close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Le Figaro - 16 08 2018

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2,60 €
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO - N° 23 019 - www.lefigaro.fr - France métropolitaine uniquement
Première édition
De gauche à droite :
Amélie Nothomb,
Boualem Sansal
et Aurélie Filippetti.
lefigaro.fr
« Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur » Beaumarchais
HISTOIRES D’ESPIONS
LES CHARMES
VÉNÉNEUX
DE « MISTER
BUTTERFLY » PAGE 18
L’ÉTÉ
DU
FIGARO
LITTÉRATURE
LA GRANDE VOGUE
DES BIOGRAPHIES
ROMANCÉES PAGE 11
Réforme des retraites : une
rentrée sous haute tension
LE VOYAGE
RÉINVENTÉ
EN TANZANIE,
UN LUXUEUX
CAMP MOBILE
PAGE 12
QUAND LA SCIENCE
BOUSCULE L’ART
LE
PHONOGRAPHE,
PIONNIER
DE L’INDUSTRIE
MUSICALE
Les discussions vont s’accélérer à l’automne en vue de la création du régime universel
voulu par Emmanuel Macron. L’avenir des pensions de réversion suscite des inquiétudes.
PAGE 16
Les consultations préalables
à la prochaine réforme des
retraites, programmée en
2019, vont repartir de plus
belle à la rentrée. Menées
sous la houlette du hautcommissaire Jean-Paul De-
C’EST AUSSI
UNE ENTREPRISE
L’ÉQUITATION
À L’HEURE
DU SPORT
BUSINESS
levoye, elles vont entrer
dans le vif du sujet, avec au
menu les aspects les plus
sensibles du dossier comme
les régimes spéciaux, l’âge de
départ anticipé de certaines
catégories de fonctionnaires
et le financement du futur
régime universel par points.
Parmi les sources de tension
figure en particulier l’avenir
des pensions de réversion
versées aux veuves - mais
aussi aux veufs - de retraités,
dont la suppression a été
évoquée dans un document
officiel. Malgré les démentis
du gouvernement, l’inquiétude demeure sur leur maintien en l’état dans le nouveau
système.
è LES ENJEUX TRÈS CONCRETS
ET TRÈS POLITIQUES AUTOUR
DES PENSIONS DE RÉVERSION
è UNE ENQUÊTE INTERACTIVE
DE LA CFDT POUR NOURRIR
LE DÉBAT
PAGES 20, 21 ET L’ÉDITORIAL
PAGE 23
JEUX D’ÉTÉ PAGE 15
Les
universités
françaises à
la traîne dans
le classement
de Shanghaï
Viaduc de Gênes : après la catastrophe,
l’indignation et les polémiques
OPPOSITION
À Cassis, la carte
postale estivale
de Hollande PAGE 5
MIGRANTS
L’errance
de l’« Aquarius »
s’achève
à Malte PAGE 6
Une épidémie
d’Ebola en zone
de guerre PAGE 9
AVIATION
Air France-KLM
ouvre son cockpit
au Canadien
Benjamin Smith
STEFANO RELLANDINI/REUTERS
RDC
Le spectaculaire effondrement d’un pont à Gênes qui a tué une quarantaine d’automobilistes suscite des réactions en
chaîne en Italie, où l’incurie des pouvoirs publics et des concessionnaires de l’ouvrage est pointée du doigt. PAGES 2 À 4
Difficile, pour les universités
françaises, de se hisser dans
le fameux « classement académique des universités
mondiales », dévoilé par l’organisation Shanghai Ranking
Consultancy. Comme chaque
année, ce sont les établissements américains, portés par
des budgets annuels astronomiques, qui écrasent ce tableau. Seules trois facultés
tricolores parviennent à se
maintenir dans le top 100 :
Sorbonne Université, ParisSud et l’École normale supérieure. PAGE 8
PAGE 22
La chronique
de Luc Ferry
La tribune
d’Anne-Sophie
Letac PAGE 17
ÉDITORIAL par Gaëtan de Capèle gdecapele@lefigaro.fr
n
n
@
FIGARO OUI
FIGARO NON
Réponses à la question
de mardi :
Nicolas Hulot est-il un bon
ministre de l’Écologie ?
OUI
27 %
NON
73 %
TOTAL DE VOTANTS : 42 941
M 00108 - 816 - F: 2,60 E
3’:HIKKLA=]UW[U^:?a@i@l@g@k";
Votez aujourd’hui
sur lefigaro.fr
Pensez-vous
qu’une catastrophe
comme celle de Gênes
puisse arriver en France ?
COLLECTION PERSONNELLE -BRUNO
LEVY/DIVERGENCE-JEAN-CHRISTOPHE
MARMARA/LE FIGARO-SÉBASTIEN
SORIANO/LE FIGARO
P
Ligne rouge
eut-on avoir l’ambition de « transformer » la France sans toucher à son
système de retraites ? Non, considère Emmanuel Macron, qui a décidé
d’ouvrir en grand ce dossier hautement inflammable, avec l’intention affichée
de chambouler de fond en comble le système
existant. Que prépare-t-il exactement ? Mystère… Sous couvert de consultations, le chef de
l’État, qui avait minutieusement décrit ses
autres grandes réformes dans son programme
présidentiel, se montre bien avare de détails
sur la plus éruptive d’entre elles.
Le diagnostic sur la situation des retraites en
France a déjà été mille fois établi. Avec leurs
quarante-deux régimes différents, elles sont
illisibles, inéquitables et d’une gestion coûteuse. Leur équilibre financier reste en outre
d’une inquiétante précarité et entretient une
atmosphère anxiogène dans l’opinion. La nécessité de revisiter en profondeur un système
créé au siècle dernier n’est donc pas contestable. La philosophie de la réforme envisagée ne
le paraît pas moins : créer un régime universel
par points, selon le principe qu’un euro cotisé
donne les mêmes droits pour tous, semble
frappé au coin du bon sens. De ce que l’on
comprend, il conduira enfin à un alignement
du public - en particulier des régimes spéciaux
- et du privé. Il était temps !
Ce grand chambardement menace-t-il les
pensions de réversion ? Telle est la drôle de
question posée explicitement par le HautCommissariat à la réforme des retraites. Et une
ligne rouge à ne pas franchir pour le gouvernement, dont l’ambiguïté inquiète. Si la réforme
soulève un problème financier, souhaitons-lui
bien du courage pour expliquer que les veuves
de retraités, dont on
ne sache pas qu’elles
roulent sur l’or, doivent servir de variable
d’ajustement. Surtout
lorsque l’on connaît la
réalité, elle aussi
maintes fois décrite :
les Français vivant aujourd’hui vingt ans de
plus que leurs anciens, la pérennisation des retraites par répartition suppose mécaniquement de travailler plus longtemps, quel que
soit le système en place. Or, le report de l’âge
du départ en retraite est la seule hypothèse
qu’Emmanuel Macron a explicitement écartée
de son big bang… ■
Inquiétante
ambiguïté
sur les
pensions
de réversion
AND : 2,80 € - BEL : 2,60 € - CH : 4,00 FS - CAN : 5,40 $C - D : 3,20 € - A : 3,50 € - ESP : 2,90 € - Canaries : 3,00 € - GB : 2,50 £ - GR : 3,20 € - DOM : 3,00 € - ITA : 3,00 €
LUX : 2,60 € - NL : 3,20 € - PORT.CONT : 3,00 € - MAR : 22 DH - TUN : 4,20 DT - ZONE CFA : 2.300 CFA
ISSN 0182.5852
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
A
CHAMPS
LIBRES
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
2
L'ÉVÉNEMENT
Viaduc de Gênes : après le choc,
L’effondrement du pont autoroutier qui a causé une quarantaine de morts soulève dans
TANGUY BERTHEMET £@tanguyber
35
LES SECOURS s’échinaient toujours,
mercredi, à fouiller les débris du pont
effondré. Plus d’une journée après le
drame, quelque 400 hommes, équipés de pelleteuses et aidés de chiens,
sondaient les amas de béton à la recherche des dépouilles ou d’un miracle. « On ne perd pas l’espoir de retrouver des survivants », confiait,
jeudi, au petit matin Emanuele Gissi,
commandant adjoint des pompiers
de la région Piémont (nord).
véhicules
ont été précipités
dans le vide
Selon un bilan diffusé à la mijournée par la protection civile italienne, on comptait 39 morts, dont
3 enfants, et 15 blessés, dont 8 dans
un état très grave. Il y aurait toutefois encore des personnes portées
disparues.
La plupart des victimes ont péri
dans leur voiture quand, mardi peu
avant midi, un tronçon du pont
Morandi, un viaduc autoroutier qui
traverse Gênes, s’est brusquement
effondré. Une trentaine de véhicules et quelques camions ont été précipités dans le vide, de 45 mètres de
haut. Les journaux italiens diffusaient la liste des vies gâchées : un
joueur de football amateur, quatre
jeunes hommes en route pour des
vacances en Espagne ou le petit Samuel, 8 ans, et ses parents. Quatre
Français figurent parmi les morts, a
annoncé le Quai d’Orsay, dont trois
étudiants de Montpellier, en route
pour la Sardaigne.
Les secours sont difficiles, un
autre pilier de l’ouvrage, inauguré
en 1967, suscitant des craintes
d’écroulement. Le maire de la ville,
Marco Bucci, a ordonné l’évacua-
tion des immeubles situés près du
pont. « Ce sera difficile de les sauver », a-t-il affirmé. 311 familles,
souvent défavorisées, doivent être
relogées en urgence.
Manque de maintenance
Les raisons de cet accident rarissime ne sont pas encore établies. Les
ingénieurs semblent mettre en cause la conception même de l’ouvrage, connu depuis des années pour
ses faiblesses accentuées par l’intensité du trafic. Sa fermeture a été
souvent évoquée, et un projet alter-
Plus de 200 mètres de pont détruits
Autoroute A10
Pilier
90 m
Tablier
45 m
Sol
Portion du
st effondrée
pont qui s’e
Voie ferrée
Fleuve Bisagno
Photo : Reuters, Wikimedia Commons Infographie
A
LA SOCIÉTÉ
D’AUTOROUTE
ACCUSÉE
Autostrade per l’Italia,
la société concessionnaire
du pont, est aujourd’hui
sur le banc des accusés.
Danilo Toninelli,
le ministre italien
des Transports, a réclamé
la démission de ses
dirigeants et déclaré
avoir lancé une procédure
de retrait de sa
concession autoroutière.
Autostrade per l’Italia
gère plus de 3 000
kilomètres d’autoroutes
dans le pays. Mais
sa maison mère risque
vite de se retrouver
en première ligne.
Atlantia, qui possède 88 %
d’Autostrade, est
un géant qui gère des
autoroutes (en Italie mais
aussi au Brésil ou au Chili)
ainsi que des aéroports.
C’est Atlantia qui pilote,
depuis fin 2016, la
concession des aéroports
de Nice et de Lyon
en France. La société,
dont la famille Benetton
est le premier actionnaire
avec 30 % du capital,
est très ambitieuse. Elle
vient de mettre la main
sur l’espagnol Abertis,
qui gère 8 600 kilomètres
d’autoroutes dans
le monde, dont le français
Sanef. La catastrophe
de Gênes risque de mettre
un coup d’arrêt
à ce développement
à marche forcée.
Différentes pistes pour
expliquer l’effondrement
MARC CHERKI £@mcherki
CE NE SERA qu’à l’issue d’une enquête serrée des autorités italiennes que la ou les causes de la chute
du viaduc Morandi, à Gênes, seront connues. Mais déjà plusieurs
pistes se dessinent.
conditions
uLes
climatiques extrêmes
Au moment de l’effondrement
d’une portion du pont, mardi matin, un violent orage, accompagné
de pluie torrentielle, s’abattait sur
la ville de Gênes. Est-ce la grande
quantité d’eau tombée en très peu
de temps qui a fragilisé de manière
dramatique les fondations du pont
et provoqué sa rupture ?
de la foudre
uL’hypothèse
Des témoins mettent en cause
des arcs électriques de la foudre
qui ont frappé la structure. Une
famille italienne, interrogée par
La Repubblica, indique qu’« à
10 h 35, la foudre a frappé la base
d’un pilier. Immédiatement après,
le ciment a commencé à s’effriter et
après tout s’est effondré ».
D’autres équipements, tels les
haubans métalliques, ont-ils été
touchés ou altérés par la foudre ?
architecture contestée
uUne
« Une tragédie annoncée ? »,
s’est interrogé le site italien ingegneri.info juste après le drame.
Car en juillet 2016, l’ingénieur
Antonio Brencich, professeur associé en construction à l’université de Gênes et spécialiste du béton, leur avait fait part de ses
doutes sur l’ouvrage. « Le viaduc
de Morandi a immédiatement présenté plusieurs aspects problématiques », avait dénoncé l’expert. La
construction de l’ouvrage, de 1963
à 1967, a été effectuée selon une
nouvelle forme architecturale qui
utilise un béton armé dit précontraint, breveté par le concepteur
du pont, l’ingénieur Riccardo Morandi. Et « une évaluation erronée
des effets différés du béton (viscosité) a produit un tablier non horizontal », déplorait Antonio Brencich. Ce n’est que lors des années
1980 que « des corrections de niveaux répétées » ont servi à aplanir la route. Par ailleurs, il a estimé « discutable » le choix d’une
partie de la structure métallique
(des brins en acier à revêtement
en béton), considérée comme
« peu efficace ».
travaux de maintenance
uDes
Au moment du drame, le pont
faisait l’objet d’opérations de
maintenance de ses fondations.
Pourtant, de lourds travaux de rénovation avaient déjà été entrepris en 2016. Et le viaduc avait
subi d’autres réparations, notamment le remplacement des câbles
de suspension au début des années 1980 et 1990. Le réseau routier italien est mal entretenu, notamment pour ses nombreux
ouvrages vieillissants, construits
dans les années 1950 et 1960. Le
défaut de maintenance des structures est la principale cause mise
en avant pour expliquer l’effondrement de douze ponts et viaducs en Italie depuis 2004.
trafic trop important
uUn
Quand le remplacement
du
viaduc de Morandi avait été envisagé, en 2009, le trafic avait été
estimé à 25,5 millions de véhicules
par an. Cet important flux a « provoqué d’intenses dégradations de la
structure du pont », indiquait en
2011, un rapport des autoroutes
italiennes. ■
Àu centre,
les secouristes tentent
de localiser des victimes
en contre-bas
du viaduc Morandi,
qui s’est éffondré mardi.
À droite, des pompiers
évacuent un blessé
retrouvé
dans les décombres
d’un bâtiment détruit.
ANDREA LEONI/AFP,
LUCA ZENNARO/AP
Les concessionnaires sur la
LES SANCTIONS n’ont pas tardé.
Sans même attendre les conclusions des enquêtes techniques et
judiciaires ouvertes pour connaître les causes et les responsabilités de la tragédie de mardi à Gênes, le gouvernement italien a
pris la mesure de l’émotion populaire suscitée par l’effroyable bilan (39 morts) et annoncé de dures punitions à l’encontre de la
société concessionnaire du viaduc
Morandi qui s’est effondré.
Le président du Conseil, Giuseppe Conte, a annoncé que la
concession accordée jusqu’en
2038 à la société privée Autostrade serait immédiatement révoquée. Il la tient pour « principale
responsable » de « cette tragédie
inacceptable » : « Nous n’attendrons pas que la justice pénale se
prononce sur les responsabilités. »
Il a par ailleurs indiqué qu’un
« plan de contrôle extraordinaire
de toutes les infrastructures existantes depuis 1960 serait engagé
au plus tôt au plan national ».
De son côté, le procureur général de Gênes, Francesco Cozzi, a
estimé que la tragédie « ne résultait pas de la fatalité, mais d’une
erreur humaine ». Le parquet a
ouvert une enquête pour homicides multiples et désastre.
Plusieurs ministres ont accusé
de « grave négligence » la société
autoroutière Autostrade, et le
holding qui la contrôle, Atlantia,
détenu par la famille Benetton.
Danilo Toninelli, ministre (Movimento 5 stelle, M5S) des Infrastructures, l’a accusée de « payer
sa concession à des prix monstrueusement bas sans avoir fait la
maintenance nécessaire ». Le ministre a appelé à la démission immédiate de ses dirigeants, ajoutant que le gouvernement
« infligera jusqu’à 150 millions
d’euros d’amende à la société ».
Sur les réseaux sociaux, la famille
Benetton et son photographe atti-
tré Oliviero Toscani font l’objet
d’un véritable lynchage.
Dans la foulée, les deux viceprésidents du Conseil ont surenchéri. Luigi Di Maio, le leader du
Mouvement 5 étoiles et ministre
du Travail, a repris ces mises en
cause. Pour Matteo Salvini, « révoquer la concession est un minimum ». Le leader de la Ligue et
ministre de l’Intérieur, va écrire
« à tous les concessionnaires privés
d’autoroutes pour savoir quelle
part de leur bilan ils consacrent à
la sécurité ». En visite en Calabre
pour ce 15 août, il a évoqué une
« psychose de la peur » qui s’est
emparée de Catanzaro : le principal viaduc du chef-lieu de cette
région méridionale a été conçu
par l’architecte Riccardo Morandi, comme l’ouvrage génois qui
s’est effondré : « Il l’a même conçu
cinq ans plus tôt, en 1962. »
Économie paralysée
Le président de la République,
Sergio Mattarella, a, quant à lui,
exigé un « examen sérieux et sévère » sur les causes de la tragédie. Il a appelé à placer au centre
de l’action des institutions publiques « des contrôles, une culture
de la prévention et la modernisation intelligente des systèmes de
communication ». C’est cette
« culture de la prévention » dont
chaque nouvelle catastrophe révèle cruellement l’inexistence.
Précisément ce que le ministre de
l’Économie, Giovanni Tria, affirme vouloir mettre en œuvre :
« 150 milliards d’euros seront
consacrés au cours des quinze prochaines années à de grands investissements d’infrastructures et
118 milliards sont déjà immédiatement disponibles », a-t-il affirmé
dans un communiqué. Cela suffira-t-il pour remédier à des décennies d’incurie ?
À Gênes, les dégâts sont immenses. Le pont « maudit » devra
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
L'ÉVÉNEMENT
les polémiques
Le résultat de plus
d’un demi-siècle d’incurie
une Italie en état de choc de nombreuses questions.
tout juste d’ouvrir une enquête mais
pour le procureur de Gênes, Francesco Cozzi, « il ne s’agit pas d’une
fatalité, mais d’une erreur humaine ». Le gouvernement populiste au
pouvoir demande aussi des comptes. Le ministre italien des Transports, Danilo Toninelli, a déclaré
avoir lancé une procédure de retrait
de la concession autoroutière accordée à la société Autostrade per
l’Italia et demande la démission des
dirigeants. Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur et vice-président
du Conseil, a affirmé pour sa part
sellette
être démoli, de même qu’une
trentaine de maisons et d’immeubles qui se trouvent à ses
pieds. Surtout, il va falloir ouvrir
à la hâte une nouvelle bretelle
permettant de contourner le
port, un besoin crucial pour l’activité de cette ville et de l’économie de toute la région. Il s’agirait
d’une bretelle de 72 kilomètres,
comportant 23 nouveaux tunnels
et treize viaducs, dont on avait
déjà parlé il y a une dizaine d’années. Giovanni Calvini, à l’époque président du patronat génois,
rappelle que l’idée avait été
avancée par le maire et par le
président de la province, pour
décongestionner le port, le centre-ville et une autoroute A10
Gênes-Savone perpétuellement
embouteillée de poids lourds.
« À l’époque, j’avais dit : vous
verrez, quand le viaduc Morandi
s’écroulera, vous viendrez tous faire la queue pour que s’ouvrent au
plus vite les chantiers. Mais, sincèrement, je ne me serais jamais
attendu à une tragédie de cette ampleur », dit-il. On parlait alors
d’un coût de 4,8 milliards d’euros.
Cela aurait pu être commodément
fait en dix ans. La myopie politique des M5S et leurs rigidités
idéologiques ont toutefois interdit
au chantier de démarrer.
Sur la défensive, la société
Autostrade affirme n’avoir pas
failli à ses obligations. « Rien n’indiquait que les structures portantes
du viaduc pouvaient céder », ont
affirmé ses ingénieurs. Force lui
est tout de même de reconnaître
qu’il y avait un doute. Sinon
pourquoi aurait-elle lancé le
11 juin dernier une adjudication
de 20 millions d’euros pour remplacer les entretoises en béton
servant à maintenir le pylône qui
s’est effondré. Les travaux devaient commencer en septembre.
L’écroulement les a devancés. ■
R. H. (À ROME)
DÉCRYPTAGE
que le gestionnaire du viaduc autoroutier avait gagné des « milliards
d’euros » de droits de péage mais
n’avait pas dépensé les sommes nécessaires pour la maintenance.
La ville de Gênes tentait de réagir
alors que ce pont, voie d’accès avec
la France, est capital pour son économie et son port, l’un des plus actifs de Méditerranée. Mercredi, les
autorités portuaires locales ont annoncé qu’elles envisageaient des
convois de camions nocturnes afin
d’éviter la thrombose du réseau
routier. ■
Richard Heuzé
Rome
CINQ PONTS autoroutiers se sont effondrés en Italie au cours des cinq dernières années. Avec des victimes à chaque fois. Peut-on encore parler de
fatalité ? L’effondrement du viaduc
Morandi à Gênes n’est que l’illustration
dramatiquement emblématique d’une
carence tout italienne, son incapacité à
programmer et à mettre en œuvre une
maintenance sérieuse et efficace.
La même incurie se pose pour mettre
en sécurité écoles, hôpitaux, édifices
publics, cours d’eau qui se transforment en torrents dévastateurs au
moindre orage, habitations construites
sur des sites inappropriés. Ces bâtiments sont légion et à chaque catastrophe, le pays pleure ses morts depuis
cinquante ans en accusant la fatalité.
Le grand architecte Renzo Piano, qui
est lui-même génois, s’alarme qu’avec
tous ses moyens technologiques et l’excellence de ses ingénieurs, son pays ne
se soit pas mieux armé pour prévenir ces
catastrophes. « Les ponts, les maisons et
les constructions en général doivent être
traités comme des êtres humains. Nous
produisons des instruments de diagnostic
ultrasophistiqués et des technologies
d’avant-garde que nous exportons dans
le monde entier. Mais nous ne les utilisons
pas pour nos propres constructions. Pourquoi ? », se demande-t-il. Les carences
– qui ne datent pas d’hier - sont légion.
Pays au relief tourmenté par excellence,
l’Italie est sans doute en Europe celui qui
compte le plus d’ouvrages d’art sur les
7 123 kilomètres de son réseau autoroutier : 686 galeries majeures et 1 608
ponts et viaducs, construits pour 70 %
d’entre eux il y a plus de quarante ans.
La tragédie de Gênes n’aurait sans
doute pas été aussi meurtrière si l’alternative contenue dans un rapport de
2009 rédigé à la demande de la société
autoroutière Autostrade contrôlé par le
holding Atlantia de la famille Benetton
avait été mise en œuvre. Le projet, baptisé « Gronda », consistait à construire
une bretelle de contournement de la
ville de Gênes pour faire face à un trafic
qui atteint aujourd’hui 25,5 millions de
véhicules par an. Pour la réaliser, il
aurait fallu abattre quelques maisons et
ouvrir un chantier qui aurait duré dix
ans. À l’époque les « comités citoyens »
animés par les 5 étoiles, foncièrement
hostiles à toute politique de grands travaux, ont pris fait et cause avec quelques
dizaines de riverains qui ne voulaient
pas de la bretelle et avaient attaqué avec
violence le président de la province et le
maire de Gênes qui défendaient le projet : « On ne cesse de nous raconter la petite fable de l’imminence d’un effondrement du pont », avaient-ils écrit en 2013
dans un blog auquel Beppe Grillo avait
donné un large écho sur son réseau Internet. Cette attaque avait signé la fin du
projet. Mardi, dès l’annonce de la tragédie, les 5 étoiles ont immédiatement retiré de leur site le message, mais les télévisions l’ont vite retrouvé et diffusé.
Une érosion accélérée
Dans les années soixante, les planificateurs du « miracle économique »
d’après-guerre n’avaient pas prévu
l’énorme intensification du trafic sur
route intervenue à partir de 1980. Leurs
ouvrages étaient prévus pour des volumes de trafic quatre à cinq fois inférieurs. « J’avais conçu mon pont en 1965
essentiellement pour faciliter la circulation des voitures, pas pour assurer le
passage d’une majorité de poids
lourds », déclarait son maître d’œuvre,
l’architecte Riccardo Morandi, peu
avant sa mort en 1989. Dans un pays où
le fret voyage essentiellement par la
route et non par le rail, l’augmentation
exponentielle de la circulation des TIR a
bouleversé le problème.
Ainsi, des ouvrages conçus pour durer en temps normal un siècle subissent
une érosion accélérée qui en compromet la stabilité. Un ingénieur ayant demandé à ne pas être cité car il est chargé
de planifier la sécurité des autoroutes
italiennes a recensé dans le pays « plus
de 300 ouvrages (ponts, viaducs et galeries) présentant aujourd’hui de graves
anomalies et susceptibles d’entraîner des
effondrements structurels s’il n’y est pas
porté remède rapidement ». Autant de
risques pour le futur. ■
Les habitants sidérés par l’ampleur du « désastre »
VINCENT-XAVIER MORVAN
£@vincentxaviermo
ENVOYÉ SPÉCIAL À GÊNES
Nous avons
« maintenant
exploré
toutes
les cavités
accessibles
aux
sauveteurs
et aux chiens
spécialisés,
et désormais
nous
utilisons des
grues et des
pelleteuses
pour enlever
les plus
gros débris
et trouver
d’éventuels
espaces
vides.
Nous avons
toujours
espoir de
trouver des
survivants
EMANUELE GISSI,
UN COMMANDANT
DES POMPIERS
»
EN CE JOUR d’Assomption où la
plupart des commerces de la ville
ont baissé le rideau, les habitants
de Gênes se sont réveillés avec un
goût amer dans la bouche, celui
de la mort et du « désastre », selon le terme employé par tous, et
l’impression que, ces derniers
mois, s’est écrite sous leurs yeux
la chronique d’une catastrophe
annoncée. Comme mardi, juste
après l’effondrement en fin de
matinée du viaduc Morandi sur
lequel passe l’autoroute A 10 reliant la France à la cité portuaire,
les badauds se sont succédé mercredi au plus près du « spectacle », retenus par un cordon de
sécurité, pour découvrir une scène de fin du monde.
Ils font face à un vide béant de
400 mètres de long et, 45 mètres
plus bas, à d’énormes blocs de
béton et des véhicules enchevêtrés. Dans le lit du fleuve Polcevera est même fichée une partie
intacte du tablier du pont. Comme si le temps s’était arrêté, sous
un soleil de plomb revenu après
le déluge de la veille, des véhicules sont encore bloqués sur la
partie épargnée du viaduc, délaissés par leurs conducteurs miraculés.
Idriss Afifi, un chauffeur marocain reliant ce matin-là Gênes à
Parme, raconte comment le pont
s’est soudain écroulé sous ses
yeux en emportant des voitures,
avant que le camion juste devant
lui n’entreprenne une marche
arrière. « J’ai moi aussi reculé,
puis je suis descendu du camion,
j’ai fermé la porte et je suis parti
en courant, comme une centaine
d’automobilistes », témoigne-til. Après ce moment de panique,
une fois pris en charge par les
services de secours, il a rencontré
un autre routier miraculé, son
semi-remorque resté lui aussi
bloqué sur le tablier restant. « À
partir d’aujourd’hui, le 14 août à
11 h 30, c’est notre anniversaire ! », lui lance-t-il en le prenant
par l’épaule.
Sur place, les 400 pompiers
professionnels engagés se sont
encore affairés mercredi à dégager les victimes des décombres.
« Nous avons maintenant exploré
toutes les cavités accessibles aux
sauveteurs et aux chiens spécialisés et désormais nous utilisons des
grues et des pelleteuses pour enlever les plus gros débris et trouver
d’éventuels espaces vides. Nous
avons toujours espoir de trouver
des survivants », indique Emanuele Gissi, un commandant des
pompiers.
Mardi après-midi, celui-ci a
précisé que les services de secours ont « sauvé une dizaine de
personnes sous les décombres ».
Mais dans la nuit de mardi à mercredi, seules trois victimes déjà
décédées ont pu être extraites des
gravats.
Pompier volontaire à Nice, Patrick Villardry, spécialiste avec
ses deux malinois, Arco et Missile, des recherches en décombres,
est venu dès les premières heures
prêter main-forte aux Italiens.
Lui qui a pu s’approcher tout près
du théâtre des opérations parle
de « dégâts apocalyptiques ».
« Quand on voit la hauteur de
l’ouvrage, toute cette ferraille
pliée, c’est impressionnant. Je
n’avais rencontré ça qu’une fois, à
Mexico, lors de l’effondrement
d’immeubles de quarante étages,
constate le pompier. Mais vu
comment les blocs sont tombés, en
X, en V ou en Y, la possibilité de
lieux de survie existe, même si retrouver des personnes en vie relèverait du miracle, vu la hauteur de
la chute et les tonnes de béton accumulées. »
Pendant que les recherches se
poursuivent, et ce durant « des
jours », selon les prévisions des
sauveteurs, les habitants, eux,
prennent conscience que leur vie
va être bouleversée. L’autoroute
qui emprunte le pont Morandi,
construit dans les années 1960,
traverse la ville portuaire d’est en
ouest.
“
Les gens d’ici
ont toujours dit
que le pont avait
des problèmes
et qu’il fallait
y remédier
”
BRUNA MILLACI, UNE GÉNOISE DE 53 ANS
C’est une artère vitale pour le
transport des personnes et des
marchandises (lire page 4). Surtout, face au risque que la partie
intacte s’effondre à son tour, les
autorités ont interdit tout passage
de piétons ou de véhicules sous
les piliers du viaduc encore debout. Du coup, toute une partie
de la ville est coupée du centre
historique, le métro demeurant
l’unique moyen d’y parvenir directement.
À proximité du viaduc, un ensemble d’immeubles du quartier
Rivaloro, après celui de San Pier
d’Arena, est désormais condamné. Les habitants ont été évacués
et un cordon de police les empêche de revenir, même pour aller
chercher chez eux un médicament. Juste derrière les habitations, les haubans du pont toujours intacts culminent à 90
mètres de hauteur.
Bruna Millaci, une Génoise de
53 ans, a de la chance. Son appartement se situe avant la limite de la zone interdite.
« Hier, j’étais partie faire des
courses quand j’ai entendu des
gens dire que le pont s’était effondré, raconte-t-elle. Du coup,
j’ai tout laissé en plan et je suis
revenue en courant chez moi,
sous la pluie, pour voir si mes
chats étaient encore vivants et si
mon immeuble ne s’était pas
écroulé. » Pour elle comme pour
beaucoup de Génois, le désastre
était écrit.
« Les gens d’ici ont toujours dit
que le pont avait des problèmes et
qu’il fallait y remédier, poursuitelle. Certains racontaient que
lorsqu’ils passaient en dessous en
voiture, il leur semblait que le pont
tremblait. Mais voilà, il fallait faire
des travaux et personne ne les a
faits, et maintenant c’est trop
tard ! »
Quand ces habitants pourrontils réintégrer leur logement ? Que
faire avec ces tronçons de viaduc
qui menacent de s’effondrer ?
« Dans les prochains mois, soupire Bruna, la vie va être difficile
pour toutes ces personnes, et aussi
pour ceux qui résident après le
viaduc et qui viennent travailler
dans le centre. »
Ibou Touré, un jeune Sénégalais installé à Gênes depuis trois
ans dans un quartier voisin du
pont Morandi, se montre peu
surpris par la chute du viaduc.
« On dit toujours que c’est le destin, mais moi, chaque fois que je
passais à pied sous ce pont, je ne
me sentais pas en sécurité, explique ce jeune homme qui, dans la
matinée de mardi, était absent de
chez lui, parti assister un compatriote au tribunal, comme traducteur en langue mandingue. À
tout moment, quand je regardais le
pont, je n’étais pas trop sûr et
chaque fois que je passais en dessous j’entendais des bruits. »
Aujourd’hui, le silence qui règne sur le quartier, seulement interrompu par les sirènes des secouristes, paraît tout aussi
inquiétant. ■
A
natif était en cours d’élaboration.
D’importants travaux avaient été
menés en 2016 et d’autres devaient
commencer à l’automne. Le
concessionnaire, Autostrade per
l’Italia, s’est défendu de toutes négligences. Selon son directeur, Stefano Marigliani, le pont était l’objet
« d’activités constantes d’observation et de vigilance » et qu’il n’y
avait « aucune raison de penser qu’il
était dangereux ».
Cette explication est loin d’avoir
convaincu et une intense polémique
montait en Italie. La justice vient
3
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
4
L'ÉVÉNEMENT
En France, 30 % des ponts gérés
par l’État ont besoin de réfection
Parmi ces ouvrages d’art, ceux en béton armé sont les plus vulnérables.
LA FRANCE n’est pas à l’abri d’une catastrophe comme celle survenue en Italie. Les experts et les rapports sur l’état
de nos ouvrages d’art soulignent tous un
défaut d’entretien affectant la plupart
des 200 000 ponts que compte notre
pays. « Il y a danger », indique même
Christian Tridon, le président du Syndicat national des entrepreneurs spécialistes de travaux de réparation et de renforcement des structures (Strres). Pour
cet expert qui travaille depuis 40 ans sur
la réfection de ces réalisations, l’absence
d’inspection régulière et de travaux a
des conséquences inquiétantes. « Un
pont par jour sort de la liste des constructions considérées comme en bon état »,
explique-t-il.
Mais ces 200 000 ouvrages ne sont pas
tous logés à la même enseigne. Les plus
importants et les plus fréquentés sont,
de l’avis de tous, très correctement surveillés. C’est notamment le cas du viaduc de Millau, du pont de Normandie, de
celui de l’île de Ré. Également, ceux qui,
au nombre de 15 000 environ, font partie des réseaux autoroutiers concédés,
sont bien entretenus.
C’est pour les autres que le contrôle
parfois laisse à désirer. Qu’ils soient pris
en charge par les collectivités locales ou
par l’État, le constat est le même : les réparations parfois tardent au point, parfois, de fragiliser l’ensemble de la structure. Lors d’un audit commandé par le
ministère des Transports et remis cette
année, l’État a ainsi été épinglé sur le
soin qu’il porte à ses 12 000 ponts. Le
rapport signale que « 30 % du parc
d’ouvrages nécessite un entretien ou de
grosses réparations ». Dans 7 % des cas,
« les dommages sont plus sérieux, présentant à terme un risque d’effondrement », poursuivent les auteurs de
l’audit qui, en conclusion, livrent des
prévisions d’évaluation inquiétantes.
« Sans changement de politique, 6 % des
ponts seront hors service en 2037 ».
Carnet de maintenance
Consciente de la nécessité de remédier à
la situation, la ministre des Transports,
Élisabeth Borne, devrait présenter à la
rentrée un plan de sauvegarde des infrastructures qui concernera les routes
mais aussi les ponts. Et il y a urgence : le
15 mai dernier au nord de Paris, la catastrophe a été évitée de peu. Un mur de
soutènement du viaduc de Gennevilliers, qui supporte l’A15, s’est effondré, entraînant, dans l’attente des travaux, des embouteillages dans les villes
voisines. C’est le cas d’Argenteuil. Son
maire, Georges Mothron (LR), estime
que cet éboulement qui, par miracle, n’a
fait aucun blessé, est lié au défaut de
maintenance de l’État. « En mai 2016, un
incident avait déjà été signalé et les réparations n’ont pas été à la hauteur », dit-il
aujourd’hui.
Multiples, les raisons de ces négligences sont notamment d’ordre budgétaire.
Les caisses de l’État sont vides tout comme celles des communes et des départements qui ont hérité de la réfection de la
plupart des ponts : 170 000 aujourd’hui.
« Comme pour les routes, l’État s’est déchargé sur les collectivités locales pour
leur entretien », rappelle Michel Virlogeux, ingénieur des Ponts et chaussées
et à qui l’on doit nos plus belles réalisations, comme le viaduc de Millau.
Pour cet ingénieur, le savoir-faire a
aussi dangereusement disparu en France. « La mode est au développement durable et il n’y a plus de ministère de l’Équipement. Tout le réseau technique qui
« LA CATASTROPHE de Gênes rappelle
qu’on ne peut transiger avec la sécurité. » Un usager de la ligne L sud du
transilien, qui relie notamment ParisSaint-Lazare à Saint-Nom-la-Bretèche, réagissait ainsi mercredi au drame
survenu la veille. Dans l’Ouest parisien,
à une petite vingtaine de kilomètres à
vol d’oiseau des Champs-Élysées, cette
ligne est en effet le théâtre d’un chantier aussi discret qu’exceptionnel. Il illustre le temps et les moyens nécessaires à la réfection des grands ouvrages
routiers ou ferroviaires.
À hauteur de Marly-le-Roi, la ligne L
emprunte en effet un viaduc d’une longueur de près de 300 mètres, qui passe à
une trentaine de mètres au-dessus d’habitations et de commerces. Sur ce seul
tronçon, on compte un peu moins de 150
trains par jour et plus de 16 000 voyageurs. Or le viaduc de Marly-le-Roi a été
construit… en 1883, avant l’ouverture de
la ligne l’année suivante par la Compagnie des chemins de fer de l’Ouest (qui
gérait également la ligne Saint-LazareLe Havre au cœur du roman de Zola, La
Bête humaine). Mais le viaduc de Marly
VALENTINE PEDOUSSAT/SNCF RESEAU
vrait être entièrement démoli d’ici à
plusieurs mois, a annoncé le vice-ministre des Infrastructures, Edoardo
Rixi. D’ici là, des déviations devront
réguler le trafic dans cette région. La
partie de l’autoroute qui longe la côte
italienne depuis Vintimille, elle, restera fermée à la circulation pour une durée indéterminée.
Déviation par le nord
Interrogés par Le Figaro, les transporteurs de marchandises de la région,
pour beaucoup en congés, envisagent
la rentrée avec inquiétude.
« Il a toujours été difficile de traverser Gênes, qui est une ville régulièrement embouteillée, explique JeanChristophe Faucon, directeur de la
société de transport niçoise Sun Trans.
Ces contournements seront pénalisants
se ressent de ses 135 ans bien sonnés.
L’ouvrage était sous surveillance depuis
le début des années 2000 et c’est au début des années 2010 que l’idée du chantier actuel prend forme. En 2013, le viaduc fait l’objet d’une opération de
renforcement et dans le même temps
d’une étude approfondie.
Un tablier en fer puddlé
Le verdict tombe l’année suivante : les
piliers pourront être conservés après
renforcement mais il faut remplacer le
tablier métallique en fer puddlé (une
technique également utilisée pour la
tour d’Eiffel ou le viaduc de Garabit,
dans le Cantal, contemporain de celui de
Marly-le-Roi et qui a nécessité également des travaux de renforcement). Ce
remplacement permettra notamment
de préserver, selon la SNCF, « des conditions optimales d’exploitation » en pleine
banlieue parisienne (la vitesse sur le viaduc de Garabit est ainsi sévèrement limitée pour ne pas faire trop souffrir
l’ouvrage).
À Marly-le-Roi, le changement du tablier métallique d’origine n’est pas une
Deux heures
de route
supplémentaires
Turin
mince affaire. L’opération coûtera plusieurs dizaines de millions d’euros (en
2014, SNCF réseau évoquait une somme
de plus de soixante millions) et a exigé des
prouesses techniques, le nouveau tablier
devant « glisser » en lieu et place de l’ancien. Une opération réalisée ces jours-ci.
Par ailleurs, les ingénieurs ont dû tenir
compte de la présence d’habitations et de
commerces (des évacuations étant prévues dans les phases les plus sensibles)
mais aussi des contraintes patrimoniales
(le viaduc, ouvrage d’art remarquable,
est situé dans un secteur préservé).
Les travaux ont également eu pour
conséquence la fermeture de la ligne
pendant sept semaines (du 7 juillet au
26 août). Désagréable pour les usagers,
cette fermeture semble toutefois plutôt
raisonnable au regard de l’ampleur des
travaux engagés. Les voyageurs se plaignent toutefois de la lenteur des bus déployés dans pas moins de onze gares cet
été en remplacement des trains de la ligne L. La contrepartie de ces désagréments : un nouveau tablier acier-béton
plus sûr et une diminution attendue des
nuisances sonores.■
J. C.
Milan
Alexandrie
20 km
Novi Ligure
A7
A
»
ÉLISABETH BORNE,
MINISTRE DES TRANSPORTS,
SUR FRANCE INFO
Le viaduc de Marly-le-Roi
(ici en 2017) va bénéficier
du remplacement complet
de son tablier métallique.
ITALIE
A6
AVANT le drame du viaduc de Morandi, à Gênes, 25 millions de véhicules,
venus de toute l’Europe et plus particulièrement de France, passaient chaque année sur ce pont italien. Un axe
stratégique, pour le tourisme comme
pour le transport de marchandises. La
catastrophe aura vraisemblablement
« de sérieuses conséquences sur toute la
logistique du port et de la ville », a affirmé le président de la région Ligurie,
Giovanni Toti, dès mardi.
L’écroulement du viaduc a occasionné de sérieux ralentissements à
une cinquantaine de kilomètres en
amont, dès Savone, chef-lieu de la Ligurie, présageant des sérieuses difficultés routières à venir. Le pont de-
armé qui ont été créées dans les années
1950-1960 », dit-il. Constituant aujourd’hui 60 % du parc et conçues pour 100
ans, celles-ci sont aujourd’hui vieillissantes. « Or on n’a pas pris conscience
qu’il fallait plus que jamais être vigilants à
l’égard de ces structures qui rentrent dans
le dernier tiers de leur vie », signale le
spécialiste, qui milite pour un entretien
régulier de ces constructions. Depuis des
années, ce dernier réclame un carnet de
maintenance pour chaque pont. ■
Travaux faramineux sur le viaduc de Marly
Le casse-tête du trafic
routier autour de Gênes
CLOTILDE COSTIL£@ClotildeCosti
existait à travers les services de l’État
n’est plus en grande partie présent », dénonce-t-il, en souhaitant ne pas
connaître la même situation qu’aux
États-Unis. Outre-Atlantique, faute
d’entretien, « des centaines de milliers
d’ouvrages sont aujourd’hui en mauvais
état et certains s’effondrent », dit-il.
Mais il y a aussi, selon Christian Tridon, un manque de culture d’entretien
pour ces ouvrages. « Les plus vulnérables
aujourd’hui sont les réalisations en béton
A26
ANGÉLIQUE NÉGRONI anegroni@lefigaro.fr
Notre sousinvestissement
a été manifeste […].
L’entretien [du
réseau routier],
c’est notre priorité,
ça se traduit
dès le budget 2018
et ça se traduira
pendant plusieurs
années
Ligurie
Voltri
Savone
0
Gênes
Finale Ligure
Nice
Marseille
A12
La Spezia
Rome
A1
FRANCE
Rapallo
Pont Morandi
Imperia
A8
Menton
San Remo
pour nous, chauffeurs de poids lourds. »
Cette société niçoise, qui collabore
avec de nombreux clients italiens, envoie une vingtaine de camions par semaine vers la Toscane et le sud de
l’Italie. Les employés de Jean-Christophe Faucon emprunteront donc un iti-
Mer de Ligurie
Infographie
néraire plus au nord, dans une zone de
montagne difficile d’accès, qui leur
prendra semble-t-il « deux heures
supplémentaires ».
Une donnée que relativisent les
autorités françaises, « en communication régulière » avec leurs homologues
QUATRE FRANÇAIS
PARMI LES VICTIMES
Quatre Français figurent parmi
les personnes tuées dans
l’effondrement du viaduc. Si leur
identité n’a pas été communiquée
par le Quai d’Orsay, il s’agit,
semble-t-il, de jeunes adultes
qui se rendaient ensemble à
un Teknival en Italie. Ils seraient
originaires du Sud-Ouest.
La présidente de la région
Occitanie, Carole Delga, a adressé
ses condoléances aux familles,
tout comme le maire de Toulouse,
Jean-Luc Moudenc. « Nous
restons en contact avec les
autorités italiennes afin de
déterminer la présence
éventuelle d’autres Français
parmi les victimes », a précisé
le Quai d’Orsay.
italiens. D’après Jean-Gabriel Delacroy, directeur de cabinet du préfet
des Alpes-Maritimes, cette déviation
fait seulement perdre une « bonne
heure » aux automobilistes sur l’itinéraire classique au départ de Nice.
Pour les conducteurs, l’A10 reste
ouverte jusqu’à Savone. Ils pourront
ensuite rejoindre l’A26 puis l’A7 (Milan-Gênes).
À Menton, sur la dernière aire
d’autoroute française avant la frontière, les informations peinent encore à
arriver auprès des automobilistes, qui
tendent l’oreille à la radio ou scrutent
les réseaux sociaux.
« De nombreux touristes en partance pour Florence ou Pise à l’occasion
du pont de l’Assomption s’inquiètent
de pouvoir gagner leur destination »,
raconte Pascal Davrainville, gérant
de la station-service frontalière. Sur
le numéro de téléphone gratuit de
Vinci Autoroutes, qui gère l’A8, les
usagers étaient redirigés vers son
homologue italien… dont le standard
était saturé. ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
POLITIQUE
5
À Cassis,
la carte postale
estivale
de Hollande
JOAQUIM PUEYO
DÉPUTÉ PS DE L’ORNE
François Hollande multiplie
les apparitions médiatiques.
Quelles leçons tirez-vous
du succès de son livre ?
OPPOSITION Il signe, encore et encore.
Au cœur de l’été, François Hollande
poursuit son interminable tournée des
librairies. Mardi à Cassis (Bouches-duRhône) - où il passe ses vacances -,
l’ancien chef de l’État n’a pas résisté à
un bain de foule. « Le libraire de Cassis
m’a retrouvé dans la rue et m’a demandé
d’organiser une rencontre avec les habitants et les touristes et j’ai cédé à cette
pression avec beaucoup de plaisir », explique-t-il aux nombreux journalistes
venus spécialement de Paris pour assister à la campagne informelle du socialiste.
Incapable de décrocher, François
Hollande ? « La politique ne décroche
pas, la vie elle est là, toujours. Comme
l’actualité », note l’ancien président au
teint hâlé et sans cravate. Ajoutant :
« Moi je suis parmi ces personnes qui
viennent ici en vacances et qui veulent
venir à ma rencontre. » À la maire de la
commune qui lui demande s’il est satisfait de son séjour, François Hollande dit
regretter que ses vacances « se terminent bientôt ». « Il y aura peut-être une
suite… », suggère l’édile. « Il y a toujours une suite », rétorque Hollande du
tac au tac, avec un grand sourire en direction des caméras qui observent la
scène.
Si les médias ont accouru au cœur de
la trêve estivale, c’est qu’un collectif
anonyme a entrepris de distribuer cet
été des tracts « Hollande 2022 » dans
plusieurs villes. Réveillant ainsi l’hypothèse d’un retour… « Je laisse les
choses se faire mais ce n’est pas mon initiative, loin de là », assure l’ancien président qui explique qu’il n’a « ni à encourager ni à décourager » de telles
initiatives. « Je ne sais pas d’où ça
vient », jure-t-il. On imagine pourtant
qu’il ne boude pas son plaisir, d’autant
plus quand une vacancière de
Clermont-Ferrand affirme que son
compagnon « fait circuler » les fameux
tracts dans le chef-lieu du Puy-de-Dôme. Grand sourire, nouveau regard
vers les caméras…
« François, reviens ! »
De la terrasse du bar, un homme lance
« François, reviens ! ». Les tables se
gondolent. « À dans cinq ans », souffle
une dame. « On est là, on est là », rétorque François Hollande qui se tourne
une nouvelle fois vers la presse d’un air
entendu. De là à croire que les Français
sont nostalgiques de son quinquennat…
« C’est à eux de voir ce qui a été fait et de
constater que ma démarche était humaine, respectueuse, avec cette volonté
d’aller vers eux », rétorque-t-il. Devant le commerce, la file d’attente s’allonge. Ses gardes du corps se reconvertissent
en
photographes
pour
immortaliser les rencontres. « Avec le
François Hollande lors d’une séance de dédicaces, mardi, dans une librairie de Cassis.
recul, il y a un jugement qui est porté sur
la politique que j’ai conduite, il y a des
comparaisons qui se font, mais je ne
veux pas en tirer plus de conclusions que
cela », tempère François Hollande. « Il
peut faire quelque chose pour cette gauche sinistrée », pense Évelyne, une fan
venue avec deux livres sous le bras.
Mais quand les touristes découvrent qui
est le responsable de cette agitation,
certains préfèrent tourner les talons.
« Je croyais que ça n’existait plus les socialistes », lâche un homme. « Allez, on
s’en va », abonde sa femme.
Peu lui importe. « Vous dire que je ne
retrouve pas du bonheur à retrouver les
Français dans ces occasions ne serait
pas sincère, oui, ça me fait plaisir »,
confie François Hollande. Sa tournée se
prolongera jusqu’à l’automne « et
après nous verrons bien », dit-il. L’ancien président organise sa rentrée.
Probablement à La Rochelle, dans dix
jours, pour la réunion des élus socialistes après une étape au festival du film
d’Angoulême lundi prochain. Il y a un
an, c’est là qu’il avait lancé ses premières piques à l’encontre d’Emmanuel
Macron depuis son départ de l’Élysée.
Ce mardi au bord de la Méditerranée,
pas d’attaques acerbes si ce n’est une
référence aux résultats économiques :
« Le chômage ne baisse plus et l’inflation
reprend », souligne le socialiste. L’affaire Benalla ? « Pas de commentaire. »
L’ancien président chargera l’exécutif
plus tard. Pour l’instant, il signe, encore et encore. ■
L’ÉTÉ DU FIGARO
De l’Assemblée
à l’Everest,
les deux vies de
Pierre Mazeaud
10/16
encore aujourd’hui », marmonnet-il. Les deux pieds gelés, il est
transporté à l’hôpital Saint-Luc, à
Lyon. « Et là, je vois débarquer dans
ma chambre Michel Debré, qui était
alors premier ministre… » Le père de
la Constitution de 1958 - « Mon père
en politique, surtout», dit Mazeaud avait compris l’importance de l’alpinisme dans la vie de ce jeune juriste qui travaillait alors pour lui en
tant que chargé de mission.
« Premiers de cordée... »
L’ex-secrétaire d’État aux Sports et président
de la commission des lois de l’Assemblée a été
le premier Français à poser le pied sur le toit
du monde. Un caractère bien trempé qui s’est
affirmé aussi bien en montagne qu’en politique.
JIM JARRASSÉ jjarasse@lefigaro.fr
Un matin de juillet, Le Figaro est allé
visiter Pierre Mazeaud avant son
départ dans les Dolomites italiennes. On s’attendait à rencontrer
l’ancien président du Conseil
constitutionnel, proche ami de Jacques Chirac, dans un de ces grands
appartements des beaux quartiers
parisiens. C’était mal connaître Mazeaud, qui a troqué les dorures de
son bureau du Palais-Royal pour un
petit appartement mansardé, perché au cinquième étage dans une
ruelle du quartier Saint-Paul. Cela
ressemble à un refuge de montagne,
et ce n’est certainement pas un hasard. On le visite comme on parcourrait une exposition un peu
fouillis sur la vie de ce petit homme
robuste de 88 ans. Sur des tapis
orientaux, on découvre pêle-mêle,
alignés comme des reliques, un atlas
de poche, un ouvrage sur la France
libre, un fascicule du Groupe de
haute montagne (GHM) ou encore la
dernière Revue parlementaire.
L’alpinisme et la politique, voilà
les deux vies de Pierre Mazeaud.
Comme deux mondes parallèles.
« J’ai eu beaucoup de chance de cumuler ces deux activités avec passion », reconnaît-il. La montagne,
d’abord, qu’il a « aimée par-dessus
tout ». Avec elle, « je trouvais la mesure à mon caractère », raconte Mazeaud, connu pour son impétuosité. Il se souvient des interminables
trajets en 4L pour rallier Chamonix
l’espace d’un week-end et grimper
jusqu’à épuisement dans le massif
du Mont-Blanc. Le jeune étudiant
en droit passe de plus en plus de
temps avec des alpinistes de renom, comme Lionel Terray, qu’il
connaît depuis son enfance grenobloise. C’est l’époque des grandes
ascensions, comme la Cima Ovest,
Pierre Mazeaud
au sommet
de l’Everest, au Népal,
en 1978.
EVEREST 78/
GAMMA-RAPHO
une impressionnante face nord
surplombant dans les Dolomites
qu’il conquiert en 1958 avec René
Desmaison.
Saison après saison, Mazeaud se
fait un nom dans le petit milieu de
l’alpinisme. Les Français, eux, le découvrent en juillet 1961, lors de la
tragédie du Frêney. Pris par l’orage
à quelques encablures du sommet de
ce Pilier monolithique encore invaincu, situé sur le versant italien du
Mont-Blanc, Pierre Mazeaud, alors
âgé de 31 ans, est contraint de redescendre avec ses six compagnons de
cordée. Pendant cinq jours et autant
de nuits, les sept malheureux affrontent la foudre et le froid. Seuls
trois d’entre eux dont Pierre Mazeaud survivront. « J’ai été très touché par la mort de mes amis, j’y pense
Dehors, les journaux multiplient les
unes sur « le drame du MontBlanc ». « L’opinion publique a été
frappée par l’intensité de la tragédie,
ça m’a fait connaître », admet Pierre
Mazeaud. Qui précise immédiatement : « Ce n’est pas par la montagne que j’ai gagné les élections. » Il
déteste être comparé au gaulliste
Maurice Herzog, accusé de s’être
servi de son expédition sur l’Annapurna en 1950 à des fins politiques.
« Lui a été ministre après l’Annapurna, moi j’ai fait l’Everest après avoir
été ministre », pointe-t-il. En 1978,
après une expérience de secrétaire
d’État aux Sports sous Pompidou, il
devient le premier Français à fouler
les 8 848 mètres du toit du monde,
avec Jean Afanassieff et Nicolas
Jaeger. « L’Everest, je voulais le faire
pour mon pays. En politique comme
en montagne, il faut avoir l’esprit de
conquête et de compétition. » Parmi
les autres points communs entre les
deux univers, il retient « la rigueur »
et « le sens de l’amitié». Probablement aura-t-il eu autant de plaisir à
parler de littérature et de musique
classique lors d’un bivouac avec
Walter Bonatti qu’à refaire le monde
avec Jacques Chirac - « le Jacquot » -, avec qui il a vécu ses premières élections dans le Limousin,
Je l’ai reçu à Alençon où il a dédicacé
son livre. Il y avait beaucoup de monde et il a pris beaucoup de temps pour
expliquer son bilan. J’apprécie sa sincérité, son intégrité, son honnêteté.
Il a probablement fait des erreurs sur
la forme et le calendrier des réformes,
j’en ai conscience. Mais il a quand
même su gérer des crises importantes. Quant à ses mesures économiques, on a peut-être mis du temps à
en percevoir les fruits mais ils sont
arrivés à la fin de l’année 2016 puis en
2017. On ne peut pas dire que son
quinquennat a été raté. Même si quelques fois, son humanité lui a joué des
tours.
Certains entretiennent l’idée
d’un retour de l’ancien président
en 2022...
Hollande 2022 ? Oui ça me parle ! S’il
souhaite revenir et que les conditions
le permettent, je le soutiendrai. Moi, je
reste fidèle à François Hollande. Je
pense que les Français ont été sévères et injustes à son endroit. Mais il a
toujours été à leur écoute. Il a été
moqué car on a dit que c’était un président normal… Eh bien, moi j’aime
bien les présidents normaux. Maintenant, laissons les choses se faire. Il est
encore trop tôt pour imaginer l’avenir.
À la veille de la rentrée,
quel est le bilan de santé du PS ?
Il y a eu un véritable cyclone il y a un
an. Face à une telle situation, ça ne
peut que s’améliorer. La situation est
toujours délicate et les dégâts sont
encore très importants. Toute la
construction est encore à refaire. Le
nouveau premier secrétaire, Olivier
Faure, a conscience des difficultés. Je
crois qu’il est en capacité de rassembler. Sa démarche est positive.
PROPOS RECUEILLIS PAR T. Q.-M.
[
]
La politique
c’est du spo
rt
l’un à Limoges, l’autre à Ussel. Mais
« je n’ai jamais eu les mêmes liens
avec les politiques qu’avec les alpinistes. En montagne, c’est la vie qui est
en jeu, tandis qu’en politique c’est ses
convictions », tempère-t-il. Aussi
n’apprécie-t-il que modérément la
métaphore macronnienne des
« premiers de cordée, qui ne correspond pas à la réalité de ce qui se passe
en montagne ». Il qualifie le chef de
l’État d’« homme intelligent », mais
déplore la concentration des pouvoirs entre ses mains. Et critique
certaines de ses réformes comme la
loi de moralisation de la vie publique, portée en son temps par François Bayrou. « Lui, je ne peux pas le
voir. Les centristes n’ont pas de
convictions », tranche-t-il. Les alpinistes, eux, ont du caractère, qui
s’affirme dans des moments difficiles. » Mais aussi, en ce qui le concerne, lors de mémorables coups de
gueule poussés à l’Assemblée alors
qu’il officiait en tant que président
de la commission des lois sous Mitterrand. La montagne qui « transcende les frontières » a aussi forgé la
conviction européenne de Mazeaud,
qui craint une vague populiste lors
du scrutin de 2019. Autre motif
d’inquiétude : la question climatique. D’année en année, il voit la
montagne changer sous l’effet du
réchauffement : les glaciers himalayens fondent, des parois mythiques du massif de Mont-Blanc,
comme le pilier Bonatti, sur les
Drus, s’effondrent. « Les grandes
voies italiennes ne se font quasiment
plus », regrette-t-il. L’été, dans les
Dolomites, avec son ami alpiniste
Roberto Sorgato, il se promène encore sous ces pics de calcaire friable
réputés dans le milieu de l’alpinisme. Et se dit : « On était bien cons de
faire des voies comme ça. » ■
A
ENVOYÉ SPÉCIAL A CASSIS (BOUCHES-DU-RHÔNE)
T.QUINAULT-MAUPOIL / LE FIGARO
L’ancien président poursuit sa tournée
des librairies tandis que certains
de ses soutiens plaident pour son retour.
TRISTAN QUINAULT-MAUPOIL
£@TristanQM
CH. TRIBALLEAU/AFP
Hollande
2022 ?
Oui, ça me
parle»
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
INTERNATIONAL
6
Migrants :
l’errance
de l’« Aquarius »
s’achève à Malte
Le bateau humanitaire a accosté mercredi à
La Valette avec 141 migrants que cinq pays
européens se sont engagés à accueillir.
ALAIN BARLUET £@abarluet
MEDITERRANÉE L’odyssée de l’Aquarius a pris fin mercredi à Malte. Le navire humanitaire, qui errait depuis plusieurs jours en Méditerranée avec à son
bord 141 migrants épuisés, est arrivé
peu après midi dans le port de La Valette. L’autorisation d’accoster lui a été
transmise la veille après que cinq pays
de l’Union européenne - dont la France - eurent accepté de se répartir ces
migrants et de les accueillir.
L’armée maltaise a été mobilisée
pour faciliter le débarquement des
migrants, originaires pour la plupart
de Somalie et d’Érythrée, et secourus
vendredi dernier alors qu’ils dérivaient au large de la Libye dans deux
barques en bois. La moitié sont des
mineurs - parmi eux, deux enfants de
moins de 5 ans - et plus d’un tiers sont
des femmes. Des rescapés « épuisés,
marqués par leur voyage et leur séjour en Libye », a indiqué Aloys Vimard, le coordinateur de l’ONG Médecins sans frontières (MSF) qui a affrété
l’Aquarius avec l’association SOS
Méditerranée.
Malte avait initialement refusé d’accueillir le bateau et ses passagers dans
ses ports, imitant l’Italie qui campe sur
une ligne dure. Ce n’est que mardi que
La Valette a changé d’avis, acceptant de
servir de base logistique après le com-
Mercredi, les migrants de l’Aquarius,
pour la plupart originaires de Somalie
et d’Érythrée, arrivent dans le port
de Senglea, à La Valette. RENÉ ROSSIGNAUD/AP
promis auquel sont parvenus une poignée de partenaires européens. Selon
cet accord, les 141 migrants de l’Aquarius de même qu’une partie des 114 migrants arrivés à Malte récemment par
d’autres moyens seront répartis entre
la France (60), l’Espagne (60), le Portugal (30) l’Allemagne (50) et le Luxembourg (5). Les 50 autres devraient rester
sur l’île.
Lundi, le directeur du Port de Sète,
l’ancien ministre communiste JeanClaude Gayssot, avait proposé d’y ac-
Depuis Brégançon, Macron en première ligne
MATHILDE SIRAUD£@Mathilde_Sd
«
Il y a ceux
qui sont
dans
l’émotion,
dans le
commerce
électoral,
et ceux qui
sont dans
le faire
»
CHRISTOPHE
CASTANER,
SECRÉTAIRE D’ÉTAT
CHARGÉ
DES RELATIONS
AVEC LE PARLEMENT
CETTE FOIS-CI, hors de question
de laisser s’installer une nouvelle
polémique. Accusé d’être resté silencieux et critiqué pour avoir refusé d’accueillir les passagers du
navire humanitaire l’Aquarius en
juin, Emmanuel Macron a, ces
derniers jours, fait montre de sa
détermination à s’emparer de
l’épineuse question migratoire. Le
président de la République, pourtant en vacances avec son épouse
depuis le 3 août dans sa résidence
officielle du fort de Brégançon, est
apparu en première ligne, menant les négociations européennes depuis ce week-end avec son
homologue Joseph Muscat, premier ministre maltais. « Entre dimanche et mardi, le président a
suivi quasiment heure par heure
l’évolution de la situation et était en
lien permanent avec les responsables des autres pays, ses équipes et
la Commission européenne », raconte l’un de ses proches. Son entourage considère cet accord (lire
ci-dessus) comme une « victoire
politique » et « la preuve que des
solutions existent au niveau européen ». « Il n’y a pas d’alternative
à la coopération », s’est ainsi réjoui le chef de l’État, mardi, sur
son compte Twitter. Cette ligne
de conduite est depuis reprise en
boucle par les Marcheurs. Le délégué général de La République en
marche (LaREM), Christophe
Castaner, chargé de préparer les
élections européennes, vante
« l’alliance des progressistes »
face à «l’axe nationaliste», avec
Matteo Salvini, le ministre de
l’Intérieur italien, dans le viseur.
« L’Aquarius était le premier événement de ce type post-Conseil
européen de juin, portant une approche globale et une méthode, cela
démontre que ça marche. Il y a
ceux qui sont dans l’émotion, dans
le commerce électoral, et ceux qui
sont dans le faire », félicite le secrétaire d’État au Figaro.
Lettres de noblesse
Cet épisode, épilogue de plusieurs
semaines d’errance et de crise diplomatique, replace le président
de la République au centre du jeu
européen, à neuf mois du scrutin.
Face à la montée des populismes,
Emmanuel Macron cultive sa stature de leader progressiste. « Il est
de fait au centre de cette Europe,
car la Grande-Bretagne a d’autres
sujets avec le Brexit, l’Allemagne
doit gérer la complexité de sa politique intérieure et l’Italie est à
l’exact opposé. Son ADN, c’est le
dialogue européen », rappelle une
source gouvernementale.
En interne, l’accord sur
l’Aquarius permet au chef de
l’État de retrouver quelques lettres de noblesse auprès de la
frange la plus humaniste de sa
majorité. « Je salue le rôle d’Emmanuel Macron et celui de tous les
pays européens dont la France, qui
ont su montrer l’exemple et n’ont
pas laissé perdurer une errance
faisant le pain bénit des extrêmes », a applaudi la députée Sonia
Krimi.« Je salue une gestion rapide et efficace avec un président de
la République qui a été à l’initiative.
Conformément à son message, à sa
tradition et à ses valeurs, la France
prend sa part. C’est important », a
salué de son côté le vice-président de l’Assemblée nationale,
Hugues Renson, quelques semaines après avoir regretté que le
président de la République refuse
d’accueillir l’Aquarius, fin juin.
« Macron n’a pas fait ça pour faire
taire des critiques, mais pour prouver combien le dialogue entre chefs
d’État était primordial », veut
croire un proche de l’exécutif.
Son entourage insiste : pas de
changement de stratégie. « Il a
toujours eu la même position : ne
pas réagir à chaud pour travailler à
une solution concertée. Pour cela, il
faut prendre le temps. » Cette
même méthode doit désormais
permettre au chef de l’État de
trouver un dispositif pérenne. Un
nouveau Conseil européen se réunira en septembre. ■
cueillir les 141 migrants de l’Aquarius,
« si les autorités françaises le lui permettent », avait-il dit. Une proposition à
laquelle l’Élysée a implicitement apporté une fin de non-recevoir en soulignant dans un communiqué que le bateau se trouvant alors entre l’Italie et
Malte, « les ports français ne sont pas les
plus proches ».
En juin dernier, l’Aquarius avait fait
parler de lui. Le bateau humanitaire
avait suscité une intense crise diplomatique, errant pendant une semaine en
Méditerranée avec 600 migrants à bord
à la recherche d’un port de débarquement. À l’époque déjà, Malte et l’Italie
avaient opposé leur refus. Le nouveau
ministre italien de l’Intérieur Matteo
Salvini avait fait de cette affaire un test
pour la position antimigrants sur laquelle Rome campe toujours.
“
Il est dangereux
et immoral de continuer
à faire errer des navires
en Méditerranée, alors que
les gouvernements se font
concurrence pour
se décharger de leurs
responsabilités
”
FILIPPO GRANDI, HAUT-COMMISSAIRE
DES NATIONS UNIES POUR LES RÉFUGIÉS
Le 24 juin, les dirigeants de l’UE
s’étaient réunis, mais n’étaient pas parvenus à arracher un compromis avec
les partisans d’une ligne dure sur l’immigration - outre l’Italie, le groupe de
Visegrad (Hongrie, République tchèque, Slovaquie et Pologne). L’Espagne
avait finalement consenti à accueillir
les migrants de l’Aquarius. Mercredi, le
Haut-Commissaire des Nations unies
pour les réfugiés, Filippo Grandi, a aussi
salué le dénouement intervenu à Malte
tout en jugeant que la « situation
n’aurait jamais dû en arriver à ce
point ». « Il est faux, dangereux et immoral de continuer à faire errer des navires en Méditerranée, alors que les gouvernements se font concurrence pour se
décharger de leurs responsabilités », at-il ajouté dans un communiqué. ■
ZOOM
États-Unis : 300 prêtres
accusés de pédophilie
Une enquête des services
du procureur de Pennsylvanie
publiée mardi a mis au jour des
abus sexuels perpétrés par plus
de 300 « prêtres prédateurs » et
couverts par l’Église catholique
de cet État, dont ont été victimes
au moins mille enfants.
Le rapport final, qui a été rédigé
par un jury populaire, indique
que « quasiment tous les cas »
allégués sont aujourd’hui frappés
par la prescription et ne peuvent
être poursuivis pénalement.
Deux prêtres ont néanmoins
été inculpés, l’un pour des
agressions sexuelles répétées sur
plusieurs enfants, dont les plus
récentes remontent à 2010.
EN BREF
Afghanistan : au moins
25 morts dans un attentat
Au moins 25 personnes ont été
tuées mercredi lorsqu’un
kamikaze a fait exploser sa charge
dans un centre éducatif dans
un quartier chiite de l’ouest
de Kaboul.
Cambodge : le parti
de Hun Sen tout-puissant
Le parti du premier ministre,
Hun Sen, au pouvoir depuis
33 ans, a remporté l’ensemble
des sièges au Parlement lors
des législatives controversées
organisées fin juillet au Cambodge.
Tonga : le premier ministre
lutte contre l’obésité
Le premier ministre des îles
Tonga, Akilisi Pohiva, a lancé
aux dirigeants de la région un défi
consistant à perdre le plus de kilos
en une année afin de sensibiliser
les populations aux ravages
de l’obésité, un fléau qui touche
la zone.
Bruxelles met la Pologne sous pression
La Commission européenne donne un mois à Varsovie pour revenir sur sa réforme controversée de la Cour suprême.
JEAN COMTE
A
BRUXELLES
EUROPE Les hostilités continuent. La
Commission européenne a décidé ce
mardi de franchir une nouvelle étape
dans le bras de fer qui l’oppose à la Pologne depuis plus de deux ans en lui envoyant un « avis motivé » sur la réforme de la Cour suprême. Bruxelles veut
voir le gouvernement amender la loi
dans un délai d’un mois. À défaut, elle
« pourrait décider de saisir la Cour de
justice de l’Union européenne ».
En juillet, la Pologne a fait entrer en
vigueur une loi abaissant de 70 à 65 ans
l’âge de la retraite des juges de la Cour
suprême. Ce qui contraindrait 27 des
72 juges de l’institution à cesser leur
fonction - y compris la présidente
Malgorzata Gersdorf, dont le mandat de
six ans devait initialement se terminer
en 2020. Bruxelles avait immédiatement lancé une procédure d’infraction - le dispositif qui permet de faire
respecter le droit européen par les 28
États membres - donnant un mois à
Varsovie pour se justifier. Pas satisfaite
de la réponse, elle a décidé dès ce mardi
de passer à la dernière étape de la procédure.
Indépendance de la justice
en question
Sur le fond, les deux positions semblent irréconciliables. Selon la Commission européenne, la réforme porte
en effet atteinte au principe d’inamovibilité des juges - selon lequel les magistrats ne peuvent pas être suspendus
durant leur mandat par l’autorité qui
les a nommés. Ce qui nuit à l’indépendance de la justice, elle-même sanctionnée par des textes européens qui
précisent que tout citoyen doit pouvoir
être entendu « par un tribunal indépendant et impartial ».
Pour Varsovie, au contraire, la réforme reste dans le périmètre de sa compétence nationale. « Selon les traités
européens, l’organisation de la justice
est une compétence des États mem-
“
Nous voulons préserver
l’État de droit et trouver
des solutions
”
FRANS TIMMERMANS, VICE-PRÉSIDENT
DE LA COMMISSION EUROPÉENNE
bres », explique une source polonaise.
« Abaisser l’âge de la retraite de ces juges ne limite pas leur capacité à juger de
façon indépendance ».
La décision de ce mardi représente
une étape supplémentaire dans le bras
de fer qui oppose Bruxelles à Varsovie
depuis janvier 2016. La Commission,
s’opposant à la mise sous contrôle des
médias publics et de la Cour constitutionnelle, avait alors lancé un dialogue
spécifique sur le sujet avec la Pologne.
« Nous voulons préserver l’État de droit
et trouver des solutions », déclarait
alors Frans Timmermans, le vice-président de la Commission.
Fin 2017, après avoir envoyé plus de
25 lettres à Varsovie, ses services se
voient forcés de reconnaître que le
dialogue « n’a produit aucun résultat et
n’a pas pu empêcher une détérioration de
la situation ». Et activent la procédure
dite « d’article 7 », qui permet de reconnaître formellement un manquement à l’État de droit et peut entraîner à terme - une suspension des droits de
vote de ce pays. La suite de la procédure
est entre les mains des États membres.
En mai dernier, Bruxelles a ouvert
un front supplémentaire sur le budget,
proposant de rediriger une part substantielle des fonds européens de l’est
vers le sud de l’Europe, et suggérant de
suspendre des fonds supplémentaires
en cas de « défaillance généralisée de
l’État de droit ».
Fin juillet, c’est la Cour de justice de
l’Union européenne qui est venue
mettre son grain de sel dans la procédure. Statuant à propos d’un mandat d’arrêt européen émis par Varsovie envers un trafiquant de drogue,
elle a précisé que l’Irlande - qui a mis
la main sur le criminel - devait s’assurer du bon fonctionnement de la justice en Pologne avant d’exécuter le
mandat. L’arrêt fait une référence explicite aux procédures européennes
en cours, précisant qu’il s’agissait
d’« éléments particulièrement pertinents » pour cette évaluation. Ce sera
maintenant à la justice irlandaise de se
prononcer. ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
INTERNATIONAL
7
Les Nicaraguayens défient encore Ortega
Des marches ont été organisées dimanche dans le pays pour réclamer la libération des prisonniers politiques.
pulaire en 2021. Mais le mouvement de
protestation continue de réclamer son
départ immédiat. »
L’Église a un rôle essentiel dans la
tentative de médiation. Mais certains
de ses représentants déplaisent au président Ortega : Mgr Silvio Baez, évêque
auxiliaire de Managua, Mgr Rolando
Jose Alvarez, évêque de Matagalpa. Le
président nicaraguayen a tenté d’intervenir auprès du Vatican en y envoyant son ministre des Affaires étrangères. Mais celui-ci n’a été reçu que
par des sous-fifres et le Saint-Siège a
montré qu’il conservait toute sa
confiance à ses représentants au Nicaragua. Daniel Ortega a aussi mis en
prison certains représentants de la société civile de la table de négociation
comme Medardo Mairena, un leader
paysan.
PATRICK BÈLE £@PatrickBele
AMÉRIQUE LATINE Ce mercredi 15 août
a été une nouvelle journée de protestation au Nicaragua. Dans 22 villes, dont la
capitale, Managua, des marches ont été
organisées pour réclamer la libération
des prisonniers politiques qui seraient
150 selon les chiffres officiels. Il s’agit
principalement de leaders sociaux.
Depuis le 18 avril, le Nicaragua est
agité par une vague de protestation
contre le pourvoir du président Daniel
Ortega et sa vice-présidente et épouse,
Rosario Murillo. Cela a commencé par
le rejet d’une augmentation des cotisations retraite et d’une baisse des prestations, mais très vite le mouvement
s’est politisé. Et surtout le pouvoir a
répondu de façon violente et meurtrière envoyant ses groupes paramilitaires
lourdement armés tirer sur les manifestants. « Le bilan officiel est lourd, selon l’économiste et ancien compagnon
d’armes de Daniel Ortega, Oscar René
Vargas. On compte 450 morts, 2 500
blessés et 150 prisonniers politiques.
Cela sans compter les disparitions qui
par définition sont difficiles à comptabiliser. Il y a aussi près de 25 000 personnes qui ont choisi l’exil, le plus souvent
au Costa Rica pour fuir la répression. »
Une croissance négative
en 2018
L’Église contre le président
Manifestation hostile au président Ortega, la semaine dernière, à Managua.
MARINA DARAS
LONDRES
ROYAUME-UNI Salih Khater, un jeune
homme de 29 ans, a foncé sur un groupe
de cyclistes dans le quartier de Westminster, mardi matin, avant de finir sa
course dans les barrières de sécurité qui
protègent le Parlement britannique. Il a
été interpellé immédiatement par les
forces de l’ordre et est poursuivi pour
tentative de meurtre. La police antiterroriste est en charge de l’enquête.
Mardi, vers 7 h 30, une Ford Fiesta grise a dévié sa trajectoire pour foncer sur
un groupe de cyclistes et de piétons.
3
tentatives d’attaques
terroristes visant le quartier
de Westminster ont été démantelées
de justesse par la police
ces dix derniers mois
Trois personnes ont été blessées. La voiture a ensuite pris la direction du Parlement pour s’encastrer à vive allure dans
les barrières de sécurité qui en protègent
l’entrée. Difficile de comprendre le motif de cette attaque puisque le quartier est
très calme à cette heure-ci de la journée
et que le Parlement est en pause estivale.
Mais le suspect ne coopère pas et la
police peine à faire avancer l’enquête.
Quatre perquisitions ont eu lieu mardi
après-midi, notamment à Birmingham
et dans le centre de l’Angleterre, où Salih
Khater résidait, et une à Nottingham.
Le conducteur de la voiture a été iden-
tifié mercredi matin comme Salih Khater, un Britannique de 29 ans, originaire
du Darfour, au Soudan. Il est arrivé au
Royaume-Uni en 2010 et a récemment
été naturalisé. Il étudiait la comptabilité
à l’université de Coventry, près de Birmingham, avant de mettre fin à ses études en mai dernier. Il n’était pas connu
des services de surveillance du MI5. Les
caméras de surveillance ont révélé qu’il
est arrivé dans la capitale juste après minuit dans la nuit de lundi à mardi. Il a
passé quelques heures dans le quartier
de Tottenham Court Road avant de se
diriger vers Westminster vers 6 heures.
Le quartier de Westminster a souvent
été la cible d’attaques terroristes ces
dernières années.
La première remonte à mars 2017
lorsque Khalid Masood a tué cinq personnes et blessé plus de 50 autres en fonçant sur des piétons avec son camion sur
le pont de Westminster, finissant sa
course devant le Parlement. Un mois
plus tard, la police a arrêté de justesse
Khalid Ali, un jeune homme de 28 ans,
en possession de trois couteaux. Il a été
interpellé juste avant de passer à l’action. Il était surveillé par la police depuis
son retour d’Afghanistan, où il apprenait
à fabriquer des bombes pour les talibans.
Trois autres tentatives d’attaques terroristes visant le quartier de Westminster
ont été démantelées de justesse par la
police ces dix derniers mois.
Entre l’abbaye de Westminster, le
Parlement, Big Ben et la résidence de
Downing Street, où vivent les premiers
ministres, le quartier le plus touristique
de Londres est déjà sous très haute surveillance. Et après cette énième attaque,
le ministre des Transports, Chris
Grayling, a déclaré mercredi qu’il
comptait rendre le quartier de Westminster 100 % piéton. ■
U
EA
V
APPRENDRE À VIVRE MIEUX
ET PLUS LONGTEMPS
Vivre en bonne santé plus
longtemps ne doit pas
grand-chose au hasard.
Avec les meilleurs spécialistes,
le Figaro Santé a étudié toutes
les façons d’améliorer sa santé
pour vivre mieux : alimentation,
arthrose, mémoire,
hypertension…
Un dossier complet de
60 pages pour comprendre
et agir au plus tôt.
juillet - août - septembre
6,90
LE FIGARO SANTÉ VOUS APPORTE CHAQUE TRIMESTRE CONSEILS ET EXPERTISES POUR UNE MEILLEURE SANTÉ.
EN VENTE ACTUELLEMENT chez tous les marchands de journaux et sur www.figarostore.fr
A
D’origine soudanaise, l’automobiliste qui a blessé
trois personnes devant le Parlement
de Westminster n’était pas connu des services.
« Le processus de négociations avec la
conférence épiscopale est au point mort,
explique Sergio Ramirez. Daniel Ortega
pense que la répression a réussi à contenir le mouvement de protestation contre
lui. Des quartiers entiers considérés
comme rebelles sont occupés par les paramilitaires : Maninbos, des villes comme Jinotega, San Martin, Ometepe. Il
proclame qu’il y a une normalisation du
pays et qu’il se soumettra au scrutin po-
U
Attaque de Londres :
le suspect mutique
Puis il y a eu l’assaut contre l’Université autonome du Nicaragua à Managua
(Unan-Managua). La police et les
groupes paramilitaires ont attaqué
l’établissement puis l’église voisine de
la Divine miséricorde où s’étaient réfugiés les étudiants. Pendant 18 heures
les paramilitaires ont fait le siège de
l’église. Ils ont fini par donner l’assaut
et tirer dans l’établissement religieux,
faisant deux morts.
O
tants de la société civile, des entrepreneurs,
des
étudiants
et
des
mouvements paysans, a été lancé sous
l’égide de l’Église catholique. Mais,
très vite, le ton est monté entre le président Daniel Ortega et la Conférence
épiscopale. Le dialogue a pratiquement
été rompu après que 15 manifestants
ont été tués par les paramilitaires soutenant le régime de Daniel Ortega le
jour de la Fête des mères le 30 mai.
INTI OCON/AFP
N
« Samedi et dimanche dernier, il y a eu
plusieurs manifestations. La plus importante s’est déroulée à Matagalpa, explique Sergio Ramirez, ancien vice-président de Daniel Ortega dans les années
1980, aujourd’hui dans l’opposition. Il
y a eu un mort, et deux blessés. La personne décédée était le fils d’un militant
du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) le parti de Daniel Ortega.
Les circonstances de sa mort restent à
éclaircir. »
Un processus de négociation entre le
pouvoir et les leaders des manifestants, principalement des représen-
« Daniel Ortega a fait deux erreurs majeures qui font que les choses sont irréversibles et qu’à terme, il ne pourra pas
se maintenir au pouvoir, analyse Sergio
Ramirez. Il s’est confronté à l’Église qui
est une autorité morale et éthique au Nicaragua. Il l’a fait sortir de sa neutralité.
Et il s’est montré agressif avec les entrepreneurs, qui étaient l’un de ses principaux soutiens. Maintenant ils sont
ouvertement contre lui. Il a fait envahir
des terres agricoles ou urbaines, comme
la propriété de la famille Cohen appartenant au grand capital du Nicaragua. Sur
ces terres, une compagnie suisse avait
investi 20 millions de dollars pour une
production de maracujas et de jus de
fruit. »
L’économie nicaraguayenne pâtit de
la situation politique. « Déjà 250 000
emplois ont été perdus, détaille Oscar
René Vargas. De plus en plus de gens vivent dans la pauvreté. La croissance
sera négative en 2018. Et Daniel Ortega
ne peut plus compter sur l’aide du Venezuela qui vit une terrible crise. » ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
SOCIÉTÉ
8
Classement de Shanghaï :
les universités françaises stagnent
Avec des budgets bien inférieurs à ceux des établissements américains, les facultés hexagonales se maintiennent
mais ne parviennent toujours pas à rejoindre les premières places de ce palmarès décrié en France.
Top 10 des universités
LOUIS HEIDSIECK £@louisheidsieck
ÉDUCATION C’est un rituel bien huilé.
Chaque année en plein milieu du mois
d’août, le « classement académique des
universités mondiales » est dévoilé par
l’organisation Shanghai Ranking Consultancy. Décrié par certains établissements,
celui-ci a pour vocation de juger le niveau
de recherche des universités, et non leur
qualité pédagogique. Et comme chaque
année, ce sont les établissements américains qui écrasent ce tableau, portés par
des budgets annuels astronomiques. Difficile de faire le poids pour les universités
françaises, qui maintiennent toutefois
trois établissements dans le top 100 : Sorbonne Université, fusion de l’université
Paris-Sorbonne et de l’université Pierreet-Marie-Curie (UPMC) créée en janvier 2018, arrive à la 36 e place. L’université Paris-Sud, au 42 e rang, perd une
place et l’École normale supérieure en gagne cinq pour arriver à la 64 e place mondiale. En tout, seuls 19 établissements
français sont présents dans le top 500.
En Europe, c’est comme d’habitude le
Royaume-Uni qui prend la tête du classement avec six universités classées parmi les cent premières. La France arrive au
cinquième rang du Vieux Continent, à
égalité avec la Suède, mais derrière la
Suisse (5 occurrences), l’Allemagne (4),
les Pays-Bas (4) et donc l’Angleterre. Aux
antipodes, l’Australie continue à maintenir son deuxième rang mondial, à égalité
avec l’Angleterre. La Chine, en revanche,
peine à se faire une place de choix, avec
trois universités seulement citées dans ce
top 100.
« Les universités qui arrivent en tête de
classement ont deux points communs : elles
ont des budgets exorbitants et elles publient leurs travaux de recherche en langue
1 Harvard University
2 Stanford University
3 University of Cambridge
4 MIT (Massachusetts Institute of Technology)
5 University of California (Berkeley)
6 Princeton University
7 University of Oxford
8 Columbia University
9 CIT (California Institute of Technology)
10 University of Chicago
36 Sorbonne Université
42 Université Paris-Sud
64 École Normale Supérieure
Source : Shangharanking
Sorbonne Université arrive au 36 e rang du classement, soit 4 places de mieux que l’an dernier.
Infographie
anglaise », explique Yann Bisiou, maître
de conférences en droit privé à l’université Paul-Valéry-Montpellier. En effet, le
classement de Shanghaï prend comme
critères les prix Nobel et les médailles
Fields obtenus par les anciens élèves et les
enseignants, mais surtout les publications dans certaines revues scientifiques
anglo-saxonnes comme Nature and
Science, « ce qui pénalise par exemple les
établissements chinois dont une partie de la
recherche n’est pas traduite en anglais ».
Très critique contre ce classement qu’il
juge, comme beaucoup d’universitaires
français, « parfaitement inutile », Yann
Bisiou insiste sur un autre biais : les disciplines retenues. « Toutes les sciences humaines et sociales, ainsi que la littérature,
sont évincées. Ainsi, l’université Paris Des-
cartes, excellente en ces domaines, ne se
place qu’entre la 150 et la 200 e place. »
S’il reconnaît ne pas « travailler à l’année en pensant à ces classements », le président de Sorbonne Université, Jean
“
C’est forcément difficile
de se battre contre
des universités à plusieurs
milliards annuels
”
JEAN CHAMBAZ ,
PRÉSIDENT DE SORBONNE UNIVERSITÉ
Chambaz, se dit toutefois « très satisfait »
de son rang. Sans fanfaronner, celui-ci se
félicite ainsi de sa « place de leader des
universités de recherche françaises » qui
ST TROPEZ
AVIS À NOS LECTEURS - MENTIONS LÉGALES
Légende des sigles utilisés dans nos annonces : ◆ membre
F.N.A.I.M (Fédération nationale de l’immobilier) membre
S.N.P.I (Syndicat national des professionnels immobiliers)
■ Notaires ● Ventes aux enchères M.A.P : mise à prix.
MEGEVE (74)
EXCLUSIVITÉ
Fabuleux chalet d'alpage
totalement à rénover.
Vue panoramique sur
les Aravis.
Dossier complet sur
demande écrite.
info@zorin.fr
www.zorin.fr
*
Immobilier
ventes
et achats
Ventes
Ventes
APPARTEMENTS MAISONS
Sud-Est
APPARTEMENTS MAISONS
BEAUX-ARTS
EXCLUSIVITÉ
UNIQUE
10 kms
BEAUNE (21)
Ancien moulin de
400 M2 sur 1,5 HA
de terrain. Piscine.
Dossier sur demande
écrite uniquement.
info@zorin.fr
www.zorin.fr
CANNES
EXCLUSIVITÉ
Villa contemporaine 420m2
Vue panoramique
sur la baie.
Propriété unique
et rare sur la Riviera.
Dossier sur demande
écrite uniquement.
info@zorin.fr
www.zorin.fr
Ouest
A
DEAUVILLE
Près Villa Strassburger,
vue imprenable mer, Appt
2 P. env. 37 m2, rez
de jard. privé, park.
résid. stand. piscine,
sauna. 220.0001.
Part. 06.07.49.56.87.
Un
appartement
à vendre ?
01 56 52 8000
FAYENCE (VAR)
30 mn Cannes, 5 km lac
St Cassien, jolie Maison
provençale 300 m2,
vue campagne, piscine à
débordement, pool-house,
5000 m2 arborés, belles
prestations, cheminée,
3 chbres (une en suite
40 m2), clim., alarme,10mn
golfs et spa 2000 m2,
5 pl park.1.400.0001 Part
Midi-20h: 06.85.14.25.52
ZOOM
Paris : un homme tué
par un policier lors
d’une course-poursuite
Un homme de 26 ans, qui fuyait
un contrôle routier, a été tué
dans la nuit de mardi à mercredi
à Paris, par le tir d’un policier.
Le fonctionnaire poursuivait sur
un scooter réquisitionné le fuyard,
quand celui-ci, bloqué par la
circulation, « a fait marche arrière
et a percuté le scooter », selon une
source proche de l’enquête. Le
gardien de la paix de 23 ans a alors
fait feu. Il a été placé en garde à vue
et la police des polices a été saisie.
locations
Locations 16
e
LILLE
Grammaire, orthographe,
dictées, expressions, synonymes…
DES C
CEN
ENTAINES
EN
TAINES DE Q
TA
QUIZ
UIZ
POU
P
OUR
OU
R TTOUT
OUT L’LL’ÉTÉ
’ÉTÉ
ÉTÉ
OFFRES VIDES
Locations 16e
OFFRES MEUBLÉS
Longchamp. 4 P. 5e ét.
Vue dégagée. 2 chambres.
Proche écoles, métros.
Sérieuses réf. exigées.
31001/mois ch.comp. Part
sylvia.dias@orange.fr
Locations 17
e
OFFRES MEUBLÉS
27 r. Pierre Demours
Haussmannien, 3 P.
meublé et équipé.
Location pour 6 mois.
20001 ch. comp.
Part. 06.46.24.02.79.
Ces jeux, autrefois réservés aux bars, montent
en gamme pour entrer chez les Français.
MADELEINE VATEL
PRÉSENTE
Immobilier
Ventes
APPARTEMENTS MAISONS
ÉTÉ 2018
Rue Boissière. M° Victor
Hugo ou Boissière Studio
15m2. 1erét. calme, tt cft
Libre : 750 1 ch.comp
Part. 06.52.43.86.75.
APPARTEMENTS
Appt 5P. 148,37 m2. 1erét
traversant. Professions
libérales autorisées.
A RENOVER.
2.000.000 1 (Frais de
négociation inclus)
MOREL d'ARLEUX
NOTAIRES
06.60.47.43.79. ou
06.63.62.60.80.
GASSIN. BORD DE MER
Demeures hôtelières :
2 Villas, 2 piscines.
Vue mer. 17 chambres.
Sur 2.100 m2. 4.200.000 1
IDÉAL INVESTISSEUR
BONNE RENTABILITÉ
Part. 06.15.31.29.47
st.tropez83@gmail.com
Est
Ventes 6e
JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO
Baby-foot, juke-box
et flippers plébiscités
par les particuliers
Toutes les annonces qui ne comprennent pas la mention
« Part. » pour les particuliers ou « Agents Co. » pour les agents
commerciaux sont des annonces émanant d’agents immobiliers
ou de promoteurs. Sans mention explicite d’honoraires dans les
annonces, les prix présentés s’entendent nets pour l’acquéreur.
Toutes les annonces des rubriques « appartements » sont réputées
être des lots de copropriétés, sauf mention contraire. Ces biens
faisant partie d’une copropriété, le vendeur doit vous informer du
nombre de lots de la copropriété, des charges annuelles du bien
proposé à la vente et de l’existence ou non d’un recours à
l’encontre de la copropriété à la date de la parution de l’annonce.
Les honoraires de l’agence immobilière et les commissions de
chaque bien sont consultables sur le site de l’annonceur.
traduit selon lui « l’excellente dynamique
de [ses] équipes de chercheurs ». Ce bon
classement, « à peu près constant depuis
plusieurs années maintenant », offre en
plus une belle visibilité à l’international
pour l’université. « L’écho médiatique
autour de ce classement est bien sûr un élément de choix – parmi d’autres - pour les
étudiants, dans la mesure où il concourt
forcément à notre bonne réputation. »
Comme Yann Bisiou, Jean Chambaz
regrette cependant que les universités ne
soient pas comparées en fonction de leurs
moyens. « En rapport qualité-prix, nous
sommes excellents, s’amuse-t-il. Nous
avons un budget annuel de 650 millions
d’euros par an. C’est forcément difficile de
se battre contre des universités américaines à plusieurs milliards annuels… » ■
7,90
En vente
actuellement
disponible chez tous
les marchands de journaux
et sur www.igarostore.fr
CONSOMMATION Dans les ateliers de
fabrication du baby-foot Stella, à Tourcoing, les huit salariés savent que le
temps est compté : avec la victoire de la
France à la Coupe du monde de football,
les commandes pour Noël seront multipliées. « Nous avons déjà fabriqué un modèle avec des joueurs aux couleurs de la
Croatie face aux Bleus », s’enthousiasme
le dirigeant Nicolas Chantry, au milieu
des copeaux de bois. Depuis 2010, les
particuliers se sont pris de nostalgie pour
ces jeux autrefois situés dans les bars. Et
la tendance n’a fait qu’augmenter : en
trois ans, ce fabricant du traditionnel
modèle jaune et rouge a vu ses ventes de
baby-foot doubler et prévoit d’en écouler plus de deux mille d’ici décembre.
« Il y a un véritable engouement chez les
particuliers qui veulent ce baby-foot solide
et authentique. J’ai même des demandes
d’architectes d’intérieur qui l’intègrent
dans le design », note Nicolas Chantry. La
personnalisation fonctionne à plein :
choix des joueurs, des couleurs, des matériaux et des essences, objet de décoration ou modèle extérieur…
De 850 à 5 000 euros
Les acheteurs soignent cet achat, qui
coûte entre 850 et 5 000 euros. « On est
passé d’un jeu populaire présent dans les
cafés, puis dans les écoles et les campings,
à un beau produit. Des pères de famille
veulent faire découvrir ce loisir à leurs enfants et s’amuser avec leurs amis avant le
barbecue. »
À quelques kilomètres de là, à Mouscron, de l’autre côté de la frontière, les
établissements belges Seynaeve observent la même tendance. Ici, l’objet phare
est le juke-box, avec un prix de départ à
1 000 euros. Mais baby-foot, flippers,
bornes d’arcade et jeux de fléchettes
sont aussi pris d’assaut. Longtemps spécialisé dans le placement en location de
ces jeux auprès des bistrots, l’exploitant
équipait près de 400 cafés à la grande
époque des années 1960. Fermetures
d’établissements et manque de rentabilité l’ont obligé à rapatrier ses appareils.
Une autre clientèle a alors pris le relais, familiale et en majorité constituée
de quadras et de quinquas. « Il y a maintenant une telle demande par les particuliers, c’est impressionnant ! » s’étonne
encore Marc Seynaeve, dirigeant de cet
atelier qui répare et entretien tous les
appareils placés autrefois dans les bars.
« Ma clientèle est surtout constituée de
professions libérales, d’indépendants nostalgiques de leurs années étudiantes.
Quand ils le peuvent, ils s’aménagent
même une pièce, une cave, une annexe
qu’ils dédient aux jeux. »
Amoureux des objets vintage, collectionneurs, certains fans le sont aussi
pour l’aspect mécanique de ces machines. Notamment les amoureux du flipper, qui forment des communautés
prêtes à s’échanger les pièces manquantes ou à fabriquer leur propre flipper. « Il y a une véritable spéculation sur
les vieux modèles remis à jour », constate
Cédric de Vrieze, qui a organisé début
juin un grand rassemblement d’amateurs de flippers à Carvin, dans le bassin
minier. Une montée en gamme qui
concerne aussi les derniers modèles aux
décors de Star Wars ou Game of Thrones, pour lesquels il faut compter pas
moins de 7 000 euros. ■
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
SCIENCES
9
Une épidémie d’Ebola en zone de guerre
En RDC, les soignants et les humanitaires ne peuvent pas se rendre dans certains villages du Nord-Kivu.
Depuis le 1er août, 41 personnes sont mortes à cause du virus dans le Nord-Kivu et la province d’Ituri. Ici, l’enterrement d’une victime d’Ebola dans un centre de traitement de Béni.
Lac Albert
Béni
Mangina
Lac
Édouard
NORD-KIVU
Goma
RWANDA
Lac
RÉP. DÉM.
DU CONGO
Bukavu Kivu
Infographie
BUR.
nistré avec succès dans le nord-ouest du
pays depuis le début de l’année. Celui-ci
doit être injecté aux soignants situés en
première ligne, puis aux contacts des
malades et enfin aux contacts des
contacts, selon la stratégie de vaccination en anneaux. Plus de 600 contacts ont
d’ores et déjà été identifiés, et près de
200 agents de santé et une vingtaine de
civils ont été vaccinés depuis le 8 août. La
RDC dispose de plus de 3000 doses de ce
vaccin, et des professionnels de santé de
Guinée sont arrivés à Kinshasa pour accélérer la vaccination.
Des centaines de milices
Mais l’insécurité de la région du NordKivu risque de compromettre le succès de
cette stratégie qui repose sur l’identification et la surveillance des contacts. Si les
humanitaires et les agents de santé du
ministère de RDC peuvent se rendre dans
les grandes villes, il leur est, en revanche,
très difficile de se déplacer dans les villages, en raison des centaines de milices qui
sévissent. « Dans la région, certaines zones, appelées zones rouges, sont totalement inaccessibles. Or le virus Ebola pourrait se cacher là-bas. Il ne fait pas de
distinction entre les individus, il est dangereux pour tout le monde », a insisté le
Dr Tedros Adhanom en réclamant à nouveau l’arrêt des combats. Les experts
évoquent alors avec pragmatisme l’abandon de la stratégie en anneaux au profit
d’une vaccination bien plus large réalisée
L’ÉTÉ DU FIGARO
15 km
Givet
Charlemont
AISNE
CharlevilleMézières
BELGIQUE
Sedan
ARDENNES
« Poissons cuirassés »
Le givétien est la période du dévonien
(de - 419 à - 358 millions d’années, nommé d’après le comté du Devon, en Angleterre) où de grands récifs se forment,
constituant six ceintures récifales autour
des supercontinents. Ces récifs sont for-
[
Ces sites
qui valent
de l’or
Les couches de calcaire de Givet
sont très nettes au niveau
de la porte de France,
sous la citadelle Charlemont.
use
Me
Le site géologique remarquable le plus
ancien en France métropolitaine est celui de Givet, dans les Ardennes, non loin
de la Belgique, le long de la Meuse. Les
falaises visibles sous le fort de Charlemont, bâti sur un éperon rocheux, montrent des calcaires datant de – 391,8 millions d’années à – 385,3 millions d’années (époque du dévonien moyen). Cet
endroit est mondialement connu dans le
monde de la géologie et fait désormais
partie, depuis 1999, de la réserve naturelle régionale de la pointe de Givet. Mais
la commission stratigraphique internationale a décidé que la limite inférieure
du givétien était mieux marquée à Djebel
Mech Irdane au Tafilalet (Maroc). C’est
donc là que se trouve le « clou d’or », site
de référence dans le monde de cette
strate géologique.
Il y a 390 millions d’années, le visage
de la Terre ne ressemblait pas à celui
qu’elle a aujourd’hui. Deux supercontinents existaient, le Gondwana et la Laurasie, comprenant diverses régions de
l’Europe actuelle. La ville de Givet et les
Ardennes (qui n’avaient pas la physionomie d’aujourd’hui) se trouvaient sur
la marge méridionale de la Laurasie,
alors située un peu au sud de l’équateur.
Le climat global était chaud et Givet était
sous l’eau, dans une mer peu profonde.
On a trouvé les traces de nombreuses
formes de vie récifale, barrières, récifs
de plateforme, récifs frangeants, atolls…
« L’Inde enverra dans l’espace
un homme ou une femme en 2022,
et avant cela si possible »,
a annoncé le premier ministre
indien, Narendra Modi, dans un
discours à la nation délivré à
New Delhi à l’occasion du Jour
de l’Indépendance. Le premier
ministre conservateur a indiqué
que son pays serait le quatrième
- après la Russie, les États-Unis
et la Chine - à réaliser cet
exploit technologique.
Le président de l’agence spatiale
indienne (ISRO) a précisé
par la suite que la capsule ainsi
que le scaphandre avaient
déjà été mis au point, et que
le lancement aurait lieu à bord
de la nouvelle fusée indienne
GSLV Mark III, dont la première
mise en orbite a été réussie
l’année dernière.
3/6
La couche stratigraphique du givétien
permet de mieux connaître la Terre
d’il y a 385 millions d’années.
JEAN-LUC NOTHIAS lnothias@lefigaro.fr
ZOOM
L’Inde enverra un homme
ou une femme dans l’espace
d’ici à 2022, promet Modi
MOSSOT/WIKIMEDIA COMMONS
À Givet, le joyau
géologique
des Ardennes
en fonction des zones géographiques.
« L’efficacité intrinsèque du vaccin n’est
pas remise en cause. C’est la stratégie qui
n’est pas adaptée au terrain, explique le
Pr Yazdan Yazdanpanah, chef du service
des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat à Paris et expert auprès de l’OMS. La
vaccination par zones géographiques sera
plus simple à mettre en place et permettra
quand même de protéger les contacts. »
Dans ce contexte, le traitement des malades peut aussi s’avérer très compliqué.
Alors que des médicaments thérapeutiques ont commencé à être administrés, les
humanitaires ne savent pas encore comment maintenir les centres de traitement
ouverts tout en assurant leur sécurité.
« Pour vous donner un exemple concret,
dans la province de l’Équateur nos équipes
travaillaient 24 heures/24 pour construire
les centres de traitement. À Mangina, elles
doivent revenir pour 17 heures au bureau de
Béni, situé à 45 km », décrit Gwenola Séroux. L’humanitaire glisse toutefois qu’une
fois les centres de traitement mis en place,
les soignants seront présents pour prendre en charge les malades. Le ministère de
la Santé affirmait mardi que celui de Mangina était enfin opérationnel. ■
MARNE
MEUSE
Infographie
més par des stromatopores, des invertébrés aquatiques. Les membres vivants de
ce groupe sont aujourd’hui classés parmi
les calcispongiaires (éponges très calcifiées). Au givétien, on trouve aussi des
coraux tabulés et rugueux, des crinoïdes
(échinodermes entre oursins et étoiles
de mer, ressemblant à des plantes), des
algues calcaires et des bryozoaires. On a
également trouvé quelque vingt-cinq
espèces de poissons : ce sont surtout des
« poissons cuirassés », des poissons à
nageoires charnues ou encore des requins épineux. L’épaisseur de la couche
du givétien varie mais est d’environ
500 m. La réserve naturelle nationale de
la pointe de Givet met en valeur ce patrimoine géologique, clou d’or et fossiles.
Il existe d’autres affleurements du givétien en France, comme dans l’Avesnois à Glageon, dans le Boulonnais à Ferques, dans les Vosges ou le Massif
armoricain. Mais il y a aussi des carottages issus de forages, principalement pétroliers. Il y a eu des sondages profonds
dans le nord de l’Aquitaine, à Clairac, qui
]
apportent des informations complémentaires.
Les couches de calcaire de Givet sont
très nettes au niveau de la porte de France, à l’entrée de Givet, sous la citadelle
Charlemont, sur la rive gauche de la
Meuse.
L’exploitation du calcaire de Givet
comme pierre de taille remonte à l’occupation romaine. Il a été utilisé pour la
construction du premier fort de Charlemont, entreprise sur ordre de Charles
Quint. Presque tous les édifices de Givet,
ainsi que de nombreux monuments dans
les Ardennes ont été bâtis avec cette
pierre. Elle a aussi servi pour certains
ponts et quais à Paris.
À la fin du XVIe siècle, Givet était un
centre marbrier bien connu. Les marbres de Givet, calcaires susceptibles d’un
beau poli, noir veiné de blanc, étaient
assez réputés et ont été utilisés pour
certaines décorations du château de
Versailles.
C’est le géologue Louis Gosselin qui
baptisa cet étage le givétien en 1879. Il est
précédé par l’eifélien (- 393,3, - 387,7),
dont le clou d’or est en Allemagne dans
les collines Eifel et est caractérisé par du
schiste à calcéoles (mollusque bivalve).
Le givétien est suivi du frasnien, d’après
Frasnes-lez-Couvin, village de Belgique.
Il s’étend de - 382,7 à - 372,2 millions
d’années et est caractérisé par des schistes et des calcaires. Mais le clou d’or du
frasnien est également en France, au col
du Puech de la Suque, dans l’Hérault. ■
+
» Lire aussi PAGE 14
RETROUVEZ DEMAIN :
Les merveilles
de la Montagne noire
A
60 km
OUGANDA
VIRUS « J’étais inquiet avant de me rendre
sur place, mais à mon retour du Nord-Kivu
je suis encore plus inquiet », a déclaré ce
mardi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur de l’Organisation mondiale
de la santé (OMS), à propos de la nouvelle
épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC). Comme de
nombreux experts, il estime que cette
flambée de fièvre hémorragique sera certainement l’une des plus difficiles à maîtriser, en raison des conflits armés qui secouent cette région frontalière de
l’Ouganda. « Nous savions que des violences ont lieu fréquemment, mais nous en
avons été témoins lors de notre voyage, at-il raconté lors d’une conférence de
presse organisée au siège de l’OMS à Genève. À une quinzaine de kilomètres de
Béni, l’un des foyers de l’épidémie, des civils ont été tués et kidnappés. » C’est la
première fois qu’une épidémie d’Ebola
frappe une région où règne une telle insécurité. Cette province est aussi l’une des
zones les plus peuplées du pays et connaît
d’importants mouvements de population, à la fois au sein même de la région
mais également vers les États voisins.
Autant d’éléments favorables à une propagation rapide et incontrôlable du virus.
Depuis le 1er août, 41 personnes ont
perdu la vie à cause du virus dans le
Nord-Kivu et la province d’Ituri. En
moins de deux semaines, 115 cas suspects
ou confirmés ont été recensés, soit deux
fois plus qu’entre mai et juillet lors de la
précédente épidémie dans la province de
l’Équateur dans le nord-ouest du pays.
« Dimanche soir, au moins 45 patients
étaient hospitalisés, dont 7 soignants, dans
notre centre d’isolement à Mangina, l’épicentre de l’épidémie. Dans l’Équateur,
alors que nous avions 4 ou 5 centres de
traitement (CTE), nous n’avons jamais
compté autant de personnes hospitalisées », soulève Gwenola Séroux, la responsable des urgences pour Médecins
sans frontières (MSF), avant de s’envoler
pour la RDC.
Pour tenter de freiner la propagation
de la maladie, les autorités congolaises
ont demandé à la soixantaine de professionnels de santé ayant été en contact
avec les soignants infectés de rester en
quarantaine chez eux pendant quelques
jours. En parallèle, les autorités ont rapidement décidé d’utiliser le vaccin admi-
JOHN WESSELS/AFP
ANNE-LAURE LEBRUN £@LebrunAnneLaure
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
10
SPORT
François Rivière :
« À Perpignan,
on respecte
une culture »
François Rivière : « Nous devons
réapprendre les contraintes
d’un championnat qui a beaucoup
changé en quatre ans,
tant au niveau du jeu que
des moyens financiers. »
Le président de l’Usap, de retour en Top 14
après quatre saisons passées en Pro D2,
refuse de transiger avec l’ancrage local.
PROPOS RECUEILLIS PAR
DAVID REYRAT £@DavidReyrat
RUGBY Après une présence ininterrompue de cent trois ans dans l’élite, l’Union
sportive arlequins Perpignan-Roussillon
est descendue en Pro D2 le 3 mai 2014.
Quatre saisons plus tard, ce bastion du
rugby français est enfin de retour en
Top 14. Mais, son président l’affirme au
Figaro, l’Usap ne reniera pas ses valeurs.
LE FIGARO. - Le Top 14, c’est la place
de ce bastion historique du rugby français
qu’est l’Usap ?
François RIVIÈRE. - Beaucoup de supporteurs m’ont dit que cette remontée
était plus forte en émotions que le titre de
champion de France en 2009. La descente avait été cruellement ressentie. C’est
très important pour tout le territoire car
l’Usap est une locomotive.
Avec quelles ambitions revenez-vous
en Top 14 ? Le maintien ou mieux ?
Le maintien ! On va être considéré comme le Petit Poucet du Top 14. Mais ce rôle
nous va bien car nous devons réapprendre les contraintes d’un championnat qui
a beaucoup changé en quatre ans, tant au
niveau du jeu que des moyens financiers.
Donc, la priorité, c’est de consolider notre place en élite, et notamment notre
budget. On sait que ce sera difficile. Mais
on va apprendre sans se renier.
Sans renier votre credo offensif ?
Les entraîneurs ont effectivement dit aux
joueurs qu’il ne fallait pas renoncer à ce
que nous sommes, à notre rugby. Il ne
faut pas s’en éloigner sinon on va perdre
notre âme.
L’Usap a-t-elle le budget pour rivaliser ?
Oui, avec un budget, à l’équilibre, de
16 millions d’euros. Qui ne nous permet
cependant pas d’être aussi généreux que
les autres clubs de Top 14. Si on se maintient, le budget devra donc être porté à
20 M€. Pour cela, il faut arriver à susciter
des recettes commerciales plus importantes. Si je ne trouve pas ces moyens, on
aura beaucoup de difficultés à conserver
nos meilleurs joueurs et à nous maintenir… Mais, au-delà des sous, on a quand
THOMAS SYLVAIN/PRESSE SPORTS
devrons trouver des partenaires nationaux voire internationaux.
Côté supporteurs, c’est l’engouement ?
Il y a une ruée sur les abonnements. Plus
de 8 000 déjà ! Le public, comme les entreprises locales, s’approprie ce retour en
Top 14.
À l’ère du professionnalisme,
est-ce important de préserver
l’ancrage local, l’identité catalane ?
Je vais tout faire pour, parce que c’est ma
raison d’être et c’est la raison d’être de ce
territoire des Pyrénées-Orientales. On
doit prouver ici qu’on respecte une
culture. On a une responsabilité et j’en
serais le garant.
L’Usap, c’est 110 ans d’histoire,
Dans le monde
un club différent, un rugby de traditions. d’aujourd’hui,
où il y a tant de
Il faut montrer que nous restons fidèles
pertes de repères sur le plan de
à nos valeurs
la famille, de
l’éducation, du respect des valeurs, avoir
même des atouts - notre centre de forun étendard comme l’Usap est indispenmation, le premier du rugby français, et
sable. Un club, c’est une histoire. Et
l’attractivité de la marque Usap - qui
l’Usap, c’est 110 ans d’histoire, un club
peuvent nous permettre de rivaliser.
différent, un rugby de traditions. Il faut
montrer que nous restons fidèles à nos
Constatez-vous une mobilisation
valeurs. Je suis frappé de voir ce que ça
des partenaires économiques locaux ?
représente pour tous les gens ici.
Oui. Nous avons déjà un chiffre d’affaires
Le maire m’a dit récemment : « Quand
partenaires supérieur à celui de l’enseml’Usap gagne, c’est bon pour le commerble de la saison dernière. Mais notre basce. » Et c’est vrai. Chaque victoire fait du
sin économique est moins prospère que
bien au moral.
celui de Paris, Toulouse, Bordeaux ou encore Grenoble. Il faut donc attirer plus de
partenaires. On en a environ 300, ce qui
Cette identité, ce sont aussi
est déjà énorme. Mais, à l’avenir, nous
de nombreux joueurs du cru…
«
»
L’ÉTÉ DU FIGARO
Cela aussi, c’est indispensable. Imaginons
que demain on gagne au Loto et qu’on
puisse s’offrir la meilleure équipe d’Europe en renonçant à toutes nos valeurs, eh
bien je ne le ferai pas ! C’est une équipe de
copains et, ce qui m’importe, c’est de
préserver cet état d’esprit, essentiel.
ZOOM
Rugby : décès de Pierre
Camou, ancien président
de la Fédération française
Depuis qu’il avait perdu contre
Bernard Laporte les dernières
élections pour la présidence de
la Fédération française de rugby
en décembre 2017, il s’était fait
discret et luttait contre la maladie.
Pierre Camou s’est éteint
mercredi, à Ispoure dans les
Pyrénées-Atlantiques, quelques
jours avant de pouvoir fêter ses
73 ans. Banquier de formation,
très attaché à son Pays basque
et au club de Garazi créé en 1963,
il succéda à Bernard Lapasset à la
tête de la FFR entre 2008 et 2016.
Homme de culture, Pierre Camou
sera resté, durant ses deux
mandats (sans opposant, il avait
été réélu en 2012), discret dans les
médias. Un reproche qui lui sera
fait après le fiasco des Bleus de
la dernière Coupe du monde…
Le point d’orgue de sa présidence
restera la finale de la Coupe
du monde 2011 perdue de peu
(7-8) contre les All Blacks. Un an
auparavant, les Bleus de Marc
Lièvremont avaient réalisé
le Grand Chelem dans le Tournoi
des six nations. Le dernier en date.
Le Figaro adresse à sa famille
et à ses proches ses sincères
condoléances.
Un rapprochement
avec Barcelone
est-il toujours d’actualité ?
Oui, et d’une manière générale avec la
Catalogne du Sud. Il y a deux zones, celle
de Barcelone, mais aussi celle de Gérone.
Qui est naturellement tournée vers Perpignan. C’est un territoire d’engouement, de partenariat et de prospection
commerciale. On va mener des actions
en commun. Pas du coup par coup mais
un vrai partenariat durable.
Avez-vous des projets
pour le stade Aimé-Giral ?
C’est un stade dans la ville. C’est une
chance. Mais ce sont aussi des contraintes d’espace. Les parkings, les hospitalités… On a proposé au maire de Perpignan
un plan ambitieux de modernisation
d’Aimé-Giral. La ville semble convaincue. D’ici à trois ans, le stade aura beaucoup changé. Sans que la capacité n’augmente : 15 000 places, c’est très bien.
Attachons-nous déjà à remplir cette cathédrale. Si on a besoin de plus, on peut
toujours délocaliser une ou deux
affiches. On travaille également à un
nouveau centre d’entraînement et de
formation, qui verra le jour d’ici trois à
quatre ans. ■
[
Damas
À Damas,
le rugby
malgré tout
Alors que la guerre fait rage en Syrie,
des passionnés s’évertuent à
maintenir un semblant de vie normale.
A
ANTOINE BRÉARD
@Antoine_Breard
La routine est la même que partout
où le rugby est un sport dépourvu
de structures et de terrain. Deux à
trois fois dans la semaine, de longues perches sont fixées le long des
montants des cages de foot du terrain synthétique de l’al-Fayhaa
Stadium, les ballons ovales remplacent les ronds, et les joueurs des
trois équipes en activité de Damas,
la capitale syrienne, s’octroient un
coin pour répéter. « On essaye de
faire un maximum d’exercices possibles même si, comme il ne s’agit pas
d’herbe, c’est plus difficile de jouer
sur ce type de surface. Comme lorsque l’on travaille les placages ou les
rucks puisqu’on peut se brûler », explique Yassin Akid, le demi de
mêlée des Zenobians. Par ailleurs
entraîneur des AIU Alphas et international syrien, il est devenu joueur
grâce à un ami écossais, en 2010.
« L’essentiel, pour nous, est de pouvoir continuer à pratiquer notre
sport. À titre personnel, c’est un
moyen de m’exprimer sur et en dehors du terrain. Le rugby, c’est avant
tout une question de respect et d’entraide. Surtout, et je l’espère, ce sport
peut être un outil pour nous aider à
restaurer la paix dans notre pays. »
À l’heure où, après sept ans de
guerre, la nation dirigée par Bachar
el-Assad est ravagée, les paroles de
l’étudiant en ingénierie de l’architecture de 27 ans ont tout du mantra. Ahmad Madani, le demi
d’ouverture et capitaine des Zenobians (ainsi que de l’équipe nationale), a, lui, découvert le rugby en
2005. Sprinteur, il a été débauché, à
l’époque, par « Roddy » Drummond, chef de mission à l’ambassade de Grande-Bretagne en Syrie,
qui entraînait l’équipe. Il s’inscrit
dans la même ligne que son parte-
Implanté en Syrie depuis 2004, le rugby, tant à quinze qu’à sept, est une discipline émergente
qui a d’abord été une affaire d’étrangers, avant de s’ouvrir aux joueurs locaux. ANTOINE BRÉARD
Il est
« important
pour nous,
à travers
le sport
et le rugby,
de montrer
le vrai côté
pacifique
de notre
peuple
»
AHMAD MADANI,
DEMI D’OUVERTURE
ET CAPITAINE
DES ZENOBIANS
naire, soulignant la gravité de la situation mais ouvrant aussi des
perspectives.
La Coupe du monde
en vue
« Il est normal que seules les images
de guerre et les nouvelles de celle-ci
atteignent le peuple français et le
monde entier. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que nous, les Syriens,
avons une grande civilisation qui remonte avant la naissance de JésusChrist et que nous avons toujours eu
une diversité dans les religions et les
origines. Il est donc important pour
nous, à travers le sport et le rugby, de
montrer le vrai côté pacifique de no-
V
3/5 enoOyavgaelise
tre peuple. » Même si, l’automne
dernier, alors que l’équipe nationale de football tentait d’arracher sa
qualification pour le Mondial, une
controverse accompagna les scènes
de liesse vues dans Damas…
Implanté en Syrie depuis 2004, le
rugby, qui se joue à quinze et à sept,
est une discipline émergente qui a
d’abord été une affaire d’étrangers
avant de s’ouvrir aux locaux. Diplomates anglais, expatriés français
travaillant dans le pétrole se retrouvent régulièrement et fondent le
club des Zenobians (de la reine Zénobie de Palmyre qui, au IIIe siècle,
tenta de conquérir Rome). D’une
douzaine de joueurs, le club voit ses
]
effectifs passer à une quarantaine de
membres. « L’équipe a ensuite participé régulièrement à des tournois et
des matchs organisés au Liban, en
Jordanie, en Égypte ou encore à
Dubaï » détaille Mohamed Jarkou,
l’un des premiers Syriens à avoir
rejoint les rangs de l’équipe et qui
est aujourd’hui le secrétaire général
du haut comité syrien au rugby.
La victoire des Zenobians au
cours d’un tournoi « ouvert » joué
en parallèle du Dubai Rugby Sevens
de 2011 a constitué un tournant
pour les locaux, qui se sont alors
rapprochés d’Asia Rugby pour en
devenir un membre associé. Ce qui
fut fait en mai 2015. Être membre de
plein droit de l’association puis de
World Rugby sont les prochains
objectifs.
Au quotidien, les 270 pratiquants
réguliers (180 hommes, 45 femmes
et 45 jeunes) du pays, répartis dans
quatre clubs actifs (les Damascus
Zénobians, les AIU Alphas et les
IUST Demons à Damas ainsi que
l’équipe de Swaida, dans le sud du
pays), s’entraînent dans des conditions spartiates. Les trois premières
formations s’affrontent dans la petite ligue syrienne dominée par le
club historique. Des petits tournois
de sept sont aussi organisés. Le tout
avec une réelle ambition sportive.
« Le rugby n’en est qu’à ses débuts en
Syrie, conclut Ahmad Madani. Mais
mon but est d’emmener ma sélection
jusqu’à la Coupe du monde. » ■
PROCHAIN VOLET:
Aux Tonga, les femmes
luttent pour le droit de jouer
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
CULTURE
11
La rentrée littéraire marquée
par des personnages attachants
LIVRES Parmi les 381 romans français
sur les 567 qui sortent
se détachent les biographies romancées.
THIERRY CLERMONT
tclermont@lefigaro.fr
Une fois n’est pas coutume, la rentrée littéraire de 2018 a commencé
un peu plus tôt que prévu, précisément le
8 août. Ce jour-là, une
enquête de L’Express
révélait que Séverine
Servat de Rugy, journaliste à Gala et épouse du
président de l’Assemblée nationale, François
de Rugy, a obtenu l’insertion d’un encart dans
le
dixième
roman
d’Émilie Frèche, Vivre
ensemble, à paraître le
22 août chez Stock ; la
plaignante
accusant
l’écrivain de porter atteinte à « l’intimité de
(sa) vie privée » et à celle
de son fils. À noter que la
romancière est l’actuelle
compagne de Jérôme
Guedj, conseiller départemental PS de Massy et
père de l’enfant qu’il a
eu avec Séverine Servat.
Cette affaire, qui n’en est
pas une, n’aura pour autant
en rien troublé le Landerneau des lettres ni la quiétude des estivants, davantage
préoccupés par la hauteur
du mercure que par les
troubles portés à la liberté
d’expression.
Maylis de Kerangal
Emmanuelle Richard
Serge Joncour
Premiers romans
en force
Alain Mabanckou
lette oubliée Frances Farmer, les
poètes Robert Desnos et Sylvia
Plath… Sans oublier le nazi Josef
Mengele, qui a valu à Olivier Guez
le prix Renaudot, l’an dernier.
Pour ce millésime 2018 reviendront Ava Gardner et son glamour
hollywoodien, à travers le deuxième roman de Thierry Froger (Les
Nuits d’Ava), Alain Delon, sous la
plume de Jean-Marc Parisis (Un
problème avec la beauté. Delon dans
les yeux). Toujours au rayon cinéma, Vanessa Schneider a portraituré avec finesse sa cousine Maria
Schneider, celle par qui le scandale
arriva en 1972 avec Le Dernier Tan-
Jérôme Ferrari
MATSAS/OPALE/LEEMAGE ; ISARD/MADAME FIGARO ; BALKAR/FREGE/SIPA ; DELMARTY/OPALE/LEEMAGE
Cette année, donc, la rentrée
comptera 567 romans, dont
381 romans français, selon
les chiffres du magazine
professionnel Livres Hebdo.
Un chiffre en retrait par rapport à l’année précédente. Et
en net recul pour ce qui est
des romans français, bien
loin du pic enregistré en
2010 avec 497 titres. Toutefois, toujours dans cette catégorie, on note une nouvelle progression notable du
nombre de premiers romans, avec 94 titres attendus, après un creux de 68 en
2015. La relève est donc bien
présente, avec l’apparition de jeunes auteurs qui s’annoncent prometteurs.
À l’image des années précédentes se dégage la confirmation d’un
engouement pour ce qu’on appelle
improprement l’exofiction, à savoir des biographies romancées
(souvent partielles) de personnages
du passé, issus du monde artistique
ou littéraire, ou encore ayant marqué l’histoire. C’est ainsi que nous
avons vu resurgir, récemment et
dans le désordre, Maurice Ravel,
Charlotte Salomon (d’abord sous la
plume de Richard Millet puis sous
celle de David Foenkinos), la star-
go à Paris (Tu t’appelais Maria Schneider). Quant à Alexandre Najjar,
il a également puisé dans l’histoire
du cinéma pour raconter celle, tragique, du grand acteur Harry Baur,
dénoncé sous l’Occupation comme
juif et arrêté par la Gestapo (Harry
et Franz).
Avec pudeur et délicatesse, Simonetta Greggio s’est pour sa part
glissée dans la peau d’Elsa Morante, à travers un récit sensible mené
à la première personne (Elsa mon
amour). Christine Barthe, elle, s’est
adressée au plus grand écrivain
norvégien coupable d’avoir collaboré avec les nazis dans Que va-ton faire de Knut Hamsun ? De son
côté, Serge Filippini a composé une
fiction librement inspirée de la vie
et de l’œuvre d’André Breton. Le
pape du surréalisme que l’on retrouve également dans le second
roman d’Adrien Bosc, Capitaine,
précisément en 1941, alors que
nombre d’artistes fuient Marseille
pour rejoindre les
États-Unis.
Adrien
Bosc
n’est pas le seul à
être attendu. Nombre d’auteurs ayant
réussi leur coup de
maître reviennent
cette année avec un
deuxième
livre.
C’est le cas d’Elisa
Shua Dusapin, remarquée il y a deux
ans pour son Hiver
à Sokcho (Les Billes
du Pachinko), de
Diane
Mazloum
(L’Âge d’or), de Jérémy Fel (Les
Loups à leur porte),
de Jérôme Chantreau (Les Enfants
de ma mère), et de
Christophe
Boltanski, lauréat du
Femina pour La
Cache en 2015 (Le
Guetteur).
Sans
oublier Guy Boley,
qui revient sur la
figure de son père
forgeron
dans
Quand Dieu boxait
en amateur.
L
Rentrée
ittéraire
Un monde
à portée de main
Maylis de Kerangal
Chien-Loup
Serge Joncour
À son image
Jérôme Ferrari
Désintégration
Emmanuelle Richard
Les cigognes sont
immortelles
Alain Mabanckou
Le retour
de Christine Angot
La famille et les liens filiaux sont
d’ailleurs à nouveau illustrés cette
saison, avec notamment Éric Fottorino qui poursuit sa quête identitaire avec Dix-sept ans, Christophe
Boltanski, évoqué plus haut, et
Olivia de Lamberterie, chroniqueuse à « Télématin » et responsable des pages livres à Elle, qui,
dans son premier roman, revient
sur le destin tragique de son frère
(Avec toutes mes sympathies).
Du côté des têtes d’affiche, on retiendra les noms d’Amélie Nothomb, qui publie son 27e roman
(Les Prénoms épicènes), de Christine
Angot, après trois ans de silence (Un
tournant de la vie), Maylis de Kerangal (Un monde à portée de main),
Serge Joncour (Chien-Loup), le lauréat 2012 du Goncourt Jérôme Ferrari (À son image), Alain Mabanckou qui explore ses jeunes années à
Pointe-Noire dans Les cigognes sont
immortelles. Auréolé du succès de
2084, Boualem Sansal nous propose
Le Train d’Erlingen ou La Métamorphose de Dieu, dans lequel il poursuit
sa dénonciation de l’extrémisme
religieux dans les zones fragiles de
nos sociétés. Dans Les Idéaux, l’exministre de la Culture Aurélie Filippetti, nous offre un roman d’inspiration autobiographique où se
mêlent amour et politique.
Enfin, un nom à retenir, celui
d’Emmanuelle Richard, qui publie
son troisième roman, Désintégration, portrait sans concessions et
bien singulier d’une jeune femme
en colère. Elle appartient à cette génération décomplexée à laquelle on
peut rattacher d’autres talents prometteurs tels que Pierre Adrian,
Miguel Bonnefoy, Jakuta Alikavazovic ou Blandine Rinkel. La course
au prix à peine lancée, bien malin
celui qui s’amuserait à avancer des
pronostics tant la compétition est
ouverte cette année. Rendez-vous
début novembre, pour les premiers
verdicts. ■
La tendance de fond observée depuis une dizaine d’années se
confirme et même s’accentue : de
moins en moins de romans
étrangers sont traduits en français. Pour cette rentrée, on en recense 186, soit une quarantaine
de moins par rapport à 2008.
Autre confirmation : la domination du domaine anglo-saxon et
en particulier de la littérature
américaine qui, cette année, sera
mise à l’honneur avec le festival
America, à Vincennes, du 20 au
23 septembre.
Parmi les romanciers les plus
attendus, citons Salman Rushdie,
avec La Maison Golden, dont l’action se déroule à New York, et qui,
selon son éditeur, se présente
comme un « roman à la fois angoissant et jubilatoire de l’identité,
de la vérité, de la terreur et du
mensonge », l’ex-enfant prodige
des lettres anglaises Zadie Smith
(Swing Time), J. M. Coetzee à travers un récit sur la transmission et
la postérité (L’Abattoir de verre).
Quant à Julian Barnes, il signe La
Seule Histoire, centrée sur une
passion liant un jeune homme et
une femme mûre.
Du côté américain, c’est le
retour de trois lauréats du prix
Pulitzer : Michael Chabon (Moonglow), Richard Russo (Trajectoire), Jeffrey Eugenides, avec un
recueil de nouvelles (Des raisons
de se plaindre). Ajoutons Dan
Chaon (Une douce lueur de malveillance), Jennifer Egan et son
Manhattan Beach, l’histoire d’une
ouvrière travaillant pendant
la guerre au chantier naval de
Brooklyn.
Après le succès remporté par
Attachement féroce, Viviane Gornick publiera La Femme à part.
Pour ce qui est des plus jeunes, on
fera connaissance, à travers leur
premier roman, de Tadzio Koelb,
Hernan Diaz (finaliste du Pulitzer
en 2018), Daniel Magariel, avec un
époustouflant road-novel (Comme un seul homme), Michael Imperioli, Garrard Conley et Philip
Lewis.
Inédit de Leonard Cohen
Au rayon hispanique, Javier Cercas fait son retour avec Le Monarque des ombres, dans lequel il retrace le parcours d’un jeune
homme qui a combattu dans les
rangs franquistes, qui n’était autre
que le grand-oncle de l’écrivain.
Les Mexicains Juan Pablo Villalobos et Antonio Ortuño publieront respectivement Personne
n’est obligé de me croire et Méjico,
alors que la Franco-Cubaine Zoé
Valdés nous donnera à lire un roman érotique : Désirée Fe. D’Espagne, nous arrive le cinéaste et romancier David Trueba qui signe
Bientôt viendront les jours sans toi.
Enfin, Le Seuil va publier en octobre un inédit posthume de Leonard
Cohen, The Flame, rassemblant de
nombreuses pages intimes. ■ T. C.
A
La littérature étrangère dominée par les Anglo-Saxons
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
12
L’ÉTÉ DU FIGARO
Pour suivre
les migrations
des animaux
dans
le Serengeti, le
Roving Bushtops
s’installe au plus
près de la vie
sauvage. Puis
repart sans
laisser de traces.
[
Le voyage réin
venté
]
En France com
me à l’étrang
er,
qui réveillent
notre curiosité des concepts émergent
, incitent à app
le monde ave
c plus d’attenti
réhender
on… et d’émo
Loin du touris
tion.
me consuméri
ste, ils redonne
au mot « décou
nt tout son sen
verte ». Nous
s
les avons testés
pour vous.
En Tanzanie, 3/5
un luxueux
camp mobile
MARIE-ANGÉLIQUE OZANNE
maozanne@lefigaro.fr
A
ENVOYÉE SPÉCIALE DANS LE SERENGETI
Tanzanie
Plié comme un origami
Andrew, ingénieur concepteur de
bateaux, imagine les grandes lignes
de ce projet 100 % démontable (et
autonome : réserves d’eau, station
technique, panneaux solaires…) et
fait appel à l’architecte suisse Andrin Schweizer pour le réaliser.
Chacun des sept Rovers est comparable à une boîte, dont trois des
quatre côtés se déplient sur le principe d’un origami. Pour garantir
une légèreté
optimale, le
socle et les parois sont fabriqués
dans une structure en
nid d’abeilles à base de matériaux composites recyclés, recouverts de placage en chêne ou en
pierre brute. À l’intérieur de ces
suites chapeautées de toiles de tente, un lit king size, des draps en coton soyeux, des tapis moelleux, un
mobilier en bois et en rotin, des luminaires en macramé, une salle de
bains spacieuse avec eau chaude et
électricité 24 heures/24…
À l’arrivée, chaque couple ou famille se voit attribuer un véhicule
avec chauffeur et guide naturaliste
pour sillonner le parc national. On
croise des antilopes, des gazelles,
des zèbres, des gnous, des girafes,
des lions, des léopards, des buffles… Toute la grande faune d’Afrique est au rendez-vous. L’Unesco,
qui a inscrit le Serengeti au patrimoine mondial en 1981, rappelle
que « la diversité biologique du parc
est très grande, avec au moins quatre espèces animales mondialement
menacées ou en danger : le rhinocéros noir, l’éléphant, le chien sauvage
et le guépard ».
En fin d’après-midi, après le safari, le guide vous demande si
un bain vous ferait plaisir.
Chaque tente comprend un
jacuzzi extérieur. Un
« hot tub » bouillonnant
et fumant pour écouter
le murmure de la
brousse et voir rosir
les collines voisines
dans la fraîcheur du
crépuscule. Cerise
sur le gâteau, le bain
est suivi d’un massage aromatique (à discrétion),
compris
dans le prix du forfait.
Philip, le manager du
camp, insiste sur cette
notion de luxe all inclusive
qui fait la singularité du Roving Bushtops. « Nos hôtes
n’ont pas à se poser de questions ;
les massages, le Wi-Fi, les services
THOMAS GOISQUE
Pratique
protégé le même niveau de confort,
de service et de luxe que dans nos
deux autres établissements. Nous
voulions entre autres une tente posée sur un deck en bois et non à
même le sol, des douches puissantes,
des vrais W-C… avec une préoccupation écologique très forte pour ne
laisser aucune trace durable sur
l’environnement. La seule solution
était donc d’inventer une structure
complètement mobile et autonome,
une tente-conteneur sur roues que
nos Land Cruiser de safari pourraient tracter. Voilà comment est
née l’idée de ces “Rovers”, qui ont
donné son nom au camp, le Roving
Bushtops. »
Tracté par un Land
Cruiser de safari,
le Rover est une
élégante suite nomade.
Écologique,
il s’installe au cœur
de la brousse,
sans altérer la nature.
UTILE
Décalage horaire :
2 heures de plus qu’en
France en été et une
heure de plus en hiver.
Passeport valide.
Visa obligatoire,
à acheter sur place
en arrivant
à l’aéroport.
Prévoir 50 US$
+
La piste déroule à l’infini un ruban
de terre ocre. On devine au loin un
4 × 4, suivi de son nuage de poussière. L’horizon, flouté par les brumes de chaleur, s’évanouit aux
confins du ciel et de la brousse. La
savane étire à perte de vue ses plaines blondes, décolorées par de
longs mois sans pluie. La saison sèche (de juin à novembre) pousse les
animaux sauvages à migrer vers le
nord pour trouver des pâturages
verdoyants et de nouveaux points
d’eau. Le Serengeti, « terre aride et
sans fin » en langue maa, porte
bien son nom. Ce fabuleux parc
national, situé dans la partie septentrionale de la Tanzanie (en Afrique de l’Est), est le deuxième plus
vaste parc animalier du continent
après le Kruger. Il s’étend sur
14 763 km2 et abrite près de 4 millions d’animaux. Deux fois par an,
lors de leurs fameuses grandes migrations, les zèbres, gazelles de
Thompson et gnous traversent le
parc, suivis de leurs prédateurs.
Pour observer ce spectacle subjuguant, le Roving Bushtops est aux
premiers rangs. C’est dans la zone
centrale du parc que Claudia et
Andrew Stuart, déjà propriétaires
de deux lodges d’exception au Kenya et en Tanzanie, Mara Bushtops
et Serengeti Bushtops, ont « posé »
leur dernier opus.
Au commencement, il y a trente-quatre ans, Andrew, un Anglais
d’origine kényane, rencontre à
Mombasa Claudia, jolie Suissesse
de 20 printemps, venue sur les traces de Karen Blixen. Épris d’une
même passion pour la Corne de
l’Afrique, les deux jeunes gens
s’installent au Kenya et fondent
une famille. En 2005, ils reprennent Bushtops, un campement rudimentaire de Massaï Mara fondé
par le grand-cousin d’Andrew en
1977 et le transforment en un lodge
somptueux. Un endroit simple et
beau, en harmonie avec l’environnement, où luxe rime avec soin du
détail. Puis ils créent sur le même
modèle un deuxième Bushtops en
Tanzanie. Épaulé par leurs deux
fils, le « business familial » grandit.
Claudia raconte comment est née
l’idée de leur camp mobile : « Il
y a quatre ans, nous pensions
construire un troisième
Bushtops, mais comme il
est extrêmement difficile d’avoir une
concession permanente dans le Serengeti,
nous
avons pensé créer
un camp qui suivrait la migration
des
animaux.
C’était beaucoup
plus facile d’obtenir un permis
d’installation temporaire auprès de
l’administration, mais
l’idée d’un camping
nomade au confort spartiate ne nous correspondait
pas du tout. Notre ambition
était d’offrir au cœur de ce parc
Y ALLER
Club Faune Voyages
(01 42 88 31 32 ;
Club-faune.com),
spécialiste du voyage
sur mesure
en Tanzanie depuis
plus de trente ans,
propose un safari
« Spécial Migration »
au Roving Bushtops,
de janvier à mars,
une des meilleures
périodes pour
observer la migration
des animaux. À partir
de 8 600 € par
personne, avec les
vols internationaux
sur Air France
en classe économique,
une nuit à l’Arusha
Coffee Lodge
à l’arrivée, un vol pour
le Serengeti avec
un survol inoubliable
des grandes plaines
du parc et 4 nuits
au Roving Bushtops,
où tout est inclus
(pension complète,
boissons, massages
et activités
de safari).
d’un majordome 24 heures/24, le
minibar, la blanchisserie… Absolument tout est compris. Nous avons
essayé de ne rien oublier, du sèchecheveux au tapis de yoga. Nos tentes
sont équipées comme les chambres
des meilleurs boutique-hôtels, mais
se trouvent au cœur d’une nature
vierge et protégée, une des plus
belles du monde. N’est-ce pas
incroyable ? »
Les expériences le sont tout
autant : le welcome drink au champagne, le jogging matinal dans la
savane - très encadré -, la balade à
pied avant de passer à table… Les
repas sont excellents. Le chef
Christopher cuisine avec justesse.
Pas d’esbroufe. Des bons produits,
des cuissons parfaites, un bel équilibre. Après le dîner sous les étoiles
ou dans la salle à manger (qui fait
aussi office de cave à vins),
les convives se retrouvent autour d’un
dernier verre devant le feu de
camp. Avec
cinq tentes
simples et
une double
familiale,
le groupe
n’excède
jamais
une petite
quinzaine
d’hôtes. Établi ici en décembre 2015, le
campement devait régulièrement
changer d’emplacement.
L’ironie de l’histoire est que le
Roving Bushtops n’a encore jamais
migré avec les animaux. Un emplacement de rêve, une faune à
proximité toute l’année, des couleurs et des paysages changeant
d’une saison à l’autre. Il est toujours temps de lever le camp. Rien
ne presse. Polé-polé. Comme dit le
proverbe massaï : « La hâte n’a
aucun bienfait. » ■
RETROUVEZ DEMAIN :
En Suède, dans la cabane
transparente
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018
LE CARNET DU JOUR
Les annonces sont reçues
avec justification d’identité
par téléphone
01 56 52 27 27
par télécopie
01 56 52 20 90
par courriel
carnetdujour@media.figaro.fr
sur notre site :
www.carnetdujour.lefigaro.fr
deuils
Paris (13e) .
Les familles Pinault, Morain
ont la tristesse
de faire part du décès de
Marie BACHARACH
née Pinault,
Odars. Auzielle.
Daoulas (Finistère).
Michel Chassereau
et Josette Pautis,
Jacques et Andrée
Brassens de Marengoné,
ses enfants, et leurs familles,
Vincent Monteil et
Véronique Monteil Chassereau,
Xavier et Coralie Chassereau,
ses petits-enfants,
Baptiste, Alexandre, Augustin
et Léopold
ses arrière-petits-enfants,
la famille Capdevielle
Il a plu au Seigneur de rappeler
à Lui, le 12 août 2018,
ont la tristesse
de vous faire part
du rappel à Dieu de
M. Paul CHASSEREAU
maire honoraire d'Odars,
à l'âge de 103 ans.
La cérémonie religieuse
aura lieu ce jeudi 16 août 2018,
à 10 heures, en l'église d'Odars.
Ni fleurs ni plaques.
720, chemin de Sion,
31450 Odars.
Viguerie, 31650 Auzielle.
survenu le 10 août 2018,
à l'âge de 95 ans,
au Kremlin-Bicêtre.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
en l'église Sainte-Annede-la-Butte-aux-Cailles,
188, rue de Tolbiac, Paris (13e),
le vendredi 17 août, à 14 h 30.
Eugénie, son épouse,
Jean-Baptiste, Marion, Nathan,
Lorraine Bocquet-Appel,
ses enfants,
et Dominique Vincent
ont le chagrin
de vous faire part du décès de
Jean-Pierre BOCQUET-APPEL
le 13 août 2018.
Ici s'arrête l'aventure
commencée il y a 69 ans.
On peut se recueillir
à son domicile ce jeudi 16 août
de 16 heures à 19 heures.
L'inhumation aura lieu
le vendredi 17 août, à 11 h 30,
au cimetière parisien
de Bagneux.
Famille Bocquet-Appel,
17, rue Bausset, 75015 Paris.
Catherine Boisselet,
son épouse,
Damien et Clémence Boisselet,
ses enfants,
Gauthier, Laure et Pierre,
ses petits-enfants,
ont la tristesse
de vous faire part
du rappel à Dieu de
Marc BOISSELET
le 13 août 2018,
à l'âge de 72 ans.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le vendredi 17 août, à 14 heures,
en la collégiale de Montrésor
(Indre-et-Loire), suivie
de l'inhumation au cimetière
de Chemillé-sur-Indrois.
Mur-de-Barrez (Aveyron).
Aurillac. Riorges (Loire).
Nadine
Atcher Chevenet-Servat,
son épouse,
et son fils, Maxime Mayeux,
Claude et Carole Chevenet,
Bernard-Raymond-Marie
et Pascale Chevenet,
Jeanne et Vincent Bories,
ses enfants et leurs conjoints,
Antoine, Camille,
Sarah et Chloé,
Léa et Morgane, Lucie,
Amaia et Martin,
ses petits-enfants,
ont la tristesse
de vous faire part
de l'appel à Dieu de
Pierre
de CARNÉ-CARNAVALET
leur frère, beau-frère et oncle,
endormi
dans la Paix du Seigneur,
le 10 août 2018, à Paris,
dans sa 84e année.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
ce jeudi 16 août 2018, à 10 h 30,
en l'église Sainte-Odile,
2, avenue Stéphane-Mallarmé,
Paris (17e).
née Anne-Marie Richard,
dans sa 98e année.
De la part de
ses enfants et leurs conjoints,
Béatrix et Francis (†) Génin,
Henri et Yveline
Danguy des Deserts,
Nicole et Alain Dassonville,
Odile Danguy des Deserts,
Jean et Pascale
Danguy des Deserts,
Anne-Françoise et Olivier (†)
Mazeau,
ses petits-enfants,
Laure et Xavier,
Xavier et Pauline,
Arnaud et Claire,
Benoit et Flavie,
Henri-Thibaud et Inès,
Gwenola et Thomas,
Thiphaine et Guirec,
Mathilde et Jean-Jacques,
Matthieu et Emmanuelle,
Pauline et Jacques,
Louis et Astrid,
Alice et Gabriel, Charlotte,
Hélène et Julien,
Sophie et Yann,
Blandine et Maxime,
Marie Aliénor et Paul, Anne,
Vincent et Marie,
Guyonne, Henri, Raphaël,
ses 48 arrière-petits-enfants
et toute sa famille.
Vincent Jahadi,
son époux,
Clara et Raphaël,
ses enfants,
Parviz Ansari,
son père,
Soheil Ansari,
son frère,
Mélanie Abbo,
sa belle-sœur et marraine,
Victor Ansari,
son neveu,
ont l'immense douleur
de vous faire part du décès de
Salomé JAHADI
née Ansari,
juriste,
survenu le 11 août 2018,
à l'âge de 44 ans.
La messe d'obsèques
sera célébrée
le vendredi 17 août, à 15 heures,
en l'église Saint-Wandrille
du Pecq (Yvelines).
Saint-Lyphard
(Loire-Atlantique). Paris (8e).
En union avec
Heidi Jammet,
son épouse,
Bernard, Caroline, Catherine,
ses enfants,
Laurent, Christophe,
Christopher,
ses petits-fils,
Loane, Matis,
ses arrière-petits-enfants,
La cérémonie religieuse
sera célébrée le vendredi
17 août 2018, à 14 h 30,
en l'église de Daoulas,
suivie de l'inhumation
au cimetière de Daoulas.
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
Monique Chevenet-Servat,
Pierre, Alexandre Phelouzat,
sa sœur et ses neveux,
Jean-Claude Servat,
Anne Bissuel,
son beau-frère et sa nièce,
Caroline Goigoux,
sa fille,
et son époux,
Omar Rifaat,
survenu le 13 août 2018,
dans sa 94e année.
les familles Atcher, Chevenet,
Servat, Mury, Arrio, Cornil,
Duvernois, Simon, Bruxelles,
Dupuy, Rozan, Loubet, Teil,
parents et amis
Laurence Rosset,
Liliane Lagnier-Rosset,
Frédéric Bauche
et sa compagne,
Suzanne Flygare
ont la tristesse
de vous annoncer le décès du
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
docteur Jean-Loup CHEVENET
survenu le samedi 11 août 2018,
à son domicile,
dans sa 86e année.
La messe sera célébrée
le lundi 20 août 2018, à 10 h 30,
en l'église
Saint-Joseph-Ouvrier,
à Aurillac ( Cantal), suivie
de l'inhumation au cimetière
de Mur-de-Barrez, à 16 heures.
Fleurs naturelles uniquement,
pas de plaques.
Cet avis tient lieu de faire-part.
Les familles Ploix, Bochereau,
Florentin, Lamy, Prost,
Aussedat
font part du rappel à Dieu du
membre de la Société
de Saint-Vincent-de-Paul,
le 13 août 2018,
à l'âge de 92 ans.
La cérémonie religieuse
sera célébrée en l'église
Saint-Cyprien, à Toulon (Var),
ce jeudi 16 août, à 11 heures.
L'inhumation aura lieu
en la chapelle de l'Est
du cimetière du Père-Lachaise,
Paris (20e),
le vendredi 17 août, à 14 h 30.
Les familles David-Lacam
ont la douleur
de vous faire part du décès de
Mme Fernande DAVID
née Lacam,
survenu le 11 août 2018, en son
domicile de Neuilly-sur-Seine.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le lundi 20 août 2018, à 10 h 30,
en l'église Saint-Jean-Baptiste
de Neuilly-sur-Seine
(Hauts-de-Seine).
Cet avis tient lieu de faire-part.
Pierre JAMMET
chevalier
de la Légion d'honneur,
ancien propriétaire et directeur
de l'hôtel Le Bristol,
à Paris (8e),
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le vendredi 17 août, à 15 heures,
en l'église de Saint-Lyphard.
Pierre repose à la chambre
funéraire, 1, rue de l'Entente,
à Guérande.
Condoléances sur registre.
M. Jean-Louis GOIGOUX
« Shamrock ».
Mme Bernard Joseph,
son épouse,
M. Alain Joseph et Sally Buckel,
Mme Martine Joseph,
ses enfants,
Anne-Sophie Herbart,
Antoine Herbart (†),
ses enfants,
Eliott et Philippe,
ses petits-enfants,
Clara Lundwall,
Gaspard et Guénaëlle
Lundwall,
ses petits-enfants,
Mme Philippe Mestre,
sa sœur,
Archibald, Alphonse (†),
ses arrière-petits-fils,
Bernard JOSEPH
vous font part
du rappel à Dieu de
Mme Jacques HERBART
née Anne-Marie Bonnaffé,
le 13 août 2018,
dans sa 98e année.
La cérémonie religieuse
aura lieu le vendredi 17 août,
à 14 heures,
en l'église Saint-Michel
de Grimaud (Var),
9, place de l'Église,
suivie de l'inhumation
au cimetière de Grimaud.
Paris.
Ustaritz, Saint-Jean-de-Luz
(Pyrénées-Atlantiques).
Diane et Thibault Gobert,
ses enfants,
Noémie et Arthur,
ses petits-enfants,
et toute la famille
ont la douleur
de vous faire part du décès de
Armelle HOVELACQUE
La messe d'obsèques
sera célébrée
le vendredi 17 août 2018,
à 16 heures, en l'église
Saint-Vincent d'Ustaritz,
suivie de l'inhumation
au cimetière Saint-Joseph
de Saint-Jean-de-Luz
Paris (6e).
En vente
vendredi 17
et samedi 18 août
Mme Jean-Marie Lauga,
née Laure de Bovis,
son épouse,
Christine et Thierry Dégot,
Adrien, Laure, Domitille,
Brigitte et Daniel Roche,
Alix, Matthieu et Anne-Laure,
Vianney et Marie, Valentin,
Xavier, Maïlys, Diego,
Laetitia et Eric Houdoyer,
Clémentine, Timothée,
Eléonore, Côme, Sybille,
Jean-Baptiste,
Marie-Aude et Stephan Götz,
Alexia, Maximilien,
Philippe et Barbara Lauga,
Joséphine, Juliette,
Magali et Jean-Philippe
Annereau,
Claire, Charlotte, Maxence,
Sophie et Etienne
de la Guéronnière,
Lucie, Paul, Alexandrine,
Clarisse, Aliette,
ses enfants et petits-enfants,
ont la tristesse
de vous faire part
du rappel à Dieu du
capitaine de vaisseau
Jean-Marie LAUGA
le 12 août 2018, à Paris.
La messe sera célébrée
ce jeudi 16 août 2018,
à 10 h 30, en l'église
Saint-Jacques-du Haut-Pas,
Paris (5e).
L'inhumation aura lieu
le samedi 18 août, à 11 h 30,
au cimetière, à Saint-Antoine
de Pelvoux (Hautes-Alpes).
Le comte Xavier de Lipski
et la comtesse, née
Stéphanie Tiberghien,
la comtesse Isabelle de Lipski,
ses enfants,
le comte Victor de Lipski,
son petit-fils,
ont la tristesse
de vous faire part
du rappel à Dieu de la
avec votre Figaro
$
$
'
$
comtesse Arsène de LIPSKI
née Jacqueline Merlière,
décédée à Paris (14e),
le 13 août 2018, munie
des sacrements de l'Église.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
le vendredi 17 août, à 10 h 30,
en l'église
Saint-Lambert-de-Vaugirard,
Paris (15e).
Cet avis tient lieu de faire-part.
ses neveux, ses nièces,
sa cousine
ont la tristesse
de vous faire part du décès de
son neveu, sa nièce
et toute la famille
docteur Roger COTELLE
Claude et Xavier de la Tullaye
et leurs enfants,
François et Joëlle
de Carné-Carnavalet
et leurs enfants,
Michel et Pascale (†)
de Carné-Carnavalet
et leurs enfants,
Etienne et Monique
de Carné-Carnavalet
et leurs enfants,
Elisabeth et Pierre Million
et leurs enfants,
Yvonne (†) et Gilles Dugast
et leurs enfants,
les familles Nosten
et de Chambost
Mme Henri
DANGUY des DESERTS
13
15
ingénieur Arts et Métiers
(Cluny 49),
chevalier
de l'ordre national du Mérite,
survenu le 11 août 2018,
dans sa 87e année.
Paris (15e).
Mme Lorraine Paul,
M. et Mme Nicolas Paul,
M. et Mme Noël Paul,
ses enfants,
et ses petits-enfants
Quimper.
Cécile Lachaud
et Christian Jacquet,
Sophie et Hervé Lambert,
ses nièces et leurs conjoints,
Alice, Héloïse,
ses petites-nièces,
ont l'immense tristesse
de vous faire part du décès de
ont la tristesse
de faire part du décès de
La crémation aura lieu
à Cannes, dans la stricte
intimité familiale.
Une cérémonie religieuse
sera célébrée
le samedi 22 septembre 2018,
à 15 heures, en l'église
Notre-Dame-des-Champs,
à Paris (14e).
Marie Fanchette PAUL
née Ducuing,
veuve de
Gérard Paul
survenu le 12 août 2018,
à l'âge de 97 ans.
La cérémonie religieuse
sera célébrée
en l'église Notre-Damede-Bonne-Nouvelle, à
Île-de-Bréhat (Côtes-d'Armor),
le vendredi 17 août, à 14 h 30.
29, rue Castagnary,
75015 Paris.
souvenirs
$
)
'
Les éditions du Figaro
Mme Hélène LACHAUD
survenu le 11 août 2018,
à l'âge de 87 ans.
Il y a vingt ans, le 15 août 1998,
Jean-Noël MAILLARD
Les funérailles auront lieu dans
la stricte intimité familiale.
La famille remercie les équipes
de l'hôpital Laënnec,
à Quimper.
Cet avis tient lieu de faire-part.
nous quittait.
Que tous ceux qui l'ont aimé,
admiré et respecté
aient une pensée pour lui.
Anniversaire de mariage
1 an : coton
5 ans : bois
10 ans : étain
15 ans : cristal
20 ans : porcelaine
25 ans : argent
30 ans : perle
35 ans : rubis
40 ans : émeraude
45 ans : vermeil
50 ans : or
55 ans : orchidée
Passez votre annonce par téléphone : 01 56 52 27 27
carnetdujour@media.figaro.fr - www.carnetdujour.lefigaro.fr
60 ans : diamant
65 ans : palissandre
70 ans : platine
75 ans : albâtre
80 ans : chêne
'
En vente chez votre marchand de journaux
et sur www.figarostore.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
TÉLÉVISION
14
Aux origines
géologiques
de l’Europe
massifs, dont les sommets étaient plus
hauts que ceux de l’Himalaya, se sont
érodés et forment aujourd’hui les reliefs
des Vosges, du Massif
central, ou encore de la
Forêt-Noire. Les vallées
au pied de ces montagnes
étaient de vastes marécages aux températures
élevées. Dans ces lieux, il y a trois cents
millions d’années, au carbonifère, vivaient des insectes géants, par exemple
les meganeura, sorte de libellules de
soixante-dix centimètres d’envergure…
Les Alpes, elles, sont sorties de terre il y a
« seulement » trente-cinq millions d’années, résultat de la collision des plaques
européenne et africaine.
Sur les falaises côtières du Portugal, Colin Devey nous propose, en suivant les
fouilles du paléontologue Octavia Mateus,
un voyage dans le passé, il y a cent cinquante-deux millions d’années. Pendant
l’ère des dinosaures. L’occasion de souligner que ce sont les mêmes espèces de
reptiles géants que l’on retrouve à l’époque en Europe et en Amérique. Deux
continents nés de la fracturation du continent unique, la Pangée, il y a deux cent
vingt millions d’années… ■
19.OO
○○○¡
Le géologue allemand Colin Devey raconte la genèse
et l’évolution du Vieux Continent. Fascinant.
BLAISE DE CHABALIER
bdechabalier@lefigaro.fr
À
l’échelle géologique, le
temps se compte en centaines de millions et même en
milliards d’années. C’est la
force du géologue allemand
Colin Devey, dans son documentaire
inédit Une histoire naturelle de l’Europe
dont la première partie est diffusée ce
soir sur Arte (et la seconde demain), de
bien montrer combien la genèse et l’évolution du Vieux Continent s’inscrivent
dans un espace temporel d’une immensité inouïe. Au fil du périple qu’effectue le
+ @SUR LE WEB
scientifique de l’université de Kiel à travers l’Europe, le téléspectateur est également transporté dans un vertigineux
voyage dans le temps illustré par des
images de synthèse.
Très forte activité volcanique
Le téléspectateur est transporté dans un vertigineux voyage qui passe par l’Écosse,
dans les Highlands, au bord du fameux loch Ness. MERLINDO/STOCK.ADOBE.COM
C’est sur l’île de Lewis en Écosse que Colin Devey commence son aventure. Ici,
dans ce petit paradis naturel, les roches
sont les plus anciennes d’Europe. Elles se
sont formées, nous explique l’universitaire, il y a près de trois milliards d’années. À l’époque où une très forte activité
volcanique a donné naissance au tout
premier continent.
Rendez-vous ensuite, toujours en
Écosse, dans les Highlands, au bord du
fameux loch Ness. C’est ici, il y a quatre
cent cinquante millions d’années, que la
Laurentia, paléocontinent ancêtre de
l’Amérique, et la Baltica, qui correspond
à la Scandinavie, sont entrées en collision
sur une distance de deux cents kilomètres. Ce phénomène provoqua le soulèvement d’une chaîne de montagnes : le
massif Calédonien. Et c’est l’apparition
d’un glacier, lors de la dernière période
glaciaire, qui a creusé l’actuel bassin du
loch Ness.
Puis, il y a trois cent cinquante millions
d’années, apparaît l’immense chaîne Varisque, appelée aussi hercynienne. Ces
montagnes forment le socle de ce qui sera
l’Europe occidentale et centrale. Ces
+
» Lire aussi PAGE 9
» Les Bleus font leur rentrée sur TF1 et M6 » Arte fête les 100 ans de Bernstein » Canal + dégaine « Babylone Berlin » » « Knightfall » : Mark Hamill rejoint le casting de la saison 2
ÉPHÉMÉRIDE St-Armel
Soleil : Lever 06h45 - Coucher 21h04 - Premier croissant de Lune
19.20 Demain nous appartient. Feuilleton. Avec V. Demouy 20.00 Le 20h
20.45 Nos chers voisins. Série.
19.20 N’oubliez pas les paroles !
Jeu. Présentation : Nagui 20.00 20
heures. Présentation : Julian Bugier.
19.00 19/20 20.00 Tout le sport.
Magazine 20.30 Plus belle la vie.
Feuilleton. Avec Avy Marciano.
21.00
20.55
20.55
Film. Comédie
Magazine. Historique
Série. Policière
18.45 La villa : la bataille des couples.
Téléréalité 19.40 Suburgatory. Série
21.00 In dian Palace :
Su ite royale
F ilm .
Jo h n
D e n c
d o ti s
C o
M
h .
’a g
m é d i e . E U - G B . R é a l . :
a d d e n . 2 h 0 5 . A v e c Ju d i
L ’h ô t e l M a r ig o ld , à J a ip u r ,
r a n d ri .
MATIN
13
30
16
16
18
15
17
16
18
18
18
16
23.15 Chroniques criminelles. Mag.
Présentation : Magali Lunel.
17
18
17
19
17
16
18
18
10
La Dream Team
Secrets d’Histoire
13
Origines
F r a . R é a l . : T h o m a s S o r r i a u x .
h 3 5 I. n é d ti . A v e c G é r a r d D e p a r d i e u ,
M e d i S a d o u n . U n je u n e f o o t b a l le u r
b le s s é e s t c o n tr a in t d e r e t o u r n e r
c h e z s o n p è r e , r e n o u e a v e c lu i e t
r e d é c o u v r e le s e n s d e la f a m i l le .
P r é s . : S t é p h a n e B e r n . h 5 0 . A g a t h a
C h r is t i e : l ’ é t r a n g e r e i n e d u c r i m e .
S t é p h a n e B e r n r e t r a c e le d e s t in d e la
r o m a n c i è r e A g a t h a C h r i s t i e Ÿ q u e l ’ o n s u r n o m m a ti l a « R e i n e
d u c r im e » .
F r a . S a is o n 2 . A v e c V a n e s s a D a v i d ,
J u l i e n B a u m g a r t n e r , C h r is t ia n R a u t h ,
M a u d F o r g e t . 2 é p is o d e s . U n e r e l ig ie u s e d e 7 0 a n s e s t tr o u v é e m o rt e
a u p ie d d ’u n e im p o s a n t e c h a p e lle
f u n é r a ri e , u n m i s s e l à l a m a i n .
22.50 Les experts S é r i e . P o l i c i è r e .
22.45 Secrets d’Histoire M a g a z i n e
22.45 Origin es S é r i e . P o l i c i è r e .
E U . A v e c T e d D a n s o n , E l is a b e t h
S h u e , G e o r g e E a d s . 4 é p is o d e s .
0.40 Complément d’enquête 1.35 Ça
commence aujourd’hui
18
18
19.00 Silence, ça pousse ! 20.00 Jaguars, nés pour être libres 20.50 Vu
18
18
14
17
20.55 Des train s pas comme
les au tres
19
S é r ie d o c . A v e n t u r e s . F r a . R é a l. :
W i l l i a m J a p h e t . h 4 5 . Ir l a n d e . I n é d ti .
L ’ î le d ’É m e r a u d e e s t a n i m é e d ’u n e
ˆ Ÿ
22.40 C dans l’air. Magazine 23.50
Vivre loin du monde. Série doc.
F r a . S a i s o n 2 . L e c h â t e a u d e s
s e c r e t s 23.40 Soir/3
22
20
20
23
22
25
10
22
APRÈS-MIDI
25
30
26
26
20.05 Rendez-vous avec Kevin
Razy (C) 20.30 Groland le Zapoï (C)
20.55 Catherine et Liliane (C).
19.00 Une histoire naturelle de l’Europe 19.45 Arte journal 20.05 28
minutes 20.50 La minute vieille
18.45 Chasseurs d’appart’. Jeu. Présentation : Stéphane Plaza 19.45 Le
19.45 20.25 En famille. Série.
21.00
20.55
21.00
Série. Drame
Série. Drame
Jeu
i l m . C o m é d i e . F r a . 2 0 0 8 . R é a l . : É r ic
a v a i n e . h 3 4 . A v e c B é n a b a r . U n
o m m e a c c è d e a u statut d e star
p r è s s ’ê tr e a p p r o p r ié le s c h a n s o n s
’ u n a m i q u ’ i l c r o y a ti d i s p a r u .
31
30
20
25
31
32
31
28
31
20.55 In cogn ito
F
L
h
a
d
30
29
24
19.25 Les incroyables aventures de
Nabilla et Thomas en Australie
33
28
30
32
30
33
40
32
32
22.25 Trésor. Film. Comédie 0.10 Le
super bêtisier. Divertissement.
31
33
33
30
31
23
33
30
29
10
31
20.00 Constructions sauvages.
Téléréalité. Le bus scolaire.
This Is Us
E U . S a is o n 2 . A v e c M i l o V e n t i m i g l ia ,
M a n d y M o o r e , S t e r l in g K . B r o w n ,
C h r is s y M e t z , J u s t i n H a r t l e y . 2 é p is o d e s I. n é d ti s . K e v i n t e n t e d e t r o u v e r
u n ju s t e é q u i l ib r e e n tr e s a v ie p r iv é e
e t s a c a rr iè r e p r o f e s s io n n e l le .
22.20 Th is Is Us S é r i e . D r a m e . E U .
S a i s o n 2 . C l o o n e y I. n é d ti 23.05
Better Things 23.50 Live in Canal+.
Main basse
sur Pepys Road
G B . S a
L e s le y
le ttr e s
c ib le le
n ie n n e
i s o n A v e c
S h a r p . 2 é p is o
a n o n y m e s
s h a b ti a n t s d
e n v o ie d ’e m b
R o b e rt E m
d e s . D ’é tr a n
pre n n e nt p
’u n e r u e lo n
o u r g e o is e m
m s ,
g e s
o ur
d o e nt.
22.55 Main basse su r Pepys
Road S é r i e . D r a m e . G B . S a i s o n 23.55 Jésus et l’islam. Série doc.
Pékin Express :
la course infernale
Pré s . : Sté p h a
I n é d ti . D a n s c e
q u a tr e é q u ip e s
le s h a u t s p la t e a
b in ô m e s d e v r o
n e R o t e n b e r g . 2  s i x i è m e é p is o d e , l e s
e n c o r e e n l ic e g a g n e n t
u x d e s P h i l ip p in e s . L e s
nt s e s é p arer.
28
T (en °c)
20.55 Mach in es de gén ie
S é r ie d o c . S c ie n c e e t t e c h n iq u e .
<-10 à 0
M a c k S u p e r l in e r , lo n g d e p lu s ie u r s
d iz a i n e s d e m è t r e s , e s t l e c a m i o n
d e s é r i e l e p l u s p u is s a n t a u m o n d e .
21.40 Machines de génie. Série
documentaire. Motos d’exception.
23.10 Pékin express : itin éraire
bis J e u . P r é s e n t a t i o n : S t é p h a n e
R o t e n b e r g 0.45 The Strain. Série.
20.20 Les rois de la réno. Téléréalité.
Changement de cap.
18.50 Un dîner presque parfait. Jeu
20.55 La petite histoire de France
19.20 France/Corée du Nord. Football. En direct.
21.00 La vie est
u n lon g fleu ve tran qu ille
21.00 NCIS : Los An geles
21.20 Le goû t des merveilles
h a L e s
in e s
g é s .
S é r i e . P o l i c i è r e . E U . 2 0 0 9 . S a i s o n A v e c C h r is O ’ D o n n e l l , L L C o o l J , E r ic
C h r is t ia n O ls e n . 2 é p is o d e s . S a m
i n f i tl r e u n c l u b d ’ a r t s m a r t i a u x p o u r
e n q u ê t e r s u r la m o r t d ’u n m a r in e .
F i l m . F r a . R é a l . : É . B e s n a r d .
h 4 0 . I n é d ti . A v e c V ri g i n i e E f ri a . L a
r e n c o n tr e s in g u l iè r e e n tr e u n e je u n e
v e u v e e t u n h o m m e e n lu tt e a v e c le
s y n d r o m e d ’A s p e r g e r .
22.25 Le grand bleu. Film. Drame.
Avec Jean-Marc Barr, Jean Reno.
22.35 NCIS : Los Angeles. Avec Chris
O’Donnell. Série. 4 épisodes.
23.05 Gazon maudit. Film. Comédie.
Avec Josiane Balasko.
A
F
t
e
s
i l m . C o m é d i e . F r a . R é
i l i e z . h 3 0 . A v e c B . M a g
n f a n t s d e d e u x f a m i l le s
o c i a l e s d fi f é r e n t e s o n t é t é
a l. : É . C
im e l.
d ’o r ig
é c h a n
F ilm
G ri a
L e g
v e u
d e p
. C o m é d i e . F r a . R é a l . : J e a n
u tl . h 2 5 . A v e c L o u i s d e F u n è s .
e n d a r m e C r u c h o t s ’é p r e n d d e la
v e d ’u n c o lo n e l d e g e n d a r m e r ie
a s s a g e à S a in t - T r o p e z .
26/30
22/30
14/28
18/24
15/19
20/26
ALGER
BARCELONE
BERNE
COPENHAGUE
LONDRES
RABAT
VENDREDI
21.00 Le gen darme se marie
19.55 Alerte Cobra. Série. Avec Erdogan Atalay. Le roi d’Ayada.
0 à 10
10 à 20 20 à 30 30 à >40
0 h 4 5 . M e g a T r u c k . I n é d ti . L e
23/30
13/22
16/25
14/25
14/25
13/26
13/28
15/27
16/29
16/31
21/30
22.25 Le gendarme à New York. Film
0.10 Les rois de la piscine. Téléréalité.
Tous les programmes
dans TV Magazine
et sur l’appli TV Mag
25/32
20/29
21/30
19/27
17/26
25/32
DIMANCHE
14/22
18/23
13/23
18/24
ATHÈNES
BERLIN
BUDAPEST
LISBONNE
PRAGUE
TUNIS
SAMEDI
14/22
13/19
17/26
20/30
15/29
10/16
25/33
23/34
AMSTERDAM
BELGRADE
BRUXELLES
DUBLIN
MADRID
ROME
22/31
lachainemeteo.com
par téléphone :
LIVE 24/24 SUR
et sur
2,99 €/appel
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
JEUX D'ÉTÉ
15
TAKUZU
SU DO KU
En partant des chifres déjà placés, remplissez les grilles de manière à ce que chaque ligne, chaque colonne, et chaque carré
de 3 x 3 contienne une seule et unique fois tous les chifres de 1 à 9.
Remplir la grille avec les chifres 0 et 1. Chaque ligne et chaque colonne
doit contenir autant de 0 que de 1. Les lignes ou colonnes identiques sont
interdites. Il ne doit pas y avoir plus de deux 0 ou 1 placés l’un à côté
ou en dessous de l’autre.
FAC!
0
1
0
0
0
0
0
0
0
0
0
;
6
8
4
6
:
9
0
1
9
7
7
9
4
0
0
0
4
4
8
7
:
;
7
6
RIVE
AMÉNAGÉE
RÉPÈTE
ENVOLS
TRAIN
MYTHIQUE
EXPÉRIMENTE
ESPRIT DE
L’ÊTRE
HUMAIN
9 8
8 9
4 6
9
COMPRIMÉE
ÉTENDUES
DE SABLE
COUCHE
SUR
LA VITRE
ÉCLOPÉS
RELEVÉ
VIN
À L’ESPAGNOLE
AIGRIE
7
:
9
6 8
;
4
CONDUIRE
PAS À LUI
ON
L’OPPOSE
AU YANG
9
:
INTRANSIGEANTES
BONNE
RÉSERVE
8
8
7
VIN GAZEUX
ANÉANTIE
6
9
A SATISFAIT
UN BESOIN
BROSSE,
COUTEAU
ET PINCEAU
8
4
Par Diane Monfort
FIS LE VIDE
8
9
7
MOTS FLÉCHÉS N° 2050
PRESSE À
IMPRIMER
NŒUDS DE
LACET
4
7
;
8
0
7
7
6
;
0
0
6
8
&X*&#T
8
8
4
1
6
4
"#$%%& 262)
:
0
0
FA($%&
7
0
1
0
"#$%%& 262'
0
6
9
SOLUTIONS DES JEUX
DU NUMÉRO PRÉCÉDENT
A
A V
I
A C
U
D L
T
P U
R
Z E
I
P
A N T A G
N D I V I
T E R A
E
A G A
C I E L
E L L
P
P I L L E
I M E
S
N
R O T
E T
C R
I A
A P R E
D E C U E
L O L O
R E
R
E
D
I
T
E
U
N
E
C
A T
E
U S
S
E P
A
I L
M U
I
E
S
C
E L L
O U I
E P
H U S
R E
P S
E
A
R E C
I T E
P I
L E G
E R
R
H E V
E M E
E R
A R S
C E
G I R
I E
R
C
O P I
A N
B R E
A L
H E L
V
E
N
I
E
L
T
T
C
A
R
A T
L E
E R
E
L
E O
E R
Mots
léchés
CANONNIER
LARCINS
IL NOUS
ATTEND AU
PASSAGE
UNIT
CHAMP DE
DUNES
AVANT
TOUT
POCHE
INTÉRIEURE
GAÏA
ABRUTI
LOGER
ORNÉE D’OR
CENTIGRAMME
AU CHANT
DU COQ
REGIMBERA
ÉCLOS
PREMIÈRE
ÉPOUSE
DE JACOB
REDEVANCE
OS À JOUER
CELA
VAUT SIX
EN PETIT
ON LE
PLANTE
LOIN DU
TROU
CONFER
RAMASSAGES DU
COURRIER
MÉGOTE
BASE DU
LANGAGE
MACHINE
DIRECTION
SUR LA
BOUSSOLE
ELLE SE
DISPUTE
SUR L’EAU
CHEVEU
MOTS CROISÉS
VERTICALEMENT
1. Place devant un dilemme déchirant.
- 2. Marque solennellement le souvenir.
Ça commence à urger. - 3. Régulière pour
le plus simple des polygones. - 4. Des lits
mineurs. Crève-cœur. Quelques chevaux
ailés. - 5. Vernon Sullivan. Vieille Citroën.
Mis en page avant la couverture. - 6. Submerge le continent. Était franchement
cruche. - 7. Courtisée par les gars de
Riga. Où il y a de la joie, chez Schiller. - 8.
Tiennent les premiers rôles.
MONNAIE
AU JAPON
MATIÈRE
À POTS
PAS UN
AUTRE
COMPLÉMENT
D’INFORMATIONS
ADORATEUR
1 0 1 0 1 0 0 1 1 0
DÉPARTEMENT
NUMÉRO UN
ARCHIVES
DE LA
TÉLÉVISION
PITONS
ROCHEUX
TELLE UNE BAR À BIÈRE
SAUCE
AU VIN
BUCCALE
0 0 1 1 0 1 0 1 1 0
1 0 0 1 1 0 1 0 0 1
0 1 1 0 0 1 1 0 0 1
SPÉCIALITÉ
DE SAINTCLAUDE
FORMULE
LITURGIQUE
COMME
CELA
ACCORD
D’ANTAN
FRUITS
À NOYAU
HORIZONTALEMENT
1. Pour le jugement, ne faites pas appel à
lui. - 2. Entretiennent l’esprit gaulois. - 3.
Drôlement curieux. - 4. Revenu à la
base transformé. Évalué par Moody’s. - 5.
Boîte de production à la chaîne. N’a pas
que des côtés positifs. - 6. Signent un
reçu. - 7. Gros rapporteurs. Négation. - 8.
Paliers d’évolution. Découvre son palais.
- 9. Lieu de lieu. Réclamation légitime.
- 10. Vincent ou Hubert. - 11. Proche du
zéro absolu. - 12. Dont les effets ont subi
les effets des précipitations.
1 0 0 1 0 1 1 0 0 1
0 1 1 0 1 0 1 0 0 1
EMPOIGNERAS
PROBLÈME N° 4806
0 1 0 1 1 0 0 1 1 0
TOUT EN
DOUCEUR
BULBE DU
POTAGER
Par Louis Morand
1
2
3
4
5
6
7
8
1
2
3
BRIDGE
Par Philippe Cronier www.lebridgeur.fr
PROBLÈME N° 2894 : Au courage…
V63
10 9
R V 10
R V 10 9 8
N
4
5
6
7
O
E
S
D 10
ARV4
A765
D73
Contrat : Sud joue 3 Sans-Atout.
La séquence (Tous vuln.) :
Sud Ouest Nord
Est
1SA
passe 3SA
Entame : 4 de pour le Roi d’Est qui poursuit du 9 de pour votre Dame (le 2 en Ouest). Vous êtes en tournoi par
paires. Comment voyez-vous la suite ? (Vous êtes dans une
épreuve de bon niveau).
8
SOLUTION DU PROBLÈME N° 2892 : Votre cœur balance ?
9
Contrat : Sud joue 6 Piques.
Entame : Valet de .
10
11
12
SOLUTION DU PROBLÈME N° 4804
HORIZONTALEMENT 1. Dévisser. - 2. Écobuage. - 3. Aluminée. - 4. Mal. Darc. - 5. Biome.
Ih. - 6. Uri. Suée. - 7. Lard. - 8. AG. Roméo. - 9.
Titan. Mn. - 10. Éson. Fun. - 11. Utricule. - 12.
Rééditée.
VERTICALEMENT 1. Déambulateur. - 2. Éclairagiste. - 3. Vouloir. Tore. - 4. IBM. draniD. - 5.
Suidés. On. Ci. - 6. Sana. ULM. Fût. - 7. Égérie.
Émule. - 8. Rééchelonnée.
Entre l’affranchissement des et la coupe d’un , votre cœur balance… Pourtant,
la première ligne constitue, et de loin, votre meilleure chance. À condition de conserver
votre reprise au mort et de minimiser les risques de surcoupe.
Allons-y : Dame de , pour l’As, Roi de , coupé du 6 (sans tirer le Roi), pour
le Valet, coupé du 10, As-Dame de Pique, pour
RV
le Roi précieusement conservé et les affranchis.
10 8 7
R7
Douze levées sans faire l’As de !
AR8632
Le déclarant s’en est sorti en jouant Roi, As et 5 de 5
coupé du Valet, Roi de , As-Roi de (défausse 9 8 7 2
N
A
D
9
2
V543
d’un ) et pour le Roi, mais cette ligne absolument
O E 8632
V 10 9
S
pas recommandable pouvait mener à la chute dans de 10 4
D975
nombreuses configurations (échangez l’As de et le
A D 10 6 4 3
3 de , par exemple). Le second a aussi coupé un R6
(contagieux !) et pris ensuite le Roi de de l’As pour
AD54
une de chute quand les atouts se sont avérés 4-1.
V
0 1 0 1 0 1 0 1 0 1
1 1 0 0 1 0 1 0 1 0
1 0 1 0 0 1 0 1 1 0
Sudoku
+,-../ 1013
< = > ? @ A
A 6 8 9 > =
@ ? 9 < 8 6
8 @ A 6 = ?
= 9 ? > A <
6 > < @ 9 8
9 < 6 A ? @
> A = 8 6 9
? 8 @ = < >
< ? @
A > =
9 < >
@ 8 6
= A ?
> = 8
? @ <
6 9 A
+,-../ 1011
6 ? 8 = 9 >
< = @ 6 ? A
A 9 > @ < 8
9 8 A < = @
@ < ? > 6 9
> 6 = A 8 ?
8 A 9 ? > 6
? > < 8 @ =
= @ 6 9 A <
A < @
9 > 8
= 6 ?
> ? 6
8 = A
@ 9 <
< @ =
6 A 9
? 8 >
Takuzu
+,-../ 500
8 6 9
MOTS COUPÉS
Par Arthur Gary
Assemblez les huit groupes de trois lettres deux
par deux pour former au moins dix mots de six
lettres. Un même groupe de lettres peut être
utilisé plusieurs fois pour des mots diférents.
B L E
B R E
C R O
G O U
G R A
R O U
S S E
T T E
B
D
E
F
6
8
9
A
G
BH
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
16
L’ÉTÉ DU FIGARO
3/5
[
Quand la sc
bouscule l’aience
rt
]
Découverte,
nouvelle tec
hnique, tec
Soudain, un
hnologie de
e invention
po
ch
emparent.
Des possible ange la donne. Les art inte, brevet...
ist
s s’ouvrent
de renouve
à eux, qui leu es s’en
ler sources
r
d’i
permettent
nspiration ou
En culture au
ssi, les révolu
ha
tions sont bo bitudes de travail.
nnes à expé
rimenter.
Le phonographe,
pionnier
de l’industrie
musicale
Le 19 décembre 1877,
le physicien américain
Thomas Edison dépose son
brevet en France et lance sans
le savoir l’histoire du disque.
THIERRY HILLÉRITEAU £@thilleriteau
Ce mercredi 11 septembre 1889,
l’événement est relaté dans les colonnes du Figaro, comme s’il
s’agissait de la visite d’un chef
d’État étranger. « La Société des ingénieurs civils, que préside M. Eiffel,
offrait hier un banquet à Edison. La
réunion avait lieu, bien entendu, sur
la tour, et trente-quatre ingénieurs
ont vigoureusement applaudi le
toast éloquent porté par M. Eiffel
au grand inventeur américain.
M. Gounod, un grand admirateur de
la tour, était parmi les convives.
Après le banquet, on est monté à la
dernière plateforme, dans les appartements privés de M. Eiffel.
M. Gounod a bien voulu se mettre au
piano et chanter sur sa musique
quelques strophes de Musset… »
Ainsi s’achève la visite de Thomas
Alva Edison à Paris, l’année du
centenaire de la Révolution française et de l’inauguration de la tour
Eiffel.
Visite ô combien symbolique, en
cette année censée sceller l’entrée
de notre nation dans la modernité,
de l’inventeur phare de cette fin du
XIXe siècle. Celui que les chroniqueurs mondains surnomment
déjà « le sorcier de Menlo Park »,
en référence à la bourgade du New
Jersey où il a implanté ses laboratoires en 1876. Celui dont la littérature fantastique du monde entier
tend à s’emparer, tant ses découvertes scientifiques, visionnaires
aux yeux des uns, diaboliques aux
yeux des autres, suscitent de fantasmes et d’élucubrations. L’ingénieur aux 1 069 brevets. Dont un
grand nombre, à l’instar de la lampe à incandescence ou de la pile alcaline, transformeront bientôt notre quotidien. Et dont un
révolutionnera à jamais le monde
de l’art, et plus spécifiquement de
la musique : le phonographe.
A
Le pionnier Charles Cros
À l’heure où la musique dématérialisée, le streaming et la mobilité
obligent à repenser radicalement
nos modes d’écoute, à nous interroger sur le format même des enregistrements, tant en termes de
durées que de modalités, comment
ne pas se souvenir de ce que pouvait être notre rapport à la musique
avant ? Avant les premiers enregistrements. Avant que notre inconscient collectif n’imprime la
restitution des sons, des voix, des
timbres, avec la fidélité et la précision que l’on connaît aujourd’hui,
comme faisant partie du « chant
des possibles ». Comment ne pas
s’en souvenir ? Ou, plutôt, comment s’en souvenir, autrement
qu’à travers les élucubrations de
quelque écrivain fantasque ?
Car ce que Thomas Edison réalise
le 19 décembre 1877, en déposant
en France le brevet qui porte le
numéro 121 687, n’est rien d’autre
qu’un vieux rêve de poètes. Savinien de Cyrano en avait eu la vision
dès 1650 dans son Histoire comique
des états et empires de la lune. Celle
d’un étrange livre « dans une boîte.
Un livre miraculeux, qui n’a ni
feuillets ni caractères ; enfin, c’est
un livre où, pour apprendre, les yeux
sont inutiles, on n’a besoin que des
oreilles. Quand quelqu’un souhaite
lire, il bande, avec quantité de toutes
sortes de petits nerfs, cette machine,
puis il tourne l’aiguille sur le chapitre qu’il désire écouter, et au même
temps, il en sort, comme de la bouche d’un homme ou d’un instrument
Chrono
1857
Édouard-Léon Scott
de Martinville construit
le phonautographe, qui peut
enregistrer le son mais pas
le restituer.
1888
Edison commercialise le
phonographe, inspiré
par le téléphone
de Graham Bell.
1898 Père
du gramophone,
Emile Berliner
créé Deutsche
Grammophon
(DG).
1902 À Milan,
le ténor star
Enrico Caruso
enregistre dix
arias pour DG.
Début de l’industrie
discographique.
1913 Première
intégrale
de la 5e de Beethoven
par Arthur Nikisch.
1938 Premier enregistrement
chez DG de Karajan, acteur
majeur de l’histoire du disque
avec 800 enregistrements
sur cinquante ans.
Thomas
Edison,
l’ingénieur
aux 1 069 brevets,
dont un révolutionnera
à jamais le monde de
la musique : le phonographe.
S.S.P.L./COSMOS ; SCIENCE MUSEUM/
SSPL/LEEMAGE ; FBQ/WIKIPÉDIA/
WIKIMEDIA COMMONS
De la « machine
parlante » à « La voix
de son maître »
Il faut attendre 1888 pour que soit commercialisée
la première version industrielle du phonographe
d’Edison. Elle reprend le principe du prototype
présenté à Paris en 1878 : un cylindre de cuivre
couvert d’une feuille d’étain, placé au dos d’un
diaphragme prolongé par un cornet acoustique. Le son
se répercute sur la membrane équipée d’une pointe
enregistreuse. En tournant la manivelle pendant
l’émission du son, le stylet grave sur la feuille d’étain
un sillon qui reproduit ses vibrations. Le même
principe inversé permet ensuite de lire la feuille. C’est
cependant Emile Berliner qui fera passer la « machine
parlante » d’Edison, destinée au théâtre et au monde
professionnel, au stade de révolution culturelle.
En 1888, l’ingénieur allemand installé en Amérique
remplace les cylindres par des disques horizontaux,
plus faciles à ranger et à reproduire. Le gramophone
vient de voir le jour. Ce fin mélomane, à l’origine
du label Deutsche Grammophon et du logo « La voix
de son maître », signe là l’acte de naissance de
l’industrie musicale. En 1904, 25 000 disques sortiront
chaque jour de son usine de pressage : la première de
T. H.
l’histoire, fondée à Hanovre cinq ans plus tôt !
de musique, tous les sons distincts et
différents qui servent, entre les
grands lunaires, à l’expression du
langage ».
Trente ans avant Edison, Théophile Gautier touche lui aussi l’invention du doigt. Ou plutôt de la
plume. Écrivant lors de l’une de ses
chroniques théâtrales : « De même
qu’on a forcé la lumière à moirer
d’images une plaque polie, l’on parviendra à faire recevoir et garder,
par une matière plus sensible encore
et plus subtile que l’iode, les ondulations de la sonorité, et à conserver
ainsi l’exécution d’un air de Mario,
d’une tirade de Mlle Rachel ou d’un
“couplet” de Frédérick Lemaître… »
Et n’est-ce pas finalement à un
inventeur-poète, le Français
Charles Cros, qu’Edison vole la paternité du phonographe ? Coiffant
au poteau, avec ses moyens colossaux et son sens des affaires, le lunatique Français incapable de réunir les fonds nécessaires à la
construction de son prototype ?
Certains ne voient dans cette romanesque rivalité qu’une légende,
érigée en paradigme de la lutte entre l’artiste et les industriels. Nombreux sont pourtant les témoignages qui, à l’époque et de ce côté-ci
de l’Atlantique, attestent de la mésaventure de Charles Cros. Au premier rang desquels celui de
l’écrivain Alphonse Allais,
ami et ardent défenseur du
poète zutique. Ainsi se
souvient-il de lui dans
son éloge funèbre, en
1888 : « Un jeune
homme venait d’in-
venter un instrument bizarre qui enregistrait la voix humaine et même
tous les autres sons, et qui non seulement en marquait les vibrations,
mais reproduisait ces bruits autant
de fois qu’on le voulait. L’instrument
s’appelait le paléographe. La théorie
en était d’une simplicité patriarcale.
Le lendemain, grâce à mon ami Lorin, je connaissais Charles Cros,
l’inventeur du merveilleux appareil
dont M. Edison devait prendre le
brevet, l’année suivante. »
Expert en communication
Edison avait-il eu vent des recherches de Charles Cros, et de l’exposé
détaillé que ce dernier avait fait de
son projet à l’Académie des sciences le 18 avril 1877 ? À ce jour, rien
ne le prouve. Mais il est probable
qu’Edison n’a pas choisi de déposer
son brevet en France, avant de le
faire aux États-Unis le 24 décembre, et quelques jours plus tard en
Angleterre, par pur hasard. Il suffit
d’ailleurs de jeter un œil à cette
photographie iconique de 1888, où
l’ingénieur américain semble avachi derrière son invention, dans
l’une de ses poses napoléoniennes
favorites avec, en guise d’explication, la mention de longues heures
passées à perfectionner sa machine, pour comprendre qu’Edison
n’est pas qu’un génie de la physique. C’est un expert de la communication, qui sait user de tous les
canaux de promotion pour arriver
à ses fins commerciales. Entre sa
visite triomphale de 1889 au sommet de la tour Eiffel et la première
présentation de son phonographe à
l’Académie des sciences, le 11 mars
1878, par l’intercession du physicien Théodose du Moncel, c’est
d’ailleurs le jour et la nuit. Du
moins si l’on en croit l’astronome
Camille Flammarion, qui dans son
compte rendu de ladite présentation s’amuse de la réaction dubitative de vieux académiciens :
« L’appareil se mit docilement à réciter la phrase enregistrée sur son
rouleau. Alors, on vit un académicien d’un âge mûr, l’esprit pénétré,
saturé même, des traditions de sa
culture classique, se révolter
noblement contre l’audace du
novateur, se précipiter sur le représentant d’Edison et le saisir à la
gorge en s’écriant “Misérable !
Nous ne serons pas dupes d’un
ventriloque !” » ■
RETROUVEZ DEMAIN :
Tomás Saraceno,
Spiderman de l’art
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
CHAMPS LIBRES
OPINIONS
CHRONIQUE
Luc Ferry
luc.ferry@yahoo.fr
www.lucferry.fr
Souffrance et quête du bonheur
u’il s’agisse de la chaleur
ou des petits bobos
qu’on s’inflige l’été
en pratiquant des sports
ou en bricolant dans
son jardin, nous ne
supportons plus
la douleur. Cette
intolérance encombre les urgences tout
en faisant le bonheur des pharmaciens
comme des vendeurs de climatisation.
Tous les médecins qui ont été formés
dans les années 1960-1970 vous
le diront : au cours de leurs études,
la question de la douleur était encore très
Q
@
100 000 citations
et proverbes sur evene.fr
17
secondaire. S’agissant par exemple de la
morphine, on craignait moins
de voir souffrir le patient que de le faire
tomber dans l’addiction.
Dans le monde anglo-saxon, c’était
depuis longtemps l’inverse, les éthiques
utilitaristes du bonheur terrestre étant
venues corriger un catholicisme soucieux
de faire valoir les vertus rédemptrices
de la souffrance, doctrine singulière que
le Catéchisme de l’Église catholique du
Vatican maintient encore aujourd’hui
avec la plus grande fermeté. De là les
passages qu’il consacre aux bienfaits
potentiels de la maladie, de là aussi son
ENTRE GUILLEMETS
16 août 1645 : naissance
du moraliste Jean de La Bruyère.
Les Caractères
RUE DES ARCHIVES/RDA
Le plaisir
de la critique
nous ôte celui
d’être vivement
touchés
de très belles
choses»
refus catégorique de voir l’euthanasie
abréger les tourments du malade en fin
de vie. Il faut lire avec attention les pages
que cet ouvrage, qui contient le cœur
de la doctrine de l’Église, consacre
à ces sujets. On y lit par exemple ceci :
« La maladie peut conduire à l’angoisse,
au repliement sur soi, elle peut aussi rendre
la personne plus mûre, l’aider à discerner
dans sa vie ce qui n’est pas l’essentiel pour
se tourner vers ce qui l’est. Très souvent,
la maladie provoque une recherche
de Dieu, un retour à Lui. » Dans ces
conditions, que valent quelques heures
de peine au regard de la joie infinie d’une
vie placée dans la Lumière éternelle ?
Ce serait folie que d’abréger la vie
du mourant, de le priver d’une occasion
ultime de partager la passion du Christ,
comme y invite cet autre passage
du même Catéchisme : « Par sa passion
et sa mort sur la croix, le Christ a donné
un sens nouveau à la souffrance : elle peut
désormais nous configurer à Lui et nous
unir à sa passion rédemptrice... »
La parabole du jeune homme riche,
préfigurant cet éloge des maux
de l’existence humaine, faisait déjà celui
de la misère. Souvenez-vous : le jeune
homme demande à Jésus ce qu’il doit
faire pour entrer au Royaume. Avec
sa sagesse de rabbin, Jésus lui répond
qu’il faut respecter la loi, le décalogue.
Certes, mais le jeune homme voudrait
faire plus. Alors Jésus lui dit de vendre
ses biens et de distribuer l’argent
aux pauvres, sur quoi le malheureux
s’en va en pleurant, incapable qu’il se
sent de se séparer de ses avoirs. Jésus,
se tournant alors vers ses disciples,
délivre le fameux message selon lequel
il sera aussi difficile à un riche d’entrer
au paradis qu’à un chameau de passer par
le chas de l’Aiguille – une porte de la ville
par laquelle les animaux devaient
se baisser pour entrer. Où l’on voit qu’à la
limite, la misère est une voie d’accès
au salut et la richesse, un obstacle.
Pour supporter la souffrance,
pour sortir durablement de la peur
et des maux qui peuvent nous frapper
à tout instant de manière aveugle, injuste
et indifférente, il faut espérer en une
autre vie et, selon le fameux thème
chrétien, faire « mourir la mort ».
Seule cette considération permettra
aux humains d’aimer sans crainte,
sans penser toujours à l’inévitable
et douloureuse séparation qui nous
attend. Pour parvenir à être heureux,
il faut donc, comme Denis Moreau,
un philosophe chrétien, l’a parfaitement
montré dans son beau livre, Les Voies du
salut, que trois conditions soient réunies :
« Que la mort ne soit pas le terme ; qu’il y
ait une persistance de l’identité personnelle
après la mort ; qu’il soit permis d’espérer
que cette continuation post mortem
s’opère dans des conditions relativement
heureuses, voire très heureuses. »
Propos qui soulignent tout à la fois
la profondeur du message chrétien
et aussi ses limites pour le non-croyant :
si les souffrances ici-bas sont
secondaires, voire parfois salutaires
au regard de la promesse d’une vie
éternelle, et si ce qui compte, au final,
c’est bien la mort de la mort, la vie
bienheureuse requiert une condition :
il faut y croire, avoir la foi. Pour qui ne l’a
pas, la lutte contre la souffrance prend
forcément une tout autre signification.
Cessant d’être une voie salvatrice
vers l’au-delà, son éradication devient
prioritaire dans tous les domaines,
à commencer par celui de la médecine.
De là, bien sûr, l’inflation actuelle de la
psychologie positive et des philosophies
du bonheur au sein de sociétés laïques
où le désenchantement
et la sécularisation du monde incitent
comme jamais au souci de soi.
Les villages du Tarn menacés par une
nouvelle autoroute, résumé du mal français
E
ANNE-SOPHIE LETAC
Dassault Médias
14, boulevard Haussmann
75009 Paris
Président-directeur général
Charles Edelstenne
Administrateurs
Olivier Dassault, Thierry
Dassault, Jean-Pierre
Bechter, Olivier Costa
de Beauregard, Benoît
Habert, Bernard Monassier,
Rudi Roussillon
SOCIÉTÉ DU FIGARO SAS Directeur des rédactions
14, boulevard Haussmann Alexis Brézet
75009 Paris
Directeurs adjoints de la rédaction
Président
Gaëtan de Capèle (Économie),
Charles Edelstenne
Laurence de Charette (directeur
de la rédaction du Figaro.fr),
Directeur général,
Anne-Sophie von Claer
directeur de la publication (Style, Art de vivre, So Figaro),
Marc Feuillée
Anne Huet-Wuillème (Édition,
Photo, Révision),
divise les habitants de ce petit paradis.
Le vendredi 20 juillet dernier, paraît au
Journal officiel une déclaration d’utilité
publique (DUP) de la liaison autoroutière
Toulouse-Castres, une deux fois deux
voies, l’A69, qui irait de la quasitoulousaine commune de Verfeil à
Castres, préfecture du Tarn, déployant
majestueusement ses 54 kilomètres.
La date de sa réalisation doit paraître
dans la « loi des mobilités » présentée
par Mme Borne à la rentrée. L’autoroute
permettrait de réaliser le trajet
en 45 minutes au lieu d’une heure,
pour la somme de 7,50 euros, modique
l’opacité de la communication à ce sujet.
Le village de Cambon près de SaintPerdouls deviendra une aire de service
avec paquets de chips et Magnum à
3,50 euros et essence à 1,70 euro, toilettes
nettoyées deux fois par jour, appuyez sur
le bouton si vous n’êtes pas content.
Non seulement il n’y a aucune raison
d’être content, mais on peut être fort
étonné. Relisons le programme
de campagne d’Emmanuel Macron,
le président qui réalise toutes ses
promesses : « Nous réformerons
radicalement notre politique des
transports. Car l’enjeu n’est plus
de construire partout
Élus, chefs d’entreprise et promoteurs des autoroutes,
des aéroports
immobiliers n’ont pas compris qu’à
et des lignes de TGV.
l’avenir les territoires comme ce petit C’est, grâce à notre
plan d’investissement,
morceau de Tarn seront des richesses
de moderniser
convoitées pour leur rareté,
les réseaux existants
et de développer
pour leur silence, pour leur terre
de nouveaux services
pour que tous les territoires soient
pour les cadres qui seraient défrayés,
raccordés efficacement aux lieux
énorme pour le quidam qui veut
de travail, d’éducation, de culture
se rendre d’un point à un autre
ou de soins. » Comparons : pour faire
et continuera d’emprunter benoîtement
gagner quinze minutes à des employés
la RN126, ce qui lui fera perdre quinze
et satisfaire des lobbies régionaux
minutes mais économiser de l’argent.
hyperactifs, on va ruiner un territoire
Selon les partisans de cette minipréservé bien que proche de la grande
autoroute, par exemple Jean-Louis
ville, un lieu qui se repeuple de surcroît,
Chauzy, président du Conseil
justement parce que les nouveaux
économique, social et environnemental
arrivants recherchent son calme et sa
de la région Occitanie, la destinée
solitude un peu sauvage. C’est un vrai jeu
du bassin d’emploi de Castres-Mazamet
de DUP.
devrait s’en trouver bouleversée :
Pour résoudre le problème d’un bassin
« Ce sera un ballon d’oxygène pour les
d’emploi, la vitesse, la pollution
entreprises qui peinent à recruter. »
et la destruction de l’environnement sont
Le tracé passera juste derrière le petit
les premiers, voire les seuls remèdes
bois de Fontalou, on le sait malgré
«
Arnaud de La Grange
(International),
Étienne de Montety
(Figaro Littéraire),
Bertrand de Saint-Vincent
(Culture, Figaroscope, Télévision),
Yves Thréard (Enquêtes,
Opérations spéciales, Sports,
Sciences),
Vincent Trémolet de Villers
(Politique, Société, Débats Opinions)
»
Directeur artistique
Pierre Bayle
Rédacteur en chef
Frédéric Picard
(Édition Web)
Directeur délégué
du pôle news
Bertrand Gié
Éditeurs
Robert Mergui
Anne Pican
FIGAROMEDIAS
9, rue Pillet-Will, 75430 Paris Cedex 09
Tél. : 01 56 52 20 00
Fax : 01 56 52 23 07
Président-directeur général
Aurore Domont
Direction, administration, rédaction
14, boulevard Haussmann
75438 Paris Cedex 09
Tél. : 01 57 08 50 00
direction.redaction@lefigaro.fr
envisagés. La ringardise tient lieu
d’imagination à des élus, des chefs
d’entreprise, des promoteurs
immobiliers qui n’ont pas compris qu’à
l’avenir les territoires comme ce petit
morceau de Tarn seront des richesses
convoitées pour leur rareté, pour leur
silence, pour leur terre. La situation
devient cocasse si l’on se souvient que
dans le même temps les routes nationales
sont soumises à une vitesse, ou plutôt
à une lenteur de 80 km à l’heure
qui pénalise les ruraux.
Mettre en tête d’affiche Nicolas Hulot
ne suffit pas, Monsieur le Président
de la République, il faut s’occuper
des hulottes et autres chouettes et buses
variables. Il faut aussi s’occuper
des habitants : faire en sorte que
les déserts médicaux et scolaires
ne soient pas répulsifs, que
le fonctionnement erratique de la SNCF
ne dégoûte pas d’habiter en dehors
des villes, que les transports régionaux
ne soient pas négligés. Il faut, ainsi que
vous le proposiez dans votre programme
si injustement oublié, élargir les routes
existantes, telle la RN126 ToulouseCastres, qui peut parfaitement être
aménagée sans trop de dommages pour
ses riverains, projet soutenu par une
association, le PACT, et révoqué
d’un simple paraphe ministériel.
Il faut laisser le cimetière de SaintPerdouls et son peuple paisible méditer
sous les cyprès, la vue tournée vers
les Pyrénées.
* Ancienne élève de l’École normale
supérieure, Anne-Sophie Letac enseigne
la géopolitique en classes préparatoires
au lycée Lavoisier, à Paris.
Impression L’Imprimerie, 79, rue de Roissy
93290 Tremblay-en-France
Midi Print, 30600 Gallargues-le-Montueux
Ecoprint Casablanca Maroc. ISSN 0182-5852
Commission paritaire n° 0421 C 83022
Pour vous abonner Lundi au vendredi de 7 h à 18h ;
sam. de 8 h à 13 h au 01 70 37 31 70. Fax : 01 55 56 70 11 .
Gérez votre abonnement, espace Client : www.lefigaro.fr/client
Formules d’abonnement pour 1 an - France métropolitaine
Club : 409 €. Semaine : 259 €. Week-end : 209 €.
Imprimé sur papier issu de forêts gérées durablement.
Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100%. Ce journal
est imprimé sur un papier UPM porteur de l’Ecolabel européen
sous le numéro FI/37/01. Eutrophisation : Ptot 0.009 kg/tonne de papier.
Ce journal
se compose de :
Édition nationale
1er cahier 18 pages
Cahier 2 Économie
6 pages
A
n plein pays tarnais,
à l’aplomb d’une colline
d’où les champs dévalent
comme une symphonie
de rayures, le petit cimetière
de Saint-Perdouls regarde
vers les Pyrénées entre les cyprès qui
bordent son muret de pierre. Parfois,
le clocher silencieux sonne le glas
à l’ancienne pour l’un ou l’autre.
Les familles Sabarthès, Pagès, Pinel
y reposent depuis des lustres.
En y regardant de plus près, c’est
un Auguste, une Eulalie, un Ernest,
une Mathilde qui l’habitent pour
l’éternité, c’est un laurier qui les salue,
un rosier qui pousse vaillamment
parmi les cailloux.
Plus loin au bas de la colline, le petit
bois de Fontalou, impénétrable sauf par
quelques minces sentiers, demeure
des sangliers, des chouettes hulottes
et des rapaces variables. La nuit, aucune
lumière sauf celle des étoiles. La grande
route est à 3 kilomètres, les lumières
de Toulouse bien trop lointaines pour
résister à l’encre de la nuit. Ce territoire
rétif à tout remembrement tolère
quelques maisons sur les flancs
des collines, une petite Toscane plus
verdoyante, moins riche que l’originale,
et sillonnée par des vestiges de voies
romaines.
À Paris,
au ministère
des Transports,
Mme la ministre,
Élisabeth Borne,
En contradiction flagrante avec les engagements
chausse des
de campagne d’Emmanuel Macron,
lunettes de myope
le tout-autoroute continue et défigure la France,
pour régler un
s’alarme l’agrégée d’histoire*.
vieux problème qui
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
18
L’ÉTÉ DU FIGARO
Histoires d’esp
ions
[
]
Trahison, ambit
ion, jalousie, idé
manipulation…
Les grandes aff ologie, argent, sexe,
parfois changé
air
le destin du mo es d’espionnage ont
aussi des histoi
nde mais elles
res humaines.
son
Et l’actualité mo t toujours
cette vie de l’o
mbre est plus
dense que jam ntre que
retrace quelque
ais. Le Figaro
s-unes de ces
étonnantes pa
certaines célèb
ges d’Histoire,
res et d’autres
moins connue
s.
9/11
A
PATRICK SAINT-PAUL £@psaintpaul
S’il fallait un modèle au roman
d’espionnage tragicomique, l’affaire de « Mister Butterfly » remporterait la palme. L’intrigue se
noue dans ce qu’un jeune Breton
enclin au romantisme croyait
être les délices des nuits de
Chine. Sans doute exalté par la
célèbre chanson, l’ivresse
d’un amour exotique le
transporte dans un monde
rêvé jusqu’au lever du jour.
Fraîchement recruté par le
concours extérieur du
Quai d’Orsay, Bernard
Boursicot a à peine 20 ans
lorsqu’il est envoyé à
l’ambassade de France à
Pékin pour y occuper
une fonction de comptable. Sous son nuage de
poudre de riz, Shi Peipu,
elle, joue des rôles de
princesse de l’Opéra de
Pékin et fait planer le
mystère sur les soirées de
l’ambassade… Subjugué, le
fonctionnaire
succombe
presque immédiatement aux
charmes de cet espion d’un
genre particulier.
La France du général de
Gaulle vient tout juste d’établir
des relations diplomatiques avec
la Chine de Mao, qui n’entretient
que peu de contacts avec le monde occidental, et d’ouvrir son
ambassade à Pékin. La République populaire est assoiffée de
toutes les informations relatives
au monde extérieur. En réalité,
Bernard Boursicot vient de tomber dans un piège tendu par le
Qingbao, le redoutable service de
renseignement militaire chinois.
Shi Peipu est l’une de ses marionnettes. Traditionnellement, les
rôles féminins sont joués par des
acteurs masculins au théâtre de
Pékin. Boursicot se laisse envoûter lors d’une réception à l’ambassade de France donnée à l’occasion des fêtes de Noël de 1964.
Librettiste d’opéra et virtuose
de la langue de Molière, ce qui lui
permet d’occuper la fonction de
précepteur du chargé d’affaires
de l’ambassade, Shi Peipu lui fait
croire qu’il est une femme, élevée
comme un garçon dans une famille de mandarins de la province reculée du Shandong. Selon
ses dires, sa mère avait déjà donné naissance à deux filles et craignait que sa belle-mère, aux
mœurs féodales, ne l’oblige à
prendre une nouvelle épouse capable de lui donner un garçon.
« Ces révélations ont changé toute
ma vie, impossible désormais sans
Peipu », confiera Boursicot quelques années plus tard dans un
entretien unique, accordé à Roger Faligot, coauteur de DST. Police secrète.
Boursicot n’y voit que du feu.
Ils s’étreignent dans l’obscurité,
sans se dévêtir, et le Français,
encore inexpérimenté, est persuadé d’être initié aux secrets du
plaisir oriental. Les amants se
rencontrent clandestinement et
nouent une relation. Kang Sheng,
le redouté patron des services et
inventeur du Laogai, les camps
de travail chinois, tire en coulisses les ficelles de ce théâtre
d’ombres chinoises. Il vient de
ferrer un diplomate français et ne
lâchera plus sa proie. Lorsque
Boursicot s’apprête à quitter la
République populaire pour un
autre poste, Shi Peipu lui apprend
qu’« elle » est enceinte de lui. Le
Français lui promet de revenir et
tient parole. En 1969, il se retrouve à l’ambassade de Pékin, en
pleine Révolution culturelle, au
poste subalterne d’archiviste en
charge de la valise diplomatique.
Peipu dit avoir accouché d’un
garçon nommé Shi Dudu, confié
à une famille de paysans dans le
Xinjiang. Il serait trop dangereux
de le voir, les Chinois n’ont pas le
droit de frayer avec des étrangers
Les
charmes
vénéneux
de « Mister
Butterfly »
à cause de la terreur que
font régner les gardes rouges, lui
explique son ami androgyne.
« On se voyait tous les quinze
jours. Mais alors que j’étais chez
lui, les masses populaires nous ont
encerclées et ont emmené Shi au
poste », en raison de sa liaison
interdite, raconte-t-il.
Le piège vient de se refermer.
Pour assurer la sécurité de Shi
Peipu et celle de son enfant, l’archiviste de l’ambassade accepte
de transmettre des documents à
Kang Sheng. Dans ses mémoires
La diplomatie n’est pas un dîner de
gala, dans lesquelles il consacre
un chapitre à l’affaire, le diplomate français Claude Martin, qui
Bernard Boursicot (à gauche) et son amant l’artiste chinois Shi Peipu, en mai 1986, lors de leur procès
à Paris. En haut, ce dernier dans le rôle de Madame Butterfly. COLLECTION PERSONNELLE, AP
Le diplomate français
Bernard Boursicot collabora
avec les services
d’espionnage de Mao
pour l’amour
d’une « chanteuse »
d’opéra chinoise.
fit sa connaissance à l’ambassade
de Pékin à cette époque, décrit
« un garçon assez fruste, à qui
personne ne parlait. Il portait toujours le même costume, taché de
gras, la même cravate sale, et aux
pieds les mêmes baskets fatiguées… Il ne parlait pas le chinois,
ni même l’anglais ». Boursicot
était issu d’une famille modeste
de Bretagne. Sa mère s’était saignée pour financer ses études et
lui permettre de passer son
concours administratif.
La Chine est alors en pleine
guerre froide avec l’URSS et Kang
s’intéresse en priorité à l’ennemi
soviétique
et aux pays
du
Sud-Est
asiatique. L’archiviste livre des dépêches venant d’autres ambassades. Un jour, il subtilise
une lettre du prince Sihanouk du
Cambodge… un geste qui irrite
Kang. Sihanouk est un ami de la
Chine ! En mai 1972, Boursicot
file le parfait amour avec Shi Peipu et voit régulièrement son
« fils » Dudu, en réalité un orphelin métis originaire du Xinjiang fourni par le Qingbao. C’est
alors qu’il est muté en Europe. Il
doit attendre 1979 et un poste
d’archiviste-chiffreur à OulanBator pour retrouver l’Asie et se
rapprocher de Shi Peipu. Les retrouvailles sont scellées par une
reprise de la collaboration avec le
Qingbao. Boursicot transmet des
documents sur la puissance militaire de l’URSS, des revues de
presse, des articles du Figaro retapés à la machine par les services de l’ambassade et frappés du
tampon « secret ». « Il avait copié à leur intention quelques papiers. Une étude sur la culture du
coton au Xinjiang, une autre sur
l’élevage du mouton en Mongolie.
Boursicot n’était pas Cicéron »,
souligne Claude Martin.
Ses activités d’espionnage cessent avec son retour à Paris en
1981. Shi Peipu se débrouille pour
le rejoindre avec leur « fils »
Dudu en octobre 1982. La DST,
qui surveille l’ambassade de
Chine à Paris, est alertée par les
allées et venues de l’intrigant androgyne, qui habite chez Bernard
Boursicot, un diplomate qui a été
en poste en Asie. Les limiers du
contre-espionnage ne tardent
pas à comprendre la nature de la
liaison et flairent que la venue de
Shi Peipu en France a pour seul
but de réactiver Boursicot. Le diplomate français est arrêté le
30 juin 1983. Interrogé par la
DST, il avoue tout : ses activités
d’espionnage pour le compte du
Qingbao dans le but de préserver
son histoire d’amour avec Shi
Peipu et son enfant, ainsi que la
féminité cachée de sa dulcinée.
Mais il affirme ne jamais avoir
transmis de document sur la
France, pour ne pas nuire à son
pays. Shi Peipu est arrêté le lendemain. Boursicot est inculpé
pour « intelligence avec des
agents d’une puissance étrangère » et son « amie » pour « complicité ». Aux enquêteurs, qui en
perdent leur latin, l’agent androgyne révèle la supercherie. Il se
déclare de sexe masculin et explique comment il se masquait
dans l’obscurité pendant leurs
ébats amoureux, tout en « guidant » Boursicot. Le métissage
de Shi Dudu est ouïgour et
non français. Les juges les
envoient en prison et ordonnent une expertise médicale. Pour les médecins,
il n’y a pas l’ombre d’un
doute : Shi Peipu est bien
un homme.
Le 13 juillet, France Inter annonce : « La Mata
Hari chinoise est un homme. » Boursicot est abasourdi.
Lors
d’une
confrontation dans le
bureau du juge, il exige
des preuves… Accablé, il
tente de se suicider avec
une lame de rasoir au retour dans sa cellule. « Ce
que je savais de Boursicot
me permettait de penser que
l’être un peu simplet qu’il était
alors avait effectivement pu
prendre, dans le noir, un homme
pour une femme. L’inclination
homosexuelle de Shi Peipu ne faisait pas de doute, celle de Boursicot ne se révéla que plus tard »,
raconte Claude Martin dans ses
Mémoires. Le diplomate souligne
que les inspecteurs se répandent
en « commentaires douteux sur le
sexe prétendument incertain des
Chinois ». « Il y avait, dans certains propos des enquêteurs, un
parfum de racisme insupportable », écrit-il.
“
Ce que je savais
de Boursicot me
permettait de penser
que l’être un peu
simplet qu’il était alors
avait effectivement
pu prendre, dans
le noir, un homme
pour une femme
CLAUDE MARTIN, DIPLOMATE
”
Le 6 mai 1986, la cour d’assises
condamne les deux amants à une
peine de six ans de réclusion. En
1987, un an après sa condamnation, Shi Peipu est gracié par le
président François Mitterrand.
Boursicot bénéficiera d’une libération conditionnelle quelques
années plus tard. À sa sortie,
l’ancien diplomate déclare que
Peipu est désormais libre et entretient de son côté une relation
de longue durée avec un autre
homme, vivant ouvertement son
homosexualité. Shi Peipu mourra
en 2009 à Paris. « L’idée que
Kang Sheng, le grand maître du
renseignement, qui ourdissait tous
les complots au sommet, ait pu
s’intéresser au minuscule Boursicot faisait sourire », s’amuse
Claude Martin.
L’affaire a été transposée au cinéma en 1994 par le cinéaste David Cronenberg dans le film Mister Butterfly avec Jeremy Irons
dans le rôle de Bernard Boursicot
et John Lone dans celui de Shi
Peipu. Boursicot se réfugiera en
Bretagne, où il s’enfermera dans
un profond silence. Gagné par
une incurable dépression, il ne
voudra plus parler à personne. Il
a échappé à la mort en prison,
mais le ridicule l’a tué par deux
fois : au procès, puis au cinéma.
« Quand j’y réfléchis, concédera
Boursicot, j’ai été le héros de l’histoire la plus idiote du siècle. » ■
RETROUVEZ DEMAIN :
La meurtrière inconsolable
du vol KAL 858
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO - N° 23 019 - Cahier N° 2 - Ne peut être vendu séparément - www.lefigaro.fr
> FOCUS
lefigaro.fr/economie
SMARTPHONES
CES APPLIS
INDISPENSABLES
POUR LES VACANCIERS
L’ÉTÉ DU FIGARO
RÉVOLUTION DANS
LE BUSINESS DU SPORT
ÉQUESTRE PAGE 23
PAGE 24
La réforme des retraites
entre dans le vif du sujet
À la rentrée, la concertation va s’attaquer à des thèmes aussi sensibles
que le financement du futur régime universel, les régimes spéciaux ou l’âge de départ.
Le chantier de la réforme des retraites est lancé officiellement depuis
avril. Le haut-commissaire chargé
de ce dossier sensible, Jean-Paul
Delevoye, a consulté tous azimuts le
patronat et les syndicats. Mais en ne
donnant aucune précision sur la réforme, qui vise à créer un régime
universel.
À l’automne, le gouvernement va
devoir sortir du bois et traiter des
sujets aussi épineux que les régimes
spéciaux. D’autant que le calendrier
est serré, les grandes orientations
devant être dévoilées en décembre
et la future loi adoptée avant l’été
2019. En juin, le psychodrame sur la
vraie fausse suppression des pen-
sions de réversion des veufs a fait
prendre conscience à l’opinion que
la réforme des retraites voulue par
Emmanuel Macron ne sera pas indolore. Le gouvernement est prévenu du caractère explosif du dossier.
èLES ENJEUX TRÈS CONCRETS ET TRÈS POLITIQUES AUTOUR DES PENSIONS DE RÉVERSION DES VEUFS ET DES VEUVES
èUNE ENQUÊTE INTERACTIVE DE LA CFDT POUR NOURRIR LE DÉBAT PAGES 20 ET 21
BRIAN SNYDER/REUTERS, RYAN REMIORZ/THE CANADIAN PRESS, FRANÇOIS BOUCHON/LE FIGARO
Un Canadien
aux
commandes
d’Air France
Benjamin Smith.
EMPLOI
Des territoires
français ont jugulé
le chômage de longue
durée PAGE 22
LA SÉANCE
DU MERCREDI 15 AOÛT 2018
CAC 40
5305,22
-1,82%
DOW JONES (18h)
25023,83 -1,09%
ONCE D’OR
1182,00 (1197,00)
PÉTROLE (lond)
70,750 (72,542)
EUROSTOXX 50
3350,31 -1,73%
FOOTSIE
7497,87 -1,49%
NASDAQ (18h)
7315,29 -1,77%
NIKKEI
22204,22 -0,68%
À cinq mois de l’entrée en vigueur du
prélèvement à la source, Bercy poursuit son opération déminage auprès
des employeurs. Dans une interview
au Courrier picard, le ministre des
Comptes publics, Gérald Darmanin, a
annoncé mardi que les entreprises de
moins de 20 salariés pourraient déléguer à l’Urssaf (organisme percevant
les cotisations sociales) la collecte et le
reversement à l’État de l’impôt sur le
revenu retenu à la source. De quoi rassurer les petits patrons, qui redoutent
une surcharge administrative liée à ces
nouvelles missions induites par la réforme. En septembre dernier, un audit
de l’Inspection générale des finances
(IGF) de Bercy, largement repris par les
organisations patronales, estimait que
la mise en œuvre du prélèvement à la
source pourrait coûter entre 26 et
50 euros par salarié aux TPE et PME.
Le dispositif évoqué par Gérald Darmanin revient à dispenser complètement les TPE de ces démarches. À
condition toutefois qu’elles aient adhéré au « titre emploi service entreprise » (Tese), un outil de l’Urssaf destiné à décharger les entreprises de
moins de 20 salariés d’un certain
nombre de formalités administratives,
comme le calcul des cotisations sociales ou l’établissement de fiches de
paie. Dans le détail, le Tese indiquera à
l’employeur le salaire net d’impôt qu’il
doit verser à chacun de ses salariés,
compte tenu de leur taux d’imposition
personnalisé. L’Urssaf se chargera
ensuite de prélever à l’employeur le
montant de l’impôt retenu à la source
- en même temps que les cotisations
salariales et patronales - puis le reversera à l’administration fiscale.
Un million d’entreprises seraient éligibles à cette dérogation. « Ce sera
surtout utile pour les TPE de moins de
cinq salariés, car, au-delà, les entreprises ont souvent un comptable qui
peut effectuer lui-même ces démarches », estime toutefois François Asselin, président de la CPME (organisation dédiée aux PME). Après le report
d’un an de la réforme pour les particuliers employeurs, l’exécutif entend,
avec cette nouvelle concession,
s’épargner un feu de critiques.
ALEXANDRE BERTEAU
Soutenue par
Onze ans après la crise des subprimes, le Qatar, la Turquie
les bonnes affaires du Trésor américain riposte à Trump
L'HISTOIRE
L
a banque britannique RBS a écopé
mardi d’une amende de 4,9 milliards
de dollars pour avoir vendu
entre 2005 et 2007 des produits
financiers adossés à des crédits
« subprimes » (prêts immobiliers
hypothécaires à risque). Onze ans après
la crise de 2007 aux États-Unis, qui avait
débouché en septembre 2008 sur la faillite
retentissante de Lehman Brothers
et la récession mondiale la plus grave
de l’après-guerre, la justice américaine
continue de régler ses comptes.
« Le département de la Justice poursuivra
les institutions financières qui ont de manière
illicite fait du mal
à l’économie
américaine
et aux
consommateurs »,
a martelé Jesse
Panuccio, l’un
des procureurs
nommés en
janvier 2018 par
Donald Trump,
dans ce style
inimitable des
juges yankees. Wells Fargo, troisième banque
américaine, s’est vu infliger une amende
de 2,1 milliards de dollars pour le même motif
il y a deux semaines. Lors du dixième
anniversaire de la crise des subprimes éclatée
en août 2007, le Financial Times
avait décompté la totalité des pénalités subies
ainsi par les acteurs financiers. Elles s’élevaient
alors à plus de 150 milliards de dollars.
Dont 56 milliards pour Bank of America,
27 pour JPMorgan, et près de 10 pour
la Deutsche Bank. Toutes formes
d’infraction financière confondues, y compris
sur les embargos décrétés par les États-Unis
(BNP Paribas a dû acquitter 8,9 milliards
en 2015 !),
le Trésor américain
(photo) a encaissé
321 milliards
de dollars
entre 2007
et 2016 selon une
étude du Boston
Consulting Group.
La justice du plus
fort est aussi une
affaire rentable. ■
JEAN-PIERRE ROBIN
Alors que la tension ne retombe pas dans le bras de fer diplomatique
aux
lourdes
conséquences financières qui
oppose Donald Trump au président Recep Tayyip Erdogan,
le Qatar est venu mercredi
porter secours à la Turquie.
L’émir Tamim Ben Hamad alThani, en visite à Ankara, a
promis au dirigeant turc
15 milliards de dollars d’investissements directs. Ils seront orientés vers les banques
turques, fragilisées par l’effondrement de la devise nationale, qui a perdu depuis le
début de l’année 37 % face au
dollar.
Le président Erdogan a par
ailleurs annoncé des sanctions
douanières, en riposte à celles
décrétées la semaine dernière
par Donald Trump. Les ÉtatsUnis ont doublé vendredi les
taxes à l’importation sur
l’acier et l’aluminium turcs.
En retour, la Turquie a relevé
ses tarifs douaniers sur des
voitures américaines, certai-
nes boissons alcoolisées achetées aux Américains ou encore
sur le tabac. Erdogan a menacé également de s’en prendre
à l’emblématique iPhone
d’Apple en soulignant que
Samsung « existe de l’autre
côté ».
Le patronat turc, par les voix
conjuguées de la Tüsiad et des
chambres
de
commerce
(TOBB), a appelé à un resserrement de la politique monétaire (en clair, une hausse des
taux d’intérêt, dont Erdogan
ne veut pas) et à une réconciliation avec les États-Unis.
La crise turque continuait d’inquiéter les Bourses du monde
entier, en recul mercredi. La livre, pour sa part, rebondissait,
sans doute sous l’effet de mesures de la banque centrale
turque limitant les échanges financiers. En fin de journée,
mercredi, la devise turque
avait regagné près de 7 % depuis la veille, mais en dix jours,
elle a perdu 17 % de sa valeur
F. N.-L.
face au billet vert.
A
le PLUS du
FIGARO ÉCO
C’est ce jeudi
que le conseil
d’administration
d’Air France-KLM
doit officialiser
la nomination de
Benjamin Smith, venu
d’Air Canada, à la tête
d’une compagnie restée
sans pilote pendant
trois mois et soumise
aux turbulences
sociales. PAGE 22
PRÉLÈVEMENT
À LA SOURCE :
UNE AIDE POUR
LES PETITS
PATRONS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
20
L'ÉVÉNEMENT
Réforme des retraites : un dossier explosif
À la rentrée, les débats vont entrer dans le vif du sujet, avec les régimes spéciaux et l’âge de départ. De quoi
MARIE-CÉCILE RENAULT £@Firenault
SOCIAL La réforme des retraites
voulue par Emmanuel Macron
pourrait bien transformer la rentrée
sociale en brasier post-canicule estivale. Après huit mois de concertation avec les partenaires sociaux,
Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire chargé du dossier, entrera
dès septembre dans le dur des discussions en mettant sur la table des
sujets aussi sensibles que le financement du futur régime universel
censé unifier les 42 régimes actuels,
le devenir des régimes spéciaux (industries électriques et gazières,
SNCF, RATP…) ou l’âge de départ
anticipé de certains fonctionnaires
(policiers, militaires, etc.).
Tout cela alors que se profileront
des élections fin novembre à la
SNCF et le 6 décembre dans la fonction publique, susceptibles de générer des surenchères entre syndi-
cats. Et que par le passé, le sujet des
retraites a pu mettre jusqu’à
1,2 million de personnes dans la rue
- c’était le 12 octobre 2010 contre la
réforme Woerth ayant repoussé
l’âge légal de départ. Gageons aussi
que La France insoumise saura se
saisir du dossier.
Depuis la polémique, en juin,
autour des pensions de réversion
(versée aux veufs et veuves), l’exécutif sait à quoi s’en tenir. « C’est
une alerte pour l’avenir, car il va y
avoir d’autres sujets qui fâchent »,
reconnaît Matignon, en soulignant
qu’il « faudra chaque fois répéter que
l’objectif n’est pas de faire des perdants mais d’introduire plus de justice dans le système ».
Le calendrier est très serré puisque les grandes orientations doivent
être dévoilées en décembre, un projet de loi présenté début 2019 et la loi
adoptée avant l’été 2019. « On ne
sera jamais prêt dans les temps,
surtout après les tensions des der-
niers mois, notamment à la SNCF,
nuance un membre de la majorité.
On parle de plus en plus d’un report
de la conclusion en 2020. »
Pour le moment, le gouvernement n’a pas dévoilé ses intentions
au-delà du principe fondateur
« d’un euro cotisé donnant les mêmes
droits pour tous » promis dès la campagne présidentielle. Comment va
se traduire dans les faits ce régime
universel par points, supposé apporter plus de transparence,
de simplicité et d’équité ? Quelles cotisations ? Quels
droits pour
les chômeurs, les veuves ? Depuis le
lancement officiel de la concertation
mi-avril avec les partenaires sociaux, Jean-Paul Delevoye a reçu au
moins une demi-douzaine de fois
chacune des dix organisations
concernées (CFDT, CGT, FO, CFTC,
CFE-CGC, Unsa, Medef, CPME, U2P
et FNSEA) Mais « on en est toujours
aux idées générales », regrette
Claude Tendil, président de la commission protection sociale du Medef. « C’est comme si au restaurant,
on vous donnait les différentes sauces
mais sans le mets principal », résume
Marie-José Kotlicki, de la CGT.
« L’aspect financier reste la grande inconnue des débats », renchérit
Dominique Corona, de
l’Unsa.
Les
Les nombreux défis
du système de français
29,6
ANNÉES PASSÉES À LA RETRAITE
DURÉE DE RETRAITE EN NOMBRE D’ANNÉES SELON LES GÉNÉRATIONS
29 ANS
NIVEAUX DES PENSIONS
PENSION MOYENNE DE L’ENSEMBLE DES RETRAITÉS EN % DU REVENU D’ACTIVITÉ MOYEN BRUT
(observée et projetée)
Hypothèse A (taux de chômage : 7 %, productivité : 1 %)
Hypothèse B (taux de chômage : 7 %, productivité : 1,8 %)
50
28 ANS
45
40,1 %
32,5 %
30
2000
2010
2020
2030
2040
2050
2060
2070
27 ANS
Source : Conseil d'orientation des retraites
35
Source : Conseil d'orientation des retraites
40
26 ANS
➜ Conséquence des différentes réformes menées par le passé, le niveau des pensions est
amené à diminuer, comparé au revenu des actifs. Cette baisse relative sera plus marquée avec
des gains de productivité forts, synonymes d’une économie solide et de salaires dynamiques.
Les enjeux très concrets
et très politiques autour des pensions
de réversion des veufs et des veuves
Le psychodrame en juin sur la
vraie fausse suppression des pensions de réversion a fait prendre
conscience à l’opinion que la réforme des retraites voulue par le
chef de l’État, et fondée sur la promesse d’un régime universel, ne
sera pas indolore. Cela a même
créé un sentiment de méfiance, sinon de défiance. Pris de court, le
gouvernement a tenté de circonscrire l’incendie sans parvenir à
l’éteindre totalement, faute de réponses claires. Le Figaro fait le
point, en sept questions/réponses
sur ce dispositif qui remonte au
XIXe siècle et permet aux veuves,
mais aussi aux veufs, de toucher,
après le décès de leur conjoint, une
partie de sa retraite.
A
1
Les pensions de
réversion serontelles supprimées ?
La polémique est partie
d’une question, posée
dans un document du
haut-commissariat à la réforme
des retraites : « Compte tenu des
évolutions en matière de taux d’emploi des femmes et de conjugalité,
doit-on maintenir des pensions de
réversion ? » Aussitôt, les débats se
sont enflammés autour d’une prochaine suppression du dispositif.
« Une rumeur malsaine, visant à
faire peur », a démenti le président
de la République lors du Congrès à
Versailles le 9 juillet. Sans réussir à
apaiser les craintes, car il a aussitôt
ajouté que « rien ne changera pour
les retraités d’aujourd’hui », laissant de facto la voie ouverte pour
les retraités de demain. « Il n’y a
aucun projet de gouvernement tendant à changer les règles qui s’ap-
pliquent aujourd’hui en matière de
pension de réversion », a également
indiqué le premier ministre,
Édouard Philippe, sur RTL… là encore sans s’exprimer sur les bénéficiaires futurs. Les dénégations de
certains ministres, comme Christophe Castaner, déclarant que les
pensions de réversion pourraient
« baisser pour certains » futurs retraités et « augmenter pour
d’autres » n’ont fait qu’ajouter au
trouble. Seule Agnès Buzyn, pressée de questions à l’Assemblée et
au Sénat, a apporté un début de
réponse : « Pour les retraités de demain, nous maintiendrons les pensions de réversion. Cela concerne
des femmes qui n’ont pas travaillé,
qui se sont occupées de leurs enfants
ou ont travaillé au côté de leur mari
sans cotiser », a indiqué la ministre
des Solidarités. Autant de déclarations qui n’ont fait qu’entretenir
les craintes d’une refonte des pensions de réversion, du moins de
leur écrêtement, ou de leur limitation à certains cas, à défaut d’une
suppression du dispositif.
2
Qui touche quoi
aujourd’hui ?
La pension de réversion
s’élève
en
moyenne à 304 euros
mensuels pour les
hommes et 642 euros pour les
femmes. Soit, pour ces dernières,
presque la moitié du montant de la
retraite moyenne ! Mais les règles
varient fortement d’un régime à
l’autre. « Avant de vous marier,
choisissez bien votre mari ! », ironisait le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, lors
d’un colloque au Sénat en avril
dernier. Par exemple, les fonctionnaires peuvent toucher 50 %
de la pension de leur conjoint décédé, sans aucune condition d’âge
ou de ressources. Ils doivent juste
avoir été mariés au moins quatre
ans avant le décès, ou avoir eu au
moins un enfant, pour en bénéficier. En revanche, les salariés, artisans, commerçants ou exploitants agricoles ne peuvent pas
toucher la réversion de leur
conjoint avant 55 ans. Et ils ne doivent pas dépasser un plafond de
ressources (soit 1 712,53 euros
mensuels pour une personne seule) pour toucher la réversion sur la
retraite de base - la retraite complémentaire n’étant soumise, elle,
à aucun plafond. Ils bénéficient
néanmoins d’un taux un peu plus
élevé (54 % de la retraite de base et
60 % de la retraite complémentaire). En cas de remariage, la réversion est suspendue pour les fonctionnaires, alors que, pour les
salariés, elle est conservée sur la
pension de base et supprimée sur
la complémentaire. Dénonçant
le « maquis des pensions de réversion », le haut-commissaire entend harmoniser les critères d’âge,
de taux, de ressources et de
remariage.
3
Faut-il mettre
la réversion
sous condition
de ressources ?
La majorité des syndicats y est hostile.
« On ne veut pas en entendre parler », martèle Philippe Pihet (FO).
« Pour nous, c’est un casus belli. Le
paradoxe, c’est que les femmes qui
25 ANS
1940
1950
1960
1970
1980
1990
2000
➜ La génération née en 1940 vivra en moyenne 25 ans en étant à la retraite, celle née en
2000, plus de 29 ans. Cet allongement de la retraite se produira malgré un âge de départ
plus tardif (61,8 ans aujourd’hui, 63,9 ans en 2070). Il est dû à la hausse de l’espérance de vie.
ont
travaillé
seraient exclues de la réversion et
pénalisées. C’est une incitation à
laisser les femmes au foyer », affirme Serge Lavagna (CFE-CGC).
« La réversion permet de maintenir
le niveau de vie. Sans elle, beaucoup
ne pourront pas rester dans leur logement, dont le coût n’est pas divisé
par deux quand l’un des conjoints
décède », note Marie-José Kotlicki
(CGT). Seule la CFDT y est favorable. « Il n’est pas normal de demander aux jeunes femmes mères célibataires de cotiser pour payer la
réversion de la femme cadre qui a
perdu son mari. La réversion, c’est
une assurance décès gratuite payée
par le système », affirme Frédéric
Sève (CFDT). Mais pas sûr que sa
propre base le suive : sur la plateforme en ligne de la CFDT « parlons retraites », 69 % des sondés
trouvent normal qu’un veuf ou
une veuve touche une réversion,
20 % estiment que c’est justifié
uniquement pour les petites retraites et 5 % seulement jugent que
ce n’est plus adapté à notre société.
4
Est-il légitime
que la réversion
soit réservée aux
couples mariés ?
Seuls les couples
mariés bénéficient
de la réversion. Les couples pacsés
et les concubins n’y ont pas le
droit. Ce qui a conduit Jean-Paul
Delevoye à poser la question de
l’extension de la
réversion aux pacsés.
« L’ouvrir à tous est la meilleure
manière de la supprimer. Le mariage crée beaucoup plus d’obligations
réciproques que le pacs, notamment
une solidarité sur les dettes
contractées durant le mariage. Cela
justifie de réserver la réversion aux
personnes mariées », défend Philippe Pihet (FO). Là encore, la
CFDT se singularise. « Un couple
sur 2 a divorcé à 45 ans. Comment
justifier qu’une première épouse, à
85 ans au décès de son ex-mari,
touche une pension de réversion
quarante ans après son divorce ?
Cela ne correspond plus à la société
actuelle. Il faut le repenser », défend Frédéric Sève.
5
Le fait que les
femmes travaillent
majoritairement
justifie-t-il de
modifier la
réversion ?
La réversion a été instaurée à une
période où les épouses ne travaillaient pas ou peu. Dès la première moitié du XIXe, les fonctionnaires en ont bénéficié. Dans
le privé, elle s’est généralisée en
1945 avec la mise en place du régime général. Depuis, le taux d’activité des femmes a considérablement augmenté… mais leurs
pensions restent de 40 % inférieures à celles des hommes, écart qui
se réduit à 25 % grâce au mécanisme de réversion. Certains, notamment dans les milieux féministes,
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
jeudi 16 août 2018
L'ÉVÉNEMENT
21
pour le gouvernement
tendre le climat social.
Enjeu financier oublié
Reste une question de fond, celle de
la situation financière du système
de retraites. Le retour à l’équilibre
en 2017 ne devrait être que provisoire si on en croit les dernières
estimations du COR (Conseil
d’orientation des retraites),
qui prévoit un retour des
déficits dès 2021, allant
croissant. Or la réforme en cours ne
prévoit pas de mesures directes de
redressement financier.
Le candidat Macron avait même
promis pendant la présidentielle
de ne pas baisser les pensions et
de ne pas relever l’âge légal.
Mais à l’époque, les perspectives
financières
étaient meilleures. Tiendra-t-il sur cette ligne
tout au long du quinquennat ? « Il faudra agir sur
l’âge effectif, qui devrait se
situer entre 64 et 65 ans, en
existent en France
instaurant une décote suffisamment forte pour inciter les
gens à rester en activité », estime
Claude Tendil du Medef. « On ne
pourra pas rester dans l’évitement
habile du vrai sujet : la nécessité
d’augmenter l’âge de départ »,
avertit Éric Woerth, aujourd’hui
président LR de la commission des
finances à l’Assemblée. Tous les
autres pays l’ont fait. ■
42
régimes
de retraite
Emmanuel Macron
et Jean-Paul Delevoye,
le haut-commissaire à la
réforme des retraites.
D ÉPEN SES LIÉES AUX RETRA ITES
PHILIPPE WOJAZER/REUTERS
partenaires sociaux n’ont pas eu de
chiffrages ni de cas types pour évaluer les conséquences de la réforme,
malgré leurs demandes. « Jean-Paul
Delevoye est très courtois et très fin,
mais maintenant il va nous falloir des
réponses », affirme Philippe Pihet de
FO. « Plutôt que de jeter du sable sur
les braises, il faut amener le débat
dans l’opinion », estime pour sa part
Frédéric Sève, de la CFDT. L’exécutif entend répondre à cette attente,
avec la consultation citoyenne sur
Internet lancée fin mai et des ateliers participatifs à l’automne.
Nous
créerons
un système
universel
de retraites où
un euro cotisé
donne les mêmes
droits, quel que
soit le moment
où il a été versé,
quel que soit le
statut de celui
qui a cotisé
»
PROGRAMME PRÉSIDENTIEL
D’EMMANUEL MACRON
SOLDE FINANCIER
DÉPENSES DU SYSTÈME DE RETRAITE EN % DU PIB (observées et projetées)
Hypothèse A (taux de chômage : 7 %, productivité : 1 %)
SOLDE FINANCIER DU SYSTÈME DE RETRAITE EN % DU PIB (observé et projeté)
14,4 %
1,1 %
Hypothèse A (taux de chômage : 7 %, productivité : 1 %)
Hypothèse B (taux de chômage : 7 %, productivité : 1,8 %)
Hypothèse B (taux de chômage : 7 %, productivité : 1,8 %)
1,5
14
0,5
2000
2010
2020
2030
2040
2050
2060
2070
➜ Avec la hausse du nombre de retraités (baby-boom) et de la durée de la retraite, les
dépenses de retraite ont bondi depuis 2000, pour atteindre 316 milliards d’euros en 2017,
soit 13,8 % du PIB. La situation ne s’améliora qu’en cas de forte croissance économique.
souhaiteraient abroger la réversion comme l’a fait la Suède
et mettre l’accent sur l’accélération de la carrière des femmes et
l’égalité salariale (l’écart restant
de 24 % à l’avantage des hommes).
6
Comment cela
se passe-t-il
à l’étranger ?
Les pensions de réversion représentaient 11,6 % des dépenses totales de retraite en
France en 2016, soit 35,8 milliards
d’euros. L’Espagne (23,6 %), l’Italie (18,9 %), la Belgique (18,8 %) et
l’Allemagne (18,2 %) se situent à
des niveaux supérieurs de dépenses. La tendance est cependant à
leur extinction pour les conjoints
survivants n’ayant pas atteint un
âge proche de la retraite comme
en Suède (pensions temporaires en
cas de veuvage précoce) ou au
durcissement des conditions d’attribution pour les autres, via l’instauration de conditions de ressources, comme en Allemagne et
en Italie.
7
Y a-t-il déjà eu
des tentatives
de réforme ?
La réversion est un
sujet sensible qui a
déjà fait des vagues
par le passé. En 2008, Xavier Bertrand, alors ministre du Travail,
avait déjà voulu en modifier les
paramètres d’âge avant de faire
marche arrière face au tollé provoqué. Idem quatre ans plus tôt
quand il était jeune secrétaire
d’État à l’Assurance-maladie, rattaché alors à Philippe Douste-Blazy, ministre de la Santé, et qu’il
avait tenté par décret - en application de la réforme de 2003 - de
mettre les pensions de réversion
complémentaires sous conditions
de ressources. ■
M.-C. R.
-0,5
-1,0
-1,5 %
-1,5
2000
2010
2020
2030
2040
Une enquête interactive de la CFDT
pour nourrir le débat
MARC LANDRÉ £@marclandre
Bis repetita ! Après Parlons travail, son sondage sur le monde
professionnel lancé à l’automne
2016 et qui a recueilli en deux
mois plus de 205 000 réponses,
la CFDT a récidivé fin mai avec
Parlons retraites, « vraisemblablement la plus grande enquête
jamais réalisée sur le sujet en
France », comme le dit la centrale dirigée par Laurent Berger.
« Une magnifique initiative »,
précise même Marylise Léon, sa
numéro deux. En deux mois, le
questionnaire interactif a déjà
reçu les réponses de près de
118 000 personnes, dont 26 000
retraités et plus de 55 % de nonsyndiqués. Soit déjà bien plus
que les 50 000 répondants escomptés à l’origine par le syndicat de Belleville. L’ensemble du
questionnaire peut être rempli
très rapidement.
“
On voulait partir
du ressenti, du vécu
des travailleurs
”
LAURENT BERGER, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL
DE LA CFDT
Les résultats des 153 questions
posées seront publiés en octobre. Ils serviront à « nourrir le
débat public », explique Laurent
Berger, et à « appuyer nos propositions ». Et ce au moment où
la réforme des retraites lancée
par le gouvernement va rentrer
dans le vif du sujet. Mais pas
question de tomber, avec ce
sondage, dans un débat très
théorique. « On voulait partir du
2050
2060
2070
➜ Très dégradé au pire de la crise en 2010, le déficit des retraites s’est résorbé grâce notamment à
la réforme Woerth ayant repoussé l’âge de départ. Mais le trou des retraites se creusera à nouveau
à partir de 2021. Ce n’est qu’en cas de forte croissance économique qu’il disparaîtra en 2036.
ressenti, du vécu des travailleurs,
justifie le secrétaire général de la
CFDT, Laurent Berger. On ne
voulait pas en faire un temps où
on aurait dit “est-ce que vous
voulez une réforme paramétrique
ou systémique ?” » Les thèmes,
au nombre de 15, couvrent donc
tous les interrogations que se
posent les futurs retraités, qu’ils
soient proches ou non de l’âge
de départ, ou les personnes qui
ont déjà liquidé leur retraite. Ils
vont du système de retraites en
général à la vie sociale et le couple à la retraite, en passant par
les premiers jours à la retraite, la
pénibilité au travail ou encore la
perte d’autonomie.
Les résultats bruts (non traités) de l’enquête, accessibles en
temps réel sur le site dédié, sont
déjà riches d’enseignements.
On apprend notamment que
85 % des répondants se disent
fiers de payer la retraite de
leurs aînés mais que sept sur dix
jugent le système actuel… injuste. Voici qui correspond au
diagnostic posé par le gouvernement, qui juge inéquitable le
système actuel aux 42 régimes
et veut mettre en place un régime universel. 87 % des participants aimeraient pouvoir choisir le moment où ils arrêteront
de travailler, un item qui colle
également parfaitement à la
philosophie de la réforme voulue par le président de la République.
Autres enseignements utiles
pour Jean-Paul Delevoye, le
haut-commissaire chargé de la
réforme ? Plus de six répondants
sur dix veulent des pensions
proportionnelles aux cotisations
versées, mais avec un minimum
et un plafond. Et, chiffre impressionnant, 77 % des actifs
préféreraient « avoir un peu plus
de temps libre tout au long de leur
vie plutôt que beaucoup à la fin de
leur vie », note la CFDT.
Plus de 80 % des répondants
attendent enfin que leur employeur leur propose un plan
d’épargne retraite et y contribue. Soit autant que ceux - et les
deux résultats peuvent paraître
contradictoires - pour qui
l’épargne personnelle ne devrait
pas assurer une part importante
des revenus à la retraite. ■
87 %
des
répondants
à l’étude CFDT
aimeraient choisir
le moment
de leur retraite
80 %
d’entre eux
attendent de leur
employeur qu’il
leur propose un plan
d’épargne retraite
Les résultats de l’enquête serviront
à « appuyer nos propositions »,
explique Laurent Berger.
JEAN-CHRISTOPHE MARMARA/LE FIGARO
A
11
Source : Conseil d'orientation des retraites
11,6 %
12
Source : Conseil d'orientation des retraites
0
13
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
22
ENTREPRISES
Air France-KLM
ouvre son cockpit
au Canadien
Benjamin Smith
VALÉRIE COLLET £@V_Collet
CHRONOLOGIE
4 MAI
Jean-Marc Janaillac, le
PDG d’Air France-KLM,
annonce son départ
à la suite du rejet par
référendum (55,44 %)
de l’accord salarial
de la direction.
14 MAI
Anne-Marie Couderc,
administratrice d’Air
France-KLM, assure
l’intérim (non exécutif).
22 JUIN
Philippe Capron,
directeur financier
de Veolia, est cité
comme favori. Un tir de
barrage force le comité
des nominations
à poursuivre sa chasse
de têtes.
TRANSPORTS C’est ce jeudi que
le conseil d’administration d’Air
France-KLM officialisera l’arrivée
de son nouveau pilote à la tête du
groupe. Il était temps. Cela fait
trois mois que le poste est vacant,
depuis le départ de Jean-Marc Janaillac. Aucun coup de théâtre en
perspective cette fois.
Benjamin Smith, le numéro
deux d’Air Canada, répond « en
tout point » à la nouvelle feuille de
route tracée par les actionnaires,
et notamment l’État français - qui
détient 13 % du capital - après la
tentative avortée de recruter le directeur financier de Veolia, Philippe Capron.
Contrairement à ce dernier, le
dirigeant canadien connaît parfaitement le monde de l’aérien. Il a
démarré son parcours il y a vingthuit ans au service clientèle d’Air
Ontario. Après un intermède de
neuf ans au cours duquel il a
ouvert une agence de voyages,
Ben Smith a passé toute sa carrière
chez Air Canada, la première
compagnie du pays, basée à Montréal. L’entreprise à la feuille
d’érable rouge dispose d’une flotte
de près de 400 avions et compte
30 000 salariés dans le monde.
Avec Air France-KLM, qui totalise
80 000 employés et 545 appareils,
il va passer à la voilure supérieure.
Chez Air Canada, le dirigeant a
d’abord pris la direction de Tango,
une filiale low-cost. Il est aussi
l’artisan d’Air Canada Rouge, la
compagnie à bas coût du groupe.
Benjamin Smith est entré au
conseil d’administration d’Air Canada en 2007. Il cumule actuellement les fonctions commerciales,
les opérations aériennes, la stratégie marketing et la finance
L’autre exigence du conseil
d’administration d’Air FranceKLM, que ce nouveau patron ait
un profil international, est aussi
remplie. En effet, Ben Smith est un
Nord-Américain anglophone. Il
comprend le français même s’il ne
le parle pas parfaitement bien. La
nomination d’un non-Européen à
la tête d’Air France-KLM est une
JOEL SAGET/AFP
Le conseil d’administration du groupe réuni ce jeudi
doit introniser le numéro deux d’Air Canada.
La nomination d’un non-Européen à la tête d’Air France-KLM est une révolution dans le monde de l’aérien.
révolution dans le petit monde de
l’aérien. Les voix de plusieurs représentants syndicaux se sont déjà
élevées pour dénoncer le choix
d’un non-Français, contrairement à la tradition depuis le rachat
de KLM par Air France en 2004.
Philippe Évain, le président du
SNPL d’Air France, croit voir dans
cette nomination la preuve que
Delta, la compagnie américaine
entrée au capital du groupe (avec
9 %) il y a un an, y fait désormais la
pluie et le beau temps. Selon le
pilote syndicaliste, le conseil
d’administration « livrerait les
clefs d’AF aux Américains ». « Une
absurdité, réplique un bon
connaisseur du dossier. Benjamin
Smith n’est pas du tout le candidat
de Delta. C’est celui du comité de
nomination, qui a respecté la feuille
de route. »
Pour attirer des profils de bon
niveau issus de l’industrie, le
conseil d’administration a accepté
de faire sauter le verrou de la rémunération.
Une rémunération triplée
Jusqu’à présent, le PDG d’Air France-KLM pouvait atteindre une rémunération annuelle de 1 million
d’euros, part variable comprise.
Cette fois, le futur PDG du groupe
gagnera de 3 à 3,25 millions d’euros
par an s’il atteint tous ses objectifs.
Ben Smith verra ainsi sa rémunération actuelle progresser de 20 %,
comme l’a souligné Libération. Le
député radical (UDI) de la Meuse
Bertrand Panche s’est ému du triplement de la rémunération du futur patron sur Twitter : « Je pense
qu’il y aura des explications à donner
lorsque sa candidature sera exami-
née par la commission du développement durable de l’Assemblée nationale. » Ce niveau de rémunération
va sans surprise créer des remous
chez les syndicats, qui ont opté
pour quinze jours de grève perlée
au printemps dernier afin d’obtenir
(en vain) une hausse générale des
salaires. Le SNPL d’Air France a
déjà prévenu que sans nouvelles
négociations sur les salaires, le syndicat pourrait déclencher un nouveau mouvement social.
Ben Smith, qui n’a jamais connu
de conflit dur au sein de sa compagnie, devrait rapidement découvrir les nombreux défis que son
prédécesseur n’a pas réussi à relever. Sa première mission consistera à composer une équipe de choc
pour dénouer rapidement les
multiples conflits sociaux qui minent Air France mais aussi KLM. ■
Le chômage de longue durée jugulé dans certains territoires
Le dispositif « Territoire zéro chômeur longue durée » fonctionne en aidant des structures de proximité.
25 000
euros
le coût d’un chômeur
par an selon l’OCDE
ALICE KACHANER
EMPLOI Une amélioration qui ne
résout pas tout. Certes, le taux de
chômage a légèrement reculé en
France au deuxième trimestre, pour
atteindre 9,1 % de la population active, selon l’Insee. Pour autant,
cette baisse profite peu au chômage
longue durée, qui a tendance à stagner. Selon l’institut officiel, 1 million de personnes déclarent être
sans emploi depuis plus d’un an.
Le gouvernement réfléchit donc
à la création d’une allocation chômage de longue durée, qui irait plus
loin que les deux ans d’indemnisation en cours actuellement et qui
pourrait remplacer l’actuelle ASS
(allocation de solidarité spécifique),
versée sous conditions aux chômeurs ayant épuisé leurs droits. Le
sujet a de fortes chances d’être
abordé par les partenaires sociaux
lors des négociations sur la réforme
de l’assurance-chômage qui devraient débuter à la rentrée.
Sur le terrain, une initiative pour
le moins originale semble déjà porter ses fruits. Testé depuis 2017 sur
dix territoires volontaires, le dispositif « Territoire zéro chômeur longue durée » (TZCLD) reverse l’argent du « coût du chômage » à la
création d’emplois rémunérés au
smic. En seulement un an, 600 chômeurs ont été embauchés en CDI et
trois territoires ont totalement éradiqué le chômage de longue durée.
L’expérimentation TZCLD repose
sur un principe d’activation des
dépenses dites « passives ». Cette
logique, qualifiée de « bonne pratique » par la Commission européenne part d’un constat : le chômage à un coût pour les États. Celui
des allocations, mais aussi celui,
plus indirect des frais d’accompagnement, de santé ou encore du
manque à gagner fiscal. L’OCDE
évalue le total de ces dépenses à
25 000 euros par an et par chômeur.
« Si on remobilise cet argent pour
créer des emplois, on peut faire reculer le chômage. Personne n’est inemployable », martèle Laurent Grand-
guillaume, ancien député PS et
désormais président de l’association TZCLD.
Élargir l’expérimentation
À la suite du vote de la loi en 2016 à
l’unanimité au Parlement, un fonds
d’expérimentation est ainsi alimenté chaque année de 20 millions
d’euros par le ministère du Travail,
avec pour objectif de créer 2 000
CDI rémunérés au SMIC d’ici à 2021.
L’association TZCLD réinjecte ensuite cet argent dans des entreprises sociales et solidaires déjà existantes ou crée spécialement pour
l’occasion des établissements qui
ont pour unique contrainte de ne
pas entrer en concurrence avec
d’autres services proposés sur le
territoire.
Les activités sont variées (transports, services de proximité, recyclage, etc.) et génèrent assez de chiffre d’affaires pour maintenir les
entreprises créées à l’équilibre financier. Forte de ces résultats, l’association veut étendre son champ d’expérimentation à cinquante autres
territoires en 2019. Cela nécessitera
de repasser devant l’Assemblée nationale pour voter une nouvelle loi
d’expérimentation. « Une centaine de
parlementaires de tout bord soutiennent notre initiative », garantit Laurent Grandguillaume, qui attend
beaucoup du prochain plan de lutte
contre la pauvreté. ■
LA SÉANCE DU MERCREDI 15 AOÛT
LE CAC
JOUR
ACCOR .............................................. 42,58
♣
AIR LIQUIDE ..................................
105,3
AIRBUS ..............................................105,22
ARCELORMITTAL SA ..................................
24,905
ATOS .............................................. 97,2
AXA ..............................................
21,4
BNP PARIBAS ACT.A ..................................
51,4
BOUYGUES ..............................................
36,28
CAPGEMINI ..............................................
110,25
CARREFOUR ..............................................
14,995
CREDIT AGRICOLE ..................................
11,732
DANONE ..............................................66,97
ENGIE .............................................. 13,025
ESSILOR INTL. ..................................122,25
HERMES INTL ..................................541,8
KERING ..............................................451,5
L'OREAL ..............................................
203,4
LEGRAND ..............................................62,18
LVMH .............................................. 291,15
♣
MICHELIN ..............................................
107,8
%VAR.
-1,62
-1,45
-2,57
-4,76
-1,84
-0,6
-0,89
-1,95
-0,45
-0,63
-0,83
-1,59
-1,18
-1,53
-2,34
-2,74
-2,31
-0,99
-2,97
-2,75
+HAUTJOUR
43,52
107,25
108,78
26,015
99,28
21,69
52,44
37,16
111,45
15,25
11,986
68,37
13,23
125
558
469,5
209,3
63,1
300,7
110,95
+BAS JOUR %CAP.ECH 31/12
42,32
104,7
104,96
24,625
96,7
21,265
51,02
36,12
109,95
14,86
11,654
66,81
12,98
122
539,4
450,1
202,4
61,92
290
107,25
0,456
0,26
0,193
0,233
0,337
0,285
0,43
0,191
0,383
0,346
0,282
0,226
0,187
0,25
0,063
0,212
0,11
0,199
0,128
0,367
-0,98
+0,24
+26,77
-8,15
-19,9
-13,48
-17,43
-16,23
+11,49
-16,88
-14,99
-4,26
-9,14
+6,35
+21,41
+23,6
+9,98
-3,13
+18,64
-9,83
JOUR
%VAR.
ORANGE ..............................................14,135 -0,7
PERNOD RICARD ..................................
138,1
-1,22
PEUGEOT ..............................................
24,33 -1,93
♣ 54,78 +0,81
PUBLICIS GROUPE SA .............................
RENAULT ..............................................
70,71 -0,8
SAFRAN ..............................................
106,7
-0,79
SAINT GOBAIN ..................................
35,5
-1,74
SANOFI ..............................................72,16 -0,95
SCHNEIDER ELECTRIC .............................
66,96 -1,88
SOCIETE GENERALE ♣
..................................
35,315 -0,65
SODEXO ..............................................91,96 -1,16
SOLVAY ..............................................
112,4
-1,71
STMICROELECTRONICS .............................
17,055 -4,67
TECHNIPFMC ..................................24,3
-4,52
TOTAL .............................................. 52,07 -2,76
UNIBAIL-RODAMCO-WE .............................
183,2
-0,49
VALEO .............................................. 39,37 -3,36
VEOLIA ENVIRON. ..................................
18,025 -1,39
♣
VINCI .............................................. 81,44 -2,09
VIVENDI ..............................................21,35 -1,16
+HAUTJOUR +BAS JOUR
14,27
140,5
25
55,1
71,91
108,95
36,31
73,45
68,58
35,93
93,7
114,65
17,875
25,47
53,64
184,95
40,48
18,35
83,46
21,77
14,085
137,6
24,19
54,34
70,26
106,5
35,335
71,85
66,54
35,13
91,46
111,8
16,88
24,15
51,86
182,75
39,09
17,955
81,18
21,23
%CAP.ECH
0,203
0,129
0,31
0,214
0,325
0,235
0,384
0,228
0,319
0,559
0,176
0,213
0,382
0
0,309
0,254
1,648
0,308
0,217
0,455
31/12
-2,35
+4,66
+43,5
-3,3
-15,73
+24,2
-22,79
+0,43
-5,5
-17,97
-17,93
-3,02
-6,32
-5,1
+13,09
-36,78
-15,28
-4,36
-4,77
LES DEVISES
MONNAIE
AUSTRALIE ................................................................................
DOLLAR AUSTRALIEN
CANADA ................................................................................
DOLLAR CANADIEN
GDE BRETAGNE ................................................................................
LIVRE STERLING
HONG KONG ................................................................................
DOLLAR DE HONG KONG
JAPON ................................................................................
YEN
SUISSE ................................................................................
FRANC SUISSE
ETATS-UNIS ................................................................................
DOLLAR
TUNISIE ................................................................................
DINAR TUNISIEN
MAROC ................................................................................
DIHRAM
TURQUIE ................................................................................
NOUVELLE LIVRE TURQUE
EGYPTE ................................................................................
LIVRE EGYPTIENNE
CHINE ................................................................................
YUAN
INDE ................................................................................
ROUPIE
ALGERIE ................................................................................
DINAR ALGERIEN
1 EURO=
1,5669
1,4833
0,8913
8,8869
125,67
1,1289
1,1321
3,1471
11,103
6,9375
20,2963
7,8298
79,1635
135,061
AUD
CAD
GBP
HKD
JPY
CHF
USD
TND
MAD
TRY
EGP
CNY
INR
DZD
L’OR
JOUR
VEILLE
31/12
COTATION QUOTIDIENNE ASSURÉE PAR TESSI-CPOR
www.cpordevises.com
LINGOT DE 1KG ENV .....................................................
34360
34170
-1,12
NAPOLEON ..................................................... 199,9
199,9
-3,38
PIECE 10 DOL USA .....................................................
556
556
-5,44
PIECE 10 FLORINS .....................................................
205
205
-3,67
PIECE 20 DOLLARS .....................................................
1129,75
1129,75
-3,27
PIECE 20F TUNISIE .....................................................
198
198
-2,94
PIECE 5 DOL US (H) .....................................................
300
300
-1,64
PIECE 50 PESOS MEX .....................................................
1250
1285
-4,58
PIECE FR 10 FR (H) .....................................................
112,9
112,9
+2,82
PIECE SUISSE 20F .....................................................
196,8
199,7
-2,91
PIECE LATINE 20F .....................................................
198
198
-2,41
SOUVERAIN ..................................................... 256,7
256,7
-1,53
KRUGERRAND .....................................................1104,5
1104,5
-1,27
SICAV ET FCP
VALEURS LIQUIDATIVES EN EUROS (OU EN DEVISES), HORS FRAIS
VALEUR
DATE DE
LIQUID. VALORISAT.
42 rue d’Anjou,
75008 Paris
Tél. : 01 55 27 94 94
www.palatine.fr
SICAV
UNI HOCHE C ................................................
282,01 13/08/18
Cybèle Asset Management
37 av. des Champs-Elysées
75008 Paris
Tel. : 01 56 43 62 50
BETELGEUSE ................................................
49,73 07/08/18
BELLATRIX C ................................................
337,53 07/08/18
SIRIUS ................................................55,81 13/08/18
RETROUVEZ
SITE D’INFORMATIONS EXCLUSIVES
WWW.WANSQUARE.COM
A
NOUVELLE FAILLE DE SÉCURITÉ DÉTECTÉE DANS DES PUCES INTEL
Huit mois après la découverte de deux
failles de sécurité, nommées Spectre et
Meltdown, Intel fait face à une nouvelle
secousse. Après que la société a reconnu
le 8 août l’existence d’une nouvelle vulnérabilité dans ses puces, le titre a chuté à la
Bourse de New York, accusant un repli de
près de 6 %. Le titre a d’abord légèrement
rebondi à la hausse en début de semaine,
avant de reprendre sa descente en séance mercredi, accusant une baisse de plus
de 2 %, dans un marché en repli. L’action
du géant américain a en outre subi les
conséquences d’un changement de recommandation de la part d’analystes.
Cette nouvelle faille de sécurité n’en
reste pas moins plus qu’embarrassante.
Identifiée par un groupe de chercheurs,
elle a été baptisée Foreshadow (Présage). Elle permettrait d’accéder à des informations stockées dans des coffresforts virtuels. Toutefois, selon Intel,
mener une attaque en utilisant
Foreshadow relèverait « d’un haut niveau de sophistication. À ce jour, Intel n’a
pas connaissance qu’elle ait été exploitée ». Le groupe recommande donc à ses
clients de régulièrement faire les mises à
jour proposées par les éditeurs de logiciels, à commencer par celles ayant répondu aux deux précédentes failles,
Spectre et Meltdown. Chose faite, les risques sécuritaires seraient « faibles pour
la plupart de data centers et la majorité
des clients PC ». Le groupe est plus prudent concernant une configuration parti-
culière : les systèmes d’exploitation (OS)
virtuels, schématiquement, les machines
dont l’OS est géré de façon déportée, sur
le cloud. C’est là que le bât blesse : face au
déclin des PC, son marché de prédilection,
Intel s’est recentré sur de nouvelles
activités, dont les services déportés, un
domaine particulièrement sensible à la
sécurité. ■
E. B.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LE FIGARO
L’ÉTÉ DU FIGARO
2/4
[
jeudi 16 août 2018
C’est aussi
une entrepris
e
23
]
Ces grands évé
nements attire
nt stars et VIP
rêver partout
, font
dans le mond
e et
dizaines de mi
llions d’euros. brassent des
Derrière leur
suc
cès
et leur renom
mée se cache
toujours une
organisation
digne d’une sta
rtou d’une multin up
ationale.
LES TABLES VIP
jusqu’à
8 000 euros HT
pour réaliser la piste
de la compétition et
le paddock d’échauffement
du concours de Paris
BERTILLE BAYART £@BertilleBayart
LA DOTATION
35 millions
d’euros
de prix sont attribués
aux cavaliers classés
au cours des 17 étapes
du Global Champions Tour
L’INTENDANCE
1,3 tonne
de nourriture
achetée pour les buffets
du club des cavaliers
Tous les premiers week-ends de
juillet, depuis cinq ans, les chevaux
investissent le cœur de Paris. Ces
250 athlètes, leurs cavaliers, grooms
et entraîneurs prennent possession
du bas du Champ-de-Mars et s’affrontent sur une piste de saut d’obstacles avec la tour Eiffel en fond
d’écran. Image magique. Plateau de
haut vol avec les trente meilleurs cavaliers du monde attirés par la dotation de 763 000 euros de la compétition. French touch assurée, avec
Jean-Charles de Castelbajac qui signe l’affiche et Alain Ducasse et Frédéric Vardon qui concoctent les
plats. Et des people en coulisses
- Bruce Springsteen, Marion
Cotillard… - comme en compétition : Guillaume Canet, Jessica
Springsteen (fille de Bruce), Jennifer
Gates (fille de Bill) ou Georgina
Bloomberg (fille de Michael) participent au Longines Eiffel Jumping
imaginé par Virginie Couperie-Eiffel. Ce succès a une recette : c’est
l’effet Global Champions Tour (GCT).
Le « Global » a été créé en 2006
par le Néerlandais Jan Tops, médaillé d’or par équipes aux JO de
1992. Ce fils de boulanger a révolutionné sa discipline et l’a fait entrer
dans l’ère du sport business. Il a bâti,
dès ses 16 ans, son activité sur une
double carrière de cavalier et de
marchand de chevaux. De ce métier-là, il a fait la base d’une entreprise hors norme.
Calqué sur la Formule 1
L’homme est discret. Dans une rare
interview au magazine L’Éperon, en
2008, il expliquait sa vision d’une
discipline qui doit être « attirante
pour les cavaliers, les propriétaires,
les médias et les sponsors ». « Notre
sport devrait avoir une approche professionnelle comme les autres sports
de haut niveau qui nous devancent. »
Tops avait à l’époque à l’esprit le
modèle de la Formule 1 de Bernie
Ecclestone.
Le Global Champions Tour compte aujourd’hui 17 étapes à travers le
monde. Outre le Champ-de-Mars, il
s’installe sur Miami Beach, devant le
château de Chantilly, sur une piste
confetti au cœur de Monte-Carlo, à
Doha ou encore à Shanghaï. Le Global a deux caractéristiques. La première, c’est d’être un circuit où les
cavaliers gagnent des points qui
peuvent leur ouvrir les portes de la
finale. Et là - c’était à Paris, à
l’AccorHotels Arena cette année -, il
y a un bonus de 10 millions d’euros à
gagner. La carotte est irrésistible
pour les meilleurs cavaliers du monde. La seconde, c’est d’être un circuit privé. Par rapport à des épreuves fédérales, la compétition est
ouverte, dans des proportions significatives, à des cavaliers moins bien
classés au niveau mondial mais capables de payer le ticket d’entrée et
la table au restaurant VIP. Or
concourir aux côtés de médaillés
olympiques ou de champions du
monde, c’est séduisant pour des cavaliers fortunés aspirant au meilleur
niveau.
Les « filles de… » en selle
L’alchimie du Global est là. Avec ce
système, Tops a attiré deux catégories de participants. D’une part, les
« filles de ». L’équitation est un sport
particulier où la qualité - et donc le
prix - du cheval prime. Certes, on ne
s’improvise pas cavalier de concours
cinq étoiles ; cela suppose un travail
énorme et du talent. Mais de fait, la
fortune a accéléré la carrière d’une
Jessica Springsteen ou d’une Athina
Onassis. D’autre part, le GCT a surfé
au bon moment sur la vague de la
mondialisation et l’attrait de nouvelles puissances économiques pour
le soft power sportif.
L’afflux de nouveaux cavaliers, de
propriétaires et de sponsors, dont
Longines, devenu le partenaire de
référence du GCT en 2013, a changé
l’économie de tout un sport. Le ticket d’entrée pour le haut niveau est
plus cher. Les prix des chevaux aussi, qui peuvent dépasser les 10 millions d’euros, ce qui a des conséquences en cascade sur l’élevage et
la valorisation des jeunes chevaux
par des cavaliers de second rang. La
multiplication des compétitions aux
quatre coins de la planète impose
aux cavaliers une logistique importante et un piquet de plusieurs chevaux de première classe. Résultat : le
haut niveau se concentre autour de
LA BILLETTERIE
30 000
spectateurs
ont assisté au concours
de Paris, qu’il est possible
de voir gratuitement
DROITS D’INSCRIPTION
2 millions
d’euros
de tickets d’entrée payés
par les équipes qui veulent
participer à la Global
Champions League
RETROUVEZ DEMAIN :
Les 24 Heures du Mans
à l’épreuve du temps
Le Néerland
d’or aux JO ais Jan Tops, médai
llé
du Global Chde 1992, créateur
ampions To
ur.
A
2 000 tonnes
de sable
SOURCES DE REVENUS
Le Global Champions Tour, créé
par le cavalier Jan Tops, a révolutionné
l’économie de la discipline.
LA PISTE
grosses écuries financées par des
mécènes passionnés et des marques,
de la Laiterie de Montaigu à H&M.
En 2016, Jan Tops a poussé plus
loin encore sa logique. Il a ouvert la
moitié du capital de son entreprise à
un partenaire, Frank McCourt, un
Américain spécialiste du sport business connu en France depuis qu’il a
racheté l’Olympique de Marseille.
D’autre part, il a lancé la Global
Champions League, avec pour référence la compétition homonyme de
foot. « Le foot, c’est le modèle qui fait
tourner toutes les têtes », dit un familier du monde équestre. La League
fonctionne par équipes de cinq cavaliers, sans conditions de nationalité
ou de classement. Chaque équipe aligne deux cavaliers sur une épreuve,
également qualificative pour le GCT
individuel. L’adhésion du public au
concept reste à éprouver, mais l’effet
sportif et financier est déjà là. Le ticket d’entrée pour la ligue est de
2 millions d’euros. Pour exemple,
Jennifer Gates a constitué son équipe, dont elle est membre, avec à ses
côtés deux des meilleures cravaches
internationales, Gregory Wathelet et
Darragh Kenny. La League ayant été
reconnue - au terme d’un bras de fer
jusque devant la Commission européenne - comme participant au classement international par la FEI, elle
met une pression sur les grands cavaliers pour y participer.
Le GCT a fait monter en gamme
toute une discipline. Il s’est imposé
dans le saut d’obstacles même si le
Rolex Grand Slam lui ravit de grandes
épreuves, dont Aix-la-Chapelle, le
graal des cavaliers. Mais le Global a
aussi été un moteur puissant de l’autre
entreprise de Jan Tops, Valkenswaard, son domaine néerlandais.
Il y organise bien sûr une étape du circuit, mais aussi des épreuves pour
amateurs de haut niveau et pour jeunes chevaux qui permettent de réunir,
dans un même lieu et au même instant, acheteurs et vendeurs de chevaux, dont les siens. Valkenswaard
et ses écuries géantes de 500 boxes,
c’est aussi le camp d’entraînement du
coach Jan Tops, qui est notamment le
sélectionneur de l’équipe A du Qatar,
dont le cheik Ali ben Khalid el-Thani
est le cavalier vedette. C’est enfin le
camp de base de son épouse, Edwina
Tops-Alexander. La cavalière australienne est un rouage essentiel de
la machine à valoriser des chevaux
qu’est Valkenswaard. Elle est aussi
celle qui a le plus gagné sur le circuit du GCT, avec plus de 3,5 millions d’euros de gains cumulés. La
boucle est bouclée. ■
LES DÉCIS
IONNAIRE
S
L’équitation
à l’heure du
sport business
CENTRES DE COÛTS
B. PEDERSEN/DPA PICTURE-ALLIANCE/AFP, J.M. GUYON - COPYRIGHT 2012/CANDYBOX IMAGES - STOCK.ADOBE.COM, C. BRICOT/DPPI, F. BOUCHON/LE FIGARO, P. PERUSSEAU / BESTIMAGE, LONGINES GLOBAL CHAMPIONS TOUR
pour une table de huit
personnes sous la tente VIP.
À Paris, plus de 3 500 repas
ont été servis sur trois jours
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
jeudi 16 août 2018 LE FIGARO
24
MÉDIAS et TECH
EN BREF
Le smartphone, indispensable
couteau suisse des vacanciers
L’INFLATION ACCÉLÈRE
À 2,3 % EN FRANCE
£ Les prix à la consommation
ont augmenté de 2,3 % en
juillet sur un an, soit 0,3 point
de plus que le mois précédent,
en raison notamment
d’une accélération des prix
des produits pétroliers, selon
les chiffres définitifs publiés
mardi par l’Insee.
De la surveillance du bronzage au paiement mobile, les applis pour estivants pullulent.
ELSA BEMBARON £@ElsaBembaron
ET ELISA BRAUN £@ElisaBraun
TÉLÉPHONIE À ses débuts, le
smartphone était souvent comparé à un couteau suisse. Comme ce
dernier, il se révèle un outil indispensable en villégiature. Armé
d’un mobile, le vacancier prend
des photos, filme, rassure ses proches, mais aussi paye, gère son
bronzage, trouve les bons plans
pour dîner ou boire un verre…
En deux ans, le paiement sur
smartphone a considérablement
progressé. Les deux leaders du
marché, Apple et Samsung, ont
lancé leurs propres services, Apple Pay et Samsung Pay. Finie
l’angoisse du portefeuille oublié à
la maison quand le petit dernier
réclame une glace à la plage : le
portable suffit pour régler la friandise. Les estivants les plus
connectés payent déjà avec leur
Apple Watch. Certes, il faut être
client d’une banque partenaire
(Caisse d’épargne, Banque populaire ou Société générale) et, dans
le cas de la montre connectée,
abonné chez Orange pour profiter
du service ! Il existe néanmoins
d’autres solutions de paiement sur
smartphone, toutes accessibles
quelle que soit la banque d’origine. Ces applications, qu’il s’agisse,
par exemple, de Lydia, Paylib,
Pumpkin ou encore Le Pot commun, facilitent les règlements de
comptes entre amis. Plus personne ne peut prétendre avoir oublié
son chéquier quand deux clics
suffisent pour payer ses dettes. En
outre, Lydia permet aussi d’effectuer des paiements chez certains
commerçants.
Une fois les glaces payées, encore faut-il retrouver le bambin
qui a profité d’un moment de dis-
ROYAUME-UNI :
LES PRIX REMONTENT
£ L’inflation au Royaume-Uni
a rebondi en juillet, une
première depuis le mois de
novembre. Elle a atteint 2,5 %,
ce qui fait craindre un nouveau
tour de vis pour le pouvoir
d’achat des ménages
à sept mois du Brexit.
DEUTSCHE BANK
DÉPASSÉE
PAR UNE FINTECH
Armé d’un mobile,
le vacancier prend
des photos, filme,
rassure ses proches,
mais aussi paye, gère
son bronzage, trouve
les bons plans
pour dîner ou boire
un verre…
KASPARS GRINVALDS STOCK.ADOBE.COM
traction pour filer. Là aussi, la
technologie peut s’avérer utile :
les gadgets permettant de géolocaliser les enfants se sont multipliés. Certains ont la forme de
simples boîtiers - il faut prévoir de
le glisser dans le sac à dos de l’enfant - ou de grosses montres. De
nombreux petits fabricants se sont
engagés sur ce créneau, mais il
importe de souligner que la plupart des grandes marques qui s’y
étaient lancées aussi ont jeté
l’éponge. En revanche, pour retrouver ses adolescents équipés de
smartphone un lendemain de soirée, l’application de géolocalisation Zenly peut rassurer les
parents.
Passée l’épreuve du glacier et
des enfants perdus, vient celle de
la plage et de la crème solaire. Il
n’est pas toujours facile d’appli-
quer le bon dosage à tout le monde, ou bon moment. La RochePosay est la première marque à
avoir lancé un patch détecteur
d’UV, My UV Patch. Connecté au
smartphone, il donne des indications sur l’exposition au soleil et
recommande des applications de
crème solaire. Un bon moyen de
prévenir les coups de soleil pour
les plus distraits.
Billets d’avion et de train
stockés
En fin de journée, quand vient le
moment d’opter pour un bar ou
un restaurant, Mapstr est un précieux recours. Cette application,
dont le nom est tiré de l’anglais
map, « carte », permet de rassembler toutes les bonnes adresses repérées dans les guides, conseillées
par les magazines et les amis.
Mapstr offre une interface simple,
gratuite et pratique sur mobile.
Chacun peut annoter sa carte géographique avec ses adresses préférées, les trier par catégories et
les partager avec ses amis. Sans
même investir dans de la publicité, Mapstr a déjà convaincu
150 000 utilisateurs mensuels
quotidiens en France.
Et quand viendra l’heure du retour, Train Line gère et stock tous
les billets de train sur smartphone.
Les applications des compagnies
aériennes, par exemple Air France, offrent aussi ce type de services. Un bon moyen pour ne plus
perdre billets de train et cartes
d’embarquement. Pour les automobilistes, Waze reste un bon
atout pour éviter les bouchons,
ou, du côté des applications
payantes, TomTom. ■
A
» Avec leur port 2.0, Le
Havre et Marseille rêvent
d’égaler les géants du Nord
» États-Unis : pourquoi les
entreprises délaissent la Bourse
www.lefigaro.fr/economie
]
grées aux normes 5G. Plus généralement, des économies d’énergie sont
espérées. En anticipant les déplacements de chacun, il est possible d’allouer les bonnes ressources au bon
moment. Cela concerne les transports, l’éclairage, le chauffage et la
climatisation. Avec des tuyaux truffés de capteurs, la moindre fuite
d’eau devient détectable, notamment en écoutant le bruit généré. Les
économies attendues se chiffrent en
millions de litres. La collecte des ordures sera aussi optimisée, avec le
développement des poubelles connectées. Le tri des déchets deviendra
une obligation, mais il sera aussi facilité par des conseils dispensés en direct, probablement par la poubelle
elle-même, en cas de doute.
Avec la 5G, le trafic est régulé
en temps réel, l’éclairage
ou la collecte des déchets, optimisés.
Loin des images d’univers urbains à
la dérive, véhiculées par la sciencefiction hollywoodienne, les villes de
demain pourraient être un lieu de vie
idéal. Point de Blade Runners dans
des quartiers sombres, mais des rues
éclairées en fonction des besoins, où
la circulation est fluide, les espaces
verts parfaitement irrigués… Pour
parvenir à ce résultat, de nombreuses technologies sont mobilisées.
Une d’entre elle nous intéresse particulièrement : la 5G, la nouvelle génération de téléphonie mobile. Son
déploiement devrait commencer en
France en 2020, avec de premières
expérimentations grandeur nature
en milieu urbain dès cette année.
Une des premières évolutions visibles générée par la 5G pourrait être la
fin des embouteillages. Cette pro-
+@
[
La ville
de demain
sera plus
intelligente
ELSA BEMBARON £@elsabembaron
CORONA MISE
SUR LA MARIJUANA
£ Constellation Brands,
propriétaire de la bière Corona,
a décidé d’investir 4 milliards
de dollars dans Canopy
Growth, société canadienne
spécialisée dans la marijuana
(légalisée au Canada).
Comment la 5G
va changer
notre quotidien
L’ÉTÉ DU FIGARO
messe qui fait fantasmer les politiques
de tous bords deviendrait réalité grâce à des capteurs situés dans les véhicules et les infrastructures routières.
Ainsi, les flux de circulation seraient
régulés en temps réel, réduisant
considérablement les temps d’attente
aux croisements. Autonomes, les véhicules partiraient seuls se garer hors
des centres urbains. « Imaginez des
villes où les parkings seraient repoussés aux périphéries. Leur principale
fonction serait d’accueillir des voitures
venant recharger leurs batteries »,
s’enthousiasme un expert. Mais avant
d’en arriver là, des places de parking
connectées enverront des messages
aux automobilistes cherchant à se garer, réduisant ainsi la circulation inutile, dédiée uniquement à la recherche d’un stationnement. Cela libérera
de précieux espaces pour la circulation, les piétons et les autres modes de
transports alternatifs.
£ Wirecard, une fintech
allemande spécialisée dans les
paiements électroniques, a
dépassé la Deutsche Bank, en
termes de capitalisation
boursière, mercredi 15 août. La
principale banque allemande
est désormais valorisée
20,3 milliards d’euros, alors
que Wirecard atteint une
capitalisation de 20,5 milliards.
Services de traduction
3/5
L’éclairage urbain
a déjà commencé
sa révolution, avec
l’avènement
des capteurs de
mouvements et des
LED : la luminosité
varie en fonction
de la fréquentation
d’un espace.
METAMORWORKS STOCK.ADOBE.COM
Trottinettes, vélos ou scooters en
libre-service ont commencé à arriver dans nos villes. La 5G apportera
un élément de confort supplémentaire, en géolocalisant précisément
ces engins. De quoi permettre aux
utilisateurs de les retrouver facilement, mais aussi aux gestionnaires
de flotte de sanctionner les consommateurs peu scrupuleux qui les
abandonnent un peu n’importe où.
De même, bus et tramways seront
géolocalisés plus précisément, les indications d’heure de passage y gagneront en fiabilité. Leur taux de
remplissage sera lui aussi déterminé
en temps réel.
L’éclairage urbain a déjà commencé sa révolution, avec l’avènement des capteurs de mouvements
et des LED : la luminosité varie en
fonction de la fréquentation d’un espace. À terme, la 5G apportera une
gestion encore plus fine de ces équipements. Comme pour l’arrosage
des espaces verts, dont la gestion
sera optimisée grâce à des capteurs
connectés en 5G. Certains imaginent
que les connexions bas débit actuellement utilisées pourraient être inté-
Mais l’essentiel des usages urbains de
la 5G reste à inventer. Dans un appel
à projets, Orange et la Métropole de
Lille évoquent ainsi la traduction simultanée : pourquoi ne pas imaginer
des services offrant aux visiteurs
étrangers la possibilité de se sentir
partout comme chez eux ? Et cela
grâce à une connexion mobile rapide
et fiable, comme promet de l’être la
5G.Toutes ces évolutions dans le
monde des transports nécessitent le
développement d’un réseau capable
d’accueillir
des
milliers
de
connexions supplémentaires, par
rapport à ce qui existe actuellement.
L’équipementier télécoms chinois
Huawei évoque « 100 milliards de
terminaux connectés », impliquant la
multiplication de petites antennes en
milieu urbain. Les habitants l’accepteront-ils ? ■
RETROUVEZ DEMAIN :
Une nouvelle dimension
pour nos loisirs
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
0
Размер файла
6 636 Кб
Теги
Le Figaro, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа