close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Grazia France - 31 08 2018 - 06 09 2018

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
NOUVEAUX
RAPPORTS
AMOUREUX
JULIETTE
ARMANET
MA CABANE
DANS LES
CATSKILLS
MARTIN
PARR
#458
Semaine du 31 août au 6 septembre / www.grazia.fr
Semaine du 31 août
au 6 septembre 2018
Spécial
mode
Tous les styles de la saison
en 300 pages de looks,
d’histoires et de surprises
D : 4,50 € - BEL : 2,30 € - ESP : 3 € - GR : 3,50 € - DOM S : 4 € - DOM A : 6 € - ITA : 3,50 € - LUX : 2,30 € - PORT CONT : 3 € - CAN : 4,95 $CAN - GB : 5 £ - MAR : 40 DH - TOM S : 750 CFP - CH : 3,80 FS - TUN : 6,50 DTU
B O U T IQ U E EN LIG N E DIO R .C O M
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Photographie retouchée
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Photographie retouchée
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
U n e f e m m e e s t u n e f e m m e © 1 9 6 1 S T U D I O C A N A L - E u r o I n t e r n a t i o n a l F i l m s S . p . A . To u s d r o i t s r é s e r v é s .
D I O R . C O M - 0 1 4 0 7 3 7 3 7 3 P H OTO G R A P H I E R E TO U C H É E
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PARIS 4 Rue du Faubourg Saint-Honoré
pinko.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sommaire
194
Sound Sun
Pleasure
34_Edito
37_Les indispensables
de la semaine
42_La chronique
de Nora Hamzawi
44_Où sortir cette semaine ?
52_Le dessin
de Charles Berberian
actu
56_LeS 10 NeWS
De La SemaiNe Martin
Parr • Les disparues de
L.A. • Françoise Dolto
• La loi Schiappa…
PHOTO : GUY LOWNDES
magazine
Robe, Loewe.
Boucle d’oreille,
acne Studios.
Chapeau, missoni.
86_reNCoNTre
Natacha Ramsay-Lévi
98_PorTFoLio Le jardin
antérieur
108_rePorTaGe Syrie, les
dernières cartouches
114_PorTFoLio Portraits
du Burkina
120_maGaZiNe Hello Pantin
GR AZIA • 31.08.2018 25
yslbeauty.com
OAPLF – SNC – 29 rue du Faubourg Saint-Honoré Paris 8ème – 314 428 186 RCS Paris.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L’EAU DE PARFUM
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sommaire
Pull et haut, Prada.
244
in bloom
126_PorTFoLio « Je peux pas,
j’ai piscine »
132_PorTraiT Laura Brown,
la nouvelle impératrice
136_PorTFoLio Noir corbeau
144_SoCiÉTÉ Nouveaux
rapports amoureux
152_PorTFoLio
L’art de la table
158_moDe Les hommes
du changement
164_moDe Juliette Armanet
170_Notes
178_Poésie future
194_Sound Sun Pleasure
212_Crazy for you
228_Deux ou trois choses
que je sais d’elle
244_In bloom
262_Anabel Krasnotsvetova
264_SHoPPiNG
Hommage au collage
284_LoVe Hermès
28 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTO : GUY LOWNDES
spécial mode
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SOMMAIRE
en couverture
Anabel Krasnotsvetova,
de l’agence Marilyn,
est photographiée par
Guy Lowndes.
Robe et sac ceinturé,
Saint Laurent par Anthony
Vaccarello. Collier,
Boucheron. Réalisation
Alexandra Bernard, assistée
de Nathalie Jean et
Audrey Le Pladec. Coiffure
Kazue Deki. Maquillage
Marielle Loubet. Manucure
Virginie Mataja.
Manteau et robe,
Moschino. Ceinture,
Maison Boinet.
228
Manteau Yves Salomon.
Robe, collier et mocassins
à talons, Versace. A sa main
droite : multibague, Ofée.
Joncs et bague, Dinh Van.
Bague, Poiray. A sa main
gauche : bracelets, Tiffany
& Co. Joncs, Dinh Van.
Bagues, Ofée. Bague, Poiray.
Réalisation Alexandra
Bernard, assistée de
Nathalie Jean et Audrey
Le Pladec. Coiffure Kazue
Deki. Maquillage Marielle
Loubet. Manucure
Virginie Mataja.
beauté
286_Retenir l’été
288_Maquilleurs :
les nouvelles stars
292_Les irrésistibles
294_Notes
295_LOVE Christian Dior
lifestyle
296_CULTURE Musique,
cinéma, livres, expos…
306_Ma cabane
dans les Catskills
311_Le journal d’un chineur
312_LA PIÈCE FÉTICHE
L’atelier d’écriture
de Nicolas Ouchenir
314_WEEK-END à Merano
30 GR AZIA • 31.08.2018
316_LA TABLE DE LA SEMAINE
Double Dragon
317_LE GOÛT DE JEANNE B
Graines d’été
318_Les belles choses
320_Les rendez-vous Grazia
322_Horoscope
324_Le dessin de Louison
264
shopping
Ce numéro comporte un
gatefold Dior sur la totalité
de la diffusion, une carte Jean
Paul Gaultier collée sur la
totalité de la diffusion et une
carte Lancôme collée sur la
totalité de la diffusion, un
catalogue Printemps posé sur
la 4e de couverture sur les
exemplaires abonnés Ile-deFrance, un encart région Ilede-France, un encart région
Aquitaine, un encart région Est
et un encart région Nord, sur la
diffusion des départements
concernés, ainsi qu’un encart
abonnement jeté sur la totalité
des VAN France.
Affichage
environnemental
Grand format
Origine du papier :
Finlande
Taux de fibres
recyclées : 0 %
Certification : PEFC
Impact sur l’eau :
Ptot 0,005 kg/tonne
RENDEZ-VOUS
SUR GRAZIA.FR
PHOTO : GUY LOWNDES
Deux ou trois choses
que je sais d’elle
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
édito
O
Joseph GHOSN, directeur de la rédaction
34 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTO : MATHIEU ZAZZO
ù étiez-vous cet été ? Grazia est
parti loin mais est revenu vite pour
préparer ce numéro de rentrée Spécial
Mode. Nous y avons mis et mixé
tout ce que nous aimons et avons envie
de partager avec vous. Les tendances
de la saison qui arrive, bien entendu,
mais aussi des rencontres, des coups
de cœur et des reportages qui nous mènent
de Pantin à l’Irak et aux Catskills, du Marienbad
d’Alain Resnais habillé par Chanel aux corbeaux de Masahisa
Fukase, sans oublier les mots si précieux de Natacha RamsayLevi, la D.A. de Chloé. Un cocktail unique qui s’appelle Grazia,
mené par la seule envie, renouvelée chaque semaine, de
discuter et échanger avec vous qui nous lisez, autour de
ces indices du monde tel qu’il est et qui nous tiennent tant
à cœur. Nous construisons ce magazine, ce journal, avec une
mémoire qui dure et une envie de prolonger nos amours
au-delà d’un moment ou d’une saison. Les vêtements que nous
montrons dans nos pages sont de ceux qu’on offre à quelqu’un
qui les gardera toute sa vie. Les flms et les livres dont nous
parlons sont de ceux que nous aimons inconditionnellement
et qui n’en fnissent pas de nous hanter. Les gens avec
lesquels nous discutons sont de ceux qui créent durablement
la vie dont nous rêvons. Nos promesses se prolongent plus
loin que le temps des vacances, l’oubli du soleil ou un
post Instagram. Nous nous souvenons parfaitement de ce
qui s’est passé l’année dernière à Marienbad, et nous nous en
souviendrons encore l’année prochaine. Bonne rentrée. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Paris 56 Avenue Montaigne, Monaco Le Métropole 17 Avenue des Spelugues
blumarine.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Les in10pensables
1
RÉSOLUTION
Tenez-vous
à carreaux
tout l’automne.
Manteau,
Zapa, 425 €.
Par Emilie TÜRCK
2
FUSION
Quand Harlem rencontre
Florence. Lunettes,
Gucci-Dapper Dan, 550 €.
3
HOLD THE LINE
Respectez la grille des tendances.
Haut « British », 1.2.3, 99 €.
4
PHOTOS : DR
CARPE DIEM
Des lignes rétro pour vivre
l’instant présent. Montre
« Mini Carlie », Fossil, 129 €.
5
GÉOMÉTRIQUE
On adore ses poignées
rectangulaires. Sac
« Cadran », Pourchet, 205 €.
GR AZIA • 31.08.2018 37
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Les in10pensables
7
6
PAGE ROYALE
EX-VOTO
Prince-de-galles
pour silhouette
de duchesse.
Jupe « Queen B »,
Sessùn, 165 €.
9
Un désir en
particulier ?
C’est le bon
moment.
Boucles
d’oreilles,
Hipanema, 65 €.
8
NOUVEAU
WESTERN
Ou comment
être à cheval
sur le style.
Robe, Calvin
Klein
205W39NYC,
1 700 €.
SUR LA ROUTE
10
Des bottes faites pour marcher au propre
comme au figuré. Boots, Fendi, 990 €.
38 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : DR
TRUE BLUE
En coton biologique,
on allège son âme.
Jean, M.i.h aux
Galeries Lafayette,
275 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Chronique
Chaque semaine,
Nora Hamzawi
CROQUE
LE QUOTIDIEN
avec humour et
autodérision
nora
hamzawi
« J’ai maté
le vide »
C’est toujours un peu humiliant quand
quelqu’un s’en aperçoit et t’en sort.
L’autre jour à l’apéro, alors que j’étais
tranquillement en train de fxer une pomme
de pin, Alice, qui en plus parle très fort,
m’a réveillée : « Hé ! Ho ! Meuf, t’as buggé
ou quoi ? !!! Ça fait vingt minutes que tu
regardes le set de table et qu’on te demande
si tu veux un verre. » Hyper humiliant !
Déjà, je n’ai jamais regardé de set de table,
j’ai autre chose à foutre, et puis l’idée qu’ils
m’aient tous vue absorbée par le vide
me met hyper mal à l’aise (un peu comme
quand on n’y voit rien dans le noir et que
quelqu’un allume subitement la lumière).
Je me suis évidemment défendue en
improvisant n’importe quoi : « Je fxe pas
le set de table !! Je regarde en quelle matière
est faite la table parce que j’ai chopé une
écharde et pourtant j’ai l’impression qu’elle
est pas en bois, la table. » Super, je ne sais
pas pourquoi je prends la peine de me
justifer si c’est pour inventer des excuses
aussi nulles. Je sais pas, j’aurais juste pu
42 GR AZIA • 31.08.2018
« Je peux passer
de longues
minutes, voire
des heures,
à avoir l’air très
concentrée sur
quelque chose,
alors qu’en réalité
j’ai juste bloqué
sur une question
que je me suis
posée une heure
avant »
un peu plus tard, c’est l’heure de dîner
et je suis en train de cuisiner pendant
que tout le monde est sur la terrasse :
« Je me souviens plus, tout le monde aime
la menthe ici ou pas ? Vous m’entendez ?
Allô ! Tout le monde aime la menthe ou
pas ?????????????? » J’ai beau hurler,
personne ne me répond ! Je pense encore
au refuge, je respire un grand coup
et je les rejoins sur la terrasse : « Je vous
demandais si vous aimiez la menthe ? »
ils sont tous là, agglutinés autour de
l’ordinateur, complètement absorbés
par une vidéo. Quand je leur parle, ils
ne prennent pas la peine de me répondre
mais lèvent une main, un peu comme on
fait avec les enfants quand ils se mettent à
hurler alors qu’on est au téléphone avec la
banquière. Je prends mon mal en patience,
bois le verre que je n’avais pas bu quand
j’étais occupée par ma pomme de pin
et j’attends qu’ils terminent. Au bout de
trois ou quatre minutes, ils m’accordent
enfn leur attention :
– Tu disais quoi ?
– Je demandais si vous aimiez tous la
menthe ? Et vous, on peut savoir sur quoi
vous « buggiez » ?
– On matait la vidéo du chien qui fait
du skate, Paul la connaissait pas.
Je ne la connais pas non plus, mais
je trouve que, pour le coup, ça méritait
d’improviser une excuse, bien plus
que mon vide à moi. •
ILLUSTRATION : CAROLINE ANDRIEU
il faut savoir qu’habituellement je
n’ai vraiment aucun problème à laisser
aller mes yeux jusqu’au strabisme pour
me rendre compte que je fxe un mur, une
branche d’arbre (du coup, deux) ou parfois
je ne sais même pas quoi, pourvu que ça me
repose. Je peux passer de longues minutes,
voire des heures, à avoir l’air très concentrée
sur quelque chose, alors qu’en réalité j’ai
juste bloqué sur une question que je me suis
posée une heure avant, à laquelle je n’ai pas
trouvé de réponse et dont de toute façon
j’ai oublié l’objet, mais disons que ça m’a
plongée dans un état… (certains diraient
méditatif, d’autres amorphe).
dire : « Je suis un peu préoccupée. » Ça, ça
m’aurait donné de l’épaisseur. Ça, ça aurait
calmé tout le monde !! Mais non, à la place
de ça, elle a débarqué avec sa pince à épiler :
« Montre ! Je vais te la retirer ! Je suis
la championne pour retirer les échardes ! »
Rho, ce que c’est agaçant, c’est à cause
de ça que des gens décident de partir
seuls en montagne très loin de tout, dans
des refuges.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
AgendA
EXPO
JUSQU’AU 28 OCTOBRe À BORdeAUX
« danh Vo », dans la nef du CAPC.
L’artiste a investi la nef du Centre d’arts
plastiques contemporains de Bordeaux
avec une œuvre gigantesque : créant une
carrière de marbre, constituée de lourds
blocs venus de Carrare, là où les artistes
de la Renaissance italienne venaient
s’approvisionner en marbre. Moins pour
célébrer l’art passé que pour interroger
la circulation des œuvres aujourd’hui
et les jeux de pouvoir. Magnifique.
CINÉMA
Rétrospective Leo McCarey,
Nos conseils
pour la semaine.
Par diane JACQUS
et Philippe AZOURY
SOIRÉE
Le 6 SePTeMBRe À PARIS
delighted spécial 30 ans
avec Amelie Lens,
au Rex Club (Paris 2e).
Une fois n’est pas coutume,
le célèbre webzine
s’empare des platines
du Rex Club en invitant
la très talentueuse DJ
belge Amelie Lens, dont la
réputation concernant ses
sets techno forts et fermes
n’est plus à faire, et ce,
pour la nuit entière. Rendezvous de l’autre côté.
Il avait commencé au temps
du muet, bouleversant les règles
du burlesque avec Laurel
et Hardy ou le génial Charley
Chase. Ce même burlesque,
anarchiste, sauvage, il l’a
déployé avec les Marx Brothers
(en 1933, il signe la réalisation
de La Soupe au canard),
saccageant tout derrière eux.
Mais si on aime plus que
passionnément le cinéma
de Leo McCarey, c’est pour un
mélodrame magique : Elle et lui.
Il en a d’abord tiré un film en noir
et blanc en 1939, avec Charles
Boyer et Irene Dunne. Il en a luimême signé le remake couleur
en 1957, avec Cary Grant
et Deborah Kerr. L’intégrale
McCarey, ça commence cette
semaine à la Cinémathèque,
et c’est notre idée du bonheur.
en SALLe (TAÏWAn, 1991, 3 H 56)
A Brighter Summer Day d’edward Yang.
Ça a été LA reprise cinéphile de cet été 2018,
et s’il joue encore près de chez vous, ne ratez
surtout pas l’occasion de passer quatre heures
lové à l’intérieur de ce film de 1991. Il raconte
la jeunesse des années 60 à Taïwan, les
bandes, les filles, la violence, les disques d’Elvis
qui tournent comme des talismans. Mais aussi
le sentiment d’exil des familles chinoises qui
avaient fui Mao, l’armée jamais loin, et avec elle,
l’idée qu’une guerre peut éclater à tout instant.
Et puis, l’été, le sentiment de l’été, retranscris
comme jamais. Edward Yang (né à Shanghai,
exilé à Taïpei avec ses parents) a mis beaucoup
de ses propres souvenirs dans cette épopée
intime. Il était avec Hou Hsiao-hsien le grand
cinéaste de la nouvelle vague chinoise, sa mort
prématurée, en 2007, à 59 ans, nous prive pour
toujours de l’élégance de son regard.
44 GR AZIA • 31.08.2018
FESTIVAL
dU 31 AOÛT
AU 2 SePTeMBRe À PARIS (18e)
Rolling Paper #2, au BAL.
Pour la deuxième fois, le BAL,
grand lieu parisien de la
photographie, accueille Rolling
Paper : un festival dédié à l’édition
photo indépendante, 19 jeunes
éditeurs invités (dont les éditions
1991, qui signent des fanzines
photos à la beauté punk), des
présentations de livres en cours
de réalisation, des printing
shows, des mix, des concerts :
ça grouille, et c’est bien.
PHOTOS : NICK ASH ; MASSIMO LO BIANCO ; © 1991 KAILIDOSCOPE, T.D.R ; BERANGERE FROMONT/SEPTEMBER BOOKS ; COLL. LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE ; DR
à la Cinémathèque française.
sorties
CINÉMA
JUSQU’AU 24 SePTeMBRe
À PARIS (12e)
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
P.A.R.O.S.H.
138/139 Galerie de Valois - Palais Royal - Paris parosh.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
AgendA
CINÉMA
Le 5 SePTeMBRe
(FRAnCe, QATAR, MAROC, 1 H 20)
Sofa de Meryem Benm’Barek.
Après un déni de grossesse,
Sofia, une jeune Marocaine de
20 ans, accouche à l’hôpital
de Casablanca. Elle a alors
vingt-quatre heures pour
retrouver le père et éviter les
poursuites qu’elle encourt en
mettant un enfant au monde
hors mariage. Quand le thriller
social pousse à poser un
autre regard sur la place des
femmes dans le monde arabe.
EXPO
À MARSeILLe
Rentrée de l’art contemporain
Le 31 AOÛT
Bloom de Troye Sivan (Capitol).
Si l’été s’achève pour de bon, alors
autant lui faire des adieux dignes de
ce nom, champagne et bubble gum
au menu, en compagnie du flamboyant
Troye Sivan. Cet éphèbe australien de
23 ans, bébé star queer du Net devenu
BFF d’Ariana Grande, cumule les
miles pop dans son deuxième album.
Le tube de la rentrée se trouve quelque
part dans ce disque hautement racé.
Notre cœur fait Bloom.
TÉLÉ Le 4 SePTeMBRe SUR ARTe
Révolutions sexuelles,
le droit au plaisir, à 20 h 50.
DANSE
JUSQU’AU 14 SePT. À PARIS
K-Pop Academy, à Paris (2e et 16e).
Des avant-gardes du début du
XXe siècle à la Beat Generation
jusqu’aux manifestations
de 2017 contre les violences
faites aux femmes, retour
sur ces luttes culturelles
salutaires qui ont contribué à
réduire les inégalités femmeshommes. N’éloignez pas les
enfants, il se pourrait qu’ils
en prennent de la graine
pour faire avancer demain.
Vous êtes fans de K-Pop mais ne
parlez ni le coréen ni ne dansez
comme une gamine de Séoul,
on a une solution pour vous.
Le Centre culturel coréen reçoit
pour la troisième fois la K-Pop
Academy. Quinze jours de stages
gratuits de chant, de danse et
même, vendredi 31 août, une
« Soirée de la beauté coréenne »,
avec les meilleurs make-up artists
de Corée. Plus pop, tu meurs.
SIO NS
Par diane JACQUS, rédactrice culture
Un LIVRe : Autoportrait d’Helmut newton
(Robert Laffont). Plongez dans l’histoire
de l’un des plus grands photographes
de mode. Plus qu’une autobiographie,
un roman d’aventures : adolescent juif
dans le Berlin nazi, gigolo à Shanghai,
et prisonnier en Australie, avant de
rejoindre le Vogue. Tendu, sexy, culte.
46 GR AZIA • 31.08.2018
Deux nouvelles expositions
sonnent le réveil de La Friche,
avec « Chroniques parallèles », qui
réunit les artistes lauréats du prix
Audi talents 2017, et « Noss Noss »,
qui se penche sur les questions
de frontières, d’expériences, de
migrations. De quoi se rencontrer,
échanger et surtout se réunir sur
le rooftop pour fêter la venue du
Couscous Clan, un projet commun
de Rodolphe Burger et Rachid
Taha. On en reprend, deux fois.
Un FILM : Le monde est à toi de
Romain gavras. Je n’osais pas en
rêver, Romain Gavras l’a fait. A savoir
réunir mes trois passions dans un film :
l’attitude d’Adjani, le champ lexical
de PNL et la skyline de Benidorm,
qui peuplent toujours à un moment ou
un autre mes étés. Mon monde, chico.
Un ALBUM : Pienso en tu Mirá de
Rosalía (Sony). Restons en Espagne
avec l’album à venir de cette néoflamenca irrésistiblement badass
dont je me repasse en boucle
le dernier single en date. Même
Almodóvar ne s’y est pas trompé
en lui offrant un rôle… A suivre.
PHOTOS : WIAME HADDAD ; DANIELLE DE GRASSE-ALSTON ; DANIEL D. TEOLI, JR./LES BATELIÈRES ; CENTRE-CULTUREL-COREEN ; FRONTIÈRES FLUIDES-MOHAMMED LAOULI ; DR
à la Friche La Belle de Mai.
MUSIQUE
ES
3 OBS
Le 1eR SePTeMBRe
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
B O N P O I N T. C O M
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
La BD
52 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Disponible dans les boutiques
APOSTROPHE et sur georges-rech.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
I
R O
FALL WINTER 18 COLLECTION IROPARIS.COM
AVAILABLE IN STORES / ONLINE WORLDWIDE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
D E
L A
S E M A I N E
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MODE
Parr
time job
01
Le célèbre photographe
anglais Martin Parr a été
mandaté par Gucci pour
mettre en scène les nouvelles
montres de la maison, ainsi
que sa prochaine collection
Homme. Le résultat
est, forcément, drôle et
flamboyant. Par Philippe AZOURY
D
Photos de Martin Parr
extraites du lookbook
Gucci Croisière 2019
Hommes.
epuis la fn juillet, d’étranges
images troublent votre
Instagram. Des photos de
mains bigarrées, portant
au poignet des montres
dont le design fashy laisse peu de doute
sur la marque qui les dessine : tiens,
des Gucci ! D’ailleurs, les afcionados
auront reconnu des « G-Frame », des
« G-Timeless », ou noté la présence
exclusive de la « Eryx » et de la superbe
« Le Marché des Merveilles Secret
Watch », deux nouveautés de la marque
designées par Alessandro Michele.
A la bonne heure… Le style des
photographies aussi rappelle quelqu’un.
Il a quelque chose d’anthropologique,
mais à condition que ce domaine
scientifque ait été laissé aux mains d’un
Anglais facétieux. Un œil qui aurait
la dent dure. Avec ces couleurs et ce
décalage, ça ne peut être que Martin
Parr, le photographe vivant le plus connu
dans le monde – le plus polémique, aussi.
On l’aime ou on le craint pour les mêmes
raisons : sa façon cruelle de croquer
ceux qu’il photographie. La méchanceté,
Parr s’en défend. Il parle d’humour, un
brin moqueur, et rappelle qu’il n’est pas
GR AZIA • 31.08.2018 57
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
1
2
DÉTOURNEMENT HAUTE COUTURE
Pour Gucci, il a eu carte blanche.
Et la liste des lieux de shooting donne
le vertige : le château Chatsworth House
dans le Derbyshire, le restaurant Bibo
à Hong Kong, la boutique de disques
Waltz à Tokyo, la Biblioteca Angelica
à Rome, la librairie Maison Assouline
à Londres, le musée LACMA à
Los Angeles, le Castello Sonnino de
Montespertoli, le Gucci Garden à
Florence et l’atelier de Dapper Dan
à Harlem. La griffe italienne développe
en effet, en parallèle, une collection avec
le tailleur génial qui, le premier, a donné
du style au mouvement rap. Toutes
les images se retrouvent sous le hashtag
#TimeToParr. L’histoire aurait pu
se terminer là, mais la marque, célèbre
pour ses détournements haute couture
des codes de la rue, et le photographe,
« école street famboyante », ont décidé
de poursuivre leur collaboration. Ces
58 GR AZIA • 31.08.2018
3
1. Montre
« G-Frame »
par Martin
Parr, à la
Biblioteca
Angelica
de Rome.
2. et 3. La
nouvelle
collection
Gucci
Homme.
PHOTOS PAGES PRÉCÉDENTES ET CI-CONTRE PAR MARTIN PARR, EXTRAITES DU LOOKBOOK GUCCI CRUISE 2019 HOMMES
si différent de ceux dont il tire le
portrait. Il a pressé la sève excentrique
de l’Angleterre, puis, en voyageant,
a transformé le monde en
Commonwealth de l’absurde.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
1
4
derniers jours pullulent sur les réseaux
des images de la collection à venir,
avec des mannequins propulsés sur la
Croisette, à Cannes, au milieu des corps
pas toujours très jeunes mais bronzés
« dessus dessous » – ces retraités cramés
qui fascinent tant le photographe depuis
des années. Parmi des mannequins
pourtant no limit, ils sont comme des
poissons dans l’eau. Excentriques depuis
trop longtemps, imbattables à ce petit
jeu, ils jettent un œil sur ces millennials,
avec l’air de dire « Oui, pas mal, encore
un peu trop classique, mais pas mal... » •
3
60 GR AZIA • 31.08.2018
@PHILIPPEAZOURY
1. Montre
« G-Timeless »
par Martin
Parr à Castello
Sonnino,
Florence.
2. et 3. Sur la
Croisette, le
photographe
anglais
pratique le
détournement
haute couture.
4. Montre
« G-Timeless »
par Martin
Parr au Gucci
Garden,
à Florence.
PHOTOS PAGES PRÉCÉDENTES ET CI-CONTRE : PHOTOS PAR MARTIN PARR, EXTRAITES DU LOOKBOOK GUCCI CRUISE 2019 HOMMES
2
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
De quel constat êtes-vous partie pour réaliser
votre documentaire ?
De la défance qu’expriment les Français vis-à-vis
des médias. Elle vient à mon avis du fait que la
presse n’a peut-être pas évolué au même rythme
que le monde. Les journalistes s’interrogent
beaucoup sur la manière de capter l’attention
– notamment grâce aux outils technologiques –,
et moins sur le fond, la qualité.
Ce constat est-il vraiment nouveau ?
Nous n’avons jamais été autant informés et
jamais la défance n’a été si grande. Les fake
news se multiplient, les erreurs aussi, et
sont souvent dupliquées sans vérifcation…
On pourrait parler de « junk news » comme
on parle de « junk food ». Un trop-plein
qui fait que l’on a besoin d’y voir clair,
d’apprendre à s’informer correctement.
Quels sont les intervenants de votre film
qui peuvent apprendre à bien s’informer ?
Nous avons rencontré des journalistes comme
Elise Lucet ou Fabrice Arf, l’économiste
Julia Cagé, le sociologue Jean-Marie Charon…
Nous sommes surtout allés à l’étranger, voir
le Guardian, Positive News. Nous avons suivi
une réunion de médias américains réféchissant
au traitement de certains sujets – l’injustice
sociale ou la pauvreté –, aux mots qu’ils
utilisent… Avec, en toile de fond, la question
que nous renvoie le journaliste Stéphane Paoli :
« Suis-je encore un bon narrateur du monde ? »
Qu’est-ce qui est mis en place pour regagner
la confiance ?
ENTRETIEN
02
« On pourrait parler
de junk news »
La journaliste Anne-Sophie Novel a levé 20 000 €
en crowdfunding pour finaliser la réalisation de son
film, Les Médias, le monde et moi. Il questionnera le
manque de confiance du grand public vis-à-vis de
la presse. Par Jean BERTHELOT DE LA GLÉTAIS Photo Yves SALAÜN
@JBGPRESSE
62 GR AZIA • 31.08.2018
Par exemple, nous avons pu constater que
des médias, aux Etats-Unis, avaient créé
un poste d’« impact editor », à mi-chemin
entre journalisme, relations aux ONG et liens
avec les lecteurs. Sans devenir militants, ils
s’assurent que leurs investigations ont un impact
dans le temps, créent le débat. En France,
on en est encore à faire une enquête
en espérant que la société s’en empare.
Y a-t-il des initiatives intéressantes en France ?
La presse régionale est assez en avance.
A Nice-Matin, les journalistes ont créé un rapport
de confance avec leurs lecteurs. Nous avons suivi
une rencontre avec leurs abonnés les plus fdèles,
avec qui ils échangent sur tous les sujets, dont ils
écoutent les attentes. En trois ans, ils ont multiplié
par neuf leur nombre d’abonnés numériques.
Mais il ne s’agit pas de donner des recettes miracles.
Je veux d’abord poser des questions et susciter
le débat, donner des outils pour que dans
des festivals, dans des écoles, on s’empare
de la question de l’information. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ENQUÊTE
Les disparues de L.A.
03
L
Juillet
2010, aux
abords
de South
Central, un
panneau
annonce
la fin de la
croisade
meurtrière
du « Grim
Sleeper » et
affiche le
portrait de
douze de ses
victimes.
64 GR AZIA • 31.08.2018
a blonde et le tueur »
En août 2010, la
journaliste Cécile
Delarue, fraîchement
installée en Californie,
consacre un article, dans Grazia,
à l’arrestation du Grim Sleeper.
« Accusé du meurtre et du viol de
dix femmes, c’est le dernier serial
killer en date à Los Angeles »,
écrit-elle. La police vient de
lui mettre la main dessus, alors
que Lonnie Franklin Jr. sévit
depuis 1987 dans le quartier
de South Central, au sud de
la ville. Et c’est un reste de
pizza qui a permis d’opérer les
recoupements ADN nécessaires.
La jeune femme choisit alors de
raconter l’histoire par le biais de
Christine Pelisek, dont l’enquête
obstinée pour le LA Weekly a
largement contribué à la capture
du tueur. « J’avais oublié le plus
important, raconte Cécile
Delarue, les victimes. » C’est
pour elles qu’elle a écrit ce
livre (1), pour « toutes ces femmes
qui se sont évanouies, évaporées
sans que personne ne cherche
vraiment ce qui avait pu leur
arriver ». Sans qu’on ne sache,
encore aujourd’hui, huit ans
après l’arrestation et deux ans
après la condamnation à mort
de Lonnie Franklin Jr., combien
elles sont réellement.
L’ANTI-RÊVE AMÉRICAIN
Pour comprendre qui elles
étaient et comment ce prédateur
a pu agir aussi longtemps sans
être inquiété, la journaliste est
allée à la rencontre des familles,
d’une survivante, des fics du
LAPD (Los Angeles Police
Department), de la procureur, de
journalistes spécialistes des faits
divers. Chacun a sa version, mais
tous racontent l’envers du décor,
l’anti-rêve américain. Les parents
d’Alicia Monique Alexander,
morte à 18 ans en septembre
1988, y croyaient pourtant, à ce
rêve américain, celui qui veut
que tout est possible, qui que
tu sois. Ils se sont installés dans
un pavillon coquet, le père est
devenu paysagiste. « C’était un
peu comme dans le Cosby Show.
Mais de nombreuses familles
comme la leur ont compris que
c’était une illusion : les aides
sociales ont été réduites, les
emplois ont disparu, il n’y avait
pas assez de fics, le crack a tout
fchu en l’air… », explique la
journaliste. Pendant des années,
la police n’a rien dit à Mary et
Porter Alexander. Leur flle était
morte, point à la ligne. C’est
Christine Pelisek, du LA Weekly,
PHOTO : NICK UT/AP/SIPA
Entre 1985 et 2007, un serial killer a sévi dans les rues de South Central,
quartier défavorisé de Los Angeles, s’attaquant à des femmes noires. La police
a-t-elle failli, les autorités auraient-elles agi autrement à Beverly Hills ? Dans
son livre Black-out, la journaliste française Cécile Delarue s’interroge. Par Lise MARTIN
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
1
2
qui leur révèle, vingt ans après
les faits, qu’Alicia est l’une des
nombreuses victimes d’un serial
killer. Les Porter sont fatalistes :
la police n’a pas grand-chose
à faire d’eux. La plupart
des habitants de South Central,
connu pour les émeutes de 1992
(63 morts), pensent de même.
NI BLANCHES NI RICHES
C’est aussi l’histoire d’un
quartier que raconte Black-out.
Le passé du tueur, sa réputation
de garagiste débrouillard, sa
Ford Pinto orange, sa méthode
pour se débarrasser des corps…
Cécile Delarue refait l’enquête,
mais elle prend des chemins de
traverse, délaissant cet univers
de polar pour s’aventurer dans
le champ de la sociologie : South
Central est une zone délimitée
par l’autoroute 10, où les
habitants de Beverly Hills ou
de Santa Monica ne s’aventurent
jamais. Dans les années 80, le
crack y saccage tous les espoirs.
« La “solution”, pour beaucoup,
66 GR AZIA • 31.08.2018
va être simple, souligne l’auteure.
Soit plonger dans la drogue, avec
les autres. Soit la vendre, pour
s’en sortir. Le trafc explose,
les gangs feurissent, s’arment,
deviennent de plus en plus
dangereux. Et la criminalité bat
tous les records. » Pour les
femmes, c’est pire : « La drogue
pousse à la promiscuité sexuelle,
elles tombent enceintes très
jeunes, n’arrêtent pas de se
droguer pour autant. » Il y a aussi
celles qui sont prêtes, pour
quelques cailloux, à vendre
leur corps, à monter dans une
voiture. Comme celle de Lonnie
Franklin Jr. La question centrale
du livre est de savoir si ces
crimes ont duré si longtemps
parce qu’ils concernaient des
femmes, noires, pauvres. Une
militante l’assure à la journaliste :
« Si ces flles étaient blanches et
étaient mortes à Beverly Hills ou
à Bel Air, elles auraient fait la une
des journaux, leur assassin aurait
été trouvé une semaine plus
tard. » Cécile Delarue, qui vit
dans un quartier privilégié de
la ville, commente : « Dans mon
coin, dès qu’un SDF marche dans
la rue, on reçoit un e-mail… » Les
autorités ont-elles failli, le LAPD
est-il raciste, ou bien n’est-ce
qu’une question d’argent ? « Ces
femmes qui sont mortes dans
l’indifférence presque générale,
ce n’est pas parce qu’un pouvoir
blanc raciste estimait qu’elles
devaient mourir. C’est plutôt
parce qu’il se fche de qui n’est pas
blanc et riche, affrme Cécile
Delarue. Bien sûr, ceux qui vivent
à South Central sont humains.
Mais ils sont quantité négligeable.
D’abord, parce qu’ils sont noirs.
Et parce qu’ils sont pauvres. Ils
ont perdu à la loterie du rêve
américain, alors ils n’ont pas voix
au chapitre. » Une telle histoire
serait-elle encore possible ?
Une chose est sûre : des années
après, la défance entre les
habitants et la police est toujours
là. « J’ai assisté à une réunion de
la Community Coalition, une
association montée après les
émeutes de 1992, confe Cécile
Delarue. Lors d’un atelier, une
femme a demandé si, en cas de
problème, il n’y aurait pas un
numéro ou une appli pour
signaler le danger. Pour éviter
d’avoir à appeler la police… » •
(1) Black-out, les disparues de South
Central (éd. Plein Jour, 240 pages).
1. 2. Enietra
Washington,
l’unique
survivante,
et de
nombreuses
familles de
victimes ont
témoigné
au procès
du tueur.
3. Le 6 juin
2016, Lonnie
Franklin Jr. a
été reconnu
coupable de
dix meurtres
et d’une
tentative de
meurtre par
la Cour
supérieure
du comté de
Los Angeles
et condamné
à mort.
@LISE_MART
PHOTOS : AL SEIB/LOS ANGELES TIMES VIA GETTY IMAGES ; TED SOQUI/CORBIS VIA GETTY IMAGES
3
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANALYSE
04
Larmes
à gauche
Au Nicaragua, le président Daniel
Ortega a réprimé la rébellion populaire.
Mais la jeunesse ne désarme pas.
Par Bertrand ROCHER Photo Nicolas CLEUET
I
ls veulent faire disparaître notre espoir, mais
ils n’y arriveront pas », lit-on sur les pancartes
des manifestants, dans les rues de Managua.
« Ils » ? Le président du Nicaragua, Daniel
Ortega, et sa femme, la poétesse Rosario
Murillo, surnommée « la sorcière ». De fait, il y a
longtemps qu’Ortega, qui triomphait en 1979
de la dynastie dictatoriale des Somoza dans ce
petit pays d’Amérique centrale, n’a plus rien
d’un révolutionnaire. Soumis aux multinationales
américaines, l’ex-guérillero sandiniste de 72 ans,
revenu au pouvoir en 2007 après une parenthèse
de dix-sept ans, a transformé le régime en
dictature. Las de voir la démocratie bafouée,
rincé par la crise, le peuple a explosé. En avril,
les étudiants ont pris la tête de la fronde. Et
l’ont chèrement payé, cible d’une répression
qui fédère police, forces armées et milices
paramilitaires. Bilan ? Plus de 300 morts, selon
des ONG. Un massacre, à l’échelle d’un pays de
6 millions d’habitants. Depuis que le « couple
présidentiel » a commis l’irréparable en faisant
tirer sur les manifestants, certains n’hésitent plus à
les comparer aux époux Ceausescu… Revenu de
reportage, le photographe Nicolas Cleuet dresse
un constat amer : « Il y a une impression trompeuse
de retour à la normalité car on sent partout la peur
et l’inquiétude. On a tiré sur des enfants ! L’espoir
vient d’une jeunesse mondialisée, moins conservatrice
qu’une société où l’Eglise demeure incontournable. »
Les opposants semblent n’avoir pas désarmé. Le
18 août, quatre mois jour pour jour après le début
de la révolte, ils étaient encore plusieurs milliers
dans les rues à réclamer le départ d’Ortega. •
68 GR AZIA • 31.08.2018
Les opposants à Daniel
Ortega célèbrent leur
100e jour de « rébellion
civique », le 26 juillet,
à Managua, la capitale
du Nicaragua.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Françoise
Dolto dans les
années 60.
d’autres origines, notamment
génétiques. Son approche de
l’adolescence, le fameux
complexe du homard, est à côté
de la plaque : affirmer qu’un ado
qui pique sa crise augure mieux
qu’un jeune sans histoires, c’est
affligeant. Et que dire du fait
qu’elle ait signé une pétition en
1977 réclamant la dépénalisation
des relations sexuelles avec un
mineur “consentant”… » (voir la
chronique de Sarah Constantin
sur la loi Schiappa, p. 72, ndlr).
DÉBAT
05
Allô mamans
Dolto
Trente ans après la disparition de Françoise Dolto,
son legs reste sujet à controverse. Grazia donne
la parole à l’accusation, très minoritaire, et à la défense
de la pédopsychanaliste Par Bertrand ROCHER
I
ls ont en commun d’avoir
publié des ouvrages sur
Françoise Dolto. Mais
quand le psychothérapeute
Didier Pleux l’accable, la
pédiatre Edwige Antier l’encense.
ÉTAIT-ELLE LAXISTE ? Didier Pleux, auteur
de Génération Dolto (Odile
Jacob) : « Grâce à Françoise
Dolto, le jeune enfant n’est plus
une “chose”. C’est considérable.
Mais son enseignement a pris
un coup de vieux : nos patients
ont changé. Loin d’être écrasés
par l’autoritarisme, ces petits rois
doivent surtout apprendre à
70 GR AZIA • 31.08.2018
gérer leur frustration, surstimulés
qu’ils sont par le consumérisme
et l’individualisme. Je reproche
à Dolto, en bonne lacanienne,
d’avoir tout psychanalysé
à l’excès. Son discours a
contribué à fragiliser pères et
mères, tétanisés par la peur de
mal faire et culpabilisés d’être
exigeants. De la “bienveillance”
à la démission, il n’y a qu’un pas
que Dolto a, hélas, favorisé. Plus
grave, sa lecture de l’autisme,
la dépression ou l’anorexie a fait
des ravages. On sait désormais
que ces pathologies ne sont
pas imputables aux relations
avec les parents, mais possèdent
A lire :
Le Complexe
de Thétis, se
faire plaisir,
apprendre
à vivre de
Didier Pleux
(Odile Jacob).
J’aide mon
enfant à avoir
confiance en
lui d’Edwige
Antier (Robert
Laffont).
@BERTYROCHER
Edwige Antier, auteur de
Dolto en héritage (Pocket) :
« Personne n’a su écouter et
comprendre les enfants comme
elle. Et je suis sûre que sa passion
communicative a provoqué
un boom de la natalité,
quand le discours à la mode
sur l’empoisonnant “enfanttyran” contribue à son reflux.
Heureusement, l’éducation
bienveillante vient corriger la
tendance : et c’est Dolto, avant
Montessori, qui en a posé les
bases. Les pays nordiques ont
prouvé que le développement
cognitif et affectif de l’enfant est
favorisé par l’encouragement,
la stimulation. Pas par les cris,
les tapes ou les baby-sitters
numériques, comme les tablettes
et consoles. Permissive, Dolto ?
Ceux qui pensent ça l’ont mal
lue. Elle voulait tout comprendre.
Pas tout permettre. De même,
n’a-t-elle jamais culpabilisé les
parents d’autistes, contrairement
à Bruno Bettelheim. On
fait un mauvais procès à la
psychanalyse : sans elle, la
pédopsychiatrie serait incapable
de chasser les “fantômes des
berceaux”. Seul bémol : sa
position sur le consentement.
D’autant plus surprenante
qu’elle a démontré combien
l’appréhension de la sexualité
chez l’enfant n’avait rien à voir
avec celle d’un adulte. » •
PHOTO : MICHEL BRABO/OPALE/LEEMAGE
… OU BIENVEILLANTE ? РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
#COMPTOIRSTORIES
Suzanne, danseuse et défricheuse,
aime Comptoir des Cotonniers
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
POUR OU CONTRE…
A quoi sert la loi Schiappa ?
Adoptée début août, la loi contre les
violences sexistes et sexuelles portée
par la secrétaire d’Etat chargée de
l’Egalité femmes-hommes rencontre
une vive opposition. Vraie avancée
ou effet d’annonce ? Par Sarah CONSTANTIN
« LA DÉCEPTION EST GRANDE »
Présentée comme l’une des « grandes causes
du quinquennat » par Emmanuel Macron, la loi
contre les violences sexistes et sexuelles avait
déjà été critiquée en première lecture, au mois
de mai. Deux cent cinquante personnes du corps
médical, associatif et militant lançaient alors
un appel au Président pour modifier
l’article 2 du projet et retirer la notion « d’atteinte sexuelle avec pénétration », craignant une correctionnalisation du viol sur mineur
(c’est-à-dire une minimisation
de sa gravité). Retoquée par le
Sénat, cette partie de la loi avait
été abandonnée par Marlène
Schiappa. Mais la version finale
du texte, votée au milieu de l’été
devant une Assemblée aux troisquarts vide, n’a pas eu plus de succès.
Dans une tribune publiée sur le site du JDD le
19 août, cent personnalités ont dénoncé un texte
« vide », et une « malhonnêteté intellectuelle »
visant à « faire croire à l’opinion publique que
cette loi pose un seuil de non-consentement
pour les mineurs de 15 ans ». Définir un âge du
consentement sexuel était en effet au cœur de la
communication du ministère, suite à de terribles
affaires judiciaires fin 2017 – deux viols sur
des fillettes de 11 ans commis par des hommes
majeurs. L’un avait été requalifié en atteinte
sexuelle (soit un délit et non un crime) et l’autre
avait débouché sur un acquittement, créant un vif
débat de société. La secrétaire d’Etat avait annoncé
qu’une « présomption de non-consentement » serait
fixée pour les mineurs, comme cela existe déjà
en Angleterre, Belgique et Suisse. Cette promesse
a été évincée du texte. Pour Muriel Salmona,
psychiatre, présidente de l’association Mémoire
72 GR AZIA • 31.08.2018
traumatique et victimologie et signataire de la
tribune, « la déception est grande, et elle s’est
transformée en colère. Cette loi ne changera rien
par rapport au système pénal actuel. On restera
sur du cas par cas en ce qui concerne les mineurs.
Le problème de fond, c’est qu’on traite les viols
sur enfants de la même manière que les viols sur
adultes. Or pour un enfant, il se peut qu’il n’y
ait ni violence, ni contrainte, ni menace, car
les viols sont commis à 96 % par des proches ».
« LA LOI NE PEUT PAS TOUT »
Alexandra Louis, rapporteur du projet de loi,
le défend. « Aucune disposition légale n’imposait
au juge de prendre en compte la minorité en cas
d’agression sexuelle ou de viol, et nous
l’avons inscrite dans la loi, dit la
députée LREM. Nous n’allons
peut-être pas aussi loin que ce
que les associations voudraient,
mais il faut comprendre que
le droit pénal ne peut pas être
modifié chaque année au gré
des humeurs. Et le Conseil
constitutionnel l’a dit : une
présomption de non-consentement
serait frappée d’inconstitutionnalité,
car cela porte atteinte à la présomption
d’innocence. Le législateur est là pour maintenir
l’équilibre entre les droits des victimes et les
libertés fondamentales. » Les autres mesures du
texte sont parfois bonnes, comme le délai de
prescription passant de vingt à trente ans pour les
crimes sexuels commis sur mineurs, mais parfois
bancales, comme la verbalisation du harcèlement
de rue, à laquelle nous avions consacré une
chronique démontrant la difficulté de sa mise
en place (Grazia n° 437). « La loi ne peut pas tout,
martèle la députée. Il faut une prise de conscience
collective. Ne plus se taire, c’est déjà faire avancer
les choses. » On aimerait y croire… •
@SARAHCONSTANTIN
PHOTO : MICHAEL BAUCHER/PANORAMIC/STARFACE
06
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
#COMPTOIRSTORIES
Suzanne, danseuse et défricheuse,
aime Comptoir des Cotonniers
MODE
07
L’éthique en boutique
Jusqu’au 10 octobre, les Galeries Lafayette proposent Go for Good,
une opération commerciale inédite destinée à valoriser une mode
plus engagée et responsable. Explications. Par Caroline HAMELLE
Capsule
exclusive
Stella
McCartney
pour Go
for Good.
74 GR AZIA • 31.08.2018
E
n direction du bien.
CÕest ainsi quÕon
pourrait traduire
lÕinitiative de rentrŽe
des Galeries Lafayette.
La grande enseigne parisienne
a choisi de mettre en avant pr•s
de 500 marques (tous domaines
confondus) « œuvrant pour
la transformation du commerce
et s’inscrivant dans une logique
de progrès », dixit le dossier
de presse. Objectif ? Contribuer
au dŽveloppement durable.
Pour asseoir cette dŽmarche,
les Galeries se sont adjoint les
services dÕambassadrice de Stella
McCartney, chantre dÕune mode
dŽsirable et responsable. « C’est
probablement la première fois
qu’un projet de cette ampleur voit
le jour, commente la crŽatrice.
Les rares fois où j’ai été approchée
par des initiatives similaires,
ça semblait confus et ne servir que
l’intérêt de ceux qui le faisaient,
ou suivre une tendance. »
Seront Žgalement proposŽs :
des opŽrations de sensibilisation
avec un talk dŽdiŽ, une collecte
de textile, la prŽsence de
Panoply, un service de location
de v•tements, ou encore une
brocante permettant dÕacquŽrir
les anciens ŽlŽments de dŽcor du
grand magasin. Un dispositif qui
arrive six ans apr•s le dŽbut de
la mise en place dÕune politique
dans ce sens en interne. « Il
PHOTO : DR
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
n’était pas possible d’en parler
aux clients sans fondamentaux »,
explique Damien Pellé, le
directeur du développement
durable. Les Galeries Lafayette
ont donc commencé par balayer
devant leur porte : « Etre
entrepreneur responsable et
solidaire, ça commence par
s’occuper de nos collaborateurs.
Ensuite, il fallait qu’on s’impose
comme acteur de la transition
écologique en travaillant sur
l’impact de nos transports, de
nos déchets, de notre énergie, de
nos magasins. » Les Galeries ont
désormais une électricité 100 %
renouvelable, 50 % de leur
catalogue est en papier recyclé,
tous leurs sacs de caisse aussi,
et leurs invendus sont donnés
à Emmaüs Defi. Et pour leur
propre marque, elles ont mis
en place une politique d’audit
social. « La plupart des marques
auditent le rang “un”, soit le
confectionneur. Nous sommes
76 GR AZIA • 31.08.2018
allés au-delà, en vérifiant
tous les maillons de la chaîne,
y compris la récolte de la matière
première pour certains produits »,
poursuit Damien Pellé.
ÉVEIL DES CONSCIENCES
Le résultat, c’est la ligne Go
for Good (anciennement
Fashion Integrity) qui existe
depuis déjà six saisons. « On ne
fait pas encore tout bien, tempère
le professionnel. D’ailleurs sur
notre site web dédié, on publie
une page qu’on a appelée Les
limites. » Les Galeries ont posé
un cahier des charges pour
l’occasion : chaque marque qui
rejoint le mouvement doit donc
répondre à au moins un critère
environnemental, social ou local.
Une évidence pour Patagonia ou
la griffe de joaillerie éthique Jem.
Plus délicat pour des marques
comme Claudie Pierlot ou
Zadig & Voltaire, la question
du développement durable
ne faisant pas partie de leur
business model. Les Galeries ont
donc raisonné par produit : « On
ne peut pas savoir tout ce qu’une
entreprise fait, souligne Damien
Pellé. Aucune n’est 100 % Go
for Good, elles ont une offre plus
ou moins développée en ce sens. »
Grâce à cette initiative, Claudie
Pierlot s’est engagée à faire une
capsule « Claudie Loves Green »,
dont un sweat-shirt en coton
biologique et un jean brut qui
fait appel au délavage durable
et Zadig & Voltaire des T-shirts
en coton issu de l’agriculture
biologique certifié GOTS
(Global Organic Textile
Standard). Pour Nayla
Ajaltouni, coordinatrice du
collectif Ethique sur l’étiquette,
il était temps : « La question
de l’impact environnemental
de l’industrie textile (la deuxième
industrie la plus polluante
au monde, ndlr) et celle des
conditions de travail ont enfin
pénétré le débat public et les
consciences des consommateurs. »
Mais cela ne suffit pas :
« L’effondrement du Rana
Plaza, c’était il y a cinq ans, le
scandale des sweat-shops de
Nike, en 1996… A quel moment
considère-t-on que cette politique
des petits pas doit se transformer
en grandes enjambées ?
C’est en réalité tout son modèle
économique qu’il faut définir
sur des bases saines pour être une
marque responsable. Quelques
collections capsules n’ont aucun
impact. » Guillaume Houzé,
directeur de l’image et de la
communication du groupe, en
est pourtant sûr : « Go for Good
n’est pas une énième opération
commerciale. C’est un sillon
qu’on veut tracer dans le temps,
qui va s’accentuer et s’accélérer. »
Ce serait même une première
étape pour certaines marques
qui prendraient ainsi le train en
marche. Il n’est jamais trop tard
quand une conscience s’éveille. •
@CAROLINEHAMELLE
Collection
Stella
McCartney,
automnehiver 2018.
PHOTO : DR
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANALYSE
08
Happiness therapy
Apprendre à être heureux dans les classes de
Delhi. Des cours de « belle vie » à Yale. Et si la clé
du bonheur se trouvait à l’école ? Par Sarah CONSTANTIN
PHOTO : ABBIE TRAYLER SMITH/PANOS-REA
L
es enfants heureux
apprennent plus vite,
pensent de manière
plus créative, se font des
amis plus facilement. »
Début juillet, en Inde, le
ministre de l’Education
de Delhi préparait les
esprits, sous le hashtag
#HappinessCurriculum :
quelques semaines plus tard,
lors de la rentrée scolaire, tous
les élèves de moins de 14 ans
des établissements publics de
la métropole auront droit à
leur « cours de bonheur » (le
tout inauguré par le dalaï-lama
en personne). Le concept ?
Quarante-cinq minutes
quotidiennes pour penser à ce
qui rend heureux et être dans
le partage. Les outils ? Chansons,
histoires, méditation, exercices
de « pleine conscience »… Le
but ? Remettre l’humain au cœur
de l’apprentissage, lutter contre
l’absentéisme et freiner la course
à la performance. Le recul
manque encore, mais le principal
d’un collège l’a déjà confé au
Times of India : « La journée
commence sur une note joyeuse.
L’indiscipline a diminué et les
professeurs sont moins nombreux
à se plaindre. » La capitale
indienne n’est pas la première
à s’aventurer sur le terrain
du bonheur à l’école. Côté
occidental, la fondation MindUP
gagne du terrain. Lancée aux
Etats-Unis en 2003, puis
implantée dans une dizaine
d’autres pays, elle propose
un programme de méditation
en pleine conscience et de
relaxation aux enfants afn
d’améliorer leur concentration.
Plus de 6 millions d’écoliers
en auraient déjà bénéfcié. Et
en France ? Le livre Calme et
attentif comme une grenouille,
de la Néerlandaise Eline Snel
(Les Arènes), qui explique
comment aider les petits à mieux
gérer leur stress fait un carton.
Et la méthode associée
commence à être expérimentée
dans les écoles. Mais tout ce qui,
dans l’apprentissage scolaire,
s’éloigne des connaissances
intellectuelles empiriques
continue de susciter la frilosité.
« L’école produit des générations
de jeunes mal dans leur corps,
hyperangoissés vis-à-vis du regard
de l’autre, mal à l’aise quand il
s’agit de prendre la parole devant
un groupe, d’affrmer un point de
vue, parce que le corps est crispé,
verrouillé : on ne nous apprend
pas à le connecter à notre tête.
Un exemple : même pour l’action
la plus basique du corps, aller
aux toilettes, il faut demander
l’autorisation », affrme Marine
Parmentier, fondatrice du studio
Mirz Yoga (1) qui donne des
cours de yoga et de méditation
ludiques pour enfants à Paris.
RIGIDITÉ FRANÇAISE
La France serait donc à la traîne ?
Le constat est partagé par la
médecin et psychothérapeute
Nathalie RapoportHubschman (2). Selon elle, la
France est très en retard par
rapport aux pays anglo-saxons,
où la place des émotions est plus
centrale : « Le système éducatif
à la française reste rigide, centré
sur la méthode de l’entonnoir,
avec le prof qui parle et l’enfant
qui écoute. Très peu de place est
donnée à l’équilibre personnel, au
bien-être, à l’interaction et aux
émotions. On est toujours dans le
rationnel. Mais quand on parle de
bonheur, on ne parle pas que de
quelque chose d’abstrait. Il sufft
de le lier à des questions de santé
pour que cela devienne beaucoup
plus concret. » Ce sont justement
ces questions de santé (anxiété
croissante chez les enfants, se
transformant parfois en burn-out
chez les étudiants) qui ont donné
à Laurie Santos l’idée de créer un
cours centré autour du bonheur
et du bien-être. « Psychology and
the Good Life », fréquenté par
près d’un quart du campus de
l’université américaine de Yale
depuis son lancement au début
de l’année, propose différentes
stratégies pour accéder au sacrosaint bonheur : prendre du temps
pour soi, bien dormir, méditer,
faire du sport, parler à un ou une
inconnue, ou accomplir une
bonne action chaque jour. « Une
partie de l’apprentissage du
bonheur ne se fait pas de manière
académique mais par un autre
type d’enseignement. Il faut aider
les étudiants à prendre de
nouvelles habitudes », complète
la prof. Nathalie RapoportHubschman l’assure de son
côté : « Le bonheur, c’est 50 %
de génétique, 10 % venant
des conditions de vie et 40 %
de ce que l’on en fait. On
ne naît avec les capacités d’être
heureux, mais on a tous la
possibilité d’apprendre à l’être.
On a l’impression que cette notion
est un sujet à la mode, mais
les philosophes de l’Antiquité
écrivaient déjà là-dessus. »
C’est peut-être le bon moment
pour (re)lire Aristote ? •
Depuis
juillet, près
de 1 million
d’élèves indiens
bénéficient
de 45 minutes
quotidiennes
d’apprentissage
du bonheur.
(1) Mirz-yoga.com
(2) Auteur des
Barrières
invisibles dans la
vie d’une femme
(éd. Albin Michel).
@SARAH
CONSTANTIN
GR AZIA • 31.08.2018 79
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
RÉCIT
L’arnaqueuse
09
D
ans le combiné, la voix, guère plus
forte qu’un murmure, disparaît parfois
sous le chant des cigales. Le souffe
est rauque, chaque phrase parsemée
d’hésitations, comme autant de regrets.
« C’est un calvaire, on se sent doublement lésés :
par une arnaqueuse d’abord, par la justice qui aura
traîné sept ans ensuite. Depuis le 26 décembre 2011,
j’ai l’impression de vivre la tête basse, je mériterais
donc ce qui m’est arrivé ? », s’interroge Juliette (1),
victime, comme 66 autres personnes, de celle que
la presse a surnommée « la Madoff de Touraine ».
Juliette se rappelle ce lendemain de Noël : « Le
village bruissait de la rumeur : Sylviane (Gigi, ndlr)
venait d’être arrêtée. » La quadragénaire découvre
en même temps le système de Ponzi : « Sylviane
promettait monts et merveilles, des placements à des
80 GR AZIA • 31.08.2018
taux mirobolants de 10 à 30 %. Mais les intérêts
versés aux premiers investisseurs étaient en fait payés
par les capitaux des nouveaux arrivants. On parlait
d’une arnaque de 4 à 6 millions d’euros. » Pendant
que le procès était reporté, à cinq reprises, Juliette
voyait sa carte bleue bloquée et accumulait les
dossiers de surendettement. « Je ne sais même plus
si j’attends quelque chose du juge », soupire-t-elle.
« PAS ENVIE D’ÊTRE LA RISÉE DE TOUS »
Le jugement, mis en délibéré depuis le procès
qui s’est tenu en mai dernier, devrait être rendu
le 6 septembre. « Je n’en parle jamais, je n’ai
pas envie d’être la risée de tous. C’est pourquoi je
n’ai pas voulu me rendre à l’audience. Oui, j’ai cru
à son histoire. Oui j’ai cru qu’une amie, ayant fait
carrière dans la banque, connaissait des bons plans
Une
soixantaine
de victimes
de Sylviane
Gigi et
de ses
placements
financiers
frauduleux
se sont
constituées
partie
civile.
DESSIN : PHILIPPE DELORD
En Indre-et-Loire, les victimes d’une chaîne de Ponzi attendent
le jugement de leur Madoff locale. L’ex-employée de banque Sylviane Gigi risque
trois ans de prison. Le verdict est attendu le 6 septembre. Par Caroline LUMET
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
municipale de Benais, durant deux mandatures.
Et puis ils l’ont connue employée de banque
à Bourgueil et à Saumur. Ce qu’ils ne savent pas
(la BNP a mené l’affaire avec discrétion pour
éviter toute mauvaise publicité), c’est qu’elle
n’a pas démissionné comme elle le clame. Elle
a été licenciée, en 2007, « pour des faits graves non
conformes à la déontologie ». Dans son entourage,
personne n’est épargné. Pas même Michel,
son ex-mari, qui a depuis obtenu le divorce, dont
elle aurait falsifé la signature afn de contracter
dix prêts pour plus de 200 000 euros. Pas même
son propre fls, au nom duquel elle emprunte
pour 233 000 euros. « Votre fls n’a pas eu la force
de venir. Vous n’êtes plus sa mère », assène Patrick
Descamps, l’avocat de ce dernier, lors du procès.
Une seule question taraude alors la salle : pourquoi ?
« Je voulais faire plaisir aux gens, assure Sylviane
Gigi à la barre. En aucun cas je n’ai voulu
m’enrichir sur leur dos. » Son avocat Philippe
Ottavy, qui évoque un besoin de « reconnaissance
sociale », confe à Grazia : « On a bien retrouvé deux
sacs Hermès et quelques vêtements mais elle en
distribuait aussi beaucoup en cadeau. Aujourd’hui,
elle vit de l’allocation adulte handicapé. »
La maison des
époux Hamon,
aujourd’hui
divorcés, a été
perquisitionnée
et mise sous
scellés peu
après la mise
en examen de
Sylviane Gigi.
@CAROLINELUMET
82 GR AZIA • 31.08.2018
pour obtenir des rendements de dingue et qu’elle
m’en faisait profter par amitié. Je ne suis pas
stupide, aucun d’entre nous ne l’est. On n’est pas
des ploucs », lance Bernard (1). Les victimes ? Des
proches de Sylviane Gigi (ex-Hamon), ses amis,
ses voisins, la nourrice de ses fls, sa coiffeuse,
son esthéticienne, des parents. Ici, douze membres
d’une même famille ont été foués. Là, les collègues
de son mari à la centrale EDF de Chinon.
« Sylviane était très bien informée, elle savait grâce à
son mari quand les employés touchaient une prime,
quand l’un d’entre eux partait à la retraite. Et donc,
quand les contacter pour leur proposer une “feur”.
Elle a même organisé le pot de départ de son mari
pour récupérer les adresses de ses futures victimes »,
s’insurge Antoine Brillatz, l’avocat de plusieurs
d’entre elles. Primes, économies, héritage, tout y
passe. Tous ont confance. Sylviane Gigi n’est-elle
pas l’une des leurs ? Elle a même été conseillère
(1) Les prénoms ont été modifés.
PHOTOS : ALAIN JOCARD/AFP ; DESCHAMPS/LA NOUVELLE REPUBLIQUE/PHOTOPQR/MAXPPP
TROIS ANS DE PRISON
Dans le Chinonais, le soleil d’août gorge
de sucre les grappes de raisins. La chaleur
alimente la colère sourde, diffuse, dans les
rues de Benais et des villages alentour. Colère
envers l’une des leurs qui les a trahis, abusés.
« Ils éprouvent aussi une profonde colère envers
la justice française, lance Me Brillatz. Quand
Sylviane Gigi a été interpellée, le parquet avait
été alerté depuis un an par Tracfn (la cellule
antiblanchiment avait repéré des anomalies dans
les fux fnanciers, ndlr). Une année pendant
laquelle de nouvelles victimes ont été escroquées.
La moitié de mes clients ont remis l’argent
pendant cette période, quelques-uns trois jours
à peine avant l’arrestation. » L’accusée, reconnue
bipolaire au cours de l’instruction, encourt
une peine de trois ans de prison dont dix-mois
avec sursis. Elle en a déjà passé huit derrière
les barreaux. « Même si une condamnation est
prononcée, les victimes ne récupéreront pas toutes
leurs économies… Avec les fonds d’indemnisation,
ils auront peut-être 3 000 euros. Un de mes
clients en a perdu 155 000 », chiffre Me Brillatz.
Les victimes s’interrogent : « Où est l’argent ? »
Quand les enquêteurs font le compte, 1 million
d’euros se sont volatilisés. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
WWW.CLAUDIEPIERLOT.COM
10 N E W S
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MODE
Basiques
instinctifs
10
Lara Stone inspire
une collection
à Majestic Filatures.
Des pièces
intemporelles,
à son image.
Décryptage.
Une plastique
On peut compter sur Carine
Roitfeld pour dénicher les
personnalités de l’époque.
Il y a six ans, la rédactrice
superstar s’entiche de Lara
Stone. Depuis, la Néerlandaise
est devenue l’un des visages
incontournables de l’univers
de la mode. Qu’a-t-elle
de plus que les autres ? Une
moue boudeuse, les dents
du bonheur, un physique
que Brigitte Bardot ne
renierait pas et une poitrine,
ce qui n’est pas rien dans
cette industrie.
84 GR AZIA • 31.08.2018
Une fille simple
Sur son compte Instagram
(693 000 followers), on peut
lire : « déteste les selfies ». Cette
info révèle que le top de 35 ans
qui a posé pour Chanel et
Calvin Klein entretient un
rapport distancié à son image.
On ne s’étonnera donc pas de
la découvrir en hoodie à
capuche (en cachemire). L’une
des 18 pièces siglées de son
année de naissance (83) et de la
couleur orange de la Hollande,
développées avec la marque
de T-shirts haut de gamme
Majestic Filatures.
Une âme rebelle
Ado, Lara Stone a donné du
fil à retordre à ses parents en
se faisant exclure de son lycée.
Adulte, elle a fini en désintox
pour soigner son alcoolisme.
Autant de réactions de cette
grande timide face à la vie
et à ce métier d’exposition.
Ce trait de caractère lui
donne beaucoup de recul sur
elle-même. Elle assure détester
les défilés, car, comme elle dit :
1. Elle est nulle. 2. Ça lui fait
peur. 3. Elle ne sait pas du tout
marcher avec des talons. Ce qui
ne l’a pas empêchée de réussir.
PHOTO : GILLES BENSIMON POUR MAJESTIC FILATURES
Par Capucine RENEVIER
Photographie retouchée. Prix public conseillé. Le prix actuel peut varier. Plus de renseignements dans votre point de vente Swarovski. *De la brillance pour tous.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
KARLIE KLOSS
#BrillianceForAll *
SWAROVSKI REMIX COLLECTION
À PARTIR DE 69€
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
rencontre
Natacha Ramsay-Lévi
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
« S’habiller,
c’est dire quelque
chose de soi »
A la direction artistique de Chloé depuis
un an, natacha ramsay-Lévi est une des
rares personnes qui façonnent la mode
en puisant dans plusieurs imaginaires.
Discrète et assurée, elle construit
ses vêtements en y mettant des mots,
de la pensée et du sens. Par Joseph GHoSn
PHOTO : PAOLO ROVERSI
L
orsqu’elle a emménagé dans son bureau,
au cœur de l’immeuble où se tient le siège de
Chloé, dans le 8e arrondissement parisien,
entre l’église Saint-Philippe-du-Roule et celle
de Saint-Augustin, Natacha Ramsay-Lévi a fait
rénover la pièce. Mise à nu, celle-ci a dévoilé un large
mur de briques qui donne un ton brut et une épaisseur
peu communs au lieu. Quelque chose qui lui ressemble ?
Sans doute. Contre ce mur, elle a posé une bibliothèque
où l’on voit, mises de face, deux éditions américaines
de romans de Richard Brautigan. Vous connaissez
Brautigan ? C’est l’un des grands écrivains des années 60
américaines, compagnon des Beats et des hippies, chaînon
entre les années 50 et le psychédélisme. Brautigan est
une pierre trop méconnue de la littérature américaine et
l’on trouve dans son écriture à la fois de la poésie et du
réalisme, du pastiche et de l’invention pure, de la déraison
et du terrien. « C’est une amie qui m’a offert ces livres »,
nous dira Natacha au bout de la conversation. On ne
saurait trop remercier l’amie en question d’avoir permis,
via ce cadeau, une hypothèse furtive. L’hypothèse que ce
qu’ourdit Natacha Ramsay-Lévi chez Chloé relève de la
même confection complexe et multiple que celle qui se
trouve au cœur de l’écriture de Brautigan. Quelque chose
comme ce mur de briques dévoilé de façon subreptice.
A en croire, en tout cas, et à en voir, surtout, ses collections
depuis un an, depuis qu’elle a pris la direction artistique
de la maison après avoir accompagné durant quinze ans
Nicolas Ghesquière chez Balenciaga puis Louis Vuitton,
il semble évident que cette jeune femme est la passeuse
d’une réinvention. Celle, très contemporaine, d’une
femme aux facettes multiples, aux désirs affrmés, ancrés
dans le passé et le présent, aux fragilités résonantes et au
tempérament assurément fort. Il n’est ici, dans son travail
et ses réalisations (ses visions, oserait-on presque), jamais
question de pouvoir ou de puissance, mais essentiellement
de possibilités et d’exploration de soi. Ce qui nous touche
chez elle et dans ce qu’elle crée chez Chloé, c’est bien
l’horizon des possibles et l’interdiction implicite de
l’enfermement dans une doctrine. C’est ce qui nous a
donné envie d’aller à sa rencontre. Pour parler et, au-delà
des affnités électives ou des correspondances en échos
diffractés entre sa mode et l’époque, comprendre en
quoi Natacha Ramsay-Lévi refète précisément le monde
tel qu’il est. Mais aussi peut-être tel que nous devrions
le rêver. Et puis, succéder à une lignée de créateurs
composée notamment de Karl Lagerfeld, Martine Sitbon,
Phoebe Philo ou encore Clare Waight Keller, n’a rien
d’anodin. Inventer Chloé, pour un designer, semble un
moment important dans une trajectoire personnelle. Un
moment de dévoilement de soi au monde et un moment
où cette marque aux contours très libres, comme l’avait
voulu sa fondatrice Gaby Aghion, permet à ceux qui
s’en emparent de devenir autre chose. Après la rencontre,
je dis à une amie combien il est rare de rencontrer une
personne capable de mixer tous les contraires et les
possibles avec autant d’élégance. Sa réponse est limpide :
« Natacha est rare. » Et sa rareté, à l’image de sa parole,
libre et sans enchevêtrements, n’a pas de prix.
GR AZIA • 31.08.2018 87
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
RENCONTRE
C’est vivifiant d’être chez Chloé et de s’entourer de
gens que l’on aime et que l’on admire depuis des années.
Des femmes principalement. Parce que l’on questionne
beaucoup cela ici. Ça rend énergique et c’est une chance.
aimée et admirée. Chloé, ce n’est pas un total look, ça ne
s’impose pas, ce n’est pas outrageusement luxueux mais
c’est fait avec une sensibilité luxueuse, douce et subtile.
Il faut que ce soit distinctif ?
J’ai travaillé pendant quinze ans pour quelqu’un et aurais
pu continuer avec joie. Pour Nicolas Ghesquière, mon
engagement était d’être dans ses yeux, de faire au mieux
pour lui et pour la marque. Il fallait être déterminé, tout
en sachant que la décision finale reviendrait à l’autre.
Passer à la direction artistique, c’était rendre les choses plus
mentales, y mettre les mots, réfléchir, et cela devient une
motivation pour la création. C’est gratifiant et excitant.
L’originalité est de toute façon un leitmotiv. On s’habille
pour parler de nous-même, s’habiller, c’est vouloir dire
quelque chose de soi. Et c’est d’autant plus important
aujourd’hui. Cela m’a toujours interrogée d’ailleurs. Plus
jeune, j’étais assez timide, la parole n’était pas facile. J’avais
du mal à parler et les vêtements, l’attitude remplaçaient
ce que je voulais raconter de moi-même. Comment dans
un vêtement, un bijou, instiller des parts de sa personnalité
sans se travestir mais tout en jouant avec ? Ma première
collection tournait d’ailleurs autour de ces questions avec
des moments plus magnétiques, d’autres plus bourgeois…
Vous démarrez votre travail par un point de vue intellectuel ?
Quel regard portez-vous sur cette première collection ?
Le premier instinct est un instinct de mode, de corps,
du porté, un désir visuel, l’histoire d’une femme, de
façon très instinctive, naturelle. Ensuite j’en tire les fils.
Je réfléchis pour comprendre d’où ça vient. Pendant
les interviews par exemple, parce que ça m’oblige à mettre
les choses en mots, pour retrouver le vocabulaire, le sens,
la précision, les messages.
Le moment était génial. J’avais pu travailler d’avril à
septembre (2017, ndlr) et c’était très luxueux d’avoir
six mois pour soi, de prendre le temps. C’était très
minutieux et ça m’a permis de poser les jalons, choisir
les photographes, la musique, assez vite. Aujourd’hui,
je me réfère beaucoup à cette première collection,
que je voyais comme une table des matières avec plusieurs
chapitres. J’étais heureuse de faire un défilé aussi
fragmenté parce que ça devient un point de référence,
avec des personnages récurrents pour les prochains.
C’était une nouveauté pour vous…
Quels ont été vos premiers mots pour Chloé ?
J’avais un désir de sincérité par rapport à la marque. Je
voulais que ce soit clair : c’est une marque que j’ai toujours
88 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : ROMAIN LAPRADE ; DR
Un an après vos débuts chez Chloé, dans quel état
d’esprit êtes-vous ?
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
A gauche :
le bureau de
Natacha RamsayLévi, au siège
de Chloé dans
le 8e à Paris.
Ci-contre :
la collection
Chloé automnehiver 2018 donne
la part belle
aux accessoires.
GR AZIA • 31.08.2018 89
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
rencontre
Oui, parce qu’en commençant le dossier d’intention, je me
suis retrouvée avec trop de choses. J’en ai donc fait une
bible avec des éléments qui doivent être récurrents dans
cette marque : des objets, des femmes, des personnages,
des pièces, des types de vêtements… C’est une maison
qui a 60 ans : que tire-t-on de son histoire ? A commencer
par sa fondatrice, qui était une femme géniale. Je ne l’ai
pas rencontrée, elle est décédée il y a quatre ans. Lire à
son propos est extrêmement inspirant et rafraîchissant.
Cette juive née à Alexandrie, qui a fait un journal
anticolonialiste dès 1944 et est arrivée à Paris en 1945
pour rencontrer avec son mari des artistes surréalistes,
a des phrases incroyables sur la condition féminine. Elle
est riche, n’a pas besoin de travailler, mais trouve que
la couture de son époque est ampoulée et se met à faire
elle-même ses vêtements. Elle dit alors qu’elle passe de
cliente à vendeuse. Je trouve géniale cette capacité à
se transformer, à sortir des conventions. D’autant plus
qu’elle ne cherchait pas à communiquer sur son travail.
« S’ils me veulent, ils me trouveront », disait-elle.
créer à partir de ce qui existe, cela vous intéresse
davantage qu’inventer ex nihilo ?
Les deux sont intéressants. La mode est de plus en plus
ainsi. On n’a plus le temps de partir de zéro. J’aime l’idée
de transformation, qu’il y ait une référence, une histoire
que l’on reconnaisse mais qui soit twistée. Une double
lecture. C’est important chez Chloé, lorsque l’on regarde
une silhouette, de comprendre ce qu’elle est, que ça
évoque quelque chose. On n’invente pas le futur, on ne
crée pas la femme de demain mais celle du présent.
C’est le rôle de Chloé : être à une place défnie, évidente,
du présent. J’aime, à partir de cela, l’idée de citation, très
utilisée dans le monde de l’art. Citation et transformation.
90 GR AZIA • 31.08.2018
On n’invente pas
le futur, on ne crée pas
la femme de demain
mais celle du présent nAtAcHA rAMSAY-LÉVI
comment alors définir la place de la femme chloé
dans le présent ?
Il y a l’importance du mouvement et sa traduction se fait
par l’engagement. Par le geste, le corps, la pensée, nous
sommes des êtres mouvants et nous devons nous engager
avec sincérité. C’est ce qu’il y a de plus important chez
Chloé. Notre rôle en tant que designer, c’est de regarder
autour de nous en permanence et d’être le refet de ce
que nous voyons. Pour ma part, je regarde beaucoup de
vieux livres, de vieux flms et, forcément, ces références
du passé font partie de mon présent. D’où la question :
comment construit-on le présent avec le passé ? Le
présent, c’est essayer d’être le plus en accord avec le
monde qui nous entoure. D’un point de vue purement
produit, c’est aussi avoir des baskets, pouvoir jouer avec
le logo – ce qui n’existait pas chez Chloé auparavant.
Vous aimez travailler dans une liberté cadrée ?
Oui, j’aime bien. Notre métier, c’est faire des choix
tout le temps. Si je devais défnir les miens, c’est de se
découvrir. Il y a un cadre. Chloé n’est pas « Natacha » :
« Natacha » joue à être Chloé. Il y a une façon de jouer
avec le mix. Ensuite, je suis obsédée par le fait que chaque
moment soit dédié à quelque chose : l’éparpillement, ce
n’est pas mon truc. Je suis assez concentrée, j’ai besoin
de structure, de savoir ce que je fais, quand je le fais et
PHOTOS : CAMILLE BIDAULT WADDINGTON ; DR
Vous aviez conçu une bible dès le départ, avant même
de démarrer le travail…
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
A gauche :
campagne Chloé
automne-hiver
2018/19 shootée
par Steven Meisel.
ci-contre : Natacha
Ramsay-Lévi, circa
2009-2010, par
la styliste Camille
Bidault-Waddington.
GR AZIA • 31.08.2018 91
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
rencontre
La mode m’a
permis de tout regarder
sans hiérarchie
nAtAcHA rAMSAY-LÉVI
pourquoi. Et puis essayer de travailler avec le plus de
naturel avec chaque équipe. Je suis chef du train mais
tout le monde doit donner son avis. J’ai un besoin absolu
de sentir l’assentiment de toute l’équipe. Ce n’est pas
un travail solitaire mais un travail d’équipe et de cohésion.
Vous faites une distinction entre le travail et la vie privée ?
En tant que DA, le travail m’accompagne et m’habite tout
le temps. Quand je regarde un flm, j’y vois du lien avec
ce que je fais. Cela dit, je suis très française, j’adore les
vacances, les week-ends, mes enfants. Il faut une capacité
extraordinaire pour faire autre chose mais c’est nécessaire
de couper, d’être chez moi entourée d’enfants qui font
un maximum de bruit, de leur faire à manger…
Les références culturelles semblent naturelles chez vous.
Cela vient de la manière dont je me suis construite.
C’est mon éducation, ma façon de faire, ma curiosité.
Il faut toujours chercher et essayer de maîtriser un sujet.
Votre deuxième défilé citait l’actrice Stéphane Audran
récemment disparue. Pour quelles raisons ?
J’ai toujours regardé le cinéma de Chabrol. Je connais
ses flms. Ils sont une description incroyable de la femme
et la famille françaises. C’est tellement spécifquement
français, ils font partie de l’imaginaire collectif. Stéphane
Audran est dans cette histoire-là. Juste après Les Biches,
elle s’habille en Chloé. Et cela a toujours été l’image phare
de Chloé, à ce moment, cristallisée par cette femme.
La collection autour d’elle vient de là, et aussi de la
question qu’on me pose souvent sur ce que je garderais
de Chloé, c’est elle. Chabrol a d’ailleurs réalisé une
publicité avec elle pour Chloé.
Défilé
Chloé
automnehiver 2018.
92 GR AZIA • 31.08.2018
On est le produit de sa propre culture. J’aurai toujours les
mêmes réfexes, en peaufnant, raffnant. Avant de faire de
la mode, j’étais têtue, plus radicale, plus obtuse. La mode
m’a ouvert un champ des possibles avec l’idée qu’on peut
tout regarder. Et c’est ce que j’ai compris avec Nicolas
Ghesquière. Lorsque j’ai commencé chez Balenciaga,
c’était comme un rêve. C’était la maison la plus pointue et
j’étais moi-même radicale, je n’écoutais alors que du rap,
j’étais très engagée. En arrivant là, je me suis rendu compte
qu’il est aussi possible d’écouter Jennifer Lopez, comme
le faisait Nicolas. Ce que j’ai le plus appris avec lui, c’est
cela. La mode m’a permis de tout regarder sans hiérarchie.
De faire du luxe, d’assumer le fait que je viens d’une
famille bourgeoise, tout en embrassant toutes les cultures
sans les hiérarchiser, d’essayer tous les possibles.
PHOTO : DR
Vous revenez à des choses qui vous ont marquée dans
votre jeunesse et qui demeurent fondamentales ?
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
rencontre
1
1. Détails d’une robe
Chloé en collaboration
avec Rithika Merchant
pour la collection
printemps-été 2018.
2. Natacha Ramsay-Lévi.
3. Détail de la collection
Chloé automne-hiver 2018
par Natacha Ramsay-Lévi.
2
3
Dans ce que vous faites, il y a en effet en filigrane
l’idée que tout est possible, même l’échec. et c’est cela
qui donne de la force aux choses.
Exactement. Tout est possible, ainsi que les faiblesses.
Et il faut travailler sur cela. Ce qui me dérange dans
la mode, c’est l’idée de puissance, la projection d’une
femme de pouvoir, forte, conquérante. Moi, ça ne me
parle pas du tout. Je préfère travailler sur les sensibilités.
Les gens que j’aime, je les aime aussi pour leurs faiblesses
et je n’ai pas envie de tricher avec cela.
et comment injecter de la légèreté dans tout ça ?
On n’est pas que sérieux – heureusement ! Mais
c’est sans doute sur cela que je dois travailler le plus.
La simplicité, l’évidence, c’est l’étape qui arrive.
J’ai tendance à vouloir dire beaucoup de choses,
à complexifer. Je dois apprendre la simplicité.
Non, j’en serais incapable, ce serait un vertige incroyable.
Je suis construite et habitée par ce que j’ai vécu. Ma
première collection pour Chloé s’intitulait « Seules
les traces font rêver », qui est une phrase de René Char.
C’est l’idée que l’on se construit avec des souvenirs
qui nous habitent comme des traces, des fantômes.
La famille choisie, c’est mon moteur absolu, c’est ce
qui m’inspire. Mon monde, qui est mouvant, n’est
jamais fermé et c’est ce qui donne du sens aux choses. •
94 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : SHERMAN McMINN ; DR
Vous êtes fidèle à ce que vous avez vécu ? Vous n’avez
pas envie de vous débarrasser du passé ?
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IRINA SHAYK & STELLA MAXWELL
CO-DESIGNERS
BAG SERIES
Collection de sacs / Photographies retouchées / thekooples.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
portfolio
Le jardin
antérieur
Le 5 septembre, le festival de
Venise projettera L’Année dernière
à Marienbad, le chef-d’œuvre
d’Alain Resnais, dans une version
restaurée. Lion d’or 1961, ce
film, habillé de pied en cap par
Chanel, avait déchiré la critique.
Aujourd’hui, il reste un sommet
d’avant-gardisme et d’élégance.
Par philippe AZoUrY
O
n n’imagine pas le scandale de ce
flm. En 1961, L’Année dernière à
Marienbad, deuxième long-métrage
d’Alain Resnais, était le symbole de
l’entrée fracassante du cinéma dans
l’ère de la modernité. Car Marienbad… allait loin :
pour rompre avec le récit traditionnel, il prenait
la répétition, le cercle, la boucle comme principe
moteur. Il était la démonstration éclatante,
effrayante presque, que le cinéma pouvait tutoyer
la musique sérielle. Resnais, Pierre Boulez ou
Varese, même combat. Aujourd’hui que le flm
ressort en salle, en même temps qu’il est présenté
à Venise, dans des habits neufs, soit une version
magnifquement restaurée en 4K par Canal+,
grâce au mécénat de la maison Chanel (liée au
flm par les toilettes de Delphine Seyrig signées
alors par Gabrielle Chanel en personne), on
redécouvre une œuvre que le temps n’a pas
assagie. En 2018, il reste une énigme devenue
flm. On reste tétanisé devant les douze premières
minutes, devant cette même phrase répétée en
boucle jusqu’à se transformer en une mélodie
98 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
entêtante. Ce que dit cette phrase tient pourtant
du bavardage, phrases vides que l’on prononce
en situation mondaine. Vaines, elles résonnent
dans la tête d’un homme qui voudrait les fuir,
qui voudrait qu’une autre phrase soit dite pour
l’en délivrer. Une phrase qui prouverait qu’une
rencontre a eu lieu, avec une femme, l’année
dernière, ailleurs, à Marienbad. La bande-son
au contraire enferme d’autant plus cet homme
dans son piège mondain, et pendant ce temps,
la caméra de Resnais s’échappe, longe les
couloirs d’un château somptueux en Bavière
(le flm a été tourné à la fois dans le château de
Nymphembourg et dans le parc du château de
Schleissheim), théâtre d’une aristocratie d’un
autre âge. Resnais flme les ors, les sculptures,
foule le grand préau, pénètre dans le jardin, longe
ses longues allées et ses perspectives folles. Les
travellings de L’Année dernière à Marienbad ne
fuient pas la scène, ils ne jouent pas à cache-cache
avec les personnages, ils font les présentations :
spectateurs, vous voilà sans même l’avoir deviné
mis face à une pensée. Vous voilà prisonniers
d’une idée fxe. Vous croyiez faire une promenade
dans un jardin allemand grand style, ordonnance
et rigueur ? Vous voilà en fait pris dans le cercle
du flm, dans sa forme, sa maladie, sa démence :
Marienbad est un flm-cerveau.
lE tHÉÂtrE D’UNE rENCoNtrE
1
Que raconte à proprement parler L’Année
dernière à Marienbad ? En surface, le désir d’un
homme (Giorgio Albertazzi) voulant rappeler
à une femme (la divine Delphine Seyrig) mariée
à un autre homme (Sacha Pitoëff), qui n’est
pas loin, qui est lui aussi dans le château, qu’un
espace semblable à celui-ci a été le théâtre de
leur rencontre, et sans doute de leur amour,
2
Page précédente :
Delphine
Seyrig porte une
robe Chanel en
mousseline bleue.
1. L’actrice sur le
tournage du film.
2. L’acteur italien
Giorgio Albertazzi.
100 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTO PAGES PRÉCÉDENTES : GEORGE PIERRE/L PIERRE DE GEYER © 1960 STUDIOCANAL, ARGOS FILMS, CINERIZ, TOUS DROITS RÉSERVÉS ; PHOTOS CI-CONTRE : GEORGE PIERRE/L PIERRE DE GEYER © 1960 STUDIOCANAL, ARGOS FILMS, CINERIZ, TOUS DROITS RÉSERVÉS
portfolio
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
portfolio
2
1. Delphine
Seyrig et Alain
Resnais sur le
tournage du film.
2. Vue sur le
jardin de l’hôtel
où évoluent les
personnages.
l’été d’avant. Mais cette femme ne s’en souvient
pas, ou feint de ne pas s’en souvenir (elle est
mariée, le mari est là). Marienbad, vous dites ?
Non, je n’y étais pas.
pErSUASioN
L’Année dernière à Marienbad est l’histoire d’une
persuasion. Ou celle de deux volontés qui ne se
rencontrent pas. C’est aussi, disait le philosophe
Gilles Deleuze, la découverte « d’une mémoire
à deux, d’une mémoire à plusieurs », butant sur
les fantasmes des uns, les trous de mémoire des
autres, les dénis. Jusqu’à ce qu’à notre tour, nous
102 GR AZIA • 31.08.2018
doutions : et si cet homme était tout bonnement
fou, fou d’amour au point d’avoir déliré sa
propre mémoire, accablant cette femme à
l’élégance un peu perdue. Marienbad, qui longe
sans cesse, éperdument, les mêmes lieux, se
cherche une mémoire, s’invente des souvenirs,
des images vieilles d’une année. Marienbad
travaille comme une grande séance d’hypnose,
psychanalyse flmée sur une heure trente – dans
l’espoir que, peut-être, une image advienne,
cristaline. Au plus profond, ce flm n’a qu’un
personnage principal : ce n’est ni l’amoureux
transi ni la Seyrig, pourtant magnétique dans
PHOTOS : GEORGE PIERRE/L PIERRE DE GEYER © 1960 STUDIOCANAL, ARGOS FILMS, CINERIZ, TOUS DROITS RÉSERVÉS
1
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
portfolio
Quelque chose
qui évoquerait les stars
des années 20
AlAiN rESNAiS
jouer avec le spectateur, qu’il accepte de ne
pas y voir clair : perdus dans les dédales du
jardin de Marienbad, dessinant à son tour avec
cet homme et cette femme les grands cercles
du flm. Resnais est ici une sorte d’architecte,
nous plaçant au centre d’une construction
complexe et douteuse dont chaque fragment,
chaque recoin, chaque mouvement est pensé
pour venir rejoindre un ensemble à l’intelligence
métallique presque froide. En 1961, L’Année
dernière à Marienbad était le parangon du flm
moderne ultime.
Alain Resnais et
Delphine Seyrig
sur le tournage
du film.
104 GR AZIA • 31.08.2018
sa petite robe noire en mousseline signée Chanel.
Non, le vrai personnage central du flm, c’est
la pensée pure. Pour imposer un tel récit « en
crise », Resnais avait dépêché Alain Robbe-Grillet,
fer de lance du Nouveau Roman. L’année
d’avant, Resnais avait écrit Hiroshima, mon
amour avec Marguerite Duras, autre grande
fgure du mouvement. Ces alliances avec des
romanciers d’avant-garde tenaient de l’association
de malfaiteurs, à deux ou trois, plus forts pour
Comment habiller celle qui ne sait pas, qui ne
sait plus ? A quelle mode vêtir celle qui n’a plus
de repères temporels ? Quelle fonction a donc
le vêtement dans un flm dont les scènes sont sans
cesse des allers-retours, des fash-back dénoncés
comme absurdes ou faux par l’un ou par l’autre
des protagonistes ? Les vêtements sautent d’un
raccord à l’autre, alors il faut un vêtement
qui fotte, diaphane, qui ait l’élégance du milieu
qu’il décrit, qui porte la nostalgie aussi d’une
certaine grandeur en passe de disparaître…
Gabrielle Chanel a connu ces châteaux, elle les
a révolutionnés et scandalisés avant le flm, elle
sait donc qu’en 1961, ils sont les vestiges d’un
autre temps : perdu, proustien. Resnais lui avait
demandé « quelque chose qui évoquerait les stars
des années 20 », mais qui soit aussi moderne dans
sa façon de ne pas peser sur le personnage, ne pas
l’enfermer : un mélange de sophistication Belle
Epoque et de modernité sans retour. Ce sera la
petite robe noire, en mousseline. Chaque femme
de 1961 la voudra. Même Brigitte Bardot, dit-on,
venu voir Gabrielle Chanel pour qu’elle lui fasse
« la robe de Marienbad ». Bardot/Seyrig : on ne
peut sur le papier imaginer deux femmes plus
dissemblables. C’est oublier la modernité qui rugit
depuis la fn des années 50 dans les arts, dans la
mode, dans la société : ces deux allures de femmes
se sont reconnues en ce qu’elles ont voulu,
l’une comme l’autre, libérer toutes les femmes.
Non, vraiment, on en aura jamais fni avec ce flm.
Vous n’avez encore rien vu, à Marienbad. •
PHOTO : GEORGE PIERRE/L PIERRE DE GEYER
« lA roBE DE MAriENBAD »
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Kristina Bazan
@kristinabazan
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
JOAILLERIE ARGENT
www.apm.mc
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
RepoRtage
Les dernières
cartouches
En Syrie, à la frontière avec l’Irak,
les terres de Daech diminuent
à vue d’œil. Grazia a suivi Hogir,
Français engagé contre les djihadistes
aux côtés des milices kurdes.
Par Charles eMptaZ Photos gaspard tHIeKaRo
A la faveur du
crépuscule, des
soldats kurdes
syriens (YPG)
ont rallié un
bâtiment repris
à Daech, en vue
d’une offensive
au petit matin.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L
e blindé qui transporte les troupes
n’avance plus d’un centimètre.
Embourbé au milieu d’un champ
syrien. « Daech est à gauche par
là, mais à droite, c’est notre côté »,
annonce Marvan, le chauffeur
qui se veut rassurant. Tandis que
résonne une énième chanson
patriotique kurde, un petit coup de volant bien
placé et une accélération libèrent fnalement le
véhicule. « C’est mieux de passer par les champs, il y
a moins de mines que sur les chemins », ajoute-t-il
d’un air entendu. Le paysan, dont la récolte a été
massacrée par le passage des militaires, lève les bras
au ciel, désespéré. Un linge découpé fotte sur sa
maison en pisé. C’est un drapeau blanc qui s’agite
lentement dans cette guerre sans fn.
DeS CaMpagNeS CoNSeRVatRICeS
Le trajet reprend à travers les petits chemins
et le chapelet de hameaux qui composent la ligne
de front. « Pour l’instant, Daech fait profl bas car ils
sentent que le vent a tourné. Mais s’ils reprennent
de la force, les villageois les soutiendront à nouveau »,
prévient Marvan qui, comme beaucoup de
combattants kurdes, se méfe des villageois arabes
de la région. Majoritairement sunnites, ces
campagnes au sud de la ville syrienne d’Hassaké,
sont traditionnellement très conservatrices et
hostiles au pouvoir central. Surtout très loin des
valeurs libertaires prônées par les YPG (branche
armée du Parti de l’union démocratique kurde) :
égalité des sexes, autodétermination, écologie.
Après avoir dépassé un petit lopin planté de
tournesols, Marvan s’arrête à Tal Chaya, lieu-dit
d’à peine quatre maisons. Des soldats encadrent
un homme aux yeux bandés et le poussent pour le
faire entrer dans une maison : « Ils vont l’interroger,
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
RepoRtage
on verra s’il est coupable, dit-il en accélérant.
Daech a des cellules dormantes partout, ils se
cachent parmi les civils pour tenter d’échapper à
nos contrôles. » Après deux heures de route,
arrivée à destination : une école, investie par
les combattants du YPG. Certains ont l’air
d’adolescents gauches avec leur kalachnikov,
d’autres ont le cuir tanné et l’assurance des
vieux chiens de guerre. Dans l’orangé du soleil
couchant, ils prennent la pose, lèvent les armes,
lancent des grands mots : « Libération ! »
La plupart sont des Arabes de la région
venus grossir les rangs des YPG, cette milice
kurde qui, appuyée par les forces américaines
et françaises, a permis de réduire à peau de
chagrin le territoire de Daech. « Les Américains
se cherchaient des alliés, nous étions les seuls
fables sur le terrain, lance fèrement Marvan.
Aujourd’hui, beaucoup d’Arabes nous ont rejoints,
ils sont très nombreux dans ces bataillons, mais
les soldats les plus expérimentés sont souvent
kurdes, c’est pour ça que vous les verrez aux
postes de direction. »
Un homme observe la scène. Un léger sourire
narquois surgit dans sa moustache de biker.
Il se fait appeler « Hogir le camarade ». C’est un
Français qui a rejoint voici deux années les YPG.
Il y a appris le kurde, le maniement des armes
et s’est fait repérer pour sa capacité à commander.
Il est devenu chef d’unité. Un peu secret, un peu
110 GR AZIA • 31.08.2018
méfant, il ne se livre jamais tout à fait. Hogir
est de gauche. Comprenez la gauche de la gauche :
anticapitaliste, marxiste et révolutionnaire.
« Beaucoup de débats ont agité les cercles militants
par rapport à la situation en Syrie et la révolution
politique en cours dans le nord du pays, le Rojava,
où dominent les YPG. On parlait beaucoup
mais personne ne savait vraiment ce qui se passait.
A un moment, j’ai voulu voir. »
UNe RÉVoLUtIoN SoCIaLISte
Ils seraient près de 500 internationaux qui,
comme Hogir, ont voulu voir et se battent au sein
des YPG, le groupe armé kurde qui revendique
près de 50 000 soldats. Pour l’historien Raphaël
Lebrujah, spécialiste de la question kurde, « c’est
l’une des rares révolutions socialistes qui ait eu
lieu ces vingt dernières années. C’est un événement
qui évidemment attire les milieux de gauche ».
L’unité d’Hogir compte aussi quatre autres
Occidentaux. Un jeune Italien, grande carcasse
un peu maussade. Un Anglais, ancien militaire,
deux enfants, divorcé : « Comment voulez-vous
que j’explique à mon fls mon projet de venir
me battre ici ? Il me manque, c’est tout. » Il y a
aussi ce jeune New-Yorkais à la frêle élégance
qu’on imagine être celle d’un skateur. Et
un autre Américain, ancien Marines, vétéran
de l’Afghanistan. Le lendemain, le pot de graisse
tourne entre les mains de ces combattants.
Manque
d’eau, de
nourriture…
Sur le front,
les conditions
de vie sont
rudes. Les
milices YPG
bougent
sans arrêt et
dorment avec
leurs armes
(ici dans une
école, ex-QG
de Daech tout
juste repris).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
RepoRtage
Chacun astique son fusil, recompte ses balles,
vérife son équipement. C’est le départ pour
le front. Hogir qui n’avait pas le permis en
France prend le volant de son pick-up avec son
fusil Dragunov. Les autres internationaux se
tassent à l’arrière, sur les caisses de munitions.
« Notre unité est autonome, ça a beaucoup facilité
les choses avec les autres combattants. On a notre
rôle dans cette bataille, nous sommes des tireurs
de précision. » La température avoisine les 50 °C,
le cortège de minibus, camionnettes et 4 x 4,
qui transportent une cinquantaine de combattants
kurdes, arabes et occidentaux, se met en
mouvement.
« oN eSt toUS CoNCeRNÉS »
Les YPG
patrouillent
à la recherche
de cellules
combattantes
de l’Etat
islamique, qui
ne contrôle
plus qu’un
territoire pas
plus grand
que la Corse,
confiné
au nord de
la Syrie, aux
alentours
de la frontière
avec l’Irak.
L’avancée se fait par à-coups jusqu’à une maison
de civils. Les YPG s’y déploient. « On a repéré
des combattants de Daech à quatre kilomètres
d’ici », annonce l’un d’eux. Deux soldats déploient
un mortier dans le jardin du paysan. Ils placent
le premier obus puis enchaînent les tirs pendant
que d’autres soldats boivent le thé, tranquillement,
sous les oliviers. « Les YPG ne tirent pas au hasard,
on a eu des informations bien précises de la
coalition qui a des drones », prend soin de préciser
Hogir. Impossible de vérifer si les tirs du jour ont
fait des victimes civiles, mais le propriétaire de
la maison où se tient la bataille nous fait part de
sa crainte des bavures. « Je n’avais qu’une peur
quand les gens de Daech venaient, c’était que
les avions de la coalition nous prennent pour
cible ! » Partout en Irak et en Syrie, les frappes
aériennes ont fait des milliers de victimes
collatérales. C’est ainsi que les bataillons au sol
des YPG, aidées dans les airs par les attaques de
la coalition, ont grignoté peu à peu le sanctuaire
de Daech. « On attend la jonction avec les troupes
irakiennes. Avec nous d’un côté et eux de l’autre,
Daech n’a plus de porte de sortie », ajoute Hogir.
Le cortège repart. Le Français se confe : « Ce qui
se joue ici, ce n’est pas un confit irako-syrien, ça
nous concerne tous. On a essayé de le nier jusqu’à
ce que les attentats de Paris nous pètent à la gueule.
En réalité, on est tous concernés. » Le militant de
gauche a surtout le sentiment de participer à une
révolution politique. Les Kurdes ont mis en place
un système où toutes les décisions se prennent au
niveau local avec des élus révocables, une forme
de gouvernement très décentralisé. « Tout n’est pas
parfait mais les réalisations en Syrie du Nord sont
colossales. On se doit de soutenir cette révolution,
ne serait-ce qu’au niveau de la parité hommesfemmes imposée partout, avec aussi des coopératives
de femmes pour qu’elles ne soient plus dépendantes
des hommes », s’enthousiasme-t-il. La guerre
reprend vite ses droits : des combattants de Daech
ont été repérés dans une autre maison – pas
de femmes sur le champ de bataille ce jour-là. La
canonnade débute dans un vacarme assourdissant.
Hogir va se percher sur le toit d’une cahute.
Il surveille le moindre mouvement suspect à la
lunette de son fusil. Les tirs à la mitrailleuse
lourde alternent avec les coups de canon. Selon
Hogir, quatre djihadistes ont été tués. « On
s’approche vraiment de la fn, conclut-il. Avant
de préciser : mais ce n’est pas la fn de Daech
en tant qu’organisation terroriste. » •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
Découverte
fabuleuse du
travail d’un
photographe
de studio établi
au Burkina Faso.
Ses images
venues des années
60 et 70 sont
réinterprétées
avec délicatesse
dans un livre
fait main dû à
l’artiste français
Sébastien Girard.
Par Joseph GHoSN
Photos Sanlé SorY
D
Portraits
du Burkina
écouverte et réinvention. Parti
à la recherche d’une pochette
de disque africain, le journaliste
Florent Mazzoleni a découvert un
trésor dissimulé au Burkina Faso.
Celui des archives du photographe Sanlé
Sory, qu’il rencontre au moment où celui-ci
est en train de brûler ses négatifs comme on
se débarrasse de vieux papiers qui prennent
trop de place. Le journaliste le convainc de
conserver tout cela et ils fnissent par en faire
un livre, dont les images sont à la hauteur
de celles d’autres grands Africains, capturant
la vie, nuit et jour, dans le pays et la ville
de Sory, Bobo-Dioulasso. Récemment,
le photographe et artiste français Sébastien
Girard, auteur de quelques stimulants livres
conceptuels, s’est emparé des images de
Sanlé Sory pour en faire un livre imprimé en
114 GR AZIA • 31.08.2018
risographie par ses propres soins. Un travail
délicat qui met de la trame et de la texture
au sein des images qu’il a choisies. Faites en
studio et mises en scène, elles témoignent
d’une présence et d’un humour captivants,
tout en étant toujours empreintes de style,
dans les attitudes, les vêtements et les poses.
Rien de poseur pourtant ici : le livre de
Girard est un hommage sous la forme
d’un album délicat. On y plonge le regard
pour découvrir non pas un monde déjà
passé mais plutôt l’énergie de ce qui arrive.
Girard aurait vendu toute sa collection
de livres pour fnancer celui-ci. On le
comprend, on s’incline, on le remercie. •
Studio Volta Photo, Sanlé Sory, direction artistique
Sébastien Girard (éd. Yossi Milo Gallery and tezeta, 2018,
76 pages, 120 €). informations: contact@tezeta.fr,
Sorysanle.com et Sebastiengirard.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
GR AZIA • 31.08.2018 115
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
A voir : l’exposition « Sanlé Sory : Studio Volta »,
du 6 octobre au 16 décembre à la Vieille Eglise
Saint-Vincent, Mérignac (33).
116 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
#LESESPRITSLIBRES
Lorelle, musicienne
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
118 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
#LESESPRITSLIBRES
Werner, peintre
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
magazine
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
HELLO
PANTIN
La Seine-Saint-Denis séduit
et attire les écoles spécialisées,
métiers d’art, créateurs et artisans.
L’industrie de la mode va-t-elle
changer le département le plus
pauvre de France ? Par Caroline HameLLe
PHOTO : NJERI NJUGUNA
e
lle a un sourire jusqu’aux oreilles.
Et il y a de quoi. A 21 ans, Njeri,
apprentie directrice artistique et
toute jeune photographe, savoure
le succès du premier déflé de
son école de mode, la Casa 93,
ouverte à Saint-Ouen il y a un an.
Déterminée, elle s’adresse avec
une parfaite maîtrise aux professionnels de
l’industrie venus l’interroger sur son avenir : « Je
vis en HLM, ma famille n’a rien à voir avec le
milieu, et pourtant je sens que depuis deux ans que
je m’investis à fond, le vent est enfn en train de
tourner en ma faveur. » Si elle a envie de quitter la
France pour découvrir les pays anglo-saxons,
Njeri sent bien qu’il y a une vraie excitation pour
la banlieue, la Seine-Saint-Denis en particulier.
« Les gens qui ne connaissent pas la banlieue
la critiquent beaucoup, mais ils s’y identifent
aussi, surtout en termes de style. Le nombre de
Parisiennes que je vois avec des “Requin” (de
Nike, ndlr) aux pieds… Que ce soit l’attrait
du Grand Paris ou autre chose, tant mieux que ce
monde s’ouvre à des gens comme moi. » Parmi sa
promotion, deux autres jeunes, Miguel et Doris,
intègrent l’Ecole de la chambre syndicale de la
couture parisienne (ECSCP) à la rentrée grâce
à une bourse que l’établissement met en place
pour la première fois. Une jeune flle va faire
un stage chez Martine Leherpeur, une autre va
entrer au département image de Kenzo.
CRÉaTiViTÉ STimULÉe maiS OnÉReUSe
Parallèlement à ce projet éducatif et social,
une nouvelle école de mode vient de s’implanter
sur le territoire. A la rentrée, Esmod va ouvrir
ses portes à 450 étudiants à Pantin dans les
anciens locaux de la Banque de France, inoccupés
depuis une dizaine d’années. Le lieu présente
de beaux volumes baignés de lumière, un atrium
immense, un jardin et un traiteur bio en guise
de cantine. De quoi largement stimuler la
créativité mais pas pour toutes les bourses car
Esmod est une école payante à hauteur de
10 000 euros par an et par étudiant. Pas sûr que
beaucoup de jeunes du département du 93
puissent y prétendre. « Mon patron a souhaité
s’installer dans cette commune pour la proximité
avec les métiers d’art et l’agence de pub BETC »,
explique Christine Walter-Bonini, directrice
générale d’Esmod. Depuis le début des
années 90 et l’installation de la cité Hermès,
qui est progressivement passée de 650 à
Une photo
issue d’un
reportage
réalisé en
Seine-SaintDenis par
Njeri, de la
première
promo de
Casa 93.
GR AZIA • 31.08.2018 121
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MAGAZINE
Grâce à la
participation d’Hermès,
je redessine
l’environnement urbain
BERTRAND KERN, MAIRE DE PANTIN
1. La Cité
des métiers
Hermès
à Pantin.
2. Photo
de Njeri
réalisée en
Seine-SaintDenis en
avril dernier.
1
1 500 salariés. « Pantin est devenue l’expression
du développement de l’artisanat du luxe et de
ses métiers d’art. Ce sont les prémices du Grand
Paris », revendique Bernhardt Eichner, directeur
général Hermès Service Groupe. Depuis, Isabel
Marant, Sonia Rykiel et Comme des Garçons
y possèdent des entrepôts de stockage. Parce
qu’évidemment ce qui les intéresse, c’est
la proximité avec l’épicentre parisien et le prix
de l’immobilier moins élevé. « Les entreprises
viennent aussi parce que je les aide. Pour venir
dans le 93, il faut que la greffe prenne », souligne
Bertrand Kern, le maire de Pantin. Une situation
d’entraide gagnante-gagnante : « avant l’arrivée
d’Hermès, le centre-ville de Pantin était sinistré.
Au fur et à mesure, ils ont racheté les terrains
autour, et grâce à leur participation je redessine
l’environnement urbain », poursuit le maire.
« La Fondation d’entreprise Hermès a participé
à la construction de la Maison Revel, un lieu
de partage qui soutient les artisans d’art, et
de la Maison de l’emploi qui aide les jeunes
de Pantin sur le chemin de l’emploi. Hermès
a une crèche d’entreprise au sein de laquelle
six berceaux sont réservés pour la mairie »,
rappelle Bernhardt Eichner.
2
122 GR AZIA • 31.08.2018
Avec ses deux lignes de métro et une ligne
de tramway, Pantin est une ville exemplaire
du projet du Grand Paris. C’est en tout cas
ce que pense Jean-Luc François, fondateur
d’un incubateur et atelier de réinsertion du même
nom situé rue des Pommiers : « Ici, il y a le Centre
national de la danse, la programmation Banlieues
Bleues, la salle de concerts La Dynamo… » Et
de conclure sur le titre préféré des médias pour
qualifier cette ville : « Pantin, c’est le nouveau
Brooklyn. » Quant à l’importance du textile :
« De par la proximité du canal, il a toujours été là.
Mais on avait besoin d’une locomotive. Hermès
a joué ce rôle. Désormais, avec le retour des
productions locales, nos ateliers intéressent de
nouveau les acteurs majeurs du secteur. Hier,
le créateur Thierry Colson est passé modifier
PHOTOS : NJERI NJUGUNA ; FRÉDÉRIC DELANGLE
« PANTIN, LE NOUVEAU BROOKLYN »
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MAGAZINE
UNE TERRE DE DIFFICULTÉS
« Certes, il commence à se passer des choses
dans le 93 pour la mode, mais pour un acteur
interne comme moi, je trouve que tout est encore
beaucoup centralisé sur Paris. Je ressens en
revanche un bouillonnement créatif un peu
maladroit mais hyperfertile. Le style est un
vocabulaire fondamental quand on habite dans
un F2. La meilleure façon de parler de soi, c’est
d’avoir le bon look parce que le reste est peu
flamboyant. Et puis quand on vit autant dehors,
la présentation c’est ce qui a le plus d’impact »,
analyse Bastien Laurent, cofondateur de la
marque AVOC, lauréate l’année dernière
du prix des premières collections de l’Andam
(Association nationale pour le développement
des arts de la mode), qui a grandi à Aulnay-sousBois. Le jeune homme qui, sur son compte
Instagram, affiche clairement son code postal
(93600) a d’ailleurs un projet dans cette ville de
83 000 habitants : un espace de vente laboratoire
dont l’ouverture est prévue pour l’année
124 GR AZIA • 31.08.2018
prochaine. Un candidat idéal au label In SeineSaint-Denis lancé il y a un an et demi par
Stéphane Troussel, le président du conseil
départemental de Seine-Saint-Denis, et Axelle
Poulaillon, directrice du marketing territorial
et du mécénat. Ce programme, dont la Casa 93
a été la première bénéficiaire, vise à développer
et valoriser les réseaux du département : « Ici,
il y a une vraie dynamique autour de l’émergence
et de la créativité des talents car les gens ont une
appétence pour trouver des solutions », souligne
Axelle Poulaillon. Mais point d’angélisme, la
Seine-Saint-Denis reste une terre de difficultés.
« Une de nos élèves a décroché à un mois de la fin
pour raisons familiales. Sa mère ne voulait pas
qu’elle travaille dans la mode. Elle a dû choisir
entre la couture et sa famille », relate Nadine
Gonzales, directrice de la Casa 93, qui envisage
à la rentrée de faire appel aux services d’une
assistante sociale pour accompagner la nouvelle
promotion. Un des plus gros défis consiste à leur
faire comprendre que ce n’est pas mieux ailleurs
en les encourageant à cultiver leur différence.
« On me dit parfois qu’ils ont la grosse tête. C’est
sûr qu’ils l’ont, d’ailleurs il faut qu’ils rentrent
avec sur le marché du travail », souligne encore
Nadine Gonzales, philosophe. La vie se chargera
bien de leur apprendre le reste. •
A la rentrée,
Esmod,
une école
de mode à
10 000 euros
l’année, ouvre
ses portes
à Pantin à
450 étudiants.
PHOTO : DR
quelques pièces de sa collection et on l’a réalisée
dans la foulée », affirme Jean-François. Mais si
les entreprises de l’industrie de la mode viennent
se nourrir dans ce département, côté création
pure on n’en est pas encore tout à fait là.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
« Je peux pas,
j’ai piscine »
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Karine Laval prend toujours
sa caméra avec ses affaires
de piscine. Un livre sort,
compilant dix ans d’obsessions
aquatiques. Idéal pour nous,
qui refusons de voir l’été
s’achever. Par Philippe AZOURY
Untitled # 7
(Cascais,
Portugal, 2002).
Page de gauche :
Untitled # 38
(Capri, Italie,
2005).
GR AZIA • 31.08.2018 127
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
K
arine Laval, artiste française exilée à
New York, photographie les piscines.
Entre 2002 et 2012, elle a posé son
regard de photographe sur ces jeux
de miroitements, sur ces refets
éclabloussants, sur ces corps qui se jettent à l’eau,
avec tout ce que cela veut dire d’engagement
à la vie à la mort. On imagine que pour elle,
prendre ses affaires de piscine signife de toujours
s’armer d’un appareil photo. Il n’y a pas, pour
son imaginaire, de territoires plus grands que ce
carré d’eau. Misérable trou creusé dans un terrain
exposé au soleil, mais nous aimons tous et toutes
les oasis. Nous les aimons tant que nous sommes
même prêts au pire : rejouer la vie mondaine
en maillot de bain taille 12 ans.
UN BAiN DE CoUlEUrS SAtUrÉES
Karine Laval envisage donc nos grands et nos
petits ploufs comme autant de microfctions
possibles. Elle en extrait tout à la fois la sensualité
et la solitude, le bonheur solaire et le drame.
Aussi souvent qu’elle le peut, elle plonge ses
images dans un bain de couleurs saturées bleus
qui ont bu la tasse au chlore, blancs cramés sous
un soleil de plomb, rouges passés au brasero
incandescent du trop de grillades. Cela donne
d’abord à ses images une grande intensité
baroque, une forme de tragique estival qui n’a
plus rien d’anecdotique, comme si chaque gamin
en haut d’un plongeoir rejouait le dialogue
avec les dieux. Mais ce côté « vieux Super-8 »
assumé injecte à ses photographies un voile de
mélancolie, de paradis perdu, d’enfance.
Ce sentiment de nostalgie, on le connaît tous.
Il surgit comme la vague, les jours d’août où il
n’y a plus rien à faire, où l’on comprend que le
temps qui s’écoule soudain de façon compacte
et majestueuse, non seulement nous échappe le
reste de l’année à courir dans tous les sens comme
des abrutis, mais qu’il ne reviendra plus. L’année
ne s’achève pas le 31 décembre. Elle prend fn
l’été, quand les secondes de nos vies viennent
toucher le fond de la piscine. A la piscine,
on nous a fait ce cadeau rare : on nous a offert
le temps dans toute son épaisseur.
« Ce soir, nous sommes septembre », chantait
Hélène dans Les Choses de la vie. L’été, bientôt,
ne sera plus qu’un mirage. Je peux tout accepter
sauf de voir se vider l’eau d’une piscine. •
Poolscapes de Karine laval (Steidl, 128 pages).
128 GR AZIA • 31.08.2018
De haut en bas:
Untitled # 14
(Annecy, France,
2002).
Untitled # 28 (Oslo,
Norvège, 2003).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
CONSTANCE JABLONSKI porte Timing.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
Ci-dessus:
Poolscape # 83,
2010.
A gauche:
Poolscape # 91,
2010.
Ci-contre:
Poolscape # 80,
2010.
130 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
C O L L E C T I O N L E S G R A N D S M É C H A N T S L O O K S H I V E R 2018
-
EN BOUTIQUE ET SUR WWW.NAFNAF.COM
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
portrait
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
La nouvelle
impératrice
Grâce à elle, InStyle est devenu le magazine de mode
le plus puissant des Etats-Unis. Comment l’Australienne
Laura Brown a-t-elle réussi ? Rencontre à New York
avec une femme de 44 ans qui change la presse féminine.
Par Perrine SABBAT Photos Eva SAKELLARIDES
D
Laura Brown
dans son
bureau de
Manhattan, le
8 juin, relisant
son interview
de Monica
Lewinsky, à
paraître dans
le InStyle
daté d’août.
epuis le neuvième
étage du building
abritant les éditions
Time, la vue sur la
baie de l’Hudson,
dans le sud de Manhattan,
n’est pas désagréable. « Vous
pouvez entrer, j’ai caché tous mes
magazines porno ! », annonce
une tornade très blonde, très
chaleureuse, très décontractée.
Un rire communicatif et un
accent venant du fn fond du
bush australien. Le sens de
l’humour et de la formule
redoutable. Laura Brown,
44fans, nous ouvre les portes
des locaux du magazine InStyle,
dont elle est la rédactrice en
chef depuis août 2016. Sur son
bureau, un crayon de papier
cartoonesque et quatre buzzers :
« Oui ! », « Non ! », « Peut-être ! »,
« Applaudissements ! ». « C’est
comme ça que je donne mes
réponses », plaisante-t-elle.
Une photo d’elle avec Oprah
Winfrey et le croquis d’une robe
Valentino sur mesure montrent
pourtant que la flle fun n’en
est pas moins une vraie pro
respectée dans le milieu. Elle
s’assoit face à nous et range son
doctor bag Louis Vuitton : « On
dirait que je pourrais délivrer des
ordonnances ! » La blague est
pourtant plus sérieuse qu’il n’y
paraît : Laura Brown a peut-être
trouvé le remède aux maux qui
rongent l’industrie de la presse
magazine aux Etats-Unis. En
deux ans, elle a fait d’InStyle,
mensuel américain mixant mode
et people glam qui n’intéressait
plus grand monde, une revue
infuente. Attirant à nouveau les
annonceurs du luxe et les plus
grandes célébrités en couverture.
Avec 1,7 million d’exemplaires
vendus par mois (1,5 million
par abonnement, 200 000 en
kiosque), Laura Brown a
révolutionné le marché des
magazines de mode aux EtatsUnis dans un paysage moribond,
plaçant InStyle en première
position devant Vogue et
Harper’s Bazaar. Ce qui lui a valu
de faire partie cette année du
classement Business of Fashion,
recensant les 500fpersonnalités
qui redéfnissent l’industrie de
la mode. « Quand je suis arrivée,
on a dû accepté que les célébrités,
qui sont la base de ce magazine,
avaient changé. Aujourd’hui, les
designers sont des célébrités, les
mannequins sont des célébrités,
mais pour moi, tout le monde est
sur un pied d’égalité et a quelque
chose à dire. InStyle implique
qu’on inclut tout le monde et que
tout le monde a du style. » Pour
incarner le premier numéro de
sa nouvelle formule, elle a fait
appel à ses amis, qui ont tout
de suite adhéré à sa vision :
Virgil Abloh a créé un T-shirt
logoté « IN » sur le devant,
et « STYLE » dans le dos,
porté en couverture par Emily
Ratajkowski, « celle qui, à la fois
mannequin, actrice et activiste,
permettait de montrer le plus
clairement la nouvelle direction
du magazine ». Mais ce que
Laura a surtout apporté, c’est
une approche humaine : donner
la parole aux mannequins qui
posent dans les séries de mode,
demander aux contributeurs
de faire des selfes nature,
réaliser des vidéos décalées avec
les célébrités pour les réseaux
sociaux. « Il faut être bienveillant.
On est un magazine pour les
femmes donc il faut les célébrer,
les écouter. »
B BADASS WOMAN A
Cela ne nuit en rien au business :
Laura Brown a instauré cinq
à six couvertures différentes
pour les abonnés. Jennifer
Aniston, qui est sur le dernier
numéro, a accepté de les
partager avec Christy Turlington,
Clare Waight Keller… Julia
Roberts l’avait fait avec Joe
Biden (vice-Président d’Obama).
« Tout le monde est gagnant : vous
avez cinq ou six fois la promo
sur les réseaux sociaux, parce que
les personnalités postent leur
couverture, et cela vous permet
de placer autant d’annonceurs. »
En août, Laura a sorti son
premier numéro « Badass
Women », incarné par Serena
Williams. Une idée qui lui est
venue grâce à… Donald Trump.
Lorsqu’il a annoncé en juillet
2017 sa décision de bannir
les personnes transgenres de
l’armée, elle a convoqué ses
équipes pour aller à la rencontre
de ces femmes et leur donner
la parole dans le magazine. Un
sujet est devenu une rubrique,
et quand les annonceurs ont
GR AZIA • 31.08.2018 133
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
portrait
Laura
Brown, dans
son bureau,
aux côtés de
Norman
le koala, la
mascotte du
magazine.
Parmi les
nombreux
bibelots
décalés,
ses figurines
de créateurs
de mode.
134 GR AZIA • 31.08.2018
suivi, c’est devenu une franchise
(« Disons plutôt une plateforme,
sinon ça fait McDonald’s ! ») :
des podcasts, des dîners, dont
le premier a réuni en avril à
Los Angeles Laura Dern, Nicole
Kidman, les sœurs Mulleavy
créatrices de Rodarte, et des
anonymes (restauratrices,
avocates) qui œuvrent pour
la cause de la femme. Ce sont
tous ces projets, ces idées, et
son utilisation du digital, qu’elle
n’a jamais méprisé, qui lui
permettent de rester optimiste
quant à l’avenir de la presse
écrite. « Le print reste la racine
de l’arbre. Oprah Winfrey se
pointera pour la couverture d’un
magazine, pas pour un sujet
sur le site. C’est ensuite mon
job de décliner le matériel sur le
Web. En ligne, on peut raconter
une histoire à 360 degrés. C’est
juste un nouveau moyen de
communication. Je me fche de
la façon dont on consomme mon
magazine : en lisant un article
sur du papier, en regardant une
vidéo sur le site, un boomerang
sur Instagram : le plus important
est que chacun y trouve quelque
chose qui lui plaise. » Oprah,
qu’elle avait décrochée juste
avant son discours enfammé
aux Golden Globes, représente
son plus gros succès. Elle
avait abordé le sujet des
présidentielles et a pu sortir fn
janvier une interview exclusive
que même le New York Times
n’a pas réussi à obtenir. Laura
Brown est devenue tellement
infuente qu’on parle d’elle
pour remplacer Anna Wintour
à la tête de Vogue. Elle sourit :
« Je sais faire un magazine, une
vidéo, gérer un site internet.
Mais je suis bien où je suis. »
Pour le moment. Outre une
vision progressiste du métier,
c’est la personnalité de Laura qui
plaît aussi, elle qui met sa vie en
scène pour ses 220 000 followers
sur Instagram (InStyle en compte
2,2 millions), de son boulot à sa
série de photos #onlauraslap, où
les célébrités s’assoient sur ses
genoux, jusqu’à son petit ami, de
seize ans son cadet. On n’est pas
obligé de se prendre au sérieux
lorsqu’on l’est vraiment. Laura
Brown raconte volontiers avoir
grandi dans une exploitation
laitière. Si elle a quitté l’Australie
pour Londres, c’était pour se
rapprocher du centre névralgique
de la mode, qui la fascinait.
De là, elle allait seule à la
Fashion Week de Paris, arrivant
à entrer au culot aux déflés
d’Ann Demeulemeester et de
Martine Sitbon : « J’étais au
dernier rang et les mannequins
n’étaient que des torses ambulants.
Je ne voyais rien mais j’étais
contente. » Son objectif restait
New York. Elle y est arrivée
en 2001, une semaine avant
le 11-Septembre. A démarré
au New York Post puis est
passée par W Magazine, Details,
Harper’s Bazaar et aujourd’hui
InStyle… Dont les bureaux sont
à deux pas du nouveau World
Trade Center. Quelqu’un a parlé
de « badass » ?f•
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
136 GR AZIA • 31.08.2018
NCORBEAU
OIR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Rétrospective
à Amsterdam et
livre anthologique.
La rentrée est
l’occasion de
se plonger dans
le travail de
Masahisa fukase.
Disparu en 2012,
ce photographe
japonais a passé
sa vie à traquer
les corbeaux et
l’absence.
Par Joseph GHoSN
GR AZIA • 31.08.2018 137
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
Photo page
précédente :
Seikan Ferry
Boat, de la série
« Ravens », 1976.
P
eut-on réduire un homme à ses animaux ?
Un photographe à ses images ? Dans le cas
du Japonais Masahisa Fukase (1934-2012),
la réduction au sujet est facile. Après tout,
cet homme-là s’est beaucoup fait connaître
pour un livre, Ravens (1986), que beaucoup
placent au panthéon de la photographie
japonaise, voire mondiale, et qui, fdèle à
son titre, met en scène une série d’images de corbeaux, captés
au hasard d’un voyage menant de Tokyo à Hokkaido, sa ville
natale, où Fukase retournait régulièrement. Idem, parmi ses
derniers livres publiés, il en est un ou deux qui ne montrent
que des images de son chat. Des corbeaux, des chats ? Pour
autant, avec Fukase, ce n’est pas cela qui importe vraiment,
ce n’est pas le sujet. Ce n’est même pas la plastique pourtant
formellement souvent hors du commun de ses constructions
qui intéresse. C’est plutôt ce qui n’est pas là. Ni le horschamp ni le contrechamp, mais l’absence. Celle d’une
femme. Si Fukase photographie des corbeaux, c’est parce
que sa femme l’a quitté. Si Fukase photographie son chat,
c’est parce qu’il est seul avec lui. Et qu’à un moment, même
le chat s’en va. Et Fukase le remplace par un autre, presque
son jumeau. Pour le photographier encore. Avant de mettre
138 GR AZIA • 31.08.2018
en scène ces animaux jusqu’à l’obsession la plus démente,
Fukase ne pouvait s’empêcher de photographier ses femmes,
là encore de manière obsessionnelle. Tant et si bien que
Yoko (elle a donné son nom à un autre livre de Fukase,
rarissime) est partie. Son fantôme hante le photographe qui
traque les corbeaux comme il traquait Yoko et leur vie
intime, jusqu’à en faire un bloc de pessimisme et d’angoisse.
Un autre de ses livres, Memories of Father, raconte une
absence différente, celle de son père disparu, qui était
lui aussi photographe, mais de quartier, à Hokkaido.
Depuis son décès, en 2012, la réputation du photographe
n’a fait que grandir. L’an dernier, le festival d’Arles lui
consacrait une exposition. Cette année, entre septembre et
décembre, ses tirages sont dévoilés au Foam d’Amsterdam
et les éditions Xavier Barral lui consacrent un ouvrage
rétrospectif de plus de 400 pages qui reprend 26 séries
de photos, c’est-à-dire quasi l’intégralité de son œuvre.
A l’exception des photos de son ex-femme qui aurait
refusé d’apparaître dans le livre. Son absence, toujours. •
Masahisa Fukase (éditions Xavier Barral, 2018), 19,5 x 26 cm, 416 pages,
350 photos couleur et N & B. textes : tomo Kosuga et Simon Baker. Prix : 65 €.
Sortie en librairie le 4 octobre. Exposition « Masahisa fukase - Private
Scenes », du 7 septembre au 12 décembre au foam, à Amsterdam.
PHOTO PAGE PRÉCÉDENTE ET PHOTOS CI-CONTRE : © MASAHISA FUSAKE ARCHIVES/ÉDITIONS XAVIER BARRAL, 2018
Ci-contre :
Untitled,
de la série
« Bukubuku »,
1991, une suite
d’autoportraits
performatifs
réalisés dans
sa baignoire.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Ci-dessus :
Untitled,
de la série « Color
Approach », 1962.
Ci-contre : Untitled,
de la série « Raven
Scenes », 1985.
140 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : © MASAHISA FUSAKE ARCHIVES/ÉDITIONS XAVIER BARRAL, 2018
Portfolio
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
S O FT STR E TC H
I N N O VAT I O N
www.chantelle.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Omniprésents dans l’œuvre de Fusake, les corbeaux sont un présage funeste, comme dans Untitled, de la série « Ravens », 1979 (ci-dessus).
Sous l’œil du photographe, ils deviennent un reflet de l’âme, tel ce tirage Untitled, de la série « Raven : Noctambulant Flight », 1980 (ci-contre).
142 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : © MASAHISA FUSAKE ARCHIVES/ÉDITIONS XAVIER BARRAL, 2018
Portfolio
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
société
En marche
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Les 18-30 ans, tiraillés entre
l’envie du grand amour et la peur de
s’engager, inventent leurs codes,
leurs propres rapports amoureux.
C
Par Clotilde CADU Illustrations Natacha PASCHAL
ouple. Nom masculin.
Personnes unies par le
mariage, liées par un pacs
ou vivant en concubinage.
La défnition du Larousse
a vécu. Le mot même,
« couple », semble dépassé.
De plus en plus, les
18-30 ans – ou génération Y – s’en affranchissent,
inventant de nouvelles formes de relations
amoureuses, ni vraiment ensemble ni vraiment
pas ensemble. Sérieuses et légères. Romantiques
et réalistes. En couple sans être en couple.
Si le grand amour fait encore rêver, la vie à deux
donne des sueurs froides. « Une citation, à mon
sens, résume très bien les relations des jeunes
aujourd’hui : “On veut l’intensité sans le risque.”
C’est impossible », analyse Manon Aunay, coach
en développement personnel et professionnel
certifée (1), reprenant les mots de la philosophe
Anne Dufourmantelle. « Echaudés par les relations
de leurs parents, la “génération divorce”, ils ont
aujourd’hui plus de diffcultés à s’engager, non
pas parce qu’au fond, ils n’en rêvent pas, mais
parce qu’ils ont peur, peur de s’enfermer dans
une relation, peur de faire le mauvais choix, peur
d’échouer, peur de perdre leur liberté, peur de
divorcer… Ils désirent une stabilité avec de la
passion, une liberté avec une relation, être vraiment
aimé sans devoir trop se donner… On exige de
l’autre ce qu’on n’est même pas capable de lui
donner ! » Fini, donc, le « ils se marièrent,
vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »,
bienvenue dans l’ère du « en même temps »
amoureux, où l’on veut tout et son contraire,
vers l’amour
GR AZIA • 31.08.2018 145
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
société
Les difcultés
à s’engager
sont les résultats de
l’enfant-roi
FABiENNE KRAEMER, PsYcHANALYstE
très simple : il y avait une sorte d’évidence.
Si on était bien, on convertissait l’amour en une
histoire, on habitait ensemble, éventuellement
on se mariait. Aujourd’hui, c’est plus compliqué.
La mise en couple est très réféchie et très
contractuelle, note encore le sociologue. Le
contrat peut s’arrêter très vite ou, au contraire,
être renouvelé. » On cherche des garanties,
des preuves que l’on compte vraiment pour
l’autre. Et en même temps, on ne se jure rien,
pas de cohabitation, pas de mariage, pas de
bébé. Aucune promesse sur le long terme, mais
une exclusivité relationnelle et sexuelle. Pas à
un paradoxe près, les macronistes de l’amour !
L’éMotioN PLUs QUE LE sENtiMENt
le grand amour sans s’engager, le bonheur sans
la frustration, les papillons dans le bide sans
l’incertitude. Face à ces contradictions, chacun
crée dès lors sa propre confguration amoureuse,
monte sa relation à sa propre sauce, loin des
codes dictés par les aînés. « Les histoires sont à
la fois sérieuses et légères », confrme le sociologue
Christophe Giraud, professeur à l’université
Paris-Descartes et chercheur au Centre de
recherche sur les liens sociaux (Cerlis) (2). « On
commence quelque chose avec un partenaire et on
ne sait pas comment cela va évoluer. Le modèle du
coup de foudre est mis en doute, on ne se dit pas
amoureux pendant un certain temps. Cette période
peut durer assez longtemps, le temps nécessaire
à une expérience commune pour connaître l’autre
et connaître ses sentiments », poursuit Christophe
Giraud, qualifant d’« amour réaliste » ces
relations d’un nouveau genre. « Avant, c’était
146 GR AZIA • 31.08.2018
« Il y a un vrai désir de se mettre en couple,
beaucoup plus que de cumuler les relations »,
dit Carmen Bramly, 23 ans, écrivain (3). Reste
que l’amour est devenu une chose sacrée, et on
n’accepte pas de le donner au premier venu.
« Ma génération croit en l’amour, mais peut-être
de façon désabusée. Nous sommes aussi dans
une société qui valorise l’émotion et non pas le
sentiment. Il y a un refus de s’engager. Dans mon
cercle proche, par exemple, personne n’est en
couple, personne n’a vraiment aimé. J’ai aussi déjà
entendu des personnes me dire “je suis avec cette
flle depuis trois ans, mais je ne l’aime pas” »,
raconte encore Carmen Bramly. A qui la faute ?
Aux parents et grands-parents qui se sont
séparés et ont désenchanté le mythe de l’amour
toujours ? Aux applis de dating qui poussent à
la consommation et enferment dans une infnité
de choix et un abîme d’incertitudes ? A une
éducation trop tolérante ? Pour la psychanalyste
Fabienne Kraemer (4), ces diffcultés à s’engager
et à gérer les frustrations sont le résultat
de l’enfant-roi : « Cela a généré une inaptitude
à vivre en couple. On veut éviter la routine,
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
www.mollybracken.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
société
Le couple
en chifres
limiter les frustrations, jouir sans entrave. Reste
que si elle n’est pas entravée, la jouissance est
moins forte ! » Une chose est certaine en tout cas :
on veut éviter de prendre des risques. On se
barde alors d’assurances. « Le couple est vu comme
une entreprise à gérer », constate Paul Douard,
29 ans, chroniqueur sur le site Vice (5). « Les cases
doivent être remplies. Il n’y a plus de place pour
le doute. D’ailleurs, aujourd’hui, quand quelqu’un
me décrit la personne qu’il a rencontrée, j’entends
parler de critères plus que de sentiments. »
A l’heure de la start-up nation, les partenaires
se muent en DRH et la relation, en contrat de
chantier. « Les moins de 35 ans sont précaires
ou bien ne savent pas où ils vont. Le couple n’a pas
échappé à ça : il faut donc le sécuriser, dit Paul
Douard. On cherche alors une personne avec qui
ça ne se passera jamais mal. Ça ne sera jamais
fou non plus, mais c’est rassurant. Combien de
couples sont ensemble depuis dix ans, ne font plus
l’amour, mais sont juste bien ? Un peu comme
quand on reste cinquante ans dans la même boîte
parce que c’est rassurant. Un de mes amis m’a
dit avoir choisi une personne qui le rassurait
plutôt qu’une histoire un peu folle mais risquée.
“J’ai fait le choix de la sécurité”, m’a-t-il confé.
Aujourd’hui, c’est ça qui est recherché, une
entente. Le partenaire amoureux devient un mix
entre le coloc et le meilleur ami. On devient
des potes de rando. » Pour le romanesque, il
faudra repasser ! La génération Y est-elle pour
autant plus malheureuse, moins satisfaite que
ses aînées ? Pas sûr. « Peut-être est-elle plus
optimiste qu’heureuse », tente Carmen Bramly.
« L’amour n’est pas mort !, rassure Manon Aunay.
Il se manifeste juste sous des formes différentes.
Des “vrais couples”, il en existe bel et bien, des
personnes prêtes à s’engager, à faire un bout de
chemin, à vivre ensemble et à fonder une famille.
C’est encore un souhait de nombreux jeunes qui
se l’autoriseront peut-être plus tard ou qui malgré
l’évolution de la société, font le pas, osent se
livrer, osent faire confance et osent s’aimer. » •
(1) coaching.aunay.net
(2) Auteur de L’Amour réaliste, la nouvelle expérience amoureuse
des jeunes femmes (Armand colin, 320 pages).
(3) son dernier roman, Onde de choc (Jc Lattès, 220 pages).
(4) Auteure de Solo/No Solo, quel avenir pour l’amour ?
(PUF, 240 pages).
(5) « La vie, ça va passer » sur Vice.com
148 GR AZIA • 31.08.2018
30,9 millions
de Français vivent en couple. Parmi eux, 900 000 sont
âgés de 20 à 24 ans et 8 millions ont entre 25 et 39 ans.
source : iNED, chifres pour l’année 2014.
1,2
million
DE COUPLES
NE PARTAGENT
PAS LE
MÊME TOIT
EN FRANCE.
source : iNED,
« La famille à
distance », 2018.
e
35,6 ans
C’est l’âge moyen des
femmes qui se sont
mariées en 2017. Les
hommes affichent, eux,
38,1 ans. En 1997,
les premières avaient
30,3 ans lors de leur
mariage et les seconds,
32,9 ans. source: iNsEE.
5 place
LEs sitEs DE RENcoNtREs
ne sont pas le mode de rencontre
dominant en France. Moins de 9 % des
personnes ayant connu leur partenaire
actuel entre 2005 et 2013 l’ont découvert
par ce biais. Le lieu de travail, les soirées
entre amis, les lieux publics et l’espace
domestique (chez soi ou ailleurs)
restent les quatre premiers contextes
de rencontre.
source : iNED, « sites de rencontres : qui les utilise en
France ? Qui y trouve son conjoint ? », février 2016.
51%
des jeunes
âgés de
16 à 25 ans
sont
célibataires.
source : Diplomeo,
sondage « Les jeunes
et l’amour »,
février 2018.
29% des 26-30 ans
SE SONT DÉJÀ CONNECTÉS À UN SITE DE
RENCONTRES EN 2013, CONTRE 19 % EN 2006.
C’est la tranche d’âge la plus utilisatrice de ce service.
source : iNED, « sites de rencontres : qui les utilise en France ?
Qui y trouve son conjoint ? », février 2016.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Portfolio
L’art
de la table
A Leipzig, en Allemagne, un étudiant japonais, Hayahisa
tomiyasu, photographie depuis sa fenêtre les mille et un sévices
que nous infligeons à une table de ping-pong. C’est confirmé,
notre imagination est bien sans limites. Par Philippe AZoUrY
i
l paraît qu’on ne dit plus pingpong, mais tennis de table.
C’est que le ping-pong est un
sport olympique, mais pas que.
C’est aussi, au hasard de ce
que nos corps désirent faire de cette
grande table à quatre pieds, un
banc où se poser pour repenser
à notre vie (forcément de merde),
un rebord hyper pratique pour faire
un pique-nique sans salade aux
fourmis, un appui stable pour les
dérangés de la gym à tous crins, un
transat, ou la table à repasser qu’il
vous manque quand vous habitez
un sept mètres carrés cuisine-salle
de bain-salon-chambre à couchervestibule. Allez savoir pourquoi, on
l’imagine assez petite, la chambre
d’étudiant que le Japonais Hayahisa
Tomiyasu (né en 1982) occupait
l’an passé à Leipzig. Suffsamment
pour qu’il passe ses journées à
rêvasser devant sa fenêtre, laquelle
donnait directement sur cette
ravissante « tischtennisplatte »
depuis laquelle il s’est mis à
photographier, sans mise en scène,
tout un fonctionnalisme en dérive
burlesque. Présenté encore sous
forme de démo, ce travail a reçu
le prix du meilleur premier livre
2018, et le voilà donc édité toute
affaire cessante chez Mack sous
le titre TTP. Le détournement
est un sport olympique. •
TTP de Hayahisa tomiyasu
(Mack, 260 pages, 35 €).
152 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : TTP 2018 BY HAYAHISA TOMIYASU PUBLISHED BY MACK, LONDON
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
GR AZIA • 31.08.2018 153
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PHOTOS : TTP 2018 BY HAYAHISA TOMIYASU PUBLISHED BY MACK, LONDON
Portfolio
154 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PHOTO : TTP 2018 BY HAYAHISA TOMIYASU PUBLISHED BY MACK, LONDON
Portfolio
Photos extraites de TPP de Hayahisa Tomiyasu (Mack).
156 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PORTES OUVERTES
DU 14 AU 17 SEPTEMBRE*
CITROËN C3
AVEC ALERTE ATTENTION CONDUCTEUR**
REPRISE
Mirror Screen**
CITROËN Connect Nav**
11 aides à la conduite**
Avec ou sans Airbump® Black**
36 couleurs de personnalisation
+ 1800€
(1)
(1) 1 800 € TTC pour l’achat d’une Citroën C3 neuve hors finition Live, composés d’une remise applicable sur le tarif Citroën
conseillé au 03/09/18 et d’une aide reprise Citroën de 800 €, sous condition de reprise d’un véhicule et ajoutés à la valeur de reprise de votre ancien
véhicule. Cette valeur est calculée en fonction du cours de l’Argus®, selon les conditions générales de l’Argus® disponibles sur largus.fr, déduction faite d’un
abattement de 15 % pour frais et charges professionnels et des éventuels frais de remise en état standard. Offre réservée aux particuliers, non cumulable,
valable jusqu’au 30/09/18 dans le réseau Citroën participant. * Selon autorisation préfectorale. ** Équipement de série, en option ou non disponible
selon les versions. ◊ Détails sur citroen.fr
CONSOMMATIONS MIXTES ET ÉMISSIONS DE CO2 DE CITROËN C3 : DE 3,8 À 5,1 L/100 KM ET DE 97 À 120 G/KM.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mode
Les hommes du
changement
Dans l’ombre,
ils contribuent à faire
entrer les boîtes
de mode dans
une nouvelle ère.
Rencontre avec une
génération différente.
Par Céline CABoURG
Portraits Julien BoURGeoIS
A
près des études de commerce
ou de droit, ils ont contribué à tirer
ventes et croissance vers le haut,
en rationalisant l’élan créatif, en
consolidant son socle. « Aujourd’hui,
un créateur ne peut être seul juge et partie, précise
Bastien Daguzan, directeur général de Paco
Rabanne. Les enjeux sont tels et les écosystèmes
si compliqués que ce jeu de balance entre les deux
personnes du binôme est essentiel. » Quel est
exactement leur rôle ? Multifacettes, ils s’occupent
du développement au sens large. Personnages
de l’ombre, moins connus que les directeurs
artistiques, ils forment avec eux des tandems
cohérents et complémentaires. Surfant sur la vague
numérique, ils ont tous anticipé la révolution
digitale et ont contribué à développer ce médium
technologique pour la vente, à l’image de Nicolas
Santi-Weil (voir page suivante) : « J’ai tout de suite
pris conscience que c’était un super outil qui allait
permettre de voir les choses différemment. J’ai vécu
l’avant et le pendant du développement d’Internet.
En un an et demi, j’ai pu mesurer et accompagner
un changement considérable. » Etre deux, c’est
toujours mieux. •
158 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
BASTIeN dAGUZAN
Directeur général de Paco Rabanne
« Il fallait étendre le
spectre de la marque »
Il a l’élégance et l’air cool du garçon malin
qui n’a pas besoin d’être dans le paraître.
Etudiant, il opte pour le droit puis pour
l’Institut français de la mode. Comme
directeur du développement chez Kris Van
Assche, il dit avoir « compris un écosystème de
mode dans une petite structure : mettre en place
une politique rationnelle de prix et penser la
cyclicité du changement ». Christophe Lemaire
lui propose de faire muter son entreprise
de TPE à PME. Les enjeux sont diffractés :
organisation des défilés, création d’un
environnement digital, développement de
partenariats. « L’image de la marque Lemaire
était forte mais il fallait étendre le spectre. » La
croissance est multipliée par sept en cinq
ans. La maison Paco Rabanne avait déjà une
bonne audience, il la rejoint en 2017 pour
en décupler le rayonnement. Pari réussi :
la croissance bondit de 50 %. Sa technique ?
Une activation digitale – réseaux
sociaux, contrats avec Net-a-porter et
Matchesfashion – alliée à une réflexion
commerciale globale adaptée aux besoins
des marchés locaux. Il n’y a pas que les
pampilles des robes qui brillent chez Paco.
GR AZIA • 31.08.2018 159
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mode
NICoLAS SANTI-WeIL
Directeur général d’AMI
« Ça m’a donné un certain
culot et de la confiance »
Il ne salue pas à la fin des shows et pourtant
tout le monde connaît Nicolas Santi-Weil.
Bachelier en 1995, il avait tout juste une
adresse e-mail quand il entre à Sup de Co Paris.
Ironique, il raconte que son premier téléphone
portable, « un vrai talkie-walkie », il l’a gagné à la
fin des années 90 au jeu télévisé Le Juste Prix.
Ce dernier a tout fait : Sup de Co, la grande
école de commerce, un tour d’Europe pour
s’ouvrir à l’international et, dès ses années
d’études, un investissement professionnel dans
New-Biz, un média en ligne pour lequel il crée
la première base de données sur les start-up.
Diplômé en 2001, il part à New York un an plus
tard et lance aux Etats-Unis le bureau d’une
marque française de chemises sur mesure,
Liste Rouge. Il y restera jusqu’en 2006. L’idée
était déjà assez dingue : adapter le sur-mesure
au digital en imaginant des tutoriels pour que
le client, au moyen d’algorithmes, devienne son
propre styliste. Comme ce dirigeant de chez
Condé Nast pour le marché US et l’international
qui fait confectionner une chemise pour
chacun de ses directeurs de publication.
Nicolas touche Wall Street, tisse son réseau :
« J’étais plus souvent dans les bureaux de Condé
Nast que dans le mien. Les PDG des plus grandes
entreprises nous passaient commande. Ça
m’a donné un certain culot et de la confiance »,
se souvient-il. En 2007, en pleine crise des
subprimes, un ami lui parle alors de la volonté
de la famille Elicha de monter pour une
nouvelle marque The Kooples un réseau de
150 boutiques en cinq ans. « J’ai été séduit par
l’audace entrepreneuriale. On parlait du “projet
tête de mort”. Avec deux autres managers, nous
avions à peine 30 ans et des budgets fous entre
les mains. On a ouvert 20 boutiques en un mois. »
Après avoir relevé le pari fou, on lui présente
Alexandre Mattiussi, le créateur d’AMI, et il a
un coup de cœur pour la marque. Il l’aide à
structurer la société sur le plan du business,
de la stratégie, du développement. « Je suis son
copilote, quand on n’arrive pas à convaincre
l’autre, on n’y va pas. On travaille en binôme sur
la gestion de la désirabilité. » Membre du comité
de direction de la Fédération de la couture, il
s’implique dans le dîner des créateurs à l’Elysée
et accompagne Emmanuel Macron en Chine.
Un vrai ambassadeur de la création française.
PHOTO CI-CONTRE ET PHOTO PAGE PRÉCÉDENTE : MONDADORI/D’APRANO
« UN CoPILoTe »
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mode
FRANÇoIS-CYRILLe de ReNdINGeR
Directeur général d’A.P.C.
« On a gardé l’âme
d’une PME créative »
PHOTO : DR
Il s’excuserait presque de son parcours classique :
« Parisien du 16e, diplômé de l’ESCP, je m’occupais de la
production et des stocks pour Essilor à Bangkok. » En Asie,
il effectue pour le cabinet McKinsey & Company
des missions avec une cadence infernale. Classique
crise de doute des gens de la finance, il réfléchit à
bifurquer et fait appel à ses contacts. Judith Touitou
le contacte pour A.P.C. Il y est depuis quinze ans.
« Pendant l’entretien, Jean (Touitou, ndlr) m’a dit : ‘‘Je
veux me développer mais pas mourir avec des dollars
sur ma tombe”. » Jusque-là en charge de tout, il avait
besoin d’être épaulé. De trente employés, la société
passe à deux cents. « On a rééquilibré les marchés et
commencé à délocaliser, car A.P.C. était une des dernières
marques à produire en France. On a tout structuré en
gardant l’âme d’une PME créative et on a élargi la gamme.
A la création, Jean et Judith ne se sont jamais enfermés
dans une tour d’ivoire. » Une forme quasi conviviale de
rationalisation du collaboratif.
162 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MODE
Fibre
créative
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Alors qu’elle s’apprête à clore sa tournée,
Juliette Armanet collabore avec Claudie
Pierlot pour la collection capsule « Turn Up
the Volume ». Et signe deux pièces classiques
et audacieuses à son image et celles
de ses chansons. Par Pascaline POTDEVIN
C
ela fait plus d’un an qu’on a les
chansons de Juliette Armanet dans
la tête. Désormais, on les aura aussi
un peu sur la peau. Depuis la sortie
de son premier album, Petite Amie,
en avril 2017, Juliette est partout : en tournée, aux
Victoires de la musique, devant Barack Obama
(pour qui elle a chanté Je te sens venir, sa reprise du
I Feel It Coming de The Weeknd) ou à la cérémonie
d’ouverture du Festival de Cannes, où elle a
interprété Les Moulins de mon cœur de Michel
Legrand, a capella. Aujourd’hui, Juliette crée
deux pièces de la collection capsule « Turn Up
the Volume » de Claudie Pierlot. Le geste de trop ?
Pas quand il est réalisé avec soin et cohérence :
la collection revisite les classiques de la marque,
caban, marinière ou petites robes, aussi intemporels
que les tubes de Juliette qui restent beaux,
interprétés aux synthés ou simplement au piano
(voir sa récente version dénudée de A la folie).
Avec, toujours, quelque chose qui dérape, dans
l’humour d’un couplet ou un solo de saxo.
« UNE PSYCHOPATHE DU T-SHIRT »
La chanteuse
porte la salopette
qu’elle a dessinée
pour Claudie Pierlot.
Les vêtements qu’elle a imaginés font ce même
pas de côté. Une salopette, d’abord. Mais en cuir
noir, avec deux notes de musique sur la poche
arrière : « Pour moi, la salopette évoque l’image
de la lolita, ce truc d’adolescente un peu espiègle,
et en même temps unisexe, que j’aime bien. Le cuir,
c’est pour le côté SM, sexy, et que ça ait de la tenue. »
Le second est un T-shirt où l’on peut lire
« Petite Amie » brodé en lettres d’or : « Je suis
une psychopathe du T-shirt, je ne mets pratiquement
que ça, mais je suis très exigeante sur la coupe. Là,
on a trouvé la bonne : des manches assez longues, un
col épais et un tissu très noir et très mat. » Le motif
s’inspire des T-shirts pour touristes qui deviennent
précieux dès qu’ils sont portés avec un pantalon
chic et des souvenirs. « L’imprimé, je ne trouve pas
ça assez noble, on a donc choisi de broder quelque
chose qui évoque ma musique : je ne voulais pas
partir trop loin non plus. » Pas toujours passionnée
par le shopping (« d’un seul coup, j’achète en grande
quantité et de manière hystérique, je râle, j’ai trop
chaud et je rentre à pied avec plein de sacs »), Juliette
a longtemps considéré la mode avec distance et
fascination. Pendant quelques années, ses parents
ont géré des boutiques de vêtements : « J’allais
dans le Sentier avec ma mère, qui choisissait en plein
été les collections d’hiver. Il y avait des choses que
je trouvais horribles, mais elle me disait que, dans
six mois, tout le monde ne voudrait que ça. Et c’était
vrai. J’aime comprendre pourquoi d’un seul coup
on va avoir tous envie de porter du tweed ou de la
GR AZIA • 31.08.2018 165
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MODE
laine bouillie. C’est mystérieux et génial. » Autre
énigme : l’élégance, qu’elle considère comme une
sorte de superpouvoir. « C’est l’inégalité absolue :
quand Jane Birkin met une chemise blanche, c’est
canon parce qu’elle a un cou de 4 mètres de long
et quelque chose dans la façon dont elle la porte.
Mais nous ne sommes pas tous logés à la même
enseigne. Le vêtement est justement là pour aider.
Je parle pour moi, en tout cas : je suis petite, j’ai de
grandes épaules, pas beaucoup de poitrine… Bien
coupé, c’est mon meilleur allié. » C’est surtout
la scène qui lui a permis d’apprivoiser son look.
Juliette Armanet envisage ses costumes comme un
élément du décor dans lequel elle doit s’intégrer.
La seconde
pièce de la
collaboration :
un T-shirt
noir en coton,
brodé du nom
de son album.
donc davantage dans des affaires unisexes. »
Enfin, de l’éclat. Désormais, c’est en veste et
pantalon lamés que Juliette Armanet éblouit son
public : « Quitte à être dans la lumière, autant
y être franchement ! Je trouvais ça drôle, de jouer
sur les codes du glam et des années 70, les émissions
de Maritie et Gilbert Carpentier… J’ai aussi
l’impression que les icônes de la chanson ont
eu un style bien défini : Barbara, la dame en noir,
Polnareff et ses looks de dingue, Cloclo et ses pattes
d’eph’… » Et Juliette Armanet ? « Le costard
à paillettes. » Evidemment. •
Collection « Turn Up the Volume » de Claudie Pierlot, en boutique
le 23 septembre et sur l’e-shop dès le 19 septembre.
GLAM-POP
Le look de Juliette
Armanet se conjugue
en deux temps :
l’oversize souvent,
et les paillettes, tout
le temps. Quand elle
fait des infidélités
à son costume lamé,
c’est pour enfiler une
combinaison assortie,
ou un haut Gucci,
cette année au
Festival de Cannes.
166 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTO PAGE PRÉCÉDENTE : CHARLOTTE ABRAMOW. PHOTOS CI-CONTRE : CHARLOTTE ABRAMOW ; ERWAN FICHOU & THÉO MERCIER ; SIPA ; DR
PRENDRE DE L’AMPLITUDE
Un grand rideau scintillant est tendu derrière
son groupe ? Elle s’y glisse en quasi-caméléon
dans une combinaison à paillettes, lors de l’un
de ses premiers « gros » concerts à La Cigale
en novembre dernier. « Chaque femme fait son
chemin avec son propre corps. Je me suis davantage
trouvée maintenant que je fais de la musique et
que je suis plus épanouie. Etre devant un public te
force aussi à te définir : sur scène, impossible d’être
en errance visuelle. Il faut savoir qui l’on est pour
affirmer quelque chose. Cela m’a aidée à trouver
mon style. » Aujourd’hui, il repose sur trois
valeurs sûres. Le volume d’abord : pantalons
larges, vestes oversize… Jamais on ne verra
Juliette Armanet en slim ou en top près du corps.
« Je trouve ça beau chez les autres, moi, j’ai besoin
d’amplitude, dans tous les sens du terme, pour
ne pas être cernée de trop près. Ça laisse plus de
mystère, on se dit qu’il y a quelque chose à voir
en dessous… Enfin, à la base, je pense que c’est
un truc de complexée. » (Rires.) Ensuite, elle aime
à cultiver une confortable androgynie : « La robe,
ça a un côté promenade, séduction. Moi, j’ai
l’impression d’être un petit ouvrier, je me vois
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
POUR UNE MODE PLUS RESPONSABLE
DEPUIS 120 ANS LES GALERIES LAFAYETTE SÉLECTIONNENT
LE MEILLEUR DE LA CRÉATION ET CAPTENT L’AIR DU TEMPS. MAIS LE MONDE
AUJOURD’HUI CHANGE PLUS VITE QUE LES MODES ET LE COMMERCE
A PARFOIS DES CONSÉQUENCES SOCIALES ET ENVIRONNEMENTALES
INDÉSIRABLES. PARCE QUE CETTE RÉALITÉ N’EST PAS UNE FATALITÉ, NOUS
LANÇONS LE MOUVEMENT GO FOR GOOD POUR UNE MODE PLUS RESPONSABLE,
UNE DÉMARCHE DE PROGRÈS, CRÉATIVE ET COLLABORATIVE QUI RASSEMBLE
PLUS DE 500 MARQUES PARTENAIRES DANS TOUS NOS MAGASINS.
ENSEMBLE, NOUS PROPOSONS UNE SÉLECTION DE PRODUITS PLUS JUSTES
ET PLUS DURABLES, MAIS AUSSI DES SERVICES, DES RENCONTRES ET DES
ÉVÈNEMENTS QUI ALLIENT RECHERCHE DE STYLE ET RECHERCHE DE SENS.
44 GL 552 116 329 RCS PARIS
À PARTIR DU 29 AOÛT 2018 DANS VOTRE MAGASIN GALERIES LAFAYETTE
ET SUR GOFORGOOD.GALERIESLAFAYETTE.COM
POUR DÉCOUVRIR NOS ENGAGEMENTS.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pages coordonnées par Claire CoSNeFRoY et Clémence LANGÉ
notes
Mode
HOODIE
Ba-sh.com
170 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTO : DR
ReMIXÉ
La marque parisienne
Ba&sh nous propose
d’adopter le pull à capuche.
Et de le porter de façon
décalée, en l’associant
à des pièces plus chic,
un blazer, une jupe fluide,
des boots à talon…
2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MODE
TENDANCE
On l’avait quitté cet hiver, la larme à l’œil.
Le velours côtelé revient dès ce début
de saison dans des teintes minérales.
Pantalon,
Mango, 60 €.
LUCIO VANOTTI
Veste, Comptoir
des Cotonniers, 195 €.
Mules,
Tod’s, 470 €.
FOCUS CRÉATEUR L a F e t i c h e
Derrière cette
jeune marque
se cachent April
Crichton et Orély
Forestier. Deux
talents qui, après
s’être rencontrés
chez Sonia Rykiel,
décident d’imaginer
des vêtements
à la fois familiers
et nouveaux.
Un défi relevé
avec brio.
CRUSH
Sac, Joseph sur
Matchesfashion,
498 €.
172 GR AZIA • 31.08.2018
LET’S
MOVE
Kickers place la danse au cœur de ses créations.
En mettant en scène, dans sa campagne, Marion
Motin, le chorégraphe de Stromae et Christine
and the Queens, et les Swaggers, célèbres
danseuses hip-hop, la marque de chaussures
nous donne plus que jamais envie de bouger !
Kickers.com
PHOTOS : ASON LLOYD-EVANS ; MONDADORI/D’APRANO ; ZUZA KRAJEWSKA ; DR
notes
Lafetiche.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
« L A P L A G E » AV E C @ E VA C O L A S O F F @ J U E L I M E R Y & @ M A R VA L D E L S U R K A P O R A L . C O M
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mode
BAGAGe SeXY
G o
RANDO
Acne Studios et Fjällräven signent la collaboration
la plus cool de la rentrée. Ces deux marques
suédoises partageant la même passion pour les
grands espaces s’associent autour d’une collection
unisexe célébrant la nature avec une touche mode.
Lorsque la marque de bagagerie Lipault demande
à Jean Paul Gaultier d’imaginer une capsule, le
résultat est à son image : design et osé. Coup de
cœur pour cette banane aux airs de minicartable.
260 €. Lipault.fr
notes
disponible sur www.acnestudios.com
LA RÈGLE
DE TROIS
Nafnaf.com
174 GR AZIA • 31.08.2018
HAPPY
FeeT
Avec sa semelle imposante et moelleuse
et sa déclinaison de couleurs tendance,
la nouvelle basket de Maje est déjà
un succès. Alors, blanche, noire ou verte ?
Fr.maje.com
PHOTOS : DR
Pour la rentrée, Naf Naf
dévoile son tout dernier
sac, le « Petit Méchant
Sac ». Il se compose de
trois compartiments, se
décline en trois couleurs
et se porte de trois
manières différentes.
Trois fois trois raisons
de l’adopter.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
RETROUVEZ TOUTES LES ACTUALITÉS MODE,
BEAUTÉ, LIFESTYLE, FOOD... SUR GRAZIA.FR
COULEURS VIVES
13 photos inspirantes qui prouvent que robe et baskets sont la combinaison de l’été
TENDANCE BEAUTÉ
Cet été, on craque d’urgence
pour un vernis mat !
Au revoir le glossy, bonjour le mat !
DÉCO
Tendance fleurs séchées : 10 idées repérées
sur Pinterest
NEWS MODE
Défilés : la semaine de la Haute Couture
a célébré le retour aux…
SOINS VISAGE ET CORPS
NEWS MODE
Les bienfaits du miel
sur les peaux grasses et acnéiques
Dossier : Supreme ou le sportswear
fait culte
VOYAGES
Carnet d’adresses : un week-end landais entre Capbreton et Hossegor
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MO
DE
SPÉCIAL
Réalisation
Laure ORSET-PRELET
Elissa CASTELBOU
Alexandra BERNARD
Isabelle PEYRUT
Marine CHAUMIEN
Claire COSNEFROY
Photos Guy LOWNDES
[
[
[
[
P O É S I E F U T U R E
S O U N D S U N P L E A S U R E
C R A Z Y F O R Y O U
D E U X O U T R O I S C H O S E S
QUE JE SAIS D’ELLE
[ P . 2 4 4 ] I N B L O O M
[ P . 2 6 4 ] S H O P P I N G H O M M A G E
AU COLL AGE
176 GR AZIA • 31.08.2018
P
P
P
P
.
.
.
.
1 7 8 ]
1 9 4 ]
2 1 2 ]
2 2 8 ]
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Poésie
future
Les années 2000, l’avenir conquérant, la dualité entre
l’urbain et la nature. Par Laure ORSET-PRELET Photos Guy LOWNDES
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANABEL,
Marilyn Agency.
Pull et veste,
Tommy Jeans.
Col roulé,
Petit Bateau.
Pantalon, Hilfiger
Collection.
A sa main gauche :
bague, Dodo.
A sa main droite :
bague, Akillis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Parka,
capuche, jupe
et escarpins,
Calvin Klein
205W39NYC.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, Leonard
Paris. Pull, Sweet
Pants. Lunettes
de soleil, Oakley.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Coupe-vent,
veste et pantalon,
Dries Van Noten.
Chemises, Palmer
Harding. Haut
anti-UV, Decathlon.
Derbys, Fratelli
Rossetti. Bagues,
Dinh Van.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Doudoune, Moncler.
Chemise et pantalon,
Margaret Howell.
Veste et chaussettes,
Nike. Baskets, Maison
Margiela. Boucle
d’oreille, Ofée.
Piercing personnel.
A sa main droite :
bague, Akillis.
A sa main gauche :
bague, Dodo. Ruban
à la taille, Mokuba.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull, haut, jupe,
chaussettes et
escarpins, Prada.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Chapeau et col,
Maison Margiela.
Haut, Paco Rabanne.
T-shirt blanc,
Majestic Filatures.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Haut et pantalon,
Marni. Baskets,
Maison Margiela.
Bague, Akilis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Doudoune, pull,
sous-pull et
pantalon, Sportmax.
Baskets, Hogan.
Chaussettes, Nike.
A sa main gauche :
bagues, Poiray.
A sa main droite :
bagues, Dinh Van.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Blouse et jupe,
Joseph. Manteau,
Faustine Steinmetz.
Collants, Dim.
Escarpins, Kenzo.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Chapeau, col et sac,
Maison Margiela.
Haut et pantalon,
Paco Rabanne.
T-shirt blanc,
Majestic Filatures.
Baskets, Ami.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, chemise,
haut et pantalon,
Lemaire. Escarpins,
Kenzo. Boucles
d’oreilles, Ofée.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Manteau, cagoule,
haut, leggings et
boots, Marine Serre.
Bague, Akillis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Parka, capuche et
veste, Calvin Klein
205W39NYC. Boucle
d’oreille, Ofée.
Piercing personnel.
Assistantes styliste
Fanny Martini et
Monica Dominguez
Coiffure
Kazue Deki
Maquillage
Marielle Loubet
Nos remerciements
à l’agence BETC.
Betc.com/fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sound
Sun
Pleasure
Boho chic et lignes
pures autour de la
maison Louis-Carré
d’Alvar Aalto,
en Ile-de-France.
Par Elissa CASTELBOU
Photos Guy LOWNDES
ANABEL,
Marilyn Agency.
Manteau, capuche,
chemisier et
pantalon, Valentino.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Haut, pantalon,
bottes, bracelets
et sautoir, Chloé.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, foulard
et lunettes,
Acne Studios.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Body, bow-tie
et sautoir,
Louis Vuitton.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Coupe-vent, col,
écharpe, culotte,
collant et bracelet,
Veronique Leroy.
Bottes, Longchamp.
Boucles d’oreilles,
Keef Palas.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, Loewe.
Boucle d’oreille,
Acne Studios.
Bague, Ofée.
Chapeau, Missoni.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull, jupe et bottes,
Diesel. Boucle d’oreille,
Keef Palas. Barrette,
Charlotte Chesnais.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, Proenza
Schouler. Chapeau,
Maison Michel.
Mocassins,
Emporio Armani.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sac et skateboard, Hermès.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Cape, haut, pantalon
et bottes, Nina Ricci.
Collier, Tiffany & Co.
Manchettes,
Chanel Joaillerie.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Bottines,
Coach 1941.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, ceinture,
culotte, lunettes de
soleil et casquette,
Dior. Bracelet,
Dior Joaillerie.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, robe et
bottes, Fendi.
Lunettes de soleil,
Acne Studios.
Ruban, Mokuba.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull et pantalon, Tod’s. Bottes, Nina Ricci. Sac, Emilio Pucci. Bow-tie, Louis Vuitton.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Bottes, Dior.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, pull
et cuissardes,
Hermès.
Assistante styliste
Léa Usseglio
Coiffure
Kazue Deki
Maquillage
Marielle Loubet
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Crazy
for
you
Des matières
sensuelles qui titillent
la rétine. Hommage
aux années Palace.
Par Alexandra BERNARD
Photos Guy LOWNDES
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANABEL,
Marilyn Agency.
Robe et cuissardes,
Isabel Marant.
Foulard, Eley
Kishimoto vintage.
Bague, Cartier.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Manteau, Yves
Salomon. Robe,
collier et mocassins
à talons, Versace.
A sa main droite:
multibague, Ofée.
Joncs et bague, Dinh
Van. Bague, Poiray.
A sa main gauche:
bracelets, Tiffany
& Co. Joncs, Dinh
Van. Bagues, Ofée.
Bague, Poiray.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull, jupe et ceintures, Sonia Rykiel. Bandana vintage. Anneaux, Ofée.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Blouson,
Paul & Joe.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Manteau, pull, short
et ceinture, Zadig
& Voltaire. Bottines,
Pierre Hardy.
Bandana vintage.
Bague et bracelet,
Tiffany & Co.
Bague, Cartier.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Manteau, Max
Mara. Brassière,
Wolford. Jean,
Officine Générale.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe et sac ceinturé,
Saint Laurent par
Anthony Vaccarello.
Collier, Boucheron.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sac, Chanel.
Escarpins, Roger
Vivier. Escarpins
bicolores, Stella
Luna. Lunettes de
soleil, Saint Laurent
par Anthony
Vaccarello. Boîte à
chaussures, Nike.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull, Givenchy. Boucle
d’oreille, Dinh Van.
A sa main droite :
bracelet, Tiffany & Co.
Bracelet, Akillis.
A sa main gauche :
bracelet, Tiffany & Co.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull et pantalon,
Giorgio Armani.
Bottines, Sergio
Rossi. Bracelet et
bagues, Dinh Van.
Anneaux, Ofée.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, boucles
d’oreilles, sautoir
et ceinture, Chanel.
Montre portée
en ras de cou,
Chanel Horlogerie.
Bandana vintage.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull, jupe et chapeau, Marc Jacobs. Escarpins, Stella Luna. Boucles d’oreilles, Dinh Van. Bracelet, Akillis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, pull, haut, jean et escarpins, Maison Margiela. Anneaux, Ofée. Casque, Veldt.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, chemise
et short, Dolce
& Gabbana.
Assistantes styliste
Nathalie Jean et
Audrey Le Pladec
Coiffure
Kazue Deki
Maquillage
Marielle Loubet
Manucure
Virginie Mataja
Tous nos
remerciements au
Studio Berçot ainsi
qu’à son équipe
pour leur accueil
chaleureux.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Deux ou trois
choses que
je sais d’elle
Un café parisien, un chic insolent,
la Nouvelle Vague qui revient.
Par Isabelle PEYRUT Photos Guy LOWNDES
ANABEL, agence
Marilyn Agency.
Manteau et robe,
Moschino. Ceinture,
Maison Boinet.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe et col
roulé, A.P.C.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, jupe,
ceinture et foulard,
Gucci. Escarpins,
Charlotte Olympia.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Brassière
et jupe, Kenzo.
Mules, Jimmy
Choo. Barrette,
Accessorize.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe,
Blumarine.
Barrettes,
Alexandre
de Paris.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste et pantalon, Bottega Veneta. Col roulé, Emilio Pucci. Ballerines, Christian Louboutin.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste,
Courrèges.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste et pantalon,
Rochas. Pull,
Polo Ralph Lauren.
Escarpins, Miu Miu.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, pull et
jupe, Carven.
Créoles, Cartier.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Chemise, pantalon
et ceinture, Mulberry.
Escarpins, Christian
Louboutin. Barrette,
Claire’s. Bagues,
Gucci Joaillerie.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull et collier,
Michael Kors.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Blouson, jupe et
foulard, Miu Miu.
Escarpins,
Charlotte Olympia.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Chapeau, Emilio
Pucci. Sac, Miu
Miu. Lunettes de
soleil, Gucci.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Veste, ceinture
et foulard, Gucci.
Coiffure
Kazue Deki
Maquillage
Marielle Loubet
Manucure
Virginie Mataja
Assistantes styliste
Audrey Louis-Amédée
et Audrey Le Pladec
Merci au café
& restaurant
Le Danube,
3-5, place Rhin-etDanube, Paris 19e
pour son accueil.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
In bloom
Superpositions, maille près du corps, néo-grunge et minimalisme.
Par Marine CHAUMIEN Photos Guy LOWNDES
ANABEL,
Marilyn Agency.
Veste et pull,
Balmain.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, Atlein.
Sandales, Sergio
Rossi. Bagues
et jonc, Cartier.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Parka
« Superposition »,
robe-chemise et col
roulé, Balenciaga.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sacs, Lancel.
Sac, Céline.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, Jacquemus.
Sandales, Mansur
Gavriel. Boucle
d’oreille, Dinh Van.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, Paule Ka.
Cuissardes,
Longchamp.
Boucle d’oreille,
Ana Khouri.
Bague, Dinh Van.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pull et robe
asymétrique,
Stella McCartney.
Montre, Rolex.
Bracelet, Cartier.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Manteau et
chemise, Ermanno
Scervino.
Sandales, Mansur
Gavriel. Boucle
d’oreille, Dinh
Van. Sac, Michino.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Trench ceinturé,
veste, chemise
et pantalon,
Y’s. Slingback,
Pierre Hardy.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, Roberto Cavalli.
Bottes, Nina Ricci.
Collier double tour,
Tiffany. Bagues, Akillis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Combinaison,
chemise et bob,
Lacoste. Cuissardes,
Fratelli Rossetti.
Bagues, Boucheron.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sacs, Issey
Miyake.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Robe, Emporio Armani.
Boucle d’oreille et
manchette, Dinh Van.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Col roulé, jupe et
escarpins, Lanvin.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Manteau, Longchamp.
T-shirt, Uniqlo UUU.
Jean, Sacai.
Assistants styliste
Maeva Danezan et
Pierre Bourgeois
Coiffure
Kazue Deki
Maquillage
Marielle Loubet
Nos remerciements
au Studio Kogan
pour son accueil
chaleureux.
Studiokogan.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MODE
Pull et
chapeau,
Marc Jacobs
Boucles
d’oreilles,
Dinh Van.
Bracelet,
Akillis.
UN DAHLIA ROUGE
Blonde hypnotique à l’allure gracile, la jeune Russe de 21 ans
s’est métamorphosée pour notre Spécial Mode. Mais qui êtes-vous
Anabel Krasnotsvetova ? Par Clémence LANGÉ Photo Guy LOWNDES
E
lle a ce regard doux et naïf. Quelque
chose de pur et de simplement beau,
touchant. Anabel Krasnotsvetova
n’a que 21 ans mais cela fait déjà
sept ans qu’elle a commencé ce métier.
Cette Russe aux traits de poupée se rêvait
danseuse d’opéra. « Je me suis très vite rendu
compte qu’en plus de la douleur, je n’arrivais
pas à améliorer ma souplesse », confie-t-elle,
amusée. Alors qu’elle n’est encore qu’une
adolescente timide, elle envoie, comme une
bouteille à la mer, quelques photos à une agence
de Moscou. Comment résister à cette élégance
naturelle ? Rapidement, elle multiplie les
contrats, raccroche les pointes pour embrasser
262 GR AZIA • 31.08.2018
une carrière de mannequin. Aujourd’hui installée
à New York, elle enchaîne les défilés (Balenciaga,
Y/Project, Diesel Black Gold…) et les shootings
photo, aussi bien pour des marques que pour
des magazines. Elle qui n’avait jamais quitté la
Russie voyage désormais dans le monde entier.
« Ce que j’aime le plus, c’est surtout rencontrer
des gens créatifs et passionnés », ajoute-t-elle.
Certainement poussée par cet univers inspirant,
elle s’ouvre à de nouvelles passions, apprend
à jouer de la guitare ou à parler l’italien.
Eclectique, Anabel aime à la fois écouter les
Beatles, regarder Angel-A de Luc Besson
et lire La Cerisaie de Tchekhov. Une beauté
slave à l’esprit curieux et insatiable. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
shopping
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Hommage au
Secouez le shaker de
la mode pour obtenir les looks
les plus forts de la rentrée.
Par Claire COSNEFROY Photos Eléonore WISMES
Collages Eléonore WISMES et Claire COSNEFROY
264 GR AZIA • 31.08.2018
collage
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE STREET
STYLE
Doudoune,
Woolrich, 700 €.
Sweat-shirt,
Kaporal, 55 €.
Jupe, Karl Marc
John, 95 €.
Casquette, Sweet
Pants, 35 €.
Chaussettes,
Bleuforêt,
19 €. Baskets,
Sandro, 295 €.
GR AZIA • 31.08.2018 265
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
DAIANE,
Mademoiselle
Agency.
LE BLANC
Robe, Bonpoint,
355 €. Pantalon,
Stella McCartney,
950 €. Boucle
d’oreille, APM
Monaco,
225 €. Boots,
Minelli, 149 €.
266 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
THAYANE,
City Models.
L’IMPRIMÉ
PANTHÈRE
Manteau, Un Jour
Ailleurs & Andie
MacDowell, 349 €.
Pull, Majestic
Filatures x Lara
Stone, 390 €. Jupe,
Essentiel Antwerp,
165 €. Boucle
d’oreille de cartilage
et créole, Adeline
Cacheux, 170 € et
85 €. Montre, Tudor,
2 570 €. Mocassins,
Laurence Bras, 260 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
LA PARKA
Parka et écharpe, Loreak,
200 €. Veste, Roseanna, 360 €.
Chemise, Galeries Lafayette
par Laetitia Ivanez, 50 €.
Bottes, Aigle, 135 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE ROSE ET ROUGE
Manteau, Pomandere,
482 €. Veste, DMN,
460 €. T-shirt,
Monki x RFSU, 12 €.
Pantalon, P.A.R.O.S.H.,
599 €. Boucle d’oreille
de cartilage et créole,
Adeline Cacheux,
170 € et 85 €.
LE GRUNGE
Pull et jupe, Reiko,
130 €. Kimono
noué à la taille,
Mes Demoiselles…
Paris, 160 €.
Bonnet, Loreak,
49 €. Chaussettes,
Bleuforêt, 19 €. Boots,
3.1 Phillip Lim, 495 €.
GR AZIA • 31.08.2018 269
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
270 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
A gauche :
LA TOUCHE
RALLYE
Doudoune, Best
Mountain, 98 €.
Robe zippée, Eric
Bompard, 475 €.
Blouse, LPB Woman,
80 €. Jean, Etam,
50 €. Mocassins,
Eram, 69 €.
A droite :
LA FANTAISIE
MILITAIRE
Manteau ceinturé,
IKKS, 425 €.
Chemise, Mango,
50 €. Pantalon,
G-Star Raw,
119 €. Casquette,
Harmony, 90 €.
Gourmette, Thomas
Sabo, 698 €.
Chaussettes,
Bleuforêt, 19 €.
Mocassins,
Clergerie, 485 €.
GR AZIA • 31.08.2018 271
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
LES SEVENTIES
Blouson, Les Petites…
Paris, 795 €. Sous-pull,
Petit Bateau, 27 €.
Chemise, Marciano,
149 €. Jupe, Desigual,
110 €. Boucles
d’oreilles, Jennifer
Fisher, 730 €. Bottes,
Golden Goose
Deluxe Brand, 845 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L’ARGENT
Body, Chantelle,
45 €. Pantalon, Hotel
Particulier, 645 €.
Boucle d’oreille de
cartilage et créole,
Adeline Cacheux,
170 € et 85 €. Joncs,
Guérin Joaillerie,
190 € et 390 €.
Montre, Tudor, 2 570 €.
Bottes, Stuart
Weitzman, 1 180 €.
GR AZIA • 31.08.2018 273
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
LE PULL
CAMIONNEUR
Pull, Iro, 918 €.
Combinaison, LTDC
x Candiani, 169 €.
Bague, Fred,
prix sur demande.
Chaussettes,
Bleuforêt, 19 €.
Sandales, Laurence
Bras, 260 €.
LA JUPE CRAYON
Veste, Sandro 245 €.
Pull, Kujten, 285 €.
Jupe, Elisabetta
Franchi, 320 €. Boucle
d’oreille, Swarovski,
149 €. Chaussettes,
Royalties, 24 €.
Derbys, Geox, 145 €.
274 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE WESTERN
Trench, Ba&sh,
430 €. Chemise et
jean, H&M Studio,
60 € chacun.
Sous-pull, Petit
Bateau, 27 €.
Ceinture, Mother,
295 €. Etole,
Ma Poésie, 133 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
LE SPORTSWEAR
A gauche : manteau,
Paul Smith, 1 025 €.
Coupe-vent, Ami x
K-Way, 129 €. Souspull, Petit Bateau,
27 €. Pantalon,
Karl Lagerfeld,
265 €. Chaussettes,
Bleuforêt, 19 €.
Baskets, Reebok
sur Sarenza, 79 €.
A droite : haut,
Molly Bracken, 35 €.
Jogging, Sweet
Pants, 110 €. Baskets,
Diadora, 90 €.
276 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L’ULTRAVIOLET
En haut à gauche :
pull, Masscob,
275 €. Pantalon,
Sud Express, 85 €.
Chaussettes,
Bleuforêt, 19 €.
Derbys, Clergerie,
595 €.
En haut à droite :
sous-pull et
robe, Pinko,
260 € et 310 €.
En bas : veste et
pantalon, Tara
Jarmon, 325 €
et 195 €.Boucle
d’oreille, Mulberry,
350 €. Mocassins,
Laurence Bras,
260 €.
GR AZIA • 31.08.2018 277
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
LE TARTAN
Trench, Liu Jo, 395 €.
Veste, The Kooples, 428 €.
Blouse, Stella Forest,
180 €. Jupe, Pablo, 225 €.
278 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE CUIR
Chemise, Maje,
395 €. Pantalon,
Agnès b., 950 €.
Boucle d’oreille de
cartilage et créole,
Adeline Cacheux,
170 € et 85 €. Montre,
Tudor, 2 570 €. Boots,
Marina Rinaldi, 435 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
LE PIEDDE-POULE
En arrière-plan :
pull, Masscob,
270 €. Montre,
Swatch, 60 €.
Au centre :
blouson, Tibi, 1 280 €.
Haut, Intimissimi,
30 €. Pantalon,
Georges Rech,
370 €. Mocassins,
Texto, 89 €. Sac,
Lancel, 690 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE MASCULIN
FÉMININ
Au centre et
à gauche : trench,
Claudie Pierlot,
395 €. Robe,
American Vintage,
135 €. Collier,
Sirconstance, 420 €.
Bottes, Golden
Goose Deluxe
Brand, 845 €.
LE MIX DE
CARREAUX
Manteau, Cop.
copine, 339 €.
Veste, M0&Co. au
Printemps, 465 €.
Pull, Not Shy,
195 €. Jean,
Mother, 349 €.
Boots, Minelli,
149 €. Sac,
Burberry, 1 290 €.
GR AZIA • 31.08.2018 281
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SHOPPING
LE DENIM
Veste, Levi’s, 129 €. Robe, Bimba y Lola,
255 €. Bottes, Michel Vivien, 870 €.
Echarpe, Versace, prix sur demande.
Coiffure-maquillage Hisano Kominé.
Assistantes styliste
Léa Usseglio et Florie Schweitzer.
282 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mode
lo
ve
PLAYGROUND
Avec ce drôle de visage au sourcil
froncé par des éclats de pièces
métalliques détournées du monde de
l’équitation, la maison Hermès adresse
un clin d’œil amusé à son histoire,
avec le jeu au cœur de ses créations.
Sac Mangeoire « Play » en cuir de veau
tadelakt, Hermès, prix sur demande.
Par Nathalie JeAN Photo Fiona ToRRe
284 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Suivez Grazia en cotinu sur
Facebok, Insagram et Twite
#nouveaugrazia
beauté
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
TENDANCE
RETENIR L’ÉTÉ
Les couleurs des vacances encore en tête, les ombres à paupières
sable, chaudes et légèrement orangées viennent illuminer
le regard et réchauffer le teint. Par Kelly HADDAD Nature morte Jean Paul GOFFARD
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
2
1
T
LE MO
RE
D’O R D
LESS IS MORE
PHOTO : JASON LLOYD EVANS
On choisit un fard à texture
poudrée ou crémeuse que l’on
applique le long de la paupière
mobile. Le teint est nude et
unifié, les cils sont allongés par
quelques couches de mascara.
INDIAN SUMMER
1. Palette Nude on Nude,
Bobbi Brown, 59 €. 2. O !mega
Shadow Ombre à paupières
Gel Poudre The Big O !, Marc
Jacobs, 24,90 € chez Sephora.
3. Ombre à Paupières en Crème
n° 01, 6,95 €, Kiko. 4. Ombre
à Paupières Crème Longue
Tenue, Ombre Première n° 838
ultra fresh, Chanel, 32 €.
5. 7. 10. 11. 12. Palette Barely
There 2, Models Own, 19,99 € chez
Marionnaud. 6. 8. 9. Eye Palette
Warm Neutrals, Dior Backstage,
48,99 € chez Sephora.
GR AZIA • 31.08.2018 287
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
BEAUTÉ
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
stars
Nouvelles
Aussi courus que les grands artistes de la mode,
les maquilleurs de célébrités font exploser les compteurs
sur Instagram avec leur vie pleine de paillettes
et leurs looks faciles à s’approprier. Nous avons parlé
aux meilleurs d’entre eux. Par Joy PINTO
Daniel Martin
la main légère
PHOTOS : FRAUKE FISCHER/BLAUBLUT-EDITION.COM ; DR
Le maquillage de Meghan Markle au royal
wedding, c’était lui. L’Américo-Franco-Vietnamien
est aussi ambassadeur Dior, bestie de Jessica Alba
qu’il conseille pour sa marque Honest Beauty,
et farde – avec une légèreté rare outre-Atlantique –
Elisabeth Moss (photo) et Jessica Biel.
SES ESSENTIELS
Lotion Tonique Ready Steady Glow, REN,
32 € les 250 ml. Air Brush Flawless Finish
Micro-Powder, Charlotte Tilbury,
42 €. Mascara Diorshow, Dior, 33,50 €.
Comment êtes-vous arrivé au top ?
Avant de maquiller à plein temps, j’ai travaillé dans
le développement de produits et la formation. Cette
connaissance globale m’a aidé dans ma carrière,
tout comme le fait d’avoir assisté l’Anglaise Pat McGrath.
Le secret du glow ?
Je travaille avec un produit originellement destiné
à l’hydratation, comme un baume lumineux, pour
apporter un éclat plus naturel à la peau. Je pose d’abord
les brillances, avant de travailler les contours du visage.
Un conseil make-up ?
Trouvez ce que vous aimez dans votre visage
et accentuez-le. Cela donne confiance en soi.
Camoufler ce qui ne plaît pas nourrit les insécurités.
Un maquillage de jour ?
Commencez la journée avec un make-up simple
et frais. Il est plus facile d’ajouter des produits et
des détails au fil des heures.
Et pour le soir ?
J’aime les yeux sombres qui restent en place, alors
qu’il faut toujours retoucher le rouge à lèvres.
GR AZIA • 31.08.2018 289
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
BEAUTÉ
Fiona Stiles
le pinceau sexy
Elle rend les actrices sexy mais aussi pointues
grâce aux réflexes mode acquis lors de shootings
avec les plus grands (Mario Testino, Steven Klein,
Inez & Vinoodh). Sa liste VIP : Lily Collins, Jennifer
Garner, Zoey Deutch, Elizabeth Banks (photo).
Patrick Ta l’ultra-glam
Son style « glamazone », remarqué sur toutes les filles
en vue d’Hollywood – Gigi Hadid, Chrissy Teigen,
Shay Mitchell (photo) –, lui a valu un contrat mondial
avec Shiseido, l’approbation des chanteuses Ariana
Grande et Rihanna, et 1 million d’abonnés sur Instagram.
Comment êtes-vous arrivée au top ?
En travaillant dur. Soyez sympa. Soyez à
l’heure. Faites du bon travail. Rien de super
excitant, mais la réalité du métier.
Une astuce belle peau ?
Avant de maquiller, j’utilise un roller en quartz rose
pour décongestionner les traits, des gouttes pour
les yeux pour éclairer le regard, une crème onctueuse
pour le visage et un baume confort pour les lèvres.
Le secret du glow ?
Je commence toujours par une goutte
d’Illuminating Moisturizer de Tata Harper.
Et pour le soir ?
Un rouge longue tenue dans une couleur
audacieuse donne de l’allure sans demander trop
de travail et de retouches. Sur les yeux, j’aime
un fard crème bronze, sexy mais pas trop apprêté.
Sans oublier une peau radieuse, des sourcils
bien structurés et plein de mascara.
Comment êtes-vous arrivé au top ?
Gigi Hadid et Shay Mitchell m’ont fait connaître.
J’étais leur maquilleur à leurs débuts, je le suis resté
quand elles sont devenues très célèbres.
Le secret du glow ?
Un anticernes crémeux sous les yeux pour éclairer
le regard et un blush sous forme de crème fouettée
pour redessiner les contours du visage. Pour un
highlighter vibrant, j’aime superposer un illuminateur
liquide sur l’os de la pommette et renforcer la lumière
avec une version poudre.
Un conseil make-up ?
Flouter une ombre à paupières n’est jamais assez
fondu et estompé.
Un maquillage de jour ?
Restez simple et fraîche : une touche d’anticernes
sous les yeux et les rougeurs, un blush façon flush
sur les pommettes, du mascara pour ouvrir le regard
et un rouge à lèvres hydratant.
Et pour le soir ?
Des yeux neutres, juste nimbés d’un brun doux et des
lèvres puissantes, rouge flamme ou pourpre profond.
SES ESSENTIELS
Gel Rafraîchissant
Régénération Intense,
La Mer, 275 € les 60 ml.
LacquerInk LipShine, n° 311
vinyl nude, Shiseido.
Mascara Volume Millions de
Cils, L’Oréal Paris, 13,80 €.
290 GR AZIA • 31.08.2018
SES ESSENTIELS
Crayon pour sourcils Brow Wiz, Anastasia Beverly Hills,
25,50 € chez Sephora. 101 Ointment MultiPurpose
Superbalm Original, Lanolips, 14 € chez Sephora. Crème
Hydratante Charlotte’s Magic Cream, Charlotte Tilbury,
89,50 € sur Feelunique.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Nick Barose
la touche radieuse
Maquilleur attitré de Lupita Nyong’o (photo),
l’Américain d’origine thaïlandaise, déjà adoré des
célébrités pour son style supersexy, a explosé
quand la star a remporté un oscar en 2014. Dans
son carnet de rendez-vous : Rachel Weisz côtoie
Zoë Kravitz, Priyanka Chopra et Krysten Ritter.
Andrew Gallimore
des fards de caractère
Aussi à l’aise en backstage que sur un shooting avec
Gilles Bensimon ou Ellen von Unwerth, cet Anglais est
le favori des stars à très forte personnalité : Lily Allen,
Beth Ditto (photo), Björk ou Kylie Minogue.
Comment êtes-vous arrivé au top ?
J’ai été l’assistant de Sharon Dowsett (maquilleuse
anglaise, ndlr), puis je suis entré dans une grande
agence qui m’a permis de travailler avec le photographe
écossais Rankin, apprécié des célébrités.
Une astuce belle peau ?
D’abord une lotion, puis un sérum éclat. Appliquez
la crème hydratante seulement sur les zones qui
en ont besoin, puis masser longtemps pour que la peau
l’absorbe complètement.
Un conseil make-up ?
Appliquez le fond de teint après le maquillage des
yeux pour éviter de le salir avec de l’ombre à paupières.
Utilisez toujours un recourbe-cils, avec ou sans
mascara. Laissez une zone naturelle, les yeux, les lèvres
ou les pommettes, pour que le visage respire.
Un maquillage de jour ?
Un rouge à lèvres vieux rose et son blush coordonné,
un brun sur la paupière et un peu de mascara.
Et pourquoi pas, une toute petite touche d’illuminateur
sur l’os de la pommette.
Et pour le soir ?
J’aime créer un contraste entre des yeux glossy
encadrés par du mascara sur les cils du haut et du bas,
et la bouche ultra-mate et rouge, que l’on peut
rendre encore plus vibrante en tapotant des pigments
par-dessus le rouge à lèvres.
Comment êtes-vous arrivé au top ?
Après un passage à la Parsons School of Design,
j’ai assisté l’Américain Kevyn Aucoin. Il m’a tout
appris et m’a ouvert de nombreuses portes. Quand
j’ai commencé à maquiller Kim Cattrall, époque
Sex and the City, d’autres célébrités m’ont appelé.
Une astuce belle peau ?
Une crème très hydratante mais assez légère pour
ne pas rendre le maquillage huileux, un sérum sous
les yeux. Quand la peau a besoin d’hydratation,
j’ajoute un masque comme l’Exfoliate & Detox Face
Mask d’Erno Laszlo (67 € les 4 sur Net-a-porter).
Un conseil make-up ?
Le maquillage doit valoriser la personnalité sans
transformer le visage. Trop de contouring le rend
peut-être parfait, mais aussi terriblement commun.
Un maquillage de jour ?
Selon la tonalité de la peau, je choisis des nuances
de pêche ou de baie. Sur les yeux, j’évite les
couleurs sombres et les textures nacrées ou givrées,
et opte pour des fards longue tenue.
Et pour le soir ?
Des lèvres glamour vibrantes en rouge,
rose, orange, prune, voire noir. Evitez les
gloss, trop girly. Optez pour des crayons
ou un rouge à lèvres crémeux.
PHOTOS : RICHARD PIERCE ; DR
SES ESSENTIELS
SES ESSENTIELS
Sheer Lipstick, dolce vita, Nars, 27 €. Eye Paint, black valley,
Nars, 25 €. Anticernes Eclat, Nars, 31,50 €.
Poudre Matifiante, M.A.C, 29 €.
Mascara Grandiôse, Lancôme,
33,50 €. Crayon Yeux Soyeux,
Giorgio Armani, 26,90 €.
GR AZIA • 31.08.2018 291
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Beauté
2
1
Le COuP
De BOOSt
Le JOYeuX éLIXIR
On aime: quand
l’artiste new-yorkaise
Lady Pink rhabille
d’un graffiti rose
fuchsia le flacon du
best-seller gourmand.
La Vie est Belle x Lady
Pink Happiness Limited
Edition 2018, Lancôme,
83 € les 50 ml.
On aime: balayer
toute trace de fatigue
grâce à ce baume
enrichi aux extraits
d’olivier et de riz
qui éclaire le teint
et retend les traits.
A utiliser en soin
quotidien et/ou
en masque.
Baume Beauté Eclair
en édition limitée,
Clarins, 42,50 € les
50 ml chez Sephora.
Les irrésistibles
Le COIFFaNt
MODeRNe
On aime: débarrasser
sa chevelure des
agressions du quotidien
tout en apportant volume
et texture à l’aide de ce
soin 2 en 1 au graphisme
terriblement nineties…
1995 Shampooing et Soin
Texture 2 en 1, IGK, 22 €
les 177 ml, en exclusivité
sur Sephora.fr
292 GR AZIA • 31.08.2018
Le ReGaRD XL
On aime : quand ce
soin phare revêt sa
tenue de fête pour
célébrer les 70 ans
de la marque.
Son efficacité n’a
pas pris une ride :
les cils sont plus
longs, plus forts et
plus brillants.
Lipocils Expert
Edition Collector,
talika, 41,90 €.
5
4
Le BaIN euPHORISaNt
On aime: clore une journée
chargée avec cette boule de
bain au parfum de barbe à papa.
Cotton Candy Raspberry Bath
Bomb, Dr Botanicals, 18,50 € sur
Feelunique.com
PHOTOS : DR
3
Par Kelly HaDDaD
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Lisez le
où vous voulez,
quand vous voulez
sur ordinateur, tablette
ou smartphone !
EN VERSION
NUMÉRIQUE
Plus rapide : flashez moi !
Découvrez toutes nos ofres sur
KiosqueMag.com
Le site ofciel des magazines Mondadori France
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
BEAUTÉ
MAKE-UP
LE BOOSTER
DE SOURIRE
Une formule repulpante qui a fait ses preuves,
des teintes qui pulsent et un nouveau tube vitaminé,
pour le retour des vacances.
notes
Rouge à Lèvres KissKiss, Guerlain, 37,50 €. Existe en cinq teintes.
SENT-BON
La promesse
de bonheur
Ça sent quoi, la joie ? Bien malin
qui peut le dire précisément. Ici,
c’est un mélange de senteurs qui
incarnent la vie, la lumière, l’ivresse,
l’abondance et la sensualité.
Eau de Parfum Joy,
Dior, 97,50 € les 50 ml.
LE BUZZ
Ce chignon un peu
défait, piqué sur le
sommet du crâne, nous
a déjà accompagnées
tout l’été. Normal,
il est facile à réaliser
et donne belle allure.
Bonne nouvelle, il s’est
imposé sur le podium
du défilé d’hiver
de Chanel (photo).
La reco : adopter une
couleur qui claque.
Le workout complet
L’OBJET
Pinceau Duo Visage
Daiya Fude, Shiseido, 65 €.
BarreShape, 86, rue Quincampoix, Paris 3e.
Tél. : 01 48 04 79 84. Barreshape.com
294 GR AZIA • 31.08.2018
=
is
+
to
x
+
u
L’ a p l a t d e
LE REGARD FUTURISTE
Vuitto n
TIO N
ou
L’ É Q U A
Géraldine Werner s’est inspirée des
studios U.S. en créant BarreShape, mix
de danse classique et de fitness pour
travailler cardio et se sculpter un corps
de danseuse, même si l’on ne maîtrise
pas l’entrechat. Beau, pro et efficace.
ns
d u d é f il
é
L
Par Aurélie LAMBILLON
PHOTOS : MONDADORI D’APRANO ; VIRGINIE KAHN ; DISNEY/PIXAR ; NBVF/123RF ; EVRENKALINBACAK/123RF ; DR
LE BUN DE
RENTRÉE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
lo
ve
BONHEUR AU CARRÉ
Le luxe se cache dans les détails : ici,
à chaque lavage des mains, quand le
savon délicatement parfumé transforme
un geste mécanique et plutôt banal en
expérience olfactive des plus raffinées.
Savon, Christian Dior, 35 € les 100 g.
Par Aurélie LAMBILLON Photo Romin FAVRE
GR AZIA • 31.08.2018 295
culture
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Kiddy Smile,
à l’hôtel Grand
Amour, le
2 juillet à Paris.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MUSIQUE
Place au Kid
« Fils d’immigrés, noir et pédé. » C’est avec ce slogan sur son T-shirt que
Kiddy Smile s’est présenté aux platines de la dernière garden-party de
l’Elysée. Aujourd’hui, cette figure de la culture ballroom sort son premier album
One Trick Pony. Emouvant et puissant. Par Diane JACQUS Photo Jules FAURE
L
es discothèques sont
comme des églises. » En
cet après-midi parisien,
cette phrase vient embuer
notre mémoire à la vue de
Kiddy Smile. Dans notre souvenir,
lorsqu’elle avait prononcé cette
fulgurance, l’ancien mannequin Betty
Catroux, evil twin blond d’Yves
Saint Laurent, parlait d’engagement.
De ces endroits où l’on scelle des
pactes, prononce des vœux, pour
soi comme pour les autres. Cette
doctrine, notre rendez-vous semble
la porter sur lui. Chemise de soie
bleu roi déboutonnée, perles de
conquistador aux oreilles, pendentif
lourd comme un encensoir à même
la peau : Kiddy Smile est paré, dans
tous les sens du terme.
FORMAT POP
ET SENSATIONS HOUSE
Cette icône de la culture ballroom,
désormais connue du grand public
pour avoir offert le 21 juin dernier
une soirée historique aux platines
de l’Elysée, s’apprête à conquérir.
Se défendre, si besoin, mais surtout
se dévoiler au monde avec un
premier album intitulé One Trick
Pony qui ravive une réaction quasi
chimique, une émotion, une énergie
et une puissance venue des 90’s :
« Je voulais faire de la house en
parlant au plus de gens possible.
Alors j’ai réféchi, et j’ai vu l’évidence :
Inner City, Technotronic… Ces gens
qui ont créé le son house au début
des annéesb90 faisaient de vraies
chansons. Le but n’était pas de les
copier mais de se rapprocher des
sensations qu’ils procuraient.
Je suis donc passé du track (morceau
joué en club, ndlr) à la chanson.
Pour résumer, je fais de la house dans
un format pop », nous explique-t-il
à voix basse, en posant sur nous son
regard de faon surdimensionné…
Avant d’assener : « Je ne suis pas
vendeur à la Fnac. C’est à vous de
défnir ce que je fais, pas à moi. »
Let’s go for a ride.
AU CASTING DU PROCHAIN
GASPAR NOÉ
One Trick Pony appartient à une
culture, à une scène, il la revendique,
il la sublime. Il est l’enfant absolu
du voguing et des ballrooms créés
par les communautés noires et
hispaniques queer new-yorkaises :
« J’y suis arrivé tard. Mais quand
j’ai compris que c’était l’expression
corporelle de la frustration de ne
pas pouvoir être qui on veut dans la
vraie vie, j’ai voulu tout de suite
m’impliquer et l’intégrer. Parce que
si j’avais connu ça à 13 ans, je n’aurais
pas fait de hip-hop, où certes je pouvais
être noir et venir d’un quartier, mais
sans pouvoir exprimer l’autre part de
moi, celle de l’homme homosexuel. »
A partir de là, tout s’accélère : Kiddy
enchaîne les DJ sets, le stylisme,
les clips… Jusqu’à devenir ami avec
Beth Ditto, avec qui il partage la
scène à Coachella. Ce soir-là, un label
lui propose un deal. Le supposé
Graal qu’il fnira par abandonner :
« C’était un album en français, un
peu funk. Alors que j’étais là pour faire
de la house. J’étais honoré mais…
impossible. » A la place, il a préféré
sortir un EP qui lui ressemble,
Enough of You en 2016. Un essai qu’il
transforme aujourd’hui en album.
One Trick Pony côtoie le fun et le
drame, balance un hymne psychophallique (Dickmatized), sort des
arrangements fantomatiques (Dark
Knight) et se réfugie dans une
mélancolie électro statique (Summer
Rain). « One Trick Pony, ça veut
surtout dire : “Ce que tu penses
être prévu pour toi, ce dans quoi
les gens te cloisonnent par jalousie
ou manque d’amour, ce n’est pas
forcément pour toi”. » La preuve
avec ce twist ultime lors de la garden
party de l’Elysée où il a mixé avec
le désormais célèbre T-shirt « Fils
d’immigré noir et pédé » qui a
enfammé les débats : « Au début, j’ai
pensé que c’était l’Elysée Montmartre !
Je me sens si peu représenté par les
politiques qu’on a dû me le dire deux
fois avant que je comprenne que
j’allais mixer dans le vrai Elysée.
Ça veut dire qu’il y a un problème.
L’Elysée, ce n’est pas un endroit où
j’ai envie d’aller faire la fête. J’ai donc
eu envie de provoquer une discussion
en emmenant mon mouvement là-bas.
Et ce fut un moment historique. »
Depuis, Kiddy continue d’accroître
son pouvoir et sa nouvelle vogue,
comme dans Climax, le prochain
flm de Gaspar Noé, qui sort le
19 septembre. Mais une question
subsiste… Quelle est la chanson
qu’il a préféré jouer à l’Elysée ? : « Un
titre de Donny Hathaway, To Be
Young, Gifted and Black. » Amen. •
One Trick Pony de Kiddy Smile
(Neverbeener Records).
GR AZIA • 31.08.2018 297
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
CULTURE
EXPO
Untitled,
de David
Wojnarowicz,
1988-1989.
Collection of
Steve Johnson
and Walter
Sudol.
Le garçon sauvage
C
e fut l’une des fgures clés du
Lower East Side. Il est mort il y
a vingt-six ans, pourtant son
nom, son œuvre protéiforme, sa façon
de scruter New York, d’en renverser
les valeurs, de ramener la lecture du
monde vers la marge mais aussi vers le
queer, nous hantent plus que jamais
aujourd’hui : David Wojnarowicz est
peut-être pour nous ce que William
S. Burroughs fut pour la génération
des années 70-80 : le parfait visionnaire.
Né en 1954 dans le New Jersey, enfant
maltraité, il trouve refuge à New York,
vit d’abord dans la rue, s’adonne à la
prostitution, suit les cours de la High
School of Music and Art à Manhattan,
et devient rapidement indispensable
à la scène underground aux côtés de
Nan Goldin ou de Keith Haring. Il ne
choisit pas, embrasse tout : réalisateur
de flms, photographe, peintre,
performeur, membre du groupe
synthétique 3 Teens Kill 4 (dont
298 GR AZIA • 31.08.2018
l’unique album est réédité par le label
Dark Entries), David Wojnarowicz fut
– surtout ? – un écrivain prolifque,
incandescent, dont trois livres ont été
publiés en France par Laurence Viallet.
Mais ce tableau serait incomplet si l’on
omettait de signaler, sinon de hurler,
qu’il était ce militant LGBT toujours
en éveil – la société américaine est alors
l’une des plus inégalitaires. Le Whitney
Museum lui rend enfn hommage.
L’exposition s’ouvre par une série de
photographies en noir et blanc de petit
format qui nous montre un New York
aujourd’hui révolu, mais qui était
celui dans lequel le jeune homme
s’identifait à Arthur Rimbaud. Dans
le métro, sur les trottoirs sales, il est ce
corps de junky qui déambule avec un
masque de Rimbaud, à la fois innocent
et parodique. Dès la salle suivante, le
choc esthétique est immense. Tableaux
de grands formats, couleurs vives,
pochoirs, collages, corps d’homme nus
entrelacés, le plasticien Wojnarowicz
affole la rétine, d’autant plus que ses
œuvres sont pleines de signes, de mots,
de chiffres, de symboles. « Quelque
chose émerge du chaos de David
Wojnarowicz qui nous place devant
notre responsabilité d’être pour quelque
chose dans le cours du mouvement du
monde », écrivait le philosophe Félix
Guattari. « L’histoire me tient en éveil
la nuit ». Telle est la traduction du titre
de cette rétrospective. Mais l’histoire
de ces années 80, c’est aussi celle d’une
maladie mortelle, dont Wojnarowicz
consigne la fulgurance, et qui aura
raison de sa folle pulsion de vie.
On retourne alors sur ses pas, pour
regarder à nouveau cet autoportrait
de 1983 où l’artiste semble prendre
feu. Prémonition ? Il meurt du sida
en 1992, à 37 ans. •
« David Wojnarowicz : History Keeps Me Awake
at Night ». Jusqu’au 30 septembre au Whitney
Museum, à New York.
PHOTO : COURTESY SECOND WARD FOUNDATION. IMAGE COURTESY OF THE ESTATE OF DAVID WOJNAROWICZ AND P.P.O.W., NEW YORK
C’est frustrant, mais la grande expo de cette fin d’été se tient à New York,
au Whitney. Elle consacre David Wojnarowicz, tout à la fois peintre,
photographe, performer, musicien, écrivain et militant. Par Arnaud LAPORTE, à New York
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PERSONA GRAZIA
Camille Razat
l’amour du risque
Elle a accepté tout de suite cette plongée dans le ciné porno des années 80 et le monde des
peep-shows parisiens que flme Cédric Anger dans son nouveau flm L’Amour est une fête : « Comme
j’ai l’air jeune, on me propose souvent des rôles d’ado. J’attendais un projet plus sulfureux, plus risqué.
C’est autre chose. » Camille Razat y retrouve Guillaume Canet (qui lui avait confé un petit rôle dans
son Rock’n’roll) et assure dans les scènes de strip-tease qu’elle a préparées avec une danseuse du Crazy
Horse. La comédienne toulousaine de 23 ans a fait du mannequinat, de la photo, de la peinture, « plein de
trucs qui me nourrissent, mais jouer est ce qui me fait vibrer ». Elle tremble un peu, tout de même, à l’idée
de monter sur scène dans un mois pour sa première pièce, Le Vieux Juif blonde d’Amanda Sthers, mise
en scène par le cinéaste allemand Volker Schlöndorff. Un nouveau risque, comme celui pris en tournant
le flm d’horreur d’Olivier Afonso, Girls with Balls. • Par Perrine SABBAT Photo Mathieu ZAZZO
L’amour est
une fête de
Cédric Anger
(France, 1 h 58).
En salle le
19 septembre.
Le Vieux
Juif blonde,
à partir du
29 septembre,
au théâtre
des Mathurins,
Paris 8e.
GR AZIA • 31.08.2018 299
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
CULTURE
CINÉMA
Vivre, vite
L
a première fois, c’était à Cannes,
un matin. On se souvient de
cette projection comme d’un
événement intime. On est tombés
amoureux de Shéhérazade, de son style
animal, nerveux, de sa réalité, pas
toujours respirable, de son innocence,
quasi enfantine, de son ambiguïté,
de ses sautes d’humeur, de sa grâce,
de sa fragilité, de sa pudeur comme
de sa violence. En sortant, on avait eu
l’impression d’avoir vu le réel quand
il résiste au tamis du cinéma. Là, sur
l’écran, il y avait des grumeaux, des
morceaux, des cailloux. Et deux anges
de 16-17 ans, zonant dans Marseille,
lui Zachary, chien en fugue, et elle,
Shéhérazade, chienne pour les mecs
de la cité, pute par nécessité. Tous les
deux beaux comme des personnages
de Nicholas Ray. Mais d’où ça sort,
un flm comme ça ? Son cinéaste,
Jean-Bernard Marlin, a 38 ans.
300 GR AZIA • 31.08.2018
En dix ans, ce garçon à la voix douce
a signé deux courts-métrages, et
c’est tout. On ne peut pas le croire,
quand on voit ce qu’il produit à
l’écran. Il vient d’un milieu modeste,
à Marseille, bac scientifque, il bûche
seul les maths, la physique et l’optique
(« sans appareil photo, sur les livres »)
pour intégrer l’école Louis-Lumière,
y apprendre à être chef opérateur.
Il réussit le concours, diffcile.
« Aujourd’hui, ça m’aide à parler focale
avec mon chef op’. » Cela explique,
en partie seulement cette écriture avec
la lumière et avec la nuit, ce sens du
cadre, parfois au plus près du visage,
parfois au contraire de loin, dans un
refet, dans l’embrasure d’une porte :
pour ne pas envahir. A la sortie de
l’école, le monde du cinéma ne lui
ouvrant pas grand les bras, JB Marlin
vit un moment du RSA et doit
attendre 2013 pour que son court-
métrage La Fugue gagne l’Ours
d’or à Berlin, et que le producteur
Grégoire Debailly vienne le trouver.
Ensemble, ils commencent à rêver
de Shéhérazade. Un flm à haut degré
de réalisme, qui garde en lui le
sentiment de la rue, mais distant avec
le naturalisme, empreint d’un lyrisme
à la Kazan (référence revendiquée)
et d’un souci poétique (pas si éloigné
de Pasolini). « Cela surprend souvent
quand je le dis, mais j’ai fait un
story-board pour le flm. Parce que
ma première question, c’est toujours :
“Où est-ce que je place ma caméra ?” »
Le flm s’est tourné l’été dernier,
principalement dans le quartier de la
Rotonde, haut lieu de la prostitution
marseillaise. Avec des comédiens
non professionnels. On ne sait pas
comment il a fait pour diriger ainsi des
gosses peu enclins à être encadrés : « Il
fallait souvent une dizaine de prises,
PHOTO : AD VITAM
En mai, on revenait de Cannes éblouis par un film,
Shéhérazade, signé d’un inconnu, Jean-Bernard Marlin.
Deux adolescents dans Marseille, le sale, la rue, et pourtant
leur amour, au-dessus de tout. Le film sort enfin en salle.
Courez-y. Par Philippe AZOURY et Romain CHARBON Photo Julien MIGNOT
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
le temps nécessaire pour qu’ils soient
dedans, ensemble. Mais il ne faut pas
croire : ils savaient ce qu’ils faisaient, ils
ont saisi l’importance, la responsabilité
d’un tournage. Il y a eu des crises,
des choses à imposer – pas de shit sur
le plateau – mais dans la seconde
d’après, ils me sortaient des fous rires,
des marques de confance. »
Dylan Robert, qui joue Zachary, félin
incroyable, moitié irakien moitié
tunisien, presque une allure de gitan,
a déjà fait un passage en prison.
Kenza Fortas, qui joue Shéhérazade,
était déscolarisée au moment du
tournage (ce n’est plus le cas).
Ils viennent tous les deux du quartier
de la Belle-de-Mai. Ils ont même été
un moment amoureux, au collège.
Comme Zachary et Shéhérazade.
Car, oui, ces deux-là n’ont que le « je
t’aime » pour sujet. Dans les décharges
aussi, il y a des feurs qui poussent.
La violence, l’animalité, faire le sale,
c’est juste l’expression de l’amour qui
manque, de l’amour pas à la bonne
place. Zachary est un môme avançant
par impulsions, se radoucissant quand
en face, ça ne mord plus. Shéhérazade,
qui la nuit ne peut s’endormir sans
sucer son pouce, est encore une enfant.
A eux deux, ils sont innocents. Pas au
regard de la loi des hommes (qui leur
expliquent des mots accolés à leurs
usages : prostitution, proxénétisme,
des mots qu’ils entendent bien après
les avoir faits), mais au regard de la
main qu’ils se sont donnée un soir,
infoutus de s’avouer qu’ils s’aiment.
Apprendre à reconnaître un sentiment,
lui accoler un mot, ça prend du temps.
Et ça va nous prendre du temps
pour comprendre ce qui vient de se
passer dans chaque plan, chaque
fragment de douceurs et de saccage
de Shéhérazade. •
Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin
(France, 1 h 49). En salle le 5 septembre.
ÇA NOUS EXCITE (OU PASO
Un homme fidèle: le 2e film de
Louis Garrel fera sa première
en septembre aux festivals de
Toronto et de San Sebastian.
Locarno: A Land Imagined,
premier film du Singapourien Yeo
Siew Hua, a remporté le Léopard
d’or du 71e festival de Locarno.
Godard/Picasso: une expo croise
ces deux génies à l’Abbaye de
Montmajour, lors des Rencontres
d’Arles, jusqu’au 23 septembre.
Booba/Kaaris: le 6 septembre, les
deux rappeurs seront jugés pour
leur tweet fight en IRL à Orly. Ils
risquent jusqu’à dix ans de prison.
GR AZIA • 31.08.2018 301
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Etre et savoir
C
Algérienne ? Homosexuelle ? Double identité ou simples étiquettes ?
Avec Tous les hommes désirent naturellement savoir, Nina Bouraoui a pris
le temps de peser chaque mot. Par Romain CHARBON
ela fera bientôt trente ans que Nina Bouraoui a publié son premier roman. A l’époque, elle faisait partie d’une
génération biberonnée à Marguerite Duras. C’étaient les années 90, l’avènement en France d’une école de
l’autofction avec Christine Angot comme fgure de proue. Ils avaient lu Hervé Guibert, que certains confondaient
parfois, par excès de lyrisme, avec Hervé « guimauve ». Bouraoui s’en sentait proche, forcément, avec l’homosexualité
comme point de rencontre. Mais tout ça, c’était avant que la ferté du minoritaire prenne le dessus sur la haine de soi.
Nina Bouraoui aura pris le temps pour poser les mots, ceux qui lui défnissent une double identité, dans ses livres au moins :
algérienne et homosexuelle. Mais toujours avec une retenue qui l’empêche d’utiliser le mot « lesbienne », en dehors
d’une fois, isolée, dans la bouche de sa grand-mère maternelle, très vieille France et qui n’aime pas davantage son Arabe
de gendre. Tous les hommes désirent naturellement savoir est un livre sur une époque où l’on ne pouvait pas dire ces mots.
Les chapitres, intitulés soit « Se souvenir », « Devenir », « Savoir » ou « Etre », sont donc toujours des faux-semblants qui
racontent le contraire de ce qu’ils annoncent. « Je fais parler les fantômes pour qu’ils cessent de me hanter. » Bouraoui met
surtout les pieds dans le plat pour entrer dans la modernité. Et c’est très, très beau.
Tous les hommes désirent naturellement savoir de Nina Bouraoui (JC Lattès, 256 pages).
302 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : PATRICE NORMAND ; GABRIELA HERMAN/THE NEW YORK TIMESAREDUXAREA ; DR
CULTURE RENTRÉE LITTÉRAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pas de deux
LE TRÈS ATTENDU SWING TIME DE ZADIE SMITH TRACE LE DESTIN
DE DEUX FILLES MÉTISSES. CAUSTIQUE, VIRTUOSE, BRILLANT: EST:CE
POUR AUTANT UN GRAND LIVRE ? Par Marguerite BAUX
Lorsqu’elles se rencontrent au cours de danse, à 7 ans,
l’une porte des chaussons en cuir couleur cochon, le
modèle le moins cher, que sa mère a acheté au supermarché
et auxquels son père a cousu un méchant élastique.
L’autre arbore fièrement les chaussons en satin rose dont
rêvent toutes les petites filles. Elle se reconnaissent
immédiatement à leur peau métisse dans ce quartier
populaire de Londres, et entre elles l’amitié ressemblera
toujours au jeu des sept différences, une de ces liaisons
essentielles, moins constituées de tendresse que de la
certitude menaçante que seule l’autre sait « qui vous êtes
vraiment ». La plus douée, Tracey, restera fidèle à leur
passion d’enfance pour la danse; l’autre, narratrice du livre,
se trouvera un job prétendument de rêve comme assistante
d’une superstar pop, Aimee, dont les velléités humanitaires l’entraîneront « en Afrique »
pour y financer une école de filles. « Mais que devenaient les garçons ? », se demande la
narratrice, et sans doute aussi Zadie Smith dans ce livre entièrement peuplé de femmes,
moins roman sur l’amitié ou sur la danse que sur l’ambition et l’inégalité des chances.
C’est par les mères que tout commence : celle de Tracey est blanche, sans éducation,
se maquille de paillettes, offre à sa fille un lit Barbie. L’autre est noire, belle et sévère,
lit Angela Davis et finira par se lancer en politique. Avec ses détours d’intrigue et ses
drames de conscience appuyés, Swing Time ne restera pas comme le chef-d’œuvre de
Zadie Smith, mais on y retrouve son intelligence à décrypter ce qu’il y a d’intime dans
le social. Difficile de ne pas faire la comparaison avec L’Amie prodigieuse d’Elena Ferrante,
dont Swing Time est une version anglo-saxonne et pop, infusée de social studies et d’une
véracité mordante sur les jeux de pouvoir entre filles et leur pouvoir sur le monde.
Swing Time de Zadie Smith (Gallimard, 480 pages).
Dans la chaleur
de la nuit
Le page turner de cette
rentrée est français
et porte un prénom de
fille : Helena, de Jérémy
Fel. Par Philippe AZOURY
P
ourquoi choisit-on d’ouvrir
un page turner ? Parce
qu’il porte un prénom
aimé ? Parce que dans l’océan de
littérature de la rentrée littéraire,
on a aussi besoin d’un récit, du
genre bien foutu, qui vous prend
à la gorge et ne la lâche plus.
Helena, du Français Jérémy Fel,
fantasme un Kansas violent où
des adolescents crèvent d’ennui,
et où un crime peut changer la
donne. Ce second roman profte
d’un très bon bouche-à-oreille.
La France a peut-être trouvé son
auteur effcace, comme savent
l’être les Américains, avec en plus
dans son écriture non seulement
du savoir-faire mais une attention
au style. Fel est aussi scénariste,
et Helena, on l’imagine, porte déjà
en elle un devenir flm ou série.
N’attendez pas, lisez le livre.
Helena de Jérémy Fel (Rivages, 800 pages).
GR AZIA • 31.08.2018 303
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
CULTURE
les 5 raisons de
la Dispute
Arnaud Laporte, présentateur de l’émission
La Dispute sur France Culture, nous confie
ses coups de cœur de la semaine.
UN FILM
Miracle à Santa
Anna de Spike Lee
au Lucernaire (paris 6e)
UNE EXPO
Roman Cieslewicz,
magazine Opus
International 4, 1967.
Quel est le point commun entre
Caroline Loeb, interprète de
C’est la ouate, et Alex Lutz, la
Catherine du Petit Journal ?
Leur passion pour Sagan, qui voit
la première incarner l’écrivain
dans un spectacle mis en scène
par le second. Après deux Off
à Avignon, on peut découvrir au
Lucernaire cette adaptation
réalisée à partir des entretiens
donnés entre 1954 et 1992 par
l’auteure de Bonjour tristesse.
Jusqu’au 10 novembre.
UN LIVRE
« Roman Cieslewicz,
la fabrique des images » au Mad
A
rtiste majeur de la scène graphique de la seconde
moitié du XXe siècle, Cieslewicz est un acteur
incontournable de l’école de l’affiche polonaise
avant de conquérir le monde du graphisme à son arrivée
en France. Il y sera notamment directeur artistique
du magazine Elle à la fin des années 60 et enseignant à
l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs. Affiches,
publicités, photomontages, édition et ou illustrations, les
supports de son talent créatif sont éclectiques, ses images
scrutant le monde, dont elles offrent un reflet mais aussi un
témoignage. Artiste engagé, Roman Cieslewicz envisageait
son rôle de graphiste en prise directe avec l’actualité.
Plus de 700 pièces illustrent de manière chronologique
et thématique son œuvre prolifique et exceptionnelle,
et nous donnent matière à réfléchir sur notre époque.
Jusqu’au 23 septembre au musée des Arts décoratifs, Paris 1er.
304 GR AZIA • 31.08.2018
Désintégration
d’Emmanuelle Richard
(éditions de l’Olivier)
UN DISQUE
Hive Mind de
The Internet (Columbia)
Après des escapades en solo,
les anciens protégés de Tyler,
The Creator se retrouvent pour
un quatrième album. Les cinq
Californiens conjuguent leurs
talents pour une galette soul
instrumentale, dans une palette
qui va du funk au quiet storm.
Si basse et guitare se taillent
la part du lion à coups d’effets
bien sentis, c’est bien la voix
sublime de la chanteuse Syd
qui unifie l’ensemble.
Née en 1985, Emmanuelle
Richard publie en cette rentrée
littéraire son troisième roman.
Désintégration est une histoire
de lutte des classes, qui se
transforme en lutte à mort.
Si le sujet impressionne et
interpelle beaucoup sur les
questions de pouvoir et de
violence, c’est par la qualité
de son style que l’auteure
frappe juste, et très fort.
Retrouvez la
rédaction de GRAZIA
dans LA DISPUTE,
toutes les semaines
à 19 heures.
A réécouter,
podcaster sur
Franceculture.fr.
PHOTOS : RICHARD SCHROEDER ; ADAGP, PARIS 2018 - PARIS, MAD JEAN THOLANCE ; RICHARD SCHROEDER ; ©2008 BUFFALO SOLDIERS IN ITALY - LLC - O.M.O.P.C. - S.R.L. ; DR
UN SPECTACLE
Françoise par Sagan
J’ai interviewé Spike Lee il y a
dix ans pour un film sorti
ce mercredi. Cherchez l’erreur !
Ce long-métrage retrace un
épisode de la campagne d’Italie
de la 92e division d’infanterie
de l’armée de terre américaine,
constituée de 15 000 soldats
afro-américains. Un conflit
avec le distributeur (TF1 Droits
audiovisuels) empêcha la sortie
hors des Etats-Unis. Le succès
de BlacKkKlansman nous permet
enfin de découvrir cette œuvre.
En salle.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Abonnez-vous à
24
Création, réalisation :
POUR
€
✁
BULLETIN D’ABONNEMENT
Bulletin à retourner dans une enveloppe affranchie à - Grazia Abonnements - CS 90125 - 27091 EVREUX CEDEX 9
OUI, je m’abonne à
INDISPENSABLE POUR LE SUIVI DE MON ABONNEMENT ET OBTENIR LA VERSION NUMÉRIQUE
E-Mail : ................................................................................................................................................................................................................................................................................
24 numéros pour 24
*
P458BIS
SEULEMENT
€(1019561)
Mes coordonnées :
Nom : .........................................................................................................................................................................................................................................................................................................
Prénom : ...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Adresse : ...........................................................................................................................................................................................................................................................................................
......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
Code Postal : lllll Ville : .....................................................................................................................................................................................................
Tél : ll ll ll ll ll
Je souhaite bénéficier des offres promotionnelles
des partenaires de GRAZIA (Groupe Mondadori)
Mon règlement :
Chèque libellé à l’ordre de Grazia
N° de carte bancaire : llll llll llll llll
Date d’expiration :
ll / ll
Notez les 3 derniers chifres figurant au dos de votre carte lll
Je m’abonne en ligne sur :
www.grazia.fr
Date et signature obligatoires :
*Délai de livraison : 4 semaines à réception de votre règlement. Retrouvez toutes nos CGV sur www.kiosquemag.com. Les informations recueillies à partir de ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique destiné
à Mondadori Magazines France pour la gestion de son fichier clients par le service marketing et la direction des abonnements. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez
d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent en écrivant notre service client. J’accepte que mes données soient cédées à des tiers en cochant la case ci-contre : ☐.
lifestyle
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
DAME NATURE
Designeuse et paysanne, Ambika Conroy est une fille de son époque. Dans sa ferme
des Catskills, à deux heures de New York, elle confectionne des petites collections de mode
respectueuses de ses valeurs. Par Stéphanie FONTENOY, à Summitville Photos Eva SAKELLARIDES
GR AZIA • 31.08.2018 307
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LifestyLe
Q
uand Ambika Conroy
ne se baigne pas avec ce
qu’elle appelle son « maillot
naturel », c’est-à-dire nue,
dans les torrents au nord
de New York, elle porte les
adorables bikinis en coton
de sa propre confection.
Ceux qu’elle a commencé à crocheter à ses
heures perdues lorsqu’elle était encore assistante
photographe dans la mode à New York. C’était
au début des années 2000. Ses deux-pièces
fabriqués entre deux séances photo se retrouvent
en couverture de plusieurs magazines (dont le
célèbre Sports Illustrated). Le succès est immédiat.
A 38 ans, la belle Australienne, devenue designer
un peu par hasard, vend ses créations en ligne (1)
et dans sa superbe boutique vintage de la petite
localité de Mountain Dale. Ambika Conroy a
quitté Manhattan pour un décor de western :
les montagnes Catskill, terre de coyotes et de
légendes amérindiennes. Là, à deux heures de
New York, celle dont le prénom signife « mère
de l’univers » en sanscrit, boit l’eau de sa source
et ramasse les champignons autour de sa maison,
qu’elle a entièrement bâtie avec un bois local.
Son terrain de 40 hectares est aussi son royaume
animalier. Comme dans ses rêves d’enfant, cette
flle de la nature qui a grandi dans un ashram en
Inde élève aujourd’hui ses labradors Malu et Loli,
des poules, des canards, des cochons… Et même
308 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Vous devez
vous occuper de la
nature pour qu’elle
s’occupe de vous
AMBIKA CONROY
A deux heures de New York, Ambika
– « mère de l’univers » en sanscrit –
a effectué un retour aux sources. Tous
les trois mois, la belle Australienne tond
ses lapins angoras aux ciseaux ou
au rasoir et file ensuite leur laine.
GR AZIA • 31.08.2018 309
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LifestyLe
deux écureuils recueillis au berceau, et une
vingtaine de lapins angoras, dont elle utilise
le pelage pour la fabrication de sa collection
d’hiver. Tous les trois mois, quand leur toison
est assez longue, Ambika « taille les cheveux »
de ces grosses boules vaporeuses aux ciseaux
ou au rasoir, et fle ensuite leur laine. On est
très loin des méthodes atroces d’arrachage des
poils à vif dénoncées par les organisations de
protection des animaux en Chine, et même en
France. Entre ses mains, ces frimousses sont
choyées, « bisoutées » et câlinées. « Leurs poils
vous tiennent au chaud et ils ne sont pas maltraités,
affrme la créatrice. La nature vous donne tout,
mais vous devez vous occuper d’elle pour qu’elle
s’occupe de vous. » Doux bonnets, gants, mitaines,
vestes et châles… « Je réalise huit pièces par an
avec la laine d’un lapin, que je vends entre 95 et
1 000 dollars. C’est le prix pour leur assurer une
bonne qualité de vie et obtenir la meilleure fbre
qui soit. C’est aussi une question de respect. » Et
pour faire profter les autres de son monde inspiré
et inspirant, la créatrice très slow fashion et
Carlos, son mari mexicain, ont rénové un vieux
camping-car qu’ils louent aux vacanciers qui
bénéfcient, en contrebas, d’un étang où se
baigner. Le vrai luxe, presque par accident. •
(1) Ambikaboutique.com
Les créations
slow fashion
d’Ambika
exposées chez
elle. Laine,
angora, coton…
des matières
primaires
respectueuses
de ses valeurs.
310 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE
JOURNAL
D’ UN CHINEUR
La bicyclette
rouge
DRES
SES A
SES
POUR
TROUVER
ROUE
À
SON
PIED
1
2
3
58, rue de la Fontaine-au-Roi, Paris 11e.
58, rue du Ruisseau, Paris 18e.
81, bd Richard-Lenoir, Paris 11e.
STEEL CYCLEWEAR
& COFFEESHOP
Le premier concept store et café
dédié aux fans de vélos !
VÉLO VINTAGE
Un large choix de bicyclettes
rétro 70’s-80’s, qui combine
couleurs flashy et objets atypiques.
MARINMONTAGUT.COM
LES PETITS VÉLOS DE MAURICE
Pour acheter ou faire réparer
et bichonner sa bicyclette, on file
chez Maurice !
GR AZIA • 31.08.2018 311
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LifestyLe
312 GR AZIA • 31.08.2018
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L A
PIÈCE
FÉTICHE
L’atelier
d’écriture
DE
NICOL AS OUCHENIR
C’est la plume de la haute couture, le narrateur des
belles maisons. Une simple feuille, un peu d’encre…
et cet amoureux des mots donne vie à la calligraphie.
Par Charlotte ROUDAUT Photos Marie-Amélie TONDU
L’élément fort de votre atelier ?
Quentin, mon collaborateur. L’humain d’abord.
Et en termes de déco ?
Les moulures. Cela fait très vieille France mais j’aime bien.
Plutôt lève-tôt ou couche-tard ?
J’interagis plus la nuit. J’aime travailler à moitié à poil. Plus de
soleil ni de téléphone. Cette solitude me rend joyeux, m’inspire.
Quand vous êtes-vous découvert calligraphe ?
En écrivant mes premières invitations pour la galerie
de Jean-Gabriel Mitterrand, mon mentor. Et en mode,
grâce à ma rencontre avec Miuccia Prada.
Votre lettre préférée ?
Le L : ses boucles évoquent la féminité (2). Et le S pour le son.
Si je dis azerty…
Cela me donne envie de le taper en calligraphie. Le digital
cherche à rendre la virtualité réelle. Google, avec ses
arborescences infnies, plonge dans une errance dangereuse.
1
La différence entre la plume et le clavier ?
Le matériel nécessite de penser avant d’agir. D’où l’expression
« je vais faire couler de l’encre ». Un contexte accompagne
l’écriture (l’odeur d’une lettre…). Le mail n’imprime rien de cela.
Les qualités d’un calligraphe ?
La passion, l’endurance. Comme un danseur, tu deviens bon
quand tu ne t’en aperçois plus.
Pour vous, la mode, c’est…
Plus de la moitié de mon travail (1). Dior, Cartier, Hermès,
Carine Roitfeld (pour ses parfums), Lucien Pellat-Finet,
Camille Fournet, mais aussi Celio…
Vous travaillez de la même façon pour les marques mainstream ?
Si je devais rester dans le luxe, je me sentirais comme enfermé dans
les toilettes. Je ne veux pas être snob, prisonnier d’un microcosme.
L’objet le plus précieux ?
Une pie offerte par Jean-Gabriel Mitterrand.
L’objet le plus ancien ?
Le faisan de ma grand-mère qui était dans une vitrine de son salon.
Votre bleu de travail ?
2
Noir : je me tache sans arrêt. J’ai piqué ça à Niki de Saint Phalle. •
Ateliernicolasouchenir.com
GR AZIA • 31.08.2018 313
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LifestyLe
36
HEURES À MeR ANO
AUX SOMMETS
Palmiers ou cimes enneigées, pourquoi choisir ? Au sud
du Tyrol, en Italie, lieu de tous les possibles,
la vie ralentit mais s’intensifie. Par sophie PeyRARD
1 Le sPA DU MiRAMONti
A flanc de montagne, l’infinity pool
de ce boutique-hotel permet
d’en prendre plein les yweux en se
relaxant dans une eau salée à 32 °C.
Via santa Caterina, 14, Avelengo.
2
fORest tHeRAPy
Bain de forêt méditatif pour se
reconnecter avec la nature et
se calmer l’esprit. Prévoir trois heures.
Se renseigner au San Luis ou au
Miramonti.
Plaisirs épicuriens
1
314 GR AZIA • 31.08.2018
3
2 sissi
Nommé en l’honneur de l’impératrice
qui séjourna à Merano, le restaurant
du chef étoilé Andrea Fenoglio
revisite le fin du fin de la cuisine
italienne avec malice, et donne
le ton dès l’amuse-bouche avec sa
PHOTOS : TIBERIO SORVILLO ; ANDREA TEDESCHI ; INSTAGRAM/THEODOREALEXANDER ; DR
Belles découvertes
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
pizza liquide de poivrons préparée
en bagna cauda.
Via Galileo Galilei, 44.
SCHLOSS KALLMÜNZ
Risotto aux herbes, bœuf braisé et
polenta grillée sur une terrasse : la
pause déjeuner parfaite après s’être
régalé d’édifices Art nouveau.
L’insta destination
Chaque semaine, la créatrice de Pathport, Laurence Delebois, rencontre
le guide local idéal. Episode 17 : les Dolomites vues par Fabio.
Piazza della Rena, 12.
PUR
Speck, fromages affinés au foin, pain
au seigle Schüttelbrot, Lagrein
Riserva 2015 de l’abbaye Muri-Gries…
Se perdre dans cette épicerie de
produits naturels, ne pas pouvoir tout
ramener, se consoler dans la partie
bistrot designée par Harry Thaler.
Corso della Libertà, 35.
Pied-a-terre
3 SAN LUIS RETREAT AND LODGES
Une dizaine de chalets et de cabanes
en bois autour d’un lac, au milieu
d’une réserve protégée de 40 ha, avec
parc alpin et champs de vergers. Le
calme absolu et la nature en majesté.
Fabio
Le lac de Braies
Vöranerstraße, 5, Avelengo.
OTTMANNGUT
Ancienne maison familiale transformée
en bed & breakfast. Le petit-déjeuner
dans le jardin, au milieu des palmiers,
citronniers et cyprès est un must.
Via Giuseppe Verdi, 18.
Petits souvenirs
THE MONOCLE SHOP
Tyler Brûlé, l’amoureux de la ville et
fondateur über branché de la revue
Monocle, s’est installé ici et y a ouvert
une boutique. Spot parfait pour
trouver les marques locales qui font
envie : sacs Zilla, cosmétiques Trehs,
objets design de Martino Gamper…
Via Dante, 23.
Prêt-à-partir
Y ALLER : vols Paris-Venise à partir
de 98 €, puis louer une voiture
(3 heures de route). Airfrance.fr
À FAIRE : le Knottnkino, après
30 min de marche en montagne, on
profite d’une vue époustouflante,
assis dans des fauteuils de cinéma.
Le casting? Le massif du Texel,
le mont Penegal et le Weisshorn.
À VOIR : les jardins et le château de
Trauttmansdorff, où séjourna Sissi.
À CONSULTER: Josef, le guide
des insiders. www.joseftravelbook.com
Fontanone di Goriuda
L’alpage du Seiser Alm
IL EST photographe.
IL VIT À Pordenone, dans la région
autonome de Frioul-Vénétie Julienne.
POUR FABIO, les Dolomites sont un
lieu sacré à la beauté thérapeutique.
SON INSTA @theodorealexander
sur les Dolomites. Un paradis pour
les randonneurs.
SES PLUS BEAUX SPOTS
Braies, Bolzano.
LE LAC DE CAREZZA
Une eau aux couleurs magnifiques
avec, en toile de fond, les cimes des
montagnes du Latemar.
Via Carezza, Nova Levante, Bolzano.
LE SEISER ALM
Le haut alpage le plus vaste d’Europe
offre une vue à couper le souffle
PLUS DE PHOTOS SUR GRAZIA.FR
Selva di Val Gardena, Bolzano.
LE LAC DE BRAIES
L’une des destinations touristiques
les plus appréciées, on loue un bateau
pour une expérience magique.
PALE DI SAN MARTINO
La beauté des cimes de cette chaîne
de montagnes au sud des Dolomites
a inspiré de nombreux artistes.
Gruppo delle Pale, Tonadico, Trente.
FONTANONE DI GORIUDA
Une superbe cascade située
dans le Frioul.
Val Raccolana, Chiusaforte, Udine.
@PATHPORT
GR AZIA • 31.08.2018 315
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LifestyLe
L A
TABLE
De L A seMAiNe
Double
Dragon
1
3
Aïe, vu la queue (mais ça va vite !),
on n’est pas les seuls à vouloir
dîner dans l’annexe extrême-orientale
des sœurs Levha, près de leur génial
bistrot Le Servan… Ambiance néons
dragon, cuisine ouverte et playlist de
folie : l’intérieur revisite les codes du
traiteur asiatique. Idem pour la carte,
inspirée de leurs souvenirs d’enfance
aux Philippines et à Bangkok.
Premiers engloutis : les divins raviolis
aux oreilles de cochon à tremper dans
la sauce sriracha maison. Ensuite, on
picore de plat en plat : dans l’enivrant
piment doux farci au comté et au porc
haché assaisonné d’une sauce aigredouce ; dans les haricots verts à la
crème de sésame auréolée de copeaux
dansants de bonite ; dans les fabuleuses
joues de porc au caramel et enfn,
dans la coupe glacée aux trois trésors
(abricots poêlés, glace abricot et biscuit
amande) en se disant que, décidément,
tout est trop bon. Pas de crachage
de feu au moment de l’addition, sans
être indexés sur ceux de Belleville,
les prix ne s’envolent pas (trop) ! •
Par Julie siMON Photos young-Ah KiM
2
NOS
4
EN +
TA B L E S
1
2
37, quai de Valmy, Paris 10e.
25, rue sainte-Marthe, Paris 10e.
MiZNON CANAL Le top repaire
à pitas du Marais se dédouble canal
Saint-Martin. Mêmes réjouissances:
pains fourrés de falafels avec tomates
grillées et pickles, bœuf bourguignon,
patates douces ou choux-fleurs rôtis…
316 GR AZIA • 31.08.2018
MULiNO MULÈ Les anciennes
variétés de blé sont la nouvelle
obsession de Cédric Casanova (La Tête
dans les olives). Moulues sur place, puis
transformées en pâtes fraîches, elles
se dégustent sur place ou à emporter.
52, rue saint-Maur, Paris 11e. Du mercredi
au dimanche, de 12 heures à 14 heures
et de 19 h 30 à 22 h 30. Carte de 20 à 30 €,
formule midi avec (dragon) bol à 18 €.
1 Antoine Villard est le chef
de ce bistrot asiatique.
2 Déjà propriétaire du Servan
voisin, Tatiana Levha a lancé
cette adresse avec sa sœur Katia.
3 Soignés et épicés, les plats
sont servis dans une vaisselle
traditionnelle chinoise.
4 La carte s’inspire des souvenirs
de la fratrie d’une enfance passée
aux Philippines et en Thaïlande.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE
GOÛT
DE
JEANNE
B
Graines d’été
20 min
PHOTO : JEANNE B
INGRÉDIENTS
Pour 4 personnes :
1 aubergine • 5 petites
carottes • 2 c. à café
de zaatar • Quelques
tranches de thym
• 150 g de semoule
sans gluten • 1 poignée
de persil et de
coriandre • 10 feuilles
de basilic • 4 c. à sucre
de jus de citron confit
• 1 gousse d’ail
• 1 grenade • 10 olives
noires • 2 oignons verts
30 min
«L’acidité et le croquant de la grenade
se marient à merveille avec l’onctuosité
de l’aubergine et de la carotte rôties.
On déguste ce mets comme une entrée ou
en plat principal surmonté d’un œuf mollet.»
• Lavez et coupez l’aubergine en morceaux
et les carottes en rondelles. • Dans un plat
recouvert de papier sulfurisé, répartissez
les légumes et nappez 1 filet d’huile d’olive,
le zaatar, 1 pincée de sel et quelques
branches de thym. Mélangez. • Enfournez
30 min. • Préparez la semoule en la plongeant
dans 16 cl d’eau bouillante. Couvrez et laissez
reposer 10 min. Placez-la dans un saladier
et mélangez avec 1 c. à soupe d’huile
d’olive et 1 pincée de sel.
• Séparez les grains les uns des autres.
• Ecrasez le persil, la coriandre, le basilic,
l’ail et le jus de citron dans un mortier
ou, à défaut, à l’aide d’un mixeur. Ajoutez
cette préparation à la semoule.
• Servez la semoule et les légumes rôtis
avec les graines de grenade, les olives,
et les oignons verts ciselés finement.
Retrouvez chaque semaine les recettes sans gluten
et vegan de Jeanne B.
À REGARDER LE FILM SUR GRAZIA.FR
GR AZIA • 31.08.2018 317
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LifestyLe
Les belles choses
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1 Suspension «Traditional», HK Living, 569 € sur Moncolonel.fr 2 Bols «A+A», serax, à partir de 27 €. 3 Pâte à tartiner «Alle Mandorle»,
Al Dente La salsa, 9,50 €. 4 Jeu de tarot, Hermès, 85 €. 5 Parure en double gaze de coton, AUtUMN Paris, à partir de 199 €.
6 Pliant, Maison thevenon x Michel Klein, 139 € sur Thevenon1908.com 7 Bureau « Biblio », Calligaris, 1 660 €. 8 Ecouteurs « Earset »,
Bang & Olufsen, 299 €. 9 Livre, New Romance, Contemporary Countrystyle Interiors, éd. Gestalten, 39 €.
318 GR AZIA • 31.08.2018
PHOTOS : HERVÉ GOLUZA ; DR
Par Justine ViLLAiN
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Abonnez-vous à
24 numéros
+
30
POUR
Création, réalisation :
Bracelets en argent 925
Le Bracelet jonc cordon est en argent 925, il est composé d’un
cordon rose et de trois perles en argent de 4 mm, qui servent
à ajuster la taille du bracelet. Le diamètre du jonc est de 6,3 cm.
✁
Le bracelet chaînette anneau en argent monté sur une chaîne en
argent 925. L’anneau mesure 1,6 cm de diamètre, la chaînette
est ajustable grâce à 3 crans 15 cm / 16 cm/ 17 cm.
€
SEULEMENT
BULLETIN D’ABONNEMENT
Bulletin à retourner dans une enveloppe affranchie à - Grazia Abonnements - CS 90125 - 27091 EVREUX CEDEX 9
OUI, je m’abonne à
24 nos
*
+ 2 bracelets l’Atelier d’Amaya pour 30
€(1019520)
Je m’abonne à
seul : 24 nos pour 26 € au lieu de 43€20 (1019538)
Mes coordonnées :
Nom : .........................................................................................................................................................................................................................................................................................................
Prénom : ...............................................................................................................................................................................................................................................................................................
Adresse : ...........................................................................................................................................................................................................................................................................................
......................................................................................................................................................................................................................................................................................................................
Code Postal : lllll Ville : .....................................................................................................................................................................................................
P458
+
Deux bracelets
en argent
INDISPENSABLE POUR LE SUIVI DE MON ABONNEMENT ET OBTENIR LA VERSION NUMÉRIQUE
E-Mail : ................................................................................................................................................................................................................................................................................
Tél : ll ll ll ll ll
Je souhaite bénéficier des offres promotionnelles
des partenaires de GRAZIA (Groupe Mondadori)
Mon règlement :
Chèque libellé à l’ordre de Grazia
N° de carte bancaire : llll llll llll llll
Date d’expiration :
ll / ll
Notez les 3 derniers chifres figurant au dos de votre carte lll
Je m’abonne en ligne sur :
www.grazia.fr
Date et signature obligatoires :
*Délai de livraison : 4 semaines à réception de votre règlement. Retrouvez toutes nos CGV sur www.kiosquemag.com. Les informations recueillies à partir de ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique destiné
à Mondadori Magazines France pour la gestion de son fichier clients par le service marketing et la direction des abonnements. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez
d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent en écrivant notre service client. J’accepte que mes données soient cédées à des tiers en cochant la case ci-contre : �.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Rendez-vous Grazia
Une publication du groupe
Président : Ernesto Mauri
RÉDACTION : 8, rue François-Ory, 92543 Montrouge Cedex
Tél. : 01 41 3 3 50 0 0. Fax : 01 41 86 16 75.
Pour joindre votre correspondant, composez le 01 41 33 suivi des 4 chiffres entre parenthèses.
Pour envoyer un e-mail : prénom.nom@mondadori.fr
DIRECTION DE LA RÉDACTION
Directeur de la rédaction : Joseph Ghosn
assisté de Najet Anajjar (21 9 4)
Rédactrice en chef technique : Elena Giannakou-Fèvre (21 72)
Directeur artistique : Adrien Pelletier (21 8 3)
Directrice artistique adjointe : Anne Meunier (21 07)
Administrateur de la rédaction : Véronique Chaubin (21 47)
ACTU
(21 67) et Justine Villain (21 15)
GRAZIA.FR
Rédacteurs actu : Caroline Lumet (21 54),
Rédactrice en chef : Florence Santrot (21 52)
Bertrand Rocher (21 65)
Rédacteurs : Jordane Guignon (people)
Chroniques : Charles Berberian, Nora
(23 13), Pauline Pellissier (21 87), Sabrina
Hamzawi, Louison
Pons (mode) (50 17)
MAGAZINE/MODE ÉCRITE
SECRÉTARIAT DE RÉDACTION
Rédactrice en chef : Céline Cabourg
Secrétaire générale de la rédaction :
Chef de rubrique mode : Caroline Hamelle
Christine Bois-Dumont (21 71)
(21 42)
Deuxième secrétaire de rédaction :
A collaboré : Clémence Langé (18 97)
Bernard Devers (21 19)
MODE
Secrétaires de rédaction : Sibylle Dehesdin
Rédactrice en chef : Alexandra Bernard
(23 48), Fanie Engbrox (58 99)
(52 36)
Ont collaboré : Célina Milloux,
Rédactrice en chef mode adjointe :
Jean-Edouard Michel, Ioris Queyroi
Claire Cosnefroy (52 34)
MAQUETTE
Assistante mode : Nathalie Jean (21 36)
Chef de studio : Guébila Zafati (21 79)
Responsable shopping : Sol-Angel Boente
Première rédactrice graphiste : Alice Pham
(21 92)
(21 74)
A collaboré : Léa Usseglio
Directrice de casting : Alexandra Bénardeau Rédactrices graphistes : Chloé Hennequez
(51 81), Ilham Tazi (21 82)
(21 08)
Ont collaboré : Alice Chapuis, Emmanuelle
BEAUTÉ/SANTÉ
Lhoir, Magali Peretti, Oriana Régent,
Rédactrice en chef : Aurélie Lambillon (21 43)
Nicolò Giacomin
Chef de service santé/forme :
SERVICE PHOTO
Julie Lasterade (21 41)
Directrice photo : Zohra Mokhtari (21 91)
Assistante beauté : Sylvie Angerville (21 44)
Directrice photo adjointe : Brigitte Bassale
CULTURE/PEOPLE
(21 48)
Rédacteur en chef : Philippe Azoury (29 26)
Chef de rubrique culture : Pascaline Potdevin Rédactrices photo : Elsa Guardia (21 89),
Sylvia Monduc (49 55)
(21 50)
Chef de rubrique couvertures et personnalités : Ont collaboré : Ronan Deshaies,
Alessandro Zuffi
Perrine Sabbat (21 57)
Rédactrice culture : Diane Jacqus (49 04)
PRODUCTION
Chargée de production : Myriam Ball (21 02)
LIFESTYLE
Rédactrice en chef : Charlotte Roudaut (21 86) Assistante de rédaction/gestion :
Fatima Tadrist (22 98)
Rédactrices lifestyle : Dominique Savidan
Rédactrice en chef : Lise Martin (21 56)
MUSIQUE ÉMOI
présenté par Elsa Boublil
Tous les dimanches, de 11 heures à 12 h 30
sur France Musique.
Chaque semaine, une personnalité du monde
culturel, politique, scientifique, économique…
commente sa programmation musicale et ce
qu’elle lui provoque comme émotions intimes. La
musique est le point de départ du récit de sa vie.
Invité de ce dimanche 2 septembre : Régis Debray.
Grazia est partenaire de l’émission le dimanche
à 9 heures.
A réécouter, podcaster sur Francemusique.fr
DIRECTION
Directeur exécutif : Carole Fagot
(01 46 48 47 38)
Directrice d’édition : Isabelle Jacques
(01 46 48 18 23)
MARKETING
Responsable marketing : Marion Lenoble (21 38)
Responsable promotion senior :
Chloé Houée (5031) Caroline Paquet (10 20)
Responsable promotion : Fatima Baho
(01 46 48 43 34)
Directeur marketing direct :
Catherine Grimaud (01 46 48 48 19)
Chef de Groupe marketing direct :
Nathalie Carrere (01 46 48 47 67)
Chef de produit marketing direct :
Vanessa Anes Goncalves (01 46 48 47 43)
DIFFUSION www.vendezplus.com
Responsable diffusion marché : Siham Daassa
(54 06)
DIGITAL
Digital manager : Elodie Bourdeau
Grazia is a tradermark registered and owned
by Mondadori International Business
MONDADORI INTERNATIONAL BUSINESS
Chairman & CEO : Carlo Mandelli ; Managing Director :
Daniela Sola ; International Publisher & Head of Licensing :
Sandra Gotelli ; International Advertising Manager :
Daniella Angheben ; Photos & Rights Manager : Melania Landini ;
International Brand Manager Grazia Network : Francesca
Brambilla ; International Art Director : Giacomo Pasqualini
GRAZIA INTERNATIONAL NETWORK
Grazia International Editor in chief: Carla Vanni
For further details, please write to : graziainternational@
mondadori.com © [ 2018 ]
Mondadori International Business S.r.l. All rights reserved.
Published by “NAME OF THE PUBLISHER” with the
permission of Mondadori International Business S.r.l.
Reproduction in any manner in any language in whole
or in part without prior written permission is prohibited
Editeur : Mondadori Magazines France SAS
Siège social : 8, rue François-Ory,
92543 Montrouge Cedex
Brochage : Merkhofer à Morangis (91).
N° ISSN : 2104-5542. Commission paritaire : 1019 K 89968.
Dépôt légal : août 2018
PHOTOS : XXX
Actionnaire principal : Mondadori France SAS
Directeur de la publication : Carmine Perna
Photogravure : Compos Juliot (75)
Impression : Rotofrance à Lognes (77),
(01 41 86 23 12) elodie.bourdeau@
mondadori.fr
Chargé de planning : Sylvia Apodaca (50 15),
Ellen Navarro (21 29)
PUBLICITÉ
Directrice exécutive régie : Cécile
Chambaudrie (52 23)
Key Account Director : Guillaume Beauquesne
(21 40)
Key Account Senior Manager : Verlaine Fixary
(21 78)
Key Account Manager Luxe/International :
Laura Salvi (21 28)
Responsable trafic : Maria Dias (49 88)
Doc : Pierre Ménard, Cherifa Chelbi, Julie
O’Neil
FABRICATION
Direction : Dominique Aymard, Isabel
Delanoy
Chefs de fabrication : Nadine Chatry (56 30),
Johann Gaisser (01 46 48 48 32)
RESSOURCES HUMAINES : Pascale Labé
Abonnez-vous à GRAZIA
Par courrier : Service Abonnements Grazia, CS 90125, 27091 Evreux Cedex 9.
Par téléphone : 01 46 48 48 35 du lundi au samedi, de 8 h à 20 h.
Tarifs abonnement France métropolitaine : GRAZIA, 1 an - 47 numéros = 60 €.
Pour l’étranger, nous consulter.
Copyright © 2009 Arnoldo Mondadori Editore S.p.A. All rights reserved. Published by Mondadori Magazines
France S.A.S. with the permission of Arnoldo Mondadori Editore S.p.A.
Reproduction in any manner in any language in whole or in part without prior written permission is prohibited.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INFORMATIONS COMMERCIALES
PRÊT-À-SHOPPER
SERGE LUTENS
COMPTOIR
DES COTONNIERS
Le participe passé
S’appuyant sur le fir balsam (sapin
baumier), les sèves et les résines les
plus épaisses, la nouvelle création Serge
Lutens a pour idée
d’évoquer le temps
nécessaire pour
mettre au jour une
conscience, une
histoire. Sensuel,
enveloppant et
dense, ce parfum,
qui s’inscrit dans
l’emblématique
«Collection noire»,
nous invite
avec poésie à un
délicieux exercice
d’introspection.
So british
La nouvelle collection
twiste le vestiaire de la
rentrée. Ambiance très
english, entre esprit
preppy et gentlemanfarmer. Costumes en
laine, vestes et chinos
en gros velours côtelé
jouent la générosité,
tandis que la veste
en cuir et la mini en
daim épicent le tout
avec style.
Comptoirdescotonniers.com
120 € les 50 ml
et 180 € les 100 ml.
Sergelutens.com
CASA CORONA
Le rendez-vous obligé
C.LAVIE
Beauté fraîche
C.Lavie cultive ses
propres champs et
propose des soins bio,
respectueux de toutes
les peaux. La Crème de
Jour contient 19 actifs
végétaux, dont 4 huiles
précieuses pour une
hydratation prolongée,
une action anti-âge
et une régénération
cellulaire.
A la parisienne
C-lavie-cosmetiques.com
Pourchet-paris.com
POURCHET
La Maison Pourchet fête ses 115 ans
en réinterprétant un de ses sacs
iconiques des années 90. En cuir,
chic et désirable, le « 115 » oscille
entre intemporalité et air du temps.
DARJEELING
Généreuse avec
un grand G
PHOTOS : DR
Voluptueuse, plantureuse,
on vous aime jusqu’au
bonnet G. Alors on conçoit
toutes nos collections pour
assurer maintien et confort
sans faire d’impasse
sur l’élégance et le style.
Soutien-gorge à armature
« Erin », 38 €, du 85B au 100E.
Pantalon « Densha », 32 €,
du 36 au 46. Darjeeling.fr
La Casa Corona débarque pour la
toute première fois au cœur de la belle
cité phocéenne! Après deux escales
à Paris puis à Bordeaux, ce bar
éphémère, pensé comme une véritable
maison d’artistes, poursuit son trip
à travers la France. Situé au cœur du
quartier Prado, Casa Corona Marseille
laisse apparaître un jardin hors du
temps, un réel écrin de fraîcheur pour
prolonger l’été en musique. Le lieu sera
ainsi rythmé de performances artistiques
en live, d’expositions, d’ateliers créatifs et
d’une programmation musicale pointue.
Du 5 au 16 septembre inclus, au 4 bis, bd Rivet,
Marseille 8e. Mardi, mercredi, jeudi,
dimanche de 17 heures à minuit. Vendredi
et samedi de 17 heures à 2 heures.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
HOROSCOPE
DU 31 AOÛT AU 6 SEPTEMBRE
VIERGE
24 AOÛT – 23 SEPTEMBRE
Psycho : possédée par l’esprit
conquérant de Mars, votre force
de désir est littéralement irrésistible.
Il vous plaît? Il est à vous.
Gare à quelques jalousies féminines.
Boulot : prévoyez un rythme soutenu,
des collaborateurs motivés et des
opportunités. En bonus, un contexte
favorable aux gains d’argent. Youpi.
Mémo : imposez-vous.
BÉLIER
21 MARS
20 AVRIL
Psycho : le ciel insiste sur la notion
d’harmonie et de réciprocité. A deux,
vous serez un bon miroir l’un pour
l’autre. Célibataire? Les mots sont votre
meilleur atout séduction, soyez brillante.
Boulot : comptez sur un contexte
stimulant et propice à l’action, mais
restez souple car le climat est tendu.
Faites des concessions, en attendant
le bon moment pour agir.
Mémo : pas de charrue avant les bœufs.
TAUREAU
21 AVRIL
21 MAI
Psycho: le ciel fait battre votre cœur plus
vite. Nouvelle histoire ou rapprochement?
A vous de voir : ce qui compte, c’est
que le moment est propice à l’éclosion
et l’épanouissement des sentiments.
Boulot : grâce à Mars, la rentrée
s’annonce intéressante. Des
changements dans votre environnement
de travail vont vous insuffler un nouvel
élan. Affaire à suivre.
Mémo: aide-toi, le ciel t’aidera.
GÉMEAUX
22 MAI
21 JUIN
Psycho : Vénus exalte le désir, le jeu
et la rencontre amoureuse. Autant
dire que rester célibataire ne va pas
être commode. En couple, prévoyez
des frissons incandescents.
Boulot : comptez sur un climat très
dynamique pour booster vos projets.
322 GR AZIA • 31.08.2018
Par Claire FRASCANI
Les activités intellectuelles, l’expression
personnelle et la communication ont
le vent en poupe.
Mémo : partagez vos idées de génie.
vous ouvrir de nouvelles perspectives.
En revanche, vous risquez d’avoir
à batailler pour défendre vos idées.
Mémo : essayez de vous apaiser.
CANCER
SAGITTAIRE
22 JUIN
22 JUILLET
Psycho : vous pourriez vous sentir
très attirée par quelqu’un qui vous met
au défi d’une façon ou d’une autre.
En privé ? Mars rallume le feu,
prévoyez des émois torrides.
Boulot : le moment n’est pas idéal pour
faire bouger les choses ou démarrer
un projet. Préférez la réflexion à
l’action, et misez sur un climat propice
aux rencontres et au brassage d’idées.
Mémo : attendez le bon moment.
LION
23 JUILLET
23 AOÛT
Psycho : Vénus et Mercure vous
facilitent l’amour. C’est une période
idéale pour parler sincèrement de vos
sentiments avec votre partenaire. En solo,
il y a du jeu et de la rencontre dans l’air.
Boulot : grâce à Mercure, vous êtes
inspirée et persuasive. C’est le moment
de passer un entretien ou de négocier.
Petit bémol : vous manquez parfois
d’objectivité.
Mémo : restez ouverte aux suggestions.
BALANCE
24 SEPTEMBRE
23 OCTOBRE
Psycho : Vénus et Mars ne font pas dans
la subtilité. Au menu : attirances fortes
et délices passionnels, mais aussi
embrouilles et grincement de dents.
Mercure aide au dialogue, profitez-en.
Boulot : surcharge de travail, mais enjeux
intéressants… Ça ne s’annonce pas
mal, mais sans temps mort. Votre pouvoir
de séduction est un véritable atout.
Mémo : abusez du dialogue.
SCORPION
24 OCTOBRE
22 NOVEMBRE
Psycho : votre ciel est électrique, vous
pourriez être très excitée par une
rencontre ou l’idée d’un changement.
En privé, gare aux étincelles !
Boulot : une collaboration pourrait
donner des résultats surprenants et
23 NOVEMBRE
21 DÉCEMBRE
Psycho : le ciel exalte vos sens et votre
esprit ; vous êtes en phase avec vos
émotions et celles de l’autre. En quête
d’un amoureux ? Trouver le l’homme
idéal n’a jamais été si facile.
Boulot : Mercure valorise la créativité
et les échanges, avec un bonus pour
l’expression, parlée ou écrite. En prime :
une énergie bien ciblée et efficace.
Mémo : soyez créative.
CAPRICORNE
22 DÉCEMBRE
20 JANVIER
Psycho : un projet sentimental pourrait
prendre beaucoup d’importance.
La période est idéale pour construire à
deux. En solo ? Prenez les devants.
Boulot : le contexte est constructif, Mars
vous dope et encourage l’action, mais
vous gagneriez à être plus détendue.
Faites un bon tri dans vos priorités.
Mémo : relâchez la pression.
VERSEAU
21 JANVIER
18 FÉVRIER
Psycho : Vénus harmonise vos amours et
encourage les projets. A deux, vous serez
dans la même énergie de partage. Un
voyage pourrait favoriser une rencontre.
Boulot : une nouvelle collaboration sera
l’occasion de prouver votre valeur, mais
gare aux luttes d’ego. Restez à l’écoute
et n’imposez pas votre point de vue.
Mémo : partagez vos sentiments.
POISSONS
19 FÉVRIER
20 MARS
Psycho : le ciel vous montre de nouveaux
chemins pour votre vie sentimentale.
A deux? La connexion sera lumineuse
et les élans ultrasensuels.
Boulot : Saturne contribue à consolider
vos projets et Mars valorise votre
autorité. Y aurait-il de la promo dans
l’air ? En tout cas, c’est le moment de
vous mettre en avant.
Mémo : passez à la vitesse supérieure.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
La vie est un sport magnifique depuis 1933
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Le dessin
C’est avec son trait habile et son ton futé que Louison revisite Grazia.
Cette semaine, elle investit les quartiers de la mode.
324 GR AZIA • 31.08.2018
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
5
Размер файла
54 294 Кб
Теги
journal, grazia
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа