAN VAN
THANH - nommer en qualité de Directeur
Général, Monsieur Antoine TRAN VAN
THANH demeurant 12 avenue de la Marquise du Deffand 92160 ANTONY- Mention sera faite au RCS de NANTERRE
DISSOLUTIONS
12100698W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100529W – LE PUBLICATEUR LEGAL
OPTIQUE PROMOTION
SAS au capital de 391.866 Euros
8, rue Paul Vaillant Couturier
92500 Rueil Malmaison
789 896 453 RCS Nanterre
SAS au capital de 2.000 €. Siège social :
88 Avenue du Général Leclerc, 92100
BOULOGNE BILLANCOURT. RCS
828 480 947 NANTERRE.
L’AGE du 15/12/2017 a décidé de transférer le siège social au 124 Rue du Maréchal Joffre, 78380 BOUGIVAL. Radiation
du RCS de NANTERRE et immatriculation
au RCS de VERSAILLES.
12100839W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Global Knowledge Network France
Société anonyme au capital de
2.546.000 €
Siège social : 100 avenue Albert 1er 92500 Rueil Malmaison
403 944 200 RCS Nanterre
Aux termes d’un procès-verbal en date du
29 mars 2018, les actionnaires réunis en
assemblée générale ordinaire ont :
- pris acte de la démission de Monsieur
Paolo Renucci de ses fonctions d’administrateur avec effet à compter du 29 mars
2018,
- nommé en qualité de nouvel administrateur, à compter du même jour, Monsieur
Allan John Pettman demeurant Westfield
House, Main Street, Staveley, Knaresborough HG5 9LD (Royaume-Uni)
Aux termes d’un procès-verbal en date du
29 mars 2018, le conseil d’administration
a pris acte de la démission, à compter du
même jour, de Monsieur Paolo Renucci de
ses fonctions de président du conseil d’administration et directeur général et a
nommé en remplacement Monsieur Allan
John Pettman.
- d’étendre l’objet social de la société en
y ajoutant l’objet suivant : « L’acquisition
d’un terrain et des droits à bâtir associés
afin de procéder à l’édification d’un immeuble à l’usage de logements, commerces et activités diverses, la vente en totalité ou par fraction dudit immeuble » et de
modifier corrélativement l’article 2 des statuts
- de changer de la dénomination sociale
de "DCF CPI 4" en "RESIDENCE LOUIS
DUMAS" et de modifier l’article 3 des statuts en conséquence
- de transformer la société en « société
civile immobilière de constructionvente » sans la création d’un être moral
nouveau à compter de ce jour.
Modification sera faite au registre du
commerce et des sociétés de Bobigny
compétent à son égard.
Pour avis.
12100548W – LE PUBLICATEUR LEGAL
AIR FRANCE CONSULTING
SASU au capital de 2.423.142 €
Siège social : 3, Place de Londres
bat Uranus Continental Square 1
BP 12770 95727 Roissy CDG
93290 Tremblay-en-France
423 745 371 RCS Bobigny
Suivant décisions de l’associé unique en
date du 19/04/2018, il a été décidé de
nommer en qualité de président, Mme.
Ariane Appé demeurant 118 bis, rue de
Saussure 75017 Paris, en remplacement
de Mme. Françoise Barrard démissionnaire.
12100569W – LE PUBLICATEUR LEGAL
GARAGE DES COTEAUX
S.A.R.L. au capital de 10.000 euros
61, avenue Aristide Briand
93460 Gournay-sur-Marne
807 754 114 RCS BOBIGNY
Suivant délibérations en date du
13/11/2017, l’assemblée générale extraordinaire, statuant dans le cadre des dispositions de l’article L 223-42 du code de
commerce, a décidé qu’il n’y avait pas lieu
à dissolution anticipée de la société.
Pour avis.
12100669W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SPFPL FITOUSSI
Société de participations financières de
profession libérale de pharmacien
d’officine à responsabilité limitée
au capital de 1 000 €
Siège social : 7 Rue Richard Gardebled
93110 ROSNY SOUS BOIS
811 656 040 RCS BOBIGNY
Suivant décisions de l’associée unique du
18/11/2016, statuant dans le cadre des
dispositions de l’article L.223-42 du Code
de commerce, il a été décidé de ne pas
dissoudre la société.
Dépôt légal au Greffe du Tribunal de
commerce de BOBIGNY.
Pour avis, la gérance
12100683W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100768W – LE PUBLICATEUR LEGAL
93 • SEINE-SAINT-DENIS
SOCIETES
MODIFICATIONS
12100509W – LE PUBLICATEUR LEGAL
DCF CPI 4
Société civile immobilière
au capital de 1.000 €
Siège social : 7, place du
11-Novembre-1918
93000 BOBIGNY
528 931 959 RCS BOBIGNY
Aux termes de l’assemblée générale extraordinaire du 12 décembre 2017, les Associés ont décidé
LAISSE PARLER, S.N.C. au capital de
10.000 €, sise Centre commercial Parinor,
93600 AULNAY-SOUS-BOIS, 538 578
758 RCS de Bobigny. Aux termes d’une
délibération en date du 1er/4/2018, l’AGE
a décidé à compter de ce même jour de :
- transférer le siège au 2, allée Rubens,
95270 BELLOY-EN-FRANCE et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts ;
- de modifier l’objet et l’article 2 des statuts
a été modifié en conséquence. Ancien objet : l’exploitation de fonds de commerce
de vente d’articles fumeurs, tabletterie,
presse, bimbeloterie, cadeaux et articles
de Paris, avec gérance de débit de tabac
exploitée dans le même local, points de
validation des jeux de la française des jeux
et du pari Mutuel Urbain. Nouvel objet :
le conseil en entreprise, la réalisation de
toutes opérations industrielles, commerciales ou financières, mobilières ou immobilières et la participation de la société, par
tous moyens, à toutes entreprises ou sociétés créées ou à créer pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet. Gérance : M. Philippe MAUTHES,
2, allée Rubens, 95270 Belloy-En-France.
Nouvelle immatriculation sera faite au
RCS de Pontoise. Pour avis, le président.
DISSOLUTIONS
12096143 – LA VIE JUDICIAIRE
LE SOLEIL DU PORTUGAL,
S.A.R.L.U. au capital de 8.000 €, sise
34, avenue du Capitaine Glarner, 93400
SAINT-OUEN, 520 803 123 RCS BOBIGNY. Aux termes de décisions en date du
9/2/2018, l’Associée unique a décidé la
dissolution anticipée de la société à
compter du 9/2/2018 et sa mise en liquidation amiable sous le régime conventionnel en conformité des dispositions statutaires et des articles L. 237-1 à L. 237-13
du Code de commerce pour cause de
vente de fonds de commerce. Elle a
nommé liquidateur Mme Sandra OLIVEIRA DA SILVA, 34, avenue du Capitaine Glarner, 93400 Saint-Ouen et lui a
conféré les pouvoirs les plus étendus pour
terminer les opérations sociales en cours,
réaliser l’actif, acquitter le passif. Le siège
de la liquidation est fixé au 34, avenue du
Capitaine Glarner, 93400 Saint-Ouen.
C’est l’adresse de correspondance et de
notification concernant la liquidation. Le
dépôt des actes et des pièces relatifs à la
liquidation sera effectué au GTC de Bobigny. Le liquidateur.
12100550 – LA VIE JUDICIAIRE
T-BI CONSULTING, E.U.R.L. au capital de 200 €, sise 11, avenue Louis Lumière, 93220 GAGNY, 809 275 431 RCS
BOBIGNY. Suivant l’AGE en date du
31/1/2018, le gérant Mme Yaye Coumba
TOURE, 11 avenue Louis Lumière, 93220
GAGNY, démissionne de son mandat de
liquidateur, constate l’absence de répartition de produit net de liquidation et prononcé la clôture des opérations de liquidation. La société est radiée au RCS de
Bobigny.
SANTOS & VIEIRA
SAS au capital de 1.000 €
12, rue des Pâquerettes
93460 Gournay-sur-Marne
838806016 RCS Bobigny
Aux termes de l’AGE en date du
02/05/2018, les actionnaires ont décidé de
nommer à compter du 02/05/2018 en qualité de Président M. Jean Manuel FERREIRA, demeurant 15, rue de la Libération, 77840 CROUY-SUR-OURCQ en
remplacement de GOMES DOS SANTOS
José Ruben
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Bobigny
12100688W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Le contrat de location-gérance du fonds
de commerce de restaurant à enseigne
« McDonald’s » sis Angle du 8 rue de la
Station et du 5 rue Jean Dutilloy 92600
Asnières, conclu entre la société McDonald’s France (ayant son siège social sis
1, rue Gustave Eiffel 78280 Guyancourt,
immatriculée sous le nº 722 003 936 RCS
VERSAILLES), et Monsieur Ghaith SELIM, lequel a été transféré le même jour
par avenant à la société ASNIERES RESTAURATION (ayant son siège social situé
Angle du 8 rue de la Station et du 5 rue
Jean Dutilloy 92600 Asnières, immatriculée sous le nº 414 860 122 RCS NANTERRE) a pris fin le 15/3/2018.
Un nouveau contrat a été consenti à effet
du 16/3/2018, entre la société McDonald’s
France, et Monsieur Ghaith SELIM, lequel
a été transféré le même jour par avenant
à la société ASNIERES RESTAURATION,
pour une durée courant du 16/3/2018 au
15/3/2038.
Pour avis.
12100367 – LA VIE JUDICIAIRE
Suivant décisions du 20/04/2018, de
JEAN BREL, société par actions simplifiée
au capital de 230.000 €, siège social : 2 A
24 avenue de Stalingrad ZAC Saint Léger
93240 Stains, 780.077.004 RCS Bobigny,
l’Associé unique décide de nommer en
qualité de Président M. André GAALMAN,
demeurant à Greekerinckskamp 3,
7491BW Delden (Pays-Bas) en remplacement de M. Jean BREL.
12100778W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SARL GICQUEL
SARL au capital de 20.000
Siège social : 17 rue de la clé des champs
93400 SAINT OUEN
837 907 302 RCS BOBIGNY
L’AGE du 30 avril 2018 a décidé de transférer le siège social au 17 rue Ernest Renan - 93400 SAINT OUEN. L’article 4 des
statuts a été modifié en conséquence.
Mention au RCS de Bobigny
VENTE DE FONDS GERANCE
OPPOSITIONS
12100777W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 30/04/2018,
e n re g i st r é a u S I E d e B o bi g n y l e
04/05/2018, Dossier 2008 12098, référence 2018 A 05830
La société "LA PUCE" SAS au capital de
10.000 € dont le siège social est sis 17 rue
Ernest Renan - 93400 SAINT OUEN - 484
188 578 RCS BOBIGNY, a cédé à la société "SARL GICQUEL" SARL au capital
de 20.000 € dont le siège social est situé
17 rue de la clé des champs – 93400
SAINT OUEN - 837 907 302 RCS BOBIGNY, un fonds de commerce de « Restaurant », connu sous l’enseigne "La
Puce" sis et exploité au 17 rue Ernest Renan - 93400 SAINT OUEN. L’entrée en
jouissance a été fixée au 30/04/2018
moyennant le prix principal de 245.000 €.
Les oppositions s’il y a lieu seront reçues
dans les dix jours de la dernière en date
des publications légales, au fonds vendu
pour la validité et pour la correspondance,
à la SELARL Danièle JAMI, Maître Carine
ADJEDJ, avocat à la cour, 24 Place du
Général Catroux - 75017 Paris
UNIQUE GÉRANCE
12100810W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100763W – LE PUBLICATEUR LEGAL
GROSSISTE PRIVE
S.A.R.L. au capital de 5 000 euros
55 Rue Marcel Bontemps Appt
342-92100 Boulogne Billancourt
828 573 691 RCS NANTERRE
Le contrat de location-gérance du fonds
de commerce de restaurant à enseigne
« McDonald’s » sis Rue de la Cokerie,
ZAC du Cornillon Sud 93200 Saint-Denis,
conclu entre la société McDonald’s France
(ayant son siège social sis 1, rue Gustave
Eiffel 78280 Guyancourt, immatriculée
sous le nº 722 003 936 RCS VERSAILLES), et Monsieur Cyrille FAURE, lequel
a été transféré le même jour par avenant
à la société ST2R (ayant son siège social
situé Rue de la Cokerie, ZAC du Cornillon
Sud 93200 Saint-Denis, immatriculée
sous le nº 417 574 811 RCS BOBIGNY)
a pris fin le 28/4/2018.
Un nouveau contrat a été consenti à effet
du 29/4/2018, entre la société McDonald’s
France, et Monsieur Cyrille FAURE, lequel
a été transféré le même jour par avenant
à la société ST2R, pour une durée courant
du 29/4/2018 au 28/4/2038.
Pour avis.
Aux termes de l’ASSP du 28/12/2017,
l’AGE a décidé de transférer le siège social au 10 Passage de l’avenir - 93300 Aubervilliers à compter du 01/01/2018.
L’article 4 des statuts a été modifié.
Dirigeant : Monsieur CHENG Chenggang,
demeurant 55 Rue Marcel Bontemps
Appt 342-92100 Boulogne Billancourt
La société sera désormais immatriculée
au registre du commerce et des sociétés
de Bobigny.
Mention au RCS de Nanterre et au RCS
de Bobigny
Pour avis
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
6 // ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES
AVIS DIVERS
VENTES AUX
ENCHÈRES
12100801 – LA VIE JUDICIAIRE
Vente aux enchères publiques
L’adjudication aura lieu le :
mardi 12 juin 2018 à 13 h 30
Au palais de justice de Bobigny (93),
173, avenue Paul Vaillant-Couturier :
EN UN SEUL LOT
UN APPARTEMENT
UN DEBARRAS et UNE CAVE
Dans un ensemble immobilier sis à :
LES PAVILLONS SOUS BOIS
(93)
48, avenue Victor Hugo
Cadastré section Y nº 5, lieudit
"48, avenue Victor Hugo" pour une contenance de 2 a 80 ca
Lot numéro neuf (9) :
Un appartement, au 3ème étage, porte
gauche, fond du couloir, comprenant : entrée, water-closets, salle d’eau, chambre
sur rue, salle à manger sur cour. Le tout
d’une superficie privative de 32,82 m2.
Droit de jouissance en commun avec
les autres lots au hall d’entrée, à la cour
et à l’appentis sis dans la cour commune.
Lot numéro onze (11) :
Un débarras, au 3ème étage, sur le palier.
Droit à la jouissance en commun avec
les autres lots, au hall d’entrée, à la cour
et l’appentis sis dans la cour commune.
Lot numéro dix-sept (17) :
Une cave, dans le bâtiment A, au soussol, portant le nº 3.
À la requête du SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES de l’immeuble sis
48, avenue Victor Hugo, (93320) LES PAVILLONS SOUS BOIS, représenté par
son Syndic en exercice, l’AGENCE REGIONALE AGREG, S.A.R.L. au capital de
7.622,45 €, immatriculée sous le nº 612
031 468 au RCS de Bobigny, dont le siège
social est sis 15, rue du Général Leclerc,
(93110) ROSNY SOUS BOIS, agissant
poursuites et diligences de son représentant légal domicilié en cette qualité audit
siège, dûment habilité à poursuivre la
vente par décision de l’assemblée Générale des copropriétaires dudit immeuble
en date du 28 mars 2017 - résolution
nº 14, ayant pour avocat Maître Ingrid
FOY, avocat au barreau de la Seine SaintDenis.
MISE A PRIX : 15.000 €
(quinze mille euros)
Les enchères ne peuvent être reçues
que par ministère d’avocat postulant près
le tribunal de grande instance de Bobigny.
CONSIGNATION POUR ENCHERIR :
3.000 € à l’ordre du Bâtonnier
Fait et rédigé à Rosny-sous-Bois, le
24 avril 2018, par l’avocat poursuivant.
Signé : Maître Ingrid FOY
S’adresser pour tous renseignements :
A Maître Ingrid FOY, avocat au barreau de la Seine Saint-Denis, 13 Mail du
Centre-Ville, (93110) ROSNY SOUS
BOIS, dépositaire d’une copie du cahier
des conditions de vente. Tél. 01 49 35 70
13.
A Maître Lucien MAKOSSO, avocat au
barreau du Val-de-Marne, membre de la
SELARL MAKOSSO ORHON FERNANDES BENCHETRIT, 41, rue Pierre Sémard, angle 18, place Moreau David, (94)
FONTENAY-SOUS-BOIS. Tél. : 01 49 77
10 04.
Au greffe du juge de l’exécution du tribunal de grande instance de Bobigny, où
le cahier des conditions de vente est déposé.
Sur les lieux, où une visite sera organisée le vendredi 25 mai 2018, de 9 h 30
à 10 h 30
Sur Internet : www.vlimmo.fr.
12100860 – LA VIE JUDICIAIRE
Vente aux enchères publiques
L’adjudication aura lieu le :
mardi 12 juin 2018 à 13 h 30
Au palais de justice de Bobigny (93),
173, avenue Paul Vaillant-Couturier :
EN UN SEUL LOT
UN APPARTEMENT
et UN APPARTEMENT EN DUPLEX
Les biens et droits immobiliers sis à :
BAGNOLET (93)
76, rue Victor Hugo
Dépendant d’un ensemble immobilier
cadastré section AG nº 174 lieudit "76, rue
Victor Hugo" pour une contenance de 4 a
37 ca consistant en :
Lot numéro neuf (9) :
Un appartement de deux pièces au
rez-de-chaussée, avec accès par la cour,
comprenant : séjour, chambre, cuisine,
débarras, WC commun dans la cour.
Et les 58/1.000èmes de la propriété du sol
et des parties communes générales.
Superficie loi Carrez : 24,32 m2 (DPE :
F ; GES : D)
Lot numéro seize (16) :
Un appartement en duplex avec accès par la cour, dans le bâtiment B, aux
rez-de-chaussée et premier étage.
Et les 52/1.000èmes de la propriété du sol
et des parties communes générales.
Et les 104/100èmes de la propriété du sol
et des parties communes spéciales du bâtiment B.
Superficie loi Carrez : 21,31 m2 (DPE :
G ; GES : D)
Suivant PV dressé le 29 janvier 2018
par Maître Fabienne ALLAIRE, huissier de
justice à BAGNOLET, les lieux comprennent : séjour avec coin cuisine, salle
d’eau ; à l’étage supérieur : chambre.
L’appartement est loué moyennant un
loyer mensuel de 600 €.
Cette vente a lieu à la requête du syndicat des copropriétaires de l’immeuble
76, rue Victor Hugo, (93) BAGNOLET, représenté par son syndic en exercice, le cabinet ADRICIE, dont le siège social est
138, rue de Montreuil, (94300) VINCENNES, immatriculé sous le numéro 539 808
691 au RCS de Créteil, pris en la personne
de son représentant légal domicilié en
cette qualité audit siège, ayant pour avocat Maître Ingrid FOY, avocat au barreau
de Bobigny.
MISE A PRIX : 12.000 €
(douze mille euros)
Les enchères ne peuvent être reçues
que par ministère d’avocat postulant près
le tribunal de grande instance de Bobigny.
CONSIGNATION POUR ENCHERIR :
3.000 € à l’ordre du Bâtonnier
Fait et rédigé à Rosny-sous-Bois, le
3 mai 2018, par l’avocat poursuivant.
Signé : Maître Ingrid FOY
S’adresser pour tous renseignements :
A Maître Ingrid FOY, avocat au barreau de la Seine Saint-Denis, 13 Mail du
Centre Ville, (93) ROSNY SOUS BOIS,
dépositaire d’une copie du cahier des
conditions de vente. TEL 01 49 35 70 13.
A Maître Harry ORHON, avocat au barreau du Val-de-Marne, membre de la SELARL MAKOSSO ORHON FERNANDES
BENCHETRIT, 41, rue Pierre Sémard angle 18, place Moreau David, (94) FONTENAY-SOUS-BOIS. Tél. : 01 49 77 10 04.
Au greffe du juge de l’exécution du tribunal de grande instance de Bobigny, où
le cahier des conditions de vente est déposé.
Sur les lieux, où une visite sera organisée le mardi 5 juin 2018, de 11 heures
à 12 heures.
Sur Internet : www.vlimmo.fr.
94 • VAL-DE-MARNE
SOCIETES
CONSTITUTIONS
12100588W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 13/4/2018,
il a été constitué une Société à responsabilité limitée :
Dénomination sociale : ECOLE DU
THEATRE DU CORPS PIETRAGALLADEROUAULT
Siège social : 5 bis rue de Rocroy, 94100
Saint Maur des Fossés
Capital social : 5000 €
Objet : la fondation d’une école des arts
de la scène, dont l’activité porterait notamment, mais de façon non exhaustive, sur...
Durée : 99 ans
Gérant : Mme Marie-Claude PIETRAGALLA demeurant 5 bis rue de Rocroy,
94100 Saint Maur des Fossés.
La société sera immatriculée au RCS de
Créteil
Pour avis
12100671W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte s.s.p. en date du 12 avril 2018, il
a été constitué une société par actions
simplifiée aux caractéristiques suivantes : Dénomination : CÔTE A CÔTE Capital : 100 €, divisé en 100 actions de 1
euro chacune, en numéraire, libérées en
totalité. Siège social : 32, chemin de l’Ile
de Beauté, 94130 NOGENT SUR
MARNE. Objet social : achat, vente, location de navire de croisière avec ou sans
équipage ; hôtellerie, nautisme, transport
de personnes. Durée : 99 années à
compter du jour de son immatriculation au
registre du commerce. Transmission des
actions : clause d’agrément. Président :
Patricia Lyonnet-Verdot demeurant 32,
Chemin de l’Ile de Beauté, 94130 Nogentsur-Marne. Directeur Général : Thierry
Kra demeurant 16, rue Desaix, 75015 Paris. Immatriculation en cours : RCS de
Créteil.
12100776W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 18/04/2018, il a été
constitué une SCI dénommée S.C.I JR
71. Siège social : 17 rue Juliette de Wils
- 94500 Champigny sur Marne. Capital
social : 100 €. Objet social : L’acquisition, la mise en valeur, la transformation,
l’aménagement, l’administration et la location de tous biens et droits immobiliers.
Durée : 99 ans. Gérant : Mr Robert PANIC demeurant 13 avenue de l’Arc - 94100
Saint Maur des Fossés. Immatriculation
au RCS de Créteil
12100357 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP, en date du 2/2/2018, à Paris. Dénomination : ALTECHS. Forme : S.A.S.
Siège : 19, rue François De Paule, 94490
ORMESSON-SUR-MARNE. Objet : réalisation, achat, vente, pose d’activités
concernant l’électricité générale et tous
systèmes électriques et téléphoniques ;
travaux de dépannage et d’entretien. Durée : 99 ans. Capital : 1.000 €. Cession
d’actions et agrément : les cessions
d’actions à des tiers sont soumises à
l’agrément des associés. Admission aux
AG et exercice du droit de vote : dans
les conditions statutaires et légales. Président : M. MUSA EKICI 95, rue de l’Avenir, 93240 Stains. Immatriculation : au
RCS de Créteil. Pour avis.
Mercredi 9 mai 2018 Les Echos Sociétés
12100640 – LA VIE JUDICIAIRE
Aux termes d’un acte SPP en date à
Saint-Mandé du 19/4/2018, il a été décidé
la constitution d’une S.A.S. Dénomination : SOK 94. Siège : 11, rue de
l’Alouette, 94160 SAINT-MANDE. Capital : 1.000 €. Durée : 99 ans. Objet : en
France et dans tous pays, toutes activités
d’ingénierie du bâtiment ; coordonnateur
de sécurité et de la prévention de la santé
(S.P.S.). Président : M. Olivier KLOEK,
11, rue de l’Alouette, 94160 Saint-Mandé,
pour une durée illimitée. Tout associé peut
participer aux décisions collectives. Pour
l’exercice du droit de vote, une action
donne droit à une voix. Toute cession
d’actions entre vifs, même entre associés,
doit respecter un agrément donné par la
collectivité des associés à la majorité simple des voix. Toute transmission d’actions
ayant sa cause dans le décès d’un associé, sauf si l’héritier ou le conjoint a déjà
la qualité d’associé, ou dans la dissolution
d’une communauté de biens entre époux,
sauf si le conjoint a déjà la qualité d’associé, ou dans la disparition de la personnalité morale d’un associé, est soumise à
l’agrément des associés statuant à la majorité simple des voix. Immatriculation :
au RCS de Créteil. Pour insertion, le président, M. Olivier KLOEK.
12100668 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP en date du 16/4/2018 à Savigny-leTemple. Dénomination : SCOPUS
COMMUNICATION. Forme : S.A.S.U.
Siège : 6, rue des Belles Vues, 94500
CHAMPIGNY-SUR-MARNE. Objet :
agence de conseil en communication. Durée : 99 ans. Capital : 1.000 € divisé en
1.000 actions de 1 € chacune, réparties
entre les actionnaires proportionnellement
à leurs apports respectifs. Cession d’actions et agrément : la cession des actions de l’associé unique est libre. Les cessions d’actions, à l’exception des cessions
aux associés, sont soumises à l’agrément
de la collectivité des associés. Admission
aux AG et exercice du droit de vote :
tout associé peut participer aux assemblées sur justification de son identité et de
l’inscription en compte de ses actions.
Chaque action donne droit à une voix.
Président : M. Sylvain CAMUS, 6, rue des
Belles Vues, 94500 CHAMPIGNY-SURMARNE. Immatriculation : au RCS de
Créteil. Pour avis.
MODIFICATIONS
12100555 – LE PUBLICATEUR LEGAL
OIA GLOBAL, S.A.S. au capital de
10.000 €, sise à Sogaris, 136, place de la
Logistique, 94524 RUNGIS Cedex, 750
484 248 RCS CRETEIL. Par décision du
13/4/2018, l’Associé unique a pris acte de
la démission de M. David John OWER à
compter du 15/4/2018 des fonctions de
président de la société ; et a nommé
M. Claus Palm RASMUSSEN, Holloway
House, 21 Harbidges Lane Long Buckby,
Northamptonshire, NN6 7QL (Royaume
Uni), président, le remplace pour une durée illimitée et a modifié par conséquent
l’article 33 des statuts. Mention au RCS
de Créteil. Pour avis.
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Créteil
12100793W – LE PUBLICATEUR LEGAL
MANUSHA SARL
SARL au capital de 1.000 €
259 Avenue de la République
94120 Fontenay-sous-Bois
810151241 RCS Créteil
Aux termes de l’AGE en date du
01/05/2018, les associés ont pris acte de
la modification de la gérance de la société
à compter du 01/05/2018 :
- M. BABITHAS RAJALINGAM, demeurant chez Mr NESATHAYALAN 11 rue de
la Méditerranéen, 92160 Antony en remplacement de SELLATHURAI Thushyanthan
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Créteil
12100348 – LA VIE JUDICIAIRE
S.E.L.A.R.L. DU DOCTEUR CLAUDE
SUISSA au capital de 8.000.00 €, sise
8, avenue du Général De Gaulle, 77340
PONTAULT-COMBAULT, 481 257 749
RCS MELUN. Aux termes du PV d’AGE
du 3/4/2018, la société dont le gérant est
Claude SUISSA, 59, avenue Foch, 94100
Saint-Maur, a décidé de transférer le siège
du 8, avenue du Général De Gaulle,
77340 PONTAULT-COMBAULT au
59, avenue Foch, 94100 SAINT-MAURDES-FOSSES, à compter de ce jour. L’article 4 des statuts a été modifiés. Mention
au greffe de Melun et Créteil. Pour avis, la
gérance.
12100352 – LA VIE JUDICIAIRE
LE FLOT CLAIR, S.A.S.U. au capital de
3.000 € porté à 63.000 €, sise 3 bis, rue
des Remises, 94100 SAINT-MAUR-DESFOSSES, 821 034 824 RCS CRETEIL.
L’Associé unique le 31/3/2018 a décidé et
réalisé une augmentation du capital de
60.000 € par compensation avec des
créances liquides et exigibles ; et modifié
les articles 6 et 7 des statuts. Mention au
RCS de Créteil.
12100389 – LA VIE JUDICIAIRE
JALERE, S.C.I., au capital de
272.000 €, sise La Barberie, 14100 HERMIVAL-LES-VAUX, 498 938 885 RCS LISIEUX. Aux termes du PV en date du
7/4/2018 il est décidé de transférer le
siège au 29, rue Gambetta, 94270 KREMLIN-BICETRE, et de nommer cogérant
M. Alexandre LECOQ, 29, rue Gambetta,
94270 Le Kremlin-Bicêtre pour une durée
illimitée les statuts sont modifiés en conséquence. Pour avis.
12100467 – LA VIE JUDICIAIRE
Aux termes de l’AGO du 30/3/2018, les
associés de la PILOTE.b@t, S.A.R.L. au
capital de 38.000 €, sise 21, rue Aristide
Briand, 94100 SAINT-MAUR-DES-FOSSES, 432 160 018 RCS CRETEIL, ont pris
acte de la démission de M. Olivier KLOEK
de ses fonctions de cogérants ; M. Laurent
DUPUIS restera seul gérant. Pour avis, le
gérant, M. Laurent DUPUIS.
12100554W – LE PUBLICATEUR LEGAL
MALHO
Société à responsabilité limitée
Au capital de 47 000 euros
Siège social : 70, rue Gabriel Péri
94700 MAISONS ALFORT
448 773 812 RCS CRETEIL
Aux termes d’une décision de l’AGO du
03/05/2018, les associés ont désigné en
qualité de co-gérants pour une durée illimitée à compter du 03/05/2018 :
- Monsieur Vincent SUPINSKI, né le
12/10/1967, demeurant au Moussy le
vieux (77230) 2 rue du Puits d’Affete
- Monsieur Christophe BOSCH, né le
14/07/1975, demeurant à Montgeron
(91230), 39, rue Albert Schweitzer
en remplacement de Monsieur Fernando
MALHO, démissionnaire.
Pour avis
12100590W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant décisions du 20/04/2018, de
CRIMO FRANCE, société par actions simplifiée au capital de 40.000 €, siège social : 15 rue du Jura-CP 20526-94633
Rungis Cédex, 384.595.237 RCS Créteil,
l’Associé unique a nommé en qualité de
Président M. Khalil FILALI ANSARI, demeurant 69 rue de Nanterre 92600 Asnières-sur-Seine, en remplacement de M.Olivier Brosset.
12100614W – LE PUBLICATEUR LEGAL
LAULEA
Société civile au capital de 5.000 €
46, rue de la République
94100 SAINT MAUR DES FOSSES
423 227 958 RCS CRETEIL
Suivant acte en date du 16/4/2018, il a été
décidé de transférer le siège social au 23,
impasse Antonin Artaud 83120 SAINTE
MAXIME à compter du 16/4/2018.
La société sera radiée du RCS de Créteil.
Pour avis
12100785W – LE PUBLICATEUR LEGAL
BOULANGERIE DE
CHAMPIGNY
SARL au capital de 7.500 €
182 RUE DIDEROT
94500 Champigny-sur-Marne
794211649 RCS Créteil
Aux termes de l’AGE en date du
30/04/2018, les associés ont pris acte de
la modification de la gérance de la société
à compter du 30/04/2018 :
- M. HANI EIAD, demeurant 2 MAIL JEAN
ZAY, 93210 Saint-Denis en remplacement
de Monsieur BEN NASR Jamel
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
DISSOLUTIONS
12100643 – LA VIE JUDICIAIRE
DA EIRA, S.A.R.L. en liquidation au capital de 3.500 €, sise 7, rue de Montmartre, 94350 VILLIERS-SUR-MARNE, 489
754 853 RCS CRETEIL. Selon AGO du
31/12/2017, les Associés ont, après avoir
entendu le rapport de Rui Pedro TAVARES DA EIRA, liquidateur, approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur et décharge de son mandat, et
constaté la clôture des opérations de liquidation. Les comptes de liquidation seront
déposés au RCS de Créteil. Mention sera
faite au RCS de Créteil. Pour avis.
12100809 – LA VIE JUDICIAIRE
GENERALE GARDIENNAGE ET SECURITE, S.A.R.L. au capital de 5.000 €,
sise 11, allée du Perruchet, 94320 THIAIS,
812 863 488 RCS CRETEIL. Suivant
l’AGE du 31/3/2018 les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société
et nomme M. El Mahdi OURARI, 11, allée
du Perruchet, 94320 Thiais liquidateur. Le
siège de la liquidation est fixé au siège.
Mention au RCS Créteil.
UN PARKING
Les biens et droits immobiliers sis à :
IVRY-SUR-SEINE (94)
58-60, avenue Paul Vaillant-Couturier
Cadastré section AV n º 66, lieudit "58,
bd Paul Vaillant-Couturier" pour une
contenance de 186 m2, section AV nº 67,
lieudit "60, bd Paul Vaillant-Couturier"
pour une contenance de 3.473 m2, soit
une contenance totale 3.659 m2.
DANS LE LOT DE VOLUME UN (1)
Lot numéro cent soixante-dix-sept
(177) :
Un appartement de type T1, portant le
n º 311, dans le bâtiment A, au troisième
étage, comprenant : entrée, séjour-coin
cuisine, salle de bains avec WC incorporé,
rangements.
Le tout d’une superficie privative de
23,93 m2.
Lot numéro soixante-trois (63) :
Un parking portant le nº 63, au soussol.
Biens occupés et loués
À la requête du CREDIT IMMOBILIER
DE FRANCE DEVELOPPEMENT (CIFD),
venant aux droits du CREDIT IMMOBILIER DE FRANCE RHÔNE ALPES - AUVERGNE, venant lui-même aux droits du
CREDIT IMMOBILIER DE FRANCE RHÔNE AIN par suite d’une fusion-absorption (assemblée générale en date 24
décembre 2004), Société anonyme au capital de 124.821.703 €, immatriculée sous
le nº 379.502.644 au RCS de Paris, dont
le siège social est sis 26/28, rue de Madrid, (75008) PARIS, représentée par
Monsieur Yannick BORDE, en sa qualité
de Président du Conseil d’administration,
domicilié en cette qualité audit siège,
ayant pour avocat Maître Alain CROS,
avocat au barreau du Val-de-Marne.
MISE A PRIX : 29.000 €
(vingt-neuf mille euros)
On ne peut porter des enchères qu’en
s’adressant à l’un des avocats postulant
près le tribunal de grande instance de Créteil.
CONSIGNATION POUR ENCHERIR :
3.000 € à l’ordre du bâtonnier
Fait et rédigé à Créteil, le 26 avril 2018,
par l’avocat poursuivant.
Signé : Maître Alain CROS
S’adresser pour tous renseignements :
Maître Alain CROS, avocat au barreau
du Val-de-Marne, 6, place Salvador Allende, (94000) CRETEIL, dépositaire
d’une copie du cahier des conditions de
vente. Tél. : 01 49 80 48 82.
Au greffe du juge de l’exécution du tribunal de grande instance de Créteil, où le
cahier des conditions de vente est déposé
les lundi et mardi
Sur les lieux, où une visite sera organisée le jeudi 7 juin 2018 de 11 heures à
12 heures
Sur Internet : www.vlimmo.fr.
95 • VAL-D'OISE
SOCIETES
CONSTITUTIONS
12100566W – LE PUBLICATEUR LEGAL
GENERALE GARDIENNAGE ET SECURITE, S.A.R.L. au capital de 5.000 €,
sise 11, allée du Perruchet, 94320 THIAIS,
812 863 488 RCS. Suivant l’AGE du
31/3/2018, les associés, après avoir
constaté le rapport du liquidateur, approuve les comptes de liquidation, donne
quitus de sa gestion et constate la clôture
de la liquidation à compter du 31/3/2018.
Mention au RCS de Créteil.
VALERY
Objet : OBJET A CARACTERE CIVIL
Capital : 10.000 € (apport en numéraire)
Siège social : 82 RUE PAUL CEZANNE,
95430 Auvers-sur-Oise Durée : 99 ans
Gérance : M. Philippe RODRIGUES, 82
rue Paul cezanne, 95430 Auvers-sur-Oise
Mme ALEXANDRA BARBEITOS, 82 RUE
PAUL CEZANNE, 95430 AUVERS SUR
OISE Immatriculation : RCS de Pontoise
MODIFICATIONS
Aux termes de l’AG du 26/2/2018 de la
NVIEW, S.A.S. au capital de 1.000 €, sise
43, rue Pierre Marie Chapuis, 95320
Saint-Leu-La-Forêt. Il a été décidé de
transformer la S.A.S. en S.A.R.L. à
compter du jour de ladite assemblée.
Cette transformation n’entraîne pas la
création d’un être moral nouveau. Nommés gérants pour une durée indéterminée : M. Alexandre Lamour, 98, rue SaintLazare, 7509 Paris ; M. Thierry Berger,
43, rue Pierre Marie Chapuis, 95320
Saint-Leu-La-Forêt. Le dépôt légal sera
effectué au GTC. Pour avis.
AVIS DIVERS
12100718W – LE PUBLICATEUR LEGAL
VENTES AUX
ENCHÈRES
12100803 – LA VIE JUDICIAIRE
Vente aux enchères publiques
L’adjudication aura lieu le :
jeudi 14 juin 2018 à 9 h 30
Au palais de justice de Créteil (94), rue
Pasteur Valléry Radot :
EN UN SEUL LOT
UN APPARTEMENT
E.G.S. SARL de 38.112,25 €, 15 rue de
l’Angoumois 95100 ARGENTEUIL, RCS
PONTOISE 383 516 960. L’AGE du
17/04/18 a pris acte de la démission de
Martine CALDENTEY de ses fonctions de
co-gérante à compter de ce jour. Pour
Avis.
12100755W – LE PUBLICATEUR LEGAL
DSI HOLDING FRANCE
S.A.S. à associé unique
au capital de 17.000.000 euros
12-14 rue des Cressonnières
95500 Pontoise
499 740 223 RCS PONTOISE
Suivant décisions en date du 23/4/2018,
l’associé unique a décidé de nommer en
qualité de nouveau Président, en remplacement de M. Nicholas Hayward MOSES
démissionnaire à compter du 23/4/2018,
M. Matti Olavi KUIVALAINEN, demeurant
Cukrovarnicka 5, 16200 Prague (République Tchèque).
Pour avis.
12100867W – LE PUBLICATEUR LEGAL
GROUPE LOUIS TELLIER
SAS au capital de 3.319.945 euros
Siège social : 21 rue Guy Moquet-ZI du
Val d’Argent-95100 Argenteuil
519 498 240 RCS Pontoise
Aux termes du comité de surveillance du
21 mars 2018, les membres ont pris acte
de la démission de Jean-Philippe Molinari
de ses fonctions de Président de la Société et ont désigné en qualité de nouveau
Président la société EVIGI CONSEIL située 19 Boulevard Delessert-75016 Paris
(834 260 028 RCS Paris).
Pour avis
12100367-40 – LA VIE JUDICIAIRE
LAISSE PARLER, S.N.C. au capital de
10.000 €, sise Centre commercial Parinor,
93600 AULNAY-SOUS-BOIS, 538 578
758 RCS de Bobigny. Aux termes d’une
délibération en date du 1er/4/2018, l’AGE
a décidé à compter de ce même jour de :
- transférer le siège au 2, allée Rubens,
95270 BELLOY-EN-FRANCE et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts ;
- de modifier l’objet et l’article 2 des statuts
a été modifié en conséquence. Ancien objet : l’exploitation de fonds de commerce
de vente d’articles fumeurs, tabletterie,
presse, bimbeloterie, cadeaux et articles
de Paris, avec gérance de débit de tabac
exploitée dans le même local, points de
validation des jeux de la française des jeux
et du pari Mutuel Urbain. Nouvel objet :
le conseil en entreprise, la réalisation de
toutes opérations industrielles, commerciales ou financières, mobilières ou immobilières et la participation de la société, par
tous moyens, à toutes entreprises ou sociétés créées ou à créer pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet. Gérance : M. Philippe MAUTHES,
2, allée Rubens, 95270 Belloy-En-France.
Nouvelle immatriculation sera faite au
RCS de Pontoise. Pour avis, le président.
Aux termes d’un acte SSP en date à auvers sur oise du 03/05/2018 a été constituée une SCI nommée :
12100701 – LE PUBLICATEUR LEGAL
12100813 – LA VIE JUDICIAIRE
12100725W – LE PUBLICATEUR LEGAL
HYPHEN BioMed
SAS au capital de 1.427.820 €
Siège social :
155 rue d’Eragny 95000 Neuville sur Oise
421 645 979 RCS Pontoise
Par décisions en date du 02/05/2018, l’associé unique a :
- pris acte des démissions, à compter du
01/04/2018, de M. Naohiko MATSUO de
ses fonctions de vice-président et du Dr
Claudia HUBER de ses fonctions de directeur général.
- décidé de nommer en qualité de viceprésident, à compter du 01/04/2018, M.
Kazuya FUKUDA, demeurant 7-3-10-907
Takamaru, Tarumi-ku, Kobe-city, Hyogo,
Japon.
12100462 – LA VIE JUDICIAIRE
S.E.L.A.R.L. INTERBARREAUX MONCONDUIT ASSOCIES au capital de
300.000 €, sise 27, avenue de la Constellation, 95800 CERGY SAINT-CHRISTOPHE, 513 411 181 RCS PONTOISE.
L’AGE du 24/4/2018 : -a constaté la réduction du capital, d’une somme de 30.000 €,
par annulation des 10 parts appartenant à
Me Anaïs PLACE, et décidé d’augmenter
le capital, d’une somme de 30.000 €, par
voie de capitalisation de réserves et création de 10 nouvelles parts sociales de
3.000 € chacune ; - la SELARL associé
unique a décidé de modifier la dénomination qui devient LEXGLOBE, avec pour
nom commercial : CHRISTELLE MONCONDUIT. L’inscription modificative sera
effectuée au RCS de Pontoise. Pour avis.
DISSOLUTIONS
12100706W – LE PUBLICATEUR LEGAL
CMT- SARL au capital de 40.000,00 euros- Société en liquidation-Siège social : 5
rue de l’Hôtel de Ville 95300 PONTOISE
(Val d’Oise) 499 216 406 RCS PONTOISE-Suivant PVDAU du 02.10.2017,
l’associé unique a décidé la dissolution à
compter du même jour et sa mise en liquidation. A été nommée Liquidateur de la
société, pour la durée de la liquidation,
Mme Claire-Marie THOMMERET demeurant 73 D rue de Gisors 95300 PONTOISE
avec les pouvoirs les plus étendus pour
terminer les opérations sociales en cours,
réaliser l’actif et acquitter le passif. Le
siège de la liquidation est fixé au domicile
personnel du liquidateur. C’est à cette
adresse que la correspondance devra être
envoyée et que les actes et documents
concernant la liquidation devront être notifiés. Suivant PVDAU du 28.02.2018, l’associée unique a approuvé les comptes de
liquidation, a donné quitus au liquidateur,
puis a prononcé la clôture des opérations
de liquidation à compter du même jour. Le
dépôt des actes et pièces relatifs à la liquidation sera effectué au greffe du tribunal de commerce de PONTOISE.
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
87
Размер файла
8 915 Кб
Теги
Les Echos, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа