close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Science & Vie Questions Reponses - 12 2018 - 02 2019

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
N° 31 l Trimestriel Décembre 2018-Janvier-Février 2019
Comment se débarrasser des punaises de lit ?
RÉPONSES
DE SCIENCE
AUX QUESTIONS
DE TOUS LES JOURS
Combien de mémoires avons-nous ?
Dieu joue-t-il
aux dés ?
Le hamburger est-il
mauvais pour la planète ?
M 09800 - 31 - F: 5,50 E - RD
Les jouets connectés
cachent-ils des espions ?
3’:HIKTSA=UUZZUZ:?a@k@d@b@k";
BEL : 5,90 € - ESP : 6 € - GR : 6 €
DOM S : 6 € - ITA : 6 € - LUX : 6 €
PORT CONT : 6 € - CAN : 7,50 $CAN
MAR : 60 DH - TOM S : 660 CFP
CH : 7 FS - TUN : 15 DTU
100
Le sexe est-il bon pour la santé ?
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SOMMAIRE
CROISSANCE ��������������� p. 32
VIEILLESSE ������������������� p. 68
ÉNERGIE SOLAIRE ������ p. 36
ORIGINE DU MONDE � p. 70
ÉTALON�������������������������� p. 04
SEXUALIT�������������������� p. 38
MATERNITÉ ������������������ p. 72
DÉLINQUANCE ������������ p. 06
SUMMUM ��������������������� p. 40
MICROBES �������������������� p. 74
ADOPTION �������������������� p. 08
CYBERSÉCURITÉ��������� p. 42
ANCESTRAL������������������ p. 76
RÉSISTANCE ���������������� p. 10
ESTOMAC���������������������� p. 44
QUANTIQUE ����������������� p. 78
AGRICULTURE �������������� p. 12
LONGÉVITÉ ������������������� p. 46
ENVIRONNEMENT������ p. 80
CROÛTE TERRESTRE �� p. 14
CERVEAU����������������������� p. 48
SOMMEIL ���������������������� p. 82
RECETTES���������������������� p. 16
PATRIMOINE ���������������� p. 50
CATASTROPHES���������� p. 84
INNOVATIONS ������������� p. 18
NUIT �������������������������������� p. 52
LIBIDO ���������������������������� p. 86
AUTRE TERRE��������������� p. 20
ATCHOUM ��������������������� p. 54
VÉGÉTAUX �������������������� p. 88
SPIRITISME������������������� p. 22
INCLASSABLE �������������� p. 56
SOUS-SOL���������������������� p. 90
EN L’AIR ������������������������� p. 24
ÉNERGIE ������������������������ p. 58
ALIMENTATION ����������� p. 92
STRATES ������������������������ p. 26
AU MENU ���������������������� p. 62
GÉOLOCALISATION���� p. 94
AVEC L’ÂGE ������������������ p. 28
CONQUÊTE SPATIALE p. 64
CORPS ���������������������������� p. 96
ATOMES ������������������������ p. 30
TEMPO ��������������������������� p. 66
INVASION���������������������� p. 98
V. Devillaine, A. Fischetti, F. Gracci, M. Grousson, J.-F. Haït, R. Ikonicoff, M. Kergoat, O. Lapirot, G. Lecompte-Boinet, A. LefèvreBalleydier, H. Leroux, C. Loiseau, G. Mérat, M.-C. Mérat, E. Monnier,
N. Picard, A. Pihen, É. Rauscher, M. Rebeaud, M. Saumet,
Y. Sciama, G. Siméon, P.Testard-Vaillant, F. de Vaugelas, M.Ydri.
RÉDACTION
DIRECTION-ÉDITION
8, rue François-Ory
Président : Ernesto Mauri
92543 Montrouge CEDEX
direction Pôle : Carole Fagot
Tél. : 01 41 33 50 00 - Fax : 01 46 48 48 67
directeur délégué : Sébastien Petit
directeur de la rédaction : Matthieu Villiers
assisté de Christelle Borelli
DIFFUSION
rédacteur en chef délégué : Grégoire Bouillier
directeur des ventes : Christophe Chantrel
directrice artistique : Yvonne Diraison
resPonsable ventes marché : Siham Daassa
secrétaire générale de la rédaction : Florence Roucolle resPonsable ventes : Béatrice Thomas
secrétaire de rédaction : Sophie Ceugniet
MARKETING/INTERNATIONAL
Premier rédacteur graPhiste : Jean-Michel Sabatié
Gilianne Douls, Mathilde Janier-Bonnichon
resPonsable du service infograPhie : Boris Bellanger
service Photo : Clémence Gérard
PUBLICITÉ
documentation : Marie-Anne Guffroy
directeur exécutif : Cécile Chambaudrie
service lecteurs : sev.lecteurs@mondadori.fr
contacts Publicité: Virginie Commun (5028), Lionel Dufour (5019)
ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO :
Planning : Angélique Consoli (5352),
L. Barnéoud, K. Bettayeb, P.-Y. Bocquet, C. Bonneau,
Stéphanie Guillard (5350)
S. Brunier, F. Cadu, T. Cavaillé-Fol, C. Chandès, H. Colau,
trafic : Véronique Barluet (5012)
oPérations sPéciales : Véronique Besse
N. Constans, A. Debroise, A. Delport, P. Desclos,
Une publication du groupe
FABRICATION
Gérard-Laurent Greck
DIRECTEUR ADMINISTRATIF
ET FINANCIER
Hervé Godard
FINANCE MANAGER
Renaud Terrade
ÉDITEUR
Mondadori Magazines France
Siège social : 8, rue François-Ory,
92543 Montrouge Cedex
directeur de la Publication : Carmine Perna
actionnaire : Mondadori France SAS
N° ISSN : 0151-0282
N° de commission paritaire : 0221 K 89294
Trimestriel
Tarif d’abonnement légal : 1 an, 4 numéros, 18 €
Dépôt légal : novembre 2018
ABONNEMENTS
directeur : Christophe Ruet
directrice marketing direct : Catherine Grimaud
resPonsable marketing direct : Juliette Mesnil
RELATIONS CLIENTÈLE ABONNÉS
par internet : abo.scienceetvie.fr
par téléphone : 01 46 48 48 96
(de 8 h à 20 h du lundi au samedi) ;
par courrier : Service abonnements
Science & Vie,
CS 90125 - 27091 Évreux Cedex 9
par internet : www.kiosquemag.com
commandes d’anciens numéros :
Tél. : 01 46 48 48 83
PHOTOGRAVEUR
Key Graphic
IMPRIMEUR
Elcograph (Italie)
AFFICHAGE
ENVIRONNEMENTAL
origine du PaPier :
Allemagne
taux de fibres recyclées : 0 %
certification : PEFC
imPact sur l’eau :
Ptot 0,016 kg/tonne
SCIENCE & VIE
Chers amis lecteurs,
La science, la vie… Ce 31e numéro de
Questions/Réponses de Science & Vie
continue de tisser le fil qui va de l’une
à l’autre. Un fil sans fin. Car si le monde
et la vie ne cessent de nous questionner,
les étonnantes réponses de la science
alimentent à leur tour notre curiosité et
nos interrogations.
Qu’on lève les yeux au ciel et voici qu’on
se demande comment il pourrait bien être
possible que l’on aille un jour poser le pied
sur la planète Mars, cette petite bille
orangée distante de plusieurs dizaines de
millions de kilomètres. Que notre regard
se porte sur le plus modeste des grains
de sable et c’est un autre vertige qui nous
saisit : de quoi sont faits les atomes ?
Combien sont-ils ? Sont-ils tous identiques ? Peut-on les voir ?
Vie pratique, nouvelles technologies,
santé, alimentation, transport, sexualité,
environnement, cosmologie, sciences
cognitives… C’est dans un bouillonnant
désordre, à l’image de nos curiosités sans
bornes, que les 100 questions/réponses
de ce numéro sont rassemblées ici. Ces
questions sont les vôtres. Et c’est un plaisir
sans cesse renouvelé de les découvrir.
Merci de continuer à nous écrire nombreux ! (Notre adresse : sev.mondadori.fr)
100 QUESTIONS RÉPONSES
»
O.ROLLER - SHUTTERSTOCK - COUVERTURE : GETTY - ANTBO - VASSAR COLLEGE - SHUTTERSTOCK
Matthieu Villiers
Directeur
de la rédaction
QR N° 31 DÉCEMBRE 2018 - JANVIER - FÉVRIER 2019
QR
Édito
3
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS ÉTALON
RÉPONSES
4
QR
L’unité de longueur
peut être calibrée
grâce à des lasers
extrêmement précis
(ici, un laser vert
dans un laboratoire
d’optique quantique).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
01
SCIENCE & VIE
»
QR
Exit le mètre-étalon en platine iridié,
conservé au Bureau international
des poids et mesures à Sèvres, où il
matérialisait depuis 1889 un mètre
équivalent à la quarantemillionième
partie du méridien terrestre. À partir
de 1960, le mètre se définit comme la
distance parcourue par la lumière en
1/299792458 s. Ou plus précisément,
selon les termes de la dernière Conférence générale des poids et mesures,
tenue ce 16 novembre, “en prenant la
valeur numérique fixée de la vitesse
de la lumière dans le vide (c), égale à
299 792 458 lorsqu’elle est exprimée
en mètres par seconde”. L’intérêt
d’une telle définition ? La vitesse de la
lumière dans le vide est une constante
absolue, fixée avec une quasi-certitude
grâce aux horloges atomiques ; la seconde est elle aussi une unité très précisément définie. Ainsi, plus besoin de
distribuer des copies du mètre-étalon :
chaque laboratoire peut retrouver de
lui-même, grâce à des lasers hyper
précis, la mesure exacte du mètre. On
est bien loin des anciennes références
au corps humain (pied, pouce…), à la
taille de la Terre ou à l’oscillation d’un
pendule ! C.B. et F.G.
z
SHUTTERSTOCK
Comment
sait-on que
1 mètre
mesure
1 mètre ?
5
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS DÉLINQUANCE
RÉPONSES
QR
»
SCIENCE & VIE
6
QR
Minuit est-il l’heure du crime ?
Plus de crimes se commettent la nuit ? Rien
n’est moins sûr. Certes, la nuit suggère, par
définition, un espace privé de lumière et,
dès lors, hors la loi. Au cinéma, les meurtres
se déroulent ainsi volontiers la nuit. Et dans
la vie réelle, l’obscurité d’une route déserte
ou d’une livide ruelle de banlieue provoque
immanquablement une angoisse diffuse,
tissée d’images de films et/ou de faits divers dont on a entendu parler. Résultat :
la crainte d’être agressé est plus élevée la
nuit que le jour. Ce sentiment d’insécurité varie selon les personnes et selon les
quartiers, sans pour autant que le niveau
réel de la menace soit différent. Plus que
l’heure du crime, minuit semble donc
surtout favoriser le sentiment d’être plus
vulnérable et en danger. Notre peur
ancestrale du noir y est sans doute pour
beaucoup… Mais pas seulement.
Car la nuit a aussi pour effet de libérer les
tabous et de générer un sentiment d’impunité. De nombreuses études en psychologie montrent que l’obscurité apporte une
sensation d’anonymat favorisant les comportements déviants. Ainsi, les individus
plongés dans une pièce sombre, ou simplement affublés de lunettes noires, trichent
plus facilement que les autres. La nuit correspond aussi au moment de la journée où
la consommation d’alcool est la plus forte,
ce qui désinhibe les comportements.
Mais en matière d’insécurité nocturne, les
statistiques sont rares et complexes à analyser. Pour ce qui relève de la violence contre
les biens, l’heure du délit est rarement connue : on découvre un magasin vandalisé le
matin, ou une maison cambriolée le soir,
mais à quelle heure les faits se sont-ils produits ? Quant à la mesure de la violence envers les personnes, elle repose sur les déclarations des victimes ou des témoins : les
délinquants sont rarement pris en flagrant délit. Une hausse des actes de
violence répertoriés peut aussi bien provenir d’une augmentation des effectifs
policiers que d’une plus grande propen-
sion des victimes à dénoncer les faits. Au
vrai, les recherches en criminologie se
focalisent sur les lieux de crime, au détriment de la dimension temporelle. En
France, l’Observatoire national de la délinquance publie sur son site (cartocrime.net)
les chiffres de toutes les infractions enregistrées, mois par mois et département par
département, mais ne fournit pas d’analyse
temporelle journalière.
EN FRANCE, 65 % DES AGRESSIONS
PHYSIQUES ONT LIEU LE JOUR
Quelques études donnent pourtant une
idée de l’ampleur de la criminalité nocturne. Aux États-Unis, les violences surviennent plus souvent après 23 h. À San
Francisco, 42 % des fusillades ont lieu entre
minuit et 5 h, selon l’agence SpotCrime. À
Montréal, on observe un pic de violence
entre 2 h 30 et 4 h, aux heures de fermeture des bars. Ensuite, le niveau baisse
puis remonte en fin d’après-midi. En Amérique du Nord, les atteintes aux personnes
augmentent lorsque agresseurs et victimes
sortent de leur travail, se rencontrent dans
la rue ou les bars et boîtes de nuit, où la plupart des agressions sont recensées.
Les choses sont différentes de ce côtéci de l’Atlantique. À Paris, une des rares
études tenant compte de la temporalité des
actes malveillants indique que c’est dans la
tranche 18 h-19 h, c’est-à-dire au retour du
travail, que la police enregistre le plus “d’atteintes volontaires à l’intégrité physique” sur
la voie publique. Un autre pic survient entre
23 h et minuit. Mais globalement, d’après
des enquêtes de l’Insee menées entre 2005
et 2007 en France métropolitaine, environ
65 % des agressions physiques se produiraient en plein jour. Mais les statistiques
des crimes et délits souffrent de biais qui
ne permettent pas de quantifier l’insécurité
nocturne. Difficile alors d’affirmer que la
violence sévit plus la nuit.
Difficile aussi de juger l’efficacité des politiques d’éclairage urbain sur la violence
nocturne. L’idée que la lumière puisse diminuer la criminalité remonte au XIXe siècle,
dans un Paris infesté d’Apaches sévissant
surtout la nuit. L’éclairage des villes des pays
riches a connu son apogée dans les années
1970… avec des premiers bilans décevants.
Un rapport de la justice américaine daté de
1979 concluait que l’éclairage public ne
semblait pas influer sur le niveau de délinquance. Douze ans plus tard, une étude
britannique menait à la même conclusion.
Mais les choses évoluent. Une étude de
2008 a ainsi analysé 13 enquêtes américaines et britanniques dont “la méthodologie permet de bien comparer des quartiers
avant et après éclairage”. Verdict : huit
d’entre elles notent un effet positif sur les niveaux de violence. Cependant, on n’éclaire
plus les villes comme avant : les dispositifs,
plus sophistiqués, sont pensés en fonction
de chaque quartier. On envisage même des
éclairages déclenchés par des capteurs de
présence ou commandés par téléphone…
Avec, au moins, une utilité reconnue : celle
de réduire la peur du noir, donc le sentiment d’insécurité lié à la nuit. L.B.
z
Seuls les dispositifs de télésurveillance
permettent de connaître avec précision
l’heure à laquelle un crime a été commis.
H.WINKLER/GETTY - DR
02
QR
»
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
7
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ADOPTION
RÉPONSES
8
QR
Avoir été adopté
nuit-il au parcours
d’un enfant ?
à ces problèmes sont 10 % de plus à être
orientés vers une filière générale (59 %
des garçons, 74 % des filles). Et le taux de
bacheliers parmi eux monte à 66 %.
Le rôle de la famille d’accueil dans le
développement intellectuel des adoptés
apparaît, de fait, comme déterminant.
Une étude menée par des chercheurs de
l’Inserm a ainsi montré que des enfants
à la limite de la débilité légère, retirés à
leurs parents après avoir été victimes de
maltraitance et adoptés entre 4 et 6 ans,
connaissaient une augmentation de leur
quotient intellectuel (de 14 points en
moyenne) à l’adolescence.
PLUS DE TROUBLES PSYCHIATRIQUES
Selon une étude menée par les universi­
tés de Stockholm et d’Uppsala (Suède),
les personnes adoptées sont également
plus touchées par des troubles psychia­
triques (toxicomanie, suicide…) que la
population générale : 5 %, contre 2 %.
Pour Marie­Odile Pérouse de Mont­
clos, psychiatre à l’hôpital Sainte­Anne,
à Paris, “il n’existe pas un trouble spécifique à l’adoption, mais des symptômes
qui s’expliquent par ce qu’a vécu chaque
individu, la maltraitance, la dénutrition,
l’orphelinat… Ce sont les enfants ayant
eu un parcours difficile qui montrent des
troubles psychiatriques. S’ils ne sont pas
pris en charge, ils s’adaptent en surface et
explosent à l’adolescence.”
Quant aux enfants ayant été adoptés
par des familles homoparentales, ils ne
présentent pas de spécificité en termes
de bien­être, de développement intel­
lectuel ou d’adaptation pyschosociale,
d’après Benoît Schneider, de l’Université
CREDIT
A priori non, même si des difficutés spé­
cifiques sont parfois constatées. L’associa­
tion Enfance et familles d’adoption (EFA)
vient en effet de publier les résultats d’une
enquête menée auprès d’enfants adoptés
âgés de 15 à 30 ans. Premier constat : ils
s’intègrent bien, même si 65 % d’entre
eux disent avoir été victimes de discri­
minations en raison de leur apparence
étrangère (les Français adoptaient à 80 %
à l’étranger dans les années 2000). Quatre
sur cinq jugent “toujours bonnes” leurs
relations avec leurs parents adoptifs et
savent qu’ils peuvent compter sur eux.
Néanmoins, leur scolarité semble diffi­
cile. C’est ce qu’ont établi deux cher­
cheurs de l’Université de Leiden (Pays­
Bas) qui ont passé au crible 62 études
comparant les performances scolaires des
enfants adoptés avec, d’une part, celles de
leurs frères et sœurs restés dans leur fa­
mille d’origine ou à l’orphelinat et, d’autre
part, celles des enfants biologiques de la
famille adoptante. Résultat : les adoptés
réussissent mieux que leur fratrie non
adoptée, mais moins bien que les enfants
biologiques de leur nouvelle famille.
L’enquête EFA parvient au même
constat : alors que 92 % des enfants biolo­
giques des familles adoptantes sont orien­
tés en filière générale, seuls 50 % des gar­
çons et 65 % des filles adoptés le sont. Par
conséquent, sur les 20­30 ans, 53 % des
adoptés ont le bac, contre 90 % des en­
fants biologiques. L’enquête française ré­
vèle que les difficultés scolaires des adop­
tés sont en fait corrélées aux problèmes
de santé et de maltraitance qu’ils ont pu
connaître dans la petite enfance. Ainsi,
les adoptés qui n’ont pas été confrontés
Les difficultés rencontrées au cours de
sa vie par un enfant qui a été adopté sont
souvent la conséquence de son vécu avant
l’adoption plutôt que de l’adoption elle-même.
de Lorraine, et Olivier Vecho, de l’Uni­
versité Paris Nanterre, qui ont passé au
crible 14 études sur le sujet.
Des questions sur le devenir des enfants
adoptés, notamment après l’âge de 30 ans,
restent cependant en suspens. D’après
une étude à paraître, réalisée par Anders
Hjern, de l’Université de Stockholm, et
consacrée à l’adaptation sociale des adop­
tés de 28 à 35 ans, ces derniers connaî­
traient un taux de chômage plus élevé et
deviendraient moins souvent parents.
Quelles que soient les difficultés éprou­
vées par ces enfants, le rôle des parents
adoptifs dans leur développement intel­
lectuel et affectif reste crucial. O.L.
z
SHUTTERSTOCK - M.KONTENTE
QR
»
SCIENCE & VIE
03
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04
Y a-t-il plus
d’adoptions
qu’avant ?
Au contraire, il y en a beaucoup
moins. Cela tient à la forte baisse
des adoptions en provenance de
Chine et de Russie. Le nombre
annuel total de mineurs adoptés à
l’international est passé de 42 000
en 2004 à 15 000 en 2013 (de 4 136
à 1 343 en France), soit un retour
au niveau du début des années
1980. La baisse de la mortalité et
la hausse du niveau de vie dans les
pays d’origine, ainsi que la réduction du nombre de naissances non
désirées (grâce à la contraception
et aux interruptions volontaires
de grossesse), permettent en effet
aux pays concernés de se passer
du recours à l’adoption internationale. Le nombre d’adoptions
à l’étranger a ainsi été divisé par
trois en dix ans. Et comme il y
a peu d’enfants adoptables en
France (700 par an), cela explique
que la demande, pourtant toujours
très forte, soit de plus en plus
difficilement satisfaite. C.B. z
Utaepre dolor
sed ulpa de que por
adis nonsenimus
accum esenimus
esteor adis nonsen
imus accum esenimus
estentiunt et
05
Quel est le profil sociologique des familles
d’accueil ?
»
QR
R
3,2 % ont déjà des enfants
1 % sont veufs
En 2013, près de 19 000 familles déteadoptés et biologiques
ou divorcés
naient en France un agrément d’adoption
valide. Elles attendent en moyenne 3 ans
58,5 % accueillent
86 % sont mariés
et 7 mois entre l’octroi de l’agrément et
leur premier enfant
le placement en vue d’adoption. Comme
dans tous les pays, les familles adoptives
sont d’un niveau social supérieur à la
moyenne nationale : plus de 40 % des
adoptants sont des cadres ou exercent
des professions intellectuelles, contre
moins de 20 % pour l’ensemble de la
population. Enfin, près de 9 adoptants
16,4 % ont déjà
21,9 % ont déjà
1,5 % vivent en
11,5 % sont
sur 10 sont des couples mariés. O.L. z des enfants adoptés des enfants biologiques couple non marié
célibataires
SCIENCE & VIE
Situation maritale
SourceS : creAI PIcArdIe, eFA
Situation familiale
9
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS RÉSISTANCE
RÉPONSES
10
QR
Le tardigrade
(ici vu au microscope
électronique) est
tellement extrêmophile
qu’il résiste à des
conditions qui
n’existent même
pas sur Terre.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06
SCIENCE & VIE
»
halose, qui abaisse la température de congélation des tissus. Il
s’agit d’une sorte de mort clinique réflexe qui permet de laisser
passer l’orage. Les autres capacités du tardigrade ne seraient
que des effets collatéraux de ce phénomène destiné à résister
à des conditions extrêmes. Ainsi, c’est un hasard si la cryptobiose, sélectionnée par l’évolution pour résister aux aléas climatiques, permet aussi de survivre dans des conditions encore
plus rudes. Oui, mais des expériences ont montré que les
capacités exceptionnelles du tardigrade excédaient les mécanismes classiques d’évolution. Par quel miracle ? La piste la plus
sérieuse à ce jour : les pouvoirs du tardigrade seraient liés à des
gènes empruntés notamment à des bactéries connues pour
leurs capacités d’adaptation aux milieux les plus hostiles. Selon
les espèces, jusqu’à 16 % du génome des tardigrades seraient
issus d’un transfert de gènes bactériens ! Et les chercheurs ne
sont pas à l’abri de nouvelles surprises puisqu’on ne connaît à
ce jour le génome complet que de deux ou trois espèces. H.C. z
QR
Ce minuscule invertébré (il mesure entre 0,1 et 1,5 mm) qui vit
un peu partout sur la planète est hors norme : capable de rester
des années sans boire, il résiste à des températures proches du
zéro absolu (- 273,15 °C) comme à des pressions équivalentes à
6 000 fois celle de l’atmosphère terrestre, tout en sortant quasi
indemne d’une irradiation aux rayons X. Une hyper-résistance
d’autant plus énigmatique que des conditions aussi extrêmes
n’existent pas dans la nature… Par quel prodige évolutif le
tardigrade a-t-il pu acquérir pareille endurance ? Sachant que
ces “oursons d’eau” regroupent environ 1 000 espèces, et que
leurs capacités ont été constatées seulement chez des espèces
vivant sur des mousses terrestres, alors qu’il s’agit en principe
d’un animal aquatique. Et voilà un pan du secret révélé : à
l’instar des mousses, le tardigrade se place en cryptobiose (il
bloque son activité métabolique) dès qu’un problème surgit.
Tandis qu’il se dessèche jusqu’à former une boulette, l’eau
dans son organisme est remplacée par un sucre, le tré-
EYE OF SCIENCE/COSMOS
Comment le tardigrade peut-il survivre
à des conditions qui défient le vivant ?
11
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS AGRICULTURE
RÉPONSES
12
QR
Les OGM
ont-ils tenu leurs
promesses ?
Mais ce n’est pas la seule déconvenue.
L’avantage de certains OGM dans la lutte
contre les mauvaises herbes commence, lui
aussi, à s’éroder. Car ces plantes sont transformées pour devenir résistantes au glyphosate. Ce qui permet de “sauter” l’étape du
labourage pour désherber, puisqu’il suffit
d’arroser les champs avec le pesticide pour
détruire les mauvaises herbes.
OGM TOLÉRANTS AU GLYPHOSATE
Mais de nombreuses espèces de mauvaises
herbes se sont adaptées au glyphosate, obligeant à augmenter le nombre d’épandages
et les doses. De 1995 à 2015, la quantité de
glyphosate consommée dans le monde a
été multipliée par 12, et le développement
des OGM tolérants au glyphosate serait
le premier facteur de cette hausse, selon
l’agronome américain Charles Benbrook.
Mauvais bilan pour l’environnement, donc.
Une seconde famille d’OGM voit son
intérêt discuté. Ces plantes promettaient la
réduction drastique des quantités d’insecticides nécessaires, et donc des économies
de temps et d’argent. Or, après plus de
vingt ans d’utilisation, les économies réalisées par les cultivateurs sont difficiles à estimer et varient beaucoup selon le parasite
dominant dans la parcelle concernée.
En l’absence d’innovation, on peut parier
sur le déclin probable de cette technologie devenue économiquement mature.
Car d’autres, plus pointues, semblent aujourd’hui bien plus prometteuses, notamment CRISPR-Cas9. Derrière la remise en
cause des OGM “à l’ancienne” se profile
donc surtout un passage à de nouvelles
méthodes prévues pour être à la fois plus
efficaces et plus propres, au point de rendre
caducs les “vieux” OGM. Y.S.
z
Un déclin mondial s’amorce
Après vingt ans de croissance ininterrompue,
les surfaces plantées en OGM dans le monde
ont reculé pour la première fois en 2015,
faute d’avoir réellement concrétisé les
espoirs placés dans cette biotechnologie.
Source : c.JameS , ISaaa, 2015
C’est loin d’être le cas. Des rendements décevants, des mauvaises herbes devenues résistantes aux pesticides, des gains de temps
et d’argent incertains… La technologie
OGM (qui consiste à introduire dans une
plante une séquence complexe d’ADN
étranger) ne s’avère finalement pas à la
hauteur des attentes qu’elle a fait naître.
Depuis les premiers OGM en 1996, les
fabricants ne cessaient pourtant de répéter
que leurs semences transgéniques étaient
les seules à même de nourrir une planète
toujours plus peuplée. Vingt ans plus tard,
le rapport publié en 2016 par l’Académie
américaine des sciences (NAS) ne met en
évidence aucune amélioration des rendements à la suite de l’introduction d’OGM.
Pourtant, pas si simple de faire pareil
bilan. De fait, une méthodologie rigoureuse supposerait de confronter une variété
OGM à une variété conventionnelle différant de la première seulement par les gènes
modifiés. Mission délicate, les semenciers
faisant évoluer leurs variétés chaque année… Autre écueil, les semences poussent
dans des conditions réelles bien plus variables que celles des parcelles expérimentales. Toute étude comparative peut donc
en théorie donner des résultats différents
selon l’année ou la parcelle examinée.
Or, le rapport de la NAS a contourné ces
biais grâce à un nombre inégalé de données compulsées. Ces conclusions n’en
ont donc que plus de poids. Et elles corroborent les chiffres de l’Organisation des
Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur la période 1984-2014.
Ainsi, un consensus scientifique semble
s’établir autour de l’absence d’intérêt véritable de cette biotechnologie pour les rendements agricoles.
SHUTTERSTOCK
QR
»
SCIENCE & VIE
07
1996
Commercialisation des
premières semences
transgéniques (1,6 million
d’hectares).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
175 millions
d’hectares
178,2
millions
d’hectares
–1,8
million
d’hectares : c’est le recul
des surfaces plantées
en OGM observé
en 2015
(soit – 1 %).
Le maïs est
la seule plante
transgénique
autorisée à la
culture au sein
de l’Union
européenne.
SCIENCE & VIE
1996-2014
Les surfaces de culture OGM
(soja, maïs, coton et colza)
augmentent pendant près
de vingt ans, jusqu’à atteindre
180 millions d’hectares.
180 millions
d’hectares
»
2013
2015
QR
2014
13
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS CROÛTE TERRESTRE
RÉPONSES
08
Combien de plaques
compte la Terre ?
On dénombre aujourd’hui entre 6 et 8 grandes
plaques principales. Mais certains physiciens
en rajoutent parfois, en observant qu’elles se
cassent un peu dans les coins. La plaque eurasiatique a ainsi été redécoupée une première
fois pour faire apparaître les plaques indoaustralienne et arabique. Puis les violents
séismes qui ont frappé le cœur de la plaque
indo-australienne en 2012 ont été interprétés
comme la rupture de plusieurs failles sous-marines, marquant la déchirure de cette dernière
en 2 plaques distinctes : l’indienne et l’australienne. La plaque nord-américaine s’est, elle,
vue amputée de la plaque Caraïbe. Et la plaque
Afrique fait désormais apparaître les plaques
nubienne et somalienne. Il n’est donc pas rare
d’en dénombrer une quinzaine. Certains géophysiciens vont jusqu’à en identifier 20, 30 voire 80
dans leurs modèles ! Pas de consensus, donc,
mais pas de polémique non plus : certains font le
choix de distinguer des microplaques, d’autres
non. Or, plus on dispose de données précises sur
le comportement des plaques, plus on découvre
de fragmentations. La plus petite plaque recensée à ce jour est la plaque Manus, en PapouasieNouvelle-Guinée. Sa superficie (2 400 km2) est
inférieure à celle du Luxembourg… P.-Y.B. z
QR
»
SCIENCE & VIE
09 D’où viennent
les mouvements
qui la secouent ?
14
QR
La convection thermique au sein du manteau est
considérée comme le moteur de la tectonique. Mais
des publications récentes remettent en cause son
rôle prépondérant, et avancent que les plaques
elles-mêmes, avec les forces qu’elles emmagasinent,
jouent un rôle important dans cette dynamique. En
2015, une équipe néozélandaise a ainsi découvert,
entre les plaques rigides (la lithosphère) et la partie
visqueuse du manteau (l’asthénosphère), la présence
d’une nouvelle couche de 10 km d’épaisseur. Sa faible
viscosité lui permettrait de jouer un rôle de roulement
à billes. De quoi éclairer d’un jour nouveau les forces
z
qui sont à l’origine de ces déplacements. P.-Y.B.
AMÉRIQUE
10 À quand remontent les
débuts de la tectonique ?
Si l’on ne peut dater précisément la naissance de la tectonique
des plaques, on sait qu’elle remonte à au moins 3 milliards
d’années. Sachant que l’âge de la Terre est estimé à 4,5 milliards
d’années et qu’il a fallu quelques centaines de millions d’années
pour que sa structure se mette en place, reste à savoir à quel
moment, entre ses 500 à 1 500 premiers millions d’années, la
tectonique a débuté. Soit une fenêtre de 1 milliard d’années, sur
laquelle les géophysiciens restent divisés. Certains géochimistes
pensent avoir distingué des indices de subduction datant de plus
de 4 milliards d’années, dans les tout premiers temps après la
formation de la Terre. D’autres pensent au contraire qu’à cette
époque la lithosphère était encore trop chaude et trop déformable
pour engendrer des plaques rigides. Et qu’il a fallu au moins 1 milliard d’années pour que la tectonique soit possible. P.-Y.B. z
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
11
La dérive des
continents va-t-elle
finir par les réunir ?
ASIE
Avec la tectonique des
plaques, la dérive des
continents va continuer.
Si Amérique et Asie sont
aujourd’hui séparées (cidessus), elles pourraient,
à terme, former un supercontinent : l’Amasie.
Jusqu’à un horizon de 50 millions d’années, on
peut extrapoler l’aspect de la Terre grâce à des
modèles reproduisant la vitesse de déplacement
et le comportement des plaques. Ainsi, selon
le Paleomap Project de l’Université du Texas,
dans 50 millions d’années l’Afrique sera entrée
en contact avec l’Europe, signant la disparition
de la Méditerranée. La péninsule arabique se
collera à l’Afrique, refermant la mer Rouge. Et
les Amériques se seront éloignées du continent
Europe-Afrique sous l’effet de l’élargissement
de l’océan Atlantique. Mais au-delà de 50 millions
d’années, il est impossible de prédire la tectonique. Certains chercheurs se sont tout de même
frottés à l’exercice. Ainsi, d’ici plusieurs centaines
de millions d’années, le rapprochement de l’Asie
et de l’Amérique pourrait donner naissance à un
nouveau supercontinent : l’Amasie. Mais, preuve
que le modèle dynamique n’est pas fiable, une
thèse concurrente prévoit la fin de l’expansion
de la plaque atlantique. En se refroidissant, les
parties les plus anciennes des fonds atlantiques
finiraient par s’enfoncer dans le manteau pour
former une nouvelle zone de subduction à
l’ouest de l’Afrique. Changement qui initierait
la disparition de l’océan Atlantique. P.-Y.B. z
12
sur l’hypothèse que la Terre était plus
chaude qu’aujourd’hui et les plateaux
volcaniques des fonds océaniques,
plus épais. Selon ce modèle, les
racines des plateaux volcaniques, plus
légères que les roches environnantes,
s’étalent sous la surface durant
des dizaines de millions d’années,
chevauchant les roches adjacentes
et les poussant à s’enfoncer dans le
manteau. Ce phénomène a pu générer
un mécanisme de subduction, le
temps que le plateau volcanique se
transforme en continent. P.-Y.B.
z
ScIENCE & VIE
une météorite a pu, en percutant la
Terre, provoquer une rupture de la
croûte, initiant ainsi le phénomène de
subduction. Selon une autre théorie,
sans intervention extraterrestre cette
fois, les mouvements de convection
dans le manteau ont pu fragiliser
la lithosphère rigide en exerçant
des pressions répétées à certains
endroits, finissant, à la longue, par la
fissurer. La présence d’eau sur Terre a
pu jouer un rôle dans ce mécanisme,
en s’infiltrant et en fragilisant les
roches. Une autre explication repose
»
C’est un des scénarios possibles.
Les chercheurs pensent qu’avant le
déclenchement de la subduction (le
glissement d’une plaque sous une
autre, considéré comme un marqueur
de la tectonique), la surface de la
Terre était recouverte de nombreuses
plaques de petite taille, minces et
déformables, et donc incompatibles
avec la dynamique de la tectonique.
Alors, comment expliquer que la
première subduction ait pu apparaître
dans ce contexte ? Plusieurs théories
s’y essaient. Selon la première,
QR
B.BOURGEOIS
Le phénomène de subduction a-t-il pu être
déclenché par des météorites ?
15
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS RECETTES
RÉPONSES
13
QR
»
SCIENCE & VIE
Une vraie bouillabaisse,
c’est avec quels poissons ?
16
QR
“Quand l’eau bout, abaisse le feu”, disait
une maxime provençale, ce qui a donné
le mot “bouillabaisse”. À l’origine, il s’agit
d’une soupe de poissons de roche abîmés,
invendables au marché, que les pêcheurs des
calanques marseillaises mitonnaient dans
l’eau de mer, pour l’iode. Ce n’est qu’en 1897,
dans La Cuisinière provençale, que l’écrivain
Jean-Baptiste Reboul a fixé la recette de ce
court-bouillon de poissons relevé d’ail, d’huile
d’olive, parfois de safran, servi avec rouille
et croûtons. Il citait au passage 40 poissons
pouvant entrer dans sa composition, par-
mi lesquels la rascasse, le grondin, le saintpierre, le loup ou les langoustes en saison.
Depuis, ce “plat du pauvre” s’invite aux meilleures tables de Marseille et de Paris. Mais
ses ingrédients continuent de faire débat :
Marcel Pagnol était opposé à la langouste,
trop noble ; longtemps, le rouget ne fut toléré
qu’à Martigues. C’est ainsi qu’en 1980, six
chefs marseillais ont décidé d’édicter une
Charte de la “vraie” bouillabaisse, fixant les
variétés de poissons à utiliser en priorité :
rascasse, vive araignée, fielas congre, chapon
scorpène et rascasse blanche. P.D.
z
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14
Mais d’où vient le cassoulet ?
Selon une légende remontant au XIXe siècle, le cassoulet serait né lors du
siège de la ville de Castelnaudary par les Anglais, durant la guerre de Cent
Ans (1337-1453). Les Français, affamés, auraient réuni les vivres disponibles
(haricots secs et viande) pour composer un gigantesque ragoût. Revigorés,
ils auraient alors libéré la ville. Une belle histoire, qui ne résiste pourtant
guère à l’analyse. Car les haricots, originaires d’Amérique du Sud, ne furent
introduits en Europe qu’au XVIe siècle. Peut-être ce ragoût énergétique
était-il autrefois réalisé avec des fèves et des restes, comme souvent dans
les cuisines paysannes ? Quoi qu’il en soit, le cassoulet n’a pris son nom de
la “cassole”, le plat en terre dans lequel il doit mijoter, qu’au XVIIIe siècle.
Et c’est bien la querelle qui oppose les critiques gastronomiques du
XIXe siècle sur son origine (Castelnaudary, Carcassonne ou Toulouse ?) qui a
z
forgé sa réputation de plat emblématique du Sud-Ouest. P.D.
15
Pourquoi faut-il saler l’eau
des pâtes avant ébullition ?
»
SCIENCE & VIE
si on sale l’eau avant d’y plonger les
pâtes, le sel aura eu le temps de se
solubiliser et c’est donc une eau salée
qui pénétrera dans les pâtes dès
le début de la cuisson. Dans le cas
contraire, l’eau qui gagnera le cœur des
pâtes, en début de cuisson, a toutes
les chances d’être très peu, voire pas
du tout salée… et les pâtes risquent
de paraître bien fades. L’empirisme culinaire vient des cuisines, non des labos ;
il n’en est pas moins fondé. M.G.
z
QR
Rascasse, vive araignée,
fielas congre... Une charte
de 1980 a fixé les six
poissons devant servir de
base à la bouillabaisse.
SHUTTERSTOCK
Sites spécialisés en cuisine, fabricants
de pâtes... tous disent de saler l’eau
des pâtes avant qu’elle bouille. Mais
pourquoi ? S’agit-il d’une lubie de
cuistot ou d’un geste fondé scientifiquement ? “Je n’ai trouvé aucun article
scientifique consacré à la question”,
lâche Anne Cazor, docteur en gastronomie moléculaire et directrice de
la société de conseil en innovation
alimentaire Scinnov. Pour autant, c’est
selon elle une question de bon sens :
17
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS INNOVATIONS
RÉPONSES
Qu’apporte de plus
l’impression 4D ?
L’impression 4D est juste une technologie basée sur l’impression 3D classique
– la fabrication d’objets par superposition
de couches successives –, mais à laquelle
on a ajouté une quatrième dimension : le
temps. Comment ? La structure et les matériaux utilisés pour imprimer l’objet sont
soigneusement étudiés pour que celui-ci
puisse prendre une autre forme lorsqu’il
sera placé dans certaines conditions précises (à la lumière, à la chaleur, en contact
avec de l’eau ou un solvant…). En clair,
l’impression 4D promet de fabriquer des
objets dotés non de contours fixes, mais
d’une géométrie variable dans le temps…
Imaginés en 2013 par des chercheurs du
MIT, l’impression 4D et ses “matériaux
programmables” ouvrent ainsi la voie à
des objets qui s’auto-assemblent ou qui
s’adaptent à la situation. Des chercheurs
de l’Institut Wyss de l’université de Harvard (États-Unis) ont, par exemple, im-
primé à plat, en 2D, une forme en fibre
de cellulose qui se transforme en nénuphar en présence d’eau. “Si on parvient
à programmer des changements de forme,
on pourra créer des objets qui sentent leur
environnement et s’adaptent à des stimuli”,
explique Jennifer Lewis de la Harvard
University. Imaginez une aile d’avion qui
adapterait son aérodynamisme pendant le
vol, ou une gélule médicale qui agirait en
fonction de la fièvre du patient…
La principale difficulté consiste à inventer des objets pouvant effectuer des changements rapides et réversibles sans dégradation de leurs propriétés mécaniques
dans le temps. Ce qui va nécessiter de disposer de nouveaux matériaux, mais aussi
de pouvoir intégrer plusieurs matériaux
simultanément dans ces objets. Si ces défis
sont relevés, la prochaine décennie devrait
être placée sous le signe de Protée et de ses
multiples métamorphoses. P.-Y.B.
z
WYSS INSTITUTE AT HARVARD UNIV. - DR
16
Exemple d’objet en
4D : imprimé en 3D,
ce microrobot en pulpe
de bois se transforme
dès lors qu’il se trouve
immergé dans l’eau.
17
QR
»
SCIENCE & VIE
C’est vrai que des ordinateurs peuvent
décrypter nos émotions ?
18
QR
Malgré les progrès réalisés, on
n’y est pas encore ! Et le défi
est de taille pour l’informatique affective, cette discipline
émergente qui vise à donner
aux machines la capacité
de déchiffrer les émotions
humaines. Imaginez : vous
rentrez chez vous en claquant
la porte, énervé d’avoir subi
les embouteillages. Et là,
la lumière se tamise, votre
enceinte se met à susurrer
votre chanson préférée… Vos
objets se sont adaptés à votre
humeur, pour mieux vous
servir. Exactement comme ce
prototype de voiture Toyota
qui scrute l’état émotionnel
de son pilote pour mieux
l’assister, ou reprendre la
main s’il n’est pas en état
de conduire. Pour y parvenir,
les chercheurs développent
des techniques basées sur la
combinaison de plusieurs cap-
teurs chargés de décoder des
signaux émotionnels (tonalité
de la voix, langage corporel,
expressions du visage, rythme
cardiaque…) pour, in fine,
mesurer le plus finement
possible l’état émotionnel
d’un individu. En renfort, des
algorithmes d’intelligence
artificielle permettent aux
machines d’apprendre de
leurs erreurs et d’affiner
encore leur analyse. Ce n’est
pas encore fiable à 100 %,
car les émotions ne se manifestent pas de la même façon
d’une personne à l’autre.
Mais l’informatique affective
est appelée à se développer,
car l’interaction enrichie
entre l’homme et la machine
promet d’augmenter le plaisir.
Avec, à la clé, peut-être, des
relations homme-robot aussi
“émouvantes” qu’entre des
êtres humains. P.-Y.B.
z
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Utaepre dolor
sed ulpa de que por
adis nonsenimus
accum esenimus
esteor adis nonsen
imus accum esenimus
estentiunt et
carbone, à l’argent ou au
graphène. Ne reste plus qu’à
les valider en labo. Lorsque
ce sera le cas, s’ouvrira
alors une voie royale pour
révolutionner le design des
objets. Journaux digitaux,
écrans enroulables, tablet­
tes flexibles et smartphones
pliables… on pourra en
mettre partout ! Autre avan­
tage : qui dit souple dit aussi
plus résistant : fini l’écran du
smartphone explosé sur le
carrelage. Reste à trouver
les bons matériaux. P.­Y.B. z
Imaginé par le chinois Lenovo,
le smartphone souple CPlus
n’est pas encore commercialisé.
»
conducteurs organiques dé­
pend de leur encapsulation,
qui les protège de la photo­
oxydation. Actuellement,
celle­ci est réalisée avec du
verre rigide. Or, si on utilise
un polymère souple, les
électrodes transparentes,
aujourd’hui à base d’oxyde
d’indium­étain, perdent en
conductivité. Bien sûr, des
solutions à ce problème
sont à l’étude, à base
d’encapsulation ultra­mince
et de matériaux organiques
dopés aux nanotubes de
QR
Ils ont beau faire le buzz
dans les grandes foires
de l’électronique, on les
attend toujours, ces fameux
écrans souples qui, à eux
seuls, feraient entrer le
monde de l’image dans une
nouvelle ère ! Cette année
encore, plusieurs fabricants
ont écumé les salons avec
des prototypes basés sur
l’électronique organique (la
technologie Oled principale­
ment). Mais sans vraiment
convaincre. Le problème ?
La durée de vie des semi­
SCIENCE & VIE
18 Les écrans souples, c’est pour bientôt ?
19
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS AUTRE TERRE
RÉPONSES
19
QR
20
QR
L’enthousiasme des exobiologistes est à son comble concernant ce petit satellite de Saturne. À tel point que la Nasa et
l’ESA ont lancé un appel à projets pour une mission moyenne
vers Titan, prévue en 2024 pour l’agence américaine et en
2029 pour l’agence européenne. Il faut dire que, du point de
vue scientifique, cette lune située à 1,5 milliard de kilomètres
de la Terre (3 800 fois la distance Terre-Lune) est un bijou.
Plus grand que Mercure (5 150 km de diamètre), Titan est
le seul corps solide du Système solaire à partager avec notre
planète la caractéristique d’une atmosphère dense (1,5 fois
plus que la Terre), le seul à posséder un système climatique
comparable au nôtre, et le seul à contenir du méthane liquide
en surface. Qui plus est, sa chimie complexe fait de lui un
candidat idéal pour la recherche d’une vie extraterrestre.
En pratique, Titan a été exploré par la mission CassiniHuygens, dont il était l’un des objectifs principaux, jusqu’en
2017. L’heure n’est donc pas à l’envoi d’une grosse mission
vers cet astre lointain. Mais toute entreprise, même modeste,
est l’occasion de poursuivre l’exploration initiée par CassiniHuygens. Encore faut-il pouvoir la mener à bien ! Car concevoir une mission moyenne visant un système aussi lointain
que celui de Saturne se révèle très compliqué. C’est pourquoi
de nombreux chercheurs de laboratoires européens et américains ont mis en commun leurs efforts pour répondre aux appels à projets. Résultat : on s’oriente soit vers un orbiteur, soit
vers un atterrisseur. En effet, pour ces missions moyennes,
les agences veulent des projets peu risqués qui favorisent
les technologies éprouvées. Pas question, donc, de montgolfière ou de sous-marin pour Titan, projets qui attendent leur
heure... L’idée est plutôt de s’inspirer de la mission CassiniHuygens pour faire du neuf… avec un budget quatre fois
moindre. Alors, orbiteur ou atterrisseur ? Tel est le dilemme.
Un orbiteur pourrait embarquer une caméra de très haute
définition, un radar, un spectromètre de masse pour l’analyse
des molécules atmosphériques, etc. Permettant ainsi d’établir
une cartographie complète du satellite, ce que Cassini n’a
pas fait, et de suivre les cycles saisonniers sur une longue
période. Un choix raisonnable ; oui, mais l’option de l’atterrisseur est plus excitante. Car rien ne remplace une investigation in situ. Huygens a ainsi révélé que la surface de Titan
était trempée de méthane, ce que nous n’aurions jamais pu
savoir autrement. Face à ce choix difficile, pourquoi ne pas
mixer une mission avec un orbiteur et un atterrisseur peu
chargés en instruments ? Une caméra et un spectromètre
de masse pour l’un, un analyseur chimique du liquide et une
caméra de descente pour l’autre. L’équation serait peut-être
jouable. Mais paraîtra-t-elle raisonnable aux agences ? En tout
cas, si Titan est retenu par l’ESA ou par la Nasa (ou les deux !),
le prochain rendez-vous orbital avec cette potentielle autre
Terre se fera aux alentours de 2032-2036. R.I.
z
SSI/JPL-CALTECH/NASA
»
SCIENCE & VIE
Aller chercher
la vie sur Titan ?
»
QR
Titan photographié
par la sonde Cassini
devant les célèbres
anneaux de Saturne
(en gris, Dione, autre
satellite de la géante,
mais bien plus petit).
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
21
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS SPIRITISME
RÉPONSES
22
QR
Comment
peut-on croire
aux fantômes ?
de sons ambigus. La fatigue extrême, la
consommation de psychotropes, la haute
altitude ou l’isolement social semblent
aussi favoriser la perception de “fantômes”.
DES DÉCLENCHEURS “NATURELS”
Certaines personnes perçoivent parfois
un être invisible à leurs côtés, ou une
présence imposant à un lieu une marque
intangible. Cette sensation peut s’accompagner d’une variation de température,
de bruits et de mouvements d’objets
inexpliqués. Elle survient plus facilement
à l’endormissement ou au réveil.
LA DÉCOUVERTE CLÉ
Dans le cerveau des personnes “hantées”,
la jonction temporo-pariétale (ci-contre
en vert) est anormalement activée.
Entre 1966 et 1968, la
psychologue américaine
Gertrude Schmeidler
s’intéresse à une maison
dans laquelle une famille
entière assure vivre des
expériences inexplicables.
La scientifique compare
leurs témoignages avec ce
que ressentent des tiers
qui parcourent l’endroit.
Elle remarque un taux de
coïncidence qui ne peut
être dû au simple hasard,
quantifiant ainsi, pour la
première fois, le phénomène de hantise.
c urrent Biology, 2014
VOUS AVEZ DIT HANTISE ?
UN CAS
EMBLÉMATIQUE
et al .,
Autre facteur évoqué : un vécu difficile qui
ressortirait ainsi de façon détournée… et
l’environnement. Plusieurs expériences de
terrain ont en effet révélé des “fantômes”
d’origine aussi naturelle qu’inattendue. En
2000, le chercheur britannique Vic Tandy
montrait notamment le rôle d’infrasons
(inaudibles par l’homme) autour de la fréquence de 19 Hz dans le déclenchement
de sensations “bizarres”. En 2003, Richard
Wiseman, un autre Britannique, constatait pour sa part l’effet des fluctuations du
champ magnétique. Et en 2015, l’Américain Shane Rogers a souligné la présence
de champignons du genre Stachybotrys
– pouvant provoquer, au moins chez la souris, des inflammations cérébrales, mais aussi
un sentiment de peur et d’anxiété – dans les
enceintes confinées que sont généralement
les maisons “hantées”. Notre “détecteur de
présence” est, à l’évidence, étonnamment
influençable… M.-C.M.
z
HULTON ARCHIVE/GETTY
Vrai que certains affirment avoir perçu
un être fantomatique, ici dans une vieille
maison de famille, là dans un cimetière…
Mentent-ils ? Sont-ils fous ? La science s’est
penchée sur la question – ou plutôt, sur ce
qui se passe dans le cerveau et, particulièrement, à la jonction des lobes pariétaux (au
sommet du crâne) et temporaux (au niveau
des tempes). Car c’est dans cette région qui
intègre les informations provenant de nos
sens et contribue à la conscience de notre
propre corps, qu’un chercheur de l’École
polytechnique de Lausanne a, pour la première fois en 2006, débusqué les fantômes.
En appliquant dans cette zone cérébrale
de petits courants électriques, le scientifique a fait surgir chez une patiente qui
souffrait d’épilepsie le sentiment qu’une
autre personne était présente dans la pièce.
L’expérience a été complétée en 2014 à
l’aide d’un bras-robot qui, placé derrière
des volontaires (sans aucune pathologie),
mimait leurs gestes en leur touchant le dos.
Lorsque le robot reproduisait leurs mouvements avec un léger décalage temporel,
les sujets avaient l’impression d’avoir été
effleurés par… une tierce personne !
La sensation que “quelqu’un” est présent
n’implique donc pas que ce soit réel. Elle
tient au fait que dès qu’il peine à organiser
les informations qu’il reçoit, le cerveau fabrique une réalité, voire un être, fût-il invisible. Une explication cérébrale loin d’être
cependant la seule, le sentiment d’être
“hanté” cachant aussi d’autres ressorts.
Ainsi, la simple suggestion qu’un lieu
est hanté augmente le nombre de vécus
ressentis comme étranges. Et il existe un
biais cognitif, l’apophénie, qui pousse à voir
des coïncidences partout et peut mener à
une mauvaise interprétation d’ombres ou
S ource : o. Blanke
QR
»
SCIENCE & VIE
20
»
QR
“La Visite du
fantôme”, scène
de genre figurant
sur une carte postale
stéréoscopique (en
relief), vers 1860.
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
23
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS EN L’AIR
RÉPONSES
Vol MH370 : un avion peut-il
encore disparaître des radars ?
Cela reste l’un des plus grands mystères
de l’aviation civile. Car à ce jour, on ne sait
pas ce qu’il est advenu du vol MH370 de
la Malaysia Airlines et de ses 239 passagers,
disparus des radars le 8 mars 2014 au-dessus
de l’océan Indien. Malgré de nombreuses
campagnes de recherche, ni l’avion ni ses
boîtes noires n’ont été retrouvés…
Au-delà du drame, cette catastrophe a
montré certaines failles dans les dispositifs
en vigueur lorsqu’un avion n’apparaît plus
sur les écrans. Et obligé l’Organisation
de l’aviation civile internationale (OACI)
à corriger le tir. Ainsi, dans le cas du vol
MH370, l’enquête a révélé que le transpondeur qui gère le système de communication Acars entre l’avion et le sol a été coupé
manuellement. Du coup, l’OACI a décidé qu’à partir du 1er janvier 2021, tous les
avions neufs seraient équipés d’un système
impossible à couper et le signalant au
sol toutes les 15 minutes Si l’avion est en
détresse, par exemple en décrochage, en
survitesse ou trop cabré, le reporting de la
balise aura même lieu toutes les minutes.
Une mesure simple et efficace qui, finalement, aurait pu s’imposer avant…
DES BOÎTES NOIRES ÉJECTABLES
Autre décision non moins pertinente : la durée d’émission du signal envoyé par les balises subaquatiques qui équipent les boîtes
noires est étendue à 90 jours, au lieu de 30.
En outre, les balises devront émettre à plus
basse fréquence (8,8 kHz), afin d’être repérables par un plus grand nombre d’équipements. Surtout, elles seront audibles à plus
de 20 km, contre 3 km actuellement.
Mais L’OACI voit plus loin : également
prévu pour le 1er janvier 2021, les avionneurs auront l’obligation d’installer sur
leurs appareils neufs un système de récupération rapide des données de vol : altitude,
cap, vitesse, etc. Le principe : une boîte
noire éjectable et flottante qui, une fois
libérée, transmet ses coordonnées GPS par
satellite. L’une des solutions envisagées est
un système d’éjection des boîtes noires par
pyrotechnie si les capteurs décèlent une
déformation du fuselage de l’avion ou un
choc violent. Un projet baptisé Belocopa,
porté par la société française Téthys, a été
à l’étude pendant plusieurs années. Mais
les systèmes pyrotechniques n’ont pas été
retenus par les constructeurs, pour des raisons de sécurité et de coût. Aux dernières
nouvelles, ces derniers étudient plutôt des
solutions d’éjection mécanique…
Dans l’espace, en tout cas, tout est déjà
prêt pour capter ces signaux, avec la constellation de satellites Cospas-Sarsat, qui s’est
enrichie du réseau européen Galileo, l’équivalent du GPS américain. À partir de 2021,
perdre totalement la trace d’un appareil devrait donc, en principe, devenir impossible.
On le souhaite, en tout cas. G.L.-B.
z
22
QR
»
SCIENCE & VIE
En vol, est-on exposé à la
radioactivité venue de l’espace ?
24
QR
Si le magnétisme et l’atmosphère terrestres protègent du
flux des particules venues du
cosmos, c’est moins vrai dans
le ciel. Prendre l’avion expose
donc à des rayonnements
radioactifs : pilotes, stewards
et hôtesses reçoivent en
moyenne une dose de l’ordre
de 2 mSv par personne et par
an, contre environ 1 mSv pour
les salariés du nucléaire et
0,35 pour les professionnels
de la radiologie. Bien sûr, ceux
qui prennent souvent l’avion
sont les premiers concernés.
Mais pas de panique : ces
doses ne présentent pas
un enjeu sanitaire. Pas au
point, en tout cas, de blinder
de plomb ou de verre les
carlingues ou de faire voler
les avions plus bas pour
bénéficier de la protection
atmosphérique, voire de
réduire les heures de vol des
personnels. Lesquels, assure
Air France, sont surveillés
comme des travailleurs de
catégorie B, susceptibles de
recevoir jusqu’à 6 mSv/an,
selon le Code du travail. Or,
l’avionneur dit même limiter
la dose à 5 mSv. Cela étant,
une directive européenne
oblige à mesurer la radioactivité sur chaque vol, via un
système baptisé Sievert,
utilisé depuis 2001. V.D.
z
Dans le cadre du système
Sievert, des compteurs
sont chargés de mesurer la
radioactivité de chaque vol.
SHUTTERSTOCK - IRSN
21
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
À partir de 2021,
les transpondeurs qui
signalent les avions
ne pourront plus être
coupés manuellement,
comme ce fut le cas
sur le vol MH370.
derniers ont en effet l’obligation de se reposer passé
un certain nombre d’heures
de service (ou “flight duty
period”). Celle-ci correspond
au temps de vol effectif,
auquel on ajoute 1 heure 30
à 2 heures de préparation.
La durée maximale est calculée en tenant compte de
l’état physiologique du duo
pilote-copilote : leur rythme
de sommeil, le décalage
horaire, etc. “Si le pilote est
acclimaté, il pourra effectuer
une ‘flight duty period’ de
13 heures maximum. Sinon,
elle sera de 11 heures”,
précise Benoît Goubard,
pilote pour Alitalia. Sur les
vols de 9 heures et plus,
l’équipage est renforcé par
un ou deux copilotes afin de
ménager des périodes de
repos. Trois pilotes peuvent
ainsi effectuer 15 heures 45
de vol. Si les tranches de
repos de chaque copilote
sont de 1 heure 30 au minimum, elles sont toutefois de
2 heures pour le commanz
dant de bord… A.P.
»
deux lits, deux sièges de
classe affaires et même, parfois, une salle de bains. Les
configurations sont variées :
la Malaysia Airlines a opté
pour des lits superposés
dans ses Airbus A380, quand
American Airlines préfère
des lits séparés par un couloir central dans ses Boeing
773. Mais si les hôtesses et
stewards peuvent se relayer
facilement afin que chacun
se repose de façon régulière,
la question est plus réglementée pour les pilotes. Ces
QR
Eh oui, le personnel navigant
a la possibilité – et même
le devoir au-delà d’une
certaine durée de vol – de
se reposer. De nombreux
avions ménagent ainsi un
escalier discret menant à
un ensemble de chambres
aveugles, connu sous le nom
de “crew rest compartment”
(CRC). Le Boeing 777 dispose
de six à dix lits, contenant
chacun un espace de rangement. Ce modèle comprend
également une zone séparée pour les pilotes, avec
SCIENCE & VIE
23 Pilotes et hôtesses dorment-ils sur les longs courriers ?
25
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS STRATES
RÉPONSES
26
QR
Baptisée The Wave
(“la Vague”), cette
curiosité rocheuse
a pris son étonnant
aspect il y a plus de
145 millions d’années.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24
SCIENCE & VIE
»
QR
C’est le vent qui a sculpté les courbes
enchanteresses de ce paysage désertique
que l’on peut admirer à la frontière de
l’Utah et de l’Arizona, dans le Paria Canyon,
à 1 600 m d’altitude. Il se compose d’immenses creux en forme de U, dont le plus
important mesure 19 m de largeur sur 36 m
de longueur. La roche multicolore qui le
compose est du grès, formé au Jurassique
par l’agrégation de grains de sable que l’eau
a fini par cimenter. Les différentes couleurs
révèlent les époques auxquelles il s’est
formé, en présence de quantités variables
d’oxyde de fer, composé qui lui donne cette
couleur rouge. Un vent abrasif, chargé
de sable, a fait le reste. C.B.
z
FOTOLIA
D’où viennent
les parfaites
volutes du
Paria Canyon ?
27
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS AVEC L’ÂGE
RÉPONSES
Pourquoi la femme
n’est pas fertile
toute sa vie ?
Le paradoxe est frappant : les femmes
vivent plus longtemps que les hommes,
mais cessent de procréer avant 50 ans !
Comment l’évolution a-t-elle autorisé
ce gâchis ? Il faut souligner que la fin de
la fertilité n’est pas la fin de la reproduction : aussi longtemps que les femmes
ménopausées contribuent au bien-être de
leurs descendants, elles assurent la reproduction de leurs gènes. C’est ce que l’on
appelle l’“hypothèse de la grand-mère” :
l’importance du rôle des grands-mères
suffirait à expliquer l’augmentation progressive de l’espérance de vie des femmes
après la ménopause. D’autres chercheurs
avancent même que la ménopause permettrait d’éviter les conflits reproductifs
entre générations. Car si les grands-mères
restaient fertiles, elles devraient partager
les ressources entre leurs petits-enfants et
leurs propres enfants en bas âge, réduisant
ainsi les chances de survie des petits en
cas de disette. Une étude de la population
finlandaise du XIXe siècle a montré que
la reproduction simultanée de plusieurs
générations est délétère, surtout lorsque les
enfants sont ceux d’une grand-mère et de
sa bru. Cette dernière veille surtout à ses
propres enfants, et la survie des enfants de
la grand-mère chute alors de plus de 50 % !
Si on ajoute le risque accru de complications lors d’une grossesse tardive, on comprend que les femmes encore fertiles à plus
de 50 ans n’aient pas été favorisées par la
sélection naturelle. L’importance du rôle
de grand-mère est toutefois tempérée par
l’amélioration considérable des conditions
de vie depuis le début du XXe siècle. M.S. z
QR
»
SCIENCE & VIE
26
28
QR
MEYER/TENDANC FLOUE - FOTOLIA
25
À quel âge devient-on
grand-parent en France?
Aujourd’hui, les femmes sont
grands-mères pour la première fois à
54 ans en moyenne, et les hommes
grands-pères à 56 ans, d’après une
enquête de l’Insee en 2011. À 65 ans,
3 Français sur 4 sont grands-parents,
et à 70 ans, ils sont 4 sur 5 à l’être. En
revanche, un cinquième des individus
ne sont toujours pas grands-parents
à 75 ans (la plupart parce qu’ils n’ont
pas eu d’enfant). Ainsi les grands-parents d’aujourd’hui sont-ils plus âgés
de 2 ans et demi par rapport à ceux
de 1998. Ils sont, en effet, devenus
parents plus tard, et bénéficient d’une
espérance de vie allongée, ce qui
augmente leurs chances d’avoir un
premier petit-enfant à un âge avancé.
Depuis quelques années, les babyboomers se sont ainsi transformés
en papy-boomers et la France compte
désormais un nombre record
de grands-parents : en 2011, l’Insee
en dénombrait quelque 15,1 millions,
soit 2,5 millions de plus qu’il y a
z
seulement 20 ans. M.S.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
27
Profite-t-on
longtemps de
ses papis et
mamies ?
La ménopause
aurait eu une
fonction évolutive en
permettant d’éviter
les conflits d’intérêts
entre générations.
En 2010, 80 % des personnes
âgées de 30 ans avaient
perdu leur grand-père paternel, et 50 % leur grand-mère
maternelle. Plus généralement,
les enfants connaissent plus
souvent leur grand-mère que
leur grand-père. L’explication
est simple : les grands-mères
vivent plus longtemps que
leurs conjoints. Par ailleurs,
nous gardons nos grandsparents maternels plus longtemps que les grands-parents
paternels, car les mères sont,
en moyenne, plus jeunes que
les pères. L’Insee (Institut
national de la statistique et des
études économiques) estime
ainsi que 19,1 % des enfants
nés en 2010 avaient perdu leur
grand-père paternel et seulement 6 % leur grand-mère
maternelle. M.S.
z
à l’hospice. Aujourd’hui,
toute une série de services d’accompagnement
permettent aux personnes
âgées de rester à domicile…
lorsque la famille est là pour
servir d’intermédiaire ! Les
recherches menées dans
ce domaine démontrent
d’ailleurs que les enfants
se mobilisent au quotidien
auprès de leurs parents
âgés. Pour preuve, 93 % des
bénéficiaires de l’allocation
personnalisée d’autonomie
(APA), une prestation mise
en place en 2002 pour soutenir les personnes âgées
à domicile, sont parallèlement aidés par un membre
de leur famille. Les interventions de professionnels
ne sont donc pas le signe
d’un désengagement familial, même s’ils modifient
la nature de l’accompagnement. Les enfants
deviennent alors les grands
organisateurs des soins
parentaux et assument un
nouveau rôle de “gestionnaires de soins”. A.P. z
»
parmi ces personnes âgées,
celles qui souffrent d’un
handicap (soit environ 28 %
des représentants de cette
classe d’âge) sont 8 sur 10
à recevoir l’aide régulière
de leur entourage. Alors
non, la famille n’abandonne
pas ses vieux ! Avant 1962,
année qui marque le début
d’une politique vieillesse
en France, lorsque vous
étiez vieux et pauvre avec
de lourds handicaps, vous
n’aviez pas vraiment d’autre
option que de terminer
QR
Pas du tout ! La famille a
toujours été la principale
pourvoyeuse d’aide auprès
des personnes âgées et,
aujourd’hui encore, elle
constitue, en France, le
socle de leur accompagnement. Selon la Direction de
la recherche, des études, de
l’évaluation et des statistiques (Drees), en 2008,
3,4 millions de personnes
en France aidaient un
proche de 60 ans ou plus,
à domicile, dans les tâches
de la vie quotidienne. Et
SCIENCE & VIE
28 Des seniors toujours plus esseulés ?
29
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ATOMES
RÉPONSES
29
1
H
Hydrogène
1,01
3
C’est en 1869 que le chimiste russe Dimitri Mendeleïev proposa son fameux tableau périodique des
éléments chimiques, répertoriés et classés selon leur
masse atomique, qui dépend du nombre de protons
présents dans le noyau de l’atome. Ainsi, l’hydrogène ne compte qu’un proton, l’hélium deux, le
lithium trois, etc. En outre, des familles d’éléments
apparaissent : solides, liquides, gaz et artificiels. Et le
tableau est évolutif : des cases prévoient des configurations électroniques pour des éléments non encore
4
Li
Be
Lithium
6,9
Béryllium
9,01
11
12
Na Mg
Sodium
22,99
19
Magnésium
24,31
20
Sc
Ti
V
Calcium
40,08
Scandium
44,96
Titane
47,87
Vanadium
50,94
38
39
40
Rb
Sr
Y
Zr
Rubidium
85,47
Strontium
87,62
Yttrium
88,91
Zirconium
91,22
56
Césium
132,9
Baryum
137,3
72
*
Lanthanides
88
Fr
Ra
Francium
223
Radium
226
Solides
Liquides
Gaz
Artificiels
*
Actinides
41
24
73
42
Molybdène
95,96
74
W
Tantale
180,9
Tungstène
183,8
Rf
57
89
106
Dubnium
268
58
Cérium
140,1
90
Seaborgium
271
59
Pr
Praséodyme
140,9
91
Ac Th Pa
Actinium
(227)
43
Technétium
98
75
Fer
55,85
44
107
45
46
Thorium
232,0
Protactinium
231,0
Bohrium
272
60
29
30
Cu Zn
Cuivre
63,55
47
Zinc
65,38
48
Ru Rh Pd Ag Cd
Ruthénium
101,1
76
Re Os
Rhénium
186,2
Cobalt
58,93
Osmium
190,2
108
Rhodium
102,9
77
Palladium
106,4
78
Ir
Pt
Iridium
192,2
Platine
195,1
109
110
Db Sg Bh Hs Mt Ds
La Ce
Lanthane
138,9
28
Nickel
58,69
Ta
105
27
Ni
Manganèse
54,94
Nb Mo Tc
Niobium
92,91
26
Cr Mn Fe Co
Hf
Rutherfordium
265
25
découverts dans la nature... ou en laboratoire. À
ce jour, le tableau compte 118 éléments validés,
dont seuls 90 existent à l’état naturel. C’est que les
physiciens parviennent à synthétiser des atomes de
plus en plus lourds. L’UICPA (Union internationale de chimie pure et appliquée) a ainsi officialisé
en 2011 l’observation du flerovium et du livermorium, rangés respectivement dans les cases 114 et
116 du tableau. Puis la mise à jour de 2016 a permis
de remplir les cases 113, 115, 117 et 118. A.D.
z
Chrome
52,00
Hafnium
178,5
104
*Actinides *Lanthanides
87
SCIENCE & VIE
23
Ca
Cs Ba
»
22
K
55
QR
21
Potassium
39,10
37
30
QR
Combien d’éléments
sont connus à ce jour ?
Hassium
277
61
Meitnérium
276
62
Argent
107,9
79
Cadmium
112,4
80
Au Hg
Or
197,0
111
Mercure
200,6
112
Rg Cn
Darmstadtium Roentgenium
281
280
Copernicium
285
63
65
64
Nd Pm Sm Eu Gd Tb
Néodyme
144,2
92
U
Uranium
238,0
Prométhium
145
93
Samarium
150,4
94
Europium
152,0
95
Gadolinium
157,3
96
Terbium
158,9
97
Np Pu Am Cm Bk
Neptunium
237
Plutonium
244
Américium
243
Curium
247
Berkélium
247
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Magnésium
24,31
2
He
Hélium
4,01
6
7
8
9
10
B
C
N
O
F
Ne
Bore
10,8
Carbone
12,01
Azote
14,00
Oxygène
15,99
Fluor
19,00
Néon
20,18
13
14
15
16
17
18
Al
Si
P
S
Cl
Ar
Aluminium
26,98
Silicium
28,08
Phosphore
30,97
Soufre
32,06
Chlore
35,45
Argon
39,95
31
32
33
Ga Ge As
Gallium
69,72
49
Germanium
72,63
50
Arsenic
74,92
51
34
35
36
Se
Br
Kr
Sélénium
78,96
Brome
79,90
Krypton
83,80
52
53
54
In
Sn
Sb
Te
I
Xe
Indium
114,8
Étain
118,7
Antimoine
121,8
Tellure
127,6
Iode
126,9
Xénon
131,3
81
82
83
84
85
86
Tl
Pb
Bi
Po
At
Rn
Thallium
204,3
Plomb
207,2
Bismuth
209,0
Polonium
209
Astate
210
Radon
222
113
114
115
116
117
118
Uut Fl Uup Lv Uus Uuo
Ununtrium
284
66
Flerovium
289
67
Dy Ho
Dysprosium
162,5
98
Cf
Californium
251
Holmium
164,9
99
Ununpentium
288
Livermorium
293
Ununseptium
294
Ununoctium
294
68
69
70
71
Er Tm Yb Lu
Erbium
167,3
100
Thulium
168,9
101
Ytterbium
173,1
102
Es Fm Md No
Einsteinium
252
Fermium
257
Mendélévium
258
Nobélium
259
Lutécium
175,0
103
Lr
Lawrencium
262
Les physiciens ont effectivement trouvé le moyen
de créer des éléments qui n’existent pas dans la
nature ! Cela grâce à des collisionneurs de particules qui ajoutent de nouveaux protons à un
élément cible dont la masse est déjà relativement
élevée. Le problème, c’est que plus on charge l’élément cible de protons, plus la force répulsive qui
s’exerce entre eux est forte. Trop instable, le noyau
finit alors par fissionner en deux noyaux plus
légers avant d’avoir pu s’entourer de son cortège
électronique. Seule solution : ajouter des neutrons
pour renforcer la cohésion du noyau. En 2006, une
équipe américano-russe a ainsi réussi à produire
trois atomes d’ununoctium, formé de 118 protons
et 176 neutrons, resté stable pendant… 0,89 milliseconde ! Du reste, les physiciens sont sceptiques
quant à leurs capacités à en synthétiser d’encore
plus lourds. Mais la théorie prédit qu’il existerait un
“îlot de stabilité” pour les éléments comprenant
120 et 126 protons : pour peu qu’on leur adjoigne
respectivement 172 et 184 neutrons, ils pourraient
atteindre une durée de vie d’une seconde. La
course est lancée, notamment au Ganil, le grand
accélérateur français d’ions lourds. M.K.
31 Voir un atome,
c’est possible ?
Pas directement, car les longueurs d’ondes de la
lumière visible excèdent les dimensions de l’atome.
Toutefois, en observer est devenu réalisable il
y a 30 ans, grâce au microscope à effet tunnel.
Muni d’une pointe ultra-fine terminée par un seul
atome, l’appareil balaie la surface d’un objet en
maintenant entre lui et la sonde un faible courant
électrique. La variation de la hauteur de la sonde
traduit le relief de la surface, donc celui des atomes
eux-mêmes ! De quoi, en théorie, permettre de les
identifier, chaque espèce chimique exerçant sur la
pointe une attraction différente. Mais en pratique,
cela ne fonctionne qu’avec les surfaces conductrices. Pour les autres, c’est le microscope à force
atomique qui se révèle efficace. Bien entendu,
impossible de faire pénétrer le regard à l’intérieur du matériau. Mais en parvenant à distinguer
ainsi les atomes et leurs arrangements réguliers,
les microscopes ont offert aux scientifiques un
voyage au plus près de la matière. M.K.
z
SCIENCE & VIE
Nom
Masse
atomique
»
Mg
QR
12
Symbole
5
30 Comment
arrive-t-on à créer de
nouveaux atomes ?
CREDIT
Nombre
de protons
31
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS CROISSANCE
RÉPONSES
32
Les cheveux,
ça pousse
indéfiniment ?
QR
»
SCIENCE & VIE
Non. En l’absence de tout passage chez le
coiffeur, les cheveux cesseraient de s’allonger
au bout de sept ans. Si la durée de pousse est
identique pour tous les êtres humains, la vitesse de pousse varie en revanche en fonction
du sexe, du taux d’hormones, de l’ethnie…
C’est le cheveu asiatique qui croît le plus vite
(à raison de 1,3 cm par mois, contre 0,9 cm
par mois pour le cheveu crépu). Le record
de longueur de cheveux (5,50 m) est d’ailleurs
détenu par une Chinoise. E.M.
z
32
QR
Base d’un cheveu
humain au microscope
électronique à balayage.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
33
Et les ongles ?
Contrairement aux cheveux, les ongles ne
cessent jamais de s’allonger. Cette particularité
est due à la lunule, la partie claire située
à la base de l’ongle. C’est là que des cellules
spécialisées produisent en continu de la
kératine, une protéine qui confère à l’ongle
sa rigidité et que l’on retrouve également
dans les cheveux et dans la peau. En moyenne,
les ongles des doigts gagnent 3 mm par mois,
contre 1 cm pour les cheveux. Et contrairement
à une idée très répandue, les ongles des
enfants ne poussent pas plus vite que ceux
des adultes : c’est entre 20 et 30 ans que
leur croissance est la plus rapide. E.M.
z
Coupe longitudinale
d’un ongle de fœtus
au microscope optique.
34
SCIENCE & VIE
»
QR
Vue panoramique
aux rayons X d’une
dentition d’adulte.
Pas vraiment ! Car pour faire leur éruption
puis croître, les dents se moquent bien de l’âge
réel de leur propriétaire ! Certes, elles poussent
selon un rythme moyen, ce qui permet, en
observant la dentition d’un sujet, de lui attribuer
un “âge dentaire”. Mais celui-ci n’est pas toujours en rapport avec son âge réel. Par exemple,
les premières molaires sont nommées “dents
de 6 ans”, parce qu’elles font généralement leur
apparition à cet âge. Idem pour les deuxièmes
molaires, généralement appelées “dents de
12 ans”. Il existe pourtant des enfants de moins
de 10 ans qui possèdent déjà toutes leurs dents
définitives, à l’exception des dents de sagesse,
et des adultes qui attendent encore que
leurs dents de 12 ans veuillent bien se donner
la peine de sortir. À chacun son rythme ! E.M.z
SPL/GETTY - SHUTTERSTOCK
L’âge dentaire
est-il fiable ?
33
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
À la une !
SCIENCE & VIE
Le mensuel le plus lu
en France !
12 numéros + 4 hors-séries
+ 2 numéros spéciaux par an
LE QUESTIONS RÉPONSES
DE SCIENCE & VIE
Les questions de la vie,
les réponses de la science.
4 numéros par an
Actuellement en vente chez notre marchand
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SCIENCE & VIE JUNIOR
Le mensuel préféré des ados.
12 numéros + 6 hors-séries par an
SCIENCE & VIE DÉCOUVERTES
Le magazine des 7-12 ans
pour apprendre en s’amusant.
12 numéros + 4 hors-séries par an
LES CAHIERS DE SCIENCE & VIE
La référence en histoire des civilisations.
8 numéros par an
de journaux ou en ligne sur
GUERRES & HISTOIRE
Le leader de l’histoire militaire.
Bimestriel + 2 hors-séries par an
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ÉNERGIE SOLAIRE
RÉPONSES
35
QR
36
QR
La vocation première de ce monoplace
à énergie solaire était de délivrer un
message. “Il ne s’agit pas de révolutionner l’aviation, mais la façon dont
les gens voient l’énergie et les technologies propres”, déclarait Bertrand
Piccard en 2003, au lancement du projet
mené avec André Borschberg à l’École
polytechnique de Lausanne. Treize ans
plus tard, le 26 juillet 2016, les deux
pilotes exultent : “Nous avons réussi !”
Ils viennent de boucler le premier tour
du monde sans carburant, grâce à la
seule énergie solaire ! De quoi espérer
l’avènement prochain des avions de
ligne solaires, ou au moins électriques ?
Pas vraiment. Dès le départ, l’objectif de
l’équipe est de démontrer le potentiel
des nouvelles technologies dans le développement durable. Car l’exploitation
des sources d’énergie fossile contribue
massivement au changement clima-
tique. Avec les technologies “propres”,
la consommation mondiale d’énergie
pourrait être divisée par deux. “Grâce
à la réussite de ce tour du monde, le
message porté par notre avion a obtenu
une légitimité et une reconnaissance
mondiale”, se félicite André Borschberg.
Cependant, à l’échelle de l’industrie
de l’aviation, la transition vers le zéro
carburant ne peut être aussi radicale
qu’avec Solar Impulse. La technologie
solaire n’est pas encore très performante et s’avère trop dépendante des
aléas naturels pour être généralisée.
Avant d’envisager le 100 % électrique,
il faut passer par des étapes intermédiaires, comme l’hybridation. C’est en
dehors de l’aviation que les retombées seront probablement les plus
nombreuses. Quelques technologies
développées pour le projet connaissent
d’ailleurs un déploiement sur terre : une
mousse polyuréthane isolante équipe
déjà des réfrigérateurs et pourrait bientôt intégrer les habitations ; de nouveaux
polymères pour batteries, des matériaux
ultralégers, des moyens d’encapsulage
des cellules photovoltaïques pourraient
trouver des débouchés dans l’automobile ou l’énergie. Et l’Alliance mondiale
des technologies efficientes, créée par
l’équipe de Solar Impulse, s’est fixé pour
objectif de réunir mille solutions “pour
un monde plus durable”. L’expérience
a également été riche d’enseignements sur les capacités des pilotes à
se surpasser. Ils se sont relayés aux
commandes sur plus de 42 000 km, en
17 étapes. Pour cela, ils ont dû défier
leurs limites mentales et physiques,
résister à la fatigue et au stress pour
pouvoir piloter pendant plusieurs jours,
en recourant à l’auto-hypnose, au yoga
z
et à la méditation. M.R.
SOLAR IMPULSE
»
SCIENCE & VIE
Solar Impulse a-t-il un intérêt industriel ?
»
QR
De l’envergure
d’un avion de ligne,
ce monoplace à
énergie solaire a été
développé grâce à des
technologies propres
utilisables sur terre.
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
37
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS SEXUALITÉ
RÉPONSES
36
C’est vrai que faire l’amour
est bon pour la santé ?
Eh bien oui ! Si l’on met de côté les
maladies sexuellement transmissibles, le
sexe serait même bénéfique à plus d’un
titre ! En 2005, le psychologue américain Stuart Brody a ainsi demandé à une
cinquantaine de personnes de noter pendant quinze jours leurs pratiques intimes,
avant de les soumettre à un test de stress.
Résultat : plus la fréquence des rapports
sexuels était élevée, moins ces personnes
apparaissaient comme stressées. En 2007,
l’épidémiologiste nigérien Akinwale s’est
intéressé quant à lui aux symptômes de
76 femmes ménopausées et les a invitées
à prendre note de leur sexualité pendant
deux ans. Il a alors remarqué que la fréquence des bouffées de chaleur diminuait
chez celles qui avaient au moins un rapport par semaine…
L’interprétation de ces deux études doit
toutefois être nuancée. D’abord, parce
que les données sur l’activité sexuelle proviennent des sujets eux-mêmes. Ensuite,
parce que le nombre de personnes étudiées
est restreint. Sur ce point, les travaux du
Britannique Shah Ibrahim prêtent moins
le flanc à la critique. Entre 1979 et 1983,
son équipe a interrogé 914 hommes âgés
de 45 à 59 ans, notamment sur leur vie
sexuelle. Or, en les suivant sur la durée,
les chercheurs ont constaté dix ans plus
tard que les hommes qui déclaraient avoir
au minimum deux rapports sexuels par
semaine avaient deux fois moins de risques
d’être victimes d’un arrêt cardiaque que
ceux qui étaient moins actifs sexuellement.
UN EFFET CONTRE LE CANCER
La sexualité pourrait également protéger
du cancer de la prostate, d’après l’épidémiologiste américain Michael Leitzmann.
En 2004, à la suite d’une étude portant
sur plus de 29 000 hommes âgés de 46 à
81 ans au début de l’étude, son équipe a
observé qu’une activité sexuelle régulière
(au moins 7 éjaculations par mois) réduit
le risque d’un tel cancer. Seul bémol : bien
que menée sur un échantillon bien moins
significatif (800 hommes), une étude britannique a montré en 2009 qu’une sexualité débridée durant la vingtaine et la trentaine risque d’aboutir au résultat opposé !
Le sexe protégerait donc les hommes audelà de 40 ans, mais les exposerait davantage au cancer de la prostate avant…
Quid des femmes ? Elles pourraient
bénéficier du pouvoir protecteur de
l’ocytocine, hormone de l’orgasme et de
l’allaitement, sur le cancer du sein. Une
hypothèse émise voilà dix-sept ans par un
chercheur australien, mais toujours d’actualité : cette hormone est aujourd’hui
étudiée de près chez l’animal pour ses
effets sur le stress, l’anxiété, l’humeur et
le bien-être. Enfin, cerise sur le gâteau,
le sexe pourrait nous faire gagner dix ans
d’âge… en apparence ! C’est la conclusion à laquelle est parvenu le psychologue
britannique David Weeks, au terme d’une
enquête menée pendant dix ans auprès
d’environ 3 500 Américains et Européens,
âgés de 18 à 102 ans. A.L.-B.
z
38
QR
En fait, il n’y a pas de règle chez
les sportifs de haut niveau : chacun
adopte le comportement qui lui
convient le mieux. Sachant que la
question de savoir s’il faut éviter
d’avoir des rapports sexuels la veille
d’une compétition afin de préserver
ses forces ou son influx nerveux
a fait l’objet d’une étude publiée
dans le Journal of Sports Medicine &
Physical Fitness en 2000. Des spor-
tifs (uniquement des hommes) ont
été soumis à des tests physiques
2 heures et 10 heures après avoir
eu un rapport sexuel. Résultat ?
“Aucune différence n’a pu être
mesurée, ni sur le taux de testostérone, ni sur la résistance à l’effort”,
résume Jean-François Toussaint,
président de l’Institut de recherche
biomédicale et d’épidémiologie du
sport. Dont acte… P.-Y.B.
z
SHUTTERSTOCK - M.MACDONALD/VU
QR
»
SCIENCE & VIE
37
Se priver de sexe la veille d’une
compétition est-il efficace ?
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
38 Pourquoi le
“French kiss”
est si répandu ?
»
Pratiqué uniquement
par les hominidés, le
baiser “avec la langue”
aurait joué un rôle
dans la conservation
de notre espèce.
Oui ! La preuve : on peut en ressentir
en dormant. Le fait se vérifie aisément
chez l’homme, l’éjaculation en témoignant ; mais il est plus délicat à établir
chez la femme. En étudiant sous IRM
le cerveau de volontaires endormies
dans les années 1980, des chercheurs
américains ont toutefois clairement
observé le phénomène. C.B.
z
QR
39 Peut-on avoir
un orgasme
par la pensée ?
SCIENCE & VIE
Certes, il n’est pas seulement français : le baiser “avec la langue” est
pratiqué par 90 % des êtres humains !
Pourquoi ? Parce qu’il représenterait
un avantage évolutif : celui de renforcer le système immunitaire. Via leurs
salives, les amoureux échangent des
microbes, comme le cytomégalovirus,
contre lequel il est préférable que
la femme soit immunisée avant de
tomber enceinte. C.B.
z
39
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS SUMMUM
RÉPONSES
40
Quels sont les records
de la Terre ?
SA MASSE TOTALE
5 972 190 milliards
de milliards de kg
SA SUPERFICIE
510 064 472 km
2
SA CIRCONFÉRENCE
ÉQUATORIALE
40 075 km
SA CIRCONFÉRENCE MÉRIDIENNE
40 007 km
SON VOLUME
1 083 milliards de km
LA PART DES TERRES ÉMERGÉES
SON LAC LE PLUS PROFOND
29 %
1 637 m
QR
»
SCIENCE & VIE
C’est la hauteur d’eau dans le lac
Baïkal, en Russie, qui est aussi le
plus ancien : 25 millions d’années.
40
QR
SA PLUS VIEILLE ROCHE
4,4 milliards d’années
C’est l’âge de ce zircon trouvé en
Australie, formé 160 millions d’années
seulement après la naissance de la Terre.
JW VALLEY, UNIV. WISCONSIN-MADISON - INTAS PROJECT - C. HIRT/CURTIN UNIV. - UNIV. OF HAWAI AT HILO
3
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
SA PLUS HAUTE MONTAGNE
10 203 m
Son sommet ne culmine “qu’à”
4 205 m, mais le volcan Mauna Kea,
à Hawaï, s’enfonce à près de
6 000 m sous le niveau de la mer.
SON POINT LE PLUS BAS
– 10 994 m
Il se situe dans la fosse des Mariannes,
au nord-ouest de l’océan Pacifique.
SON PLUS HAUT SOMMET
8 848 m
C’est le record détenu par le célèbre
mont Everest, dans la chaîne de l’Himalaya.
Il se situe en Antarctique, où la glace
pèse sur le sol, l’enfonçant profondément sous le niveau de l’océan.
SON ENDROIT LE PLUS FROID
– 93 °C
C’est la température relevée par satellite dans
le centre de l’Antarctique, le 10 août 2010.
»
– 2 870 m
Ce record de chaleur a été enregistré dans la
vallée de la Mort (États-Unis), le 10 juillet 1913.
QR
56,7 °C
SON NIVEAU LE PLUS BAS
SCIENCE & VIE
SON ENDROIT LE PLUS CHAUD
41
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS CYBERSÉCURITÉ
RÉPONSES
Sans connexion sécurisée,
des jouets Bluetooth, tel
le robot i-Que, exposent
les enfants à la publicité,
voire à des cyber-inconnus.
42
QR
»
SCIENCE & VIE
Un bon mot de passe, c’est quoi ?
42
QR
61 % des internautes utilisent
un seul mot de passe pour
plusieurs comptes. Et, bien
souvent, ce mot de passe est
simple et lié à l’internaute
(date de naissance, etc.).
Pourtant, le “password” est
le premier rempart contre les
pirates. En choisir un robuste
est donc une nécessité.
Robuste voulant d’abord dire
“long et possédant un grand
nombre de caractères diffé­
rents”, explique Reza Elgalai,
expert en cybersécurité à
l’Université de Troyes. Dans
l’idéal, il doit comprendre
plus de dix caractères, ce qui
donnera du mal aux meilleurs
algorithmes de craquage.
Second conseil : il ne doit pas
avoir de sens. “Les hackers
ont à leur disposition des
dictionnaires spécialisés
disponibles dans la plupart
des langues, explique Reza
Elgalai. Ils peuvent rechercher
en priorité les mots de passe
les plus couramment utilisés
ainsi que leurs dérivés prévi­
sibles, comme l’ajout d’un
chiffre à la fin de celui­ci.”
La plupart des mots de passe
sont en effet dérivés de lieux,
de prénoms, de mots du
dictionnaire… Enfin, chaque
compte doit avoir le sien,
afin d’éviter les piratages en
cascade. Oui, mais comment
se souvenir de tous ? “Une
méthode efficace consiste à
prendre les premières lettres
de chaque mot d’une phrase
que l’on a mémorisée, en
incluant aussi la ponctuation,
détaille Reza Elgalai. Ainsi,
‘J’irai deux fois à Londres
en 2017’ donnera le mot
de passe J’i2fàLe2M17”. Il
existe aussi des générateurs
automatiques de mots de
passe, comme Keepass ou
Dashlane. Ces logiciels créent
et sauvegardent des codes
secrets complexes et cryptés,
que l’utilisateur lui-même
ne connaît pas, ce qui est
une très bonne garantie.
Reste que pour se connecter
sur ces logiciels, il faut un mot
de passe… Celui-ci sera donc
votre clé ultime :il s’agira de
bien la choisir et, pour le coup,
de la mémoriser. T.C.-F.
z
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
GENESIS - JBL
41
Comment savoir si un espion
se cache derrière un jouet
connecté ?
L’affaire a été révélée en 2016 par des
associations de consommateurs : faute de
Bluetooth sécurisé, n’importe qui pouvait
se connecter depuis son smartphone à la
poupée “Mon amie Cayla” ou au robot “iQue” pour écouter l’enfant et lui parler à
travers la voix du jouet. Comme si cela ne
suffisait pas, les deux jouets de la société
Genesis Toys enregistraient les conversations sur des serveurs et promouvaient des
produits partenaires auprès de leurs jeunes
utilisateurs. Rien que ça. Depuis, d’autres
jouets ont aussi été montrés du doigt: le dinosaure Cognitoys, l’ourson Teddy Toy-Fi,
le chien Wowwee Chip ou la Hello Barbie.
L’arrivée massive des jouets connectés a
ainsi engendré des problèmes inédits. Or,
s’assurer que le jouet de votre enfant ne
peut pas être détourné par le fabricant à
des fins commerciales ou par un hacker
mal intentionné n’est pas si aisé.
Première consigne : avant l’achat, on peut
vérifier auprès des associations de consommateurs que le jouet ne figure sur aucune
liste noire. Mais s’il n’y figure pas, ce n’est
pas forcément un gage de tranquillité.
Ainsi, il convient de vérifier régulièrement le comportement du jouet afin de
détecter, par exemple, s’il expose l’enfant
à des publicités ciblées ou à des services
payants. Et, dans tous les cas, il faut le
déconnecter lorsque l’enfant n’y joue
pas, pour éviter qu’un pirate utilise sa
connexion comme cheval de Troie. Autre
bon conseil : effectuer les mises à jour de
sécurité dès qu’elles sont proposées.
Faut-il aller jusqu’à bannir les jouets
connectés ? Au vrai, ce n’est pas le Bluetooth le problème, mais sa sécurisation.
Les connexions avec un mot de passe sont
donc à privilégier. Ainsi que les jouets exigeant un accès physique, comme appuyer
sur un bouton pour établir la connexion.
Quant aux données personnelles que
l’objet pourrait transmettre au fabricant
ou à un hacker, la Cnil conseille de ne
communiquer que le minimum d’informations nécessaires (indiquer une fausse
date de naissance, prendre un pseudo…).
Enfin, elle recommande de désactiver le
partage automatique sur les réseaux sociaux, ainsi que d’effacer les données dont
on n’a plus l’usage. Ce qui est parfois loin
d’être… un jeu d’enfant. G.S.
z
de cryptage plus sécurisé, filtrer les équipements autorisés
à se connecter au routeur ou
à la box. De fait, le lien entre
l’objet et le serveur extérieur
auquel il se connecte peut
être faillible si les communications ne sont pas chiffrées. Ce
dont on peut s’assurer grâce
à un analyseur de protocole.
Dernier conseil : évitez les objets à bas prix, souvent moins
bien armés contre les pirates.
Et pour cause : sécuriser
z
un objet a un coût. G.S.
Réfrigérateur, chaudière
ou haut-parleur Bluetooth :
tous les objets connectés
sont piratables.
»
ment en vue d’attaquer des
sites tiers… Alors, comment
se protéger ? Premiers
réflexes : sécurisez vos mots
de passe (voir page ci-contre),
téléchargez les mises à jour
des appareils et activez bien le
pare-feu de votre box internet.
D’autres précautions sont
aussi à envisager, comme
modifier le nom de l’objet
sur le réseau pour le rendre
moins repérable, sécuriser la
connexion wi-fi avec la norme
WPA2 qui offre un protocole
QR
Ampoules, caméras, réfrigérateurs, thermostats, TV… Tout
objet connecté (par Bluetooth,
wi-fi ou autre) est potentiellement piratable ! Surtout
que les fabricants affichent
un réel manque d’intérêt
pour le sujet. Pourtant, les
menaces sont multiples et
parfois graves : vol de données
personnelles, modification de
paramètres (la température de
la chaudière…), détournement
de l’objet (caméra, voiture…),
mise hors service ou enrôle-
SCIENCE & VIE
43 Que faire pour protéger ses objets
connectés contre le piratage ?
43
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS ESTOMAC
RÉPONSES
44
QR
La paroi de l’estomac
(ici vue au microscope)
présente de nombreux
plis qui expliquent sa
capacité de dilatation.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Il peut atteindre jusqu’à 50 fois son volume
initial – et contenir 4 litres ! Comment ? Quand des
aliments entrent dans l’estomac, la tension qui
s’exerce sur les parois active des récepteurs sen­
sibles aux déformations mécaniques. En réponse,
l’organe se distend. Parallèlement, d’autres récep­
teurs, chimiques cette fois, évaluent la valeur calo­
rique des aliments ingérés. Plus elle est élevée,
plus l’estomac se dilate. Mais ce dernier s’adapte
à son contenu jusqu’à un certain point ! Dès qu’il
atteint son trop­plein gastrique, il le fait générale­
ment savoir en provoquant le hoquet. E.M.
z
SCIENCE & VIE
Parce qu’il est doté d’un bouclier naturel très efficace : le mucus
gastrique. Il faut bien cela pour préserver l’estomac de son pire
ennemi, lui­même ! Car cet organe produit des substances aux­
quelles peu de choses résistent, en particulier certains acides
capables (en éprouvette) de digérer des clous ! Sécrété par des cel­
lules gastriques, le mucus forme une couche protectrice de 0,5 mm
d’épaisseur qui empêche les puissantes substances digestives
d’entrer en contact avec la paroi de l’estomac. E.M.
z
45 À quel point
peut-il se dilater ?
»
S.GSCHMEISSNER/SPL/GETTY
Pourquoi l’organe
de la digestion ne se
digère pas lui­même ?
QR
44
45
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS LONGÉVITÉ
RÉPONSES
Certaines espèces ont-elles
le don de vie éternelle ?
QR
»
SCIENCE & VIE
Vingt jours pour la mouche, deux ans
pour la souris, dix ans pour le renard, quarante pour le gorille… En principe, l’espérance de vie d’une espèce est directement
liée à sa masse. Mais il y a des exceptions :
certaines espèces parviennent si bien à
défier le temps que leur longévité bat tous
les records, jusqu’à toucher à l’éternité.
Particulièrement emblématique est ainsi
le cas de la méduse Turritopsis dohrnii : ce
petit hydrozoaire qui vit en Méditerranée
semble carrément détenir les clés de la fontaine de jouvence ! Soumise à un stress ou
en fin de cycle reproducteur, elle s’atrophie
et régresse… jusqu’à revenir au stade de sa
jeunesse : un simple polype fixé sur le fond
marin. Encore mal connu, cet incroyable
processus de transdifférenciation permet
aux cellules de retourner à un état indifférencié, comme à la naissance, avant de se
respécialiser et de redémarrer un cycle de
vie. Une sorte de vie éternelle en boucle
46
QR
qui la rend biologiquement immortelle
– si des prédateurs ne mettent pas fin à son
existence… Et il n’y a pas que Turritopsis
dohrnii : des chercheurs chinois ont découvert, en 2015, le même processus chez la
méduse commune Aurelia aurita. Mettant
en lumière ce qui serait l’une des clés de
la réussite de ces organismes, présents sur
Terre depuis plus de 500 millions d’années !
MÉDUSES, OURSINS ET PROTÉES
L’oursin n’est pas moins fascinant : il
arrive à se régénérer toute sa vie. Même
lorsqu’il atteint les 100 ans, comme pour
l’oursin rouge, ou les 50 ans pour l’oursin
pourpre, ces échinodermes continuent
à grandir, mais aussi à réparer leurs appendices (pieds et épines) lorsqu’ils sont
abîmés. Un superpouvoir rare, puisque
chez la majorité des animaux, la capacité
de régénération des tissus régresse avec
l’âge. Leur secret ? La présence, dans les
tissus adultes, de cellules souches multipotentes, c’est-à-dire qui ont la capacité
de donner différents types de cellules et
de s’auto-renouveler. Les gènes responsables ont d’ailleurs été identifiés. Et
même l’oursin variable, dont l’espérance
de vie n’est que de 4 ans, ne semble pas
connaître de déclin dégénératif.
Mais le champion de la lutte contre le
vieillissement reste le protée. Comment
fait-il pour dépasser les 100 ans d’âge ? Un
métabolisme lent, des défenses antioxydantes élevées ? Rien de tout cela. Le secret
de ce petit amphibien cavernicole résiderait dans son mode de vie très ralenti, tapi
dans les fissures, avec 5 minutes d’activité
par jour en moyenne. Sans prédateurs, il
s’autorise des déplacements très lents, peu
consommateurs d’énergie. Du coup, il produit très peu de sous-produits toxiques pour
son organisme. Démontrant que pour vivre
longtemps, il faut vivre sans tracas… C.C. z
Toutes les méduses
(ici, Aurelia aurita)
posséderaient la
faculté de régénérer
leurs cellules.
SHUTTERSTOCK - GETTY
46
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
47
Pourquoi dit-on
que le homard
est immortel ?
»
QR
Non seulement
le homard (ici vu aux
rayons X) peut vivre
jusqu’à 70 ans, mais il
ne semble pas atteint
par le vieillissement.
SCIENCE & VIE
Hélas pour lui, ce n’est pas le cas. Car s’il affiche une
belle longévité – jusqu’à 70 ans pour le homard américain –, le homard finit bien par mourir, que ce soit
de maladie ou de vieillesse. Alors, pourquoi cette idée
reçue ? On peut en attribuer l’origine à l’incroyable
vitalité de ce décapode. Car non seulement le homard
grandit tout au long de son existence, par mues
successives, mais en plus, il conserve toute sa vie sa
vitesse de jeunot et son activité sexuelle. Le secret de
cette vigueur réside peut-être dans les télomérases,
ces protéines qui protègent les extrémités des chromosomes. En leur absence, les chromosomes raccourcissent à chaque cycle de division cellulaire. Or, chez le
homard, les télomérases s’expriment dans les cellules
de tous les tissus, même chez l’adulte (alors que chez
les mammifères, seuls les gamètes et cellules souches
en bénéficient tout au long de la vie). De quoi inspirer
la quête d’un élixir de jeunesse… M.Y.
z
47
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS CERVEAU
RÉPONSES
Quel rôle joue…
48 La mémoire
de travail ?
Peut-être la plus indispensable de toutes les
facettes de notre mémoire, la mémoire
de travail nous permet de manipuler en
temps réel les informations dont nous
avons besoin pour parler, lire, planifier,
réfléchir, calculer… Active à tout instant de
notre vie consciente, c’est elle qui est mise en jeu
lorsque nous répétons mentalement un numéro de
téléphone, lorsque nous demandons notre chemin à
un passant et tentons de restituer mentalement les
indications qu’il nous a données (tourner à gauche,
puis deuxième à droite après le feu…). C’est encore
grâce à elle que vous parvenez à lire cette phrase
tout en gardant à l’esprit le début de ce texte. Principalement localisée dans le lobe frontal, à l’avant
du cerveau, elle constituerait l’un des mécanismes
fondamentaux de la conscience. M.-C.M.
z
48
QR
Son rôle est d’imprimer dans notre esprit,
de façon totalement automatique et
involontaire, une trace des images,
odeurs, sons… auxquels nous sommes
exposés, et ce avant même que nous
leur donnions un sens. C’est pourquoi les
publicitaires exploitent volontiers cette mémoire
non consciente ! Le fait est démontré expérimentalement : si l’on montre un objet à une personne de
façon suffisamment rapide pour qu’elle ne puisse
pas l’identifier, puis qu’on lui présente, quelque
temps après, l’image tronquée de ce même objet,
elle l’identifie plus rapidement que si elle n’y a
jamais été exposée. C’est ce que l’on appelle l’amorçage perceptif. Cette mémoire des sensations,
qui s’appuie sur les organes des sens, faciliterait
l’encodage des souvenirs. Ce qui explique sans
doute que l’on se rappelle plus aisément le visage
d’une personne qui nous a fait d’emblée “forte
impression”. Sans surprise, la mémoire perceptive
repose sur les aires sensorielles primaires du cerveau : cortex visuel, auditif, somatosensoriel (pour
le toucher), olfactif et gustatif. M.-C.M.
z
M.SAEMANN
QR
»
SCIENCE & VIE
49 La mémoire
perceptive ?
Chaque type de
mémoire siège dans
des zones du cerveau
déterminées, et
mobilise des circuits
neuronaux spécifiques.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
50 La mémoire
procédurale ?
Cette mémoire (inconsciente) est celle du
savoir-faire et des habiletés motrices.
Tenir une fourchette, faire du vélo… Ces
compétences relèvent de la mémoire
procédurale. Si celle-ci interagit avec les
autres mémoires – tout apprentissage d’un
savoir-faire requiert un effort mental qui met en jeu les
mémoires de travail et épisodique –, elle s’en distingue
clairement. Ainsi, une personne souffrant d’amnésie
profonde peut être incapable de former de nouveaux
souvenirs, mais peut apprendre à faire du vélo. La
mémoire procédurale met notamment en jeu le cortex
moteur, les ganglions de la base et le cervelet. M.-C.M. z
51 La mémoire
sémantique ?
Elle stocke les connaissances que nous avons
sur nous-mêmes (âge, diplômes…) et sur le
monde (la tour Eiffel est à Paris…). Savoir
que les attentats du 11-Septembre ont eu
lieu en 2001 relève de la mémoire sémantique, mais le souvenir du contexte dans lequel
nous avons appris la nouvelle relève de la mémoire
épisodique. Ces deux mémoires, très liées, sont pourtant distinctes. Après un accident, certains individus ne
peuvent plus mémoriser des événements, mais sont
encore capables d’apprendre de nouveaux concepts. La
mémoire sémantique, elle, met en jeu essentiellement
z
les lobes frontal et temporal gauches. M.-C.M.
»
QR
C’est la mémoire des épisodes de notre
vie, que nous appelons “souvenirs”. La
naissance d’un enfant, un mariage… Son
répertoire est finalement assez pauvre :
hormis des événements très marquants,
nous ne conservons pas, à long terme, beaucoup de souvenirs précis de notre vie. Beaucoup sont
oubliés (ce que nous avons mangé mardi dernier…) ou
“sémantisés” – ils viennent alors enrichir le répertoire
de nos connaissances générales. Ainsi, vous ne vous
rappelez pas en détail chaque jour passé au travail,
mais il vous reste le souvenir de l’ambiance, des lieux,
un savoir-faire. Deux régions cérébrales sont particulièrement importantes pour la mémoire épisodique :
z
le cortex préfrontal et l’hippocampe. M.-C.M.
SCIENCE & VIE
52 La mémoire
épisodique ?
49
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS PATRIMOINE
RÉPONSES
53
QR
50
QR
Conservée dans une grande galerie au
château d’Angers, c’est la plus importan­
te tapisserie médiévale encore exis­
tante : 105 m de long sur 4,5 m de haut
figurant, en 14 scènes, l’Apocalypse de
Jean. Or, ce trésor de la fin du XIVe siècle
est en péril. Au cours de ses 600 ans
d’existence, il a subi tous les outrages :
découpé, déplacé, trop nettoyé, mal res­
tauré… C’est ce qu’a révélé un constat
d’état effectué en 2016. Lequel a même
établi que les conditions de lumière et
d’humidité dans lesquelles l’œuvre est
exposée lui nuisent gravement. Il aura
fallu cette vaste expertise pour révéler
ces maux. En pratique, quatre scènes
“échantillons” ont été déposées et ana­
lysées, dévoilant leur mauvais état :
la laine est parfois si fine que l’on voit à
travers ; la lumière a non seulement terni
les couleurs, mais elle a attaqué la struc­
ture du tissage. Qui plus est, aux cinq
facteurs classiques de dégradation que
sont le temps, la lumière, la poussière,
l’usure et l’humidité, il faut en ajouter
un sixième : l’homme ! Si le chanoine
Joubert a eu le mérite de redécouvrir la
tapisserie dans les années 1850, les res­
taurations effectuées depuis ont surtout
fait œuvre de destruction. Par exemple,
beaucoup de retissages sur les couleurs
brunes, qui résistent mal au temps, ont
été opérés à l’aide de colorants artifi­
ciels. Et c’est carrément avec de la pein­
ture qu’ont été rehaussées les couleurs
vives ! Ce type de restauration, en plus
de dénaturer l’œuvre, l’a grandement
fragilisée. Par ailleurs, une altération
chimique de la laine a été constatée. Son
pH, habituellement acide, est devenu
basique – signe que des réactions invi­
sibles continuent d’en saper les fibres.
Autant de maux que l’on ne soupçonnait
pas aussi graves. Et qui, bien sûr, incitent
à réagir. Mais en 2017, le rapport des
experts a tranché : vu son état, la tenture
ne supporterait pas d’être déposée et
installée dans un lieu plus propice à sa
conservation. Reste donc des opérations
classiques de restauration, et d’optimisa­
tion du lieu : assainissement des gaines
de ventilation, modification de l’éclairage
et de l’humidité… À cette fin, un mécé­
nat participatif a été lancé. G.M.
z
I.GUEGAN/DRAC PAYS DE LOIRE
»
SCIENCE & VIE
La tenture de l’Apocalypse peut-elle
encore être sauvegardée ?
»
QR
Ce trésor médiéval
souffre de l’usure du
temps, mais aussi d’avoir
été mal restauré par le
passé et… du lieu où il est
exposé : une vaste galerie
du château d’Angers.
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
51
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS NUIT
RÉPONSES
52
QR
Derrière les nuages
noctiluques,
le réchauffement ?
Une chose est sûre : les nuages noctiluques
(ou noctulescents) sont surprenants : transparents le jour, ils n’apparaissent qu’au
crépuscule, lorsque le Soleil les illumine
par en dessous tout en laissant les couches
inférieures de l’atmosphère plongées dans
l’ombre de la Terre. Qui plus est, ces nuées
ne se manifestent qu’aux pôles et durant
l’été : au début et à la fin de la nuit, voici
que le ciel se pare d’un voile de nuages brillants et, chaque été, ils sont au rendez-vous.
Un phénomène qui intrigue d’autant
plus les scientifiques que ces nuages sont
chaque année plus nombreux. En outre,
ils apparaissent de plus en plus tôt dans
la saison, sont de plus en plus brillants, et
s’aventurent en dehors des pôles, vers des
latitudes de plus en plus basses : le 14 juillet 2009, ils ont même enluminé le ciel de
Paris, offrant une toile de fond inédite au
traditionnel feu d’artifice !
Ce que savent les scientifiques, c’est
que les nuages noctiluques sont plus haut
perchés que les nuages communs. Alors
que ces derniers ne quittent jamais la troposphère (entre 0 et 15 km d’altitude),
les méthodes de triangulation à la fin du
XIXe siècle ont révélé que les nuages noctiluques naviguent jusqu’à 83 km de haut,
quasiment aux portes de l’espace ! Presque
un autre univers, tant les conditions qui
y règnent sont extrêmes. La mésosphère
(entre 50 et 80 km) est en effet le point le
plus froid de la Terre (jusqu’à - 150 °C), et
surtout le plus sec (1 million de fois plus
que le plus aride de nos déserts).
En tentant de comprendre l’origine, la
formation et l’évolution des nuages noctiluques, les chercheurs ont mis le doigt
dans un engrenage de causes et d’effets.
En 1990, Gary Thomas, de l’Université du
Colorado, émet ainsi l’hypothèse que les
responsables sont les gaz à effet de serre. À
l’époque, les carottes de glace prélevées en
Arctique révèlent que la teneur de l’air en
méthane a doublé depuis l’ère industrielle.
Parallèlement, on constate que le méthane
troposphérique pénètre facilement dans
les couches supérieures de l’atmosphère.
Détruit par les rayons ultraviolets du soleil,
il s’y transformerait en vapeur d’eau.
LE MÉTHANE, SUSPECT NUMÉRO UN
Le méthane devient donc le suspect numéro un. Avec un complice : le dioxyde
de carbone, qui confine le rayonnement
infrarouge dans la basse atmosphère, et
empêche la chaleur de s’échapper vers les
couches supérieures. D’où ce paradoxe :
le réchauffement climatique refroidit la
mésosphère. Plus d’eau, conjugué à davantage de froid… l’idée germe vite, dans les
années 1990, que c’est au réchauffement
climatique que l’on doit la prolifération
des nuages noctiluques. Ils constitueraient
même les premiers indicateurs de l’influence des activités humaines à des altitudes aussi élevées.
Aujourd’hui, l’hypothèse fait consensus
chez les chercheurs. Mais encore faudrait-il
la prouver. Or, comprendre l’effet du changement climatique sur l’atmosphère supposerait d’abord de comprendre ce système
ultracomplexe influencé par un grand
nombre de phénomènes. Certains travaux
actuels illustrent bien cette complexité : ils
consistent à quantifier l’influence du trou
de la couche d’ozone, situé en Antarctique,
sur l’apparition des nuages noctulescents
en Europe, à 15 000 km de là !
Outre le casse-tête de l’atmosphère, la
lenteur du changement climatique embarrasse également les scientifiques. Le signe
éventuel de son influence sur l’apparition
des nuages noctiluques se perd dans des
phénomènes bien plus spectaculaires à
très court terme. Ainsi, certaines éruptions
volcaniques, comme celle du Pinatubo
aux Philippines en 1991, sont si violentes
qu’elles propulsent de la vapeur d’eau
jusque dans la mésosphère, où les nuages
foisonnent durant les deux années suivantes. Les nuages noctiluques ont donc
probablement peuplé épisodiquement les
nuits terrestres après de telles éruptions,
bien avant l’ère industrielle. Le cycle de
onze ans de l’activité solaire vient lui aussi
perturber les courbes de progression de la
quantité de nuages.
Car lors du maximum d’activité solaire,
les molécules d’eau de la mésosphère sont
détruites. Celle-ci se réchauffe et s’assèche,
et les nuages s’y font beaucoup plus rares.
Sauf, justement, au cours des deux der-
J.E.PAULSEN
QR
»
SCIENCE & VIE
54
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
55 Les oiseaux
migrateurs
volent-ils
aussi la nuit ?
Oui, certains oiseaux de petite
taille, comme la plupart des
passereaux, profitent de la nuit
pour voler durant leur migration.
L’intérêt ? Continuer de s’alimenter pendant la journée, minimiser
les risques liés aux prédateurs,
à l’hyperthermie et à la déshydratation, mais aussi économiser
de l’énergie. Car la nuit, l’air est
plus frais, donc plus dense, et le
vent plus faible et moins variable.
Cependant, les hirondelles (qui
sont des passereaux) migrent
z
exclusivement de jour. C.B.
Avant de déceler la trace du réchauffement
climatique dans les relevés, et d’expliquer
ainsi la récente omniprésence des nuages
noctulescents, il faudrait donc soustraire
chacun des phénomènes intervenant à
court terme. C’est dans ce but que la Nasa
a lancé, en 2007, le satellite AIM (pour
Aeronomy of Ice in the Mesosphere).
Pour la première fois, celui-ci a permis
de dessiner des cartes de la répartition
des nuages en temps réel. Avant lui, par
exemple, on ne savait pas sur quel support
Non, les animaux qui courent très
vite ont aussi intérêt à avoir de
grands yeux pour mieux éviter les
obstacles. Des chercheurs texans
ont même avancé en 2012 que
la taille des yeux des mammifères
dépend à 89 % de leur vitesse
maximale et de leur masse. C.B. z
57 Les espèces
qui voient la
nuit voient-elles
les couleurs ?
En général, les animaux nocturnes,
dont la vision est adaptée à la
nuit, voient en noir et blanc.
Mais certains papillons, comme
Deilephila elpenor (ou grand
sphinx de la vigne), parviennent
parfaitement à faire la différence
entre des fleurs jaunes et bleues
z
au clair de lune. C.B.
SCIENCE & VIE
PAS DE PREUVE FORMELLE
matériel ils se condensaient. Car la vapeur
d’eau ne se change pas spontanément en
particules de glace. Pour qu’un nuage se
forme, elle a besoin de grains de poussière
sur lesquels s’agglutiner. D’où vient donc
la poussière de la mésosphère ? Il n’a fallu
que quelques tours du monde à AIM pour
répondre à cette question : elle est d’origine… extraterrestre, composée de résidus que les météorites abandonnent lors
de leur chute sur Terre.
Le satellite a également mis en évidence une variation périodique de vingtsept jours dans le comportement des
nuages, qui correspond à la période de
rotation du Soleil sur lui-même. Mais
malgré ces avancées, toujours pas la
moindre preuve définitive de l’influence
du réchauffement climatique. Si l’hypothèse du méthane s’avère fondée, cela
signifiera que les nuages noctulescents
ont pu n’apparaître qu’au XIXe siècle. Et
qu’ils sont bien des enfants de la révolution industrielle. M.S.
z
»
nières années, durant lesquelles l’activité
solaire a pourtant exceptionnellement augmenté. Cette anomalie résulterait d’un
autre phénomène : l’augmentation du trafic spatial, notamment celui des navettes
américaines. Lancées depuis la Floride,
celles-ci auraient injecté des trombes de
vapeur d’eau dans la mésosphère en la traversant de part en part, générant une recrudescence de nuages.
56 Qui dit
grands yeux
dit animal
nocturne ?
QR
Ces étranges nuées
polaires se manifestent
désormais sous des
latitudes de plus en
plus basses, comme au
Danemark, en 2010.
53
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ATCHOUM
RÉPONSES
58
Pourquoi on a le nez bouché
quand on est enrhumé ?
Éternuements, écoulements de mucus,
toux… et nez bouché. Bien connus de
chacun, les symptômes du rhume ont
tous une origine commune parfaitement
identifiée : ils sont la réponse immunitaire
à la présence d’un virus – le plus souvent
un rhinovirus – dans les voies aériennes
supérieures (le nez et le pharynx).
Le mucus nasal a pour mission de piéger les poussières, virus et bactéries, et de
détruire, grâce aux globules blancs qu’il
contient, les micro-organismes indésirables. Produit par les muqueuses tapissant
les voies respiratoires, il est d’ordinaire
évacué par les cils présents sur les parois
de la fosse nasale. “Nous en avalons 1 litre
par jour de manière inconsciente”, rapporte
l’oto-rhino-laryngologiste Jean-Marc Séné.
En cas d’agression virale ou bactérienne, “il y a une hypersécrétion de mucus
et les fosses nasales n’arrivent pas à évacuer la trop grande quantité de bactéries
qui l’agressent”. D’où les écoulements
typiques du rhume. Et, en parallèle, la
sensation de nez bouché. “La vascularisation locale augmente pour permettre
l’arrivée des globules blancs, entraînant
un gonflement des muqueuses”, détaille
Sylvain Morinière, ORL et professeur
d’université. En pratique : les “tuyaux” se
resserrent, la place manque, les sécrétions
s’accumulent… et le nez se bouche.
Outre la sensation désagréable et la gêne
occasionnée, l’accumulation des sécrétions, mal évacuées, peut, à terme, obstruer
également les sinus. Le rhume évolue alors
vers une sinusite. Les matières expulsées,
qui présentent une couleur verdâtre, correspondent d’ailleurs à des sécrétions stagnantes ou infectées.
Seule solution pour éviter de se retrouver
avec le nez bouché : se moucher dès les
premiers symptômes et éliminer le surplus
de mucus par des lavages réguliers au sérum physiologique. F.C.
z
Parce que les tissus internes, en gonflant, bloquent le mucus nasal
1
2
Un rhinovirus provoque une inflammation
des muqueuses de la fosse nasale : le diamètre des capillaires sanguins s’élargit pour
faire affluer plus de sang et de cellules immunitaires, ce qui augmente la production de mucus,
que les cils ne peuvent plus évacuer.
Le gonflement des
tissus, couplé avec
la surproduction de mucus,
réduit l’écoulement de l’air
inspiré : le nez se bouche.
Fosse
nasale
Mucus
Cornets
Cils
54
QR
Glande qui
produit le
mucus
Capillaires
sanguins
Flux d’air
Bouche
Pharynx
A.DAGAN - CDC - SHUTTERSTOCK
QR
»
SCIENCE & VIE
Narine
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
59
Peut­on attraper
la grippe... en été ?
La couche de choles­
térol qui entoure le virus
de la grippe (ici vu au
microscope électroni­
que) résiste mal à la
chaleur, ce qui fait de
lui un virus hivernal.
C’est peu probable, car le virus de la grippe
(et ses multiples variantes) préfère l’hiver. Selon
une étude américaine de 2008, il vivrait en effet
plus longtemps lorsqu’il fait froid et sec, grâce
à la couche de cholestérol qui l’entoure et qui
se dégrade avec la chaleur et l’humidité. En
2007, d’autres chercheurs le suggéraient déjà :
en mélangeant des cochons d’Inde atteints de la
grippe avec des congénères sains, ils n’avaient
recensé aucune contamination à 30 °C. Alors que
le taux de transmission virale était le plus fort lorsque la température diminuait à 5 °C, avec un degré
d’humidité de 20 %. Par ailleurs, le manque de vitamine D pourrait aussi jouer un rôle. Le soleil étant
la principale source de cette vitamine, elle est
présente en plus petite quantité dans notre corps
en hiver, ce qui altère l’efficacité de nos défenses
immunitaires. Le froid, qui mobilise de nombreuses ressources de l’organisme, est aussi évoqué.
De même que la propension à se réunir dans des
milieux confinés en hiver, ce qui favorise
z
la propagation du virus. F.C.
60
»
QR
Eh bien oui ! Et ce n’est pas étonnant : il existe près de 300
rhinovirus (les virus responsables du rhume) ! Or les défenses
immunitaires développées contre l’un ne sont pas efficaces
contre tous. “Si, très souvent, le rhume n’implique qu’un seul
virus, dans 1 à 5 % des cas, il peut y avoir co-infection par
deux pathogènes”, précise le virologue lyonnais Bruno Lina.
Par exemple, chez les enfants, on peut trouver le virus respiratoire syncytial, agent principal de la bronchiolite, en même
temps qu’un rhinovirus. Exceptionnellement, on peut même
déceler trois, voire quatre agents différents. Cependant,
ces co-infections n’induisent pas forcément un rhume plus
grave ou plus long. Car certains virus peuvent être présents
sans pour autant être pathogènes. K.B.
z
SCIENCE & VIE
Attraper plusieurs
rhumes à la fois,
c’est possible ?
55
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS INCLASSABLE
RÉPONSES
56
QR
S’il ressemble à une
plante, se nourrit comme
un animal et se reproduit
comme un champignon, le
blob n’appartient pourtant
à aucune de ces catégories.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mais c’est quoi le blob :
un animal ou un végétal ?
N
H
UNE CELLULE CAPABLE D’APPRENDRE
Dans sa façon de manger et de ramper,
le blob est proche d’un animal. Mais ses
pigments cellulaires jaunes et roses le rapprochent des plantes. Même son génome
laisse les généticiens perplexes. Outre
qu’ils présentent de nombreuses caractéristiques de cellules animales, les gènes
de Physarum polycephalum traduisent un
organisme d’une complexité moléculaire
inégalée au sein des unicellulaires.
Exceptionnel, donc, et pourtant délaissé
par la recherche. Jusqu’à ce qu’une équipe
japonaise révèle, dans les années 2000,
des capacités inimaginables pour des êtres
unicellulaires : prise de décision, évaluation des risques, expression de variabilités
individuelles… Les éthologistes ont alors
reconsidéré l’intérêt du blob.
En testant des souches génétiquement
distinctes, on met en évidence des différences de comportement entre les souches
Mis en contact
avec deux blobs (H)
qu’on a “habitués”
à ignorer leur aversion pour le sel, un
blob “naïf” (N) se
met à traverser un
pont recouvert de
sel pour atteindre
de la nourriture.
Preuve que les
blobs transmettent
un apprentissage,
via la veine qui se
forme entre eux,
au niveau de la
zone de contact.
japonaise, américaine et australienne.
Ainsi, le blob australien sécrète plus de
calcium et en détecte des quantités infimes
dans l’environnement, alors que l’américain en sécrète très peu et le perçoit
moins bien. Deux australiens vont l’un
vers l’autre, quand deux américains partent
chacun dans leur coin…
Au vu de ces compétences, les scientifiques ont émis l’hypothèse que le blob est
capable d’apprendre. Des blobs ont été entraînés à ignorer leur répulsion naturelle
pour la caféine, la quinine et le sel, et à traverser un pont recouvert de ces substances
pour accéder à de la nourriture. Ils ont traversé le pont en cinq jours ! Et ce n’est pas
tout : Physarum polycephalum peut transmettre ses connaissances par simple fusion
avec un homologue inexpérimenté. Les
scientifiques ont rassemblé 2 000 blobs dits
“habitués”, entraînés à ignorer leur aversion pour le sel, et 2 000 blobs dits “naïfs”,
puis effectué diverses combinaisons naïfs/
habitués. Dès qu’il y avait un habitué dans
le lot, les autres savaient.
Comment l’information est-elle partagée
entre les blobs ? Grâce à une sorte de veine
se formant trois heures après la fusion de
deux blobs. Au sein de sa cellule multinucléique, le blob est parcouru par un réseau
de veines dans lequel circule le cytoplasme
contenant les nutriments. En début de fusion, il y a juste un partage de cytoplasme.
Puis, d’un seul coup, on voit nettement
une veine apparaître. D’ailleurs, il n’y a pas
de partage de l’information si les blobs sont
séparés avant la formation de la veine.
La découverte a de quoi dérouter. Sous
quelle forme l’information circule-t-elle
dans cette mystérieuse veine ? ARN messagers, protéines ? Pour le moment, le processus reste inconnu. Une question de plus à
résoudre pour lever le mystère de cet être
vraiment pas comme les autres. A.P.
z
»
CNRS
H
sa façon de se nourrir est typiquement
animale : c’est un prédateur qui pratique la
phagocytose, c’est-à-dire qu’il engouffre sa
nourriture. Mais alors que le champignon
ne mange que par absorption de microéléments, le blob peut ingurgiter des bactéries, se délecte de champignons et, en
laboratoire, raffole des flocons d’avoine.
QR
Ni l’un ni l’autre ! Ainsi baptisé en référence à un film d’horreur américain, le
“blob” est en fait une cellule géante à plusieurs noyaux. Peut-être l’avez-vous même
déjà croisé au détour d’un chemin forestier,
sous la forme d’un tapis mousseux jaune,
sans vous douter que vous aviez sous les
yeux un casse-tête pour l’arbre du vivant.
Car reprenons : plus connu sous le nom
de Physarum polycephalum, le blob a très
longtemps été rangé avec les... champignons. D’ailleurs, la plupart des articles
historiques sur le sujet se trouvent dans
des revues consacrées à la mycologie.
Ensuite, il fut classé chez les protistes, un
règne fourre-tout abandonné aujourd’hui.
Depuis le séquençage de son génome en
2015, il fait partie des amibozoaires, un
groupe d’unicellulaires un peu primitifs.
Mais sa classe a conservé le nom de myxomycètes (“champignons gluants”).
Le blob a tout pour exciter la curiosité
des biologistes. Il rampe, dévore tout sur
son passage, dispose de 750 types sexuels et
peut atteindre la taille de 10 m2 en laboratoire. Bien que dépourvu de cerveau, il
est capable d’apprendre et même d’enseigner. Et son comportement varie selon son
origine géographique ! Si son mode de reproduction ressemble à celui des champignons (il disperse ses spores dans la nature),
SCIENCE & VIE
61
57
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ÉNERGIE
RÉPONSES
58
QR
Fusion nucléaire : Iter
peut-il vraiment la réaliser ?
Certes, le projet de réacteur expérimental
Iter accumule depuis 2001 les retards et
les dépassements budgétaires. Mais il faut
dire que son défi est immense : il s’agit de
reproduire sur Terre les réactions énergétiques qui ont lieu au cœur du Soleil. À
savoir des processus de fusion nucléaire, à
ne pas confondre avec la fission nucléaire
de nos centrales nucléaires : si la fission vise
à “casser” de gros atomes pour en récupérer l’énergie, la fusion cherche à fusionner
de petits noyaux atomiques, ce qui libère
quatre fois plus d’énergie que la fission ! Qui
plus est, cela produit beaucoup moins de
déchets radioactifs et, surtout, n’implique
pas de réaction en chaîne. Ici, pas de risque
d’emballement comme à Tchernobyl.
La fusion apparaît donc, sur le papier,
comme une fantastique source d’énergie.
Mais en pratique, c’est une autre histoire.
De fait, pour faire fusionner deux atomes,
il faut vaincre la prodigieuse force de répulsion électrostatique qui éloigne leurs
noyaux chargés positivement. Pour cela, il
faut les chauffer à 150 millions de degrés,
jusqu’à obtenir un plasma, ce quatrième
état de la matière dans lequel les électrons
se désolidarisent des noyaux pour former
une “soupe” atomique. Or, aucun matériau
ne résiste à une telle fournaise.
La solution ? Le “confinement magnétique” : des aimants ultrapuissants stabilisent le plasma et le maintiennent à bonne
distance des parois. Une machine russe, le
tokamak, s’est ainsi imposée dans les années
1960 comme le meilleur dispositif pour ce
confinement. Mais un tel champ magnétique ne s’obtient qu’au prix d’une dépense
énergétique phénoménale. En 1997, le
plus grand tokamak actif formait, pendant
une seconde, un plasma dégageant 16
mégawatts (MW) pour 24 MW dépensés…
De son côté, le tokamak français Tore Supra
est parvenu en 2003 à stabiliser un plasma
pendant plus de 6 minutes. Une éternité !
ITER
QR
»
SCIENCE & VIE
62
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
rations d’énergie massives et ponctuelles,
comparables aux éruptions solaires ! Non
contrôlées, elles peuvent toucher la paroi
du tokamak et l’endommager sévèrement.
Les ingénieurs disposent de méthodes
pour détecter ces éventuelles irrégularités,
telle l’injection de gaz inerte qui permet de
refroidir localement le plasma. Problème :
ces modèles sont surtout empiriques, basés
sur l’observation des tokamaks. Au niveau
de la physique fondamentale, on ne comprend toujours pas comment se forment les
turbulences dans le plasma. Les modèles
existants ne rendent pas compte de son immense complexité. Dès lors, impossible de
prédire que les extrapolations seront 100 %
fiables à l’échelle d’Iter…
Ce sera l’un des enjeux de la montée en
puissance, très progressive, du réacteur.
Prochaine étape décisive : l’assemblage du
tokamak, prévu pour 2019. Sachant que
des réacteurs rivaux, plus petits, sont aussi
lancés dans la course à la fusion… H.L. z
»
À PLEINE PUISSANCE EN 2035 ?
Depuis 2001, Iter s’est attaché à réaliser
l’exploit, celui-ci colossal mais pas insurmontable. Encore aurait-il fallu mettre
en place une organisation digne des plus
grands projets industriels. Or, Iter a toujours péché par manque de coordination,
les pays ne communiquant pas vraiment
entre eux, d’où des problèmes de compatibilité et de respect du calendrier.
Bernard Bigot, un ancien du CEA, accepte de reprendre les rênes du projet en
2014, à trois conditions : rétablir un pouvoir
de décision fort, imposer une collaboration
plus soutenue entre les pays et redéfinir un
calendrier crédible. En 2016, il annonce
ainsi le report du premier plasma à 2025,
avant une pleine puissance en 2035. Un
coup de fouet salutaire : le chantier n’a pas
pris de retard depuis 2015 et, techniquement, le scénario 2025 est confirmé. Oui,
mais celui-ci est conditionné à une rallonge
budgétaire de 4,6 milliards d’euros (près de
20 milliards d’euros au total !) ; or, les ÉtatsUnis traînent actuellement des pieds…
Reste que la principale incertitude est
d’ordre scientifique : parviendra-t-on à
dompter les “disruptions” du plasma ? Au
sein d’un confinement magnétique, la différence de pression entre le centre du plasma et ses extrémités peut mener à des libé-
QR
Pour aller plus loin, il fallait voir plus
grand. De là le projet Iter, à l’initiative des
Russes. Son objectif – générer pendant
20 minutes 500 MW de puissance avec
50 MW de puissance injectée – impliquait
une coopération internationale et, en 1985,
le projet proposé par Gorbatchev est rejoint
par les États-Unis, puis l’Europe et le Japon.
Le choix du site, fixé in fine à Cadarache
(Bouches-du-Rhône), et la répartition des
rôles sont âprement négociés. Le chantier
est lancé 15 ans après la phase d’ingénierie.
Sauf que les plans initiaux sont trop optimistes, certaines pièces lancées trop tôt…
SCIENCE & VIE
Vue d’artiste du réacteur
Iter, avec sa chambre à vide
pour le plasma, cernée par les
bobines de champ magnétique
mesurant 29 m sur 29 m.
59
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
La sélection de décembre
Retrouvez plus d’idées sur le site
boutique.science-et-vie.com.
En cadeau
pour toute commande !
Le DVD
“L’univers
invisible”
Construisez votre robot
et faites-le fonctionner sans piles,
à l’énergie solaire !
374 843 29,90€
Le robot solaire
Roll-e 14 en 1
Commandez vite !
Avec 2 niveaux de difficulté, ce kit ultra-complet vous permet
de créer 14 robots différents, tous animés avec un moteur
fonctionnant à l’énergie solaire. Une fois construits, ces robots
s’animent, marchent, roulent sur la terre ou naviguent sur l’eau !
Un dictionnaire qui
a réponse à tout !
A partir de 8 ans. 14 robots en 1 : Robot marcheur, bateau, chien, cheval, crabe,
à roues, surfeur, glisseur, quadripède, zombie, tortue, rameur, scarabée et auto.
Di approx. 15 x 12 x 12 cm. 195 pièces
Dim
iè à assembler.
bl Batterie
B tt i solaire.
li
361 105
Robot crabe
49 €
Le dictionnaire
électronique Lexibook Larousse
Robot chien
Orthographe, conjugaison, mots croisés, jeux de
lettres, synonymes... Ce dictionnaire Lexibook
Larousse est très complet :
• Il définit tous les mots du dictionnaire avec
45 000 mots racines et jusqu’à 6 définitions par mot
• Il sait corriger plus de 3 millions de mots
• Il a plus de 250 000 propositions de synonymes
• Il conjugue aussi 9 000 verbes sur 10 temps
• Il a une fonction horloge, calculatrice et il résout
les jeux de lettres
Robot à roues
Licence Larousse. Convertisseur € et métrique.
Horloge, date. Grand écran 4 lignes. Fonction loupe.
Dim. : 12 x 12,6 x 1,5 cm. Poids : 91 g. 1 pile fournie.
Garantie 1 an. Eco-participation incluse
Robot bateau
Le brise-glace
de l’Antarctique
L’Astrolabe
414 474
35 €
L’Astrolabe est un bel ouvrage dédié au fameux brise-glace du
continent Antarctique. Découvrez la vie des explorateurs prêts
à tous les sacrifices pour atteindre le pôle Sud et franchir les
étendues de glace de mer à travers les tempêtes des mers
australes. Trente années d’épopées polaires racontées d’après
des témoignages intimes et sincères. Bienvenue à bord...
Auteur : Daphné Buiron. 216 pages.
Dim.: 21 x 27 x 2 cm. Éditions : E/P/A.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L’alliance parfaite
entre bois et mécanique !
Minuteur mécanique
Innovant, construisez de vos propres mains ce minuteur
mécanique 100% bois. Programmez-le pour une durée
allant de 1 à 20 minutes, comme par magie, les rouages
s’activent sans aucune énergie. Sans colle ni pile, montez
ce bijou en bois et comprenez les principes de la mécanique
d’horlogerie.
A partir de 14 ans.
Dim. du modèle : 17 x 8 x 26 cm.
Nombre de pièces : 107.
Assemblage : de 4h à 7h.
Bienvenue en 1913 !
385 898
Réédition du 1er Science&Vie avril 1913
,90€
39
415 588
19,90€
Il y a plus d’un siècle, en avril 1913, les plus curieux achetaient pour un franc le 1er
numéro de « La Science et La Vie ». Offrez-vous un retour en arrière et lisez les grandes
actualités d’avril 1913 avec cette réédition : le problème de l’heure, les grands chirurgiens
français de l’époque, comment assurer notre sécurité sur les chemins de fer, comment
retarder la vieillesse, la science française et l’industrie du froid…
Réédition du 1er numéro par la rédaction de Science & Vie. Dim. : 16 x 23 cm. 145 p. Noir et blanc.
Pour commander et s’informer
boutique.science-et-vie.com
Exclusivité internet Livraison en Points Relais® / Paiement Paypal®
Renvoyez le bon de commande avec votre règlement à
La Boutique Science&Vie - CS 90 125 - 27 091 Évreux cedex 9
01 46 48 48 83 (Paiement par CB uniquement)
✁
dans une enveloppe affranchie avec votre règlement à :
BON DE COMMANDE ÀLarenvoyer
Boutique Science&Vie - CS 90 125 - 27 091 ÉVREUX CEDEX 9
Articles
Ref.
ex.: l’Astrolabe
414 474
Qté
x
Prix
1
S/total
35€
35€
J’indique mes coordonnées :
sssssssssssssssssssssssssss
sssssssssssssssssssssssssssss
ssssssssssssssssssssssssssssssss
CP : sssss Ville : sssssssssssssssssssssss
Tél.: ss ss ss ss ss
Email : sssssssssssssssssssssssssssssss
Nom/Prénom :
Adresse :
x
€
€
x
€
€
x
€
€
x
€
€
Sous-total
FRAIS D’ENVOI
(cochez la case
de votre choix)
Frais d’envoi
offerts dès 49 €
de commande !
€
+6,90 €
Envoi normal
Ma commande atteint 49€ Envoi normal
Gratuit
Envoi Colissimo
+7,90 €
Ma commande atteint 75€ Envoi Colissimo
Gratuit
TOTAL
€
Je souhaite bénéficier des offres promotionnelles des partenaires de Science&Vie (Groupe Mondadori).
Je choisis mon mode de paiement :
CODE COMMANDE : 464.149
Par chèque bancaire à l’ordre de Science&Vie
en 1 fois, la totalité de ma commande.
en 3 fois sans frais (à partir de 99€).
Par Carte bancaire :
en 1 fois, la totalité de ma commande.
ssss ssss ssss ssss
Expire fin : ss / ss Cryptogramme : sss
en 3 fois sans frais (à partir de 99€).
Signature :
Offre valable uniquement en France métropolitaine jusqu’au 31/01/2019 dans la limite des stocks disponibles. Délai de livraison des produits : maximum 3 semaines après l’enregistrement de votre commande. Selon l’article L121-21 du code de la
consommation, vous disposez d’un délai de 14 jours pour changer d’avis et nous retourner votre colis dans son emballage d’origine complet. Le droit de retour ne peut être exercé pour les enregistrements vidéo descellés. Les frais d’envoi et de
retour sont à votre charge. En application de l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-contre sont indispensables au traitement de votre commande. Elles peuvent donner lieu à l’exercice du droit d’accès et de rectification auprès de
Mondadori. Par notre intermédiaire, vous pouvez être amené à recevoir des propositions d’autres organismes. Cochez la case si refus Conformément aux dispositions du Code de la consommation concernant le règlement amiable des litiges,
Science&Vie adhère au Service du Médiateur du e-commerce de la FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) dont les coordonnées sont les suivantes : 60 Rue La Boétie – 75008 Paris – http://www.mediateurfevad.fr. Après
démarche préalable écrite des consommateurs vis-à-vis de Science&Vie, le Service du Médiateur peut être saisi pour tout litige de consommation dont le règlement n’aurait pas abouti. Pour connaître les modalités de saisine du Médiateur : www.
mediateurfevad.fr/index.php/espace-consommateur.
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS AU MENU
RÉPONSES
63 Que mangent
les Français ?
DES FÉCULENTS
Un Français mange en moyenne 109 kg de
blé par an (sous forme de pain, pâtes…),
47 kg de pommes de terre et 5,7 kg de riz.
DES LÉGUMES
Le plus consommé est la tomate : 12 kg/
an/habitant en frais (14 kg en transformé). Les surgelés représentent 12 kg.
DES FRUITS
Le plus consommé est l’orange, avec
38 kg/an/personne, dont 85 % sous forme
de jus. À table, les Français apprécient
les pommes (22 kg).
DU SUCRE ET DE L’HUILE
Un Français consomme 35 kg de sucre par
an, à 80 % sous forme incorporée à des
produits sucrés, et 13,5 kg d’huile végétale, principalement issue de la culture de
tournesol (mais aussi de colza et d’olive).
DE LA VIANDE ET DU POISSON
Nous mangeons 32,8 kg de porc par an et
par habitant, 26,4 kg de volaille et 24 kg
de bœuf. Le poisson représente 23 kg.
DES LAITAGES
Les produits laitiers (fromages, yaourts...)
pèsent pour 6 % du total des aliments
consommés (liquides et solides) par les
Français adultes. C’est quatre fois plus
pour les enfants de moins de 10 ans. C.B. z
62
QR
Chaque année, en France, 140 litres d’eau
minérale ou de source sont consommés
par habitant, bien loin de la bière (30 l)
et du vin (42 l). Le vin, est passé du statut
de composante du repas à celui de boisson
culturelle, selon les chiffres du ministère
de l’Agriculture, qu’il En effet, la part de
ses consommateurs réguliers (buvant
du vin tous les jours) diminue largement
(16 % de la population en 2015, contre 51 %
en 1980), tandis que celle des buveurs
occasionnels est en notable progression
(51 % en 2015 contre 30 % en 1980). Les
non-consommateurs ont aussi beaucoup
augmenté : un cinquième en 1980, contre
z
un tiers en 2015. C.B.
SHUTTERSTOCK
QR
»
SCIENCE & VIE
64 Que
boivent-ils ?
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
65 Et les
confiseries ?
220 000 tonnes de bonbons sont
consommées chaque année en
France. Cela représente 3,3 kg par
habitant. Quant au chocolat,
il s’en écoule 405 000 tonnes sur
le marché français, principalement sous forme de tablettes
(32,6 %) et de bouchées (26,1 %).
Les Français sont particulièrement amateurs de chocolat noir
(30 % des ventes, contre 5 % en
Europe). Ils sont plutôt raisonnables par rapport à leurs voisins :
avec 6,6 kg de chocolat par an,
un Français en déguste presque
deux fois moins qu’un Allemand.
9 % des ventes annuelles de
chocolat se font à Noël, avec 29 €
dépensés en moyenne par Français pour les fêtes. C.B.
z
ScIENCE & VIE
En moyenne, un Français consacre
3 600 euros par an à l’alimentation, selon l’Insee. Cela représente un cinquième (20,4 %) de
son budget total. Un chiffre en
recul ces dernières décennies :
en 1960, on dépensait un franc
sur trois (34,6 %) pour se nourrir !
Aujourd’hui, les trois quarts de ce
budget concernent l’alimentation
au domicile, le reste étant dépensé
dans les restaurants, les cantines,
etc. Même si sa consommation est
en recul, la viande représente la
majeure partie des dépenses. C.B. z
»
Les Français prennent en moyenne 2 heures
et 22 minutes par jour pour s’alimenter, dont
19 % devant la télévision (surtout le soir). Ils
consacrent 36 minutes à la préparation des
repas, avec une forte disparité entre les sexes :
52 minutes pour les femmes, contre 18 pour les
hommes. 15 % des Français grignotent entre les
repas (29 % chez les jeunes), mais notre quotidien reste particulièrement rythmé par les trois
repas traditionnels. À l’exception du petit déjeuner, ceux-ci sont très synchronisés, bien plus que
dans les autres pays : à 13 heures, un français sur
deux est en train de déjeuner. L’heure moyenne
z
du dîner s’établit à 20 h 15. C.B.
67 Pour quel
budget ?
QR
66
Quel temps
passent-ils à table ?
63
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS CONQUÊTE SPATIALE
RÉPONSES
64
QR
Existe-t-il un plan pour envoyer
des hommes sur Mars ?
Dans une telle entreprise, tout relève de
la plus grande difficulté ! Le fait que les
étagères de la Nasa débordent de projets
martiens plus ou moins grandioses régulièrement élaborés puis abandonnés, en est la
preuve. Le dernier en date, Constellation,
lancé par George W. Bush en 2004, prévoyait une base lunaire permanente peu
après 2020, point de départ d’un envol vers
Mars. Mais, sans budget à la hauteur de
l’enjeu, il fut abandonné en 2010. Depuis,
la Nasa s’est résignée à des feuilles de route
plus modestes. Son nouveau credo ? Y aller
pas à pas, sans brûler les étapes. Car les
défis techniques à relever sont nombreux.
La première difficulté, pour une mission
sur Mars, c’est de s’y poser. La planète rouge ayant une gravité conséquente et une
atmosphère relativement ténue, il faut un
système de freinage particulièrement subtil,
ce qui complexifie beaucoup les choses.
Autre difficulté, la durée du voyage : au
minimum six mois ! Par ailleurs, le retour
doit impérativement se faire soit 30 jours
plus tard, mais avec un trajet de treize mois
pour “rattraper” la Terre sur son orbite, soit
500 jours plus tard, pour bénéficier du créneau orbital favorable suivant. Ce qui fait
plus de deux ans et demi ! Une épreuve
pour les astronautes, et une masse considérable de vivres et de matériel à envoyer, y
compris les modules d’habitation.
Sachant que faire atterrir sur Mars un
module de plusieurs dizaines de tonnes est
un sacré défi. Déjà, à l’entrée dans l’atmosphère martienne, il faut augmenter la surface de freinage par rapport à l’objet, avec
des volets déployables ou des structures
gonflables. L’ouverture du parachute est
tout aussi délicate. Celui de Curiosity faisait
16 m de diamètre... Il paraît inconcevable
d’en imaginer un dix fois plus grand ! Il faut
donc demander davantage aux rétrofusées
et, du coup, disposer de plus de carburant.
Reste à relever le défi de vivre sur une planète où il fait aussi froid la nuit qu’en Antarctique, dans une atmosphère quasiment
sans oxygène et empoisonnée de gaz carbonique, et où la pression est si faible que la
salive ou le sang entrent en ébullition dès
que la température dépasse 0 à 5 °C ! La solution ? Des scaphandres capables de tenir
500 jours ! Certes, les séjours dans la Station spatiale internationale ont montré que
c’était possible ; mais l’environnement y est
bien moins poussiéreux que sur Mars…
Autre question qui soucie les scientifiques :
les astronautes supporteront-ils psychiquement deux ans et demi d’isolement total ?
Car l’homme pourrait bien être le maillon
faible de la mission. Comment préparer les
astronautes à un tel défi ? Faut-il y envoyer
des surhommes ? Pas forcément. C’est plutôt la cohésion du groupe en situation difficile qui fera la différence. À cette fin, plusieurs simulations ont été réalisées, mais les
cobayes savaient qu’ils étaient sur Terre…
QUID DU RETOUR SUR TERRE ?
Retour au défi technologique : comment
repartir une fois la mission terminée ? Après
avoir fait le plein sur place, bien sûr ! Tous
les scénarios envisagés prévoient en effet de
fabriquer à partir des ressources martiennes
le carburant du retour, qui serait bien trop
lourd à emporter au départ. Une piste
consiste à amener de l’hydrogène liquide
depuis la Terre et à le faire réagir avec le
dioxyde de carbone contenu dans l’atmosphère martienne, pour obtenir du méthane
et de l’oxygène. Car le rendement de cette
réaction est exceptionnel : 6 tonnes d’hydrogène fournissent 116 tonnes d’oxygène
et de méthane ! À condition, bien sûr,
d’avoir conçu des moteurs qui puissent
utiliser ce carburant… Et sachant qu’oxygène et méthane devront être conservés à
- 180 °C pour rester liquides. Il s’agit donc
de concevoir un système réfrigérant fiable,
puisque si le carburant fait finalement défaut, personne ne rentre !
Deux principes guident ainsi tous les
scénarios envisagés : installer sur place,
par des missions non habitées préalables,
le plus grand nombre d’éléments (dont la
source d’énergie électrique, seule forme
d’énergie utilisable sur place) avant l’arrivée du premier équipage ; et disposer de
systèmes redondants pour pallier toute
défaillance. Chaque mission habitée
apportant avec elle les éléments qui serviront pour la suivante, ou pour elle en cas
d’incident. Ce qui suppose une certaine
précision à l’atterrissage, afin de ne pas déposer l’équipage à plus d’une centaine de
kilomètres de la base, distance maximale
franchissable si l’équipage dispose d’un
véhicule de type jeep lunaire.
Quel scénario précis sera adopté pour
poser les premiers pas d’un homme sur
Mars ? Pour l’instant, nul ne le sait. Ni
même quand aura lieu précisément cette
conquête d’un nouveau monde. Seule
certitude : l’emballement d’Apollo, qui a
vu tout un programme se développer en
moins de dix ans pour aboutir, en partant
de zéro, à la présence d’un homme sur la
Lune, ne se répétera pas pour Mars. On
ne peut pas d’emblée se fixer un objectif aussi difficile. Il faudra passer par des
étapes intermédiaires, parmi lesquelles on
trouve, pêle-mêle, l’orbite lunaire, une
base lunaire, une mission habitée vers un
astéroïde, puis vers une lune martienne
comme Phobos, l’orbite martienne…
Personne ne sait dans quel ordre cela se
fera. Chacune de ces étapes présente un
intérêt, mais supposera de développer de
gros outils à 50 milliards de dollars pièce,
qui seront utiles ensuite pour aller sur Mars.
C’est toute une stratégie de développement
sur vingt, trente, voire quarante ans. E.M. z
D.FLORENTZ
QR
»
SCIENCE & VIE
68
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
mission habitée
4La
dure 500 jours
Le scénario de la Nasa
Durant leur séjour,
ces premiers “Martiens”
multiplient les expériences
scientifiques. Puis ils
regagnent le vaisseau
mère resté en orbite grâce
au module d’ascension.
Même si de nombreux détails restent encore à régler,
la Nasa a mis au point un scénario qu’elle estime
solide pour amener un premier équipage d’astronautes sur le sol martien et le ramener sur
Terre. Explications en 5 étapes.
matériel est d’abord
1Du
acheminé sur Mars
Après une phase d’assemblage
(en orbite terrestre ou lunaire)
de ses différents éléments,
un vaisseau cargo automatisé
dépose sur Mars des
équipements utiles pour
une future mission
habitée : habitacles,
générateurs
électriques,
systèmes de
production
in situ de
carburant…
atterrit sur la
3Ilplanète
rouge
Pendant que le vaisseau
mère reste en orbite martienne, l’équipage s’arrime
à un module d’atterrissage
laissé en orbite par la mission automatisée précédente. Ce dernier déposera
aussi du matériel, qui servira
pour la mission habitée
suivante, l’équipage utilisant
celui déposé par la mission
précédente.
équipage est
2Un
à son tour envoyé
»
À l’issue d’une épopée de
deux ans et demi environ,
l’équipage rentre enfin
sur Terre. Il est protégé
des frottements atmosphériques (qui portent la
température à plus de
2 000 °C !) par la capsule
Orion, déjà développée.
QR
retour sur Terre
5Le
est programmé
SCIENCE & VIE
Un nouveau vaisseau, lui
aussi assemblé en orbite,
mais équipé cette fois
d’un module habitable,
amène l’équipage vers
Mars. Durée du voyage :
six mois minimum. De
quoi éprouver les astronautes, physiquement
et mentalement.
65
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS TEMPO
RÉPONSES
Même les lions de
mer sont capables
de synchroniser leur
corps avec un tempo,
alors qu’ils n’ont pas
la faculté de vocaliser.
66
QR
Mais d’où vient le
sens du rythme ?
Ronan est devenu une star du web depuis
qu’une vidéo l’a montré battant furieusement de la tête sur un morceau bien funky
de Earth Wind & Fire. Or, il s’agit d’un
lion de mer, à qui un chercheur du Long
Marine Laboratory, de l’Université de Californie, a appris le sens du rythme.
Mais il y a mieux : jusqu’ici, les scientifiques estimaient que la sensibilité au rythme
est l’apanage de certaines espèces seulement
(oiseaux, éléphants, cétacés, chauve-souris,
l’homme) ayant en commun de posséder
des capacités vocales et langagières. Or, ce
n’est pas le cas du lion de mer ! Le sens du
rythme n’est donc pas lié à la vocalisation.
D’où vient donc cet étrange sens ? Pourquoi l’évolution a-t-elle doté certaines espèces de la faculté de synchroniser son corps
avec un tempo ? L’explication serait, d’après
de récents travaux, à chercher dans le fonctionnement du cerveau. De fait, la communication entre neurones est basée sur le
rythme et la synchronisation : l’activité simultanée d’un grand nombre de neurones
forme des ondes à diverses fréquences ;
et toutes sont susceptibles de s’accorder à
une pulsation sonore ! Ainsi, dès le début
d’une chanson, dans les aires auditives et
visuelles du cerveau, l’activité des neurones
se synchronise… et se transmet ensuite aux
neurones des zones motrices, d’où partiraient alors des séquences de mouvements
complexes en cadence. Par ailleurs, la synchronisation avec un rythme extérieur de
certains neurones impliqués dans l’attention améliorerait les capacités cognitives.
Le sens du rythme présenterait donc un
avantage évolutif, non limité au langage.
Enfin, une hypothèse suggère que cela
aurait pu améliorer la cohésion des groupes,
donc leur survie, en permettant à nos ancêtres de chanter ou marcher ensemble.
Et la danse aurait également pu servir de
technique de séduction, devenant ainsi un
critère de sélection sexuelle. L.B.
z
SHUTTERSTOCK
QR
»
SCIENCE & VIE
69
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Spécial Noël
Offre réservée aux lecteurs de
Des magazines 15€
À partir de
seulement
à offrir ou à s’offrir !
l’abonnement
Vos magazines
€
15
à
seulement
l’abonnement
15€ au lieu de 27€*
4 mois - 15 no
soit -44% de réduction
15€ au lieu de 22,05€*
9 mois - 9 no
soit -31% de réduction
15€ au lieu de 24,23€*
4 mois - 4 no
soit -38% de réduction
15€ au lieu de 23,40€*
6 mois - 6 no
soit -35% de réduction
15€ au lieu de 20,32€*
2 mois - 5 no
soit -26% de réduction
20€ au lieu de 29€*
10 mois - 10 no
soit -31% de réduction
20€ au lieu de 27€*
6 mois - 6 no
soit -25% de réduction
20€ au lieu de 32€*
10 mois - 10 no
soit -37% de réduction
20€ au lieu de 32,50€*
8 mois - 5 no
soit -38% de réduction
20€ au lieu de 27,50€*
5 mois - 5 no
soit -27% de réduction
30€ au lieu de 52€*
9 mois - 40 no
soit -42% de réduction
30€ au lieu de 46,60€*
5 mois - 20 no
soit -35% de réduction
30€ au lieu de 49,50€*
9 mois - 9 no
soit -39% de réduction
30€ au lieu de 44,02€*
4 mois - 18 no + guide
soit -31% de réduction
30€ au lieu de 45€*
10 mois - 10 no
soit -33 % de réduction
Vos magazines
€
à
20
seulement
l’abonnement
Vos magazines
€
à
30
seulement
l’abonnement
* Prix de vente au numéro.
BON D'ABONNEMENT “Spécial Noël”
■ Oui, je profite de l'offre "Spécial Noël" :

Je calcule le montant de ma commande :
Nombre d’abonnements :
_____ x
15€ + _____ x 20€ + _____ x 30€ = ________€
 Je choisis mon mode de règlement :
Je règle par chèque à l’ordre de Mondadori Magazines France.
Je règle par
Date et signature obligatoires
Expire à fin
Les 3 chiffres au dos de votre CB
Exclusivement sur Internet
supplémentaires
dès 2
abonnements !
+ de choix, + rapide, + pratique,
retrouvez toutes nos offres sur :
8
www.kiosquemag.com/noel1
1028273
 Choix des magazines et adresse(s) de livraison des abonnements :
Mes coordonnées (à remplir dans tous les cas).
Magazines choisis : _______________________/_______________________/_______________________
Nom __________________________________________________________________________________________________________________
Prénom_______________________________________________________________________________________________________________
Adresse ______________________________________________________________________________________________________________
Code postal
Ville _____________________________________________________________________________________
Je laisse mon numéro de téléphone et mon email pour le suivi de mon abonnement
1031129
Numéro de téléphone
Email _________________________________________________________________________________________________________________
■
Code Crypto
à retourner à OPÉRATION NOËL - CS 90125 - 27091 EVREUX CEDEX 9
Je souhaite bénéficier des offres promotionnelles des partenaires sélectionnés par KiosqueMag
Adresse de livraison si j’offre des abonnements.
Magazines choisis : _______________________/_______________________/_______________________
Nom __________________________________________________________________________________________________________________
Prénom_______________________________________________________________________________________________________________
Adresse ______________________________________________________________________________________________________________
Code postal
Ville _____________________________________________________________________________________
* Prix de vente au numéro. Offre réservée aux nouveaux abonnés en France Métropolitaine jusqu’au 31/01/2019. En application de l’article 27 de la loi du 6 janvier 1978, les informations ci-contre sont indispensables au traitement de votre commande. Elles peuvent donner
lieu à l’exercice du droit d’accès et de rectification auprès de Mondadori Magazines France. Par notre intermédiaire, vous pouvez être amené à recevoir des propositions d’autres organismes. En cas de refus de votre part, il vous suffit de nous prévenir par simple courrier.
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS VIEILLESSE
RÉPONSES
68
QR
À gauche, le volume
du cerveau atteint
d’Alzheimer est réduit
par la dégénérescence
puis la mort des
neurones. À droite,
un cerveau sain.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L’Alzheimer,
c’est héréditaire ?
dépister chez des individus le risque de
développer la maladie. Mais la pratique
n’a pas cours, car aucune solution thérapeutique ne peut être proposée.
Le jour où la maladie s’exprime cliniquement, elle a en réalité déjà commencé à
faire son œuvre depuis vingt ans ou plus.
Pendant ce temps, le cerveau a réussi à
compenser les destructions de neurones
en se réorganisant, jusqu’au jour où il n’y
arrive plus. Pour traiter la maladie, il faudrait non seulement disposer de thérapies
efficaces pour stopper le processus de dégénérescence, ce qui n’est pas encore le
cas, mais aussi commencer la médication
dès le début de la maladie, avant même
que l’on puisse en observer le moindre
signe. Or, prendre cette décision sur la foi
d’un simple test de susceptibilité pose des
questions éthiques. En effet, pour pouvoir tester des médicaments, il faudrait
recruter des individus chez lesquels les
chercheurs prédiraient Alzheimer dix ans
avant qu’il ne survienne, et ce, sans aucune garantie de traitement, laissant ces
personnes dans l’angoisse quotidienne de
la survenue de la pathologie.
Pour l’heure, l’une des meilleures protections contre Alzheimer consiste à aider
son cerveau à résister et à compenser les
effets de la maladie le plus longtemps possible. Ainsi, les chercheurs ont constaté
que les personnes qui ont suivi des études
supérieures, celles qui entraînent continuellement leur cerveau, entretiennent
leur réseau social, luttent contre les
facteurs de risque vasculaire ou traitent
leurs ronflements nocturnes – autant
d’activités qui augmentent le nombre
de connexions entre neurones – repoussaient l’apparition de la maladie de près
de dix ans. C.L.
z
SCIENCE & VIE
AIDER LE CERVEAU À RÉSISTER
»
En fait, seule la forme dite “précoce” de la
maladie d’Alzheimer est totalement héréditaire. Dans 1 à 2 % des cas (soit environ
20 000 personnes concernées en France)
touchés par cette forme particulière de la
maladie, la transmission héréditaire est en
effet systématique, via un gène muté dominant qui entraîne l’apparition des symptômes avant l’âge de 60 ans, et même avant
40 ans. Dans 50 % de ces cas, la maladie est
due à l’un des trois gènes suivants : le précurseur du peptide amyloïde (APP), la préséniline 1 (PS1) et la préséniline 2 (PS2).
Mais il en existe probablement d’autres.
Pour toutes les autres formes d’Alzheimer (dites “sporadiques”), qui concernent
environ 900 000 personnes en France,
le caractère héritable de la maladie est
moins simple à étudier. Mais certains
gènes jouent clairement un rôle dans
leur développement. Vingt-trois gènes de
prédisposition sont aujourd’hui confirmés. Et l’implication d’une vingtaine
d’autres est en cours de vérification par la
communauté scientifique. La plupart de
ces gènes augmentent très faiblement le
risque, même si certains ont un impact
notable : la forme ε4 du gène de l’apolipoprotéine E, par exemple, peut multiplier
par 3 à 4 le risque de développer la maladie, et une mutation sur le gène de la clusterine le multiplie par 1,2. En outre, les
effets de plusieurs mutations sur différents
gènes peuvent se cumuler.
On peut dire qu’un malade d’Alzheimer
qui a des antécédents familiaux doit à ses
gènes entre 60 et 80 % de sa susceptibilité
à la maladie. Cependant, leur effet dépendra aussi de l’environnement dans lequel
chacun évolue tout au long de sa vie.
Les recherches sur le sujet sont en plein
essor et grâce à une base de données génétiques de plus en plus riche, les chercheurs seraient capables, en théorie, de
QR
PASIEKA/SPL/COSMOS
70
69
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ORIGINE DU MONDE
RÉPONSES
70
QR
Que s’est-il passé
juste après le big bang ?
L’Univers a une histoire, que des télescopes
de plus en plus perfectionnés sont parvenus
à reconstituer. Car ces instruments sont de
vraies machines à remonter le temps. Connaissant la vitesse de la lumière, on peut en
déduire la distance à laquelle se trouve un
point lumineux dans le ciel, mais aussi le
temps que sa lumière a mis à nous parvenir,
donc son âge. De là que les distances astronomiques s’écrivent en années-lumière :
une étoile se trouvant à 100 années-lumière
se situe à la fois à une distance de 1 million
de milliards de kilomètres, et à la distance
parcourue par la lumière en 100 ans : nous
la voyons telle qu’elle était il y a un siècle.
Avec l’avènement des télescopes de dernière génération, les astronomes sont ainsi
remontés de plus en plus loin dans le temps,
avec l’ambition d’atteindre le… big bang.
Soit l’explosion originelle telle que les équations d’Einstein l’ont théorisée : au commencement, il y a plusieurs milliards d’années, il se serait produit le grand boum d’une
“singularité primordiale”, laquelle aurait
engendré l’Univers qui, à ce moment-là,
était incommensurablement chaud, dense
et homogène. Mais, très vite, une phase
d’expansion s’en serait suivie, entraînant un
refroidissement progressif. Au fil du temps,
le fluide d’énergie qu’était l’Univers aurait
commencé à se structurer. Seraient alors
apparus des gaz d’atomes, puis les étoiles et
les planètes, puis les galaxies et, in fine, le
monde tel que nous le connaissons.
Voilà pour le scénario théorique. Qui, depuis qu’il a été formulé, s’est trouvé amplement validé : les astronomes ont accumulé
les preuves que l’Univers est en expansion
à partir d’un point singulier de l’espace et
du temps. En particulier, la découverte,
(presque par hasard) en 1965 du rayonnement de fond diffus cosmologique a définitivement imposé le dogme d’une “explosion primordiale” : prévu par la théorie,
ce rayonnement radio qui couvre toute la
voûte céleste apparaît comme la relique du
flash de lumière émis par le cosmos juste
après le big bang.
IMPÉNÉTRABLE “ÂGE SOMBRE”
L’histoire étant connue dans ses grandes
lignes, restait à l’écrire. C’est ici que, à la
fin du XXe siècle, sont entrés en scène des
télescopes tels que Planck ou WMAP. En
étudiant le fameux fond diffus du cosmos,
ces instruments de haute précision ont pu
remonter toujours plus loin dans le temps,
ESA & THE PLANCK COLLABORATION
QR
»
SCIENCE & VIE
71
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Ceux-ci savent que, dans ce “fluide univers” homogène, la gravitation a progressivement contrebalancé l’expansion
cosmique et condensé les premières structures. Mais quelles étaient ces premières
structures ? Cruciale, cette question bute
sur des problèmes théoriques aujourd’hui
insolubles. Avec trois hypothèses en lice.
S’agissait-il d’étoiles… gigantesques ?
C’est possible, car les étoiles que l’on
observe aujourd’hui n’auraient pas pu se
former dans le fluide tiède et dénué d’éléments lourds qu’était l’Univers d’alors !
Pour valider cette hypothèse, il faudrait
parvenir à dénicher ces hypergéantes dans
les strates du temps…
Et si les premières structures étaient des
galaxies ? Là encore, c’est possible. Surtout
que les observations ultra-profondes de
Hubble ont montré ce qui semble être les
briques constitutives des grandes galaxies :
de nombreuses petites condensations stellaires, appelées à fusionner pour générer
des spirales géantes comme la Voie lactée.
Problème : aujourd’hui, les astronomes
découvrent aussi des galaxies lointaines
centrées sur des trous noirs géants plusieurs milliards de fois plus massifs que
le Soleil. Comment ces trous noirs ont-ils
pu naître en aussi peu de temps ? À moins
– troisième hypothèse ! – que les trous
noirs se soient justement formés les premiers et que galaxies et étoiles se soient
constituées autour. Pas étonnant, dès lors,
que l’âge sombre soit si obscur…
Étoiles géantes, galaxies, trous noirs ?
Pour savoir ce qui s’est passé pendant les
trois premières minutes du film, et reconstituer enfin toute l’histoire de l’Univers, une
seule solution : il faudra disposer d’instruments gigantesques capables de percer les
ténèbres de “l’âge sombre”. Et justement,
certains sont en construction… S.B.
z
SCIENCE & VIE
ET SI TOUT AVAIT COMMENCÉ
PAR… DES TROUS NOIRS ?
Le fond diffus cosmologique observé par le
télescope Planck. Les points bleus, plus froids,
plus denses, donneront les graines d’étoiles.
»
pour plonger aussi profond dans l’abîme
du temps. D’autre part, le cosmos était
alors véritablement sombre : un espace
froid obscur, quasi vide aussi. Or, c’est la
lumière qui sert de guide aux astronomes.
QR
jusqu’à pouvoir dater précisément l’Univers : le big bang s’est produit il y a 13,8 milliards d’années. Qui plus est, ils ont validé
toutes les étapes de l’expansion du cosmos :
apparition des étoiles, puis des galaxies, etc.
Tout serait donc parfait s’il ne manquait
encore un tout petit bout de l’histoire. Pour
comprendre, imaginons qu’on ramène les
13,8 milliards d’années de l’Univers à un
film de deux heures ; eh bien, il manque
les trois premières minutes du film ! À l’exception du flash initial illuminant l’écran
un quart de seconde après le début, ces
trois minutes sont un blanc qui laisse le
spectateur dans le noir. Or, c’est là que s’est
jouée l’intrigue ! Les cosmologistes pensent
en effet que les premiers astres sont nés vers
la dixième seconde du film, entre 100 et
200 millions d’années après le big bang.
Que s’est-il passé à ce moment-là ? Ni les
télescopes terrestres géants, ni même le
télescope spatial Hubble n’ont pu pénétrer
les secrets de cet “âge sombre”, comme les
astronomes ont baptisé cette période qui
échappe à leurs regards. Cela pour deux
raisons. D’une part, aussi puissants soientils, leurs télescopes ne le sont pas assez
71
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
72
QR
72 Quelle est
la durée réelle
d’une grossesse ?
C’est vrai qu’il naît
plus de jumeaux ?
Elle serait en fait de 38 semaines et 2 jours
à partir de la fin des dernières règles. C’est
ce que montre une étude américaine qui
a mis en évidence que la durée d’une
grossesse menée à terme peut varier de
37 jours d’une femme à l’autre ! En mesurant précisément (par dosage hormonal)
la date de l’ovulation et en excluant les
naissances prématurées, les chercheurs
ont montré que la durée moyenne d’une
grossesse est en réalité de 268 jours, au
lieu des 280 jours (40 semaines) généralement fixés par les gynécologues. C.B.
z
Oui ! Le taux de naissances multiples a presque doublé en
quarante ans : 17 ‰ aujourd’hui, contre moins de 10 ‰ avant les
années 1980. Cette augmentation s’explique d’abord par celle de
l’âge des parturientes. Aujourd’hui, les femmes font des enfants
à 30 ans au lieu de 25 ans. Or, le risque d’avoir des jumeaux
augmente avec l’âge, en même temps que le taux de l’hormone
FSH, nécessaire à la maturation des ovules. À 20 ans, une femme
a 6 chances sur 1 000 d’avoir des jumeaux, contre 15 sur 1 000 à
37 ans ! Le second facteur, c’est l’assistance à la procréation, qui
favorise les grossesses multiples. En 2013, 13 229 femmes ont
eu des jumeaux en France, 197 des triplés, et 7 des quadruplés.
Cependant, la tendance actuelle est de n’implanter qu’un seul
embryon : le boom des jumeaux devrait donc cesser. C.B. et F.G. z
73
N.BROMHALL/SPL/GETTY
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS MATERNITÉ
RÉPONSES
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
74 Gestation :
pourquoi 9 mois
et pas moins ?
On a longtemps cru que les neuf
mois de gestation représentaient
un compromis évolutif : le développement du fœtus nécessiterait sans
doute plus de temps, mais le bassin
de la femme ne lui permettrait pas
d’accoucher d’un bébé plus gros.
Mais des chercheurs de l’Université de Rhode Island (États-Unis)
ont découvert que c’est en fait le
métabolisme maternel qui limite la
taille des bébés, donc la durée de
gestation. C’est en effet lorsque la
demande métabolique atteint le
double de sa valeur de base que
l’accouchement se déclenche. F.G. z
75 D’où vient
la dépression
post-partum ?
Celle-ci survient lorsque les hormones de la grossesse perturbent
le fonctionnement de deux gènes
contrôlant l’humeur, selon des
travaux réalisés en 2013. Détectable dans le sang, cette altération
pourrait permettre de repérer
z
les sujets à risque. C.B.
»
QR
Un fœtus âgé
de 20 semaines.
Au contraire, ces nausées – mal
nommées, car elles peuvent affecter les femmes à tout moment
de la journée dans les premiers
temps de leur grossesse –,
seraient en fait plutôt bon signe !
Une étude publiée en 2014 a en
effet montré qu’elles étaient
associées à un risque diminué de
fausse couche, de malformations
z
et de prématurité. C.B.
SCIENCE & VIE
76 Les nausées
matinales, c’est
inquiétant ?
73
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS MICROBES
RÉPONSES
La vie peut-elle se
générer elle-même ?
On l’a longtemps cru, mais plus maintenant. Parce qu’en démontrant que les microbes ne pouvaient se développer ex nihilo,
Pasteur a tranché cette question millénaire :
non, la vie ne peut pas naître de rien. En
l’élisant en 1862, l’Académie des sciences
a enterré la théorie de la génération spontanée et, avec elle, l’idée que des créatures
vivantes peuvent surgir de la matière inanimée, sans avoir de parents semblables à eux.
Cette idée avait pourtant traversé les
siècles et civilisations. Romains et Grecs
pensent que la matière inerte peut donner
naissance à des animaux “inférieurs” : limaces, poux, asticots. La doctrine emporte
ensuite l’adhésion des Pères de l’Église. Et
continue de prospérer au Moyen Âge et à
l’aube des Temps modernes, où des penseurs comme Descartes rejoignent le cortège des “spontanéistes”.
Ainsi, pendant des millénaires, la génération spontanée a semblé l’évidence même.
Nos lointains aïeux, qui observaient la nature à l’œil nu, ne voyaient-ils pas des vers
de terre sortir des fruits, des mouches naître
de viandes en putréfaction, des souris jaillir des meules de foin sale ? Et comment
imaginer, avant l’invention du microscope,
qu’un bocal vide puisse contenir de la vie ?
QR
»
SCIENCE & VIE
LA RÉVOLUTION DU MICROSCOPE
74
QR
Pourtant, l’heure des attaques contre “l’évidence” finit par sonner. Au XVIIe siècle,
Francesco Redi, médecin des Médicis de
Florence, est l’un des premiers à faire entendre une voix discordante dans son traité
Expériences sur la génération des insectes
paru en 1668. Quelques années plus tard,
le Hollandais Antonie Van Leeuwenhoek,
grâce à des microscopes de sa fabrication,
révèle l’existence d’un monde insoupçonné : celui de la vie invisible à l’œil nu. En
observant de l’eau de mare, du sang, du
sperme, du moût de bière, ce savant est le
premier à décrire les globules rouges en
1673, les spermatozoïdes en 1677, les cellules de la levure de bière en 1680, et enfin
les bactéries en 1683, signant ainsi la naissance de la microbiologie.
Mais la découverte des micro-organismes
pose la question de leur provenance… et
ne fait que reporter sur eux la question de
la génération spontanée. Après les expériences du Français Louis Joblot et celles
de l’abbé italien Lazzaro Spallanzani,
considéré comme le père de la biologie
expérimentale, la controverse sur la génération spontanée culminera au siècle suivant
avec la publication, en 1859, de l’ouvrage
du naturaliste Pouchet : Hétérogénie ou
Traité de la génération spontanée, et le coup
de maître de Louis Pasteur qui pulvérisera
cette théorie en démontrant le rôle de la
contamination microbienne.
En attendant, l’identification des microorganismes se poursuit, grâce au perfectionnement du microscope. Vibrion du
choléra, levures, bacille de la tuberculose,
protozoaires, virus de la rage, bactérie de
la peste, staphylocoque… Le tableau de
chasse des microbiologistes s’étoffe au fil
des décennies. Mais par quel mot désigner
tous les êtres vivants simples inaccessibles
à la vue ? Il faudra attendre 1878 pour que
le chirurgien Charles-Emmanuel Sédillot
propose de les baptiser “microbes” (littéralement “petites vies”).
À la fin des années 1850, alors que
Darwin bâtit sa théorie de l’évolution,
nombreux sont les savants à croire encore
à la production d’êtres vivants sans parents.
Et le traité de Pouchet apporte de l’eau à
leur moulin. Il affirme pouvoir induire la
vie à partir de matières stérilisées dans des
conditions déterminées. Pasteur est persuadé du contraire. Toute manifestation
de “génération spontanée” est pour lui la
marque d’une mauvaise manipulation.
Encore faut-il le prouver. L’Académie des
sciences, alertée, institue le prix Alhumbert
en 1860 afin d’“essayer par des expériences
bien faites de jeter un jour nouveau sur la
question des générations dites spontanées”.
LA PREUVE PAR LE “COL EN U”
Pasteur réalise d’innombrables manipulations visant à montrer que la vie microbienne ne peut apparaître dans un milieu correctement stérilisé. Il utilise en particulier
des ballons dont il étire, à la flamme, l’extrémité en deux courbes. Contenant une
eau de levure sucrée, ces ballons “à col de
cygne” sont portés à ébullition pour y détruire la vie et en chasser l’air. Tandis qu’ils
refroidissent, l’air extérieur peut de nouveau
y pénétrer, mais ne contamine pas le bouillon. En progressant dans le col en U, les poussières (et leurs germes) sont piégées sur les
parois humides du tube. En revanche, briser le col ou l’incliner afin que l’air se fraie
un chemin jusqu’au liquide déclenche une
prolifération de vies microscopiques.
En décembre 1862, en l’accueillant en
son sein, l’Académie des sciences prend
parti pour Pasteur dans la polémique. Et
lui donne officiellement raison en 1865. La
cause est entendue : le vivant ne peut naître
du non-vivant. Toute vie procède nécessairement d’une vie préexistante.
Avec d’autres savants français (Roux,
Yersin…) et étrangers (Koch, Loeffler…),
Pasteur édifie une nouvelle médecine qui
repose sur l’étude des agents pathogènes et
recourt à la prévention grâce à l’emploi de
bactéries et virus atténués rendant réfractaire à l’invasion microbienne : la vaccination. En 1885, il devient une légende vivante en réussissant la première vaccination
humaine contre la rage. La maladie n’est
plus une malédiction. Elle est évitable,
maîtrisable. Et les microbes sont définitivement dans l’air du temps. P.T.-V.
z
SCIENCE SOURCE/GETTY
77
»
QR
La découverte
des microbes (ici, la
bactérie Escherichia
coli vue au micros­
cope) a porté un coup
fatal à l’idée de géné­
ration spontanée.
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
75
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ANCESTRAL
RÉPONSES
78
QR
»
SCIENCE & VIE
Quelle fut
la mère de
toutes les
fleurs ?
76
QR
Génétiquement, c’était une espèce de
mélange de magnolia et de fleur de lotus,
apparue il y a 140 millions d’années. Mais,
morphologiquement, elle ne ressemble
à aucune fleur actuelle ! C’est la conclusion d’une étude menée par une équipe
de l’université Paris-Sud qui a pu réaliser
un portrait-robot de la fleur ancestrale
à l’origine des 300 000 espèces florales
recensées à ce jour. Concrètement, en
s’appuyant sur l’arbre évolutif des plantes
à fleurs, les scientifiques ont remonté la
piste des gènes qui caractérisaient a priori
la mère de toutes les fleurs. Ce génome
générique n’étant pas assez précis pour
définir la forme exacte de l’ancêtre, ils ont
également épluché une immense base de
données de traits morphologiques floraux.
En comparant des traits correspondant
à des gènes précis, et en combinant ces
gènes avec ceux du génome générique, ils
ont pu dresser un premier portrait-robot.
À quoi ressemblait donc cette fleur ? En
fait, les fleurs ont tellement évolué qu’on
ne risque pas d’en trouver une semblable
de nos jours. Tout d’abord, elle était hermaphrodite. Or Amborella, la fleur la plus
archaïque existante, est unisexuée, ce qui
représente déjà une évolution majeure par
rapport à ses ancêtres. L’étude explique
aussi pourquoi l’hermaphrodisme s’est
avéré efficace. Cela tient à la disposition
des organes sexuels : les étamines, organes
reproducteurs mâles, étaient tournées
vers le centre de la fleur, où se situe le
pistil, l’organe reproducteur femelle. Plus
surprenant, les organes de la fleur étaient
disposés en cercle et non en spirale. Pourtant, les fossiles de fleurs ont une structure
spiralée. Restent la couleur et la forme des
pétales, pour lesquels, sans génome précis,
les chercheurs n’ont pas de certitude.
Le prochain défi ? Aller plus loin dans
l’identification de la fleur en reconstituant
son génome non à partir de ses descendants… mais de ses ancêtres. F.V. z
Portrait-robot de
la fleur originelle
Une sorte de magnolia croisé avec
une fleur de lotus : après six ans de
travail, Hervé Sauquet et son équipe
ont révélé la physionomie probable
de la fleur qui, il y a 140 millions
d’années, fut la première de
l’histoire. Seules incertitudes : la
couleur et la forme des pétales…
Pétales
Elle possédait
plus de 10 pétales,
répartis en cercles
de trois. Les fleurs
actuelles ne
présentent que
1 ou 2 cercles de
pétales, laissant
penser que ceux-ci
ont fusionné au fil
des évolutions.
Cela expliquerait
pourquoi les fleurs
ont beaucoup
de pétales
aujourd’hui.
Ovaires
Ses ovaires, réceptacles
contenant les ovules,
étaient supères, c’està-dire que les pétales
et autres organes
venaient s’insérer
en-dessous, à l’instar
des lys d’aujourd’hui.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Morphologie
79
Sa symétrie était radiaire,
ou en étoile ; tous les éléments
d’un même cercle étaient donc
identiques. Tous les organes
de la fleur (étamines, pistils,
pétales…) étaient au nombre
de trois par cercle.
laissées sur l’os par les structures
sous-jacentes. Nerfs, cerveau, oreille
interne, vaisseaux sanguins, muscles
des yeux, tout y est ! Ainsi, ce travail
décrit une étape clé de notre évolution. Car si les yeux, la bouche et les
oreilles sont apparus il y a environ
530 millions d’années, ces organes
avaient chez les premiers vertébrés
une forme et un agencement très
éloignés de ceux d’aujourd’hui : le nez
était composé d’une seule narine ;
la bouche, dépourvue de mâchoire,
ressemblait à une ventouse aspirant
des nutriments microscopiques dans
l’eau. Alors, avec sa bouche articulée et solidifiée par une mâchoire,
sa double narine, son oreille interne
sophistiquée, son système nerveux
plus vif… Romundina est porteur
d’innovations qui vont assurer le succès des vertébrés en leur permettant
de devenir des prédateurs. Une chose
est sûre : ce petit poisson a inventé
le visage moderne. Un visage taillé
pour la prédation. A.D.
z
»
SCIENCE & VIE
Reconstitution 3D du premier crâne :
celui d’un poisson à mâchoire qui vivait
il y a 415 millions d’années.
QR
Ses étamines (organes
mâles) étaient tournées
vers le centre de la fleur,
permettant la fécondation
des ovules (cellules
reproductrices femelles).
Comme la plupart des
plantes actuelles, cette
fleur, hermaphrodite,
possédait à la fois des
organes mâles et femelles.
Ce n’est pas un visage humain, mais
celui d’un… poisson ! Et il ne correspond pas vraiment à l’idée que l’on
peut se faire d’une face d’homme ou
d’animal (voir ci-dessous). On doit
cette découverte au paléontologue
Daniel Goujet. En 1995, alors en campagne de prélèvements au Canada,
celui-ci tombe sur le crâne quasi
complet d’un Romundina stellina, l’un
des premiers poissons à mâchoire,
qui vivait il y a 415 millions d’années.
Le chercheur renonce à le limer pour
observer son relief intérieur et, après
l’avoir nettoyé à l’acide formique, le
remise sur une étagère. Sage décision.
Car depuis, les paléontologues ont
découvert l’intérêt des rayons X pour
visualiser les formes cachées des fossiles. En 2007, l’université d’Uppsala
(Suède) décide donc d’emprunter le
fossile de Romundina pour le passer
sous le rayonnement du synchrotron
européen, à Grenoble. L’os qui entoure
les structures crâniennes de l’animal,
fin comme du papier à cigarette,
est remarquablement préservé. Et
la reconstitution en 3D de la tête du
poisson fait apparaître les empreintes
HERVÉ SAUQUET & JÜRG SCHÖNENBERGER - VINCENT DUPRET,
UPPSALA UNIVERSITY ET AUSTRALIAN NATIONAL UNIVERSITY
Étamines
Et le premier visage ?
77
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR
»
SCIENCE & VIE
QUESTIONS QUANTIQUE
RÉPONSES
78
QR
Albert Einstein
persista toute sa vie
à croire au principe
de causalité, alors que
la physique quantique
admet que “Dieu
joue aux dés”.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Pourquoi Einstein a dit que
Dieu ne joue pas aux dés ?
PRÉSERVER LA CAUSALITÉ !
Quatre ans plus tard, le génial physicien salue le modèle d’atome développé par Bohr,
qui pose que les électrons circulent sur des
orbites autour du noyau. Plus l’orbite est
haute, plus l’énergie de l’électron est élevée. Les électrons peuvent changer d’orbite
en sautant d’un niveau d’énergie à l’autre,
en émettant ou en absorbant des quantités
précises d’énergie sous forme d’ondes électromagnétiques. Sauf qu’avec ce modèle,
la causalité est mise en défaut. Car, ainsi
qu’Ernest Rutherford le demande à Bohr,
comment un électron choisit-il tel ou tel
palier ? “Il m’apparaît, ajoute le savant anglais, que vous devez faire l’hypothèse que
l’électron sait déjà où il va s’arrêter.”
Étonnamment, c’est Einstein lui-même
qui, en 1917, calcule la probabilité qu’a
un électron de passer d’un palier à l’autre.
Travail qui renforce sa gêne à propos de la
théorie quantique : “Sa faiblesse réside dans
le fait qu’elle ne nous offre pas de connexion
plus étroite avec la théorie ondulatoire et
laisse au hasard l’instant et la direction des
processus élémentaires ; je crois néanmoins
que nous sommes sur la bonne voie.”
En 1920, Bohr et Einstein font connaissance et, intellectuellement, c’est le coup de
foudre. “J’ai rarement rencontré un homme
qui m’ait procuré une telle joie par sa seule présence”, écrit Einstein. Cependant, les deux
hommes s’opposent sur un point : la causalité. Alors qu’elle est mise à mal par la
“quantique”, Einstein refuse pourtant d’y
renoncer. “La mécanique quantique force le
respect. Mais une voix intérieure me dit que
ce n’est pas encore la juste vérité. En tout cas,
je suis convaincu que Dieu ne joue pas aux
dés.” À elle seule, cette petite phrase résume
l’état d’insatisfaction dans lequel le laisse
cette nouvelle physique. Car, à partir d’une
situation donnée, celle-ci prévoit plusieurs
issues possibles : une même cause donne
lieu à plusieurs effets... entre lesquels Dieu
choisirait d’un coup de dés ? Pour Einstein,
cela heurte bien trop sa vision du monde.
Comme le résume son biographe Abraham Pais : “La physique quantique demeura
pour Einstein un phénomène de crise. Si son
point de vue sur la nature de cette crise put
changer, la crise ne disparut jamais. Cela
l’amena à aborder les problèmes quantiques
avec une prudence extrême.” Einstein s’emploiera d’ailleurs à produire des expériences
de pensée accablant la théorie quantique et
son inacceptable penchant pour l’aléatoire,
refusant l’idée de Bohr selon laquelle la
causalité n’a finalement pas de sens en physique quantique : “On a parfois dit, écrit celui-ci, que [la théorie quantique] laissait de
côté l’idée de causalité. Je crois qu’il faudrait
plutôt dire que nous essayons d’exprimer des
lois de la nature qui se situent si profond
qu’elles ne peuvent être visualisées.”
Jusqu’à la fin, Einstein se débattra avec la
quantique, persuadé qu’elle n’est qu’un cas
particulier d’une théorie qui reste à découvrir… en repartant de zéro. Une théorie qui
unifierait enfin ses deux enfants terribles,
relativité générale et physique quantique.
Si le rêve d’une théorie du Tout mobilise
toujours les théoriciens, cela fait toutefois
bien longtemps que la réalité matérielle de
la physique quantique ne fait plus de doute
z
pour les physiciens. C.B. et N.C.
SCIENCE & VIE
comme un échange d’énergie entre la
lumière et les électrons, interprétation
qui sera corroborée par les expériences
de l’Américain Robert Millikan. Celles-ci
montreront notamment que, comme le
prédit Einstein, l’énergie de ce grain de
lumière est égale à la fréquence de l’onde
lumineuse multipliée par une constante,
dite de Planck. Einstein en conclut, en
1909, que la nature de la lumière est
double : à la fois onde et particule.
»
C’est l’une des phrases les plus célèbres du
génial physicien. Et pourtant, elle exprime
ce qui fut sans doute la grande “erreur” du
père de la relativité générale : ne pas avoir
cru en la physique quantique, alors qu’il en
fut l’un des grands artisans.
Tout commence au début du XXe siècle.
Les physiciens butent alors sur une petite
anomalie : le problème du rayonnement
du corps noir. Ce phénomène nous est
familier : un corps chauffé émet de la lumière, même s’il est totalement noir. Un
métal devient rouge, puis orange, puis
jaune… à mesure que sa température augmente. Les deux théories phares du siècle,
l’électromagnétisme (qui décrit le rayonnement lumineux) et la thermodynamique
(qui explique la chaleur), devraient donc
s’associer pour rendre compte de cette banale observation. Or, il n’en est rien ! Pire :
elles prédisent que le corps rayonne une
quantité d’énergie infinie. Absurde !
L’éminent physicien Max Planck s’attaque au problème en 1900. Et émet une
hypothèse qu’il juge lui-même “désespérée” : il faut imaginer que le corps et le
rayonnement n’échangent pas de l’énergie de manière continue, mais sous forme
de petits “quanta” discontinus. C’est la
seule hypothèse qui permette de décrire
correctement le phénomène. D’un coup,
voici jetées les bases d’une autre physique, quantique celle-là.
Ce n’est pourtant pas Max Planck qui va
franchir le pas théorique, mais Einstein,
en 1905. Dans son article fondateur sur
“la production et la transformation de la
lumière”, il considère l’énergie lumineuse
comme “constituée d’un nombre fini de
quanta d’énergie, chacun ne pouvant être
absorbé ou produit que d’un bloc”. Autrement dit, la lumière, connue pour être une
onde, est aussi faite de grains. À partir de
là, Einstein explique l’effet photoélectrique
QR
VASSAR COLLEGE
80
79
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ENVIRONNEMENT
RÉPONSES
80
QR
Quel est le bilan carbone d’un hamburger ?
Tout dépend du type de hamburger. En effet, le bilan carbone d’un
produit correspond au nombre de
tonnes (ou kilogrammes) de gaz à
effet de serre émises lors des différentes étapes de sa fabrication, de
son transport et de son emballage.
Or, pour un même produit, il existe
d’importantes différences de composition et de conditionnement.
Ainsi, l’impact carbone varie
selon que l’aliment est cru ou cuit,
en conserve ou surgelé, selon son
mode de cuisson, selon qu’il résulte
ou non d’une préparation, et selon
l’emballage qui le contient. Par
exemple, la moyenne du contenu
carbone des légumes frais est inférieure de 35 % à celle des légumes
en conserve. D’après les chiffres de
l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie),
un cheeseburger type, tout préparé
et emballé (comme on les trouve
habituellement dans les fast-foods),
correspond à 2,7 kg d’équivalent
CO2 (781 g d’équivalent CO2 par
100 g). La plus grosse contribution
est attribuable à la viande. Un steak
congelé de 100 g représente en
effet, à lui seul, 1,8 kg d’équivalent
CO2, tandis qu’une tomate crue ne
“pèse que” 140 g. C.B.
z
SHUTTERSTOCK
QR
»
SCIENCE & VIE
81
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QR 31
✁
Bulletin d’abonnement à
Science & Vie Questions Réponses
A compléter et à renvoyer à :
Science & Vie Questions Réponses
SERVICE ABONNEMENTS - CS 90125
27091 EVREUX CEDEX 9
Abonnez-vous en ligne sur
www.kiosquemag.com
1 Je choisis mon offre d’abonnement : 2 Je complète mes coordonnées :
LA MEILLEURE OFFRE
›
=
OUI, je profite
de l’offre :
1 an acheté
1 AN
OFFERT
1010933
1 an offert
et je m’abonne pour 2 ans - 8 numéros
au prix de 22 € au lieu de 44 €*
L’OFFRE CLASSIQUE
1 an - 4 numéros
au prix 18 €
au lieu de 22 €*
›
-18%
1010941
Version numérique
OFFERTE
*Prix de vente en kiosque. Offre valable en France métropolitaine jusqu’au 28/02/19. Vous pouvez acquérir séparément
chacun des numéros de Science & Vie Questions Réponses au prix de 5,50 €. Votre abonnement vous sera adressé dans un
délai de 4 semaines après réception de votre règlement. Vous disposez d’un droit de rétractation de 14 jours à compter de la
réception du magazine en notifiant clairement votre décision à notre service abonnements ou via le formulaire de rétractation
accessible dans nos CGV sur le site www.kiosquemag.com. Les informations recueillies à partir de ce formulaire font l’objet
d’un traitement Informatique destiné à Mondadori Magazines France pour la gestion de son fichier clients par le service
abonnements. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès
et de rectification aux informations qui vous concernent en écrivant à l’adresse d’envoi du bulletin.
MONDADORI MAGAZINES FRANCE, SAS au capital de 60.557.458 €, RCS Nanterre 452 791
262. Siège social : 8, rue François Ory - 92543 Montrouge Cedex.
ssssssssssssssssssssssssssss
Prénom : ssssssssssssssssssssssssssss
Adresse : ssssssssssssssssssssssssssss
ssssssssssssssssssssssssssssss
CP : sssss Ville : ssssssssssssssssssssss
Date de naissance : ss ss ssss
Nom :
ss ss ss ss ss
Mobile : ss ss ss ss ss
Email : sssssssssssssssssssssssssss
Tél. :
Indispensables pour gérer mon abonnement et accéder à la version numérique de mon magazine.
¨ J’accepte d’être informé(e) des offres des partenaires de Science & Vie Questions réponses (groupe Mondadori).
¨ J’accepte de recevoir des offres de nos partenaires (hors groupe Mondadori).
3 Je choisis mon mode de paiement :
Chèque bancaire ˆ lÕordre de Science & Vie
ssss ssss ssss ssss
Expire fin : ss / ss Cryptogramme : sss
Dater et signer obligatoirement :
À:
ss / ss / ssss
Date :
Signature :
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS SOMMEIL
RÉPONSES
Que fait notre
cerveau pendant
qu’on dort ?
»
QR
82
QR
Vers 23 h 15, au stade 2, surviennent des
trains d’ondes à haute fréquence, les “fuseaux du sommeil”. Ils serviraient à isoler le
cortex des stimulations extérieures pour
qu’il rappelle et enregistre les informations
depuis l’hippocampe. Un procédé crucial
pour la mémorisation ! Voilà pourquoi nous
passons autant de temps en sommeil lent
léger (50 % de nos nuits). Autour de minuit,
nous atteignons le dernier stade du sommeil lent, où il est très difficile de nous réveiller. Coupés du monde, nous gravons
nos souvenirs : des ondes lentes se propagent de l’hippocampe vers le cortex préfrontal, lieu de stockage de la mémoire à
long terme. Les événements vécus pendant
la journée seraient ainsi rejoués pour mieux
être intégrés. Grâce à ces ondes lentes, le
cerveau récupère de la fatigue accumulée
et l’hypophyse sécrète l’hormone de croissance. Ses rôles sont nombreux chez
l’adulte aussi : elle répare les tissus, stimule
le système immunitaire…
1Il s’auto-nettoie
Pendant le sommeil, l’espace compris
entre les cellules du cerveau augmente
d’environ 60 %. Ainsi, le liquide céphalorachidien circule plus profondément dans
le tissu cérébral et élimine par le système
glymphatique les déchets toxiques issus
de l’activité cérébrale diurne.
Conduits glymphatiques
Cerveau
Veine
SCIENCE & VIE
50 % DE NOTRE SOMMEIL EST LÉGER
Au bout de 1 h 30 de sommeil environ,
place à une intense agitation interne : le
tracé de l’EEG correspond à celui d’une
personne éveillée. Sur le plan musculaire,
nous sommes complètement paralysés,
sauf les yeux, animés de mouvements
rapides derrière nos paupières. De vives
sensations (visuelles, auditives…) sont
générées de l’intérieur du cerveau. Elles
impliquent l’amygdale, qui intervient dans
le traitement des émotions. Nous sommes
en phase de “sommeil paradoxal” et nous
rêvons. Si cette activité onirique reste un
grand mystère pour les scientifiques, une
chose est sûre : les connexions neuronales
sont alors remaniées, via un mécanisme appelé plasticité cérébrale. Vers 0 h 45, le premier cycle est complet : un très bref réveil
a lieu, sans que l’on en garde le souvenir.
Au total, quatre à cinq cycles de sommeil
se succéderont au cours de la nuit, marqués
par un allongement progressif de la durée
du sommeil paradoxal, qui atteint, en fin
de nuit, 30 à 40 minutes. À 2 h, un grand
remue-ménage se produit : c’est le service
de nettoyage, effectué par le liquide céphalorachidien qui baigne le cerveau (voir
ci-contre). Les toxines seront convoyées par
le sang vers le foie qui les détruira. Vers 5 h,
notre sommeil est plus fragile, avec une
alternance de phases de sommeil léger et
paradoxal. Notre corps se prépare doucement à l’éveil. Après huit heures de sommeil, nous nous réveillons avec la sensation
d’avoir rechargé nos batteries. Nos muscles
sont reposés, nos réserves énergétiques
reconstituées, notre cerveau débarrassé des
toxines qui l’encombraient… Vigilance,
humeur, performances cognitives sont à
bloc. L’organisme est prêt pour une nouvelle journée d’activité. M.-C.M.
z
Artère
Non, le sommeil n’est pas qu’un temps de
récupération ! Si corps et conscience sont
au repos, à l’intérieur du cerveau, c’est plutôt l’effervescence : réorganisation, tri, stockage, nettoyage, régulation. Pour en savoir
plus, il faut décrypter une nuit type.
23 h. Nous sombrons dans le sommeil.
Sur un électro-encéphalogramme (EEG),
on voit les ondes cérébrales ralentir et s’amplifier : le cerveau se met à “battre”. Dans le
cortex, des populations entières de neurones
se synchronisent, alternant phases de silence et de décharge électrique. D’où le nom
donné à cette partie de nos nuits : le sommeil à ondes lentes, divisé en trois stades (1,
2, et 3-4, du plus léger au plus profond).
Loin d’être inactif,
il se livre à 4 grandes
activités
Liquide
Déchets Neurone
céphalorachidien accumulés
LE LIQUIDE PARCOURT LE CERVEAU…
… ET EMPORTE LES DÉCHETS
M.SEAMANN
82
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2Il transfère nos souvenirs récents en lieu sûr
La nuit, la mémoire à court terme, stockée provisoirement
dans l’hippocampe, transfère son contenu vers le cortex
préfrontal, lieu de stockage de la mémoire à long terme.
Cortex
préfrontal
(mémoire à
long terme)
Cortex
cérébral
Hippocampe
(mémoire à
court terme)
Cortex préfrontal
Ce transfert est réalisé pendant le sommeil profond,
à l’occasion de vagues d’activation du cortex, les “ondes
lentes”, que l’on détecte à l’électroencéphalogramme (EEG).
Système
limbique
EEG
Cerveau
inactif
Cortex
actif
Réseau de neurones du cortex
Ces ondes lentes correspondent à des oscillations synchrones
de vastes populations de neurones qui, à cette occasion,
défont, créent ou renforcent des connexions entre elles.
Hypophyse
STIMULATION
4Il renforce nos défenses immunitaires
La sécrétion nocturne de l’hormone de croissance contribue
à stimuler le système immunitaire. Ce dernier va produire
des cellules mémoire pour se souvenir des agents infectieux
et anticorps afin de lutter efficacement contre eux.
Ganglion
lymphatique
H
Lymphocyte
mémoire
très stable
e
tin
is
ol
TS
Connexion
abandonnée
MÉMORISATION
HC
*
Pr
ol
ac
rt
Co
M
él
Le ato
pt nin
in
e e
La nuit, les hormones contrôlent
le métabolisme (cortisol, HC*), l’appétit
(leptine), le système immunitaire
(prolactine, HC), la thyroïde (TSH),
les rythmes biologiques (mélatonine).
Hormone
de croissance
+ prolactine
Connexion
renforcée
09 h
ATTAQUE
05 h
17 h
*Hormone
de croissance
Pathogènes
Lymphocyte T
01 h
21h
Anticorps et
lymphocytes
Cellule
présentatrice
Pathogène
capturé
QR
3
Il régule nos grandes fonctions
Neurone
activé
83
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS CATASTROPHES
RÉPONSES
Un tsunami pourrait-il
un jour frapper nos côtes ?
Oui, le risque existe bel et bien pour
l’Hexagone ! Un tsunami pourrait être la
conséquence d’un tremblement de terre
sur les côtes du Maghreb ou en mer de
Ligurie (au nord de la Corse) : un raz-demarée atteindrait alors la côte méditerranéenne française. Quant à la côte atlantique, elle pourrait être touchée en cas de
séisme entre les Açores et le Portugal. Dernier épisode en date : en 2003, le séisme
meurtrier de Boumerdès, en Algérie
(2 300 victimes), a provoqué un tsunami
avec des vagues de 2 m de hauteur qui ont
déferlé sur les Baléares, heureusement
hors saison touristique, atteignant même
les côtes françaises. Le phénomène a provoqué des perturbations dans huit ports
entre Toulon et Menton, notamment des
baisses brutales de niveau dues au reflux
de l’eau. Bilan : 200 bateaux détruits.
Pour parer à ce risque de tsunami, un
réseau de détection plus performant a été
déployé en 2012 par le Service hydrographique et océanographique de la marine
(Shom), et le système d’alerte a été réformé. Actuellement, un réseau de 31 marégraphes sont installés dans les ports français. Lors d’un séisme, ces appareils qui
mesurent la hauteur d’eau peuvent prévenir de l’arrivée du premier “train de vagues”. Ils transmettent en temps réel leurs
données, désormais centralisées et traitées
dans un nouveau Centre d’alerte aux tsunamis, basé en Essonne.
DONNER L’ALERTE EN TEMPS UTILE
Point de référence pour tous les pays de
la Méditerranée occidentale, le Cenalt est
chargé, pour la France, de donner l’alerte
à la sécurité civile et aux préfectures des
départements concernés. Il intègre les
mesures des marégraphes avec les données sismiques en provenance des pays
limitrophes. En cas de séisme de magni-
tude 5,5, par exemple, il faut entre 8 et
13 minutes pour alerter les autorités. Elles
auront alors peu de temps pour agir… Car
si le séisme se produit en Afrique du Nord,
le tsunami arrivera sur les côtes françaises
en à peine une heure. Il resterait environ
50 minutes pour évacuer la population.
Mais s’il se produit entre la Corse et l’Italie, la vague mettra de 5 à 15 minutes seulement avant de déferler. Pas le temps de
réagir ! En clair, en cas de tremblement de
terre ressenti au cap Ferrat, il faudra aussitôt quitter la plage pour gagner un lieu
situé en hauteur. Dans les autres cas, tout
dépend des spécificités de la côte. Une
cartographie fine est élaborée pour permettre des évacuations ciblées.
Enfin, un dernier danger guette : les glissements de terrain, comme celui qui fut à
l’origine du dernier tsunami européen, au
Groenland en 2017, causant 4 morts et la
destruction de 11 maisons. J.-F.H. et F.G.
z
84
QR
»
SCIENCE & VIE
Pourquoi tant d’hectares
partent chaque été en fumée ?
84
QR
Si, chaque année, quelque
6 000 départs de feu sont
déclarés en moyenne en
France, principalement dans
le sud de l’Hexagone, les
progrès réalisés dans la
prévention, la détection
précoce et la lutte contre les
incendies portent toutefois
leurs fruits : en vingt ans, les
surfaces annuellement brû­
lées ont ainsi été divisées par
deux ! Reste que c’est trop.
Oui, mais les causes de ces
catastrophes sont multiples.
Les données fournies en
2006 par la base de données
Prométhée, qui recense les
incendies dans les régions
méditerranéennes, sont
accablantes pour l’homme.
Car c’est bien lui qui, dans
ces régions propices à l’em­
brasement, est à l’origine de
9 incendies sur 10 dont la
cause a pu être identifiée :
malveillance dans 27 % des
cas ; imprudence pour 18 % ;
15 % de causes accidentelles.
Aussi, si l’on excepte les 29 %
de feux d’origine inconnue,
la part purement naturelle
(impacts de foudre, etc.) se
réduit à tout juste 10 %. Dans
ces conditions, la lutte contre
les incendies n’est pas près
de s’arrêter, car elle ne tient
pas seulement aux moyens
engagés. E.M. z
Malveillance, accidents,
imprudence… Dans
90 % des cas, l’incendie
est d’origine humaine.
AGE FOTOSTOCK - US NAVY
83
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Vue de Sukuiso,
au Japon, une
semaine après
le tremblement
de terre qui suivit
le désastre de
Fukushima.
Résultat : la crue de l’Yonne
serait compensée par la
baisse de débit de la Seine
en amont, réduisant le
risque d’inondation en aval.
Après la crue, l’eau retenue
serait rejetée dans la Seine.
Le coût de ce cinquième
réservoir, estimé à 500 millions d’euros, est à comparer
aux 17 milliards d’euros de
dégâts que ferait, selon les
évaluations, une crue centennale. Si cela se produisait,
des plans d’évacuation sont
prévus par la RATP, la SNCF,
les hôpitaux… Le Louvre,
situé en bord de Seine,
déménagerait ses réserves
en lieu sûr. Comme on a pu
le constater lors de la crue
de 2016, ce sont les villes
de banlieue, dont les quais
sont moins hauts que ceux
de la capitale, qui seraient
le plus exposées. Notamment en proche banlieue, en
amont dans le Val-de-Marne
(autour de Vitry-sur-Seine et
Alfortville), et en aval dans
les Hauts-de-Seine, autour
de Gennevilliers. J.-F.H. z
»
en effet l’Yonne qui avait largement contribué à la crue
historique de janvier 1910,
en déversant son trop-plein
dans la Seine après des
pluies abondantes. En pratique, il s’agirait de construire
plusieurs bassins de rétention d’une surface totale de
2 300 ha, délimités par des
“digues paysagères” (de
hauts talus plantés). En
période de fortes précipitations, l’eau de la Seine en
amont serait pompée et
stockée dans ces bassins.
QR
C’est toujours possible, car
une crue comme celle de
1910 se produit à Paris en
moyenne une fois par siècle.
Mais de grands travaux ont
été faits pour limiter les
dégâts : entre 1949 et 1990,
quatre grands lacs réservoirs
ont été construits pour réguler le débit de la Seine et de
ses affluents (Yonne, Marne
et Aube). Et un cinquième
chantier pourrait être lancé
en amont du confluent de
la Seine et de l’Yonne, dans
la vallée de La Bassée. C’est
SCIENCE & VIE
85 Une crue risque-t-elle de noyer Paris comme en 1910 ?
85
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS LIBIDO
RÉPONSES
86
La taille du
nez est-elle
un critère
sexuel ?
QR
»
SCIENCE & VIE
Scientifiquement parlant, la croyance
selon laquelle la taille du nez serait liée à
celle du pénis est parfaitement infondée.
En revanche, cette dernière pourrait
avoir un rapport avec la taille des doigts.
Et ce, à cause de certains gènes appelés
Hox. Ces gènes sont impliqués à la fois
dans le développement des doigts et
dans celui des organes génitaux. C’est
l’une des découvertes du généticien
suisse Denis Duboule. Il a notamment
démontré que des gènes Hox défectueux
produisent des malformations, autant
des doigts que de la verge. Dès lors, on
pourrait être tenté de penser qu’avoir de
longs doigts (relativement à la taille du
corps) augmente la probabilité d’avoir
un long pénis. L’hypothèse est plausible.
Evangelos Spyropoulos, médecin à l’hôpital d’Athènes, a étudié une cinquantaine
d’hommes en 2002, qu’il a mesurés
sous toutes les coutures en cherchant
à relier les dimensions de leur sexe à
d’autres parties de leur corps. Et la seule
relation qu’il ait trouvée, c’est justement
avec la taille de l’index ! Ce qui pourrait
s’expliquer par les gènes Hox. Le même
résultat a été obtenu en Iran en 2007.
Inutile toutefois, messieurs et dames, de
scruter les mains au cas par cas pour en
tirer des conclusions. À supposer que la
relation entre doigt et verge soit avérée,
elle ne serait que statistique et en aucun
cas systématique. A.F. z
86
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
87
Les hommes ne pensent
qu’à ça, vraiment ?
Pas tant que cela, si l’on en croit les travaux de
chercheurs en psychologie de l’Université de l’Ohio
(États-Unis), qui ont voulu vérifier la pertinence
de cette idée reçue. Ils ont demandé à 283 étudiantes et étudiants de noter, pendant une
semaine, toutes leurs pensées concernant les
besoins physiologiques. Résultat : les hommes
pensaient au sexe 19 fois par jour, contre 10
pour les femmes. Mais ils pensaient aussi plus
souvent qu’elles à manger et à dormir ! En
réalité, selon les chercheurs, le genre
n’influence pas autant qu’on le pense
la récurrence du désir sexuel, chacun
conformant sans doute plus qu’il ne
veut bien l’admettre ses réponses
aux attentes de la société. Comme
le souligne l’étude, parue en 2011, un
facteur est beaucoup plus déterminant : avoir une personnalité “érotophile” incline au sexe, que l’on soit
homme ou femme. C.B. et F.G.
z
88
Le Viagra ne booste pas la libido,
mais intervient sur les mécanismes
de l’érection.
SCIENCE & VIE
»
Contrairement à une idée reçue,
il n’a aucune action sur le désir.
Son seul intérêt, c’est de favoriser l’érection du pénis. Mais cela
n’est possible qu’après stimulation
sexuelle. Celle-ci libère en temps
normal dans le corps caverneux du
monoxyde d’azote, lequel active une
enzyme qui fait grimper la concentration d’une molécule, la guanosine
monophosphate cyclique, ou GMPc.
Celle-ci relâche les muscles lisses
des artères et du tissu intracaverneux, favorisant l’afflux de sang
et donc l’érection. En inhibant les
enzymes qui dégradent cette GMPc,
le sildénafil, commercialisé sous
le nom de Viagra, agit uniquement
en accentuant son effet. A.L.-B.
z
QR
Ce n’est pas le nez
mais l’index dont la
taille semble corrélée
à celle du sexe.
SHUTTERSTOCK - DR
Sur quoi agit le Viagra ?
87
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS VÉGÉTAUX
RÉPONSES
88
QR
Quel est l’impact
de l’éclairage
public sur la vie
des arbres ?
C’est désormais certain : non seulement
impact il y a sur la flore, mais cet im­
pact est global. En faisant artificiellement
reculer la nuit avec ses lampadaires et ses
éclairages publics, l’homme s’est, certes,
émancipé de la lumière du jour ; mais cette
conquête a généré une pollution d’un nou­
veau genre puisque celle­ci ne passe pas par
des substances toxiques relâchées dans la
nature, mais par les particules de lumière
(photons). Or, cette pollution lumineuse
ne bouleverse pas seulement la vie animale,
comme des travaux l’ont déjà établi, mais
aussi la vie des végétaux, ainsi qu’une ré­
cente étude britannique vient de le révéler.
Laquelle montre que ce sont les fonctions
vitales des plantes qui sont affectées. En ter­
mes de perturbation des écosystèmes, seul
le changement climatique a plus d’impact.
Il faut dire que l’emprise de cette nuisance
est globale : le dernier atlas mondial de la
pollution lumineuse rapporte que 25 % de
la surface terrestre et 88 % de l’Europe sont
désormais contaminés par les éclairages
nocturnes – au point que près de 99 % des
Occidentaux ne distinguent même plus la
Voie lactée... Comment, dès lors, imaginer
que la végétation ne soit pas affectée, elle
qui tire son énergie de la photosynthèse !
Si l’on ignore depuis combien de temps la
pollution lumineuse est devenue pour elle
un facteur perturbant, on dispose à présent
d’une étude portant sur l’impact de la lu­
mière artificielle à l’échelle de pays entiers !
Dès 2008, le MNHN consacrait un rap­
port à l’impact de cette pollution sur la
biodiversité, soulignant le rôle de l’alter­
nance jour/nuit : “Les processus affectés
par la lumière sont la germination, la croissance, l’expansion des feuilles, la floraison,
le développement des fruits et la sénescence.”
À quoi il faut ajouter l’influence sur les ré­
seaux de racines. La gamme des perturba­
tions engendrées par l’électricité sur notre
environnement, tiré des cycles naturels
qu’il suivait depuis des millions d’années,
est donc particulièrement étendue !
L’exposition en
nocturne à la lumière
artificielle affecte
rien de moins que
les fonctions vitales
des arbres.
BOURGEONNEMENT TROP PRÉCOCE
Si l’on savait, dès les débuts des sciences
agricoles, au XIXe siècle, que les éclai­
rages étaient susceptibles d’influer sur les
plantes, nul n’imaginait cependant que
les lumières artificielles produisaient un
effet aussi général. De fait, les recherches
se concentraient sur des environnements
artificiels, comme des serres, à la lumino­
sité et à la température bien maîtrisées,
ou sur des milieux naturels très réduits,
autour d’un ou deux lampadaires, par
exemple. Il fallait voir plus grand.
Ce qu’ont justement permis l’amélio­
ration des données satellite et l’essor de la
science participative. Désormais capables
de localiser et de quantifier précisément
les îlots de pollution lumineuse à l’échelle
de pays entiers, mais aussi d’obtenir les
jours exacts de réveil des bourgeons dans
l’année, les biologistes ont découvert que
la pollution lumineuse pouvait provoquer
un bourgeonnement jusqu’à 7,5 jours plus
tôt que la normale ! Et plus une zone est
illuminée, plus le phénomène est marqué :
l’effet est donc progressif, même si le seuil
fatidique n’a pas encore été identifié. Et les
chercheurs ont pu prouver que ce décalage
n’était pas lié à une hausse des tempéra­
tures, circonstance connue, elle aussi, pour
faire venir le printemps plus tôt…
Pour l’heure, l’étude a porté sur quatre
espèces d’arbre : érable sycomore, hêtre,
chêne et frêne ; la première étant la plus
précoce (réglée sur l’évolution des tempéra­
tures), les trois autres ayant une croissance
plus tardive (plus sensible à la lumière).
Logiquement, des différences existent
entre ces espèces et, à basse température
(4 °C), c’est le frêne qui est le plus affec­
té. Reste à confirmer sur un échantillon
d’arbres bien plus large incluant davantage
d’espèces et de continents, pour prouver
qu’il s’agit bien d’un phénomène univer­
sel… Il ne fait toutefois guère de doute
que, dans des zones à climat équivalent, les
résultats seraient similaires.
SHUTTERSTOCK
QR
»
SCIENCE & VIE
89
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Sont ensuite concernés les animaux qui dépendent des arbres. L’éclosion des feuilles
signale le début du printemps, et nombre
d’espèces sont calées sur cet événement : les
chenilles se nourrissent des petites feuilles
tendres, puis les oiseaux vont manger ces
chenilles, etc. C’est un effet en cascade :
soit tout le monde réussit à suivre, soit il y a
décalage avec des risques de conséquences
majeures. Bref, une anomalie capable de
déstabiliser des écosystèmes entiers.
»
DES EFFETS EN CASCADE
Cette première étude, aux résultats aussi
forts qu’incontestés, en appelle donc de
nouvelles. Jusqu’où le halo lumineux des
villes produit-il un effet ? Quelles sont les
espèces les plus vulnérables ? Quels sont
les écosystèmes à surveiller de près ? Sur
ce dernier point, il semblerait que nos latitudes soient les plus concernées : en raison
de nos saisons bien marquées, la végétation est très réactive aux signaux envoyés
par son environnement.
Le nombre de publications scientifiques
sur la pollution lumineuse augmente de
façon exponentielle depuis une douzaine
d’années. Jusque-là, il s’agissait de travaux à petite échelle, mais, depuis quatre
ans, on voit arriver les premières études
d’envergure, notamment grâce à la précision grandissante des données satellite,
que l’on peut désormais croiser avec les
données biologiques. C’est un champ de
recherche neuf que l’on est en train de
découvrir… E.R.
z
QR
Des éclairages qui font “croire” aux arbres
que l’hiver est fini plus tôt que prévu, la
belle affaire, serait-on tenté de penser.
Mais les conséquences sont en fait légion.
D’abord pour les arbres eux-mêmes : ceuxci voient leurs bourgeons s’ouvrir et, de ce
fait, ils perdent leur bourre protectrice trop
tôt, ce qui les met à la merci du moindre
gel un peu tardif. De quoi griller les plus
sensibles au froid.
Pour échapper à ses prédateurs ! Le mécanisme de défense déployé par cette plante
d’origine tropicale (Mimosa
pudica) correspond en effet
à un mécanisme de défense
connu depuis longtemps. Les
pressions exercées sur la sensitive enclenchent une cascade
de réactions à l’intérieur
de ses cellules. À peine effleurées, ses feuilles se replient
en quelques secondes. Ainsi,
quand un herbivore commence
à la brouter, la plante se replie.
Elle prend alors l’allure d’un
plant flétri, beaucoup moins
appétissant. Conséquence :
surpris et déçu par sa pâture,
l’animal passe son chemin.
Célèbre pour ses mouvements
étonnants, Mimosa pudica
partage en réalité le sens du
toucher avec les autres plantes.
Mais c’est la rapidité avec
laquelle elle se replie qui lui
est spécifique. Pour être précis,
il faudrait donc qualifier ces
plantes de “rapides” plutôt que
de “sensitives”. La perception
du toucher permet à toutes les
plantes de sentir les contacts,
mais aussi le vent, qui représente également un danger
pour elles. Capables de s’adapter à leur environnement, elles
peuvent alors s’endurcir face
aux rafales. Mais ce n’est
pas tout. Des mécanismes
proches du toucher permettent
aux plantes de sentir leur
configuration dans l’espace.
Cet autre sens mécanique
– la proprioception – ne serait
donc pas non plus l’apanage
z
des animaux. N.P.
SCIENCE & VIE
90
Pourquoi la
sensitive se
replie-t-elle
quand on
la touche ?
89
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS SOUS-SOL
RÉPONSES
91
QR
»
SCIENCE & VIE
Il a été repéré en 2014 au nord de la Sibérie,
dans la péninsule de Yamal : un immense
cratère de 30 m de diamètre environ et
plusieurs dizaines de mètres de profondeur.
Alertés, les scientifiques ont rapidement émis
une hypothèse : sachant que les étés 2012
et 2013 avaient été 5 °C plus chauds que
la moyenne, cette exceptionnelle douceur
aurait provoqué la fonte du pergélisol et, dès
lors, libéré le méthane emprisonné jusquelà, lequel aurait alors explosé, creusant un
immense cratère. À l’appui de cette thèse
incriminant le réchauffement climatique : une
descente au fond du cratère a révélé qu’il
contenait plus de 9 % de méthane ! Dans la
foulée, des centaines d’autres cratères atteignant 100 m de diamètre ont été découverts
sur le fond de la mer de Barents (entre la
Russie et la Norvège). Ceux-là ont été formés
il y a 12 000 ans par, justement, l’explosion du
méthane issu de gisements d’hydrocarbures
profonds, lorsque la calotte glaciaire les recouvrant a commencé à fondre. Aujourd’hui,
le phénomène inquiète les climatologues,
car le méthane est un puissant gaz à effet
de serre. Le recul des calottes glaciaires au
Groenland et en Antarctique, où du méthane
est aussi piégé, pourrait ainsi provoquer des
dégagements dans l’atmosphère comparables à ceux occasionnés par la formation
de ces cratères. C.B. et Y.S.
z
90
QR
Le réchauffement
climatique aurait libéré
le méthane emprisonné
dans le pergélisol, pro­
voquant une explosion.
STRINGER/REUTERS
D’où vient
l’immense
cratère
apparu en
Sibérie ?
QR
»
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
91
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS ALIMENTATION
RÉPONSES
92
Le régime cétogène est-il
aussi vertueux qu’on le dit ?
Charcuteries, poissons gras, huile, beurre,
fromage, crème fraîche, avocat, noix… Le
régime cétogène est constitué de 70 à 90 %
de lipides et de 5 à 15 % de glucides – soit
des proportions quasi inversées par rapport
à une alimentation classique (25 à 35 % de
lipides et 45 à 55 % de glucides).
Développé initialement pour les person­
nes épileptiques, ce régime est aujourd’hui
paré de nombreuses vertus : perte de poids,
amélioration des performances sportives…
Deux études récentes ont même suggéré
qu’il pourrait allonger l’espérance de vie et
améliorer la mémoire.
“Privé de glucides, sa source d’énergie habituelle, le corps se met à dégrader les graisses
dans le foie via le processus de cétogenèse, et à
fabriquer des petites molécules énergétiques,
les corps cétoniques”, explique Dominique
Vincent, diététicienne au CHRU de Stras­
bourg. Pour certains nutritionnistes, en obli­
geant l’organisme à puiser dans ses réserves
de graisses, ce régime ferait perdre du poids.
Chez les sportifs, la stabilité du taux de glu­
cose dans le sang (glycémie) éviterait les
baisses d’énergie. Et d’autres nutritionnistes
n’est pas assez fiable ; et d’autres travaux,
à l’instar de ceux de Kevin Hall (2016),
les contredisent même…
En 2014, une équipe chinoise, elle,
concluait que le régime cétogène est effi­
cace contre le cancer… des souris ! Sauf
que, ici comme ailleurs, ces résultats ne
peuvent pas être totalement transposés
à l’homme, puisque nous n’avons pas le
même métabolisme que les rongeurs.
Quant aux deux récentes études suggé­
rant que ce régime pourrait améliorer
l’espérance de vie et la mémoire, bien
qu’elles semblent sérieuses, elles portent,
là encore, sur des souris.
En attendant des études sur l’homme,
“la prudence s’impose”, insiste Anne de
Saint­Martin. Qui prévient : “Comme c’est
une diète très déséquilibrée, si elle n’est
pas surveillée et supplémentée, elle peut
induire des troubles plus ou moins graves,
surtout chez des personnes malades : nausées, fatigue, et, à plus long terme, carences,
calculs dans les voies urinaires, risque d’ostéoporose et de troubles cardiaques et métaboliques.” Dont acte ! K.B.
z
parient même sur cette réduction de la gly­
cémie pour lutter contre le diabète de type
2, voire estiment qu’une réduction impor­
tante des apports en glucides “affame” les
cellules cancéreuses. D’après une autre
hypothèse, l’évolution de certaines mala­
dies neurodégénératives (Alzheimer et Par­
kinson), où les cellules cérébrales peinent à
utiliser le glucose, serait ralentie.
DES EFFETS SUR… LES SOURIS !
Sauf que, pour l’instant, l’efficacité du
régime cétogène n’a été rigoureusement
démontrée que pour certaines épilepsies
sévères de l’enfant, ainsi que pour des
maladies métaboliques rares, comme
la maladie De Vivo, liée à un transport
déficitaire du glucose dans le cerveau.
Pour toutes les autres indications, le recul
comme les études manquent encore.
Concernant l’éventuel pouvoir amaigris­
sant de ce régime, plusieurs travaux, tels
ceux de l’équipe britannique d’Alexan­
dra Johnstone, ont montré sa supériorité
par rapport à un régime pauvre en gras.
Problème, le protocole de ces études
92
QR
Ainsi, les adultes perdentt 200 à
250 mg de calcium par jour,
ur, plus 400
à 500 mg absorbés par l’intestin,
ntestin,
ce qui donne un ANC de 900
900 mg,
mg,
une fois appliqué un coefficient
fficient
pour tenir compte de la variabilité
des individus. Mais pour d’autres
nutriments, les lipides parr exemple, il
n’existe pas de marqueurr des pertes
et des apports. L’Anses s’appuie
appuie alors
sur des études épidémiologiques.
ogiques. N.P. z
SHUTTERSTOCK - GETTY
En s’appuyant sur des valeurs
repères : les apports nutritionnels
conseillés (ANC) en protéines, glucides, vitamines et minéraux, définis
par l’Anses et consultables sur son
site. Ils sont censés couvrir les besoins de la population en bonne santé.
Pour certains de ces nutriments, il est
possible de mesurer les pertes (via la
peau, les urines…) qui doivent être
compensées par des apports.
CREDIT
QR
»
SCIENCE & VIE
93
Comment calculer
ses besoins nutritionnels ?
»
QR
Constituée à 90 % de
lipides, l’alimentation
cétogène n’a pas prouvé
ses bénéfices pour la
santé, alors qu’elle peut
présenter des risques.
SCIENCE & VIE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
93
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS GÉOLOCALISATION
RÉPONSES
94
QR
»
SCIENCE & VIE
Que vaut le
GPS européen ?
94
QR
Annoncé comme plus performant que le GPS
américain, le service européen de positionnement
par satellites Galileo est, après bien des déboires,
accessible depuis 2016. Officiellement, quiconque disposant d’un appareil compatible peut s’y
connecter gratuitement. Problème : sa précision
laisse à désirer. Elle se situe entre 1,5 m et 2 m
(contre 5 à 10 m pour le GPS américain). Voire 5
ou… 50 m, selon qu’on est en terrain dégagé ou
en ville. La raison ? La constellation Galileo n’est
pas encore au grand complet. Seuls 18 satellites
sont opérationnels, sur les 30 annoncés d’ici à
2020. De quoi expliquer le faible nombre d’appareils aujourd’hui compatibles : les fabricants attendent que le système soit complet pour investir
dans des puces proposant Galileo en complément
de ses concurrents : GPS (États-Unis), Glonass
(Russie) et Beidou (Chine). Reste que le service
est voué à s’améliorer. Une fois les 30 satellites
opérationnels, il sera accessible en tout point du
globe et gagnera en précision : jusqu’à 1 m (en
conditions idéales), et même 1 cm pour la version
haute précision (payante). Ce qui intéresse surtout
les professionnels… D’ailleurs, Galileo mise
surtout sur l’indépendance qu’il confère à l’Union
européenne dans les domaines stratégiques de
la géolocalisation et du référentiel temporel, sur
lequel reposent notamment les transactions financières et la télévision. Et là, on est loin du GPS de
z
voiture, de vélo ou de randonnée… G.S.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
95
Comment bien choisir son
système de navigation ?
SCIENCE & VIE
»
Si les applis pour
smartphone donnent
très bien l’état du
trafic, les boîtiers
GPS offrent d’autres
fonctionnalités.
de demander un coup de main à la
communauté en cas de pépin, via une
fonction SOS désormais disponible.
Les rares boîtiers GPS à proposer une
fonction de signalement (Tom-Tom
notamment) ne disposent pas d’une
communauté aussi active. En revanche, ils ont l’avantage de fonctionner
correctement dans les zones non
couvertes par les réseaux 3G/4G, ainsi
qu’à l’étranger. Autres différences : la
prise d’appel en kit mains libres ne fait
pas disparaître le plan de l’écran, ils
préservent la batterie du smartphone
et certains sont équipés de caméras et dispensent de petits services
supplémentaires. Dans ces conditions,
le choix d’un système GPS dépend…
de vos besoins : si les applis sont les
championnes de l’infotrafic en temps
réel, ceux qui souhaitent réserver
d’autres usages à leur smartphone
préféreront les boîtiers GPS. G.S.
z
QR
Ce n’est qu’en 2020
que les 30 satellites
de la constellation
Galileo seront opéra­
tionnels, offrant une
alternative crédible
au GPS américain.
ESA - SHUTTERSTOCK
“Dans 300 mètres, tournez à droite…”
À moins que ce ne soit à gauche !
Vous vous êtes sans doute déjà
demandé si votre système de navigation avait bien fait de vous indiquer
tel chemin plutôt que tel autre… Le
hic, c’est qu’aucune étude récente n’a
comparé la pertinence des différents
outils de guidage, qu’il s’agisse des
applications ou des boîtiers GPS. Pour
choisir, il faut donc regarder les fonctionnalités de chaque système. Côté
applications gratuites pour smartphone comme Waze et Google Maps,
elles s’illustrent par la précision avec
laquelle elles parviennent à estimer
l’état du trafic routier, quasiment en
temps réel. Waze s’appuie pour cela
sur une large communauté d’utilisateurs, dont l’algorithme analyse
les données (position, vitesse) et
compile les signalements d’incidents.
L’appli permet aussi à ses utilisateurs
95
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS CORPS
RÉPONSES
Pourquoi notre
nez coule
quand on pleure ?
“Parce qu’en conditions normales, les
larmes s’évacuent dans le sac lacrymal, qui
se trouve à proximité des narines”, répond
Alexandre Denoyer, ophtalmologiste à
l’hôpital parisien des Quinze-Vingts et
chercheur Inserm à l’Institut de la vision.
Les larmes, mélange d’eau, de sucre et
de gras, sont produites en permanence par
les glandes lacrymales afin de protéger et
d’humidifier les yeux. Elles sont constamment évacuées, un peu par évaporation au
niveau de l’œil, mais surtout sous forme
de microgouttelettes lors des expirations
par le nez. “En fait, pour le bien-être de
nos yeux et afin d’éviter leur assèchement,
on pleure en permanence, sans le savoir !”,
souligne Alexandre Denoyer.
C’est seulement lorsqu’il y a une surproduction de larmes que celles-ci com-
mencent à couler par le nez, puis le long
des joues. “L’irritation (poussières, contact
physique), l’émotion (tristesse, joie) ou la
douleur déclenchent ainsi l’action réflexe
et nerveuse de la glande lacrymale principale, qui sécrète plus d’eau”, note Alain
Ducasse, ophtalmologiste et chef de service au CHU de Reims.
Si cette surproduction est trop importante pour pouvoir être évacuée normalement dans l’air, le sac lacrymal se remplit.
Une fois qu’il est plein, une partie des
larmes en surplus se mélange au mucus
nasal, puis est déglutie par la gorge ou
expulsée par les narines… Et comme le
canal lacrymal devient également saturé,
les autres larmes restent au niveau des
yeux, par lesquels elles s’évaporent ou
glissent le long du visage. F.C.
z
PLAINPICTURE
96
Le nez coule
lorsque les larmes
sont si importantes
qu’elles ne peuvent
plus être évacuées
normalement.
97
QR
»
SCIENCE & VIE
C’est naturel de
croiser les jambes
quand on est assis ?
96
QR
Au-delà d’une attitude de protection
liée, notamment pour les femmes, à un
impératif culturel, le fait de croiser les
jambes en position assise présente un
réel avantage : c’est plus confortable
que de garder les deux pieds au sol.
Parce qu’on s’appuie alors sur l’un ou
l’autre des os “ischions” du bassin ; ce
qui soulage le périnée, cette région
très sollicitée quand on s’assied sur les
deux fesses. De plus, cette position
repose les viscères et les muscles
abdominaux profonds, fréquemment
contractés ou douloureux. Attention
cependant : si on se tire-bouchonne
sans cesse, on finit par développer des
tensions au niveau des muscles situés
le long de la colonne vertébrale, ce qui
peut engendrer des courbatures et un
mal de dos. Certains kinésithérapeutes
conseillent par ailleurs d’alterner le
sens de croisement des jambes… K.B.z
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
98
Qu’est-ce qui
rend certaines
parties du
corps plus
chatouilleuses
que d’autres ?
Le fait que notre peau n’est
pas uniformément dotée des
mêmes récepteurs sur toute
sa surface. Le chatouillement
n’est en effet rien d’autre
qu’un réflexe nerveux : un
contact avec la peau envoie au
cerveau un signal électrique
qui n’a pas le temps d’être
interprété et déclenche alors
un mécanisme de défense,
le rire. Mais pour que le signal
soit transmis, il doit d’abord
être capté par des récepteurs
tactiles situés à la surface
de la peau. Or, ces récepteurs
sont plus nombreux sur le
tronc, sous les pieds et sous
les aisselles que sur les bras
z
ou les jambes… F.C.
musculaires”, éclaire
Simon Nunge, kinésithérapeute du sport. Elle
engendre en effet une
tension contradictoire :
les fibres musculaires
se contractent alors que
le membre est en pleine
extension. Aux points
d’insertion des muscles,
les protéines de liaison
peuvent alors céder.
D’où les microlésions.
Or, l’activité des muscles
antagonistes est très
réduite lorsqu’on nage,
car les mouvements sont
ralentis par l’eau, et la
gravité est annulée par
la poussée d’Archimède.
“La contraction excentrique est inutile, les
courbatures sont donc
moindres”, assure Simon
Nunge. Et plus le nageur
sera confirmé, mieux
il saura exploiter l’inertie
de l’élément liquide. F.C.z
»
freinent un mouvement
se contractent. “Lorsqu’on
court, le quadriceps fémoral se contracte : le muscle
se raccourcit pour créer
une extension du genou.
En réponse, les ischiojambiers jouent le rôle
de muscles antagonistes :
ils limitent cette extension en s’étirant en fin de
mouvement. C’est cette
contraction excentrique
qui favorise les lésions
QR
C’est une question de
contractions musculaires :
celles qui provoquent
les courbatures sont relativement peu utilisées
dans la pratique de ce
sport. Les courbatures
apparaissent en effet
lorsqu’une inflammation
répond aux lésions provoquées au niveau des
muscles. Des lésions qui
se forment en particulier
quand les muscles qui
SCIENCE & VIE
99 Pourquoi a-t-on si peu de courbatures après
une séance de natation ?
97
QR
QR
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
QUESTIONS INVASION
RÉPONSES
Ces minuscules
arthropodes infestant
les literies sont
devenus résistants
aux insecticides.
98
QR
Que peut-on faire contre
les punaises de lit ?
Presque disparus il y a vingt ans, ces parasites
suceurs de sang opèrent un effrayant retour
en force dans nos literies et nos hôtels. La
faute, surtout, au tourisme de masse, car les
punaises voyagent dans les vêtements sales.
Résultat : 200 000 interventions contre ces
nuisibles ont eu lieu en France en 2016,
soit… 165 % de plus qu’en 2014 !
Le problème n’est pas juste épidermique
et irritant : si les morsures ne sont pas le vec­
teur de maladies, une étude canadienne de
2012 a montré que les victimes étaient cinq
fois plus exposées aux troubles du sommeil
et à l’anxiété. Et des cas de paranoïa ou de
dépression ont aussi été rapportés.
L’autre problème, c’est que ces minuscu­
les arthropodes sont coriaces : outre leur
capacité naturelle à survivre plusieurs
jours – voire semaines – sans repas de sang,
“90 % des punaises sont désormais porteuses
de mutations génétiques qui les rendent in­
sensibles aux pesticides”, rapporte Arezki
Izri, spécialiste des punaises, dont les tests
ont établi qu’“aucun produit ne s’avère vrai­
ment efficace, et beaucoup sont inutiles.”
Le secret de cette résistance ? Il est à cher­
cher dans le mode – unique – de reproduc­
tion des punaises, puisque les spermes de
plusieurs mâles peuvent féconder une fe­
melle, ce qui propage plus vite les souches
résistantes aux insecticides.
Reste la grande question : vaincre ce fléau.
Les spécialistes recommandent, à dix jours
d’intervalle, de traiter trois fois les lieux avec
trois molécules différentes d’insecticides, ce
qui briserait les phénomènes de résistance.
Une méthode alternative consiste, elle, à
traiter thermiquement les pièces à 60 °C.
La congélation des meubles et du linge
donne aussi certains résultats. Tandis que
l’utilisation de chiens renifleurs permet de
cibler très efficacement les zones à traiter.
Pour ceux qui n’ont pas les moyens de dé­
bourser 600 euros pour l’intervention d’un
professionnel, une ultime solution est pos­
sible : traiter les zones infestées avec un
appareil à air chaud – mais sans soufflage,
pour éviter le déplacement des punaises.
En répétant plusieurs fois l’opération, on
peut ainsi espérer se débarrasser des nui­
sibles. Mais dans tous les cas, courage. H.L.z
GETTY
QR
»
SCIENCE & VIE
100
BRUITS DE VILLE Le MIPIM à l’heure du Brexit 6/
CAMPUS Cambridge (États-Unis) 10/
L’INVITÉ Bertrand Hervieu 52/
N° 767 - 65 e année. Février 2018
DÉJÀ 200 000 MORTS AUX ÉTATS-UNIS
LE TÉMOIGNAGE DE L’ANCIEN PRÉSIDENT ÉQUATORIEN
Overdoses
sur ordonnance
Gouverner sous
les bombes... médiatiques
Ils tuent davantage que les accidents de la route ou
les armes à feu. Après avoir ravagé les ghettos noirs
dans les années 1990, les opiacés déciment désormais
les banlieues pavillonnaires et la petite classe moyenne
américaines. Inédite par son ampleur et par ses victimes,
cette épidémie d’overdoses l’est aussi par son origine :
les consommateurs sont devenus dépendants en avalant
des antidouleurs prescrits par leur médecin.
Les limites de la « métropolarisation » en France
PAR NOTRE ENVOYÉ
SPÉCIAL MAXIME ROBIN
3Õ:HIKMQI=\U[ZU[:?a@o@s@e@g";
POUR LA SCIENCE
M 02687 - 484S - F: 6,50 E - RD
N° 484
« Idiots utiles » du Pentagone
À
L’armée américaine, tout d’abord. Répondant à une
commande de la Maison Blanche, le Pentagone vient d’achever
|
ENQUÊTE
SUR LA
MATIÈRE NOIRE
Les nouvelles observations
qui chamboulent
les théories
PA R S E R G E H A L I M I
Un tel alarmisme géopolitique au service d’une nouvelle
course aux armements susciterait davantage d’opposition
aux États-Unis si, depuis un an, ce qui passe pour la gauche
américaine ne s’était acharné à présenter M. Trump comme
une marionnette de Moscou (3). Au point même de l’obliger
à livrer des armes à l’Ukraine (son prédécesseur démocrate
s’y était refusé) et à durcir les sanctions contre la Russie.
Si l’on exclut le coup d’État (raté)
contre Chávez en 2002, les tentatives de
déstabilisation débutent à la fin des
années 2000 : Bolivie (2008), Honduras
(2009), Équateur (2010) et Paraguay
(2012) (2). À partir de 2014, ces efforts
désarticulés profitent d’un retournement
du cycle économique pour opérer une restauration conservatrice en bénéficiant
d’un soutien international, de financements étrangers, etc. La réaction ne
connaît ni limites ni scrupules : elle prend
aujourd’hui la forme d’un étouffement
économique du Venezuela, d’un coup
d’État parlementaire au Brésil ou d’une
judiciarisation de la politique, avec les
menaces contre les anciens présidents
Luiz Inácio Lula da Silva (Brésil) et Cristina Fernández de Kirchner (Argentine),
mais également contre le vice-président
Jorge Glas en Équateur (3). De sorte qu’il
ne reste plus que trois gouvernements
progressistes en Amérique du Sud : au
Venezuela, en Bolivie et en Uruguay.
La stratégie réactionnaire repose sur
deux arguments : le modèle économique
de la gauche aurait échoué ; les gouvernements progressistes auraient démontré
leur absence de moralité.
1660 €
Gestionnaire conseil
l’europe
(Lire la suite pages 8 et 9.)
(1) Dans le domaine de la santé, par exemple, les
dépenses de l’État équatorien sont passées de 0,6 %
du produit intérieur brut (PIB) en 2000 à 7,5 % en
2013. (Toutes les notes sont de la rédaction.)
(2) Lire Maurice Lemoine, « En Amérique latine,
l’ère des coups d’État en douce », Le Monde diplomatique, août 2014.
(3) Vice-président de M. Rafael Correa à partir de
2013, M. Jorge Glas a occupé les mêmes fonctions
sous la présidence de M. Lenín Moreno, élu en
avril 2017 avec le soutien du chef de l’État sortant.
Il a été arrêté le 2 octobre 2017 dans le cadre d’une
enquête liée au scandale de corruption impliquant la
société brésilienne Odebrecht. Les partisans de
M. Correa y voient une illustration du conflit opposant
l’ancien président à son successeur, le premier reprochant au second de rompre avec son héritage.
PEUR
DE RIEN !
sous la pression
de
l’extrême
▶ Emmanuel Macron
▶ Une opération limitée
a revendiqué la
militairement, mais qui
« légitimité internationale » a engagé de gros moyens
des frappes contre la Syrie
pour montrer à Damas
menées avec les Etats-Unis et à Moscou la puissance
et le Royaume-Uni
occidentale
▶ La France veut transformer l’essai sur le plan
diplomatique. Elle souhaite
engager la Russie dans des
négociations pour sortir
de l’« impasse syrienne »
PAGE 2
Histoire & Civilisations | Mensuel | 11 nos
La Revue Urbanisme | Trimestriel | 6 nos
LES VRAIS EFFETS
O
S
Castaner
la castagne
The Wire,
dix ans après
Retour à Baltimore,
sur les lieux
des crimes
Jusqu’à
77%
-
2. TOTAL DE MA COMMANDE
1 abonnement g 39 €
2 abonnements g 69 €
soit
Études | Mensuel | 6 nos
os
SCIENCES
3 abonnements g 99 €
autre (30 € par abonnement supplémentaire)
abonnements g Total
€
3. MES COORDONNÉES - Merci d’écrire en majuscule
M
Mme Nom
Prénom
Adresse (France métropolitaine seulement)
Code Postal
Pour la Science | Mensuel | 8 nos
de remise
Bulletin à renvoyer complété et accompagné de votre règlement, sous enveloppe
non affranchie à : RUE DES ETUDIANTS - LIBRE REPONSE 80402 - 21809 QUETIGNY CEDEX
DÉBATS
Espagnol
Cerveau & Psycho | Mensuel | 8 nos
MÉDITATION
& HYPNOSE
Interview sans gants
avec le boss d’En marche!
À PRIX UNIQUE
ET IMBATTABLE !
Socialter | Bimestriel | 7 nos + 1 hors-série
Cercle Psy | Trimestriel | 8 nos
Peut-on désirer
sans dominer ?
Ping-pong, “happiness
manager” et dépression:
enquête dans ces boîtes
faussement cool
PAGES 8-9
L’Economie politique | Trimestriel | 6 nos
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES
Avocat
Enquête
Vocable | Bimensuel | 21 nos + 1 hors-série
Society | Bimensuel | 24 nos
2 50 0 €
PAGE 6
Time | Hebdomadaire | 35 nos
+ web illimité + 1 hors-série en version numérique
Apprenti
Canada
Un féminicide
autochtone
longtemps ignoré
Futuribles | Bimestriel | 3 n
Politis | Hebdomadaire | 18 nos
L’Affranchissement des femmes
ESSAIS SUR
LES FEMMES
770 €
Economie
Jumia sera-t-il
l’Amazon africain ?
La Revue des Deux Mondes | Mensuel | 6 nos
L’Obs | Hebdomadaire | 26 nos
JOHN STUART MILL
L’Asservissement des femmes
HARRIET TAYLOR MILL
PAGE 5
Le Monde diplomatique | Mensuel | 12 nos
Hebdomadaire | 39 nos
Directrice commerciale
EXTRAITS
QUINZOMADAIRE LIBRE ET INDÉPENDANT
Courrier international | Hebdomadaire | 30 n
Le Monde Sélection hebdomadaire
PEUT-ON
DÉSIRER
SANS
DOMINER ?
Harriet Taylor
et John Stuart Mill
P. 24
50 FRANÇAIS DÉVOILENT
LEUR RÉMUNÉRATION
Infirmière
CAHIER CENTRAL
Cadre
SUPPLÉMENT OFFERT
COMBIEN TU
GAGNES ?
1950 €
3 890 €
Start-up,
ton univers
happy toyable
1. COCHEZ LE OU LES ABONNEMENTS QUE VOUS CHOISISSEZ
Le 1 | Hebdomadaire | 39 nos
Patron de bistrots
Politique
Macron défend
son bilan dans
un entretien
d’un type inédit
BULLETIN D’ABONNEMENT ETUDIANT
Alternatives Economiques | Mensuel | 11 nos
18000 €
PAGE 3
de sécurité de l’ONU de
condamner les frappes
a souligné l’isolement
de Vladimir Poutine
38 GRANDS TITRES
DE PRESSE
ACTUALITÉ GÉNÉRALE
Journaliste
Gaza
L’affrontement
meurtrier avec
Israël se prolonge
▶ Le refus du Conseil
▶ Les occupants illégaux
ont jusqu’au 23 avril
pour déclarer leurs projets
d’activité et régulariser
leur situation. A l’issue
os
Architecte
860 €
N° 1206
MARS 2018
LE NOUVEAU
L’ACTRICE
CAMILLE
COTTIN
Syrie : la France en quête d’une solution diplomatique avec la Russie
▶ Plusieurs milliers
de personnes ont
manifesté, le 15 avril,
contre les expulsions
par les gendarmes dans
la « zone à défendre »
du bocage nantais
America | Trimestriel | 4 nos
220 0 €
Infirmière
LISEZ
SCIENCE & VIE
SAMEDI 21 AVRIL 2018
74E ANNÉE - NO 3624
WWW.LEMONDE.FR ―
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO
DEUX CAMPS FACE À FACE À NOTRE-DAME-DES-LANDES
ACTUALITÉ INTERNATIONALE
CHINE
M 02228
WASHINGTON, démocrates et républicains s’accordent
au moins quand il s’agit de combattre la Russie. Selon
eux, M. Vladimir Poutine doute de la détermination des ÉtatsUnis à défendre leurs alliés et veut protéger son régime autoritaire contre une contagion démocratique et libérale. Il aurait
donc choisi d’agresser l’Occident. Alors, pour garantir la paix
et la démocratie, l’armée américaine et les parlementaires des
deux partis ont décidé de contre-attaquer...
L’Amérique n’a donc pas connu une
époque de changement, mais un changement d’époque. Pour les pouvoirs d’hier et
pour les États hégémoniques, il devenait
urgent d’en finir avec des dynamiques qui
annonçaient la seconde étape : celle de l’indépendance régionale.
MICHAËL FŒSSEL
“Paul Ricœur
m’a initié au
mystère du mal”
Voyage au pays
de l’accélération
Par Hartmut Rosa
1950 €
5 350 €
Gestionnaire conseil
Députée
3Õ:HIKM
BEL : 7,2 € - CAN : 10,95 CAD - DOM/S : 7,3 € - Réunion/A : 9,3 € - ESP : 7,2 € - GR : 7,2 € - ITA : 7,2 € - LUX : 7,2 € - MAR : 60 MAD - TOM : 980 XPF - PORT. CONT. : 7,2 € - CH : 12 CHF - TUN/S : 8,6 TND
Les premières années du XXIe siècle ont
été marquées par de grandes avancées économiques, sociales et politiques, dans un
* Président de la République de l’Équateur de 2007
à 2017.
* Journaliste.
FÉVRIER 2018
contexte de souveraineté, de dignité et
d’autonomie géopolitique. Ces réussites
furent facilitées par la hausse du prix des
matières premières, mais encore fallait-il
que ces richesses soient investies dans le
« bien-vivre » de nos peuples (lire le reportage de Loïc Ramirez pages 8 et 9) (1).
C’est ce qui fut fait.
Faut-il défendre un terroriste ?
Éric Dupond-Moretti débat avec Yves Michaud
ALG. 410 DA, ALL. 5,60€, AND. 5,10€, AUT. 5,60€, BELG. 5,00€, CAN. 8,10 $CAN, ESP. 5,20€, GB 4,60£, GR. 5,30€, GUAD. 5,00€, GUY. 5,00€, IT. 5,00€, LUX. 5,20€, MAR. 43 DH, MART. 5,00€, PAYS-BAS 5,30€, PORT. CONT. 5,30€, RÉU. 5,00€, ST MARTIN 5,00€, SUI.6,80 CHF, TOM 850 XPF, TUN. 5,50 DT, ZONE CFA 3600
ILS ONT CREUSÉ
LE PREMIER
CANAL DE SUEZ
M 02773 - 3551 - F: 3,00 E
(Lire la suite pages 16 et 17.)
LA SUITE de la longue nuit
néolibérale des années 1990, et à partir de
l’élection d’Hugo Chávez au Venezuela
en 1998, les bastions de la droite latinoaméricaine se sont effondrés comme des
châteaux de cartes. À l’apogée du phénomène, en 2009, huit des dix principaux
pays d’Amérique du Sud étaient gouvernés
par la gauche. Sans parler du Salvador, du
Nicaragua, du Honduras, de la République
dominicaine ou du Guatemala. Dans ce
dernier pays, comme au Paraguay, c’était
la première fois que les progressistes parvenaient au pouvoir.
UNE CAMPAGNE
ÉLECTORALE
IL Y A 2 000 ANS
PHARAONS
PAR RAFAEL CORREA *
MERCREDI 31 JANVIER 2018 HEBDOMADAIRE | FR 3 € BEL, LUX 3,60 € | DOM 5,50 € CH 5,40 FS | MAR 43 MAD
CPPAP Nº 0621C80864
PHOTOS
MACRON
Total
contrôle
L’entité administrative de Lorain County, qui regroupe environ
300 000 habitants, se situe dans l’aire d’influence de Cleveland.
Délimité au nord par les rives du lac Érié, le territoire devient plus
rural à mesure qu’il s’étend vers le sud.
À
JAVIER GAVILANES. – « Propuesta no 1 » (Proposition no 1), de la série
« Entre escombros y construcciones » (Entre décombres et constructions), 2017
Nº 3551
DU 3 AU 9 FÉVRIER 2018
UKRAINE
A l’est, rien
de nouveau
BIOLOGIE MARINE
CULTIVER
LES CORAUX
POUR LES SAUVER
L EXISTE des dizaines de manières de mourir, mais, à la
morgue de Lorain County, un comté périurbain de l’Ohio, on
en répertorie cinq : « mort naturelle, homicide, suicide,
accident, cause indéterminée ». Les overdoses sont considérées comme des accidents. Ici, elles ont triplé en quatre
ans, pour atteindre 132 morts en 2016. « Des cocktails
contenant des opiacés dans 95 % des cas », fait savoir le
médecin légiste Stephen Evans, qui classe parfois une
overdose en suicide, quand les doses relevées sont particulièrement importantes. « Mais d’autres comtés les classent en
homicides quand les dealers vendent une poudre coupée au
fentanyl, un narcotique cent fois plus puissant que l’héroïne.
Les toxicomanes pensent qu’ils se piquent avec de l’héroïne,
mais encaissent cent fois la dose... » En 2017, la plus vieille
victime du comté était un homme de 75 ans, qui partageait la
seringue avec son petit-fils.
MENSUEL N° 116
Février 2018
LES DÉMONS
DE L’ANGLETERRE
VICTORIENNE
POMPÉI
N°1492 – Du 1er au 7 mars 2018
3’:HIKMRH=XUXUUU:?d@p@f@b@k";
ÉCONOMIE
ANTHROPOLOGIE
BITCOIN : UN COÛT CES ESCLAVES
ASTRONOMIQUE
QUI ONT FAÇONNÉ
EN ÉNERGIE
NOS SOCIÉTÉS
Cahier numéro un de l’édition n° 2777 du 25 au 31 janvier 2018
JACK
´
L’EVENTREUR
agriculture
l’association corto,
la sicile à Paris
Au pouvoir en Équateur de janvier 2007 à mai 2017, M. Rafael Correa
a décidé de ne pas se représenter. La
rupture avec son successeur et ancien
collaborateur l’a néanmoins conduit à
reprendre le combat. Au-delà de cet
affrontement singulier, il témoigne ici
des conquêtes et des reflux de la gauche
en Amérique latine. Et il relève à quel
point les grands médias sont devenus
une arme politique au service de la
contre-offensive des partis conservateurs.
*
I
ISABELLE
HUPPERT
L’icône aux
cent visages
grève !
M 03461 - 1492 - F: 3,30 E
innovation
et territoires
MAI-68
Sous les pavés
l’image
sncf
les
l
Maîtres d’hollywood
3Õ:HIKNOG=VUXXUW:?b@o@t@c@a";
5,40 € - Mensuel - 28 pages
Édition française de Scientific American
entretiens Par Peter bogdanovich
Politique
MJs : si Jeunes,
si tristes…
D : 6,90 € - BEL
D:
BEL:: 4,80 € - ESP
ESP:: 4,90 € - GR
GR:: 4,90 € - DOM S
DOM S:: 4,90 € - DOM A
DOM A : 6,90 € ITA : 4,90 € - LUX : 4,80 € - PORT CONT : 4,90 €
CAN:: 6,75 $ CAN
$ CAN - MAR:
DH - TOM S
TOM S:: 750 CFP
750 CFP - TOM A
A:: 11400
CFP - CH
C : 8,50 FS - TUN : 9 DTU
CAN
MAR : 50
50 DH
400 CFP
TRANSFORMATIONS
DE LA SEXUALITÉ,
PERMANENCE
DU SEXISME
PAR MICHEL BOZON
s r
dossIe
PRINTEMPS
2018
COMMENT
LES ARABES
LES VOYAIENT
page 3
Pages 14 et 15.
NOS BONNES ADRESSES
DOSSIER
CROISADES
Des laboratoires
:?b@
?b@c@k@q@a";
I N T É G R AT I O N , L A G R A N D E O B S E S S I O N –
la Californie face aux défis
de la mondialisation
Napa Valley, Santa Clara,
Los Angeles
N° 26
MARS 2017
& C IV IL IS A T IO N S
SILICON
VALLEY
son univers impitoyable
4,50
50 E - RD
H
l’exerCICe
pédagogIqUe
20 €
Ville
Email
Sciences et Avenir | Mensuel | 12 nos + 4 hors-séries J’accepte de recevoir par e-mail des offres de Rue des Etudiants
Science & Vie | Mensuel | 15 nos
PASVIQR18
VERS LE ZÉRO
DÉCHET
404
Ne peut être vendu séparément. © DeAgostini/Leemage ; DR, source : www.harriettaylormill.com ; retouche : StudioPhilo.
Europe : vers une relance ?
n°
villes / sociétés / cultures
l’abonnement
Retraites : réforme en chantier
www.urbanisme.fr
t. : 6,50 € Suisse : 11 CHF Andorre : 6,20 € Allemagne : 6,90 € Canada : 11,50 $CA DOM : 8 € COM :1 000 XPF Maroc : 60 DH
septembre
octobre
2017
Belgique/Luxembourg/Portugal : 2,90�€ – Suisse : 4,2 CHF – Canada : 4,99 CAD – USA : 4,99 USD – Maroc : 30 MAD – Royaume-Uni : 2,60 GBP – Tunisie : 3,90 TND – DOM : 2,90�€ – TOM : 400 XPF
SE PARLER
À SOI-MÊME
EST-CE GRAVE ?
& CIVILISATIONS
no
Anglais
Allemand
(cochez l’édition choisie)
c h a q u e s e m a i n e , u n e q u e s t i o n d ’a c t u a l i t é , p l u s i e u r s r e g a r d s
LA REVUE
L’ART DE PERDRE
UTILISER SES DÉFAITES POUR
FORGER SON ESTIME DE SOI
39 €
Quel avenir pour
les véhicules électriques ? 34
LE PORTFOLIO
Les découvertes des
neurosciences
i
pour ne
pas se laisser submerger
SEXUALITÉ
LE RAZ DE MARÉE
DU PORNO VIRTUEL ALIMENTATION
LES VÉGANS ONT-ILS UNE
PERSONNALITÉ À PART ?
Les usages du temps en France
#41
58
PRIX UNIQUE
L’anticipation au service de l’action
34
IEW
Page
QUENTIN HOUDAS, AUDREY CERDAN ET JÉRÔME BLIN
futuribles
futuribles
INTERV
NOS ENF
ANTS
SON
SURBOOT
KÉS
N°192
ALLÉGER SA CHARGE MENTALE
E
LE COUP D’ARRÊT
Alléger sa
CHARGE
MENTALE
Robots Taxis volants Bitcoin Méditation et hypnose
hyp
Uranus et Neptune Placenta Rivières atmosphériques Démocraties animales
Les découvertes d
des neurosciences pour ne pas se laisser submerger
2018 !
- Mars 2018
DE L’ANNÉE
MONDIALISATION
M 07656 - 97S - F: 6,50 E - RD
3’:HIKRQF=[U[ZU\:?a@k@j@h@q";
Printemps
2017
MAGAZINE
N° 97 Mars 2018
SOMMES-NOUS TOUS
CONSPIRATIONNISTES ?
Mars 2018
N°97
ÉLU
JUIN 2018 | N° 380 | 4,90 €
Cerveau & Psycho
Cerveau & Psycho
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Linky : pourquoi
tant de haine ?
oui
oui
J’accepte de recevoir par e-mail des offres des partenaires de Rue des Etudiants
non
non
4. JE RÈGLE LA SOMME DE
ARTS & CULTURE
Beaux Arts magazine | Mensuel | 10 nos
Grande Galerie | Trimestriel | 8 nos
Ideat | Bimestriel | 10 nos
L’éléphant | Trimestriel | 3 nos
Les Inrockuptibles | Hebdomadaire | 26 nos
39 €
69 €
99 €
autre montant
par :
Chèque à l’ordre de Rue des Etudiants
N°
CB
€
Visa
Mastercard
Date d’expiration
Cryptogramme (Les 3 derniers chiffres au dos de votre carte)
Date et signature obligatoires :
Papiers | Trimestriel | 4 nos
Polka | Trimestriel | 9 nos
Télérama | Hebdomadaire | 21 nos
MODE DE VIE & SPORT
Philosophie magazine | Mensuel | 8 nos
Kaizen | Bimestriel | 8 nos
Population & Avenir | Bimestriel | 7 nos
So Foot | Mensuel | 10 nos
Sciences Humaines | Mensuel | 11 nos
Sport & Vie | Bimestriel | 6 nos + 2 hors-séries
The Good Life | Bimestriel | 10 nos
En retournant ce formulaire, vous acceptez que Rue des Etudiants, responsable de traitement, utilise vos
données pour les besoins de votre commande, de la relation Client et d’actions commerciales. Pour connaître
les modalités de traitement de vos données et d’exercice de vos droits (accès, rectification, effacement,
opposition, portabilité, limitation des traitements, sort des données après décès), consultez notre politique de
confidentialité à l’adresse http://www.ruedesetudiants.com/ ou écrivez à notre DPO – 80 bd Auguste Blanqui
– 75013 Paris ou dpo@groupelemonde.fr.
Je certifie être étudiant(e)
Filière
Offre valable jusqu’au 30 juin 2019
Abonnez-vous encore plus vite sur
Année d’étude
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
C’EST SI BON
DE LÉGUER !
© Photo : René Schwerdtel/gymmedia.de/wi-bo.de
Johanna 92 ans, gymnaste,
soutient la recherche sur le cancer.
DEMANDE DE DOCUMENTATION GRATUITE
ET SANS ENGAGEMENT DE VOTRE PART
EN FAISANT UN LEGS À LA FONDATION ARC,
VOUS ACCÉLÉREZ LA RECHERCHE SUR LE CANCER
Pour faire un legs ou pour tout renseignement, vous pouvez
contacter Claire Genevray, responsable Relations Testateurs
au 01 45 59 59 62. Par email cgenevray@fondation-arc.org
www.fondation-arc.org
Mme
Mlle
NOM : _________________________________________________________
PRÉNOM : ______________________________________________________
ADRESSE : ______________________________________________________
___________________________ CODE POSTAL :
qqqqf
VILLE : __________________________________________________________
TÉLÉPHONE :
qf qf qf qf qf
Science et Vie
La Fondation ARC reconnue d'utilité publique
est habilitée à recevoir des legs, donations
et assurances-vie.
M.
gettyimages® nicolas_
On a tous quelque chose
à transmettre à la recherche.
Comme Johanna,
soutenez la Fondation ARC.
Retournez votre coupon sous enveloppe affranchie à
Fondation ARC - Claire Genevray
9 rue Guy Môquet - 94803 Villejuif.
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
2
Размер файла
23 280 Кб
Теги
Science & Vie, journal
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа