close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

FR2512314A1

код для вставкиСкачать
 [loading]
«
Click the Minesoft logo at anytime to completely reset the Document
Explorer.
[1][(4)__Full Text.......]
Discovered items are automatically translated into English so that you
can easily identify them.<br/><br/>If you would like to see them in
the original text, please use this button to switch between the two
options . Discoveries: ([2]Submit) English
Click to view (and print) basic analytics showing the makeup of
discovered items in this publication. [help.png]
[3][_] (18/ 78)
You can use the refine box to refine the discovered items in the
sections below.<br/>Simply type what you are looking for, any items
that do not match will be temporarily hidden. [4]____________________
[5][_]
Gene Or Protein
(11/ 59)
[6][_]
Etre
(26)
[7][_]
Est A
(14)
[8][_]
Trou
(8)
[9][_]
Perd
(2)
[10][_]
IC3
(2)
[11][_]
Tir
(2)
[12][_]
DANS
(1)
[13][_]
Mul
(1)
[14][_]
Calo
(1)
[15][_]
Lla
(1)
[16][_]
Parla
(1)
[17][_]
Polymer
(1/ 9)
[18][_]
Rayon
(9)
[19][_]
Molecule
(2/ 5)
[20][_]
deuterium tritium
(3)
[21][_]
N2
(2)
[22][_]
Disease
(3/ 4)
[23][_]
Confusion
(2)
[24][_]
Desaturation
(1)
[25][_]
Deflux
(1)
[26][_]
Organism
(1/ 1)
[27][_]
mene
(1)
Export to file:
Export Document and discoveries to Excel
Export Document and discoveries to PDF
Images Mosaic View
Publication
_________________________________________________________________
Number FR2512314A1
Family ID 8001427
Probable Assignee Arnoux Jean Claude
Publication Year 1983
Title
_________________________________________________________________
FR Title ANNEAU DE STOCKAGE D'ONDES ELECTROMAGNETIQUES SOUS FORME
POTENTIALISEE, PROCEDES D'UTILISATION POUR LA CREATION ARTIFICIELLE
D'UNE ENTITE LEPTONIQUE RELATIVISTE ET MULTIPLES APPLICATIONS
ENERGETIQUES, ELECTROMAGNETIQUES ET SPATIO-TEMPORELLES DE CETTE ENTITE
EN Title STORAGE RING WAVEGUIDE FOR ELECTROMAGNETIC WAVES - WHERE
LASER BEAM CAN BE CONVERTED INTO GIANT, ARTIFICIAL LEPTON PARTICLE
Abstract
_________________________________________________________________
LA PRESENTE INVENTION CONCERNE PRINCIPALEMENT UN DISPOSITIF 1 DE
STOCKAGE EN ROTATION R D'ONDES ELECTROMAGNETIQUES, PRODUITES PAR UN
LASER 13 ET INTRODUITES A L'AIDE DU MICRO-CANAL 11 A L'INTERIEUR DE
L'ENCEINTE TORIQUE 9.
L'ENCEINTE 9 ET LE MICRO-CANAL 11 SONT RECOUVERTS INTERIEUREMENT D'UN
MATERIAU DIELECTRIQUE 17 ET MIS SOUS VIDE A L'AIDE D'UNE POMPE 20.
L'ENSEMBLE EST RECOUVERT D'UNE ENCEINTE LENTICULAIRE 25, MISE SOUS
VIDE A L'AIDE DE LA POMPE AUXILIAIRE 26.
LA MISE EN OEUVRE DE CE DISPOSITIF 1 CONSISTE A REMPLIR
ENERGETIQUEMENT LE VOLUME 10 INTERIEUR AU TORE 9 A L'AIDE DU JET
D'ONDES ELECTROMAGNETIQUES Q MIS EN ROTATION SELON R JUSQU'A
L'ATTEINTE D'UNE PHASE STABLE DE SATURATION ENERGETIQUE.
ON A ALORS CREE UNE PARTICULE ARTIFICIELLE DE TYPE LEPTONIQUE
CONDUISANT A DE NOMBREUSES APPLICATIONS DANS LE DOMAINE DE L'ARMEMENT
(BOMBES A EXPLOSION PHOTONIQUE, CANONS PHOTONIQUES), DE L'ENERGETIQUE
(REACTEURS A DESINTEGRATION DE MATIERE), DE LA BIOLOGIE (REGENERATION
CELLULAIRE).
The process and appts. include a hollow ring (a), which is coated
internally with a dielectric material to form a waveguide. The ring
(a) has a tangential inlet microchannel (b) fed by a laser to form a
monochromatic beam of electromagnetic waves travelling round the ring
channel (a). A vacuum pump creates a hard vacuum in channels (a,b).
The travel of the beam round the inside of ring (a) produces a
space-time equilibrium producing photon satn. inside the ring, thus
creating a giant, artificial lepton particle (E). This principle can
be used in numerous devices, e.g. for local transformation of wave
frequency; prodn. of gamma rays; creating an accelerated stream of
anti-particles; or the prodn. of heat by the disintegration of
materials.
Description
_________________________________________________________________
La presente invention est du domaine de la physique quantique et
relativiste. Elle concerne un procede et un dispositif utilisant des
caracteristiques de la matiere, inexploitees jusqu'ici pour creer
artificiellement une particule leptonique relativiste dont on peut
prevoir des applications remarquables, notamment dans les domaines
- de la relativite appliquee,
- de la potentialisation de l'energie et ses effets differentiels
magnetiques et electriques associes,
- de l'electronique macroscopique,
- de la generation d'anti-particules,
- de la desintegration controlee de la matiere et de la produc tion
d'energie,
- de la transformation preferentielle d'ondes electromagneti ques,
- de l'astrophysique relativiste,
- de la regeneration des cellules biologiques par inversion de leur
processus de degradation, etc...
Divers aspects des proprietes de cette particule ont ete isoles dans
le cadre de la presente demande mais on ne peut manquer d'imaginer que
cette invention entrainera des modifications technologiques
considerables dans des domaines nombreux et varies.
Les fondements de cette invention reposent sur une theorie physique
proposant une nouvelle conception de la notion de temps et d'espace
conduisant a la constatation de la "relativite" de la celerite de
lumiere particulierement sensible dans certaines configurations
d'evolution. Ces hypotheses, vues dans un esprit relativiste et
quantique classique, peuvent apparaitre comme delirantes car le cadre
de la physique actuelle est inadapte a la description formelle de
certains phenomenes resultant notamment de concentration de champs et
d'interactions tres intenses, qui seront invoques plus loin.
C'est la raison pour laquelle, en preambule a la presente demande,
sont resumees les principales hypotheses et les principaux concepts de
"physique du phenomene universel" ayant conduit le demandeur a
imaginer le dispositif de l'invention et repertorier ses principales
proprietes et utilisations possibles. Ces hypotheses sont nees de
reflexions issues de l'analyse des theories et des decouvertes que
nous devons a PLANCK, EINSTEIN, FARADAY, DOPPLER...
Loin d'en demolir l'edifice, cette nouvelle conception du pheno mene
univers realise une synthese des theories evoquees jusqu'a present.
Les lois et schemas a la base de ces nouveaux concepts, appliques par
le demandeur a l'analyse d'une pluralite de phenomenes, revelent une
parfaite concordance a la fois avec les theories actuelles dans leurs
applications les plus classiques et avec les resultats d'experiences
mis a jour et actuellement inexpliques, notamment en physique des
hautes energies et en astrophysique.
L'histoire des sciences montre que l'evolution du savoir progresse
constamment vers une unification des concepts humains d'explication du
"phenomene matiere" devant conduire a l'etablissement d'une "loi
universelle". Dans cet etat d'esprit, il apparait inconcevabie que la
prise en compte et l'analyse des differents phenomenes d'interaction
entre entites materielles, telles que notamment les forces
electromagnetiques, gravitationnelles, les interactions fortes et
faibles... ne puissent etre traitees a l'aide d'un concept unifie.
Cette remarque est a la base de la presente theorie dont les lois sont
brievement resumees ci-apres.
La principale hypothese de cette theorie entraine a considerer que
l'univers se fait ressentir au niveau de chaque entite materielle par
l'intermediaire d'un champ unifie appele "champ potentiel". Ce champ
orchestre le caractere ondulatoire de la matiere. Sa principale
propriete reside dans le "pouvoir" de focalisation progressive de
"l'entite energetique", la faisant passer par des etats quantiques
differents progressant vers un maximum de sa densite determinant
'evenement "materiel".
C'est en ce point de maximum de densite du quantum, veritable "onde de
choc statique" du phenomene que se materialise la particule.
Dans le cadre de la presente theorie, on considerera la matiere comme
issue de l'association d'entites energetiques fondamentales, les
quanta d'energie h (constante de PLANCK). Par ailleurs, on admettra
que la vie d'un quantum n'est qu'une serie sequentielle et indefinie
de trois phases d'etats quantiques successifs de densite d'energie
- la phase de focalisation progressive, c'est-a-dire la crois sance de
la densite du quantum d'energie, depuis son etat de relaxation, dont
la valeur est determinee par le champ ambiant, vers une limite
asymptotique de densite caracteri sant la granularite de la lumiere,
- le "top" de materialisation, correspondant au maximum de densite de
l'energie,
- enfin la defocalisation, c'est-a-dire la redilution du quantum
evoluant vers l'etat quantique de l'univers.
D'une part, on realise que cette propriete de focalisation maximale en
un point d'evenement, c'est-a-dire de materialisation, entraine une
loi fondamentale que nous appellerons "loi des evenements separes"
"Deux evenements ne peuvent, en meme temps, avoir lieu au meme
endroit". En effet, on ne peut ajouter d'energie a un etat energetique
sature.
D'autre part on realise que selon cette theorie, la succession des
etats de densite quantique engendre une structure temporelle
definissant le temps propre de l'entite. L'alternance des etats
quantiques engendre a la fois les proprietes ondulatoires et
materielles de la matiere. Le temps n'existe que relativement a
l'evolution des changements d'etat de la particule et on comprend que
la notion classique de "temps universel" doit etre ecartee.
Par ailleurs, les notions de vitesse de la lumiere, de cinetique des
processus et plus generalement toute notion attachee a l'idee d'espace
n'est qu'une pure sensation humaine sans realite dans le cadre de
cette theorie. Seules les interactions "materielles" et les liaisons
entre les differents quanta d'energie responsables des equilibres
atomiques font naitre une deformation dans la focalisation et la
defocalisation du champ quantique. Les influences mutuelles des quanta
sont les seules realites existentielles de la matiere. Ainsi, les
densites engendrent par addition ou composition une acceleration des
variations d'etat provoquant une "perturbation" dans la succession des
materialisations des quanta et par voie de consequence une variation
de la seule donnee tangible exterieure, leur frequence. De cette
facon, apparait la possibilite de transfert energetique, positif ou
negatif dans la matiere induisant une modification dans la realite de
la frequence des quanta.
Enfin, dans le cadre de cette theorie, L'entite caracterisee par son
futur interactionnel peut seule porter le nom de realite
spatio-temporelle et on comprend que la notion de futur n'est
elle-meme que la consequence de la repetition sequentielle indefinie
des phenomenes de focalisation et defocalisation.
Globalement, c'est le champ ambiant qui determine l'etat potentiel des
entites en phase de relaxation maximale. II est induit par
l'accumulation des valeurs quantiques fondamentales de l'ensemble des
entites en interactions mutuelles. II impose la valeur energetique
intrinseque des particules et etablit leur variation par transfert de
quanta lors des phases de relaxation. Suivant ce principe, on comprend
notamment aisement que les echanges energetiques lors des chocs seront
d'autant plus souples et efficaces que la longueur d'onde des entites
sera grande. Il s'agira alors d'etats en relaxation etalee.
Dans la schematisation proposee, les valeurs du champ ambiant
s'etendent depuis l'etat quantique dit "univers", qui correspond a
"l'etat d'existence" auquel nous devons attribuer la frequence f = 0
jusqu'a l'etat de densite extreme concretisant l'idee de "trou noir"
et auquel nous attacherons la frequence f = infini.
L'objet de la presente demande, utilise plus particulierement les
proprietes du photon, entite energetique pure. C'est la raison pour
laquelle, par un souci de simplification, nous restreindrons notre
description aux caracteristiques de ce dernier. Cependant, cette
reduction est non limitative quant aux implications de la presente
theorie qui peut etre appliquee a tout type de particules, d'atomes et
de molecules dynamiques ou biochimiques.
Le photon resulte, comme nous l'avons vu precedemment, du groupage
entre quanta elementaires dont les phases de focalisation sont
synchrones. On comprend ainsi que la frequence du photon evolue en
fonction du nombre de quanta d'energie qui le compose. Par ailleurs,
la progression "lineaire" habituelle du photon, notamment dans les
champs uniformes, resulte d'une synchronisation parallele de ses tops
de materialisation. C'est la raison pour laquelle on definit alors le
photon comme une particule elementaire synchroperiodique a
interactions quantiques paralleles.
Cependant, il apparait que les caracteristiques spatio-temporelles
d'une particule varient des que cette particule baigne dans un champ
interactif de densite variable tels que les champs gravitationnels ou
les champs d'interactions particulaires (d'ailleurs de meme nature).
Cette remarque est a la base des proprietes de l'entite objet de la
presente invention.
On concevra aisement que la comprehension schematique de telles
proprietes, eliminant les notions habituelles "d'espace", necessite
l'utilisation d'une geometrie abstraite particuliere que l'on pourrait
qualifier de "sans espace" et dont l'axiomatique sort du cadre de ce
preambule a la description de la presente invention. Nous ne ferons
donc qu'en esquisser les fondements.
Neanmoins, une premiere approche geometrique de la variation du champ
potentiel et de l'influence de cette variation sur la focalisation des
entites fondamentales concernees peut etre schematisee par ce que nous
appellerons sphere differentielle a references spatio-temporelles
(SDR).
La SDR constitue une representation topologique du rapport
differentiel relativiste spatio-temporel dans laquelle evolue le
pouvoir de focalisation d'une entite entre son etat quantique
d'univers ou sa frequence est nulle et une zone, que l'on peut
considerer comme centrale, representant la densite maximale du champ.
En ce dernier point, on doit admettre qu'il y a confusion avec le top
de materialisation de la particule y evoluant.
Cette conception fait ressortir, ainsi que nous le verrons plus loin
sur un exemple particulier, "la relativite de la vitesse de la
lumiere" c en fonction de toute variation de la densite du champ
potentiel de la sphere.
Ainsi, il apparait que la rotation, representation de l'equilibre
spatio-temporel d'une particule leptonique necessite l'indispensable
synchronisme des interactions entre ses quanta constitutifs le long
d'un radial et impose une courbure au sein de l'entite par effet
differentiel des variations de densite qui influent ses etats
quantiques.
Par ailleurs, on peut concevoir a l'aide de ce formalisme le processus
d'inversion d'une particule en anti-particule, dont le phenomene se
deroule dans la zone de confusion asymptotique du systeme.
Enfin, on concoit qu'en faisant varier, a l'aide d'une perturbation
quelconque, une partie des phases de relaxation d'une particule
lineaire tel un photon (evoluant initialement dans un champ uniforme),
on aboutit a un decalage mutuel de ses differents tops de
materialisation, du fait de l'interaction des quanta dans le champ
propre de focalisation de leurs voisins. Ceci entraine des variations
frequentielles propres a chaque quantum que l'on peut attribuer a la
relativite de C.
Dans le cas general de perturbations du champ d'evolution, on aboutit
ainsi a la suite d'un desequilibre frequentiel engendrant une
variation dynamique spirale, a un nouvel etat d'equilibre pour chaque
quantum qui est caracterise perceptiblement par une courbe geometrique
specifique a chaque situation.
Dans le cas particulier de mise en oeuvre de la presente invention, on
introduit dans un volume torique un jet de photons auquel on imprime
un mouvement courbe circulaire a l'interieur du tore. L'accu mulation
d'energie au sein du train de photons va aboutir a une saturation
energetique du tore qui obligera les photons a se ranger en niveaux
energetiques.
Les interactions entre les quanta injectes impose un nouveau
synchronisme de leurs phases de relaxation dans un systeme relativiste
ou c a une valeur specifique pour chaque couche et densite de champ
reduit.
En effet, le synchronisme des phases de relaxation assure un nouvel
etat d'equilibre spatio-temporel du train d'ondes injecte qui aboutit
a un phenomene d'equilibre rotationnel que nous designerons par
"saturation du tore". Ainsi est creee une particule artificielle
elementaire enroulee sur elle-meme que nous appellerons "Lepton" par
analogie avec la classe de particules elementaires naturelles.
On peut noter que la zone centrale de cette particule est assimilable
a un quasi "trou noir" forme par la limite asymptotique du champ
induit par l'accumulation d'energie.
Par ailleurs, le respect de la loi des evenements separes evoquee plus
haut impose aux deroulements chronologiques des evenements de se
repartir suivant un helicoide en translation circulaire a l'interieur
du tore definissant le spin de la particule dont la direction est
definie par la regle generale d'orientation des spins.
Le dispositif de stockage et de potentialisation d'ondes
electromagnetiques necessaires a la mise en oeuvre du procede de la
presente invention comprend essentiellement un anneau circulaire
delimitant un volume interieur et muni d'un canal d'alimentation
mettant en communication ce volume avec une source d'ondes
electromagnetiques telle un
LASER a purete spectrale maximale en basse frequence et a haut
rendement en continu.
Les parois interieures de l'anneau presentent des caracteristiques
reflechissantes dans le domaine d'emission de la source, afin de
transformer cet anneau creux en un guide d'ondes referme sur lui-meme.
Par ailleurs, le canal d'alimentation du guide d'ondes debouche a
l'interieur de ce dernier tangentiellement a l'anneau. Le guide
d'ondes ainsi que le canal d'alimentation sont munis d'un systeme
permettant d'y faire un vide tres pousse.
Le principe de fonctionnement du dispositif utilise les proprietes des
photons en interaction qui ont ete decrites plus haut. Selon le
procede de l'invention, on cree a l'aide de la source
electromagnetique un jet de photons dirige par le canal d'alimentation
de facon a l'ecouler dans le volume torique tangentiellement a
celui-ci. On poursuit l'alimentation de ce volume en ondes
electromagnetiques jusqu'a l'atteinte de l'etat de saturation
energetique evoque plus haut.
Bien entendu, on concoit l'importance des qualites reflechissantes des
parois, ainsi que la necessite de creation d'un vide pousse pour
limiter au maximum les interactions parasites a l'interieur de
l'appareil notamment avec des atomes residuels.
Ces qualites de l'appareil influenceront considerablement la duree de
mise en saturation de son enceinte. Cet etat de saturation energetique
apparait exterieurement lorsque l'enceinte ne perd plus de rayonnement
par effet de diffusion a travers ses parois. Les proprietes
intrinseques de l'appareil en etat de saturation decoulent des
conclusions theoriques evoquees precedemment.
En particulier, I'atteinte de l'etat de saturation entraine a
l'interieur de l'enceinte l'etablissement d'un equilibre
spatio-temporel specifique. Les photons ont alors adopte chacun un
etat energetique en concordance avec l'etat de saturation energetique
global de l'enceinte.
On peut alors imaginer que chaque photon a adopte une courbure
spatiale en rotation
- correspondant aux variations du champ dans lequel il evolue
- et egal par ailleurs a la courbure du cercle sur lequel il evolue a
l'interieur du dispositif.
De meme, il faut remarquer qu'en etat de saturation du dispositif,
I'equilibre a l'interieur de l'enceinte est stable et independant de
la presence ou de l'action des parois materielles de cette derniere.
Les parois peuvent ainsi etre effacees sans influencer la stabilite
des phenomenes crees.
Ainsi que cela se degage des conclusions du preambule, le stockage
potentialise des photons en rotation a l'interieur du guide d'ondes
torique du dispositif fait naitre une entite froide (c'est-a-dire a
entropie constante) qui est assimilable a une particule artificielle
de type leptonique.
La taille gigantesque de cette particule artificielle lui confere des
proprietes certes du meme type que celles d'un lepton naturel, mais de
plus d'intensite accrue selon un facteur multiplicatif lie a l'enorme
quantite d'energie potentialisee.
Les applications pratiques du dispositif- selon l'invention et de
L'entite qu'il engendre sont tres variees et constituent l'objet
principal de la presente invention.
Les plus simples et de loin les plus marginales de ces applications
consistent a liberer quasi instantanement l'energie potentialisee a
l'interieur du dispositif.
Suivant une premiere forme d'actualisation de l'energie potentialisee,
on munit la paroi laterale du guide d'ondes d'un organe a ouverture
quasi instantanee. Dans ce cas, I'actualisation doit etre initiee
imperativement avant saturation de l'enceinte car, comme nous l'avons
vu precedemment, un dispositif sature est stable et l'effacement de
ses parois est sans influence sur son equilibre rotationnel.
L'ouverture de l'organe libere quasi instantanement la spirale de
photons enroulee dans le guide d'ondes. L'actualisation de l'energie
emmagasinee s'effectue sous la forme d'un jet de rayonnement de tres
courte duree (de quelques nanosecondes). La puissance de ce
rayonnement est egale au produit de la puissance d'emission du LASER
injecteur par le nombre d'enroulements du faisceau de photons a
l'interieur du dispositif.Or, ce nombre de revolutions peut atteindre
plusieurs milliards de tours.
On concoit ainsi que ce procede permet de realiser un impulsionneur
amplificateur de puissance crete de LASER de tres haute performance.
Suivant un autre mode d'actualisation, on utilise conjointement deux
guides d'ondes tangents en les dotant de moyens de mise en
communication en leur point de tangence. On injecte leurs faisceaux
electromagnetiques en des sens opposes de rotation, en prevoyant une
alimentation adequat de chaque tore. La mise en communication des deux
dispositifs en phase de saturation conduit a une desintegration des
deux entites potentielles associees, conduisant a la liberation quasi
instantanee d'une enorme masse d'energie.
Il apparait a l'evidence qu'il est possible d'utiliser indifferemment
pour effectuer ce type d'actualisation
- soit deux guides d'ondes tangents coaxiaux,
- soit encore deux guides d'ondes tangents adjacents.
Enfin, un autre mode prefere d'actualisation consiste a effectuer une
obturation quasi instantanee du guide d'ondes d'un dispositif selon
l'invention, en cours de remplissage energetique ou, de preference, en
phase de saturation.
Cette obturation peut etre effectuee a l'aide d'un systeme
d'effondrement penetrant a l'interieur du tore, notamment par effet
bri sant. Dans ce cas, L'energie emmagasinee est liberee sous la forme
d'une explosion thermique au lieu de l'impact.
On remarquera que les deux types d'actualisation precedemment decrits
peuvent etre inities indifferemment, soit avant saturation, soit en
phase de saturation des guides d'ondes concernes.
On realise au surplus que ce type de dispositif liberant quasi
instantanement une energie considerable peut etre utilise
- d'une part, comme cela a ete vu plus haut, comme un impul sionneur
amplificateur de puissance crete d'un LASER, mul tipliant de facon
gigantesque les caracteristiques d'implusions de ce LASER,
- d'autre part, comme allumeur thermique de tres forte puis sance,
utilisable en particulier pour amorcer des reactions nucleaires,
- et enfin, comme engin militaire ou de destruction, assimilable
suivant le cas a un canon ou a une bombe susceptible d'en dommager
tout edifice materiel par rayonnement thermique.
Les autres types d'applications qui vont maintenant etre decrits sont
lies aux caracteristiques physiques de l'entite leptonique creee.
Ces applications sont de loin les plus revolutionnaires et les plus
interessantes. Dans toute la suite, on entendra par dispositif selon
l'invention ou entite un dispositif tel que decrit precedemment, en
phase de saturation.
Comme nous l'avons vu plus haut, le dispositif selon l'invention, en
etat de saturation energetique, constitue une entite de type
leptonique dont les proprietes centrales sont assimilables a celles
d'un "trou noir". En effet, cette zone est le siege d'une contraction
spatio-temporelle maximale, avoisinant la singularite mathematique et
engendre des phenomenes d'interaction conduisant a des proprietes dont
l'utilisation est l'objet principal de la presente invention.
Suivant un mode d'utilisation particulierement avantageux, le
dispositif selon l'invention constitue un generateur
d'anti-particules.
En effet, lorsqu'une particule passe dans la zone centrale de
"l'entite", de meme que lorsqu'elle traverse la zone centrale de toute
particule, la rencontre de ces deux entites a haute energie et a
futurs interactiorrnels rapproches cree une situation de densite
spatio-temporelle qui tente de violer "la loi des evenements separes"
(evoquee dans le preambule) en fusionnant leur parametre espace temps.
Le respect de cette loi impose necessairement l'inversion
conceptionnelle de la particule traversant l'entite. Une telle
propriete permet d'utiliser l'appareil, en cooperation avec des moyens
adequats de bombardement particulaire au voisinage de son point
central, comme un generateur d'anti-particules emises a la sortie du
dispositif.
Un mode d'utilisation complementaire du precedent permet d'utiliser le
dispositif conjointement
- comme generateur continu d'energie thermique lie notamment a une
centrale electrique
- et comme reacteur magnetodynamique.
A cet effet, on transforme suivant le procede precedent un flux de
particules J en un flux de particules J'. Par ailleurs, on fait reagir
sur J' a sa sortie du dispositif un flux K de particules du meme type
que J.
Les deux flux J' et K se desintegrent mutuellement avec production
d'energie sous forme de rayonnement utilisable notamment dans tout
transformateur thermodynamique.
Par ailleurs, et d'un point de vue dynamique, on se rend compte que le
dispositif selon l'invention peut constituer un accelerateur de
particules. En effet, toute entite materielle se trouvant au voisinage
du centre du dispositif reagit a la deformation spatiale locale par
une augmentation de sa vitesse en direction du centre de la particule.
Ainsi le dispositif se comporte comme une sorte d'aspirateur a
particules.
Au surplus, on concoit que ce dispositif peut etre utilise comme un
veritable reacteur magnetodynamique. En effet, et selon les proprietes
exposees precedemment, si l'on dirige un jet J de particules de
quantite de mouvement p vers le centre du dispositif, celui-ci est
tout d'abord accelere au fur et a mesure qu'il approche du centre du
dispositif. II acquiert une quantite de mouvement P qu'il partage avec
l'appareil. En traversant la zone centrale asymptotique du dispositif,
ce flux J de particules est transforme en un flux J' d'anti-particules
possedant elles aussi une quantite de mouvement P. Si, par ailleurs,
et comme nous l'avons vu precedemment, on fait reagir J' avec un flux
K de particules, perpendiculaire a J', il y a desintegration mutuelle
des deux flux J' et K a la sortie du dispositif.Globalement, et d'un
point de vue dynamique, L'appareil recoit une quantite de mouvement P.
De ce fait, L'appareil subit une reaction F en sens inverse de la
direction du jet de particules A. C'est-a-dire que le dispositif
constitue un propulseur magnetodynamique.
Suivant un autre mode d'utilisation du dispositif selon l'invention,
celui-ci peut constituer un transmuteur atomique permettant une
manipulation aisee sur la structure fondamentale des atomes.
Pour ce faire, on munit le dispositif d'une sorte de creuset au
voisinage de son centre asymptotique. On depose des atomes a manipuler
a l'interieur du creuset et on active le dispositif pour le mettre en
phase de saturation.
Les atomes, soumis a un champ interne vont presenter des proprietes du
type atomes magnetiques de RYDBERG. De ce fait, il sera tres facile
d'effectuer des transmutations sur leur structure pour aboutir
notamment a des evolutions de leur etat dans la classification
periodique de MENDELEI EV.
Enfin, suivant un mode d'utilisation particulierement efficace du
dispositif selon l'invention, on utilise les effets relativistes
provoques par l'entite leptonique creee. L'accumulation d'energie au
sein de l'entite provoque en effet une deformation spatio-temporelle
conforme a la theorie de la relativite generale et aux experiences qui
sont venues renforcer cette theorie. Cette accumulation d'energie
conduit a une contraction du champ ambiant d'evolution qui se traduit
par une augmentation de la densite de celui-ci.
De ce fait, differentes proprietes relativistes du dispositif
apparavissent
- d'une part, un effet magnetique et electrique induit par la
particule aussi bien au centre qu'a l'exterieur du dispositif,
- d'autre part, une transformation d'intensite de champ po tentiel
influence par le champ de la particule,
- au surplus, une transformation de frequence des flux d'on des
electromagnetiques et des courants electriques traversant ou
avoisinant le dispositif
- et enfin une deformation de l'espace temps local abaissant notamment
la duree relative des phenomenes, dont on peut prevoir des
consequences importantes dans le domaine bio logique par decalage ou
inversion des temps specifiques pouvant induire dans certains cas de
veritables regenerations cellulaires par inversion de processus.
D'autres caracteristiques et avantages de la presente invention se
degageront de la description qui va suivre en regard des dessins
annexes, lesquels description et dessins ne sont donnes qu'a titre
d'exemples non limitatifs.
Sur ces dessins
La figure 1 est une schematisation dans le cadre de la presente
theorie de la succession des etats quantiques d'une particule
fondamentale ou quantum.
La figure 2 est une description, toujours dans le cadre de la presente
theorie, des phenomenes de courbure de l'espace photonique a
l'interieur du dispositif selon l'invention.
Les figures 3 et 4 proposent une comparaison geometrique entre les
structures resultant de la modelisation d'un flux lumineux par des
ondes planes, dans un champ uniforme (figure 3) et dans le dispositif
de l'invention (figure 4).
La figure 5 est une vue en perspective ecorchee des differents
elements constitutifs d'un dispositif selon -l'invention.
La figure 6 est un modele tres succint resumant les principales
proprietes de l'entite leptonique artificielle associee au dispositif
selon l'invention.
La figure 7 est une vue en coupe d'un canon impulsionneur
amplificateur de puissance crete d'un LASER.
Les figures 8 et 9 decrivent en coupe les sequences de fonctionnement
(en phase de repos: figure 8 et en phase d'explosion: figure 9) d'un
allumeur thermique de reaction nucleaire realise selon le procede de
l'invention.
La figure 10 est le schema de fonctionnement en coupe d'un gene rater
de rayons GAMMA par elevation de frequence d'un rayon incident selon
le principe de l'invention.
La figure 11 est une vue en coupe d'un reacteur de centrale thermique
fonctionnant selon l'invention par desintegration de flux de
particules.
La figure 12 est une vue en coupe d'une fusee a reacteur
magnetodynamique fonctionnant selon le procede de l'invention.
La figure 13 est une vue en coupe d'un transmuteur atomique selon
l'invention.
La figure 14 est une vue de dessus d'un assemblage coaxial et
coplanaire de deux dispositifs selon l'invention conduisant a la
realisation d'un appareil a effet modulable.
La figure 15 est une vue en coupe d'une variante d'un dispositif selon
la figure 14, destine a realiser un allumeur thermique par
desintegration mutuelle de deux particules artificielles coaxiales.
La figure 16 est une representation vue de dessus d'un allumeur
thermique par desintegration mutuelle de deux particules artificielles
adjacentes.
La figure 17 est une vue schematique en coupe d'un systeme combine
realise par assemblage coaxial de dispositifs selon l'invention et
realisant un veritable "HADRON" artificiel.
La figure 18 est une vue en perspective d'une variante d'un dispositif
selon l'invention a guide d'ondes helicoidal.
La figure 19 est une vue en coupe du dispositif represente figure 18.
La figure 20 est une vue schematique de face d'un "trou noir"
artificiel a trois dimensions, realise selon les principes de
l'invention.
Enfin, la figure 21 est une vue en coupe d'un vehicule aerien a
deplacement tridirectionnel utilisant les principes magneto-dynamiques
de propulsion de l'invention.
Les figures 1 a 4 resument tres succintement les proprietes des quanta
en evolution qui sont a la base de la presente invention.
Sur la figure 1 sont decrites les phases successives d'un quantum p en
interaction avec "'UNIVERS"
- en abscisse t est representee de la gauche vers la droite
l'evolution temporelle propre de la particule p,
- en ordonnee est porte l'inverse de la densite du "champ potentiel" g
representatif des etats quantiques de la particule P-
Ainsi en A, la particule p est en phase de focalisation progressive
Fn, sa densite d'energie croit depuis son dernier etat de relaxation
symbolise par Un (etat quantique d'existence) vers une limite
asymptotique de densite qui apparait en M, definissant l'etat
spatio-temporel de ce quantum auquel on attribue la valeur c (vitesse
de la lumiere) dans le referentiel caracterise par le champ ambiant
d'evolution.On doit a cet egard noter que la particule est en liaison
avec le champ ambiant, uniquement durant ses phases de relaxation Un
et que ce champ ambiant d'evolution evolue suivant une variation en
1/r2 vers un etat de dilution infini.
En M la particule atteint un "top de materialisation", c'est-a-dire un
maximum instantane de sa densite d'energie au cours duquel elle est en
etat de quasi-fusion espace temps. De plus, elle amorce une inversion
de son processus de focalisation suivant des variations symetriques de
la phase Fn precedente. Ainsi, la particule p evolue en phase de
defocalisation F'n en passant notamment par ce point B et elle
retourne de nouveau vers un etat quantique d'univers Un + 1;
La periode Pn precedemment evoquee, c'est-a-dire focalisation,
materialisation, defocalisation, etat quantique d'univers, se repete
sequentiellement indefiniment suivant Pn + 1...; et ceci tant que la
particule evolue dans un champ constant.
Une etude theorique sortant du cadre du present expose permet de
conclure
- que les phases de focalisation Fn caracterisent les proprietes
magnetiques d'une particule p,
- de meme, que les phases de defocalisation F'n caracterisent les
proprietes electriques de cette particule.
En figure 2, on a traduit geometriquement les deformations
spatiotemporelles induites par l'accumulation de l'energie des photons
a l'interieur du dispositif 1 selon l'invention. Les parois
interieures et exterieures de l'appareil 1 sont symbolisees par les
cercles si et se. Le centre geometrique apparait en O. Si nous nous
deplacons sur un rayon vecteur Or, nous associerons aux photons
presents au point C une longueur d'onde IC. Comme nous l'avons vu
precedemment, I'agen- cement frequentiel des variations combinees de
densite d'energie a l'interieur du guide d'ondes (symbolise par
l'espace compris entre si et se) imposent dans le referentiel de
l'appareil une evolution des frequences le long du radial Or. Cette
evolution est delimitee par les courbes 3 et 4.
Une explication de ces phenomenes est donne en reference aux figures 3
et 4.
En effet, aussi bien dans le cadre de la mecanique quantique que dans
le cadre de la presente theorie, on peut assimiler, ainsi que cela
apparait en figure 3, les photons en mouvement dans un champ ambiant
de densite constante a des ondes planes en progression rectiligne
suivant la direction Ox du faisceau lumineux 6 resultant. Cette
progression est symbolisee par le deplacement des phases d'ondes N1,
N2,
N3, N4... distants entre eux d'une distance I egale a la longueur
d'onde specifique du faisceau lumineux 6.
Au contraire, a l'interieur du guide d'ondes torique du dispositif 1
et ainsi que cela est schematise en figure 4, L'espace photonique va
etre courbe. Sur cette figure, il apparait que le jet de photons 6 en
rotation dans le sens R autour du point O et son onde pseudo plane
associee 6' subissent une influence mutuelle qui, du fait d'un champ
ambiant, de densite croissante vers le centre, deforme les plans
d'ondes N1, N2, N3, N4... en des lignes spirales radiales T1, T2, T3,
T4... se rejoignant au point 0.
D'un point de vue classique, il semblerait que ces "lignes d'ondes"
non paralleles ne puissent definir une longueur d'onde specifique.
Mais dans le cadre de la presente theorie, I'evolution de cette onde 6
doit etre regardee dans un systeme lie a une variation relativiste
evoluant depuis l'infini jusqu'au centre O de l'entite rotationnelle L
associee au dispositif 1. On comprend alors que ce systeme
differentiel relativiste fait apparaitre un phenomene capital a la
base de l'invention "la relativite de la celerite de la lumiere", qui
est a l'origine de la courbure de i'espace propre au photon dans
l'appareil 1, aussi bien que dans la nature, mais dans ce cas a une
echelle reduite du fait d'interactions moins intenses.
Cette courbure resulte d'une analyse dans un referentiel unique, celui
de l'observateur ou du dispositif 7. Par ailleurs, ce phenomene fait
apparaitre une constante specifique: la frequence. Neanmoins, dans la
realite, on devra tenir compte des interactions entre les quantites
enormes de photons dephases injectes. Dans ce cas, l'entite resultante
L pourra, sans violer la theorie exposee, etre associee a plusieurs
frequences (caracteristiques des transferts quantiques d'energie entre
photons).
En se referant de nouveau a la figure 2 et en isolant trois points
C1, C2, C3 du rayon vecteur Or, on peut appliquer les principes
evoques ci-dessus.
Dans le systeme relativiste induit par les photons IC1 = IC2 = IC3.
Par contre, dans le referentiel du dispositif 1: lCI less than IC2
less than IC3. La longueur d'onde des photons decroit donc dans le
referentiel du dispositif 1 pour atteindre une limite asymptotique de
densite spatio-temporelle en O. Le point O possede de ce fait les
proprietes d'fun "trou noir", representatif de cette compression
spatio-temporelle maximale,
Sur la figure 5, on distingue les sous-ensembles essentiels de
l'anneau 1 de stockage et de potentialisation d'ondes electromagneti
ques, objet principal de l'invention.Celui-ci comporte une enceinte
torique creuse 9 de revolution autour de l'axe yy' delimitant un
volume interieur 10 relie, par l'intermediaire d'un microcanal
d'alimentation 11 le penetrant tangentiellement en 12, a un puissant
LASER 13 a grande purete spectrale, alimente par un reseau electrique
14. Les parois 15 du tore 10, de meme que celles 16 du microcanal 11
sont revetues interieurement de multi-couches dielectriques 17
constituant un materiau reflechissant dans le domaine spectral du
LASER 13, et qui apparaissent dans la zone ecorchee du tore. Le
materiau 17 transforme l'enceinte 9 en un guide d'ondes referme sur
lui-meme. Une pompe a vide 20 permet d'etablir un vide pousse a
l'interieur 10 du tore 9 et du microcanal 11.Par ailleurs, afin de
limiter les perturbations fonctionnelles qui provoqueraient par la
multiplication des microcanaux debouchant a l'interieur du volume
interieur 10 du tore 9, on remarquera que la zone de succion 21,
reliee par le canal 22 a la pompe a vide 20, est disposee sur le canal
d'alimentation 11. Ce dernier est isole du LASER 13 par un bouchqn 23
transparent au faisceau electromagnetique emis par le LASER.Enfin et
-ainsi que cela apparaitra ulterieurement, pour eviter les effets
parasites incontroles, - le tore 9 est isole de l'ambiance exterieure
par une enceinte lenticulaire 25, etanche a toute penetration
particulaire et a l'interieur de laquelle un vide tres pousse peut
etre fait grace a la pompe a vide auxiliaire 26, precedemment a toute
phase de fonctionnement du dispositif 1 et notamment apres mise en
communication de l'enceinte 25 avec l'exterieur grace au sas 27.
Le fonctionnement du dispositif 1 va maintenant etre decrit.
Apres avoir etabli un vide pousse a la fois a l'interieur du volume
torique 10 et du canal d'alimentation 11, grace a la pompe 20, on
injecte et on canalise selon a, a l'interieur du microcanal 11, un
faisceau
Q d'ondes electromagnetiques. Ce faisceau Q debouche en 12
tangentiellement a l'enceinte torique 9. On le dirige ensuite en
rotation selon
R en l'enroulant a l'interieur de l'enceinte 9 autour du point central
O du dispositif 1. Par reflexion 28 quasi tangentielle sur les parois
reflechissantes 17 de l'enceinte 9 et par interaction mutuelle, les
quanta du faisceau Q s'organisent progressivement a l'interieur du
volume torique 10 de facon a le saturer energetiquement.Au cours de
cette phase d'injection electromagnetique et de remplissage
energetique de l'enceinte 10, les reflexions imparfaites 28 sur les
parois 17 engendrent des refractions parasites 29 qui se font
ressentir a l'exterieur sous la forme d'un rayonnement de diffusion G.
Cette phase de remplissage, accompagnee du rayonnement exterieur G et
de perturbation interne 28, temoin de la desorganisation energetique,
tend progressivement a se stabiliser pour atteindre la phase finale de
"saturation".
Cette phase de saturation se caracterise
- physiquement par l'equilibre spatio-temporel interne du faisceau de
photon Q enroule, ce dernier ayant adopte une geometrie circulaire
conforme a celle de ltenceinte,
- et exterieurement par la disparition du rayonnement de diffusion Ci.
Lorsque la saturation est atteinte, on stoppe l'injection du faisceau
Q a l'interieur du volume 10. Le phenomene, objet de la presente
invention est alors etabli, c'est-a-dire que nous avons constitue par
stockage de photons en rotation une entite leptonique froide que nous
appellerons ulterieurement L. Celle-ci est schematisee en figure 6.
Elle est caracterisee essentiellement
- par le sens de rotation R des photons definissant le spin S de la
particule L,
- et par la creation d'un champ potentiel ambiant incident W dont la
compression, extreme au centre 0, constitue une zone asymptotique.
Les figures 7 a 10 representent tres schematiquement deux procedes
d'actualisation de l'energie potentialisee a l'interieur du guide
d'ondes 9. On comprendra que ces applications marginales du dispositif
1 sont cependant particulierement avantageuses dans le domaine
militaire.
Ainsi, sur la figure 7 est represente le principe de realisation d'un
"canon" 32 fonctionnant par multiplication de puissance crete d'un
LASER 13.
Pour cette application, on alimente selon le principe de la figure 5
le volume 10 interieur a l'enceinte 9 a l'aide d'un faisceau
electromagnetique Q issu d'un LASER 13 (non represente). Pendant cette
phase de remplissage, le ciapet 34 est en position 34f fermee
(apparaissant en pointille). Celui-ci obture hermetiquement la paroi
laterale 15 du tore 9, il est muni d'une coupelle 35 cooperant avec
une coupelle 36 solidaire du dispositif 1 pour enfermer une charge
explosive 37 qui est reliee a l'exterieur a l'aide d'un fil 38 de mise
a feu. Les photons injectes s'organisent grace a l'action du materiau
reflechissant 17 en rotation selon R suivant une courbure spatiale
(apparaissant en pointille) proche de celle du tore 9. Avant
saturation de l'enceinte 10,- on met a feu la charge 37 grace au
conducteur 38.Celle-ci, par explosion, oblige le clapet 34 a tourner
quasi instantanement selon b autour de son axe 40 pour l'amener en
position ouverte de decharge 340 et ainsi a entrouvrir la paroi
laterale 15 du tore 9. De ce fait, le volume torique 10 est mis en
communication avec le tube 41 du "canon" 32.
L'energie stockee dans le volume 10 est alors liberee sous la forme
d'un rayonnement 42 de tres courte duree, dirige selon f' grace a la
presence d'un materiau reflechissant 17' a l'interieur du tube 41. La
longueur du rayonnement 42 sur son axe de propagation ff' est egale a
la circonference moyenne du tore 9.
L'energie du rayonnement 42 est egale a celle emmagasinee initialement
dans le volume 10, c'est-a-dire qu'elle multiplie des milliards de
fois sous forme de puissance crete la puissance du LASER injecteur 13.
On concoit ainsi, aisement, l'interet de ce dispositif d'integrateur
et d'impulsionneur de faisceaux electromagnetiques en tant que systeme
d'arme du fait
- de la grande precision de tir que lui assure le trajet recti ligne
des photons constituant le rayonnement 42
- de la portee et de l'action considerable de ce tir en raison de
l'enorme puissance du rayonnement 42 emis.
Par ailleurs, en reference aux figures 8 et 9, est decrit un procede
d'actualisation de l'energie potentialisee a l'interieur du tore 1,
particulierement avantageux pour amorcer une reaction chimique et/ou
nucleaire.
Sur les figures 8 et 9, le tore 9 est muni d'une trappe 44, mobile
selon d perpendiculairement au plan du tore 9 et susceptible d'obturer
le volume torique 10.
On remarque, par ailleurs, que la trappe 44 est munie, ainsi que dans
le dispositif precedent, d'une coupelle 45 cooperant avec une autre
coupelle 46 (solidaire du tore 9) pour enfermer une charge explosive
47 manipulable de l'exterieur grace au conducteur 48. Il apparait
enfin que la trappe 44 comporte un systeme 50 a miroir concentrateur
et a foyer convergent 51 au centre duquel est dispose une pastille de
deuterium tritium 52.
La figure 8 decrit en coupe une portion de l'enceinte torique 9 en
cours de fonctionnement normal. Dans le cas present, le dispositif 1
peut etre indifferemment en phase de remplissage energetique ou en
phase de saturation. L'enceinte 9 est parcourue par un faisceau
d'ondes electromagnetiques Q en rotation selon R, issue du stockage
des photons injectes a l'aide d'un LASER 13 non represente, et dont
l'energie est comme nous l'avons vu considerable.
La trappe 44 est en position relevee. D'une part, les coupelles 45 et
46 cooperent pour emprisonner la charge 46. D'autre part, la partie
inferieure de la trappe 44 est constituee par une portion 54 de tore 9
presentant exactement les memes caracteristiques que ce dernier et le
prolongeant continuement, notamment au niveau de la paroi dielectrique
reflechissante 17 qui la recouvre.
Le principe d'actualisation propose en figure 9 consiste
essentiellement a obturer quasi instantanement le tore 9. Plus
precisement, on met a feu la charge 47 grace au conducteur 48,
celle-ci pousse violemment et quasi instantanement la trappe 44 selon
dl. De ce fait, le miroir 50 vient obturer le volume torique 10,
bloquer le faisceau magnetique Q et concentrer son energie
considerable au foyer 51 pour amorcer une reaction nucleaire au niveau
de la pastille de deuterium tritium 52.
Bien entendu, I'utilisation de ces deux exemples d'actualisation dans
le domaine militaire n'est nullement restrictive et I'homme de l'art
pourra en adapter aisement les principes pour les appliquer dans tous
les domaines necessitant des impulsions energetiques intenses. Par
ailleurs, on concoit aisement que sans sortir du cadre de l'invention,
tout type de clapets 34 et 44 a ouverture quasi instantanee est
utilisable et notamment des organes actionnes par manipulation
electromagnetique.
En reference aux figures 10 a 12, sont decrits les principes de trois
modes d'utilisation les plus avantageux de l'entite leptonique L selon
l'invention. Par souci de simplification, dans toutes ces figures, le
dispositif 1 a ete schematise par un simple anneau torique 9.
Sur la figure 10 est represente le principe de fonctionnement d'un
elevateur de frequence electromagnetique selon l'invention et plus
particulierement d'un generateur 56 de rayons GAMMA.
La mise en oeuvre de l'appareil 56 consiste a produire selon la
direction y' de l'axe yy' du tore 9 appartenant a un dispositif 1 un
rayon lumineux Il a partir d'une source classique 58, notamment a
filament incandescent 59.
Si nous considerons deux photons al et b1 de frequence f1 et d'energie
El appartenant initialement au faisceau incident Il et possedant une
celerite propre cl = c, on concoit qu'au fur et a mesure qu'ils
approchent selon y' du "centre" O du dispositif 1, L'effet de
contraction du champ potentiel induit par les particules L (dont les
variations sont schematisees par les deux courbes 60 et 61) provoque
une deceleration relativiste de l'un par rapport a l'autre par effet
differentiel spatio-temporel. Cette propriete se traduit par un
rapprochement des photons a2 et b2 au voisinage de O et par une
variation relativiste de leur celerite qui transforme cl en c2.
En O, on aboutit a un effet de "bouchon" qui provoque une fusion entre
les photons a et b.
Globalement, a la sortie du dispositif 9, il y a fusion entre les
photons a3 et b3. Le photon resultant (a3, b3) acquiert une energie
E3 = 2E1. De ce fait, la frequence du photon resultant est f3 = 2f1.
Par ailleurs, la densite du flux de photons 12 sortant du dispositif 1
est inferieure a celle du flux incident Il. Par contre, L'energie de
chaque photon est accrue. En consequence, la loi de conservation de
l'energie est respectee.
On comprend aisement les applications militaires de cet abaisseur 56
de frequence electromagnetique en tant que generateur de rayons
GAMMA. Neanmoins, on concoit que ce procede peut avoir d'autres
utilisations tres diverses, notamment dans les domaines de
l'electroni- que et des telecommunications ou il est necessaire de
faire evoluer la frequence d'une onde.
En effet, ce type de transformateur 56 de frequence electromagnetique
presente les avantages suivants
- d'une part, d'avoir un effet modulable, lie aux caracteristi ques du
dispositif 9 utilise et a la position de la direction du jet vis-a-vis
du centre asymptotique O du dispositif,
- d'autre part, de presenter une grande precision d'action,
L'entite leptonique L ayant une existence stable et de ce fait un
comportement parfaitement etabli,
- et enfin, de permettre des actions dans le domaine des flux
electromagnetiques Il de tres hautes energies.
Sur la figure 11, est represente un autre mode d'utilisation par
ticulierement avantageux de l'entite leptonique L selon l'invention.
II s'agit d'un "reacteur" 65 destine a servir de source chaude au
cours de l'evolution d'un fluide M thermodynamique a l'interieur d'une
centrale thermique (non representee) destinee notamment a produire de
l'energie electrique.
Les elements actifs du reacteur sont disposes a l'interieur d'une
enceinte lenticuilaire 66 recouverte par un dome de protection 67
opaque aux penetrations corpusculaires. Pour les memes raisons que
celles evoquees figure 5 et qui seront evoquees ci-dessous, on etablit
un vide pousse a l'interieur de l'enceinte 66 a l'aide de tout moyen
approprie.
A l'interieur de l'enceinte 66, on distingue de haut en bas et selon
l'axe yy' du dispositif
- tout d'abord un canon 69 a particules, alimente de l'exterieur par
les conducteurs electriques 70, dirige dans la direction y' et destine
a emettre un jet de particules J tels notamment des electrons ou des
neutrons,
- le dispositif 1 en etat de saturation represente simplement par son
enceinte torique 9, induisant la particule L et creant ainsi une
contraction du champ ambiant potentiel symbolise par les courbes 60 et
61, enfin, selon l'axe uu' perpendiculaire a l'axe yy'
- un deuxieme canon 71 a particules, alimente energetiquement de
l'exterieur par les conducteurs -72, dirige dans la direc tion u' et
destine a emettre un jet de particules K de meme nature que celles de
J
Les axes yy' et uu' se croisent en un point H. Au voisinage de ce
point H, est dispose un miroir 75, ayant pour axe yy', servant de base
au dome de protection 67. De plus, le miroir 75 recouvre et tourne sa
partie reflechissante 76 vers une piscine 78, delimitee par les parois
cylindriques 80 recouvertes elles aussi interieurement d'un materiau
reflechissant 81.
De preference, on utilisera un miroir 75 transparent aux particules
emises par les canons 69 et 71.
A l'interieur de la piscine 78 est dispose un echangeur 82 entre d'une
part le fluide thermodynamique Fh et d'autre part un fluide
caloporteur Fc tres absorbant des rayonnements thermiques ainsi que
des particules emises par les canons 69 et 71 et remplissant la
piscine 78.
L'echange se fait par l'intermediaire d'une canalisation tubuiaire 83
recouverte exterieurement d'une pellicule 85 absorbante des
rayonnements thermiques.
Le fonctionnement du reacteur 65 constitue l'application de proprietes
plus generales de la particule L permettant de transformer toute
particule en une anti-particule associee.
Cette propriete ya maintenant etre illustree en reference a la figure
11.
Supposons que l'etat de saturation energetique soit etabli a
l'interieur du tore 9, c'est-a-dire que l'entite leptonique L soit
cree et emettons suivant y' un jet J d'electrons e a partir du canon
69.
Au voisinage de 0, chaque particule -e du jet J rentre comme nous
l'avons vu dans une zone de fusion spatio-temporelle. Or, dans le
cadre de la SDR, on peut imaginer sa configuration "geometrique",
caracterisee par un cone forme par des situations de densite de champs
evoluant en spirale dynamique vers le centre de la sphere et pouvant
"depasser" ce centre pour produire un autre cone inverse a deroulement
spiral vers un futur "antidivergent".
Cette conception permet notamment d'appuyer la realite de
l'antimatiere. Dans ce cadre, si nous envisageons l'interpenetration
de deux particules elementaires, il apparait que le chevauchement de
leurs deux cones (convergent et anticonvergent) inverse les effets
interactionnels entre les deux entites de meme densite de champ et
evoluant sur deux cercles de revolutions opposes (futurs
interactionnels antiparalleles).
Ainsi, chaque particule e subit au voisinage de O une inversion qui la
transforme en anti-particule e'. Le flux J d'electrons incidents est
de ce fait transforme en un flux J' d'anti-electrons sortant du
dispositif dans la direction y'.
Si, par ailleurs, nous emettons grace au canon 71 un flux K
d'electrons d'intensite egale a celle de J, nous obtenons en H, point
de concours des rayons K et J' une desintegration particulaire quasi
totale produisant une quantite d'energie calorifique considerable
egale a l'energie de masse des deux jets d'electrons J et K.
Le miroir 75 dirige l'energie calorifique produite sous la forme d'un
flux de rayonnement thermique W en direction de la piscine 78.
De meme, les electrons e et anti-electrons e' issus des jets J, K et
K' et n'ayant pas reagi en H, traversent le miroir 75. Le liquide calo
porteur Fc absorbe a la fois ces electrons e et anti-electrons e'. Par
ailleurs, il transmet le flux W au liquide thermodynamique Fh par
l'intermediaire des parois absorbantes 85 de la canalisation 83. De ce
fait le liquide thermodynamique Fh
- rentrant a l'interieur du reacteur 65 selon m1 avec une tem perature
t1
- ressort du reacteur selon m2 avec une temperature t2 greater than
ti.
On a ainsi realise un reacteur 65 de centrale thermique produisant son
energie calorifique par desintegration totale de matiere.
Sur la figure 12, on distingue de facon schematique les dispositifs
essentiels et les principes de fonctionnement d'un vehicule spatial
90, en 'occurrence une fusee, utilisant pour se mouvoir l'effet
propulsif issu des proprietes du dispositif 1 selon l'invention.
Le reacteur 91 selon l'invention comporte les memes elements de base
que la partie active du reacteur 65. Il est constitue de gauche a
droite sur l'axe yy' de la fusee 90 par un generateur d'energie
electrique 92 suivi d'un canon a electrons 69' alimente electriquement
depuis le generateur 92 par l'intermediaire des conducteurs 70'. Le
canon 69' est dirige suivant y' au centre O d'un dispositif (1, L).
A l'arriere de la fusee et suivant un plan perpendiculaire a l'axe
yy', sont disposes radialement des canons auxiliaires 71', 71" diriges
vers l'axe yy', convergent en H' et alimentes depuis le generateur 92
par l'intermediaire des conducteurs 72' et 72". L'ensemble du reacteur
91 est enferme a l'interieur d'un volume 93 delimite par une enceinte
hermetique 94. La queue est constitue par un miroir 75'.
Le procede de mise en oeuvre de ce reacteur 91 est quasiment identique
a celui du reacteur 65.
On emet grace au canon 69' un jet J d'electrons e ayant initialement
une vitesse relative vo. L'effet de contraction du champ de
contraction du champ potentiel engendre par la presence de la
particule E et represente par les courbes 61 et 62 accelere en O les
electrons jusqu'a une vitesse v. Par ailleurs, en traversant la zone
centrale de la particule, le jet J d'electrons e ayant alors une
vitesse v est transforme en un jet J' d'anti-electrons e ayant une
vitesse v.
Par ailleurs, on emet grace aux canons 71', 71"... differents jets
radiaux K' et K" d'electrons convergents en H' et dont le flux total
d'electrons est egal a celui J du canon 69'.
En H' s'effectue la desintegration mutuelle du flux J d'anti-elec
trons e' et des flux K', K"... d'electrons e qui provoque l'emission
d'un flux important de chaleur w' rayonne a l'exterieur par le miroir
75.
D'un point de vue dynamique, le jet d'electrons J acquiert en O une
vitesse v, se transforme en un jet J' d'anti-electrons e' de vitesse
v, puis est finalement desintegre. La variation de quantite de
mouvement induite imprime a la fusee une force propulsive Z = a V, a
etant l'intensite du flux massique J. On a donc bien realise un
propulseur 91 a effet de desintegration de jets particulaires J, K',
K"
La figure 13 decrit le principe de mise en oeuvre d'un autre mode
prefere d'utilisation du dispositif 1 selon l'invention en tant que
transmuteur atomique.
Sur cette figure, le dispositif (1, L) symbolise par son anneau
torique 9 est en phase de saturation. Dans le plan de l'anneau est
introduit un creuset 95 destine a permettre des manipulations
atomiques.
Par ailleurs, un di-spositif electromagnetique 96 permet, a l'aide
d'une alimentation electrique 97, d'induire a l'interieur du creuset
95 un champ magnetique de manipulation Y.
Enfin, un generateur de courant continu 98 place entre l'anneau
metallique 99 et lue creuset 95 permet d'etablir un champ electrique
Y' a l'interieur de ce dernier.
Selon le principe de l'invention, on utilise les proprietes de
l'entite leptonique L pour attirer des atomes 100, 101, 102,... vers
la zone centrale O, - par effet de contraction de champ potentiel.
De plus, on met a profit l'intensite du champ potentiel interne pour
transformer ces atomes en atomes de RYDBERG 103, c'est-a-dire en
atomes tres exites dont l'electron 104 le plus eloigne est situe a un
tres haut niveau d'energie.
Les experiences ont montre que l'applicaton d'un champ magnetique Y
sur des atomes de RYDBERG 103 tend a les ioniser. Au contraire,
I'application d'un champ electrique Y' compresse ces atomes.
Il est plus que probable que des actions combinees Y, Y' de ce type
conduisent a de veritables transmutations sur les atomes "magnetiques"
103 crees. Mais, bien entendu, seules des experiences pourront
confirmer ces resultats theoriques. On realiserait ainsi un veritable
transmuteur atomique, permettant des manipulations sur la structure
fondamentale des atomes crees et pouvant conduire a une veritable
remise en cause de la notion de "matiere premiere".
Les figures suivantes decrivent des variantes de construction et
d'utilisation issues d'assemblages de dispositifs (1, L).
En se referant a la figure 14, on reconnait un appareil 110 constitue
par un assemblage coaxial (selon yy') et coplanaire de deux
dispositifs selon l'invention (la, La) et (lob, Lb).
Chaque dispositif comporte son propre systeme d'alimentation et en
particulier son LASER (13a, 13b), son microcanal d'alimentation pila,
iib; son systeme de mise sous vide (21a, 21b, 22a, 22b,...).
On concoit aisement que l'interet de ce type d'assemblage concentrique
est d'assurer une plus grande souplesse dans l'intensite des effets
obtenus. On pourra en effet utiliser simultanement ou separement l'un
ou l'autre des dispositifs (la, La), (lob, Lb), effectuer des travaux
en des points de la zone centrale 111 plus ou moins eloignes du point
O ou un des points de la zone intermediaire 112.
Par ailleurs et sans que cela soit represente sur les figures, on
realise que l'on peut donner aux tores 9a et 9b des configurations
plus ou moins discoidales aplaties. L'allongement des tores suivant
leur direction planaire permet en effet d'accroitre la densite du
champ dans la zone centrale O.
La figure 15 presente une variante de l'assemblage des deux
dispositifs (la, lb) de la figure 14. Le dispositif 115 decrit
presente la particularite de prevoir une paroi circulaire commune 117
pour les deux tores 9a et 9b. De plus, la paroi 117 est munie de
systemes electromagnetiques 118 permettant un effacement de cette
derniere par elevation dans la direction y et une mise en
communication quasi instantanee des deux volumes 10a et 10b.
On peut, dans ce type d'arrangement, prevoir des alimentations lla et
lib qui assurent des rotations photoniques Ra et Rb en sens opposes a
l'interieur des deux tores 9a et 9b.
Dans ce cas et apres saturation des deux dispositifs la et lb, si l'on
effectue une mise en communication des deux tores 9a et 9b, il s'en
suit une desintegration de La et Lb de type particule anti-particule
qui conduit a la liberation decoordonnee de leur energie sous la forme
d'un rayonnement thermique intense.
Sur ia figure 16 est decrit un assemblage coplanaire adjacent 119 de
deux dispositifs (la, La et lb, Lb). En leur point de tangence N, ils
sont separes par une cloison 120 effacable selon y' perpendicu
lairement au plan des deux tores 9a et 9b. En position fermee, la
cloison 120 prolonge continuement chacune des parois interieures 15a
et 15b et notamment leur revetement dielectrique 17a - et 17b. En
utilisant les systemes d'alimentation, on sature energetiquement les
volumes toriques 10a et 10b, a l'aide des faisceaux photoniques Qa et
Qb en opposition de rotation.
Le systeme peut etre utilise comme explosif thermique. A cet effet, on
efface selon y' la cloison 120 et on met ainsi en communication au
point N les deux volumes toriques 10a et lOb. Il s'en suit une
liberation considerable d'energie thermique du meme type que cela a
ete evoque en figure 15.
On se rend compte que ces modes d'actualisation, donnes a titre
d'exemples, peuvent etre modifies sans sortir du cadre de l'invention
suivant les utilisations particulieres auxquelles ils sont destines.
La figure 17 unit, suivant l'axe yy', deux types d'empilements
coaxiaux de dispositif 1 particulierement avantageux.
A la partie inferieure, on distingue un empilement conique 125 se
contractant dans le sens y', de dispositifs (1, L) 1, (1, L) 2... (1,
L) 5. Ceux-ci sont en etat de saturation dans un meme sens de rotation
photonique R1. Cet assemblage de dispositif 1 induit une croissance
extreme de la densite de champ lorsque l'on progresse dans la
direction y'. Cette croissance est symbolisee par les courbes 60 et 61
qui materialisent l'inverse de la densite de champ. De ce fait,
lorsqu'une particule p se trouve au voisinage de la zone 126 du
dispositif 125, celle-ci est violemment acceleree selon y' vers la
zone 127.
On a donc realise un veritable accelerateur lineaire 125 de particules
p
Par ailleurs, a la partie superieure de la figure 17, on distingue
selon yy' et dans le prolongement de l'accelerateur 125 un empilement
coaxial 130 de dispositifs (1, L) 6, (1, L) 7... (1, L) 15
emprisonnant une zone interne 131.
Chacun des dispositifs (1, L) est en etat de saturation. On remarque
que les dispositifs (1, L) 9 A (1, L) 15 disposes dans la partie
superieure ont une rotation photonique dirigee dans le sens R'1 alors
que les dispositifs (1, L) 6 A (1, L) 8 ont une rotation photonique
dirigee dans le sens R'2.
Cette configuration va permettre d'annuler dans la zone centrale Z les
effets de champs electromagnetiques induits par les differents dis
positifs (1, L) 7 A (1, L) 15 mais en additionnant leurs effets
relativistes.
De plus, cette disposition permet d'etendre a trois dimensions la zone
d'action de chaque dispositif 1.
En effet, le volume central Z possede des proprietes relativistes a
contraction extreme de l'espace temps conduisant a une situation
spatiotemporelle asymptotique.
Cette disposition spherique fermee conduit a la creation d'un
veritable "HADRON artificiel".
On peut prevoir des applications de cette configuration
- a la fois dans le domaine biologique ou des cellules et notam ment
des etres vivants admis dans la zone 131 pourront suivre des
evolutions temporelles exceptionnelles pouvant les conduire a une
veritable regeneration,
- et, par ailleurs, dans le domaine des transmutations atomi ques, en
faisant subir a des atomes 133, admis et pieges dans le HADRON 130 a
l'aide de l'accelerateur 131, des transformations du meme type que
celles decrites en figure
13.
Sur la figure 18 est represente le guide d'ondes 135 d'une variante
plus evoluee du dispositif 1 selon l'invention.
Celui-ci est constitue par une canalisation helicoidale creuse 136
delimitant un volume interieur 137, enroulee sur une surface torique
138 et refermee sur elle-meme. Les caracteristiques de cette
canalisation 130 apparaissent sur sa section representee en figure 19.
Elle est delimitee par une paroi interieure trapezoidale 140 tapissee
interieurement d'une couche 141 d'un materiau dielectrique
reflechissant.
De meme que le dispositif 1, le dispositif helicoidal 135 comporte un
LASER (non represente) alimentant l'enceinte helicoidale interieure
137 a l'aide d'un microcanal 142 debouchant dans la canalisation 136
tangentiellement a cette derniere. Le mode de fonctionnement de ce
dispositif est tout a fait semblable a celui decrit figure 5 et
consiste a saturer energetiquement l'enceinte 136, par injection d'un
jet electromagnetique Q a l'interieur, pour constituer une particule
leptonique enroulee L'. Ce type de configuration presente l'interet
d'accroitre l'intensite et le developpement selon yy' des proprietes
induites par l'entite leptonique L' associee. De plus, cette
configuration geometrique permet de recreer exactement mais suivant
une echelle tres amplifiee.les caracteristiques d'evolution photonique
qui constituent les leptons et plus particulierement les electrons.
En effet, dans le cadre de la presente theorie, on peut schematiser
l'electron a une micro-particule du type L'. Neanmoins, cette
disposition geometrique du guide d'ondes 136 tend a provoquer des
difficultes d'utilisation et de construction du dispositif 135. En
particulier, on comprend que l'evolution helicoidale des photons
autour du cercle oriente 144 et a l'interieur du guide d'ondes 136
engendre un couple resultant diaxe yy' qui sollicite tres fortement le
dispositif en rotation autour de cet axe.
Par ailleurs, les caracteristiques tout a fait particulieres
d'evolution du faisceau d'electrons a l'interieur du guide d'ondes 136
imposent de donner a ce dernier une section particuliere de forme
quasi trape zoidale qui epouse cette configuration spatiale. Cette
configuration geometrique apparait sur la figure 19. Il convient de
remarquer que, sans sortir du cadre de l'invention, il est possible
de-donner au guide d'ondes actif 9 du dispositif- 1 des formes tres
variables. L'important est que celui-ci soit creux, referme sur
lui-meme et possede une symetrie centrale ou axiale. Neanmoins, le
guide d'ondes comportera de preference une portion quasi torique
creuse.
Sur la figure 20 est decrit un assemblage 149 de dispositifs (1,
L) 20; (1, L) 21... en phase de saturation tapissant la surface
spherique 150 et delimitant un volume interieur spherique 151.
On remarquera que chacun des dispositifs (1, L) 20, (1, L) 21 est
sature energetiquement selon un meme sens de rotation R, dextrogyre
par rapport a la normale exterieure a la sphere 150.
Cette orientation conforme selon R de tous les dispositifs va
provoquer une veritable aspiration des particules se trouvant dans
l'entourage du dispositif vers son centre O' et une concentration
extreme de la matiere en ce point. Ce dispositif 149 permet aussi de
realiser artificiellement un veritable "trou noir" tridimensionnel.
Enfin, la figure 21 decrit non pas une "soucoupe volante" telle
qu'elle apparait dans les ouvrages de Sciences Fiction mais au-
contraire un vehicule aerien 160 a deplacement multidimensionnel
utilisant les proprietes des dispositifs selon l'invention pour se
propulser.
Le vehicule 160 comprend essentiellement, outre sa coque 161, un
aspirateur accelerateur de particules principales 125, oriente selon
l'axe yy', un dispositif (1, L) ayant des caracteristiques conformes a
celui decrit figure 5 et une serie d'aspirateurs d'accelerations
auxiliaires 125', 125" de particules, disposes radialement autour de
l'axe yy', dirige vers lui et le coupant en H.
Le fonctionnement de ce vehicule 160 est tres semblable a celui de la
fusee 90 evoquee figure 12.
On preleve dans l'atmosphere a l'aide de l'aspirateur 125 un jet J de
particules, celui-ci est accelere, concentre et dirige vers le point
central O du dispositif (1, L). Le jet J possede alors une vitesse V.
II est brusquement transforme en un jet J' d'anti-particules de
vitesse V dirige suivant y'. Par ailleurs, on effectue a l'aide de
l'ensemble des aspirateurs 125', 125",... une succion radiale dans
l'atmosphere de differents jets (K', K"...) de particules ayant une
intensite globale egale a celle de J. On accelere de meme ces jets K'
et K" qui acquierent des vitesses v', v"... au moment ou ils
atteignent le point H. En ce point, il y a desintegration mutuelle des
jets J', K', K"... Celle-ci engendre un rayonnement calorifique W
evacue a l'exterieur.
Dynamiquement
- suivant la direction yy', il y a acceleration a une vitesse V du jet
de particules J puis desintegration donc propulsion dans le sens y,
- dans le plan des aspirateurs auxiliaires (125', 125"...), il y a
acceleration des jets de particules K', K"... a des vi tesses v',
v"... puis desintegration donc propulsion dans ce plan suivant une
direction dependant de l'intensite com paree des vitesses de chacun
des jets.
L'assemblage 160 constitue donc un vehicule aerien a deplacement
multidimensionnel.
On remarquera incidemment qu'aussi bien le propulseur de la fusee
spatiale 91 que ceux du vehicule aerien 160 verifient en quelque sorte
le second principe de la thermodynamique. En effet, ils fonctionnent
chacun entre une source froide (I'air ambiant) et une source chaude
(le point H).
Bien entendu, toute realisation d'appareil du type decrit precedemment
(evoque uniquement d'un point de vue schematique dans le cadre de la
presente demande) devra etre precedee d'une etude theorique poussee
pour assurer des conditions de securite necessaires. Les sites choisis
pour l'installation de tels dispositifs devront etre eloignes le plus
possible de toute region habitee pour tenir compte d'accidents
possibles de type thermonucleaire.
De plus, il conviendra d'assurer une etancheite parfaite et sure de la
zone entourant le dispositif pour eviter tout phenomene incontrole
d'autoactivation de la production d'anti-particules.
Par ailleurs, le dispositif devra etre muni d'un blindage magnetique
evitant la proximite des materiaux fero-magnetiques et fixe par
l'intermediaire d'un mode d'arrimage efficace.
Au surplus, les installations annexes de production d'energie
electrique devront etre protegees et eloignees de l'appareil pour
eviter des phenomenes parasites (tels que chutes de tension) issus des
proprietes spatio-temporelles specifiques du dispositif.
Enfin, toutes les sources calorifiques ou lumineuses avoisinant
l'appareil devront etre camouflees afin de surseoir a tout effet
d'acceleration frequentielle pouvant transformer les photons qu'elles
-emet- tent en rayons GAMMA.
L'invention ayant maintenant ete exposee et son interet justifie sur
des exemples detailles, le demandeur s'en reserve l'exclusivite,
pendant toute la duree du brevet, sans limitation. autre que celle des
termes des revendications ci-apres.
Claims
_________________________________________________________________
REVENDICATIONS
1. Procede physique d'accumulation de champ potentiel W autour
d'unpoint central (O) conduisant a une deformation differentielle
desetats spatio-temporels avoisinant ce point central (O),ledit
procede etant caracterise en ce que- on cree au moins un faisceau
oriente (Q) d'ondes electromagnetiques,- on dirige ce faisceau (Q) de
facon a le canaliser a l'interieurd'au moins un guide d'ondes (9,
135)referme sur lui-meme a a parois interieures (15, 136) tres
reflechissanteset possedant une symetrie centrale et/ou axiale- on
poursuit l'alimentation energetique dudit guide d'ondes(9, 135) par
injection dudit faisceau cree, au moins jusqu 'aetablissement d'un
equilibre spatio-temporel appele saturationdes photons a l'interieur
du guide d'ondes (9, 135) et qui sepercoit exterieurement lorsque ce
dernier ne perd plus derayonnement (G) par effet de diffusion a
travers ses parois(15, 136),- on a alors cree, par stockage de photons
en circulation al'interieur du guide d'ondes une gigantesque particule
leptonique artificielle (E).
2. Procede selon la revendication 1, caracterise en ce qu'on creeledit
faisceau d'ondes electro-magnetiques (Q) a l'aide d'unesource
monochromatique tel un LASER (13).
3. Procede selon l'une des revendications 1 et 2, caracterise en
cequ'on alimente energetiquement a l'aide dudit faisceau
d'ondeselectro-magnetiques (Q) cree un guide d'ondes (9) comportant
aumoins une portion quasi torique.
4. Procede selon la revendication 3, caracterise en ce qu'on
alimenteenergetiquement a l'aide dudit faisceau d'ondes
electro-magnetiques(Q) cree au moins un guide d'ondes torique.
5. Procede selon la revendication 4, caracterise en ce qu'on
alimenteenergetiquement a l'aide de faisceau d'ondes
electro-magnetiques(Q) cree un empilement coaxial (110, 125, 130) de
guides d'ondestoriques (9) independants.
6. Procede selon l'une des revendications 4 a 5, caracterise en
cequ'on alimente energetiquement a l'aide de faisceau d'ondes
electro-magnetiques une accumulation concentrique laterale
coaxiale(110) de guides d'ondes toriques independants (9a, 9b).
7. Procede selon l'une des revendications 4 a 6, caracterise en
cequ'on alimente energetiquement a l'aide de faisceau d'ondes
electro-magnetiques (Q) un empilement (125, 130) de guides d'ondes(9)
toriques coaxiaux (y, y') independants emprisonnant une zoneinterne
(131).
8. Procede selon l'une des revendications 1 a 3, caracterise en
cequ'on alimente energetiquement a l'aide de faisceau d'ondes
electro-magnetiques (Q) au moins un guide d'ondes helicoidal
(135)referme sur lui-meme et enveloppe sur une surface quasi
torique(138).
9. Procede selon la revendication 7, caracterise en ce qu'on
donneaudit guide d'ondes helicoidal (135) une section quasi
trapezoidale(140) destinee a epouser ulterieurement les
caracteristiques spatiales des photons de saturation selon leur niveau
d'energie.
10. Procede selon l'une des revendications precedentes, caracterise
ence qu'on alimente energetiquement, a l'aide de faisceaux
electro-magnetiques (Q), un assemblage (119, 149) d'au moins
deuxguides d'ondes adjacents (9a, 9b).
11. Procede selon la revendication 10, caracterise en ce qu'on
alimenteenergetiquement a l'aide de faisceaux d'ondes
electro-magnetiquesindependants un assemblage (149) de guides d'ondes
toriquesadjacents, tapissant une surface (150) delimitant une zone
interieure (151), notamment spherique.
12. Procede selon l'une des revendications precedentes, caracterise
ence qu'on alimente energetiquement a l'aide de faisceaux
d'ondeselectro-magnetiques (Q) un assemblage (119, 130) d'au moins
deuxguides d'ondes (9a, 9b,...) en opposition de rotation
photonique(R'1, R'2).
13. Dispositif (1, 110, 119, 130, 125, 135, 149) de stockage et
depotentialisation d'ondes electro-magnetiq ues, destine a mettre
enoeuvre le procede selon la revendication 1 et caracterise en cequ'il
comporte en combinaison au moins- une source telle un LASER (13)
emettant un jet d'ondeselectro-magnetiques (Q),- un guide d'ondes (9,
135)ferme sur lui-memea a parois interieures (15) reflechissanteset
possedant une symetrie centrale (O) et/ou axiale (y, y'),- un
microcanal (11, 142) d'alimentation du guide d'ondes parla source
(13), debouchant tangentiellement (12) a l'interieurdudit guide
d'ondes (9, 135),- et un systeme de succion (20, 21, 22) permettant de
mettresous vide au moins ledit guide d'ondes (9, 135).
14. Dispositif (1) selon la revendication 13, destine a eliminer les
perturbations parasites fonctionnelles et caracterise en ce que- sa
zone de succion (21) est disposee sur le canal d'alimentation (11)
dudit guide d'ondes (9),- et ledit microcanal d'alimentation (11, 142)
est obture par unbouchon (23) transparent aux ondes
electro-magnetiques (Q)injectees en amont de la zone de succion, de
facon a permettre une mise sous vide de l'ensemble canal
d'alimentation(11)/ guide d'ondes (9).
15. Dispositif (1) selon l'une des revendications 13 et 14,
caracteriseen ce qu'il comporte un guide d'ondes (9) possedant au
moins uneportion quasi torique.
16. Dispositif (1) selon l'une des revendications 13 a 15,
caracteriseen ce qu'il comporte au moins un guide d'ondes torique (9).
17. Dispositif (125, 130) selon l'une des revendications 13 a
16,caracterise en ce qu'il comporte un empilement coaxial de
guidesd'ondes toriques independants.
18. Dispositif (110) selon l'une des revendications 13 a 17,
caracteriseen ce qu'il comporte une accumulation concentrique (9a, 9b)
deguides d'ondes toriques independants.
19. Dispositif (130) selon l'une des revendications 13 a 18,
caracteriseen ce qu'il comporte un empilement de guides d'ondes
toriquesemprisonnant une zone interne (131).
20. Dispositif selon l'une des revendications 13 et 14, caracterise
ence qu'il comporte au moins un guide d'ondes (135) helicoidalreferme
sur lui-meme, enveloppe sur une surface (138) quasitorique et alimente
tangentiellement a l'une de ses spires.
21. Dispositif selon la revendication 20, caracterise en ce que son
ditguide d'ondes helicoidal a une section (140) quasi trapezoidale
quiepouse les caracteristiques spatiales des photons de
saturationselon leur niveau energetique.
22. Dispositif (119, 149) selon l'une des revendications 13 a
21,caracterise en ce qu'il comporte un assemblage d'au moins
deuxguides d'ondes (9a, 9b) adjacents alimentes a l'aide de
sourceselectro-magnetiques independantes (1 la,..., 11b).
23. Dispositif (149) selon la revendication 22, caracterise en ce
qu'ilcomporte un assemblage de guides d'ondes toriques
adjacents,tapissant une surface (150) delimitant une zone interieure
(151),notamment spherique, et alimentes energetiquement par des
sources electro-magnetiques independantes.
24. Dispositif (119, 130) selon l'une des revendications 13 a
24,caracterise en ce qu'il comporte un assemblage d'au moins
deuxguides d'ondes alimentes en opposition de rotation photonique(R'1,
R'2).
25. Guide d'ondes (9, 135),- destine a equiper un dispositif
selonl'une des revendications 13 a 24 et caracterise en ce qu'il
estconstitue d'une canalisation creuserefermee sur elle-meme,revetue
interieurement d'un materiau reflechissant (17),presentant une
symetrie centrale (O) et/ou coaxiale (y, y'),equipee de moyens de mise
sous vide (20, 21, 22)et munie d'une alimentation (11) en ondes
electro-magnetiques (Q) debouchant tangentiellement (12) a l'interieur
de ladite canalisation.
26. Guide d'ondes (9) selon la revendication 25, caracterise en ce
quesa canalisation est torique.
27. Procede de potentialisation et d'actualisation d'un flux
electro-magnetique, caracterise en ce que- on injecte, selon le
procede de la revendication 1, un faisceau d'ondes electro-magnetiques
(Q) a l'interieur d'un guided'ondes (9, 135) selon la revendication
25, on potentialiseainsi son energie injectee a l'interieur du guide
d'ondes (9,135)- et on libere quasi instantanement cette energie.
28. Procede selon la revendication 27 d'integration et d'impulsion
d'unflux electro-magnetique,caracterise en ce qu'on libere l'energie
potentialisee a l'interieurdu guide d'ondes en effondrant avant
saturation une partie (34,117, 120) de sa paroi laterale (15).
29. Procede selon la revendication 27 d'integration et de
liberationbrutale d'un flux electro-magnetique,caracterise en ce qu'on
obture quasi instantanement (44) le volume interieur (10) de la
canalisation dudit guide d'ondes.
30. Procede selon la revendication 27 d'integration et de
liberationbrutale d'un flux electro-magnetique,caracterise en ce que-
on injecte a l'interieur d'au moins deux guides d'ondes tangents (9a,
9b), selon la revendication 25, deux faisceauxd'ondes
electro-magnetiques (Qa, Qb) en opposition derotation,- et on met en
communication les deux guides d'ondes en leurpoint de tangence (N).
31. Procede selon la revendication 30, caracterise en ce que- on
utilise deux guides d'ondes tangents coaxiaux possedantune portion
(117) de paroi commune,- et on les met en communication par
effondrement (9) de leurportion (117) de paroi commune.
32. Procede selon la revendication 30, caracterise en ce que- on
utilise deux guides d'ondes jointifs tangents possedantune portion
(120) de paroi commune,- et on les met en communication par
effondrement (y') decette paroi commune (120).
33. Utilisation d'un des procedes d'actualisation d'energie selon
l'unedes revendications 27 a 32 pour endommager un edifice
materiel,consistant a creer l'energie necessaire a cet endommagement
apartir du flux energetique a forte puissance crete issu de
l'actualisation quasi instantanee de l'energie potentialisee dans
leditguide d'ondes.
34. Utilisation, selon la revendication 33, du procede selon la
revendication 28, consistant- a canaliser (f')en regard de la paroi
d'effondrement (34) du guided'ondes (9)et a l'aide d'un tube (41)
droit (f, f') a paroi interne(17') reflechissante- le flux lumineux
(42) s'echappant dudit guide d'ondes (9)pour le diriger (f, f') vers
une cible determinee.
35. Utilisation du procede d'actualisation d'energie selon l'une
desrevendications 27 a 32 pour amorcer une reaction chimique
et/ounucleaire necessitant un apport energetique important,
laditeutilisation consistant a utiliser le flux energetique produit
pouramorcer la reaction.
36. Utilisation selon la revendication 35 du procede selon la
revendication 29 pour'amorcer une reaction de type
thermonucleaire,ladite utilisation consistant a obturer quasi
instantanement leditguide d'ondes (9) et a concentrer les photons
initialement en rotation a l'interieur sur un point reactionnel (51,
52) privilegie,interieur a la canalisation (10) du guide d'ondes (9)
et ou serainitiee la reaction.
37. Utilisation d'un des procedes selon l'une des revendications 1
a12, a l'aide d'un des dispositifs (1, 110, 119, 125, 130, 135)
selonl'une des revendications 13 a 24 pour creer un champ
electro-magnetique intense au voisinage dudit dispositif.
38. Utilisation d'un des procedes selon l'une des revendications 1
a12, a l'aide d'un des dispositifs (1, 110, 119, 125, 130, 135)
selonl'une des revendications 13 a 24 pour induire une deformation
del'espace temps au voisinage dudit dispositif.
39. Utilisation selon la revendication 38 d'un des procedes selon
l'unedes revendications 1 a 12 pour effectuer a l'aide d'un
dispositif(1, 110, 119, 125, 130, 135) selon l'une des revendications
13 a24, des manipulations biologiques et notamment des
regenerationscellulaires.
40. Utilisation d'un des procedes selon l'une des revendications 1
a13, a l'aide d'un dispositif (1, 10, 56, 119, 125, 130, 135)
selonl'une des revendications 13 a 24, pour transformer localement
lafrequence d'une onde electro-magnetique,le procede consistant a
disposer ledit dispositif en phase desaturation au voisinage du trajet
de ladite onde electro-magnetique.
41. Utilisation selon la revendication 40 d'un des procedes selon
l'unedes revendications 1 a 9, pour la production d'un faisceau
derayons GAMMA par elevation de la frequence d'un rayon incident (Il),
ledit procede consistant- a faire traverser ledit dispositif (56) par
le rayon incident (11)dans une direction proche de son axe (y, y')et
dans le sens du spin (S) associe a l'entite leptonique(E)
correspondante- et a recuperer le faisceau GAMMA (12) resultant de
l'elevation de frequence du rayon incident (Il) a la sortie
dudispositif.
42. Utilisation d'un des procedes selon l'une des revendications 1 a
9a l'aide d'un dispositif (1, 110, 125, 130, 135) selon l'une
desrevendications 13 a 21 pour creer a partir d'un jet (J) de
particules incident un jet d'anti-particules (J') correspondantes
accelere,ladite utilisation consistant a faire traverser ledit
dispositif (1,110, 125, 130, 135) par ledit jet (J) de particules
incident, pourobtenir ledit jet de particules (J') accelere a la
sortie du dispositif.
43. Utilisation (65) selon la revendication 42 d'un des procedes
selonl'une des revendications 1 a 9 a l'aide d'un dispositif (1,
110,125, 130, 135) selon l'une des revendications 13 a 21 pour
laproduction d'energie thermique par desintegration de matiere,
apartir de deux flux (J et K) de particules de meme nature,ladite
utilisation consistant- a transformer le flux de particules (J) en un
flux (J')d'anti-particules correspondantes selon le procede de
larevendication 42,- et a faire interagir a la sortie dudit dispositif
(1, L) le flux(J') avec le flux (K), pour les desintegrer mutuellement
etobtenir ainsi un flux (W) d'energie thermique considerable.
44. Utilisation (65) selon la revendication 43 d'un des procedes
selonl'une des revendications 1 a 9 a l'aide d'un dispositif (1, L)
selonl'une des revendications 13 a 21 pour la production
d'energienoble,ladite utilisation etant caracterisee en ce qu'on
constitue, a l'aidedudit flux (W) d'energie thermique issu de la
desintegration de(J') et K, la source chaude (82) d'un fluide
thermodynamique(Fh) parcourant un cycle de travail mecanique a
l'interieur d'unecentrale thermique.
45. Utilisation (91, 160) en magnetodynamique, selon la
revendication42, d'un des procedes selon l'une des revendications 1 a
9, al'aide d'un dispositif (1, 125) selon l'une des revendications 13
a21, ladite utilisation consistant a accelerer un jet de particules(J)
incident en lui faisant traverser le dispositif (1, 125) auvoisinage
de son centre (O, yy') et a communiquer ainsi audispositif une force
resultante (Z') de direction opposee a celle dujet incident.
46. Utilisation selon la revendication 45 d'un des procedes selon
l'unedes revendications 1 a 9, a l'aide d'un dispositif (1) selon
l'unedes revendications 13 a 21, destinees a accroitre l'action
dynamique sur ledit dispositif,ladite utilisation etant caracterisee
en ce qu'on desintegre a l'aided'un flux auxiliaire (K) de meme nature
que le flux incident (J),le flux sortant d'anti-particules (J').
47. Utilisation d'un procede selon la revendication 7 a l'aide
d'undispositif (130) selon la revendication 19 pour la creation
d'unHADRON artificiel,ladite utilisation consistant a alimenter
certains des guides d'ondestoriques constitutifs du dispositif en des
sens opposes de rotationphotonique (R'1, R'2) de facon a annuler leurs
effets magnetiqueset electriques au centre (Z) de l'enceinte tout en
amplifiant leseffets relativistes.
48. Utilisation du procede selon la revendication 11 a l'aide
d'undispositif (149) selon la revendication 23 dont tous les
guidesd'ondes sont alimentes dans le sens de rotation photonique
dextrogyre par rapport a la normale (11) sortant de ladite
zoneinterieure (151) pour creer un veritable "trou noir" artificiel
atrois dimensions.
49. Utilisation d'un dispositif selon l'une des revendications 1 a 13
al'aide d'un dispositif selon l'une des revendications 14 a 24
poureffetuer des transmutations atomiques,ladite utilisation
consistant a transformer des atomes (100, 101) enatomes magnetiques de
RYDBERG (103) en les placant dans la zone centrale (O, 95) a forte
densite de champ potentiel du dispositif et a manipuler ces atomes
magnetiques par action de champselectro-magnetiques (Y, Y') de facon a
effectuer les transmutations desirees.
50. Impulsionneur (32, 115, 119) amplificateur de puissance crete
deflux electro-magnetique constitue par- un dispositif selon l'une des
revendications 13 a 24 muni d'aumoins un organe de liberation (34,
117, 120) quasi instantanee de l'energie potentialisee a l'interieur.
51. Dispositif (32) selon la revendication 50, caracterise en ce
queledit organe de liberation quasi instantanee de l'energie
potentialisee est realise a l'aide d'un systeme d'effondrement (34)
quasiinstantane de la paroi laterale (15) exterieure d'au moins un
deses guides d'ondes (9).
52. Canon photonique (32) constitue par un dispositif (1, L) selon
larevendication 51, muni d'un tube directionnel (41) a paroi
interne(17') reflechissante dispose en regard dudit systeme
d'effondrement (34) de la paroi laterale (15) dudit guide d'ondes (9)
etdestine a canaliser le flux lumineux (42) s'echappant dudit
guided'ondes (9) vers une cible determinee.
53. Allumeur thermique selon la revendication 50, caracterise en
cequ'il est constitue par un dispositif selon l'une des REVENDICATIONS
14 a 24 dont un au moins desdits guides d'ondes est muni d'unsysteme
effacable (44) qui en permet une obturation quasi ins tantanee.
54. Allumeur thermique (115, 119) selon la revendication 50,
caracterise en ce qu'il comporte au moins deux dispositifs tangents
selonl'une des revendications 13 a 24 munis d'un organe de mise
encommunication de leurs guides d'ondes associes en leur point
detangence.
55. Allumeur thermique (115) selon la revendication 54, caracterise
ence que les deux guides d'ondes (9a, 9b) correspondant aux deuxdits
dispositifs sont coaxiaux.
56. Allumeur thermique (119) selon la revendication 54, caracterise
ence que les deux guides d'ondes (9a, 9b) correspondant aux deuxdits
dispositifs sont jointifs.
57. Allumeur selon la revendication 53 de reaction thermonucleairedont
ledit systeme effacable d'obturation (44) est muni d'unsysteme
concentrateur (50) des photons en rotation (R) sur unpoint reactionnel
privilegie (51) muni d'une pastille de deuterium tritium (52).
58. - Generateur de champ magnetique et electrique,- transformateur de
frequence de flux d'ondes electro-magnetiques,- deformateur d'espace
temps local, notamment abaisseur deduree relative locale de
phenomenes,- manipulateur biologique,constitues par un disppsitif
selon l'une des revendications 13 a24.
59. Transformateur (56) de frequence d'un rayon
electro-magnetiqueincident, et notamment generateur de rayons
GAMMA,constitue par l'association- d'un dispositif (1) selon l'une des
revendications 13 a 21- et d'une source (58) emettant un rayonnement
incident (11)dirige vers le point central (O) dudit dispositif, le
rayon defrequence transforme (12), notamment le faisceau de
rayonsGAMMA, etant recupere a la sortie du dispositif.
60. Accelerateur (125) aspirateur de particules constitue par
unassemblage coaxial selon.l'une des revendications 5 et 6 de
dispositifs ((1, L)1, (1, L)5) en conformite de rotation photonique
(R).
61. Generateur d'anti-particules, selon le procede de la
revendication42, constitue par un dispositif (1, L), selon l'une des
revendications 13 a 21, muni d'une source (69) de particules (e)
produisant un jet (J) oriente dans la direction de l'entite
relativiste (L)associee auxdits dispositifs et dirigee dans le sens du
spin (5) decelle-ci,le jet d'anti-particules (J') correspondant etant
emis a la sortie(H) dudit dispositif (1).
62. Generateur (65) selon la revendication 61, fonctionnant selon
leprocede de la revendication 43- destine a la production (W)
d'energie par desintegration dematiere,- a partir de deux flux (J et
K) de particules (e) de memenature,ledit generateur (65) etant
caracterise en ce qu'il comporte, enplus de la source (69) emettant le
flux (J) dirige vers le pointcentral (O) dudit dispositif (1),- une
source auxiliaire (71) emettant un flux (K) de particulesde meme
nature et de meme intensite que (J) destine ainteragir avec le flux
d'anti-particules (J') en vue d'aboutira une desintegration mutuelle
(H) et la production d'un fluxd'energie thermique (W).
63. Reacteur (65) selon la revendication 62 de centrale thermique
dirigeant son flux thermique (W) de desintegration vers un echangeur
(82) servant de source chaude a un fluide thermodynamique(Fh)
parcourant un cycle de travail a l'interieur de ladite
centralethermique.
64. Centrale thermique utilisant un reacteur (65) selon la
revendication 63 comme source chaude d'au moins un de ses fluides
thermodynamiques (Fh) en evolution suivant un cycle producteur
d'energie mecanique.
65. Reacteur magnetodynamique (91) selon la revendication 61, destinea
servir de propulseur,ledit reacteur etant caracterise en ce que- la
source (69') ainsi que les sources auxiliaires (70' et 71')et le
dispositif (1) sont disposes solidairement a l'interieurd'un vehicule
mobile (90) muni par ailleurs d'un systemed'evacuation (75) du flux
thermique (W') de desintegrationproduit.
66. Vehicule spatial (90) selon la revendication 65,caracterise en ce
que sa source principale (69') ainsi que sessources auxiliaires (71',
71") de particules sont constituees pardes canons a particules
alimentes par une source electrique auxiliaire (92).
67. Vehicule atmospherique (160) selon la revendication 65,caracterise
en ce que sa source principale (125) ainsi que sasource auxiliaire
(125', 125") de particules est constituee par desaccelerateurs
aspirateurs de particules selon la revendication 60.
68. Vehicule selon l'une des revendications 66 et 67 a direction
depropulsion tridimensionnelle,caracterise en ce que sa source
auxiliaire (125', 125",...) estconstituee par une pluralite de sources
de particules disposeesradialement et dirigees suivant l'axe (y, y')
du jet (J), et dontl'intensite totale est egale a celle du jet (J)
mais dont l'intensiterespective peut etre modulee.
69. HADRON artificiel (130), constitue par un dispositif selon
larevendication 7 dont certains desdits guides d'ondes toriques((1,
L)6... (1, L)15) constitutifs sont alimentes en opposition derotation
photonique (R'1, R'2).
70. Trou noir tridimensionnel artificiel (149) constitue par un
dispositif selon la revendication 23 dont tous les guides d'ondes
sontalimentes dans le sens (R) de rotation photonique dextrogyre
parrapport a la normale (n) sortant de ladite zone interieure.
71. Transmuteur atomique (94) selon l'une des revendications 13 a 24et
69, muni d'une zone de manipulation atomique (95) et d'organes(97, 98)
de creation fine et combine de champs magnetiques (Y)et electriques
(Y') a l'interieur de ladite zone de manipulation.
72. Dispositif (1, 32, 52, 65, 91, 110, 119, 125, 130, 135, 149)
selonl'une des revendications 13 a 24 et 50 a 71 recouvert d'une
enceinte lenticulaire (25, 67) etanche aux penetrations particulairesa
l'interieur de laquelle on fait un vide tres pousse.
73. Enceinte lenticulaire (25, 67) etanche aux penetrations
particulaires et recouvrant un dispositif selon la revendication 72.
? ?
Display vertical position markers.<br/><br/>This option will display
the relative positions of currently selected key terms within the full
document length.<br/><br/>You can then click the markers to jump to
general locations within the document, or to specific discoveries if
you know whereabouts in the document they occur. [30][_]
Open a preview window.<br/><br/>This window will provide a preview of
any discovery (or vertical marker) when you mouse over
it.<br/><br/>The preview window is draggable so you may place it
wherever you like on the page. [31][_]
[static.png]
[close.png]
Discovery Preview
(Mouse over discovery items)
[textmine.svg] textmine Discovery
« Previous
Multiple Definitions ()
Next »
Enlarge Image (BUTTON) ChemSpider (BUTTON) PubChem (BUTTON) Close
(BUTTON) X
(BUTTON) Close
(BUTTON) X
TextMine: Publication Composition
FR2512314
(BUTTON) Print/ Download (BUTTON) Close
1. Welcome to TextMine.
The TextMine service has been carefully designed to help you
investigate, understand, assess and make discoveries within patent
publications, quickly, easily and efficiently.
This tour will quickly guide you through the main features.
Please use the "Next" button in each case to move to the next step
of the tour (or you can use [Esc] to quit early if you don't want
to finish the tour).
2. The main menu (on the left) contains features that will help you
delve into the patent and better understand the publication.
The main feature being the list of found items (seperated into
colour coded categories).
3. Click the Minesoft logo at any time to reset TextMine to it's
initial (start) state.
4. You can select which part of the document you'd like to view by
using the pull down menu here.
You can select "Full Text" to view the entire document.
5. For non-latin languages, (in most cases) full text translations
are available, you can toggle them on and off here.
You can also toggle the inline discovery translations between
English and their original language.
6. The pie chart icon will open a basic statistical breakdown of the
publication.
7. The sort icon allows you to sort the listed categories based on
the number of instances found.
Click to toggle between ascending and descending.
8. You can use the refine box to refine the discovered items in the
sections below.
Simply type what you are looking for, any items that do not match
will be temporarily hidden.
9. The publication has been analysed and we have identified items
within it that fit into these categories.
The specific items found are listed within the category headings.
Click the section header to open that section and view all the
identitfied items in that section.
If you click the checkbox all items in that section will be
highlighted in the publication (to the right).
The best thing to do is to experiment by opening the sections and
selecting and unselecting checkboxes.
10. The main output window contains the publication full text (or part
thereof if selected).
11. The Tools section contains tools to help you navigate the
"discovered" (highlighted) items of interest.
The arrows and counter let you move through the highlighted items
in order.
12. Other tools include a "Preview" option [ [preview.png] ] and the
ability to mark the relative locations of highlighted items by
using the "Marker" option [ [marker.png] ].
Try these out to best understand how they work, and to discover if
they are of use to you.
13. Items selected from the menu on the left will be highlighted in
the main publication section (here in the middle of the screen).
Click them for further information and insights (including
chemical structure diagrams where available).
14. Please experiment with TextMine - you cannot make any permanent
changes or break anything and once your session is closed (you've
log out) all your activity is destroyed.
Please contact Minesoft Customer Support if you have any questions
or queries at: support@minesoft.com
[32]____________________
[33]____________________
[34]____________________
[35]____________________
[36]____________________
[37]____________________
[38]____________________
[39]____________________
[40]____________________
[41]____________________
[BUTTON Input] (not implemented)_____ [BUTTON Input] (not
implemented)_____
Документ
Категория
Без категории
Просмотров
1
Размер файла
110 Кб
Теги
fr2512314a1
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа