close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Les Echos - 03 10 2018

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ACTIFS POUR LE FUTUR
Médicaments
Comment éviter
les pénuries // P. 22
L’ESSENTIEL
AGIRC-ARRCO : HAUSSE
DES PENSIONS DE 0,6 %
Les retraites complémentaires
du secteur privé vont augmenter
de 0,6 % en novembre, soit un
point de moins que l’inflation
constatée. // P. 7
JOHNSON TORPILLE LE PLAN
DE MAY SUR LE BREXIT
L’ex-ministre des Affaires étrangères s’en est violemment pris,
mardi, au plan de Chequers
poussé par la Première ministre
britannique. // P. 8
CES COMPARATEURS
BALAYÉS PAR GOOGLE
Malgré l’amende de 2,4 milliards
d’euros infligée à Google par
Bruxelles l’an dernier, les comparateurs de prix européens ont été
balayés par le géant américain.
// ENQUÊTE P. 15
Collomb impose
son départ à Macron
l La mise en cause de l’euro par un responsable
La disparition soudaine de la compagnie low cost Primera Air illustre le manque de protection pour
les passagers, victimes des faillites
de compagnies aériennes. // P. 21
JUMIA, L’ALIBABA AFRICAIN
VEUT ENCORE ACCÉLÉRER
Premier site marchand en Afrique,
Jumia va atteindre le milliard
d’euros de volume d’affaires en
2019. Il prépare une cinquième
levée de fonds l’an prochain. // P. 22
LE MARCHÉ PUBLICITAIRE
SE REDRESSE EN FRANCE
Les recettes nettes des médias
progressent de 4,2 % par rapport
au premier semestre 2017. C’est
toujours le numérique qui tire la
croissance. // P. 24
CARNET // P. 35
Epargne retraite
Les Français préfèrent
la rente au capital
P
lus de 300 points de base. Il faut remonter à
2013 pour trouver trace d’un tel écart entre
le rendement de la dette souveraine italienne et celui de l’Allemagne. Les inquiétudes sur
la dette transalpine ont atteint un nouveau
paroxysme après les propos de Claudio Borghi,
éminence grise de la Ligue, perçus comme une
remise en cause de la monnaie unique : « L’Italie
réglerait la plupart de ses problèmes si elle avait sa
propre monnaie nationale, et non pas l’euro. » Le
sujet est extrêmement sensible pour les investisseurs qui ne veulent pas revivre les épisodes de la
crise de 2011-2012. Le gouvernement populiste italien a tenté d’éteindre l’incendie, mais la phrase a
propulsé les taux d’intérêt au plus haut depuis
mars 2014, alors que l’euro se rapproche du seuil
psychologique de 1,15 dollar.
Les tensions entre l’Italie et Bruxelles pourraient
aussi s’envenimer après la décision de Rome d’augmenter son déficit à 2,4 % du PIB. Un choix risqué
alors que la menace d’une dégradation de sa dette,
par les agences de notation, plane sur l’Italie.
BUDGET Le pouvoir d’achat
devrait grimper de 1,7 %
l’an prochain, selon Bercy.
ET L’ÉDITORIAL D’ÉTIENNE LEFEBVRE
PAGE 11
// P. 31
DÉMISSION Le refus que lui a opposé lundi Emmanuel Macron ne l’a
pas découragé. Gérard Collomb a réaffirmé mardi sa volonté de quitter
le gouvernement et de retrouver Lyon, où il redeviendra maire en
octobre. Ce départ, qui marque une profonde rupture entre les deux
hommes, pourtant très proches par le passé, a généré une crise sans précédent. Emmanuel Macron a indiqué vouloir trouver rapidement un
successeur au partant de la Place Beauvau. // PAGE 2
// PAGE 29 ET L’ÉDITORIAL
DE GUILLAUME MAUJEAN PAGE 11
Pouvoir d’achat : ce que
prévoit l’exécutif pour 2019
Indicateur scruté à la loupe depuis plusieurs mois,
le pouvoir d’achat devrait augmenter de 1,7 % en
2019, après une hausse de 1,6 % en 2018, selon les
documents budgétaires de Bercy. L’Insee, comme la
Banque de France, prévoient une augmentation
bien moindre pour cette année (+1 %). Cette tendance devrait tirer vers le haut la consommation
des ménages l’an prochain (+1,7 %). // PAGE 4
Jean-Philippe Ksiazek/AFP
LA FAILLITE DE PRIMERA AIR
LÈSE DES MILLIERS DE CLIENTS
Shutterstock
Pourquoi
l’Italie fait
trembler
la zone euro
de la Ligue a ravivé les tensions.
l Les taux italiens sont au plus haut depuis mars
2014, alors que l’écart avec l’Allemagne se creuse.
ENTREPRISES
& MARCHÉS
Le gouvernement met la progression
du pouvoir d’achat sur le compte
des mesures prises sur la fiscalité. Photo AFP
Madrid face
au piège
catalan
L’analyse de
Cécile Thibaud
Un an après le référendum en faveur
de l’indépendance de la Catalogne,
finalement décrété illégal, Madrid
veut désamorcer les risques de partition du pays en multipliant les voies
de dialogue avec les séparatistes
qui gouvernent à Barcelone,
écrit Cécile Thibaut. Avec l’espoir
de définir un nouveau cadre
de relations avec le pouvoir
central. // PAGE 11
Gestion de Fortune - Family Office
Automobile : l’Elysée
mobilise en faveur
du site France
sur
L’Etat bat le rappel des patrons
du secteur pour réussir
le virage de l’électrique.
INDUSTRIE Lors d’un dîner lundi soir avec une ving-
NICOLAS BARRÉ
À 7h12 Du lunDi au venDreDi
Dans le 7h-9h De nikos aliagas
ISSN0153.4831
NUMÉRO 22794
#Patrimonia18
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE // MERCREDI 3 OCTOBRE 2018 // LESECHOS.FR
110e ANNÉE
36PAGES
Antilles Réunion 3,70 €. Guyane-St Martin
4,80 €. Belgique 3, 20 €. Espagne 4 €.
Grande-Bretagne 3£40. Grèce 3,70 €. Italie
4 €. Luxembourg 3,40 €. Maroc 28 DH. Suisse
5 , 4 0 F S . Tu n i s i e 4 , 5 T N D. Z o n e C FA
2.800 CFA.
Dino Fracchia/RÉA
Francois Perri/RÉA
www.ecofi.fr
Ce qu’il faut, a insisté le chef de l’Etat, c’est
créer une offre de voitures électriques à des
prix abordables pour les classes moyennes.
taine de dirigeants de l’automobile, Emmanuel
Macron a annoncé qu’il avait confié une mission à
Patrick Pelata, l’ancien directeur général de Renault
et Xavier Mosquet, associé au cabinet BCG, sur les
moyens de renforcer l’attractivité de la France et de
l’Europe dans la voiture autonome, l’électrification
et les nouvelles formes de mobilité dans les villes. Il a
demandé « des propositions » et pas seulement « un
constat ». Interrogé sur le durcissement des objectifs
d’émission de CO2 par le Parlement européen, le
président de la République a estimé qu’il fallait que le
secteur prenne des engagements forts en la matière,
parce que le lien de confiance avec l’opinion publique avait été brisé à la suite du « dieselgate ». L’objectif essentiel pour l’Elysée, c’est que la filière arrive à
proposer des véhicules électriques abordables aux
classes moyennes européennes. // PAGE 18
Donnons du sens
à votre patrimoine
Tél. 01.53.93.23.23
www.cyrusconseil.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
FRANCE
La revanche du politique
Le bras de fer entre le briscard du vieux monde
et le héraut du nouveau est gagné par le premier.
Et pourtant, Macron voulait réinventer la politique.
LE FAIT
DU JOUR
POLITIQUE
Cécile
Cornudet
Dessins Fabien Clairefond pour « Les Echos »
L
undi soir, Emmanuel
Macron dîne à l’Elysée
avec les patrons
de l’industrie automobile
qui sortent médusés par
sa connaissance des dossiers.
Juste avant, il s’était entretenu
avec Gérard Collomb sans
parvenir à prévenir la crise et
peut-être même à la voir venir.
Emmanuel Macron résumé
en deux scènes. La maîtrise,
la séduction, pour ne pas dire
selon certains la vision sur un
sujet économique aride. Et puis
l’inexpérience politique,
d’ailleurs longtemps
revendiquée, qu’il paie
aujourd’hui cash.
Entre un briscard du vieux
monde et le héraut du nouveau,
le second s’incline. Gérard
Collomb défie son autorité,
le contraint à faire un
remaniement qu’il ne voulait
pas faire, le fragilise sur son
point le plus faible, c’est-à-dire
le régalien, et met la lumière
sur l’absence d’anticipation et
de ressources humaines de la
macronie. Cela fait beaucoup.
Et dire que Collomb était le
premier à avoir perçu son
talent ! Pourquoi Emmanuel
Macron n’a-t-il pas accepté la
démission de son ministre lundi
soir ? Pourquoi ne l’a-t-il pas fait
partir il y a dix jours,
dès l’interview de « L’Express »,
comme le lui aurait alors
demandé Edouard Philippe ?
Pourquoi n’a-t-il pas procédé
à un plus large remaniement,
incluant Collomb, au moment
du départ de Nicolas Hulot,
comme le souhaitait, déjà, le
Premier ministre (en poussant
Manuel Valls, semble-t-il) ?
Pour faire différemment, pour
garder la main, pour ne pas se
mettre dans celles des politiques
de son équipe… Difficile
de trancher. Mais aujourd’hui, le
boomerang est revenu. Il n’a pas
fait différemment. Son Premier
ministre, politique s’il en est,
se retrouve, qui plus est,
en première ligne. « Je vais
proposer au président de la
République les décisions qui
s’imposent », lance-t-il
à l’Assemblée. Emmanuel
Macron recevra « rapidement »
les propositions de son Premier
ministre pour remplacer
Gérard Collomb, fait au même
moment savoir l’Elysée via
l’AFP. Benoîtement.
Emmanuel Macron s’est fait
élire il y a seize mois sur les
décombres des partis, avec la
conviction que c’est la politique
dans son ensemble qu’il pouvait
réinventer et même effacer.
Sa force de travail, l’efficacité des
process de décisions et d’actions
mis en place, l’expertise de ses
équipes, sa force de persuasion
et son désintéressement
personnels devaient
la remplacer et faire l’affaire.
Sauf qu’il était entré en politique
justement.
ccornudet@lesechos.fr
en bref
Blanquer annonce un gel de la carte
de l’éducation prioritaire pour 2019
ÉDUCATION « La carte de l’éducation prioritaire ne bougera pas
en 2019 », contrairement à ce qui avait été prévu par le quinquennat précédent. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Education, mardi, à l’Assemblée. Jean-Michel Blanquer dit vouloir,
pour 2020, « une politique plus subtile qui n’est pas en noir et
blanc, avec une vision pluriannuelle des enjeux pour fixer des
objectifs aux établissements ». « Les moyens considérables qui
sont mis par la France dans son éducation prioritaire doivent être
beaucoup plus efficaces », a-t-il ajouté.
Assurance-chômage : la CGT aussi
va négocier
SOCIAL La CGT a décidé mardi de participer à la négociation
sur l’assurance-chômage mais en « récusant les économies sur le
dos des chômeurs », a souligné mardi Denis Gravouil, un des
dirigeants du syndicat, à l’issue d’une réunion interne sur le
sujet. La CFDT, FO, la CFTC et la CGC ont déjà décidé d’y participer, de même que le Medef côté patronat. La CPME et les artisans et professions libérales de l’U2P doivent encore se prononcer. Le gouvernement, qui a transmis sa lettre de cadrage aux
partenaires sociaux le 25 septembre, a donné quatre mois aux
partenaires sociaux pour négocier.
sur
RETROUVEZ DOMINIQUE SEUX
DANS « L’ÉDITO ECO »
À 7h45
Du lunDi au venDreDi
Collomb force son départ
et affaiblit Macron
l Le ministre de l’Intérieur a maintenu mardi sa démission
malgré le refus du chef de l’Etat.
l Les oppositions ont dénoncé un mauvais spectacle.
POLITIQUE
Grégoire Poussielgue
@Poussielgue
A l’avant-veille de son soixantième
anniversaire, la Ve République s’est
offert mardi un épisode inédit
depuis 1958… et une crise ouverte
au sommet de l’Etat. Après s’être vu
refuser sa démission par Emmanuel Macron lundi soir, le ministre
de l’Intérieur, Gérard Collomb, est
resté fermement sur sa position le
lendemain. Défiant ouvertement le
chef de l’Etat, Gérard Collomb a
réaffirmé sa volonté de partir pour
se consacrer aux prochaines élections municipales à Lyon, claquant,
de fait, la porte de la Place Beauvau.
Du jamais-vu.
« On quitte toujours ce ministère
avec regret, car c’est un beau ministère. Il y a des gens qui sont extraordinaires : les policiers, les gendarmes,
les sapeurs-pompiers. J’ai pris énormément de joie à être à la tête de ce
ministère », a-t-il déclaré dans une
interview diffusée mardi aprèsmidi par « Le Figaro », parlant au
passé de son passage Place Beauvau
avant même que cette démission ne
soit remontée au sommet de l’Etat.
Un successeur nommé
rapidement
L’Elysée n’a pu que prendre acte de
ce départ mené au forceps. Via son
entourage, Emmanuel Macron a
fait savoir qu’il trouvait « regrettable
que Gérard Collomb se soit mis dans
la situation le conduisant à devoir
démissionner ».
En refusant, lundi, le départ de
Géra rd Collomb, Emmanuel
Macron a voulu faire un acte d’autorité en signifiant qu’il restait le
« maître des horloges ». Cette posture s’est retournée contre lui.
Si Emmanuel Macron a fait
savoir qu’il conservait « toute son
Si Emmanuel Macron a fait savoir qu’il conservait « toute son amitié » envers Gérard Collomb,
la rupture entre les deux hommes est profonde. Photo Christian Hartmann/AFP
amitié » envers Gérard Collomb, la
rupture entre les deux hommes
est profonde. « La distance entre eux
s’est installée bien avant l’affaire
Benalla », confirme un membre du
gouvernement. Certains évoquent
une relation bien plus dégradée.
« Ils ne se supportaient plus »,
estime un observateur. L’affaire
Benalla a servi de révélateur des
tensions entre l’Elysée et le ministère de l’Intérieur qui, depuis, n’ont
cessé de croître.
S’il avait pris son temps après la
démission de Nicolas Hulot, le chef
de l’Etat a fait savoir cette fois son
intention de trouver « rapidement »
un successeur à Gérard Collomb.
Vu le caractère sensible des ques-
tions de sécurité, vu la tension politique créée par cette situation, pas
question de laisser la Place Beauvau
sans occupant.
Pour Emmanuel Macron, cette
crise politique tombe au plus mal.
Après l’affaire Benalla, qui avait pol-
« La distance entre
eux s’est installée
bien avant l’affaire
Benalla. »
UN MEMBRE
DU GOUVERNEMENT
lué son été, et une rentrée mouvementée qui avait débuté par la
démission spectaculaire de Nicolas
Hulot, sur fond de chute libre dans
les sondages, le locataire de l’Elysée
avait lancé une opération reconquête. Le départ rocambolesque de
Gérard Collomb vient la heurter de
plein fouet.
Les responsables de droite
comme de gauche n’ont pas raté
l’occasion pour dénoncer un exécutif défaillant. Les expressions évoquaient un mauvais spectacle, du
« cirque Pinder » (Marine Le Pen,
RN), au « numéro de Grand Guignol » (Olivier Faure, PS) en passant
par le « mauvais Vaudeville »
(Bruno Retailleau, LR). n
Les raisons d’un retour précipité à Lyon
Celui qui veut briguer
à nouveau la mairie
de la capitale des Gaules
en 2020 a senti le « péril
important » pour lui
d’une opposition croissante
à son retour.
depuis cet été une dangereuse glissade. D’où sa prise de distance et ses
critiques publiques – que font nombre d’élus locaux – sur le « manque
d’humilité », la déconnexion,
l’urgence à renouer avec la promesse du pacte girondin. Ou encore,
les confidences distillées à dessein et
publiées dans « La Dépêche du
Midi », dans lesquelles Gérard Collomb insiste sur les « provinciaux »,
dont il est, qui « ont déjà une tendance
naturelle à considérer que les Parisiens ont la grosse tête et les snobent »
et qui ne « s’y reconnaissent pas »,
dans les « expressions comme la nouvelle grammaire de la politique ou la
start-up nation ».
Isabelle Ficek
@IsabelleFicek
« Collomb est en roue libre, il fait ce
qu’il veut. Le divorce d’avec une partie
de son cabinet, il vient de là », lâchait
un ténor de la majorité il y a quelques jours en voyant partir du cabinet du ministre d’Etat, ministre de
l’Intérieur, sa plume – Jonathan
Guémas – vers l’Elysée et plus encore
son conseiller spécial, Jean-Marie
Girier, pour devenir celui de Richard
Ferrand à l’Assemblée nationale.
Comme des signaux de plus d’une
cassure. Et de l’envie de Gérard Collomb, coûte que coûte, de quitter la
place Beauvau pour retrouver celle
qu’il n’a jamais cessé de considérer
comme « sa » ville, Lyon.
Envie et aussi nécessité tant celui
qui veut briguer à nouveau la mairie
de la capitale des Gaules en 2020 a
senti le « péril important » – dixit une
élue du conseil municipal – pour lui
d’une opposition croissante à son
retour. D’où l’accélération de son
calendrier. Il est prévu que le maire
Georges Képénékian démissionne
et qu’un conseil municipal extraordinaire soit convoqué dès ce mois-ci
pour élire Gérard Collomb à sa
place. Selon un élu lyonnais, « s’il
revient, c’est qu’il y avait urgence.
Feuilleton invraisemblable
Gérard Collomb veut retrouver coûte que coûte celle qu’il n’a
jamais cessé de considérer comme « sa » ville, Lyon. Photo Shutterstock
Ceux qui contestaient son retour commençaient à s’organiser ». Une
ancienne élue socialiste avait signé
une lettre ouverte contre son retour,
une pétition avait été lancée. Reve-
nir, donc, pour être vraiment dans la
place. Pour ne plus apparaître
comme un des plus proches du chef
de l’Etat quand les sondages pour
Emmanuel Macron ont connu
D’où, aussi, dans « L’Express », ses
critiques au sujet de la politique
menée envers les retraités, quand il
lâche qu’il ne faut pas « charger la
barque ». « Tout ce qu’il fait, il le fait
pour ses électeurs. Quand il parle de
l’hybris, c’est à eux qu’il fait plaisir »,
notait il y a quelques jours un proche
d’Emmanuel Macron.
Pas sûr pour autant que Gérard
Collomb sorte renforcé du feuilleton
invraisemblable de cette démission
et ses deux derniers épisodes dans
« Le Figaro » – mardi avec l’annonce
inédite par Gérard Collomb luimême de sa volonté de démission et
du refus du chef de l’Etat et ce mercredi de son départ effectif pour
prendre immédiatement le fauteuil
de maire. Il a consterné dans la
macronie qui risque de ne pas lui
faire de cadeau. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 // FRANCE
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Pouvoir d’achat : ce que le gouvernement
prévoit pour 2019
l Le pouvoir d’achat devrait augmenter de 1,7 %
l’an prochain, après avoir progressé de 1,6 % en 2018.
l L’Insee et la Banque de France prévoient
une hausse moindre pour 2018.
BUDGET
Renaud Honoré
@r_honore
Emmanuel Macron a assuré, dans
une confidence donnée au « JDD »,
« ne pas s’être engagé » sur le pouvoir
d’achat. Pour autant, une partie
du projet de loi de finances pour
2019 est jugée à cette aune, alors que
la majorité a beaucoup vanté les
6 milliards d’euros de baisses
d’impôts pour 2019. Avec quel
impact au total p our chaque
ménage ? Selon le Rapport économique, social et financier – un document annexé au projet de budget –,
le gouvernement table sur un pouvoir d’achat qui « accélérerait nettement » sur les deux premières
années du quinquennat.
« Après un ralentissement en 2017
(+1,3 %) dû notamment au rebond de
l’inflation dans le sillage du prix du
pétrole, le pouvoir d’achat des ménages rebondirait en 2018 (+1,6 %) et resterait dynamique en 2019 (+1,7 %) »,
est-il écrit dans ce rapport. Celui-ci
ne s’attarde pas, en revanche, sur les
différences de gain en fonction du
niveau de vie, contrairement à ce
qui avait été fait l’an dernier (sur
l’ensemble du quinquennat) avec
quelques polémiques à la clef.
S’agissant de l’année en cours, la
prévision du gouvernement s’avère,
en tout cas, nettement supérieure à
celle de l’Insee ou de la Banque de
France. Les deux organismes ne
prévoient pas plus de 1 % de hausse
en 2018, le décalage dans le temps
d’une partie des baisses de charges
salariales ayant ponctionné le pouvoir d’achat au début de l’année. Le
gouvernement insiste pour sa part
sur « la hausse des revenus distribués
des sociétés », qui « viendrait soutenir le pouvoir d’achat ». Pour 2019,
en revanche, la prévision de l’exécutif se révèle en phase avec celle de la
Banque de France (+1,7 %). Outre un
marché de l’emploi « dynamique »,
Le gouvernement
met la progression
du pouvoir d’achat sur
le compte des mesures
prises sur la fiscalité et
de la revalorisation de
certaines prestations.
le gouvernement met cette progression sur le compte des mesures prises sur la fiscalité (deuxième tranche de réduction de la taxe
d’habitation, désocialisation des
heures supplémentaires, plein effet
des baisses de cotisations) et la revalorisation de certaines prestations
(minimum vieillesse, AAH, prime
d’activité). Pour pousser un peu plus
dans ce sens, la majorité devrait
avancer de septembre à
juillet l’exemption de cotisations
sociales sur les heures supplémen-
taires. Toutes ces mesures interviendraient « dans un contexte où les
taxes indirectes environnementales
et de santé publique (tabac) pèseraient moins sur le pouvoir d’achat
des ménages » qu’en 2018, selon le
rapport. Néanmoins, une hausse du
prix du baril de pétrole l’an prochain est toujours susceptible de
jouer en sens inverse : les prévisions
du gouvernement sont basées sur
un baril à 73 dollars, alors que le prix
est plus proche de 85 dollars depuis
quelques semaines. Cela conduit à
anticiper une inflation à +1,4 % l’an
prochain, contre +1,8 % cette année.
Au final, l’exécutif prévoit que ce
gain de pouvoir d’achat va contribuer à accélérer la consommation
des ménages (+1,7 % en 2019). Cela
serait supérieur à 2018 (+1,1 %),
année où le pouvoir d’achat a été
soutenu par des revenus distribués
des sociétés « qui ont une moindre
proportion à être consommés à court
terme ».
Ces données seront sans doute
mises en avant par l’exécutif comme
preuve du coup de pouce donné aux
portefeuilles des ménages français,
fortement contesté par les oppositions. Dans une étude récente,
l’OFCE a estimé que les mesures
gouvernementales devraient faire
monter le pouvoir d’achat, pour
environ 3,5 milliards d’euros.
(
Lire l’éditorial
d’Etienne Lefebvre
Page 11
4
À NOTER
La majorité envisage
d’avancer de septembre
à juillet 2019 l’entrée
en vigueur de l’exonération
de charges sociales sur
les heures supplémentaires,
selon une source parlementaire confirmant une information du « Figaro ». Les députés
LREM pourraient porter
un amendement en ce sens
avec l’aval du gouvernement
lors de l’examen du projet
de loi de finances pour 2019.
Cela devrait renchérir le coût
de la mesure, estimé à
600 millions pour quatre mois.
La bascule du CICE en baisse de charges créerait
100.000 emplois en trois ans, selon Bercy
La transformation du crédit
d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE)
augmenterait le PIB de
0,2 % d’ici à 2021, estime le
Trésor.
Guillaume de Calignon
@gcalignon
Pour le gouvernement, c’est clair et
net : la transformation du crédit
d’impôt pour la compétitivité et
l’emploi (CICE) en baisse de charges
sociales l’an prochain aura un
impact positif sur l’emploi. Dans les
documents annexés au projet de loi
de finances pour 2019, les économistes du Trésor estiment qu’elle augmentera le PIB de 0,2 point et créera
100.000 emplois d’ici à 2021. « A ce
gain de court terme s’ajoutent les
gains de long terme liés à la simplification du dispositif », précisent-ils.
Cette estimation prend en
compte l’effet sur la trésorerie des
entreprises en 2019. Ces dernières
toucheront le montant du CICE au
titre de l’exercice 2018 pour un montant de 20,4 milliards d’euros et en
même temps, chaque mois, elles
bénéficieront de la baisse de charges
pour une somme équivalente sur
l’année.
Evaluations différentes
Le problème, c’est que cette évaluation diffère de celle citée dans la première version du rapport du comité
de suivi du CICE. Cette version, que
« Les Echos » se sont procurée il y a
dix jours, affirmait en effet que la
transformation du crédit d’impôt en
baisse de charges « aura des effets
globalement neutres sur l’activité et
l’emploi ». Le rapport, publié mardi
par le comité d’évaluation, a été
changé et intègre désormais les
résultats de l’étude du Trésor. Le
représentant du Trésor au comité de
suivi a informé les membres des
résultats de l’étude mais ne leur a
fourni aucun document écrit permettant de valider ses conclusions.
Il était en effet politiquement difficile d’estimer que « ce gain en trésorerie significatif pour les entreprises »,
comparable « à une relance de près
d’un point de PIB », selon les termes
du Trésor, n’aurait pas d’impact sur
l’activité économique à l’heure de la
désindexation des retraites. A long
terme, la « bascule » aura « des effets
Un déficit commercial attendu
à 65 milliards d’euros l’an prochain
Le commerce extérieur français restera largement dans le
rouge l’an prochain. En effet, le gouvernement prévoit un
déficit commercial de 65 milliards d’euros cette année et
autant l’an prochain, contre 63 milliards en 2017. Cette aggravation du déficit s’explique notamment par la hausse du prix
du pétrole et non par une détérioration de la compétitivité.
En 2018 et 2019, les exportations françaises progresseraient
de l’ordre de 3,7 %, alors que la demande adressée à la France
grimperait, elle, de 4,4 % par an.
globalement neutres sur l’activité et
l’emploi »., dit tout de même le Trésor. Dans les documents adjoints au
projet de budget pour 2019, Bercy
critique le mécanisme actuel du
CICE, « dont l’appropriation par les
entreprises est insuffisante », et vante
le fait que « le nouveau système sera
nettement plus simple et lisible, ce qui
facilitera l’appropriation de ce dispositif par les entreprises ».
Le renforcement des allégements de cotisations patronales de
4 points jusqu’à 1,6 SMIC, à compter
du 1er octobre 2019, « favoriserait également l’emploi » en baissant le coût
du travail sur les bas salaires. Mais
dans le même temps, le ministère de
l’Economie et des Finances s’attend
à ce que le salaire moyen par tête
accélère l’an prochain et grimpe de
2,5 % en partie grâce à « l’amélioration de la situation financière des
entreprises qui bénéficieraient de la
transformation du CICE en allégements de cotisations ». En clair, une
partie de ces allégements de charges
sociales viendront gonfler les rémunérations. Le débat sur les effets des
mesures de baisse du coût du travail
n’est pas fini. n
intervention spéciale
axelle lemaire
Partner - Global Head
of Terra Numerata
Roland Berger
Lundi 8 octobre 2018
Spéciale keynote d’Axelle Lemaire
en clôture du Club Les Echos Digital
de Jean-Paul Agon et Lubomira Rochet.
Le coût du travail
au niveau du SMIC
est redevenu compétitif
Bercy publie une comparaison du salaire brut additionné des charges patronales au niveau du SMIC.
Le total atteint 18.941 euros
par an en France, soit
moins qu’en Belgique, en
Allemagne et au Pays-Bas.
Ingrid Feuerstein
@In_Feuerstein
Depuis 2014, la France a fait beaucoup d’efforts pour abaisser le coût
du travail, accusé d’accélérer les
délocalisations. Création du crédit
d’impôt compétitivité emploi
(CICE), allégements de charges lors
du Pacte de responsabilité de François Hollande et, maintenant, transformation du CICE en baisse de
charges pérennes. Dans le rapport
économique, social et financier
(RESF), annexé au projet de loi de
finances, le gouvernement tire un
bilan de ces allégements. Il en ressort que « le coût annuel du travail en
France apparaît modéré par rapport
à ses principaux partenaires au
niveau du salaire minimum ».
Les économistes du Trésor se
basent sur une comparaison du
salaire brut additionné des charges
patronales au niveau du SMIC. Le
total atteint 18.941 euros en France
par an, soit moins qu’en Belgique, en
Allemagne et au Pays-Bas, et tout
juste au-dessus de la Grande-Bretagne. Parmi nos voisins européens,
seule l’Espagne se distingue par un
coût du travail bien inférieur
(12.868 euros), une situation liée à un
salaire minimum presque deux fois
inférieur à celui pratiqué dans le
Nord de l’Europe.
Peloton européen
Si la France est revenue dans le peloton européen, c’est que les charges
patronales au niveau du SMIC ont
été ramenées à un niveau particuliè-
rement bas. Elles atteignent seulement 1.178 euros par an, contre
3.492 euros en Allemagne,
3.214 euros en Belgique et
2.337 euros aux Pays-Bas.
Et encore, ce relevé ne tient pas
compte de la transformation du
CICE en baisse de charges, qui sera
effective en 2019. En janvier prochain, les cotisations patronales
diminueront de 6 points pour les
salaires inférieurs à 2,5 SMIC
(3.746 euros brut par mois). En octobre, elles baisseront de 4 points supplémentaires au niveau du SMIC. Ce
ciblage sur les bas salaires, contesté
par les organisations patronales,
vise à stimuler la création d’emplois
peu qualifiés, où s’ancre le plus souvent le chômage de longue durée. La
comparaison tient encore pour le
coût du travail au niveau du salaire
médian, soit 30.456 euros annuels
brut. En ajoutant les cotisations
employeurs, la France se situe légèrement en dessous de l’Allemagne et
des Pays-Bas. Au global, la France
reste pourtant plus chère que ses
voisins européens, comme le montrent les dernières statistiques
d’Eurostat. D’après l’Office statistique de l’Union européenne, le coût
horaire de la main-d’œuvre dans le
secteur privé non agricole est ressorti à 36 euros dans l’Hexagone en
2017, contre 34,10 euros outre-Rhin.
La différence avec l’évaluation de
Bercy tient sans doute au fait que les
allégements en France ont été concentrés sur le bas de l’échelle des
salaires.
Les effets sur l’attractivité de la
France ne se font pas encore sentir. Dans le baromètre de l’attractivité d’EY, publié en juin, 38 % des
investisseurs étrangers interrogés
jugeaient que le coût du travail était
un frein à l’investissement en
France. Ils étaient plus nombreux à
le dire que l’année précédente
(31 %). n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
OUI, UNE PMI DE
94 ANS PEUT RESTER
INNOVANTE.
Process de fabrication optimisés , outils de production renouvelés …
Carine Chesneau, dirigeante de la PMI Lambert Manufil, a amélioré la compétitivité de
son entreprise après avoir suivi un dispositif d’accélération proposé par la CCI.
Contactez directement la CCI au
0 809 102 100
Ou sur notre
page Facebook
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 // FRANCE
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Le coût de
collecte élevé des
taxes « affectées »
FISCALITÉ
L’émiettement
de ces taxes
est à nouveau
pointé du doigt
dans un rapport.
Contribution des employeurs
au Fonds national d’aide au
logement, taxe de solidarité
additionnelle, redevance pour
pollution diffuse, participation
à l’effort de construction… Le
système fiscal français compte
une myriade de taxes dites
« affectées » qui passent souvent inaperçues… mais pèsent
lourd pour les contribuables.
Des taxes en voie
de stabilisation
Leur spécificité est d’être fléchées vers des agences de l’Etat
(Action Logement, agences de
l’eau, etc.), des chambres consulaires ou encore des organismes techniques et professionnels. Elles constituent un
ensemble de 150 taxes qui représente un total de 30 milliards
d’euros. C’est une spécificité
française : en 2014, l’Inspection
générale des finances avait montré que les grandes entreprises
en France payaient en moyenne
61 taxes contre 15 en Allemagne
et 9 au Royaume-Uni.
Face à leur inflation, le
Conseil des prélèvements obli-
gatoires (CPO) avait formulé
une série de propositions en
2013. A la demande des sénateurs, cette instance dépendant de la Cour des comptes est
revenue sur le sujet. « Cinq ans
après, les taxes affectées apparaissent en voie de stabilisation », a déclaré le premier président de la Cour des comptes,
Didier Migaud, lors d’une audition mardi à la commission
des Finances du Sénat. La progression de leurs recettes s’est
lim itée à 4,1 % entre 20 1 1
et 2017, alors qu’elles avaient
augmenté de 27,6 % de 2007 à
2011. Entre-temps, plusieurs
dispositions ont été adoptées
pour freiner la hausse de ces
taxes, et notamment un mécanisme de plafonnement.
Pour autant, des difficultés
demeurent. Didier Migaud cite
l’émiettement, alors que 87 de
ces taxes ont un rendement
inférieur à 150 millions d’euros.
Elles sont source d’« instabilité
normative », comme elles font
l’objet chaque année de nombreux ajustements. Enfin,
« elles présentent un coût de collecte élevé », souligne-t-il. Certaines coûtent même plus cher
à prélever que ce qu’elles rapportent au budget de l’Etat.
C’est le cas de la taxe sur les
radioamateurs, affectée à
l’Agence nationale sur les fréquences. Son coût de collecte
est quatre fois supérieur aux
montants recouvrés. — In. F.
Les privatisations réveillent
le débat sur la loi Pacte
l Les députés examinent en séance le volet du texte relatif aux privatisations.
l Socialistes, communistes et insoumis sont déterminés à en découdre.
ENTREPRISES
Marie Bellan
@mbellan1
et Pierre-Alain Furbury
@paFurbury
La « grosse bagarre » promise
sur les privatisations par l’opposition de gauche va-t-elle enfin avoir
lieu ? L’examen en commission sur
cette partie du projet de la loi Pacte
s’est fait dans une relative indifférence. Mais il pourrait en être
autrement de l’examen en séance,
qui devait reprendre mardi soir et
se prolonger ce mercredi. Le gouvernement a longtemps hésité
avant d’inclure un chapitre sur les
privatisations dans le texte. La pertinence économique de ce choix
n’allait pas de soi dans les rangs de
l’exécutif, notamment pour le cas
d’Aéroports de Paris (ADP).
Une concession
pour soixante-dix ans
Le montage financier est par
ailleurs soumis à plusieurs interrogations. L’Etat souhaite vendre
ces actifs pour financer un Fonds
d’innovation de rupture. La cession, qui prendra la forme d’une
concession pour soixante-dix ans,
devrait rapporter 10 milliards
d’euros, mais le montant dépend
en partie du mode de cession, dont
L’Etat prévoit d’indemniser les actuels actionnaires d’’Aéroports de Paris, ce qui devrait représenter
entre 500 millions et 1 milliard de manque à gagner. Photo Bertrand Guay/AFP
le choix n’a pas encore été arrêté.
Ces 10 milliards seront ensuite
investis par le Trésor en obligations d’Etat dont le rendement est
prévu à 2,5 % par le gouvernement
(soit 250 millions d’euros par an
qui pourront être investis par la
BPI dans des projets innovants),
alors que le rendement actuel des
OAT est plutôt de l’ordre de 0,8 %
(à 10 ans). Bercy devrait investir
dans des dettes à plus longue
échéance.
« Un angle d’attaque »
L’Etat est censé par ailleurs indemniser les actuels actionnaires d’ADP,
qui voient leurs actifs devenir incessibles pendant soixante-dix ans, ce qui
devrait représenter entre 500 millions et 1 milliard de manque à
gagner pour l’Etat dans cette opération. Autant d’éléments qui ne manqueront pas d’alimenter le débat.
Si la droite est « plutôt favorable » – dit-on au sein du groupe LR –
à cette partie du texte de loi, les partis de gauche sont, eux, sur une
ligne très critique. Et tous sont décidés à en découdre, espérant, au
passage, que le sujet leur permette
de se faire entendre du grand
public, alors que le projet de loi
Pacte, globalement, ne passionne
pas les foules. « Dans un projet de loi
très fourre-tout, c’est clairement un
angle d’attaque », concède l’entourage de Jean-Luc Mélenchon.
« C’est le sujet qui nous amènera à ne
pas voter la loi », dit-on au groupe
PS, où l’on juge le reste du texte
« pas convaincant ».
Socialistes, communistes et
insoumis ont déjà rodé leurs arguments depuis l’annonce, il y a six
mois, de l’ouverture au capital d’ADP
et de la Française des Jeux (FDJ). Ils
fustigent une décision purement
« libérale » qui consiste à « priver
l’Etat d’outils stratégiques » et jugent
« La privatisation
n’est pas un tabou
en soi, mais le
rendement du fonds
est douteux : il
rapportera moins
que les dividendes,
tout en privant l’Etat
de secteurs
stratégiques.
BORIS VALLAUD
Député et porte-parole du PS
que Bercy ferait mieux de se servir
des dividendes rapportés chaque
année par ces entreprises pour
investir dans l’innovation. Pour eux,
les leçons de la privatisation des
autoroutes n’ont pas été tirées.
L’opposition est d’ordre idéologique à La France insoumise et au
PCF, quand les socialistes critiquent
l’opportunité de ces opérations. Il
est vrai que les privatisations
avaient été nombreuses quand Lionel Jospin était à Matignon. « La privatisation n’est pas un tabou en soi,
mais, là, le rendement du fonds est
douteux : il rapportera moins que les
dividendes tout en privant l’Etat de
secteurs stratégiques. Si Macron voulait investir réellement pour l’innovation, le mieux serait qu’il augmente le
budget ou affecte les dividendes
d’ADP et de FDJ à l’innovation »,
défend Boris Vallaud, porte-parole
du PS, qui voit dans ces privatisations « le stigmate d’un libéralisme
aux allures de réflexe conditionné ».
Réputé bon orateur dans l’hémicycle, y compris dans les rangs de
l’opposition, Bruno Le Maire va
devoir s’atteler à répondre aux attaques. Il n’aura pas à forcer ses convictions. Au sein de l’exécutif, c’est le
ministre de l’Economie et des
Finances, issu de la droite, qui était
le plus allant sur les privatisations. n
Investissements étrangers : Bercy va se
doter de nouveaux pouvoirs de sanctions
LA SEULE MARQUE
DE LUXE DISPONIBLE
EN KIOSQUE.
Le mensuel de luxe offert ce jeudi avec Les Echos
Le projet de loi Pacte donne
au ministre de l’Economie
de nouveaux pouvoirs
pour mieux faire respecter
les engagements pris
par les investisseurs
étrangers vis-à-vis
d’entreprises françaises
jugées stratégiques.
Le projet de loi Pacte est souvent
présenté par le gouvernement
comme un texte qui doit aider les
entreprises à grandir. Actuellement
examiné en séance à l’Assemblée, il
devrait aussi permettre de mieux
protéger les pépites ou les poids
lourds stratégiques convoités par
les étrangers.
Deux articles du texte, qui doivent
être votés ce mercredi, donnent au
ministre de l’Economie une palette
d’outils beaucoup plus grande que
celle dont il disposait jusqu’à présent
pour sanctionner les entreprises
étrangères qui ne respecteraient pas
leurs engagements pris lors du
rachat d’une entreprise française de
secteurs dit « protégés » (la défense,
par exemple, mais pas seulement)
ou qui n’auraient pas demandé
d’autorisation préalable.
Le ministre pourra notamment
suspendre les droits de vote de
l’investisseur étranger ou interdire
la distribution des dividendes attachés à ses actions. Il pourra aussi
interdire temporairement la libre
disposition de tout ou partie des
actifs rachetés.
Et des sanctions pécuniaires pourraient être prononcées. Elles ne
dépasseraient toutefois pas la plus
élevée des sommes suivantes : le
double du montant de l’investissement considéré comme irrégulier,
10 % du chiffre d’affaires annuel de
l’entreprise, ou 5 millions d’euros
pour les personnes morales et 1 million pour les personnes physiques.
Le ministre
de l’Economie
pourra suspendre
les droits de vote
de l’investisseur et
interdire la distribution
des dividendes
attachés à ses actions.
Dans les prochaines semaines, un
décret va aussi rallonger la liste des
secteurs dans lesquels le ministre de
l’Economie pourra exercer ce pouvoir de contrôle, comme l’avait
annoncé Edouard Philippe il y a déjà
plusieurs mois. Le décret Montebourg, en 2014, avait déjà ajouté plusieurs domaines d’activité comme
l’eau, l’énergie, les transports ou
encore les télécoms et la santé.
Les nanotechnologies
et l’IA surveillées
Avec le prochain décret, tout ce qui a
trait aux nanotechnologies ou à
l’intelligence artificielle pourra aussi
être contrôlé par Bercy. Jusqu’ici, une
centaine de projets d’investissement
sont examinés chaque année par
l’administration, d’après Bercy.
Demain, ils pourraient être bien plus
nombreux tant les nouveaux secteurs choisis sont transverses.
En commission à l’Assemblée, les
députés ont aussi créé une délégation parlementaire chargée de la
sécurité économique. La délégation,
composée de 14 parlementaires
appartenant à la fois à la majorité et
à l’opposition, aura pour mission de
suivre l’action du gouvernement en
matière de protection des intérêts
économiques. Un rapport du gouvernement lui sera remis chaque
année avec l’ensemble des investissements ayant fait l’objet d’un contrôle préalable et le nom des entreprises françaises visées. — M. B.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE // 07
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Les retraites complémentaires
seront revalorisées de 0,6 % cette année
SOCIAL
Les retraités ayant
cotisé à l’AgircArrco verront leur
pension revalorisée
en novembre 1 point
en dessous de
l’inflation constatée.
Pour les années à
venir, une négociation
va s’ouvrir en janvier.
Solveig Godeluck
@Solwii
C’est toujours la cure de rigueur
pour les retraités. Pour la troisième
et dernière année, en application
de l’accord sur l’Agirc-Arrco de
2015, les pensions complémentaires du secteur privé vont être sous-
indexées cette année. Les partenaires sociaux qui gèrent le régime
l’ont confirmé mardi matin lors
d’une réunion. Les ex-salariés du
secteur privé auront donc droit en
novembre à une revalorisation de
0,6 % de leur retraite, soit 1 point de
moins que l’inflation constatée au
cours des douze derniers mois.
Par la suite, leur pension de base,
qui compte pour les deux tiers du
total chez les non-cadres, et pour un
tiers chez les cadres, augmentera de
0,3 % en janvier 2019, soit 1,3 point
de moins que l’inflation attendue en
2018. La progression restera bloquée à ce niveau deux ans de
suite. Dur à avaler pour les retraités,
qui n’ont toujours pas digéré la
hausse de la CSG en janvier dernier.
FO et la CGT ont tenté en vain
d’obtenir une revalorisation des
retraites complémentaires de
0,8 %, en se calant sur une autre
période de référence. « Nous
n’avons pas été suivis par les signatai-
La taxe
inondation
gagne du terrain
FISCALITÉ
La taxe Gemapi
a été votée dans
les communautés
exposées aux
risques de crues.
Matthieu Quiret
@MQuiret
La taxe inondation, dite
Gemapi, se propage. Les intercommunalités, à qui l’Etat a
confié en début d’année la
compétence de la gestion des
milieux aquatiques sans y adosser de financement, avaient jusqu’à lundi pour voter la taxe
Gemapi pour 2019.
Comme l’an dernier lors du
premier déploiement de cette
nouvelle fiscalité, la deuxième
année déclenche des débats
houleux dans les conseils
communautaires. D’après les
pointages de l’Assemblée des
c o m m u n a u t é s d e Fr a n c e
(A D C F ) r é a l i s é s e n d é b u t
d’année, 38 % de ses adhérents
avaient actionné cette recette.
Une proportion qui va sensiblement augmenter cette fois avec
la prise de conscience des investissements exigés par la responsabilité des barrages, des berges,
des digues, etc., qui constitue un
linéaire équivalent à plus de
3.000 kilomètres.
Des montants
encore modestes
Ce quatrième impôt local est
plafonné à 40 euros par habitant, mais l’ADCF assure que les
montants restent encore
modestes. A un an et demi des
élections municipales, les élus
ne veulent pas trop tirer sur la
corde. Les oppositions intercommunales dénoncent, elles,
la facilité pour les exécutifs de
glisser discrètement une faible
part de Gemapi au milieu de la
baisse de taxe d’habitation pour
80 % des contribuables.
En septembre, c’est SaintQuentin-en-Yvelines en région
parisienne qui a adopté la nouvelle recette avec l’objectif de
lever 500.000 euros l’an prochain. L’exécutif local s’est voulu
rassurant, promettant une taxation de 2 à 3 euros par an pour
les locataires et de 3 à 6 euros
pour les propriétaires. Des
montants similaires ont été
décidés dans la communauté de
communes du Quercy Blanc
dans le Lot. Il y a quelques jours,
la communauté autour de Tournon-sur-Rhône a, elle aussi,
opté pour cette recette afin de
financer 17 millions d’euros
de travaux sur cinq ans. Le pays
de Bitche, situé au nord-est de la
Moselle, vise, lui, un produit de
plus de 300.000 euros qui avoisinerait les 6 euros par contribuable. En revanche, le président de Terre de Camargue
(Grau-du-Roi, Aigues-Mortes, etc.) n’a pas réussi à dégager
de majorité alors que plus de
800.000 euros d’investissements attendent ce territoire
cerné par les eaux.
Des tensions locales peuvent aussi revenir dans les collectivités ayant déjà mis en
place la taxe l’an dernier. C’est
le cas de la communauté de
communes des Portes d’Ariège
en Ariège, qui fait face à de
nouvelles dépenses du syndicat mixte gestionnaire et prévoit d’augmenter d’environ
50 % pour l’an prochain le prélèvement de quelques euros
créé cette année. n
210 millions
d’euros de plus
de TGAP
Le rapport d’évaluation
du projet de loi finances
pour 2019 a chiffré le coût
pour les collectivités de
l’augmentation de la part
déchets de la taxe générale
sur les activités polluantes. Cette mesure, très
décriée par les élus locaux
et qui vise une accélération du recyclage et un
recul de l’enfouissement
des déchets, prévoit un
prix de 54 euros la tonne
enfouie en 2021 jusqu’à
65 euros la tonne en 2025.
D’après les calculs de
Bercy, l’alourdissement
de cette fiscalité se
montera à 104 millions
d’euros en 2021 et atteindra 210 millions en 2025.
res de l’accord de 2015, alors que cela
aurait respecté l’esprit de cet accord,
qui consistait à économiser 1 %, soit
750 millions d’euros », commente
Philippe Pihet, négociateur FO.
En janvier, de nouvelles
mesures d’économies
vont entrer en vigueur,
notamment la création
de coefficients
de solidarité.
En janvier, de nouvelles mesures
d’économies décidées en 2015 vont
entrer en vigueur, notamment la
création de coefficients de solidarité
− des décotes temporaires de 10 %
appliquées pendant trois ans pour
les assurés qui partiraient à l’âge du
taux plein, et non un an plus tard.
Par ailleurs, l’Agirc et l’Arrco vont
fusionner dès janvier, avec à la clef la
refonte du système de cotisations,
et quelques hausses de cotisations.
Dans ce cadre, les partenaires
sociaux étaient convenus de se réunir à nouveau pour définir les règles
du pilotage stratégique (sur quatre
ans) et tactique (tous les ans) du
régime. Le patronat envisage de programmer ces réunions en janvierfévrier, avec une rétroactivité à janvier des décisions qui seront prises.
« Nous allons demander une réunion avant la fin de l’année », déclare,
quant à lui, Philippe Pihet. L’impatience du syndicaliste est d’autant
plus grande que c’est au cours de ces
discussions que les gestionnaires du
régime devraient convenir d’une
stratégie de revalorisation des pensions pour les années à venir. Maintenant que le régime se remet
d’aplomb, et alors qu’il est riche
de plus de 60 milliards d’euros de
réserves, la question est de savoir s’il
faudra s’aligner sur la sous-indexation à 0,3 % ou suivre l’inflation. n
En application de l’accord sur l’Agirc-Arrco de 2015, les pensions
complémentaires du secteur privé vont être sous-indexées
cette année. Photo Romain Gaillard/RéA
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
MONDE
en
chiffres
HAUSSE DU CHÔMAGE
EN ESPAGNE
STABILITÉ DE L’INFLATION
DANS LA ZONE OCDE
Le nombre de chômeurs
enregistrés dans une agence
pour l’emploi en Espagne a
augmenté à 3,20 millions de
personnes en septembre, soit
environ 20.000 de plus qu’en
août, a annoncé mardi le
ministère du Travail. Le taux
de chômage s’élève,
selon l’Institut national
de la statistique à 15,28 %
de la population active.
Le taux d’inflation des pays
de l’OCDE est resté stable
à 2,9 % au mois d’août.
En excluant les prix de
l’alimentation et de l’énergie,
le taux est resté stable à 2,1 %.
Pour les pays du G20, la
hausse des prix s’est établie
en légère hausse à 3,5 % sur
le même mois après 3,4 % en
juillet. L’Argentine s’illustre
avec un taux de 34,4 %.
30 %
DE PROGRAMMES EUROPÉENS
C’est le quota que les députés
européens ont imposé aux
médias audiovisuels, y compris
des plates-formes de vidéo à la
demande. Ces nouvelles règles
sont le fruit d’un accord entre le
Parlement et le Conseil de l’UE,
sur une proposition de la
Commission datant de 2016.
Brexit : Johnson appelle les tories
à soutenir May, mais à rejeter son plan
l Boris Johnson s’en est violemment
pris, mardi, au plan de Chequers,
poussé par la Première ministre.
l Mais il a, à ce stade, refusé
de l’attaquer ad hominem.
ROYAUME-UNI
Alexandre Counis
@alexandrecounis
— Envoyé spécial à Birmingham
Il fallait bien compter une heure et
demie d’avance, mardi à Birmingham, pour être sûr de trouver une
place dans le hall 1 où Boris Johnson
devait prendre la parole, à l’occasion
de la grande conférence annuelle du
Parti conservateur, à la veille du discours de Theresa May. De longues
files d’attente s’étaient alors déjà formées dans les couloirs, et les hôtesses de l’accueil conseillaient, pour
trouver l’entrée, d’« aller là où tout le
monde va ». L’ex-ministre des Affaires étrangères allait-il frontalement
défier la Première ministre, prenant
prétexte du Brexit pour chercher à
précipiter son départ et le cas
échéant prendre sa place ? La question était sur toutes les lèvres.
Boris Johnson a fait le show, distillant comme à son habitude les
bons mots et les petites phrases. Il
s’en est, sans surprise, violemment
pris au plan de Chequers poussé par
la Première ministre, qui propose
un « soft Brexit » passant par un
arrangement douanier avec l’UE.
Mais il a, à ce stade, clairement
refusé de l’attaquer ad hominem.
« Chuck Chequers » (« Chequers à
la poubelle »), a-t-il lancé à la salle,
où 1.500 militants largement acquis
à sa cause l’ont alors longuement
applaudi. Un plan qu’il a qualifié de
« tromperie », un scandale constitutionnel dont l’application aboutirait
à humilier le Royaume-Uni. « Cela
signifierait que les entreprises du
Royaume-Uni seraient exposées pour
toujours à des réglementations qui
seraient expressément conçues à la
demande de concurrents étrangers
pour les abattre, a-t-il expliqué. Cela
signifierait que nous serions contraints d’appliquer, sans pouvoir les
modifier ou sans pouvoir nous y
opposer, toutes les inepties que l’UE
pourrait inventer à l’avenir. […] Ce
n’est pas la démocratie. Ce n’est pas ce
pour quoi nous avons voté », a-t-il
conclu.
Boris Johnson a de nouveau dit
qu’il était temps de changer de politique, en cherchant plutôt à conclure
avec Bruxelles un accord de libreéchange à la manière de celui signé
par l’UE avec le Canada. Il a aussi
appelé à renoncer à toute période de
transition et au « backstop » négocié
avec Bruxelles pour préserver quoi
qu’il arrive la fluidité des échanges à
la frontière irlandaise.
Esquisse de programme
Boris Johnson n’a pas pour autant
appelé au départ de Theresa May. Il a
même appelé à la soutenir… sur
l’ambitieuse vision qu’elle a fixée
dans son discours de Lancaster
House ! En janvier 2017, elle y faisait
miroiter, post-Brexit, « un RoyaumeUni fort et indépendant ». Depuis, les
« hard Brexiters » estiment que cette
promesse a été bafouée.
« Il n’a pas voulu, à ce stade, prendre la responsabilité d’accroître les
divisions qui traversent déjà le
parti », réagissait une militante à
l’issue de sa prestation. « Une attaque directe contre Theresa May
aurait affaibli l’argumentation de
Boris Johnson », ajoutait un député
tory. Mais l’ex-ministre n’en pense
pas moins, et il attend son heure.
Charges répétées contre l’opposition travailliste, référence à Margaret Thatcher, appel à rendre les rues
plus sûres, à financer correctement
le système de santé ou à baisser les
impôts : les vingt premières minutes de son discours, soit près de la
première moitié, ont été consacrées
à égrener ce qui ressemblait fort à
une esquisse de programme. Ou à
énumérer les avancées enregistrées lorsqu’il était maire de Londres. Une réponse à Philip Hammond, le chancelier de l’Echiquier,
qui a publiquement douté, lundi, de
ses capacités à gouverner. n
Boris Johnson a fait le show, distillant comme à son habitude les bons mots et les petites phrases. Photo Paul Ellis/AFP
Ambiance électrique chez les conservateurs
L’imminence du Brexit,
les difficultés des
négociations avec Bruxelles,
l’intransigeance de Theresa
May sur ses propositions…
tout concourt à hystériser
les tensions déjà vives
du Parti conservateur.
A l’entrée de l’International Conference Center, dimanche à Birmingham, des militants conservateurs distribuent des badges
bleus arborant fièrement la formule « Stand up for Brexit »… et
d’autres, de couleur blanche,
ajoutant « Chuck Chequers »
(« Chequers à la poubelle »). Le
plan de « soft Brexit » que pousse
la Première ministre conservatrice, Theresa May, est devenu la
bête noire des tories « hard Brexiters », à la grande conférence
annuelle du parti. Au point qu’on
se demande parfois, en entendant
certains s’emporter à la tribune
ou se confier dans les allées, si le
gouvernement dont ils parlent est
bien du même bord qu’eux.
Contre vents et marées…
« Nous avons encore à gagner la
bataille du Brexit », martèle au
micro Priti Patel, l’ex-secrétaire
d’Etat au Développement international, à l’occasion d’une des nombreuses réunions organisées en
marge de la session plénière, où se
succèdent sur scène pas moins de
huit élus « hard Brexiters ». « Nous
sommes ici pour poursuivre la campagne », ajoute-t-elle, dans une formule électrique qui résume, à elle
seule, l’ambiance générale.
« Madame la Première ministre,
s’il vous plaît, supplie le député
Conor Burns. Nous ne voulons pas
vous remplacer, mais nous voulons
remplacer le plan de Chequers.
Alors, renoncez-y. Et si vous voulez
rebaptiser “Chequers 2” notre proposition “Canada+” [l’accord de
« La Confederation
of British Industry
est une menace
grave à la stabilité
politique et à
l’avenir économique
du Royaume-Uni. »
STEVE BAKER
Le député hard Brexiter
libre-échange qu’appellent de leurs
vœux les “hard Brexiters” avec
l’UE, sur le modèle de celui conclu
par Bruxelles avec le Canada,
NDLR], nous n’y voyons aucun problème ». La salle rit, et applaudit.
L’entrée en vigueur imminente
du Brexit, les difficultés actuelles
des négociations que mène le gouvernement à Bruxelles, l’intransi-
geance de Theresa May, qui reste
sur sa ligne de « soft Brexit » contre
vents et marées… tout concourt à
hystériser les tensions déjà vives au
sein du parti. Tout est également
propice à consommer la rupture
de toute une frange du parti avec le
patronat, pourtant traditionnel
soutien du camp conservateur.
Assise derrière la même table
que le député « hard Brexiter »
Steve Baker, la représentante de
l’Institute of Directors, Allie Renison, a eu bien du mal à cacher son
irritation, dimanche, devant les
propos de l’ancien sous-secrétaire
d’Etat au Brexit, qu’elle a dû interrompre à plusieurs reprises.
La Confederation of British Industry, l’équivalent du Medef outreManche, est elle aussi dans le
viseur. « Le CBI est une menace
grave à la stabilité politique et à l’avenir économique du Royaume-Uni »,
n’hésitera pas à lancer Steve
Baker.— A. C.
Le Finlandais Stubb entre dans la course pour la Commission
EUROPE
L’ancien Premier
ministre se déclare
candidat pour être tête
de liste de la droite
européenne.
Gabriel Grésillon
@Ggresillon
— Bureau de Bruxelles
La droite européenne se cherche, et
la bataille pour en prendre les rênes
lors de l’élection de 2019 en donne
l’illustration. Alors que l’Allemand
Manfred Weber s’est déclaré candidat, début septembre, pour être la
tête de liste du PPE, la grande formation politique conservatrice qui
domine traditionnellement la vie
politique européenne, le Finlandais
Alexander Stubb est à son tour entré
en lice, mardi. Face au candidat soutenu par Angela Merkel, cet ancien
Premier ministre et ministre des
Finances veut occuper un créneau
différent, plus centriste et intransigeant sur les valeurs de démocratie
et d’Etat de droit.
La bataille est loin d’être anodine :
potentiellement, c’est la succession
de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission euro-
péenne qui se joue. Si le PPE arrivait
en situation de domination au
soir des élections, son candidat
aurait des chances de succéder à
Jean-Claude Juncker – à moins
d’un tir de barrage des chefs d’Etat et
de gouvernement, qui gardent le
dernier mot.
Dans un entretien aux « Echos »,
Alexander Stubb a pris soin, sans le
dire, de se démarquer de Manfred
Weber. Même si ce dernier a récemment voté pour sanctionner le Hongrois Viktor Orbán, il assume un
positionnement de droite décomplexé. En pleine montée des populismes, le candidat allemand fait le pari
que le PPE évitera une trop grosse
érosion électorale en assumant un
discours ferme sur les questions
identitaires et migratoires.
« République bananière »
Alexander Stubb, lui, juge que « la
mère de toutes les questions est celle
des valeurs ». Il se dit prêt à écarter
Viktor Orbán du PPE si le respect
des droits n’est pas garanti en Hongrie. Sur l’Etat de droit, il faut être
« intraitables, faute de quoi l’Europe
ressemblera à une république bananière », assène-t-il.
Les douze députés hongrois que
perdrait le PPE ? « C’est la vie, personnellement ça me va. » Pour ce
marathonien de cinquante ans qui
reçoit en jean, tee-shirt et baskets,
l’idée est aussi d’incarner une nouvelle génération – bien qu’il ait quatre ans de plus que Manfred Weber.
En centrant sa campagne sur les
réseaux sociaux, mais aussi en
développant ses réflexions sur les
nouvelles technologies. Qu’il
s’agisse de l’avenir du travail dans
une société robotisée, de l’impact
des nouveaux médias sur la vie
démocratique ou des questions
éthiques que soulèveront, demain,
les progrès des neurosciences et de
la génétique, il l’assure : « Nos
valeurs doivent être le point de départ
de nos réflexions. » « Il n’y a pas de
meilleur endroit que l’Union euro-
péenne pour commencer à réglementer ces technologies », estime-t-il.
Au final, Donald Trump est « une
bénédiction » pour le Vieux Continent, juge celui dont les chances sont
augmentées par la décision de
Michel Barnier de ne pas entrer dans
la course. Pour ce francophone, le
président américain oblige les
Vingt-Sept à entrer dans « le moment
européen », celui qui va « nous obliger à être à la hauteur des défis, à passer de l’adolescence à l’âge adulte ».
« Aujourd’hui, être contre l’Union
européenne, c’est un peu comme être
contre Internet : cela n’a pas de sens.
Mieux vaut déployer son énergie à tenter d’en influencer le contenu. » n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MONDE // 09
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Allemagne : compromis
politique sur l’immigration
l La coalition gouvernementale prévoit d’offrir un droit de séjour de six mois
aux travailleurs qualifiés non ressortissants de l’Union européenne.
l Le gouvernement veut par ailleurs accélérer et simplifier la reconnaissance
des qualifications professionnelles étrangères.
Le gouvernement
grec prépare
deux versions
de budget pour 2019
EUROPE
Les chances
du gouvernement
Tsípras d’obtenir
les faveurs
de l’Eurogroupe
avant Noël ne sont
pas minces.
Catherine Chatignoux
@chatignoux
La procédure est inhabituelle et
montre que la Grèce est loin
d’être débarrassée de la tutelle
de ses partenaires et créanciers
européens. Alors qu’il est sorti
depuis mi-août du troisième et
dernier programme d’aide
financière, le gouvernement
grec a préparé pour 2019 deux
versions du projet de budget.
Celle qui l’emportera dépend
du bon vouloir des ministres
des Finances de la zone euro,
qui ne devraient pas s’exprimer
avant l’Eurogroupe du mois de
décembre. Obligée de patienter,
la partie grecque temporise.
Berlin veut accélérer la reconnaissance des diplômes étrangers outre-Rhin. Photo Lena Mucha/NYT-Redux-RÉA
EUROPE
Pauline Houédé
@Pauline_H
— Correspondante à Francfort
Pressés de faciliter l’arrivée de travailleurs étrangers qualifiés, alors
que les entreprises allemandes
craignent une pénurie de
main-d’œuvre, les partis de la coalition au pouvoir en Allemagne se
sont mis d’accord mardi sur un
compromis en matière migratoire.
« Nous avons déjà dans beaucoup
de branches et de régions une forte
pénurie de main-d’œuvre qualifiée »,
a rappelé mardi le ministre des
Affaires sociales, Hubertus Heil
(SPD), soulignant le risque pour la
croissance allemande.
Rédigé au terme de longues
négociations par les chrétiens
conservateurs de la CDU, son pendant bavarois de la CSU et les
sociaux-démocrates du SPD, le
texte prévoit notamment la créa-
tion d’un cadre juridique plus clair
pour les migrants qui ont vu leur
demande d’asile rejetée mais qui
restent « tolérés » sur le territoire
allemand et ont depuis trouvé un
emploi. Ces travailleurs bien intégrés et qui parlent allemand disposeront d’un statut « fiable » déterminés en fonction de « critères
clairs » et leur permettront de travailler sans redouter une expulsion.
Pas droit aux aides sociales
gration non qualifiée venant de pays
tiers. Nous allons veiller avec des critères clairs à ce que la réglementation
ne puisse pas être utilisée abusivement », précise le document.
Parmi les autres points évoqués :
Berlin renonce au principe de la
priorité d’accès à l’emploi pour les
travailleurs allemands, jusqu’ici
écartée uniquement pour quelques
métiers connaissant une pénurie de
main-d’œuvre.
« Nous avons
déjà dans beaucoup
de branches
et de régions
une forte pénurie
de main-d’œuvre
qualifiée. »
HUBERTUS HEIL
Le ministre des Affaires sociales
Développer l’apprentissage
de l’allemand
Le compromis prévoit également
l’octroi d’un permis de séjour d’une
durée de six mois permettant à des
travailleurs qualifiés non ressortissants de l’Union européenne de se
rendre en Allemagne pour y chercher un emploi. Une mesure dont
bénéficient jusqu’ici seulement les
diplômés de l’université.
Berlin pose cependant ses
conditions : ces travailleurs qualifiés doivent parler suffisamment
bien l’allemand et n’auront pas droit
aux aides sociales allemandes.
« Nous ne voulons pas d’une immi-
Le gouvernement veut par ailleurs
accélérer et simplifier la reconnaissance des qualifications professionnelles étrangères. A l’étranger, il
souhaite également renforcer ses
efforts pour développer l’apprentissage de l’allemand, via notamment
son réseau d’instituts Goethe.
Ces modifications, qui « s’imposaient depuis longtemps », sont
« bonnes », a réagi le chef de la fédération des employeurs allemands
(BDA), Steffen Kampeter. n
Le fantôme du mur plane toujours sur le pays
Alors que l’Allemagne
fêtera vingt-huit ans de
réunification le 3 octobre,
ses habitants n’ont jamais
semblé aussi divisés.
Ninon Renaud
@NinonRenaud
— Correspondante à Berlin
6,8 %, contre 5,1 % au niveau national. « La performance économique
de ces régions est désormais comparable à celles de régions françaises et
britanniques », résume le rapport.
Un nouveau plan de soutien
Des différences subsistent en
matière de rémunérations et
d’emploi faute d’avoir encore vu
émerger des poids lourds industriels à l’Est. Le produit intérieur
brut par habitant dans ces régions
ne représente encore que 73,2 % de
celui des Allemands habitant à
l’ouest. Le gouvernement fédéral
promet donc un nouveau plan de
soutien pour les PME et l’attracti-
John MacDougall/AFP
Alors que Berlin revendique depuis
lundi « la plus grosse fête de
l’année » pour célébrer jusqu’à mercredi vingt-huit ans de réunification allemande, l’Allemagne prend
conscience que l’argent ne suffit pas
à assurer la cohésion d’un pays.
« Beaucoup a été fait et nous avons
toutes les raisons d’être fiers mais
beaucoup reste encore à faire », a
reconnu la semaine dernière Christian Hirte, secrétaire d’Etat parlementaire auprès du ministre allemand de l’Economie, lors de la
publication du rapport sur l’état de
l’unité du pays.
Ce bilan de l’harmonisation des
conditions de vie en Allemagne
confirme que la situation économique des régions de l’ancienne Allemagne de l’Est et celles de l’Ouest
convergent. Depuis la chute du
Mur, les premières ont vu leurs performances économiques plus que
doubler. De 18,7 % en 2005, le taux
de chômage y atteint désormais
Les préparatifs pour décorer la porte de Brandebourg avant les fêtes de la réunification.
vité économique de ces « nouveaux » Länder.
La montée du parti d’extrême
droite AfD dans l’ancienne Allemagne de l’Est assombrit néanmoins
ce tableau. Malgré l’émergence
d’une génération née après la chute
du mur, le fantôme de ce dernier
plane toujours sur le pays. « Nous
avons des rues flambant neuves mais
beaucoup d’Allemands de l’Est ne se
sentent pas chez eux dans la République fédérale car ils se sentent injustement traités », analyse Martin Dulig,
ministre de l’Economie du land de
Saxe, région où ont éclaté les incidents de Chemnitz.
« Dans l’ancienne Allemagne de
l’Est, la vision de la démocratie et de
l’économie de marché est différente
de celle de leurs compatriotes occidentaux, comme dans d’autres
régions en transition contrôlées par
l’ex-Union soviétique. Du point de
vue de certains citoyens des Etats
fédéraux de l’Est, ces deux piliers de la
société en République fédérale n’ont
souvent pas été une réussite individuelle », attestent les auteurs du
rapport. Un constat qui nourrit la
conviction de Martin Dulig qu’un
travail de mémoire et de reconnaissance des bouleversements entraînés pour ces citoyens par la réunification est désormais urgent pour
enfin tourner la page. n
Croissance revue
à la hausse
Derrière ce petit jeu d’influence,
la mise en œuvre ou non d’une
ultime baisse des pensions de
retraite au premier janvier : une
mesure planifiée et votée en
2017 qui devait être appliquée si
et seulement si la trajectoire de
redressement des finances
publiques dérivait. Depuis plusieurs mois, le Premier ministre, Aléxis Tsípras, plaide
auprès de ses partenaires européens pour annuler cette décision qui ne se justifie plus, selon
lui.
La croissance a été revue à la
hausse par ses services à 2,5 %
pour l’année prochaine (au lieu
de 2,3 % dans les prévisions
d’été de la Commission européenne) grâce à la reprise de la
consommation. La marge
financière du pays permet
désormais de surseoir à cette
nouvelle coupe dans les retraites qui serait interprétée par les
Grecs comme un ultime châtiment. Sans compter le déplorable impact politique sur le Premier ministre, qui déjà est à la
traîne dans les sondages.
La prudence pourrait
l’emporter
Une première version du projet
de budget 2019 dite « de base »
inclut ces baisses de retraite qui
représentent 1 % du PIB du pays
(1,8 milliard d’euros). Elles permettraient de dégager un excédent primaire – avant remboursement de la dette – de 4,14 %
après les 3,7 % prévus cette
année. Ces rentrées fiscales
supplémentaires permettraient au gouvernement
d’accorder une série de mesures fiscales et sociales.
La version alternative fait
l’impasse sur les coupes dans les
retraites mais affiche tout de
même un excédent primaire de
3,56 % – conforme aux exigences des créanciers. « Il est intéressant de noter que même dans ce
scénario, le gouvernement maintient des mesures de relance »,
comme la baisse de 10 % de la
taxe foncière (Enfia) et la baisse
de la taxe sur l’impôt sur les
sociétés – qui sera ramené de
29 % à 25 % sur quatre ans –,
note les économistes du cabinet
Pantelakis à Athènes.
Les chances du gouvernement Tsípras d’obtenir les
faveurs de l’Eurogroupe avant
Noël ne sont pas minces. Le président de l’Eurogroupe, Mario
Centeno, a envoyé des signaux
positifs lundi à Bruxelles.
Les ministres des Finances sont
pris entre deux risques : une
crise politique avec le gouvernement grec s’ils refusent
la demande d’indulgence
d’Aléxis Tsípras ; une crise
financière si les marchés
jugeaient le budget grec trop
laxiste. En ces temps d’incartades budgétaires du gouvernement italien, la prudence pourrait l’emporter. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 // MONDE
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Victoire historique du centre
droit au Québec
CANADA
Le Parti libéral
et le Parti québecois
ont subi une défaite.
Les électeurs leur ont
préféré un homme
d’affaires de centre
droit. Le thème
de l’indépendance
n’est plus central.
Virginie Robert
virginierg
Le parti de centre droit, dirigé par François Legault, a remporté
74 sièges, ce qui lui assure la majorité absolue à l’assemblée
de la province. Photo Martin Ouellet-Diotte/AFP
Les Québécois ont déjoué les sondages lundi en répondant « à la question de l’urne » et en offrant une
large victoire à la Coalition Plateforme Québec (CAQ). Avec 37,4 %
des voix, le parti de centre droit de
François Legault fait un bond de
géant en remportant 74 sièges, contre 21 précédemment. Il devance
ainsi largement le Parti libéral du
Premier ministre sortant, Philippe
Couillard, dont le nombre de députés tombe de 68 à 32 et qui devient la
deuxième formation de la Province.
« C’est une élection historique, c’est la
première fois depuis 1976 qu’un parti
qui n’a pas été au gouvernement
arrive au pouvoir », observe Eric
Montigny, professeur de sciences
politiques à l’université Laval à Québec. Comme en Alberta en 2015, ou
en Ontario en juin dernier, cette
élection au Québec rebat complètement les cartes.
Car malgré une économie en
excellente santé, les électeurs ont
exprimé une véritable « fatigue »
vis-à-vis des libéraux qui ont exercé
le pouvoir quasiment sans discontinuer depuis 2003 (à l’exception de la
période 2012-2014). Une soif d’alter-
nance qui leur a fait choisir, plutôt
que les vieux partis, une jeune formation de centre droit. Pendant la
campagne, François Legault – un
homme d’affaires qui a notamment
cofondé la compagnie Air Transat –
a mis en avant la défense de la classe
moyenne, la libéralisation de l’économie et la volonté de créer des
emplois bien payés. Il n’est pas du
tout perçu comme un populiste et
sa fraîcheur aux affaires publiques
lui a servi face aux partis traditionnels et auprès des jeunes ménages.
« C’est un changement générationnel. Les baby-boomers ne sont plus
les plus nombreux parmi les électeurs », note Eric Montigny. Résultat : c’est la première fois que le Parlement comptera 41,6 % d’élues.
dance qui n’est plus central »,
remarque Eric Montigny.
En revanche, l’immigration a été
l’un des thèmes de la campagne, en
particulier autour de l’adéquation
au marché du travail et sur la question de la sélection des immigrants.
Le parti de François Legault a été
élu en proposant de réduire le plafond des arrivées de 52.400 à
40.000 par an avec une remise des
outils pour mieux réussir l’intégration. Sa première tâche sera néanmoins de rassurer les producteurs
laitiers du Québec, très inquiets de
l’accord de libre-échange que le
Canada vient de conclure avec les
Etats-Unis et le Mexique. n
Erosion d’un clivage
Le Parti québecois, traditionnel
chantre de l’indépendance, a fait
son pire score depuis sa création et
ne pourra plus siéger comme parti
à l’assemblée. Avec seulement 9
élus contre 28 (Jean-François Lisée,
son chef, a même perdu son siège et
démissionné dans la foulée), il se
retrouve bon dernier derrière le
nouveau parti de gauche, Québec
Solidaire (10 élus). Une vraie déculottée. « Il y a eu une érosion du clivage autour du thème de l’indépen-
présentent
TUNISIE
Nouveau soubresaut
d’une transition
chaotique, l’Union
européenne
demande à Tunis
de réactiver
son instance
indépendante afin
d’organiser les
prochains scrutins
de 2019.
Michel De Grandi
@MdeGrandi
le 1er festival des médias de demain
1 date | 3 lieux | des expériences
jeudi 22 novembre 2018
Programme & réservation : maisondelaradio.fr
Maison de la Radio
116 avenue du Président-Kennedy
75016 Paris
ERIC MONTIGNY
Professeur de sciences
politiques à l’université
Laval à Québec
L’Europe pousse la
Tunisie à relancer son
processus démocratique
et
Les Echos
10 boulevard de Grenelle
75015 Paris
« C’est la première
fois depuis 1976
qu’un parti qui
n’a pas été au
gouvernement
arrive au pouvoir. »
France Télévisions
18, rue du Professeur Florian Delbarre
75015 Paris
Le torchon brûle en Tunisie
entre le président Beji Caïd
Essebsi et son Premier ministre
Youssef Chahed. En pleine rentrée parlementaire et alors que
les députés doivent prochainement voter la loi de finances
2019, le chef de l’Etat a une nouvelle fois demandé à son Premier ministre de solliciter un
vote de confiance à l’Assemblée
des représentants du peuple
(ARP), pour « asseoir sa légitimité », fait valoir Beji Caïd
Essebsi. La rentrée est d’autant
plus agitée que les luttes de pouvoir au sein du parti présidentiel Nidaa Tounes ont entraîné
le délitement de son groupe
parlementaire.
La Tunisie n’a certes pas
besoin d’une nouvelle crise
politique, déjà largement préoccupée par sa situation économique. Hormis une saison touristique qui a repris des
couleurs avec le retour des
Européens sur les plages après
les années de désertion consécutives aux attentats de 2015,
l’économie tunisienne doit supporter une inflation en hausse
(7,5 % en août) et un chômage
de l’ordre de 15 % qui double
chez les moins de 25 ans. Signe
du mécontentement grandissant et des tensions sociales,
une journée de grève nationale
est organisée le 24 octobre, à
l’appel de l’UGTT, la puissante
centrale syndicale. Depuis deux
ans qu’il est au pouvoir, Yousseff Chahed s’est surtout distingué par sa politique d’austérité,
qui touche les plus démunis
sans parvenir réellement à restaurer la confiance pour attirer
les investisseurs étrangers.
Consciente de la dégradation
de la situation, la mission
d’observation électorale de
l’Union européenne vient de
tirer une nouvelle fois le signal
d’alarme et a appelé les élus
locaux à relancer sans tarder
l’Instance indépendante chargée d’organiser les élections. « Il
faut reconstituer rapidement les
capacités techniques et humaines de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie)
et renforcer la transparence de sa
gestion du processus électoral »,
a déclaré le chef de la mission
d’observation, Fabio Castaldo,
vice-président du Parlement
européen.
Un tiers des membres
à renouveler
L’Isie est en suspens, le Parlement tunisien n’ayant toujours
pas renouvelé le tiers de ses
membres comme prévu légalement, alors que des élections
législatives et présidentielles
doivent se tenir en décembre 2019. « Le processus démocratique tunisien ne peut pas se
passer d’une Isie forte », qui
« puisse fonctionner indépendamment du jeu politicien », a
souligné Fabio Castaldo, soulignant que cela « est en grande
partie entre les mains des forces
politiques au sein de l’Assemblée ». n
7,5%
D’INFLATION EN AOÛT
L’économie tunisienne doit
également fcaire face à un
taux de chômage de 15% de
la population active (30%
chez les moins de 25 ans).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 11
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
idées&débats
SOMMAIRE
Le meilleur
du Cercle des Echos
La Chronique
Le Point de vue
Cinéma
Dette hors-bilan : attention danger
La France ne doit plus laisser filer ses élites
Loi de finances :
les opportunités manquées
« A Star is Born » : une étoile renaît
LES ÉDITORIAUX
DES « ÉCHOS »
La commedia dell’arte
du gouvernement italien
Pascal Garnier pour « Les Echos »
Comment Madrid veut sortir
du piège catalan
Cécile Thibaud
— Correspondante à Madrid
Ne pas laisser le terrain libre au discours indépendantiste. Etre présent,
écouter, proposer, ouvrir des voies
de dialogue, faire avancer les dossiers sectoriels et maintenir une
offensive diplomatique constante
pour expliquer la position espagnole aux chancelleries et contrecarrer la séduction du discours séparatiste auprès de l’opinion publique
internationale. C’est aujourd’hui la
stratégie du gouvernement de Pedro
Sánchez pour faire face au défi
sécessionniste catalan et reprendre
l’initiative. « Nous sommes face à une
crise politique à laquelle il faut apporter des réponses politiques », répète
son équipe rapprochée.
Il y a un an tout juste, deux millions de Catalans participaient à un
référendum d’autodétermination
décrété illégal par la justice espagnole. La journée était marquée par
des images de violences policières
qui ont fait le tour du monde, suivies de semaines de chaos vertigineux qui avaient débouché sur une
déclaration unilatérale d’indépendance au Parlement de Barcelone et
la mise sous tutelle de la région.
Le monde s’interrogeait alors sur
la stratégie de Madrid, murée dans
l’immobilisme face au défi séparatiste, alors que les partis favorables
à la sécession ont renouvelé leur
majorité au parlement de Barcelone (en récoltant 47 % des suffrages). Un an après la volte-face est
complète. Au silence crispé du gouvernement antérieur, celui de
Mariano Rajoy, qui s’était contenté
de traiter la question catalane
comme un simple problème administratif à régler devant les tribunaux, a succédé l’hyperactivité des
hommes de Pedro Sánchez occupant le terrain.
La prise à bras-le-corps du dossier catalan semble être jusqu’ici
l’une des marques les plus probantes du gouvernement Sánchez,
arrivé par surprise au pouvoir en
L’ANALYSE
DE LA RÉDACTION
Un an après
le référendum
en faveur de
l’indépendance de la
Catalogne, finalement
décrété illégal,
Madrid veut
désamorcer les
risques de partition
du pays en multipliant les voies de
dialogue et d’entente
avec Barcelone.
D
Les points à retenir
l’immobilisme
•duAprès
gouvernement de Mariano
Rajoy, celui de Pedro Sánchez
fait face au défi séparatiste.
Offres de collaboration
et de mains tendues se
multiplient pour définir
avec les indépendantistes
qui gouvernent à Barcelone
un nouveau cadre de relations
avec le pouvoir central.
La stratégie commence à
porter ses fruits, mais l’avenir
politique de Pedro Sánchez
est incertain.
Il dépend paradoxalement
du bon vouloir des deux
formations sécessionnistes
catalanes.
•
•
•
juin dernier, grâce à une motion de
censure gagnée contre Mariano
Rajoy. Porté par une alliance électorale à la fois hétéroclite et instable, le
nouveau chef de gouvernement
socialiste a eu pour l’instant du mal
à faire avancer ses projets. Il vient
ainsi de voir retoquée sa tentative de
relever par la voie rapide le plafond
de dépenses publiques pour 2019,
bloqué par l’opposition du Parti
populaire et de Ciudadanos (Parti
des citoyens, centriste), qui contrôlent la majorité du Sénat, et il va
devoir s’embarquer dans des arbitrages difficiles pour mettre en place
le virage social promis à ses alliés de
Podemos (gauche radicale).
L’exécutif semble nettement plus
à l’aise sur le dossier catalan. Après
des années d’indifférence de
Madrid face à leurs revendications,
les indépendantistes qui gouvernent à Barcelone se trouvent à présent inondés d’offres de collaboration et de mains tendues pour
définir ensemble un nouveau cadre
de relations avec le pouvoir central.
La commission bilatérale entre
l’Etat et la Generalitat (le gouvernement régional) vient d’être réactivée alors qu’elle était au point mort
depuis 2011 et les envoyés de Barcelone participent de nouveau aux
réunions sectorielles et au Conseil
économique et fiscal. Pour la ministre en charge des questions territoriales, Meritxell Batet, une socialiste barcelonaise qui connaît le
problème de première main, il s’agit
de renouer le lien en travaillant à de
petits accords, à la fois pour restaurer la confiance et transmettre à la
société le message que l’Etat participe à l’amélioration de la vie des
Catalans.
C’est le début d’une tâche de longue haleine, mais « des couloirs sont
ouverts », affirme la porte-parole du
gouvernement, Isabel Celaá. La
stratégie commence à porter ses
premiers fruits, avec la signature la
semaine dernière d’un accord de
financement qui va donner un bol
d’air à la région, avec une injection
de 1,4 milliard d’euros supplémentaire pour la région dans les quatre
prochaines années. Mais combien
de temps aura Pedro Sánchez pour
mener à bien son projet ? Son avenir
politique dépend paradoxalement
du bon vouloir des deux formations
sécessionnistes catalanes, de droite
et de gauche, qui l’ont appuyé au
Parlement de Madrid dans sa
motion de censure contre Mariano
Rajoy. « Leur stratégie reste floue et
les partis ne sont pas d’accord entre
eux sur la marche à suivre », constate
l’écrivain et chroniqueur politique
Jordi Amat, auteur du livre « La
Conjura de los irresponsables », qui
retrace la montée du mouvement.
Alors que depuis Bruxelles l’exprésident catalan Carles Puigdemont appelle à torpiller les efforts de
Madrid, certains dirigeants indépendantistes reconnaissent à demimot que la construction d’une hypothétique République catalane était
une chimère. Mais ils refusent
d’admettre tout haut que la voie la
plus sensée serait la reprise de négociations avec Madrid pour renforcer
l’autonomie de la région et une
meilleure reconnaissance de ses
singularités au sein de l’Espagne.
« Après avoir fait miroiter le paradis ou presque et mobilisé en manifestations des centaines de milliers de
personnes qui continuent de croire
que la République catalane est en
marche, le retour à la réalité est difficile », explique Jordi Amat. « L’indépendantisme est devenu une question de religion et les croyants ne sont
pas sensibles aux arguments rationnels, poursuit-il en décrivant les
politiciens indépendantistes pris au
piège. Ceux qui descendront les premiers du train seront désignés
comme des traîtres et personne ne
veut s’y risquer. » Les jeux de rapports de force sont complexes au
sein du camp sécessionniste, mais
tous se retrouvent autour d’une certitude : pas question de laisser le
gouvernement de Pedro Sánchez
s’accrocher si facilement des
médailles. n
Qui croire ? L’omniprésent patron de la Ligue
Salvini qui « se fiche » de savoir si Bruxelles va
s’opposer à son projet de budget. Ou le
président Mattarella qui rappelle que la
Constitution impose « l’équilibre budgétaire et
la viabilité de la dette publique » ? Le chef de file
du Mouvement 5 étoiles Di Maio qui assure
qu’il
« ne bougera pas d’un millimètre » malgré
Par Guillaume
la pression des marchés ? Ou son ministre
Maujean
des Finances qui tente de freiner les folles
ambitions du gouvernement populiste ?
Les marchés Ceux qui affirment, au sein de la Ligue et du
ont
M5S, que l’Italie serait maître de son destin
avec sa propre monnaie, ou ceux qui jurent
quelques
que Rome n’a pas l’intention de quitter la zone
raisons
euro ? On pouvait s’y attendre, la préparation
d’être
du budget italien se fait dans la douleur.
Elle révèle les incohérences et la fragilité
inquiets,
d’une coalition réunissant deux partis
mais pas
extrémistes aux ambitions aussi hétéroclites
de paniquer que leurs électorats sont antagonistes. Une
pour autant. seule certitude à ce stade : le déficit va déraper,
le bras de fer est engagé avec Bruxelles et les
marchés ont quelques raisons d’être inquiets.
Des raisons d’être inquiets, mais pas de paniquer pour autant.
Les taux d’intérêt sont, certes, en train de monter et la Bourse de
Milan d’accuser le coup. Mais la situation sur les marchés est loin
d’être aussi dramatique qu’en 2011, quand la flambée des taux
et la pression de la Banque centrale européenne avaient fait tomber
le gouvernement Berlusconi. Les investisseurs font preuve
d’un – relatif – sang-froid qu’on peut parfaitement justifier.
D’abord parce que le pays est loin d’être aux abois : il affiche des
excédents extérieurs et dispose d’un bassin d’épargne domestique
important pour financer sa dette. Ensuite, et c’est suffisamment
rare pour le souligner, parce que le risque de contagion semble
mesuré : l’Espagne et le Portugal ont redressé leur situation,
tandis que la zone euro a réalisé ces dernières années des avancées
importantes pour corriger ses déséquilibres macroéconomiques
et renforcer son architecture financière.
Enfin, parce que le gouvernement italien est, à ce stade, plus
radical dans ses propos que dans ses actes. Ses hommes forts,
Salvini en tête, se complaisent à instrumentaliser la question
budgétaire, après celle des migrants, pour mieux servir leurs
critiques populistes contre l’Union européenne. Mais où seront-ils
quand il faudra annoncer aux Italiens le prix à payer pour sortir de
l’euro : perdre toutes leurs économies et renoncer à leur train de vie ?
Il y aura certainement de nouveaux épisodes de tensions à l’avenir,
entre Rome et Bruxelles, au sein même de la coalition italienne
et sur les marchés. Mais le scénario du pire est loin d’être certain.
(
Lire nos informations
Page 29
Effet boomerang
Par Etienne Lefebvre
Il y a un an, le gouvernement présentait son premier budget et
assurait que le pouvoir d’achat des salariés allait augmenter, grâce
à la suppression des cotisations chômage et maladie. Un an après,
la communication de l’exécutif porte toujours sur cette mesure, et
pour cause, l’essentiel du gain n’a toujours pas été empoché par les
salariés (il apparaîtra fin octobre sur leur feuille de paie) ! Ce
décalage, lié à des contraintes budgétaires, a beaucoup nui au
gouvernement, qui vantait trop tôt une mesure non perceptible
dans les faits, à l’inverse de la hausse de la CSG des retraités entrée
en vigueur dès janvier. Le même hiatus s’est produit avec la
suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des Français, la
première étape n’intervenant là encore que cet automne. La
majorité est désormais échaudée. Pour autant, le deuxième budget
de la législature n’est pas exempt de nouvelles pratiques
calendaires à haut risque politique. Ainsi, la suppression des
cotisations des salariés sur les heures supplémentaires est
fortement mise en avant, mais elle n’est programmée qu’à compter
de septembre 2019. Dans l’esprit du gouvernement, c’est un bel
effort car l’engagement initial portait sur une entrée en vigueur en
2020. Mais pour les salariés, le décalage entre l’annonce et la mise
en œuvre risque de susciter à nouveau des incompréhensions. Les
parlementaires LREM entendent dès lors, à juste titre, anticiper
quelque peu sur ce calendrier. Ils souhaitent aussi accélérer le
tempo sur une mesure phare du plan pauvreté, à savoir
l’élargissement de l’accès à la CMU complémentaire – qui soulagera
notamment les personnes âgées peu aisées. A ce stade, la mesure
est annoncée pour novembre 2019, en raison de contraintes
techniques. Une échéance jugée beaucoup trop lointaine par les
députés de la majorité. Qui risquent de voir monter assez vite
également les revendications de la communauté hospitalière : le
plan santé a certes été bien accueilli, mais à court terme, l’équation
budgétaire de 2019 va rester très serrée pour les hôpitaux. Où
quand les effets d’annonce vous reviennent en boomerang.
(
Lire nos informations
Page 4
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 // IDEES & DEBATS
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
opinions
LES ARTICLES LES PLUS LUS SUR LESECHOS.FR
1. En Chine, la pollution de l’air fait 1 million de morts par an
2. Les carburants vont changer de nom à la pompe à partir du 12 octobre
3. Voiture électrique, guerre commerciale, Gafa : Carlos Ghosn se confie
4. En France, les femmes peuvent espérer vivre 65 ans « en bonne santé »
5. Collomb tient tête à Macron et maintient sa démission
LE MEILLEUR DU
CERCLE DES ÉCHOS
DANS LA PRESSE
ÉTRANGÈRE
Dette hors-bilan :
attention danger
Vatican-Pékin :
la lutte continue !
QU’EST-CE QUE C’EST ? « La dette hors
bilan désigne un engagement, une garantie
ou une activité de financement ne figurant
pas au bilan de l’Etat. Inférieure à
1.000 milliards d’euros en 2005 lors de la
remise du rapport de Michel Pébereau
(président d’honneur de BNP Paribas), elle
s’élevait à 3.900 milliards en 2017. Sa
dynamique est avérée dans la mesure où le
chiffre a quadruplé en douze ans. »
OÙ SE TROUVE-T-ELLE ? « Les
engagements hors-bilan, en France,
regroupent pour plus de la moitié de leurs
montants les futures pensions des retraités
de la fonction publique. Or, ce poste ne cesse
de déraper du fait de la démographie, et
représente ainsi une sorte de mine dérivante
à hauteur de 2.450 milliards […]. Les
engagements hors-bilan visent aussi les
garanties accordées par l’Etat pour plus de
670 milliards, dont 431 pour la garantie des
livrets d’épargne réglementés. A cela
s’ajoutent les 128 milliards concernant la
quote-part de la France pour ce qui concerne
le Mécanisme européen de stabilité (MES) et
la stabilité bancaire. »
POURQUOI EST-CE GRAVE ? « Certains
imaginent que tout ceci est négligeable car il
s’agit d’un décompte des passifs bruts, et que
la France a bien entendu des actifs à mettre
en vis-à-vis de cette dette. Ce raisonnement
n’est pas réaliste, car on ne va pas vendre
une aile du château de Versailles ou un
bâtiment stratégique de la Marine pour
honorer un engagement devenu exigible. […]
Il est donc fort néfaste de confondre un passif
exigible sous forme liquide avec des actifs
complexes à vendre. »
a
A lire en intégralité sur Le Cercle,
lesechos.fr/idees-debats/cercle
Il ne s’agit plus de la lutte entre le curé
•Don
Camillo et le maire communiste
Peppone. Mais de la rivalité en Chine
sur des millions d’âmes entre le Parti
communiste et l’Eglise catholique. Car,
selon le « South China Morning Post »
(« SCMP »), l’accord provisoire entre
Pékin et le Saint-Siège annoncé le
22 septembre sur la nomination des
évêques, mettant fin à un schisme qui
date de 1957, est loin de tout régler. Il n’a,
en tout cas, pas mis un terme « à la
bataille » : le Vatican espère diffuser le
catholicisme en Chine et Pékin veut
maintenir son contrôle sur les deux
Eglises, d’Etat et souterraine.
Pour Pékin, poursuit le journal, cet
accord est également un « formidable
coup contre Taipei » et pourrait ouvrir la
voie à la reconnaissance diplomatique
de la Chine populaire. Le Vatican est la
dernière entité en Europe à reconnaître
encore Taïwan et un changement pourrait conduire les pays d’Amérique latine
à majorité catholique à ne plus reconnaître l’île, qui n’a plus de liens officiels
qu’avec 17 pays seulement. La Chine
compte quelque 12 millions de catholiques divisés entre l’Association patriotique catholique chinoise et l’Eglise
souterraine. Le Vatican espère une
croissance des conversions dans un
pays qui compte 100 millions de chrétiens, alors que le Parti compte 90 millions de membres. Et la menace d’un
clash ne s’est pas éloignée. Xi Jinping a
défendu l’idée du leadership absolu du
Parti et a pris des mesures pour limiter
les activités religieuses.
Il n’est pas exclu que la lutte dépasse
celle entre le Vatican et Pékin pour devenir un combat entre le pape et Xi luimême. On pourrait dire comme à Brescello entre Don Camillo et Peppone.
Mais en beaucoup plus grand et beaucoup plus grave… — J. H.-R
LE LIVRE
DU JOUR
Les leçons de l’Ecole
LE PROPOS Pierre de Panafieu
dirige depuis vingt-huit ans l’Ecole
alsacienne (dont dix ans comme
adjoint) Eric Chol y a accompli les
deux dernières années de sa
scolarité. Le passage a marqué ce
dernier au point que, devenu
journaliste, le patron de « Courrier
international » unisse sa plume à
celle de Panafieu pour tenter de
dégager les racines du succès de
l’établissement qu’il convient
d’appeler « L’Alsacienne ». On y
trouve le long terme, l’autonomie,
l’ouverture internationale,
l’inclusion des parents dans
l’éducation de leurs enfants. Ce n’est
pas là que l’on reprendrait la
boutade de Marguerite Gentzbittel,
la charismatique proviseur du lycée
Fénelon, citée par Panafieu :
« Qu’est-ce qu’on serait heureux si
tous les enfants étaient orphelins ! »
Chaque point est fouillé et on a
l’impression qu’ils ne seront pas
totalement des surprises pour
l’actuel ministre de l’Education. Ils
le furent manifestement pour
nombre de ses prédécesseurs. Il est
important aussi de comprendre
pourquoi l’établissement scolaire,
avec un grand E, est l’entité
principale du système, considéré
dans sa globalité et non comme la
Cas d’écoles
Pierre de Panafieu avec Eric Chol.
Fayard. 300 pages, 20,90 euros.
résultante de mesures éparses
considérant, les unes, le collège,
les autres, les petites classes, etc.
Une fois admis rue Notre-Damedes-Champs, les élèves ont vocation
à y faire toute leur scolarité.
L’INTÉRÊT Tous les sujets sont
abordés dans ce livre sans œillères.
Et lorsque les élèves français
travaillent en moyenne 500 heures
de plus durant leur scolarité que
chez nos voisins, avec un résultat
médiocre, tout enseignement est
bon à prendre.
— Sabine Delanglade
Shutterstock
La dette hors-bilan de l’Etat flirte
avec les 4.000 milliards d’euros, rappelle
notre contributeur Jean-Yves Archer.
Une situation explosive.
Il est urgent que la France privilégie les intérêts des entreprises françaises plutôt qu’étrangères
et que les futures élites redonnent la priorité à la souveraineté nationale.
La France ne doit plus laisser
filer ses élites
Plusieurs fonctionnaires éminents viennent de rejoindre des groupes
privés américains ou chinois. Si la France veut garder ses meilleurs
talents, elle doit mettre fin à cette hémorragie.
LA
CHRONIQUE
d’ Edouard
Tétreau
L
a France a un incroyable talent. »
En attendant la saison 13 de ce
jeu télévisé, la France fait preuve
ces temps-ci d’un talent effectivement
incroyable, mais que le monde entier
ne nous envie pas. Celui de laisser partir
la fine fleur de son élite industrielle,
militaire et financière au service d’intérêts étrangers, sans que personne n’y
trouve rien à redire.
Dernier épisode d’une longue série :
la semaine dernière, Fabrice Brégier,
X-Mines, directeur général d’Airbus,
pilier de l’Europe de la défense, annonçait son départ pour Palantir : cette
start-up financée par Peter Thiel et la
CIA, via son fonds In-Q-Tel, est devenue
en quelques années l’une des principales entreprises mondiales actives dans
le traitement des mégadonnées. Big
Brother, made in Silicon Valley.
Cette spectaculaire prise de guerre
par un groupe sous la dépendance et la
surveillance de Washington (via le
Patriot Act, qui permet au gouvernement fédéral d’obtenir toutes les informations d’une entreprise américaine,
sans les demander) a des précédents.
Celui, en 2017, du général Pierre de Villiers, saint-cyrien, chef d’état-major des
Armées françaises parti servir les intérêts du BCG, cabinet de conseil notamment réputé pour être l’un des principaux contractants du Pentagone aux
Etats-Unis. Celui d’Henri de Castries,
inspecteur des finances, PDG du
groupe AXA fondé par Claude Bébéar,
émargeant aujourd’hui auprès du
fonds américain General Atlantic. Ou
encore celui d’un directeur général de
l’Agence des participations de l’Etat,
parti développer le fonds de commerce
de banques d’affaires américaines,
après avoir vu un de ses prédécesseurs,
devenu directeur du Trésor, partir
accroître celui d’un fonds chinois.
Trois facteurs, qui sont autant de
leviers pour inverser la tendance, expliquent cette hémorragie. Le premier est
inscrit dans la déontologie de l’Etat
français sur le pantouflage. Une déontologie d’un autre âge, rendue par des
fonctionnaires et des élus n’ayant
aucune expérience de l’entreprise privée, réussissant le tour de force de privilégier les intérêts des entreprises étrangères plutôt que françaises. Travailler
pour l’Amérique de Donald Trump ou
la Chine de Xi Jinping ? Rien à redire.
Mais, pour le CAC 40 ou une entreprise
publique française, c’est inacceptable.
Si la France veut garder ses meilleurs
talents, remplaçons d’urgence ce code
de déontologie par un dispositif moins
suicidaire.
Le deuxième facteur est culturel,
voire générationnel. Avec l’effondrement du mur de Berlin et la prétendue
« Fi n d e l ’ H i s t o i r e » d e Fr a n c i s
Fukuyama, certaines élites françaises
ont confondu l’intérêt du pays avec
celui de la mondialisation, et avec leur
intérêt pécuniaire. Ainsi, les meilleurs
élèves de la République vendirent
Pechiney au plus offrant, nord-américain ; la Bourse de Paris au New York
Stock Exchange ; Usinor Sacilor à un
groupe indien alors à peine connu ; Alstom à General Electric ; le Club Méditerranée au chinois Fosun. Liste non
exhaustive et toujours ouverte.
Que dire d’une certaine
aristocratie d’Etat
qui s’est jetée sur
les offres alléchantes
hors de l’Hexagone,
aussi avidement
qu’elle préparait dans
sa jeunesse les concours
de la République ?
Or, ce qui était concevable en 1998 ou
2008 ne l’est plus. Dans le monde de
2018, où ressurgissent à une vitesse
inouïe murs, frontières et intérêts nationaux, que signifient ces collaborations
et ces abandons ? Imagine-t-on un chef
d’état-major allemand, américain, chinois, russe, travailler pour une entreprise étrangère ? Ou le patron de Boeing
rejoindre une entreprise financée par le
MI-6 ou le FSB ? Après le beau geste
d’Henri de Castries offrant le pilotage
du groupe AXA à un Allemand, quelle
entreprise du DAX (le CAC 40 alle-
mand) a cédé, à ce jour, ses manettes à
un Français ? Aucune. Comme si l’élite
française était la seule à continuer de
jouer le jeu d’une économie et d’une
société ouvertes, espérant naïvement
que le reste du monde suivrait son
exemple et son panache.
Le troisième facteur, le plus délicat,
oblige à ne pas juger trop vite : il s’agit de
la conscience individuelle de ce que chacun doit à son pays, et réciproquement.
Les circonstances de sa démission l’ont
prouvé : le pays reste débiteur pour sa
sécurité envers Pierre de Villiers –
qu’aucune grande entreprise française,
publique ou privée n’a su recruter dans
ses conseils ou ses équip es. Par
contraste, que dire d’une certaine aristocratie d’Etat qui s’est jetée sur les offres
alléchantes hors de l’Hexagone, aussi
avidement qu’elle préparait dans sa jeunesse les concours de la République ?
Faut-il s’étonner qu’ensuite le groupe
PSA du centralien Carlos Tavares confie
le pilotage de ses futures voitures
connectées au chinois Huawei ? Ou que
l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi de
l’X-Mines Carlos Ghosn choisisse, la
veille du Mondial de l’automobile à
Paris, d’embarquer les systèmes
Android de Google sur toutes les voitures de la gamme Renault ? A contrario
notamment du choix européen des
constructeurs allemands Mercedes,
BMW et Audi, réunis en consortium
pour racheter le système de cartographie Here de Nokia, ce qui leur permet
de conserver une autonomie stratégique dans ce domaine crucial.
Il n’y a pas de fatalité dans l’histoire
des nations. Le patriotisme comme la
priorité à donner à la souveraineté
nationale connaissent des cycles, à l’instar de l’économie. Ce qui dans ces
domaines a été abandonné, ou mis de
côté, par les générations qui ont cru au
« consensus de Washington », peut être
récupéré très vite.
A condition que les futures élites ne
tardent pas à redonner l’exemple. Ainsi
de la promotion 2015 de l’Ecole polytechnique, qui a vu pas moins de cinq de
ses diplômés rejoindre les cadres de
l’armée de terre, et trois autres la gendarmerie. Du jamais-vu au XXIe siècle.
On peut y voir un point d’inflexion :
celui d’une relève.
Edouard Tétreau
est associé gérant de Mediafin.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 13
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
opinions
LES ARTICLES LES PLUS PARTAGÉS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
1. A partir du 12 octobre, les carburants vont changer de nom à la pompe
2. Le cas Collomb continue d’empoisonner Macron
3. Italie : la crainte d’une sortie de l’euro perturbe de nouveau les marchés
4. Cette nuit en Asie : en Chine, la pollution de l’air fait 1 million de morts
par an
5. Les industriels du plastique jetable inquiets face au calendrier d’interdiction
de Jean-Philippe Delsol
L
a présentation d’un budget est
toujours un exercice d’autosatisfaction. Pour 2019, le gouvernement se prévaut d’une diminution des
prélèvements obligatoires de 6 milliards d’euros (Md€) pour les particuliers et de 18,8 Md€ pour les entreprises.
En réalité, ils augmenteront de 4 Md€
pour les entreprises en dehors de la
transformation du CICE et de la baisse
progressive de l’IS déjà prévue dans le
budget 2018. Les particuliers subiront
pour leur part une hausse d’impôts de
1,9 Md€ en dehors des baisses liées à la
deuxième tranche d’exonération de
taxe d’habitation et de la prise en charge
de certaines cotisations sociales.
Certes, les budgets de l’Etat et de la
Sécurité sociale contiennent quelques
mesures favorables comme la hausse
de la prime d’activité, la revalorisation
de l’allocation adulte handicapé ou,
pour les petites entreprises, la baisse du
forfait social sur intéressement et participation. Et il faut souligner les efforts
consentis en faveur des ministères
régaliens de la justice et de la défense,
qui bénéficieront d’une augmentation
de près de 5 % de leurs crédits, et de
l’intérieur dont les effectifs pourront
croître de 2.153 agents.
Pourtant, globalement, ces budgets
sont décevants. L’abolition de 17 petites
taxes est une bonne chose, mais il y en a
192 qui mériteraient d’être supprimées.
L a d é c i s i o n t a r d i ve d ’e xo n é r e r
300.000 retraités de la hausse de CSG
n’est qu’un prêté pour un rendu. L’exonération de la part salariale des cotisa-
LA CHRONIQUE
DU CERCLE
DES ÉCONOMISTES
de Pierre Jacquet
C
omment analyser aujourd’hui
l’économie mondiale ? Le défi le
plus important n’est pas celui de
comprendre la conjoncture mais l’affaiblissement du cadre dans lequel les
interactions économiques internationales étaient organisées et de l’adhésion
dont il bénéficiait. Aucune alternative
raisonnée n’est en vue, et la volonté multilatérale fait défaut. Les préoccupations économiques pâlissent devant le
choix de valeurs communes à partager.
Les causes profondes renvoient
notamment au positivisme excessif
avec lequel les relations entre la science
économique et la société sont appréhendées. A force de vouloir que notre
science produise des résultats et des
impacts, on en est venu à transformer
des résultats conditionnés par le temps
et par l’espace en certitudes techniques
quasi universelles, niant toute légitimité au doute, à la politique et finalement en partie à l’innovation.
La crise de 2008 a montré combien
cette vision pouvait être erronée en ce
qui concerne les bénéfices de la libéralisation financière. Au-delà, la montée
des inégalités dans les pays développés
souligne aussi combien les « solutions »
mises en œuvre s’éloignent de l’idéal
d’une croissance partagée. Non seulement les résultats sont rejetés, mais les
élites et experts s’en trouvent déconsidérés, et les raisonnements scientifiques deviennent suspects. D’où ce renversement saisissant de l’aphorisme de
Descartes, amplifié par l’aisance de la
communication à travers les réseaux
Loi de finances :
les opportunités
manquées
tions d’assurance-vieillesse de base et
complémentaire sur les heures supplémentaires et complémentaires à compter du 1er septembre 2019 est inscrite par
le gouvernement dans la continuité de
la suppression des cotisations salariales d’assurance-maladie et d’assurancechômage en deux étapes en 2018 pour
l’ensemble des salariés.
Mais cette prise en charge n’a permis
d’habiller Pierre qu’en déshabillant
Paul, via la hausse de la CSG, dont n’ont
pas été compensés les retraités et les
propriétaires bailleurs.
Par rapport au PIB
par habitant, la dépense
publique française est
supérieure de 67,8 %
à celle de l’Allemagne.
La situation économique est encore
favorable, mais peut-être plus pour très
longtemps. Le budget de l’Etat et celui
de la Sécurité sociale auraient dû en
profiter pour retrouver les équilibres
fondamentaux, engranger des marges
en s’attaquant aux dépenses.
Au lieu de quoi, le déficit du budget
de l’Etat augmentera de 2,6 à 2,8 % en
2019 et celui de la Sécurité sociale ne
sera jugulé que par le transfert sur certains contribuables de la charge de
l’inflation. En effet, les pensions de
retraite, les aides au logement (APL) et
les allocations familiales n’augmente-
ront que de 0,3 % quand le gouvernement prévoit une inflation à 1,3 % (hors
tabac). Ce sont donc de 3,5 à 5 milliards
d’euros d’impôts implicites et cachés
qui vont peser sur les personnes âgées
et les familles.
Certes, on se félicite en haut lieu que
le déficit soit installé en dessous de la
barre de 3 % prévue par le traité de
Maastricht. Mais la norme du Pacte de
stabilité est désormais que les Etats doivent disposer d’un déficit structurel
inférieur à 0,5 % et celui de la France
sera encore l’an prochain à 1,7 %.
Les Français courent avec, sur leurs
épaules, le poids de prélèvements obligatoires et de contraintes réglementaires beaucoup plus lourd que celui que
supportent leurs voisins. Ainsi, par rapport au PIB par habitant, la dépense
publique française est supérieure de
67,8 % à celle de l’Allemagne.
Seule une baisse massive des dépenses publiques peut répondre aux
enjeux et la réponse apportée dans le
budget 2019 est à l’image de la réduction microscopique de 1.571 postes de
fonctionnaires d’Etat ! Le problème est
peut-être que, selon le mot de Lord
Acton, les citoyens/contribuables sont
désormais entre les mains de la fonction publique comme des passagers
qui n’existeraient que pour le bien du
bateau, voire même seulement pour le
bien de l’équipage.
Jean-Philippe Delsol, avocat,
est président de l’Iref, (Institut de
recherches économiques et fiscales).
L’économie mondiale
doit retrouver
sa boussole
sociaux, en un « je suis, donc je pense
(que…) et mon avis est légitime ». Ce
passage à l’ère de post-vérité est extrêmement préoccupant pour l’avenir de
la prospérité et de la démocratie.
Au-delà de cette évolution, la métrique nous égare. Dans un article sur
l’économie mondiale, les lecteurs doivent naturellement s’attendre à une discussion sur les perspectives de croissance dans les principaux pays. Mais
elle serait bien décalée au regard des
enjeux. Au-delà d’appels sincères à une
« croissance verte et solidaire » pour
Il n’est plus possible
d’accroître de façon
viable et durable la taille
du gâteau à se partager.
laquelle on manque d’indicateurs synthétiques, on continue à centrer les raisonnements sur le PIB, et cette domination n’est que faiblement compensée
par les travaux fondamentaux réalisés
sur les inégalités ou par l’accroissement
des connaissances scientifiques en
matière de climat et de biodiversité.
Comme lors de l’avènement du siècle
des Lumières en Europe, ce ne sont pas
les promesses scientifiques qui peuvent
vaincre l’obscurantisme, mais le refus
de ce dernier qui peut permettre aux
premières de se manifester.
Il n’est pas étonnant que ces difficultés
rejaillissent sur la coopération interna-
tionale. Qu’il s’agisse de la construction
européenne ou du multilatéralisme aux
Etats-Unis, nombre d’électeurs n’attendent pas de cette coopération la solution
aux problèmes auxquels ils font face,
alors même que ces problèmes sont largement reconnus comme communs.
Dans le jargon de l’économiste, le
monde semble avoir atteint une sorte
d’optimum parétien, c’est-à-dire une
situation (loin d’être optimale, bien
entendu) dans laquelle il n’est plus possible d’améliorer la situation de quiconque sans détériorer celle de quelqu’un
d’autre. Plus prosaïquement, sans
réformes profondes qui vont affecter la
distribution des rentes de situation, en
France et ailleurs, il n’est plus possible
d’accroître de façon viable et durable la
taille du gâteau à se partager. Le jeu
devient donc à somme nulle.
Cela peut conduire à deux types de
comportements polaires : le premier
est de s’arc-bouter sur sa part envers et
contre tous ; le second est d’accepter
des changements profonds pour
engendrer de nouvelles dynamiques et
traiter des problèmes de redistribution
et de relation avec la nature de façon
structurelle. Vision contre repli… Nos
leaders devront faire preuve de talents
managériaux inédits et remettre la
Grande Politique au cœur des débats
internationaux.
Pierre Jacquet est président
de Global Development Network,
New Delhi et membre du Cercle
des économistes.
Suzanne Lee/Panos-RÉA
LE POINT
DE VUE
La GPA (gestation pour autrui) est aujourd’hui courante aux Etats-Unis mais
aussi au Canada, en Israël, en Nouvelle-Zélande ainsi qu’en Argentine.
Mon corps, ma liberté
LIBRE
PROPOS
Gaspard
Koenig
Par
E
n France, on ne saurait disposer
librement de son corps. Il faut
d’abord demander l’opinion d’un
Comité consultatif national d’éthique
(CCNE), dont le dernier avis devrait largement inspirer la révision de la loi de bioéthique. L’existence même d’un tel comité
prouve que nous n’avons toujours pas
coupé le cordon ombilical entre la loi et la
morale. Combien de débats ne seraient-ils
pas économisés si l’on admettait avec
Lysander Spooner que « les vices ne sont pas
des crimes » et qu’inversement la vertu individuelle ne saurait faire l’objet d’une délibération collective !
Sans surprise, le CCNE nous fait la morale
au nom de la « dignité » de la personne
humaine, expression qui revient avec force
dans son rapport, jusqu’à constituer le premier pilier du « modèle français de bioéthique ». Conformément à la jurisprudence
malheureuse du Conseil d’Etat, il est donc
admis que juges, philosophes et législateurs
sont les mieux placés pour définir notre
propre dignité. Pour ce faire, le CCNE
n’hésite pas à citer Paul Ricœur, phénoménologue protestant soudain érigé en conscience de la société française. Et c’est au
nom de la dignité de la femme et du respect
du corps humain que le CCNE maintient
l’interdiction de la grossesse pour autrui
(GPA), niant l’idée même qu’elle puisse
émaner d’une décision personnelle et souveraine. Le CCNE vous forcera d’être libre.
Il serait aisé d’y opposer le raisonnement
anti-prohibitionniste habituel. D’abord, les
évolutions technologiques offrent aux couples (hétéros comme homosexuels) une
possibilité nouvelle qui se répand de
manière irrésistible : la GPA est aujourd’hui
courante aux Etats-Unis mais aussi au
Canada, en Israël, en Nouvelle-Zélande, en
Argentine, ainsi que chez nombre de nos
voisins comme les Pays-Bas, le RoyaumeUni ou le Danemark.
Ensuite, la légalisation permettrait de
démocratiser, de réguler et d’encadrer une
pratique aujourd’hui réservée aux plus
aisés ou aux plus débrouillards en s’assurant du consentement éclairé des parties et
en permettant la reconnaissance officielle
dans l’état civil des enfants nés de GPA
(alors qu’aujourd’hui les parents sont souvent contraints par le système français…
d’adopter leur propre enfant !). Enfin, on
pourrait opposer au principe essentiellement judéo-chrétien de l’indisponibilité du
corps humain une conception du droit héritée des Levellers britanniques et fondée sur
la propriété de soi.
Mais puisqu’il est question de dignité,
j’aimerais offrir aux CCNE deux exemples
éminemment concrets. Le premier est
emprunté à la Bible. Dans la Genèse, on lit
que la femme d’Abraham, Sarah, était infertile. « Mais elle avait une servante égyptienne,
nommée Agar et Sarah dit à Abraham : “Vois,
je te prie : Yahvé n’a pas permis que j’enfante.
Va donc vers ma servante. Peut-être obtiendrai-je par elle des enfants”. » Cet enfant sera
Ismaël, demi-frère donc d’Isaac, et fondateur d’une lignée dont se réclament
aujourd’hui de nombreux peuples. Même
si les techniques de l’époque ne permettaient pas l’insémination artificielle, le principe est posé : c’est par Agar que Sarah souhaite obtenir son enfant. Tout cela sous le
regard approbateur du Dieu monothéiste.
Plusieurs millénaires ont passé et voilà
que je rencontre le week-end dernier un
entrepreneur dont l’histoire m’a ému.
Il est donc admis
que juges, philosophes
et législateurs sont les
mieux placés pour définir
notre propre dignité.
Sa femme devant être traitée pour un
cancer, elle ne pouvait médicalement supporter une grossesse. Le couple a donc
décidé de congeler un embryon issu d’une
fécondation in vitro. Quelques années plus
tard, la belle-sœur de notre entrepreneur,
qui vit dans un pays fort civilisé par-delà
les mers, se propose de porter l’enfant.
Tout se déroule convenablement. Le petit
est aujourd’hui en pleine santé, même s’il
doit encore obtenir ses papiers de l’administration française.
J’aimerais que les membres du CCNE
viennent expliquer à Agar et à cette généreuse belle-sœur en quoi elles sont indignes. Qui sommes-nous pour juger des
motivations d’autrui ? Le rôle de l’Etat ne
devrait-il pas consister avant tout à réduire
les souffrances, plutôt que de créer du malheur en voulant décider du bien de tous ?
Une dernière histoire : les démographes
enregistrent des pics de naissance autour
du 23 septembre, signe que les conceptions
traditionnelles ont souvent lieu dans les
vapeurs de la Saint-Sylvestre. Quel est le
plus moral : devenir géniteur au hasard des
fêtes, ou assumer un projet parental en
bénéficiant des avancées de la science et
des techniques ?
Gaspard Koenig est philosophe et
président du think tank GenerationLibre.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 // IDEES & DEBATS
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
art&culture
Perdre
une bataille
CINÉMA // Quatrième version d’un succès des années 1930, « A Star is Born » marque
les débuts réussis de Lady Gaga à l’écran et de Bradley Cooper derrière la caméra.
Une romance sur fond de rock et un portrait sensible du monde du spectacle.
« A Star is Born » : une étoile renaît
LA
CHRONIQUE
de Thierry
Gandillot
Warner Bros. Entertainment Inc. and Metro-Goldwyn-Mayer Pictures Inc.
S
Le charme irrésistible de « A Star is Born » doit tant à la prestation de Lady Gaga que le film paraît cousu à même son corps et sa gloire.
Adrien Gombeaud
@AdrienGombeaud
L
es bonnes chansons possèdent
parfois cette curieuse qualité : on
les découvre avec le sentiment de
les connaître déjà. « A Star is Born »,
premier long-métrage du comédien
Bradley Cooper, est conçu à la manière
d’un tube au refrain obsédant. Le spectateur sait exactement où le récit
l’emmène, sans que cela n’enlève rien à
la magie des deux heures quinze
d’amour, de musique et de larmes promises par le programme.
Le film s’ouvre sur un concert triomphal de Jackson Maine. Depuis des
décennies, il enchaîne les succès, les festivals et les scotchs. Le show s’achève et
Jack échappe à la foule à l’arrière d’une
limousine. On a saisi le scénario : « C’est
un chanteur abandonné, qui a vécu sans
se retourner » et, au hasard d’un bar
paumé, il va trouver l’âme sœur. Sur la
scène, une inconnue chante « La vie en
rose ». Ally possède un
FILM AMÉRICAIN
Beyoncé. A l’arrivée, le
don que l’industrie
A Star is Born
charme irrésistible de
musicale n’a jamais
de Bradley Cooper
« A Star is Born » doit
remarqué. Aussitôt
avec Bradley Cooper,
tant à la prestation de
séduit, Jack fait d’elle
Lady Gaga, Sam Elliott.
Lady Gaga que le film
u n e s t a r, p u i s u n e
2 h 15.
paraît cousu à même
épouse. Mais tandis
son corps et sa gloire.
qu’Ally escalade les charts, inéluctablement la carrière de Jack s’effrite.
Poker face
« A Star is Born » est la quatrième verIl y a dix ans, la star new-yorkaise chansion d’« Une étoile est née », succès
tait son « Poker Face » au monde entier.
de William A. Wellman tourné en 1937,
Le titre désignait cet « indéchiffrable
avec Janet Gaynor et Fredric March. Le
visage » qu’elle ne cesse de maquiller
film original se déroulait à Hollywood,
sous des looks extravagants. Au
comme la deuxième version réalisée par
cinéma, dans la peau d’une autre, Gaga
George Cukor en 1954 avec Judy Garland
abat les cartes. L’aventure d’Ally-Lady
et James Mason. C’est en 1976 que Frank
évoque précisément cette ambiguïté.
Pierson transplante l’intrigue dans le
Complexée par un physique quelconmilieu musical, avec un troisième film,
que, l’héroïne débute dans un obscur
qui met en scène Barbra Streisand et Kris
bar de travestis, à l’abri d’une perruque
Kristofferson. Quatre décennies ont
et sous une armure de gloss. Femme
passé quand Bradley Cooper prend les
déguisée en homme déguisé en femme,
commandes d’une production complitrop timide pour s’exposer, elle n’ose pas
quée. Le projet devait en effet être tourné
chanter ses compositions. Dans sa loge
par Clint Eastwood et mettre en scène
va se jouer un instant de séduction et
d’érotisme troublant. Bradley Cooper
déshabille… un sourcil de Lady Gaga.
Cette rencontre et cet amour vont lui
offrir la confiance pour tomber le masque. Rockeur de l’Arizona, Jack brandit
en effet l’étendard de l’improvisation, à
la vie comme à la scène. Sincère et spontané, il ne veut mentir ni à son public ni
à lui-même. Quitte à se cramer dans
une époque frileuse qui se méfie de
l’authenticité, Jack ne changera jamais.
Face à lui, Ally, au contraire, n’est que
transformations. La popstar finira donc
par retrouver les fards de ses débuts, au
firmament de Los Angeles, capitale des
artifices… et du cinéma. Ainsi, plus
qu’un conte attendu sur la fragilité du
succès, « A star is born » décrit avec sensibilité deux conceptions complémentaires et irréconciliables du spectacle.
Comédien et chanteur, Cooper révèle
une actrice déjà star. Il réussit surtout
le portrait d’un couple à la fois lié et
déchiré par la passion de l’art, sur l’air
d’une éternelle bad romance. n
igne des temps ? En 2018, deux films
qui traitent du monde du travail portent
des titres bellicistes. « En guerre »,
de Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon
en syndicaliste, s’inspirait de la lutte des
« Continental ». Dans « Nos batailles »,
Guillaume Senez met en scène Romain Duris,
en chef d’équipe soucieux de défendre ses
troupes face à la direction des ressources
humaines de son entreprise, une gigantesque
plate-forme genre Amazon. Les deux films
étaient à Cannes, « En guerre » en compétition
officielle, « Nos batailles » à la Semaine de la
Critique. L’inverse eût peut-être mieux convenu.
Un jour, Olivier, de retour du boulot, découvre
armoires et placards vides. Laura, sa femme,
s’est tirée, sans une explication, en lui laissant les
enfants, Elliott et Rose. Olivier n’a rien vu venir ou
peut-être n’a-t-il voulu rien voir, occupé qu’il est
par un boulot stressant, des horaires impitoyables
et des objectifs de gains de productivité croissants.
Certains employés n’arrivent pas à suivre les
cadences imposées par la direction qui voudrait
licencier les moins productifs. Mais Olivier
connaît bien son petit monde et il sait que,
derrière chaque fiche de paye, il y a des hommes
et des femmes qui ne surmonteraient pas un
passage de longue durée à Pôle emploi. Il sait
si bien gérer ses troupes qu’on lui propose une
promotion aux ressources humaines. Conscient
qu’il sera en charge de se débarrasser de ceux avec
qui il partage sa vie professionnelle depuis des
années, il refuse. A la maison, Olivier a du mal à
s’adapter à la nouvelle donne. Il peine à trouver les
gestes, les mots qui conviennent. Il est maladroit,
nerveux, angoissé par le vide laissé par
la disparition de sa femme.
Après « Keeper », déjà remarqué, Guillaume
Senez signe un deuxième long métrage, sensible
et juste, sans surenchère scénaristique. Romain
Duris, dont le jeu gagne avec le temps en
sobriété et en intensité, livre là une de ses
meilleures compositions. Peut-être grâce à la
« méthode Senez », qui consiste à ne pas donner
à l’avance les dialogues, pourtant écrits au
millimètre, afin qu’ils se fraient eux-mêmes leur
chemin vers la vérité de la scène. La bande-son
se passe de musique à l’exception du « Paradis
blanc » de Michel Berger qui tombe fort à
propos : « Il y a tant de vagues et de fumée/
Qu’on arrive plus à distinguer/Le blanc du noir/
Et l’énergie du désespoir… » Mais perdre
une bataille n’est pas perdre la guerre.
Nos batailles de Guillaume Senez avec Romain
Duris, Laure Calamy, Laetitia Dosch, Lucie Debay,
Dominique Valadié. 1 h 38.
Film en bref
FILM SINGAPOURIEN
La Saveur des ramen
Une histoire simple
Trois ans après le triomphe
de « Fatima » (césar du
meilleur film), Philippe Faucon
signe son retour avec une
fiction épurée et émouvante
sur l’immigration et la double
identité.
Olivier De Bruyn
@DeBruynOlivier
Après vingt-cinq ans de carrière balisés par des films qui observent avec
empathie des personnages « ordinaires » et autopsient avec exigence les
crispations de la société française (la
guerre d’Algérie dans « La Trahison »,
les dérives identitaires et le djihadisme
dans « La Désintégration »), Philippe
Faucon a connu la consécration en
2015 avec « Fatima », le portait sensible
d’une héroïne d’origine
FILM FRANÇAIS
la rencontre entre deux
maghrébine aux prises
Amin
personnages solitaires.
avec les désirs d’émande Philippe Faucon
Amin, un travailleur
cipation de ses deux
avec Moustapha Mbengue,
sénégalais qui sue sur
fill es. Ce triomphe
Emmanuelle Devos,
les chantiers de l’Hexapublic et critique −
Marème N’Diaye…
gone depuis une décenavec, en point d’orgue,
1 h 31.
nie, s’acquitte de ses
l’obtention du césar du
tâches professionnelles
meilleur film en février 2016 − n’a pas
avec un sens du devoir inébranlable et
transformé le cinéaste. Dans « Amin »,
ne retrouve que par intermittence sa
le réalisateur reste fidèle à son esthécompagne et ses enfants restés au pays.
tique minimaliste, tout en ellipses
Gabrielle, une Française récemment
et suggestions, et à ses thèmes de
séparée de son époux et qui découvre
toujours : l’intégration en souffrance,
Amin alors que ce dernier accomplit
les fractures sociales, économiques et
des travaux à son domicile. Philippe
morales.
Faucon, avec sa pudeur coutumière,
retrace avec délicatesse la brève histoire
Deux solitudes
d’amour entre ces deux protagonistes
Dans son nouveau film, Philippe Fauque tout sépare − les origines, la langue,
con, avec une maîtrise narrative discrèl’environnement familial et culturel −
tement impressionnante, met en scène
mais que réunissent en secret une
même mélancolie et un même besoin
de tendresse et de partage.
Parallèlement, le cinéaste, sans
jamais céder à l’emphase et au misérabilisme, donne à voir les conditions de vie
des travailleurs immigrés dans les
foyers et la circulation problématique
de l’argent : en France où Amin, l’ouvrier
consciencieux, peine à joindre les deux
bouts, comme au Sénégal où les salaires
de cet homme déraciné, en mal d’identité, font de lui une sorte de notable, à la
fois respecté et jalousé. Remarquablement mis en scène et subtilement interprété par Moustapha Mbengue et
Emmanuelle Devos, « Amin » confirme
le talent précieux de Philippe Faucon,
un auteur qui, en filmant des personnages trop souvent négligés par le cinéma
hexagonal, bâtit une œuvre importante
sur la France d’aujourd’hui. n
de Eric Khoo
avec Takumi Saitoh,
Mark Lee, Jeanette Aw.
1 h 30.
Ambassadeur du cinéma de Singapour, Eric Khoo
•a toujours
aimé filmer dans les marmites. Le titre de
son nouveau film évoque les nouilles du Japon…
mais l’auteur de « Be with Me » (2005) rend surtout
hommage à l’identité métisse de sa ville natale. Il suit
l’histoire de Masato, un jeune chef japonais. A la
mort de son père, il part pour Singapour retrouver
ses racines et la recette du « bak kut teh », un plat
populaire que lui préparait sa mère chinoise. A travers ce voyage culinaire, Masato explore l’histoire de
sa famille et celle du XXe siècle asiatique. Le jeune
homme découvrira en effet combien son destin est
lié à l’occupation japonaise et comment la gastronomie traduit les vagues d’émigration qui ont peuplé le
wok singapourien. Parfois trop sirupeux, « La
Saveur des ramen » est un film tendre, humaniste et
gourmand. Khoo y dépeint un continent déchiré par
la violence du passé pour mieux esquisser une possible réconciliation, autour d’un généreux bol de
bouillon en guise de calumet. —A. G.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 15
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
enquête
Raphaël Balenieri
@RBalenieri
et Florian Dèbes
@FL_Debes
P
as de colère mais beaucoup de dépit.
Après dix ans passés au sein de la
direction du comparateur de prix
sur Internet Kelkoo, Nicolas Jornet aurait
pu vouer une haine noire à l’encontre de
Google, mais il n’en laisse rien paraître. Au
contraire, le directeur de la stratégie de ce
groupe, né en France en 1999, analyse
encore froidement l’enchaînement des faits
qui ont conduit le géant californien à
asphyxier un marché en plein boom et à
étouffer l’Europe de l’e-commerce. « En
Europe, les comparateurs de prix, c’était un
marché bouillonnant. Tout cela n’existe plus
aujourd’hui, regrette le patron de quarante
ans. Je suis très pessimiste. Je ne me donne
pas plus de deux ans. » Au milieu des années
2000, pourtant, Kelkoo enregistrait 10 millions de visites par mois, contre 1 million
aujourd’hui. Un succès qui avait tapé dans
l’œil de Yahoo! : en 2004, le portail américain le rachetait pour 475 millions d’euros,
pour finalement s’en débarrasser quatre
ans plus tard, au profit d’un fonds britannique, Jamplant.
Depuis, Kelkoo n’a cessé de dégringoler.
En cinq ans, son chiffre d’affaires a été divisé
par deux, pour tomber à 40 millions
d’euros. Pis, plus d’un an après l’amende de
2,4 milliards d’euros imposée en juin 2017
par Bruxelles à Google, Nicolas Jornet ne
voit aucune amélioration à l’horizon. Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence, avait alors exigé
que Google remédie au déséquilibre sur le
marché des comparateurs de prix. La firme
a fait appel. « La Dame de fer », comme
l’appellent les partisans de sa politique
stricte à l’égard des géants du numérique,
n’a pas abdiqué pour autant. Elle vient
d’infliger cet été une autre amende de
4,3 milliards d’euros à Google pour un abus
de position dominante, cette fois dans l’univers du smartphone. Elle supervise par
ailleurs une troisième enquête concernant
le comportement de Google sur le marché
de la publicité en ligne.
Mais ces annonces, très médiatiques,
n’arrangent en rien les affaires des comparateurs de prix européens. « Le but n’est pas
de retirer de l’argent à Google, simplement de
retrouver un marché loyal », rappelle Nicolas Jornet en marchant dans le vaste open
space, dans le 9e arrondissement parisien,
pour y présenter ses équipes. De nombreux
bureaux semblent inoccupés. Et pour
cause, Kelkoo n’emploie plus que 180 personnes en Europe, contre 350 il y a dix ans.
« Google nous a tous balayés », résume Alain
Franciosa, le PDG et fondateur de Cherchons.com, une start-up grenobloise, créée
en 2004, qui revendique aujourd’hui la troisième place du classement. L’entreprise ne
compte plus que 10 salariés, contre 25 en
2010. Ses ventes ont chuté de façon vertigineuse, passant de 10 millions d’euros à
moins de 3 millions en cinq ans. Selon les
sources, Google a fait baisser l’audience des
Comment Google
a asphyxié les
comparateurs
de prix européens
RÉGULATION // Malgré l’amende de 2,4 milliards infligée au géant américain
par la Commission européenne il y a plus d’un an, Google a laminé
les comparateurs de prix européens, autrefois prospères.
comparateurs rivaux de 30 à 50 % par an,
depuis qu’il a déployé ses grands moyens
dans leur secteur.
Une arrivée à pas feutrés
Spectaculaire par ses effets, l’arrivée de
Google dans la comparaison de prix, un
marché qui naît parallèlement à celui de
l’e-commerce, s’est pourtant faite à pas feutrés. Testé et amélioré depuis 2002 aux
Etats-Unis, son service Google Shopping
n’entre sur le Web francophone qu’en 2010.
« Au début, nous trouvions même que ça légitimisait notre marché », se souvient Nicolas
Jornet, qui n’a pas vu la menace venir. Tout
comme ses concurrents de l’époque :
Twenga, Pangora… Des noms aujourd’hui
disparus du paysage. Puis, le dirigeant a
compris que Google appliquait en fait « le
principe de la drogue dure » qu’il résume en
une phrase : « la première dose est toujours
gratuite ». Pour inciter les e-commerçants à
afficher leurs produits sur Google Shop-
Malgré cette amende
record, les comparateurs
déchantent vite.
En septembre 2017, Google
met en place un système
correctif qui, selon eux,
ne fera que dégrader la
situation.
ping, et non sur les autres comparateurs, la
firme de Mountain View avait, en effet, utilisé une arme toute simple : nul besoin de
payer. Attirés par cette visibilité gratuite, les
cybermarchands se détournent des autres
comparateurs, dont l’audience fond petit à
petit comme neige au soleil.
Ce n’est qu’en 2012 que le référencement
devient payant. La bascule cependant ne
change rien. Pour les e-commerçants,
impossible désormais de se passer de cet
outil, devenu de plus en plus incontournable à mesure que Google monte en puissance sur le marché du « search », la recherche en ligne. « Pendant des années, nous
avons pensé, un peu naïvement, que nous
devions nous mettre au niveau des mises à
jour de l’algorithme du moteur de recherche
Google, se souvient Nicolas Jornet. Nous
avons découvert plus tard que Google faussait
manuellement les résultats de son système
pour empêcher les autres comparateurs de
prix d’apparaître en première page des résultats. » Ce comportement de Google, effectivement constaté par le régulateur du commerce américain aux Etats-Unis, a conduit
les comparateurs de prix à réduire leurs
marges, en vain, pour essayer de faire jeu
égal avec le numéro un du marché. « Pendant longtemps, nous sommes restés muets,
par peur d’aggraver notre cas en termes de
référencement et de trafic naturel », admet
Nicolas Jornet. Avec le lancement en 2010
d’une enquête par Bruxelles, sous la houlette du commissaire à la Concurrence de
l’époque Joaquim Almunia, l’état d’esprit
des jeunes pousses françaises évolue. Certaines acceptent de participer à l’enquête
des fonctionnaires européens.
Après sept ans d’investigation, la sanction tombe enfin à Bruxelles. En juin 2017,
Google est condamné à une amende de
2,4 milliards d’euros. La Commission refuse
en bloc l’argument du géant californien, qui
estime devoir faire face à la concurrence
d’Amazon sur le marché de la recherche
avant l’acte d’achat. Pour Google, c’est Amazon qui a bel et bien « cannibalisé » le trafic
naturel des comparateurs de prix européens, en proposant sur son site une multitude de produits à prix réduits.
Malgré cette amende record, les comparateurs déchantent vite. Car, en septembre 2017, Google met en place un système
correctif qui, selon eux, ne fera que dégrader la situation. En lieu et place de ses algorithmes, le colosse de Mountain View ins-
Aucun autre comparateur
européen n’a de toute façon
la même force de frappe
financière.
talle ce mois-là un système d’enchères,
censé garantir une compétition plus juste et
plus transparente entre les différents comparateurs. Pour figurer en bonne place dans
le « carrousel » qui s’affiche lorsqu’un internaute se renseigne sur un produit en tapant
sur Google, les comparateurs doivent
dépenser davantage que leurs rivaux en
coût par clic. Problème, dans ce système,
Google est juge et partie. Non seulement la
firme organise ces enchères, mais elle peut
d’autant plus y participer – et miser gros –
qu’elle sait que le produit des ventes lui
reviendra.
« Période de rodage »
Aucun autre comparateur européen n’a de
toute façon la même force de frappe financière. « Google remporte toujours la mise, les
coûts par clics sont si élevés que l’on ne peut
pas enchérir. Ce remède est un échec et, en
même temps, il faut être sur Google Shopping
si l’on veut conserver un peu de volume. On
n’a pas le choix », explique Alain Franciosa,
de Cherchons.com. Sa société peut dépenser en moyenne 0,17 euro par clic, quand
Google, selon lui, peut enchérir jusqu’à
1 euro. « Toutes nos marges passent dans ce
système d’enchères qui nous permet seulement de nager à la surface, dénonce le directeur général de Kelkoo France. On a joué le
jeu, dans tous les pays, en appliquant toutes
les règles, or on constate que cela ne fonctionne pas. Seul Google profite de ce système. » Pour sa défense, le géant américain
explique que le mécanisme est encore « en
période de rodage » et que Google Shopping
doit être rentable, « comme n’importe quelle
entreprise ». De fait, la Commission euro-
Les comparateurs de prix européens
ont tenté de résister au rouleau
compresseur de Google Shopping.
Photo DR
péenne tire un bilan mitigé de la situation.
« Je suis consciente qu’il y a des inquiétudes
sur le nombre de comparateurs rivaux apparaissant en haut de la première page de résultats. Notre suivi de la situation montre que
leur nombre est toutefois en augmentation
constante, expliquait en juin 2018 la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager. Ce n’est toujours pas suffisant, mais
c’est déjà mieux. »
Efforts de diversification
Les comparateurs de prix européens ont,
certes, tenté de résister au rouleau compresseur de Google Shopping. Notamment en
misant sur la consolidation pour gagner en
taille critique. En 2016, Kelkoo avait racheté
LeGuide.com, comparateur français créé en
1998, à Arnaud Lagardère. L’opération lui
avait aussi permis de récupérer Ciao.com,
un site allemand précurseur dans la galaxie
des sites d’avis de consommateurs. Depuis,
Kelkoo a fermé Ciao.com et LeGuide.com a
été vendu. Désormais, certains comparateurs n’hésitent plus à changer de métier. En
2015, Cherchons.com a lancé France Objets
Trouvés, une plate-forme partagée qui permet aux internautes de retrouver leurs effets
personnels perdus dans la nature. Cherchons.com vend ce service à de nombreux
clients (Air France, la ville de Grenoble, mais
aussi des festivals comme Solidays ou les
Vieilles Charrues), y compris à l’international. « Cela nous a permis de récupérer un peu
de chiffre d’affaires, explique Alain Franciosa, qui prévoit de générer 300 millions
d’euros grâce à cette activité cette année. Car
sur le dossier Google Shopping, on ne peut rien
Pour inciter les ecommerçants à afficher
leurs produits sur Google
Shopping, la firme avait
utilisé une arme toute
simple : nul besoin de payer.
faire à notre niveau. » D’autres essaient tant
bien que mal de rester à l’écart de Google
Shopping, en adoptant des positionnements
différents. Idealo, né en 2000 en Allemagne
et arrivé en France il y a onze ans, compare,
lui, les prix des produits de façon « neutre et
éthique ». Pour être référencés sur la plateforme, les e-commerçants paient tous le
même prix. Idealo, de son côté, récupère
0,27 euro quel que soit le produit acheté par
l’utilisateur via son comparateur.
Une stratégie qui lui réussit plutôt. Alors
que les autres comparateurs ont dû tailler
dans leurs effectifs, Idealo emploie encore
800 personnes, dont 30 en France. « Nous
voulons être transparents, et afficher les prix
de façon transparente, plaide François
Xavier Thibaud, directeur d’Idealo en
France. Aujourd’hui, la grande partie de
notre trafic, c’est du trafic naturel. On essaie
au maximum de ne pas utiliser Google Shopping, mais ce n’est pas évident, car Internet,
aujourd’hui, c’est en grande partie Google. »
Et c’est bien là le fond du problème. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
16 //
Mercredi 3 octobre 2018Les Echos
,
Budget de l’Etat 2018 : 386,3 milliards d’euros // PIB 2017 : 2.283,6 milliards d’euros courants //
Plafond Sécurité sociale : 3.311 euros/mois à partir du 01-01-2018 // SMIC horaire : 9,88 euros
à partir du 01-01-2018 // Capitalisation boursière de Paris : 1.532,96 milliards d’euros (au 05-07-2018)
// Indice des prix (base 100 en 2015) : 103,78 en août 2018 // Taux de chômage (BIT) : 9,1 %
au 2e trimestre 2018 // Dette publique : 2.255,3 milliards d’euros au 1er trimestre 2018
Les chiffres
de l'économie
EN FRANCE
À L’ÉTRANGER
DÉCÈS AZNAVOUR EST MORT
« D’UNE DÉFAILLANCE
CARDIO-RESPIRATOIRE »
IRAN PARIS ACCUSE LE
MINISTÈRE DU RENSEIGNEMENT
Le ministère du Renseignement iranien
a « commandité » le projet d’attentat
déjoué contre un rassemblement
d’opposants le 30 juin à Villepinte, près
de Paris, a déclaré mardi une source
diplomatique française sous couvert
d’anonymat. Citant les résultats « sans
aucune ambiguïté » d’une enquête de ses
services, Paris avait gelé dans la matinée
les avoirs en France d’une direction de ce
ministère, ainsi que du vice-ministre du
Renseignement et d’un diplomate iranien en poste à Vienne qui a été arrêté en
Allemagne. Téhéran dément.
Charles Aznavour est décédé lundi
matin « de mort naturelle », à la suite
d’une « défaillance cardio-respiratoire », a indiqué mardi le procureur
d e l a R é p u b l i q u e d e Ta r a s c o n ,
Patrick Desjardins, révélant les résultats d’une autopsie pratiquée mardi.
« L’hypothèse d’une noyade consécutive à un malaise est écartée », a ajouté
le procureur. Le corps du défunt a été
remis à sa famille.
FOOTBALL HALILHODZIC NOMMÉ
ENTRAÎNEUR DU FC NANTES
Au moins 44 personnes ont été tuées
au cours du week-end dans l’ouest de
l’Ethiopie dans des violences intercommunautaires, a rapporté mardi
un média proche du pouvoir. Elles
ont opposé des groupes de jeunes
armés de pierres ou de couteaux des
ethnies gumuz et oromo. Les forces
de sécurité fédérales ont dû intervenir. Des violences intercommunautaires aux enjeux le plus souvent territoriaux ont émaillé les premiers
mois du mandat du nouveau Premier
ministre réformateur Abiy Ahmed.
IRAK IMBROGLIO
SUR LA PRÉSIDENCE
ÉTUDE LES FEMMES VIVENT
DEUX ANS ET DEMI DE PLUS QUE
LES HOMMES EN BONNE SANTÉ
L’espérance de vie en bonne santé, c’està-dire le nombre d’années que peut
espérer vivre une personne sans être
limitée dans ses activités quotidiennes,
a progressé en 2017 à 64,9 ans pour les
femmes, tandis qu’elle a légèrement
reculé à 62,6 ans pour les hommes,
selon une étude du service statistique
des ministères sociaux, publiée mardi.
GOLF LA SPECTATRICE BLESSÉE
À L’ŒIL SAISIT LA JUSTICE
La justice va devoir se pencher sur un
cas inédit en golf : la femme ayant
perdu la vue de l’oeil droit touché par
une balle lors de la Ryder Cup, a
déposé plainte, ce mardi à Lyon, contre les organisateurs, pour « blessures
involontaires et manquement aux
règles de sécurité ». Les joueurs ou les
commissaires de parcours doivent
avertir le public de l’arrivée probable
d’une balle dans la foule.
Le prix Nobel de physique a été attribué mardi à trois pionniers des lasers qui ont permis de mettre au point des outils de
haute précision utilisés dans l’industrie et la médecine. Le prix récompense pour moitié l’Américain Arthur Ashkin et pour
l’autre moitié le Français Gérard Mourou et la Canadienne Donna Strickland,« Nous sommes fiers de Gérard Mourou », s’est
félicité mardi Emmanuel Macron sur Twitter.
Photo : Philippe Lopez/AFP
AFP
DON D’ORGANES UN « TROU
D’AIR » PRÉOCCUPANT EN 2018
Les prélèvements d’organes tels que le
rein, le cœur et le foie ont baissé depuis le
début de l’année, traversant même un
« trou d’air » au premier semestre, s’est
inquiété mardi le professeur Olivier Bastien, responsable du prélèvement et des
greffes à l’Agence de la biomédecine. Le
nombre annuel de donneurs prélevés
affiche une nette baisse sur les premiers
mois, et la prévision annuelle à août
s’établit à seulement 1.882 donneurs,
contre 1.930 attendus.
Un Français, Gérard Mourou, Prix Nobel de Physique
ÉTHIOPIE VIOLENCES
INTERETHNIQUES
AFP
C’est une reprise en main musclée : le
FC Nantes s’est séparé mardi de son
entraîneur portugais adepte du beau
jeu, Miguel Cardoso, au profit du
rigoureux Vahid Halilhodzic, ancien
attaquant vedette des Canaris au
début des années 1980. Le FrancoBosnien est réputé pour son intransigeance et ses coups de gueule. Le club
est avant-dernier de la Ligue 1, avec
une seule victoire en huit matchs.
LA PHOTO DU JOUR
Les députés irakiens tentaient mardi
d’élire un nouveau président de la République, avant l’heure limite de minuit
fixée par la Constitution, après un faux
départ, lundi, dû à la rivalité entre les
deux partis historiques du Kurdistan.
Depuis les premières élections multipartites de 2005 dans la foulée du renversement de Saddam Hussein, la coutume
est de réserver le poste honorifique de
président à un Kurde. Le pouvoir est
entre les mains du Premier ministre,
poste réservé à un chiite.
ÉTATS-UNIS ENGAGEMENT
DANS L’OTAN RÉAFFIRMÉ
Le ministre américain de la Défense, Jim
Mattis, a assuré mardi que les Etats-Unis
allaient faire preuve d’une « détermination inébranlable » dans leur engagement dans l’Otan, à l’issue d’un entretien
avec le président Emmanuel Macron, à
la veille d’une réunion ministérielle de
l’Alliance atlantique à Bruxelles.
Washington compte aussi augmenter
son aide à la force G5 dans le Sahel
appuyée par la France.
MER DE CHINE INCIDENT NAVAL
SINO-AMÉRICAIN
Un navire de guerre chinois s’est approché « dangereusement », à une quarantaine de mètres, d’un destroyer américain, dans les eaux disputées de la mer de
Chine méridionale, a annoncé lundi la
marine américaine. L’USS Decatur croisait près de récifs de l’archipel des Spratleys, revendiquées par Pékin.
ON EN PARLE À ROME
Arrestation d’un maire, symbole de l’accueil des migrants
Le maire de Riace est accusé d’aide à l’immigration clandestine.
tion au cours de laquelle le
maire évoque la possibilité de
célébrer un mariage de convenance entre un habitant de son
village et une Nigériane afin de
lui obtenir un titre de séjour.
Olivier Tosseri
@OlivierTosseri
— Correspondant à Rome
P
lus qu’un maire, un
symbole : celui de Riace,
qui ouvre les portes de
son village, en Calabre, aux
migrants, tandis que Matteo
Salvini ferme les ports italiens. Le ministre de l’Intérieur
lui a retiré sa liberté d’agir en
coupant les fonds nécessaires à
son système d’accueil et d’intégration. Le parquet de Locri
veut maintenant le priver de sa
lib erté de mouvement en
ordonnant son placement aux
« arrêts domiciliaires ». Il soupçonne Domenico Lucano d’aide
à l’immigration clandestine.
L’accusation repose sur l’écoute
téléphonique d’une conversa-
nées des villageois qui avaient
émigré à l’étranger. Le projet
s’enrichit ensuite d’un programme d’insertion, financé
par l’Etat, avec l’enseignement
de l’italien, pour les adultes, et la
scolarisation des enfants, mais
aussi l’accent mis sur la formation professionnelle. Les activités artisanales locales sont
relancées avec des ateliers boutiques de céramique, de broderie et de tissage, dans lesquels
travaillent les réfugiés. Riace
compte aujourd’hui près de
2.000 habitants, dont un quart
p r o v i e n t d ’A f g h a n i s t a n ,
d’Erythrée, d’Ethiopie, du Nigeria ou encore de Somalie.
Un succès qui lui a valu de
nombreuses reconnaissances :
celle de troisième « meilleur
maire du monde » en 2010, sa
présence parmi les 50 person-
Faire revivre son bourg
Une enquête a été précédemment ouverte sur demande la
préfecture de Reggio Di Calabria à propos du « modèle
Riace » pour le non-respect des
règles administratives. En 1998,
Domenico Lucano assiste au
débarquement de migrants
kurdes sur ses côtes. Un événem e n t q u’ i l n e p e r ç o i t p a s
comme une menace, mais
comme une opportunité de
faire revivre son bourg en voie
d’extinction. L’association Città
Futura est constituée pour
rénover les maisons abandon-
nalités les plus influentes par le
magazine « Fortune » en 2016,
mais aussi un docu-fiction
de Wim Wenders qui sera prochainement diffusé en Italie.
C’est surtout son exemple que
l’écrivain Roberto Saviano souhaite voir diffuser le plus largement possible. L’été dernier, il
lui avait rendu visite pour lancer un appel contre la politique
migratoire du nouveau gouvernement. « Salvini, viens voir le
miracle de Riace », avait déclaré
l’auteur de « Gomorra » à celui
qu’il appelle « le ministre de la
“Mala Vita” ». Ce dernier n’en a
aucune intention et ironise sur
Twitter à l’annonce de l’arrestation de son maire : « Mince
alors ! Que diront maintenant
Saviano et tous les bien-pensants
qui voudraient remplir l’Italie
d’immigrés ! » n
1
18
19
19
19
20
17
199
20
20
21
16
1
15
18
19
7/20
10/23
15
18
19
JEUDI
DI
11/21
1
16
19
9
JEUDI
9/23
10/26
15/25
19
18
21
10/22
2
21
1
16
21
22
VENDRED
DI
2
24
22
22
11/26
14/27
2
25
27
26
8/22
11/23
16/24
13/21
25
2
23
12/23
/
11/16
SAMEDI
13/23
25
14/25
17/23
VENDREDI
NDREDI
12/15
14/20
12/20
20/23
20/25
19/24
10/14
8/16
11/19
12/17
12/19
11/21
27/41
26/39
26/399
10/16
8/19
10/21
25/27
25/29
25/29
19/25
19/22
16/20
12/18
11/22
14/21
17/26
18/26
17/25
12/22
15/24
14/23
8/11
7/9
4/9
22/27
20/29
17/22
26/39
25/30
22/23
17/21
16/18
14/19
21/26
22/26
22/23
26/34
26/34
26/33
15/24
16/17
14/15
23/27
22/24
23/27
11/18
17/23
8/12
9/15
9/19
8/23
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Or : les banques centrales
accélèrent leurs achats
Mercredi 3 octobre 2018
www.lesechos.fr
Les Etats
n’avaient pas
accumulé
autant de
lingots depuis
six ans. // P.32
DEVISES EUR/GBP 0,89 EUR/JPY 1,314 EUR/CHF 1,1385 GBP/USD 1,2988 USD/JPY 1,1368 USD/CHF 0,9846 TAUX EONIA -0,351 LIFFE EURIBOR 3 MOIS -0,317 OAT 10 ANS 0,7726 T-BONDS 10 ANS 3,0981
INDUSTRIE & SERVICES
AUTOMOBILE
DERNIÈRE HEURE
Macron invite les patrons
à la mobilisation. // P. 18
LE MONDIAL
Le spectre d’un Brexit « dur »
alarme le secteur. // P. 19
ÉNERGIE
Le Canada lance un projet gazier
géant pour approvisionner l’Asie.
// P. 20
Airbus/C. Brinkmann
PRIMERA AIR
La faillite de la compagnie low cost
repose la question de la protection
des passagers. // P. 21
JUMIA
La plate-forme d’e-commerce
s’impose comme l’« Alibaba
africain ». // P. 22
DOMAINES SKIABLES
La France vise la première marche
du podium. // P. 23
HIGH-TECH & MÉDIAS
PUBLICITÉ
Le marché redresse nettement
la tête en France. // P. 24
FACEBOOK
Près de 5 millions de comptes
européens piratés. // P. 25
START-UP
VECTAURY
La start-up tricolore applique
le principe du cookie au commerce
physique. // P. 26
Shutterstock
PME & RÉGIONS
ENVIRONNEMENT
Les industriels du plastique
jetable inquiets du calendrier
d’interdiction. // P. 27
FINANCE & MARCHÉS
TAUX
Amazon relève son salaire
minimum à l’approche des fêtes
La Grande Récré
bien placée pour
se rapprocher
de Toys’R’Us
Alors que le chômage est
tombé à un plus bas historique aux Etats-Unis, le géant
du commerce en ligne
se prépare à une saison
des fêtes très active.
Philippe Bertrand
@Bertra1Philippe
Elsa Conesa
@ElsaConesa
— Bureau de New York
A quelques semaines de la saison des fêtes,
la bataille fait rage entre distributeurs américains pour recruter les dizaines de milliers d’intérimaires nécessaires pour faire
face au pic d’activité. Amazon, qui recrute
chaque année aux Etats-Unis plus de
100.000 saisonniers dans ses entrepôts
pour les fêtes, a trouvé un argument massue : l’entreprise vient de porter son salaire
minimum à 15 dollars de l’heure pour tous
ses salariés, intérimaires compris. A partir
du 1 er novembre, ce sont donc plus de
250.000 employés et 100.000 intérimaires
qui en bénéficieront. « Nous sommes très
excités par ce changement et encourageons
nos concurrents et autres grandes entreprises
à nous rejoindre », a indiqué Jeff Bezos dans
un communiqué. Amazon a promis de faire
du lobbying auprès du Congrès en faveur
d’un relèvement du salaire minimum, fixé
actuellement à 7,25 dollars de l’heure au
niveau fédéral.
L’annonce est opportune pour le géant de
l’e-commerce, attaqué de toutes parts pour
la façon supposée dont il traite ses employés.
L’entreprise, qui a récemment passé le cap
des 1.000 milliards de dollars en Bourse, est
devenue un symbole prisé des politiques,
démocrates comme républicains. Le sénateur Bernie Sanders, ex-rival d’Hillary Clinton pour l’investiture démocrate en 2016, a
ainsi plaidé pour une taxation ciblant les
entreprises dont les salariés ont besoin de
prestations sociales pour boucler leurs fins
de mois, qu’il a baptisées le « Bezos Act ».
Ce à quoi Jeff Bezos, qui ne s’exprime
presque jamais, a répondu qu’avec les avantages sociaux offerts par l’entreprise, la plupart de ses employés gagnaient en réalité
déjà plus de 15 dollars de l’heure. Les salariés d’Amazon bénéficient d’une couverture
Amazon recrute chaque année aux Etats-Unis plus de 100.000 saisonniers
dans ses entrepôts pour la période des fêtes. Photo Photography/Shutterstoc/Sipa
santé, une assurance-vie, un plan d’épargne
retraite, et de vingt semaines de congé
parental, a fait valoir l’entreprise. Donald
Trump prend, lui aussi, Amazon pour cible
à intervalles réguliers, lui reprochant pêlemêle de ne pas payer assez d’impôts, de
payer trop peu le transport de ses colis, ou
d’affamer ses concurrents.
Difficultés à recruter
Mais pour le groupe basé à Seattle, le sujet
est moins politique qu’économique. A
l’approche de la saison des fêtes, qui
démarre en novembre aux Etats-Unis, les
distributeurs et entreprises de logistique
rivalisent d’arguments pour pouvoir recruter alors que l’économie tourne à plein avec
un taux de chômage historiquement bas.
UPS a en effet annoncé qu’il allait recruter
100.000 intérimaires et le distributeur Tar-
get 120.000. Presque tous sont contraints de
relever les salaires pour pouvoir recruter :
Walmart, qui emploie 1,5 million d’Américains, a relevé son salaire minimum à
11 dollars de l’heure en janvier, et Target, qui
l’a porté à 12 dollars en septembre, compte
le fixer à 15 dollars en 2020.
Amazon, qui a également relevé le salaire
minimum de ses employés au RoyaumeUni (à 10,50 livres à Londres, 9,50 livres
ailleurs), n’a pas indiqué combien lui coûteraient ces augmentations. Le salaire minimum variant d’un Etat à l’autre, les
employés d’Amazon étaient jusqu’ici payés
avec des écarts de quelques dollars selon
leur localisation. Selon les données
publiées avant l’été, le salaire annuel
médian chez Amazon s’élève à 28.446 dollars en comptant les employés à temps partiel, contre 19.177 dollars chez Walmart. n
// P. 29, L’ÉDITORIAL DE
GUILLAUME MAUJEAN P. 11
ET « CRIBLE » P. 36
RISQUE MÉDICAL
Les hôpitaux et les cliniques
toujours plus exposés. // P. 30
LOI PACTE
Les Français peu sensibles
aux aménagements de l’épargne
retraite. // P. 31
LES ÉCHOS BUSINESS
CARNET // P. 35
RCS Nantes 790 157 820 - 13574 - ©gettyimages
L’Italie fait monter la tension
d’un cran sur les marchés.
Construire selon
vos exigences
environnementales,
pour nous c’est
(éco)logique
sur
POUR LA VIE EN MOUVEMENT
Dans
« LA CHRONIQUE
BOURSE »
À 13h et 17h30
Du lunDi au venDreDi
À découvrir sur cougnaud.com
Le tribunal de commerce de Paris a
choisi mardi pour La Grande Récré le
plan de continuation de Jean-Michel
Grunberg, représentant de la famille
fondatrice et PDG de Ludendo, holding
de tête du réseau de magasins de jouets.
Le dirigeant est épaulé financièrement
par la Financière Immobilière Bordelaise (FIB) de Michel Ohayon, société
d’investissement qui possède déjà de
nombreux commerces, dont 22 grands
magasins Galeries Lafayette de province. FNAC Darty était aussi en lice.
Le projet prévoit que la FIB apporte
de 20 à 30 millions d’euros à La Grande
Récré et bénéficie d’une option pour
monter à 95 % du capital de Ludendo
avant la fin de l’année. Pour l’heure, le
fonds prend 36 %. Le plan de relance de
La Grande Récré est déjà entamé. JeanMichel Grunberg a engagé la fermeture
de 53 magasins non rentables et la cession des filiales étrangères (Espagne,
Suisse, Belgique). Reste 104 points de
vente qui dégagent environ 34 millions
d’excédent brut d’exploitation pour
250 millions de chiffre d’affaires.
L’objectif est de fédérer
les deux chaînes
sous la bannière
de La Grande Récré.
Et de créer un champion
français du jouet.
Mais l’ambition de Michel Ohayon
est plus grande encore. L’homme
d’affaires bordelais est candidat à la
reprise de Toys’R’Us France, lui aussi
sous administration judiciaire depuis la
faillite de sa maison mère américaine.
Son objectif est de fédérer les deux chaînes sous la bannière de La Grande
Récré et de les gérer depuis le siège du
holding de cette dernière (Ludendo) à
Serris, en Seine-et-Marne. Il s’agit de
créer un champion français du jouet. Il
pourrait même installer des corners de
jouets dans ses Galeries Lafayette.
Toys’R’Us et La Grande Récré représentent de 15 % à 18 % du marché français
du jouet pour des ventes supérieures à
500 millions. L’association des deux
chaînes poserait quelques questions en
termes de concurrence. Mais l’une est
installée en périphérie et l’autre en centre-ville. L’Autorité de la concurrence
ne soulignerait probablement que quelques zones litigieuses. Le tribunal de
commerce d’Evry statuera ce mercredi
sur l’avenir de Toys’R’Us France. Outre
la FIB, Pierre Mestre, le propriétaire de
la chaîne de puériculture Orchestra, et
le consortium Jellej Jouets sont candidats à la reprise. Jellej Jouets associe la
famille Lesaffre, la petite enseigne
Picwic de la famille Mulliez, au fonds
Cyrus Capital Partners, l’un des créanciers du groupe Toys’R’Us.
Michel Ohayon estime que son offre a
un avantage majeur. Toys’R’Us France
acquitte près de 7 millions d’euros de
redevance annuelle à sa maison mère
américaine – désormais à ses créanciers – pour l’utilisation de la marque.
S’ajoutent à cela 3 millions de licences
pour l’emploi du système informatique
du groupe. En passant les 44 Toys’R’Us
français sous la bannière de La Grande
Récré et en utilisant son informatique,
la FIB économiserait 10 millions de
charges d’un coup. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
18 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
INDUSTRIE
&SERVICES
Sébastien Bozon/AFP
à suivre
Alstom finalise la cession de ses
coentreprises à General Electric
ÉNERGIE Le groupe Alstom a annoncé mardi la finalisation de
Emmanuel Macron en visite sur le site Toyota de Onnaing, dans les Hauts-de-France. Photo Pascal Rossignol/AFP
la cession à GE, pour près de 2,6 milliards d’euros, de trois coentreprises créées lors du rachat par le groupe américain de ses
activités dans l’énergie. « Une partie de cette somme sera utilisée
pour verser une distribution exceptionnelle d’un montant maximum de 4 euros par action [...] aux actionnaires existants d’Alstom à la clôture du jour ouvré précédant la date de réalisation de la
transaction avec Siemens », a indiqué Alstom.
Macron invite les patrons de
l’auto à la mobilisation générale
PSA lancera son service d’auto-partage
à Paris en novembre ou décembre
TRANSPORT PSA a annoncé mardi qu’il déploiera sous la mar-
l L’Elysée a confié une mission à Patrick Pelata et Xavier Mosquet sur l’attractivité
de la France et de l’Europe dans le véhicule électrique et autonome.
l Il demande au secteur de prendre des engagements forts sur les émissions de CO2.
que Free2Move environ 500 Peugeot iOn et Citroën C-Zéro électriques dans les rues parisiennes en novembre ou décembre. Ce
service d’auto-partage en free floating – sans espace de stationnement dédié – sera proposé à un tarif similaire à celui d’Autolib’, a précisé le constructeur automobile, qui lancera de la
même manière fin octobre à Washington (Etats-Unis) une flotte
de 600 voitures Chevrolet Equinox et Cruze à moteur essence.
AUTOMOBILE
Emmanuel Grasland
@EGrasland
Un rapport déconseille le passage
à la gratuité des transports franciliens
TRANSPORT Rendre gratuits les transports en commun en Ile-
Feu vert
au rachat
de Rockwell
Collins
AGROALIMENTAIRE Le groupe a
annoncé la fin de la médiation
engagée par Henri Nallet début
septembre avec trois anciens
membres de son conseil de surveillance, exclus de la coopérative. S elon le conseil de sur veillance, leurs exigences
« préalables à tout débat », ont fait
échouer la médiation. Les
anciens membres du conseil de
Tereos réclamaient « une révocation de la totalité du conseil » et
« leur réintégration immédiate », a
expliqué le groupe.
AÉRONAUTIQUE Le gouverne-
ment américain a donné son feu
vert au rachat, pour 30 milliards
de dollars, de l’équipementier
aéronautique américain Rockwell Collins par son compatriote, le groupe UTC. Mais à condition que ce dernier s’engage à
céder certaines activités, afin de
préserver la concurrence. L’une
d’entre elles – les systèmes de stabilisation de vol – devrait être
rachetée par le groupe français
Safran.
L’idée est de « faire des
propositions », et non
pas un simple constat
sur les forces et
faiblesses de l’industrie
auto européenne.
Le président Macron leur a aussi
demandé de s’appuyer sur le plan
stratégique réalisé par la Plateforme automobile, l’organisation
qui fédère l’ensemble de la filière,
sous la direction de Luc Chatel, afin
de ne pas éparpiller les efforts. Et il a
donné rendez-vous dans six mois à
tous les dirigeants attablés pour
avancer sur le sujet. A l’image de ce
qu’il avait déjà fait sur le dossier
Industrie du futur, quand il était
ministre de l’Economie. Ce qu’il
faut, a insisté le chef de l’Etat, c’est
réussir à créer une offre de voitures
électriques à des prix abordables
pour les classes moyennes, afin de
changer peu à peu le parc automobile et diminuer les émissions.
Des objectifs durcis
Inquiète, la filière a profité de ce
dîner, qui réunissait Carlos Tavares
(PSA), Carlos Ghosn (Renault-Nissan-Mitsubishi), Dieter Zetsche
(Daimler) ou Didier Leroy (Toyota),
pour pointer du doigt le durcissement des objectifs de réduction des
émissions de CO2, voté début septembre, par la commission environnement du Parlement européen
(–20 % d’ici à 2020 et –45 % d’ici à
2030). Des objectifs jugés irréalistes
par les industriels. Mais sur ce dossier, l’Elysée a rappelé le contexte. A
la suite du « dieselgate », l’opinion
publique européenne a eu le sentiment que la filière automobile et les
Etats s’étaient mis d’accord dans
son dos, pour ne pas s’attaquer trop
fortement aux émissions de CO2.
« Le lien de confiance avec le grand
public a été brisé », a expliqué en
substance, Emmanuel Macron.
Dans ces conditions, il faut
d’abord que le secteur prenne « des
engagements forts à échéance de
deux, trois ans », en matière de
dépollution. Ce n’est qu’ensuite
que le gouvernement montera au
créneau, en partenariat avec l’Allemagne, pour ajuster les objectifs
d’émissions de CO 2 . Emmanuel
Macron visitera ce mercredi
les stands du Mondial de l’automobile, qui ouvre ses p ortes au
public jusqu’au 14 octobre à la porte
de Versailles. n
Berlin n’arrive pas à faire bouger les lignes sur le diesel
Les constructeurs allemands
proposent des primes à la
reprise sur les vieux diesels.
Pauline Houédé
@Pauline_H
— Correspondante à Francfort
Rockwell Collins
Tereos : échec
de la médiation
engagée
en septembre
Philippe Huguen/AF¨
de-France aurait plus d’inconvénients que d’avantages et coûterait très cher, indique un rapport commandé par Ile-de-France
Mobilités et publié mardi. Une telle mesure ne ferait baisser la circulation automobile que d’environ 2 %. La fréquentation des
transports publics, elle, augmenterait de 6 à 10 %, au détriment
surtout de la marche et du vélo. Enfin, il faudrait compenser les
recettes commerciales, qui s’élèvent à 3,3 milliards d’euros par an.
Comment prendre le virage de
l’électrique et des nouvelles mobilités ? Comment construire un écosystème européen dans ces technologies ? Que faire pour rendre le
Vieux Continent attractif pour les
grands industriels du secteur et les
start-up pariant sur cette révolution ? A l’occasion d’un dîner lundi
soir avec une vingtaine de patrons
du secteur automobile, à la veille de
l’ouverture du Mondial de l’auto,
Emmanuel Macron a invité les
industriels de la filière à se mobiliser sur ces questions, alors que la
révolution de la voiture électrique et
autonome offre une occasion rêvée
aux groupes chinois de bousculer
les acteurs en place. Dans cette optique, l’Elysée a annoncé qu’il avait
demandé à Patrick Pelata, l’ancien
directeur général de Renault, et à
Xavier Mosquet, associé au sein du
BCG, de travailler sur le sujet. Avec
l’idée de « faire des propositions », et
non pas un simple constat sur les
forces et faiblesses de l’industrie
automobile européenne. Notamment en termes de batteries.
Après plus de six heures de discussions, le SPD et la CDU/CSU, les
partis de la coalition au pouvoir, ont
annoncé dans la nuit de lundi à
mardi la conclusion d’un accord sur
les vieux véhicules diesel polluants,
menacés d’interdiction dans plusieurs villes allemandes. Mais le
gouvernement, qui voulait demander aux constructeurs allemands
de mettre au pot pour améliorer la
qualité de l’air dans les villes du pays,
peine à faire plier l’industrie.
Dans le détail, les automobilistes
qui habitent dans les quatorze villes
les plus polluées du pays, dont
Munich, Stuttgart ou Cologne, bénéficieront de primes proposées par
les constructeurs allemands afin
d’échanger leurs véhicules diesel
polluants de type Euro 4 ou Euro 5
par une voiture plus propre, neuve
ou d’occasion. Au total, environ
1,4 million de véhicules sont potentiellement concernés outre-Rhin.
Vo l k s wa g e n o f f r e a i n s i e n
moyenne 4.000 euros (pour la
reprise d’une voiture de type Euro 1
à Euro 4) ou 5.000 euros (pour une
Euro 5), en fonction des modèles.
Daimler propose de son côté jusque
10.000 euros, et BMW jusqu’à
6.000 euros. Le français Renault
imite le mouvement et a annoncé
mardi une prime de 2.000 à
10.000 euros en Allemagne.
Incertitudes autour
des adaptations techniques
Réclamées par la ministre de l’Environnement, Svenja Schulze (SPD),
mais jusqu’à présent rejetées par
l’industrie automobile, les adaptations techniques, qui permettent
de réduire la pollution par l’ajout
d’un catalyseur et d’un réservoir
d’AdBlue (de l’urée), étaient également au cœur des négociations.
Celles-ci sont bien évoquées dans
l’accord gouvernemental : s’il veut
garder sa voiture diesel, l’automobiliste qui habite dans l’une des quatorze villes concernées peut opter
pour une intervention technique
aux frais du constructeur.
Mais la mise en œuvre d’une telle
mesure est loin d’être acquise. Alors
qu’Andreas Scheuer, le ministre des
Transports (CSU), a reconnu mardi
qu’il devait encore discuter de la
question avec les constructeurs sur
le plan financier et technique, BMW
est opposé à de telles interventions,
tandis que Daimler y « réfléchit »,
a précisé le ministre. Seul Volkswagen est prêt à la financer, mais
pas complètement.
Contexte politique sensible
Pour le gouvernement, l’objectif est
de réduire au plus vite la pollution
de l’air dans les villes du pays et d’éviter l’interdiction de circulation des
véhicules diesel, déjà décidée dans
deux rues de Hambourg. Début septembre, un tribunal a décrété l’inter-
diction de circulation des plus vieux
véhicules diesel à Francfort à partir
de février 2019. La priorité est ainsi
de rassurer les millions de propriétaires de véhicules diesel du pays,
dans un contexte politiquement
sensible à l’approche de deux scrutins régionaux, en Bavière et en
Hesse, en octobre.
Le gouvernement a par ailleurs
annoncé, mardi, un programme
destiné à aider les communes qui
dépassent le seuil de pollution de
40 µg/m3 à financer les adaptations
techniques de leurs véhicules communaux. Les artisans et livreurs
pourront également en bénéficier.
L’Etat réglera 80 % de la facture. n
VW se sépare du patron d’Audi
Le groupe Volkswagen a annoncé mardi mettre fin à toutes les fonctions du patron de sa filiale Audi, Rupert Stadler, incarcéré depuis le mois de juin en Allemagne dans
l’affaire du « dieselgate ». La justice allemande avait justifié son interpellation puis son placement en détention
provisoire par des tentatives d’influencer des témoins ou
d’autres suspects. Depuis juin, Rupert Stadler avait été
relevé de ses fonctions par le conseil de surveillance de
Volkswagen. Le Néerlandais Bram Schot continuera
d’assurer la direction par intérim du groupe.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 19
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Au Mondial, le spectre d’un Brexit
« dur » alarme l’automobile
Tesla a doublé
la production
des Model 3
au troisième
trimestre
l Les constructeurs profitent du Mondial de l’auto pour alerter l’opinion publique
sur les conséquences d’une absence d’accord.
l Certains ont déjà prévu des espaces de stockage de part et d’autre de la frontière.
AUTOMOBILE
ment britannique ne mettra pas en
danger son industrie automobile.
« On doit se préparer au pire, mais je
serais surpris que le pire arrive »,
dit-il.
D’autres se font plus menaçants.
Le patron européen de Toyota (qui
produit l’Auris outre-Manche)
Johan van Zyl, a répété qu’un Brexit
dur affecterait ses investissements
dans le pays. Harald Kruger, le président du directoire de BMW,
n’exclut pas non plus un transfert
de sa production. « Il n’y aurait plus
d’accord commercial et nous serions
alors forcés de construire aux PaysBas », a-t-il déclaré. Même ton chez
PSA. « Nous n’hésiterons pas à prendre des décisions difficiles. On en discutera d’abord avec les syndicats », a
déclaré Carlos Tavares.
AUTOMOBILE
Julien Dupont-Calbo
@jdupontcalbo
et Anne Feitz
@afeitz
Le Brexit ? L’équivalent d’un ragoût
de mouton indigeste, dégusté dans
le noir complet. « Tout le monde
s’inquiète », confie Erik Jonnaert, le
secrétaire général de l’Association
des constructeurs européens
(Acea). Ces derniers profitent donc
de la tribune parisienne offerte par
le Mondial de l’auto, qui a ouvert ses
portes mardi à la presse, pour faire
passer le message : il faut absolument que Londres et Bruxelles
s’entendent pour éviter un « hard
Brexit » à l’industrie automobile.
Faute d’accord d’ici au 29 mars,
les importations et exportations de
voitures et de pièces seront soumises aux règles de l’OMC dès la sortie
de la Grande-Bretagne de l’Union
européenne. En clair, les véhicules
seront taxés à hauteur de 10 %, et les
pièces à hauteur de 3 à 4 %, rappelle
Erik Jonnaert. « Surtout, la bureaucratie va menacer la production en
“juste à temps” adoptée par la plupart des constructeurs », poursuit-il.
Faute d’accord
d’ici au 29 mars,
les importations
et exportations de
voitures et de pièces
seront soumises aux
règles de l’OMC dès
la sortie de la GrandeBretagne de l’UE.
« Encore six mois »
Certains ont déjà pris le taureau par
les cornes. BMW, qui produit ses
Mini et ses Rolls-Royce dans ses
usines d’Oxford et de Goodwood, a
ainsi commencé à adapter ses systèmes informatiques pour être
capable de gérer la masse de documents nécessaires au passage des
douanes. Le constructeur allemand a aussi prévu des espaces de
stockage de part et d’autre de la
frontière, pour sa production et
celle de ses sous-traitants. « Nous
prévoyons une période de problèmes
logistiques de six à huit semaines
après le Brexit, quel que soit le scéna-
rio envisagé », explique Nicolas
Peter, le directeur financier, qui
estime le coût de préparation entre
30 et 50 millions d’euros.
BMW a par ailleurs dit qu’il fermerait son usine d’Oxford pour
maintenance en avril l’an prochain,
et non pas en août comme chaque
année. « Nous avons prévu d’augmenter la production en GrandeBretagne au cours des mois précédents, pour parer à tout risque
d’approvisionnement », indique
aussi le dirigeant. La plupart des
constructeurs jugent toutefois qu’il
est encore un peu tôt pour prendre
des mesures – même si la date fatidique approche à grands pas. « On a
encore six mois devant nous ! »,
répond Carlos Ghosn, PDG de
l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Chez PSA, où une équipe a été
chargée du sujet, on se laisse du
temps avant de déclencher le plan
Orsec. « Pour nous, c’est encore
beaucoup trop tôt pour lancer ces
mesures. On regardera ça en janvier », explique Carlos Tavares, le
président du directoire du groupe
tricolore – qui a hérité via Opel de
deux usines en Grande-Bretagne, à
Ellesmere Port et à Luton.
En attendant de voir de quel côté
de la balance pencheront les discussions, les constructeurs affichent des discours contrastés. Dieter Zetsche, le président du
directoire de Daimler (qui n’a pas
d’usine outre-Manche, mais pour
qui la Grande-Bretagne est le
deuxième marché), se dit simplement « très préoccupé ». Pour sa
part, alors que Nissan possède une
usine géante outre-Manche, Carlos
Ghosn veut croire que le gouverne-
La pression des constructeurs
sera-t-elle efficace ? Il y a urgence en
tout cas. « Depuis deux ans, les constructeurs investissent le strict minimum en Grande-Bretagne », note
Laurent Petizon, chez AlixPartners.
« Du coup, comme les usines sont
mises en concurrence en interne,
avec deux ans sans investissement,
elles risquent de dérailler ». La Fédération britannique des constructeurs (SMMT) a estimé que des
droits de douanes de 10 % renchériraient de 3.000 euros le coût des
véhicules construits au RoyaumeUni et vendu en Europe. n
Aston Martin lance la plus grosse entrée en Bourse depuis Ferrari
Le constructeur de voitures
de sport rejoint ce mercredi
le London Stock Exchange.
Il espère être valorisé
jusqu’à 4,5 milliards
de livres.
Alexandre Counis
— Correspondant à Londres
et Romain Gueugneau
Même pas peur ! Andy Palmer, le
patron d’Aston Martin, avait prévenu il y a quelques semaines qu’il
ne redoutait pas les effets d’un Brexit
dur, qui se solderait sans accord de
divorce à l’amiable avec l’Union
européenne. Les inquiétudes du
secteur sur les négociations avec
Bruxelles n’ont en tout cas pas empêché le constructeur britannique, qui
exporte un quart de sa production
vers l’UE, de concrétiser son projet
d’entrée en Bourse. Il rejoindra
même le London Stock Exchange
dès ce mercredi, avec quelques jours
d’avance sur le calendrier prévu.
Signant ainsi la plus grosse IPO du
secteur depuis celle de Ferrari.
La marque favorite de James
Bond a néanmoins revu ses ambitions à la baisse, en ramenant le haut
de sa fourchette de prix à 20 livres,
contre 22,50 livres initialement.
Elle espère être valorisée jusqu’à
4,54 milliards de livres, contre
5,07 milliards à l’origine. Un quart
du capital sera cédé sur le marché.
Une émission d’actions est aussi
prévue, à laquelle les salariés et
les clients pourront participer.
La nouvelle fourchette, qui
Le succès du coupé DB11, le premier nouveau modèle sorti en dix ans, illustre la renaissance
de la marque britannique. Photo Aston Martin
démarre à 18,50 livres, rapproche la
firme de la parité avec Ferrari. Aston
Martin cherche évidemment à
dépasser son grand rival, dont le
bilan est plus solide et la rentabilité
plus élevée. En haut de fourchette, la
valorisation du britannique atteindra 21,8 fois l’Ebitda ajusté, contre
20,9 fois actuellement pour l’italien.
Mais même en bas de fourchette,
les actionnaires multiplieront leur
mise initiale par 10 ! A commencer
par Investindustrial, le fonds
d’Andrea Bonomi, qui avait pris une
participation de 37,5 % en 2012,
alors que la valeur du constructeur
n’excédait pas 400 millions. Tout
comme les investisseurs koweïtiens
« Sur notre premier
siècle d’existence,
nous avons fait
faillite sept fois.
Le second siècle vise
à s’assurer que cela
ne sera pas le cas. »
ANDY PALMER
Patron d’Aston Martin
Investment Dar et Adeem Investment & Wealth Management, il
devrait vendre une partie de ses
actions mais restera au capital, aux
côtés de Daimler, qui possède 4,9 %
des parts.
Une histoire mouvementée
La griffe doit encore démontrer
qu’elle peut faire aussi bien que Ferrari, et jouer dans la cour des valeurs
du luxe. Au Mondial de l’auto de
Paris, sur le stand d’Aston Martin,
qui fait face à celui du cheval cabré,
on insiste sur le fait que l’introduction en Bourse ne va pas changer la
vie du constructeur. « La conséquence directe, c’est l’évolution de
l’actionnariat. Il ne s’agit pas de lever
des fonds. Nous n’en avons pas besoin.
Notre plan de développement est déjà
financé », rappelle Christian Marti,
le directeur commercial.
L’entrée en Bourse marque néanmoins un virage que le britannique
aurait été incapable de négocier il y a
quelques années. L’histoire d’Aston
Martin a en effet été mouvementée.
Le constructeur, créé en 1913 par
Lionel Martin et Robert Bamford
(qui quittera l’entreprise dès 1920),
est plusieurs fois passé par des
moments de fragilité financière et a
changé de mains à plusieurs reprises. Ford, qui en avait pris la majorité
en 1987 puis la totalité en 1993, l’a
revendu en 2007. « Sur notre premier siècle d’existence, nous avons fait
faillite sept fois, a un jour calculé
Andy Palmer. Le second siècle vise à
s’assurer que cela ne sera pas le cas. »
L’ex-bras droit de Carlos Ghosn
chez Nissan, arrivé aux manettes en
2014, a depuis remis la marque sur
les rails. Il a relancé le célèbre
modèle DB5 immortalisé par James
Bond, annoncé un premier SUV
pour l’an prochain, et promis que
tous les nouveaux modèles seraient
électriques d’ici à mi-2020.
Grâce au succès du coupé DB11,
il a surtout permis en 2017 à la
société de renouer avec les bénéfices, après six ans de pertes. Et il
a fait repartir la production à la
hausse. La firme espère produire de
6.200 à 6.400 voitures cette année,
après avoir dépassé les 5.000 l’an
dernier. Un volume qu’elle n’avait
pas atteint depuis 2008. n
Le groupe dit avoir
produit 53.000 nouveaux véhicules
en trois mois.
Florian Maussion
@Flo_Maussion
Tesla semble avoir surmonté ses
problèmes de production.
Selon le bilan trimestriel publié
mardi, l’américain a produit
53.239 Model 3 au troisième trimestre, soit près du double du
trimestre précédent, où
28.578 unités étaient sorties des
usines. Au total, Tesla affirme
avoir fabriqué 80.142 véhicules
entre juillet et septembre. La
marque fait aussi état d’une
nette amélioration sur les livraisons, qui s’étaient révélées
comme un nouveau point noir
cet été. Celui-ci déclare avoir
livré 83.500 voitures – dont
55.840 Model 3 – contre 40.740
au deuxième trimestre.
En attente de livraisons
Il est encore trop tôt, néanmoins, pour affirmer que les
problèmes de Tesla relèvent du
passé. Mardi, le « New York
Times » a révèlé que la marque
100 % électrique possède encore
de nombreux véhicules stockés
en différents lieux qu’il peine à
faire parvenir à ses clients.
Av a n t d ’ê t r e c o n t r a i n t
de quitter son poste de président
du conseil d’administration de
Tesla sur injonction du gendarme de la Bourse américain
(SEC) pour un tweet sur une possible sortie de la Bourse, Elon
Musk a dû, une nouvelle fois, fin
septembre, se justifier sur Twitter auprès d’un client mécontent. « Désolé, nous améliorons
notre système logistique, mais il y
a trop peu de camions de livraison
disponibles », a expliqué le milliardaire, qui reste directeur
général de la marque.
Un argument balayé par un
spécialiste cité par le « New York
Times » : « C’est un non-sens
absolu. Une rapide recherche
révèle qu’il y a de grandes capacités de livraisons disponibles. Peutêtre que Tesla n’a tout simplement pas les moyens de payer
pour cela. » L’Association des
transporteurs routiers d’Amérique déclare, elle, n’avoir pas connaissance d’une pénurie de
transporteurs. n
ANNLEGALECH
annonces légales
AVIS DE SAISINE
DE LEGATAIRE UNIVERSEL –
DELAI D’OPPOSITION
Article 1007 du Code civil
Article 1378-1 Code de procédure civile
Loi n°2016-1547du 28 novembre 2016
Suivant testament olographe en date du
15 avril 2001,
Monsieur Denis VASSE a consenti un legs
universel.
Consécutivement à son décès, ce
testament a fait l’objet d’un dépôt aux
termes du procès-verbal d’ouverture
et de description de testament reçu
par Maître François CARRE, Notaire
soussigné, Associé de la Société
d’Exercice Libéral par Action Simplifiée
dénommée « CARRE Notaires » dont le
siège social est à PARIS 7e, 34 Bis, Rue
de l’Université, le 19 septembre 2018,
duquel il résulte que le légataire remplit
les conditions de sa saisine.
Opposition à l’exercice de ses droits
pourra être formée par tout intéressé
auprès du notaire chargé du règlement de
la succession : SELAS CARRE Notaires,
34 bis rue de l’université, 75007 PARIS,
référence CRPCEN : 75005, dans le
mois suivant la réception par le greffe de
l’expédition du procèsverbal d’ouverture
du testament et copie de ce testament.
En cas d’opposition, le légataire sera
soumis à la procédure d’envoi en
possession.
La ligne de référence est de 40 signes
en corps minimal de 6 points didot.
Le calibrage
de l’annonce est établi de filet à filet.
Les départements habilités
sont 75, 78, 91, 92, 93, 94, 95 et 69.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
20 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Le Canada lance un projet gazier
géant pour approvisionner l’Asie
l Shell va construire une usine de liquéfaction de gaz sur la côte ouest du Canada.
l Le projet, tourné vers le marché asiatique, est évalué à 27 milliards d’euros.
ÉNERGIE
Vincent Collen
@VincentCollen
La production de gaz naturel liquéfié (GNL) va connaître un nouveau
coup d’accélérateur, avec l’annonce
d’un investissement majeur au
Canada. Shell a donné son feu vert
mardi à LNG Canada, un projet évalué officieusement à 40 milliards de
dollars canadiens (27 milliards
d’euros). Le numéro un mondial du
gaz va construire une usine de
liquéfaction de gaz à Kitimat, en
Colombie britannique, sur la côte
Pacifique du pays. Elle sera approvisionnée en gaz par pipeline depuis
des champs situés à l’intérieur du
Canada et pourra produire 26 millions de tonnes de GNL par an.
C’est une annonce de grande
ampleur pour Shell, qui détient
40 % du projet aux côtés du malaisien Petronas (25 %), du chinois
PetroChina (15 %), du japonais Mitsubishi (15 %) et du coréen Kogas
(5 %). L’usine de liquéfaction doit
entrer en service avant le milieu de
la prochaine décennie. « Elle va
démarrer au moment où l’on connaîtra une tension sur la production
mondiale liée à l’absence d’investissements des compagnies gazières dans
de grands projets de GNL ces dernières années », explique Thierry Bros,
de l’Oxford Institute for Energy Studies.
Transport plus rapide
Il s’agit en effet du premier lancement d’usine d’exportation de GNL
depuis celui de Yamal par Total, en
Russie, il y a cinq ans, relève Dulles
Wang, analyste chez Wood Mackenzie. « Il semble que les méga-projets soient de retour », commentet-il. D’autres devraient suivre aux
Le chiffre d’affaires
des entreprises
parapétrolières généré
depuis la France
semble avoir atteint
son point bas après
trois années de crise.
Après trois années de crise profonde, le secteur parapétrolier français a probablement touché le fond.
Le chiffre d’affaires généré depuis la
France par des sociétés comme
TechnipFMC, CGG, Schlumberger
et un petit millier de PME, a encore
reculé de 3 % en 2017, selon les données publiées mardi par Evolen, la
fédération des entreprises du secteur. A 31,7 milliards d’euros, il est
TRANSPORT
Le groupe industriel
allemand devient
le nouvel actionnaire minoritaire
du groupe de transport, aux côtés de la
Caisse des Dépôts.
Lionel Steinmann
@lionelSteinmann
Un bateau de transport de gaz naturel liquéfié. L’Asie consomme les trois quarts de la production mondiale. Photo Pierre Gleizes/RÉA
Etats-Unis, au Qatar et en Russie
(Arctic LNG 2 dont le français Total
est partenaire). La demande mondiale de gaz liquéfié est appelée à
doubler d’ici à 2035, prévoit Shell.
C’est aussi le signal d’une évolution profonde pour le Canada, qui,
jusqu’à présent, exportait l’essentiel
de son gaz par pipeline vers les
Etats-Unis. Avec cette usine de
liquéfaction, la première du pays,
Shell et ses partenaires visent l’Asie,
qui consomme les trois quarts du
GNL mondial.
La demande en gaz monte en flèche dans cette région du monde, en
particulier en Chine, où il se substitue de plus en plus au charbon trop
« L’usine va
démarrer au
moment où l’on
connaîtra une
tension sur la
production
mondiale. »
THIERRY BROS
Oxford Institute
for Energy Studies
polluant pour produire de l’électricité. Les importations chinoises de
GNL ont bondi de près de 50 % l’an
dernier, et devraient encore augmenter de presque 40 % cette
année, prévoit le cabinet Wood
Mackenzie. Le pays est devenu le
deuxième consommateur mondial, derrière le Japon et devant la
Corée. Les prix de vente sont beaucoup plus intéressants pour Shell
en Asie, alors que les cours du gaz
aux Etats-Unis stagnent sous l’effet
d’une production américaine de
plus en plus abondante grâce au
boom du schiste.
La côte ouest du Canada est idéalement située pour exporter vers la
Chine, le Japon ou la Corée. Le
transport est deux fois plus rapide
(et donc nettement moins cher) que
depuis le Golfe du Mexique d’où
part l’essentiel de la production des
Etats-Unis (les navires méthaniers
doivent alors emprunter le canal de
Panama). Le Canada pourrait aussi
tirer bénéfice de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine.
Pékin a imposé des tarifs de 10 % sur
les importations de gaz américain
en représailles aux barrières douanières érigées par Donald Trump.
« Ces tarifs restent tout à fait gérables
pour le moment, mais ils renforcent
l’attractivité du GNL canadien pour
la Chine », note Thierry Bros. n
Le secteur parapétrolier français prêt à rebondir
ÉNERGIE
Avec l’allemand
Rethmann,
Transdev
veut accélérer
à l’international
retombé à son niveau de 2011, presque 10 milliards de moins que le pic
atteint en 2014.
La chute brutale des cours du
pétrole, entre 2014 et 2016, a conduit
les compagnies pétrolières et gazières à réduire leurs investissements
de façon drastique, mettant un
terme à un long cycle de croissance
pour leurs fournisseurs. « Les investissements dans l’exploration-production ont été les plus touchés, de
nombreux projets étant gelés ou
annulés, souligne Olivier Appert,
ancien président de l’Institut français du pétrole. Même aujourd’hui,
les compagnies restent prudentes,
malgré la remontée du prix du baril. »
Non seulement le volume d’affaires du secteur a chuté, mais les
entreprises parapétrolières ont été
contraintes de réduire leurs prix.
Cette double peine a conduit certai-
nes d’entre elles au bord de la
faillite, telles CGG, qui a dû mettre
en place un plan de sauvetage l’an
dernier. Technip a fusionné avec
l’américain FMC. Et beaucoup de
sociétés d’ingénierie ont elles aussi
fusionné ou se sont fait racheter
pour survivre.
Un secteur résilient
« Depuis le début de l’année, les carnets de commandes commencent à se
remplir », observe Dominique Bouvier, le président d’Evolen. L’activité
est tirée par le forage à terre (par
opposition à l’offshore qui tarde à
redémarrer), en particulier au
Moyen-Orient. La recherche sismique, spécialité de CGG, reprend un
peu elle aussi. Enfin, certaines
entreprises ont diversifié leur activité et mettent leurs compétences
au service des énergies renouvela-
AVIS FINANCIERS
Société en commandite par actions au capital de €.139.565.100
Siege social : 7-9 rue Nationale 92100 Boulogne-Billancourt
395 062 540 RCS Nanterre
Mmes, MM les actionnaires sont informés qu’ils sont convoqués en assemblée générale ordinaire le 13 novembre 2018,
à 17h, au siège social de la Société : 7-9 rue Nationale à Boulogne-Billancourt (92100).
Conformément à la Loi, tous les documents devant être communiqués aux assemblées générales seront tenus, dans les
délais légaux, à la disposition des actionnaires au siège social de la Société : 7-9 rue Nationale à BoulogneBillancourt (92100).
Les documents prévus à l'article R.225-73-1 du Code de commerce seront disponibles sur le site Internet de la Société
à l’adresse suivante : www.patrimoine-commerce.com, à compter du vingt et unième jour précédant l’assemblée.
Parution de l’avis de réunion au BALO numéro 119 du 3 octobre 2018, sous le numéro 1804736.
La Gérance
bles comme l’éolien en mer. « C’est
un secteur résilient, qui a l’habitude
de connaître des hauts et des bas »,
souligne-t-il. Le rebond démarre
logiquement en début de chaîne,
dans l’ingénierie, le premier métier
mobilisé dans les projets pétroliers
et gaziers. Le gros du chiffre d’affaires ne viendra que dans un
deuxième temps, avec les livraisons
d’équipements et le début de la
construction des plates-formes
pétrolières, des unités de liquéfaction de gaz, des raffineries ou
encore des usines pétrochimiques.
C’est pourquoi Evolen ne s’attend
qu’à une « stabilisation » des revenus de l’industrie cette année, le
retour véritable de la croissance
n’étant espéré que l’an prochain et
surtout à partir de 2020. « La filière
française ressort fragilisée de la crise,
d’autant qu’elle n’est pas soutenue
par une vision stratégique de l’Etat »,
analyse Denis Florin, associé-fondateur de Lavoisier Conseil.
Le secteur parapétrolier a supprimé quelque 10.000 emplois en
France entre 2015 et 2017, les effectifs étant estimés aujourd’hui à
50.000. Paradoxalement, l’industrie peine maintenant à recruter.
Les entreprises sont à la recherche
d’ingénieurs, de soudeurs, de
tuyauteurs ou encore de chaudronniers, relève Evolen. Beaucoup des
salariés qui ont perdu leur emploi
pendant la crise sont partis à la
retraite, dans d’autres secteurs ou à
l’étranger et ne sont donc plus disponibles pour le secteur parapétrolier. n
La recomposition de l’actionnariat de Transdev arrive enfin
à son terme. Sept ans après en
avoir annoncé l’intention, Veolia a confirmé, mardi, sa sortie
définitive du capital du groupe
de transport, en officialisant la
cession des 30 %, qu’il contrôlait
encore, à Rethmann, un groupe
industriel allemand à l’actionnariat 100 % familial. Le montant de la transaction a été fixé
à 340 millions d’euros.
Le nouvel entrant, qui
compte 72.000 collaborateurs
et pèse près de 14,4 milliards
d’euros de chiffre d’affaires, n’est
pas un spécialiste de la mobilité :
ses principaux métiers sont la
logistique, l’eau et le recyclage,
et l’agroalimentaire. Rethmann
compte néanmoins une petite
activité de transport public en
Allemagne, qui sera intégrée à
Transdev. Il contrôlera, suite à
cet apport, 34 % du capital.
Transdev réalise
déjà plus de 60 %
de son activité
à l’international.
Le solde reste aux mains de
la Caisse des Dépôts, qui conserve ainsi le contrôle exclusif
du groupe avec plus des deux
tiers des droits de vote. Et cette
répartition des rôles est appelée
à durer : les deux actionnaires,
le majoritaire et le minoritaire,
ont indiqué en chœur qu’ils se
plaçaient dans une perspective
de long terme, l’accord ne prévoyant pas de montée au capital
ultérieure de Rethmann.
Transdev est désormais doté
d’un actionnariat stable, et c’est
sans doute la principale bonne
nouvelle pour le groupe de
transport. Pour remplacer Veolia, le PDG de Transdev, Thierry
Mallet, souhaitait un industriel
plutôt qu’un fonds d’investissement. Il a été exaucé, et même si
le transport de personnes n’est
pas la spécialité du nouvel investisseur, « c’était le meilleur partenaire possible », a-t-il assuré. La
stratégie du groupe, qui consiste
à devenir un intégrateur global
de solutions de mobilité (et non
plus un simple opérateur), est
validée et va être amplifiée.
De surcroît, Transdev, qui
réalise déjà plus de 60 % de son
activité à l’international, devrait
pouvoir compter sur Rethmann
pour accélérer son développement hors des frontières. En
Allemagne bien sûr, où Transdev est déjà numéro deux du
marché ferroviaire derrière la
Deutsche Bahn. Le groupe y
dépassera l’an prochain le milliard d’euros de chiffre d’affaires
grâce à l’apport des activités de
son nouvel actionnaire, dans le
bus et le rail principalement. Sur
le plan commercial, il bénéficiera également de ses contacts,
Rethmann étant un acteur
majeur dans le secteur des services aux collectivités locales.
Ces synergies potentielles doivent également être exploitées
dans d’autres pays, et Transdev
compte s’appuyer sur ce nouveau partenaire pour se renforcer en République tchèque,
en Slovaquie, en Pologne, ou
encore en Australie. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 21
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
La faillite de Primera Air repose la question
de la protection des passagers
AÉRIEN
La faillite de la compagnie low cost danoise
Primera Air laisse
des dizaines
de milliers de passagers au sol.
En 2017 la faillite d’Air
Berlin, Monarch et
Niki avait lésé plus de
1 million de voyageurs.
Bruno Trévidic
@BrunoTrevidic
Y a-t-il quelque chose de pourri
dans le transport aérien européen ?
Pour les milliers de clients de Primera Air, cloués au sol par la faillite
de la compagnie danoise mardi, la
réponse est « oui » ! A Roissy-CDG
comme à Londres-Stansted et à
Newark-Liberty (NY) ils étaient plusieurs centaines à apprendre à leur
arrivée à l’aéroport l’arrêt de tous les
vols de Primera Air, lundi soir, quelques heures après l’annonce de la
faillite de la compagnie. Et comme
lors des précédentes faillites de
compagnies low cost européennes
– Air Berlin, Monarch et Niki en
2017 – la plupart n’auront aucun
moyen de se faire rembourser leurs
billets, généralement achetés sur
Internet, sans la garantie juridique
offerte par la réglementation des
voyages à forfait.
En 2017, 1,45 million de passagers
au total ont ainsi fait les frais des
faillites de Monarch, Air Berlin et
Niki, selon l’Association européenne des agences de voyages. Et si
la disparition de Primera Air reste
pour l’heure le seul gros crash de
l’année, elle devrait néanmoins
coûter leurs vacances à plusieurs
dizaines de milliers de passagers.
Ancienne compagnie charter
reconvertie au low cost, Primera
Air avait transporté 1 million
de passagers en 2017 et espérait
atteindre les 2 millions cette année,
grâce à ses nouvelles liaisons transatlantiques au départ de LondresStansted et Paris-CDG, à partir de
149 euros l’aller simple.
Outre une organisation « optimisée », avec un siège social à Copenhague, des opérations à Riga (Lettonie) et un actionnariat islandais (le
voyagiste Primera Travel), Primera
Air misait sur l’utilisation d’avions
moyen-courriers monocouloir de
nouvelle génération – des Airbus
A321 de 197 sièges – offrant un coût
au siège inférieur de 25 % à ceux
d’appareils long-courriers.
Une aventure de cinq mois
Cinq mois seulement se seront
écoulés entre le lancement des premiers vols long-courriers low cost
de Primera Air – dont 25 vols par
semaine au départ de Roissy-CDG
vers New York, Boston, Montréal,
Toronto et Tel Aviv – et sa faillite
sans le moindre préavis. Mi-septembre, la compagnie annonçait
encore le lancement de nouvelles
lignes transatlantiques au départ de
Madrid, Berlin, Francfort et Paris.
Et si les plaintes de passagers victimes d’annulations de dernière
minute fleurissaient sur les réseaux
sociaux – un compte Twitter
@donotflyprimera avait même
vu le jour – la clientèle semblait
au rendez-vous, avec 79.825 passagers transportés entre la France
et l’Amérique et plus de 400 vols
assurés de mai à septembre.
Ce succès commercial masquait
toutefois une exploitation
défaillante et une assise financière
beaucoup trop faible. Pour expli-
à offrir les garanties financières
nécessaires pour « faire face à ses
obligations actuelles et potentielles
pendant un délai de 24 mois » et
à pouvoir assumer, pendant une
période de trois mois minimum, ses
frais fixes et ses dépenses d’exploitation. Et, manifestement, Primera
Air n’offrait pas ces garanties.
D’autres compagnies
menacées
Primera Air a stoppé tous ses vols. La plupart des voyageurs concernés n’auront aucun moyen
de se faire rembourser leurs billets. Photo Airbus/C. Brinkmann
quer sa défaillance, la compagnie
évoque dans un communiqué le
coût de la réparation imprévue d’un
appareil en 2017, pour 10 millions
d’euros, et les surcoûts d’affrètement liés à la livraison retardée de
ses premiers Airbus A321 en 2018,
pour 20 millions d’euros. La compagnie explique également ne pas
être parvenue à « sécuriser un financement à long terme » et ne pas avoir
obtenu de prêt-relais de sa banque.
En clair, Primera Air s’était lancé
dans le long-courrier sans disposer
des fonds nécessaires. La réglementation française oblige pourtant
toute compagnie aérienne opérant
des avions de plus de 19 sièges
Feu vert pour l’Airbus A321 LR, espoir du low cost
long-courrier
Ironie du sort, la faillite de Primera Air est
intervenue le jour même de la certification
par les autorités européennes et américaines de l’Airbus A321neo LR, sur lequel
reposait largement le modèle économique
de la défunte compagnie low cost longcourrier. Avec ses nouveaux moteurs et un
réservoir de carburant supplémentaire,
cet avion permettra de transporter jusqu’à
244 passagers sur plus de 7.400 kilomètres.
De quoi permettre aux low cost de relier
sans escale Paris à New York, Lisbonne à
Recife ou Singapour à Sydney, avec un
appareil monocouloir de la même famille
que les A320 des lignes intra-européennes,
et pour un coût au siège inférieur de 25 à
30 % à celui des avions long-courriers des
compagnies traditionnelles. S’il est trop
tard pour Primera, Norwegian, mais aussi
Aer Lingus, SAS et la petite compagnie
française La Compagnie comptent sur
l’A321 LR pour rebattre les cartes sur le
marché transatlantique. Commandé à près
de 2.000 exemplaires, il a déjà permis à
Airbus de creuser l’écart avec Boeing sur le
marché des monocouloirs.
S’agit-il d’un cas isolé ? Probablement pas. Plusieurs compagnies
low cost européennes et même
françaises sont aujourd’hui à la
recherche de refinancement ou de
repreneurs et pourraient se retrouver, elles aussi, à court de trésorerie.
C’est notamment le cas de Norwegian, la reine des vols low cost longcourriers, qui a annoncé son intention de revendre une partie des
avions commandés et de ralentir
afin de réduire le poids de ses
charges. Mais c’est également le cas
de XL Airways et de Corsair en
France, toutes deux à la recherche
d’investisseurs, même si leur existence à court et moyen terme ne
semble pas menacée.
La question est d’autant plus
prégnante que l’environnement a
changé. Après trois années fastes de
baisse des cours du pétrole qui ont
permis à beaucoup de compagnies,
dont Air France, d’afficher des résultats en hausse, le prix du carburant
est reparti à la hausse, ce qui devrait
renchérir les prix des billets d’avion
et réduire la demande. Mais dans le
même temps, l’offre de sièges sur le
marché low cost européen ne cesse
d’augmenter et devrait encore grossir de 7 % à 10 % cet hiver. Ce qui,
ajouté à d’autres craintes exogènes
comme les effets possibles sur le trafic aérien britannique, pourrait conduire à de la surcapacité et à une
nouvelle guerre des prix cet hiver. n
Les Etats-Unis lancent
une nouvelle course vers la Lune
ESPACE
A Brême, au Congrès
d’astronautique,
la Nasa a confirmé
qu’elle mettait le cap
sur la Lune.
Anne Bauer
— à Brême
@annebauerbrux
Le premier objectif, c’est la Lune.
Pour sa 69e édition, le Congrès international d’astronautique, qui réunit
cette semaine à Brême en Allemagne 4.000 scientifiques et plus de
6.000 participants, met le cap sur
l’« astre mort ». Le but ultime de
l’exploration spatiale reste Mars,
mais les agences, les scientifiques et
les industriels s’accordent de plus
en plus sur la nécessité de faire de la
Lune, l’étape intermédiaire, avant
d’aller encore plus loin.
Réunis lundi pour une conférence commune, les sept patrons
des plus grandes agences spatiales
du monde (Etats-Unis, Chine,
Europe, Canada, Japon, Inde, Russie) ont admis qu’avec la fin prévue
de la Station spatiale internationale
(ISS), l’espace risquait d’être bientôt
privé de grands projets internationaux.
La durée de vie de l’ISS est garantie par les constructeurs jusqu’en
2028. Si les patrons des agences
japonaise, russe, européenne ont
tous affirmé vouloir utiliser l’ISS le
plus longtemps possible, l’administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine,
a déclaré que pour la Nasa, l’histoire
se terminait. Avec la baisse du coût
de l’accès à l’espace, la Nasa ne
compte pas financer l’ISS au-delà
de 2025, en estimant que le secteur
privé pouvait désormais prendre la
relève et payer pour les expériences
qu’il souhaitera mener dans la station.
L’orbite basse n’est plus un enjeu
d’exploration pour la Nasa, a expliqué Jim Bridenstine, dont la mission est désormais claire et approuvée par le président Donald Trump.
Il s’agit de permettre aux Etats-Unis
de retourner sur la Lune, non pas
juste pour y mettre le pied et y prélever quelques échantillons comme
en 1969 avec la mission Apollo,
mais pour s’y installer de manière
permanente et durable.
La Nasa souhaite donc construire la « Lunar Gateway » – une
sorte de petite ISS mais en orbite cis
lunaire. « Elle permettra d’aller et de
venir entre la station et la Lune de
manière durable pour apprendre à
utiliser les ressources lunaires et
découvrir une planète dont on a longtemps cru qu’elle n’avait pas d’eau. »
La Chine a une longueur
d’avance
Pour que l’histoire de l’exploration
spatiale se poursuive, la Nasa donne
le « la ». Avec un budget de 21,5 milliards de dollars, elle représente la
moitié du budget (environ 43 milliards de dollars) de toutes les agences spatiales du monde, selon les
chiffres collectés par Maggie Aderin-Pocok, spécialiste de l’espace à la
BBC. C’est pourquoi Jim Bridenstine
a expliqué tranquillement que la
Nasa définira cette année l’architecture de sa « Lunar Gateway » et invi-
tera ensuite les uns et les autres à
intégrer le programme. Les Chinois
toutefois n’attendent pas. A la fin de
l’année, ils débarqueront leur
La Nasa définira cette
année l’architecture
de sa « Lunar
Gateway » et invitera
ensuite les uns et les
autres à intégrer le
programme.
deuxième rover sur la face cachée
de la Lune (mission Chang’e 4), une
mission incroyable saluée par le
chef de la Nasa. A Brême, le patron
de la China National Space Administration, Zhang Kejian, et Jim Bridenstine ont d’ailleurs exprimé leur
souhait de coopérer, malgré les restrictions américaines qui interdisent actuellement tout échange
entre la Chine et les Etats-Unis dans
les programmes spatiaux, sans un
accord express du Congrès.
De son côté, Johann Wörner, le
patron de l’Agence spatiale européenne, partisan de longue date
d’un « village lunaire » s’est réjoui
de cette volonté commune de faire
de la Lune la prochaine étape de
l’exploration spatiale. « Jeff Bezos et
Elon Musk veulent aller sur la Lune,
la Nasa aussi, allons donc en premier
sur la Lune », s’est-il enthousiasmé à
Brême. n
Les patrons des agences spatiales internationales sont d’accord
pour un retour de l’homme sur la Lune. Photo Shutterstock
Le Portugal veut faire un port spatial aux Açores
Un appel à projet a été lancé
mardi par le gouvernement
au Congrès international de
l’astronautique.
Manuel Heitor y croit dur comme
fer. Pour le ministre portugais des
Sciences, de la Technologie et de
l’Education, les Açores sont le lieu
idéal pour créer un port spatial
international, qui permettrait à tous
les promoteurs de microlanceurs
d’envoyer en orbite leurs minisatellites. L’île de Santa Maria (environ
5.500 habitants pour 97 km2) pourrait devenir le point de ralliement du
« new space ».
Mardi à l’occasion du 69e Congrès
international d’astronautique qui se
tient cette semaine à Brême en Allemagne, le ministre a lancé un appel
officiel à projets, avec un calendrier
précis. « Nous lançons cette semaine
l’initiative pour créer le service international de lancement de satellites de
l’Atlantique », a annoncé le ministre,
en soulignant que l’avantage des
Açores par rapport à d’autres projets
similaires, est sa situation géographique, au milieu de l’océan Atlantique, à mi-chemin entre l’Europe,
l’Afrique et les Etats-Unis.
Un atout important pour offrir
des lancements de minisatellites
aux nations du monde entier, qu’il
s’agisse de start-up américaines,
israéliennes ou européennes.
L’Agence spatiale européenne
apporterait un support technique
pour cet investissement chiffré à un
minimum de 60 millions de dollars.
« Notre but avec cet appel à projet est
de pouvoir sélectionner un porteur de
projets au printemps prochain, pour
qu’un consortium soit en place fin
2019, afin de construire le site de lancement, en vue d’une mise en service du
port spatial en 2021 », a précisé
Manuel Heitor.
14 projets en compétition
Le Portugal s’engage à soutenir le
projet en consacrant quelque 6 millions d’euros à l’amélioration des
infrastructures de l’île et en consacrant 10 millions d’euros par an pour
des projets de recherche.
L’engouement pour les constellations de minisatellites est tel, qu’on
ne dénombre pas moins de 94 projets de construction de petites fusées
pour des petits satellites et au moins
14 projets de « Spaceport ». Rien
qu’en Europe, la Grande-Bretagne a
annoncé en juillet dernier au Salon
de Farnborough son intention d’en
créer un en Ecosse, la Suède a aussi
fait des annonces, tandis que l’Espagne fait la promotion des Canaries.
« La proposition du Portugal a l’avantage d’offrir une vision à 360 degrés »,
constate un expert de l’Agence spatiale européenne. Son ancien directeur, Jean-Jacques Dordain, est un
des premiers avocats du projet.
— A. B.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
22 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Jumia s’impose
comme l’« Alibaba africain »
l La plate-forme d’e-commerce va franchir la barre du milliard d’euros
de volume d’affaires en 2019 et lancer une cinquième levée de fonds.
l Créée en 2012, elle est présente aujourd’hui dans 14 pays,
couvrant 80 % de la population ayant accès à Internet en Afrique.
ayant accès à Internet dans 14 pays
pesant 75 % du produit intérieur
brut de continent, mais d’assumer
une croissance exponentielle et de
consolider son business model en
développant de nouveaux services.
« Notre volume d’affaires [somme
des ventes réalisées par les marchands sur la plate-forme, NDLR]
sera entre 800 et 900 millions d’euros
sur l’année 2018, contre 507 millions
l’an dernier », indique le dirigeant.
E-COMMERCE
Antoine Boudet
@boudet
Si l’Afrique reste un continent qui
peut faire peur à certains investisseurs, ce n’est pas le cas de ceux qui
ont décidé d’accompagner Jumia.
La plate-forme d’e-commerce lancée en 2012 à Lagos, capitale du
Nigeria, par deux jeunes Français
ne gagne certes toujours pas
d’argent. Mais Jérémy Hodara, son
cofondateur avec Sacha Poignonnec, ne doute pas un instant qu’elle
restera longtemps, pour peu qu’elle
soit bien dirigée, une valeur de
croissance. Et pour cause, explique
aux « Echos » le jeune dirigeant de
passage à Paris : « L’Afrique est le
continent qui connaîtra la plus forte
croissance des cinquante prochaines
années. Le commerce en ligne pèse
déjà 15 % des ventes de détail aux
Etats-Unis, alors même que le réseau
de magasins est extrêmement dense,
20 % en Chine et en Afrique, où les
infrastructures mettront du temps à
se développer, il se taillera la part du
lion jusqu’à 50 % », anticipe-t-il.
Autant dire que Jérémy Hodara,
basé à Dubaï (comme son acolyte) et
le plus souvent dans les avions vers
les 14 pays où Jumia opère sur le con-
Flexibilité du modèle
Livreur à scooter, à Lagos, au Nigeria. Photo Pius Utomi Ekpei/AFP
tinent, ne se fait guère de soucis sur le
nouveau tour de table auquel les
deux compères travaillent pour une
mise en place en 2019. « Nous avons
du capital, c’est rare en Afrique », se
félicite le cofondateur de Jumia,
mais, ajoute-t-il, « nous voulons aller
plus vite, pour être plus gros et être
encore là dans cinquante ans. » Depuis
sa création, la société a obtenu au
total 767,7 millions de dollars en quatre levées de fonds, la dernière en
2016 d’un montant de 360 millions
d’euros, selon le site Crunchbase.
Aujourd’hui, l’opérateur télécoms sud-africain MTN est le plus
gros actionnaire de Jumia, auprès
duquel se retrouvent l’allemand
Rocket Internet, actionnaire historique, Millicom, opérateur télécoms
en Amérique latine, Orange, Goldman Sachs, AXA, un fonds souverain britannique pour le développement, CDC Investment Works, et le
fonds londonien Blakeney Management. Pour la prochaine levée de
fonds, les dirigeants de Jumia ne
s’interdisent rien. « Nous verrons
avec qui, pourquoi et comment »,
commente Jérémy Hodara, sibyllin.
Le défi du premier site marchand
en Afrique n’est pas tant d’agrandir
son territoire, le site couvre déjà plus
de 80 % des populations africaines
L’« Alibaba africain », référence que
le cofondateur de Jumia préfère à
celle d’Amazon compte tenu de son
modèle économique, franchira
donc sans aucun doute la barre du
milliard d’euros de volume d’affaires
en 2019, celle des 20 millions de commandes (entre 15 et 20 en 2018, près
de 10 en 2017), et aura largement plus
de 5 millions de clients. Car sur un
continent où la croissance de certains pays peut varier fortement au
gré de l’évolution des cours des
matières premières, Jumia peut
compter sur la flexibilité de son
modèle et sur son empreinte géographique pour s’assurer d’une augmentation solide des ventes. « Cette
année, dans tous les pays, l’activité
progresse et en particulier en Côte
d’Ivoire, au Ghana et en Tunisie où elle
explose », constate Jérémy Hodara. n
Premier site marchand africain,
il ne cesse de faire évoluer son modèle
D’abord commerçant
traditionnel, mais en ligne,
Jumia tirera à l’avenir
une plus large part
de ses revenus en vendant
des services.
Lancé en 2012 à Lagos, capitale du
Nigeria, puis très vite ensuite en
Afrique du Sud, en Egypte et au
Maroc, Jumia était à l’origine un site
marchand « classique », qui achetait de la marchandise à des fournisseurs, la stockait pour la revendre
au détail à ses clients. Un processus
« assez simple », assure Jérémy
Hodara, cofondateur de l’entreprise
avec Sacha Poignonnec : un peu de
logistique, un peu d’informatique,
un peu de marketing et la mise en
place de process. De fait, dans des
pays brûlant les étapes de la société
de consommation, le succès est au
rendez-vous. Le chiffre d’affaires de
Jumia atteint 29 millions d’euros la
première année, et 135 millions en
2015, selon Passerelles, site d’analyses et d’informations sur le commerce et le développement durable
en Afrique.
Qui sera
l’Entrepreneur
de l’Année
Multiplication des services
2018 ?
Pour le découvrir,
Salle Pleyel – Paris
ey.com/fr/eoy
youtube.com/eypela
#PELA
@EYFrance
En partenariat avec :
Avec le soutien de :
Partenaire média :
© 2018 Ernst & Young et Associés - Tous droits réservés. 1809SG508
rendez-vous
Jeudi 18 octobre 2018 – 19h30
Le modèle économique de Jumia
va cependant radicalement évoluer
vers celui d’une place de marché,
mettant en relation vendeurs et
acheteurs sans porter le stock.
Aujourd’hui, l’activité du site, qui
sera proche de 800 millions d’euros
cette année, est assurée à 90 % par
cette « marketplace », avec pas
moins de 14 millions de produits
disponibles.
La société gère bien des entrepôts dans chacune des capitales des
14 pays où il est présent, mais elle
n’a pas intégré le transport confié à
des petites sociétés locales. « On
gagne de l’argent sur chaque commande », assure Jérémy Hodara,
qui assume les pertes de la société.
« Nous investissons en marketing
pour la croissance. »
Premier site marchand en Afrique,
continent d’où sont absents le géant
chinois Alibaba et Amazon (seulement présent en Egypte par sa
filiale Souq, basée à Dubaï), Jumia
n’a de cesse de faire évoluer son
modèle. Avec 250 développeurs à
Porto, au Portugal, l’entreprise, qui
emploie directement plus de
3.000 personnes et en fait vivre indirectement près de 100.000, multiplie les services : lancé en 2017 au
Nigeria, Jumia Pay, solution de
paiement, assure déjà 40 % des
transactions quand, jusqu’ici,
l’essentiel des règlements se faisait
en liquide ; Jumia Food, pour la
livraison de repas ; Jumia One,
application avec tout un éventail de
services dématérialisés, etc.
Un autre défi pour Jumia est
d’accompagner ses milliers de vendeurs et de transporteurs à gérer
leur croissance et à gagner en professionnalisme, en proposant ses
services dans la logistique, le pack a g i n g , l e m a r ke t i n g … Ave c
comme modèle le géant chinois
Alibaba dont 60 % des revenus
sont désormais générés par ses
services. n
Pénurie
de médicaments :
ce que proposent
les sénateurs
PHARMACIE
Pour tenter d’endiguer les ruptures
de stock dans
les hôpitaux
et les pharmacies,
les sénateurs ont
dressé une liste
de 30 propositions.
Catherine Ducruet
@CDucruet
L’an dernier, 530 signalements
de produits de santé en rupture
de stock ont été recensés en
France. Soit dix fois plus qu’il y a
dix ans, faisant de 2017 une
année record pour des médicaments essentiels comme les
antibiotiques, les vaccins ou les
anticancéreux. Pour identifier
les raisons de ces pénuries, une
mission d’information a été lancée fin juin par le Sénat, qui présentait mardi son rapport.
De la production des ingrédients jusqu’à la vente, trente
propositions sont faites pour
tenter de lutter contre ce phénomène qui touche aussi bien les
hôpitaux que les officines. Pour
l’amont de la filière, le rapport
propose d’expérimenter des exonérations fiscales ciblées pour
les entreprises qui s’engageraient à implanter en France des
sites de production de matière
active ou de médicaments jugés
essentiels pour la sécurité sanitaire. Une mesure qui aiderait les
fabricants à façon de l’Hexagone
qui livrent les grands groupes, et
dont les marges sont très faibles.
Le Sénat propose aussi, pour
certains médicaments essentiels ou produits de niches souvent manquants, que la Pharmacie centrale des armées ou
l’Agence générale des équipements et produits de santé mettent en œuvre des programmes
publics de production. « Une
telle solution ne serait pas inédite », soulignent les auteurs du
rapport. La Suisse a déjà recours
à son propre laboratoire militaire pour constituer des stocks
pharmaceutiques de sécurité.
Enfin, quand les prix des produits sont vraiment trop faibles
– inférieurs à 12 centimes par
comprimé –, le rapporteur
estime qu’une renégociation à
la hausse du prix devrait être
lancée. Au cours des dernières
années, l’autorisation de médicaments innovants très coûteux a eu pour contrepartie un
écrasement des prix des produits « matures ». Si la procédure est théoriquement prévue,
on imagine mal l’organisme qui
fixe les prix (le CEPS) jouer un
tel jeu, dans un contexte où
l’équilibre des comptes de la
Sécurité sociale est prioritaire.
Côté hôpital, le rapport
recommande de revoir les objectifs (aujourd’hui exclusivement
financiers) et la dimension des
appels d’offres, car leur massification entraîne une disqualification des « petits » fournisseurs
au profit des géants. Si ces derniers sont seuls capables d’offrir
des rabais suffisants, il est difficile de leur trouver des alternatives en cas de rupture d’approvisionnement, sauf à payer des
sommes exorbitantes que le
Sénat conseille d’encadrer.
Décloisonner et assouplir
Enfin, pour responsabiliser un
peu les industriels, le rapport
propose de rendre publics sur le
site de l’ANSM l’historique des
ruptures d’approvisionnement
pour chaque entreprise, ainsi
que les plans de gestion des
pénuries mis en œuvre et les
sanctions associées en cas de
manquements.
Côté distribution, décloisonner ou assouplir un système particulièrement complexe paraît
également envisageable aux
sénateurs. Les suggestions de
rétrocessions de stocks entre
officines, d’approvisionnement
direct facilité, voire de reconditionnement de médicaments en
plus petites quantités en cas de
crise, vont dans ce sens.
Enfin, l’idée de développer
des achats groupés de vaccins
essentiels dans l’Union européenne, mais aussi de certains
médicaments destinés à des
populations restreintes, jusque-là cantonnés à la lutte contre les menaces sanitaires transfrontalières graves, pourrait être
plus largement utilisée. n
en bref
L’ex-groupe Zannier a été racheté par
le leader chinois de la mode enfantine
HABILLEMENT Le rachat par le chinois Semir de l’ex-groupe
Zannier, rebaptisé « Kidiliz » (Catimini, Absorba...), a été finalisé
début octobre. L’objectif est de créer le numéro deux mondial de
la mode enfantine, avec environ 2 milliards de chiffre d’affaires.
Cette opération devrait permettre à Kidiliz « d’accélérer sa présence en Chine, en disposant du support, de la maîtrise, et de la qualité d’exécution [...] de son nouvel actionnaire », indiquent les deux
groupes. Fondé en 1962, le groupe Zannier a un portefeuille de
15 marques, dont Catimini, Z, Chipie ou Lili Gaufrette. Des griffes
revendues dans plus de 11.000 points de vente. Zheijiang Semir
Garment est, lui, leader du secteur en Chine, avec la marque
Balabala. Toujours familial, il a un réseau de 8.000 magasins.
Loi alimentation : Michel-Edouard
Leclerc écrit au Premier ministre
CONSOMMATION L’Assemblée a adopté mardi la loi agricul-
ture et alimentation. Michel-Edouard Leclerc poursuit néanmoins son combat contre le dispositif. Il a écrit au Premier
ministre pour dénoncer l’impact inflationniste, selon lui, du
relèvement du seuil de revente à perte des produits. La hausse
jusqu’à 10 % des tarifs sur 2.000 à 3.000 articles « peut potentiellement atteindre jusqu’à 5 milliards d’euros », écrit-il. Le patron
des Centres Leclerc rappelle aussi que rien n’oblige les enseignes à répercuter sur les agriculteurs leur surcroît de marge.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 23
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Domaines skiables :
la France vise la première place
TOURISME
Le japonais Suntory
élargit sa palette
dans les spiritueux
Le nouveau président
des Domaines skiables
de France veut
détrôner l’Autriche.
Il table dans cinq ans
sur 60 millions de journées-skieur vendues
pour l’ensemble
des stations tricolores.
STRATÉGIE
La maison sort un whisky
plus accessible, Toki,
consommé notamment en
cocktail. Et a lancé un gin
premium.
Elsa Dicharry
@dicharry_e
Fraîchement désigné, en juin dernier, président des Domaines skiables de France, Alexandre Maulin
affiche ses ambitions. La France,
qui a totalisé sur la saison 2017-2018
53,8 millions de journées-skieur
vendues, entend non seulement
rester dans le Top 3 mondial du ski,
mais veut reconquérir « la première
place ». Il s’agit pour elle de détrôner
l’Autriche (54,5 millions de journées-skieur) et de rester devant les
Etats-Unis (53,3 millions). Son
objectif : 60 millions de journéesskieur vendues dans 5 ans.
La tendance est encourageante :
la fréquentation des 250 stations de
ski françaises est repartie à la
hausse en 2017-2018 (+5 % sur un
an, + 2 % par rapport à la moyenne
des quatre hivers précédents). Certes, elle est loin du pic des 59,1 millions de journées-skieur enregistré
en 2008-2009. Mais, à l’exception de
la Savoie qui stagne, tous les massifs
ont profité de l’embellie cette année,
la palme revenant au Massif central
(+35 %) devant les Vosges et le Jura
(+25 % chacun). Quant aux recettes,
supérieures à 1,4 milliard d’euros,
elles ont atteint leur plus haut
niveau depuis 1990.
Clotilde Briard
@ClotildeBriard
Les chiffres clefs
318
MILLIONS D’EUROS
L’investissement moyen
annuel dans les stations
de ski françaises.
120.000
Le nombre d’emplois
qui dépendent de l’ouverture
des domaines skiables.
cette période, comparé à 2017. Pour
regagner leur place de numéro un,
les domaines skiables français et
leurs 25.000 hectares de pistes
aménagées ont tout de même plusieurs défis à relever. A commencer
par celui du renouvellement de
clientèle, à l’heure, regrette Alexandre Maulin, de la raréfaction des
classes de neige – qui avaient autrefois l’avantage de faire largement
découvrir la montagne aux Français. « C’était un vecteur important
d’apport de clientèle pour les stations, car 73 % des gens qui apprennent à skier ont envie de retourner au
ski », souligne Alexandre Maulin.
Développer l’hébergement
Attirer de nouveaux clients
Pour l’heure, la clientèle étrangère
ne représente par ailleurs que 26 %
de la clientèle totale des stations
françaises. « Il y a sans doute un
effort à fournir de ce côté-là », reconnaît-il. « Les Allemands et les Néerlandais partent plus facilement en
Autriche ou en Suisse à cause de la
langue ». D’où la nécessité de mieux
former les personnels d’accueil et
autres moniteurs de ski. Les massifs
Pourtant, la météo a été en demiteinte : le manque de soleil a freiné
les amateurs de ski, en dépit d’une
neige abondante. Le calendrier scolaire – avec des vacances de printemps tardives, débordant sur le
mois de mai – a, en outre, été défavorable aux domaines skiables.
Ceux-ci ont enregistré une baisse de
moitié de leur fréquentation durant
français souffrent aussi d’un manque de notoriété à l’international. Il
faut « mieux les faire connaître ».
L’hébergement constitue encore
un obstacle à surmonter, alors que
de nombreuses résidences secondaires restent vides une grande partie de la saison d’hiver. « Il faut valoriser le foncier existant et développer
des résidences touristiques d’un nouveau style », estime le président de
Domaines skiables de France.
Recourir à la neige
de culture
La question du recours à la neige
artificielle se pose enfin. « Ces dernières années, nous avons perdu plusieurs points d’activité car nous
n’étions pas en mesure d’assurer le
début de saison » du fait d’un manque d’enneigement, note Alexandre
Maulin. Or assure-t-il, le taux de
couverture des domaines skiables
en neige de culture était en 2017 de
seulement 35 % en France, contre
48 % pour la Suisse, 60 % pour
l’Autriche et même 70 % pour l’Italie – plus à même de faire face aux
aléas climatiques. n
Vers une sortie du tunnel pour la SBM
HÔTELLERIE
Le redressement de
l’activité dans les jeux
comme dans l’hôtellerie
et la fin des grands
chantiers permettent
au groupe d’envisager
un retour aux bénéfices.
ANNLEGALECH
annonces légales
AVIS DE PUBLICATION
COMMUNE DE DAVRON (78810)
INSTAURATION DU DROIT DE
PREEMPTION URBAIN RENFORCE
AVIS AU PUBLIC
Par délibération du 24 septembre
2018, le conseil municipal a approuvé
l’instauration du droit de préemption
urbain renforcé sur la commune de
Davron.
La délibération du conseil municipal est
consultable en mairie de DAVRON, ainsi
qu’en Sous-Préfecture de Saint Germain
en laye aux jours et heures ouvrables
habituelles.
La ligne de référence est de 40 signes
en corps minimal de 6 points didot.
Le calibrage
de l’annonce est établi de filet à filet.
Les départements habilités
sont 75, 78, 91, 92, 93, 94, 95 et 69.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
marketing
Christiane Navas
— Correspondante à Nice
Optimisme et confiance sont,
enfin, de retour à la Société des
Bains des Mer à Monaco. Les
comptes du premier hôtelier et
seul casinotier de la principauté
restent pourtant déficitaires. Mais
les pertes ont été sensiblement
réduites, passant de 37,2 à 14,6 millions d’euros au terme de l’exercice
2017-2018, pour un chiffre d’affaires, à 474,6 millions d’euros,
orienté à la hausse. « Nous sommes
sur la voie du redressement », assure
le président délégué de la SBM,
Jean-Luc Biamonti. Les premiers
mois d’activité de l’exercice en
cours, depuis début avril, semblent
lui donner raison. A la fin août, le
chiffre d’affaires affiche une hausse
de 13 %, tous les secteurs d’activité
étant concernés, y compris celui
des jeux de casino (+16 %), jusque-là à la peine.
Pour l’exercice 2017-2018, ce sont
les performances de sa filiale à
50 % Betclic (jeux en ligne) qui ont
fait la différence, avec une quotepart positive de 12,5 millions
d’euros, contre une p erte de
4,2 millions lors de l’exercice précédent. Par ailleurs, le plan d’actions
mis en œuvre pour redresser la
barre commence à porter ses
fruits. Création de tournois, casi-
nos éphémères pour renouveler la
clientèle, politique de crédit plus
souple ont permis d’attirer de nouveaux joueurs. Sur le segment hôtelier, pénalisé par les travaux toujours en cours de l’Hôtel de Paris, la
fréquentation en hausse durant la
saison estivale est de bon augure.
Le chantier de rénovation
(250 millions d’euros de travaux
sur quatre ans) touche à sa fin et
l’établissement sera opérationnel
pour les fêtes de fin d’année.
L’autre grand chantier engagé
par la SBM, la construction du One
Monte-Carlo sur l’ancien site du
Sporting d’Hiver, est en bonne
voie. Le complexe immobilier avec
boutiques, bureaux et une résidence d’une trentaine d’appartements de très grand standing sera
inauguré au printemps 2019. Il
pourrait générer jusqu’à 50 millions d’euros de revenus additionnels pour le groupe.
La fin des grands chantiers
La fin des grands chantiers ne mettra pas un terme aux investissements. « Les priorités du groupe
demeurent la rénovation du patrimoine et la poursuite de la relance de
l’activité des jeux afin de positionner
la SBM comme le resort d’excellence
en Europe », martèle Jean-Luc Biamonti. La modernisation du Monte
Carlo Bay (334 chambres) figure
« Les priorités du
groupe demeurent
la rénovation du
patrimoine et la
poursuite de la
relance de l’activité
des jeux afin de
positionner la SBM
comme le resort
d’excellence en
Europe. »
JEAN-LUC BIAMONTI
Président délégué de la SBM
parmi ces priorités, mais elle est
conditionnée par la réalisation
d’une digue afin de protéger l’établissement des coups de mer.
A l’international, le groupe
monégasque étudie toujours des
projets en Asie avec son partenaire
et actionnaire, le casinotier chinois Galaxy Entertainment Group.
La création d’établissements de
jeux, enfin autorisés au Japon, où
ils étaient jusque-là interdits,
pourrait ouvrir de nouvelles
opportunités. n
Les whiskys japonais se sont fait
un chemin, en France comme
dans le monde. Mais Suntory,
connu pour ses références premium Hibiki ou Yamazaki et
mettant désormais en avant sa
qualité de maison de whisky la
plus ancienne du pays, veut se
rendre plus visible dans l’Hexagone. Et élargir son public. Sans
se départir pour autant de sa
stratégie de distribution sélective, chez les cavistes comme
dans les hôtels et restaurants. Il
compte monter en puissance
sur un marché de niche du
whisky japonais estimé à 1 million de litres en France en 2017 et
dont, avec sa stratégie de diffusion, il détient environ 7 %, son
concurrent Nikka, présent aussi
en grande surface, faisant une
bonne part des volumes.
Cet automne, il arrive avec
une nouvelle référence, Toki,
tranchant avec son offre
habituelle. « Les Japonais
voulaient proposer à l’étranger un whisky un peu
plus accessible pour les
consommateurs français, à la fois en termes
de prix mais, aussi, en
profil aromatique et en
moment de dégustation. Cela va permettre
de recruter une autre
clientèle », indique
Stéphane Cronier,
directeur marketing
spiritueux de Baron
Philippe de Rotschild
France Distribution, qui compte
les produits de Suntory dans son
portefeuille depuis 2017.
Prendre
la vague du cocktail
Même s’il est aussi vendu chez
quelques cavistes, Toki, absent
du marché nippon, va d’abord se
développer par une offre hors
domicile sous forme de cocktail
dans d’autres établissements
que ceux auxquels la marque est
habituée. Le Highball associant
whisky, eau gazeuse, glaçons et
un zeste d’agrume est proposé
en moyenne entre 8 et 10 euros,
dans un contenant spécifique,
entre chope et mug, facile à
reconnaître. « Les gens recherchent des cocktails rafraîchissants, plus légers en alcool », souligne Stéphane Cronier. Il sait
bien comment faire émerger de
nouvelles habitudes : son entreprise distribue en France Aperol
et a largement contribué à faire
du Spritz une boisson tendance.
La maison n’oublie pas pour
autant les clients déjà fidèles de
ses whiskys très haut de gamme.
Elle s’adresse aux collectionneurs avec son édition de fin de
l’année, d’Hibiki Japanese Harmony à l’habillage inspiré d’un
motif de kimono.
Suntory pousse aussi ses
pions en France sur un autre
terrain : celui du gin premium,
qui a le vent en poupe. Il y a
lancé en mars Roku Gin, qui
revendique haut et fort ses origines japonaises. Et qui
comporte des ingrédients du pays du SoleilLevant, comme le thé
gyokuro, la fleur de
sakura ou le yuzu. Ses
ventes ont déjà dépassé
les espérances. n
Le marché du whisky
japonais est estimé
à 1 million de litres
en France. Photo DR
Le café en version
japonaise arrive en France
TENDANCE
Conçue comme une expérience
globale, l’enseigne %Arabica
démarre avec deux boutiques,
mais compte vite monter
en puissance.
Du Japon, on connaît bien l’art
du thé. %Arabica veut désormais faire découvrir aux Français la manière nippone de préparer le café. La jeune marque,
née à Kyoto en 2014, s’est vite fait
une place à l’international. De
Dubaï à la Chine, de l’Allemagne aux Philippines, elle dispose déjà de 26 boutiques dans
le monde et en prévoit une
soixantaine d’ici à six mois.
Dans l’Hexagone, Pierre-Olivier Vergnot, qui a découvert le
concept lors d’un voyage au
Japon, en est devenu le « master
franchisé », avec son associé
Guillaume Bril. Et compte capitaliser sur l’engouement pour le
café haut de gamme.
Début novembre, Paris aura
deux boutiques, l’une passage
des Panoramas et l’autre dans le
tout frais Beaupassage, dédié à
la gastronomie et où un kiosque
a déjà ouvert. « %Arabica propose une expérience et un univers complet », remarque
Guillaume Bril. A la japonaise,
tous les détails comptent, des
machines de compétition pour
préparer le breuvage à l’appareil compact permettant de
proposer aux clients de faire
torréfier sur place leur café
sélectionné à travers le monde,
voire de créer leur assemblage.
D’autres magasins
déjà en vue
Les deux premiers points de
vente ont été confiés à des cabinets d’architectes différents
pour éviter toute standardisation. « Le design est un élément
clef. Chaque boutique doit être
iconique », remarque PierreOlivier Vergnot.
Deux autres emplacements
sont déjà en vue pour des boutiques prévues pour la fin 2019 et
début 2020. Mais un troisième
magasin devrait être ouvert
plus rapidement. Car les deux
associés comptent sur l’aura
du Japon en France pour contribuer à séduire les amateurs
de café. — Cl. B.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Google teste sa
plate-forme de jeux
vidéo avec Ubisoft
Adam Mosseri (photo), proche de
Mark Zuckerberg, va remplacer
les deux fondateurs d’Instagram,
qui ont démissionné la semaine
dernière. Entré chez Facebook
en 2008 comme concepteur de
produit, il a gravi les échelons
pendant dix ans, jusqu’à devenir
responsable du fil d’actualité du
réseau social.
C’est une première pour Google.
Le géant va tester vendredi
sa plate-forme de jeux vidéo
en streaming à l’occasion de la
sortie du jeu Assassin’s Creed
Odyssey du français Ubisoft.
Le projet, baptisé « Project
Stream », doit proposer en ligne
la même qualité de jeu que celle
des consoles classiques.
Ubisoft
en
pixels
Steve Jennings/AFP
HIGH-TECH
&MEDIAS
Un fidèle de Mark
Zuckerberg à la
tête d’Instagram
1
MILLIARD DE DOLLARS
Tencent Music
Entertainment Group,
la division de streaming
du plus gros groupe
chinois, a déposé les
documents auprès de la
SEC pour entrer en Bourse
aux Etats-Unis. Il espère
lever 1 milliard de dollars.
Le marché publicitaire redresse
nettement la tête en France
C’est le cas de la presse papier,
qui accuse encore une baisse
de 6,4 %, contre – encore plus
inquiétant – 9,6 % l’an dernier.
S’ils sont toujours en recul, les
segments presse magazine (–9,3 %
versus –10 %) et presse quotidienne (–7,1 % vs –14,5 %) voient la
chute se ralentir.
PUBLICITÉ
Avec une progression
de 4,2 % par rapport au
premier semestre 2017,
les recettes nettes
des médias traduisent
une réelle embellie.
Même si le digital
continue de tirer
la croissance.
Les tendances lourdes
se confirment, même
si elles sont moins
sombres qu’en 2017.
Véronique Richebois
@VRichebois
De bons chiffres. Et donc, une
grande bouffée d’oxygène pour le
secteur. Mardi, l’Institut de recherches et d’études publicitaires (Irep),
en collaboration avec Kantar Media
et France Pub, a révélé une progression de 4,2 %, à 6,307 milliards
d’euros, des recettes publicitaires
nettes des médias (Internet, télévision, cinéma, radio, presse, publicité extérieure) pour le premier
semestre 2018, par rapport à la
même période, l’an passé. Même si
une fois encore, la « fusée » Internet
est à l’origine de l’essentiel de la
croissance avec une progression
accélérée de 15,5 %, à 2,264 milliards d’euros, portée en particulier
par le display (+29,9 %).
Evolution contrastée
dans les médias historiques
A rebours, l’évolution est contrastée
au sein des médias historiques. S’il
n’enregistre plus le bond extraordinaire (+14,4 %) accompli pendant
Enfin, la communication extérieure demeure stable (+0,0 % vs
–1,5 %), la bonne forme de l’affichage
digital (+12,1 %) et du transport
(+6,3 %) compensant la chute brutale de 7 % des recettes publicitaires
enregistrées sur le mobilier urbain.
Des projections optimistes
+2,3 %
les six premiers mois de 2017, le
cinéma se porte bien, en croissance
de 4,2 %. Quant à la radio, elle relève
la tête, n’enregistrant plus qu’une
baisse de 0,6 %… là où elle accusait
un recul brutal de 3,6 % l’an dernier.
Enfin, confrontée à la concurrence du rouleau compresseur
Netflix, comme aux incertitudes
que fait peser l’arrivée prochaine
d’Amazon, la télévision paraît
bien résister, avec une croissance
EN 2018
France Pub prévoit que
l’ensemble du marché
publicitaire progressera
de 2,3 % en 2018,
à 33,318 milliards d’euros.
de 1,6 % de ses recettes publicitaires nettes.
Même si Florence Doré, directrice marketing France de Kantar
Media, nuance le propos : « Cette
bonne forme est moins due aux
investissements effectués dans les
espaces classiques, en recul de 0,4 %…
qu’à l’explosion du parrainage, en
hausse de 33,1 %, dopé par l’assouplissement des règles imposées aux
annonceurs. Par ailleurs, le début
de l’année 2018 a été riche en événements sportifs et l’on a vu beaucoup
de marques rebondir dessus, même
si ce n’était pas forcément par le biais
des médias historiques ou d’Internet. » A ce jeu, en effet, le brand
content, les relations publiques et
les dispositifs promotionnels prennent une part croissante.
En parallèle, les tendances lourdes se confirment, même si elles
sont moins sombres qu’en 2017.
« Le redressement amorcé depuis
trois ans se confirme. Même si cette
progression reste légèrement inférieure à la croissance de l’économie »,
conclut le Baromètre unifié du marché publicitaire (BUMP), élaboré
conjointement par l’Irep, Kantar
Media et France Pub.
De quoi justifier des projections
optimistes. France Pub prévoit
que l’ensemble du marché publicitaire – incluant les médias classiques, Internet, ainsi que les médias
numériques (achat d’espace,
médias propriétaires, liens…) et
autres (parrainage, mécénat,
R P … ) – p r o g r e s se r a d e 2 , 3 %
en 2018, à 33,318 milliards d’euros.
De quoi se prendre à espérer. n
Les pays européens autorisent la TVA
réduite pour les publications électroniques
NUMÉRIQUE
Shutterstock
Les ministres de
l’Economie européens
ont adopté mardi
le projet, qui patinait
depuis trois ans.
La France avait déjà aligné dès 2012 et 2014 les taux de TVA des
livres électroniques puis des journaux en ligne sur ceux du papier,
afin de soutenir ces modèles économiques encore fragiles.
LES ECHOS
n
FORMATION
LUNCH LEARN autour du digital :
&
# L’Intelligence Artificielle au service du retail
participez au prochain lunch & learn pour découvrir les
impacts de l’intelligence artificielle dans le retail ! repenser
sa relation client et quelle nouvelle valeur leur apporter,
optimiser l’exploitation de vos données grâce à l’ia : profitez
d’un moment de veille et d’échange pour anticiper les
évolutions de votre secteur.
Rendez-vous le 26 octobre à Paris
En savoir plus sur www.lesechos-formation.fr/lunch-and-learn.htm
Un service proposé par Les Echos Solutions
Les livres électroniques et les journaux en
ligne pourront bénéficier du même avantage
que ceux sur papier.
Derek Perrotte
@DerekPerrotte
— Bureau de Bruxelles
C’était l’un des plus vieux dossiers
encore sur leur table. Deux ans
après la proposition de la Commission européenne, les ministres des
Finances de l’UE ont autorisé,
mardi, à Luxembourg, la TVA
réduite, superréduite ou nulle,
sur les livres électroniques et les
journaux en ligne.
Ces supports pourront ainsi
bénéficier du traitement déjà
accordé aux publications papier. Le
cadre européen actuel, qui considère encore les publications électroniques non comme des biens
mais comme des prestations de services, domaine où est interdite la
TVA réduite, était de longue date
jugé inique.
« Cette proposition participe de
nos efforts pour moderniser la TVA
appliquée à l’économie numérique
et nous permet de rester en phase
avec les progrès technologiques »,
s’est félicité le ministre des Finances
autrichien, Hartwig Löger, qui présidait la réunion. Selon le commissaire européen à l’Economie, Pierre
Moscovici, « la disposition […] sera
un véritable soutien à la création et à
la liberté de la presse et des médias ».
Un accord entre Paris
et Prague
Le texte, réclamé en particulier par
la France et l’Allemagne, est
d’autant moins polémique qu’il
n’impose pas ces TVA réduites mais
autorise juste les Etats le voulant à
les instaurer, en restant maîtres de
leurs taux et de leurs champs précis
d’application. Il avait en outre reçu
dès l’an passé l’aval du Parlement
européen, consulté pour avis.
Le dossier a mis longtemps à se
débloquer du fait de sa prise en
otage par la République tchèque.
Jouant sur la nécessaire unanimité
dans l’UE pour les réformes fiscales, elle liait son feu vert à des gestes
sur un autre dossier sur la table et
qui lui tient à cœur, la possibilité
d’expérimenter un mécanisme
d’autoliquidation de la TVA.
La France, en particulier, y rechigne, estimant que cela risque de
« Cette proposition
participe de
nos efforts pour
moderniser
la TVA appliquée
à l’économie
numérique et nous
permet de rester
en phase avec
les progrès
technologiques. »
HARTWIG LÖGER
Ministre des Finances
autrichien
plus favoriser les fraudes que
d’aider à lutter contre. Après des
mois de bras de fer, les deux Etats
avaient fini, en juillet, par faire chacun un geste permettant de débloquer les deux dossiers de concert, ce
qui est intervenu mardi.
Pour la France, l’enjeu était de
sécuriser juridiquement sa situation. Elle a en effet déjà bravé l’interdit européen en alignant dès 2012
et 2014 les taux de TVA des livres
électroniques (passés de 20 à 5,5 %),
puis des journaux en ligne (de 20 à
2,1 %) sur ceux du papier, afin de
soutenir ces modèles économiques
encore fragiles. Elle a été, sans surprise, condamnée en 2015 par la justice européenne… mais sans être
sanctionnée et sans revenir sur ces
nouveaux taux.
La réforme adoptée mardi se
veut temporaire, dans l’attente de
l’adoption d’une plus vaste réforme
de la TVA. En janvier, la Commission a dévoilé une proposition
qui laisserait plus de marges
de manœuvre aux Etats dans la
définition des secteurs pouvant
bénéficier de TVA réduite. Le projet, complexe, n’est toutefois encore
qu’en début d’examen au Conseil
et au Parlement. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
HIGH-TECH & MEDIAS // 25
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Facebook : près de 5 millions
de comptes européens piratés
La commission
de protection
des données irlandaises va ouvrir
une enquête dans
le cadre du RGPD.
Adrien Lelièvre
@Lelievre_Adrien
et Lucas Mediavilla
@Lucas_Medv
Près de 10 % des 50 millions de
comptes touchés par le piratage massif de Facebook étaient
des comptes européens, ce qui
concerne un peu moins de 5 millions de personnes, a indiqué lundi
un porte-parole de l’autorité de
protection des données irlandaise,
cité par « Le Monde ».
Vendredi dernier, 90 millions
d’utilisateurs de Facebook ont eu la
(mauvaise) surprise de voir leur
compte automatiquement déconnecté. Une mesure préventive prise
après la découverte, trois jours
avant, par les équipes de Menlo
Park, d’une faille de sécurité. Les
pirates ont eu accès à des données
via l’outil « aperçu du profil en tant
que », qui permet d’avoir un aperçu
de ce que les autres utilisateurs
voient de votre profil en fonction du
choix de vos paramètres de sécurité. Le groupe de Mark Zuckerberg
a indiqué qu’il allait « bientôt » fournir une répartition géographique
plus précise des comptes touchés.
Une enquête en Europe
Malgré la communication rapide
sur le piratage, ainsi que les efforts
déployés pour le circonscrire, Faceb o o k n’é c h a p p e r a p a s à u n e
enquête en Europe. Le régulateur
irlandais de la protection des données s’apprêterait à ouvrir une
enquête sur l’attaque informatique
de la plate-forme. Le siège euro-
péen de Facebook se situant à
Dublin, l’homologue irlandais de la
CNIL est compétent pour mener
des investigations dans le cadre du
règlement général sur la protection
des données (RGPD). Depuis l’adoption du texte en mai dernier, les plates-formes attaquées doivent notifier toute fuite de données, dans
les 72 heures suivant la découverte.
Depuis le piratage,
la capitalisation
boursière a fondu de
16 milliards de dollars.
Cette enquête constituerait la
première investigation majeure
menée dans le cadre du RGPD. Le
gendarme irlandais peut imposer
des amendes allant jusqu’à 4 % du
chiffre d’affaires, dans le cadre
d’une atteinte grave. Dans le cas
de Facebook, qui a réalisé près de
41 milliards de dollars de chiffre
Condé Nast croit
plus que jamais à son
modèle publicitaire
d’affaires en 2017, l’amende potentielle atteint 1,6 milliard. Encore
faut-il désormais prouver les manques de Facebook lors de la cyberattaque. Certes, la firme de Mark
Zuckerberg a notifié dans le délai
imparti l’attaque de sa plate-forme.
Mais, selon l’autorité de régulation
irlandaise, la notification « manquait de détails ». Sur Twitter, cette
dernière confiait d’ailleurs dès vendredi ses inquiétudes, rappelant
que Facebook n’avait « pas été en
mesure de clarifier la nature de la brèche et le risque pour les utilisateurs ».
Le piratage massif de Facebook
est un nouvel épisode de l’année
maudite de l’empire de Mark
Zuckerberg, ébranlé par le scandale
Cambridge Analytica, le départ des
cofondateurs de WhatsApp et
d’Instagram et une chute historique
en Bourse cet été sur fond de résultats décevants. La capitalisation
du groupe a perdu un peu plus de
16 milliards de dollars depuis
l’annonce du piratage. n
AG R OA L I M E N TA I R E
• Environnement réglementaire des coop agricoles
Google et Facebook
n’empêchent pas les
revenus de publicité
en ligne du groupe
de croître de 30 %.
Nicolas Madelaine
@NLMadelaine
Aux Etats-Unis, le prestigieux
éditeur de magazines Condé
Nast (« Vogue », « Vanity Fair »,
« GQ », « New Yorker », etc.)
a perdu 120 millions de dollars
en 2017. Cela n’empêche pas
Condé Nast International (CNI),
sa société sœur pour les marchés internationaux, dont la
France, de se présenter comme
très profitable et de ne pas craindre outre mesure la concurrence de Google et de Facebook,
dont la domination sur le marché de la publicité en ligne semble sans cesse s’accroître.
« Nos revenus de publicité
numérique, affichage et formats
natifs, ont crû de 30 % l’an dernier et cette croissance va s’accélérer. En Allemagne, on a même
atteint une hausse de 47 % en 2017
et de 70 % en Inde », explique aux
« Echos » Wolfgang Blau, président de Condé Nast International. « Bien sûr, nous regardons de
près la concurrence de Google et
de Facebook. Mais si nous sommes si confiants, c’est que nos
clients ne veulent pas communiquer que sur leurs meilleurs
tarifs : ils veulent raconter une
histoire autour de leur marque.
Or, nous leur offrons un environnement plus sûr et ils veulent
s’associer avec nos marques. »
« Nous avons pris
des décisions
[de fermeture] et
même vendu des
titres qui étaient
profitables, parce
qu’il y a un coût à
ne pas concentrer
nos forces. »
WOLFGANG BLAU
Président de Condé
Nast International
Le groupe n’est pas inquiet
non plus de la montée en puissance des influenceurs sur les
réseaux sociaux. « Cela me rappelle les blogueurs qui, à l’époque,
devaient tuer les éditeurs, poursuit Wolfgang Blau. Les influenceurs sont une aubaine pour les
titres de presse, ça fait du contenu
supplémentaire : la preuve, nous
avons un compte Instagram
Vogue dédié aux free-lances. »
Wolfgang Blau se montre
confiant sur la publicité sur le
format papier. La répartition des
revenus entre le numérique et le
papier, respectivement 30 % et
70 % du total, « lui convient. »
« Nous lançons des magazines :
“Vogue” en Arabie saoudite, en
Pologne, en République tchèque,
en Slovaquie ou en Grèce, “GQ” au
Moyen-Orient. » CNI chapeaute
des pays émergents (Mexique,
Chine, Inde…) où la maturité du
format magazine n’est pas la
même qu’en Occident. En outre,
le groupe investit beaucoup en
analyse de données pour optimiser ses abonnements, dans
un environnement où les kiosques se font plus rares.
Réorganisation interne
Condé Nast International ne
rend pas public le détail de ses
performances économiques.
Mais Wolfgang Blau laisse
entendre que les récentes
annonces, des deux côtés de
l’Atlantique, sur la fermeture de
certains magazines ou des baisses de leur périodicité dressent
un tableau trop noir des performances du groupe : « Nous
avons pris ces décisions et même
vendu des titres qui étaient profitables, parce qu’il y a un coût à ne
pas concentrer nos forces. »
Même s’il assure que ce n’est
pas pour réduire les coûts,
Wolfgang Blau explique que
son entreprise a engagé une
vaste réorganisation interne
pour mutualiser les efforts de
production et de vente de publicité qui peuvent l’être, notamment sur le numérique. C’est
surtout vrai pour « Vogue »,
dont les éditeurs dans près
d’une trentaine d’éditions, y
compris l’américaine, peuvent
désormais partager les photos,
certaines informations et interviews partout dans le monde.
« GQ » va suivre bientôt, le nouveau hub pour ces titres étant
situé à Londres. n
• Marché du bio
CY C LE D I R I G E A N T
LE DIRIGEANT DANS UN MONDE DISRUPTIF
> Du jeudi 29 novembre 2018 au
Vendredi 11 janvier 2019
> mardi 20 novembre
• Coopératives agricoles françaises
> mercredi 21 novembre
• Stratégie MDD
> mercredi 21 et jeudi 22 novembre
BANQUE & ASSURANCE
• FinTech
> mardi 6 novembre
• La blockchain et les cryptomonnaies
> vendredi 9 novembre
• RGPD banque assurance
> jeudi 15 novembre
Secteur
PRESSE
> mardi 20 novembre
Facebook a été victime d’un piratage massif touchant 50 millions
de personnes dans le monde. Photo Josh Edelson/AFP
• Audit distributeurs d’assurance
> mercredi 21 et jeudi 22 novembre
C O LLE C T I V I T É T E R R I TO R I A LE
• Collectivités et RGPD
> jeudi 29 novembre
ÉNERGIE
• Stockage de l’énergie
> jeudi 15 novembre
• Marchés européens de l’électricité et du gaz
> mercredi 21 et jeudi 22 novembre
LU X E
• Le marché de la maroquinerie de luxe
> vendredi 16 novembre
• Chine, luxe et digital
> jeudi 22 novembre
SANTÉ
• Fonctionnement économique de l’hôpital
> jeudi 8 novembre
• Financement et perspectives des EHPAD
> mercredi 14 novembre
• Financement des cliniques
> jeudi 15 novembre
• Market Access des Dispositifs Médicaux
> jeudi 15 novembre
• Données de santé et Big Data Santé
> jeudi 15 novembre
• Complémentaires et Industrie de Santé
> mardi 20 novembre
• Marchés français et européen de l’immobilier de santé
> mercredi 21 et jeudi 22 novembre
D I G I TA L
• Digital Learning Manager
> mardi 20 novembre
• CCO: Chief Customer Officer
> jeudi 22 et vendredi 23 novembre
• Stratégie de contenu online
> mardi 27 et mercredi 28 novembre
• Chief Data Officer
> vendredi 30 novembre
DIRIGEANT / COMEX
• La communication du dirigeant
> jeudi 15 et vendredi 16 novembre
Métier
RÉSEAUX SOCIAUX
• Repenser et construire son nouveau business Model
> lundi 19 et mardi 20 novembre
• Industrie 4.0
> mercredi 28 novembre
DROIT
• Droit indien
> mardi 27 novembre
• Droit chinois des contrats
> jeudi 29 novembre
FINANCE / GESTION
• Pilotage par le cash
> mardi 13 novembre
• Contrôle de gestion
> jeudi 15 et vendredi 16 novembre
• Manager la phase post-acquisition
> mardi 20 novembre
• Prospective Opérationnelle
> jeudi 22 et vendredi 23 novembre
• Mettre en place une politique de prix de transfert
> mardi 27 novembre
LU N C H & LE A R N
AU TO U R D U D I G I TA L
DEVENEZ CUSTOMER-CENTRIC
> Mardi 27 novembre 2018
MARKETING
• Big Data : mieux cibler ses clients
> jeudi 15 novembre
• Data marketing
> mercredi 21 novembre
RH
Rendez-vous sur
lesechos-formation.fr
• Recruter à l’ère du digital
> vendredi 16 novembre
01 71 25 00 23
Nous contacter : FR-lesechosformation@wolterskluwer.com
TOUS NOS SERVICES AUX ENTREPRISES SUR LESECHOS-SOLUTIONS.FR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
26 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
START
UP
U
y
LE RDV
REBOND
Les collégiens se rendant à la bibliothèque
départementale de
l’Essonne auront désormais un
accès gratuit au service de lecture
numérique de Youboox. Cette
start-up créée en 2012 donne
accès à un catalogue de
120.000 titres numériques, composé de romans, bandes dessinées, essais ou encore magazines.
1,9
MILLION D’EUROS
VEKIA, spécialiste français de l’intelligence artificielle
appliquée à la supply chain, fait partie des lauréats de la
première vague du « Concours d’innovation 2018 » de bpifrance. A la clef, un financement de 1,9 million d’euros, qui
lui permettra de développer suppl.ai, sa solution SaaS de
pilotage logistique par apprentissage automatique.
L’éditeur de logiciels CA Technologies,
créateur du programme « Create Tomorrow », qui promeut l’attractivité des
métiers de la tech auprès des femmes depuis 2015,
lance un atelier nommé « People like me ». Le 17 octobre les filles de ses employés, clients et partenaires
âgées de 11 à 16 ans pourront découvrir les métiers de la
tech en discutant avec des femmes occupant ce type de
postes au sein de l’entreprise.
Vectaury applique le principe
du cookie au commerce physique
E-COMMERCE
La start-up tricolore
vient de lever 20 millions d’euros auprès
de Jolt Capital.
Créée il y a quatre ans,
elle récupère les
données auprès des
mobinautes pour aider
les distributeurs dans
leurs investissements
publicitaires.
Guillaume Bregeras
@gbregeras
La « Retail Apocalypse » ? Vectaury
ne connaît pas. Bien au contraire, la
start-up tricolore fondée par Matthieu Daguenet et Mokrane
Mimouni s’est donné pour mission
de combattre ce grand mouvement
d’extinction des magasins physiques décrit aux Etats-Unis. Un
mouvement provoqué par l’hypercroissance del’e-commerce qui,
malgré une part de marché mondiale inférieure à 10 %, pose des
questions stratégiques sur la
manière dont les enseignes engagent et entretiennent un discours
pertinent avec leurs clients. Le principe de la solution imaginée par la
jeune pousse ? Utiliser une techno
similaire à celle des cookies sur
Internet, mais appliquée au monde
physique. Encore jeune, Vectaury a
déjà séduit de nombreux business
angels, dont Xavier Niel, et vient de
boucler une levée de fonds entièrement dilutive de 20 millions d’euros
auprès de Jolt Capital.
Créée il y a quatre ans, la jeune
pousse commence à convaincre les
grandes enseignes d’utiliser sa solu-
tion. Embarquée dans un logiciel
chez ses clients, elle permet de traquer certaines données géolocalisées des mobinautes. Celles-ci sont
ensuite analysées, puis activées afin
de permettre un meilleur ciblage
publicitaire hors ligne. Concrètement, Vectaury est capable de dire à
une enseigne si un consommateur
est passé devant l’une de ses affiches
publicitaires, s’il a été dans l’une de
ses boutiques ou celles de l’un de ses
concurrents…
IMMOBILIER
La jeune pousse
annonce une levée
de fonds de
1,5 million pour
développer son
agence immobilière
numérique.
Le logiciel de Vectaury permet
de retracer le parcours
des mobinautes afin d’aider
les distributeurs et les marques
à mieux cibler leurs investissements publicitaires hors ligne.
Photo Vectaury
Garantir la protection
des données
Dans le sillage du scandale Facebook-Cambridge Analytica et du
débat autour du RGPD, cette
démarche peut inquiéter les défenseurs de la protection de la vie privée. Mais Matthieu Daguenet
l’assure, « notre démarche vis-à-vis
de la protection des mobinautes est
très solide et a été entamée dès nos
débuts ». Pour preuve, une personne en charge de cette question a
rejoint l’équipe il y a trois ans et tout
a été mis en œuvre pour que l’identité des utilisateurs soit protégée en
cas de piratage. Pour les clients de
Vectaury, ces données sont anonymisées et ne sont pas directement
accessibles, elles sont livrées via un
tableau de bord dans le logiciel qui
leur permet de mieux cibler leurs
messages.
Pour récupérer ces données, la
start-up a conclu des partenariats
avec une quarantaine d’applications. « Nous travaillons par exemple avec une appli gratuite de météo,
détaille Matthieu Daguenet. Lorsque son utilisateur la télécharge, il
choisit de laisser libre accès à ses données ou pas, et c’est ainsi que nous
pouvons retracer son parcours. Mais
attention, nous rendons ces data
“floues” en appliquant une trentaine
de mesures très strictes. »
« Notre démarche
vis-à-vis
de la protection
des mobinautes est
très solide et a été
entamée dès nos
débuts. »
MATTHIEU DAGUENET
Cofondateur et DG de Vectaury
Avec ses 20 millions d’euros, Vectaury veut concrétiser sa vision
mondiale. « Les distributeurs ont
rapidement besoin d’une solution
globale sur ce sujet, explique Matthieu Daguenet. Et nous allons être
très agressifs dans notre développe-
ment vers les Etats-Unis et l’Asie
désormais. » La start-up a déjà
recruté une personne dans chacune de ces deux zones pour y
amorcer un cycle d’affaires et pour
être totalement prête à s’y déployer
plus largement dans un an. Elle
devrait passer de 70 à 140 employés
et veut faire évoluer son modèle
économique vers de l’abonnement
(SaaS). Pour le moment, son logiciel
est utilisé de manière ponctuelle,
mais la jeune pousse veut s’imposer
dans la durée et prouver sa capacité
à accompagner durablement les
distributeurs. Preuve que son
approche commence à fonctionner : au-delà de la centaine de
grands acteurs de la distribution
qu’elle revendique comme client,
elle convainc des marques en
direct, ainsi que des constructeurs
automobiles.
D’autres jeunes entreprises tech
se sont positionnées sur ce créneau,
c o m m e l ’a m é r i c a i n e C u e b i q
(33 millions de dollars levés) ou la
britannique Blis (27 millions de dollars levés). Mais aucune n’a encore
réussi à lancer le grand mouvement
de consolidation auquel s’attend
Vectaury.
Fort de sa nouvelle force de
frappe financière, la pépite tricolore compte mener quelques acquisitions dans les mois à venir, et accélérer encore sa croissance (chiffre
d’affaires de 1,5 million d’euros en
2016, 4 millions en 2017 et 12 millions en 2018). Avec la volonté,
aussi, de démontrer qu’il est possible d’aborder le sujet de la publicité
à travers la géolocalisation, « tout en
traitant les données personnelles de
manière responsable », assure Matthieu Daguenet. n
Balderton veut offrir
une option de sortie aux
entrepreneurs européens
INVESTISSEMENT
Le fonds d’investissement britannique crée
une structure pour
racheter des parts aux
fondateurs et premiers
investisseurs des
start-up européennes.
L’écosystème européen des start-up
est toujours en phase d’apprentissage. Pour preuve, son incapacité à
offrir suffisamment de sorties aux
start-up à travers des rachats ou des
introductions en Bourse. Plutôt que
d’attendre qu’il arrive enfin à maturité sur ce sujet, Balderton a choisi
d’offrir une alternative : racheter
des parts aux fondateurs, aux business angels ou aux acteurs du capital-risque entre les périodes classiques de levée de fonds. Pour y
arriver, le fonds britannique piloté
par le Français Bernard Liautaud
vient de créer une entité baptisée
« Liquidity One » avec une poche de
145 millions de dollars.
« Lorsque l’on regarde ces entreprises qui se développent très vite, on
voit bien qu’elles n’ont pas vraiment
de porte de sortie… assure Bernard
Liautaud. C’est pourquoi nous voulons proposer aux premiers investisseurs de leur racheter des parts en
dehors des cycles habituels de financement. » Cette stratégie concerne
directement les fondateurs et les
acteurs qui financent l’amorçage,
très nombreux en France par
exemple. « Certains ne veulent pas
continuer l’aventure ou prendre une
nouvelle direction, estime le dirigeant de Balderton. Et parfois,
même lors d’un tour de table, ils
n’ont pas forcément l’opportunité de
sortir car ces levées de fonds se focali-
Hosman
numérise
le marché de
l’immobilier
sent souvent sur l’achat d’actions
primaires, et non pas secondaires. »
Habituellement financeur des
start-up en série A, Balderton va
pouvoir ainsi entrer dans des
entreprises plus matures, qui connaissent des phases de croissance
très fortes. Selon lui, environ
500 start-up européennes ont levé
plus de 20 millions d’euros dans
lesquelles des fondateurs ou
des investisseurs pourraient
être intéressés par cette option de
liquidités.
Elargir
sa base de succès
Mais attention, l’objectif n’est pas ici
de racheter des actions au rabais
dans des pépites en difficulté. Mais
bien d’embarquer dans celles qui
offrent à Balderton des potentiels
de retours élevés, clame Bernard
Liautaud. « Comme avec notre fonds
Bernard Liautaud, directeur général de Balderton Capital, veut
offrir une solution de sortie partielle ou totale aux fondateurs
et premiers investisseurs des start-up européennes. Photo RÉA
traditionnel, il faudra que nous
soyons capables de très bien choisir
ces entreprises ! Cela nous permettra
d’étendre notre base de succès avec
un effet positif sur l’écosystème. Puisqu’avec ces nouvelles liquidités, de
nouveaux projets pourront être
financés par ceux qui en seront bénéficiaires. »
Les entrepreneurs sont prévenus. Avec ce fonds d’un nouveau
genre, ils vont pouvoir alléger la
pression qui pèse sur eux, et notamment chez les Français. Car malgré
son prisme européen, Balderton
considère l’Hexagone comme l’une
des trois principales régions où il
opérera ce nouvel outil. — G. B.
« Nous estimons qu’il n’existe pas
de solution satisfaisante pour
vendre son appartement en
France. » C’est fort de ce constat
que Benjamin Bavuz, Stanislas
de Dinechin et Paul-Henri Chopin, qui font ici leur première
expérience dans l’immobilier,
ont décidé de fonder Hosman,
une agence immobilière numérique qui applique un taux fixe
pour toute vente : 4.500 euros.
« Prendre un pourcentage sur le
prix n’a pas de sens pour nous, car
vendre un 40 m2 ne demande pas
plus de travail que vendre un
80 m 2 », assure Stanislas de
Dinechin.
La toute jeune pousse, qui a
commercialisé son offre le printemps dernier, lève 1,5 million
d’euros auprès de business
angels tels que le fondateur de
Tediber Julien Sylvain, les
cofondateurs de Cheerz
Antoine Le Conte et Aurélien de
Meaux, ou encore Cheuvreux
Notaires. Hosman, qui n’est
pour le moment présent qu’à
Paris et en Ile-de-France, souhaite développer sa plateforme numérique et accélérer
sur l’acquisition de biens.
La jeune pousse
supprime l’agence
physique et travaille
avec un réseau
d’indépendants.
L’o f f r e d ’ H o s m a n m ê l e
numérisation et ubérisation de
l’immobilier : la jeune pousse
supprime l’agence physique et
travaille avec un réseau d’indépendants qui s’occupe de l’organisation des visites. « Nous souhaitons que nos agents
immobiliers se concentrent sur
les points sur lesquels ils apportent une vraie plus-value », indique Stanislas de Dinechin. Ces
derniers seront ainsi présents
pour les expertises et les contrevisites. Le processus de recherche d’appartements à vendre,
un enjeu majeur pour les agences immobilières sur les marchés tendus – qui sont les cibles
d’Hosman –, se fera selon
l’entrepreneur grâce à des
publicités, notamment sur les
réseaux sociaux.
Disrupter le marché
Comme Hosman, plusieurs
jeunes entreprises essaient
depuis quelques années de
disrupter le marché de l’immobilier dont Proprioo, qui prend
une commission de 1.990 euros,
et a levé 5 millions d’euros en
mai, et Stoneo, qui prend une
commission de 2 %, contre 5 %
en moyenne pour les agences
classiques. — D. L.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 27
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
en
direct
Un fonds solidaire
entre départements
NORMANDIE La capacité de
ÎLE-DE-FRANCE Les sept dépar-
désendettement de la ville du
Havre s’est nettement dégradée
sur la période 2012/2017. Le
nombre d’années qu’il faudrait
pour rembourser la dette passe
de moins de sept ans en 2011,
ce qui était optimal, à plus de
onze ans en 2017, ce qui rapproche la ville du seuil d’alerte
écrivent les magistrats.
Shutterstock
PME
&REGIONS
L’endettement
du Havre dénoncé
tements de la région parisienne
ont présenté un projet de fonds
interdépartemental de solidarité.
Doté de 150,6 millions d’euros par
an apportés par les sept collectivités en fonction de leur capacité
d’investissement et de leur
niveau d’épargne nette, il serait
adossé à un établissement public
interdépartemental. Ce dernier
Les industriels du plastique jetable
inquiets du calendrier d’interdiction
l L’allongement de la liste des produits concernés et le calendrier adopté par les parlementaires
sont jugés irréalistes par les industriels de l’emballage.
l Ils réclament plus de temps pour trouver des alternatives au plastique.
30,2
ENVIRONNEMENT
Guillaume Roussange
— Correspondant à Amiens
Un vent de panique souffle chez les
industriels du plastique jetable. En
cause : l’adoption, le 14 septembre
dernier, d’un amendement de la loi
agriculture et alimentation, allongeant la liste des objets à usage uniques, interdits à l’horizon 2020. Couverts, saladiers, protège-gobelets,
pots à glace… se sont ajoutés aux
pailles et touillettes à café déjà dans
le collimateur des parlementaires.
Selon les professionnels, ces mesures vont impacter les entreprises du
secteur, en particulier celles travaillant pour la restauration, rapide
comme collective.
D’ici au 1er janvier 2025, interdiction sera faite aux collectivités de
plus de 2.000 habitants d’utiliser
dans les cantines des plats et même
des plateaux en plastique. Les
communes plus petites auront
trois ans supplémentaires pour se
conformer à la loi.
« Il est regrettable que la France aille
encore plus loin que les directives européennes », tempête Florence BonnetTouré, déléguée générale adjointe de
la Fédération de la plasturgie et des
composites (FPC). Les emballages
souples, les bouteilles, sacs plastique, gobelets et autres pèsent près de
la moitié de la consommation de
résine vierge de plastique en France.
Soit pas loin de 2,3 millions de tonnes
Un projet de directive européenne
En mai dernier, l’exécutif européen a présenté un projet
de directive prévoyant d’interdire cinq catégories
de produits à usage unique les plus présents sur
les plages et dans les mers européennes et de prévoir
sur le long terme une réduction des déchets plastique
à la source. Les récipients pour boissons à usage unique
fabriqués à partir de plastique ne pourraient également
être mis sur le marché que si leurs bouchons
et couvercles demeurent attachés au récipient.
d’emballages produits chaque
année. « Nous ne nions pas le problème lié au déchet, mais le calendrier
imposé est beaucoup trop court »,
plaide la responsable.
Absence d’alternative
Pour les industriels, la difficulté
principale réside dans l’absence,
quasi totale, d’alternatives. Notamment pour les produits les plus
épais, tels que les couverts, mais
aussi pour ceux étant exposés à la
chaleur, comme des plats ou les
gobelets. « La loi française exige le
compostage domestique, ce qui est
impossible avec des gobelets de 300 à
400 microns d’épaisseur. Les directives européennes évoquent le compostage en milieu marin. Il est urgent de
clarifier les choses pour les indus-
triels ! » fulmine Roberto Mistura,
directeur général de Flo Europe, un
fabricant de gobelets basé à Ruitz,
dans le Pas-de-Calais.
Selon ce dirigeant, la confusion
réglementaire risque de peser sur la
croissance de l’usine de Retz (Pasde-Calais), qui produit un milliard
d’unités. « Certains fabricants pourront utiliser du carton ou du PLA, une
matière bio sourcée tirée de la fermentation du sucre. Le problème est que le
PLA est non seulement plus cher,
mais qu’il supporte mal la chaleur »,
confirme Marc Madec, directeur
développement durable de la FPC.
La production de ces bioplastiques est, en outre, loin d’être suffisante pour couvrir l’ensemble de la
demande. Selon la Fédération
européenne des fabricants, ils
Christine Berkovicius
— Correspondante à Orléans
La société International Plastic
Industrie, basée à Chilleurs-auxBois (Loiret), fabrique des plateaux,
des assiettes, et surtout des couverts
jetables, emballés sous film plastique, accompagnés d’une serviette
et d’un kit sel et poivre. Une activité
qui représente à elle seule la moitié
de ses 40 millions de chiffres d’affaires. Portée par des marchés en forte
croissance, notamment le transport et la restauration hors domicile, l’entreprise, avant même le vote
du dernier amendement sur la
question de l’interdiction des plastiques, a travaillé sur des options
alternatives. Elle a investi dans la
fabrication d’une gamme de couverts en PLA, un produit biosourcé
à base d’amidon « qui offre toutes les
garanties nécessaires au plan sanitaire et écologique », affirment les
responsables de l’entreprise. Les
ventes restent encore anecdotiques
par rapport aux couverts classiques, sans doute en raison de leur
prix, deux fois plus élevé. Mais cette
option, au-delà de son coût, pourrait être amenée à se développer, à
condition de lever le frein juridique
sur la question du compostage.
Composteur domestique
En effet, seuls les produits jetables
recyclables dans des composteurs
domestiques seront autorisés. Or ce
n’est pas le cas de ces couverts en
PLA, qui doivent forcément avoir
une certaine épaisseur pour remplir leur fonction, et dont le compostage ne peut être assuré que par
des installations de type industriel.
« Po u r l ’ i n s t a n t , o n e s t d a n s
l’impasse, sauf à ce que l’usage des
couverts jetables disparaisse totalement », accuse le président d’IPI,
Jean-Louis Revel, qui dénonce une
décision « brutale », prise « sans
Recyclage
Corps réutilisable
Pour les professionnels, la clef de la
réduction réside dans le recyclage
des matières. Or un tiers seulement
des foyers peuvent jeter l’ensemble
de leurs emballages dans la poubelle de tri. L’extension du tri généralisé, qui doit entrer en vigueur en
2022, doit changer la situation. Les
industriels promettent un doublement de l’utilisation des matières
recyclées dans la fabrication des
produits en plastique, soit 300.000
tonnes, moins de 10 % du tonnage
total. « C’est une première étape. La
croissance du recyclage va s’accélérer
grâce à des centres de tri, moins nombreux, mais plus capacitaires et performants », estime Florence Bonnet-Touré. Le nombre de centre de
tri a été réduit de moitié en quelques
années, soit 250 centres actuellement. Un chiffre encore appelé à
diminuer d’ici à 2022 pour se stabiliser autour des 130 unités. n
Petit Poucet du secteur, Bioseptyl
a fait de sa production française,
100 % écolo, le cœur de son ADN
de marque. Sa gamme « Edith »
propose des brosses dont seule la
tête peut être changée. Le manche est produit à base de plastique issu du liège, de résidus de
fabrication de bouchons et
même… de coquilles Saint-Jacques de Normandie !
La société propose
aux 800 magasins bio
vendant ses produits
des urnes de dépôt
pour les brosses
usagées.
« Nous récupérons les coquilles
réduites en poudre. Un bio polymère
est ajouté pour réaliser le liant »,
explique Olivier Remoissonnet,
volontairement discret sur les
secrets de fabrication de cette
innovation.
Système d’abonnement
concertation » et « sans anticipation ». « Nous saurons peut-être faire
un jour des produits qui répondent
aux finalités requises. Mais il faudra
du temps. D’ici là, le PLA est une solution et le compostage industriel est la
seule issue possible. Il faut donc aller
dans cette voie, et nous sommes prêts
à le faire », ajoute le patron d’IPI, qui
emploie 300 personnes dans deux
usines, en France et en Pologne.
Dans le cas contraire, c’est selon lui
toute la filière qui serait plongée
dans le chaos avec à la clef « de gros
risques sur l’emploi ». n
« Le PLA est
une solution et
le compostage
industriel est
la seule issue
possible. »
JEAN-LOUIS REVEL
Président d’IPI
Implantée dans l’Oise,
la Brosserie Française,
propriétaire de Bioseptyl,
multiplie les innovations
pour récupérer ses
produits usagés. Même
s’ils sont biosourcés.
représentent 1 % des 320 millions
de tonnes consommées annuellement sur le continent. Avec la croissante demande, leur part devrait
avoisiner 2,5 millions de tonnes en
2022, 300.000 à peine de plus
qu’aujourd’hui.
IPI teste les couverts jetables en PLA
Ce spécialiste des couverts
en plastique plaide pour
l’usage de cette matière
biosourcée mais se heurte
à des problèmes liés
au compostage.
Bioseptyl
collecte
ses brosses à
dents écolos
Soixante-dix étapes en un mois.
C’est un véritable tour de France
que va accomplir l’entreprise
beauvaisienne Bioseptyl, d’ici au
24 novembre, afin de sensibiliser
les consommateurs au recyclage
des brosses à dents. « Chaque
année, 5.200 tonnes de plastique
liées à la fabrication des brosses partent à la poubelle », s’étrangle Olivier Remoissonnet, directeur
général de la Brosserie Française,
maison mère de la marque.
Le recyclage de ces produits
d’hygiène constitue un véritable
casse-tête. La ressource est éparpillée dans chaque foyer, et les
matières utilisées, notamment les
pièces de métal de maintien des
poils, rendent le process complexe.
MILLIARDS D’EUROS
Le chiffre d’affaires de la totalité
du secteur de la plasturgie en
France en 2017. Les industriels
alimentent un grand nombre
d’activités, de l’emballage
au BTP à l’automobile, sans
oublier le secteur de la santé.
2,3 millions de tonnes d’emballages plastique sont produits chaque année en France. Photo Shutterstock
cofinancerait des projets d’attractivité pour la région et/ou réduisant les inégalités territoriales.
A ces 150,6 millions d’euros, ils
ajouteraient 60 millions d’euros
pour doubler le fonds de solidarité des départements de la
région (FSDRIF) à 120 millions
d’euros. Ils revendiquent un
budget d’investissement de
2 milliards en 2017, à comparer
avec ceux de la région,
1,6 milliard et de la Métropole
du Grand Paris 14,6 millions.
Les couverts en PLA ne peuvent être compostés que dans des
installations de type industriel. Or en 2020, seuls les produits
jetables recyclables dans des composteurs domestiques seront
autorisés. Photo Shutterstock
Outre les matières utilisées, Bioseptyl a mis en place un système
de récupération des brosses usagées. Les clients ayant adhéré au
système d’abonnement à domicile peuvent renvoyer, via une
enveloppe pré-affranchie, leur
ancien produit. « Nous pensions
couvrir une niche. L’année dernière, nous avons reçu 6.000 enveloppes, soit 12.000 à 13.000 unités ! » se félicite le directeur
général. S’inspirant des systèmes
de collecte des piles et des ampoules, la société propose aussi aux
800 magasins bio vendant ses
produits des urnes de dépôt.
Olivier Remoissonnet a repris,
en décembre 2012, la Brosserie
Française, alors au bord de la liquidation. L’entreprise pro duit
700.000 unités aujourd’hui, contre
200.000 il y a six ans. Elle réalise un
chiffre d’affaires total de plus
5 millions d’euros et emploie une
trentaine de personnes sur son site
de Beauvais, fondé il y a cent
soixante-dix ans. — G. R.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
28 // PME & REGIONS
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
200
La cristallerie Arc située près de
Saint-Omer dans le Pas-de-Calais,
envisage environ 20 embauches en
CDI par an pendant 5 ans pour compenser un millier de départs en
retraite. L’industriel, qui emploie
plus de 10.000 personnes, aura
ÎLE-DE-FRANCE APL, expert en
besoin d’ouvriers mais aussi de
cadres. Racheté il y a trois ans par
l’américain PHP, le géant des arts de
la table remonte peu à peu la pente.
Il a renoué avec la rentabilité et
espère retrouver 1 milliard d’euros
de chiffre d’affaires.
Shutterstock
EMBAUCHES PAR AN
innovateurs
Numérique : APL
rachète Neutreo
Data Centers, basé à Montrouge,
acquiert la société de conseil en
ingénierie de l’environnement
Neutreo, dirigée par Caroline
Vateau, par ailleurs secrétaire
générale de l’Alliance Green IT.
Suite à ce rachat, APL, qui a
réalisé 8,3 millions d’euros de
ventes en 2017, crée un département numérique responsable.
Deinove choisit Solvay
pour lancer son actif
anti-âge hors d’Europe
ment dans d’autres établissements
du groupe suisse.
PACA
Deux laboratoires,
l’allemand Nuvisan
et l’américain Syneos
reprennent une partie
des équipes du centre
de R&D de Galderma.
Parcours de reconversion
Christiane Navas
— Correspondante à Nice
Fin de partie pour Galderma à
Sophia Antipolis. Intégré au sein du
groupe suisse Nestlé Skin Health
(actuellement mis en vente), le centre de R&D spécialisé en dermatologie avait annoncé en septembre 2017 la fermeture du site ou
travaillaient quelque 550 personnes. Il a définitivement quitté la
technopole après avoir négocié des
accords avec trois repreneurs.
L’allemand Nuvisan, positionné
sur le développement de médicaments pour l’industrie pharmaceutique, reprend 80 personnes et
s’installe dans les jours qui viennent
sur la technopole pour renforcer
ses capacités en bioanalyse et ses
services de formulation de produits
finis (médicaments et cosméti-
550 personnes travaillaient sur le site de R&D spécialisé
en dermatologie. Photo Gilles Rolle/RÉA
ques). L’américain Syneos, dont
Galderma attendait l’accord depuis
plusieurs mois, devrait reprendre
une centaine de personnes. Ces
deux laboratoires sont des sociétés
de service qui travaillent en partenariat avec l’industrie pharmaceutique pour accélérer le développement de nouveaux médicaments.
Enfin, c’est la société Sodexo
E n e rg i e e t M a i n t e n a n c e q u i
reprend les équipes en charge de la
maintenance du site, soit une
dizaine de personnes. Treize salariés ont également des projets de
« spin-off » sur le site, ce qui porte à
215 salariés, selon Nestlé Skin
Health, le nombre de postes maintenus sur place. Seuls 25 salariés
ont accepté une offre de reclasse-
Pour les autres, 140 personnes
auraient quitté l’entreprise et déjà
signé un CDI dans une autre société
et 80 seraient engagées dans un parcours de reconversion dans le cadre
du plan de sauvegarde de l’emploi
selon le groupe suisse. Malgré des
départs en retraite et une quinzaine
de créations d’entreprises, quelques
licenciements secs ne pourront être
évités. La décision de Galderma, qui
fut l’un des pionniers en 1981 à
s’implanter sur Sophia Antipolis, est
un coup dur pour la technopole. Le
laboratoire dermatologique jouait
le rôle de locomotive d’un pôle biotech, qui a du mal à atteindre la taille
critique nécessaire pour attirer de
nouvelles entreprises. D’où la
volonté de la Communauté d’agglomération de Sophia Antipolis
d’aménager sur le site, avec le soutien du groupe suisse qui reste pour
le moment propriétaire du site, un
parc d’activités tourné vers les biotech si les deux repreneurs n’occupent pas l’ensemble des espaces
libérés (23.000 mètres carrés) afin
d’accueillir de jeunes pousses en
phase de développement. n
Jean-Marie Huron
Nuvisan et Syneos débarquent
à Sophia Antipolis
LE PARTENARIAT
DEINOVE
Date de création : 2006
Directeur général :
Emmanuel Petiot
Effectif : 56 personnes
Secteur : biotechnologies
Chantal Houzelle
@HouzelleChantal
Se payer le luxe de choisir le
groupe qui va commercialiser
son premier produit stratégique
n’est pas monnaie courante
pour une biotech. C’est le cas
de Deinove, qui a annoncé, ce
mardi, la signature d’un accord
majeur avec le groupe chimique
Solvay, dont la business unit
Novecare va commercialiser en
Amérique du Nord et en Asie le
phytoène, sous le nom
« ReGeN-oPhyt ». Il s’agit du premier actif cosmétique sorti de la
plate-forme de Deinove, à Montpellier, qui développe des composés à forte valeur ajoutée à
partir de bactéries rares. En
Morphosis veut devenir le champion
du traitement des cartes électroniques
Le spécialiste havrais
de l’extraction des
métaux rares issus de
déchets électroniques
s’installera en 2019 sur
l’ancien site d’embouteillage du groupe
Bacardi-Bénédictine.
Claire Garnier
— Correspondante à Rouen
Dix ans après sa création, Morphosis, le spécialiste de l’extraction des
métaux rares issus des déchets électroniques et télécoms, change de
dimension. L’entreprise de 50 salariés installée sur deux sites distincts
au Havre, va emménager début 2019
sur l’ancien site d’embouteillage
d’alcools du groupe Bacardi-Bénédictine de Tourville-les-Ifs près de
Fécamp (Seine-Maritime). « Nous
avions besoin d’espace pour augmenter les volumes à réceptionner et à
traiter » explique Serge Kimbel, fondateur dirigeant de Morphosis et
propriétaire du site Bénédictine qui
comprend un bâtiment de
15.000 mètres carrés couverts.
L’investissement de 5 millions
d’euros qu’il réalise comprend un
nouveau process industriel, une
« phase de traitement thermique » qui
va compléter le traitement chimique actuel des cartes électroniques
pour l’extraction des métaux rares
(argent, cuivre, platinoïdes). « Il
va nous permettre de traiter des produits plus variés avec de très forts rendements de récupération et une consommation énergétique très faible. »
Du tri à l’affinage
Morphosis, qui a réalisé 12 millions
d’euros de chiffre d’affaires en 2107,
a l’ambition de devenir « le plus gros
site de traitement de cartes électroniques en France ». L’entreprise a des
concurrents dans certains métiers
du recyclage, mais elle se démarque
d’eux par son approche intégrée.
Après avoir trié et démantelé les
appareils, elle en extrait les métaux
rares et les affine à un grand niveau
de pureté. Elle revend les sels de
métaux obtenus à des industriels
(fabricants de panneaux photovoltaïques, de matériels électriques et
électroniques). Lauréate en 2017 de
l’appel à projets national « Territoires hydrogène », elle devrait prochainement présenter ses travaux
sur la récupération et le recyclage
des métaux rares des piles à combustibles.
Le groupe prévoit de créer une
centaine de postes d’ici à 2025 dont
une trentaine pour des personnes
présentant un handicap (psychique
ou moteur) pour les travaux de
démantèlement manuel des appareils. Ces tâches sont actuellement
assurées par une entreprise adapt é e q u e M o r p h o s i s e nv i s a g e
d’héberger à Tourville-les-Ifs. n
Malengé mise sur le sachet recyclable
LA PME À SUIVRE
HAUTS-DE-FRANCE
Effectif : 20 salariés
Chiffre d’affaires : 4,5 millions
Activité : emballage
Olivier Ducuing
— Correspondant à Lille
L’entreprise plus que centenaire de
Flers-en-Escrebieux, près de Douai
(Nord), pourrait bien connaître une
nouvelle jeunesse. Malengé Packaging a mis au point un sachet alimentaire en papier thermoscellable entièrement recyclable. Le fruit
de la création en 2016 d’un laboratoire commun avec le Centre tech-
nique du papier (CTP), soutenu par
l’Agence nationale de la recherche
et le pôle de compétitivité des matériaux Matikem. Malengé, né dans
l’imprimerie de documents administratifs, s’est spécialisé dans
l’emballage souple imprimé sous la
houlette de son repreneur Stefan
Kirstetter depuis 1998.
L’imprimerie offset franchit cette
fois une étape importante en proposant un sachet à base papier de
fibres vierges, doté de propriétés de
scellage et d’effet barrière par un
traitement de surface, dont le procédé est soigneusement tenu secret,
qui permet de s’affranchir des solutions multicouches associant
notamment aluminium et polyéthylène. Le sachet, baptisé « CP01 »,
protège de l’humidité, de l’oxygène
et de la lumière. L’une des clés de la
PME est aussi de « n’utiliser que la
juste quantité de matière pour le juste
besoin », selon le dirigeant, qui évoque une baisse de poids de 15 à 40 %
et une réduction du bilan carbone
de 15 à 60 %. Malengé ne vise pas les
produits pâteux ou humides mais
seulement les produits secs. De
même, elle cible plutôt les petites
séries et les petites laizes.
Nouvelle norme
Ce qui est présenté comme une première à l’échelle européenne
démarre en partenariat avec la
société Nature & Aliments, leader
des préparations culinaires bio, à
raison d’un million de sachets. Mais
le marché potentiel est considérable : une directive européenne du
30 mai 2018 prévoit que 65 % des
emballages soient recyclables à
horizon 2025. Nestlé, de son côté, a
même annoncé un objectif de 100 %
de recyclabilité de ses emballages à
la même échéance.
« C’est une étape charnière que
l’on est en train de vivre », analyse
Stefan Kirstetter. L’innovation n’est
lancée qu’en France pour l’heure,
après une expérience malheureuse
de la société à l’international il y a
quelques années. Malengé Packaging, qui compte 20 salariés pour
un chiffre d’affaires de 4,5 millions
d’euros l’an dernier, pour 12 millions de mètres carrés transformés
par an, estime pouvoir doubler ses
ventes dans les trois ans. Elle
devrait recruter dans le même
temps 10 à 15 salariés. n
100 % made en France
Le phytoène a prouvé ses propriétés anti-oxydantes et de régénérateur cellulaire dans le cadre
d’un essai clinique mené par le
CRO Bio-EC. Afin d’en assurer la
bioproduction en France, Deinove s’appuie sur la plate-forme
de l’Institut Pivert, en Picardie, et
sur Veg’extra, spécialiste de
l’extraction végétale, en Touraine. Pour couvrir l’Europe,
Deinove a déjà signé, mi-septembre, « un accord de distribution
pur et dur avec Univar », rappelle
Emmanuel Petiot. Il mise sur le
potentiel mondial de cet actif,
qu’il estime à plusieurs millions
d’euros, pour faire décoller son
chiffre d’affaires en 2019. n
Strasbourg inaugure
une unité de simulation
de chirurgie dentaire
DR
NORMANDIE
l’occurrence, ce caroténoïde est
produit via un processus de fermentation de sucres naturels
par la bactérie Deinococcus geothermalis. « Pour ce produit techniquement novateur, nous avons
mis en concurrence plusieurs
grands groupes », confie Emmanuel Petiot, directeur général de
Deinove. « Nous avons choisi Solvay pour nouer notre premier
accord véritablement commercial, qui pourrait s’étendre à des
codéveloppements. » Un contrat
signé en six mois : « On a été très
vite avec Solvay qui devient notre
ambassadeur sur les deux principaux marchés mondiaux du secteur cosmétique et devra convaincre de grands acteurs, comme
L’Oréal, d’utiliser notre actif antiâge », ajoute-t-il.
L’INITIATIVE
UNIVERSITÉ
DE STRASBOURG
Hélène David
— Correspondante à Strasbourg
Evanouissement, toux, asthme,
allergie voire arrêt cardiaque : le
mannequin interactif mis à la
disposition des étudiants en chirurgie dentaire de la faculté de
Strasbourg, pour la rentrée universitaire 2018-2019, est capable
de reproduire toutes les situations susceptibles de se présenter en consultation. Objectif :
« Former aux gestes et à la prise
en charge de situations diverses
par la participation à des scénarios répétés et modifiables »,
explique Corinne Taddéi-Gross,
doyenne de la faculté de chirurgie dentaire de Strasbourg et
présidente de la Conférence des
doyens de chirurgie dentaire.
C’est la première fois en
France qu’un tel mannequin,
conçu par le fabricant Laerdal,
équipe une faculté de chirurgie
dentaire. Avec plus de 200 capteurs, il réagit aux faits et gestes
de l’étudiant en situation. En
régie, l’enseignant peut en prendre le contrôle, modifiant variables et réactions pour alimenter
ses travaux pratiques, suivis en
direct vidéo, par les autres étudiants. Avant même d’entrer en
clinique, ces derniers sont ainsi
préparés à gérer des situations
de crise et peuvent travailler, in
situ, leur rapport avec le patient
et l’interrogatoire médical.
Dès la deuxième année
Dans cette unité simulant à
l’identique un cabinet dentaire,
trois « têtes fantômes », réalisées par Dentsply-Rinn, sont
dédiées à l’enseignement de la
radiologie endobuccale. « Les
étudiants n’avaient pas de formation pratique avant la 4e année »,
rappelle Corinne Taddéi-Gross.
Dès la 2 e année, ils peuvent
désormais se faire la main sur
ces trois mannequins têtes, qui
reproduisent les tissus mous,
les dents et les os d’un patient.
Cet outil simule parfaitement
ses caractéristiques radiologiques et permet, notamment, de
répéter la prise de clichés sans
l’exposer à des radiations. Dotée
d’un budget de 286.000 euros,
cette unité de simulation, qui a
mis deux ans à se concrétiser,
bénéficie d’un financement
IdEx (150.000 euros) et de la participation de Gold Conseil, NSK
et Philips. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 29
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
FINANCE
&MARCHES
LA BOURSE BRÉSILIENNE
S’ENVOLE AVANT
LES ÉLECTIONS
La Bourse de São Paulo bondissait de plus de 3,6 % en fin d’après
midi, à quelques jours du premier
tour des élections. La raison : la
publication d’un sondage favorable au candidat d’extrême droite
Jair Bolsonaro qui distancerait
le candidat de gauche Fernando
Haddad, soutenu par Lula. Les
taux brésiliens se détendent aussi
de plus de 14 points de base.
les
indices
L’Italie fait monter la tension d’un cran
sur les marchés financiers
l Le rendement des emprunts à 10 ans italiens a touché un plus haut
alors que l’écart de taux avec l’Allemagne atteint les 300 points de base.
l Les marchés ont vivement réagi à la mise en cause de l’euro
par un responsable politique italien.
TAUX
Pierrick Fay
@pierrickfay
Pour les investisseurs, la question de
l’appartenance de l’Italie à la zone
euro est un casus belli. Ils l’ont de
nouveau fait savoir mardi aux responsables du gouvernement de coalition entre le Mouvement 5 étoiles et
la Ligue d’extrême droite. Les rendements obligataires italiens se sont
brutalement tendus pour atteindre
3,438 %, un record depuis mars 2014.
Dans le même temps, l’écart de taux
avec l’Allemagne s’est élargi, repassant au-dessus des 300 points de
base, au plus haut depuis 2013. Un
arrière-goût de la crise de la dette des
années 2011-2012 aux yeux des investisseurs. L’élément déclencheur : les
propos de Claudio Borghi, spécialiste des questions économiques de
la Ligue : « L’Italie réglerait la plupart
de ses problèmes si elle avait sa propre
monnaie nationale, et non pas
l’euro ». Une phrase qui a aussi
contribué à affaiblir un peu plus la
monnaie unique.
Creusement des déficits
Luigi Di Maio, vice-président du
Conseil, a bien tenté d’éteindre
l’incendie en affirmant que le gouvernement n’avait pas l’intention de
quitter l’Union européenne ou de
sortir de l’euro. Le mal était fait sur
des marchés qui font preuve d’une
extrême sensibilité face à ce risque.
D’autant plus que le et chef de file du
Mouvement 5 étoiles s’est aussi
montré intransigeant sur le creusement des déficits qui inquiète les
investisseurs. « Nous ne reculerons
pas sur les 2,4 %, cela doit être clair,
nous ne reculerons pas d’un millimètre », a-t-il déclaré, tout en s’en prenant à Emmanuel Macron, Angela
Merkel et Jean-Claude Juncker,
accusés de vouloir faire chuter la
Nessim Aït-Kacimi
@NessimAitKacimi
L’euro perdait 0,4 %, à 1,1520 dollar, après s’être approché du seuil
psychologique de 1,15 dollar en
cours de séance à 1,1505 dollar. Il
a connu cinq séances de baisse
consécutives qui lui ont fait perdre 2,2 %. La devise européenne
est encore loin du passage à vide
connu lors de la crise de la zone
euro durant le mois de mai 2012
où elle connut vingt séances de
baisse sur vingt-qua tre. Les
déclarations italiennes répétées
« La prochaine crise
sera très difficile
à gérer »
Propos recueillis par
Guillaume Benoit
@gb_eco
Comment expliquez-vous la
violente réaction des marchés
à l’annonce de l’objectif
de déficit italien ?
En décidant d’augmenter son déficit
à 2,4 % plutôt que de poursuivre sa
réduction, Rome s’est placé sur le fil
du rasoir. Jusqu’à 2,6 ou 2,7 %, son
ratio de dette sur PIB ne progresse
pas. A court terme, cela ne pose donc
pas de problème si les prévisions de
croissance sont correctes. Mais en
cas de ralentissement économique,
ce ratio risque de croître de façon
extrêmement rapide. Ce qui poserait
la question de la capacité de l’Italie à
rembourser. La prochaine crise sera
très difficile à gérer.
coalition. La montée des tensions
entre Bruxelles et Rome, notamment sur la question du budget,
agite en effet les marchés. Le niveau
de 2,4 % n’est pas jugé hors norme,
mais les économistes doutent de la
capacité du pays à réduire son
niveau de dette sur PIB. Pour Matteo
Ramenghi, chez UBS WM, « sur la
base de différents scénarios, aucune
amélioration ne serait visible, ce qui
laissera le profil de la dette vulnérable
en cas de future récession ».
Volatilité forte
La volatilité devrait donc rester
forte, en fonction notamment des
réactions des agences de notation,
attendues fin octobre. L’une d’elles,
Scope Ratings, a déjà prévenu qu’un
objectif de déficit budgétaire de
2,4 % sur la période 2019-2021 fait
peser « un risque important sur la
note souveraine du pays ».
Pour Cyril Regnat, chez Natixis,
« la crise de confiance avec les investisseurs pourrait se généraliser et perdurer ». Il avance plusieurs raisons :
l’imprévisibilité du gouvernement
qui pose un problème de « crédibilité
pour la majorité des acteurs du marché », le risque d’instabilité gouvernementale, et notamment celui
d’une démission du ministre de
l’Economie, sans oublier la diminution des achats de la BCE. Mais le risque principal serait justement un
abaissement de la note de l’Italie par
Moody’s et S&P, avec le maintien de
la perspective négative sur la dette,
ce qui placerait le pays en position de
tomber en catégorie spéculative et
rendrait le coût de la dette de moins
en moins soutenable. Dans ce cas
précis, Natixis estime que l’écart de
taux entre l’Italie et l’Allemagne
pourrait se creuser à 400 points de
base, au lieu d’un couloir entre 275 et
325 points anticipé en fin d’année.
« Les implications d’une telle vague de
dégradation étant nettement plus
importantes qu’une simple vente
massive sur les actifs italiens, on peut
penser que le gouvernement italien
finira par céder sous la pression »,
espère Cyril Regnat. Pour l’instant,
ses dirigeants semblent plutôt choisir la voie de l’affrontement.
(
Lire l’éditorial
de Guillaume Maujean
Page 11 et « Crible »
Page 36
L’euro proche du seuil psychologique de 1,15 dollar
A 1,1520 dollar, la devise
européenne est en repli
de 0,4 % et les marchés
des changes commencent
à prendre au sérieux
le risque italien.
INTERVIEW // STÉPHANE DÉO Stratégiste
à La Banque Postale Asset Management
commencent toutefois à instiller
le doute sur le marché des changes. L’euro-dollar a tendance à
suivre l’évolution du taux à 10 ans
allemand, sauf depuis septembre. La remontée de l’actif sûr de
la zone euro ne parvient pas à
stabiliser l’euro. La devise a jusqu’ici plutôt bien résisté aux tensions en Italie au printemps et à
la crise des devises émergentes
de l’été.
« Les investisseurs étrangers ont
vendu des obligations de la zone euro
régulièrement depuis 2015 pour un
montant de 325 milliards d’euros, et
alors qu’ils en avaient acheté pour
354 milliards d’euros durant les 43
mois précédents », remarque Kit
Juckes, responsable de la stratégie
sur les changes chez Société Générale, qui prévoit un euro à 1,19 dollar
en fin d’année. Le programme de
rachat d’actifs (QE) de la Banque
centrale europénne (BCE), conjugué aux taux d’intérêt négatifs, a
accentué cette fuite des étrangers
hors de la zone euro.
Au début de l’été,
la dette externe
représentait 126 % du
PIB de la zone euro.
Avec la fin progressive du QE,
l’euro devrait remonter si de nouveaux risques comme l’Italie
n’inquiètent pas les investisseurs
étrangers comme les banques centrales. Le poids de l’euro dans leurs
réserves de change est demeuré
stable au premier semestre, autour
de 20 %, et contre 62,2 % pour le
dollar, selon les données du Fonds
monétaire international. Au début
de l’été, la dette externe (dette contractée auprès de prêteurs étrangers) s’établissait à 14.300 milliards
d’euros, ce qui représentait 126 %
du PIB de la zone euro. Entre le premier et deuxième trimestre, la
situation internationale de la zone
euro – la valeur des actifs détenus à
l’étranger par les investisseurs
européens diminuée de celle des
avoirs des non-résidents dans la
zone euro – s’est améliorée de
216 milliards d’euros en passant de
–752 à –536 milliards d’euros (5 %
du PIB de la zone euro), selon les
données de la BCE. Au second trimestre, cette amélioration résulte
de la hausse des investissements
directs des Européens à l’étranger
et de la progression de leurs placements sur les dettes étrangères de
51 à 185 milliards d’euros. n
Pour l’instant, les taux italiens
restent à des niveaux
supportables. Quel est
le risque ?
L’Italie continue à émettre, jusqu’à
5 ans, à des taux inférieurs au coût
moyen de sa dette. Mais, là encore,
cela peut vite basculer si des doutes
se font jour sur la soutenabilité de la
dette. Si le taux à 10 ans dépasse
3,5 %, les investisseurs pourraient
demander une prime de risque, qui
gonflera les taux. Le service de la
dette sera alors plus élevé, creusant
encore le déficit et poussant les taux
vers le haut. D’autant plus que les
investisseurs italiens se sont déjà
beaucoup chargés pour compenser
le retrait des investisseurs étrangers.
L’Italie peut-elle vraiment
sortir de l’euro, comme
le laissent entendre certains
économistes proches
des populistes ?
J’en doute fort, car les conséquences pour le pays seraient considérables et, à côté, le Brexit serait une
aimable partie de campagne. En
revanche, les marchés accordent
un certain crédit à cette vue. Le risque d’être potentiellement remboursés en lires plutôt qu’en euros
inquiète les investisseurs. On
mesure cette inquiétude en observant les mouvements de la dette italienne libellée en dollars – et donc
non soumise à ce risque – qui a
moins souffert que la dette en
euros.
Que peut faire la Banque
centrale européenne ?
La BCE est déjà proche du niveau
de détention maximal qu’elle
s’était fixé de 30 % de la dette italienne dans le cadre de son programme d’achat d’actifs (QE). Et
celui-ci va prendre fin en décembre. Il n’y a donc rien à attendre de
ce côté-là. Elle pourrait se remettre à acheter des obligations souveraines italiennes dans le cadre
Stéphane Déo estime qu’une
dégradation de l’Italie par les
agences de notation la mettrait
« aux portes de la catégorie
spéculative ». Photo DR
de l’OMT, un mécanisme de sauvetage. Mais il faudrait que le gouvernement italien le demande et
reconnaisse ainsi qu’il traverse
une crise.
Quelles seraient les conséquences d’une dégradation de l’Italie
par les agences de notation ?
Si les agences dégradent la note de
l’Italie d’un cran, elle restera en
catégorie investissement (BBB–).
Mais elle sera aux portes de la catégorie spéculative. Certains gérants,
qui ne peuvent investir que dans les
pays affichant une bonne qualité de
crédit, souhaiteront certainement
sortir avant qu’une nouvelle dégradation entraîne un changement de
catégorie et des ventes massives et
forcées de titres.
Est-ce automatique ?
Cela dépend bien sûr du nombre
d’agences qui changent leur note et
des règles de gestion de chaque
fonds. Si la baisse de rating est
accompagnée d’une perspective
négative – laissant entendre qu’une
nouvelle dégradation peut intervenir dans un horizon de six mois à un
an – il y aura des mouvements. Il
faut tout de même se souvenir que,
en 2009, l’Italie avait gardé son
BBB– alors que son déficit était deux
fois plus important qu’aujourd’hui.
Craignez-vous une contagion
aux autres dettes européennes ?
Pour l’instant, les obligations des
Etats « périphériques » – l’Espagne
et le Portugal – résistent plutôt bien
au tourbillon qui frappe la dette italienne. L’Italie, de son côté, semble
se rapprocher de la Grèce. Mais si
l’hypothèse d’un défaut italien prenait de la vigueur, les pays d’Europe
du Sud seraient très certainement
chahutés. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
30 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Risque médical : les hôpitaux
et les cliniques toujours plus exposés
années précédentes, les établissements de santé ont été condamnés
dans la majorité des cas (62,3 %).
« Sur un certain nombre de préjudices, en particulier le défaut d’information ou l’indemnisation de la douleur, il y a une condamnation
presque systématique », expliquet-on chez Sham. Le montant moyen
des condamnations devant la juridiction administrative est resté « à
un niveau élevé », légèrement audessus des 200.000 euros. Mais
c’est toutefois beaucoup moins
qu’au cours des quatre années précédentes (266.581 euros en
moyenne).
ASSURANCE
Les établissements
de santé assurés par
Sham en responsabilité civile médicale ont
reçu plus de 13.600 réclamations de sinistres
l’an dernier, soit une
hausse de près de 3 %.
Devant la justice,
les hôpitaux et les
cliniques ont été
condamnés dans plus
de 62 % des cas.
Un marché « sous-tarifé »
Laurent Thévenin
@laurentthevenin
C’est une véritable épée de Damoclès pour les établissements de
santé. Les hôpitaux et les cliniques
sont toujours plus exposés à un risque de mise cause par des patients
ou leurs proches au titre d’un préjudice matériel ou corporel, selon les
données publiées mardi par Sham,
le premier assureur en responsabilité civile médicale en France. En
partant d’une base 100 en juin 1998,
son indice de fréquence des réclamations culminait à 244 points en
juin 2018. « Mais nous sommes sur
un petit plateau depuis deux ans,
avec une stabilisation à un niveau
élevé », relève Dominique Godet,
directeur général de Sham.
Pour autant, le groupe mutualiste ne veut en tirer aucune conclusion hâtive. La forte augmentation
du nombre de réclamations sur
vingt ans « confirme l’exigence du
patient vis-à-vis du système médical.
Celui-ci est plus informé et prompt à
réclamer une information ou une
indemnisation quand il estime être
mal soigné », constate ainsi son
dirigeant. L’an dernier, les établissements de santé ont reçu
13.607 réclamations de sinistres,
soit une hausse de près de 3 % par
rapport à 2016. Celles qui sont liées
à des préjudices corporels représentent toujours un peu moins de
la moitié des dossiers, mais comp-
Vendredi 5 octobre
tent pour 98 % de la charge sinistres. La chirurgie est la spécialité la
plus touchée (55,5 % des réclamations liées à des préjudices corporels), devant la médecine (16,7 %) et
les urgences-SAMU (15,5 %).
Pour 100 réclamations en responsabilité civile médicale qui lui
sont présentées, indique Sham, de
20 à 30 font in fine l’objet d’une
indemnisation, que ce soit à l’amiable, devant les commissions de
conciliation et d’indemnisation
(CCI) ou au contentieux. En 2017,
l’activité a battu son plein devant les
juridictions administratives et judiciaires, avec un nombre record de
décisions (1.138). Dans la lignée des
Ce net recul, explique Sham, tient au
moindre nombre de condamnations dont le coût est estimé à plus
de 1 million d’euros (19, contre
27 l’année précédente). Parmi ces
dossiers « graves », il y a eu également moins de dossiers d’obstétrique, qui se chiffrent souvent à plus
de 10 millions d’euros chacun. « Cela
démontre la grande volatilité de
l’assurance de responsabilité médicale, dont le résultat d’un exercice
dépend souvent de l’issue de quelques
dossiers lourds », rappelle Sham.
Largement leader du secteur,
l’assureur lyonnais dit évoluer dans
un marché « compliqué, très concurrentiel et sous-tarifé ». « Nous
sommes de plus en plus sélectifs dans
nos réponses aux appels d’offres et
très prudents », affirme Dominique
Godet. n
BNP Paribas : Yann Gérardin
promu directeur général adjoint
BANQUE
Responsable depuis
2014 de la banque
de financement
et d’investissement,
le banquier rejoint
le cercle des six principaux dirigeants
du groupe bancaire.
Edouard Lederer
@EdouardLederer
SUPPLÉMENT
GRATUIT
INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
UNE RÉVOLUTION
POUR LA SANTÉ
Yann Gérardin franchit une marche supplémentaire au sein de
BNP Paribas. Chargé de la banque
de financement et d’investissement
(BFI, ou CIB en anglais), le dirigeant
passionné de haute montagne vient
d’être nommé directeur général
adjoint de la banque de la rue
d’Antin. C’est ce qu’a annoncé le
groupe mardi matin dans un communiqué.
Toujours chargé de la BFI, le banquier de cinquante-sept ans intègre
ainsi la direction générale, rejoignant le cercle restreint des six
principaux dirigeants de la première banque de la zone euro (par
les actifs). Aux côtés de Jean-Laurent Bonnafé et Philippe Bordenave
(respectivement administrateur
directeur général et directeur général délégué), la direction compte
quatre directeurs généraux
adjoints (DGA). Il succède ainsi à
Alain Papiasse, lui-même nommé à
soixante-trois ans chairman (président) de CIB. En tant que membre
du comité exécutif, ce dernier permettra de « développer la relation
avec des grands clients internationaux » et continuera à superviser
l’activité du groupe en Amérique du
Nord et en Grande-Bretagne.
Yann Gérardin dirige CIB depuis
2014. Ce pôle connaît un développement important, la banque ayant vu
son empreinte sur le marché des
entreprises européennes progresser sensiblement. Selon l’enquête
Yann Gérardin, 57 ans, entré à BNP Paribas en 1987, succède
à Alain Papiasse au poste de directeur général adjoint. Photo DR
Greenwich Share Leader, son taux
de pénétration dans le « corporate
banking » en Europe est passé de
54 à 65 % entre 2012 et 2017.
Les dirigeants
de BNP Paribas ont
progressé en interne :
Jean-Laurent Bonnafé
était entré en 1993
à la BNP et Philippe
Bordenave en 1985.
La promotion de ce dirigeant
s’inscrit dans la continuité. Entré
chez BNP en 1987, ce diplômé
d’HEC et de Sciences Po a créé l’activité dérivés actions, avant d’être
nommé responsable mondial de
l’entité dérivés actions de BNP Paribas en 1999. Début 2005, il prend en
charge la division actions et dérivés
actions.
« Ya n n G é ra rd i n a fa i t l a
démonstration de ses capacités
managériales et de leadership pour
transformer le pôle CIB et en faire
le partenaire européen de référence
auprès de ses clients avec une portée mondiale », a salué Jean-Laurent Bonnafé. « Cette promotion
vient aussi récompenser son engagement et sa contribution au succès
de BNP Paribas depuis trente-deux
ans. » De fait, les dirigeants de
BNP Paribas ont progressé en
interne : Jean-Laurent Bonnafé
était entré en 1993 à la BNP, et Philippe Bordenave en 1985.
Plus largement, cela n’empêche
pas le comité exécutif de BNP Paribas d’accueillir prochainement un
visage qui n’est pas issu de ses
rangs : Marguerite Bérard-Andrieu
– ex-numéro deux de BPCE – succédera en janvier prochain à MarieClaire Capobianco comme responsable de la banque de détail en
France. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 31
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Loi Pacte : les Français peu sensibles
aux aménagements de l’épargne retraite
ÉPARGNE
Les futurs retraités
préféreraient disposer
d’une rente régulière
plutôt que d’un capital
versé en une fois,
indique l’Observatoire
Odoxa-LinXea« Les Echos ».
La peur reste le principal motif d’épargne.
Edouard Lederer
@EdouardLederer
La loi Pacte, actuellement discutée
au Parlement, va-t-elle manquer sa
cible ? La question mérite d’être
posée sur l’un de ses grands objectifs : simplifier et développer
l’épargne retraite. Avec 200 milliards d’euros d’encours, cette
forme d’épargne reste bien loin de
l’assurance-vie (avec 1.708 milliards d’euros d’encours à fin août)
ou des comptes sur livret. Or, les
Français paraissent largement
ignorer ce que prévoit le projet de
texte, à en croire la dernière vague
des « Rendez-vous de l’argent »
(Observatoire Odoxa-LinXea« Les Echos »).
Les Français ont fait
leur choix
Ainsi, moins d’un Français sur cinq
a entendu parler « précisément »
de l’une ou l’autre des mesures
phares prévues en matière d’épargne retraite. Par exemple, le projet
prévoit que l’on puisse déduire du
revenu imposable les versements
volontaires réalisés sur un plan
d’épargne. Une incitation qu’ignorent pour l’heure 57 % des sondés.
Tout aussi peu connue, la « portabilité des produits d’épargne
retraite » qui permet de conserver
un même produit d’épargne tout
« L’idée du produit
d’épargne retraite
est bien comprise.
La sortie
en rente est
alors perçue
comme son
corollaire direct. »
ANTOINE DELON
Président de LinXea
au long de son parcours professionnel.
Le choix laissé aux épargnants
de récupérer leurs économies sous
forme de rente ou sous forme de
capital est un peu mieux loti, 49 %
des personnes interrogées en
ayant entendu parler au moins
« vaguement ». Mais le problème,
c’est qu’entre rente et capital, les
Français ont déjà fait leur choix :
ils penchent à une écrasante majorité pour la solution de la rente à
vie, considérée comme plus sûre
pour leurs vieux jours.
Ils sont en effet 76 % à préférer le
versement d’un revenu régulier,
exactement au même niveau que
les Européens, également interrogés dans le cadre de cette enquête.
« L’idée du produit d’épargne
retraite – dédié comme son nom
l’indique à la cessation d’activité
professionnelle – est donc bien comprise. La sortie en rente est alors
perçue comme son corollaire
direct », souligne Antoine Delon,
président de LinXea, le spécialiste
de l’épargne en ligne.
Cette préférence pour la rente
n’est pas pour déplaire aux assureurs : pour des raisons techniques,
sortir en une fois tout le capital épargné par un assuré peut être pénalisant. En effet, pour restituer en une
fois son capital à l’assuré, l’assureur
est lui-même contraint de se défaire
de titres (actions ou obligations) à
un moment donné choisi par le
client… sans que cette sortie soit
idéale en termes de timing.
Coudées franches
A l’inverse, une sortie en rente, par
définition lissée dans le temps,
laisse les coudées plus franches
aux assureurs et leur permet
notamment de prendre plus de risques dans leurs investissements.
La préférence affichée par les Français pour la rente semble donc leur
donner raison alors que la loi Pacte
– en démocratisant la sortie en
capital – penchait plutôt en leur
défaveur. Du reste, pour ceux qui
souhaitent sortir en capital,
« autant se tourner vers l’assurancevie », reprend Antoine Delon puisque, par comparaison à l’épargne
retraite, l’argent « n’y est pas bloqué
et reste disponible à tout moment ».
Plus profondément, la sophistication ou la souplesse des produits d’épargne ne paraît pas être
le moteur premier des Français au
moment de jouer les fourmis. « La
“peur” est, particulièrement en
France, le principal motif d’épargne », souligne Gaël Sliman, président d’Odoxa. A nouveau, une
rente répond sans doute mieux à
ce besoin de protection. n
Jean-Paul Agon
Président-directeur général
Lubomira Rochet
Chief Digital Officer
Groupe L’Oréal
Les préférences des Français sur les produits d’épargne retraite
Des placements très classiques. Les épargnants déclarent à 54 %
avoir souscrit un simple contrat d’assurance-vie pour préparer leur
retraite, et à 39 % détenir d’encore plus simples comptes sur livret.
L’épargne estampillée « retraite », comme le PERP, le PERCO,
le Corem (Complément de retraite mutualiste), le contrat Madelin
et l’article 83 (tous deux destinés aux professions libérales) est,
elle, bien moins répandue.
Epargner quand on le peut. Les Français seraient prêts en
moyenne à verser 112 euros par mois sur un produit d’épargne
-retraite. Mais cet effort se concentre sur les plus fortunés : seuls
15 % des épargnants interrogés par Odoxa seraient prêts à le faire à
hauteur de plus de 200 euros par mois alors que cette somme
serait inférieure à 100 euros pour 60 % des Français. Enfin 23 %
se disent prêts à épargner entre 100 et 199 euros par mois.
VENTE
PRIVÉE
Lundi 8 octobre 2018 à 19h00,
« La transformation digitale : Quels enjeux,
quelles opportunités pour L’Oréal ? »
Informations et inscriptions :
www.lesechos-digital.fr
NOTRE COUP DE COEUR
DOMAINE LAFAGE NARASSA ROUGE 2014
Côtes Catalanes
93/100 Robert Parker !
13.90€
au lieu de 15.90€
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
32 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Or : les banques centrales
accélèrent leurs achats
LA SÉANCE DU 2 OCTOBRE 2018
L’Italie met
la Bourse
de Paris sous
pression
Bourse de Paris a terminé
•la La
séance en baisse de 0,71 %, à
MATIÈRES
PREMIÈRES
Les Etats n’avaient pas
accumulé autant de
lingots depuis six ans.
Muryel Jacque
@MuryelJacque
Le plongeon du prix de l’or, au plus
bas depuis plus d’un an, ne laisse
pas les banques centrales indifférentes. La Pologne vient d’en acheter environ 9 tonnes en juillet et en
août, selon les chiffres du Fonds
monétaire international. C’est une
première en vingt ans pour la
Narodowy Bank Polski. Et la première fois qu’un pays de l’Union
européenne acquiert autant d’or
au XXIe siècle.
A l’heure où les hedge funds
délaissent le marché de l’or et retirent leur argent des fonds indiciels
cotés adossés au métal, où les investisseurs particuliers semblent aussi
moins attirés, les achats d’or des
banques centrales n’ont pas été
aussi importants depuis six ans. « Et
de loin », commente Macquarie
dans une note. Au total, la banque
australienne les estime à 264 tonnes
cette année. Pour le stratégiste de
Macquarie Matthew Turner, cet
achat rarissime de la Pologne « suggère que l’attrait des banques centrales pour l’or va croissant ». L’élargissement de la base des banques
centrales acheteuses est aussi, selon
lui, « une bonne nouvelle ». Les institutions des pays émergents jouent
un rôle clef. L’Egypte a acheté de l’or
pour la première fois depuis quarante ans. L’Inde, l’Indonésie, les
Philippines, la Thaïlande ont fait de
même pour la première fois depuis
des années. L’Irak aurait acquis
6,5 tonnes pour diversifier ses investissements, un achat effectué par
l’intermédiaire de la Banque de
France, indiquait Bloomberg début
septembre.
Un désir de dédollariser
Mais leurs emplettes ne sont rien
comparées à d’autres. Ensemble, la
Russie, la Turquie et la Kazakhstan
ont représenté 86 % des acquisitions au premier semestre, indique
le Conseil mondial de l’or (CMO).
A elle seule, la banque centrale
russe a acheté plus de 383 tonnes
d’or entre janvier 2017 et juillet 2018.
Elle approche ainsi le niveau de
Où sont les réserves ?
La majorité de l’or détenu par les banques centrales l’est
par des institutions européennes. La Bundesbank, la
Banca d’Italia et la Banque de France possèdent à elles
trois près de 8.258 tonnes, selon les chiffres du Conseil
mondial de l’or, soit un quart des réserves mondiales. Les
Etats-Unis en détiennent près d’un autre quart. Au total,
les banques centrales avaient entre leurs mains près de
33.800 tonnes d’or en septembre 2018.
réserves qu’on prêtait à l’URSS en
1990 (jusqu’à 2.000 tonnes). Si Moscou maintenait ce rythme, la Russie
posséderait alors, d’ici à la fin de
2019, presque autant d’or que la
France qui abrite les quatrièmes
plus grosses réserves de la planète.
« La soif d’or de la Russie n’est pas
près de se tarir, assure Eily Ong,
analyste métaux et mines chez
Bloomberg, car le pays accumule le
métal pour diversifier ses réserves de
change. » Utiliser l’or comme
réserve internationale peut réduire
la dépendance russe au dollar et
potentiellement internationaliser
sa devise dans un contexte de sanctions américaines imposées au
pays, ajoute-t-elle.
« Dans certains pays, le désir de
dédollariser [son économie, NDLR]
semblerait certainement jouer un
rôle dans les achats d’or, confirme
Natalie Dempster, directrice générale en charge des banques centrales et des politiques publiques au
CMO. Cela résulte de l’association
des tensions géopolitiques, de la
vision à long terme sur le dollar et des
mutations structurelles du commerce mondial. » n
DécouvreZ LA BASE DES DEALS
De capital finance
5.467,89 points, dans un volume
d’échanges de 3,59 milliards
d’euros. Les opérateurs de marché s’inquiètent des tensions
entre Rome et Bruxelles. Le vicePremier ministre italien et chef
de la Ligue Matteo Salvini a
menacé de réclamer une indemnisation au président de la Commission européenne JeanClaude Juncker pour avoir
critiqué le projet de budget italien. Le nouveau gouvernement
italien avait proposé la semaine
dernière de fixer le déficit public
à 2,4 % du PIB pour les trois prochaines années, contre les 0,8 %
que le précédent gouvernement,
de centre gauche, s’était engagé à
maintenir. Le projet de budget
sera examiné par la Commission européenne le 15 octobre.
Du côté des valeurs, les équipementiers automobiles étaient
dans le rouge. Valeo a reculé de
2,83 %, Faurecia de 0,31 % et
Plastic Omnium de 1,12 %. La
chute des immatriculations de
voitures neuves de 30,5 % sur un
an en Allemagne a pénalisé les
constructeurs automobiles.
Renault, sous pression depuis
plusieurs mois, a perdu 0,17 %
tandis que PSA a lâché 2,41 %.
Safran a perdu 1,58 % après
l’annonce de l’Etat français qui a
décidé de céder 2,35 % du capital
du groupe aéronautique. Veolia
a pris 1,16 %, après avoir passé un
accord avec l’allemand Rethmann pour lui céder ses 30 %
restants dans l’opérateur de
transports publics Transdev,
pour 340 millions d’euros.
L’OPÉRATION DU JOUR
Le pétrolier Cepsa vise une
valorisation de 8 milliards d’euros
est en passe de réaliser
•la Cepsa
plus grosse introduction en
Bourse d’un groupe pétrolier
depuis plus de dix ans. Le
groupe espagnol devrait lever
environ 2 milliards d’euros pour
25 % de son capital à la Bourse
de Madrid. Il afficherait une
capitalisation boursière de
8 milliards d’euros. Le record est
détenu par Rosneft, valorisé
plus de 10 milliards de dollars
lors de sa cotation à Moscou en
2006. Les actions de Cepsa
seront cédées par son actionnaire, Mubadala. Ce fonds souverain d’Abu Dhabi avait construit progressivement une
position dans Cepsa, puis a
racheté le solde des actions à
Total, en 2011. Le groupe exploite
des champs pétrolifères en
Amérique latine, en Afrique du
Nord, en Asie du Sud-Ouest et en
Espagne. Il s’est récemment
retiré d’Iran. Il compte également parmi les principaux
raffineurs européens.
en bref
L’Union européenne veut améliorer
la lutte contre le blanchiment
BANQUE Les ministres des Finances des 28 pays de l’Union
européenne ont promis mardi d’améliorer les règles européennes pour lutter contre le blanchiment d’argent, suite au
scandale Danske Bank. « Tout le monde était d’accord
aujourd’hui pour dire qu’il fallait une réforme. Mais à quoi elle va
ressembler sur le long terme, il faut encore en discuter », a déclaré
le ministre autrichien des Finances, dont le pays assure la
présidence tournante de l’UE. Au cœur de cette initiative : le renforcement des pouvoirs du régulateur bancaire européen,
l’autorité bancaire européenne (ABE).
Le patron de Malakoff Médéric prend
aussi les rênes d’Humanis
ASSURANCE Thomas Saunier, l’actuel directeur général du
Toutes les opérations de capital-investissement
et de fusions-acquisitions depuis 2003
capitalfinance.lesechos.fr/base-des-deals
groupe de protection sociale Malakoff Médéric, a été nommé
également directeur général d’Humanis, alors que ces deux
acteurs doivent se rapprocher le 1er janvier 2019, selon un communiqué publié mardi par Humanis. « Cette nomination a reçu
ce jour l’agrément des bureaux Agirc-Arrco et sera entérinée lors
des conseils d’administration Agirc-Arrco qui se réuniront le
11 octobre », précise le groupe de protection sociale.Thomas
Saunier succède à Olivier Mesnard.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 33
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
euronext
SÉANCE DU 02 - 10 - 2018
CAC 40 : 5467,89 (-0,71 %) NEXT 20 : 12345,3 (-0,23 %)
CAC LARGE 60 : 6081,14 (-0,66 %)
CAC ALL-TRADABLE : 4294,91 (-0,69 %)
DATE DE PROROGATION : 26 OCTOBRE
CAC 40
SRD Suite
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
ACCOR (AC) R
A
FR0000120404
AIR LIQUIDE (AI) R
11/05/18 1,05
A
FR0000120073
28/05/18 2,65
AIRBUS GROUP (AIR) R
A
NL0000235190
16/04/18 1,28
ARCELORMITTAL (MT)
A
LU1598757687
ATOS SE (ATO) R
FR0000051732
AXA (CS) R
17/05/18 0,09
A
31/05/18 1,7
A
FR0000120628
03/05/18 1,26
BNP PARIBAS (BNP) R
A
FR0000131104
BOUYGUES (EN) R
30/05/18 3,02
A
FR0000120503
CAP-GEMINI (CAP) R
02/05/18 1,7
A
FR0000125338
CARREFOUR (CA) R
04/06/18 1,7
A
FR0000120172
21/06/18 0,46
CREDIT AGRICOLE (ACA) R
A
FR0000045072
DANONE (BN) R
22/05/18 0,63
A
FR0000120644
04/05/18 1,9
DASSAULT SYSTEMES (DSY) R A
FR0000130650
ENGIE (ENGI) R
29/05/18 0,58
A
FR0010208488
11/10/17 0,35
ESSILOR INTERNATIONAL (EI) R A
FR0000121667
26/04/18 1,53
HERMES INTL (RMS) R
A
FR0000052292
KERING (KER) R
07/06/18 7,6
A
FR0000121485
L.V.M.H. (MC) R
14/05/18 4
A
FR0000121014
LEGRAND (LR) R
17/04/18 3,4
A
FR0010307819
L'ORÉAL (OR) R
01/06/18 1,26
A
FR0000120321
25/04/18 3,55
OUV
VOL.
NB TITRES
44,1
778279
290.948.939
113,1
1087488
428.281.952
106,3
1403390
776.295.452
26,63
5188432
1.021.903.623
103,8
275101
106.884.219
22,935
6042846
2.423.390.176
51,51
4392851
1.249.798.561
37
702910
366.377.026
111,25
368524
168.817.033
16,5
2626018
789.252.839
12,238
8851267
2.866.437.156
67,83
1692586
685.055.200
129,2
278561
261.541.129
12,6
7458949
2.435.285.011
128,5
542709
219.137.552
568,4
54896
105.569.412
464,5
231097
126.279.322
306
725827
505.028.689
62,56
465152
266.805.751
207,3
386620
560.082.187
CLOT
+ HAUT
+ BAS
43,89
44,1
43,67
114,2
114,25
112,9
105,68
106,4
105,4
26,66
26,865
26,29
104,75
104,9
103,4
23,12
23,135
22,79
51,98
52,34
50,96
36,78
37
36,59
111,5
112,3
110,65
16,475
16,57
16,295
12,214
12,288
11,962
67,63
67,83
66,98
129,4
129,45
127,9
12,77
12,855
12,525
128
129,5
127,45
564,2
570,2
560,6
459,9
465,4
458,7
300,35
306,35
300,15
62,32
62,8
62,32
207,5
207,6
205,1
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
- 0,93
+ 1,83
+ 4,15
+ 0,48
+ 5,25
+ 10,55
- 1,6
- 0,55
+ 31,12
+ 0,21
+ 2,78
+ 19,02
+ 0,24
+ 1,5
- 21,56
+ 0,26
+ 6,32
- 9,79
- 0,02
+ 2,77
- 24,06
- 1,08
- 3,29
- 9,22
- 0,4
+ 0,68
+ 11,06
- 0,51
+ 7,19
- 3,03
+ 0,63
+ 3,58
- 20,66
- 0,71
- 0,28
+ 1,35
- 0,04
- 7,31
+ 48,84
+ 1,07
+ 1,11
- 11,57
- 0,58
+ 2,98
+ 21,33
- 1,19
+ 0,71
+ 31,35
- 1,82
- 1,73
+ 46,38
- 2,13
- 0,5
+ 28,77
- 1,08
- 3,98
+ 1,27
- 0,38
+ 0,39
+ 14,48
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
+ 2,07
48,95
41,3
2,39
+ 8,71
114,25
97,12
2,32
+ 27,33
3,4
111,16
31,13
81,33
1,42
- 1,68
30,765
24,05
- 13,68
130,55
96,7
1,62
- 6,53
27,69
20,495 5,45
- 16,5
68,66
50,06
5,81
- 15,08
45,98
35
4,62
+ 12,75
119,8
97,38
1,53
- 8,68
19,73
12,955 2,79
- 11,49
15,54
11,105
5,16
- 3,32
71,78
62,24
2,81
+ 46,07
141
87,52
0,45
- 10,92
1,21
14,815 10,59
12,075 2,74
+ 11,35
129,55
105,35
1,2
+ 26,43
614,6
417,9
1,35
+ 25,89
522,4
338,263 0,87
+ 22,39
313,7
232,5
1,13
- 2,91
67,44
60,42
2,02
+ 12,19
214,9
170,3
1,71
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
MICHELIN (ML) R
A
FR0000121261
ORANGE (ORA) R
22/05/18 3,55
A
FR0000133308
05/06/18 0,4
PERNOD-RICARD (RI) R
A
FR0000120693
PEUGEOT (UG) R
04/07/18 1,01
A
FR0000121501
02/05/18 0,53
PUBLICIS GROUPE (PUB) R
A
FR0000130577
RENAULT (RNO) R
FR0000131906
SAFRAN (SAF) R
06/06/18 2
A
21/06/18 3,55
A
FR0000073272
29/05/18 1,6
SAINT-GOBAIN (SGO) R
A
FR0000125007
SANOFI (SAN) R
11/06/18 1,3
A
FR0000120578
11/05/18 3,03
SCHNEIDER ELECTRIC (SU) R A
FR0000121972
02/05/18 2,2
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (GLE) R A
FR0000130809
SODEXO (SW) R
30/05/18 2,2
A
FR0000121220
01/02/18 2,75
STMICROELETRONICS (STM) R A
NL0000226223
17/09/18 0,05
TECHNIPFMC (FTI) R
A
GB00BDSFG982
TOTAL (FP) R
20/08/18 0,13
A
FR0000120271
25/09/18 0,64
UNIBAIL-R/WFD (URW)
A
FR0013326246
VALEO (FR)
A
DIV 3 06/06/16
FR0013176526
04/06/18 1,25
VEOLIA ENV. (VIE) R
A
FR0000124141
VINCI (DG) R
14/05/18 0,84
A
FR0000125486
VIVENDI (VIV) R
24/04/18 1,76
A
FR0000127771
20/04/18 0,45
OUV
VOL.
NB TITRES
103
632827
178.978.841
13,61
5790937
2.660.056.599
141,05
487305
265.421.592
22,69
4416608
904.828.213
51,98
600711
235.249.801
73,81
1031471
295.722.284
118
1338555
443.680.643
36,22
1642731
552.615.876
77,1
1895744
1.251.544.134
68,46
1632855
578.979.025
36,345
2911028
807.917.739
91,08
288469
147.454.887
15,785
3634725
911.151.920
27
1282834
452.980.999
56,38
5208653
2.664.312.938
172,26
455349
138.282.967
36,55
2031005
240.253.100
17,22
2466946
565.593.341
81,48
872782
597.408.737
22
3866387
1.305.230.587
SRD
CLOT
+ HAUT
+ BAS
102,2
103,6
101,95
13,61
13,68
13,505
140,25
141,05
139,35
22,26
22,73
22,18
52,26
52,58
51,78
74,19
74,71
73,34
118,5
119
117
36,265
36,495
35,975
76,93
77,22
76,42
67,7
68,54
67,48
36,54
36,85
35,93
90,8
91,76
90,7
16,31
16,465
15,42
26,89
27,2
26,63
56,2
56,68
55,97
169,64
172,26
169,46
35,71
36,71
35,5
17,445
17,475
17,175
81,24
81,74
81,06
21,8
22
21,61
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
- 1,3
+ 0,25
- 16,57
- 0,07
- 2,44
- 1,2
- 0,74
+ 3,13
+ 18,16
- 2,41
- 6,08
+ 8,82
- 0,15
- 5,5
- 10,77
- 0,18
- 0,01
- 11,3
- 1,58
+ 5,52
+ 36,14
- 0,58
- 2,16
- 27,87
- 0,79
+ 4,4
- 9,62
- 1,86
- 3,62
- 8,19
- 0,15
+ 3,69
- 26,68
- 0,9
+ 1,2
- 13,93
+ 1,81
- 7,88
- 3,63
+ 0,15
+ 1,97
+ 14,18
- 0,3
+ 4,33
+ 24,24
- 1,82
- 6,28
- 2,83
- 8,69
- 43,09
+ 1,16
- 3,94
- 11,11
- 0,93
- 1,6
+ 0,16
- 1,58
- 2,46
+ 1,23
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
- 14,51
130,85
98,04
3,47
- 5,98
15,235
13,315
2,2
+ 6,29
147,75
120,05
0,72
+ 31,29
25,4
16,455 2,38
- 7,75
63,18
48,96
3,83
- 11,58
100,8
69,75
4,79
+ 37,94
122,25
81,04
1,35
- 21,13
48,6
35,145
3,59
+ 7,07
77,98
62,88
3,94
- 4,46
78,56
64,02
3,25
- 15,12
47,505
34,815 6,02
- 18,96
113,05
76
3,03
- 10,41
0,23
22,97
71,77
15,035 0,32
+ 4,02
29,17
22,9
+ 22,05
56,68
43,09
1,14
- 11,85
195,5
169,16
- 42,65
66,48
35,06
3,5
- 18
22,29
17,025 4,82
- 4,59
88,8
77,56
2,17
- 2,77
24,87
20,26
2,06
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
OUV
VOL.
NB TITRES
AB SCIENCE (AB) g
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
B 3,99
3,89
93725
4,028
40.789.901
3,86
B 6,37
6,32
58762
6,37
FR0004040608
24/07/18 0,2 58.512.053
6,3
ABIVAX (ABVX) g
B 6,83
6,58
23849
6,83
FR0012333284
10.024.182
6,51
ACANTHE DEV. (ACAN) g
C 0,62
0,622
17991
0,622
FR0000064602
08/02/18 0,3 147.125.260
0,62
ACTIA GROUP (ATI) g
C 5,92
5,96
18653
5,98
FR0000076655
13/06/18 0,12 20.099.941
5,86
ADOCIA (ADOC) g
B 16,9
16,82
10324
16,9
FR0011184241
6.916.753
16,64
AÉROPORTS DE PARIS (ADP) G
A 192,4
191,6
51049
192,7
FR0010340141
06/06/18 2,76 98.960.602
187,9
AIR FRANCE-KLM (AF) G
A 8,56
8,43
3909522
8,598
FR0000031122
14/07/08 0,58 428.634.035
8,36
AKKA TECHNOLOGIES (AKA) g
B 62,5
62
17350
62,6
FR0004180537
29/06/18 0,49 20.291.990
61,3
AKWEL (AKW) g
B 19,5
18,18
38530
19,76
FR0000053027
06/06/18 0,3 26.741.040
17,8
ALD (ALD)
A 15,79
15,47
89681
15,79
FR0013258662
30/05/18 0,55 404.103.640
15,41
ALPES (CIE DES ) (CDA) g
B 29,4
29,2
5470
29,6
FR0000053324
13/03/18 0,5 24.413.271
29,1
ALSTOM (ALO) LR
A 38,15
37,77
651869
38,15
FR0010220475
20/07/18 0,35 222.997.311
37,72
ALTAREA (ALTA) g
A 199,2
199,4
1901
199,8
FR0000033219
22/05/18 12,5 16.051.842
199,2
ALTEN (ATE) G
A 90,6
89,75
35491
90,6
FR0000071946
25/06/18 1 33.828.497
89,05
ALTRAN TECHNOLOGIES (ALT) G A 7,48
7,445
1310827
7,525
FR0000034639
11/05/18 0,24 257.021.105
7,375
AMPLITUDE SURG. (AMPLI) g
2,99
3
1971
3
FR0012789667
47.804.841
2,96
AMUNDI (AMUN) G
A 64,58
63,84
EX-DS 15/03/17
182478
64,58
FR0004125920
22/05/18 2,5 201.704.354
63,44
APRIL GROUP (APR)
B 12,85
12,9
5424
12,95
FR0004037125
10/05/18 0,27 40.904.135
12,85
ARCHOS (JXR) g
C 0,641
0,628
391423
0,641
FR0000182479
42.561.334
0,618
ARKEMA (AKE) L
A 108,1
108,35
233457
108,55
FR0010313833
25/05/18 2,3 76.532.456
106,65
ARTPRICE.COM (PRC) g
C 13,5
13,46
4307
13,5
FR0000074783
6.651.515
13,34
ASSYSTEM (ASY) g
B 28,35
28,6
OPA 24/11/17
13387
28,6
FR0000074148
19/06/18 1 15.668.216
28
ATARI (ATA)
C 0,4
0,391
1288097
0,404
FR0010478248
255.105.360
0,39
AUBAY (AUB) g
C 37,6
37,1
9916
37,75
FR0000063737
21/05/18 0,24 13.136.796
37
AUREA (AURE)
C 7,78
7,76
1518
7,78
FR0000039232
27/06/18 0,15 12.017.008
7,62
AVENIR TELECOM (AVT) g
C 0,221
0,219
17912
0,222
FR0000066052
21/10/11 0,05 110.501.888
0,217
AXWAY SOFTWARE (AXW) g
B 16,2
16,12
507
16,4
FR0011040500
02/07/18 0,2 21.210.546
16,12
BÉNÉTEAU (BEN)
A 14,42
13,84
105116
14,42
FR0000035164
14/02/18 0,25 82.789.840
13,82
BIC (BB) G
A 78,5
76,65
75768
78,55
FR0000120966
28/05/18 3,45 46.645.433
76,6
BIGBEN INT. (BIG) g
C 10,4
10,34
15147
10,52
FR0000074072
30/07/18 0,1 19.204.544
10,22
BIOMÉRIEUX (BIM)
A 71,8
71,5
127230
72
FR0013280286
05/06/18 0,34 118.361.220
70
BOIRON (BOI) g
A 58,5
58,1
3289
58,7
FR0000061129
31/05/18 1,6 19.414.756
57,5
BOLLORÉ (BOL) G
A 3,714
3,754
1655981
3,754
FR0000039299
07/09/18 0,02 2.927.197.152
3,696
BONDUELLE (BON) g
B 29,65
28,65
48961
30,4
FR0000063935
13/12/17 0,45 32.281.118
27,1
BUREAU VERITAS (BVI) L
A 22,44
22,31
682769
22,44
FR0006174348
18/05/18 0,56 442.036.000
22,22
BURELLE SA (BUR)
A 1255
1250
67
1260
FR0000061137
05/06/18 16 1.853.315
1250
CARMILA (CARM)
C 21,95
21,8
28240
22
FR0010828137
23/05/18 0,75 136.561.695
21,75
CASINO (CO) LR
A 36,01
36,01
570264
36,24
FR0000125585
18/05/18 1,56 109.729.416
35,62
CATANA GROUP (CATG) g
C 3,1
3,02
45468
3,1
FR0010193052
30.514.178
3,02
CGG (CGG) G
C 2,46
2,466
2885733
2,494
FR0013181864
709.939.860
2,408
CHARGEURS (CRI) g
C 21,3
21,14
23744
21,58
FR0000130692
12/09/18 0,3 23.551.755
21,14
CHRISTIAN DIOR (CDI)
A 368,4
366,4
EX D OP 08/06/17
8273
370,6
FR0000130403
17/04/18 3,4 180.507.516
365
CIE DU CAMBODGE (CBDG)
A
/270918
FR0010557264
ABC ARBITRAGE (ABCA) g
FR0000079659
A : Indicateur acompte, solde ou total du dividende. BPA : Bénfice par action. PER : Price Earning Ratio. Les plus hauts et plus bas ajustés sont sur l’année
civile. Les valeurs classées par ordre alphabétique sont regroupées en trois classes de capitalisation signalées par les lettres A pour les capitalisations
supérieures à 1 milliard d’euros, B pour les capitalisations comprises entre 1 milliard d’euros et 150 millions d’euros et C pour les capitalisations inférieures
à 150 millions d’euros. L : Valeurs de l’indice CACNext20. R : Valeurs de l’indice CACLarge60. G : Valeurs de l’indice CACMid60. g : Valeurs de l’indice
CACSmall. Les bénéfices par action : source FacSet JCF Estimates. Mise en ligne intégrale des informations réglementées sur www.lesechos-comfi.fr
07/06/18 180 559.735
- 1,77 - 53,36
-11,59 11,15
- 54,45
3,86
+ 0,64
-11,48
7,48
- 0,32
5,95
- 3,52 - 23,75
- 1,94
9,87
- 42,03
6,48
- 27,67
+ 1,97
0,87
- 19,22
0,562
+ 1,19 - 14,61
-30,05
9,08
- 15,82
5,86
- 0,36 + 17,21
- 3,33 21,3
+ 6,32 13,28
- 0,21 + 20,88
+ 1,22 202,6
+ 38,84 156
- 2,14 - 37,92
+ 1,89 14,51
- 38,01
6,646
- 0,48 + 33,91
- 9,36 70,8
+ 23,6
46,2
- 6,77 - 46,07
-13,01 36,8
- 51,65 17,02
- 2,27 + 19,78
- 3,61
16,93
+ 12,84 12,54
- 0,34 - 10,65
- 2,5
36,1
+ 8,55 27,3
- 1,69 + 9,15
- 0,61
41,52
+ 5,36 32,79
- 0,3 - 4,18
- 0,1
218,5
+ 1,55 178,2
- 0,88 + 28,93
+ 0,9
94,4
+ 17,94 69,5
- 0,8 - 40,45
-21,47 13,681
- 45,94
7,105
- 15,25
- 5,06
4,4
- 33,18
2,9
- 1,3 - 9,64
+ 2,8
77,66
- 9,59 57,74
+ 0,39 - 12,24
+ 3,61
16,4
- 0,31
12,1
- 1,72 - 3,38
-13,97
1,576
- 10,29
0,618
+ 0,37 + 6,7
+ 0,42 112,9
+ 4,28 94,82
- 0,3 - 20,12
- 5,48 17,88
- 23,26 13,16
+ 0,7 - 4,41
+ 2,88 33,05
- 14,5
25,1
- 2,86 + 8,61
-10,73
0,948
+ 8,61
0,367
- 1,33 + 7,23
-10,39 43,3
+ 7,07 33,55
- 1,02 - 9,87
+ 7,78
9,3
- 3,12
6,94
+ 4,29
- 0,9
0,477
+ 36,88
0,172
- 1,95 - 29,3
-12,86 23,1
- 27,06 15,82
- 3,62 - 30,61
+ 0,58 23,2
- 7,11
12,38
- 2,29 - 16,38
- 3,89 99,05
- 16,14 73,05
- 0,58 - 25,02
- 2,27 16,2
+ 1,27
9,5
- 0,56 - 4,27
- 5,55 82,6
+ 3
59
- 0,85 - 22,38
-13,41 78,5
- 23,95 56,1
+ 0,32 - 17,09
- 8,97
4,798
- 11,46
3,552
- 3,05 - 35
- 0,17
47,8
- 19,97 27,05
- 0,8 - 2,11
+ 0,77 24,28
+ 1,11
20,39
- 0,4 - 1,57
- 5,3 1420
- 5,3 1250
- 0,68 - 6,1
- 4,18 25,35
- 10,45 21,75
- 0,36 - 28,78
+31,86 53,48
- 27,98 25,37
- 0,98 - 0,33
- 7,36
3,611
+180,49
2,697
+ 0,24 + 61,41
+ 3,18
4,1
+ 34,21
1,295
- 0,38 - 16,48
-14,96 28,64
- 18,38 21
- 1,32 + 20,31
- 1,29 383,8
+ 35,1
291,6
- 9,66
- 0,77 7550
- 7,866400
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
CLARANOVA (CLA) g
C 1,037
3061417
393.613.788
A 20,44
416924
FR0000120222
03/05/18 0,84 686.618.477
COFACE (COFA) g
A 8,05
152254
FR0010667147
24/05/18 0,34 157.248.232
COLAS (RE)
A 178,6
407
FR0000121634
30/04/18 8,2 32.654.499
COVIVIO HOTELS (COVH)
A 26,1
328
FR0000060303
11/04/18 1,55 118.057.886
DASSAULT AV. (AM) G
A 1585
4966
FR0000121725
01/06/18 15,3 8.348.703
DASSAULT SYSTÈMES (DSY) R
A 129,2
278561
FR0000130650
29/05/18 0,58 261.541.129
DBV TECHNOLOGIES (DBV) G
B 37,52
115460
FR0010417345
30.006.352
DERICHEBOURG (DBG) g
B 4,56
287930
FR0000053381
13/02/18 0,14 163.878.780
DEVOTEAM (DVT) g
C 113
3745
FR0000073793
14/06/18 0,9 8.332.407
DNXCORP (DNX) g
C 6,76
3050
FR0010436584
10/07/18 0,6 2.834.575
EDENRED (EDEN) G
A 32,5
661636
FR0010908533
14/05/18 0,85 239.266.350
EDF (EDF) LR
A 15,025
EX-DS 7/03/17
3476840
FR0010242511
25/05/18 0,31 3.010.267.676
EIFFAGE (FGR) LR
A 95,6
327988
FR0000130452
22/05/18 2 98.000.000
EKINOPS (EKI) g
3,73
76029
FR0011466069
21.529.161
ELIOR (ELIOR) G
A 13,29
192610
FR0011950732
16/03/18 0,42 172.289.164
ELIS (ELIS) G
A 20,08
258493
FR0012435121
29/05/18 0,37 219.872.942
EOS IMAGING (EOSI)
C 4,635
21814
FR0011191766
22.641.483
ERAMET (ERA) Gg
A 88
112673
FR0000131757
29/05/18 2,3 26.633.660
ERYTECH PHARMA (ERYP) g
B 8,15
67475
FR0011471135
17.940.035
ESI GROUP (ESI) g
C 37,5
1436
FR0004110310
5.955.072
EURAZEO (RF) G
A 67,85
129882
FR0000121121
30/04/18 1,25 78.030.886
EURO RESSOURCES (EUR)
C 3,08
786
FR0000054678
12/06/18 0,15 62.491.281
EUROFINS SCIENTIFIC (ERF) G
A 483,8
47389
FR0000038259
28/06/18 2,04 17.643.914
EUROPCAR GROUPE (EUCAR) G
A 8,185
175870
FR0012789949
29/05/18 0,15 161.030.883
EUTELSAT COM. (ETL) LG
A 20,46
969668
FR0010221234
21/11/17 1,21 232.774.635
EXEL INDUSTRIES (EXE) g
B 96,8
13
FR0004527638
14/02/18 1,58 6.787.900
FAURECIA (EO) G
A 50,56
831164
FR0000121147
01/06/18 1,1 138.035.801
FFP (FFP) g
A 116
3596
FR0000064784
22/05/18 2 25.072.589
FIGEAC AERO (FGA) g
B 14,64
5841
FR0011665280
31.839.473
FIN. ODET (ODET)
A 804
449
FR0000062234
07/06/18 1 6.585.990
FNAC DARTY (FNAC)
A 66,5
28953
FR0011476928
26.792.938
FONCIÈRE DES RÉGIONS (FDR) G A 88,7
122814
FR0000064578
15/05/18 4,5 75.278.579
FONCIÈRE LYONNAISE (FLY)
A 59,6
387
FR0000033409
30/04/18 2,3 46.528.974
FROMAGERIES BEL (FBEL)
A 378
45
FR0000121857
18/05/18 7 6.872.335
FUTUREN (FTRN) g
C 1,13
N/P REGR.
5015
FR0011284991
277.776.587
GECI INTERNATIONAL (GECP) g
C 0,154
319094
FR0000079634
01/10/01 0,1 151.685.385
GECINA (GFC) G
A 144
78127
FR0010040865
12/06/18 2,65 76.162.901
GEMALTO (GTO) L
A 50,04
123997
NL0000400653
22/05/17 0,43 90.920.356
GENFIT (GNFT) G
B 19,61
465931
FR0004163111
31.166.437
GENSIGHT (SIGHT)
C 1,82
34677
FR0013183985
24.766.723
GENTICEL (GTCL) g
1,48
36992
FR0011790542
78.204.326
GETLINK (GET) LR
A 10,975
663384
FR0010533075
22/05/18 0,3 550.000.000
GL EVENTS (GLO) g
B 19,7
19980
FR0000066672
13/06/18 0,65 23.986.230
FR0004026714
CNP ASSURANCES (CNP) GR
3,17
2,01
1,01
1,13
1,65
3,56
1,71
0,93
1,11
3,22
3,92
2,09
2,12
3,5
0,65
1,93
1,24
1,81
4,5
0,97
0,48
2,75
0,53
1,57
2,51
1,28
4,33
1,42
0,93
2,79
OUV
VOL.
NB TITRES
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
1,064
1,092
1,035
20,24
20,44
20,12
7,86
8,05
7,84
178,8
179,6
177,8
26
26,1
26
1558
1596
1546
129,4
129,45
127,9
36,76
37,7
36,2
4,572
4,612
4,488
112,6
114,4
111,2
6,8
6,88
6,66
32,19
32,65
32,14
15,53
15,54
15,025
95,88
96,24
95,26
3,755
3,775
3,675
13,44
13,47
13,18
19,79
20,14
19,74
4,51
4,635
4,5
86,85
88,5
83,8
7,82
8,195
7,8
38,55
38,8
37,5
67,3
67,85
67,1
3,15
3,15
3,08
467,8
483,8
466,6
8,055
8,185
7,945
20,7
20,82
20,4
96,8
96,8
96,8
50,72
50,98
49,04
115,4
116
114,4
14,82
14,96
14,64
794
804
782
65
66,75
64,75
86,6
88,7
86,45
59,6
59,6
59,2
378
378
378
1,13
1,135
1,13
0,153
0,155
0,152
143
144,7
142,8
50,16
50,16
50,04
18,89
19,63
18,4
1,78
1,82
1,765
1,46
1,48
1,442
10,97
11,005
10,88
19,48
19,7
19,32
+ 1,92 +117,14
+27,58
1,223
+105,8
0,491
- 1,56 + 5,12
+ 1,86 21,62
+ 1,96 18,41
- 2,24 - 11,82
- 2,6
10,76
- 14,1
7,5
+ 0,11 - 1,49
+ 5,05 192
- 3,35 167,4
- 0,38 - 9,15
- 3,35 29,9
- 9,97 25,3
- 1,64 + 20,04
- 2,81 1729
+ 13,06 1267
- 0,04 + 46,07
- 7,31 141
+ 48,84 87,52
- 2,65 - 12,26
- 3,72 47,38
- 50,67 28,54
+ 0,04 - 49,82
- 5,03
9,18
- 49,28
4,44
- 1,23 + 50,43
+ 7,85 119
+ 39,1
72,5
+ 0,89 + 8,8
+ 6,25 10
+ 8,45
5,8
- 1,41 + 33,13
- 1,95 35,95
+ 37,18 23,74
+ 3,6 + 49,04
+10,06 15,78
+ 50,41
9,832
- 0,23 + 4,97
- 1,11 101,7
+ 7,9
87
+ 1,49 - 19,76
+17,16
5,49
- 29,15
3,1
+ 1,36 - 21,97
- 0,37 19,71
- 41,77
11,59
- 1,84 - 14,01
- 0,8
23,94
- 13,01
17,94
- 2,8 - 5,65
+ 8,67
5,92
+ 9,2
3,49
- 2,2 - 12,3
+17,84 167,2
+ 46,11
66,75
- 3,16 - 57,73
-15,46 19,57
- 66,85
7,28
+ 2,26 - 17,1
-11,07 48
- 3,43 34,3
- 1,1
- 8,23
+ 2,91 82,286
- 7
63,5
+ 2,27 - 10
- 1,56
3,61
- 11,27
2,95
- 4,02 - 7,84
- 3,82 545,5
- 13,39 382,2
- 1,04 - 21,41
- 2,66 11,78
- 38,56
7,17
+ 1,17 + 7,28
+ 1,47 21,64
- 17,38 15,275
- 16,55
- 6,92 125,5
- 8,68 87,8
- 0,31 - 22,12
- 3,9
76,98
- 14,19 49,04
- 0,86 + 15,05
+ 1,94 120,4
+ 9,9
94,5
- 0,14 - 21,55
+ 1,51
19,5
- 26,52 13,14
- 1,24 - 19,47
- 8,74 1090
- 14,99 782
- 2,62 - 35,45
-10,59 106,6
- 20,43 64,75
- 2,26 - 8,34
- 3,83 97,3
- 0,98 84,6
+ 9,14
-1
63,4
+ 6,52 54,4
- 0,53 - 22,85
-12,5 565
- 26,6 378
1,14
1,125
- 0,65 + 70
-10,53
0,32
- 4,38
0,09
- 1,31 - 7,08
- 3,31 161,9
+ 4
137,3
+ 0,2 + 1,33
+ 0,28 50,38
+ 33,4
49,1
- 4,4 - 21,03
-19,75 28,28
- 24,83 18,4
- 2,47 - 71,2
-19,09
7,68
- 64,75
1,765
- 1,35 - 12,05
-11,41
2,08
- 3,95
1,41
- 0,09 + 2,33
+ 1,11
12,49
+ 7,55 10,11
- 1,12 - 18,06
-16,35 27,072
- 28,45 19,213
4,15
4,33
4,59
0,98
0,45
3,06
0,8
20,59
1,93
0,97
2,09
3,13
1,87
2,65
1,86
4,76
0,51
1,89
5,85
1,63
2,17
1,73
0,13
1,85
4,21
11,90
2,74
3,34
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
OST
VOL.
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
GROUPE CRIT (CEN) g
B 68,6
8941
FR0000036675
27/06/18 4,4 11.250.000
GROUPE FLO (FLO) g
C 0,26
EX D S 13/06/17
1416
FR0004076891
08/07/14 0,06 765.157.113
GROUPE GORGÉ (GOE) g
B 12,94
4861
FR0000062671
19/06/18 0,32 13.502.843
GROUPE LDLC (LDL) g
C 16,22
NOM.
5954
FR0000075442
06/10/16 0,5 6.322.106
GROUPE PARTOUCHE (PARP)
22,8
REGR.
4596
FR0012612646
11/09/17 0,31 9.627.034
GTT (GTT) Gg
A 66,95
65612
26/09/18 1,33 37.028.800
FR0011726835
HAULOTTE GROUP (PIG)
B 11,66
11017
FR0000066755
10/07/18 0,22 31.371.274
HIGH CO (HCO) g
C 5,18
37255
FR0000054231
01/06/18 0,14 22.421.332
HUBWOO (HBW) g
C
FR0004052561
ICADE (ICAD) G
CLOT
+ HAUT
+ BAS
69
69,5
68,5
0,254
0,26
0,254
13,1
13,14
12,84
16,26
16,5
16,08
22,4
22,8
21,8
67,15
67,4
65,9
11,72
11,76
11,6
5,07
5,2
5,07
136.345.527
A 79,8
78,55
58504
79,8
FR0000035081
02/05/18 4,3 74.535.741
78,3
ID LOGISTIC (IDL) g
B 154,4
154,4
1043
155
FR0010929125
5.628.475
154
ILIAD (ILD) G
A 108,85
106
266006
109
FR0004035913
20/06/18 0,68 58.975.840
104,8
IMERYS (NK) G
A 62,15
62,8
104269
63,45
FR0000120859
11/05/18 2,08 79.604.285
62
INGENICO GROUP (ING) LR
A 65,52
65,24
289482
65,54
FR0000125346
23/05/18 1,6 63.144.527
64,86
INNATE PHARMA (IPH) g
B 4,7
4,76
120295
4,798
FR0010331421
57.600.100
4,7
INSIDE SECURE (INSD)
C 2,6
2,58
52165
2,61
FR0010291245
44.119.162
2,56
INTER PARFUMS (ITP) g
B 44,55
45,3
23212
45,5
FR0004024222
09/05/18 0,67 42.965.628
44,25
IPSEN (IPN) G
A 144,5
144,4
76099
144,7
FR0010259150
04/06/18 1 83.794.128
143
IPSOS (IPS) G
A 26,2
26,02
26446
26,54
FR0000073298
02/07/18 0,87 44.436.235
25,92
JACQUET METAL SERVICE (JCQ) g B 20,65
20,1
27759
20,75
FR0000033904
04/07/18 0,7 24.028.438
20,1
JCDECAUX (DEC) G
A 31,02
30,12
159051
31,06
FR0000077919
22/05/18 0,56 212.757.582
30,04
KAUFMAN & BROAD (KOF)
B 42,22
39,92
35411
42,22
FR0004007813
09/05/18 2,1 21.864.074
39,92
KLEPIERRE (LI) LR
A 30,37
29,8
831324
30,37
FR0000121964
26/04/18 1,96 314.356.063
29,8
KORIAN (KORI)
A 32
31,54
61297
32
FR0010386334
21/06/18 0,6 81.976.425
31,4
LAFARGEHOLCIM (LHN)
A 42,32
42,65
49747
42,95
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
42,32
LAGARDÈRE (MMB) G
A 26,68
26,19
273335
26,68
FR0000130213
07/05/18 1,3 131.133.286
26,14
LATECOERE (LAT) g
C 3,99
3,975
88268
4,02
FR0000032278
29/06/07 0,75 94.744.952
3,94
LE BÉLIER (BELI) g
C 37
36,9
4733
37,25
FR0000072399
29/05/18 1,18 6.582.120
36,65
LNA SANTÉ (LNA) g
B 53,3
53
10181
53,7
FR0004170017
06/07/18 0,32 9.705.937
52,7
LECTRA (LSS)
B 21,9
22,1
9471
22,25
FR0000065484
02/05/18 0,38 31.577.881
21,85
LINEDATA SVICES (LIN) g
B 37
36,9
2401
37,3
FR0004156297
05/07/18 1,35 7.293.356
36,05
LISI (FII) g
A 30,75
30,45
6969
30,8
FR0000050353
02/05/18 0,48 54.114.317
30,45
LUMIBIRD (LBIRD) g
C 13,14
13,44
30535
13,7
FR0000038242
15.884.557
13
M6-MÉTROPOLE TV (MMT) G
A 17,55
17,52
103921
17,69
FR0000053225
16/05/18 0,95 126.414.248
17,35
MAISONS DU MONDE (MDM)
B 25,3
25
92166
25,42
FR0013153541
18/06/18 0,44 45.241.894
24,78
MAISONS FRANCE CONF. (MFC) g B 39,15
39,7
6901
40,05
38,9
FR0004159473
05/06/18 1,7 6.937.593
MANITOU (MTU) g
B 31,05
30,3
11233
31,05
FR0000038606
18/06/18 0,62 39.668.399
30,15
MARIE BRIZARD W & S (MBWS)
B 4,86
4,91
26834
4,91
FR0000060873
27/09/07 0,5 28.336.515
4,86
MAUNA KEA (MKEA)
C 2,8
2,82
42319
2,85
FR0010609263
23.147.338
2,79
MERCIALYS (MERY) g
A 13,9
13,66
138997
13,9
FR0010241638
30/04/18 0,68 92.049.169
13,64
MERSEN (MRN) g
B 30,3
29,75
26063
30,3
FR0000039620
03/07/18 0,75 20.635.491
29,5
METABOLIC EXPLORER (METEX) g C 1,99
2
56824
2,005
FR0004177046
23.261.500
1,97
NANOBIOTIX (NANO) g
B 16,05
15,6
138798
16,06
FR0011341205
19.633.373
15,36
NATIXIS (KN) LR
A 5,692
5,69
5287430
5,716
FR0000120685
28/05/18 0,37 3.150.288.592
5,618
NETGEM (NTG) g
C 1,465
1,45
10405
1,48
FR0004154060
16/05/18 0,1 29.664.667
1,45
NEXANS (NEX) G
A 26,35
26,32
133775
26,71
FR0000044448
22/05/18 0,7 43.991.168
26,23
NEXITY (NXI) G
A 47,72
47,16
120845
47,84
FR0010112524
05/06/18 2,5 56.129.724
46,68
NICOX (COX)
B 6,4
6,215
160396
6,445
FR0013018124
22.869.669
6,2
NRJ GROUP (NRG) g
B 8,2
8,3
20226
8,3
FR0000121691
05/06/18 0,15 78.107.621
8,2
OENEO (SBT) g
B 11,22
11,28
31140
11,32
FR0000052680
31/07/18 0,15 64.103.519
11,2
ONXEO (ONXEO) g
B 1,08
1,066
45041
1,08
FR0010095596
50.914.722
1,053
ORPÉA (ORP) G
A 111,3
109,9
102772
111,35
FR0000184798
13/07/18 1,1 64.586.323
109,35
PARROT (PARRO) g
B 4,8
4,75
7184
4,8
FR0004038263
30.174.671
4,75
PHARMAGEST INT. (PHA)
59,3
59,2
2618
59,3
FR0012882389
02/07/18 0,75 15.174.125
58,5
PIERRE & VACANCES (VAC) g
B 28
26,85
6177
28
FR0000073041
19/03/12 0,7 9.804.565
26,85
PIXIUM VISION (PIX) g
C 1,868
1,834
59112
1,886
FR0011950641
20.813.963
1,814
PLASTIC OMNIUM (POM) G
A 31,8
31,65
237796
31,91
FR0000124570
02/05/18 0,67 149.866.107
31,4
PLASTIVALOIRE (PVL)
B 12,7
12,54
DIV 8 02/05/17
27102
12,88
FR0013252186
05/04/18 0,27 22.125.600
12,4
PSB INDUST. (PSB)
C 50,6
50,2
225
50,6
FR0000060329
25/05/18 1,25 3.675.000
50
RALLYE (RAL)
A 9,955
9,845
61712
9,955
FR0000060618
30/05/18 1 54.999.135
9,77
RECYLEX SA (RX)
C 7,65
7,49
83271
7,65
FR0000120388
04/07/90 0,61 25.747.482
7,25
RÉMY COINTREAU (RCO) G
A 116,5
115,5
101055
117
FR0000130395
31/07/18 1,65 50.949.787
114,9
REXEL (RXL) G
A 12,86
12,735
980999
12,92
FR0010451203
04/07/18 0,42 303.988.899
12,61
ROBERTET SA (CBE)
B
/011018
C.I.P.
FR0000045601
28/06/18 5,2 143.582
ROBERTET SA (CBR)
B
/121016
C.D.V. NOM.
FR0000045619
ROTHSCHILD & CO (ROTH)
A 36,9
37,25
81315
37,55
FR0000031684
22/05/18 0,68 77.462.512
36,6
RUBIS (RUI)
A 47,4
47,9
DIV 2 28/07/17
173001
48,18
FR0013269123
08/06/18 1,5 96.811.004
46,94
SARTORIUS STED. BIO. (DIM)
A 119,5
119,8
DIV 6 10/05/16
86894
119,9
FR0013154002
09/04/18 0,46 92.180.190
118,6
SAVENCIA (BH)
B 65,2
65,6
481
65,6
FR0000120107
14/05/18 1,4 14.032.930
65,2
SCOR (SCR) LR
A 40,57
40,58
422052
40,83
FR0010411983
30/04/18 1,65 191.807.715
40,37
SEB (SK) G
A 147
148,7
54477
148,9
FR0000121709
21/05/18 2 50.169.049
146,9
% VEIL % AN
BPA
% MOIS + HAUT AN PER
% 52 S. + BAS AN RDT
- 5,19
- 2,82 95
- 13,54 66,7
6,38
- 2,12 - 2,31
- 0,78
0,34
- 5,93
0,23
+ 1,24 - 16,4
- 8,01 19,04
- 38,35 12,2
+ 0,37 - 18,66
- 3,67 22,2
- 36,88 15,18
- 2,61 - 33,71
- 9,68 36,5
- 30,24 21,8
1,38
+ 0,37 + 34,03
+14,01 68,2
+ 45,99 47,06
1,98
- 27,34
- 0,68 19,68
- 26,57
11,5
1,88
- 0,98 + 3,47
-12,59
6
+ 4,75
4,3
2,76
+ 5
- 3,45
0,204
+ 5
0,155
- 1,57 - 4,13
- 6,54 88,65
+ 3,93 76,25
+ 0,13 + 14,2
+ 1,18 156,6
+ 2,04 120
- 2,71 - 46,93
- 4,76 214,4
- 53,05 102,2
0,64
+ 0,72 - 20,04
+ 1,45 87,8
- 17,57 58,55
3,3
- 0,91 - 26,7
+ 7,76 94,34
- 18,97 55,8
2,3
+ 0,38 + 0,21
+ 0,38
6,995
- 54,62
4,41
- 0,77 - 12,24
- 1,53
3,12
- 8,83
2,215
+ 1,68 + 44,23
+13,53 45,5
+ 45,28 30,727
1,48
- 0,41 + 45,02
- 5,71 155,95
+ 28,07 99
0,69
- 1,14 - 15,24
- 4,69 34,5
- 9,45 25,6
3,34
- 2,66 - 26,91
-20,08 32,9
- 29,1
20,1
3,48
- 3,52 - 10,37
+ 6,13 36,9
- 5,61 25,46
1,86
- 5,45 + 0,73
-11,88 47,26
- 0,2
38,9
4,63
- 1,94 - 18,72
- 3,56 38,58
- 9,15 29,8
- 1,68 + 7,11
+ 8,16 34
+ 12,18 22,84
1,9
+ 0,4 - 9,33
4
+ 1,28 51,1
- 12,57 39,31
- 1,73 - 2,02
+ 3,11
27,17
- 7,29 21,99
4,96
+ 0,25 - 30,39
- 3,99
6
- 29,65
3,695
- 0,94 - 26,21
-20,13 66,3
- 12,66 36,65
3,2
- 0,56 - 10,02
- 7,99 60
- 7,02 50,5
0,44
+ 0,23 - 12,13
- 2,86 26,3
- 19,23 17,82
1,72
- 0,27 - 6,13
+ 3,94 39,45
- 10
30,25
3,66
- 1,14 - 24,06
-13,98 41,75
- 34,2
29
1,58
+ 0,15 + 90,64
-18,55 17,96
+ 85,38
6,8
- 0,17 - 18,64
+ 2,88 24,34
- 11,18
16,65
5,42
- 0,87 - 33,77
- 0,87 38,58
- 34,01 23,54
1,76
+ 2,32 - 33,76
-14,72 63,9
- 31,31 37,7
4,28
- 2,42 - 0,66
- 2,88 37,95
- 5,61 28,65
2,05
+ 0,31 - 60,97
-20,55 13
- 64,63
4,695
+ 0,71 - 40,51
- 2,76
5,41
+ 6,82
2,48
- 1,66 - 25,94
- 7,01 18,75
- 19,65 13,29
- 2,14 - 20,33
-11,59 41,9
- 5,1
29,5
2,52
- 0,99 - 12,28
+ 0,2
2,52
- 13,79
1,9
- 2,26 + 5,19
-11,66 18,87
- 9,25
8,295
- 0,59 - 13,74
- 1,04
7,45
- 15,6
5,618
6,5
- 1,36 - 40,08
-20,77
2,9
- 40,82
1,4
34,48
- 0,94 - 48,5
- 4,29 52,26
- 48,22 23,56
2,66
- 1,34 - 4,96
-10,26 56,6
- 7,69 45,28
5,3
- 3,04 - 38,71
-20,22 10,95
- 35,29
6,2
+ 2,22 - 8,99
- 5,68
9,24
- 25,49
7,6
1,81
+ 0,54 + 10,05
+11,46 11,4
+ 17,38
9,5
1,24
- 0,84 - 1,3
- 8,89
2,49
- 41,1
1,04
- 1,26 + 11,8
- 5,67 125,2
+ 7,22 87,5
1
- 1,04 - 46,15
+ 0,64
9,56
- 52,5
4,04
- 0,17 + 34,7
- 6,33 65,8
+ 18,49 44,05
1,1
- 4,11 - 41,41
-12,11
45,65
- 40,64 26
- 1,82 - 28,05
- 3,78
4,085
- 36,02
1,6
- 1,13 - 16,48
- 7,24 42,21
- 12,46 31,4
1,55
- 2,79 - 32,94
-12,18 20,45
- 42,02 12,1
15,95
+ 12,83
- 1,57 53
- 2,43 44,2
2,49
- 1,4 - 33,61
+10,37 16,32
- 37,57
8,565 10,16
- 0,6 - 42,52
+ 6,92 15,35
- 18,85
5,725
- 1,11
- 4,31 131,3
+ 13,4
99,05
1,43
- 1,62 - 15,77
- 6,01
15,58
- 12,02
11,82
3,3
+ 33,33
- 4,76 477
+ 32,89 330
1,15
+ 1,64 + 21,99
+11,86 37,55
+ 21,61 28,25
+ 1,48 - 18,79
- 6,08 65,6
- 10,82 43,12
+ 0,34 + 98,71
+ 9,71 120
+101,51 59,75
- 18,73
-10,38 90,8
- 19,01 65
- 0,37 + 20,97
+16,24 40,97
+ 13,59 30,84
+ 1,16 - 3,72
- 7,41 175,9
- 6,06 142,7
1,83
3,13
0,35
2,44
4,07
1,16
SRD Suite
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
OST
VOL.
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
SEQUANA (SEQ)
C 0,36
279556
FR0011352590
65.183.351
SES-IMAGOTAG (SESL) g
B 29,45
22812
FR0010282822
25/06/12 0,5 14.376.762
SHOWROOMPRIVÉ (SRP) g
B 5,64
47145
FR0013006558
32.804.103
SIPH (SIPH) g
B 82,1
200
FR0000036857
14/06/18 0,79 5.060.790
SOITEC (SOI) G
B 61,2
EX-DS 13/05/16 REGR.1P20
130566
FR0013227113
30.311.510
SOLOCAL GPE (LOCAL) g
B 0,997
REGR.
831363
FR0012938884
582.684.440
SOMFY (SO)
A 76
6487
FR0013199916
01/06/18 1,3 37.000.000
SOPRA STERIA GP (SOP)
A 139,5
42297
FR0000050809
03/07/18 2,4 20.547.701
SPIE (SPIE) G
A 17,04
311782
FR0012757854
26/09/18 0,17 150.000.000
SQLI (SQI)
25,35
6099
FR0011289040
21/07/17 0,88 4.425.786
ST DUPONT (DPT) g
C 0,151
1265
FR0000054199
16/09/14 0 524.279.556
STEF (STF) g
B 91
2744
FR0000064271
04/05/18 2,45 13.165.649
STENTYS (STNT) g
C 1,154
16979
FR0010949404
26.824.657
SUEZ ENVIRONNEMENT (SEV) LR A 12,4
1936844
FR0010613471
22/05/18 0,65 621.362.579
SUPERSONIC IM. (SSI) g
C 1,746
56106
FR0010526814
23.209.127
SWORD GROUP (SWP) g
B 36,4
3608
FR0004180578
03/05/18 1,02 9.544.965
SYNERGIE (SDG) g
B 31,75
30288
FR0000032658
20/06/18 0,8 24.362.000
TARKETT (TKTT) G
A 21,68
95874
FR0004188670
03/07/18 0,6 63.722.696
TECHNICOLOR (TCH) G
A 1,02
2748115
FR0010918292
21/06/17 0,06 414.461.178
TELEPERFORMANCE (RCF) G
A 164
130127
FR0000051807
25/04/18 1,85 57.780.000
TERREIS (TER)
B 43,1
648
FR0010407049
15/05/18 0,41 25.327.454
TF1 (TFI) G
A 9,2
153161
FR0000054900
30/04/18 0,35 209.895.340
THALES (HO) LR
A 122
304023
FR0000121329
30/05/18 1,3 213.079.909
THERMADOR GROUPE (THEP)
B 52
2799
FR0013333432
9.109.752
TIKEHAU CAPITAL (TKO)
A 25,8
EX D S 03/07/17
16641
FR0013230612
30/05/18 1 103.146.248
TOUAX (TOUP) g
C 7,72
1507
FR0000033003
30/12/14 0,5 7.011.547
TRANSGÈNE (TNG)
B 3,02
31733
FR0005175080
62.275.923
TRIGANO (TRI) g
B 100
58455
FR0005691656
11/01/18 1,3 19.336.269
UBISOFT ENTERTAINMENT (UBI) LRA 96,62
558229
FR0000054470
112.593.629
VALLOUREC (VK) G
A 5,214
1968643
FR0000120354
04/06/15 0,81 457.987.760
VALNEVA (VLA) g
B 3,75
72291
FR0004056851
78.773.618
VICAT (VCT) G
A 51,95
15706
FR0000031775
20/04/18 1,5 44.900.000
VILMORIN & CIE (RIN) G
A 61
12491
FR0000052516
13/12/17 1,6 20.833.902
VIRBAC (VIRP) g
A 144,8
18109
FR0000031577
26/06/15 1,9 8.458.000
VRANKEN-POMMERY M. (VRAP)
B 24,2
629
FR0000062796
06/07/18 0,8 8.937.085
WAVESTONE (WAVE)
B 36,3
5942
FR0013357621
20.196.492
WENDEL (MF) G
A 128
59794
FR0000121204
22/05/18 2,65 46.279.301
WORLDLINE (WLN) G
A 55,75
170178
FR0011981968
133.451.173
X-FAB SILICON (XFAB)
A 7,17
166132
BE0974310428
130.781.669
XPO LOGISTICS (XPO) g
A 324
84
FR0000052870
12/07/18 0,8 9.836.241
CLOT
+ HAUT
+ BAS
0,347
0,36
0,346
29,1
29,5
29
5,54
5,64
5,3
82,1
82,1
82,1
62,85
62,85
59,4
0,993
1,008
0,985
74,2
76
73,2
135,8
139,6
135,8
16,63
17,12
16,58
25
25,6
25
0,151
0,151
0,151
93,7
93,9
91
1,152
1,166
1,152
12,54
12,54
12,36
1,75
1,75
1,74
35,7
36,4
35,7
32,45
32,7
31
22,02
22,08
21,6
1,045
1,058
1,016
163,4
164,6
162,5
43,1
43,2
43,1
9,155
9,2
9,105
120,5
122,15
120,5
51
52,2
51
25,7
26,3
25,5
7,68
7,72
7,64
3,025
3,03
2,98
96,15
100
96,1
100
100,45
96,56
5,134
5,25
5,116
3,695
3,76
3,69
51,4
52,2
51,2
60,8
62,3
60,5
146,4
148
142,8
24,2
24,4
24
37,1
37,2
36,2
127,1
128,2
126,6
53,3
56
53,3
7,46
7,46
7,03
320
324
320
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
- 2,12
-25,7
- 64,59
- 0,85
- 2,35
- 1,32
- 1,77
-12,62
- 67,51
+ 0,12
- 2,26
- 4,27
+ 1,7
- 5,84
+ 12,76
- 0,1
- 4,24
- 1,29
- 2,37
- 7,25
- 4,99
- 3
-11,47
- 14,05
- 2,58
+ 1,9
- 28,41
- 1,96
-10,23
- 35,94
- 0,66
- 8,48
- 11,18
+ 0,64
- 5,35
- 0,85
- 1,37
- 7,1
- 24,36
+ 1,29
+ 0,68
- 18,94
+ 1,16
-14,63
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
- 49,71
0,9
0,346
- 2,55
30,95
23,6
- 12,62
11,7
5,3
- 1,74
87,9
80,7
+ 5,72
86,15
54,6
+ 19,64
1,297
0,832
- 9,92
91
73
8,22
- 12,86
187,9
135,3
1,77
- 23,38
22,4
14,6
2,41
- 27,55
39,22
23,9
+ 0,67
0,205
0,137
- 0,76
115
89
2,62
- 24,82
2,011
1,14
- 14,49
14,925
10,58
5,18
- 6,91
2,45
1,508
- 1,65 + 5,5
- 4,29 38,45
+ 0,06 32,5
3,36
+ 3,02 - 26,06
-13,81 54,5
- 27,82 31
2,47
+ 1,29 - 37,05
-12,48 37,34
- 41,93 21,22
2,73
+ 2,35 - 63,59
-11,52
3,328
- 63,78
0,995
- 0,55 + 36,79
- 1,27 171,7
+ 28,46 111
1,13
+ 0,23 + 0,7
+ 2,13 48,2
+ 2,81 39,2
- 0,16 - 25,48
+ 7,08 12,89
- 26,76
8,03
3,82
- 1,55 + 34,07
- 0,7 124,45
+ 25,82 84,3
1,08
- 1,16 - 10,13
-12,37 66,5
- 2,86 49,4
- 0,77 + 17,08
-11,38 29,3
+ 15,77 21,4
3,89
- 0,52 - 34,3
- 5,88 12,4
- 43,74
7,64
+ 1,17 + 6,89
- 2,42
3,46
- 8,05
2,715
- 3,56 - 34,73
-23,75 180
- 26,91 93,25
1,35
+ 3,5 + 55,91
+ 7,92 107,9
+ 69,23 61,6
- 0,7 + 1,97
+ 4,14
6,078
+ 5,86
4,152
- 2,38 + 33,39
- 7,63
4,19
+ 26,54
2,78
- 1,44 - 21,87
- 1,15 70,9
- 19,78 50,7
2,92
- 0,82 - 31,18
+ 1,84 91,9
- 20,21 55,5
2,63
+ 1,67 + 18,54
+10,41 148
+ 17,35 103
+ 2,54
24,8
+ 4,36 22,3
3,31
+ 2,35 - 11,56
-11,67 42,75
- 11,67 35,4
- 0,94 - 11,98
- 0,39 152,6
- 8,13 111,7
2,09
- 4,31 + 31,05
+ 1,72 57
+ 44,88 39,74
+ 8,12 - 22,32
-10,66 11
- 4,6
6,42
- 1,24 + 24,27
+ 3,23 324
+ 40,35 242
0,25
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
GEMALTO (GTO) L
NL0000400653
NOKIA (NOKIA) R
FI0009000681
SES (SESG) LR
LU0088087324
A 50,04
123997
22/05/17 0,43 90.920.356
A 4,795
508895
31/05/18 0,13 5.839.404.303
19,24
1151049
23/04/18 0,68 359.506.172
50,16
+ 0,2 + 1,33
50,16
+ 0,28 50,38
50,04 + 33,4
49,1
4,754 - 1,51 + 22,09
4,801
- 0,56
5,386
4,705 - 6,89
3,845
19,26
- 0,54 + 48,04
19,415
+11,46 19,59
19,095 + 2,91 10,55
4,21
11,90
0,3
16,06
4
4,15
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
GENERAL ELECTRIC (GNE)
10,72
23452
USD 14/09/18 0,08 8.691.081.000
7,601
26201
GB0005405286
USD 16/08/18 0,1 19.926.963.019
LAFARGEHOLCIM LTD (LHN)
A 42,32
49747
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
SCHLUMBERGER (SLB)
A 53,4
5324
AN8068571086
USD 04/09/18 0,5 1.434.212.164
STALLERGENES GREER (STAGR) A 31
2733
GB00BZ21RF93
19.738.742
US3696041033
HSBC (HSB)
10,4
10,74
10,24
7,48
7,601
7,476
42,65
42,95
42,32
54
54
52,8
31
31,45
30,65
- 2,99
- 6,81
- 50
- 2,59
- 0,52
- 10,53
+ 0,4
+ 1,28
- 12,57
+ 0,75
- 1,46
- 7,6
+ 0,81
+ 6,35
- 27,91
- 29,2
16,12
9,3
- 12,41
8,996
7,281
- 9,33
51,1
39,31
- 3,33
65,4
51
- 19,5
41,7
22,6
1,29
52,19
4
3,45
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
34 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
euronext//taux&changes//matières premières
EURONEXT HORS SRD
ISIN
FR0013341781
FR0000076887
FR0013185857
FR0000076861
BE0974269012
FR0000062978
FR0012821890
FR0004152874
FR0013296746
FR0000053043
FR0000036105
FR0000044612
FR0000062804
FR0000053837
FR0000039216
FR0011051598
FR0013258589
FR0010481960
FR0012185536
FR0000076952
FR0011992700
FR0004042083
FR0000061780
FR0013183589
FR0011800218
FR0000064123
MC0000031187
FR0013258399
FR0000062788
FR0000035370
FR0000062150
FR0011592104
FR0004548873
FR0000074254
FR0000078958
FR0010151589
FR0012969095
FR0000064156
FR0000072894
FR0000064446
FR0010193979
FR0000078339
FR0000053506
FR0010309096
FR0012633360
FR0012616852
FR0000037475
FR0000060907
FR0000054322
FR0000060824
FR0000053399
FR0013335742
FR0004031763
FR0000065393
FR0000044323
FR0000185506
FR0010483768
FR0000045213
FR0010461053
FR0000045239
FR0000045551
FR0000185514
FR0000044364
FR0000045528
FR0000045346
FR0000045544
FR0000045304
FR0000050395
FR0007317813
FR0011026749
FR0000036774
FR0010879056
FR0013283108
FR0000035784
FR0012202497
FR0000065260
FR0000052839
FR0010099515
FR0000072373
FR0000031023
FR0012650166
FR0004030708
FR0000120669
FR0000061475
FR0000075343
FR0010490920
FR0000064164
FR0000037343
FR0000039026
FR0000062341
FR0000062507
FR0000038184
FR0000063034
FR0011271600
FR0000062101
FR0000061418
FR0000060535
FR0000076986
FR0000035123
FR0000074759
FR0000065930
FR0000064362
FR0000038499
FR0010341032
FR0011277391
FR0000063265
FR0000053944
FR0013030152
FR0010588079
FR0000031973
FR0000030611
FR0000034894
FR0000053035
FR0010501692
FR0011799907
FR0000061459
FR0004038099
FR0000065971
FR0000124232
FR0004010338
FR0004050300
FR0010214064
FR0004155000
FR0000032526
FR0000066722
FR0004035061
FR0000038531
FR0012821916
FR0000065278
FR0000051393
FR0000030827
FR0000033243
FR0000036980
FR0000066219
FR0000071797
FR0000064297
FR0000060451
FR0000064958
FR0013233012
FR0000072597
FR0004026151
FR0000073843
FR0012872141
FR0004029411
FR0000039638
FR0000066607
FR0000035263
FR0004027068
FR0006864484
FR0000075673
FR0000121295
FR0004165801
FR0004023208
FR0000033599
FR0000121352
FR0000030074
FR0000032302
FR0000051070
FR0011742329
FR0000061244
ACTIONS
FRANÇAISES
VALEUR
OUV
+HT +BS
CLÔT ÉCART VOL
2CRSI
C 9,5
9,54
9,12
9,3 - 2,11
12060
A.S.T. GROUPEg
C 10,94 10,94 10,1
10,14 - 5,76
14847
ABEO
C 34
34
33,7
33,8 - 0,59
372
ACTEOSg
C 2,01
2,02
2
2 + 0,25
967
AD CAPITAL
0,092
ADL PARTNERg
C 15,1
15,6
15,1
15,25 + 2,69
12682
ADUX (EX:HI MEDIA) C 3,45 3,45
3,4
3,42 - 0,87
3616
ADVENISg
C 1,72
1,89
1,72
1,88 + 6,52
12903
ADVICENNE
C 12,54 12,54 12,54
12,54
1
ADVINI
C 31,8
31,8
31,8
31,8 - 0,63
160
AFFINE REg
C 15,46 15,58
15,3
15,54 - 0,26
6772
AFONE PART.
C 11,3
11,5
10,9
11,1 - 1,77
466
ALPHA MOS
C 0,4
0,405 0,4
0,405- 2,41
4996
ALTAMIRg
B 15,24 15,28
15
15
- 1,58
12130
ALTAREIT
B520
520
520
520
+ 0,97
3
C 4,12
4,2
3,85
3,86 - 5,85
37477
AMOEBAg
ANTALIS
B 1,198 1,21
1,19
1,204- 0,82
13998
B 46,8
47
46,5
46,7 - 0,43
1365
ARGANg
ARTEA
C
12,1
ARTOIS
A6600 6600 6600
6600
- 2,94
1
ATEME
C 11,7
12,12
11,6
11,62 - 0,68
21573
B
39,32 + 0,13
AU FEMININg
AUGROS CP
C 8,6
8,6
8,6
8,6
50
AURES TECH.
C 42,1
42,1
40,6
40,65 - 3,21
3682
AWOXg
1,63
1,63
1,61
1,61 - 1,23
5831
BACCARAT
B222
222
222
222
14
BAINS MONACO
B 56,4
57
56
56,8 + 1,07
1138
BALYO
C 2,665 2,665 2,6
2,6 - 1,52
19521
BARBARA BUI
C
7,05
BASTIDE
C 37,05 37,35 36,55
36,65 - 1,87
4224
BLEECKER
C
89
BLUE SOLUTIONSg
16,35 16,4
16,35
16,4
2493
BOURBONGg
A 5,37
5,46
5,31
5,34 - 0,37
38924
BOURSE DIRECT
C 1,4
1,4
1,4
1,4 + 1,45
500
C 7,72
7,88
7,72
7,88 + 0,77
11321
BUSINESS ET DEC.g
CAFOM
C 7,1
7,1
7,05
7,05
2393
CAPELLI
40,4 40,9
40,3
40,3 - 1,71
528
CARP.DE PARTIC.
C
57,5
CASTg
C 3,83
3,83
3,76
3,83
19623
CATERING INTER.g
B 14,15 14,2
13,95
14,15
3351
CBO TERRITORIAg
C 3,9
3,92
3,87
3,87 - 0,77
11282
CCA INTERN.
C
4,99
CEGEDIMg
B 27,8
27,8
26,6
27,1 - 1,81
3926
CEGEREALg
B 37,4
37,6
37
37,2 - 0,54
79
CELLNOVOg
C 2,75
2,775 2,7
2,7 - 2,88
33401
CERENISg
B 1,856 1,856 1,816
1,832 - 1,29
7206
CFI
C
1,82
CHAUSSERIA SA
C
0,001
CIBOX INTER.g
C 0,191 0,191
0,184
0,186 - 2,62 405653
CLAYEUXg
C
0,29
CNIMg
B 103,5 103,5 102
102,5 - 0,97
94
COGELEC
C 10
10,098 9,272
9,3 - 7
8648
COHERISg
C 2,07 2,07
2,07
2,07
623
COURTOIS
C144
144
144
144
1
CR ALPES PROV.
C106,7 107,38 106,7
107
- 0,35
493
CR ATL. VENDÉE
C 125,5 126,5
125,5
126,5 + 0,8
588
CR BRIE PICARD.
B 23,995 24
23,635 23,68 - 1,33
10769
CR ILLE VILAINE
C 96,99 97,25 96,51
97 + 0,01
196
CR LANGUEDOC
C 71,69 71,7
70,9
71,7 + 0,01
10031
CR LOIRE HTE-LOIRE C 85,5 85,6
85,5
85,6 + 0,12
16
CR MORBIHAN
C 81,59 81,59
81
81
+ 0,99
54
CR NORD FRANCE
B 21,1
21,1
20,9
21,1
4444
CR NORM. SEINE
C 128,08 128,38 127,52
127,54 - 0,44
301
CR PARIS IDF
B 87,3
87,35 87,3
87,3 - 0,11
323
CR RHÔNE-ALPES
C188,34 189,9 188,34 189,12 + 0,49
546
CR TOULOUSE
C108,9 109
108,74 109 + 0,09
129
CR TOUR. POITOU
C102,42 103,6 102,42 103,6 + 1,29
84
4,06
CROSSWOOD
C
CS-COM. ET SYST.g
C 5,4
5,46
5,38
5,42 + 0,37
1126
DALETg
C 13,7
13,9
13,6
13,6 + 0,74
123
DANE-ELEC MEMORYg C
0,56
DEINOVE
2,65 2,74
2,55
2,66 + 9,02
318811
DELTA PLUS GROUP B 48
48
47,4
47,4 - 1,25
325
DIGIGRAM
C 0,785 0,785 0,785
0,785+ 12,14
770
DMS
C 0,9
0,9
0,862
0,9 + 5,88
18517
DOCKS PÉTROLES A C510
510
490
490
- 3,92
19
C 59,6 59,6
59,6
59,6 - 2,61
11
DOM SECURITYg
ECAg
C 14,4
14,45 14,4
14,45 + 0,35
101
EGIDEg
C 2,12
2,14
2,05
2,13 + 0,47
17548
ELECT. STRASBOURG B 114,5 114,5
110
112
- 1,32
437
ELECTRO POWERg
C 11,85 12,2
11,85
11,95 + 1,7
17672
ENCRES DUBUITg
C 5,6
5,6
5,52
5,52 - 1,78
246
ESSOg
B 42,5 43,05 42,4
42,6 + 0,24
3244
EURASIA FONC INV
C
0,25
EUROMEDIS GROUPEg C 6,85 6,85
6,85
6,85
1
EUROPACORPg
C 1,6
1,6
1,56
1,565 - 2,19
56740
EXACOMPTA CLAIREF. C120
120
120
120
- 2,44
125
860
EXPL. PROD. CHIM.
C
EXPL. PROD. CHIM.
C865 865
865
865
- 1,14
1
F.I.E.B.M.
C 5,9
5,9
5,9
5,9 + 0,86
248
F.I.E.B.M.
C
118
F.I.P.P.
C 0,339 0,339 0,323
0,339 - 2,02
6819
FAUVET-GIREL g
C
32,2
FERMENTALGg
3,47
3,47
3,44
3,47
25492
FERMIÈRE CANNES
B
1590
FIDUCIAL OFFICE
C 28,6
28,6
28,6
28,6
1
FIDUCIAL RE
B190
190
190
190
10
FIN. MONCEY
A
6800
FINATIS
B 42,6 42,6
42,2
42,2 - 1,4
130
FLEURY MICHON
B 54,4 54,6
54,2
54,2 - 0,37
169
FONCIÈRE 7 INV.
C 2,14
2,14
2,14
2,14 + 8,08
1
FONCIÈRE ATLAND
C 114
116
113
113
- 1,74
201
FONCIÈRE EURIS
B 29,8 30
29,8
30 + 0,67
361
FONCIÈRE INEA
B 39,9 39,9
39,6
39,6 - 1
90
FONCIÈRE PARIS NORD C 0,037 0,037 0,037
0,037- 2,12
5200
FONCIÈRE R-PARIS
C
34,97
4,16
FONCIÈRE VOLTA
C
FRANÇAISE ENERGIE C 13,95 13,95
13,7
13,85 + 0,36
748
FREY
B 28,4 28,4
28,2
28,2
47
FSDV
C
48,6
GALIMMO
C 24,4 24,4
24,4
24,4
1
GAUMONT
B 136
139,5
135,5
135,5
334
GEA
C 95
95
95
95
15
GENERIXg
C 3,29 3,29
3,21
3,29 - 0,3
5115
GENOMIC VISIONg
1,098 1,15
1,056
1,072- 0,19 433971
GÉRARD PERRIER
C 55,4 56
54
54
- 2,17
463
GFI INFORMATIQUEg B 10,5
10,5
10,45
10,45
4146
GRAINES VOLTZ
C 39,4 39,4
39
39
35
GROUPE IRD
C 26,4 26,4
26,4
26,4
1
GROUPE JAJ
C
1,78
GROUPE OPENg
C 23,75 24,5
22,8
24,1 + 1,47
50488
GROUPE PIZZORNO
C 18,2
18,25
18,2
18,25 - 0,27
449
GROUPE SFPIg
C 3,12
3,12
3,08
3,08 - 1,28
12362
GUERBETg
64,6
65,2 + 0,31
B 64,8 65,2
4251
GUILLEMOT CORP.g
C 4,71
4,8
4,66
4,7 - 0,21
15867
GUY DEGRENNE
C 0,19
0,19
0,19
0,19
1
HF COMPANYg
C 6,9
7
6,84
6,86 - 2,28
4114
HIPAY GROUP
C 13,5
13,55
13,25
13,55
98
HOPSCOTCH GROUPEg C 7,4
7,4
7,4
7,4
65
IDI
B 43,9 44,1
43,9
43,9
216
IGE + XAOg
C 139
139
138
138
- 0,72
5061
IMMO. DASSAULT
B 52,6 52,8
52,2
52,8 + 0,38
25
IMMO. HÔTELIÈRE
C
1,04
IND. FIN. ENT.
C
62,5
INFOTELg
C 40,25 41,3
40,25
41
+ 1,86
13333
INNELEC MULT.g
C 5,46 5,54
5,44
5,52 + 1,47
2609
INSTALLUX SA
C
360
INTEXA
C
2,36
INVENTIVA
B 7,62
7,62
7,5
7,54 - 0,79
7539
IT LINKg
C 6,98
7,08
6,9
7,06 + 1,15
2640
ITESOFTg
C 3,9
3,94
3,82
3,94 + 1,03
3198
ITS GROUPg
C 6,22 6,22
6,08
6,2
582
JACQUES BOGART
C 6,02 6,02
5,4
5,4 - 11,48
17510
KEYRUSg
C 5,5
5,58
5,24
5,28 - 4
28603
57
LA FONCIÈREVERTE C
LACROIX SA
C 23,4 23,9
23,4
23,5 + 0,43
381
LAFUMA
C
25
LANSON-BCC
B 32
32
32
32
1
LAURENT-PERRIER
B 105,5 106
104
106 + 0,47
1470
LE TANNEURg
C
2,42
LEBON
C 147
148,5 146,5
148,5 + 1,02
247
LES HÔTELS DE PARIS C 2,4
2,4
2,4
2,4 - 0,83
1000
LES NX CONSTR.
B 47,4 48,5
47,1
48,1 - 0,41
1199
LEXIBOOKg
C 1
1,015 0,984
1,015 - 0,49
6971
LOCINDUS
B 24,9 25
24,9
24,9 + 0,4
632
MALTERIES FR-B
C
505
MANUTAN INTER.g
B 72,6
72,6
71,2
71,2 - 1,39
206
MAUREL & PROMG
A 5,6
5,64
5,56
5,6 + 1,08 63555
MCPHY ENERGYg
6
6,18
5,95
6,08 + 1,33
11400
MECELEC
C 1,63
1,73
1,63
1,72 - 1,43
319
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
ISIN
FR0000052623
FR0000064404
FR0010298620
FR0000077570
FR0011584549
FR0000064180
FR0004034320
FR0000060196
FR0000037970
FR0011341205
FR0013018041
FR0000120560
FR0004050250
FR0012789386
FR0010298901
FR0010428771
FR0000075392
FR0013190410
FR0010609206
FR0013318813
FR0010263202
FR0000038465
FR0011027135
FR0000053514
FR0000066441
FR0012432516
FR0000060832
FR0004044600
FR0012613610
FR0010380626
FR0010211615
FR0000044471
FR0000075954
FR0000039091
FR0013344173
FR0000060071
FR0000060121
FR0006239109
FR0000039109
FR0004175842
FR0011950682
FR0000060790
FR0000074122
FR0013214145
FR0004016699
FR0010209809
FR0000072563
FR0000078321
FR0000038804
FR0000075517
FR0000065864
FR0000131732
VALEUR
OUV
+HT
MEDASYSg
C 0,36 0,36
MÉDIA 6
C 13,85 13,85
MEMSCAPg
C 2,04 2,04
MICROPOLEg
C 1,385 1,39
MNDg
2
2
MOUL. STRASBOURG C
MR BRICOLAGE SA
B 10,6
10,6
MRM
C 1,49
1,5
MUSÉE GRÉVIN
C 72,5
72,5
B 16,05 16,06
NANOBIOTIXg
NAVYA
B 5,589 5,589
NEOPOSTG
A 26,4 26,42
NEURONESg
B 22,8 22,8
NEXTSTAGE
C100
100
OFFICIIS PROPERTIESg C 1,44
1,44
OL GROUPEg
C 2,71
2,72
ORAPIg
C 6,9
6,9
ORCHESTRA-PRE.
C 1,025 1,045
OREGE
3,37
3,37
PARAGON ID
C 26,65 26,65
PAREFg
C
PASSAT
C 3,98 4,28
PATRIMOINE & COM
B 18
18
PCAS g
C 15,2
15,2
POUJOULAT
C 38
38
POXELg
C 6,44 6,46
PRECIA g
C
PRISMAFLEXg
C 18,55 18,55
PRODWAYS GROUP
B 4,075 4,075
PROLOGUEg
C 0,639 0,639
QUOTIUM TECH.
C
RAMSAY GDS
B 18,4
19,2
RIBERg
C 2,96 2,965
ROBERTET SA
B560 566
ROCHE BOBOIS
B 21,2
21,2
S.A.M.S.E.
B 143
143
SABETON
C 24,8 24,8
SCBSMg
C 6,9
6,9
B 27
27
SÉCHÉ ENV.g
SELECTIRENTE
C
SERGEFERRARI GROUP C 9,06 9,06
SIGNAUX GIROD
C 16,4
16,4
SII
C 26,6 26,8
SMCP
A 23,865 23,865
SMTPCg
B 19,1
19,62
SOC. FR. CASINOS
C
SODIFRANCE
C 18,2
18,2
SODITECH ING.
C
SOFIBUS
C
SOFT COMPUTINGg C 16,7
16,7
C 30,2 30,3
SOGECLAIRg
SPIR COM.
C 2,82 2,82
+BS
0,35
13,8
2
1,36
1,918
CLÔT ÉCART VOL
0,359
17327
13,8
73
2,03 + 1,5
6536
1,375 - 1,08
8373
1,954- 2,3
107686
645
10,6
10,6
1,49
1,5 + 0,67
72,5
72,5 - 2,69
15,36
15,6 - 2,26
5,26
5,3 - 5,34
25,6
25,9 - 2,56
22,5
22,6 - 1,31
100
100
1,44
1,44 - 0,69
2,7
2,7 - 0,74
6,9
6,9 + 0,29
1,015
1,025 - 0,49
3,36
3,37
26
26,35 - 1,31
86
676
50
138798
9930
137125
704
10
1263
11999
201
31106
97
703
84
3,9
17,9
15,2
38
6,32
17,95
4
0,621
4,09 + 2,51
18
15,2
38
6,39 - 1,24
196
- 0,99
18,4 - 0,54
4,005- 1,11
0,629 - 0,32
18310
1050
403
1
69344
88
287
43356
21470
21
18,4
19,2
2,885
2,9 - 2,19
556
558
+ 2,95
20,8
20,8 - 1,89
138
138
- 4,17
24,8
24,8 + 3,33
6,9
6,9
26,6
26,6 - 1,48
192
26201
749
2422
603
270
130
1924
70
9,06
16
26,5
23,25
19,1
9,06
16,3 - 1,21
26,8
23,395 - 2,11
19,18 - 1,64
18,2
18,2
1
4838
1282
45089
4181
2,5
- 1,09
964
0,985
187
15,9
29,9
2,68
16,4 - 2,38
29,9 - 0,99
2,8 - 1,06
769
1713
610
ISIN
FR0000063307
FR0004529147
FR0013295789
FR0004037182
FR0000066482
FR0000060949
FR0000064388
FR0000039240
FR0000036816
FR0010127662
FR0000054215
FR0000034548
FR0000074197
FR0000062465
FR0004186856
FR0000066680
FR0000050049
FR0000035719
FR0000065765
FR0004183960
FR0011995588
FR0004034072
FR0011471291
VALEUR
TAYNINH
TESSIg
TFF GROUP
THERMOCOMPACTg
TIPIAK
TIVOLY
TONNA ELECT.
TOUPARGEL GROUPE
TOUR EIFFEL
TXCELLg
UNIBEL
UNION FIN. FR. BQUE g
UTIg
VERNEUIL PART.
VETOQUINOLg
VIDELIO (EX:IEC)
VIEL ET CIEg
VIKTORIA INVESTg
VISIODENTg
VOLUNTIS
VOLTALIA
XILAM ANIMATIONg
YMAGISg
OUV
+HT
C
B 135,5 136,5
B 43,005 43,9
C
C 79
79
C 36,6 36,6
C
C 3,42
3,42
B 47,8
47,8
2,565 2,57
A
B 27,9
27,9
C 0,608 0,61
C
B 51,6
51,8
C 1,89
1,89
C 5
5,08
C
C
C 10
10,248
B 9,65 9,66
C 43,8 44,4
3,66 3,69
+BS
US4567881085
MA0000011488
US58933Y1055
US7427181091
LU0934195610
US9098831004
CH0008175645
GA0000121459
US91912E1055
BMG9887P1068
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
CLÔT
ÉCART VOL
1,36
134
43
135
- 0,37
43,9 + 2,09
421
939
35,5
79
36,6
79
+ 0,64
36,6
127
1
3,42
47,6
2,56
3,42
5
47,6 - 0,42
1944
2,565+ 0,2 407702
APERAM
BENI STABILI
CELYAD
CNOVA NV
DEXIA
EURONEXT
MAINSTAY MEDICAL
MONTEA CVA
NOKIAR
RENTABILIWEB GPg
ROBECO NV
ROLINCO
A 39,32
C
A
C
A
C
15,2
12,95 12,95
61,5 62,5
72
72,6
12,8
61,5
72
12,9 - 1,15
62,5 + 1,63
72,6 + 0,83
1225
334
112
59,13
19,91
C
A 153
155
12,004 13,3
C
47,8
153
154,5 + 0,33
12,004 13,3 + 2,31
408
430
0,02
0,41
EURONEXT GROWTH (Sélection)
ISIN
FR0010641449
FR0010397760
FR0012788065
FR0012816825
FR0011053636
FR0011648716
FR0010907956
FR0000035818
FR0004166197
FR0000044810
FR0010342329
FR0012819381
FR0013204070
FR0000077562
FR0004153930
FR0010458729
FR0004155687
FR0004032746
FR0004171346
FR0000064529
FR0000061608
FR0004197747
FR0013263878
FR0004155240
FR0004045847
855
27,2
0,512
27,2 - 2,51
0,6 - 1,64
51
1,88
4,98
51
- 0,78
1,88 - 1,05
5,08 + 0,4
10
9,45
41,6
3,61
10,248+ 2,48
9,46 - 1,25
41,75 - 4,9
3,62 - 1,36
1843
14713
2,34
3313
2
1408
4,74
2,3
301
4915
17763
7099
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
LU0569974404
IT0001389631
BE0974260896
NL0010949392
BE0974290224
NL0006294274
IE00BJYS1G50
BE0003853703
FI0009000681
BE0946620946
NL0000289783
NL0000289817
INFOSYS
MAROC TELECOM
MERCK AND CO INC
PROCTER & GAMBLE
RORENTO CDH
RUSAL PLC
TELEVERBIER
TOTAL GABON
VALE SA
ZCI LIMITED
39,7
39,23
21,74 21,8
3,98 4
4,35 4,4
56,45 56,7
21,2
3,98
4,35
55,95
39,53 - 0,25
0,725 - 1,33
21,42 - 2,81
4
4,4 + 0,69
56,65 - 0,18
35788
462
1070
74089
VALEUR
AGROGENERATION
AUPLATA
BIOCORP
BIOPHYTIS
BLOCKCHAIN GROUP
CARBIO
CARMAT
ESKER
EVOLIS
EUROPLASMA
GAUSSIN
GROUPE GUILLIN
GROUPE PAROT
HIOLLE INDUSTRIES
HYBRIGENICS
IMPLANET
MASTRAD
NEOVACS
NEXTEDIA
NSC GROUPE
PISCINES DESJOYAUX
THERADIAG
UMANIS
VERGNET
VOY. DU MONDE
OUV
0,286
0,069
8,68
1,996
0,361
8,35
26,7
65
24,4
0,106
0,252
25,3
7,88
4,86
0,442
0,236
0,288
0,281
0,911
+HT
0,297
0,075
8,9
1,998
0,361
8,35
26,95
65,3
24,5
0,106
0,255
26,1
7,98
4,86
0,442
0,236
0,328
0,281
0,924
+BS
0,28
0,067
8,5
1,708
0,345
8,1
25,8
64,5
24,4
0,103
0,242
25,3
7,76
4,68
0,43
0,224
0,288
0,265
0,905
CLÔT ÉCART VOL
0,28 - 2,1
132177
0,073+ 5,34 6236748
8,9 + 2,3
830
1,82 - 10,78 547349
0,359+ 2,13 238370
8,1 - 3,57
5645
26
- 2,26
8444
65,3 + 0,46
4474
24,5 + 0,41
201
0,103 - 2,65 741522
0,242- 2,02 790215
26 + 2,77
45175
7,76 - 1,52
1770
4,82 - 1,23
2955
0,43 - 1,38
86438
0,228- 3,39 207793
0,328+ 2,82 73093
0,27 - 4,93 941178
0,915 - 1,08
19803
82
13,6
13,6
13,2
13,2 1,345 1,35
1,33
1,34 11,05 11,05
11
11
0,316 0,316 0,305
0,307136,5 140
135
135,5 -
2,94
0,37
2,39
0,73
1419
10991
17146
64010
6217
16
55,4 55,4
54
A 4,795 4,801 4,705
C
40,23 40,23 40,23
42,18 42,18
42,18
54,2 - 1,46
4,754 - 1,51
CERTIFICAT/FONDS
508895
INVESTIR 10 GRANDES VALEURS
INVESTIR PEA PALATINE
8,98
40,23 + 0,08
42,18 + 0,45
INVESTIR 10
I10GS - FR0011630474
FR0013284114
135.37
99.69
-0,62
-0,77
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
CH0008853209
SN0008626971
CM0000035113
US1491231015
SN0000033192
GB0002374006
US5324571083
CI0000053161
CH0308403085
US4282911084
AGTA RECORD
BRAS. OUEST AFR.
BRASS. CAMEROUN
CATERPILLAR INC.
CFOA
DIAGEO
LILLY AND CO
FORESTIÈRE EQ.
GENEUROg
HEXCEL
B 71
71,5
71
C
B
133
133
133
C
31,335 31,335 30,74
C
B 4,16
71,5 + 0,7
51
350
90
133
+ 1,14
1
30,74 + 0,56
92
+ 3,35
1156
3,33
750
4,17
4,14
4,15 - 0,24
1432
53
TAUX ET CHANGES
CHANGES : COURS AU COMPTANT
VAR.
VEILLE
EN %
VAR.
ANNÉE
EN %
DOLLAR US
1,1567
LIVRE STERLING
0,8901
FRANC SUISSE
1,1384
COURONNE DANOISE
7,459
COURONNE NORV.
9,4421
KUNA CROATE
7,43
COURONNE SUEDOISE
10,3898
DOLLAR CANADIEN
1,4819
YEN JAPONAIS
131,505
DOLLAR AUSTRALIEN
1,606
ROUBLE RUSSE
75,5022
ROUPIE INDIENNE
84,352
DOLLAR NEO-ZELANDAIS 1,7506
COURONNE TCHEQUE
25,7944
FORINT HONGROIS
323,23
ZLOTY POLONAIS
4,2934
LEV BULGARE
1,9568
DOLLAR HONG-KONG
9,0592
WON SUD COREEN
1292,48
PESO MEXICAIN
21,6738
REAL
4,541
DOLLAR SINGAPOUR
1,5875
RAND SUD-AFRICAIN
16,5535
LIVRE TURQUE
6,9101
RENMIBI YUAN
7,9397
RUPIAH
17397,2868
PESO PHILIPPIN
62,803
RINGGIT MALAIS
4,7797
BATH THALANDAIS
37,4227
-0,09
0,25
-0,03
0,03
0,04
-0,03
0,31
-0,11
-0,35
0,17
0,34
-0,69
-0,28
0,11
0,04
0,19
0,06
-0,02
0,27
-0,03
-2,38
-0,09
0,56
0,48
-0,17
0,81
-0,28
-0,33
0,14
-3,65
0,32
-2,68
0,16
-4,15
-0,03
5,78
-1,83
-2,87
4,45
9,17
10,03
3,51
0,99
4,01
2,82
0,04
-3,44
0,91
-8,18
14,22
-1,14
11,40
51,72
1,72
6,97
4,63
-2,07
-4,27
PRINCIPAUX TAUX DIRECTEURS
PAYS
TAUX DE RÉFÉRENCE
TAUX EN %
02-10-2018
EUR
EUR
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY
CAD
USD
1
1,1567
0,8901
1,1384
10,3898
7,459
1,3151
1,4819
GBP
0,8645
1,1235
1
1,2994
0,7696
1
0,9842
1,2791
8,9822
11,6756
6,4487
8,3778
1,1369 147,7431
1,2812
1,665
MARCHÉ OBLIGATAIRE
TAUX MARCHÉS MONÉTAIRES ET EURODEVISES
COURS DE CHANGES CROISÉS
COURS
BCE
02-10-2018
1 EURO EN DEVISE
CHF
SEK
DKK
0,8784
1,0161
0,7818
1
9,1278
6,5496
115,515
1,3017
0,0962
0,1113
0,0856
0,1096
1
0,7176
12,654
0,1426
0,1341
0,1551
0,1194
0,1527
1,3935
1
0,1764
19,8739
JPY (100)
CAD
0,7604
0,8796
0,6769
0,8657
0,079
5,6705
1
1,1268
0,6748
0,7805
0,6006
0,7683
7,0124
5,0317
0,8875
1
02-10-2018
MARCHÉS MONÉTAIRES
1 MOIS
3 MOIS
JOUR
6 MOIS
1 AN
ZONE EURO-0,32/-0,62-0,25/-0,55 -0,19/-0,49 -0,16/-0,46 -0,07/-0,37
ECARTS DE TAUX AVEC L’ALLEMAGNE
02-10-2018
6 MOIS
ALLEMAGNE 100,22
PORTUGAL
-0,22
FRANCE
-0,01
ESPAGNE
0,00
ITALIE
-0,36
2 ANS
5 ANS
7 ANS
10 ANS
-0,59
0,58
0,07
0,38
2,21
-0,15
0,93
0,13
0,54
2,64
0,12
1,30
0,21
0,81
2,82
0,40
1,51
0,37
1,06
2,80
EUROMTS
INDICE
FRANCE
1-3 ANS
5-7 ANS
10-15 ANS
PLUS 15 ANS
PLUS 25 ANS
EMTXI-BE
251,32 0.22 248,89 0.76
169,99 0.08 171,84 -0.07
232,13 -0.03 236,20 -1.69
280,40 -0.15 284,90 -1.33
329,91
0.14 327,74 0.53
339,12 0.26 332,52 1.72
230,83 -0.10 234,24 -1.35
VAR %
31/12 VAR %
COURS A TERME DE L’EURO CONTRE LES PRINCIPALES DEVISES
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY (100)
CAD
1,1567
1,1567
0,8899
0,8902
1,1384
1,1385
10,3892
10,3904
7,4577
7,4602
131,4800
131,5300
1,4818
1,4820
-0,0032
-0,0032
0,0015
0,0016
0,0001
-0,0001
0,0371
0,0368
0,0035
0,0048
-0,3795
-0,3817
-0,0020
-0,0024
-0,0095
-0,0095
0,0018
-0,0004
0,0010
0,0007
0,0407
0,0396
0,0067
0,0074
-0,3914
-0,4054
-0,0080
-0,0085
-0,0186
-0,0187
-0,0035
-0,0035
0,0021
0,0017
0,0396
0,0372
0,0101
0,0099
-0,4385
-0,4662
-0,0175
-0,0182
-0,0386
-0,0388
-0,0102
-0,0103
0,0047
0,0037
0,0267
0,0228
0,0180
0,0146
-0,5306
-0,5860
-0,0391
-0,0400
02-10-2018
COMPTANT
ACHAT
VENTE
A 1 MOIS
ACHAT
VENTE
A 3 MOIS
ACHAT
VENTE
A 6 MOIS
ACHAT
VENTE
A 12 MOIS
ACHAT
VENTE
BCE
TAUX PRET MARGINAL 0.25 %
taux repO (refi)
0.00 %
taux DepOt
-0.40 %
ROYAUME UNI TAUX JOUR LE JOUR
0.45 %
taux De base
0.75 %
USA
TAUX JOUR LE JOUR
2.09 %
fOnDs feDeraux
2.25 %
2 ans
2.86 %
10 ans
3.10 %
JAPON
BOJ TOKYO
-0.10 %
taux jOur le jOur
-0.50 %
taux repO (refi)
-0.10 %
10 ans
0.10 %
TAUX BONS DU TRÉSOR
BTF
TAUX
1 MOIS
3 MOIS
6 MOIS
9 MOIS
1 AN
2 ANS
5 ANS
10 ANS
-0,58
-0,56
-0,58
-0,57
-0,54
-0,36
0,17
0,81
INDICES DE RÉFÉRENCE DES EMPRUNTS À TAUX VARIABLES
MOY.
MENS.
AOÛT 16
SEPT. 16
OCT. 16
NOV. 16
DÉC. 16
JANV. 17
FÉV. 17
MARS 17
AVR. 17
MAI 17
JUIN 17
JUIL. 17
AOÛT 17
SEPT. 17
OCT. 17
NOV. 17
DÉC. 17
JANV. 18
FÉV. 18
MARS 18
AVR. 18
MAI 18
JUIN 18
JUIL. 18
AOÛT 18
SEPT. 18
TMM
EURIBOR
1 MOIS
3 MOIS
-0,3398
-0,343
-0,3462
-0,3486
-0,3501
-0,3511
-0,353
-0,3532
-0,3563
-0,3585
-0,3569
-0,359
-0,3561
-0,3573
-0,3589
-0,3513
-0,3411
-0,3614
-0,3649
-0,3628
-0,3648
-0,3628
-0,3614
-0,3636
-0,359
-0,3609
-0,37
-0,371
-0,371
-0,373
-0,373
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,373
-0,373
-0,373
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,369
-0,369
-0,37
-0,371
-0,372
-0,371
-0,37
-0,37
-0,369
-0,371
-0,298
-0,302
-0,309
-0,313
-0,313
-0,325
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,33
-0,33
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,328
-0,328
-0,329
-0,328
-0,329
-0,326
-0,322
-0,321
-0,319
-0,319
TME
0,21
0,25
0,36
0,70
0,80
0,91
1,11
1,10
0,97
0,87
0,71
0,89
0,78
0,77
0,77
0,65
0,62
0,82
0,97
0,85
0,80
0,83
0,83
0,68
0,73
0,79
SOURCE CDC IXIS
TMOR.
PUB. PRIV.
MOY.
EONIA
EURIBOR
TEC
HEBDO
1 MOIS 3 MOIS 10
THE
0,41
0,45
0,56
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
0
0
0
0
0
0
0
0
27-08
28-08
29-08
30-08
31-08
03-09
04-09
05-09
06-09
07-09
10-09
11-09
12-09
13-09
14-09
17-09
18-09
19-09
20-09
21-09
24-09
25-09
26-09
27-09
28-09
01-10
02-10
0,71
0,71
0,71
0,71
0,76
0,76
0,76
0,76
0,76
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,82
0,82
0,82
0,82
0,82
0,82
0,86
0,86
0,41
0,45
0,56
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
1,17
1,05
1,00
1,03
1,03
0,88
0,93
0,99
-0,363
-0,363
-0,363
-0,363
-0,364
-0,342
-0,342
-0,356
-0,353
-0,356
-0,361
-0,361
-0,358
-0,364
-0,371
-0,366
-0,366
-0,366
-0,367
-0,365
-0,367
-0,367
-0,366
-0,367
-0,367
-0,351
-0,351
-0,369
-0,37
-0,371
-0,37
-0,37
-0,369
-0,37
-0,369
-0,369
-0,371
-0,372
-0,371
-0,372
-0,371
-0,372
-0,371
-0,372
-0,372
-0,371
-0,372
-0,371
-0,372
-0,37
-0,369
-0,371
-0,371
-0,371
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,318
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,319
-0,318
-0,318
-0,317
0,68
0,68
0,70
0,71
0,68
0,67
0,68
0,69
0,70
0,69
0,71
0,72
0,70
0,70
0,72
0,74
0,74
0,78
0,77
0,76
0,77
0,82
0,82
0,81
0,81
0,82
0,77
THOR.
PUB.
PRIV.
0,91
0,91
0,91
0,91
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,06
1,06
0,91
0,91
0,91
0,91
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,06
1,06
MATIÈRES PREMIÈRES
MÉTAUX PRÉCIEUX
MÉTAUX NON FERREUX
MÉTAUX STRATÉGIQUES
PARIS
OR (EUROS CPROR/*COURS HEBDO)
02/10
01/10
COURS PRIME PREC.
LINGOT
0
32330
33470
10 FLORINS
204,5
0,99
204,5
5 DOLLARS*
15,02
289,5
289,5
10 DOLLARS
570
13,23
566
20 DOLLARS
1130
12,2
1120
5 ROUBLES*
0
-100
0
50 PESOS
1246
-0,73 1248,75
LATINE
194
-0,17
193
NAPOLEON
198,4
2,1
198,4
1/2 NAPOLEON* 106
9,09
102,5
SOUVERAIN ELI I* 255,5
4,29
255,5
SOUVERAIN
245,5
0,2
247,7
1/2 SOUVERAIN* 127
3,67
127
SUISSE
193
-0,68
191,4
TUNISIENNE*
193
-0,68
193
MARK*
250
4,32
250
KRUGERRAND
1095
5,19
1095
LINGOTIN 500GRS 17160
2,54
16970
LINGOTIN 250GRS 8590
2,66
8500
LINGOTIN 100GRS 3430
2,48
3400
ARGENT C3E (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
485,73
483,42
CUIVRE (GIRM):
LONDRES
(EN DOLLARS)
PALLADIUM (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
29 416
29 518
FIX2
29 532
29 185
PLATINE (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
22 997
22 533
FIX2
23 068
22 644
LONDON BULLION MARKET
02/10
01/10
ARGENT (EN CENTS PAR OZ)
FIXAGE
1 474
1 442
OR (EN DOLLARS PAR OZ)
FIX
1 205
1 189
PALLADIUM (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
1 060
1 053
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
828
817
NEW YORK
ARGENT (EN CENTS PAR ONCE)
SETTLEMENT
02/10
DÉC. 18
14,82
JANV. 19
14,9
MARS 19
14,93
MAI 19
15,04
JUIL. 19
15,19
OR (EN DOLLARS PAR ONCE)
SETTLEMENT
SETTLEMENT
01/10
14,52
14,55
14,63
14,7
14,8
SETTLEMENT
02/10
DÉC. 18
1209
AVR. 19
1220,7
JUIN 19
1226,2
AOUT 19
1234
DÉC. 19
1244,4
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE)
SETTLEMENT
OCT. 18
JANV. 19
AVR. 19
JUIL. 19
OCT. 19
02/10
832,9
836,1
839,1
840,8
838,5
01/10
1192,6
1204,3
1210,3
1215,3
1226,8
SETTLEMENT
01/10
823,8
825,7
831,8
824,1
855,1
CATHODES : 5625 A COMPTER DU 02/10/
AUTRES DEMI PRODUITS CUIVREUX :
BASE CUIVRE
643,19 DEPUIS LE 02/10
BASE LAMINÉ LAITON 1 TITRE 542,65 DEPUIS LE 02/10
BASE LAMINÉ LAITON 70/30
551,79 DEPUIS LE 02/10
BASE LAMINÉ LAITON 85/15
597,49 DEPUIS LE 02/10
BASE LAMINÉ BRONZE 94/6
727,75 DEPUIS LE 02/10
BASE LAMINÉ BRONZE 94/4
699,57 DEPUIS LE 02/10
LONDON METAL EXCHANGE
02/10
01/10
ALLIAGE D`ALUMIN. (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
1360-1365
1390-1440
13560
1355-1360
1400-1450
13560
ALUMINIUM (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
2047-2047,5
2063,5-2064
987800
2011-2011,5
2033-2034
994625
CUIVRE (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
STOCKS
6170-6172
6162-6162,5
199125
6179-6180
6178-6180
209900
ETAIN (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
18940-18950
18925-18950
2865
18900-18950
18875-18900
2865
12320-12325
12400-12410
228210
ÉLECTRICITÉ
ICE
(EN GBP PAR MWH)
CLÔTURE
02/10
BASE
40,69
POINTE
46,28
ICE FUTURES
(EN GBP PAR MWH)
CLÔTURE
12470-12480
12580-12600
228870
PLOMB (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
2008-2009
2022-2024
115700
2001,5-2002
2015-2015,5
116300
ZINC (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
2617-2619
2576-2576,5
201925
2572,5-2573
2536-2537
203650
NEW YORK
CUIVRE (EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
OCT. 18
NOV. 18
DÉC. 18
JANV. 19
02/10
2,81
2,81
2,81
2,82
01/10
2,78
2,78
2,79
2,8
VOL
198
330
88853
96
BASE NOV 18
BASE DEC 18
POINTE NOV 18
POINTE DEC 18
02/10
70,58
71,07
78,31
77,78
KUALA LUMPUR
SETTLEMENT SETTLEMENT
JOU R
02/10
18950
01/10
18880
VOL
CLÔTURE
01/10
40,69
46,28
CLÔTURE
01/10
70,58
71,07
78,31
77,78
VOL
364004
192492
VOL
CLÔTURE
CLÔTURE
AVR. 19
MAI 19
JUIN 19
JUIL. 19
AOUT 19
02/10
74,45
74,28
73,75
73,65
73,28
01/10
74,5
74,28
74
73,68
73,3
486
461
SINGAPOUR
GASOLINE 97
GAS OIL
FUEL OIL (180)
FUEL OIL (380)
94,7
95,34
548,5
516,5
94,7
95,34
535
503
ÉMISSION CO2
NYMEX EMISSIONS (EN EUROS PAR TONNE)
CLÔTURE
02/10
21,45
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
01/10
27,4
27,5
27,65
GAZ NATUREL
NOV. 18
DÉC. 18
JANV. 19
02/10
3,17
3,24
3,32
VOL
CLÔTURE
VOL
01/10
3,11
3,19
3,26
CLÔTURE
01/10
26,72
VOL
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
02/10
NOV 2018 27,6
DEC 2018 27,86
JAN 2019 27,82
01/10
27,48
27,68
27,95
01/10
76,78
76,29
77,03
CLÔTURE
CLÔTURE
02/10
01/10
DÉC. 18
1540
1468
MARS 19 1559
1496
MAI 19
1572
1512
JUIL. 19
1587
1530
SEPT. 19
1596
1543
NEW YORK (EN $ PAR TONNE)
VOL
11594
12232
5037
4727
2724
DÉC. 18
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
DÉC. 19
02/10
2084
2097
2111
2147
2164
01/10
2004
2020
2030
2071
2095
VOL
32492
17609
6156
755
591
02/10
337,4
350,8
364,5
01/10
336
350,1
365,6
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
02/10
01/10
NOV. 18
174,25
174
JANV. 19 176,5
176,75
MARS 19 180
180,25
MAIS À CHICAGO (EN CENTS PAR
BOISSEAU)
VOL
02/10
01/10
NOV. 18
1603
1573
11731
JANV. 19 1592
1554
9230
MARS 19 1602
1564
5448
MAI 19
1617
1575
3285
JUIL. 19
1630
1590
2109
NEW YORK-ARABICA (EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
8274
2281
DÉC. 18
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
02/10
107,05
110,45
112,8
117,45
01/10
102,05
105,5
107,9
112,65
VOL
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
02/10
01/10
NOV. 18
10,18
10,18
JANV. 19 10,3
10,35
MARS 19 10,44
10,45
AVOINE À CHICAGO
(EN CENTS PAR BOISSEAU)
VOL
32101
6617
2204
1031
NEW YORK (CONT. NO2 - EN CENTS PAR LB)
JOU R
02/10
01/10
112,45
115,7
301
158
2
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
387
40
SETTLEMENT SETTLEMENT
02/10
176,25
175,9
177
VOL
01/10
176
0
0
122
VEAU VIVANT - BRESIL - BRL :
150.2
LE 01/10//18
BETAIL VIVANT - CME - USD :
1.13675
LE 01/10//18
BETAIL D'ENGRAIS - CME - USD : 1.5865
LE 01/10//18
PORC MAIGRE - CME - USD :
0.6475
LE 01/10//18
PORC FRANCE E - EUR :
1.5
LE 02/03//17
INDICES
RJ CRB
SETTLEMENT SETTLEMENT
448
175
140
BETAILS
LONDRES-ROBUSTA (EN $ PAR TONNE)
CLÔTURE
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
CLÔTURE
198
3
1
02/10
01/10
DÉC. 18
367
365,75
119508
MARS 19 379,25
377,5
45185
MAI 19
386,75
385
10677
RIZ À CHICAGO (EN CENTS PAR LB)
NOV. 18
JANV. 19
MARS 19
JUS D’ORANGE
SETTLEMENT SETTLEMENT
NOV. 18
JANV. 19
MARS 19
80813
19390
8785
3214
2123
SETTLEMENT SETTLEMENT
02/10
01/10
DÉC. 18
511,75
509,5
MARS 19 526,5
528,75
MAI 19
537
541
MAIS À PARIS (EN EUROS PAR TONNE)
CAFÉ
BOIS
CHICAGO (EN $ PAR 1000 BDFT)
4
01/10
11,58
11,67
11,78
12,08
12,7
VOL
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
café (cents US/livre) :
Prix composé : 101.04
Moyenne quinze derniers jours : 205.461
NEW YORK (CONT. N°2 - CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
02/10
12,14
12,22
12,32
12,62
13,26
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
02/10
01/10
DÉC. 18
200,75
201,25
12900
MARS 19 203,75
204,25
2854
MAI 19
205
205,5
1878
BLÉ À CHICAGO (EN CENTS PAR BOISSEAU)
VOL
COTON
02/10
90,7
76,22
76,97
MARS 19
MAI 19
JUIL. 19
OCT. 19
MARS 10
CLÔTURE
BLÉ DE MEUNERIE N°2 À PARIS
(EN EUROS PAR TONNE)
02/10
01/10
DÉC. 18
272,5
271
MARS 19 270,5
268,5
MAI 19
269
260,5
BLÉ FOURRAGER À LONDRES
(EN £ PAR TONNE)
INDICE COTLOOK A : 86, LE 02/10//18
Oct. 18
Déc. 18
Mars 19
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
NYMEX ( EN $ PAR MBTU)
CLÔTURE
VOL
6317
3076
454
176
33
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
cacao (dollars/tonne) : le 30/09/
Prix indicatif : 1988,14
LONDRES (EN £ PAR TONNE)
URANIUM NYMEX (EN $ PAR LB)
02/10
27,4
27,5
27,65
CLÔTURE
CACAO
URANIUM
NOV. 18
DÉC. 18
JANV. 19
CLÔTURE
02/10
01/10
DÉC. 18
336,2
326,3
MARS 19 336,7
325,7
MAI 19
340,2
329,7
AOUT 19 344
333,7
OCT. 19
348,4
336,6
NEW YORK (EN CENTS PAR LB)
VOL
01/10
20,7
POWERNEXT GAS FUTURES
02/10
01/10
NOV. 18
742
734,5
91033
FÉV. 19
737,25
728,75
21460
MARS 19 735,75
727,25
12048
AVR. 19
733,5
725
3039
MAI 19
731,5
723
2319
NEW YORK NYMEX WTI (EN $ PAR BARIL)
CLÔTURE
495,5
470,5
SPOT
CÉRÉALES
11,69 cts/lb
LONDRES (EN DOLLARS PAR TONNE)
692,5
FUEL
FUEL OIL (HS 180)
FUEL OIL (HS 380)
CLÔTURE
02/10
01/10
JOUR
85,04
84,98
JANV. 19 84,59
84,51
66674
FÉV. 19
84,19
84,12
38104
LONDRES-GAZOLE (EN $ PAR TONNE)
CLÔTURE
SUCRE
London Daily Price:
02/10
NORD DA 27,18
LONDRES-BRENT (EN $ PAR BARIL)
CLÔTURE
PRODUITS PÉTROLIERS
ROTTERDAM
(BARGES - FOB) (EN $ PAR TONNE)
GAS OIL 0.1% SUL.
707
POWERNEXT GAS SPOT
PRODUITS PÉTROLIERS
CLÔTURE
ETAIN (EN DOLLARS PAR TONNE)
01/10
ANTIMOINE 99,65% (PAR TONNE)
8600
8600
BISMUTH 99,99% (PAR LB)
4,55
4,55
CADMIUM 99,95% (PAR LB)
1,25
1,25
COBALT (CATHODES) 99,80% (PAR LB)
33,5
33,5
EPONGE DE TITANE 99,60% (PAR KG)
7,65
7,65
FERRO MANGANESE (HC) (PAR TONNE)
975
975
FERRO MOLYBDENE (PAR KG)
29,3
29,3
GERMANIUM (PAR KG)
1650
1650
SELENIUM 99,50% (PAR LB)
14
14
SILICIUM (PAR TONNE)
2000
2000
NICKEL (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
02/10
VOL
112.45
02/10
01/10
206,02
203,75
REUTERS COM. 2325,15
2318,12
MOODYS COM. 5646,82
5646,82
OR INDUSTRIEL 33548
33081
LMEX
2994,8
3004,3
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 35
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
Mirabaud Asset Management
Tél. +41 058 200 60 01
www.mirabaud.com
marketing@mirabaud-am.com
A la recherche d’une gestion active
de conviction ?
Tous les details de nos solutions d’investissement
à disposition ici : www.mirabaud-am.com
Pictet Asset Management
34, avenue de Messine 75008 Paris
Tél. : 01 56 88 71 00
www.assetmanagement.pictet
LU0155303323 PICTET-ASIAN EQ. JAPAN
252,7
LU0090689299 PICTET-BIOTECH
766,33 01/10
LU0280430660 PICTET-CLEAN ENERGY
28/09
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
LU0130728842 PICTET-EMERGING EUROPE
320,71 01/10
LU0130729220 PICTET-EMERGING MKTS
564,33 28/09
LU0128490280 PICTET-EUR BONDS
543,69 02/10
DÉSIGNATION
DES VALEURS
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
SYNCHRONY (LU)
254,81 01/10
366,16 02/10
LU0935268721 RAM (L) SF EM MKT CORE EQ
102,29 28/09
LU1626130063 SWISS SMALL & MID CAPS (CHF)
111,88 28/09
LU0168449691 PICTET-GREATER CHINA
556,63 28/09
LU0704154292 RAM (L) SF EM MKT EQ
177,66 28/09
LU1626129727 SWISS ALL CAPS (CHF)
108,35 28/09
LU0188501257 PICTET-HEALTH
293,88 01/10
LU0375629556 RAM (L) SF EUROPEAN EQ
462,82 28/09
LU1626130816 SILK ROAD ZONE STOCKS (USD)
103,84 28/09
LU0070964530 PICTET-INDIAN EQ.
484,65 01/10
LU1048876350 RAM (L) SF GB SHLDR YLD EQ
133,64 28/09
LU0851564897 EUROPEAN EQUITY (EUR)
165,61 28/09
LU0705072691 RAM (L) SF L/S EM MKT EQ
119,9 28/09
LU1626130220 HIGH DIV. EUROPE STOCKS (EUR)
98,21 01/10
LU0851564541 WORLD EQUITY (EUR)
157,94 28/09
LU0176900511 PICTET-JAPANESE EQ. SEL.
16234,02 01/10
LU0217139020 PICTET-PREMIUM BRANDS
163,99 01/10
LU0705071701 RAM (L) SF L/S EUROPEAN EQ
156,35 28/09
LU1279334210 PICTET-ROBOTICS
142,6
01/10
LU0375630729 RAM (L) SF NORTH AM EQ
317,22 28/09
60,5
01/10
LU1074511459 RAM (L) TF CONV EUROPE
146,01 28/09
253,94 01/10
LU0419186167 RAM (L) TF GB BD TOT RET
141,97 28/09
LU0935723782 RAM (L) TF II ASIA BD TOT RET
137,99 28/09
LU0340554913 PICTET-DIGITAL
314,17 01/10
LU0130732364 PICTET-SMALL CAP EUR.
LU0255798109 PICTET-EMERG LC DEBT
155,3
LU0104884860 PICTET-WATER
1226,22 01/10
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT.
DATE
Banque Cantonale
de Genève (France) SA
Tél. 04 72 07 31 50
bcgef.fr/fonds
LU0144509717 PICTET-EUROPEAN SUST. EQ.
LU0256846139 PICTET-SECURITY
02/10
CODE ISIN
LU0128467544 PICTET-GLOBAL EMERG.DEBT
LU0338483075 PICTET-RUSSIAN EQUITIES
87,76 01/10
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
CLASSIFICATION
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
CLASSIFICATION
DÉSIGNATION
DES VALEURS
CODE ISIN
CLASSIFICATION
CLASSIFICATION
sicav//fcp
301,04 01/10
Valeur unitaire hors frais : valeur de la part ou de l’action hors droits d’entrée ou de sortie éventuels. Les SICAV éligibles au PEA sont signalées par un astérisque *. Le pictogramme P indique la cotation d’un FCP.
Classification des OPCVM : actions françaises (AF), actions de la zone EURO (AE), actions internationales (AI), monétaires EURO (ME), monétaires à vocation internationale (MI), obligations et autres titres de créances libellés en EURO (OE), obligations et autres titres de créances internationaux (OI), sicav luxembourgeoises (LX), diversifiés (DI), garantis ou assortis d’une protection (GP). ** : en euros ou dans la devise indiquée dans la colonne «DÉSIGNATION DES VALEURS».
carnet
fr
PORTRAIT
avec dépôt de brevet, pour avoir une gamme qui
corresponde au pied de la cliente de 65 ans »,
raconte ce patron, féru d’histoire.
Même chose avec le pantalon Perfect Fit à
effet ventre plat : « A 70 ans, certaines de nos
clientes portent des jeans et des baskets, nous
nous sommes adaptés pour qu’elles trouvent ces
produits chez nous. »
par Nicole Buyse
—Correspondante à Lille
Patrick Seghin
a donné un coup
de jeune
à Damart
DR
« As-tu mis ton Damart ? »
La vidéo est loufoque. Tournée à destination
des réseaux sociaux par Emma de Caunes
avec Mademoiselle Agnès pour les 65 ans de
Damart et de son iconique Thermolactyl, elle
montre bien que cette marque qui, il y a quelques années encore, paraissait un peu
désuète, voire ringarde, est en passe de transformer son image. Dépoussiérer la marque,
c’était le défi fixé à Patrick Seghin à son arrivée, en 2008, à la tête de Damartex, maison
mère de Damart.
A l’époque, ce Belge, né à Charleroi, faisait
ses premiers pas dans l’industrie textile. Mais
le PDG de Damartex, qui se considère comme
un « épicier, passionné par son produit », a toujours aimé vendre. Et en reprenant, à Roubaix, les rênes de l’entreprise, ce fils de pharmacien, époux d’une enseignante et père de
trois enfants, avait déjà une longue carrière
dans la distribution.
Armé d’un diplôme d’études commerciales
de l’Université catholique de Louvain, il a été
embauché dès 1990 par… Shell. Dix ans
durant, Patrick Seghin y a dopé la distribution
des produits non pétroliers. A Bruxelles,
d’abord, puis à Budapest, où il a développé les
magasins de proximité des stations-service, et
ENTREPRISES
FIDAL
Yves de Sevin
est élu président du directoire
pour une durée de deux ans.
Yves de Sevin, 62 ans, titulaire
d’un DEA de droit des affaires et
de la distribution de l’université
de Rennes et d’un DESS de fiscalité de l’université de Paris-II, a
débuté chez Fidal en 1983. Il a pris
la tête de la direction régionale de
Nantes en 1999, avant d’être élu,
enfin à Londres, où il a forgé le concept des
« convenience stores » Select.
En 2000, il a rejoint l’américain Staples,
alors leader dans la vente de fournitures de
bureau. Il pilotait ses activités VPC et Internet en Europe. Car Patrick Seghin a misé très
tôt sur le multicanal. En Allemagne, il a propulsé la part des ventes en ligne du groupe
de 12 à 40 %.
Des semelles brevetées
aux pantalons Perfect Fit
Aujourd’hui, à 54 ans, l’homme, qui parle
français, flamand, anglais et allemand, est
resté un éternel optimiste. Mais si le regard sur
la marque Damart commence à changer, il ne
crie pas encore victoire : la mutation est loin
d’être achevée. « En dix ans, nous n’avons fait
que 20 km de ce qui représente un marathon »,
prévient ce cycliste, qui s’adonne tous les
week-ends à sa passion du vélo, tout de
Damart vêtu.
Le travail de fond qu’il a lancé il y a sept ans
a commencé avec la modernisation des collections, pour que les femmes seniors restent à la
mode dans des tenues confortables. « Nous
avons, par exemple, revu toutes les semelles,
en 2008, membre du directoire.
En 2012, iI était devenu directeur
général, chargé notamment du
développement des activités de
Fidal à l’international.
GENERALI FRANCE
Laetitia Léonard-Reuter
deviendra directrice financière,
membre du comité exécutif
à compter du 1er novembre.
Laetitia Léonard-Reuter, 43 ans,
diplômée d’HEC Paris, de l’Université de Saint-Gall (Suisse) et de
De son côté, Mademoiselle Agnès a créé avec
un collectif de jeunes designers français (de
Lili Barbery à Marie Courroy) six collections
capsules. Avant Chantal Thomass, première à
dessiner, il y a cinq ans, une capsule pour le
Thermolactyl, aucun styliste ne s’y était risqué. « Aujourd’hui, ils sont nombreux à toquer
à notre porte », se réjouit Patrick Seghin, à
l’optimisme communicatif.
Parallèlement, la R&D n’a jamais cessé, y
compris sur le Thermolactyl que Patrick
Seghin définit comme l’ADN de Damartex.
Lui-même entend encore la voix de sa mère
lui demander, quand, petit, en hiver, il partait
prendre le tramway pour l’école : « As-tu mis
ton Damart ? » Le tee-shirt se décline désormais en une centaine de modèles transgénérationnels dans le monde.
A Lille, un concept inédit de magasins
valorise à la fois les Thermolactyl nouvelle
génération et des collections capsules (avec
un « personal shopper », des animations
dans des labs…) tout en gardant des collections pour son cœur de cible, la femme de
plus de 65 ans. « Il ne s’agit pas d’une révolution, mais d’une évolution : le changement
prend du temps, il faut être respectueux de la
cliente, d’autres véadistes qui devenus des purs
players ont disparu du paysage », ajoute
Patrick Seghin.
Toutefois, face aux aléas tant conjoncturels
que météorologiques, l’homme reste prudent. « Il faut aujourd’hui une résilience, et
donc une agilité plus forte que dans le commerce d’autrefois », conclut-il. n
l’Institut des hautes études de
l’entreprise, a débuté chez JPMorgan Chase. En 2003, elle est entrée
chez AXA comme chargée d’affaires corporate finance. En 2006,
elle a été nommée responsable du
capital management du groupe
tout en étant responsable middle/
back office et chief risk officer
d’AXA SA. Promue directrice
financière d’AXA Global P&C en
2014, elle avait pris la direction
marketing et ser vices d’AXA
Entreprises avant de devenir chief
data officer d’AXA France en 2017.
MRM//MCCANN PARIS
Jon Mackay
est nommé chief executive
officer du réseau international
d’agences de marketing digital,
CRM et Data.
Jon Mackay, 40 ans, est diplômé
d’Aberdeen University (Ecosse) et
de Canford School. Il a rejoint
MRM//McCann en 2004. Après
avoir officié à Londres, il était
devenu vice-président et directeur général de MRM//McCann
Hong Kong.
ENGIE
FILIASSUR
sera directeur général
d’Engie Axima à compter
de novembre 2018.
est nommée directrice générale
déléguée. Chargée de la stratégie
de développement du groupe, elle
sera responsable du marketing, des
partenariats, de la communication,
de la data et de l’innovation.
Pierre Hardouin
Pierre Hardouin, 52 ans, diplômé
de Supelec et d’HEC, est entré
dans le groupe Otis en 1992, occupant des postes opérationnels, y
compris à l’international.
Nommé directeur général d’Otis
en France en 2014, il était devenu,
deux ans plus tard, vice-président
services et transformation
Europe, Moyen-Orient et Afrique. Par ailleurs, il assurait la présidence de la Fédération française des ascenseurs depuis 2014.
JLL
Benoît du Passage
voit ses responsabilités
élargies : il supervisera
désormais le Moyen-Orient,
l’Afrique et la Turquie chez
Jones Lang Lasalle (JLL).
Benoît du Passage, 62 ans, titulaire d’une maîtrise de droit,
demeure président-directeur
général France et Europe du Sud
de JLL, fonction qu’il assume
depuis 1995. Il a notamment été
président de JLL Espagne en 1988
et il a siégé au board Europe du
groupe dès 1991. Par ailleurs, il a
été président de la Fnaim entre
1998 et 2004.
RADIO FRANCE
Catherine Chavanier
est nommée directrice
des ressources humaines,
membre du comité exécutif
de Radio France.
Catherine Chavanier, 51 ans, titulaire d’un diplôme d’ingénieur de
l’Ecole nationale de l’aviation
civile et d’un master 2 en négociations et relations sociales de l’université Paris Dauphine, a réalisé
l’essentiel de sa carrière chez Air
France. Dès 2007, elle a intégré la
direction générale des ressources
humaines comme responsable
du service recrutement, puis de la
diversité. En 2012, elle est devenue directrice du centre d’expertise et de services partagés ressources humaines. En 2016, elle
avait pris la direction des ressources humaines d’Air France Cargo.
Virginie Hauswald
Virginie Hauswald, 37 ans, diplômée de l’université Paris Dauphine
et d’HEC Montréal, a travaillé dans
l’assurance et la protection sociale
e n Fr a n c e , n o t a m m e n t c h e z
Humanis. Depuis un an, à la tête de
Bloom Invest, elle accompagnait
les directions générales de la santé
et de l’assurance.
ILS SONT NÉS
UN 3 OCTOBRE
Valérie Abehsera, directrice
générale de Balinea, 49 ans.
Emmanuel Bretin,
économiste, secrétaire général
du COR, 43 ans.
Charles Duke,
astronaute, 83 ans.
François Dutilleul,
président du directoire du
groupe Rabot Dutilleul, 46 ans.
Bruno Foucher, ambassadeur
de France au Liban, 58 ans.
Zlatan Ibrahimović,
footballeur, 37 ans.
Eric Loizeau, navigateur
et alpiniste, 69 ans.
Christine Orban,
romancière, 61 ans.
Eric de Rothschild, président
du Mémorial de la Shoah, 78 ans.
Jean-François Roubaud,
ex-président de la CGPME,
74 ans.
Jean-Paul Rouffiac,
PDG d’ArcelorMittal Stainless
Europe, 66 ans.
Christophe Thevenot,
président du Conseil national
des administrateurs judiciaires et
mandataires judiciaires, 54 ans.
Karien Van Gennip, CEO d’ING
Banque France, 50 ans.
Yohji Yamamoto,
styliste, 75 ans.
Philippe Zeller, ambassadeur
auprès du Saint-Siège, 66 ans.
, Envoyez vos nominations à
carnetlesechos@nomination.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mercredi 3 octobre 2018
` SUR LE WEB WWW.LESECHOS.FR
Maio indigeste
Le feuilleton italien ruine définitivement
le scénario boursier européen de l’année.
L'INVITÉ
DES ECHOS
« Les Echos »
+
crible
Thierry Laroue-Pont
BNP Paribas Real Estate
IMMOBILIER PROFESSIONNEL « Le marché connaît une
progression de 49 %, par rapport au premier semestre de l’an
dernier. Nous anticipons que cette progression devrait se stabiliser sur la fin de l’année, avec 28 milliards d’euros d’euros
traités pour ce qui concerne la France. Ce qui explique cette
bonne performance, c’est que les investisseurs internationaux
[....] sont en train de basculer le centre de gravité de leur intérêt : ils considèrent qu’ils sont un peu surexposés sur les EtatsUnis, sur le Royaume-Uni, ils auront une attitude qui risque
d’être un peu plus “wait and see” à cause du Brexit. La réallocation [des investissements, NDLR] va bénéficier à deux pays
que sont l’Allemagne – dont on imagine qu’elle devrait terminer à 58 milliards – et la France qui devrait terminer aux alentours de 28 milliards », déclare le président du directoire de
BNP Paribas Real Estate.
VILLES « Pour l’instant, c’est l’Ile-de-France qui domine avec
75 % des volumes investis, mais les régions sont en train de
grimper. Je crois beaucoup à ce maillage de grandes métropoles régionales qui vont bénéficier naturellement de cet afflux
d’investisseurs. Je pense notamment aux villes qui sont les
plus innovantes : Lyon, Bordeaux, Lille, ou encore Nice. »
BNP PARIBAS REAL ESTATE « Je pense que, cette année,
nous allons largement dépasser la barre des 900 millions
d’euros de chiffre d’affaires, déclare M. Laroue-Pont. Notre
groupe a une croissance à deux chiffres et j’en suis fier. »
Interview réalisée par Olivier Harmant
« Qui ne veut pas quand il peut, ne peut pas quand il veut. » Est-ce un hasard si
c’est un proverbe italien qui résume le mieux la situation de l’investisseur
en actions européennes cette année ? Le premier semestre de 2018 avait
laissé ouverts tous les champs du possible sans que celui-ci se concrétise.
Parties avec un espoir de croissance de 8,4 % des profits, selon le bureau
d’études AlphaValue, qui couvre 470 valeurs, les entreprises européennes
n’ont qu’un court moment dépassé la performance boursière de leurs
consœurs américaines (+0,44 point d’écart en faveur du STOXX 600 à fin
avril sur le S&P 500). La promesse d’une progression de leurs bénéfices
pour 2018, qui atteignait encore 7,6 % à fin juin, s’est étiolée, à 6,2 %, avant
même l’entrée en scène du baron Scarpia du budget italien, le vice-Premier
ministre et chef du Mouvement 5 Etoiles, Luigi Di Maio, qui donne de la
voix pour terroriser « le terrorisme » bruxellois à l’égard de son déficit. La
révision des pronostics dans l’automobile, l’aérien, la pharmacie et l’assurance a fait culminer, il y a un mois, à près d’un quart la prime boursière des
valeurs du S&P 500 sur les européennes, un plus haut depuis six ans et demi, juste avant le fameux « whatever it takes » de la Banque centrale européenne (BCE). Invest Securities craint un « automne à haut risque » sans catalyseurs pour détourner l’attention du feuilleton italien et rattraper un peu
des 14,5 points d’avance du S&P 500 (en euros). Grand’amor, gran dolor.
La City aurait bien envie de faire un retour à l’envoyeur, mais c’est trop
tard. La troisième et dernière vague de la privatisation de Royal Mail,
effectuée en octobre 2015 à 455 pence, appartient à un passé trop lointain. La très mauvaise surprise de l’avertissement sur les bénéfices
vient de faire dégringoler son cours à moins de 359 pence, près d’un
quart de sa valeur boursière envolée en fumée en deux séances seulement. L’opérateur postal de Sa Très Gracieuse Majesté se rapproche
même du prix fixé pour son entrée en Bourse d’octobre 2013, les
330 pence qui semblaient pourtant plus qu’un prix d’ami. A l’époque, il
s’agissait à la fois d’assurer un bon amorçage boursier – le cours s’était
effectivement vite envolé – et de ne pas déprimer des salariés auxquels
une partie des actions étaient attribuées gratuitement, pour mieux les
motiver (ils ont encore 8 % du capital). La privatisation qui se voulait un
modèle du genre menace de se transformer en repoussoir. Car une fois
de plus, les gérants constatent que les dividendes les plus généreux
(6,5 % de rendement) vont souvent de pair avec de gros défis de long terme. La direction de la firme britannique a lâché du lest sur le social,
mais la chute du courrier semble miner les gains de productivité qu’elle
vient de partager et ce ne sont pas les activités numériques qui vont lui
faciliter la tâche. Et si Royal Mail n’est pas endetté comme Deutsche
Post, il est aussi bien plus petit. Un profil de poste restante et non plus
de colis express.
Sham 30
Shell 20
Solvay 28
Suntory 23
TechnipFMC 20
Tesla 19
Toys’R’Us 17
Transdev 20
Vectaury 26
AVIS FINANCIER
Patrimoine &
Commerce 20
EN VUE
les echos est une publication du
principal associé ufipar (lvmh)
présiDent-Directeur général Pierre Louette
Directrice générale pôle les echos Bérénice Lajouanie
Directeur Délégué Bernard Villeneuve
Directeur De la publication & présiDent De la sas les echos Pierre Louette
edité par les echos, sas au capital de 794.240 euros rcs 582 071 437
10, boulevard de Grenelle, CS10817, 75738 Paris Cedex 15 Tél. : 01 87 39 70 00.
www.lessechos.fr
éDitrice Déléguée Capucine Marraud des Grottes
Directeur Des Développements éDitoriaux Du pôle les echos Henri Gibier
Directeur De la réDaction Nicolas Barré
Directeurs Délégués De la réDaction
Dominique Seux et François Vidal
réDacteurs en chef
David Barroux (entreprises)
Laura Berny (enquêtes)
Daniel Fortin (magazine, opinions, innovation)
Arnaud Le Gal (les echos entrepreneurs
et opérations spéciales)
Etienne Lefebvre (france et international)
Clémence Lemaistre (information digitale)
Guillaume Maujean (finance-marchés)
Pascal Pogam (information
et transformation digitale)
réDacteur en chef technique Didier Boileau
Directeur De création Fabien Laborde
Directrice artistique aDJointe
Marion Brisson
eDitorialistes
Cécile Cornudet,
Jacques Hubert-Rodier, Eric Le Boucher,
Jean-Francis Pécresse, Jean-Marc Vittori,
Sabine Delanglade, Laurent Flallo,
Sylvie Ramadier (le crible)
Les eChos exeCUTIves
réDactrice en chef Muriel Jasor
Les eChos week-end
Directeur De la réDaction Henri Gibier
réDacteurs en chef Gilles Denis,
Karl de Meyer et Lucie Robequain
Directrice artistique Cécile Texeraud
sÉrIe LImITÉe
réDactrice en chef Frédérique Dedet
Directrice artistique
Clarice Fensterseifer
Directeur De la Diffusion et Du marketing clients Etienne Porteaux
Directeur stratégie et communication Fabrice Février
PUBLICITÉ Les Echos Team Media tél. : 01 87 39 78 00.
présiDente Corinne Mrejen
Directrice générale Cécile Colomb
Directrice publicité financiÈre Céline Vandromme
Directrice publicité commerciale Emmanuelle Denis
Directrice publicité lifestYle Anne-Valérie Oesterlé
servICe ABonnemenTs les echos 4, rue de mouchy 60438 noailles cedex
tél. : 01 70 37 61 36. fax : 01 55 56 70 38 du lundi au vendredi de 9 h à 18 h
ImPressIon l’imprimerie (tremblay-en-france), midi libre (montpellier).
tirage Du 2 octobre 2018 : 94.820 exemplaires
origine du papier : belgique. taux de fibres recyclées : 100%.
ce journal est imprimé sur du papier porteur de l’ecolabel européen
sous le numéro fi/37/002. eutrophisation : ptot 0.013kg/tonne de papier
membre de oJD-Diffusion contrôle cppap : 0421 c 83015. toute reproduction, même partielle,
est interdite sans l’autorisation expresse de l’éditeur (loi du 11 mars 1957)
ce numéro comporte un 3e cahier de 14 pages « les echos entreprises et collectivités »
Royal Mail ne parvient pas à rassurer
sur la soutenabilité de son dividende.
Bonduelle reste fidèle à son plan
de développement de moyen terme.
LES ENTREPRISES CITÉES
IPI 27
Jumia 22
Kogas 20
Macquarie 32
Mitsubishi 20
Nasa 21
Netflix 24
Norwegian 21
PetroChina 20
Petronas 20
PSA 19
Renault-NissanMitsubishi 19
Rethmann 20
Schlumberger 20
Poste restante
Terre de mission
a L'intégralité de l'émission sur lesechos.fr/invitedesechos
Air France 21
Amazon 17, 24
Aston Martin 19
Bioseptyl 27
BMW 19
CGG 20
Condé Nast 25
Damart 35
Deinove 28
Facebook 25
Ferrari 19
FMC 20
Galderma 28
Google 25
Hosman 26
Votre mission ? Vu la réponse de Bonduelle à cette question devenue plus
fréquente – devenir le référent du « bien-vivre par l’alimentation végétale » – les actionnaires du groupe familial ne vont pas trop s’inquiéter de voir
son patron Christophe Bonduelle se dire intéressé par le nouveau concept
d’entreprise à mission. L’inscription d’une raison d’être dans les statuts n’est
pas à l’ordre du jour. Et surtout, le groupe familial a déjà fait comprendre
son attachement au développement de long terme en adoptant le statut de
société en commandite par action. Pour joindre les actes concrets à la bonne parole de sa nouvelle signature – « la nature, notre futur » –, il vise la certification de 30 % de son chiffre d’affaires d’ici à trois ans. Il espère décrocher la labellisation B-Corp comme Danone l’a fait, ce qui ne pourrait pas
faire de mal à son gros pari américain. Or, la stratégie de montée en gamme, de moindre recours aux marques de distributeur et d’acquisitions a
bien rééquilibré le chiffre d’affaires (51 % de marques en propre et 55 %
hors d’Europe) mais la Bourse de Paris trouve le régime un peu sec au
rayon de la croissance et de la rentabilité. De quoi effacer une grosse partie
du gain accumulé après le rachat de l’américain Ready Pac Foods. La cote
de valorisation (12,5 fois le bénéfice prévisionnel), en ligne avec la moyenne
historique, aurait besoin d’un meilleur climat de consommation et de récoltes pour pousser davantage, même si l’amélioration de la marge opérationnelle reste la deuxième mission revendiquée du fleuron français. Et pas
la moindre, même pour les gérants alléchés par le « trend » de la « révolution végétale ».
R
Lady Gaga
emue-ménage au pays des étoiles. « A star is dead », adieu Charles Aznavour. « A star is born »,
hello Lady Gaga. Dans le cas du film avec
la chanteuse pop qui sort ce mercredi,
mieux vaut dire : « A star is re-born ».
Non que Lady Gaga ait perdu de son lustre mais il s’agit de la quatrième version
d’« Une étoile est née », ce film étincelant, aux interprétations brillantes.
La star fut successivement incarnée
par Janet Gaynor en 1937, Judy Garland
en 1954, Barbra Streisand en 1976, un
niveau élevé auquel Lady Gaga a su se
hisser. Le critique des « Echos » est
emballé par « cette romance sur fond de
rock », ces deux heures quinze magiques
« d’amour, de musique et de larmes ».
L’ancienne élève du Couvent du
Sacré-Cœur, collège huppé et catholique
de New York, a donc aussi bien réussi ses
débuts dans le cinéma que le furent ceux
dans la chanson.
Lady Gaga ne l’est pas du tout. Dès son
premier album, « The Fame » en 2008,
suivi par « The Fame Monster » Stefani
Germanotta avait, à l’âge de vingt-deux
ans, gagné ses galons de « reine de la
pop », vendu plus de 26 millions de disques. Dix ans plus tard, elle a dépassé les
180 millions. Fille d’un entrepreneur
chanceux d’Internet – il eut l’idée en 2000
de proposer le wi-fi dans les hôtels –, Stefani est une vraie musicienne, s’est inspirée pour son nom de scène de la chanson
de Queen, « Radio GaGa ». On lui conseille d’arrêter ses excentricités, par
exemple se vêtir d’une robe en viande au
cas où elle rencontrerait un sbire de
« Boucherie Abolition » : « On va nommer nos ennemis, les bouchers sont nos
ennemis. On est en guerre » tweete l’un
d’eux. Monsieur Gaga ?
(
Lire nos informations
Page 14
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MERCREDI 3 OCTOBRE 2018// SUPPLÉMENT GRATUIT AU NUMÉRO 22794 | ISSN 0.153.4831 | NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT
MARCHESPUBLICS.LESECHOS.FR
Bilan mitigé de la qualité
de l’air à Paris
L’association de surveillance Airparif fait état d’une hausse de la pollution à l’ozone
malgré une tendance générale à l’amélioration de la qualité de l’air sur l’année 2017.
v
Nombre de marchés
publics en cours
Inférieur à 700
Total Ile-de-France
Val-d’Oise
384
Yvelines
535
Créations d’emplois et levées
de fonds
Par des start-up franciliennes,
cumul depuis le 1er janvier
2017
2018
4.621
1.110,3
1.134,6
3.798
Créations
en nombre
POLLUTION. Equipé de la technologie Lidar, le ballon Generali, installé dans le 15e arrondissement,
permet d’obtenir une cartographie 3D des particules fines présentes dans l’air de Paris. Photo DR
ment France (Asef). Toutefois, selon le médecin, « le plus dangereux reste la pollution
chronique et non la pollution aiguë ».
Ballon touristique puis scientifique
Installé depuis 1999 dans le parc André
Citroën à Paris, le ballon Generali avait à
l’origine un rôle purement touristique pour
faire découvrir aux curieux le vol en aérostat.
C’est depuis 2008 que le ballon est équipé de
capteurs permettant de mesurer en temps
réel les particules fines présentes dans l’air,
au sol et jusqu’à 300 mètres d’altitude.
Depuis mars 2018, le ballon embarque avec
lui la technologie Lidar (technique basée sur
l’émission d’un pulse laser et sur la mesure du
délai entre cette émission et la détection du
rayonnement réfléchi par un objet d’intérêt)
permettant désormais d’obtenir une cartogra-
Laurence Albert
@L_Albert_
Photo CD92/Studio-Graphy
Seineet-Marne
622
Le chiffre
500
MORTS
causés par la pollution
à l’ozone en France en
2016, selon l’Institut de
veille sanitaire (INVS).
phie 3D des particules fines du ciel de Paris.
Fruit d’un partenariat Ville de Paris-AirparifCNRS-Generali-Aérophile, le ballon veut être
l’emblème de la qualité de l’air à Paris. « Le
résultat, aujourd’hui, n’est pas satisfaisant. Il
faut accélérer pour en finir avec la pollution de
l’air en poursuivant des mesures concrètes,
comme la mise en place des Vignettes Crit’Air et
l’interdiction totale du diesel d’ici à 2024 »,
assure Aurélie Solans, conseillère déléguée à
l’environnement à la mairie de Paris. Selon
l’ONG Transport & Environnement, un séjour
de quatre jours à Paris représente la
consommation passive de deux cigarettes…
a
Notre reportage à bord du ballon Generali
sur videos.lesechos.fr
Près de deux kilomètres de berges vont être aménagés
pour les piétons et les cyclistes. Le Conseil départemental
des Hauts-de-Seine investit 80 millions d’euros.
gement des berges débuteront en 2021.
3.009 538
Essonne
Boulogne-Billancourt
aménage ses berges
MÉTAMORPHOSE. Les travaux d’aména-
De 701 à 1.000
1.973 (Paris)
6.190
Lamia Barbot
@LamiaBarbot
Insuffisant. C’est le verdict de l’association de
surveillance de la qualité de l’air Airparif
concernant l’amélioration de la qualité de l’air
observée en 2017 à Paris. « Globalement, la
qualité de l’air s’améliore mais il y a cinq polluants pour lesquels on ne respecte pas les
objectifs fixés par l’Organisation mondiale de la
santé », analyse Karine Léger, ingénieure
à Airparif.
Les niveaux de dioxyde d’azote (NO2), les
particules fines (PM10 et PM2,5) et le benzène
atteignent, pour certains, des valeurs jusqu’à
deux fois au-dessus de la norme européenne,
principalement le long du trafic.
Mais le polluant le plus inquiétant reste
l’ozone (O3). Il est seul à poursuivre son augmentation. « Ce n’est pas spécifique à l’Ile-deFrance, on assiste à une hausse du niveau
d’ozone partout en Europe et globalement sur
l’hémisphère nord », précise Karine Léger.
A la différence des autres polluants, l’ozone
n’est pas directement rejeté dans l’atmosphère, au niveau d’un pot d’échappement ou
d’une cheminée mais il provient de la réaction chimique d’autres polluants entre eux
sous l’action des rayons UV du soleil.
En conséquence, c’est en période de forte
chaleur que la pollution à l’ozone est la plus
importante, avec des impacts sur la santé
(irritation des voies respiratoires, le déclenchement de crise d’asthme…).
Le bilan de l’année 2018 n’est pas glorieux,
avec 11 jours d’épisodes de pollution à l’ozone
pendant l’été, dont six jours consécutifs du 23
au 27 juillet, en raison de conditions anticycloniques très estivales, voire caniculaires.
« On est certes loin du record de l’année 2003
qui avait enregistré 19 jours de pollution à
l’ozone, mais cela reste inquiétant », explique
le docteur Pierre Souvet, cardiologue et
président de l’Association santé environne-
LE BAROMÈTRE
DE L’ÎLE-DE-FRANCE
L’aménagement des berges de la Seine,
longtemps jalonnées de friches industrielles, se poursuit dans les Hauts-deSeine. Le conseil départemental va
investir 80 millions d’euros pour repenser la route départementale (RD1) qui
borde le fleuve à Boulogne-Billancourt,
entre les ponts de Billancourt et
Renault, puis, à terme, celui de Sèvres.
Une portion de près de deux kilomètres,
dégradée et peu praticable, est promise
à une grande « métamorphose », selon le
vice-président du département chargé
du dossier, Jean-Didier Berger.
« L’objectif est double : rendre la Seine
aux habitants et sécuriser la voirie. Il y a
un trafic très dense, de l’ordre de 1.000 à
1.600 voitures par heure aux heures de
pointe. Il est nécessaire de le fluidifier et
de l’apaiser en jouant sur les matériaux
et la signalisation… » fait-il valoir.
Contrairement à Paris, il n’est pas ici
question de réduire la place de la voiture, mais d’y adjoindre des pistes
cyclables, des jardins, des activités
fluviales et une promenade piétonne.
« Les deux tiers des Franciliens se déplacent en voiture, nous ne souhaitons pas
les contraindre tant que l’offre de transports collectifs n’est pas suffisamment
développée », indique Jean-Didier Berger. A terme, ce morceau de ville en
pleine transformation (Ile Seguin,
quartier du Trapèze) sera desservi par
la ligne 15 du Grand Paris Express.
Vallée rive gauche
Pour concevoir ce projet, le département, maître d’ouvrage, travaille en
étroite collaboration avec la ville de
Boulogne-Billancourt et Haropa Ports
de Paris. Une concertation a eu lieu le
29 juin pour trancher entre plusieurs
scénarios. Le coup d’envoi des travaux
devrait être donné en 2021, une fois le
chantier de la ligne 15 terminé. Ils dureront jusqu’en 2025. Toutefois « la circu-
lation ne sera pas fermée » sur cette
portion de route très empruntée, promet Jean-Didier Berger.
Ce lifting fait suite à celui opéré par le
département, de l’autre côté de la
Seine, entre Sèvres, Meudon et Issyles-Moulineaux. Baptisé « Vallée rive
gauche », ce projet d’envergure, techniquement complexe, était notamment
destiné à réduire la place de l’automobile sur la RD7 et à requalifier les rives
de la Seine : confortement des berges
(protection contre les crues…), végétalisation, création de circulations douces… Il aura fallu plus de six ans de
travaux et une enveloppe de 190 millions d’euros au département pour y
parvenir. Le site a été inauguré au
printemps dernier.
4
À NOTER
De l’autre côté de l’Ile Seguin,
le pont Seibert reliant l’Ile à Meudon
est démoli. Il sera reconstruit.
Levées de fonds
en millions d’euros
« LES ÉCHOS » /
SOURCES : E-MARCHESPUBLICS.COM, TRENDEO
DU 27 SEPTEMBRE
AU 3 OCTOBRE 2018
Chaque semaine, « Les Echos »
présente le baromètre des marchés
publics, en partenariat avec la plateforme e-marches-publics.com.
Il s’agit des marchés en cours
de publication.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
Indices des prix des logements
anciens – Ile-de-France
Base 100 en moyenne annuelle 2015
- séries CVS
109,3
81,7
2006 2008 2010 2012 2014 2016 T2
2018
SOURCE : INSEE - NOTAIRE
+1,1 %
L’évolution sur un trimestre
des prix des logements anciens
en Ile-de-France au T2-2018.
+3,9
%
L’évolution sur un an des prix des
logements anciens en Ile-de-France
au T2-2018.
+155,4 %
L’évolution des prix des logements
anciens en Ile-de-France depuis l’an
2000.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 // GRAND PARIS
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Un nouveau visage pour Saint-Ouen
Un programme immobilier constitué d’un hôtel et
d’une résidence étudiante de l’université Paris-Dauphine
a débuté dans le quartier des Puces à Saint-Ouen.
Lamia Barbot
@LamiaBarbot
Faire des puces de Saint-Ouen le nouveau
Brooklyn. C’est l’ambition affichée de Cyril
Aouizerate, le fondateur de Mob Hotel, des
hôtels haut de gamme, un brin « bobo »
mais accessibles financièrement. Après
avoir ouvert l’année dernière son premier
établissement à Saint-Ouen, Cyril Aouizerate poursuit sa conquête des puces en
participant à un grand programme immobilier de 14.000 mètres carrés, à quelques
pas de son hôtel, dont la première pierre a
été posée cet été.
Au programme un MOB House, un établissement plus haut de gamme que le MOB
Hotel ouvert l’an dernier et qui proposera
des chambres bureaux pour les voyageurs
d’affaires, à un tarif d’environ 130 euros la
nuitée. Les chambres, pensées par Philippe
Starck, iront de 35 à 100 mètres carrés. Un
jardin de 2.000 mètres carrés, une piscine,
une salle de sport et un restaurant bio
viendront compléter l’offre.
« A Paris, on a une mentalité défaitiste, fataliste de ce qui se passe derrière le périphérique. Pourtant, il n’y a pas de fatalité urbaine
et il suffit de voir comment des villes comme
Harlem ou le Bronx ont évolué », assure le
fondateur de Mob Hotel, pour qui « SaintOuen n’est pas une ville de banlieue mais
un quartier de Paris à part entière ».
Résidence étudiante
« BOBO ». Doté d’une piscine, d’un restaurant bio et de chambres imaginées par Philippe Starck, le futur
MOB House proposera des chambres bureaux pour les voyageurs d’affaires. Photo MOB House Saint-Ouen
Le programme prévoit également une
résidence pour les étudiants de l’université
Paris-Dauphine, à côté du MOB House.
D’une capacité de 190 lits, la résidence
affichera un loyer mensuel d’environ
600 euros et proposera des espaces
de co-working.
« C’est un marqueur très fort pour les entrepreneurs de demain que l’université de Dauphine installe une de ses résidences à SaintOuen », affirme Cyril Aouizerate, qui
envisage des passerelles entre le MOB
House et la résidence comme la mise en
place de jobs étudiants dans l’hôtel et des
prix préférentiels pour les étudiants
au restaurant.
Immobilier en forte hausse
En début d’année, le conseil régional d’Ilede-France a quitté les beaux quartiers de
Paris, du côté des Invalides, pour s’installer
à Saint-Ouen. « C’est un symbole fort, celui
d’une région en prise avec le réel de ses administrés et non enfermée dans le triangle d’or
des ministères », avait déclaré alors
Valérie Pécresse.
L’ouverture d’hôtels et de restaurants
« bobo » a entraîné une demande croissante
dans l’immobilier. En quelques mois,
les prix ont explosé pour dépasser la barre
des 5.000 euros le mètre carré dans
certains quartiers.
« Le quartier des Docks, en bord de Seine,
est particulièrement prisé par les acheteurs,
souvent de jeunes couples de 30-35 ans
du 17e ou 18e arrondissement n’ayant pas
les moyens d’investir à Paris », détaille
Jean Reynaud, agent immobilier
chez Guy Hoquet.
4
À NOTER
En 2019, la ligne 14 sera prolongée
jusqu’à Saint-Ouen.
La Bièvre à l’air libre à Arcueil et Gentilly
Enfermée dans un sarcophage de béton depuis un
demi-siècle, la rivière va ressurgir à l’air libre, bordée
par une promenade. L’enquête publique vient de
démarrer et les travaux sont prévus pour 2019.
Laurence Albert
@L_Albert_
Ville après ville, la rivière de la Bièvre se défait
de son sarcophage de béton et rejaillit à l’air
libre. Le Conseil départemental du Val-deMarne, la Métropole du Grand Paris (MGP),
la Région Ile-de-France, l’agence de l’Eau
Seine-Normandie, ainsi que les communes
d’Arcueil et Gentilly viennent de donner le
coup d’envoi d’une nouvelle tranche de travaux destinée à rouvrir le cours d’eau enfoui.
Longue de 36 kilomètres, la Bièvre, accaparée
par les artisans et les industriels au XIXe siècle − teinturiers, tanneurs −, était devenue un
égout, avant d’être tout bonnement enterrée
dans un sarcophage de béton pour des raisons sanitaires. Le réseau est, d’ailleurs,
utilisé par le SIAAP (syndicat interdépartemental de l’assainissement francilien) pour
PUBLICATION BI-MÉDIA PRESSE + WEB DE VOS APPELS D’OFFRES
RENAISSANCE. Ville après ville, le cours d’eau refait surface. La troisième tranche
de travaux démarrera en 2019. Photo VVVFFrance
acheminer ses eaux usées. Depuis la loi sur
l’eau de 2007, les collectivités ont entamé des
travaux pour lui rendre sa fonction de cours
d’eau dans sa partie aval, fortement urbanisée
(l’amont est déjà à l’air libre). Dès 2010, un
contrat de bassin « Bièvre Aval » avait été
signé par les collectivités du syndicat mixte
du bassin versant de la Bièvre.
omiques
teurs écon
Le média des ac
teurs chaque jour.
lec
0
00
3
avec 67
Pour vos appels d’offres
visibilité
efficacité
ics
isé marchés publ
Le portail spécial
ites/mois.
avec 625 000 vis
sécurité juridique
Tél. : 01 87 39 84 40 | marchespublics@lesechos.fr | http://marches-publics.lesechos.fr/
Remettre de la nature en ville
Une première portion du cours d’eau de
300 mètres a été rouverte à Fresnes, puis une
deuxième à l’Haÿ-les-Roses, en 2016, sur
600 mètres. La troisième tranche de travaux,
qui couvrira le tronçon Arcueil-Gentilly,
démarrera en 2019. « L’objectif est à la fois
écologique, social et économique. Il s’agit de
remettre de la nature en ville, dans un environnement très dense, avec une promenade de
610 mètres bordant le parc du Coteau », explique Bruno Hélin, vice-président du Conseil
départemental du Val-de-Marne, chargé
de l’environnement, des espaces verts
et de la biodiversité.
L’enquête publique a démarré le 17 septembre
dernier. La question des inondations étant
prégnante dans ces territoires, les enquêteurs
se sont penchés, notamment, sur d’éventuels
débordements. Leur texte précise que cette
réouverture aura un effet « neutre » sur
l’écoulement des eaux, mais un impact
« positif » sur le plan écologique. Il précise
toutefois que le bon fonctionnement de cette
Bièvre « renaturée » est conditionné à un bon
entretien des ouvrages, du lit et de la végétation. Le projet coûtera près de 11 millions
d’euros, dont près de la moitié pour la remise
en état de la rivière, le reste étant dévolu
aux chantiers de voirie et d’aménagement.
Le conseil départemental, maître d’ouvrage,
mettra sur la table 2 millions d’euros. La
MGP, compétente en matière de gestion des
milieux aquatiques et de prévention des
inondations de la Bièvre Aval, portera sa
contribution à 2, 5 millions d’euros. Les communes et territoires interviendront pour
assumer les frais de fonctionnement.
Les travaux s’annoncent complexes : il faudra
à la fois recréer le lit de la rivière – avec des
murs de soutènement et des rétrécissements
pour favoriser la biodiversité –, et reconstruire un réseau d’assainissement. Ressuscité
en banlieue, le cours d’eau ne connaîtra pas le
même sort à Paris. Faute de pouvoir cheminer vers la Seine par les rues denses et cossues du 5e arrondissement
– où se trouve la rue de Bièvre −,
il s’arrêtera au périphérique.
4
À NOTER
La Bièvre prend sa source à Guyancourt,
dans les Yvelines, et traverse 4 autres
départements : l’Essonne, les Hautsde-Seine, le Val-de-Marne et Paris.
A Massy, la réouverture de la Bièvre
a été inaugurée en mai dernier.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INITIATIVES LOCALES // 03
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Verneuil-Vernouillet : la déviation avance
Malgré les critiques des opposants au projet, le Conseil
départemental des Yvelines n’entend pas renoncer à la
construction de la voie de contournement de la D154.
Celle-ci doit permettre de réduire le trafic
dans les centres-villes de Verneuil et de Vernouillet.
Alain Piffaretti
« Une balafre de 5 kilomètres pour le bois de
Verneuil », c’est ainsi que le groupe Alternative écologiste et sociale du Conseil régional
d’Ile-de-France a qualifié, le 20 septembre
dernier, le projet de déviation de la D154
pour contourner les centres-villes de
Verneuil-sur-Seine et de Vernouillet. Portée
par le département des Yvelines, l’opération
vient de recevoir l’appui de la région qui a
décidé de débloquer 6 millions d’euros en
faveur de la construction de la déviation.
Mais cette délibération, adoptée dans le
cadre du Plan anti-bouchons de l’Ile-deFrance, a déclenché la colère des conseillers
régionaux verts, qui dénoncent un projet
qui représente « une atteinte irresponsable
à l’environnement ».
L’opération de contournement prévoit la
construction d’une voie nouvelle de 5,5
kilomètres entre Les Mureaux et Orgeval,
à travers la forêt de Verneuil et la plaine
agricole. L’ouvrage nécessite également la
réalisation de quatre carrefours giratoires,
de deux passages souterrains et de voies de
désenclavement des parcelles agricoles et
forestières traversées. Le département a
ajouté la construction de pistes cyclables
le long de la nouvelle voie.
Recours juridiques
OPPOSITION. Contesté depuis près de trente ans, le projet de déviation vient de recevoir l’appui de la région
qui a décidé de débloquer 6 millions d’euros. Photo Shutterstock
décideurs locaux
fr
INFORMATIQUE
INFORMATIQUE
ASSOCIATION POUR LE NOMMAGE INTERNET
EN COOPÉRATION (AFNIC)
ASSOCIATION POUR LE NOMMAGE INTERNET
EN COOPÉRATION (AFNIC)
est nommé directeur partenariats et innovation
devient directeur des ressources humaines, qualité
de vie au travail et juridique
Benoît Ampeau
A 42 ans, il est diplômé de l’université de technologie
de Troyes. C’est en 2013 qu’il a rejoint l’Afnic au sein
du service études et développement pour y être gestionnaire de projets MOA, puis architecte métier. A
partir de 2016, il a assuré le pilotage des Afnic Labs et
la coordination du conseil scientifique de l’Afnic.
Hervé Martin
A 53 ans, ce diplômé de Neoma Business School Rouen
est titulaire d’un master en économie du développement et du CAFDES (diplôme de direction des établissements médico-sociaux). Il a occupé des postes de DRH
dans l’Assurance chômage et pour l’association Anais.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
Les travaux devraient durer deux ans, une
fois les acquisitions foncières réalisées et les
procédures réglementaires (archéologie
préventive, etc.) réalisées. Conçu dans les
années 1980, le projet a été retardé à de
multiples reprises… De nombreux recours
déposés par les associations (devant le
tribunal administratif, la cour d’appel,
le conseil d’Etat, la commission européenne…), tous perdus aujourd’hui, ont
considérabelement retardé le dossier.
De nouvelles actions juridiques sont en
cours, lancées, cette fois, par certains propriétaires des terrains. Or, trente ans après
les premières réflexions sur le projet, les
opposants dénoncent aujourd’hui une opération avec une vision passéiste des mobilités
et de la lutte contre les embouteillages.
Les associations locales fustigent surtout
un massacre de la forêt de Verneuil. « Certes
le bois est déjà grignoté, mais il constitue une
importante réserve de biodiversité avec une
zone humide, des châtaigniers, des fougères,
des bruyères, etc. », soutient Bernard Destombes, le président de l’association Adiv-
Environnement. Des arguments auxquels
le conseil départemental répond par des
impératifs économiques, ainsi que de
sécurité. « Le chantier est indispensable pour
le développement économique de la région.
Il doit permettre de délester les centres-villes,
mais aussi de sécuriser les déplacements »,
estime Jean-François Raynal, vice-président du conseil départemental en charge
des transports. Selon ce dernier, environ
13.000 véhicules circuleraient chaque jour
« La forêt de Verneuil
constitue une
importante réserve
de biodiversité. »
BERNARD DESTOMBES
Président de l’association
Adiv-Environnement
dans les centres-villes. « Ce trafic entraîne
d’importantes nuisances pour les habitants :
ralentissements, pollution, accidents… »
souligne l’élu. Or, pour le département,
la déviation permettrait de réduire
la circulation de moitié.
Un chiffre qui laisse très sceptiques les
opposants : « La déviation ne changera pas
fondamentalement le trafic en centre-ville. Ne
serait-ce qu’en raison de l’existence de la vaste
école privée de Verneuil et ses 3.000 élèves ;
beaucoup de parents déposent leurs enfants
en voiture », affirme Bernard Destombes.
« Et la raison de la sécurité ne tient plus. Il n’y
a pas eu d’accidents graves récents sur cette
route. La vitesse a été fortement limitée dans
les centres-villes. Quelques aménagements
peu onéreux suffiraient pour rendre la route
encore plus sûre », poursuit-il. Une bataille
d’arguments qui résume bien l’incompréhension qui règne entre les deux parties.
Alors que le département a déjà mis la main
sur environ 75 % des terrains concernés, et
espère pouvoir bientôt donner les premiers
coups de pioche, les opposants ont déjà fait
savoir qu’ils ne désarmeraient pas.
4
À NOTER
Le coût de la déviation s’élève, selon
le conseil départemental, à 24 millions
d’euros, pris en charge à 70 % par le
département et à 30 % par la région.
Saint-Germain-en-Laye :
feu vert pour le Tram 13 Express
Les travaux de construction du tunnel piétonnier de jonction entre le futur Tram 13 Express et
la gare du RER devraient démarrer avant la fin de l’année. Le tunnel, équipé de tapis roulants,
doit passer sous le parc du château, ce qui nécessite la coupe des arbres situés au-dessus. La
Direction régionale des affaires culturelles (Drac) avait rendu un avis défavorable au projet
car elle s’opposait à la transplantation des arbres, solution initialement envisagée par la RATP
et Ile-de-France Mobilité. Du coup, les constructeurs ont révisé leur copie, cette seconde fois
approuvée par la Drac. Deux séries de coupes d’arbres sont prévues, l’une de 63 et l’autre de
186 arbres. Ces derniers seront remplacés par de nouveaux arbres plantés aux printemps
2020 et 2021. — A. P.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
Indices des prix des logements anciens – Yvelines
Base 100 en moyenne annuelle 2015 - séries CVS
120
104,5
110
100
90
80
2006
2007
2008
SOURCE : INSEE - NOTAIRES
+0,7 %
2009
L’évolution sur un trimestre des
prix des logements anciens
dans les Yvelines au T2-2018.
2010
2011
2012
+1,8 %
2013
L’évolution sur un an des
prix des logements
anciens dans les Yvelines
au T2-2018.
2014
2015
2016
2017
T2
2018
+101,7 %
L’évolution des prix
des logements anciens dans
les Yvelines depuis l’an 2000.
Les travaux du futur Tram 13 Express nécessiteront la coupe de près de 250 arbres.
Ceux-ci seront toutefois remplacés à terme. Photo Syndicat des Transports d’Île-de-France
Une voie dédiée aux bus
sur l’autoroute A12
Depuis le 21 septembre, les bus peuvent emprunter une voie dédiée de 3,5 kilomètres sur
l’autoroute A12 dans le sens Saint-Quentin-en-Yvelines - Paris à tout moment de la journée.
Cette mesure doit permettre une meilleure régularité des bus, continuellement retardés par
les embouteillages. Afin de ne pas pénaliser la circulation existante, la voie de bus n’empiète
pas sur les voies de circulation. La bande d’arrêt d’urgence a été reconfigurée pour permettre
un double-usage. Désormais dédiée prioritairement aux bus, elle peut être utilisée par les
usagers en urgence absolue. Une expérimentation pour ouvrir également cette voie aux taxis
sera effectuée à la fin de l’année. — A. P.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 // INITIATIVES LOCALES
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
Située près des grandes écoles du plateau de Saclay, la nouvelle résidence étudiante
proposera notamment des espaces de co-working. Photo Laurent Grandguillot/RÉA
MANIFESTATION. Plus de 200 personnes ont participé, mi-septembre, à une marche citoyenne de
Champlan jusqu’à la sous-préfecture de Palaiseau pour s’opposer au projet de parc. Photo Ville de Champlan
Des terres inertes au
cœur d’une polémique
dans la vallée de l’Yvette
Une résidence étudiante façon
« Silicon Valley » à Saclay
Salle récréative, canapés Rubik’s cube, babyfoot, fauteuils bulles, toboggan géant… Bienvenue
dans les résidences étudiantes nouvelle génération proposées par le groupe Kley. Conçue
pour accueillir 408 étudiants, la résidence de 9.600 mètres carrés est située à proximité des
grandes écoles du plateau de Saclay. L’ambition de ces nouvelles résidences est de favoriser
les rencontres et créer des interactions entre les étudiants, dans la veine des entreprises
de la Silicon Valley. Le taux d’occupation a atteint 100 % avant l’ouverture officielle. — L. Ba.
La commune de Villebon-sur-Yvette et l’exploitant ECT
veulent réaliser un parc paysager de 25 hectares
dans la vallée de l’Yvette avec des terres inertes issues
de chantiers BTP environnants.
Lamia Barbot
@LamiaBarbot
« On est en train de préparer une catastrophe
écologique dans la vallée de l’Yvette. » Le maire
de Champlan, Christian Leclerc, ne mâche pas
ses mots. Début septembre, plus de 200 personnes, le maire en tête, mégaphone à la main,
ont participé à une marche citoyenne depuis la
mairie de Champlan, jusqu’à la sous-préfecture
de Palaiseau. L’objet de la manifestation ? Dire
« Non à la montagne de déchets », « Non aux
lobbies », « #BalancePasTesDechets », pouvait-on lire sur les différentes pancartes.
En cause, un projet de parc paysager à Villebon-sur-Yvette constitué de terres issues de
chantiers du BTP. L’entreprise ECT, en charge
du projet, est spécialisée dans ce type d’opération. « Le métier d’ECT c’est d’utiliser des terres
du BTP pour aménager, avec les collectivités, des
espaces verts, des fermes, des golfs ou encore des
centres équestres », explique Laurent Mogno,
président de l’entreprise. « Avec le maire de
Villebon, nous avons identifié un terrain avec un
enjeu important étant donné la situation très
dégradée du site : occupations illégales, présence
de déchets… » poursuit le dirigeant qui assure
« garantir un contrôle strict de l’origine des
terres avec une traçabilité complète et transparente ». Pas de quoi rassurer le maire de Champlan. « Je ne comprends pas ce qui se trame mais
une chose est sûre, je ne peux pas laisser faire
ça », assure Christian Leclerc.
Origine des terres
Des questions subsistent. D’abord concernant
l’origine des terres. « Au début, on nous a dit
que ce seront les terres issues des chantiers de
la ligne 15 du Grand Paris Express mais la
Société du Grand Paris a répondu ne pas avoir
signé de convention ni avec ECT ni avec la ville
de Villebon », indique l’élu. Réponse du res-
ponsable d’ETC. « Je n’ai pas compris si les
populations sont pour ou contre la venue de
terres du futur métro. Une chose est sûre, il ne
s’agira pas de terres issues des tunneliers car
elles sont trop souples et non adaptées pour la
création d’un parc. En revanche, il pourra
s’agir de terres issues de l’excavation des futures gares si elles sont de bonne nature. »
Autre inquiétude, la situation du futur parc
paysager dans la vallée de l’Yvette. En 2015, un
parc paysager « test » a été créé sur quatre
hectares de la prairie de Villebon, piloté par
l’entreprise ECT. Là encore, les avis divergent.
Pour le maire de Champlan, ce parc est la
preuve des dégâts causés par les déchets inertes. « Aujourd’hui, plus rien ne pousse sur cette
partie du parc alors que tout autour il y a de la
forêt », explique l’édile avant d’insister sur les
conséquences désastreuses sur la rivière. « La
création de collines artificielles si près de l’Yvette
a entraîné des difficultés pour la rivière de sortir
de son lit en 2016 lors des fortes pluies. »
Pourtant Laurent Mogno insiste, « on ne met
pas de terres dans le fond de la vallée. Il n’y
aura pas un seul mètre cube de terre là où l’eau
pouvait s’étendre ou avait l’habitude de le
faire », assure-t-il. Selon lui, le site est constitué de buttes non entretenues qui laissent
l’eau ruisseler. « L’avantage de notre projet est
d’ajouter des terres sur les buttes, ce qui permettra de diminuer de 75 % le ruissellement. »
Après la clôture de l’enquête publique, la
décision est dans les mains du préfet de
l’Essonne qui devrait rendre sa décision dans
les semaines qui viennent.
Les jeunes du département pourront proposer des actions citoyennes
contre la discrimination et gagner des prix pour les réaliser. Photo Shutterstock
4
L’école de la Sablière de Mennecy
agrandie pour la rentrée 2019
À NOTER
Les habitants de la Vallée de l’Yvette ont
lancé une pétition sur le site change.org qui
a recueilli à ce jour plus de 6.000 signatures.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
Le département de l’Essonne
lance son premier prix citoyen
Jusqu’au 21 octobre, les jeunes habitants du département, âgé de 16 à 25 ans, peuvent participer au premier prix citoyen organisé par le conseil départemental. L’idée est de proposer
des actions citoyennes au service des autres dans l’un des trois thèmes suivants : la lutte
contre les violences sexistes et sexuelles ; la sensibilisation à l’égalité entre les femmes et
les hommes ; et la lutte contre les discriminations notamment le harcèlement scolaire et les
actions et initiatives visant à développer une citoyenneté effective. Les trois meilleurs projets
de chacune de ces catégories seront récompensés par des prix allant de 500 à 1.000 euros
qui serviront à les réaliser. — L. Ba.
Dotée de nouvelles salles de classe, l’école de la Sablière deviendra une école
exclusivement élémentaire à la rentrée 2019/2020. Photo Mairie de Mennecy
Mi-septembre, le maire (UDI) de Mennecy, Jean-Philippe Dugoin-Clément, a présidé la cérémonie de pose de la première pierre de la future extension de l’école de la Sablière. Le nouveau bâtiment sera situé à la place de l’ancien garage municipal, déménagé au niveau du parc
de Villeroy avant l’été. L’extension permettra de créer un restaurant scolaire, trois salles
de classe et une salle polyvalente pour la rentrée 2019. En 2017, c’était l’école de l’Ormeteau
qui avait été agrandie. A terme, l’école de la Sablière sera exclusivement réservée au niveau
élémentaire et l’Ormeteau sera uniquement une école maternelle. — L. Ba.
Indices des prix des logements anciens – Essonne
Base 100 en moyenne annuelle 2015 - séries CVS
120
103,2
110
fr
100
90
80
2006
2007
2008
SOURCE : INSEE - NOTAIRES
–0,3 %
2009
L’évolution sur un trimestre des
prix des logements anciens en
Essonne au T2-2018.
2010
2011
+1 %
2012
2013
L’évolution sur un an des
prix des logements anciens
en Essonne au T2-2018.
2014
2015
2016
2017
T2
2018
+100,4 %
L’évolution des prix
des logements anciens en
Essonne depuis l’an 2000.
décideurs locaux
ÉDUCATION
AÉRONAUTIQUE
ÉCOLE POLYTECHNIQUE
DAHER
est nommé directeur de la formation
humaine et militaire
est nommé directeur qualité et excellence
opérationnelle
Bertrand Leduc
Diplômé de l’Ecole spéciale militaire de SaintCyr en sciences de l’ingénieur, ce colonel est
affecté, en 2015, à l’Ecole militaire de haute
montage (EMHM) en tant que directeur
général de la formation avant d’en prendre le
commandement. Précédemment, il était
devenu professeur à l’Ecole d’Etat-major.
Olivier Dumas
Diplômé de l’Ensae (Sup’Aero), il est entré,
en 2014, chez Daher où il a été vice-président des programmes aérostructures &
systèmes. Il a également été responsable
des achats généraux du groupe Airbus,
puis directeur des opérations du constructeur aéronautique Reims Aviation.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INITIATIVES LOCALES // 05
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
Le permis de construire de la gare
du Triangle de Gonesse signé
Le préfet du Val-d’Oise a signé le permis de construire de la gare du Triangle de Gonesse situé
sur la future ligne 17 du métro du Grand Paris Express. Un soulagement pour les élus alors
que les lignes 17 et 18, il y a un an, semblaient sur la sellette. Or, en l’absence de ligne 17, le
gigantesque projet dédié aux loisirs et aux commerces EuropaCity serait condamné. La gare
du Triangle de Gonesse sera la seule située dans le Val-d’Oise sur les 63 que compte le Grand
Paris Express. La ligne, qui devrait être mise en service d’ici à 2027, permettra de rejoindre
l’aéroport Charles-de-Gaulle en 10 minutes et la gare de Saint-Denis Pleyel en 13 minutes. Elle
devrait, à terme, accueillir 15.000 voyageurs par jour. — F. R.-G.
CHANTIER. Racheté en 2016, l’imposant édifice médiéval n’était plus entretenu depuis dix ans.
Photo Shutterstock
Le loto du patrimoine
à la rescousse
du château de Vigny
Le domaine de Vigny, dans le Vexin, a nécessité
d’importants travaux de sauvegarde pour éradiquer
la mérule. Et le chantier « monuments historiques »
va dépasser 5 millions d’euros.
Florence Renard
@FlorenceRG
« Les Barbouzes », « On a retrouvé la septième
compagnie » ou encore la vidéo de la chanson
« Te Amo » de Rihanna… Au total, quatorze
films et clips ont été tournés au château
de Vigny, imposant édifice médiéval de
4.000 mètres carrés et de 176 pièces, construit
en 1504 par le cardinal d’Amboise. Seulement
ce château, inscrit aux monuments historiques depuis 1984, qui comprend aussi
8 dépendances et un parc classé de 18 hectares, tombe en décrépitude.
Il fait partie des treize sites franciliens, et le
seul du Val-d’Oise, retenus pour bénéficier des
gains tirés du Loto du patrimoine. Si le tirage
spécial du 14 septembre a permis de récolter
de 15 à 20 millions d’euros, selon la Française
des Jeux, l’actuel propriétaire du château,
Fabrice Levesque, ne connaîtra la somme
qu’il recevra qu’en octobre.
Fabrice Levesque a acheté le château via une
SCI en 2016 au groupe japonais Mizumoto qui,
jusqu’en 2014, y gérait une école de gastronomie
française pour de riches étudiants nippons.
Mais le bâtiment n’était plus entretenu depuis
dix ans. Et surtout, il s’est révélé menacé par la
mérule, un champignon lignivore qui s’attaque
au bois. Une invasion qui a surpris Fabrice
Levesque. « Lorsque nous avons acheté, on savait
qu’il y avait quelques petites attaques », racontet-il. « Mais après étude, il est apparu que plus de
80 poutres porteuses étaient mangées » et « nous
avons été obligés d’étayer entièrement le château
par mesure de sécurité ».
Les travaux de sauvegarde sont alors évalués à
près de 600.000 euros. Un montant pris en
charge à hauteur de 18 % par la Drac Ile-deFrance, à 18 % par la région Ile-de-France, à
15 % par le département et le reste par le propriétaire. Mais la facture a été alourdie de la
même somme, soit 600.000 euros, pour un
traitement antiparasitaire capable de faire
disparaître la mérule. Soit un coût total
de près de 1,2 million d’euros.
S’ajoute le chantier « monuments historiques »,
qui dépasse 5 millions d’euros, pour restaurer le
clos couvert, refaire totalement la couverture,
les maçonneries et vidanger les douves. L’Etat
paie 15 % des travaux, le reste, financé par crédit
bancaire, est à la charge du propriétaire.
Un projet d’économie touristique
Une fois les travaux finalisés, Fabrice Levesque espère pouvoir « créer un projet d’économie touristique » tourné vers l’extérieur qui
pourrait accueillir un hôtel de luxe. Des
études sont en cours mais « tout reste à imaginer ». « Je n’ai aucune certitude », insiste
Fabrice Levesque. « On avance à tâtons car ce
projet est soumis à de nombreux facteurs de
solvabilité ». D’abord la mise aux normes du
château, au regard par exemple du risque
incendie ou de l’accessibilité aux handicapés.
Une étape complexe. Ensuite, le financement
qui « reste entièrement à déterminer », explique le propriétaire du château. « On n’a
qu’une seule certitude, c’est que la mérule est
en passe d’être complètement éradiquée »,
poursuit Fabrice Levesque. Mais il est impératif de « trouver une destination au château »
qui, inhabité et non chauffé, peut, à nouveau,
« se détériorer rapidement », prévient-il. n
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
La gare du Triangle de Gonesse devrait entrer en service en 2027.
Photo Société du Grand Paris / Atelier Novembre
Les berges de l’île de la Cohue,
à L’Isle-Adam, vont être rénovées
L’île de la Cohue est la plus petite des trois îles de l’Isle-Adam et tire son nom des foules qui se
pressaient pour assister à des fêtes sous l’Ancien Régime. Elle va faire l’objet d’une rénovation
de ses berges dans le cadre d’un projet qui fait partie du programme du Syndicat Mixte des
Berges de l’Oise (SMBO). Le chantier doit être lancé dans les prochains jours sur la face sud du
site, en face du mur du Cabouillet, récemment réhabilité. Le réaménagement des berges va
permettre de recréer une plage et une roselière. En outre, des plates-formes d’observation
seront installées pour le public au-dessus de la végétation pour ne pas l’abîmer. Les travaux
sont estimés à 108.000 euros. — F. R.-G.
Le réaménagement des berges va permettre de recréer une plage et une roselière.
Photo Sanchalex / CC By SA 3.0
Le lavoir du Chenêt, à Cormeillesen-Parisis, va être restauré
La municipalité de Cormeilles-en-Parisis a décidé de restaurer le lavoir du Chenêt situé au
cœur du centre historique, à côté de l’église Saint-Martin, classée Monument historique. Le
projet prévoit de consolider les sols et de restaurer la façade, les galeries de captage et les
bassins en pierre. Pour financer ces travaux, évalués à 500.000 euros, une souscription a été
lancée sur le site Internet de la Fondation du patrimoine. Entreprises et particuliers sont
appelés à participer. Les travaux pourraient débuter dès le mois de mars prochain. — F. R.-G.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
La municipalité souhaite remettre en eau l’ancien lavoir, vieux de cinq siècles.
Indices des prix des logements anciens – Val-d’Oise
Base 100 en moyenne annuelle 2015 - séries CVS
Photo Ville de Cormeilles en Parisis / agence Sunmetron
120
103,2
110
100
90
80
fr
2006
2007
2008
SOURCE : INSEE - NOTAIRES
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
T2
2018
–0,1 %
+0,9 %
+112,8 %
L’évolution sur un trimestre
des prix des logements
anciens dans le Val-d’Oise
au T2-2018.
L’évolution sur un an des
prix des logements anciens
dans le Val-d’Oise
au T2-2018.
L’évolution des prix des
logements anciens dans le
Val-d’Oise depuis l’an 2000.
décideurs locaux
ADMINISTRATION
DISTRIBUTION
AGENCE NATIONALE DE SÉCURITÉ SANITAIRE
DE L’ALIMENTATION, DE L’ENVIRONNEMENT
ET DU TRAVAIL (ANSES)
HAMMERSON
Hervé Deniau
Agathe Denéchère
prend la tête du centre commercial
les 3 Fontaines
Ancienne élève de l’ENA, elle a intégré, en
2014, la direction de la sécurité sociale comme
sous-directrice des retraites et des institutions
de la protection sociale complémentaire.
Agé de 45 ans, il a rejoint Hammerson en
2004. En 2015, il est devenu responsable de
la commercialisation, chargé notamment
de la pré-commercialisation de l’extension
des 3 Fontaines.
est nommée DGA
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
ANNLEGALWK
75 • PARIS
SOCIETES
191246B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
28/09/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
P2B
Objet social : toutes opérations d’acquisition, mise en valeur, administration, location, vente en totalité ou par parties de
biens immobiliers et mobiliers en France
et à l’étranger, l’activité de marchands de
biens et l’achat de tous immeubles en
vue de les revendre
Siège social : 24 rue Charlot, 75003 PARIS Capital : 999 € Président : M. Julien PIETRZAK demeurant : 1 rue de la
fraternité, 69100 VILLEURBANNE élu
pour une durée indéterminée Admission
aux assemblées et exercice du droit de
vote : chaque associé est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clause d’agrément : toute
cession de titres est soumise à l’agrément préalable de la collectivité des associés statuant à la majorité des voix des
associés disposant du droit de vote. Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
191329B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/06/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
rattacher directement ou indirectement à
l’objet social.
Siège social : 195 boulevard Malesherbes, Chez W & Company S.A.S., 75017
Paris Sigle : SGCW S.A.S. Nom
commercial : STUDIO GRAPHIQUE
CW Capital : 1000 € Président : Mlle
Camille Wathier demeurant : 178 rue Legendre, 75017 Paris élu pour une durée
indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
191539B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/10/2018 il a été constitué une SAS à
capital variable nommée :
STORM 42
Objet social : l’organisation et la promotion de jeux
Siège social : 69 rue desnouettes,
75015 Paris Sigle : ST42 Nom commercial : STORM 42 Capital minimum :
100 €, en dessous duquel il ne peut être
réduit Capital initial : 1000 € Capital
maximum : 1000000 € Président : M.
Nadjim Megdoud demeurant : 6 rue de la
comédie, 91560 Crosne élu pour une durée indéterminée DG : M. Ahmed Bouhassoun demeurant : 69 rue desnouettes
75015 Paris. Durée : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris
LABRAX
Objet social : conseil et prestation de
service
Siège social : 1 rue pajou, 75016 Paris
Capital : 100 € Gérance : M. charles
DUCLERT, 1 rue Pajou, 75016 Paris Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
191342B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
28/09/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
CONCORDIA BILINGUAL
SCHOOL
Objet social : Formation et enseignement bilingue d’enfants et d’adolescents ; école maternelle et primaire bilingue ; activités extra scolaires
Siège social : 7 RUE VINEUSE, 75116
PARIS Capital : 2000 € Président :
Mme AURORE LONGUET GRIERSON
demeurant : 7 RUE VINEUSE, 75116
PARIS élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
191516B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/09/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
JBH
Objet social : Toutes prestations de services et de conseils en matière de ressources humaines, informatique, management, communication, finance,
juridique, marketing et achats envers ses
filiales et participations directes ou indirectes ou envers toutes sociétés.
Siège social : 14 rue de la Dhuis, 75020
Paris Capital : 10 € Président : M. JeanDominique Bataille demeurant : 14 rue
de la Dhuis, 75020 Paris élu pour une
durée indéterminée Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Paris
191519B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/09/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
VEZON PARTICIPATIONS
Objet social : Détention et gestion de
participations dans d’autres sociétés.
Siège social : 14 Rue Charles V, 75004
Paris Capital : 100 € Président : M. Olivier Lestang demeurant : 2 Rue du Renard, 75004 Paris élu pour une durée indéterminée Les actions ont la forme
nominative. Elles donnent lieu a une inscription a un compte ouvert par la Société au nom de l’associé dans les conditions et selon les modalités prévues par
la loi et les règlements en vigueur. Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
12121239 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte SSP à Paris le 27/9/2018, aux
termes des décisions de l’associé
commandité du 27/9/2018 et des décisions de la gérance du 27/9/2018, il a été
constitué une SLP ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : Asmodée Co-Invest
S.L.P.
Capital : Variable. Minimum de 1 euro.
Siège social : 232, rue de Rivoli 75001 Paris.
Objet : Réaliser la Transaction et pour
cela lever des fonds auprès d’investisseurs et plus particulièrement, mais non
limitativement, d’identifier, de rechercher,
de négocier, de réaliser, de vérifier et de
surveiller la progression des investissements dans le Groupe Cible, et de réaliser, d’échanger ou de distribuer ou disposer des investissements, y compris,
mais sans limitation, l’achat, la souscription, l’acquisition, la vente et la cession
de titres, d’obligations, d’obligations
convertibles, options de souscription
d’actions, bons de souscription ou toute
autre valeur mobilière, ainsi que le recours à l’emprunt ou l’octroi de prêts garantis ou non à de telles sociétés, l’octroi
de toutes garanties, engagements, indemnités, ou sûretés de toute nature y
compris tout nantissement, hypothèque
ou tout acte garantissant les engagements du Fonds ou de tiers y compris
tout Véhicule Alternatif, Autre Fonds de
Co-investissement, Société Holding d’investissement, société constituée dans le
cadre de la structuration d’un investissement, la Société du Portefeuille et les
équipes de gestion de cette Société du
Portefeuille en ce qui concerne leur coinvestissement direct ou indirect avec le
Fonds.
Durée : 10 ans, jusqu’au 20/9/2028.
Gérant : PAI PARTNERS, SAS,
232, rue de Rivoli - 75001 Paris, 443 837
331 RCS PARIS.
Associé Commandité : PAI EUROPE
VII CO-INVEST GP SAS, SAS, 232, rue
de Rivoli - 75001 Paris, 842 612 830 RCS
PARIS.
Commissaire aux comptes titulaire : PRICEWATERHOUSECOOPERS AUDIT, SAS, 63, rue de Villiers 92200 Neuilly-sur-Seine, 672 006 483
RCS NANTERRE.
La société sera immatriculée au RCS
de Paris.
185179A – LES ECHOS
Par ASSP du 27/08/18,il a été constitué
une SAS dénommée ISLERO.Siège social :231 rue saint-honoré 75001 Paris.Capital :2500 €.Objet :L’intermédiation en matière d’achat,de vente,de
location de biens immobiliers pour le
compte de tiers,la gestion immobilière,le
syndic,la cession et transmission d’entreprises,et toutes activités se rapportant directement ou indirectement à l’objet social ainsi défini.Président :M.Jimmy
Dhiu,7 rue bélidor 75017 Paris.Durée :99
ans.Immatriculation au RCS de PARIS
191528B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/09/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
STUDIO GRAPHIQUE CW S.A.S.
Objet social : La réalisation et la
commercialisation de prestations de
conseil en communication ; La réalisation
et la commercialisation de prestations de
création graphique ; La participation de la
société, par tous moyens, à toutes entreprises ou sociétés créées ou à créer,
pouvant se rattacher à l’objet social ; Et
plus généralement, toutes opérations industrielles, commerciales et financières,
mobilières et immobilières pouvant se
185182A – LES ECHOS
Par ASSP du 31/08/18,il a été constitué
une SAS dénommée LEHMANN
CONSULTING.Siège social :21 bd de rochechouart 75009 Paris.Capital :1 €.Objet :Courtage en assurance,démarchage
bancaire et financier,conseil en investissement financier,conseil en ingénierie financière et patrimoniale,activité de trans
a
c
t
i
o
n
s
immobilières.Président :M.CEDRIC
LEHMANN,21 bd de rochechouart 75009
Paris.Durée :99 ans.Immatriculation au
RCS de PARIS
185186A – LES ECHOS
188782A – LES ECHOS
Par acte SSP du 25/08/2018 constitution
de la SASU LES BELLES HERBES. Capital : 15000 euros. Siège social : 22 rue
pierre leroux 75007 paris. Objet : import
de tous produits alimentaires. Président
flore haezebrouck 22 rue pierre leroux
75007 paris. Durée : 99 ans à compter
de l’immatriculation au RCS de Paris.
Par acte SSP du 21/08/18 il a été constitué une SCI : CONDE-BERTHEAUME
Capital : 100 € Siège social : 8 rue du
commandant Lamy 75011 PARIS Objet
social : La prise de participation par
achat, souscription, apport, fusion et par
tout autre moyen, et la gestion de toutes
valeurs mobilières, ainsi que l’acquisition
de tous biens mobiliers ou immobiliers,
directement ou par l’intermédiaire de
toute société ou entité juridique Gérance : Mr Fernando CONDE demeurant
au 8 rue du commandant Lamy 75011
PARIS Cessions de parts sociales : les
parts sociales sont librement cessibles
au profit d’un associé. Toute cession à
un tiers de la société est soumise au
préalable à agrément de la collectivité
des associés réunis en Assemblée Générale. Durée de la société : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de PARIS.
185230A – LES ECHOS
Par ASSP du 16/08/18,il a été constitué
la SCI dénommée TOVA DEUX.Siège
social :85 bv saint-michel 75005 Paris.Capital :10000 €.Objet :acquisition et
gestion de biens mobiliers et immobiliers.Gérance :M.MICHAËL BENDAVID,2 rue de fleurus 75006 Paris. ; M.
JACQUES BENDAVID,85 bv saint-michel 75005 Paris.Cessions soumises à
agrément.Durée :99ans.Immatriculation
au RCS de PARIS.
185368A – LES ECHOS
188832A – LES ECHOS
Par ASSP du 30/08/18,il a été constitué
une SAS dénommée RUNAGRO.Siège
social :18 square jean thébaud 75015
Paris.Capital :5000 €.Objet :Le
Commerce de détail et demi gros de tous
produit alimentaire à l’exception de tout
alcool.Président :M.Guillaume ENGUEHARD,18 square jean thébaud 75015
Paris.Durée :99 ans.Immatriculation au
RCS de PARIS
Suivant acte SSP du 30/08/2018 constitution d’une SASU : SASU FAYSSE ; Capital social : 100 € ; Siège social : 6
cour Saint Pierre 75017 PARIS Objet :
Participation par achat souscription apport fusion et par tout autremoyen et la
gestion de toutes valeurs mobilières et
l’acquisition de tous biens mobiliers et immobiliers ; Président : Mme Delphine
FAYSSE demeurant au 6 cour Saint
Pierre 75017 PARIS, élu pour une durée
illimitée ; Admission aux assemblées et
exercice du droit de vote : chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées.
Chaque action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : Les actions sont
librement cessibles entre actionnaires
uniquement avec accord du Président de
la société. Durée de la société : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de PARIS.
185411A – LES ECHOS
Par ASSP du 27/08/18 il a été constitué
une SAS dénommée ENGINEERING
METHOD.Siège social : 24 rue de clichy
75009 Paris.Capital :20000 €. Objet : Ingénierie et études techniques. Conception, Etude et Réalisation de tous projet
immobilier. Président : Mme Elodie LARGILLIERE 15 rue charles de gaulle
02390 Origny ste benoite. Durée :99ans.
Immatriculation au RCS de PARIS.
185415A – LES ECHOS
Par ASSP du 28/08/18 il a été constitué
une SAS dénommée AUTOCHATIC.
Siège social : 11 rue de cambrai 75019
Paris. Capital :100 €. Objet : Développement de la plateforme chatbot autochatic.com, services de conseil relatifs aux
interfaces conversationnelles, chatbots,
développement de logiciels d’automatisation. Président : M. Kasun Dinal Kurukulasooriya 21 rue godillot 93400 Saint
ouen. Durée :99ans. Immatriculation au
RCS de PARIS.
188698A – LES ECHOS
Par acte SSP du 03/09/18 il a été constitué une SCI : SCI HORIZON Capital : 100 € Siège social : 63 rue de la
Roquette 75011 PARIS Objet social : La
prise de participation par achat, souscription, apport, fusion et par tout autre
moyen, et la gestion de toutes valeurs
mobilières, ainsi que l’acquisition de tous
biens mobiliers ou immobiliers, directement ou par l’intermédiaire de toute société ou entité juridique Gér a n c e : M r C h a r l e s
MOUREAU demeurant au 63 rue de la
Roquette 75011 PARIS Cessions de
parts sociales : les parts sociales sont
librement cessibles au profit d’un associé. Toute cession à un tiers de la société
est soumise au préalable à agrément de
la collectivité des associés réunis en Assemblée Générale. Durée de la société : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de PARIS.
188719A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 07/09/2018 constitution d’une SASU : SASU BEURET ;
Capital social : 100 € ; Siège social :
40 bis, rue du Faubourg Poissonnière
75010 PARIS Objet : Participation par
achat souscription apport fusion et par
tout autremoyen et la gestion de toutes
valeurs mobilières et l’acquisition de tous
biens mobiliers et immobiliers ; Président : Mr Bastien BEURET demeurant
au 40 bis, rue du Faubourg Poissonnière
75010 PARIS, élu pour une durée illimitée ; Admission aux assemblées et exercice du droit de vote : chaque actionnaire
est convoqué aux Assemblées. Chaque
action donne droit à une voix. Clauses
d’agrément : Les actions sont librement
cessibles entre actionnaires uniquement
avec accord du Président de la société.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de PARIS.
188756A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 08/08/2018 constitution d’une SASU : SASU CHARLES
EBIKEME ; Capital social : 100 € ;
Siège social : 68 rue Damrémont 75018
PARIS Objet : Participation par achat
souscription apport fusion et par tout autremoyen et la gestion de toutes valeurs
mobilières et l’acquisition de tous biens
mobiliers et immobiliers ; Président : Mr
Charles EBIKEME demeurant au 68 rue
Damrémont 75018 PARIS, élu pour une
durée illimitée ; Admission aux assemblées et exercice du droit de vote : chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à
une voix. Clauses d’agrément : Les actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée de la société : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de PARIS.
191209A – LES ECHOS
AVIS DE CONSTITUTION
Aux termes d’un acte SSP en date à PARIS du 05/09/2018, il a été constitué une
SARL dénommée BASTIREST, au capital de 10000 euros, dont le siège social
est sis 5 boulevard Beaumarchais,
75004 PARIS, d’une durée de 99 ans
Objet social : - La gestion et l’exploitation directe ou indirecte, notamment par
contrat de location-gérance, de commerces de restauration à service rapide à enseigne KFC,
Gérance : Monsieur Thierry ABRIEU demeurant 6 rue Albéric de Calonne, 80000
AMIENS
Immatriculation de la Société au RCS
PARIS
Pour avis La Gérance
191361A – LES ECHOS
191480A – LES ECHOS
AVIS DE CONSTITUTION
Par acte SSP du 15/09/2018 il a été
constitué une SARL à associé unique dénommée : F LAB Siège social : 66 avenue des champs elysées 75008 PARIS
Capital : 800.000 € Objet : La prise d’intérêt sous quelque forme que ce soit et
notamment par souscription ou rachat de
toutes valeurs mobilières. Gérant : M.
TCHILINGUIRIAN Daniel 61 Rue Perronet 92200 NEUILLY SUR SEINE Durée :
99 ans à compter de l’immatriculation au
RCS de PARIS
Aux termes d’un acte sous signature privée en date à PARIS du 14/09/2018, il a
été constitué une société présentant les
caractéristiques suivantes :
Forme sociale : Société civile
Dénomination sociale : CAMAS SC
Siège social : 112 rue Nollet, 75017 PARIS
Objet social : - la participation de la société, par tous moyens, directement ou
indirectement, dans toutes entreprises
ou personnes morales, par voie de création de société nouvelles, d’apport, de
souscription ou d’achat de titres ou de
droits sociaux, de fusion ou autrement,
de création, d’acquisition, de location, de
prise en location-gérance de tous fonds
de commerce ou établissements ; la
prise, l’acquisition, l’exploitation ou la
cession de tous procédés et brevets
concernant ces activités ;
- la gestion de ces participations ;
- et plus généralement, la réalisation de
toutes opérations se rattachant directement ou indirectement à l’objet social
sus-indiqué, pourvu que ces opérations
n’affectent pas le caractère civil de la société.
Durée de la Société : 99 ans à compter
de la date de l’immatriculation de la Société au RCS
Capital social : 2 euros, constitué uniquement d’apports en numéraire
Gérance : Monsieur Alexandre DEJOIE,
demeurant 112 rue Nollet, 75017 PARIS
Clauses relatives aux cessions de parts :
agrément des associés représentant au
moins les trois-quarts des parts sociales
requis dans tous les cas, excepté la cession à un associé uniquement.
Immatriculation de la Société au RCS de
PARIS. Pour avis. La Gérance.
191369A – LES ECHOS
Par acte SSP du 01/10/2018 il a été
constitué une SARL dénommée : SEVESTRE CONSEIL Siège social : 71
avenue marceau 75116 PARIS Capital :
1.500 € Objet : La Société a pour objet :
-Conseils en stratégie et organisation ;
-La réalisation de prestations de services
en matière de conseil, gestion, études de
marché, prospection commerciale ; -Activité de prestations de formation continue d’adultes ; Gérant : Mme SEVESTRE Marie 67 Rue LAUGIER 75017
PARIS Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PARIS
191511A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP à Paris, en
date du 17/09/2018, il a été constitué la
société suivante : Forme Société civile
immobilière. Capital de 1.000 € Objet est
l’acquisition, la vente, la location de biens
immobiliers, de terrains, et leurs gestions
sous toutes ses formes à condition
qu’elle conserve un caractère strictement
civil. La dénomination est LELS42, le
siège social est situé 93 rue La Fayette
75010 Paris. Durée de 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris.
Gérant : M. ELOY Sidney, demeurant 51
Rue du Bois de Boulogne 92200 Neuilly
sur Seine, pour une durée illimitée. Cessions des parts sociales : Elles sont libres entre associés et avec agrément
des associés donné dans la forme d’une
décision collective extraordinaire en cas
de cession à des tiers.
191613A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 25/09/2018 constitution de la SASU URBANTYPER. Capital fixe : 300 €. Siège social : 107 RUE
DE REUILLY- ESC 1 - ETG 7 - PORTE
56 75012 PARIS. Objet social :
COMMUNICATION, GRAPHISME, DEVELOPPEMENT INFORMATIQUE, EDITION, PHOTOGRAPHIE, PRISE DE
VUE ET MONTAGE VIDEO, PROMOTION DE DESIGN, CONSEIL EN ENTREPRISE, VENTE DE PRODUITS DIVERS NON REGLEMENTES.
Président : Mr LECHAT JEAN-NICOLAS demeurant 107 RUE DE REUILLYESC 1 - ETG 7 - PORTE 56 75012 PARIS. Durée de la société : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de PARIS.
191643A – LES ECHOS
Suivant acte reçu par Maître BAUD Olivier, Notaire Associé de la Société Civile
Professionnelle « Olivier BAUD Bernadette NEUVECELLE et Isabelle PEPINFAVIER », titulaire d’un Office Notarial à
EVIAN LES BAINS 74500 (Haute-Savoie), 1, avenue Jean Léger, le 6 juillet
2018, a été constituée une société civile
immobilière ayant les caractéristiques
suivantes :
CAP SUD
191213A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous seing privé en
date, à Paris du 24 septembre 2018, il a
été constitué la société suivante :
Dénomination : SCCV 15/17/19 ALLEE
DE LA JUSTICE
Forme : Société Civile Immobilière de
Construction Vente
Objet : toutes opérations en vue de la
réalisation d’un programme immobilier visant à l’édification, au 15-17-19 allée de
la JUSTICE et 9-11 chemin des HAUTS
à VILLIERS SUR MARNE (94350), d’un
immeuble à usage d’habitation comprenant 73 logements et la vente en totalité
ou par fraction dudit immeuble.
Siège social : 89 rue de Lauriston 75116
PARIS
Durée : 30 ans
Capital : 1.000 euros
Gérante : S.M.B.I., Société à Responsabilité Limitée sise 89 rue Lauriston angle
52 rue Boissière 75116 PARIS, RCS PARIS 494 240 385
Transmission des actions : les parts
sont librement cessibles entre associés
et au profit des descendants, ascendants
ou conjoints des associés. Toute autre
cession est soumise à l’agrément, tel que
prévu à l’article 15 des statuts
La société sera immatriculée au RCS de
PARIS
191247A – LES ECHOS
Par acte SSP du 28 09 2018 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination :
RENO-BATI. Sigle : R.B. Capital social :
2.500 €. Siège social : 64 rue Sedaine
75011 PARIS. Durée : 99 ans. Objet :
Travaux de bâtiment en général et vente
de tous produits non réglementés. Président : Mr REBELLON VILLA César Augusto demeurant 64 rue Sedaine 75011
PARIS. Chaque action donne droit à la
participation aux assemblées et au vote,
les cessions sont libres. Immatriculation
au RCS de PARIS
191338A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 11/09/2018 constitution de la SAS MARJ TECHNOLOGY.
Capital fixe : 1000 €. Siège social : 7
IMPASSE SAINT FRANCOIS 75018 PARIS. Objet social : CONSULTING INFORMATIQUE ROBOTIQUE. Président : Mr LAPOLICE RAOUL demeurant
2 PLACE PABLO PICASSO 77420
CHAMPS SUR MARNE. Durée de la société : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de PARIS.
191390A – LES ECHOS
Par acte sous seing privé en date du
01/10/2018 il a été constitué une SARLprésentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :
France Rose Dorée Cosmétiques
SARL
Siège social : 37 rue des Mathurins,
75008 Paris.
Objet social : La société a pour objet la
recherche, la distribution, l’import-export
des produits cosmétiques.
Capital social : 1000 euros, durée de la
société 99 années à compter de l’immatriculation au RCS de Paris
Gérant : Madame Luping Liu
Demeurant : N.50, zhong mo pan shan,
mo pan village, ville de Pu Lan Dian, Liao
Ning (Chine).
191459A – LES ECHOS
Par acte SSP du 01 10 2018 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : HALLIENCE. Capital social : 250 euros.
Siège social : 49/51 rue de Ponthieu Immeuble D 75008 PARIS. Durée : 99 ans.
Objet : Services et conseils aux entreprises, management et délégation de personnel, communication, publicité, recherche de clientèle. Président : Mme
RAMALHO Christelle demeurant 8 T Impasse Pierre Degeyter 93100 MONTREUIL. Chaque action donne droit à la
participation aux assemblées et au vote,
les cessions sont libres. Immatriculation
au RCS De PARIS
La société a pour objet : l’acquisition, en
état futur d’achèvement ou achevés, l’apport, la propriété, la mise en valeur, la
transformation, la construction, l’aménagement, l’administration, la location et la
vente (exceptionnelle) de tous biens et
droits immobiliers, ainsi que de tous
biens et droits pouvant constituer l’accessoire, l’annexe ou le complément des
biens et droits immobiliers en question.
Le siège social est fixé à : 4 rue de Chanaleilles 75007 PARIS.
La société est constituée pour une durée
de 99 années
Le capital social est fixé à la somme de :
MILLE EUROS (1 000,00 EUR).
Les apports sont constitués uniquement
d’apport en numéraire.
Toutes les cessions de parts, quelle que
soit la qualité du ou des cessionnaires,
sont soumises à l’agrément préalable à
l’unanimité des associés.
Le premier gérant de la société est : M.
Marc DE LAITRE, demeurant 4 rue de
Chanaleilles 75007 PARIS.
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de PARIS
Pour avis
Le notaire.
191258B – LES ECHOS
DIGITAL MEDICAL SUPPLY
FRANCE
SARL au capital de 1,00 €
31, rue de Courcelles, 75008 Paris
830543088 RCS Paris
Par décision de L’Associé Unique en
date du 28/09/2018 il a été pris acte de
la nomination de Gérant M. Erik
HJELMSTEDT, demeurant REGERINGSGATAN 54, 11156 STOCKHOLM
SUEDE à compter du 28/09/2018. Mention en sera faite au RCS de Paris
191460A – LES ECHOS
Par acte SSP du 01 10 2018 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : ODH.
Capital social : 1.000 €. Siège social :
128 rue la BOETIE Immeuble D 75008
PARIS. Durée : 99 ans. Objet : Services
et conseils aux entreprises, management
et délégation de personnel, communication, publicité, recherche de clientèle.
Président : Mr HERBATSCHEK Olivier
demeurant 308/310 rue de Rosny 93100
MONTREUIL. Chaque action donne droit
à la participation aux assemblées et au
vote, les cessions sont libres. Immatriculation au RCS De PARIS
191273B – LES ECHOS
SCI NEXT
SCI au capital de 100,00 €
36 rue La Quintinie, 75015 Paris
834327876 RCS Paris
Par décision du Gérant en date du
25/09/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 15 rue
Plumet, 75015 Paris à compter du
25/09/2018.
Gérance : M. Antoine Habillat, demeurant 15 rue Plumet, 75015 Paris. Mention
en sera faite au RCS de Paris
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 07
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
191282B – LES ECHOS
SCOUTTER
SAS au capital de 1000,00 €
21 rue des Thermopyles, 75014 Paris
827679598 RCS Paris
Par décision du Président en date du
03/09/2018 il a été pris acte de changer
la dénomination de la société, à compter
du 03/09/2018, pour Artset.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : Toute opération se
rattachant à la fourniture d’une plateforme de gestion, à la numérisation, l’archivage ou l’hébergement d’informations, la prestation de formation et de
conseil, l’achat et la vente d’espaces publicitaires ou de biens et services sur internet, la mise en relation en vue de
l’achat ou de la vente de biens et services, la collecte, le traitement, l’exploitation et la commercialisation de données ;
La négociation de licence et de tout droit
de propriété intellectuelle ; La participation de la société à toutes entreprises ou
sociétés créées ou à créer, pouvant se
rattacher à l’objet social ; toutes opérations industrielles, commerciales et financières, mobilières et immobilières pouvant se rattacher directement ou
indirectement à l’objet social. Mention en
sera faite au RCS de Paris
Par décision de L’AGO en date du
28/09/2018 il a été pris acte de la démission du Gérant M. Raphael MARTIN, à
compter du 28/09/2018. M. Philippe
JOURNO, Gérant, demeure seul dirigeant à compter de cette même date.
Mention en sera faite au RCS de Paris
191439B – LES ECHOS
ECOPARK ADVENTURES
SAS au capital de 10140,00 €
15 rue Gustave Courbet, 75116 Paris
504759317 RCS Paris
Par décision de L’AGM en date du
31/08/2018 il a été décidé de modifier le
capital de la société en le portant de
10140,00 € à 8870 €. Mention en sera
faite au RCS de Paris
191530B – LES ECHOS
MOLINARI INVESTISSEMENTS
191294B – LES ECHOS
SAS à capital variable de 1000,00 €
15 rue des Deux Ponts, 75004 PARIS
792199903 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été pris acte de modifier
l’objet social de la société, à compter du
01/10/2018
Nouvel objet social : conseil en gestion
de patrimoine ; gestion de valeurs mobilières et immobilières. Mention en sera
faite au RCS de Paris
BSA
191532B – LES ECHOS
SARL Unipersonnelle au capital de
97620,00 €
176 BOULEVARD SAINT GERMAIN,
75006 PARIS
431884782 RCS Paris
Par décision en date du 28/09/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 157 BOULEVARD
SAINT GERMAIN, 75006 PARIS à
compter du 28/09/2018. Mention en sera
faite au RCS de Paris
191307B – LES ECHOS
AMNO
SAS au capital de 10000,00 €
15 RUE MONGE, 75005 PARIS
818647844 RCS Paris
Par décision du Président en date du
31/07/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 47 RUE
DES ARCHIVES, 75003 PARIS à
compter du 31/07/2018. Mention en sera
faite au RCS de Paris
191312B – LES ECHOS
LANDRY AUDIT
SARL au capital de 3000,00 €
4 av de Sceaux,
78000 Versailles
813024379 RCS Versailles
Par décision en date du 26/09/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 16 bd Saint-Germain,
CS70514, 75237 PARIS CEDEX 05 à
compter du 26/09/2018.
Gérance : M. Sébastien Landry, demeurant 16 rue François Debergue, 78380
Bougival
Autres modifications :
- il a été pris acte de la nomination de
Gérant NIL Audit & Conseil, au capital de
100 €, immatriculée au RCS de PARIS
sous le numéro 834 403 693, domiciliée
16 bd Saint-Germain 75005 Paris représentée par Nicolas Landais à compter du
26/09/2018.
La société sera immatriculée au RCS de
Paris et sera radiée du RCS de Versailles
191315B – LES ECHOS
SCI AUGER GRAPPIN
Société Civile au capital de 100,00 €
77, boulevard Barbès, 75018 Paris
803174697 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 12 rue
Kléber, 93400 Saint-Ouen à compter du
01/10/2018. La société sera immatriculée au RCS de Bobigny et sera radiée du
RCS de Paris
191371B – LES ECHOS
IQC ASSET MANAGEMENT
SARL au capital de 8000,00 €
1 rue des grands augustins, 75006
PARIS
440477982 RCS Paris
PRO SECURITIS
SARL au capital de 9000 €
161 boulevard Lefebvre, 75015 Paris
448702787 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2017, il a été décidé de transformer la société en SARL Unipersonnelle
sans la création d’un être moral nouveau,
à compter du 31/12/2017.
La dénomination de la société, son capital, son siège, sa durée, son objet et la
date de clôture de son exercice social demeurent inchangés.
Gérance : Vajuramony MEN, 12 avenue
de verdun 92170 Vanves
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au RCS de Paris
191535B – LES ECHOS
IMTECH
SASU au capital de 1000,00 €
11 Place SAINT JUST,
95100 ARGENTEUIL
795403237 RCS Pontoise
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 101 Avenue du Général LECLERC, 75658 PARIS à compter du 01/10/2018.
Présidence : M. Khalid KADIRI, demeurant 11 Place SAINT JUST, 95100 ARGENTEUIL. La société sera immatriculée au RCS de Paris et sera radiée du
RCS de Pontoise
191590B – LES ECHOS
191217A – LES ECHOS
191609A – LES ECHOS
TDJ PERE LACHAISE
PARICY SCI capital de 500.00 € Siège
social : 40 avenue de la Bourdonnais
75007 PARIS 837 836 477 RCS PARIS
AVIS DE PUBLICITE LEGALE D’un procès-verbal d’assemblée générale extraordinaire du 1er août 2018, il résulte
que : Le siège social a été transféré, à
compter du 01/08/2018, de 40 avenue de
la Bourdonnais, PARIS (75007), à Mas
des Capitelles, 655 Vinas le bas,
34 700 LODEVE. En conséquence, l’article 4 des statuts a été modifié. Dépôt
légal au greffe du tribunal de commerce
de PARIS. Pour avis, le représentant légal.
SCI DU 54 RUE SAINT ANTOINE
PARIS 4EME
SARL au capital de 30000,00 €
66 Rue Faubourg Montmartre, 75009
PARIS
838055150 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
03/09/2018 il a été pris acte de la nomination de Gérant M. Maxime TEODORESCU, demeurant 94 Rue Championnet, 75018 PARIS, et Gérant Mme
Manhong CAVAILLE, demeurant 14
Boulevard de la Chapelle, Boite 46,
75018 PARIS à compter du 03/09/2018.
Mention en sera faite au RCS de Paris
191646B – LES ECHOS
LA MÈRE MIMOSA
SAS au capital de 165023,00 €
166 rue Cardinet, 75017 Paris
821046349 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
01/03/2018 il a été pris acte de la nomination de DG M. Yann DANINOS, demeurant 166 rue Cardinet, 75017 Paris à
compter du 01/03/2018. Mention en sera
faite au RCS de Paris
191684B – LES ECHOS
FINANCIERE VJ
SASU au capital de 10000,00 €
75 quai de la seine, 75019 Paris
834530933 RCS Paris
Par décision du Président en date du
02/10/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 10 passage Thiéré, 75011 Paris à compter du
02/10/2018.
Présidence : M. Victor Baerd, demeurant 10 passage Thiéré, 75011 Paris.
Mention en sera faite au RCS de Paris
185206A – LES ECHOS
Loyal, SARL au capital de 2000 € Siège
social : 72 avenue de Saint-Ouen 75018
Paris 832388326 RCS Paris. Le
29/08/18, les associés ont décidé de
transférer le siège social au 22 rue Galvani 75017 Paris ; . Mention au RCS de
Paris
185265A – LES ECHOS
Bourbon Consulting & Formation , SASU
au capital de 2000 € Siège social : 24 rue
de Clichy 75009 Paris 841774797 RCS
Paris Le 22/08/18, l’associé unique a :
décidé de transférer le siège social au 88
CD 26 97414 Entre Deux ; Radiation au
RCS de PARIS. Inscription au RCS
de SAINT-PIERRE DE LA RÉUNION
185276A – LES ECHOS
JPL ADVISE, SASU au capital de 5000 €
Siège social : 18 RUE LITTRE
75006 PARIS 822947503 RCS PARIS.
Le 29/08/18, l’associé unique a décidé de
transférer le siège social au 28, rue du
Marais 17000 LA ROCHELLE à compter
du 01/07/18 ; . Radiation au RCS de PARIS Inscription au RCS de LA ROCHELLE
191564B – LES ECHOS
185341A – LES ECHOS
CULINARIES MEDIA
ELZON SARL au capital variable :
3 000 €. 2 Rue Plichon, 75011 PARIS
RCS : 792119596 de PARIS. En date du
31/08/2018, L’unanimité des associés
décide du transfert du siège social au 80
Rue Haxo, 75020 Paris, à compter du
31/08/2018 ; du changement de domicile
de KLEIN DAVID, gérant de la société, à
présent domicilié : 34 Rue de Colmar
94170 Le Perreux-sur-Marne ; Modification au RCS de PARIS
SAS au capital de 5000 €
29 RUE DES TROIS BORNES,
75011 PARIS
814943767 RCS Paris
L’AGO en date du 10/12/2017 a nommé
à compter du même jour en qualité de
CAC la société CONSEILS ASSOCIES
SA, au capital de 97 656,00 €, inscrit au
RCS de Paris sous le numéro 692 048
671, demeurant au 50 Avenue Wagram
75017 Paris.
Modification au RCS de Paris
191567B – LES ECHOS
GREEN LAB INDUSTRIE
SAS au capital de 10000,00 €
29 BOULEVARD DE LA FERRAGE, CS
20005,
06414 CANNES CEDEX
810667816 RCS Cannes
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 14 AVENUE DE L’OPERA, 75001 PARIS à
compter du 10/09/2018.
Présidence : M. MICHAEL PIRON, demeurant 41 RUE DU DOCTEUR LOUIS
BABIN, 91180 SAINT GERMAIN LES
ARPAJON
La société sera immatriculée au RCS de
Paris et sera radiée du RCS de Cannes
185393A – LES ECHOS
LLOYD PRIVATE DRIVER, SAS au capital de 8000 € Siège social : 41-43 rue
de Cronstadt 75015 PARIS 808135669
RCS PARIS. Le 03/09/18, les associés
ont pris acte de la démission en date du
01/06/18 de Mustapha KHARCHA, ancien Président ; en remplacement, décidé de nommer Président M. Rayan
BELLAH, 59 rue de Buzanval 60000
BEAUVAIS ; . Mention au RCS de PARIS
191249A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 93
NINAMODE.SAS au capital de1 000 €
Siègesocial : 12 rue Elise Reclus 93300
Aubervilliers. RCS BOBIGNY830 104 014. Par l’AGE 02/05/2018,
il a été décidé de nommer nouveau président M. KARDAG Kemal demeurant
chez M. GOKTEKIN Fikret, 1, rue Louis
Bonnet 75001 Paris, en remplacement
de M. AKBULUT Osamne démissionnaire. Et detransférer le siège social au
44, rue Rodier 75009 Paris. Radiation au
RCS de Bobigny immatriculation au RCS
de Paris
191504A – LES ECHOS
ROSEANE
SARL au capital de 8 000 €
Siège social : 5 rue Raymond Losserand
75014 PARIS
RCS PARIS 449 024 611
L’AGE du 28/09/2018 a été décidé de
transférer le siège social au 27 rue de
l’Ouest 75014 PARIS à compter de ce
jour. Modification au RCS de PARIS.
Société Civile Immobilière
au capital de 1 524.49 €
Siège social : 54 rue Saint Antoine
75004 PARIS
439 568 213 RCS PARIS
D’une décision unanime des associés du
30 juin 2018, il résulte que :
- Le siège social a été transféré, à
compter du 30/06/2018, du 54 rue Saint
Antoine, PARIS (75004), à Juan les Pins
(06160) 4 boulevard Edouard Baudoin,
Le Colombier.
En conséquence, l’article 4 des statuts a
été modifié.
Dépôt légal au greffe du tribunal de
commerce de PARIS.
Dépôt légal au greffe du tribunal de
commerce d’ANTIBES.
Pour avis, le représentant légal
191629A – LES ECHOS
P3 Logistic Parks (anciennement
POINTPARK PROPERTIES FRANCE)
Société par Actions Simplifiée
unipersonnelle
Au capital de 25.000 euros
Siège social : 27 place de la Madeleine
75008 PARIS
RCS PARIS 529 891 582
Aux termes du PV des Décisions de l’Associé unique du 21 juin 2018, il a été pris
acte de la fin des fonctions de Commissaire aux Comptes suppléant du cabinet
KPMG AUDIT FS II et décidé de ne pas
le remplacer.
Mention en sera faite au RCS de PARIS
191639A – LES ECHOS
191529A – LES ECHOS
LVMH MONTRES &
JOAILLERIE France
B.N.V HAIR
Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle
au capital de 1 000 euros
Siège Social : 54, rue Blomet
75015 PARIS
809 804 677 RCS PARIS
Par décisions Associé Unique du
14/09/2018, il a été décidé qu’il n’y avait
pas lieu à dissolution de la société malgré les pertes constatées, en application
de l’art. L225-248 du Code de commerce.
RCS PARIS.
SAS au capital de € 922.600
Siège social : 7 rue Scribe – 75009 Paris
351 524 921 RCS PARIS
L’Associé Unique en date du 22 juin 2018
après avoir constaté que la loi
nº 2016-1691 du 9 décembre 2016, a
supprimé l’obligation de désigner un
Commissaire aux Comptes suppléant,
décide de ne pas renouveler le mandat
de BEAS.
Pour Avis,
Le Président
191546A – LES ECHOS
191686A – LES ECHOS
ANTIGONE ADVISORS Société par actions simplifiée au capital de 1.000 €
Siège : 60 avenue de New-York 75016
PARIS 801179730 RCS de PARIS Par
d é c i s io n d e l ’ a s so c ié u n i qu e d u
30/08/2018, il a été décidé de transférer
le siège social au 7 Rue Littré 75006 PARIS. Mention au RCS de PARIS.
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 92
APOLLO CONSEIL ET COURTAGE.
SARL au capital de 30 000 €. Siège
social : 41 rue du Bois de Boulogne
92200 Neuilly-sur-Seine. RCS NANTERRE 503 612 095. Le 27/09/2018,
l’assemblée générale des associés a décidé que le siège social de la société
sera, à compter de ce même jour, transféré au 26 rue Vignon 75009 PARIS. Les
statuts ont été modifiés en conséquence.
Gérant : M. Christophe GAUTIÉ 64, rue
d’Assas 75006 PARIS. Radiation au
RCS de Nanterre immatriculation au
RCS de Paris.
191553A – LES ECHOS
NEC PLUS ULTRA COSMETICS
FRANCE
Société par actions simplifiée au capital
de 1 000.00 €
Siège social : 7 cité de l’Ameublement –
75011 Paris
812 399 756 R.C.S. PARIS
AVIS DE PUBLICITE
Aux termes de la décision de l’associée
unique du 15 septembre 2018, il résulte
que : le siège social a été transféré à 25,
Rue de Penthièvre – 75008 Paris à
compter du même jour.
L’article 3 des statuts a été modifié en
conséquence.
Mention sera faite au RCS de Paris.
Pour avis,
190296A – LES ECHOS
191589A – LES ECHOS
MONEY EXPRESS WORLDWIDE
SARL au capital de 50.000 €. Siège social : 28 RUE EUGENE SUE 75018 PARIS. RCS 537 653 354 PARIS.
L’AGE du 01/02/2018 a nommé gérant :
M SORRENTINO LINDIO, 17 RUE DES
OUCHES 91540 ORMOY en remplacement de Mme TRAORE SOUMBOUROU. Mention au RCS de PARIS.
ETHIC INTELLIGENCE
Société par actions simplifiée au
capital de 80.000 euros
Siège social : 10, Rue Pergolèse,
75016 Paris
434 553 491 RCS Paris
Le 1er/10/2018, l’Associée Unique a
nommé Président M. Scott Lane, Hong
Kong, Flat 32D Block 1, 11 Tai Hang
Road, Tai Hang, Hong Kong en remplacement de M. Philippe Montigny Président démissionnaire.
191595A – LES ECHOS
QUIDAM DE REVEL
Société à responsabilité limitée
au capital de 8 000 euros
Siège social : 26 rue de Poitou
75003 PARIS
439 073 909 RCS PARIS
Par décision du 27/09/2018, le gérant a
décidé de transférer le siège social au 55
rue des Petites Ecuries, 75010 PARIS à
compter du 1/10/2018.
Modification au RCS de PARIS.
Par décision de L’Associé Unique en
date du 17/08/2018 il a été décidé la dissolution anticipée de la société et sa mise
en liquidation amiable à compter du
17/08/2018, nommé en qualité de liquidateur M. FEDERICO GALEAZZO, 7 BIS
RUE PAUL DOUMER, 77166 GRISY
SUISNES et fixé le siège de liquidation
et l’adresse de correspondance chez le
liquidateur M. FEDERICO GALEAZZO.
Mention en sera faite au RCS de Paris
191531B – LES ECHOS
NEBBIOLO
SASU au capital de 1500 €
17 RUE DUPIN, 75006 PARIS
791743388 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
17/08/2018 l’associé unique a :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. Federico GALEAZZO 7 BIS RUE PAUL DOUMER, 77166 GRISY SUISNES, pour sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
191625B – LES ECHOS
SVP INFO
SARL Unipersonnelle au capital de
1500 €
32 RUE DE PICPUS, 75012 PARIS
484442272 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
31/05/2018 l’associé unique a :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. MICKAEL AZOULAY 32 RUE DE PICPUS,
75012 PARIS, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
191736B – LES ECHOS
CPJ
SARL au capital de 2000,00 €
247 RUE DE TOLBIAC, 75013 PARIS
502794548 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
29/08/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liqui dat ion am iable à c omp ter du
29/08/2018, nommé en qualité de liquidateur M. JACOB PHILIPPE, 4 RUE
PASTOURELLE, 75003 PARIS et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Paris
185285A – LES ECHOS
EX NIHILO, SAS au capital de
500 €. Siège social : 25 rue tronchet
75008 Paris. 521135574 RCS Paris. Le
18/08/18, les associés ont approuvé les
comptes de liquidation, déchargé le liquidateur de son mandat et constaté la clôture des opérations de liquidation. Radiation au RCS de Paris.
187348A – LES ECHOS
191721A – LES ECHOS
PASSIONE ITALIA FRANCE
SAS au capital de 200.000 €
dont le siège est 18, rue Pasquier
75008 Paris
RCS de Paris 832 634 059
Aux termes de l’AGE du 12/09/2018 de
la société L’assemblée générale extraordinaire a nommé la SARL NORSE AUDIT – 15, rue Beauvau 13001 Marseille,
827 735 499 R.C.S. MARSEILLE en qualité de Commissaire aux comptes titulaire. De même, il a été décidé d’étendre
l’objet social, à compter du 12 septembre
2018, aux activités de : commerce de
restauration, bar, brasserie sous toutes
leurs formes ainsi que la vente à emporter. Mention sera faite au RCS de Paris
Pour avis
191512B – LES ECHOS
ADV SPORT
SAS au capital de 10000,00 €
19 RUE DE ROCHECHOUART, 75009
PARIS
804813731 RCS Paris
Par décision en date du 02/07/2018 il a
été décidé la dissolution anticipée de la
société et sa mise en liquidation amiable
à compter du 02/07/2018, nommé en
qualité de liquidateur M. AYMAR DE VILLETTE, 19 RUE DE ROCHECHOUART,
75009 PARIS et fixé le siège de liquidation et l’adresse de correspondance au
siège de la société. Mention en sera faite
au RCS de Paris
191523B – LES ECHOS
NEBBIOLO
SASU au capital de 1500,00 €
17 RUE DUPIN, 75006 PARIS
791743388 RCS Paris
COCOMODEL, SAS au capital de
1000 €. Siège social : 59 rue des archives 75003 Paris. 817400534 RCS Paris.
Le 16/09/18, les associés ont décidé la
dissolution anticipée de la société,
nommé liquidateur M. Mathieu Mola, 22
rue Milton 75009 Paris, et fixé le siège
de liquidation au siège social. Modification au RCS de Paris.
190547A – LES ECHOS
DAMARIS
SASU au capital de 100 €. Siège social :
16 RUE CLAIRAUT 75017 PARIS. RCS
834 262 214 PARIS.
L’associé unique, en date du 27/09/2018,
a décidé la dissolution de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
01/09/2018, nommé liquidateur M
MBONDJIM NADJIDOUMDE, 16 RUE
CLAIRAUT 75017 PARIS et fixé le siège
de la liquidation chez le liquidateur. Mention au RCS de PARIS.
191269A – LES ECHOS
LISA
SARL au capital de 7.720 €
102 rue Monge – 75005 PARIS
435 182 498 RCS PARIS
Aux termes du PV de l’AGE du
30/09/2018, les associés, réunis au siège
social, ont approuvé les comptes définitifs de liquidation, donné quitus au Liquidateur, Mme PICHOT Sirijit née LIEWSAREE, demeurant à IVRYSUR SEINE
(94200), 1 bis, rue Barbès, résidence Les
Terrasses du Moulin, et prononcé la clôture des opérations de liquidation à
compter Du 31/07/2018. Les comptes de
liquidation seront déposés au greffe TC
PARIS, en annexe au RCS. POUR AVIS.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
191505A – LES ECHOS
SARL PRAT-GILLI
SARL au capital de 30.000 euros
Siège social : 12 rue du Regard - 75006
PARIS
489.741.652 RCS PARIS
Le 15/06/2018, l’AGO a approuvé les
comptes de liquidation, a donné quitus
au liquidateur et a constaté la clôture des
opérations de liquidation, à compter du
31/05/2018. Radiation au RCS de PARIS.
191569A – LES ECHOS
LE BARBECUE DE LA TOUR
SARL au capital de "16.000" euros
Siège social : 23 Rue Duvivie - 75007
PARIS
RCS PARIS 672 005 857
Aux termes de la déclaration de changement de mode de dissolution en date du
30/09/2018, la société DM PARTICPATIONS SAS, au capital de 8.000 € ayant
son siège social situé 22 Rue Surcouf
75007 PARIS, immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de Paris
sous le nº RCS 434 796 033 a décidé la
dissolution sans liquidation de la société
LE BARBECUE DE LA TOUR dont elle
est l’associé unique.
Conformément aux dispositions de l’article 1844-5 Alinéa 3 du Code civil, les
créanciers disposeront d’un délai de 30
jours à compter de la présente publication pour formuler leurs éventuelles oppositions.
Passé ce délai ou après règlement du
sort des oppositions, la dissolution prendra effet de plein droit et entraînera la
transmission universelle du patrimoine
de la société LE BARBECUE DE LA
TOUR à la société DM PARTICPATIONS
ainsi que sa radiation auprès du Greffe
du Tribunal de commerce de Paris.
191627A – LES ECHOS
LIMEIL VILLE
Société civile de construction-vente au
capital de 200 €
Siège social : C/O CONSTRUCTA
PROMOTION
134 Boulevard Haussmann
75008 PARIS
RCS PARIS 533 647 137
L’assemblée générale mixte du 29 juin
2018 a constaté que la société n’atteignait pas les seuils légaux, et a décidé
de mettre fin au mandat du commissaire
aux comptes titulaire, la société KPMG
SA, et du commissaire aux comptes suppléant, la société KPMG AUDIT FS I.
Elle a également décidé : - la dissolution
anticipée de la société, à compter de ce
jour, et sa liquidation amiable ; - la nomination de la société CONSTRUCTA
PROMOTION, société par actions simplifiée au capital de 2.500.000 €, dont le
siège est au 134, Boulevard Haussmann,
75008 PARIS, immatriculée au RCS de
PARIS sous le numéro 432 863 728 en
qualité de liquidateur ; - la fixation du
siège de la liquidation au siège social,
C/O CONSTRUCTA PROMOTION 134
Bd Haussmann, 75008 PARIS.
Les formalités seront effectuées au
greffe du Tribunal de commerce de Paris.
12120236 – LE PUBLICATEUR LEGAL
EDMOND DE ROTHSCHILD FUND FLOATINGRATECREDIT
Compartiment géré par la
société d’investissement à capital
variable de droit luxembourgeois
EDMOND DE ROTHSCHILD FUND
Siège social : 20, boulevard Emmanuel
Servais, L-2535 Luxembourg
B 76.441 RCS Luxembourg
(Absorbant)
EDMOND DE ROTHSCHILD USD
CORPORATESHORTTERM
Fonds Commun de Placement de droit
français géré par la
Société de Gestion EDMOND DE
ROTHSCHILD ASSET MANAGEMENT
(France)
Société anonyme au capital de
11.033.769 euros
Siège sociale : 47, rue du Faubourg
Saint-Honoré, 75008 Paris
B 332 652 536 RCS PARIS
(Absorbé)
Avis de Fusion
Le directoire de la Société de Gestion
EDMOND DE ROTHSCHILD ASSET
MANAGEMENT (France) a décidé de
l’opération suivante :
- fusion-absorption du Fonds EDMOND DE ROTHSCHILD USD CORPORATE SHORT TERM (absorbé) par le
compartiment Luxembourgeois EDMOND DE ROTHSCHILD FUND FLOATING RATE CREDIT (absorbant).
La fusion du Fonds Commun de Placement EDMOND DE ROTHSCHILD
USD CORPORATE SHORT TERM (absorbé) et le compartiment Luxembourgeois EDMOND DE ROTHSCHILD
FUND - FLOATING RATE CREDIT (absorbant), s’inscrit dans le cadre de la rationalisation de la gamme des produits
grand public du groupe Edmond de
Rothschild.
L’opération de fusion par voie d’absorption a été agréée par l’AUTORITE
DES MARCHES FIN ANCIERS le
18 septembre 2018. Elle aura lieu, sous
réserve du fonctionnement normal des
marchés, le 9 novembre 2018 sur les valeurs liquidatives du 8 novembre 2018 sinon le jour de la reprise des cotations.
Afin de faciliter la réalisation de la fusion, les dernières opérations de souscriptions/rachats sur le Fonds Commun
de Placement EDMOND DE ROTHSCHILD USD CORPORATE SHORT
TERM seront acceptées jusqu’au 2 novembre avant 12h30.
L’opération de fusion sera effectuée
aux vues d’un rapport établi par le réviseur d’entreprises agréé externe de la SICAV Luxembourgeoise sur la base de la
valeur liquidative des produits concernés
au jour de la réalisation de la fusion.
En vue de rémunérer l’apport de
l’OPCVM absorbé, le compartiment
Luxembourgeois absorbant procédera à
l’émission d’actions et millièmes d’actions nouvelles qui seront attribuées aux
porteurs de parts de l’OPCVM absorbé,
selon le calcul suivant :
Parité d’échange =
Valeur liquidative de la part du Fonds
EDMOND DE ROTHSCHILD USD CORPORATE SHORT TERM (absorbé) / Valeur liquidative de l’action du compartiment Luxembourgeois EDMOND DE
ROTHSCHILD FUND - FLOATING
RATE CREDIT (absorbant)
A titre d’exemple, une part de
l’OPCVM Edmond de Rothschild USD
Corporate Short Term donnerait droit à
11,5207* actions A USD (H) de Edmond
de Rothschild Fund - Floating Rate Credit, sans versement de soulte.
VL Part Edmond de Rothschild USD
Corporate Short Term (1152.07 $) / VL
Action A USD (H) Edmond de Rothschild
Fund - Floating Rate Credit (100 $) =
Parité de fusion : 11.5207* = Eventuelle
soulte : 0.00 $.
* Les valeurs indiquées sont des valeurs à la date du 13/9/2018. Ces éléments seront réévalués le jour de la fusion.
Les valeurs liquidatives des parts du
Fonds Edmond de Rothschild USD Corporate Short Term seront certifiées par le
commissaire aux comptes. La parité
d’échange sera certifiée par le réviseur
d’entreprises agréé externe de la SICAV
Luxembourgeoise.
Les créanciers du Fonds, dont la
créance serait antérieure à la publicité
donnée au projet de fusion, peuvent former opposition à celui-ci dans un délai
de 30 jours avant la date prévue pour
l’opération.
Fiscalité applicable aux personnes
physiques fiscalement domiciliées en
France
Titres souscrits dans un compte titres
ordinaire
Au titre de l’absorption de l’OPCVM "
Edmond de Rothschild USD Corporate
Short Term " (" l’absorbé ") par le
compartiment " Edmond de Rothschild
Fund - Floating Rate Credit " (" l’absorbant"), les porteurs personnes physiques
domiciliés fiscalement en France bénéficient du sursis d’imposition dès lors que
le montant de la soulte versée lors de
l’échange de titres est inférieur ou égal à
10 % de la valeur d’échange des titres
reçus. Cette opération étant considérée
comme une opération Intercalaire, la
plus-value d’échange n’est pas prise en
compte pour la détermination de l’impôt
sur le revenu dû au titre de l’année de
l’échange. Celle-ci est différée jusqu’à la
cession ultérieure des titres reçus à
l’échange. En effet, la plus ou moins-value réalisée lors de la cession ultérieure
de ces titres sera déterminée en tenant
compte de la valeur de souscription des
parts de l’OPCVM absorbé, l’OPCVM
Edmond de Rothschild USD Corporate
Short Term (" l’absorbé") (diminué, le cas
échéant, du montant de la soulte reçue)
et imposée dans les conditions de droit
commun.
Fiscalité applicable aux personnes
morales établies en France
Au titre de l’absorption de l’OPCVM "
Edmond de Rothschild USD Corporate
Short Term " (" l’absorbé ") par le
compartiment " Edmond de Rothschild
Fund - Floating Rate Credit " (" l’absorbant "), les porteurs - personnes morales
établies en France soumises à l’impôt sur
les sociétés ou à l’impôt sur le revenu
lorsqu’elles sont imposées selon un régime de bénéfice réel BIC ou BA - de
l’OPCVM absorbé bénéficient de plein
droit du sursis d’Imposition prévu par l’article 38, 5 bis, du Code Général des Impôts (ci-après CGI) et doivent, à ce titre,
se soumettre à des obligations déclaratives spécifiques. Le sursis d’imposition
s’applique dès lors que le montant de la
soulte versée lors de l’échange des titres
est inférieur ou égal à 10 % de la valeur
liquidative des titres reçus et inférieur au
profit réalisé lors de la fusion.
Cette opération étant considérée
comme une opération intercalaire, la plus
ou moins-value d’échange, perte ou profit, n’est pas prise en compte pour la détermination de l’impôt sur le revenu ou
l’impôt sur les sociétés dû au titre de l’année d’échange, seule la soulte étant immédiatement taxable si un profit est réalisé lors de l’échange. L’imposition de la
plus-value est différée jusqu’à la cession
ultérieure des titres reçus à l’échange. En
effet, la plus ou moins-value réalisée lors
de la cession ultérieure de ces titres sera
déterminée en tenant compte de la valeur de souscription des parts de
l’OPCVM " Edmond de Rothschild USD
Corporate Short Term" (" l’absorbé") et
imposée dans les conditions de droit
commun. Toutefois, cette valeur de souscription sera diminuée du montant de la
soulte si celle-ci n’a pas été imposée au
titre de l’exercice d’échange qui faisait
apparaître une perte.
Toutefois, pour les personnes morales
soumises à l’impôt sur les sociétés, les
dispositions prévues à l’article 209-0-A
du CGI limitent les effets de ce régime
de neutralité fiscale lors de l’échange. En
effet, cet article impose aux sociétés passibles de l’impôt sur les sociétés de prendre obligatoirement en compte les plus
ou moins-values latentes sur titres
d’OPCVM à la clôture de chaque exercice, calculées en fonction de la valeur
liquidative des titres à cette date.
Fiscalité applicable aux personnes
morales établies hors de France
Elles peuvent être soumises à une imposition au lieu de leur domicile fiscal ou
dans les autres juridictions où elles
paient leurs impôts. Les implications fiscales de la fusion peuvent varier selon la
loi et la réglementation en vigueur dans
leur pays de résidence, de nationalité, de
domicile ou d’établissement. Si vous
avez des doutes quant à l’assujettissement potentiel à un impôt en raison de la
réalisation de la fusion, il est fortement
conseillé de consulter votre conseiller fiscal professionnel.
78 • YVELINES
SOCIETES
191275B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
11/09/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
MEUH MEUH CONCEPT
Objet social : Restauration rapide, préparation et vente des plats et boissons à
consommer sur place ou à emporter, toutes autres opérations se rattachant à cet
objet
Siège social : 39 rue Royale, 78000 Versailles Capital : 20000 € Gérance : Mme
Tatiana VESELCHAKOVA, 14 rue de Paris, 78100 Saint-Germain en Laye Cogérant : Mme Elena BIKTIMIROVA, 10,
Gorodkovuy pereoulok, 302000 Oriol Fédération de Russie Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Versailles
191537B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/06/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
185304A – LES ECHOS
191196B – LES ECHOS
Par ASSP du 30/08/18,il a été constitué
une EURL dénommée SC TOILETTAGE.Siège social :25 rue chasles
78120 Rambouillet.Capital :1000 €.Objet :-l’activité de lavage et toilettage des
animaux domestiques ; -la vente de produits alimentaires et accessoires pour
animaux domestiques et tout ce qui peut
avoir un rapport avec les animaux domestiques.Gérance :Mme SANDRINE
CHEVREAU, 82 route d’yvette 78320 Lévis saint nom.Durée :99ans.Immatriculation au RCS de VERSAILLES.
SAS au capital de 117750,00 €
Chemin des 40 arpents, 78860
Saint-Nom-La-Bretêche
535091185 RCS Versailles
Par décision de L’AGE en date du
05/07/2018 il a été décidé de modifier le
capital de la société en le portant de
117750,00 € à 149150 €. Mention en
sera faite au RCS de Versailles
191240B – LES ECHOS
185344A – LES ECHOS
Par ASSP du 03/09/18,il a été constitué
une SAS dénommée BOMBAY JOURNAL.Siège social :40 av de stalingrad
78260 Achères.Capital :5000 €.Objet :Service de restauration avec service
à table,emporté et livraison à domicile.Organisation des éventements.Président :M.Shawon Bose,20 av jean moulin 78260 Achères.Durée :99
ans.Immatriculation au RCS de VERSAILLES
188865A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 30/08/2018 constitution d’une SASU : JBAS ; Capital social : 100 € ; Siège social : 27 allée du
Coteau 78670 VILLENNES SUR
SEINE Objet : Participation par achat
souscription apport fusion et par tout autremoyen et la gestion de toutes valeurs
mobilières et l’acquisition de tous biens
mobiliers et immobiliers ; Président : Mr
Jérôme BASCOMPTE-SOLER demeurant au 27 allée du Coteau 78670 VILLENNES, élu pour une durée illimitée ;
Admission aux assemblées et exercice
du droit de vote : chaque actionnaire est
convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix. Clauses
d’agrément : Les actions sont librement
cessibles entre actionnaires uniquement
avec accord du Président de la société.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de VERSAILLES.
190078A – LES ECHOS
JV SOLUTIONS
Constitution SSP à Marly Le Roi en date
du 02-10-2018 de : JV SOLUTIONS.
Forme : SASU . Capital : 500 Euros.
Siège : 18, rue saintine , 78160 Marly Le
Roi. Durée : 99 ans. Présidence : Jerome
VERMYLEN, 18, rue saintine 78160
Marly Le Roi. Objet : Courtage en Prêts
Immobiliers. Droit de vote et admission
aux assemblées permis à chaque actionnaire. RCS : Versailles.
R&F AUTO
Objet social : Le commerce, achat,
vente au détail et la distribution de toutes
piéces détachées automobiles et accessoires neufs ou autres genres et tous autres produits et matériels de toutes sortes
et de toutes natures non réglementés,
vente par tous moyens connus ou inconnus dont notamment par internet. le négoce, la vente, l’achat, le dépôt vente,
l’importation, l’exportation et la distribution de tous véhicules automobiles ou autres genres à moteur que cela soit neufs
ou d’occasions, vente par tous moyens
dont internet. toutes prestations de services, conseils et activités dans le domaine de l’automobile dont notamment
les formalités et démarches auprés des
administrations.
Siège social : 84 BIS AVENUE GEORGES CLEMENCEAU, 78500 SARTROUVILLE Capital : 10000 € Président : M.
foued belmokhtar demeurant : 84 avenue
georges clemenceau, 78500 Sartrouville
élu pour une durée indéterminée DG : M.
sofiane ossoukine demeurant : 13 bis rue
de lutece, 78500 Sartrouville Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Versailles
185214A – LES ECHOS
Par ASSP le 27/08/2018, il a été constitué la SASU : TPME PERFORMANCE
Capital : 100 €.Objet : Services de
conseil aux entreprises. Siège et Président : CLEMENT Franck demeurant 97
rte de Carrières-sur-Seine, 78400 Chatou. Durée : 99 ans. Au RCS de VERSAILLES
191256A – LES ECHOS
Il a été constitué une société par acte
sous seing privé, en date du 20 juillet
2018, à Croissy sur Seine.
Dénomination :
PERRON INVESTISSEMENT
CONSEIL
Forme : Société par actions simplifiée
unipersonnelle.
Siège social : 6 Allée des Acacias, 78290
Croissy sur seine.
Objet : Conseils en Investissements Financiers, Conseils en Startégie Patrimonial et accompagnement dans la mise en
oeuvre de cette stratégie ; Coach et Formateurs de Conseils Indépendants Financiers.
Durée de la société : 99 année(s).
Capital social fixe : 5000 euros divisé en
5000 actions de 1 euros chacune, réparties entre les actionnaires proportionnellement à leurs apports respectifs.
Cession d’actions et agrément : Article
15 Préemption, Art 16 Agrément des
Cessions.
Admission aux assemblées générales et
exercice du droit de vote :
Dans les conditions statutaires et légales.
Ont été nommés :
Président : Monsieur MICHEL PERRON
6 Alllée des Acacias 78290 Croissy sur
Seine.
La société sera immatriculée au RCS de
Versailles.
Pour avis.
185273A – LES ECHOS
Par acte SSP du 31/08/2018 constitution
de la SASU ARKAMAX CONSULTING.
Capital : 100 euros. Siège social : 2 bis
rue gambetta 78120 rambouillet. Objet :
Ingénierie, conseil et direction de projets
dans l’informatique et les technologies
numériques. Président : Didier Pasco, 2
bis rue Gambetta 78120 Rambouillet. Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de Versailles.
185275A – LES ECHOS
Par ASSP du 30/08/18, il a été constitué
une SAS dénommée DIALIBAH INGÉNIERIE.Siège social : 18 quai de la république 78700 Conflans-ste-honorine.Capital : 1000 €. Objet : Les études de
conception et d’exécution pour la
construction globale de bâtiments tels
que les immeubles à appartements et les
bâtiments non résidentiels de tous types.
Président : M. Inadone FALL, 18 quai de
la république 78700 Conflans-ste-honorine. Durée : 99 ans. Immatriculation au
RCS de Versailles.
UPCYCLE SAS
191351A – LES ECHOS
Avis est donné de la constitution d’une
SASU dénommée :
LILO-IT
Siège social : DSFA, Les Geais 1,
78170 LA CELLE SAINT CLOUD
Capital : 1.000 €
Objet : La vente de Prestations de services informatique, contrats, maintenance et conseils, le négoce de tous
équipements informatiques, bureautiques, périphérique, logiciels et fournitures annexes, l’installation de réseau informatique
Présidente : Mme BEZILLES Anne Marie, DSFA, Les Geais 1, 78170 LA CELLE
SAINT CLOUD
Cession d’actions : les actions sont librement cessibles entre associés
Droit de vote : La propriété d’une action
emporte de plein droit adhésion aux statuts et aux décisions des associés.
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de VERSAILLES
SARL ACCOMPAGNEMENT,
PREVENTION RISQUES
ROUTIERS, INNOVATION - A.P.I
SARL au capital de 1000,00 €
167 Avenue du Général Leclerc, 78220
Viroflay
792462251 RCS Versailles
Sigle : A.P.I
Par décision de L’Associé Unique en
date du 01/10/2018 il a été pris acte de
la nomination de M. Nizar ABBASSI, demeurant 02 Rue Jean Rostand 91300
MASSY en qualité de nouveau Gérant, à
compter du 01/10/2018 pour une durée
illimitée, en remplacement de Mme Nadia CHERFI, Gérant démissionnaire.
Mention en sera faite au RCS de Versailles
191311B – LES ECHOS
LANDRY AUDIT
SARL au capital de 3000,00 €
4 av de Sceaux, 78000 Versailles
813024379 RCS Versailles
Par décision en date du 26/09/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 16 bd Saint-Germain,
CS70514, 75237 PARIS CEDEX 05 à
compter du 26/09/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Paris et sera radiée du RCS de Versailles
191355B – LES ECHOS
TRELLEBORG SEALING
SOLUTIONS FRANCE
SAS au capital de 1304631,00 €
38 rue Jean Mermoz, 78600
Maisons-Laffitte
309730554 RCS Versailles
Par décision en date du 20/09/2018 il a
été pris acte de la révocation de M. Michel PROUFF en qualité de Président à
compter du 30/09/2018.
Autres modifications : - Par décision en
date du 20/09/2018 il a été pris acte de
la nomination de M. Juergen BOSCH, demeurant Wacholderweg 12, 71111 Waldenbuch - Allemagne, en qualité de nouveau Président, à compter du
01/10/2018. Mention en sera faite au
RCS de Versailles
191522B – LES ECHOS
BEN YOUNES TAXI SERVICE
SASU au capital de 5000,00 €
34 Avenue de Schoelcher, 78360
MONTESSON
823269204 RCS Versailles
Par délibération en date du 30/06/2018,
de L’Associé Unique statuant en application de l’article L.225.248 du Code de
Commerce, a décidé qu’il n’y avait pas
lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite au RCS de Versailles
191526B – LES ECHOS
VA LYON I
SAS au capital de 60000 €
10 AVENUE AMPERE, 78180
MONTIGNY LE BRETONNEUX
839199833 RCS Versailles
Aux termes d’une AGE en date du
07/06/2018 il a été pris acte du renouvellement de M. JEAN-MARIE GAY, demeurant 2 BOUCLE DES TROIS ORMES 77700 MAGNY LE HONGRE en
qualité de CAC titulaire, à compter du
07/06/2018 pour une durée de 6 ans
Autres modifications : - La SARL FIDELIANCE DAUGE, siège social 78 rue
Paul Jozon 77300 FONTAINEBLEAU,
RCS de MELUN nº 382338283, capital
28 000 € représentée par M.Jean-luc
FLABEAU est nommée CAC suppléant.
Mention en sera faite au RCS de Versailles
191534B – LES ECHOS
VA SQY
SAS au capital de 66600 €
10 AVENUE AMPERE, 78180
MONTIGNY LE BRETONNEUX
537844151 RCS Versailles
Aux termes d’une AGE en date du
07/06/2018 il a été pris acte du renouvellement de M. JEAN-MARIE GAY, demeurant 2 BOUCLE DES TROIS ORMES 77700 MAGNY LE HONGRE en
qualité de CAC titulaire, à compter du
07/06/2018 pour une durée de 6 ans
Autres modifications : - La SARL FIDELIANCE DAUGE, capital 28000 €, siège
social 78 rue Paul Jozon 77300 FONTAINEBLEAU RCS de MELUN
nº 382338283 représentée par M. JEANLUC FLABEAU est nommée CAC suppléant. Mention en sera faite au RCS de
Versailles
191660B – LES ECHOS
CENTRE MEDICAL VAUBAN
Société Civile De Moyens au capital de
90,00 €
41, boulevard Vauban, 78280
Guyancourt
794694414 RCS Versailles
Par décision de L’AGE en date du
26/09/2018 il a été pris acte de la nomination de Mlle Anne-Laure DAMY, demeurant 1bis rue de l’Assemblée Nationale 78000 Versailles en qualité de
nouveau Gérant, à compter du
26/09/2018 pour une durée illimitée, en
remplacement de M. Michel VINCENS,
Gérant démissionnaire. Mention en sera
faite au RCS de Versailles
185408A – LES ECHOS
Le 09/07/18 l’age de la sci 1 place fouillere (1524,49 €, 1 pl fouillere 78700
conflans ste honorine, 342136751 rcs
versailles) transfère le siège 9 r francoise
dolto 14550 blainville sur orne. immat rcs
caen.
188870A – LES ECHOS
ECO AVENIR. SAS au capital de
1.000 €. Siège social : 30 Bis rue du vieil
abreuvoir 78100 ST GERMAIN EN
LAYE. RCS 839 732 609 VERSAILLES.
L’AGE du 01/09/2018 a nommé président : M FORLOUL Rochdi, 3 Rue Jean
Ferrat 78690 LES ESSARTS LE ROI en
remplacement de M KARIOUTA Younes.
Mention au RCS de VERSAILLES.
191524B – LES ECHOS
BISHOP
SAS au capital de 60000 €
10 AVENUE AMPERE, 78180
MONTIGNY LE BRETONNEUX
829044486 RCS Versailles
Aux termes d’une AGE en date du
07/06/2018 il a été pris acte du renouvellement de M. JEAN-MARIE GAY, demeurant 2 BOUCLE DES TROIS ORMES 77700 MAGNY LE HONGRE en
qualité de CAC titulaire, à compter du
07/06/2018 pour une durée de 6 ans
Autres modifications : - La SARL FIDELIANCE DAUGE, capital 28000 € siège
social 78 rue Paul Jozon 77300 FONTAINEBLEAU RCS de MELUN
nº 382338283 représentée par M. JEANLUC FLABEAU est nommée CAC suppléant. Mention en sera faite au RCS de
Versailles
191525B – LES ECHOS
191212A – LES ECHOS
PROJECT LINK TECHNOLOGIES
SAS au capital de 500 euros
Siège social : 7 rue du Parc de Clagny
78000 VERSAILLES
820 846 368 RCS VERSAILLES
Suivant PV des décisions du 12/09/2018,
l’associé unique a décidé :
1/ de transformer la société en SARL à
associé unique à compter de ce jour,
sans création d’un être moral nouveau et
de mettre fin aux fonctions de la présidence. Il a été nommé M. Joao Paulo
DOS SANTOS BAPTISTA, demeurant
78 rue Anatole France, 78350 JOUY EN
JOSAS, en qualité de gérant.
2/ de transférer le siège social au 78 rue
Anatole France, 78350 JOUY EN JOSAS
et de modifier les statuts en conséquence.
Modification au RCS de VERSAILLES.
MAKELANE
SAS au capital de 1002000 €
10 AVENUE AMPERE, 78180
MONTIGNY LE BRETONNEUX
831892021 RCS Versailles
Aux termes d’une AGE en date du
07/06/2018 il a été pris acte du renouvellement de M. JEAN-MARIE GAY, demeurant 2 BOUCLE DES TROIS ORMES 77700 MAGNY LE HONGRE en
qualité de CAC titulaire, à compter du
07/06/2018 pour une durée de 6 ans
Autres modifications : - La société FIDELIANCE DAUGE, SARL capital de
28000 € siège social 78 rue Paul Jozon
77300 FONTAINEBLEAU, RCS de MELUN nº 382338283 représentée par M.
Jean-Luc FLABEAU est nommée CAC
suppléant. Mention en sera faite au RCS
de Versailles
191230A – LES ECHOS
LE ROY SANTE
SCI en liquidation au capital de 99091,86
euros
Siège social et de liquidation : 10 bis rue
du Maréchal de Lattre de Tassigny, 2
résidence Le Clos du Roy, 78780
MAURECOURT
417 521 234 RCS VERSAILLES
Le 17/09/2018, l’AGO a approuvé le
compte de liquidation au 31/08/2018, a
donné quitus à M. Didier EDELIN, liquidateur et a prononcé la clôture de la liquidation. Radiation au RCS de Versailles.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 09
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
191559A – LES ECHOS
191414A – LES ECHOS
191427A – LES ECHOS
VETECE
Suivant acte SSP du 25/09/2018 constitution de la SASU L&J RESEAU. Capital fixe : 1000 € . Siège social : 17 RUE
VILLOISON 91100 CORBEIL-ESSONNES. Objet social : INSTALLATION,
DEPANNAGE, SAV DE FIBRE OPTIQUE ET DE RESEAU TELECOM. Président : Mr SEJOR RONY demeurant 7
RUE VILLOISON 91100 CORBEIL-ESSONNES. Durée de la société : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de EVRY.
DARRAS ET JOUANIN
VETECE SASU au capital variable de
100 euros, 21 rue de la senette 78955
Carrieres Sous Poissy. RCS Versailles
823038278. A compter A.G.E du
01-10-2018 : Dissolution anticipée et
mise en liquidation volontaire. Liquidateur durée liquidation : Mr Martial Jean,
11 rue gaston jouillerat, 78410 Aubergenville. Siège liquidation : siège social.
Mention au RCS Versailles.
191352A – LES ECHOS
Additif (ou rectificatif) à l’annonce parue
dans "LES ECHOS SOCIETES"
le"26/09/2018", concernant la société
DENOMINATION ADRIEN CAB
Il a lieu de lire : "Président :Adrien CAB
25 rue du Moulin 41000 VILLEBAROU" ;
il y a lieu de lire "Président : Adrien CREIGNOU 25 rue du Moulin 41000 VILLEBAROU"
DIVERS
191514B – LES ECHOS
VACOL
SCI au capital de 4573,00 €
rue de l’Etape, 91190 SAINT AUBIN
443777222 RCS Evry
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été pris acte de proroger
la durée de la société de 50 années, ce
qui aura pour conséquence de porter
cette durée jusqu’au 18/04/2066, sauf
nouvelle prorogation ou dissolution anticipée. Mention en sera faite au RCS de
Evry
191618B – LES ECHOS
191421B – LES ECHOS
Avis de changement de nom
patronymique
M. PRAVOTOROV-CORBIN (Valery),
né le 21/03/1994 à JAMBYL, KAZAKHSTAN,
demeurant 54 rue de Villacoublay, 78140
Velizy-Villacoublay (Yvelines),
dépose une requête auprès du Garde
des Sceaux afin de s’appeler à l’avenir
CORBIN.
NB2M
SARL au capital de 300,00 €
6 rue des Hôpitaux, 91490 MOIGNY S/
ECOLE
530880087 RCS Evry
Par délibération en date du 02/10/2018,
de L’AGE statuant en application de l’article L.223.42 du Code de Commerce, a
décidé qu’il n’y avait pas lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite
au RCS de Evry
Pour avis
12120536W – LE PUBLICATEUR LEGAL
91 • ESSONNE
SOCIETES
191572B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
03/09/2018 il a été constitué une SARL
à capital variable nommée :
B-ROLL
Objet social : Toutes activités d’agence
de communication
Siège social : 21 Mail Gambetta, 91240
Saint-Michel-sur-Orge Nom commercial : B-roll Capital minimum : 30 €, en
dessous duquel il ne peut être réduit Capital initial : 45 € Gérance : M. Idris
LETTIFI, 21 Mail Gambetta, 91240 SaintMichel-sur-Orge Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Evry
191617B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
13/09/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
LOPES SAS
SASU au capital de 2.000 €
64 Rue Anatole France,
92300 Levallois-Perret
800003212 RCS Nanterre
Aux termes d’une décision en date du
19/09/2018, l’associé unique a décidé de
transférer le siège social à 55 AVENUE
DE LA BELLE GABRIELLE, 91600 Savigny-sur-Orge, à compter du 19/09/2018.
Président : M. ANTONIO MANUEL LOPES PARADINHA, 55 AVENUE DE LA
BELLE GABRIELLE, 91600 Savigny-surOrge
Radiation du RCS de Nanterre et immatriculation au RCS de Évry
12120748W – LE PUBLICATEUR LEGAL
CENTRE FARE
SARL au capital de 90.000 €
9 RES. LA COCQUETIERE,
91470 LES MOLIERES
452167547 RCS Évry
Aux termes de l’AGE en date du
13/09/2018, les associés ont décidé de
transférer le siège social à 190 ALLEE DU
NOUVEAU MONDE, 34000 Montpellier.
Radiation du RCS de Évry et immatriculation au RCS de Montpellier
ELIKYA ELECTRIQUE
Objet social : LA SOCIÉTÉ A POUR
OBJET EN FRANCE ET A L ETRANGER
LA RÉALISATION DES TRAVAUX
D’ÉLECTRICITÉ GÉNÉRALE, LA DOMOTIQUE, L INFORMATIQUE, L
ALARME, L AUTOMATISME, LA CLIMATISATION, CONTRÔLE ACCÈS, INTÉGRATION SYSTÈME KNX
Siège social : 50 ROUTE DE GUISSERAY, 91650 BREUILLET Sigle : E.ELEC
Capital : 2000 € Président : M. DAVID
DE DIEU M’LEMVO BILONGO demeurant : 50 ROUTE DE GUISSERAY,
91650 BREUILLET élu pour une durée
indéterminée Durée : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Evry
185317A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 91 et 75
JCD PRINT, SASU au capital de 10000 €
Siège social : 33 RUE PIXERECOURT
75020 PARIS 812055267 RCS PARIS. Le
07/08/18, l’associé unique a décidé de
transférer le siège social au 267 rue de
paris 91120 PALAISEAU à compter du
01/07/18 ; . Objet : Spécialisée dans le
secteur d’activité du commerce de gros
d’autres machines et équipements de bureau Présidence : Jérémy DELOUIS, 267
RUE DE PARIS 91120 PALAISEAU. Radiation au RCS de Paris Inscription au
RCS de EVRY
185242A – LES ECHOS
191349A – LES ECHOS
Par ASSP du 28/08/18 il a été constitué
une SAS dénommée EATIZGOOD.
Siège social : 15 rue lucie et raymond aubrac 91380 Chilly mazarin.Capital :3000 €. Objet : Activité food truck de
vente de pizza au feu de bois, gauffres,
bonbons, boissons, jouets enfants, traiteur, épicerie (sans vente d’alcool), location du camion food truck, livraison de repas a domicile. Président : M. RACHID
RAHMANI 15 rue lucie et raymond aubrac 91380 Chilly mazarin. Durée :99
ans. Immatriculation au RCS de EVRY.
RICHMANN BAT, EURL au capital de
3000 euros, 307 square des Champs Elysees 91026 Evry Cedex. RCS Evry
830471140. Suite A.G.E du 31-07-2018 et
à compter du 25-09-2018 : Démission gérant : Mr KEITA Bougary. Nomination nouveau gérant : Mr Tom BELLENS, 15 Rue
De L Ilette 77500 Chelles. Formalités au
RCS de Evry.
RICHMANN BAT
Société par actions simplifiée
Au capital de 400.000 €
Siège social : 2 Rue des Sables
91170 VIRY CHATILLON
775 725 419 RCS EVRY
Le 1er octobre 2018 le Président a décidé
de nommer Monsieur Christophe GINIEIS,
demeurant 33 Chemin des C&frac12 ; urs
91370 VERRIERES LE BUISSON, en
qualité de Directeur Général de la société
à compter du même jour.
Mention sera faite au RCS d’EVRY.
Pour Avis.
191432A – LES ECHOS
FAYAT IMMOBILIER IDF
Société par actions simplifiée
Au capital de 50.000 €
Siège social : 2, avenue du Général de
Gaulle
91170 VIRY CHATILLON
511 705 923 RCS EVRY
Par décisions en date du 28 septembre
2018, l’Associé Unique a nommé Monsieur Julien HAAS, demeurant 4 Rue Leconte de Lisle 75016 PARIS, en qualité de
Président de la société à compter du 1er
octobre 2018, en remplacement de Monsieur Bernard LECLERCQ, démissionnaire.
Mention sera faite au RCS d’EVRY.
Pour Avis.
12120450W – LE PUBLICATEUR LEGAL
L&T
SARL au capital de 1.000 €
4 IMP DE LA PREVOYANCE,
91390 Morsang-sur-Orge
794224337 RCS Évry
Aux termes de l’AGE en date du
31/12/2017, les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société à compter
du 31/12/2017. M. LUDOVIC RIVET, demeurant 4 IMP DE LA PREVOYANCE,
91390 Morsang-sur-Orge a été nommé liquidateur.
Le siège de la liquidation est au siège social, adresse où doit être envoyée la correspondance.
RCS de Évry
ARCHOS
ESTRA CONSULTING
SA au capital de 22 665.448 €
Constitution SSP en date du 30/09/2018
de ESTRA CONSULTING, SASU au capital de 1500 euros. Siège : 7 Rue De Villiers, 91140 Villebon sur yvette. Durée :
99 ans. Président : M. HULIN Yohann 7
Rue De Villiers, 91140 Villebon sur
yvette. Objet : Conseil en systèmes et logiciels informatiques, en systèmes d’information des ressources humaines. Formation, accompagnement aux
changements. Assistance à maîtrise
d’ouvrage et maîtrise d’oeuvre. Droit de
vote et admission aux assemblées permis à chaque actionnaire. RCS : Evry.
12 rue Ampère, 91400 IGNY
KHT SAVEURS
SARL en liquidation
au capital de 10000 euros
Siège social : 507 place des Champs
Elysées 91080 Courcouronnes
529 252 421 RCS Evry.
L’AGE du 29/09/2018, a approuvé les
comptes de liquidation, a donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat et
prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du 30/09/2018.
Dépôt au RCS de Evry.
191731A – LES ECHOS
SARL ODYLE OPTIC
Société à responsabilité limitée en
liquidation
au capital de 7 622,45 euros
Siège social : 3 Boulevard Aristide Briand
91600 SAVIGNY SUR ORGE
RCS EVRY 340 097 974
Le 30.06.2018, le PV a approuvé les
comptes de liquidation, a donné quitus au
liquidateur et a constaté la clôture des
opérations de liquidation, à compter du
30.06.18. Radiation au RCS d’EVRY
185213A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans "Les
Echos Sociétés" le"07/08/18", concernant
la société OUR PRETTY HOUSE il a lieu
de lire : que les associés n’ont pas pris
acte de la démission de M. Antoine Garcia
en qualité de gérant car il n’était pas gérant mais seulement associé. Mention au
RCS d’Evry
190239A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue le
25/09/2018 concernant la société KOUNTAC, il fallait lire : Constitution d’une SAS
à capital variable : Capital minimum :
4.000 €. Capital initial : 40.000 €. Capital
maximum : 400.000 €.
SOCIETES
191301B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
20/09/2018 il a été constitué une Société
Civile nommée :
STELLADRIE
Objet social : La prise d’intérêt sous quelque forme que ce soit, et notamment par
souscription ou rachat de toutes valeurs
mobilières, produits ou autres supports financiers, actions, obligations, parts ou titres cotés ou non cotés dans toutes sociétés ou entreprises constituées ou à
constituer sous que forme que ce soit. La
propriété, l’administration et l’exploitation
par bail, location ou autrement, des immeubles qui seront apportés à la société
ou acquis par elle, l’obtention de toutes
ouvertures de crédits ou facilités de caisse
avec ou sans garanties d’hypothèque.
Toutes prestations de services, conseils,
études, uniquement en faveur des sociétés ou entreprises détenues dans le portefeuille de gestion, sur les plans administratifs, comptables, techniques, financiers
ou autres, pourvu que ces opérations ne
modifient pas le caractère civil de la société.
Siège social : 58 Rue Chaptal, 92300 Levallois-Perret Capital : 1000 € Gérant :
Mme Fleur BENOIST, 58 Rue Chaptal,
92300 Levallois-Perret Dispense d’agrément pour cessions à associés, conjoints
d’associés, ascendants ou descendants
du cédant. Agrément des associés représentant au moins les deux tiers des droits
de vote. Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Nanterre
185181A – LES ECHOS
Par ASSP du 31/08/18,il a été constitué
une SAS dénommée LOUÏ TECHNOLOGY.Siège social :35 rue georges boisseau 92110 Clichy.Capital :3000 €.Objet :Vente d’un agent intelligent pour
analyser l’audio.Conseil et conception de
solutions apportées aux entreprises en
matière d’analyse et de gestion de données.Président :M.Nicolas Cavallo,35 rue
georges boisseau 92110 Clichy.Durée :99
ans.Immatriculation au RCS de NANTERRE
185215A – LES ECHOS
Par ASSP du 31/08/18,il a été constitué
une SAS dénommée BANNERET.Siège
social :24 av du général leclerc 92260
Fontenay aux roses.Capital :1000 €.Objet :le conseil et l’assistance opérationnelle apportés aux entreprises et autres
organisations en matière de marketing,organisation et stratégie.Président :M.pascal ROLIN,24 av du général leclerc 92260
Fontenay aux roses.Durée :99 ans.Immatriculation au RCS de NANTERRE
185336A – LES ECHOS
Par ASSP du 31/08/18, il a été constitué
une SAS dénommée AH CREATIONS.Siège social : 29 rue de bezons
92400 Courbevoie.Capital : 2 €. Objet : les
transactions de produits, services ou informations non réglementés par le biais d’interfaces électroniques et digitales. Président : M. Hamza Fadhil, 29 rue de bezons
92400 Courbevoie. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de Nanterre.
188800A – LES ECHOS
Par acte SSP du 23/08/18 il a été constitué une SCI : GINI WINAYA Capital : 100 € Siège social : 3 passage de
l’industrie 92130 ISSY LES MOULINEAUX Objet social : La prise de participation par achat, souscription, apport, fusion et par tout autre moyen, et la gestion
de toutes valeurs mobilières, ainsi que
l’acquisition de tous biens mobiliers ou immobiliers, directement ou par l’intermédiaire de toute société ou entité juridique
Gérance : Mme Stéphanie BOISSE demeurant au 3 passage de l’industrie 92130
ISSY LES MOULINEAUX Cessions de
parts sociales : les parts sociales sont librement cessibles au profit d’un associé.
Toute cession à un tiers de la société est
soumise au préalable à agrément de la
collectivité des associés réunis en Assemblée Générale. Durée de la société : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de NANTERRE.
188889A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 31/08/2018 constitution d’une SASU : SASU DUBOIS GUILLAUME ; Capital social : 300 € ; Siège
social : 12 allée Georges Pompidou
92320 CHATILLON Objet : Participation
par achat souscription apport fusion et par
tout autremoyen et la gestion de toutes valeurs mobilières et l’acquisition de tous
biens mobiliers et immobiliers ; Président : Mr Guillaume DUBOIS demeurant
au 12 allée Georges Pompidou 92320
CHATILLON, élu pour une durée illimitée ;
Admission aux assemblées et exercice du
droit de vote : chaque actionnaire est
convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix. Clauses
d’agrément : Les actions sont librement
cessibles entre actionnaires uniquement
avec accord du Président de la société.
Durée de la société : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de NANTERRE.
Par acte SSP du 15/09/2018 il a été constitué une SASU dénommée :
YEMA’S
Siège social : 7 rue voltaire 92500 RUEIL
MALMAISON. Capital : 500 €. Objet :
restauration rapide ambulante. Président : Mme SOUALHIA Aicha, 7 rue Voltaire 92500 RUEIL MALMAISON. Durée :
99 ans. Immatriculation au RCS de NANTERRE.
Suivant acte SSP du 26/09/2018 constitution de la SASU PRC. Capital fixe :
1500 €. Siège social : 3 TERRASSE DES
REFLETS 92400 COURBEVOIE. Objet
social : EXPLOITATION DE VEHICULES
DE TRANSPORT AVEC CHAUFFEUR
(VTC). Président : Mr ABDALLAH BERTRAND demeurant 3 TERRASSE DES
REFLETS 92400 COURBEVOIE. Durée
de la société : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de NANTERRE.
191494A – LES ECHOS
Par acte SSP du 01/10/2018 il a été constitué une SASU dénommée : JEAN FEDNER TRANSPORTE Sigle : JFT Nom
commercial : FEDNER JEAN Siège social : 500,rue gabriel peri 92700 COLOMBES Capital : 4.000 € Objet : Transports
publics routiers de marchandises,déménagements ou location de véhicules avec
conducteur destinés au transports de marchandises à l’aide de véhicules n’excédant pas 3.5 tonnes. Président : M. JEAN
Fedner 500,rue gabriel peri 92700 COLOMBES Durée : 99 ans à compter de
l’immatriculation au RCS de NANTERRE
185343A – LES ECHOS
191574A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous signature privée en date à BOULOGNE BILLANCOURT du 1er octobre 2018, il a été
constitué une société présentant les caractéristiques suivantes Forme sociale :
Société à responsabilité limitée. Dénomination sociale : QUANTA. Siège social :
47 Rue Marcel Dassault, 92514 BOULOGNE BILLANCOURT CEDEX. Objet social : L’acquisition, la détention et la gestion de participation et valeurs mobilières
dans toutes sociétés et groupement de
toutes formes, le contrôle et la mise en valeur de ces participations, toutes activités
de société holding animatrice. Durée de
la Société : 99 ans à compter de la date
de l’immatriculation de la Société au Registre du commerce et des sociétés. Capital social : 1 000 euros. Gérance :
Monsieur Pierre-Alexandre Denis THERMEA, demeurant 10 rue de la Poste Appartement 15 Résidence de la Côte 97434
ST GILLES LES BAINS, assure la gérance. Immatriculation de la Société au
Registre du commerce et des sociétés de
NANTERRE. Pour avis. La Gérance
185346A – LES ECHOS
VENTE DE FONDS GERANCE
12120776W – LE PUBLICATEUR LEGAL
L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires en date du 21/06/2018 a ratifié la
cooptation de Madame Axelle SCARINGELLA, demeurant 11 chemin des Broussatières 69126 Brindas en qualité de nouvel Administrateur, à compter du
23/03/2018, en remplacement de Monsieur Thomas ABRAMOVICI, démissionnaire.
Aux termes d’un acte SSP en date à Vincennes du 17/09/2018
M. Philippe MARION, demeurant 23 rue
Henri Rossignol, 91270 Vigneux-surSeine, numéro RCS 394033518
a donné en location-gérance à :
M. Rachid DJAOUD, demeurant 21 avenue Victor Hugo, 91550 Paray-VieillePoste
Le fonds de commerce taxi parisien sis et
exploité 23 rue Henri Rossignol, 91270 Vigneux-sur-Seine
L’ATELIER NATURE
SAS au capital de 8000,00 €
6 Allee de la Madeleine, 92220 Bagneux
808964605 RCS Nanterre
Sigle : AN
Par décision de L’AGO en date du
12/12/2017 il a été pris acte de la nomination de Mme Cecile PITAULT, demeurant 5 avenue de la gare 77163 Mortcerf
en qualité de nouveau Président, à
compter du 31/12/2017 pour une durée illimitée, en remplacement de M. Thibaut
MAUJOIN, Président démissionnaire.
Mention en sera faite au RCS de Nanterre
191597B – LES ECHOS
SCI AODAI
SCI au capital de 1524,00 €
14 avenue pierre mendes france,
72000 LE MANS
423762434 RCS Mans
Par décision de L’AGE en date du
26/09/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 13 BOULEVARD LEON LOUESSE, CHEZ M. ROUBIN ANTONY, 92500 RUEIL MALMAISON à compter du 03/10/2018.
Suite à ce transfert, il est rappelé les caractéristiques suivantes :
Objet : 6820A-LOCATION DE LOGEMENTS
Durée : 99 ans
Gérance : M. ANTONY ROUBIN, demeurant 23 KOBAN ROAD APPT 0618, KOBAN MELODY 548193 SINGAPOUR,
00000 Singapour
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre et sera radiée du RCS de Mans
SCI DU 19 RUE DE LA MARNE
SCI au capital de 1000,00 €
175 rue jean pierre TIMBAUD, 92400
COURBEVOIE
829932136 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
25/09/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 19 RUE DE
LA MARNE, 94360 BRY SUR MARNE à
compter du 25/09/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Créteil et sera radiée du RCS de Nanterre
191384A – LES ECHOS
Par ASSP du 01/09/18, il a été constitué
une SAS dénommée ETL.Siège social : 9
rue jean jacques rousseau 92700 Colombes.Capital : 1000 €. Objet : Activité de
transitaire. Président : M. Mohamed Hicham Dahmani, 9 rue jean jacques rousseau 92700 Colombes. DG : M. Lamine
Adim, 36 rue ahmed adim 16000 Alger (Algérie). Durée : 99 ans. Immatriculation au
RCS de Nanterre.
Par ASSP du 31/08/18, il a été constitué
une SARL dénommée J&A RÉNOVATION .Siège social : 3 allée du cadran solaire 92320 Châtillon .Capital : 2 €. Objet : le remaniement et la rénovation de
bâtiments déjà existants tels que les immeubles à appartements, les maisons et
les bâtiments non résidentiels de tous types. Gérance : M. Pascal Digeon , 3 allée
du cadran solaire 92320 Châtillon Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
Nanterre.
191520B – LES ECHOS
191641B – LES ECHOS
190220A – LES ECHOS
191711A – LES ECHOS
343 902 821 R.C.S. Evry
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Evry
92 • HAUTS-DE-SEINE
191319A – LES ECHOS
191376A – LES ECHOS
191356A – LES ECHOS
Pour une durée de 1 année(s), à compter
du 18/09/2018 pour prendre fin le
17/09/2018.
Il se renouvellera ensuite par tacite reconduction pour une durée indéterminée.
Par acte SSP du 24.09.2018 à VANVES,
il a été constitué une SAS dénommée
HIGHTAC CONSULTING. SIEGE SOCIAL : VANVES (92170) 6 rue Auguste
Comte. OBJET : Ingénierie, Recrutement,
Audit, Conseil &Management, Maintenance et support technique en réseaux et
télécommunications. DUREE : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de NANTERRE. CAPITAL : 18 000 €. ADMISSION AUX ASSEMBLEES ET DROIT
DE VOTE : Chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées. Chaque action
donne droit à une voix. CESSIONS D’ACTIONS : Librement cessibles entre actionnaires uniquement. PRESIDENT : M. Victor THEOUSSE, demeurant à CHEVILLY
LARUE (94550) 5 rue du Lieutenant Alain
Lecoz. Pour avis.
191690B – LES ECHOS
A2NF
SASU au capital de 2000,00 €
175 RUE JEAN PIERRE TIMBAUD,
92400 COURBEVOIE
832820583 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
25/09/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 19 RUE DE
LA MARNE, 94360 BRY SUR MARNE à
compter du 25/09/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Créteil et sera radiée du RCS de Nanterre
185300A – LES ECHOS
Arbitrage Médiation Expertise, SARL au
capital de 10000 € Siège social : 11 rue
jeanne d’arc 92250 la garenne colombes 503786873 RCS nanterre. Le
31/08/18, les associés ont : décidé de
transférer le siège social au 5 avenue Bir
Hakeïm 83980 Le Lavandou ; . Radiation
au RCS de NANTERRE. Inscription au
RCS de TOULON
185366A – LES ECHOS
Le Connoisseur, EURL au capital de 20
000 euros, Siège social : 39 boulevard
d’Argenson 92200 Neuilly-sur-seine. RCS
813 620 390. Le 03/09/2018, l’Assemblée
Générale a décidé qu’il n’y avait pas lieu
à dissolution de la société malgré les pertes constatées, en application de l’art.
L223-42 du Code de commerce. Modification au RCS de Nanterre.
191565A – LES ECHOS
AUTOMATISME MACONNERIE
PORTAIL CLOTURE – AMPC
Société à Responsabilité Limitée
Au capital de 7.600 euros
Siège social : 19 rue Nouvelle 92700
COLOMBES
RCS NANTERRE 440 521 342
Aux termes du PV des Décisions de l’Assemblée Générale extraordinaire du 26
septembre 2018, il a été décidé de transférer le siège social du 19 rue Nouvelle
92700 COLOMBES au 9 avenue du Général de Gaulle 92250 LA GARENNE COLOMBES.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au RCS de NANTERRE
191568A – LES ECHOS
C3 INSTITUTE
SAS au capital de 194080 Euros
101 rue de la Fontaine Grelot,
92160 ANTONY
441782885 R.C.S. NANTERRE
Aux termes d’une Assemblée Générale
Ordinaire en date du 25/09/2018, il a été
pris acte de la nomination :
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
- de Monsieur Denis CHAILLOU, demeurant 147 Avenue Henri Barbusse 91210
DRAVEIL en qualité de nouveau Commissaire aux comptes titulaire, à compter du
25/09/2018 pour une durée de 6 ans, en
remplacement de la société EURL CPH
AUDIT, dont le mandat était arrivé à
terme.
- du cabinet RCA (RICHEMONT CAPERAA AUDIT), demeurant 12 rue Portalis
75008 PARIS en qualité de nouveau
Commissaire aux comptes suppléant, à
compter du 25/09/2018 pour une durée de
6 ans, en remplacement de Monsieur Denis CHAILLOU, dont le mandat était arrivé
à terme et nommé Commissaire aux
comptes titulaire.
Mention en sera faite au Registre du
Commerce et des Sociétés de Nanterre
191214A – LES ECHOS
CTM CONSEIL
SAS en liquidation u capital de 1 000 euros
Siège social : 7, avenue Troussel,
92700 COLOMBES
818 639 197 RCS NANTERRE
Aux termes d’une décision du 28/09/2018,
l’associé unique, après avoir entendu le
rapport du liquidateur, a approuvé les
comptes de liquidation, a donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat et
a prononcé la clôture de la liquidation.
Dépôt : RCS NANTERRE
M. MOSBAH HAMROUNI, 78 RUE DE
ROCHECHOUART, 75009 PARIS portant
sur un fonds de commerce de : une location partielle de son fonds de commerce
composé d’un autorisation de stationnement portant le numéro 7939 et d’un véhicule équipé taxi portant le numéro CT879-HY sis et exploité au 33 RUE DU
LANDY, 92110 CLICHY
Pour unique insertion
93 • SEINE-SAINT-DENIS
SOCIETES
191367A – LES ECHOS
191231B – LES ECHOS
191575A – LES ECHOS
HAFER
BATI COMPANY
Société civile immobilière en liquidation
Aux termes d’un acte SSP en date du
28/09/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
S.A.R.L au capital de 15.000 €
Siège Social : 31 ter rue Louise
Michel 92300 LEVALLOIS-PERRET
RCS NANTERRE 520 346 784
Aux termes d’une DAU du 27/09/2018,
l’associé unique a décidé de nommer gérant Mr Christophe GUERIN domicilié
chez M Mohammed MOKHTAR JAMAI 32
rue des Bateliers 59800 LILLE, en remplacement de monsieur Yony SITBON démissionnaire, et ce, pour une durée indéterminée. Notification au RCS de
NANTERRE
191659A – LES ECHOS
NAULIER PATRIMOINE, SAS au capital
de 10 000 euros, située au 9 rue du centre
92200 Neuily sur Seine, immatriculée au
RCS de Nanterre sous le nº 833 882 863.
Par decision extraordinaire en date du
05/09/18, il a été décidé le transférer le
siège social au 14 rue Beffroy 92200
Neuilly sur Seine, de nommer Monsieur
Guillaume de Lonlay, nouvel associé, en
qualité de Président en remplacement de
Thomas Naulier démissionnaire, et de
prendre pour nouvelle raison sociale NL
Patrimoine. Modification au RCS de Nanterre.
191732A – LES ECHOS
"CMFROID"
Société par Actions Simplifiée
au Capital de 20.000 €uros
Siège social : 92500 REUIL MALMAISON
14, Rue Auguste Neveu
809 872 682 R.C.S NANTERRE
Des procès-verbaux de l’Assemblée Générale Extraordinaire et des décisions du
Président en date du 2 Août 2018, il résulte que le capital social a été augmenté
d’une somme de 300.000 €uros par
compensation avec des créances, puis réduit d’une somme de 296.880 €uros par
amortissement des pertes antérieures ; le
nouveau capital social est fixé à la somme
de 23.120 €uros, divisé en 2.312 actions
de 10 €uros chacune ; les statuts ont été
modifiés en conséquence.
Pour Avis, Le Président
Au capital de 1.000 €
Siège social : CHATILLON
92320 2 allée Mozart
529 863 227 RCS NANTERRE
L’Assemblée Générale Extraordinaire réunie le 31 Août 2018, a décidé la dissolution anticipée de la Société à compter de
ce jour et sa mise en liquidation amiable
sous le régime conventionnel dans les
conditions prévues par les statuts et les
délibérations de ladite assemblée.
Elle a nommé comme liquidateur Monsieur Abdelhakim BRIHI, demeurant 2 Allée Mozart 92320 CHATILLON, pour toute
la durée de la liquidation, avec les pouvoirs les plus étendus tels que déterminés
par la loi et les statuts pour procéder aux
opérations de liquidation, réaliser l’actif,
acquitter le passif, et l’a autorisé à continuer les affaires en cours et à en engager
de nouvelles pour les besoins de la liquidation.
Le siège de la liquidation est fixé 2 Allée
Mozart 92320 CHATILLON. C’est à cette
adresse que la correspondance devra être
envoyée et que les actes et documents
concernant la liquidation devront être notifiés.
Les actes et pièces relatifs à la liquidation
seront déposés au Greffe du Tribunal de
commerce de NANTERRRE, en annexe
au Registre du commerce et des sociétés.
Pour avis
ASM PRO
Objet social : Manutention, mise à disposition du personnel, nettoyage de tous locaux commercial et industriel, particulier
et entretien
Siège social : 3 rue du docteur Albert Calmette, 93150 Le Blanc Mesnil Capital :
1000 € Président : M. Jeyathees NAVANEETHARASA demeurant : 03 rue Docteur Calmette, 93150 Le Blanc Mesnil élu
pour une durée indéterminée Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Bobigny
191255B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
11/09/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
CRAFTTUNES
Objet social : Edition musicale, production phonographique, édition phonographique
Siège social : 11 rue des Rosiers, 93460
Gournay-sur-Marne Capital : 1000 € Président : M. Luiz DE AQUINO JR demeurant : 11 rue des Rosiers, 93460 Gournaysur-Marne élu pour une durée
indéterminée Admission aux assemblées
et exercice du droit de vote : chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées.
Chaque action donne droit à une voix. Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Bobigny
Le Liquidateur
191558B – LES ECHOS
191401A – LES ECHOS
WeneTech
SARL au capital de 15.000 euros
Siège social : 264 rue d’Estienne d’Orves 92700 Colombes
520 422 213 RCS Nanterre
Le 14/09/2018, l’AGO a approuvé les
comptes de liquidation, a donné quitus au
liquidateur et a constaté la clôture des
opérations de liquidation, à compter du
31/08/2018. Radiation au RCS de Nanterre.
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/10/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
GRAPHIC AND CO
SARL au capital de 1000,00 €
32 rue aristide briand, 92300 Levallois
perret
823138474 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
11/09/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 11/09/2018,
nommé en qualité de liquidateur M. JEAN
FRANCOIS QUIQUAMPOIS, 106 RUE
CARDINET, 75017 PARIS et fixé le siège
de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société. Mention en
sera faite au RCS de Nanterre
191354B – LES ECHOS
ABDIAS
SARL au capital de 17000 €
20 bis, rue Louis Philippe, 92200 Neuilly
Sur Seine
453470023 RCS Nanterre
Par décision de L’AGO en date du
28/09/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. Michel
Lazzari 2 Chemin de la pîerre aiguê,
50350 Donville les Bains, pour sa gestion
et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Nanterre
191533B – LES ECHOS
CEZURE PRODUCTION
SAS au capital de 7500 €
1, rue Foucher Lepelletier, 92130 Issy les
moulineaux
788583268 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
11/09/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. Pierre
Le Bigot 7, rue Jeanne D’Arc, 92130 Issy
Les Moulineaux, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Nanterre
191447A – LES ECHOS
FRANCE HABITATION
Groupe ActionLogement
Vend à CHATENAY-MALABRY (92290),
16 chemin de la justice, T1 de 32,2 m2,
au 1er étage – Prix : 97.900 € - Classe
énergie : D - ref : 113823 - Copropriété de
72 lots, sans procédure en cours – Estimatif charges annuelles : 878 € - Offre réservée exclusivement aux locataires de
France Habitation du département 92 pendant 2 mois à compter du présent avis,
conformément aux dispositions de l’article
R. 443-12 du CCH, relatif aux ventes de
logements sociaux. Au-delà de ce délai de
2 mois, en l’absence d’exercice de ce droit
légal de priorité, la vente est ouverte à
toute autre personne physique au prix de :
99.500 € - Honoraires exclus à la charge
du vendeur.
Contact : QUADRAL TRANSACTIONS
Pascal RAZON
pascal.razon@quadral.fr-06 89 44 80 74
191195A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos société le 12/7/2018 sous le
nº174551, concernant la société
PARIGNY
Il a lieu de lire : par acte SSP en date du
1/10/2018
VENTE DE FONDS GERANCE
191702B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 30/09/2018 il a été mis fin à la
location gérance, consentie par acte SSP
à CLICHY en date du 01/02/2017, pour
une durée de 1 an renouvelable par tacite
reconduction, entre :
la société BENTAXI, SARL au capital de
9 600 €, immatriculée au RCS de NANTERRE sous le numéro 303408033, domiciliée 33 RUE DU LANDY 92110 CLICHY représentée par MR JERONIMO
CESAR,
au profit de
La société sera immatriculée au RCS de
Bobigny et sera radiée du RCS de Paris
185345A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 93 et 75
EDRA, SAS au capital de 5000 € Siège
social : 37 RUE DES MATHURINS 75008
PARIS 314503996 RCS PARIS . Le
20/08/18, les associés ont décidé de
transférer le siège social au 98 AVENUE
PASTEUR 93100 MONTREUIL à compter
du 01/09/18 ; . pris acte de la démission
de DAVID RENAUDINEAU, ancien Président ; en remplacement, décidé de nommer Président Mme EMMANUELLE RENAUDINEAU, 6 AVENUE DU BEL AIR
94100 SAINT MAUR ; . décidé d’étendre
l’objet social . Nouvelle activité(La réalisation de transactions sur immeubles et
fonds de commerce, ainsi que la location
de locaux à des particuliers ou des entreprises. Gestion Locative et Prestation de
service. Radiation au RCS de PARIS. Inscription au RCS de BOBIGNY
SASU au capital de 1.000 €. Siège social :
78 Rue De La Fraternité 93170 BAGNOLET. RCS 829 946 862 BOBIGNY. L’AGE
du 20/09/2018 a nommé président : M EL
BELGHITI EL KHANNOUSSI Mohamed,
78 Rue De La Fraternité 93170 BAGNOLET en remplacement de M DOUCOURE
Diaby. Mention au RCS de BOBIGNY.
ST ENTREPRISE. SARL au capital de
10 000 €. Siège social : 12 rue Georges
Picot. 94470 BOISSY SAINT LEGER.
RCS CRETEIL 818 010 092. Par l’AGE du
17/09/2018, il a été décidé de nommer
nouveau gérant M. POPESCU Adrian demeurant 34, rue du Progrès 93100 MONTREUIL, en remplacement de M. BAKIR
GURBUZ démissionnaire. Et de transférer
le siège social au 120, rue Anatole France
93130 NOISY le GRAND. Radiation au
RCS de Créteil immatriculation au RCS de
Bobigny
191364A – LES ECHOS
Par un acte SSP en date du 18 09 2018,
il a été constitué une SAS au capital de 3
000 € ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : ROZA
Siège social : 245 Rue de Meaux 93410
VAUJOURS
Objet : Activité de restauration sur place
ou à emporter, salle de réception pour
événements privés et toute activité
connexe et complémentaire s’y rattachant,
Président : Yusuf SERBET, 160, rue
Edouard Vaillant 93140 Bondy
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de BOBIGNY
191357A – LES ECHOS
191438A – LES ECHOS
TEMEXPRESS
EURL au capital de 500 Euros
Siège social : 102 Rue Saint Germain 93260 LES LILAS
R.C.S : 828 116 400 BOBIGNY
TRANSFERT DE SIEGE
93600 Aulnay-sous-Bois
191600B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
02/10/2018 il a été constitué une SCI nommée :
Par AGE en date du 11/07/2018 il a été
décidé de nommer nouveau président
Monsieur KOLAR Janez demeurant au 18,
rue Nungesser 93100 Montreuil en remplacement de Monsieur BOUNOUA Jamel
démissionnaire. Et de transférer le siège
social au Nouveau siège : 18 Rue Nungesser 93100 Montreuil. Notification au
RCS de Bobigny
187254A – LES ECHOS
OR’OPTIK, SAS au capital de
2000 €. Siège social : 81 all pierre et marie
curie 93320 Les pavillons sous bois.
533051801 RCS BOBIGNY. Le 30/06/18,
les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur
Mme AURELIE HADDAD, 20 AVENUE
DES ROCHERS 94170 LE PERREUX
SUR MARNE, et fixé le siège de liquidation au siège social. Modification au RCS
de BOBIGNY.
187344A – LES ECHOS
VETIFAMI, SARL au capital de
5000 €. Siège social : 21-23 avenue gaston monmousseau 93240 Stains.
510912322 RCS BOBIGNY. Le 26/07/18,
les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur M.
JEAN SFEZ, 33 avenue foch 75016 PARIS, et fixé le siège de liquidation au siège
social. Modification au RCS de BOBIGNY.
191448A – LES ECHOS
TIGER CAB
S.A.S.U. au capital de 1 500,00 Euros
Siège social : 253 RUE EDOUARD VAILLANT 93140 BONDY
R.C.S : 830 581 708 BOBIGNY
TRANSFERT DE SIEGE
190485A – LES ECHOS
ARROW CONSULTING
EURL au capital de 3.000 €. Siège social :
63 Boulevard Victor Hugo 93400 ST
OUEN. RCS 502 264 138 BOBIGNY.
L’AGE du 25/09/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation
amiable à compter du 30/09/2018, nommé
liquidateur M POZZI Jean-Marc, 2291 Rue
de Paris 01170 GEX et fixé le siège de la
liquidation chez le liquidateur.
L’AGE du 25/09/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat et
prononcé la clôture de liquidation, à
compter du 30/09/2018. Radiation au RCS
de BOBIGNY.
191462A – LES ECHOS
SCI DE LA CONCORDE. SCI au Capital
de 2.000 €. Siège social 38 avenue de la
République 93150 LE BLANC MESNIL.
RCS BOBIGNY 481 889 772. Par AGE du
31 08 2018 à 10 heures il a été décidé la
dissolution anticipée de la société au
31 08 2018 ont nommé Mr BERKAT Mohammed demeurant 38 avenue de la République 93150 LE BLANC MESNIL en
qualité de liquidateur le siège de la liquidation est fixé au siège social modification
au RCS de BOBIGNY. Par AGE du
31 08 2018 à 16 heures il a été approuvé
les comptes de liquidation au 31 08 2018
ont donné quitus au à Mr BERKAT Mohammed liquidateur et le décharge de son
mandat puis ont prononcé la clôture des
opérations de liquidation au 31 08 2018
Radiation au RCS de BOBIGNY.
VENTE DE FONDS GERANCE
191272B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 10/09/2018 enregistré le
28/09/2018 au SDE de BOBIGNY, dossier
numéro 201800024225, reference numéro 9304P612018A11717, la société
SELAFA MJA ES QUALITE DE LIQUIDATEUR JUIDICAIRE DE LA SOCIETE
COURCELLE GAVELLE SELAFA, au capital de 160050 €, immatriculée au RCS
de PARIS sous le numéro 440672509, domiciliée 102 rue du Faubourg Saint-Denis
- 75010 PARIS représentée par Maître
Axel CHUINE,
Par acte SSP en date du 17/09/2018, il a
été constitué une EURL denommée AB
TRANSPORT. Capital : 1500 euros.
Siège Social : 41 BOULEVARD MARC
CHAGALL 93600 AULNAY SOUS BOIS.
Objet social : EXPLOITATION DE VOITURE DE TRANSPORT AVEC CHAUFFEUR (VTC). Gérance : M. SIMOES
NASCIMIENTO LOPES APIO BENVINDO
demeurant 41 BOULEVARD MARC CHAGALL 93600 AULNAY SOUS BOIS. Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de BOBIGNY.
Par décision de l’associé unique du
25/09/2018, il a été décidé le transfert du
siège de la Société, domiciliée au « 253
RUE EDOUARD VAILLANT 93140
BONDY », elle sera désormais domiciliée
au « 2 AVENUE HENRI DUNANT 93270
SEVRAN ». L’article 4 « SIEGE SOCIAL »
des Statuts a été modifié en conséquence.
Toutes les démarches ont été faites à cet
effet. Le dépôt légal sera effectué au RCS
de BOBIGNY.
191316B – LES ECHOS
191484A – LES ECHOS
L’entrée en jouissance a été fixée au
21/06/2018.
SCI AUGER GRAPPIN
ANIC DIOT ET CIE
La présente vente est consentie et acceptée moyennant le prix principal de
265000 €.
Société Civile au capital de 100,00 €
77, boulevard Barbès,
75018 Paris
803174697 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 12 rue Kléber, 93400 Saint-Ouen à compter du
01/10/2018.
Suite à ce transfert, il est rappelé les caractéristiques suivantes :
SARL au capital de 15 244,90 €
59 av. Jean Jaurès – 93220 GAGNY
RCS Bobigny 578 202 392
Le 29 juin 2018 l’associée unique a décidé
d’étendre l’objet social à l’activité de "syndic de copropriété" , et de modifier en
conséquence l’article 2 des statuts. Mention sera faite au RCS de Bobigny.
C94
Objet social : L’acquisition par voie
d’achat ou d’apport, la propriété, la mise
en valeur, la transformation, la construction, l’aménagement, l’administration, l’exploitation par bail, location ou autrement,
la vente de tous biens et droits immobiliers, de tous biens et droits pouvant
constituer l’accessoire, l’annexe ou le
complément des biens et droits immobiliers en question.
Siège social : 34 rue de Paris, 94220
CHARENTON LE PONT Capital : 1000 €
Gérant : Mlle Ryme QASMI NABIL, 5 rue
Pasteur, 94700 MAISONS-ALFORT Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Créteil
185203A – LES ECHOS
Par ASSP du 31/08/18,il a été constitué
une SAS dénommée VILLEDO CONSULTING.Siège social :81 gde rue charles de
gaulle 94130 Nogent-sur-marne.Capital :500 €.Objet :le conseil et l’assistance
opérationnelle apportés aux entreprises et
autres organisations en matière de gestion de projets et management.Président :M.Olivier Urbain,81 gde rue charles
de gaulle 94130 Nogent-sur-marne.Durée :99 ans.Immatriculation au RCS de
CRETEIL
190312A – LES ECHOS
Par décision de l’associé unique du
01/09/2018, il a été décidé de :
- transfert le siège de la Société, initialement domicilié au « 102 Rue Saint Germain – 93260 LES LILAS », elle sera désormais domiciliée à l’adresse « 36 rue du
Coq Français - 93260 LES LILAS ». L’article 4 « SIEGE SOCIAL » a été modifié
en conséquence. Toutes les démarches
ont été faites à cet effet. Le dépôt légal
sera effectué au RCS de BOBIGNY. Pour
avis et mention.
SOCIETES
RCS BOBIGNY 808 934 350
191268A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 93 et 94
94 • VAL-DE-MARNE
Siège social : 7 Place de l’Hotel de Ville
190264A – LES ECHOS
MMZ TRANSPORT Société par actions
simplifiée à associé unique au capital de
1.500 € Siège : 96 Rue Romain Rolland
93260 LES LILAS 828160960 RCS de
BOBIGNY Par décision du président du
01/10/2018, il a été décidé de transférer
le siège social à compter du 25/09/2018
au 5 Rue des coudes cornettes bat b
93230 ROMAINVILLE. Mention au RCS
de BOBIGNY.
191313A – LES ECHOS
AB ETANCHEITE
SASU au capital de 1 000 €
ETABLISSEMENTS AMGV
SCHUELLER AUTO
Par ASSP du 28/08/18,il a été constitué
une SAS dénommée COCOON
EVENTS.Siège social :17 rue de la procession 93250 Villemomb le.Capital :100 €.Objet :L’organisation de baby
shower et d’anniversaires pour enfants.Président :Mme Jennifer Pony,17
rue de la procession 93250 Villemomble.Durée :99 ans.Immatriculation au RCS
de BOBIGNY
191636A – LES ECHOS
Durée : 99 ans
Objet social : Achat Vente d’automobiles
et de deux roues tout état, achat vente de
pièce détachées neuves
Siège social : 10 AVENUE EUGENE
SCHUELLER, 93600 AULNAY SOUS
BOIS Capital : 1000 € Président : Mme
Céline ROBERGE demeurant : 27 rue
Francis Creno, 93600 AULNAY SOUS
BOIS élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Bobigny
185211A – LES ECHOS
191234B – LES ECHOS
Objet : Acquisition, location immeubles
bâtis ou non.
a cédé à
la société BOCCASSINI SARL, au capital
de 586380 €, immatriculée au RCS de MILAN sous le numéro 2046818, domiciliée
à Viale Bianca Maria 24 cap 20219 - MILAN (ITALIE) représentée par M. Sergio
PEROSA,
un fonds de commerce de Mécanique,
outillage coupant
sis et exploité 81 boulevard de l’Ouest prolongé, 93220 GAGNY, comprenant corporels et incorporels.
Les oppositions, s’il y a lieu, seront reçues
dans les dix jours suivant la dernière en
date des publications légales.
Pour la réception des oppositions élection
de domicile est faite tant pour la correspondance et le renvoi des pièces que pour
la validité à l’adresse du fonds.
Pour unique insertion
Par acte SSP du 26/07/2018 il a été constitué une SCI dénommée :
SCI LORIE
Siège social : 53 BOULEVARD MONTAIGUT 94000 CRETEIL. Capital : 5.000 €.
Objet : ACTIVITE IMMOBILIERE
ACHATS ET VENTES IMMOBILIERES
GESTION DE PATRIMOINE IMMOBILIER LOCATION IMMEUBLE MEME EN
MEUBLEE. Gérant : Mme LIN XINLEI, 53
BOULEVARD MONTAIGUT 94000 CRETEIL. Durée : 99 ans. Immatriculation au
RCS de CRETEIL.
190316A – LES ECHOS
Par acte SSP du 19/09/2018 il a été constitué une SCI dénommée :
SCI 34 AVENUE DES
MOUSQUETAIRES
Siège social : 23 bis avenue henri Barbusse 94350 VILLIERS SUR MARNE. Sigle : SCI "34". Capital : 1.000 €. Objet :
Toute acquisition d’immeuble, de propriété. L’administration, la gestion, l’attribution gratuite en jouissance aux associés. Gérant : M FOURNIER Laurent, 23
bis avenue henri barbusse 94350 VILLIERS SUR MARNE. Cession de parts :
Agrément requis sauf entre associés. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
CRETEIL.
191411B – LES ECHOS
COTE VERMEILLE
SCI au capital de 150000,00 €
106 AVENUE DU GENERAL DE
GAULLE, 94700 MAISONS ALFORT
482275625 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 37 AVENUE
D’ALFORTVILLE, 94600 CHOISY LE ROI
à compter du 01/10/2018.
Autres modifications :
- il a été décidé de modifier le capital de
la société en le portant de 150000 € à
300000 €. Mention en sera faite au RCS
de Créteil
191431B – LES ECHOS
IMMOGEST
SCI au capital de 600000,00 €
37 AVENUE D ALFORTVILLE, 94600
CHOISY LE ROI
326434222 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 il a été décidé de modifier le
capital de la société en le portant de
600000,00 € à 900000 €. Mention en sera
faite au RCS de Créteil
191443B – LES ECHOS
LYN TRANSPORTS ET DEM
SASU au capital de 3600,00 €
21 RUE JEAN BAPTISTE COROT,
95140 GARGES LES GONESSE
830450201 RCS Pontoise
Par décision en date du 01/10/2018 il a
été décidé de transférer le siège social de
la société au 19 RUE LECOCQ, 94250
GENTILLY à compter du 01/10/2018.
Présidence : M. MOUNIR HAMOUR, demeurant 19 RUE LECOCQ, 94250 GENTILLY
DG : M. ABDERRAHMANE ACHACHE,
demeurant 21 RUE JEAN BAPTISTE COROT, 95140 GARGES LES GONESSE
Autres modifications :
- modifie en conséquence les statuts
La société sera immatriculée au RCS de
Créteil et sera radiée du RCS de Pontoise
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 11
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
191510B – LES ECHOS
191382B – LES ECHOS
C2D CONSULTING
GAMBETTA FOOD
SASU au capital de 1000,00 €
11 RUE DU CHEMIN VERT, 94100 SAINT
MAUR DES FOSSES
813643145 RCS Créteil
SARL au capital de 10000,00 €
123 BD Paul Vaillant Couturier, 94200 Ivry
sur Seine
790498356 RCS Créteil
Par décision du Président en date du
01/10/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 9 BIS RUE
DU CUL DE SAC, 77130 VILLE SAINT
JACQUES à compter du 01/10/2018. La
société sera immatriculée au RCS de Melun et sera radiée du RCS de Créteil
Par décision de L’AGE en date du
15/09/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 15/09/2018,
nommé en qualité de liquidateur M. Brahim BOUZAKHER, 60 Boulevard du Colonel Fabien, 94200 Ivry sur Seine et fixé
le siège de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société. Mention en sera faite au RCS de Créteil
191601B – LES ECHOS
F.M.S
SARL au capital de 7700,00 €
3 allée des Rochers, 94000 CRETEIL
442780193 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
23/07/2018 il a été décidé de modifier le
capital de la société en le portant de
7700,00 € à 3930 €. Mention en sera faite
au RCS de Créteil
191642B – LES ECHOS
SCI DU 19 RUE DE LA MARNE
SCI au capital de 1000,00 €
175 rue jean pierre TIMBAUD,
92400 COURBEVOIE
829932136 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
25/09/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 19 RUE DE
LA MARNE, 94360 BRY SUR MARNE à
compter du 25/09/2018.
Suite à ce transfert, il est rappelé les caractéristiques suivantes :
Objet : ACQUISITION DE TOUS TERRAINS ET CONSTUCTION ADMINISTRATION EXPLOITATION PAR BAIL LOCATION, ET GENERALEMENT TOUTES
OPERATIONS SE RATTACHANT DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT A
L’OBJET SOCIAL, TOUS OBJETS
CONNEXES POURVU QUE CES OPERATIONS NE MODIFIENT PAS LE CARACTERE CIVIL DE LA SOCIETE
Durée : 50 ans
Gérance : Mlle AURELIE CARLIER, demeurant 19 RUE DE LA MARNE, 94360
BRY SUR MARNE
Gérance : M. ABDEL-LATIF GHAMRI, demeurant 19 RUE DE LA MARNE, 94360
BRY SUR MARNE
La société sera immatriculée au RCS de
Créteil et sera radiée du RCS de Nanterre
191692B – LES ECHOS
A2NF
SASU au capital de 2000,00 €
175 RUE JEAN PIERRE TIMBAUD,
92400 COURBEVOIE
832820583 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
25/09/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 19 RUE DE
LA MARNE, 94360 BRY SUR MARNE à
compter du 25/09/2018.
Présidence : Mlle AURELIE CARLIER,
demeurant 19 RUE DE LA MARNE, 94360
BRY SUR MARNE
La société sera immatriculée au RCS de
Créteil et sera radiée du RCS de Nanterre
191200A – LES ECHOS
DECRI INTERIM
SARL au capital de 25.000 €
78 rue Garibaldi – 94100 ST MAUR
DES FOSSES
RCS Créteil 509 211 918
Suivant délibération de l’AGE du 20 septembre 2018 les associés statuant dans le
cadre des dispositions de l’article L223-42
du Code de Commerce, ont décidé qu’il
n’y avait pas lieu à dissolution anticipée.
Mention sera faite au RCS de Créteil.
191227A – LES ECHOS
SAD’S INTERIM 6
SARL au capital de 25.000 €
78 rue Garibaldi – 94100 ST MAUR DES
FOSSES
RCS Créteil 812 714 889
Suivant délibération de l’AGE du 20 septembre 2018 les associés statuant dans le
cadre des dispositions de l’article L223-42
du Code de Commerce, ont décidé qu’il
n’y avait pas lieu à dissolution anticipée.
Mention sera faite au RCS de Créteil.
191560A – LES ECHOS
SIDEP
191554B – LES ECHOS
ALVARENGA
SARL Unipersonnelle au capital de
2000,00 €
29 RUE ANDRE TESSIER, 94120
Fontenay sous bois
535274732 RCS Créteil
Par décision de L’Associé Unique en date
du 28/09/2018 il a été décidé de la dissolution anticipée de la société et sa mise en
liquidation amiable à compter du
01/10/2018, nommé en qualité de liquidateur Mr. PEREIRA ALVARENGA Omar
domiciliée 29 rue André Tessier, 94120
Fontenay Sous Bois et fixé le siège de liquidation et l’adresse de correspondance
au siège de la société. Mention en sera
faite au RCS de Créteil
191446A – LES ECHOS
FRANCE HABITATION
Groupe ActionLogement
Vend à VILLIERS-SUR-MARNE (94350),
1 rue du 11 novembre 1918, T2 de 46,7
m2, au rez-de-chaussée - Prix : 122.404 €
- Classe énergie : D - ref : 130029 - Copropriété de 65 lots, sans procédure en
cours - Estimatif charges annuelles : 850 €
- Offre réservée exclusivement aux locataires de France Habitation du département 94 pendant 2 mois à compter du présent avis, conformément aux dispositions
de l’article R. 443-12 du CCH, relatif aux
ventes de logements sociaux. Au-delà de
ce délai de 2 mois, en l’absence d’exercice de ce droit légal de priorité, la vente
est ouverte à toute autre personne physique au prix de : 133.691 € - Honoraires
exclus à la charge du vendeur.
Contact : QUADRAL TRANSACTIONS
Pascal RAZON
pascal.razon@quadral.fr-06 89 44 80 74
VENTE DE FONDS GERANCE
191211A – LES ECHOS
Par acte SSP à Paris du 19/09/2018, enregistré au SDE de CRETEIL le
27/09/2018, Dossier nº2018 00023725,
référence 9404P61 2018 A 08824, la
SARL KREMLIN RETOUCHE, au capital
de 500 €, 28 rue du Général Leclerc
94270 LE KREMLIN BICETRE RCS CRETEIL 500 745 948
A cédé à la SASU CISEAUX D’OR, au
capital de 500 €, 28 rue du Général Leclerc 94270 LE KREMLIN BICETRE RCS
CRETEIL en cours de constitution
Un fonds de commerce de « Retouche
Pressing Repassage » connu sous le nom
commercial L’ART DE LA RETOUCHERIE, exploité 28 rue du Général Leclerc
94270 LE KREMLIN BICETRE au prix de
8.000 € (7.600 € éléments incorporels ;
400 € éléments corporels).
Entrée en jouissance : 20/09/2018.
Les oppositions seront reçues dans les dix
jours de la dernière en date des publications légales, pour le cédant, pour la validité à l’adresse du fonds vendu, et pour la
correspondance, chez Me Sirma SEZGIN
GUVEN, Avocat à la Cour, 10 bd de Bonne
Nouvelle 75010 PARIS.
191577B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 24/08/2018 enregistré le
26/09/2018 au SIE de CRETEIL,
la société RITA SARL, au capital de
5000 €, immatriculée au RCS de CRETEIL sous le numéro 811048954, domiciliée 31 AVENUE LAPLACE 94110 ARCUEIL représentée par M. MARKANDU
YOTHESESWARAN,
a donné en location gérance à
un fonds de commerce de
CRETEIL B 592 010 193 (86 B 14804)
CAFE - BAR - RESTAURANT situé 31
AVENUE LAPLACE, 94110 ARCUEIL, à
compter du 01/09/2018 jusqu’au
31/08/2021
RCS CRETEIL
Aux termes d’un acte SSP en date du
28/09/2018 il a été constitué une SCI nommée :
Par acte SSP du 29/09/2018, il a été
constitué une SASU ayant les caractéristiques suivantes :Dénomination :V.M.V
SOLUTIONSObjet social : Exploitation
d’établissement hôtelierSiège social :2 T
Rue Emmanuel Rain95500 Gonesse.Capital : 200 €Durée : 99 ansPrésident :
Mme NAAS Véronique, demeurant 2 T
Rue Emmanuel Rain, 95500 GonesseImmatriculation au RCS de Pontoise
SELARL LAURENT COUDERC : SELARL au capital de 9120 €. Siège social
73 Rue DE PARIS, 95320 Saint-Leu-laForêt. 449 606 656 RCS de Pontoise.
L’AGE du 27/12/2017 a décidé de transférer le siège social de la société 1 avenue
jean rostand, 95320 Saint-Leu-la-Forêt, à
compter du 27/12/2017. Mention au RCS
de Pontoise
SCI SIIRUS
191430A – LES ECHOS
Ab Hotels, sasu au cap. de 10000 €, 4 rue
françois mauriac 95540 Mery sur oise.
837659697 rcs Pontoise. Par Dau du
27/06/18, le siège a été transferé au 4 all.
des trois caravelles 95310 St Ouen L’aumone.
SOCIETES
191377B – LES ECHOS
Objet social : SCI de location
Siège social : 38 Rue des Treize Saules,
95470 Saint-Witz Capital : 260000 € Gérant : M. Toomas GOUTT, 26 Rue Sambre et Meuse, Bâtiment C 5e etage, 75010
Paris 10e Cogérant : M. Maurice GOUTT,
38 rue des treize saules, 95470 Saint-Witz
Cessions de parts sociales : les parts
sociales sont librement cessibles au profit
d’un Associé. Toute cession à un tiers de
la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des Associés
réunis en Assemblée Générale Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Pontoise
191538B – LES ECHOS
Par acte SSP du 01/10/2018 il a été constitué une société :
BEFA TRANSPORTS
Objet social : transport de marchandises
moins de 3.5 tonnes Siège social : 37
Boulevard Jean Allemane, 95100 ARGENTEUIL Forme : EURL Capital :
2700 € Gérant : ferhat BEDDEK, 231 C
RUE DU RENARD, 76000 ROUEN Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Pontoise
185312A – LES ECHOS
Par acte SSP du 28/08/2018 constitution
de la SASU : GB TRANSPORT. Capital :
100 euros. Siège social : 2 allée de l’ilede-france 95600 eaubonne. Objet : Activité de VTC. Président : Grégory Berthault
2 allée de l’ïle-de-France, 95600 Eaubonne. Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de Pontoise.
190725A – LES ECHOS
Par acte SSP du 04/09/2018 il a été constitué une SASU dénommée : MAJ LOCATION. Siège social : 4 rue de la Liberté
95100 ARGENTEUIL. Capital : 1.000 €.
Objet : Location de courte durée de voitures (à double commande), deux roues,
achat-vente de voitures et automobiles légers et prestation de services. Président :
M SOLTANI Aymen, 4 rue de la Liberté
95100 ARGENTEUIL. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de PONTOISE.
191215A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 12/09/2018 constitution de la SAS :
Capital fixe : 1 000 €
Siège social : 15, rue Jean Pierre Timbaud 95100 ARGENTEUIL
Objet social : Nettoyage particuliers et
professionnels
Président : Mme PETRE Gheorghita demeurant 89, rue Gabriel Peri 78500 SARTROUVILLE élu pour une durée illimitée
Admissions aux assemblées et exercice du droit de vote : chaque actionnaire est convoqué au Assemblées. Chaque action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : les actions sont
librement cessibles uniquement entre
actionnaires avec l’accord du Président de la société.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Pontoise.
191264A – LES ECHOS
Par acte SSP du 26/09/2018 il a été constitué une SARL à associé unique dénommée : WOURI IT CONSULTING Siège social : 5 rue roland toutain 95100
ARGENTEUIL Capital : 1.000 € Objet :
Conseil en systèmes et logiciels informatiques Gérant : M. DIALLO Aboubacar 5
Rue ROLAND TOUTAIN 95100 ARGENTEUIL Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
191295A – LES ECHOS
94500 CHAMPIGNY SUR MARNE
L’AGOA du 28/09/2018 a pris acte que
suite au décès de Monsieur René WOOG
survenu le 16 mai 2018, son mandat de
Directeur Général a pris fin automatiquement.
185176A – LES ECHOS
TECHNI CLEAN
Siège social : 91 Avenue Roger Salengro
au capital de 332 900 euros
191419A – LES ECHOS
185282A – LES ECHOS
AVIS DE CONSTITUTION
Aux termes d’un acte sous seing privé établi à JOUY-LE-MOUTIER en date du 25
septembre 2018, il a été constitué une société par actions simplifiée présentant les
caractéristiques suivantes :
DENOMINATION : PARADISE DRINK,
SIEGE SOCIAL : 29 grande rue, JOUYLE-MOUTIER (95280)
OBJET : Achat et revente de boissons alcoolisées
DUREE : 99 ans à compter de son immatriculation au registre du commerce et des
sociétés.
CAPITAL : 1 euros
PRESIDENT : Monsieur Richardson FICADIERE, demeurant 29 grande rue,
JOUY-LE-MOUTIER (95280),
AGREMENT : En cas de pluralité d’associés, toutes les cessions d’actions à des
tiers seront soumises à l’agrément des associés.
IMMATRICULATION : au registre du
commerce et des sociétés de PONTOISE.
Pour avis, le Président
191481A – LES ECHOS
Par acte SSP du 01/10/2018 il a été constitué une SARL dénommée : RESTAURANT LA FLEUR DE SEL Sigle : SARL
Nom commercial : RESTAURANT LA
FLEUR DE SEL Siège social : 11 rue de
rouen 95300 PONTOISE Capital : 200 €
Objet : Restaurant français cuisine classique Gérant : M. MONIN Thierry 7 Rue
sere depoin 95300 PONTOISE Durée : 99
ans à compter de l’immatriculation au RCS
de PONTOISE
191497A – LES ECHOS
Par acte SSP du 29/09/2018 il a été constitué une SASU dénommée : AB SOL Nom
commercial : AB SOL Siège social : 14
avenue du 8 mai 1945 95200 SARCELLES Capital : 10.000 € Objet : REVETEMENTS DE SOLS SOUPLES ET DURS,
MACONNERIE Président : M. AYDIN Abdurrahman 70 rue gambetta 95400 VILLIERS LE BEL Durée : 99 ans à compter
de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
190388A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue le
26/09/2018 concernant la société O’BTP :
il n’y avait pas lieu de lire : Sigle : O’BTP.
la société DELHI SPICY SAS, au capital
de 2000 €, immatriculée au RCS de CRETEIL sous le numéro EN COURS, domiciliée 31 AVENUE LAPLACE 94110 ARCUEIL représentée par M. JANE ALAM,
Société par actions simplifiée
95 • VAL-D'OISE
Le contrat est renouvelable par tacite reconduction d’une période de 24 mois
Pour unique insertion
Par acte SSP du 01/09/2018 il a été constitué une SAS dénommée :
HOTEL ILE DE FRANCE
Siège social : 70, rue du général leclerc
95310 ST OUEN L AUMONE
Capital : 1.000 €
Objet : L’acquisition, la gestion et l’exploitation de fonds de commerce d’hôtel, la
mise en valeur et la commercialisation, de
tout biens et services ayant une qualité de
séjour et de service. La société peut prendre toutes participations et tous intérêts
dans toutes sociétés et entreprises dont
l’activité serait de nature à faciliter la réalisation de son objet social. Elle peut agir
directement ou indirectement, soit seule,
soit en association, participation, groupement ou société, avec toutes autres personnes ou sociétés et réaliser sous quelque forme que ce soit les opérations
entrant dans son objet.
Président : M. YABAS Stéphane 16, allée
des petits clos 95200 SARCELLES
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
191696A – LES ECHOS
Par acte SSP du 28/09/2018, il a été
constitué une SASU ayant les caractéristiquessuivantes :Dénomination :AD
CONSULTINGObjet social : prestation
deconseilsSiège social :4 Rue Michel
Strogoff95800 Cergy.Capital : 50 €Durée : 99ansPrésident : M. Diallo Abdoulaye, demeurant 4 Rue Michel Strogoff,
95800CergyImmatriculation au RCS de
Pontoise
191442B – LES ECHOS
LYN TRANSPORTS ET DEM
SASU au capital de 3600,00 €
21 RUE JEAN BAPTISTE COROT, 95140
GARGES LES GONESSE
830450201 RCS Pontoise
Par décision en date du 01/10/2018 il a
été décidé de transférer le siège social de
la société au 19 RUE LECOCQ, 94250
GENTILLY à compter du 01/10/2018. La
société sera immatriculée au RCS de Créteil et sera radiée du RCS de Pontoise
191515B – LES ECHOS
ECOPOLY
SASU à capital variable de 2000,00 €
2 Rond Point Bonneuil, RN 370, 95500
GONESSE
820170496 RCS Pontoise
Par décision de L’Associé Unique en date
du 24/09/2018 il a été pris acte de la nomination de Mme Hassina NAIT MERZEG, demeurant 5 rue des Alpes 77270
VILLEPARISIS en qualité de nouveau
Président, à compter du 24/09/2018 pour
une durée illimitée, en remplacement de
M. Brahim MADADI, Président démissionnaire.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : Activités de décoration, de tapisserie, de montage et démontage de structures matérielles pour
stands, foires et salons. L’exploitation de
voitures de transport avec chauffeurs
VTC. Mention en sera faite au RCS de
Pontoise
191584B – LES ECHOS
SAS PROGET
ENVIRONNEMENT
SAS au capital de 15000,00 €
5 ter rue du Puits Gohier, 95110 Sannois
801562463 RCS Pontoise
Par décision en date du 08/09/2018 il a
été décidé de modifier le capital de la société en le portant de 15000,00 € à
47000 €. Mention en sera faite au RCS de
Pontoise
191261A – LES ECHOS
MURS-G
MURS-G, SARL au capital de 24000 euros, 21 Rue de clignancourt, 95190 Goussainville. RCS : Pontoise 833560477. A
compter A.G.E du 01-10-2018 : Transfert
du siège social à : 105 Boulevard Paul
Vaillant Couturier, 95190 Goussainville.
Démission gérant : M. AVCUOGLU Hasret. Nomination nouveau gérant : M. IBRAHIMOV Mehmed 10 Rue Henri Murger,
93300 Aubervilliers. Statuts mis à jour.
Formalités au RCS de Pontoise.
191265A – LES ECHOS
LCE
SARL au capital de 25.000 €
Siège : 5 RUE DESCARTES 95330
DOMONT
800192858 RCS de PONTOISE
Par décision de l’AGE du 24/09/2018, il a
été décidé de transférer le siège social au
14 rue de Paris 95330 DOMONT. Mention
au RCS de PONTOISE.
191267A – LES ECHOS
EVOLIA
SELARL de vétérinaires au capital de 600
000 €
Siège social : 43 avenue du Chemin Vert
95290 L’ISLE ADAM
448 058 016 RCS PONTOISE
L’AG mixte du 27/09/2018 a décidé d’augmenter le capital d’une somme de 600
000 euros par incorporation de réserves pour le porter à 1 200 000 euros. Les
articles 6 et 7 des statuts ont été modifiés
en conséquence. Modification au RCS de
Pontoise.
191422A – LES ECHOS
TRANSIT EXPRESS
SARL au capital de 30.000 €
Siège : 28 RUE CAREME PRENANT
95100 ARGENTEUIL
822333225 RCS de PONTOISE
Aux termes d’une AGE du 02/01/2018, les
associés de TRANSIT EXPRESS, SARL
au capital de 30000 €, 28 RUE CAREME
PRENANT, 95100 ARGENTEUIL, R.C.S.
PONTOISE B 822333225, ont décidé de
transférer le siège social au 20 RUE DES
PERVENCHES 95120 ERMONT et de
nommer comme nouveau gérant M. ARKAM KAMEL, 20 RUE DES PERVENCHES 95120 ERMONT, en remplacement
de M. ZARHAR ALI, démissionnaire. Les
statuts ont donc été modifiés Dépôt au
R.C.S. de PONTOISE.
191466A – LES ECHOS
PROSHOCK
Société par Actions Simplifiée
au capital de 13.334 €
Siège social : 29 rue du Général
de Gaulle 95620 PARMAIN
RCS PONTOISE B 832 779 631
Il résulte du procès-verbal de l’AGE du 18
juin 2018 et du procès-verbal de l’AGE du
1 er octobre 2018, que le capital a été réduit de 8.234 € pour le ramener à 5.100 €
par voie de rachat
et d’annulation de 8 234 actions.
Pour avis
Capital social : huit cent quatre-vingtquatre mille quatre cents euros
(884.400 €)
191566B – LES ECHOS
FRANCEPORT CARGO
SARL au capital de 100000 €
69 rue de la Belle Etoile, Batiment G,
95700 ROISSY-EN-FRANCE
835348764 RCS Pontoise
Par décision de L’AGE en date du
01/10/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme Mona
HALVORSEN 9 allée de la Ferme, 60128
PLAILLY, pour sa gestion et décharge de
son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Pontoise
191570B – LES ECHOS
ANVIGUI
SCI au capital de 300 €
Rue Angèle de Bourbon 9, 95810
Theuville
493409684 RCS Pontoise
Par décision de L’AGO en date du
30/09/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme Le
Cerf Tatiana 9 rue Angèle de Bourbon,
95810 Theuville, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Pontoise
190765A – LES ECHOS
C.A.N
SARL au capital de 10.000 €
Siège social : 32 boulevard Jeanne d’Arc 95100 ARGENTEUIL
753 090 539 RCS PONTOISE
L’AGE du 10/09/2018, a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus de
sa gestion au liquidateur, et prononcé la
clôture des opérations de liquidation. Radiation au RCS de PONTOISE
191394A – LES ECHOS
SUHEUNG EUROPE SASU
SAS au capital de 500.000 €
Siège social : 49 SQUARE D’ALSACE,
95470 FOSSES
RCS PONTOISE 818 587 040
Par décision du 1er octobre 2018, l’associé
unique personne morale de SUHEUNG
EUROPE SASU a décidé conformément
aux dispositions de l’article 1844-5 du
Code civil, la dissolution par confusion de
patrimoine et sans liquidation de SUHEUNG EUROPE SASU à compter de ce
jour.
Cette dissolution entraîne la transmission
universelle du patrimoine de SUHEUNG
EUROPE SASU au profit de la Société
SUHEUNG CO. Ltd, Société au capital de
500.000 €, ayant son siège social 61
OSONGSAENGMYEONG-RO, OSONGEUP, HEUNGDEOK-GU, CHEONGJU-SI,
CHUNGCHEONGBUK-DO, immatriculée
au Registre du commerce et des sociétés
de Corée du Sud sous le numéro
008 490 KS, représentée par son Président, Monsieur Joo Hwan YANG, associée unique personne morale ", sans qu’il
y ait lieu à liquidation, sous la réserve qu’à
l’issue du délai d’opposition accordé par
la loi aux créanciers sociaux, lesdits
créanciers n’aient pas formé opposition à
la dissolution ou, en cas d’opposition, que
celles-ci soient rejetées en première instance ou que le remboursement des
créances ait été effectué ou les garanties
constituées.
Les oppositions seront reçues au tribunal
de Commerce de PONTOISE.
Mention sera faite au RCS de PONTOISE
191251A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue le
02/10/2018, concernant la société VISAS
SERVICES, il n’y avait pas lieu de lire :
chez Mme Blandine LUKOMBO
191492A – LES ECHOS
YESCO Société à responsabilité limitée à
associé unique au capital de 10.000 €
Siège : 4 Place des Canuts 95100 ARGENTEUIL 750454571 RCS de PONTOISE Par décision de l’associé unique
du 18/09/2018, il a été décidé de transférer le siège social à compter du
19/09/2018 au 33 Rue Maurice ravel
95220 HERBLAY. Mention au RCS de
PONTOISE.
191562A – LES ECHOS
RUE LANGEVIN
Société par actions simplifiée
au capital de 100 000 euros
Siège social : 13, rue Molière
95240 CORMEILLES EN PARISIS
504396987 RCS PONTOISE
L’AGE réunie en date du 22/09/2018 a décidé et réalisé une augmentation du capital social de 784 400 euros par voie d’apport en nature, ce qui rend nécessaire la
publication des mentions suivantes :
Ancienne mention :
Capital social : cent mille euros
(100.000 €)
Nouvelle mention :
191472A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos Sociétés le 20/09/2018, concernant
la société AIXO7 SAS, lire : il a été décidé : Président, M. Thierry CAMBRESY
demeurant 31 rue du Houx 95470 Survilliers, réélu pour une durée indéterminée.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
appels d’offres
FOURNITURES
93
VILLE
D'AUBERVILLIERS
Fourniture de
matériel de nettoyage
et d’entretien des
équipements et des
bâtiments communaux
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville d'Aubervilliers, M. Eric
DALED, Directeur des Achats et de la Commande Publique, 72, rue Henri Barbusse,
93308 Aubervilliers - cedex, courriel : dacpmarches@mairie-aubervilliers.fr, adresse
internet : http://www.aubervilliers.fr
Objet du marché : Fourniture de matériel
de nettoyage et d'entretien des équipements et des bâtiments communaux pour
les années 2018 à 2019.
Type de marché de fournitures :
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• Le présent accord-cadre a pour objet la
fourniture de matériel de nettoyage et d'entretien des équipements et des bâtiments
communaux pour les années 2018 à 2019.
Le descriptif technique des fournitures à
livrer figure au Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P).
L'accord-cadre est passé pour une période
allant de sa notification au 31 décembre
2018 et est renouvelable par reconduction
expresse, par périodes successives d'un
an, une fois au maximum. Il s'achèvera
donc au plus tard le 31 décembre 2019.
• Quantités : L'accord-cadre est passé
à prix unitaires. Ils seront appliqués aux
quantités réellement exécutées sur la base
d'une part, du Bordereau des Prix Unitaires (B.P.U) annexe 1 à l'Acte d'Engagement (A.E) et, d'autre part, des tarifs professionnels remisés, pour les fournitures
hors bordereau.
L'accord-cadre fera l'objet de bons
de commande susceptibles de varier
dans les limites annuelles suivantes,
conformément aux dispositions des
articles 78 et 80 du décret n°2016-360 du
25 mars 2016 :
Montant minimum : 15 000 euro(s) HT Montant maximum : 75 000 euro(s) HT
La ville n'est engagée, sur toute la durée
de l'accord-cadre, que sur le montant
minimum annuel de ce dernier.
Le montant maximum annuel fixé à l'accord-cadre ne donne aucun droit au titulaire et n'engage en rien la ville.
Prestations divisées en lots : non
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Le financement
sera effectué sur les fonds publics de la
ville d'Aubervilliers (ressources budgétaires propres).
Le mode de règlement est le mandat
administratif suivi d'un virement bancaire,
conformément aux règles de la comptabilité publique. Les délais de paiement sont
ceux fixés par le décret n°2013-269 du 29
mars 2013.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d'opérateurs économiques
attributaire du marché : L'accord-cadre
sera attribué soit à un seul opérateur économique, soit à un groupement d'opérateurs économiques.
Un même opérateur économique ne peut
pas être mandataire de plus d'un groupement pour un même accord-cadre.
En application de l'article 45-V du décret
n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux Marchés Publics, la personne publique interdit
aux candidats de présenter leurs offres en
agissant à la fois en qualité de candidats
individuels et de membres d'un ou plusieurs groupements ainsi qu'en qualité de
membres de plusieurs groupements.
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
• Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
ses co-traitants. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• S'il s'appuie, pour présenter sa candidature, sur les capacités professionnelles,
techniques et financières d'autres opérateurs économiques, le candidat produit les
mêmes documents concernant cet opérateur économique que ceux qui lui sont exigés par l'acheteur public. Le candidat doit
également apporter la preuve que chacun
de ces opérateurs économiques mettra
à sa disposition les moyens nécessaires,
pendant toute la durée d'exécution du
marché public ou de l'accord-cadre
• Si les documents fournis par le candidat
ne sont pas établis en langue française, ils
doivent être accompagnés d'une traduction en français, certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Documents à produire obligatoirement
par l'attributaire, avant la signature et la
notification du marché public ou de l'accord-cadre (formulaire NOTI1) :
• Les pièces prévues aux articles D. 8222-5
ou D. 8222-7 et D. 8222-8 du code du travail
• Si l'attributaire est établi en France, les
attestations et certificats délivrés par les
administrations et organismes compétents
prouvant qu'il a satisfait à ses obligations
fiscales et sociales ou un état annuel des
certificats reçus
• Si l'attributaire est établi dans un Etat
autre que la France, un certificat établi par
les administrations et organismes du pays
d'origine. Lorsqu'un tel certificat n'est pas
délivré par le pays concerné, il peut être
remplacé par une déclaration sous serment, ou dans les Etats où un tel serment
n'existe pas, par une déclaration solennelle faite par l'intéressé devant l'autorité
judiciaire ou administrative compétente,
un notaire ou un organisme professionnel
qualifié du pays
• Si les documents fournis par le candidat
ne sont pas établis en langue française, ils
doivent être accompagnés d'une traduction en français, certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Autres renseignements demandés :
• A titre informatif, le formulaire DUME
peut se substituer aux formulaires DC1
DC2.
Les candidats devront également fournir :
- Une déclaration concernant le chiffre
d'affaires global et le chiffre d'affaires
concernant les prestations objet de l'accord-cadre, réalisés au cours des trois
derniers exercices disponibles ;
- Une liste de références de prestations
équivalentes exécutées par l'entreprise au
cours des trois dernières années.
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
26 octobre 2018 à 16 h 00
Délai minimum de validité des offres :
90 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Les
candidatures seront appréciées selon les
modalités définies aux articles 4.1 et 8.1
du R.C.
L'offre devra obligatoirement comporter
les documents suivants (Cf détails article
8.2 du R.C) :
- L'Acte d'Engagement (A.E.) ;
- Le Bordereau des Prix Unitaire (B.P.U),
(annexe 1 à l'A.E) ;
- Le tableau des délais de garantie (annexe
2 à l'A.E) ;
- Le tableau des remises (annexe 3 à l'A.E) ;
- Le Détail Quantitatif Estimatif (D.Q.E) ;
- Une note méthodologique, établie sur la
base du cadre fourni ; TOUTE OFFRE NE
RESPECTANT PAS LE CADRE FOURNI
SERA REJETEE.
- Le(s) catalogue(s) fournisseur uniquement sous format papier, clef USB ou
CD ROM (le renvoi à un site Internet aura
pour conséquence de rendre l'offre nonconforme) assortis des tarifs professionnels auxquels seront appliqués la remise
figurant au tableau des remises ;
- Un RIB.
L'absence et/ou l'incomplétude d'une
des pièces mentionnées ci-dessus aura
pour effet de rendre l'offre irrégulière,
en application de l'article 59.II du décret
n° 2016-360 du 25 mars 2016.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 02 octobre 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre technique peuvent
être obtenus : Correspondant : M. Patrick
DADY , Mairie d'Aubervilliers - Direction
des Achats et de la Commande Publique
Service Achats, tél. : 01 48 39 52 27, courriel : dacpmarches@mairie-aubervilliers.fr,
adresse internet : http://www.maximilien.fr
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif peuvent
être obtenus : Correspondant : M. Ahmed
MATAICH , Mairie d'Aubervilliers - Direction des Achats et de la Commande
Publique Service Marchés Publics, tél. :
01 48 39 52 40, courriel : dacpmarches@
mairie-aubervilliers.fr, adresse internet :
http://www.maximilien.fr
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : Correspondant : Mme La Maire, Mairie d'Aubervilliers
- Direction des Achats et de la Commande
Publique, tél. : 01 48 39 51 52, adresse
internet : http://www.maximilien.fr
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : Correspondant :
Mme La Maire, Mairie d'Aubervilliers Direction des Achats et de la Commande
Publique, tél. : 01 48 39 51 52, adresse
internet : http://www.maximilien.fr
Conditions de remise des offres ou des
candidatures : Les offres seront présentées par voie électronique (Cf détails
article 5.2 du R.C).
Informations complémentaires :
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents : Le Dossier de
consultation des entreprises (D.C.E.), peut
être gratuitement téléchargé sur le site :
https://www.maximilien.fr
SERVIcES
75 GIE PARISEINE
prestations d'assistance
juridique pour le compte
des membres
du gie pariseine
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : GIE PARISEINE, Mme Ariane
BOULEAU-SAIDE, Directrice générale, 2
rue Jean Lantier, 75001 Paris, tél. : 01 44
88 84 37, courriel : appel.offres@pariseine.
fr, adresse internet du profil acheteur :
https://interco.achatpublic.com/sdm/ent/
gen/ent_recherche.do
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du marché : Prestations d'assistance juridique pour le compte des
membres du GIE PariSeine
Catégorie de services : 21
Lieu d'exécution et de livraison : 2 rue
Jean Lantier, 75001 Paris
Code NUTS : FR101
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC.
L'avis implique l'établissement d'un
accord-cadre avec plusieurs opérateurs
Durée de l'accord-cadre : 4 an(s)
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• La présente consultation a pour objet
la réalisation de prestations de conseil
et assistance juridique, pour le compte
des membres du GIE PariSeine. Ce dernier a pour mission la mise en commun de
moyens et compétences afin de permettre
à ses membres de faciliter et développer
leur activité économique, d'accroître et
d'améliorer leurs résultats, notamment
par la mutualisation, l'échange et la redistribution des compétences. Les membres
constituant le GIE PariSeine sont la SEM
PariSeine et la SPL PariSeine.
• Quantités (fournitures et services),
nature et étendue (travaux) : Conformément aux articles 78 et 80 du décret
n°2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux
marchés publics, chaque lot aboutira à la
conclusion d'un accord-cadre distinct à
marchés subséquents sans montant minimum ni maximum.
Chaque accord-cadre est multi-attributaires pour l'ensemble des lots. Le
nombre d'attributaires de chaque lot de
l'accord-cadre est fixé à 3 opérateurs économiques maximum (sous réserve qu'un
nombre suffisant d'offres ait été proposées et retenues).
La remise en concurrence des titulaires
interviendra dans les conditions fixées à
l'accord-cadre et aboutira à la conclusion
de marchés subséquents intervenant au
fur et à mesure des besoins.
A titre indicatif, le montant des dépenses
annuelles pour chaque lot est :
Lot 1 : 40 000 euro(s) HT
Lot 2: 2 000 euro(s) HT
Lot 3: 5 000 euro(s) HT
Lot 4: 10 000 euro(s) HT.
Les montants indiqués ci-dessus ne sont
pas contractuels et peuvent évoluer en
fonction des besoins. Ils sont basés sur
une moyenne des dépenses de 2017 à ce
jour pour la SemPariSeine. Ils ne prennent
pas en compte les nouveaux besoins de la
SPL PariSeine et la mise en commun des
moyens de ces 2 structures au profit du
GIE PariSeine. Ils ne tiennent pas non plus
compte des futurs besoins liés au développement attendu du portefeuille d'activités des structures et le rôle important
que le GIE PariSeine souhaite donner aux
titulaires de l'accord-cadre. Ces montants
peuvent donc être amenés à évoluer à la
hausse, particulièrement pour les lots 1
et 2.
• Calendrier des marchés ultérieurs en
cas de marchés reconductibles : Les 4
accords-cadres seront conclus pour une
durée d'un an à compter du 1er janvier
2019. Chacun pourra être reconduit tacitement, dans les mêmes termes, au maximum trois fois pour une période d'un an,
sauf décision expresse du GIE PARISEINE
intervenant au plus tard dans un délai de
trois mois avant l'échéance de la période
en cours d'exécution.
Prestations divisées en lots : oui
Possibilité de présenter une offre pour un
ou plusieurs lots
Durée du marché ou délai d'exécution :
à compter du 01 janvier 2019 et jusqu'au
31 décembre 2019
Date prévisionnelle de début des prestations (Marché de fournitures/services) :
01 janvier 2019
Forme juridique que devra revêtir le groupement d'opérateurs économiques attributaire du marché : Pour chaque lot pour
le(s)quel(s) ils candidatent, les opérateurs
économiques peuvent se porter candidats
individuellement ou sous forme de groupement conjoint ou solidaire.
Il est interdit aux candidats de présenter,
pour chaque lot, plusieurs offres en agissant à la fois :
1. En qualité de candidats individuels et de
membre d'un ou plusieurs groupements.
2. En qualité de membres de plusieurs
groupements.
L'ensemble des candidats qui se trouveraient dans un ou plusieurs de ces cas
seront éliminés ainsi que le ou les groupements dont ils faisaient partie.
Pour l'exécution de chaque accord-cadre,
le mandataire du groupement conjoint est
solidaire de chacun des membres du groupement au titre des obligations contractuelles de ce dernier à l'égard du Pouvoir
Adjudicateur.
L'exécution du marché est soumise à
d'autres conditions particulières
L'exécution du marché est ouverte aux
personnes visées à l'article 1er de la loi
n°71-1130 modifiée du 31 décembre 1971,
portant réforme de certaines professions
judiciaires et juridiques.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Au vu des éléments produits au titre de
la candidature, la Commission d'appel
d'offres du GIE PariSeine, éliminera les
candidats qui ne peuvent soumissionner à
un marché en application des dispositions
de l'article 45 de l'Ordonnance n° 2015-899
du 23 juillet 2015, qui ne produisent pas les
pièces exigées ou ne disposent pas des
capacités professionnelles, techniques ou
financières pour exécuter les prestations
concernées. Il en ira de même des candidats enfreignant l'interdiction mentionnée à
l'article 2.6 du règlement de la consultation
relatif à la présentation de plusieurs offres.
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Déclaration appropriée de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
• Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l'importance du personnel d'encadrement pour
chacune des trois dernières années.
• Indication des titres d'études et professionnels de l'opérateur économique
• Certificats de qualifications professionnelles. La preuve de la capacité du candidat peut être apportée par tout moyen,
notamment par des certificats d'identité
professionnelle ou des références de travaux attestant de la compétence de l'opérateur économique à réaliser la prestation
pour laquelle il se porte candidat : Attestation d'inscription à l'ordre des avocats des
intervenants
• Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
ses co-traitants. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• S'il s'appuie, pour présenter sa candidature, sur les capacités professionnelles,
techniques et financières d'autres opérateurs économiques, le candidat produit les
mêmes documents concernant cet opérateur économique que ceux qui lui sont exigés par l'acheteur public. Le candidat doit
également apporter la preuve que chacun
de ces opérateurs économiques mettra
à sa disposition les moyens nécessaires,
pendant toute la durée d'exécution du
marché public ou de l'accord-cadre
• Si les documents fournis par le candidat
ne sont pas établis en langue française, ils
doivent être accompagnés d'une traduction en français, certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Documents à produire obligatoirement
par l'attributaire, avant la signature et la
notification du marché public ou de l'accord-cadre (formulaire NOTI1) :
• Les pièces prévues aux articles D. 82225 ou D. 8222-7 et D. 8222-8 du code du
travail
• Si l'attributaire est établi en France, les
attestations et certificats délivrés par les
administrations et organismes compétents
prouvant qu'il a satisfait à ses obligations
fiscales et sociales ou un état annuel des
certificats reçus
• Si l'attributaire est établi dans un Etat
autre que la France, un certificat établi par
les administrations et organismes du pays
d'origine. Lorsqu'un tel certificat n'est pas
délivré par le pays concerné, il peut être
remplacé par une déclaration sous serment, ou dans les Etats où un tel serment
n'existe pas, par une déclaration solennelle faite par l'intéressé devant l'autorité
judiciaire ou administrative compétente,
un notaire ou un organisme professionnel
qualifié du pays
• Si les documents fournis par le candidat
ne sont pas établis en langue française, ils
doivent être accompagnés d'une traduction en français, certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Nombre de candidats :
• Réduction du nombre d'opérateurs
durant la négociation ou le dialogue (procédure négociée, dialogue compétitif) :
Recours à une procédure se déroulant en
phases successives afin de réduire progressivement le nombre des solutions à
discuter ou des offres à négocier : NON
La transmission et la vérification des documents de candidatures peut être effectuée
par le dispositif Marché public simplifié sur
présentation du numéro de SIRET : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération :
• Valeur technique de l'offre (60 %)
• Prix des prestations (40 %)
• Pas d'enchère électronique
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
29 octobre 2018 à 12 h 00
Délai minimum de validité des offres :
6 mois à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Les
modalités de mise en concurrence amenant à la conclusion des marchés subséquents propres à chaque lot sont définies
dans le CCAP. Les accords-cadres aboutiront à la conclusion de marchés subséquents dont les montants seront basés
sur les prix unitaire maximum définis dans
l'accord-cadre. Les accords-cadres comportent une option au sens du droit communautaire : ils pourront être reconduits
dans les conditions exposées à l'article
2.4 du règlement de la consultation. Le
Pouvoir Adjudicateur a prévu de recourir à
la négociation en se réservant la possibilité d'attribuer les marchés sur la base des
offres initiales sans négociation.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 26 septembre 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : Service juridique , GIE PARISEINE, 2, rue Jean Lantier,
75001 Paris, tél. : 01 44 88 84 37, courriel :
appel.offres@pariseine.fr, adresse internet : http://www.marchesonline.com
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : GIE PARISEINE,
adresse internet : http://www.marchesonline.com
Conditions de remise des offres ou des
candidatures : Il est attendu des candidats une réponse par voie électronique
sur la plate-forme de dématérialisation :
https://www.marchesonline.com. Aucun
pli physique, aucun envoi par télécopie
ou courriel ne seront acceptés. Le cas
échéant, ces plis ne seront pas analysés et
seront retournés à leur expéditeur.
Informations complémentaires :
• La prestation est réservée à une profession particulière
Référence des dispositions législatives,
réglementaires ou administratives applicables : L'exécution du marché est ouverte
aux personnes visées à l'article 1er de la loi
n°71-1130 modifiée du 31 décembre 1971,
portant réforme de certaines professions
judiciaires et juridiques.
• Les personnes morales sont tenues
d'indiquer les noms, et qualifications professionnelles des membres du personnel
chargé de la prestation
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents contractuels et
additionnels :
Les candidats peuvent télécharger le DCE,
modifié le cas échéant, et les éventuelles
questions/réponses mises en ligne sur la
plateforme de dématérialisation des marchés publics du GIE PARISEINE à l'adresse
suivante : https://www.marchesonline.com.
Date limite d'obtention : 29 octobre 2018
à 12 h 00
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal de Grande Instance de
Paris, Parvis du Tribunal de Paris, 75859
Paris cedex 17
Nature et désignation des lots :
Lot(s) 1 Droit immobilier - droit de la
construction - droit de l'urbanisme et
matières associées
Lot(s) 2 Droit des sociétés
Lot(s) 3 Droit fiscal
Lot(s) 4 Droit social
91
VILLE DE
LONGjUmEAU
Fabrication et livraison
de repas en liaison
Froide pour la crèche
collective yvonne
estivale
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Longjumeau, Madame
le Maire, 6 bis rue Léontine Sohier 91160
Longjumeau. tél. : 0164541948, Courriel :
achatpublic@longjumeau.fr, profil d'acheteur : http://longjumeau.e-marchespublics.com.
Objet du marché : fabrication et livraison
de repas en liaison froide pour la crèche
collective Yvonne estivale (2 ème procédure).
Accord-cadre avec un seul opérateur.
Caractéristiques principales : Le présent
marché a pour objet principal la fourniture
de prestations de restauration collective
en liaison froide. Elle comprend l'approvi-
sionnement, la préparation, la cuisson, la
conservation des denrées alimentaires, le
transport ainsi que la livraison des repas
et goûters au profit des enfants de 3 mois
à 3 ans de la crèche collective. Les prestations sont commandées par application
des prix unitaires fixés au bordereau des
prix unitaires et rémunérées sur quantités
réellement exécutées, conformément aux
articles 78 et 80 du décret n° 2016-360
relatif aux marchés publics, sans minimum et dans la limite d'un maximum fixé
en valeur à 140 000 euros HT pour la durée
du marché.
Quantités : Les principales missions du
titulaire sont les suivantes : - Elaboration des menus, selon les prescriptions
du cahier des charges, - Fabrication des
repas classiques, spécifiques et festifs en
conformité avec les prescriptions qualitatives et nutritionnelles définies au cahier
des charges, le midi et le goûter du lundi
au vendredi hors jours de fermeture de
la structure, - Le conditionnement des
plats cuisinés, selon les prescriptions
du cahier des charges, - L'ensemble des
contrôles notamment bactériologiques, Le transport et la livraison sur site, selon
les descriptions du cahier des charges, La fourniture et la livraison des produits
d'épicerie, - La formation du personnel
de la commune deux fois sur la durée du
marché. La mission du titulaire s'effectue
dans le strict respect de l'ensemble des
normes en vigueur notamment HACCP et
relatives à la qualité nutritionnelle (recommandation GEM-RCN 2015) notamment
pour les enfants (PNNS). La crèche collective accueille environ 66 enfants de
3 mois à 3 ans du lundi au vendredi estimation non contractuelle des quantités
par an : 4 000 repas et 4 000 gouters pour
les bébés moins de 12 mois, 4 000 repas
et 4 000 gouters pour les moyens de 12 à
24 mois,4 200 repas et 4200 gouters pour
les grands de 24 à 36 mois.
Options : descriptions concernant les
achats complémentaires : La ville de Longjumeau se réserve la possibilité de recourir aux dispositions des articles 30.I.7 du
décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 pour
la conclusion de marchés complémentaires pour des prestations non prévues
initialement mais devenues nécessaires à
l'exécution du service ou à la réalisation de
l'ouvrage objet du marché, ou pour la réalisation de prestations similaires à celles du
marché initial..
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC : non.
Prestations divisées en lots : non.
Durée du marché ou délai d'exécution :
du 01 janvier 2019 au 24 juillet 2020
Date prévisionnelle de début des prestations : 01 janvier 2019
Cautionnement et garanties exigés :
aucune garantie financière n'est exigée.
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : les prestations,
objet du présent marché, seront réglées
par mandat administratif dans un délai
de 30 jours à compter de la réception de
la ou des factures ou acomptes correctement établis. cette prestation sera financée sur fonds propres par la section de
fonctionnement du budget communal.
les modalités de règlement sont établies
conformément aux dispositions du décret
n° 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à " à la
lutte contre les retards de paiement dans
les contrats de la commande publique ".
Forme juridique : les opérateurs économiques ont la possibilité de se présenter
en groupement conjoint ou en groupement
solidaire, le mandataire devant être désigné dans la lettre de candidature et l'acte
d'engagement. en cas de groupement
conjoint, la ville impose que le mandataire
soit solidaire pour l'exécution du marché
de chacun des membres du groupement
pour ses obligations contractuelles à
l'égard de l'acheteur en application de
l'article 45-iii du décret n°2016-360 du 25
mars 2016.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Conditions de participation :
Critères de sélection des candidatures :
capacités économiques et financières,
capacités techniques et professionnelles.
ne seront pas retenus les candidats qui
ne sont pas en mesure de soumissionner
au regard des articles 45 et 48 de l'ordonnance n°2015-899 du 23 juillet 2015, ceux
qui n'ont pas fourni les pièces mentionnées à l'article 48 du décret n° 2016-360,
précisées à l'article 15 du rc, ou enfin ceux
qui ne présentent pas de garanties professionnelles, techniques, économiques
ou financières suffisantes, appréciées au
regard de l'objet du marché public ou à ses
conditions d'exécution.
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement par
le candidat, à l'appui de sa candidature :
-Copie du ou des jugements prononcés,
si le candidat est en redressement judiciaire (si ces documents ne sont pas déjà
demandés dans le cadre du formulaire
DC2, ci-après)
-Déclaration sur l'honneur du candidat
justifiant qu'il n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
ou, pour les marchés publics de défense
ou de sécurité, qu'il n'entre dans aucun
des cas d'interdiction de soumissionner
obligatoires prévus aux articles 45, 46 et
48 de l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 (si cette déclaration n'est pas déjà
demandée dans le cadre du formulaire
DC1, ci-après.)
-Déclaration sur l'honneur du candidat attestant qu'il est en règle, au cours
de l'année précédant celle au cours de
laquelle a lieu le lancement de la consultation, au regard des articles L. 5212-1,
L. 5212-2, L. 5212 5 et L. 5212-9 du code
du travail, concernant l'emploi des travailleurs handicapés (si cette déclaration
n'est pas déjà demandée dans le cadre du
formulaire DC1, ci-après)
-Si le candidat est établi en France, une
déclaration sur l'honneur du candidat justifiant que le travail est effectué par des
salariés employés régulièrement au regard
des articles L. 1221-10, L. 3243-2 et R.
3243-1 du code du travail (dans le cas où
le candidat emploie des salariés, conformément à l'article D. 8222-5-3° du code du
travail) (si cette déclaration n'est pas déjà
demandée dans le cadre du formulaire
DC1, ci-après)
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
- Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles (renseignements à inscrire dans le formulaire
DC2, si celui-ci est demandé par l'acheteur
public)
-Déclaration indiquant les effectifs moyens
annuels du candidat et l'importance du
personnel d'encadrement pour chacune
des trois dernières années (déclaration à
produire en annexe du formulaire DC2, si
celui-ci est demandé par l'acheteur public)
-Présentation d'une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières
années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé. Les livraisons
et les prestations de services sont prouvées par des attestations du destinataire
ou, à défaut, par une déclaration de l'opérateur économique (documents à fournir
en annexe du formulaire DC2, si celui-ci
est demandé par l'acheteur public)
-En matière de fournitures et services, une
description de l'équipement technique,
des mesures employées par l'opérateur
économique pour s'assurer de la qualité
et des moyens d'étude et de recherche
de son entreprise (document à fournir en
annexe du formulaire DC2, si celui-ci est
demandé par l'acheteur public)
-Formulaire DC1, Lettre de candidature Habilitation du mandataire par ses co-traitants (disponible à l'adresse suivante :
http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-declaration-du-candidat)
-Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement.(disponible à l'adresse suivante :
http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-declaration-du-candidat)
-S'il s'appuie, pour présenter sa candidature, sur les capacités professionnelles,
techniques et financières d'autres opérateurs économiques, le candidat produit les
mêmes documents concernant cet opérateur économique que ceux qui lui sont exigés par l'acheteur public. Le candidat doit
également apporter la preuve que chacun
de ces opérateurs économiques mettra
à sa disposition les moyens nécessaires,
pendant toute la durée d'exécution du
marché public ou de l'accord-cadre (documents à produire en annexe du formulaire
DC2, si celui-ci est demandé par l'acheteur
public)
Marché public simplifié : NON
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif).
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres :
19 octobre 2018 à 12:00.
Délai minimum de validité des offres :
120 jour(s) à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : - les
variantes libres ne sont pas autorisées
dans le cadre de la présente consultation
- durée du marché : à compter du 1er janvier
2019 ou à compter de sa date de notification si celle-ci est postérieure
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents contractuels et
additionnels :
Le dossier de consultation des entreprises
est remis gratuitement à chaque candidat.
Il est disponible à l'adresse électronique
suivante : http://www.e-marchespublics.
com
Conditions de remise des offres ou des
candidatures :
Les offres peuvent être transmises
sur support papier ou par voie électronique à l'adresse suivante: http://
www.e-marchespublics.com Les modalités relatives aux conditions d'envoi et
de remise des plis sont précisées dans le
RC. Les plis devront parvenir à l'acheteur
avant la date limite figurant dans le présent
document. Les dossiers qui parviendront
après la date et l'heure fixées ci-dessus ou
ne respectant pas la forme de présentation
indiquée dans le RC ne seront pas retenus.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 26 septembre 2018.
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : Mairie de
Longjumeau, Direction achat public 6 bis
rue léontine sohier 91160 Longjumeau,
tél. : 0164541948, courriel : achatpublic@
longjumeau.fr, adresse internet : http://
longjumeau.e-marchespublics.com
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif peuvent
être obtenus : Mairie de Longjumeau,
Direction Achat Public 6 bis rue Léontine Sohier 91160 Longjumeau, tél. :
0164541948, courriel : achatpublic@longjumeau.fr, adresse internet : http://longjumeau.e-marchespublics.com
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Versailles 56 avenue de saint cloud 78000 versailles, tél. : 0139205400, courriel : greffe.
ta-versailles@juradm.fr .
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : tribunal administratif de versailles 56 avenue de saint
cloud 78000 versailles, tél. : 0139205400,
courriel : greffe.ta-versailles@juradm.fr
92
VILLE
DE LEVALLOIS
entretien du revêtement
de diverses surFaces
sportives
VILLE DE LEVALLOIS, M. le Maire, Hôtel de
Ville, Place de la République, 92300 Levallois, Tél : 01 49 68 30 00 - Fax : 01 47 59 03
96, mèl : marches@ville-levallois.fr, web :
http://www.ville-levallois.fr
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
L'avis implique un marché public
Objet : ENTRETIEN DU REVÊTEMENT DE
DIVERSES SURFACES SPORTIVES DE LA
VILLE DE LEVALLOIS
Type de marché : Services
Procédure : Procédure adaptée
Durée : 12 mois.
Description : La présente consultation
a pour objet l’entretien du revêtement de
diverses surfaces sportives de la ville de
Levallois.
Les types de revêtements à entretenir sont
les suivants :
• Résine acrylique (6 terrains de tennis
couverts) ;
• Revêtement synthétique (1 terrain de
football, 4 terrains de tennis en extérieur,
1 piste d’athlétisme).
Ces terrains sont regroupés sur deux
sites :
• 4 allée Daniel Gey (terrains de tennis synthétiques en extérieur) ;
• Complexe Louison Bobet sis 15 rue Pablo
Neruda (piste d’athlétisme, terrains de tennis en résine acrylique couverts et terrain
de football)
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 13
Les Echos Mercredi 3 octobre 2018
appels d’offres
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC : NON
Forme du marché : Prestation divisée en
lots : non
Les variantes sont refusées
Quantité/étendue : Le présent marché
est soumis à l’ordonnance n°2015-899 du
23 juillet 2015 et au décret n°2016-360 du
25 mars 2016 modifiés. Ces documents sont
désignés par les termes « l’ordonnance » et
« le décret » dans la suite du document.
Il s’agit d’un accord-cadre à bons de commande passé sous la forme de marché à
procédure adaptée ouverte en application
des articles 27 et 78 du décret.
Qualifié de marché de services, il est régi par
les dispositions du Cahier des Clauses Administratives Générales applicables aux marchés publics de Fournitures Courantes et Services approuvé par Arrêté du 19 janvier 2009.
Le montant maximum annuel des bons de
commandes est fixé à 30 000 € HTVA.
La valeur totale du marché est de
120 000 € HTVA compte tenu de sa durée
et des éventuelles reconductions, à laquelle
s’ajoutera le montant global et forfaitaire de
la maintenance préventive, tel que fixé dans
l’offre du titulaire retenu.
Les prestations débuteront à compter de la
date de notification du marché.
Dans le respect des dispositions de l’article
16 du décret, le marché pourra ensuite être
reconduit expressément par lettre recommandée avec accusé de réception, pour une
période annuelle, à l’initiative de la Ville, et
ce, dans la limite de trois fois.
La collectivité se réserve le droit, éventuellement, de ne pas donner suite à la consultation.
Options : oui
Le présent marché ne fait pas l’objet de
prestations supplémentaires éventuelles ni
de tranches optionnelles.
Il pourra faire l’objet de marché de prestations similaires (article 30 7° du décret).
Reconductions : oui
Conditions relatives au contrat
Cautionnement : Pas de cautionnement ni
de garanties exigées.
Financement : Ressources propres de la
collectivité, sans concours de fonds européens. Paiement par mandat administratif
suivi d'un virement bancaire selon les règles
de la comptabilité publique (délai de paiement de 30 jours sous réserve de l'évolution
de la règlementation en vigueur).
Forme juridique : Les candidats pourront
se présenter sous forme de groupement
solidaire ou conjoint, conformément à l'article 45 du décret.
Conditions de participation
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Habilitation à exercer l'activité professionnelle, y compris exigences relatives à l'inscription au registre du commerce ou de la
profession :
Liste et description succincte des conditions :
Un DC1, ou une déclaration sur l’honneur
pour justifier qu’il n’entre dans aucun des
cas mentionnés aux articles 45 et 48 de l'ordonnance et notamment qu'il est en règle
au regard des articles L. 5212-1 à L. 5212-11
du code du travail concernant l'emploi des
travailleurs handicapés.
Capacité économique et financière :
Liste et description succincte des critères
de sélection, indication des informations et
documents requis :
Déclaration concernant le chiffre d'affaires
global du candidat réalisé au cours des trois
derniers exercices.
La capacité financière du candidat pourra
être prouvée par tout autre moyen équivalent.
Référence professionnelle et capacité technique :
Liste et description succincte des critères
de sélection, indication des informations et
documents requis :
Déclaration indiquant les effectifs du candidat,
Présentation d'une liste des principales
prestations de services réalisées au cours
des trois dernières années de même nature
que celles objet du marché, indiquant
notamment le montant, la date et le destinataire public ou privé. La liste précitée doit
attester de la capacité du candidat à exécuter des prestations de service de même
nature que celles objet du présent marché.
Marché réservé : NON
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération
50% Modalités d’exécution des prestations
5% Prise en compte d’objectifs de développement durable
45% Prix
Renseignements techniques :
DIRECTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIÈRE DES SERVICES TECHNIQUES
Tél : 01 49 68 32 33, mèl : pvandeputte@
ville-levallois.fr
Remise des offres : 31/10/18 à 12h00 au plus
tard.
à l'adresse : DIRECTION DES BÂTIMENTS
MUNICIPAUX
101-109 rue Jean Jaurès
Horaires d’ouverture : 9H00 à 12H00 et
14H00 à 17H00 du Lundi au Vendredi, sauf
jours fériés
92300 Levallois
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Validité des offres : 4 mois, à compter de la
date limite de réception des offres.
Renseignements complémentaires :
Les candidats peuvent télécharger gratuitement et anonymement les documents de la
consultation aux adresses suivantes :
• www.ville-levallois.fr/mes-services-enligne/marches-publics/
• www.marches-publics.info
Avertissement sur le retrait anonyme
Les candidats qui souhaitent retirer le dossier de consultation de façon dématérialisée
en anonyme sont informés que la Ville ne
pourra leur transmettre les éventuelles modifications ou précisions qui pourraient affecter les documents en cours de consultation.
Les critères de jugement des offres comportent des sous-critères. Se référer à l'article 14.2 du Contrat.
Dans le cadre de la présente consultation, et
avant la remise de leur offre, les candidats
auront l'obligation de participer à une visite.
La date de visite obligatoire est fixée au lundi 22 octobre 2018 à 9h.
Lieu de rendez-vous :
Complexe Louison Bobet
15 rue Pablo Néruda
92300 LEVALLOIS
En raison de cette visite obligatoire, le DCE
ne sera téléchargeable que jusqu'au lundi
22 octobre 2018 à 8h30.
La date limite pour poser des questions est
fixée au mercredi 23 octobre.
Il s'agit d'un marché périodique : OUI
Calendrier prévisionnel de publication des
prochains avis :
Une nouvelle consultation sera lancée au
plus tard dans le courant du dernier trimestre 2022.
Le marché s'inscrit dans un projet/programme financé par des fonds communautaires : NON
Instance chargée des procédures de
recours : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE
CERGY-PONTOISE, 2-4 bd de l'Hautil, BP
30322, 95027 Cergy-Pontoise - Cedex, Tél : 01
30 17 34 00 - Fax : 01 30 17 34 59, mèl : greffe.
ta-cergy-pontoise@juradm.fr, web : http://
cergy-pontoise.tribunal-administratif.fr/
Précisions concernant le(s) délai(s) d'introduction des recours : Recours en référé précontractuel pouvant être exercé depuis le
début de la procédure de passation jusqu’à la
signature du marché ; Recours de pleine juridiction formé contre la validité du contrat ou
certaines de ses clauses qui en sont divisibles,
dans le délai de 2 mois à compter de la parution de l'avis d'attribution. Un recours en référé
contractuel peut être exercé dans les 31 jours
suivant la publication de l'avis d'attribution. S'il
n'y a pas eu de publication d'un tel avis, la juridiction pourra être saisie jusqu'à l'expiration
d'un délai de six mois à compter du lendemain
du jour de la conclusion du contrat.
Envoi à la publication le : 27/09/18
L'avis autorise la candidature MPS. Cette
consultation bénéficie du Service DUME.
Pour retrouver cet avis intégral, accéder
au DCE, poser des questions à l'acheteur, déposer un pli, allez sur http://www.
ville-levallois.fr
VILLE D'EPINAY93
SUR-SEINE
impression de la lettre
du maire et du journal
interne ce mois-ci
Avis de marché
SECTION I : Pouvoir adjudicateur
I.1) Nom et adresses
Ville d’Epinay sur Seine
Service Commande Publique
1-3 rue Quetigny 93800 Epinay-sur-Seine
France
Hôtel de Ville
servicemarches@epinay-sur-seine.fr
I.2) Communication
Documents de marché
Les documents et informations sont
accessibles à l'adresse suivante (URL) :
https ://marches.maximilien.fr/?page =entreprise.EntrepriseAdva nce dSear ch & A llCons & r ef Consult ation=314347&orgAcronyme=h5j
SECTION II : Objet du marché
II.1) Étendue du marché
Intitulé : Marché de prestations d'impression de la Lettre du Maire et du journal
interne Ce Mois-Ci
Numéro de référence de l'objet :
SERV20182986
Mot descripteur : Impression
Type de marché : Services
Description succincte : Marché de prestations d'impression de la Lettre du Maire
et du journal interne Ce Mois-Ci
Ce marché est divisé en lots : Marché
divisé en lots
II.2) Description du marché
Numéro de lot : 1
Intitulé : Impression de la Lettre du Maire
Lieu principal d'exécution : (93) SeineSaint-Denis,
Critères environnementaux : Oui
Critères d'attribution
Critères : Des critères énoncés ci-dessous
Durée du marché ou délai d'exécution :
Durée à compter de la date d'attribution
du contrat : 12 Mois
Informations sur les options de reconduction
Ce marché peut-il faire l'objet d'une
reconduction ? : Oui
Des variantes seront prises en considération : Non
Numéro de lot : 2
Intitulé : Impression du journal interne Ce
Mois-Ci
Lieu principal d'exécution : (93) SeineSaint-Denis,
Description succincte : Impression du
journal interne Ce Mois-Ci
Critères environnementaux : Oui
Critères d'attribution
Des critères énoncés ci-dessous
Valeur technique 50
Prix 50
Durée du marché ou délai d'exécution :
Durée à compter de la date d'attribution
du contrat : 12 Mois
Informations sur les options de reconduction
Ce marché peut-il faire l'objet d'une
reconduction ? : Oui
Des variantes seront prises en considération : Non
SECTION III : Renseignements d'ordre juridique, économique, financier et technique
III.1) Conditions liées au marché (le cas
échéant)
Marché public simplifié : Oui
SECTION IV : Procédure
IV.1) Description
Type de procédure
Type de procédure : Procédure adaptée
Informations concernant l'accord-cadre
sur les marchés publics (AMP)
Le marché est couvert par l'accord sur les
marchés publics (AMP) : Non
IV.2) Renseignement d'ordre administratif
Date limite de réception des offres :
29/10/2018 11:00
Modalités d'ouverture des offres
Date : 29/10/2018 11:00
SECTION V : Renseignements complémentaires
V.1) Informations complémentaires
V.2) Procédures de recours
Instance chargée des procédures de
recours
Nom officiel : Tribunal Administratif
7 rue Catherine Puig 93 Montreuil France
Adresse internet : greffe.ta-montreuil@
juradm.fr
93
VILLE D'EPINAYSUR-SEINE
distribution
des supports
de communication
de la ville
Avis de marché
SECTION I : Pouvoir adjudicateur
I.1) Nom et adresses
Nom officiel : Ville d’Epinay sur Seine
Service Commande Publique
Adresse : 1-3 rue Quetigny 93800 Epinaysur-Seine France
Point(s) de contact : Hôtel de Ville
Adresse générale (URL) : servicemarches@epinay-sur-seine.fr
I.2) Communication
Documents de marché
Les documents et informations sont
accessibles à l'adresse suivante (URL) :
https ://marches.maximilien.fr/?page = entreprise.EntrepriseAdva nce dSear ch & A llCons & ref Consult ation=314348&orgAcronyme=h5j
SECTION II : Objet du marché
II.1) Étendue du marché
Intitulé : Marché de prestations de distribution des supports de communication de
la Ville d'Epinay-sur-Seine
Numéro de référence de l'objet :
SERV20182987
Mot descripteur : Imprimés
Type de marché : Services
Description succincte : Marché de prestations de distribution des supports de communication de la Ville d'Epinay-sur-Seine
Ce marché est divisé en lots : Marché
unique
II.2) Description du marché
Lieu principal d'exécution : (93) SeineSaint-Denis,
Description des prestations
Critères d'attribution
Des critères énoncés ci-dessous
Valeur technique 60
Prix 40
Durée du marché ou délai d'exécution :
Durée
Durée à compter de la date d'attribution
du contrat : 12 Mois
Informations sur les options de reconduction
Ce marché peut-il faire l'objet d'une
reconduction ? : Oui
Des variantes seront prises en considération : Non
SECTION III : Renseignements d'ordre
juridique, économique, financier et technique
III.1) Conditions liées au marché (le cas
échéant)
Marché éligible au MPS
Marché public simplifié : Oui
SECTION IV : Procédure
IV.1) Description
Type de procédure
Type de procédure : Procédure adaptée
Informations concernant l'accord-cadre
sur les marchés publics (AMP)
Le marché est couvert par l'accord sur
les marchés publics (AMP) : Non
IV.2) Renseignement d'ordre administratif
Date limite de réception des offres :
05/11/2018 11:00
Délai minimum pendant lequel le soumissionnaire est tenu de maintenir son
offre : 120 jours
Modalités d'ouverture des offres
Date : 05/11/2018 11:00
SECTION V : Renseignements complémentaires
V.1) Informations complémentaires
V.2) Procédures de recours
Instance chargée des procédures de
recours
Nom officiel : Tribunal Administratif
Adresse : 7 rue Catherine Puig 93100 Montreuil France
Adresse internet : greffe.ta-montreuil@
juradm.fr
V.3) Langue de publication du présent avis
Langue de publication de l'avis : Français (fr)
V.4) Critères sociaux et environnementaux
Critères sociaux : Non
Critères environnementaux : Non
93
VILLE D'EPINAYSUR-SEINE
impression numérique
des aFFiches supports
de la ville
d'epinay-sur-seine
Avis de marché
SECTION I : Pouvoir adjudicateur
I.1) Nom et adresses
Nom officiel : Ville d’Epinay sur Seine
Service Commande Publique
Adresse : 1-3 rue Quétiqny
93800 Epinay-sur-Seine France
Point(s) de contact : Hôtel de Ville
Adresse générale (URL) : servicemarches@epinay-sur-seine.fr
I.2) Communication
Documents de marché
Les documents et informations sont
accessibles à l'adresse suivante (URL) :
https ://marches.maximilien.fr/?page =entreprise.EntrepriseAdva nce dSear ch & A llCons & r ef Consult ation=314334&orgAcronyme=h5j
SECTION II : Objet du marché
II.1) Étendue du marché
Intitulé : Marché de prestations d'impression numérique des affiches supports de la
Ville d'Epinay-sur-Seine
Numéro de référence de l'objet :
SERV20182985
Type de marché : Services
Description succincte : Marché de prestations d'impression numérique des affiches
supports de la Ville d'Epinay-sur-Seine
Valeur totale estimée : 100 000,00 EUROS
Ce marché est divisé en lots : Marché
unique
II.2) Description du marché
Lieu principal d'exécution : (93) SeineSaint-Denis,
Description des prestations
Critères d'attribution
Des critères énoncés ci-dessous
Valeur technique 50
Prix 50
Durée du marché ou délai d'exécution :
Durée
Durée à compter de la date d'attribution
du contrat : 12 Mois
Informations sur les options de reconduction
Ce marché peut-il faire l'objet d'une
reconduction ? : Oui
Des variantes seront prises en considération : Non
SECTION III : Renseignements d'ordre juridique, économique, financier et technique
III.1) Conditions liées au marché (le cas
échéant)
Marché éligible au MPS
La transmission et la vérification des
documents de candidatures peut être
effectuée par le dispositif Marché public
simplifié sur présentation du numéro de
SIRET : Oui
SECTION IV : Procédure
IV.1) Description
Type de procédure
Procédure adaptée
Le marché est couvert par l'accord sur
les marchés publics (AMP) : Non
IV.2) Renseignement d'ordre administratif
Date limite de réception des offres :
22/10/2018 15:00
Délai minimum pendant lequel le soumissionnaire est tenu de maintenir son
offre : 120 jours
Modalités d'ouverture des offres
Date : 22/10/2018 15:00
SECTION V : Renseignements complémentaires
V.1) Informations complémentaires
V.2) Procédures de recours
Instance chargée des procédures de
recours
Nom officiel : Tribunal Administratif
Adresse : 7 rue Catherine Puig 93100 Montreuil France
Adresse internet : greffe.ta-montreuil@
juradm.fr
V.3) Langue de publication du présent
avis
Langue de publication de l'avis : Français (fr)
V.4) Critères sociaux et environnementaux
Critères sociaux : Non
Critères environnementaux : Non
93 VILLE DE PANTIN
location, installation
et maintenance
d’un village d’hiver
pour les vacances de Fin
d’année scolaires 2018
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Pantin, M. Bertrand
KERN, Maire, 84-88 avenue du Généra
Leclerc, 93500 Pantin, courriel : marchespublics@ville-pantin.fr, adresse internet
du profil acheteur : https://www.achatpublic.com/
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du marché : LOCATION, INSTALLATION ET MAINTENANCE D'UN VILLAGE
D'HIVER POUR LES VACANCES DE FIN
D'ANNÉE SCOLAIRES 2018
La procédure d'achat du présent avis
n'est pas couverte par l'accord sur les
marchés publics de l'OMC.
L'avis implique un marché public
Caractéristiques principales :
• Des variantes seront-elles prises en
compte : oui
• La procédure de passation utilisée est :
la procédure adaptée ouverte. Elle est
soumise aux dispositions de l'article 27 du
Décret n°2016-360 du 25 mars 2016.
• Quantités (fournitures et services),
nature et étendue (travaux) : La Ville de
Pantin souhaite organiser une manifestation animée, de type village d'hiver autour
de nombreuses activités liées à la neige,
destinée à tout type de public.
• Descriptions concernant les achats complémentaires : Installation d'un mur d'escalade en glace artificielle dont le descriptif technique figure au cahier des clauses
techniques particulières
Prestations divisées en lots : non
Durée du marché ou délai d'exécution :
37 jours à compter de la notification du
marché
Cautionnement et garanties exigés : Le
titulaire, sauf s'il s'agit d'un organisme
public, doit justifier de la constitution
d'une garantie à première demande à
concurrence de 100.0 % du montant de
l'avance. La caution personnelle et solidaire n'est pas autorisée.
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Les prestations
seront financées selon les modalités suivantes : Budget de la ville
Forme juridique que devra revêtir le groupement d'opérateurs économiques attributaire du marché : Le pouvoir adjudicateur ne souhaite imposer aucune forme de
groupement à l'attributaire du marché.
Il est interdit aux candidats de présenter plusieurs offres en agissant à la fois
en qualité de candidats individuels et de
membres d'un ou plusieurs groupements
ou en qualité de membres de plusieurs
groupements.
L'exécution du marché est soumise à
d'autres conditions particulières
Le marché fait l'objet de clauses environnementales et de clauses d'insertion par
l'activité économique dont le détail figure
dans les pièces du dossier de consultation
des entreprises.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Capacités professionnelles, techniques et
financières
• Situation juridique - références requises :
Déclaration sur l'honneur pour justifier que
le candidat n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner
Copie des jugements prononcés, si le candidat est en redressement judiciaire
Document relatif aux pouvoirs des personnes habilitées à engager la société :
extrait de Kbis
ou équivalent et délégation de pouvoir signée
par la personne habilitée de plein droit à
représenter l'entreprise, le cas échéant
Déclaration d'intention de soumissionner
(DC1 - dernière version en vigueur
• Capacité économique et financière références requises : Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre
d'affaires concernant les prestations objet
du contrat, réalisées au cours des trois
derniers exercices disponibles
Preuve d'une assurance pour les risques
professionnels
• Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : Liste
des principales prestations effectuées au
cours des trois dernières années, indiquant le montant, la date et le destinataire.
Elles sont prouvées par des attestations
du destinataire ou, à défaut, par une déclaration du candidat
Déclaration indiquant les effectifs moyens
annuels du candidat et l'importance du
personnel d'encadrement pour chacune
des trois dernières années
Déclaration indiquant l'outillage, le matériel et l'équipement technique dont le candidat dispose pour la réalisation du contrat
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Autres renseignements demandés :
• Pour présenter leur candidature, les candidats peuvent utiliser les formulaires DC1
(lettre de candidature) et DC2 (déclaration
du candidat). Ces documents sont disponibles gratuitement sur le site www.economie.gouv.fr.
Ils peuvent aussi utiliser le Document
Unique de Marché Européen (DUME).
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
• Pas d'enchère électronique
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
17 octobre 2018 à 12 h 00
Renseignements complémentaires : Les
plis devront parvenir à destination avant
la date et l'heure limites de réception des
offres indiquées sur la page de garde du
présent document.
Transmission électronique
La transmission des documents par voie
électronique est effectuée sur le profil d'acheteur du pouvoir adjudicateur, à
l'adresse URL suivante : https://www.
achatpublic.com/.
Le choix du mode de transmission est global et irréversible. Les candidats doivent
appliquer le même mode de transmission
à l'ensemble des documents transmis au
pouvoir adjudicateur.
Chaque transmission fera l'objet d'une
date certaine de réception et d'un accusé de réception électronique. A ce titre,
le fuseau horaire de référence est celui
de (GMT+01:00) Paris, Bruxelles, Copenhague, Madrid. Le pli sera considéré « hors
délai » si le téléchargement se termine
après la date et l'heure limites de réception des offres.
Si une nouvelle offre est envoyée par voie
électronique par le même candidat, celleci annule et remplace l'offre précédente.
Le pli peut être doublé d'une copie de sauvegarde transmise dans les délais impartis, sur support physique électronique ou
sur support papier. Cette copie est transmise sous pli scellé et comporte obligatoirement la mention « copie de sauvegarde »,
ainsi que le nom du candidat et l'identification de la procédure concernée.
Aucun format électronique n'est préconisé
pour la transmission des documents. Cependant, les fichiers devront être transmis dans
des formats largement disponibles.
Chaque pièce pour laquelle une signature
est exigée doit faire l'objet d'une signature
électronique individuelle et conforme au
format XAdES, CAdES ou PAdES. La seule
signature électronique du pli n'emporte
pas valeur d'engagement du candidat.
Le niveau de sécurité requis pour le certificat de signature électronique est le niveau
(**) du RGS. Les certificats RGS (Référentiel Général de Sécurité) sont référencés dans une liste de confiance française
(http://www.lsti-certification.fr/) ou dans
une liste de confiance d'un autre Etatmembre de l'Union européenne.
Toutefois, le candidat est libre d'utiliser
le certificat de son choix si celui-ci est
conforme aux obligations minimales résultant du RGS. Dans ce cas, il doit transmettre tous les éléments nécessaires à la
vérification de cette conformité.
Les documents devront être préalablement traités par les candidats par un antivirus régulièrement mis à jour. Tout document contenant un virus informatique fera
l'objet d'un archivage de sécurité et sera
réputé n'avoir jamais été reçu. Le candidat
concerné en sera informé.
Transmission sous support papier
Les candidats transmettent leur offre
sous pli cacheté portant les mentions :
Offre pour :
LOCATION, INSTALLATION ET MAINTENANCE D'UN VILLAGE D'HIVER POUR LES
VACANCES DE FIN D'ANNÉE SCOLAIRES
2018
NE PAS OUVRIR
Ce pli doit contenir les pièces de la candidature et les pièces de l'offre définies
au règlement de la consultation. Il devra
être remis contre récépissé ou envoyé par
pli recommandé avec avis de réception, à
l'adresse suivante :
Ville de Pantin
Pôle Achats/Marchés Publics
84 Avenue Du Général Leclerc
93507 PANTIN
Du lundi au vendredi de 9 heures à
12 heures et de 14 heures à 17 heures
Les plis qui seraient remis ou dont l'avis
de réception serait délivré après la date
et l'heure limites précitées ainsi que remis
sous enveloppe non cachetée, ne seront
pas retenus. Les plis devront parvenir à destination avant la date et l'heure limites de
réception des offres indiquées sur la page
de garde du règlement de la consultation
Date d'envoi du présent avis à la publication : 26 septembre 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : adresse
internet : https://www.achatpublic.com/
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : adresse
internet : https://www.achatpublic.com/
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : Ville de Pantin,
84-88 avenue du Généra Leclerc, 93500
Pantin, adresse internet : https://www.
achatpublic.com/
Adresse auprès de laquelle des renseignements complémentaires peuvent être
obtenus : adresse internet : https://www.
achatpublic.com/
Informations complémentaires :
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents contractuels et
additionnels :
Le dossier de consultation des entreprises
est remis gratuitement à chaque candidat
et est téléchargeable sur la plateforme
www.achatpublic.com
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal Administratif de Montreuil, 7 Rue Catherine Puig, 93558 Montreuil cedex, tél. : 01 49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99, courriel : greffe.
ta-montreuil@juradm.fr
Organe chargé des procédures de médiation : Tribunal Administratif de Montreuil,
7 Rue Catherine Puig, 93558 Montreuil
cedex, tél. : 01 49 20 20 00, télécopieur :
01 49 20 20 99, courriel : greffe.ta-montreuil@juradm.fr
94
VILLE D'IVRYSUR-SEINE
désinsecisation,
dératisation et
désourisation
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Mairie d'Ivry sur Seine, M.
Mehdy Belabbas, représentant du pou-
voir adjudicateur, Esplanade georges
marrane, 94200 Ivry sur seine, tél. : 01
49 60 27 84, télécopieur : 01 49 60 26 60,
adresse internet : https://marches.maximilien.fr/?page =frame.ConsultationsOrganisme&org=j4z, adresse internet du
profil acheteur : https://marches.maximilien.fr/?page =frame.ConsultationsOrganisme&org=j4z
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Services généraux des administrations
publiques
Objet du marché : Désinsectisation,
dératisation et désourisation
La procédure d'achat du présent avis
n'est pas couverte par l'accord sur les
marchés publics de l'OMC.
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• Désinsectisation, dératisation et désourisation :
- la lutte contre les rongeurs (rats et souris) dans les bâtiments communaux et les
immeubles d'habitation (hors résidences
et logements sociaux) et espaces verts
publics de la ville ou ceux entretenus par
la ville par convention ;
- la désinsectisation des bâtiments communaux ;
La liste, non exhaustive, des lieux concernés par le marché est en annexe au CCP.
Les obligations du prestataire consistent
en l'exécution des prestations contractuelles conformément aux règles de l'art et
avec toute la diligence à laquelle on peut
normalement s'attendre de la part d'un
professionnel.
• Quantités : Le présent marché est un
marché passé selon une procédure adaptée lancée en application de l'article 27 du
Décret.
Conformément aux articles 78 et 80 du
Décret, le Marché se présente sous la
forme d'un accord-cadre. En effet, l'étendue et le rythme des besoins ne pouvant
être définis à l'avance, il s'exécutera par
l'émission de bons de commande successifs, selon les besoins des services municipaux.
Les montants minimum et maximum affectés à la réalisation de la prestation sont :
Les montants minimum et maximum affectés à la réalisation de la prestation de la
partie à prix unitaires sont :
- montant minimum annuel : 500 euro(s)
H.T. soit 600 euro(s) T.T.C.
montant
maximum
annuel
:
10 833,33euro(s) H .T. soit 13 000 euro(s)
T.T.C.
soit pour 4 ans (en cas de reconductions) :
- montant minimum : 2 000 euro(s) H.T. soit
2 400 euro(s) T.T.C
- montant maximum : 43 333,33 euro(s)
H.T. soit 52 000 euro(s) T.T.C
Prestations divisées en lots : non
Durée du marché ou délai d'exécution :
12 mois à compter de la notification du
marché
Forme juridique que devra revêtir le groupement d'opérateurs économiques attributaire du marché : Le Marché sera attribué à un opérateur économique unique
ou à un groupement d'opérateurs économiques solidaire ou conjoint avec mandataire solidaire.
Les opérateurs économiques ne pourront se présenter plusieurs fois, que ce
soit en tant que candidats individuels et
membres d'un groupement, ou en qualité
de membres de plusieurs groupements.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Situation juridique - références requises :
1. la lettre de candidature et d'habilitation
du mandataire par ses co-traitants (imprimé DC1, selon modèle joint) obligatoire en
cas de groupement et/ou d'allotissement,
Ou pour les candidats se présentant seuls :
- une lettre de candidature précisant l'objet du Marché et l'identification du candidat ;
- une déclaration sur l'honneur pour justifier qu'il n'entre dans aucun des cas mentionnés aux articles 45 et 48 de l'Ordonnance.
2.le document relatif aux pouvoirs de la
personne habilitée pour engager l'opérateur économique (Ex : un Kbis de moins de
3 mois si le signataire ou la personne donnant subdélégation est mentionné sur ce
document. Les auto-attestations ne seront
pas prises en compte.) ;
• Capacité économique et financière références requises : 3.la déclaration du
candidat ou tout autre document présentant les éléments suivants :
- une présentation de l'identification commerciale, sociale et juridique du candidat ;
- une déclaration relative au chiffre
d'affaires global et au chiffre d'affaires
concernant plus précisément la prestation à réaliser, au cours des trois dernières
années ;
4.le cas échéant, une déclaration justifiant l'application d'un droit de préférence
éventuel (société coopérative ouvrière de
production, groupement de producteurs
agricoles, artisan, une société coopérative
d'artisans ou société coopérative d'artistes, entreprises adaptées ou recensées
à l'INSEE comme entreprise de l'économie
sociale et solidaire).
• Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : 5. une
déclaration indiquant les effectifs moyens
annuels et l'importance du personnel d'encadrement pour chacune des trois dernières années ;
6. une déclaration indiquant l'outillage, le
matériel et l'équipement technique dont le
prestataire dispose pour la réalisation du
présent marché ;
7. la présentation d'une liste des principales références pour des prestations de
même nature effectuées au cours des 3
dernières années indiquant le montant,
la date et le destinataire public ou privé.
Cette liste pourra être accompagnée d'attestations de bonne exécution.
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci dessous
avec leur pondération :
• Valeur technique (55 %)
• Prix (20 %)
• Délais (25 %)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
23 octobre 2018 à 12 h 00
Délai minimum de validité des offres :
6 mois à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Le
marché est conclu à compter du 1er janvier
2019 ou au plus tard à sa date de notification si celle-ci intervient après le 1er janvier
2019 pour une période initiale de douze
(12) mois (un an).
Il sera ensuite reconductible trois (3) fois,
pour une durée de douze (12) mois de sa
reconduction. La durée totale, reconductions comprises, n'excédera pas quatre
(4) ans.
Chaque reconduction prendra la forme
d'une décision expresse de la part du pouvoir adjudicateur (courrier avec accusé
de réception) et interviendra au plus tard
dans un délai de quatre (4) mois avant
l'échéance de renouvellement.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 //
Mercredi 3 octobre 2018 Les Echos
appels d’offres
Conformément aux dispositions de l'article
16 du Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016
relatif aux marchés publics, le titulaire ne
pourra refuser la reconduction du marché.
Les conditions posées à l'article 110 du
Décret n'étant pas réunies, il ne sera pas
alloué d'avance.
Les dépenses relatives au Marché seront
payées sur les fonds propres de la Ville.
Interventions préventives :
Les interventions préventives se feront
effectuées conformément au planning réalisé par la Ville d'Ivry sur seine.
Interventions curatives:
- Délai d'intervention non urgente : le délai
sera celui indiqué par le titulaire dans son
acte d'engagement. Ce délai ne peut être
supérieur à 48 heures ouvrées à compter
de l'accusé de lecture du mail ou, à défaut
d'accusé de lecture, à l'expiration du délai
d'une heure qui suit l'accusé de réception
du mail. Ce délai est donc un délai maximum.
- Délai d'intervention urgente : le délai
sera celui indiqué par le titulaire dans son
acte d'engagement. Ce délai ne peut être
supérieur à 12 heures ouvrées à compter
de l'accusé de lecture du mail ou, à défaut
d'accusé de lecture, à l'expiration du délai
d'une heure qui suit l'accusé de réception
du mail. Ce délai est donc un délai maximum.
Ces délais ont pour objet toutes interventions, qu'elles soient pour la dératisation,
contre les blattes ou les autres insectes.
Néanmoins, le pouvoir adjudicateur se
réserve le droit de prescrire sur le bon
de commande, pour certaines livraisons,
un délai supérieur au délai contractuel de
livraison.
Il est possible pour les candidats de
remettre le DUME à la place du dossier de
candidature.
Les offres seront analysées au regard des
critères fixés à l'article 9 du présent règlement de la consultation.
Après cette première analyse des offres,
le pouvoir adjudicateur se réserve le droit
d'engager, ou non, des négociations avec
les candidats ayant une note globale
supérieure ou égale à la moitié de la note
maximale pouvant être obtenue. Dans l'hypothèse où aucun candidat n'atteindrait ce
seuil, la négociation serait engagée avec
les trois premiers candidats (ou moins si le
nombre de candidats est inférieur à trois)
arrivés en tête à l'issue d'une première
analyse des offres.
1 / la valeur technique - pondération 55%
moyens matériels et humains directement
affectés à la réalisation de la prestation 25 points ;
méthodologie d'exécution de la prestation
notamment les propositions de méthodes
alternatives aux produits - 25 points ;
mesures et/ou les dispositifs mis en place
dans l'entreprise en matière de développement durable dans le cadre de l'exécution
du marché- 5 points.
2/ le prix - pondération 20 %
Prix global et forfaitaire des prestations 15 points
Prix unitaires- 5 points
3/ les délais de prestation à compter de la
réception du bon de commande -pondération 25%
Délai d'intervention non urgente - 12,5
points
Délai d'intervention urgente - 12,5 points
Un droit de préférence est attribué, à égalité de prix ou à équivalence d'offres, à
l'offre présentée par une société coopérative ouvrière de production, par un groupement de producteurs agricoles, par un artisan, une société coopérative d'artisans ou
par une société coopérative d'artistes, par
des entreprises adaptées ou recensées à
l'INSEE comme entreprise de l'économie
sociale et solidaire.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 26 septembre 2018
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : MAIRIE
IVRY-SUR-SEINE, Direction des Services
Financiers, Service des marchés publics,
Esplanade Georges Marrane, 94205 Ivrysur-seine cedex, tél. : 01 49 60 29 74,
télécopieur : 01 49 60 26 60, courriel :
smp@ivry94.fr, adresse internet : https://
m a r c h e s .m a x i m il ie n .f r / ? p a g e = f r a m e.
ConsultationsOrganisme&org=j4z
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : MAIRIE IVRY-SURSEINE, Direction des Services Financiers,
Service des marchés publics, Esplanade
Georges Marrane, 94205 Ivry-sur-seine
cedex, tél. : 01 49 60 29 74, télécopieur :
01 49 60 26 60, courriel : smp@ivry94.fr,
adresse internet : https://marches.maximilien.fr/?page =frame.ConsultationsOrganisme&org=j4z
Adresse auprès de laquelle des renseignements complémentaires peuvent
être obtenus : MAIRIE IVRY-SUR-SEINE,
Direction des Services Financiers, Service des marchés publics, Esplanade
Georges Marrane, 94205 Ivry-sur-seine
cedex, tél. : 01 49 60 29 74, télécopieur :
01 49 60 26 60, courriel : smp@ivry94.fr,
adresse internet : https://marches.maximilien.fr/?page =frame.ConsultationsOrganisme&org=j4z
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Melun,
43 rue du Général de Gaulle, 77008 Melun
cedex, tél. : 01 60 56 66 30, télécopieur :
01 60 56 66 10, adresse internet : http://
melun.tribunaladministratif.fr/
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Greffe du
Tribunal administratif de Melun, 43 rue du
Général de Gaulle, 77008 Melun cedex,
tél. : 01 60 56 66 30, télécopieur : 01 60
56 66 10, adresse internet : http://melun.
tribunaladministratif.fr/
TRAVAUX
92 VILLE D’ANTONY
rénovation
des installations
de chauFFage du centre
maritime paul roZe
À arZon (56)
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville d'Antony
Correspondant : Mme Nathalie BENICOURT, Assistante Marchés Publics,
Place de l'Hôtel de Ville, 92160 Antony,
tél. : 01 40 96 72 37
Objet du marché : Le présent marché a
pour objet les travaux de rénovation des
installations de chauffage du Centre
Maritime Paul Roze
Type de marché de travaux : exécution
L'avis implique un marché public
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• Le présent marché a pour objet les travaux de rénovation des installations de
chauffage du Centre Maritime Paul Roze 13, rue de l'Océan - 56640 ARZON.
Prestations divisées en lots : non
Cautionnement et garanties exigés : Les
modalités d'application des clauses de
sûretés financières (avances et retenue de
garantie) sont indiquées au sein du Cahier
des Clauses Administratives Particulières
(CCAP).
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Le délai de paiement applicable au présent marché est de
30 jours dès réception de la facture établie
par le prestataire.
Le taux des intérêts moratoires est égal au
taux d'intérêt appliqué par la Banque Centrale Européenne à ses opérations principales de refinancement les plus récentes,
en vigueur au premier jour du semestre de
l'année civile au cours duquel les intérêts
moratoires ont commencé à courir, majoré
de 8 points de pourcentage.
Le retard de paiement donne lieu, de plein
droit et sans autre formalité, au versement
d'une indemnité forfaitaire pour frais de
recouvrement, dont le montant est fixé à
40 euro(s).
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d'opérateurs économiques
attributaire du marché : Conformément
à l'article 45 du décret du 25 mars 2016,
les candidats peuvent se présenter soit
en tant que candidat individuel, soit sous
la forme d'un groupement conjoint avec
mandataire solidaire ou d'un groupement
solidaire.
La composition du groupement ainsi que
son mandataire devront être présentés
lors de la remise des offres. La recevabilité de la candidature sera analysée pour
chaque entreprise, que le groupement soit
solidaire ou conjoint. L'appréciation des
capacités financières, professionnelles et
techniques sera globale.
Chaque opérateur économique ne peut
soumissionner qu'une seule fois, soit en
qualité de candidat individuel, soit en
qualité de mandataire, soit en qualité de
cotraitant. Il ne peut donc pas cumuler les
qualités.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Présentation d'une liste des travaux exécutés au cours des cinq dernières années,
appuyée d'attestations de bonne exécution pour les travaux les plus importants.
Ces attestations indiquent le montant,
l'époque et le lieu d'exécution des travaux
et précisent s'ils ont été effectués selon
les règles de l'art et menés régulièrement
à bonne fin
• Certificats de qualifications professionnelles. La preuve de la capacité du candidat peut être apportée par tout moyen,
notamment par des certificats d'identité
professionnelle ou des références de travaux attestant de la compétence de l'opérateur économique à réaliser la prestation
pour laquelle il se porte candidat : QUALIBAT 5412, Technicité confirmée.
• Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
ses co-traitants. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir e s- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir e s- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC4, Déclaration de
sous-traitance. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir e s- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• S'il s'appuie, pour présenter sa candidature, sur les capacités professionnelles,
techniques et financières d'autres opérateurs économiques, le candidat produit les
mêmes documents concernant cet opérateur économique que ceux qui lui sont exigés par l'acheteur public. Le candidat doit
également apporter la preuve que chacun
de ces opérateurs économiques mettra
à sa disposition les moyens nécessaires,
pendant toute la durée d'exécution du
marché public ou de l'accord-cadre
Nombre de candidats :
• Réduction du nombre d'opérateurs
durant la négociation ou le dialogue (procédure négociée, dialogue compétitif) :
Recours à une procédure se déroulant en
phases successives afin de réduire progressivement le nombre des solutions à
discuter ou des offres à négocier : NON
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
29 octobre 2018 à 16 h 00
Délai minimum de validité des offres :
180 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires :
Visite obligatoire : La remise des offres
sera subordonnée à une visite obligatoire
du Centre Maritime Paul Roze afin que les
candidats puissent prendre pleinement
connaissance des contraintes du site.
A cet effet, il est recommandé aux sociétés de se munir du matériel adéquat pour
mesurer ou compléter les plans d'implantation proposés lors de la visite et pouvoir
présenter une offre pertinente.
Les candidats s'inscriront à la visite, au
plus tard la veille de celle-ci, en contactant le Secrétariat du Service Bâtiment au
01.55.59.22.34.
Les visites du site se dérouleront les :
- 9 octobre 2018 à 10h00,
- 16 octobre 2018 à 10h00.
Le rendez-vous de la visite est directement sur le lieu d'exécution des travaux (cf
article 2.3 du présent règlement).
Une attestation, à joindre avec l'offre du
candidat, sera remise par le service à l'issue de la visite du site.
Négociations : Dans un premier temps, la
Ville peut procéder à la régularisation des
offres irrégulières (à condition qu'elles
ne soient pas anormalement basses) et/
ou inacceptables au sens de l'article 59
du décret 25 mars 2016. La régularisation
s'opérera durant une première phase de
négociations.
Dans un second temps, la Ville se réserve
le droit de procéder à un ou plusieurs tours
de négociation supplémentaires avec l'ensemble des candidats.
Les négociations pourront soit prendre
la forme d'auditions en mairie, soit d'une
demande écrite.
Elles pourront porter sur tous les aspects
de l'offre et notamment le prix, la quantité,
la qualité, le délai et les garanties de bonne
exécution du marché.
A chaque tour de négociation, les candidats devront faire parvenir une offre négociée qui sera analysée en fonction des critères énoncés à l'article 4.2.2 du présent
Règlement de Consultation.
Suite aux négociations, si le candidat ne
remet pas de nouvelle offre négociée,
son offre initiale est prise en compte pour
l'analyse des offres.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 28 septembre 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : Mairie d'Antony Direction de la Commande Publique,
tél. : 01 40 96 72 37
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : adresse
internet : https://marches.maximilien.
fr/?page = entreprise.EntrepriseAdva nce dSear ch & A llCons & ref Consult ation=314388&orgAcronyme=d5w
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation doivent être envoyés : adresse
internet : https://marches.maximilien.
fr/?page = entreprise.EntrepriseAdva nce dSear ch & A llCons & ref Consult ation=314388&orgAcronyme=d5w
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise, 2/4 Boulevard de l'Hautil,
95000 Cergy pontoise, tél. : 01 30 17 34
00, télécopieur : 01 30 17 34 59, courriel :
greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Organe chargé des procédures de
médiation : Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise, 2/4 Boulevard de l'Hautil,
95000 Cergy pontoise, tél. : 01 30 17 34
00, télécopieur : 01 30 17 34 59, courriel :
greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Détails d'introduction des recours :
Ordonnance n°2009-515 du 7 mai 2009
Décrets n°2009-1455 et n°2009-1456 du
27 novembre 2009
Ordonnance et décrets consultables sur le
site http://www.legifrance.gouv.fr
Fiche de synthèse disponible sur
h t t p : / / w w w.e c o n o m i e .g o u v.f r / d a j /
recours-contentieux
AVIS
D'ATTRIBUTION
91
VILLE DE
LONGjUmEAU
Fabrication et livraison
de repas en liaison
Froide
AVIS D'ATTRIBUTION DE MARCHÉ
Directive 2014/24/UE
SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR
I.1) NOM ET ADRESSES
Ville de Longjumeau, 6 bis rue Léontine
Sohier , Point(s) de contact : Madame le
Maire, 91160, Longjumeau, Téléphone :
(+33) 1 64 54 19 48, Courriel : achatpublic@
longjumeau.fr, Code NUTS : FR104
Adresse(s) internet :
Adresse principale : http://www.longjumeau.fr
Adresse du profil acheteur : http://longjumeau.e-marchespublics.com
CCAS de Longjumeau, 142 rue Pierre et
Marie Curie, 91160, Longjumeau, Courriel :
achatpublic@longjumeau.fr, Code nuts :
FR104, Adresse internet : http://www.longjumeau.fr . Adresse du profil d'acheteur:
http://longjumeau.e-marchespublics.com
I.2) PROCÉDURE CONJOINTE
Le marché fait l'objet d'une procédure
conjointe
I.4) TYPE DE POUVOIR ADJUDICATEUR
Autre type : commune
I.5) ACTIVITÉ PRINCIPALE
Services généraux des administrations
publiques
SECTION II : OBJET
II.1) ÉTENDUE DU MARCHÉ
II.1.1) Intitulé : Fabrication et livraison de
repas en liaison froide pour la crèche collective Yvonne Estivale et les personnes
âgées au profit de la Ville et du CCAS de
Longjumeau
Numéro de référence : 2018/07
II.1.2) Code CPV principal :
Descripteur principal : 55321000
Descripteur supplémentaire :
II.1.3) Type de marché
Services
II.1.4) Description succincte : Le présent marché a pour objet principal la
fourniture de prestations de restauration
collective (lot 1) et individuelle (lot 2) en
liaison froide. Elle comprend l'approvisionnement, la préparation, la cuisson, la
conservation des denrées alimentaires, le
transport ainsi que la livraison des repas
et goûters au profit des enfants de 3 mois
à 3 ans de la crèche collective ainsi que
des repas des personnes âgées directement à leur domicile. Les prestations sont
commandées par application des prix
unitaires fixés à l'acte d'engagement et
rémunérées sur quantités réellement exécutées, conformément aux articles 78 et 80
du décret n° 2016-360 relatif aux marchés
publics.
II.1.6) Information sur les lots :
Ce marché est divisé en lots : oui
II.1.7) Valeur totale du marché (hors TVA) :
Valeur 840 000 Euros
ou
Offre la plus basse : / Offre la plus élevée :
prise en considération (Hors TVA)
II.2) DESCRIPTION
II.2.1) Intitulé : Crèche collective Yvonne
Estivale.
Lot nº : 1
II.2.2) Code(s) CPV additionnel(s)
Code CPV principal : 55321000.
Code CPV principal : 55523100.
Code CPV principal : 55320000.
Code CPV principal : 55322000.
II.2.3) Lieu d'exécution
Code NUTS : FR104|
Lieu principal d'exécution : Crèche collective 1 rue Daniel Meyer à Longjumeau
II.2.4) Description des prestations :
La crèche collective accueille environ
66 enfants de 3 mois à 3 ans du lundi au
vendredi. La ville estime à 11 750 le nombre
annuel des repas et à 11 710 le nombre
annuel des goûters. Voir RC pour détail par
tranche d'âge. missions principales :
- Elaboration des menus, selon les prescriptions du cahier des charges,
- Fabrication des repas classiques, spécifiques et festifs en conformité avec les
prescriptions qualitatives et nutritionnelles définies au cahier des charges,
- Le conditionnement des plats cuisinés,
selon les prescriptions du cahier des
charges,
- L'ensemble des contrôles notamment
bactériologiques,
- Le transport et la livraison sur site, selon
les descriptions du cahier des charges,
- La formation du personnel de la commune deux fois par an
La mission du titulaire s'effectue dans le
strict respect de l'ensemble des normes
en vigueur notamment HACCP et relatives
à la qualité nutritionnelle (recommandation GEM-RCN 2015) notamment pour les
enfants (PNNS).
II.2.5) Critères d'attribution
Critères énoncés ci-dessous
Critère de qualité
1. les performances en matière de protection de l'environnement / Pondération : 5
2. les performances en matière de développement
des
approvisionnements
directs de produits de l'agriculture / Pondération : 5
3. valeur technique / Pondération : 50
Prix :
1. Prix / Pondération : 40
II.2.11) Information sur les options
Options : oui
Description des options : Le marché est
reconductible pour une période de un an
à compter du 25/07/2019 dans les conditions fixées dans le CCAP.
La ville de Longjumeau se réserve la possibilité de recourir aux dispositions des
articles 30.I.7 du décret n° 2016-360 du
25 mars 2016 pour la conclusion de marchés complémentaires pour des prestations non prévues initialement mais devenues nécessaires à l'exécution du service
ou à la réalisation de l'ouvrage objet du
marché, ou pour la réalisation de prestations similaires à celles du marché initial.
II.2.13) Information sur les fonds de
l'Union européenne
Le contrat s'inscrit dans un projet/programme financé par des fonds de l'Union
européenne : non
II.2.14) Informations complémentaires :
entrée en vigueur du marché le jour de sa
notification
Accord cadre à bons de commande sans
minimum avec un maximum fixé en valeur :
1ère période à compter de la date de notification du marché jusqu'au 24 juillet 2019
inclus :
- montant maximum annuel : 80 000 euros HT
Période suivante du 25 juillet 2019 au
24 juillet 2020 :
- montant maximum annuel : 60 000 euros HT
II.2.1) Intitulé : Restauration individuelle
des personnes âgées.
Lot nº : 2
II.2.2) Code(s) CPV additionnel(s)
Code CPV principal : 55321000.
Code CPV principal : 55521100.
Code CPV principal : 55322000.
II.2.3) Lieu d'exécution
Code NUTS : FR104|
Lieu principal d'exécution : Livraison au
domicile de chaque bénéficiaire - ville de
Longjumeau (91)
II.2.4) Description des prestations : Le
nombre moyen de bénéficiaires (personnes âgées de plus de 60 ans) est
généralement compris entre 70 et 80.
Le nombre de repas annuel est estimé à
23 000 par an dont 3 500 pour le soir.
Les principales missions du titulaire sont
les suivantes :
- Elaboration des menus, selon les prescriptions du cahier des charges,
- Fabrication des repas classiques, spécifiques et festifs en conformité avec les
prescriptions qualitatives et nutritionnelles définies au cahier des charges,
- Le conditionnement des plats cuisinés,
selon les prescriptions du cahier des
charges,
- L'ensemble des contrôles notamment
bactériologiques,
- Le transport et la livraison au domicile
des bénéficiaires, selon les descriptions
du cahier des charges,
La mission du titulaire s'effectue dans le
strict respect de l'ensemble des normes en
vigueur notamment HACCP et relatives à
la qualité nutritionnelle (recommandation
GEM-RCN 2015).
II.2.5) Critères d'attribution
Critères énoncés ci-dessous
Critère de qualité
1. les performances en matière de protection de l'environnement / Pondération : 5
2. les performances en matière de développement
des
approvisionnements
directs de produits de l'agriculture / Pondération : 5
3. valeur technique - 2- Qualité des services proposés dans le cadre du présent
marché / Pondération : 30
4. valeur technique - 1- Organisation de
l'entreprise dans le cadre du présent marché / Pondération : 20
Prix :
1. Prix / Pondération : 40
II.2.11) Information sur les options
Options : oui
Description des options : Le marché est
reconductible pour une période de un an
à compter du 25/07/2019 dans les conditions fixées dans le CCAP.
La ville de Longjumeau se réserve la possibilité de recourir aux dispositions des
articles 30.I.7 du décret n° 2016-360 du
25 mars 2016 pour la conclusion de marchés complémentaires pour des prestations non prévues initialement mais devenues nécessaires à l'exécution du service
ou à la réalisation de l'ouvrage objet du
marché, ou pour la réalisation de prestations similaires à celles du marché initial.
II.2.13) Information sur les fonds de
l'Union européenne
Le contrat s'inscrit dans un projet/programme financé par des fonds de l'Union
européenne : non
II.2.14) Informations complémentaires :
entrée en vigueur du marché le jour de sa
notification
Accord cadre à bons de commande sans
minimum avec un maximum fixé en valeur :
1ère période à compter de la date de notification du marché jusqu'au 24 juillet 2019
inclus :
- montant maximum annuel : 400 000 euros HT
Période suivante du 25 juillet 2019 au
24 juillet 2020 :
- montant maximum annuel : 300 000 euros HT
SECTION IV : PROCÉDURE
IV.1) DESCRIPTION
IV.1.1) Type de procédure
Procédure ouverte
IV.1.3) Informations sur l'accord-cadre ou
le système d'acquisition dynamique
Le marché implique la mise en place d'un
accord-cadre
IV.1.6) Enchère électronique :
IV.1.8) Information concernant l'accord
sur les marchés publics (AMP)
Le marché est couvert par l'accord sur les
marchés publics : non
IV.2)
RENSEIGNEMENTS
D'ORDRE
ADMINISTRATIF
IV.2.1) Publication antérieure relative à la
présente procédure
Numéro de l'avis au JO série S : 2018/
S050-110853
IV.2.8) Informations sur l'abandon du
système d'acquisition dynamique
IV.2.9) Informations sur l'abandon de la
procédure d'appel à la concurrence sous
la forme d'un avis de préinformation :
SECTION V : ATTRIBUTION DU MARCHÉ
Marché nº : 2018/07-01
Lot nº : 1
Intitulé : Fabrication et livraison de repas
en liaison froide pour la crèche collective
Estivale et les personnes âgées au profit
de la Ville et du CCAS - lot 1 : crèche collective yvonne estivale
Un marché/lot est attribué : non
V.1) Informations relatives à une non-attribution
Le marché/lot n'a pas été attribué
Autres raisons (interruption de la procédure)
Référence de l'avis : 2018/S050-110853 du
14 mars 2018
Marché nº : 2018/07-02
Lot nº : 2
Intitulé : Fabrication et livraison de repas
en liaison froide pour la crèche collective
Estivale et les personnes âgées au profit
de la Ville et du CCAS - lot 2 : restauration
individuelle personnes âgées
V.2) Attribution du marché
V.2.1) Date de conclusion du marché :
25 juillet 2018
V.2.2) Informations sur les offres
* Nombre d'offres reçues : 5
Nombre d'offres reçues de la part de PME :
Nombre d'offres reçues de la part de soumissionnaires d'autres États membres de
l'UE :
Nombre d'offres reçues de la part de soumissionnaires d'États non membres de l'UE :
Nombre d'offres reçues par voie électronique : 2
Le marché a été attribué à un groupement
d'opérateurs économiques : non
V.2.3) Nom et adresse du titulaire
SHCB, 100 rue de Luzais 38070 Saint
Quentin Fallavier tél. : (+33)4-74-94-7030, Code NUTS : FR104, courriel : shcb@
shcb.fr,
Adresse internet : www.shcb.fr.
Le titulaire est une PME : non
V.2.4) Informations sur le montant du
marché/du lot
Estimation initiale du montant total du
marché/du lot : H.T
Valeur totale du marché/du lot : 280 500 EUR
ou
Offre la plus basse : / Offre la plus élevée :
prise en considération
Monnaie :
V.2.5) Information sur la sous-traitance
Valeur ou pourcentage de la part du marché susceptible d'être sous-traitée :
Valeur hors TVA :
Proportion : %
Description succincte de la part du
contrat sous-traitée :
SECTION VI : RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES
VI.3)
INFORMATIONS
COMPLÉMENTAIRES
- la consultation est passé en procédure
adaptée article 28 du décret 2016-360 et
mise en oeuvre d'une publicité au JOUE
article 35 du décret susvisé
- le montant total du marché attribué
indiqué à la section précédente correspond au montant total de la simulation de
commande (DQE non contractuel) pour la
durée maximum du marché toute possibilité de reconduction comprise
Le marché public attribué est un accord
cadre à bons de commande selon articles
78 et 80 du décret 2016 360 sans minimum
et avec un maximum fixé en valeur par
période, soit une valeur totale maximum
du marchés de 700 000 euros HT
- Modalités de consultation : les pièces
du marché sont communicables et/ou
consultables, dans le respect des dispositions du Code des Relations entre le
public et l'administration et de la pratique
décisionnelle de la Commission d'accès
aux documents administratifs. Il convient
d'adresser une demande écrite auprès de
la Direction Achat public 6 bis rue Léontine Sohier 91160 Longjumeau
VI.4) PROCÉDURES DE RECOURS
VI.4.1) Instance chargée des procédures
de recours :
tribunal administratif de versailles, 56
avenue de saint cloud, 78000, versailles,
Téléphone : (+33) 1 39 20 54 00, Courriel :
greffe.ta-versailles@juradm.fr
VI.4.2) Organe chargé des procédures
de médiation :
VI.4.3) Introduction de recours :
Précisions concernant les délais d'introduction de recours : - Référé pré contractuel en application de l'article L. 551-1 du
CJA avant la conclusion du contrat - A
partir de sa conclusion, le référé contractuel prévu aux articles L. 551-13 à L. 55123 du CJA peut être exercé dans les délais
prévus à l'article R. 551-7 du même code.
- En application des articles R.421-1 et
R.421-5 du Code de Justice Administrative
(CJA) délai de deux mois à compter de la
notification de la décision d'attribution ou
de rejet - Dans les deux mois à compter
de l'accomplissement des mesures de
publicité appropriées au moyen d'un avis
mentionnant la conclusion du contrat et
les modalités de sa consultation, les tiers
peuvent exercer un recours de pleine juridiction en contestation de la validité du
contrat devant le tribunal administratif de
Versailles. A partir de la conclusion du
contrat, et dès lors qu'ils disposent du
recours précédemment défini, les tiers
ne sont en revanche plus recevables à
demander l'annulation pour excès de pouvoir des actes préalables qui en sont détachables (CE Ass., 4 avril 2014, Département du Tarn-et-Garonne, req. n° 358994)..
VI.4.4) Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus sur l'introduction de recours :
tribunal administratif de versailles, 56
avenue de saint cloud, 78000, versailles,
Téléphone : (+33) 1 39 20 54 00, Courriel :
greffe.ta-versailles@juradm.fr
VI.5) DATE D'ENVOI DU PRÉSENT AVIS
25 septembre 2018
93 cNDSSTI
maÎtrise d’Œuvre –
remplacement des
étanchéités des
terrasses végétalisées
AVIS D’ATTRIBUTION
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Caisse Nationale Déléguée
pour la Sécurité Sociale des Travailleurs
Indépendants
Correspondant : M. Philippe RENARD,
264 avenue du président wilson, 93457 La
plaine saint denis, télécopieur : 01 77 93
03 53, courriel : marchespublics@secu-independants.fr, adresse internet : https://
www.secu-independants.fr/,
adresse
internet du profil acheteur : https://achatpublic.com/sdm/ent/gen/index.jsp
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Protection sociale
• organisme privé chargé d'une mission de
service public (sécurité sociale)
Objet du marché : Maîtrise d'oeuvre relative à des travaux de remplacement des
étanchéités des terrasses végétalisées de
l'établissement de Valbonne
Catégorie de services : 12
Classification CPV (Vocabulaire Commun
des Marchés) :
• Objet principal : 71000000
Lieu d'exécution et de livraison : 480 route
des Dolines, 06914 Sophia antipolis
Code NUTS : FRL03
La procédure d'achat du présent avis
n'est pas couverte par l'accord sur les
marchés publics de l'OMC.
Type de procédure : Procédure adaptée
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Attributions du marché
Résultat du marché :
Attribué à un titulaire / organisme
Intitulé du marché : Maîtrise d'oeuvre
relative à des travaux de remplacement
des étanchéités des terrasses végétalisées de l'établissement de Valbonne
Informations complémentaires sur le
lot : Informations sur le marché disponibles auprès du service des marchés
publics de la Caisse Nationale déléguée
pour la sécurité sociale des Travailleurs
Indépendants - marchespublics@secu-independants.fr. Adresse: 260/264 avenue
du Président Wilson 93457 La Plaine Saint
Denis cedex.
Date d'attribution : 06 septembre 2018
Titulaire du marché ou du lot : GIE REVEA
CONCEPT, 1101 Chemin de Saint Bernard
Sophia Antipolis, 06220 Vallauris
Montant du marché ou niveau des offres :
Montant (HT) : 26000 euros (Euros)
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal de Grande Instance de
Paris, 29-45 avenue de la Porte de Clichy,
75017 Paris, tél. : 01 44 32 51 55, adresse
internet : http://www.ca-paris.justice.fr
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Greffe du tribunal de grande instance de paris, 29-45
avenue de la Porte de Clichy, 75017 Paris,
tél. : 01 44 32 65 25
Date d'envoi à la publication : 25 septembre 2018
Les Échos sont habilités à publier les annonces judiciaires et légales
dans les départements du Rhône, de Paris, des Yvelines, de l’Essonne, des
Hauts-de-Seine, de Seine-Saint Denis, du Val de Marne, et du Val d’Oise.
COMMENT PUBLIER VOS ANNONCES //
◗ Thomas BARRE : 01 87 39 84 40
tbarre@lesechos.fr
◗ Par E-mail : marchespublics@lesechos.fr
◗ Par Fax au : 01 49 53 22 60
◗ Par courrier au :
Dematis - 10 bd de Grenelle CS 10817 – 75738 PARIS CEDEX 15
Date limite de réception : le lundi midi pour une parution le mercredi suivant
dans Les Echos Entreprises et Collectivités.
RESPONSABLES D’INFORMATIONS MARCHÉS
◗ Jenyfer Befort (01 55 80 73 22)
◗ Guillaume Deshoulières (01 55 80 73 21)
◗ Jean-Francis Vinolo (07 86 15 41 80)
Les Echos Entreprises & Collectivités
◗ Editeur : Capucine Marraud des Grottes
cmarraud@lesechos.fr
◗ Directeur de Production & Logistique : Jérôme Mancellon
Retrouvez l’ensemble de nos appels d’offres et attributions de marchés
sur marches-publics.lesechos.fr
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
27
Размер файла
5 765 Кб
Теги
Les Echos, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа