close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Liberation - 11 12 2018

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2,00 € Première édition. No 11674
MARDI 11 DÉCEMBRE 2018
www.liberation.fr
BREXIT
Theresa
May fait
durer
le suspense
ANALYSE, PAGES 8-9
REPORTAGE, PAGES 14-15
CHRIS «Une
manière
rugueuse
d’être
artiste
de variété»
RENCONTRE, PAGES 24-25
LY
NAL WEEK
INTERNATIO
In collabora
DECEM BER
TUESDAY,
Copyright
© 2018 The
11, 2018
New York
Times
tion with
Bosnia’s
Warning
On Ethnic
Division
HIGGINS
By ANDREW
HerzegovBosnia and
the
MOSTA R, fire breaks out in
a
Golos,
ina — When of Mostar, Sabit
not
Bosnian city knows that he doestake
er,
flames
a firefight
ED PRESS
unless the what, from
H/ASSOCIAT
of
have to worry
DAVID LONGSTREAT
Muslim side front line in a
prison.
hold on the
the
Tuol Sleng
1994, was
the former
1992 until
conflict.
mattress at
vicious ethnic
Mostar, though
blood-soaked
fire
Rouge. A
That is because
the Khmer
has two separate of
long at peace, made up mostly
ians died under
one
and a second
brigades,
million Cambod
Mr. Golos,
like
At least 1.7
Muslims by Catholic Croats.
States
one staffed and the United
naAs Europe the rise of ethnic a
with
offer
s
struggle
division
Children
can
, Bosnia’s
tionalism in how communitiespeosorting
dark lesson d long after many that
through bones
stay splintere
what it was
of Khmer
forgotten
ple have
apart.
, and when?”
was
Rouge victims
a
you tortured
pushed them ed disunion here
old
,
question at
“Where were
outside an in
The entrench national elections
unremarkablewas cruelty and
and
recent
It was an
schoolhouse
rule
reflected in national ist rhetoric
raw material
Sva
years of brutal
trial whose
marked by ing of Bosnia’s continTrapaeng
, during four Rouge fanatics.
suffering
Khmer
open question
by
where people
ia
as a state.
e
days
in Cambod
Was the witnesswaterued existencis worried these this
were tortured
beaten,
“Europe of the far right, but in
in a
whipped,
and killed.
rise
suffocated
of the curve
about the
boarded,
his torahead
Did
way
endurand
place was
plastic bag? stick into his
dangerous
said
a
showing howtionalism can be,” of
turer poke
his toenails
ing ethno-naan America n resident
wounds, were electric
ESSAY
were
out,
Clancy,
Mostar.
Tim
pulled
s
worked in
Bosnia who Mostar’s fire brigade
TIMES
to his ears?
Kaing
just
E NEW YORK
wires attached commandant
Both of
words wanservice — n
SETH MYDANS/TH
lly
the same
to focus. His a child, a
Did the prison as Duch, persona or
are part of s two garbage collectio
losses:
known
seemed unable
elecof breath,
to his own insisted he was
Guek Eav,
as Mostar’ two hospitals, two
he was out
ia in 1996,
he
as he
dered away
stations
in Cambod
beat him until back and laugh
parent. But
pant?
companies,
ies, two bus
spouse, a
stand
lly
I had arrived was ragged and of mass
s testified
from trauma.
me she
did Duch
tricity compan teams all technica
country
in the
not sufferingold rice dealer told
as some witnesse
four years
when the
out
watched, the first defenda nt
ravages of than a decade of
and two soccer city.
A 52-year- l problems and passed said
Rouge trifuing from the
same
to
Duch was
by more
. She
backed Khmer
serve the looking at your own a
until
had intestina to the bathroom afraid
Rouge returned
a decade,
killing, followed
Huskic,
United Nationswent
“You are
the Khmer
and was
for more thanfinal verdicts,
when she
said Adnan
and
civil war as insurgency.
convulsions
the
al I covered
ture here,” School of Science
never an
have been convicted two seshe suffered
have
the
their jungle
runbefore, but
d
what may
which
scholar at in Sarajevo. “We
see a man said.
to go out alone.
I’d seen trauma
nation. I reminde
.
her eyes. “I
she
just last month,
Technology with the rise of nationof genocide last survivors
She closed a man shooting,”
traumatized all the adults I met
entire
leaders
y that
nior
I see
who now
ble
were the
the people
been dealing for years.”
ning, and
the
I can hear It is like a
myself regularls or former killers,had seen
Those leaders
naries responsi
alist populism
nt that halted by
him!’
they
of revolutio 1.7 million Cam“I hear gunfire.
were survivor
they killed
with what
of a group
or
n,
— reached
The 1995 agreeme
at least
saying, ‘Oh, my mind.”
to try to live everyone, survivor carin Bosnia
deaths of to 1979, from executio
Crohad
ing
the
and
memofor
in
bloodlett of Bosnia, Serbia
s. They
1975
haunting quessnapshot
or done. Almostfamily member
similarly
or disease. to do the
bodians from
the leaders entrenched the nationlost
millions of
Many with were troubled by the
overwork
war.
killer, had inside themselves
starvation, it to others, like Duch, of the
why?
atia — onlythat prosecuted the
”
ries said they
to us, and
left
dant
ried around of suffering.
this
They
“entities
these
did
elites
comman
the
two
Who
alist
from
Sleng,
was the
tions:
d to answer
Bosnia into a Srpska and
tiny worlds
able
mine victims
killing. He Rouge prison, Tuol
, a dark
It divided
were
an unassail
The trial attempte
Republik
I visited land military hospital
on of
main Khmer at least 14,000 people
and compiled But in the prowater
the
— a Serb-run
being
Croat Federati
questions
data.
civil war in place without regular
controlled
for
: What
or S-21, where
weeks before— to a
historica l
me
or
of
vina,
a mixed Muslimdays
question
record
Herzego
and dreadful where men begged
a deeper
one each
s? Are
tortured for every one of them
ty,
Bosnia and
presidents,
cess it raisedkillers and torturer or do we
or electrici
n.
and Mussent — almost
by sociby three elected
for executio
drove these different from us,the right
work. As
Serbs, Croats
s.
crutches.
and rejected
killing field
us place to
was
for Bosnian known as Bosniak
men like Duch us seeds that in
Others, crippled the market seeking
are
It was a dangerod of the prison staff
around
lims, who said he has many friends
g with
all carry within turn us into beasts?
ety, hopped
ed
y and feels
could
many as one-thir es for torturin a prisMr. Golos
I interview
sometim and letting
conditions
ethnic boundarwho started
alms.
ent hospital
executed,
suracross the
on Page II
enthusiasm
left,
At a governm— one of the few who was
toward Serbs,
too much
Con­­tin­­ued
no enmity but have now mostly
rist
years — whohe
a psychiat
ze for me the nt
oner die.
artillery shells
But
the fighting
Khmer Rouge
to symboli
survivors.
who rained neighborhood.
vived the
Duch came nal cruelty of a movemeis no
or Croats,
traumatized
you
into his
dikeep
fire
imperso
treating
“To
cold,
and sniper
that wartime of
by the sloganno loss.”
that lived
Because
But he worries
you is
hardened.
a postgain, to destroy
visions have ted schooling,
largely segrega
on Page II
Con­­tin­­ued
nocide
ers After Ge
What Ling
SETH
MYDANS
Chaque mardi,
retrouvez un
supplément spécial
de 4 pages avec
les meilleurs articles
et éditoriaux du
«New York Times»,
en anglais.
JE VOUS AI
UN PEU
COMPRIS
100 euros de plus pour les
salariés au smic, annulation
de la hausse de la CSG pour
les petites retraites: le Président
a annoncé des mesures sur le
pouvoir d’achat. Mais pour le
reste, le flou demeure. PAGES 2-7
IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,50 €, Andorre 2,50 €, Autriche 3,00 €, Belgique 2,00 €, Canada 5,00 $, Danemark 29 Kr, DOM 2,60 €, Espagne 2,50 €, Etats-Unis 5,00 $, Finlande 2,90 €, Grande-Bretagne 2,00 £,
Grèce 2,90 €, Irlande 2,60 €, Israël 23 ILS, Italie 2,50 €, Luxembourg 2,00 €, Maroc 20 Dh, Norvège 30 Kr, Pays-Bas 2,50 €, Portugal (cont.) 2,70 €, Slovénie 2,90 €, Suède 27 Kr, Suisse 3,40 FS, TOM 450 CFP, Tunisie 3,00 DT, Zone CFA 2 300 CFA.
Lundi soir, lors de l’allocution télévisée d’Emmanuel Macron. PHOTO ALBERT FACELLY
ANTISPÉCISME
Avec les
jusqu’auboutistes
de la cause
animale
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2 u
ÉVÉNEMENT
Macron
sort son
gilet de
sauvetage
ÉDITORIAL
Par LAURENT
JOFFRIN
Pain
«Je vous ai compris ?» Non :
je commence à vous comprendre. Mal assuré au
commencement de sa péroraison, dans la condamnation des violences
comme dans le diagnostic
compassionnel qu’il a livré
– l’humilité ne lui est pas
naturelle –, le Président a
trouvé un ton plus juste
dans la suite de son intervention. Il est vrai qu’il
abordait sa partie concrète :
100 euros pour les salariés
au smic grâce à l’augmentation de la prime d’activité, abandon de la hausse
de la CSG pour les retraités
modestes, exonération des
heures supplémentaires.
Les mesures sont simples,
concrètes, immédiates.
Des miettes ? Non. Un peu
de pain pour ceux qui en
manquent cruellement.
Est-ce assez ? On en doute.
Rien sur la désindexation
des retraites, ni sur l’avancement des baisses de la
taxe d’habitation. Rien surtout, ou presque, sur la nécessaire contribution des
plus riches à l’effort commun. Sur le plan symbolique, c’est le manque le plus
criant. Une nouvelle fois,
les gilets jaunes observeront que la classe dirigeante, au bout du compte,
échappe pour l’essentiel
aux sacrifices qui, pourtant, ne lui coûteraient pas
grand-chose. Prononcé il y
a dix jours, le même discours aurait sans doute
apaisé une grande partie
de la colère. Au cœur d’une
crise nationale, il n’a ni
l’ampleur ni la hauteur qui
marquent les discours historiques. Quant aux réformes démocratiques annoncées – une dose de
proportionnelle, si l’on
comprend bien, une prise
en compte du vote blanc –,
elles restent floues et prudentes. On s’en remet pour
la suite aux maires, ces élus
qui échappent à l’opprobre
général – et souvent injuste – qui frappe la classe
politique. Le vieux monde
des élus locaux appelé au
secours du nouveau, dont
la nouveauté s’est usée en
dix-huit mois… Le Président parie sur un reflux du
soutien de l’opinion aux
gilets jaunes. Reflux possible. Mais le mouvement,
selon toutes probabilités,
ne s’arrêtera pas du jour au
lendemain. •
Libération Mardi 11 Décembre 2018
Mettant fin à son silence lundi soir,
le Président a notamment annoncé 100 euros
supplémentaires pour les salariés au smic
et une annulation de la hausse de la CSG
pour les retraités modestes.
Par
DOMINIQUE ALBERTINI
et LILIAN ALEMAGNA
l’Etat, de l’indemnisation chômage et des retraites»
parmi ses priorités des prochains mois.
Photo
CE QU’IL DÉGAINE
ALBERT FACELLY
Un coup de pouce au smic de «100 euros» mais
«sans qu’il en coûte un euro de plus pour l’employeur». Ce qu’il avait promis de faire sur la durée
quinquennat, Emmanuel Macron veut l’accomplir
en 2019. L’effort irait donc au-delà de la revalorisation légale prévue pour janvier 2019, et chiffrée
à 1,8% par le Premier ministre. Cette hausse prendrait la forme d’une nouvelle revalorisation de la
prime d’activité. Le projet de budget pour 2019
prévoyait déjà, pour une personne au smic, une
«bonification» de 30 euros versée à partir de juin.
Autre annonce du chef de l’Etat: la défiscalisation
des heures supplémentaires. Cette mesure ne figurait pas au programme de Macron, qui ne s’était
engagé qu’à supprimer, à l’automne 2019, les cotisations salariales sur ces heures supplémentaires.
Le Président reprend donc un mécanisme popularisé en son temps par Sarkozy et qui avait bénéficié à 9,5 millions de salariés pour un gain annuel
de 450 euros. La mesure avait été enterrée par
Hollande à peine arrivé au pouvoir.
Le chef de l’Etat a également demandé, «à tous les
employeurs qui le peuvent de verser une prime de
fin d’année à leurs employés» sur laquelle l’Etat ne
prélèvera «ni impôt, ni charge». Idée à laquelle le
Medef avait souscrit d’avance… à condition que
le versement ne soit pas obligatoire. Enfin, Macron fait une fleur aux petits retraités touchés par
la hausse de 1,7 point de CSG. Le chef de l’Etat a
P
ouvoir d’achat et démocratie directe : les
deux principales revendications des gilets
jaunes ont trouvé un écho, lundi soir, dans
la très attendue intervention d’Emmanuel Macron. Trois semaines après les premières actions
des gilets jaunes, deux semaines après sa dernière allocution sur le territoire national, le chef
de l’Etat s’est exprimé durant treize minutes depuis l’Elysée. Première cible des manifestants,
pressé par son camp d’éteindre la contestation
à coup de «mesures fortes», il a annoncé plusieurs gestes fiscaux envers les salariés et des retraités – sans préciser par quelles économies il
financerait ces mesures. Et tentera, dans les prochains mois, de canaliser la colère sociale dans
un large «débat national» embarquant aussi bien
les questions fiscales et écologiques que la recherche d’une incertaine «identité profonde»
du pays.
Un changement de ton et de méthode évident
pour l’exécutif, qui a longtemps exclu tout effort
supplémentaire sur le pouvoir d’achat, et s’était
vu reprocher son «mépris» et son «centralisme»
vis-à-vis des Français modestes et des territoires.
Mais pas un changement de programme pour le
quinquennat, a fait entendre Emmanuel Macron,
qui a pris soin d’évoquer «la réforme profonde de
dit vouloir «annuler» cette augmentation subie
au 1er janvier 2018 pour les retraités «qui touchent
moins de 2000 euros par mois». «L’effort demandé
était trop important et il n’était pas juste», a-t-il
concédé. Son Premier ministre avait déjà prévu
des corrections pour 300 000 petits retraités.
CE QU’IL MAINTIENT
Annoncé en septembre, le coup de rabot sur les
retraites reste au programme : Macron n’est pas
revenu sur le quasi-gel des pensions pour les deux
années à venir. Comme prévu, celles-ci ne seront
plus indexées sur l’inflation, mais augmenteront
d’à peine 0,3 % en 2019 et 2020. Le Président ne
reviendra pas non plus sur les mesures accordées
aux plus aisés : pas de rétablissement de l’ISF.
«Pendant près de quarante ans, il a existé, a-t-il
justifié. Vivions-nous mieux durant cette période?
Les plus riches partaient. […] Revenir en arrière
nous affaiblirait alors même que nous sommes en
train de recréer des emplois dans tous les secteurs.»
Le chef de l’Etat n’a pas dit non plus s’il ferait appel aux entreprises pour financer les mesures de
pouvoir d’achat. Pas de mention, dans son intervention des aides aux entreprises (lire page 6) qui
doivent bénéficier en 2019 d’une «double dose»
de crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), et
d’une diminution de 4 points de cotisations patronales au niveau du smic. Ces trois mesures, au
cœur de la politique de l’offre promue par le chef
de l’Etat, seraient pourtant sources de recettes et
d’économies pour le gouvernement: 3 milliards
d’euros pour le retour de l’ISF, 20 milliards pour
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 3
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
Lors de l’allocution
télévisée du Président,
lundi soir.
Mais avant de reconnaître des erreurs et
de présenter ses propositions, Macron a
tenu à reprendre la main en incarnant l’ordre républicain. «Les violences inadmissibles ne bénéficieront d’aucune indulgence»,
a-t-il prévenu, dénonçant le jeu des «opportunistes» et des «irresponsables politiques» qui ont tenté de «profiter des colères
sincères» pour «bousculer la République,
cherchant désordre et anarchie».
Martial et définitif, Macron a prévenu qu’il
avait donné «les instructions les plus rigoureuses» pour rétablir d’ordre républicain.
«Tous les moyens» seront mis en œuvre, car
«quand la violence se déchaîne, la liberté
cesse», a-t-il conclu.
En une seule prise de parole, il fallait répondre à deux revendications qui n’ont
fait qu’enfler ces dernières semaines: demande massive de hausse pouvoir d’achat
et une exigence, plus massive encore, de
voir ce président, s’il ne daigne pas «démissionner», en rabattre publiquement sur
son arrogance.
Malentendu. «Je sais qu’il m’est arrivé
le «double» CICE. Y toucher marquerait, pour le
coup, un vrai tournant.
CE QU’IL PROMET
Un débat de trois mois, «au plus près du terrain»,
pour associer les citoyens à la transition énergétique: faite par Macron le 27 novembre, l’annonce
n’avait eu aucun effet sur la mobilisation des gilets
jaunes. Reprenant l’idée, il l’a portée lundi à un
autre niveau d’ambition: le débat «doit être beaucoup plus large», a-t-il tranché, invitant les Français à délibérer des sujets les plus divers. Outre le
changement climatique, le logement, le transport,
il a rangé parmi eux de possibles réformes institutionnelles, comme la «prise en compte du vote
blanc» ou une «loi électorale plus juste». Le Président veut aussi mettre en débat «l’organisation de
l’Etat […] sans doute trop centralisé depuis des décennies, et la question du service public».
Désireux enfin de «mettre la nation en accord avec
elle-même», Macron veut inclure dans les thèmes
de la concertation l’«identité profonde» du pays,
proposant aux Français de traiter par le débat «la
question de l’immigration»: «Il nous faut l’affronter», a-t-il conclu, sans craindre la comparaison
avec un débat de même nature organisé sous Nicolas Sarkozy. Celui-ci avait donné lieu à une intense polémique et à plusieurs débordements verbaux autour de «l’identité nationale». S’il souhaite
en assurer la «coordination», c’est aux maires que
Macron veut déléguer l’animation de ce débat, se
disant prêt à les «rencontrer région par région pour
bâtir le socle de notre nouveau contrat». •
de blesser certains d’entre vous par mes
propos», a-t-il reconnu. Mais il a plaidé le
malentendu. Car il se bat justement «pour
bousculer le système politique en place».
Celui qui, depuis quarante ans, abandonne à leur sort «ces femmes de courage,
disant cette détresse sur tant de rondspoints», comme «ces retraités modestes qui
ont contribué toute leur vie et ne s’en sortent pas».
Avant de rendre ses ultimes arbitrages et
d’enregistrer sa courte allocution, Emmanuel Macron avait voulu entendre ce
qu’avaient à lui dire les corps intermédiaires et les «forces vives», pour la plupart sidérés par les violences des manifestations.
Grave, attentif, il a écouté pendant quatre
heures, sans rien dire, la trentaine de personnalités qu’il avait invitées lundi matin
«Nous sommes à un moment historique de à l’Elysée. Beaucoup ont suggéré de lancer
notre pays», a-t-il reconnu, s’abstenant de grandes négociations collectives: «Gred’insister sur le «cap» qu’il faudrait gar- nelle du pouvoir d’achat» pour Caroline
der et le programme présidentiel à mettre Cayeux, maire de Beauvais, «Grenelle de la
en œuvre. «Nous ne reprendrons pas le fiscalité» pour Dominique Bussereau, précours normal de nos vies», a prévenu le sident de l’Association des départements
Président dans son «adresse à
de France. Le numéro 1 de la
la nation».
ANALYSE CFDT, Laurent Berger, ne cachait pas, en sortant de l’Elysée,
Ordre. L’intitulé gaullien disait à lui seul son «appréhension». Le discours présidenla gravité de ce rendez-vous. Rarement de- tiel aidera-t-il à surmonter cette «très grave
puis le début de la Ve République, allocu- crise démocratique»?
tion présidentielle aura été attendue, dans Les responsables des associations d’élus
tout le pays, avec tant de méfiance ou d’es- avaient invité le Président à «parler avec son
poir, souvent mêlé d’angoisse. Au point cœur». Macron s’est efforcé d’y répondre en
que, pour les plus anciens, elle ne pouvait mettant dans son «adresse à la nation» une
se comparer, par son intensité dramatique touche d’optimisme : «juste à bien des
qu’à la fameuse allocution de trois minutes égards», la colère des gilets jaunes «peut
par laquelle De Gaulle avait mis fin, le être notre chance», a-t-il assuré.
30 mai 1968, aux «événements de mai».
ALAIN AUFFRAY
Un président
en quête
de justesse sociale
Dans sa très solennelle
«adresse à la nation», lundi
soir, Macron a tenté de
répondre aux revendications
de pouvoir d’achat des gilets
jaunes, en cherchant à faire
oublier son arrogance.
A
ussi sobre et grave que possible,
Emmanuel Macron devait venir à
bout d’un exercice périlleux: affirmer son autorité de chef de l’Etat, garant
de l’ordre républicain, tout en reconnaissant ses erreurs. Tant dans son attitude
–«il m’est arrivé de blesser certains d’entre
vous par mes propos»– que dans sa politique: il n’était «pas juste» d’imposer aux retraités modestes une hausse de la CSG.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
4 u
ÉVÉNEMENT
Libération Mardi 11 Décembre 2018
Dans un bar
de Nice, lundi.
PHOTO LAURENT
CARRÉ
DES GILETS JAUNES RÉAGISSENT
FLAVIEN 25 ANS, SALARIÉ
AGRICOLE AU CHÔMAGE,
LILLERS (PAS-DE-CALAIS)
GAËTAN 34 ANS, CHEF
D’ENTREPRISE, RENNES
(ILLE-ET-VILAINE)
THOMAS 36 ANS,
COMMERCIAL, PROVINS
(SEINE-ET-MARNE)
LAURENCE 59 ANS,
RETRAITÉE DU SECTEUR
AGRICOLE, YVELINES
«La hausse
du smic,
c’est bien, mais…»
«On ne veut plus
de lui ni de ce
gouvernement»
«Moi, j’y
croirai quand
je le verrai»
«Macron n’a pas
renversé la table,
ce n’est pas assez»
«Il a fait un effort, il nous annonce des mesures pour janvier, il faut voir ce que ça
donne à l’Assemblée, si sa majorité le suit.
La hausse du smic, c’est bien, ça permet
de récompenser tous ceux qui se lèvent le
matin pour aller travailler. Mais il ne faut
pas que les petites entreprises soient les
seules à payer [Macron a précisé que cette
augmentation ne sera pas à la charge de
l’employeur, ndlr], sinon elles répercuteront la hausse du smic sur les prix : ça ne
sert à rien de donner 100 euros aux gens
pour le reprendre derrière. Je pense à celui
qui a une petite entreprise, qui a deux ou
trois salariés, qui s’en sort comme il peut,
il ne faut pas qu’il porte seul cette augmentation. Pour les retraités à moins
de 2000 euros, c’est bien aussi. J’ai croisé
un monsieur sur un rond-point qui gagne
825 euros par mois, ce n’est pas normal
qu’il soit dans la misère: il a travaillé toute
sa vie. Que le Président ne veuille pas revenir sur certaines choses, je peux le comprendre. L’ISF, je ne demande pas de le remettre, mais ceux qui gagnent des
milliards trouvent toujours des moyens de
se défiscaliser. Il faut rétablir un peu
d’égalité. Ce serait bien que nos politiciens
fassent un effort financier sur leurs salaires aussi. Ce qui m’a choqué: il ne s’est pas
excusé. Par ses propos, il le reconnaît, il a
blessé les gens. Nous sommes beaucoup
à l’avoir pris pour nous, les “fainéants”, les
“réfractaires”. Quand on fait une erreur,
la moindre des choses, c’est de s’excuser.»
Recueilli par STÉPHANIE MAURICE
«Nous avons écouté le Président sur le
rond-point de Saint-Grégoire près de Rennes, où nous avons notre camp, et nous
sommes tous tombés d’accord. On continue le mouvement. Emmanuel Macron n’a
pas répondu à ce qu’on voulait, à ce qu’on
demandait. Il veut revaloriser le smic
de 100 euros mais ce n’est pas suffisant.
Les gens veulent une revalorisation de
tous les salaires et des baisses de charges
patronales et salariales. Surtout, ils ne
veulent plus de lui ni de ce gouvernement.
Ils peuvent dire tout ce qu’ils veulent
maintenant, c’est trop tard. Ils ne veulent
plus de cette Ve République corrompue.
Ils ne veulent plus de cette Constitution.
Ils veulent une VIe République. Et c’est ce
que l’on est en train de préparer. Sur la
forme, c’était mieux et ce que le Président
a dit sur l’ouverture d’un débat national
va dans le bon sens. Mais on est loin du
compte. Ce matin, on bloquait une plateforme Intermarché et ça va continuer. Il
y a tant de choses à faire, la revalorisation
du chômage, la sécu pour les artisans,
revenir sur la limitation à 80 km/h.
Aujourd’hui, les gens aiment être dans la
rue, se retrouver ensemble, ce n’est pas
pour se laisser faire. Et avec son discours,
Emmanuel Macron nous a encore joué du
violon. Il voulait être le président du peuple, il aurait dû commencer par là et aller
davantage voir les gens. Aujourd’hui, les
gens ont compris qu’ils allaient devenir
pauvres.»
Recueilli par PIERRE-HENRI ALLAIN
«J’ai trouvé le Président un peu moins arrogant que d’habitude. C’était très bien
fait. Il a essayé de se mettre au niveau de
la “France d’en bas”, parce qu’il imagine
que les gilets jaunes sont une sous-couche
de la population. A un moment, je me serais presque cru face à un élève comédien
à qui on a demandé de verser sa petite
larme. Je crois que c’était bien joué, mais
que Macron ne pensait pas un mot de ce
qu’il disait. Ça fait dix-huit mois qu’il se
comporte de la même manière, qu’il méprise les Français. Un virage comme ça, si
soudain, ça ne ressemble pas à de la sincérité. Il lance des miettes pour calmer des
gens. Peut-être que certains vont y croire.
Mais ça va être quoi les contreparties en
échange de ces simili-cadeaux ? Moi, j’y
croirai quand je le verrai. Pour l’instant
rien n’existe! Maintenant le Président nous
a-t-il entendus ? Pas complètement, je
pense. Tout ce qu’il a dit est très flou. Il annonce 100 euros d’augmentation du smic,
mais c’est du brut ou du net? L’annulation
de l’augmentation de la CSG en 2019 pour
les retraites à moins de 2 000 euros, c’est
par foyer fiscal? Par personne, par couple?
On ne sait rien, on ne sait pas qui sera concerné. Alors il a demandé aux patrons de
verser une prime, mais à leur bon vouloir.
En fait, il se décharge sur eux. Alors, oui,
on va continuer le mouvement, bien sûr.
De toute façon, tant qu’on ne verra pas la
couleur de quoi que ce soit, il n’y a aucune
raison de relâcher la pression.»
Recueilli par TRISTAN BERTELOOT
«Je passe sur le côté empathique que Macron a pu exprimer. Comme tout politique,
il est capable de jouer un rôle. Sur le fond,
il a fait des gestes pour les classes laborieuses, mais très peu pour les classes moyennes. Je suis contente pour les gilets jaunes
smicards, mais cette augmentation
de 100 euros par mois est encore éloignée
des 200 euros qu’on demandait. En plus,
il est possible que ça fasse passer des gens
dans la tranche d’impôts sur le revenu supérieure. Concernant l’annulation de
la CSG pour les retraites inférieures
à 2 000 euros par mois, tout dépend si on
continue à calculer sur le foyer fiscal ou sur
la pension de chacun. Je trouve que Macron n’a pas renversé la table, ce n’est pas
assez. Tout le monde devrait avoir le droit
à quelque chose, et notamment les classes
moyennes qui paient un maximum, tout
le temps, et ne sont pas forcément concernées par toutes ces annonces. D’autant
qu’on ne sait pas où va le pognon, puisqu’on a plutôt tendance à voir la situation
des services publics se dégrader. C’est tout
un système qu’il faudrait revoir, et je ne fais
pas confiance au Président pour ça. Enfin,
à propos d’un éventuel rétablissement de
l’ISF, je pense qu’il aurait très bien pu taxer
davantage les plus gros revenus pendant
deux ou trois ans. Toutes ces mesures annoncées, qui va les financer? J’ai peur d’un
effet d’annonce pour que les gilets jaunes
rentrent dans le rang et qu’on nous refasse
passer les mêmes choses plus tard…»
Recueilli par SYLVAIN MOUILLARD
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
6 u
ÉVÉNEMENT
Libération Mardi 11 Décembre 2018
En plus de la crise sociale,
une crise de croissance
Les effets du mouvement des gilets jaunes se font aussi
sentir sur l’économie, avec un ralentissement de l’activité
qui pourrait sortir la France des clous européens.
Pour financer ces baisses d’impôts, la logique
est de mettre à contribution les entreprises,
et notamment les plus importantes, ainsi que
l’a annoncé le Président lundi soir.
D
Dérapage. Grandes gagnantes des arbitrages
eux milliards d’euros. Si l’on s’en tient
aux estimations de Bruno Le Maire,
c’est ce que coûtera le mouvement
des gilets jaunes à la croissance française
en 2018. Interrogé sur RTL, le ministre de
l’Economie a estimé à 0,1 point de croissance
son impact, qui n’est pas «rattrapable», a-t-il
précisé. Pour autant, Le Maire, qui avait déjà
chiffré à 0,1 point l’effet négatif de la grève à
la SNCF sur la croissance au printemps, se refuse encore à revoir la prévision de croissance, établie à 1,7 % par le gouvernement
pour cette année.
La Banque de France est plus pessimiste,
dans un contexte marqué par un ralentissement de l’activité en Europe: lundi, elle a divisé par deux, à 0,2% contre 0,4% précédemment, le taux de croissance du produit
intérieur brut français anticipé pour le dernier trimestre de l’année. Faisant remarquer
que les effets du mouvement se font sentir
dans «la plupart des secteurs» –en particulier
dans l’agroalimentaire et l’automobile –, sa
nouvelle prévision est très inférieure au niveau de 0,8 % qui serait nécessaire pour atteindre l’objectif de 1,7 % affiché par le gouvernement. Autant dire que la cible visée par
l’exécutif apparaît désormais inatteignable
et que la croissance ne devrait guère dépasser
1,5 % cette année.
Natixis, la situation de la France n’est pas
celle de l’Italie. «Le gouvernement peut se permettre de mener une politique budgétaire expansionniste sans provoquer à court terme
une envolée des taux d’intérêt de sa dette publique», dit-il. Elle approche les 100 % dans
l’Hexagone contre plus de 130 % en Italie.
budgétaires de ces dernières années grâce aux
baisses d’impôts et de charges initiées sous le
quinquennat de François Hollande, elles profiteront cette année d’un bonus de 20 milliards
d’euros grâce à la transformation du crédit
d’impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse
de cotisations patronales. Les entreprises bénéficieront à la fois du CICE au titre de 2018 et
de la baisse des charges prévue pour 2019. De
quoi légitimer les efforts qui pourraient leur
être demandés, d’autant que les créations
d’emploi ne sont pas au rendez-vous.
Outre un report de cette bascule qui selon
l’OFCE permettrait de rester dans la limite
des 3%, le gouvernement pourrait également
être tenté de retarder la baisse de l’impôt sur
les sociétés: le taux normal, aujourd’hui fixé
à 33%, doit passer à 31% au 1er janvier, avant
de poursuivre sa baisse graduelle jusqu’en 2022 pour se rapprocher de la moyenne
européenne (23 %). Si au sein de l’exécutif,
l’idée de repasser temporairement au-dessus
des 3% de déficit public ne semble plus être
un «tabou absolu», comme le dit Xavier Ragot, l’ampleur du dérapage à venir dépendra,
en plus des gestes annoncés par Emmanuel
Macron, de la résistance de l’activité.
CHRISTOPHE ALIX
«Coup de frein». Déjà affecté par un manque à gagner de recettes fiscales de l’ordre
de 4 milliards avec l’annulation de la hausse
de la taxe carbone sur le carburant, ce ralentissement remet en cause la trajectoire de réduction du déficit public sur laquelle s’est engagée la France devant la Commission de
Bruxelles. Alors que l’exécutif tablait sur 2,8%
de déficit en 2019 – la moyenne de la zone
euro est de 0,7 % –, la limite des 3 % gravée
dans le marbre des règles européennes n’est
plus même garantie. Selon Xavier Ragot, président de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), ce retournement
s’explique par une faible progression des salaires au moment où l’inflation est repartie.
D’où «un coup de frein sur la consommation
et l’emploi qui avaient commencé assez nettement avant le mouvement», fait remarquer
Olivier Passet, directeur des synthèses du cabinet de conjoncture Xerfi. Le gouvernement
avait pourtant promis que les Français sentiraient les effets positifs de ses mesures fiscales avant la fin de l’année. «Les prévisionnistes
s’attendaient à un rebond de la croissance au
quatrième trimestre à cause du relèvement des
minima sociaux et de la baisse des cotisations
salariales», poursuit Xavier Ragot. Selon lui,
«on attendait beaucoup de cette fin d’année
pour l’activité». Mais avec ce ralentissement
et une confiance des ménages en chute libre
–elle a retrouvé son niveau de début 2015–,
l’emploi devrait également en faire les frais
au quatrième trimestre.
Comment dans ces conditions augmenter les
recettes et rester dans les clous européens
tout en répondant aux attentes sociales et fiscales exprimées par les gilets jaunes? L’équation s’avère redoutable même si, comme le
souligne Patrick Artus, chef économiste chez
Sur les Champs-Elysées, samedi. PHOTOS BOBY
Pour les commerçants, «les clients n’ont
tout simplement pas envie d’acheter»
Beaucoup d’enseignes
notent une forte baisse
de fréquentation, qu’elles
n’espèrent même plus
compenser avec les soldes
de janvier.
L
a fréquentation est quelque peu en
berne dans les centres commerciaux
de France et de Navarre. Samedi, la
clientèle a reculé en moyenne de 17%, selon
les chiffres établis à partir d’un panel
de 280 galeries marchandes. Contrairement
à ce qui s’est passé au début du mouvement
des gilets jaunes, ce sont les espaces commerciaux situés dans les centres-villes qui
ont plus trinqué que ceux installés en périphérie. Certaines enseignes annoncent un
manque à gagner un peu plus important,
comme la Halle aux vêtements, la Halle aux
chaussures et Minelli, toutes trois propriétés
du groupe Vivarte. «Depuis le 17 novembre,
l’activité a reculé de 25 %, indique Patrick
Puy, le PDG. Nous avons essayé de nous rattraper sur le Black Friday, mais nous devons
faire face à un élément psychologique. Les
mères de famille ont un peu d’appréhension
à se rendre dans les centres commerciaux.»
Pour autant, les sites de vente en ligne de la
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 7
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
Dans les hôtels, «nous devons faire face à des annulations»
Hormis dans
l’hôtellerie de luxe,
les réservations
de chambres sont
largement en dessous
de la moyenne pour
la période.
N’
y aurait-il que l’hôtellerie
de luxe parisienne à tirer
son épingle du jeu ces
dernières semaines face à la crise
des gilets jaunes? Le Plaza Athénée,
avenue Montaigne dans le VIIIe arrondissement de Paris, et le Ritz,
place Vendôme (Ier arrondissement), n’auraient pas enregistré de
baisse notable de fréquentation, et
les réservations pour les réveillons
des 24 et 31 décembre seraient au
même niveau que l’an dernier. «On
a bien travaillé samedi 8 décembre.
Nos clients, notamment étrangers,
se demandent simplement pourquoi, en France, la révolution a lieu
uniquement le samedi», indique
pince-sans-rire un cadre dirigeant
du Plaza Athénée.
La situation est toute différente
dans les établissements de milieu
de gamme. A Villeurbanne, dans le
Rhône, l’hôtel Ariana, doté d’une
capacité de 100 chambres, enregis-
Halle aux vêtements et la Halle aux chaussures n’ont pas compensé le manque à gagner
sur les ventes habituellement réalisées dans
les magasins. «Les clients n’ont tout simplement pas envie d’acheter», conclut Patrick
Puy, qui a commencé à chiffrer l’impact du
mouvement social. Entre la deuxième quinzaine du mois de novembre et le début du
mois de décembre, Vivarte, qui compte
500 boutiques, a dû perdre 30 millions
d’euros de chiffre d’affaires, ce qui devrait
réduire le bénéfice d’exploitation de 10 millions d’euros.
Les soldes programmées à partir de janvier
ne devraient pas permettre de rattraper les
ventes non réalisées en décembre. Les stocks
plus importants liés aux méventes de décembre devraient imposer des rabais plus
tre une baisse de fréquentation
de 22% pour le début du mois de décembre. «L’an dernier à la même période, nous affichions complet», précise son propriétaire-exploitant,
Laurent Duc, qui mise sur le salon
de l’alimentation organisé en janvier à Lyon pour compenser, en partie, les moindres performances de
la fin de l’année. D’ici là, les conditions d’annulation seront durcies
pour ceux qui effectuent une réservation : pas de remboursement en
cas de renoncement moins de huit
jours avant la date du séjour…
A Paris, Serge Cachan, PDG du
groupe Astotel qui compte 17 établissements et un millier de cham-
importants le mois prochain. Résultat, le
groupe Vivarte, qui envisageait de recruter 50 à 100 salariés de manière temporaire
pour la période de fin d’année, va finalement
s’abstenir.
Deux marques nationales de prêt-à-porter
d’un même groupe qui tient à garder l’anonymat anticipent de leur côté un recul de 15
à 20 % du chiffre d’affaires pour le mois de
décembre. Pour aider les enseignes à faire
face à cette fin d’année difficile, l’Urssaf a
d’ores et déjà annoncé des mesures d’aménagement pour le paiement des charges sociales. Les échéances de décembre et de janvier
pourront être décalées de trois mois et le formulaire de demande est déjà disponible en
ligne.
F.Bz
bres, enregistre depuis le début
du mois de décembre un recul des
nuitées de l’ordre de 30 % pour
les adresses les plus proches des
Champs-Elysées, et de 10 à 15 %
pour les hôtels situés dans des arrondissements plus éloignés: «Jusqu’au 30 novembre, nous avions de
très bons résultats et nous retrouvions les niveaux atteints en 2013.
Depuis une semaine, nous devons
faire face à des annulations, y compris pour les jours où aucune manifestation n’est programmée.»
Il n’y a d’ailleurs pas que la clientèle
touristique qui fait défaut. Deux entreprises viennent d’annuler des
opérations de fin d’année prévues
pour gratifier leurs salariés. «Ce sont
à chaque fois 14 chambres qui ne seront pas commercialisées. L’hôtellerie est un baromètre de l’activité :
200 euros de manque à gagner dans
notre secteur engendrent une perte
trois fois plus importante pour le
reste de l’économie», analyse Serge
Cachan.
En revanche, le tourisme en ligne
ne semble pas, pour le moment,
souffrir de «l’effet gilet jaunes». Airbnb, le leader de la location temporaire de logements, affirme à Libération ne pas noter le moindre recul
des réservations à Paris, tout
comme dans le reste de l’Hexagone.
FRANCK BOUAZIZ
PEU D’EFFETS SUR LE COMMERCE EN LIGNE
Le commerce électronique profiterait-il
d’un effet gilets jaunes, les
consommateurs préférant faire leurs
courses à l’abri des événements ?
D’après la Fevad, la Fédération du
e-commerce et de la vente à distance,
cela n’a rien d’évident dans un contexte
où, comme le dit un commerçant en
ligne, «l’humeur n’est pas vraiment à
consommer». «On ne va pas pleurer,
mais on peut dire que comparé à l’an
dernier, c’est plutôt calme à ce stade
pour les achats de fin d’année»,
explique-t-on à la Fevad. Après un
Black Friday «globalement bon», c’est-
à-dire conforme aux attentes, le
mouvement n’a pas fait plus que cela
les affaires d’Internet. Numéro 1 du
secteur en France, Amazon dit ne pas
avoir constaté «d’impact majeur» sur
ses ventes. Les e-commerçants
peuvent au moins se féliciter de ne pas
avoir spécialement souffert des
événements: les divers barrages
routiers n’ont pas entraîné selon eux de
retards de livraison. Au bout du
compte, le secteur du e-commerce en
France devrait encore voir ses ventes
progresser cette année de 12 à 13 %,
à 90 milliards d’euros. C.Al.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
8 u
MONDE
Libération Mardi 11 Décembre 2018
BREXIT
Dos au mur,
Theresa May
évite le vote
La Première ministre britannique
a fait un pas en arrière lundi, reportant
le scrutin du Parlement concernant
l’accord sur la sortie de l’Union
européenne. La dirigeante prolonge
ainsi le flou entourant son avenir
politique et celui du pays.
ANALYSE
Par
SONIA DELESALLE-STOLPER
Correspondante à Londres
C’
est comme une lente agonie. On sait
la fin proche, on s’attend au pire
et puis, soudain il y a comme
un mieux, une lueur. Avant la prochaine
dégringolade. Mais à la fin, ça finit toujours
mal. Outre-Manche, les miracles sont rares,
même à l’approche de Noël. Le dernier pari
de Theresa May a capoté. Elle n’a pas pu
convaincre assez de députés à la Chambre
des communes pour qu’ils votent en faveur
de l’accord de retrait de l’Union européenne
et la déclaration politique conclus il y a juste
deux semaines à Bruxelles.
Quitte à subir une humiliation sans appel,
elle a préféré prendre les devants et décidé
de suspendre le vote qui devait avoir lieu
mardi soir, après trois jours de débats intenses au Parlement. En fait, elle n’a, semble-
t-il, pris vraiment la décision que lundi en fin
de matinée, sous l’énorme pression de son
cabinet réuni en urgence.
L’accueil des députés a été violent, lundi
après-midi, lorsqu’elle s’est présentée devant
la Chambre des communes pour une déclaration exceptionnelle. Les éclats de rire et les
ricanements stridents issus des rangs de l’opposition ont couvert ses premiers mots. «J’ai
écouté très attentivement ce qui a été dit, dans
cette enceinte et à l’extérieur, par les députés
de tous bords. En écoutant ces vues, il est apparu clairement qu’il existe un large soutien
sur plusieurs des aspects clés de l’accord, mais
sur un sujet, le backstop nord-irlandais [“filet
de sécurité”, ndlr], il subsiste des larges et profondes inquiétudes», a déclaré la Première ministre. «Nous allons donc repousser le vote initialement prévu demain», a-t-elle ajouté sans
préciser quand elle pensait pouvoir organiser
un nouveau vote.
Aux rires a alors succédé la colère de nombreux députés, furieux de ce que le chef de
l’opposition travailliste Jeremy Corbyn a qualifié de «situation complètement chaotique».
Même John Bercow, le speaker de la Chambre
des communes, qui dirige les débats, a fait
part de son mécontentement. Dans une
déclaration cinglante juste après celle de The-
resa May, il a violemment condamné le «profond manque de courtoisie» du gouvernement
qui avait laissé fuiter aux médias la décision
de repousser le vote, alors que «164 députés
se sont déjà exprimés» lors de trois jours de débats sur le sujet. Il a donc fermement plaidé
en faveur d’une consultation des députés sur
le report du vote. Furieuse, la députée travailliste Yvette Cooper a résumé le sentiment
général en interpellant Theresa May pour lui
demander si elle réalisait «l’impression de
chaos et de ridicule qu’offre notre pays».
PROMESSES ET MENACES
Avant même la confirmation du report du
vote, la livre sterling avait dévissé sur les
marchés, atteignant un plus bas depuis dixhuit mois. La Première ministre avait pourtant lancé une offensive de relations publiques intense, dès son retour de Bruxelles
le 25 novembre. Voyages aux quatre coins du
pays, interviews à la télévision et à la radio,
déploiement des ministres et députés dans
leurs circonscriptions pour qu’ils tentent de
convaincre leurs administrés, rien n’a marché. Même les promesses de titres et décorations à certains députés, ou les menaces sur
l’absence d’alternative à cet accord – si ce
n’est la profondeur des enfers – n’ont pas
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 9
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
Theresa May
à Londres,
dimanche.
PHOTO
DANIEL LEALOLIVAS. AFP
sième en moins de trois ans et un parfait inconnu ou presque– avait été envoyé sur la BBC
pour assurer que, bien entendu, le vote de
mardi aurait bien lieu. Son insistance semblait
déjà suspecte. Lundi matin, d’autres ministres, dont Michael Gove, en charge de l’Environnement et l’un des tenants de la campagne
pour le Brexit, renchérissaient à la radio.
Deux heures plus tard, un porte-parole de
Downing Street affirmait que le vote était toujours prévu, avant d’annoncer quelques minutes plus tard que Theresa May s’exprimerait
devant la Chambre des communes lundi
après-midi. Le chaos était complet.
Plus de deux heures et demie après le début
de son intervention, la Première ministre
continuait à répondre aux questions des députés ulcérés, alternant les explications relativement rationnelles mais aussi, parfois, les
menaces. Elle a ainsi, à plusieurs reprises, interpellé les députés en leur indiquant que la
«véritable question est de savoir si cette Chambre souhaite délivrer le Brexit». La question
a entraîné un concert de «non!» alors qu’une
majorité des députés est opposée à une sortie
de l’Union européenne.
fonctionné. Avec ce style robotique inimitable qui la caractérise, Theresa May avait
pourtant assené, encore et encore, que «le
choix est entre mon accord, pas d’accord ou
pas de Brexit». Le problème est qu’après avoir
répété pendant plus de deux ans et demi que
«Brexit veut dire Brexit», plus personne ne
la croit ou ne l’écoute. D’où la décision de
plus d’une centaine de députés conservateurs de signifier leur refus absolu de signer
cet accord supposé délivrer ce pour quoi les
Britanniques ont voté le 23 juin 2016 : le
Brexit, la sortie de l’Union européenne.
Le paradoxe est que cet accord de retrait ne
satisfait personne. Pour les plus brexiters, il
ne va pas assez loin et maintient des liens
bien trop proches avec l’UE, quand il ne «vassalise» pas le Royaume-Uni comme l’a
suggéré Boris Johnson. Pour les plus europhiles, il n’est pas satisfaisant non plus parce
qu’il maintient des liens proches avec l’UE
mais enlève tout pouvoir de décision au
Royaume-Uni. Pour le coup, assènent-ils, le
maintien au sein de l’Union serait plus judicieux.
Les premiers indices que se profilait un autre
rebondissement dans la saga infernale du
Brexit sont apparus dimanche. Stephen Barclay, le nouveau ministre du Brexit –le troi-
DISPUTES ET DIVISIONS
Elle a aussi mis en garde contre une «sortie
sans accord accidentelle», qui n’est souhaitée
par personne ou presque tant les conséquences économiques risquent d’être violentes.
Theresa May a indiqué qu’elle avait reçu de
ses interlocuteurs européens des «signaux
sur une volonté de discuter» sur le backstop et
ajouté qu’elle poursuivrait ces discussions
avant le Conseil européen prévu jeudi et vendredi à Bruxelles. Elle a passé son week-end
à consulter, s’est entretenue avec le président
du Conseil européen, Donald Tusk, et avec
d’autres dirigeants européens, dont, crucialement, le Taoiseach (Premier ministre irlandais), Leo Varadkar.
Parce que c’est autour de l’Irlande et plus précisément de sa frontière avec l’Irlande du
Nord que tout repose. Le point le plus difficile de l’accord de retrait concerne le fameux
backstop, ce «filet de sécurité» censé empêcher l’instauration d’une frontière entre le
nord et le sud de l’île en cas d’absence d’accord de commerce final entre l’UE et le
Royaume-Uni. L’absence de frontière représente l’un des éléments fondamentaux de
l’accord de paix d’avril 1998, qui a mis fin
à trente ans de guerre civile en Irlande du
Nord. Un nouvel accord de commerce entre
le Royaume-Uni «brexité» et l’Union européenne devrait se négocier pendant les
vingt mois de transition qui suivront la sortie
officielle de l’Union, en principe planifiée
le 29 mars 2019.
Le filet de sécurité prévoit qu’en cas d’échec
à conclure un accord, l’Irlande du Nord reste
dans le marché unique et l’union douanière,
ce qui est jugé inacceptable par nombre de députés. Ils estiment qu’une telle mesure instaurerait des contrôles douaniers entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne,
séparant de fait le pays. En plus, la décision
de sortir de ce backstop ne pourrait être prise
unilatéralement par le Royaume-Uni et nécessiterait l’assentiment du reste de l’UE.
C’est sans doute sur ces deux points que Theresa May et son équipe vont tenter d’arracher
«Il existe un large
soutien sur plusieurs
des aspects clés
de l’accord, mais
sur un sujet, le
“backstop”
nord-irlandais,
il subsiste
des larges et profondes
inquiétudes.»
Theresa May
quelques concessions auprès de Bruxelles. Le
problème est que les Vingt-Sept ont indiqué
à plusieurs reprises que l’accord conclu était
définitif et ne pouvait pas être redessiné. Par
ailleurs, l’Union européenne est parfaitement
consciente que les disputes et divisions au
Royaume-Uni sont profondes, et que rien ne
garantit que quelques concessions suffiront
à convaincre les récalcitrants de voter pour
cet accord. Le jugement de la Cour européenne de justice, qui a indiqué lundi que le
Royaume-Uni pouvait unilatéralement retirer
l’article 50 et donc rester dans l’Union, a galvanisé les partisans d’un nouveau référendum. Pourtant, Theresa May a encore une fois
rappelé qu’elle y était opposée tant elle craint
qu’un nouveau vote ne fasse que «diviser
encore plus le pays».
Inévitablement, comme à chacune des fréquentes crises de ces deux dernières années,
les rumeurs courent sur un changement imminent de la locataire du 10, Downing Street.
Mais là encore, le chaos règne. Au sein du
Parti conservateur, les candidats potentiels
sont légion, mais aucun ne dispose d’une légitimité claire –tous ont des cotes de satisfaction négatives dans l’opinion publique. L’opposition travailliste, qui rêve de nouvelles
élections, n’est pas sûre de pouvoir générer
suffisamment de soutien aux Communes
pour défaire le gouvernement. Surtout,
personne ne semble en mesure de faire beaucoup mieux que Theresa May. C’est sur ce vide
qu’elle compte. C’est comme ça qu’elle espère remplir ce qu’elle juge son devoir :
«Conclure l’accord du Brexit pour le peuple
britannique.» •
NER
N
O
D
T
U
ON PE ONHEUR,
DU B T AUSSI
ON PEUSMETTRE
LE TRAN
Léguer au Secours populaire
français,
c’est
multiplier
votre bonheur à l’infini pour
faire vivre une solidarité de
proximité contre la pauvreté et
l’exclusion des enfants et des
personnes les plus démunies.
LEGS, DONATIONS,
ASSURANCES-VIE
secourspopulaire.fr
Secours populaire français • 9/11 rue Froissart - 75140 Paris Cedex 03
Votre contact
Carole Pezron
01 44 78 79 26
Le Secours populaire français est une association reconnue d’utilité publique. Exonérée
de tous droits de succession, elle vous garantit le respect scrupuleux de vos volontés et
la rigueur de la gestion dans l’utilisation des fonds.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 u
MONDE COP 24
Libération Mardi 11 Décembre 2018
LOUISIANE
«Ici, on ne croit pas au
changement climatique»
La région a été durement touchée par l’ouragan
Katrina en 2005 et les effets du réchauffement
planétaire s’y font sentir tous les jours.
Les habitants rejettent pourtant majoritairement
l’hypothèse d’un impact humain.
Et refusent de changer leurs pratiques.
REPORTAGE
Par
AUDE MASSIOT
Envoyée spéciale en Louisiane
A
pi
ALABAMA
l’ouragan Katrina en 2005, se positionne comme un des Etats les plus
vulnérables. Selon le Southern Climate Impact Program, le niveau des
eaux le long de ses côtes s’est élevé
«Camp de pêche»
de plus de 90 centimètres depuis un
Comme chez Jeff et sa famille, le cli- siècle, contre une moyenne planématoscepticisme est répandu en taire de 20 centimètres. Les tempêLouisiane, un des Etats les plus tes et leurs vagues de submersion
conservateurs du pays. Il l’est en- sont toujours plus violentes. Les
core plus depuis l’accession de pluies ont crû de 20% à 30% et sont
Donald Trump à la Maison Blanche, de plus en plus concentrées dans le
début 2017. Proche de l’intemps, avec pour
dustrie pétrolière et
conséquences
charbonnière, le
des inondations
ARKANSAS
milliardaire estime
éclairs.
que le dérègleA quelques kiloLOUISIANE
ment climatique
mètres de PoinMISSISSIPPI
est un «canute-aux-Chênes,
Baton
lar» inventé par
l’Isle-à-JeanRouge
TEXAS
La Nouvelleles Chinois.
Charles voit son
Orléans
Océan
Mais ce sont 78%
héritage amérinPointe-aux-Chênes
Atlantique
des Américains
dien disparaître
qui reconnaissent
sous les eaux. SusIsle-à-Jean-Charles
tout de même que le
pendu au bout d’une
Golfe du Mexique
75 km
climat change et que
longue et fine route cercela provoque des événenée par le bayou, voici la
ments extrêmes, d’après un son- terre des premiers réfugiés climatidage de l’université de Monmouth ques du pays. En 2016, l’Etat s’est
publié fin novembre. Ce taux atteint lancé dans le premier plan de reloles 64% chez les républicains. Mais, calisation d’une communauté meen tout et pour tout, seulement 29% nacée : 80 habitants s’apprêtent à
des Américains considèrent que les déménager sur le terrain d’une anactivités humaines sont la princi- cienne plantation de cannes à sucre
pale cause de ces bouleversements. achetée grâce à 48 millions de dolPourtant, les preuves tangibles et lars (42 millions d’euros) d’argent
dévastatrices du dérèglement fédéral. En circulant sur l’unique
climatique ne manquent pas : in- route sinueuse de l’île, difficile
cendies, sécheresses, vortex de d’imaginer que ces grandes et belles
froid, etc. La Louisiane, qui porte maisons en bois coloré puissent être
encore les séquelles du passage de englouties dans les prochaines ansip
Missis
u loin, Jeff pointe du doigt
des touffes d’herbes ondulant au milieu du bayou.
«Vous voyez ces îles? L’an prochain,
elles seront peut-être sous les eaux.»
Sa veste kaki de pêcheur sur les
épaules, le septuagénaire est un habitué des lieux. Il vient presque tous
les week-ends depuis trente ans
manger la spécialité locale, une barquette de crevettes frites, dans ce
restaurant perché 4 mètres au-dessus de l’eau. La marina de Pointeaux-Chênes est une des vieilles incursions humaines dans les bayous
côtiers du sud-est de la Louisiane.
«C’est impressionnant la vitesse
à laquelle l’eau monte», lâche Jeff.
Ici, cet Etat a perdu 5145 kilomètres
carrés de terres en un siècle (l’équivalent du Jura) et continue de voir
l’équivalent d’un stade de football
submergé toutes les cent minutes.
Un résultat de l’affaissement des
terres et de la montée du niveau des
eaux. Jeff en est le témoin préoccupé. Pourtant, dès qu’on lui demande s’il est inquiet des conséquences du réchauffement
climatique, son visage se durcit.
«Ici, les gens ne croient pas au changement climatique, répond-il d’un
ton sec. La Terre évolue, c’est un cycle normal. On vivra peut-être dans
quelques siècles un nouvel âge glaciaire.» A côté de lui, son petit-fils
de 21 ans, arborant la même tenue
aux motifs camouflage, renchérit:
«Le niveau de l’eau monte parce
qu’on continue d’ajouter des bateaux
dans la mer.»
nées. «Voilà cinquante-cinq ans que
je viens ici, raconte un grand
homme au visage marqué par les
années. Mais notre camp de pêche
est maintenant sous l’eau. Il n’en
reste qu’un bout de terre.» Joe est un
ancien ouvrier du pétrole, comme
beaucoup d’habitants des campagnes de Louisiane. «Après avoir
perdu mon travail, je suis retourné
à l’université pour devenir professeur de biologie.» Selon lui, la perte
de terres est due «un peu» au changement climatique, mais il n’est pas
provoqué par l’homme. Les erreurs
humaines ont été, pour lui, de
construire des digues pour modifier
le cours du fleuve Mississippi, et de
creuser des dizaines de milliers de
puits pétroliers dans le bayou sans
les reboucher. «Voilà la cause du grignotage des côtes.» Il n’a pas tout à
fait tort. Mais voilà, la montée des
mers, causées par le réchauffement,
accélère fortement ce phénomène.
«L’expression “changement climatique” est connotée politiquement à
gauche aux Etats-Unis, explique
Elizabeth Rush, auteur de Rising,
un ouvrage sur les communautés
menacées par la montée des eaux.
J’ai rencontré des victimes de catastrophes qui reconnaissent les effets
du dérèglement mondial mais ne
veulent pas prononcer ce terme. C’est
aussi une expression trop fade pour
exprimer la réalité d’un sol qui disparaît sous les eaux.»
Herbes envahissantes
Les invités de Steve en sont le parfait exemple. De grands gobelets
rouges en plastique, une casquette
Make America great again, des barbecues fumants sur fond de musique country. Nous sommes bien
dans le Sud des Etats-Unis. Plus
précisément, dans les Venitian Islands, des quartiers cossus situés
dans l’ouest de La Nouvelle-Orléans. Au-dessus de ce groupe de
convives qui bavardent, deux maisons surélevées de 5 mètres sur des
pilotis portent leur ombre sur le
bayou voisin. «Lors de Katrina, l’eau
est montée jusqu’à la rampe, explique l’hôte quadragénaire, montrant
un point situé à 3 mètres du sol.
Tout ce qui était en dessous a été em-
L’Isle-à-Jean-Charles, à quelques
porté.» Le changement climatique
en cause? Toujours pas. Son voisin
s’exclame, un verre de bière à la
main : «Depuis que Donald Trump
est président, le climat s’améliore et
le niveau de l’eau redescend !» En
psychologie cognitive, c’est ce qu’on
appelle «le biais de confirmation».
«Lorsqu’on demande aux gens quel
temps il a fait récemment chez eux,
ceux qui sont prédisposés à croire au
changement climatique tendront à
dire qu’il a fait plus chaud que d’ordinaire, écrit George Marshall dans
son livre le Syndrome de l’autruche
(2017). Ceux qui n’en sont pas
convaincus affirmeront qu’il a fait
plus froid.» Fondateur de l’ONG de
communication sur le climat
Outreach, l’auteur décrypte «pourquoi notre cerveau veut ignorer le
changement climatique» : «Des recherches en psychologie ont montré
que les survivants de catastrophes
naturelles […] ont tendance à avoir
un sentiment illusoire d’invulnérabilité.» Ils préfèrent se concentrer
sur la reconstruction que sur la possibilité qu’un tel événement se
reproduise bientôt.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 11
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
kilomètres de Pointe-aux-Chênes. pourrait en grande partie être engloutie dans les prochaines années. PHOTO WILLIAM WIDMER. REDUX. REA
Entrer dans le quartier néo-orléanais de Lower Ninth Ward, cela ressemble à la traversée du décor d’un
film catastrophe. On passe des habituels centres commerciaux à perte
de vue à un paysage où deux maisons sur trois ont laissé place à des
touffes d’herbes envahissantes. Une
des rues s’appelle Flood street (rue
de l’inondation). C’est la zone de
La Nouvelle-Orléans frappée le plus
durement par l’ouragan Katrina et
elle accueille majoritairement des
familles afro-américaines. Ici,
Keisha y tient une petite épicerie.
Comme les maisons environnantes,
elle se situe en dessous du niveau de
la mer. «Je ne suis pas inquiète du
changement climatique», assure la
jeune femme aux longs ongles
peints. Bien que le quartier soit régulièrement inondé, elle n’envisage
pas qu’une tempête comparable à
Katrina puisse frapper de nouveau
la ville. D’un geste de la main, elle
montre fièrement une photo qui
trône sur le comptoir. On y voit la
commerçante poser devant un bâtiment ravagé. «C’était mon épicerie
après l’ouragan.» Pour arrondir les
fins de mois, Keisha organise des visites de cette maison témoin de la
dévastation. Plus loin, accoudé sur
le comptoir de sa station-service,
Damien rêve de rentrer en France,
son pays natal. «Ça tire tous les jours
dans le quartier. C’est pire que la
Seine-Saint-Denis.» Et quand on
évoque le changement du climat, il
soupire: «Les gens n’en parlent pas
ici. Ils préfèrent garder leurs œillères. Pourtant, en dix ans, je sens
qu’il fait plus chaud, l’été comme
l’hiver. Avec les ouragans et la montée des eaux, La Nouvelle-Orléans a
une date d’expiration.»
Dilemme
A travers le monde, comme aux
Etats-Unis, ce sont les plus démunis qui souffrent le plus du réchauf-
fement. D’ici 2045, 25 communautés louisianaises, avec des niveaux
de pauvreté inférieurs à la
moyenne nationale, auront10% de
chances d’être inondées, d’après
l’Union of Concerned Scientists.
L’Etat souffre d’un dilemme: il dépend largement de l’industrie pétrolière pour ses revenus et la création d’emplois locaux. Ce qui
pousse les politiques à entretenir
des liens étroits avec des entreprises comme Exxon Mobil et BP, qui
ont dépensé des millions de dollars
pendant des décennies pour nier
l’existence du dérèglement climatique. Or, la combustion du pétrole
MARCHÉ DE NOËL
et du gaz est la principale cause du
réchauffement dont souffre la population. Le climatoscepticisme
sont plus ancrés aux Etats-Unis que
dans le reste des pays occidentaux.
Elizabeth Rush impute cette différence à la résistance du «rêve américain». «Nous sommes parmi les
plus gros consommateurs au monde,
décrit la chercheuse. Accepter l’influence de l’homme sur le climat
nous force à remettre en question
notre mode de vie de surconsommation. La plupart des Américains ne
voient pas d’alternatives enviables.
Ils se sentent menacés par cette
transition nécessaire.» •
UTILE ET SOLIDAIRE
FONDATION
GOODPLANET
PARIS I 2, 8, 9, 15 et 16 décembre 2018
goodplanet.org
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 u
MONDE
Libération Mardi 11 Décembre 2018
LIBÉ.FR
Brésil : un gouvernement
d’ultralibéraux, de nationalistes et de… militaires Issu de l’ex-
trême droite populiste, le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, dont l’investiture aura lieu le 1er janvier, a nommé
lundi son gouvernement : 22 ministres dont 7 militaires,
2 femmes et aucun Noir. Plusieurs groupes vont devoir
cohabiter : les nationalistes et antimondialisation,
les néolibéraux à l’économie et les militaires. PHOTO AFP
Carlos Ghosn,
le 1er octobre.
PHOTO REGIS
DUVIGNAU.
REUTERS
ne s’est pas exprimée. Selon
la presse, Carlos Ghosn aurait
rétorqué qu’il devait toucher
après son départ ces sommes
non écrites et que leur montant n’était pas fixé. Il affirme
qu’il n’avait aucune raison ou
obligation de déclarer ces
paiements différés. Au Japon, un suspect ne peut être
assisté par un avocat lors des
interrogatoires. Ghosn se bat
donc seul face au redoutable
bureau d’enquêtes spéciales
du parquet de Tokyo. Une
unité installée au sein du ministère de la Justice qui lutte
contre la délinquance en col
blanc depuis 1947. L’avocat de
Ghosn en était un des responsables, il a lui aussi usé des
longues périodes de garde à
vue pour éreinter les accusés
et les inciter à avouer.
Que risque-t-il ?
Inculpé, Carlos Ghosn s’apprête
à passer Noël à l’ombre
Le patron déchu de
l’alliance RenaultNissan a été mis
en examen pour
«dissimulation de
revenus». Sa garde à
vue qui dure depuis
trois semaines a été
prolongée pour
une période de dix
jours renouvelable.
Par
RAFAËLE BRILLAUD
Correspondante à Kyoto
A
l’issue de trois semaines de garde à vue,
Carlos Ghosn a été
mis en examen lundi par le
parquet de Tokyo. Le patron
du premier constructeur
mondial, qui a été démis de
ses fonctions de président du
conseil d’administration de
Nissan et de Mitsubishi mais
reste pour le moment à la tête centre pénitentiaire du nord
de Renault, a été inculpé pour de Tokyo où il est incarcéré
«dissimulation de revenus» depuis déjà trois semaines,
de 2010 à 2015. Il aurait mi- après son arrestation
noré ses émoluments dans le 19 novembre, sur le tarmac
les cinq rapports annuels de l’aéroport Haneda de
publiés durant cette période Tokyo. Carlos Ghosn, 64 ans,
par Nissan.
et son bras droit Greg Kelly,
En parallèle, Carlos Ghosn a 62 ans, ont été inculpés alors
été à nouveau arrêté (avant que la durée de leur garde à
même d’avoir été relâché) vue arrivait à expiration. Le
sous un autre
parquet de Tomotif: dissimu- DÉCRYPTAGE kyo venait de
lation de reverecevoir une
nus, cette fois dans les trois plainte de la Securities and
rapports annuels couvrant la Exchange Surveillance Compériode 2015-2018. Cette nou- mission (Sesc), le gendarme
velle arrestation permet à la de la Bourse.
justice japonaise de prolon- L’affaire prend une autre
ger la garde à vue du patron tournure, puisque Nissan est
franco-libano-brésilien pour aussi poursuivi, en tant
une période de dix jours re- qu’entité morale. Le parquet
nouvelable et de vingt-deux juge que la responsabilité du
jours maximum… avant une constructeur automobile est
autre mise en examen et engagée, car c’est lui qui a reréarrestation potentielle. Se- mis les rapports incriminés
lon toute vraisemblance, Car- aux autorités boursières. Une
los Ghosn passera donc Noël décision qui met Hiroto
dans son étroite cellule du Saikawa, tombeur de Carlos
Ghosn et désormais président par intérim de Nissan,
sous pression.
De quoi Ghosn
est-il accusé ?
Si le soupçon de fraude
fiscale avait été évoqué dans
les premières heures après
son arrestation, l’accusation
ne semble plus à l’ordre du
jour. Le bureau des procureurs de Tokyo accuse Carlos
Ghosn d’avoir omis de déclarer aux autorités boursières
environ 5 milliards de yens
(près de 39 millions d’euros)
d’avril 2010 à mars 2015, soit
la moitié de son salaire annuel. Il est soupçonné d’avoir
fait de même d’avril 2015 à
mars 2018 pour un montant
cette fois de 4 milliards de
yens (31 millions d’euros).
Les revenus non déclarés
auraient été versés à Ghosn
par une filiale de Nissan
installée aux Pays-Bas. Ils seraient placés et n’auraient
pas été matériellement encaissés par l’intéressé. Mais
ces sommes auraient dû figurer dans un rapport annuel
sur l’état de l’entreprise, document aride et public appelé yukashoken hokokusho,
ce qui n’est pas le cas. Dans la
loi japonaise, les dirigeants
sont responsables pénalement en cas d’informations
mensongères figurant dans
ce type de document. Carlos
Ghosn est soupçonné d’avoir
validé, en tant que PDG de
Nissan, ces rapports financiers tout en sachant qu’ils
comportaient des inexactitudes concernant ses propres
revenus.
Que répond
l’intéressé ?
A ce jour, Carlos Ghosn nierait toutes les charges contre
lui. Sa défense, menée par
Motonari Otsuru, un ancien
procureur spécialiste des
grandes affaires financières,
Pour Carlos Ghosn, sauveur
de Nissan et père de l’alliance
Renault-Nissan-Mitsubishi, le feuilleton judiciaire
ne fait que commencer. Car
d’autres accusations pourraient suivre. Hiroto Saikawa
avait mentionné des faits
d’abus de biens sociaux «très
graves», s’ajoutant aux fausses déclarations. Selon un
audit interne mené par Nissan qui a opportunément
fuité dans la presse japonaise,
Ghosn aurait fait acheter par
l’entreprise des résidences de
luxe à Paris, Amsterdam, Rio
de Janeiro et Beyrouth, pour
une valeur de plus de 15 millions de dollars (plus
de 13 millions d’euros), dont
il avait l’usage exclusif avec sa
famille. La sœur aînée du dirigeant aurait par ailleurs été
salariée des années par Nissan pour un emploi fictif.
Mais le parquet de Tokyo n’a
pas repris ces accusations.
«Si Carlos Ghosn est inculpé
uniquement pour les années
de fausses déclarations de rémunération, il pourrait obtenir un sursis, précise Yasuyuki Takai, ex-inspecteur
de l’unité spéciale interrogé
par l’AFP. Mais si s’y ajoute
une condamnation d’abus de
biens sociaux, il pourrait écoper de sept à huit ans de prison ferme.» Et d’ajouter :
«Avant de l’arrêter, les enquêteurs sont censés avoir réuni
assez d’éléments le désignant
coupable.» Le Japon fait partie de ces rares pays où 99%
de ceux qui sont poursuivis
devant les tribunaux sont
jugés coupables. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 13
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
LIBÉ.FR
Le président catalan s’en
va-t-en guerre Le gouvernement
espagnol a vertement condamné ce
lundi les déclarations de Quim Torra, incitant sa région
à imiter la Slovénie, qui avait déclenché un conflit meurtrier en proclamant unilatéralement son indépendance
de la Yougoslavie en 1991. Ses propos choquent jusque
dans son propre camp. Mais le président n’est pas revenu
sur ses propos. PHOTO REUTERS
Arménie: Pachinian sur du velours
TOGO
PÉROU
Un homme a été tué par
balle lundi matin à Sokodé,
fief de l’un des principaux
partis d’opposition dans le
centre du Togo, après un
week-end de violences
entre les forces de sécurité et
partisans de l’opposition.
Selon Aimé Adi, représentant
d’Amnesty International
pour le Togo, «il s’agit de Seidou Salissou, 32 ans, électricien dans le bâtiment et père
d’un enfant», confirmant que
c’est au moins la troisième
personne à avoir été tuée depuis samedi. Quatre membres des forces de l’ordre ont
été blessés et 28 manifestants
interpellés, a ajouté le gouvernement. «Les militaires
dispersent tout rassemblement et les jeunes dressent des
barricades dans les rues», selon un habitant. Ces manifestations interviennent après
un an de crise politique et
l’échec des négociations
entre le pouvoir et l’opposition, qui boycotte les élections législatives prévues
le 20 décembre, dénonçant
des «irrégularités» dans leur
préparation.
Les Péruviens ont approuvé
dimanche par référendum
trois réformes constitutionnelles anticorruption. Selon
des résultats officiels provisoires, les Péruviens ont voté
à près de 80 % en faveur de
trois des quatre réformes
proposées par le président
Martin Vizcarra. Parmi les
mesures, figure l’interdiction
de réélire les membres actuels du Congrès. Deux autres
réformes, sur le mode de
désignation des juges et le
financement des partis, ont
aussi été approuvées. En revanche, les électeurs ont refusé de rétablir un système
bicaméral, proposition initialement soutenue par le président Vizcarra, qui s’était ensuite ravisé. Ces résultats sont
une victoire pour celui qui
était quasi inconnu lorsqu’il
a succédé il y a quelques mois
à Pedro Pablo Kuczynski. Ce
dernier avait démissionné fin
mars, accusé d’avoir menti
sur ses liens avec le géant du
BTP Odebrecht. Les quatre
derniers présidents du pays
sont dans le collimateur de la
justice dans ce scandale.
Pari gagné pour Nikol Pachinian. Huit mois après une
«révolution de velours» qui
avait porté cet ancien journaliste de 43 ans à la tête du
gouvernement, la transition
politique est confirmée en
Arménie. La liste Mon Pas
de Pachinian a obtenu dimanche 70,45 % des votes.
Le parti Arménie prospère
est arrivé en deuxième position avec 8,37 % des suffrages. Quant au Parti républicain, l’ancien parti du
pouvoir, qui a dominé le
Parlement ces dix dernières
années, il n’a obtenu
que 4,7%, échouant à dépasser le seuil de 5% nécessaire
pour entrer à l’Assemblée.
Au printemps, Nikol Pachinian a fait une ascension politique fulgurante, en quelques semaines seulement,
de député coriace d’un petit
parti d’opposition avec neuf
sièges au Parlement en héros national, rassembleur de
foules et incarnation de tous
les espoirs de renouveau politique et économique. Pendant des semaines, il a arpenté le pays, puis mené des
manifestations aussi massives que pacifiques à Erevan,
contre un gouvernement
qui n’avait pas changé depuis plus de dix ans.
Après un premier tour de
L’ex-journaliste Nikol Pachinian à Erevan, dimanche. PHOTO KAREN MINASYAN. AFP
force, l’éviction du présumé
indéboulonnable président
Serge Sarkissian, Nikol Pachinian, qui galvanisait les
foules à chacune de ses apparitions et a fini par faire
l’objet d’un culte populaire,
a dû affronter pendant huit
mois un Parlement hostile,
encore largement acquis au
Parti républicain de l’exprésident. Pour ne pas
attendre les législatives
de 2022 et enclencher son
programme de réformes, le
nouveau Premier ministre
s’est engagé à organiser des
élections anticipées. Mi-octobre, Pachinian a réussi
une manœuvre politique
en annonçant sa démission,
puis en se mettant d’accord
avec les députés pour qu’ils
échouent deux fois consécutivement à élire un nouveau chef de gouvernement : un prétexte pour la
dissolution du Parlement et
la convocation d’élections
législatives anticipées.
Dimanche, les Arméniens
ont participé avec enthou-
e2
En recevant leur Nobel de la paix lundi à Oslo, le Congolais
Denis Mukwege et l’Irakienne Nadia Murad ont appelé à protéger les victimes de violences sexuelles. Le gynécologue de
63 ans et la yézidie de 25 ans, ex-esclave des jihadistes devenue
porte-drapeau de sa minorité, ont réclamé la fin de l’impunité
pour les auteurs de violences sexuelles en temps de guerre. «Ce
ne sont pas seulement les auteurs de violences qui sont responsables de leurs crimes, mais aussi ceux qui choisissent de détourner le regard», a affirmé Denis Mukwege dans son discours de
remerciement. Sa colauréate, Nadia Murad, a plaidé pour les
femmes et enfants toujours aux mains des jihadistes de l’Etat
islamique. «Il est inconcevable que la conscience des dirigeants
de 195 pays ne se soit pas mobilisée pour libérer ces filles», a-telle déclaré dans un discours en kurde. PHOTO REUTERS
C’est le rang mondial auquel vient de se hisser
la Russie au classement des… pays producteurs d’armes en 2017. La deuxième place était
jusque-là occupée par le Royaume-Uni, qui se retrouve en troisième position devant la France, quatrième. Les Etats-Unis restant les premiers avec
57% des ventes totales, selon un rapport de l’Institut de recherche sur la paix internationale de Stockholm publié lundi. La progression constante depuis 2011 des ventes des entreprises d’armement
russes est liée à «l’augmentation des dépenses de
la Russie en matière d’achat d’armes pour moderniser ses forces armées», dit le Sipri. A noter: faute
de données, la Chine n’est pas comptabilisée.
«Entre le laxisme inacceptable et
le tout sécuritaire insupportable,
il y a une voie que nous ouvrons
[avec le pacte mondial sur
les migrations de l’ONU].»
REUTERS
Nobel de la paix L’appel de Mukwege
et Murad contre les violences sexuelles
siasme à un scrutin qu’ils
considèrent comme le premier véritablement démocratique et «post-soviétique». S’il jouit toujours d’une
grande popularité, Nikol Pachinian ainsi que sa majorité
doivent mettre en œuvre les
promesses des derniers
mois, et surtout la «révolution économique», si attendue, dans un pays rongé par
la corruption, et où un tiers
de la population vit sous le
seuil de pauvreté.
VERONIKA DORMAN
MOHAMED VI
roi du Maroc,
lundi
Plus de 150 pays ont adopté lundi à Marrakech le Pacte
mondial sur les migrations des Nations unies, en le défendant par de vibrants plaidoyers –dont celui d’Angela Merkel– face aux critiques des nationalistes et partisans de la
fermeture des frontières, dont Donald Trump. Non contraignant, ce texte qui doit être ratifié définitivement à l’AG de
l’ONU à New York recense des principes (défense des droits
humains, des enfants, reconnaissance de la souveraineté
nationale…) et liste différentes options de coopération:
échanges d’information et d’expertises, intégration des migrants, etc. Il prône l’interdiction des détentions arbitraires.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 u
FRANCE
SAÔNEET-LOIRE
Bully
LOIRE
Saint-Etienne
AIN
MÉTROPOLE
DE LYON
re
Loi
PUY-DEDÔME
RHÔNE
HAUTE-LOIRE
10 km
Par
SARAH FINGER
Envoyée spéciale dans la Loire
Photos DAVID RICHARD. TRANSIT
C
e sont deux mondes irréconciliables.
D’un côté, des éleveurs de la plaine du
Forez (Loire), venus avec leurs tracteurs pour bloquer le village de Bully. Ils ont
tendu une bâche devant l’entrée du gîte qui
devait accueillir leurs ennemis. On y lit: «Pas
de dictature antiélevage dans la campagne».
Face à eux, des activistes animalistes, français, belges, suisses ou espagnols. Ils avaient
réservé ce gîte, au fin fond de la Loire, pour
passer ensemble un «week-end d’intégration».
Mais déjà, ils rebroussent chemin, comprenant que les agriculteurs ont gagné. Postée
entre les deux camps, l’escouade de gendarmes mobilisée depuis le petit matin respire
enfin. Tandis qu’une averse vient mouiller la
scène, le sous-préfet ouvre son parapluie et
évoque la sécurité pour motiver sa décision:
non, les militants ne passeront pas le weekend ici. Car, avance-t-il en guise d’explication,
«les agriculteurs sont très déterminés»…
«ENTRER EN RÉSISTANCE»
Le face-à-face qui s’est tenu le 10 novembre
dans ce village résume ce qui se joue désormais à l’échelle du pays : proviande contre
proanimaux. Carnistes contre antispécistes (1). Viandards contre végans. Mais les
éleveurs étaient d’autant plus remontés ce matin-là qu’ils avaient affaire à leur bête noire:
Libération Mardi 11 Décembre 2018
Antispécisme «Il ne faut
pas avoir peur de se dire
qu’on est en guerre»
REPORTAGE
Rencontre avec des membres de l’association 269 Libération
animale, partisans de la désobéissance civile et de l’action
directe. Ils considèrent la lutte antispéciste comme la plus
importante de notre époque et n’ont pas peur de la prison.
269 Libération animale. Souvent considéré
comme trop radical par les associations de défense animale, ce mouvement né en 2016
revendique 700 adhérents dont une centaine
d’actifs. Il puise ses origines dans un collectif
créé en 2012 en Israël, et baptisé 269 Life en référence au numéro porté par le premier veau
d’élevage sauvé par ces militants. Après s’être
implantée en France, cette association s’est
scindée en deux: 269 Life France incarne le
«canal historique», jugé plus prudent, tandis
que 269 Libération animale revendique l’activisme politique, la désobéissance civile et l’action directe. Un discours musclé martelé par
une jeune juriste jusqu’au-boutiste: Tiphaine
Lagarde, 35 ans, cofondatrice du mouvement.
Pour elle, l’heure est venue «d’entrer en résistance» et de livrer «un combat révolution-
A Bully (Loire), le 10 novembre, des éleveurs bloquent un lieu où des militants antispécistes devaient se retrouver.
naire». Car, dit-elle, «il ne faut pas avoir peur
de se dire qu’on est en guerre». Au-delà de la libération animale, c’est bien de révolution dont
il s’agit. «On n’est pas dans la défense animale.
On est dans une réorganisation du monde»,
confirme Nicolas, 35 ans, l’un des piliers de
l’antenne belge de 269 Libération animale.
«Mais avant tout, on est dans l’antispécisme»,
souligne Muriel, une Parisienne de 50 ans.
Après avoir été boutés hors de la plaine par les
éleveurs, les 120 militants sont accueillis à
Saint-Etienne, au pied levé, par une association gestionnaire d’un foyer. Réorganisation
oblige, les débats tardent à débuter, mais chacun patiente sagement. Aucun profil-type ne
se dessine: la salle bondée réunit des gars en
sweat noir à capuche, d’autres en petite chemise, des filles aux cheveux ras, abondamment tatouées, d’autres au look propret, des
jeunes d’une vingtaine d’années et des femmes qui pourraient être leurs grands-mères…
«BOYAUX»
Mais on comprend vite que tous sont animés
par une même révolte. Comme Ornella,
55 ans: «Avant, j’étais commerçante. Maintenant, je ne pense qu’à sauver les animaux.
Parce qu’il y a trop d’injustice, trop de
cruauté.» Sa voisine, Eliane, 69 ans, approuve : «Autrefois, il n’y avait pas d’élevage
industriel. Aujourd’hui la situation empire.
Moi aussi, je suis révoltée.» Trois trentenaires
venues du Nord-Pas-de-Calais disent aussi
leur indignation: «Nous sommes contre toutes
les injustices, mais c’est l’exploitation animale
qui engendre le plus grand nombre de victimes. Ce combat, c’est celui de notre vie.»
Toutes ces femmes ont déjà participé à des
«nuits debout» devant des abattoirs. Ces manifestations organisées par 269 Libération
animale visent à attirer l’attention sur ces
établissements situés à l’écart des villes, dans
de glaciales zones industrielles. Mais de
nombreux activistes réunis ici sont allés plus
loin : ils se sont introduits de nuit dans un
abattoir, puis se sont enchaînés dans «le cou-
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
www.liberation.fr facebook.com/liberation @libe
u 15
enfin. Aux côtés de Tiphaine Lagarde se tient
son complice et compagnon, Ceylan Cirik,
38 ans. Elle, frêle mais pas fragile. Lui, sensible mais solide. Ils se sont rencontrés à Paris,
en 2015, dans une manifestation contre les
abattoirs. Puis ils ont lié leurs destins en s’enchaînant au portail de l’abattoir de SaintEtienne. D’une même voix, ils dénoncent le
système qui exploite les «opprimés». Rappellent d’autres combats, comme celui des Black
Panthers ou des suffragettes. Puis évoquent
le «sanctuaire» de l’association, chargé d’«accueillir des réfugiés» rescapés du «génocide».
Ce refuge, dont l’adresse est tenue secrète,
compte aujourd’hui 413 anciens «condamnés
à mort», tous exfiltrés des abattoirs lors des
opérations de blocage. «On ne va pas changer
le monde, reconnaît Ceylan. Mais quand on
extrait un individu d’un abattoir, lui, son
monde a changé. Certains disent que c’est dérisoire de sauver une poule ou un cochon
quand tant d’autres vont mourir… Mais une
vie, ça reste une vie.»
Ceylan Cirik et Tiphaine Lagarde, le couple à la tête de l’association 269 Libération animale, le 10 novembre à Saint-Etienne.
loir de la mort» à la place des animaux. Sont
restés des heures durant immobiles dans le
froid et la puanteur, avant d’être délogés par
les forces de l’ordre. Tous évoquent ces blocages la gorge serrée. Dimitri, un Grenoblois
qui a filmé plusieurs de ces blocages: «Croiser le regard de ces animaux, ça marque. On
y lit la terreur et la détresse. Dans les abattoirs, on voit des cadavres, des morceaux
d’animaux dans des poubelles, des boyaux,
des cornes par terre… N’importe qui pourrait
être traumatisé. Mais c’est nécessaire de montrer ça.» Pour Sophia, 21 ans, étudiante
à Lyon, «voir ce monde de mort, de désolation,
de tristesse… On n’en ressort pas indemne.
Après, on en veut un peu à la terre entière».
D’autant que les blocages se terminent aussi
dans la violence. «Quand les forces de l’ordre
nous évacuent, raconte Sophia, il y a les insultes, les cheveux tirés, les blessures, les mains
aux fesses…» Son amie Lison, 23 ans,
confirme: «A chaque fois, on se prépare à recevoir des coups. On se met en danger physiquement. Mais c’est nécessaire, si on veut
montrer la réalité des abattoirs.» Casquette
vissée sur la tête, Véronique, une infirmière
de 50 ans, porte sur ces activistes un regard
triste et tendre : «Ils sont tous brisés, cassés
de l’intérieur par ce qu’ils ont vu, par ce qu’ils
dénoncent.» Dans la salle, les débats débutent
«PRISON»
Jusqu’où sont prêts à aller ces activistes? Certains restent prudents, comme Loïc, 27 ans,
étudiant en gestion, qui aimerait «prendre
plus de risques», faire «plus de sacrifices».
D’autres semblent davantage engagés sur le
sentier de la guerre. Pour mieux intégrer la
souffrance infligée aux animaux, quelquesuns se sont même fait marquer «269» au fer
rouge. Comme Tiphaine. Ou Johanna, 39 ans:
«Il faut passer à l’offensive. Se concentrer sur
les victimes. Agir sur le terrain. On s’est consacrés à ce combat.» Idem pour Béatrice, une
styliste de 43 ans: «Arrêter la lutte c’est impossible. Quand on a ouvert les yeux, on ne revient
plus en arrière. Mais on est beaucoup à penser
que ça n’avance pas assez vite. On peut tous
faire des sauvetages.» Cette «autonomie» dans
l’action est d’ailleurs encouragée par Tiphaine et Ceylan. «Chacun peut agir», martèlent-ils. L’idée est simple: s’organiser en petit
comité pour sauver des animaux ou pour causer des dégâts économiques au «système spéciste». D’ailleurs, personne ici ne condamne
les caillassages de boucheries survenus ces
dernières semaines dans plusieurs villes de
France. Pour Tiphaine, «s’en prendre uniquement à du matériel, ce n’est pas de la violence».
Il est aussi question de l’incendie, sans doute
criminel, qui a ravagé un abattoir de l’Ain fin
septembre. «Moi je suis capable de faire des
trucs comme ça si on me retient pas !» lance
Eliane, la presque septuagénaire. Le spectre
de la prison ne les impressionne guère. «On
assume les risques jusqu’au bout. Personne
n’est prêt pour la prison mais forcément, on
l’envisage», résume Lison. «On sait ce qu’on
risque, insiste Faustine, 29 ans, employée à
Lille. Les animaux, eux, perdent la vie. Alors,
faire de la prison…»
A court terme, tandis que les procès contre ces
activistes s’enchaînent, c’est bien Tiphaine et
Ceylan (accusés d’avoir bloqué des abattoirs,
inspiré les bloqueurs, diffamé le syndicat de
la viande) qui risquent de se retrouver derrière
les barreaux. A eux non plus, la prison ne fait
pas peur. Tiphaine dit ainsi avoir «intégré
l’idée»: «J’ai toujours pensé que la justice me
protégerait, d’autant que mon mobile n’est pas
d’intérêt privé. Or on me condamne plus lourdement qu’un délinquant. Je n’ai plus confiance ni en l’Etat ni en la justice.» Tandis que
les débats s’achèvent, un communiqué anonyme est envoyé par mail: il relate une série
de sabotages antichasse intervenus deux jours
plus tôt en France, en Belgique et en Suisse.
Cette action «organisée de façon simultanée
[…] n’est qu’un début, une simple entrée en matière». Au moins, le message est clair. •
(1) L’antispécisme dénonce la domination qu’exerce
l’humain sur les autres espèces.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
16 u
FRANCE
Libération Mardi 11 Décembre 2018
Brahim
Kermaoui
et le vélo avec
lequel il
a relié Rabat.
Par
RAMSÈS KEFI
Photo
STÉPHANE REMAEL
E
n juillet 2016, Brahim Kermaoui s’est raconté,
trente minutes, dans un café
littéraire organisé dans le sous-sol
d’un troquet de Sarcelles
(Val-d’Oise), lequel s’appelait encore le Fouquet’s avant des travaux.
Il a déroulé le fil de ses souffrances,
cousues les unes aux autres – un
épais tricot de détresse. Il est convaincu, sur la base de témoignages
de son cercle, d’être l’un des milliers
d’enfants concernés par un trafic de
bébés au Maroc, dans les années 70
et 80, vendus à des familles basées
en Europe. Ce soir-là, l’intimité du
récit fut telle que les dizaines de
quidams assis n’ont pas eu le choix:
bon gré mal gré, ils sont sortis de là
avec le statut de confidents.
Le bonhomme, 40 ans, cherche ses
géniteurs et par conséquent, tout le
reste. A commencer par son vérita-
ble nom de famille, parce que le sien
le ramène à la solitude chapitrée
dans l’Enfant égaré, son bouquin
autoédité. L’abandon de ses parents
adoptifs, la promiscuité, les sévices
dans un quartier populaire de
Gennevilliers (Hauts-de-Seine), les
services sociaux et la prison, quelques mois, alors qu’il a la vingtaine
à peine.
Une annonce traîne sur sa page
Facebook: il aimerait rencontrer un
réalisateur pour adapter sa quête en
film. Pragmatisme pur: une heure
Brahim
Kermaoui,
désert
de famille
PROFIL
Né au Maroc et élevé à Gennevilliers,
ce quadragénaire a découvert adolescent
qu’il avait été adopté, et peut-être vendu par ses
parents biologiques. Malgré des années d’enquête
et un livre, il est toujours à leur recherche.
d’images peut avoir plus de poids
que des centaines de pages imprimées dans l’improvisation totale. Il
y a neuf ans, une vieille infirmière,
dans l’hôpital où il est né, lui a
conseillé de passer son chemin: la
machine à remonter le temps
n’existe pas dans ce coin-ci du Maroc, aux alentours de Berkane.
Aucune archive n’étant exploitable
en l’état, à quoi serviraient de déplier
les souvenirs chiffonnés? La femme
a philosophé basiquement. Oublie,
vis, enterre le tabou. Une invitation
au deuil qui équivaut à ressusciter la
frustration la plus perverse: plus ses
investigations tournent en rond,
plus il ressasse son histoire à haute
voix –avec quels effets?
INSISTER
En novembre, il nous a fixé tout
droit du regard dans un café parisien: «J’ai parfois l’impression d’être
seul. Je flippe… Est-ce que je suis
dans une impasse?» Cet été, il a parcouru 2400 kilomètres, du palais de
l’Elysée jusqu’à celui de Rabat, dans
l’espoir de titiller la curiosité d’Emmanuel Macron et de Mohammed VI, ou a minima, celle de leur
entourage. A vélo. Vingt-cinq jours,
sous le cagnard, séquencés sur sa
page Facebook, qui recense les histoires d’enfance cabossée à travers
le monde, jusqu’au Guatemala. La
fin l’a déçue, à cause du décalage.
Aucun officiel ne l’a reçu, alors que
des internautes inconnus et des
proches lui répètent que son périple
est aussi touchant que magnifique.
Il dit: «J’ai fait des choses jusque-là.
A chaque fois, j’ai cru que ça bougerait. Malheureusement, même
quand ton histoire est triste, il faut
un buzz pour la faire connaître.» On
a croisé un visage aux yeux verts,
aux neurones étirés, usés et torturés
par une triste obsession.
Le Fouquet’s de Sarcelles marque le
début d’une modeste célébrité pour
Brahim Kermaoui. Son affaire commence alors à être relayée ici et là
comme un conte de banlieue, avec
un décor tombé du ciel à qui veut le
retranscrire. A l’époque, il est chauffeur Uber et vend son livre à l’arrière
de son véhicule, où il a aménagé
une bibliothèque de fortune. Quand
des clients tiquent sur la couverture
– un gamin en short – il résume sa
vie sans filtre aucun. Sa chefferie ne
l’embête pas, à condition de ne
jamais insister avec les passagers.
Tout part de là: un jour, une journaliste grimpe dans sa berline et
décide de l’inviter en plateau dans
une émission diffusée sur le câble.
En deux ans, son visage se retrouve
un peu partout, du Parisien à
l’Agence France-Presse. Il interroge:
«Mais pourquoi ça n’a pas eu d’effet
concret en haut ? Je pensais avoir
fait le plus dur…»
A l’adolescence, ses parents adoptifs, Safia et Ali, dépassés et divorcés, le laissent filer à la Ddass. Une
fois, Safia explique à un travailleur
social que la situation, dans le fond,
ne la turlupine pas plus que ça :
après tout, Brahim n’est pas son fils
biologique. Le gamin est assommé,
il n’était pas au courant. Les
contours: un quartier populaire de
Gennevilliers, dans lequel il revient
le week-end et les vacances jusqu’à
sa majorité après des semaines au
foyer. Là-bas, il a connu, avant de
trafiquer l’héroïne et de cambrioler,
le harcèlement d’un délinquant
sexuel qu’il dépeint parfois avec des
mots d’enfant en «m». «Méchant»,
«mal», «mauvais». Le père a refait sa
vie, la mère est psychologiquement
fragile et son oncle maternel, particulièrement porté sur la bouteille,
le tabasse très fort à l’occasion.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
u 17
Il n’a aucune
preuve officielle
à exhiber. Alors,
sa patience
est devenue
schizophrène.
Tantôt triste
comme
un géant dans
une minuscule
impasse, tantôt
souriante comme
une future
gagnante au loto.
En 2001, il sort de taule. Reconditionne d’abord des ordinateurs,
arrête les beuveries, travaille ensuite à l’usine, se retrouve à
conduire des poids lourds, s’installe
à Asnières. Fonde une famille avec
son épouse. Ils ont deux filles, de 5
et 7 ans. Là, il est pompiste mobile.
Des clients en région parisienne
appellent pour de l’essence au travers d’une application, il rapplique
avec son pistolet-distributeur.
S’ENVOLER
En 2009, Ali meurt : «J’avais décidé
de ne plus penser à cette histoire
d’adoption, en arrivant à me
convaincre que c’était simplement
ma destinée. Mais je reçois un coup
de fil de sa famille au Maroc pour
l’héritage: elle voulait être sûre que
je ne ferai pas de problème parce
qu’ils ne me donneraient rien. Je ne
voulais pas d’argent, juste de la
compassion.» Brahim Kermaoui se
rend sur place dans la foulée. Face
à son insistance, un oncle craque et
lui explique qu’il fut certainement
échangé en 1978 contre un bébé
mort. Ses parents adoptifs auraient
acheté un premier gamin, qui n’a
pas survécu. Ils l’auraient alors rapporté à l’hôpital, pour en prendre un
autre. Avant de s’envoler pour la
France. Un document en arabe, daté
de 1985, officialise l’impasse: il est
stipulé que Safia et Ali n’ont jamais
eu d’enfant, ce qui en fait un double
orphelin. Il soupire : «Il faut des
moyens pour enquêter. De gros
moyens. Au Maroc, des avocats ont
refusé de m’aider. Ils disent que l’affaire est trop sensible, trop complexe.
Ils me conseillent d’en trouver un en
France. De porter l’affaire à Bruxelles, devant la Cour européenne… Je
demande simplement l’ouverture
d’un bureau administratif au Maroc
pour m’aider, avec les gens dans la
même situation, à retrouver nos ori-
gines grâce à une banque d’ADN.»
L’an passé, un ami chauffeur de taxi
l’informe que le roi du Maroc est là,
en train de faire des emplettes à
Paris. Le bonhomme aux yeux verts
raconte avoir rappliqué avec son livre à la main et demandé au monarque cinq minutes pour lui parler de
son histoire. «Il m’a dit “pas maintenant”, “une autre fois”. Et il est
parti…» Il le recroisera deux fois
en France. Chou blanc encore. «Je
repense alors au plan que j’avais en
tête depuis un moment.» En foyer, il
était parti de Bourges jusqu’à l’île de
Groix à vélo. Il a décidé de reproduire un truc similaire, mais en
grand. «Des gens ont obtenu des choses en réalisant des actions plus modestes. Je me suis dit que là, ce serait
forcément payant…» Son Paris-Rabat a coûté environ 5000 euros –le
vélo à lui seul 2000. Un sponsor démarché sur les réseaux sociaux met
la main à la poche et son réseau à
disposition pour des dons d’argent.
Parmi les objectifs de Brahim Kermaoui, celui d’arriver le 21 août pour
l’anniversaire de Mohammed VI: «Il
arrive qu’il fasse des gestes à cette
occasion. Malheureusement, j’étais
encore trop loin. A Tanger.»
BOUSCULER
En 2016, Safia, sa mère adoptive, décède à son tour. Lui retourne au Maroc insister auprès de la famille de la
défunte. Au cas où les langues se délieraient, puisque les deux acteurs
principaux sont partis à jamais. La
suite se résume à des menaces puis
à un retour en France pour balancer
de nouveau des bouteilles virtuelles.
Démarcher des politiques, des avocats et des personnalités sur Facebook, dans l’attente d’une ouverture, d’un tuyau, d’un coup de bol
ou d’un message transcendant. Une
photo avec le comédien Smaïn
traîne sur sa page. «Lui aussi a été
adopté, tu savais ? Mais il m’a dit
qu’il ne pouvait pas m’aider, que
cette histoire le dépassait.» Au vrai,
Brahim Kermaoui trottine sur un sol
mouvant. Il n’a en sa possession
aucune preuve officielle à exhiber.
Juste des pistes et des intuitions. Et
un bouquin à faire transpirer un
caillou. Alors, sa patience est devenue schizophrène. Tantôt triste
comme un géant dans une minuscule impasse, tantôt souriante
comme une future gagnante au loto.
Parfois, il se rappelle, en citant les
noms des bienheureux, que des orphelins ont retrouvé leurs parents
des années plus tard à la faveur d’un
coup du sort. Il dodeline de la tête:
«Dans quelques mois, si ça ne bouge
pas, je voudrais grimper l’Everest.
Que veux-tu que je fasse? Je dois faire
entendre ma souffrance.»
En 2013, les autorités espagnoles
ont procédé à des arrestations
concernant cette vieille affaire de
bébés volés. Des familles marocaines, très pauvres, laissaient filer
leurs nouveau-nés pour un peu plus
d’un millier d’euros. Des employés
d’hôpitaux locaux sont mouillés. En
mai, nos confrères de France 24 ont
interrogé le ministre de la Santé
marocain, qui a répondu n’avoir
aucune information.
Brahim Kermaoui a la certitude
qu’un rendez-vous aurait pu tout
bousculer. Un événement prévu par
Uber pour récompenser les chauffeurs les plus brillants. Une sorte de
césars du VTC, avec quelques sommités invitées, soit une tribune précieuse et inespérée à qui veut faire
passer un message. Il assure qu’il
était pressenti pour être l’une des
têtes d’affiche: «Malheureusement,
ça a été annulé. Dans notre secteur,
il y avait des mouvements sociaux.
C’était le destin.» •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
18 u
FRANCE
Libération Mardi 11 Décembre 2018
LIBÉ.FR
Chirurgie ambulatoire,
attention à la sortie
Dans un avis rendu public lundi, la Haute
Autorité de santé s’inquiète du peu d’informations données
aux patients à leur sortie de ce mode de prise en charge permettant de raccourcir à une seule journée l’hospitalisation.
Ainsi, seulement «63 % des patients déclarent avoir reçu une
lettre de liaison contenant les informations concernant leur
intervention et le suivi après la sortie». PHOTO AIMÉE THIRION
L’origine sociale, source d’inégalité
pour l’orientation scolaire
avancées par les jeunes interrogées ont surpris les chercheurs: «On aurait pu penser
que l’explication principale
était les résultats scolaires. Or
c’est le coût des études qui revient comme l’élément le plus
dissuasif, décrypte Nathalie
Mons. Ce qui peut surprendre
dans un pays comme la
France où l’université a un
coût raisonnable…» L’un des
éléments d’explication: derrière le «coût des études», les
jeunes englobent les frais de
scolarité et le «coût d’opportunité», c’est-à-dire l’argent
perdu en faisant des études
plutôt qu’en travaillant. La
durée des études est d’ailleurs
la troisième raison avancée
pour expliquer les renoncements : 25 % des femmes
refusent à cause de la durée,
contre 18% des hommes. 24%
des enfants d’employés
contre 15 % chez les cadres.
Sans surprise, l’éloignement
géographique joue aussi.
18% ont recours
à un coach privé
A l’université de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise), en 2014. PHOTO RÉMY ARTIGES
Le Conseil national
d’évaluation des
politiques scolaires
a interrogé
1200 jeunes. Leurs
réponses aident
à comprendre
le système éducatif
et ses lacunes.
Par
MARIE PIQUEMAL
I
l y a deux façons de voir
les choses. La vision optimiste: un jeune sur deux
est satisfait de l’accompagnement à l’orientation reçu pendant ses années lycées… Ce
qui veut aussi dire qu’un sur
deux ne se sent pas suffisamment aidé par l’institution
scolaire dans cette étape déterminante. Le Conseil national d’évaluation des politiques scolaires (Cnesco), dont
l’avenir est fortement menacé ils considèrent que l’institupar le projet de loi Blanquer, tion scolaire les a aidés dans
publie une étude très intéres- leur choix d’orientation. C’est
sante sur un sujet assez peu le cas pour 50 % des «plutôt
documenté et
bons élèves» et
DÉCRYPTAGE «très bons»,
pourtant central : l’orientacontre 30% des
tion. 1 200 jeunes de 18 à «plutôt pas bons» et «pas du
25 ans ont été interrogés. tout» bons élèves. 15 % des
Leurs réponses sont pour cer- élèves déclarent ne jamais
taines surprenantes.
avoir reçu d’aide au cours de
leur scolarité. Le sentiment
Deux tiers stressés
d’être bien accompagné par
par l’orientation
son établissement varie
On ne tombera pas de sa aussi: ceux qui étaient dans
chaise en apprenant que le un collège d’éducation priorimot «orientation» est parfois taire se sentent plus aidés
synonyme de palpitations et (53%) que les autres (42%).
autres symptômes du genre
– les systèmes d’affectation Un jeune sur cinq estime
(APB et aujourd’hui Parcour- ne pas avoir le choix
sup) n’y étant pas pour rien. «A peine plus de la moitié des
Deux tiers des jeunes répon- jeunes (57%) avaient un projet
dent avoir été stressés à cause professionnel au moment de
des choix d’orientation. Sur- choisir leur orientation», retout les filles, et les enfants lève Nathalie Mons, la présid’ouvriers et d’employés. Plus dente du Cnesco. Quant aux
ils ont de bonnes notes, plus critères pris en compte par les
élèves au moment de faire
leur choix, «le goût pour un
métier et pour une discipline»
arrive comme élément principal pour un tiers des élèves et
ce, quel que soit le niveau social des familles. La rémunération arrive loin derrière,
considérée comme un critère
important pour 20% des jeunes interrogés. «Ils s’accrochent à leur rêve, c’est un résultat intéressant et positif.»
A nuancer quand même : le
goût du métier arrive plus
haut pour les enfants de cadres (50 %) que les enfants
d’ouvriers (40%). Là encore,
s’ajoutent des différences notables entre les filles et les
garçons: la rémunération du
métier choisi et la possibilité
d’être rapidement en poste
priment davantage pour les
garçons (27 %) que pour les
filles (14 %).
L’étude met en avant une
autre donnée intéressante: le
sentiment d’avoir (ou pas)
choisi son orientation. 20 %
des élèves passés par un lycée professionnel estiment
ne pas avoir eu le choix, et
ont donc le sentiment de subir leur orientation. L’origine
sociale joue aussi plein pot :
19 % d’enfants d’ouvriers et
employés déclarent ne pas
avoir eu le choix de leur
orientation, contre 10% pour
les enfants de cadres.
Le coût des études,
décisif et dissuasif
71 % des jeunes déclarent
avoir écarté d’eux-mêmes une
ou plusieurs orientations qui
les intéressaient. Jusque-là,
commente Nathalie Mons,
rien de très surprenant,
l’orientation étant par définition un processus de choix.
Mais plusieurs questions se
posent. Les filles renoncent
plus que les garçons (78 %
contre 64 %). Les raisons
L’enquête montre aussi l’influence prépondérante de la
famille dans les choix
d’orientation. 80 % des jeunes déclarent avoir parlé
d’orientation à la maison, et
pour la moitié d’entre eux,
les parents étaient leur premier interlocuteur. Et les inégalités sociales jouent un
grand rôle. Les familles les
plus aisées n’hésitent pas à
embaucher des coachs privés : 18 % des jeunes de 18 à
25 ans déclarent y avoir fait
appel. Pour 7 % d’entre eux,
c’était un coach payant, 11%
ont eu recours à une formule
gratuite, grâce à des associations par exemple. «Mais ce
privilège, payant ou gratuit,
reste plutôt réservé aux familles favorisées qui savent
que cette offre existe.» Ces
inégalités sont renforcées par
l’institution : on compte un
conseiller d’orientation pour
1 200 élèves en moyenne,
avec des disparités territoriales fortes. Ils sont encore
moins nombreux dans les
académies défavorisées,
comme à Créteil. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 19
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
LA LISTE
Dernier match
de poule pour
les clubs de L1 en C1
LE PSG POUR CONFIRMER
Paris avait étrillé Belgrade
au match aller (6-1), et vient
de battre Liverpool (2-1). Pourtant, afin de se qualifier à coup
sûr, les Parisiens doivent l’emporter ce mardi soir en Serbie.
Sinon, Naples et Liverpool
pourraient les coiffer au poteau.
MONACO POUR L’HONNEUR
L’AS Monaco affronte ce mardi
soir le Borussia Dortmund,
2e du groupe A. Les Monégasques n’ont rien à espérer
d’autre qu’une première victoire pour le coach Thierry
Henry, puisqu’ils sont d’ores et
déjà éliminés de la compétition.
LYON POUR BRILLER
Dans l’indécis groupe F, l’Olympique lyonnais a encore ses
chances. En cas de victoire
ou de nul face au Chakhtar Donetsk, mercredi soir, l’OL sera
en 8e. A cause des tensions
entre l’Ukraine et la Russie, le
match a été délocalisé à Kiev.
Taudis à Marseille: Gaudin trouve
un prétexte pour se défiler
Ascoval Le gouvernement et Altifort
d’accord sur un plan de reprise
Le gouvernement et le groupe franco-belge Altifort ont
trouvé lundi un accord sur le financement de la reprise de
l’aciérie d’Ascoval (Nord), avec près de 300 emplois en jeu.
«Toutes les conditions sont réunies pour que le plan de reprise soit validé», s’est félicité le président de la région des
Hauts-de-France, Xavier Bertrand, après une réunion à
Bercy avec le ministre des Finances, Bruno Le Maire, ainsi
que les représentants syndicaux d’Altifort et d’Ascoval. Le
tribunal de grande instance de Strasbourg doit statuer
mercredi sur l’offre de reprise. PHOTO AIMÉE THIRION
L’hôtel de ville de Marseille
était encadré par des petits
groupes de CRS en tenue de
combat… mais la confrontation n’a pas eu lieu ce lundi
matin, alors que 500 personnes s’étaient réunies
dans le calme devant la mairie. Le Collectif du 5 novembre, créé après l’effondrement des deux immeubles
de la rue d’Aubagne, avait
maintenu son appel malgré
l’annulation, la veille, du
conseil municipal qui devait
se tenir le matin même.
Pour la première fois, les
élus devaient débattre du
logement, avec en préambule une minute de silence
en mémoire des huit victimes et –enfin– une prise de
parole du maire. Face à la
DR
Téléthon: «Nous avons
reçu beaucoup de
courriers nous disant
que la pression fiscale
empêchait de donner.»
LAURENCE
TIENNOTHERMENT
la présidente
du Téléthon
Laurence Tiennot-Herment
est épuisée comme rarement.
Présidente de l’AFM-Téléthon, elle sort d’un week-end
qui a vu sa collecte de fonds
engranger 69,3 millions
d’euros de promesses de
dons, une manne en nette
baisse de 10 % par rapport à
l’édition 2017.
Cette année, des animations
et défis prévus à Paris, Bordeaux ou Rouen ont dû être
annulés en prévision de
l’acte IV des «gilets jaunes».
La très grande majorité des
20 000 points d’animation
prévus a cependant été maintenue, avec 250000 bénévoles mobilisés.
Pas trop déçue par cette
édition 2018 ?
Je dirais que ce sont des
sentiments partagés. Car
on a vécu des moments forts
en émotions, des plus belles
aux plus angoissantes.
Jamais de mémoire de Téléthon, nous n’avons montré
autant de bonnes nouvelles,
avec des succès thérapeutiques. Des enfants hier malades et aujourd’hui guéris, notamment dans le domaine
des déficits immunitaires.
Dans les très bonnes nouvelles, il y a aussi les résultats
soulignant l’efficacité de la
thérapie génique dans les
maladies du muscle. Bref, de
magnifiques moments. Et en
même temps, un compteur
qui, au fil des heures, peinait
à monter, eu égard au contexte, avec une vraie tempête
sociale. Nous étions inquiets.
Nous avions reçu ces derniers mois beaucoup de courriers de donateurs retraités,
nous disant que la pression
fiscale les empêchait, cette
année, de donner…
Ce qui est nouveau ?
Oui, autant de courriers, c’est
tout à fait nouveau. Vous savez, on a beaucoup de petits
donateurs dont la plupart ne
paient pas d’impôts sur les
revenus. Ce sont des gens qui
font des sacrifices pour donner au Téléthon.
Enfin, il y a eu ce sentiment
de faire des choses et de ne
colère persistante de la rue,
un important dispositif de
sécurité avait été prévu.
L’opposition municipale,
elle, avait affûté ses arguments et de nombreuses associations avaient mobilisé
leurs troupes pour investir
le parvis de l’hôtel de ville.
Raison invoquée pour l’annulation: les débordements
qui ont touché ce samedi la
ville, théâtre de plusieurs
manifestations (gilets jaunes, climat). «La tension que
connaît notre pays actuellement nous impose la décence
et la prudence», a expliqué
le maire, indiquant que le
conseil municipal était reporté. Si des débordements
ont eu lieu ce samedi dans le
centre de Marseille, la situa-
pas être visible parce que les
médias étaient sur autre
chose. Tous mettaient en
avant des images de violences, négatives, des images
anxiogènes. Alors que nous,
comme le disait le professeur
Axel Kahn, nos images illustraient le plus beau visage de
la France, la France solidaire,
unie et généreuse.
Comment se prémunir des
aléas de l’actualité ?
Solliciter nos donateurs,
maintenir un lien direct avec
eux. Et puis peut-être agir
plus sur les réseaux sociaux.
Aujourd’hui, 40 % des dons
viennent du terrain, et la
collecte sur Internet est
autour de 20-22 millions. Il
faut faire mieux, donc.
Si les dons stagnent, allezvous devoir revoir vos
objectifs à la baisse ?
Si on n’a pas assez, c’est sur la
recherche que l’on devra être
vigilant. Sur les essais en
cours, on doit tenir nos engagements. Mais ce sont sur les
projets qu’il faudra faire des
choix. Aujourd’hui, nous
avons 77 projets de médicaments qui devraient entrer en
clinique, ou qui sont déjà en
cours d’expérimentation. Ce
sont ces projets qui sont en
danger. Mais je le redis, on
peut donner encore, au 3637
jusqu’à la fin de la semaine, et
sur Internet jusqu’à fin 2018.
Recueilli par
ÉRIC FAVEREAU
tion n’a pourtant pas différé
de celles d’autres grandes
villes françaises.
Pour l’opposition, l’annulation sonne surtout comme
un prétexte pour éviter d’affronter une colère visant
l’équipe municipale. «Une
décision consternante, a
commenté Benoît Payan,
chef de file du groupe socialiste. Ce qui s’est passé samedi n’a rien à voir avec ce
qui se passe ce lundi matin.
[…] C’est un signe de fébrilité
terrible.» Alors que les
manifestants scandaient
leur colère sous ses fenêtres,
l’édile, lui, visitait les
mairies des Ier et VIIe arrondissements. A l’abri des
manifestants.
S.Ha. (à Marseille)
Réforme
de la justice
Des centaines
d’avocats en grève
et en colère
«Justice en danger, avocats en
colère» : les robes noires ont
bloqué lundi des tribunaux à
Rouen, Nice et en Ile-deFrance pour dénoncer une
réforme de la justice qui
«porte atteinte aux droits des
justiciables». L’examen du
projet de réforme de la justice
est actuellement en cours de
discussions à l’Assemblée nationale, qui a déjà voté plusieurs mesures dont la fusion
controversée des tribunaux
d’instance et de grande instance. A Rouen, par exemple,
130 avocats ont barré l’entrée
du palais de justice pour empêcher les transferts de détenus, selon le bâtonnier.
Participez à une grande
enquête sur les drogues
Quand avez-vous con- aux drogues licites comme
sommé de la drogue pour la illicites. Et présente l’intédernière fois ? Laquelle, rêt de fournir une grille
en l’occurrence? Combien d’analyse commune à
de fois, au cours de la der- 40 pays.
nière année, avez-vous eu Puisque la participation
un sentiment de regret ou des répondants se fait unide culpabilité après avoir quement sur la base du vobu ? C’est à ce genre de lontariat, elle n’a pas de voquestions que la
cation à obtenir
Global Drug Surun échantillon
APPEL
vey (GDS) vous
représentatif,
propose de répondre, en mais plutôt de «repérer de
toute confidentialité et nouvelles drogues, de nousous couvert d’anonymat, velles pratiques, de nouévidemment. Cette en- veaux besoins», explique
quête internationale sur les Marie Jauffret-Roustide,
drogues et les usagers, à la- chercheuse à l’Inserm et
quelle Libération s’associe référente de l’étude en
de nouveau, a été lancée France. «L’étude va notamen 2011. Organisée dans ment s’intéresser à deux
40 pays, elle a déjà recueilli a x e s
cette
a n n é e,
les témoignages de détaille-t-elle. La question
550 000 participants. Le du consentement en lien
cru 2019 connaît actuelle- avec les thèmes de la drogue
ment sa première phase : et de la sexualité. Mais
la collecte de données.
aussi l’usage thérapeutique
Les participants ont jus- de certaines substances,
qu’au 31 décembre pour ré- comme l’ayahuasca, pour
pondre au questionnaire traiter certaines patholoen ligne (disponible en gies mentales.» Les donvingt langues). Seule nées seront examinées au
condition : être majeur et cours du premier trimestre
disposer d’une quinzaine de l’année prochaine et les
de minutes. Entre usagers, résultats communiqués
anciens, nouveaux, occa- en avril.
sionnels ou rien de tout…
SYLVAIN MOUILLARD
Cette enquête s’intéresse www.globaldrugsurvey.com
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
20 u
Libération Mardi 11 Décembre 2018
Frais d’inscription
pour les étrangers:
le choix de l’inégalité
En décidant
d’augmenter, dès
la rentrée 2019, les
droits d’inscription
pour les étudiants
extra-européens,
le ministre de
l’Education nationale
écorne l’idéal
d’universalité à
laquelle l’université
prétend.
M
onsieur le ministre
Jean-Michel Blanquer,
cher collègue, je vous ai
entendu ce matin du 5 décembre
à l’antenne de France Info, parler
de l’augmentation des droits
d’inscription à l’université pour
les étudiants étrangers non
européens. Un projet annoncé
par le gouvernement et que
vous avez défendu. Vous estimez
que l’université doit s’aligner
avec celle des autres pays, vous
L'ŒIL DE WILLEM
avez prétendu que les étudiants
étrangers pensent que notre
enseignement est de moins
bonne qualité parce que c’est gratuit. Vous avez aussi argumenté
que le contribuable français ne
doit pas payer pour les étrangers,
que cela doit s’accompagner d’un
système de bourses et vous avez
ajouté qu’il faut savoir que certains étrangers profitent de la
quasi-gratuité pour s’inscrire à
l’université pour d’autres rai-
Vous prétendez qu’on continuera
à faire la même chose mais
avec un petit plus de ressources.
Pensez-vous que la non-sélection
par l’argent est un principe
complètement étranger
à l’universalité à laquelle
l’université justement prétend ?
Aujourd’hui l’université accueille
les jeunes dans un espace
intellectuel et scientifique
façonné par le projet
d’une radicale égalité. Un espace
que le projet que vous défendez
détruirait en y introduisant
des classes d’étudiants, ceux
qui payent et ceux qui ne le font
pas; des classes d’étrangers, les
riches et les autres, ceux qui ont
un passeport européen
et les autres.
L’espace politique, culturel et
intellectuel auquel l’université
intègre aujourd’hui les jeunes
citoyens de France et d’ailleurs
sera radicalement modifié si
l’université devient payante. Une
entreprise rentable ? Vous dites
vouloir aligner les frais de scolarité à l’international, mais pour
ce faire la valeur actuelle des
droits de scolarité devraient être
100 fois plus chers et ainsi correspondre aux coûts d’une bonne
université américaine ou britannique ! En réalité ce que vous
nous proposez, c’est de renoncer
à l’esprit de l’université libre et
gratuite pour nous aligner avec
des systèmes qui conditionnent
l’accès à l’enseignement et à la recherche à l’appartenance à des
familles aisées, nous ajuster à
l’esprit de ceux qui veulent transformer l’université en une entreprise rentable. Vous réduisez nos
concitoyens en «contribuables»
et vous les opposez à des «étrangers» pour lesquels ils ne devraient pas payer. Un argument
qui ressemble beaucoup aux rhétoriques populistes que vous dénoncez et que vous dites combattre. C’est peut-être qu’en réalité
vous réduisez votre fonction
d’homme politique au pouvoir à
une mission d’administrateur ?
L’université française est en crise
pour un ensemble de raisons
complexes. Au lieu de nous proposer de la repenser et de la recréer, vous voulez anéantir son
esprit. Je voudrais, quant à moi,
le protéger.
En franc désaccord avec vous, je
ne peux pas vous souhaiter la
réussite, néanmoins veuillez
agréer, Monsieur le ministre,
cher collègue, l’assurance de mes
respectueuses salutations. •
Par
DENIS MERKLEN
DR
IDÉES/
sons… peut-être pour migrer ?
Comme moi, vous enseignez à
l’Institut des hautes études de
l’Amérique latine (IHEAL), à
l’université Sorbonne Nouvelle.
Vous apprenez le droit, moi la sociologie. Nous connaissons très
bien tous les deux les flux d’étudiants vers la France, en particulier en provenance de l’Amérique
latine. Nous connaissons aussi
les flux d’étudiants qui chaque
année prennent l’avion pour
connaître le continent de Jorge
Luis Borges et de Mario Vargas
Llosa. L’IHEAL est un institut formidable parce qu’il forme des
étudiants français à la connaissance de ce continent et parce
qu’il accueille des jeunes en provenance de l’Amérique latine qui
apprennent à penser le monde
contemporain et ses enjeux à
travers le prisme singulier des
sciences sociales françaises et en
français. Ils s’enrichissent mutuellement des échanges entre
les langues. Les effets de ce
rayonnement sont visibles dans
la présence de la France en Amérique latine et des Latino-Américains en France depuis plus de
six décennies. Ce rayonnement
est possible parce que la France
dispose d’une excellente université intégrée à un système d’éducation publique, libre et gratuit.
Il ne restera pas indemne si votre
projet aboutit.
Vous êtes français de naissance,
moi par adoption. J’ai choisi
de devenir français, j’ai demandé
la nationalité ce dont je suis
particulièrement fier. Né en
Uruguay et formé en Argentine,
j’appartiens donc à ce genre
d’étrangers qui a bien profité
de l’université gratuite française
pour migrer et m’installer
en France. Je suis arrivé pour
faire un DEA puis un doctorat
à l’Ecole des hautes études
en sciences sociales où j’ai eu
la chance d’être accueilli par
des professeurs qui, comme
Robert Castel, mon directeur,
ne pensaient visiblement pas
comme vous. Depuis 2004 je suis
fonctionnaire, maître de
conférences d’abord, professeur
des universités aujourd’hui.
De condition modeste, ni ma
famille ni moi-même n’avions
alors les moyens de payer le prix
d’une université payante, ni
en France ni ailleurs. Selon
le système que vous proposez,
je ne serais pas aujourd’hui votre
collègue ou alors j’aurais dû faire
preuve de pauvreté pour
bénéficier d’une bourse et avoir
une chance à côté des étudiants
pouvant payer et ayant accès
à la mobilité, qui est une forme
de la liberté. Le seul
raisonnement comptable ne peut
pas être le début et la fin d’une
pensée politique prétendant
orienter l’Etat. Réduire l’esprit
de l’université publique
et gratuite, de la recherche
scientifique à un calcul de
ce type c’est restreindre la vie
politique à son expression la plus
pauvre.
Professeur de sociologie à
l’université Sorbonne Nouvelle
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
ÉCONOMIQUES
Par
PIERRE-YVES GEOFFARD
Professeur à l’Ecole d’économie de Paris,
directeur d’études à l’EHESS
Notre espace rétrécit
et notre vision aussi
La mobilité des plus précaires dans un univers
mondialisé ne cesse de se réduire. L’augmentation
du carburant en témoigne, comme un chiffon
rouge nous empêchant de voir le reste.
A
nnée après année, votre espace se rétrécit. Votre salaire a un peu augmenté,
mais pas autant que le loyer, que
les factures d’électricité ou d’assurance. Vous bouclez avec difficulté
votre budget, chaque dépense imprévue est un casse-tête. Vous
trouvez de plus en plus cher d’aller
de temps en temps au restaurant
avec les enfants, et vous avez renoncé à les emmener en vacances.
Petit à petit, vous avez le sentiment que vous pouvez de moins en
moins vous déplacer. On vous empêche de rouler à 90km/h, ça rallonge de quelques minutes votre
temps de trajet pour aller bosser.
Et puis, voilà que le prix de l’essence augmente, et qu’on vous dit
que la voiture diesel qu’on vous
avait poussé à acheter il y a quelques années est devenue très nocive, et qu’il faut en changer. Vous
n’êtes pas la seule personne à trouver que ça commence à faire beaucoup. On dirait que tout est fait
pour vous empêcher de bouger.
Pourtant, il ne s’agit pas d’aller aux
quatre coins du monde. Vos parents, jeunes retraités, ont pu aller
découvrir la Tunisie, grâce à une
promotion sur une compagnie
low-cost. Mais ce n’est pas pour
vous.
Vous, ce que vous voyez, dans les
magazines ou à la télé, ce sont ces
images d’ultrariches qui fêtent un
mariage dans un château où les
ont rejoints leurs amis venant des
quatre coins du monde. Ce sont
ces grands patrons qui passent
deux ou trois nuits par semaine
dans leur jet privé, pour aller de
leur bureau à Paris à leur autre bureau à Tokyo. Ce sont ces milliardaires dont la première préoccupation semble être d’avoir un
yacht plus grand que celui de leur
meilleur ami. Mais ces images ne
vous font pas rêver, jamais vous ne
vous dites «ça pourrait être moi»,
elles vous renvoient à la triste banalité de votre quotidien, à l’espace qui est le vôtre, et qui vous
paraît vraiment de plus en plus
étroit, réduit, étriqué. Ce monde
qui bouge, qui se déplace avec
aisance, ce n’est pas le vôtre: vous
êtes en dehors de cette mobilité.
Alors quand un voisin vous parle
de vous mettre en mouvement,
RÉ/JOUISSANCES
Par
LUC LE VAILLANT
Moi, l’Arc de triomphe…
Monologue de l’impavide monument de droite ciblé par les
gilets jaunes, qui s’interroge sur le sens de cette agressivité
et sur la moelle d’Emmanuel Macron, vacillant sur le reculoir.
I
u 21
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
l faudrait qu’ils soient autrement armés
pour me faire peur, ces gilets jaunes qui,
ces derniers samedis, ont égratigné mes
quatre cuisses de leurs barbouillis vengeurs
et de leurs pavés harceleurs.
Je suis l’Arc de triomphe, et du haut de mes
(presque) deux siècles d’existence, je contemple ces fourmis belliqueuses et fluos
avec une bienveillance négligente teintée
d’indifférence goguenarde.
Je suis un éléphant de pierre, célébrant la
gloire napoléonienne. J’ai traversé les Alpes
de l’Antiquité et piétiné les neiges d’antan
pour venir me tapir au cœur du Paris officiel.
Averti de l’humaine nature, je sais le goût
pour la castagne des réfractaires gaulois
quand ils daignent sortir de leur apathie
rance. Je sais le plaisir pris par ces grognards
grognons quand les saisit la débauche insurrectionnelle, leur jubilation à casser du CRS
alors qu’après l’attentat contre Charlie beaucoup s’étonnaient d’avoir envie d’embrasser
un flic.
Je suis un monument bien planté sur ses
jambonneaux de catcheur. Rien ne m’étonne. J’ai déjà vu passer sous mon poitrail une
impératrice à marier, le cercueil de Victor
Hugo ou des avions acrobates. Peu pacifiste
par fonction, je devine la douleur des guerres depuis que le soldat inconnu dort dans
mon giron et que chaque soir, en mes entrailles, on rallume sa flamme.
Je suis une grosse bête archaïque, au cuir
durci, qui se méfie de l’hystérisation des
échauffourées filmées par les chaînes d’influence en continu. Je me tiens à distance
de cette société de l’information qui panique
aussi vite qu’elle oublie. Je ris sous cape devant la pétoche qui tétanise cette civilisation
à l’hypersensibilité mièvre. Et je moque ces
d’aller dire votre colère, et que
cette colère passe par des actions
qui empêchent les autres de se déplacer, vous vous dites que, pour la
première fois de votre vie, vous allez vous bouger.
Et vous regardez, à la télé, cet expert qui vous explique que la solution c’est ça, immédiatement démenti par un autre expert qui vous
dit que bien au contraire. L’un
comme l’autre exhibe ses diplômes, l’un comme l’autre circule
avec aisance d’un plateau télé à un
autre, l’un comme l’autre s’appuie
sur des études qu’ils disent sérieuses. Aucun journaliste ne fait remarquer que non, justement, tout
ne se vaut pas. Qu’un rapport vite
troussé d’un think-tank au financement douteux n’est pas la même
chose qu’un travail universitaire
patient, qui a parfois pris des années, qui a été soumis au feu de la
critique d’autres chercheurs et à
celle encore plus féroce des éditeurs des revues scientifiques. Qui
s’en préoccupe ? Le pugilat
sera toujours plus spectaculaire
que le débat d’idées. Vous êtes
naturellement plus convaincu par
l’expert qui renforce votre conviction que par celui qui pourrait
l’ébranler.
C’est parfois une recherche très sérieuse qui vous convainc : quand
vous entendez que les riches deviennent encore plus riches, que la
petite minorité des 1% les plus fortunés voit année après année ses
revenus croître et son patrimoine
exploser, vous y prêtez attention.
bienséants qui ouvrent des yeux ronds
quand la misère sociale a le mauvais goût de
foutre sur la gueule des forces de l’ordre.
Je ne suis pas né de la dernière pluie et j’admets que la violence médiatisée fait bouger
les pouvoirs endormis. Le récent recul de
Macron, irréductible lieutenant de l’orthodoxie budgétaire européenne, le prouve. Le
comédien Xavier Mathieu, ex-délégué CGT
des Continental, rappelait que les politiques
n’avaient bougé que quand ses troupes
avaient pris d’assaut la sous-préfecture.
Pour autant, les Contis ont perdu. Disons
que la violence est moins accoucheuse de
l’histoire qu’elle ne l’était au temps de Marx.
Pire, elle peut participer à la restauration du
système si celui-ci sait agiter les grelots de
la trouille et se servir de pillards hagards et
de casseurs consommateurs comme de repoussoirs complaisants.
Je suis un édifice de droite qui domine les
beaux quartiers. Le carrousel à voitures
puantes qui m’entoure se nomme désormais
place Charles-de-Gaulle. C’est vers moi que
montait la colonne des réactionnaires apeurés par les événements de 68. Je suis l’exact
inverse du Panthéon autour duquel les étudiants du Quartier latin, devenus depuis les
meilleurs supporteurs de Macron, dressaient leurs barricades contre l’autorité du
général à képi. Et vous le savez pertinemment, je n’ai rien en commun avec la dame
rouge de République, ni avec le génial gavroche de la Bastille.
Si je trône au sommet de l’argent content et
de la marchandise ruisselante, je suis conscient que mes assaillants ne sont pas tous de
gauche, loin s’en faut. Parmi ces gilets jaunes, se confondent artisans et paysans, indépendants et commerçants, livreurs lève-tôt
Et quand vous apprenez qu’en
plus, ce sont ces très riches qui
vont le plus bénéficier des réformes de la fiscalité, cela devient une
obsession.
Au risque que ce projecteur braqué
sur les nantis plonge tout le reste
dans l’obscurité. Qu’une étude
montre aussi que, pour la très
grande majorité de la classe
moyenne qui travaille, le budget
voté par le Parlement augmentera
le pouvoir d’achat ; que le minimum vieillesse ou l’allocation
d’adulte handicapé soient augmentés ; que la taxe d’habitation
soit supprimée sauf pour les plus
aisés; que vous n’ayez bientôt plus
rien à payer de votre poche pour
les lunettes ou les prothèses dentaires ; qu’un important plan de
lutte contre la pauvreté ait été salué par toutes les associations qui
luttent, au quotidien et sur le terrain, contre ce fléau ; que l’école
concentrera plus de moyens sur les
élèves les plus défavorisés : tout
cela est devenu impossible à voir.
Un seul fait compte: cette minorité
qui s’en met plein les poches, et
que le gouvernement cherche à satisfaire encore plus. Taxer cette
minorité aussi infime qu’infâme
est devenu la seule mesure qui
pourra, un peu, apaiser votre colère. Soyez pourtant conscients
que, même si elle est utile, elle ne
changera que bien peu la dureté de
votre quotidien. •
Cette chronique est assurée en alternance
par Pierre-Yves Geoffard, Anne-Laure Delatte, Bruno Amable et Ioana Marinescu.
et travailleurs pauvres, ruraux costauds et
rurbains coquins. Ils hésitent entre poujadisme et révolte, destruction et déconstruction, plat de lentilles et rasage gratis. Peu
d’entre eux consentent à l’impôt, tous se
plaignent du surcroît de taxes. Ce qui ne les
empêche pas de réclamer un smic augmenté
et des services publics revalorisés. Du haut
de mes 50 mètres, je vois gronder leur colère
et faner leur ressentiment laissé en jachère.
Mais je suis incapable de dire ce qu’ils veulent. Une autogestion numérique, une démocratie refondée ou une autocratie nationale ?
Je suis lourd et lent comme ce vieux pays. Je
n’ai pas les gambettes de gazelle de la tour
d’Eiffel, ni ses pudeurs en fer-blanc. Fort de
mes 50000 tonnes de boxeur hors catégorie,
je ne bronche pas quand passent sous l’arche
de mes ponts les eaux lasses et sanglantes
des espoirs abîmés.
Et c’est pourquoi, féroce mastard galonné,
je m’étonne que Macron lâche si vite devant
l’assaut, lui qui faisait le fier-à-bras jamais
raplapla, le transformateur sabreur, l’adaptateur frappeur.
Le 8 mai 2017, je l’ai découvert peloté paternellement par Hollande qui peinait à lui passer le flambeau. A mes pieds, le 11 novembre 2018, le jeune paltoquet a provoqué
Trump et vanté une Europe pacifiée et réarmée à la fois. Et voici qu’à l’heure de l’anniversaire d’Austerlitz, ce Bonaparte bourgeois s’empresse de sonner la retraite, actant
un Waterloo du libéralisme et de l’écologie
réunis.
Et me voilà, moi, l’Arc de triomphe, réduit
à m’interroger sur les capacités de mon petit
caporal après son passage sous les fourches
caudines de la défaite. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
22 u
Libération Mardi 11 Décembre 2018
IDÉES/
De l’information, pas des fake news:
le rendez-vous historique de l’Europe
Le Parlement
européen a ouvert
la voie en votant
pour un projet
de directive
permettant enfin
à la presse et aux
agences d’espérer
être rémunérées
par les géants
du Net.
La Commission
et le Conseil
des ministres
résisteront-ils
à la nouvelle
campagne de
lobbying des
Gafa, cherchant
à vider le texte
du «droit voisin»
de sa substance?
Par
DR
SAMMY KETZ
Grand reporter de l’AFP
au Moyen-Orient, lauréat
du prix Albert-Londres,
prix Bayeux des
correspondants de guerre.
Cette tribune est publiée
conjointement par plusieurs
médias européens en Italie,
Espagne, Pologne, Slovaquie,
Autriche, Belgique, Grande-Bretagne, Malte… Et en France par
le Monde, le Figaro, le Parisien,
les Echos, l’Humanité, le JDD.
I
l y a deux mois, le 12 septembre, le Parlement européen votait massivement pour un
projet de directive permettant à la presse et
aux agences d’espérer être enfin rémunérées
par les géants du Net. Alors que depuis des années ces derniers reprennent au quotidien des
milliers de contenus médias sans payer un centime à ceux qui les produisent.
Ce vote historique du «droit voisin» a été rendu
possible grâce à la mobilisation inédite des
journalistes et au courage des députés européens malgré une pression intense et sans précédent des grandes plateformes.
Le texte doit maintenant faire l’objet d’un consensus entre le Parlement, le Conseil des ministres et la Commission européenne.
Or, en raison d’une nouvelle campagne de lobbying de grande ampleur, les géants du Net
sont en passe de réussir à vider le texte de sa
substance : ils cherchent à faire exclure du dispositif ce que l’on appelle les «courts extraits»,
«factuels» ou encore «snippets», à écarter les
agences de presse, la presse spécialisée et à réduire la durée de protection du droit voisin.
Les faits : l’essence du journalisme
Les faits appartiennent à tout le monde. Chacun peut les relater, les analyser. Mais, lorsqu’un moteur de recherche ou un agrégateur reprend textuellement une production d’un
journal ou d’une agence, il paraît normal qu’il
paie un droit voisin même s’il ne s’agit que d’un
court extrait.
Peut-on envisager une seconde, sous prétexte
qu’il s’agit de «courts extraits», de ne pas rémunérer une information factuelle sur le Brexit ?
Sur un drame de réfugiés au large de la Grèce ?
Imagine-t-on le travail d’enquête et d’écriture
nécessaire pour publier ce titre : «Attentat suicide dans un quartier chiite de Bagdad :
32 morts (police, hôpitaux)». Pour écrire cette
simple ligne, le journaliste a enquêté auprès de
la police pour déterminer la nature de l’explosion, appelé les hôpitaux pour dresser un bilan,
est allé sur place pour décrire les lieux, recueillir des témoignages. Parfois au péril de sa
vie car il n’est pas rare qu’un attentat survienne
peu après au même endroit. Comme ce fut le
cas à Kaboul récemment : 9 journalistes et photographes tués, dont celui de l’AFP, Shah Marai.
Rechercher les faits, c’est aussi écarter les rumeurs qui polluent chaque nouvelle impor-
ABONNEZ
VOUS
tante : une supposée prise d’otages durant l’attentat de Nice qui avait fait 86 morts en 2016 ou
un nouvel attentat à la tour Eiffel durant la nuit
tragique du 13 novembre à Paris… Les deux sont
des fausses nouvelles qui envahissent les réseaux sociaux et ne disparaissent que grâce aux
vérifications minutieuses des médias.
Ce travail, c’est le quotidien de tous les journalistes, photographes, vidéastes, et le mien à
Bagdad, Téhéran, Le Caire, Damas, Beyrouth.
Si la reprise des textes des éditeurs et agences
échappe au droit voisin au motif qu’il s’agit de
courts extraits, la directive sera vidée de sa
substance. Cela fera croire que ce qui fait l’essence même de notre métier, la recherche et
l’écriture sur des faits avérés, n’a aucune valeur. Et tous les investissements que les éditeurs et les agences de presse réalisent pour apporter cette information au public seront faits
en pure perte. Ce sera aussi considérer que les
faits ne font pas l’Histoire. Au final, on abandonnera le terrain à ceux qui propagent des
fake news.
Exclure les courts extraits conduira les éditeurs
et les agences de presse à employer moins de
journalistes, à fermer leurs bureaux en Afghanistan, Irak, Iran, Corée du Nord… Quelles seront alors les sources d’information ? Des médias d’Etat ? Des campagnes de désinformation
pilotées par des régimes autoritaires ?
Ne laissons pas les «bots», ces robots programmés pour mener des campagnes d’influence, et
autres «troll farms», prendre le pas un jour sur
les reporters. Ni les fictions en ligne se substituer aux faits vérifiés.
Si les courts extraits sont hors du champ du
droit voisin, le pillage des contenus continuera.
Pour une raison très simple : ce que lisent massivement les internautes, ce qui génère des millions d’interactions sur les sites et donc des revenus considérables pour les plateformes, ce
sont précisément ces courts extraits.
News contre fake news
Autre cheval de bataille des géants d’Internet,
éliminer les agences de presse des droits voisins. Et pourtant, elles sont aux avant-postes de
l’actualité. Chaque jour, chaque heure, chaque
minute, elles produisent des textes, des photos,
des vidéos grâce au maillage serré tissé depuis
des années à travers le monde. Elles demeurent
l’indispensable boussole qui permet à tous,
grâce à des informations vérifiées, pluralistes et
complètes, de savoir ce qui se passe de la Syrie à
la Russie, des provinces reculées jusqu’aux capitales.
Sans agences, les télévisions, les radios, les
journaux, les sites perdent une grande partie de
la matière première de l’information. Sans
agences, les images deviennent plus rares.
Comme les productions des éditeurs, celles des
agences sont pillées. Il est indispensable à la démocratie que les agences puissent continuer à
exister, et cela passe par leur inclusion, à part
entière et au même titre que les éditeurs, dans
le champ d’application de la directive.
La durée des droits
Enfin, la durée de protection des droits voisins
est un enjeu majeur. Certains veulent la ramener à un an. N’est-il pas absurde que les photos
tragiques des attentats de Paris de 2015 puissent être utilisées gratuitement par les géants
du Net parce que douze mois sont écoulés ? Il
est évident que la durée de vie d’une photo n’est
pas limitée à un an et qu’elle fait l’objet de réutilisations régulières. Le bon sens et l’équité imposent de revenir à la durée initialement prévue de vingt ans.
L’Union européenne peut-elle prendre le risque
de vider de sa substance ce droit voisin, alors
qu’on assiste à une montée des périls dans le
monde et à la multiplication des fake news ?
On nous explique avec raison à quel point les
élections européennes de mai prochain sont
cruciales pour la démocratie. Alors ne détruisons pas un texte du Parlement européen qui a
été adopté le 12 septembre par 438 députés, soit
une très large majorité, après deux ans de travail.
Ce qui se joue à Bruxelles en ce moment, c’est
l’avenir de la presse et de tous les métiers de la
création, qu’il s’agisse de la musique, de la littérature, du cinéma, du théâtre, en Europe. Et ce,
sans impact négatif pour le consommateur qui
continuera à y avoir accès gratuitement.
Mesdames et Messieurs les ministres, les députés, les membres de la Commission, les journalistes, les éditeurs comme les agences réclament ensemble une juste rétribution de leur
travail et des investissements qu’ils consentent
pour informer le public. Voilà pourquoi la mise
en place d’un droit voisin non dénaturé est un
enjeu crucial pour notre démocratie. •
ABONNEZ-VOUS À LIBÉRATION
Offre intégrale
33€
XIZUWQ[[WQ\XT][LM
LMZuL]K\QWVXIZZIXXWZ\
I]XZQ`LM^MV\MMVSQW[Y]M
7ЄZMoL]ZuMTQJZM[IV[MVOIOMUMV\^ITIJTMR][Y]¼I]08
S’ABONNER À LIBÉ EN CONTACTANT LE 01.55.56.71.40 OU SUR WWW.LIBERATION.FR/ABONNEMENT/
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
S’EN
ĥ
ĢUNE?
ON
GRILLE
À LA TÉLÉ CE SOIR
TF1
FRANCE 4
TFX
21h00. Les Chamois. Série.
Épisodes 7 & 8. Avec François
Berléand. 23h10. Euro
Millions. 23h15. New York,
unité spéciale. Série.
3 épisodes.
21h00. Une saison en
Équateur. Documentaire.
Épisodes 1, 2 & 3. 23h30. Une
saison à Tahiti. Documentaire.
Épisodes 1, 2 & 3.
21h00. Noël de glace.
Téléfilm. Avec Victor Webster.
22h45. Snowmageddon.
Téléfilm.
21h00. Au cœur des
éléments. Documentaire. La
tempête. Présenté par Olivier
Minne & Chloé Nabédian.
23h15. Infrarouge.
Documentaire. Après Demain.
21h00. Les secrets. Série.
Épisodes 1, 2 & 3. Avec
Claire Keim, Marie Bunel.
23h40. Soir 3. 00h15.
Votre télé et vous. Magazine.
21h00. A Beautiful Day.
Thriller. Avec Joaquin
Phoenix, Ekaterina Samsonov.
22h35. Tchi tcha. Magazine.
ARTE
20h50. L’irrésistible
ascension d’Amazon. Documentaire. 22h20. Entretien.
22h30. Quand les multinationales attaquent les États.
M6
21h00. La France a un
incroyable talent. Jeu.
Épisode 7 : demi-finale.
Présenté par David Ginola.
23h15. La France a un incroyable talent, ça continue.
CHÉRIE 25
RMC STORY
NRJ12
20h55. Dans quelle France
on vit. Magazine. Vivre vieux,
vivre heureux ?. 22h20.
Des roses en hiver. Film.
20h55. Mobius. Drame.
Avec Jean Dujardin, Cécile
de France. 23h00.
L’oncle Charles. Film.
20h30. Droit de suite Le documentaire. Kofi Annan,
le rêve suspendu. 21h30. Droit
de suite - Le débat. 22h00.
On va plus loin. Magazine.
21h00. The expatriate.
Action. Avec Aaron Eckhart,
Olga Kurylenko. 23h10.
Acts of violence. Téléfilm.
MERCREDI 12
La perturbation se retrouve de la
Normandie à l'Occitanie alors qu'elle perd
de son activité en se confrontant aux hautes
pressions plus à l'est. Le temps est sec
ailleurs mais souvent froid.
L’APRÈS-MIDI Le temps reste bien dégagé et
froid près des frontières du Nord-Est alors
que les nuages sont très nombreux de la
Méditerranée à la Normandie.
Lille
Caen
Paris
Strasbourg
Brest
Paris
Orléans
Dijon
Nantes
0,6 m/11º
1,5 m/12º
Bordeaux
1 m/14º
Toulouse
Montpellier
Marseille
Lyon
Toulouse
1/5°
6/10°
11/15°
3
4
5
PUBLICITÉ
Libération Medias
2, rue du Général Alain
de Boissieu - 75015 Paris
tél. : 01 87 25 85 00
6
7
8
GORON
HORIZONTALEMENT
I. Vents d’avant II. Quand on
l’entend sur une gondole,
on ne se gondole pas
III. Langue romane # Gardien
de château IV. Pirates qui
ont jadis colonisé l’Ecosse #
Pacha qui a connu l’Epire
V. Relatif au serpent VI. Ce
mot est ailleurs dans la grille #
En circulation VII. Parti à
l’étranger, dans le même
pays qu’hier # Désinence de
groupe # Mieux vaut ne pas
les froisser autour du premier
huit vertical VIII. Bonne en
Angleterre # Mot mal placé
IX. Elle ne trouvera pas la
réponse X. Cinq sur cinq
XI. Son père est un porc
9
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
XI
Grille n°1088
VERTICALEMENT
1. Terre de vignes # Son symbole évoque un problème 2. Fut le seul à ne
pas dépasser le seuil 3. Le fada en est fada # Hauts dans le dernier sept
horizontal # Secouez le radin, vous aurez de l’argent 4. A l’eau chez Eddy #
Pour conclure 5. Esclave devenu saint # Vallée avalée 6. TSR + RSR #
Sous sous Gibraltar 7. Prévenais l’oubli # Il est dans un restaurant étoilé
8. Cru deux fois # T pour que tous jouent 9. The Boss
Solutions de la grille d’hier
Horizontalement I. ACCOURCIR. II. RAIRE. HUE. III. SA. BÂTS.
IV. HUTTEAU. V. ÉNÉE. ISBA. VI. VI. UC. SOU. VII. ESCRIME.
VIII. CSU. CAPRA. IX. HELVÉTIEN. X. ENTERRENT. XI. STÉROÏDES.
Verticalement 1. ARCHEVÊCHÉS. 2. CA. UNISSENT. 3. CISTE. CULTE.
4. ORATEUR. VER. 5. UE. CICERO. 6. BAI. MATRI. 7. CHAUSSE-PIED.
8. IUT. BO. RENÉ. 9. RESTAURANTS.
libemots@gmail.com
◗ SUDOKU 3844 MOYEN
◗ SUDOKU 3844 DIFFICILE
3 4
6
8 9
5
4
9
2
9 6
4 5
2
4
6 4 1
3
7 9 2
1
2
4
9
6
7
SUDOKU 3843 MOYEN
8
5
1
6
2
3
7
9
4
9
3
7
8
5
4
1
6
2
7
4
5
9
6
8
2
3
1
1
6
8
3
7
2
9
4
5
2
9
3
1
4
5
6
8
7
3
7
9
4
8
1
5
2
6
6
8
2
5
3
7
4
1
9
5
1
4
2
9
6
8
7
3
8
2
6
2
5
5
4 1
6
9
7
2 3
4
6 2
4
2
6
7
1
9
3
5
8
9
21/25°
Agitée
Éclaircies
Peu agitée
Nuageux
Calme
Fort
Pluie
Modéré
Couvert
Marseille
26/30°
31/35°
8
4
2
8
6
8
FRANCE
MIN
MAX
4
5
8
6
7
2
3
7
8
10
9
7
6
5
FRANCE
Lyon
Bordeaux
Toulouse
Montpellier
Marseille
Nice
Ajaccio
Orage
Pluie/neige
MAX
5
6
4
3
5
9
9
7
11
10
11
12
13
14
5
SUDOKU 3843 DIFFICILE
Solutions des
grilles d’hier
5
7
2
9
6
8
1
3
4
1
8
6
3
4
5
9
2
7
9
3
4
2
7
1
5
6
8
2
9
7
5
3
4
6
8
1
4
1
5
6
8
9
3
7
2
3
6
8
7
1
2
4
5
9
6
4
9
8
2
3
7
1
5
7
2
1
4
5
6
8
9
3
8
5
3
1
9
7
2
4
6
RETROUVEZ LES ANCIENS NUMÉROS DE LIBÉRATION
SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE
BOUTIQUE.LIBERATION.FR
Taux de fibres recyclées:
100 % Papier détenteur de
l’Eco-label européen
N° FI/37/01
Neige
Faible
MIN
4
5
7
36/40°
15
Lille
Caen
Brest
Nantes
Paris
Strasbourg
Dijon
7
5
Origine du papier : France
Soleil
1
6
0,3 m/14º
16/20°
8
9
8
Imprimé en France
Membre de OJD-Diffusion
Contrôle. CPPAP : 1120 C
80064. ISSN 0335-1793.
Nice
Montpellier
0,6 m/15º
-10/0°
ABONNEMENTS
abonnements.liberation.fr
sceabo@liberation.fr
tarif abonnement 1 an
France métropolitaine: 384€
tél.: 01 55 56 71 40
IMPRESSION
Midi Print (Gallargues),
POP (La Courneuve),
Nancy Print (Jarville),
CILA (Nantes)
Bordeaux
2,5 m/15º
Nice
2
I
8 7
Dijon
Nantes
Lyon
Rédacteurs en chef adjoints
Jonathan Bouchet-Petersen
(France), Lionel Charrier
(photo), Cécile Daumas
(idées), Gilles Dhers (web),
Fabrice Drouzy (spéciaux),
Matthieu Ecoiffier (web),
Christian Losson (monde),
Catherine Mallaval
(société), Didier Péron
(culture), Sibylle
Vincendon (société)
Petites annonces. Carnet
Team Media
10, bd de Grenelle CS 10817
75738 Paris Cedex 15
tél. : 01 87 39 84 00
hpiat@teamedia.fr
Strasbourg
Brest
Orléans
Rédacteurs en chef
Michel Becquembois
(édition), Grégoire Biseau
(enquêtes), Christophe
Boulard (technique),
Sabrina Champenois
(société), Guillaume
Launay (web)
1
1BS ("²5"/
(030/
Par GAËTAN
Lille
1 m/8º
0,3 m/12º
Caen
Directeurs adjoints
de la rédaction
Stéphanie Aubert,
Christophe Israël,
Alexandra Schwartzbrod
Directeur artistique
Nicolas Valoteau
LCP
C8
0,3 m/11º
Directeur délégué
de la rédaction
Paul Quinio
20h55. Snapped : les femmes
tueuses. Magazine. 2 épisodes.
22h45. Snapped : les femmes
tueuses. Magazine.
21h00. Au cœur de l’étrange.
Magazine. Présenté par
Stéphanie Renouvin.
23h05. Au cœur de l’étrange.
MARDI 11
Directeur de la publication
et de la rédaction
Laurent Joffrin
21h00. Once Upon a Time.
Série. La fille de la tour.
Le cercle des sœurs.
Le grand tourbillon.
23h35. Supernatural. Série.
W9
Edité par la SARL
Libération
SARL au capital
de 15 560 250 €.
2, rue du Général Alain
de Boissieu - CS 41717
75741 Paris Cedex 15
RCS Paris : 382.028.199
Cogérants
Laurent Joffrin,
Clément Delpirou
6TER
21h00. Martin Weill et les
nouveaux gourous. Magazine.
22h35. 90’ Enquêtes.
Magazine.
Le temps est souvent gris du Grand-Est au
Massif central avec de nombreux nuages bas
et brouillards en plaine et vallées. Quelques
averses sporadiques peuvent se produire.
L’APRÈS-MIDI L'après-midi, les grisailles
matinales se dissipent mais les nuages
restent très nombreux sur un large quart
nord-est alors qu'ailleurs le soleil s'impose. Le
ciel se voile par l'Ouest en cours d'après-midi.
IP 04 91 27 01 16
TF1 SÉRIES FILMS
PARIS PREMIÈRE
www.liberation.fr
2, rue du Général Alain
de Boissieu, 75015 Paris
tél. : 01 87 25 95 00
Principal actionnaire
SFR Presse
21h00. Escapade princière.
Téléfilm. Avec Tony Alcantar,
Jay Brazeau. 22h35. Un Noël
de conte de fées. Téléfilm.
TMC
CANAL+
IP
21h00. La story de Patrick
Bruel : le film de sa vie.
Documentaire. 22h35.
Patrick Bruel : live 2014.
20h50. Enquête de santé.
Documentaire. Aliments
industriels : nous rendent-ils
malades ?. 22h30. C dans l’air.
Magazine.
20h50. Le grand bilan de
l’humour politique. Spectacle.
22h35. Bernard Mabille
sous toutes les coutures.
FRANCE 3
0,6 m/11º
CSTAR
FRANCE 5
FRANCE 2
u 23
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
MONDE
Alger
Berlin
Bruxelles
Jérusalem
Londres
Madrid
New York
MIN
MAX
12
4
5
10
4
9
0
20
5
7
16
8
15
4
Indicateur
d’eutrophisation :
PTot 0.009 kg/t de papier
La responsabilité du
journal ne saurait être
engagée en cas de nonrestitution de documents.
Pour joindre un journaliste
par mail : initiale du
prénom.nom@liberation.fr
RETROUVEZ AUSSI LE P’TIT LIBÉ
2
3
1
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24 u
Libération Mardi 11 Décembre 2018
Chris à l’O2 Apollo
de Manchester,
le 27 novembre.
PHOTO GAËLLE BERI
CHRIS «Faire exister
des corps sans
filtres, offerts dans
l’effort avec la sueur»
L’ex-Christine and the Queens s’est entourée du collectif de jeunes
chorégraphes (La)Horde pour peaufiner un ambitieux spectacle
hybridant concert pop à l’américaine et danse contemporaine,
dévoilé à Nantes la semaine dernière, avant Toulouse et Paris.
Par
toile peinte d’opéra romantique ? Ou lorsqu’elle ménage soudain un temps de contemEnvoyée spéciale à Nantes
plation, laissant la neige artificielle tomber
lentement sur le plateau? C’était calme, côté
oilà déjà une grosse demi-heure que spectateurs, parce que leur écoute était celle
Chris mouille sa chemise rose avec d’un spectacle de danse contemporaine
l’énergie d’un tyrannosaure, que son autant que celle d’un concert.
petit corps métamorphosé –musculeux, inci- Il y a un an environ, sortie du gros succès
sif– se contracte avec une virtuosité nouvelle commercial de sa précédente tournée, Hédans des mouvements de poploïse Letissier est allée trouver les
ping, d’afro house ou d’electro. INTERVIEW trois jeunes chorégraphes du colL’énergie se veut plus «badass»
lectif (La)Horde, des artistes franque les étranges chorégraphies ouatées de son çais qui circulent dans le réseau de l’art conpremier album, Chaleur humaine. Pourtant, temporain, avec une envie précise: penser le
dans la fosse du Zénith de Nantes où la plus show non pas en terme de succession de nu«ricaine» des pop stars françaises actuelles méros mais de dramaturgie, pour créer une
entamait la semaine passée sa tournée hexa- forme qui prenne à rebours les attentes de
gonale, ça dodeline à peine de la tête. Un monumentalité tout en répondant au cahier
calme olympien. Dans les règles traditionnel- des charges de l’entertainment, tenter un truc
les d’un concert pop, ce serait le signal qui marie «auteurisme» français et tradition
d’alarme que la star s’est vautrée dans les des grandes comédies musicales américaines
grandes largeurs. Mais, précisément, est-on – avec pléthore de références à Bob Fosse et
encore à cet endroit-là, celui du show com- à son principal héritier, Michael Jackson.
mercial calibré pour envoyer du lourd, lors- C’est une ambition artistique qui demande un
que Chris reste seule et minuscule à articuler investissement, en termes de calendrier et de
lentement son dos nu devant une immense budget, que peu sont prêts à accorder. Car ils
ÈVE BEAUVALLET
V
sont rares, dans le mainstream français, à
conceptualiser leurs spectacles avec le même
soin que leurs albums. Chris aurait tort de ne
pas s’y engouffrer, d’autant que c’est par le
biais de la performance chorégraphique, notamment sur les plateaux télé de Jimmy Fallon, qu’elle s’est imposée comme la Frenchy
préférée des Anglo-Saxons, celle capable de
lancer des défis joyeux et un peu risqués,
comme de trouver la bonne équation entre
Pina Bausch et Beyoncé. Rencontre.
On a la sensation que vous cherchez une
forme hybride entre le concert pop à
l’américaine et le spectacle de danse
«d’auteur», à l’européenne.
Oui. J’adore la pop. Je suis dans une tension
perpétuelle avec des trucs que j’admire mais
que je n’ai pas du tout envie de refaire, comme
les concerts de Beyoncé. Je peux en regarder
en vidéo, parce que j’aime comprendre comment ça se fabrique, la mécanique spectaculaire, mais dès qu’il s’agit d’explorer des formes, je vais regarder du Romeo Castellucci.
Contrairement à ces grandes pop stars, j’ai envie de faire exister des corps sans filtres, sans
protection, offerts dans l’effort avec la sueur,
qui ramènent un peu de réalisme. Plus des
corps de danse contemporaine, quoi.
Un héritage de votre formation ?
Avant de faire de la musique, j’ai fait beaucoup de théâtre. J’espérais intégrer une école
comme le Théâtre national de Strasbourg. Je
voulais jouer, mais surtout mettre en scène.
Quel type de théâtre vous intéressait ?
En fait, du théâtre qui tire plus vers la danse:
toute la famille des Pina Bausch, Maguy Marin, Pippo Delbono, des trucs assez radicaux.
Pour cette tournée, j’ai beaucoup regardé la
façon dont le chorégraphe Alain Platel travaille l’éclairage des peaux et des muscles. Généralement, les éclairages dans les concerts
rythment la musique. Je voulais pour ma part
des lumières plus picturales, qui enveloppent
les corps. Et j’ai aussi beaucoup regardé
d’images de Christian Rizzo.
Qu’êtes-vous allée chercher chez ce chorégraphe ?
On m’a dit que j’allais pouvoir faire des grandes salles, dont l’AccorHotels Arena (Paris XIIe). Je me suis dit que je voulais travailler
le monumental autrement, sans stroboscopes. Je voulais savoir ce qui se passerait, au
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 25
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
CULTURE/
contraire, si on allait vers de plus en plus de
vide et de dénuement, travailler un format
monumental avec des effets qui soient uniquement organiques et éphémères. Alors j’ai
pensé à la fumée, un effet à la fois pauvre et
spectaculaire. J’avais plein de «moodboards»
de fumée, et je suis tombée sur des images des
pièces de Christian Rizzo, et ses personnages
qui avancent avec des corps fumants. Ça rejoint l’écriture du désir, c’est aussi la colère,
l’absence, le vide. On a tenté de mettre ça en
place avec la scénographe Camille Duchemin.
Dans votre spectacle, les fumées du troisième «acte» font écho, ou disons prennent le relais, de ces paysages de brume
romantique que l’on voit au début, sur de
gigantesques toiles peintes…
Ce sont des peintures de la Hudson River
School [mouvement artistique américain de
la fin du XIXe siècle influencé par le romantisme, ndlr] que nous avons utilisées comme
un collage. Je voulais des corps très quotidiens, modernes, en survêtement, avec derrière des peintures très hiératiques qui s’inscrivent dans le vocabulaire de l’opéra. Ça
allait avec cette réflexion sur le type de monu-
«Je suis en train
d’écrire de nouvelles
chansons et je me dis
que le concert est
un format encore
vierge, qui pourrait
être tordu dans
tous les sens.»
mentalité dont j’avais envie. Une façon d’aller
à l’encontre de certaines personnes qui
m’avaient dit: «Tu vas faire un show dans des
grandes salles, vas-y, fous-en leur plein la
gueule !» Enfin, ce genre de trucs que je déteste. C’était donc aussi une façon de courtcircuiter certains réflexes, comme celui de bâtir un rapport surplombant à l’égard des spectateurs. Dans la pop, on construit un personnage de star, royal, plein d’étincelles. Je ne
voulais pas qu’on entre par un effet d’intronisation, mais par du mouvement.
Y a t-il des artistes qui auraient révolutionné le format du concert pop et qui
vous inspirent particulièrement ?
C’est une bonne question, mais je crois que
ma réponse va être méga ringarde. Par exemple, je crois que Kate Bush, plus jeune, avait
tenté des choses. Vous en connaissez, vous?
Ah si, peut-être Anohni [ex-Antony and the
Johnsons]. Il n’y a pas de danse, mais elle travaille vraiment le concert comme une installation d’art contemporain. Elle ou encore la
musicienne écossaise Sophie questionnent
le format pop, mais ce sont des artistes de niche. En revanche, dans le mainstream où le
lisse est inhérent au projet, c’est plus dur de
trouver des exemples. J’y pense tout de
même: un concert qui m’a énormément impressionnée, c’est The Knife, duo suédois que
j’ai vu à la Cité de la musique. Ils commençaient à jouer avec des instruments comme
s’ils performaient vraiment. Et soudain ils lâchaient tout, venaient tous au centre faire des
danses très brutes, très curieuses, pendant
que la musique continuait. Donc on comprenait rétroactivement que tout était du playback. D’un seul coup, tu t’interroges: «Est-ce
que c’est toujours un concert? Mais c’est quoi,
un concert? Qu’est-ce que je viens chercher et
pourquoi ?» Le plus impressionnant, c’est à
quel point ça avait soulevé des réactions
outrées. Une partie du public est reparti en
sifflant, demandant à être remboursé, au
point que la tournée a dû être annulée. Ce qui
est fou, puisqu’il y a des concerts entiers qui
sont des play-back et qui sont mis en scène
comme si ce n’en était pas ! Eux cassaient
complètement l’illusion, et on ne le leur a pas
pardonné.
Vous prendriez ce genre de risque ?
Ce sont des envies, parfois. Après, l’écriture
accompagne l’album. Et sur celui-ci, il y a des
tentatives de radicalité, mais aussi l’affirmation d’un plaisir de danser et de chanter. Je
suis en train d’écrire de nouvelles chansons
et je me dis que le concert est un format encore vierge, qui pourrait être tordu dans tous
les sens, de la même façon que Kanye West
tord le format album. Il y a un terrain de jeu
immense à investir.
Pourquoi l’investit-on si peu ?
Le problème, c’est le rapport à l’hybridité, et
peut-être davantage en France, d’ailleurs. En
ce qui me concerne, on m’a souvent rappelé
à mon statut d’artiste de variété alors que
pour moi, c’est pas incompatible! J’aimerais
faire exister une manière d’être artiste de variété qui soit rugueuse. J’ai eu la chance que
l’album et la tournée de Chaleur humaine
soient des succès commerciaux, mais je me
souviens, en 2012-2013, quand je faisais des
premières parties en dansant avec un ordinateur, je m’en suis pris plein la gueule !
Aujourd’hui, j’ai énormément de chance que,
dans une économie de variété, on m’ait laissé
faire ce spectacle. C’est génial, mais ça dépend du cap qu’on veut tenir – et de qui on
s’entoure.
Combien de temps a-t-il été nécessaire
pour créer ce spectacle ?
On a travaillé dans un timing de spectacle de
danse contemporaine, avec un temps de résidence de trois mois, alors qu’un concert, ça
ne se travaille pas du tout comme ça. Et puis
les chorégraphes avec qui j’ai collaboré –les
artistes du collectif (La)Horde – sont à
mille lieues des chorégraphes de pop qui te
disent «bon, allez ma chérie, je te montre, ça
fait 1,2,3,4…» On a fait des workshops, beaucoup d’impros, en travaillant tous ensemble
sur la durée, c’est un luxe énorme que j’ai pu
m’offrir grâce au premier album.
Après les commentaires parfois agressifs
dont vous avez fait l’objet à la sortie de
l’album, vous étiez pressée de revenir sur
scène ?
Je ne vais pas revenir sur les frictions, elles
sont inévitables. Je m’en explique certaines,
d’autres, toujours pas. Mais ce qui a fini par
me fatiguer un peu, c’est qu’on ne parlait plus
du tout des propositions artistiques. Donc
oui, ça fait du bien de sortir des commentaires et de retourner dans le faire. Et puis ça m’a
manqué, la performance. Je ne sais pas si j’y
suis à ma place ou pas, mais je me suis toujours sentie mieux sur scène qu’ailleurs. •
CHRIS
Le 15 décembre au Zénith de Toulouse (31),
les 18 et 19 à l’AccorHotels Arena, 75012.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
26 u
Libération Mardi 11 Décembre 2018
CULTURE/
ARTS
Tadao Ando, un «Défi»
au pied des murs
Au centre
Pompidou, une
trop foisonnante
expo documente
le subtil travail
sur la lumière et le
vide de l’architecte
japonais.
A
u centre Pompidou à
Paris, un texte accueille les visiteurs
au seuil de l’expo «le Défi»
consacrée à Tadao Ando.
L’architecte japonais y explique qu’il aimerait réaliser des
édifices qui dureront toujours, au moins «dans le cœur
des hommes», et détaille sa
manière. «Pour m’approcher
au plus près de cet idéal,
écrit-il, je pousse à l’extrême
la quête d’épuration dans mes
réalisations, qui pourraient
finir par ressembler à des toiles vides.» Dommage alors
que cette quête du vide ne
l’ait pas animé pour la scénographie de l’expo. La galerie 3, celle dont les baies vitrées donnent sur la Piazza,
est bourrée de maquettes,
textes et photos jusqu’au plafond ou quasi, et aux murs
déjà blindax s’ajoutent des
petits crobards au marqueur
bleu (les gribouillis du maître !), ni très explicites ni
franchement inspirants, à
quoi se surajoute l’accrochage, à 3 mètres de haut, de
maquettes telles des œuvres
d’art.
Sérénité. Bien sûr, il y a foison de choses à apprendre
ici, notamment grâce à la vidéo d’un entretien réalisé par
le commissaire Frédéric Migayrou, dont les questions
pertinentes sont parfois plus
limpides que les réponses
d’Ando. Mais il faut s’accrocher un peu pour s’imaginer
l’harmonie et la légèreté
émanant des bâtiments de
l’architecte, leur manière de
trouver une place évidente
dans la nature, et permettre
à leurs habitants ou visiteurs
de trouver la sérénité.
Etrange effet de dissonance.
Les belles photos des bâtiments prises par Ando, en
noir et blanc, aident à l’af-
faire, car s’y lisent tout de go
les constantes de son vocabulaire – les grands murs de
béton brut, l’obsession de canaliser la lumière, l’utilisation de formes géométriques
simples (carré, cercle, rectangle ou triangle), une réduction à l’essentiel assez fascinante, et d’autant plus
lorsqu’elle se développe en
taille XXL – cf. les photos et
maquette du musée d’art de
Chichu (île de Naoshima).
Amusant aussi de se rendre
compte que tout était déjà là,
ou presque, dans l’un de ses
premiers projets, la Maison
Azuma d’Osaka (1974-1975),
enthousiasmante boîte de
béton nichée dans une rue de
petites maisons à touchetouche. Articulée autour d’un
vide central baigné de lumière, elle fait figure d’îlot de
résistance, tournée vers le
ciel et non vers le tissu urbain. Lorsqu’il la conçoit,
Ando est un jeune architecte
formé sur le tas, qui n’a pas
étudié la discipline mais s’y
est initié lors de voyages, notamment en Europe, où il
Tadao Ando dans l’église de la lumière d’Osaka, en 1989. PHOTO NOBUYOSHI ARAKI
s’est rendu pour éprouver par
lui-même les constructions
de son maître, Le Corbusier
–il avait déjà étudié ses schémas.
Clairvoyance. Contrairement à nombre de ses contemporains, Ando n’a jamais
voulu prendre ses distances
avec le modernisme, mais «le
pousser un peu plus loin… et
en rechercher les potentialités». Il refuse le tout-fonctionnel qui domine après-
guerre au Japon, visant une
architecture dans laquelle
«l’homme ne dominerait pas
une nature fragmentée au hasard» –propos tenus en 1989,
on en mesure la clairvoyance
aujourd’hui. Cette aspiration
s’expose, un peu à l’étroit,
dans les maquettes de splendeurs tel le temple Komyo-ji
d’Ehime, aérienne structure
de bois semblant flotter sur
l’eau, et la géniale église de la
lumière d’Osaka, où la solution à un défi architectural
(espace exigu, budget serré)
a été apportée par un simple
et grand mur sectionnant le
lieu de biais. Comme le souligne Masao Furuyama dans le
catalogue, il y aurait une
étude à consacrer aux murs
dans l’œuvre d’Ando.
ÉLISABETH
FRANCK-DUMAS
TADAO ANDO
LE DÉFI
Centre Pompidou, 75004,
jusqu’au 31 décembre.
Mehryl Levisse à fond dans le décorum
Dans deux galeries
parisiennes,
le photographe
installe ses portraits
et autoportraits
riches en références
dans une ambiance
théâtrale et festive.
I
l y en a qui n’ont pas peur de
faire tapisserie. Au XIXe siècle, dans les bals, les jeunes
filles craignaient l’humiliation,
en attendant qu’on les invite à
danser. Elles se calaient le long
du mur, sans bouger, et se fondaient dans le décor. L’artiste
Mehryl Levisse, né à CharlevilleMézières (Ardennes), n’attend
pas qu’on l’invite à valser. Car son
bal à lui, c’est justement la tapisserie. Il fait toile de fond : on n’est
jamais mieux servi que par soi-
Un des clichés exposés à la galerie Bertrand Grimont. A. MOLE. ADAGP
même… Dans deux galeries parisiennes, il pare les murs de papiers peints et de grands rideaux
aux motifs chargés : on reconnaît
un jardin nocturne, des tentures
rouges, des dorures de tableaux…
Sur ces décors de théâtre, écrin
pour ses photos, il accroche des
clichés : mises en scènes de garçons qui lui ressemblent ou autoportraits. Ni tout à fait le même,
ni tout à fait un autre, l’artiste
semble avoir des dons d’ubiquité.
Et un sens de la fête inné. A son
bal masqué, il convie modèles et
références, puisés dans l’histoire
de l’art.
A la galerie Bertrand Grimont
(Paris IIIe), Mehryl Levisse fait
même des croisements inattendus, telle cette Vénus masculine
couverte de moules et de coquilles saint-jacques, télescopage
bouffon entre Matthew Barney,
Marcel Broodthaers et Botticelli.
A côté, des fantômes sous des
nappes de dentelles ou tissus
africains serrent un pot de fleur,
un chat ou un coq. Ils rappellent
les étranges hidden mothers, ces
portraits d’enfants au XIXe siècle,
dont les mères, en arrière-plan,
sont invisibles ou masquées.
Tout au fond de l’expo, voici enfin des masques qui surgissent de
tuyaux en cuivre : on dirait des
trophées de chasse à la composition fantasque (cuir, fourrure,
cheveux humains, fil d’or, tissu,
kapok, collant, maquillage, œillets, lacet, pompons, galon, per-
les, sequins, plumes, fil, dentelle,
napperons…). A Belleville, dans
la Maëlle Galerie, on croise un
faune tout vert et un autre tout
rouge, tous deux couverts de cotillons dorés. Sur un autre cliché
bleu-blanc-rouge intitulé Naissance patriotique, on jurerait reconnaître Emmanuel Macron en
slip, torse nu et peint en bleu. A
moins que ce ne soit un avatar de
l’artiste ? Que ferait le Président
sous ces monceaux de confettis
avec un sourire forcé ? Il paraît en
tout cas figé dans la double tentation d’ouvrir le bal et de faire tapisserie.
CLÉMENTINE MERCIER
MEHRYL LEVISSE
IL FAUT DU BRUIT
POUR ENTENDRE LE SILENCE
Galerie Bertrand Grimont, 75003.
Jusqu’au 31 décembre.
SALON D’APPARAT
Maëlle Galerie, 75020.
Jusqu’au 22 décembre.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
u 27
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
La Fin du monde, 2008,
de Pierre Ardouvin.
PHOTO P. ARDOUVIN.
COURTESY GALERIE CHEZ
VALENTIN. ADAGP
L’ouvrage dirigé
par Michel Gauthier
et Marjolaine Lévy
recense en images
deux décennies
d’expositions d’artistes
en France et pointe
une évolution dans
les œuvres comme
dans les pratiques.
P
lutôt qu’une somme critique
qui chapitrerait de grosses
thématiques et emballerait la
production de 20 Ans d’art contemporain en France sous des nœuds
théoriques bien serrés, cet ouvrage
conçu par Michel Gauthier, conservateur au centre Pompidou, et l’historienne de l’art Marjolaine Lévy,
fait le choix d’être avant tout un livre de petites images brièvement
commentées et classées par année.
La première est une vue de l’exposition collective «Bruits secrets» au
CCC de Tours en 1999 et la dernière
documente «le vingtième Prix de la
Fondation d’entreprise Ricard» qui
s’est tenu cet automne. Entre les
deux, pas grand monde ne manque
à l’appel. Des centaines d’artistes,
de curateurs, de critiques et de lieux
sont mentionnés. Un chiffre colossal qui dit comment la scène française –et la Fondation Ricard, dont
le 20e anniversaire est l’occasion de
cette publication coéditée par le
mécène – est recensée sans que le
rôle de leader incombe à personne.
En vingt ans, ce ne sont pas une,
mais «plusieurs générations, plusieurs vagues d’artistes» qui ont eu
le temps d’apparaître et de persister.
Ecosystème. Cela dit, on peut
bien lire l’ouvrage en privilégiant
les noms les plus fameux, aînés tutélaires de cette période puisque les
installations et vidéos des Pierre
Huyghe, Dominique GonzalezFoerster, Philippe Parreno y figurent de bout en bout. Puis on peut
bien cocher ceux qu’on a trop vite
vus passer et à tort oubliés (Pierre
Malphettes, Kristina Solomoukha)
ou qu’on n’a pas encore eu le temps
d’identifier (Béatrice Balcou). Mais,
plus que le corpus, ce qu’on retient
est bien le parti pris éditorial, la mé-
Art contemporain, les joies
de l’accrochage à plusieurs
thode suivie qui se révèle riche
d’enseignements. C’est l’une des
marques de fabrique de cette histoire que de réduire le volume des
textes, d’une part, et d’autre part de
s’appuyer sur des images. Selon Michel Gauthier, il s’agissait d’offrir
l’opportunité de «voir, regarder, voir
et regarder encore. Il convient que
les mots ne viennent pas tout de suite
imposer leur ordre à ce qui a été
conçu pour d’abord être vu». Et ce
qu’on voit massivement, ce sont
beaucoup d’images d’expos et peu
d’images d’œuvres reproduites en
majesté, dans un isolement qui les
tiendrait à part de leurs voisines, les
feraient descendre des murs, les
couperaient des espaces où elles
sont apparues initialement. Comme
l’analyse un autre ouvrage récemment paru, Photogénie de l’exposition sous la direction de Rémi Parcollet (1), les œuvres participent en
effet d’un écosystème hors desquelles elles ne sont plus tout à fait elles-
mêmes. Un écosystème éphémère
qui tient à l’architecture, à l’accrochage, à l’éclairage qu’ignore le
marché de l’art en vendant les
shows (une œuvre après l’autre) à la
découpe. Or, c’est précisément l’une
des tendances de fond de ces
vingt dernières années de créations
artistiques: «Durant la période considérée, constate Michel Gauthier,
s’est confirmé et amplifié le phénomène qui a vu l’exposition devenir le
médium premier d’un nombre grandissant d’artistes. Le “post-medium
age” est en réalité celui de l’exposition comme médium.»
Nouvelle vie. En somme, contrairement à ce qui se dit parfois,
aucune pratique (peinture, sculpture…) n’a perdu du terrain sur une
autre (l’installation) : toutes en revanche sortent de l’atelier en envisageant leur destination (l’exposition) comme une nouvelle vie, voire
comme la seule qui vaille la peine
d’être vécue. Ce qui a entraîné une
modification des rôles de chacun
des acteurs de l’art: les critiques ont
cédé le pas aux commissaires qui
ordonnancent les œuvres entre elles dans des expos «dites d’auteur»
comme il y a des films d’auteur. Ce
fut le statut que revendiqua Eric
Troncy dans sa triplette de shows
organisés au seuil des années 2000.
Mais l’exposition devient aussi le
lieu privilégié où «semble maintenant s’écrire une certaine histoire de
l’art soucieuse de se libérer d’une certaine tradition», suggère Michel
Gauthier en citant l’exemple
d’«Erudition concrète», un cycle curaté au Plateau par Guillaume Désanges en 2009-2010. L’expo devenait alors un champ de recherches
(de formes, d’artistes) visant à sortir
des sentiers battus et du corpus habituel.
Et l’artiste? Lui aussi change d’habits, revêtant notamment, au cours
de ces deux dernières décennies, le
rôle d’iconographe: «Appropriations, citations, collections, expositions d’archives, beaucoup d’œuvres
révèlent aujourd’hui un·e artiste
dont le matériau premier est constitué d’images déjà produites, d’images en circulation.» Ces pratiques,
qui avancent dans le sillage d’Aby
Warburg et de son Atlas mnémosyne, aboutissent en ce moment à
réduire «la frontière entre création
artistique et collecte de connaissances». Espèce d’atlas constellé d’images d’expos disparues, 20 Ans d’art
en France se fait ainsi, dans sa
forme, l’écho à ce changement de
paradigme, encore en cours.
JUDICAËL LAVRADOR
(1) Manuella Editions, 144 pp., 15 €.
20 ANS D’ART EN FRANCE,
UNE HISTOIRE SINON RIEN,
1999-2018 sous la direction
de Michel Gauthier et Marjolaine
Lévy, Flammarion, 296 pp., 49 €.
MUSIQUE MATIN DE SASKIA DE VILLE
LE 7/9 DE FR ANCE MUSIQUE, DU LUNDI
AU VENDREDI
Retrouvez chaque mercredi à 8h50 la chronique C’est mioche de Guillaume Tion de
francemusique.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 11 Décembre 2018
www.liberation.fr facebook.com/liberation @libe
Mélenchon,
les médias et elle
Juliette Prados L’attachée de presse de LFI,
chanteuse à ses heures perdues, tente de pacifier
les rapports tendus entre le député et les journalistes
U
n exercice étrange. On croise la route de Juliette Prados
depuis quatre ans et à chaque fois, elle nous parle des
autres, principalement de Jean-Luc Mélenchon.
Femme de l’ombre, l’attachée de presse du député des Bouches-du-Rhône a hésité un moment avant d’accepter le petit
jeu du portrait. Elle a imposé ses conditions: un premier rendez-vous sans cahier ni stylo afin de prendre la température;
un second plus officiel qui laisse la porte ouverte à toutes les
interrogations.
Juliette Prados milite au côté de Jean-Luc
Mélenchon depuis 2006. Comme lui, elle
a quitté le Parti socialiste après y avoir cotisé quelques années. «Je n’étais plus en adéquation», dit-elle
simplement. A l’époque, elle turbine dans l’événementiel culturel, les festivals surtout. En septembre 2012, le tribun est
à la recherche d’une attachée de presse et elle d’un nouveau
job : un ami en commun glisse son nom. L’aventure avec
«Jean-Luc» commence. Depuis, elle n’a pas regretté. «J’ai toujours aimé travailler dans l’urgence et avec des gens que j’admire.» Vu d’ici, pas simple de gérer les relations presse du leader de La France insoumise (LFI). L’ancien socialiste
entretient des rapports électriques avec la plupart des médias.
Tensions et clashs à foison. Juliette Prados se voit comme une
«courroie de transmission». Toujours «partante» pour discuter
avec les journalistes: «Je suis en réflexion permanente. Je n’arrive pas à me faire à l’idée qu’un buzz lancé par l’extrême droite
sur les réseaux sociaux devienne une info.»
Après l’agression d’un journaliste de BFM –un gilet jaune lui
a envoyé un œuf en direct –, elle a publié un texte sur Facebook. Elle déplore l’évolution du job des
journalistes. Selon elle, leur rôle «n’est plus
d’informer mais de filmer en permanence
jusqu’à capturer le moindre incident». Des
phrases qui ressemblent à celles de son chef. «Un combat pour
une info de qualité ne se mène pas à coups de jets d’œufs, mais
à coups de décryptage, de réflexion, d’exigence», écrit-elle un
peu plus loin. Pas un mot sur les sorties à répétition de Mélenchon sur son blog, qui peuvent en aiguiller certains vers la
violence. Lorsqu’on croise l’insoumise dans les travées du Palais-Bourbon, ou dans les différents événements organisés
par le mouvement, elle se fait discrète. Toujours en retrait.
Parle à voix basse. Sa collègue et amie Elisa Mammar avance:
LE PORTRAIT
«Elle ne panique jamais au boulot, même dans les moments
chauds. Et elle prend toujours la défense des autres. Quand elle
voit une personne en difficulté, elle intervient. Juliette ne laisse
jamais tomber personne.» Le député du Nord Adrien Quatennens nous écrit: «Juliette est notre bonne fée à tous, un pilier.
Toujours présente, jamais de mauvaise humeur. Même quand
elle l’est, elle le cache bien.» Dans l’univers de La France insoumise, on ne trouve personne pour lui glisser une peau de
banane. En dehors du cercle, son amie Liliane Roudière, cofondatrice du magazine féministe Causette, raconte une
femme qui «rit sans bruit, qui met ses mains devant la bouche
et secoue les épaules. Lorsqu’on se retrouve, c’est un sas de décompression. Elle ne parle pas de Mélenchon, et elle ne fait pas
de prosélytisme pour La France insoumise.»
On retrouve Juliette Prados, 47 ans, à Montreuil, au Bar du
marché, un nid à bobos de la Croix-de-Chavaux. Clope(s), café.
Elle vit ici depuis l’an 2000. Hésitante au départ. La grande
blonde a toujours habité près
d’espaces verts et de points
28 Septembre 1971
d’eau, propices aux grandes
Naissance à
balades. «Après une journée à
Argenteuil.
Montreuil, j’ai compris que je
2005 Première
ne bougerais plus d’ici», sourencontre avec
rit-elle, aujourd’hui. Un coup
Mélenchon.
de foudre. Elle aime l’amSeptembre 2012
biance, les bars, les activités
Attachée de presse
culturelles et la politique lode Mélenchon.
cale. Durant quelques mois,
Juin 2017 Responsable
elle a occupé le poste de conmédias des députés
seillère municipale, dans
insoumis.
l’«opposition», avant de démissionner pour rejoindre
l’aventure Mélenchon. L’attachée de presse, qui ne souhaite
pas donner son salaire, ne s’imagine plus revenir sur le devant
de la scène. Elle préfère les «coulisses» à la lumière.
La Montreuilloise a grandi dans les Yvelines, à Marly-le-Roi,
entourée de sa petite sœur, d’un père ingénieur et d’une mère
instit. Une enfance «idyllique». Des parents qui s’aiment, des
vacances à la mer et des pique-niques en forêt.
La famille roule à gauche depuis des lustres. Juliette Prados
garde en mémoire la victoire de Mitterrand et les larmes des
parents de sa copine Corinne qui avaient la trouille de voir les
chars débouler sur les Champs-Elysées. A l’école, elle cartonne
jusqu’en troisième. Puis, l’adolescente s’émancipe à sa manière. Elle sèche les cours, «enchaîne les conneries», tire sur
ses premières cigarettes et décroche le bac en deux fois. Après
deux ans en lettres modernes, elle se marie à l’âge de 21 ans
et devient la mère de Milan, quatre ans plus tard. «J’ai tout
fait plus vite que les autres», se marre-t-elle. Divorcée, elle est
toujours en «très bon» contact avec son ancien époux et entretient des liens forts avec son seul enfant.
«Je ne crois pas en Dieu, mais j’ai des formules magiques pour
le protéger, pour veiller sur lui», livre-t-elle. Elle pourrait parler
de son fils, qui travaille dans le cinéma, à l’infini. «Milan a un
très fort caractère, déjà tout petit il me disait: “Maman, on ne
peut pas être amis avec tout le monde !”» Après avoir mis un
bulletin pour «Jean-Luc», il s’est abstenu alors qu’elle a voté
Macron au second tour.
Elle argumente à sa place: «Il est beaucoup plus radical que moi
dans la lutte contre le fascisme, mais voter Macron ne règle pas
le problème du FN. Le coup de sparadrap entre les deux tours
ne résoudra pas le problème. La preuve, elle est toujours présente, l’autre.» Juliette Prados ne s’épuise pas dans la politique.
Elle respire ailleurs, s’octroie «une réserve de vie à côté du boulot», comme dirait son amie Liliane Roudière. Petite, elle faisait
du théâtre, «une bonne chose pour combattre ma timidité, mais
je n’étais pas faite pour être comédienne». Elle a déjà prêté sa
voix à une grande enseigne et à une entreprise pour dire :
«Merci de taper sur la touche étoile de votre téléphone.» Son truc,
c’est l’écriture et le chant. Elle boucle son premier roman et griffonne des chansons depuis l’adolescence. Fan de Renaud, la
chanteuse a monté plusieurs groupes. Le dernier en date, Les
Insousols, avec Elisa Mammar (chant), Adrien Quatennens
(batterie) et Milan (basse). Ils répètent toutes les semaines à
Montreuil, dans le studio de son ex-mari. On a déjà assisté à
un de leurs concerts. Le groupe reprend sur scène des classiques (Bashung, Blondie, Joan Baez, Gainsbourg ou Nirvana)
et donnera un spectacle le 17 décembre au Supersonic, à Paris.
Juliette Prados sera, pour une fois, au centre de la scène. •
Par RACHID LAÏRECHE
Photo MARGUERITE BORNHAUSER
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
In collaboration with
INTERNATIONAL WEEKLY
TUESDAY, DECEMBER 11, 2018
Copyright © 2018 The New York Times
Bosnia’s
Warning
On Ethnic
Division
By ANDREW HIGGINS
MOSTAR, Bosnia and Herzegovina — When a fire breaks out in the
Bosnian city of Mostar, Sabit Golos,
a firefighter, knows that he does not
have to worry unless the flames take
hold on the Muslim side of what, from
1992 until 1994, was the front line in a
vicious ethnic conflict.
That is because Mostar, though
long at peace, has two separate fire
brigades, one made up mostly of
Muslims like Mr. Golos, and a second
one staffed by Catholic Croats.
As Europe and the United States
struggle with the rise of ethnic nationalism, Bosnia’s divisions offer a
dark lesson in how communities can
stay splintered long after many people have forgotten what it was that
pushed them apart.
The entrenched disunion here was
reflected in recent national elections,
marked by nationalist rhetoric and
open questioning of Bosnia’s continued existence as a state.
“Europe is worried these days
about the rise of the far right, but this
place was way ahead of the curve in
showing how dangerous and enduring ethno-nationalism can be,” said
Tim Clancy, an American resident of
Bosnia who worked in Mostar.
Both of Mostar’s fire brigades
are part of the same service — just
as Mostar’s two garbage collection
companies, two hospitals, two electricity companies, two bus stations
and two soccer teams all technically
serve the same city.
“You are looking at your own future here,” said Adnan Huskic, a
scholar at the School of Science and
Technology in Sarajevo. “We have
been dealing with the rise of nationalist populism for years.”
The 1995 agreement that halted the
bloodletting in Bosnia — reached by
the leaders of Bosnia, Serbia and Croatia — only entrenched the nationalist elites that prosecuted the war.
It divided Bosnia into two “entities”
— a Serb-run Republika Srpska and
a mixed Muslim-Croat Federation of
Bosnia and Herzegovina, controlled
by three elected presidents, one each
for Bosnian Serbs, Croats and Muslims, who are known as Bosniaks.
Mr. Golos said he has many friends
across the ethnic boundary and feels
no enmity toward Serbs, who started
the fighting but have now mostly left,
or Croats, who rained artillery shells
and sniper fire into his neighborhood.
But he worries that wartime divisions have hardened. Because of
largely segregated schooling, a post-
Con­­tin­­ued on Page II
DAVID LONGSTREATH/ASSOCIATED PRESS
At least 1.7 million Cambodians died under the Khmer Rouge. A blood-soaked mattress at the former Tuol Sleng prison.
What Lingers After Genocide
“Where were you tortured, and when?”
It was an unremarkable question at a
trial whose raw material was cruelty and
suffering, during four years of brutal rule
in Cambodia by Khmer Rouge fanatics.
Was the witness
whipped, beaten, waterboarded, suffocated in a
plastic bag? Did his torturer poke a stick into his
ESSAY
wounds, were his toenails
pulled out, were electric
wires attached to his ears?
Did the prison commandant Kaing
Guek Eav, known as Duch, personally
beat him until he was out of breath, or
did Duch stand back and laugh as he
watched, as some witnesses testified?
Duch was the first defendant in the
United Nations-backed Khmer Rouge trial I covered for more than a decade, until
what may have been the final verdicts,
just last month, which convicted two senior leaders of genocide.
Those leaders were the last survivors
of a group of revolutionaries responsible
for the deaths of at least 1.7 million Cambodians from 1975 to 1979, from execution,
starvation, overwork or disease.
They left it to others, like Duch, to do the
killing. He was the commandant of the
main Khmer Rouge prison, Tuol Sleng,
or S-21, where at least 14,000 people were
tortured for days or weeks before being
sent — almost every one of them — to a
killing field for execution.
It was a dangerous place to work. As
many as one-third of the prison staff was
executed, sometimes for torturing with
too much enthusiasm and letting a prisoner die.
Duch came to symbolize for me the
cold, impersonal cruelty of a movement
that lived by the slogan “To keep you is no
gain, to destroy you is no loss.”
Children
sorting
through bones
of Khmer
Rouge victims
outside an old
schoolhouse in
Trapaeng Sva
where people
were tortured
and killed.
SETH
MYDANS
SETH MYDANS/THE NEW YORK TIMES
I had arrived in Cambodia in 1996,
when the country was ragged and panting from the ravages of four years of mass
killing, followed by more than a decade of
civil war as the Khmer Rouge returned to
their jungle insurgency.
I’d seen trauma before, but never an
entire traumatized nation. I reminded
myself regularly that all the adults I met
were survivors or former killers, who now
had to try to live with what they had seen
or done. Almost everyone, survivor or
killer, had lost family members. They carried around inside themselves millions of
tiny worlds of suffering.
I visited land mine victims from the
civil war in the military hospital, a dark
and dreadful place without regular water
or electricity, where men begged me for
crutches.
Others, crippled and rejected by society, hopped around the market seeking
alms.
At a government hospital I interviewed
a psychiatrist — one of the few who survived the Khmer Rouge years — who was
treating traumatized survivors. But he
seemed unable to focus. His words wandered away to his own losses: a child, a
spouse, a parent. But he insisted he was
not suffering from trauma.
A 52-year-old rice dealer told me she
had intestinal problems and passed out
when she went to the bathroom. She said
she suffered convulsions and was afraid
to go out alone.
She closed her eyes. “I see a man running, and I see a man shooting,” she said.
“I hear gunfire. I can hear the people
saying, ‘Oh, they killed him!’ It is like a
snapshot in my mind.”
Many with similarly haunting memories said they were troubled by the questions: Who did this to us, and why?
The trial attempted to answer these
questions and compiled an unassailable
record of historical data. But in the process it raised a deeper question: What
drove these killers and torturers? Are
men like Duch different from us, or do we
all carry within us seeds that in the right
conditions could turn us into beasts?
Con­­tin­­ued on Page II
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY
TUESDAY, DECEMBER 11, 2018
II
WORLD TRENDS
What
Lingers
After
Genocide
Con­­tin­­ued from Page I
“How do human beings become part of a project of mass
murder,” asked Alexander
Laban Hinton in “Man or Monster?,” his book about Duch. “It’s
too easy to dismiss people as sociopaths or psychos. Instead you
really have to grapple with their
humanity.”
Duch told the court that he’d
tried to get out of his assignment
at Tuol Sleng, but when he took on
the task he was determined to do
it correctly.
He stated proudly that he had
invented or refined some of the
methods of torture he described.
He controlled the lists of those
to be executed, including one list
with the names of 17 children.
It carried his instruction: “Kill
them all.”
A scholar of Cambodian history, David P. Chandler, examined
the question of culpability in his
book “Voices from S-21” and concluded that “to find the source of
the evil that was enacted at S-21
on a daily basis, we need to look
no further than ourselves.”
It was easy to imagine, as he
stood in the dock, that Duch was
a man who could command an
institution devoted to torture. For
him, a courtroom was nothing.
The force of his personality made
everyone else seem smaller.
Sometimes he corrected witnesses about their testimony or
lawyers who mistook a page number or a reference. Once, a judge
admonished him that laughter
was not an appropriate answer to
a question.
I wanted nothing to do with this
laughing torturer.
I had been observing him for
days through the wall of bulletproof glass that separated the
spectators from the courtroom.
And Duch had apparently noticed
me as well.
During a break in testimony, I
walked closer to the glass wall,
and he turned and looked at me.
He waved.
Without thinking, I waved
back.
Debating What’s Best for Isolated Tribes
By JEFFREY GETTLEMAN
In mid-November, a young
American made a doomed mission to North Sentinel Island, a
speck in the Bay of Bengal and
home to perhaps the most isolated people on earth — all 50 or so
of them.
Ever since he was a boy, John
Chau, an evangelical missionary
with an acute case of wanderlust,
dreamed of spreading Christianity to the people on North
Sentinel.
Lying far off India’s coast
in the Andaman Island chain,
North Sentinel is about the size
of Manhattan. The people there
are hunters and gatherers. They
follow a lifestyle tens of thousands of years old. No outsiders
know their language. They have
attacked just about anyone trying
to step onto their shore, appearing virtually naked and firing arrows. Then they retreat from the
beach and melt into the forest.
But Mr. Chau’s widely reported
death has dragged this island out
of obscurity and raised some fundamental moral questions. How
should we interact with these
very fragile groups? Is it better to
try to keep anyone from interacting with the islanders? Or is that
paternalistic, denying them the
things that just about the whole
world has agreed it wants, like
education and health care?
Mr. Chau, 26, came with gifts
in hand (scissors, safety pins, a
soccer ball) and the islanders
The New York Times International Weekly
620 Eighth Avenue, New York, NY 10018
killed him. The Indian government prohibits contact, deeming
the islanders an “ultrasensitive
human treasure.” Perhaps that
is paternalistic; perhaps it is
morally sound.
Mr. Chau saw it as his moral
imperative to get to the island. In
his evangelical worldview, it is
an act of compassion to introduce
people to Christianity; that is the
only way to save them from hell.
Since his death, many people,
including fellow missionaries,
have called him naïve, delusional and reckless.
Anvita Abbi, a linguistics professor with knowledge of North
Sentinel, said the islanders have
a right to defend their territory.
She said it’s no different from the
Stand Your Ground laws in the
Mr. Hill’s solution is to learn
what the islanders want so that
they can make the decision about
their future. “Humans are an extremely social species,” he said.
“No groups want to live isolated
forever. They do it out of fear.”
But how does one start a dialogue with a group of people who
greet you with a drawn bow?
Vishvajit Pandya is an Indian
anthropologist who made three
trips to North Sentinel. In 1998,
he accompanied a government
team that presented the islanders with bags of coconuts. The
islanders accepted them without
hurting anyone, though they
then made obscene gestures.
“It takes a certain amount of
courage and hard thinking,” Mr.
Pandya said about the next step.
“It has to start with gift giving,
years of gift giving, then the language has to be learned through
this gift giving. You have to make
an effort to engage in dialogue.
It’s not easy, but everybody is entitled to think about their future,
that is the first right, the right to
have rights.”
When I asked if the island was
beautiful he snapped: “No, it’s
filthy. It’s disgusting. Tell people
not to go.” Then he laughed. “It’s
actually a very interesting landscape,” Mr. Pandya said. “The
winds are so strong, the trees
grow like a Mohawk, all the same
height.”
“It’s a beautiful place,” he added. “But please, don’t go.”
Bosnia Offers a Warning
On Deep Ethnic Division
Con­­tin­­ued from Page I
war generation of young Croats
and Bosniaks often know only
members of their own group.
“We have moved backwards,
not forward,” Mr. Golos said.
For more than two decades,
Bosnia’s fragile system has defied predictions of imminent
collapse. This ability to survive
against the odds, however, is now
seriously at risk, said Paddy Ashdown, a British politician who
from 2002 to 2006 served as Bosnia’s most senior foreign official,
INTERNATIONAL WEEKLY
NANCY LEE Executive editor
TOM BRADY Editor
ALAN MATTINGLY Managing editor
VIA REUTERS
John Chau, an American
missionary, tried to reach
the people of North Sentinel
Island and was killed.
United States that allow people
to shoot intruders.
She said: “These people have
been clearly telling us that
please don’t come near us, we
don’t want to meet you. And yet
we keep on barging into their
areas, bothering them, and that
risks even the tribe’s death.” Because of their isolation, she said,
the islanders have no immunity
to infections. She said that Mr.
Chau put these people in danger.
John Bodley, an anthropologist at Washington State University, agrees. “Outsiders need to
respect their wishes and treat
them with dignity as fellow human beings,” he said. “Respect
means we don’t assume to know
better how they should live.”
But can outsiders presume
they don’t want contact without
communicating with them? Kim
Hill, an anthropologist at Arizona State University, said that
it’s “unwise and inhumane to
forcibly keep these groups isolated by building protective fences
around them.”
First, if a population gets too
small and isolated, it will probably become extinct. Contact
may be dangerous, but so is no
contact. Second, some type of
encounter with an outsider is
inevitable, Mr. Hill said, and
“accidental contact is a disaster
waiting to happen.” North Sentinel is isolated, but it’s only 50
kilometers or so from Port Blair,
the region’s growing capital.
EDITORIAL INQUIRIES:
nytweekly@nytimes.com
SALES AND ADVERTISING INQUIRIES:
nytsyn-sales@nytimes.com
its so-called high representative.
His gloomy prognosis follows
national elections held in October
that were dominated, particularly in the Republika Srpska, by
divisive appeals for tribal loyalty.
The result of the balloting,
which selected a hard-line nationalist as the Serb member of
the presidency, has stirred fury
among Croats, who complain that
the election was tainted by ethnically impure voting: Many Muslims voted for the Croat winner, a
moderate Croat now denounced
by hard-liners because of his support across ethnic lines.
The problem now, Mr. Ashdown said, is that Europe and
the United States are themselves
polarized and have diminishing
interest in Bosnia’s troubles. The
vacuum is being filled by Russia
as a protector of the Serbs and
Turkey on behalf of Muslims.
In a recent report to the United
Nations, the current high representative in Sarajevo, Valentin
Inzko, complained that before
LAURA BOUSHNAK FOR THE NEW YORK TIMES
The reconstructed Stari Most bridge, which connects the
Croat and Muslim areas of Mostar.
the October election, Bosnian
politicians and parties “focused
primarily on criticizing each other or the international community and grandstanding on divisive
nationalist issues, rather than
governing effectively and adopting necessary reforms.”
Such grandstanding, amplified
by an economic system in which
jobs and the spoils of corruption
are often divided along ethnic
lines, has crippled Bosnia as a
functioning state.
Differences between Bosniaks,
Croats and Serbs are so small —
they speak the same language,
look the same and mostly eat the
same food — that some scholars
have turned to Freud and what he
called “the narcissism of minor
differences” to explain their rival
nationalisms.
Bosnia’s biggest curse, said
Amna Popovac, an activist in
Mostar for Nasa Stranka, a multiethnic party, is its nationalist political leaders, who fan the fears
of the communities they claim to
represent to save themselves and
a deeply corrupt system that has
enriched them.
Ms. Popovac said, “Just follow
the money.”
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY AND INTERNATIONAL REPORT APPEAR IN THE FOLLOWING PUBLICATIONS: CLARÍN, ARGENTINA n DER STANDARD, AUSTRIA n LA RAZÓN,
BOLIVIA n THE HAMILTON SPECTATOR, TORONTO STAR AND WATERLOO REGION RECORD, CANADA n LA SEGUNDA, CHILE n LISTIN DIARIO, DOMINICAN REPUBLIC n LIBÉRATION, FRANCE
n
PRENSA LIBRE, GUATEMALA n THE ASAHI SHIMBUN, JAPAN n EGEMEN, KAZAKHSTAN n EL NORTE AND REFORMA, MEXICO n ISLAND TIMES, PALAU n EL COMERCIO, PERU n NEDELJNIK, SERBIA
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
TUESDAY, DECEMBER 11, 2018
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY
III
WORLD TRENDS
A Journalist Was Killed. Then Came the Hacking.
By AZAM AHMED
MEXICO CITY — The messages arrived at a familiar moment of
crisis for Mexico’s fragile journalist community — another reporter
killed.
Javier Valdez, a prominent investigative reporter, had been
shot dead only a day earlier. Then
came a sudden development: According to a text message received
by his colleagues, his killers had
been detained.
Despite the tragedy, his fellow
workers were suspicious. More
than 90 percent of murders go
unsolved in Mexico. How did the
authorities solve the case so soon?
More likely, they worried, the
text messages were an attempt
to infiltrate their smartphones
— part of a pattern of hacking attempts involving sophisticated
spying technology bought by the
Mexican government.
They were correct.
The messages were infected
with a spyware known as Pegasus, which the Mexican government purchased from an Israeli
cyber arms dealer called the NSO
Group, according to a forensic
analysis by the Citizen Lab at the
Munk School at the University of
Toronto.
A simple click on the links embedded in the messages would
have infected the cellphones with
spyware powerful enough to
break through encrypted messaging, monitor emails and remotely
activate the camera and microphone.
Someone was trying to spy
on Mr. Valdez’s friends and colleagues the day after he was killed
last year — most likely the Mexican government, according to
those targeted.
“I believe they wanted to search
our conversations and messages
RASHIDE FRIAS/ASSOCIATED PRESS
More than 47 journalists have been killed since late 2012. Last year’s funeral of Javier Valdez.
for clues to the murder of Javier, but we are absolutely against
this,” said Ismael Bojórquez, a
founder and the news director of
Rio Doce, the news organization
where Mr. Valdez worked. “Nothing obtained illegally should be
used in an investigation, and especially not from those who are
involved professionally and emotionally to the victim.”
The illegal use of the surveillance technology in Mexico first
emerged during the administration of Enrique Peña Nieto, which
bought the spyware on the condition that it be used only to target
terrorists and criminals.
But in the last year and a half,
the Citizen Lab has confirmed
nearly two dozen questionable
targets, including some of Mexico’s most prominent journalists,
human rights lawyers and anticorruption activists.
When news of the surveillance
erupted last year, the Mexican
government denounced the spying and opened an investigation.
But not one person has been punished.
Aware of the scandal, Mr. Bojórquez said he had little faith in
the messages he was receiving.
He and another target — the news
director, Andres Villareal — re-
fused to click on the links. They
had reason to be suspicious.
The men were running one of
the few independent news groups
in the nation, dedicated to covering organized crime and exposing
Mexico’s vast nexus of crime and
corruption.
Threats were inevitable, and
not just from organized crime.
Government data show that public officials are responsible for
the greatest number of attacks
on journalists. More than 47 have
been killed since Mr. Peña Nieto
took office in late 2012, 15 of them
after Mr. Valdez’s death in May of
last year, according to Article 19, a
journalist protection group.
Mr. Bojórquez said he and others had become aware of the government’s spyware in February
2017, when the Citizen Lab and
The New York Times published
articles outlining its illicit use
against backers of a nationwide
soda tax.
Mexico’s government was embarrassed. And yet months after
the attempted hacking of doctors
and activists promoting a tax on
sugary drinks, the targeting did
not stop.
“These infection attempts are
reckless, and probably indefensible,” said John Scott-Railton, a researcher at Citizen Lab. “Where
was the internal oversight? And
where was NSO’s oversight?”
A spokesperson for NSO said:
“We do not tolerate misuse of our
products against civil rights activists, journalists or any innocent person. If there is suspicion of
misuse, we investigate it and take
the appropriate actions, including
suspending or terminating a contract.”
In response to the latest reports
about the targeting of Mr. Valdez’s colleagues, the government
had said that it was committed to
pursuing any charges if evidence
emerges.
A new government came into
office on December 1, arriving on
a wave of popular support. But
whether the status of journalists will change in the country,
and whether their targeting and
abuse, and state overreach, will
subside, is an open question.
“A change in government does
not mean there will be a change in
the context of impunity or aggressions against journalists,” Mr. Bojórquez said. “If there is no change
to the impunity, the murder of
journalists will continue.”
Brazil’s New Leader Wants Gun Laws Eased
By SHASTA DARLINGTON
SÃO PAULO, Brazil — For Natalia and Rubens Ortega, the only
remaining question is: Glock or
Taurus? The couple signed up for
a gun-training course at a shooting club in São Paulo after Jair
Bolsonaro, a far-right former Army captain, was elected to be Brazil’s next president in October on
promises to upend the status quo
and fight crime.
Mr. Bolsonaro’s vow to break
with Brazil’s restrictive attitude
toward weapons and make it easier for “good guys” to own guns
was particularly resonant. “We
want to get back in practice so we
can buy a pistol when it happens,”
said Mr. Ortega, who has joined a
wave of Brazilians preparing for a
relaxing of gun restrictions. “We
just can’t decide which one.”
Mr. Bolsonaro’s tough-on-crime
stance helped him win election in a
country reeling from a record level of violence. Last year there were
roughly 175 homicides per day, according to the Brazilian Forum
on Public Safety. Mr. Bolsonaro
said he would ease firearm laws
and give the police more freedom
to shoot, despite the police killing
5,144 people in 2017, a 20 percent
increase over 2016. “We have to
stop this politically correct thing,
saying that disarming everyone
will make Brazil a better place —
it won’t,” he said in a post-election
television interview, pointing out
that strict regulations have failed
to stem the flow of firearms to
criminals.
These regulations were created at the turn of the 21st century,
when civil society, faced with rising violence, stepped up pressure
on the government to register firearms and regulate their use. The
Disarmament Statute, approved
in 2003, required applicants to
be at least 25 years old, have no
criminal history, provide proof of
a steady job and fixed residence,
pass a psychological test and have
gun training.
It gave Brazilians two options:
They can get a license for a self-defense firearm, which must be
stored exclusively at home or at
a place of work; or for a sporting
weapon, which can be carried to
authorized shooting clubs. In the
case of a firearm for self-defense,
the applicant must also declare
why a gun is needed and have that
argument approved by the police.
Faced with such an onerous
registration process, many gun
owners opted to surrender their
firearms. The murder rate declined 12 percent in the four years
after the statute was approved.
But then it started to climb again,
setting a record in 2017 of 30.8 per
100,000 people, according to the
Brazilian Forum of Public Security, a research organization. (Even
Mexico had a lower murder rate of
25 per 100,000 last year.)
Studies show that having more
Brazil’s
presidentelect wants
guns to be
easier to get.
A São Paulo
range.
GABRIELA PORTILHO FOR THE NEW YORK TIMES
firearms in circulation increases
the number of deaths, but “there
are no magic solutions,” said Ilona
Szabó, the director of the Igarapé
Institute, a research group that focuses on security issues. “We need
sustainable measures that make
the country safer.”
Despite anger over the public
security crisis, most Brazilians
— 55 percent, in a poll conducted
by Datafolha right before the elections — think civilian gun ownership should be banned, although
this is down from 68 percent in
2013.
Luciana Burr, a lawyer from São
Paulo, says she has been robbed
at gunpoint six times, including
being held up in a “flash kidnapping” with her 5-year-old son in
the car. They were driven around
for two hours while armed teenagers forced them to take cash out of
A.T.M.s. Still, she opposes allowing citizens to carry guns.
“I was caught by surprise every
single time,” she said, adding, “I
don’t want some ‘good citizen’ deciding to step in with a gun. I don’t
want someone making that decision for me — the risk is too big.”
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IV
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY
TUESDAY, DECEMBER 11, 2018
O P I N I O N & C O M M E N TA RY
INTELLIGENCE/MOISES VELASQUEZ-MANOFF
DAVID LEONHARDT
Can We Stop Suicides?
American Capitalism
Is Not Working
In May of 2017, Louise decided
that her life was just too difficult,
so she would end it. In the previous four years, three siblings
and a half-sibling had died. Close
friends had moved away. She felt
painfully, unbearably alone. It
would be the fourth time Louise
(I’m using her middle name to
protect her privacy), then 68,
would attempt suicide, and she
was determined to get it right.
She wrote a letter with instructions on where to find important
documents and who should
inherit what. Then she checked
into a motel, put a plastic sheet on
the bed, lay down and swallowed
pills with champagne. A few days
later, she woke up in a psychiatric ward. The motel maid had
found her. “I was very upset I had
failed,” she said. She tried to cut
her wrists with a bracelet — unsuccessfully.
Suicide is now the 10th leading
cause of death in the United
States, according to the Centers
for Disease Control and Prevention. And yet no new classes
of drugs have been developed
to treat depression (and by
extension suicidality) in about
30 years, since the advent of
selective serotonin reuptake
inhibitors like Prozac. The field
of psychiatry needs new treatments for patients who show
up with a stomach full of pills.
Now scientists think that they
may have found one — an old
anesthetic called ketamine that,
at low doses, can halt suicidal
thoughts almost immediately.
Depression ran in Louise’s
family. Prozac had helped her
for a time, but stopped working
in the late 2000s, as it sometimes
does. No other drug seemed able
to lift her dark moods. After her
suicide attempt, Louise’s psychiatrist suggested ketamine.
She agreed, and received an
infusion intravenously. Within
hours, her sense of well-being
improved. The hospital discharged her. Back home, she
discovered that going to the
market was no longer a “herculean task.” Getting her car
washed wasn’t an insurmountable chore. “Life was better,” she
said. “Life was doable.”
Using ketamine to treat
depression and suicidality is
somewhat controversial. Small
studies suggest it holds promise,
but it is only now being tested
in placebo-controlled trials
with hundreds of patients. It
is also popular as a club drug.
Like morphine, it may operate
on the opioid system, and it can
induce feelings of euphoria. But
ketamine abusers can develop
Moises Velasquez-Manoff is
the author of “An Epidemic
of Absence: A New Way of
Understanding Allergies and
Autoimmune Diseases” and an
editor at Bay Nature magazine.
Send comments to
intelligence@nytimes.com.
DADU SHIN
brain damage.
Nonetheless, if proven safe
and effective in small doses,
ketamine stands to transform
how doctors deal with suicidal
patients and depression. Sedation and physical restraint aside,
doctors have few ways to quickly
stop suicidal ideation. Current
antidepressants can take weeks
and sometimes months to work,
if they work at all. They may
also, paradoxically, increase
suicidality in some patients.
Therapy takes time to help as
well (assuming it does).
Researchers at Yale University discovered ketamine’s potential as an antidepressant in the
late 1990s, and scientists at the
United States National Institute
of Mental Health confirmed it
in the mid- 2000s. Numerous
studies followed suggesting that
the drug helps patients for whom
nothing else works. It does not
work for everyone in this group,
but when it does, it works within
hours.
Because ketamine is already
approved by the United States
Food and Drug Administration,
doctors can prescribe it “off-label,” for uses other than that
for which it has been approved.
Meaning that it is theoretically
available.
Ketamine works differently
from other antidepressants.
The prevailing theory is that it
affects the brain’s glutamate
system, which scientists now
realize may be involved in
depression, rather than the serotonin pathway used by drugs
like Prozac. Animal research
suggests that partly blocking
certain glutamate receptors
increases brain plasticity — the
ability of the brain to make new
neuronal connections — and
corrects some of the abnormalities that result from chronic
stress. These effects on the
brain have inspired a flurry of
research. Drugs are in development.
But ketamine has what many
view as a flaw. It can produce
dissociative and hallucinatory
side effects. Patients can feel
as if they have left their bodies
or that they are dying. Louise
described her first ketamine experience as being like Picasso’s
painting “Guernica” — disjointed and unpleasant. But subsequent treatments, she said, were
“wonderful.”
Questions also remain about
the safety of long-term use. Depressed patients often have to
return for “booster” treatments
(Louise finds that she needs
an infusion once a month). The
drug is considered safe when
given once, but no one is sure
how repeated doses may affect
the brain. And it can be addictive, too.
Nonetheless, dozens of clinics
have opened offering ketamine
infusions as an off-label treatment for depression. Views on
these clinics include concerns
about profiteering and acknowledgment that they may be helping desperately ill patients.
Dr. Samuel Wilkinson, a
Yale psychiatrist, worries that
patients’ suicidal impulses
could seem to disappear after
ketamine treatment, leading to
discharge from the hospital, but
then rebound.
The deeper issue here is one
of weighing the risks of a treatment that has unclear long-term
side effects against a condition
whose main symptom is the
urge to kill oneself.
The most ringing endorsement of ketamine may come
from the emergency room. I met
Louise through a friend, Lowan
Stewart, who works at the
emergency room in New Mexico
where she was admitted.
Emergency room doctors are
often familiar with ketamine.
With research revealing its potential to stop suicidal impulses,
he thinks doctors should offer it
to suicidal patients in the emergency room. “We could help so
many people,” he said.
The October 1944 edition of
Fortune magazine carried an
article by a corporate executive
that makes for amazing reading
today. It was written by William
B. Benton — a founder of the Benton & Bowles ad agency — and an
editor’s note explained that Mr.
Benton was speaking not just for
himself but on behalf of a major corporate lobbying group. The article
then laid out a vision for American
prosperity after World War II.
At the time, almost nobody took
postwar prosperity for granted. The world had just endured
15 years of depression and war.
Many Americans were worried
that the end of wartime production, combined with the return of
job-seeking soldiers, would plunge
the economy into a new slump.
“Today victory is our purpose,”
Mr. Benton wrote. “Tomorrow
our goal will be jobs, peacetime
production, high living standards
and opportunity.” That goal, he
wrote, depended on American
businesses accepting “necessary
and appropriate government regulation,” as well as labor unions. It
depended on companies not earning their profits “at the expense of
the welfare of the community.” It
depended on rising wages.
These leftist-sounding ideas
were not based on altruism. The
Great Depression and the rise
of European fascism had scared
American executives. Many had
come to believe that unrestrained
capitalism was dangerous — to everyone. The headline on Mr. Benton’s article was, “The Economics
of a Free Society.”
In the years that followed, corporate America largely followed
this prescription. Not every executive did, of course, and management and labor still had bitter
disputes. But most executives behaved as if they cared about their
workers and communities. Chief
executives accepted pay packages that today look like a pittance.
Middle-class incomes rose faster
in the 1950s and 1960s than incomes at the top. Imagine that:
declining income inequality.
And the economy — and American business — boomed during
this period, just as Mr. Benton and
his fellow chieftains had predicted.
Things began to change in the
1970s. Facing more global competition and higher energy prices,
and with Great Depression memories fading, executives became
more aggressive. They decided
that their sole mission was maximizing shareholder value. They
fought for deregulation, reduced
taxes, union-free workplaces,
lower wages and much higher pay
for themselves. They justified it all
with promises of a wonderful new
economic boom. That boom never
arrived.
Even when economic growth
has been decent, as it is now, most
of the bounty has flowed to the top.
Median weekly earnings have
grown a miserly 0.1 percent a year
since 1979. The typical American
family today has a lower net worth
than the typical family did 20
years ago. Life expectancy, shockingly, has fallen this decade.
The great stagnation of living
standards is a defining problem
of our time. Most families do not
enjoy the “rapidly rising level of
living” that Mr. Benton called for.
Understandably, many Americans are anxious and angry.
The solution will need to involve
a return to higher taxes on the
rich. But it is also worth thinking
about pre-tax incomes — and specifically what goes on inside corporations. It is worth asking the
question that Mr. Benton asked:
What kind of corporate America
does the rest of America need?
Elizabeth Warren, the Massachusetts senator, is now rolling out
a platform for her almost-certain
presidential campaign, and it includes an answer to this question.
It is a fascinating one, because it
differs from the usual Democratic
agenda of progressive taxes and
bigger social programs (which
Ms. Warren also supports). Her
idea is the most intriguing policy
Corporate leaders
once acted with
responsibility.
idea to come out of the early 2020
campaign.
Ms. Warren wants an economy
in which companies again invest
in their workers and communities. Yet she does not believe it can
happen organically, as it did in the
1940s, because financial markets
will punish well-meaning executives who stop trying to maximize
short-term profits. “They can’t go
back,” she told me recently. “You
have to do it with a rule.”
She has proposed a bill in the
Senate — and Ben Ray Luján, a
top House Democrat, will soon
offer it there — that would require
corporate boards to take into account the interests of customers,
employees and communities. To
make sure that happens, 40 percent of a company’s board seats
would be elected by employees.
Germany uses a version of this
“shared-governance” model,
mostly successfully. Even in today’s hypercompetitive economy, German corporations earn
nice profits with a philosophy that
looks more like Mr. Benton’s than
Gordon Gekko’s, the greedy character in the “Wall Street” movies.
Is Ms. Warren’s plan the best
way to constrain corporate greed?
I’m not yet sure. But I do know
this: American capitalism is not
working right now.
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
3
Размер файла
16 209 Кб
Теги
liberation, newspaper
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа