close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Le Figaro - 11 08 2018 - 12 08 2018

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2,60 €
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO - N° 23 016 - www.lefigaro.fr - France métropolitaine uniquement
Première édition
lefigaro.fr
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
LES COUPLES MYTHIQUES DU PARFUM
GABRIELLE CHANEL
ET ERNEST BEAUX,
LES PARENTS
TERRIBLES DE N° 5 PAGE 14
L’ÉTÉ
DU
FIGARO
NOUVELLECALÉDONIE
L’APPROCHE DU RÉFÉRENDUM
ATTISE LES TENSIONS PAGE 4
Le tourisme sous le choc
de la révolution Airbnb
HISTOIRES D’ESPIONS
OPÉRATION
« PIMLICO »,
DE MOSCOU
À LONDRES
PAGE 20
DANS LES
COULISSES...
LA PITIÉSALPÊTRIÈRE,
À LA POINTE
DE LA
MÉDECINE
En dix ans, le site de location d’appartements a totalement bouleversé l’industrie du voyage,
mais aussi le marché immobilier de certaines villes, qui tentent de freiner son expansion.
Lancé en 2008 par deux étudiants américains, Airbnb
connaît depuis dix ans une
ascension fulgurante. Avec
plus de 5 millions de loge-
PAGE 25
JEUX D’ÉTÉ PAGE 17
ments proposés aux voyageurs dans 191 pays, la plateforme Internet est désormais
plus puissante que n’importe
quel groupe hôtelier dans le
monde. Son concept de location d’appartements à la nuit
a littéralement transformé le
secteur du tourisme, en renouvelant l’offre d’accueil et
en créant de nouveaux services. Il a aussi bousculé
l’économie de nombreux
centres-villes en faisant
flamber les loyers. Certains
è DES MILLIERS D’« EXPÉRIENCES » POUR OCCUPER LES TOURISTES è L’ÉTÉ EST AUSSI LA SAISON DES ARNAQUES À LA LOCATION
è VOLS, FÊTES, SACCAGES… QUAND LES HÔTES DÉRAPENT è LES OFFICES DE TOURISME SE METTENT AU DIAPASON DES RÉSEAUX SOCIAUX PAGES 2 ET 3
L’opposition
dénonce
un « fichage
politique » PAGE 5
Espagne : la
main tendue
aux migrants
provoque
une
polémique
Cap sur le Soleil : la mission
dantesque de Parker Solar Probe
PUBLICITÉ
Une marque
de vêtements met
en scène une
fillette voilée PAGE 9
DISPARITION
Marcel Leclerc,
« seigneur »
de la police PAGE 10
ENCHÈRES
Le bras de fer
entre Erdogan
et Trump provoque
une crise
financière PAGE 23
CHAMPS
LIBRES
La chronique
de Natacha
Polony
Un entretien
avec Jean-Louis
Bourlanges
STEVE GRIBBEN/AP
Monet intime sous
le marteau PAGE 13
La sonde américaine Parker Solar Probe (ici représentée par une vue d’artiste) quittera la Terre ce samedi afin
de percer l’un des plus grands mystères de la physique : comment l’atmosphère du Soleil, cette magnifique couronne
visible pendant les éclipses, peut-elle être 150 fois plus chaude que sa surface ? PAGE 11
PAGE 19
@
FIGARO OUI
FIGARO NON
Réponses à la question
de vendredi :
Faut-il mieux indemniser
les maires des petites
communes ?
NON
32 %
OUI
68 %
M 00108 - 811 - F: 2,60 E
3’:HIKKLA=]UW[U^:?a@s@l@b@a";
TOTAL DE VOTANTS : 16 108
Votez aujourd’hui
sur lefigaro.fr
Faut-il bannir la cigarette
de tous les espaces
publics ?
CONDÉ NAST VIA GETTY IMAGES / GETTY
IMAGES - THEO ROUBY/HANS LUCAS
PAGE 6 ET L’ÉDITORIAL
ÉDITORIAL par Yves Thréard ythreard@lefigaro.fr
La leçon allemande
n
n
La chancelière allemande,
Angela Merkel, doit rencontrer ce samedi en Andalousie
le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, pour
chercher des solutions à la
crise migratoire. L’Espagne
est touchée par un afflux sans
précédent de migrants. Favorable à une politique
d’ouverture contrôlée, le
nouveau gouvernement socialiste espagnol est confronté à sa première épreuve.
A
ngela Merkel saura-t-elle faire
partager son expérience ? En
Andalousie, ce samedi, elle va
rencontrer le nouveau chef du
gouvernement espagnol. Au
cœur de la conversation, la crise migratoire
qui déstabilise l’Europe. La chancelière allemande pourrait utilement conseiller son interlocuteur, socialiste et novice dans sa
fonction.
Arrivé au pouvoir en juin à la faveur d’une
motion de censure contre son prédécesseur
conservateur, Pedro Sanchez entend « montrer la voie » sur ce sujet. Il critique les « égoïsmes nationaux » et accueille, depuis l’Aquarius, tous les bateaux humanitaires qui errent
en Méditerranée. Il vient aussi de débloquer
trente millions d’euros pour aider les clandestins auxquels il propose une assistance
sanitaire gratuite. Résultat, l’Espagne est devenue cette année la première porte d’entrée
des migrants dans l’Union européenne.
La politique de Pedro Sanchez a créé un « appel d’air » qui commence à faire des vagues
dans son pays. Elle devrait également inquiéter ses partenaires européens. La France en
particulier, qui est en première ligne de
l’autre côté des Pyrénées. Toutes proportions
gardées, les effets catastrophiques de la main
tendue d’Angela Merkel aux migrants, fin
2015, restent gravés dans toutes les mémoires. Chez elle, où l’extrême droite a fait un retour électoral en flèche, la chancelière en paie
encore les conséquences.
Pedro Sanchez serait
bien inspiré de méditer
la leçon allemande.
Autant pour l’avenir de
son pays - que la tentative de sécession catalane a déjà failli mettre à
mal - que pour celui de
l’Union européenne. Il
n’y a guère que les socialistes français, Anne Hidalgo en tête, qui
ont acclamé le premier ministre espagnol
pour avoir « sauvé l’honneur de l’Europe ».
Les flux migratoires resteront incontrôlables
aussi longtemps que l’Union européenne offrira le triste spectacle de la désunion. Dans
ces conditions, aucune solution n’est possible. Et dire que la population africaine plus d’un milliard d’individus - va doubler
d’ici à 2050 ! ■
Sur les
migrants,
Merkel
pourrait
conseiller
l’Espagne
AND : 2,80 € - BEL : 2,60 € - CH : 4,00 FS - CAN : 5,40 $C - D : 3,20 € - A : 3,50 € - ESP : 2,90 € - Canaries : 3,00 € - GB : 2,50 £ - GR : 3,20 € - DOM : 3,00 € - ITA : 3,00 €
LUX : 2,60 € - NL : 3,20 € - PORT.CONT : 3,00 € - MAR : 22 DH - TUN : 4,20 DT - ZONE CFA : 2.300 CFA
ISSN 0182.5852
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
A
BENALLA
TURQUIE
hauts lieux touristiques
comme Paris, Barcelone ou
Amsterdam ont pris des mesures pour limiter les activités d’Airbnb.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
2
L'ÉVÉNEMENT
300 2 100
millions
euros
de personnes dans
le monde ont déjà utilisé
les services d’Aribnb
depuis 2008
Revenu annuel médian,
en France,
des loueurs Airbnb
Brian Chesky,
PDG et cofondateur
d’Airbnb, ici en 2015
au siège parisien
de sa société.
J.-C. MARMARA/
LE FIGARO ;
STOCK.ADOBE.COM
Airbnb, dix ans
de révolution
Le site Internet de location de vacances a
bouleversé les voyages mais aussi l’immobilier.
MATHILDE VISSEYRIAS £@MVisseyrias
CE WEEK-END, 3,5 millions de voyageurs dormiront dans un logement loué
sur Airbnb, à travers la planète. Un record. En dix ans, la plateforme Internet
de location d’appartements a révolutionné les voyages. En donnant une ampleur
inédite et mondiale à la location saisonnière, l’entreprise californienne n’a pas
seulement transformé l’industrie touristique. Elle a aussi bousculé l’économie
des villes : en asséchant l’offre de location
longue durée des centres touristiques,
Airbnb a provoqué la colère d’habitants
et contribué à faire grimper les prix de
l’immobilier.
L’ascension fulgurante de la start-up,
qui a officiellement démarré ses activités le
11 août 2008, a pris de court tous les acteurs, les édiles comme les professionnels.
Surtout les politiques, désormais mobilisés
pour encadrer le raz de marée planétaire.
De Cuba au plateau du Larzac, Airbnb avec plus de 5 millions de logements dans
191 pays - est plus gros que n’importe quel
grand groupe hôtelier. Son premier marché, ce sont les États-Unis, mais Paris s’est
imposée comme la première ville d’Airbnb
au monde par le nombre d’offres de location. Du studio dans les Cévennes au loft
sur les hauteurs de Hollywood, la plateforme s’adresse à tous les budgets. Mariah Carey a déjà passé des vacances de rêve dans
de luxueuses résidences louées sur Airbnb.
Les routards peuvent trouver une chambre
chez l’habitant.
Arrondir ses fins de mois
Pour les dix ans du site, ses fondateurs ne
manquent de rappeler les débuts de
l’aventure. L’histoire est connue : en
2007, à San Francisco, lors d’une grande
manifestation professionnelle de designers, tous les hôtels affichaient complet. Deux étudiants, Brian Chesky et
Joe Gebbia, hébergent des participants
à la fortune du pot : faute de lit, ce sera
des matelas gonflables pour les invités.
Ils y gagnent un peu d’argent et, surtout, une idée qui va faire son chemin :
celle du site Internet airbedandbreakfast.com (matelas gonflable et petit
déjeuner). « L’idée en soi ne représente pas une nouveauté. Chesky aime à
répéter que la seule personne qui ne se
soit pas moquée de son projet était son
grand-père. Il a hoché la tête et a déclaré : “Mais bien entendu. C’est comme
ça qu’on voyageait autrefois” », écrit
Leigh Gallagher dans son livre Airbnb
Story (Éditions Dunod).
Jusqu’en 2008, la location saisonnière concernait surtout les résidences
secondaires situées sur des lieux de vacances. L’idée de génie a été de développer le phénomène en ville, avec des
locations non plus à la semaine mais à
la nuitée, comme à l’hôtel. Porté par
L’été est aussi la saison
des arnaques à la location
L’AFFAIRE avait fait les gros titres de la
presse champenoise en avril. Un couple
d’escrocs condamné à cinq ans de prison ferme par le tribunal correctionnel
de Reims pour avoir mis en location une
villa de vacances à Argelès-sur-Mer
sans en être les propriétaires. Cent
trente-cinq familles étaient tombées
dans le piège en répondant à l’annonce
alléchante publiée sur le site Internet
Leboncoin. Il est vrai que le tableau
semblait idyllique. Une belle maison à
1 200 euros pour quinze jours, à cinq
minutes de la plage. Alléchant… Après
avoir effectué un premier virement, les
vacanciers se retrouvaient sans nouvelles du faux propriétaire, volatilisé.
Beaucoup sont allés sur place où ils ont
découvert le pot aux roses.
Cette arnaque à la location de vacances est loin d’être un cas isolé. Il y a trois
ans, Marie-Hélène Bouillet, son mari,
ses enfants et un couple d’amis, originaires de Caen, décident ainsi d’organiser des vacances dans le bassin d’Arcachon. Le cadre fait rêver et la maison
avec piscine qu’ils ont sélectionnée, elle
aussi sur Leboncoin, laisse présager des
vacances paisibles.
A
Sensibiliser
le consommateur
« Quand nous sommes arrivés sur place,
raconte Marie-Hélène Bouillet, la maison
était bien là, correspondant à tous les descriptifs de l’annonce. Sauf qu’il y avait déjà
des gens à l’intérieur ! Nous leur avons demandé où était le propriétaire. Bizarrement, le nom de la personne qui leur avait
été communiqué n’était pas le même que le
nôtre. » Ils ont en réalité eu affaire à un
usurpateur d’identité qui avait probablement pris des photos de la demeure sur
Internet et avait eu connaissance des détails sur la maison en contactant en
amont le vrai propriétaire. Se retrouvant
Paris
65 000 annonc
es, 55 000 loue
urs
Londres
sans logement en plein
60 000 annonces, 40 000 loueurs
mois d’août, avec des enfants en bas âge et une
femme enceinte, les deux
familles finiront tout de
même par trouver une solution de dernière minute à un
prix très supérieur au budget
initial.
D’après Lætitia Caron, directrice générale de PAP.fr,
« ces phénomènes se sont tout
naturellement accélérés avec
l’arrivée d’Internet, ce qui nécessite la mise en place de nouvelles techniques de filtrage ».
La première : sensibiliser le
consommateur par le biais de
messages d’alerte sur le site, puis
soumettre chaque annonce à
deux contrôles, l’un algorithmique, l’autre humain. Sur les 30 000
rs
annonces publiées par an sur le site
000 loueu
nonces, 43
de PAP Vacances, entre 20 et 30
53 000 an
sont bloquées par semaine. Malgré
ces efforts, cinq annonces frauduleuses sont tout de même passées au
travers des mailles du filet en 2017.
Contactée par Le Figaro, la plateforme au million d’annonces postées chaque jour, Leboncoin, a quant à elle refusé de communiquer ses chiffres mais
de nuitées ont été vendues
indique qu’elle souhaite proposer pour
sur Airbnb en France
la location de vacances un service de
en 2017
paiement en ligne sécurisé. La somme
serait bloquée dans un compte séquestre jusqu’à ce que le locataire arrive sur
le lieu de vacances et confirme que le
bien est conforme à l’annonce.
De telles mesures éviteraient peutêtre, à terme, les 1 938 signalements
émis sur la plateforme Pharos, mise en
dans le monde
place par la Police nationale, ainsi que
figurent sur le site
les 202 appels recueillis au numéro graAirbnb
tuit « info Escroqueries » en 2017. ■
C. C.
New York
43
millions
81 000
villes
une « communauté d’hôtes »,
Airbnb a permis à tout un chacun d’arrondir ses fins de mois
en mettant à disposition sa résidence principale.
« Son agilité marketing, la
simplicité d’utilisation du site et
sa rapidité d’exécution ont contribué à réinventer une vieille idée »,
souligne Jean-Pierre Nadir, fondateur d’Easyvoyage.com. L’«Uber
des voyages » est devenu une
entreprise redoutable, valorisée
plus de 30 milliards de dollars.
En 2017, selon l’agence Bloomberg, Airbnb a dégagé un profit
de 93 millions pour un chiffre
d’affaires de 2,6 milliards de
dollars (il s’agit des commissions prélevées sur chaque
transaction). Pour se développer, la plateforme a mobilisé en
dix ans 4,4 milliards de capitaux
auprès d’investisseurs. Elle a
fait émerger une myriade de
services connexes qui irriguent l’économie : une armée de petites entreprises se
chargent de remettre les clés, faire le ménage et gérer les annonces.
« À la campagne, dans les petites villes,
les villages et en montagne de moyenne altitude, Airbnb joue un rôle très positif, analyse Christian Mantei, directeur général
d’Atout France, agence de la promotion
de la France à l’étranger. À Arles, où l’hôtellerie déclinait, l’arrivée d’Airbnb a
contribué à élargir le marché en faisant venir des touristes. On voit aujourd’hui de
nouveaux hôtels ouvrir. En revanche, on est
arrivé à un palier dans les grandes villes. »
Et là, Airbnb provoque un effet d’éviction.
Dans les centres-villes prisés des touristes, les habitants ne peuvent plus trouver de location, les propriétaires préférant jouer la carte Airbnb. Les conflits se
multiplient devant les tribunaux. Les lois
se durcissent. À Barcelone, dans le quartier de la Barceloneta, les banderoles fleurissent aux balcons contre le site Internet.
À New York, la mairie vient d’obliger Air-
Vols, fêtes, saccages…
quand les hôtes dérapent
CLOTILDE COSTIL
£@ClotildeCostil
FRIGO et lave-vaisselle cassés,
canapé démonté, douche descellée, sans compter les amas de
pizzas, les cadavres de bouteilles
jonchant le sol. C’est un spectacle de désolation que découvrent Marine et Julien, jeune
couple de Bretons, lorsqu’ils
franchissent la porte de leur
maison. Comme lendemain de
réveillon, ils auraient pu rêver
mieux.
Quelques heures plus tôt,
ils avaient laissé en toute
quiétude leur maison à un
utilisateur d’Airbnb pour la
soirée du 31 décembre. Cette
personne « devait venir avec
sa famille pour passer le réveillon dans une ambiance
chaleureuse », faisaient part à OuestFrance, le 3 janvier, ces propriétaires
floués.En réalité, ce sont plus de quarante personnes qui ont investi la demeure et l’ont quasiment saccagée.
S’ensuit la longue et éprouvante attente
des conclusions de l’expert, qui évalueront les dégâts à 49 000 €, puis du dédommagement de la part du site Airbnb ; le couple de Bretons déplorant, au
lendemain des faits, ne pas avoir « assez
d’argent pour avancer les frais » de réparation de leur maison…Rares sont les
loueurs qui connaissent ce type de mésaventure. Et lorsque cela arrive, le suivi du dossier peut s’avérer cauchemardesque.
C’est ce que tend à souligner UFC-Que
choisir dans une enquête publiée le
21 juin dernier. L’association de consommateurs y pointait du doigt 45 clauses litigieuses présentes dans les contrats de
la plateforme collaborative. Jugées illisibles car comprenant de nombreux
liens hypertextes, parfois en langue anglaise, ces conditions générales d’utilisation ne font pas l’économie de « notions floues et imprécises », estime
l’association. De même, il est précisé
que « les frais de service payés par les locataires sont supposés donner droit à une
assistance 24 heures/24 qui s’avère parfois défaillante », peut-on lire sur le site
de l’UFC-Que choisir.
Quand le réveillon dans
une ambiance chaleureuse
se transforme
en une soirée où quarante
personnes investissent
la demeure, provoquant
des dégâts conséquents...
Sur le forum de 60 Millions de consommateurs, une propriétaire lilloise
raconte elle aussi son calvaire pour obtenir de la part d’Airbnb une compensation financière pour vêtements, bijoux et autres objets de valeur qui lui
ont été volés.
Malgré une plainte déposée deux
jours après le départ des locataires et les
factures des objets volés rassemblées,
« Airbnb n’a rien voulu faire », se désole-t-elle. Contactée par Le Figaro, la
plateforme ne déplore que de « très rares expériences négatives », de l’ordre
de « 0,006 % des cas ».
La société américaine dit assurer la
protection de ses voyageurs comme de
leurs hôtes, qui peuvent bénéficier de la
« Garantie Hôte Airbnb » « jusqu’à
800 000 euros en cas de dommages matériels ». ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
L'ÉVÉNEMENT
«
Nous voulons aller plus loin
en soutenant et en développant
notre communauté pour que,
dans 10 ans, plus d’un milliard
de personnes par an puissent vivre
des voyages magiques sur Airbnb
BRIAN CHESKY, COFONDATEUR ET PDG D’AIRBNB
»
Le nombre de voyageurs Airbnb explose
31
ÉVOLUTION, en millions
130 millions
120
milliards de dollars
Valorisation d’Airbnb,
soit près de trois fois plus
que celle d’AccorHotels,
champion français
de l’hôtellerie
90
60
30
21 000
0 voyageurs
2009 2010
2011
2012
2013
Source : Airbnb
Une croissance continue
dans le monde ...
NOMBRE DE LOGEMENTS PROPOSÉS
PAR AIRBNB
5 millions
5
4
3
2
FRANCE
Plus de
1
500 000
120 000
0
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
bnb à communiquer la liste de chaque
transaction effectuée. D’ici 2019, Amsterdam prévoit de réduire de 60 à 30 jours le
nombre de jours maximum autorisés pour
louer son appartement. À Berlin, interdiction de louer sa résidence principale
sans demander l’autorisation à la ville. En
France (où la limite est de 120 jours par
an), la loi s’est durcie. En 2020, les revenus des loueurs seront directement transmis au fisc. La mairie de Paris, qui a assigné Airbnb devant la justice, estime que le
site a privé les Parisiens de 20 000 logements en cinq ans.
Face aux nouvelles contraintes réglementaires, l’entreprise cherche à gagner
du temps et continue à aller de l’avant.
Alors que, depuis 2008, 300 millions de
voyageurs ont utilisé Airbnb, Brian Chesky
en vise un milliard par an d’ici à 2028. Pour
y arriver, il mise sur de nouveaux services.
Le site propose déjà des « expériences »
(lire ci-contre) et, depuis quelques mois,
des chambres d’hôtel. En attendant de
pouvoir réserver son billet d’avion… ■
.. et en France
NOMBRE DE LOGEMENTS
PROPOSÉS PAR AIRBNB
Plus de
2014
2015
2016
2017
Infographie
Des milliers d’« expériences »
pour occuper les voyageurs
AGATHE FOURCADE
afourcade@lefigaro.fr
en millions
3
DÉGUSTATION de vin, balade à cheval, visite guidée dans Paris, stage
photo, chasse aux truffes ou élevage de
moutons… Il y en a pour tous les goûts
et pour toutes les lubies. Depuis 2016,
Airbnb propose des « expériences »,
plus ou moins originales, pour occuper
les voyageurs qui ont loué leur hébergement sur la plateforme.
L’entreprise californienne propose
aujourd’hui à ses clients plus de mille
animations en France et plus de dix
mille dans le monde. Au-delà d’être
un passe-temps pour les hôtes, c’est
aussi une véritable activité économique.
En France, selon Airbnb, les entrepreneurs les plus actifs peuvent gagner
jusqu’à 160 000 euros par an, alors que
le coût moyen d’une expérience est de
53 euros.
Pour la plateforme, c’est aussi un
moyen de diversifier son offre : « Leur
croissance est 25 fois plus rapide que
celle des logements au lancement de la
plateforme », note le directeur d’Airbnb France, Emmanuel Marill. Et Airbnb perçoit une commission égale à
20 % du prix de l’activité.
Partout en France
À Paris, l’animation qui attire le plus de
touristes est l’expérience Paris’ Best
Kept Secrets, les secrets les mieux gardés de Paris. Mais, dans ce cas, l’entreprise existait avant la création des expériences Airbnb et utilise la
plateforme comme un tremplin pour
avoir plus de visibilité auprès des touristes.
D’abord lancées à Paris puis en Provence, ces activités sont maintenant
proposées dans l’ensemble de la
France. Une augmentation de l’activité qui démontre la réussite du dispositif. Non seulement les retours des
participants sont très positifs (la note
moyenne laissée par les voyageurs est
de 4,9/5), mais ces expériences
connaissent une croissance très importante : le nombre de visiteurs qui
réservent un loisir sur Airbnb a été
multiplié par cinq en France en un an,
faisant de l’Hexagone le premier marché pour les activités.
Si l’offre était initialement proposée
aux voyageurs qui réservaient un logement, aujourd’hui un tiers des utilisateurs sont des résidents. L’activité
fonctionne si bien que la plateforme a
reçu 50 000 candidatures d’hôtes qui
souhaitent partager leur passion avec
les touristes.
Ces animations seront aussi étendues dans le monde à 1 000 nouvelles
destinations d’ici à la fin de 2018, dont
l’île de Pâques, la Tasmanie et l’Islande. Grâce aux expériences, Airbnb
contrôle l’intégralité des étapes d’un
voyage, du logement aux activités sur
place. ■
500 000
500 000
Magistrale !
400 000
300 000
EMMA
THOMPSON
200 000
STANLEY
TUCCI
Télérama
FIONN
WHITEHEAD
100 000
6 000
0
2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Source : Airbnb
Infographie
Les offices de tourisme
se mettent au diapason
des réseaux sociaux
ENTREZ dans un office de tourisme : les
porte-clés, dés à coudre et autres fanions décorés d’un monument de la
ville visitée ne sont plus relégués derrière une vitrine poussiéreuse. Tote
bags en mode pochoir, affiches design
et produits locaux disposés sur des étagères relookées ont pris leur place. Un
petit signe de ce nouvel élan engagé par
les offices de tourisme. « Les clients
trouvent leurs informations sur Internet.
Il fallait réagir », explique Davina Drujon, du comité régional du tourisme des
Hauts-de-France. Et donc se distinguer
pour attirer de nouveau les touristes.
« Airbnb a eu un temps d’avance en
proposant de faire vivre à ses clients des
expériences. Et c’est ça qui plaît », confirme Marine Dupuis, animatrice du réseau
des Offices de tourisme à la fédération
régionale à Amiens. De là, une nouvelle
stratégie pour répondre aux touristes qui
cherchent les bons plans, loin des prospectus institutionnels. C’est par exemple
le rôle officiel des « chuchoteurs de secrets » : des habitants interviewés livrent
leurs coins de balades familiales, la couturière personnelle, leur bar préféré,
leurs voisins talentueux. Ces courtes séquences alimentent les pages Facebook
des offices de tourisme.
Autre outil : les « reporters de territoire ». Des salariés des offices de tourisme sont formés depuis quatre ou cinq
ans à filmer des vidéos, prendre des
photos, écrire des récits de leurs rencontres. Le ton est celui du blog, sur un
style proche du témoignage et du vécu.
Raconter le métier de tisserand, la dernière fête du vin, la recette de Noël avec
les ingrédients du coin, la rando sur le
chemin des douaniers : ces images lumineuses, accompagnées de récits sont
diffusées sur Instagram, et sur un grand
écran installé dans l’office de tourisme.
Promouvoir la région revient ici à
connaître les petites histoires du terroir. À l’office de tourisme du Pays de
Valois, dans l’Oise, l’un des salariés est
ainsi exclusivement missionné pour aller à la recherche des « pépites » et
autres tuyaux à connaître. L’idée est de
passer du temps sur le terrain à la rencontre des prestataires - chambres
d’hôte, centres nature, associations.
Mais aussi toutes personnes susceptibles de rencontrer ces touristes : boulanger, artisans, libraires, passionnés.
Une Estafette Renault rouge
et pimpante
Objectif : recueillir les idées de sortie,
de spécialités gourmandes, de rendezvous insolites, et échanger sur l’accueil
des visiteurs. Un maillage qui se cultive
chaque jour et qui dépoussière le métier
des offices de tourisme, qui sont attendus sur des réponses individuelles. Et
pas seulement sur Internet. Les offices
de tourisme sont encouragés à aller
« hors les murs ». Comme à BéthuneBruay (Pas-de-Calais) qui a investi
dans Babbette : une Estafette Renault
rouge et pimpante qui se rend dans les
rassemblements populaires pour des
opérations de « street marketing ». Une
telle dynamique dépend de l’impulsion
politique, d’autant plus depuis la loi
NOTRe qui a réorganisé les offices
autour des communautés de communes. « Certains élus ne portent pas toujours cette nécessité de bouger », regrette une responsable. ■
My
Lady
Pour elle, seul compte
l’intérêt de l’enfant
Un film de
Richard Eyre
A
MADELEINE VATEL
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
4
POLITIQUE
Nouvelle-Calédonie : l’exécutif veut éviter
les tensions à trois mois du référendum
Alors que le « non » à l’indépendance devrait l’emporter le 3 novembre, le gouvernement joue l’apaisement.
EMMANUEL GALIERO egaliero@lefigaro.fr
AVEC MATHILDE SIRAUD
OUTRE-MER «Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? »
Le 4 novembre, près de 173 000 électeurs (la liste sera close le 31 août) seront appelés aux urnes sur le Caillou
pour trancher cette question par oui
ou par non. À moins de trois mois du
vote, la dernière réunion du « groupe
de dialogue sur le chemin de l’avenir », qui réunit représentants de
l’État et des partis néo-calédoniens,
s’est tenue vendredi à Nouméa sous la
responsabilité de Thierry Lataste,
haut-commissaire de la République
représentant le premier ministre,
Édouard Philippe.
Pour l’Élysée comme pour Matignon, trente ans après les accords de
Matignon de 1988, la priorité est d’assurer ce référendum dans un climat
apaisé. « L’exécutif est dans une position extrêmement claire et constante
pour ne pas créer d’appréhensions ou
d’incertitudes. Le gouvernement a toujours dit qu’il ne prendrait pas parti
dans le cadre du référendum. Nous
sommes naturellement vigilants, il peut
toujours y avoir des tensions mais la
campagne est lancée par les forces politiques qui appellent à la sérénité et souhaitent réussir la consultation », explique-t-on à Matignon.
Au-delà des prudences gouvernementales, dans cette dernière ligne
droite avant le scrutin, sondages et témoignages locaux laissent présager un
vote des Néo-Calédoniens contre l’indépendance. En mai dernier, l’institut
local I-Scope partenaire de la chaîne
Caledonia, avait évalué le « non » à
59,7 %, pour 22,5 % de « oui » et
17,8 % d’indécis. L’étude avait
d’ailleurs noté une progression d’environ 5 points en un an du vote favorable au maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. Dans la province
Sud, l’opposition à l’indépendance atteint 67 %.
Pour assurer un climat serein, l’État
a pris des initiatives. Le 28 juin, lors de
la présentation de son « livre bleu
outre-mer », synthèse des assises du
même nom, Emmanuel Macron avait
souligné les priorités de son quinquennat pour l’ensemble des territoires ultramarins. La question calédonienne
était au cœur de ses déclarations.
“
Le gouvernement
a toujours dit qu’il
ne prendrait pas parti dans
le cadre du référendum
UN RESPONSABLE À MATIGNON
”
« Nous avons un enjeu collectif, recréer
ce chemin de confiance dans la nation
française qui est de permettre à chacun
de nos concitoyens de percevoir que
nous lui donnons tous les moyens pour
réussir », avait insisté le président de
la République. Le 5 mai, à Nouméa,
tout en assurant lui aussi qu’il ne
prendrait « pas parti dans ce référen-
dum », le chef de l’État avait lancé des
promesses : « Nous investirons, nous
protégerons, la France s’engagera pleinement dans cette stratégie indo-pacifique. Je veux que nous construisions
ensemble cet avenir. » Deux jours plus
tôt à l’Assemblée, vantant « l’art de la
paix » et les « compromis », le premier
ministre avait également tracé des
perspectives. Pour lui, l’enjeu de ce
rendez-vous consiste plus à engager
« la construction commune en Nouvelle-Calédonie d’un nouveau modèle de
société » qu’à concéder de « petits
abandons ». Selon Matignon, Édouard
Philippe est « pleinement engagé »
dans l’avenir du territoire et « considère que le dialogue se poursuivra après
le 4 novembre » « avec les forces politiques » et « sous un format multilatéral ». Un proche de l’exécutif l’affirme : « Une chose est sûre, on ne négocie
rien dans le dos des Néo-Calédoniens. »
Si l’issue du référendum semble sans
surprise, l’ampleur de la réponse à la
question posée suscite néanmoins un
débat (lire le reportage ci-dessous).
Pour certains parlementaires, une affirmation trop massive du « non » au
référendum serait un facteur de tensions inutiles dans une région où cette
question de l’indépendance est restée
une « perspective politique » durant des
décennies. À l’inverse, certains partis
espèrent un vote « clair » et « sans ambiguïtés » pour inscrire définitivement
ce territoire dans une nouvelle dynamique et ne pas prendre le risque d’une
contestation qui pourrait relancer la
question de l’indépendance.
Lors de son dernier déplacement sur
l’archipel fin mai, Bruno Retailleau,
président du groupe Les Républicains
au Sénat, avait d’ailleurs insisté : « Le
référendum est un rendez-vous historique, il faut un vote massif “non”, clair
et net, le plus large possible. » Dès septembre, Laurent Wauquiez, le président du parti LR, se rendra en Nouvelle-Calédonie. Le 25 avril dans
Le Figaro, il avait demandé à Emmanuel Macron d’adopter « une position
ferme pour défendre l’appartenance de
la Nouvelle-Calédonie à la France ». ■
Campagne civique contre
l’abstention au référendum
du 4 novembre, jeudi à Nouméa.
MATHURIN DEREL
Lassés par les querelles politiques, beaucoup d’électeurs vont s’abstenir
CORALIE COCHIN
A
NOUMÉA
VOILÀ trente ans que l’archipel se
prépare à cette consultation historique. Pourtant, les sondages se font rares malgré l’importance de l’enjeu. En
quinze mois, seules deux enquêtes ont
été réalisées, donnant la victoire du
« non ». Un paramètre pourrait toutefois jouer un rôle important dans la tenue de ce référendum. Il s’agit du taux
d’abstention, dont on mesure difficilement l’importance à moins de trois
mois du scrutin.
Première ombre au tableau : l’appel
du Parti travailliste à une « non-participation massive » au référendum du
4 novembre. Ce mouvement indépendantiste radical remet en cause un
corps électoral qu’il estime trop élargi
pour cette consultation, avec « autant
de non-Kanaks qui vont aller voter, que
de Kanaks, le peuple colonisé », proteste
Louis-Kotra Uregei, son président.
« Nos militants iront à la pêche ou joueront aux boules mais nous ne participerons pas à ce simulacre de référendum. »
Pour Patrice Jean, docteur en droit
public, « le maximum a été fait au
contraire pour que celui-ci soit le plus
sincère possible. Le fait que l’ONU participe aux commissions et au référendum va rendre difficile toute contestation », observe l’ancien maître de
conférences, qui estime entre 4 000 et
5 000 le nombre de sympathisants du
Parti travailliste.
Cette mise à l’index du référendum
n’est d’ailleurs pas partagée par les
principaux mouvements indépendantistes que sont l’Union calédonienne et
le Palika. Il est aussi jugé sévèrement
par certains acteurs de la société civile,
comme Élie Poigoune, le représentant
de la Ligue des droits de l’homme en
Nouvelle-Calédonie. « C’est irresponsable, surtout vis-à-vis de nos jeunes »,
fustige celui qui fut lui-même un militant radical pendant les « événements », la période d’instabilité qui a
marqué l’archipel pendant les années
1980. « Même si les progrès sont encore
insuffisants vingt ans après l’accord de
Nouméa (signé en 1998, il prévoit le
transfert de certaines compétences de
la France vers la Nouvelle-Calédonie,
NDLR), le référendum a été voulu. Il
faut aller jusqu’au bout. »
Constat amer
Mais le risque d’abstention ne se limite
pas au mot d’ordre lancé par le Parti
travailliste. Les guerres intestines qui
divisent chaque camp, et plus particulièrement celui des loyalistes, qui a implosé ces dernières années en une multitude de partis, semblent lasser bon
nombre de Néo-Calédoniens. « Depuis
trente ans, la Nouvelle-Calédonie est
encalminée dans de vaines querelles stérilisant le débat politique, déplore la militante pour l’environnement Martine
Cornaille. Tous, indépendantistes et
loyalistes, continuent d’incarner le vieux
monde. Nous entrons dans une ère de
violentes turbulences économiques et
environnementales, et ni les uns ni les
autres n’ont intégré la nécessité de la
révolution démocratique, solidaire et
écologique », assène la militante qui ne
prendra pas parti lors du référendum.
Ce constat amer est partagé par une
partie des jeunes militants indépen-
Les conséquences du oui ou du non
Située à plus de 16 000 km de Paris,
française depuis 1853,
la Nouvelle-Calédonie est régie
par un statut d’autonomie. Peuplée
de 268 000 habitants, elle dispose
d’une assemblée (le Congrès), d’un
gouvernement, d’un Sénat coutumier,
d’une citoyenneté locale
et de compétences propres comme
le droit du travail ou la fiscalité. En cas
de victoire du oui le 4 novembre,
l’île passerait de l’autonomie à
l’indépendance. Elle récupérerait les
compétences régaliennes aujourd’hui
exercées par l’État (justice, police,
défense, monnaie, diplomatie)
et accéderait à un statut international
de pleine responsabilité. Une nationalité
néo-calédonienne serait créée.
En cas de victoire du non, elle resterait
française, mais un deuxième voire
un troisième référendum pourraient
être organisés dans les deux et quatre
ans à venir. Afin que le résultat
du scrutin soit incontestable et que les
populations originaires de l’île ne soient
pas sous-représentées par rapport
aux nouveaux arrivants, quelque
11 000 natifs (dont 7 000 Kanaks)
encore non inscrits ont été ajoutés
à la liste électorale. Des conditions
strictes sont aussi imposées aux
non-natifs n’ayant pas de parent né
en Nouvelle-Calédonie : pour pouvoir
voter, ils doivent être arrivés avant le
31 décembre 1994 et justifier de vingt
ans de domicile en continu.
Au total, environ 173 000 électeurs
sont appelés à participer à ce scrutin
prévu depuis vingt ans.
Son organisation était inscrite dans
l’accord de Nouméa signé en 1998. L. B.
dantistes. « Il y a une classe politique
qui est là depuis les années 1980 et qui
a perdu la réalité du terrain. Les résultats du rééquilibrage sont moyens. Ce
n’est pas une lutte identitaire que l’on
doit mener mais une lutte des classes.
On a perdu les jeunes en route », explique l’un d’entre eux. Pour ce militant
indépendantiste de la première heure,
« il y a un manque d’intérêt total de la
population pour ce référendum. C’est
un peu l’effet du statu quo pendant
trente ans : le transitoire est devenu
définitif. »
Le manque de débat est également
en cause, selon Patrice Jean. « Ce débat sur la question de l’indépendance,
ça fait des années qu’on l’attend. Mais il
commence seulement maintenant, à
trois mois du référendum. » Certaines
questions, comme l’hégémonie de la
Chine, ne sont pas suffisamment traitées, selon les observateurs. « La Nouvelle-Calédonie, avec son nickel, ses
ressources halieutiques et sa proximité
géographique avec l’Australie, représente un intérêt stratégique colossal
pour les Chinois, rappelle Patrice Jean.
Il faut que le débat s’améliore, si on ne
veut pas que ce référendum se joue uniquement à l’affectif. »
Quant aux résultats ? « On les
connaît : on va perdre, annonce, défaitiste, ce militant indépendantiste. Mais
le seul perdant, ce sera la démocratie
car il y aura un taux d’abstention important, c’est certain. » ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
POLITIQUE
5
Tweets sur
Benalla : les
politiques crient
au « fichage »
OPPOSITION « Scandaleux, cela rappelle
des heures sombres », s’alarment des
élus. En cause, l’étude de l’ONG DisinfoLab, qui s’apparenterait à un « fichage
politique ». La structure belge, qui dit
lutter contre la « désinformation », a
analysé les tweets traitant de l’affaire
Benalla car elle observait sur la période
une « hyperactivité ». Son but, indiquet-elle, était de comprendre ce phénomène. « S’agit-il de partages militants ou
est-ce, également, un gonflage numérique
contaminé par de la désinformation ? »,
s’interroge-t-elle.
À l’issue de ces recherches, celle-ci a
produit des listes. L’une d’entre elles
classe 55 000 comptes Twitter par ordre
décroissant, en commençant par celui
qui a le plus tweeté sur l’affaire. Un autre
fichier classe les comptes en fonction de
leur couleur politique. Choqués, des élus
ont déjà fait savoir qu’ils porteraient
plainte auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés
(Cnil). C’est le cas du député Les Républicains Éric Ciotti et de Rachid Temal. Le
sénateur socialiste, qui apparaît au 5017e
rang de la première liste, dénonce « un
fichage politique ». « Si l’on s’appuie sur le
nouveau règlement général sur la protection des données (RGPD), ils n’ont pas le
droit de récupérer ces informations », insiste l’élu du Val-d’Oise. Un jugement
que soutient le député Insoumis Éric Coquerel : « C’est un fichier politique car les
personnes sont classées selon leur orientation partisane. »
De son côté, l’ONG belge s’efforce de
calmer les protestations des parlementaires. « Un grand nombre de personnes
se sont senties fichées […] Nous sommes
sincèrement et profondément désolés »,
s’excuse l’association dans un commu-
Certains jugent que l’étude belge a pu servir de « contre-feu » pour faire croire que l’affaire Benalla était un coup monté russe.
niqué. Elle récuse également toute accusation de vol de données : « Notre
étude se situe dans l’exception prévue par
le RGPD, selon laquelle il peut faire exception à l’obligation d’informer les personnes concernées, si cela est nécessaire,
pour concilier le droit à la protection des
données et à la liberté d’expression de
l’information. »
La précipitation de Griveaux
Outre le « fichage », certains dénoncent
l’utilisation politique de l’étude. « La République en marche s’est servie de cette
ONG pour son storytelling », accuse Nicolas Bay, porte-parole du Rassemblement
national (ex-FN). Certains jugent ainsi
que l’étude a pu servir de « contre-feu »
pour faire croire que l’affaire Benalla était
un coup monté russe. Dans un premier
temps, l’ONG avait en effet émis l’hypothèse d’une ingérence de comptes « russophiles ». Une thèse finalement écartée.
Beaucoup pointent cependant la précipitation du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, qui, avait appelé à ce que « toute la transparence soit
faite sur la diffusion de ce type de messa-
ges », lors de la publication partielle des
premiers résultats de l’ONG.
Comme le porte-parole du Rassemblement national, d’autres politiques estiment que l’étude a pu servir de bouclier à la majorité. C’est ce que sousentend le tweet de Jean-Luc Mélenchon,
leader de La France insoumise : « Eh
stupide barbouze ! Je ne suis pas un bot
[robot informatique, NDLR] russe. C’est
juste moi. Mélenchon, qui tweete contre
toi ! » Des accusations qui irritent les
membres de DisinfoLab, qui s’affirment
« non partisans ». ■
La majorité divisée sur les arrêts maladie
L’idée d’une prise en charge par les entreprises, étudiée par le gouvernement, suscite des crispations.
MATHILDE SIRAUD £@Mathilde_Sd
LAREM À l’aube d’une rentrée très sociale, le fonctionnement des indemnités
pour arrêt maladie, dont le coût est évalué à plus de 10 milliards d’euros en 2017,
sera au cœur des débats. Le gouvernement cherche à réduire ces dépenses prises en charge par la Sécurité sociale. Une
piste, évoquée par Les Échos, a provoqué
des remous auprès du patronat et même
de certains députés de la majorité : celle
de faire payer par les entreprises quatre
jours d’indemnités journalières pour les
arrêts maladie de moins d’une semaine.
Le parlementaire parisien Sylvain
Maillard, par ailleurs chef d’entreprise, a
été le premier à tirer la sonnette d’alarme.
« Je dis attention », a-t-il déclaré, mercredi, sur France Info. Le macroniste a
mis en garde le gouvernement : « On envoie beaucoup de signaux très positifs vers
les entreprises depuis un an. […] Il ne faudrait pas qu’on casse cette bonne idée. »
Même réticence de la part de son collègue
Benoît Potterie, député En marche du
Pas-de-Calais et opticien de métier, pour
qui ce n’est « pas une bonne piste ». « La
reprise économique est fragile, il ne faut
pas charger la barque mais insister davantage sur le contrôle et la prévention », fait
savoir cet élu, membre, comme Maillard,
du « club des entrepreneurs députés »,
qui se réunit toutes les six semaines.
« On ne peut pas faire porter sur l’employeur le poids de l’absentéisme », défend
Bruno Bonnell, député LaREM du Rhône,
entrepreneur et spécialiste de la robotique, qui prend l’exemple d’une entreprise du BTP contrainte de supporter des
coûts liés à des arrêts maladie en période
de canicule. Ce macroniste prône plutôt
la « pédagogie ». « Il faut sensibiliser l’entreprise au coût et les pousser à analyser ce
qui se passe, cela me semble être une mesure saine. Les baisses d’impôts doivent
s’accompagner de contreparties. »
« Contre-productif »
Cette mesure d’économie sur laquelle
planche l’Inspection générale des affaires
sociales ne fait donc pas l’unanimité en
macronie, où un grand nombre d’élus et
de responsables sont issus du privé.
« Tout ce qui est comptable peut devenir
contre-productif, s’alarme un cadre de la
majorité. Il faut tout faire pour booster la
croissance. » Édouard Philippe a indiqué
aux organisations patronales qu’il voulait
revoir le fonctionnement des indemnités
journalières et que ce sujet serait à l’ordre
du jour des réunions de la rentrée. « Le
mode de gestion actuel apparaît très largement perfectible et pourrait justifier d’engager des travaux pour le rendre plus cohérent, plus équitable et plus responsabilisant », leur a-t-il écrit. « Il n’y a pas de
tabou », a déclaré de son côté le ministre
de l’Action et des Comptes publics, Gérald
Darmanin. « Cette piste ne me choque pas,
parce que notre politique est très favorable
aux entreprises. On doit pouvoir mener
cette discussion », tempère Laurent
Saint-Martin, vice-président LaREM de
la commission des finances. ■
L’ÉTÉ DU FIGARO
7/16
Quand
Marine Le Pen
se remet en selle
La présidente du Rassemblement
national nourrit une passion pour
l’équitation depuis l’adolescence.
CHARLES SAPIN £@csapin
Que ce soit en politique ou à cheval, la règle reste la même : après
une chute, la seule chose à faire
est de se remettre en selle. Marine
Le Pen a pu le vérifier dans l’une
et l’autre discipline. Passionnée
d’équitation depuis l’adolescence,
la chef de file du Rassemblement
national reconnaît être tombée
plus d’une fois : « L’équitation est
une discipline sur soi-même qui
pousse à la modestie et où l’erreur
ne pardonne pas. Quand vous êtes
sur 600 kilos de puissance, croyezmoi, vous ne pouvez pas y aller en
force, vous devez créer un contact,
un respect mutuel. Quand vous
commettez une erreur, vous le ressentez physiquement. »
« Une sensation
de liberté »
Comme cette fois où, en plein
mois de novembre, la députée du
Pas-de-Calais faisait avec quelques amis une balade sur la plage
de Penthièvre, non loin du berceau familial des Le Pen de la Trinité-sur-Mer, dans le Morbihan.
« Nos chevaux ne connaissaient
que la forêt. On les a fait entrer
dans l’eau, la marée était montante, le sable était mou. Quand ils ont
Marine Le Pen
(ici au Salon du cheval,
en 2016) voit
l’équitation comme
une « école de patience
et de pugnacité ».
NICOLAS MESSYASZ/
HANS LUCAS
vu la vague, ils ont pris peur et se
sont cabrés. On ne s’y attendait
pas. On est tous partis à la baille en
plein mois de novembre, s’esclaffe
encore Marine Le Pen dans son
bureau de l’Assemblée nationale.
Les chevaux ont filé. On est rentrés
à pied, avec nos bottes pleines
d’eau, trempés jusqu’aux os. Nos
montures avaient, elles, déjà re-
trouvé le chemin de la maison sans
aucun problème. »
Entre séances dans l’hémicycle,
virées en circonscription et invitations médiatiques, difficile de
s’adonner à telle passion : « La vie
que je mène laisse très peu de temps
aux hobbys, admet Marine Le Pen.
Mais quand je peux le faire, c’est
toujours avec un grand bonheur.
ZOOM
La loi Pacte plébiscitée
par des députés LaREM
La fin de session parlementaire
ayant été perturbée par l’affaire
Benalla, des incertitudes
planent encore sur l’agenda
parlementaire de la rentrée.
L’exécutif hésite entre soumettre
en septembre aux députés
la réforme constitutionnelle ou
la loi Pacte sur la croissance des
entreprises. Plusieurs députés
de la majorité plaident en faveur
d’un examen rapide du texte
porté par Bruno Le Maire. « Ça
fait plus d’un an qu’on y travaille,
le monde économique attend cette
loi qui va libérer les énergies pour
la croissance des entreprises »,
a soutenu, vendredi sur France
Info, Laurent Saint-Martin,
député LaREM du Val-de-Marne
et vice-président de la
commission des finances.
[
]
La politique
c’est du spo
rt
C’est marrant parce que mon père
et ma mère n’étaient pas particulièrement portés là-dessus. C’est le
moins qu’on puisse dire. Mais il n’y
a rien de plus extraordinaire. Galoper sur une plage déserte, c’est une
sensation de liberté à nulle autre
pareille. » En raison de l’allongement de la session extraordinaire
à l’Assemblée nationale, la députée du Pas-de-Calais a dû, cet été
encore, faire une croix sur ses
projets de galops sur la plage de
Kerhillio, dans le Morbihan.
Ce qui n’empêche pas la candidate malheureuse à la présidentielle de parler de ce sport comme
d’une « école de patience et de pugnacité », à laquelle elle a d’ailleurs
mis ses trois enfants : « Ils adorent
ça. Ça nous est arrivé de faire des
vacances exclusivement tournées
autour des chevaux. » Des congés
au goût de madeleine de Proust
pour la présidente du parti lepéniste : « Adolescente, je passais des vacances entières dans des centres hippiques en tant que bénévole. Je me
souviens, une fois, en hiver en Bretagne, on dormait dans une bâtisse pas
chauffée et on nous apprenait à nettoyer les stalles des chevaux… avant
le petit déjeuner. Quand on aime, on
ne compte pas ! » ■
A
ELISA CENTIS £@CentisElisa
STEPHANE MAHE/REUTERS
L’étude d’une ONG belge catégorisant les
réactions sur l’affaire suscite la polémique.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
6
INTERNATIONAL
Crise migratoire : Angela Merkel
et Pedro Sanchez cherchent des solutions
La chancelière allemande et le chef du gouvernement espagnol tentent d’harmoniser leurs politiques.
plique le politologue Oskar Niedermayer. Elle souhaite qu’ils procèdent
eux-mêmes à leur enregistrement et le
cas échéant, au renvoi vers leur pays
d’origine de ceux qui n’ont aucune
chance d’obtenir l’asile. »
VIOLETTE BONNEBAS
BERLIN
EUROPE Le lieu de leur rencontre ne
doit rien au hasard. Angela Merkel est
accueillie ce samedi par le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, dans
sa résidence de vacances sur la côte
andalouse. Plus précisément, sur la
Costa de la Luz, où un nombre croissant de migrants débarquent sur de
petits bateaux, direction le nord de
l’Europe, en particulier l’Allemagne.
Une nouvelle route migratoire, au départ du Maroc, que la chancelière veut
absolument fermer.
La date choisie pour ce premier
déplacement d’Angela Merkel depuis
son retour de vacances n’est pas non
plus anodine. Ce samedi entre en vigueur l’accord de renvoi de certains
migrants de l’Allemagne vers l’Espagne, en l’occurrence ceux qui ont déjà
déposé une demande d’asile en Espagne. Un règlement conclu en quelques jours seulement, « sans contrepartie pour les autorités espagnoles »,
assure le gouvernement allemand.
« Les Espagnols se montrent très coopératifs », ajoute-t-on.
À première vue sur une position différente vis-à-vis des migrants, surtout
depuis l’arrivée au pouvoir du socialdémocrate Pedro Sanchez, plus ouvert
que son prédécesseur, l’Espagne montre avec cet accord sa bonne volonté à
peu de frais, l’accord ne concernant
qu’une centaine de personnes par an. À
titre personnel, Pedro Sanchez montre
qu’il respecte sa parole, donnée fin juin
lors du Conseil européen de Bruxelles.
Un intérêt commun
Jeudi, des migrants débarquent dans le port d’Algésiras, près de Gibraltar.
À l’époque, le pays s’était engagé à
coopérer avec l’Allemagne sur la question des renvois de déboutés du droit
d’asile.
Lundi, le ministre des Affaires étrangères espagnol, Josep Borrell, proposait, dans une interview au journal
allemand Handelsblatt, de « prendre les
devants avec une petite coalition de pays
JUAN MEDINA/REUTERS
autour de l’Allemagne, la France et l’Espagne pour mettre en place une solution
constructive sur la gestion des flux migratoires ». Une idée plutôt bien accueillie par Berlin.
Encore faut-il s’entendre sur les
contours de cette solution. Les sociaux-démocrates espagnols imaginent
une sorte d’« Erasmus africano-euro-
péen », qui permettrait à des migrants
de se former légalement en Europe
avant de rentrer dans leur pays. Mais
de leur côté, les conservateurs allemands veulent avant tout stopper les
arrivées illégales. « Ce que la chancelière attend des Espagnols, c’est qu’ils ne
laissent plus les migrants continuer leur
route comme ils le font aujourd’hui, ex-
Pour le conseiller politique Gerald
Knaus, architecte du pacte migratoire
entre la Turquie et l’Union européenne en 2016, les deux politiques
« ne sont pas inconciliables, elles sont
complémentaires et permettraient
d’améliorer la coopération avec les pays
africains, grâce à un système gagnantgagnant ». Celui qui a l’oreille d’Angela Merkel considère qu’un tel plan a
des chances d’aboutir car « l’Allemagne, la France comme l’Espagne ont un
intérêt commun face à la montée du populisme de droite en Europe : montrer
qu’il est possible de réduire drastiquement l’immigration illégale sans porter
atteinte au droit d’asile et aux valeurs
humanitaires. »
Pour la chancelière, il y a en tout cas
urgence. « La population allemande est
toujours très sensible à la question migratoire, estime M. Niedermayer. C’est
donc sa priorité numéro un. » Et en cas
d’échec, la crise gouvernementale
pourrait revenir, comme lorsque le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer
avait failli provoquer la chute du gouvernement début juillet, en menaçant
de démissionner. Angela Merkel et les
dirigeants européens s’exposeraient
enfin au risque que la question migratoire soit l’unique thématique de la
campagne des élections européennes
de 2019. ■
Les socialistes espagnols face à l’épreuve du rush des clandestins
PIERRE CHAPERON
A
MADRID
LA SCÈNE se répète chaque semaine.
Elle est presque devenue iconique : des
bateaux remplis de migrants arrivent
au lever du soleil, dans une mer calme.
Il y a bien sûr l’Aquarius, l’Open Arms
à Barcelone et Algésiras, en Andalousie, et puis il y a ces débarquements
bien plus anonymes, dans des embarcations de fortune, les pateras, sur les
plages sous le regard sidéré des locaux.
Alors qu’elle avait accueilli 8 677 migrants entre le 1er janvier et le 7 août
2017, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM),
l’Espagne a déjà atteint le nombre de
23 741 pour la même époque cette
année. Faisant du pays de Cervantes la
première porte d’entrée en Europe
devant l’Italie (18 872) et la Grèce
(16 307).
Arrivé début juin à la présidence du
gouvernement, le socialiste Pedro
Sanchez s’est d’abord prononcé pour
l’accueil de l’Aquarius quelques jours
après son accession au pouvoir. Un
pied de nez à ces pays, dont l’Italie, qui
fermaient de plus en plus leurs portes.
Une occasion aussi de réaffirmer ses
idées et surtout une bonne manière de
signer son arrivée sur l’échiquier
européen. Ce même Pedro Sanchez,
européen convaincu qui est allé négocier de l’aide à Bruxelles. Résultat :
55 millions d’euros débloqués pour des
programmes de gestion des frontières
au Maroc et en Tunisie. Objectif :
l’augmentation de la surveillance des
côtes par ces pays. La Commission
européenne qui, en plus, a décidé il y a
quelques jours d’allonger de 3 millions
l’aide « d’assistance d’urgence » déjà
fournie à l’Espagne. Elle s’élevait à la
base à 26,5 millions d’euros. Un président du gouvernement qui est allé
également demander de l’aide à la
France et à l’Allemagne, en attendant
des accords avec d’autres pays pour
l’accueil des migrants.
Pendant ce temps les arrivées
continuent. Résultat : les partis
d’opposition au gouvernement se sont
alors engouffrés dans la brèche. Ainsi
le nouveau président du Parti populaire (PP), Pablo Casado, a martelé
que « l’Espagne ne pouvait pas affronter l’arrivée de millions d’Africains ».
Le moment est choisi pour ce trentenaire fraîchement élu (le 21 juillet) à la
tête du parti de droite : s’affirmer
comme un chef, lui qui se réclame de
l’héritage de José Maria Aznar (président du gouvernement de 1996 à
2004) et marquer son idéologie sur
l’un des grands sujets de cet été. Casado ne s’y est d’ailleurs pas trompé
en effectuant, la semaine dernière, un
voyage à Ceuta, l’enclave espagnole
au nord du Maroc où chaque semaine
des migrants tentent de forcer, parfois avec violence, le passage pour
entrer en Europe.
Plus de 26 260 arrivées depuis le début
de l’année 2018
FRANCE
Côtes péninsulaires
et îles Baléares
NOMBRE D’ARRIVÉES
DE MIGRANTS ILLÉGAUX
ENTRE LE 1ER JANVIER
ET LE 31 JUILLET
En 2018
ESPAGNE
8 317
PORTUGAL
En 2017
Ceuta
Manque d’espaces d’accueil
La ville décidément à la mode puisqu’elle a également reçu la visite d’un
autre chef de parti, le centriste : Albert
Rivera. Venu constater « la pression
migratoire », le leader de Ciudadanos
craint une dangereuse dérive : « Si
nous ne voyons pas que l’immigration
irrégulière est un problème nous finirons
par avoir des populistes dans notre gouvernement comme ce qu’il s’est passé en
Italie.» Un épouvantail teinté de xéno-
21 106
Îles Canaries
3 654
4 700
Melilla
ALGÉRIE
MAROC
113
454
MAROC
phobie et de racisme encore difficilement imaginable, tant cette tendance a
du mal à émerger ouvertement sur la
scène politique en Espagne.
200 km
Infographie
Source : ministère de l’Intérieur espagnol
Sur le terrain, se pose la question du
manque d’espace pour accueillir ces
migrants. Par exemple, pour l’arrivée
de l’Open Arms, jeudi, une salle avait
été habilitée seulement une semaine
avant le débarquement du bateau
humanitaire. Preuve qu’il est de plus
en plus difficile pour les régions
d’assumer au quotidien ces flux de
migrants.
Alors, le gouvernement infléchiraitil sa politique ? De fait, ceux de l’Open
Arms, 87 personnes venues en grande
majorité du Soudan ou Soudan du Sud
et secourus au large des eaux internationales de la Libye ont été reçus
comme des migrants ordinaires. Pas
de traitement de faveur comme pour
ceux de l’Aquarius dont on a autorisé
un droit d’entrée exceptionnelle de
45 jours, par exemple. Cette fois-ci,
les migrants seront déclarés comme
réfugiés politiques ou seront reconduits à la frontière. Une position qui a
fait sourire Casado : « Le Parti socialiste me donne raison. La politique des
papiers pour tous n’est pas possible.»
Changement de politique ou pas, le
gouvernement Sanchez est face à un
défi majeur et délicat : accorder son
idéologie du vivre-ensemble avec la
réalité. ■
Le calvaire des forçats de la tomate italienne
Il ne s’agit
« pas
d’une
question
raciale. C’est
un véritable
problème
social.
Redonner
dignité au
travail ne
sera pas
facile
»
MICHELE PLACIDO,
METTEUR EN SCÈNE
RICHARD HEUZÉ
SEIZE AFRICAINS, tous employés
dans la récolte des tomates, ont été
tués lors de deux accidents de la
route survenus cette semaine en
Italie. Ces drames ont relancé le
débat sur l’exploitation de la maind’œuvre immigrée dans l’agriculture, soumise à des conditions assimilées à un véritable « esclavage ».
Cette main-d’œuvre est traditionnellement embrigadée par des
caporalati (« caporaux »), des intermédiaires payés par les exploitants agricoles pour recruter et encadrer les immigrés employés dans
les champs. Bien que cette pratique
ancestrale ait été interdite par une
loi de 2015, le système perdure dans
les campagnes. On estime à 20 000
le nombre d’immigrés africains qui
récoltent les tomates autour de
Foggia, une riche plaine agricole des
Pouilles. Et ils seraient au total
400 000 à travailler aux champs
dans toute l’Italie, un grand nombre
étant soumis au système du
caporalato.
Lundi, une fourgonnette immatriculée en Roumanie et transportant dix-sept travailleurs africains
fourbus après une journée harassante de travail a percuté de plein
fouet un semi-remorque transportant des engrais sur une route de
campagne. Sous le choc très violent,
onze Africains, originaires du Mali,
du Maroc, de Guinée, du Sénégal et
de Gambie, ont été tués, ainsi que le
conducteur de la fourgonnette, qui
n’était autre que l’agent recruteur.
Un Gambien de 33 ans et un Sénégalais âgé de 30 ans s’en sont tirés
avec des blessures légères. Deux
jours auparavant, sur ces mêmes
routes de la province de Foggia, un
accident similaire avait fait quatre
morts parmi les immigrés.
Cette main-d’œuvre est exploitée dans des conditions révoltantes.
Logés dans des baraquements de
fortune, levés à 4 heures du matin,
ces travailleurs sont conduits aux
champs par l’agent recruteur, qui
exige de chacun cinq euros par jour
pour le transport.
3,50 euros par conteneur
Arrivés à pied d’œuvre, ils doivent
ramasser les tomates pour remplir
des conteneurs de trois cents kilos.
L’un des deux survivants, le Sénégalais Khadme Khoule, a raconté
sur son lit d’hôpital qu’il était payé
3,50 euros par conteneur et que ce
jour-là, il en avait rempli onze. Pour
chaque conteneur, l’agent recruteur prélève un demi-euro. « Nous
sommes exploités. Les “caporaux” et
les producteurs agricoles font du bénéfice sur notre dos. Espérons que les
deux accidents feront changer les
choses », a dit le rescapé.
Le metteur en scène Michele Placido s’émeut : « Ce sont de véritables
martyrs. Nous devons élever la voix
et dénoncer ce système. » En 1990, il
avait réalisé Pummaro. Un film
présenté à Cannes sur l’histoire
d’un jeune Ghanéen parti à la recherche de son frère dans les
champs de tomates de Foggia. Il
n’avait eu que peu d’écho. « Nous
avions fait des prises de vues en nous
dissimulant. À l’époque, on ne nous
avait pas crus », témoigne le réalisateur. Il appelle aujourd’hui les
syndicats à se mobiliser : « Il ne
s’agit pas d’une question raciale.
C’est un véritable problème social.
Redonner dignité au travail ne sera
pas facile. »
Le président du Conseil, Giuseppe
Conte, et le ministre de l’Intérieur,
Matteo Salvini, se sont rendus sur
les lieux des accidents. Deux enquêtes ont été ouvertes par la magistrature. Les victimes étaient toutes
munies d’un permis de séjour, mais
sans contrat de travail ni assurance
sociale. Comme la grande majorité
de la main-d’œuvre agricole. ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
INTERNATIONAL
Rien ne va plus
entre le Canada
et l’Arabie
saoudite
ZOOM
Yémen :
un raid aérien de la Coalition
tue 29 enfants
La ville de Dahyan, au Yémen,
pleure la mort de 29 enfants tués
dans des frappes aériennes contre
un bus attribuéesà la coalition
militaire dirigée par l’Arabie
saoudite.Soutenue par
les Occidentaux, cette coalition
intervient au Yémen depuis 2015
en soutien aux forces
gouvernementales contre
les rebelles houthistes.
Âgés de moins de 15 ans,
les enfants ont péri jeudi
dans une attaque perpétrée sur un
marché très fréquenté de Dahyan,
dans une zone du Nord contrôlée
par les houthistes. Quarante-huit
blessés dont 30 enfants
ont également été admis dans
un hôpital du CICR.
Engagé dans la défense des droits
de l’homme, Ottawa peine à trouver des
soutiens pour dénouer la crise avec Riyad.
LUDOVIC HIRZMANN
MONTRÉAL
DIPLOMATIE Les tweets de la ministre
des Affaires étrangères du Canada,
Chrystia Freeland, n’enflamment jamais les réseaux sociaux. Jusqu’à celuici, publié en fin de semaine dernière.
« Très alarmée d’apprendre l’emprisonnement de Samar Badawi, la sœur de
Raif Badawi (un blogueur activiste
saoudien), en Arabie saoudite. Le Canada appuie la famille Badawi dans cette
difficile épreuve et nous continuons de
fortement appeler à la libération de Raif
et Samar Badawi », a tweeté Chrystia
Freeland. Riyad a vu rouge et a réagi au
quart de tour en expulsant l’ambassadeur canadien en Arabie saoudite,
avant d’annoncer le gel des relations
commerciales entre les deux pays.
Si des Canadiens de la société civile
ont pris depuis des années la défense de
Raif Badawi, dont l’épouse vit au Québec avec ses enfants, le ministère des
Affaires étrangères n’avait pas exigé sa
libération aussi clairement, un geste
perçu comme une ingérence par Riyad.
Le blogueur a été condamné en novembre 2014 à dix ans de prison et à
1 000 coups de fouet pour « insulte à
l’islam ».
Si le tweet de la ministre Freeland sur
la défense des droits humains est tout à
son honneur, exiger la libération d’un
opposant à une dictature riche et puissante, dont le prince ne supporte pas la
moindre contestation, ressemble à une
bourde. Venant d’une femme, ce tweet
est encore moins bien passé. Et le Canada, nain militaire et diplomatique,
est la cible idéale pour des mesures de
rétorsions d’une Arabie saoudite passa-
blement énervée d’être régulièrement
épinglée sur le sujet des droits de
l’homme par les démocraties occidentales.
Cette sortie controversée de Chrystia
Freeland n’est pas la première. Après
s’être brouillée avec la Russie, la ministre, au moment de l’impasse des négociations sur le Ceta avec l’Union européenne en 2016, avait pleuré devant un
groupe de journalistes, suscitant la stupéfaction de ces derniers. Pour tenter
d’apaiser la colère de Mohammed Ben
Salman, il faudra plus que des larmes.
Le premier ministre, Justin Trudeau,
est sorti de son silence mercredi. « On
ne veut pas avoir de mauvaises relations
avec l’Arabie saoudite, c’est un pays qui
“
Le Canada appuie
la famille Badawi dans
cette difficile épreuve
et nous continuons
de fortement appeler
à la libération de Raif
et Samar Badawi
”
UN TWEET DE LA MINISTRE DES AFFAIRES
ÉTRANGÈRES DU CANADA, CHRYSTIA FREELAND
a quand même une certaine importance
dans le monde », a dit le chef du gouvernement. Mais il a exclu de s’excuser
pour la déclaration de sa ministre comme l’a exigé le ministre des Affaires
étrangères saoudien. De son côté, la
ministre Freeland, qui n’avait pas préparé sa sortie contre Riyad, aurait tenté
d’aller chercher des appuis diplomatiques cette semaine auprès de l’Allemagne et de la Suède. Face à la réaction de
Riyad, les alliés d’Ottawa se sont faits
7
EN BREF
Irak : la victoire de Moqtada
al-Sadr aux législatives
confirmée
La Commission électorale
irakienne a confirmé vendredi
la victoire de la liste du
prédicateur Moqtada al-Sadr
lors des élections législatives de
mai. Ces résultats vont relancer
le processus politique bloqué
depuis trois mois.
La prise de position de Chrystia Freeland, la ministre des Affaires étrangères
du Canada, après l’arrestation en début de semaine de Samar Badawi (ci-dessus),
a déclenché la colère de Riyad. CHRISTIAN LUTZ/AP
très discrets, tant du côté de l’Union
européenne que des États-Unis.
Selon le ministère des Affaires étrangères du Canada, « plus de 15 000 Saoudiens étudient au Canada ». Le départ de
250 internes saoudiens dans les hôpitaux québécois pourrait aggraver la situation d’un système de santé en déshérence. En ce qui a trait aux échanges
commerciaux entre Riyad et Ottawa, de
l’ordre bon an mal an d’environ 4 milliards de dollars, le ministre des Finances canadien, Bill Morneau, a déclaré :
« C’est une situation que nous devons
évaluer, mais il n’y a pas un grand défi
économique. » Les industriels de l’ar-
mement canadiens, eux, sont préoccupés, puisqu’un contrat de 15 milliards
de dollars de véhicules blindés pourrait
être remis en cause par Riyad. Tout
comme les contrats de génie civil de la
société SNC Lavalin, qui s’est inquiétée
de la tension entre les deux pays. Face
aux menaces de rétorsions commerciales, le dollar canadien a chuté mercredi, d’autant plus, que selon le Financial
Times, le royaume wahhabite aurait
donné l’ordre de liquider ses actifs canadiens à n’importe quel coût. Pour un
simple tweet, le coup de sang de Riyad
aura autant surpris que coûté cher à
Ottawa. ■
Afghanistan : les talibans
sont entrés dans Ghazni
Les talibans patrouillent vendredi
les rues de Ghazni, chef-lieu
de la province éponyme à deux
heures de route au sud de Kaboul
terrorisé par leur présence
et la poursuite des combats.
Canada : quatre morts
dans une fusillade
Quatre personnes, dont deux
policiers, ont été tuées vendredi
lors d’une fusillade dans
un quartier résidentiel de la ville
canadienne de Fredericton.
« Insultes envers l’islam »
Une fatwa est publiée contre lui en
mai 2012, lancée par le cheikh AbdulRahman al-Barrak, pour « apostasie » ; il frôle alors la peine capitale.
Mais le juge décide plutôt de l’inculper
pour « insultes envers l’islam » et cybercriminalité. Raif Badawi est
condamné une première fois en 2013 à
600 coups de fouet et 7 années de prison. Human Rights Watch dénonce le
royaume wahhabite pour « exagéra-
SEJOUR ŒNOLOGIQUE EN CHAMPAGNE
AVEC NOTRE EXPERT FRÉDÉRIC DURAND-BAZIN
DU 12 AU 14 OCTOBRE 2018
Plongez au cœur de la Champagne
Frédéric Durand-Bazin
Chroniqueur vin Groupe Figaro
Rédacteur en chef du Particulier
Partez en voyageur privilégié avec Frédéric
Durand-Bazin, notre « expert » Figaro Vin
Lors de ce voyage œnologique exceptionnel sur la
route du Champagne au départ de Paris, découvrez
l’histoire des prestigieuses maisons de champagne
Pommery, Bollinger, Lanson, Taittinger, LaurentPerrier… et leurs cuvées d’exceptions.
Vous découvrirez Épernay et son « Avenue de
Champagne » mondialement connue, la Cité du
champagne à Aÿ qui vous ouvrira ses portes pour
découvrir les métiers de la vigne et du vin.
Naturellement, notre circuit sera ponctué de
dégustations de grandes cuvées et de rendez-vous
gastronomiques champenois.
LE PLUS DU FIGARO
Privatisation au Royal Champagne Hôtel & Spa pour un
dîner dégustation sur les accords mets et champagne,
animé par notre expert Frédéric Durand-Bazin et le
talentueux chef Jean-Denis Rieubland.
SOCIETE DU FIGARO - Société par Actions Simplifiée - RCS Paris 542 077 755 - IM 075 140 055
SÉJOUR
3 JOURS / 2 NUITS
1 750 €
/pers.*
Supplément chambre individuelle 320 €
CE PRIX COMPREND :
• Transport Aller/Retour depuis Paris
• Pension complète
• Accompagnatrice Figaro Évasion
• Hébergement
à l’Hostellerie La Briqueterie 5*
*Prix sur la base d’une chambre double à partager
RENSEIGNEMENTS ET
RÉSERVATIONS
www.lefigaro.fr/evasion
AU 01 57 08 70 02
A
ENSAF HAIDAR, l’épouse du blogueur
engagé saoudien Raif Badawi - dit être
« alarmée » par les tensions diplomatiques entre Ottawa et Riyad, après la
diffusion du tweet de la ministre des
Affaires étrangères canadienne. Son
mari, Raif Badawi, 34 ans qui purge une
peine de dix ans d’emprisonnement
dans les geôles du royaume saoudien
est un écrivain militant pour les droits
de l’homme. Ses ennuis commencent
en 2008 avec la création du site Free
Saudi Liberals (Libérez les libéraux
saoudiens) avec l’aide de Souad alShamani, militante saoudienne pour
les droits des femmes. Ils y prônent
ouvertement une libéralisation religieuse et morale du pays. Raif Badawi
anime par ailleurs son propre blog, Liberal Saudi Network, réseau de discussions en ligne qui permet aux Saoudiens de débattre de sujets politiques,
sociaux et religieux. Ces sites Internet
sont fermés par le gouvernement immédiatement après l’arrestation du
blogueur.
tion » de la peine infligée à ce jeune libre-penseur. Un an plus tard, la Cour
suprême alourdit la peine à 1 000 coups
de fouet, 10 ans d’incarcération et
1 million de riyals d’amende, soit
225 000 euros. L’affaire est renvoyée
au tribunal pénal saoudien en février 2015, mais rien n’y fait.
Le 9 janvier 2015, à peine âgé de
32 ans, Raif Badawi est flagellé en public, devant la mosquée al-Jafali à
Djedda. Depuis, le fouet claque tous les
vendredis, derrière les barreaux.
Waleed Abu al-Khair, avocat et
beau-frère de Raif Badawi, est lui aussi
condamné à 15 ans d’incarcération
dans la même prison, avec sa femme
Samar, qui est arrêtée peu après pour
avoir alimenté le compte Twitter de
son époux. Une lueur d’espoir apparaît
pour ces militants de la liberté d’expression lorsqu’est nommé à la succession du trône sunnite le prince Mohammed Ben Salman (« MBS ») en
juin 2017. Mais celui-ci ne s’est montré
indulgent qu’à l’égard des prisonniers
ayant une amende inférieure à 300 000
riyals.
Raif Badawi et son épouse, Ensaf
Haidar, ont trois enfants : Najwa, Doudi et Miriyam. Après avoir fui au Liban
et en Égypte, la famille du prisonnier a
trouvé refuge au Canada, dans la ville
de Sherbrooke, où ils résident depuis
le 31 octobre 2013. Ils ont acquis la nationalité canadienne le 1er juillet 2018.
Le Parlement européen a décerné le
prix Sakharov à Raif Badawi en 2015
via son épouse, pour la « liberté de
l’esprit » du courageux prisonnier.
C’était la première fois qu’il était décerné une personne incarcérée. ■
© Jean-Christophe MARMARA / Le Figaro
ESTELLE PIATON
© Albane de Rofignac
Le blogueur Raif Badawi
est fouetté tous les vendredis
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
INTERNATIONAL
8
En Amazonie, le dernier Indien de Tanaru
Ultime représentant de sa petite tribu, il survit sans contact avec la civilisation, qui est pour lui une menace.
pommes de terre et de papayes. « Nous
lui avons laissé des semences ainsi
qu’une machette et une hache qu’il a
acceptées ». « Toutefois, on ne connaît
pas son état psychologique après avoir
été témoin de la mort de sa famille et de
sa communauté et n’avoir personne
avec qui partager sa vie et ses pensées », souligne Fiona Watson. Un isolement aggravé par la perte de son
univers spirituel. « Nous ne connaissons ni son ethnie ni sa langue. Nous
n’avons pas trouvé de traces de rituels
comme des fêtes, danses, peintures ou
ornements corporels », constate Altair
Algayer.
MICHEL LECLERQ
RIO DE JANEIRO
BRÉSIL Il vit en solitaire depuis 23 ans
dans la jungle amazonienne, en seule
compagnie des oiseaux, des singes et
des animaux sauvages, loin des hommes qui ont décimé sa petite tribu. Il
est le dernier homme sur la terre indigène de Tanaru, un territoire de
80 km2 convoité et aujourd’hui encerclé par de grandes propriétés agricoles
et des pâturages qui, comme ailleurs au
Brésil, grignotent à grande vitesse la
forêt tropicale.
On ne sait pratiquement rien de celui
qui est surnommé « o Indio do buraco »
(« l’Indien du trou ») parce qu’il a l’habitude inexpliquée de creuser de profondes fosses à l’intérieur de chacune de
ses huttes. Mais il symbolise la difficile
survie des tribus isolées d’Amazonie qui
refusent tout contact avec le monde
moderne et dont l’existence est menacée par la déforestation, la percée des
routes, les projets miniers et les grands
barrages hydroélectriques.
Dans une courte vidéo un peu tremblante, on aperçoit entre les feuillages
denses de la forêt un homme de dos, à
demi nu, les cheveux tombant sous la
taille. De forte stature, il aurait une
cinquantaine d’années et semble en
bonne santé. On le devine abattant un
arbre à la hache dont les coups vigoureux couvrent les bruits de la forêt.
Cette scène, bien que filmée en 2011, a
été divulguée il y a quelques jours seulement par la Fondation nationale de
l’Indien (Funai), l’organisme gouvernemental chargé de protéger les
900 000 Indiens du Brésil. En publiant
ces images, l’objectif était « de réveiller
l’intérêt politique en faveur des peuples
isolés en même temps que nous les protégeons de l’agrobusiness », explique
Altair Algayer, coordinateur des équipes de la Funai dans cette région reculée de l’ouest du Brésil. Car, selon la loi
brésilienne, la terre appartient aux Indiens isolés là où leur présence est
Agrobusiness et assassinats
Capture d’écran d’une vidéo de la Fondation nationale de l’Indien, tournée en 2011, montrant le dernier survivant de la tribu Tanaru.
avérée. Mais s’ils disparaissent, la terre
devient libre d’accès pour les « grileiros », ceux qui veulent s’approprier la
terre. La tête de « l’Indien du trou »,
qui a échappé dans le passé à plusieurs
tentatives d’assassinats, vaut cher…
La jungle de l’homme solitaire
La Funai l’a aperçu pour la première
fois en 1996. Un an auparavant, sa petite tribu, déjà réduite à six personnes
et qui se déplaçait constamment pour
éviter les incursions des « grileiros », a
été attaquée. Lui seul a survécu. Par la
suite, cette minuscule parcelle de l’immense État amazonien de Rondônia,
dans l’ouest du Brésil, a été érigée en
zone protégée. « La dévastation de la
forêt est totale autour du territoire où vit
“l’Indien du trou”. Le contraste est saisissant, on traverse des étendues sans
fin, sans un arbre, de pâturage et de
cultures de soja, jusqu’à ce qu’on arrive
au petit carré de forêt tropicale de
l’homme solitaire. Une oasis verte. Il y
faisait plus frais et on entendait les
oiseaux chanter. C’était vivant », se
souvient Fiona Watson, directrice à
Survival International, une ONG de
défense des peuples autochtones dans
le monde. Elle avait été invitée il y a
quelques années par la Funai à participer à une mission visant à s’assurer que
l’Indien était toujours en vie et que la
forêt n’avait pas été envahie par les
éleveurs et les bûcherons.
Tous les deux mois, la Funai effectue
des missions semblables, de 4 à 5 jours,
sans jamais chercher à entrer en
contact avec l’homme solitaire qui
change régulièrement d’habitation.
« Il n’est pas facile de s’approcher de
lui. S’il note notre présence, il s’éloigne
calmement et rejoint sa hutte où il garde
BONNES
AFFAIRES
ST TROPEZ
AVIS À NOS LECTEURS - MENTIONS LÉGALES
Toutes les annonces qui ne comprennent pas la mention
« Part. » pour les particuliers ou « Agents Co. » pour les agents
commerciaux sont des annonces émanant d’agents immobiliers
ou de promoteurs. Sans mention explicite d’honoraires dans les
annonces, les prix présentés s’entendent nets pour l’acquéreur.
Toutes les annonces des rubriques « appartements » sont réputées
être des lots de copropriétés, sauf mention contraire. Ces biens
faisant partie d’une copropriété, le vendeur doit vous informer du
nombre de lots de la copropriété, des charges annuelles du bien
proposé à la vente et de l’existence ou non d’un recours à
l’encontre de la copropriété à la date de la parution de l’annonce.
Les honoraires de l’agence immobilière et les commissions de
chaque bien sont consultables sur le site de l’annonceur.
Légende des sigles utilisés dans nos annonces : ◆ membre
F.N.A.I.M (Fédération nationale de l’immobilier) membre
S.N.P.I (Syndicat national des professionnels immobiliers)
■ Notaires ● Ventes aux enchères M.A.P : mise à prix.
*
MEGEVE (74)
EXCLUSIVITÉ
Fabuleux chalet d'alpage
totalement à rénover.
Vue panoramique sur
les Aravis.
Dossier complet sur
demande écrite.
info@zorin.fr
www.zorin.fr
Ventes
APPARTEMENTS MAISONS
Sud-Est
Immobilier
ventes
et achats
Ventes 5e
APPARTEMENTS
Panthéon, XVIIIe unique
HÔTEL PARTICULIER
calme +33.608.622.870
APPARTEMENTS MAISONS
Ouest
DEAUVILLE
Près Villa Strassburger,
vue imprenable mer, Appt
2 P. env. 37 m2, rez
de jard. privé, park.
résid. stand. piscine,
sauna. 220.0001.
Part. 06.07.49.56.87.
CANNES
Ventes
EXCLUSIVITÉ
30 mn Cannes, 5 km lac
St Cassien, jolie Maison
provençale 300 m2,
vue campagne, piscine à
débordement, pool-house,
5000 m2 arborés, belles
prestations, cheminée,
3 chbres (une en suite
40 m2), clim., alarme,10mn
golfs et spa 2000 m2,
5 pl park.1.400.0001 Part
Midi-20h: 06.85.14.25.52
TOULOUSE NORD
BEAUNE (21)
BEAUX-ARTS
Appt 5P. 148,37 m2. 1erét
traversant. Professions
libérales autorisées.
A RENOVER.
2.000.000 1 (Frais de
négociation inclus)
MOREL d'ARLEUX
NOTAIRES
06.60.47.43.79. ou
06.63.62.60.80.
IMMEUBLES
IMMEUBLE DE RAPPORT
50.000 1 PAR AN
6 appts +1 villa + 9 park.
sur 6.530 m2. Part.
980.000 1 06.60.77.22.24.
Ventes
Est
FAYENCE (VAR)
UNIQUE
10 kms
Ancien moulin de
400 M2 sur 1,5 HA
de terrain. Piscine.
Dossier sur demande
écrite uniquement.
info@zorin.fr
www.zorin.fr
Immobilier
locations
%
" ##
Locations 16e
! !(&(! ! &
'$$
OFFRES VIDES
CANNES (06)
Secteur très recherché.
Studio 25,10 m2, meublé
tout confort, 2e étage,
ascenseur. 100 m plage de
sable, commerces et centre
ville. 145.000 1.
Part 04.92.58.01.46.
Décoration
NETTOIE
RENOVE, RAVIVE
RENOVATION
PONCAGE
VITRIFICATION
Rue Boissière. M° Victor
Hugo ou Boissière Studio
15m2. 1erét. calme, tt cft
Libre : 750 1 ch.comp
Part. 06.52.43.86.75.
Tapis, Rideaux
Moquettes, Stores
Tentures Murales,
Canapés et Cuirs.
ê
Votre Parquet
REMIS à NEUF
ê
Ancien - Traditionnel
Massif - Vieilli
Finition
Brillante - Brute
Traitement
Huile Naturelle
ê
Étude et Devis Gratuits.
34, Rue de Bassano
75008 - Paris.
OFFRES MEUBLÉS
APPARTEMENTS MAISONS
Ventes 6e
GASSIN. BORD DE MER
Demeures hôtelières :
2 Villas, 2 piscines.
Vue mer. 17 chambres.
Sur 2.100 m2. 4.200.000 1
IDÉAL INVESTISSEUR
BONNE RENTABILITÉ
Part. 06.15.31.29.47
st.tropez83@gmail.com
Locations 16e
EXCLUSIVITÉ
Villa contemporaine 420m2
Vue panoramique
sur la baie.
Propriété unique
et rare sur la Riviera.
Dossier sur demande
écrite uniquement.
info@zorin.fr
www.zorin.fr
APPARTEMENTS
A
Ventes
HO/AFP
son arc et ses flèches pour se défendre », raconte Altair Algayer, joint en
Amazonie. La dernière tentative de
rapprochement, en 2005, a failli mal
tourner : se sentant menacé, il a tiré
une flèche qui a gravement blessé un
membre de la mission. Il a été vu pour
la dernière fois en 2016. « Depuis, nous
avons relevé des traces récentes
prouvant qu’il allait bien », dit Altair
Algayer.
Pour tout autre, la forêt serait un
milieu hostile. Lui en est le « maître ».
« Il se nourrit sainement. Il chasse le
porc sauvage, le paca (un gros rongeur,
NDLR), le tatou, des singes, des tortues
géantes et des oiseaux comme le mutum
et le jacu (sortes de gallinacés). Il se
nourrit aussi de fruits, de noix de coco,
de noix de cajou et ramasse du miel »,
énumère le spécialiste de la Funai. Il
cultive en outre un peu de maïs, de
Le Brésil est le pays qui compte le plus
grand nombre de peuples indigènes
isolés. La Funai en a recensé 114, dont
28 ont été confirmés, allant de plusieurs centaines de membres à deux
seulement comme sur le territoire de
Piripkura, dans le Mato Grosso. « Mon
expérience m’a montré qu’ils ont énormément à nous apprendre : ils sont les
meilleurs écologistes, avec une connaissance incomparable de leur environnement et ils prospèrent quand leur droit
de mener une vie en paix sur leur terre
est respecté », dit Fiona Watson. Mais
ces tribus isolées sont aujourd’hui en
péril, dit l’activiste qui cite les tentatives du puissant lobby de l’agrobusiness pour restreindre les droits des Indiens, les coupes dans le budget de la
Funai, les invasions croissantes des
terres indiennes ou l’augmentation des
violences impunies.
Avec 57 meurtres en 2017, le Brésil
détient par ailleurs le triste record
mondial des assassinats de militants
écologistes, selon l’ONG Global Witness. Le dernier Indien de Tanaru est
sans doute en sursis, craint Altair Algayer. « Même si les grands propriétaires terriens acceptent sa présence, ce
sont eux qui ont décimé son peuple pour
occuper son territoire. Sa “tranquillité”
actuelle et son avenir sont très
incertains. » ■
01.84.25.15.77
Longchamp. 4 P. 5e ét.
Vue dégagée. 2 chambres.
Proche écoles, métros.
Sérieuses réf. exigées.
31001/mois ch.comp. Part
sylvia.dias@orange.fr
CONFECTION
A VOS MESURES !
Immobilier
locations
saisonnières
CONFECTION
RESTAURATION
ê
de votre Ameublement.
Réfection Sièges
et Fauteuils.
Excellentes références.
Devis Livraison gratuits.
34, Rue de Bassano
75008 - Paris
Campagne
LUBERON
St Saturnin Les Apt
Superbes villas de
vacances haut de gamme.
8pers, 4 chbres, plein sud
face au Luberon. Piscine
chauffée et sécurisée.
Clim, jardin clos 1500 m2
Libre à partir du 25/08 :
Promotion : Septembre
14001. Octobre 900 1.
Possibilite au mois.
www.hameau-deoliveraie.fr
Part. 06.68.42.97.00.
! VOILAGES
RIDEAUX, STORES
intérieurs et extérieurs
Choix de tringles et
de tissus d'éditeurs.
Conseils, devis et poses
assurées par
nos décorateurs.
- 15% LECTEURS
DU FIGARO.
34, Rue de Bassano,
75008 - Paris.
01.84.25.15.77
Spécialiste depuis 1939
du Nettoyage
d'ameublement.
Décroche et raccroche
vos rideaux.
Ravive vos tapis,
canapés, moquettes,
tentures.
Devis gratuit.
-15 % LECTEURS
DU FIGARO
84, Rue Michel Ange,
75016-Paris.
01.47.43.11.43.
01.47.20.78.64.
CRÉEZ
VOTRE TAPIS
Locations
VACANCES OFFRES
AVEC GAVO FINI
LES CORVÉES
D'AMEUBLEMENT !
RÉALISATION DE
MODÈLES UNIQUES
RENOVATION
CRISTALLISATION
MARBRE - TRAVERTIN
GRANIT - BETON
PIERRE NATURELLE
ê
Large choix de styles
formes matières textures
LAINE, SOIE, LIN,
Fabrication française
et sans intermédiaire.
ê
Etude et Devis gratuits.
Manufacture Tapis Design
34, Rue de Bassano,
75008 - Paris.
Hall d'Entrée - Sol
Mur - Plan de Travail
Salle de Bains - Vasque
ê
REFERENCE
DE PRESTIGE
ê
Étude et Devis Gratuits.
34, Rue de Bassano
75008 - Paris.
www.lightandmoon.com
www.lightandmoon.com
01.47.20 78 84.
01.84.25.15.77
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
SOCIÉTÉ
9
Une marque
de vêtements
met en scène
une fillette voilée
La campagne de publicité polémique
de Gap (ci-contre) est pour l’instant
seulement visible aux États-Unis
et au Royaume-Uni. GAP KIDS
Cette publicité n’est pour l’heure
pas diffusée en France, mais les appels
au boycott se multiplient.
GUILLAUME POINGT £@guillaumepoingt
POLÉMIQUE C’est une photo de deux
enfants tout sourire, portant pantalons
et vestes en jean, que la marque américaine de vêtements Gap a dévoilé, fin
juillet. On y voit un jeune métis, la chevelure ébouriffée, adossé à une joyeuse
fillette dont le visage est encadré par un
voile de couleur bleu clair. Cette campagne de publicité, appelée « Back to
school », est pour l’instant seulement
visible aux États-Unis et au RoyaumeUni. Mais plusieurs images ont été publiées sur le compte Twitter « Gap
Kids », ainsi que sur le site Internet de la
marque.
Il y a quelques jours, sur la version
française de son site Internet, Gap expliquait de la façon suivante l’esprit qui
avait présidé à sa campagne « Back to
school » : « Cette saison, GapKids encourage les enfants à renouer avec
l’école en célébrant les différences et en
leur offrant de nouvelles sources d’ins-
piration ! » Ce texte a depuis été retiré
du site.
Bien qu’elle ne soit pas diffusée sur le
territoire français, cette image suscite
débat et polémique, notamment sur les
réseaux sociaux, où certains internautes
appellent au boycott de l’enseigne. Un
hashtag #BoycottGap - déjà utilisé aux
États-Unis par des internautes mécontents de cette campagne - a même
émergé en France sur le réseau social
Twitter.
Déjà une controverse en 2017
Plusieurs personnalités politiques se sont
aussi emparées de cette polémique pour
manifester leur indignation. C’est le cas
d’Aurore Bergé, la porte-parole du groupe LaREM à l’Assemblée nationale, qui,
vendredi, relayait cet appel au boycott
sur son compte Twitter. « Commencer
l’année du bon pied consiste à ne plus mettre un pied chez Gap, écrivait-elle. Rien
n’autorise ni ne justifie qu’on voile des petites filles : où est leur liberté ? Où est leur
libre arbitre ? Où est leur choix ? Que ce
soit un argument commercial m’écœure. »
Cette forme de « conformisme » est
précisément ce qui frappe le politologue
Laurent Bouvet. « Cette publicité soulève
un problème fondamental, estime-t-il :
celui de la liberté de porter, ou non, le voile. Si on veut prendre au sérieux l’idée selon laquelle une femme musulmane exerce
sa liberté en portant le voile, alors, il est
impossible d’admettre qu’une petite fille
soit capable d’assumer un tel choix, en
toute conscience. On arrive donc au
constat que le port du voile est en réalité
une contrainte, exercée par les parents sur
leur enfant. C’est pourquoi je suis profondément choqué par le fait qu’une marque
aussi influente auprès des jeunes consommateurs utilise, et promeuve, l’image de
cette jeune mannequin voilée. »
C’est également cet argument qui a
poussé d’autres personnalités politiques
à prendre position contre cette publicité. Lydia Guirous, porte-parole des Républicains, déplore ainsi que « Gap
(poursuive) sa soumission à l’islamisme
avec ses affiches de petites filles voilées.
J’ai dénoncé à plusieurs reprises cette
montée en puissance du voile imposée aux
petites filles qui est une maltraitante et un
piétinement de nos valeurs d’égalité, de
liberté et de laïcité ! » La députée des
Bouches-du-Rhône, Valérie Boyer, déplore quant à elle le marketing qui
« promeut la soumission à l’islamisme »
et s’interroge : « Où sont les #MeToo et
#BalanceTonPorc ? » Enfin, Jordan Bardella - porte-parole du Rassemblement
national - a estimé qu’il était « choquant
de voir Gap banaliser le port du voile sur
une fillette de 8 ans ». « Jusqu’où vont-ils
aller pour nous imposer ce communautarisme multiculturel dont les peuples ne
veulent pas ? », questionne-t-il.
Contacté afin de savoir si cette publicité pourrait prochainement arriver en
France, Gap France indique « ne pas
être en mesure de communiquer directement avec les médias ». L’enseigne renvoie vers son agence de communication qui est fermée durant les vacances
d’été. Ce n’est pas la première fois que
Gap est au cœur d’une controverse. En
2017, l’enseigne avait surpris en affichant la photo d’une jeune femme coiffée d’un voile très couvrant, alors
qu’elle ne vend pas de hidjab. L’image
faisait aussi partie d’une campagne publicitaire. Interrogée par Le Figaro à
l’époque, Gap avait défendu son intention : « Nous ne vendons pas le hidjab
qui apparaît sur cette image, néanmoins, Gap est une marque qui célèbre la
diversité. Nos clients et les employés ont
des origines, des religions et des modes
de vie très différents et nous les soutenons tous. » ■
La mortalité routière continue de baisser
Le nombre de tués a reculé en juillet de 5,5 %, un mois après l’abaissement à 80 km/h de la vitesse sur certains axes secondaires.
ANGÉLIQUE NÉGRONI anegroni@lefigaro.fr
SÉCURITÉ ROUTIÈRE Depuis l’entrée en
vigueur du 80 km/h sur 400 000 km du
réseau secondaire le 1er juillet dernier, les
chiffres de la mortalité routière sont surveillés comme le lait sur le feu. Ceux qui
ont été communiqués ce vendredi indiquent que le mois précédent, le nombre
de tués a baissé de 5,5 % par rapport au
même mois de l’année 2017, soit 324 dé-
cès au lieu de 343. En l’état, le lien entre
cette baisse et la mesure controversée du
80 km/h ne peut être fait avec certitude.
« Nous n’avons pas toutes les données relatives à la géolocalisation des accidents »,
indique Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, qui
espère néanmoins que la nouvelle limitation a pu jouer sur cette amélioration.
Or les deux mois précédents avaient
déjà été marqués par une baisse des morts
sur nos routes : moins 8,4 % en mai et
moins 9,3 % en juin. Pour l’association
Quarante millions d’automobilistes, farouchement opposée à ce tour de vis sur
le réseau secondaire, ces données sont
bien la preuve que le 80 km/h n’est pour
rien dans le recul de la mortalité routière.
À l’inverse, les partisans de la nouvelle limitation font valoir que l’annonce du
80 km/h, avant même son entrée en vigueur, a joué favorablement sur les
comportements des usagers. « Ces derniers mois, on a davantage parlé de sécu-
rité routière, ce qui conduit à plus de prudence au volant », analyse Emmanuel
Barbe.
Seule certitude : la nouvelle vitesse sur
ces routes à double sens sans séparateur
central a eu du mal à être respectée en
juillet. Les véhicules y ont été flashés
deux fois plus : 500 000 automobilistes
verbalisés au lieu de 250 000 l’an passé.
« Il y a eu un temps d’adaptation, et les
usagers devraient se faire à cette nouvelle
règle », prédit Emmanuel Barbe.
En octobre prochain, un premier relevé des vitesses sur ces 400 000 km de réseau va permettre de voir si les automobilistes auront levé le pied ou non. Pour
analyser dans la durée l’évolution de la
vitesse sur ces routes, des radars spécifiques y ont été installés en mars dernier.
Ces données seront mises en corrélation
avec les chiffres de la mortalité. Selon les
experts, si les conducteurs roulent moins
vite de 10 km/h, 400 vies seront sauvées
chaque année. ■
privation de liberté. On grignote nos libertés dans tous les domaines, c’est dangereux », estime celui qui a prévu de continuer de fumer dans les parcs parisiens
« si aucun agent n’est en vue ». ■
La plage du Fossan,
à Menton (Alpes-Martimes),
est une zone non-fumeur.
Après les jardins publics, de plus
en plus de plages sans tabac
Promu par la Ligue nationale contre le cancer, le label « Espace sans tabac » fait
des émules : en France, la cigarette est bannie de près de 1 000 lieux publics.
SANTÉ PUBLIQUE Pendant longtemps,
les plaisirs de la plage et les après-midi
lecture au parc se sont trouvés gâchés par
les émanations de fumée provenant de la
cigarette du voisin de serviette ou de
banc. Une situation qui pourrait bien
commencer à changer car le label « Espace sans tabac » fait des émules partout
en France sous l’impulsion de la Ligue
nationale contre le cancer.
« En France, 973 lieux publics sont désormais sans tabac, parmi lesquels de
nombreux parcs et jardins, 50 plages, mais
aussi 30 entrées d’établissements scolaires
et deux entrées d’hôpitaux », se réjouit
Albert Hirsch, administrateur de la Ligue
nationale contre le cancer. « Cette interdiction a vocation à s’étendre à tous les espaces urbains centrés sur les loisirs ou l’accueil des enfants, poursuit-il. Il s’agit de
protéger les citoyens, en particulier les plus
jeunes, contre les méfaits du tabagisme
passif. »
Ainsi la ville de Nice (Alpes-Maritimes), pionnière en la matière, qui a interdit dès 2012 le tabagisme sur l’une de ses
plages, en compte désormais quatre où le
tabac n’est pas autorisé. En 2018, la municipalité de Cagnes-sur-Mer, dans le
même département, a suivi cet exemple :
« Sur l’une des plages de la ville, nous
avons interdit non seulement le tabagisme,
mais aussi la cigarette électronique et tout
ce qui peut de près ou de loin ressembler au
tabac », explique Louis Nègre. Le maire
LR de cette cité balnéaire dont les parcs
sont aussi non-fumeurs depuis 2015. Des
communes de la côte atlantique telles que
Saint-Malo et Royan interdisent également la cigarette sur certaines plages.
Même à Marseille (Bouches-du-Rhône),
un projet d’interdiction du tabac sur
l’une des plages est en cours d’étude.
Pour l’instant, seules les aires de jeu pour
enfants sont non-fumeurs dans la Cité
phocéenne.
Le pari du civisme
Quant aux villes situées dans les terres,
beaucoup ont choisi d’interdire le tabac
dans certains espaces verts. À Strasbourg, il est ainsi interdit de fumer dans
tous les parcs et jardins publics depuis cet
été. À Paris, le phénomène ne revêt pas la
même ampleur mais six parcs sont néanmoins sans tabac depuis le 10 juillet.
« C’est une expérimentation qui doit durer
quatre mois, explique la mairie. Si nous
avons des échos positifs, l’interdiction sera
pérennisée. En revanche nous ne comptons
pas verbaliser les contrevenants, mais plu-
tôt leur rappeler la loi et engager la
conversation avec eux. » Les communes
qui font le choix d’interdire la cigarette
dans des lieux publics comptent en effet
plus sur le civisme que sur la répression.
Cette politique est généralement soutenue par les non-fumeurs, comme
Chloé, non-fumeuse : « Fumer est un
choix, on n’a pas à l’imposer aux autres,
estime cette jeune Marseillaise. Quand je
vais dans un parc, je n’ai pas à supporter la
fumée. » Certains se montrent en revanche plus critiques : Arthur, Parisien de 25
ans, voit dans cette interdiction « une
JACQUES LOIC/PHOTONONSTOP
À Paris, explosion des verbalisations pour jet de mégot
Figurant dans le Code pénal depuis 2015,
le décret interdisant de jeter son mégot
dans l’espace public ailleurs que dans
les poubelles dédiées est assorti
d’une amende de 68 euros. À Paris,
les verbalisations sont en forte hausse :
en 2017, 24 511 verbalisations ont eu lieu
pour cette raison, contre 1 880 en 2016,
soit une augmentation de 203,78 %.
Cette augmentation semble aller
croissant : sur les quatre premiers mois
de 2018, 10 862 contraventions ont été
dressées, soit une hausse de 370,83 %
par rapport à la même période en 2017.
Selon la Mairie, il s’agit à la fois
d’une volonté de préserver
l’environnement et le « bien vivre
ensemble ». Cette interdiction rentre
progressivement dans les mœurs.
Frédéric Dewitt, étudiant parisien,
s’est ainsi fait verbaliser il y a quelque
temps après avoir jeté un mégot au sol.
« Je n’aurais pas dû, mais il n’y avait
pas de poubelle dédiée à proximité »,
explique celui qui dit avoir
pris conscience des conséquences
pour l’environnement de ce geste - les
mégots se dégradent très lentement.
Il aimerait toutefois « que davantage
de poubelles soient installées, car
parfois, on écrase son mégot au sol
faute d’avoir trouvé où le mettre ».
C. C.
A
CAROLINE COUPAT £@carolinecoupat
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
10
SOCIÉTÉ
Marcel Leclerc,
l’un des derniers
« seigneurs »
de la police
ZOOM
Gard : deux gardes à vue
dans l’enquête sur la colonie
allemande inondée
Le président et le vice-président
allemands de l’association
de Leverkusen, propriétaire du
camping non autorisé abritant
une colonie de vacances à SaintJulien-de-Peyrolas (Gard),
ont été placés en garde à vue
vendredi, neuf enfants
ayant été légèrement blessés
et un septuagénaire porté disparu
lors d’inondations. Une enquête
de flagrance a été confiée à la
gendarmerie pour « blessures
involontaires, mise en danger de
la vie d’autrui, travail dissimulé
et exploitation d’un camping
sans autorisation » en zone
inondable, a précisé le procureur.
Figure tutélaire de la lutte contre le crime,
l’ancien chef de l’antigang s’est éteint
dans la nuit de jeudi à vendredi.
CHRISTOPHE CORNEVIN £@ccornevin
DISPARITION Dans le panthéon de la
police, il était l’un des derniers seigneurs. Sa trajectoire émaillée d’aventures et de hauts faits d’armes a marqué
d’une empreinte indélébile l’histoire de
la lutte contre le grand banditisme.
Marcel Leclerc est décédé dans la nuit
du jeudi 9 au vendredi 10 août, à l’âge
de 83 ans, au terme d’un long combat
contre une maladie qui, seule, a eu raison de sa tenace nature bretonne. Originaire d’une région de marais qu’il
aimait tant, au bord de la Vilaine, ce
grand flic s’est vite distingué par sa lutte menée sans relâche contre la pègre
parisienne des années 1970 et 1980.
Patron de l’antigang puis chef de la
Brigade criminelle quand celle-ci était
encore au prestigieux 36, quai des Orfèvres, le commissaire Leclerc a traversé
une époque de poudre et de sang. De
l’enlèvement de Mehdi Ben Barka devant la brasserie Lipp en octobre 1965 à
la traque de Mesrine, dont il dressa le
portrait démythifié d’un « tueur psychopathe », en passant par la tuerie du
café Le Thélème, où William, le chef du
clan pied-noir des Zemour va trouver
la mort, ce « patron » a vécu une carrière hors norme. Il en sortira un livre
de mémoires publié en 2000. Bien davantage qu’un roman noir, cet opus demeure un document exceptionnel.
Aujourd’hui devenu une référence incontournable pour qui veut comprendre cette époque, il retrace de façon haletante et dans toute son âpreté le récit
authentique des enquêtes les plus sensibles du Quai des Orfèvres.
Fils d’agriculteurs bretons qui entra
dans la « Grande Maison » en 1961 en
prenant les rênes du commissariat de
Saint-Germain avec, disait-il, ses « intellos, ses beatniks et ses paumés »,
Marcel Leclerc va travailler sans relâche
sur l’assassinat de Pierre Goldman, le
20 septembre 1979, la ténébreuse affaire
de Broglie ou encore le rapt du baron
Empain. Ce fort en thème, sorti major de
sa promotion de l’école des commissaires, va s’imposer comme un grand serviteur de l’État qui le mènera jusqu’à
négocier avec les preneurs d’otages les
plus venimeux et certains terroristes des
années de plomb, comme ceux d’Action
directe ou de la bande à Baader.
Ses compagnons d’armes, ses pairs
dans cette noblesse d’État entièrement
consacrée à lutter contre le crime, s’appelaient alors Olivier Foll, Pierre Ottavioli, Jacques Poinas, François le Moël,
Ange Mancini ou encore Robert Broussard. Tous des « cadors » de la police judiciaire, des grands « tauliers » comme
les appellent les limiers des grandes brigades dans leur jargon et dont Marcel
Leclerc était la quintessence. « Il était un
de nos modèles, témoigne son ami “Jo”
Querry, “figure” de la Brigade antigang.
Très complet, il incarnait le commissaire
intellectuel, en raison notamment de son
doctorat de droit public et de sciences politiques ponctué d’une thèse sur la police
qui a fait date, mais aussi l’homme d’action qui allait au feu sur le terrain ».
“
C’était l’archétype du
chef charismatique sur le
ventre duquel on ne tapait
pas mais qui se montrait
près de ses hommes, qu’il
n’hésitait pas à couvrir
comme un vrai patron
”
JO QUERRY, FIGURE DE LA BRIGADE ANTIGANG
Le 31 juillet 1978, Marcel Leclerc a vu
la mort en face lors d’une prise d’otages
suivie d’une fusillade à l’ambassade
d’Irak à Paris. Une scène de guerre qui a
fait trois blessés et deux morts, dont
l’inspecteur divisionnaire Capela qui
s’effondre juste sous ses yeux. « C’était
un formidable policier, que je tenais com-
EN BREF
Deux gendarmes blessés
dans les Landes,
dont un grièvement
Deux gendarmes, en repos, ont
été blessés à l’arme blanche,
dont un grièvement, vendredi,
à Vieux-Boucau (Landes), après
avoir surpris un vol de vélos.
Plusieurs membres issus
de la communauté des gens
du voyage « leur sont tombés
dessus », a précisé une source
proche de l’enquête. Un des
agresseurs a été interpellé.
Marcel Leclerc (ici en 2000) s’est notamment distingué par sa lutte menée
sans relâche contre la pègre parisienne des années 1970 et 1980. MARC CHARUEL
me mon ami même si l’on se vouvoyait,
témoigne le préfet Ange Mancini, chef
tutélaire du Raid et ex-coordonnateur
national du renseignement auprès de
Nicolas Sarkozy. Marcel était un visionnaire : c’est à sa demande et sous ses ordres que j’ai constitué dès le début des
années 1980 une section antiterroriste
dotée d’un service de documentation au
sein de la Brigade criminelle. »
Jo Querry résume ainsi : « Marcel Leclerc était l’archétype du chef charismatique sur le ventre duquel on ne tapait pas
mais qui se montrait près de ses hommes,
qu’il n’hésitait pas à couvrir comme un
vrai patron. » Un « patron » à l’ancienne qui n’avait qu’une ligne, celle du
service public. Insensible aux pressions
politiques quitte à en payer le prix fort,
cet incorruptible va subir une traversée
du désert dans les années 1980 après
avoir essuyé les foudres du pouvoir socialiste de l’époque. Ce dernier voulait
absolument voir dans l’attentat de la
rue Copernic, sur lequel enquêtaient les
hommes de Marcel Leclerc, la main de
l’extrême droite alors que tout menait
au terrorisme palestinien. Sorti de sa
disgrâce au printemps 1986, quand il est
nommé à la tête de la police des polices,
Aide aux migrants :
le contrôle judiciaire
de Cédric Herrou assoupli
Marcel Leclerc devient six ans plus tard
préfet de police de Lyon avant d’achever sa riche carrière comme directeur
de l’Institut des hautes études en sécurité intérieure (IHESI), où son goût de
transmettre marquera les esprits.
Incarnant la droiture dans l’action
comme dans la pensée, doté d’un sens
aigu de l’honneur et du devoir, Marcel
Leclerc est resté un exemple pour une
génération de policiers. En petit comité, ce grand flic connu pour sa ténacité
aimait répéter : « Le seul critère qui
vaille, c’est celui de la compétence alliée
à la loyauté. » Ses proches et ses amis
garderont en mémoire l’image d’un
homme au verbe alerte mais toujours
mesuré, toujours tiré à quatre épingles.
Bienveillant avec son entourage et sifflotant volontiers un air d’Enrico Macias sur la route du bureau, il restera ce
chaleureux passionné qui a su écouter
battre le pouls de sa « Grande Maison »
jusqu’au dernier souffle.
À son épouse, Janine, à ses fils, Bertrand, Laurent et Jean-Marc, rédacteur
en chef adjoint au Figaro et spécialiste
des questions de sécurité, la rédaction
témoigne sa profonde tristesse et présente ses plus sincères condoléances. ■
Le contrôle judiciaire du militant
Cédric Herrou, agriculteur
français devenu le symbole
de l’aide aux migrants
à la frontière franco-italienne,
a été assoupli vendredi
par la justice. Selon son avocat,
l’obligation de se présenter tous
les quinze jours à la gendarmerie
est maintenue. En revanche,
il pourra « quitter le territoire
national en informant le juge
d’instruction » et « librement
fréquenter les gares et parvis ».
L’évadé du tribunal
de Sarreguemines arrêté
Un homme âgé de 21 ans,
qui s’était évadé mercredi
du tribunal correctionnel
de Sarreguemines (Moselle)
en passant par une fenêtre, a été
arrêté jeudi soir dans une forêt.
Le prévenu, qui purgeait
une peine de sept mois de prison
pour violences aggravées,
comparaissait devant le tribunal
correctionnel pour une tentative
de vol de voiture avec violence.
Polémique sur la sécurité de la féria de Béziers
L’État réfléchit à envoyer la facture du dispositif policier au maire, Robert Ménard. Ce dernier s’insurge.
50e
A
ANTOINE PELÉ £@antoine_pele
FÊTES ESTIVALES « S’ils veulent tuer les
férias de Béziers, ils ont trouvé comment
faire », a réagi Robert Ménard, le maire
(proche du Rassemblement national,
ex-Front national) de Béziers. Il a appris
vendredi matin que l’État, qui assure
une partie de la sécurité publique de la
féria de Béziers, réfléchissait à lui faire
payer la facture pour les futures éditions. Un projet qui ne passe pas.
Chaque été, plus de 500 personnes
assurent la sécurité des festivaliers venus voir les corridas, les défilés équestres et les concerts. Parmi elles, la mairie compte déjà 140 agents, qu’ils soient
policiers municipaux ou agents de sécurité. Un budget conséquent pour la
commune, puisque près de 800 000 €
sont déboursés pour cinq jours de festival. Enfin, l’État complète ces effectifs
avec deux cars de CRS, des douaniers,
« et même des tireurs d’élite », explique
le maire de la ville. Et l’idée qu’on lui
envoie la facture de la sécurité publique
le rend « furieux ». « La mairie ne peut
pas assurer un tel budget, c’est impossible car cela pourrait coûter jusqu’à 2 millions d’euros. C’est hors de question ! »,
s’insurge-t-il.
Vendredi, le sous-préfet de l’Hérault,
Christian Pouget, s’est montré favorable
à la prise en charge de la sécurité publi-
édition de la féria
de Béziers
Créée en 1968, cette fête
attire chaque année plus
de 700 000 participants
Ambiance à la féria de Béziers, en 2017.
PIERRE SALIBA/PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP
que par les mairies. « Les collectivités locales qui organisent des festivités doivent
tenir compte du coût que représente la sécurité. […] Il va falloir raisonner autrement et intégrer dans les budgets des festivités le coût de la sécurité. Sur le Tour de
France cycliste, la présence des forces de
l’ordre est payante et ça ne pose de problème à personne. Alors pourquoi pas les
férias ? », a-t-il questionné sur France
Bleu. « Le Tour de France est une société
privée qui gagne de l’argent, ça n’a rien à
voir, répond Robert Ménard. Béziers est
une commune, c’est le contribuable qui
paye et la féria est une immense fête populaire gratuite et ouverte à tous. »
Pour la mairie, faire payer à la municipalité les frais de la sécurité publique
« contrevient complètement aux activités
régaliennes de l’État. Il doit assurer la
gratuité de ses missions, dont la sécurité
publique fait partie ». Si l’État officialise
ce projet, le maire ne voit que deux solutions : « Soit on fait payer l’entrée, soit
on arrête définitivement » la féria. Et il ne
veut entendre parler d’aucune de ces
deux issues. « Il y a tellement peu de cho-
ses qui sont gratuites aujourd’hui. Si on
rend l’événement payant, on privera des
gens de venir. Béziers est composé de
beaucoup de riches, mais aussi de beaucoup de pauvres. »
La commune emboîtera-t-elle le pas
à Bayonne, qui, afin de répondre à une
augmentation de budget en matière de
sécurité, a inauguré un « pass payant »
de 8 € lors de sa féria 2018 ? Ce dispositif avait permis de récolter environ
1,3 million d’euros, malgré une baisse
de la fréquentation. « Il y aura forcément des répercussions, avertit Robert
Ménard. Les commerces attendent toute
l’année cet événement, et leur chiffre
d’affaires en dépend. » Et il ne compte
pas se laisser faire, puisqu’il a déjà prévu de rencontrer les maires des villes
organisant des férias, afin de les alerter
sur le sujet. ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
SCIENCES
Au plus près de la fournaise solaire
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
11
La sonde américaine
Parker Solar Probe
doit décoller samedi
matin en direction
de notre étoile, pour
la mission la plus
attendue de l’année.
TRISTAN VEY £@veytristan
“
Une erreur de pointage
infime et nous grillons
l’instrument
en 30 minute
”
Vue d’artiste de la sonde Parker Solar Probe se laissant tomber dans la cuvette gravitationnelle du Soleil.
Un voyage
de plus de 7 ans
autour du Soleil
Lancement
le 11 août 2018 de
Cela n’est pas forcément évident à
comprendre. On pourrait penser à première vue que se laisser tomber dans la
cuvette gravitationnelle du Soleil n’est
pas trop compliqué. Mais il faut voir les
choses un peu autrement. La Terre circule d’une certaine manière dans une
« gouttière » et il faut fournir de l’énergie
pour en sortir. Or, plus on se rapproche
du Soleil, plus le champ gravitationnel
est intense et plus il faut dépenser
d’énergie pour changer de gouttière. Se
rapprocher du Soleil est donc paradoxalement plus difficile que de s’en éloigner.
Aussi puissante soit-elle, la fusée Delta
IV Heavy ne suffira d’ailleurs pas à se rapprocher à la distance voulue par les ingénieurs d’un coup. Elle devra régulièrement, sept fois précisément, se servir du
champ gravitationnel de Vénus pour bénéficier d’un petit coup de pouce lui permettant de s’approcher encore. « Le
1er novembre, la sonde doit passer à 24 millions de kilomètres de la surface du Soleil,
Le mystère
de la
couronne
19 décembre 2024
survol au plus près du Soleil
à 6,4 millions de km
Parker Solar Probe
Orbite
de Venus
TERRE
Orbite de
Mercure
SYSTÈME
DE PROTECTION
THERMIQUE
Distance
Terre-Soleil :
environ
150 millions
de km
Bouclier en carbone
de 11,4 cm d’épaisseur
Protège de températures
proches de 1 500 °C
SOLEIL
Orbite
de la Terre
Permet aux instruments
de ne pas être détruits
par le rayonnement solaire
THIERRY DUDOK DE WIT, CHERCHEUR
AU LABORATOIRE DE PHYSIQUE ET CHIMIE
DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’ESPACE
STEVE GRIBBEN/AP
1er novembre 2018
premier survol rapproché,
à 24,8 millions de km
Sources : NASA,
Parker Solar Probe,
AFP, Reuters
soit 36 fois son rayon », explique Alexis
Rouillard, spécialiste du Soleil à l’Institut
de recherche en astrophysique et planétologie de Toulouse, qui a participé à la
conception de l’un des instruments de la
mission. « C’est déjà exceptionnel. C’est
deux fois plus près que les sondes Hélios qui
détiennent à ce jour le record (lancées en
1974 et 1976 par l’Allemagne, NDLR). »
Mais Parker Solar Probe doit aller plus
près encore : le 19 décembre 2024, elle
doit effectuer un passage à 6,4 millions de
kilomètres seulement. Elle filera à ce moment précis à près de 700 000 km/h. Si la
distance entre la Terre et le Soleil était ramenée à un mètre, la sonde se situerait
alors à 4 cm seulement de notre étoile. À
cette distance, il ne faudrait que deux minutes pour évaporer l’intégralité d’une
piscine olympique. Ce n’est pas seulement suffisant pour faire cuire un œuf en
un clin d’œil : vous pourriez aussi faire
fondre la poêle.
Tous les instruments de la sonde seront
donc abrités derrière un épais bouclier
thermique en carbone (recouvert d’un
mystérieux revêtement blanc classé secret-défense) dont la température pourrait atteindre 1 500 °C. Les panneaux solaires se cacheront aussi derrière pour ne
pas brûler. Seules des antennes, chargées
de mesurer le champ électrique, et une
petite cuillère en tungstène qui récoltera
du vent solaire affronteront directement
les rigueurs du rayonnement solaire et de
son bombardement de particules chargées (le vent solaire). Ces derniers instruments doivent conduire l’électricité
(et donc la chaleur…) sans pour autant
faire monter le reste du satellite en température. Les instruments les plus à l’abri
feront paradoxalement face à un froid
extrême, - 150 °C, et devront donc… être
réchauffés.
Ce n’est pas le seul défi que les ingénieurs avaient à relever. L’un des princi-
paux enjeux de la mission est de mesurer
le champ magnétique au voisinage du
Soleil, une donnée impossible à obtenir à
distance. Seul problème, les particules
qui vont bombarder la sonde vont la vaporiser en partie, ce qui perturbera les
mesures. Le capteur est donc placé au
plus loin, au bout d’un mât de 4 mètres,
dans le dernier coin d’ombre formé par
le bouclier. «Une erreur de pointage infime et nous grillons l’instrument en 30 minutes », s’inquiète Thierry Dudok de
Wit, chercheur au Laboratoire de physique et chimie de l’environnement et de
l’espace (LPC2E), à Orléans, chargé de sa
conception.
Parker Solar Probe est ainsi un petit
chef-d’œuvre d’ingénierie. Et cela a un
coût : 1,5 milliard de dollars selon les estimations de la Nasa. Le prix à payer
pour aller « toucher le Soleil », comme
l’agence spatiale américaine aime à le
rappeler. ■
Solar Orbiter, un compagnon européen pour 2020
LA SONDE américaine Parker
Solar Probe sera trop près du Soleil pour pouvoir le regarder en
face. Elle se brûlerait les yeux.
Une mission complémentaire de
l’Agence spatiale européenne,
Solar Orbiter, se chargera donc à
partir de 2020 d’observer notre
étoile directement pendant que
son compagnon plongera à intervalle régulier, à 24 reprises au
moins, dans la fournaise. Cette
sonde sera située à 42 millions de
km « seulement » de notre étoile. C’est assez loin par rapport à
sa cousine américaine, mais cela
constituera néanmoins un nouveau record pour un observatoire solaire. Elle sera très légère-
ment plus près de notre étoile
que Mercure.
«Les deux missions sont très
différentes sur le plan conceptuel,
mais elles ont des objectifs très similaires », souligne Thierry Dudok de Wit, chercheur au
LPC2E. Après cinq années passées dans le plan de l’écliptique,
Solar Orbiter se décalera ensuite
pour regarder le Soleil sous les
hautes latitudes, une grande
première.
« Nous prendrons tout au long
de la mission des images spectaculaires avec une résolution pouvant atteindre 70 km par pixel
seulement », se réjouit d’avance
Kader Amsif, responsable du-
programme Soleil-héliosphèremagnétosphère à l’agence spatiale française (CNES).
« À l’origine, les deux sondes
devaient décoller en même temps,
mais nous avons pris un peu de
retard. Nous aurons malgré tout
de formidables synergies pendant
plusieurs années. » Le coût de
Solar Orbiter est de l’ordre du
milliard d’euros. À noter que le
lancement sera assuré par la
Nasa.
D’autres missions pourraientelles aller encore plus près de
notre étoile dans les années à
venir. « Nous réfléchissons déjà
à un nouveau concept de mission,
que nous avons baptisé “Ica-
rus” », explique Thierry Dudok
de Wit. Le fol espoir ? Parvenir à
se rapprocher à moins de
700 000 km (le rayon du Soleil)
pour remonter à la source même
du vent solaire et du chauffage
de la couronne (lire ci-contre).
Seul problème, le plasma qui
forme l’atmosphère du Soleil est
alors trop dense et empêcherait
le vaisseau de communiquer
avec la Terre. « Il faudrait envoyer une deuxième sonde comme
relais, estime le chercheur. Nous
pourrions aussi envisager une
nuée de nano-satellites plutôt que
d’envoyer de gros appareils. Tout
cela ne verra de toute façon pas le
jour avant 20 ou 30 ans. » ■ T. V.
«
Nous
prendrons
des images
spectaculaires
avec une
résolution
pouvant
atteindre 70 km
par pixel
»
KADER AMSIF,
RESPONSABLE
DU PROGRAMME
SOLEIL-HÉLIOSPHÈREMAGNÉTOSPHÈRE
À L’AGENCE SPATIALE
FRANÇAISE
MAIS pourquoi est-elle aussi
chaude ? La couronne solaire, cette
fine chevelure de lumière que l’on
peut admirer lors des éclipses totales,
peut atteindre le million de degrés
Celsius. En soi, pourquoi pas.
Le problème, c’est que la surface
du Soleil, elle, ne dépasse pas les
6 000 °C. Comment cette atmosphère
extérieure peut-elle alors être plus
chaude que le « radiateur » qui est
censé lui fournir son énergie ? Il y a
là un paradoxe profond qui trouble
les physiciens depuis près d’un
siècle. « Plus vous êtes près d’un feu
de cheminée, plus il fait chaud »,
résume Milan Maksimovic,
spécialiste de la physique solaire
au Lesia, à l’Observatoire de Paris.
«Vous ne vous attendez pas à ce que
l’air soit plus brûlant que la flamme.
C’est pourtant le cas autour du Soleil.»
Par quels mécanismes
la couronne est-elle alors chauffée ?
Les astrophysiciens soupçonnent
le champ magnétique du Soleil
d’être à l’origine du phénomène. Et
notamment ses vibrations. Certaines
modélisations montrent que des
« racines magnétiques » plongeant
dans les profondeurs pourraient
de cette façon apporter l’énergie
nécessaire à cet énigmatique
chauffage. De nombreuses théories
alternatives existent. L’un des grands
objectifs de la mission est de
récupérer des données électriques
et magnétiques in situ. Il est
malheureusement possible que l’on
se situe encore trop loin de notre
étoile pour que ces relevés
permettent de trancher avec
certitude la question.
Les températures qui règnent dans
la couronne expliquent par ailleurs,
en partie, pourquoi des particules
chargées parviennent à s’échapper
de l’attraction gravitationnelle du
Soleil pour former le vent solaire.
« Mais les mécanismes exacts
d’accélération ne sont pas
parfaitement élucidés, détaille Milan
Maksimovic. Ce vent a notamment
deux composantes, l’une lente, qui file
à 200 km/s, l’autre rapide, qui souffle
à 800 km/s. Or, pour expliquer la
seconde dans nos modèles, il faudrait
plutôt invoquer des températures
de 6 millions de degrés. Il y a là un
autre mystère à résoudre. »
Pour la petite histoire, c’est un
physicien américain, Eugene Parker,
qui a grandement contribué à la
théorisation de tous ces problèmes.
C’est lui qui donne aujourd’hui son
nom à la mission. Et cela alors même
qu’il est toujours en vie, ce qui est
une grande première dans l’histoire
de la Nasa. ■
T. V
A
ASTROPHYSIQUE Cela fait soixante ans
que les astrophysiciens en rêvaient.
Soixante ans d’attente, de tergiversations
et de remises en question. Soixante ans
pour qu’enfin une première mission spatiale ose s’aventurer dans le voisinage de
la plus grande fournaise connue, notre
Soleil, afin de percer l’un des plus grands
mystères de la physique : comment l’atmosphère du Soleil, cette couronne de
cheveux magnifique visible pendant les
éclipses, peut-elle être 150 fois plus
chaude que sa surface (lire ci-contre) ?
Samedi matin, à 9 h 33, heure française, la sonde américaine Parker Solar Probe devait ainsi décoller depuis la base de
Cap Canaveral, en Floride, à bord de la
plus puissante fusée en activité au monde, Delta IV Heavy (la Falcon Heavy
d’Elon Musk est un peu plus puissante
encore, mais l’entreprise SpaceX n’a pas
à ce jour prévu d’effectuer un 2e tir de son
engin hors norme).
Cette sonde, mise au point pour le
compte de la Nasa par le Johns Hopkins
Applied Physics Laboratory (JHAPL),
n’est pourtant pas bien grosse : moins de
700 kg à la pesée. À peu près le poids et la
taille d’une voiture sans permis. C’est de
quatre à six fois moins que certaines sondes planétaires. Pourtant, aller vers le
Soleil n’est pas une mince affaire.
« L’énergie requise est 55 fois plus importante que pour aller vers Mars et deux fois
plus importante que pour aller vers Pluton », souligne Yanping Guo, responsable
de la navigation et du design de la sonde
au JHAPL.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
12
SPORT
Mbappé, la nouvelle star du Paris SG ?
Alors que Paris
débute sa saison
dimanche,
le champion
du monde peut-il
faire de l’ombre au
Brésilien Neymar ?
Pas certain.
que ce soit au niveau du Paris SaintGermain ou même de la Ligue 1. Il n’y
a pas photo. Mais aussi et surtout sur le
terrain. « Neymar est le joueur le plus
important ici. On le sait tous, on a vraiment besoin de lui, martèle Marco
Verratti. L’an dernier, il nous a beaucoup manqué. On est content qu’il soit
revenu. Il est heureux, c’est le principal. » Heureux et probablement
gonflé à bloc après sa blessure du mois
de février et l’élimination prématurée
de « sa » Seleçao en quarts de la Coupe
du monde. « C’est un artiste, un joueur
exceptionnel, l’un des meilleurs. Tous
les joueurs spéciaux ont besoin d’un
traitement spécial », reconnaît Thomas
Tuchel. Le nouvel entraîneur allemand
du PSG entend bien aider Neymar à
« rebondir » après le Mondial.
CHRISTOPHE REMISE £@Cremise77
Batman et Robin
Sur la façade de la boutique du PSG, sur les Champs-Élysées, Kylian Mbappé s’affiche en XXL, aux côtés des deux autres attaquants
vedettes, Neymar et Edinson Cavani (à gauche). SÉBASTIEN SORIANO/LE FIGARO
veau départ », glisse-t-il via les médias du club. Un nouveau départ couronné, dès l’hiver prochain, par un
Ballon d’or ? D’autres prétendants
semblent mieux placés, d’Antoine
Griezmann à Luka Modric, en passant
par Raphaël Varane, voire Cristiano
Ronaldo. Une chose est sûre : Neymar
ne succédera pas à ce dernier.
Neymar avait rapidement mis tout le
monde d’accord lors de son arrivée au
PSG. Las, le Brésilien s’est blessé au
pire des moments la saison passée,
entre les deux matchs face au Real en
Ligue des champions ! Une première
saison au goût d’inachevé, donc. Le
tout saupoudré d’accrocs en tout
genre qui rendent la soupe un poil indigeste : comportement de diva, trop
de gris-gris sur le terrain, pas assez
d’implication en dehors… Semblant se
croire en terrain conquis, Neymar n’a
pas (encore) réussi à se mettre le Parc
des Princes et la France du football
dans la poche. Le Parc qui avait même
sifflé sa star, coupable de ne pas avoir
Tuchel, des ondes positives pour entamer la saison
Jusqu’ici, tout va bien pour Thomas
Tuchel. Certes, les éléments pour juger
le travail du technicien allemand sont
évidemment peu nombreux à ce stade
de la saison. On notera toutefois qu’en
termes de communication, il a toujours
su viser juste, face à la presse et
auprès de son groupe. « Il a apporté
beaucoup de choses positives,
de la responsabilité. Mais toujours
Critiques, frustration et déception : un
cocktail qui devrait pousser Neymar Jr
à prouver, se rebeller et se montrer enfin sous son meilleur jour. Finalement,
tout cela n’est sans doute qu’une bonne
nouvelle pour un PSG qui récupère un
« Ney » affamé. Et désireux de montrer
un autre visage, si l’on en croit ses dernières sorties médiatiques.
L’heure de Kylian Mbappé viendra
bien assez tôt. En attendant, le Batman
du PSG, c’est toujours Neymar. Avec
« Robin » Mbappé et tous les autres à
ses côtés. Nul doute qu’un jour viendra
où ce dernier voudra jouer le premier
rôle, comme ce fut le cas pour… Neymar lorsqu’il a quitté le Barça pour
sortir de l’ombre d’un certain Lionel
Messi. En attendant, les deux semblent
s’entendre comme larrons en foire et
multiplient les commentaires élogieux
par médias interposés, les photos
complices. Leur entente sur le terrain
a d’ailleurs sauté aux yeux très vite la
saison passée. Pas de raison que cela
change tout de suite. ■
en essayant d’être content. Je crois
que tout le monde a mérité ce résultat,
surtout avec le staff qui est arrivé
et qui a donné beaucoup de choses
positives, et a changé beaucoup
de choses », jure Thiago Silva.
Au-delà des stéréotypes, l’ex-coach
de Dortmund est excessivement
proche de ses joueurs, physiquement
parlant. Beaucoup plus que l’Espagnol
Unai Emery, son prédécesseur.
Cela n’empêche pas d’afficher une
rigueur toute germanique en termes
de sorties nocturnes ou d’habitudes
alimentaires… Tuchel a en tout cas déjà
imposé son style dans le management
et sur le terrain. Encourageant,
mais les choses sérieuses
commencent seulement maintenant,
avec la reprise de la Ligue 1.
C. R.
été assez chevaleresque pour offrir un
penalty à son chouchou, Cavani,
contre Dijon (8-0)…
L’image de Neymar en a encore pris
un coup lors du Mondial, les simulations grotesques de l’intéressé en
ayant fait un symbole de ces joueurs de
foot qui s’écroulent au moindre
contact. « Vous pouvez penser que
j’exagère, et parfois c’est vrai que
j’exagère, mais la vérité c’est que je
souffre sur le terrain », se défend-il.
En attendant, le bateau Neymar tangue sérieusement. Du moins en termes
d’image. Et ce au moment où l’étoile
Mbappé scintille plus que jamais. Une
étoile filante bien décidée à grimper
tout là-haut. En apparence plus simple, abordable et frais que son coéquipier brésilien, l’intéressé a tout pour
plaire, tout pour devenir la nouvelle
tête de gondole du PSG, de la Ligue 1 et,
même, de tout le football français. Si
bien que l’ex-Barcelonais pourrait bien
se faire doubler par son jeune coéquipier s’il ne redresse pas la barre.
Dès maintenant ? Ce serait aller trop
vite en besogne. Car le club champion
de France appartient encore à Neymar
Jr. C’est vrai en termes de marketing,
PROGRAMME
FOOTBALL Après le coup d’essai, le
coup de maître ? Recruté pour 222 millions d’euros l’été dernier, Neymar Jr
repart avec le PSG, malgré les rumeurs
qui l’ont régulièrement envoyé au Real
Madrid après, avant et pendant la
Coupe du monde 2018. Un Mondial qui
pourrait avoir chamboulé la hiérarchie
au PSG, ou provoqué une redistribution des cartes. Si la cote de popularité
d’Edinson Cavani est toujours au top
chez les supporteurs parisiens, Kylian
Mbappé revient en effet dans la capitale auréolé de son nouveau statut de
champion du monde après avoir brillé
de mille feux en Russie, se révélant
aux yeux de la planète entière avec
ses quatre buts et ses accélérations
fulgurantes.
Fini le gamin génial et prometteur
au milieu des stars parisiennes. Nouveau statut et nouveau numéro, le 7.
Anecdotique ? « Le numéro, ça donne
une indication sur ses ambitions, le
joueur que tu veux être. C’est un nou-
A
“
Je suis arrivé à Berlin
avec cette envie
de repartir avec la médaille
d’or, et je serai très déçu
de ne pas gagner
PIERRE-AMBROISE BOSSE
”
Tout comme ce constat, amer : « Je sais
que je n’ai pas un mauvais fond. Je ne suis
pas un bagarreur, je réussis toujours à désamorcer les choses par de l’humour. Pas là.
En fait, je fêtais mon nouveau statut qui ne
me plaisait pas forcément. » D’où ce rapport complexe à la notoriété qu’il entretient, lui, le roi du buzz – capable d’interpeller son chat en direct à la télévision
hier
samedi
17h Canal +
20h beIN
dimanche
15h beIN
17h beIN
21h Canal +
TOULOUSE
MONACO
RENNES
GUINGAMP
NÎMES
DIJON
REIMS
AMIENS
STRASBOURG
CAEN
ZOOM
Foot : Mekhissi sur le maillot
du Stade de Reims
JULIEN CROSNIER/DPPI
ATHLÉTISME Pierre-Ambroise Bosse
n’est pas un champion comme les autres.
Déjanté, spontané, extraverti, il se plaît à
ne jamais rien faire comme les autres. Estce du coup surprenant de le voir aborder
les championnats d’Europe à Berlin dans
une position qu’il qualifie lui-même
d’« outsider », lui, le champion du monde
en titre du 800 m ? Là où beaucoup
auraient su faire fructifier ce premier
grand titre sur le plan sportif, Bosse semble s’être égaré en chemin. Par anticonformisme naturel ou par mauvais calcul ?
Jamais simple de trancher avec cette personnalité aussi attachante que déroutante. Ce qu’apprécie plus que tout le
Nantais, c’est d’être dans le zig lorsque
vous l’imaginez dans le zag. Parfois
pour le pire. Comme lors de cette tristement fameuse nuit du 25 au 26 août, il y a
un an…
Sur le parking du casino de Gujan-Mestras, en Gironde, Bosse, « très alcoolisé »
de son propre aveu, s’apprêtait à rentrer
chez lui avant de se retrouver mêlé à une
sombre altercation avec un ancien rugbyman amateur. Échange verbal, puis
agression physique dont l’athlète ressortait avec le visage défiguré sous la violence
des coups portés.
LILLE
ST-ÉTIENNE
ANGERS
MONTPELLIER
NICE
LYON
Depuis son titre mondial sur 800 m, le Français
a vécu une année agitée en dehors des pistes
d’athlétisme. Au point, peut-être, de s’y perdre.
A priori, les responsabilités de l’un et de
l’autre semblent simples à établir. Sauf
que, le 26 février dernier, le natif de Nantes était mis en examen à son tour pour
« violence avec usage ou menace d’une
arme ». Agressé ou agresseur, il revient
désormais à la justice de trancher. Mais
Bosse, lui, ne sort pas intact de ce tumultueux épisode. « Cela m’a fait prendre un
peu de recul sur la vie, confiait-il à L’Équipe
Magazine fin juin. Cela me refroidit de sortir, je suis moins à l’aise quand on me reconnaît. Cela m’a fait redescendre un peu. »
NANTES
BORDEAUX
PARIS SG
Pierre-Ambroise
Bosse, de l’or pour
oublier les tourments
CÉDIC CALLIER ccallier@lefigaro.fr
1RE JOURNÉE LIGUE 1
MARSEILLE
Pierre-Ambroise Bosse a été obligé de batailler lors de sa série du 800 m, jeudi, à Berlin.
après sa 4e place aux Jeux olympiques de
Rio – paradoxalement mal à l’aise lorsqu’il
n’en est plus à l’origine.
Sur le plan sportif, sa saison laisse perplexe. Le 20 juillet, à Monaco, il signait un
très solide 1’44’’20 sur le double tour de
piste qui le propulsait au deuxième rang
européen cette année, derrière les
1’43’’65 de l’Espagnol Saul Ordonez. Intéressant, forcément. Mais étonnamment,
en 2018, il ne compte aucun succès sur
une course internationale digne de ce
nom. Son palmarès est venu s’enrichir
d’un nouveau titre de champion de France, mais celui-ci n’a, au mieux, qu’une
valeur sentimentale au moment de se
présenter à Berlin pour confirmer ce titre
mondial de 2017 à Londres. « Un holdup », selon lui, après avoir été repêché au
temps en demi-finales.
Lors des séries, jeudi, Bosse a même
souffert, ne terminant que troisième. « Je
n’ai enchaîné que des très mauvais choix »,
lâchait-il après sa performance. Pas très
rassurant, donc. Mais le champion du
monde se plaît à se construire dans la difficulté, dans la douleur. Toujours à manier
le chaud et le froid. Étonné d’être placé favori par certains sites de paris en ligne, et
en même temps animé d’une grande ambition. « Bien sûr que je considère pouvoir
encore gagner. Si l’envie de gagner n’était
plus là, j’aurais arrêté après Londres. Je me
sens encore jeune dans mon corps et dans
mon esprit. Je suis arrivé à Berlin avec cette
envie de repartir avec la médaille d’or, et je
serai très déçu de ne pas gagner. »
Ainsi va Bosse, d’un extrême à un autre
sans parvenir à trouver l’équilibre qui, finalement, ne lui sied peut-être pas. Sa
paix intérieure, le champion du monde la
cherche encore. Londres et le titre mondial lui ont offert un certain confort dont il
s’accommode mal. Berlin changera-t-il la
donne pour ce champion sans nul autre
pareil ? ■
Le promu en Ligue 1 pourrait bien
rendre un joli hommage au
champion d’Europe du 3 000 m
steeple, Mahiedine MekhissiBenabbad, originaire de la même
ville. Reims étant toujours
en quête d’un sponsor ventral
pour son maillot, le nom
de l’athlète pourrait y être apposé
à l’occasion de la réception de l’OL,
lors de la 2e journée
de championnat. Il suffit pour cela
que le tweet du Stade de Reims
proposant cet hommage soit relayé
3 000 fois avant dimanche.
La moitié de cet objectif était déjà
atteinte vendredi soir…
EN BREF
Triathlon : Pierre le Corre
champion d’Europe
Le Français a remporté à Glasgow
la médaille d’or des championnats
d’Europe de triathlon.
Cyclisme : Ullrich arrêté pour
violences sur prostituée
L’ancienne star du cyclisme
allemand a été arrêtée vendredi
à Francfort dans le cadre d’une
enquête pour dommages corporels
graves sur une prostituée. Jan
Ullrich, 44 ans, avait récemment
annoncé qu’il allait débuter une
thérapie pour régler ses problèmes
de drogue et d’alcool.
Foot : Messi
capitaine du Barça
Andrés Iniesta parti, c’est Lionel
Messi qui hérite du brassard de
capitaine du FC Barcelone. Sergio
Busquets sera le vice-capitaine.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
CULTURE
13
Monet intime
aux enchères
VENTE Le 15 août, la maison Besch, à Cannes,
disperse 14 lots issus de la collection privée
du peintre. Elle avait été dévoilée en septembre
2017 au Musée Marmottan. Estimation
comprise entre 200 000 et 400 000 euros.
est un secret qui
a éclaté au grand jour, il y a presque
un an sur les murs du Musée Marmottan. L’exposition « Monet collectionneur », de septembre 2017 à
janvier 2018, dévoilait une prestigieuse collection personnelle que le
peintre s’était constituée au gré de
riches échanges avec ses amis impressionnistes. Corot, Renoir,
Caillebotte, Cézanne, Manet… Témoignages d’amitié ou achats, ces
œuvres étaient le jardin caché du
peintre. Il les admirait dans l’intimité de sa chambre et seuls quelques initiés ont été admis à les partager avec lui de son vivant.
« Vous vous étonnez de ne voir
chez moi que ma peinture et mes estampes japonaises ?… Et pourtant,
j’ai aussi ma collection. […] Seulement, je suis un égoïste. Ma collection
est pour moi seul… Et pour quelques
amis. […] Venez la voir », confiait, en
1924, Claude Monet à l’écrivain
Marc Elder, qui préparait son livre À
Giverny chez Claude Monet. Cette
collection, dispersée à sa mort, était
tombée dans l’oubli.
En septembre 2017, elle est aussi
réapparue lors d’une vente chez
Christie’s à Hongkong de 54 lots venant d’une petite-fille non reconnue du peintre. Elle a totalisé
BESCH CANNES AUCTION
Quelques lots d’exception
Dans le cadre de la vacation
de la maison Besch, à Cannes,
seront également dispersées sept
céramiques de Pablo Picasso réalisées
dans le célèbre atelier Madoura de
Vallauris (Alpes-Maritimes), parmi
lesquelles un cendrier (600 à 800
euros) ou un pichet figurant un hibou
(6 000 à 7 000 euros). Côté peinture,
la vente permettra de redécouvrir
l’œuvre d’Eugène Boudin à travers
deux huiles sur papier marouflé sur
Locarno, clap de fin
FESTIVAL Jean Dujardin est le héros du film de
clôture, « I Feel Good », par Delépine et Kervern.
MARIE-NOËLLE TRANCHANT
mntranchant@lefigaro.fr
e 71e festival de Locarno
s’achève ce soir avec la projection du nouveau film de Benoît
Delépine et Gustave Kervern
I Feel Good, qui sortira en
France le 26 septembre. Les « affreux »
sont de retour. Ils sont allés planter leur
caméra dans le village d’Emmaüs à Lescar-Pau pour raconter l’histoire de Jacques et Monique, frère et sœur assez désassortis. Jacques (Jean Dujardin)
débarque en peignoir d’hôtel de luxe
dans la communauté d’Emmaüs que dirige Monique (Yolande Moreau). Parti
sans payer, il vient se réfugier chez sa
sœur chérie, bien qu’il ait mis longtemps à se souvenir d’elle. Bon, dit Monique, bonne poire, mais il va falloir
bosser, ici, tout le monde bosse dans des
ateliers.
Jacques essaie vaguement. Travailler
n’a jamais été son truc. Lui, il cherche
l’idée simple et géniale qui le rendra
milliardaire, star du capitalisme financier. Jusqu’ici ça n’a donné que des arnaques à la petite semaine, parce qu’il
est aussi nul que prétentieux. Mais là,
tous ces gens déglingués, ça l’inspire,
d’autant qu’il a rencontré un ancien camarade d’école moche et minable devenu florissant en passant par la chirurgie
esthétique. Il suffit d’être beau selon les
canons médiatiques, le reste suit logiquement : fric, femmes, pouvoir. Le paradis des crétins. Donc, une petite lumière s’allume dans son cerveau désert.
Escroquer les déshérités, voilà une idée
qu’elle est bonne ! D’ailleurs, si Jacques
avait un peu de culture, il saurait qu’elle
a fait ses preuves.
Malaise… La première partie du film
où on voit Jacques monter obstinément
son projet « I feel good », des « soins
esthétiques et culturels » aux dépens de
la communauté (interprétée par ses
membres réels), ne fait pas franchement
L
une épreuve en plâtre de Rodin des
Bacchantes enlacées, gravée d’une
dédicace du sculpteur : « au grand
maître Claude Monet son ami Rodin ». La pièce, conçue vers 1886 et
montrée pour la première fois au
public au Musée Marmottan lors de
l’exposition « Monet collectionneur », est estimée entre 80 000
et 100 000 euros. Elle témoigne
de la relation qu’entretenaient
les deux grands artistes, fondée
sur les échanges et la reconnaissance mutuelle.
Le tableau L’Eucalyptus, une
huile sur toile de 1913
signée Lucien Pissarro, l’un des fils de
Camille, démontre
Les Bacchantes
enlacées, plâtre
d’Auguste Rodin,
signé et dédicacé
« Au grand maître
Claude Monet
son ami Rodin ».
Estimation :
de 80 000
à 100 000 €.
Un Rodin dédicacé
« M. Cornebois est venu me
voir en mai avec une palette de peintre en me disant
que c’était celle de Claude
Monet, raconte le commissaire-priseur Jean-Pierre Besch. Il
s’est présenté comme l’héritier de
l’artiste. Après discussion, il s’avère
que c’est une belle histoire familiale. Il
est, en effet, le petit-fils de Gabrielle
Bonaventure, la femme de Michel
Monet, second fils du peintre. Cette
dernière avait une fille avant leur
mariage en 1931, Henriette Giordanengo, la mère de Michel Cornebois.
Michel Monet était son parrain. En
2006, déjà, il a vendu une très belle
collection chez Artcurial de manuscrits et de lettres de Claude Monet. »
Sur ces quatorze œuvres proposées pour la première fois à la vente,
Issue de la collection Monet, L’Eucalyptus (1913), huile sur toile signée Lucien
Pissarro, l’un des fils de Camille, témoigne des liens entre les deux familles.
Estimation : de 20 000 à 30 000 €. BESCH CANNES AUCTION
rire. Dujardin parvient à être plus pénible que drôle, avec son cynisme primaire. Delépine et Kervern ne font rien, au
contraire, pour éviter la gêne. Ils traînent leurs savates dans ce petit monde
de la réinsertion avec un réalisme truculent ou grinçant, mais trop juste pour
amuser confortablement.
Avec le voyage de groupe vers une
clinique bulgare, le film décolle dans
l’absurde. Mais il faut attendre la fin, qui
renverse complètement la vapeur, pour
découvrir le sens de cette fable satirique
et en apprécier la saveur. Une métamorphose spectaculaire réconcilie le
rire et le cœur. Et c’est irrésistible !
Des Français très présents
Le cinéma français a été très présent à
Locarno cette année, avec une vingtaine
de productions et coproductions, et une
demi-douzaine de productions minoritaires dans les diverses sections. Parmi
les découvertes, le nouveau documentaire de Nicolas Philibert, De chaque instant, présenté hors compétition (sortie
le 29 août). Le réalisateur d’Être et avoir
explore cette fois le monde des soignants. Il a suivi le parcours des étudiants d’un Ifsi (institut de formation
aux soins infirmiers) de Montreuil.
Avec eux, on passe des cours théoriques aux travaux pratiques, puis aux
premiers stages en contact avec des patients, et enfin au travail de réflexion sur
les stages avec les enseignants référents.
Le mouvement du film va ainsi de l’apprentissage des gestes techniques, qui
deviendront un savoir professionnel
presque automatique, aux relations humaines complexes avec les malades. Et à
la fin, les témoignages des étudiants font
entrer dans leur expérience personnelle, le rapport intime à ce métier si généreux mais si angoissant parfois. Avec son
art sûr et discret, son approche précise
et sensible, Nicolas Philibert rend un
très bel hommage aux infirmiers, « souvent déconsidérés » dans la hiérarchie
hospitalière, mais très aimés des gens. ■
carton, Berck, Pêcheuses (35 000 à
38 000 euros) et Environs d’Honfleur
(28 000 à 30 000 euros). Le peintre
de la Creuse Armand Guillaumin est, lui,
représenté notamment par l’huile
sur toile La Sedelle au Pont Charraud
(estimation comprise entre 40 000
et 45 000 euros). Enfin, la palette pâle
et délicate de Marie Laurencin s’illustre
avec le tableau Jeune fille aux
anémones, dont l’estimation varie
entre 50 000 et 70 000 euros.
A. V.
les liens inaltérables entre les deux
familles. Après le décès de son ami
en 1903, Monet a soutenu sa veuve
et ses enfants qui tous ont embrassé
une carrière artistique. Il recevra en
guise de gratitude la toile, également dévoilée à Marmottan, dont
l’estimation oscille entre 20 000 et
30 000 euros. Enfin, un tableau du
frère de Lucien, Georges Pissarro,
dit Georges Manzana, Le Port par
temps de pluie, évalué entre 8 000 et
10 000 euros, montre toute la force
de l’attachement des enfants Pissarro à Claude Monet.
Maître Besch est conscient que
cette vente a une aura particulière :
« Malgré la qualité esthétique des
lots, c’est surtout d’histoire qu’il est
question avec cette vente. Tenir, par
exemple, entre mes mains d’expert,
un plâtre du maître Rodin qui a été
offert au maître Monet est très émouvant. Même pour les estimations, la
donne change. Si l’on fait abstraction
de la prestigieuse provenance et de sa
dimension historique, un plâtre comme celui-ci est estimé entre 40 000 et
50 000 euros. » Plus qu’une collection, il s’agit là d’un hymne aux
profondes amitiés. ■
Visage (1955), pichet céramique
terre de faïence blanche à décor
sous engobe rouge et noir.
Cachet Madoura. Édition Picasso.
Estimation : de 6 000 à 7 000 €.
Une merveille.
AAAAA PREMIÈRE
Splendide de beauté et d’émotion. Un grand film.
Magnifique.
LES INROCKS
Majestueux. Passionnant.
LA VIE
SUD OUEST
Bouleversant.
20 MIN
AAAA LE PARISIEN
La merveille de l’été.
AAAA L’OBS
Une fresque magnifique.
MARIANNE
Du grand cinéma.
TÉLÉRAMA
LE MONDE
Poirier
Sauvage
Le
un film de
NURI BILGE CEYLAN
ACTUELLEMENT
A
C’
AURÉLIA VERTALDI
avertaldi@lefigaro.fr
10,9 millions de dollars (lire nos éditions du 12 septembre 2017). Cette
fois, c’est la maison Besch, à Cannes, qui a le privilège d’en exhumer
une partie pour sa traditionnelle
vacation du 15 août, « Des impressionnistes aux modernes », qui
comprend 382 lots. Elle propose
aux enchères 14 pièces (l’estimation globale est comprise entre
200 000 et 400 000 euros) de cet
ensemble conservé avec le plus
grand soin par Michel Cornebois,
considéré comme le dernier héritier direct du chef de file des
impressionnistes.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
14
L’ÉTÉ DU FIGARO
]
Quand la ren
contre d’un cou
turier et d’un
nez donne na
issance à un cla
ssique olfactif.
HORST P. HORST/CONDÉ NAST VIA GETTY IMAGES, HERITAGE IMAGES/GETTY IMAGES, SCOTT GRIES/GETTY IMAGES
1921
6/6
[
Les couples
mythiques
du parfum
Gabrielle Chanel & Ernest Beaux
Les parents terribles de No 5
A
En pleine vogue russe, Mademoiselle et le parfumeur des tsars engendrent
le sillage français par excellence. Le numéro le plus célèbre de la planète.
Voici
l’histoire
de parfum
la
plus
connue au
monde, dont
on ne se lasse
pas de raconter
(et d’écouter)
des bribes. Le chiffre porte-bonheur,
les GI faisant la queue rue Cambon
pour rapporter un flacon à leurs girlfriends après la Libération, les « quelques gouttes » de Marilyn, les sérigraphies d’Andy Warhol au Musée
d’art moderne de New York et, au fil
des décennies, les égéries les plus
glamour du cinéma - Ali MacGraw,
Lauren Hutton, Catherine Deneuve,
Carole Bouquet, Nicole Kidman et
même Brad Pitt… Presque cent ans
après sa naissance, No 5 reste un phénomène et un best-seller planétaire.
« Sa renommée le dépasse et son mythe s’autonourrit. Il est l’acte fondateur des parfums Chanel mais aussi
l’emblème de cette industrie en général, relève Olivier Polge, créateur
parfumeur de la maison. Pourtant, je
ne crois pas que l’on ait percé tous ses
mystères. Certes, il s’en dégage un accord type - les fameux aldéhydes mariés aux fleurs blanches -, mais No 5
est surtout un état d’esprit. Gabrielle
Chanel et Ernest Beaux ont inventé le
parfum construit, la démarche artistique dans la création olfactive. »
La légende démarre quand la styliste apprend la disparition de Boy Capel, son amour de jeunesse, en décembre 1919. Aux côtés de l’homme
d’affaires anglais, elle s’est muée en
lectrice passionnée. À sa mort, elle
relit les ouvrages qu’il lui a fait découvrir, et le deuil nourrit son intuition :
si l’on pouvait, dans le manque, retrouver une présence ? Comme la littérature, l’odeur fabrique ces liens.
Elle noie son chagrin dans les croquis,
prend régulièrement ses quartiers au
Ritz, travaille jour et nuit. L’été suivant, elle suit son amie Misia et son
époux, José Maria Sert, à Venise. Ces
vacances dans la Cité des doges l’inspirent : outre sa flamboyance artistique, la Sérénissime est une plaque
tournante des relations entre l’Orient
et l’Occident et un haut lieu du commerce des senteurs. Au détour d’une
conversation avec Misia et le peintre
catalan, l’idée d’une fragrance Chanel
prend forme, à une époque où couturiers et parfumeurs exercent des métiers distincts… En rentrant, Gabrielle
Chanel est résolue à lancer ce nouvel
article dans ses boutiques.
« Au-delà du cercle polaire »
Le destin place sur sa route le rocambolesque Ernest Beaux. Elle est alors
éprise d’un cousin du tsar Nicolas II,
le grand-duc Dimitri Pavlovitch, qui
les présente sur la Côte d’Azur. Le
parfumeur français est né en Russie,
où sa famille est établie depuis le
XIXe siècle. Son père, Édouard, dirige les savonneries A. Rallet, qui
fournissent la cour. Il a déjà signé plusieurs accords à succès
dont, en 1912, l’eau de Cologne Bouquet de Napoléon, en
hommage au centenaire de
la bataille de Borodino, et
son pendant féminin, le
Bouquet de Catherine, célébrant le tricentenaire de la
dynastie des Romanov (déjà à
base d’aldéhydes). Ernest
Beaux a du talent, de l’audace
- il est l’un des premiers à exploiter les nouvelles molécules issues de
la synthèse chimique naissante. Il est
aussi un homme charismatique, élégant, fougueux et bon vivant. Embauché chez Robertet, il vient de s’installer à Grasse après une carrière
militaire auréolée de gloire. « Mon
beau-père était un héros, nommé dans
l’ordre de Saint-Vladimir en Russie,
décoré de la Military Cross anglaise et
de la Légion d’honneur, nous raconte
Gilberte Beaux. Après avoir combattu
dans l’armée française et avoir été rattaché aux Anglais, il a fait partie des
services de renseignements : à la fin de
la guerre, sa tête était mise à prix par
les bolcheviques ! »
Coco, en pleine période russe, fréquente les cabarets slaves, héberge
Stravinsky et Diaghilev, pare ses
robes de fils d’or et fait défiler des
roubachkas, la blouse brodée
traditionnelle. Le nez, lui, ne peut se
défaire des odeurs des contrées parcourues et notamment d’Arkhangelsk, au bord de la mer Blanche. Il lui
conte « une campagne dans une région
septentrionale de l’Europe, au-delà du
cercle polaire, à l’époque du soleil de
minuit, où les lacs et les fleuves exhalent un parfum d’une extrême fraîcheur ». Ils parlent le même langage.
« Mon beau-père aimait la vie, l’art, la
bonne chère et les femmes… Mais leur
relation est restée strictement professionnelle, poursuit Mme Beaux. S’ils
CV
D’UN NEZ
1912, Bouquet de
Napoléon de Rallet
Le premier succès
de Beaux, hommage
à la dernière victoire,
en Russie, de
Napoléon, dont il était
un fervent admirateur.
1922, No 22 de Chanel
Une variation du No 5,
plus ambrée et épicée,
présentée à Chanel
dans la même série.
1924, Cuir de Russie
de Chanel
L’odeur des bottes des
danseurs de l’Armée
rouge mélangée à des
fleurs très féminines.
1928, Soir de Paris
de Bourjois
Un succès mondial qui
en France démocratise
le luxe. Beaux a été
embauché comme
directeur technique
des laboratoires
Bourjois et Chanel.
« No 5 est
la fragrance
la plus iconique
qui soit. Chanel
is Chanel, right ? »
Gisele Bündchen
(2014)
étaient à l’évidence complémentaires,
je ne suis pas sûre qu’ils se soient vraiment appréciés. Cela dit, deux génies
dans la même pièce font souvent des
étincelles. » Dans tous les sens du terme. Beaux crée un bouquet extraordinaire où se mêlent l’ylang-ylang, la
rose de mai, le néroli et, en overdose,
ces molécules de synthèse qui, par
leurs facettes métalliques, évoquent le
linge propre (et prolongent la tenue
du sillage). Mademoiselle a trouvé son
« odeur de femme », son « parfum
artificiel, artificiel comme une robe,
c’est-à-dire fabriqué ».
Vous connaissez la suite, le choix
du nom. Lorsqu’il lui présente ses
créations, deux séries numérotées de
1 à 5 et de 20 à 24, elle opte pour le 5.
« “Je présente ma collection de robes
le 5 du mois de mai, le cinquième de
l’année, nous lui laisserons donc le
numéro qu’il porte, et ce numéro 5 lui
portera bonheur”, m’a dit Coco, rapporte M. Beaux dans un entretien. Je
dois reconnaître qu’elle ne s’était pas
trompée. » En matière de marketing,
la couturière sait y faire. Elle choisit
un flacon de verre minimaliste évoquant une flasque de vodka : le sillage
le plus riche de l’histoire est exposé
dans son plus simple appareil. Rue
Cambon, les vendeuses sont priées de
le vaporiser dans les cabines d’essayage afin de susciter la curiosité des
clientes. Gabrielle elle-même le porte, prend la pose pour lui, partout où
elle passe veut que son nuage la précède : on raconte que le portier du
Ritz, quand elle sort, appelle son homologue de la boutique afin qu’il en
pulvérise à son arrivée. « Avant cette
fragrance, les nez faisaient une violette, un muguet, un jasmin. Gabrielle
Chanel et Ernest Beaux ont fait No 5 »,
résume Olivier Polge. Ensemble, ils en
imagineront d’autres - No 22, Cuir de
Russie, Bois des Îles -, mais c’est
leur premier enfant qui marquera la
postérité. ■
ÉMILIE VEYRETOUT
RETROUVEZ LUNDI NOTRE
NOUVELLE SÉRIE :
Les nouvelles façons de voyager.
La vie en rose sur la lagune de Thau
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
LE CARNET DU JOUR
Le service reçoit les annonces
tous les dimanches et jours
fériés de 9 heures à 13 heures
(excepté les 15 août, 25 décembre,
1er janvier, 1er mai)
par téléphone
01 56 52 27 27
ou par courriel
carnetdujour@media.figaro.fr
naissances
M. André PERROT
et Mme André PERROT
née Constance Gorsse,
partagent avec Augustin
et Victoire, la joie d'annoncer
la naissance et le baptême de
Ignace, François-Xavier, Marie
Paris, le 2 août 2018,
Sainte-Agathe-la-Bouteresse
(Loire),
ce dimanche 12 août 2018.
deuils
Micheline Arrivé,
sa cousine,
Lionel, Sylvaine, Isabelle,
Frédéric, Catherine, Nicolas,
Marie,
ses petits-cousins,
leurs conjoints et enfants,
ont la tristesse de faire part
du décès le 3 août 2018,
à l'âge de 95 ans, de
Christiane ARMAND-ROMAIN
née Lalandre.
La cérémonie religieuse
sera célébrée en l'église
Saint-Nicolas-du-Chardonnet,
Paris (5e), le lundi 13 août,
à 10 heures, suivie à 14 h 30,
de l'inhumation au cimetière
de Oulins (Eure-et-Loir).
Michel Rey,
sa famille,
ses amis
ont la grande douleur
de vous faire part du décès de
Michel BABOUHOT
survenu accidentellement
au Pyla-sur-Mer, le 2 août 2018,
dans sa 90e année.
Les obsèques auront lieu
ultérieurement,
dans la plus stricte intimité.
Cet avis tient lieu de faire-part.
Michel Rey,
206, rue de Rivoli, 75001 Paris.
Aurélie Stutz,
Marc-Antoine Couwez,
Constance et Aurélien Hugon,
ses enfants,
Hélène et Antoine Scherrer,
Françoise et Alain Baraud,
Jean et Michèle Casassus,
ses enfants,
ses 9 petits-enfants
et toute la famille
ses petits-enfants
et arrière-petits-enfants
ont la tristesse
de vous faire part
du décès soudain de
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
Marie-Sylvie BORDAGE
survenu le 8 août 2018.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le mardi 14 août, à 10 heures,
en l'église Sainte-Cécile,
à Boulogne-Billancourt.
La crémation aura lieu
dans l'intimité familiale.
En union avec
Mme Alain
Bouëssel du Bourg (†),
son épouse,
le comte et la comtesse
François de Sars,
M. et Mme Yves
Bouëssel du Bourg,
M. et Mme Hubert
Carrelet de Loisy,
ses enfants,
Alban et Marie, Emmanuel,
Tiphaine et Guislain,
Yseult et Bastien, Olivier,
Côme et Diane,
Thibault et Marianna,
ses petits-enfants,
Anne CASASSUS
née Jourdain,
survenu le 6 août 2018,
dans sa 96e année.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le lundi 13 août, à 14 h 30,
en l'église Saint-Bruno,
à Bordeaux,
suivie de l'inhumation
au cimetière de la Chartreuse.
Cet avis tient lieu de faire-part.
18, rue Juliette-Lamber,
75017 Paris.
Nous sommes priés
de vous faire part du décès de
M. Jacques DUPEUX
survenu le 3 août 2018.
Jacques ayant fait don
de son corps
à la faculté de médecine,
il n'y aura pas d'obsèques.
Une messe sera célébrée
ultérieurement
à Neuilly-sur-Seine.
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
149, rue Perronet,
92200 Neuilly-sur-Seine.
M. Alain
BOUËSSEL du BOURG
survenu dans sa 93e année,
muni des sacrements
de l'Église.
Christiane,
son épouse depuis 60 ans,
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le lundi 13 août 2018,
à 14 h 30, en l'église
de Saint-Christophe-des-Bois
(Ille-et-Vilaine).
Nathalie, sa fille,
Pierre Pfister,
son gendre,
Gaspar, Céleste, Victoire,
Prosper,
ses petits-enfants,
sa famille et ses amis
ont la douleur
de vous faire part du décès de
vous font part du décès de
Michel DUPLAN
survenu le 9 août 2018.
4, rue du Pensionnat,
75012 Paris.
M. Pascal BOUGUET
survenu le 9 août 2018,
dans sa 65e année.
La crémation aura lieu
le jeudi 16 août, à 12 h 30,
au crématorium du cimetière
du Père-Lachaise, Paris (20e).
Cet avis tient lieu de faire-part.
Chalon-sur-Saône.
On nous prie d'annoncer
le décès de
M. Michel DUPUIS HEITCHLIN
survenu le 8 août 2018, muni
des sacrements de l'Église.
De la part de
Aubepierre (Seine-et-Marne).
Olivier et Saskia Bataille,
Nicolas et Christine Bataille,
Laurent et Elisabeth Bataille,
ses fils et belles-filles,
Ondine et Olivier,
Stéphane et Mariaclara,
Valérie et Jean-Baptiste,
Daphné et Pierre Henri,
Nathalie et Yhoan,
ses petits-enfants,
Octave, Osaë, Louis, Faustine,
Pierrefilippo, Maxence,
Gabrielle, Cléofé, Jacques,
ses arrière-petits-enfants,
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
Ses enfants,
Olivia, Donatienne, Ève,
Victoire (†), Paul, Jean,
Nicolas, Adélaïde,
ses petits-enfants,
Camille, Niels, Chloé,
Capucine, Olympe, Luna,
Aliénor, Lucas, Charlotte, Léo,
ont la tristesse
de vous faire part du décès
survenu le 25 juin 2018,
dans sa 80e année,
à La Quinta, Californie, de
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le vendredi 17 août, à 10 heures,
en l'église Notre-Damede-Grâce-de-Passy, Paris (16e).
Mme Brigitte BATAILLE
née Le Grand,
survenu à l'âge de 93 ans,
le mercredi 8 août 2018.
La cérémonie religieuse
aura lieu le mardi 14 août,
à 15 heures,
en l'église Saint-Christophe
d'Aubepierre,
suivie de l'inhumation
au cimetière d'Aubepierre.
Mme Lise Bock,
son épouse,
Anne-Frédérique Bock,
François Bock,
conseiller départemental
de la Vienne,
et Nathalie, son épouse,
ses enfants,
Louis et Charles Bock,
ses petits-enfants,
ses frères et ses sœurs
vous font part du décès du
général (c.r.) Roland BOCK
Saint-Cyr 57-59,
promotion Terre d'Afrique,
chevalier dans l'ordre
de la Légion d'honneur,
officier
de l'ordre national du Mérite,
commandeur du Ehrenkreuz
de la Bundeswehr.
La cérémonie religieuse sera
célébrée le lundi 13 août 2018,
à 10 h 30, en l'église
de Saint-Pierre-de-Maillé.
Les Escuries,
86260 Saint-Pierre-de-Maillé.
Mlle Janine Dupuis Heitchlin,
Mlle Françoise
Dupuis Heitchlin,
les familles Krieger et Thlieger.
La messe d'obsèques
sera célébrée le mardi 14 août,
à 10 h 30, en l'église de Rully
(Saône-et-Loire).
Ni fleurs ni couronnes.
Fabienne BOURBON
née Merlin.
Pierre et Béatrice,
ses parents,
Charlotte, Pauline et Alix,
ses filles,
ont la douleur
de vous faire part du décès,
le 1er août 2018, de
Hugues
BRUN de SAINT HIPPOLYTE
Il a été inhumé
dans l'intimité familiale
au cimetière de
Sainte-Geneviève-des-Bois
(Essonne).
Un office sera célébré
en la cathédrale
Saint-Alexandre-Nevsky,
12, rue Daru, à Paris (8e),
le samedi 8 septembre 2018,
à 19 h 45.
Caroline et Cédric Charbit,
ses enfants
Matheo, Jeanne, Jules,
Anouk et Loulou,
ses petits-enfants,
ses neveux et nièces
M. et Mme Philippe Farge,
ses enfants,
Me Pierre Farge,
M. Louis Farge,
ses petits-enfants,
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
Mme Raymond FARGE
née Josette Marty,
survenu le 3 août 2018,
dans sa 92e année.
La cérémonie religieuse a été
célébrée le mercredi 8 août,
en l'église Saint-Martin
de Pineuilh (Gironde).
Le Seigneur a accueilli
dans Sa Lumière,
à l'aube de sa 89e année,
Claudette GUÉRIN
née Finaz.
Elle a rejoint son époux,
Claude Guérin
M. et Mme Olivier de Seze,
Mlle Chantal de l'Escalopier,
M. et Mme
Edouard de Villenaut,
le baron et la baronne
Hugues de l'Escalopier,
ses enfants,
ses petits-enfants
et arrière-petits-enfants
ont la tristesse
de vous faire part
du rappel à Dieu de la
baronne
Joseph de l'ESCALOPIER
née Gisèle de Penfentenio
de Cheffontaines,
le 8 août 2018.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le lundi 13 août, à 15 heures,
en l'église de Lantan (Cher).
Florent (†) et Véronique Guérin,
Pascal et Anne Guérin,
Cécile et Didier
de Sainte Marie d'Agneaux,
Jean-Marcel et Stéphanie
Guérin,
Pierre-Yves et Sandrine Guérin,
ses enfants,
Amélie et Jean-Philippe,
Pierre-Olivier, Tiphaine,
Nicolas,
Benjamin, Alexandre,
Bénédicte, Jean-Baptiste,
Alban et Kirsten,
Charlotte et Julien,
Foulques et Constance,
Ombeline,
Sofia, Louis,
Antonin, Romane,
ses petits-enfants,
Charles, Juliette, Achilles,
Théophile, Elise, Léopoldine,
ses arrière-petits-enfants,
Michel Castres-Saint-Martin,
son beau-frère,
en union avec Irène (†),
sa sœur.
Selon son souhait, son corps
a été donné à la science.
Une messe sera célébrée
au mois de septembre.
Janine Leclerc,
son épouse,
Bertrand et Elisabeth Leclerc,
Jean-Marc Leclerc,
Laurent Leclerc,
ses enfants,
Laurence, Anne-Sophie, Emilie,
Julien, Pauline Leclerc,
ses petits-enfants,
ainsi que toute sa famille
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
Marcel LECLERC
préfet honoraire,
ancien directeur
de l'Inspection générale
de la police nationale,
ancien chef
de la brigade criminelle
et de la brigade antigang
de Paris,
survenu le 10 août 2018,
à l'âge de 83 ans, des suites
d'une longue maladie.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le mardi 14 août 2018,
à 10 h 30, en l'église
de Dingé (Ille-et-Vilaine).
Paris (15e).
Les membres de sa famille
ont la tristesse
de faire part du décès de
Mme Denise MÉTAYER
officier
de l'ordre national du Mérite,
Sophie et François Caquelin,
Catherine et Jean-Michel
Allirand,
Guillemette et Vincent
de Gaudemar,
ses enfants et leurs conjoints,
ses petits-enfants
et arrière-petits-enfants
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
M. Guy du PELOUX
de SAINT-ROMAIN
le 9 août 2018, à l'âge de 92 ans.
La cérémonie religieuse
sera célébrée le mardi 14 août,
à 14 heures, en l'église
Saint-François, à Annonay,
suivie de l'inhumation
au cimetière de Vanosc.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
en l'église Saint-Pierre
de Saint-Pol-de-Léon
(Finistère),
le lundi 13 août, à 14 h 30.
et toute sa famille
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
M. Francis LAVILLAUGOUET
Lauriane, Olivier, Guillaume,
Frédéric,
Clémence, Constance,
ses petits-enfants,
ont la tristesse de vous
faire part du rappel à Dieu du
médecin-général inspecteur
René PONCY
officier de la Légion d'honneur.
Il rejoint son épouse
Christiane
née d'Herbès,
décédée le 15 septembre 1985.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le mardi 14 août, à 9 h 45,
en l'église Saint-Flavien
de Toulon, suivie
de l'inhumation au cimetière
Lagoubran, à Toulon.
Cet avis tient lieu de faire-part.
7, avenue Georges-Pompidou,
92150 Suresnes.
Paris (17e).
M. et Mme Marc Fornacciari
et leurs enfants,
Louise, Claire, Tanguy,
Anne et Antoine,
ses neveux et petits-neveux,
ont la tristesse
de faire part du décès de
Simone QUINEL-CARANTE
survenu le 6 août 2018,
dans sa 98e année.
7, rue des Renaudes,
75017 Paris.
ses enfants,
ses petits-enfants
ont la douleur
de faire part du décès de
M. Gaston Edouard
RAVELOJAONA
gouverneur honoraire
de la Banque centrale
de Madagascar,
survenu le 30 juillet 2018,
à l'âge de 82 ans,
à Neuilly-sur-Seine.
Cet avis tient lieu de faire-part.
5, impasse des Météorites,
31130 Quint-Fonsegrives.
survenu le 10 août 2018,
à l'âge de 87 ans, à Toulouse.
Les obsèques auront lieu
au cimetière israélite,
à Portet-sur-Garonne.
Famille Schricke,
18, rue Boyer-Barret,
75014 Paris.
Ceux qui le souhaitent
peuvent voir Michèle
au funérarium,
181, avenue Berthelot,
à Lyon (7e).
Emmanuelle SALVADO
survenu le 4 août 2018.
La cérémonie religieuse
a été célébrée dans l'intimité
par le père Dominique Marie
de la fraternité
de la très Sainte Vierge Marie,
en l'église Saint-Adrien
de Mailly-le-Château (Yonne),
le 8 août 2018.
La famille exprime
sa reconnaissance
au docteur Hélène Marijon
et ses services
pour leur humanité.
Micheline Schweitzer,
son épouse,
Sophie et Benoît Deswarte,
Jean et Véronique Voruz,
Caroline et Eric Lecoquierre,
Béatrice et Thierry Beaulieu,
Philippe Voruz,
Jacques et Benjamine Voruz,
frère Olivier Voruz,
ses enfants,
ses seize petits-enfants
et leurs conjoints,
ses deux arrière-petits-enfants
ont la tristesse
de vous faire part
du rappel à Dieu du
général (2S) VORUZ
le jeudi 9 août 2018,
dans sa 84e année.
La messe sera célébrée
le mardi 14 août, à 10 heures,
en l'église de Barbizon,
suivie de l'inhumation
dans le caveau de famille.
François a rejoint
sa chère épouse Bernadette,
pour l'éternité.
Une messe en leur mémoire
sera célébrée ultérieurement.
6, rue Diaz, 77630 Barbizon.
remerciements
Marie Schweitzer,
sa fille,
Antony Guitton,
son gendre,
Edmond Maudière,
son époux,
toute la famille et ses proches,
Jules et Mathilde,
ses petits-enfants,
très touchés des marques
de sympathie qui leur ont été
témoignées lors du décès de
ont le regret
de vous annoncer le décès de
Roland SCHWEITZER
survenu le 7 août 2018,
à l'âge de 92 ans.
Les obsèques auront lieu
le mardi 14 août,
dans la plus stricte intimité.
Mme Françoise Sénécal,
son épouse,
M. Luc Sénécal (†),
son fils,
et son épouse Catherine,
Mme Florence Sénécal,
sa fille,
Josselin et Suzanne,
ses petits-enfants,
toute sa famille et ses amis
ont le très grand chagrin
de vous faire part du décès,
dans sa 101e année, de
M. Pierre SÉNÉCAL
La cérémonie a eu lieu
le vendredi 10 août 2018,
en l'église
Saint-Jean-de-Montmartre,
Paris (18e).
35, rue Caulaincourt,
75018 Paris.
La baronne Gérard de Seroux,
ses enfants et petits-enfants
le 8 août 2018.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le lundi 13 août, à 10 heures,
en l'église de Saint-Canadet,
au Puy-Sainte-Réparade.
Luc et Valérie Siari
et leurs enfants,
Elisabeth et Stanislas
Malmenayde
et leurs enfants,
Nicolas et Martha Raphaël
et leurs enfants,
ses enfants et petits-enfants,
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
Mme Odette SIARI
survenu le 9 août 2018.
Soustons (Landes).
Danielle Richier,
son épouse,
vous font part
du rappel à Dieu de
La cérémonie religieuse
sera célébrée en l'église
de Vieu-en-Valromey,
le lundi 13 août, à 14 heures.
ont la douleur
de faire part du décès de
baron Gérard de SEROUX
Sa femme,
Françoise Lydia
Andriambololona,
ont la tristesse
de faire part du décès de
Un dernier hommage
lui sera rendu
le mardi 14 août, à 17 heures,
au cimetière du Montparnasse,
3, boulevard Edgar-Quinet,
Paris (14e).
Melody, sa fille,
ses petits-enfants,
Michèle Salvado,
née Rigal, sa mère,
Jean-Baptiste, Isabelle
Salvado,
son frère et sa sœur,
Dominique Salvado,
Alain et Odile Rigal,
son oncle et ses tantes,
vous font part du décès du
Dominique et Jérôme (†) Dalin,
Marion Perrin
et Emmanuelle Froget,
Bénédicte Perrin-Boutiers
et Olivier Leynaud,
Félix, Victor, Nolane, Augustin,
Niels et Baptiste
Michèle PERRIN-BOUTIERS
En union avec
Bertrand Salvado (†),
son père,
Jacqueline MAUDIÈRE
née Debiève,
vous prient de trouver ici,
leurs sincères remerciements.
Ses enfants, petits-enfants
et arrière-petits-enfants,
très touchés des marques
de sympathie qui leur ont été
témoignées lors du décès de
Mme Rémi SOUBEYRAND
née Jeanne Sibert,
vous prient de trouver ici,
leurs sincères remerciements.
messes
et anniversaires
A l'occasion
du dixième anniversaire
du décès le 15 août 2008, de
Jacques de BRABOIS
une messe sera dite
le samedi 18 août 2018,
à 18 h 30,
en l'église Saint-Cornély
de Carnac (Morbihan).
L'inhumation a eu lieu
dans l'intimité familiale.
Jean-Manuel et Stéphane
Richier,
Dominique et Philippe
Rousseau,
Alexandra et Guillaume
Vuaflart,
ses enfants et leurs conjoints,
Arthur, Thomas, Nicolas
Richier,
Raphaëlle, Camille Rousseau,
Matt, Manon Vuaflart,
ses petits-enfants,
Barbara Bernasconi,
sa belle-mère,
Cet avis tient lieu de faire-part.
Lyon. Vieu-en-Valromey (Ain).
Mme Nicole Schricke,
M. Alain Lavillaugouet,
sa sœur et son frère,
M. et Mme Xavier Debats,
M. et Mme Laurent Meillet,
ses enfants,
survenu le 7 août 2018,
à l'âge de 84 ans.
survenu le 8 août 2018.
M. Georges CHARBIT
Mme Guy
du Peloux de Saint-Romain,
née Chantal de Canson,
son épouse,
le 30 juillet 2018.
survenu le 8 août 2018.
ont la tristesse
de faire part du décès de
Annonay, Vanosc (Ardèche).
De la part de
Félicité, Paloma, Eugénie, Pia,
Orso, Olympe, Armance,
Calixte, Fabiola,
ses arrière-petits-enfants,
M. Charles Bouguet,
son fils, et sa mère,
Mme Isabelle Duval,
M. Henri Bouguet,
son frère, et sa compagne
Mme Claude Zgraja,
15
Jean-Manuel RICHIER
le 6 août 2018,
à Cambo-les-Bains,
dans sa 80e année, muni
des sacrements de l'Église.
La cérémonie religieuse
aura lieu ce samedi 11 août,
à 9 h 30, en l'église Saint-Pierre
de Soustons.
jean-manuel.richier@
wanadoo.fr
L'inhumation aura lieu
dans l'intimité familiale,
dans le caveau de famille
au cimetière ancien
de Neuilly-sur-Seine.
souvenirs
Il y a un an, le 7 août 2017,
Martine
CLAUDE LEVAINVILLE
nous quittait.
Que ceux qui l'ont connue
et aimée se souviennent.
Le 12 août 2017,
Nicole DESCOURS
née Bongrand,
est entrée dans la Vie éternelle.
Elle a rejoint son époux,
Jean-Louis
disparu le 2 juillet 2013.
Son fils Gérard,
et Christiane,
ses petits-enfants,
Stéphanie et Kelley,
Christopher et France,
ses arrière-petits-enfants,
Jeanne, Oliver, Liz, Elliot,
Aimée et Claire,
ne les oublient pas.
Jean-Michel et Olivier Variot,
ses fils,
Margot et Isabelle,
ses belles-filles,
Marina, Aurélie, Giuliana,
Mélisande,
ses petites-filles,
Emeric, Jean,
leurs maris,
Oscar et Mathéo,
ses arrière-petits-fils,
ont la tristesse
de faire part du décès de
Souvenez-vous
dans vos prières de
Jean Matthieu de MOURGUES
rappelé à Dieu il y a vingt ans,
le 16 août 1998.
Chaque 16 du mois,
une messe sera dite en l'église
Saint-Germain-des-Prés,
à Paris (6e), à son intention,
à 19 heures.
Anne-Marie VARIOT
« Mamitou »,
survenu le 6 août 2018,
à l'âge de 89 ans,
à Boulogne-Billancourt.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
en l'église Saint-Jean-Baptiste,
à Baume-les-Messieurs (Jura),
le lundi 13 août, à 15 heures.
Cet avis tient lieu de faire-part.
Le 7 août 2014,
Edgar SACHE
tu nous quittais.
Nous ne t'oublions pas.
Simone, ton épouse,
Jean-Jérôme, ton fils,
Emmanuelle, ta fille,
tes amis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
TÉLÉVISION
16
Guidé par
l’astrophysicienne
Janna Levin,
le documentaire de
Rushmore DeNooyer
nous entraîne aux
confins de l’Univers.
DOUG QUADE/COURTESY OF WGBH
Presque
toute la lumière
sur les trous noirs
L’astrophysicienne star Janna Levin présente
avec clarté un siècle de découvertes
autour de ce phénomène.
TRISTAN VEY £@veytristan
es trous noirs sont parmi les
objets astronomiques les plus
étranges, les plus fascinants de
l’Univers. Ces puits gravitationnels concentrent des masses si importantes dans un volume si
réduit que pas même la lumière ne parvient à s’en extraire. Si nous pouvions
les voir, ils nous apparaîtraient comme
des boules noires flottant dans le vide.
Ce qui se passe à l’intérieur restera à jamais un mystère. Dans Mystérieux trous
noirs, diffusé samedi sur Arte, l’astro-
L
+ @SUR LE WEB
physicienne star Janna Levin (encore
méconnue en France, mais très populaire aux États-Unis) nous emmène à
leur découverte.
Une introduction façon bande-annonce de blockbuster multipliant les
images cataclysmiques et les phrases
creuses pourrait faire craindre le pire.
Mais, passé ce moment désagréable, le
documentaire de près de deux heures
devient regardable. Un passage un peu
abrupt sur les ondes gravitationnelles,
des soubresauts de l’espace-temps
observés pour la première fois en 2016
et qui sont la meilleure preuve de
l’existence des trous noirs, pourrait
cueillir à froid le néophyte. On reprend ensuite un fil chronologique
plus traditionnel.
C’est un astrophysicien allemand,
Karl Schwarzschild, qui prédit leur
existence en 1915 (sans leur donner ce
nom). Engagé sur le front russe, il résout pendant son temps libre les équations de la relativité générale d’Einstein. Il y découvre alors ces objets
étranges, capables d’avaler la lumière
elle-même. C’est le
point de départ d’une
épopée
scientifique,
théorique puis observa○○¡¡
tionnelle, hors norme
qui se poursuit aujourd’hui. Théâtre de
phénomènes énergétiques extrêmes,
les trous noirs poussent les physiciens
dans leurs retranchements.
ques de base nécessaires à la compréhension des enjeux sont très bien vulgarisées.
Le prix à payer ? Des images clinquantes. Quelques passages risibles
dans un « vaisseau de l’imagination »
(concept emprunté à la série culte Cosmos de Carl Sagan) permettent de se
rendre aux abords de trous noirs. On
aurait préféré que le propos intelligent
soit magnifié par des images sobres,
quitte à puiser chez Kubrick (2001,
l’Odyssée de l’espace) ou Nolan (Interstellar). On aurait alors tenu le chefd’œuvre documentaire qui manque encore à l’astronomie. ■
Des images clinquantes
Le documentaire reconstitue le fil logique des découvertes avec une clarté à
laquelle la télévision nous habitue peu.
Une brochette d’astrophysiciens (parfaitement mixte, c’est suffisamment
rare et louable pour
être noté), dont plusieurs Nobel, commentent leur travail. Les
connaissances physi-
SAMEDI
20.50
» Éric Judor dans la série « Dexter » ? L’improbable anecdote de l’acteur français » David Schwimmer fait son retour à la télé dans « Will & Grace » www.lefigaro.fr
ÉPHÉMÉRIDE Ste-Claire
Soleil : Lever 06h38 - Coucher 21h13 - Nouvelle Lune
19.05 50’inside. Magazine. Présentation : Nikos Aliagas 20.00 Le 20h
20.55 Nos chers voisins. Série.
18.40 N’oubliez pas les paroles !
Jeu. Présentation : Nagui 20.00
20 heures. Journal.
19.00 19/20 19.55. Championnats
sportifs européens. Athlétisme. En
direct de Berlin.
21.00
20.50
20.55
Divertissement
Athlétisme
Série. Policière
18.30 Appels d’urgence. Magazine.
Société.
SAMEDI
20.55 Chroniques criminelles
Magazine. Prés. : Magali Lunel. 2h30.
L’affaire Troadec : le massacre d’Orvault. Les équipes de l’émission reprennent les éléments de l’enquête
de l’affaire Troadec.
24
30
23
23
25
23
23
25
25
25
21
24
23.25 Chroniques criminelles.
Magazine. Prés. : Magali Lunel.
26
26
23
26
26
26
26
26
20
Vendredi, tout
est permis avec Arthur
Prés. : Arthur. 2h15. Inédit. Invités,
notamment : Camille Cerf, Cyril Féraud, Bruno Guillon, Cartman, Artus.
Rendez-vous pour un numéro inédit
de «Vendredi tout est permis !»
23.15 Vendredi, tout est permis
avec Arthur Divertissement. Présentation : Arthur.
Championnats sportifs
européens
Commissaire Magellan
26
Fra. Saison 7. Avec Jacques Spiesser,
Nathalie Besançon, Benjamin Garnier.
Mort aux enchères. La commissairepriseur Emma Delvaux est retrouvée
assassinée le lendemain d’une vente
prestigieuse d’œuvres d’art.
20.55 Échappées belles
En direct de Berlin (Allemagne). Au
programme, notamment : 20h50
finale saut en hauteur (messieurs),
finale saut en longueur (dames),
finale 200 m dames.
22.55 On n’est pas couché Talk-
22.35 Commissaire Magellan
show 1.10 Alcaline, le concert. Slimane 2.30 Private Practice. Série.
Série. Policière. Fra. 2013. Saison 5.
Le manoir maudit 0.05 Soir/3
22.15 Vivre loin du monde 23.00
C dans l’air 0.10 Superstructures SOS
Mag. Découverte. Prés. : Jérôme
Pitorin. 1h20. Guatemala, en terre
maya. Au sommaire, notamment :
«Guatemala story» - «Quetzal, à
la recherche de l’oiseau mythique».
26
26
19.55 Terre des mondes. Documentaire 20.20 Une maison, un artiste
29
30
27
31
30
33
28
30
32
32
31
50
31
DIMANCHE
28
40
28
29
19.20 Invisible (C) 19.50 Selon Thomas (C) 20.20 La boîte à questions
(C) 20.30 Groland le Zapoï (C)
18.50 Arte reportage. Magazine
19.45 Arte journal 20.05 Le berceau
des baleines 20.45 La minute vieille
19.45 Le 19.45 20.25 Scènes de ménages. Série. Avec Frédéric Bouraly,
Marion Game, Gérard Hernandez.
21.00
20.50
21.00
Film. Thriller
Doc. Science et technique
Série. Policière
30
27
20
28
29
29
31
27
32
20.55 Les grandes histoires
Magazine. Société. 1h45. Petites
histoires entre voisins. Une quinzaine d’habitants de la commune de
Courtry font partager leur quotidien
pendant une année.
27
26
29
19.10 Les grandes histoires. Mag.
Mère-ado : j’apprends à être maman.
32
30
28
32
31
32
30
32
35
22.40 Les grandes histoires. Magazine. Petites histoires entre voisins.
33
34
34
29
31
34
35
30
29
30
30
18.30 Vintage Mecanic. Série doc.
La Ferrari 400i - Alfa Spider série 3.
Message From the King Mystérieux trous noirs
NCIS : Nouvelle-Orléans
GB-Fra-B. 2017. Réal. : Fabrice Du
Welz. 1h42. Inédit. Avec Chadwick
Boseman, Luke Evans, Alfred Molinaa. Le Sud-Africain Jacob King
débarque à Los Angeles, déterminé
à retrouver sa sœur disparue.
2008. Réal. : Rushmore DeNooyer.
1h55. Des scientifiques ont annoncé
détenir la preuve de la collision de deux
trous noirs il y a un milliard d’années,
mais de quoi sont-ils faits ? Et que
devient la matière une fois avalée ?
EU. Saison 4. Avec Scott Bakula,
Lucas Black, Vanessa Ferlito, Rob
Kerkovich, Daryl Mitchell. 2 épisodes. Inédits. Une enquête sur
le meurtre d’un quartier-maître
conduit le NCIS dans un club de jazz.
22.40 Jour de foot Magazine.
22.45 Thomas Pesquet : objectif Mars Documentaire. Inédit 0.20
Sportif. Présentation : Karim Bennani 23.40 The Marker. Film. Thriller.
Messagers de l’univers. Doc.
30
T (en °c)
20.50 Chercheurs d’opale
Série doc. Découverte. 2017. Réal. :
K. Barrett. 0h50. La Reine. Inédit. Le
novice Dan est de retour à Coober
Pedy, bien déterminé à mettre la
main sur des opales blanches.
21.40 Chercheurs d’opale. Série
documentaire. Livraison explosive.
22.45 NCIS : Nouvelle-Orléans
Série. 3 épisodes 1.05 Supernatural.
Série. Examen de conscience.
<-10 à 0
19.35 Norbert commis d’office.
Magazine. Prés. : Norbert Tarayre.
A
19.05 La petite histoire de France.
Série. Avec Alban Ivanov.
18.50 Salut les Terriens ! Talk-show.
Présentation : Thierry Ardisson.
21.00 Anne Roumanoff :
«Aimons-nous les uns…
21.00 Top 50
21.00 Jean-Luc Lemoine :
«Si vous avez manqué le début»
… les autres. Et plus encore…»
Spectacle. One-woman show. 2h00.
Une fois encore, Anne Roumanoff
croque l’actualité à pleines dents.
Spectacle. 2h15. Les tubes qui font
danser ! Volume 2. Une cinquantaine
d’artistes d’hier et d’aujourd’hui
chanteront tous leurs plus grands
succès sur scène.
23.00 Fred Testot : «Presque seul».
Spectacle 0.35 90’ enquêtes. Mag.
23.15 Top 50. Spectacle 1.35 Les
30 ans du Top 50. Divertissement.
Spectacle. One-man show. 2h00.
Rien n’échappe à Jean-Luc Lemoine,
qui pourfend la bêtise ordinaire sur la
scène de l’Olympia.
23.00 Au cœur de l’enquête. Magazine. Reportage.
Téléréalité. 1h40. On touche du
bois. Inédit. À Metairie, Robert et
Katie achètent pour 1 800 dollars
une maison de 53 m2 avec un style
atypique. - Le style créole. Inédit.
Tous les programmes
dans TV Magazine
et sur l’appli TV Mag
ATHÈNES
BERLIN
BUDAPEST
LISBONNE
PRAGUE
TUNIS
24/30
14/22
16/24
16/23
15/24
14/24
16/25
24/30
19/25
23/30
19/30
15/25
27/35
MERCREDI
15/23
18/25
16/24
19/25
22.40 Rénovation impossible. Téléréalité. On se jette à l’eau.
15/23
21/30
14/22
13/17
23/34
26/38
MARDI
17/23
15/21
10 à 20 20 à 30 30 à >40
AMSTERDAM
BELGRADE
BRUXELLES
DUBLIN
MADRID
ROME
LUNDI
21.00 Rénovation impossible
18.00 Nos chers voisins. Série. Avec
Martin Lamotte, Isabelle Vitari.
28/32
23/28
15/23
17/21
10/20
22/32
ALGER
BARCELONE
BERNE
COPENHAGUE
LONDRES
RABAT
0 à 10
15/25
15/27
16/28
22/29
21/30
lachainemeteo.com
par téléphone :
LIVE 24/24 SUR
et sur
2,99 €/appel
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
JEUX D'ÉTÉ
17
SU DO KU
TAKUZU
En partant des chifres déjà placés, remplissez les grilles de manière à ce que chaque ligne, chaque colonne, et chaque carré
de 3 x 3 contienne une seule et unique fois tous les chifres de 1 à 9.
Remplir la grille avec les chifres 0 et 1. Chaque ligne et chaque colonne
doit contenir autant de 0 que de 1. Les lignes ou colonnes identiques sont
interdites. Il ne doit pas y avoir plus de deux 0 ou 1 placés l’un à côté
ou en dessous de l’autre.
FAcile
grille 564
grille
0
0
0
1
0
1 9 2 7
8
3
4 3 9
7 6 1
5
4 7
1
1
1
1
0
1
0
0
0
0
0
0
0
1
2617
1
0
1
1
1
8
FAcile
3
9
4 5
2
8 4 3 9
6 7 4
1
2
5 9
7 1 4 9
BITTER
DIVERSIFIER
ENFÛTÉ
FORMULER
UN SOUHAIT
ESSAYÂT
PRIVE DE
PIQUANTS
FEMME DE
SALON
IL PEUT
FAIRE
SENSATION
ÉPLUCHE
UN FRUIT
PLAT
SUISSE
RENDRE
FAIBLE
FRANCHIT
LE PAS
VAISSEAU
POUR MARS
IL NE PASSE
PAS À
L’ACTION
DISCONVENANT
ARRIVÉ
À TERME
LE VIEUX
MONDE
AMI FIDÈLE
PEINTRE IM- ESPRIT
PRESSION- OPPORNISTE
TUNISTE
ÉVALUE À
LA MAIN
LE MÊME
EN LATIN
ÉLUE EN
BREF
COUVERTURE
DIMINUE
LA VOILE
MONNAIE
PINGRE
COMMUNE
DES
YVELINES
NATIONALE
DONNER EN
LOCATION
ADRESSE
D’ORDINATEUR
ADOPTE
LA LOI
ENNUI
BRADYPE
À LA MODE
IL EST
TOUT
SUCRE
LOGIQUE
ZEUS LA
CHANGEA
EN GÉNISSE
SOLUTIONS DES JEUX
DU NUMÉRO PRÉCÉDENT
M
G
B O U R L
T R A I
O S A I T
E N
K I T
P
S E C O
V O S
I
L
A N
S A G I T
T A G
L I V R E
O E I L
A N E T
U
T
I
L
I
S
A
T
R
I
C
E
S
T
G
E U R
E
E
S E E
C R
L L E
E A N
V I T
E R
E
L
D E
R I
N O
S E
A
B
C O
U
A T
I
C E
E
R S
I V
S
I M
E
R O
A
L
T
E
R
E
E
C S
A
I N
M I
A M
N B
S E
A
U
T
E
L
S
A
E
T
R
A
N
G
E
A
S
Mots
léchés
0 0 1 1 0 1 0 0 1 1
1 1 0 0 1 0 1 1 0 0
1 0 0 1 1 0 1 0 0 1
Takuzu
grille
563
Sudoku
grille
COUPER DU
FROMAGE
IL METTAIT
AU
SUPPLICE
2
9
5
1
6
3
7
4
8
1
8
3
7
5
4
9
2
6
5
4
1
7
8
3
2
9
6
A KATMANDOU
POUR
CAPITALE
CELUI DU
FIGURANT
EST MUET
2
7
8
6
5
9
1
4
3
2615
6
7
4
2
8
9
3
1
5
grille
PHASE
LUNAIRE
COURS DE
TURIN
CITÉ
PROCHE
DE LAVAL
L
I
I N G
N A N
T O
E U R
A R E
U E
X
C
C O
T A I
A
N
U R
L A D
E P I
0 1 1 0 0 1 0 1 0 1
ÎLE OU NOTE
LE
PERSONNEL
OU LA
DIRECTION
5
0 0 1 1 0 1 1 0 0 1
PREMIÈRES
VENUES
AXE DU
VENT
PAIN DE
CORINTHE
6
8
1 0 0 1 0 1 1 0 1 0
IL PEUT
ÊTRE
AÉRIEN
BAGATELLE
POINT
AU JUDO
8
6 1
8
9
3
1 1 0 0 1 0 0 1 1 0
FAIT
L’ANIMAL
BANDER
LA PLAIE
AVANT
APRÈS
MOT D’UN
BOUDEUR
3 9
1
0 1 1 0 1 0 0 1 0 1
PETIT
CRABE AUX
YEUX
ROUGES
DÉFORMATION EN
FACE
TABLEAU
6
1 0 0 1 0 1 0 1 1 0
LANIÈRE
FIXÉE AU
HARNAIS
CLAIREMENT
DÉTERMINÉ
DE L’EAU
IL EST
SOUVENT
EN L’AIR
2
4 6
2
2
1
0 1 1 0 1 0 1 0 1 0
TIGE DE
PLANT
SERVICE
DE GARDE
PROCLAMER
7
4
7
RASSASIÉ
ÉCOLE
POUR
PROFS
LE LEVANT
MÉROVINGIENS ET
CAROLINGIENS
eXPerT
5
8 4
Par Diane Monfort
MARIÉ
2618
6
9
MOTS FLÉCHÉS N° 2047
BOUM !
RÉDUITS
À L’ESSENTIEL
grille
5
3
9
4
2
8
6
7
1
4
2
7
5
1
6
8
3
9
8
6
1
3
9
7
2
5
4
9
1
2
8
3
5
4
6
7
7
5
8
6
4
2
1
9
3
3
4
6
9
7
1
5
8
2
8
6
2
9
1
4
5
3
7
1
8
9
5
4
6
3
7
2
6
2
4
1
3
7
8
5
9
3
5
7
8
9
2
6
1
4
2616
9
3
6
4
2
1
7
8
5
7
9
5
3
6
8
4
2
1
4
1
3
2
7
5
9
6
8
MOTS COUPÉS
Mots coupés
boucAn - bouche bouTre - bouveT brèche - breveT cAnche - cAnTre cheveT - louche louTre - mArbre mArche - mArlou mArTre.
Par Arthur Gary
A N I
A V I
B L A
B R A
B R I
C R E
E U X
G R E
M A L
M E R
N E R
P A U
P R I
S E R
S O N
V E R
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
A
Assemblez ces groupes de lettres deux par deux pour former au moins trente mots de six lettres. Un groupe peut être utilisé plusieurs fois pour des mots diférents. Seuls les noms communs au singulier,
les verbes à l’ininitif et les adjectifs sont admis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
18
L’ÉTÉ DU FIGARO
6/6
[
Sur les tr
de GeorgeacOersw
ell
La pensée
de George Orwell
(ici au micro
de la BBC, en 1943)
est aujourd’hui plus
influente que jamais.
Soixante-huit
ans après
sa mort, Orwell
est un des rares
écrivains dont le
nom soit passé
dans le langage
commun. Sa
pensée est aussi
revendiquée par
des courants
que tout oppose.
GRANGER NYC/
RUE DES ARCHIVES
ADRIEN JAULMES £@AdrienJaulmes
CHRONOLOGIE DE
GEORGE ORWELL
A
Un monde orwellien
En France, le comité Les Orwelliens, créé par notre consœur Natacha Polony, a fait d’Orwell une figure de ralliement pour la défense du
bon sens contre la pensée unique qui
domine souvent les débats actuels et
mettre en garde contre la déshumanisation du monde contemporain.
La promotion 2015-2016 de l’École
nationale d’administration a pris le
nom de George Orwell pour défendre la liberté d’expression après les
attentats de Paris. En Grande-Bretagne, le prix Orwell récompense
chaque année un journaliste ayant
transformé « l’écriture politique en
art ». Fondée en 2012, la Orwell Society, présidée par Richard Blair, le
fils de l’écrivain, organise des événements destinés à diffuser l’œuvre
d’Orwell dans le public. En novembre 2017, une statue de George
Orwell a été inaugurée devant l’entrée du bâtiment de la BBC à Londres (à l’endroit où les employés ont
l’habitude de fumer une cigarette,
ce qui n’aurait pas déplu à Orwell,
lui-même gros fumeur).
“
Je ne vois pas qu’il
existe un seul écrivain
dont l’œuvre pourrait
nous être d’un usage
pratique plus urgent
et plus immédiat
”
SIMON LEYS, DANS UN ESSAI EN 1984
La pensée d’Orwell est plus influente que jamais. « Ce mort continue à nous parler avec plus de force et
de clarté que la plupart des commentateurs et des politiciens dont nous
pouvons lire la prose dans le journal de
ce matin », remarquait Simon Leys,
auteur lumineux et inclassable (et
donc très orwellien), dans un essai
paru en 1984, Orwell ou l’Horreur de
la politique. « Je ne vois pas qu’il existe un seul écrivain dont l’œuvre pourrait nous être d’un usage pratique plus
urgent et plus immédiat », écrit Leys.
Les nombreux et dérangeants parallèles entre notre époque et le
monde effrayant de 1984 lui ont aussi donné une actualité nouvelle. Les
guerres semi-permanentes menées
avec des automates volants, la surveillance constante et envahissante
des écrans et des appareils connectés que nous promenons dans nos
poches, les vagues de haine collective qui se déchaînent via les réseaux
sociaux, le mensonge érigé en vérité, le passé réécrit au gré des nouvelles idéologies à la mode, évoquent
directement l’œuvre d’Orwell.
D’autres parties de son œuvre,
comme les Essais, ont aussi été redécouvertes. Paradoxalement (et
de façon assez orwellienne), cette
partie de son œuvre inspire aujourd’hui des courants de pensée radicalement opposés, qui revendiquent chacun de leur côté la figure
de George Orwell. Politiquement,
l’écrivain a toujours été difficile à
classer. Socialiste, sa dénonciation
de l’impérialisme et du capitalisme
plaisent à la gauche ; farouche anticommuniste, sa défense du bon
sens populaire, son patriotisme et sa
méfiance à l’égard des intellectuels
de gauche, séduit la droite. Plus récemment, sa critique du machinisme, de la surveillance technologique généralisée et de la
déshumanisation du monde, en a
fait le héros des tenants de la décroissance et de l’écologie intégrale.
« La récupération de droite n’est
pas récente : dans les années 1950, la
CIA avait financé la production de
bandes dessinées et de dessins animés
Extrait
Orwell est parmi nous. Tout ou
presque est de nos jours qualifié
d’orwellien : la surveillance vidéo
des grandes villes, les guerres sans
fin des États-Unis, la dérive dictatoriale de la Turquie d’Erdogan. Le
puissant site de vente en ligne Amazon (fréquemment accusé d’exercer
une surveillance orwellienne sur ses
clients), enregistre régulièrement
des pics de vente de 1984, la célèbre
dystopie d’Orwell : en 2013, lors des
révélations d’Edward Snowden sur
la surveillance généralisée (très
orwellienne) d’Internet par les services secrets américains, ou bien
début 2017 au moment de l’intronisation de Donald Trump (dont le
rapport à la vérité est dénoncé comme orwellien par ses adversaires).
La Russie de Vladimir Poutine fait
presque ouvertement un usage
orwellien des réseaux sociaux, falsifiant les faits et diffusant des fausses nouvelles aussi vraisemblables
que les vraies, au point de donner le
tournis aux électeurs américains ou
européens. La Chine, en plus de son
système de notation sociale (merveilleusement orwellien), a récemment interdit de faire référence à La
Ferme des animaux et à 1984, titres
de romans d’Orwell utilisés par les
internautes pour critiquer la fin de
la limitation des mandats du président Xi Jinping. Et l’on pourrait
continuer ainsi sur plusieurs pages.
Orwell est avec Kafka l’un des rares écrivains du XXe siècle dont le
nom soit passé dans le langage courant, comme Balzac au XIXe. En
2003, pour le centenaire de sa naissance, le journal américain The New
York Times avait calculé que l’adjectif « orwellien » était presque aussi
fréquemment utilisé que « machiavélique », alors que le penseur italien
de la Renaissance bénéficie pourtant
de cinq siècles d’ancienneté.
Particularité supplémentaire (et
très orwellienne), le terme peut prendre deux significations quasiment opposées : appliqué à une situation ou à
un système politique, « orwellien »
désigne une tyrannie absurde et écrasante, la peur et le conformisme, en
référence au monde futur qu’il décrit
dans 1984. En revanche, appliqué à un
texte ou à un penseur, « orwellien »
évoque une pensée libre et courageuse, opposée à la langue de bois et au
conformisme intellectuel.
]
George Orwe
ll est à la mode
, revendiqué
comme par la
par la droite
gau
De la Birmanie che et pourtant inclassab
le.
coloniale à l’îl
e écossaise de
où il écrit 198
4, en passant
Jura
par les taudis
de Londres ou
de Paris et
la guerre d’Espa
la vie aventureu
gn
se de ce grand e, Le Figaro retrace
il faut vivre la
écrivain pour
réalité avant
qui
de pouvoir en
parler.
La Ferme
des animaux
« Vous n’allez tout
de même pas croire,
camarades, que nous, les
cochons, agissons par
égoïsme, que nous nous
attribuons des privilèges.
En fait, beaucoup
de nous détestent le lait
et les pommes. C’est
mon propre cas. Si nous
nous les approprions,
c’est dans le souci
de notre santé...
Nous sommes, nous
autres, des travailleurs
intellectuels. La direction
et l’organisation
de cette ferme reposent
entièrement sur nous.
De jour et nuit, nous
veillons à votre bien.
Et c’est pour votre bien
que nous buvons
ce lait et mangeons ces
pommes. Savez-vous ce
qu’il adviendrait si nous,
les cochons, devions
faillir à notre devoir ? »
inspirés de La Ferme des animaux »,
explique Kevin Boucaud-Victoire,
auteur d’Orwell, écrivain des gens
ordinaires. « Mais après avoir été
longtemps cantonné à l’antitotalitarisme, il a été depuis été redécouvert
comme le défenseur d’un socialisme
démocratique, opposé au marxisme
discrédité, mais aussi comme un critique du productivisme. »
Dans son essai Orwell, anarchiste
tory, paru en 1995, Jean-Claude Michéa, philosophe de gauche anticapitaliste, invoquait le singulier mélange de conservatisme et de
socialisme d’Orwell dans une critique cinglante de l’idéologie libertaire de la gauche de Mai 1968. Celle-ci serait devenue selon lui l’alliée
objective du capitalisme libéral débridé, servant à justifier « la destruction de la nature par la société,
celle de la société par l’économie, et
celle de l’économie par les différentes
maffias (sic) qui aspirent à en
contrôler le développement ».
L’une des idées qui traverse
l’œuvre d’Orwell est l’importance
de la décence ordinaire, « common
decency ». Pour lui, la liberté, au lieu
d’être une idéologie abstraite, ne
peut exister que dans un contexte
social donné. Cette défense de la
culture populaire contre le culte de la
table rase et du progrès a inspiré les
mouvements décroissants et écologiques conservateurs. « L’adoption
déculpabilisée d’un certain degré de
conservatisme critique définit désormais toute critique radicale de la modernité capitaliste et des formes de vie
synthétiques qu’elle prétend nous imposer », écrit Michéa. « Tel était en
tout cas le message d’Orwell. À nous
de rendre à son idée d’un “anarchisme tory” la place philosophique qui lui
revient dans les différents combats de
la nouvelle résistance. »
Meurt de
la tuberculose
1950
1903
1917-1921 1922-1927 1928-1929
Naissance
Boursier
Sert dans
à Motihari, à Eton, l’école la police
aux Indes
de l’élite
impériale
anglaise
en Birmanie
Vit dans
la misère
à Paris et
à Londres
1933
1936
1937
1943
1945
1946-1948
S’installe
Combat
Voyage
Prend le nom
Chroniqueur Publication
de G. Orwell dans le nord dans les rangs à la BBC de La Ferme dans l’île de
pour signer industriel de républicains au service de des animaux, Jura (Écosse)
son 1er livre l’Angleterre en Espagne la propagande son 1er succès où il écrit
1984
international
Ces relectures d’Orwell ont évidemment suscité des réactions. En
mai dernier, un article de L’Obs se
demandait (sans apporter de réponse très claire) comment un auteur
pourtant catalogué comme socialiste, avait pu être récupéré par des intellectuels de droite ou assimilés, allant de Natacha Polony à Éric
Zemmour, et son concept de « Sens
commun », servir de nom à un
mouvement défendant les valeurs
familiales contre les dérives d’un libéralisme sociétal sans limites. « Il
est indéniable qu’Orwell partageait
beaucoup de valeurs conservatrices,
pour ne pas dire de préjugés », écrivait en 2002 l’essayiste anglo-américain Christopher Hitchens dans
Why Orwell Matters (Pourquoi
Orwell est important). « Mais la récupération d’Orwell ne devrait pourtant être entreprise par aucun camp.
Et encore moins par les conservateurs. George Orwell était conservateur dans beaucoup de domaines,
mais pas en politique. »
« Le culte d’Orwell a contribué à
faire oublier ses faiblesses », dit le reporter britannique Ben Judah,
auteur d’un article polémique Pourquoi j’en ai eu assez de George Orwell.
« Une grande partie de ses prophéties
sont complètement farfelues, comme
lorsqu’il annonce après la guerre une
révolution socialiste en Angleterre.
Ses préjugés à l’encontre des Juifs appartiennent à l’une des traditions les
plus déplaisantes de la gauche britannique, aujourd’hui incarnée par Jeremy Corbyn. Son obsession du pouvoir
illimité de l’État n’a guère plus de valeur dans un monde où les problèmes
sont souvent posés par l’affaiblissement actuel des États face au capitalisme transnational. Il est enfin et surtout un penseur qui refuse la
complexité : il n’est souvent d’aucune
utilité pour analyser des problèmes
contemporains un peu techniques. »
« Nous évitons de répondre aux
questions qui nous parviennent sur ce
qu’aurait fait ou pensé Orwell
aujourd’hui », dit Quentin Kopp de
la Orwell Society (et fils du commandant d’unité d’Orwell pendant
la guerre d’Espagne). « Plus qu’à ses
prises de position, dit Kopp, l’influence persistante d’Orwell doit
surtout à la clarté de sa langue et à sa
grande honnêteté : il était ouvert aux
faits, et n’hésitait pas à changer
d’avis, ce qui est une qualité peu répandue de nos jours. Il écrivait aussi
ce qu’il voyait, plutôt que ce que lui
dictaient ses prises de position idéologiques. » Peut-être faut-il simplement se contenter de lire et relire George Orwell, comme nous
espérons que cette série vous en
aura donné l’envie ? ■
RETROUVEZ LUNDI NOTRE
NOUVELLE SÉRIE :
Quand la science bouscule l’art
2012
ORWELL
SOCIETY
Date de création de la fondation
- présidée par le fils de l’écrivain,
Richard Blair -, qui organise des
événements destinés à diffuser
l’œuvre d’Orwell dans le public.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
CHAMPS LIBRES
OPINIONS
CHRONIQUE
Natacha Polony
Les taupes du communautarisme américain
Europe est un continent
d’oppression. Aveugles
que nous sommes, nous
nous imaginions avoir,
après les tragédies
du XXe siècle, construit
une société à peu près préservée
des horreurs que peut inventer l’être
humain, et même avoir développé une
forme de liberté et d’épanouissement
des individus qu’aucune époque et aucun
autre lieu n’ont connue. Une tribune
publiée dans La Libre Belgique le 2 août
entend nous dessiller. L’Europe
discrimine « les femmes musulmanes ».
L’identité des signataires, outre qu’elle
nous apprend le nombre impressionnant
d’associations qui semblent trouver
très secondaires l’incarcération en
Arabie saoudite d’un blogueur condamné
à mille coups de fouet pour athéisme, la
L’
@
100 000 citations
et proverbes sur evene.fr
19
criminalisation de l’apostasie en Égypte
ou les pressions exercées sur les femmes
tunisiennes pour qu’elles se voilent,
nous prouve qu’il existe de plus en plus
de figures, dont la plus médiatique est
la chroniqueuse Rokhaya Diallo,
pour s’investir dans la remise en cause
obstinée de tous les fondements
de la laïcité européenne, et en particulier
française.
Le plus frappant est l’accumulation
de tous les syllogismes habituels
en la matière, pour démontrer que les
pays de l’Union européenne cibleraient,
par racisme bien sûr, et par sexisme
puisqu’il ne faut négliger aucun
argument porteur, les « musulmanes »,
sorte d’entité globale qui ne souffre
apparemment aucune expression
individuelle. Le raisonnement est simple :
il existe des législations en Europe qui
ENTRE GUILLEMETS
11 août 1297 : canonisation de Louis IX qui devient Saint Louis
RUE DES ARCHIVES/TALLANDIER
Jacques Bainville
dans Petite Histoire de France
Ce qu’il aimait le plus, c’était
la justice. Aussi était-il
juste en tout et avec tous.
Mais il n’était pas faible
pour cela, car la vraie justice
veut aussi que les méchants
soient punis »
limitent le port de signes religieux. Elles
ont une conséquence sur les musulmanes
qui portent le voile. Conclusion : ces
législations discriminent volontairement
les femmes musulmanes. La preuve, « ces
restrictions sont souvent adoptées suite
à des débats publics houleux sur les tenues
vestimentaires de femmes musulmanes
et sur la présence des musulmans en
Europe ». Merveille de malhonnêteté
intellectuelle : des groupes activistes
ou des individus soucieux d’affichage
identitaire provoquent une polémique
en cherchant à rompre le consensus
social autour des usages et des modes
de vie, la société est obligée de clarifier
juridiquement des règles jusque-là
implicites, et voilà que l’affaire devient
un scandaleux ciblage de certaines
populations, la preuve d’une
islamophobie congénitale européenne.
Mieux, ce sont les sociétés européennes
qui sont accusées de sexisme, et non
une idéologie qui entend montrer
par un morceau de tissu le contrôle
du corps des femmes et l’obligation de
« pudeur » qui leur est faite.
Pourtant, cette tribune marque une
avancée dans le combat idéologique que
mènent ces associations et groupuscules
contre la laïcité dans sa dimension
européenne et plus particulièrement
française. Pour la première fois est
explicitement visée, non pas telle ou telle
polémique estivale sur les tenues
de plage, ou tel différend autour du
règlement intérieur d’une entreprise,
mais bien la neutralité de l’État et de ses
agents, telle que la prescrit la loi de 1905.
Mais ce qui doit nous alerter,
c’est bien la rhétorique employée
pour faire passer cette remise en cause
majeure de notre consensus politique
et social pour un rétablissement
de la justice et de l’égalité. Tout
le vocabulaire de la propagande
communautariste est là, dans ces vœux
pour une Europe « inclusive », une
Europe de la « non-discrimination »…
Un vocabulaire directement importé
des États-Unis.
Car le véritable nœud du problème est
là : la guerre que mènent ces activistes
obsédés par les races et les différences,
contre l’universalisme hérité des
Lumières, est le parfait produit du soft
power américain. Tous ces militants
ont d’ailleurs généralement bénéficié de
formations pour assimiler la rhétorique
communautariste, et leurs associations
sont généreusement subventionnées par
des fondations américaines soucieuses de
répandre sur l’ensemble de la planète la
merveilleuse pax americana, à l’image de
l’Open Society Justice Initiative, financée
par le milliardaire américain George
Soros, qui a donc porté les « restrictions
vestimentaires imposée aux femmes
musulmanes » devant la Commission
des droits de la femme et de l’égalité
entre les genres du Parlement européen.
Du lobbying culturel et juridique
parfaitement orchestré. Et parfois
soutenu par la machine d’État américaine
puisque au lendemain de l’attentat de
Charlie Hebdo Barack Obama s’était
fendu d’un discours pour expliquer que la
France payait les discriminations qu’elle
inflige à ses populations immigrées…
Par petites touches, pied à pied,
ces militants sont en train d’importer
en Europe le modèle communautariste
anglo-saxon qui est en fait le corollaire
culturel du néolibéralisme économique :
des individus et des communautés
juxtaposés dans un même espace, sans
aucun lien ni aucune valeur en commun,
sous la seule régulation du droit
et du marché organisés au profit
de multinationales déterritorialisées,
dans un espace mondial globalisé,
indifférencié, pour que, à quelque
communauté qu’il appartienne,
un individu communie avec
ses semblables dans la trilogie
baskets-soda-smartphone.
Un des combats de l’Europe sera,
dans les années à venir, de maintenir
son modèle universaliste. Encore faut-il
que l’Union européenne ne soit pas,
par sa porosité aux lobbys, le cheval
de Troie de la globalisation néolibérale.
Anniversaire d’Amiens : « On ne bâtira pas
le nouveau monde sur l’oubli de l’ancien »
EUGÉNIE BASTIÉ £@EugenieBastie
LE FIGARO. - Vous vous êtes dit
« choqué » par l’absence de l’exécutif
à la commémoration de la bataille
d’Amiens. Pourquoi ?
Jean-Louis BOURLANGES. - Oui, j’ai
été choqué, car je sais à quel point les
Britanniques ont été durablement marqués par les sacrifices immenses qu’ils
ont consentis en Picardie pour la défense de notre sol pendant la Première
Guerre mondiale. La bataille de la Somme, en 1916, a été sans doute l’engagement le plus meurtrier de toute leur
histoire et il est difficilement admissible
de nous voir traiter cette immense
contribution à la défense de notre territoire avec une légèreté qui confine à
l’indifférence.
Faut-il y voir la trace du Brexit
qui a éloigné nos deux pays ?
Je ne pense pas. Même si nous sommes
meurtris de les voir quitter l’Union
européenne, je ne crois pas que nous
soyons engagés les
uns et les autres dans
un processus de séparation progressif
et fatal. En tout cas,
Le député (MoDem) des Hauts-de-Seine s’afflige
c’est un risque à ne
de l’absence d’Emmanuel Macron à la célébration
pas courir. Les Frandu centenaire de la bataille d’Amiens, où étaient
çais, y compris les
présents le prince William et Theresa May pour
plus attachés à la
commémorer le sacrifice des soldats britanniques. construction euro-
JEAN-LOUIS BOURLANGES
Dassault Médias
14, boulevard Haussmann
75009 Paris
Président-directeur général
Charles Edelstenne
Administrateurs
Olivier Dassault, Thierry
Dassault, Jean-Pierre
Bechter, Olivier Costa
de Beauregard, Benoît
Habert, Bernard Monassier,
Rudi Roussillon
SOCIÉTÉ DU FIGARO SAS Directeur des rédactions
14, boulevard Haussmann Alexis Brézet
75009 Paris
Directeurs adjoints de la rédaction
Président
Gaëtan de Capèle (Économie),
Charles Edelstenne
Laurence de Charette (directeur
de la rédaction du Figaro.fr),
Directeur général,
Anne-Sophie von Claer
directeur de la publication (Style, Art de vivre, So Figaro),
Marc Feuillée
Anne Huet-Wuillème (Édition,
Photo, Révision),
péenne comme moi, ne peuvent ignorer que nous avons, de part et d’autre
de la Manche, un intérêt puissant à
maintenir des liens commerciaux,
culturels et politiques aussi étroits et
« cordiaux » que possible. Raison de
plus pour éviter des malentendus blessants comme celui d’Amiens.
En quoi le traitement de la mémoire
de la Première Guerre mondiale
est-il différent au Royaume-Uni
par rapport à la France ?
Nos soldats sont morts pour notre sol.
Les soldats britanniques sont tombés,
et en masse, pour défendre le sol de
leurs alliés. Ils ont toujours eu le sentiment d’en avoir fait beaucoup pour les
autres dans cette affaire. D’où leur réticence à nous accompagner dans les années 1930 dans la résistance à Hitler.
D’où aussi leur extrême sensibilité à
notre manque de reconnaissance. Plus
généralement, je constate que nous
avons les uns et les autres l’amour de la
gloire et le respect de nos morts. Les
Britanniques ont peut-être la fierté du
passé moins expansive et mieux
contrôlée que chez nous. Ils ont en tout
cas un culte de leurs morts particulièrement exigeant et c’est à leur honneur. Tous les élus portent au jour du
souvenir un coquelicot à la boutonnière. Nous gagnerions à les suivre sur ce
point.
Le rapport à la mémoire d’Emmanuel
Macron vous paraît-il désinvolte ?
Arnaud de La Grange
(International),
Étienne de Montety
(Figaro Littéraire),
Bertrand de Saint-Vincent
(Culture, Figaroscope, Télévision),
Yves Thréard (Enquêtes,
Opérations spéciales, Sports,
Sciences),
Vincent Trémolet de Villers
(Politique, Société, Débats Opinions)
Directeur artistique
Pierre Bayle
Rédacteur en chef
Frédéric Picard
(Édition Web)
Directeur délégué
du pôle news
Bertrand Gié
Éditeurs
Robert Mergui
Anne Pican
On peut voir dans la gestion de cette affaire une certaine désinvolture. Pourtant, ce n’est pas le mot qui vient spontanément à l’esprit s’agissant des
rapports du président de la République
avec l’Histoire, avec ce que Régis Debray appelle « Madame H ». Je parlerais
plutôt d’ambivalence. D’un côté, il y a
une vraie sensibilité au passé de la
France, y compris, et c’est heureux, à
un Ancien Régime que la gauche avait
tendance à considérer comme une préhistoire plutôt ténébreuse. Jean-Michel
Blanquer est d’ailleurs bien conscient
de cette dimension nécessaire du projet
présidentiel et paraît très soucieux de
faire toute sa place à la connaissance et
à l’intelligence de notre passé. D’un
autre côté, en revanche, on sent la tentation, au sein de La République en
marche, en particulier, de tourner la
page du passé, de bâtir un nouveau
monde qui ne devrait rien à l’ancien et
de construire l’avenir sur une amnésie
collective généralisée. Hannah Arendt
avait dans un livre déjà ancien, Between
Past and Future, décrit la tendance fondamentale de nos sociétés à concevoir
le présent comme une sorte de « brèche » coupée du passé et par là même
de l’avenir. Elle y avait vu une dérive
dangereuse et elle avait raison.
Le passé n’est-il pas l’angle mort
de l’exhortation au nouveau monde
que professe le macronisme ?
Oui, sans aucun doute. Au début de la
campagne présidentielle, j’avais expli-
FIGAROMEDIAS
9, rue Pillet-Will, 75430 Paris Cedex 09
Tél. : 01 56 52 20 00
Fax : 01 56 52 23 07
Président-directeur général
Aurore Domont
Direction, administration, rédaction
14, boulevard Haussmann
75438 Paris Cedex 09
Tél. : 01 57 08 50 00
direction.redaction@lefigaro.fr
qué sur le site Telos, qu’Emmanuel
Macron avait le choix entre deux modes d’organisation de notre vie publique en général et de sa majorité en
particulier. Soit il construisait un parti
politique d’un type inédit, arraché à
notre histoire politique et entièrement
tourné vers un avenir à inventer, un
« parti des vaisseaux brûlés » en quelque sorte, soit il organisait à partir des
familles politiques existantes ou de
leurs démembrements - les sociaux-libéraux issus de LR et de leurs anciens
alliés modérés, les sociaux-démocrates
issus du PS et les centristes à dominante démocrate-chrétienne issus du MoDem - une majorité plurielle « à l’allemande », respectueuse des legs de
notre histoire politique, une « majorité
des rivières souterraines » revenues à
la surface dans le cadre d’une formule
inédite de conjonction des centres. On
a bâti une cote mal taillée entre ces
deux formules en plaçant le « parti du
nouveau monde » en position dominante mais pas exclusive, tout en le
flanquant d’un parti enraciné dans
l’histoire du centre, le MoDem, et en
lui intégrant par ailleurs tous les macroniens qui venaient de la France
d’hier et qui ne savaient pas où planter
leur tente. Je ne suis pas sûr rétrospectivement que ce compromis de fortune
entre le nouveau et l’ancien ait été le
meilleur qui se puisse concevoir,
même s’il permet au gouvernement de
gouverner tranquille, ce qui est déjà
ça ! ■
Impression L’Imprimerie, 79, rue de Roissy
93290 Tremblay-en-France
Midi Print, 30600 Gallargues-le-Montueux
Ecoprint Casablanca Maroc. ISSN 0182-5852
Commission paritaire n° 0421 C 83022
Pour vous abonner Lundi au vendredi de 7 h à 18h ;
sam. de 8 h à 13 h au 01 70 37 31 70. Fax : 01 55 56 70 11 .
Gérez votre abonnement, espace Client : www.lefigaro.fr/client
Formules d’abonnement pour 1 an - France métropolitaine
Club : 409 €. Semaine : 259 €. Week-end : 209 €.
Imprimé sur papier issu de forêts gérées durablement.
Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100%. Ce journal
est imprimé sur un papier UPM porteur de l’Ecolabel européen
sous le numéro FI/37/01. Eutrophisation : Ptot 0.009 kg/tonne de papier.
Ce journal
se compose de :
Édition nationale
1er cahier 20 pages
Cahier 2 Économie
6 pages
Sur certaines éditions
Supplément 3
Magazine 100 pages
Cahier TV 60 pages
Supplément 4
Madame 96 pages
A
PROPOS RECUEILLIS PAR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
20
L’ÉTÉ DU FIGARO
Opération
« Pimlico »
FLORENTIN COLLOMP £@fcollomp
A
CORRESPONDANT À LONDRES
Le 20 juillet 1985, l’agent
du KGB Oleg Gordievski
est clandestinement exfiltré
de Russie. Depuis dix ans,
il avait livré au MI6
britannique de précieux
renseignements qui ont
contribué à désamorcer
la guerre froide.
]
6/11
mais envoyé à l’étranger. Il
avait alors expédié sa femme et
ses deux filles en vacances en Azerbaïdjan sans autre forme d’adieux,
avant de déclencher l’opération
« Pimlico ». Il ne devait les revoir
que six ans plus tard, après une intense pression exercée par le gouvernement Thatcher auprès de
Moscou. Il fut condamné à mort
par contumace pour trahison.
À bientôt 80 ans, l’ex-agent
double, désormais sujet de Sa Majesté, vit d’une retraite de l’État
britannique, dans la campagne,
non loin de Londres. « Je suis le seul
transfuge du KGB des années 1980 à
avoir survécu. Je devais mourir »,
confiait-il dans une interview au
Guardian. Il dit avoir été victime
d’une tentative d’empoisonnement au thallium en 2008, se sa-
MARTIN KEENE, COLLECTION PERSONNELLE
Ballotté dans le coffre de la Ford
Sierra, Oleg Gordievski se terrait
sous une couverture de survie métallique destinée à déjouer les détecteurs de chaleur. À côté de lui,
une bouteille d’eau, un réceptacle
en plastique pour uriner, un paquet
de calmants. Au poste-frontière
entre la Russie et la Finlande, la
voiture s’immobilisa. À l’avant,
deux agents du MI6 et leurs épouses
remirent leurs passeports aux gardes-frontières soviétiques. Deux
bergers allemands s’approchèrent
du véhicule. Espérant brouiller leur
odorat, une des passagères ouvrit
un paquet de chips à l’oignon.
L’autre, son bébé dans les bras, sortit et entreprit de changer sa couche
sur le coffre de la Ford, avant de la
jeter par terre. La voiture finit par
repartir. Après un moment qui lui
sembla durer des heures, Gordievski
entendit de la musique provenir de
l’autoradio. Il reconnut Finlandia,
le poème symphonique de Sibelius.
L’espion était à l’Ouest ! Libre !
C’était, comme le rappelle le titre
de son autobiographie, « le dernier
arrêt avant l’exécution ».
Déployée le 20 juillet 1985,
l’opération « Pimlico » avait été
élaborée des années plus tôt. Ses
modalités étaient consignées sur
des feuilles de cellophane dissimulées dans la reliure d’un ouvrage de
sonnets de Shakespeare, rangé
dans la bibliothèque de son appartement moscovite, raconte l’exagent du KGB et du MI6 dans un récit fleuve publié dans le Times en
2015.
Selon la procédure millimétrée,
il était sorti de chez lui quatre jours
plus tôt pour se poster sur la perspective Koutouzov, à Moscou, un
sac des supermarchés Safeway à la
main. Au bout de vingt-quatre
longues minutes d’attente, un
homme des services britanniques
passait enfin devant lui avec un sac
Harrods, en train de manger un
Mars. Le signal que l’appel d’urgence avait été reçu, déclenchant
le compte à rebours de l’exfiltration. Une opération de si haut niveau que le secrétaire particulier de
la première ministre Margaret
Thatcher était allé la prévenir en
personne au château de Balmoral,
en Écosse, où elle rendait visite à la
reine Elizabeth, de peur des interceptions téléphoniques.
À la représentation diplomatique britannique à Moscou, un cocktail devait fêter
l’arrivée du nouvel ambassadeur ce soir-là. Les deux
agents du MI6 en poste
sur place et chargés de
faire sortir Gordievski
ne pouvaient pas être
absents, sous peine
d’éveiller les soupçons.
Il fut décidé qu’ils partiraient après la réception, prétextant un
rendez-vous médical
en Finlande pour la
femme de l’un d’entre
eux. L’épouse de l’autre
les accompagnait, avec
son bébé, afin de donner
à l’expédition l’apparence banale d’un week-end
de shopping.
Gordievski, de son côté,
parvint à déjouer la surveillance dont il faisait l’objet
pour prendre le train de nuit
pour Leningrad, puis une correspondance vers le nord, et retrouver les agents britanniques à
un point de rendez-vous fixé dans
la campagne et filer vers son salut.
Un mois plus tôt, il avait reçu l’ordre de quitter son poste à l’ambassade soviétique à Londres pour se
rendre à une convocation urgente
de sa base à Moscou. À son arrivée,
il avait été conduit dans une datcha, drogué et interrogé. Mais, faute d’aveux de sa part et de preuve
de sa trahison, il avait été relâché,
placé sous surveillance rapprochée
et informé qu’il ne serait plus ja-
[
Histoires d’esp
ions
Trahison, ambit
ion, jalousie, idé
manipulation…
les grandes aff ologie, argent, sexe,
parfois changé
air
le destin du mo es d’espionnage ont
aussi des histoi
nde mais elles
res humaines.
son
Et l’actualité mo t toujours
cette vie de l’o
mb
ntre que
retrace quelque re est plus dense que jamais
. Le Figaro
s-unes de ces
étonn
certaines célèb
res et d’autres antes pages d’Histoire,
moins connue
s.
À gauche, Elizabeth II a décoré, en 2007, Oleg Gordievski de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges.
À droite, le transfuge du KGB a été reçu dans le Bureau ovale par Ronald Reagan en 1987.
chant sur une liste des traîtres de
Moscou. Dix ans avant son collègue
du GRU (renseignement militaire
russe), le colonel Skripal, qui a subi
le même sort en mars dernier à
Salisbury, après avoir été échangé
en 2010 par le Royaume-Uni
contre plusieurs agents du
Kremlin. Gordievski abhorre
Vladimir Poutine. Il n’a aucun
doute sur sa responsabilité dans
l’empoisonnement au polonium
210 de son ex-collègue Alexandre
Litvinenko à Londres en 2006.
Il était le plus pur produit de l’espionnage soviétique. Fils d’un officier du KGB, éduqué dans les jeunesses communistes, diplômé de
l’Institut d’État des relations
internationales de Moscou, il suit la
voie paternelle et intègre à son
tour, comme son frère aîné, les
rangs du KGB. Sa défection est motivée par des raisons idéologiques,
plus que par opportunisme. Intellectuel, il admire la liberté, qu’il
découvre lors de ses affectations à
l’Ouest, et nourrit un ressentiment
croissant contre le régime soviétique, qui culmine lors de la répression du printemps de Prague
en 1968. Pendant ses années
d’agent double, il livre des secrets
d’une valeur inestimable aux services britanniques. Partagés avec
les Américains, certains d’entre
eux permettent de désamorcer les
tensions au plus vif de la guerre
froide.
En poste au Danemark à la fin
des années 1960, il envoie des
signes anodins de son envie de collaborer avec l’Ouest. D’une cabine
téléphonique au pied de l’ambassade soviétique, qu’il sait écoutée
par le pays hôte, il critique ostensiblement le régime de son pays
dans une conversation avec sa
femme. Les services danois informent le MI6 britannique de l’intérêt potentiel de la cible. Il est approché par un défectionnaire
tchèque qu’il avait connu à l’université de Moscou. En 1974, il est
recruté par le MI6. Il lui livre les
identités des agents illégaux russes
en Scandinavie, les détails d’opérations secrètes.
Quand approche la fin de sa mission à Copenhague, le plan de
l’opération « Pimlico » est
mis au point pour lui
servir au cas où,
après son retour à
Moscou. Mais
il y passe
Oleg
Gordievski
(ici en 1990), fut
un agent double pour
les Britanniques de 1974
à 1985. HAASE/SUDDEUTSCHE
ZEITUNG/RUE DES ARCHIVES
quatre ans sans être inquiété. Ses
relations avec les Britanniques sont
mises en sommeil. Jusqu’en 1982,
quand il est nommé à Londres. Il
reprend contact avec le MI6 et entreprend une collaboration régulière, lors de déjeuners hebdomadaires autour de bières et de
sandwichs, dans un appartement
du quartier de Bayswater. Il avertit
en particulier les services occidentaux de l’extrême niveau de paranoïa à Moscou quant au risque
d’une attaque nucléaire américaine. En novembre 1983, un exercice militaire de l’Otan intitulé
« Able Archer » est interprété au
Kremlin comme les préparatifs
d’une frappe occidentale imminente. Les rapports de l’agent double parvenus jusqu’au Bureau ovale
“
La profonde
déception devant
les évolutions de
mon pays m’a conduit
à croire que
la démocratie,
la tolérance,
et l’humanité qui en
résulte, représentent
la seule voie
OLEG GORDIEVSKI
”
de la Maison-Blanche persuadent
Ronald Reagan de la nécessité de
réduire les tensions et, au bout du
compte, de mettre fin à la guerre
froide. Avant même son arrivée au
pouvoir, Gordievski attire l’attention de ses interlocuteurs sur le
changement incarné par Mikhaïl
Gorbatchev. Ce qui permet à Margaret Thatcher d’annoncer que
c’est « quelqu’un avec qui [elle]
peu[t] faire affaire ».
Mais les renseignements offerts
sur un plateau aux Occidentaux
par la taupe prolifique finissent par
se retourner contre elle. Les Britanniques sont trop heureux de
partager tous ces secrets avec leurs
alliés américains, sans dévoiler
l’identité de leur informateur. Or,
la CIA ne l’entend pas de cette
oreille et mène l’enquête. Aldrich
Ames, membre de l’agence américaine, finit par avoir la conviction
que Gordievski est la poule aux
œufs d’or. Le 16 avril 1985, il trahit
son pays et offre aux Russes, en
échange de 50 000 dollars, la liste
des agents soviétiques de la CIA.
Le nom de Gordievski y figuraitil ? Un mois plus tard, ce dernier
reçoit l’ordre de rentrer d’urgence à Moscou. Tous les illégaux russes quittent la GrandeBretagne dans la foulée.
Après que sa femme et ses
filles l’ont rejoint au Royaume-Uni, au bout de six ans de
séparation, le mariage d’Oleg
Gordievski se délite. Il refait
sa vie avec une Anglaise et
continue à travailler pour le
gouvernement britannique,
comme conseiller en sécurité
et en renseignement. Il est fait
compagnon de l’ordre de
Saint-Michel et Saint-Georges
pour services rendus à la nation
britannique. Au moment de sa
défection en 1974, il avait justifié
ses motivations dans une lettre au
chef du MI6. « Ma décision n’est pas
due à de l’irresponsabilité ou de
l’instabilité de ma part. C’est une
décision qui fut précédée par un long
combat spirituel et une émotion déchirante. Mais la profonde déception
devant les évolutions de mon pays
m’a conduit à croire que la démocratie, la tolérance, et l’humanité qui
en résulte, représentent la seule
voie… Si un homme réalise cela, il
doit montrer le courage de ses
convictions et payer de sa personne
pour empêcher l’esclavage de poursuivre son emprise sur la liberté. » ■
RETROUVEZ LUNDI :
Un mensonge venu de l’Est
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO - N° 23 016 - Cahier N° 2 - Ne peut être vendu séparément - www.lefigaro.fr
> FOCUS
lefigaro.fr/economie
L’ÉTÉ DU FIGARO
LES CRÉATIONS
D’EMPLOI
RALENTISSENT PAGE 22
DANS LES COULISSES
DE LA PITIÉ-SALPÊTRIÈRE
PAGE 25
ADEM ALTAN/AFP, APHP, FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO
Tempête
financière
sur la
Turquie
Des sanctions ordonnées
par Donald Trump précipitent
l’effondrement de la devise
turque. Erdogan semble
impuissant et les marchés
s’inquiètent.
PAGE 23
Recep Tayyip Erdogan, président de la République de Turquie.
Crocs ferme ses dernières usines
Les célèbres chaussures en plastique colorées vont-elles rendre
leur dernier souffle ? Basé au Colorado, aux États-Unis, Crocs a
annoncé qu’il allait fermer deux
usines. « Dans le cadre d’efforts en
cours afin de simplifier l’activité et
améliorer la rentabilité, l’entreprise
a fermé son usine de fabrication au
Mexique au cours du deuxième trimestre et a décidé de fermer son
dernier site de production basé en
Italie », explique Crocs.
L’entreprise a aussi décidé de
le PLUS du
FIGARO ÉCO
GRANDEBRETAGNE
Le commerce
de détail dans
la tourmente
PAGE 24
LA SÉANCE
DU VENDREDI 10 AOÛT 2018
CAC 40
5414,68
-1,59%
DOW JONES (18h)
25334,62 -0,68%
ONCE D’OR
1214,40 (1214,35)
PÉTROLE (lond)
72,850 (72,190)
EUROSTOXX 50
3422,80 -2,04%
FOOTSIE
7667,01 -0,97%
NASDAQ (18h)
7426,05 -0,55%
NIKKEI
22298,08 -1,33%
remplacer son directeur financier
et de baisser le rideau de ses magasins les moins rentables. L’objectif est de concentrer les efforts
sur les ventes en ligne. L’entreprise avait déjà annoncé la couleur en mars avec son intention
de fermer une centaine de points
de vente sur ses 558 magasins.
Ces mauvaises nouvelles ont déclenché de nombreuses réactions
alarmées de clients sur Twitter.
L’entreprise américaine s’est
aussitôt empressée de répondre
pour préciser que la fermeture
des usines ne rime pas avec la fin
de la production. Elle a rappelé
qu’il s’agit d’externaliser la fabrication et de trouver ainsi plus
de souplesse pour adapter ses capacités de production à la demande. Son dernier modèle, la
Cyprus, la Crocs à talons, était en
rupture de stock en juillet.
Créée en 2002 par deux entrepreneurs québécois, Marie-Claude
de Billy et Andrew Reddyhoff, la
marque a écoulé 200 millions de
paires de chaussures dans
90 pays en douze ans. Depuis la
crise en 2007, et sa remise à flot,
l’entreprise américaine a connu
de nombreuses difficultés, la
contraignant à se diversifier.
En 2013, le fonds d’investissement Blackstone a investi
200 millions de dollars afin de
soutenir l’activité. Comme le
rappelait Le Figaro à cette époque, Crocs doit notamment faire
face à la concurrence des contrefaçons.
L'HISTOIRE
En trente ans, la France a perdu
30 000 stations-service
n 2017, la France comptait
11 147 stations-service, à peine
47 de moins par rapport à 2016.
Mais c’est… 30 000 de moins
qu’en 1980. Ce long déclin
ne touche pas les points de vente des
autoroutes mais ceux des grandes villes
et des campagnes. Ces stations-service
ont fait les frais depuis trente ans
e la concurrence des stations de grandes
surfaces, dont les prix sont moins élevés
et défient les enseignes traditionnelles
comme Total, BP, Esso ou Avia
qui ont resserré
leur réseau. Les
petites stations
sont obligées
de fermer faute
de rentabilité :
les marges
de distribution
s’établissent
à 1 centime par
litre net. De plus,
dans les grandes
villes, des
mesures ont été
adoptées afin
E
que les stations se situent à distance des
habitations, par sécurité (au moins 13 mètres
à Paris). Enfin, avec l’essor des voitures
électriques, le volume de carburant distribué
devrait baisser de 10 à 15 % d’ici à 2030.
Un phénomène que certains maires essaient
d’enrayer, en installant des pompes aux frais
de la commune pour assurer
l’approvisionnement en carburant de leurs
administrés. Quant aux distributeurs,
ils ont fait des choix différents. Esso a décidé
d’automatiser ses points de vente pour
réduire leurs coûts d’exploitation. Total,
au contraire,
a réinventé ses
stations-service
en les rénovant
et en développant
une offre de
prestations hors
carburant : petite
épicerie, dépôt de
colis… Une stationservice parisienne
propose même
un toilettage
pour chien. ■
AGATHE FOURCADE
Apple ne tient pas à écorner son
image de champion de la vie privée,
mais le régulateur indien des télécommunications (TRAI) semble bien
décidé à le faire plier. L’autorité vient
de rejeter la demande du groupe californien d’échapper à une loi nationale controversée, mais indispensable pour accéder à un marché de
près de 1,3 milliard de consommateurs. Tous les constructeurs de
smartphones sont en effet obligés
d’installer l’application anti-spam
officielle du gouvernement sur leurs
appareils. Officiellement, celle-ci
doit permettre de lutter contre la
multiplication des coups de fil et
SMS indésirables, véritable fléau en
Inde. Mais le fait que l’application
exige au passage l’accès à l’intégralité des SMS et à l’historique des appels d’un utilisateur laisse présager
de moins nobles desseins, régulièrement dénoncés par les défenseurs
des libertés civiles et… Apple.
Depuis près de deux ans, l’entreprise s’est engagée dans un véritable
bras de fer avec le régulateur des
télécommunications, dont l’application antispam est même purement
et simplement bannie de sa plateforme. Car le géant estime qu’elle
« viole la politique de vie privée de
l’App Store ». Agacé, le directeur de
la TRAI, Ram Sewak Sharma, a fait
savoir qu’Apple serait tout simplement privé d’accès au réseau mobile
s’il souhaitait continuer à jouer les
fortes têtes en refusant les lois indiennes. « La manière la plus appropriée pour contester cette décision
se jouera désormais au tribunal »,
a-t-il affirmé.
Diplomate, Apple a réagi en se déclarant « impatient de travailler
avec le régulateur », tout en défendant sa volonté de rester fidèle à
ses engagements en matière de vie
privée. Apple rencontre déjà de
nombreuses difficultés vis-à-vis de
la législation indienne. En raison des
politiques protectionnistes du pays,
ses iPhone y sont fortement taxés
et vendus 40 % plus cher qu’aux
États-Unis. Les lois sur les points de
vente physiques l’empêchent par
ailleurs d’ouvrir des Apple Store tant
que 30 % des appareils vendus ne
sont pas fabriqués dans le pays.
ELISA BRAUN
Un printemps
médiocre pour
l’industrie française
L’industrie française a relevé
la tête en juin, avec une production en augmentation de
0,6 % selon l’Insee. Néanmoins, son évolution à plus
long terme est mitigée. Au
deuxième trimestre, la production manufacturière affiche une progression de 0,1 %
seulement, en lien avec le ralentissement qui a touché
l’ensemble de l’économie
hexagonale. Et sur un an, la
hausse est de 1,4 %, une performance médiocre comparée à celles de nos voisins : en
zone euro, la production industrielle a ainsi crû de 2,4 %
sur un an en mai.
La situation française est à
vrai dire contrastée entre les
secteurs. La fabrication de
matériel de transport, qui regroupe notamment les industries automobiles et aéronautiques, a le vent en poupe,
avec une croissance annuelle
de 5,4 %. Dans les autres industries, la pharmacie et la
chimie connaissent des pro-
gressions correctes. En revanche, l’agroalimentaire est
en difficulté : sa production
diminue de 0,3 % sur un an.
En juin en particulier, la contre-performance s’explique
par une baisse de la « transformation et conservation de
viande et préparation de produits à base de viande », selon
l’Insee.
Grâce au CICE (crédit d’impôt
compétitivité emploi) et aux
baisses de cotisations sociales
mises en place sous le quinquennat Hollande, le coût de
la main-d’œuvre dans l’industrie est désormais plus
faible en France (39,10 euros
de l’heure) qu’en Allemagne
(42 euros de l’heure). Néanmoins, cela ne suffit pas à résorber le déficit de compétitivité des produits hexagonaux, lié à des problèmes de
gamme, de qualité, d’innovation. Au premier semestre,
la balance commerciale française a été déficitaire de
33,5 milliards d’euros. C. C.
A
TRAVAIL
BRAS DE FER
ENTRE APPLE
ET L’INDE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
22
L'ÉVÉNEMENT
Les créations d’emploi
ralentissent dans les entreprises
Sensibles au freinage de l’activité, elles n’ont créé que 31 000 postes au deuxième trimestre.
ALEXANDRE BERTEAU£@aberteau_
EMPLOI Le trou d’air de la croissance française fait sentir ses
conséquences sur le marché du travail. Au deuxième trimestre, le secteur privé a créé 31 000 emplois
salariés de plus qu’il n’en a détruit, contre 46 000 au trimestre précédent et 112 500
au quatrième trimestre
2017. Certes, l’Hexagone
enregistre grâce à ce chiffre
un treizième trimestre
consécutif de hausse de
l’emploi salarié privé. Sur un
an, 241 100 créations nettes ont
même été comptabilisées. Mais ces
trois derniers mois marquent
la plus faible progression
de cet indicateur depuis
2015.
L’économie
française étant essentiellement tertiarisée, la
croissance de l’emploi
salarié au deuxième
trimestre est surtout
portée par les services
marchands
(+ 0,2 %),
malgré un rythme moins
rapide qu’au trimestre
précédent. Dans une
moindre mesure, l’agriculture (+ 0,1 %) et la
construction (+ 0,3 %)
voient, elles aussi, leurs
effectifs
augmenter.
Seule l’industrie a détruit des postes sur cette
période : après avoir
perdu près d’un million
d’emplois depuis 2001,
« ce secteur a connu un
La ministre
début de reprise en
du Travail,
Muriel Pénicaud.
2017. Mais il semble
J.-CH. MARMARA/
que l’on revienne
LE FIGARO
aujourd’hui à des des-
tructions d’emplois qui, même si elles
ne sont pas excessives, confirment
cette tendance de long terme », explique Sylvain Larrieu, chef de la
division synthèse et conjoncture du
marché du travail de l’Insee.
Autre fait saillant de ce deuxième
trimestre, l’infléchissement de
l’intérim se poursuit (+ 0,1 % après
+ 0,3 % au premier trimestre). « Ce
ralentissement intervient après une
forte hausse du recours à l’intérim
depuis 2015. Aujourd’hui il se stabilise à un niveau très élevé », analyse
Sylvain Larrieu. Avec une croissance de 7,2 % sur un an, l’emploi
intérimaire atteint en effet un record de 816 900 postes.
Cette perte de vitesse du rythme
de création d’emploi dans le secteur privé apparaît comme le résultat direct du ralentissement de la
croissance française depuis le
début de l’année. Alors que cette dernière s’élevait à 0,7 % au
quatrième trimestre 2017,
pour ensuite retomber à
0,2 % aux premier et deuxième trimestres 2018, l’emploi salarié a suivi une évolution identique (0,6 %
puis 0,2 % et 0,2 %). Autre indicateur en demi-teinte, le nombre de
chômeurs inscrits en catégorie A
(sans aucune activité) à Pôle emploi
a légèrement augmenté au deuxième trimestre, de 4 600 personnes
(+ 0,1 %), pour s’établir à 3,43 millions. Dans ce contexte, la statistique du taux de chômage que publiera l’Insee mardi prochain sera
très observée.
Le chômage ne baisse plus
Reste à comprendre pourquoi le
nombre de chômeurs ne diminue
pas ces derniers temps, alors même
que la France crée encore des emplois. Une des raisons est que les
nouveaux postes ne suffisent plus à
absorber la hausse de la population
active. En France, grâce à une démographie assez dynamique, de
nombreux jeunes se présentent
chaque année sur le marché du tra-
vail. Et la reprise économique les
incite à le faire plus vite qu’en
temps de crise.
Mais il existe un autre problème
majeur : le décalage entre les compétences des chômeurs et les profils
recherchés par les entreprises (voir
décryptage). Un phénomène que la
loi Avenir professionnel, adoptée le
1er août au Parlement, entend affronter. Et ce, en misant notamment sur la formation, à travers
une refonte du compte personnel
de formation (CPF) et une revalorisation de l’apprentissage.
De son côté, le ministère du Travail a annoncé ce vendredi que le
salaire mensuel de base dans le privé a augmenté de 1,5 % sur les
12 derniers mois. Une progression
inférieure à l’inflation, qui a été de
1,7 % sur cette période (hors tabac),
tirée notamment par l’envolée des
prix du pétrole. Ce léger recul du
pouvoir d’achat, s’il se prolongeait,
ne serait pas de bon augure pour la
consommation et la croissance. ■
La lutte
contre
le chômage de
masse s’appuie
sur trois leviers :
la refonte du
Code du travail,
l’investissement
dans
la formation
et le
développement
d’une politique
d’inclusion
»
MURIEL PÉNICAUD,
TWEET DU 29 MAI 2018
LES EMPLOIS CRÉÉS OU DÉTRUIT
PAR GRANDS SECTEURS
au 2e trimestre 2018
Créations d’emplois
Destructions d’emplois
+ 28 500
Tertiaire marchand
privé (hors intérim)
Le marché du travail est moins dynamique
LES CRÉATIONS NETTES D'EMPLOI DANS LE SECTEUR PRIVÉ,
en glissement trimestriel, en milliers
112,5
99,6
100
80
90,6
Construction
70,8
60
49
43,8
+ 4 100
55,4
51,6
45
46
31
33,2
40
Intérim
19,7
20
+ 1 100
1 trim.
0 2015
er
2e trim.
-7,6
3e trim.
4e trim. 1er trim. 2e trim.
2015
3e trim.
4e trim.
1er trim. 2e trim.
2016
3e trim.
4e trim. 1er trim. 2e trim.
2017
2018
Tertiaire non
marchand privé
+ 1 000
Assurance-chômage : une
nouvelle réforme à la rentrée
Le déficit de compétences
n’est pas le seul problème
DÉCRYPTAGE
Manon Malhère
A
mmalhere@lefigaro.fr
Le paradoxe est troublant. Alors
que le chômage reste élevé en
France, les entreprises rencontrent
de plus en plus de difficultés à recruter des profils adéquats. En cause ? Le déficit de compétences des
actifs, dans un contexte de transformation profonde du marché du
travail par les révolutions technologiques. C’est le discours en vogue
aujourd’hui chez un bon nombre
d’experts et de politiques.
Certes, le défi des compétences
est réel et crucial. Il y va de la compétitivité de la France au cours des
prochaines années. C’est la raison
pour laquelle le gouvernement a
ainsi engagé une réforme de la formation professionnelle récemment
adoptée par le Parlement, et qui
doit maintenant être mise en
œuvre. Toutefois, le manque de
qualification n’est pas la seule explication à ce phénomène de pénurie de main-d’œuvre.
Certains métiers souffrent d’une
faible attractivité en raison de salaires peu élevés et de conditions de
travail difficiles, avec des horaires
décalés et une forte pénibilité.
C’est, par exemple, le cas dans
l’hôtellerie-restauration (serveurs,
cuisiniers…) et dans les services à la
personne, telle que l’aide aux personnes âgées, qui sont en forte demande de personnel. Ce problème
d’attractivité se pose également
chez les cadres, une catégorie de
travailleurs qualifiée qui ne connaît
pas le chômage. Ces profils d’encadrants ou d’experts manquent de
plus en plus sur le marché du travail, ce qui pose la question de la
formation, en particulier dans le
secteur de l’informatique. Mais pas
seulement. Les conditions de travail peuvent se révéler bien moins
attractives en France qu’à l’étranger. D’où les difficultés de recrutement dans certains secteurs. Aussi,
certains employeurs commencentils à accroître leurs efforts pour les
attirer en offrant, non sans réserve,
des salaires plus élevés.
Inciter au retour à l’emploi
L’incitation au retour à l’emploi des
chômeurs est également pointée du
doigt comme une des causes du
manque de main-d’œuvre. Sensible, le sujet vise ni plus ni
moins que les règles encadrant
l’indemnisation à l’assurancechômage. Des règles qui sont
Taux de chômage
bien plus généreuses en France
en France au premier
que dans d’autres pays et qui
trimestre 2018
sont jugées insuffisamment incitatives. Octroyée après avoir travaillé quatre mois, l’allocation
peut durer 24 mois - deux ans
donc - voire 36 mois pour les
personnes de plus de 55 ans. De
même, le système de cumul des
Nombre de recrutements
salaires et des indemnités chôabandonnés
mage, censé justement inciter
faute de candidats
les chômeurs au retour à l’emen 2017, selon
ploi, peut aussi produire des effets
Pôle emploi
pervers. En dissuadant les individus de retourner à temps plein sur
le marché du travail et les employeurs d’embaucher en emploi
plus durable.
L’exécutif entend s’attaquer à ce
dossier explosif de l’incitation à
l’emploi dans le cadre de la réforme
de l’assurance-chômage à venir.
Reste à voir s’il rapprochera la
France d’une conception de l’assurance-chômage dont le seul but est
d’accorder des filets de sécurité aux
individus en échec professionnel en
vue de rebondir… rapidement. ■
9,2 %
150 000
Après les ordonnances réformant le
Code du travail en vigueur depuis
septembre 2017, la loi Avenir professionnel qui vient tout juste d’être
adoptée au Parlement, le gouvernement n’a pas l’intention de ralentir la cadence. Il a décidé de demander au patronat et aux
syndicats de lancer, à la rentrée,
une nouvelle négociation pour réformer les règles encadrant l’assurance-chômage. L’objectif de ce
projet sensible est triple : inciter les
chômeurs au retour à l’emploi, lutter contre la précarité et revoir l’articulation entre le système de protection assurantiel (chacun a des
droits en fonction de ses cotisations) et celui fondé sur la solidarité (certains chômeurs sont plus
soutenus que d’autres).
Révélée
par
Emmanuel
Macron en personne devant les
parlementaires réunis en Congrès
le 9 juillet, cette réforme n’était pas
prévue au programme. Et cette annonce n’a pas manqué de semer la
confusion. La loi Avenir professionnel, qui réforme l’apprentissage et la formation, aborde
aussi certains aspects de l’assurance-chômage. Et notamment
l’indemnisation des démissionnaires et des indépendants. Ces
mesures sont elles-mêmes issues
d’une négociation menée l’hiver
dernier par les partenaires sociaux.
Moins d’un an plus tard, patronat et
syndicats vont donc à nouveau remettre l’ouvrage sur le métier…
« Il nous semble qu’une réforme
globale et cohérente de l’assurance
chômage est nécessaire » dans un
« contexte de reprise économique qui
a du mal à se concrétiser en emplois », a justifié Muriel Pénicaud, la
ministre du Travail, fin juillet.
Il faut dire que le plan initial était
bancal. En vue de lutter contre la
précarité de l’emploi, le projet de loi
Avenir professionnel demandait
aux branches professionnelles de
trouver un dispositif pour lutter
contre le recours excessif aux
contrats courts avant la fin de l’année. L’exécutif menaçait d’instaurer, par un décret, un bonus-malus
sur les contributions patronales à
l’assurance-chômage.
Agriculture
+ 200
Industrie
- 3 800
Source : Insee
Infographie
Allocation longue durée
Désormais, le gouvernement a
changé de stratégie et mise sur une
réforme plus globale. Et nul doute
qu’en leur demandant de mener
une négociation sur ce dossier sensible pendant quatre mois, le président a pris au mot les partenaires
sociaux qui l’accusent de déconsidérer le dialogue social depuis son
arrivée à l’Élysée. S’ils acceptent,
les syndicats et le patronat n’auront
toutefois pas carte blanche. Ils devront suivre les orientations du
gouvernement qui seront définies
dans un document de cadrage. Et,
en cas d’échec, ce dernier n’hésitera pas à reprendre la main pour
conduire seul la réforme.
Tous les sujets sont potentiellement visés et la future négociation a
de fortes chances de s’attaquer aux
conditions d’indemnisation (durée,
montant, plafond…). Elle portera
aussi sur l’instauration du fameux
bonus-malus et sur les règles encadrant le cumul des salaires et des
indemnités chômage. En outre,
l’exécutif a déjà proposé aux partenaires sociaux de plancher sur la
création d’une allocation-chômage
de longue durée qui irait au-delà
des deux ans prévus aujourd’hui
par la loi et qui pourrait remplacer
l’allocation de solidarité spécifique
(ASS) dont peuvent bénéficier les
chômeurs en fin de droits. ■
M. M.
Calendrier
Fin août-septembre
Les partenaires sociaux et
le gouvernement devraient
plancher sur un diagnostic
partagé sur l’assurancechômage.
Septembre
Le gouvernement devrait
mener une concertation
avec les syndicats et le
patronat sur la révision de
la convention d’assurancechômage.
Septembre-octobre
Le gouvernement devrait
adresser aux partenaires
sociaux un document de
cadrage de la négociation
sur la nouvelle convention
d’assurance-chômage,
négociation qui devra durer
quatre mois au maximum.
Printemps 2019
La réforme devrait entrer
en vigueur.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
ÉCONOMIE
23
Le bras de fer entre Erdogan et Trump
provoque une crise financière en Turquie
La livre turque, attaquée depuis le début de l’année, a perdu jusqu’à 19 % dans la seule journée de vendredi.
CORRESPONDANTE À ISTANBUL
INTERNATIONAL La descente aux
enfers s’accélère en Turquie. Ce
vendredi après-midi, au moment
même où le ministre turc de l’Économie dévoilait en direct son nouveau « modèle économique », un
tweet de Donald Trump annonçant le doublement des taxes
douanières sur l’acier et l’aluminium provoquait un nouvel effondrement de la livre turque. En l’espace de quelques minutes, la
monnaie a ainsi de nouveau chuté
de 6,66 livres pour un dollar à
6,99. Dans un discours prononcé à
la mi-journée, le président Recep
Tayyip Erdogan avait précédemment exhorté ses concitoyens à
changer leurs devises étrangères
pour soutenir la monnaie nationale. « Si vous avez des dollars, des
euros ou de l’or sous votre oreiller,
allez dans les banques pour les
échanger contre des livres turques.
C’est une lutte nationale », a-t-il
lancé depuis Bayburt, dans le
nord-est du pays. Un discours
teinté de sa désormais habituelle
rhétorique belliqueuse : la Turquie, a-t-il promis, « ne perdra
pas la guerre économique ». La
veille, lors d’un déplacement sur
les bords de la mer Noire, il s’était
déjà appliqué à dénoncer les
« nombreuses campagnes qui sont
menées » (contre la Turquie).
« S’ils ont leurs dollars, nous avons
notre peuple, notre Dieu », avait-il
insisté, en référence à la chute de
la livre qui a perdu 40 % de sa valeur depuis le début de l’année.
Formules magiques
Mais les « formules magiques »
n’offrent guère de solution miracle. « Allons-nous répondre à notre
propriétaire que nous « avons notre
Dieu » lorsqu’il réclamera le paiement du loyer ? », s’insurge un
employé turc sur son compte
Twitter. « Aujourd’hui, c’est le jour
où je reçois mon salaire. Espérons
que mon patron ne va pas m’annoncer : J’ai mon Dieu ! », ironise un
autre. Irrités par les discours de
leur président, nombre de Turcs le
sont aussi par « l’amateurisme »
de son gendre, Berat Albayrak,
nouvellement désigné à la tête du
portefeuille économique du pays.
« Sa présentation PowerPoint
n’était guère impressionnante, encore moins rassurante. On attendait
bien plus d’un ministre de l’Économie », observe l’économiste turque Ozlem Albayrak (sans lien de
parenté avec le ministre), en commentant son intervention du jour
où ce dernier s’est engagé à réduire le déficit des paiements courants et à améliorer la confiance.
La veille, un communiqué du ministère en avait déjà donné les
grands axes : une limitation de la
croissance du PIB entre 3 % et 4 %
en 2019, contre 5,5 % prévus cette
année par le gouvernement ; une
réduction du déficit courant à 4 %
- soit deux points de moins que le
Le président turc
Recep Tayyip Erdogan
a exhorté ses
concitoyens à changer
leurs devises
étrangères pour
soutenir la monnaie
nationale. Y. AKGUL/AFP
niveau attendu pour 2018 ; et enfin
une réduction de l’inflation sous
les 10 % aussi rapidement que possible. Cette dernière a atteint près
de 16 % en juillet en rythme annuel.
Vent de panique
La chute drastique de la livre turque, à l’agonie depuis plusieurs
mois, s’explique en partie par l’ac-
tuelle crise diplomatique avec les
États-Unis – la plus grave en quarante ans. La semaine dernière,
Washington a pris la décision radicale d’imposer des sanctions
contre son allié au sein de l’Otan,
en visant directement deux ministres, celui de la Justice et celui de
l’Intérieur. À l’origine de cette décision : la volonté de « punir » la
Turquie pour la détention du pas-
Les places boursières mondiales sous haute tension
COURS DE LA LIVRE
TURQUE EN DOLLARS
5,4
FABRICE NODÉ-LANGLOIS
£@Fnodelanglois
Source : Bloomberg
5,6
5,8
6,0
-14,5 %
6,2
6,4
6,35
6,6
pour
1 dollar
6,8
Ouverture
Clôture
10 août 2018
Un orage violent et soudain dans la
torpeur estivale. L’ampleur de la
chute de la livre turque dans la
journée de vendredi, doublement
alimentée par l’appel vain du président Erdogan à soutenir sa devise et
les nouvelles annonces de sanctions
de Donald Trump, a provoqué une
onde de choc ressentie en Europe
comme aux États-Unis.
À Paris, le CAC40 a terminé la
séance en net recul, de 1,59 %, le
Dax, à Francfort de 1,99 %, tandis
que Londres perdait 0,97 %. Jusqu’à présent, « les investisseurs
voyaient la crise monétaire en Turquie comme un problème local, analyse Michael Hewson, de chez CMC
Markets, cité par l’AFP. Cependant,
il semble que la rapidité de la chute
(de la livre) renforce les inquiétudes
d’une possible exposition de banques
européennes au système bancaire
turc », ajoute l’expert. D’autant que
selon le Financial Times, la Banque
centrale européenne (BCE) serait
préoccupée par les niveaux d’exposition financière de la banque espagnole BBVA, de l’italienne UniCredit et de la française BNP Paribas en
Turquie. C’est pourquoi les valeurs
bancaires ont été particulièrement
attaquées. L’indice EuroStoxx, regroupant les principaux établissements de crédit du Vieux continent,
a ainsi lâché 3,5 % sur la journée.
L’Europe étant aux premières loges, sur le marché des changes, les
traders ont aussi vendu de l’euro au
profit du dollar. La devise euro-
péenne s’est retrouvée à 1,1443 dollar dans l’après-midi, son cours le
plus bas depuis treize mois.
Mais dans ce climat de tension,
Wall Street n’est pas indemne.
L’indice Dow Jones, à mi-séance,
perdait 0,6 %.
BBVA et BNP Paribas
exposées
« Le plongeon de la livre, entamé depuis le mois de mai, va placer la Turquie en récession et pourrait déclencher une crise bancaire, pronostique
Andrew Kenningham, chef économiste au cabinet Capital Economics.
Pourtant, selon cet expert, les risques de contagion, que traduit la
nervosité des marchés, sont exagérés. La Turquie ne pèse que 1 % de
l’économie mondiale, autant que
les Pays-Bas, relève-t-il. Il est vrai
Moscou « en guerre économique » avec Washington
Les nouvelles sanctions américaines font dévisser la Bourse et fragilisent l’économie russe.
COURS DU ROUBLE
EN DOLLARS
EMMANUEL GRYNSZPAN £@_zerez_
63
EUROPE Le marché financier
russe a été pris d’une quinte de
toux en fin de semaine à la vue du
spectre de nouvelles sanctions
américaines. Et l’angoisse saisit
l’ensemble de l’économie. Vendredi, l’index RTSI (en dollars)
perdait 3 % et l’index Imoex (en
roubles) 1,5 %. La devise russe,
comme les indices boursiers,
continue à céder du terrain pour
un troisième jour consécutif face
au dollar et à l’euro.
Mercredi, le département
d’État américain, sous l’autorité
de Donald Trump, a annoncé des
sanctions antirusses en deux vagues, liées à l’empoisonnement
de l’ancien espion Sergueï Skripal
au Royaume-Uni. La première,
devant prendre effet le 22 août,
interdit l’exportation de divers
équipements électroniques, en
Source : Bloomberg
64
65
-6 %
66
67
67,33
pour 1 dollar
68
Semaine du 6 au 10 août 2018
teur américain Andrew Brunson.
Accusé de « terrorisme » et
« d’espionnage », ce dernier vient
de passer un an et demi en prison
et a récemment été placé en résidence surveillée pour la durée de
son procès. Pour l’heure, les tractations diplomatiques n’ont permis ni d’apaiser les tensions, ni de
rassurer les marchés. Bien au
contraire.
Les causes de la débandade économique sont en fait bien plus
profondes. « La plupart des économistes ne sont pas surpris par cette
crise monétaire. À dire vrai, cela
faisait des années que nous mettions
en garde le gouvernement. Depuis
2013, le modèle économique du parti
au pouvoir, l’AKP (basé sur les crédits à la consommation et les
grands projets d’infrastructure) ne
fonctionne plus », estime Ozlem
Albayrak. Ces derniers mois, les
experts n’ont cessé d’appeler de
leurs vœux une hausse des taux
d’intérêt de la banque centrale
pour enrayer l’inflation. Mais ils
font face à l’opposition du président Erdogan, un « ennemi »
autoproclamé des taux d’intérêt.
Vendredi soir, un inhabituel vent
d’inquiétude planait sur la place
Taksim, au cœur d’Istanbul.
« C’est la panique », concède Birben. Assise derrière la vitre d’un
bureau de change, l’employée jonglait avec la chute infernale de la
livre turque. « Ça change toutes les
minutes, parfois toutes les secondes.
Je n’ai jamais vu ça. Qui sait ce qui
nous attend demain ? », dit-elle. ■
MOSCOU
particulier ceux utilisés dans
l’aviation.
Beaucoup plus menaçante, la
seconde vague sera introduite
trois mois plus tard si Moscou ne
donne pas de garantie de nonutilisation d’arme chimique. Sa
probabilité est très élevée, sachant que Moscou nie toute responsabilité dans l’affaire Skripal.
Cette seconde vague bloquera
presque
complètement
les
échanges commerciaux entre les
deux pays. La Russie est le troisième pays à être visé par un tel
niveau de sanctions après la Syrie en 2013 et la Corée du Nord
cette année.
Les exportations américaines
vers la Russie ne dépassent pas les
7 milliards de dollars par an, selon
le département américain du
Commerce (les douanes russes
évaluent ce chiffre entre 10,5 et
12,5 milliards par an). Il s’agit
pour près de la moitié d’équipe-
ments de transport (principalement dans l’aéronautique), suivis
par les machine-outils et des
équipements électroniques.
Selon
l’économiste
Kirill
Tremassov, les troubles du marché financier russe sont liés à une
fuite de capitaux. Les investisseurs se défont par exemple de titres de la banque publique Sberbank qui devrait se retrouver
dans la ligne de mire des sanctions. « Les banques d’État pourraient voir leurs comptes dans les
banques américaines bloqués et
donc coupés de toute transaction
en dollars. C’est un scénario quasi
catastrophique. »
Isolement financier
« Le principal problème ne vient
pas des mesures concrètes (qui
peuvent être atténuées pour limiter les pertes pour les sociétés
américaines), mais de l’isolement
technologique et financier de la
Russie », prédit de son côté le politologue Alexeï Makarkine.
L’édition de vendredi du quotidien Vedomosti convoque une batterie d’économistes pour estimer
l’effet à long terme des nouvelles
sanctions. Le consensus table sur
une croissance économique amputée de 0,5 à 1,5 % (soit une stagnation) et une baisse accélérée du
niveau de vie des Russes, dont les
revenus baissent déjà depuis 4 ans.
Le premier ministre Dmitri
Medvedev a qualifié vendredi les
nouvelles sanctions américaines
de « déclaration de guerre économique ». Un peu plus tard, Vladimir Poutine commentait ce thème devant le Conseil de sécurité
de Russie, soulignant « la totale
illégitimité de telles actions au regard du droit international ». Le
ministère des Affaires étrangères
russe a promis « des mesures de
rétorsion », sans donner plus de
détails. ■
que l’engagement des banques espagnoles en Turquie représente 6 %
du PIB espagnol, surtout à cause de
la participation de BBVA au capital
de la deuxième banque turque.
L’exposition des banques françaises
est « modeste » selon Kenningham,
mais pèse tout de même autour de
7 % de leur capital. Celle des établissements britanniques et américains est « négligeable », poursuit
l’analyste Capital Economics.
Au-delà de l’évaluation du risque
turc en lui-même, la poussée de fièvre venue d’Ankara reflète un climat de tension généralisé entretenu
par les annonces désormais quasiquotidiennes de sanctions et contre-sanctions touchant la Turquie,
la Russie, la Chine ou les États-Unis.
Un été placé sous le signe de la défiance planétaire. ■
EN BREF
BILAN DE LA GRÈVE
CHEZ RYANAIR
£ Lourd bilan pour Ryanair
qui a fait face vendredi à une
grève des pilotes allemands,
belges, suédois, irlandais et
néerlandais. Quatre cents vols
ont été annulés sur la journée
concernant 55 000 voyageurs,
dont 42 000 en Allemagne.
Ryanair assure avoir, malgré
tout, assuré 85 % des vols.
Accusée d’abuser de contrats
précaires, la compagnie
avait déjà été confrontée
à un mouvement social
fin juillet du personnel
de cabine d’Europe du Sud.
CROISSANCE DE
L’ÉCONOMIE JAPONAISE
£ Le PIB japonais a augmenté
de 0,5 % d’avril à juin,
après une baisse au premier
trimestre. La consommation
des ménages et les
investissements des entreprises
ont tiré la croissance, qui risque
d’être touchée prochainement
par les taxes américaines.
A
DELPHINE MINOUI £@DelphineMinoui
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
24 ÉCONOMIE
Le commerce britannique dans la tourmente
Depuis le début de l’année, les enseignes souffrent à la fois de la conjoncture et de la concurrence d’Internet.
gement le dessus sur le commerce
physique. « La vente au détail au
Royaume-Uni représente plus de
400 milliards d’euros et 18 % de
cette économie est maintenant traitée en ligne, explique Paul Martin,
en charge du secteur commercial
à KPMG. Beaucoup de détaillants
qui ont une présence physique ont
dû investir lourdement dans leur
proposition en ligne pour pouvoir
rattraper cette croissance de la
vente sur Internet. »
MARINA DARAS
LONDRES
SERVICES La chaîne britannique
de grands magasins House of Fraser a échappé de justesse à la faillite. L’enseigne, qui avait été placée
sous administration judiciaire
vendredi, a été rachetée in extremis par Sports Direct pour près de
100 millions d’euros. L’homme
d’affaires Mike Ashley, PDG de
Sports Direct, a déclaré avoir pris
le contrôle de l’ensemble des établissements britanniques, de la
marque et des stocks. Et il compte
leur donner un nouvel élan.
« Nous ferons de notre mieux pour
conserver le maximum de magasins
ouverts, dit-il. Il est crucial de renouer des liens étroits avec les
marques de luxe. Mon ambition est
de faire de House of Fraser le Harrods du commerce de centre-ville. » Sans ce sauvetage de dernière
minute, House of Fraser, l’une des
chaînes emblématiques de grands
magasins britanniques, vieille de
169 ans, aurait pu devenir la plus
grande faillite depuis plus d’une
décennie.
Mais sa débâcle n’est pas un cas
isolé et ses déboires sont révélateurs de la crise qui mine un secteur profondément en crise. Les
grandes enseignes et commerces
de centre-ville peinent à joindre
les deux bouts. Cette semaine une
autre enseigne, Poundworld, qui a
fait faillite en juin et dont la majorité des magasins a fermé, a été
rachetée par une famille irlandaise, Henderson, spécialisée dans la
distribution, a annoncé cette dernière, jeudi. Mais c’est un sauvetage limité. Deux cent cinquante
points de vente Poundworld ont
déjà été fermés et 4 000 emplois
supprimés sur 5 100.
L’inflation à 3 %
Depuis le début de l’année, beaucoup de chaînes sont en difficulté.
Le distributeur de produits électroniques grand public Maplin ou
les magasins de jouets Toys’R’Us
ont été dans l’obligation de déclarer faillite, entraînant la suppression de près de 10 000 emplois. Le
célèbre Marks & Spencer, lui aussi
en difficulté depuis plusieurs années, a pratiquement vu ses bénéfices annuels partir en fumée pour
couvrir le coût de la fermeture
d’une centaine de magasins à travers le pays.
Plusieurs éléments se conjuguent pour expliquer cette débâcle du commerce britannique, à
commencer par la consommation
des ménages. La situation économique actuelle du Royaume-Uni
n’est pourtant pas si mauvaise.
« Les estimations usuelles de la
croissance potentielle au Royaume-Uni sont de l’ordre de 1,5 %
malgré un rebond au deuxième tri-
Un modèle économique
vieillissant
mestre 2018, avec une hausse de
0,4 % par rapport au trimestre
précédent. Le taux de croissance de
l’activité reste somme toute faible
et en dessous de sa tendance de
long terme, explique Fabrice
Montagné, chef économiste Europe et Royaume-Uni pour la Barclays. Toutefois, loin d’être catastrophiques, ces taux de croissance
même réduits restent enviables
pour beaucoup de pays et contribuent à maintenir le taux de chômage à ses plus bas historiques. »
Mais depuis le référendum sur
le Brexit, la monnaie britannique a
House of Fraser,
l’une des chaînes
emblématiques
de grands magasins
britanniques
(ici une adresse
à Londres), vieille
de 169 ans, est passée
tout près de la faillite.
DANIEL LEAL-OLIVAS/AFP
perdu près de 15 % de sa valeur
face au dollar et ne cesse de fluctuer en fonction des différents
changements politiques. Elle a atteint mercredi son point le plus
bas depuis plus d’un an alors que
le pays se prépare à l’éventualité
d’un divorce houleux avec
l’Union européenne. Cela entraîne une hausse des prix avec un
taux d’inflation atteignant les 3 %
(il était quasi nul avant le Brexit).
Ce qui entraîne une hausse des
prix des produits importés alors
que les salaires n’augmentent que
très peu depuis plusieurs années.
« La consommation était le moteur traditionnel de l’économie britannique, soutenue il y a peu par le
dynamisme des prix de l’immobilier
et de l’endettement, explique Fabrice Montagné. Ce moteur de
croissance est aujourd’hui enrayé,
la consommation n’étant soutenue
à bout de bras que par la baisse du
taux d’épargne et, plus récemment,
par la timide remontée du pouvoir
d’achat. »
Dans le sillage d’Amazon, qui
n’en finit pas de détourner des
clients des magasins traditionnels,
la distribution en ligne prend lar-
S’ajoute à cela le prix de l’immobilier. D’après Paul Martin, la
hausse des loyers est ce qui pèse le
plus sur le portefeuille des détaillants britanniques. « Au cours
des dernières décennies, expliquet-il, les commerçants britanniques
ont développé leur activité en
ouvrant davantage de magasins,
mais ce modèle économique n’est
plus viable. Cette stratégie agressive d’ouverture de magasins aurait
dû s’arrêter il y a environ dix ans
lorsque la crise financière a frappé
le Royaume-Uni. Maintenant, les
commerçants se retrouvent avec
près 30 % d’immobilier superflu. »
Ce qui explique la fermeture
massive de magasins au rendement insuffisant pour tenter de
faire baisser la dette laissée par
cette volonté d’élargir et d’agrandir une présence physique désormais inutile. Ce contexte particulièrement difficile inquiète même
le ministre britannique des Finances, Philip Hammond. Il a annoncé vendredi qu’il était prêt à étudier une série de mesures pour
sauver le commerce physique de
la faillite. ■
Le Brexit pèse sur la croissance du Royaume-Uni
Le risque
« d’un
Brexit
sans accord
est désagréablement
élevé
»
MARK CARNEY,
GOUVERNEUR
DE LA BANQUE
D’ANGLETERRE
ANNE BODESCOT
abodescot@lefigaro.fr
Après un sérieux trou d’air au premier trimestre, l’économie britannique a relevé la tête au deuxième.
Mais cette éclaircie, attribuée à
une météo plus clémente que celle
du premier trimestre, au football
et au mariage royal, n’est pas suffisante pour rassurer le gouvernement. Aux yeux du ministre des
Finances, Philip Hammond, « l’incertitude qui entoure les conditions
du Brexit pénalise la croissance de
l’économie britannique ».
L’économie outre-Manche a crû
de 0,4 % au cours du deuxième trimestre, contre 0,2 % seulement sur
les trois premiers mois de l’année.
C’est certes davantage que la croissance de la zone euro, limitée à
0,3 % d’avril à juin. Mais la faiblesse
persistante de la consommation des
ménages britannique inquiète. Elle
n’a progressé que de 0,3 % sur le
deuxième trimestre. Sans un phénomène de reconstitution des
stocks, les chiffres de la croissance
auraient été plus décevants, souligne le cabinet de recherche macroéconomique Capital Economics.
C’est grâce aux services (+ 0,5%)
et à la construction (+ 0,9%), particulièrement pénalisés en début
d’année par les mauvaises conditions météo, que l’économie britannique est repartie. En revanche,
la production industrielle a accusé
un repli de 0,8 %.
Mais surtout, le rebond a été
moins marqué qu’attendu sur le
mois de juin. Sur la fin du semestre,
le PIB n’a augmenté que de 0,1 %,
alors qu’il avait progressé de 0,3 %
en mai. Le rebond de l’économie
serait-il déjà en train de s’essouf-
fler ? Cela conforte en tout cas la
prudence des analystes, qui attendent cette année au Royaume-Uni
une modeste croissance de 1,3 %,
après 1,8 % en 2016 et 1,7 % en
2017.
La livre s’effrite
face au dollar
La Banque d’Angleterre, qui avait
anticipé l’éclaircie du deuxième trimestre, n’avait certes pas renoncé à
relever ses taux d’intérêt la semaine
dernière. Mais elle avait affiché ses
inquiétudes pour les prochains
mois, compte tenu des difficiles négociations avec l’Union européenne sur les conditions du Brexit, qui
doivent s’achever d’ici octobre.
Les milieux économiques craignent de plus en plus que le pire
scénario pour eux, celui de l’absence d’accord sur le Brexit, se matérialise. La rupture se ferait alors de
façon anarchique, avec réintroduction aux frontières de l’Union européenne de contrôles tarifaires et
non tarifaires pour les biens, et la
remise en question des permis et
certificats émis au Royaume-Uni.
Or, cette hypothèse d’un Brexit
sans accord a gagné en intensité au
cœur de l’été. Le gouverneur de la
Banque d’Angleterre, Mark Carney, a lui-même indiqué le 3 août
que ce risque était « désagréablement élevé ».
Ce regain d’inquiétude met depuis plusieurs jours la livre sous
pression. La devise britannique
s’effrite face au dollar et a touché
vendredi un plus bas depuis
juin 2017. Cette baisse, si elle s’amplifie, risque de nourrir à nouveau
l’inflation, en renchérissant le coût
des biens importés. Une mauvaise
nouvelle pour une consommation
des ménages déjà fragile. ■
LA SÉANCE DU VENDREDI 10 AOÛT
LE CAC
JOUR
ACCOR .............................................. 43,34
♣
AIR LIQUIDE ..................................
106,4
AIRBUS ..............................................107,52
ARCELORMITTAL SA ..................................
26,68
ATOS .............................................. 97,5
AXA ..............................................
21,86
BNP PARIBAS ACT.A ..................................
52,56
BOUYGUES ..............................................
37,16
CAPGEMINI ..............................................
110,05
CARREFOUR ..............................................
15,44
CREDIT AGRICOLE ..................................
12,175
DANONE ..............................................67,52
ENGIE .............................................. 13,08
ESSILOR INTL. ..................................123,4
HERMES INTL ..................................546
KERING ..............................................464,6
L'OREAL ..............................................
205,5
LEGRAND ..............................................62,52
LVMH .............................................. 295,55
♣
MICHELIN ..............................................
111,1
%VAR.
-0,32
-1,8
-1,05
-2,86
-2,6
-1,82
-2,99
-0,59
+0,23
-0,61
-2,05
-1,03
-2,28
-1,59
-1,27
-1,76
-2,61
-0,86
-2,46
-0,76
+HAUTJOUR
43,44
107,6
108,2
27,115
99,86
22,08
53,1
37,49
110,05
15,665
12,33
68,07
13,31
125,15
550,6
468,8
209,4
62,76
300,85
111,95
+BAS JOUR %CAP.ECH 31/12
43,07
105,95
107,04
26,205
97,12
21,605
51,67
36,88
109
15,285
12,03
67,26
13,035
123,2
543,6
462,4
205,1
62,08
294,6
110,15
0,236
0,318
0,16
0,193
0,365
0,457
0,7
0,193
0,383
0,454
0,429
0,239
0,257
0,322
0,039
0,158
0,122
0,257
0,133
0,24
+0,79
+1,29
+29,54
-1,6
-19,65
-11,62
-15,57
-14,2
+11,29
-14,41
-11,78
-3,47
-8,75
+7,35
+22,35
+27,19
+11,11
-2,6
+20,44
-7,07
JOUR
%VAR.
ORANGE ..............................................14,23 -1,69
PERNOD RICARD ..................................
138,75 -0,96
PEUGEOT ..............................................
24,95 -1,11
♣ 55,04 +0,07
PUBLICIS GROUPE SA .............................
RENAULT ..............................................
72,88 -0,01
SAFRAN ..............................................
106,8
-0,97
SAINT GOBAIN ..................................
36,495 -1,07
SANOFI ..............................................73,71 +0,75
SCHNEIDER ELECTRIC .............................
67,98 -1,88
SOCIETE GENERALE ♣
..................................
36,225 -2,5
SODEXO ..............................................94,34 -1,01
SOLVAY ..............................................
114,65 -1,16
STMICROELECTRONICS .............................
18,03 -4,91
TECHNIPFMC ..................................26,39 +0,5
TOTAL .............................................. 53,95 -2,37
UNIBAIL-RODAMCO-WE .............................
184,9
-2,35
VALEO .............................................. 41,53 -1,4
VEOLIA ENVIRON. ..................................
18,33 -2,14
VINCI♣.............................................. 83,16
-1,59
VIVENDI ..............................................21,79
-1,13
+HAUTJOUR +BAS JOUR
14,39
139,85
25,29
55,28
74,89
107,2
36,75
74,65
69,02
36,72
95,12
115,5
18,775
26,39
54,76
188,45
42,05
18,69
84,22
21,93
14,165
138,6
24,71
54,74
72,52
106,35
36,175
72,97
67,7
35,605
93,56
113,75
17,95
25,81
53,78
184,85
41,17
18,215
82,66
21,7
%CAP.ECH
0,237
0,136
0,449
0,181
0,422
0,216
0,441
0,296
0,308
0,948
0,23
0,271
0,391
0
0,268
0,263
1,183
0,387
0,252
0,305
31/12
-1,69
+5,15
+47,15
-2,84
-13,15
+24,32
-20,63
+2,59
-4,06
-15,85
-15,81
-1,08
-0,96
+2,09
+17,17
-33,31
-13,84
-2,34
-2,81
LES DEVISES
MONNAIE
AUSTRALIE ................................................................................
DOLLAR AUSTRALIEN
CANADA ................................................................................
DOLLAR CANADIEN
GDE BRETAGNE ................................................................................
LIVRE STERLING
HONG KONG ................................................................................
DOLLAR DE HONG KONG
JAPON ................................................................................
YEN
SUISSE ................................................................................
FRANC SUISSE
ETATS-UNIS ................................................................................
DOLLAR
TUNISIE ................................................................................
DINAR TUNISIEN
MAROC ................................................................................
DIHRAM
TURQUIE ................................................................................
NOUVELLE LIVRE TURQUE
EGYPTE ................................................................................
LIVRE EGYPTIENNE
CHINE ................................................................................
YUAN
INDE ................................................................................
ROUPIE
ALGERIE ................................................................................
DINAR ALGERIEN
1 EURO=
1,5675
1,5002
0,8968
8,9928
127,07
1,1391
1,1456
3,1515
11,103
6,9309
20,4056
7,8468
78,852
136,0826
AUD
CAD
GBP
HKD
JPY
CHF
USD
TND
MAD
TRY
EGP
CNY
INR
DZD
L’OR
JOUR
VEILLE
31/12
COTATION QUOTIDIENNE ASSURÉE PAR TESSI-CPOR
www.cpordevises.com
LINGOT DE 1KG ENV .....................................................
33510
33950
-3,57
NAPOLEON ..................................................... 199,9
199,9
-3,38
PIECE 10 DOL USA .....................................................
556
591
-5,44
PIECE 10 FLORINS .....................................................
204
203
-4,14
PIECE 20 DOLLARS .....................................................
1129,75
1130
-3,27
PIECE 20F TUNISIE .....................................................
198
198
-2,94
PIECE 5 DOL US (H) .....................................................
300
283
-1,64
PIECE 50 PESOS MEX .....................................................
1281
1262
-2,21
PIECE FR 10 FR (H) .....................................................
112,9
105,9
+2,82
PIECE SUISSE 20F .....................................................
200
195,9
-1,33
PIECE LATINE 20F .....................................................
198
198
-2,41
SOUVERAIN ..................................................... 256,7
252,8
-1,53
KRUGERRAND .....................................................1104,5
1100
-1,27
SICAV ET FCP
VALEURS LIQUIDATIVES EN EUROS (OU EN DEVISES), HORS FRAIS
VALEUR
DATE DE
LIQUID. VALORISAT.
42 rue d’Anjou,
75008 Paris
Tél. : 01 55 27 94 94
www.palatine.fr
SICAV
UNI HOCHE C ................................................
284,95 08/08/18
Cybèle Asset Management
37 av. des Champs-Elysées
75008 Paris
Tel. : 01 56 43 62 50
BETELGEUSE ................................................
49,73 07/08/18
BELLATRIX C ................................................
337,53 07/08/18
SIRIUS ................................................56,55 07/08/18
RETROUVEZ
SITE D’INFORMATIONS EXCLUSIVES
WWW.WANSQUARE.COM
A
THALES PROLONGE À NOUVEAU SON OFFRE SUR GEMALTO JUSQU’AU 31 MARS 2019
Thales a annoncé, vendredi 10 août, une
nouvelle prolongation de son offre publique d’achat (OPA) sur Gemalto, leader
des cartes SIM et de la sécurité numérique, jusqu’au 31 mars 2019 au plus tard.
Cela, grâce à « une exemption accordée
par l’autorité néerlandaise des marchés
financiers le 9 août 2018 », précise le
groupe de défense et de hautes technologies. Cette nouvelle prolongation court
jusqu’à ce que l’opération obtienne toutes
les autorisations réglementaires requises.
Elle ne change cependant pas le calendrier de Thales. Le groupe espère finaliser
l’achat de Gemalto pour 4,8 milliards
d’euros, avant la fin 2018. L’OPA avait
déjà été prolongée une première fois début juin jusqu’au 15 août. Thales et Gemalto sollicitent 14 feux verts réglementaires dans le monde et en ont obtenu
trois (Chine, Israël et Australie) à ce jour.
Le 23 juillet, la Commission européenne a
ouvert une enquête approfondie sur ce
projet d’acquisition. Elle a motivé sa déci-
sion par le fait que Thales et Gemalto
« sont actuellement de proches concurrents sur le marché des modules matériels de sécurité (boîtiers de chiffrement
permettant de générer, stocker et protéger des clés cryptographiques, NDLR)
aux niveaux européen et mondial ». La
Commission a désormais jusqu’au 29 no-
vembre 2018 pour prendre une décision.
L’ouverture d’une enquête approfondie
ne préjuge en rien de l’issue de la procédure, et il est rare que la Commission interdise une fusion. Hier, les marchés n’ont
pas réagi, ayant déjà intégré cette information. Le cours de Thales était stable, à
115 euros. ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
L’ÉTÉ DU FIGARO
samedi 11 - dimanche 12 août 2018
25
[
Dans les co
... de la Pitié-S ulisses...
alpétrière
]
Cet été, Le Fig
aro
de lieux ordina vous emmène dans les co
ulisses
ires ou d’excep
plongée dans
l’hôpital paris tion. Aujourd’hui,
ien.
5/5
13 novembre
2015, le choc…
APHP
La Pitié-Salpêtrière, cité de la santé
20 000 personnes y circulent chaque jour. Ville dans la ville, le fleuron de l’AP-HP mobilise
une impressionnante logistique et de constants investissements pour rester à la pointe.
ANNE CHEYVIALLE £@AnneCheyvialle
Impression générale : le gigantisme. Pour s’orienter sur ce site de
33 hectares, ses 90 bâtiments dont
certains classés datant du XVIIe siècle, ses 11 pôles d’activité et 73 services de santé, mieux vaut se munir
d’un plan. Installé dans le XIIIe arrondissement de Paris, non loin de
la Seine, l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière - qui doit son origine à Marie
de Médicis et son petit hospice pour
mendiants - est une véritable ville
dans la ville. Dotée de son propre
transport de bus, d’une poste – qui
gère les prélèvements et le courrier
de tous les établissements de l’APHP (Assistance publique-Hôpitaux
de Paris) - et même d’une église, la
chapelle Saint-Louis, édifiée à la
demande de Louis XIV. Sans oublier
son coin de verdure, le parc dit « de
la Hauteur ».
Le 28 juin, par une belle et chaude
journée, des centaines de blouses
blanches s’y sont retrouvées pour
un barbecue géant. Dans une ambiance bon enfant, rythmée par des
mariachis mexicains sous leur traditionnel sombrero et rafraîchie de
cornets de glace. « On l’organise
chaque année pour mille collaborateurs. C’est un moment de cohésion
sociale », confie Lyonel Verley, directeur des affaires économiques.
17 kilomètres de galeries
Pour mieux guider les 20 000 piétons qui sillonnent chaque jour la
mini-ville, la signalétique a été entièrement refaite. Le visiteur aura
en revanche plus de mal à découvrir
sa face cachée, souterraine, ses
17 kilomètres de galeries aux murs
blanchis et sol en plastique. Serge
Flasque, ingénieur logistique, nous
guide dans un dédale d’étroits couloirs jusqu’à un endroit stratégique.
On y trouve les stocks d’urgence
cadenassés dans des armoires métalliques : plan blanc - il a été déclenché lors des attentats de novembre 2015 -, plan hivernal,
pandémie grippale, chaleur extrême, risque chimique ou biologique
et agents infectieux. « Il y a tout le
matériel indispensable qu’il faut
pouvoir expédier très rapidement »,
explique le responsable de la plateforme logistique centrale. Cette
unité, créée en 2011, est entièrement informatisée et mécanisée.
Elle compte 750 références (hors
médicaments et produits stériles)
pour une valeur de stock de
300 000 euros et un montant annuel
d’achat de 6 millions.
Autre secret d’arrière-cour, la
Pitié-Salpétrière utilise la techni-
que ancestrale du pneumatique
pour transporter prélèvements et
analyses sanguines jusqu’à une plateforme de biologie, un site centralisé et ultramoderne lancé en mars
dernier. Dix-huit kilomètres de
boyaux relient en moins de dix minutes n’importe quel endroit de
l’hôpital. « Avec un code couleur par
secteur et pour les urgences », précise Jean-Marc Lacorte, responsable
médical du pôle biologie. Sa particularité, commente-t-il, c’est le
haut degré de technicité et d’automatisation, « une première en France, et
l’un des premiers en
Europe ; le service
fonctionne 24 h/24,
sept jours sur sept ».
Une fois le dossier
informatisé, les tubes sont pris en
charge par des robots pour une préanalyse, le convoyage et l’analyse en
tant que telle.
« Nous supprimons les actions à
faible valeur ajoutée, explique Jean-Marc Lacoste.
L’objectif est de gagner en efficacité
et d’apporter plus de confort à l’infirmière et au patient. » Ainsi, la PitiéSalpêtrière passera de treize laboratoires à quatre d’ici la fin de l’année.
Derrière cet outil performant, l’enjeu est également économique, visant à développer l’activité. « L’idée
est de l’ouvrir à d’autres hôpitaux et
autre cliniques et pourquoi pas de
créer un centre de prélèvement externe », ajoute le professeur.
Si la santé reste la vocation première qui comprend un volet recherche important avec des centres
d’excellence tels que l’Institut du
cerveau et de la moelle, l’établissement fonctionne comme une entreprise. À sa tête, un triumvirat : le
directeur administratif, le président
de la commission médicale d’établissement élu par ses pairs médecins et le doyen de la Faculté de médecine. « Nous définissons tous les
quatre ans un projet médico-scientifique auquel on alloue les ressources
nécessaires », explique le directeur
Serge Morel. « L’hôpital n’est pas
fait pour faire du chiffre, lance-t-il.
On ne dégage pas des marges pour
les actionnaires mais il faut des résultats. » Dans le rouge de 7 millions
d’euros en 2008, l’établissement,
fleuron historique de l’AP-HP et
toujours le plus important, a dégagé
en 2017 un bénéfice de 5 millions.
Comment ? En optimisant l’utilisation des capacités d’offre de soin,
d’augmenter les parts de marché,
c’est-à-dire d’attirer plus de patients. Car les recettes versées par la
Sécurité sociale, les mutuelles ou en
direct par les malades sont corrélées au nombre d’actes médicaux.
Le renom de l’hôpital, la présence
de grands pontes de la médecine,
d’équipements de pointe - blocs
connectés, robots, imagerie nucléaire… – sont des atouts. « Il est
également important d’améliorer
l’environnement, l’hôtellerie, la restauration, précise Serge Morel. En
septembre, un nouvel accueil va
ouvrir, plus chaleureux, comme un
salon VIP d’aéroport. » Il faut aussi
éviter que les médecins, très sollicités en orthopédie et urologie,
ne cèdent aux sirènes du privé
plus rémunérateur mais moins
prestigieux.
Chirurgie innovante
En haut :
la blanchisserie
de l’établissement
traite chaque jour
35 tonnes de linge.
Au centre :
un des blocs de l’unité
de chirurgie ambulatoire
(UCA), ouvert dans un
bâtiment flambant neuf
ce printemps.
En bas : la plateforme
de biologie est équipée
d’un laboratoire
d’analyse robotisé.
APHP
répond le directeur. L’hôpital a des
coûts fixes importants en personnel
et matériel pour le faire fonctionner
24 h/24. « Il faut éviter d’avoir des
lits vides », illustre Serge Morel.
Le site en compte plus de 2 000 et
tout son lot de linge, draps, taies
d’oreiller, chemises de nuit, blouses… passe dans les grandes lessiveuses de la blanchisserie centrale
de l’AP-HP, localisée là encore à la
Pitié-Salpêtrière. Ainsi, la miniville a même son usine est ses chaînes de production. Chaque jour,
35 tonnes de linge sont tractées
dans de gros baluchons, déversées
dans d’immenses machines, lavées,
séchées, pliées automatiquement…
et tracées grâce à une puce intégrée.
« On a décidé cet investissement car
beaucoup de linge disparaissait, explique le directeur, Jean-Charles
Grupeli. Depuis, les achats annuels
ont diminué de moitié. .
Cela fait partie des efforts d’optimisation. La mission, en face, est
Pour cela, il n’y a pas de secret, il
faut sans cesse investir et moderniser, comme récemment sur la chirurgie
ambulatoire. Un bâtiment flambant neuf a
ouvert ses portes début avril. Son principe : le patient reste
moins de douze heures, il rentre le matin
et sort le soir, tout a
été organisé par
avance. Le concept
architectural
veut
qu’il aille toujours de
l’avant dans des locaux
spacieux,
ouverts et baignés de
lumière jusqu’à la
sortie, et soit le plus
autonome possible. « La France
avait beaucoup de retard, la Pitié
également, on est en train de le rattraper en se focalisant sur la chirurgie
innovante », explique Sophie Di Maria, anesthésiste et responsable médicale de l’unité. On y pratique des
opérations complexes – ablation de
l’utérus, prothèse de hanche…
L’hôpital a été le premier de l’APHP à opérer un cancer de la thyroïde. « L’intérêt est de réduire les risques d’infection. Cela donne de la
souplesse à la gestion des autres unités de chirurgie lourde et d’urgence »,
explique Serge Morel. Changement
clé, insiste-t-il, « l’organisation de
l’hôpital se fait désormais autour du
malade ». Une évidence qui ne coulait pas de source par le passé… ■
RETROUVEZ MARDI NOTRE
NOUVELLE SÉRIE :
C’est aussi une entreprise :
Roland-Garros
910
millions d’euros
Montant des recettes annuelles
9 442
L’effectif
de médecins
et paramédicaux
33
hectares
La surface occupée
par l’établissement
A
L’esplanade
Saint-Louis, côté
boulevard de l’Hôpital,
surmontée par le dôme
de l’église Saint-Louis,
édifiée à la demande
de Louis XIV.
■ Mathieu Raux, responsable
des posttraumatisés, n’oubliera
jamais cette nuit-là. Le soir des
attentats du Bataclan où la PitiéSalpêtrière a pris en charge
58 victimes. «J’étais sur la route
pour Rouen, j’ai reçu un appel
après la première explosion
au Stade de France. Puis un
deuxième 5 minutes plus tard et
tout s’est très vite enchaîné »,
se remémore le médecin. Triste
ironie de l’histoire, le matin
même, l’hôpital organisait un
exercice de simulation d’attaque
multisites par armes à feu avec
le Samu de Paris et les pompiers.
Quel souvenir Mathieu garde-t-il
de ce week-end hors norme ?
« Beaucoup d’angoisse de ne
pas être à la hauteur, beaucoup
d’admiration car dans ces
circonstances les gens font
preuve de courage, de collectif
et d’obéissance, et beaucoup de
fatigue. » Le directeur de
l’hôpital, Serge Morel, souligne la
« mobilisation générale et l’élan
de solidarité pour ceux
qui souffrent, des valeurs qui
animent les professionnels et
sont au cœur de l’hôpital ». Si
ces événements douloureux ont
été durs à surmonter pour les
équipes - certains ont vécu des
traumatismes psychiatriques -,
ils ont créé des liens « très
forts ». « Ce fut très fédérateur,
y compris avec
l’administration », commente
Mathieu Raux. Cela n’a pas
empêché des erreurs,
reconnaît-il, principalement
au niveau organisationnel. Des
dysfonctionnements qui ont
notamment conduit à une
mauvaise identification d’une
personne décédée. L’hôpital en a
tiré des enseignements, revu
les procédures et construit des
programmes de formation.
Un exemple, illustre le médecin,
les chirurgiens de l’abdomen
peuvent pratiquer des
interventions sur le thorax : « ils
ont accepté de sortir de leur
zone de confort. » Un comité
médico-scientifique a été mis
en place pour une évaluation
médicale de toutes les victimes
dans les différents hôpitaux.
« Ces éléments factuels nous
permettront de mieux
dimensionner les futurs plans
de secours, explicite le médecin.
Nous avons fini le recueil
des données, on fait le travail
d’analyse qu’on espère
soumettre dans une revue
scientifique. »
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
samedi 11 - dimanche 12 août 2018 LE FIGARO
26
MÉDIAS et TECH
Les médias écrits américains veulent faire
rayonner leur journalisme à la télévision
Le « New York Times » et le site Axios vont produire des séries documentaires pour les chaînes HBO et FX.
CHLOÉ WOITIER £@W_Chloe
VIDÉO En plus des séries Game of
Thrones ou Big Littles Lies, les abonnés américains de la chaîne HBO
vont pouvoir profiter dans les prochains mois d’un nouveau programme
d’actualité
nommé
« Axios ». Toutes les semaines,
« Axios » se penchera sur la politique, la technologie ou la culture, en
mêlant documentaire et interviews
prestigieuses. Cette émission sera
produite par le site d’information
du même nom, créé début 2017 par
les fondateurs de Politico, et mettra
en avant les membres les plus éminents de sa rédaction.
« HBO nous donne l’opportunité
de traduire sur le petit écran notre
style de journalisme, concis mais intelligent, ainsi que nos obsessions
autour de la transformation des
États-Unis », explique le directeur
d’Axios, Jim VandeHei, au Wall
Street Journal. La première émission
est attendue autour des élections de
mi-mandat, qui se tiendront début
novembre. Elle sera un coup de pub
non négligeable pour ce jeune pure
player pensé pour le mobile, mais
dont l’audience reste confinée à une
certaine élite.
Élargir son public
Axios emboîte le pas à une vénérable institution, le New York Times,
qui a signé un accord similaire au
printemps avec la chaîne de télévision gratuite FX (groupe Fox). Sa
future émission hebdomadaire,
« The Weekly », devrait aussi être
diffusée vers la fin d’année. L’angle
y sera légèrement différent de celui
d’« Axios ». En trente minutes,
« The Weekly » se concentrera sur
un article publié par le Times et discutera avec son auteur sur la « fabrique » de cette information. La
recette est similaire à celle appli-
Vox diffuse
chaque semaine
l’émission
« Explained »
(« En bref » sur
Netflix France), qui
décortique en quinze
minutes un sujet
de société.
PHOTOMONTAGE LE
FIGARO/ANDREY_POPOV/
SHUTTERSTOCK CAPTURE
NETFLIX
quée dans « The Daily », le podcast
quotidien du journal. « The
Weekly » sera disponible le lendemain de sa diffusion télé sur la plateforme vidéo Hulu. « Cette émission va nous permettre d’exposer
notre journalisme à une nouvelle
audience et d’accroître notre réputation », souligne le patron de la New
York Times Company, Mark
Thomson. Objectif affiché : aller
chercher des abonnés tout en développant une nouvelle source de revenus. « Le Times va pouvoir toucher les citoyens en dehors du temps
réservé à la lecture des journaux »,
résume son éditeur Dean Banquet.
Se développer sur la vidéo n’a
rien de vraiment nouveau pour les
médias écrits, mais arriver à la télévision a longtemps été une frontière
infranchissable. Seul Vice Media
avait jusqu’à présent réussi cet ex-
L’ÉTÉ DU FIGARO
ploit en créant sa propre chaîne
payante, Viceland, et en vendant
une émission à HBO, « Vice News
Tonight ». Mais les choses sont doucement en train de changer. Le site
Vox a vendu à CNN pour 2019 une
émission, « American Style », qui
examinera l’évolution du pays sous
le prisme de la mode. Pour arriver à
ce résultat, Vox va recourir aux services d’une agence qui connaît parfaitement le petit monde de la télévision, WME, à laquelle ont aussi
souscrit BuzzFeed et Vice. « Ils ont
un carnet d’adresses en or. Cela nous
fait gagner un temps fou », explique
un des clients de WME à Digiday.
Les médias écrits ciblent également les plateformes vidéo comme
Netflix, plus faciles d’accès que les
grandes chaînes de télévision et qui
assurent une exposition mondiale.
Vox diffuse chaque semaine sur la
plateforme de streaming l’émission
« Explained » (« En bref » sur Netflix France), qui décortique en
quinze minutes un sujet de société.
Fin août, la plateforme accueillera
« Follow This », une émission de
BuzzFeed mettant en vedette ses
journalistes autour d’une thématique. Le New York Times, lui, va coproduire pour Netflix un documentaire inspiré d’une des rubriques de
son magazine du week-end, « Diagnosis ».
Le retour sur investissement de
ces émissions, très chères à produire, est incertain. Les médias doivent
aussi se battre pour conserver la
propriété de leurs programmes.
Pour Vox, ce fut peine perdue :
« Explained » appartient à Netflix.
« Mais ils ont payé très cher pour
avoir ce droit », se console-t-on
chez le pure player. ■
6/6
EN BREF
UNE SÉRIE COPRODUITE
PAR UBISOFT
ACHETÉE PAR APPLE
£ Apple a acquis les droits
d’une future série comique
qui se déroulera dans un studio
de développement de jeux vidéo.
Ubisoft fait partie des
coproducteurs avec Lionsgate.
MOINS DE PUB
SUR SPOTIFY
£ Spotify va permettre aux
utilisateurs gratuits de supprimer
les publicités qu’ils ne veulent
pas entendre. Les données
récoltées permettront de
proposer des spots plus adaptés.
[
Ces pépite
du jeu vidés
en France o
Amplitude, la création participative
]
Acquis par Sega, le studio est spécialisé dans les jeux de stratégie conçus en collaboration avec leurs fans.
A
VINCENT JOLLY £@vinny_jolly
JEUX VIDÉO « La France, c’est
l’autre eldorado du jeu vidéo »,
avait déclaré en 2015 au Figaro Romain de Waubert, cofondateur
d’Amplitude Studios. Trois ans
plus tard, les faits lui ont donné
raison. En 2016, portée par le succès de ses différents titres, l’entreprise française a attiré l’attention
du géant japonais Sega, qui a fait
l’acquisition d’Amplitude pour un
montant resté secret. C’est le point
d’orgue d’une ascension éclair
pour ce studio fondé il y a seulement sept ans par des anciens d’Ubisoft.
Spécialisé dans la niche
des jeux de stratégie surnommés « 4X » (eXploration, eXpansion, eXploitation,
eXtermination), Amplitude s’est fait
connaître en 2012 avec le titre
Endless Space – un 4X spatial qui
venait à lui seul ressusciter le genre
avec en face un seul concurrent
sérieux, la franchise des Civilization. Endless Space se vend sur PC à
1,5 million d’exemplaires tout en
expérimentant un nouveau mode
d’achat sur la plateforme de vente
Steam : l’« early access » (accès
anticipé). Ce système permet
d’acheter un jeu avant la fin de son
développement, afin d’aider les
créateurs à améliorer leur produit
grâce aux retours des acheteurs.
L’équipe d’Amplitude, qui a à
cœur de tisser une relation de
confiance avec sa communauté de
joueurs, a poussé le concept un
cran plus loin. Ils ont créé une plateforme en ligne, Games2Gether,
qui permet aux fans de l’univers
d’Endless Space de faire part de
leur avis et de soumettre des idées
originales à implémenter dans leur
jeu : dans Endless Legend, un personnage jouable et intégré à la version finale avait été entièrement
imaginé et conceptualisé par la
communauté des fans d’Amplitude. Un niveau de transparence très
rare, voire jamais vu : imaginez
Martin
Scorsese
soumettre la
première version
du script de son prochain film à ses
fans. « On se force à accepter de
perdre du contrôle et à accepter de
ne pas être les experts, explique
Romain de Waubert. C’est à la fois
une contrainte, mais c’est également une vraie richesse pour notre
développement. »
Une philosophie qui leur permet
d’agrandir et de renforcer leur
noyau de joueurs. Suivent alors
Un an après
sa sortie, en 2017,
Endless Space 2
s’est écoulé
à 600 000
copies.
AMPLITUDE STUDIOS
deux autres jeux en 2014, puis, en
2017, la sortie très attendue d’Endless Space 2. Pour chaque jeu, du
contenu additionnel gratuit est régulièrement mis en ligne, ainsi que
des extensions payantes. « On se
permet ce modèle pour une seule
raison, poursuit Romain de
Waubert. Nos jeux, à leur sortie,
sont toujours à un prix assez accessible (à sa sortie, Endless Space 2
coûtait 40 euros, NDLR). Nous estimons que notre public accepte de
repayer un peu pour enrichir l’expérience. » Un an après sa sortie, Endless Space 2 s’est écoulé à 600 000
copies – comme pour le premier
volet de 2012.
« Contrairement à d’autres
gros studios, nos jeux se vendent sur
la longueur, et les trois premiers
mois sont moins importants que
pour d’autres titres. Mais c’est vrai
qu’on pensait que Sega nous permettrait d’aller chercher de nouveaux joueurs, confie de Waubert.
Mais la concurrence est devenue
beaucoup plus rude. Lorsqu’on a
commencé, en 2012, quand on avait
une bonne idée, le succès était presque garanti. Aujourd’hui, c’est dif-
ficile de se démarquer au milieu des
30 ou 40 nouveaux jeux qui sortent
quotidiennement. Quand on s’est
lancé, il y avait 6 000 jeux par an.
Maintenant, c’est plutôt 9 000. »
Transparence
Sega n’étant arrivé qu’à la fin du
développement d’Endless Space 2,
il faudra probablement attendre la
sortie du prochain jeu d’Amplitude
pour voir réellement l’impact du
japonais sur l’entreprise parisienne, qui continue de s’agrandir.
« Nous sommes 86, contre une cinquantaine il y a deux ans. Et nous
pensons être environ 120 d’ici à
2021. Vu l’évolution du marché, je
suis content de ne plus être tout
seul. »
S’il refuse de dévoiler les futurs
projets du studio, son cofondateur
admet
vouloir réajuster certaines choses
dans leur manière de fonctionner.
« La transparence, c’est bien quand
on est tout seul ! Mais ça laisse aussi
forcément filer des bonnes idées
chez les autres… » Et de conclure :
« Je maintiens ce que j’ai dit il y a
deux ans : la France est toujours un
eldorado. Sauf que maintenant,
beaucoup de gens s’en sont rendu
compte. » ■
RETROUVEZ LUNDI NOTRE
NOUVELLE SÉRIE :
Comment la 5G va changer
notre quotidien : les transports
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
0
Размер файла
5 097 Кб
Теги
Le Figaro, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа