close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Les Echos - 07 12 2018 - 08 12 2018

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Les secrets
de gestion des
banques privées
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE // VENDREDI 7, SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2018 // LESECHOS.FR
Salaires :
Macron en
appelle aux
entreprises
PATRIMOINE
l Immobilier
l Gestion de fortune
l Diversification
l Philanthropie
NOTRE SUPPLÉMENT
L’ESSENTIEL
SUCCESSION DE MERKEL :
LE TOURNANT ALLEMAND
des primes défiscalisées à leurs salariés.
l Matignon prêt à un geste sur les bas
salaires.
L’AVENIR DE JOON CHEZ AIR
FRANCE N’EST PAS TRANCHÉ
A
Plusieurs hypothèses sont sur la
table pour faire évoluer le positionnement de la compagnie « à coûts
réduits », dont le premier bilan est
globalement positif. // P. 18
deux jours d’une nouvelle journée
d’action des « gilets jaunes », qui fait
craindre de fortes violences, le gouvernement a mis sur la table des pistes en
faveur du pouvoir d’achat. Le ministre de
l’Economie, Bruno Le Maire, a proposé jeudi
de défiscaliser les primes qui seront versées
aux salariés par leurs employeurs, sur le
modèle de ce qui avait été fait sous Sarkozy
entre 2011 et 2013. Il s’agit d’une mesure
volontaire qui a été accueillie très favorable-
ACIER : LE MILLIARDAIRE QUI
CROIT ENCORE EN L’EUROPE
Dans une interview aux « Echos »,
le milliardaire anglo-indien Sanjeev Gupta décrypte sa stratégie
industrielle, après une vague de
rachats d’actifs. // P. 19
Ludovic Le Moan, PDG de Sigfox ,
explique aux « Echos » en quoi son
réseau très bas débit ou « zéro G »
est complémentaire de celui des
télécoms. Il vient de signer avec
Iliad-Free. // P. 24
// PAGES 2 À 7, L’ÉDITORIAL D’ÉTIENNE
LEFEBVRE PAGE 10 ET LA CHRONIQUE
D’ÉRIC LE BOUCHER PAGE 11
David becker/Getty Images/AFP
Communiqué réalisé par CommiT
Grandvalira Andorra
Laurence Boisseau
Bercy a voulu faire de Paris la capitale
des levées de fonds en cryptoactifs. En
quelques mois, en partant de rien, la
France a mis en place un cadre juridique adapté et incitatif pour réguler
l’ensemble de l’écosystème. Cette réglementation spécifique va-t-elle rassurer
les jeunes pousses qui préféraient lever
leurs fonds ailleurs en Europe ?
Grands Vignobles
Le gendarme
de la concurrence
met à l’amende
le cartel de
l’électroménager
DE DAVID BARROUX P. 10
Huawei pris dans la guerre
entre Washington et Pékin
La numéro 2 du groupe chinois arrêtée
au Canada, à la demande des Etats-Unis.
Antilles-Réunion 3,70 €. Guyane-St Martin
4,80 €. Belgique 5,80 €. Espagne 4 €. Grande-Bretagne 6 £. Grèce 3,70 €. Italie 4 €
Luxembourg 6,10 €. Maroc 28 DH. Suisse
1 0,4 0 F S . Tu n i s i e 4 , 5 T N D. Z o n e C FA
2.800 CFA.
L’analyse de
// PAGE 10
Les Bourses européennes ont enregistré une nouvelle journée rouge dans le sillage de Wall Street.
L’indice STOXX Europe 600 a perdu 3,31 % et tombe
à son plus bas depuis décembre 2016. Le DAX allemand est même passé en « bear market » avec une
chute de plus de 20 % depuis fin janvier. Les investisseurs s’inquiétent des risques de récession aux
Etats-Unis et de ralentissement de la croissance
mondiale. Ils s’inquiétent aussi d’une dégradation
des relations sino-américaines. // PAGE 32
// PP. 26-27 ET L’ÉDITORIAL
110eANNÉE
40 PAGES
Cryptodevises :
les ambitions
françaises
a chuté jeudi de 3,32 %.
La Bourse de Paris réalise
son pire trimestre depuis 2011.
Licornes
Un troupeau à mille
milliards de dollars
ISSN0153.4831
NUMÉRO 22840
l BUSINESS STORY UNE NOUVELLE COULEUR, BLEUE
l CULTURE CES DOUX RÊVEURS EN LEUR JARDIN
l STYLE DANS LE SECRET DES CONFRÉRIES VITICOLES
l ... ET MOI LOUER PLUTÔT QUE POSSÉDER
MARCHÉS L’indice CAC 40
CARNET // P. 38
Shutterstock
ment par le patronat. Matignon évoque des
mesures en faveur des bas salaires. Les partenaires sociaux sont reçus ce vendredi rue
de Grenelle pour évoquer notamment une
prime transport. Le Medef s’inquiète par
ailleurs des mesures qu’envisage l’exécutif
pour contenir le dérapage du déficit, comme
un report de certaines baisses de charges.
Les places boursières
chutent lourdement
L’ÉVÉNEMENT
DE LA « ZÉRO G » DE SIGFOX
Tout schuss vers les Coupes
du monde et une expérience
pages 4 et 5
de qualité.
VOTRE MAGAZINE TOUS LES VENDREDIS
l Les employeurs invités à verser
Deux hommes et une femme briguent la succession d’Angela Merkel à la tête de l’Union chrétiennedémocrate. Ce sera la fin de 18 ans
de règne à la CDU. // P. 9
DESTINATION ANDORRE:
Les Echos
WEEK-END
TÉLÉCOMS L’annonce de l’arrestation de Meng Wanzhou, direc-
trice financière de Huawei et fille de son fondateur, est un rude coup.
Washington la soupçonnerait d’avoir violé l’embargo américain sur
l’Iran. L’affaire plonge encore un peu plus dans la tourment le premier équipementier télécoms mondial, déjà exclu de plusieurs marchés pour des raisons de sécurité. Elle fragilise aussi la trêve commerciale conclue entre Donald Trump et Xi Jinping. // PAGE 25
CONSOMMATION L’Autorité
de la concurrence a sanctionné,
jeudi, six fabricants d’électroménager pour « des hausses
de prix concertées sur les prix
de vente conseillés (PVC) transmis aux distributeurs » et une
entente « sur les conditions
commerciales appliquées aux
cuisinistes ». Le cartel écope
d’une amende de 189 millions
d’euros, sanction la plus importante prononcée par l’Autorité
cette année et la dixième depuis
2000. Tous les fabricants (BSH,
Candy Hoover, Eberhardt Frères, Electrolux, Indesit et Whirlpool) ont reconnu les faits. Pour
l’Autorité, il reste encore beaucoup de cartels en France, dans
des secteurs majeurs de l’économie. // PAGE 21
L’ ICÔNE.
L’ÉMOTION ABSOLUE
PREMIÈRES VENDANGES EN 1252
w w w. b e r n a rd - m a g re z . c o m
P RO P R I É TA I R E
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
FRANCE
Le pouvoir
en suspension
Si Edouard Philippe continue à tendre la main aux
« gilets jaunes », le pouvoir est en coulisse suspendu
à samedi, dont il redoute et anticipe les violences.
LE FAIT
DU JOUR
POLITIQUE
Cécile
Cornudet
Dessins Fabien Clairefond pour « Les Echos »
E
douard Philippe fait
de nouveaux gestes sur
le pouvoir d’achat,
Muriel Pénicaud reçoit
les partenaires sociaux
pour leur donner un contenu,
Christophe Castaner se dit
« inquiet mais serein » face
à la mobilisation de samedi.
Le pouvoir bouge encore,
en apparence. Tout a été tenté
et jusqu’au bout, veulent
montrer ces figures,
masquées de fatigue
et de circonstances. En fond
de scène, l’impression est
autre. Le pouvoir s’est tu,
Emmanuel Macron en tête.
Les ministres, les conseillers,
les parlementaires ont levé le
stylo et oublié leurs agendas.
Il n’y a plus d’avenir,
il n’y a plus de lundi, il n’y a
qu’un samedi, ce samedi
8 décembre, dont tout dépend,
leur avenir, le quinquennat,
peut-être le pays.
Il y a quelques jours encore,
l’exécutif cherchait à voir
quels sujets il pourrait
reporter pour que janvier
passe en douceur : la révision
constitutionnelle, la loi
sur la fonction publique,
le discours sur l’islam…
Désormais, ce n’est même
plus le sujet, janvier n’existe
pas. Après une semaine
à espérer que l’opinion ouvre
enfin les yeux sur la violence
des « gilets jaunes », le
gouvernement fait le constat
que ses gestes n’ont pas apaisé
– « la violence paie »,
en déduit-on au contraire.
La peur d’une guerre civile,
croissante dans l’opinion,
ne s’est pas non plus muée
en condamnation nette des
mobilisations. Le pouvoir
salue donc les voix appelant
au calme et scrute le moindre
signe qui pourrait laisser
penser que le moment
de bascule est arrivé :
une majorité de Français
qui rejette le chaos et soit
réceptive à une parole
publique, voici ce qu’il
attend… Il attend encore.
Puisque le moment n’est pas
venu, peut-être arrivera-t-il
samedi ? Le pouvoir retient
son souffle, inquiet comme
jamais sur les violences qu’il
pressent – l’Elysée craint dans
un communiqué « des milliers
de personnes qui viendraient
à Paris pour casser et pour
tuer » –, et conscient qu’il faut
peut-être en passer par là
pour que la bascule arrive
et qu’il puisse reprendre
la main. Un pouvoir peut
donc être transformé
en spectateur, redouter
un drame et juger en partie
qu’il est inéluctable. Après
samedi, une autre histoire
pourra s’écrire. Mais dans
quelles conditions ?
LA CRISE DES « GILETS JAUNES »
Macron face à un samedi
de tous les dangers
l Malgré des renforts policiers importants, l’exécutif ne cache pas
son inquiétude avant la nouvelle journée d’action, samedi, des « gilets jaunes ».
l Les appels au calme se multiplient, mais de nouvelles violences sont craintes.
Grégoire Poussielgue
@Poussielgue
« Tout cela va mal finir. » A l’instar
d’Alain Juppé, jeudi sur Twitter,
nombreux sont ceux au sein de la
majorité à ne pas cacher leur
grande appréhension avant la nouvelle journée de mobilisation des
« gilets jaunes » samedi à Paris et
dans toute la France. Tel ce membre
du gouvernement qui confirme
spontanément être inquiet. Tel ce
député du centre de la France quelque peu effaré par la radicalisation
des « gilets jaunes » sur les rondspoints de sa circonscription. Tel ce
conseiller proche de l’Elysée qui ne
peut que constater, lucide : « Tout le
monde sait que ça va mal finir. »
Après les 4 morts et les plus de
800 blessés enregistrés depuis le
début du mouvement, le 17 novembre, l’exécutif anticipe une « très
grande violence » pour cette nouvelle journée de mobilisation. Selon
l’Elysée, plusieurs milliers de personnes sont attendues à Paris
« pour casser et pour tuer ». « Nous
avons en face de nous des gens qui ne
sont pas là pour manifester, mais qui
sont là pour casser. Nous allons faire
en sorte de ne pas leur laisser les
mains libres », a déclaré jeudi soir
Edouard Philippe sur TF1. Après
les critiques sur les débordements
de samedi dernier, le dispositif policier a été revu en conséquence avec
89.000 membres des forces de
l’ordre déployés sur le territoire.
En plus des violences dans plusieurs lieux emblématiques de
Paris, l’exécutif craint des attaques
de préfectures, comme cela a été le
cas au Puy-en-Velay. Des matchs de
football ont été reportés, des théâtres seront fermés, des manifestations culturelles annulées… La
France sera en suspension.
« Prendre l’Elysée »
Mais cette mobilisation policière
risque d’être insuffisante face à certains « gilets jaunes » plus déterminés que jamais. Certaines figures du
mouvement appellent à l’insurrection, ou à « prendre l’Elysée »,
comme l’a dit l’un d’entre eux mercredi soir à la télévision. Les digues
sont tombées car les revendications
dépassent allègrement le seul cadre
du pouvoir d’achat.
Le gouvernement, qui incite les
« gilets jaunes » modérés à ne pas
aller manifester, a laissé la porte
ouverte pour de nouvelles dispositions destinées à l’améliorer justement. Jeudi, au Sénat, Edouard Phi-
lippe, a déclaré que de nouvelles
mesures en faveur des bas salaires
sont envisagées. Mais la colère ne
s’éteint pas. Si la hausse des taxes
sur l’essence prévue en 2019 a été
l’étincelle du mouvement, son
annulation pure et simple, annoncée mercredi par l’Elysée, n’a rien
apaisé.
La colère vise Emmanuel Macron
et non le chef de son gouvernement. « Les “gilets jaunes” viennent
“chercher” Emmanuel Macron »,
constate Bruno Jeanbart, directeur
d e s é t u d e s p o l i t i q u e s d ’O p i nionWay, en référence au fameux
« qu’ils viennent me chercher », lancé
par le chef de l’Etat au moment de
Les « gilets jaunes »
sont entre « une
ultradroite qui rêve
de révolution
et une ultragauche
qui prône
l’insurrection ».
MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR
l’affaire Benalla. Les « gilets jaunes »
se retrouvent entre « une ultradroite
qui rêve de révolution et une ultragauche qui prône l’insurrection »,
selon une source au ministère de
l’Intérieur.
Après les appels au calme lancés
par Emmanuel Macron mercredi, les syndicats ont emboîté le
pas dans une déclaration quasi unanime pour rejeter la violence. La
droite a adopté un ton plus mesuré,
tandis que la gauche se réunit
autour d’une motion de censure.
Mais les « gilets jaunes » n’ont que
faire de ces corps intermédiaires de
la République, qu’ils jugent décrédibilisés. Au plus bas dans les sondages, Emmanuel Macron n’a pas
prévu de s’exprimer avant samedi.
Il le fera après les manifestations.
« On est dans le temps du gouvernement jusqu’à samedi. Après, ce sera
celui du président », note un proche.
Les suites politiques de la journée
de samedi et d’un mouvement qui
s’étend sont remplies d’incertitudes.
Si un départ d’Edouard Philippe est
évoqué par certains membres de la
majorité, beaucoup pensent que
cela ne servirait à rien. « L’issue du
conflit se résume au rapport entre
Emmanuel Macron et les Français »,
estime un député En marche. n
ccornudet@lesechos.fr
en bref
L’exécutif donne son feu vert à
l’installation de 733 nouveaux notaires
RÉFORME Le gouvernement a approuvé jeudi l’installation de
plus de 700 nouveaux notaires, conséquence de la libéralisation
de la profession impulsée par la loi Macron. L’exécutif prévoit
l’ouverture de 733 nouveaux postes de notaires, répartis entre
les près de 230 zones d’installation libres créées par la loi de
2015. Cette vague d’installations intervient après que l’Autorité
de la concurrence a préconisé en juillet la création de 700 nouveaux cabinets d’ici à 2020, alors que le premier objectif
– 1.650 postes créés en septembre 2018 – n’avait pas été atteint.
Hamon candidat aux européennes
POLITIQUE En pleine crise des « gilets jaunes », le leader de
Génération.s, Benoît Hamon, a annoncé jeudi sa candidature
aux élections européennes de mai 2019 « à la tête d’une alliance
citoyenne ». « Je serai candidat pour mener le combat en première
ligne », a affirmé au « Monde » l’ex-candidat du PS à la présidentielle (6,36 %), affichant sa volonté de parler avec les communistes et Place publique, le mouvement fondé par Raphaël Glucksmann. Depuis sa défaite aux législatives de 2017, Benoît Hamon
ne dispose d’aucun mandat. Pour l’heure, les sondages créditent
Génération.s de moins de 5 % des voix aux européennes.
À 7h12, retrouvez Nicolas Barré
pour “L’édito éco”dans le
7h-9h de Nikos Aliagas.
Le 1er décembre, la manifestation des « gilets jaunes » à Paris a donné lieu à des scènes d’émeutes. Photo AFP
Les manifestants attendus de pied ferme à Paris
Le ministre de l’Intérieur et
la préfecture de police ont
prévu un comité d’accueil
musclé. Objectif : étouffer
dans l’œuf les foyers de
violence susceptibles de se
propager dans la capitale.
Joël Cossardeaux
et Jean-Michel Gradt
C’est une capitale placée sous très
haute protection dans laquelle les
« gilets jaunes » vont s’aventurer
samedi. Le ministère de l’Intérieur
et la préfecture de police de Paris
ont préparé un comité d’accueil qui
se veut à la mesure des scènes de
violence redoutées pour cet acte IV.
Environ 8.000 policiers, soit deux
fois plus que ceux mobilisés le
week-end dernier, seront déployés
dans les lieux les plus sensibles de la
ville, indiquait « Le Point », citant
des sources policières. Plus question, cette fois, de se limiter à sécuri-
ser le secteur des Champs-Elysées.
D’autres lieux à risque, comme la
place de la Bastille, la rue de Rivoli
et le jardin des Tuileries, ont été
englobés dans un dispositif qui
n’aura plus grand-chose à voir
avec celui inspiré des fan zones
déployé lors de l’acte III.
Ce système défensif s’est révélé
inopérant lorsqu’il s’est agi, samedi
dernier, d’empêcher la propagation
des foyers de violence allumés par
des ultras de tout bord. Fini également les barrages filtrants qui se
sont révélés tout aussi inefficaces.
La nouvelle doctrine adoptée, sur
laquelle Christophe Castaner, le
ministre de l’Intérieur, n’a pas souhaité s’étendre jeudi lors de son
appel à la responsabilité des dirigeants politiques du pays, devrait
consister à rendre les forces de
l’ordre plus mobiles et plus réactives pour poursuivre les fauteurs de
troubles et les empêcher de nuire.
Une doctrine recommandée par les
syndicats de policiers, qui ne tiennent pas à voir cette mobilisation
tourner au casse-pipe pour leurs
troupes. Dimanche dernier, au lendemain de violences qualifiées « d’insurrectionnelles », le syndicat Alliance-police nationale
avait demandé l’instauration de
8.000 policiers, deux
fois plus que le weekend précédent, seront
déployés dans les lieux
sensibles de la capitale.
l’état d’urgence et « le renfort de
l’armée pour garder les lieux institutionnels et dégager ainsi les forces
mobiles d’intervention ». Un autre
syndicat, le CRS SGP-police, s’est
placé sur la même ligne.
Des appels auxquels le ministère
de l’Intérieur n’est pas resté sourd.
Selon plusieurs sources sécuritai-
res, la quasi-totalité des unités de
CRS et d’escadrons de gendarmerie
devrait être mobilisée pour assurer
le maintien de l’ordre dans le pays.
Le recours à une douzaine de véhicules blindés de la gendarmerie a
été confirmé jeudi soir par Edouard
Philippe.
Comme samedi dernier, plusieurs musées et lieux culturels
seront fermés, ainsi que l’Opéra de
Paris et certains théâtres. Notamment celui du Rond-Point, proche
des Champs-Elysées, avenue où
les commerces ont été appelés à
fermer. La tour Eiffel ne sera pas
accessible au public. Le match
PSG-Montpellier se jouera un
autre jour, comme d’autres rencontres de Ligue 1. Le parcours de la
Marche pour le climat, prévue
samedi, a été modifié. Au total,
89.000 membres des forces de
l’ordre ont été mobilisés dans
l’Hexagone, a annoncé jeudi soir
Edouard Philippe sur TF1. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE // 03
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
3
Le socle électoral du chef de l’Etat vacille
Seuls 23 % des Français
font confiance à Emmanuel
Macron et à Edouard
Philippe pour affronter
les problèmes du pays,
selon notre baromètre Elabe.
Isabelle Ficek
@IsabelleFicek
La cote de confiance d’Emmanuel
Macron n’en finit pas de dégringoler.
Non seulement auprès de l’ensemble des Français, mais plus inquiétant encore pour lui, elle chute aussi
lourdement auprès de son électorat
du premier tour de la présidentielle.
Selon le baromètre Elabe pour « Les
Echos » et Radio Classique, seuls
23 % des Français « font confiance » à
Emmanuel Macron « pour affronter
efficacement les problèmes du pays ».
Une baisse de 4 points en un mois.
C’est son plus bas niveau depuis le
début du quinquennat et c’est 1 point
de moins que François Hollande à la
même période de son mandat. Signe,
s’il en était besoin en pleine crise des
« gilets jaunes », que la défiance s’est
encore accrue, le taux de Français
assurant ne pas faire « du tout confiance » a bondi de 7 points, passant
la barre symbolique des 50 %, à 51 %.
Cette défiance touche toutes les
catégories de la population, et en par-
ticulier les classes populaires, vivier
des « gilets jaunes », où sa cote perd
encore 7 points, à 13 % ou encore les
classes moyennes (25 %, en baisse de
4 points). Dans les verbatim libres,
« le mot “peuple” arrive très fortement », rapporte Bernard Sananès,
président d’Elabe, avec des sondés
qui disent que le chef de l’Etat
« n’écoute pas le peuple, ne connaît pas
le peuple, ne le comprend pas ».
Phénomène qui s’accélère, le chef
de l’Etat perd ce mois-ci 9 points
auprès de ses électeurs de premier
tour de la présidentielle, à 59 %.
Depuis mai, Emmanuel Macron a
abandonné 28 points – dont 17 ces
trois derniers mois – dans son socle
électoral. « La remise en cause n’est
pas seulement celle de sa politique,
mais aussi de sa personnalité, analyse
« La remise en cause
n’est pas seulement
celle de sa politique,
mais aussi de
sa personnalité. »
BERNARD SANANÈS
Président d’Elabe
le président d’Elabe. Il y a bien, dans
son impopularité, une double dimension : celle de ses réformes qui sont perçues comme étant ni justes ni efficaces,
et celle d’un président trop éloigné des
préoccupations des Français. »
La communication du président a
aussi été, estime Bernard Sananès,
un « accélérateur » avant la crise des
« gilets jaunes » et un facteur aggravant pendant, puisque sa seule prise
de parole publique – avec le discours
sur la transition écologique et la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) –, a « donné l’impression de
ne pas répondre à la question posée ».
« Un aggiornamento »
Jeudi, l’Elysée a annoncé que le chef
de l’Etat ne s’exprimerait pas
« avant au moins samedi inclus ».
« Il ne peut parler que s’il montre,
non pas seulement une inflexion ou
un ralentissement du rythme, mais
un aggiornamento complet de sa
politique et de sa personne, avance le
président d’Elabe. Il doit envoyer des
signes extrêmement forts pour espérer être à nouveau audible auprès de
son électorat de second tour et rassurer ses électeurs de premier tour qui
montrent des signes de faiblesse et se
posent la question du leadership. »
La cote de confiance d’Edouard
Philippe est alignée sur celle du chef
de l’Etat, à 23 % aussi, en baisse
également de 4 points. En dépit
des cafouillages de communication
entre Matignon et l’Elysée au sujet
de l’annulation de la hausse de la taxe
carbone sur les carburants, qui ont
donné l’impression de désaccords,
« pour les Français, c’est la même politique », souligne Bernard Sananès. n
Réformes : sept Français sur dix pour une « pause »
Selon un sondage Elabe,
une écrasante majorité
de Français jugent
les réformes inefficaces
pour le pouvoir d’achat.
Français trouvent qu’elles ne sont
« pas efficaces » pour le pouvoir
d’achat. Ils sont aussi 87 % à estimer que les efforts ne sont « pas
équitablement répartis ». Le jugement est également très négatif
sur la capacité des réformes à
réduire les déficits ou à relancer la
compétitivité. Le seul point qui est
jugé de façon un peu moins négative, c’est la conformité aux engagements de campagne.
Ingrid Feuerstein
@In_Feuerstein
Les images de violence du week-end
dernier et la crise politique qui en a
résulté ont leurs effets sur l’opinion.
Selon un sondage Elabe pour « Les
Echos », Radio classique et l’Institut
Montaigne, 69 % des Français
demandent au gouvernement de
« faire une pause » dans les réformes.
A peine 18 % des personnes interrogées estiment qu’il faut « ralentir le
rythme » mais « garder le cap ». Et
seuls 8 % des sondés pensent qu’il
faut « suivre l’agenda » prévu. Il ne
plus reste qu’une toute petite minorité de Français (4 %) favorable à une
accélération.
Fracture territoriale
Le retournement en quelques mois
est spectaculaire. Début juillet,
41 % des Français jugeaient que le
rythme des réformes était satisfaisant, dans un sondage cette fois
réalisé par l’Ifop. Seuls 37 % le
jugeaient trop lent, et 22 % vou-
Parmi les pistes
pour sortir de la crise,
les Français sont
relativement partagés.
laient une accélération. « On est
passé de la bienveillance à la déception et de la déception à l’hostilité. Au
moment où les gens commençaient à
trouver qu’il n’y avait pas de résultats, Emmanuel Macron est apparu
encore plus sûr de lui », analyse Bernard Sananès, le président d’Elabe.
La fracture territoriale apparaît
dans ce sondage. C’est dans les communes rurales que l’appel à une
« pause » dans les réformes est le plus
fort (76 % des personnes interrogées), alors qu’il ne s’exprime que
chez 63 % des habitants de grandes
villes (plus de 100.000 habitants). Les
ouvriers sont surreprésentés dans ce
souhait de pause (80 %), alors que les
cadres n’y sont favorables qu’à 58 %.
Le jugement sur les réformes
passées est particulièrement
sévère. Pas moins de 87 % des
Parmi les pistes pour sortir de la
crise, les Français sont partagés. La
proposition qui recueille le plus
d’approbation est celle d’une remise à
plat de la fiscalité, devant la hausse
des salaires ou l’augmentation des
moyens pour les services publics.
« C’est peut-être la piste de sortie de
crise », suggère Bernard Sananès. En
tout cas, c’est celle privilégiée pour
l’instant par l’exécutif. Le Premier
ministre a annoncé mardi une vaste
concertation sur les impôts et les
dépenses publiques. n
Les oppositions ne
profitent pas de la crise
La tourmente que
traverse le chef de l’Etat
ne se traduit pas
par un envol des leaders
des principaux partis.
Pierre-Alain Furbury
@paFurbury
Ils espéraient – et espèrent toujours – surfer sur la crise. Mais
pour l’heure, la fronde des « gilets
jaunes » affaiblit plus l’exécutif
qu’elle ne profite aux ténors de
l’opposition, dans le baromètre
Elabe pour « Les Echos » et Radio
Classique. Loin de faire un grand
bond en avant, les cotes de JeanLuc Mélenchon et de Laurent
Wauquiez progressent de seulement 2 p oints sur un mois.
Marine Le Pen et Olivier Faure
gagnent 1 point. Des gains « très
faibles dans un moment de crise »,
selon Bernard Sananès, le président de l’institut de sondage, tout
en rappelant que « ce n’est pas
encore la sortie de crise ». « Ce n’est
pas un débat entre Macron et les
oppositions ; c’est un débat entre
Macron et le pays », analyse-t-il.
Les leaders de l’opposition
restent d’ailleurs à un niveau bas
dans le classement des personnalités politiques, très loin derrière
Nicolas Hulot et Alain Juppé, en
tête avec 48 % et 39 % d’opinions
positives. La présidente du Rassemblement national, finaliste
de la dernière présidentielle, est
huitième, à 25 %. Le patron de
la France insoumise est douzième
à 23 % (derrière Olivier Besance-
not). Le président des Républicains n’occupe que la dixseptième place, avec 19 %, et
est devancé par Nicolas DupontAignan. Q u a n t a u p r e m i e r
secrétaire du PS, il est toujours
à la dernière place (vingt-neuvième) à 9 %, un score deux fois
plus bas que ceux de Ségolène
Royal, François Hollande ou
Anne Hidalgo.
« Apolitisme »
Laurent Wauquiez et Olivier
Faure n’ont pas gagné de terrain
depuis leur accession à la tête de
LR (en décembre 2017) et du PS
(en avril dernier). Depuis le début
d u q u i n q u e n n a t , Je a n - L u c
Mélenchon a perdu 11 points de
popularité auprès de l’ensemble
des Français et 21 parmi ses électeurs de la présidentielle. Marine
Le Pen s’en sort un peu mieux : sa
cote est restée stable chez les
Français et elle n’a baissé « que »
de 7 points parmi ses électeurs.
Cette situation est une nouvelle
illustration de la défiance envers
les politiques. Elle confirme aussi
« l’apolitisme du mouvement des
“gilets jaunes” et de leurs sympathisants, qui ne considèrent pas que
les oppositions sont leur porte-parole », relève Bernard Sananès.
4
À NOTER
Les députés PS, insoumis
et communistes déposeront
lundi une motion de censure
contre le gouvernement.
Le rendez-vous politique
le plus suivi du matin*
Présenté par Caroline Roux
Du lundi au vendredi à 7.40 dans Télématin
* Source : Médiamétrie – Médiamat /Audience TV - Individus 4 ans et plus
© Delphine Ghosarossian / FTV
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Communiqué Vendredi 7 décembre 2018
DESTINATION ANDORRE
Championne de l’évasion et de la détente
Julia Beucher & Karine Bignon
Finales de la Coupe du monde FIS
de Ski Alpin Andorre 2019
Du 11 au 17 mars 2019, les domaines
de Soldeu et El Tarter accueilleront les
finales de la Coupe du monde FIS de
ski alpin. Durant ces quelques jours,
Andorre sera la capitale mondiale de
ce sport. C’est à la fois une fierté de
recevoir ce prestigieux évènement mais
également un défi. Pour le relever avec
succès, une plateforme a été construite
pour adapter l’arrivée de la piste Avet
aux critères de la Fédération internationale de ski (FIS). « La plateforme est un
véritable trait d’union entre le domaine
de Grandvalira et le village de Soldeu,
comme c’est souvent le cas dans les stations alpines. Elle nous a également permis de créer une zone pour les débutants
aux pieds du secteur Soldeu », souligne
Conrad Blanch, directeur général du
Comité organisateur, en ajoutant « nous
voulons que toutes les personnes vivant
en Andorre s’approprient ces finales
de la Coupe du Monde, c’est pourquoi
nous organisons différentes activités
Innovations sur les pistes
Pour la saison 2018-2019, les stations
d’Andorre ont rivalisé d’investissements.
Grandvalira, la principale station du
sud de l’Europe, qui célèbre cette année
son 15ème anniversaire a incorporé la
station de Ordino-Arcalis à son offre.
Elle pense ainsi atteindre plus de 2 millions de forfaits cette année, ce qui la
placerait parmi les 7 premières stations
au niveau mondial. Si les nouveaux
canons à neige et télécabines, ainsi bien
sûr que la plateforme de Soldeu sont les
éléments les plus techniques des investissements de cette année, de nouvelles
attractions pour les enfants sont également proposées : le Màgic Gliss, un
toboggan de 555 mètres, et un nouveau
circuit ‘jeunes’ de 646 mètres, le Yokai.
Ordino-Arcalis vient d’ouvrir une nouvelle télécabine reliant le bas de pistes
d’Arcalis au secteur de La Coma à 2220
mètres, permettant aux débutants d’accéder à une nouvelle zone spécialement
pensée pour eux.
Les pistes Avet de Soldeu (à gauche) et Àliga de El Tarter (à droite) seront le théatre des finales de la Coupe du monde FIS de Ski.
Grandvalira Andorra
de gros moyens cette année pour être
toujours en phase avec les attentes des
milliers de skieurs qui affluent chaque
saison.
Gastronomie aux sommets
Influencée par les cuisines françaises et
catalanes, l’Andorre possède une gastronomie montagnarde, riche en saveurs et
forte d’une identité singulière, mettant
en avant les produits régionaux et de
saison. Certaines ‘bordas’ qui abritaient
autrefois le grain et les animaux sont
aujourd’hui devenues des restaurants
typiques proposant de la cuisine traditionnelle, attirant aussi bien touristes
que locaux. Mais l’art culinaire et la
cuisine de terroir s’apprécient aussi sur
Andorra Turisme
La neige tout schuss
Plus de 300 kilomètres de pistes, ouvertes cette année du 1er décembre
au 22 avril 2019 et réparties entre
deux grandes stations, Grandvalira et
Vallnord, permettent aux néophytes
petits et grands ainsi qu’aux skieurs
confirmés de pratiquer leur activité favorite dans un cadre magique et préservé. Dévaler les pistes en ski ou en luge,
découvrir des paysages époustouflants
en raquettes ou motoneiges, s’adonner
à la conduite de chiens de traineau,
mais aussi dormir sous les étoiles à
2600 mètres d’altitude ou passer la nuit
dans un hôtel de glace, les rêves les
plus fous sont dorénavant à portée de
tous. Fort d’un engouement croissant
pour le sport de compétition et bénéficiant d’investissements millionnaires
dans les domaines skiables, l’Andorre
deviendra en début d’année prochaine
le terrain de jeu des plus grands skieurs
mondiaux. Grandvalira, la plus importante station des Pyrénées avec 240 kilomètres de pistes, accueillera en effet
du 11 au 17 mars prochain les finales
de la Coupe du monde FIS de ski alpin,
l’évènement sportif le plus prestigieux
jamais organisé dans le pays.
Le spectacle sera aussi au rendez-vous
cette saison au domaine de Vallnord,
comprenant les stations de Pal-Arinsal
et Ordino-Arcalis, avec l’organisation
les 26 et 27 janvier de la Coupe du
monde de ski de randonnée, la Font
Blanca, pour la huitième année consécutive et le Freeride World Tour du 2
au 8 mars. Avec ses 93 kilomètres de
pistes tous niveaux, Vallnord, fief des
vététistes durant l’été, a aussi investi
Si l’émergence de nouveaux loisirs
éclectiques et la quête de nouvelles sensations attirent désormais les visiteurs,
le shopping demeure une institution en
Andorre et celle-ci reste la destination
privilégiée des férus de marques avec
ses boutiques offrant une ample gamme
de produits à prix avantageux.
auprès des écoles et des clubs de ski et
intervenons régulièrement à la télévision ». Si on en juge par les 600 candidatures reçues pour les 300 postes de
volontaires, c’est déjà chose faite !
Au cours des 7 jours de compétitions,
neuf épreuves réuniront, sur les mytiques pistes de l’Avet (Soldeu) et de
l’Àliga (El Tarter), les 25 meilleurs athlètes de chaque catégorie. Si la championne allemande Maria Hölf-Riesch
a décrit la piste de l’Avet comme « la
meilleure piste de Géant du circuit international », le champion de ski alpin
français Luc Alphand a, quant à lui,
décidé de s’en rapprocher de manière
permanente. En effet, ce passionné de
la glisse, ambassadeur des finales d’Andorre a élu résidence dans la Principauté. « Andorre offre une qualité de ski
très appréciable. Je suis un amoureux
de la nature et de la montagne et tant
l’offre de ski que la beauté des paysages
m’ont séduit. Ces finales de la Coupe
du monde seront l’occasion de mieux
faire connaître le niveau des stations
andorranes auprès d’un public averti »
se réjouit Luc Alphand.
Grandvalira Andorra
Nichée au cœur des Pyrénées, la principauté d’Andorre attire chaque année
de plus en plus de passionnés de sports
d’hiver, épicuriens et amoureux de la
nature, en quête d’émotions sensorielles
et d’expériences inédites. Ce petit paradis de l’or blanc est aujourd’hui devenu
une destination de plus en plus prisée
des fanatiques de la glisse et des finesbouches et n’a plus rien à envier aux stations les plus recherchées des sommets
alpins. Pour un week-end en famille ou
quelques jours entre amis, l’Andorre
est le ‘country break’ idéal puisqu’elle
concentre sur toute sa superficie un
florilège d’activités sportives, nature,
shopping, bien-être et culture, exauçant les vœux des globe-trotters les plus
avertis ou des visiteurs de passage. De
nombreux musées, à taille humaine et
dispersés dans tout le pays, permettent
aussi aux voyageurs curieux de comprendre l’histoire et le développement
de ce petit territoire atypique.
les pistes de ski des cimes enneigées,
de jour comme de nuit. Qui n’a jamais
rêvé de déguster un plat aux arômes
subtils, les pieds dans la neige, avec
une vue imprenable sur les montagnes ?
Offrez-vous une pause déjeuner dans un
espace unique et privilégié sur les pistes
de Grandvalira, conçu par le célèbre
décorateur d’intérieur Lázaro RosaViolàn, en savourant une délicieuse
vodka sélectionnée parmi les marques
les plus prestigieuses ou une coupe de
champagne de renom, bercé par le son
d’une musique lounge, en prenant un
bain de soleil avant de rechausser vos
skis. Finir la journée avec un after-ski
animé par des DJ’s de prestige et dans
un lieu magique, spot incontournable
des amoureux de la fête. Et pourquoi
ne pas remonter les pistes en dameuse
ou en traineau géant pour savourer une
raclette ou une fondue au clair de lune?
Les étoiles se trouvent aussi dans les
cuisines de grands hôtels au pied des
pistes, notamment au Sport Hôtel Hermitage & Spa de Soldeu, aux restaurants
Origen et Koy Hermitage, où deux chefs
étoilés proposent des mets de choix qui
mettront tous vos sens en ébullition.
Le Park Piolets MountainHotel & Spa,
situé dans le même village, a inauguré
début décembre un restaurant de gastronomie chinoise d’auteur, le Kao Soldeu,
un concept de cuisine ‘fusion’ asiatique
géré par Josep M. Kao, célèbre chef du
Shanghai et de Mr. Kao à Barcelone et
descendant de cette famille, pionnière
de la gastronomie asiatique à Barcelone. Des propositions toujours de plus
en plus nombreuses qui émoustillent les
papilles des fins gourmets.
Bien-être et relaxation
Impossible de venir en Andorre sans
évoquer ses nombreux centres de bienêtre et ses eaux thermales qui en font
une destination thermoludique très prisée des touristes en quête de détente et
de sérénité. Plus grande station thermale
du sud de l’Europe, Caldea est devenue
un lieu de référence pour se ressourcer et
profiter des bienfaits de ses eaux chaudes
et riches en soufre, dans un concept original et ludique sur plus de 30 000 m2.
Inúu, son espace ‘adult-only’, est un
véritable havre de paix et de tranquillité.
Autre option pour ceux qui ne veulent
pas sortir de leur hôtel, se faire dorloter
dans les spas privés des hôtels de luxe.
A ce titre, on peut citer le spa du Park
Piolets MountainHotel & Spa, qui allie
méthodes traditionnelles aux technologies modernes - comme celles de la
marque Indiba - ainsi qu’aux propriétés
des huiles essentielles bio de la maison
Alqvimia pour des soins sur mesure qui
sauront satisfaire les villégiateurs les
plus exigeants. Sans oublier le petit écrin
de bien-être de l’hôtel boutique Grau
Roig. Dans un autre style, le spa du Sport
Hôtel Hermitage s’étend sur 5000 m2,
dans un cadre fastueux et privilégié.
LES STATIoNS EN BrEF :
Grandvalira :
La plus grande station des Pyrénées. Plus de 200 km de pistes, dont : 14 pistes vertes,
49 bleues, 41 rouges et 19 noires. Le domaine offre tous les services classiques imaginables mais aussi un large éventail d’activités comme du mushing, moto-neiges,
ski de montagne, de randonnée, héliski, raquettes... Cette année Grandvalira innove
en offrant la possibilité d’un forfait combiné avec le domaine Ordino-Arcalis.
11 au 17 mars 2019 : finales de la Coupe du monde FIS de ski alpin 2019.
10 au 13 avril 2019 : finales de la Coupe du monde de kilomètre lancé.
28 au 30 mars 2019 : Compétition ‘Total Fight’ (Snow et Freeski).
vallnord :
L’ autre option idéale pour se faire plaisir en Andorre. Plus de 100 km de pistes
réparties sur deux stations, celle de Pal-Arinsal et celle d’Ordino-Arcalís : 15
pistes vertes, 23 bleues, 27 rouges et 6 noires. Pal-Arinsal offre un forfait annuel
qui permet de profiter tant des pistes de ski que de son ‘Bike Park’.
26 et 27 janvier 2019 : Coupe du monde de Skimo la Font Blanca.
23 et 24 février : Compétition de ski de randonnée Skimo Andorra.
2 au 8 mars 2019 : Coupe du monde Freeride World Tour.
3 mars 2019: Compétition Freeride El Dorado.
naturlandia :
Station spécialisée dans le ski nordique. 15 km de pistes intégrées au secteur le
plus haut de cet écoparc d’aventure offrant par ailleurs le toboggan alpin le plus
long du monde, le Tobotronc, et l’Airtrekk, un circuit aérien en bois de 13,5 m de
hauteur sur 17 m de largeur avec 54 obstacles.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
DESTINATION ANDORRE
Réalisé par CommiT
CulturE /
Atelier Musée de l’artiste Philippe Shangti à La Massana.
Hôtellerie haut de gamme et qualité de vie
Si les stations réalisent chaque année des investissements millionnaires, les hôtels d’Andorre ne
sont pas en reste.
Après avoir rénové ses 151 chambres et créé une
‘Ski room’, le Park Piolets MountainHotel &
Spa - hôtel partenaire des finales de la Coupe du
monde - a cette année repensé son lobby et rénové
son ‘Kids Club’ où un mur d’escalade a été installé
pour le plus grand bonheur des enfants. La zone
lounge et le bar ont également repris leurs lettres
de noblesse. La gastronomie a toujours été un point
fort de l’établissement qui s’est associé avec la
prestigieuse école d’hôtellerie
Hofmann pour sa restauration,
mais cette année les visiteurs
pourront également profiter
de plusieurs nouveautés : le
Kao Soldeu, un restaurant de
gastronomie chinoise d’auteur
(photo), et le restaurant 1817
qui offre un service à la carte
combinant mets traditionnels
et touches créatives ainsi qu’un
ample buffet. « Nous mettons
l’emphase sur l’excellence de
nos services et de nos infrastructures pour que nos hôtes
se sentent ici chez eux et que
l’hôtel soit leur base pour toute
activité de montagne. Nous
sommes amoureux de nos montagnes et souhaitons partager cette passion avec
nos visiteurs en faisant de leur séjour un moment
mémorable » explique Daniel Mora, président du
Park Piolets MountainHotel & Spa.
Également dans le pittoresque village de Soldeu,
le groupe Calbó a inauguré l’année dernière des
résidences de luxe, les Hermitage Mountain Residences, 9 appartements de 120 à 500 m2, sur
5 étages, qui permettent de renforcer l’offre du
groupe sur le segment haut de gamme.
Preuves, s’il en fallait, que la destination chaque
année séduit des visiteurs de plus en plus exigeants.
Andorre a su également attirer bon nombre de
Andorra Turisme
La station de Pal-Arinsal, quant à elle, possède une
offre d’hiver avec un ample éventail d’activités et sports de neige
et se renouvelle complètement
lors des mois d’été avec notamment un ‘Bike park’ qui attire
les amateurs de VTT du monde
entier. Pour la saison 2018-2019,
le domaine de Pal-Arinsal a continué à investir dans l’amélioration
de ses infrastructures, de son offre
gastronomique et des animations
proposées. Une nouvelle piste, la
Comallemple, a été développée
dans le secteur Arinsal, alors que
les pistes de El Planell et El Gall
ont été agrandies ; 5 nouveaux
circuits raquettes et un circuit de
randonnée (Skimo) ont également
été ouverts.
Le centre thermoludique Caldea.
dévEloppEmEnt durablE
L’innovation au service de l’environnement
Les Andorrans ne badinent pas quand il s’agit
de préserver la beauté de leurs paysages. Pour
preuve, une loi sur la transition énergétique et le
changement climatique, a été adoptée par consensus de tous les groupes parlementaires qui examinent d’ores et déjà une loi sur l’environnement,
la biodiversité et les paysages.
La première a pour objectif de contribuer, par l’initiative privée, au développement des énergies renouvelables et en particulier du photovoltaïque. Elle
permet les micro-réseaux et l’autoconsommation
tant pour les particuliers que pour les entreprises,
mais favorise aussi le déploiement des réseaux de
chaleur et de cogénération tout en encourageant les
réseaux intelligents. La deuxième quant à elle regroupe tous les éléments de l’accord de Paris, signé
par Andorre suite à la COP21. La détermination du
pays à lutter contre le changement climatique s’est
illustrée récemment par son adhésion à l’Organisation météorologique mondiale des Nations Unies,
qui s’ajoute à son implication dans la Conventioncadre des Nations unies sur les changements climatiques et dans le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.
La compagnie d’électricité ‘Forces Elèctriques
d’Andorra’ (FEDA) a initié il y a quelques années
une réflexion ayant pour objectif d’augmenter la
production locale, renouvelable et efficace et d’intégrer l’utilisation d’outils de gestion performants
permettant une meilleure utilisation du réseau et
une gestion optimale des pics de consommation.
Elle travaille aujourd’hui sur plusieurs axes : la production liée à la consommation de chaleur (cogénération), le développement de réseaux de chaleur,
la mise en place d’un réseau électrique intelligent
permettant une gestion optimale du réseau grâce
à des données obtenues en temps réel et reliées à
des services, comme par exemple des services de
mobilité. C’est ainsi que dès 2016, FEDA a lancé sa
première centrale de cogénération dans la zone de
Soldeu-El Tarter. Cette centrale permet d’alimenter le réseau local de chaleur. Deux autres projets
sont déjà en cours de développement car d’ici 2022,
l’entreprise souhaite que la cogénération représente
10% de l’énergie du pays.
Parmi les projets développés par FEDA dans les services, on peut citer notamment un ‘projet de mobilité intermodale’ qui intègrera entre autres la mobilité
électrique pour permettre que ce mode de transport
soit mieux intégré avec les modes traditionnels et
ainsi favoriser son essor. Par ailleurs, le gouvernement
andorran, FEDA et l’Université de Perpignan ont
signé un accord pour favoriser la formation de professionnels andorrans dans le domaine des énergies
renouvelables. L’entreprise a créé une bourse d’étude
pour ces étudiants. « Nous construisons un modèle
efficace, compétitif et ouvert à l’innovation qui nous
permet de faire face sereinement à nos engagements
en termes de lutte contre le changement climatique »
se réjouit Albert Moles, directeur général de FEDA.
Grupo KAO
Andorra Turisme (à gauche) / Studio Philippe Shangti (à droite)
XXXXX
Création du restaurant gastromique Kao Soldeu.
résidents étrangers : sportifs, cyclistes, coureurs
automobile ou moto mais également des artistes.
Philippe Shangti, artiste contemporain français a
quitté Saint-Tropez pour s’installer dans la Principauté. « Andorre est une pépite : la qualité de
vie qu’on y trouve est unique ». Cet artiste s’y est
si bien intégré que c’est lui qui va représenter la
Principauté à la 58ème Biennale de Venise. C’est la
nature du pays qui a inspiré la réflexion qu’il proposera aux visiteurs du pavillon andorran sous le
titre ‘Future is Now’. Si son atelier est aujourd’hui
un musée (photo), il a également inauguré le mois
dernier une exposition de ses oeuvres les plus
emblématiques au centre Caldea.
Autre personnalité qu’Andorre a charmée : l’homme
d’affaires Ilya Rouss, qui depuis son arrivée dans
le pays n’a eu de cesse d’y investir. Le projet qui
l’occupe aujourd’hui est le lancement d’une usine de
production d’eau minérale. Il s’est engagé aux côtés
de la Fondation Marcel Chevalier, et de son membre
fondateur le géologue Valentí Turu, pour lancer une
Aquateca qui contiendra une centaine d’échantillons
provenant de différentes sources andorranes et
permettra de retracer l’impact des changements
climatiques et des principaux évènements globaux
et locaux sur les eaux. L’objectif final étant de
préserver la qualité et les propriétés des eaux
andorranes pour les générations futures.
« Andorre attire de plus en plus de résidents
étrangers, la demande évolue donc. Alors qu’avant
les propriétés rustiques étaient très demandées,
c’est aujourd’hui les biens modernes qui ont la
cote. L’offre s’est adaptée. Nous accompagnons
nos clients étrangers à leur arrivée, nous pouvons
même leur présenter les personnes qui les aideront
dans leurs démarches administratives. Ces clients
commencent souvent par louer un bien avant
d’investir dans l’achat de leur propriété idéale »
déclare Josepa Padilla, directrice générale de
Superior Real Estate.
« Pour mieux répondre aux attentes de nos clients
à la recherche de biens de prestige, nous venons
d’emménager dans un nouvel espace emblématique
au cœur d’Escaldes-Engordany, à quelques pas du
Musée Carmen Thyssen. Le programme de luxe
conçu par ‘Rafael de La-Hoz Arquitects’ dans
le village d’Ordino, un des plus beaux du pays,
répondra aux atteintes des clients étrangers les
plus exigeants » déclare Narcís Socías, PDG de
l’agence Andorra Sotheby’s International Realty.
Avec la diversité des activités proposées dans la
Principauté, la beauté des paysages, des pistes de
qualité, un des plus haut taux d’ensoleillement et
indice de sécurité au monde, il n’est pas surprenant
qu’Andorre soit chaque jour plus en vogue...
Pour EN SAVoIr PLuS :
visitandorra.com
worldcupsoldeu.com
andorra-sothebysrealty.com
feda.ad
grandvalira.com
immobiliariasuperior.com
parkpiolets.com
philippeshangtistudio.com
vallnord.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 // FRANCE
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
3 LA CRISE DES « GILETS JAUNES »
Le Maire pousse
les entreprises
à verser des primes
l Le ministre de l’Economie a invité, jeudi, les patrons
à verser à leurs salariés une prime qui sera défiscalisée.
l Matignon évoque des mesures pour les bas salaires.
Marie Bellan
@mbellan1
Nouveau monde, vieilles recettes…
Pour redonner du pouvoir d’achat
aux salariés, Bruno Le Maire a
invité, ce jeudi, sur France 2, les
entreprises à verser une prime à
leurs salariés. Un dispositif qui rappelle celui mis en place par Nicolas
Sarkozy en 2011, alors que le ministre de l’Economie était déjà au gouvernement à l’époque.
Baptisé « prime de partage des
profits », ce dispositif imposait à
toutes les entreprises de plus de
50 salariés, dont les dividendes versés l’année précédente étaient en
augmentation par rapport à la
moyenne des deux dernières
années, de verser à leurs salariés
une somme pouvant aller jusqu’à
1.200 euros défiscalisés.
« Une prime totalement défiscalisée, j’y suis favorable, car ça permet
de soutenir ceux qui travaillent », a
affirmé Bruno Le Maire. Cette
fois-ci, la prime pourrait être défiscalisée jusqu’à 1.000 euros et ne
serait versée que si l’entreprise le
souhaite. L’ensemble du patronat,
qui était reçu ce jeudi à Bercy, s’y est
déclaré favorable : « C’est une de nos
propositions depuis fort longtemps
déjà », explique François Asselin, le
président de la CPME. « Il faut que
cette prime soit distribuée si l’entreprise le peut », précise-t-il.
« C’est une de nos
propositions depuis
fort longtemps déjà.
Il faut que cette
prime soit distribuée
si l’entreprise
le peut. »
FRANÇOIS ASSELIN
Président de la CPME
Photo Hamilton/RÉA
« Prime Sarkozy »
Le versement de la « prime
Sarkozy » était, elle, obligatoire,
sous réserve des conditions citées
plus haut, mais le montant de la
prime elle-même devait être fixé
par accord d’entreprise, ou à défaut,
unilatéralement par l’employeur.
Ce qui avait donné des différences
de traitement notables entre entreprises. De 1.200 euros pour les
Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a reçu à Bercy jeudi l’ensemble du patronat.
mieux lotis (ce fut le cas d’Hermès
en 2011) à quelques centaines
d’euros dans la plupart des grands
groupes (100 euros par salarié chez
AXA en 2011, 110 euros pour Groupama, 150 euros pour Carrefour,
STMicroelectronics ou encore
Renault). Très peu d’entreprises
sont allées au-delà de 500 euros,
sans parler des PME dont une
grande partie ne rentrait pas dans
les critères d’attribution. La prime
avait été supprimée par François
Hollande en 2014.
Le Premier ministre, Edouard
Philippe, a également évoqué, dans
son discours devant le Sénat ce jeudi,
des mesures spécifiques pour les bas
salaires : « Je suis prêt à examiner
Le casse-tête du gel du prix de l’électricité
L’exécutif peut reporter
la hausse au risque d’un
contentieux, la compenser
par une baisse de fiscalité,
ou changer le mode de
calcul du tarif réglementé.
Véronique Le Billon
@VLeBillon
Geler les tarifs de l’électricité, mais
comment ? Depuis qu’Edouard
Philippe a annoncé, mardi, que le
tarif réglementé de l’électricité n’augmenterait pas « pendant
l’hiver qui s’annonce », les acteurs
du secteur cherchent à peser sur les
modalités de ce gel. Avec difficulté :
« Ils changent tous d’avis et ils ne sont
pas d’accord entre eux », constate un
fournisseur.
Plusieurs solutions s’offrent au
gouvernement. La première serait
de reporter toute la hausse prévue
du prix de l’énergie au printemps,
mais il faudrait alors prévoir un
mécanisme de rattrapage sur le
manque à gagner de l’hiver. « Il
faudra que les comptes soient faits et
que le coût de l’électricité soit traduit
dans les factures », a rappelé jeudi
le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy,
sur RTL.
A défaut, les fournisseurs alternatifs pourraient engager un contentieux, et les hausses finiraient
par être réalisées, avec des factures rétroactives. « On n’exclut pas
un contentieux, mais on a la volonté
de convaincre qu’il y a des solutions
acceptables », plaide un concurrent d’EDF.
Un coût de 1 milliard pour
les finances publiques
Une autre option pourrait être de
faire passer une hausse, au moins
partielle, mais en la compensant
par une baisse de la fiscalité. « La
CSPE n’a pas été augmentée et nous
allons même regarder s’il ne faut
pas la baisser pour amortir la
hausse des prix de l’électricité, ce qui
a un coût », avait esquissé, dès la
semaine dernière, François de
Rugy sur RMC.
Mais cette option aurait un coût
pour les finances publiques.
Réduire la CSPE de 5 euros par
mégawattheure (sur un prix TTC
d’environ 150 euros/MWh) sur les
seuls abonnés résidentiels et petits
professionnels coûterait au budget
de l’Etat environ 1 milliard d’euros,
calcule un acteur du secteur.
Une solution intermédiaire
pourrait consister à modifier la formule de calcul du prix de l’électricité. « On fait les choses de façon plus
sérieuse, de façon plus construite, en
jouant sur plusieurs mécanismes qui
sont dans le mode de calcul du prix de
l’électricité », a aussi expliqué François de Rugy.
La première solution
pour l’exécutif
serait de reporter
toute la hausse prévue
du prix de l’énergie
au printemps.
Les concurrents d’EDF demandent de relever le volume d’électricité nucléaire (un quart de la production d’EDF aujourd’hui) qu’ils
peuvent acheter à l’électricien
à un prix régulé (dit Arenh),
aujourd’hui inférieur au prix de
gros. Une solution que conteste
EDF, qui juge déjà le tarif de
l’Arenh trop bas pour financer ses
investissements et qui aimerait
profiter davantage du rebond des
prix de marché.
Hausse théoriquement
applicable
Avant de trancher, les premiers travaux, ces prochaines semaines,
vont consister pour la Commission
de régulation de l’énergie (CRE) à
déjà calculer précisément le niveau
de la hausse théoriquement applicable. Certains acheteurs et fournisseurs ont évoqué une hausse
entre 8 et 10 %.
Selon une autre source au fait
du dossier, les premiers calculs
donnent plutôt une hausse de « 5
à 7 % hors taxe, soit entre 3,5 % et
5,5 % toutes taxes comprises ».
Dans le gaz, où la hausse de taxe a
été gelée, la baisse attendue en
janvier serait « un peu inférieure à
2 % », précise par ailleurs cette
source. n
Tarifs bancaires : les banques appelées à faire mieux
Banques et assureurs ont
été convoqués à Bercy
jeudi. Ils font valoir qu’il
est trop tôt pour prendre
de nouveaux engagements
de baisse de prix.
ses de tarifs. « C’était une réunion
très solennelle sur le thème “la Republique est attaquée, il faut que tout le
monde y mette du sien pour trouver
des solutions” », fait valoir une
source.
Sharon Wajsbrot
@Sharonwaj
et Edouard Lederer
@EdouardLederer
Plusieurs engagements
récents
Interpellées par Edouard Philippe
dans son appel à réduire les dépenses contraintes, banques et assurances se sont jointes aux autres
fédérations professionnelles ce
jeudi à Bercy pour « échanger sur les
propositions visant à améliorer le
quotidien des Français ». Mais à la
veille d’un week-end de manifestations, les pouvoirs publics ont
choisi de jouer l’apaisement plutôt
que de demander de nouvelles bais-
Si les banquiers étaient très
remontés hier d’être pointés du
doigt par Edouard Philippe sur
leurs tarifs, ils se sont montrés
plus modérés ce jeudi. « Nous
allons collectivement nous mettre
au travail mais il est encore très tôt
pour mettre des choses sur la
table », précise un autre banquier.
Selon une enquête de CLCV, le tarif
bancaire moyen (selon la consommation) varie entre 72 et 212 euros
par an en 2018.
Au sein de la profession, on met
toutefois en avant plusieurs
212
EUROS
Le tarif bancaire maximal
(selon la consommation)
en 2018, selon une enquête
de CLCV. Le minimum
est à 72 euros.
propositions récentes de baisses
de tarifs. Appelé à la rescousse fin
novembre pour répondre aux
revendications du mouvement
des « gilets jaunes », les banques
se sont engagées à fournir des
prêts verts à taux préférentiels
pour permettre aux personnes
éligibles aux primes gouvernementales de financer des véhicules propres, qu’ils soient neufs ou
d’occasion, comme les y a incitées
le ministre des Finances, Bruno
Le Maire.
Interpellées début septembre
par les associations de consommat e u r s , p u i s p a r l e s p o u vo i r s
publics, sur les tarifs très élevés
parfois demandés aux foyers
modestes en difficulté financière,
les banques se sont par ailleurs
engagées à mettre en place un plafonnement de ces frais. « Ce niveau
global de plafonnement sera fixé
librement par chaque banque pour
les bénéficiaires de l’offre spécifique
qui permet de limiter les incidents de
paiement », indiquait alors la Fédération bancaire française. Des
efforts jugés très limités par les
associations de consommateurs
puisque cette offre spécifique aux
clients en situation de fragilité
financière reste très peu diffusée.
Selon CLCV, seuls 10 % des clients
fragiles en bénéficient. n
toutes les mesures qui permettraient
d’augmenter les rémunérations au
niveau du SMIC sans pénaliser excessivement la compétitivité de nos entreprises », a-t-il indiqué.
Plusieurs députés de la majorité
plaident pour une revalorisation
de la prime d’activité pour les salaires juste au-dessus du SMIC, qui ne
sont pour l’heure pas concernés par
la hausse de 30 euros par mois qui
doit intervenir au 1er avril 2019.
Autre option : l’avancement de cette
hausse. Côté patronat, on plaide
aussi pour un avancement de la
mesure sur les heures supplémentaires désocialisées qui doit entrer
en vigueur en septembre 2019. Une
mesure mise en place par Nicolas
Sarkozy, là aussi. n
Ces dépenses contraintes
qui grèvent le budget
des Français
La part des dépenses
préengagées représentait
près de 30 % du budget des
ménages en 2017, selon
l’Insee. Un ratio qui grimpe
à 60 % pour les plus pauvres.
Guillaume de Calignon
@gcalignon
Bon an, mal an, les dépenses contraintes des Français ont tendance
à augmenter. Comme l’a dit le Premier ministre mercredi à l’Assemblée, les dépenses contraintes sont
celles qui « grèvent le budget des
ménages et pour lesquelles les Français pensent ne pas avoir le choix ».
L’Insee définit plus précisément
ces dépenses en les appelant préengagées, c’est-à-dire les
dépenses « réalisées dans le cadre
d’un contrat difficilement renégociable à court terme ». Il s’agit des
loyers, des factures d’eau, de gaz,
d’électricité, frais de cantines, assurances ou encore abonnements
téléphoniques et Internet. Or, « la
part des dépenses préengagées
représente une fraction croissante
du budget des ménages : elle est passée de 12,4 % de leur revenu disponible en 1959 à 29,4 % en 2017 », notait
l’Insee dans une étude parue en
octobre dernier. Et les dépenses
liées au logement expliquent plus
des trois quarts de cette hausse.
D’où le sentiment des Français
que leurs marges de manœuvre
budgétaires se sont en fait réduites ces dernières années, malgré
les statistiques disant le contraire.
En clair, les ménages ne disposent
pas de beaucoup d’argent une fois
que les factures sont payées.
Carburants ou transports
D’autant que, dans ces dépenses
préengagées, le poste transports –
carburants ou transports en communs – n’est pas pris en compte. Or,
pour beaucoup de Français, l’achat
d’essence à la pompe est le passage
obligé pour aller travailler. En
2006, la part allouée à l’énergie
dans le budget d’un ménage, était
près de deux fois plus faible dans
l’agglomération parisienne (5,7 %)
qu’en zone rurale (11,3 %).
Deuxième problème, les dépenses préengagées ne pèsent pas le
même poids selon le revenu du
ménage. « La part des dépenses
préengagées dans le revenu disponible des ménages est d’autant plus
forte que leur niveau de vie est faible : elle passe de 61 % pour les
ménages pauvres à 23 % pour
les ménages aisés », selon une étude
du ministère de la Santé. Ainsi, en
tenant compte du niveau de vie
arbitrable – ce qu’il reste après les
dépenses préengagées –, « les inégalités apparaissent plus fortes » n.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE // 07
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
Budget : les entreprises dans le viseur
Les syndicats s’affichent
unis avant la réunion
avec le gouvernement
CFDT, CGT, FO, CGC,
CFTC, Unsa et FSU ont
adopté une déclaration
commune, avant le
lancement des discussions
avec l’Etat et le patronat.
Leïla de Comarmond
@leiladeco
Un chef de l’Etat qui, après les
avoir ignorés, demande aux syndicats « de lancer un appel clair et
explicite au calme » ; puis l’Elysée
qui affirme craindre « un noyau
dur de plusieurs milliers de personnes » qui viendraient à Paris
« pour casser et pour tuer ». Interpellés par un exécutif affaibli en
proie à la panique, les syndicats
ont refusé d’entrer dans la polémique sur les dangers de l’acte IV de
la mobilisation des « gilets jaunes » samedi. Réunis au siège de
la CFDT jeudi matin, ils ont
adopté une déclaration pour
l’essentiel centrée sur les discussions devant être lancées ce vendredi au ministère du Travail avec
les partenaires sociaux, en présence de pas moins de six membres du gouvernement.
De réelles négociations
Une signature seulement a manqué au texte adopté après une
heure et demie de discussion :
celle de Solidaires parce qu’il ne
prévoit pas « une journée d’initiative rapide pour construire le
rapport de force », ont expliqué
ses porte-parole, Cécile Gondard Lalanne et Eric Beynel,
seuls à s’exprimer à la sortie de la
rencontre.
A destination des « gilets jaunes » qui ont « permis l’expression
d’une colère légitime », la déclaration paraphée par la CFDT, la CGT,
FO, la CGC, la CFTC, l’Unsa et la
FSU rappelle que depuis de longs
mois, les syndicats « ont réclamé
des politiques publiques permettant de la justice sociale ». Elle
ajoute que le gouvernement,
« avec beaucoup de retard, a enfin
ouvert les portes du dialogue ». Les
syndicats « s’y engageront » à condition que le gouvernement
« garanti[sse] enfin de réelles négo-
Le gouvernement abandonne
l’objectif d’un déficit à 2,8 %
du PIB en 2019. Pour éviter
un dérapage des comptes,
certaines baisses de charges
pourraient être reportées.
ciations… larges, ouvertes et transparentes », dit le texte.
La déclaration liste aussi les
sujets à mettre à l’ordre du jour
– pouvoir d’achat, salaires, logement, transports, services publics,
fiscalité. Mais elle ne va pas audelà. Elle se contente de dire que
chaque syndicat ira à la discussion
« avec ses propres revendications et
propositions, en commun chaque
fois que cela sera possible ».
C’est une faiblesse certaine en
comparaison du patronat qui, lui,
a déjà commencé à entrer dans le
vif du sujet via Bruno Le Maire. Le
ministre de l’Economie et des
Finances, qui n’est pas convié à la
rencontre ce vendredi et cherche
manifestement à compter sur le
dossier, a évoqué l’idée d’une
prime facultative défiscalisée à la
main des entreprises que leurs
représentants ont bien accueillie.
Renaud Honoré
@r_honore
Après le moratoire sur la taxe carbone, le moratoire sur les objectifs
budgétaires. Le gouvernement ne
fait désormais plus mystère du fait
qu’il va devoir laisser filer le déficit
public après les multiples décisions
prises pour éteindre l’incendie provoqué par la colère des « gilets jaunes ». La prévision d’un déficit public
à 2,8 % du PIB l’an prochain, qui avait
été réaffirmée encore mardi, a ainsi
disparu des discours gouvernementaux. « Je ne suis pas fétichiste des chiffres. 2,9 % ou 3,1 %, l’enfer n’est pas
d’un côté et le paradis de l’autre », a
estimé Gérald Darmanin, le ministre
de l’Action et des Comptes publics
jeudi matin sur France Inter. Son seul
objectif, c’est de « tenir nos comptes
publics ». « On fera tout pour être en
dessous des 3 % », indique une source
gouvernementale, tout en reconnaissant que « la donne a changé ».
Ce qui a changé, c’est l’officialisation mercredi soir par l’Elysée de
l’abandon de la totalité des hausses
de taxe carbone pour 2019. Cela
représente un manque à gagner de
4 milliards d’euros pour l’an prochain, et non 2 milliards comme
estimé initialement, ce qui rajoute
environ 0,2 % de déficit.
L’absence
de condamnation
de la « violence
policière » a provoqué
une poussée de fièvre
chez FO et la CGT.
Sur la violence, les syndicats ont
fait sobre : « Le dialogue et l’écoute
doivent retrouver leur place dans
notre pays. C’est pourquoi nos organisations dénoncent toute forme de
violence dans l’expression des
revendications », affirme l’intersyndicale presque à la fin de son
texte. Cela n’a pas empêché une
poussée de fièvre au sein de FO et,
surtout, de la CGT du fait de
l’absence de condamnation de la
« violence policière ». Déjà mis en
cause par les durs de la centrale
pour avoir lancé la rencontre de
jeudi avec la CFDT (avec laquelle
ils refusent toute relation), son
numéro un, Philippe Martinez, a
aussitôt été mis sous pression
alors que se profile son congrès
dans trois mois. Et moins de trois
heures après la publication du
texte, la CGT annonçait qu’elle
n’irait pas à la réunion de ce vendredi au ministère du Travail. n
Avertissement sur la dette
Et la note devrait encore grossir,
avec les concessions faites à La Réunion la semaine dernière (avec l’augmentation anticipée de minima
sociaux), la baisse des taxes sur
l’électricité annoncée ce jeudi ou
encore certaines mesures prises au
début du conflit (chèque énergie,
p r i m e à l a c o nve r s i o n ) p o u r
500 millions.
Pour autant, l’exécutif ne veut pas
laisser dériver trop fortement ses
f i n a n c e s p u b l i q u e s . Po u r l e
GÉRALD DARMANIN
Ministre de l’Action
et des Comptes publics
moment, les premiers signaux émis
par Bruxelles ont certes été plutôt
compréhensifs, le commissaire
européen, Pierre Moscovici, insistant sur les flexibilités offertes par le
Pacte de stabilité. Mais un message a
été passé à Paris pour que la nouvelle
trajectoire budgétaire ne dégrade
pas la dette, particulièrement surveillée depuis qu’elle se rapproche
des 100 % du PIB.
Le gouvernement va donc devoir
trouver des économies pour limiter
les dégâts. Depuis quelques jours,
plusieurs mesures sont à l’étude.
Dans le viseur, les entreprises, dont
les représentants ont agacé certains
au sein de l’exécutif. « Le patronat
semble ne pas vouloir se départir de la
posture du “toujours plus”, alors que
les entreprises ont été mises dans de
très bonnes conditions depuis dix-huit
mois. Cette posture n’est plus adaptée
à ce qu’on vit aujourd’hui », souligne
une source gouvernementale.
Cette option est encouragée au
sein de la majorité par Joël Giraud, le
rapporteur (LREM) du Budget à
l’Assemblée nationale: « les très grandes entreprises dont [je] ne perçois pas,
au contraire des PME et ETI, le rôle
dans la reprise de l’économie, peuvent
être à [mon] avis personnel mises à
contribution », avance-t-il.
La réforme du CICE
en question
Selon nos informations, trois pist es s o nt p ri v i l ég i ées p o u r l e
moment. L’exécutif pourrait faire
une pause l’an prochain dans sa
volonté de ramener le taux de
l’impôt sur les sociétés à 25 % à
l’horizon 2022. Concrètement, il
s’agirait donc d’annuler l’étape
prévue en 2019 de baisse du taux de
33 % à 31 % des bénéfices. Mais
cette mesure, simple à mettre en
œuvre, paraît contradictoire avec
la remontrance exprimée mercredi par Emmanuel Macron de
Les quatre principales
organisations patronales
ont souhaité un « retour
à un dialogue apaisé ».
Ludovic Marin/AFP
Dialoguer oui. Payer les pots cassés, non merci. C’est en substance
ce qu’on dit les organisations patronales (Medef, CPME, U2P, Udes et
FNSEA), réunies ce jeudi près de
Bercy, avant de se rendre chez le
ministre de l’Economie. La réunion était prévue de longue date et
devait porter sur les contrats
courts, mais l’actualité des « gilets
jaunes » s’est imposée.
Quatre organisations sur les
cinq présentes (la FNSEA n’a pas
signé le communiqué final) ont
appelé à un arrêt des manifesta-
tions violentes et à « un retour à un
dialogue apaisé ». « Il faut éviter à
tout prix le chaos, on en est là »,
indique Alain Griset, le président
de l’U2P, dont une partie des adhérents soutient le mouvement des
« gilets jaunes », alors qu’une
autre partie s’inquiète des conséquences économiques du mouvement pour son activité. « Des négociations vont s’engager, nous y
sommes favorables. Nous avons été
trop longtemps mis sur la touche,
alors maintenant, il faut y aller »,
poursuit Alain Griset.
Remise en cause du CICE
La nécessité du dialogue est partagée par les autres organisations
patronales, avec toutefois une
pointe d’inquiétude. « Il ne faut pas
se tromper de cible. Dans les manifestations, c’est l’Etat qui est visé, pas
Les employeurs
craignent que
le gouvernement
cherche à diriger
les mécontentements
vers les entreprises.
nous », prévient François Asselin,
le président de la CPME. En
d’autres termes, les employeurs
craignent que le gouvernement
cherche à diriger les mécontentements vers les entreprises. « Ils
veulent faire dévier la colère et nous
faire tout endosser. Dire que le
patronat est coupable, c’est tellement plus simple », souligne un
responsable patronal. « C’est un
mouvement social sans grève dans
Dimanche de 10h à 11h
Le Grand rendez-vous
Hélène Jouan, Nicolas Barré et Damien Fleurot reçoivent
©IBO / SIPA
« ne pas détricoter tout ce qui a été
fait depuis dix-huit mois ».
Les autres dossiers sur la table ont
trait à la transformation du crédit
d’impôt pour la compétitivité et
l’emploi (CICE) en baisse de charges
pérenne. Le gouvernement pourrait
décider de retarder à nouveau
le coup de pouce supplémentaire de
4 points au niveau du SMIC, déjà
reculé de janvier à octobre 2019.
Reporter l’échéance à janvier 2020
rapporterait environ 700 millions.
Autre possibilité, revoir plus largement les modalités de la transformation du CICE en baisse de charges,
afin d’en atténuer le coût pour les
finances publiques.
Pour ces deux mesures, le problème vient du fait que le projet de loi
de financement pour la Sécurité
sociale a déjà été définitivement voté,
si bien qu’il faudrait prévoir un collectif en urgence ou agir par décret (avec
moins de marges de manœuvre). Le
temps presse donc, et le gouvernement entend trancher d’ici au
17 décembre et le retour du projet de
loi de finances à l’Assemblée pour
son examen.
Lire l’éditorial
( Page
d’Etienne Lefebvre
10
Le patronat prêt à dialoguer mais pas à tout endosser
Marie Bellan
@mbellan1
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, recevra ce vendredi
matin les organisations syndicales et patronales.
« Je ne suis pas
fétichiste des
chiffres. 2,9 %
ou 3,1 %, l’enfer
n’est pas d’un côté
et le paradis
de l’autre. »
Ségolène Royal
Ambassadrice de France pour les Pôles Arctique et Antarctique
les entreprises. C’est inédit. Et pourtant, c’est nous qui risquons de passer à la caisse », anticipe un autre
élu patronal. Depuis deux jours, le
gouvernement cherche un moyen
de récupérer les 4 milliards de
manque à gagner entraînés
par l’abandon de la taxe carbone
pour 2019.
Et il n’a échappé à personne que
l’année 2019 pour les entreprises
sera une année double puisqu’elles
vont cumuler le crédit d’impôt
pour la compétitivité et l’emploi
(CICE) versé au titre de 2018, et les
nouvelles baisses directes de charges qui le remplacent l’année prochaine. Les modalités de la transformation du CICE en baisses de
charges pourraient être revues.
Pour l’heure, rien n’est arrêté, mais
tout est envisagé. Et c’est bien ce
qui inquiète le patronat. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
MONDE
en
chiffres
ÉTATS-UNIS : COÛT DU
TRAVAIL REVU EN BAISSE
L’INFLATION REBONDIT
EN RUSSIE
Le département du Travail a
dit jeudi que le coût unitaire
du travail avait augmenté de
0,9 % en rythme annualisé
au troisième trimestre et non
pas de 1,2 % comme annoncé
le mois dernier. Au cours de
la période avril-juin, le coût
unitaire du travail a diminué
de 2,8 %, son recul le plus net
depuis le deuxième trimestre
2014.
L’inflation en Russie a bondi
en novembre à 3,8 % sur un
an, contre 3,5 % en octobre,
selon des chiffres publiés
jeudi par l’institut
des statistiques Rosstat,
confirmant les craintes
de la banque centrale
d’un dérapage des prix.
Elle prévoit une inflation de
4 % à la fin de l’année, puis
un taux de 5 à 5,5 % en 2019.
1
MILLIARD DE PASSAGERS
En 2017, c’est le nombre
record de 1.043.000.000
de passagers qui ont voyagé
par avion dans l’Union
européenne. Le chiffre
est en hausse de 7 %
(soit 71 millions) par rapport
à 2016 et de 39 %
par rapport à 2009.
Malgré la guerre commerciale, le déficit
américain atteint de nouveaux records
l Le pays est pénalisé par une baisse de ses exportations, alors que la forte demande intérieure continue de soutenir les importations.
l Les mesures de rétorsion chinoises sur l’agriculture apparaissent plus efficaces que les tarifs mis en place par les Etats-Unis.
LIBRE-ÉCHANGES
Nicolas Rauline
@nrauline
— Bureau de New York
Est-ce l’une des raisons qui pousse
Washington à négo cier avec
Pékin ? Toujours est-il que la guerre
commerciale enclenchée par
Donald Trump tarde à démontrer
son efficacité. En octobre, le déficit
commercial américain des biens
et services a atteint un nouveau
record, à 55,5 milliards de dollars,
selon les chiffres publiés jeudi par
le département du Commerce. C’est
près de 1 milliard de plus par rapport au mois de septembre et bien
au-dessus des prévisions.
Le déficit a retrouvé, et même
dépassé, le niveau qui était le sien
en début d’année, avant les mesures
décrétées sur l’acier et l’aluminium.
C’est tout simplement un nouveau
record depuis dix ans et le cinquième mois de suite de hausse.
Donald Trump pourrait
être tenté d’imposer
de nouveaux tarifs
sur les véhicules
pour favoriser
des constructeurs
américains en proie à
de nouvelles difficultés.
Cette nouvelle augmentation est
due essentiellement à des importations qui bondissent de nouveau, à
266,5 milliards de dollars. Le pays
est confronté à une explosion de la
demande, qui tire les importations
de biens de consommation (+ 2 milliards de dollars). La production
domestique n’est pas en mesure de
répondre à cette demande.
Les exportations sont, en outre, à
la baisse. Les produits agricoles sont
les plus durement touchés, avec un
recul des exportations de soja de
0,8 milliard de dollars, par exemple.
Les mesures de rétorsion chinoises, sur l’agriculture notamment,
apparaissent ainsi plus efficaces
que les tarifs mis en place par les
Etats-Unis. Un exemple significatif :
l’acier. Taxé à 25 % depuis le mois de
mars, le métal continue d’entrer de
manière massive sur le territoire.
Les industriels américains ne produisent pas suffisamment pour alimenter la demande. Des projets
d’extension d’usines sont bien en
cours, mais le temps qu’ils soient
SUR
DOMINIQUE SEUX
DANS « L’ÉDITO ÉCO »
À 7H45
DU LUNDI AU VENDREDI
mis en œuvre, la conjoncture peut
se retourner… En octobre, 2 millions de tonnes d’acier ont ainsi
été importées dans le pays, 7 % de
plus qu’en septembre.
Et une étude récente du « New
York Times » mettait en évidence
le nombre croissant d’exemptions.
Les entreprises peuvent demander
une permission spéciale pour
importer des métaux sans être
taxées à hauteur de 25 %. L’administration américaine en aurait déjà
accordé plus de 3.000 sur de l’acier
ou de l’aluminium chinois. C’est
plus que les exemptions accordées
sur des pays alliés, comme le Japon
ou le Canada.
Importations de voitures
Les Etats-Unis ont accru leur déficit
avec toutes les régions où ils souhaitent le réduire. Un nouveau
record a ainsi été atteint en octobre
sur les biens avec la Chine, à
43,1 milliards de dollars (+7,1 %),
sous l’effet conjugué d’une baisse
des exportations et d’une hausse
des importations. Le déficit avec
l’Union européenne n’est pas en
reste : il s’est établi sur le mois
d’octobre à 17,6 milliards de dollars,
malgré une légère baisse des
importations.
Et, alors que les constructeurs
automobiles européens et asiatiques attendent fébrilement la décision de Washington, les chiffres
publiés ce mois-ci n’incitent pas
à l’optimisme. Les importations
de voitures ont en effet, elles aussi,
atteint un nouveau record, à
14,6 milliards de dollars. Donald
Trump pourrait donc être tenté
d’imposer de nouveaux tarifs sur
les véhicules pour favoriser des
constructeurs américains en proie
à de nouvelles difficultés. n
Une trêve fragile entre Washington et Pékin
Les économistes voient mal
la Chine faire des concessions sur des sujets aussi
sensibles que les transferts
de technologies ou la
propriété intellectuelle
en 90 jours.
Frédéric Schaeffer
@fr_schaeffer
— Correspondant à Pékin
A peine signée, la trêve est-elle déjà
t e r m i n é e ? L’a r r e s t a t i o n a u
Canada, à la demande des EtatsUnis, de la directrice financière et
fille du fondateur du géant chinois
des télécoms Huawei a ravivé les
craintes de nouvelles tensions
entre Pékin et Washington. Les
marchés financiers s’affichaient en
nette baisse jeudi, bien plus sensibles aux conséquences de cette
nouvelle affaire qu’aux propos du
ministère chinois du Commerce.
Dossiers complexes
Cinq jours après l’armistice conclu
par Donald Trump et Xi Jinping en
marge du G20, le gouvernement chinois s’est dit pourtant « très confiant » dans la conclusion d’un
accord avec les Etats-Unis d’ici à 90
jours. Mais de quel accord parlet-on ? L’objectif ultime des discussions entre Pékin et Washington sur
le commerce est de supprimer tous
les droits de douane accrus, a indiqué le porte-parole du ministère chinois du Commerce. « Nous commencerons par les produits agricoles,
l’énergie, les automobiles pour mettre
en œuvre immédiatement les questions sur lesquelles il y a consensus
entre les deux parties », a déclaré Gao
Feng, sans toutefois détailler les
mesures en question.
Si la réduction du déficit commercial est un point crucial pour Donald
Trump, l’objectif des négociations
est aussi d’avancer sur des sujets
aussi sensibles que la protection des
droits de propriété intellectuelle en
Chine, les transferts de technologies
ou encore l’accès aux marchés. Or
s’il est facile d’imaginer la Chine et
les Etats-Unis s’entendre sur les
exportations américaines de soja, de
voitures ou de gaz naturel liquéfié,
un compromis paraît bien plus compliqué à trouver sur les réformes de
fond demandées à la Chine. « Comment imaginer la Chine accepter en
90 jours ce qu’elle n’a jamais voulu
concéder pendant des années ? »,
feint de s’interroger un chef d’entreprise européen à Pékin.
Les doutes se sont emparés des
investisseurs et des économistes.
« Nous restons sceptiques quant à un
« Comment
imaginer la Chine
accepter
en 90 jours ce
qu’elle n’a jamais
voulu concéder
pendant
des années ? »
UN CHEF D’ENTREPRISE
EUROPÉEN À PÉKIN
accord substantiel entre les deux pays.
Pour résoudre ces problèmes structurels, il faudra du temps, de la communication et de la bonne volonté, un triplé rare de nos jours », estime
Gregory Daco, chez Oxford Economics, dans une note récente. La trêve
conclue samedi dernier est, selon ce
dernier, davantage le résultat d’un
revirement des Etats-Unis que d’un
changement de pied important de la
Chine, qui ne s’est pas engagée sur
les dossiers les plus complexes à
l’issue du dîner de Buenos Aires.
« Nous doutons que le cessez-le-feu
marque un vrai tournant dans la
guerre commerciale », note Julian
Evans-Pritchard, chez Capital Economics.
L’arrestation de la dirigeante de
Huawei est, en outre, venue rappeler
que la rivalité entre les Etats-Unis et
la Chine dépasse les enjeux commerciaux et porte bien plus largement sur une bataille pour l’hégémonie technologique. n
L’objectif des discussions entre Pékin et Washington sur le commerce est de supprimer
tous les droits de douane accrus. Photo Elaine Thompson/AP/Sipa
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MONDE // 09
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
Succession à la CDU : l’Allemagne à un tournant
l Le jeu s’annonce serré ce vendredi entre la centriste Annegret Kramp-Karrenbauer et le néolibéral Friedrich Merz.
l Ce sont les 1.001 délégués de la CDU, réunis
à Hambourg, qui vont en décider.
Ninon Renaud
@NinonRenaud
— Correspondante à Berlin
Ce n’est « que » l’élection du président du parti conservateur allemand, mais le vote des 1.001 délégués de la CDU le 7 décembre, à
Hambourg, sera d’autant plus suivi
qu’il est historique. Il s’agit en effet de
nommer le successeur d’Angela
Merkel après dix-huit ans de règne à
la tête de l’Union chrétienne-démocrate. Plus encore, ce nouveau
visage pourrait devenir celui du prochain chancelier. Sur les sept derniers présidents de la CDU, seuls
deux, dont Wolfgang Schäuble,
l’actuel président du Bundestag,
n’ont en effet pas eu le privilège d’accéder au sommet de l’Etat
allemand.
Le jeu n’a en outre jamais été aussi
ouvert : deux hommes et une femme
briguent la présidence de la CDU,
une première dans l’histoire du
parti. Pour l’occasion, celui-ci a organisé huit conférences régionales qui
ont attiré près de 15.000 personnes le
mois dernier, obligeant la CDU à
trouver des salles plus grandes
qu’elle ne le prévoyait pour satisfaire
ce besoin de débats.
Le combat des chefs a d’autant
plus attiré qu’il a fait revenir sur le
devant de la scène un ancien ennemi
d’Angela Merkel. Disparu du paysage
politique depuis près de dix ans, Friedrich Merz, soixante-trois ans, a tou-
tes ses chances face à Annegret
Kramp-Karrenbauer, cinquante-six
ans, secrétaire générale de la CDU et
dauphine officieuse de la chancelière. « Cela va se jouer entre eux deux
et le score sera très serré : certains délégués vont se décider en fonction des discours vendredi à Hambourg », promet Ursula Münch, directrice de
l’Académie d’éducation à la politique,
à Tützing. Le ministre de la Santé,
Jens Spahn, trente-huit ans, complète le trio, mais sa jeunesse le cantonne de fait au rang de challenger.
A priori tout oppose Friedrich
Merz et Annegret Kramp-Karrenbauer. Millionnaire, l’actuel président du conseil de surveillance de la
filiale allemande du gestionnaire
d’actifs BlackRock se déplace en
limousine avec chauffeur et conseiller en communication de crise,
« Cela va se jouer
entre eux deux
et le score sera très
serré : certains
délégués vont
se décider
en fonction des
discours vendredi
à Hambourg. »
URSULA MÜNCH
Directrice de l’Académie
d’éducation à la politique
à Tützing
tandis que « AKK » prend le train
avec son sac à dos en seconde. Il a le
débit et l’assurance d’un homme
d’affaires pressé qui va droit au but.
Elle déroule avec empathie des
réponses longues d’une petite voix
aux accents merkeliens.
Un choix cornélien
En matière de politique migratoire,
un sujet qui a occupé une large partie de leurs débats ces dernières
semaines, Annegret Kramp-Karrenbauer réclame un durcissement
de la politique des expulsions vis-àvis des migrants en infraction, mais
elle défend le pacte mondial sur les
migrations. Friedrich Merz n’hésite
pas, au contraire, à chasser sur les
terres de l’AfD : il a proposé au début
du mois dernier de restreindre le
droit d’asile, pourtant garanti par la
Constitution.
En brisant ce tabou hérité du
passé nazi de l’Allemagne, Friedrich
Merz a essuyé un tollé l’obligeant à
revenir sur ses propos. Selon les derniers sondages, AKK gardait la
faveur de 48 % des électeurs de la
CDU, contre 35 % pour Friedrich
Merz. Mais l’ambition de ce dernier
de diviser par deux le poids de l’AfD,
son expertise financière et son
réseau international rassurent
un public inquiet des désordres
mondiaux et de la montée des
populismes. « Il nous faut un homme
qui a de la poigne pour peser dans le
monde face à Trump et à Poutine »,
assurent Ulrike et Jürgen Koenig en
finissant la traditionnelle saucisse
coincée dans un pain que sert la CDU
Odd Andersen / AFP
EUROPE
La chancelière, Angela Merkel, a régné pendant dix-huit ans à la tête de l’Union chrétienne-démocrate.
Merkel en liberté
conditionnelle
dans ses différents rassemblements.
« AKK connaît bien la CDU, mais elle
n’a pas d’expérience à l’international », ajoute le couple sexagénaire
venu de Wuppertal à Düsseldorf. A
l’intensité des applaudissements
récoltés ce soir-là par Friedrich
Merz, la majorité des 4.000 spectateurs présents dans la salle partageait ce sentiment.
Pour les 1.001 délégués, qui sont
issus de la direction intermédiaire
de la CDU, il s’agit néanmoins de
choisir le candidat capable de garantir leur carrière en réunissant le plus
de voix lors des prochaines élections
fédérales : une femme modeste dans
la continuité d’Angela Merkel
ou bien un homme d’affaires sensiblement plus à droite ? Le choix est
cornélien. n
ANALYSE
Ninon Renaud
D
Odd Andersen/AFP
Odd Andersen/AFP
Odd Andersen/AFP
Trois candidats pour un fauteuil
Friedrich Merz,
candidat de la rupture
Annegret KrampKarrenbauer, l’héritière
Jens Spahn,
le challenger junior
C’est un peu le candidat surprise de cette
élection. Protégé du président du Bundestag,
Wolfgang Schäuble, cet avocat en droit des
affaires de 63 ans avait quitté la vie politique
en 2009 après avoir été évincé de son poste de
chef du groupe parlementaire de la CDU par
Angela Merkel en 2002. Originaire de la riche
Rhénanie-du-Nord-Westphalie et millionnaire, Friedrich Merz a tout de « l’anti-Merkel » même s’il promet de lui être loyal en cas
de victoire. Ce propriétaire d’un avion personnel a pu choquer en se rangeant dans la classe
moyenne et inquiéter l’aile gauche du parti,
mais il apporte un vent de changement ultralibéral qui séduit les milieux économiques.
L’actuelle secrétaire générale de la CDU
est au contraire la dauphine officieuse
d’Angela Merkel. Pur produit de la CDU,
« AKK » y est entrée à l’âge de 20 ans et en
connaît, à 57 ans, tous les arcanes. Ministreprésidente du Land de Sarre depuis 2011,
elle y a été réélue en 2017 après une campagne acharnée pour garder cette région que
tous les sondages annonçaient perdus pour
la CDU. Surnommée « mini-Merkel » par
ses détracteurs, cette mère catholique de
trois enfants défend néanmoins des positions beaucoup plus conservatrices sur les
sujets sociétaux et l’immigration. Elle s’est
notamment opposée au mariage gay.
Cet ancien banquier homosexuel marié
à un homme n’a peur de rien.
Bien que très critique à l’égard de la
politique migratoire de la chancelière,
Jens Spahn s’est imposé dans le gouvernement de coalition d’Angela Merkel
dont il est aujourd’hui le ministre
de la Santé. Originaire de la Rhénaniedu-Nord-Westphalie, libéral et proche
du président du Bundestag, Wolfgang
Schäuble, comme Friedrich Merz, Jens
Spahn a néanmoins un handicap : nombre
de membres de la CDU considèrent
qu’à 38 ans, le jeune homme est encore
un peu vert pour présider leur parti.
epuis sa décision, fin
octobre, de ne pas briguer de nouveau mandat à la tête de la CDU, Angela
Merkel semble libérée ! La chancelière ne s’était pas montrée
aussi souriante et assurée depuis
longtemps, se permettant même
d’être taquine à l’égard de ses
détracteurs les plus sévères. Empêtrée dans une affaire de
dons illicites, la coprésidente de
l’AfD, Alice Weidel, en a fait la
désagréable expérience il y a
quinze jours devant un Bundestag amusé.
En choisissant de laisser la
CDU vivre sa vie, Angela Merkel
n’a, de fait, plus à gérer les tensions au sein du parti conservateur avec son allié bavarois, la
CSU. Elue pour la huitième
année d’affilée femme la plus
puissante au monde par le magazine « Forbes », elle est tout à sa
tâche de leader du moteur politique et économique de l’Union
européenne. C’est dans ce rôle
qu’elle a jeté mi-novembre à
Strasbourg, devant le Parlement
européen, les bases de son
agenda pour l’UE, soutenant
notamment le projet d’armée
europ éenne d’Emmanuel
Macron.
C’est aussi dans cet habit
qu’elle a défendu, une semaine
plus tard, le pacte mondial sur les
migrations devant le Bundestag
pour que ce dernier l’adopte. Elle
venait d’effectuer une visite à
Chemnitz, où ont éclaté fin août
des manifestations violentes
contre les étrangers et où les partisans de l’AfD l’avaient accueillie
avec des « Merkel muss weg »
(« Merkel doit partir »). Angela
Merkel a reconnu qu’elle pouvait
être un élément de polarisation.
Mais, si son parti peut révoquer
sa présidente, la Loi fondamentale de la République fédérale
d’Allemagne protège la chancelière : selon l’article 67, le Bundestag ne peut la destituer qu’à la
condition de rassembler une
majorité pour lui nommer un
successeur.
Au sein de la coalition, nul n’a
pour l’heure intérêt à une telle
manœuvre qui entraînerait de
nouvelles élections fédérales.
Quel qu’il soit, le nouveau président de la CDU devra d’abord se
concentrer sur l’unité du parti
lui-même, après un scrutin qui
promet d’être très serré entre les
deux favoris Friedrich Merz,et
Annegret Kramp-Karrenbauer.
Par conséquent « il y aura beaucoup de déçus et il faudra les intégrer pour éviter une fragilisation
de la CDU », anticipe Ursula
Münch, directrice de l’Académie
d’éducation à la politique à Tützing. Quant aux sociaux-démocrates, leur destin est lié à celui
d’Angela Merkel. Leur chute
libre lors des élections en Hesse
et en Bavière, cet automne, ne
peut en effet que renforcer leur
préférence pour le statu quo
car des élections fédérales menaceraient de les affaiblir considérablement.
Combien de temps encore
durera cette marge de
manœuvre retrouvée ? Les élections régionales qui se dérouleront en septembre et en octobre
dans les trois Etats d’ex-Allemagne de l’Est que sont la Saxe, le
Brandebourg et la Thuringe,
pourraient changer la donne. Un
renforcement de l’AfD, qui a fait
de Merkel sa tête de Turc, pourrait de nouveau la mettre en difficulté, alors même que sera venu
le temps du bilan à mi-mandat de
sa coalition gouvernementale
exigé par le SPD. n
Les quatre rendez-vous décisifs pour l’Europe
UNION EUROPÉENNE
Dans les prochains
jours, l’Allemagne, la
France, l’Italie le Royaume-Uni vont vivre des
événements aux retombées incalculables.
Catherine Chatignoux
@chatignoux
L’Europe est à nouveau dans l’œil
du cyclone. Dans les tout prochains
jours, une salve de rendez-vous
politiques, économiques et sociaux
sont susceptibles de contrarier à
des degrés divers le cours déjà agité
de l’Union européenne.
1
LE SORT DE MERKEL
ENTRE LES MAINS DE LA CDU
A priori, rien d’alarmant dans cet
exercice classique de démocratie
parlementaire. Les cadres du premier parti allemand, conservateur
et pro-européen, vont choisir
samedi leur nouveau leader. Sauf
que cette élection pourrait précipiter le départ d’Angela Merkel qui a
renoncé à la fois à briguer le leadership de son parti et à postuler
pour un cinquième mandat. La
chancelière pensait en contrepartie
finir sereinement son mandat. Elle
court le risque de voir élu, en la personne de Friedrich Merz, non pas
un partenaire accommodant
tenant sagement les rênes du parti
jusqu’aux élections de 2021 mais un
adversaire ambitieux, impatient de
prendre sa place à la chancellerie.
S’il l’emporte samedi, la cohabitation s’annonce sanglante.
mouvement des « gilets jaunes », qui
promet des rassemblements violents samedi à Paris, va-t-il paralyser
l’action du gouvernement ? Ou pire
encore, va-t-il virer à l’insurrection ?
Seule certitude, le président de la
République, qui incarnait jusqu’ici
en Europe la volonté de renforcer
l’Union, va perdre de sa force et de sa
légitimité.
2 LE PRÉSIDENT
FRANÇAIS DÉFIÉ
PAR LES « GILETS JAUNES »
3 L’HEURE DE VÉRITÉ
POUR LE BUDGET ITALIEN
L’Europe tout entière a les yeux rivés
sur la France, frappée en plein élan
réformateur par une vague de protestations et de violences inédites. Le
Le budget italien, qui se joue de la
doxa européenne, sera-t-il accepté
par Bruxelles ? Rome qui se veut un
peu plus conciliant a promis de
revoir en légère baisse son déficit,
ses partenaires lui demandent de
faire plus. La réunion entre le Premier ministre Conte et le président
de la Commission européenne,
Jean-Claude Juncker, mardi, est
décisive. Le rejet du projet italien
creuserait un peu plus la fracture
entre le nord et le sud de la zone
euro qui ne parviennent pas à converger. Il risquerait aussi de conforter le gouvernement populiste italien qui vit en grande partie de sa
critique d’une Union européenne
toute-puissante.
4 L’ACCORD SUR LE BREXIT
MORIBOND, THERESA MAY
EN SURSIS
Les chances que Theresa May
emporte l’adhésion d’une majorité
de députés britanniques sur
l’accord de divorce avec l’Europe
sont infimes, à quelques jours du
vote. Le rejet du texte, mardi en
principe, ouvrirait une immense
période d’incertitude dont les
experts eux-mêmes ne savent pas
prédire sur quoi elle déboucherait :
nouvelles élections, nouveau référendum, Brexit dur, nouvelles
négociations avec l’Europe ou…
pas de Brexit du tout. Une nouvelle
ère de turbulences s’ouvrirait pour
un Royaume-Uni déjà très affaibli
par son choix de quitter l’Union
européenne. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
idées&débats
SOMMAIRE
Le meilleur du Cercle
des Echos
La Chronique
Le Point de vue
Focus
Les transports autonomes, une réponse
à la crise des territoires
Le XXe siècle contre le XXIe
Travailleur des plates-formes : inventer
un nouveau modèle
Comment les centres commerciaux
ont vidé les centres-villes
LES ÉDITORIAUX
DES « ÉCHOS »
Ne pas s’avouer vaincu
Champions du verre à moitié vide, les Français
ne manquent jamais une occasion de se
plaindre ou de s’apitoyer sur leur sort. Pour la
plupart des observateurs tricolores de la
révolution digitale, la cause serait ainsi
entendue : la planète start-up a vocation à être
durablement dominée par des acteurs
américains
et chinois. Et ce ne serait pas un
Par David
hasard si parmi les 100 licornes mondiales (ces
Barroux
jeunes pousses dont la valorisation dépasse le
milliard de dollars), moins d’une poignée est
Les start-up française.
françaises
Nous aurions cependant tort d’être trop
pessimistes. Certes, il y a peu de chances que la
doivent
mondiale soit globalement dominée par
s’attaquer à tech
des Européens ou qu’une start-up hexagonale
des marchés finisse par doubler Amazon dans
qui ne sont l’e-commerce, Uber dans les VTC ou Facebook
sur les réseaux sociaux. Mais même si nous ne
pas déjà
devenons pas aussi forts que des Américains
captés par
ou des Chinois qui peuvent s’appuyer sur de
des Chinois gigantesques marchés intérieurs et des
sources de financement sans limite, le Vieux
ou des
Continent en général, et l’Hexagone en
Américains. particulier, sont loin d’être condamnés au rôle
de modestes figurants. L’univers des start-up
ressemble à la fois à une pyramide et à une marée. Pour qu’un jour,
des jeunes pousses arrivent très haut, il faut d’abord que la base
s’élargisse, que de plus en plus de start-up voient le jour. Il faut aussi
que ces start-up qui naissent aillent de plus en plus loin, grandissent
de plus en plus, telles les vagues d’une marée montante.
La France en est là. L’écosystème tricolore se développe et s’épaissit.
Les financements montent en puissance. Le mouvement est peutêtre trop lent, mais il est engagé et il n’est pas trop tard pour espérer.
D’abord, parce que la digitalisation de l’économie crée des
opportunités et elle est loin d’avoir révolutionné tous les secteurs.
Ensuite, parce que l’innovation technologique, qui permet à de
nouveaux acteurs de s’imposer à l’occasion d’un nouveau départ, n’est
pas près de se ralentir. La 5G mobile, l’intelligence artificielle, le Big
Data, l’Internet des objets n’en sont qu’à leurs débuts et leur essor va
contribuer à redistribuer bien des cartes. Moins naïves et pouvant
s’appuyer sur des cadres plus expérimentés, les start-up françaises
commencent à voir le verre à moitié plein mais elles ne pourront pas
réussir seules. Pour s’imposer, elles devront choisir de s’attaquer à des
marchés qui ne sont pas déjà captés par des Chinois ou des
Américains. Mais il faudra aussi que l’Europe, sans être
protectionniste, soit un peu plus protectrice pour ses jeunes pousses.
Et il faudra que les grands groupes qui, souvent, préfèrent tout faire
en interne ou acheter des compétences apprennent à travailler de
façon plus collaborative avec de jeunes pousses qu’il faudra laisser
grandir.
(
Lire nos informations
Pages 26-27
La lourde facture
des « gilets jaunes »
Par Etienne Lefebvre
La facture de la crise s’annonce lourde, très lourde, avant même les
violences promises de plus en plus ouvertement pour ce samedi par
les « gilets jaunes ». Outre les dégâts considérables des blocages,
dégradations et autres pillages, l’activité économique va en pâtir à
court terme (tourisme, commerce, etc.), mais aussi à long terme,
l’attractivité de la France risquant de reperdre une partie du terrain
gagné depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Sur le plan budgétaire,
l’addition s’allonge également : les 2 milliards de moins-values
fiscales sur la suspension de la taxe carbone mardi ont doublé
quarante-huit heures après avec l’annonce d’un abandon pur et
simple. Il va s’y ajouter la baisse des taxes sur l’électricité, et les
mesures d’aide à la conversion écologique (500 millions). Mais aussi,
au terme des concertations promises par le gouvernement dans les
trois mois qui viennent, une nouvelle salve de mesures sociales. Il est
trop tôt pour faire les comptes, et la priorité va à l’apaisement, plutôt
qu’au maintien coûte que coûte de l’objectif de déficit public pour
2019. D’autant que la Commission européenne, déjà très occupée
par l’Italie et inquiète des tensions dans l’Hexagone, ne va pas
tomber à bras raccourcis sur la France. Dès lors, si des mesures
peuvent être prises rapidement pour limiter le dérapage budgétaire,
attention de ne pas brouiller complètement le message, « de ne pas
détricoter » la politique économique menée jusque-là, pour
reprendre la terminologie élyséenne.
Le véritable rendez-vous budgétaire aura lieu au printemps,
quand les comptes 2018 seront connus et quand la France devra
défendre sa nouvelle trajectoire vis-à-vis de ses partenaires
européens. Le réveil risque alors d’être difficile, surtout si la
conjoncture économique se dégrade. Le grand débat fiscal appelé de
ses vœux par le gouvernement ne pourra alors faire l’économie du
grand débat promis également sur les dépenses publiques.
(
Lire nos informations
Pages 2 à 7
Pinel pour « LEs Echos »
Régulation des cryptomonnaies :
comment la France s’organise
Laurence Boisseau
@boisseaul
En France, il y a un an, il n’y avait
rien. La technologie bitcoin existait,
mais les crypto-entrepreneurs ne
disposaient d’aucun cadre légal.
Aujourd’hui, l’écosystème de la
blockchain est réglementé ou le sera
bientôt. En quelques mois, la France
a réussi à construire une réglementation spécifique, donnant de la
sécurité juridique à ceux qui en
cherchaient. Retour en arrière sur
cette course à la régulation. « Le
point de départ, ce fut l’envolée du bitcoin fin 2017. Ce dernier a gagné près
de 200 % en un mois et a flirté avec les
19.000 dollars. Pour le ministre de
l’Economie et des Finances, ça a été le
signal. Il a demandé : c’est quoi ?
Pourquoi ça monte autant ? Et surtout, que fait-on ? A partir de là, tout
s’est enclenché », explique-t-on à
Bercy.
Dans le même temps, le gendarme boursier (l’AMF) s’est intéressé de près aux ICOs (« Initial Coin
Offerings »). Cette nouvelle forme de
financement par des émissions de
jetons (ou « tokens ») interchangeables en monnaie virtuelle via la blockchain, avait déjà permis à des
start-up de lever près de 80 millions
d’euros... en dehors de tout cadre
légal. Une situation difficilement
tenable pour le régulateur français,
car les ICOs font appel public à
l’épargne.
Pour protéger les investisseurs
sans brider l’innovation, l’AMF a
alors préconisé de créer pour cet
« animal étrange » des règles spécifiques, souples et adaptées. Une
approche différente de celle de la
plupart des autres régulateurs dans
le monde, qui, eux, ont préféré
déclarer la guerre aux ICOs. Si la
Chine et la Corée du Sud les ont
interdites, le gendarme américain
impose, lui, le cadre très contraignant des introductions en Bourse.
Bercy a soutenu, sans réserve, ce
projet, avec la volonté de faire
de Paris la capitale des ICOs. « La
France ne ratera pas la révolution
L’ANALYSE
DE LA RÉDACTION
En mars dernier,
Bercy a voulu faire
de Paris la capitale
des levées de fonds
en crypto-actifs pour
attirer les meilleurs
projets. En quelques
mois, la France a mis
en place un cadre
juridique adapté
et incitatif, pour
réguler l’ensemble
de l’écosystème.
D
Les points à retenir
Pour protéger les
•investisseurs
sans brider
l’innovation, l’AMF a préconisé
de créer des règles spécifiques,
souples et adaptées, moins
contraignantes que celles des
autres régulateurs mondiaux.
Mi-novembre, la France a
aussi voté un régime fiscal
adéquat. Les plus-values
réalisées par des particuliers
sur le bitcoin et autres devises
2.0 seront imposées à 30 %, un
taux identique à celui pour les
valeurs mobilières.
Les mesures fiscales ont été
mal perçues par ceux qui
regrettent que les plus-values
des crypto-actifs ne soient pas
soumises au taux de 11,5 %,
comme l’or.
•
•
blockchain. La France peut être en
pointe, va être en pointe et peut être un
modèle pour beaucoup de pays européens », a déclaré Bruno Le
Maire. L’examen de la loi Pacte, véhicule privilégié pour aller vite sur ce
projet, a été décalé à l’automne.
Entre-temps, les crypto-entrepreneurs se sont plaints des complexités juridiques et comptables, et des
difficultés fiscales et administratives. Principal point de blocage, les
banques qui refusent d’ouvrir un
compte quand le mot « blockchain »
apparaît, de peur de blanchir de
l’argent sale. Impossible dans ces
conditions pour les porteurs de projets de percevoir les fonds.
En octobre, le gouvernement a
fait voter par les députés un cadre
plus ambitieux que le précédent,
englobant tout l’écosystème. Sont
concernés les porteurs de projets
d’ICOs, et tous les prestataires de services en crypto-actifs (plates-formes
d’échange de cryptomonnaies, conservateurs de clés cryptographiques, conseillers en investissement,
etc.). Ils pourront, s’ils le souhaitent,
demander un visa au gendarme
boursier. Dans certains cas, quand
l’activité exercée est particulièrement risquée, ils devront se faire
enregistrer auprès de l’AMF. Les
députés ont aussi voté la facilitation
d’accès à un compte bancaire pour
les prestataires qui auront obtenu ce
visa.
M i - n o ve m b r e , l a Fr a n c e a
aussi voté un régime fiscal adéquat.
Les plus-values réalisées par des
particuliers sur le bitcoin et autres
devises 2.0 seront imposées à 30 %,
un taux identique à celui pour les
valeurs mobilières. Les opérations
entre cryptomonnaies seront, elles,
exonérées. Enfin, dernière pierre à
l’édifice, l’Autorité des normes
comptables (ANC) vient de publier
un règlement définissant le cadre
comptable pour les jetons émis lors
des ICOs, qui met un terme à toute
incertitude sur ce point et permet de
sécuriser ces opérations. Cette réglementation spécifique va-t-elle rassurer les jeunes pousses qui préfé-
raient aller en Suisse, au Portugal,
voire en Belgique ? La France va-telle réussir à se positionner comme
une juridiction de référence en
Europe ? « C’est une des rares fois où,
face à une technologie nouvelle, la
France n’a pas appliqué le principe de
précaution en voulant tuer le marché.
Le gouvernement a écouté les entreprises et fait quelque chose d’équilibré » commente Benjamin Grange,
porte-parole du collectif Crypto
Asset France by France Digitale.
« Tout cela va dans le bon sens. Le
visa que l’AMF délivrera pour les porteurs d’ICOs est une vraie grande
innovation juridique, car il est optionnel. La France met ainsi les autres
pays européens devant le fait accompli. Le sujet n’était pas de prendre le
leadership sur la Chine ou les EtatsUnis, mais d’être précurseur en
Europe. Pourquoi chercher alors une
autre façon de réguler si celle-là existe
déjà ? » explique Sébastien
Choukroun, manager du Blockchain Lab chez PwC.
Le problème, désormais, c’est le
calendrier. Combien de temps pour
que le gendarme boursier puisse
délivrer un label ? Un vote définitif
de la loi Pacte au printemps 2019 est
le scénario le plus probable. D’ici là,
pour les entreprises qui ont déjà bien
avancé dans leur projet, ce sera trop
tard.
Les mesures fiscales ont été mal
perçues par ceux qui regrettent que
les plus-values des crypto-actifs ne
soient pas soumises au taux de
11,5 %, comme l'or. « Tous nos voisins
sont plus bas. Passer à une taxe de
30 % n’induit pas des retours massifs,
mais dissuade ceux qui commençaient à préparer leur départ à l’étranger », commente un expert en ICO.
« On ne pourra jamais lutter contre
une sorte de dumping fiscal », ajoutet-il. Que faire encore pour donner un
vrai coup de pouce à cet écosystème ? « Donner l’exemple. Y aurat-il demain un département cryptomonnaie à la Banque publique
d'investissement ? Cela serait rassurant pour les investisseurs », propose
Benjamin Grange. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 11
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
opinions
LES ARTICLES LES PLUS SUR LESECHOS.FR
1. ISF : Macron recadre ses ministres
2. L'arrestation d'une dirigeante de Huawei ravive les tensions entre Pékin et Washington
3. « Gilets jaunes » : le virage de Wauquiez
4. Un tournant pour les marchés
5. Les députés votent la suppression des tribunaux d'instance
LE MEILLEUR DU
CERCLE DES ÉCHOS
DANS LA PRESSE
ÉTRANGÈRE
Les transports autonomes,
une réponse à la crise
des territoires
Le retour de l’Etat
islamique en Irak
et en Syrie
Le développement des mobilités
intelligentes est peut-être la solution
pour rapprocher, sur le plan géographique
comme sur le plan social, les zones
périurbaines des grandes villes.
Les explications de Christophe Sapet,
PDG de Navya.
MOBILITÉ DU FUTUR « La fracture sociale
théorisée par Jacques Chirac en son temps
n’a fait que s’aggraver. Elle prend d’abord la
forme de séparations géographiques qui ont
d’importantes conséquences sur les coûts et
la pénibilité des déplacements. L’innovation
des transports autonomes représente une
opportunité de réaliser d’importants progrès
à cet égard. […] Le projet de loi d’orientation
des mobilités (LOM) ouvre à travers son
article 13 la voie à la mise en service en
milieu urbain d’ici à quinze mois. »
GAIN DE TEMPS « Dans un avenir que l’on
peut souhaiter le plus proche possible,
les habitants des zones périurbaines
éloignées imposant de longues heures
de migrations pendulaires pourront
considérablement gagner en qualité de vie.
Un véhicule autonome partagé venant les
chercher à proximité immédiate de chez eux
les amènera vers une plate-forme
de transport ou sur leur lieu de travail
plus rapidement. »
DES FRAIS EN MOINS « Le coût des
transports pourrait drastiquement baisser,
et ce d’abord au profit des ménages les plus
modestes. En passant à l’électrique, et
pourvu que la France parvienne à conserver
et développer un parc de production
électrique puissant, le coût du kilomètre
devrait chuter. De plus, la généralisation
d’un modèle d’utilisation sur abonnement
des transports devrait réduire
considérablement le coût mensuel
de la mobilité, assurance comprise, et fait
disparaître les postes garage et entretien. »
a
A lire en intégralité sur Le Cercle :
lesechos.fr/idees-debats/cercle
On croyait l’Etat islamique vaincu
•après
la perte des territoires qu’il con-
trôlait. Mais le mouvement terroriste
(Isis, selon l’acronyme en anglais) « réémerge. Il pratique des enlèvements, des
meurtres, des attentats en Irak et se bat
avec férocité en Syrie », écrit le « Financial Times ». Quatre ans après avoir
autoproclamé son « califat », l’Isis est
devenu un mouvement clandestin
« efficace » dans ces deux pays.
Une bombe à Mossoul, qui fut l’éphémère capitale du soi-disant califat avant
d’être reprise par les forces armées irakiennes en 2017, a tué trois enfants. A
Tikrit, où les terroristes ont massacré
1.700 prisonniers, au moins cinq personnes ont perdu récemment la vie
dans une attaque à la voiture piégée. Le
nombre d’attaque à Kirkouk a plus que
doublé en 2018 par rapport à 2017.
Pour le « FT », « la réémergence de
l’Isis sous forme d’un mouvement de guérilla est un signe de l’existence d’une
menace persistante d’un groupe qui a inspiré des attaques terroristes meurtrières
en Europe et choqué le monde entier par
ses massacres, ses décapitations en Irak
et en Syrie et l’esclavage systématique
des femmes ».
D’après un porte-parole des Forces
démocratiques syriennes (FDS), une
coalition dominée par les Kurdes et
comprenant des éléments de l’Armée
syrienne libre, le mouvement surfe sur
« l’instabilité politique en Irak et en
Syrie ». Et, selon les spécialistes, il y a
beaucoup plus de combattants que ce
que l’on prédisait. Ce qui oblige le maintien de quelque 2.000 militaires américains en Syrie. En outre, l’Etat islamique
continue de prospérer grâce à des
extorsions de fonds et des entreprises
sous des prête-noms, notamment des
concessionnaires automobiles et des
bureaux de change… —J. H.-R.
Troubles dans la vérité
LA PUBLICATION Vénérable
institution éditoriale
Photo Olivier Sainthilaire/Haytham-RÉA
Le XXe siècle contre le XXIe
A l’origine de la crise des « gilets jaunes », il y a le passage d’un monde
à un autre. Une transformation inéluctable du capitalisme qui angoisse
la classe moyenne et la pousse à se révolter.
LA
CHRONIQUE
d’Eric
Le Boucher
L
LA REVUE
DU JOUR
LE PROPOS Quête de notoriété
et brutalité devancent aujourd’hui,
en matière d’information,
le simple souci de vérité.
Sous un titre bien trouvé,
un dossier analyse une époque
et des tendances caractérisées
à la fois par de la surinformation
et de la désinformation. A l’ère de
l’Internet, des manipulations,
par des individus isolés comme
par des puissances étrangères
et par les forces de l’argent,
produisent de la désillusion
et de la déstabilisation.
Ici Raffaele Alberto Ventura note,
avec des accents très actuels,
que « le monde de la post-vérité est
aussi celui de la post-politique,
où aucune barrière ne protège
les hommes du chaos ». Tandis que
Philippe de Lara souligne « la force
du baratin » et appelle, comme
Philippe Raynaud, à le prendre
au sérieux. Faut-il pour autant
légiférer ? Une livraison à lire, en
tout cas, au moment où la loi antifake news fait tant couler d’encre.
Blocage par des « gilets jaunes » de la circulation près de Pontault-Combault en Seine-et-Marne, le 17 novembre.
Fragiles vérités
Esprit, n° 450, décembre 2018,
20 euros.
et philosophique aux ambitions
résolument modernes, « Esprit »
compte comme l’un des piliers
du paysage intellectuel français.
A l’heure d’un relativisme
grandissant, du bougisme
généralisé et de l’instantanéité
des réseaux sociaux – le tout
alimentant doutes et « vérités
alternatives » à foison – la revue,
au comité de rédaction bien garni,
vaut repère. — Julien Damon
e siècle qui s’est ouvert va déjà à
une telle vitesse que beaucoup,
n’ayant rien vu venir, se retrouvent dépassés. Ils n’ont encore rien vu.
Ainsi de l’écologie. L’humanité n’a
encore qu’à peine bougé, mais elle va
accélérer dans les vingt ans qui viennent parce qu’il s’agit de la survie du
genre humain. La prise de conscience
tarde mais elle va venir, la transformation sera irrésistible. La vague va monter, elle va brutaliser les modes de vie du
XXe siècle, les habitats, les transports, la
consommation.
Le peu qui a été fait amène par exemple en France à rehausser le coût du
carbone par une taxe de 7 euros la
tonne en 2010 à 45 euros en 2018, et à
100 euros en 2030. Il en coûtera
500 euros par personne et par an, selon
Jean Pisani-Ferry (1). Et sans doute faudra-t-il en vérité aller plus haut plus
vite. C’est indispensable, c’est irrémédiable, ce sera fait. Nous ne voyons que
le début.
Ainsi du capitalisme. Le XXe siècle a
gonflé et enrichi une classe moyenne,
permettant à des millions de ménages
occidentaux de connaître le confort
d’une maison propre et chauffée, d’une
alimentation saine et diversifiée, des loisirs et des vacances à l’autre bout du
monde. Dans les années 1960 et 1970, les
salaires du top management augmentaient moins vite que ceux du salarié de
base. Les inégalités diminuaient.
Le XXIe siècle est caractérisé par
l’inverse, par la décomposition de la
classe moyenne. Les emplois
« moyens » d’hier, qui bénéficiaient
d’une promotion automatique par
ancienneté, donnant à tous l’assurance
d’une « carrière » fût-elle modeste, sont
en train de disparaître au profit d’un bas
où les métiers sont révocables, peu couverts par les systèmes d’assurance
d’hier, mal payés mais exigeants en
dévouement, et d’un haut où il faut être
créatif à tout âge tout en étant obéissant.
Le revenu médian stagne depuis 1980
aux Etats-Unis, les inégalités explosent.
La cause en est le basculement de
l’industrie vers les services, où la productivité est plus faible, donc les salaires aussi. L’éclatement des usines et la
mondialisation en ont été les moteurs,
mais la technologie plus encore. Nous
n’en sommes ici aussi qu’au début,
l’intelligence artificielle devrait renforcer l’évidage de la classe moyenne.
Emmanuel Macron
est un pilote rapide,
il voulait rattraper
trente ans de retard
français.
Les « gilets jaunes »
n’arrêteront pas
l’Histoire. Ils n’arrêteront
que la France.
Personne n’a trouvé comment arrêter cette transformation du capitalisme, elle est comme l’écologie, irrémédiable. Du moins pour l’instant. Il
faudra pour y parvenir réinventer une
coordination mondiale, cadrer la
finance, transformer la protection
sociale, comme ce fut fait au XIXe siècle
lors de l’entrée dans l’ère industrielle, mais cela prendra du temps, prévient Daniel Cohen (2).
Cette brutale transformation des
modes de vie qu’impose le XXIe siècle a
fait émerger le populisme. Celui-ci a
une seconde cause, l’immigration. Le
mouvement des populations par-dessus les frontières pendant ce siècle est
peut-être une transformation moins
irrémédiable que les deux autres, elle
est moins certaine. Mais le social et le
culturel, le niveau de vie et le mode de
vie, forment couple pour angoisser la
classe moyenne.
En Grande-Bretagne, l’anxiété a conduit au Brexit. Aux Etats-Unis, elle a
porté Donald Trump à la Maison-Blanche. En France, comme souvent dans
l’Histoire, la révolte passe par la rue, et,
innovation psychanalytique, par les
ronds-points. Partout, le désespoir
devant ce que chacun devine comme
un avenir irrémédiablement noir
pousse les partis populistes qui font
croire qu’on peut préserver les modes
du siècle passé, que la solution est d’y
retourner.
Les gouvernements responsables
proposent l’inverse : la vitesse. La mise
en mouvement pour obtenir les avantages – certains – d’un pays en avance.
Mais ils sont très mal à l’aise parce qu’ils
doivent avoir le pied sur l’accélérateur
et « en même temps » sur le frein pour
ramasser ceux qui tombent dans les
virages.
Emmanuel Macron est un pilote
rapide, il voulait rattraper trente ans de
retard français. Les « gilets jaunes »
l’ont bloqué.
Cette crise montre la violence avec
laquelle le XXIe siècle broie le XXe. Les
victimes en « gilets jaunes », quoi
qu’elles pensent gagner dans leur « victoire », n’obtiendront jamais assez pour
conserver leur vie comme avant. Les
« gilets jaunes » n’arrêteront pas l’Histoire, ils n’arrêteront que la France. La
crise peut être salutaire s’ils rompent
avec l’immobilisme populiste et se mettent à s’engager non plus pour résister,
mais pour inventer avec leurs compagnons de lutte, avec leurs élus, avec
l’Etat, les transports, les habitats, la consommation du XXIe siècle.
Eric Le Boucher est éditorialiste
aux « Echos ».
(1) « Le Monde » du 30 novembre.
(2) « Il faut dire que les temps ont changé »,
Albin Michel
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 // IDEES & DEBATS
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
opinions
LE POINT
DE VUE
de Yann-Maël Larher
L
a délimitation entre salariat et
travail indépendant se pose de
façon renouvelée. Par un arrêt
rendu le 28 novembre 2018, la chambre
sociale de la Cour de cassation requalifie le contrat liant un livreur à une plateforme numérique en contrat de travail.
Pour la Cour de cassation, dès lors que
l’application est dotée d’un système de
géolocalisation permettant le suivi en
temps réel de la position du coursier et la
comptabilisation du nombre total de
kilomètres parcourus, et que la société
dispose d’un pouvoir de sanction à
l’égard du coursier, les juges ne peuvent
pas écarter la qualification de contrat de
travail. Concrètement, la société concernée, Take Eat Easy, ayant fait faillite à l’été
2016, c’est le régime de garantie des salaires (AGS) qui devra assumer les conséquences financières de cette décision.
Celui-ci permettra au livreur à vélo de
voir son affaire jugée aux prud’hommes
et lui permettra de bénéficier des avantages liés à ce statut : indemnités de congés
payés, paiement des heures supplémentaires, l’indemnité de licenciement, droit
à indemnisation chômage en cas de
durée d’activité suffisante. Au-delà de ses
conséquences pour le plaignant, l’arrêt a
une portée majeure pour l’ensemble des
travailleurs des plates-formes Internet.
Pour la première fois, cette interprétation du droit par les juges pourrait
sérieusement menacer une économie
basée sur des systèmes de géolocalisation et de sanction sociale. Dès lors, la
tentation est grande d’intégrer ces nouveaux « entrepreneurs » au salariat,
comme jadis les mannequins, artistes…
car, comme eux, ils apparaissent dépendants et assument la responsabilité
LE POINT
DE VUE
de Rodolphe Couturier
et Bertrand Magnien
L
a dérégulation du secteur sucrier
européen, il y a juste un an, a fait
entrer brutalement un pan
essentiel de l’agriculture française de
plain-pied dans un marché ultralibéral.
Malgré l’onde de choc, Tereos, 2e sucrier
mondial, affiche un bilan largement
positif : près de 500 embauches en
France en 2018, une activité industrielle
en hausse de 30 % toujours pour la
France, une part de marché en Europe
qui progresse de 27 % et, ce qui ne gâche
rien, la meilleure rémunération de la
betterave aux agriculteurs français, à
28,40 euros par tonne.
Et pourtant… L’été dernier, l’onde de
choc a touché l’entreprise. Pourquoi ?
Parce que le modèle de gouvernance
coopérative a révélé avec force certaines
de ses limites. Dans une entreprise non
coopérative, l’histoire n’aurait rien eu
d’exceptionnel. Une succession disputée
à la présidence du conseil de surveillance,
l’entrée en opposition de certains élus
agriculteurs finalement désavoués par
l’assemblée générale… Cela aurait dû en
rester là. Pourtant, des attaques d’une violence inouïe se sont fait jour : par la diffusion de rumeurs et d’informations trompeuses, certains se sont employés à faire
peur sur l’entreprise et à faire croire que
nos élections internes étaient truquées ! Il
nous est alors apparu que les coopératives comme Tereos étaient totalement
démunies face aux tentatives de déstabilisation pourtant courantes dans la vie
des affaires. Alors que faire pour les protéger ? Pour être plus fortes, il appartient
aux coopératives de balayer d’abord
LES ARTICLES LES PLUS PARTAGÉS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
1. Sondage : la cote de confiance d’Emmanuel Macron n’en finit pas de dégringoler
2. ISF : Macron recadre ses ministres
3. Quand Xavier Niel loue le travail de Macron
4. Climat : après une pause de trois ans, les rejets de CO2 sont repartis
de plus de belle
5. Pourquoi les banques centrales vont tuer les cryptomonnaies
Travailleur des platesformes : inventer
un nouveau modèle
d’une entreprise sans pouvoir la diriger.
En même temps, il convient d’évaluer les
conséquences de la requalification qui
pourraient être lourdes en termes
d’emploi. En effet, les plates-formes
numériques fondent leur modèle sur le
recours aux indépendants et calculent
leurs marges en fonction des coûts liés à
ce mode de collaboration. Vouloir les
soumettre à l’organisation du Code du
travail reviendrait à les condamner à
disparaître.
Si le problème est
la condition de travail,
il vaudrait mieux
encourager la création
de coopératives
de livreurs actionnaires
plutôt que de les
requalifier en salariés.
Si le problème est la condition de travail précaire de ces livreurs, alors il vaudrait mieux encourager la création de
coopératives gérées par des livreurs
actionnaires plutôt que de les requalifier
en salariés, ce qui tuerait la création
d’emplois basée sur de nouvelles formes
de coopération. Pour autant, ces considérations n’empêchent pas de faire évoluer
les modèles. La ville de New York vient
d’imposer un salaire minimum pour les
chauffeurs de VTC. Il y a quelques mois,
un amendement d’un député français
suggérait, de son côté, d’encadrer le travail des livreurs en limitant la requalification et en proposant la signature d’une
charte de droits et devoirs. On peut toutefois craindre que ces chartes, non contraignantes, renforcent le pouvoir des
acteurs en place puisque les plates-formes édicteraient leur propre modèle
social. Ce qui est certain, c’est que les
réformes restent timides tant la tâche
s’avère radicale. Ce qui n’est encore que
craquements deviendra un problème
central. La distinction entre le travail
salarié et le travail indépendant ne tient
pas à la difficulté de fixer une frontière,
mais à l’incapacité de cette opposition
binaire à répondre de manière satisfaisante aux diverses situations d’activité
professionnelle. Un raisonnement
binaire est préjudiciable à l’emploi et, à
plus long terme, à tous les travailleurs.
La création d’une catégorie intermédiaire entre travail salarié et travail
indépendant constitue une troisième
voie, laquelle n’est pas nécessairement
incompatible avec l’hypothèse de
l’émergence d’un droit de l’activité professionnelle. La protection des actifs
comme la représentation syndicale et
sociale sont nées des métiers sur la base
du salariat, dans le cadre d’appartenances professionnelles stables et définies.
Progressivement, elles se sont orientées
vers la solidarité. Sans dénier leur
caractère collectif, il s’agit maintenant
de les organiser autour de la personne.
La civilisation naissante du savoir doit
dépasser le clivage entre indépendants
et salariés au profit d’un droit de l’activité applicable à tous, quelle que soit la
forme juridique de l’exercice de leur
activité professionnelle.
Yann-Maël Larher est cofondateur de
Okaydoc.fr et expert à l’Institut Sapiens.
Il faut faire évoluer
la gouvernance des
coopératives françaises
devant leur porte : elles doivent gagner en
crédibilité. Qu’a-t-il été reproché à notre
entreprise par ceux qui voulaient l’affaiblir ? Ce qu’on reproche en général aux
« grandes coopératives » : manque de
transparence, opacité des comptes, éloignement des agriculteurs… Pourtant,
Tereos a des standards de gouvernance
similaires à ceux des entreprises cotées :
comité d’audit, comité des rémunérations, application des normes IFRS, suivi
par les agences de notation…
Les coopératives
comme Tereos étaient
totalement démunies
face aux tentatives
de déstabilisation.
Mais se doter de règles exigeantes et
les appliquer n’est clairement pas suffisant. La raison, nous semble-t-il, est qu’il
n’existe pas de référentiel de gouvernance coopérative détaillé auquel se rattacher. Il n’y a pourtant aucune raison
aujourd’hui que les agriculteurs coopérateurs des grandes coopératives ne
bénéficient pas de garanties comparables à celle des actionnaires d’entreprises cotées. Les sociétés cotées ont leur
code de conduite : le « code Afep-Medef ». Nous appelons de nos vœux la
création d’un corpus de b onnes
pratiques de gouvernance comparables
à celles de l’AMF pour les entreprises
cotées. Ce corpus – précis et exigeant –
doit naturellement aussi protéger les
coopératives. Les abus doivent pouvoir
être rapidement et efficacement sanctionnés selon des règles comparables à
celles qui existent pour les sociétés commerciales. Si l’entreprise, ses associés
coopérateurs et ses employés sont mis
en danger par certains agissements, ils
doivent être protégés. Pour faire respecter ces normes, il faut des moyens et il
faut un gendarme, qui puisse agir en
toute indépendance et impartialité, loin
de tout conflit d’intérêts. Le Haut Conseil
de la coopération agricole (HCCA) pourrait être professionnalisé et devenir une
autorité de régulation. Ou alors, pourquoi ne pas étendre le champ d’action de
l’AMF à la supervision des « grandes »
coopératives ?
Mais imposer plus de règles ne suffit
pas. C’est sur leur capacité à répondre
aux enjeux économiques de leurs adhérents et sur leur capacité à s’adapter à
un monde nouveau que les coopératives sont attendues. Il faudra accompagner la transformation de leur modèle
pour s’adapter aux mutations en cours,
afin que l’actionnariat agricole français
puisse continuer à remplir ses missions
en se projetant dans l’avenir.
Rodolphe Couturier est membre
du conseil de surveillance de Tereos
et président de Coop de France,
Centre Val de Loire.
Bertrand Magnien est membre du
bureau et du conseil de surveillance
de Tereos et président de Coop
de France, Hauts-de-France.
Quelle violence
est légitime ?
L’ŒIL DU
PHILOSOPHE
Par Roger-Pol
Droit
N
on, la France n’est pas à feu et à sang.
Du moins pas encore. Mais la violence monte à Paris et ailleurs, de
semaine en semaine. Et nul ne sait où ni
quand cessera l’escalade. Après les affrontements et saccages du 1 er décembre, les
prochaines manifestations risquent de
dégénérer à leur tour. L’arrivée auprès des
« gilets jaunes » de lycéens, d’étudiants et
d’agriculteurs accroît la possibilité d’actions
incontrôlables. Manifestants à bout de nerfs
ou infiltrés par des extrémistes ou alors doublés par des pillards, le résultat est le même.
Les forces de l’ordre, pour préserver ou rétablir l’ordre public, vont voir monter d’un
cran, sinon de plusieurs, le niveau de leurs
consignes d’action. Ces événements endommagent des corps. Plusieurs centaines de
blessés, certains gravement touchés. On laissera donc de côté d’autres formes de violence
– verbale, symbolique, sociale… – pour s’intéresser uniquement à celles qui s’exercent
physiquement, sur des personnes (coups et
blessures) et sur des biens (dommages et
destructions). A l’arrière-plan de tous les
débats du moment se tient cette question
classique de philosophie politique : quelle
violence est légitime ?
La force et la loi
Deux réponses, inconciliables, se font face.
D’un côté, celle de tous les théoriciens de
l’autorité de l’Etat, de Thomas Hobbes à Max
Weber, en passant par Montesquieu et bien
d’autres. Selon eux, l’usage de la force n’est et
ne peut être légitimé que par la loi. Max
Weber parle ainsi du « monopole de la violence légitime » détenu par l’Etat. Seule la
légalité autorise l’usage de la force, dans un
cadre strict. La loi seule justifie cet usage,
parce que, en principe, chaque citoyen a
renoncé à se faire justice lui-même. En contrepartie, sa personne et ses biens sont protégés par l’autorité publique. Dans ce schéma
idéal, légalité et légitimité sont synonymes.
Toute violence exercée hors la loi est par conséquent illégitime. Mais le monde réel ne vit
pas entièrement dans la légalité et la transparence des principes. Il se meut dans les
rapports de force, les conflits, les tensions,
voire les révolutions. A la légitimité de la
violence d’Etat s’oppose, depuis des générations, une autre légitimité, que revendique la
violence révolutionnaire. Ses modes
d’action sont illégaux, cela ne fait pas l’ombre
d’un doute. Malgré tout, aux yeux de ses
apologistes, cette violence se trouvera légitimée par le désir de justice, la logique de
l’histoire, la construction d’un autre monde.
De Gracchus Babeuf à certains de nos contemporains, en passant par Marx-EngelsLénine ou par Georges Sorel, cette violence
est un moyen de changement. Sa fin est un
monde meilleur. Ce qui légitime alors les
violences, plus encore que souffrance et
révolte, c’est le projet de casser une société,
qu’on juge mal faite, pour en bâtir une autre,
qu’on veut parfaite. En vain, jusqu’à présent.
En répétant trivialement qu’« on ne fait pas
d’omelette sans casser des œufs », on
acquiesce par avance aux dommages collatéraux et même aux pires désastres. Pour
rien, une fois encore. Car le propre des
révolutions est qu’on ne voit jamais l’omelette tant annoncée… Pas plus qu’on ne voit
chanter les lendemains.
Le mouvement
des « gilets jaunes »
est multiforme.
Une part de ses
contestations demeure
bon enfant et démocratique,
une part de ses actions flirte
avec la révolution, une
frange est dans
la destruction pure.
En revanche, de la Terreur à la Révolution culturelle, en passant par le Goulag et
Cuba (entre autres…), on constate sans
peine tout ce qui fut détruit et tous ceux qui
furent tués. Malgré tout, pour les tenants
des révolutions, ce n’est que partie remise.
Le jeu est à rejouer, le pouvoir demeure au
bout du fusil. La violence reste donc, de ce
point de vue, moyen légitime. Une troisième catégorie, plus étrange, s’est imposée
récemment à côté de ces figures classiques.
La violence pour la violence. Comme fin en
soi, et non plus comme moyen pour quelque but que ce soit. Saccager pour saccager,
détruire pour détruire, voilà le credo du
nouveau nihilisme. Il met en œuvre une violence absurdement autosuffisante, autolégitimée, qui ne débouche sur rien, et ne sert
qu’à satisfaire la pulsion de mort.
Le mouvement multiforme des « gilets
jaunes » est tiraillé entre ces trois formes de
légitimation de la violence. Elles le travaillent à des degrés divers. Une part de ses
contestations demeure « bon enfant » et
démocratique. Une part de ses actions flirte
avec la révolution. Une frange est dans la
destruction pure. La suite dépendra du
dosage. Or l’équilibre semble instable et des
basculements sont possibles. Du côté de la
démocratie ou de la guerre civile.
Roger-Pol Droit est philosophe
et écrivain.
L'ACTUALITÉ
DES THINK TANKS
Contre les cigarettes à la sauvette
IDÉE La France figurerait au premier rang européen en matière de commerce
illicite de cigarettes. Deux milliards d’euros de taxes en moins pour l’Etat ;
des préoccupations de santé publique ; des tensions liées aux concurrences
déloyales dans certains quartiers où la contrebande se vend à la sauvette.
Il s’ensuit, au nord de Paris en particulier, des nuisances préoccupantes.
Les habitants se plaignent, même si certains se solidarisent des trafiquants.
Les pouvoirs publics interviennent, mais de manière dispersée
et insuffisante. Globalement, dans des secteurs qui peuvent paraître
abandonnés, le sentiment d’insécurité s’accroît et la qualité de vie en pâtit.
INTÉRÊT Encore une bonne note pour la Fondapol. A partir d’une enquête
fouillée – soutenue par Philip Morris –, avec des experts éloignés du blabla
universitaire, ce travail fournit de la donnée et des idées. Parmi les
suggestions : assermenter les policiers comme des douaniers afin de faire
des transactions ; rapprocher les services d’investigation et les services
(découragés) de voie publique ; sanctionner les acheteurs ; communiquer,
entre autres, sur la nocivité sanitaire et urbaine de ces affaires. Bref, haro
sur les trafics dans l’espace public !
— Julien Damon
www.fondapol.org
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 13
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
focus
BONNES FEUILLES
Par Daniel Fortin
Les dix vérités économiques
qu’il nous faut entendre
Jacques de Larosière pose dans ce livre un regard
aigu et critique sur le système économique mondial.
Jacques de Larosière est un esprit clair. De
ceux qui manquent en ces périodes complexes où les passions l’emportent souvent sur
la raison. C’est particulièrement vrai dans le
champ économique, un domaine que
l’ancien directeur du FMI et ex-gouverneur
de la Banque de France connaît mieux que
personne. Depuis qu’il a pris ses distances
avec la vie publique, il prend le temps
d’écrire des livres où il analyse avec acuité
les grands problèmes économiques du
monde. Le dernier en date ne déroge pas à la
règle qu’il s’est fixée : celle de remettre au
centre de nos débats quelques vérités économiques que l’émotion a tendance à reléguer au second plan. Extraits.
LA COMPÉTITIVITÉ FRANÇAISE « Les
Ces nouveaux Auchan, Carrefour, E. Leclerc, Magasins U, Cora, Intermarché et autres sont très souvent adossés à
des sites commerciaux situés en périphérie des villes, où le prix du mètre carré est imbattable. Photo P.Gleizes/RÉA
Franck Gintrand décrypte le phénomène de dévitalisation des centres-villes,
asphyxiés par l’implantation de sites commerciaux en périphérie.
Comment les centres commerciaux
ont vidé les centres-villes
LIVRES
Par Kévin Badeau
@kevinbadeau
Q
uel est le point commun entre
Orelsan et Franck Gintrand ? A
priori aucun. Le premier est
rappeur et le second exerce comme
conseil auprès des collectivités locales.
Mais ils portent tous deux un regard
désolé sur la dévitalisation des centresvilles. Dans son album « La fête est
finie » (2017), le rappeur dédie un titre à
« sa ville », Caen, et fredonne : « Dans
ma ville, on traîne entre le béton, les plaines/Dans les rues pavées du centre où
tous les magasins ferment. » Franck Gintrand, de son côté, vient de publier un
essai sur ce thème, « Le jour où les
zones commerciales auront dévoré nos
villes ». Si le titre annonce un futur peu
reluisant, les 224 pages décrivent un
présent déjà alarmant : les centres des
villes moyennes se vident de leurs petits
commerces.
Libéralisation à outrance
Comment notre pays en est-il arrivé là ?
La loi de modernisation de l’économie
(2008), votée sous Nicolas Sarkozy, est
la première responsable, explique
Franck Gintrand. Pour relancer la
croissance économique par la consommation, la nouvelle législation facilite
les ouvertures et les extensions des surfaces commerciales. Résultat,
entre 2008 et 2018, le nombre d’hypermarchés a bondi d’un tiers (de 1.500 à
2.000) quand celui des supermarchés a
doublé (de 5.000 à 10.000).
Problème, ces nouveaux Auchan,
Carrefour, E. Leclerc, Magasins U, Cora,
Intermarché et autres sont très souvent
adossés à des sites commerciaux situés
en périphérie des villes (83 % des cas), où
le prix du mètre carré est imbattable. Les
conséquences sont terribles pour les
cœurs de ville et les commerçants indé-
ESSAI
Le jour où
les zones
commerciales
auront dévoré
nos villes
par Franck
Gintrand, Thierry
Souccar éditions,
224 pages,
12,90 euros.
pendants, qui n’arrivent plus à faire venir
les consommateurs. D’après une étude
menée en 2017 par la Fédération du commerce spécialisé Procos, « 62 % des centres-villes observés ont un taux de vacance
commerciale supérieur à 10 %, limite
symbolique considérée comme critique ».
Seulement un centre-ville sur dix se
trouvait dans pareille situation en 2001.
Faut-il, pour autant, jeter la pierre
aux élus locaux ? Difficile de renoncer à
plusieurs milliers d’euros de revenus
fiscaux. Et les foncières qui construisent des centres commerciaux promettent monts et merveilles pour convaincre les politiques les plus hésitants.
Technique classique, et qui porte souvent ses fruits, elles s’engagent sur la
création d’emplois. « Le projet Europacity d’Auchan [situé en périphérie de
Gonesse, NDLR] a fait très fort en évoquant 17.500 emplois – dont 11.500 pérennes, raconte Franck Gintrand. Alors que
le chômage des moins de 25 ans y avoisine
les 35 %, on comprend que le maire de la
ville soit bien décidé à soutenir coûte que
coûte le projet malgré les attaques dont il
fait l’objet. »
Autre promesse, celle d’un site commercial respectueux de l’environnement avec l’installation de milliers de
panneaux solaires, la récupération des
eaux de pluie ou encore le recyclage des
déchets organiques. Une démarche très
tendance depuis la COP21. Mais quid des
milliers d’hectares de terres agricoles
artificialisées ? « C’est en urbanisant la
campagne et en faisant sortir le commerce des villes que le shopping sera pleinement écologique », ironise l’auteur,
bien conscient de la ruse marketing.
biens d’équipement français continuent
d’être pénalisés par des prix trop élevés et
d’insuffisantes innovations. En ce qui concerne le rapport moyen qualité-prix, nous
restons dans la moitié inférieure du classement européen. Dans l’ensemble, la densité de
nos exportations manufacturières en innovations et haut de gamme laisse à désirer. »
DETTE PUBLIQUE ET DÉMOCRATIE « La
dette publique française est proche de 100 % du
PIB. Elle atteint 2.250 milliards de dollars. Elle
a pratiquement doublé en dix ans. Pendant
cette période, 700.000 emplois ont été créés
dans les collectivités locales, sans que la hausse
de la population ou l’amélioration des services
rendus puisse, en rien, le justifier. A-t-on jamais
organisé un débat public à l’Assemblée nationale sur les conséquences à long terme pour
notre pays et notre société de ces dérives ? »
REBÂTIR UN SYSTÈME MONÉTAIRE
STABLE « Un système monétaire internatio-
Les 10 préjugés
qui nous
mènent
au désastre
économique
et financier
Par Jacques de
Larosière, Odile
Jacob, 201 pages,
22,90 euros.
nal n’est, en fin de compte, qu’une manière de
coordonner les politiques économiques des
grands acteurs. Cette coordination implique
une certaine limitation des souverainetés
nationales afin de pouvoir maximiser le bien
commun. Les données politiques actuelles ne
semblent guère compatibles avec cette conception de l’intérêt collectif. Au fond, les gouvernements ont cru retrouver leur liberté pour
déterminer leur politique économique lors de
la chute de Bretton Woods. En fait, ils n’ont
fait que se subordonner aux marchés... »
EN FINIR AVEC L’« ÉCONOMIQUEMENT
CORRECT » « L’éclatement, imprévu, de la
crise de 2007-2008, la plus grave de notre système économique et financier depuis 1929,
jette une lumière très crue sur le caractère
grégaire de la pensée dominante. Ce n’est pas
que je dénonce l’incapacité à prévoir. Il me
semble que c’est une erreur d’attendre des
économistes qu’ils prédisent avec précision
les ruptures et les crises. En revanche, le fait
de ne pas avoir mis l’accent sur la dangereuse
convergence de toute une série de phénomènes structurels aboutissant inévitablement à
l’emballement du cycle financier me semble
plus problématique. » n
Livres en bref
Américanisation
Au-delà des questions d’emploi et d’écologie, le déplacement de l’activité commerciale du centre vers la périphérie « transforme plus radicalement la
France que ne l’aura fait l’exode rural
d’après-guerre », déplore l’auteur, qui y
voit un parallèle avec les Etats-Unis. Car
l’idée d’héberger plusieurs boutiques
dans un même espace vient d’outre-Atlantique, où « les “malls” [centres commerciaux, NDLR] remplissent la fonction de centre-ville qui, à quelques
exceptions près (New York, Chicago, San
Francisco), n’existe pas dans ce pays
urbanisé tardivement ». L’américanisation de l’Hexagone est peut-être le prix à
payer pour permettre aux Français les
plus modestes de faire leurs courses
sans avoir à trop dépenser dans les
commerces de bouche de centre-ville.
Le tout en bénéficiant de places de parking abondantes et gratuites, et en
ayant accès à une galerie marchande
appréciée pour la variété de ses enseignes : H&M pour l’habillement,
Decathlon pour les équipements sportifs, Micromania pour les jeux vidéo,
Maisons du Monde pour la déco, FNAC
pour la culture…
Une chose est sûre, le principe séduit,
puisque 65 % des achats s’effectuent
désormais en périphérie. Quitte à en
faire parfois de nouveaux lieux de
vie. « C’est dans les “malls” que les Américains sortent pour la première fois sans
leurs parents, se donnent rendez-vous
entre amis, fêtent leurs anniversaires,
passent parfois des journées entières »,
raconte Franck Gintrand. Là aussi, cette
habitude gagne peu à peu la France
– c’est d’ailleurs dans les centres commerciaux que le jeune Orelsan « aimait
tellement [se] balader/même quand
[il] n’avait que dalle à acheter ». n
ESSAI
Nouveaux pauvres et nouveaux riches
La thèse est auda•cieuse,
particulière-
ment audible en ces
temps de soulèvement de la « France
d’en bas » : notre
p a y s , q u i s ’e n o r gueillit d’avoir porté
l’effort sur la création d’emplois de
s er v i ces à l a p e rso nne ( 1 , 2 mi l l i o n
aujourd’hui) ferait fausse route. En fait de
nouveaux jobs, c’est une nouvelle domesticité qu’il aurait fait surgir, un phénomène
d’autant plus insoutenable sur le plan
moral que cette résurgence d’un autre siècle se serait produite à grands coups de
Le Retour des
domestiques
fonds publics.
Encouragé, ce travail
Par Clément Cardomestique, devenu
bonnier et Nathalie une véritable stratéMorel. Editions
gie économique,
Seuil/La Républiaurait du coup
que des Idées.
siphonné d’abon106 pages,
dants subsides qui
11,80 euros.
eussent été mieux
employés ailleurs,
par exemple dans le maintien ou la création de services publics de proximité. Le
travail des deux chercheurs, Clément Carbonnier et Nathalie Morel, est fouillé. Ce
qui ne le rend pas moins contestable dans
ses conclusions où l’idéologie, parfois,
affleure. — D. Fo.
L’introuvable dialogue social
lois Larcher
•auxDesordonnances
Macron, le chemin
du dialogue social a
été largement balayé,
dans le double but de
renforcer son autonomie et de le décentraliser au plus près
du terrain, notamment des entreprises. Pourtant, on le voit avec le mouvement
des « gilets jaunes » et la réticence initiale
d’Emmanuel Macron à accorder sa confiance aux corps intermédiaires au début
de son mandat, la production de normes
Le Dialogue
social en France.
sociales par concertation semble en
Entre blocages et
recul dans notre
big bang. Par Guy
pays, comme si le
Groux, Michel
vo l o n t a r i s m e d u
Noblecourt et
législateur était resté
Jean-Dominique
impuissant face à la
Simonpoli. Ed.
fatigue des acteurs
Odile Jacob. 249
patronaux et syndipages. 22,90 euros. caux et la défiance,
qui, depuis toujours
en France, reste le principal ferment de leur
relation. Ce livre, écrit par d’éminents
experts du sujet, fait un état des lieux complet de la situation. Une façon, en creux,
d’analyser les blocages français. — D. Fo.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
enquête
Climat : les Pays-Bas en alerte maximum
ENVIRONNEMENT // Montée des eaux maritimes, multiplication des précipitations intérieures,
inondations à répétition en perspective… Le radoucissement de la planète se présente comme une apocalypse
pour les Pays-Bas, dont les deux tiers de la richesse nationale sont situés en territoire inondable.
Si elle se
confirme,
l’accélération
de la fonte
de l’Antarctique aura déjà
un impact
aux Pays-Bas
à l’horizon
de 2050.
Photo Truus van
gog/HH-RÉA
Didier Burg
— Correspondant à Amsterdam
D
ieu a peut-être créé le monde, mais ce
sont les Néerlandais qui ont créé les
Pays-Bas. » L’échine courbée de
l’ouvrier batave s’apprêtant à soulever un
bloc de pierre est là pour témoigner. Erigée
sur la grande digue du Nord dénommée
« Afsluitdijk », la statue symbolise la lutte
du Néerlandais qui, depuis des siècles, construit digues et barrages pour se protéger de
la mer et des eaux. « A l’origine, le pays n’était
qu’un immense marais formé par le delta
d’une multitude de rivières », rappelle Klaas
van Egmond, professeur de sciences géologiques à l’université d’Utrecht.
Devant les caprices du climat, l’inconscient collectif des Néerlandais a plus que
jamais en mémoire les grandes catastrophes ayant jalonné l’histoire du pays. La
dernière en date, cette inondation soudaine
en 1953 qui, en quelques heures, a tué plus
de 2.000 personnes et fait 70.000 sinistrés.
Depuis, le royaume est protégé de la mer
par un réseau d’écluses, de barrages et
d’ouvrages hydrauliques : le « programme
Delta ». Derrière ce nom, il y a aussi un organisme qui se charge de planifier les aménagements du territoire en vue des changements climatiques. « Il y va de la survie du
pays », lance Wim Kuijken, commissaire
auprès du programme Delta. Les dangers
pour le royaume ne se limitent pas à la mer.
Outre les 800 kilomètres de façade maritime, les trois voies navigables les plus fréquentées d’Europe, le Rhin, l’Escaut et la
Meuse, qui traversent le pays, s’avèrent une
autre menace permanente. Montée des
eaux maritimes, multiplication des précipitations intérieures, inondations à répétition
en perspective, avec plus d’un quart de leur
territoire en dessous du niveau de la mer, le
radoucissement de la planète risque de
ravager les Pays-Bas comme aucun autre
pays en Europe.
« Les dommages et les désagréments ne
pourront être évités à 100 %, mais une grande
partie d’entre eux dépend de la réduction des
émissions de CO2 qui sera réalisée au plan
mondial », temporise toutefois Wim Kuijken. Les enjeux sont de taille pour l’écono-
mie du royaume : les deux tiers de la
richesse nationale sont situés en territoire
inondable, soit 1.800 milliards d’euros à la
merci des eaux. En outre, un patrimoine
immobilier d’une valeur de quelque 711 milliards d’euros est bâti sous le niveau de la
mer. Sans compter les 9 millions de Néerlandais résidant dans ces zones à risque.
Sur la base de données confirmant le risque d’une fonte plus rapide que prévu de la
calotte glaciaire de l’Antarctique, une étude
de chercheurs de l’université d’Utrecht a
conclu que le niveau des mers pourrait monter de 1,50 mètre d’ici à la fin du siècle, voir
1,80 mètre selon le pire scénario. « La question est aujourd’hui de savoir de combien de
temps nous disposons pour nous préparer,
s’interroge la scientifique Marjolijn Haasnoot, chargée d’étudier l’impact du réchauffement à l’institut Deltares. S’il dépasse les
2 degrés prévus dans l’Accord de Paris, le
niveau des eaux maritimes a toutes les chances
de s’élever deux fois plus vite », conclut-elle. La
hauteur de la montée des eaux est aussi
appelée à se décupler en cas de dérapage de
l’Accord de Paris. La mer du Nord pourrait
ainsi monter de 3 mètres d’ici à 2100.
Renforcer la protection des côtes
Si elle se confirme, l’accélération de la fonte
de l’Antarctique aura déjà un impact aux
Pays-Bas à l’horizon de 2050. « Le renforcement préventif des côtes néerlandaises
demandera alors 20 fois plus de sable que les
12 millions de mètres cubes prévus actuellement. Les barrages anti-tempêtes devront
être remplacés plus tôt que prévu et des dispositifs de pompage de l’eau plus puissants
seront nécessaires », prévoit le commissaire
du programme Delta. « Jusqu’à présent, le
niveau de protection de nos côtes a été calculé
à partir de la puissance de tempêtes avec une
probabilité de survenance d’une fois tous les
dix mille ans. Mais le risque d’une fonte plus
rapide que prévu de la calotte glaciaire de
l’Antarctique change la donne, s’inquiète la
scientifique néerlandaise Renske de Winter, de l’université d’Utrecht. La politique
d’aménagement et de protection des côtes
néerlandaises doit être revue de manière critique », poursuit-elle à l’adresse des responsables du pays. « Comme nos ancêtres l’ont
fait il y a mille ans, il va falloir construire une
“deuxième” côte en aménageant des bancs de
sable en avancée de la mer », estime, de son
côté, le professeur Klaas van Egmond.
Œuvrant sans relâche à l’aménagement de
leur territoire face aux risques climatiques,
les Pays-Bas avaient pourtant achevé en
novembre 2016 un chantier de huit années
de travaux pour mieux se protéger d’une
invasion de la mer. Les côtes néerlandaises
avaient été renforcées en 7 endroits et 89
points de fracture possible de digues
avaient été sécurisés.
Le gouvernement a déjà
budgétisé 150 millions
d’euros annuels à partir
de 2022 pour trouver
les moyens de parer à une
pénurie d’eau douce.
Pour autant, les Pays-Bas sont confrontés
à des travaux de Sisyphe, comme en témoigne le lancement en avril dernier d’un nouveau chantier pharaonique : le renforcement de la plus grande digue du royaume,
l’Afsluitdijk. « Des sites historiques comme la
ville de Enkhuizen risquent d’être mis en péril
en cas de montée des eaux », prévient le professeur van Egmond. Longue de 32 kilomètres, l’Afsluitdijk, située au nord d’Amsterdam, est un ouvrage datant de 1932 qui isole
un lac d’eau dessalée, l’IJsselmeer, des
assauts de la mer du Nord. Les travaux de
rénovation, d’un coût d’un demi-milliard
d’euros, se prolongeront jusqu’en 2022.
L’objectif est d’assurer la solidité de
l’ouvrage jusqu’en 2050. Quelque 75.000
tonnes de pierres en béton vont se superposer au revêtement actuel de la digue, qui restera en place. La production de ces blocs de
béton va donner lieu à la mise en place d’une
usine spécifique. Huit mille personnes
seront affectées à ce chantier.
Au global, face aux calamités en perspective, une enveloppe de 1,2 milliard d’euros
est consacrée chaque année pour assurer la
sécurité des digues dans le cadre du plan
Delta. Mais il ne faudra pas en rester
là. « Outre un excès de précipitations susceptible de faire sortir les rivières de leur lit, les
fleuves vont avoir plus de difficulté à se déverser dans la mer avec la montée prévue de celle-ci », prévoit Bas Jonkman, professeur en
ingénierie hydraulique de l’université technique TU Delft et membre de l’association
royale des ingénieurs Kivi. Le royaume a
donc déjà prévu d’aménager des bassins de
déversement et de débloquer une enveloppe de 375 millions d’euros pour prendre
les mesures nécessaires, qui feront l’objet de
tests l’an prochain.
Par ailleurs, l’ironie du sort veut que le
réchauffement climatique ait mis un coup
d’arrêt à la construction de nouveaux polders, ces zones asséchées devenues habitables que les Bataves ont commencé à aménager à la fin du Moyen Age. Au contraire,
les Néerlandais prévoient désormais de
conserver de grandes réserves d’eau douce
afin de parer aux éventuelles pénuries. « Des températures plus élevées en été,
comme on en a connu cette année, vont se traduire par des vagues de chaleur caniculaire
qui vont provoquer une évaporation de
l’humidité et une demande accrue en eau
douce, alors qu’une montée des eaux maritimes va accroître le salage des rivières et des
nappes phréatiques », anticipe Wim Kuijken. Le paradoxe existe bel et bien : les PaysBas risquent de manquer d’eau douce. Dans
cette perspective, le gouvernement a déjà
budgétisé un montant annuel de 150 millions d’euros à partir de 2022 pour trouver
les moyens de parer à une pénurie.
Affaissement des sols
Mais ce n’est pas tout. « Outre une montée des
eaux maritimes qui va demander un rehaussement des digues, les Pays-Bas sont confrontés à un phénomène d’affaissement de leur
territoire », s’inquiète Faiza Oulahsen, directrice de campagne auprès de Greenpeace
Nederland. « On observe actuellement une
hausse de 2 millimètres par an de la mer sur
nos côtes et un affaissement des sols de 1 millimètre par an dans certaines régions, confirme Wim Kuijken. Outre l’assèchement
artificiel des nappes phréatiques, l’extraction
de gaz et de sel, qui figure parmi les principaux
responsables de cette situation, sera forte-
ment réduite dans les années à venir », rappelle-t-il. « Cette situation a de quoi inquiéter
à Amsterdam, car les pilotis sur lesquels reposent les maisons risquent de moisir au contact
de l’eau, craint Bas Jonkman. Trouver une
solution à ce problème apparaît difficile et
dans tous les cas fort coûteux. »
Une urgence à relativiser
Si la gestion de l’eau mobilise les pouvoirs
publics aux Pays-Bas, le laxisme du gouvernement sur les sources du réchauffement
est patent. Condamné récemment par la justice en appel dans le cadre d’une « class
action » engagée par l’ONG Urgenda,
La Haye va devoir réduire de 25 % ses émissions de CO2 d’ici à 2020, contre l’objectif de
17 % fixé jusque -là par le gouvernement. « Compte tenu des grands dangers qui
risquent de se produire, des mesures plus
ambitieuses doivent être prises à court terme
afin de protéger la vie des citoyens néerlandais », ont justifié les magistrats. « Malgré
l’urgence absolue, comme le laisse entendre
le dernier rapport du GIEC, et l’implication
des citoyens dans cette lutte, l’Etat ne fait assez
pour réduire les émissions de gaz à effet de
serre », déplore Michel Schuurman, directeur de la MVO, un réseau d’entreprises versées dans le développement durable. Pour
Greenpeace, l’Etat néerlandais va devoir
prendre le taureau par les cornes pour
réduire les émissions de CO2 , première
cause avérée des changements climatiques. « En matière d’énergie durable, les PaysBas sont en queue de peloton en Europe. Seuls
le Luxembourg et Malte font encore moins
bien, alors que l’Allemagne et le Danemark
montrent l’exemple », s’indigne Faiza Oulahsen, militante à l’ONG.
Malgré tout, l’urgence est à relativiser. « Non seulement nous avons du temps
devant nous pour rehausser les digues, mais
nous disposons des techniques pour le faire »,
tempère Klaas van Egmond. Mais pour
Greenpeace, cela ne suffira pas. « Pour freiner les changements climatiques et la montée
des eaux maritimes, il va falloir produire plus
durable, utiliser des énergies renouvelables,
changer nos habitudes alimentaires et notre
façon de nous déplacer. C’est à ce prix que nous
garderons les pieds au sec aux Pays-Bas. » n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
Les Echos
,
Budget de l’Etat 2018 : 386,3 milliards d’euros // PIB 2017 : 2.283,6 milliards d’euros courants //
Plafond Sécurité sociale : 3.311 euros/mois à partir du 01-01-2018 // SMIC horaire : 9,88 euros
à partir du 01-01-2018 // Capitalisation boursière de Paris : 1.532,96 milliards d’euros (au 05-07-2018)
// Indice des prix (base 100 en 2015) : 103,78 en août 2018 // Taux de chômage (BIT) : 9,1 %
au 2e trimestre 2018 // Dette publique : 2.255,3 milliards d’euros au 1er trimestre 2018
Les chiffres
de l'économie
EN FRANCE
À L’ÉTRANGER
POLITIQUE LE DRÔLE DE
PARRAIN DES ÉTUDIANTS
DE MARION MARÉCHAL
ONU VERS UNE ISSUE PACIFIQUE
AU SAHARA OCCIDENTAL
Martin Fourcade commence sa saison à fond !
IRAN ATTENTAT SUICIDE
DANS LE PORT DE CHABAHAR
AFP
CULTURE DÉCÈS
DE JOSEPH JOFFO, L’AUTEUR
D’ « UN SAC DE BILLES »
Joseph Joffo, auteur du célèbre livre
autobiographique « Un sac de billes »,
racontant la fuite de deux jeunes frères
juifs à travers la France occupée, est
mort jeudi à 87 ans. Originaire de Paris, il
avait écrit la suite de son œuvre, « BabyFoot », quatre ans plus tard, en 1977.
Malade depuis plusieurs années, il est
décédé à Saint-Laurent-du-Var (AlpesMaritimes), où il était hospitalisé.
LA PHOTO DU JOUR
« Une solution pacifique » au conflit
dans le Sahara occidental est « possible », a estimé jeudi l’envoyé spécial
de l’ONU à l’issue d’une table ronde de
deux jours entre les parties à Genève,
selon l’ex-président allemand Horst
Köhler chargé du dossier depuis 2017.
Six ans après l’échec de négociations
directes, le Maroc et le Front Polisario, qui se sont fait la guerre jusqu’au
cessez-le-feu de 1991, ont participé
aux discussions à Genève aux côtés
de l’Algérie et de la Mauritanie.
Les étudiants de l’école de l’ex-députée
FN Marion Maréchal ont pris pour parrain Georges Loustaunau-Lacau, général héros des deux guerres mondiales
mais notoirement antisémite. Un
homme que l’Ecole militaire de SaintCyr avait aussi choisi pour une promotion, mais que l’armée avait décidé, en
novembre, de débaptiser. Les étudiants
en formation continue ont, de leur côté,
choisi pour parrain l’écrivain et aviateur
Antoine de Saint-Exupéry.
Un attentat suicide à la voiture piégée
a fait trois morts et 48 blessés jeudi en
Iran dans le port de Chabahar, près de
la frontière avec le Pakistan, selon les
médias iraniens. Le « terroriste à
l’origine de l’attaque a été tué », a
déclaré la télévision publique iranienne. Le port de Chabahar est situé
dans la province à majorité sunnite
du Sistan-Baloutchistan, depuis
longtemps en proie à des troubles liés
au trafic de drogue et aux tensions
séparatistes.
ESPAGNE LE ROI PREND LA
DÉFENSE DE LA CONSTITUTION
Le Français, roi du biathlon triple médaillé d’or de Pyeongchang, a envoyé un message fort à ses adversaires en remportant
jeudi à Pokljuka (en Slovénie) la première course individuelle (20 km) de la saison. Le quintuple champion olympique a fait
preuve d’une maîtrise à la carabine (20/20) et sur la piste qui a encore une fois écœuré le reste du plateau. Martin Fourcade
avait déjà gagné dimanche le relais mixte avec ses camarades de l’équipe de France.
Photo : Jure Makovec/AFP
TENNIS MAURESMO RENONCE
À LA COUPE DAVIS
POUR ENTRAÎNER POUILLE
Amélie Mauresmo va devenir
l’entraîneur de Lucas Pouille à partir
de la saison prochaine, et renonce
par conséquent au capitanat de
l’équipe de France de Coupe Davis,
ont annoncé jeudi le joueur et la FFT.
L’ancienne championne devait succéder à Yannick Noah, à partir de
2019, à la tête de l’équipe de France,
finaliste malheureuse de la dernière
Coupe Davis face à la Croatie.
ENCHÈRES UNE JAGUAR
DE COLUCHE MISE A PRIX
Une Jaguar MK II ayant appartenu à
Coluche entre 1980 et 1985 sera mise aux
enchères dimanche à Paris, au profit des
Restos du Cœur, a annoncé la maison de
vente Aguttes. Estimé entre 20.000 et
30.000 euros, le véhicule équipé d’un
moteur six cylindres 3.4 L associé à une
boîte automatique à 3 rapports, a été
acquise par Coluche en deuxième main.
AFP
GARD 350 BREBIS DÉFILENT
À NÎMES CONTRE LE LOUP
Quelque 350 brebis massées devant
la préfecture du Gard : c’est le moyen
que des éleveurs ovins ont employé,
jeudi, pour réclamer des mesures
rapides contre le loup. « Le bilan dans
le Gard depuis deux ans et notamment
dans la zone des Costières, près de Vauvert, donc en zone de plaines (...), est à
peu près de 380 animaux tués par un
loup repéré de façon officielle », a
expliqué un représentant du syndicat
des producteurs ovins du Gard.
// 15
Le roi d’Espagne Felipe VI a appelé
jeudi lors du quarantième anniversaire de la Constitution à défendre
« l’esprit d’intégration » de ce texte
fondateur qui garantit « l’unité » du
pays confronté au défi indépendantiste en Catalogne. La Constitution
espagnole présente « une vocation
d’intégration qui ne signifie pas l’uniformité, ni oublier ou supprimer la
diversité territoriale, ni nier la pluralité mais l’assumer », a-t-il dit.
VATICAN LE PAPE AUX ÉMIRATS
ARABES UNIS EN FÉVRIER
Le pape François se rendra en février
prochain à Abu Dhabi, aux Emirats
arab es unis, p our son septième
déplacement dans un pays à la population principalement musulmane, a
a n n o n c é j e u d i l e Va t i c a n . P r o grammé du 3 au 5 février, ce voyage
sera le premier d’un pape dans la
péninsule Arabique.
YÉMEN URGENCE ALIMENTAIRE
POUR 20 MILLIONS
DE YÉMÉNITES SELON LE PAM
Le Programme alimentaire mondial
(PAM) des Nations-unies a rapporté
jeudi que plus de 15 millions de Yéménites étaient dans un état de « crise »
ou d’ « urgence alimentaire » et que
ce chiffre pourrait atteindre les
20 millions, à défaut d’une aide
humanitaire durable.
ON EN PARLE À KALININGRAD
Un trublion nommé Kant
Les habitants de Kaliningrad souhaitaient que l’aéroport porte le nom du philosophe allemand.
Benjamin Quénelle
— Correspondant à Moscou
puis soviétique et russe. Une cité
au curieux destin. Sur les bords
de la mer Baltique, à mi-distance
entre Moscou et Bruxelles,
s’observent à quelques mètres
l’une de l’autre Maison des
Soviets et cathédrale gothique.
D’un côté, la grandeur des projets architecturaux de l’ex-URSS.
De l’autre, la majesté des vestiges
de l’histoire allemande où, jusque-là tranquillement, reposaient corps et pensées de Kant.
Mais une surprenante
enquête en ligne vient de semer
la zizanie. Moscou s’est mis en
tête de sonder la population de
plusieurs grandes villes pour
rebaptiser leur aéroport respectif. La capitale a voté en faveur du
grand poète Pouchkine, dont le
nom, chéri par des générations
de Russes, ornera donc les
E
m m a n u e l K a n t s’e n
retourne sans doute dans
sa tombe. A l’ombre de la
cathédrale de Kaliningrad,
l’enclave russe située au milieu
de l’Union européenne, sa plaque funéraire a été souillée par
des jets de peinture. Un monument en mémoire du philosophe et une pancarte indiquant
sa maison ont été pareillement
vandalisés.
Depuis près de trois siècles,
Kant semblait pourtant faire
consensus dans Königsberg-laprussienne devenue Kaliningrad-la-soviétique. Le philosophe était né en 1724 et avait passé
l’essentiel de sa vie dans cette
ville, allemande jusqu’en 1945
terminaux de Cheremetievo. A
Kaliningrad, nommée après la
conquête soviétique, en
mémoire à Mikhaïl Kalinine,
révolutionnaire proche de
Lénine et apprécié de Staline,
Kant est longtemps arrivé en
tête du sondage. Un vote populaire mal vu, toutefois, par les
autorités, soucieuses de prolonger la vague nationaliste qui, de
Kaliningrad à Vladivostok, a
saisi le pays depuis 2014 et
l’annexion de la Crimée.
« Trahi sa patrie »
« L’auteur de "Critique de la raison pure" ne peut pas être un
grand symbole d’une région
russe », a ainsi protesté Andreï
Kolesnik, député local inquiet
de voir son aéroport ainsi germanisé, un choix « non patrioti-
que ». Sans raison évidente, il a
traité Kant de « russophobe ». Le
vice-amiral Igor Moukhametchine, chef d’état-major de la
flotte russe basée à Kaliningrad,
a pareillement accusé Kant
d’avoir « trahi sa patrie » mais
surtout d’être allemand. Des
arguments de poids dans le port
de la Baltique où, entre Pologne
et Lituanie, deux Etats membres de l’Otan, le Kremlin a
régulièrement mis en scène ses
diatribes militaires et ses missiles nucléaires.
Du coup, Kant a chuté en
ligne. Et le sondage a été remporté par… l’impératrice Elisabeth Ire. En 1758, son armée
avait brièvement pris la ville.
Dans l’anonymat de l’université
locale, enseignait alors un certain Emmanuel Kant. n
1
11
11
11
11
12
11
13
10
12
13
12
1
11
11
11
4/8
8/11
11
11
SAMEDI
MEDI
6/10
1
11
122
133
SAMEDI
6/11
9/12
6/13
12
11
15
8/10
14
4
1
12
9/11
12
12
DIMANCH
HE
1
14
17
15
9/11
11/12
1
15
15
17
7/8
11/15
5/7
14
1
15
3/6
/
6/10
LUNDI
5/8
15
8/11
9/12
DIMANCHE
ANCHE
9/12
9/10
8/9
7/12
7/14
11/15
10/11
6/8
7/9
9/11
7/11
8/10
23/29
23/27
23/28
10/11
4/9
9/10
18/24
16/20
14/15
6/7
4/10
7/12
7/12
7/12
9/10
9/17
9/15
10/17
5/8
5/12
4/11
-7/-5
-7/-5
-7/-3
1/4
-2/2
-0/2
23/28
22/24
19/28
11/15
11/15
12/15
8/10
7/7
8/11
24/31
24/31
24/32
18/26
19/26
19/27
12/17
8/11
6/9
-3/-2
-2/0
-2/0
7/11
3/6
7/8
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MUST BE MOËT & CHANDON*
MHD SAS, 105 Bvd de la Mission Marchand, 92400 Courbevoie – B 337 080 055 RCS Nanterre
*MOËT IMPÉRIAL, À L’ÉVIDENCE MOËT & CHANDON
L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Le Salon Nautic
ouvre samedi porte de
Versailles, à Paris.
L’occasion de rencontrer
l’un des chantiers
tricolores qui monte
dans le secteur. // P. 20
Vendredi 7, samedi 8 décembre
2018
www.lesechos.fr
DEVISES EUR/GBP 0,8902 EUR/JPY 1,2792 EUR/CHF 1,1291 GBP/USD 1,2779 USD/JPY 1,1246 USD/CHF 0,9925 TAUX EONIA -0,369 LIFFE EURIBOR 3 MOIS -0,316 OAT 10 ANS 0,6179 T-BONDS 10 ANS 2,9856
INDUSTRIE & SERVICES
AÉRIEN
Joël Saget/AFP
DERNIÈRE HEURE
« Gilets jaunes » : Paris se prépare
à un samedi noir
Nouvelle avancée
majeure pour
DeepMind dans
l’IA et les jeux
L’avenir de Joon chez Air France
n’est pas tranché. // P. 18
Benoît Georges
@bengeorges
— Envoyé spécial à Montréal
INTERVIEW
Sanjeev Gupta, PDG de Gupta
Family Group. // P. 19
ENTENTE
Le gendarme de la concurrence
met à l’amende le cartel
de l’électroménager. // P. 21
TEXTILE
Le marché de la mode rechute dans
un contexte de déconsommation.
// P. 22
ACCURACY
Le cabinet de conseil poursuit sa
croissance internationale. // P. 23
Michael Candelori/Rex//Sipa
HIGH-TECH & MÉDIAS
INTERVIEW
Ludovic Le Moan, PDG de Sigfox.
// P. 24
TÉLÉCOMS
Escalade dans la guerre entre
Huawei et Washington. // P. 25
La préfecture de police de Paris a appelé jeudi les commerçants des Champs-Elysées à « fermer [leurs] portes et accès ».
ET « CRIBLE » P. 39
START-UP
INNOVATION
Les craintes de violences
poussent les autorités à
demander la fermeture des
commerces, des théâtres et
des musées, à Paris, mais
aussi en régions.
En cinq ans, les licornes
sont devenues un troupeau
à 1.000 milliards de dollars.
// PP. 26-27 ET L’ÉDITORIAL
DE DAVID BARROUX P. 10
PME & RÉGIONS
CULTURE
François Guillot/AFP
Philippe Bertrand
@Bertra1Philippe
Les musées de collectionneurs
revendiquent leur originalité.
// P. 28
AUVERGNE - RHÔNE-ALPES
ITEN lance la production de sa pile
miniature. // P. 29
FINANCE & MARCHÉS
BOURSE
Paris vit son pire trimestre
depuis sept ans. // P. 32
BANQUE
« Gilets jaunes » : les banques
se préparent à « l’acte 4 ». // P. 33
MATIÈRES PREMIÈRES
Or : de grands investisseurs font
pression sur les groupes miniers.
// P. 34
CARNET
// P. 32
SUR
DANS
« LA CHRONIQUE
BOURSE »
À 13H ET 17H30
DU LUNDI AU VENDREDI
Peur sur la ville. L’Elysée redoute une « très
grande violence » samedi à Paris. Les « gilets
jaunes » récalcitrants et les casseurs de tout
poil qui se glissent dans leurs manifestations
seraient prêts à en découdre à nouveau malgré les reculs du gouvernement. Par conséquent, les autorités et les acteurs de la vie
parisienne s’organisent pour limiter les
dégâts. C’est dans une ville morte que les
manifestants joueront au chat et à la souris
avec les forces de l’ordre. A l’échelle de la
France entière, des « moyens exceptionnels »
viendront en renfort des quelque 65.000 forces de sécurité qui seront déployées.
La préfecture de police de Paris a appelé
jeudi les commerçants du secteur des
Champs-Elysées à « fermer [leurs] portes et
accès ». Une véritable « mise en demeure » qui
s’accompagne d’une incitation à protéger les
vitrines et devantures ainsi qu’à retirer les
étalages, terrasses, contre-terrasses, véhicules, ainsi que tous les objets vulnérables. C’est
ainsi que le bâtiment du Drugstore Publicis
en haut de la plus belle avenue du monde
sera entouré d’une palissade de bois.
Ailleurs dans la capitale, les instructions
sont moins strictes. Mais les vastes restrictions de la circulation empêcheront la venue
des clients. Les adhérents du Comité
Champs-Elysées ont été informés que de
6 heures du matin à la dispersion des manifestations les automobilistes seront invités à
contourner et à ne pas stationner dans un
périmètre englobant la place de l’Etoile et les
rues adjacentes, le Trocadéro, la Concorde,
la Madeleine, le quartier Saint-Lazare, le secteur Opéra-Vendôme, celui du Louvre-Rivoli, la Bastille, la République, Denfert-Rochereau, la place d’Italie et Montparnasse,
soit la quasi-totalité des lieux parisiens les
plus fréquentés.
Tour Eiffel fermée
De grandes enseignes comme les Galeries
Lafayette n’avaient pas décidé jeudi en fin
d’après-midi de tirer leur rideau. Mais leurs
allées risquent d’être clairsemées. Lors des
grandes manifestations, la préfecture de
police ferme de nombreuses stations de
métro. Rue du Faubourg Saint-Honoré, de
l’avenue Matignon à la rue Royale ainsi que
les rues adjacentes, et rue Royale sur la portion de la place de la Concorde à la rue du
Faubourg Saint-Honoré, les boutiques
seront entièrement fermées car aucun passage ne pourra avoir lieu.
La fréquentation des rues de Paris ellesmêmes ne sera pas élevée puisque une
dizaine de musées de la capitale (musée d’Art
moderne, musée de l’Homme, catacombes,
Jeu de Paume, Grand Palais) ont décidé de ne
pas ouvrir leurs portes samedi. Le Louvre ou
le Musée d’Orsay étudiaient encore la question jeudi en début de soirée, mais l’Opéra, à
Garnier et à Bastille, a annulé ses représentations comme le Théâtre des Champs-Elysées. La tour Eiffel sera également fermée.
Le black-out s’étend même à l’ensemble de
la France. La ville de Bordeaux fermera
musées, opéra et bibliothèques. La moitié
des matchs de la 17e journée de Ligue 1 seront
reportés. Une façon, aussi, de ne pas mobiliser des forces de l’ordre qui seront appelées
sur les points chauds.
Pour le commerce, déjà durement affecté
par les deux semaines de manifestations
et de blocages, le week-end qui marque
le début de la période de Noël s’annonce
désastreux. De nombreux consommateurs
risquent d’être dissuadés de tout déplacement. n
Le discounter Dia est au bord du gouffre
Cécile Thibaud
— Correspondante à Madrid
Le discounter espagnol Dia est au bord de
l’asphyxie. Les banques ne lui prêteront plus
un centime sans la présentation d’un plan
stratégique. Selon la presse, Santander,
CaixaBank et BBVA refusent de refinancer à
l’aveugle et exigent d’y voir clair avant de
débloquer les 900 millions d’euros vitaux
pour la survie du distributeur. Les trois banques veulent connaître les intentions du
fonds LetterOne, son actionnaire principal
(à 29,9 %) et bras investisseur du magnat
russe Mikhail Fridman.
Cet ultimatum tombe après le départ surprise, mardi, du président de Dia, Stephan
DuCharme, qui, à son arrivée il y a deux
mois, était présenté comme l’homme du
redressement. Il s’en va à l’heure où l’action
du groupe est entraînée dans une spirale
baissière à la Bourse de Madrid. Le titre a
déjà perdu plus de 80 % de sa valeur depuis
le début de l’année. S & P écrit dans une note
prévoir « que la sous-performance de Dia va
se poursuivre jusqu'en 2019 », et souligne
aussi la « très haute probabilité » de voir Dia
ne pas respecter ses clauses bancaires à la
fin de l’année.
La chute est rude pour cet ancien fleuron
de la distribution espagnole. Né en 1979 sous
l’aile de Carrefour Espagne, le discounter
avait le vent en poupe avec son format de
petites surfaces de proximité, situées en centre-ville. Mais l’introduction en Bourse en
2011 et le changement de l’actionnariat ont
marqué un tournant. Le groupe s’est alors
lancé dans une série d’acquisitions, en 2013
celle de la chaîne de droguerie parfumerie
allemande Schlecker (devenue Clarel), puis
en 2014 celle des supermarchés espagnols El
Arbol (devenu Dia Plaza).
Pour le consultant Javier Perez de Leza,
directeur de Future Retail, c’est à partir de ce
moment que les problèmes ont surgi. « Dia
s’est retrouvé sur des terrains qui n’étaient pas
le sien, avec une équipe qui n’était pas préparée à faire face à la complexité », expliquet-il. Rénovation tardive des magasins et
hausses des prix, quand ses concurrents les
tirent au contraire à la baisse, ont ainsi provoqué cette année un recul de 9 % des ventes
de sa marque distributeur, laquelle fait en
principe le gros de son chiffre d’affaires.
En outre, Dia, qui compte près de 7.400
magasins essentiellement en Espagne mais
également au Portugal, au Brésil et en
Argentine, se trouve exposé à la volatilité des
devises des pays latino-américains. Ces difficultés se sont traduites par une révision des
comptes de 2017 et un recul de 24 % de l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) sur les neuf
premiers mois de l’année. n
En janvier 2016, la start-up britannique DeepMind faisait la une de la revue
scientifique « Nature » en présentant
AlphaGo, le premier système d’intelligence artificielle (IA) capable de battre
un champion humain de jeu de go – un
exploit que les experts ne pensaient pas
possible avant une décennie. Trois ans
après, cette filiale d’Alphabet (maison
mère de Google) récidive : elle s’affiche
ce vendredi en couverture de
« Science », l’autre référence des publications scientifiques, avec une nouvelle
IA conçue pour les jeux, AlphaZero.
Contrairement à son aîné AlphaGo,
AlphaZero ne se limite pas au jeu de go :
le même algorithme est également
champion d’échecs et de shogi, un jeu
proche des échecs très populaire au
Japon. Cette fois, AlphaZero n’a pas eu à
affronter des humains, mais d’autres
logiciels, tous considérés comme supérieurs aux meilleurs champions : Stockfish pour les échecs, Elmo pour le shogi,
et AlphaGo Zero (conçu par DeepMind
en 2017) pour le go. Il s’est largement
imposé dans tous les cas, notamment
aux échecs avec 155 victoires et seulement 6 défaites sur 1.000 parties (les
autres s’étant terminées par un nul).
L’algorithme s’est entraîné
tout seul, en jouant des
centaines de milliers de
coups contre lui-même.
Mais la plus impressionnante avancée d’AlphaZero est qu’à la différence des
générations précédentes de logiciels de
jeux, il n’a pas été programmé ou
entraîné à partir de données venant de
parties jouées par des humains : l’algorithme s’est entraîné tout seul, à partir
des règles du jeu, en jouant des centaines
de milliers de coups contre lui-même.
Cette phase d’entraînement, utilisant
une technique appelée « apprentissage
par renforcement », a mobilisé
5.000 processeurs pendant neuf heures
pour les échecs, douze heures pour le
shogi, et treize jours pour le go.
A l’arrivée, non seulement la machine
est plus performante que les meilleurs
programmes au monde, mais sa stratégie de jeu est totalement inédite. « AlphaZero joue d’une manière extrêmement
innovante, ni comme un humain, ni
comme une machine, avec une stratégie de
jeu très dynamique », expliquait mercredi aux « Echos » le fondateur et PDG
de DeepMind, Demis Hassabis, en
marge de la conférence d’intelligence
artificielle NeurIPS de Montréal. Sa
façon de jouer aux échecs semble venir
d’une autre planète. »
Si DeepMind se fait régulièrement
remarquer pour ses résultats spectaculaires dans le domaine des jeux, l’entreprise rachetée par Google en 2014 pour
600 millions de dollars est loin de se
limiter à ce domaine. En début de
semaine, elle a dévoilé un système d’IA
appelé AlphaFold, capable de prédire la
structure en 3D d’une protéine à partir
de son séquençage ADN – une découverte qui pourrait à terme accélérer la
recherche médicale. Pour Demis Hassabis, « AlphaFold correspond exactement
à ce que nous voulons faire chez DeepMind : utiliser l’intelligence artificielle
pour aider les experts à faire de grandes
découvertes plus rapidement. » n
Grand Large Yachting
Grand Large Yachting veut sa
place dans le bassin des grands
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
18 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
INDUSTRIE
&SERVICES L’avenir de Joon chez
Air France n’est pas tranché
AÉRIEN
à suivre
Toutes les hypothèses
sont sur la table, mais
la compagnie à coûts
réduits devrait néanmoins conserver une
place dans le groupe.
Jean-Pierre Clatot/AFP
Bruno Trévidic
@BrunoTrevidic
Routiers : l’appel à la grève de la CGT
et FO a de bonnes chances d’être levé
TRANSPORT La grève des routiers programmée ce dimanche à
partir de 22 heures a de bonnes chances d’être annulée. La CGT et
FO, à l’initiative du mouvement, avaient maintenu la pression à
l’issue de la réunion organisée jeudi au ministère des Transports sur
le pouvoir d’achat des routiers et la question du paiement majoré de
leurs heures supplémentaires, demandant un engagement écrit du
patronat. Elles ont obtenu satisfaction et doivent désormais consulter leur base avant de décider d’une éventuelle suspension.
La Cour des comptes allemande sévère
à l’encontre du système ferroviaire
TRANSPORT Dans un rapport adressé ce vendredi au Bundestag, la Cour des comptes allemande critique sévèrement la gestion des infrastructures ferroviaires d’outre-Rhin. Ces dernières ressembleraient au tombeau des Danaïdes que l’Etat fédéral
financerait aveuglément. Malgré ces investissements, « l’infrastructure ferroviaire est usée depuis des années et les besoins augmentent chaque année », constate l’institution.
Plus d’informations sur lesechos.fr/Industrie-services
Lyft dépose un dossier d’introduction
en Bourse à Wall Street, avant Uber
Joon ne va disparaître pas mais va
devoir évoluer : tel est, en substance,
le message passé en interne, après
les informations faisant état d’une
possible disparition de la filiale « à
coûts réduits » d’Air France, lancée
il y a seulement un an.
Le directeur général d’Air France-KLM, Benjamin Smith, aurait
lui-même assuré, lors d’une rencontre avec le bureau de la CFDT, le
26 novembre, que « la marque Joon
ne disparaîtra pas »… Tout en reconnaissant néanmoins réfléchir à son
avenir. Mardi dernier, lors d’une
rencontre avec des salariés de Joon,
son bras droit, Oltion Carkaxhija, a
également tenu des propos rassurants, affirmant que la compagnie
« n’avait pas vocation à disparaître »… Tout en soulignant que « plusieurs options » étaient sur la table
Si Benjamin Smith n’a rien laissé
transparaître de ses intentions, certains lui prêtent la volonté de remettre en avant la marque Air France.
Elle pourrait être accolée à Joon, à
l’instar de HOP! Air France, voire se
substituer à elle, purement et simplement. D’autres encore évoquent
une clarification des rôles entre Air
France et Joon, qui ne desserviraient plus les mêmes destinations,
et une possible évolution de cette
filiale vers un modèle de compagnie
long-courrier bon marché. Certains
revendiquent la mise en place de
passerelles entre les deux compa-
La filiale « à coûts réduits » d’Air France compte quelque 600 salariés. Photo Joël Saget/AFP
gnies, afin de favoriser la mobilité
interne et la flexibilité.
Cependant, l’existence de Joon en
tant qu’entité distincte d’Air France,
avec ses quelque 600 emplois, ne
semble pas remise en cause.
« Aucune décision n’est prise concernant l’évolution du rôle et du positionnement de Joon. Mais il n’est nullement envisagé de rendre les appareils
ni de licencier les personnels », assure
une source proche du dossier. Au
contraire, poursuit celle-ci, « nous
prévoyons d’ouvrir de nouvelles
lignes pour la prochaine saison d’été
(quatre moyen-courriers et un longcourrier) et allons recruter 160 navigants supplémentaires ».
Retour à l’équilibre
Joon a en effet atteint ses objectifs,
souligne-t-on en interne. Avec des
coûts réduits de 15 %, par rapport à
ceux d’Air France, essentiellement
grâce à l’embauche de jeunes personnels de cabine moins bien payés
et plus productifs, la jeune compagnie a notamment réussi à ramener à l’équilibre le réseau moyencourriers du hub de Roissy-CDG,
déficitaire depuis de nombreuses
années. « Nous serons très légèrement positifs l’été prochain », précise une source interne. A cela
s’ajoute le lancement de cinq destinations long-courriers, dont trois
nouvelles destinations (Fortaleza,
les Seychelles et, à partir de mai,
Quito, en Equateur).
Joon a aussi réussi à susciter une
nouvelle culture d’entreprise.
« L’ambiance est bonne, affirme
Sébastien Miffre-Gillot, chef de
cabine et délégué syndical UNPNCCFDT de Joon. La majorité des collègues a entre 25 et 35 ans, nous sommes très soudés et il y a de super
escales ».
Ce qui n’empêche pas certains de
continuer à plaider pour une intégration pure et simple de Joon et de
ses personnels au sein d’Air France,
à l’instar du syndicat de navigants
SNPNC, lors du comité d’entreprise
du 30 novembre, en présence de
Benjamin Smith.
« Pour les syndicats de PNC d’Air
France, la création de Joon était uniquement motivée par la volonté de
contourner le statut de Personnel
navigant commercial. A l’instar des
pilotes, qui ont obtenu que les avions
de Joon soient confiés à des pilotes
sous statut Air France, ces syndicats
veulent l’intégration des PNC de Joon
dans Air France, analyse un bon
c o n n a i s s e u r d u d o s s i e r. L a
tenue des élections professionnelles chez Air France en mars
ne facilitera probablement pas
la prise de décision avant cette
échéance. » n
TRANSPORT Lyft, le principal challenger d’Uber sur le marché
SNCF : les bonnes et mauvaises
nouvelles des horaires 2019
Changement
en vue à la tête
d’Atout France
FERROVIAIRE
américain des VTC, a déposé un dossier d’introduction en
Bourse à Wall Street, prenant ainsi de vitesse son grand rival. Ni
la part de capital qui doit être mise sur le marché, ni la fourchette de prix envisagée n’ont été dévoilées. En juin dernier, la
valorisation du groupe avait été estimée à 15 de dollars (13,2 milliards d’euros) après une levée de fonds de 600 millions. L’opération serait prévue au premier semestre 2019.
TOURISME Le directeur général de
FAIRE LE TRI
DANS LE CAC 40
FACE AU RISQUE
DE RÉCESSION
Demain chez
d
votre marchan
de journaux
Le nouveau service
annuel est marqué
par un accroissement
de l’offre TGV low cost.
Il intègre aussi les
suppressions de trains
pour cause de travaux,
notamment en Auvergne-Rhône-Alpes.
DR
l’agence en charge du tourisme
Atout France, Christian Mantei
(photo), sera porté à la présidence
de son conseil d’administration en
avril 2019, en remplacement de Philippe Faure. Ce dernier n’a pas souhaité renouveler son mandat, étant
nommé – avec Alain Ducasse –,
directeur général d’un forum international de la gastronomie prévu
en mars 2020. Christian Mantei a
été partie prenante à la fondation
d’Atout France qu’il dirige depuis sa
création en juin 2009. Son successeur n’est pas encore connu.
Lionel Steinmann
@lionelSteinmann
Dans le monde ferroviaire, le
deuxième week-end de décembre a
une place à part. C’est ce dimanche-là qu’entrent en vigueur les
modifications de dessertes et
d’horaires qui s’appliqueront
durant l’année à venir. Avec, pour le
millésime 2019, des évolutions qui
vont plaire aux clients, et d’autres
beaucoup moins.
L’extension de l’offre TGV low
cost Ouigo figure parmi les bonnes
nouvelles. Plus besoin en effet de
prendre le RER vers Marne-la-Vallée ou Roissy-Charles de Gaulle
pour monter à bord des trains bleu
et rose. Des départs seront désormais possibles depuis la gare de
Lyon, à raison de trois allers-retours
par jour vers Marseille et deux vers
Nice. Ils s’ajouteront aux dessertes
depuis les gares de banlieue. De la
même manière, Ouigo arrivera en
gare de Lille-Flandres à partir du
9 décembre, pour des trajets vers la
région parisienne et le sud du pays.
Autre bonne nouvelle pour les
frontaliers du Territoire de Belfort,
après trois ans de travaux, la liaison
entre Belfort et Delle, à la frontière
suisse, a été rouverte. Elle facilitera
leurs trajets à raison de 16 allers-retours par jour. C’est la seule réouverture de ligne de l’année.
Au rayon des mauvaises nouvelles en revanche, les usagers des
trains express régionaux (TER) en
Auvergne Rhône-Alpes vont devoir
prendre leur mal en patience. Le
chantier pour doter la gare de LyonPart-Dieu d’une voie et d’un accès
piéton supplémentaires va en effet
perturber le trafic pendant pas
moins de quatre ans.
La capacité d’accueil de la gare
sera réduite de 20 %. Pour l’horaire
de service 2019, 16 lignes TER seront
touchées, avec notamment la suppression de liaisons quotidiennes
vers Grenoble ou Lyon. Toutefois, la
compagnie « s’engage à transporter
le même nombre de voyageurs qu’en
2018 à l’aide de rames dont la capacité d’accueil est plus importante ».
Dessertes supprimées
Les lignes régionales ne sont pas
les seules concernées : les travaux à
Lyon-Part-Dieu amènent la SNCF à
supprimer 20 % des TGV transitant
par la gare, ce qui touche aussi bien
la ligne Paris-Chambéry-Annecy
que les liaisons de province à province. Cela a poussé la FNAUT, la
principale fédération d’usagers, à
dénoncer il y a une quinzaine de
jours « une régression de l’offre ferroviaire », en craignant que les dessertes supprimées provisoirement
finissent par l’être définitivement.
Dans le même temps, un certain nombre d’autres dessertes
Des départs des TGV low cost Ouigo seront désormais possibles
depuis la gare de Lyon, à Paris, ainsi qu’en gare de Lille-Flandres.
Photo Laurent Cousin/Haytham-RÉA
TGV vont être « ajustées ». Des
évolutions que la SNCF défend
« pour améliorer la robustesse et la
régularité de l’offre ». L’objectif est
également « d’affecter l’offre là où
la demande est la plus forte, ceci en
veillant à ne priver aucun territoire de la grande vitesse grâce à la
bonne articulation des offres de
transport ». n
LES ECHOS
n FORMATION
Stockage de l’énergie
Les besoins à moyen terme en nouvelles
technologies de stockage de l’énergie sont massifs
et évidents. Faites le point sur les nouveaux défis
du secteur, sur les nouveaux modèles économiques
des smart-grids. Maîtrisez l’état des lieux technique,
économique et réglementaire du stockage de l’énergie.
Rendez-vous le 30 Janvier 2019 ou le 16 Mai 2019 à Paris
En savoir plus sur http://www.lesechos-formation.fr/energie-stockage.htm
Un service proposé par Les Echos Solutions
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 19
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
INTERVIEW // SANJEEV GUPTA PDG de Gupta Family Group (GFG)
« Il est temps de réindustrialiser
l’Europe »
l Le milliardaire anglo-indien explique comment il entend améliorer
la rentabilité des sites industriels qu’il rachète à tour de bras en Europe.
l Il compte sur les cash-flows dégagés pour financer cette croissance
à vitesse grand V.
Propos recueillis par
Alexandre Counis
@alexandrecounis
— Correspondant à Londres
C
’est l’homme qui monte
dans le secteur de la sidérurgie. Le milliardaire angloindien, Sanjeev Gupta, dont le holding GFG (Gupta Family Group)
enchaîne depuis 2013 les reprises de
sites en crise en Grande-Bretagne,
en Australie et aux Etats-Unis (avec
notamment le rachat en 2017 des
aciers spéciaux de Tata Steel), s’est
fait connaître en France en rachetant la fonderie d’aluminium de
Dunkerque, un site historique de
Pechiney. Présent dans l’extraction
minière, la production d’acier et
d’aluminium, le négoce, la banque
et l’immobilier, son petit empire a
dégagé l’an dernier 13 milliards de
dollars de chiffre d’affaires. Il atteindra bientôt 26.500 salariés et une
capacité de production d’acier de
plus de 15 millions de tonnes.
Grâce aux acquisitions,
la production de votre groupe
a doublé de taille en trois mois.
N’est-ce pas prendre le risque
d’aller trop vite ?
Trop vite, qu’est-ce que ça veut
dire ? Il y a des opportunités, nous
les saisissons. Plus on va vite pour
grossir, plus on a de chances de
réussir. Nous n’achetons pas d’activités non rentables ou non matures.
C’est ensuite très excitant de voir
comment nous pouvons en améliorer la rentabilité.
RCS PARIS 552 081 317
Comment faites-vous pour
rendre rentables des sites
qui ne le sont pas ? Quelle est
votre recette magique ?
Parfois, ils ne fonctionnaient pas
bien avec leur ancien propriétaire,
et nous avons la possibilité de faire
mieux. Parfois, il est possible de
dégager davantage de profit grâce
au recyclage. Ma conviction, c’est
qu’il faut réutiliser l’aluminium et
l’acier sur place. Le Royaume-Uni
exporte l’essentiel de ses déchets et
importe de l’acier, c’est totalement
fou. Nous cherchons aussi à pousser l’intégration en regardant
l’ensemble de la chaîne de valeur.
On peut ainsi concentrer sur un
même site la fabrication des produits dérivés, notamment à proximité de nos usines d’aluminium.
C’est plus difficile pour l’acier étant
donné la taille des aciéries. Cette
concentration géographique permet non seulement de réduire les
coûts, mais aussi l’impact environnemental, et donc d’accroître in fine
la rentabilité.
« Ma conviction,
c’est qu’il faut réutiliser
l’aluminium et l’acier
sur place. »
« Cette concentration
géographique permet
de réduire les coûts,
l’impact environnemental et, donc,
d’accroître
la rentabilité. »
Les observateurs s’inquiètent
de votre capacité à financer,
avec votre cash, une croissance
aussi rapide. Comment pouvez-vous les rassurer ?
L’argent a besoin de venir de quelque part. Au départ, il peut venir de
ma poche, mais elle n’est pas inépuisable ! Il vient donc des cash-flows
des entreprises que nous reprenons.
En Australie, nous avons acheté une
activité de recyclage d’acier pour
moins de 700 millions de dollars
australiens il y a quinze mois : elle va
dégager cette année 700 millions de
profits ! J’ajoute que, par principe,
nous ne reprenons pas d’entreprises
endettées.
ArcelorMittal est-il pour vous
un modèle ?
Une telle success-story est évidemment une source d’inspiration :
Lakshmi Mittal a réussi à devenir le
numéro un mondial de l’acier en partant de rien. Mais je ne crois pas qu’on
puisse nous comparer : à chacun son
modèle, et ses recettes. Ce que nous
cherchons à faire, ce n’est pas de
devenir numéro un mondial, mais à
créer de la valeur là où c’est possible.
Pourquoi investir aussi fort en
Europe alors que certains de vos
concurrents y désinvestissent ?
Certains pensent qu’il est temps de
quitter l’Europe, où notre industrie
a été inventée mais où la production
est devenue trop chère, pour aller
produire dans de nouveaux pays.
Ce n’est pas ma façon de voir. Je
pense même exactement l’inverse :
il est temps de réindustrialiser
l’Europe ! Nous devons innover
pour abaisser les coûts grâce à la
technologie et ainsi améliorer la
compétitivité. Mais je ne vois pas
pourquoi partir. La demande en
Europe est forte et la matière première abondante, notamment
grâce aux nombreux déchets qui
peuvent être recyclés.
Quelle est votre vision
de l’attractivité de la France et
a-t-elle changé avec les événements de ces derniers jours ?
Emmanuel Macron est un président jeune, qui est prêt à se mobiliser pour moderniser la France et y
attirer davantage d’investissements
étrangers. Son élection a eu de ce
point de vue une influence positive.
Nous espérons que les récents événements puissent être résolus rapidement, mais nous sommes un
investisseur de long terme et la
France reste l’un des principaux
pays d’Europe.
Elle a un héritage industriel de
classe mondiale et une
main-d’œuvre très qualifiée. Nous
pensons que notre modèle économique basé sur le rajeunissement
de l’industrie lourde et la protection
au niveau local des emplois et des
compétences est adaptée au pays, à
la fois maintenant et à long terme.
Ce ne sont pas les événements de
ces derniers jours qui pour moi
changent la donne.
Quel est l’avantage de votre
organisation en conglomérat ?
Nous ne sommes pas un groupe au
sens classique du terme, ou alors
avec un petit « g ». Nous préférons
nous définir comme une alliance,
avec des entités ayant la même
famille comme actionnaire, mais
qui évoluent séparément et chacune
à son rythme, ce qui nous permet de
ne pas brider le développement des
plus rapides, de baisser nos coûts de
structure, et de conserver notre agilité. Toutes nos divisions pays sont
autonomes et ont leurs propres ressources. A moins d’un problème,
chacune doit subvenir à ses besoins.
C’est donc une organisation décentralisée, où je délègue beaucoup.
La France « a un
héritage industriel
de classe mondiale
et une main-d’œuvre
très qualifiée ».
Dans quelle mesure êtes-vous
touchés par le Brexit ?
Nous sommes évidemment touchés, mais il y a aussi des conséquences positives au Brexit. Les Britanniques devraient réinvestir
davantage dans l’outil industriel au
Royaume-Uni. Le Brexit devrait
aussi encourager les entreprises à
Pour Sanjeev Gupta, ArcelorMittal « est évidemment une source
d’inspiration [...]. Mais je ne crois pas qu’on puisse nous comparer : à chacun son modèle, et ses recettes ». Photo Bloomberg
investir davantage en Europe, car
elles sentent qu’il est désormais
nécessaire d’être présentes sur les
deux rives de la Manche. Une entreprise britannique comme la nôtre
est devenue plus européenne
qu’autre chose.
Quel regard portez-vous sur
la baisse du prix de l’acier ?
Je crois que c’est une correction
salutaire, car ils étaient montés trop
haut. Il y a clairement une nervosité
générale. Mais je pense que la nouvelle année devrait démarrer sous
de meilleurs auspices. D’autant que
toutes les grandes économies restent en croissance.
La reprise par Arcelor Mittal
du site italien de Tarente ne
risque-t-elle pas d’augmenter
la pollution et de réduire la
compétitivité en Europe ?
Je crois qu’au contraire la reprise du
site par un aussi grand groupe
apportera de l’efficacité tout en
étant favorable à l’environnement,
car désormais il produira convenablement.
Où en sont vos projets dans
la voiture électrique ?
Nous espérons toujours prendre
une décision d’ici à la fin de l’année.
On dit que vous avez pris deux
fois des vacances dans votre
vie, lune de miel incluse…
Vous accordez-vous parfois
des pauses ?
Tous les soirs, puisque je m’arrête
pour dormir… même si c’est parfois
pour une nuit courte. J’aime mon
travail, mais c’est bien aussi de passer du temps en famille. Je m’arrêterai par exemple quelques jours au
moment des fêtes. n
Sanjeev Gupta, une vision à contre-courant
Du Brexit aux problèmes
de compétitivité en Europe,
le milliardaire anglo-indien
voit souvent une opportunité là où d’autres ne
verraient qu’une contrainte.
Quelle est la recette magique du
nouveau baron de l’acier ? Le milliardaire anglo-indien Sanjeev
Gupta, dont le groupe est devenu le
troisième producteur en Europe, a
une vision claire et des idées simples, souvent à contre-courant du
secteur.
La première est de combiner recyclage et alimentation en énergie
verte, en donnant la priorité aux res-
CHANGEONS
D’AIR, LÀ,
TOUT DE SUITE.
sources locales pour réduire les
coûts des fonderies. « La durée de vie
moyenne d’un produit en acier est de
quarante ans. Très rapidement, j’ai eu
le sentiment qu’une montagne d’acier
était en train de s’accumuler dans les
pays développés et que cet acier devait
être recyclé localement », expliquait-il
aux « Echos » en début d’année.
La seconde est de rapprocher des
fonderies les usines de produits
dérivés, en particulier dans l’aluminium. GFG (Gupta Family Group)
détient ainsi, en Ecosse, le site du
Ben Nevis, le point culminant des
îles britanniques (1.344 mètres). Lui
appartient, en particulier, la centrale hydraulique qui y est installée.
Elle alimente en énergie la fonderie
qu’il possède à quelques kilomètres
de là, à Fort William. Laquelle desservira l’usine de jantes automobiles qu’il compte bâtir sur place – il
vient tout juste d’obtenir le permis
de construire.
Réouverture de site
Sanjeev Gupta investit en Europe
alors que ses rivaux s’en vont,
misant sur la technologie pour produire moins cher là où ils renoncent
à un combat qu’ils jugent perdu
d’avance. Il voit dans le Brexit une
opportunité pour l’Europe comme
pour le Royaume-Uni, là où les
patrons ne voient souvent qu’un
danger pour leur activité. Il décentralise le pouvoir dans son groupe,
là où d’autres créeraient un ensemble plus structuré mais laissant
moins de place à l’initiative.
Même en matière de ressources
humaines, ses choix détonnent.
Comme lorsqu’il décide de continuer de verser pendant deux ans la
moitié de leur salaire aux ouvriers
de l’aciérie galloise de Newport,
même si certains ont retrouvé un
emploi après la fermeture du site
par le précédent propriétaire. Une
manière de conserver le lien… pour
mieux les réembaucher, avec l’aide
des syndicats, lorsqu’il choisit de
rouvrir l’usine en 2015. — A. C.
Avec des offres innovantes et l’installation de
bornes de charge performantes partout sur le
territoire, le groupe EDF veut permettre à 4 fois
plus de véhicules de rouler à l’électricité d’ici à
4 ans en Europe. Et comme notre électricité est déjà
faible en CO2*, ça va nous aider à changer d’air.
Devenons l’énergie qui change tout.
Rejoignez-nous sur edf.fr/energie-des-vehicules
L’énergie est notre avenir, économisons-la !
* En 2017, le mix énergétique du groupe EDF était composé à 77 % de nucléaire, 10 % d’énergies renouvelables, 8 % de gaz, 4 % de charbon et 1 % de fioul. Il est à 87 % sans émissions de CO2 (émissions hors analyse du cycle de vie (ACV) des moyens de production et des combustibles) – Source EDF : « Indicateurs de performance financière
et extra financière 2017 ».
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
20 // INDUSTRIE & SERVICES
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
Grand Large Yachting veut sa
place dans le bassin des grands
Volkswagen
économise
pour investir
dans l’électrique
AUTOMOBILE
La marque veut
porter sa marge
à au moins 6 % dès
2022, trois ans plus
tôt que prévu.
Pauline Houédé
@Pauline_H
— Correspondante à Francfort
Avant même le terme de son
plan d’économies actuel lancé il
y a deux ans, Volkswagen a
annoncé jeudi de nouvelles économies massives pour pouvoir
prendre le virage électrique.
La marque allemande, qui
appartient au groupe automobile du même nom (comme
Audi, Seat ou Skoda), souhaite
réduire ses coûts annuels de
3 milliards d’euros supplémentaires d’ici à 2023. Volkswagen
visait déjà le même volume
Au total, la marque
veut investir plus de
11 milliards d’euros
entre 2019 et 2023.
d’économies d’ici à 2020 dans le
cadre de son « pacte d’avenir »
lancé fin 2016. En fin d’année, le
constructeur de Wolfsburg
aura ainsi déjà réduit ses coûts
annuels de 2,2 milliards.
Si Volkswagen accélère, c’est
qu’il y a urgence : le groupe doit
pouvoir disposer des ressources
nécessaires pour financer les
énormes investissements nécessaires dans la voiture électrique,
la voiture autonome ou encore
ses services de mobilité. Au total,
la marque veut investir plus de
11 milliards d’euros entre 2019
et 2023, dont plus de 9 milliards
rien que pour la voiture électrique. Pour atteindre son nouvel
objectif d’économies, Volkswagen va simplifier son portefeuille
de produits en supprimant, par
NAUTISME
exemple, un quart des versions
de moteurs et transmissions de
son offre en Europe. La marque
veut également accroître de
30 % en moyenne la productivité
de ses usines d’ici à 2025.
Réduction des effectifs
L e g r o u p e d ’e nv i r o n
200.000 employés envisage
aussi une nouvelle réduction de
ses effectifs, notamment dans
ses services administratifs
grâce à l’introduction de nouveaux systèmes informatiques.
Les discussions sont en cours
avec les représentants du personnel, souligne Volkswagen,
qui ne donne pas de précisions
chiffrées.
Avec son « pacte d’avenir », le
groupe avait supprimé
23.000 emplois en Allemagne.
Sa marge, réduite à 1,8 % en 2016,
s’est quant à elle depuis redressée : Volkswagen prévoit de la
porter à 4 % cette année. Fort de
ces nouvelles coupes, Volkswagen a annoncé jeudi qu’il visait
dorénavant une rentabilité d’au
moins 6 % dès 2022. Il s’était
auparavant fixé cet objectif pour
2025, tablant sur une fourchette
de 4 à 5 % en 2020, à l’issue de
son « pacte d’avenir ».
« Il est clair que dans notre
industrie, de 4 à 5 % ne suffisent
pas pour être complètement
prêts pour le futur. Après 2020,
nous investirons à nouveau dans
l’électromobilité, nous voulons et
devrons investir dans la voiture
autonome. Pour cela, nous
avons besoin de davantage de
moyens », a expliqué Arno Antlitz, directeur financier de la
marque, qui estime que 6 % est
un seuil suffisant. n
9
MILLIARDS
Le montant que la marque
compte investir dans la
voiture électrique d’ici à 2023.
Le Nautic ouvrira
samedi à la porte
de Versailles, à Paris.
L’occasion de rencontrer l’un des chantiers
qui monte dans
l’industrie nautique
française.
Julien Dupont-Calbo
@jdupontcalbo
Quinze ans après s’être jeté à l’eau,
Stéphan Constance se rendra au
Salon nautique international de
Paris, le Nautic, qui ouvre ses portes
ce samedi à la porte de Versailles,
avec le sourire de celui qui n’a pas bu
la tasse anticipée. Grand Large
Yachting, le chantier de bateaux de
plaisance qu’il a cofondé au début du
siècle avec Xavier Desmarest, un
copain de promo, a fait son trou dans
l’industrie nautique française. « Tout
n’est pas parfait, mais on se débrouille.
Nous devrions faire plus de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires cette
année, avec une quarantaine de
bateaux vendus », assure l’intéressé.
En clair, en France, il n’y a guère que
le géant Bénéteau, son poursuivant
Fountaine-Pajot, voire Catana-Bali
devant lui… « Grand Large progresse
bien et vite. Avec Catana, ils s’ancrent
vraiment dans le paysage », note un
dirigeant du secteur.
Chez Grand Large, l’histoire
commence en 2003, quand Xavier
Desmarest et Stéphan Constance
quittent le conseil au Boston Consulting Group pour créer Allures,
une marque de monocoques de
croisière. Partis de rien, fonctionnant sans usine en propre (« c’était
la mode chez les consultants à l’époque »), le duo vend ses premiers
bateaux. « Il y avait de la place pour
de nouveaux entrants. Peu après, on
sent arriver la vague des catamarans
de croisière, et on a une opportunité
de racheter Outremer au tribunal de
commerce, en 2007 », raconte Stéphan Constance.
Changement de cap : les deux
camarades décident d’adopter la
« stratégie du collier de perles ». « Il
y a de la valeur dans les niches, notre
marché s’hyperfragmente. On décide
Noël
COFFRETS
CADEAUX
Des places de spectacles et plus encore :
• Carmen de Georges Bizet
• La Flûte enchantée de W. A. Mozart
• Tosca de Giacomo Puccini
• le ballet Tree of codes de Wayne McGregor
Programme, coupes de champagne,
invitations à visiter le Palais Garnier,
et d’autres surprises...
Offrez une expérience
unique à vos proches !
Rendez-vous sur
OPERADEPARIS.FR
Grand Large a aussi développé pour ses clients des séminaires de préparation de tour du monde
ou des formations sur la mécanique, les premiers soins et la sécurité. Photo Grand Large Yachting
alors d’accoler des petits chantiers
pour bénéficier quand même des
effets d’échelle. L’enjeu, c’est connaître
le client », explique le cofondateur.
Rachats en série
Onze ans plus tard, Grand Large a
racheté cinq autres chantiers. Les
yachts Garcia en 2010, les bateaux de
promenade Alumarine, les catamarans pour charter Ocean Voyager en
2015 et, enfin, les catamarans de luxe
Gunboat en 2016. Aujourd’hui, le
groupe est donc présent dans le
marché des particuliers et celui des
entreprises ou des administrations.
« Nous sommes sur deux cycles de
marché différents, cela minimise le
risque », souffle Stéphan Constance,
qui vise plus de 100 millions de revenus en 2022-2023.
Grand Large développe par
ailleurs toute une série de services
pour ses clients plaisanciers. « Ils
veulent un projet, pas un bateau »,
dit Stéphan Constance, qui a donc
mis sur pied des séminaires de
préparation de tour du monde ou
des formations sur la mécanique, les
premiers soins et la sécurité pour
Aujourd’hui,
le groupe est présent
dans le marché
des particuliers
et celui des entreprises
ou des administrations.
tranquilliser les marins d’eau douce.
« Nous faisons aussi de la conciergerie, de la maintenance… Et à la fin
des croisières, on peut revendre les
bateaux de nos clients », ajoute le
dirigeant, qui emploie désormais
250 salariés et une centaine d’intérimaires entre la région de Cherbourg et La Grande-Motte.
Avec une équipe variée (un
mélange de vieux loups de mer du
secteur et de recrues piochées chez
JP Morgan, Reebok ou à l’Institut
Pasteur), Grand Large Yachting
tâche de relancer ces marques en
déshérence en travaillant les prix.
Chez Outremer, où les recettes ont
été décuplées en dix ans, la hausse
moyenne des tarifs se situe autour
de 7 % par an…
« Leur approche est logique et
financière dans le bon sens du terme,
juge un observateur de l’industrie.
Ils ont de belles marques, et sont très
rapides dans leurs prises de décision.
En deux semaines, ils peuvent monter une offre de rachat. » Nos deux
compères viennent d’ailleurs de
rater leur dernière cible, les catamarans Nautitech, finalement avalés
par le nouveau propriétaire de l’allemand Bavaria. Qu’ils se rassurent, il
devrait vite y avoir un nouveau morceau à croquer sur la table. n
Juul, la coqueluche du marché
américain, se lance en France
E-CIGARETTE
La start-up espère
conquérir une partie
des 14 millions
de fumeurs français.
Marie Josée Cougard
@CougardMarie
Devenue la coqueluche des collégiens américains en trois ans, l’e-cigarette Juul s’attaque à la France, sa
septième cible. Il y a deux jours, la
marque s’est lancée en Suisse,
après avoir débarqué cet été au
Royaume-Uni. Les fondateurs de
cette start-up, qui contrôle 72 % des
ventes de cigarettes électroniques
aux Etats-Unis, espèrent conquérir
une très grande partie des fumeurs
tricolores.
« 60 % des Français qui fument
voudraient arrêter. C’est cette population qui nous intéresse », dit James
Monsees, cofondateur de Juul.
Avec 14 millions de fumeurs, dont
un quart fument tous les jours, et de
2 à 3 millions de vapoteurs, le marché français est jugé très attrayant
par tous les acteurs des cigarettes
électroniques. « En France, chaque
jour, 200 fumeurs succombent. Nous
proposons une alternative au tabac
combustible cancérigène », a ajouté
James Monsees.
Forte en nicotine
Créée en 2017, « la Juul » a bâti son
succès sur son design de petit stylo
plat et carré et sur ses parfums aux
fruits, qui plaisent notamment aux
ados américains, pour qui elle est
rapidement devenue un marqueur.
Forte en nicotine (5 %), elle a suscité
beaucoup de protestations des
parents et généré de nombreuses
actions en justice sur la base de son
caractère addictif.
Il y a trois semaines, Juul a préféré
annoncer la suspension de la vente
des produits les plus appréciés par
les jeunes dans 90.000 points de
vente, ainsi que l’arrêt de leur promotion sur les réseaux sociaux.
« Tant que nous ne sommes pas certains d’avoir parfaitement formé les
vendeurs, nous avons pensé que
c’était préférable de procéder ainsi »,
a commenté Adam Bowen, cofondateur de la start-up. La Juul est
également proposée sur Internet,
mais dans « des proportions minoritaires » que les dirigeants refusent
de chiffrer.
En France, l’e-cigarette sera vendue dans un premier temps en ligne
et dans quelques boutiques spécialisées à Paris. Les dirigeants de Juul
disent avoir mis en place un système de double vérification de l’âge
des acheteurs sur Internet. Les
La Juul, rechargeable,
sera bientôt
connectable
sur smartphone
pour suivre
sa consommation.
livraisons ne sont possibles
qu’après signature d’adultes. Les
vendeurs en boutique doivent vérifier les identités, faute de quoi la
marque peut leur être retirée,
affirme Juul.
Le prix du kit complet est de
3 9 , 9 9 e u r o s e n Fr a n c e , d o n t
11,99 euros les quatre pods, chaque
pod équivalant à un paquet de
20 cigarettes. La Juul, rechargeable,
sera bientôt connectable sur smartphone pour suivre sa consommation. Elle existe en quatre parfums,
menthe, tabac, mangue, vanille. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 21
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
Le gendarme de la concurrence met
à l’amende le cartel de l’électroménager
pour finaliser les hausses et garantir leur suivi.
Les faits reprochés aux six fabricants portent sur « deux périodes différentes : de septembre 2006 à janvier 2007 puis de fin mai 2008 à
avril 2009 », explique l’Autorité.
Deux pratiques frauduleuses ont été
constatées. D’une part, « des hausses
de prix concertées sur les prix de vente
conseillés (PVC) transmis aux distributeurs ». Par exemple, en 2008, les
fabricants ont décidé d’une hausse
de 20 euros de certains produits aux
PVC inférieurs à 200 euros, de
30 euros pour les produits entre 200
et 400 euros et de 50 euros pour les
produits à plus de 400 euros.
ÉLECTROMÉNAGER
L’Autorité
de la concurrence
sanctionne six fabricants
de « produits blancs »
pour entente sur les prix.
Enrique Moreira
@EnriqueMoreira
L’Autorité de la concurrence vient de
prononcer sa plus forte sanction de
l’année. Au terme d’une enquête qui
aura duré pas moins de cinq ans,
l’Autorité a sanctionné, jeudi, six
fabricants d’électroménager pour
s’être « concertés sur une hausse des
prix ». La sentence : une amende de
189 millions d’euros. L’entente portait sur des « produits blancs » : réfrigérateurs, congélateurs, lave-linge,
cuisinières, fours…
BSH, Candy Hoover, Eberhardt
Frères, Electrolux, Indesit et Whirlpool ont tous reconnu les faits. Les
fabricants ont même accepté une
procédure de transaction, prévue
par la loi Macron, leur permettant
de fixer avec l’Autorité de la concurrence le montant maximal et le
montant minimal de la sanction
encourue. Leurs amendes s’étalent
ainsi de 1 million (Eberhardt Frères)
à 56 millions d’euros (Whirlpool).
Ayant sollicité une procédure de
clémence, BSH (Bosch, Siemens,
Viva et Neff) écope d’une amende de
23 millions d’euros. Cette procédure
offre aux entreprises ayant participé
Les cuisinistes
eux aussi victimes
Les hausses de prix pouvaient aller de 20 euros sur certains produits dont le prix de vente était inférieurs
à 200 euros jusqu’à 50 euros pour les produits valant plus de 400 euros. Photo Anthony Micallef/Haytham-RÉA
à une entente d’en révéler l’existence
et, ainsi, d’obtenir une exonération
totale ou partielle de sa sanction.
« Pour BSH, celle-ci s’est portée à une
réduction de 70 à 80 % de l’amende »,
précise la présidente de l’Autorité de
la concurrence, Isabelle de Silva.
Modus operandi
A l’origine de l’enquête de l’Autorité
de la concurrence, des indices ont
été transmis par la DGCCRF dès
2011. Celle-ci a été alertée par des
distributeurs victimes de cette
entente entre les fabricants, qui se
sont plaints auprès de leur antenne
territoriale.
L’Autorité de la concurrence
ouvre son enquête le 21 mai 2012 et
remonte le fil du cartel. Tout commence « par des réunions secrètes
en marge des rendez-vous officiels du
Gifam [le syndicat des professionnels du secteur, NDLR] », explique
Isabelle de Silva. Puis ce sont des
réunions dans des restaurants, des
échanges téléphoniques occasionnels et des courriers électroniques.
Le cartel se construit en trois étapes : d’abord des réunions entre les
dirigeants pour définir les grandes
lignes ; puis d’autres réunions entre
les chefs de produits ou les directeurs marketing pour déterminer
la hausse de prix ; et, enfin, les dirigeants se réunissent à nouveau
D’autre part, « une concertation sur
les conditions commerciales appliquées aux cuisinistes ». Cette dernière partie concerne le matériel
d’exposition prêté aux cuisinistes.
Les fabricants se sont entendus
pour obtenir une réduction des
coûts d’exposition. Enfin, l’enquête
est tellement vaste qu’un autre volet
a été ouvert. Toujours en cours d’instruction, il porte sur une entente
possible avec certains distributeurs.
La sanction de 189 millions
d’euros prononcée par l’Autorité de
la concurrence est la dixième plus
importante depuis 2000. Loin toutefois derrière l’entente sur les produits d’hygiène et d’entretien, en
2014, ayant abouti à une amende de
951 millions. La forte sanction prononcée contre les fabricants d’élec-
Les chiffres clefs
189
MILLIONS D’EUROS
L’amende imposée par l’Autorité de la concurrence aux six
fabricants. C’est la dixième plus
grosse sanction depuis 2000.
70 %
DE PART DE MARCHÉ
Ce que pèsent en France
les six fabricants d’électroménager sanctionnés
jeudi par l’Autorité
de la concurrence.
troménager est justifiée par plusieurs éléments, selon l’Autorité.
D’abord, à eux six, les fabricants
couvrent 70 % du marché. Ensuite,
il s’agit de produits pouvant être
chers, et dont les consommateurs
peuvent difficilement se passer.
Pour Isabelle de Silva, cette affaire
démontre aussi « qu’il reste encore
beaucoup de cartels en France dans
des secteurs majeurs de l’économie ».
« C’est un élément préoccupant »,
conclut-elle. D’autant plus que de
nouvelles pratiques développées
par les entreprises, comme des messageries cryptées, rendent de plus
en plus difficile le travail d’enquête
de l’Autorité de la concurrence. n
L’IDÉE, C’EST
DE VOUS VENDRE
MOINS
D’ÉLECTRICITÉ.
Pour accompagner ses clients dans la transition
énergétique, EDF développe des solutions
conçues pour aider à consommer moins d’énergie.
Rejoignez-nous sur edf.fr/energie-efficace
L’énergie est notre avenir, économisons-la !
RCS PARIS 552 081 317
Devenons l’énergie qui change tout.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
22 // INDUSTRIE & SERVICES
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
Le marché de la mode rechute dans
un contexte de déconsommation
Le marché de l’habillement devrait terminer
l’année sur un recul
de 2,9 %.
En dix ans, il a perdu
15 % de sa valeur.
Dominique Chapuis
dchapuis@lesechos.fr
C’est la rechute. Le marché français
de l’habillement va replonger en
2018, après une courte accalmie au
terme de dix ans de baisse. Il
devrait, selon les estimations de
l’Institut français de la mode (IFM),
qui réunissait jeudi les professionnels, reculer de 2,9 %, à 28 milliards
d’euros. Ce repli sévère sera le plus
marqué depuis 2009. Mais les
comptes ne sont pas arrêtés. Car le
mouvement des « gilets jaunes » va
encore aggraver la situation. « Cela
fait trois semaines que les distributeurs sont face à une forte contraction de leur activité, estimée entre
–10 % et –50 % les jours de blocage.
Cela concerne surtout les enseignes
situées en périphérie », souligne
Céline Choain, consultante chez
Kéa Partners.
Ces tensions s’inscrivent dans un
contexte de crise structurelle du
secteur. Depuis dix ans, les achats
de vêtements baissent, ce qui traduit, selon l’IFM, un nouveau paradigme. « L’habillement est dans une
phase de refondation, estime Gildas
Minvielle, directeur de l’observatoire économique de l’IFM. Un nouveau modèle s’installe après la
parenthèse de 2017, et il va durer. » Le
poids du marché devrait dans l’avenir se stabiliser au niveau de 2018.
Car la mode, comme beaucoup de
secteurs, est touchée par un phénomène de déconsommation, selon
une enquête de l’Institut français
de la mode. « 44 % des consommateurs ont acheté moins de vêtements
en 2018, souligne Thomas Delattre,
chef de projet à l’IFM. Sur dix ans,
cela représente un recul de 15 % des
achats en valeur et en volume. Tout le
monde est concerné, les CSP+
comme les plus modestes. »
La jeune génération reste passionnée par la mode, mais 34 % des
18-25 ans ont toutefois réduit leurs
dépenses. Si cette déconsommation est en majorité contrainte
(budget réduit, hausse des prix…),
pour 40 % des gens interrogés elle
est un choix de « faire moins, mais
mieux ».
Saturation de l’offre
« C’est la fin de l’hyperconsommation. Il y a une quête de sens, un souci
de l’éthique. On ne veut plus en avoir
plein les placards et on évite le gaspillage, reprend Thomas Delattre. Les marques vont devoir accom-
44 %
LA PART DES
CONSOMMATEURS
ayant acheté moins de
vêtements cette année, selon
l’Institut français de la mode.
pagner cette transformation de la
société. » D’autant que les clients
affichent de plus en plus de
défiance vis-à-vis des prix, de la
qualité et de la fabrication. La multiplication des soldes et promos
(47,5 % des dépenses, selon Kantar
Worldpanel) fait douter du juste
prix. D’où le succès des journées
comme le Black Friday.
Les distributeurs ont pris du
retard pour s’adapter à ce bouleversement des comportements. Alors
que la demande baisse depuis
2008, le nombre de magasins a, lui,
#NEXTLEADERSAWARDS
2018
GRAND
PRIX
Mélanie
JOURDAIN
ARKEMA
PRIX
NUMÉRIQUE
PRIX
MARKETING/
COMMERCIAL
PRIX
JURIDIQUE
Maud
Astrid
Riccardo
ACCORHOTELS
MEILLEURSAGENTS
UBER
PRIX
RESSOURCES
HUMAINES
PRIX
FINANCE
PRIX
COUP DE CŒUR
Elsa
Charlotte
Laura
BIG MAMMA
GT LOCATION
FEDERATION
FRANCAISE
DE FOOTBALL
BAILLY
DARQUIER
FOCKENS
GAUTIER
FALCONI
GEORGES
Retrouvez le dossier de la rédaction sur les lauréats et les nommés
dans les Echos Executives du 10 décembre et sur business.lesechos.fr
En partenariat avec
En association avec
continué de s’étoffer jusqu’en
2015. Depuis, les fermetures se
multiplient avec à la clef de nombreux plans sociaux, chez Vivarte,
Happychic ou Mim. Mais cette
saturation de l’offre ne concerne
pas tout le marché : le luxe et les
chaînes à bas prix tirent leur épingle du jeu.
La part du digital augmente
Kiabi est ainsi la première enseigne
d’habillement en France, devant les
Galeries Lafayette, Decathlon et
H&M. Primark, avec pourtant peu
de points de vente, est en 21e position. « Le segment moyen de gamme
est le seul en recul depuis dix ans, et il
concentre la majorité de l’offre »,
reprend Thomas Delattre. De
son côté, le digital continue de
prendre des parts de marché, avec
une hausse de 5,3 % des ventes en
lignes en 2018, selon la Fevad. Insuffisant pour compenser la chute en
magasin. n
Shutterstock
TEXTILE
Les clients veulent donner « du
sens » à leur geste d’achat. Un
comportement auquel les distributeurs peinent à s’adapter.
Novartis prépare
son avenir
dans les pays pauvres
PHARMACIE
Le suisse déploie
des efforts importants pour que
les plus pauvres
puissent accéder
à ses produits.
Catherine Ducruet
@CDucruet
— A Bâle
Trente millions de traitements
distribués et 7,5 millions de personnes éduquées à la santé au
cours de l’année 2017 : tel est le
bilan de l’activité de Novartis
Social Business, l’entité gérée
par Sandoz, la branche générique du groupe suisse. Cette
entité regroupe aujourd’hui les
activités de Malaria Initiative
(qui fournit des traitements et
investit dans la recherche de
nouveaux médicaments),
de Novartis Access (qui propose
un panier de 15 médicaments
pour un dollar par traitement et
par mois) et de Healthy Family
(qui finance la formation des
personnels de santé sur le terrain dans les régions reculées
des pays pauvres).
« Après avoir d’abord donné
des médicaments, puis contribué
à l’éducation à la santé des populations pauvres, Novartis s’est
engagé avec son programme
Access dans une politique commerciale adaptée à ces pays », a
expliqué Vas Narasimhan, à
l’occasion d’une journée consacrée à ces sujets par le groupe
suisse. « Et maintenant, grâce à la
plate-forme SMS4Life pour la
gestion des stocks et la collecte de
données des patients pour les
autorités de santé de ces pays,
« Compte tenu
de l’ampleur des
migrations dans
le monde, nous
voulons aller plus
loin dans cette
direction. »
HARALD NUSSER
Responsable de Novartis
Social Business
nous ajoutons la dimension
numérique », complète-t-il.
Si le groupe n’a pas renoncé à
donner certains médicaments
(par exemple pour lutter contre
la lèpre), son ambition d’atteindre les populations déshéritées
ne peut s’inscrire dans la durée
qu’en étant financièrement
autosuffisante. « Notre but n’est
pas de gagner de l’argent mais de
ne pas en perdre », explique
Harald Nusser, responsable de
Novartis Social Business, qui
regroupe aujourd’hui quelque
600 personnes.
Parmi les nouveautés de
l’année écoulée, on peut mentionner la couverture par Novartis Access (déjà au Kenya, en
Ethiopie, au Cameroun, en
Ouganda et au Rwanda) de trois
pays supplémentaires : le Pakistan, le Nigeria et la Colombie
– pour ses camps de réfugiés
vénézuéliens. « Compte tenu de
l’ampleur des migrations dans le
monde, nous voulons aller beaucoup plus loin dans cette direction », a indiqué Harald Nusser.
Autre innovation, dans sept
pays (Cambodge, Laos, Malawi,
Nepal, Rwanda, Tanzanie et
Ouganda), Novartis Access s’est
vu confier la responsabilité de la
commercialisation de l’ensemble des produits du groupe, quel
que soit le circuit de distribution.
Légitimité
L’arrivée à la tête du groupe d’un
nouveau président d’origine
indienne, passionné de santé
publique, ne peut que renforcer
la légitimité de l’engagement. A
commencer par la décision de
Vas Narasimhan de prévoir,
pour toutes les nouvelles molécules en développement, des
programmes d’accès spéciaux
pour les patients insolvables
avant même leur lancement
commercial. Et l’intégration de
l’accès aux traitements parmi
les critères déterminant sa propre rémunération.
Du positionnement de son
groupe comme partenaire des
pays à faible revenu, le patron de
Novartis n’attend pas d’avantage
concurrentiel immédiat. Mais,
explique-t-il, « mon rôle, c’est de
me projeter à long terme même si
je ne suis président que pour un
certain temps. Car à une échéance
de dix ans, je crois que Novartis
aussi tirera un profit financier de
ces actions ». n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 23
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
mécénat
Accuracy poursuit sa
croissance internationale
CONSEIL
Après l’ouverture d’un
bureau à Casablanca
cette année, le cabinet
de conseil financier
s’apprête à en ouvrir un
à Hong Kong en 2019.
Pour son quinzième
anniversaire, il vise
la barre des 100 millions
d’euros de chiffre
d’affaires.
Antoine Boudet
@Aboudet
Créé en 2004, le cabinet de conseil
financier Accuracy prévoit
d’atteindre pour son quinzième
anniversaire, l’an prochain, la
barre des 100 millions d’euros de
chiffre d’affaires. En 2018, son activité aura encore progressé, de 10 %
sur un an à 80 millions. Un déve-
loppement ininterrompu depuis
son lancement, et généré uniquement par de la croissance interne
et à l’international.
C’est ainsi qu’après l’ouverture
d’un bureau à Casablanca en septembre dernier, Accuracy ouvrira
au début de l’année prochaine à
Hong Kong. Après Delhi, Singapour
et Dubaï, sans compter une petite
entité à Pékin, le cabinet renforcera
a i n s i l ’a x e E u r o p e - M o y e n Orient - Asie au cœur de son plan
stratégique. Un axe qui permet aussi
d’aborder le continent africain.
« Notre bureau de Casablanca est
très prometteur », se félicite Frédéric Duponchel, PDG d’Accuracy.
Aussi bien pour accompagner les
grands clients du cabinet, dans
l’agro-industrie comme dans la
bancassurance, que pour ouvrir de
nouveaux marchés en Afrique subsaharienne, comme au Bénin sur
un dossier infrastructures.
A ce pilier international, qui permet au cabinet détenu à 100 % par
ses 48 associés (dont 9 nouveaux
en 2018) d’être présent dans 12 pays
à travers le monde, s’ajoute un
pilier technologique. Il y a un an,
Accuracy a ainsi renforcé ses capacités d’investigation informatique,
de recherche de preuves et d’éléments probants sur supports électroniques en créant un Lab
Forensic Technolog y. Basé à
Milan, il est dirigé par l’Australien
Rick Barker, nouvel associé venant
d’un des Big Four et ancien officier
de police en Australie, dans le service chargé de la lutte contre la
cybercriminalité.
BABA Club
Quant à la désormais fameuse blockchain, elle mobilise une petite
équipe autour de trois associés,
auteurs d’un ouvrage de référence
sur le sujet. Troisième élément de la
stratégie d’innovation du cabinet, le
développement d’outils destinés à
ses clients afin d’optimiser leurs
performances, comme Go to Cash,
pour le suivi et le pilotage de la trésorerie d’un groupe, Accure Logis-
Réfugiés : les entreprises
continuent
de se mobiliser
Frédéric Duponchel,
PDG d’Accuracy. Photo Accuracy
tics, pour l’optimisation des flux
logistiques, BP Creator, pour l’élaboration de business plans, ou
encore Stock Turner, pour la gestion des stocks et l’amélioration du
besoin en fonds de roulement.
Enfin, pour s’intégrer à l’écosystème des jeunes pousses, le cabinet
a créé il y a un an et demi son BABA
Club, pour Business Angel by Accuracy. Une vingtaine de start-up sont
ainsi passées devant le BABA Club
et cinq ont obtenu des fonds. n
PROFITONS
DE L’ÉNERGIE
SOLAIRE
JUSQU’AU BOUT
DE LA NUIT.
La possibilité de stocker l’électricité va rendre
les énergies renouvelables plus flexibles.
C’est pourquoi le groupe EDF investira plus
de 8 milliards d’euros d’ici à 2035 afin de tripler
les capacités de stockage déjà installées dans
le monde, et permettre à l’énergie solaire
d’être disponible toute la nuit.
L’énergie est notre avenir, économisons-la !
Nombreuses sont les grandes
entreprises, telles que BNP
Paribas, Elior Group ou Total,
à s’engager pour l’accueil
et l’insertion des réfugiés.
David Pauget
@DavidPauget
Depuis 2015, l’année où plus de
1 million de migrants sont arrivés par la mer en Europe,
l’expression « crise des réfugiés » s’est imposée. Un sujet
revenant régulièrement dans
les discours p olitiques et
médiatiques, parfois instrumentalisé dans un contexte de
montée des populismes.
En France, de nombreuses
associations et initiatives
citoyennes en faveur des réfugiés sont connues et reconnues,
mais les entreprises jouent
aussi un rôle important. C’est le
cas de BNP Paribas, Elior Group
et Total, notamment par leur
mécénat.
Pour BNP Paribas, l’engagement remonte à 2016 avec une
aide d’urgence de 5 millions
d’euros, construite avec le HautCommissariat des Nations
unies pour les réfugiés
(UNHCR). Elle a été prolongée
en 2017 et 2018 à hauteur de
3 millions d’euros. « C’était présenté comme une crise humanitaire. On a compris que c’était un
sujet de plus long terme », explique Jean-Jacques Goron, délégué général de la Fondation
BNP Paribas.
borateurs, et nombre d’entre eux,
ou leurs familles, ont vécu des
situations de déracinement.
Accueillir la diversité, l’inclure,
on sait que c’est une richesse. »
Les actions de la Fondation
Total sont ciblées sur l’insertion
économique des personnes
réfugiées, via des aides financières mais aussi via du mécénat de
comp étences avec le programme de mentoring Kodiko :
« C’est un parrainage, un binôme.
Les salariés peuvent aider les
réfugiés dans les recherches
d’emploi, la rédaction de CV ou de
lettres, pour préparer des entretiens », explique Manoelle
Lepoutre. La fondation a aussi
noué un partenariat (Refugeeks) avec l’école Simplon pour
former les réfugiés aux métiers
de l’informatique. La Fondation
Total a dépensé 1,5 million
d’euros afin de soutenir les différentes actions d’aide aux réfugiés, à raison d’un budget annuel
de 500.000 euros, les initiatives
comme Refugeeks et Kodiko
représentant chacune un tiers
de ce budget.
Refugee Food Festival
Elior Group Solidarités (succédant à la Fondation Elior) est de
son côté partenaire du Refugee
Food Festival, soutenu par
l’UNHCR, à travers un mécénat
financier et l’accueil de chefs
réfugiés dans ses restaurants.
L’ambition de ce festival est
d’intégrer les réfugiés grâce à la
cuisine. Philippe Guillemot,
directeur général d’Elior Group
et président d’Elior Group Solidarités, déclarait, à l’occasion de
sa troisième édition en juin der-
La restauration est l’un des secteurs qui œuvrent le plus
pour l’insertion des réfugiés. Photo Mark Henley/UNHCR
RCS PARIS 552 081 317
Devenons l’énergie qui change tout.
Rejoignez-nous sur edf.fr/energie-verte
CARITATIF
Pas moins de 4,5 millions
d’eu ro s s u p p l ément ai res
seront mobilisés d’ici à 2021,
portant l’engagement total à
plus de 12 millions d’euros. « On
veut se focaliser sur l’apprentissage de la langue, l’éducation des
enfants et l’insertion professionnelle », détaille Jean-Jacques
Goron. Six réfugiés de l’école du
numérique Simplon, dont est
partenaire la BNP, sont actuellement en contrat d’apprentissage au sein de l’entreprise. BNP
soutient aussi la fondation des
Apprentis d’Auteuil pour l’éducation des mineurs isolés et
l’inclusion sociale des réfugiés.
L’e n g a g e m e n t d e To t a l
remonte aussi au moment de la
« crise des réfugiés ». Un choix
qui relevait de « l’évidence »,
selon Manoelle Lepoutre, déléguée générale de la Fondation
Total : « On est présents dans
130 pays. Plus de 150 nationalités
sont représentées chez nos colla-
nier : « A travers ce projet, nous
souhaitons entraîner nos collaborateurs, nos convives et nos
partenaires vers davantage de
responsabilité et faire rayonner
notre idée de la cuisine, propice à
l’intégration et au partage ».
Pour Marine Mandril a,
cofondatrice du festival, « la cuisine est la chose la plus universelle
au monde et constitue un levier
puissant pour comprendre une
culture, lever certains préjugés, et
mettre tout le monde à égalité ».
Marquée par des discours
« misérabilistes » et « anxiogènes » sur les réfugiés, elle a créé
en 2016 le festival avec Louis
Martin pour « faire évoluer les
regards, et faciliter leur insertion
professionnelle », la restauration
constituant un secteur qui
recrute. Le Groupe Elior accompagne également La Résidence,
créée au printemps dernier, un
restaurant et lieu de formation, à
Paris, dédié aux chefs réfugiés. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
Shutterstock
en
pixels
Hervé Brossard
quitte la présidence
d’OMG
Le ministre de la Culture a dit
devant le Sénat que la question
des règles de numérotation des
chaînes de télévision pourrait
être posée à partir de la réforme
de la loi de 1986, rapporte
Satellifax. Le regroupement par
thématique, comme
l’information, serait envisagé, en
vue d’une plus grande lisibilité.
Après quarante ans de présence
au sein du groupe Omnicom,
deuxième acteur mondial
de la communication,
Hervé Brossard tire sa
révérence. Il quitte la présidence
d’OmnicomMedia Group France
(OMG) et la vice-présidence
de DDB Worldwide. Son départ
sera effectif le 31 décembre 2018.
DR
HIGH-TECH
&MEDIAS
Riester évoque
un regroupement
des chaînes d’info
50
MILLIONS D’EUROS
Le gouvernement a supprimé trois taxes sur la
publicité télé et radio en
2020, qui rapportaient une
cinquantaine de millions
d’euros, relève la Lettre A.
Cela fait suite à un lobbying
des chaînes, alors que l’Etat
veut simplifier la fiscalité.
INTERVIEW // LUDOVIC LE MOAN Président-directeur général de Sigfox
« La zéro G de Sigfox va devenir
incontournable »
Ludovic Le Moan. Photo Xavier Popy/Réa
l Le PDG de Sigfox vient de signer
un accord avec Free pour la box Delta.
l Il explique en quoi son réseau
très bas débit est complémentaire
de celui des opérateurs télécoms.
Le prélèvement à la source ?
Attends, c’est hyper simple !
Je te fais ça en 3 clics.
Hop ! Easy* !
– RCS Paris 437 814 858 – * Facile
Easy*... Tu as surtout
un expert-comptable ?
Allez, avoue !
Si un chef d’entreprise vous dit que le prélèvement à la source, c’est simple,
pas de doute : il a un expert-comptable ! Décoder les sujets importants
des dirigeants, leur donner les clés pour décider, agir et se concentrer sur
la dynamique de leur entreprise, c’est la mission des experts-comptables.
Création, fiscalité, social, numérique, international… à chaque moment
essentiel des TPE et PME, les experts-comptables sont au service de leur
croissance. Retrouvez-les sur experts-comptables.fr
Propos recueillis par
Sébastien Dumoulin
@sebastiendmln
et Fabienne Schmitt
@FabienneSchmitt
Sigfox est sur la nouvelle
Freebox. Qu’est-ce que cela
change pour vous ?
C’est une superbe exposition. Grâce
à Sigfox, les utilisateurs de la Freebox bénéficient d’une double connectivité : si le réseau de Free tombe
en panne, celui de Sigfox le remplace. Exemple : si quelqu’un
s’introduit chez vous et coupe le fil
téléphonique ou brouille le wi-fi,
empêchant le déclenchement de
votre alarme, vous êtes quand
même prévenus. Nous voulions
aller sur ce marché de la maison
connectée, en étant portés par un
acteur grand public. Etre présent
sur la Freebox montre que nous
avons toute notre légitimité. Notre
logo, le papillon, devient synonyme
de sécurité, fiabilité et économies.
Et se faire connaître du public, cela
ne peut que servir notre business.
Sigfox n’assure qu’une connectivité minimale, il ne permet
pas de continuer à recevoir la
télévision si le réseau de Free
tombe en panne…
Oui, notre segment, c’est la connectivité minimale, mais elle permet
d’apporter de nombreux services. Et
en jouant le rôle de filet de sécurité
des télécoms, elle peut même sauver
des vies ! On peut par exemple introduire la technologie Sigfox dans les
smartphones. Imaginez que,
demain, vous êtes coincés en montagne ou que les réseaux traditionnels de communication sont
détruits après un séisme, vous pourrez quand même envoyer un SMS
d’urgence grâce à notre réseau, qui
passe là où les opérateurs traditionnels ne sont pas. Nous couvrons
54 pays aujourd’hui avec nos antennes. Et l’an prochain, nous lançons
le premier d’une trentaine de satellites pour couvrir les océans et les
déserts. Vous avez la 3G, la 4G. Nous,
nous proposons la « zéro G » et nous
pensons que cela va devenir une
connectivité cruciale. On pourrait
ainsi remplacer les « pagers » des
pompiers, qui coûtent une fortune,
ou les vieux réseaux Tetra nationaux, obsolètes, qui servent à prévenir les populations en cas de danger.
Sigfox coûte bien moins cher.
La « zéro G »… ?
Oui, une connectivité en plus, à très
bas débit, c’est ce que j’appelle la
« zéro G ». Pour le consommateur
c’est un confort supplémentaire et
une sécurité pour plusieurs types
de services. Cela lui permet aussi de
réduire le nombre de box de la maison. On avait la « quadruple play »
avec la télévision, l’Internet, la téléphonie fixe et la téléphonie mobile.
Et demain, on aura la « quintuple
play » en y ajoutant, comme Free l’a
fait avec sa Delta, un pack sécuritaire. De plus, demain, quand vous
aurez des centaines d’objets connectés, recharger des batteries va
devenir vite insupportable. Avec
Sigfox, vous aurez une autonomie
de plusieurs années. Sigfox est aussi
plus simple que le wi-fi. Plus besoin
d’appairage. Chaque objet dispose
d’un identifiant unique sur notre
réseau, qui est d’ailleurs bien mieux
dimensionné. Le wi-fi, c’est surtout
pour la musique et les vidéos, car
pour transmettre une température
ou une alarme, c’est un réseau
démesuré.
Quel est le modèle économique
de la zéro G ?
On est assez ouvert. On pourrait
imaginer que les opérateurs télécoms facturent le client 1 euro par
an pour la zéro G dans le smartphone. Ou même que ce soit gratuit,
avec un coût plus élevé, 5 euros par
exemple, mais uniquement lorsque
vous utilisez le service. Sigfox toucherait une commission. L’idée
générale, c’est que le produit luimême ne coûte pas plus cher au
consommateur, même en embarquant la technologie Sigfox.
Demain, on pourra avoir des
ampoules connectées avec Sigfox
au même prix qu’une ampoule
ordinaire.
« Notre segment,
c’est la connectivité
minimale. »
« En jouant le rôle
de filet de sécurité
des télécoms, elle peut
même sauver des vies ! »
Jusqu’à présent vous misiez
sur les acteurs industriels…
C’est toujours le cas. Nous travaillons
avec Engie. Total a des dizaines de
milliers d’objets sur notre réseau.
Mais, maintenant, Sigfox est intégré
dans de plus en plus d’objets destinés
au grand public. La Freebox en est
l’exemple le plus marquant. Mais
nous équipons aussi une gamme de
malles Vuitton ou encore les motos
Triumph. Six d’entre elles, volées,
ont été retrouvées grâce à Sigfox l’an
dernier. Et pas plus tard que la
semaine dernière, un scooter a également été rendu à son propriétaire
grâce à un traqueur Sigfox, développé par la société française
Invoxia, logé dans la carrosserie. Ce
n’est qu’un début. Le fabricant de
modems pour smartphone taïwanais GTC va inclure la connectivité
Sigfox à ses produits, au même prix.
Et de grands sous-traitants de
l’industrie, Alps ou Lite-On, vont
également lancer des millions de
pièces équipées en Sigfox. Avant
eux, nous travaillions surtout avec
des petites entreprises, qui faisaient
entre 1.000 et 10.000 pièces. Cela va
décoller fortement.
La plupart des opérateurs
mobiles misent sur LoRa, votre
concurrent. Est-ce inquiétant ?
Absolument pas. Sigfox est
aujourd’hui le seul réseau IoT opérationnel et avec des millions
d’objets connectés. Plusieurs opérateurs ont misé sur LoRa pour nous
barrer la route. LoRa est un réseau
majoritairement local, qui n’a à ce
jour jamais annoncé de client
d’envergure global. LoRa est une
technologie, Sigfox est un service de
connectivité mondiale. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
HIGH-TECH & MEDIAS // 25
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
Escalade dans la guerre
entre Huawei et Washington
l Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei a été arrêtée au Canada,
à la demande des Etats-Unis.
l La récente trêve commerciale entre la Chine et les Etats-Unis est fragilisée.
TÉLÉCOMS
Frédéric Schaeffer
@fr_schaeffer
— Correspondant à Pékin
C’est un coup de tonnerre pour
Huawei et la perspective d’un
regain de tension entre Pékin et
Washington. Meng Wanzhou,
directrice financière du géant chinois des télécoms et fille de son fondateur Reng Zhengfei, a été arrêtée
au Canada, à la demande des EtatsUnis qui souhaitent son extradition.
Annoncée jeudi par la justice canadienne, l’arrestation remonte à
samedi dernier, le jour même où
Donald Trump et Xi Jinping se rencontraient en marge du G20 de Buenos Aires et concluaient une trêve
commerciale de trois mois, le
temps d’ouvrir de nouvelles négociations. Déjà jugée fragile aux yeux
de la plupart des observateurs, cette
trêve l’est désormais encore un peu
plus. La Chine a « protesté avec
force » contre cette arrestation et
demandé la libération immédiate
de sa ressortissante « n’ayant violé
aucune loi américaine ni canadienne ». Le ministère chinois des
Affaires étrangères à Pékin a, lui,
demandé des clarifications « au
plus vite » ainsi que la liberté
« immédiate » de Meng Wanzhou.
« La compagnie a reçu très peu
d’informations en ce qui concerne les
accusations et n’est pas au courant
d’un quelconque méfait de la part de
Madame Meng », a sobrement réagi
Huawei. Une audition pour sa
remise en liberté conditionnelle
doit avoir lieu vendredi.
La justice canadienne n’a pas précisé les motifs de l’arrestation de
Meng Wanzhou mais Washington
la soupçonnerait d’avoir violé les
sanctions américaines contre l’Iran.
Le « Wall Street Journal » avait
révélé en avril que la justice américaine enquêtait sur Huawei depuis
au moins 2016, suspectant l’équipe-
Les autorités françaises temporisent
Le géant chinois est très
présent dans les réseaux de
Bouygues et de SFR, malgré
quelques conditions.
Raphaël Balenieri
@RBalenieri
Sébastien Dumoulin
@sebastiendmln
Alors que le monde anglo-saxon
bascule dans une politique antiHuawei, les autorités françaises restent prudentes. Selon plusieurs
sources, la probabilité que Paris
suive Washington sur ce sujet est
minime. Une forme de statu quo s’est
installée depuis plusieurs années.
Les équipements Huawei ont
leur place dans les réseaux français,
à condition de respecter quelques
lignes rouges non-écrites : pas dans
les cœurs de réseaux (où sont gérées
les informations sensibles sur
l’identité et l’activité des clients), pas
sur plus de 50 % du réseau d’un opérateur, et pas en région parisienne.
Le groupe chinois s’en est accom-
modé. Cela ne l’a pas empêché de
décrocher de beaux contrats. Ses
antennes constituent la moitié des
réseaux Bouygues et SFR. Orange
fait aussi appel au Chinois hors de
l’Hexagone. Face à un éventuel blocage, les opérateurs regimbent.
Cela réduirait le nombre de fournisseurs. Et les priverait du savoir-faire
technologique de Huawei. Le Suédois Ericsson a certes pris une longueur d’avance dans les lancements
commerciaux en 5G. Mais de l’aveu
de nombreux experts, Huawei est
devenu quasi incontournable.
Un équilibre menacé
Même ses concurrents s’inquiètent
de possibles restrictions. « A court
terme l’intérêt peut sembler évident
pour les équipementiers européens, explique Franck Bouétard, le
patron d’Ericsson France. Mais si
cela mène à une fermeture de certains
marchés, voire au développement de
deux normes différentes, on reviendrait 15 ans en arrière. »
Cette avalanche de soutiens faitelle le poids face à de supposés ris-
ques d’espionnage ? C’est un
dilemme économico-sécuritaire,
que la France refuse de trancher.
Mais l’équilibre tricolore est précaire. Ces dernières semaines, SFR
l’a ouvertement menacé, avec un
projet de remplacement de ses équipements Nokia par des antennes
Huawei… y compris dans la capitale.
Selon nos informations, Bruno
Le Maire en a parlé directement
avec Patrick Drahi. Un bref échange
en tête à tête a eu lieu, le 5 novembre. « Le sujet se durcit en ce moment.
SFR a essayé de passer en force »
témoigne une source proche du
pouvoir. « Les services français ne
lâcheront pas. L’ensemble des protagonistes a compris le message »,
assure un autre connaisseur du
dossier. En clair, la porte reste
ouverte, mais certainement pas en
grand. Pour certains observateurs,
Paris gagne du temps. Avec les
déploiements de réseaux 5G, vers
2020-2021, le cœur de réseau sera
disséminé dans les antennes,
impossible à isoler. Il faudra bien
alors prendre position. n
mentier chinois d’avoir livré du
matériel américain au principal
opérateur télécoms iranien en dépit
de l’embargo. Cette affaire rappelle
celle de ZTE au printemps dernier, le
Huawei était déjà
dans le collimateur de
Washington, suspecté
d’espionnage pour
le compte de Pékin.
deuxième équipementier télécoms
chinois, également accusé d’avoir
violé l’embargo américain sur l’Iran.
Les Etats-Unis lui avaient coupé
l’accès aux composants américains,
mettant la survie de l’entreprise en
jeu. Il avait fallu l’intervention de Xi
Jinping auprès de Donald Trump
pour qu’un « deal » soit finalement
conclu, ZTE écopant d’une amende
d’1 milliard d’euros et d’une surveillance renforcée de son activité.
Avec Huawei, la justice américaine s’attaque à une entreprise
encore plus importante et stratégique aux yeux de Pékin. Premier
équipementier de réseaux mobiles
selon le cabinet Dell’Oro, Huawei
est aussi le deuxième fabricant
mondial de smartphones. « Les couteaux sont ressortis dans la guerre
technologique entre Washington et
Avec Huawei, Pékin espère imposer ses normes sur le réseau 5G.
Jadranko Marjanovic / AFP
Pékin, estime David Baverez, investisseur français basé à Hong-Kong
et auteur de « Paris-Pékin express ».
Huawei est au cœur de cette bataille,
Pékin s’appuyant énormément sur
cette entreprise pour imposer des
normes chinoises dans la 5G ». « Si les
Etats-Unis veulent lancer une guerre
froide technologique et cantonner la
tech chinoise à l’Empire du Milieu, la
première cible est évidemment
Huawei car c’est l’entreprise de loin
la plus internationale de la high tech
chinoise », indique François Candelon, directeur associé senior du
Bolston Consulting Group, à Shanghai. Huawei était déjà dans le collimateur de Washington, suspecté
d’espionnage pour le compte de
Pékin. Une méfiance alimentée par
le fait que le fondateur du groupe,
Ren Zhengfei, est un ancien officier
de l’Armée populaire de libération.
Washington a instamment
demandé aux opérateurs télécoms
américain de ne pas utiliser les
équipements de Huawei et fait pression sur ses partenaires pour en
faire autant. L’Australie, la Nouvelle-Zélande et, mercredi, la GrandeBretagne ont décidé d’exclure
Huawei pour la construction de
leur réseau télécoms 5G.
(
Lire « Crible »
Page 39
HMD croit toujours à l’avenir
de Nokia dans les mobiles
TÉLÉPHONIE
HMD a repris l’activité
mobile de Nokia
depuis 2016.
Tout en ayant lancé
un nouveau téléphone
mercredi il est loin
d’avoir retrouvé
son succès passé.
Raphaël Balenieri
@RBalenieri
— à Espoo et à Helsinki (Finlande)
C’est un cabinet de curiosités qui
occupe tout un pan du mur de cette
ancienne salle de gym. A Espoo, près
d’Helsinki en Finlande, les téléphones iconiques de Nokia sont exposés
comme des pièces de musée dans les
locaux de HMD. Fin 2016, cette petite
start-up locale a repris l’activité
mobile de l’ancien numéro un mondial du secteur. Du P-30, l’un des premiers portables lancés en 1988, au
fameux Nokia 3310, cette collection
rassemble presque tous les modèles
de l’ex-roi finlandais du mobile.
Face à Samsung, Huawei et
Apple, les poids lourds du secteur,
Nokia, qui vient de lancer un smartphone à 399 euros, le Nokia 8.1, n’a
pas dit son dernier mot. « Notre rai-
son d’être, c’est de remettre sur le
marché l’une des marques les plus
aimées dans l’histoire de la téléphonie, explique Pekka Rantala, chef du
marketing chez HMD. Quand nous
avons relancé le 3310 en 2017, l’événement a généré plus de tweets que la
cérémonie des Oscar qui avait lieu le
même jour ! Comme Mini dans
l’automobile ou Nintendo, nous
bénéficions d’un effet rétro. »
70 millions de téléphones
Deux ans après sa reprise par HMD,
l’activité mobile de Nokia est cependant encore loin d’avoir retrouvé sa
gloire passée. En 2017, l’entreprise a
écoulé 70 millions de téléphones.
Une goutte d’eau sur un marché de
1,53 milliard d’unités la même
année, selon Gartner. « Il nous faut
du volume, c’est certain, reconnaît
Pekka Rantala. Aujourd’hui, nous
sommes profitables sur les téléphones basiques, mais pas sur les smartphones. » L’année dernière, HMD a
essuyé une perte de 65 millions
d’euros, pour un chiffre d’affaires de
presque 2 milliards d’euros. En 2011,
pourtant, Nokia était le premier
fabricant mondial de téléphones
portables, avec presque 24 % de part
de marché. Mais le groupe est rapidement rattrapé par Samsung qui
lui vole, en 2012, la première place
du podium, et par Apple avec ses
iPhone. En 2013, Nokia est donc con-
traint de vendre son activité mobile
à Microsoft, qui la cède ensuite en
partie à Foxconn, le géant taïwanais
de la sous-traitance électronique.
Nokia se concentre alors sur la fourniture d’équipements télécoms aux
opérateurs, son métier historique.
Fin 2016, nouveau revirement.
Nokia monte une société dédiée,
HMD, avec laquelle il passe un
accord de licence exclusif. Il
encaisse des royalties en fonction
des ventes. Pour se démarquer, la
start-up de 650 employés mise sur
les téléphones simples, sans écran
tactile. Sur ce marché (+5 % en
2017), qui représente tout de même
305 millions d’unités, selon Gartner,
HMD revendique la première place
mondiale. L’entreprise les vend surtout dans les pays en développement (Mexique, Inde, Nigeria…)
mais aussi dans les pays développés,
où elle cible les nostalgiques de la
marque, les seniors et ceux qui veulent un téléphone basique pour
« déconnecter. »
HMD séduit de plus en plus
d’entreprises. En vendant des Nokia
à de gros clients comme SAP, la
société a généré 20 % de son chiffre
d’affaires sur le marché B to B. Alors
que le prix des smartphones
explose, Nokia a deux cartes à jouer
sur ce segment : des produits
meilleur marché et des mises à jour
de sécurité tous les mois. n
INNOVER,
C’EST IMAGINER
VOTRE FUTUR
Pour CBRE, leader mondial de l’immobilier d‘entreprise, « Innover » c’est avant tout imaginer
avec vous le futur. Construire et visualiser en temps réel le space-planning d’un projet ou
analyser l’impact de choix d’implantation sur le temps de transport des salariés. Mobiliser
les big data et l’IA pour décider d’une implantation commerciale ou prendre une décision
d’investissement. CBRE vous accompagne à chaque étape de votre parcours par ses conseils
et outils d’aide à la décision, afin que vous viviez une expérience de l’immobilier à 360°.
Floored, Calibrate, Hub Analytics, Predictive Analytics… Venez découvrir la suite d’outils
CBRE et rencontrer nos équipes au SIMI, stand D35.
CBRE, Créateur de valeur
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
26 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
START
UP
e
U
REBOND
LE BUZZ
Slush 2018 a couronné une jeune pousse
locale lors de son traditionnel concours de
pitch. Meeshkan, qui permet à des équipes
d’ingénieurs d’entraîner des modèles de machine learning plus rapidement, a remporté la compétition et
s’envolera donc vers San Fransisco pour y rencontrer
« la crème de la crème » des investisseurs de la côte
Ouest.
500.000
EUROS
La winetech Matcha a levé
500.000 euros et vu l’entrée du
groupe vitivinicole Legrand à son
capital. La start-up, qui développe un
assistant d’aide à l’achat de vin, souhaite se développer à l’international.
StadiumBox étend son activité et
change de nom, au profit de
Tick&Box. La start-up, qui vendait des coffrets cadeaux thématisés autour
d’un club de sport, se lance aujourd’hui
dans les parcs à thème ainsi que dans les
spectacles. Elle a déjà signé des partenariats
avec Le Puy du Fou et Port Aventura.
INNOVATION
En cinq ans, les licornes sont devenues
l Il existe aujourd’hui près de 300 start-up valorisées plus d’un milliard
de dollars dans le monde, contre une petite quarantaine en 2013.
l Leur valorisation cumulée se monte à près de 1.000 milliards de dollars,
selon le cabinet CB Insights.
Nicolas Richaud
@NicoRichaud
En 2018, une licorne est née tous les
quatre jours en moyenne. Jamais il
n’y a eu autant de ces start-up valorisées plus d’un milliard de dollars et
âgées de moins de dix ans dans la
nature.
Inventée par Aileen Lee (fondatrice de la firme de capital-risque
Cowboy Ventures), l’expression
« licorne » a soufflé sa cinquième
bougie le mois dernier. A sa création, on en recensait une quarantaine. Depuis, ce petit peloton s’est
mué en troupeau. Aujourd’hui,
290 licornes galopent à travers le
monde, répertorie le cabinet CB
Insights, pour une valorisation
cumulée de 995 milliards de dollars. Lors du seul troisième trimestre 2018, 31 licornes ont vu le jour,
selon un rapport de CB Insights et
PwC. Soit le volume le plus massif
jamais enregistré.
Aux Etats-Unis,
le ticket moyen flambe
Zèbres, scale-up, cafards : la jungle
de start-up s’est pourtant étoffée de
nouvelles espèces en tout genre.
Mais cela n’a en rien enrayé la prolifération des licornes.
Pourquoi une natalité aussi frétillante ? « Aux Etats-Unis, on constate que les investisseurs se focalisent
essentiellement sur les licornes susceptibles de devenir le leader de leur
secteur », souligne Carlos Diaz, partenaire de l’accélérateur The Refiners. Ce qui se fait au détriment des
jeunes pousses moins matures et
au modèle plus balbutiant. Entre
juillet et octobre, le volume de
levées de fonds a reculé de 18 % aux
Etats-Unis par rapport au trimestre
précédent, selon CB Insights, qui
avance qu’en parallèle les fonds
investis dans les jeunes poussent y
ont atteint le montant record de
27,5 milliards de dollars sur la
même période.
Le poids
des « mégafonds »
Moins de deals, plus de cash. Mécaniquement, le ticket des tours de
table grimpe. Sur les neuf premiers
mois de 2018, celui des levées en
série D (des opérations impliquant
les start-up les plus matures) se
monte en moyenne à 285 millions
de dollars aux Etats-Unis, selon
KPMG. Plus du double par rapport
à 2016. Une pluie de dollars qui
s’explique par l’apparition dans le
paysage de mégafonds d’investissement comme Vision Fund de SoftBank qui pousse les acteurs historiques comme Sequoia Capital à
suivre le mouvement. Le groupe
américain a levé 6 milliards de dollars il y a quelques mois.
« Pour être le principal investisseur dans une entreprise, vous ne
pouvez plus investir 100 millions de
dollars comme avant… Si vous voulez bâtir une entreprise qui vaut plusieurs milliards, vous avez besoin de
dépenser 400 ou 500 millions de
dollars », détaillait Neil Shen, le
patron de sa branche chinoise, il y a
quelques semaines.
Ces transactions à 9 chiffres
sont tellement devenues monnaie
c o u r a n t e q u’A n a n d S a nw a l ,
patron de CB Insights, se demandait, l’été dernier, si les tours de
table de 200 millions de dollars
méritaient encore la qualification
de « mégalevées de fonds ».
Ce phénomène explique pourquoi certaines licornes retardent
leur entrée en Bourse, à l’instar
d’Uber (qui a levé 14,9 milliards de
dollars depuis ses débuts) qui, au
bout de neuf ans et demi d’existence, n’a aucun mal à se refinancer
auprès des investisseurs.
Plus surprenant, certaines
licornes disposent aujourd’hui
d’un tel matelas de cash qu’elles
n’en sont plus à seulement financer leur croissance et/ou apurer
leurs pertes… mais lancent ellesmêmes leur propre fonds. C’est le
cas de la société singapourienne
de VTC Grab (qui a levé 2 milliards
de dollars en août) et de son conc u r r e n t i n d o n é s i e n G o - Je k
(2,7 milliards sur 2018) avec Grab
Ventures et Go Ventures.
Verra-t-on bientôt un fonds
détenu par une licorne accoucher
de sa propre licorne ? Les cycles de
la nature sont immuables.
D’ailleurs, les licornes vivent, évoluent et meurent aussi : entrée en
Bourse, rachat par de grands groupes, faillite parfois, mais aussi nouveau tour de table les revalorisant
en dessous du milliard de dollars
quand leur activité ne décolle pas,
comme ce fut le cas pour The
Honest Company (fondée par Jessica Alba) qui fut dévalorisée en
2017 lors d’un tour de table à 75 millions de dollars…
Fin 2013, l’expression renvoyait
essentiellement à des jeunes pousses américaines. Si celles-ci sont
toujours les plus nombreuses (139
selon le décompte de CB Insights),
la Chine monte en puissance et en
compte désormais 81, contre seulement 3 à fin 2013. Récemment, la
jeune pousse chinoise ByteDance
est devenue la start-up la plus valorisée au monde, à 75 milliards de
dollars, devant sa compatriote Didi
Chuxing (56 milliards) et Uber
(72 milliards).
Gopro,
cette « Reverse Unicorn »
Parmi celles de la toute première
génération, les sociétés chinoises
Xiaomi (désormais cotée en Bourse)
et DJI (valorisée 10 milliards de dollars) se sont respectivement imposées comme le quatrième vendeur
de smartphones et le leader mondial des drones de loisir.
A contrario, la start-up américaine GoPro peine à retrouver sa
foulée céleste. Le dernier tour de
table avant-Bourse du fabricant de
mini-caméras l’avait valorisé plus
de 2 milliards fin 2012. Alors que sa
capitalisation frôlait les 12 milliards
à l’automne 2014, celle-ci tâtonne en
dessous du milliard. Ce qui lui vaut
aujourd’hui le sobriquet peu flatteur de « Reverse Unicorn ». Même
un ex-animal légendaire doit toujours faire la preuve de son modèle
et affronter la dure réalité boursière.
(
Lire l’éditorial
de David Barroux
Page 10
Inventée par Aileen Lee (fondatrice de la firme de capital-risque Cowboy
a soufflé sa cinquième bougie le mois dernier. Photo Shutterstock
Trois start-up tricolores considérées comme des « scale-up » et potentielles futures licornes
Les chiffres clefs
3
Back Market, le dynamiteur de l’économie circulaire
Avec ses 41 millions d’euros levés en juin dernier, la
plate-forme de vente de smartphones reconditionnés
prépare son déploiement aux Etats-Unis. Son positionnement, qui s’inscrit dans le mouvement de
l’économie circulaire, rencontre une vraie traction,
mais attire aussi les concurrents. Rien qu’en France,
Certideal et Recommerce pourraient lui damner le
pion, d’où la nécessité de s’exporter rapidement pour
trouver d’importants relais de croissance. Quatre ans
après sa création, elle vient de passer le cap
du million de clients.
28
Denis/RÉA
Ledge
Tony Cenicola/NYT-Redux-RÉA
LICORNES TRICOLORES
BlaBlaCar, Deezer et OVH.
C’est le trio représentant la
France au pays des licornes.
Vente-privee.com est
souvent considérée
comme telle en France,
mais n’a pas levé de fonds.
Ledger, le petit prince des cryptomonnaies
Après s’être imposée comme une référence dans la
sécurisation des solutions de stockage pour cryptomonnaies auprès des particuliers, la jeune pousse
transite vers le marché B to B. A l’image de son récent
partenariat avec Engie pour équiper son parc d’éoliennes, de panneaux solaires et d’installations hydrauliques, de boîtiers capables d’enregistrer et certifier les
data sur la blockchain. Bpifrance estime que la réussite
d’un tel virage pourrait lui permettre de devenir l’un
des acteurs de référence mondiaux sur le marché
de la sécurité des transactions.
Actility, le bon élève de l’IoT
L’opérateur de réseaux bas débit pour les objets connectés connaît une trajectoire sans raté pour le
moment. Créée en 2010 et souvent présentée comme
la probable prochaine licorne française, la pépite
cofondée par Olivier Hersent a levé un total de
100 millions de dollars. Depuis son dernier tour de
table en 2017, Actility s’est attelée à doubler son chiffre
d’affaires et la rentabilité en 2019. Ces deux bornes
doivent aussi lui permettre de concrétiser son ambition d’introduction boursière, à moins qu’un rachat
ne vienne interrompre sa courbe.
EN EUROPE
Sur les 290 licornes
recensées par le cabinet
CB Insights dans le monde,
seule une poignée
est née sur le continent.
Le Royaume-Uni mène la
troupe, avec 14 entreprises
tech valorisées plus
d’un milliard de dollars,
suivi de l’Allemagne (7)
et de la Suisse (3).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 27
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
Q
START
Plaine Images lance un nouveau
programme d’incubation,
nommé « Take Off ». Les candidatures sont ouvertes pour cet accompagnement dédié aux industries créatives numériques. Les start-up sélectionnées accéderont à
150 heures de coaching et mentoring.
3,5
e
LE BUZZ
Le PDG d’AriseBank, Jared Rice, a été arrêté par le FBI mercredi, selon un communiqué du département de la Justice américain. Il est accusé d’avoir volé 4 millions de dollars à ses investisseurs, et risque la prison à perpétuité. L’ICO de l’entreprise avait été
arrêtée par la SEC en janvier.
MILLIONS D’EUROS
La plate-forme d’épargne en ligne Mieuxplacer.com a annoncé avoir bouclé un tour de
table de 3,5 millions d’euros, notamment
auprès de la région Nouvelle-Aquitaine et
bpifrance, un an après avoir levé 2 millions.
un troupeau à 1.000 milliards de dollars
Comment l’expression
s’est popularisée dans
le monde des start-up
En cinq ans, ce terme
s’est fait une bonne place
dans le langage courant
des startuppeurs
et des investisseurs.
On n’est jamais maître du destin de
ses créations verbales. Y compris
quand on travaille dans le capitalrisque. Fin 2013, Aileen Lee, fondatrice de la firme Cowboy Venture,
publie une étude où il apparaît que
seulement 0,1 % des sociétés de
moins de dix ans dans lesquelles les
fonds investissent atteignent une
valorisation d’au moins 1 milliard
de dollars.
Un mélange de magie,
de rareté et de puissance
Ventures), l’expression « licorne »
Pour définir cette espèce de start-up
encore rarissime, elle hésite entre
« Home Run », « Mega Hit », mais
opte finalement pour l’expression
« licorne ». « Le terme fait passer [les
sociétés technologiques, NDLR] de
quelque chose de lointain et de compliqué à quelque chose de magique et
même sympathique, tout en étant
rare et puissant », décortique-t-elle à
l’époque auprès de l’« International
Business Times ».
Rapidement, l’expression se
répand. Aujourd’hui, elle a sa place
dans le langage courant utilisé dans
l’écosystème des jeunes pousses.
« Ce terme est employé à tout bout de
champ, autant par les startuppeurs
que par les investisseurs », souligne Eve Catrix, directrice de
l’agence de conseil en communication Oxygen Paris.
Pourquoi ce succès ? « C’est un
mot imagé et court. Il s’est aussi
imposé parce qu’il manquait une
expression pour caractériser ce phénomène nouveau de start-up à forte
valorisation qu’on n’avait alors rien
pour désigner », rembobine Marcel
B otton, directeur général de
Nomen, spécialiste de la création de
noms de marque.
Un terme très utilisé dans
un cadre professionnel
Le terme s’est d’autant plus démocratisé que la licorne est (re) devenue
à la mode entre 2013 et aujourd’hui.
Tee-shirt, jouets, mugs, jusqu’au café
« frappucino licorne » chez
Starbucks : l’animal légendaire est
partout. « Mais dans le secteur des
start-up, cela reste utilisé dans un
cadre très BtoB et ça ne sert pas vraiment pour communiquer auprès du
grand public ou des médias, tempère
Eve Catrix. En revanche, il arrive que
des start-up en fassent un peu trop et
l’utilisent pour attirer l’attention des
investisseurs ; certaines d’entre elles
ont un peu trop tendance à se présenter comme des prélicornes ».
Ce phénomène est cependant
loin d’être aussi répandu et distordant que celui des jeunes pousses
s e p r é s e n t a n t à t o r t e t à t r avers comme le « Uber du… », le
« Netflix de… » ou le « Airbnb de
la… ». L’expression « licorne » renvoie à une définition stricte aux critères précisément chiffrés. Ce qui
limite automatiquement les abus
marketing. On ne s’autoproclame
pas licorne. On le devient. — N. R.
Petit glossaire pour se retrouver
dans la jungle des jeunes pousses
« Zèbres », « pentacornes », « cafards » :
gros plan sur ces trois
dénominations créées
après le succès du terme
« licorne » dans l’écosystème des start-up.
Le succès du terme « licorne » a
stimulé la créativité sémantique
dans l’univers des start-up. Après
l’apparition de cette expression en
2013, d’autres dénominations du
même ordre ont été inventées
depuis. Revue de détail.
1
LES ZÈBRES
Leur apparition dans la jungle
« start-uppienne » remonte à 2017.
Créée par Mara Zepeda et Jennifer
Brandel (deux Américaines à la
tête de start-up), l’expression a été
pensée en opposition aux licornes. « Contrairement aux licornes,
les zèbres sont réels. Les zèbres sont
noir et blanc : ils sont rentables et
améliorent la société », détaillentelles dans un billet sur Medium. Il
y a un an, les deux entrepreneuses
ont tenu leur première conférence
à Portland (« DazzleCon ») sur le
thème « Les zèbres en marche ».
2
LES PENTACORNES
Une espèce très rare. Seules trois
sont recensées dans le monde :
Uber et les chinois Didi Chuxing
et ByteDance. Ce sont les seules
Guillaume Bregeras
C’est un tropisme bien français :
Trouver un anglicisme qui ne dit
rien aux Anglo-Saxons pour définir
un mouvement qui n’existe… qu’en
France. C’est le cas du terme « scale-up » qui apparaît désormais dans
les conférences tech partout dans
l’Hexagone et tend à s’imposer
comme un supplétif à l’expression
« start-up nation » qui ne traduit pas
assez explicitement l’ambition internationale des jeunes pépites tech.
Bpifrance serait le premier organisme à avoir défini le terme,
comme on le retrouve sur son site
Internet : « Le terme, en anglais, indique un changement d’échelle, via une
stratégie d’accélération de la croissance, en particulier à l’international.
Le terme s’applique parfois directement à une entreprise, jeune pousse
déjà sortie du statut de start-up et qui
souhaite atteindre celui de licorne.
Pour ce faire, il s’agit de structurer
l’entreprise, de mettre en place une
stratégie de croissance et éventuellement de lever des fonds. »
Pour compléter cette explication,
bpifrance précise aujourd’hui
que sont considérées comme
« scale-up », les entreprises ayant
levé plus de 20 millions d’euros.
Ceci afin « de faire la différence entre
une jeune start-up et une start-up plus
mature, qui généralement a une
preuve de marché avérée », détaille
Cécile Brosset, directrice du Hub,
l’entité qui gère les relations entre
start-up et grands groupes chez bpifrance. En creux, il faut comprendre
que face à de jeunes entreprises tech,
les corporate ont tendance à douter
de leur robustesse économique et de
leur capacité à délivrer le produit ou
le service promis.
Tripler la taille du cheptel
L’autre raison majeure pour laquelle
la French Tech s’est créé cette case
bien propre à son écosystème est sa
quasi-incapacité à générer des licornes et sa difficulté à faire émerger des
entreprises tech d’un niveau de valorisation même inférieur, mais suffisamment important pour se développer dans le temps. Là aussi, un
problème structurel persiste malgré l’afflux d’argent, comme le précise Cécile Brosset : « Si l’on a tant de
mal à générer des scale-up, c’est en partie dû à la taille des fonds de capital-risque français qui ne sont pas suffisamment armés. Mais aussi au fait que nos
start-up sont souvent rachetées trop tôt
dans leur histoire et n’ont pas l’opportunité de grandir. » Le volume maximal des fonds d’investissement
français, qui peinent à franchir les
300 millions (Partech mis à part), est
inférieur à leurs homologues britanniques (400 à 900 millions d’euros) et
les américains, dont au moins six
fonds lèvent en ce moment plus d’un
milliard de dollars.
Pour revenir du côté des entreprises françaises, elles n’ont été que 25 à
lever plus de 20 millions d’euros en
2018, selon bpifrance. Augmentant
ainsi le cheptel des scale-up tricolores. « Notre objectif est de permettre à
l’écosystème français d’en générer
trois fois plus d’ici à 2022 », affiche
Cécile Brosset. Un objectif réaliste
lorsque l’on regarde le nombre de
start-up ayant levé plus de 5 millions
(160 en 2018) et qui pourront solliciter un nouveau tour de financement
dans les toutes prochaines années. n
start-up à être valorisées plus de
50 milliards de dollars actuellement. Un cap également atteint
par Facebook en 2011, en ces
temps plus anciens où l’on ne
parlait pas encore de licorne.
A l’échelle en dessous, seize
décacornes (10 milliards de valorisation) sont recensées dans le
m o n d e (A i r b n b , W e W o r k ,
Stripe, etc). Peut-être verra-t-on un
jour naître une… « hectocorne »
(100 milliards) ?
3
LES CAFARDS
« La Licorne, c’est une bête mythi-
que, tandis qu’un cafard peut survivre à une guerre nucléaire », la
comparaison est d’un consultantet date de 2016. L’idée, derrière
cette image, c’est que la croissance
de ces start-up se construit lentement, sans jamais perdre de vue
revenus et bénéfices.
« Ce sont souvent des boîtes qui
proposent des petits logiciels sur des
niches très particulières », détaille
Carlos Diaz, partenaire de l’accélérateur The Refiners. Pas la plus
glamour des variétés dans la faune
des jeunes pousses.
— N. R.
TROPHÉES DE L’INNOVATION
DU GRAND EST 2018
La France, future « scale-up nation »
La French Tech se pose
comme l’un des principaux
écosystèmes capables de
générer des pépites tech
de taille intermédiaire.
Le terme « zèbre » renvoie à l’idée de start-up qui « sont
rentables et améliorent la société », selon les deux créatrices
de l’expression. Photo Shutterstock
LES LAURÉATS
Tous les lauréats sur
www.grandenov.fr
Soutenus par
UNION EUROPÉENNE
Fonds Européen de Développement Régional
Partenaires
Partenaires médias
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
28 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
en
direct
Lyon : Elkem
Silicones s’agrandit
NOUVELLE-AQUITAINE Les
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES
professionnels de la laine et des
fibres textiles naturelles de
Nouvelle-Aquitaine et du Massif
central ont obtenu le label Indication géographique protégée
pour la tapisserie et les tapis
d’Aubusson. Sept entreprises
et un Epic sont engagés dans
le dossier tapisserie, et huit
sociétés pour les tapis.
Shutterstock
PME
&REGIONS
IGP pour les tapis
d’Aubusson
Elkem Silicones va construire un
centre de recherche sur son site
de Saint-Fons, près de Lyon,
pour y accueillir 130 chercheurs
dédiés à la mise au point de
nouveaux matériaux. Montant
du projet : 25 millions d’euros.
Le site de recherche va être
porté à 6.000 mètres carrés
avec un bâtiment opérationnel à
la fin 2020. Depuis quatre ans,
les effectifs de R&D d’Elkem
Silicones ont cru de 11 % en
France (et de 20 % dans le
monde). Ce nouvel investissement conforte le poids de la
recherche dans la vallée de la
chimie lyonnaise, après celui,
de plus de 100 millions d’euros,
annoncé en septembre par le
groupe belge Solvay installé
juste à côté. Elkem possède aussi
une usine de transformation du
silicium à Roussillon (Isère).
Les musées de collectionneurs
revendiquent leur originalité
l La dynamique muséale privée ne faiblit pas, à Paris comme en régions.
l Avec des projets souvent liés à des passions.
CULTURE
Martine Robert
@martiRD
Institut Giacometti, Musée Fragonard, Cité de l’économie, Pinault
Collection… Paris est en effervescence grâce à la dynamique
muséale souvent innovante engagée par des opérateurs privés. Ainsi,
le premier musée flottant, consacré
au street art, a été mis à l’eau par les
chantiers de Manche Industrie
Marine à Dieppe. « Le monde
change, l’art change, la médiation
avec les publics et les modèles économiques doivent évoluer », commente Nicolas Laugero Lasserre,
l’un des initiateurs de ce musée
Fluctuart qu’on découvrira en mai
sur la Seine, au niveau du Grand
Palais. « On a imaginé ce musée
parce que les pouvoirs publics ne le
créaient pas. Il est inspiré de tierslieux plébiscités par le public, à l’instar des Jardins suspendus sur le toit
d’un parking où des artistes proposaient des installations, des Grands
Voisins avec ses résidences d’artistes,
de l’Aérosol pour l’art urbain… »
explique-t-il.
Le ponton de 41 mètres de long et
8,5 mètres de large sur lequel est
aménagé la galerie d’art sera ache-
miné à son port d’attache à la mi-décembre. Coût de ce projet repéré
dans le cadre de « Réinventez la
Seine » : 3,5 millions d’euros,
apportés par bpifrance, le fonds
Apicap, des prêts, et l’apport des
trois fondateurs, dont Nicolas Laugero Lasserre.
Directeur de l’école culturelle
Icart, collectionneur de street art, ce
dernier assurera la direction artistique de ce lieu de 1.000 mètres carrés, sur trois niveaux : dans la cale,
les expositions temporaires ; sur le
pont, les collections permanentes,
une bibliothèque, un bar et du fooding ; sur le rooftop, un café et un
espace festif, 7 jours sur 7, de 11 heures à minuit. « L’accès sera gratuit et
rien ne sera défiscalisé. Le fonctionnement – 2 millions par an – devra
être assuré grâce à la restauration et
aux privatisations par des marques
ou des particuliers. Nous ne nous
interdisons pas de travailler avec des
galeries d’art, notamment pour produire des œuvres », précise Nicolas
Laugero Lasserre.
Combler des manques
Au cœur d’un site bordelais en
pleine rénovation, près de la base
sous-marine et de la Cité du vin,
se dresse un bâtiment de
13.000 mètres carrés et 45 mètres de
haut, entouré de jardins : le musée
de la Mer et de la Marine créé par le
promoteur Norbert Fradin pour
une trentaine de millions d’euros,
ouvrira à l’été 2019. Imaginé par
l’architecte Olivier Brochet, il s’étendra hors les murs sur les Bassins à
flot, et Norbert Fradin a confié à
l’association Hermione la rénovation de navires classés. « J’ai rassemblé 10.000 objets de marine et une
vingtaine de bateaux emblématiques.
L’idée est née en 2007 quand le port
de la Lune a été inscrit au patrimoine
de l’Unesco. Le lien entre Bordeaux et
l’Atlantique est fort mais il manquait
un centre dédié à l’histoire de la navi-
Il a dit...
« Je n’en attends
pas une rentabilité,
je veux partager
ma passion. »
NORBERT FRADIN Collectionneur et créateur du musée de la
Mer et de la Marine, à Bordeaux.
Photo Jean-Michel Destang
gation et des océans », explique-t-il.
Un lieu de vie aussi, doté d’un centre
de ressources, d’un auditorium,
d’espaces de réception, du restaurant du chef étoilé Vivien Durand,
de résidences d’artistes… « Je n’en
attends pas une rentabilité, je veux
partager ma passion », ajoute-t-il.
A Angers, le musée des Collectionneurs devrait voir le jour en
2022 sur les rives de la Maine, face
au château. Sur 8.300 mètres carrés
se déploieront hôtel, logements,
lieux de co-working, et musée. Un
complexe de 88 millions d’euros,
conçu par l’architecte Steven Holl
pour le fondateur de La Compagnie
de Phalsbourg, qui a séduit le jury
d’« Imagine Angers ». « Yves Journo
collectionne l’art khmer, les armures
japonaises, et l’art contemporain.
Pour lui, les collections participent de
la densité d’une vie mais seules quelques fortunes peuvent s’offrir leur
musée. D’où la proposition d’expositions thématiques à partir de collections privées », souligne Mathieu
Boncour, responsable du mécénat
du promoteur.
« Le modèle économique reste à
définir mais cela s’inscrira dans un
quartier arty avec l’hôtel Mob.
L’idée est de favoriser l’accès à la culture pour les 100.000 à 150.000 visiteurs attendus », poursuit Mathieu
Boncour. n
A Besançon, des donations
remises en lumière
Le musée des Beaux-Arts
et d’Archéologie de la ville
tire son caractère de ses
nombreux legs. Le nouveau
parcours muséal valorise
le regard des donateurs.
Monique Clémens
@mo_clemens
— Correspondante à Besançon
On entre désormais dans le musée
des Beaux-Arts et d’Archéologie
de Besançon (Doubs) par l’atrium
des donateurs. Une façon de donner le ton pour ce musée municipal dont les collections sont pour
l’essentiel issues de dons. Le premier legs, fondateur, avait été celui
de l’Abbé Boisot, en 1694, qui
offrait sa collection issue de celle
de la famille des Granvelle mais
exigeait en retour qu’elle soit montrée au public deux fois par
semaine. Une démarche qui en fait
sans doute le plus vieux musée de
France. Il y eut ensuite plusieurs
autres donations, dont celle de
Pierre-Adrien Pâris, architecte de
Louis XVI, en 1819, dans laquelle
figure une série de « chinoiseries »
peintes par François Boucher.
Puis celle de Jean Gigoux, en 1894,
à qui le musée doit notamment
« L’Ivresse de Noé », de Giovanni
Bellini. Ou plus récemment celle
de George et Adèle Besson, en
1963. Des milliers de dessins, peintures, sculptures et objets archéologiques offrant des regards singuliers sur la production artistique et
qui font l’ADN de ce musée inauguré le 16 novembre par Emmanuel Macron après quatre ans et
11 millions d’euros de travaux.
15 emplois créés
L’établissement a été vidé pendant le chantier et ses collections
placées dans des réserves externalisées. L’espace d’exposition a
été élargi à 3.600 mètres carrés.
L’architecte, Adelfo Scaranello, a
décloisonné le musée et l’a ouvert
à la lumière naturelle, faisant dialoguer les collections et les architectures précédentes. Un parti
pris revendiqué par son directeur, Nicolas Surlapierre. « Adelfo
Scaranello a aussi créé trois salles
en enfilade pour les œuvres du
XVIIe siècle, comme l’aurait fait un
collectionneur chez lui. » Hors
salaires, le budget de fonctionnement du musée devrait passer de
120.000 à 300.000 euros par
an. Une quinzaine d’expositions
temporaires sont programmées
jusqu’en 2022 et une quinzaine
d’emplois ont été créés. n
Des projets de musée à court et moyen terme
Extension, création, transformation : du musée du Parfum
Fragonard à la Cité de l’économie en passant par la
Fondation Cartier, les projets se multiplient dans la capitale.
LA CITÉ DE L’ÉCONOMIE
•SERA
UNE PREMIÈRE
Au printemps sera inauguré à
Paris le premier musée interactif
d’Europe dédié à l’économie, au
cœur de l’hôtel Gaillard,
chef-d’œuvre de l’architecture
néo-Renaissance. La Cité de l’économie est une association loi 1901
née de la Banque de France.
Sur plus de 2.400 mètres carrés,
elle déploiera son exposition ludique et pédagogique, consacrée
aux mécanismes et aux enjeux de
l’économie, tout en proposant des
événements autour du design, de
l’art contemporain, de la bande
dessinée, ainsi que des conférences, ateliers, projections et spectacles vivants. L’investissement de
50 millions d’euros a été financé
p a r l a B a n q u e d e Fr a n c e . L a
muséographie a été pensée par
Xavier Limagne, à qui l’on doit la
Cité des enfants à la Cité des sciences. Des jeux de simulation permettront par exemple de défendre
les intérêts d’un pays virtuel dans
le cadre d’une conférence internationale. Selon Philippe Gineste,
directeur de l’établissement, c’est
la première cité de l’économie
dans l’Hexagone, la deuxième au
monde après Mexico.
Le chantier, qui devrait s’achever en 2023 ou 2024, est évalué
à une soixantaine de millions d’euros. Photo François Guillot/AFP
Le musée parisien, situé face à l’Opéra Garnier, inaugurera trois
nouvelles salles début 2019. Photo Fragonard Parfumeur
SALLES POUR
•LENOUVELLES
MUSÉE FRAGONARD
La société familiale Fragonard a
créé trois musées dédiés au parfum
à Paris et un à Grasse ainsi que deux
autres dans sa ville d’origine consacrés aux costumes régionaux et au
peintre Fragonard. Et si ses musées
du parfum, gratuits, s’équilibrent
grâce à leurs boutiques, les autres
ont plutôt l’objectif de contribuer à
l’attractivité de la cité provençale.
A Paris, rue Scribe, le musée
ouvert en 1983 dans un hôtel particulier face à l’opéra Garnier inaugure trois nouvelles salles fin
février pour sa collection d’objets
de parfumerie, de l’Antiquité au
début du XXe siècle. Square LouisJouvet, le deuxième musée a été
rénové pour abriter aussi des flacons rares, des documents d’archives et des expositions olfactives.
Enfin, l’ancien Théâtre des Capucines reconstitue une usine miniature, avec des appareils de distillation en cuivre du XIXe siècle. Les
sœurs Costa, aux manettes de Fragonard, chinent ces trésors et leur
sens du marketing les valorise.
Leur succès a eu raison du Grand
Musée du Parfum, fermé après seulement un an d’activité faubourg
Saint-Honoré.
FONDATION CARTIER
•AULALOUVRE
DES ANTIQUAIRES
L’hôtel Gaillard déploira sur 2.400 mètres carrés son exposition
sur les mécanismes et enjeux de l’économie. Photo Michel Toubiana
La Fondation Cartier s’installera
en 2023-2024 au Louvre des Antiquaires, en plein cœur de Paris,
tout en gardant ses locaux du
boulevard Raspail. Jean Nouvel,
l ’a r c h i t e c t e c o m p a g n o n d e s
débuts, sera de ce nouveau projet,
sur 14.000 mètres carrés, avec
une présentation permanente de
la collection, un cinéma, une
salle de spectacle, des boutiques
et restaurants.
Un district des musées va ainsi
se constituer avec le Louvre, les
Arts Déco, l’Orangerie, la Pinault
Collection, la Fondation Car-
tier. La foncière SFL, propriétaire du Louvre des Antiquaires,
où ne sur vivent que 10 marchands d’art contre 250 dans les
années 1990, cherchait un nouveau locataire, tandis que le
groupe de luxe Richemont voulait pour la Fondation Cartier un
site plus central.
Le chantier, évalué à une soixantaine de millions d’euros, sera
financé par SFL et Cartier. Les travaux devraient démarrer au
second semestre 2019, pour quatre
ans. Les bureaux dans les étages
supérieurs resteront occupés.
L’instruction du permis de construire est en cours. — M. R.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PME & REGIONS // 29
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
40.000
C’est la taille du projet de l’architecte Jean Nouvel à Sophia Antipolis. Baptisé « Ecotone », ce programme sera implanté d’ici à 2023
en bordure de l’autoroute A8 et réalisé par la Compagnie de Phalsbourg, qui a acheté le terrain.
Il marie espaces végétalisés avec
32.000 m2 de bureaux, 7.000 m2
d’hôtellerie, 1.200 m2 de restauration et services. Xavier Niel prévoit
d’y installer une réplique du Station F parisien. Sophia Antipolis
fête ses 50 ans l’an prochain.
PAYS DE LA LOIRE Une
Shutterstock
MÈTRES CARRÉS
innovateurs
Loire-Atlantique :
3 dimanche ouverts
semaine après avoir concédé
aux commerces sept ouvertures
dominicales de fin d’année
pour compenser l’effet des
« gilets jaunes », le préfet de
Loire-Atlantique a dû revenir
aux trois dimanches initiaux
pour respecter l’accord territorial signé à Nantes en octobre
entre les syndicats et le patronat.
Gironde Habitat construit
le premier immeuble
chauffé par ordinateurs
ITEN lance la production
de sa pile miniature
La start-up vise
plusieurs dizaines
de millions de microbatteries en 2020.
Gants, combinaisons intégrales,
salle blanche et salle sèche : la première ligne de production inaugurée jeudi 6 décembre chez ITEN ressemble plus à un laboratoire qu’à
une usine. L’outil semi-robotisé
avec ses machines brevetées a
englouti plus de 10 millions d’euros
d’investissement, consécutif à une
levée de fonds en 2017.
La ligne initiale est dimensionnée pour fabriquer 10 millions de
microbatteries solides et rechargeables par an, et le site de Dardilly,
près de Lyon, pourra monter en
cadence jusqu’à 50 millions. « Ce
n’est pas si énorme au regard du marché de trois milliards de composants
électroniques auquel nous nous
adressons », estime Fabien Gaben,
le PDG fondateur d’ITEN en 2011.
Ses piles révolutionnaires sont
une réponse à l’évolution de la
microélectronique, dont les compo-
LA TECHNOLOGIE
GIRONDE HABITAT
Cent brevets
Léa Delpont
— Correspondante à Lyon
La pile ITEN est protégée par une centaine de brevets. Photo ITEN
sants « ultra low power » sont de
moins en moins consommateurs
d’énergie. « L’offre actuelle est par
exemple disproportionnée avec les
besoins d’une horloge temps réel
(RTC) dans un processeur : une pile
bouton lui offre deux siècles d’autonomie quand quelques dizaines de
nanoampères lui suffisent. » L’ancien
ingénieur chez Arcelor et Dassault,
docteur en physique-chimie, a
conçu des batteries de quelques millimètres cubes pour les plus grosses.
Produits par lots de 500 à 800 unités
sur une plaque de 10 centimètres
carrés, ces petits « cachous » extraplats sont, de ce fait, compatibles
avec une intégration au cœur
des circuits imprimés. Une aubaine
pour les fabricants de cartes électroniques… à condition de réussir
l’exploit de pouvoir les souder.
Pour résoudre le problème de la
taille et de la résistance à la température (260 degrés), ITEN a recours
à une technologie lithium ion
solide, empilé en multicouches
thermo-compressées. Avec plusieurs avantages : « La miniaturisation, une vitesse de charge inférieure
Date de création : 1919
Directrice générale :
Sigrid Monnier
Nombre de logements : 17.600
Effectif : 350 personnes
Secteur : habitat social
Invisible du grand public, la pile
ITEN, protégée par une centaine de
brevets dans le monde, a vocation à
mettre fin aux microcoupures d’alimentation dans les objets électroniques et informatiques, sources de
pertes de données. Mais aussi à
faire fonctionner des cartes à puce à
identification biométrique, des dispositifs médicaux implantables ou
des capteurs autonomes dans des
applications industrielles connectées. « Les piles boutons ont beaucoup d’énergie mais peu de puissance, les condensateurs ont de la
puissance mais peu d’énergie. ITEN a
les deux », assure le PDG.
Sa « start-up industrielle, la seule
au monde à maîtriser le process », en
est au stade des échantillonnages
avec trois leaders mondiaux (confidentiels) dans les domaines ciblés en
priorité. Elle vise de 4 à 5 millions
d’euros de chiffre d’affaires en 2020.
Elle emploie vingt salariés et projette
d’en recruter autant d’ici là, pour
renforcer la partie production. n
Frank Niedercorn
@FNiedercorn
C’est une première mondiale
pour une construction neuve. La
résidence Florestine, qui vient
de sortir de terre à Bordeaux, va
être exclusivement chauffée
grâce à la récupération de la chaleur provenant d’ordinateurs. La
technologie a été mise au point
par la jeune société innovante
Qarnot Computing. Son modèle
économique consiste à vendre
des capacités de calcul aux grandes entreprises, en récupérant la
chaleur fatale pour chauffer les
appartements. Elle a déjà installé un millier de ses appareils
principalement à Paris, dont
300 dans un immeuble parisien
Plastivaloire s’invite à bord de Tesla
En rachetant l’équipementier americain
Transnav, le plasturgiste s’implante chez
Ford, General Motors
et Tesla.
Stéphane Frachet
@FrachetStephane
Le deal s’est joué en famille. Soucieux de ne pas vendre l’entreprise
familiale à un fonds, les Vereecken
ont cédé leur société Transnav et
ses trois usines de plasturgie, deux
aux Etats-Unis et une au Mexique,
au tourangeau Plastivaloire (PVL),
contrôlé par la famille Findeling.
Avec cette acquisition dont le
montant n’est pas dévoilé, Plastivaloire acquiert un portefeuille
clients qui comprend General
Motors, Ford et Tesla. Le fabricant
californien de voitures électriques
représente 10 % des 91 millions
d’euros de chiffre d’affaires de
Transnav. « Grâce à nos savoir-faire
auprès des constructeurs européens,
nous proposerons des solutions plus
élaborées à nos clients américains »,
précise Patrick Findeling, président
de PVL, qui cite des pièces en plusieurs matières d’ébénisterie inté-
rieure. Environ 80 % de l’activité de
Transnav cible l’auto avec des pièces de suspension, de phares et
d’intérieur pour les constructeurs
en direct ou via leurs fournisseurs
tels que Plastic Omnium, TI Automotive, Magna…
… et des chariots
de supermarché
Pourtant, PVL s’était déjà implanté
au Mexique. « Notre usine mexicaine sert les constructeurs européens qui sont installés là-bas. Il nous
fallait entrer chez les grands donneurs d’ordre américains », argumente Patrick Findeling.
Autre atout, Plastivaloire devient
un fabricant de Caddies®. Transnav
équipe en effet le numéro 2 de la distribution outre-Atlantique Target.
« Cela correspond à notre stratégie de
ne pas tout miser sur l’automobile. A
l’échelle du groupe, les segments hors
automobile représentent 15 à 20 %
des ventes », explique le dirigeant de
PVL, qui fabrique des boîtiers de
compteurs Linky, des prises électriques, des modems.
D’autant que les ventes dans
l’automobile, renchéries par le coût
des matières premières et de l’énergie, ont affecté le résultat d’exploitation de PVL, qui ressort à 10,5 % au
lieu de 12 % annoncés. L’industriel a
été sanctionné en Bourse. Son cours
fluctue autour de 8-9 euros après un
plus haut à 23,85 cette année. n
Nautiraid revisite le kayak traditionnel
LA PME À SUIVRE
PAYS DE LA LOIRE
Effectif : 18 salariés
Chiffre d’affaires : 1,6 million
Activité : construction navale
Emmanuel Guimard
— Correspondant à Nantes
Long, effilé, en toile camouflée… le
kayak Nautiraid a fière allure dans
sa version militaire. Ce modèle est
destiné à l’armée britannique, qui
en a commandé 65 pour ses commandos. La PME de Vaiges, en
pleine campagne mayennaise, peut
se targuer d’être l’une des rares
sociétés françaises ayant su vendre
un produit nautique à cette grande
nation de marins. Jusqu’à présent,
les Britanniques achetaient leurs
kayaks à Klepper, rival allemand de
Nautiraid, également spécialiste
des kayaks et canoës démontables
sur ossature bois.
Car le kayak n’est pas qu’une
embarcation faite pour le sport et les
loisirs, pour descendre les rivières
ou longer les côtes. Les commandos
marins l’apprécient pour sa furtivité. De fait, Nautiraid fournit plusieurs armées au monde. « On peut
lâcher un nageur de combat à 6 kilomètres de l’objectif. Avec un kayak, il
peut commencer sa mission à
30 kilomètres », explique Guillaume
Fatras, manager de marque pour
cette entreprise de 18 personnes qui
vient de changer de propriétaire.
C’est désormais l’entrepreneur breton Olivier Le Moigne, géomètre-expert de métier, passionné de sport,
qui en prend les commandes.
Dès sa création, en 1936, l’entreprise s’est placée sur le créneau des
kayaks et canoës démontables.
L’avantage est de pouvoir transporter le bateau dans un coffre de voiture ou dans un sous-marin. Le
Nautiraid se compose d’une armature en bois que l’on revêt d’une
toile, principe proche de la tradition
inuit consistant à tendre des peaux
de phoque sur du bois flotté. La
société débite elle-même, dans son
atelier mayennais, les troncs de frênes des Alpes. Quant au textile, il
s’agit de PVC ou un polyéthylène
Hypalon cousu et collé à froid. Ce
savoir-faire, l’entreprise le met
aussi en œuvre pour la confection
de sacs étanches, notamment à
usage militaire, ou celle de combinaisons de plongée professionnelles, pour les pompiers notamment.
250 bateaux par an
Près de 40 heures sont nécessaires
à la production d’un kayak moyen
et jusqu’à 65 heures pour des
modèles militaires. Il faut compter
1.920 à 6.000 euros pour s’offrir un
Nautiraid, de 4 mètres à
5,50 mètres de long pesant 16 à
32 kilos. L’entreprise produit près
de 250 bateaux chaque année pour
un chiffre d’affaires de 1,6 million
d’euros. Outre Klepper ou le canadien Track, l’entreprise se connaît
peu de concurrents sur le segment
démontable. n
A l’arrivée, la résidence Florestine, qui héberge également une
Maison du Département, obéit à
la réglementation thermique en
vigueur et a aussi obtenu le label
Bâtiment à énergie positive
(Bepos). L’investissement supplémentaire, qui se monte à
891.000 euros, notamment à
cause du prix des appareils QH-1
coûtant 2.700 euros l’unité, a été
financé grâce à des aides du Conseil départemental et de
l’Ademe. Les grands gagnants
sont les habitants qui n’auront
pas de charge de chauffage, avec
un accès wi-fi gratuit. « C’est une
solution à la précarité énergétique
qui constitue un de nos sujets de
préoccupation. De plus, la charge
de l’entretien incombe à l’entreprise. Nous contribuons ainsi à
valoriser cette chaleur fatale qui,
sinon, est gaspillée », explique
Nicolas Hamm, directeur de la
communication de Gironde
Habitat. Derrière la performance technique, il y a aussi une
innovation réglementaire puisque Qarnot-Computing a fait
homologuer définitivement sa
solution technique. Un autre
projet a d’ailleurs été signé, en
Ile-de-France, avec le bailleur
Elogie-Siemp. n
MyOeno invente
le scanner qui identifie
vos vins préférés
DR
CENTREVAL-DE-LOIRE
Innovation réglementaire
Paul Robin
à trois minutes sur la tension du circuit ou par induction, une écoconception sans métaux lourds ni terre
rare, pas de risque d’inflammation
ou d’explosion, une durée de vie de
vingt ans », énumère Fabien
Gaben. Il ne se connaît pas
– encore – de concurrent.
AUVERGNERHÔNE-ALPES
réhabilité. Le Conseil départemental de la Gironde et le
bailleur social Gironde Habitat
se sont intéressés dès 2015 à
cette technologie. Ils avaient
déjà en tête la construction de
cette résidence.
L’INVENTION
MYOENO
Date de création : 2016
Président et cofondateur :
Bastien Guillebastre
Effectif : 2 personnes
Secteur : Internet
Jacques Henno
@jhennoparis
Ne rêvez pas : avec ce scanner à
vin vendu 89 euros et son application sur smartphone, vous ne
deviendrez pas un grand sommelier. Mais vous aurez plaisir à
identifier les crus que vous
aimez. « L’important, c’est que le
vin que vous savourez corresponde
à votre goût personnel, non ? »,
interroge Bastien Guillebastre,
président et cofondateur de
MyOeno avec Fabien Munoz.
Les deux associés, titulaires d’un
doctorat, se connaissent depuis
leurs études puis ont collaboré à
la même entreprise de matériel
orthopédique. « Une partie de
notre travail consistait à mettre de
l’objectivité scientifique sur l’éva-
luation de ce matériel, résume
Bastien Guillebastre. Nous avons
essayé d’avoir la même approche
avec le vin. » De la taille d’un surligneur, le scanner de MyOeno est
en réalité un spectromètre. Il va
convertir des indices colorimétriques en puissance (alcool),
teneur en tanins (qui assèchent
la bouche), vivacité (l’acidité) et
évolution en âge du vin. Une fois
le breuvage analysé, l’utilisateur
lui donne une note. Les quatre
paramètres permettent ensuite
de trouver des bouteilles similaires parmi 50.000 crus. L’application permet aussi de se créer un
groupe d’amis œnologues amateurs et de gérer sa cave.
Un projet avec LVMH
Installée en Isère, à Sainte-Marie-d’Alloix, l’entreprise a bénéficié de deux prêts à taux zéro de
35.000 euros chacun, l’un d’Inovizi et l’autre d’un dispositif de
financement des jeunes entreprises innovantes en AuvergneRhône-Alpes, d’un prêt d’amorçage de 50.000 euros de
bpifrance et d’une subvention
FrenchTech de 15.000 euros. En
complément, 300.000 euros ont
été levés auprès d’un business
angel. « Et nous réfléchissons à
créer une nouvelle application,
non plus dédiée aux vins mais aux
spiritueux pour LVMH », révèle
Bastien Guillebastre. MyOeno
fait, en effet, partie du MH
Lab 78, un lieu d’échange entre
start-up et sociétés du groupe
Moët Hennessy. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
30 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
ventes aux enchères publiques //
Vente aux enchères publiques, au Tribunal de PARIS, Parvis du Tribunal de PARIS,
à PARIS 17ème, le Jeudi 17 janvier 2019 à 14h00 - EN UN LOT
75
93
à PARIS 17ème - 14 rue Cernuschi
► UN APPARTEMENT de 161,30 m² (hors balcon). Escalier A, au 2ème étage,
porte D, comprenant : entrée, double séjour, bureau, 3 chambres dont une avec salle de bain
attenante, circulation, cuisine, salle de bain, w.-c., plusieurs cheminées, balcon de 2,60 m²
► UNE CHAMBRE de service de 5,94 m² au 6ème étage
► DEUX CAVES – Les lieux sont occupés (hormis la chambre de service)
Mise à Prix : 1.100.000 €
Avec possibilité de baisse, en l’absence d’enchères, du quart, du tiers puis de la moitié
Pour consulter le cahier des conditions de vente s’adresser
Au Greffe du Juge de l’Exécution du TGI de PARIS où il a été déposé sous
la Référence Greffe 18/00348, à Maître Alexandre BRAUN, Avocat à PARIS
11ème, 51 avenue de la République – E-mail : ventes@braun-avocats.fr
Toutes les informations au sujet de la vente sont consultables sur le site :
www.braun-avocats.fr – rubrique « ventes »
VISITE sur place le Mercredi 9 janvier 2019 de 14 H 00 à 15 H 00
92
93
►
Vente aux enchères publiques, au Palais de Justice de NANTERRE, Extension
du TGI, 6 rue Pablo-Neruda, le Jeudi 10 janvier 2019 à 14h30
à VILLENEUVE-LA-GARENNE (92)
39 et 40 quai d’Asnières
UNE MAISON d’habitation de 261,99 m² (hors surfaces de
17,76 m²), comprenant au sous-sol surélevé : coin chaufferie, buanderie, cave,
au rez-de-chaussée : séjour, chambre, cuisine-coin repas, arrière-cuisine,
salle d’eau avec w.-c., cheminées, au 1er étage : salle d’eau avec w.-c.,
dressing, chambre avec salle de bain attenante, chambre avec terrasse,
au 2nd étage : 2 chambres (dont une avec salle de bain à la suite), w.-c.,
grenier. Terrasse, Jardin, abri de jardin. Sur un terrain de 07 a 93 ca
UN TERRAIN de 12 a 74 ca, sur lequel existe une dépendance
de 144,46 m² (garage compris), comprenant : pièce à vivre, cabinet de
toilette, petite cuisine avec coin repas, cuisine d’été, garage - Occupés
►
Mise à Prix : 318.000 € (outre les charges)
Pour consulter le cahier des conditions de vente, s’adresser :
Au Greffe du Juge de l’Exécution du TGI de NANTERRE, à l’Extension
du TGI, de 9 H 30 à 11 H 30, où il a été déposé sous la Référence
Greffe 18/00113, à Maître Frédérique LEPOUTRE, Avocat Associé
de la SCP BLST, 121 avenue Paul Doumer à RUEIL-MALMAISON (92),
Tél. : 01 55 47 10 55, E-mail : m.retiel-delbarre@blst-avocats.com
VISITE sur place le Vendredi 21 décembre 2018 de 11 H 00 à 12 H 00
92
93
VENTE aux enchères publiques, le Jeudi 10 janvier 2019 à 14h30
au TGI de NANTERRE, Extension du TGI, 6 rue Pablo-Neruda
EN
EN PARTENARIAT
PARTENARIAT AVEC
AVEC
93
93
UN APPARTEMENT à VANVES (92)
48 rue Jean Bleuzen
VENTE aux enchères publiques, au palais de justice de BOBIGNY (93)
le mardi 29 janvier 2019 à 13h30 - EN UN SEUL LOT
UN APPARTEMENT de 80,49 M² à VILLEPINTE (93)
12 avenue Pablo Picasso
de 64,67 m², Au 3ème étage, 2ème porte à droite en sortant de l’ascenseur,
comprenant : entrée, séjour, 3 chambres, cuisine, salle d’eau, w.-c., placards
Avec UNE CAVE et UN EMPLACEMENT DE PARKING - Occupé
Mise à Prix : 75.000 € (outre les charges)
Pour consulter le cahier des conditions de vente, s’adresser au Greffe du
Juge de l’Exécution du TGI de NANTERRE, de 9 H 30 à 11 H 30, où il a été
déposé sous la Référence Greffe 18/00046, à Maître Cécile TURON, Avocat
à RUEIL-MALMAISON (92), 1 rue des Deux Gares, Tél. : 01 47 32 03 85
VISITE sur place le Mercredi 2 janvier 2019 de 9 H 30 à 10 H 30
Bât E8, au RdC, escalier unique, comprenant : entrée, penderies, cuisine équipée,
séjour donnant sur BALCON, couloir, 3 chambres dont 1 avec placard, SdB, WC.
- UN EMPLACEMENT de PARKING souterrain n° 128 non boxé.
Mise à Prix : 26.000 € - Loué (Consignation : 3.000 €)
S’adresser : - A Maître Alain CIEOL, avocat, 27-29 rue de Carency
(93) BOBIGNY, Tél. 01.48.30.11.11, dépositaire d’une copie du cahier des CCV
- Au greffe du juge de l’exécution du TGI de BOBIGNY où le CCV est déposé
- Sur les lieux pour visiter où une visite sera organisée.
Retrouvez toutes les informations sur le site www.vlimmo.fr (réf : 120781)
93
93
VENTE aux enchères publiques, au palais de justice de BOBIGNY (93)
le mardi 15 janvier 2019 à 13h30 - EN UN SEUL LOT
enchères publiques au palais de justice de CRETEIL (94),
94 VENTE aux
le jeudi 17 janvier 2019 à 9h30 - EN UN SEUL LOT
93
APPARTEMENT de 78,98 M² à NOGENT SUR MARNE (94)
UN PAVILLON à VILLEMOMBLE (93)
1 Esplanade Nungesser et Coli
22 rue Saint Louis
- Au sous-sol : deux pièces, WC, couloir, buanderie, GARAGES
- Au RdC : palier, salon, cuisine, bureau - A l’étage : palier, SdB/WC, 2 chambres
STUDIO (en fond de parcelle) : pièce principale avec cuisine, SdB avec WC
TERRASSE - JARDIN
Mise à Prix : 75.000 € - Occupé (Consignation : 7.500 €)
S’adresser : A Maître Alain CIEOL avocat, 27-29 rue de Carency
(93) BOBIGNY, Tél. 01.48.30.11.11, dépositaire d’une copie du CCV
- Au greffe du juge de l’exécution du TGI de BOBIGNY où le CCV
est déposé - Pour visiter le : vendredi 4 janvier 2019 de 13h à 14h
Au 4ème étage, comprenant : entrée, séjour avec BALCON, cuisine, SdB, dégagement,
3 chambres, toilette. - Au sous-sol : CAVE n° 8 - au 1er sous-sol, bât. unique : PARKING
Mise à Prix : 220.000 € - Occupés (Consignation : 22.000 €)
S’adresser : - A Maître Florence CHOPIN, avocat, membre de la SCP LANGLAIS CHOPIN,
1-5 av. Pierre Brossolette (94) CRETEIL, Tél. 01.42.07.29.56 dépositaire d’une copie du
CCV – A Maître Bénédicte DE LAVENNE, avocat, membre de la SELARL DOUCHET
– DE LAVENNE ASSOCIES, 47 rue des Morillons (75) PARIS, Tél. 01.56.91.31.00 Au greffe du juge de l’exécution du TGI de CRETEIL où le CCV est déposé (N° RG
: 17/00176) - Sur les lieux pour visiter, le : mercredi 2 janvier 2019 de 9h. à 10h.
Retrouvez toutes les informations sur le site www.vlimmo.fr (réf : 120786)
Retrouvez toutes les informations sur le site www.vlimmo.fr (réf : 120606)
93
93
VENTE aux enchères publiques, au palais de justice de BOBIGNY (93)
le mardi 15 janvier 2019 à 13h30 - EN UN SEUL LOT
94
93
APPARTEMENT de 22,41 M² à LE BLANC-MESNIL (93)
UN APPARTEMENT à SAINT-MAURICE (94)
Résidence « LE PANORAMIS » - 24 avenue des Canadiens
ème
219 avenue Descartes – 2 rue Edouard Renault – Pablo Neruda
de 45,90 m² (hors balcon) - Bâtiment A, escalier D, au 7
étage,
porte 636 par l’ascenseur, comprenant : sas d’entrée, séjour, chambre
en continuité, cuisine, salle de bain, w.-c., placards et balcon (9,20 m²)
Avec une CAVE et un PARKING couvert - OCCUPÉ
Bât D, accès par le sas, 2ème couloir gauche, porte à gauche,
comprenant : entrée, coin cuisine, salle d’eau, pièce principale
Mise à Prix : 50.000 € - Loué
Vente aux enchères publiques le Jeudi 17 janvier 2019 à 9h30
au TGI de CRETEIL, rue Pasteur Vallery-Radot
(Consignation : 5.000 €)
Mise à Prix : 18.091,06 €
S’adresser : - A Maître Ingrid FOY, avocat, 13 mail Centre Ville (93)
ROSNY SOUS BOIS, Tél.01.49.35.70.13, dépositaire d’une copie du cahier
des conditions de vente - Au Greffe du Juge de l’Exécution du TGI de
BOBIGNY où le cahier des conditions de vente est déposé. - Sur les lieux
où une visite sera organisée le jeudi 10 janvier 2019 de 15h45 à 16h15
Pour consulter le cahier des conditions de vente, s’adresser :
Au Greffe du Juge de l’Exécution du TGI de CRETEIL, 2ème étage de l’immeuble de Grande Hauteur,
les lundis et mardis de 9 H 30 à 12 H 30 et de 13 H 30 à 17 H, où il a été déposé. A Maître Serge
TACNET, Avocat à CHAMPIGNY-SUR-MARNE (94), 60 rue Jean Jaurès - Tél. : 01 47 06 94 22
VISITE sur place le Mercredi 9 janvier 2019 à partir de 14 H 00
Retrouvez toutes les informations sur le site www.vlimmo.fr (réf : 120787)
Si vous souhaitez paraître dans cette rubrique :
agence@immolegal.fr - Tél : 01.42.96.96.72
LES MEILLEURES OPPORTUNITÉS AUX ENCHÈRES
Retrouvez le calendrier des prochaines ventes aux enchères et consultez gratuitement les résultats ainsi que notre newsletter
sur le site
VLimmo.fr
ANNLEGALECH
annonces judiciaires & légales
AVIS DE PUBLICITÉ SIMPLIFIÉ
ARTICLE L2122-1-4
MISE A DISPOSITION PAR RESEAU D’UN BIEN SUR LA COMMUNE DE PARIS
1. Propriétaire et gestionnaire du domaine
SNCF Immobilier - Direction Immobilière Territoriale Ile-de-France dont le siège est situé
à La Plaine Saint Denis (93200), 2 place aux Etoiles, est représentée par Monsieur Gérald
ROGER-VERRA en sa qualité de Chef du Département Gestion et Optimisation Immobilière
de la Direction Immobilière Ile de France de SNCF Immobilier, domicilié CAMPUS RIMBAUD 10 rue Camille Moke - CS 20012 – 93212 LA PLAINE SAINT-DENIS, dûment habilité.
2. Correspondant
Renseignements techniques et administratifs : Madame Coumba DIABY – cdiaby@nexity.fr
NEXITY PROPERTY MANAGEMENT
SERVICES IMMOBILIERS AUS ENTREPRISES
10/12 rue Marc Bloch 92110 CLICHY LA GARENNE
3. Objet de la procédure
La présente procédure de mise en concurrence a pour objet la passation d’une convention
d’occupation non constitutive de droits réels relative à la mise à disposition d’un bien, sis
103 Cours de Vincennes sur la commune de Paris dans le 20ème arrondissement,
constitué d’un terrain nu d’environ 10 950 m² en vue de réaliser tout type d’activité conforme
au PLU et aux règlementations en vigueur. Il est précisé que l’activité développée ne doit pas
générer de nuisances importantes aux riverains.
• Est autorisé l’accueil du public
• Sont autorisées les sous-occupations rémunératrices
En contrepartie du droit accordé à l’occupant, celui-ci versera à SNCF Réseau une redevance
d’occupation domaniale d’un montant seuil de trois cent quatre-vingt-trois mille deux cent
cinquante Euros hors taxes (383 250 € HT), équivalent à 35 € HT / m² / an.
Le dépôt de garantie sera équivalent à trois mois de redevance TTC.
Le montant estimatif du forfait des impôts et taxes s’élève annuellement à neuf mille cent
trente Euros hors taxes et quatre-vingt-trois centimes (9 130,83 € HT).
Les frais de dossier s’élèvent à mille Euros hors taxes (1 000,00 € HT).
Cette convention sera conclue pour une durée de cinq (5) années avec une date prévisionnelle
de prise d’effet fixée au 1er mars 2019 avec possibilité de proroger de deux périodes d’un (1) an.
4. Procédure
La convention d’occupation non constitutive de droits réels est passée selon la procédure
de sélection préalable de l’article L2122-1-4 du Code Général de la propriété des personnes
publiques.
5. Visite de site
Une visite d’une durée maximum d’une heure (1h) sur site aura lieu les 13 et 14 décembre
à 09h30.
Le rendez-vous est fixé à l’adresse précisée au point 3, les candidats doivent confirmer par
mail au correspondant indiqué au point 2 la date de leur présence.
6. Projet de convention d’occupation
Le projet de convention d’occupation contenant les règles et conditions de la mise à disposition
du bien, élément essentiel de la proposition du candidat est communiqué par mail, sur simple
demande auprès du correspondant indiqué au point 2 du présent avis.
7. Composition du Dossier de la candidature et de la proposition
Toute personne souhaitant participer à la consultation doit déposer, dans le délai prévu au
point 12 ci-après et sous peine d’irrecevabilité, un dossier composé des documents suivants :
a) Une lettre de candidature comportant : les noms, prénoms, qualité, domicile du
demandeur ou, si la demande émane d’une personne morale, les précisions suivantes :
nature, dénomination, siège social et objet de la personne morale
b) Une liste de références locales, régionales ou nationales en lien avec l’activité projetée
c) Une déclaration sur l’honneur attestant que le candidat n’est pas en état de liquidation
judiciaire ou de faillite personnelle en application du code de commerce ou d’une
procédure équivalente régie par un droit étranger
d) Un extrait K bis ou tout document équivalent, datant de moins de trois mois, établissant
les pouvoirs de la personne habilitée à représenter le candidat ou, le cas échéant, le
groupement de candidats
e) Une note précisant :
- Le projet du candidat et notamment sa capacité et les modalités dans lesquelles il entend
exploiter le bien mis à disposition, et le cas échéant, les travaux et aménagements
qu’il envisage de réaliser complétés si besoin d’un plan d’investissement des travaux à
caractère immobilier
- Son buisness plan : une présentation de l’évolution de son chiffre d’affaires permettant
d’apprécier le réalisme de son modèle économique notamment au regard du montant
de la redevance proposée et les moyens techniques et humains qu’il entend affecter à
l’exécution de la convention : matériel utilisé, maintenance, classification fonctionnelle des
emplois, expérience des salariés….
- Le montant de la redevance annuelle proposée par année sur la durée du contrat (hors
taxes et hors charges)
f) Le projet de convention d’occupation paraphé et signé sur chaque page reconnaissant
ainsi accepter les conditions contractuelles présentées.
Les candidats se présentant en groupement sont informés de ce que l’attribution de la
convention d’occupation à un groupement supposera nécessairement sa transformation en
groupement solidaire, SNCF Immobilier ou son Gestionnaire se réservant le droit de solliciter
toute pièce de nature à établir après attribution de la convention mais avant sa signature,
l’existence de cette solidarité.
Les documents remis par les candidats sont signés et rédigés en langue française. Dans le
cas contraire, les documents originaux doivent être accompagnés d’une traduction en français
certifiée conforme à l’original par un traducteur assermenté.
L’ensemble du dossier ne doit pas dépasser l’équivalent de [vingt (20)] pages numérotées
(format A4).
SNCF Immobilier se réserve la possibilité, s’il constate que certains des documents ou
renseignements exigés ci- dessus sont absents ou incomplets, de demander, par courriel à
l’adresse mentionnée dans le dossier à tous les
candidats concernés de compléter leur dossier dans le délai fixé dans le courriel. Les réponses
devront être transmises
et reçues dans ce délai soit par courriel à la personne aux coordonnées précisées au point
2, soit par lettre recommandée avec demande d’avis de réception à l’adresse mentionnée au
point 2. Aucun autre document ou renseignement, autres que ceux réclamés, ne devront être
envoyés à cette occasion sous peine d’irrecevabilité.
Les candidats peuvent demander des renseignements complémentaires à SNCF Immobilier
nécessaires à l’élaboration de leur proposition au plus tard le 31 décembre 2018 par courriel
aux coordonnées indiquées au point 2 ci-dessus. Ils préciseront dans leur envoi l’adresse de
courriel sur laquelle seront envoyées les réponses et leur n° de téléphone. SNCF Immobilier
transmettra à l’ensemble des candidats qui se sont fait connaître les réponses à l’ensemble
des questions posées au plus tard le 04 janvier 2018.
Les dossiers ne comportant pas l’intégralité des documents et informations mentionnés cidessus ou ne respectant pas les conditions formelles de présentation du dossier imposées par
le présent avis seront déclarés irrecevables et ne seront pas examinés.
8. Critères de sélection :
SNCF Immobilier se réserve la possibilité de rejeter les candidatures manifestement
insuffisantes.
Les dossiers des candidats seront examinées, notées et classées au regard des critères
pondérés suivants :
1) Redevance : [60 points]
Le candidat dont le montant annuel cumulé de la redevance (hors taxe et hors indexation) sur
la durée de la convention est le plus élevé se voit attribuer la meilleure note.
La notation de ce critère est calculée selon la formule ci-après :
(note maximale X montant annuel cumulé de la redevance (hors taxe et hors indexation) sur la
durée de la convention de la proposition) / montant annuel cumulé de la redevance (hors taxe
et hors indexation) sur la durée de la convention de la proposition la plus élevée
2) Business plan et moyens techniques et humains affectés à l’exécution de la convention :
[40 points]
Le niveau de qualité et de performance du business plan et des moyens techniques et
humains est apprécié au regard
du projet présenté par le candidat dont la liste des documents à fournir est précisée au point
7 ci-dessus.
9. Clause de réserve
SNCF Immobilier se réserve la faculté de ne pas donner suite à cet avis de publicité. Dans ce
cas, les candidats seront informés d’une telle décision qui ne donnera lieu à aucune indemnité.
10. Confidentialité
Toute information, quel qu’en soit le support, communiquée par l’une des parties à l’autre,
à l’occasion de la présente procédure est soumise à une obligation de confidentialité. Les
parties prennent toutes mesures particulières nécessaires à la protection des documents et
des supports de ces informations, quelle qu’en soit la nature ou la forme.
11. Négociation
Après examen des propositions, SNCF Immobilier se réserve la possibilité d’inviter les
candidats dont la proposition est recevable et qui ont fait les meilleures propositions à une
séance de négociation. Dans ce cas, les candidats seront convoqués le lundi 14 janvier 2019
entre 14h00 et 18h00.
12. Validité et date limite de remise des dossiers de candidature
Le jeudi 10 janvier 2019 à 12h00 par courrier recommandé avec accusé de réception à
l’adresse mentionnée au point 2 « Correspondant » avec l’indication sur l’enveloppe extérieure
« MEC Cours de Vincennes ».
Les plis parvenus au-delà de cette date et cette heure limites seront déclarés irrecevables.
Le délai de validité du dossier de candidature est de trois (3) mois à compter de la date limite
de remise des plis.
La ligne de référence est de 40 signes en corps minimal de 6 points didot. Le calibrage de l’annonce est établi de filet à filet.
Les départements habilités sont 75, 78, 91, 92, 93, 94, 95 et 69.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 31
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
Administrateurs Judiciaires Associés
APPEL D’OFFRES DE REPRISE
EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE
(Art. L. 631-13 et R. 631-39 du Code de Commerce)
MÉCANIQUE GÉNÉRALE - RHÔNE (69)
• Activité: L’entreprise créée dans les années 80 est spécialisée dans la
fabrication de pièces complexes en petite ou moyenne séries.
Elle intervient en sous traitance auprès de donneurs d’ordres
spécialisés dans les machines spéciales. Sa capacité à réaliser des
pièces complexes unitaires dans des délais très courts avec son
parc machines constitue son principal atout.
• Clientèle : Entreprises œuvrant dans le cartonnage, l’automobile, le
paramédical, l’agroalimentaire, le pneumatique et le secteur de
l’énergie.
• Eléments Chiffrés : CA au 30/06/2018 : 1.505 K €
CA au 30/06/2017 : 1.931 K €
• Effectif : 12 salariés
Les offres devront être soumises à la Selarl BCM, Administrateurs Judiciaires associés,
sis 40 rue de Bonnel, 69484 Lyon Cedex 3
avant le Lundi 21 décembre 2018 à 12 heures
Selarl BCM - Maître Eric BAULAND
Collaboratrice: Madame Valérie REYBIER
40, rue de Bonnel – 69484 LYON CEDEX 3
Tél : 04.72.84.76.10 – Fax : 04.72.84.76.19
v.reybier@bcm-aj.com
Un dossier de présentation peut être obtenu
auprès de la Selarl BCM sur demande écrite
motivée justifiant d’une capacité financière,
industrielle ou commerciale adaptée.
TRÈS URGENT
RECHERCHE INVESTISSEURS
OU REPRENEURS
Société titulaire d’un système exclusif
de lutte contre l’incendie
en sprinkler « FM Approvals »
Correspondance à adresser à :
SCp olivier Zanni – 34 rue d’auron, 18000 bourGES
ou E-mail : contact@etude-zanni.com
CESSION D’ENTREPRISE
siège social : ROSNY SOUS BOIS (93110)
Maître Frédéric
BRUNET
Activité : commerce de gros
Effectif : 13 salariés
Chiffre d’Affaires au 31/01/2018 : 7,4M€
Administrateur
judiciaire
1, Allée Jacques
Prévert
77100 MEAUX
à l’égard de laquelle une procédure de redressement judiciaire a été
ouverte par le Tribunal de Commerce de Bobigny par jugement en
date du 04/12/2018.
Maître Frédéric BRUNET invite tout candidat intéressé par la
reprise de cette société à lui adresser une offre de rachat conformément au dispositions de l’article L.642-1 et suivants du Code
de Commerce au plus tard le 18 janvier 2019 à 15h00
Tél : 01 60 24 41 34
Fax : 01 60 24 82 74
brunet-aj@wanadoo.fr
CESSION dans un cadre PRE-PACK
siège social : MONTREUIL SOUS BOIS (93100)
Maître Frédéric
BRUNET
RECHERCHE INVESTISSEURS
Association Loi 1901
Activité : vente de produits alimentaires
Effectif : 100 salariés (dont 60 contrats d’insertion)
Chiffre d’Affaires 2017 : 2M€
Administrateur
judiciaire
1, Allée Jacques
Prévert
77100 MEAUX
à l’égard de laquelle une procédure de Conciliation a été ouverte par
le Tribunal de Commerce de Bobigny par ordonnance en date du
26/11/2018.
Maître Frédéric BRUNET invite tout candidat intéressé par la
reprise de cette association à lui adresser une offre de rachat conformément au dispositions de l’article L.611-7 et suivants du Code de
Commerce au plus tard le 11 décembre 2018 à 16h00
Tél : 01 60 24 41 34
Fax : 01 60 24 82 74
brunet-aj@wanadoo.fr
La SCI historique de Monsieur Guy HOQUET « BURIMMO »
« LA FONCIERE GUY HOQUET »
C’est l’occasion pour un cercle restreint d’INVESTISSEURS AVERTIS
de participer à cette nouvelle expansion
INVESTISSEMENT ET RENDEMENT MINIMUM GARANTIS
Contactez directement Monsieur Guy HOQUET AU 06 62 92 92 61
RECHERCHE DE REPRENEURS DANS LE CADRE
D’UN REDRESSEMENT JUDICIAIRE
Activité : Eclairage lEd à destination des grandes entreprises
Localisation : région rhône-alpes
C.A. H.T (sur 18 mois) Exercice clos au 30/06/2018 : 4,9 m €
immobilisations - Exercice clos au 30/06/2018 : 2,1 m €
Effectif actuel : 15 salariés
DATE LIMITE DE DEPOT DES OFFRES : JEUDI 27 DÉCEMBRE 2018 À 12H00
vous souhaitez paraître
dans cette rubrique
annonce@lesechos.fr
sarah Medard : 01 87 39 74 94
14e
Entretiens
Sauvegarde
de la
Maison de la Chimie - 28 rue Saint-Dominique - PARIS 7e
Présentés par Thierry MONTERAN, Avocat et François LEGRAND, Mandataire judicaire
LUNDI 28 JANVIER 2019 - DE 8H30 À 17H
Maison de la Chimie - 28 rue Saint-Dominique - 75007 PARIS
Sous la présidence de Madame Agnès MOUILLARD
Présidente de la Chambre commerciale, financière et économique de la Cour de Cassation
Ouverture par Monsieur Edouard PHILIPPE, Premier Ministre (sous réserve)
PLÉNIÈRE DU MATIN:
I- L’invité: Jean-Marc BORELLO,
Président du Groupe SOS
II- Gérer les conflits par les techniques de négociation
- Paul-Louis NETTER, Président du Tribunal
de commerce de Paris
- Philippe COMBE, Commandant de police
- Hirbod DEHGHANI-AZAR, Avocat
III- Loi PACTE, nouvelles dispositions, réflexions sur
les ordonnances à venir pour modifier le droit des
sûretés et adapter la directive insolvabilité
- Marie-Hélène MONSERIE-BON, Professeur à l’université
Panthéon-Assas
- Christophe THEVENOT, AJ, Président du CNAJMJ
- Sébastien DEPREUX, MJ, Président de l’IFPPC
-Thomas ANDRIEU,Directeurdesaffairescivilesetdusceau
IV- Pour un nouveau «pacte» entre les pouvoirs
publics et l’entreprise en difficulté
- Jean-Pierre FLORIS, Délégué interministériel
aux restructurations d’entreprises
- Henri PAUL, Président de chambre honoraire
à la Cour des comptes
- Philippe MARTIN, Mandataire Judiciaire
V- Le rôle croissant de l’AGS dans la procédure
collective, progrès ou régression?
- Jérôme DEHARVENG, Procureur général près la cour
d’appel de Besançon
- Béatrice VEYSSIERE, Responsable juridique de l’AGS
VI- Libre propos: François-Xavier LUCAS,
Professeur à l’université Panthéon-Sorbonne
ATELIERS DE L’APRÈS-MIDI AU CHOIX:
1) Revue de la jurisprudence 2018
- Jean-Pierre REMERY, Conseiller à la chambre
commerciale de la Cour de Cassation
- Caroline HENRY, Avocate générale à la Cour de Cassation
- Marine SIMONNOT, Avocate
2) Droit social : les ordonnances modifiant le droit
du travail à l’épreuve de la procédure collective
- Christine GAILHBAUD, Maître de conférences
à l’université de Nice
- Étienne MASSON, Avocat en droit social
- Nathalie LEBOUCHER, Administrateur Judiciaire
- Laetitia LUCAS-DABADIE, Mandataire Judiciaire
3) Financement de la période d’observation,
assureur crédit et le post plan de l’entreprise
- Patricia LEMARCHAND, Avocate
- Rémi LATASTE, Responsable du service restructuration
d’entreprises à la Direction générale des entreprises
- Éric ETIENNE-MARTIN, Administrateur Judiciaire
- Caroline BURGUIERE BROTHIER, Responsable des affaires
spéciales au Crédit Agricole d’Aquitaine
4) L’exploitation agricole en difficulté
- Christine LEBEL, Maître de conférences à l’université
de Franche-Comté
- Nadine BREION, Mandataire Judiciaire
- Christophe BIDAN, Administrateur Judiciaire
5) Difficultés d’articulation du Livre VI avec
les autres textes: quelles solutions existantes
et propositions d’amélioration
- Philippe ROUSSEL GALLE, Professeur à l’université
Paris Descartes
- Brigitte GAMBIER, Présidente du TC de Créteil
- Aurélia PERDEREAU, Administrateur Judiciaire
- Thibaud POINSARD, Mandataire Judiciaire
Inscriptions sur www.ifppc.fr
vendredi 4 janvier 2019 à midi
en son cabinet, 4 avenue de Flandre – 59700 Marcq-en-Baroeul
Tél. : +33 3 20 983 336 / Fax : +33 3 20 982 982 / Contact mail : dataroom@ajc.eu
Data-room : http://dataroom.ajc.eu / Web : http://www.aspaj.fr et http://ventes-actifs.cnajmj.fr
Hélène Bourbouloux nathalie Leboucher
Jean-François Blanc Sylvain Hustaix
Gaël Couturier
Benjamin Tamboise
Cécile Dür
RECHERCHE DE REPRENEURS DANS LE CADRE D’UNE POURSUITE
D’ACTIVITE EN LIQUIDATION JUDICIAIRE
nom de l’entreprise : CHEYnEt & FilS
Adresse : Saint-JuSt-malmont (43) (proximité Saint-EtiEnnE)
Activité de l’entreprise : Fabricant français de rubans élastiques et rigides destinés aux
marchés de la lingerie, de la corsetterie, du médical, du prêt à porter, du bain et du sport
CA HT estimé au 31.12 2018 : 9.600 K €
Effectif actuel : 189 salariés
Locaux : bail commercial avec la Communauté de Communes. Site de production de
22.000 m² sur un terrain de 42.000 m²
robErt louiS mEYnEt
Administrateur Judiciaire
SaS tdra
activité : Transport de marchandises
Clientèle : Clientèle privée et appartenance à un réseau de distribution de
fret palettisé
implantations: SAinT-PRiEST (69), CLERmonT (60), oRLEAnS (45)
Ca. Ht au 31.12.2017 : 13.000.000 €
- Effectif : 71 salariés
les offres de reprise doivent être déposées auprès de l’administrateur Judiciaire au plus tard le:
vendredi 21 décembre 2018 à 12h00
Cette annonce vous intéresse, vous pouvez contacter :
robert louis meynet
128 rue pierre Corneille
69003 lyon
www.etude-meynet.com
Contact : typhaine mEYnEt
tél : 04.78.14.57.67
Fax : 04.78.14.57.68
typhaine.meynet@etude-meynet.fr
robErt louiS mEYnEt
Administrateur Judicaire
Site d’exploitation : GUISE (02120) – Effectif: 73 salariés
C.A. T2 et T3 2018 suite à filialisation de cette activité: 3,7 M€ (136k de volumes produits)
La date limite de dépôt des offres de reprise est fixée au 21 janvier 2019
Les tiers sont invités à remettre leur offre (conforme à l’article L.642-2 du Code de Commerce) en
6 exemplaires (dont 1 non relié) à l’administrateur judiciaire. L’accès à une data room électronique sera
autorisé après régularisation d’un engagement de confidentialité, signature du réglement, et remise
d’une présentation succinte du candidat à la reprise. Référence à rappeler impérativement : 186627
Les candidats intéressés sont invités à se manifester par télécopie ou e-mail auprès de :
SELARL FHB, Me Gaël COUTURIER – Administrateurs Judiciaires Associés
Tour CB21, 16 place de l’Iris – 92040 Paris La Défense – www.fhbx.eu
Fax : 01 40 97 02 33 / E-mails : morgan.bayon@fhbx.eu et valentin.laigneau@fhbx.eu
Hélène Bourbouloux nathalie Leboucher
Jean-François Blanc Sylvain Hustaix
Gaël Couturier
Benjamin Tamboise
Cécile Dür
Saint JEan induStriES poitou
2/ moulage
• 14 machines Basse Pression
(latérale)
• 3 machines Basse Pression
(par dessous)
• 1 machine CPC
3/ noyautage
• 7 machines boîtes froides
• 7 machines osborn boîtes
chaudes
• machine de recyclage
du sable
4/ Finition
• 4 chantiers de finition
• Traitement thermique
T5/T6/T7
5/ usinage & assemblage
• 20 centres d’usinage RA
• 8 centres d’usinage GRoB
• 7 machines de test étanchéité
• 3 machines de lavage
6/ Contrôles
• 2 stations de test par ultrasons
• 3 stations de radioscopie rayon-x
• 3 machines de mesure 3D
• 1 laboratoire physique-chimie
• 1 laboratoire éléctronique
• 2 spectromètres
Le constructeur REnAuLT pourrait accompagner l’éventuel repreneur dans le cadre
de la transformation et la réindustrialisation du site sis à inGRAnDES-SuR-ViEnnE.
la date limite de dépôt des offres est fixée au 28 janvier 2019 à 12h au plus tard.
robert louis meynet
128 rue pierre Corneille
69003 lyon
www.etude-meynet.com
RECHERCHE DE REPRENEURS
OU D’INVESTISSEURS
SAS NORD PEINT / Peinture, revêtement de sol et mural
Activité : Entreprise de peinture essentiellement pour professionnels
(administrations, promoteurs) – C.A. au 31/12/2017 (exercice clos) : 657.717 €
Effectif total : 9 salariés – Siège social : Saint Martin Boulogne (62)
Intervention dans les Hauts de France
La date limite de dépôt des offres de reprise est fixée au 18 décembre 2018 à 18h00
Les tiers sont invités à remettre leur offre (conforme à l’article L.642-2 du Code de Commerce)
en 6 exemplaires (dont 1 non relié) à l’administrateur judiciaire. L’accès à une data room électronique
sera autorisé après régularisation d’un engagement de confidentialité, la signature du réglement,
et une présentation succinte du candidat à la reprise. Référence à rappeler impérativement : 18/6438
Les candidats intéressés sont invités à se manifester par télécopie ou e-mail auprès de :
SELARL FHB – Administrateurs Judiciaires Associés – Me Benjamin TAMBOISE
Tour CB21 – 16 place de l’Iris – 92 040 Paris La Défense – www.fhbx.eu
Fax : 01.40.97.02.33 / E-mails : valentin.laigneau@fhbx.eu et benjamin.tamboise@fhbx.eu
RECHERCHE DE PARTENAIRES/CANDIDATS A
LA REPRISE EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE
Maître Serge PREVILLE
3, rue Croix de Bois
45000 ORLEANS
CONTACT :
Mathieu DEREAU
Tel: 02.38.42.14.62
Fax: 02.38.42.01.24
orleans@ajassocies.fr
www.ajadataroom.fr
Activité : Fabrication et négoce de parquet et de produits
dérivés du bois (parquets contrecollés, parquets massifs, ...)
Certifications : PEFC et FSC
- Localisation : Indre (36)
Clientèle : Professionnels (principalement Négoces et Grandes Surfaces de Bricolage)
Chiffre d’affaires au 31/12/2017 (12 mois) : 7 609k€ - Effectif : 42
Actifs à céder : fonds de commerce, important site en pleine propriété de 48 000 m² au
total dont environ 16 000 m² couverts + bâtiment abritant les bureaux, lignes de
production, d’usinage, de rabotage, de sous-couche, de vernis, de collage, de suremballage, de finition, outillages, système d’aspiration des sciures, séchoirs, mobilier.
Date du Redressement Judiciaire : 13 décembre 2017
La date limite de dépôt des offres est fixée au : 25 janvier 2019 à 12 h 00
Une data room électronique hébergée sur notre site www.ajadataroom.fr sera accessible
après acceptation d’un engagement de confidentialité.
Réf. à rappeler : 19526
Franck MICHEL - Alain MIROITE - Charles GORINS - Nicolas DESHAYES - Christophe BIDAN - Yves BOURGOIN- Serge PREVILLE Lesly MIROITE - Nicolas GRICOURT - Céline MASCHI
Blois-Bobigny-Cayenne-Créteil-Evreux-Fort de France-Gosier-Le Mans-Marseille- Mulhouse-Nantes-Nevers-Orléans
Paris Flandrin-Paris La Fayette-Poitiers-Rennes-Rouen-Tours-Versailles
RECHERCHE DE PARTENAIRES/
CANDIDATS
A LA REPRISE EN REDRESSEMENT
JUDICIAIRE
Activité : Conception, fabrication et installation
d'aménagements de mobilier spécialisé pour tabac, presse,
équipement librairie et papeterie. Catalogue et site internet petit
matériel.
Maître Serge PREVILLE
3, rue Croix de Bois
45000 ORLEANS
CONTACT :
Mathieu DEREAU
Tel: 02.38.42.14.62
Fax: 02.38.42.01.24
orleans@ajassocies.fr
www.ajadataroom.fr
Bureau d'études intégré assurant un haut niveau d'ingénierie et la
personnalisation de projet d’agencement de magasin presse ou tabac.
Chiffre d'affaires au 31/12/2017 (12 mois) : 4 000 k€
Salariés : 14
Localisation : Centre Val de Loire
Implantation : Réseau commercial sur l’ensemble de territoire
français
Actifs : plateforme logistique de plus de 4 000 m² à proximité de
plusieurs autoroutes, fonds de commerce, mobilier, matériel,
marque établie, portefeuille de clients installés et prospectés
Date du Redressement Judiciaire : 5 décembre 2018
La date limite de dépôt des offres est fixée au :
14 janvier 2019 à 12 h 00
Une data room électronique hébergée sur notre site
www.ajadataroom.fr sera accessible après acceptation d’un
engagement de confidentialité.
Réf. à rappeler : 21651
Franck MICHEL - Alain MIROITE - Charles GORINS - Nicolas DESHAYES - Charles BIDAN - Yves BOURGOIN - Serge PREVILLE Lesly MIROITE - Nicolas GRICOURT- Céline MASCHI
Blois-Bobigny-Cayenne-Créteil-Evreux-Fort de France-Gosier-Le Mans-Marseille-Mulhouse-Nantes-Nevers-Orléans
Paris Flandrin-Paris La Fayette-Poitiers-Rennes-Rouen-Tours-Versailles
ludivinE Sapin
Administrateur Judicaire
activité : experte en fonderie d’aluminium avec pièces fortement noyautées
(culasses, blocs, pièces de châssis)
Clientèle : Renault, Weber, Honeywell, Valéo, Jtekt, Liebherr…
Surface couverte usine : 34.070 m2 sise à ingrandes-sur-Vienne (86220)
Effectifs : 340 collaborateurs : 14 cadres, 73 ETAm, 253 ouvriers
Ca Ht : 2016 : 63 m € – 2017 : 60 m € – 2018 : 49 m €
Capacité de fonderie : 1,5 million pièces/an – Capacité d’usinage : 1 million pièces/an
GrandE SériE – procédés : - moulage Basse pression (latéral & par dessous) fortement
noyauté, avec moule métallique
- moulage Contre pression (BPC)
Certification : iATF 16949 & iSo 14001 - En9100
1/ Fusion
• 4 fours éléctriques (5T)
• 1 four à gaz
(1.5 T/h + 10 T holding)
RECHERCHE DE REPRENEURS
MAJENCIA GUISE
Production et commercialisation d’armoires et de rangements
métalliques à destination de professionnels
Merci de contacter: AJ PARTENAIRES
(Maîtres Bruno SAPIN, Didier LAPIERRE et Ludivine SAPIN)
M. Paul BOISSON – 174 rue de Créqui – 69003 LYON
Tél.: 04 78 60 00 30 – Télécopie: 04 78 60 70 97
Courriel: paul.boisson@ajpartenaires.fr
DATE LIMITE DE DEPOT DES OFFRES : MARDI 15 JANVIER 2019 À 12H00
Lundi 28 janvier 2019 - De 8h30 à 17h
SAS GEFRADIS
Activité concernée : Fabrication et distribution de menuiseries en bois et PVC
CA HT au 30/09/2018 : 3.789 K€
Effectif : 22 salariés
Siège social : 59180 CAPPELLE LA GRANDE
Un accès à la data-room est disponible auprès de la SELARL A.J.C, représentée par
Maître Colins METALLIER, après régularisation d’un engagement de confidentialité.
Les offres devront être :
• écrites et comporter les indications prévues par l’article L.642-2 du code de commerce
• complétées d’une attestation telle que prévue par l’article R.642-1 du code de commerce
• adressées à l’administrateur judiciaire au plus tard le :
Merci de contacter: AJ PARTENAIRES
(Maîtres Bruno SAPIN, Didier LAPIERRE et Ludivine SAPIN)
Madame Lauriane DUFOUR – 174 rue de Créqui – 69003 LYON
Tél.: 04 78 60 00 30 – Télécopie: 04 78 60 70 97
Courriel: lauriane.dufour@ajpartenaires.fr
se transforme en
En partenariat avec le réseau d’agences MON AGENT PRIVE.COM
APPEL D’OFFRES DE REPRISE D’ENTREPRISE
Contacts : pierre bEurton / aurélie plotton
tél. : 04 78 14 57 67 – Fax : 04 78 14 57 68
pierre.beurton@etude-meynet.fr
aurelie.plotton@etude-meynet.fr
ADMINISTRATEURS JUDICIAIRES
RECHERCHENT REPRENEUR
DANS LE CADRE D’UNE PROCEDURE DE
REDRESSEMENT JUDICIAIRE D’UNE ENTREPRISE
DE PRESTATION DE SERVICES CONSTITUÉE
D’UN RESEAU NATIONAL DE VISITEURS
MEDICAUX/MULTI-PRODUITS/MULTI-LABORATOIRES
CA 2016/2017 (18 mois) : 2.823 K€
effectif : 39 salariés
Date limite de dépôt des offres : 20 décembre 2018 à 12 heures
en l’Etude de Xavier HUERTAS
sis 23 rue Nicolas Peiresc 83000 TOULON
POUR OBTENIR UN DOSSIER DE REPRISE,
ADRESSÉ UNIQUEMENT APRES SIGNATURE
D’UN ENGAGEMENT DE CONFIDENTIALITE,
MERCI DE CONTACTER ME HUERTAS
PAR COURRIER OU PAR MAIL :
Tél : 04.94.10.13.60
Fax : x.huertas@etude-huertas.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
32 //
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
FINANCE
&MARCHES
NOUVELLES TENSIONS
SUR LES TAUX ITALIENS
Dans un contexte de détente des
taux souverains en Europe, l’Italie
a fait figure d’exception. Le rendement des BTP à 10 ans a bondi de
14 points de base (pb). L’écart avec
le rendement du Bund allemand
de même maturité s’est creusé de
18 pb. Ce mouvement a très légèrement impacté les taux espagnol
et portugais, qui ont fini la séance
en hausse respectivement de
0,2 et 1,6 pb.
les
indices
Paris vit son pire trimestre depuis 7 ans
Décembre est
(souvent) le
meilleur mois
de l’année
l L’indice CAC 40 perd près de 13 % depuis le début
du trimestre et le S&P 500 près de 10 %.
l Les investisseurs semblent proches de la capitulation
face à la montée des risques.
BOURSE
Pierrick Fay
@pierrickfay
L’espoir d’un apaisement des tensions commerciales entre la Chine
et les Etats-Unis aura été de courte
durée sur les marchés. L’arrestation
au Canada de la directrice financière de Huawei et la demande
d’extradition vers les Etats-Unis ont
rappelé combien les relations entre
les deux géants économiques
étaient devenues conflictuelles.
« Les investisseurs ont pris en compte
d’emblée une détérioration des relations commerciales sino-américaines », reconnaît Paul Flood chez
Newton IM (BNY Mellon IM). Et
les rumeurs sur la Chine, suspectée
d’être derrière le piratage de la
chaîne Marriott, ne sont pas non
plus de nature à apaiser les tensions.
Les Bourses européennes ont
encore souffert jeudi, dans le sillage
de Wall Street. L’Euro STOXX 50
perd plus de 3,3 % et affiche un repli
de 13,3 % depuis le début de l’année.
Le DAX allemand est repassé sous
la barre des 11.000 points, au plus
bas depuis deux ans, et perd plus de
20 % depuis son pic du 26 janvier.
Paris de son côté recule de plus de
15 % depuis son pic du 22 mai.
Dans la douleur
Le mois de décembre démarre
donc dans la douleur entre craintes
pour le commerce mondial et
anticipation de récession en 2020.
Conséquence, le MSCI World
connaît pour l’instant son pire
trimestre depuis septembre 2015
avec une baisse de 8 % (au 5 décembre), alors qu’il faut remonter
au troisième trimestre 2011 pour
trouver pire performance pour la
Bourse de Paris (– 13,1 % depuis fin
septembre).
Le réveil de l’aversion au risque
s’explique aussi par les inquiétudes
sur la croissance mondiale, alimentées notamment par les mauvais
chiffres de la croissance allemande
et par les craintes d’essoufflement
de la croissance américaine. Un
autre facteur incite à la prudence :
le risque d’inversion de la courbe
des taux (lorsque le rendement des
taux à court terme dépasse celui du
taux à 10 ans), signe avant-coureur
d’une récession. « En moyenne, une
récession intervient deux ans après
une inversion de la courbe de rendement. Cependant, une guerre commerciale pourrait très bien faire rapprocher l’échéance », avertit Paul
Flood.
En fin de journée,
Christine Lagarde,
directrice générale
du FMI, a tenté
d’éteindre les flammes
qui consument
le marché.
Pour autant, peu d’économistes
parient sur une récession en 2020 et
encore moins en 2019. « Le scénario
consensuel pour les économies en
2019 est celui d’un ralentissement
cyclique, mais pas celui d’une crise
financière et d’une récession », souligne Patrick Artus chez Natixis,
pour qui il ne « semble pas qu’il
existe des mécanismes qui pourraient transformer le ralentissement
cyclique en récession », ni du côté du
Brexit, de la crise italienne, de la
dette ou des tensions géopolitiques.
En fin de journée, Christine
Lagarde, directrice générale du
FMI, a aussi tenté d’éteindre les
flammes qui consument le marché.
« Je ne vois pas les éléments d’une
récession à court terme », a-t-elle
déclaré sur la chaîne CNBC. Et
nous avons toujours une prévision
de croissance plutôt forte pour
l’année prochaine pour les EtatsUnis. » Elle a aussi ajouté que sa
« lecture de la dernière communication de la Fed est qu’elle va probablement ralentir un peu » le rythme
des hausses des taux. La baisse des
marchés semble surtout traduire
l’absence de visibilité à court terme
dans un contexte économique, politique et géopolitique tendu.
Huit années sur dix, le père
Noël apporte dans sa hotte
une hausse des marchés en
décembre. Et en 2018 ?
Pour l’instant c’est mal parti. En
quatre séances, l’indice parisien
CAC 40 a perdu 4,50 % de sa valeur.
Le mois de décembre semble bien
s’inscrire dans la sinistrose qui touche les marchés depuis plus de
deux mois. Il est tout de même permis de rêver à un rally de fin d’année
car, depuis trois décennies, décembre est le meilleur mois de l’année.
« Les marchés actions ont progressé
en décembre dans 79 % des cas depuis
1987 », constate David Brett chez
Shroders, qui a étudié quatre indices : le FTSE 100, le S&P 500, le MSCI
World et l’Euro STOXX 50. Cela ne
marche donc pas à tous les coups.
Avril arrive en deuxième(en hausse
dans 74,3 % des cas) devant octobre
(68,6 %), pourtant perçu comme le
mois des krachs, « ce qui souligne le
caractère imprévisible des marchés ».
Le pire mois étant celui de juin
(36,7% de hausse).
Pour David Brett, « il ne s’agit pas
seulement de la fréquence des hausses en décembre, mais aussi de
l’ampleur des gains ». En moyenne,
le MSCI World progresse de 2,1 % en
décembre depuis 1987, août étant le
pire avec une performance négative
moyenne de 1 %. Il y a donc un effet
décembre (qui n’a rien d’automatique). Serait-ce lié à l’ambiance festive qui démarre notamment fin
novembre avec les fêtes de Thanksgiving aux Etats-Unis ? Une thèse
comportementaliste des marchés
repoussée par de nombreux analystes. Ce serait plutôt la conséquence des rééquilibrages de portefeuille des gestionnaires de fonds,
qui pèsent lourd sur le marché. Et
pour l’instant, ils semblent plus
vendeurs qu’acheteurs. — P. Fay
Cap sur les actifs refuges
Seul motif d’espoir, mais qui semble
insuffisant à court terme, les valorisations des actions « intègrent déjà
un ralentissement économique et des
primes plus élevées », constate
Nadège Dufossé chez Candriam. Le
ratio de capitalisation des bénéfices
du S&P 500 est passé de 23,3 fois, en
début d’année, à 18,2 début décembre, au plus bas depuis mars 2016,
lorsque le marché craignait aussi
une récession américaine… Les
bénéfices des entreprises sont en
effet attendus en hausse l’an prochain entre 7 et 10 % selon les marchés, de quoi fournir un peu de carburant aux actions, une fois que le
niveau d’aversion au risque aura
diminué. Sauf si, dans un contexte
de ralentissement économique
plus fort, ces prévisions devaient
être revues en baisse.
L’aversion pour les actifs risqués
se répercute sur le prix des métaux
(l’indice des métaux de base de
Bloomberg a perdu 17 % depuis
juin) et pousse les investisseurs à se
ruer sur les actifs refuges, en premier lieu les emprunts d’Etat allemand et américain… Le rendement
du premier est au plus bas depuis
juin 2017 alors que le 10 ans américain a perdu près de 40 points de
base en un mois, alimentant ainsi
les anticipations de ralentissement
aux Etats-Unis. n
Le pétrole plonge dans l’attente d’un accord entre l’Opep et la Russie
MATIÈRE PREMIÈRE
Le premier jour
de réunion du cartel
à Vienne s’est terminé
sans accord.
Vincent Collen
@VincentCollen
Le pétrole était orienté en nette
baisse, jeudi en début de soirée,
alors que la première journée de la
réunion de l’Opep, à Vienne, n’a pas
permis d’aboutir à l’annonce d’un
accord. Le baril de brent cotait
moins de 60 dollars, en recul de
plus de 3 %. La réunion des quinze
pays membres du cartel doit se
poursuivre ce vendredi avec l’addition de dix pays alliés emmenés par
la Russie. Leur but : tenter de stopper la chute des cours de l’or noir,
qui a perdu 30 % de sa valeur en
deux mois. Le ministre saoudien de
l’Energie, Khaled al-Faleh, a déclaré
jeudi soir qu’il n’était pas assuré de
parvenir à un accord. « Je ne suis pas
confiant », a-t-il dit, ajoutant : « La
Russie n’est pas prête à réduire [sa
production] de façon significative. »
C’est cette incertitude qui explique
le recul des cours. Pour Bjornar
Tonhaugen, analyste chez Rystad
Energy, il faudrait que l’Opep et ses
alliés réduisent leur production de
1,5 million de barils par jour l’an
prochain s’ils veulent que le brent
remonte au-dessus de 70 dollars.
En l’absence d’une réduction « substantielle », les cours pourraient au
contraire chuter selon lui.
Pression des Etats-Unis
L’équation est compliquée, en particulier pour l’Arabie saoudite, qui
mène de facto l’Opep. Le troisième
producteur mondial de brut subit la
pression des Etats-Unis, son principal allié, pour ne pas trop réduire
ses volumes afin de maintenir les
prix bas pour les consommateurs
américains. Donald Trump l’a
encore fait savoir mercredi à la
veille de la réunion : « Espérons que
l’Opep maintiendra les flux de
pétrole tels quels, sans restrictions.
Le monde ne veut pas voir, il n’a pas
besoin d’une hausse des prix du
pétrole », a-t-il lancé sur Twitter.
Le prince héritier saoudien,
Mohammed ben Salmane, « est
dans une position particulièrement
délicate, analyse Laurent Lambert,
professeur associé à l’université
du Qatar. D’une part, il a besoin d’un
prix du baril élevé pour équilibrer
son budget et financer les investissements annoncés. D’autre part, il est
à la merci de Donald Trump depuis
l’affaire Khashoggi, dont il est ressorti
profondément affaibli sur la scène
internationale. » « La capacité de
l’Arabie saoudite à isoler les facteurs
politiques de ses décisions concernant
le pétrole – ce qu’elle a toujours réussi
à faire par le passé – est désormais en
question », écrit Energy Aspects.
Autre difficulté de taille, l’Opep
doit s’entendre avec la Russie, alliée
au cartel depuis deux ans mais dont
les intérêts ne sont pas toujours alignés. Le ministre russe de l’Energie,
Alexandre Novak, a quitté Vienne
jeudi pour s’entretenir avec le président Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, ont rapporté les agences.
« Les volumes que la Russie est prête à
retirer du marché sont moins élevés
que ce que voudraient les Saoudiens »,
poursuit Energy Aspects.
Sanctions contre l’Iran
Les grands pays producteurs hésitent aussi à réduire leur production
en raison des sanctions américaines contre l’Iran. Donald Trump a
accordé des exemptions à plusieurs
grands pays importateurs de brut
iranien, ce qui limite leur impact.
Mais ces exemptions expirent dans
cinq mois, le 5 mai. Au-delà de cette
date, l’offre mondiale risque de
subir un nouveau choc avec la
chute des exportations d’Iran. Pour
Ann-Louise Hittle, chez Wood
Mackenzie, l’Opep pourrait opter
pour une décision se limitant aux
six premiers mois de 2019, le temps
d’évaluer l’impact des sanctions
contre Téhéran au printemps. n
Le pétrole était orienté en forte baisse jeudi en début de soirée.
Photo Shutterstock
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 33
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
« Gilets jaunes » : les banques
se préparent à « l’acte 4 »
BANQUE
Plusieurs dizaines
d’agences ont été
vandalisées la semaine
dernière en marge
du mouvement
des « gilets jaunes ».
CRÉDIT
IMMOBILIER
La Cour de justice
de l’Union européenne va devoir
se prononcer sur la
domiciliation des
revenus en échange
d’un prêt à l’habitat.
A Paris, de nombreuses agences resteront
fermées ce samedi.
Sharon Wajsbrot
@Sharonwaj
Edouard Lederer
@EdouardLederer
Solenn Poullennec
@SolennMorgan
Aux abords des Champs-Elysées,
jeudi, de nombreux panneaux de
bois recouvraient encore les vitres
des commerces et agences bancaires qui ont été vandalisés samedi
dernier en marge du mouvement
des « gilets jaunes », comme de
nombreux autres commerces et
éléments de mobilier urbain. « On
attend de voir la suite des événements
avant de faire remplacer les vitres »,
explique le responsable d’une banque française, alors que se profilent
de nouvelles manifestations.
La semaine dernière, selon les
remontées du secteur, au moins
quatre-vingts agences, sur l’ensemble de la France, auraient été vandalisées, dont une grande majorité
à Paris. Les dégâts, variables, sont
allés de « simples dégradations sur
les vitrines ou les distributeurs extérieurs à un véritable saccage à l’intérieur quand les casseurs sont rentrés », relève une source bancaire.
Le réseau Crédit Agricole a
décompté pour sa part une quinzaine d’agences attaquées à travers
le pays, dont trois à Paris.
Si les réseaux d’agences sont
régulièrement pris pour cibles lors
des manifestations, ils n’en sont pas
moins inquiets à la veille de la nouvelle manifestation des « gilets jaunes » prévue samedi à Paris, et dont
les pouvoirs publics redoutent le
degré de violence. « La priorité
absolue est d’assurer la sécurité des
personnels comme celle de nos visiteurs », explique une source bancaire.
Domiciliation des
revenus : la justice
européenne appelée
à se prononcer
Au moins 80 agences bancaires ont été vandalisées samedi dernier, pour la plupart à Paris, en marge
de la manifestation des « gilets jaunes ». Photo Stéphane Mahé/Reuters
Certains réseaux restent volontairement évasifs sur leur dispositif
du week-end, tout en se montrant
rassurants. « On ne veut prendre
aucun risque », indique un banquier. « Nous avons mis en place toutes les mesures nécessaires pour
assurer la sécurité de nos clients et de
nos salariés », assure BNP Paribas.
Pour les personnels concernés
aussi, la journée sera spéciale.
Outre la simple question de la sécurité, symboliser la finance n’a rien
de confortable pour le simple conseiller d’une agence de quartier. « Il
m’arrive, lorsque je suis face à un
client et que la relation se tend, de
Rendez-vous
reportés
Outre la simple
question de la
sécurité, symboliser
la finance n’a rien
de confortable pour
le simple conseiller
d’une agence
de quartier.
D’autres groupes annoncent d’ores
et déjà la fermeture pure et simple
de leurs agences pour la journée de
samedi, à l’instar d’autres commerces. A Paris intra-muros, ce sera le
cas pour le Crédit Mutuel-CIC ou
encore pour le Crédit Agricole Ilede-France (dont les agences de première couronne restent ouvertes).
Les clients ont en outre été prévenus du report de leur rendez-vous,
les vendredis et samedi étant habituellement plus chargés.
LCL devrait adopter la même
mesure, tout comme pour ses agences les plus susceptibles d’être
impactées en région parisienne et
ailleurs en France. Demeure la
question des distributeurs de billets
à l’extérieur des agences, qui resteraient normalement utilisables.
demander tout de go : “Combien pensez-vous que je gagne ?” On peut me
répondre des sommes totalement
irréalistes, autour de 100.000 euros
par an, alors que de nombreux salariés en agence touchent moins de
2.000 euros net par mois », déplore
un représentant du personnel CGT.
« Les salariés pourraient eux aussi
être des gilets jaunes », affirme Régis
Dos Santos, délégué national SNB
CFE-CGC de la branche banque. Ce
problème d’image est d’autant plus
paradoxal que, en interne, ces
mêmes salariés portent leurs propres revendications sociales.
« Un certain malaise »
Chez BNP Paribas, une grève intersyndicale a eu lieu en début de
semaine : selon les syndicats, 40 %
des salariés se sont mobilisés (au
moins pendant une heure), de son
côté BNP Paribas a comptabilisé
8 % de force de travail absente « en
équivalent temps plein ». En début
de semaine, un mouvement avait
aussi touché Natixis.
Plus largement, face au mouvement des « gilets jaunes », « il serait
très immodeste de dire que nous sommes à l’abri d’un effet de contagion »,
estime un banquier français d’un
autre grand réseau national, qui
précise :« Dans nos réseaux les
transformations digitales en cours
sont profondes, les salariés ont
besoin de voir que leurs efforts produisent des résultats et leur procurent de la reconnaissance. Or, si nos
collaborateurs travaillent beaucoup,
l’indicateur de performances qu’est
la progression des revenus de la banque s’est tassé du fait notamment des
taux bas. Cela perturbe les gens. »
C’est une première victoire pour
les ménages, aux dires de l’Association française des usagers
des banques (Afub). Mercredi, le
Conseil d’Etat a demandé à la
Cour de justice de l’Union européenne de se prononcer sur une
pratique répandue sur le marché du crédit immobilier français : celle qui consiste pour une
banque à obliger l’emprunteur à
placer ses revenus sur un
compte ouvert chez elle, en
échange de l’octroi d’un prêt à
l’habitat. « C’est une décision
dont on ne peut que se satisfaire »,
estime Serge Maître, le représentant de l’Afub qui avait saisi
le Conseil d’Etat sur ce sujet. A
ses yeux, la législation française
encadrant les exigences de
« domiciliation » des banques
est une « atteinte à la concurrence et au principe de mobilité
bancaire imposés par les textes
européens ».
Favoriser la concurrence entre les banques
Depuis le début de l’année, les
banques sont autorisées à exiger cette domiciliation pour un
maximum de dix ans, et non
pas pour toute la durée des
prêts accordés. En contrepartie, les établissements de crédit
doivent accorder un « avantage
individualisé » à leurs clients.
Adoptée sous le quinquennat précédent, cette mesure
avait été présentée comme une
façon de favoriser la concurrence au sein du secteur bancaire français. Elle devait renforcer le dispositif mis en place
en 2017 pour faciliter les démarches à effectuer lors d’un changement de banque.
Le Parlement européen prudent
sur les créances douteuses
RÉGULATION
Tout comme les Etats
membres, l’institution
se montre moins
ferme que la Commission sur ce sujet.
Le contexte italien
n’y est pas pour rien.
Gabriel Grésillon
@Ggresillon
— Bureau de Bruxelles
Renforcer la solidité des banques,
oui, mais en douceur. Le Parlement
européen a adopté sa position,
jeudi, au sujet des prêts non performants (« non performing loans » ou
NPL, selon leur acronyme en
anglais), à la suite d’une proposition
de la Commission européenne de
mars 2018. Dans une convergence
de vues avec les Etats-membres, il
s’est employé à légèrement adoucir
le serrage de vis que préconisait la
Commission.
Bruxelles voulait que ces NPL
(définis comme des prêts ayant un
retard de remboursement d’au
moins 90 jours) soient provisionnées au plus vite par les banques.
Une fois identifiée, une créance
douteuse aurait dû être couverte en
deux ans, selon le texte proposé par
Bruxelles. Mais le Parlement
européen, aligné en cela sur le
Conseil (qui réunit les Etats membres), a préféré assouplir cette disposition, en donnant une année de
plus aux établissements bancaires.
Les prêts non performants bénéficiant de garanties pourraient,
quant à eux, être provisionnés
entre sept et neuf ans selon que la
qualité de la garantie.
Pas de rétroactivité
Autre point sur lequel le Conseil et
le Parlement cherchent à tempérer
la fermeté de Bruxelles : la date
d’entrée en vigueur de ces nouvelles
règles. La Commission aurait souhaité qu’elles soient rétroactives et
concernent tous les prêts octroyés
depuis mars 2018. Elle n’a été suivie
par aucun des deux co-législateurs
sur ce point.
Même s’il existe des points sur
lesquels le Parlement muscle quelque peu le dispositif, il a donc opté
pour la mesure. Une approche très
politique : alors que l’Union euro-
44,9 %
TAUX DE NPL
Taux affiché
par les banques
grecques.
péenne se targue de voir son niveau
global de créances douteuses
diminuer de façon constante
pour atteindre 3,4 % des prêts
accordés, ce chiffre cache de criantes disparités.
La Grèce, par exemple, affiche
encore un taux de NPL à 44,9 %.
Mais ce sont surtout les banques
italiennes qui inquiètent, avec leur
taux de NPL à 10 %, ce qui correspond à près de 300 milliards
d’euros de créances. Les propositions européennes en matière de
réglementation des créances douteuses avaient elles-mêmes suscité
un débat très animé en Italie. Dans
une situation conjoncturelle et
financière fragile, difficile d’opter
pour des mesures drastiques qui
pourraient se révéler contre-productives. n
Créateur et premier
opérateur 0G
Sigfox connecte des
millions d’objets dans
53 pays, et devient
le réseau de secours
des équipements de
communication
En dépit de ces bonnes intentions, les nouvelles règles de
domiciliation risquent, aux
dires de leurs détracteurs, de
rendre les particuliers emprunteurs encore plus « captifs » de
leur banque. « Jusqu’ici, les banques demandaient à l’emprunteur de s’engager moralement à
domicilier leurs revenus chez
elles. Mais formellement, seuls
30 % des contrats de prêts intégraient une telle clause de domiciliation, explique Serge Maître. Ce que nous craignons c’est
qu’au fur et à mesure, ce qui
n’était pas une pratique générale,
le devienne, grâce à la légitimation que lui apporte le décret [de
2017 détaillant les règles de
domiciliation, NDLR] ».
Les nouvelles règles
risquent de rendre
les particuliers
emprunteurs encore
plus « captifs »
de leur banque.
Sur la Place, l’Afub n’est pas la
seule à grincer des dents. « Ce
dispositif, personne ne l’avait
demandé, même pas les banques », assure un connaisseur
du dossier. Certaines critiques
font par exemple valoir que le
consommateur n’a aucun
moyen de vérifier si sa banque
lui a bel et bien accordé un
« avantage individualisé » en
échange de la domiciliation de
ses revenus.
Signe que le dispositif peine à
convaincre, l’heure est déjà à
l’évaluation. Lors des débats à
l’Assemblée nationale sur la loi
Pacte, le gouvernement a promis de dresser un bilan d’ici au
début de l’année prochaine. En
novembre, il en a confié la tâche
au Comité consultatif du secteur financier (CCSF), une instance qui met autour de la table
des représentants des intermédiaires financiers et des consommateurs. Celui-ci pourrait
préconiser de revenir à la situation antérieure. — S. Po.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
34 // FINANCE & MARCHES
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
Or : de grands investisseurs font
pression sur les groupes miniers
canadiens Kinross, Alamos Gold et
Yamana Gold avec les baisses de
45 %, 70 % et 73 % de leur titre en
Bourse depuis 2013. Ce rapport et
ceux qui suivront ne sont pas
publics. « Notre recherche s’adresse
aux actionnaires », explique Christian Godin, le directeur exécutif du
Shareholders Gold Council. La coalition « n’engage pas de discussion
avec les sociétés », précise-t-il. Mais
elle suggère à ces actionnaires de le
faire « pour inciter les conseils
d’administration à donner de
l’importance à la détention directe
d’actions ».
MATIÈRES
PREMIÈRES
Avec d’autres investisseurs, le gérant John
Paulson s’attaque
aux rendements
jugés décevants
de l’industrie aurifère.
Cette alliance vient
de publier
une première étude.
Muryel Jacque
@MuryelJacque
Plusieurs grands investisseurs dans
l’or ont décidé d’unir leurs forces
pour réveiller les performances des
groupes miniers. A l’initiative de
John Paulson, le gérant de hedge
fund dont la crise de 2008 a fait la
fortune, ils sont une quinzaine à
s’être réunis au sein du Shareholders Gold Council.
Lancée officiellement en septembre, l’alliance vient de sortir un premier document de recherche. Elle y
examine « à quel point les dirigeants
– CEO et président – sont en accord
avec leurs actionnaires ». Dix-sept
des plus grands producteurs d’or au
monde ont été passés au peigne fin.
Et plus particulièrement, le nombre
d ’a c t i o n s d é t e n u e s p a r l e s
dirigeants a été comparé à leurs
rémunérations sur les cinq dernières années, un ratio mis ensuite face
Masse critique
John Paulson, en lançant le Shareholders Gold Council, souhaite
« passer au peigne fin les performances des plus grands producteurs
d’or de la planète ». Photo Fred R. Conrad/RÉA
à la performance de ces entreprises
en Bourse. Résultat ? Les groupes
miniers qui ont le plus progressé
tendent à être ceux dont les patrons
sont aussi d’importants actionnaires. Les patrons actionnaires
seraient donc plus impliqués.
Parmi les cas scrutés, les patrons
des producteurs canadiens de
Kirkland Lake Gold et de FrancoNevada et australien de Northern
Star, qui ont le ratio détention
d’actions/rémunération le plus
élevé, peuvent se targuer d’avoir vu
bondir le titre de leur société de
256 %, 61 % et 869 % respectivement au cours des cinq dernières
années. En comparaison, l’or a
baissé de 8 % sur la période.
A l’inverse, l’étude met en parallèle les ratios les plus faibles constatés chez les dirigeants des groupes
Les investissements des seize membres du Shareholders Gold Council
dans l’industrie minière de l’or
dépassent, au total, le milliard de
dollars. Aux côtés de Paulson & Co.,
le fonds de John Paulson, on trouve
le groupe La Mancha, du milliardaire égyptien Naguib Sawiris,
l’investisseur John Hathaway,
gérant du fonds Tocqueville Gold, le
fonds Livermore Partners, ainsi
que trois membres anonymes.
L’alliance espère de nouveaux
membres. « Nous avons une masse
critique pour continuer d’exister,
mais nous avons vocation à grossir »,
indique Christian Godin. Ensemble, ces investisseurs entendent
bien faire bouger les choses après
plusieurs années décevantes. Si
l’organisation n’est pas activiste, elle
fournit là de belles armes aux
activistes. n
prudents et près d’un sur deux veut
augmenter ses liquidités afin de
profiter de la chute à venir de
certains actifs. Les investissements
des fonds souverains sur les actions
cotées ont reculé de 19 à 16 milliards
de dollars entre 2015 et 2017. La
chute des cours du pétrole va inciter les institutions du Golfe persique à être plus sélectives et moins
ambitieuses.
La détérioration des
marchés mondiaux
et le regain de protectionnisme sont
des risques pour 2019.
Nessim Aït-Kacimi
@NessimAitKacimi
Le regain de protectionnisme est
la première crainte des grands
fonds d’investissement (fonds
souverains, fonds de retraite étatiques…), selon l’enquête établie
en novembre par le Sovereign
Wealth Fund Institute. Les risques sur le marché de la dette des
pays émergents, à la merci d’une
remontée trop brutale des taux
d’intérêt américains, sont leur
deuxième sujet de préoccupation. L’enthousiasme à l’égard des
cr yptos et de la blo ckchain,
perceptible dans les précédents
sondages, semble avoir été douché par la chute des marchés.
Dans les douze prochains mois,
ils privilégient des investissements
dans des pays comme le Japon et
Prêt de titres
l’Inde, et sont pessimistes à l’égard
de l’Europe (hors Royaume-Uni).
Ils sont négatifs à l’égard de classes
d’actifs comme les infrastructures,
matières premières, dette émergente, et ils sont plus confiants
envers les actions émergentes et
américaines. Les investissements
dans les infrastructures des fonds
souverains ont diminué de 60 %
entre 2015 et 2017, à 8 milliards de
dollars, selon l’International
Forum of Sovereign Wealth Funds.
Près des deux tiers des fonds souverains investissent sur les actions
asiatiques et un sur deux sur les
Bourses émergentes d’après le consultant Preqin. Ils sont huit sur dix
à avoir placé leur argent à Wall
Street.
Dans un contexte maussade sur
les marchés, les fonds restent
la cote hebdomadaire des opcvm
Nom du fonds
VL au
30/12/2017
Dernière VL
Date VL
Performance
Depuis le
30/12/2017
Performance
1 an
Performance
3 ans
FEDERAL FINANCE GESTION
1 allée Louis Lichou - 29480 Le Relecq-Kerhuon
Service Relations Clientèle : N° Cristal 09.69.32.88.32 (appel non surtaxé)
contact@federal-finance.fr
www.federal-finance.fr
Federal Indiciel US (FR0000988057)
Federal Indiciel Japon (FR0000987968)
Federal APAL (FR0000987950)
Federal Croissance P (FR0000987703)
275,59
208,68
363,61
66,46
307,46
212,61
348,76
63,59
03/12/2018
04/12/2018
03/12/2018
03/12/2018
11,56
1,88
-4,08
-4,32
11,69
1,53
-2,09
-4,20
35,00
19,12
22,00
-2,63
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Elles ne sont pas constantes dans le temps. Les documents d’Information Clé pour l’Investisseur et les
prospectus des FCP sont disponibles sur le site www.federal-finance.fr
Forte
correction
à la Bourse
de Paris
Bourse de Paris a chuté
•deLa3,32
% après l’arrestation
d’une haute responsable du
chinois Huawei, qui relance les
craintes de guerre commerciale
entre les Etats-Unis et la Chine.
L’indice CAC 40 est tombé à
4.780,46 points, au plus bas
depuis début février 2017, dans
un volume d’échanges très élevé
de 5,6 milliards d’euros. La
veille, il avait fini en net recul
de 1,36 %. Dans le reste de
l’Europe, la Bourse de Francfort
a abandonné 3,84 %. L’indice
STOXX 600 des valeurs européennes (qui inclut la Suisse et
le Royaume-Uni) a cédé 3,09 %,
au plus bas depuis décembre 2016. La Bourse de Londres
s’est inscrite en baisse de 3,15%.
Le fonds souverain du Qatar (Qatar
Investment Authority ou QIA), dont
le pays est frappé par un blocus par
ses voisins, continue à investir, mais
à un rythme plus modeste. Après
une pause, il vient d’investir
300 millions de dollars dans le
groupe Welltower (immobilier et
logements pour personnes âgées),
le chinois Lufax (prêts entre particuliers) et dans l’hôtel de luxe Grosvenor House à Londres. L’année
passée, QIA a surtout soutenu
l’économie du pays et ses banques
locales et a récupéré des liquidités
en réduisant ses participations
dans Tiffany, Credit Suisse et
Rosneft Holdings.
Le fonds souverain koweïtien
vient d’ouvrir un deuxième bureau
en Chine pour y accroître ses
investissements. Gérant dans une
optique de long terme, certains
fonds souverains peuvent investir à
contre-courant des autres investisseurs et quand la situation conjoncturelle est moins favorable. Ce fut le
pari tenté et réussi selon lui en
Russie par Mubadala, un des fonds
d’Abu Dhabi.
Pour améliorer son rendement,
un fonds souverain sur deux
pratique le prêt de titres, selon un
sondage de l’International Forum
of Sovereign Wealth Funds. Un
fonds sur dix envisage de se lancer
dans cette pratique. Disposant
d’actifs volumineux, les fonds prêtent leurs actions à des institutions
comme les hedge funds, notamment dans le cadre de la vente à
découvert ou d’arbitrages. n
Wall Street était mal orientée en
milieu de journée avec des replis
de 1 à 2 % des principaux indices.
Du côté des valeurs, toutes
les actions de l’indice CAC 40
ont terminé dans le rouge.
Le secteur de la technologie a
particulièrement souffert des
craintes du retour des tensions
commerciales sino-américaines. Atos (–6,5 %, à
67,66 euros), Capgemini
(–6,42 %, à 96,62 euros) et
STMicroelectronics (–5,98 %,
à 12,11 euros) ont enregistré les
plus fortes baisses. Le secteur
automobile a également souffert, à l’instar de Peugeot
(–2,97 %, à 18,11 euros), Renault
(–4,17 %, à 57,39 euros), Michelin (– 3,83 %, à 86,90 euros),
Valeo (–4,07 %, à 24,78 euros)
ou encore Faurecia (–7,34 % à
31,31 euros). Sanofi a perdu
3,14 %, à 75,62 euros, après
avoir annoncé 670 suppressions de postes dans ses
fonctions support en France
d’ici à fin 2020.
L’OPÉRATION DU JOUR
L’Italie réussit son opération
d’échange de dette
Rome cherche à optimiser sa
•dette.
L’Italie a procédé jeudi à
Les fonds souverains inquiets
de la guerre commerciale
INVESTISSEMENT
LA SÉANCE DU 6 DÉCEMBRE 2018
un échange obligataire de
3,2 milliards d’euros. C’est un
peu plus que le montant initialement annoncé de 3 milliards.
Concrètement, le Trésor a
racheté les titres appartenant à
deux souches à taux fixes,
arrivant respectivement à
échéance en janvier 2020 et
2021, pour un montant total de
1,1 milliard d’euros. Le solde
porte sur trois souches à taux
variables, affichant une maturité résiduelle comprise entre
deux et quatre ans. Les obligations émises sont des BTP à
échéance 15 octobre 2021. Leur
rendement à l’émission s’élève à
1,53 %. L’objectif de cette opération était notamment d’offrir
une liquidité aux investisseurs
afin de soutenir le cours des
obligations d’Etat italiennes. En
remplaçant des obligations à
taux variables par des obligations à taux fixe, Rome se protège aussi contre de futures
hausses de taux. L’Italie est
familière de ces opérations de
rachat ou d’échange.
en bref
Succession d’Albert Frère : la
continuité est assurée à la tête de GBL
HOLDING Les parts d’Albert Frère dans la société d’investisse-
ment cotée GBL seront transmises à ses deux enfants, Gérald
Frère et Ségolène Gallienne, a déclaré le holding jeudi soir à la
suite du décès du milliardaire. Au travers de leur société FrèreBourgeois, ils détiennent, à parité avec la famille Desmarais,
51,63 % de GBL. Gérald Frère (67 ans) est président du conseil
d’administration du holding depuis 2012. Ségolène Gallienne
(41 ans), administratrice depuis 2015, est l’épouse de Ian Gallienne,
aux commandes opérationnelles de GBL avec Gérard Lamarche.
BNP Paribas remplace Laurence
Parisot à son conseil d’administration
BANQUE L’universitaire suisse Rajna Gibson Brandon doit rem-
placer Laurence Parisot au conseil d’administration de BNP
Paribas. Cette décision sera soumise à la prochaine assemblée
générale de BNP Paribas, a indiqué le groupe dans un communiqué. Laurence Parisot a dû démissionner de ses fonctions chez
BNP Paribas suite à sa nomination à la présidence de Citi en
France. Rajna Gibson Brandon a été directrice de recherche au
Swiss Finance Institute. Elle a par ailleurs participé à la création
de la Fondation Geneva Institute for Wealth Management.
Feu vert au rapprochement entre
AG2R La Mondiale et la Matmut
ASSURANCE Le groupe de protection sociale AG2R La Mondiale
et l’assureur Matmut ont annoncé jeudi avoir reçu le feu vert de
l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution à leur projet de
rapprochement. Celui-ci sera effectif au 1er janvier 2019, indiquentils. Le nouvel ensemble sera le « premier groupe de protection
sociale en assurance des personnes et de leurs biens » avec 19,2 milliards d’euros de cotisations de retraite complémentaire AgircArrco et 12 milliards d’euros de cotisations d’assurance.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 35
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
ANNLEGALWK
69 • RHÔNE
SOCIETES
407908B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
04/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
GM CONSULTING
Objet social : La société a pour objet,
tant en France qu’à l’étranger la fourniture de prestations informatiques, la formation et le conseil. Et, plus généralement, toutes opérations de quelque
nature qu’elles soient se rattachant à
l’objet ci-dessus ou tout autre objet similaire ou connexe, de nature à favoriser,
directement ou indirectement, le but
poursuivi par la société, son extension ou
son développement.
Siège social : 8 avenue Chardonnet,
69150 Décines Charpieu Capital :
1000 € Président : M. Geoffrey Mathieu
demeurant : 8 avenue chardonnet,
69150 Décines Charpieu élu pour une
durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Lyon
407911B – LES ECHOS
Par acte SSP du 03/12/2018 il a été
constitué une société :
IMMOBRAC
Objet social : L’acquisition, la gestion et
la cession de toutes valeurs mobilières
ou prises de participations ; L’acquisition,
la prise à bail, la location, la sous-location de tous immeubles, nus ou meublés,
le cas échéant avec services dédiés aux
entreprises ou de parahôtellerie ; La gestion de sa propre trésorerie dans le cadre
de tous placements financiers, mobiliers
et immobiliers. Siège social : 40, Cours
Docteur Long, 69003 LYON Forme :
EURL Capital : 1000 € Gérant : Médéric
BRAC DE LA PERRIERE, 19, rue des
Trois Pierres, 69007 LYON Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Lyon
408105B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
03/12/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
CLHAU
Objet social : ACQUISITION PAR VOIE
ACHAT, APPORT, PROPRIETE, MISE
EN VALEUR, TRANSFORMATION,
CONSTRUCTION, AMENAGEMENT,
ADMINISTRATION, LOCATION NUE
OU MEUBLEE PROFESSIONNELLE
OU NON PROFESSIONNELLE TOUS
BIENS ET DROITS IMMOBILIERS ET
ALIENATION DESDITS BIENS
Siège social : 84 AVENUE JEAN JAURES, 69150 DECINES-CHARPIEU.
Nom commercial : VY GUYEN HAU Capital : 1000 € Gérance : M. VY GUYEN
HAU, 84 AVENUE JEAN JAURES,
69150 DECINES-CHARPIEU Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Lyon
408306B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
28/11/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
LPS & CIE
Objet social : Audit, conseil et formation
apportés aux familles, aux entreprises et
à toute autre structure en matière de parentalité, petite enfance, et plus généralement du mieux-être personnel et familial et toute opération pouvant se
rattacher directement ou indirectement à
l’objet social
Siège social : 168, avenue Félix Faure,
69003 Lyon Nom commercial : Les p’tits
Sages Capital : 2000 € Président : M.
Julien PERRIN demeurant : 168, avenue
Félix Faure, 69003 Lyon élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote : chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clause d’agrément : Tant que
la Société demeure unipersonnelle, toutes les transmissions d’actions s’effectuent librement. En cas de pluralité d’associés, toute transmission d’action est
soumise à agrément préalable de la Société, par décision collective extraordinaire des associés. Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Lyon
408392B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/11/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
YOUCEF
Objet social : vente de spécialités alimentaires orientales
Siège social : TOUR 104, place du
08/05/1945, 69800 SAINT PRIEST Capital : 1000 € Gérance : M. Khalil
BOUAJILA, 27 A rue Danielle CASANOVA, 69190 SAINT FONS Cogérant :
M. Abdallah MOKDAD, TOUR 104, place
du 08/05/1945, 69800 SAINT PRIEST
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Lyon
408430B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
28/11/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
SOCIÉTÉ FRANCAISE
TRAVAUX ELECTRICITE
PLOMBERIE
Objet social : Compétences dans la distribution électrique et l’installation des
équipements électriques. Maintenance
des équipements électriques. Dimensionnement d’une installation électrique
BT-HT. Etude et création de schéma
Electrique en DAO et CAO. Etude et
création de tableaux électriques BT. Tirage de câbles et raccordements CFOCFA.
Siège social : 194 ALLEE MARIEN
PRE, 69480 ANSE Sigle : SFTEP Capital : 1000 € Président : M. Mehdi GOUD
demeurant : 194 Allée marien pré, 69480
Anse élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Lyon
408555B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/11/2018 il a été constitué une SCI à
capital variable nommée :
SCIA DU TUPINIER
Objet social : Acquisition d’un bien immobilier, situé 21, le Tupinier 69290
GREZIEU LA VARENNE en vue de sa
division par fractions destinées à être attribuées aux associés
Siège social : 24 ROUTE D’IRIGNY,
69540 BRIGNAIS Capital minimum :
1000 €, en dessous duquel il ne peut être
réduit Capital initial : 1000 € Capital
maximum : 2000000 € Gérant : M. GILLES LAMBERT, 33 CHEMIN DES
HAUTS DE CELETTE, 69540 IRIGNY
Cessions de parts sociales : les parts
sociales sont librement cessibles au profit d’un Associé. Toute cession à un tiers
de la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des Associés
réunis en Assemblée Générale Durée :
99 ans à compter de son immatriculation
au RCS de Lyon
408592B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
12/11/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
EDEN VALLEY
Objet social : Organisation événementiel
Siège social : 18 rue Yves TOUDIC,
69200 Vénissieux Sigle : EDEN VALLEY
Nom commercial : EDEN VALLEY Capital : 1000 € Gérance : M. Khalil ZAIDI,
18 rue Yves TOUDIC, 69200 Vénissieux
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Lyon
407884A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte ssp du 28/11/2018
il a été créé la Société Civile Immobilière
suivante :Dénomination :
SCI GABRIEL
Capital : 1.000 €.Siège social : 235 bis,
ZAC des Iles, 69380 Marcilly d’Azergues. Objet : acquisition, échange et
vente de tout immeuble et bien immobilier, et notamment des droits et biens immobiliers situés 235 bis, ZAC des Iles,
69380 Marcilly d’Azergues ; administration et gestion.Durée : 99 ans. Gérant :
Romain ROLLAND, 45, rue des Rivières,
69380 Civrieux d’Azergues.Cession des
parts : les parts sociales sont librement
cessibles entre associés, ascendants et
descendants ; elles ne peuvent être cédées aux tiers étrangers à la société
qu’avec l’agrément unanime des associés. Immatriculation au RCS de Lyon.
407990A – LES ECHOS
Par acte SSP du 03/12/2018, il a été
constitué une SASU ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination :
2B MERCIERE
Objet social :
-Restauration rapide sans cuisson, Traiteur, Vente sur place ou à emporter
Siège social :
88 Rue Mercière, 69002 Lyon.
Capital : 30000 €
Durée : 99 ans
Président : M. BRET Olivier, 30 rue Godefroy, 69006 Lyon
Admission aux assemblées et droits de
votes : tout associé à le droit de participer
aux décisions collectives, personnellement ou par mandataire, quel que soit le
nombre d’actions qu’il possède.
Clause d’agrément : les cessions par
l’associé unique sont libres, idem en cas
de pluralité d’associé. cession soumise à
agrément dans tous les autres cas.
Immatriculation au RCS de Lyon
408219A – LES ECHOS
Avis est donné de la constitution d’une
Société présentant les caractéristiques
suivantes :
FORME : SOCIETE PAR ACTIONS
SIMPLIFIEE
DENOMINATION :
JARDILOC
SIEGE SOCIAL : Lieu-dit Le Cône –
69690 BRUSSIEU
OBJET : La location et la vente de matériel destiné aux travaux publics, à la
maçonnerie, aux paysagistes - La location et la vente de matériel agricole - La
location et la vente de véhicules particuliers, utilitaires et lourds, et tout type de
véhicule en général - La réparation et
l’entretien de ces mêmes matériels et ces
mêmes véhicules.
DUREE : 99 ans
CAPITAL : 1.000 €
PRESIDENT : Monsieur David MANDAIRON demeurant Le Cône – 69690
BRUSSIEU
IMMATRICULATION : au RCS de LYON
408289A – LES ECHOS
Par ASSP en date à LYON du
05/12/2018, il a été constitué une société
présentant les caractéristiques suivantes : Forme : SELARL d’avocat, Dénomination :
NOLWENN PAQUET
Siège : 11 Rue Elie Rochette 69007
LYON. Objet : l’exercice de la profession
d’avocat telle que définie par la loi. Durée : 99 ans à compter de la date de l’immatriculation de la Société au RCS de
Lyon. Capital : 1 000 €. Gérance : Mme
Nolwenn PAQUET, demeurant 32 Rue
de la Concorde 69008 LYON
408390A – LES ECHOS
Par acte SSP à VILLEURBANNE du
5.12.2018, il a été constitué une SAS dénommée EVA CANNES. SIEGE SOCIAL : VILLEURBANNE (69100) 97
cours Tolstoï. OBJET : Soins corporels /
Modelage. DUREE : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de LYON.
CAPITAL : 10 000 €. ADMISSION AUX
ASSEMBLEES ET DROIT DE VOTE :
Chaque actionnaire est convoqué aux
assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. CESSIONS D’ACTIONS : Librement cessibles entre actionnaires uniquement. PRESIDENT : Mme Coline
PORTIER, demeurant à VILLEURBANNE (69100) 97 cours Tolstoï. Pour
avis.
408434B – LES ECHOS
408417A – LES ECHOS
DEQUICK CONSULTING SARL
GLOBATLAS GROUP
SARL au capital de 5620,00 €
3 ROUTE DES HAIES, LE ROZAY,
69420 CONDRIEU
502720329 RCS Lyon
Par décision de L’AGE en date du
26/11/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 2 ROUTE
DES MOISSONS, MORAND, 43210
BAS-EN-BASSET à compter du
01/12/2018. La société sera immatriculée au RCS de Puy-en-Velay et sera radiée du RCS de Lyon
408552B – LES ECHOS
LA FICELLE
SARL au capital de 8000,00 €
94 BD DE LA CROIX ROUSSE, 69001
LYON
503200487 RCS Lyon
Par décision en date du 06/12/2018 il a
été pris acte de modifier l’objet social de
la société, à compter du 01/01/2019
Nouvel objet social : Ajout : - l’activité
de conseil et de consultant en matière de
gestion, d’organisation et comptabilité L’acquisition, l’administration et la gestion par location ou autrement de tous logements meublés ou non
Autres modifications :
- il a été pris acte de la nomination de
Mme Julie BORDET RICHARD, demeurant 56 rue Coste, 69300 Caluire-etCuire en qualité de nouveau Gérant, à
compter du 01/01/2019 pour une durée
illimitée, en remplacement de M. André
BORDET, Gérant démissionnaire. Mention en sera faite au RCS de Lyon
12131695 – LE PUBLICATEUR LEGAL
COGEDIM GRAND LYON
SNC au capital de 320.000 euros
Siège social : 57, rue Servient
CS 83833
69408 LYON CEDEX 03
300 795 358 RCS LYON
Suite au PV d’AGOA en date du
22/6/2018, il a été décidé de mettre fin
au mandat d’AUDITEX, commissaire aux
comptes suppléant, et de renouveler le
mandat du commissaire aux comptes titulaire : ERNST & YOUNG et Autres.
Mention au RCS de Lyon.
407998A – LES ECHOS
SERSI SYSTEME
SAS au capital de 52200 €
Siège social : 10 rue Jacquard,
69680 Chassieu
810 871 749 RCS de Lyon
Par décision unanime du 29/09/2018 les
associés ont nommé à compter du même
jour en qualité de Commissaires Aux
Comptes Titulaire et Suppléant respectivement : EUREX AUDIT, SASU au capital de 20000 euros, ayant son siège social rue du Pré Chapelon, 42270
Saint-Priest-en-Jarez, 527 874 952 RCS
de Saint-Etienne et M. FAYARD JeanLuc, demeurant rue du Pré Chapelon,
42270 Saint-Priest-en-Jarez.
Modification du RCS de Lyon
408200A – LES ECHOS
408576A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 28/11/2018 constitution de la SASU VTC DELORE
Capital fixe : 1500 € Siège social : 69
RUE PIERRE DELORE 69008
LYON Objet social : EXPLOITATION
DE VEHICULES DE TRANSPORT
AVEC CHAUFFEUR (VTC), CONSEIL
AUX ENTREPRISES Président : Mr EL
HASSAN AGOUR demeurant 69 RUE
PIERRE DELORE 69008 LYON, la société SASU VTC DELORE située 69
RUE PIERRE DELORE 69008 LYON est
en cours d’immatriculation au RCS de
LYON élu pour une durée illimitée Durée
de la société : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de LYON
408081B – LES ECHOS
DESIM
SAS au capital de 1000,00 €
Les 4M, Chemin du Petit Bois, 69130
Ecully
823930144 RCS Lyon
Par délibération en date du 27/07/2018,
de L’Associé Unique statuant en application de l’article L.225.248 du Code de
Commerce, a décidé qu’il n’y avait pas
lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite au RCS de Lyon
SCI REB, SCI au capital
de 300.000 €. Siège : 1 rue auguste lacroix 69003 LYON, 501 951 081 RCS
LYON. L’AGE du 29/11/2018 a décidé de
transférer le siège au 16 rue Reaumur
75003 PARIS. Radiation au RCS de
LYON et ré-immatriculation au RCS de
PARIS.
408215A – LES ECHOS
HEXAGONE STRATEGIE
SARL au capital de 1 540 euros
Siège social : 3 rue sous la Chaux, 25600
Sochaux
820 507 002 RCS BELFORT
Par acte SSP du 05/12/2018, il a été décidé de transférer le siège au 24 rue Childebert 69002 LYON
Gérant : M. Jérémy PAILLE, demeurant
2 rue marietton 69009 LYON
La société sera radiée du RCS de BELFORT et Immatriculée au RCS de LYON.
408391A – LES ECHOS
ESPERIA Société civile immobilière au
capital de 400 000 euros. Siège social :
288 rue desveloutiers 69530 Orlienas.
817844210 rcs lyon. Aux termes d’une
délibération en date du 01/11/2018, l’Assemblée Générale Extraordinaire a décidé de transférer le siège social du 288
rue des veloutiers, 69530 Orlienas au 6
boulevard des ecureils 69530 Brignais à
compter de ce jour et de modifier en
conséquence l’article 4 des statuts. Modification sera faite au Greffe du Tribunal
decommerce de Lyon. Pour avis La Gérance
SARL au capital de 1 000 euros
Siège social : 20, rue de l’Oratoire, Le
Chantefleur, 69300 Caluire-et-Cuire
809 608 946 RCS LYON
Par Assemblée Générale Extraordinaire
du 24/10/2018, il a été décidé d’augmenter le capital d’une somme de 222 000
euros par apport de numéraire pour le
porter à 223 000 euros.
408118A – LES ECHOS
VIKTORIA EVENTS
SASU au capital de 300 €. Siège social :
224 AVENUE FELIX FAURE 69003
LYON. RCS 829 966 092 LYON
L’AGE du 19/11/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 19/11/2018,
nommé liquidateur Mme MATOVIC MILENA, 25 RUE PAUL VILLARD 69680
CHASSIEU et fixé le siège de la liquidation chez le liquidateur. Mention au RCS
de LYON.
408601A – LES ECHOS
SANSHIYA
Société par actions simplifiée au capital
de 1000 euros. Siège social : 89 Cours
Vitton -69006 LYON. 820.151.744 RCS
LYON
Le 26/11/2018, l’AGE de cette société
ayant pour président M. Sangeeth RAVEENDRAN demeurant 53 rue ChâteauGaillard 69100 VILLEURBANNE a décidé de transférer le siège social au 37
Rue Danielle Casanova 42300
ROANNE. En conséquence elle sera immatriculée au RCS de ROANNE.
408123A – LES ECHOS
VIKTORIA EVENTS
SASU au capital de 300 €. Siège social :
224 avenue Felix Faure 69003 LYON.
RCS 829 966 092 LYON
L’AGE du 19/11/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat
et prononcé la clôture de liquidation, à
compter du 19/11/2018. Radiation au
RCS de LYON.
408303A – LES ECHOS
407983B – LES ECHOS
GLOBALSENSE
INTERNATIONAL
SARL Unipersonnelle au capital de
5000,00 €
35 Rue de Marseille, 69007 LYON
841055460 RCS Lyon
Par décision de L’Associé Unique en
date du 04/12/2018 il a été décidé de la
dissolution anticipée de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
04/12/2018, nommé en qualité de liquidateur Mme Aurélie Navarro, 780 Chemin des boulées, 01700 Miribel et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance chez le liquidateur Mme
Aurélie Navarro. Mention en sera faite au
RCS de Lyon
408307B – LES ECHOS
NAIL SECURITE PRIVEE
SARL Unipersonnelle au capital de
1000,00 €
55 rue de Gerland, 69007 Lyon
533654281 RCS Lyon
Par décision de L’Associé Unique en
date du 31/12/2017 il a été décidé de la
dissolution anticipée de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
31/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. Khalid TALEB IDRISSI, 55 rue
de gerland, 69007 Lyon et fixé le siège
de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société. Mention en
sera faite au RCS de Lyon
408309B – LES ECHOS
NAIL SECURITE PRIVEE
SARL au capital de 1000 €
55 rue de Gerland, 69007 Lyon
533654281 RCS Lyon
Par décision de L’AGO en date du
31/12/2017 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. TALEB
IDRISSI Khalid, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Lyon
408536B – LES ECHOS
SCI SANTICLEMANO
SCI au capital de 4573,47 €
22 RUE JEAN LOUIS VINCENT, 69005
LYON
423536713 RCS Lyon
Par décision de L’AGE en date du
30/11/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquid ation am ia ble à c ompt er du
30/11/2018, nommé en qualité de liquidateur Mme JACQUELINE DELANGE,
22 RUE JEAN LOUIS VINCENT, 69005
LYON et fixé le siège de liquidation et
l’adresse de correspondance au siège de
la société. Mention en sera faite au RCS
de Lyon
408077A – LES ECHOS
VOLAY IMMOBILIER
SARL au capital de 10000 €
Siège social : Impasse des Coquelicots,
69160 Tassin-la-Demi-Lune
495 279 234 RCS de Lyon
L’AGO du 02/11/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur pour sa gestion et l’a déchargé de son mandat, et constaté la clôture des opérations de liquidation à
compter du 30/06/2018.
Les comptes de clôture seront déposés
au greffe du tribunal de commerce de
Lyon.
Radiation au RCS de Lyon
SCI DIJON - FAUBOURG SAINT
PIERRE
société CIVILE IMMOBILIERE au
capital de 1.500 Euros
Siège social : 107, RUE SERVIENT –
69003 lyon
SIREN 438 559 304 R.C.S. LYON
Aux termes d’une décision en date du 31
octobre 2018,BPD MARIGNAN, associée unique de la SCI DIJON - FAUBOURG SAINT PIERRE a décidé la dissolution anticipée de ladite société.
Conformément aux dispositions de l’article 1844-5 alinéa 3 du Code Civil et de
l’article 8 alinéa 2 du décret nº78-704 du
3 juillet 1978, les créanciers de la SCI
DIJON - FAUBOURG SAINT PIERRE
peuvent faire opposition à la dissolution
dans un délai de trente jours à compter
de la publication du présent avis.
Ces oppositions doivent être présentées
devant le tribunal de commerce de Lyon.
Cette dissolution mettra fin aux fonctions
de la société BPD MARIGNAN, gérant, à
compter de la date de radiation de la SCI
DIJON - FAUBOURG SAINT PIERRE au
registre du commerce et des sociétés.
Pour avis.
408604A – LES ECHOS
SARL CONTOLI
SARL au capital de 7500 €. Siège social : Le Plat Forest 69870 SAINT NIZIER D’AZERGUES. RCS 499 173 375
00027. Aux termes d’une délibération de
l’assemblée générale extraordinaire en
date du 31/10/2018, les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société
à compter du 31/10/2018. M. CONTOLI
Hervé demeurant 2 Rue du Chataignier
"Le Contour" 69870 ST NIZIER D’AZERGUES, a été nommé liquidateur. Le siège
de liquidation a été fixé au 2 Rue du Chataignier "Le Contour" 69870 ST NIZIER
D’AZERGUES. Modification au RCS de
Villefranche Tarare.
DIVERS
408266A – LES ECHOS
AMÉNAGEMENT DE RÉGIME
MATRIMONIAL
Suivant acte reçu par Me Frédéric ANGLADE, notaire à NEUVILLE-SURSAÔNE (69250) 2bis rue Jacques, le 21
novembre 2018, Mr Pierre Raymond
MONCORGé et Mme Catherine AnneMarie Hélène MARCON, son épouse,
demeurant à NEUVILLE-SUR-SAÔNE
(69250), 7 rue des Frères Voisin, mariés
à la mairie de NEUVILLE-SUR-SAÔNE
le 3 septembre 1977 sous le régime de
la communauté de biens réduite aux acquêts, à défaut de contrat de ma-riage
préalable, ont déclaré modifier leur régime matrimonial par : * l’apport à la
communauté d’un bien propre à Mr sis à
NEUVILLE-SUR-SAÔNE (69250), 7 chemin des Frères Voisin, * l’adjonction
d’une clause de préciput en faveur du
conjoint survivant portant sur, savoir :
-lesdits biens immobiliers, y compris les
meubles meublants et objets mo-biliers
qui garniront les biens immobiliers objets
de la mise en communauté -tous les capitaux et avantages quelconques attachés à toutes polices d’assurances,
souscrites par l’un des conjoints ou par
adhésion conjointe des conjoints et ayant
comme assuré le survivant des conjoints.
Les oppositions des créanciers à ce
changement partiel, s’il y a lieu, seront
reçues dans les trois mois de la présente
insertion, en l’office notarial (CRPCEN69050) où domicile a été élu à cet effet.
Pour insertion,
Le notaire
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
36 // FINANCE & MARCHES
euronext
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
SÉANCE DU 06 - 12 - 2018
CAC 40 : 4780,46 (-3,32 %) NEXT 20 : 10589,08 (-3,92 %)
CAC LARGE 60 : 5306,76 (-3,37 %)
CAC ALL-TRADABLE : 3732,98 (-3,38 %)
DATE DE PROROGATION : 24 DÉCEMBRE
CAC 40
SRD Suite
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
ACCOR (AC) R
A
FR0000120404
AIR LIQUIDE (AI) R
11/05/18 1,05
A
FR0000120073
28/05/18 2,65
AIRBUS GROUP (AIR) R
A
NL0000235190
16/04/18 1,28
ARCELORMITTAL (MT)
A
LU1598757687
ATOS SE (ATO) R
FR0000051732
AXA (CS) R
17/05/18 0,09
A
31/05/18 1,7
A
FR0000120628
03/05/18 1,26
BNP PARIBAS (BNP) R
A
FR0000131104
BOUYGUES (EN) R
30/05/18 3,02
A
FR0000120503
CAP-GEMINI (CAP) R
02/05/18 1,7
A
FR0000125338
CARREFOUR (CA) R
04/06/18 1,7
A
FR0000120172
21/06/18 0,46
CREDIT AGRICOLE (ACA) R
A
FR0000045072
DANONE (BN) R
22/05/18 0,63
A
FR0000120644
04/05/18 1,9
DASSAULT SYSTEMES (DSY) R A
FR0000130650
ENGIE (ENGI) R
29/05/18 0,58
A
FR0010208488
10/10/18 0,37
ESSILORLUXOTTICA (EI) R
A
FR0000121667
26/04/18 1,53
HERMES INTL (RMS) R
A
FR0000052292
KERING (KER) R
07/06/18 7,6
A
FR0000121485
L.V.M.H. (MC) R
14/05/18 4
A
FR0000121014
LEGRAND (LR) R
04/12/18 2
A
FR0010307819
L'ORÉAL (OR) R
01/06/18 1,26
A
FR0000120321
25/04/18 3,55
OUV
VOL.
NB TITRES
38,24
1435362
290.969.205
105,85
1486038
428.328.719
90,94
2054120
776.367.881
19,776
8056242
1.021.903.623
71,32
626704
106.884.219
20,51
16183099
2.424.466.396
42,91
5681412
1.249.798.561
33,25
1765569
366.636.286
100,75
1693679
168.817.033
14,9
6667851
789.252.839
10,62
10857788
2.866.437.156
64,05
2648248
685.055.200
105
590216
261.541.129
12,28
7233038
2.435.285.011
111,55
4758778
359.665.193
485,1
98897
105.569.412
397,4
296269
126.279.322
256
1196304
505.028.789
51,48
1084975
267.471.813
208
808536
560.341.550
CLOT
+ HAUT
+ BAS
36,98
38,31
36,94
104,1
106,3
103,5
88,64
91,05
88,15
18,96
19,806
18,9
67,66
71,32
67,5
19,972
20,535
19,722
41,785
43
41,6
31,77
33,27
31,77
96,62
100,9
94,8
14,395
14,945
14,25
10,212
10,622
10,104
63,43
65,04
63,02
104,7
106,3
103,15
12,08
12,31
12,04
110,25
112,2
109,7
478,1
486,2
476,4
390,9
397,7
388,1
247,9
256
246,55
50,56
51,56
50,56
202,9
209,1
202
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
- 3,97
- 9,03
- 12,59
- 1,89
- 1,19
- 3,16
- 3,98
- 7,52
- 0,25
- 5,86
-15,56
- 27,58
- 6,5
-11,21
- 45,08
- 3,28
- 9,24
- 21,2
- 3,77
-10
- 33,53
- 4,77
- 2,13
- 28,69
- 6,42
- 9,02
+ 1,09
- 3,45
-16,53
- 20,97
- 4,83
-11,26
- 26,35
- 1,8
+ 0,81
- 10,42
- 1,27
- 2,29
+ 17,01
- 2,31
+ 0,5
- 18,87
- 1,65
- 8,13
- 2,65
- 1,93
- 4,91
+ 8,16
- 3,05
- 4,64
+ 10,53
- 4,47
- 9,19
- 0,32
- 2,77
-11,45
- 19,48
- 3,01
+ 0,15
+ 7,98
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
- 14
48,95
36,94
2,84
- 0,9
115,25
97,12
2,55
+ 6,8
3,4
111,16
26,11
81,33
1,69
- 30,08
30,765
18,9
- 44,24
130,55
65,1
2,51
- 19,26
27,69
19,722
6,31
- 32,88
68,66
41,6
7,23
- 26,65
45,98
30,3
5,35
- 2,3
119,8
94,8
1,76
- 20,21
19,73
12,955
3,2
- 26
15,54
10,104
6,17
- 9,32
71,78
61,16
3
+ 18,18
141
87,52
0,55
- 15,73
1,21
14,815 10,02
11,31
3,06
- 4,09
129,55
105,35
1,39
+ 7,14
614,6
417,9
1,59
+ 7
522,4
338,263 1,02
+ 1,02
313,7
232,5
0,81
- 21,23
67,44
50,56
2,49
+ 9,71
214,9
170,3
1,75
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
MICHELIN (ML) R
A
FR0000121261
ORANGE (ORA) R
22/05/18 3,55
A
FR0000133308
04/12/18 0,3
PERNOD-RICARD (RI) R
A
FR0000120693
PEUGEOT (UG) R
28/11/18 1,35
A
FR0000121501
02/05/18 0,53
PUBLICIS GROUPE (PUB) R
A
FR0000130577
RENAULT (RNO) R
FR0000131906
SAFRAN (SAF) R
06/06/18 2
A
21/06/18 3,55
A
FR0000073272
29/05/18 1,6
SAINT-GOBAIN (SGO) R
A
FR0000125007
SANOFI (SAN) R
11/06/18 1,3
A
FR0000120578
11/05/18 3,03
SCHNEIDER ELECTRIC (SU) R A
FR0000121972
02/05/18 2,2
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (GLE) R A
FR0000130809
SODEXO (SW) R
30/05/18 2,2
A
FR0000121220
01/02/18 2,75
STMICROELETRONICS (STM) R A
NL0000226223
17/09/18 0,05
TECHNIPFMC (FTI) R
A
GB00BDSFG982
TOTAL (FP) R
19/11/18 0,13
A
FR0000120271
25/09/18 0,64
UNIBAIL-R/WFD (URW)
A
FR0013326246
VALEO (FR)
A
DIV 3 06/06/16
FR0013176526
04/06/18 1,25
VEOLIA ENV. (VIE) R
A
FR0000124141
VINCI (DG) R
14/05/18 0,84
A
FR0000125486
VIVENDI (VIV) R
06/11/18 0,75
A
FR0000127771
20/04/18 0,45
OUV
VOL.
NB TITRES
89,28
839557
179.750.453
14,735
11822323
2.660.056.599
141,2
654839
265.421.592
18,38
4390838
904.828.213
49,12
985418
235.249.801
59,07
1960889
295.722.284
108
1121908
443.680.643
30,715
2778046
552.783.955
77,57
3416670
1.251.997.345
62,6
2141532
579.062.698
31,5
6166212
807.917.739
89,02
329719
147.454.887
12,55
5585767
911.151.920
20,05
3526464
451.431.642
48,435
11426116
2.683.096.135
145,72
839278
138.286.626
25,31
1968678
240.253.100
18,425
2948843
565.593.341
73,58
2541701
597.451.069
21,7
4194622
1.305.804.297
SRD
CLOT
+ HAUT
+ BAS
86,9
89,46
86,7
14,535
14,75
14,475
137,95
141,4
137,35
18,11
18,515
17,94
48,64
49,17
47,79
57,39
59,28
57
106
108,3
105,85
29,805
30,72
29,5
75,62
77,79
75,04
60,72
62,7
60,36
30,555
31,575
30,195
87,82
89,24
87,08
12,11
12,58
12,04
19,155
20,07
18,785
47,385
48,57
47,125
142,9
146,04
141,68
24,78
25,62
24,56
18,01
18,485
17,915
70,98
73,78
70,98
21,1
21,73
21,05
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
- 3,83
- 3,12
- 29,95
- 1,72
+ 3,16
+ 2,07
- 2,85
- 0,25
+ 4,19
- 2,97
-13,06
+ 6,37
- 1,26
- 8,12
- 14
- 4,17
-12,02
- 31,61
- 2,84
- 4,07
+ 19,37
- 4,01
- 7,58
- 37,72
- 3,14
- 2,55
+ 3,24
- 4,41
- 4,98
- 14,01
- 3,84
- 7,59
- 27,96
- 1,83
+ 1,64
- 21,1
- 5,98
- 9,8
- 33,02
- 5,69
-17,04
- 17,86
- 2,91
- 6,87
+ 0,04
- 2,63
-10,01
- 4,07
- 8,32
- 58,39
- 2,86
+ 0,33
- 15,64
- 4,93
- 8,34
- 19,31
- 3,21
- 1,49
- 4,35
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
- 27,31
130,85
84,06
4,09
+ 0,41
15,25
13,315 2,06
+ 4,55
147,75
120,05
0,98
+ 6,81
25,4
16,455 2,93
- 14,14
63,18
47,79
4,11
- 31,61
100,8
54,8
6,19
+ 23,38
122,25
81,04
1,51
- 35,18
48,6
29,5
4,36
+ 5,25
80,44
62,88
4,01
- 14,31
78,56
57,66
3,62
- 29,02
47,505
30,195
7,2
- 21,62
113,05
76
3,13
- 33,48
0,23
22,97 53,29
11,575 0,44
- 25,9
29,17
18,785
+ 2,91
56,82
43,09
1,35
- 25,75
195,5
141,68
- 60,21
66,48
22,69
5,04
- 15,35
22,29
16,42
4,66
- 16,64
88,8
70,98
1,06
- 5,89
24,87
20,26
2,13
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
OUV
VOL.
NB TITRES
AB SCIENCE (AB) g
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
B 3,826
3,73
64827
3,898
40.789.901
3,73
B 6,28
6,18
56271
6,28
FR0004040608
27/11/18 0,2 58.512.053
6,11
ABIVAX (ABVX) g
B 10,44
9,99
66531
10,8
FR0012333284
10.024.182
9,69
ACANTHE DEV. (ACAN) g
C 0,554
0,538
64700
0,584
FR0000064602
08/02/18 0,3 147.125.260
0,538
ACTIA GROUP (ATI) g
C 3,79
3,54
40258
3,79
FR0000076655
13/06/18 0,12 20.099.941
3,54
ADOCIA (ADOC) g
B 12,42
11,78
15734
12,42
FR0011184241
6.916.753
11,5
AÉROPORTS DE PARIS (ADP) G
A 168,3
165,1
120644
170
FR0010340141
06/12/18 0,7 98.960.602
165,1
AIR FRANCE-KLM (AF) G
A 9,18
9,166
3465602
9,278
FR0000031122
14/07/08 0,58 428.634.035
9,07
AKKA TECHNOLOGIES (AKA) g
B 51,8
49,1
39952
51,9
FR0004180537
29/06/18 0,49 20.291.990
48,7
AKWEL (AKW) g
B 16,16
15,96
38157
16,56
FR0000053027
06/06/18 0,3 26.741.040
15,7
ALD (ALD)
A 11,21
10,69
91752
11,21
FR0013258662
30/05/18 0,55 404.103.640
10,65
ALPES (CIE DES ) (CDA) g
B 25,15
23,15
52632
25,15
FR0000053324
13/03/18 0,5 24.413.271
22,75
ALSTOM (ALO) LR
A 37,38
36,05
1083123
37,43
FR0010220475
20/07/18 0,35 223.058.368
35,99
ALTAREA (ALTA) g
A 180,2
178,8
6660
181,4
FR0000033219
22/05/18 12,5 16.061.329
174,4
ALTEN (ATE) G
A 79,65
76,8
71410
79,75
FR0000071946
25/06/18 1 33.829.958
76,25
ALTRAN TECHNOLOGIES (ALT) G A 7,5
7,05
2062555
7,505
FR0000034639
11/05/18 0,24 257.021.105
6,93
AMPLITUDE SURG. (AMPLI) g
2,88
2,72
16446
2,88
FR0012789667
47.804.841
2,71
AMUNDI (AMUN) G
A 50,58
49,5
EX-DS 15/03/17
312442
50,7
FR0004125920
22/05/18 2,5 201.704.354
49,07
APRIL GROUP (APR)
B 16,75
16,45
3230
16,75
FR0004037125
10/05/18 0,27 40.904.135
16,35
ARCHOS (JXR) g
C 0,345
0,336
485572
0,345
FR0000182479
56.667.436
0,322
ARKEMA (AKE) L
A 82
78,26
494564
82,14
FR0010313833
25/05/18 2,3 76.532.456
78,04
ARTPRICE.COM (PRC) g
C 11,48
11,3
51217
11,5
FR0000074783
6.651.515
10,9
ASSYSTEM (ASY) g
B 28,1
27,85
OPA 24/11/17
3368
28,5
FR0000074148
19/06/18 1 15.668.216
27,85
ATARI (ATA)
C 0,317
0,313
1122884
0,328
FR0010478248
255.105.360
0,31
AUBAY (AUB) g
C 30,3
30
22227
30,3
FR0000063737
08/11/18 0,27 13.136.796
29,8
AUREA (AURE)
C 6,46
6,28
8777
6,46
FR0000039232
27/06/18 0,15 12.017.008
6,22
AVENIR TELECOM (AVT) g
C 0,184
0,18
918093
0,185
FR0000066052
21/10/11 0,05 110.501.888
0,175
AXWAY SOFTWARE (AXW) g
B 11,9
11,6
5881
11,9
FR0011040500
02/07/18 0,2 21.210.546
11,04
BÉNÉTEAU (BEN)
A 12,7
12,24
65020
12,7
FR0000035164
14/02/18 0,25 82.789.840
12,12
BIC (BB) G
A 92,5
90,15
121642
92,8
FR0000120966
28/05/18 3,45 46.645.433
90,05
BIGBEN INT. (BIG) g
C 9,24
9,33
55748
9,38
FR0000074072
30/07/18 0,1 19.500.119
9,02
BIOMÉRIEUX (BIM)
A 62,9
60,4
241070
62,9
FR0013280286
05/06/18 0,34 118.361.220
60,1
BOIRON (BOI) g
A 52,5
51,5
11002
52,5
FR0000061129
31/05/18 1,6 17.565.560
51
BOLLORÉ (BOL) G
A 3,74
3,642
2008356
3,74
FR0000039299
07/09/18 0,02 2.927.197.152
3,64
BONDUELLE (BON) g
B 31,55
30,85
21012
31,6
FR0000063935
13/12/17 0,45 32.281.118
30,75
BUREAU VERITAS (BVI) L
A 18,71
18,13
1174425
18,865
FR0006174348
18/05/18 0,56 442.216.000
18,07
BURELLE SA (BUR)
A 864
802
151
864
FR0000061137
05/06/18 16 1.853.315
802
CARMILA (CARM)
C 17,04
17,02
21592
17,26
FR0010828137
23/05/18 0,75 136.561.695
16,88
CASINO (CO) LR
A 36,1
34,75
843773
36,15
FR0000125585
03/12/18 1,56 109.729.416
34,35
CATANA GROUP (CATG) g
C 2,465
2,4
193785
2,49
FR0010193052
30.514.178
2,36
CGG (CGG) G
C 1,298
1,24
10158568
1,3
FR0013181864
709.943.886
1,224
CHARGEURS (CRI) g
C 16,9
15,93
97934
16,9
FR0000130692
12/09/18 0,3 23.551.755
15,77
CHRISTIAN DIOR (CDI)
A 329,5
325,5
EX D OP 08/06/17
34941
330,1
FR0000130403
04/12/18 2 180.507.516
323,5
CIE DU CAMBODGE (CBDG)
A
/301118
FR0010557264
ABC ARBITRAGE (ABCA) g
FR0000079659
A : Indicateur acompte, solde ou total du dividende. BPA : Bénfice par action. PER : Price Earning Ratio. Les plus hauts et plus bas ajustés sont sur l’année
civile. Les valeurs classées par ordre alphabétique sont regroupées en trois classes de capitalisation signalées par les lettres A pour les capitalisations
supérieures à 1 milliard d’euros, B pour les capitalisations comprises entre 1 milliard d’euros et 150 millions d’euros et C pour les capitalisations inférieures
à 150 millions d’euros. L : Valeurs de l’indice CACNext20. R : Valeurs de l’indice CACLarge60. G : Valeurs de l’indice CACMid60. g : Valeurs de l’indice
CACSmall. Les bénéfices par action : source FacSet JCF Estimates. Mise en ligne intégrale des informations réglementées sur www.lesechos-comfi.fr
07/06/18 180 559.735
- 3,32 - 55,28
-13,78
11,15
- 56,48
3,71
- 0,64 - 1,59
- 4,92
7,48
- 2,52
5,95
+ 0,1 + 15,76
+53,22 10,9
+ 21,68
5,2
- 2,18 - 37,44
- 9,12
0,87
- 29,21
0,522
- 7,33 - 49,28
-17,1
9,08
- 48,32
3,54
- 5,46 - 17,91
-10,62 21,3
- 19,75 10,06
- 1,32 + 4,16
- 9,43 202,6
+ 0,12 156
- 1,21 - 32,5
- 3,31
14,51
- 25,18
6,646
- 5,58 + 6,05
-14,61 70,8
+ 5,91 46,2
- 1,48 - 52,65
- 7,21 36,8
- 51,33 14,02
- 4,64 - 17,23
-16,68 16,93
- 17,29 10,65
- 8,14 - 29,16
-10,96 36,1
- 17,35 22,75
- 3,94 + 4,18
- 4,83 41,52
+ 5,75 32,79
- 1,54 - 14,08
- 8,96 218,5
- 7,55 174,4
- 4,24 + 10,33
- 7,3
94,4
+ 10,82 69,5
- 6,68 - 43,61
-14,02 13,681
- 44,59
6,5
- 5,88 - 23,16
-14,2
4,4
- 26,68
2,71
- 2,87 - 29,94
- 5,79 77,66
- 32,19 46,22
- 2,37 + 11,9
+ 3,13
17,95
+ 12,59 12
- 0,3 - 46,14
-28,05
1,512
- 46,14
0,322
- 5,16 - 22,93
-16,6
112,9
- 23,87 78,04
- 3,09 - 32,94
- 9,16
17,88
- 33,92 10,3
- 2,28 - 6,92
+10,08 33,05
- 10,45 24,5
- 5,15 - 13,06
-19,33
0,948
- 7,94
0,285
- 1,48 - 13,29
- 4,76 43,3
- 11,24 28,85
- 3,39 - 27,06
- 5,14
9,3
- 18,97
6,12
- 2,7 - 14,29
-11,76
0,477
- 21,74
0,164
- 3,33 - 49,12
-15,94 23,1
- 48,21 10,8
- 3,17 - 38,63
-12,32 23,2
- 34,82
11,6
- 2,75 - 1,65
+ 5,07 99,05
- 5,66 71,8
- 0,53 - 32,34
+19,62 16,2
- 25,95
6,9
- 6,5 - 19,13
-10,65 82,6
- 17,12 59
- 1,15 - 31,2
- 2,09 78,5
- 30,03 50,5
- 3,4 - 19,57
- 3,7
4,798
- 17,64
3,46
- 2,22 - 30,01
+ 0,82 47,8
- 25,68 27,05
- 3,44 - 20,45
- 8,34 24,28
- 20,4
18,07
- 7,39 - 36,85
-17,15 1420
- 34,26 802
+ 0,12 - 26,69
-12,09 25,35
- 27,11
16,8
- 2,74 - 31,27
-10,92 53,48
- 33,39 25,37
- 6,62 - 20,79
- 4,19
3,611
+ 5,39
2,015
- 7,32 - 18,84
-39,98
4,1
- 25,68
1,224
- 7,01 - 37,06
-18,6
28,64
- 31,45 15,77
- 2,11 + 6,88
- 4,55 383,8
+ 7,11 291,6
- 20,17
7550
- 17,75 5600
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
CLARANOVA (CLA) g
C 0,708
5643637
393.613.788
A 19,52
482164
FR0000120222
03/05/18 0,84 686.618.477
COFACE (COFA) g
A 7,94
164889
FR0010667147
24/05/18 0,34 157.248.232
COLAS (RE)
A 138,4
1033
FR0000121634
30/04/18 8,2 32.654.499
COVIVIO (COV) G
A 85,9
141051
FR0000064578
15/05/18 4,5 75.348.236
COVIVIO HOTELS (COVH)
A 25,7
1978
FR0000060303
11/04/18 1,55 118.057.886
DASSAULT AV. (AM) G
A 1371
8483
FR0000121725
01/06/18 15,3 8.348.703
DASSAULT SYSTÈMES (DSY) R
A 105
590216
FR0000130650
29/05/18 0,58 261.541.129
DBV TECHNOLOGIES (DBV) G
B 25,6
110148
FR0010417345
30.137.977
DERICHEBOURG (DBG) g
B 3,616
814408
FR0000053381
13/02/18 0,14 163.878.780
DEVOTEAM (DVT) g
C 90
9396
FR0000073793
14/06/18 0,9 8.332.407
DNXCORP (DNX) g
C 5,38
8504
FR0010436584
10/07/18 0,6 2.834.575
EDENRED (EDEN) G
A 32,42
694427
FR0010908533
14/05/18 0,85 239.411.300
EDF (EDF) LR
A 13,825
EX-DS 7/03/17
3912765
FR0010242511
06/12/18 0,15 3.010.267.676
EIFFAGE (FGR) LR
A 79,9
455660
FR0000130452
22/05/18 2 98.000.000
EKINOPS (EKI) g
2,91
66744
FR0011466069
21.529.161
ELIOR (ELIOR) G
A 12,56
583524
FR0011950732
16/03/18 0,42 172.289.164
ELIS (ELIS) G
A 16,21
674364
FR0012435121
29/05/18 0,37 219.872.942
EOS IMAGING (EOSI)
C 3,665
14988
FR0011191766
22.683.758
ERAMET (ERA) Gg
A 70,95
71590
FR0000131757
29/05/18 2,3 26.633.660
ERYTECH PHARMA (ERYP) g
B 6,92
34155
FR0011471135
17.940.035
ESI GROUP (ESI) g
C 31,45
3886
FR0004110310
5.955.072
EURAZEO (RF) G
A 64,75
196970
FR0000121121
30/04/18 1,25 78.030.886
EURO RESSOURCES (EUR)
C 2,79
690
FR0000054678
12/06/18 0,15 62.491.281
EUROFINS SCIENTIFIC (ERF) G
A 350
55446
FR0000038259
28/06/18 2,04 17.643.914
EUROPCAR GROUPE (EUCAR) G
A 8,4
532861
FR0012789949
29/05/18 0,15 161.030.883
EUTELSAT COM. (ETL) LG
A 17,96
680528
FR0010221234
20/11/18 1,27 232.774.635
EXEL INDUSTRIES (EXE) g
B 76,8
688
FR0004527638
14/02/18 1,58 6.787.900
FAURECIA (EO) G
A 33,04
1273089
FR0000121147
01/06/18 1,1 138.035.801
FFP (FFP) g
A 91,4
7890
FR0000064784
22/05/18 2 25.072.589
FIGEAC AERO (FGA) g
B 12
24263
FR0011665280
31.839.473
FIN. ODET (ODET)
A 760
249
FR0000062234
07/06/18 1 6.585.990
FNAC DARTY (FNAC)
A 53,2
65661
FR0011476928
26.792.938
FONCIÈRE LYONNAISE (FLY)
A 63,8
3398
FR0000033409
30/04/18 2,3 46.528.974
FROMAGERIES BEL (FBEL)
A 292
44
FR0000121857
18/05/18 7 6.872.335
FUTUREN (FTRN) g
C 1,13
N/P REGR.
19672
FR0011284991
277.776.587
GECI INTERNATIONAL (GECP) g
C 0,123
1065579
FR0000079634
01/10/01 0,1 160.325.030
GECINA (GFC) G
A 123
164819
FR0010040865
12/06/18 2,65 76.225.110
GEMALTO (GTO) L
A 50,56
322057
NL0000400653
22/05/17 0,43 90.920.356
GENFIT (GNFT) G
B 21,4
547414
FR0004163111
31.166.437
GENSIGHT (SIGHT)
C 3,12
561243
FR0013183985
24.766.723
GENTICEL (GTCL) g
1,15
130380
FR0011790542
78.777.496
GETLINK (GET) LR
A 11,2
1490573
FR0010533075
22/05/18 0,3 550.000.000
GL EVENTS (GLO) g
B 17,48
22419
FR0000066672
13/06/18 0,65 29.982.787
FR0004026714
CNP ASSURANCES (CNP) GR
3,24
3,39
0,42
1,43
1,88
5,15
2,16
0,97
1,3
3,4
5,05
1,64
2,94
3,59
0,9
2,39
1,72
2,04
3,83
1,07
0,56
3,11
0,55
1,46
3,09
2
4,49
1,88
1,05
3,16
OUV
VOL.
NB TITRES
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
0,696
0,72
0,675
18,84
19,54
18,83
7,78
7,94
7,74
135,2
138,6
135,2
84,95
85,9
84,75
25,5
25,7
25,2
1310
1371
1308
104,7
106,3
103,15
24,68
25,86
24,52
3,582
3,616
3,502
88,4
91
88
5,4
5,4
5,24
31,1
32,42
31,04
13,565
13,83
13,52
77,1
79,9
77,06
2,78
2,91
2,735
12,38
12,76
12,31
15,26
16,3
15,26
3,515
3,665
3,48
66,55
70,95
66
6,4
6,92
6,4
30,9
31,45
29,35
63,4
64,75
63,2
2,79
2,79
2,79
330
350
329,2
8,1
8,495
8,01
17,4
18,09
17,33
73,4
76,8
73,4
31,31
33,41
31,31
86,9
91,4
85,7
11,7
12
11,42
728
760
722
50,25
53,2
49,8
62,8
63,8
62,4
294
294
292
1,13
1,14
1,13
0,121
0,124
0,117
121,4
123,3
120,2
50,5
50,6
50,5
21,4
22,54
21,04
3,27
3,43
2,96
1,084
1,16
1,062
11,12
11,215
11,02
17,02
17,48
16,78
- 3,8 + 42,04
-16,95
1,223
+ 62,24
0,491
- 4,02 - 2,16
- 3,93 21,62
+ 1,29 18,41
- 3,35 - 12,72
-11,89 10,76
- 14,97
7,2
- 3,29 - 25,51
- 5,85 192
- 24,57 133,4
- 1,68 - 10,09
- 3,08 97,3
- 7,26 83,05
- 0,78 - 10,9
+ 3,66 29,9
- 10,05 23,6
- 4,31 + 0,93
- 8,33 1729
- 0,96 1267
- 1,27 + 18,18
- 2,29 141
+ 17,01 87,52
- 4,93 - 41,09
-26,81 47,38
- 30,85 24,52
- 2,4 - 60,69
-17,12
9,18
- 58,07
3,224
- 2,75 + 18,1
- 9,43 119
+ 22,73 72,5
- 13,6
-12,05 10
- 14,01
5,22
- 4,89 + 28,62
- 4,51 35,95
+ 29,85 23,74
- 2,48 + 30,18
- 9,05 15,89
+ 20,79
9,832
- 4,3 - 15,59
-11,52 101,7
- 16,96 77,06
- 5,76 - 40,6
- 9,89
5,49
- 40,85
2,525
- 2,44 - 28,13
- 1,28 19,71
- 27,18
11,26
- 6,5 - 33,7
-17,42 23,94
- 31,29 15,26
- 4,09 - 26,46
-16,9
5,92
- 28,41
3,48
- 6,53 - 32,8
-16,97 167,2
- 17,38 65,2
- 6,09 - 65,41
-11,72 19,57
- 74,07
5,92
- 1,91 - 33,55
-13,32 48
- 26,78 29,35
- 2,91 - 13,55
- 1,78 82,286
- 9,81 61,25
- 4,12 - 20,29
- 8,82
3,61
- 18,42
2,68
- 6,67 - 34,99
-24,86 545,5
- 33,44 329,2
- 4,71 - 20,98
- 0,06 11,78
- 21,09
7,17
- 3,76 - 9,82
- 4,66 23,11
- 9,19
15,275
- 4,43 - 36,72
+ 6,07 125,5
- 33,12
67,2
- 7,34 - 51,93
-28,07 76,98
- 50,62 31,31
- 4,92 - 13,36
-16,28 120,4
- 10,8
85,7
- 2,82 - 38,06
- 5,65 19,5
- 26,18
11,42
- 4,71 - 26,16
- 5,7 1090
- 25,33 722
- 5,46 - 50,1
-15,4 106,6
- 45,52 49,8
- 0,95 + 15
- 0,95 66
+ 14,81 54,4
- 4,55 - 40
-20,11 565
- 41,2 292
- 3,21
-27,84
+ 33,89
- 1,54
- 6,62
- 15,31
- 0,2
+ 55,27
+ 5,94
- 1,38
- 2,51
+ 3,16
+81,16
- 37,83
- 4,58
-32,17
- 35,09
- 1,2
- 2,71
+ 0,82
- 2,63
- 9,47
- 29,98
1,15
1,125
+ 33,89
0,32
0,09
- 21,12
161,9
119,8
+ 2,02
50,78
49,1
- 10,54
28,28
17,67
- 47,09
7,68
1,335
- 34,7
2,08
1,062
+ 3,73
12,49
10,11
- 28,41
27,072
16,78
4,46
4,37
6,07
1,17
0,55
3,91
1,02
25,93
1,99
1,11
2,59
3,39
2,43
3,46
1,97
5,38
0,73
1,87
7,3
2,15
3,51
2,3
0,14
2,38
4,21
11,99
2,7
3,82
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
OST
VOL.
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
GROUPE CRIT (CEN) g
B 52,4
6113
FR0000036675
27/06/18 4,4 11.250.000
GROUPE FLO (FLO) g
C 0,218
EX D S 13/06/17
65932
FR0004076891
08/07/14 0,06 765.157.113
GROUPE GORGÉ (GOE) g
B 9,21
10452
FR0000062671
19/06/18 0,32 13.502.843
GROUPE LDLC (LDL) g
C 6,65
NOM.
83298
FR0000075442
06/10/16 0,5 6.322.106
GROUPE PARTOUCHE (PARP)
21,2
REGR.
1305
FR0012612646
11/09/17 0,31 9.627.034
GTT (GTT) Gg
A 66,85
61818
FR0011726835
26/09/18 1,33 37.028.800
HAULOTTE GROUP (PIG)
B 9,67
23771
FR0000066755
10/07/18 0,22 31.371.274
HIGH CO (HCO) g
C 4,38
36742
FR0000054231
01/06/18 0,14 22.421.332
HUBWOO (HBW) g
C
FR0004052561
ICADE (ICAD) G
CLOT
+ HAUT
+ BAS
50,2
52,4
49,7
0,207
0,218
0,203
9,13
9,29
9,12
6
6,65
5,71
21
21,2
20
66,25
66,9
65,45
9,08
9,67
9,05
4,05
4,38
4
136.345.527
A 67,5
67,1
98490
67,55
FR0000035081
02/05/18 4,3 74.535.741
66,6
ID LOGISTIC (IDL) g
B 136,4
125,4
3107
136,4
FR0010929125
5.628.475
125,2
ILIAD (ILD) G
A 124,05
119,25
291262
124,4
FR0004035913
20/06/18 0,68 58.975.840
118,1
IMERYS (NK) G
A 47,82
46,88
221404
48,14
FR0000120859
11/05/18 2,08 79.604.285
46,54
INGENICO GROUP (ING) LR
A 60,6
58,2
792245
60,7
FR0000125346
23/05/18 1,6 63.144.527
57,54
INNATE PHARMA (IPH) g
B 8,155
7,8
352507
8,155
FR0010331421
63.932.655
7,65
INSIDE SECURE (INSD)
C 1,84
1,692
192966
1,84
FR0010291245
44.119.162
1,66
INTER PARFUMS (ITP) g
B 36,95
35,25
34664
36,95
FR0004024222
09/05/18 0,67 42.965.628
35,1
IPSEN (IPN) G
A 118,5
118,1
175212
119,25
FR0010259150
04/06/18 1 83.794.128
116,35
IPSOS (IPS) G
A 20,12
20,1
63323
20,18
FR0000073298
02/07/18 0,87 44.436.235
19,76
JACQUET METAL SERVICE (JCQ) g B 14,9
14,26
61285
14,92
FR0000033904
04/07/18 0,7 24.028.438
14,18
JCDECAUX (DEC) G
A 28,64
27,78
187744
28,64
FR0000077919
22/05/18 0,56 212.757.582
27,56
KAUFMAN & BROAD (KOF)
B 34,62
33,78
29136
35,3
FR0004007813
09/05/18 2,1 21.864.074
33,6
KLEPIERRE (LI) LR
A 28,03
27,54
927582
28,08
FR0000121964
26/04/18 1,96 314.356.063
27,4
KORIAN (KORI)
A 34,44
33,8
159022
34,74
FR0010386334
21/06/18 0,6 81.976.425
33,64
LAFARGEHOLCIM (LHN)
A 38
37,1
53614
38,01
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
36,9
LAGARDÈRE (MMB) G
A 23,37
23,37
450066
23,44
FR0000130213
07/05/18 1,3 131.133.286
23,1
LATECOERE (LAT) g
C 2,75
2,6
2358522
2,75
FR0000032278
29/06/07 0,75 94.744.952
2,32
LE BÉLIER (BELI) g
C 33,9
31,65
2250
33,9
FR0000072399
29/05/18 1,18 6.582.120
31,65
LNA SANTÉ (LNA) g
B 47,1
44,65
6112
47,1
FR0004170017
06/07/18 0,32 9.705.937
44,3
LECTRA (LSS)
B 18,46
17,8
26207
18,46
FR0000065484
02/05/18 0,38 31.577.881
17,4
LINEDATA SVICES (LIN) g
B 30,95
30,3
561
30,95
FR0004156297
05/07/18 1,35 7.293.356
30,3
LISI (FII) g
A 24,45
23,6
15932
24,45
FR0000050353
02/05/18 0,48 54.114.317
23
LUMIBIRD (LBIRD) g
C 11,82
11,18
18801
11,82
FR0000038242
15.884.557
10,8
M6-MÉTROPOLE TV (MMT) G
A 15,02
14,8
143899
15,05
FR0000053225
16/05/18 0,95 126.414.248
14,71
MAISONS DU MONDE (MDM)
B 19,14
18,35
113116
19,15
FR0013153541
18/06/18 0,44 45.241.894
18,27
MAISONS FRANCE CONF. (MFC) g B 31,45
31,6
6388
32,05
30,75
FR0004159473
05/06/18 1,7 6.937.593
MANITOU (MTU) g
B 24,5
23,3
19600
24,55
FR0000038606
18/06/18 0,62 39.668.399
23
MARIE BRIZARD W & S (MBWS)
B 4,16
4,01
26825
4,16
FR0000060873
27/09/07 0,5 28.338.654
3,96
MAUNA KEA (MKEA)
C 2,415
2,255
106671
2,415
FR0010609263
23.147.338
2,21
MERCIALYS (MERY) g
A 12,17
12,24
183107
12,24
FR0010241638
19/10/18 0,5 92.049.169
12,05
MERSEN (MRN) g
B 24,45
23,4
56434
24,45
FR0000039620
03/07/18 0,75 20.636.663
23,15
METABOLIC EXPLORER (METEX) g C 1,77
1,75
45529
1,77
FR0004177046
23.261.500
1,7
NANOBIOTIX (NANO) g
B 12,96
12,03
105467
12,96
FR0011341205
19.633.373
12,01
NATIXIS (KN) LR
A 4,73
4,516
6089979
4,73
FR0000120685
28/05/18 0,37 3.150.288.592
4,503
NEOEN (NEOEN)
A 18,3
18
43936
18,4
FR0011675362
84.957.498
18
NETGEM (NTG) g
C1
0,992
10629
1,02
FR0004154060
16/05/18 0,1 29.664.667
0,992
NEXANS (NEX) G
A 26,59
25,22
214922
26,66
FR0000044448
22/05/18 0,7 43.604.914
25,05
NEXITY (NXI) G
A 41,5
41,14
157909
41,6
FR0010112524
05/06/18 2,5 56.129.724
40,62
NICOX (COX)
B 4,78
4,684
73633
4,784
FR0013018124
22.869.669
4,68
NRJ GROUP (NRG) g
B 7,52
7,44
987
7,52
FR0000121691
05/06/18 0,15 78.107.621
7,44
OENEO (SBT) g
B 8,86
8,15
60717
8,87
FR0000052680
31/07/18 0,15 64.103.519
8,13
ONXEO (ONXEO) g
B 0,939
0,901
308232
0,939
FR0010095596
50.892.509
0,9
ORPÉA (ORP) G
A 96,22
92,5
145923
96,56
FR0000184798
13/07/18 1,1 64.586.323
92,5
PARROT (PARRO) g
B 3,195
3,205
197128
3,21
FR0004038263
30.174.671
3,195
PHARMAGEST INT. (PHA)
51,7
51,4
6918
51,7
FR0012882389
02/07/18 0,75 15.174.125
50,4
PIERRE & VACANCES (VAC) g
B 14,5
14,78
29306
15,1
FR0000073041
19/03/12 0,7 9.804.565
14,42
PIXIUM VISION (PIX) g
C 1,69
1,65
114335
1,73
FR0011950641
21.606.363
1,62
PLASTIC OMNIUM (POM) G
A 21,63
20,82
416744
21,66
FR0000124570
02/05/18 0,67 148.566.107
20,65
PLASTIVALOIRE (PVL)
B 8,2
7,7
DIV 8 02/05/17
34054
8,2
FR0013252186
05/04/18 0,27 22.125.600
7,66
PSB INDUST. (PSB)
C 43
41,7
2360
43
FR0000060329
25/05/18 1,25 3.675.000
41
RALLYE (RAL)
A 9,32
9,08
58015
9,445
FR0000060618
30/05/18 1 54.999.135
9,08
RECYLEX SA (RX)
C 5,8
5,97
135626
6,17
FR0000120388
04/07/90 0,61 25.886.482
5,5
RÉMY COINTREAU (RCO) G
A 102,2
99,15
146044
102,2
FR0000130395
31/07/18 1,65 50.949.787
98,8
REXEL (RXL) G
A 9,9
9,49
1239485
9,9
FR0010451203
04/07/18 0,42 303.988.899
9,48
ROBERTET SA (CBE)
B 430
430
C.I.P.
15
430
FR0000045601
28/06/18 5,2 143.582
430
ROBERTET SA (CBR)
B
/121016
C.D.V. NOM.
FR0000045619
ROTHSCHILD & CO (ROTH)
A 34
32,55
37430
34
FR0000031684
22/05/18 0,68 77.462.512
32,3
RUBIS (RUI)
A 46,16
45,9
DIV 2 28/07/17
229024
46,52
FR0013269123
08/06/18 1,5 96.811.004
45,7
SARTORIUS STED. BIO. (DIM)
A 91,1
88,45
DIV 6 10/05/16
126125
91,1
FR0013154002
09/04/18 0,46 92.180.190
87,8
SAVENCIA (BH)
B 60,4
60,6
715
60,8
FR0000120107
14/05/18 1,4 14.032.930
60
SCOR (SCR) LR
A 41,7
39,47
867345
41,7
FR0010411983
30/04/18 1,65 192.784.482
39,21
% VEIL % AN
BPA
% MOIS + HAUT AN PER
% 52 S. + BAS AN RDT
- 4,56 - 31,03
-12,54 95
- 36,3
49,7
8,77
- 8
- 20,38
-10
0,34
- 20,38
0,18
- 2,04 - 41,74
- 7,87 19,04
- 41,32
8,9
- 10,31 - 69,98
-53,85 22,2
- 70,24
5,71
- 1,41 - 37,85
- 2,33 36,5
- 31,82 19,8
1,48
- 1,27 + 32,24
+ 2,32 69,9
+ 41,79 47,06
2,01
- 5,12 - 43,71
- 7,63 19,68
- 41,31
8,9
2,42
- 4,14 - 17,35
-13,83
6
- 15,45
4
3,46
- 1,88
-10,29
0,204
- 1,88
0,153
- 1,32 - 18,1
- 9,2
88,65
- 16,31 66
- 8,2 - 7,25
-15,27 156,6
- 3,76 120
- 4,64 - 40,3
+17,66 214,4
- 40,14 95,18
0,57
- 2,62 - 40,31
- 9,32 87,8
- 38,93 46,54
4,43
- 5,03 - 34,61
-12,48 94,34
- 31,48 55,8
2,58
- 5,46 + 64,21
-12,36
9,445
+ 64,21
4,41
- 7,14 - 42,45
-19,04
3,12
- 35,42
1,66
- 4,6 + 12,23
- 6,37 45,85
+ 13,58 30,727
1,9
- 0,34 + 18,61
- 5,44 155,95
+ 20,31 99
0,85
+ 0,3 - 34,53
-13,29 34,5
- 33,44 19,76
4,33
- 5,44 - 48,15
-20,42 32,9
- 43,5
14,18
4,91
- 4,01 - 17,33
- 8,07 36,9
- 20,16 25,46
2,02
- 3,38 - 14,76
- 2,48 47,26
- 13,61 32,84
5,48
- 2,38 - 24,89
- 7,99 38,58
- 22,07 27,4
- 2,76 + 14,79
+ 0,72 35,3
+ 16,17 22,84
1,78
- 2,78 - 21,13
4
- 7,92 51,1
- 18,01 35,5
- 0,51 - 12,57
- 6,63 27,17
- 15,54 21,99
5,56
- 18,37 - 54,47
-21,69
6
- 52,03
2,32
- 7,59 - 36,71
- 5,24 66,3
- 33,09 29,4
3,73
- 5,2 - 24,19
- 2,62 60
- 19,11
41,5
0,53
- 3,78 - 29,22
- 9,64 26,3
- 23,08 16,82
2,14
- 2,1 - 22,92
- 5,02 39,45
- 22,15 29
4,46
- 4,07 - 41,15
- 7,27 41,75
- 40,13 22,85
2,03
- 5,42 + 70,63
- 2,99 16,692
+ 78,74
6,32
- 1,66 - 31,27
-15,09 24,34
- 32
14,71
6,42
- 5,02 - 51,39
-17,04 38,58
- 45,17
17,53
2,4
- 47,27
- 4,39 63,9
30,25
5,38
- 46,9
- 4,9 - 23,61
- 8,63 37,95
- 23,56 22
2,66
- 4,18 - 68,12
- 2,79 13
- 65,49
3,86
- 6,63 - 52,43
-16,94
5,41
- 49,1
2,195
+ 0,49 - 33,64
- 7,76 18,75
- 31,24 12,05
- 5,84 - 37,33
-17,31
41,9
- 35,45 23,15
3,21
- 0,57 - 23,25
- 3,85
2,52
- 19,35
1,7
- 6,31 - 18,88
- 7,25 18,87
- 3,53
8,295
- 5,4 - 31,53
-13,05
7,45
- 31,8
4,503
8,19
- 1,64 + 5,26
- 4,96 20,15
+ 9,09 17,1
- 0,8 - 59,01
-12,98
2,9
- 58,32
0,95
50,4
- 6,52 - 50,66
- 2,25 52,26
- 52,14
21,69
2,78
- 1,63 - 17,09
- 1,72 56,6
- 18,6
40,44
6,08
- 4,06 - 53,81
-10,61 10,95
- 52,31
4,362
- 0,27 - 18,42
- 8,15
9,24
- 21,68
7,36
2,02
- 7,91 - 20,49
- 2,4
11,42
- 16,67
8,06
1,72
- 2,44 - 16,57
-22,66
2,49
- 12,52
0,87
- 4,5 - 5,9
-13,43 125,2
- 8,91 87,5
1,19
+ 0,16 - 63,66
-26,58
9,56
- 60,87
1,432
- 3,02 + 16,95
+ 2,8
65,8
+ 24
44,05
1,27
- 0,14 - 67,75
-24,82 45,65
- 67,3
13,86
- 6,89 - 35,27
- 9,84
4,085
- 34,31
1,514
- 5,66 - 45,06
-16,92 42,21
- 41,66 20,65
2,35
- 6,1 - 58,82
-31
20,45
- 65,02
7,52
25,97
- 3,02 - 6,27
-14,02 53
- 9,54 41
3
- 2,63 - 38,77
- 8,65 16,32
- 40,11
8,565 11,01
- 2,37 - 54,18
- 3,71
15,35
- 53,03
4,97
- 3,08 - 14,16
- 8,53 131,3
- 14,75 98,6
1,66
- 4,47 - 37,24
- 7,77 15,58
- 37,52
9,48
4,43
+ 43,33
+ 1,18 477
+ 40,98 330
1,07
- 4,27 + 6,6
- 7,66 37,55
+ 0,71 28,25
- 1,46 - 22,18
- 4,38 65,6
- 22,7
41,32
- 3,81 + 46,71
-23,75 120,5
+ 47,17 59,75
+ 0,33 - 24,93
- 9,55 90,8
- 24,44 59,2
- 5,64 + 17,66
- 6,42 43,79
+ 16,98 30,84
2,09
3,27
0,48
2,64
4,18
SRD Suite
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
OST
VOL.
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
SEB (SK) G
A 123,1
68908
FR0000121709
21/05/18 2 50.169.049
SEQUANA (SEQ)
C 0,247
206142
FR0011352590
65.183.351
SES-IMAGOTAG (SESL) g
B 20,8
16214
FR0010282822
25/06/12 0,5 14.376.762
SHOWROOMPRIVÉ (SRP) g
B 2,54
291061
FR0013006558
34.623.503
SIPH (SIPH) g
B
FR0000036857
14/06/18 0,79 5.060.790
SOITEC (SOI) G
B 50,5
EX-DS 13/05/16 REGR.1P20
249823
FR0013227113
30.311.510
SOLOCAL GPE (LOCAL) g
B 0,605
REGR.
2383302
FR0012938884
583.621.956
SOMFY (SO)
A 64,2
4314
FR0013199916
01/06/18 1,3 37.000.000
SOPRA STERIA GP (SOP)
A 88,65
78782
FR0000050809
03/07/18 2,4 20.547.701
SPIE (SPIE) G
A 12
629168
FR0012757854
26/09/18 0,17 150.000.000
SQLI (SQI)
17,64
6908
FR0011289040
21/07/17 0,88 4.425.786
ST DUPONT (DPT) g
C 0,135
84401
FR0000054199
16/09/14 0 524.279.556
STEF (STF) g
B 74
6382
FR0000064271
04/05/18 2,45 13.165.649
STENTYS (STNT) g
C 0,54
195212
FR0010949404
26.824.657
SUEZ ENVIRONNEMENT (SEV) LR A 12,955
3937140
FR0010613471
22/05/18 0,65 621.362.579
SUPERSONIC IM. (SSI) g
C 1,488
24875
FR0010526814
23.209.127
SWORD GROUP (SWP) g
B 28,7
9761
FR0004180578
12/11/18 3,06 9.544.965
SYNERGIE (SDG) g
B 26,35
15337
FR0000032658
20/06/18 0,8 24.362.000
TARKETT (TKTT) G
A 19,15
88033
FR0004188670
03/07/18 0,6 63.722.696
TECHNICOLOR (TCH) G
A 1,101
2451411
FR0010918292
21/06/17 0,06 414.461.178
TELEPERFORMANCE (RCF) G
A 144,6
136715
FR0000051807
25/04/18 1,85 57.780.000
TERREIS (TER)
B 36,9
3422
FR0010407049
13/11/18 0,44 25.327.454
TF1 (TFI) G
A 7,655
385798
FR0000054900
30/04/18 0,35 209.895.340
THALES (HO) LR
A 105,45
327708
FR0000121329
04/12/18 0,5 213.085.259
THERMADOR GROUPE (THEP)
B 47,3
7288
FR0013333432
9.109.752
TIKEHAU CAPITAL (TKO)
A 22,9
EX D S 03/07/17
2307
FR0013230612
30/05/18 1 103.146.248
TOUAX (TOUP) g
C 6,04
2914
FR0000033003
30/12/14 0,5 7.011.547
TRANSGÈNE (TNG)
B 2,98
84106
FR0005175080
62.275.923
TRIGANO (TRI) g
B 89,8
60078
FR0005691656
11/01/18 1,3 19.336.269
UBISOFT ENTERTAINMENT (UBI) LRA 68
527853
FR0000054470
112.706.806
VALLOUREC (VK) G
A 2,021
8914773
FR0000120354
04/06/15 0,81 457.987.760
VALNEVA (VLA) g
B 3,37
168542
FR0004056851
92.106.952
VICAT (VCT) G
A 41,9
41113
FR0000031775
20/04/18 1,5 44.900.000
VILMORIN & CIE (RIN) G
A 58
9865
FR0000052516
13/12/17 1,6 20.833.902
VIRBAC (VIRP) g
A 122,8
6392
FR0000031577
26/06/15 1,9 8.458.000
VRANKEN-POMMERY M. (VRAP)
B 24,2
6598
FR0000062796
06/07/18 0,8 8.937.085
WAVESTONE (WAVE)
B 28,8
6879
FR0013357621
20.196.492
WENDEL (MF) G
A 104,8
140219
FR0000121204
22/05/18 2,65 46.279.301
WORLDLINE (WLN) G
A 46,02
95633
FR0011981968
133.486.189
X-FAB SILICON (XFAB)
A 5,1
155278
BE0974310428
130.781.669
XPO LOGISTICS (XPO) g
A 338
106
FR0000052870
12/07/18 0,8 9.836.241
CLOT
+ HAUT
+ BAS
117
123,1
116,1
0,227
0,247
0,227
19,9
21,8
19,78
2,53
2,645
2,525
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
- 5,57
- 5,34
- 23,05
- 7,91
-22,79
- 65,61
- 4,33
-17,77
- 31,59
- 0,98
-38,41
- 70,56
- 0,24
- 0,24
- 3,62
- 5,89
-21,32
- 16,81
- 4,09
-16,17
- 29,9
- 4,46
-10
- 27,58
- 4,14
- 9,78
- 43,95
- 7,8
-17,4
- 49,77
- 5,14
-24,7
- 50,7
- 0,36
- 1,07
- 23,06
- 0,14
- 8,65
- 23,51
- 1,67
-20,9
- 67,39
- 4,46
- 4,53
- 21,98
- 5,24
-13,71
- 26,56
+ 0,69
-13,27
- 11,45
- 6,43
-12,57
- 43,79
- 4,17
- 5,05
- 43,98
- 2,87
-10,06
- 65,01
- 4,27
- 6,33
+ 16,08
- 1,08
- 6,41
- 16,28
- 1,11
-17
- 42,08
- 2,03
- 9,46
+ 22,15
+ 0,23
- 8,09
- 18,98
- 2,62
- 5,51
+ 1,32
- 5,67
-10,16
- 50,78
- 1,99
- 2,96
+ 13,9
- 5,66
- 6,74
- 35,75
- 4,28
-15,12
+ 2,36
- 6,85
-52,49
- 55,62
- 1,32
- 2,03
+ 19,08
- 0,67
-10,22
- 38,47
- 3,46
+ 3,33
- 33,69
- 3,08
-15,42
+ 13,47
- 1,24
48,94
51,05
48,64
0,586
0,606
0,57
62,1
64,2
60,5
85,75
88,65
85,35
11,11
12
11,01
16,98
17,64
16,88
0,139
0,139
0,13
73,9
74,2
73,5
0,53
0,541
0,505
12,42
12,98
12,36
1,41
1,49
1,354
29,4
29,4
28,25
24
26,35
23,5
18,63
19,31
18,42
1,082
1,132
1,074
139
144,8
138,9
36,5
37
36,2
7,57
7,7
7,49
103,85
105,9
103,45
44,3
47,5
44,1
22,3
22,9
22,3
5,66
6,04
5,64
2,95
3
2,94
85,8
89,8
85,3
65,8
68
65,58
1,919
2,05
1,893
3,37
3,39
3,21
41,66
42,36
41,36
55,8
58
55,5
119,6
123,8
119
23,9
24,3
23,9
- 0,95
28,8
+ 0,17
29
- 5,57
28,35
- 31,43
102,2
- 3,04
104,8
- 7,84
101,8
- 27,82
45,58
- 1,98
46,24
- 4,24
44,98
+ 11,85
4,85
- 4,9
5,11
-22,65
4,83
- 44,57
334
- 4,02
338
+ 2,45
334
+ 29,96
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
- 24,25
175,9
112,2
1,47
- 67,1
0,9
0,211
- 33,36
30,95
17,6
- 58,71
11,308
2,518
- 2,09
87,9
80,7
- 17,68
86,15
45,72
- 29,4
1,297
0,542
- 24,61
91
60,5
9,82
- 44,98
187,9
81,95
2,8
- 48,81
22,4
11,01
3,6
- 50,79
39,22
16,88
- 7,67
0,205
0,12
- 21,73
115
73,5
3,32
- 65,41
2,011
0,505
- 15,31
14,925
10,58
5,23
- 25
2,45
1,34
- 13,12
38,45
27,25
12,25
- 45,31
54,5
23,5
3,33
- 46,74
37,34
17,94
3,22
- 62,3
3,328
0,905
+ 16,37
171,7
111
1,33
- 14,72
48,2
36,2
- 38,38
12,89
7,49
4,62
+ 15,54
124,45
84,3
0,48
- 21,94
66,5
42,5
+ 1,59
29,3
21,4
4,48
- 51,58
12,4
5,5
+ 4,24
3,46
2,65
- 41,75
180
79,4
1,52
+ 2,59
107,9
61,28
- 61,89
6,078
1,571
+ 21,66
4,19
2,78
- 36,68
70,9
41,36
3,6
- 36,83
91,9
49,5
2,87
- 3,16
150,8
103
+ 1,27
24,8
22,3
3,35
- 31,35
42,75
25,4
- 29,22
152,6
101,8
2,59
+ 12,07
57
39,74
- 49,49
11
4,8
+ 29,71
368
242
0,24
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
GEMALTO (GTO) L
NL0000400653
NOKIA (NOKIA) R
FI0009000681
SES (SESG) LR
LU0088087324
A 50,56
322057
22/05/17 0,43 90.920.356
A 4,75
3851077
31/05/18 0,13 5.635.592.159
18,725
880048
23/04/18 0,68 360.037.272
50,5
50,6
50,5
4,805
4,846
4,711
17,95
18,78
17,895
- 0,2 + 2,02
50,78
+ 55,27 49,1
+ 0,73 + 23,39
- 6,08
5,386
+ 19,77
3,845
- 4,65 + 37,97
- 4,11
20,88
+ 24,44 10,55
4,21
11,99
0,3
16,23
3,95
4,46
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
GENERAL ELECTRIC (GNE)
6,4
30925
USD 14/09/18 0,08 8.698.115.000
7,333
36640
GB0005405286
USD 11/10/18 0,1 20.033.709.326
LAFARGEHOLCIM LTD (LHN)
A 38
53614
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
SCHLUMBERGER (SLB)
A 38,5
11037
AN8068571086
USD 04/12/18 0,5 1.434.212.164
STALLERGENES GREER (STAGR) A 31,1
3715
GB00BZ21RF93
19.738.742
US3696041033
HSBC (HSB)
6,37
6,44
6,29
7,087
7,333
7,087
37,1
38,01
36,9
37,9
38,8
37
30,3
31,6
30,3
- 2,15
-22,6
- 57,59
- 4,36
- 2,92
- 13,89
- 2,78
- 7,92
- 18,01
- 3,07
-17,07
- 28,25
- 2,57
+ 9,19
- 24,12
- 56,64
16,12
6,29
- 17,01
8,996
6,75
- 21,13
51,1
35,5
- 32,15
65,4
37
- 21,32
41,7
22,6
1,29
52,19
4
3,45
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 37
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
euronext//taux&changes//matières premières
EURONEXT HORS SRD
ACTIONS
FRANÇAISES
ISIN
VALEUR
OUV
+HT +BS
CLÔT ÉCART VOL
FR0013341781 2CRSI
C 8,7
8,7
7,88
8,5 - 2,75
7786
FR0000076887 A.S.T. GROUPEg
C 5,91
5,91
5,6
5,62 - 3,27
5583
FR0013185857 ABEO
C 32,7
32,7
32
32
- 2,44
595
FR0000076861 ACTEOSg
C 1,39
1,39
1,34
1,34 - 6,29
5496
BE0974269012 AD CAPITAL
0,08
FR0000062978 ADL PARTNERg
C 12,65 12,75
12,65
12,65 + 0,4
1648
FR0012821890 ADUX (EX:HI MEDIA) C 2,87
2,87
2,7
2,7 - 5,92
19013
FR0004152874 ADVENISg
C 1,535 1,535
1,535
1,535
1
FR0013296746 ADVICENNE
C 11,328 11,328 10,9
10,9 - 3,78
675
FR0000053043 ADVINI
C 27,8 28,4
26
26
- 6,48
663
FR0000036105 AFFINE REg
C 13,36 13,36
13,16
13,24 - 0,9
9526
FR0000044612 AFONE PART.
C 12,1
12,1
12
12
63
FR0000062804 ALPHA MOS
C 0,37
0,37
0,36
0,36 - 2,7
3650
FR0000053837 ALTAMIRg
B 14,72 14,8
14,52
14,52 - 1,36
3219
FR0000039216 ALTAREIT
B482
482
482
482
1
FR0011051598 AMOEBAg
C 3,075 3,1
3
3,005- 2,44
18416
FR0013258589 ANTALIS
B 1,078 1,078
1,05
1,05 - 2,6
13020
FR0010481960 ARGANg
B 43,3 43,6
43
43
- 1,83
4220
FR0012185536 ARTEA
C
12,1
5050 + 2,23
FR0000076952 ARTOIS
A5050 5050 5050
1
FR0011992700 ATEME
C 11,08 11,48 10,44
10,44 - 4,57
22342
FR0000061780 AUGROS CP
C 6,55 6,55
6,55
6,55 - 6,43
553
FR0013183589 AURES TECH.
C 30,5 30,5
27,5
28,15 - 7,71
7453
FR0011800218 AWOXg
1,125 1,18
1,09
1,1 - 2,22
16589
FR0000064123 BACCARAT
B
220
MC0000031187 BAINS MONACO
B 47,4 49,1
47,4
49,1 + 0,41
24
FR0013258399 BALYO
C 3,12
3,12
2,9
2,91 - 7,03
78872
FR0000062788 BARBARA BUI
C
6,95
FR0000035370 BASTIDE
C 33
33,1
31,55
32
- 3,32
13877
FR0000062150 BLEECKER
C
105
FR0011592104 BLUE SOLUTIONSg
16,4
16,4
16,4
16,4
20
FR0004548873 BOURBONGg
A 4,14
4,185
4,065
4,185
52993
FR0000074254 BOURSE DIRECT
C 1,13
1,13
1,12
1,13 - 0,88
1336
FR0000078958 BUSINESS ET DEC.g
C 7,91
7,91
7,9
7,9 - 0,25
76
FR0010151589 CAFOM
C 5,85 5,95
5,8
5,8 - 3,33
3001
FR0012969095 CAPELLI
39,1
39,5
36
37,7 - 3,58
3019
FR0000064156 CARP.DE PARTIC.
C
45,6
FR0000072894 CASTg
C 3,75
3,75
3,7
3,7 - 1,33
7382
FR0000064446 CATERING INTER.g
B 9,98 10
9,84
9,92 - 0,6
2800
FR0010193979 CBO TERRITORIAg
C 3,37
3,37
3,31
3,33 - 0,89
24217
FR0000078339 CCA INTERN.
C
4,99
FR0000053506 CEGEDIMg
B 23,8 24
23,1
23,5 - 2,08
13571
FR0010309096 CEGEREALg
B 35,6
35,6
35,4
35,4 - 0,56
526
FR0012633360 CELLNOVOg
C 1,412 1,438 1,294
1,364- 5,15 123539
FR0012616852 CERENISg
B 0,56 0,59
0,48
0,506- 4,89 756331
FR0000037475 CFI
C
1,73
FR0000060907 CHAUSSERIA SA
C
7,7
FR0000054322 CIBOX INTER.g
C 0,11
0,114
0,108
0,112 - 0,89 298855
FR0000060824 CLAYEUXg
C
0,3
FR0000053399 CNIMg
B 93,4 93,4
92
92
- 1,92
300
FR0013335742 COGELEC
C 7,8
7,8
7,2
7,2 - 8,86
4412
FR0004031763 COHERISg
C 1,695 1,7
1,685
1,69 - 0,3
2994
FR0000065393 COURTOIS
C 136
136
136
136
- 0,73
6
FR0000044323 CR ALPES PROV.
C 110,2 111,2
110,04 110,06 - 0,49
253
FR0000185506 CR ATL. VENDÉE
C 136,12 136,98 136
136,4 + 0,22
735
FR0010483768 CR BRIE PICARD.
B 26,335 26,35 25,9
26,165+ 0,02
11448
FR0000045213 CR ILLE VILAINE
C102,04 102,96 102,02 102,4 + 0,37
186
FR0010461053 CR LANGUEDOC
C 75
75,3
75
75,3 + 0,07
4739
FR0000045239 CR LOIRE HTE-LOIRE C 92,7
93,2
92,44
92,8 + 0,11
807
FR0000045551 CR MORBIHAN
C 85,52 85,52 85,52
85,52 + 0,01
41
FR0000185514 CR NORD FRANCE
B 23,35 23,35 23,15
23,15 - 0,64 40444
FR0000044364 CR NORM. SEINE
C 131,54 132,9
131,52 132,8 + 0,97
721
FR0000045528 CR PARIS IDF
B 90,5 90,6
90,4
90,4 - 0,17
493
FR0000045346 CR RHÔNE-ALPES
C 197,86 199,38 197,84 197,84
116
FR0000045544 CR TOULOUSE
C 114,44 115,2
114,42
115,2 + 0,68
854
FR0000045304 CR TOUR. POITOU
C 110,54 111,5
110,52
111 + 0,43
3034
FR0000050395 CROSSWOOD
C
4,08
FR0007317813 CS-COM. ET SYST.g
C 4,93 4,93
4,64
4,64 - 5,88
7446
FR0011026749 DALETg
C 12,4
12,4
12,1
12,1 - 2,42
650
FR0000036774 DANE-ELEC MEMORYg C
0,56
FR0010879056 DEINOVE
1,7
1,7
1,49
1,52 - 10,59 170548
FR0013283108 DELTA PLUS GROUP B 37,4
37,4
35
35
- 5,41
2040
FR0000035784 DIGIGRAM
C
0,715
FR0012202497 DMS
C 0,71
0,71
0,7
0,708
20724
FR0000065260 DOCKS PÉTROLES A C480 480
480
480
- 4
3
FR0010099515 ECAg
C 11,4
11,6
11,2
11,2 - 1,75
4320
FR0000072373 EGIDEg
C 1,495 1,495 1,4
1,4 - 6,98
67667
FR0000031023 ELECT. STRASBOURG B106
106
102,5
103
- 3,29
348
FR0012650166 ELECTRO POWERg
C 12,45 12,65
12,1
12,3
9133
FR0004030708 ENCRES DUBUITg
C 5,4
5,4
5,36
5,4
2981
FR0000120669 ESSOg
B 35,15 35,15
34,55
35
- 0,43
1155
FR0000061475 EURASIA FONC INV
C
0,246
FR0000075343 EUROMEDIS GROUPEg C 6,75
6,75
6,7
6,7 - 0,74
151
FR0010490920 EUROPACORPg
C 1,24
1,25
1,205
1,225 - 4,3
32300
FR0000064164 EXACOMPTA CLAIREF. C104
102
- 2,86
104
102
170
FR0000037343 EXPL. PROD. CHIM.
C
845
FR0000039026 EXPL. PROD. CHIM.
C
865
FR0000062341 F.I.E.B.M.
C 5,8
5,8
5,8
5,8 - 4,92
1200
FR0000062507 F.I.E.B.M.
C
110
FR0000038184 F.I.P.P.
C 0,256 0,296 0,256
0,295 - 1,01
71056
FR0000063034 FAUVET-GIREL g
C
32,2
FR0011271600 FERMENTALGg
3,035 3,035 2,85
2,87 - 5,28
19142
FR0000062101 FERMIÈRE CANNES
B1420 1420
1420
1420
- 2,07
3
FR0000061418 FIDUCIAL OFFICE
C 28,4 28,4
28,4
28,4
1
FR0000060535 FIDUCIAL RE
B 171
171
170
170
41
FR0000076986 FIN. MONCEY
A
5450
FR0000035123 FINATIS
B 41,6
41,6
41,6
41,6 - 0,95
7
FR0000074759 FLEURY MICHON
B 41
41,3
40
40,6 - 1,46
1290
FR0000065930 FONCIÈRE 7 INV.
C
2,08
FR0000064362 FONCIÈRE ATLAND
C 113
113
112
112
- 0,89
4
FR0000038499 FONCIÈRE EURIS
B 30
30
30
30
935
FR0010341032 FONCIÈRE INEA
B 39,7
39,7
38,9
39
- 1,02
741
FR0011277391 FONCIÈRE PARIS NORD C 0,032 0,032 0,032
0,032- 0,63
2000
FR0000063265 FONCIÈRE R-PARIS
C
34,97
FR0000053944 FONCIÈRE VOLTA
C
4,12
FR0013030152 FRANÇAISE ENERGIE C 10,6
10,85 10,5
10,8 + 1,89
4150
FR0010588079 FREY
B 28,2
28,2
28,2
28,2
98
FR0000031973 FSDV
C
36
FR0000030611 GALIMMO
C 24,2 24,2
24,2
24,2
1
FR0000034894 GAUMONT
B 119
119
113
118,5 - 2,47
987
FR0000053035 GEA
C 89
89
82,2
82,8 - 7,18
201
FR0010501692 GENERIXg
C 3,32
3,34
3,28
3,28 - 1,21
2284
FR0011799907 GENOMIC VISIONg
0,423 0,423 0,394
0,403- 5,18 274216
FR0000061459 GÉRARD PERRIER
C 48,7
49,8
48,7
49,8 + 2,47
67
FR0004038099 GFI INFORMATIQUEg B 10,5
10,5
10,5
10,5
49532
FR0000065971 GRAINES VOLTZ
C 35,8 38
35,8
38
+ 5,56
154
FR0000124232 GROUPE IRD
C 25,8
25,8
25,8
25,8
22
FR0004010338 GROUPE JAJ
C
1,54
FR0004050300 GROUPE OPENg
C 20,8 20,8
18,9
19,42 - 8,61
25272
FR0010214064 GROUPE PIZZORNO
C 15,05 15,05 14,4
14,4 - 4
897
FR0004155000 GROUPE SFPIg
C 2,31
2,31
2,19
2,23 - 3,88
50313
FR0000032526 GUERBETg
B 56,7
56,7
55
55,2 - 2,99
1446
FR0000066722 GUILLEMOT CORP.g
C 3,56 3,56
3,3
3,4 - 4,23
24561
FR0004035061 GUY DEGRENNE
C 0,214 0,214 0,21
0,21 - 1,87
113
FR0000038531 HF COMPANYg
C 5,92
5,92
5,58
5,72 - 3,38
2632
FR0012821916 HIPAY GROUP
C 10,3
10,6
10,3
10,6 + 2,42
377
FR0000065278 HOPSCOTCH GROUPEg C 6,5
6,5
6,38
6,38 - 1,85
1137
FR0000051393 IDI
B 39,6
39,9
39,3
39,3 - 1,5
1037
FR0000030827 IGE + XAOg
C 133
134
131
133
+ 1,92
747
FR0000033243 IMMO. DASSAULT
B 53
53
53
53
20
FR0000036980 IMMO. HÔTELIÈRE
C
1,04
FR0000066219 IND. FIN. ENT.
C
60
FR0000071797 INFOTELg
C 40,85 40,85 39,75
40
- 1,72
7962
FR0000064297 INNELEC MULT.g
C 5,28 5,28
5,04
5,1 - 3,41
2722
FR0000060451 INSTALLUX SA
C320 320
320
320
- 4,76
15
FR0000064958 INTEXA
C
2,36
FR0013233012 INVENTIVA
B 6,1
6,14
6
6,06 + 1
4956
FR0000072597 IT LINKg
C 6,54 6,54
6,28
6,44 - 1,23
1667
FR0004026151 ITESOFTg
C 3,62
3,62
3,54
3,54 - 2,21
2226
FR0000073843 ITS GROUPg
C 4,5
4,5
4,48
4,48 - 0,44
112
FR0012872141 JACQUES BOGART
C 5,38 5,38
5,22
5,32 - 0,75
5584
FR0004029411 KEYRUSg
C 5
5
4,66
4,8 - 4,38
11364
FR0000039638 LA FONCIÈREVERTE C
57
FR0000066607 LACROIX SA
C 19,3
19,3
19
19
- 1,55
273
FR0000035263 LAFUMA
C 22,6
22,6
21
21
- 8,7
287
FR0004027068 LANSON-BCC
B 30,2 30,2
29,8
30,2
859
FR0006864484 LAURENT-PERRIER
B 94,4 94,6
93,8
93,8 - 0,64
462
FR0000075673 LE TANNEURg
C
1,95
FR0000121295 LEBON
C 127,5 128
125,5
125,5 - 0,79
164
FR0004165801 LES HÔTELS DE PARIS C
2,5
FR0004023208 LES NX CONSTR.
B 37,7
38,5
36,8
37,1 - 1,85
377
FR0000033599 LEXIBOOKg
C
0,882 + 0,43
FR0000121352 LOCINDUS
B 24,9 25
24,9
25 + 0,4
319
FR0000030074 MALTERIES FR-B
C605 610
605
610
+ 0,83
92
FR0000032302 MANUTAN INTER.g
B 60,4 60,4
58,6
59
- 1,67
1018
FR0000051070 MAUREL & PROMG
A 3,655 3,675 3,475
3,545 - 5,59 269962
FR0011742329 MCPHY ENERGYg
3,9
3,9
3,69
3,71 - 4,87
16139
FR0000061244 MECELEC
C 1,46
1,46
1,355
1,4 - 4,11
6390
FR0000052623 MEDASYSg
C 0,312 0,312
0,292
0,295- 3,28
41267
FR0000064404 MÉDIA 6
C 13,95 13,95
13,2
13,75 - 1,43
648
FR0004065605 MEDINCELL
C 7,05
7,15
7
7
220
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
ISIN
FR0010298620
FR0000077570
FR0000064180
FR0004034320
FR0000060196
FR0000037970
FR0011341205
FR0013018041
FR0000120560
FR0004050250
FR0012789386
FR0010298901
FR0010428771
FR0000075392
FR0013190410
FR0010609206
FR0013318813
FR0010263202
FR0000038465
FR0011027135
FR0000053514
FR0000066441
FR0012432516
FR0000060832
FR0004044600
FR0012613610
FR0010380626
FR0010211615
FR0000044471
FR0000075954
FR0000039091
FR0013344173
FR0000060071
FR0000060121
FR0006239109
FR0000039109
FR0004175842
FR0011950682
FR0000060790
FR0000074122
FR0013214145
FR0004016699
FR0010209809
FR0000072563
FR0000078321
FR0000038804
FR0000075517
FR0000065864
FR0000131732
FR0000063307
FR0004529147
FR0013295789
VALEUR
OUV
+HT +BS
MEMSCAPg
C 1,97
1,97
1,91
MICROPOLEg
C 0,85 0,9
0,842
MOUL. STRASBOURG C
MR BRICOLAGE SA
B 8,1
8,1
8
MRM
C 1,45
1,45
1,45
MUSÉE GRÉVIN
C
NANOBIOTIXg
B 12,96 12,96 12,01
NAVYA
B 2,8
2,8
2,67
NEOPOSTG
A 25,6
25,6
24,8
NEURONESg
B 20
20
19,5
NEXTSTAGE
C 95
95
92
OFFICIIS PROPERTIESg C 0,875 0,89
0,875
OL GROUPEg
C 2,72
2,73
2,65
ORAPIg
C 6,1
6,1
6
ORCHESTRA-PRE.
C 0,59 0,604 0,554
OREGE
2,74
2,74
2,5
PARAGON ID
C 15
15
14,76
PAREFg
C
PASSAT
C 3,69 3,69
3,59
PATRIMOINE & COM
B 14,4
14,5
14
PCAS g
C 13
13
13
POUJOULAT
C 35,2
35,2
35,2
POXELg
C 5,67
5,67
5,43
PRECIA g
C188
188
184
PRISMAFLEXg
C 11,15 11,4
10,5
PRODWAYS GROUP
B 3,1
3,1
2,98
PROLOGUEg
C 0,4
0,412
0,381
QUOTIUM TECH.
C
RAMSAY GDS
A 19,3
19,3
19
RIBERg
C 1,866 1,866 1,742
ROBERTET SA
B 516
520
508
ROCHE BOBOIS
B 19,7
19,7
19,2
S.A.M.S.E.
B 132
132
132
SABETON
C 22
22
20,2
SCBSMg
C 6,3
6,55
6,2
SÉCHÉ ENV.g
B 27,8
27,8
27,4
SELECTIRENTE
C 86,5 86,5
86
SERGEFERRARI GROUP C 7,04 7,08
7,02
SIGNAUX GIROD
C 13,9
14
13,05
SII
C 21,7
21,7
21
SMCP
A 16,45 16,514 15,23
SMTPCg
B 17,92 18,46
17,1
SOC. FR. CASINOS
C
SODIFRANCE
C
SODITECH ING.
C
SOFIBUS
C170
170
170
SOFT COMPUTINGg C 14,9
14,9
14
C 18,65 18,65
18
SOGECLAIRg
SPIR COM.
C 2,5
2,5
2,48
TAYNINH
C
TESSIg
B 124
124
120
TFF GROUP
B 38,505 38,995 37,75
CLÔT ÉCART VOL
1,915 - 2,79
8038
0,886+ 5,23 107006
645
8
- 1,24
1,45 + 0,69
270
1379
69
12,03 - 6,31
2,68 - 3,94
24,94 - 2,58
19,5 - 2,5
95
0,89 + 1,71
2,71 - 0,73
6
- 1,64
0,554 - 7,67
2,73 - 0,37
15
105467
6140
132515
887
451
811
35442
1946
36256
2494
45
78
3,68
14
13
35,2
5,46
184
10,8
3,02
0,4
5895
- 2,78
1588
418
1
- 4,38
68301
- 3,16
50
- 3,14
1670
- 2,89
44379
- 3,03 370804
21
19
- 1,55
1,78 - 4,61
520
- 1,89
19,2 - 2,54
132
20,2 - 8,18
6,55 + 3,15
27,5 - 0,72
86
- 0,58
7,08 + 0,86
13,1 - 3,68
21,3 - 1,84
15,372 - 7,46
17,7
489
44732
2395
512
115
643
11396
2385
1728
71
2748
2448
132173
2485
1,91
17,6
0,81
170
14,2
18,15
2,48
- 3,41
- 4,7
- 2,16
- 0,8
120
644
1151
460
122
- 1,61
37,75 - 1,96
514
3169
1,36
ISIN
FR0004037182
FR0000066482
FR0000060949
FR0000064388
FR0000039240
FR0000036816
FR0010127662
FR0000054215
FR0000034548
FR0000074197
FR0000062465
FR0004186856
FR0000066680
FR0000050049
FR0000035719
FR0000065765
FR0004183960
FR0011995588
FR0004034072
FR0011471291
VALEUR
THERMOCOMPACTg
TIPIAK
TIVOLY
TONNA ELECT.
TOUPARGEL GROUPE
TOUR EIFFEL
TXCELLg
UNIBEL
UNION FIN. FR. BQUE g
UTIg
VERNEUIL PART.
VETOQUINOLg
VIDELIO (EX:IEC)
VIEL ET CIEg
VIKTORIA INVESTg
VISIODENTg
VOLUNTIS
VOLTALIA
XILAM ANIMATIONg
YMAGISg
OUV
C
C
C
C
C
B
+HT
+BS
US7427181091
LU0934195610
US9098831004
CH0008175645
GA0000121459
US91912E1055
BMG9887P1068
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
CLÔT
ÉCART VOL
35,5
73,5
30,8
73,5
30,8
73,5
30
73,5 - 5,77
30
- 2,6
2,86
40,9
2,86
41
2,76
40,1
2,76 - 3,5
40,4 - 1,22
100
378
1062
2101
APERAM
BENI STABILI
CELYAD
CNOVA NV
DEXIA
EURONEXT
MAINSTAY MEDICAL
MONTEA CVA
NOKIAR
RENTABILIWEB GPg
ROBECO NV
ROLINCO
23,1
23,2
0,588 0,588
21,8
0,53
21,8 - 5,63
0,54 - 8,48
48,3 48,6
1,82
1,82
4,22 4,35
3,02 3,02
47,7
1,8
4,19
3,02
48,2 - 0,62
1,8 - 1,1
4,33 - 0,46
3,02
5,601 5,601
7,82
7,91
34,5
35,55
1,5
1,5
5,5
7,65
32,75
1,4
5,5
7,76
34,75
1,4
ISIN
FR0010641449
FR0010397760
FR0012788065
FR0012816825
FR0011053636
FR0011648716
FR0010907956
FR0000035818
FR0004166197
FR0000044810
FR0010342329
FR0012819381
FR0013204070
FR0000077562
FR0004153930
FR0010458729
FR0004155687
FR0011584549
FR0004032746
FR0004171346
FR0000064529
FR0000061608
FR0004197747
FR0013263878
FR0004155240
FR0004045847
10209
5999
2
567
694
1301
829
2,2
- 0,2
- 1,9
- 0,71
- 6,67
191
19630
13580
15781
A 24,8
0,71
C 21
A 4,1
C 4,01
A 50,7
2,74
58,6
A 4,75
C
24,8
0,71
21,04
4,1
4,01
50,7
2,74
58,6
4,846
23,86
0,71
18,26
4
3,93
48,7
2,72
57,8
4,711
24,32 - 2,17
0,71 - 2
72
18,66 - 11,9
67794
4,06 - 0,98
584
4
- 1,48
6012
48,9 - 4,02
97951
2,72 + 0,74
300
58,6
4,805+ 0,73 3851077
B 65,5 65,5
C
B
113
113
C
31,23 31,23
C
B 3,96
- 1,21
139
- 3,24
+ 4,58
505
59,13
19,91
C
A 138,5
48,2
139,5
133
134,5
11,17
C
VALEUR
AGROGENERATION
AUPLATA
BIOCORP
BIOPHYTIS
BLOCKCHAIN GROUP
CARBIO
CARMAT
ESKER
EVOLIS
EUROPLASMA
GAUSSIN
GROUPE GUILLIN
GROUPE PAROT
HIOLLE INDUSTRIES
HYBRIGENICS
IMPLANET
MASTRAD
MNDg
NEOVACS
NEXTEDIA
NSC GROUPE
PISCINES DESJOYAUX
THERADIAG
UMANIS
VERGNET
VOY. DU MONDE
0,02
OUV
0,135
0,062
7,96
1,566
0,193
6
20,75
58,5
23,2
0,079
0,236
16,42
5,42
4,38
0,121
0,165
0,397
1,45
0,209
0,665
+HT
0,138
0,063
7,98
1,566
0,196
6
21,35
60,5
23,2
0,096
0,236
16,54
5,42
4,4
0,158
0,165
0,397
1,45
0,209
0,665
+BS
0,121
0,059
7,76
1,502
0,182
5,6
20,75
58,5
22,6
0,078
0,22
16,1
5,32
4,3
0,114
0,159
0,325
1,29
0,203
0,632
CLÔT ÉCART VOL
0,124 - 8,15 505549
0,059- 4,5 4272998
7,9 - 0,75
933
1,538- 1,66
46394
0,19 - 3,16
176885
5,71 - 5,46
11225
21,1 + 0,48
12306
59 + 0,86
22393
22,6 - 3,42
621
0,088+ 6,5410773620
0,225- 5,86 1652186
16,42 - 0,61
14482
5,42 + 0,37
601
4,4
4484
0,129+ 7,5 9512248
0,163+ 3,17
50688
0,325- 18,75
55077
1,33 - 8,02
261711
0,205- 3,77 927560
0,632- 4,82
24501
78
11
11
10,2
1,04
1,05
0,97
8,92 8,94
8,78
0,258 0,258 0,241
104
104
99,6
INVESTIR 10 GRANDES VALEURS
INVESTIR PEA PALATINE
65,5
10,25 - 6,82
1,045- 0,48
8,78 - 1,57
0,241- 6,41
100,5 - 3,37
1022
8729
1736
49857
1787
65,5
INVESTIR 10
I10GS - FR0011630474
FR0013284114
113.42
90.69
-3,64
-1,24
31
690
92,5
110,5
111,5
- 3,88
1190
31,225 - 0,87
98,5 + 0,99
34
4,02
31,225
750
3,96
3,96
3,96
48
C
81,4
CERTIFICAT/FONDS
38,64
AGTA RECORD
BRAS. OUEST AFR.
BRASS. CAMEROUN
CATERPILLAR INC.
CFOA
DIAGEO
LILLY AND CO
FORESTIÈRE EQ.
GENEUROg
HEXCEL
INFOSYS
MAROC TELECOM
MERCK AND CO INC
81,4
8,98
38,29
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
CH0008853209
SN0008626971
CM0000035113
US1491231015
SN0000033192
GB0002374006
US5324571083
CI0000053161
CH0308403085
US4282911084
US4567881085
MA0000011488
US58933Y1055
81,6
EURONEXT GROWTH (Sélection)
735
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
LU0569974404
IT0001389631
BE0974260896
NL0010949392
BE0974290224
NL0006294274
IE00BJYS1G50
BE0003853703
FI0009000681
BE0946620946
NL0000289783
NL0000289817
81,4
0,41
2,58
A
B
C
C
B
C
C
C
C
C
B
C
PROCTER & GAMBLE
RORENTO CDH
RUSAL PLC
TELEVERBIER
TOTAL GABON
VALE SA
ZCI LIMITED
23
- 13,79
15,2
12,8
68
13
68
12,8
68
12,95
68
- 2,16
1790
594
TAUX ET CHANGES
CHANGES : COURS AU COMPTANT
COURS
BCE
VAR.
VEILLE
EN %
VAR.
ANNÉE
EN %
DOLLAR US
1,1373
LIVRE STERLING
0,8902
FRANC SUISSE
1,1291
COURONNE DANOISE
7,4644
COURONNE NORV.
9,7069
KUNA CROATE
7,3928
COURONNE SUEDOISE
10,2428
DOLLAR CANADIEN
1,5253
YEN JAPONAIS
127,915
DOLLAR AUSTRALIEN
1,5766
ROUBLE RUSSE
76,19
ROUPIE INDIENNE
80,5499
DOLLAR NEO-ZELANDAIS 1,6548
COURONNE TCHEQUE
25,8774
FORINT HONGROIS
323,215
ZLOTY POLONAIS
4,2794
LEV BULGARE
1,9566
DOLLAR HONG-KONG
8,8859
WON SUD COREEN
1277,3118
PESO MEXICAIN
23,2183
REAL
4,4411
DOLLAR SINGAPOUR
1,5589
RAND SUD-AFRICAIN
16,0669
LIVRE TURQUE
6,0745
RENMIBI YUAN
7,8295
RUPIAH
16617,6546
PESO PHILIPPIN
60,0582
RINGGIT MALAIS
4,7413
BATH THALANDAIS
37,4319
0,22
-0,07
-0,29
0,02
0,63
-0,11
0,55
0,62
-0,37
1,01
0,77
0,48
0,59
-0,16
-0,10
-0,07
0,05
0,22
1,14
-0,21
1,18
0,50
2,25
0,54
0,63
1,46
0,33
0,59
0,73
-5,27
0,33
-3,48
0,23
-1,46
-0,53
4,29
1,05
-5,52
2,53
10,16
5,07
-2,15
1,32
4,01
2,48
0,03
-5,28
-0,28
-1,63
11,71
-2,92
8,12
33,37
0,31
2,18
0,06
-2,86
-4,25
06-12-2018
1 EURO EN DEVISE
PRINCIPAUX TAUX DIRECTEURS
PAYS
TAUX DE RÉFÉRENCE
TAUX EN %
EUR
EUR
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY
CAD
USD
1
1,1373
0,8902
1,1291
10,2428
7,4644
1,2792
1,5253
GBP
CHF
0,8793
1,1233
1
1,2779
0,7825
1
0,9925
1,2686
9,0038 11,5066
6,561
8,3844
1,1246 143,7114
1,3418
1,7148
0,8857
1,0075
0,7883
1
9,0705
6,6093
113,3
1,3517
MARCHÉ OBLIGATAIRE
TAUX MARCHÉS MONÉTAIRES ET EURODEVISES
COURS DE CHANGES CROISÉS
06-12-2018
SEK
DKK
0,0976
0,1111
0,0869
0,1102
1
0,7287
12,4895
0,149
0,134
0,1524
0,1193
0,1513
1,3723
1
0,1714
20,4516
JPY (100)
CAD
0,7818
0,8892
0,6958
0,8826
0,0801
5,8342
1
1,1936
0,6556
0,7453
0,5832
0,7398
6,7104
4,8896
0,8378
1
06-12-2018
MARCHÉS MONÉTAIRES
1 MOIS
3 MOIS
JOUR
6 MOIS
1 AN
ZONE EURO-0,34/-0,64-0,44/-0,74 -0,21/-0,51 -0,10/-0,40 -0,09/-0,39
ECARTS DE TAUX AVEC L’ALLEMAGNE
06-12-2018
6 MOIS
ALLEMAGNE 100,35
PORTUGAL
-0,35
FRANCE
-0,08
ESPAGNE
-0,14
ITALIE
-0,40
2 ANS
5 ANS
7 ANS
10 ANS
-0,65
0,47
0,09
0,40
1,23
-0,34
0,92
0,18
0,59
1,98
-0,09
1,34
0,26
0,91
2,58
0,20
1,60
0,42
1,19
2,76
EUROMTS
INDICE
FRANCE
1-3 ANS
5-7 ANS
10-15 ANS
PLUS 15 ANS
PLUS 25 ANS
EMTXI-BE
249,75 0.00 248,89 0.35
171,01 0.32 171,84 1.36
235,35 -0.06 236,20 -0.30
284,98 0.07 284,90 0.09
335,39 0.24 327,74 2.09
345,62 0.40 332,52 3.52
233,90 -0.07 234,24 -0.08
VAR %
31/12 VAR %
COURS A TERME DE L’EURO CONTRE LES PRINCIPALES DEVISES
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY (100)
CAD
1,1376
1,1376
0,8902
0,8903
1,1290
1,1291
10,2377
10,2477
7,4619
7,4652
127,8900
127,9400
1,5262
1,5264
0,0001
-0,0001
-0,0003
-0,0007
-0,0009
-0,0013
0,0169
0,0210
0,0011
0,0025
0,2281
0,2341
-0,0004
-0,0007
-0,0056
-0,0058
0,0001
-0,0026
-0,0002
-0,0006
0,0153
0,0196
0,0037
0,0055
0,1930
0,1875
-0,0062
-0,0066
-0,0148
-0,0151
-0,0054
-0,0059
0,0010
0,0004
0,0116
0,0149
0,0081
0,0081
0,1676
0,1606
-0,0156
-0,0162
-0,0340
-0,0343
-0,0120
-0,0127
0,0035
0,0026
0,0000
-0,0013
0,0167
0,0162
0,1485
0,1165
-0,0362
-0,0371
06-12-2018
COMPTANT
ACHAT
VENTE
A 1 MOIS
ACHAT
VENTE
A 3 MOIS
ACHAT
VENTE
A 6 MOIS
ACHAT
VENTE
A 12 MOIS
ACHAT
VENTE
BCE
TAUX PRET MARGINAL 0.25 %
taux repO (refi)
0.00 %
taux depOt
-0.40 %
ROYAUME UNI TAUX JOUR LE JOUR
0.45 %
taux de base
0.75 %
USA
TAUX JOUR LE JOUR
2.08 %
fOnds federaux
2.25 %
2 ans
2.84 %
10 ans
2.99 %
JAPON
BOJ TOKYO
-0.10 %
taux JOur le JOur
-0.15 %
taux repO (refi)
-0.10 %
10 ans
0.01 %
TAUX BONS DU TRÉSOR
BTF
TAUX
1 MOIS
3 MOIS
6 MOIS
9 MOIS
1 AN
2 ANS
5 ANS
10 ANS
-0,81
-0,67
-0,64
-0,65
-0,58
-0,48
0,00
0,67
INDICES DE RÉFÉRENCE DES EMPRUNTS À TAUX VARIABLES
MOY.
MENS.
OCT. 16
NOV. 16
DÉC. 16
JANV. 17
FÉV. 17
MARS 17
AVR. 17
MAI 17
JUIN 17
JUIL. 17
AOÛT 17
SEPT. 17
OCT. 17
NOV. 17
DÉC. 17
JANV. 18
FÉV. 18
MARS 18
AVR. 18
MAI 18
JUIN 18
JUIL. 18
AOÛT 18
SEPT. 18
OCT. 18
NOV. 18
TMM
EURIBOR
1 MOIS
3 MOIS
-0,3462
-0,3486
-0,3501
-0,3511
-0,353
-0,3532
-0,3563
-0,3585
-0,3569
-0,359
-0,3561
-0,3573
-0,3589
-0,3513
-0,3411
-0,3614
-0,3649
-0,3628
-0,3648
-0,3628
-0,3614
-0,3636
-0,359
-0,3609
-0,3662
-0,3614
-0,371
-0,373
-0,373
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,373
-0,373
-0,373
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,369
-0,369
-0,37
-0,371
-0,372
-0,371
-0,37
-0,37
-0,369
-0,371
-0,37
-0,369
-0,309
-0,313
-0,313
-0,325
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,33
-0,33
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,328
-0,328
-0,329
-0,328
-0,329
-0,326
-0,322
-0,321
-0,319
-0,319
-0,318
-0,316
TME
0,36
0,70
0,80
0,91
1,11
1,10
0,97
0,87
0,71
0,89
0,78
0,77
0,77
0,65
0,62
0,82
0,97
0,85
0,80
0,83
0,83
0,68
0,73
0,79
0,86
0,81
SOURCE CDC IXIS
TMOR.
PUB. PRIV.
MOY.
EONIA
EURIBOR
TEC
HEBDO
1 MOIS 3 MOIS 10
THE
0,56
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
31-10
01-11
02-11
05-11
06-11
07-11
08-11
09-11
12-11
13-11
14-11
15-11
16-11
19-11
20-11
21-11
22-11
23-11
26-11
27-11
28-11
29-11
30-11
03-12
04-12
05-12
06-12
0,81
0,81
0,82
0,82
0,82
0,82
0,82
0,87
0,87
0,87
0,87
0,87
0,79
0,79
0,79
0,79
0,79
0,80
0,80
0,80
0,80
0,80
0,76
0,76
0,76
0,76
0,76
0,56
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
1,17
1,05
1,00
1,03
1,03
0,88
0,93
0,99
1,06
1,01
-0,37
-0,366
-0,341
-0,362
-0,362
-0,362
-0,362
-0,362
-0,361
-0,361
-0,36
-0,362
-0,36
-0,362
-0,362
-0,362
-0,362
-0,363
-0,362
-0,362
-0,362
-0,362
-0,365
-0,349
-0,349
-0,355
-0,369
-0,369
-0,369
-0,368
-0,368
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,371
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,369
-0,368
-0,369
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,367
-0,367
-0,318
-0,318
-0,318
-0,318
-0,318
-0,317
-0,317
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
0,75
0,77
0,77
0,79
0,78
0,79
0,82
0,80
0,77
0,77
0,77
0,74
0,76
0,78
0,77
0,77
0,75
0,73
0,73
0,73
0,71
0,71
0,69
0,70
0,68
0,66
0,66
THOR.
PUB.
PRIV.
1,01
1,01
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,07
1,07
1,07
1,07
1,07
0,99
0,99
0,99
0,99
0,99
1,00
1,00
1,00
1,00
1,00
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
1,01
1,01
1,02
1,02
1,02
1,02
1,02
1,07
1,07
1,07
1,07
1,07
0,99
0,99
0,99
0,99
0,99
1,00
1,00
1,00
1,00
1,00
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
MATIÈRES PREMIÈRES
MÉTAUX PRÉCIEUX
MÉTAUX NON FERREUX
MÉTAUX STRATÉGIQUES
PARIS
OR (EUROS CPROR/*COURS HEBDO)
06/12
05/12
COURS PRIME PREC.
LINGOT
0
35750
35470
10 FLORINS
214,9
0,14
214,9
5 DOLLARS*
310
16,22
310
10 DOLLARS
595
11,53
595
20 DOLLARS
1178
10,37 1168,75
5 ROUBLES*
0
-100
0
50 PESOS
1320,5
-0,72
1327
LATINE
202,5
-1,67
204
NAPOLEON
212
2,94
209,7
1/2 NAPOLEON* 121
17,51
114,8
SOUVERAIN ELI I* 269,7
3,87
269,7
SOUVERAIN
261,9
0,87
259
1/2 SOUVERAIN* 134
3,22
134
SUISSE
205,8
-0,07
211
TUNISIENNE*
205
-0,46
205
MARK*
260
2,38
267
KRUGERRAND
1160
5,15
1160
LINGOTIN 500GRS 18150
2,34
18100
LINGOTIN 250GRS 9080
2,4
9040
LINGOTIN 100GRS 3650
2,9
3650
ARGENT C3E (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
489,21
491,91
CUIVRE (GIRM):
LONDRES
(EN DOLLARS)
PALLADIUM (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
34 617
35 427
FIX2
34 556
35 518
PLATINE (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
22 426
22 606
FIX2
22 302
22 471
LONDON BULLION MARKET
06/12
05/12
ARGENT (EN CENTS PAR OZ)
FIXAGE
1 440
1 446
OR (EN DOLLARS PAR OZ)
FIX
1 243
1 236
PALLADIUM (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
1 221
1 255
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
788
794
NEW YORK
ARGENT (EN CENTS PAR ONCE)
SETTLEMENT
06/12
DÉC. 18
14,4
JANV. 19
14,43
MARS 19
14,52
MAI 19
14,57
JUIL. 19
14,7
OR (EN DOLLARS PAR ONCE)
SETTLEMENT
SETTLEMENT
05/12
14,47
14,47
14,57
14,68
14,77
SETTLEMENT
06/12
DÉC. 18
1242,5
AVR. 19
1253,7
JUIN 19
1260,1
AOUT 19
1265,6
DÉC. 19
1277,1
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE)
SETTLEMENT
DÉC. 18
JANV. 19
AVR. 19
JUIL. 19
OCT. 19
06/12
784,8
787,5
793,7
796
810
05/12
1237,3
1248,7
1254,7
1260,6
1273,1
SETTLEMENT
05/12
798,8
801,3
807,2
812,8
822,5
CATHODES : 5570 A COMPTER DU 06/12/
AUTRES DEMI PRODUITS CUIVREUX :
BASE CUIVRE
637,72 DEPUIS LE 06/12
BASE LAMINÉ LAITON 1 TITRE 540,64 DEPUIS LE 06/12
BASE LAMINÉ LAITON 70/30
549,47 DEPUIS LE 06/12
BASE LAMINÉ LAITON 85/15
593,59 DEPUIS LE 06/12
BASE LAMINÉ BRONZE 94/6
724,68 DEPUIS LE 06/12
BASE LAMINÉ BRONZE 94/4
695,69 DEPUIS LE 06/12
LONDON METAL EXCHANGE
06/12
05/12
ALLIAGE D`ALUMIN. (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
1400-1410
1400-1410
12320
1400-1410
1400-1410
12380
ALUMINIUM (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
1966-1966,5
1970-1970,5
1045250
1984,5-1985
1979,5-1980,5
1046275
CUIVRE (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
STOCKS
6161-6162
6167-6169
128200
6277-6278
6277-6278
130175
ETAIN (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
19175-19200
19125-19150
3010
19100-19110
19075-19125
3035
11015-11020
11100-11110
211284
ÉLECTRICITÉ
ICE
(EN GBP PAR MWH)
CLÔTURE
06/12
BASE
40,69
POINTE
46,28
ICE FUTURES
(EN GBP PAR MWH)
CLÔTURE
11260-11265
11325-11350
212796
PLOMB (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
1975,5-1976
2000-2002
104850
1973-1974
1986-1987
104975
ZINC (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
2705-2705,5
2591-2591,5
110700
2739-2740
2610-2610,5
111750
NEW YORK
CUIVRE (EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
DÉC. 18
JANV. 19
FÉV. 19
MARS 19
06/12
2,71
2,71
2,72
2,72
05/12
2,77
2,77
2,77
2,77
VOL
497
590
234
58931
BASE JAN 19
BASE FEB 19
POINTE JAN 19
POINTE FEB 19
06/12
64,14
64,11
71,65
71,04
KUALA LUMPUR
SETTLEMENT SETTLEMENT
JOU R
06/12
19150
05/12
19150
VOL
CLÔTURE
05/12
40,69
46,28
CLÔTURE
05/12
64,14
64,11
71,65
71,04
VOL
364004
192492
VOL
5
5
CLÔTURE
CLÔTURE
AVR. 19
MAI 19
JUIN 19
JUIL. 19
AOUT 19
06/12
52,33
51,4
51,7
51,78
52,4
05/12
53,6
53,85
54,05
54,23
54,33
407
382
SINGAPOUR
GASOLINE 97
GAS OIL
FUEL OIL (180)
FUEL OIL (380)
63,4
69,47
439
407
63,43
69,85
447,5
415,5
ÉMISSION CO2
NYMEX EMISSIONS (EN EUROS PAR TONNE)
CLÔTURE
06/12
18,55
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
05/12
28,95
29
29,35
GAZ NATUREL
JANV. 19
FÉV. 19
MARS 19
06/12
4,34
4,22
3,9
CLÔTURE
VOL
05/12
4,45
4,31
3,98
CLÔTURE
05/12
23,89
VOL
VOL
20
7
8
4
SETTLEMENT SETTLEMENT
06/12
DEC 2018 23,88
JAN 2019 23,96
FEV 2019 23,68
05/12
24,42
24,51
24,18
05/12
81,11
82,71
77,13
CLÔTURE
CLÔTURE
VOL
06/12
05/12
DÉC. 18
1501
1523
MARS 19 1572
1571
MAI 19
1585
1584
JUIL. 19
1596
1595
SEPT. 19
1606
1605
NEW YORK (EN $ PAR TONNE)
3344
9053
3537
2288
702
DÉC. 18
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
DÉC. 19
06/12
2120
2132
2141
2168
2184
05/12
2083
2109
2123
2153
2166
VOL
1
10580
3464
512
329
SETTLEMENT SETTLEMENT
06/12
321,8
328,2
335,7
05/12
321,7
328,2
335,8
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
06/12
05/12
JANV. 19 1548
1557
4805
MARS 19 1566
1578
6512
MAI 19
1580
1593
1902
JUIL. 19
1596
1609
586
SEPT. 19
1613
1624
223
NEW YORK-ARABICA (EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
16762
1575
DÉC. 18
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
06/12
100
105,05
108,05
113,35
05/12
101,3
105,95
108,85
114,05
VOL
97
12665
5225
2008
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
JOU R
06/12
05/12
112,45
115,7
VOL
112.45
VOL
297
239
1
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
140
9
SETTLEMENT SETTLEMENT
06/12
167,5
171,5
175
VOL
05/12
169
172,5
175
203
VEAU VIVANT - BRESIL - BRL :
150.65
LE 05/12//18
BETAIL VIVANT - CME - USD :
1.183
LE 05/12//18
BETAIL D'ENGRAIS - CME - USD :1.45475
LE 05/12//18
PORC MAIGRE - CME - USD :
0.5585
LE 05/12//18
PORC FRANCE E - EUR :
1.5
LE 02/03//17
INDICES
RJ CRB
NEW YORK (CONT. NO2 - EN CENTS PAR LB)
VOL
1838
111132
25803
SETTLEMENT SETTLEMENT
BETAILS
VOL
488
317
168
06/12
05/12
JANV. 19 10,94
10,85
MARS 19 11,12
11
MAI 19
11,25
11,43
AVOINE À CHICAGO
(EN CENTS PAR BOISSEAU)
LONDRES-ROBUSTA (EN $ PAR TONNE)
CLÔTURE
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
06/12
05/12
DÉC. 18
373,25
374
MARS 19 383,75
384,75
MAI 19
391
392
RIZ À CHICAGO (EN CENTS PAR LB)
VOL
CLÔTURE
84
2
06/12
05/12
JANV. 19 174,25
174,5
MARS 19 176
176,5
JUIN 19
180
180,25
MAIS À CHICAGO (EN CENTS PAR
BOISSEAU)
JANV. 19
MARS 19
MAI 19
JUS D’ORANGE
CHICAGO (EN $ PAR 1000 BDFT)
SETTLEMENT SETTLEMENT
06/12
05/12
DÉC. 18
450,5
514,5
MARS 19 514,38
518
MAI 19
522,38
523,25
MAIS À PARIS (EN EUROS PAR TONNE)
CAFÉ
BOIS
JANV. 19
MARS 19
MAI 19
33958
12804
3129
1780
761
VOL
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
café (cents US/livre) :
Prix composé : 103.19
Moyenne quinze derniers jours : 205.461
NEW YORK (CONT. N°2 - CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
05/12
12,74
12,85
12,95
13,2
13,71
SETTLEMENT SETTLEMENT
06/12
05/12
DÉC. 18
200
198,75
1212
MARS 19 202
202,25
10052
MAI 19
203
203,25
2691
BLÉ À CHICAGO (EN CENTS PAR BOISSEAU)
VOL
COTON
06/12
78,89
81,09
79,15
06/12
12,54
12,66
12,76
13,01
13,52
VOL
BLÉ DE MEUNERIE N°2 À PARIS
(EN EUROS PAR TONNE)
06/12
05/12
DÉC. 18
273,5
279
MARS 19 285
288
MAI 19
286,75
286,5
BLÉ FOURRAGER À LONDRES
(EN £ PAR TONNE)
INDICE COTLOOK A : 87,8, LE 06/12//18
Mars 19
Juil. 19
Oct. 19
MARS 19
MAI 19
JUIL. 19
OCT. 19
MARS 10
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
NYMEX ( EN $ PAR MBTU)
CLÔTURE
CLÔTURE
VOL
3049
1184
387
29
64
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
cacao (dollars/tonne) : le 04/12/
Prix indicatif : 2079,48
LONDRES (EN £ PAR TONNE)
URANIUM NYMEX (EN $ PAR LB)
06/12
28,95
29
29,35
CLÔTURE
CACAO
URANIUM
DÉC. 18
JANV. 19
MAI 19
CLÔTURE
06/12
05/12
MARS 19 340,1
344,1
MAI 19
345,8
348,8
AOUT 19 351,5
353,3
OCT. 19
354,9
357
DÉC. 19
360,4
362,1
NEW YORK (EN CENTS PAR LB)
VOL
05/12
20,35
POWERNEXT GAS FUTURES
VOL
06/12
05/12
FÉV. 19
548,5
577
47062
MARS 19 549,25
577,5
31338
AVR. 19
549,5
577,25
19431
MAI 19
551,5
578,5
9294
JUIL. 19
556
582,25
4105
NEW YORK NYMEX WTI (EN $ PAR BARIL)
CLÔTURE
399,5
374,5
SPOT
CÉRÉALES
12,85 cts/lb
LONDRES (EN DOLLARS PAR TONNE)
547,5
FUEL
FUEL OIL (HS 180)
FUEL OIL (HS 380)
CLÔTURE
06/12
05/12
JOUR
59,36
61,56
FÉV. 19
59,36
61,56
313082
MARS 19 59,61
61,76
121090
LONDRES-GAZOLE (EN $ PAR TONNE)
CLÔTURE
SUCRE
London Daily Price:
06/12
NORD DA 23,35
LONDRES-BRENT (EN $ PAR BARIL)
CLÔTURE
PRODUITS PÉTROLIERS
ROTTERDAM
(BARGES - FOB) (EN $ PAR TONNE)
GAS OIL 0.1% SUL.
524,5
POWERNEXT GAS SPOT
PRODUITS PÉTROLIERS
CLÔTURE
ETAIN (EN DOLLARS PAR TONNE)
05/12
ANTIMOINE 99,65% (PAR TONNE)
8050
8050
BISMUTH 99,99% (PAR LB)
4,3
4,3
CADMIUM 99,95% (PAR LB)
1,35
1,35
COBALT (CATHODES) 99,80% (PAR LB)
33
33
EPONGE DE TITANE 99,60% (PAR KG)
6,8
6,8
FERRO MANGANESE (HC) (PAR TONNE)
975
975
FERRO MOLYBDENE (PAR KG)
29,1
29,1
GERMANIUM (PAR KG)
1400
1400
SELENIUM 99,50% (PAR LB)
14,5
14,5
SILICIUM (PAR TONNE)
1905
1905
NICKEL (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
06/12
06/12
05/12
186,52
190,09
REUTERS COM. 2380,5
2391,13
MOODYS COM. 5786,94
5743,32
OR INDUSTRIEL 35364
35315
LMEX
2927,5
2921,4
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
38 // FINANCE & MARCHES
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
Mirabaud Asset Management
Tél. +41 058 200 60 01
www.mirabaud.com
marketing@mirabaud-am.com
A la recherche d’une gestion active
de conviction ?
Tous les details de nos solutions d’investissement
à disposition ici : www.mirabaud-am.com
Pictet Asset Management
34, avenue de Messine 75008 Paris
Tél. : 01 56 88 71 00
www.assetmanagement.pictet
LU0155303323 PICTET-ASIAN EQ. JAPAN
LU0090689299 PICTET-BIOTECH
LU0280430660 PICTET-CLEAN ENERGY
239,9
05/12
698,53 04/12
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
LU0130728842 PICTET-EMERGING EUROPE
323,66 05/12
LU0130729220 PICTET-EMERGING MKTS
527,71 05/12
LU0128490280 PICTET-EUR BONDS
544,1
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT.
DATE
Banque Cantonale
de Genève (France) SA
Tél. 04 72 07 31 50
bcgef.fr/fonds
06/12
SYNCHRONY (LU)
LU0144509717 PICTET-EUROPEAN SUST. EQ.
241,28 05/12
LU0128467544 PICTET-GLOBAL EMERG.DEBT
355,1
LU1626130063 SWISS SMALL & MID CAPS (CHF)
94,12 05/12
LU0168449691 PICTET-GREATER CHINA
516,67 05/12
LU0704154292 RAM (L) SF EM MKT EQ
166,47 05/12
LU1626129727 SWISS ALL CAPS (CHF)
101,14 05/12
LU0188501257 PICTET-HEALTH
281,04 04/12
LU0375629556 RAM (L) SF EUROPEAN EQ
409,55 05/12
LU1626130816 SILK ROAD ZONE STOCKS (USD)
94,98 05/12
LU0070964530 PICTET-INDIAN EQ.
489,44 05/12
LU1048876350 RAM (L) SF GB SHLDR YLD EQ
120,66 05/12
LU0851564897 EUROPEAN EQUITY (EUR)
148,27 05/12
05/12
LU0935268721 RAM (L) SF EM MKT CORE EQ
95,45 05/12
LU0176900511 PICTET-JAPANESE EQ. SEL.
14736,85 05/12
LU0705072691 RAM (L) SF L/S EM MKT EQ
117,79 05/12
LU1626130220 HIGH DIV. EUROPE STOCKS (EUR)
LU0217139020 PICTET-PREMIUM BRANDS
151,96 04/12
LU0705071701 RAM (L) SF L/S EUROPEAN EQ
146,7 30/11
LU0851564541 WORLD EQUITY (EUR)
LU1279334210 PICTET-ROBOTICS
137,1
04/12
LU0375630729 RAM (L) SF NORTH AM EQ
283,52 05/12
LU0338483075 PICTET-RUSSIAN EQUITIES
59,36 05/12
LU1074511459 RAM (L) TF CONV EUROPE
140,65 05/12
234,23 04/12
LU0419186167 RAM (L) TF GB BD TOT RET
140,98 05/12
LU0935723782 RAM (L) TF II ASIA BD TOT RET
136,04 05/12
LU0256846139 PICTET-SECURITY
82,25 04/12
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
CLASSIFICATION
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
CLASSIFICATION
DÉSIGNATION
DES VALEURS
CLASSIFICATION
CODE ISIN
CLASSIFICATION
sicav//fcp
LU0340554913 PICTET-DIGITAL
300,71 04/12
LU0130732364 PICTET-SMALL CAP EUR.
1053,67 05/12
LU0255798109 PICTET-EMERG LC DEBT
155,74 05/12
LU0104884860 PICTET-WATER
294,36 04/12
91,82 05/12
146,62 05/12
Valeur unitaire hors frais : valeur de la part ou de l’action hors droits d’entrée ou de sortie éventuels. Les SICAV éligibles au PEA sont signalées par un astérisque *. Le pictogramme P indique la cotation d’un FCP.
Classification des OPCVM : actions françaises (AF), actions de la zone EURO (AE), actions internationales (AI), monétaires EURO (ME), monétaires à vocation internationale (MI), obligations et autres titres de créances libellés en EURO (OE), obligations et autres titres de créances internationaux (OI), sicav luxembourgeoises (LX), diversifiés (DI), garantis ou assortis d’une protection (GP). ** : en euros ou dans la devise indiquée dans la colonne «DÉSIGNATION DES VALEURS».
carnet
fr
PORTRAIT
dynamisme le séduit. Après avoir vendu ses
trois activités dans l’Hexagone, il y ouvre avec
Tiziano Vudafieri, qui s’occupera du design
intérieur, la boutique Egalité. Son nom reprend
celui d’un pain proposé par un député pendant
la Révolution qui voulait y mêler la farine des
riches et celle des pauvres. Quant à son
emblème, c’est « La Liberté guidant le peuple »
de Delacroix, mais brandissant une baguette à
la place du fusil.
par Olivier Tosseri
Correspondant à Rome
Thierry Loy
mène
les Milanais
à la baguette
DR
Un moulin centenaire
Un parfum de France dans une rue milanaise.
Celui du bon pain qui avive la nostalgie des
expatriés, la curiosité des Italiens et l’appétit de
tous. Il s’échappe des portes de la boulangerie
Egalité, ouverte depuis peu. Les franchir signifie abolir l’espace et le temps : un grand comptoir jaune orangé et un mur de carreaux rappellent les années 1950, des étagères en bois brut
évoquent un ancien fournil, le zinc d’un gigantesque bar brille derrière les sept vitrines donnant sur la rue... Tandis que Thierry Loy
s’affaire, va et vient, veillant, d’un côté du comptoir, à l’alignement de baguettes, de pains traditionnels et de viennoiseries. Et, de l’autre, à la
bonne présentation des quiches, salades
variées et planches de fromages. « Comme à la
maison », s’exclament les Français.
C’est celle de Thierry Loy. Au four et au magasin pour satisfaire ses clients. Il ne se départ
jamais de sa bonhomie, ni de sa veste blanche
de boulanger. Si la première ne lui a jamais
manqué, il n’a endossé la seconde que récemment. Ce Breton de 55 ans fait ses débuts dans
l’entreprise familiale d’ébénisterie avant de
devenir en 1986 vendeur en magasin de modélisme. Mais bien que fasciné par les voitures
radiocommandées, cet esprit libre n’a pas eu
peur de changer de route. Il sait se servir de ses
mains. Et les plonge dans le pétrin en 2004. « Je
ENTREPRISES
GROUPE DUVAL
Eric Le Mélinaire
est promu directeur général
de l’Atelier du Poissonnier.
Eric Le Mélinaire, 56 ans, titulaire
d’un master en marketing de
l’European Business School de
Paris, a débuté comme chef de
produit marketing et acheteur
international chez C&A. Entré
savais manger du pain, mais je ne savais pas en
faire », se rappelle Thierry Loy, qui, mû par sa
nouvelle passion, s’inscrit à l’Ecole Banette. Il en
sort au bout de six mois avec un diplôme.
« Désormais, je savais faire du pain, mais je
n’étais pas boulanger ». Il va le devenir. Direction
Molines-en-Queyras, dans les Hautes-Alpes,
avec sa famille. Les Quariates, sa première boulangerie - salon de thé ouvre deux semaines
avant Noël. Le succès est fulgurant.
Dix ans plus tard, ce père d’une adolescente
en comptait trois. « Ma boulangerie était le premier commerce après le passage du col, dit-il. Les
Italiens remplissaient le coffre de leurs voitures.
Ils sont peut-être cocardiers en ce qui concerne
leur nourriture, mais ils savent ce qui est bon et
authentique. » Thierry Loy, que l’histoire du
pain enthousiasme, donnera ce nom à l’une de
ses inventions qui rassemble toutes les céréales
du Queyras d’autrefois.
L’architecte Tiziano Vudafieri pense quant à
lui au futur qu’il voit dans sa ville de Milan pour
notre boulanger. Ce designer est un client fidèle
qui finit par convaincre son ami, dont le pain
traverse déjà la frontière, de le suivre. Thierry
Loy n’aura pas à craindre la concurrence, elle
n’existe pas malgré les près de 24.000 Français
inscrits au consulat de la capitale lombarde. Le
boulanger ne connaît pas la ville, mais son
chez Toys“R”Us France en 1989, il
en est devenu directeur marketing et communication en 1996,
fonctions qu’il a assumées chez
Go Sp ort en 2005, puis chez
Grand Optical en 2007. Depuis
2009, il était directeur commercial, marketing et business développement chez La Belle-Illoise.
PAROT
Jérôme Floch
devient directeur général
Les Milanais, qui représentent 80 % de la clientèle, l’ont suivi avec entrain. Tout comme ses
fournisseurs. « Le futur du pain est son passé,
confie Thierry Loy. J’utilise d’anciennes variétés
de blé et de farines provenant d’un moulin centenaire situé dans le Trièves, dans les Alpes françaises. Dans la boutique, on trouve les cornichons de
Bourgogne, le beurre et les biscuits de Bretagne,
les sardines de l’Atlantique. Seul le jambon cru,
l’huile d’olive et le café sont italiens. Je n’étais pas
inquiet en m’installant, car je sais que, lorsque
l’on fait les choses avec son âme, et ce lieu en a une,
les clients le ressentent. »
Ils sentent aussi l’odeur du pain toujours frais
qui sort du four, campé au cœur du magasin,
selon des techniques traditionnelles. Présent
tous les jours en boutique, Thierry Loy raconte
à ses clients l’histoire de ce qu’ils s’apprêtent à
déguster, teste ses nouvelles recettes, explique
les produits et les méthodes qu’il remet au goût
du jour. « J’ai un savoir-faire, mais j’aime le fairesavoir. Je ne fais d’ailleurs que ce que j’aimerais
moi-même manger », glisse le boulanger.
Six mois après son ouverture, restaurants,
hôtels et écoles se fournissent déjà à la boulangerie Egalité, qui propose cinq différents types
de baguettes, sept types de pains, ainsi qu’un
type de pain qui change tous les jours. Ils pourraient un jour traverser une nouvelle frontière.
Thierry Loy a reçu des propositions pour s’installer à l’étranger. Mais il veut pour l’instant rester à Milan et ouvrir un deuxième établissement tout aussi convivial. Il n’en dira pas plus.
Il sait décidément y faire pour aiguiser les
appétits. n
délégué finance, membre
du comité exécutif du groupe.
Jérôme Floch, 52 ans, titulaire
d’un executive MBA de Toulouse
Business S chool, diplômé de
l’ESC Dijon et expert-comptable
de formation, a débuté chez
KPMG. Devenu directeur finance
et gestion de Générale d’Optique,
il a créé l’activité business process
outsourcing d’Arthur Andersen
France avant de devenir directeur
de contrôle de gestion groupe de
Kering en 2000. Il fut ensuite
secrétaire général, puis directeur
administration et gestion pour
les activités européennes du
groupe Le Duff. Chez Actéon, il
devint directeur financier et
informatique, chargé de piloter le
LBO en 2007. Il était, depuis 2015,
chargé de structurer les fonctions
support chez Quinoa et de mettre
en œuvre la transformation et
l’intégration du groupe.
BNP PARIBAS ASSET MANAGEMENT
ASSOCIATION
accédera au poste nouvellement
créé de responsable global
multistratégie au sein
de l’équipe gestion obligataire
à compter du 7 janvier.
GRANDES ÉCOLES AU FÉMININ
Olivier de Larouzière
Olivier de Larouzière, 51 ans, est
titulaire d’un master en mathématiques appliquées de l’EnsaeParis-Dauphine. D’abord gérant
de portefeuille obligataire chez
Ecureuil Gestion (Caisse d’Epargne), il fut, entre 2000 et 2003,
gérant de portefeuille senior
aggregate au Credit Lyonnais
Asset Management. Pendant
s e i z e a n s , i l a t r ava i l l é c h e z
Ostrum Asset Management
(anciennement Natixis Asset
Management) où il a occupé le
poste de responsable rates &
aggregate. Plus récemment, il
était coresponsable de la gestion
obligataire.
ÉTABLISSEMENT
PUBLIC
ERAFP
Laurent Galzy
est nommé, par arrêté de la
ministre des Solidarités et de la
Santé, du ministre de l’Economie
et des Finances et du ministre
de l’Action et des Comptes
publics, directeur
de l’Etablissement de retraite
additionnelle de la fonction
publique pour une durée
de quatre ans.
Laurent Galzy, 61 ans, diplômé de
HEC et titulaire d’une maîtrise
d’économie, est, par ailleurs, un
ancien élève de l’Ecole nationale
d’administration (ENA). Après
avoir œuvré dans l’administration, il a rejoint Aéroports de
Paris en 2002. Il en fut nommé
directeur du contrôle de gestion
et des affaires financières et juridiques, puis directeur général
adjoint finances et administration avant de se voir chargé, en
2013, de la préfiguration d’une
direction des filiales, des participations et de l’international. Suite
à son départ de Groupe ADP en
2016, il était contrôleur général
économique et financier de première classe.
Hortense de Roux
est élue présidente.
Hortense de Roux, 37 ans, titulaire d’une maîtrise de droit européen de l’université de Paris-II et
d’un DEA de droit des affaires et
de l’économie de l’université de
Paris-I, est diplômée de HEC et
récipiendaire du Capa. Elle est
actuellement associée du cabinet
Ashurst LLP à Paris et dirige le
département contentieux des
affaires. Auparavant, elle fut collaboratrice senior dans le département contentieux des affaires
chez Jones Day Paris. Elle est
engagée au sein de HEC au Féminin depuis 2007, et c’est à ce titre
q u’e l l e a r e j o i n t , e n 2 0 1 4 , l e
bureau de Grandes Ecoles au
féminin afin d’y représenter HEC
Alumni.
ILS SONT NÉS
UN 7 DÉCEMBRE
Nathan Adrian, champion
de natation, 30 ans.
Jean-Claude Casadesus,
chef d’orchestre, 83 ans.
Noam Chomsky, linguiste
et philosophe, 90 ans.
Philippe Da Costa, président
de l’Injep, directeur général
adjoint de la Macif, 56 ans.
François Dufour, journaliste,
rédacteur en chef, cofondateur
de PlayBac Presse, 57 ans.
Elisabeth Dufourcq,
ancienne secrétaire d’Etat
à la Recherche, historienne,
essayiste, 78 ans.
Laurent Dumas, fondateur
du groupe Emerige, président
du Palais de Tokyo, 55 ans.
Abdellatif Kechiche,
acteur et réalisateur, 58 ans.
Hugo Marchand,
danseur étoile , 25 ans.
Fabien Pelous,
ex-rugbyman, 45 ans.
Jacques de Peretti,
PDG d’AXA France, 58 ans.
Tom Waits, musicien,
chanteur, acteur, 69 ans.
, Envoyez vos nominations à
carnetlesechos@nomination.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
` SUR LE WEB WWW.LESECHOS.FR
« Les Echos »
+
Ô Tempora, ô Mores
L’affaire Huawei accélère le changement
de régime des marchés boursiers.
L’INVITÉ
DES « ÉCHOS »
Maryvonne Hiance
Présidente de France Biotech
OBSERVATOIRE « France Biotech s’est associé avec
bpifrance, mais aussi tous les organismes qui participent
à l’élaboration des transferts de technologies » entre
la recherche publique et les entreprises privées.
« Nous avons créé un observatoire qui a réalisé une enquête
auprès des entreprises pour connaître quels sont les freins
[à lever] afin de favoriser la fluidité entre ces organismes
de transfert et les entreprises. L’objectif est de proposer
des recommandations. Chaque année, nous vérifierons
les bonnes pratiques et la bonne mise en place des mesures »,
explique Maryvonne Hiance.
MESURES L’étude s’est penchée sur les délais pour signer
un accord. « Souvent, plusieurs organismes de transfert
sont impliqués : l’université, l’Inserm, le CHU… Chacun signe :
il y a une multitude d’acteurs, donc rien que la signature
est très longue… Ainsi, l’une des volontés du ministère
de la Recherche est d’avoir un mandataire unique,
c’est-à-dire un seul interlocuteur avec une seule entreprise »,
détaille Maryvonne Hiance.
RECHERCHE « J’insiste sur le fait que la France reste
l’une des premières nations mondiales au niveau
de la recherche. C’est l’atout de base. Le Forum mondial
de l’économie vient de publier un chiffre : 3e au niveau
mondial. C’est très important pour la France, nous avons
une très bonne recherche. »
Interview réalisée par Olivier Harmant
a L’intégralité de l’émission sur lesechos.fr/invitedesechos
Autres temps, autres mœurs. Les haruspices de la conjoncture mondiale
ont ausculté les viscères des oiseaux, examiné le marc de café et tiré un certain
nombre de « charts » : en théorie, tout va (presque) bien. « Rien dans les fondamentaux économiques ne prépare une récession à un horizon prévisible »,
constate Anton Brender, chef économiste de Candriam. Et pourtant, observe
Christophe Donay, chef stratège chez Pictet, « l’année 2018, qui a connu
le meilleur en termes de momentum de la croissance mondiale, d’inflation
et de progression des profits, se termine sur le pire avec 80 % des classes d’actifs
en recul ». L’arrestation au Canada de Sabrina Meng, la fille du fondateur du
géant chinois Huawei, à la demande de la justice américaine, concomitante
à la trêve conclue entre Donald Trump et Xi Jinping, confirme ce « nouveau
régime de volatilité plus élevée » que l’économiste de la banque suisse voit dépendre d’une imbrication inégalée des facteurs de politique intérieure et de
géopolitique. Les effets en seront déroutants. La pression mise par les EtatsUnis sur Huawei, le premier équipementier mondial des télécoms, boycotté
par l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni, a provoqué jeudi une
panique désordonnée dans les valeurs technologiques. La prime de risque
en Bourse atteint un plus haut depuis cinq ans, à 7,3 % calcule AlphaValue,
semblant accréditer une chute de 30 % des estimations de profits à laquelle
le bureau d’études ne croit pas. Bienvenue dans le « fake normal ».
Faurecia 34
Franco-Nevada 34
GFG 19
Gironde Habitat 29
GoPro 26
Grand Large Yachting
20
Indesit 21
Joon 18
Juul 20
Kinross 34
Kirkland Lake Gold 34
Ledger 26
Lufax 34
Michelin 34
MyOeno 29
Northern Star 34
EDITORIALISTES
Cécile Cornudet,
Jacques Hubert-Rodier, Eric Le Boucher,
Jean-Francis Pécresse, Jean-Marc Vittori,
Sabine Delanglade, Laurent Flallo,
Sylvie Ramadier (Le Crible)
LES ECHOS EXECUTIVES
RÉDACTRICE EN CHEF Muriel Jasor
LES ECHOS WEEK-END
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Henri Gibier
RÉDACTEURS EN CHEF Gilles Denis,
Karl de Meyer et Lucie Robequain
DIRECTRICE ARTISTIQUE Cécile Texeraud
SÉRIE LIMITÉE
RÉDACTRICE EN CHEF Frédérique Dedet
DIRECTRICE ARTISTIQUE
Clarice Fensterseifer
DIRECTEUR DE LA DIFFUSION ET DU MARKETING CLIENTS Etienne Porteaux
DIRECTEUR STRATÉGIE ET COMMUNICATION Fabrice Février
PUBLICITÉ Les Echos Team Media Tél. : 01 87 39 78 00.
PRÉSIDENTE Corinne Mrejen
DIRECTEUR GÉNÉRAL Philippe Pignol
DIRECTRICE PUBLICITÉ FINANCIÈRE Céline Vandromme
DIRECTRICE PUBLICITÉ COMMERCIALE Emmanuelle Denis
DIRECTRICE PUBLICITÉ LIFESTYLE Anne-Valérie Oesterlé
SERVICE ABONNEMENTS LES ECHOS 4, rue de Mouchy 60438 Noailles Cedex
Tél. : 01 70 37 61 36. Fax : 01 55 56 70 38 du lundi au vendredi de 9 h à 18 h
IMPRESSION L’Imprimerie (Tremblay-en-France), Midi Libre (Montpellier).
TIRAGE DU 6 DÉCEMBRE 2018 : 91.119 exemplaires
Origine du papier : Belgique. Taux de fibres recyclées : 100%.
Ce journal est imprimé sur du papier porteur de l’Ecolabel européen
sous le numéro FI/37/002. Eutrophisation : Ptot 0.013kg/tonne de papier
Membre de membre ACPM OJD CPPAP : 0421 c 83015. Toute reproduction, même partielle, est
interdite sans l’autorisation expresse de l’éditeur (loi du 11 mars 1957)
Ce numéro comporte un 3e cahier de 8 pages « Les Echos Patrimoine » et un 4e cahier de 8 pages
« Les Echos Sociétés »
Lyft, le service de VTC, pourrait doubler
d’emblée Renault et Peugeot.
Pour résoudre un problème de stationnement, il suffit d’acheter une
voiture bien garée. La plaisanterie pourrait presque servir de vade-mecum
à l’investisseur intéressé par les valeurs automobiles. Pourquoi s’embarrasser des véhicules cotés qui creusent d’improbables parkings en sous-sols
(–26,1 % pour l’indice sectoriel européen, soit la pire performance depuis
le début de l’année au sein du SToxx 600) alors que, dans les prés
du non-coté, paissent de paisibles licornes qui ont l’avenir devant elles ?
Evidemment, cette chasse-là n’est pas ouverte à tout le monde. Mais les
fonds qui pêchaient habituellement dans les grands lacs boursiers se sont
mis au braconnage sur ces terres. Ainsi, l’un des investisseurs du dernier
tour de table, en juin, du VTCiste américain Lyft, qui se trouvait valorisé
à 15,1 milliards de dollars, était Fidelity Investment. Lequel verra son placement couronné d’une confortable plus-value potentielle si le benjamin
d’Uber convainc Wall Street qu’il peut valoir entre 18 et 30 milliards lors
d’une introduction programmée au printemps. Au milieu de cette
fourchette, Lyft doublerait d’emblée les capitalisations boursières
de Renault et de Peugeot ! Attendu l’an prochain, Uber, que des banquiers
estiment à 120 milliards, dépasserait celles de General Motors, Ford et FiatChrysler réunies. Un seul véhicule coté est capable de rivaliser : Tesla,
désormais plus gros en capitalisation que les allemands Daimler et BMW.
Mais comme chacun sait, celui-ci fonctionne à l’électricité, en suivant les
courants aussi ascendants que descendants de son fondateur, Elon Musk.
Les Echos est une publication du
PRINCIPAL ASSOCIÉ UFIPAR (LVMH)
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Pierre Louette
DIRECTRICE GÉNÉRALE PÔLE LES ECHOS Bérénice Lajouanie
DIRECTEUR DÉLÉGUÉ Bernard Villeneuve
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Nicolas Barré
DIRECTEURS DÉLÉGUÉS DE LA RÉDACTION
Dominique Seux et François Vidal
RÉDACTEURS EN CHEF
David Barroux (Entreprises)
Laura Berny (Enquêtes)
Daniel Fortin (Magazine, Opinions, Innovation)
Arnaud Le Gal (Les Echos Entrepreneurs
et opérations spéciales)
Etienne Lefebvre (France et International)
Clémence Lemaistre (Information digitale)
Guillaume Maujean (Finance-Marchés)
Pascal Pogam (Information
et transformation digitale)
RÉDACTEUR EN CHEF TECHNIQUE Didier Boileau
DIRECTEUR DE CRÉATION Fabien Laborde
DIRECTRICE ARTISTIQUE ADJOINTE
Marion Brisson
Les licornes dans le rétro
Mediobanca et ses grands actionnaires
ont les coudées plus franches.
Ouigo 18
Outremer 20
Paulson & Co. 34
Peugeot 34
Renault 34
Rosneft Holdings 34
Sanofi 34
SNCF 18
STMicroelectronics 34
Tata Steel 19
Tereos 12
Tiffany 34
Uber 26
Volkswagen 20
Welltower 34
Whirlpool 21
Yamana Gold 34
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION & PRÉSIDENT DE LA SAS LES ECHOS Pierre Louette
Edité par Les Echos, SAS au capital de 794.240 euros RCS 582 071 437
10, boulevard de Grenelle, CS10817, 75738 Paris Cedex 15 Tél. : 01 87 39 70 00.
www.lessechos.fr
ÉDITRICE Capucine Marraud des Grottes
ÉDITRICE ADJOINTE Clémence Callies
DIRECTEUR DES DÉVELOPPEMENTS ÉDITORIAUX DU PÔLE LES ECHOS Henri Gibier
Cette fois, c’est fait ! Le « salotto buono », le temple secret de la finance
italienne, laisse ses portes plus ouvertes chez Mediobanca.
Malgré le retrait de Vincent Bolloré (Financière du Perguet) annoncé
à la rentrée, le nouvel accord liant les grands actionnaires réunit encore
19,8 % du capital, dont UniCredit – le premier porteur devant le groupe
français –, le holding familial de Silvio Berlusconi, le groupe Ferrero
(Nutella) et le groupe Gavio (autoroutes SIAS et ASTM). Il ne mérite toutefois plus vraiment le nom de pacte, tant les obligations sont « light »
au-delà d’un mécanisme de consultation, en l’absence d’engagement
de vote ou de conservation des titres. Il n’y a donc pas que le patron
breton, fort occupé chez Telecom Italia, qui regagnera en flexibilité.
C’est aussi une bonne nouvelle pour la cohérence de l’histoire boursière
qui s’est recentrée sur la banque et la gestion, en cédant les grandes
participations à l’exception notable de l’assureur Generali, de quoi
alléger les besoins en fonds propres. Or, l’extension du « compromis
danois » en Europe doit lui permettre de ne pas voir baisser son ratio
de solvabilité à cause de cette présence au capital du « coffre-fort
de l’italianité ». L’institution connue pour avoir été la cheville ouvrière
du « miracle italien » fait donc sa mue sans avoir perdu sa position
centrale de première banque d’affaires italienne. S’il n’y avait pas
le vent de défiance sur les valeurs financières du pays, qui a pénalisé
bien plus la banque que l’assureur, ses investisseurs pourraient
se servir un verre de prosecco.
Un salon danois
LES ENTREPRISES CITÉES
Actility 26
Air France 18
Alamos Gold 34
Atos 34
Back Market 26
BNP Paribas 33
BSH 21
ByteDance 26
Candy Hoover 21
Cowboy Ventures 26
Crédit Agricole 33
Crédit Mutuel- CIC 33
Credit Suisse 34
Dia 17
Didi Chuxing 26
Eberhardt Frères 21
Electrolux 21
crible
EN VUE
P
Friedrich Merz
ar pur égoïsme, on pourrait souhaiter qu’au terme du congrès
de la CDU qui vient de s’ouvrir à
Hambourg, le fringant sexagénaire
porté par l’aile droite des démocrateschrétiens l’emporte sur sa rivale pour
succéder à Angela Merkel à la présidence du parti : Friedrich Merz, ça se
prononce et se mémorise mieux que
Annegret Kramp-Karrenbauer. Et jusqu’à ces derniers jours, c’était plutôt bien
engagé pour l’ancien adversaire de la
chancelière, qui avait quitté la politique
en 2009, après vingt ans de carrière
d’apparatchik, lorsque cette dernière
avait définitivement conquis contre lui le
leadership démocrate-chrétien. Cet
avocat à la parole facile, à la silhouette
plus svelte que celle des Allemands de
son âge, crâne dégarni mais sourire
charmeur, a plutôt le vent dans le dos
face à sa concurrente « AKK », trop perçue comme la dauphine de Merkel par
les militants les plus libéraux. Resté célèbre pour avoir soutenu que la réforme
fiscale idéale était celle qui pourrait tenir
sur un sous-bock de bière, il paraît le
mieux placé pour tourner la page du « en
même temps » pratiqué pendant dixhuit ans par la tombeuse d’Helmut Kohl.
Mais ce multimillionnaire, marié à une
magistrate et père de trois enfants, a un
rapport un peu trop décomplexé avec
l’argent, ce qui l’a poussé à la faute. Pilote
de ses deux jets privés Cessna, il a indisposé en osant se situer avec un certain
toupet dans la « classe moyenne supérieure ». Toujours favori, il n’est plus à
l’abri d’une mauvaise surprise, d’autant
qu’en plein anniversaire des cent ans de
la fin de la guerre de 14-18, pour un Allemand comme lui, être né un 11 novembre
n’est peut-être pas un gage de victoire.
(
Lire nos informations
Page 9
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
LA CHASSE
AU CO2 EST
OUVERTE.
Produisant déjà une électricité faible en CO2,
grâce au nucléaire et aux énergies renouvelables,
le groupe EDF veut encore réduire ses émissions
de 40 % d’ici à 2030*. Pour cela, il développe
de nouvelles solutions qui permettent à
chacun d’agir contre le réchauffement climatique
à la maison, au bureau et en voiture.
Rejoignez-nous sur edf.fr
RCS PARIS 552 081 317
Devenons l’énergie qui change tout.
L’énergie est notre avenir, économisons-la !
* Réduction des émissions directes.
En 2017, le mix énergétique du groupe EDF était composé à 77 % de nucléaire, 10 % d’énergies renouvelables, 8 % de gaz, 4 % de charbon et 1 % de fioul. Il est à 87 % sans émissions de CO2 (émissions hors analyse du
cycle de vie (ACV) des moyens de production et des combustibles) – Source EDF : « Indicateurs de performance financière et extra financière 2017 ».
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
VENDREDI 7 ET SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2018 // SUPPLÉMENT GRATUIT AU NUMÉRO 22840 | ISSN 0.153.4831 | NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENTPATRIMOINE.LESECHOS.FR/
PATRIMOINE
PLACEMENTS
Les secrets de gestion
des banques privées
Q IMMOBILIER Comment
optimiser le levier du crédit
Q START-UP Devenir
business angel
Q GESTION DE FORTUNE
Une assurance-vie à sa mesure
Q PLACEMENT PLAISIR
Shutterstock
Le fort potentiel des vignes
Q DIVERSIFICATION Se lancer
dans le marché de l’art
Q GÉNÉROSITÉ Du don
à la philanthropie
Le goût du luxe
L’ÉDITORIAL
De Marie-Christine
Sonkin
A
l’heure où des voix s’élèvent en
faveur du rétablissement de l’ISF, il
paraît un peu décalé de se pencher
sur les problèmes de gestion de fortune.
Mais même pour les mieux nantis, il est
devenu plus difficile de faire fructifier, voire
tout simplement de préserver son patrimoine. Il faut toutefois se rendre à l’évidence : le luxe existe aussi en matière de placements. L’épargnant qui ne dispose pas des
montants nécessaires pour accéder au
versant haute couture de la gestion de patrimoine n’a pas droit aux mêmes égards que
celui prêt à placer quelques centaines
de milliers, voire plusieurs millions d’euros.
Au-delà de ce rude constat, quelles sont les
recettes des banques privées ou family
offices pour faire prospérer la fortune de ces
happy few ?
Nous nous sommes penchés sur les produits d’épargne, les montages ou les produits
de diversification qui leur sont couramment
proposés. Cet univers d’épargne haut de
gamme n’est pas toujours inaccessible.
Le levier du crédit, par exemple, permet
de réaliser des opérations rentables sans
disposer d’un capital important.
Certains contrats d’assurance-vie proposés
via Internet possèdent la plupart des caractéristiques des produits les plus sophistiqués. Et ceux qui envieraient ces investisseurs privilégiés peuvent se consoler : eux
aussi sont soumis aux aléas financiers. Les
beaux rendements, accessibles via certains
montages comme les « club deals », ne sont
pas exempts de risques. Car quel que soit le
niveau de fortune, il n’y a pas de martingale.
Mais plus le patrimoine est important, plus
la part dévolue aux placements à risque
peut être significative. Exposer une partie
de ses actifs à une forte volatilité permet
de réaliser de meilleures performances.
Des risques d’ailleurs assumés par ceux qui
n’hésitent pas à se lancer dans l’aventure
des business angels. Certes, dans l’espoir
d’un retour sur investissement, mais aussi
beaucoup pour participer à une nouvelle
histoire d’entrepreneuriat.
Le goût du risque n’exclut pas le désir de
transmettre, de pérenniser et sécuriser ses
placements. C’est pourquoi la diversification
est aussi prisée par la clientèle premium.
Une nécessité qui peut parfois se conjuguer
avec des passions comme celles de la vigne
ou de la forêt. Une façon de joindre l’utile à
l’art de vivre. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 // PATRIMOINE
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
IMMOBILIER // Faire prospérer son patrimoine sans remettre en cause son train de vie : pourquoi s’en priver
alors que les taux sont encore particulièrement bas.
Comment optimiser le levier du crédit
A
u regard de la faiblesse
apparente des taux de
rémunération actuels des
produits de placement, la tentation
peut être grande aujourd’hui de
piocher dans son épargne pour
financer un projet d’investissement. Sauf que… cette solution, certes facile à mettre en place, revient
à se priver d’une opportunité
d’accroître son patrimoine sans
avoir à remettre en question sa stratégie patrimoniale. Et ce, grâce à
l’effet de levier du crédit.
« Ne pas recourir à l’emprunt
dans le contexte actuel serait une
erreur », insiste Alexandre Boutin,
responsable ingénierie patrimoniale du groupe Primonial. « Et
encore plus pour les particuliers qui
disposent d’un horizon de placement
d’au moins dix ans. » Motif ? Les
taux d’intérêt des prêts (notamment immobiliers) restent encore
particulièrement attractifs avec des
offres de 1,35 % en moyenne sur
15 ans et 1,55 % sur 20 ans.
Différentiel rendement,
coût du crédit
Un avis partagé par Serge Harroch,
fondateur d’Euclide Financement.
« Quand un investisseur paie cash,
l’argent qu’il met dans l’opération ne
lui rapporte plus rien, excepté peutêtre un sentiment de sécurité. A
l’inverse, en conservant son épargne,
celle-ci continue à créer de la valeur. »
Mais, pour que cette stratégie soit
rentable, tempère Philippe Moro,
responsable du crédit patrimonial
chez HSBC France, « il faut néanmoins qu’il existe un différentiel positif entre le coût d’un crédit et le taux
de rendement servi par un support
financier ». Or, l’ensemble de ces
conditions sont actuellement réunies, poursuit Alexandre Boutin.
Car, si la situation aujourd’hui en
termes d’effet de levier n’est pas
exceptionnelle, « son opportunité
est en revanche exacerbée du fait de
l’existence, contrairement aux idées
4
À
RETENIR
Montant minimum
•d’investissement
:
100.000 euros pour que
l’effet de levier du crédit
soit vraiment significatif.
Niveau de risque :
moyen
•
reçues, de rentabilités élevées pour
certains placements, plus spécifiquement immobiliers, et des taux historiquement bas ».
Ainsi, alors qu’il est possible de
financer l’achat de parts de SCPI
avec un prêt de 1,20 à 1,80 % sur
15 ans, le rendement affiché par ce
type d’actif avoisine les 4,5 %. Et le
même phénomène s’observe dans
le cadre d’un investissement locatif
qui sert en moyenne du 3,5 %.
Les charmes du crédit
patrimonial
Jouer l’effet de levier du crédit n’est
toutefois pas intéressant uniquement pour réaliser un investissement, souligne Philippe Moro.
« Cela peut aussi se révéler une solution financièrement attrayante pour
des particuliers qui doivent faire face
à des dépenses soudaines comme,
par exemple, des droits de succession.
Et qui n’ont pas forcément intérêt,
pour s’en acquitter, à liquider certains de leurs placements ou même à
effectuer un rachat sur une assurance-vie, surtout s’ils attendent d’ici peu
une entrée d’argent exceptionnelle. »
Proposé par les banques à leur
clientèle haut de gamme disposant
d’actifs financiers (assurance-vie,
titres, PEA…) capables d’être apportés en nantissement, le crédit patrimonial en est la parfaite démonstration. « Il s’agit en effet d’un prêt
personnel non affecté dont le montant dépend de la nature de la garantie présentée par le client ainsi que du
Il a dit
risque de son sous-jacent », continue
Philippe Moro. Et qui, en termes de
taux, offre des conditions privilégiées en s’alignant sur les grilles des
prêts immobiliers voire en faisant
beaucoup mieux.
Pour maximiser ce recours à
l’endettement, la souscription d’un
prêt in fine appara ît comme
l’option à privilégier. Si un crédit
amortissable permet en effet de
profiter aussi de l’effet de levier, il
implique néanmoins un effort
d’épargne plus important. A la différence d’un crédit amortissable, où
l’emprunteur rembourse chaque
mois une partie du capital et une
partie d’intérêts calculés sur le
montant restant dû, il ne paie mensuellement dans le cadre du crédit
in fine que les intérêts du prêt, le
capital étant réglé en une seule fois
à l’échéance.
Conséquence, analyse Alexandre Boutin, « cela engendre un effet
de trésorerie positif, dans la mesure
où le souscripteur d’un crédit in fine
peut placer sur des produits rémunérés la part qu’il utiliserait pour rembourser le capital s’il avait opté pour
un prêt amortissable ». Mieux, note
Serge Harroch, « cela permet également d’éviter un apport personnel en
cash, du fait du procédé de nantissement utilisé pour garantir ce type de
prêt. Ce montage s’avère donc doublement gagnant, au sens où les sommes nanties continuent à fructifier et
que, surtout, le particulier peut investir les liquidités qu’il a ainsi conservées dans les placements financiers
de son choix. »
« Quand un investisseur paie cash,
l’argent qu’il met
dans l’opération ne lui
rapporte plus rien,
excepté peut-être un
sentiment de sécurité.
A l’inverse, en conservant son épargne,
celle-ci continue à
créer de la valeur. »
SERGE HARROCH Fondateur
d’Euclide Financement
Photo Euclide Financement
Le levier fiscal
Atout supplémentaire de cette stratégie d’emprunt : l’effet de levier
financier se double d’un effet de
levier fiscal ; les intérêts d’un crédit
immobilier pouvant être déduits
des loyers imposables. Un avantage
fiscal d’autant plus intéressant
que l’économie d’impôt en résultant s’accroît en proportion de la
tranche marginale d’imposition du
contribuable.
Et là encore, le crédit in fine tire
davantage son épingle du jeu que
son correspondant amortissable,
du moins… au niveau de l’impôt sur
le revenu. En cause ? Les intérêts
d’un prêt in fine étant linéaires sur
toute la durée de l’emprunt, contrairement à ceux d’un crédit amortissable qui diminuent au fil des mensualités, l’effet de levier fiscal est
multiplié. Concrètement, les revenus fonciers générés dans le cadre
d’un investissement immobilier
financé par ce type de prêt sont
moins rapidement imposés.
Quant à l’impôt sur la fortune
immobilière, crédit amortissable
ou in fine, peu importe : c’est le
même effet de levier qui prévaut.
Les deux constituant en effet un
passif, ils permettent de diminuer la
valeur taxable des biens entrant
dans l’assiette de l’IFI. Et ce, dans les
mêmes proportions. Les souscripteurs d’un crédit in fine espérant
être totalement exonérés de cet
impôt jusqu’à la dernière échéance
de leur prêt en seront pour leurs
frais, prévient Alexandre Boutin.
Pour éviter un effet d’aubaine, la loi
de finances pour 2018 a en effet créé
un amortissement virtuel pour ce
type de crédit entraînant par conséquent une baisse progressive du
passif.
— Anne-Lise Defrance
SCPI, crédit, démembrement :
tiercé gagnant
Emprunter pour mieux transmettre
son patrimoine immobilier
Cas pratique : comment
conjuguer SCPI et nuepropriété à crédit pour
dynamiser le rendement.
L’immobilier n’est pas
l’actif le plus facile
à transmettre. Le recours
au crédit peut permettre
de surmonter l’obstacle.
Explications.
Un épargnant souhaite réaliser un
placement rentable dans la pierre
sans pour autant tenir compte des
perspectives de plus-values immobilières, car il craint un futur
ralentissement du marché. Quel
montage peut-il imaginer pour
optimiser son investissement ?
Décote grâce
au démembrement
Pour ce faire, il acquiert en démembrement sur 15 ans, avec 40 % de
décote, un appartement dont la
valeur en pleine propriété s’établit à
100.000 euros.
Afin de financer cette opération,
il souscrit un crédit in fine de
60.000 euros sur 20 ans au taux de
3 % (assurance comprise). Soit un
coût annuel de 1.800 euros. Il
adosse à cet emprunt un contrat
d’assurance-vie avec un capital initial de 30.000 euros. Au bout de
vingt ans, l’encours de son assurance-vie (composée de SCPI) atteint
60.000 euros net (1). La phase de
démembrement durant seulement
quinze ans, les cinq dernières
années lui permettent de dégager
également un rendement locatif
de 3 % par an. Autrement dit,
15.000 euros sur 5 ans (3 % de
100.000 euros × 5 ans).
SCPI de rendement
Parallèlement, il achète pour
80.000 euros de parts de SCPI servant une rémunération de 4,5 % par
an. Il réalise pour cela un second
prêt in fine (2) à hauteur de son
investissement. Il adosse là encore
cet emprunt à une assurance-vie
mais avec, cette fois, un capital de
départ de 40.000 euros. Cette solution génère des annuités de prêt de
2.400 euros pour un rendement de
3.600 euros par an.
Il utilise alors les 1.200 euros de
gains annuels (3.600 euros –
2.400 euros) ainsi dégagés pour
payer une partie des annuités de
son premier prêt. Ce qui lui laisse
une charge annuelle de 600 euros,
soit 12.000 euros sur la durée totale
de l’investissement (600 euros ×
20 ans).
A l’issue de cette période, il dispose donc d’une trésorerie cumulée
positive de 3.000 euros avant impôt
(15.000 euros de loyers –
12.000 euros de revenus des SCPI). Il
revend alors ses parts de SCPI sans
plus-value et emploie l’encours de
ses contrats d’assurance-vie pour
rembourser le capital de ses deux
prêts.
Bilan : sur 20 ans, l’épargnant a
bloqué 70.000 euros sur des assurances-vie nanties et a acquis, sans
avoir à effectuer de sortie en trésorerie, un bien immobilier d’une
valeur de 100.000 euros et un capital de près de 80.000 euros. Le TRI
frise donc les 4,8 % par an. Et ce, en
ne tenant compte d’aucune perspective de hausse du marché
immobilier.
— A.-L. D.
(1) Sur la base d’un rendement annuel
de 4,2 % avant impôt et d’une fiscalité
de 30 % (prélèvements sociaux inclus).
(2) 3 % sur 20 ans assurance incluse.
Considérée encore par beaucoup
comme une valeur refuge, la
pierre souffre actuellement d’une
fiscalité particulièrement lourde.
Entre les revenus fonciers pouvant être imposés jusqu’à 62,2 %
et le remplacement, le 1er janvier
dernier, de l’ISF par l’IFI, les propriétaires hésitent de moins en
moins à alléger leur patrimoine
immobilier.
Pour ceux néanmoins qui veulent conserver les biens dans la
famille et optimiser leur transmission tout en réduisant la pression
fiscale, une solution existe. Il s’agit
d’une forme particulière de LBO
(« leverage buy-out ») pratiqué
pour le rachat d’entreprise par le
biais de ses dirigeants regroupés
au sein d’un holding. Ici le système, baptisé « OBO » (« owner
buy-out ») immobilier consiste
pour un particulier à vendre ses
biens à une société soumise à l’IS
et constituée avec ses propres
enfants, voire petits-enfants ;
ladite société finançant ellemême cette acquisition par un
emprunt.
Les 3 atouts de l’OBO
D’un point de vue économique, ce
montage se révèle donc triplement intéressant. Pour le vendeur
d’abord qui, grâce au montant
de la vente, récupère du cash en
rendant liquide une partie de
son patrimoine. Et ce, « tout
en refinançant des biens dont il était
déjà propriétaire du fait de l’effet
de levier que constitue la dette »,
précise Catherine Costa, directrice du pôle solutions patrimoniales de Natixis Wealth Management.
Pour tous les actionnaires de la
société ensuite qui bénéficient
d’une fiscalité allégée. « Non seulement, détaille Paul-André Soreau,
fondateur de Altride Family
Office, les intérêts du prêt viennent
en déduction des revenus fonciers
générés, mais, la société étant soumise à l’IS, elle peut pratiquer
Il a dit
« Attention à ne
pas sous-estimer
la valeur des
immeubles au
moment de leur
vente à la société
sous peine d’être
accusé de donation déguisée. »
PAUL-ANDRÉ SOREAU
Fondateur de Altride
Family Office
Photo DR
l’amortissement des biens inscrits à
son actif et diminuer ainsi sa base
taxable ». Mieux encore, le taux
d’imposition à l’IS est nettement
plus avantageux qu’à l’IR (15 %
pour les chiffres d’affaires inférieurs à 38.120 euros et 28 % audelà et jusqu’à 75.000 euros).
Et pour les enfants associés
enfin, qui peuvent ainsi modérer
l’impact des futurs droits de succession. « Au fil du temps, les
parents peuvent réaliser des donations de parts au profit de leurs
enfants. Or, la valeur de la société
étant faible au regard de son passif
important, les droits de mutation
dus sont alors moins importants »,
analyse Catherine Costa.
Les précautions à prendre
Pour autant, gare aux frais inhérents à ce type d’opération (éventuelle plus-value de cession,
honoraires de notaire, droits d’inscription…) et surtout aux risques
de requalification fiscale !
Les mécanismes d’OBO ne
manquent pas de susciter la suspicion de Bercy. Pour éviter de tels
écueils, rappelle Paul-André
Soreau, « il faut pouvoir prouver
que ce montage n’est pas réalisé
dans une optique exclusivement fiscale. Un des moyens est de justifier
l’opération par un souci de transmission. Et attention aussi à ne pas
sous-estimer la valeur des immeubles au moment de leur vente à la
société sous peine d’être accusé de
donation déguisée. » Prudence
enfin quant au possible droit de
préemption de la mairie et des
locataires.
— A.-L. D.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PATRIMOINE // 03
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
START-UP // Soutenir financièrement une jeune société en phase d’amor-
çage, participer à une aventure humaine et entrepreneuriale, croire en un
projet et favoriser son développement… tel est le credo des business angels.
Devenir business angel
C
onnus également sous le
nom d’« investisseurs providentiels », ces hommes et
femmes souvent réunis en réseau
consacrent volontairement une
part de leur patrimoine personnel
au capital d’entreprises innovantes.
Avec, au fond d’eux, l’espoir de voir
ces start-up décoller, leur permettant du même coup de réaliser une
belle opération financière. « Nous
faisons bien sûr tout pour avoir le
meilleur retour sur investissement
possible, mais ce n’est pas là notre
motivation première. Pour devenir
business angel, il faut avant tout
avoir une passion pour l’entrepreneuriat, et surtout l’envie de faire
avancer des technologies qui construiront le monde ou la santé de
demain », reconnaît Alain Pujol,
membre du bureau d’Angels Santé,
réseau spécialisé dédié aux sciences de la vie et aux nouvelles technologies appliquées à la santé.
Investir du temps
Car, en plus de leur argent, c’est également du temps que ces particuliers mettent à disposition des
entrepreneurs à qui ils apportent
leur confiance. « Nous leur offrons
notre expérience, les aidons à prendre du recul et à se poser les bonnes
questions à l’occasion des comités
stratégiques auxquels nous prenons
part et nous leur ouvrons nos propres réseaux relationnels et professionnels », explique Florence
Il a dit
« Pour devenir
business angel, il faut
avant tout avoir une
passion pour l’entrepreneuriat, et surtout
l’envie de faire avancer
des technologies
qui construiront
le monde ou la santé
de demain. »
ALAIN PUJOL
Membre du bureau d’Angels Santé
Photo Angels Santé
4
À
RETENIR
Investissement :
•à partir
de 10.000 euros
de risque :
•TrèsNiveau
élevé
Richardson, coprésidente du
réseau Femmes Business Angels,
premier réseau féminin de business angels en Europe. Et ce, « sans
jamais pour autant prendre la main
sur la société », assure-t-elle.
Certes valorisante pour ces investisseurs qui trouvent non seulement là un moyen d’accompagner
des entreprises en devenir, mais
également de diversifier leur stratégie patrimoniale, l’aventure n’est
cependant pas exempte de risques.
Lesquels se révèlent d’autant plus
élevés que les tickets d’investissement varient entre 10.000 et
200.000 euros. « Nous intervenons
au démarrage de la société au
moment où ses premiers besoins de
financement sont importants et où il
n’existe pas encore une vraie visibilité
sur son développement », souligne
Alain Pujol. D’où des gains aléatoires, voire rarement au rendez-vous.
« Sauf à tomber sur une véritable
pépite, il n’y a aucune assurance de
rendement. De manière générale, sur
100 sociétés soutenues, de 20 à 25 ne
survivent pas aux cinq premières
années, entre 65 et 70 vivotent et de 10
à 15 permettent des sorties honorables en multipliant par deux, ou parfois par 20, la mise de fonds initiale »,
indique Tanguy de La Fouchardière, président de France Angels,
fédération française qui regroupe
75 réseaux de business angels
représentant environ 5.000 investisseurs privés actifs.
transformation de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en impôt
sur la fortune immobilière (IFI), la
déduction fiscale au titre de l’ISFPME dont bénéficiaient jusque-là
les business angels a bel et bien disparu. « Si, il y a quelques mois encore,
ce dispositif pouvait constituer un
amortisseur aux différents risques
liés à ce type d’investissement, c’en est
terminé, note Florence Richardson.
Il faut désormais oublier l’idée que
celui-ci puisse être réalisé dans un
souci d’optimisation fiscale. »
Maigre consolation, la réduction
à l’impôt sur le revenu accordée
sous condition au titre de la souscription en numéraire au capital de
petites et moyennes entreprises
non cotées est pour sa part maintenue. Mieux, elle a été relevée exceptionnellement en 2018, passant de
18 % du montant annuel des sommes engagées à 25 %. Mais le relèvement effectif de ce taux était subor-
donné à la publication d’un décret
lié à la nécessité de notifier cette
mesure à la Commission européenne… Qui n’a toujours pas été
publié. Il est donc possible que les
investisseurs de 2018 doivent se
contenter d’un taux de 18 %. Un
amendement au projet de loi de
finances pour 2019, qui décale d’un
an cette majoration à 25 % du dispositif Madelin, a été adopté en commission des Finances et sera présenté en séance à l’Assemblée.
Enfin, met en garde Tanguy de La
Fouchardière, « cet avantage entre
dans le calcul du plafonnement des
niches fiscales qui fixe à 10.000 euros
par an le seuil maximal de déductions et de crédit d’impôts autorisés
pour un même foyer fiscal. Ce qui
réduit donc par extension l’effet incitatif de ce geste de Bercy censé paradoxalement encourager ce type d’investissement dans l’économie réelle ».
— Anne-Lise Defrance
Faible incitation fiscale
Autre point noir de cet investissement : son illiquidité. « Il n’existe en
effet pas de marché secondaire qui
puisse permettre de vendre ses parts
ou ses actions à tout moment. Pour
récupérer son argent, il faut donc
attendre une fenêtre de sortie, avec
par exemple l’entrée d’un nouvel
investisseur, la cession de la société,
voire une entrée en Bourse, selon un
timing que nous ne maîtrisons pas »,
prévient Florence Richardson.
Et inutile aujourd’hui d’espérer
un coup de pouce fiscal pour limiter
cette prise de risque. Motif ? Avec la
Le choix du réseau
Personnalité de l’équipe
dirigeante, caractère
innovant du projet,
débouchés du marché…
Autant de critères
à prendre en compte
pour choisir d’apporter
son soutien financier à
une jeune entreprise.
Pour un business angel, bien sélectionner l’entreprise à laquelle il souhaite apporter ses fonds est primordial. Cela commence souvent par
choisir le ou les réseaux où devenir
membre car de cette décision
découlent les demandes de financement d’entreprises auxquelles il
aura accès. « Tous les réseaux sont
différents par nature », confirme
Ta n g u y d e L a Fo u c h a r d i è re .
« Quand certains se concentrent sur
une région spécifique, d’autres sont
spécialisés sur un secteur d’activité en
particulier comme la santé ou le
monde maritime par exemple, ou
encore sont réservés aux anciens élèves de grandes écoles comme Polytechnique. »
Cette première démarche faite,
reste à faire le tri parmi les différents projets présentés. Si quelques
différences peuvent exister selon
les réseaux, de manière générale,
un premier écrémage est réalisé
chaque mois par un comité de
sélection.
Ecrémage
Seuls quatre ou cinq dossiers sont
alors retenus et les porteurs de projet concernés sont invités à expliquer leur plan devant l’ensemble
des membres du réseau. « Si chacun
décide ensuite de façon individuelle
de son investissement à l’issue d’une
instruction conduite par quelques
membres intéressés par le dossier
puis partagés au sein du réseau, tous
prennent part aux discussions et
peuvent ainsi donner leur avis »,
signale Alain Pujol.
Personnalité de l’équipe dirigeante, caractère innovant du projet, débouchés du marché… sont
donc autant de critères à prendre en
compte pour choisir d’apporter, ou
non, son soutien financier à une
jeune entreprise. Tout en gardant
bien en tête, conclut Florence
Richardson, « qu’au regard des risques pris, le montant investi ne doit
constituer qu’une petite partie de son
patrimoine ». — A.-L. D
UNIQUE
comme votre vision d’entreprendre.
IMAGINONS L’AVENIR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 // PATRIMOINE
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
GESTION DE FORTUNE // L’assurance-vie constitue l’un des meilleurs outils financiers pour se constituer une épar-
gne multi-objectifs au long cours. Des atouts susceptibles d’être maximisés avec une gestion mandatée dédiée.
Forger une assurance-vie à sa mesure
S
oucieux de préserver le statut
spécifique de leur pré carré,
les assureurs n’apprécient
guère que l’on présente les contrats
multisupport comme de remarquables vecteurs de gestion financière.
C’est pourtant ce qu’ils sont ! Sous
réserve d’être négociées sur un marché reconnu et d’offrir une protection suffisante de l’épargne investie
(articles L131-1, R131-1 et R332-2 du
Code des assurances), presque toutes les classes d’actifs peuvent être
logées dans cette enveloppe et fructifier hors impôt tant qu’elles sont
capitalisées au sein du contrat.
Par ailleurs, passé huit ans, les
revenus sont, en cas de retrait, faiblement fiscalisés. Et si l’assuré
décède, le contrat sera transmis au
bénéficiaire désigné de son choix
(parent ou pas) en franchise partielle de droit jusqu’à 152.500 euros
(au-delà taxe de 20 % jusqu’à
700.000 euros, puis de 31,25 % et
régime classique, après abattement
de 30.500 euros, pour les capitaux
correspondant à des primes versées
par une personne de 70 ans ou plus).
Pas étonnant donc que les professionnels de la gestion privée
s’appuient de façon quasi systématique sur cette pierre angulaire pour
bâtir la stratégie patrimoniale de
leurs clients et leur offrir des solutions d’investissement sur mesure.
• TRIPLE VALEUR AJOUTÉE
Un contrat d’assurance-vie haut de
gamme se distingue par la réunion
d’au moins trois caractéristiques :
un conseil et un suivi personnalisés
dans le temps ; une palette à la fois
étendue et sélective de supports en
unités de compte (UC) ouverts sur
les plus belles signatures de la gestion d’actifs et, pour les clients qui
souhaitent garantir une fraction de
leur contrat, des fonds en euros performants et des options sécurisantes pertinentes (captations régulières des plus-values générées par les
UC, etc.). Partant de cette base, le
souscripteur a ensuite le choix entre
plusieurs modes pilotage de son
contrat : libre, conseillé (il arbitre
lui-même son multisupport en
fonction des recommandations
personnalisées que lui prodigue son
conseiller privé) ou mandaté. « Pour
nous, un contrat haut de gamme doit
systématiquement offrir une gestion
libre ouverte sur des titres vifs », précise Arnaud de Dumast, directeur
général de Neuflize Vie, qui en propose à partir de 300.000 euros.
• LA FORCE DU MANDAT
Mais, comme le rappelle Cyrille
Chartier-Kastler, fondateur de
Good Value for Money, c’est surtout
« par la sophistication de sa gestion
sous mandat, qu’une offre premium
creuse sa différence par rapport à un
multisupport classique ». Hugues
Aubry, membre du comité exécutif
de Generali France, chargé du marché de l’épargne et de la gestion de
patrimoine, confirme. « Nombre de
nos clients aspirent à une véritable
Il a dit
C’est « par la sophistication de sa gestion
sous mandat, qu’une
offre premium creuse
la différence par rapport à un multisupport
classique ».
CYRILLE CHARTIER-KASTLER
Fondateur de Good Value
for Money
Photo GVfM
ingénierie financière mais préfèrent
en déléguer la mise en musique à des
professionnels. » Deux possibilités
de gestion mandatée, soit pilotée,
soit dédiée, s’offrent à eux. Dans le
premier cas, le client donne mandat
à l’assureur afin, selon son aversion
au risque et ses objectifs patrimoniaux, d’adhérer à une allocation
d’actifs au profil plus ou moins
dynamique, ouverte à plusieurs
clients et dont l’arbitrage est confié à
une société de gestion. « Il y a un seul
gestionnaire par mandat, mais on
peut confier chaque profil de risque à
une société de gestion différente »,
note Hugues Aubry. Accessibles en
général à partir de plusieurs dizaines, voire souvent centaines, de milliers d’euros, « cette forme de délégation ouverte sur un univers très riche
de fonds collectifs et de titres vifs, offre
déjà de multiples possibilités de combinaisons de gestion active », remarque Arnaud de Dumast. On reste
cependant dans le domaine du prêtà-porter de luxe et seul le mandat
dédié permet de basculer dans la
haute couture financière.
• SUR-MESURE FRANÇAIS
Censée répondre à des besoins précis individuels ou familiaux appelant la mobilisation d’importants
capitaux (certains établissements
ne proposent cette option qu’à partir de 1 million d’euros), la gestion
mandatée individualisée, confiée à
une, voire plusieurs – c’est plus
rare – sociétés de gestion permet
d’élargir le spectre d’investissement
et d’aller chercher de la valeur ajoutée sur des expertises spécifiques
(stock-picking obligataire, géographique, sectoriel, etc.). « A partir de
5 millions d’euros, nos gestions
dédiées donnent accès à des fonds
internes, externes et des titres vifs sur
la base de l’Euro STOXX élargi », précise-t-on à la Banque Palatine. Ce
domaine des possibles reste toutefois limité par la politique de risque
de l’assureur qui « peut, par exemple,
refuser d’accueillir dans son contrat
des small caps ou des obligations high
yield à la notation jugée insuffisante
ou encore réduire les expositions en
private equity pour des raisons de
liquidité », remarque Jean-Baptiste
Barenton, responsable de la gestion
privée chez Amiral Gestion.
•
LA CARTE
LUXEMBOURGEOISE
Comme d’autres, ce professionnel
trouve à cet égard davantage de profondeur de champs dans la gestion
dédiée des offres des compagnies
luxembourgeoises (filiales d’assureurs français ou non). « Le gérant
aura les coudées plus franches pour
travailler certaines poches d’actifs,
notamment le non-coté. » Souvent
plébiscités pour leurs garanties
spécifiques (actifs cantonnés et
prioritairement protégés en cas de
défaillance de l’assureur), une portabilité et une fiscalité favorables
aux expatriés (le régime d’imposition qui prévaut est celui du pays où
réside l’assuré), les contrats luxembourgeois permettent des allocations d’actifs sur mesure.
Au travers des FID (fonds internes dédiés), elles vont au-delà de ce
qu’autorise le Code français des
assurances. « Tout est cadré par une
notice descriptive cosignée par le
client, l’assureur et le gestionnaire en
charge du mandat, mais la dimension
internationale de ces contrats multidevises bâtis en architectures ouver-
4
À
RETENIR
Montant minimum
•d’investissement
:
100.000 euros en gestion
libre, conseillée ou pilotée,
500.000 euros en mandat
dédié.
Niveau de risque : élevé.
•
tes leur confère une valeur ajoutée
indéniable », résume Olivier Grenon-Andrieu, président d’Equance.
Répertoriés en classes A, B, C, et
D, les FID sont en effet bâtis à l’aide
de paramètres de gestion d’autant
plus fins et complexes que les montants investis sont importants (rarement moins de 250.000 euros,
même si un premier seuil d’accès
est fixé à 125.000 euros) et le patrimoine mobilier du client élevé (au
moins 2,5 millions d’euros pour les
fonds les plus haut de gamme de
type D). « On peut, par exemple,
recourir à des instruments de couverture sous forme de dérivés, ce qui
n’est pas possible en France, ou
encore, permettre aux membres
d’une même famille détenteurs de
plusieurs contrats de mutualiser
leurs intérêts au sein d’un seul FID »,
précise Sébastien Veynand, directeur général de Generali Luxembourg. « Nous réservons ces offres à
des clients susceptibles d’y investir au
moins 1 million d’euros et détenant
5 millions d’euros d’avoirs financiers
ou plus », souligne néanmoins Béatrice Belorgey, directrice de BNP
Paribas Banque Privée en France.
Depuis 2015, les contrats luxembourgeois proposent également des
FAS, des fonds d’assurance spécialisés, qui, placés sous l’égide de l’assureur, sont ouverts aux titres vifs choisis et arbitrés par le client lui-même.
« Les gestions libres haut de gamme
offrent déjà cette possibilité et, en ce
sens, le FAS ne présente pas beaucoup
d’intérêt pour une clientèle française », relève Céline Duval-Hubert,
de Neuflize Assurances Privées.
— Laurence Delain
Trois pistes pour doper son revenu
Au-delà des gestions
dédiées, plusieurs solutions
permettent, dans un cadre
assurantiel, de stimuler
la rentabilité de ses
placements à moyen-long
terme. Trois d’entre elles
méritent plus particulièrement d’y prêter
attention.
Le online
Qu’ils soient promus par
des courtiers, des banques
en ligne (Altaprofits, Assurancevie.com, Mes-placements, Linxea,
Fortuneo, Boursorama, ING Direct,
BforBank, etc.) ou des fintech
(Advize, Yomoni, WeSave, Fundshop, Grisbee, Mieuxplacer.com,
Nalo, etc..), les contrats multisupports proposés via Internet se distinguent par leur bon rapport rendement/coût.
Moyennant des frais nettement
inférieurs à ceux des réseaux classiques, leurs offres, ultradiversifiées,
donnent accès à des gestions profilées par risque de qualité. Elles sont
souvent pilotées par des maisons de
renom (Lazard Frères Gestion,
Edmond de Rothschild AM, Carmignac, DNCA, etc.).
1
Le private equity
Souscrit sous la forme de
2 FCPR (fonds communs de
placements à risque) dans le cadre
protecteur de l’assurance-vie, le private equity est une classe d’actifs risqué et atypique qui, décorrélée des
marchés financiers, offre sur un
horizon de huit à dix ans, un potentiel de rendement attractif de l’ordre
de 8 % ou plus. Déjà encouragé par
la loi Macron du 6 août 2015 et bientôt renforcé par le projet de loi Pacte,
le non-coté accessible dans les contrats patrimoniaux (dans la limite
actuelle de 10 % des encours) de plusieurs compagnies, (AXA, BNP Paribas Cardif, CNP Assurances, SpiricaCrédit Agricole Assurances,
Generali…) demeure cependant par
définition réservé à une clientèle
avertie, prête à essuyer des pertes.
La tontine
Cette forme ancienne mais
efficace d’épargne mutualisée, distribuée de façon quasi exclusive par le groupe Le Conservateur,
profite de la fiscalité de l’assurancevie, mais fonctionne très différemment. Chaque année, une association tontinière est créée pour une
3
durée de vingt-cinq ans. Moyennant un prélèvement forfaitaire
unique de 18,5 %, l’épargnant peut y
adhérer ou investir dans une association lancée antérieurement sous
réserve de bloquer son placement a
minima dix ans (quinze ans en cas
de versements périodiques).
Il peut également répartir ses primes dans différentes tontines pour
échelonner ses dates de sortie.
Incompressible, cette durée de blocage confère une belle marge de
manœuvre au gestionnaire pour
rentabiliser les actifs qui lui sont
confiés tout en les sécurisant au fur
et mesure que la date de dénouement approche (rentabilité
moyenne brute annuelle de 4,5 %
sur quinze ans selon les calculs du
Conservateur).
A échéance, le souscripteur récupère les fruits faiblement imposés
de son placement (prélèvement
libératoire de 7,5 % ou 12,8 % après
abattement de 4.600 euros ou
9.200 euros pour un couple), et
peut, s’il a souscrit des tontines « en
cascade », afin d’optimiser l’abattement, toucher un revenu net
d’impôt plusieurs années durant au
gré de leurs dénouements successifs. — L. D.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Votre réussite est singulière, le fruit d’une histoire qui a façonné votre parcours, votre vie.
Depuis plus de 140 ans, nous écoutons vos récits afin que vos ambitions deviennent réalité.
A vos côtés partout dans le monde, nous conférons à votre patrimoine une stature unique et pérenne.
Vous ouvrez un nouveau chapitre de votre histoire, écrivons-le ensemble.
www.ca-indosuez.com
BELGIQUE | BRÉSIL | ÉMIRATS ARABES UNIS | ESPAGNE | FRANCE | HONG KONG | ITALIE | LIBAN
LUXEMBOURG | MIAMI | MONACO | NOUVELLE CALÉDONIE | SINGAPOUR | SUISSE | URUGUAY
*Ces histoires qui nous façonnent.
*
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 // PATRIMOINE
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
PLACEMENTS PLAISIR // Les vignes sont des actifs tangibles ayant toute leur place dans une logique
de diversification d’un patrimoine haut de gamme. Rimant avec passion et plaisir, ces acquisitions peuvent
prendre place dans une stratégie de long terme.
Les vignes, un placement exigeant
à fort potentiel
C
ertains souhaitent investir
dans le vin pour le plaisir et
aussi pour donner du sens à
leur investissement. Toutefois,
« beaucoup d’acheteurs n’ont pas le
temps de s’occuper de l’exploitation
en direct. La solution consiste souvent à leur trouver une ou plusieurs
parcelles de qualité qui seront louées
sur une longue durée à un viticulteur
professionnel. S’ils disposent d’un
budget de 5 millions d’euros et audelà, l’achat d’un domaine est aussi
envisageable avec une équipe sur
place, chargée de la production et de
la commercialisation du vin et du
fonctionnement de la société commerciale », indique Benoît Léchenault, responsable BNP Paribas
Property d’Agri France.
Dans un marché où le foncier de
qualité est rare, les prix ne cessent
de s’apprécier depuis dix ans. La
fourchette de prix est large : l’hectare se vend à partir de 10.000 euros
et peut monter jusqu’à plus de
3 millions d’euros pour un grand
cru. En plus de la réputation viticole
de la région, la cote dépend aussi du
cépage, de l’exposition de la parcelle, de l’appellation et du classement du vin.
Activité gourmande
en capitaux
En tout, le vignoble français représente 700.000 hectares et chaque
année environ 2 % à 3 % des surfaces
changent de main, soit environ 500
ventes de propriétés. « 85 % du
vignoble n’est pas cher et se négocie
entre 18.000 et 22.000 euros par hectare avec une valeur moyenne légèrement au-dessus de 20.000 euros »
relativise Michel Veyrier, fondateur
du réseau Vinea Transaction. Les
ventes de crus et de vignes aux belles étiquettes ne représentent que 15
% du marché en volume, selon lui. «
Quant aux quelques transactions à
plusieurs dizaines de millions
d’euros, elles représentent à peine 1 %
4
À
RETENIR
Montant minimal :
•achat
d’un domaine
en direct à partir de
700.000 euros environ ;
achat de parts d’un groupement foncier viticole
(GFV) dès 50.000 euros.
Niveau de risque :
moyen.
•
des ventes annuelles en volume »
poursuit-il. « Outre la dimension
passion, il y a dans ce placement un
aspect de préservation du patrimoine. Toutefois, cet investissement
ne doit pas peser plus de 15 à 20 %
d’un patrimoine car c’est un actif peu
liquide au rendement modeste »,
souligne François Mollat du Jourdin, secrétaire général de l’Association française du family office (Affo)
et président de MJ & Cie. Pour
mémoire, ce rendement jamais
garanti n’excède pas 2,5 %.
« Même si le propriétaire n’est pas
en permanence sur le domaine, il
prend vite goût à cette nouvelle activité et s’implique souvent dans la
(re)prise en main de l’exploitation »,
constate Alexis Weill, responsable
des transactions viti-vinicoles à la
Banque Rothschild & Co à Paris.
Plus-values à la revente
En plus du prix d’achat, des fonds
supplémentaires sont souvent à
prévoir pour renouveler le matériel
de production, rénover les bâtiments techniques, recruter des
experts ou encore constituer un
fonds de trésorerie de la société.
« C’est une activité gourmande en
capitaux qui génère un retour sur
investissement assez faible. Améliorer la chaîne de production est un travail de longue haleine. Il faut attendre
plusieurs récoltes pour obtenir des
résultats et disposer de temps pour
les améliorer », commente Alexis
Weill.
C’est à la revente que l’opération
est susceptible de dégager des plusvalues. Le vin s’achète aussi en parts
via un groupement foncier viticole
(GFV). Cette structure propose des
tickets d’entrée beaucoup plus
accessibles, soit à partir de
50.000 euros.
A noter que la détention de
vignes en direct est partiellement
exonérée de l’impôt sur la fortune
immobilière (IFI), à hauteur de
75 % de sa valeur dans la limite de
101.897 euros, puis de 50 % au-delà
de ce montant. Enfin, l’investissement dans la vigne est réputé
pour être un moyen efficace en
matière de transmission de son
patrimoine. Une exonération partielle s’applique, sous certaines conditions, aux droits de donation et de
succession.
— Laurence Boccara
Il a dit
« Il y a dans ce placement un aspect de
préservation du patrimoine. Toutefois, cet
investissement ne doit
pas peser plus de
15 à 20 % d’un patrimoine, car c’est un
actif peu liquide au
rendement modeste. »
FRANÇOIS MOLLAT
DU JOURDIN
Secrétaire général de l’Affo
Photo Affo
Le refuge de la forêt
Cette valeur refuge
affiche un faible
rendement mais traverse
les tempêtes et se valorise
régulièrement.
Transmission d’entreprise :
Assurez-vous !
AIG vous apporte son expertise lors de la conclusion
de vos transactions.
Que vous soyez acheteur ou vendeur, l’assurance garantie de passif d’AIG vous
apporte une protection étendue après la vente et vous assure une tranquillité d’esprit
même lorsqu’un sinistre survient. En savoir plus sur www.aigassurance.fr
AIG est le nom commercial du réseau mondial d’assurance dommages et responsabilité d’AIG Inc., incluant AIG
Europe SA. Les assurances sont fournies par AIG Europe SA. Le présent document est fourni à titre informatif
uniquement et ne peut en aucun cas servir de justificatif d’assurance. L’offre est susceptible de varier selon les
pays et peut ne pas être disponible dans tous les pays européens. L’étendue et les conditions d’application des
garanties sont assujetties aux dispositions du contrat d’assurance, qui sont disponibles sur simple demande. Pour
plus d’informations, vous pouvez visiter notre site internet: www.aig.com/fr
Cela fait maintenant dix ans que la
forêt a retrouvé ses lettres de
noblesse. Le prix de l’hectare se
valorise régulièrement de 3 à 4 %
par an depuis 2008 avec des écarts
importants de prix allant de 1.000 à
20.000 euros l’hectare. « Toujours
ascendant, ce marché est réputé
étroit et peu liquide. Mais, en ce
moment, il y a davantage d’opportunités pour le particulier car quelques
investisseurs institutionnels cèdent
tout ou partie de leurs forêts »,
signale Benoît Léchenault. Selon la
région, la superficie et la qualité de
la parcelle, certaines transactions
peuvent se chiffrer à plusieurs millions d’euros.
De 1 % à 3 % de rendement
La forêt plaît pour son côté « valeur
refuge ». De plus, « cet actif s’avère
une bonne parade contre l’inflation
car le prix du bois issu des forêts de
production est indexé à l’évolution
du coût de la vie », précise Philippe
Gourmain, expert forestier au Cabinet Rousselin Gourmain.
Pour jouer la carte de l’exploitation, générer des économies
d’échelle et des revenus réguliers
mieux vaut disposer d’un domaine
de 20 à 30 hectares. Mais plus que la
superficie, c’est la qualité du sol, la
densité de peuplement des arbres
(âge, essence) et l’accessibilité de la
forêt qui détermine aussi la valeur.
Pour ceux en quête de revenus
réguliers (issus de la vente de bois
coupé, droits de chasse), le rendement évolue entre 1 % et 3 %. Tout
cela suit le rythme de la nature,
à savoir la croissance organique
et naturelle des arbres. Reste que
les risques climatiques (tempêtes)
et sanitaires (maladies) peuvent,
certaines années, affecter les
revenus.
Réductions d’impôt
La détention de forêts ou de parts
dans un groupement foncier forestier (GFF) procure des avantages
f i s c a u x . P r o l o n g é j u s q u’a u
31 décembre 2020, le dispositif Defi
forêt permet une réduction d’impôt
sur le revenu de 18 % du prix d’achat
de parcelles forestières dans la
limite de 5.700 euros pour une personne seule et de 11.400 euros
pour un couple. Il s’applique à
l’achat en direct de forêts et assimilés comme aux groupements forestiers. En contrepartie, le contribuable s’engage à une détention des
parts jusqu’au 31 décembre de la
huitième année suivant la date de
souscription.
Non cumulable avec la précédente, il est possible de bénéficier
4
À
RETENIR
Montant minimal :
•pour
l’achat d’une forêt :
à partir de 500.000 euros ;
pour l’achat de parts
d’un groupement foncier
forestier (GFF) :
dès 50.000 euros.
Niveau de risque :
moyen
•
d’une autre réduction d’impôt sur le
revenu s’élevant à 18 % du montant
de l’investissement dans un GFF.
Celle-ci s’inscrit dans le cadre de la
réduction d’impôt pour investissement au capital de PME. Le taux de
cette réduction devait être porté à
25 %, mais son entrée en vigueur
reste donc, pour l’heure, conditionnée à la parution d’un décret toujours en attente. Les dépenses dans
un GFF sont retenues dans la limite
de 50.000 euros pour une personne
seule et de 100.000 euros pour un
couple marié.
Comprise dans l’assiette de
l’impôt sur la fortune immobilière,
la forêt, sous certaines conditions,
n’est taxée qu’à 25 % de sa valeur.
Cette exonération partielle s’applique également aux droits de donation et de succession.
— L. B.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PATRIMOINE // 07
Les Echos Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018
DIVERSIFICATION // « Bien acheter » une œuvre d’art est certes une question de prix, mais pas seulement. Dans
un marché de plus en plus sélectif, il est important de s’intéresser à de nombreux éléments en amont de la vente.
Les précautions à prendre pour
se lancer sur le marché de l’art
S
’intéresser à l’art et y prendre goût, puis commencer à
acheter des pièces que l’on
aura le plaisir d’admirer chez soi.
Voilà en résumé, l’itinéraire balisé
et initiatique des investisseurs particuliers souhaitant accéder à ce
vaste univers. « Pour se lancer dans
une collection d’objets d’art, il faut au
départ avoir une affinité et du plaisir,
et ce n’est pas le cas de tout le
monde », reconnaît Annabelle
Azoulay, directrice de JP Morgan
Banque Privée en France.
Du point de vue des gestionnaires de patrimoine et de fortune, ce
type d’investissement constitue un
élément important dans une stratégie de diversification d’actifs. Car la
cote de l’art est décorrélée de l’évolution des marchés financiers et
immobiliers. Néanmoins, pour
acquérir sans fausse note, mieux
vaut se faire accompagner par un
spécialiste rompu aux codes de ce
marché, capable d’analyser la qualité et le prix d’un objet. Grâce à son
carnet d’adresses, il sera possible
d’accéder à l’expert de tel ou tel
artiste ou mouvement.
Les banques privées et de gestion
de fortune disposent parfois, en
interne, d’un département art avec
une équipe capable de conseiller les
personnes voulant commencer ou
compléter une collection. « Il nous
arrive parfois d’agir en tant qu’intermédiaire dans le cadre de ventes de
gré à gré entre clients particuliers.
Notre rôle est aussi d’accompagner
ceux parmi nos clients qui nous sollicitent, afin de s’assurer qu’ils disposent de toutes les informations nécessaires avant de se lancer dans l’achat
d’une œuvre », précise Mathilde
4
• Montant minimal : aucun
Niveau de risque : faible
•à spéculatif
de progression. En revanche, la cote
est déjà très élevée pour des artistes
comme Warhol, Pollock, Hopper ou,
tout récemment, Hockney », estime
Fabien Bouglé. Les acheteurs plus
audacieux en quête d’une plus-value
tout en voulant se faire plaisir pourront s’intéresser aux artistes vivants
et émergents. Mais attention, c’est
un pari sur une notoriété future.
Prudence sur Internet
Courteault, responsable du département art à la banque Neuflize
OBC. Car « bien acheter » dans l’art
est certes une question de prix, mais
pas seulement.
Cinq critères d’estimation
« Le marché est de plus en plus sélectif, aussi est-il important de s’intéresser à de nombreux éléments en
amont de la vente », affirme Antoinette Leonardi, directrice du conseil en art chez BNP Paribas Wealth
Management. Pour Fabien Bouglé,
consultant en gestion de patrimoine artistique au cabinet SaintEloy, « cinq critères majeurs sont à
prendre en compte : l’authenticité de
l’œuvre, sa qualité esthétique, son
état général, son pedigree et sa fraî-
cheur ». Ce dernier élément fait
référence à la circulation de l’œuvre
sur le marché. Si cette dernière est
par exemple restée longtemps hors
des circuits de vente, sa « virginité »
commerciale est susceptible de
majorer le prix.
Potentiel de plus-values
Pour ceux qui préfèrent jouer la
sécurité, « mieux vaudra privilégier
des œuvres représentatives du travail
de l’artiste. Par exemple, opter de préférence pour une “Etude” de Simon
Hantaï plutôt que sa période hongroise. Mieux vaut aussi se positionner sur un artiste dont la représentation muséale est internationale »,
explique Arnaud Dubois, gestionnaire artistique à l’Institut du Patri-
Les atouts et les pièges du club deal
immobilier
Des affaires immobilières
alléchantes réservées
à quelques privilégiés : c’est
le principe. Mais les résultats ne sont pas toujours
au rendez-vous.
Permettre à des particuliers d’acheter un actif immobilier qu’ils
n’auraient pas pu s’offrir seul à
l’image d’un hôtel, d’un Ehpad, d’un
camping ou encore d’un immeuble,
tel est le principe même des clubs
deals. Ces structures consistent en
effet à réunir quelques investisseurs privés et privilégiés (généralement de 20 à 30), pour financer
ensemble une opération non cotée.
Mais attention, prévient Xavier
Anthonioz, président du directoire
de la société de gestion 123 IM, « si le
principe de base reste le même, à
savoir réaliser un tour de table financier, le terme même de “club deal”
recouvre différentes réalités en fonction de son sous-jacent d’investissement ». Ainsi, détaille-t-il, alors que
certains de ces groupes proposent
d’acquérir uniquement des murs
(résidentiels, bureaux…) dans une
optique de rentabilité locative,
d’autres élargissent cet investissement à l’exploitation du bien via
l’achat de son fonds de commerce.
Pour autant, dans un cas comme
dans l’autre, c’est généralement
l’intermédiaire à l’origine du club
deal (banque, société de gestion,
family office…) « qui sélectionne
l’opération à financer en vérifiant
notamment la qualité du projet mais
aussi la solidité de l’actif », précise
Patrick Ganansia, fondateur
d’Herez, société de conseil en gestion de patrimoine.
Une fois ce travail effectué et les
investisseurs convaincus, ils
À
RETENIR
4
À
RETENIR
: à partir
•deInvestissement
100.000 euros
• Niveau de risque : élevé
deviennent alors actionnaires
d’une société (le plus souvent, de
type SAS, société par actions simplifiées) créée spécialement pour
l’occasion. Ladite société devenant
elle-même, selon la nature du club
deal, propriétaire en direct du bien
ou actionnaire de l’opérateur qui le
détient en propre. Et c’est là précisément l’un des intérêts principaux de
ce type de placement, insiste Xavier
Anthonioz. « A la différence d’un
fonds d’investissement, les particuliers peuvent choisir l’actif dans
lequel ils investissent. Ils sont maîtres
de leur décision et sont impliqués
dans la vie de la société en tant
qu’actionnaires en direct. »
Aléas d’exploitation
et de marché
Sauf que… par nature élitiste
compte tenu du montant global des
projets financés (2 à 15 millions en
moyenne) et du nombre restreint
de participants, les clubs deals
impliquent une mise de fonds minimale de l’ordre de 100.000 euros,
voire plus. Et ce, pour des rendements variables et en aucun cas
garantis. Si, selon le niveau de risque, les performances annoncées et
dégagées généralement sous forme
de plus-value varient en effet entre 7
et 12 %, la réalité peut s’avérer décevante. « Qu’il s’agisse d’aléas
d’exploitation ou de marché, il existe
des dangers potentiels dans le cadre
du non-coté. C’est la contrepartie du
fort rendement attendu », rappelle
Patrick Ganansia. En témoigne
la mise en redressement judiciaire,
il y a un an, du groupe hôtelier
Maranatha, qui avait plongé dans
la tourmente ses quelque
6.000 investisseurs.
E t l a s i g n a t u r e d ’u n p a c t e
d’actionnaires permettant d’organiser les conditions d’entrée et de sortie au capital de la société créée par
le club deal n’élimine pas les risques
liés à ce type d’investissement.
Exemple, explique Xavier Anthonioz, « chez 123 IM, nous prévoyons
Les clubs deals
impliquent une mise
de fonds minimale
de l’ordre de
100.000 euros, voire
plus. Et ce, pour des
rendements variables
en aucun cas garantis.
que notre partenaire exploitant
puisse racheter en priorité les parts
des actionnaires selon une formule
de prix prédéfinie entre la troisième
et la cinquième année suivant
l’apport de fonds. S’il n’exerce pas
cette option, l’actif pourra alors être
vendu à un autre acteur. Mais alors
au prix du marché ».
Autre bémol de taille enfin de ces
investissements : leur illiquidité.
L’absence de marché organisé rend
quasi impossible la revente des
parts en dehors des cas de sortie
prévus.
— Anne-Lise Defrance
moine. Très en vogue, l’art contemporain est une période riche en
œuvres et certains experts conseillent celles réalisées entre les
années 1960 et 1980. « Dans cette
mouvance, il serait pertinent de privilégier des artistes français réputés
comme Nicolas de Staël, Georges
Mathieu ou Maurice Estève. N’ayant
pas encore émergé au niveau international, ces peintres affichent encore
des prix accessibles avec un potentiel
Une chose est sûre, à partir de
100.000 euros, tous les spécialistes
en art déconseillent les achats sur
Internet ou tout du moins sur les
sites ne proposant pas de lieux
d’exposition pour voir la pièce avant
la vente aux enchères. « Il faut l’étudier, en apprécier l’impact, ses dimensions et en vérifier impérativement
l’état de conservation », insiste
Antoinette Leonardi. Acheter dans
de bonnes conditions, c’est aller
dans des maisons de vente, dans des
galeries ou acheter auprès de courtiers reconnus ayant pignon sur
rue. Il faudra bien sûr compter les
frais d’achat, par exemple 25 % dans
le cadre d’une vente aux enchères.
Certaines banques privées
offrent à leurs clients déjà collectionneurs des outils de financement dédiés à ce genre d’acquisitions. « Nous mettons en place une
ligne de crédit destiné à faciliter
l’achat d’autres pièces. Ainsi les
œuvres d’art déjà en portefeuille sont
données en garantie », précise
Annabelle Azoulay.
Deux options fiscales
L’aspect fiscal de cet investissement
n’est pas à négliger. Au moment de
sa revente, une pièce supérieure à
5.000 euros fait l’objet de deux taxations optionnelles possibles. Forfaitaire, la première s’élève à 6,5 % du
prix de l’œuvre ; la seconde est égale
à 36,2 % de la plus-value avec un
abattement de 5 % par année de
détention dès la 3e année, soit une
exonération totale au-delà de
22 ans. Toutefois, pour bénéficier
de ce dernier régime, il faut justifier
à l’administration fiscale la propriété du bien sur la durée en disposant d’une facture à son nom ou, à
défaut, en produisant les attestations de l’assurance de l’œuvre sur
plusieurs années. La détention
d’une ou plusieurs œuvres d’art
n’est pas taxable à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).
— Laurence Boccara
Votre confiance
est notre
raison d’être
DES CONSEILLERS
POUR VOTRE PATRIMOINE
OU VOTRE ENTREPRISE
qui travaillent selon vos besoins, dans le
respect de vos objectifs et de vos contraintes.
DES CONSEILLERS INDÉPENDANTS
qui peuvent vous aider à réfléchir
à une stratégie, répondre à vos questions ou
rechercher pour vous : capitaux, solutions
d‘épargne et d’investissement dont
ils ne sont pas les promoteurs.
DES CONSEILLERS IDENTIFIÉS,
FORMÉS, CONTRÔLÉS
pour travailler en confiance.
L’ANACOFI c’est :
• La première association de représentation des Conseils en Gestion de Patrimoine Indépendants et des Conseils en Finance d’Entreprise
• Le syndicat de branche de la finance indépendante et du conseil patrimonial de la CGPME
• Le principal co-régulateur des Conseils en Investissements Financiers
• La première association de représentation des Intermédiaires en Opérations de Banques (par le nombre d’entreprises et d’hommes)
• La première association de représentation des Courtiers en assurance-vie (1ère association par le nombre d’entreprises)
• La première instance de représentation française de ce que l’on appelle en Europe les “ Independant Financial Advisors ”
• Une structure confédérale nationale qui s’ajoute à nos membres directs constituée de 5 syndicats spécialisés
Visitez notre site
www.anacofi.asso.fr
et retrouvez
un professionnel
proche de chez vous
ou par spécialité
Avec sa Confédération, l’ANACOFI représente un poids économique
qui avoisine les 5 000 entreprises, pèse entre 40 et 45 000 emplois
et est l’une des deux principales fédérations d’IFA d’Europe.
92 rue d’Amsterdam - 75009 Paris
Tél. : 01 53 25 50 80
anacofi@anacofi.asso.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 // PATRIMOINE
Vendredi 7, samedi 8 décembre 2018 Les Echos
GÉNÉROSITÉ // Donner des fonds pour soutenir une cause est une chose. Faire acte de philanthropie, c’est aller
plus loin : organiser sa générosité et structurer son action dans le temps. Le tour des structures juridiques.
Du don à la philanthropie : le mode
d’emploi pour des actions efficaces
F
aire acte de philanthropie
pour soutenir un projet
auquel on tient est une décision importante et riche de sens. Le
spectre des causes d’intérêt général
est assez varié pour trouver un
domaine en adéquation avec sa sensibilité. Les actions peuvent s’effectuer dans les secteurs artistique et
culturel, du médico-social, de
l’enseignement et de l’éducation, de
l’action humanitaire, de l’insertion
sociale et économique ou encore de
la recherche et l’enseignement
supérieur.
Evidemment, cette initiative personnelle n’est financièrement pas
neutre, car la somme allouée pour
financer tel ou tel projet sort définitivement de son patrimoine.
Plutôt que de donner directement et parfois de façon désordonnée à différentes fondations ou
associations, certains auront envie
de structurer leur philanthropie
afin de se donner un « fil rouge ».
« Organiser la distribution du capital
destiné à financer des projets philanthropiques est une façon d’inscrire de façon durable son action
dans le domaine social, culturel,
humanitaire ou environnemental.
Cet engagement est parfois l’occasion
de fédérer les membres de sa famille
autour d’une cause commune »,
indique Nathalie Sauvanet, responsable du conseil en philanthropie
individuelle chez BNP Paribas
Wealth Management.
UNE SOMME
•CONSOMPTIBLE
OU NON
Afin de mettre en musique cette
générosité, trois types de structures
juridiques coexistent et chacune
offre des marges de manœuvre différentes. Si un capital de base est
évidemment nécessaire pour engager une action philanthropique,
la somme allouée au moment de
la création d’une structure peut
être « consomptible » ou « non
consomptible ».
Dans le premier cas, cela signifie
que la dotation « de flux » est
consommée afin de financer les
projets retenus. En revanche, dans
le deuxième cas, la dotation non
consomptible est pérenne. Car
seuls les intérêts générés par ce
capital préalablement placé seront
distribués. « Ce scénario permet
Il a dit
« Il est important
que la future
fondation sous
égide soit
en adéquation avec
les valeurs et avec
la philosophie
portées par celle
qui l’héberge. »
VINCENT AUBUCHOU
Directeur adjoint de l’ingénierie
patrimoniale de la Banque
Privée Edmond de Rothschild
Photo Edmond de Rothschild
d’inscrire davantage l’action dans la
durée. Il faut s’assurer que le capital
octroyé soit assez important pour
générer suffisamment de revenus
afin de remplir ses objectifs », précise
Nathalie Sauvanet.
FONDATION ABRITÉE
•(OULASOUS
ÉGIDE)
Pour ceux ne souhaitant pas ou ne
disposant pas assez de temps pour
animer eux-mêmes leur propre
structure, la création d’une fondation abritée s’avère une solution
intéressante. Il en existe actuellement 1.600 en France. Ce nombre a
doublé entre 2001 et 2017 et
aujourd’hui les fondations abritées
représentent 60 % de la totalité des
fondations existantes dans l’Hexagone.
Il faut signer une convention avec
une fondation d’utilité publique
abritante (Fondation de France,
Institut de France, Fondation Caritas France,…) afin d’y loger sa propre structure. « A charge de la fondation “abritée” de récupérer, de gérer
les fonds et de les distribuer selon un
cahier des charges prévu lors de sa
création avec la fondation “abritante”. Avec ce schéma, on profite du
soutien logistique, juridique, et admi-
4
À
RETENIR
Montant minimum
•d’investissement
: à partir
de 15.000 euros pour
un fonds de dotation
à 1,5 million d’euros
pour une fondation
d’utilité publique.
nistratif de la fondation d’utilité
publique », explique Olivier Nigen,
directeur général d’Arkéa Banque
Privée.
Evidemment, le choix de telle ou
telle fondation abritante ne s’effectue pas au hasard. Il doit être le fruit
d’une longue réflexion. « Il est
important que la future fondation
sous égide soit en adéquation avec les
valeurs et avec la philosophie portées
par celle qui l’héberge », insiste Vincent Aubuchou, directeur adjoint
de l’ingénierie patrimoniale de la
Banque Privée Edmond de Rothschild. Les fonds peuvent ne pas
être totalement affectés à la fondation abritante. Pour mettre sur pied
une telle structure, il faut compter
en général six mois. Il est possible
de la créer seul, en famille ou avec
un groupe d’amis.
Un dossier complet et motivé
doit être présenté au conseil
d’administration de la fondation
choisie. Chacune dispose de ses
propres critères d’entrée. « Nous
demandons un engagement minimum de 40.000 euros par an pendant cinq ans, soit 200.000 euros au
total », précise Magali Dumas, responsable des fondations abritées à
la fondation Apprentis d’Auteuil,
qui a, sous son aile, 21 fondations.
En plus de la somme attribuée à
la fondation abritée, il faut régler
des frais de création souvent compris entre 2.000 et 4.000 euros
et s’acquitter des frais annuels
de gestion. Facturés par la fondation abritante, ils sont à géométrie
variable. « Ces derniers sont nuls si
plus de 70 % des fonds financent des
projets de notre fondation. En dessous de ce pourcentage, un barème
dégressif est appliqué », indique
Magali Dumas.
• LE FONDS DE DOTATION
Créée par la loi Tepa de 2009, cette
formule récente est plébiscitée par
les particuliers. Pour se doter d’une
telle structure qui a une personna-
lité morale, il faut au moins y verser
15.000 euros et déclarer le fonds à la
préfecture.
A côté de cette mise minimale
destinée à financer des projets et
des actions, le titulaire du fonds de
dotation doit être en mesure de
régler des frais de création du fonds,
d’assumer les frais de fonctionnement de la structure, sans oublier
d’assurer la comptabilité avec l’aide
d’un commissaire aux comptes
(au-delà de 10.000 euros de ressources annuelles), et de publier tous
les ans les comptes et un rapport
d’activité.
Le conseil d’administration du
fonds de dotation doit comprendre
au moins trois membres. « Selon les
besoins et les objectifs, la mise de
départ peut bien sûr évoluer dans le
temps et être abondée », explique
Nathalie Sauvenet. Ici l’affectation
du capital est irrévocable en vue de
sa capitalisation. Seuls les revenus
seront utilisés pour réaliser ou soutenir une œuvre désignée à
l’avance.
Contrairement à la fondation
abritée, cette structure est totalement autonome et indépendante.
Cela peut convenir à un esprit entrepreneur qui souhaite tout contrô-
Quels avantages fiscaux ?
Transformer son impôt
en don permet de contrôler
son affectation. Comment
procéder ?
Afin d’encourager les initiatives
philanthropiques à titre individuel,
la loi permet aux contribuables de
bénéficier d’avantages fiscaux dans
le cadre de l’impôt sur le revenu et
de l’impôt sur la fortune immobilière. « Ces déductions ne sont pas
cumulables pour un même don, toutefois il est possible de fractionner le
montant d’un don entre les deux
déclarations d’impôt », précise Stéphane Daugée, directeur de la communication et de la collecte à la fondation reconnue d’utilité publique
Apprentis d’Auteuil.
Quelles économies d’impôt
avec les dons ?
L’article 200 du CGI précise qu’il est
possible de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu de 75 %
jusqu’à 537 euros (à une fondation
abritée ou reconnue d’utilité publique) ; puis de 66 %, au-delà de
577 euros, le tout dans la limite de
20 % du revenu net imposable.
Concernant l’impôt sur la fortune
immobilière (IFI), l’effet de levier
fiscal est plus important. Effectuer
des dons via une fondation reconnue d’utilité publique ou à une fondation abritée sous son égide permet de bénéficier d’une réduction
de l’impôt à hauteur de 75 % du
montant des dons dans la limite de
50.000 euros (ce qui correspond à
66.667 euros de dons). « Cette disposition permet de réduire, voire de
compenser intégralement le montant de l’IFI dû. Toutefois, avec la
récente sortie des actifs mobiliers de
ce nouvel impôt, le nombre de contribuables taxables a été divisé par plus
Exemple
Hypothèse : une personne crée sa fondation abritée au sein
de la fondation Apprentis d’Auteuil. Elle s’engage à verser
40.000 euros par an pendant cinq ans ; revenu annuel :
150.000 euros ; montant d’IFI à payer 30.000 euros.
1 - Impact sur l’impôt sur le revenu
En donnant 40.000 euros, la réduction totale annuelle au titre
de l’impôt sur le revenu s’élève à 26.448 euros (soit avec
les deux taux de 75 % jusqu’à 537 euros et 66 % au-delà).
Cette réduction d’impôt pourra s’obtenir chaque année pendant les cinq ans de versement de la dotation de la fondation
abritée. Ainsi, le « coût réel » de ce don se chiffre à
13.552 euros.
2. Impact sur l’impôt sur la fortune immobilière (IFI)
Ce don annuel de 40.000 euros peut ouvrir droit à une
réduction de l’IFI à hauteur de 30.000 euros (soit
75 % × 40.000 euros). Cela gomme ainsi le montant de l’IFI
à payer. Dans ce cas, il passe ici de 30.000 euros à 0 euro.
Source : fondation reconnue d’utilité publique
Apprentis d’Auteuil
ler. « Créer un tel fonds nécessite la
plupart du temps un engagement
personnel et une implication importante de son titulaire », précise JeanBernard Soulié, banquier privé
chez Oddo BHF.
•
LA FONDATION RECONNUE
D’UTILITÉ PUBLIQUE
C’est le nec plus ultra de l’action philanthropique car on dispose ici
d’une structure propre, autonome
et indépendante capable de perdurer des années même après le décès
de son fondateur ou de sa fondatrice. « Le choix de la fondation d’utilité publique est opportun lorsque
l’on envisage de financer une ou plusieurs actions. Cette stratégie combinée ne se retrouve pas ailleurs,
notamment dans d’autres structures
déjà existantes », indique Nathalie
Sauvanet.
Le montage de cette structure est
strictement encadré par la loi.
D’abord, il faut au moins y consacrer 1,5 million d’euros. Ensuite, la
procédure de création est longue : il
est nécessaire d’obtenir l’aval du
ministère de l’Intérieur, du Conseil
d’Etat et d’attendre la publication
d’un décret au « Journal officiel ».
— Laurence Boccara
Il a dit
de deux. Etant moins ou plus du tout
imposés, certains d’entre eux ont
réduit ou suspendu le don qu’ils effectuaient au printemps », reconnaît
Stéphane Daugée. Attention, le
f o n d s d e d o t a t i o n n’e s t p a s
concerné par cette réduction de
l’IFI.
Penser à la donation
temporaire
Plutôt que de se dessaisir définitivement d’un capital, il est possible
d’opter pour un montage particulier, à savoir la donation temporaire
d’usufruit à sa fondation. « Et cela
peut concerner les trois structures, à
savoir le fonds de dotation et la fondation abritée et celle reconnue d’utilité publique », précise Nathalie Sauvanet. Ce geste peut, par exemple,
concerner un ou plusieurs immeubles locatifs ou encore un portefeuille de valeurs mobilières.
Les revenus générés par ces placements permettent alors de financer des projets sans se démunir. Ce
dessaisissement momentané, permet au nu-propriétaire de bénéficier d’un double effet fiscal appréciable. D’abord, en effectuant cette
donation, le contribuable se prive
volontairement des revenus locatifs ou des dividendes. De fait, il n’est
donc plus taxé sur ces intérêts,
désormais perçus par l’usufruitier
désigné (la fondation gratifiée).
Ensuite, l’impact sur l’impôt sur la
fortune immobilière (IFI) est également appréciable. La nue-propriété d’un bien immobilier sort de
l’assiette taxable de cet impôt.
Au terme de ce montage juridique qui, au choix, peut durer entre
cinq et trente ans, le donateur récupère la pleine propriété de son actif.
— L. B.
`
•
« Avec l’IFI, certains
contribuables ont
réduit ou suspendu le
don qu’ils effectuaient
au printemps. »
STÉPHANE DAUGÉE Directeur
à la fondation Apprentis d’Auteuil
Photo Apprentis d’Auteuil
SUR
LE WEB
Art Malgré les soubresauts politiques et économiques
du continent américain, Art Basel Miami Beach conforte sa position de plate-forme puissante de l’art dans cette partie du monde.
Retrouvez la chronique de Judith Benhamou-Huet
sur lesechos.fr/patrimoine.
Immobilier Quels sont les effets positifs escomptés et les
craintes des Franciliens concernant le Grand Paris ? Les réponses
dans une enquête de l’Ifop pour la Chambre des Notaires de Paris.
Et toute l’actualité du patrimoine sur lesechos.fr/patrimoine
•
•
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
VENDREDI 7 DÉCEMBRE 2018 // CAHIER DES ANNONCES LÉGALES ET JUDICIAIRES AU NUMÉRO 22846 | ISSN 01534831 NE PEUT PAS Ê TRE VENDU SÉPARÉMENT
ANNLEGALWK
75 • PARIS
SOCIETES
CONSTITUTIONS
408504B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte authentique en
date du 03/12/2018 il a été constitué une
SARL nommée :
LES INGÉNIAUX
Objet social : Conseil, accompagnement et formation sur : informatique,
électronique, prototypage. Location d’espaces de travail aux particuliers. Vente
de produits annexes.
Siège social : 115 rue Monge, 75005
Paris Capital : 20000 € Gérance : M.
Francesco PANDOLFI, 115 rue Monge,
75005 Paris Durée : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris
408650B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
05/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
LEIVA
Objet social : La prise d’intérêt sous
quelque forme que ce soit dans toutes
sociétés ou entreprises immobilières
constituées ou à constituer. La gestion et
la participation active à la direction et aux
contrôles de ses filiales. Investissements
immobilières de toute nature pour la
compte de la société ou ses filiales
Siège social : 19, rue Pavee, 75004 Paris Capital : 1000 € Président : Mme
Elena Munoz demeurant : 19, rue Pavee,
75004 Paris élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Paris
408681B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
27/11/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
3L PRODUCTION
408620B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
25/09/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
KARA TRANSPORTS
Objet social : Location de Véhicules
Siège social : 55 Bd Pereire, 75017 PARIS Capital : 3000 € Gérance : M. Ibrahima CAMARA, 03 Rue Fernand Cormon, 75017 PARIS Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Paris
Objet social : La production, la réalisation, le développement et la distribution
de films cinématographiques courts et
longs métrages et d’œuvres audiovisuelles
Siège social : 55 ure de Brancion, 75015
Paris Capital : 17.500 € Président :
Mme Jing LI demeurant : 55 rue de Brancion, 75015 Paris élu pour une durée indéterminée DG : Mme Yuwen LI épouse
FEI demeurant : 26 rue Louis Bertrand,
94200 Ivry-sur-Seine DG : M. Xiang LI
demeurant : 14 rue Hameau, 75015 Paris Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
408684B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/11/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
ROSO
Objet social : Restauration Générale,
Sandwiches, Pizza et Plats à emporter,
Grillades.
Siège social : 182 Avenue de Clichy,
75017 PARIS Capital : 2000 € Gérance : Mme Cansu KABAR, 9 Chemin
de Montreuil à Claye, 93130 NOISY LE
SEC Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Paris
408714B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/10/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
L’ATELIER CHARLES
Objet social : Exploitation des espaces
de travail partagés et tous les services
annexes ; Exploitation de locaux nus ou
meublés
Siège social : 51-53 RUE SAINT LOUIS
EN L’ILE, 75004 PARIS Capital :
10000 € Président : M. STEPHANE
CURTELIN demeurant : 51-53 RUE
SAINT LOUIS EN L’ILE, 75004 PARIS
élu pour une durée indéterminée DG :
Mme MARINA CURTELIN demeurant :
51-53 RUE SAINT LOUIS EN L’ILE,
75004 PARIS Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
12121559W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 25/10/2018,
il a été constitué une Société par actions
simplifiée :
Dénomination sociale : GECI CYBER
SOLUTIONS
Siège social : 37/39, rue Boissière 75116
PARIS
Capital social : 10.000 €
Objet : le conseil et l’expertise en ingenierie, en configurations et programmations
informatiques, tels que l’évaluation des
besoins et la planification des acquisitions,
principalement dans le domaine de la cyber sécurité...
Durée : 99 ans
Cession des actions : libre
Admission aux assemblées et vote :
tout actionnaire peut participer aux assemblées quel que soit le nombre de ses
actions, chaque action donnant droit à une
voix.
Président : GECI INTERNATIONAL SA,
au capital de 1.379.818,56 €, 37/39, rue
Boissière 75116 PARIS 326 300 969 RCS
PARIS
Commissaires aux comptes :
Titulaire : RSM PARIS, 26, rue Cambacérès 75008 PARIS 792 111 783 RCS PARIS
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de Paris.
Pour avis
12131195W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date du
15/11/2018, il a été constitué une Société
en nom collectif présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale : ATLAND CHARENTON
Siège social : 40 avenue George V 75008
Paris
Daumesnil 75012 Paris, 493 372 346 RCS
PARIS
- la société ECLA, S.A.S au capital de
1.000 € dont le siège social est situé 26
rue Rivay 92300 Levallois-Perret, 811 021
252 RCS NANTERRE
- la société MC INVEST, S.A.S au capital
de 500 € dont le siège social est situé 5
rue Jouffroy d’Abbans 75017 Paris, en
cours d’immatriculation
- la société SILVERSTONE CONSEIL,
S.A.R.L au capital de 1.000 € dont le siège
social est situé au 37 rue du Château
92100 Boulogne-Billancourt, 820 462 174
RCS NANTERRE.
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de Paris.
Pour avis.
Capital social : 1.000 €
12131423W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Objet : L’acquisition, la prise à bail, l’aménagement, la réunion, la division, la
construction, la vente, la revente, la location, l’exploitation en totalité ou par lots,
en une ou plusieurs fois de tous terrains
et immeubles bâtis et non bâtis.
Par acte SSP du 03/12/2018 à Paris il a
été constitué une société civile. Dénomination :
Durée : 99 ans
Gérant : la société ATLAND DEVELOPPEMENT, S.A.S au capital de
10.325.000 € dont le siège social est situé
40 avenue George V 75008 Paris, 382 561
249 RCS PARIS
Associés : - la société ATLAND DEVELOPPEMENT, S.A.S au capital de
10.325.000 € dont le siège social est situé
au 40 avenue George V 75008 Paris, 382
561 249 RCS PARIS
- la société FIDEI INVEST, S.A.S au capital de 1.000 € dont le siège social est
situé au 8 rue Halifax 94340 Joinville-lePont, 801 782 756 RCS CRETEIL
- la société GAIA INVEST, S.A.S au capital de 1.000 € dont le siège social est situé
au 19 rue Mousset-Robert 75012 Paris,
801 527 250 RCS PARIS
- la société LUMA INVESTISSEMENTS,
S.A.S au capital de 1.000 € dont le siège
social est situé au 1 rue Alfred Laurant
92100 Boulogne-Billancourt, 801 677 444
RCS NANTERRE
SC CROISSANCE 3
Objet : L’acquisition sous quelque forme
que ce soit et la détention des parts de
catégorie8 (la ou les « Part(s) 8 ») du
fonds professionnel de capital investissement - FPCI - régit par les dispositions des
articles L 214-159 et suivants du code et
monétaire financiers (CMF) dénommé
« IMPACT PARTENAIRES Ill » (le
« Fonds »), géré par la société de gestion
agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), dénommée « IMPACT PARTENAIRES »
Siège social : 22, rue de la Pépinière
75008 Paris
Capital social : 24 156,65 € correspondant à la souscription de 483.133 Parts de
la Société de cinq (5) centimes d’euros
(0,05 €) de valeur nominale chacune
Durée : 99 ans
Transmission des parts : libre
Gérance : Impact Partenaires, SAS dont
le siège social est situé 22, rue de la Pépinière 75008 Paris, 509 104 725 RCS Paris
Immatriculation : RCS de Paris
12131456W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte s.s.p. en date à Paris du
3/12/2018, il a été constitué une Société
à responsabilité limitée présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : VERDOSO IMMOBILIER
12 MEUDON
Capital : 1.000 €
Siège social : 39, avenue Pierre 1er de
Serbie – 75008 PARIS
Objet : l’acquisition, la location, la gestion,
la cession de biens immobiliers
Durée : 99 ans
Gérant : M. Alain FEINGOLD demeurant
107, avenue Henri Martin – 75016 Paris
La Société sera immatriculée au RCS de
PARIS.
12131465W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Avis est donné de la constitution d’une Société à compter du 30 novembre 2018 présentant les caractéristiques suivantes :
DENOMINATION : NEW PARNASSE
FORME : Société par actions simplifiée
SIEGE SOCIAL : 138, boulevard du Montparnasse - 75014 PARIS
OBJET : - L’exercice du commerce de
CAFE – BAR – BRASSERIE - RESTAURATION sous toutes ses formes ainsi que
toutes activités connexes et/ou complémentaires s’y rapportant.
DUREE : Quatre vingt dix-neuf ans
CAPITAL : 20.000 €uros divisé en
20.000 actions de 1 €uro chacune.
PRESIDENT : La SAS M2A au capital de
5.000 €uros dont le siège social est situé
au 138, boulevard du Montparnasse –
75014 PARIS, immatriculée sous le numéro 808 926 455 au RCS de PARIS, représentée par son Président, Monsieur
Mebarek SEHRINE.
IMMATRICULATION : au RCS de PARIS
Pour avis.
- la société ALTERNIMMO, S.A.R.L au capital de 1.500 € dont le siège social est
situé au 6 rue de la Flume 35520 La Mézière, 799 084 413 RCS RENNES
- la société CCR INVEST, S.A.S au capital
de 2.000 € dont le siège social est situé
au 159 avenue de Versailles 75016 Paris,
808 422 026 RCS PARIS
- la société CONSEIL EN INVESTISSEMENT, S.A.S au capital de 1.000 € dont
le siège social est situé au 211 avenue
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2 // ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES
Vendredi 7 décembre 2018 Les Echos Sociétés
12131476W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12131425 – LA VIE JUDICIAIRE
400778A – LES ECHOS
400886A – LES ECHOS
408531A – LES ECHOS
408514B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date à Paris
du 3 décembre 2018, a été constituée une
société civile présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale : BETHUNE
Capital : 1.000 euros divisé en 100 parts
de 10 euros chacune.
Siège social : 25 avenue Georges V –
75008 Paris.
Objet : L’acquisition par tous moyens, de
tous immeubles bâtis ou non bâtis, l’édification de toutes constructions, la rénovation, la gestion, l’administration et l’exploitation par bail, location ou sous location
ou autrement desdits immeubles ; Eventuellement l’aliénation du ou des immeubles, au moyen de vente, échange ou apport en société.
Durée : 99 ans
Transmission des parts : les parts sociales ne peuvent être cédées qu’avec l’autorisation préalable de l’assemblée générale extraordinaire des associés.
Gérance : GANOT S.à.r.l., SARL de droit
luxembourgeois, 6 boulevard Pierre Dupong – 1430 Luxembourg, immatriculée
au registre du Luxembourg sous le numéro B95594.
La société sera immatriculée au RCS de
Paris.
Suivant acte SSP en date du 5/12/2018
à Strasbourg, il a été constitué une société
présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : Société d’exploitation
éolienne de Freistroff. Sigle : SEEF.
Forme : S.A.S.U. Siège : 69, boulevard
de Reuilly, 75012 PARIS. Objet : l’acquisition, la conception, l’exploitation, la
vente et la gestion de parcs éoliens ; la
production d’énergie éolienne et de toutes
activités connexes. Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS.
Capital fixe : 1 € constitué d’une action en
numéraire de 1 € attribuée à l’associé unique. Cession d’actions et agrément :
transmission libre par virement de compte
à compte sur production d’un ordre de
mouvement. Admission aux assemblées générales et exercice du droit de
vote : dans les conditions statutaires et légales. Président : ecoJoule construct
GmbH, société à responsabilité limitée de
droit allemand, sise Alte Feldmühle 10,
31535 Neustadt am Ruebenberge (Allemagne). CAC : FIDAUDIT SA, 41, rue du
Capitaine Guynemer, 92925 La Défense
Cedex. Le CAC a été nommé pour une
durée de six exercices, soit jusqu’à la décision de l’associé unique statuant sur les
comptes de l’exercice clos le 31/12/2024.
La société sera immatriculée au RCS de
Paris. Pour avis, Le Président
Creation de la sci Marces II, 13 rue de la
cerisaie 75004 Paris. Cap. : 100 €. Obj. :
immobilier. Grt : Jeremie Rozan, 13 rue de
la cerisaie 75004 Paris. 99 ans au rcs de
paris.
Par ASSP du 24/10/18 il a été constitué
une SAS dénommée ODYSSÉE.Siège
social :231 rue saint-honoré 75001 Paris.Capital :3000 €.Objet :récolte(achat
d’espaces publicitaires),achat(bases de
données),revente de bases de prospects,prestation de conseil,activité d’affiliation(éditeur,annonceur), génération de
trafic qualifié vers des sites tiers.Président : INVESTOM,SAS,au capital de
1 €,842 308 421 RCS Paris,231 rue sainthonoré 75001 Paris, représentée par Thomas Valentin.DG :ELEVEN,SAS, au capital de11 €, 842 462 970 RCS Paris,231
rue saint-honoré 75001 Paris, représentée par Jean TOSELLI.CAC titulaire :
ECAI, SARL au capital de 238000,00 30
Rue de Lübeck 75116 Paris,344 733 555
RCS de PARIS, représentée par Maurice
SOUED.CAC suppléant : AUDIREVIS,SAS au capital de 1000, 9 Rue Pierre
Brossolette 92300 Levallois-Perret,801 407 420 RCS de NANTERRE, représentée par Olivier FANTINDurée :99ans.Immatriculation au RCS de
PARIS.
Avis est donné de la constitution de la société présentant les caractéristiques suivantes :
CISCO. COMMERCE
INTERNATIONAL SERVICES ET
CONSULTANT
12131519W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à Paris
du 05/12/2018, il a été constitué une société par actions simplifiée présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale : CAMPAIR 3
Siège social : 94, rue de la Victoire –
75009 PARIS.
Capital social : 1.000 euros.
Objet : La prise de tous intérêts et participations, par tous moyens et sous quelque
forme que ce soit, dans toutes sociétés,
affaires ou entreprises notamment par
voie d’acquisition, de création de sociétés
nouvelles ; .
Durée : 99 années.
Cession des actions : Les cessions d’actions s’effectuent librement.
Admission aux assemblées et vote :
tout actionnaire peut participer aux assemblées, quel que soit le nombre de ses
actions, chaque action donnant droit à une
voix.
Président : la société 123 INVESTMENT
MANAGERS, SA dont le siège social est
94, rue de la Victoire, 75009 Paris,
432 510 345 RCS PARIS.
Commissaires aux comptes :
- Titulaire : M. Alexandre FLEYOUX demeurant 6, avenue Sully Prudhomme,
75007 Paris.
- Suppléant : M. Didier FLEYTOUX demeurant 15, rue de Berri, 75008 Paris.
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de PARIS.
Pour avis.
12131634W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 21/11/2018,
il a été constitué une Société par actions
simplifiée :
Dénomination sociale : ARCHOFFICE
Siège social : 37, rue de la Clef 75005
Paris.
Capital social : 2.000 €.
Objet : Directement ou indirectement, en
France ou à l’étranger, : l’activité de
contractant général et de prestataire de
services relative à la conduite de projets
immobiliers clés en mains, indépendant
des équipes d’excution ; ... Durée :
99 ans. Cession des actions : tout transfert à un tiers est soumis à l’agrément
préalable de la Collectivité des associés.
Admission aux assemblées et vote :
tout associé peut participer aux assemblées quel que soit le nombre de ses actions, chaque action donnant droit à une
voix. Président : M. Hedi Fery 37 rue de
la Clef 75005 Paris. La société sera immatriculée au R.C.S. de Paris. Pour avis.
12128555 – LA VIE JUDICIAIRE
Par acte SSP du 19/11/2018 à Paris, il
a été constitué The Best S.A.R.L., Capital : 1.000 €, Objet : restauration rapide,
boissons non alcoolisées, Siège : 94, bd
Barbès 75018 PARIS, Gérant : M. KADID
Mohammed, El Hocine, 51, rue Custine
75018 Paris, Durée : 99 ans. RCS Paris.
12131572 – LA VIE JUDICIAIRE
Suivant acte SSP en date du 5/12/2018
à Strasbourg, il a été constitué une société
présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : Société d’exploitation
éolienne de Freistroff. Sigle : SEEF.
Forme : S.A.S.U. Siège : 69, boulevard
de Reuilly, 75012 PARIS. Objet : l’acquisition, la conception, l’exploitation, la
vente et la gestion de parcs éoliens ; la
production d’énergie éolienne et de toutes
activités connexes. Durée de la société :
99 ans à compter de son immatriculation
au RCS. Capital : 1 € constitué d’une action en numéraire de 1 € attribuée à l’associé unique. Cession d’actions et agrément : transmission libre par virement de
compte à compte sur production d’un ordre de mouvement. Admission aux AG
et exercice du droit de vote : dans les
conditions statutaires et légales Ont été
nommés : Président : ecoJoule construct
GmbH, S.A.R.L. de droit allemand, sise
Alte Feldmühle 10, 31535 Neustadt am
Ruebenberge (Allemagne). CAC : FIDAUDIT SA, 41, rue du Capitaine Guynemer,
92925 La Défense Cedex. Le CAC a été
nommé pour une durée de six exercices,
soit jusqu’à la décision de l’associé unique
statuant sur les comptes de l’exercice clos
le 31/12/2024. La société sera immatriculée au RCS de Paris. Pour avis, Le Président.
12131668 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP, en date du 26/11/2018 Dénomination : GMart. Forme : S.A.S.U. Siège :
78, rue Marcadet, 75018 PARIS. Objet :
toutes activités d’agent artistique, de direction et promotion artistique, de vente
d’oeuvres et objet d’arts, d’organisation
d’événements artistiques. Durée de la société : 99 ans. Capital : 1.000 €. Cession
d’actions et agrément : les cessions des
actions détenues par l’associé unique sont
libres. Admission aux AG et exercice du
droit de vote : Dans les conditions statutaires et légales. Ont été nommés : Président : M. Geoffrey MARTIN 78, rue Marcadet 75018 Paris. La société sera
immatriculée au RCS de Paris.
200652A – LES ECHOS
Par ASSP du 06/11/2018, il a été constitué
une SAS dénommée AGENCE BETIPI.Siège social : 11 boulevard ornano
75018 Paris.Capital : 2.000 €. Objet : le
conseil et l’assistance aux entreprises et
autres organisations en matière de relations publiques, de communication et de
publicité (marketing tout canal). Président : M. Thomas Bart, 11 boulevard ornano 75018 Paris. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de PARIS.
400781A – LES ECHOS
Par ASSP le 06/11/2018, il a été constitué
l’EURL : OVERIA ASSURANCES Capital : 1000 €.Objet : Le placement de tous
produits financiers ainsi que le courtage
en assurances et réassurances de tout
type, tous placements en matière de recherche de financement , la mise a disposition de personnel. Siège : 24 Rue de Clic h y , 7 5 0 0 9 P A R I S .
Gérance : MONGINDA TONTON,2 ALLEE DE MARSEILLE, 91170 VIRY CHATILLON ; Durée : 99 ans. Au RCS de PARIS
400789A – LES ECHOS
Par ASSP le 06/11/2018, il a été constitué
la SAS : PARADISMUSIC Capital :
1500 €. Objet : Enregistrements audiovisuels - réalisations et productions audiovisuelles - achat revente de produits audiovisuels - éditions musicales sous toutes
ses formes - gestion de droits - formation.
Siège : 101 av du Général Leclerc, 75685
PARIS CEDEX 14. Président : FOESSEL
ep. BEDEZ DANIELLE demeurant 3 Rue
de Collonges au Mont d’Or ,68970 Illhaeusern. Directeur général : BEDEZ ANTONY demeurant 12 a RUE DE
L’EGLISE,67310 DANGOLSHEIM.Durée : 99 ans. Au RCS de PARIS
400806A – LES ECHOS
Constitution par ASSP le 07/11/2018 de la
SCI : SCI PHOENIX Capital : 3 €. Siège :
40 Rue des Terres au Curé , 75013 Paris.
Objet :L’acquisition et/ou gestion de biens
immobiliers en vue de location non-meublée et accessoirement meublée. Gérance : PETIT HOMME DYMCK - 07 RUE
AIME MOROT, 75013 PARIS ; NABE PHILIPPE - 18 RUE MOEAU VAUTHIER,
92100 BOULOGNE BILLANCOURT ; Durée : 99 ans. Au RCS de PARIS
400890A – LES ECHOS
Par ASSP du 16/10/18, il a été constitué
une SAS dénommée REBOOT.Siège social : 14-16 rue soleillet bl 34 75020 Paris.Capital : 1000 €. Objet : Conseil en
stratégie, conseil aux entreprises, logiciel.
Président : M. Yohann Henry, 14 rue hassard 75019 Paris. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de Paris.
400895A – LES ECHOS
Par ASSP du 28/07/18,il a été constitué
une SAS dénommée KÉRIS.Siège social :10 rue de penthièvre 75008 Paris.Capital :30000 €.Objet :Développement, fabrication et vente de produits
cosmétiques.Président :M.Yann Letourneau,272 allée coignet 59000
Lille. DG : M. Benjamin Letourneau, 272
allée coignet 59000 Lille.Durée :99ans.Immatriculation au RCS de PARIS.
407236A – LES ECHOS
Par acte SSP du 23/11/2018 il a été constitué une SARL dénommée :
IMMOBILIERE D’EYLAU
400823A – LES ECHOS
Par ASSP du 16/10/18 il a été constitué
une SAS dénommée SQUARIO
CONSEIL.Siège social :73 av mozart
75016 Paris.Capital :5000 €.Objet :réalisation de prestations de conseils,apports
d’affaires,assistance opérationnelle aux
entreprises,organisations publiques, parapubliques,associatives.Président :M. Guillaume VICAIRE 73 av mozart 75016 Paris.Durée :99ans. Immatriculation au RCS
de PARIS.
400831A – LES ECHOS
Par ASSP du 04/11/2018, il a été constitué
une SAS dénommée NALINI COIFFURE.Siège social : 19 rue bleue 75009
Paris.Capital : 500 €. Objet : la coiffure
mixte, technique de coloration, brushing,
coupe. Président : M. Mickaël GARRO
NALINI, 63 rue du faubourg montmartre
75009 Paris. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de PARIS
Siège social : 10 Avenue d’Eylau 75116
PARIS. Capital : 5.000 €. Objet : - La location meublée non professionnelle. Gérant : M HARFI JONATHAN, 97 avenue
Henri Martin 75016 PARIS. Durée : 99
ans. Immatriculation au RCS de PARIS.
408415A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 03/12/2018, il a
été constitué une EURL denommée ADVIRTUS. Capital : 1000 euros. Siège Social : 126 BOULEVARD HAUSSMANN
75008 PARIS. Objet social : COACHING
& FORMATIONS AUX ENTREPRISES.
Gérance : M. BOUGUET LOIC demeurant 11 ROUTE DE THEOZIA 74500 FETERNES. Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de PARIS.
408420A – LES ECHOS
ATELIER DESBOIS
SARL au capital de 10 000 euros
400838A – LES ECHOS
Siège social : 8 Rue de Bellefond, 75009
PARIS
Par ASSP du 07/11/2018, il a été constitué
une SAS dénommée TONASON MARKETING .Siège social : 66 avenue des
champs elysées 75008 Paris.Capital : 1.000 €. Objet : Activités des agences
de publicité . Président : M. Gaguik Gasparian, 1 allée des lilas 93270 Sevran. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
PARIS
RCS PARIS 824 368 294
Le 15 avril 2018, l’associé unique a décidé
de transférer le siège social au 27 Rue Biot
75017 PARIS à compter de ce même jour,
et de modifier en conséquence l’article 4
des statuts. Pour avis. La Gérance.
Par ASSP du 06/11/18,il a été constitué
une SAS à capital variable dénommée
EDEN FILMS.Siège social :30 rue des
martyrs 75009 Paris.Capital min :50 €,capital initial :500 €,capital
maxi :100000 €. Objet :production vidéo
et musicale ; Ingénierie audiovisuelle, captation et post-production de films cinématographiques,de vidéo et de programmes
de télévision.Président :M.Alexandre Touzet,30 rue des martyrs 75009 Paris. Durée :99 ans.Immatriculation au RCS de
PARIS
Forme sociale : SASU.
Siège social : 6 cour Saint-Eloi, 75012
PARIS.
Objet social : La fabrication, le conditionnement et la commercialisation de pâtes
artisanales et produits alimentaires. L’activité de prestation de traiteur et l’épicerie.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation.
Capital : 120000 €.
Admission aux assemblées : chaque associé a le droit de participer aux décisions collectives par lui-même ou un mandataire.
408486A – LES ECHOS
Par SPP du 03 Décembre 2018 il a été
constitué la société :
LINK PARIS
Forme : SAS.
Capital : 80.000 €.
Siège social : 3 Rue Claude Tillier –
75012 PARIS.
Présidente : Mme CALZOLARI Catherine, domiciliée au 25 Rue Paul Auster –
94320 Thiais.
Par décision en date du 05/12/2018 il a
été pris acte de la nomination de M. Patrick LE NOZER, demeurant 11, rue de la
Millière 78490 Montfort l’Amaury en qualité de nouveau Gérant, à compter du
05/12/2018 pour une durée illimitée, en
remplacement de M. Yves LE NOZER, décédé. Mention en sera faite au RCS de
Paris
Cession des actions : agrément préalable de la collectivité des associés statuant à la majorité des voix des associés disposant du droit de vote.
SASU au capital de 3000,00 €
16 RUE AUGUSTE CAIN, HALL 08,
75014 PARIS
821099074 RCS Paris
Président : M. Marc CHIARADONNA demeurant 6 Cour Saint Eloi, 75012 PARIS.
Immatriculation au RCS de Paris.
408607A – LES ECHOS
Par ASSP du 06/12/18,il a été constitué
une EURL dénommée BBRSOCIETY.Siège social :5 rue de chaumont
75019 Paris.Capital :3000 €.Objet :service de restauration à emporter et sur
place avec service à table,dont vente de
boissons alcoolisées.Gérance :M.Bertrand Disset,67 rue charles nodier 93500
Pantin.Durée :99ans.Immatriculation au
RCS de PARIS.
408619A – LES ECHOS
Suivant acte sous seing privé fait à SaintDenis le 05 décembre 2018, il a été
constitué une Société à Responsabilité Limitée présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : SARL CALEDONIE INVESTISSEMENTS 2019
Siège social : C/o SOUCHIER FINANCE
– 8 rue du Regard 75006 PARIS
Durée : 99 ans à compter de la date de
son immatriculation au RCS
Capital social : 100 Euros
Objet : Faire l’acquisition, en les finançant
par tous moyens, de tout équipement ou
matériel susceptible de bénéficier de l’aide
fiscale à l’investissement Outre-Mer et
tout dispositif qui viendrait s’y substituer ;
de donner à bail (par voie de location simple ou de crédit-bail) les Matériels (y
compris la location sans chauffeur de tous
véhicules) dans un Département d’OutreMer ou Collectivité d’Outre-Mer ; de vendre les Matériels à l’issue de la location ;
d’entreprendre ou de conclure toutes opérations se rattachant directement ou indirectement à l’objet précité ou susceptible
d’en favoriser la réalisation et d’en permettre le dénouement.
Gérant : Monsieur Hervé PIRON, né le
13/12/1967 à CHARENTON LE PONT
(94), nationalité française,demeurant au 7
Allée les Bories - Route de Montgaillard
97400 SAINT DENIS.
La société sera inscrite au RCS de PARIS.
Pour avis
MODIFICATIONS
D’OXYGEN
SAS au capital de 15000,00 €
91 rue du Faubourg Saint Honoré, 75008
Paris
750974610 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
16/11/2018 il a été pris acte de la nomination de M. Gaëtan SCHNOELLER, demeurant 1 B rue Saglio 67100 Strasbourg
en qualité de nouveau Président, à
compter du 16/11/2018 pour une durée illimitée, en remplacement de M. Dominique KIRCHHOFF, Président démissionnaire.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Début Activité : 02 Janvier 2019.
Nouvelle mention : Activité de consultant
indépendant en achat et revente de biens
EHPAD, Direction et conception médicale,
économique, matérielle et financière de
centres de soins étrangers, Activités de
transactions immobilières et commerciales. Mention en sera faite au RCS de Paris
Immatriculation : RCS Paris.
Sigle : CISCO
408534B – LES ECHOS
Durée : 99 ans.
Objet : Prestation de Personnel Intérimaire, Agence de Placement et de Recrutement, Prestation auprès des Pôle Emploi ainsi que toute activité liée à l’emploi.
SARL au capital de 37000,00 €
59, Avenue Victor Hugo, 75116 PARIS
348556408 RCS Paris
Exercice du droit de vote : chaque membre de l’Assemblée dispose d’autant de
voix qu’il possède ou représente d’actions.
408431B – LES ECHOS
Dénomination :
400732A – LES ECHOS
Dénomination : M.K.P.
FB LUXURY DRIVE
Par décision de L’AGE en date du
26/11/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au AVENUE ROGER SALENGRO, APPART 66, 69100
VILLEURBANNE à compter du
26/11/2018. La société sera immatriculée
au RCS de Lyon et sera radiée du RCS
de Paris
408727B – LES ECHOS
C.N.D.K
SARL au capital de 10000,00 €
72 Rue des Jacobins,
80000 AMIENS
813080959 RCS Amiens
Par décision du Gérant en date du
05/10/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 142 Rue de
Clignancourt, 75018 PARIS à compter du
05/10/2018.
Gérance : M. Latif CENDEK, demeurant
133 Route de Rouen, 80000 AMIENS
Autres modifications :
- il a été pris acte de la nomination de Mme
Zeliha CENDEK, demeurant Apt 2 les Mesanges 2 Res Mieux Vivre 62130 SAINT
POL SUR TERNOISE en qualité de nouveau Gérant, à compter du 05/10/2018
pour une durée illimitée, en remplacement
de M. Latif CENDEK, Gérant démissionnaire.
La société sera immatriculée au RCS de
Paris et sera radiée du RCS de Amiens
12131473 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’une décision de l’associé
unique du 25/11/2018 de la SAS STEPHEN SAADA ARCHITECTE, 8, rue de
Thann 75017 Paris, au capital de 1.000 €,
immatriculée sous le nº 819 994 773 RCS
PARIS, il est décidé de transférer le siège
de la société à compter de cette date, au
184, boulevard Pereire 75017 Paris. Le
Président est Stephen Saada 8, rue de
Thann 75017 Paris. Mention sera portée
au rcs de Paris.
12131493 – LE PUBLICATEUR LEGAL
B.A.M. S.A.R.L. au capital de 1.500 €,
49, avenue Kléber, 75116 Paris 16. 539
371 302 RCS PARIS. Aux termes de
l’AGE en date du 27/9/2018, les associés
ont décidé de transformer la société en
S.A.S. Président : M. Vincent BRUNSWICK, 49, avenue Kléber, 75116 Paris 16.
Accès aux assemblées et vote : Tout associé peut participer aux assemblées sur
justification de son identité et de l’inscription en compte de ses actions. Chaque associé a autant de voix qu’il possède ou représente d’actions. L’AGE réunie en date
du 27/9/2018 a décidé d’augmenter le capital de 48.500 € par l’incorporation directe de réserves au capital, ce qui rend
nécessaire la publication des mentions ciaprès relatées. Ancienne mention : Le capital est fixé à mille cinq cents euros
(1.500 €). Nouvelle mention : Le capital
social est fixé à cinquante euros
(50.000 €). Mention sera portée au RCS
de TC de Paris.
12131538 – LE PUBLICATEUR LEGAL
SPECTRUMS EUROPE S.A.S. au capital de 150.000 € Siège : 1, rue Stockholm, 75008 PARIS 835 051 103 RCS Paris. Aux termes des délibérations de l’AGE
en date du 17/7/2018 à 14h la variabilité
du capital a été supprimée. La société
exerce son activité sous la forme d’une
S.A.S. L’article 1 des statuts a été modifié
en conséquence. Pour avis, Le Président.
12130815W – LE PUBLICATEUR LEGAL
408528A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 06/11/2018, il a
été constitué une SARL denommée SUN
SPOT
Capital : 1000 euros Siège Social : 27
RUE DU DOCTEUR POTAIN 75019 PARIS Objet social : SOLARIUM, ONGLERIE Gérance : M. Hanane BENDOUBA
demeurant 27 RUE DU DOCTEUR POTAIN 75019 PARIS Co-Gérance : M. Michel GILISSEN demeurant LUIKERSTEENWEG 470 3800 SINT-TRUIDEN,
BELGIQUE Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de PARIS
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
408512B – LES ECHOS
PAYBOOST
SOLON SECURITE
SAS au capital de 697.000 €
15 rue Le Sueur
75116 PARIS
524 309 200 RCS PARIS
Aux termes du procès verbal en date du
20/11/2018, le conseil de surveillance a
désigné en qualité de Président, Madame
Claire FALZONE, 52 ue Gilbert Cesbron
75017 PARIS, en remplacement de Monsieur Frédéric DITTMAR.
Pour avis.
SASU au capital de 10000,00 €
4, rue des Apennins, 75017 Paris
798825311 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
13/11/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 158, Rue
Étienne Dolet, 94140 Alfortville à compter
du 13/11/2018. La société sera immatriculée au RCS de Créteil et sera radiée du
RCS de Paris
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES // 3
Vendredi 7 décembre 2018 Les Echos Sociétés
12131008W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12131430W – LE PUBLICATEUR LEGAL
GECI INTERNATIONAL
TELECOM REUNION
MAYOTTE
S.A. au capital de 1.379.818,56 €
37/39, rue Boissière - 75116 PARIS
326 300 969 RCS PARIS
Suivant acte en date du 6/9/2018, il a été
décidé d’augmenter le capital d’un montant de 11,50 € puis de 119.166,65 €.
Le capital est fixé à la somme de
1.498.996,71 € divisé en 149.899.671 actions de 0,01 € chacune.
Suivant acte en date du 1/11/2018, il a été
décidé d’augmenter le capital d"un montant de 32,84 € puis de 31.493,50 €.
Le capital social est fixé à la somme de
1.530.523,05 € divisé en 153.052.305 actions de 0,01 € de nominal chacune.
Société par actions simplifiée
Au capital de 28.010.000 €
Siège social :
68 ,rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 PARIS
812 123 214 RCS PARIS
La Collectivité des associés de la Société
a nommé Monsieur Maxime Lombardini,
demeurant 16, rue de la Ville L’Evêque,
75008 Paris et Monsieur Vincent Fahmy,
demeurant 174, rue de Courcelles, 75017
Paris, en qualité d’administrateur par décision du le 7 décembre 2015.
Pour avis.
Pour avis.
12131440W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12131314W – LE PUBLICATEUR LEGAL
AKUO ENERGY SAS
S.A.S. au capital de 1.731.600 €
140, avenue des Champs Elysées
75008 PARIS
495 259 061 RCS PARIS
Suivant acte en date du 30/11/2018, le
président a décidé d’augmenter le capital
social d’un montant de 610,80 € puis de
l’augmenter de 6.466,80 €.
Le capital social est fixé à la somme de
1.738.677,60 € divisé en 7.244.490 actions.
L’article 6 des statuts est modifié en
conséquence.
12131404W – LE PUBLICATEUR LEGAL
C.P.P.J.
S.A. au capital de 3.681.604,40 €
20, rue Quentin Bauchart - 75008 Paris
812 741 643 RCS PARIS
Aux termes du CA du 26/11/2018 il a été
pris acte de la démission de :
- Monsieur Laurent HALIMI de ses fonctions de Président du Conseil d’Administration et de Directeur Général. Ce dernier
étant nommé aux fonctions de Directeur
Général Délégué,
- Monsieur Stéphane MOXHET de ses
fonctions de Directeur Général Délégué et
d’Administrateur,
- Monsieur Grégoire LAFFOUCRIERE de
ses fonctions de Directeur Général Délégué et d’Administrateur.
Ont été coopté en qualité d’administrateur : Monsieur Olivier COSTA DE BEAUREGARD demeurant 52, rue de la Boétie,
75008 Paris, et Madame Sandrine FOUGEIROL DU BOULLAY demeurant 85, rue
d’Amsterdam, 75008 Paris, cette dernière
étant nommée aux fonctions de Directeur
Général et Monsieur Olivier COSTA DE
BEAUREGARD étant nommé aux fonctions de Président du Conseil d’Administration.
Le même conseil d’administration a décidé du transfert de siège au 71/73, avenue des Champs Elysées, 75008 Paris.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Pour avis
12131412W – LE PUBLICATEUR LEGAL
FLORAGEST
SASU au capital de 37.000 €
17 Bd Malesherbes, 75008 Paris
508 867 371 RCS PARIS
Aux termes d’une décision en date du
30/11/2018, l’associé unique a décidé de
transférer le siège social à 7 Rue Paul
Bert, 13100 Aix-en-Provence, à compter
du 1er/12/2018.
Radiation du RCS de Paris et immatriculation au RCS de Aix-en-Provence.
12131416W – LE PUBLICATEUR LEGAL
WARCHIK
Société civile immobilière au capital de
300.000 €uros
5 rue Treilhard 75008 PARIS
RCS PARIS D 802 198 432
L’AGE du 04/12/2018, a décidé réduire le
capital de la somme de 299.500 €uros par
diminution de la valeur nominale qui passera de 3.000 €uros à 5 €uros, pour le porter à 500 €uros.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Pour avis.
12131417W – LE PUBLICATEUR LEGAL
WONDY
Société civile immobilière au capital de
500.000 €uros
5 rue Treilhard 75008 PARIS
RCS PARIS D 752 539 080
L’AGE du 04/12/2018, a décidé réduire le
capital de la somme de 499.500 €uros par
diminution de la valeur nominale qui passera de 5.000 €uros à 5 €uros, pour le porter à 500 €uros.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
12131469W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par Décision de l’Associé Unique du
23/04/2018 de KERPENHIR CONSEIL SARL au capital 75.244 € - Siège 59 rue
Desnouettes 75015 PARIS - 394 186 225
RCS PARIS, il a été décidé de transférer
le siège au 129 rue du Ranelagh 75016
PARIS. Les statuts ont été modifié. Pour
avis.
12131471W – LE PUBLICATEUR LEGAL
PELIGOURMET
SAS au capital de 1.000 €
Siège social : 32 boulevard de
Strasbourg 75468 PARIS CEDEX 10
822 082 137 R.C.S PARIS
Le PV des décisions du président en date
du 05/11/2018 a constaté l’augmentation
de capital d’un montant de 67,91 € par
l’émission de 6.791 actions nouvelles de
0,01 € de valeur nominale et de le porter
ainsi à 1 067,91 €. Le PV des DUA en date
du 17/10/2018 a modifié l’objet social
comme suite : « L’achat et revente de produits via internet ou par téléphone aux particuliers et aux professionnels, l’entreposage et livraison à domicile ou en point
relais de produits y compris de produits
alimentaires frais, la vente exceptionnelle
de produits lors d’événements » . Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au R.C.S. de PARIS.
12131441W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SELECTION 1818
Pour avis.
Pour avis.
DERMAXIO
S.A.S. au capital de 602.500 €
4, place de l’Opéra
75002 PARIS
808 346 977 RCS PARIS
Aux termes d’un procès-verbal d’AGE du
7/12/2018, les Associés ont décidé d’autoriser le président à réduire le capital de
100.000 € pour le ramener à 502.500 €
par voie de rachat d’actions en vue de leur
annulation.
Pour avis.
convention, contrat nécessaire à la
construction de l’Hôtel".
Pour avis.
SA au capital de 1.575.030 €
Siège social : 115, rue Montmartre
75002 Paris
519 995 450 RCS Paris
Aux termes des délibérations du conseil
d’administration et des délibérations de
l’assemblée générale mixte des actionnaires en date du 23 novembre 2018, il a été
- pris acte de la fin des fonctions d’administrateurs de Mr. Jacques-Antoine Allain,
Mr. Dominique Sabassier, Mr. Philippe
Guenet, Mr. Georges Nivelleau de la Brunière, mettant fin à son mandat de Président du conseil d’ddministration,
- décidé de nommer en qualité d’administrateur, Mr. Bruno Rostain demeurant 66,
rue de Vaugirard 75006 Paris, Mr. Chaguir
Mandjee Rehamtulah demeurant 19 rue
de Chaillot 75116 Paris et Mr Loic Kerever
demeurant 48 bis, rue Saint-Sébastien
59000 Lille,
- décidé de transférer le siège social au
23, rue Royale 75008 Paris,
pris acte de la fin des fonctions de Directeur Général de Mr Napoléon Gourgaud
du Taillis,
- pris acte de la fin des fonctions de Directeur Général Délégué de Mr. Laurent Larroche,
- décidé de nommer en qualité de Directeur Général, Mr. Vincent Dubois demeurant 33, rue Mirabeau 59420 Mouvaux,
- décidé de nommer en qualité de Directeur Général Délégué, Mr. Antoine Limare
demeurant 2 Impasse Victor Hugo 59126
Linselles,
- décidé de nommer en qualité de Président du conseil d’administration, Mr. Loic
Kerever (nommé ci-dessus).
12131455W – LE PUBLICATEUR LEGAL
AIRPORT ONE
SAS au capital de 1.000 euros
Siège social :
69 Boulevard Malesherbes
75008 Paris
839 606 597 RCS Paris
En date du 09 novembre 2018, les associés ont décidé de modifier l’objet social
comme suit :
"Au sein du projet immobilier Airport Promenade de l’Aéroport Nice Côte d’Azur
composé des trois programmes, la réalisation du programme afférent à : la
construction d’un bâtiment (à usage de bureaux et de commerces avec des parkings
en sous sol) sur une assiette foncière située au sein d’Airport Promenade de l’Aéroport de Nice Côte d’Azur mise à disposition dans le cadre d’une convention
d’occupation temporaire du domaine public constitutive de droits réels ; la location, l’administration et l’exploitation, et en
particulier, la mise en location de l’immeuble. La signature de tout accord, convention, contrat nécessaire à la construction
de l’immeuble".
Pour avis.
12131501W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par décisions du 30.11.2018 de GENERALI LOGISTIQUE, Société Civile au capital de 117.920.737 euros, siège social :
2, rue Pillet-Will 75009 Paris, 487 514 416
RCS PARIS, les Associés ont décidé de
réduire le capital d’un montant de
5.440.034 € pour le ramener à la somme
de 112.480.703 €. Les statuts ont été modifiés en conséquence. Pour avis.
12131503W – LE PUBLICATEUR LEGAL
IMOTEP
Société Civile au Capital de 2.598.500 €
R.C.S. : PARIS B 793 708 330
80, Rue de Vaugirard
75006 - PARIS
Suivant décision de la collectivité des associés en date du 4 décembre 2018, il a
été pris acte de la démission de la gérante, Madame Myriam Ferandou à effet
du 31 décembre 2018.
Monsieur Eric Ferandou, Gérant, demeure
seul dirigeant à compter de cette même
date.
Le dépôt légal sera effectué au Greffe du
Tribunal de Commerce de PARIS.
Pour Avis. Le gérant
12131517W – LE PUBLICATEUR LEGAL
PERNOD RICARD
S.A au capital de 411.403.467,60 euros
12 place des Etats-Unis
75016 Paris
582 041 943 RCS PARIS
Suivant délibérations en date du
21/11/2018, l’AGM a désigné en qualité
d’Administratrice Mme Patricia BARBIZET
demeurant au 40 rue François 1er - 75008
Paris.
Pour avis.
12131523W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SD - SARL au capital de 130.000 € - Siège
social : 25 rue Saint André des Arts 75006 PARIS - 478 481 708 RCS PARIS.
Suivant AGE du 27/11/2018, il a été décidé de transférer le siège social au 10 rue
Octave Feuillet - 75016 PARIS. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de PARIS.
AIRPORT HOTEL
12131551W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par décisions du 22/11/2018 de QFL
Technologies Sarl - SARL au capital de
1.000 € - Siège social : 4, rue de Marivaux
75002 Paris - 828 888 081 RCS Paris, les
associés ont décidé de nommer en qualité
de Gérants Mrs Andrew Tierney BLAKE
demeurant 3496 N 180 E, Provo UT 84604
(Etats-Unis d’Amérique) et Robert Weaver
BACHMAN JR demeurant 12008 N, Atlas
Drive, Highland, UT 84003 (Etats-Unis
d’Amérique) en remplacement de Mrs Robert THOMPSON et Christopher BECKSTEAD. Pour avis.
Suivant AGE du 27/11/2018, il a été décidé de transférer le siège social au 10 rue
Octave Feuillet - 75016 PARIS. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de PARIS.
12131529W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SCI BERGER - SCI au capital de 2.000 €
- Siège social : 5 rue Berger - 75001 PARIS - 442 992 202 RCS PARIS.
Suivant AGE du 27/11/2018, il a été décidé de transférer le siège social au 10 rue
Octave Feuillet - 75016 PARIS. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de PARIS.
12131530W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE
GILFLOR
SCI au capital de 30.500 €
12131524W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SCI MARAIS - SCI au capital de 2.000 €
- Siège social : 3 Villa Honoré Gabriel Riqueti - 75015 PARIS - 814 382 594 RCS
PARIS.
Suivant AGE du 27/11/2018, il a été décidé de transférer le siège social au 10 rue
Octave Feuillet - 75016 PARIS. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de PARIS.
12131457W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SAS au capital de 1.000 euros
Siège social : 69 Boulevard
Malesherbes
75008 Paris
839 606 431 RCS Paris
En date du 09 novembre 2018, les associés ont décidé de modifier l’objet social
comme suit :
"Au sein du projet immobilier Airport Promenade de l’Aéroport Nice Côte d’Azur
composé des trois programmes, la réalisation du programme afférent à : La
construction d’un hôtel sur une assiette
foncière située au sein d’Airport Promenade de l’Aéroport de Nice Côte d’Azur
mise à disposition dans le cadre d’une
convention d’occupation temporaire du
domaine public constitutive de droits
réeels. L’administration, l’exploitation de
l’immeuble et en particulier sa mise en location. La signature de tout accord,
12131528W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SCI SALIMI PAK - SCI au capital de
1.524,49 € - Siège social : 50 rue des
Lombards - 75001 PARIS - 425 104 726
RCS PARIS.
12131525W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SCI ALMAR - SCI au capital de 500 € Siège social : 5 rue Berger - 75001 PARIS
- 527 476 980 RCS PARIS.
Suivant AGE du 27/11/2018, il a été décidé de transférer le siège social au 10 rue
Octave Feuillet - 75016 PARIS. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de PARIS.
434 976 700 RCS PARIS
L’article 5 des statuts a été modifié.
Pour avis.
SCI A.S.D. - SCI au capital de 100 € Siège social : 3 Villa Honoré Gabriel Riqueti - 75015 PARIS - 795 184 423 RCS
PARIS.
Suivant AGE du 27/11/2018, il a été décidé de transférer le siège social au 10 rue
Octave Feuillet - 75016 PARIS. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention au RCS de PARIS.
12131609W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par DAU du 04/12/2018 de GAMNED SAS au capital de 100.000 € - Siège
9 Quai de Rive-Neuve, 13001 MARSEILLE - 811 272 244 RCS MARSEILLE,
il a été décidé de transférer le siège au
5 rue Cyrano de Bergerac 75018 PARIS.
Les statuts ont été modifié en conséquence. Président : Mr SPINASSE Anthony Dt 73 rue Nollet 75017 PARIS. Pour
avis.
12131623W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Société par actions simplifiée au
capital de 20.000 €
Suffren-Derry
Siège social : 12, rue Vivienne
75002 PARIS
SNC au capital de 4.850.000 euros
Siège social : 134, boulevard
Haussmann, 75008 Paris
827 807 678 RCS Paris
Aux termes des décisions des associés du
06/12/2018, M. Guillaume Vinatier, demeurant 7bis avenue Mehul, 78600 Maisons Laffitte, a été nommé en qualité de
gérant, en remplacement de M. Hervé Vinciguerra.
797 879 012 R.C.S. PARIS
Par acte en date du 13 novembre 2018,
les Associés de la société ont :
12131526W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Open-Xchange
Sas à associé unique au capital de
5.000 €
Siège social :
9, rue du Quatre-Septembre
75002 PARIS
815 289 962 RCS Paris
Suivant PV des décisions de l’associé unique du 27/11/2018 et à compter du même
jour, M. Frank Hoberg, demeurant
57462 Olpe - AM Gallenberg (26) a été
désigné en qualité de directeur général.
Pour avis.
12131541W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SLS DATA
- pris acte de la démission de la société
KOHRONG CONSULTING sise 12, rue
Barbette - 75003 Paris (794 530 097 RCS
PARIS), de ses fonctions de président de
la société, avec effet à compter du 1er janvier 2019,
- nommé Stéphane Baiocco demeurant
12, rue Barbette, 75003 Paris, en qualité
de nouveau président, pour une durée illimitée, avec effet à compter du 1er janvier
2019.
SCI ENERGIE +
Société civile immobilière à capital
variable
Siège social : 36, rue de Naples
75008 PARIS
807 960 463 R.C.S. PARIS
L’AGE des associés du 15/11/2018 a :
- adopté une nouvelle rédaction de l’article
1 des statuts sur la forme de la société,
ainsi qu’il suit :
- Article 1 – FORME
12131555W – LE PUBLICATEUR LEGAL
22, rue Berthollet - 75005 Paris
Aux termes du procès verbal du
15/10/2018,les associés ont décidé de
transférer le siège social au 51 bis rue
Sainte Anne, 75002 Paris à compter du
15/10/2018.
12131642W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Il est formé par les propriétaires des parts
sociales ci-après créées et de celles qui
pourraient l’être ultérieurement, un Fonds
d’Investissement Alternatif (FIA) sous
forme d’une Société Civile Immobilière (la
« Société »), régie par les articles 1832 et
suivants du Code civil, par les dispositions
des articles L.214-24, III, et suivants du
Code monétaire et financier régissant les
« Autres FIA », par toutes dispositions légales et règlementaires qui modifieraient
ou complèteraient ces textes, ainsi que
par les présents statuts,
- décidé de supprimer la variabilité du capital social et corrélativement supprimé
l’article 7.2 des statuts de la Société.
- constaté que le capital s’élève à ce jour
à 9.382.000 €
- modifié les articles 6 et 7 des statuts.
12131422 – LA VIE JUDICIAIRE
COMPEX HOLDING. S.C.I. au capital
de 1.000 €. 3, rue Cépré 75015 PARIS.
834 305 955 RCS PARIS. Aux termes de
l’AGE en date du 12/2/2018, les associés
ont décidé de modifier l’objet comme suit :
La société a pour objet principal la détention de titres de sociétés d’expertise
comptable ainsi que la participation à tout
groupement de droit étranger ayant pour
objet l’exercice de la profession d’expert-comptable. L’article 2 des statuts a
été modifié en conséquence. Mention sera
portée au RCS de Paris.
12131559 – LA VIE JUDICIAIRE
Suivant acte SSP à paris en date du
22/11/2018, il a été institué une S.A.S.U.
dénommée ORANE TECHNOLOGIES,
Capital : 100 €, Siège : 38 rue Dunois
75647 Paris Cedex 13, Objet : Développement, conception des logiciels informatiques. Durée de la société : 99 ans.
Agrément : La cession des actions de
l’actionnaire unique est libre. Président :
ABDELHAMID CHENINI, 6 allée Haras
77185 Lognes. RCS Paris.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
4 // ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES
12131560 – LA VIE JUDICIAIRE
408406A – LES ECHOS
IMMO TEPA - OUEST S.C.A. à capital
variable, au capital de fondation de
37.100 €. Siège : 46, rue de Provence,
75009 PARIS. 791862667 RCS Paris. Aux
termes des décisions de la gérance du
2/11/2018, le gérant a décidé de transférer le siège au 128, rue de la Boétie,
75008 PARIS. Mention sera portée au
RCS de Paris.
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 93
12131625 – LA VIE JUDICIAIRE
DCM DISTRI S.A.S. au capital de
10.000 €. Siège : 36, rue Scheffer, 75016
PARIS. 834 473 316 RCS Paris. Aux termes d’une délibération en date du
29/10/2018, l’AGE a décidé d’étendre
l’objet à toutes activités et opérations immobilières et de modifier en conséquence
l’article 2 des statuts. Pour avis, Le Président.
12131671 – LA VIE JUDICIAIRE
T3A5 S.A.R.L. au capital de 8.000 €
Siège : 18, rue du Faubourg des Chartreux 94520 MANDRES-LES-ROSES 511
879 454 RCS Créteil. Selon PV en date
du 5/12/2018, les associés, réunis en
AGE, ont décidé : - de prendre acte des
cessions de parts sociales intervenues
le 5/12/2018 et de modifier en conséquence l’article 8 des statuts ; - de prendre
acte, qu’en conséquence desdites cessions, la société est devenue une
S.A.R.L. pluripersonnelle ; - de prendre
acte de la démission de Pédro CAPEL,
18, rue du Faubourg des Chartreux 94520
Mandres-Les-Roses, de ses fonctions
de gérant, à compter du 5/12/2018, et de
nommer, pour le remplacer, à compter
de ce même jour : Roland MARTINAUD,
28, boulevard du Général Leclerc 92200
Neuilly-Sur-Seine ; - de transférer le
siège, à compter du 5/12/2018, du 18, rue
du Faubourg des Chartreux 94520 MANDRES-LES-ROSES au 66, avenue des
Champs-Elysées lot 41 75008 PARIS.
En conséquence, l’article 4 des statuts
sera modifié et la société qui était 511 879
454 RCS Créteil, fera l’objet d’une nouvelle immatriculation au RCS de Paris. Le
représentant légal.
400765A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 92
SCI HR IMMO
au capital : 500 €.12 Cité Jouffroy Renault 92110 CLICHY RCS : 822 147 815
de NANTERRE En date du 30/05/2018,
L’unanimité des associés décide le transfert du siège social au 47 Rue de Mouzaïa
75019 Paris, à compter du 01/06/2018 ;
Modification au RCS de PARIS
400792A – LES ECHOS
SOUL’S SOFT, EURL au capital de
1000 € Siège social : 28 rue Broca 75005
PARIS 534690623 RCS PARIS. Le
07/11/18, l’associé unique a décidé de
transférer le siège social au 88 rue Claude
Bernard 75005 PARIS Mention au RCS de
PARIS
Luxe conciergerie , SAS au capital de
1000 € Siège social : 10 rue de penthieve
75008 Paris 821874138 RCS Paris Le
05/11/18, les associés ont : décidé de
transférer le siège social au 6 rue de la
mare blanche 77186 Noisiel à compter du
08/11/18 Radiation au RCS de PARIS.
Inscription au RCS de MEAUX
407345A – LES ECHOS
MS TEX
SARL au capital de 5.000 €
LOROSER VAILLANT EN
LIQUIDATION
Siège Social : 168 avenue Paul Vaillant
Couturier-93120 LA COURNEUVE
RCS BOBIGNY 828 663 443
Par l’AGE du 07/11/2018, il a été décidé
de transférer le siège social au 37, rue
d’Amsterdam 75008 PARIS. Et de nommer nouveau gérant M HRISTOV David
demeurant 7 allée Frédéric Ladrette
93390 Clichy-Sous-Bois, en remplacement de M. DEMIRBAS Muhammet
Tayyip démissionnaire. Radiation au RCS
de Bobigny immatriculation au RCS de
Paris.
408413A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 93
J.E AND CO
SARL au capital de 20.000 euros
L’AGE du 16/11/2018 a décidé de transférer le siège social au 16 Place du Général de Gaulle, 59000 LILLE, à compter
du 01/12/2018. Radiation du RCS de PARIS et immatriculation au RCS de LILLE
METROPOLE.
408401A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 91
ABV. Sarl au capital de 2.000 €. Siège social 8 rue Du Gaz 91100 CORBEIL-ESSONNES. R.C.S D’EVRY 534 639 406.
Par AGE du 30 11 2018 il a été décidé le
transfert du siège social au 128 rue la
BOETIE Immeuble D 75008 PARIS, changement Mr BOC Vasile Lucian demeurant
11 rue Henri Rochefort 91000 EVRY gérant démissionnaire remplacé Mr CIOCAN
Ghita-Vladut demeurant 6 rue Riquet 75019 PARIS en qualité de gérant,
modification de l’objet social par suppression de l’activité de peinture et plâtrerie
remplacé par plomberie, climatisation,
vente et location de tous produits non réglementés notification au RCS d’EVRY
immatriculation au RCS de PARIS
SCI au capital de 3000.00 €
15 AVENUE ELISEE RECLUS, 75007
PARIS
498887363 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
30/11/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme
FRANCOISE RONDON 22 RUE SOUFFLOT, 75005 PARIS, pour sa gestion et
décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
408447B – LES ECHOS
Siège social : 42 Rue Bernard - 93000
BOBIGNY
RCS BOBIGNY 490 815 487
L’AGE du 04/12/2018 a décidé de transférer le siège social au 5 Boulevard Flandrin - 75116 PARIS
Gérant : M.ELKHARAT JACQUES demeurant au 5 Boulevard Flandrin - 75116
PARIS. En consèquence elle sera immatriculée au RCS de PARIS et elle sera radiée au RCS de BOBIGNY.
408561A – LES ECHOS
RCS PARIS 840 318 489
Nouvelle mention : le capital social est fixé
à la somme de 2.607.309 euros, divisé en
2.607.309 actions de 1 euro de valeur nominale chacune.
SARL au capital de 10000 €
18 rue des Maraîchers, 75020 Paris
814289732 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
31/08/2018 les Associés ont :
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
Mention en sera faite au RCS de PARIS
408660B – LES ECHOS
408614A – LES ECHOS
SAS au capital de 10000 €
19 RUE DE ROCHECHOUART, 75009
Paris
804813731 RCS Paris
DIVONA
Société par Actions Simplifiée
unipersonnelle
Au capital de 54.188.000 euros
Siège social : 14 rue Auber 75009
PARIS
Aux termes du PV des Décisions du 29
novembre 2018, le Président a constaté la
réalisation d’une réduction du capital social d’un montant de 52.227.997,72 euros,
par voie d’annulation 2.477.609 actions de
21,08 euros de valeur nominale chacune.
Les statuts ont été modifiés en conséquence
Nouvelle mention : le capital social est fixé
à la somme de 50.402,28 euros, divisé en
2.391 actions de 21,08 euros de valeur nominale chacune.
Mention en sera faite au RCS de PARIS
408680A – LES ECHOS
PRIALIZART
SNC au Capital de 579.207 €
Siège Social : 48, rue de la Bienfaisance
75008 PARIS
RCS PARIS 789 661 477
Aux termes d’une délibération de l’Assemblée Générale Ordinaire en date du
10.11.2018, Madame Priscillia LEAL, demeurant Villa Sun Deck, 23 Avenue Victoria, 06110 LE CANNET, a été nommée
gérante, en remplacement de la SARL
HALESIA, démissionnaire, et ce pour une
durée illimitée à compter du 10.11.2018.
Formalités au RCS de PARIS
ADV SPORT
Par décision de L’AGE en date du
02/07/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. AYMAR
19 RUE DE ROCHECHOUART, 75009
PARIS, pour sa gestion et décharge de
son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
75016 PARIS
830 043 634 RCS PARIS
Pour avis, le liquidateur
Par AGE du 5/11/2018 de GAZETTE &
YVETTE, SARL au capital de 1.000 €,
siège : 21 Ave Charles Floquet 75007 PARIS, 789 214 186 RCS PARIS, il a été approuvé les comptes de liquidation, donné
quitus de son mandat au liquidateur Mme
Stéphanie VATELOT et prononcé la clôture des opérations de liquidation à
compter de ce jour. Radiation au RCS de
PARIS.
YUCCA
40 Avenue de la Grande Armée
75017 PARIS
SIREN 482 672 847 RCS PARIS
Suivant acte en date du 05/12/2018, ETABLISSEMENTS CHAPAT ET CIE, SAS au
capital social de 350.000 euros, 27 avenue de la Grande Armée 75016 PARIS,
SIREN 542 064 563 RCS PARIS, associée unique de la société YUCCA, a décidé la dissolution anticipée de cette dernière à compter du 05/12/2018 sans qu’il
y ait lieu à liquidation.
Conformément aux dispositions de l’article 1844-5 du Code Civil, les créanciers
de la société YUCCA, peuvent former opposition à la dissolution dans un délai de
trente jours à compter de la présente publication devant le Tribunal de Commerce
de PARIS.
Pour avis.
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. Fabien
Pendaries-Issaurat 8 avenue Notre Dame,
06000 Nice, pour sa gestion et décharge
de son mandat,
Siège social : 9 rue Chalgrin
12131429W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SARL au capital de 50.000 €
INFIX
JOYES
Société Par Actions Simplifiée en
liquidation au capital de 1 000.00 €
Suivant DAU du 29/11/2018, il a été décidé d’approuver les comptes de liquidation, de donner quitus au liquidateur et de
prononcer la clôture de liquidation. Radiation au RCS de PARIS.
Par décision de L’Associé Unique en date
du 29/11/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 29/11/2018,
nommé en qualité de liquidateur Mme Hortense de Navacelle, 60 rue saint lazare,
75009 Paris et fixé le siège de liquidation
et l’adresse de correspondance au siège
de la société. Mention en sera faite au
RCS de Paris
Au capital de 1.000 euros
408551A – LES ECHOS
D’un PV de l’AGE du 31.10.18, il résulte
qu’après avoir entendu le rapport de Dominique JOYES liquidateur, l’associé unique a approuvé les comptes de liquidation, donné quitus au liquidateur et l’a
déchargé de son mandat, et a constaté la
clôture des opérations de liquidation. Les
comptes de liquidation seront déposés au
RCS de PARIS.
12131475W – LE PUBLICATEUR LEGAL
408523B – LES ECHOS
Aux termes du PV des Décisions du 5 juillet 2018, l’Associé unique a constaté la
réalisation d’une augmentation du capital
social d’un montant de 2.606.309 euros,
par la création de 2.606.309 actions nouvelles de 1 euro de valeur nominale chacune, assortie d’une prime d’émission globale de 28.000.000 euros. Ladite
augmentation a été réalisée ainsi qu’en atteste le certificat du dépositaire. Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Suivant DAU du 29/11/2018, il a été décidé de prononcer la dissolution anticipée
de la société et sa liquidation amiable. Liquidateur : Mr Pierre HAAS demeurant
22 rue de la Rochefoucauld - 92100 Boulogne Billancourt. Le siège de liquidation
est fixé au siège social de la société.
OPEN ART
Société par Actions Simplifiée
unipersonnelle
Siège social : 14 rue Auber 75009
PARIS
12131405W – LE PUBLICATEUR LEGAL
IMMOBILIERE PH - Société Civile au capital de 1.829.300 € - Siège social :
75 rue de Richelieu - 75002 PARIS 388 350 357 RCS PARIS.
SASU au capital de 10000,00 €
60 rue saint lazare, 75009 Paris
811346485 RCS Paris
Redevco Urban Retail Ventures
Bordeaux
NATCAP
SAS au capital de 2.000 €. Siège social : 6
Avenue Franklin D Roosevelt, 75008
PARIS. RCS 828 347 070 PARIS
DISSOLUTIONS
408428B – LES ECHOS
RCS PARIS 320 302 409
400891A – LES ECHOS
Vendredi 7 décembre 2018 Les Echos Sociétés
403666A – LES ECHOS
BI-HACHI Consulting, SASU au capital de
1043 €. Siège social : 23/25 rue jean-jacques rousseau 75001 Paris. 824161806
RCS Paris. Le 01/11/18, l’associé unique
a décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur M. mohammed
chihabi, 13 Rue Federico Fellini 93210
Saint-Denis, et fixé le siège de liquidation
au siège social. Modification au RCS de
824161806 R.C.S.Paris.
403723A – LES ECHOS
State Of Grace Workshop, EURL au capital de 1000 €. Siège social : 10 rue de penthièvre 75008 Paris. 811289784 RCS Paris. Le 01/03/18, l’associé unique a décidé
la dissolution anticipée de la société,
nommé liquidateur Mme Marie GAFFORY-DROMIGNY, 78 av de Paris, c o
BROQUET 92320 Paris , et fixé le siège
de liquidation au siège social. Modification
au RCS de Paris.
408597A – LES ECHOS
FLODOR FINANCE SA
Au capital de 2.012.000 euros
Siège social : 68 bis boulevard Pereire
75017 PARIS
RCS PARIS 379 890 999
Suivant déclaration en date du 15 octobre
2018,
La société UNICHIPS INTERNATIONAL
BV, société de droit néerlandais au capital
de 24.036.738,05 euros ayant son siège
social Hoogoorddreef 15 -1101 BA AMSTERDAM Pays Bas immatriculée au RC
d’Amsterdam sous le numéro 33246145
agissant en qualité d’associé unique de la
société FLODOR FINANCE SA,
a décidé de dissoudre la société FLODOR
FINANCE SA en application de l’article
1844-5 alinéa 3 du Code Civil. Cette dissolution entraine de plein droit la transmission universelle du patrimoine de la société FLODOR FINANCE SA à son
associée unique la société UNICHIPS INTERNATIONAL BV
Les créanciers sociaux pourront exercer
leur droit d’opposition pendant un délai de
30 jours à compter de la date du présent
avis.
La présente dissolution ne donnera lieu à
aucune procédure de liquidation, la transmission universelle du patrimoine s’opérant à l’expiration du délai d’opposition des
créanciers ainsi que la disparition de la
personnalité morale et la radiation au RCS
de PARIS
408654A – LES ECHOS
A.M. COIFFURE - SARL capital de
1.000 € - Siège social : 61 rue des Petits
Champs - 75001 PARIS - 812 330 645
RCS PARIS
Suivant décisions des associés en date du
31/12/2017, il a été décidé de prononcer
la dissolution anticipée de la société et sa
liquidation amiable. Liquidateur : Mme
Melha TEMMAR épouse IZRI demeurant
39 rue Edgar Quinet - 93120 LA COURNEUVE. Le siège de liquidation est fixé au
siège social de la société.
Suivant décisions des associés en date du
31/12/2017, il a été décidé d’approuver les
comptes de liquidation, de donner quitus
au liquidateur et de prononcer la clôture
de liquidation. Radiation au RCS de PARIS
403794A – LES ECHOS
APPORT
Par décision de l’Associé unique en date
du 04/12/2018 l’associé unique a :
404194A – LES ECHOS
Siège social :
66 avenue des Champs Elysées
75008 Paris
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
Designement vôtre , SARL au capital de
500 €. Siège social : 94 rue du dessous
des berges 75013 Paris. 539053744 RCS
Paris. Le 07/11/18, les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société,
nommé liquidateur Mme Alice Fronty-Gilles, 35 bis boulevard Davout 75020 Paris,
et fixé le siège de liquidation au siège social. Modification au RCS de Paris.
DEMESURE
- donné quitus au Liquidateur, M. David
SAGNIER 5 place de la porte de Passy,
75116 PARIS, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
MANDA PRODUCTIONS
SARL au capital de 45.000 euros
Siège social : 16, Villa Scheffer
75116 PARIS
493 359 913 RCS PARIS
Aux termes d’un PV de décisions du
31/10/2018, l’associé unique a décidé la
dissolution anticipée de la société et sa
mise en liquidation amiable, à compter du
31/10/2018, nommé en qualité de liquidateur avec les pouvoirs les plus étendus
pour mener à bien les opérations de liquidation, M. Elie CHOURAQUI demeurant
16, villa Scheffer, 75116 Paris, et a fixé le
siège de la liquidation à l’adresse du siège
social.
Aux termes d’un PV de décisions du
31/10/2018, l’associé unique a approuvé
les comptes de liquidation, donné quitus
de son mandat au liquidateur, et a prononcé la clôture de la liquidation.
Pour avis.
CARPE DIEM, SARL au capital de
1000 €. Siège social : 5 rue raffaelli 75016
Paris. 507640878 RCS PARIS. Le
13/11/18, les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur M. frederic BERNABEU, 55 Rue
de l’Assomption 75016 Paris , et fixé le
siège de liquidation au siège social. Modification au RCS de PARIS.
408507A – LES ECHOS
S.C.M. DES DOCTEURS
BELLAICHE ET ROZENBAUM
SCM en liquidation au capital de 457,35 €
- Siège social : 119 rue Saint Maur 75011 PARIS - 402196653 RCS PARIS
L’AGE du 01/12/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur et constaté la clôture des opérations de liquidation, à compter du même
jour. Radiation au RCS de PARIS.
UNIQUE GÉRANCE
12131406W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant un acte sous seing privé en date
du 31 octobre 2018
Il a été mis fin au contrat de location
gérance consenti par la société CARREFOUR PROXIMITE FRANCE, Société par
Actions Simplifiée au capital de
47.547.008 euros, ayant son siège à
MONDEVILLE (14120), ZI Route de Paris,
immatriculée au Registre du Commerce et
Sociétés de CAEN sous le numéro
345 130 488
à
la société WASSIPRO, Société A Responsabilité Limitée au capital de 2.500 euros, ayant son siège à PARIS (75015)
32 avenue Félix Faure, immatriculée au
Registre du Commerce et Sociétés de PARIS sous le numéro 820 787 455.
Pour un fonds de commerce d’alimentation générale de type supermarché, exploité à PARIS (75015) 32 avenue Félix
Faure sous l’enseigne CARREFOUR EXPRESS et cela à compter du 31 octobre
2018 à 16 heures.
Suivant un acte sous seing privé en date
du 23 novembre 2018 la société CARREFOUR PROXIMITE France, Société par
Actions Simplifiée au capital de
47.547.008 euros, ayant son siège ZI
Route de Paris 14120 MONDEVILLE, immatriculée au Registre du Commerce et
Sociétés de CAEN sous le numéro
345 130 488
a mis fin au contrat de location gérance
consenti à compter du 12 décembre 2017
à la société SOFIALY, Société A Responsabilité Limitée au capital de 7.500 euros,
ayant son siège à PARIS (75012) 39 rue
de Wattignies immatriculée au Registre du
Commerce et Sociétés de PARIS sous le
numéro 833 678 048. Portant sur un fonds
de commerce d’alimentation générale du
type supermarché sis et exploité à PARIS
(75012) 39 rue de Wattignies, sous l’enseigne CARREFOUR BIO et cela à
compter du 23 novembre 2018 à 16 heures.
78 • YVELINES
SOCIETES
COSMEBAC
CONSTITUTIONS
408549B – LES ECHOS
835 192 857 RCS Paris
COSMEPAR
SAS à associé unique au capital de
70.000 euros
Siège social :
66 avenue des Champs Elysées
75008 Paris
Réalisation apport partiel
d’actif soumis au régime
juridique des scissions
Aux termes des délibérations de l’assemblée générale du 01/12/2018, l’associé
unique de la société COSMEBAC a :
Approuvé le traité d’apport partiel d’actif
sous seing privé signé en date du
24/09/2018, placé sous le régime juridique
des scissions, aux termes duquel la société COSMEPAR a fait apport à la société COSMEBAC de l’ensemble des éléments composant sa branche d’activité
relative à un laboratoire d’analyses microbiologiques sur produits cosmétiques dont
les activités sont le contrôle qualité des
matière premières, des vracs, des produits finis et du plan de surveillance,
l’étude d’efficacité antimicrobienne, la caractérisation des flores, l’identification microbienne, la conservation des souches,
le conseil et l’expertise en microbiologie
cosmétique, selon les modalités suivantes :
- l’actif total apporté s’élève à :
221.575 euros
- il n’existe aucun élément de passif
- Valeur nette de l’apport : 221.575 euros.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
VENTE DE FONDS GERANCE
SAS à associé unique au capital de
1.000 euros
311 534 028 RCS Paris
404333A – LES ECHOS
12131266W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12131157-2W – LE PUBLICATEUR LEGAL
RECTIFICATIF à l’insertion parue dans
"Le Publicateur Légal" du 06/12/2018,
concernant la société BIG MAMMA SAS.
Il y a lieu d’ajouter : M. Guillaume FONQUERNIE est démissionnaire de ses
fonctions d’administrateur.
12131407W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Pour avis
12131401W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SASU au capital de 100 €
5 place de la porte de Passy, 75116 Paris
820229649 RCS Paris
DIVERS
Société par Actions Simplifiée
KoopLib, SAS au capital de 1000 €. Siège
social : 220 rue la fayette 75010 Paris.
834 663 684 RCS Paris. Le 30/08/2018,
les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur M.
Antoine Desnault, 220 rue la Fayette
75010 Paris, et fixé le siège de liquidation
au siège social. Modification au RCS de
Paris.
408710B – LES ECHOS
En rémunération de l’apport partiel d’actif,
la société COSMEBAC a augmenté son
capital social d’une somme de
221.575 euros pour le porter de 1.000 euros à 222.575 euros, au moyen de la création de 224.575 actions nouvelles, d’une
valeur nominale de 1 euro, qui ont été attribuées à la société COSMEPAR qui porteront jouissance à effet du 1er décembre
2018. L’article correspondant des statuts
a été modifié.
L’associé unique de la société COSMEBAC en date du 01/12/2018 a approuvé
cet apport et sa rémunération.
Aux termes d’un acte SSP en date du
26/11/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
LE SALON DE JULIETTE
Objet social : COIFFURE
Siège social : 131 BOULEVARD CARNOT, 78110 LE VESINET Capital : 100 €
Président : Mme JULIETTE VIBERT demeurant : 16 RUE DE LA PROVIDENCE,
78120 RAMBOUILLET élu pour une durée
indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Versailles
408603B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/10/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
HERITAGE DEVELOPMENT
STRATEGIES
Objet social : Conseils aux entreprises
Siège social : 43 residence les nouveaux
horizons, 78990 Elancourt Sigle : HDS
Capital : 10 € Président : Mme Fella LAMARI demeurant : 43 residence les nouveaux horizons, 78990 Elancourt élu pour
une durée indéterminée Admission aux
assemblées et exercice du droit de
vote : Chaque actionnaire est convoqué
aux Assemblées. Chaque action donne
droit à une voix. Clauses d’agrément :
Les actions sont librement cessibles entre
actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Versailles
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES // 5
Vendredi 7 décembre 2018 Les Echos Sociétés
400788A – LES ECHOS
Par ASSP du 06/11/2018,il a été constitué
une SAS dénommée PRESTAREG.Siège
social :17 av hoche 78110 Le vésinet.Capital :1000 €.Objet : le conseil et l’assistance opérationnelle apportés aux entreprises et autres organisations en matière
de management, stratégie et organisation.Président :MAJee, SARL, au capital
de 1000 €, 843 582 412 RCS Versailles,
17 avenue hoche 78110 Le vésinet, représentée par David Langlois. Durée : 99 ans.
Immatriculation au RCS de VERSAILLES
407162A – LES ECHOS
MODIFICATIONS
408518B – LES ECHOS
EA52
SAS au capital de 200000,00 €
52 boulevard de Belgique, 78110 LE
VESINET
823804844 RCS Versailles
Par décision de L’Associé Unique en date
du 29/11/2018 il a été décidé de modifier
le capital de la société en le portant de
200000,00 € à 326000 €. Mention en sera
faite au RCS de Versailles
Par acte SSP du 26/11/2018 il a été constitué une SASU dénommée :
YVELINES NEUROFEEDBACK
Siège social : 3 SQUARE JASMIN 78150
LE CHESNAY. Sigle : YNFB. Capital :
100 €. Objet : Pratique du neurofeedback
dynamique dans le cadre du développement personnel pour adultes et enfants.
Président : Mme NAHMIAS STEPHANIE,
3 SQUARE JASMIN 78150 LE CHESNAY. Durée : 99 ans. Immatriculation au
RCS de VERSAILLES.
407266A – LES ECHOS
408609B – LES ECHOS
GROUPE LT
SAS à capital variable de 400,00 €
1 chemin Vert, 78910 BEHOUST
809009293 RCS Versailles
Par décision de L’AGE en date du
05/12/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au Tour Europa,
1 avenue de l’Europe, 94320 THIAIS à
compter du 05/12/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Créteil et sera radiée du RCS de Versailles
Par acte SSP du 30/11/2018 il a été constitué une SCI dénommée :
SCI IMMO CVJ
Siège social : 7 rue Vernet, Résidence
Etoile, 78150 LE CHESNAY. Capital :
1.000 €. Objet : L’acquisition ou la location de tous immeubles et biens et droits
immobiliers, à usage d’habitation,
commercial ou professionnel ; La rénovation, la gestion et la location de ces biens ;
Toutes opérations juridiques, administratives, financières de gestion à caractère
mobilier ou immobilier concourant à la réalisation de l’objet. Gérant : M DELPIPPO
Claude, 7 rue Vernet, Résidence Etoile,
78150 LE CHESNAY. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de VERSAILLES.
12131428 – LE PUBLICATEUR LEGAL
KPLV. S.A.R.L. au capital de 1.000 €,
44 bis, rue des Essarts, 78490 Les Mesnuls. 491016630 RCS VERSAILLES. Aux
termes de l’AGE en date du 3/12/2018, les
associés ont décidé, à compter du
3/12/2018, de transférer le siège à 2, rue
du Val de Grâce, 75005 PARIS. Gérant :
M. Pascal Potié, 2, rue du Val de Grâce,
75005 PARIS. Radiation du RCS de Versailles et immatriculation au RCS de Paris.
408728A – LES ECHOS
Par acte reçu par Me Jean GAMBIEZ, notaire à CHAMPAGNE AU MONT D’OR
(Rhône), le 05/12/2018, il a été constitué
une Société Civile ayant les caractéristiques suivantes :
SCI TIBRE
Objet social : acquisition, administration,
location de biens immobiliers
Siège social : 9, Allée Van Gogh, 78560
Le Port-Marly.
Capital : 2000 € - capital variable avec minimum : 2000 € - apports en numéraire
Durée : 99 ans
Gérance : M. BRETON Benjamin, demeurant 79, rue Eugène Labiche, 78290
Croissy-sur-Seine, M. TISSERON MarcEmmanuel, demeurant 9, Allée Van Gogh,
78560 Le Port-Marly
Clause d’agrément : Cession libre au profit du conjoint, des descendants d’un associé et entre associé fondateur, autres
cessions soumises à agrément.
Immatriculation au RCS de Versailles
LADY’S TAXI
STAF CONSEIL
SAS au capital de 1.855.520 euros
SAS au capital de 1.000 €. Siège social :
65 route des chaises 78125 RAIZEUX.
RCS 809 257 751 VERSAILLES.
408418B – LES ECHOS
L’AGE du 05/11/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation
amiable à compter du 05/11/2018, nommé
liquidateur Mme GUERIN GERALDINE,
65 route des chaises 78125 RAIZEUX et
fixé le siège de la liquidation au siège social. Mention au RCS de VERSAILLES.
SARL au capital de 10000 €
67 rue Emile Zola, 91100 CORBEIL
ESSONNE
791793250 RCS Evry
Siège social : 7 rue du Parc de Clagny
78000 VERSAILLES
487 575 110 R.C.S. VERSAILLES
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
l’associé unique a nommé Mme Margaux
DELAHAIE, domiciliée Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ
(RU) en qualité de Président, en remplacement de M. Gordon JOHNSTON, demissionnaire ; puis pris acte de la fin des
mandats des Directeurs Généraux, M.
Stefan HENGE et Mme Charlotte GARDNER
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
le nouveau Président a nommé M. Stefan
HENGE et Mme Charlotte GARDNER, domiciliés Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ (RU), en qualité
de Directeurs Généraux.
408732A – LES ECHOS
Siège social : 7 rue du Parc de Clagny
408513B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 05/07/2018, concernant la société SCI SAGREDO, lire 03/07/2018 en
lieu et place de 27/06/2018
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
le nouveau Président a nommé M. Stefan
HENGE et Mme Charlotte GARDNER, domiciliés Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ (RU), en qualité
de Directeurs Généraux.
RAYAN TRANSPORT
Constitution SSP à Voisins Le Bretonneux
en date du 05-12-2018 de : RAYAN
TRANSPORT. Forme : SARL . Capital :
1000 Euros. Siège : 14 place Claudelle,
78960 Voisins Le Bretonneux. Durée : 99
ans. Gérance : Ali SOUMAYA, 231 Rue
Sevestre 78370 Plaisir. Objet : Exploitation de véhicule de tourisme avec chauffeur,VTC. RCS : Versailles.
405853A – LES ECHOS
SAS au capital de 10.000 €
Siège social : 1 rue de l’Ecole 28260
Berchères-Sur-Vesgre
Décisions de l’AGE du 13/11/2018 : I/ Modification de la dénomination social en
« BG CONSEIL » ; II/ Transfert du siège
social au « 11 route de la Sablière 78550
Bazainville » ; III/ Modification de l’objet
social pour adopter l’activité de « Accompagnement des entreprises dans leurs
stratégies, support opérationnel des directions financières, accompagnement des
entreprises dans leurs transformations » ;
IV/ Modification des articles 2, 3, 4 des statuts en conséquence. Président : Mr Guillaume BARRAULT demeurant 11 route de
la Sablière 78550 Bazainville. Pour avis
FORME : Société par Actions Simplifiée.
DENOMINATION :
LDO CONSULT
SIEGE SOCIAL : 32, rue de la Croix
l’Epine – 78540 VERNOUILLET.
408437A – LES ECHOS
Y S D Société à responsabilité limitée au
capital de 20000 euros. Siège social : 5
rue des Frères Lumière, 78370 PLAISIR
RCS VERSAILLES 752 355 354. L’AGE
du 03/08/2018 a décidé de transférer le
siège social à Ferme des Ebisoires, 7 passage Paul Langevin, 78370 PLAISIR à
compter du 03/08/2018. Modification au
RCS de VERSAILLES.
OBJET : Le conseil aux entreprises.
DUREE : 99 années à compter de son immatriculation au Registre du Commerce et
des Sociétés.
CAPITAL : 1.000 €
408725A – LES ECHOS
PARC EOLIEN DE FORGE SAS
SAS au capital de 1.582.000 euros
PRESIDENT : Monsieur Laurent DODEMAN, demeurant 32, rue de la Croix
l’Epine – 78540 VERNOUILLET.
Siège social : 7 rue du Parc de Clagny
IMMATRICULATION : la Société sera immatriculée au Registre du Commerce et
des Sociétés de VERSAILLES.
495 363 616 R.C.S. VERSAILLES
POUR AVIS.
LE PRESIDENT.
78000 VERSAILLES
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
l’associé unique a nommé Mme Margaux
DELAHAIE, domiciliée Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ
(RU) en qualité de Président, en remplacement de M. Gordon JOHNSTON, démissionnaire ; puis pris acte de la fin des
mandats des Directeurs Généraux, M.
Stefan HENGE et Mme Charlotte GARDNER
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
le nouveau Président a nommé M. Stefan
HENGE et Mme Charlotte GARDNER, domiciliés Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ (RU), en qualité
de Directeurs Généraux.
408537B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 17/10/2018, concernant la société TRIBEGRAMLAB, lire Séverine
Bourlet de la Vallée en lieu et place de
Séverine Bourlet
VENTE DE FONDS GERANCE
UNIQUE GÉRANCE
487 575 193 R.C.S. VERSAILLES
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
l’associé unique a nommé Mme Margaux
DELAHAIE, domiciliée Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ
(RU) en qualité de Président, en remplacement de M. Gordon JOHNSTON, demissionnaire ; puis pris acte de la fin des
mandats des Directeurs Généraux, M.
Stefan HENGE et Mme Charlotte GARDNER
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
le nouveau Président a nommé M. Stefan
HENGE et Mme Charlotte GARDNER, domiciliés Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ (RU), en qualité
de Directeurs Généraux.
French Hay Trading
408520A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous seing privé en
date du 5 décembre 2018 à VERNOUILLET, il a été institué une Société présentant les caractéristiques suivantes :
PARC EOLIEN DES MISTANDINES
78000 VERSAILLES
821 270 048 RCS CHARTRES
408515A – LES ECHOS
408733A – LES ECHOS
819 678 970 RCS Bobigny
Radiation du RCS de Bobigny et immatriculation au RCS de Versailles.
DIVERS
Suivant PV des décisions du 12/11/2018,
l’associé unique a nommé Mme Margaux
DELAHAIE, domiciliée Sion Hall, 56 Victoria Embankment, Londres EC4Y 0DZ
(RU) en qualité de Président, en remplacement de M. Gordon JOHNSTON, demissionnaire ; puis pris acte de la fin des
mandats des Directeurs Généraux, M.
Stefan HENGE et Mme Charlotte GARDNER
SAS au capital de 1.335.000 euros
Gérant : Mme Khadija FADIL, 22, rue des
Petits Fosses, 78920 Ecquevilly.
WS FOOD SASU au capital de 1000 euros, 10 Rue de l’Ancienne Tuilerie 78630
Morainvilliers. RCS Versailles 839244290.
A compter A.G.E du 05-12-2018 : Dissolution anticipée et mise en liquidation volontaire. Liquidateur durée liquidation : M.
JABAL Abdelhadi, 10 Rue De L Ancienne
Tuilerie, 78630 Morainvilliers. Siège liquidation : siège social. Mention au RCS Versailles.
78000 VERSAILLES
Siège social : 7 rue du Parc de Clagny
- et de nommer gérant Madame FADIL
Khadija en remplacement de Madame FADIL Rima.
WS FOOD
487 575 052 R.C.S. VERSAILLES
SARL au capital de 15.000 €
- de transférer le siège social à 22, rue des
Petits Fosses, 78920 Ecquevilly, à
compter du 04/12/2018,
408721A – LES ECHOS
PARC EOLIEN DES JOYEUSES
SAS au capital de 1.462.690 euros
4 RUE HOCHE, 93170 Bagnolet
Aux termes de l’AGE en date du
04/12/2018, les associés ont décidé
DISSOLUTIONS
PARC EOLIEN DES BARBES D’OR
12131514W – LE PUBLICATEUR LEGAL
408458A – LES ECHOS
407153A – LES ECHOS
400757A – LES ECHOS
suivant acte ssp en date
05/11/2018,M.Ben hamouda Manoubi demeurant 29 rue coup pendu 92350 Plessis
Robinson, a été mis en place un contrat
de location gérance avec M.Boubaya Nizar demeurant 06 rue Francois Couperin
78100 Saint Germain en Laye, un fonds
de commerce de voyageurs par taxis sis
exploité au 06 rue Francois Couperin
78100 Saint Germain en Laye, conclu
pour une péride d’un an avec tacite reconduction à partir 10/11/2018.
91 • ESSONNE
DISSOLUTIONS
SOCIETES
408580B – LES ECHOS
CONSTITUTIONS
SYDELIUM
SAS au capital de 6000 €
26 Rue Gaston Jouillerat, 78410
AUBERGENVILLE
803553510 RCS Versailles
Par décision de L’AGO en date du
30/01/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. Sylvain
DIEUDONNE 26 Rue Gaston Jouillerat,
78410 AUBERGENVILLE, pour sa gestion
et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Versailles
408582B – LES ECHOS
SYDELIUM
SAS au capital de 6000,00 €
26 Rue Gaston Jouillerat, 78410
AUBERGENVILLE
803553510 RCS Versailles
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2017 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 31/12/2017,
nommé en qualité de liquidateur M. Sylvain DIEUDONNE, 26 Rue Gaston Jouillerat, 78410 AUBERGENVILLE et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société. Mention
en sera faite au RCS de Versailles
408647B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
27/10/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
NABIL BARBER
Objet social : Exploitation d’un salon de
coiffure, barbier, esthétique, vente de produits de coiffure en salon et toutes activités se rapportant à la coiffure ainsi que
toutes activités connexes ou complémentaires se rapportant à cet objet.
EURL au capital de 2.000 €. Siège social :
44 allée de chaponval 78590 NOISY LE
ROI. RCS 531 065 787 VERSAILLES.
L’associé unique, en date du 27/11/2018,
a décidé la dissolution de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
31/12/2018, nommé liquidateur Mme
ATIKI Nadia 44 allée de chaponval 78590
NOISY LE ROI et fixé le siège de la liquidation au siège social. Mention au RCS
de VERSAILLES.
Par décision de L’AGO en date du
30/06/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. Peter
BREUZARD 4 rue des Petits Ponts, 77920
SAMOIS SUR SEINE, pour sa gestion et
décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Evry
408724A – LES ECHOS
LA CAVE AUX FROMAGES DE
DRAVEIL
LA CAVE AUX FROMAGES DE DRAVEIL, SARL au capital de 500 euros, 6
Place de la République, 91210 Draveil.
RCS : Evry 488765637. A compter A.G.E
du 30-11-2018 : Dissolution anticipée et
mise en liquidation volontaire. Siège de liquidation : au siège social. Liquidateur :
M. QUERTIER PHILIPPE 2 Avenue De La
Liberte, 94220 Charenton le Pont. Mention et formalités au RCS d’Evry.
92 • HAUTS-DE-SEINE
SOCIETES
CONSTITUTIONS
408432B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
05/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
SGC SABINE GROSS
CONSULTING
Objet social : La société a notamment
pour objet, en France et à l&acute ; étranger : le coaching personnel, professionnel,
thérapeutique ; la prestation de formation
aux centres de formations et en intra-entreprise ou sur internet ; la prestation de
conseil, d&acute ; études, de recherche et
de mise en relation commerciale dans le
domaine de la stratégie et l&acute ; organisation des entreprises.
Siège social : 81-85, boulevard du Général Koenig, 92200 Neuilly-sur-Seine Sigle : SGC Nom commercial : Sabine
Gross Consulting Capital : 2000 € Président : Mme Sabine Gross demeurant :
81-85, boulevard du Général Koenig,
92200 Neuilly-sur-Seine élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Nanterre
12131561 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Il a été constitué une société par acte
SSP, en date du 12/12/2018, à BoulogneBillancourt. Dénomination : DESEED.
Forme : S.A.R.L.U. Siège : 2, rue Gutenberg, 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT. Objet : Etude, conception, réalisation de toutes prestations de services et
de conseils dans les domaines du management et de la gestion d’entreprise. Durée de la société : 99 ans. Capital :
1000 €. Gérant : M. Gilles SAUVAGEOT,
2, rue Gutenberg, 92100 Boulogne-Billancourt. La société sera immatriculée au
RCS de Nanterre.
Siège social : 99 AVENUE DE PARIS,
91300 MASSY Nom commercial : THE
BARBER COMPANY Capital : 5000 €
Gérance : Mme SORAYA HAMMA, 11
RUE DU PERE COINDREAU, 91600 SAVIGNY SUR ORGE Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Evry
Par acte du 22 novembre 2018 a été
constituée la société par actions simplifiée
SETGER, au capital de 4.800 euros, sise
57/59, rue Henri Barbusse 92110 CLICHY.
400842A – LES ECHOS
Objet : être associé commandité et, le cas
échéant, gérant et/ou ou actionnaire de
H.A.H. SCA
Par ASSP du 31/10/2018, il a été constitué
une SAS dénommée OH MY CAR .Siège
social : 14 rue des cerisiers 91600 Savigny-sur-orge.Capital : 100 €. Objet : Location de voitures, sans chauffeur, aux entreprises et aux particuliers. Président : M.
André Enguerrand , 14 rue des cerisiers
91600 Savigny-sur-orge. Durée : 99 ans.
Immatriculation au RCS de EVRY
MODIFICATIONS
407122A – LES ECHOS
LE COIN DES COUREUSES
BREUZARDIAG
408682B – LES ECHOS
12129600W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Durée : jusqu’au 31 décembre 2116.
Conditions d’admission aux assemblées des associés : tout associé
Exercice du droit de vote : chaque action donne droit à une voix
Agrément : toute cession d’action(s) est
soumise l’agrément de la majorité des
membres du Conseil de surveillance
d’ETAM DEVELOPPEMENT SCA, à l’exception des cessions, libres, entre les titulaires d’actions de même catégorie
12131426W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant acte SSP du 05/12/2018 a été
constituée une SAS dénommée : Baron
Conseils. Objet : La prestation de conseils
de toute nature. Capital : 5.000 €. Siège
social : 8, rue Diderot 92150 Suresnes.
Durée : 99 ans. Admission aux assemblées – Vote : tout associé a le droit de
participer aux assemblées générales et
aux délibérations personnellement ou par
mandataire. Chaque action donne droit à
une voix. Transmission des actions : la
cession ou transmission des actions de
l’Associé unique est libre. En cas de pluralité d’associés, toute cession d’actions,
qu’elle intervienne au profit d’un tiers ou
d’un associé, est soumise à l’agrément
préalable de l’assemblée des associés.
Président : M. François BARON demeurant 8, rue Diderot 92150 Suresnes. Immatriculation : RCS de Nanterre.
12131479W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP du 19 septembre 2018, il a été constitué une Société à
responsabilité limitée :
Dénomination sociale : JHS
Siège social : 5, avenue du Maréchal Leclerc 92380 Garches
Capital social : 10.000 €
Objet : Les soins esthétiques, l’activité
d’institut de beauté, bronzage, manucure,
soins aux technologies modernes et vente
de tous produits de beauté et accessoires.
Durée : 99 ans
Gérants :
- Madame Maria BENTIVEGNA demeurant 12, rue Pereire - 92500 Rueil Malmaison
- Madame Virginie RIPOCHE demeurant
16, avenue du Maréchal Leclerc - 92380
Garches
La société sera immatriculée au RCS Nanterre.
12131606W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à Rueil
Malmaison du 05/11/2018 a été constituée
une SCI nommée :
SCI HD IMMO
Objet : La société a pour objet l’acquisition, la construction, l’aménagement, la
mise en valeur, l’administration, l’exploitation, la location, la mise à disposition à ses
propriétaires ou autrement de tous terrains, immeubles et bien immobiliers.
Capital : 1.000 € Siège social : 26 rue
des Orties, 92500 Rueil-Malmaison Durée : 99 ans Transmission des parts sociales : il existe des clauses statutaires
d’agrément à l’égard des tiers. Gérance :
M. Stéphane DEGRE, 26, rue des Orties,
92500 Rueil-Malmaison M. Hugo DIETRICH, 210 rue Principale, 57730 ALTVILLER Immatriculation : RCS de Nanterre
12131313 – LA VIE JUDICIAIRE
Aux termes d’un acte sous signature
privée en date à ASNIERES-SUR-SEINE
du 16/11/2018, il a été constitué une société présentant les caractéristiques suivantes : Forme : S.A.S. Dénomination :
MVC Conseil et Distribution. Siège :
4, avenue Charcot, 92600 ASNIERES
SUR SEINE. Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS. Capital :
1.000 €. Objet : Le conseil en affaires auprès de sociétés spécialisées en électroménager, matériels informatiques, audiovisuels, de photographie et de téléphonie,
jouets électroniques, accessoires multimédias ; L’achat et la vente de produits
électroménagers, matériels informatiques,
audiovisuels, de photographie et de téléphonie, jouets électroniques, accessoires
multimédias. Exercice du droit de vote :
Tout associé peut participer aux décisions
collectives sur justification de son identité
et de l’inscription en compte de ses actions au jour de la décision collective.
Sous réserve des dispositions légales,
chaque associé dispose d’autant de voix
qu’il possède ou représente d’actions.
Agrément : Les cessions d’actions au
profit d’associés ou de tiers sont soumises
à l’agrément de la collectivité des associés. Président : M. Victor MILLASSEAU,
4, avenue Charcot, 92600 ASNIERES
SUR SEINE. La Société sera immatriculée au RCS de NANTERRE.
12131491 – LA VIE JUDICIAIRE
Suivant acte SSP à NANTERRE en
date du 29/11/2018, il a été institué une
S.A.S.U. Dénomination : NEDA. Capital : 1000 €. Siège : 121, rue de Silly,
92100 BOULOGNE-BILLANCOURT. Objet : Conseil en media digital et web marketing. Durée : 99 ans. Agrément : La
cession des actions de l’actionnaire unique est libre. Président : MANSOUR HILALI, 121, rue de Silly, 92100 BOULOGNE-BILLANCOURT. RCS NANTERRE.
Président : M. Pierre milchior, demeurant
9, rue des Pins, 92100 Boulogne Billancourt
SETGER sera immatriculée au RCS de
NANTERRE
ACF SECURITE
SARL au capital de 100,00 €
48 cours blaise pascale, 91000 EVRY
840937478 RCS Evry
Par décision en date du 01/12/2018 il a
été décidé de transférer le siège social de
la société au Rue Mazarin, 02800 La Fère
à compter du 01/12/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Saint-Quentin et
sera radiée du RCS de Evry
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
6 // ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES
12131543 – LA VIE JUDICIAIRE
Suivant acte SSP à Nanterre en date
du 29/11/2018, il a été institué une
S.A.S.U. dénommée GROUPE BBU, Capital : 5.000 €, Siège : 4 Place de La Défense 92974 PARIS-LA DEFENSE, Objet : Les prestations de conseil et de
services aux entreprises et autres organismes dans le domaine de l’organisation, de
la gestion et du fonctionnement opérationnel : audit, formation, accompagnement,
management, direction de programmes et
de projet. Les prestations de développement de produits et services informatiques : logiciels, applications, services divers. La prise, l’acquisition, l’exploitation
ou la cession de tous procédés, brevets et
droits de propriété intellectuelle concernant lesdites activités. La participation directe ou indirecte de la société dans toutes opérations civiles ou commerciales,
industrielles, financières, mobilières ou
immobilières, se rattachant directement
ou indirectement à l’objet ou à tout autre
objet similaire ou connexe, ou susceptible
d’en faciliter l’extension ou le développement. Durée de la société : 99 ans. Agrément : La cession des actions de l’actionnaire unique est libre. Président : SERGE
CASIMIR NGAPO PADIA, 121 avenue
Henri Barbusse 92700 Colombes. RCS
Nanterre.
12131573 – LA VIE JUDICIAIRE
Société constituée SSP le 3/12/2018 à
Neuilly-Sur-Seine (92), Dénomination :
EW MARKETING ET PERFORMANCE Forme : SARL - Siège : NEUILLY-SURSEINE (92200) 77, rue Perronet - Capital : 5.000 €. Objet : L’activité de conseil
en stratégie et marketing ; le développement et le suivi commercial ; Le conseil, la
mise en oeuvre et le suivi des plans de
communication y compris la création et la
production des différents outils de communication off et online ; Le conseil, la mise
en oeuvre et le suivi des plans médias ;
Le conseil, la mise en oeuvre et le suivi
des projets de développement produits y
compris la relation avec les designers et
les partenaires ainsi que l’assistance et les
conseils dans le cadre de la coordination
des équipes internes et externes ; Le
conseil en organisation ; La formation ;
L’activité de société de portefeuille ; L’acquisition ou la souscription de parts ou actions de sociétés ; La gestion des participations détenues par la société ; L’activité
de holding financière, animatrice de
groupe au sens fiscal du terme ; L’activité
de prestataire de services techniques, administratifs, financiers, commerciaux et de
gestion ; L’exercice de tous mandats de
direction et de représentation des sociétés
dans lesquelles la société détient des participations ; L’acquisition, la gestion et l’exploitation de tous actifs immobiliers et mobiliers de toute nature ; - Durée : 99 ans Gérante : Mme Estelle WIERZEJEWSKI
à Neuilly-Sur-Seine (92200) 77, rue Perronet - Immatriculation : GTC de Nanterre . Pour avis.
12131697 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP, en date du 30/11/2018, à AsnieresSur-Seine. Dénomination : TARTARD.
Forme : S.A.R.L. Objet : Restauration,
vente à emporter (Uber Eat...), vente à
emporter de vins et spiritueux ; Organisation événementielle. Durée de la société :
99 ans. Capital : 1.000 €. Siège : 4, rue
Schr Kestner, 92600 ASNIERES-SURSEINE. Gérant : M. PEYCHET Frédéric,
4, rue Schr Kestner, 92600 Asnieres-SurSeine. La société sera immatriculée au
RCS de Nanterre.
400711A – LES ECHOS
Par acte SSP du 06/11/2018 constitution
de la SASU : NOLAN CONSULTING. Capital : 100 euros. Siège social : 119 bis rue
de colombes 92600 asnieres-sur
seine. Objet : Accompagnement de sociétés dans leurs transformations numériques. Président : Faouzy Chaib, 21 Rue
Hector Gonsalphe Fontaine, 92600 Asnières-Sur-Seine. Durée : 99 ans à compter
de l’immatriculation au RCS de Nanterre.
408422A – LES ECHOS
AVIS DE CONSTITUTION
Par acte sous seings privés en date du
28/11/2018, est constituée la Société présentant les caractéristiques suivantes :
DENOMINATION : SHALEE
FORME : Société par actions simplifiée
CAPITAL : 5.000 euros
SIEGE : 1-2 Place des saisons – La Défense – Tour First – 92400 COURBEVOIE
OBJET : Toutes prestations en vue de favoriser et développer l’activité des entreprises et associations sportives et/ou
culturelles, notamment en vue de leur
mise en relations avec des partenaires
économiques ou des clients ou fournisseurs, par tous moyens et notamment par
l’exploitation d’un site internet et/ou d’un
centre d’appel, et/ou d’une application sécurisée sur toute plateforme mobile ; La
gestion, collecte sécurisée et traitement
de données se rapportant à l’objet visé cidessus ; Toutes prestations d’apports d’affaires par tous moyens et notamment par
agence commerciale, courtage ou
commission ; L’achat et/ou la vente d’espaces publicitaires sur tous supports et
vecteurs de communication (notamment
sur internet) en vue de faciliter ou développer les activités de la société ou de ses
clients, notamment par régie publicitaire ;
Toutes prestations de conseil, d’accompagnement, de formation en lien avec le milieu sportif, en matière de développement
personnel, de coaching individuel ou en
groupe à destination des particuliers ou
des entreprises ; Toutes prestations de
conseil, d’audit technique dans le domaine
digital et le domaine sportif ; La souscription, l’acquisition et la gestion de tous titres de participations dans des sociétés
exerçant une des activités ci-dessus, l’administration, le contrôle et la gestion de
ces prises de participation ; Toutes prestations de services au profit des sociétés
ou groupements dans lesquels elle détiendra une participation ; Et plus généralement, toutes opérations industrielles,
commerciales et financières, mobilières et
immobilières pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet social et à
tous objets similaires ou connexes pouvant favoriser son extension ou son développement.
Vendredi 7 décembre 2018 Les Echos Sociétés
MODIFICATIONS
408628B – LES ECHOS
GREG HAPY ENTERPRISE
SASU au capital de 1500,00 €
39 boulevard gallieni 131, 92390
Villeneuve la garenne
837668300 RCS Nanterre
Sigle : GHE
Par décision en date du 06/12/2018 il a
été pris acte de modifier l’objet social de
la société, à compter du 10/12/2018
Nouvel objet social : Achat/Vente, d’ordinateurs, d’équipements informatiques
périphériques et de logiciels. Mention en
sera faite au RCS de Nanterre
ADMISSION AUX ASSEMBLEES ET
DROIT DE VOTE : Tout associé peut participer aux assemblées sur justification de
son identité et de l’inscription en compte
de ses actions, et dispose d’autant de voix
qu’il possède ou représente d’actions.
AGREMENT : Les actions ne peuvent être
cédées y compris entre associés qu’avec
agrément préalable de la collectivité des
associés.
PRESIDENT : M. Nathanaël BONDU demeurant 64 Rue des Vignes – 75016 PARIS sans limitation de durée.
DIRECTEURS GENERAUX : M. Florian
GUERIN demeurant 3 Place des tamaris
– 37420 BEAUMONT EN VERON sans limitation de durée ; M. Youri BONDU demeurant 14 Rue du Temple – 49100 ANGERS.
IMMATRICULATION au RCS de NANTERRE. Pour avis.
PARIS PLATINUM SOLUTIONS
SASU au capital de 30000,00 €
23 RUE CHARLES PEGUY,
03000 MOULINS
832597108 RCS Cusset
Par décision en date du 03/12/2018 il a
été décidé de transférer le siège social de
la société au LA GRANDE ARCHE PAROI
NORD, 92044 PARIS LA DEFENSE à
compter du 03/12/2018.
Président : M. KARIM LAABAB, demeurant LES CHARTREUX B1 Nº123, 03000
MOULINS
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : - Autres activités de
soutien aux entreprises n.c.a - Le conseil
pour les affaires et autres conseils de gestion des sociétés
- il a été pris acte de changer la dénomination de la société.
Ainsi, la dénomination sociale de la société est désormais :
GASOIL TAXES SOLUTIONS FRANCE
- Modification de l’enseigne qui devient :
Gasoil Taxes Solutions France Modification du nom commercial qui devient : GTS
FRANCE
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre et sera radiée du RCS de Cusset
12131091W – LE PUBLICATEUR LEGAL
LE CARREAU DE NEUILLY
SARL au capital de 8.000 €
116, av. Charles de Gaulle
92200 NEUILLY-SUR-SEINE
326 347 622 R.C.S. NANTERRE
Le 29/06/2018, l’Associé Unique statuant
en application de l’art. L. 223-42 du Code
de commerce a décidé qu’il n’y a pas lieu
à dissolution anticipée de la Société.
12131092W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SOCIETE FRANCAISE DE
DISTRIBUTION D’EAU
SCA au capital de 5.822.956 €
28 boulevard de Pesaro
92000 NANTERRE
408665A – LES ECHOS
542 054 945 RCS NANTERRE
Par acte SSP en date du 06/12/2018, il a
été constitué une EURL denommée :
MENG LIANG Capital : 1000 euros Siège
Social : 2 RUE DE L’ABBE GREGOIRE
92130 ISSY LES MOULINEAUX Objet social : Réflexologie plantaire, techniques
naturelles de bien être, Tui na, soins corporels, soins des pieds et des mains,
vente de produits de beauté Gérance :
Mme JU ép BASTARD Yanling demeurant
16 Jardins Boieldieu 92800 Puteaux Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de NANTERRE
Aux termes du procès verbal du
10/10/2018, le conseil de surveillance a
désigné, en qualité de membre du conseil
de surveillance, Madame Nathalie DUFRESNE, 59 boulevard d’Auteuil
92100 Boulogne Billancourt, en remplacement de Madame Michèle LEGENDRE.
Pour avis.
12131329W – LE PUBLICATEUR LEGAL
BLAST RADIUS
SAS au capital de 10.000 €
57 avenue André Morizet
408704A – LES ECHOS
Creation de la sasu : Béryl, 36 rue hudri
92400 Courbevoie. Cap. : 1000 €. Obj. :
transactions immobilières. Pdt : Marie-Capucine Isle de Beauchaine, 36 rue hudri
92400 Courbevoie. 99 ans au rcs de Nanterre.
Suivant acte SSP du 5 décembre 2018
constitution de la SAS :
Par acte SSP du 24/09/2018 il a été constitué une SASU dénommée :
AXEL
Siège social : 35 rue des cailloux 92110
CLICHY. Capital : 1.000 €. Objet : Nettoyage. Président : M AOUDJ Moussa,
01 rue André Pican 76150 MAROMME.
Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS
de NANTERRE.
PPSA
KEATIS
S.A.S. au capital de 100.000 €
10 Boulevard des Frères Voisin
92130 ISSY LES MOULINEAUX
514 035 898 RCS NANTERRE
Aux termes du procès verbal du
23/11/2018 il a été pris acte du changement de commissaire aux comptes suppléant en date du 26/2/2018 : le cabinet
FIDINTER, 26, rue Cambacérès, 75008
Paris, 652 056 110 RCS PARIS est venu
aux lieu et place de Madame Martine Leconte.
Il a été pris acte que la société MBV ET
ASSOCIES (commissaire aux comptes titulaire) a fait l’objet d’une transmission universelle de patrimoine en date du
11/10/2018 à l’associé unique : RSM PARIS, 26, rue Cambacérès, 75008 Paris,
792 111 783 RCS PARIS, qui vient en ses
lieu et place.
Pour avis.
12131502W – LE PUBLICATEUR LEGAL
408667B – LES ECHOS
AMNEXIA
Capital fixe : 1 000 €
Siège social : 290 avenue Georges Clémenceau, 92000 NANTERRE
Objet social : La production de spectacles
vivants. Organisation d’évènements
(concerts, festivals, salons, conventions,
congrès), agence de booking, management artistique, vente de merchandising.
Président : Mr Adrien Dominique Mathias
THIBAUDEAU usage GUIGOU demeurant 290 avenue Georges Clémenceau,
92000 Nanterre, élu pour une durée illimitée
Directeur Général : Mme Alexia Crystal Lilette Françoise LONGEAU demeurant 19
rue de la Parfumerie, 92600 Asnièrs sur
Seine, élue pour une durée illimitée
Admissions aux assemblées et exercice
du droit de vote : chaque actionnaire est
convoqué au Assemblées. Chaque action
donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : toute cession d’actions, au profit de tiers, est soumise à
l’agrément.
Durée de la société : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Nanterre.
92100 BOULOGNE BILLANCOURT
820 802 940 RCS NANTERRE
Aux termes des décisions du 31/10/2018,
l’Associé unique, statuant dans le cadre
des dispositions de l’article L 225-248 du
code de commerce, a décidé qu’il n’y avait
pas lieu à dissolution anticipée de la société.
Mention sera faite au RCS de Nanterre.
Pour avis.
12131458W – LE PUBLICATEUR LEGAL
AXA PARTNERS HOLDING SA
Société anonyme au capital de
152.000.000 €
Siège Social : 6, rue André Gide
92320 CHATILLON
410 011 209 RCS NANTERRE
Le Conseil d’administration en date du
23 octobre 2018, décide à l’unanimité de
nommer Gilbert Chahine en tant que directeur général et Guillaume Borie en tant
que président du conseil d’administration.
S. Morelli fait part au conseil d’administration de la démission de Dominique Delort
de son mandat d’administrateur. Il le remercie chaleureusement pour ses treize
années au service d’AXA Assistance. Le
Conseil d’administration prend acte de
cette démission.
Pour avis.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
12131540W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SARL au capital de 10.000 Euros
8, cours de l’Ile Seguin
ZAC Seguin Rives de Seine
92100 Boulogne Billancourt
802 252 734 RCS Nanterre
Aux termes de l’Assemblée Générale Extraordinaire en date du 23 juillet 2018, il a
été décidé d’augmenter le capital social
d’une somme de 250.000 €, par création
de 25.000 parts nouvelles de 10 Euros,
pour le porter de 10.000 € à 260.000 €.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au RCS de Nanterre
PHARMACIE CENTRALE
LEBEAU
S.E.L.A.R.L. au capital de 41.000 Euros
Siège social : Ilot du Mail
221, Boulevard Gallieni
92390 VILLENEUVE LA GARENNE
R.C.S. NANTERRE 511 859 555
L’Assemblée du 30.11.2018 a pris les décisions suivantes prenant effet au
01/12/2018 :
- Réduction de capital de 41.000 € pour le
ramener de 41.000 € à 0 € et ce par voie
de rachat et d’annulation des 4.100 parts
sociales des associés retrayants après
avoir constaté qu’aucune opposition
n’avait été signifiée dans le délai d’un mois
à compter du 03/07/2018, date du dépôt
au greffe de l’Assemblée du 25/06/2018.
- Augmentation en numéraire du capital de
10.000 € pour le porter à 10.000 €, au
moyen de la création de 1.000 parts nouvelles de 10 € chacune et modification des
statuts.
- Changement de la dénomination sociale
qui devient « PHARMACIE CENTRALE
EL KAHLAOUI ».
- Nomination de Mme Nathalie KERBOUL,
épouse EL KAHLAOUI demeurant à ANDRESY (78570), 70 Avenue du Général
de Gaulle en qualité de Gérant en remplacement de Mr Jérôme LEBEAU, démissionnaire.
Dépôt des pièces sera effectué au RCS
de Nanterre.
DUREE : 99 années.
400752A – LES ECHOS
407189A – LES ECHOS
12131460W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12131513W – LE PUBLICATEUR LEGAL
IBM France FINANCEMENT
SAS au capital de 133.205.085 €
Siège social : 17 avenue de l’Europe
92275 Bois-Colombes Cedex
316 037 753 RCS Nanterre
Aux termes du procès-verbal des décisions du Président en date du 03/12/2018,
sur délégation du Procès-verbal des décisions de l’associé unique du 14/11/2018,
il a été pris acte de la modification de l’objet social comme suit :
- d’effectuer toutes opérations de financement : sur tous biens mobiliers, corporels
ou incorporels, et sur tous services
commercialisés soit directement, soit par
l’intermédiaire de réseaux de distribution,
par Compagnie IBM France ou par toute
personne morale qui directement ou indirectement par l’intermédiaire d’une ou plusieurs entités, (i) contrôle la société, ou (ii)
est contrôlée par la société, ou (iii) est
contrôlée, directement ou indirectement,
par l’intermédiaire d’une ou plusieurs entités, par une personne qui contrôle la société, étant précisé que la notion de
contrôle au présent alinéa a le sens défini
à l’article L.233-3 I et II du Code de
commerce,
- d’effectuer le financement, sous toutes
ses formes (y compris l’affacturage, le rachat de créances dont celles émises par
Compagnie IBM France ou par les Sociétés Apparentées à destination de sa clientèle, autres formes de crédits à court,
moyen et long termes, crédit-bail et locations) dans les domaines informatique,
électronique, robotique, bureautique et de
télécommunications ; de l’acquisition ou
toute autre forme de mise à disposition (y
compris la location), de tous biens mobiliers, corporels ou incorporels (équipements, logiciels...) et de services, ainsi
que les besoins en fonds de roulement et
de trésorerie résultant des domaines précités ; au profit d’une clientèle de personnes morales de tous secteurs économiques.
12131533W – LE PUBLICATEUR LEGAL
ZestMeUp
SAS au capital de 50.000 €
Siège social : 85 rue Magenta
92600 Asnières sur seine
811 632 777 RCS NANTERRE
En date du 10 juillet 2018, il a été pris acte
de la démission de Mr Pierre-Henri Freyssingeas, en qualité de Directeur Général.
Mention au RCS de Nanterre.
DISSOLUTIONS
408441B – LES ECHOS
LE PALAIS DU VIN
SAS au capital de 10000 €
77 RUE MARCEL DASSAULT, 92100
BOULOGNE BILLANCOURT
521218131 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
05/12/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mr Thierry
MARTIN 8 Villa Molitor, 75016 PARIS,
pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Nanterre
408700B – LES ECHOS
12131610W – LE PUBLICATEUR LEGAL
DALBERA - SAS au Capital de
45.000 Euros - Siège Social : 13, Rue
Frédéric Fournier, 92240 MALAKOFF RCS Nanterre 410 113 500. Aux termes
du procès-verbal de L’AGE du 1er Octobre
2018, Monsieur Frédéric ELBY, demeurant à SAINT REMY L’HONORE (78690)
14, Rue des Patis, a été nommé en qualité
de Directeur Général à compter du 1er Octobre 2018. Mentions sera faite au RCS
de Nanterre.
12131534 – LA VIE JUDICIAIRE
Dénomination : LMR INTERNATIONAL. Forme : S.A.S. Capital : 8.000 €.
Siège : 29, avenue Aristide Briand, 92160
ANTONY. 809 710 692 RCS Nanterre.
Aux termes de l’AGO en date du
22/11/2018, l’associé unique a décidé, à
compter du 22/11/2018, de transférer le
siège à 17, rue Panhard, 91830 LE COUDRAY-MONTCEAUX. Président : M. Julien LEMAIRE, 17, rue Panhard, 91830 Le
Coudray-Montceaux. Radiation du RCS
de Nanterre et immatriculation au RCS
d’Evry.
400709A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 92 et 75
HYPOLIMO SAS au capital de 5000 €.
Siège social : 54 rue greneta 75002 paris.
830 268 314 RCS paris. Par AGE du
2/11/2018, il a été décidé de transférer le
siège social 20 bis rue louis philippe 92200
neuilly-sur-seine. Président : M. Xavier
Castanet demeurant flat 4 metropolis apt
shipka road sw12 9qu londres (royaumeuni). En consèquence elle sera immatriculée au RCS de nanterre et elle sera radiée
au RCS de paris.
407197A – LES ECHOS
SAS TRANSDEM SERVICES
SAS au capital de 9.000 €. Siège social :
42 boulevard Beaumarchais 92230 GENNEVILLIERS. RCS 829 043 082 NANTERRE.
TIMAURY
SASU au capital de 1,00 €
5 rue Alfred de Musset, 92240
MALAKOFF
828607416 RCS Nanterre
Par décision de L’Associé Unique en date
du 12/11/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 12/11/2018,
nommé en qualité de liquidateur Mme Valeriya CHURILOVA, 5 rue Alfred de Musset, 92240 MALAKOFF et fixé le siège de
liquidation et l’adresse de correspondance
au siège de la société. Mention en sera
faite au RCS de Nanterre
12131408W – LE PUBLICATEUR LEGAL
CAERULEUS
EURL, société en liquidation au capital
de 7.000 €
8 place d’Olomouc, 92160 Antony
791 178 718 RCS Nanterre
Aux termes d’une décision en date du
30/06/2018, l’associé unique a approuvé
les comptes de liquidation, donné quitus
au liquidateur, prononcé la clôture de liquidation de la société.
La société sera radiée du RCS de Nanterre.
Le liquidateur.
12131611W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par AGE du 27/03/2018 de DALEA SOLUTIONS, SAS, capital 4.000 €, siège :
12, rue Edouard Vaillant 92300 LevalloisPerret, 810 880 567 RCS Nanterre, il a été
décidé la clôture de liquidation et quitus a
été donné au Liquidateur M. Aymeric DUBUCQ. La société sera radiée du RCS de
Nanterre.
DIVERS
408509B – LES ECHOS
L’AGE du 02/01/2018 a décidé de transférer le siège social au 18 rue Heloise Isabelle Michaud 92230 GENNEVILLIERS, de nommer président : M
CHOUGRANI Mohamed, 18 rue Heloise
Isabelle Michaud 92230 GENNEVILLIERS en remplacement de M YOUNSI
Tarek démissionnaire et de prendre acte
de la fin des fonctions de Directeur Général de M JELLOULI Radouane, démissionnaire, sans remplacement. Mention au
RCS de NANTERRE.
Additif à l’annonce parue dans Les Echos
(Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire),
le 14/11/2018, concernant la société LA
CESSION DU FONDS DE COMMERCE
DE L’ETOILE PHILANTE A VERTUS
SAS, lire pour la réception des oppositions
domicile est élu à l’adresse du fonds cédé
pour la validité et au Séquestre Juridique
de l’Ordre des Avocats 11 Place Dauphine
75001 PARIS cedex 01 pour la correspondance élection de domicile dans le ressort
du Tribunal de Commerce de Nanterre
pour la réception des oppositions
407374A – LES ECHOS
8200429 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Cette annonce paraît dans les départements 92 et 75
Additif à l’insertion nº 12102454 parue
dans "Le Publicateur Légal" du 28/5/2018,
concernant la société S I P IMPRESSIONS. Il y a lieu d’ajouter : le PV du
22/12/2017 a décidé la poursuite de l’activité malgré les capitaux propres devenus
inférieurs à la moitié du capital social.
DE.DA. SARL au capital de 8.000 €. Siège
social : 4 rue de la Sourdière 75001 PARIS. RCS 480 951 219 PARIS. L’AGE du
03/12/2018 a décidé, à compter du
01/12/2018 de transférer le siège social au
13 rue Marguerite Yourcenar 92700 COLOMBES et de modifier l’objet social
comme suit : L’acquisition, la vente, la
gestion de toutes prises de participations,
valeurs mobilières, par achat, souscription, apport et fusion, ainsi que toutes
prestations de services en matière financière, comptable et administrative. Gérant : M DOUSSET Yvan, 13 rue Marguerite Yourcenar 92700 COLOMBES.
Radiation du RCS de PARIS et immatriculation au RCS de NANTERRE.
408404A – LES ECHOS
Aux termes d’une décision en date du
12/11/2018, l’associé unique de la SARLU
ENTREPRISE GUILLAUME AMACHER
au capital de 5000 € siège 25 Voie d’Igny
92140 Clamart RCS Nanterre
804 662 161, a décidé de transférer le
siège social au 6, Rue Dampierre 92220
Bagneux et de modifier corrélativement
l’article 4 des statuts. Gérant : M. Guillaume AMACHER demeurant 6, Rue
Dampierre 92220 Bagneux. RCS Nanterre
VENTE DE FONDS GERANCE
OPPOSITIONS
12131518W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Avis de cession de branche d’activité
Nature et date de l’acte : acte sous seing
privé en date du 30/10/2018. Date, volume
et numéro de la perception des droits d’enregistrement : le 30/11/2018,
dossier 2018.00086086,
référence 994P02.2018.A.08653.
Indication du bureau où a eu lieu l’enregistrement : SPFE VANVES.
Ancien propriétaire : la société EDENRED FRANCE, société par actions simplifiée au capital de 464.966.992 €, dont le
siège est à MALAKOFF (92240) 16 6-18 0, bou leva rd Gabr iel Pér i,
393 365 135 RCS NANTERRE.
Nouveau propriétaire : la société XELYA, société par actions simplifiée au capital de 109.117 €, dont le siège est à
SAINT-CLOUD (92213) - 174, Bureaux de
la Colline, 480 607 894 RCS NANTERRE.
Nature du fonds cédé : branche d’activité « Domiphone » de télégestion. Siège
du fonds cédé : MALAKOFF (92240) 166-180, boulevard Gabriel Péri. Prix stipulé, y compris les charges ou l’évaluation
ayant servi de base à la perception des
droits d’enregistrement : 7.000 €.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES // 7
Vendredi 7 décembre 2018 Les Echos Sociétés
Date d’effet : 01/11/2018.
12131403W – LE PUBLICATEUR LEGAL
12131532W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Indication du délai pour les oppositions : dans les dix jours suivant la dernière en date des publications légales visées à l’article L.141-12 du code de
commerce.
Suivant un acte sous seing privé en date
du 31 octobre 2018
Il a été mis fin au contrat de location
gérance consenti par la société CARREFOUR PROXIMITE FRANCE, Société par
Actions Simplifiée au capital de
47.547.008 euros, ayant son siège à
MONDEVILLE (14120), ZI Route de Paris,
immatriculée au Registre du Commerce et
Sociétés de CAEN sous le numéro
345 130 488
à
la société ALYSSA, Société A Responsabilité Limitée au capital de 8.000 euros,
ayant son siège à VILLENEUVE LA GARENNE (92390) 110 Voie Promenade, immatriculée au Registre du Commerce et
Sociétés d’ORLEANS sous le numéro
824 633 374.
Pour un fonds de commerce d’alimentation générale de type supermarché, exploité à VILLENEUVE LA GARENNE
(92390) 110 Voie Promenade sous l’enseigne PROXI SUPER et cela à compter
du 31 octobre 2018 à 16 heures.
Suivant acte SSP du 05/12/2018, il a été
constitué une SCI dénommée « JM &
ELODIE » - Siège social : 4 rue Jules
Ferry - 93120 LA COURNEUVE - Capital
social : 1.000 € - Objet social : La propriété, l’administration, l’exploitation directe par bail, location ou autrement de
biens immobiliers - Durée : 99 ans - Gérant : Mr Jean-Michel LESAGE demeurant 2 rue des Vignes - 60128 MORTEFONTAINE - Immatriculation au RCS de
BOBIGNY.
Domicile élu pour les oppositions : à
MALAKOFF (92240) -166-180, boulevard
Gabriel Péri.
UNIQUE GÉRANCE
12129899-30 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte du 14/11/2018, la SAS OMNIA
TAXIS, 22/28, rue Henri Barbusse, 92110
Clichy, 572 191 450 RCS NANTERRE, a
donné en location-gérance à Jason GERMAIN, 23 AVENUE CESAR FRANCK
78260 ACHERES, en cours d’immatriculation au RCS de Versailles, le fonds de
commerce d’autorisation de stationnement nº 7394 et du véhicule équipé taxi,
rattaché au 22/28, rue Henri Barbusse,
92110 Clichy. Cette location-gérance a
été consentie pour une durée allant du
14/11/2018 au 13/11/2019, renouvelable
par tacite reconduction.
12129917-150 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte du 22/11/2018, la SA TAXITEL, 22/28, rue Henri Barbusse, 92110
Clichy, 313 002 578 RCS NANTERRE, a
donné en location-gérance à M. Nasser
HASSANI, 5 RUE PIERRE LOUYS 75016
PARIS, en cours d’immatriculation au
RCS de Paris, le fonds de commerce
d’autorisation de stationnement nº 588
et du véhicule équipé taxi, rattaché au
22/28, rue Henri Barbusse, 92110 Clichy.
Cette location-gérance a été consentie
pour une durée allant du 22/11/2018 au
21/11/2019, renouvelable par tacite reconduction.
DIVERS
MODIFICATIONS
PERSONNES
PHYSIQUES
408635B – LES ECHOS
Avis de changement de nom
patronymique
M. POULET Bastien,
né le 29/03/1994 à SEVRES (Hauts de
Seine),
demeurant 41 GRANDE RUE, 92310 SEVRES (Hauts de Seine),
dépose une requête auprès du Garde des
Sceaux afin de s’appeler à l’avenir GARANGER ou LACOSTE-GARANGER.
Pour avis
12129917-170 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte du 15/11/2018, la SA TAXITEL, 22/28, rue Henri Barbusse, 92110
Clichy, 313 002 578 RCS NANTERRE, a
donné en location-gérance à M. Cheickna
DIAWARA, 6 RUE VOLTAIRE 93400
SAINT-OUEN, en cours d’immatriculation
au RCS de Bobigny, le fonds de
commerce d’autorisation de stationnement nº 1360 et du véhicule équipé taxi,
rattaché au 22/28, rue Henri Barbusse,
92110 Clichy. Cette location-gérance a
été consentie pour une durée allant du
15/11/2018 au 14/11/2019, renouvelable
par tacite reconduction.
93 • SEINE-SAINT-DENIS
SOCIETES
CONSTITUTIONS
408496B – LES ECHOS
Par acte du 19/11/2018, la SA TAXITEL, 22/28, rue Henri Barbusse, 92110
Clichy, 313 002 78 RCS NANTERRE, a
donné en location-gérance à la SASU
TOP TAXI MOBILITY, 42 RUE JULIEN
VICTOR 94240 L’HAY-LES-ROSES, en
cours d’immatriculation au RCS de Créteil, le fonds de commerce d’autorisation
de stationnement nº 1223 et du véhicule équipé taxi, rattaché au 22/28, rue
Henri Barbusse, 92110 Clichy. Cette location-gérance a été consentie pour une durée allant du 19/11/2018 au 18/11/2019,
renouvelable par tacite reconduction.
Objet social : TABACS PRESSE, LOTO
et JEUX DE GRATTAGE, PMU, TABLETTERIE
Siège social : 42 avenue Louis Blanc,
93190 LIVRY-GARGAN Capital : 10
000 € Gérance : M. Mahmoud HADDAB,
42 avenue Louis Blanc, 93190 LIVRYGARGAN. Associés en nom : - M. Mahmoud HADDAB 42 avenue Louis Blanc,
93190 LIVRY-GARGAN - M. MohandOuamar HADDAB 42 avenue Louis Blanc,
93190 LIVRY-GARGAN Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Bobigny
408617B – LES ECHOS
12129917-210 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte du 13/11/2018, la SA TAXITEL, 22/28, rue Henri Barbusse, 92110
Clichy, 313 002 578 RCS NANTERRE, a
donné en location-gérance à M. RICHARD NAKOUZI, 10 RUE DE L’ESPERANCE 95800 CERGY LE HAUT, en
cours d’immatriculation au RCS de Pontoise, le fonds de commerce d’autorisation de stationnement nº 1197 et du véhicule équipé taxi, rattaché au 22/28, rue
Henri Barbusse, 92110 Clichy. Cette location-gérance a été consentie pour une durée allant du 13/11/2018 au 12/11/2019,
renouvelable par tacite reconduction.
Aux termes d’un acte SSP en date du
15/11/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
DRIVER SERVICE
Objet social : TRANSPORT DE PERSONNES
Siège social : 32 rue du 11 Novembre
1918, 93190 Livry Gargan Capital : 500 €
Président : M. RAIANE AOUDIA demeurant : 32 rue du 11 Novembre 1918, 93190
Livry Gargan élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Bobigny
408711B – LES ECHOS
12129917-230 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte du 15/11/2018, la SA TAXITEL, 22/28, rue Henri Barbusse, 92110
Clichy, 313 002 578 RCS NANTERRE, a
donné en location-gérance à la SASU KARYBOU, 160 RUE DES POISSONNIERS
75018 PARIS, en cours d’immatriculation
au RCS de Paris, le fonds de commerce
d’autorisation de stationnement nº 670
et du véhicule équipé taxi, rattaché au
22/28, rue Henri Barbusse, 92110 Clichy.
Cette location-gérance a été consentie
pour une durée allant du 15/11/2018 au
14/11/2019, renouvelable par tacite reconduction.
12129917-250 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par acte du 22/11/2018, le contrat de
location-gérance du 26/10/2017, concernant l’autorisation de stationnement
nº 2196 et le véhicule équipé taxi, rattaché au 22/28, rue Henri Barbusse, 92110
Clichy, conclu entre TAXITEL, 22/28, rue
Henri Barbusse, 92110 Clichy,
313 002 578 RCS NANTERRE, loueur de
fonds, et M. Ridha SAADALLAH, 4 RUE
MARIA CALLAS 93000 BOBIGNY, locataire-gérant, a été résilié le 22/11/2018.
Aux termes d’un acte SSP en date à
Villepinte du 1er/12/2018, il a été constitué
une société présentant les caractéristiques suivantes : Dénomination : CLEMENT ROSNY VILLEMOMBLE, par
abréviation "CRV". Forme : S.A.R.L.
Siège : 112, allée des Erables, Zone
d’Aménagement Paris Nord II, 93420 VILLEPINTE. Objet : La gestion et l’exploitation directe ou indirecte, notamment par
contrat de locationgérance, de commerce
de restauration à service rapide à enseigne McDonald’s, Et plus généralement,
toutes opérations commerciales, industrielles, financières, immobilières ou agricoles se rattachant, directement ou indirectement, aux objets ci-dessus spécifiés
ou à tous objets similaires ou connexes ou
qui seraient de nature à favoriser le développement ou le commerce de la société.
Durée : 99 ans à compter de la date de
l’immatriculation de la société au RCS.
Capital : 1.000 € constitué uniquement
d’apport en numéraire. Gérance :
M. Hervé CLEMENT 15, rue des Marronniers 75016 PARIS. Immatriculation de
la société : au RCS de Bobigny. La Gérance
12131720 – LA VIE JUDICIAIRE
Aux termes d’un acte SSP en date du
29/11/2018 à Noisy-Le-Sec (93) a été
constituée une S.A.R.L. à associé unique
présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination : FROMAGER TRADITIONNEL SAVEUR DES CIMES. Capital : 1.000 €. Siège : 3, allée des Pavillons
93130 NOISY-LE-SEC. Objet : La Société
a pour objet, soit pour son compte, soit
pour le compte de tiers ou en participation
avec des tiers, en France et dans tout autre pays : - Vente ambulante selon législation en vigueur de produits alimentaire
notamment fromage, charcuteries et vins.
Durée : 99 ans. Gérant : Florent CAPRON 3, allée des Pavillons 93130 NoisyLe-Sec. La société sera immatriculée au
RCS de Bobigny. Le Gérant.
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/11/2018 il a été constitué une SNC
nommée :
LE TABAC DE BEAUSEVRAN
12129917-190 – LE PUBLICATEUR LEGAL
12131470 – LA VIE JUDICIAIRE
Aux termes d’un acte SSP en date du
19/11/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
BRISCOFORM
Objet social : Exploitation d’un centre de
culture physique
Siège social : 22 rue de l’université,
93430 Villetaneuse Capital : 5000 € Président : M. Fabrice Pouvin demeurant : 22
rue de l’université, 93430 Villetaneuse élu
pour une durée indéterminée Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Bobigny
408729B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
29/10/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
COURSES MINUTE
Objet social : LIVRAISON DE PLIS
Siège social : 55 RUE DE PARIS, 93310
LE PRE SAINT GERVAIS Capital :
1000 € Président : Mme EMILIE LASBLEIZ demeurant : 55 RUE DE PARIS,
93310 LE PRE SAINT GERVAIS élu pour
une durée indéterminée Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Bobigny
400740A – LES ECHOS
Par ASSP le 05/11/2018, il a été constitué
la SASU : ANGKOR TECHNOLOGIES
Capital : 200 €.Objet : Installation et intégration des systèmes de sécurité courant
faibles(Vidéosurveillance, contrôle d’accès, intrusion, interphonie et réseau)
Conseil et Audit des systèmes de sureté,
sécurité. Siège et Président : UCH Serey,
2 av Winston Churchill , 93330 Neuilly-surMarne.Durée : 99 ans. Au RCS de BOBIGNY
400741A – LES ECHOS
Par ASSP du 05/11/18,il a été constitué
une SAS dénommée DKTRANSPORTCAR.Siège social :44 avenue du général
delestraint 93420 Villepinte.Capital :500 €.Objet :l’exploitation de voiture
de transport avec chauffeur (VTC). ; location de voiture sans chauffeur.Président :M.Kassim Bouzoubaa, 44 avenue
du général delestraint 93420 Villepinte.
Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS
de BOBIGNY.
408398A – LES ECHOS
Avis est donné de la constitution de la société d’exercice libéral unipersonnelle à
responsabilité limitée BILINGI SEL
SIEGE SOCIAL 148 AV HENRI BARBUSSE 93700 DRANCY OBJET : CABINET D’INFIRMIERS DUREE : 99 années CAPITAL : 1 000 euros GERANCE :
Monsieur BILINGI WANZA GUSTAVE demeurant 28 AV DE VERDUN 77290 MITRY MORY IMMATRICULATION : au
RCS de BOBIGNY
Pour avis,
408674A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 01/11/2018, il a
été constitué une SAS au capital 1000 €
dénommée :
CREATIVITY CONSEIL
Siège social : 9, rue Cartier Bresson
93500 PANTIN
Objet : Conseil en gestion et organisation ; Montage des dossiers administratifs
et financiers pour les entreprises et les
particuliers dans le domaine des énergies
renouvelables ; Gestion des achats en
France et à l’étranger ; Prestations de services aux particuliers et aux entreprises.
Présidence : Monsieur DELBART Romain demeurant, 49 bd Rochechouart
75009 PARIS.
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de Bobigny
MODIFICATIONS
408502B – LES ECHOS
ELEGANCE TRANSPORT
SASU à capital variable de 500,00 €
12, huitième avenue, 93290 Tremblay en
france
841784580 RCS Bobigny
Par décision du Président en date du
05/12/2018 il a été pris acte de modifier
l’objet social de la société, à compter du
05/12/2018
Nouvel objet social : transport de personnes par VTC et location de voitures
avec chauffeurs. Mention en sera faite au
RCS de Bobigny
408595B – LES ECHOS
408670B – LES ECHOS
M’SO
Société Civile De Moyens au capital de
100 €
74 rue de Paris, 93260 Les Lilas
832937288 RCS Bobigny
Par décision de L’AGO en date du
05/12/2018 les Associés ont :
Par décision du Gérant en date du
27/11/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 12 RUE ANSELME, 93400 SAINT OUEN à compter
du 27/11/2018.
Gérance : M. AZEDDINE LOUASLI, demeurant 24 Allée de Paris, 93400 SAINT
OUEN
Autres modifications : - il à était décider
la transformation de la forme juridique en
SASU.
- il a été pris acte de changer la dénomination de la société.
Ainsi, la dénomination sociale de la société est désormais :
UNION SECURITY EVENTS. La société
sera immatriculée au RCS de Bobigny et
sera radiée du RCS de Rouen
12131418W – LE PUBLICATEUR LEGAL
ENTREPAL SARL
SARL au capital de 2.000 €
11 avenue Jean Mermoz,
93120 Courneuve
828 599 670 RCS Bobigny
Aux termes de l’AGE en date du
01/12/2018, les associés ont pris acte de
la modification de la gérance de la société :
- M. mohamed ABDEL AZIZ YOUSSEF,
demeurant 6, rue L’huillier, 75015 Paris en
remplacement de ABDEL AZIZ YOUSSEF
CESAR
Mention sera portée au Registre du
commerce et des sociétés de Bobigny.
12131558 – LA VIE JUDICIAIRE
A MATHINN S.C.I. au capital de
4.000 € 9, rue René Dumont 93240
STAINS 840095996 RCS Bobigny. Aux
termes d’une délibération du 21/11/2018,
la collectivité des associés a nommé à
compter du 1/12/2018 M. Abrar Mohammad ABDULRAZZAK 9, rue René Dumont 93240 Stains, gérant pour une durée illimitée, en remplacement de
M. Jafar Mohamad ABDULRAZZAG, démissionnaire. Modification sera faite au
GTC de Bobigny. Pour avis La Gérance.
- donné quitus au Liquidateur, Mme Sonja
Mazouz 104 rue de Noisy le sec, 93170
Bagnolet, pour sa gestion et décharge de
son mandat,
Aux termes d’un acte SSP en date du
02/12/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
- prononcé la clôture des opérations de liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Bobigny
12131341W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Vp-ticket
Société par Actions Simplifiée en
liquidation au capital de 150.000 €
Siège social :
249 avenue du Président Wilson
93210 LA PLAINE SAINT DENIS
535 319 883 RCS BOBIGNY
Le 23/11/2018, l’AGO a approuvé les
comptes définitifs de liquidation, donné
quitus et déchargé de son mandat au liquidateur M. François Thominet, et
constaté la clôture de la liquidation.
403975A – LES ECHOS
MODERNE ANTIQUITES ET COLLECTION, EURL au capital de 5000 €. Siège
social : 53 rue louis ampère 93330 Neuillysur-marne. 810024299 RCS BOBIGNY.
Le 19/11/2018, l’associé unique a décidé
la dissolution anticipée de la société,
nommé liquidateur M. REGIS FORCADE,
4 Rue Victor Hugo 78230 Le Pecq , et fixé
le siège de liquidation au siège social. Modification au RCS de BOBIGNY.
406995A – LES ECHOS
RCS QUIMPER 818 194 854
DISSOLUTIONS
408517B – LES ECHOS
CABINET MEDICAL DU PARC
SCI au capital de 193.13 €
18 rue des Ecoles, 93600 AULNAY SOUS
BOIS
403230394 RCS Bobigny
Par décision de L’AGE en date du
01/12/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 01/12/2018,
nommé en qualité de liquidateur Mme
Françoise DAVID, 16 rue Roger Lemaire,
93600 AULNAY SOUS BOIS et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance chez le liquidateur Mme Françoise DAVID. Mention en sera faite au
RCS de Bobigny
Aux termes d’un acte SSP en date du
05/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
MMES FRANCE
Objet social : Le commerce de gros et de
détails du Matériel de Sport, Remise en
forme, Médical et Paramédical
Siège social : 15 RUE DU PAVE DE GRIGNON, 94320 THIAIS Nom commercial :
MMES FRANCE Capital : 1000 € Président : M. ABDERRAHMAN ABADA demeurant : 15 RUE DU PAVE DE GRIGNON, 94320 THIAIS élu pour une durée
indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Créteil
EFFORT CONSULTING
SAS au capital de 500 €. Siège social :
131-135 Av. Aristide Briand 93320 LES
PAVILLONS SOUS BOIS. RCS
819 920 562 BOBIGNY.
L’AGE du 15/11/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation
amiable à compter du 15/11/2018, nommé
liquidateur Mme KILIC Dilan, 66 Av Maurouard 93190 LIVRY GARGAN et fixé le
siège de la liquidation au siège social.
L’AGE du 30/11/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat et
prononcé la clôture de liquidation, à
compter du 30/11/2018. Radiation au RCS
de BOBIGNY.
VENTE DE FONDS GERANCE
OPPOSITIONS
Aux termes d’un acte sous seing privé en
date du 30 octobre 2018, enregistré au
Service Départemental de l’Enregistrement de Bobigny le 30 novembre 2018,
dossier 2018 00030400 référencé
9304P61 2018 A 14954,
Par l’AGE du 22/11/2018, il a été décidé
de transférer le siège social au 78, rue des
Cités 93300 Aubervilliers. Et de nommer
nouveau président M. RUSEV Emin demeurant 20, rue Postes 93300 Aubervilliers, en remplacement de M. LABHINI Hamed démissionnaire. Radiation au RCS
de QUIMPER immatriculation au RCS de
Bobigny
Siège social : 26 quai Blanqui, 94140 ALFORTVILLE Capital : 4000 € Président :
M. Hafed RHOUMA demeurant : 26 quai
Blanqui, 94140 ALFORTVILLE élu pour
une durée indéterminée Admission aux
assemblées et exercice du droit de
vote : Chaque actionnaire est convoqué
aux Assemblées. Chaque action donne
droit à une voix. Clauses d’agrément :
Les actions sont librement cessibles entre
actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Créteil
408525B – LES ECHOS
BHC INGENIERIE
29740 PLOBANNALEC LESCONIL
MONEXPERTPUNAISE.FR
Objet social : la mise en relation d’artisans et prestataires spécialisés dans le
nettoyage courant, la désinfection, la désinsectisation, la dératisation, autres services de nettoyage de bâtiments avec des
particuliers et des personnes morales.
Les comptes seront déposés au RCS de
BOBIGNY.
408675A – LES ECHOS
SASU au capital de 1.000 €
CONSTITUTIONS
408522B – LES ECHOS
408403A – LES ECHOS
Siège Social : 11 rue de Guernevez
SOCIETES
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
TEAM SECURITY PRIVEE
SARL au capital de 4000,00 €
11 RUE DU DONJON,
76000 ROUEN
489113449 RCS Rouen
94 • VAL-DE-MARNE
La société DOW CORNING FRANCE,
Société par Actions Simplifiée au capital
de 976 000 euros dont le siège social est
situé 23 avenue Jules Rimet 93200 SAINT
DENIS immatriculée au RCS de BOBIGNY sous le numéro 322 355 728
A cédé à
La société DSP, Société par Actions Simplifiée au capital de 46 045 000 euros dont
le siège social est situé 23 avenue Jules
Rimet 93200 SAINT DENIS immatriculée
au RCS de BOBIGNY sous le numéro
821 916 400
Les éléments d’un fonds de commerce liés
à une activité de commercialisation de
produits relevant de la gamme de lubrifiants Molykote TM et silicones pour l’électronique (Dow Performance Silicones) soit
la clientèle associé au fonds de commerce
et le droit de se présenter comme successeur exploitée 23 avenue Jules Rimet
93200 SAINT DENIS
A compter du 31 octobre 2018 minuit
Moyennant la somme de 165 000 euros
Les oppositions s’il y a lieu seront reçues
dans les 15 jours de la dernière en date
des publicités légales au lieu d’exploitation soit 23 avenue Jules Rimet 93200
SAINT DENIS.
Pour avis
408663B – LES ECHOS
Par acte SSP du 17/09/2018 il a été constitué une société :
TRADE & PRESTATIONS DE
SERVICE
Objet social : Commerce et vente de tous
types de services Siège social : 68 avenue georges clemenceau, 94360 Bry sur
marne Forme : EURL Sigle : TPS Nom
commercial : TPS Capital minimum :
100,00 €, en dessous duquel il ne peut
être réduit Capital initial : 100,00 € Capital maximum : 3000,00 € Gérant : Tincheme A. Erick GBAGUIDI, 68 avenue
georges clemenceau, 94360 Bry sur
marne Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Créteil.
12131506W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date du 20
novembre 2018 à Saint-Mandé, il a été
constitué une société par actions simplifiée présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale : FALEXIME
Siège social : 19, avenue du Général de
Gaulle – 94160 Saint-Mandé.
Capital social : 1.000 euros.
Objet : La Société a pour objet, en France
et dans tous autres pays :
toutes opérations, pour son propre
compte, d’achat, de vente, d’échange et
de gestion de parts sociales ou de valeurs
mobilières françaises et étrangères de
toute nature et de toutes entreprises ;
la prise d’intérêts et la participation directe
ou indirecte dans toutes sociétés et/ou entreprises commerciales, industrielles, financières, immobilières ou mobilières
créées et à créer par tous moyens (par
voie de création de sociétés nouvelles,
d’apport, de souscription, d’acquisition ou
d’échange de parts sociales, de valeurs
mobilières, obligations, bons, droits ou
biens sociaux, de fusion, de sociétés en
participation, de groupements d’intérêt
économique, ou autrement, ainsi que par
comptes courants ou prêts d’associés, à
court terme et long terme) ;
la création, l’acquisition et l’exploitation de
tous autres fonds et établissements de
même nature ;
la fourniture de toutes formes de prestations de services, à toute personne ou entreprise, française ou étrangère, dans laquelle la Société détient une participation
ou non, et notamment le conseil aux entreprises en matière de stratégie et de développement ;
tous travaux, études et missions de toute
nature, se rattachant directement ou indirectement à l’objet social susvisé ou à tous
objets similaires ou connexes.
Durée : 99 années.
Cessions des actions : Les cessions
d’actions sont libres.
Admissions aux assemblées et vote :
tout associé peut participer aux assemblées, quel que soit le nombre de ses actions, chaque action donnant droit à une
voix.
Président : Madame Fanny Letier, 19,
avenue du Général de Gaulle – 94160
Saint-Mandé.
Immatriculation : RCS Créteil.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
8 // ANNONCES JUDICIAIRES ET LÉGALES
12131421 – LA VIE JUDICIAIRE
408679A – LES ECHOS
Suivant acte SSP à Créteil en date du
28/11/2018, il a été institué une S.A.S.U.
Dénomination : NBRE. Capital : 500 €.
Siège : 8, allée Georges Braque, 94000
CRETEIL. Objet : développement,
conception des logiciels informatiques.
Durée : 99 ans. Agrément : La cession
des actions de l’actionnaire unique est libre. Président : NABIL BIREM, 8, allée
Georges Braque, 94000 CRETEIL. RCS
Créteil.
Suivant acte SSP du 21/11/2018 constitution de la SASU DANIEL VTC. Capital fixe : 2000 €. Siège social : 26 RUE
MARCEL BOURDARIAS 94140 ALFORTVILLE. Objet social : EXPLOITATION DE
VEHICULES DE TRANSPORT AVEC
CHAUFFEUR (VTC) ET LOCATION DE
VEHICULES SANS CHAUFFEUR. Président : Mr ELBILIA DANIEL, MARTIN,
MAURICE demeurant 26 RUE MARCEL
BOURDARIAS 94140 ALFORTVILLE.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Creteil.
12131468 – LA VIE JUDICIAIRE
Il a été constitué une société par acte
SSP, en date du 26/10/2018, à IVRY SUR
SEINE. Dénomination : CARRE D’OR
VERDUN. Forme : S.C.C.V. Siège :
32, rue Henri Martin, 94200 Ivry sur Seine.
Objet : l’acquisition par voie d’achat ou
d’apport de tous terrains, biens et droits
immobiliers en vue de la construction. Durée : 99 année(s). Capital fixe : 1.000 €.
Montant des apports en numéraire :
1.000 €. Cession de parts et agrément :
Toutes les cessions de parts, quelle que
soit la qualité du ou des cessionnaires,
sont soumises à l’agrément préalable de
l’unanimité des associés. Gérant : M.
RAMI BOU SAID, 32, rue Henri Martin,
94200 Ivry-sur-Seine. Gérant : M. Bianchi
GIANLUCA, 229, rue Julian Grimau,
94400 Vitry sur Seine. La société sera immatriculée au RCS de Paris. Pour avis. La
gérance
MODIFICATIONS
408511B – LES ECHOS
SOLON SECURITE
SASU au capital de 10000,00 €
4, rue des Apennins,
75017 Paris
798825311 RCS Paris
DDZ SÉCURITÉ PRIVÉE
SAS au capital de 1000,00 €
137 avenue Anatole France, 94600
Choisy le roi
834770414 RCS Créteil
Creation de la sci : sci h&m compagny, 6
rue soddy 94000 Creteil. Cap. : 1000 €.
Obj. : immobilier. Grt : Houari Hadjaz 7 rue
du lac 91330 Yerres. 99 ans au rcs de Créteil.
408445A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous seing privé établi à Champigny-Sur-Marne (94) en date
du 15/11/2018 il a été constitué une société par actions simplifiée présentant les
caractéristiques suivantes :
DENOMINATION :
TURQUOISE GD IMMOBILIER
SIEGE SOCIAL : 119 Avenue du Général
De Gaulle, 94500 Champigny-Sur-Marne.
OBJET : L’activité de transaction sur immeubles et fonds de commerce, L’activité
de location immobilière, de gérance immobilière, de syndic de copropriété, L’administration de biens.
DUREE : 99 ans à compter de son immatriculation au registre du commerce et des
sociétés de Créteil.
CAPITAL : 10.000 €
PRESIDENT : Madame Suzelle DANINTHE, 24, Route de Bry, 93350 Villiers-surMarne,
AGREMENT : En cas de pluralité d’associés, les cessions d’actions, à titre onéreux ou gratuit, sont libres entre associés.
Toutes les autres cessions sont soumises
à l’agrément préalable de la collectivité
des associés, statuant à la majorité des
DEUX TIERS (2/3) deux tiers des voix
dont disposent les associés présents et représentés.
Pour avis, le Président ou le représentant
légal
DMG MORI SPORTS
MARKETING
SAS au capital de 15.000 €
94100 Saint Maur des Fossés
840 286 736 RCS CRETEIL
Décisions de l’AGE du 16/10/2018 et Décisions du Président du 17/10/2018 : I/
Augmentation du capital social d’un montant de 28.860 € pour être fixé à 178.860 €
par émission de 28.860 actions nouvelles
entièrement souscrites et intégralement libérées ; II/ Augmentation du capital social
d’un montant de 46.620 € pour être fixé à
225.480 € par émission de 46.620 actions
nouvelles 2, entièrement souscrites et intégralement libérées. III/ Transfert du
siège social au « 8 cours Louis Lumière
94300 Vincennes ». IV/ Refonte des statuts suite notamment aux modifications
des articles 5, 6, 7 et 18 des statuts. Pour
avis.
Par décision en date du 05/12/2018 il a
été décidé de transférer le siège social de
la société au 1rue du château Villeneuve,
66610 Perpignan à compter du
05/12/2018. La société sera immatriculée
au RCS de Perpignan et sera radiée du
RCS de Créteil
GROUPE LT
Par décision de L’AGE en date du
05/12/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au Tour Europa,
1 avenue de l’Europe, 94320 THIAIS à
compter du 05/12/2018.
Présidence : M. Gérard GUENEBAUT,
demeurant 119 rue de l’Abbé Groult,
75015 PARIS
La société sera immatriculée au RCS de
Créteil et sera radiée du RCS de Versailles
408671B – LES ECHOS
PERSISTANTE FOOD CENTER
SARL au capital de 2000,00 €
2/4 avenue Anatole France, 94400 Vitry
sur Seine
834125353 RCS Créteil
Par décision en date du 10/11/2018 il a
été décidé de transférer le siège social de
la société au 101 route de Saint-André,
27000 Evreux à compter du 01/09/2018.
La société sera immatriculée au RCS de
Evreux et sera radiée du RCS de Créteil
12131675 – LA VIE JUDICIAIRE
T3A5 S.A.R.L. au capital de 8.000 €
18, rue du Faubourg des Chartreux 94520
MANDRES-LES-ROSES 511 879 454
RCS Créteil. Aux termes du PV de AGE
du 5/12/2018, la société susvisée a décidé
de transférer son siège du 18, rue du
Faubourg des Chartreux 94520 MANDRES-LES-ROSES au 66, avenue des
Champs-Elysées lot 41 75008 PARIS, à
compter du 5/12/2018. Les statuts seront
modifiés en conséquence et la société fera
l’objet d’une nouvelle immatriculation au
RCS de Paris. Pour avis, La gérance.
12131699 – LA VIE JUDICIAIRE
Dénomination : LDN. Forme : SASU.
Capital : 5.000 €. Siège : 47, avenue du
Port au Fouarre, 94100 SAINT-MAURDES-FOSSES. 815150990 RCS Créteil.
Aux termes d’une décision en date du
5/12/2018, à compter du 5/12/2018, l’associé unique a décidé de nommer président Mme Mélissa BALDE, 7, rue du Canal, 94000 Créteil en remplacement de
M. Phillippe PORTAL. Mention sera portée au RCS de Créteil.
Siège social : 1 rue du Noyer, Parc du
Moulin, 95705 Roissy en France Capital :
100000 € Président : DMG MORI Global
Marketing GmbH, au capital de
1000000 €, immatriculée au RCS de Stuttgart sous le numéro HRB 213 234, domiciliée Antoniusstr. 14, 73249 Wernau Neckar représentée par Mme Irene BADER,
directrice générale élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Pontoise
12131400W – LE PUBLICATEUR LEGAL
SL CARS PRESTIGE, SASU au capital de
4500 €. Siège social : 45 bis avenue de
choisy 94190 Villeneuve saint georges.
824 524 235 RCS CRETEIL. Le
19/10/2018, l’associé unique a décidé la
dissolution anticipée de la société, nommé
liquidateur Mme LINDA HAMROUNI, 45
bis avenue de Choisy 94190 Villeneuve
Saint Georges, et fixé le siège de liquidation au siège social. Modification au RCS
de CRETEIL.
VENTE DE FONDS GERANCE
UNIQUE GÉRANCE
408608B – LES ECHOS
SAS à capital variable de 400,00 €
1 chemin Vert,
78910 BEHOUST
809009293 RCS Versailles
Objet social : Organiser, participer ou
contribuer à des événements sportifs, y
compris des courses à voile et des courses automobiles. Construire et animer des
équipes sportives. Rechercher et obtenir
des financements et d’autres formes de
soutien, sous forme de sponsoring ou
d’autres opérations de publicité, de promotion et de communication, en lien avec
ou faisant usage d’événements sportifs.
VIIBE
Siège social : 36 allée des Platanes
95680 Montlignon
12131402W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Suivant un acte sous seing privé en date
du 29 octobre 2018 la société CARREFOUR PROXIMITE France, Société par
Actions Simplifiée au capital de
47.547.008 euros, ayant son siège ZI
Route de Paris 14120 MONDEVILLE, immatriculée au Registre du Commerce et
Sociétés de CAEN sous le numéro
345 130 488,
a mis fin au contrat de location gérance
consenti à compter du 13 juillet 2016 à la
société LUMAXEL DISTRIB, Société A
Responsabilité Limitée au capital de
5.000 euros, ayant son siège à ALFORTVILLE (94140) 194 rue Paul Vaillant Couturier immatriculée au Registre du
Commerce et Sociétés de CRETEIL sous
le numéro 807 997 465. Portant sur un
fonds de commerce d’alimentation générale du type supermarché sis et exploité à
ALFORTVILLE (94140) 194 rue Paul Vaillant Couturier, sous l’enseigne CARREFOUR CONTACT et cela à compter du
29 octobre 2018 à 16 heures.
95 • VAL-D'OISE
SOCIETES
CONSTITUTIONS
408508B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
16/11/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
POLARIS-HIGHTECH
Objet social : Entreprises de Services du
Numérique
Siège social : 61 ALLEE DE LA MOULIERE, 95800 Cergy Nom commercial :
POLARIS-HIGHTECH Capital : 2000 €
Président : Mme IKARIOUNE TAOUS
demeurant : 61 ALLEE DE LA MOULIERE, 95800 Cergy élu pour une durée
de 1 années Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Pontoise
408578B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/12/2018 il a été constitué une SCI nommée :
400833A – LES ECHOS
DELDI
Cette annonce paraît dans les départements 94 et 93
Objet social : ACHAT VENTE LOCATION BIENS IMMOBILIERS
GLOBAL ENTREPRISE, SARL au capital
de 7622,45 € Siège social 2 avenue NOEL
94100 Saint maur des fossés 384887907
RCS creteil. Le 07/10/18, lesassociés ont
décidé de transférer le siègesocial au 38
rue du Goulet 93300 AUBERVILLIERS à
compter du 07/10/18 pris acte de la démission en date du 07/10/18 de Claude
JAULIN, ancien Gérant en remplacement,décidé de nommer Gérant M. JEANLOUIS DENISART, 191 rue Alésia 75014
Paris Radiation au RCS de CRETEIL. Inscriptionau RCS de BOBIGNY
Siège social : 3 ALLEE DES GLANEURS, 95610 ERAGNY SUR OISE Capital : 1500 € Gérant : Mlle MARIA DIAS,
4 BOULEVARD DU PORT, 95000
CERGY Cessions de parts sociales : les
parts sociales sont librement cessibles au
profit d’un Associé. Toute cession à un
tiers de la société est soumise au préalable à agrément de la collectivité des Associés réunis en Assemblée Générale Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Pontoise
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
Par acte SSP du 16/08/2018, il a été
constitué une SARL ayant les caractéristiques suivantes
Dénomination : SHAM MARCHE
Objet social : Vente de tous produits alimentaires, épicerie et toutes boissons alocoolisées ou non et toutes marchandises
non réglementées
Siège social : 6 Place Salvador Allendé
95110 Sannois.
Capital : 1.000 €
Durée : 99 ans
Gérance : Mme MUTHTHUKUMAR Sulaksiny, demeurant 8 rue des Cornets,
95100 Argenteuil
Immatriculation au RCS de Pontoise
12131509W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Aux termes d’un acte SSP en date à L’Isle
Adam du 27/11/2018, il a été constitué une
société civile présentant les caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale : SCI Landerneau
Siège social : Zac du Pont des Rayons,
Boulevard de Tilsit 95290 L’Isle Adam
Capital social : 1.000 €
Objet : L’acquisition par voie d’achat, la
proppriété, la mise en valeur, la transformation, l’aménagement, l’administration et
la location de tout bien immobilier, ainsi
que de tous biens et droits pouvant en
constituer l’accessoire, l’annexe ou le
complément des biens et droits immobiliers en question, ainsi que de l’octroi, à
titre accessoire et exceptionnel, de toutes
garanties à des opérations conformes au
présent objet civil et susceptibles d’en favoriser le développement .
Durée : 99 ans
Cession des parts sociales : Il existe
des clauses d’agrément.
Gérance : M. Stéphane GRIZOT, demeurant 11 bis avenue de Madrid 92200
Neuilly sur Seine
La société sera immatriculée au registre
du commerce et des sociétés de PONTOISE.
LA GERANCE
400819A – LES ECHOS
Par ASSP du 07/11/18,il a été constitué
une EURL dénommée PEREIRA DA
COSTA.Siège social :36bis rue jean catelas 95340 Persan.Capital :100 €.Objet :remaniement,rénovation de bâtiments déjà
existants tels que immeubles,appartements,maisons,bâtiments non résidentiels
de tous types.Gérance :M.christophe Pereira Da Costa,36bis rue jean catelas
95340 Persan.Durée :99ans.Immatriculation au RCS de PONTOISE.
Suivant décisions des associés en date du
23 novembre 2018, il a été décidé de nommer Mr Charles DEMEE, actuel Directeur
Général, demeurant 44 rue Oberkampf 75011 Paris, en qualité de Président et ce
en remplacement de Mr Gustave LORTHIOIS, démissionnaire. Mention au RCS
de Pontoise.
12131644W – LE PUBLICATEUR LEGAL
AGUIAR RENOV, SARL au capital de
5000 €. Siège social : 1 rue fernand ségouin 95400 Arnouville. 823676341 RCS
Pontoise. Le 04/05/18, les associés ont
décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur M. Rui DA SILVA
AGUIAR, 1 Rue Fernand Ségouin 95400
Arnouville , et fixé le siège de liquidation
au siège social. Modification au RCS de
Pontoise.
STOER
404189A – LES ECHOS
ARGANE IMMOBILIER, SASU au capital
de 500 €. Siège social : 20 bis rue du val
95220 Herblay. 820402303 RCS PONTOISE. Le 30/10/2018, l’associé unique a
décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur Mme Hijra BAHMANI, 37 boulevard richard Garnier 78700
Conflans-Ste-Honorine , et fixé le siège de
liquidation au siège social. Modification au
RCS de PONTOISE.
SAS au capital de 2.000 €
Siège social : 20 avenue des Bois
95370 MONTIGNY LES CORMEILLES
Par décision du Président en date du
13.11.2018 il a été décidé de transférer le
siège social du 20 avenue des Bois 95370
MONTIGNY LES CORMEILLES au 10 rue
Jean Poulmarch 95100 ARGENTEUIL à
compter du 13/11/2018. L’article 4 a été
modifié en conséquence. Mention sera
faite au RCS de Pontoise.
407132A – LES ECHOS
SASU GENERAL AUTOMOBILE
SASU au capital de 5.000 €. Siège social :
98 AVENUE DU 8 MAI 1945, 93150 LE
BLANC MESNIL. RCS 834 933 251 BOBIGNY.
L’associé unique, en date du 29/11/2018,
a décidé de transférer le siège social au
127 BIS AVENUE MAURICE UTRILLO,
95360 MONTMAGNY, à compter du
29/11/2018. Président : M ROMAN TIMOTEI-IOSUA, 63B AVENUE DE LA DIVISION DE LECLERC 93430 VILLETANEUSE. Radiation du RCS de BOBIGNY
et immatriculation au RCS de PONTOISE.
408335A – LES ECHOS
MD CONSEIL
SASU au capital de 1.000 €
407455A – LES ECHOS
LODYNIX – SASU en liquidation au capital de 1000 €. Siège : 25 T Rue de L’orme
Macaire – 95220 HERBLAY. 532 406 626
RCS PONTOISE. Par décisions ordinaires de l’actionnaire unique du 23.11.2018,
après avoir entendu le rapport de Laurent
Dupuis, liquidateur, il a été approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur et décharge de son mandat, et
constaté la clôture des opérations de liquidation au 30.09.2018. Les comptes de liquidation seront déposés au RCS PONTOISE. Pour avis, le liquidateur
408260A – LES ECHOS
ENZO-TRANS
SASU au capital de 1500 €
Siège social : 32 rue Gabriel Fauré
95320 Saint-Leu-la-Forêt
823 803 416 RCS de Pontoise
L’AGE du 01/10/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation
amiable à compter du 01/10/2018,nommé
en qualité de liquidateur M. FAKHEUR Karim, demeurant 32 rue Gabriel Fauré,
95320 Saint-Leu-la-Forêt, et fixé le siège
de liquidation au siège social.
Modification au RCS de Pontoise
Siège social : 10 Cité des Castors, 95250
Beauchamp
833 374 242 RCS de Pontoise
408569A – LES ECHOS
L’AGE du 29/11/2018 a décidé de transférer le siège social de la société 154 Avenue Victor Hugo, 93300 Aubervilliers, à
compter du 29/11/2018
SELEURL PHARMACIE KEUKY
Radiation au RCS de Pontoise et réimmatriculation au RCS de Bobigny
Au capital de 950 000 euros-Siège social et siège de liquidation : 4 avenue
du Commandant Manoukian 95170
DEUIL LA BARRE-452 108 137 RCS
PONTOISE
408353A – LES ECHOS
Par décision du 16/10/2018 l’associé unique a approuvé les comptes définitifs de
liquidation, déchargé Monsieur Rivann
KEUKY de son mandat de liquidateur,
donné quitus à ce dernier de sa gestion et
constaté la clôture de la liquidation à
compter du 30/09/2018. Les comptes définitifs et les comptes de clôture sont déposés au GTC de PONTOISE, en annexe
du RCS. Pour avis Le liquidateur
MD CONSEIL
SASU au capital de 1.000 €
Siège social : 10 Cité des Castors, 95250
Beauchamp
833 374 242 RCS de Pontoise
L’AGE du 29/11/2018 a décidé d’étendre
l’objet social de la société à : Conseils en
comptabilité, gestion fiscale et sociale,
création, modification et fermeture d’entreprise, secrétariat, gestion commerciale
Modification au RCS de Pontoise
408613A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 95 et 78
407141A – LES ECHOS
A.C.R.V.
Par acte SSP du 27/11/2018 il a été constitué une SASU dénommée :
SARL au capital de 1.200 €
SASU PASSION AUTOMOBILES
Siège social : 14, rue des Morillons 78500
SARTROUVILLE
Siège social : 11 ALLE DES HIRONDELLES 95170 DEUIL LA BARRE. Capital :
1.000 €. Objet : achat vente et location de
véhicule entretien dépannage pièces détaches et accessoire achat voiture VASPTAXI. Président : M MIHAI ROBERT, 11
ALLE DES HIRONDELLS 95170 DEUIL
LA BARRE. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de PONTOISE.
Le 01/12/2018 l’AGE a décidé de transférer le siège social au 32 Rue Savary 95000
NEUVILLE SUR OISE, et a nommé en
qualité gérant Mme Camille SALVAIN, demeurant 32 Rue Savary - 95000 NEUVILLE SUR OISE, en remplacement de M.
Ahcène HARRACH démissionnaire.
408584A – LES ECHOS
La Société sera radiée du RCS de VERSAILLES et immatriculée au RCS de
PONTOISE.
520 880 055 RCS VERSAILLES
GABY COUPE
Constitution SSP à Arnouville en date du
01-12-2018 de : GABY COUPE. Forme :
SARL . Capital : 1000 Euros. Siège : 38 B
Avenue Pierre Semard, 95400 Arnouville.
Durée : 99 ans. Gérance : Sirin AYDIN ,
70 Rue Gambetta 95400 Villiers Le Bel.
Objet : Coiffure mixte, Esthétique, Onglerie. Achat-vente gros, demis-gros et détail
de tous produits, accessoires et mobilier
se rapportant à l ? activité. RCS : Pontoise.
403743A – LES ECHOS
825 180 300 RCS PONTOISE
RCS PONTOISE B 839 434 560
Sigle : DDZ SP
200664A – LES ECHOS
400862A – LES ECHOS
12131531W – LE PUBLICATEUR LEGAL
Siège social : 23 avenue Joffre
403844A – LES ECHOS
Par ASSP du 02/11/2018, il a été constitué
une SAS dénommée CMS .Siège social : 28 avenue des pépinières 94260
Fresnes.Capital : 500 €. Objet : Entretien
et maintenance en milieu hôtelier, industriel et tertiaire. Tous travaux de rénovation et aménagement de parcs immobiliers, espaces verts et services associés.
. Président : Mme Ecaterina JOSAN, 10
avenue des tuileries 91350 Grigny. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
CRETEIL
Par ASSP du 05/11/2018, il a été constitué
une SAS dénommée EAO
CONSEIL.Siège social : 16 rue de la
somme 94230 Cachan.Capital : 3.000 €. Objet : Le conseil pour les affaires et autres conseils de gestion, et
aussi le conseil et l’assistance opérationnelle aux entreprises et autres organisations en matière de gestion de leur agenda
d’innovation. Président : M. Eric JEANNE,
16 rue de la somme 94230 Cachan. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
CRETEIL.
IMMO ONE
SAS au capital de 150.000 €
Présidence : M. Arthur Bury, demeurant
158, Rue Étienne Dolet, 94140 Alfortville
408548B – LES ECHOS
400726A – LES ECHOS
408707B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
22/11/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
DISSOLUTIONS
La société sera immatriculée au RCS de
Créteil et sera radiée du RCS de Paris
MODIFICATIONS
405396A – LES ECHOS
Par décision de L’AGE en date du
13/11/2018 il a été décidé de transférer le
siège social de la société au 158, Rue
Étienne Dolet, 94140 Alfortville à compter
du 13/11/2018.
200630A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 07/11/2018 constitution de la SAS PFC CONSEIL. Capital fixe : 3000 €. Siège social : 6 Ter rue
du Maréchal Joffre 94360 BRY SUR
MARNE. Objet social : Conception de
structure, contenu et écritures des programmes informatiques, adaptation de logiciels. Président : Mr Guillaume LEPETIT demeurant 6 Ter rue du Maréchal
Joffre 94360 BRY SUR MARNE élu pour
une durée illimitée. Admissions aux assemblées et exercice du droit de
vote : chaque actionnaire est convoqué
au Assemblées. Chaque action donne
droit à une voix. Clauses d’agrément : Tte cession sera soumise à
agrément de la société. Durée de la société : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Créteil.
Vendredi 7 décembre 2018 Les Echos Sociétés
DISSOLUTIONS
199416A – LES ECHOS
HONEST CITIZEN - SASU en liquidation
au capital de 20000 € Siège 14 Ruelle
Gallieni – 95320 SAINT-LEU LA FORET.
538 760 703 RCS Pontoise. Par décisions
ordinaires de l’actionnaire unique du
12.10.2018, après avoir entendu le rapport de Maarten DUBBELD, liquidateur, il
a été approuvé les comptes de liquidation,
donné quitus au liquidateur et décharge
de son mandat, et constaté la clôture des
opérations de liquidation au 30.06.2018.
Les comptes de liquidation seront déposés au RCS Pontoise. Pour avis, le liquidateur.
Société d’Exercice Libérale à Responsabilité Limitée en liquidation
DIVERS
MODIFICATIONS
PERSONNES
PHYSIQUES
12131554 – LE PUBLICATEUR LEGAL
Par décision du TGI de PONTOISE en
date du 08/11/2018 le Directeur de la
DNID, Les Ellipses, 3 avenue du chemin
de Presles, 94417 Saint-Maurice cedex, a
été nommé curateur de la succession vacante de M. CHINNASAMY Naveen décédé le 26/02/2015 à PONTOISE (95).
Réf. 9938032300/GDE. Les créanciers
doivent déclarer leur créance par lettre recommandée avec AR.
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
1
Размер файла
10 878 Кб
Теги
Les Echos, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа