close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Le Figaro Magazine - 16 02 2018

код для вставкиСкачать
Supplément FIGARO - Cahier N°1 - Nos 22866 et 22867 des 16 et 17 février 2018 - CPPAP N° 2000 C 83022 www.figaromagazine.fr
MAXIM SHIPENKOV/AP/SIPA
F
M
VENDREDI 16 ET SAMEDI 17 FÉVRIER 2018
DANS LES SECRETS
DU KREMLIN
● COMMENT POUTINE GOUVERNE
● NOTRE VISITE PRIVÉE
Plusieurs fois vainqueur du TIPA Award
« Meilleur laboratoire photo du monde »
© Mobilier par Vibieff
Prix TTC hors frais d’envoi. Tous dro réservés. Sous réserv
de mod cations et d’erreur Avenso Gmb
Primé par les rédactions des 28 magazines photo les plus connus
votre photo sous
verre acrylique
à partir de
Vos plus beaux moments en grand format.
Comme en galerie, dans la qualité WhiteWall.
Votre photographie sous verre acrylique et encadrée. Made in Germany,
par le 100 x vainqueur des tests. Téléchargez et déterminez le format –
même sur Smartphone.
WhiteWall.fr
7,90 €
VALERY SHARIFULIN/TASS/ABACA
Semaine du 16 février 2018
7
9
10
12
40
POUTINE, TSAR DU KREMLIN…
ET DE SOTCHI
56
SON ALTESSE L’AGA KHAN
64
QAT, LE FLÉAU SOMALIEN
74
ARCHIPEL DES RYUKYU,
LE JAPON TROPICAL
L’éditorial de Guillaume Roquette
Le making of et le forum des lecteurs
L’actualité du Figaro
Arrêts sur images
20
22
24
26
28
30
31
En vue : Jacques Brunel, opération survie
Les têtes de Carl Meeus
Le tableau de bord de... Spotify dans le feu de l’action
Vu de l’étranger : Bruno Retailleau
Le match : Salomon vs Rossignol
Dans la tête de... Thierry Jadot
Les week-ends de... François Cérésa
ESPRITS LIBRES
32
36
38
EMANUELE SCORCELLETTI
ENTRÉES LIBRES
Pierre Nora : « La dictature de la mémoire
menace l’Histoire »
Lecture-Polémique
Les insolences d’Eric Zemmour
GRANDS FORMATS
40
56
64
74
Poutine, tsar du Kremlin… et de Sotchi
Son Altesse l’Aga Khan
Qat, le fléau somalien
Archipel des Ryukyu, le Japon tropical
86
88
90
92
94
98
100
102
104
107
120
122
124
134
En vue : expo « Peintures des lointains »,
les jolies colonies de la France
L’affiche/Les passe-temps d’Eric Neuhoff
L’apostrophe de Jean-Christophe Buisson/Ecrans
Le théâtre de Philippe Tesson
La page d’histoire de Jean Sévillia
Livres/Le livre de Frédéric Beigbeder
Mode
Auto
La table de Maurice Beaudoin
Voyages
SPÉCIAL PLACEMENTS
La grille de Michel Laclos
Mots fléchés/Le sudoku de Bernard Gervais
Bridge
Le bloc-notes de Philippe Bouvard
STÉPHANE COMPOINT
84
PASCAL MAITRE
QUARTIERS LIBRES
10h30
27° 8’ 24.319’’ Sud
109° 25’ 38.012’’ Ouest
Croisière à la découverte de la Polynésie
et de l’île de Pâques
Archipel des Gambier, Fakarava Tuamotu, atoll Temoe, îles Pitcairn, île de Pâques… Embarquez
à la découverte des sites les plus préservés de Polynésie entre lagons aux eaux cristallines, bancs
de corail, végétation luxuriante et faune endémique (raies, tortues, dauphins…). Laissez-vous
surprendre par la mystérieuse île de Pâques et ses multiples trésors classés Unesco.
Explorez ces terres lointaines à bord d’un superbe yacht 5 étoiles de 132 cabines seulement
et vivez des moments rares et privilégiés.
Équipage français, service rafiné, gastronomie, mouillages inaccessibles aux grands navires :
avec PONANT, accédez par la Mer aux trésors de la Terre.
Papeete (Polynésie Française) – Hanga Roa (Chili), 14 jours / 13 nuits
Du 25 octobre au 7 novembre 2018, à partir de 7 010 € (1)
Vols A/R depuis Paris inclus
Contactez votre agent de voyage ou appelez le 0 820 20 71 25*
(1) Tarif Ponant Bonus par personne sur la base d’une occupation
double, sujet à évolution, vols en classe économique depuis/vers
Paris inclus sous réserve de disponibilités, pré et post acheminements
inclus sous réserve de disponibilités, taxes portuaires et aériennes
incluses. Pré croisière « Découverte de Tahiti (1 nuit) » / Post croisière
« D’Hanga Roa à Santiago (1 nuit) » inclus sous réserve de disponibilités.
Plus d’informations dans la rubrique « Nos mentions légales » sur
www.ponant.com. L’abus d’alcool est dangereux pour la santé à
consommer avec modération. Droits réservés PONANT. Document et
photos non contractuels. Crédits photos : © PONANT / Philip Plisson /
François Lefebvre. * 0.09 € TTC / min.
www.ponant.com
L ’ É D I T O R I A L
D E
G U I L L A U M E
L
R O Q U E T T E
LA LOI DU PLUS FORT
’affaire a fait grand bruit au début du mois : des
squatteurs occupent une maison en banlieue
parisienne et refusent de déguerpir. A la police
venue les déloger, ils opposent… le ticket
de livraison d’une pizza prouvant qu’ils sont
là depuis plus de 48 heures, rendant impossible
une expulsion immédiate. Il faudra l’intervention
musclée de jeunes de la cité voisine pour faire
partir les roms qui avaient investi les lieux.
Deuxième épisode : dimanche dernier, on interroge
sur ce dossier le secrétaire d’Etat
chargé du Logement au Grand
Jury RTL-Le Figaro-LCI. Julien
Denormandie est formel : la
police peut encore expulser des
occupants illégaux après 48 heures… à condition toutefois
qu’il s’agisse d’un domicile principal. Tant pis pour les
malheureux propriétaires d’une résidence secondaire,
ils devront engager une longue, coûteuse et aléatoire
procédure judiciaire. Et qu’ils ne s’aventurent pas à vouloir
récupérer eux-mêmes leur bien : leurs squatteurs
pourraient les attaquer en justice pour violation de
domicile ! Cette situation abracadabrantesque ne choque
apparemment personne, et en tout cas pas le ministre en
charge du dossier. Qu’importe si le droit de propriété est
considéré par la Constitution comme imprescriptible :
l’essentiel est de ne pas déranger ceux qui ont trouvé un
toit à leur goût.
« Le monde est plein de vertus chrétiennes devenues folles »,
écrivait Chesterton. Ainsi en est-il de la justice quand elle
place les agressés en situation d’infériorité juridique
par rapport à leurs agresseurs. Au nom du respect
des libertés individuelles et des droits de la défense,
c’est la victime qui se retrouve encourir les foudres
de la loi. Et ça ne vaut pas que pour les squats : un
commerçant n’a pas le droit d’afficher sur sa vitrine
la photo du cambrioleur qu’il a identifié via sa caméra
de surveillance. Même la police ne peut pas se défendre
quand elle est attaquée, comme le prouvent les agressions
dont elle fait quotidiennement l’objet.
« Nul n’a le droit de se faire justice soi-même » rétorqueront,
à juste titre, les gardiens des grands principes. Certes,
mais c’est néanmoins ce qui finit par advenir quand l’Etat
n’est plus capable de défendre les citoyens. A force
de renoncements, le risque est de revenir « à ce que les
philosophes des Lumières appelaient l’état de nature, dans
lequel les individus ne peuvent compter que sur leurs propres
forces pour protéger ce qu’ils ont de plus précieux », relève
l’Institut pour la justice, un think tank engagé aux côtés
des victimes. On en a eu la démonstration dans l’affaire
des squatteurs de la région parisienne : ils ont été délogés
par des gros bras.
Il y a vingt-cinq ans, le maire républicain de New York, Rudolph
Giuliani, avait mis en œuvre dans sa ville la stratégie
dite de la vitre brisée : tout délit, même le plus petit acte
de vandalisme ou d’incivilité, était systématiquement
et rapidement sanctionné. Comme on pouvait s’y
attendre, la délinquance a spectaculairement baissé.
Ne pourrait-on pas s’inspirer de cette politique, plutôt
que de laisser les squatteurs déguster leurs pizzas ?
QUAND LA JUSTICE TRAITE LES VICTIMES
COMME DES AGRESSEURS
GROQUETTE@LEFIGARO.FR
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 7
NOUVELLE PEUGEOT 308
AUGMENTED TECHNOLOGY *
REPRISE ARGUS®
+ 3 600 €
(1)
NOUVELLE BOÎTE AUTOMATIQUE 8 RAPPORTS**
NAVIGATION 3D CONNECTÉE ET PEUGEOT CONNECT**
AIDES À LA CONDUITE DERNIÈRE GÉNÉRATION**
* TECHNOLOGIE AUGMENTÉE. ** DE SÉRIE OU OPTION SELON FINITION.
(1) Soit 3600 €, ajoutés à la valeur de reprise de votre véhicule, d’une puissance réelle inférieure ou égale à celle du véhicule neuf acheté. La valeur de reprise est calculée en fonction du cours
de l’Argus® du jour de la reprise, applicable à la version du véhicule repris, ou le cas échéant à la moyenne du cours des versions les plus proches de celui-ci, ledit cours ou ladite moyenne
étant ajusté en fonction du kilométrage, des éventuels frais de remise en état standard et déduction faite d’un abattement de 15% pour frais et charges professionnels. Offre non cumulable,
réservée aux particuliers, valable pour toute commande d’une Nouvelle 308, neuve et en stock, hors Access et Active commandée avant le 31/03/2018 et livrée le mois de la commande
dans le réseau PEUGEOT participant. Offre non valable pour les véhicules au prix Peugeot Webstore.
Consommation mixte (en l/100 km) : de 3,1 à 6. Émissions de CO2 (en g/km) : de 85 à 134.
Semaine du 16 février 2018
L
E
M
A
K
I
N
G
O
F
C
ent ans après celles de février
et d’octobre 1917, une nouvelle
révolution se déroule peut-être sous
nos yeux à Moscou. Capitale du
pouvoir religieux puis politique pendant des siècles,
le Kremlin est en train de perdre son statut.
Et ce par la seule volonté du maître des lieux,
Vladimir Poutine, sur le point d’être réélu pour un
quatrième mandat présidentiel en mars prochain.
Correspondant du Figaro en Russie, Pierre Avril a
enquêté pour comprendre ce désamour de Poutine
pour la forteresse rouge. Il s’est rendu aussi sur les
bords de la mer Noire, à Sotchi, d’où le « nouveau
tsar » a choisi de gouverner de plus en plus et où
L E
GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO
À L’ASSAUT
DU KREMLIN
il reçoit régulièrement les chefs d’Etat étrangers.
Mais boudé ou non, le Kremlin demeure ce lieu
chargé d’histoire(s) dont l’écrivain et ex-diplomate
Vladimir Fédorovski restitue dans son nouveau
livre (Au cœur du Kremlin, Stock) et dans
nos colonnes quelques secrets célèbres…
F O R U M
D E S
et parfois inédits. Quant au plus russophile des
journalistes du Fig Mag, Jean-Christophe Buisson,
il vous propose une visite guidée des lieux
qui abritent aussi, on l’oublie souvent,
parmi les plus belles églises
et les plus prestigieux musées de Moscou…
L E C T E U R S
“AFFAIRE HULOT” : OÙ EST L’INFO ?
T
out est écœurant dans cette affaire :
l’exhumation d’un vieux fait divers qui
a été jugé et classé sans suite,
sa publication dans un magazine récemment créé
qui a manifestement cherché à augmenter ses
ventes avec un petit scandale politico-médiatique
surfant sur le féminisme ambiant, l’« innocence »
de la plaignante se confiant à un journaliste tout
en demandant l’anonymat, les déclarations d’un
dirigeant de la rédaction assurant qu’un
journaliste détenant une information doit
la publier… Ça ? Une information ? Par ailleurs,
veut-on que la France devienne une société
aseptisée, puritaine, déshumanisée ?
Nous sommes déjà sur une très mauvaise pente
avec le politiquement correct, la transparence,
la censure et la judiciarisation à outrance. Halte !
NICOLE JOBELOT 75020 PARIS
PARIS EST DEVENUE LA “VILLE GALÈRE”
P
uisque Anne Hidalgo
et Gérard Collomb
jouent l’autosatisfaction de
leurs réussites réciproques,
en voici quelques-unes,
vues par un Parisien
lambda : explosion
exponentielle des SDF,
afflux des immigrés dans
les centres d’accueil,
dégradation des services
de voirie, prolifération des
rats, insécurité ressentie
par le voisinage de dealers,
aberration des restrictions
du réseau routier… (lire
nos éditions du 9 février,
ndlr) Merci pour ce cadeau
de notre quotidien !
PIERRE MICHEL 75018 PARIS
NEIGE : UN SUJET VRAIMENT GLISSANT
Dans les régions enneigées, on commence par enlever la neige des routes puis on sale.
En Ile-de-France, on a salé sur la neige sans l’enlever. Résultat : 750 kilomètres de bouchons.
La ministre des Transports, satisfaite, estime qu’on a fait mieux qu’en 2010… La vérité est qu’il
suffit de 5 centimètres de neige et – 3 degrés pour bloquer le centre névralgique de la France.
GÉRARD LEMARIE COURRIEL
Atteindra-t-on les 1 000 kilomètres de bouchons la prochaine fois ?
L’ADDITION
SALÉE
DE LA CSG
Je fais partie de
ce qu’on appelle
« la classe moyenne »,
celle qui paye pour les
moins aisés et celle
qui paye pour les plus
aisés qui ont, eux, les
moyens d’échapper à
de nombreux impôts.
Je viens de faire le
bilan de la perte sur
mes retraites qui déjà
n’augmentaient plus
depuis des années.
Avec l’augmentation
de la CSG, je perds
44,32 € par mois et
mon épouse, 21,24 €,
ce qui fait pour
le couple une perte
du pouvoir d’achat
de 65,56 € par mois…
soit 786,72 € par an !
ANTONY DEWILDEMAN
37000 TOURS
LE FORUM DES LECTEURS LE FIGARO MAGAZINE, 14, BOULEVARD HAUSSMANN, 75438 PARIS CEDEX 09. FAX : 01.57.08.57.81. COURRIEL : FIGMAG@LEFIGARO.FR
L
’
A
C
T
U
A
L
I
T
É
D
U
F
I
G
A
L’ÉCOSSE, PAYS DE LÉGENDES
R
O
LE SUCRE :
CETTE
DOUCEUR
DONT IL FAUT
SE MÉFIER
I
l suffit de prononcer le mot « Ecosse » pour
que des images puissantes jaillissent ; châteaux impressionnants, lochs et fantômes,
jardins noyés sous les azalées et les rhododendrons, saumons et whiskys : tout est vrai, comme
vous pourrez le constater au cours de ce voyage
qui commence par Edimbourg, dont le château
forteresse est devenu le symbole de l’Ecosse.
WOJCIECH KRUCZYNSKI/STOCK.ADOBE.COM
D
Du 1er au 8 juin. Séjour de 8 jours/7 nuits, 3 400 €/personne
(sur la base d’une chambre double à partager). Programme
détaillé au 01.57.08.70.02 et réservation sur www.lefigaro.fr/
evasion
À VOS PLUMES ! REJOIGNEZ LES ATELIERS
iabète, hypertension, caries,
poids… Le nouveau
Figaro Santé lève
le voile sur les dangers
du sucre. Celui-ci, si
agréable au demeurant,
peut avoir des effets
pervers. S’informer est
la première étape pour
apprendre à dire oui ou
non devant le succulent
dessert de trop ou le
verre de soda qui n’a
rien d’indispensable.
D’ÉCRITURE DE BELINDA CANNONE
L
PHILIPPE DOBROWOLSKA
es ateliers d’écriture du Figaro littéraire reçoivent la romancière et essayiste Belinda Cannone pour animer les
six prochaines séances, du 6 mars au
10 avril 2018. Egalement maître de conférences, Belinda Cannone donne des cours
de création littéraire à l’université de Caen
Normandie où elle enseigne depuis 1998.
Elle est l’auteur de plusieurs essais remar-
qués dont L’Ecriture du désir (prix de l’essai de l’Académie française) et Le Sentiment d’imposture (grand prix de l’essai de
la Société des gens de lettres). En 2017,
elle publiait un essai salutaire et intense :
S’émerveiller.
Découvrez toutes les modalités d’inscription sur
www.lefigaro.fr/ateliers-d-ecriture
Attention, le nombre de places est limité.
LE “FIG MAG JEUX” 100 % LACLOS
DE RETOUR POUR UNE NOUVELLE ÉDITION
I
nconditionnels de Michel Laclos, découvrez le 16e volume du Fig Mag Jeux,
intégralement dédié aux grilles du légendaire et regretté verbicruciste. Véritable
hommage à ce génie des mots croisés qui a su ravir pendant plus de trente ans les
lecteurs du Figaro Magazine, cette édition propose 40 nouvelles grilles ainsi que leurs
solutions.
6,90 €. Actuellement disponible chez votre marchand de journaux et sur www.figarostore.fr
Contact service client : 01.70.37.31.70.
Ce numéro vous donnera les clés pour une
consommation juste et
raisonnable. Egalement
dans cette édition,
un dossier complet
sur la manière de se
soigner suivant les
saisons ainsi qu’un
volet psycho sur les
pouvoirs de la parole.
6,90 €. Actuellement
disponible chez votre
marchand de journaux et
sur www.figarostore.fr
L’ESPAGNE MUSULMANE,
D’AL-ANDALUS À LA RECONQUISTA
PHOTOS DR
L
e Figaro Histoire consacre son nouveau dossier à
l’Espagne musulmane. Les meilleurs spécialistes
font revivre les grandes figures comme le Cid ou
Averroès, décryptent les légendes qui entretiennent le
mythe d’un « paradis andalou » et d’un âge d’or de la
tolérance religieuse, vous ouvrent les portes de la
mystérieuse Alhambra de Grenade. Côté reportage, le
10 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
magazine vous dévoile la genèse du musée du Louvre,
des collections de Louis XIV au musée universel, à
travers la splendide exposition qui lui est consacrée.
Partez aussi à la découverte de la plus méconnue des
résidences royales, le château de Vincennes.
8,90 €. Actuellement disponible chez votre marchand de journaux
et sur www.figarostore.fr
- Franco Suisse Bâtiment - RCS Nanterre B 380 216 473 - Document à caractère publicitaire - 16-02-18. * Le dispositif Pinel entre dans le calcul du plafonnement global de certains avantages iscaux. L’équilibre économique
d’un investissement locatif peut être soumis à des risques liés à la baisse ou à la perte des recettes locatives (baisse du loyer du marché, vacances, impayés), à l’évolution des charges de copropriété et à l’évolution du marché immobilier
à l’échéance de l’engagement de location.
L’investissement
patrimonial
par excellence
à Saint-Cyr-l’École
PINEL*
Eligible
Villa Angélina - Avenue Charles de Gaulle (face au parc de l’École Militaire) - 78210 Saint-Cyr-l’École
20 adresses résidentielles en Ile-de-France
01 78 05 45 37 francosuisse-angelina.fr
Bâtir l’excellence
Dispositif Pinel : le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice des incitations fiscales.
LE REPOS DU GUERRIER. Le visage masqué par une cagoule, comme c’est désormais presque toujours le cas
dans les terribles combats de rue qui ensanglantent la Syrie depuis des années, ce rebelle de l’Armée syrienne libre (ASL) semble se reposer
entre deux escarmouches, dans la banlieue est d’Al-Bab, en Syrie. Une image trompeuse, car l’offensive menée par les forces turques -
- et l’ASL, depuis le 20 janvier dans le nord du pays contre une milice kurde, les Unités de protection du peuple (YPG), considérée comme
« terroriste » par Ankara, mais alliée des Etats-Unis dans la lutte contre Daech, commence à marquer le pas. Plus de 25 militaires turcs
PHOTO : KHALIL ASHAWI/REUTERS
ont déjà été tués par les forces kurdes, très entraînées et déterminées à tenir la région d’Afrin.
RENVERSANT. Sans les étais d’acier qui le soutiennent encore, cet immeuble endommagé par le séisme qui a frappé
Taïwan se serait déjà totalement écroulé. Dans la ville de Hualien, le bilan du tremblement de terre qui a frappé, mardi 6 février, cette
agglomération de 100 000 habitants s’établit toujours à dix morts au moins et sept disparus. Les autorités recensent également -
- 270 blessés dans le centre, où quatre immeubles se sont effondrés. Compliquant la tâche des secouristes, plus de 220 répliques
ont été comptabilisées depuis le séisme initial, dont une qui a atteint la magnitude 5,7. Situé à 120 kilomètres au sud de Taipei, Hualien,
PHOTO : REUTERS
sur la côte est de Taïwan, non loin du Parc national de Taroko, est une destination touristique très prisée.
FORT COMME UN TURC. D’ordinaire, ce type de pêche miraculeuse sur la glace s’observe dans le Grand Nord, dans
l’Arctique, en Scandinavie, en Russie ou au Canada. Cette fois, nous sommes en Turquie, sur la surface gelée du lac de Beysehir, le troisième
plus grand lac naturel d’eau douce de Turquie au cœur du Parc national du même nom. D’une superficie de 650 kilomètres carrés, sa -
- profondeur maximale n’excède pas les 10 mètres. Menacé par un lent assèchement, il pourrait avoir entièrement disparu vers 2040, selon
la communauté scientifique. Pour l’heure, sa faible profondeur, alliée aux basses températures observées dans la région, permet aux pêcheurs
PHOTO : SEYIT KONYALI/SOLENT NEWS/VISUAL
de remplir facilement leurs bourriches. A condition de rester prudent…
POLARFRONT
LE SEUL YACHT D’EXPLORATION
5 ÉTOILES FRANÇAIS
TMR lance le premier Yacht de croisières
exploratoires 5 étoiles, 100 % français.
Avec Polarfront, TMR vous conte une
authentique histoire de marins, d’aventure,
d’exploration... Toute l’intimité du luxe
àlafrançaisetransportéedansleGrandNord.
Serez-vous parmi les 12 élus ?
12, ICI, AILLEURS, AUTREMENT !
Seul mérite l’appellation
de yacht un navire
aménagé pour une
dizaine de voyageurs.
Polarfront accueille
à bord 12 hôtes
privilégiés en confort
5 étoiles. Conçu pour
la glace, comme un brise-glace, c’est
le seul yacht à pouvoir vous emmener
dans la banquise en quête des ours
blancs. Enfin, précision importante :
c’est un navire français (pavillon, guides,
immatriculation, membres d’équipage et
d’accompagnement). Rien à voir avec un
pavillon de complaisance !
Les Chefs-d’Œuvre de la Croisière
Depuis plus de 30 ans, TMR se plaît à
bousculer le monde du voyage ! Spécialiste
des Tours du Monde (42 à ce jour, dont 9 en
Concorde), des Croisières (527 sur 75 navires)
et Voyages Exploratoires (122)... TMR vous
dévoile la planète, à bord de vaisseaux
hors du commun. « À bord de Polarfront,
nous réinventons le Grand Nord pour
ofrir des voyages plus écologiques, plus
authentiques, plus luxueux... et 100 %
français. » Ce mythique navire scientifique
norvégien est entièrement reconverti
en yacht de luxe, taillé pour la glace,
l’aventure... et pour ses 12 hôtes. « Nous
renouons avec la capacité d’émerveillement
tapie en chacun de nous, pour vous
faire voyager réellement autrement. »
Le Maître du Grand Nord
Pensez aux nouveaux lieux, paysages
et animaux que vous pourrez observer
de tout près. L’agilité et la mobilité sont
gages de découvertes dans les régions
du Grand Nord. Votre yacht se faufile là
où les bateaux de 200 personnes et plus
sont interdits. Le confort, l’efficacité
des sorties en zodiacs (6 personnes au
lieu de 12), la gastronomie et toutes les
activités rendues possibles par ce nombre
très limité de voyageurs sont sans égales.
Ce yacht véritable vous ofre la liberté du
sur mesure : l’itinéraire et le programme
fixés laisseront une place aux envies des
voyageurs, aux opportunités offertes
par le spectacle de la nature, la faune, la
météo ou les paysages... Loin du tourisme
de masse, vous serez nos hôtes privilégiés
et voyagerez comme vous le feriez entre
amis. 12 voyageurs partageant les mêmes
émotions... à bord, 9 suites extérieures,
pas une de plus, 12 membres d’équipage
français et votre guide-conférencier se
placeront à votre service, pour anticiper
vos désirs. Puissant comme un briseglace, Polarfront réalise enfin la synthèse
aboutie entre luxe et exploration. Les
seules limites de votre croisière seront
celles de votre imagination.
Une exclusivité mondiale TMR
Polarfront vous conte une authentique
histoire de marins, d’aventure humaine,
d’exploration... en version 5 étoiles.
Toute l’intimité du luxe à la française
transportée dans le Grand Nord. Le must
de la croisière. Découvrez la beauté
des Hautes Terres d’Écosse, des îles du
Nord, de la Norvège des Fjords et du
Cap Nord... comme jamais auparavant.
L’aventure Polarfront commence avec 5
croisières d’exception, de Boulogne-sur-Mer
à la Banquise, du 7 avril au 1er juin 2018 !
Jean-Maurice RAVON
Directeur de TMR
LES NOMBREUSES ESCALES PROGRAMMÉES AU COURS DES 5 PREMIÈRES CROISIÈRES :
Honningsvåg et Cap Nord
Navigation dans la Banquise
Tromsø
Virgo Hamna
Glacier du
14 Juillet
•
••
•
Ny-Ålesund
Poolepynten
•
Îles Vesterålen
SPITZBERG
Baie de la Madeleine
Trygg Hamna
• • •
• Isfjord
Barentsburg
Glacier Svartisen
Brønnøysund
Longyearbyen
Hornsund
Îles Féroé
• ••
•
Photos : TMR, Latitude Blanche, visitnorway, Shutterstock.
Rørvik
Îles du Nord
Mykines
Tórshavn
Suðuroy
•
•
Alta
•
•
•
• NORVÈGE
•
• • Åndalsnes
• • • Geiranger
Ålesund
Papa Stour
Îles Orcades - Stromness
•
•
Trondheim
Olden
Nordfjord
Foula
Île aux Ours
•
•
Îles Lofoten
Bodø
•
••
• Fair Isle
•
Bergen
•
Île de Skye
•
Îles d’Iona et Lunga
Eilean Donan
• • Oban
Île d’Islay
•
Îles Lewis et Harris - Stornoway
ROYAUME-UNI
•
IRLANDE
Dublin Île de Man
•
•
Pembrokeshire
•
Îles Scilly •
Île de Wight
Guernesey •
De Boulogne-sur-Mer à la Banquise, à bord du
seul Yacht de Croisières Exploratoires Français :
u Rivages Celtes, la Croisière Inaugurale du Polarfront,
du 7 au 18 avril 2018.
v Les Îles Sauvages d’Écosse et du Danemark (Highlands,
Orcades, Shetland, Féroé), du 18 au 28 avril 2018.
•
Boulognesur-Mer
Commandants Sophie Galvagnon et Yann Le Bellec
L’EXPÉRIENCE POLARFRONT
Écologie et confort de voyage
uniques...nousvousmènerons
là où peu d’hommes peuvent
aller, nous vous offrirons
une navigation à nulle autre
pareille... car à bord, vous ne
serez que 12 hôtes !
w Dans le Sillage des Vikings (Îles Féroé, Shetland et
Fjords de Norvège), du 28 avril au 7 mai 2018.
x La Norvège des Fjords (Bergen, les Fjords, les Îles
Lofoten et Vesterålen), du 7 au 19 mai 2018.
y La Norvège et le Spitzberg (La Norvège, le Cap Nord, le
Spitzberg et la Banquise), du 19 mai au 1er juin 2018.
Demandez l’Album Complet des Voyages du Polarfront au ...
04 91 77 88 99
www.tmrfrance.com
contact@tmrfrance.com
© TMR - 349 avenue du Prado - 13417 Marseille cedex 08 - Document non contractuel.
Immatriculation Atout France IM0 13100087 - FML180216
VOYAG E S D ’ É M OT I O N S
e n t r é e s
l i b r e s
E N
V U E
JACQUES BRUNEL,
OPÉRATION SURVIE
Le Gersois de 64 ans a été appelé cet hiver au chevet d’un XV de
France en plein doute. Sa connaissance des hommes, ses paroles
fortes et justes sont censées soigner les maux. Mais après deux
défaites dans le tournoi des Six-Nations, sa situation est déjà fragile.
ALAIN MOUNIC/PRESSE SPORTS
R
Ancien joueur
d’Auch,
entraîneur
de Colomiers,
Pau et
Perpignan
puis
sélectionneur
de l’Italie,
Jacques
Brunel relève,
à la tête du
XV de France,
le plus grand
défi de
sa carrière.
egrette-t-il d’avoir accepté la proposition de son « ami »
Bernard Laporte ? Peu probable. Jacques Brunel, voix
rocailleuse et épaisse moustache, n’est pas du genre à nourrir
des regrets, ni à se lamenter sur son sort. A 64 ans, il a accepté
cet hiver le défi. Immense. Prendre la succession de Guy
Novès, icône du peuple ovale de France, premier sélectionneur limogé de l’histoire du XV de France.
Fin décembre, quand le président de la fédération l’a appelé à la rescousse,
l’entraîneur lui a d’abord répondu « tu m’emmerdes ». Il faut le prendre comme
une apostrophe affectueuse. Et la pleine conscience qu’il allait s’embarquer
dans les ennuis. Puis il a dit oui. Fidèle en amitié. Soucieux, aussi, de l’intérêt
général. On n’a pas le rugby chevillé au corps et à l’esprit depuis cinq décennies,
dont trois à entraîner, pour déserter quand l’heure est grave.
Déterminé. Mais pas naïf. « Pourquoi tout le monde me souhaite bon courage ? »
avait-il ainsi lâché à l’heure des premières confidences médiatiques, peu après
sa nomination. Pas son exercice préféré. Mais son bon sens paysan – l’image
n’a rien de péjoratif pour ce fils de viticulteurs qui produisit lui-même un temps
son propre armagnac – conjugué à une franchise n’incitant pas à la riposte lui
permet de se tirer sans encombre de l’obligation.
De toute façon, sa préoccupation est autre. Jacques Brunel ne cherche pas à
plaire. Il dit, c’est tout. Aux journalistes comme à ses joueurs. Technicien reconnu,
capable de passer des heures à décrypter les tactiques adverses ou à en inventer
d’innovantes, le Gersois de Courrensan est aussi à son aise à l’heure de puiser
le meilleur dans les âmes. « Le rugby, c’est l’histoire des hommes », a-t-il
coutume de répéter. Il est à l’écoute. Aux aguets. Sait quand il faut flatter, quand
il faut sévir. Les joueurs exclus du groupe après la virée nocture dans Edimbourg,
dimanche dernier, quelques heures après avoir perdu contre l’Ecosse, peuvent
en témoigner...
Mais l’ancien arrière audacieux n’a pas non plus son pareil pour remonter les
rudes avants, les envoyer au combat, au sacrifice. Le nouveau sélectionneur sait
qu’après avoir perdu ses deux premiers matchs du Tournoi des Six-Nations, la
défaite sera interdite face à l’Italie, vendredi 23 février, à Marseille. Face à une
sélection transalpine qu’il dirigea de 2011 à 2016, il va lui falloir trouver les bons
mots pour ragaillardir ses Bleus, leur éviter une humiliation de plus. De trop ?
• DAVID REYRAT
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 21
T Ê T E S
D E
C A R L
M E E U S
ÉMINENCE GRISE
GUILLAUME PELTIER
LES CAPTEURS
D’EMMANUEL MACRON
« Je crois comprendre qu’il y a des choses qui ne vont pas ! »
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn reste interdite
quand Emmanuel Macron lui parle du Lévothyrox, à la fin d’un Conseil
des ministres. Le président de la République n’a pas été informé par ses
conseillers. L’information ne vient pas non plus des ministères. Le chef
de l’Etat a ses propres capteurs qui l’alertent sur des dysfonctionnements
ou sur des sujets d’actualité. Chaque hôte de l’Elysée a toujours eu ses
réseaux extérieurs destinés à ne pas être coupé de ses
concitoyens. Emmanuel Macron utilise donc les
siens. Le courrier de l’Elysée, bien évidemment. En
Macron
nombre plus important qu’au précédent quinquennat,
une synthèse est distribuée aux conseillers et au a conservé
Président. Les réactions sur sa page Facebook sont
son mail
également un bon indicateur. Mais Emmanuel Macron
privé
s’appuie aussi sur les SMS ou les mails qu’il reçoit.
Pendant la campagne, il avait abondamment donné
son numéro de portable à ceux qu’il rencontrait et
voulait convaincre de le rejoindre, comme cet agriculteur de Nevers
qui lui envoie régulièrement des
messages. Son mail personnel
est toujours en activité et il le
consulte régulièrement. Avant
de transférer à ses conseillers
les mails jugés importants. Et,
s’il lui arrive de répondre à ces
personnes, il ne répond pas aux
journalistes qui utilisent cette
voie pour lui parler. Ce besoin
d’un contact particulier se retrouve dans les déplacements.
Emmanuel Macron exige qu’à
Emmanuel Macron à son bureau à l’Elysée.
chaque fois soit prévue une
déambulation pour entrer en contact avec des personnes qui n’ont pas
été choisies au préalable par les services du protocole. Quitte à donner
des sueurs froides aux services de sécurité.
« Ils s’encanaillent, à force de côtoyer des bandits ! » C’est la réflexion amusée
d’un élu qui observe de près les progrès des ministres issus de la société
civile au gouvernement. Il a même repéré les nouvelles ambitions politiques
de quelques-uns. A force de baigner dans ce milieu…
« Comment des gens aussi intelligents individuellement ont-ils pu devenir
aussi nuls collectivement ? » C’est la réflexion de François Hollande,
devant un élu des Républicains venu le voir il y a quelques semaines dans
ses bureaux, à propos de la faillite de la droite à remplacer François Fillon
comme candidat à la présidentielle en 2017.
«
»
22 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
« On ne lâchera rien sur le pouvoir d’achat.
Pour Emmanuel Macron, ce sera le sparadrap
du capitaine Haddock. » Guillaume Peltier est
convaincu que les Républicains ont trouvé,
avec le pouvoir d’achat, un argument fort
contre le chef de l’Etat. Le vice-président du
parti de Laurent Wauquiez veut, avec l’abandon
des territoires, en faire un marqueur fort de
l’opposition. Il avait l’intuition depuis la fin
de l’année dernière que ce pouvait être un
point de faiblesse de Macron. Les cérémonies
des vœux dans sa circonscription en janvier
– il a vu 3 500 personnes – lui ont permis
de prendre la température. Loin du discours
positif du gouvernement sur la hausse du
pouvoir d’achat, les augmentations des taxes,
de l’essence, de la CSG ont changé la donne.
« On a des exemples de retraités qui gagnent
moins de 1 000 euros et qui ont été
touchés », assure l’élu de Sologne. Guillaume
Peltier est persuadé que le climat à droite a
changé depuis l’élection de Laurent Wauquiez
et le succès des législatives partielles.
L’homme qui adore les débats d’idées veut
rénover de fond en comble le logiciel de la
droite française. Il a d’ailleurs toujours dit
que l’élection en 2017 de Macron à l’Elysée
« était une chance historique pour la
droite ». Celui en qui Laurent Wauquiez a
confiance pour chercher des idées nouvelles
veut « parler aux fonctionnaires, aux
immigrés des classes populaires ». Et à tous
ceux que les réformes de Macron vont fâcher.
« Il nous offre une addition d’opposants
en ouvrant des chantiers de réforme sans
les fermer ni les résoudre. »
C. M.
RETROUVEZ CHARLES JAIGU DANS L’ÉMISSION « ENTRE LES LIGNES »
PRÉSENTÉE PAR FRÉDÉRIC HAZIZA, TOUS LES SAMEDIS À 12 HEURES ET 19 HEURES
ET LES DIMANCHES À 8 HEURES, POUR UN AUTRE REGARD SUR L’ACTUALITÉ.
SÉBASTIEN SORIANO/LE FIGARO
l
i
b
r
e
s
L E S
ETIENNE LAURENT/EFE
e
n
t
r
é
e
s
LE CANNET
PROMOGIM, SAS au capital de 10 000 000 € RCS Nanterre 308 077 080. Illustration à caractère d’ambiance -
BEL HORIZON
LE BON CHOIX, AU BON ENDROIT
VOUS ÊTES SÛR DE TROUVER LA BONNE ADRESSE,
parmi plus de 100 résidences en France, grâce
à des emplacements soigneusement sélectionnés.
VOUS RENCONTREZ UN INTERLOCUTEUR DÉDIÉ
qui vous accompagne de la recherche de
financement jusqu’à la livraison de votre bien.
VOUS PROFITEZ DU MEILLEUR RAPPORT QUALITÉ-PRIX
tout en bénéficiant de prestations de qualité,
à découvrir dans nos appartements témoins.
VOUS BÉNÉFICIEZ DE L’EXPERTISE DU 1ER GROUPE
de promotion immobilière indépendant
et 100% résidentiel depuis 50 ans.
100 ADRESSES PARTOUT EN FRANCE
PROMOGIM.FR
01 78 05 45 31
e
n
t
r
é
e
s
L
E
T
A
B
L
E
A
U
D
E
B
O
R
D
SPOTIFY DANS LE FEU DE L’ACTION
FONDÉ EN 2006
À STOCKHOLM
PAR DANIEL EK (PDG)
ET MARTIN LORENTZON
CHIFFRE D’AFFAIRES 2016
2,9 Mds €
LE SERVICE DE STREAMING MUSICAL EST LANCÉ LE 7 OCTOBRE 2008
3 000
EMPLOYÉS
DANS LE MONDE
1
N°
30 MILLIONS
DE TITRES MUSICAUX
EN ÉCOUTE
539 M €
VALORISATION
19 Mds $
DISPONIBLE
DANS
61 PAYS
D’UTILISATEURS PAYANTS
ET GRATUITS
70 MILLIONS
ABONNEMENT
D’ABONNÉS PAYANTS
(CONTRE 30 MILLIONS
POUR APPLE MUSIC)
S
ROB LATOUR/SHUTTERSTOCK/SIPA
POUR UNE PERTE DE
DEVANT APPLE MUSIC,
AMAZON MUSIC,
GOOGLE PLAY MUSIC,
TIDAL, DEEZER…
ACCESSIBLE SUR MOBILE,
TABLETTE, PC, ENCEINTE
CONNECTÉE, CONSOLE DE
JEUX, AUTORADIO
140 MILLIONS
potify brûle pour Wall Street. La plate-forme de
streaming musical aurait lancé une procédure
confidentielle d’introduction en Bourse au mois
de décembre. L’opération permettrait au géant suédois de
solidifier ses assises financières et d’éponger un déficit
astronomique de 539 millions d’euros.
Apparu en 2008, Spotify est un service d’écoute de
musique en ligne. Plutôt que d’acheter des CD,
les jeunes générations préfèrent disposer d’un
accès illimité à la quasi-totalité de la musique
mondiale contre un simple abonnement. Surfant sur l’essor des smartphones et des réseaux sans fil, le pionnier suédois a connu un
développement fantastique, devançant ses
concurrents grâce à la richesse de son catalogue et la qualité de son application mobile.
Il revendique 140 millions d’utilisateurs dans
61 pays.
24 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
80 %
DU CHIFFRE D’AFFAIRES
REVERSÉS AUX AYANTS DROIT
0,00372 € :
9,99 € PAR MOIS
(GRATUIT AVEC PUBLICITÉ)
(+ 53 % PAR RAPPORT À 2015)
C’EST LE MONTANT QUE RAPPORTERAIT
L’ÉCOUTE D’UN TITRE AUX ARTISTES
(SOIT 3 720 € POUR 1 MILLION D’ÉCOUTES)
Tout n’est pourtant pas au beau fixe. Les artistes lui
reprochent de les appauvrir en leur reversant une
rémunération insuffisante, en moyenne 0,00372 euro à
chaque lecture d’un titre. Après Taylor Swift, qui a choisi
de retirer ses chansons de la plate-forme (avant de les
remettre), la start-up doit à présent gérer une plainte de
l’éditeur Wixen Music Publishing concernant
l’exploitation illégale de 10 000 morceaux de son
catalogue, incluant Les Doors ou Santana. Elle
risque une amende de 150 000 dollars par
morceau… Sans oublier la montée fulgurante
d’Apple Music, présent d’office dans les appareils
Apple, qui pourrait détrôner le suédois à la tête du
marché américain dès cet été. Après les semiéchecs de Facebook ou Snapchat en Bourse,
l’introduction de Spotify représente un enjeu
majeur pour la société et la validation de son
PASCAL GRANDMAISON
modèle économique.
Daniel Ek.
OLIVIER CAILLEAU
l
i
b
r
e
s
CROISIÈRES
AU FIL DE L’ART
EMBARQUEZ AVEC NOS CONFÉRENCIERS À LA DÉCOUVERTE
DES MERVEILLES DE L’ART ET DE L’ARCHITECTURE
GUADALQUIVIR - (sept 18)
RHIN - (oct 18)
Nos deux historiens de l’art et de l’architecture,
Serge Legat et Benoît Dusart, vous feront découvrir
les plus grands peintres espagnols et les splendeurs
du patrimoine de l’Andalousie et du Portugal
•
De la Belgique aux Pays-bas, à bord d’un navire de
luxe, partez à la rencontre des plus grands maîtres de
la peinture hollandaise et flamande, aux côtés de nos
historiens de l’art, Serge Legat et Fabrice Conan.
•
Du 27 septembre au 4 octobre 2018
Du 14 au 21 octobre 2018
au départ de Paris à bord du MS La Belle de Cadix
au départ de Paris à bord du MS Switzerland II
À partir de 2 190 € 1 890 €*/pers.
À partir de 2 990 € 2 690 €*/pers.
Offre Spéciale
200 € de réduction / pers.
Pour toute réservation avant le
31 mars 2018, avec le code REVE
DemanDez nOS brOchureS
Connectez-vous sur :
www.croisieres-exception.fr/art
Appelez au 01 75 77 87 48
Du lundi au vendredi de 9 h à 19 h et le samedi de 9 h à 13 h
Écrivez à :
contact@croisieres-exception.fr
renvoyez ce coupon complété à :
Croisières d’exception - 77 rue de Charonne - 75011 Paris
❑ Mme ❑ M. Nom : ................................................. Prénom : ........................................
Adresse : ...........................................................................................................................
Code postal :
Ville : ........................................................................................
Date de naissance :
Tél. :
Email : .........................................................................@..................................................
Vous voyagez ❑ seul(e) ❑ en couple
❑ Au Fil de l’Art sur le GUADALQUIVIR
❑ Au Fil de l’Art sur le RHIN
 Oui, je bénéficierai d’une offre spéciale de -200 €/pers. en cas de réservation avant le 31/03/18 avec le code reVe.
Conformément à la loi “Informatique et Liberté” du 6 janvier 1978, nous vous informons que les renseignements ci-dessus sont indispensables
au traitement de votre commande et que vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de rectification des données vous concernant.
lefigaro-180216
Cette croisière est organisée par Croisières d’exception / Licence n° IM075150063 - Les invités seront présents sauf cas de force majeure - Itinéraire sous réserve de modifications de l’armateur - Programme garanti
à partir de 40 inscrits - * Prix par personne incluant la réduction, en cabine double sur le pont principal, au départ de Paris, incluant la pension complète, les boissons (sélection), les conférences et les taxes portuaires
Cette réduction n’est pas cumulable avec d’autres offres en cours. Création graphique : nuitdepleinelune.fr - Crédits photos : © Shutterstock.
MS La Belle de Cadix
l
i
b
r
e
s
V U
D E
L ’ É T R A N G E R
BRUNO RETAILLEAU
AU CHEVET DES CHRÉTIENS D’ORIENT
pourtant, dans la grande ville du
nord de l’Irak, 400 étudiants
chrétiens, qui étaient partis
étudier à Kirkouk, au Kurdistan
irakien, sont courageusement
revenus à l’université aux côtés
des étudiants musulmans lors
de la dernière rentrée. Autre
signe d’espoir, après quatre ans
d’un silence apeuré, Noël a de
nouveau été fêté à l’église SaintPaul de Mossoul, en la présence
de dignitaires musulmans.
« Certaines personnalités se
révèlent dans la tragédie »,
ls ont saccagé les églises avec une méticulosité terrible. Ils ne
constate Mgr Pascal Gollnisch, directeur de L’Œuvre d’Orient,
se sont pas contentés de les brûler, ils en ont détruit les
une ONG active qui finance des projets au plus près des
images au burin, parfois taillées depuis des siècles dans la
populations. Bruno Retailleau se félicite à son tour des initiatives
pierre. Leur objectif était clair : anéantir les personnes autant que
de solidarité locales qu’il a pu observer : « J’ai vu que dans un
leur culture. » De retour en France après un séjour en Irak début
certain nombre de villages, des comités de reconstruction avec
janvier, le sénateur de Vendée Bruno Retailleau, ancien fidèle
des bénévoles, parfois autour d’un prêtre, se montaient. Des
soutien de François Fillon, détaille les exactions de Daech.
Irakiens, toutes religions confondues, photographiaient les
L’agenda chargé de cette rentrée politique et le tollé dans l’Ouest
maisons détruites pour estimer les coûts de reconstruction. En
provoqué par l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes
l’absence d’aide de l’Etat, pour l’heure, ce sont plutôt les églises
n’ont pas émoussé sa mobilisation en faveur des minorités
qui prennent en charge cet effort. »
persécutées du Moyen-Orient. Cette mission de protection
Lundi dernier, une conférence des donateurs pour l’Irak
qui « est inscrite dans l’histoire de France depuis Saint Louis
s’est ouverte au Koweït. A la clé, des dons importants
et François Ier », comme il aime à le rappeler, l’a conduit à
pour le pays, épuisé par quatorze années de conflit. Mais
J’ai vu
reprendre la présidence, au Sénat, en sus de celle du groupe
l’essentiel est ailleurs. Au-delà des dégâts matériels,
LR, d’un groupe de solidarité, de liaison et de vigilance
une lueur c’est l’âme du peuple qu’il faut réanimer : « Nous devons
concernant les chrétiens et les minorités.
aider à restaurer une certaine conception de la
d’espoir
Après trois ans d’efforts de la coalition internationale, le
citoyenneté, seule apte à garantir la cohabitation de
s’allumer
« califat » de l’Etat islamique a enfin été anéanti. Cependant,
toutes les communautés religieuses au sein d’une même
dans
le traumatisme subsiste, comme la menace de résurgence :
entité nationale. » A Bartella, Qaramlesh, Bashiqa où à
ce sont autant de freins au retour des déplacés. Ainsi, deux leurs yeux Erbil où il a rencontré les déplacés, le successeur
mois après que Bagdad a annoncé une victoire définitive
vendéen de Philippe de Villiers a entrevu « une lueur
contre Daech en Irak, chrétiens, yézidis et autres membres
d’espoir s’allumer dans les yeux de (ses) interlocuteurs »
de communautés minoritaires sont loin d’avoir regagné leur
dès qu’ils ont compris qu’il était français. Là,
maison. « Sur la plaine de Ninive, explique Bruno Retailleau, j’ai
certainement, puise-t-il quelques forces, voire, qui sait, cette
observé que dans les villes comme Qaraqosh où les chrétiens
fibre lyrique qu’on ne lui soupçonnait pas : « Les chrétiens sont
étaient majoritaires avant la guerre, une moitié d’entre eux est
un peu comme les abeilles dans l’environnement, note-t-il. Là
revenue s’installer. En revanche, déplore-t-il, dans une ville comme
où ils se trouvent, ils font le pont entre les religions et sont le
Mossoul, où leur sécurité n’est pas garantie car ils se sentent en
signe de la bonne santé de la concorde civile. »
GUYONNE DE MONTJOU
minorité par rapport aux musulmans, ils ne sont pas rentrés. » Là
DR
e
n
t
r
é
e
s
I
«
»
26 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
Bruno Retailleau,
57 ans, président
du groupe LR au
Sénat, a effectué,
du 6 au 10 janvier,
un déplacement
en Irak et au
Liban. Ici, à
Bashiqa, au nordest de Mossoul,
il a rencontré
le cheikh des
yézidis, minorité
persécutée par
Daech et dont
il estime qu’elle
a été victime
d’un génocide.
M I T SU B IS H I
SPACE
STAR
Repoussez
vos limites.
gamme
à partir de
6 990 € (1)
sous
condition
de reprise
Climatisation, radio CD MP3, système
téléphonie Bluetooth, régulateur de vitesse
*Dépassez vos ambitions. (1) Tarif d’une Mitsubishi Space Star 1.0 MIVEC 71 IN, déduction faite d’une remise de 2 000 € et de la prime à la conversion gouvernementale pouvant aller jusqu’à 2 000 €(2). Modèle présenté : Mitsubishi Space Star 1.2 MIVEC
80 AS&G INVITE à 10 529 € avec peinture métallisée en supplément (450 €) et projecteurs antibrouillards avant en accessoires (89 € hors pose) déduction faite d’une remise de 2 000 € et de 2 000 € de prime à la conversion(2). (2) Selon les modalités ixées
par les articles D251.3 et suivants du Code de l’Énergie notamment sous condition de reprise d’un véhicule particulier ou camionnette Diesel immatriculé pour la première fois avant 2001 (2006 pour les ménages non imposables) ou essence immatriculé
avant 1997 (selon décret n° 2017-1851 du 29/12/17). Tarifs France métropolitaine au 02/01/2018. Offre réservée aux particuliers en France Métropolitaine, valable pour toute commande entre le 02/01/2018 et le 31/03/18, non cumulable avec d’autres
offres en cours chez les distributeurs participants. Garantie et assistance : limitées à 5 ans/100 000 km, au 1er des 2 termes échu, selon conditions générales de vente. M MOTORS AUTOMOBILES FRANCE SAS au capital de 10 000 000 € - RCS PONTOISE
n° 428 635 056 - 1 avenue du Fief 95067 Cergy Pontoise Cedex. Consommation mixte Space Star (L/100 km) : de 4,1 à 4,3. Émissions CO2 (g/km) : de 96 à 100. Consommation et émissions homologuées selon réglementation applicable.
www.mitsubishi-motors.fr
Retrouvez-nous sur facebook
MMAF recommande
crédit photo : © gettyimages - shutterstock
M A T C H
SALOMON VS ROSSIGNOL
EN QUÊTE DE NOUVELLES PISTES
CRÉATION
EN 1947
PAR
GEORGES
SALOMON
Jean-Marc Pambet
Bruno Cercley
E
ntre les Jeux olympiques et les vacances hivernales, la saison bat son plein pour
nos deux champions de l’industrie du ski, Rossignol et Salomon… Deux entreprises, au départ familiales, nées sous les cimes enneigées des Alpes. Deux
success-stories à la française.
SERVICE PRESSE ROSSIGNOL
l
i
b
r
e
s
L E
SERVICE PRESSE SALOMON
e
n
t
r
é
e
s
CRÉATION
EN 1907
PAR
ABEL
C’est en 1907 qu’Abel Rossignol, artisan à Voiron, réalise sa première paire de skis ROSSIGNOL
À VOIRON
en bois massif. Quarante ans plus tard, Georges Salomon se lance lui aussi dans l’aventure
(ISÈRE)
PRÉSIDENTdans un atelier du vieil Annecy. Pendant des années, les deux entreprises dominent
DIRECTEUR GÉNÉRAL
PRÉSIDENTle marché mondial des sports d’hiver et équipent les plus grands sportifs… avant de DIRECTEUR
GÉNÉRAL
JEAN-MARC
connaître les mêmes difficultés (liées notamment à l’essor de la location), à la fin des
BRUNO
PAMBET
années 1990. Rossignol, après un premier rachat par Quiksilver en 2005, est désormais
CERCLEY
CHIFFRE D’AFFAIRES entre les mains du fonds d’investissement norvégien Altor. Racheté par Adidas en 1997,
CHIFFRE D’AFFAIRES
2017
Salomon appartient désormais, pour sa part, au finlandais Amer Sports.
À ANNECY
(HAUTE -SAVOIE)
(GROUPE) 2017
861
320
A la tête de Salomon depuis près de dix ans, Jean-Marc Pambet, qui s’est envolé
MILLIONS D’EUROS cette semaine vers la Corée du Sud pour assister aux JO, est un PDG heureux ! En dix ans,
son entreprise, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires de 861 millions d’euros, a doublé MILLIONS D’EUROS
de taille. Salomon a su prendre le virage de la mondialisation, mais surtout, tout en restant
1 mondial du marché des sports d’hiver, se diversifier avec succès dans l’outdoor,
% numéro
%
en
fort
développement.
Ce secteur représente désormais 70 % de son volume d’activité.
DES VENTES À
DES VENTES
L’INTERNATIONAL
« Salomon a notamment été l’un des précurseurs du trail running, la course à pied sur les À L’INTERNATIONAL
sentiers d’altitude, explique Jean-Marc Pambet. Nous sommes à la pointe de l’innovation.
ACTIONNAIRE
ACTIONNAIRE
Mille personnes travaillent à Annecy dans notre design center à la conception des skis, vêteMAJORITAIRE
MAJORITAIRE
ments et chaussures de demain. Georges Salomon était un vrai visionnaire, ajoute-t-il. Il a
ALTOR,
AMER
FONDS
très vite compris la nécessité d’une diversification et d’une ouverture du capital. »
90
72
SPORTS
(FINLANDE)
Rossignol, deuxième fabricant mondial de skis, entend bien rester dans la course,
quitte à explorer, à l’instar de son rival, de nouvelles pistes pas forcément enneigées. Le groupe,
qui a développé des lignes de vêtements urbains, a acquis récemment Dale of Norway,
un fabricant de pulls en laine. Début février, il annonçait également le rachat du fabricant
californien de vélos Felt Bicycles, poursuivant sa diversification dans le cyclisme (le groupe
possède déjà Time Sport, spécialiste du vélo de route en carbone). Une manière, là encore,
GHISLAIN DE MONTALEMBERT
d’échapper à la saisonnalité du ski !
28 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
D'INVESTISSEMENT
(NORVÈGE)
©VisitEngland/BathTourisPlus/Colin Hawkins
FIND YOUR
Plongez au cœur de l’incroyable
architecture romaine de Bath.
Ville de Bath, Angleterre.
visitbritain.com
DÉCOUVREZ VOTRE GRANDE-BRETAGNE
e
n
t
r
é
e
s
D
A
N
S
L
A
T
Ê
T
E
D
E
THIERRY JADOT : “LA PHOTOGRAPHIE EST
L’OPPORTUNITÉ DE SAISIR DE NOUVELLES ÉMOTIONS”
l
i
b
r
e
s
ERIC LEGOUHY
A
ncien patron du groupe Peugeot en Amérique
du Sud, ancien dirigeant chez Euro RSCG puis
Publicis, ce polyglotte de 54 ans est un expert
des médias, du marketing et du monde de l’entreprise.
Depuis 2012, Thierry Jadot préside aux destinées de
Dentsu Aegis Network France, un des leaders mondiaux de la communication. Derrière cet entrepreneur
avisé se cache un photographe hors pair. A la fin des
années 1980, jeune coopérant à Guangzhou (Canton),
il parcourait une Chine enfiévrée par le vent de la
modernité et réalisait des clichés qui sont aujourd’hui
un véritable témoignage pour l’histoire. On peut les
découvrir à Paris, à La Maison de la Chine, où il nous
reçoit entre deux rendez-vous d’affaires.
Comment qualifier cette Chine que vous avez
photographiée dans les années 1980, juste avant
la tragédie de Tian’anmen ?
Ce qui m’a sauté aux yeux, c’est cette société qui avait
soif d’ouverture sur le monde, mais aussi la politique de
l’enfant unique, visible dans les campagnes comme
dans les villes. Et cette foule partout, à vélo, dans les
bus, dans les gares, dans les trains.
Nostalgique de cet empire du Milieu fermé aux
Occidentaux ?
Ce pays, juste avant les événements de Tian’anmen,
respirait une certaine joie de vivre, alimentée par des
étudiants qui rêvaient de démocratie. Ce monde que j’ai
photographié n’existe plus.
Pourquoi l’avoir photographié ?
J’ai toujours fait de la photo depuis que je suis tout
petit. En Chine, j’avais alors 24 ans, et j’allais de surprise
en surprise. La photographie s’est imposée comme le
prisme de mon témoignage.
La photographie est toujours une passion ?
C’est mon violon d’Ingres. J’aime la photographie de
rue, j’ai toujours un appareil dans mon sac. J’ai besoin
d’éclectisme pour être efficace dans mon travail et la
photographie me permet d’avoir une vision
holistique du monde.
Pourquoi cette première exposition,
trente ans plus tard ?
Sans doute une certaine nostalgie du
jeune homme que j’étais. En vieillissant,
en accédant à la maturité, je ne veux pas
perdre la fraîcheur de mon regard.
Exhumer ces photos, c’est m’encourager à conserver ma spontanéité.
Les photographes que vous admirez ?
Marc Riboud pour son travail sur la
Chine ; Elliott Erwitt, incroyable photographe de rue ; William Klein pour son
usage de la couleur et cette recherche
de la sophistication.
Le président
de Dentsu Aegis
Network France
a plus d’une corde
à son arc. Jusqu’au
20 avril, il expose
ses clichés, pris à la
fin des années 1980,
dans l’exposition
« Chine, les années
enfiévrées », à La
Maison de la Chine,
place Saint-Sulpice
(Paris VIe).
Plutôt patron ou photographe ?
Je suis un dirigeant photographe. Tout patron doit
s’ouvrir au monde extérieur, humer l’air du temps, pour
rendre son entreprise plus performante.
Quels chefs d’entreprise admirez-vous ?
Ceux qui ont de vraies valeurs, qui considèrent que leur
job est au service de la société, qui essayent de rendre
notre monde plus beau. Michel-Edouard Leclerc a beau
être à la tête d’un groupe d’hypermarchés, il a un vrai
souci pour une alimentation de qualité.
Le moteur de votre ambition ?
Affronter l’inconnu qui m’intéresse. Dès que je suis
dans le confort, j’ai l’impression de vieillir. Il est alors
temps pour moi de changer. La photographie reste
cette opportunité de saisir de nouvelles émotions qui
nourrissent mon imagination.
Votre plus grande fierté ?
Pouvoir élever deux petites filles de 7 ans.
Votre plus grand regret ?
Ne pas avoir pris conscience suffisamment tôt de tout
ce que la photographie pouvait m’apporter. Il faut oser.
Avec l’âge, on est moins sensible au regard de l’autre.
Vos clients sont de très grandes entreprises.
Quels conseils leur donnez-vous ?
Embauchez des gens curieux et intéressants pour une
collaboration innovante. Je crois beaucoup à la diversité des talents qui nous entourent. Ensuite, soyez
cohérent et assumez qui vous êtes : le monde est
complexe et les marques qui vont rester sont celles qui
créent leur mythologie.
Un lieu pour se ressourcer ?
Les grands espaces de la pampa argentine. J’y ai vécu
six ans, le ciel y est infini, et j’y ai élevé du bétail pour
m’amuser.
Un rêve à réaliser ?
Partir longtemps pour une mission photographique.
Avez-vous la fibre écolo comme votre frère (Yannick
Jadot est député européen écologiste et ancien
candidat à la présidentielle de 2017) ?
Pas comme lui. Lui est un militant. Mais
nous sommes tous les deux des amoureux de la nature. Un héritage de notre
enfance en Picardie : mon père plantait
des arbres, rêvait de se transformer en
chêne, et je peux vous assurer que je
connais le nom de toutes les espèces
de nos forêts.
Avez-vous envie de quitter la France ?
J’ai fait l’essentiel de ma carrière en
me déplaçant. Mais j’aime mon pays,
d’autant plus qu’il est en train de se
reconstruire et de se réinventer.
PROPOS RECUEILLIS PAR CYRIL DROUHET
L E S
W E E K - E N D S
D E
FRANÇOIS CÉRÉSA,
SABRE AU CLAIR
CLAIRE DELFINO/PARISMATCH/SCOOP
C
érésa aime l’excès en tout. C’est son tempérament, sa
raison d’être, sa marque de fabrique. Nul goût de la
mesure chez cet écrivain qui écrit comme un hussard
au galop et, entre deux romans, enchaîne compétitions de tennis,
travaux de maçonnerie dans sa maison de Bourgogne et repas
de gastronome à l’occasion desquels il endosse
une toque de chef. Auteur d’une trentaine de
romans, dont une suite aux Misérables qui lui valut
un procès retentissant avec les héritiers de Victor Le meilleur
Hugo – procès gagné par lui –, il ne craint pas les cuisinier
longues distances. Mille pages est un format
naturel pour cet admirateur de Dumas et Stendhal amateur
qui dirige une revue, Service littéraire, dont il vient de France
de fêter le dixième anniversaire. Il publie ces joursci L’Une et l’autre (Le Rocher), ouvrage intimiste
dans la veine de Poupe, portrait poignant de son
père paru il y a deux ans, et il met la dernière main à un roman
historique intitulé Le Sabre de Charette, dernier volume d’une
trilogie sur les guerres de Vendée. Inutile de préciser de quel côté
penche son cœur…
Le week-end, donc, Cérésa pose la plume et change de vie.
« Le samedi, je fais mes courses au marché, avenue de Saxe,
puis je passe derrière les fourneaux. J’aime régaler ma famille et
mes amis avec des plats de ma composition. » Le résultat est tel
«
»
NOUS
VIVONS
UNE
ÉPOQUE
que Joël Robuchon a écrit de Cérésa qu’il était « le meilleur
cuisinier amateur de France ». L’une de ses recettes fameuses :
le tartare de bar, agrémenté d’huile d’olive et de citron vert, de
mangue, framboises et graines de grenade…
Et puis, le dimanche, pour garder la ligne, il se dépense sur les
courts de tennis. A 64 ans, classé 15/4, Cérésa joue encore pour
gagner avec la même forme de hargne qu’il met en presque toute
chose. « Je suis un pessimiste hilare, ce qui me permet de ne pas
prendre la vie au tragique, dit-il, et un nostalgique actif, raison
pour laquelle je m’investis à fond dans tout ce que je fais. On me
reproche parfois d’écrire trop. Mais un écrivain, c’est fait pour
écrire : regardez Dumas, Hugo ou Balzac ! » François Cérésa ou
JEAN-RENÉ VAN DER PLAETSEN
l’esthétique des ogres…
FORMIDABLE
!
LE TÉLÉPHONE PLEURE
« Je n’en peux plus, c’est
comme ça tous les jours, ici
à Boulogne ou à la maison
de campagne (en Touraine,
ndlr). Ils appellent sans
cesse. Au début, je leur
disais “je ne comprends rien,
vous ne parlez même pas
français”. Maintenant, je
raccroche ! » En effet, les jours suivants, cela
continue : « Vous avez besoin d’une mutuelle,
d’un store mécanique, d’une cheminée
écoresponsable, d’un bidet, peut-être ? »
Ces gens ont une prédilection pour les heures
du petit déjeuner, du déjeuner et du dîner.
Ils appellent même le samedi…
La méthode consistant
à harceler les retraités qui
sont les derniers à utiliser
des téléphones fixes
évoque celle des grands
prédateurs : s’attaquer aux
faibles pour les dévorer
plus facilement. Mais qui
échange les fichiers sur lesquels figurent leurs
numéros ? Encore un coup de Poutine ? Des
Illuminati ? Les francs-maçons, peut-être ? Allez
savoir… En attendant, pour mieux se relever de
ces avanies, une seule bonne nouvelle : Aymeric
Caron se lance en politique. NICOLAS UNGEMUTH
OLSSON/ALTOPRESS/ANDIA
Musique au restaurant, individus qui
téléphonent dans le bus, le train ou le métro,
avalanche d’e-mails professionnels, de textos
ou d’échanges Messenger, c’est un enfer de
communications qui se déchaîne chaque jour.
Où avoir la paix ? se demande le quidam
normalement constitué… Chez sa mère, peutêtre… Arrivé chez elle pour y passer quelque
temps, dès le premier jour, le cauchemar
recommence ; vers 9 h, le téléphone de la ligne
fixe sonne. Le haut-parleur est activé :
« Bijour médèm, je m’appelle Jon-Louis, ma
collègue Anne-Sophè a essayé de vous joindre
hier. Pétètre porriez-vous pèrticiper à… » Paf !
La daronne est fumasse, raccroche et explose :
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 31
I
D
É
e s p r i t s
E
S
*
D
É
B
A
PIERRE NORA “LA DICTATURE DE LA MÉMOIRE
MENACE L’HISTOIRE”
Le grand historien, qui a lui même siégé pendant
douze ans au Haut comité des commémorations
nationales, revient sur la polémique déclenchée
T
par l’inscription de Charles Maurras dans le Livre
S
des commémorations nationales. L’académicien
*
s’inquiète de la tendance actuelle à instrumentaliser
O
le passé en fonction des critères du présent de façon
P
I
N
anachronique et moralisatrice.
PROPOS RECUEILLIS PAR ALEXANDRE DEVECCHIO
Q
T
ue pensez-vous des polémiques autour
de l’inscription des noms de LouisFerdinand Céline en 2011, de Charles
Maurras et de Jacques Chardonne
cette année, dans le Livre des commémorations nationales ?
La situation où se trouve aujourd’hui le Haut comité des commémorations nationales, avec cette
polémique, est liée à l’histoire
même de ce comité. Il a été institué en 1998 et héritait d’une Délégation aux célébrations
nationales, fondée en 1974 et présidée par Maurice
Druon. Elle était destinée à orienter la politique des commémorations et des célébrations de l’Etat. J’ai moi-même
siégé dans ce Haut comité pendant douze ans, entre 1998
et 2010, et j’ai vu se mettre en place une ambiguïté qui a pesé
de plus en plus lourd. Cette liste des anniversaires possibles
pour une élévation commémoratrice est vite devenue un
beau recueil que nous avons eu plaisir à établir sous la
présidence de Jean Leclant, secrétaire perpétuel de
l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Le recueil a
pris de plus en plus d’ampleur. Il faut rappeler que, dans ces
années 1990 et au tournant du siècle, nous étions en pleine
inflation commémorative, tant au niveau national qu’au
niveau local. Quelques années auparavant, en 1987, il y
avait eu le millénaire capétien ; en 1989, le bicentenaire de
la Révolution ; en 1990, l’année de Gaulle. C’était comme si
la France avait revécu en trois ans tout son passé monarchique, révolutionnaire et républicain. Mais le comité a
tout de suite été écartelé entre deux contraintes. D’une
part, les grandes commémorations lui échappaient parce
qu’elles étaient la chasse gardée de l’Elysée et, d’autre part,
nous étions inondés par les vœux locaux car c’était le
S
32 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
I
O
N
S
*
E
S
S
A
I
S
*
D
O
C
U
M
E
N
moment où l’inflation commémorative a saisi les villes et les
villages. Il s’agissait de commémorer aussi bien la première
ascension du mont Blanc que l’invention des boîtes de
conserve à Massy. Le Haut comité était devenu l’antenne
qui distribuait un peu d’aide financière et de notoriété
nationale aux commémorations locales. C’était, dès le
départ, une cote mal taillée. Sur l’inscription à ce Livre des
commémorations se sont tout de suite posés de nombreux
problèmes : faut-il célébrer des hommes ou des événements et des dates ? Quels sont les critères exacts de
l’évaluation ? Doit-on faire apparaître un homme à sa naissance ou à sa mort ? S’est posé aussi assez vite le problème
de savoir si ce livre était fait pour commémorer ou célébrer.
Etait-il destiné à exalter les gloires nationales ou à faire
l’inventaire des repères historiques de la nation ? Pour
répondre à cette ambiguïté, nous avions transformé les
« célébrations nationales » en « commémorations nationales ». Nous avions cru que le terme « commémorer »,
qui signifie rappeler à la mémoire, était assez clair. Nous
nous sommes trompés car le public lui-même glisse d’un
sens à un autre. C’est là qu’apparaît l’affaire Maurras.
Alors, fallait-il retirer la référence à Maurras (notamment du fait de
son antisémitisme), du Livre des commémorations ?
C’est une tempête dans un verre d’eau, mais elle pose bien le
problème de ce Haut comité. Maurras n’est pas réductible à
son antisémitisme. Le personnage est bien plus riche et
complexe. Maurras a été un des inspirateurs et des soutiens
les plus notoires de Vichy et, à ce titre, condamné à la
Libération à la prison à perpétuité. Soit. Mais son procès
eût-il eu lieu non en 1945 mais en 1949, comme celui de
Bousquet, il est hautement probable qu’il n’aurait pas été
condamné aussi sévèrement. C’est un personnage qui, de
toute évidence, fait partie de l’histoire de France, à travers
L’Action française, le journal que Proust lisait tous les jours. Il
a cristallisé le pôle antirépublicain qui, paradoxalement, fait
partie de l’histoire de la République. Il a eu durant toute la
IIIe République une influence énorme. Il incarnait une
opposition cohérente et constituée. C’est d’ailleurs à ce titre
que je lui ai consacré moi-même une des premières longues
études, qu’on peut trouver dans Recherches de la France. Il a
aussi été l’un des artisans de la renaissance de la mémoire
occitane et félibréenne à travers Frédéric Mistral. C’est
incontestablement un personnage qui permet de comprendre son époque. C’est aussi un vrai écrivain. Son Enquête sur
la monarchie parue en 1902 révèle quelque chose sur l’ancien
esprit de la France. Si on se met à émettre des jugements et
peser la balance, qui va-t-on admettre et ne pas admettre ?
Ou bien on veut que ce Livre des commémorations soit exclusivement une glorification des grands personnages et il faut en
exclure Maurras et bien d’autres. Ou bien on veut que ce -
JEAN-LUC BERTINI/PASCO
l i b r e s
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 33
e
s
p
r
i
t
s
l
i
b
r
e
s
I
D
É
PIERRE NORA “LA DICTATURE DE LA MEMOIRE MENACE L’HISTOIRE”
E
S
- soit un outil pour se repérer dans le
S
34 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
*
D
É
B
A
T
S
*
O
P
I
N
I
O
N
S
*
E
S
S
A
I
S
*
D
O
C
U
M
E
N
JEAN-LUC BERTINI/PASCO
T
présents et moins pressants. Enfin, il y a une rémanence de
l’influence du Parti communiste qui a su longtemps diffuser
passé et alors il faut rassembler tous les
et maintenir une image positive de lui-même. Si bien
grands témoins historiques de la nation.
qu’aujourd’hui encore ses crimes ne sont pas admis de
De manière générale, n’a-t-on pas tendance
manière aussi unanime que les crimes nazis.
aujourd’hui à trop commémorer ?
Au contraire de la diabolisation de la mémoire coloniale….
C’est difficile à dire car la commémoration a beaucoup
La montée en puissance de la mémoire coloniale contée par
évolué, et toute l’époque secrète de la commémoration.
les Antillais ou les Africains a imposé une mauvaise
La commémoration classique, qui correspondait à une
conscience qui se répercute plaisamment jusque dans ce
mémoire nationale unitaire, dictait assez bien les noms et
petit Livre des commémorations. On y trouve ainsi, côte à
les dates qui méritaient d’être honorés. Jusqu’à la fin du
côte, Guillaume Guillon-Lethière, premier peintre de
siècle dernier, il n’y avait que quelques commémorations
couleur à s’être imposé dans le monde de la peinture occinationales, pas plus de six ou sept, qui correspondaient génédentale, et la première loi de 1818 interdisant la traite
ralement aux grandes dates de l’histoire nationale comme
négrière… Tant que l’histoire coloniale permet d’enrichir
le 11 Novembre. Puis l’atomisation de la mémoire historique,
notre connaissance de la période et de mettre en lumière des
qui pouvait jusqu’ici rassembler l’ensemble des Français, a
faits passés sous silence, on ne peut qu’approuver. Mais
laissé place aux mémoires particulières et à la concurrence
l’époque pousse à ne retenir de cette grande période de
entre ces dernières. La commémoration nationale s’est
l’histoire que les faits accusateurs de l’histoire
transformée en « commémorationnite » permanationale, alors cela débouche sur une lecture maninente qui signalait l’hégémonie de la mémoire
chéenne, en noir et blanc. Les associations ont
montante par rapport à l’histoire et au travail
tendance à prendre en otage l’Histoire et à ne retenir
historique. La mémoire militaire, par exemple,
que ce qui accuse et condamne le colonisateur. On
pourtant très unitaire jusqu’à la guerre de 1940, est
Les associations peut notamment rappeler la polémique absurde au
devenue très fractionnée. Il y a eu la commémoradébut du quinquennat Hollande sur Jules Ferry. Le
tion des morts en Indochine et celle des morts en
ont tendance
président de la République s’était lui-même
Algérie. Les dates qu’il faudrait commémorer
pour la fin de la guerre d’Algérie continuent à faire à prendre en otage fourvoyé en distinguant le « bon » Ferry, père de
l’école primaire obligatoire et laïque et le « mauvais »
débat. La commémoration des grandes dates et
l’Histoire
Ferry, qui était colonisateur. Le livre de Mona Ozouf
des grands hommes s’est conjuguée à la comméa fait litière de cette légende et montré qu’il s’agissait
moration culturelle locale. Lorsque je siégeais au
et à ne retenir
du même homme !
Haut comité, je me souviens de la pression des
groupes et des lobbys ou de la société des « amis de que ce qui accuse Macron a laissé entendre qu’il pourrait commémorer
Mai 68…
Untel » qui s’arrangeaient pour essayer de nous
et condamne
Je ne vois pas ce qu’une commémoration officielle
faire commémorer la naissance, la mort, l’œuvre, le
pourrait commémorer. Quelle date va-t-on choisir ?
livre le plus important, l’entrée à l’Académie
le colonisateur
Le début de l’occupation de la Sorbonne ? Les accords
française, etc. Dans ce contexte, se sont multide Grenelle ? Le défilé des Champs-Elysées ? Il ne
pliées les commémorations dont on peut se dire
faut pas oublier qu’à un an près, c’est 1968 qui a
qu’elles n’intéressaient que le groupe concerné.
renversé le général de Gaulle. Il me paraît tout de
Cela s’est accompagné d’une dictature de la
même difficile de commémorer officiellement le démémoire. Il fallait désormais disposer du passé en
boulonnage de De Gaulle. Cela dit, il va bien y avoir une comfonction des critères du présent de façon anachronique,
mémoration non officielle. Elle a déjà commencé. On peut
moralisatrice et même, disons-le, discriminatoire. La
citer le livre de Jean-Pierre Le Goff, La France d’hier, ou celui
mémoire de la Shoah ou des crimes nazis est beaucoup plus
de Benjamin Stora, Mai 68 et après ? ou celui de Ludivine
présente par exemple que celle des crimes du commuBantigny, 1968. De grands soirs en petits matins. Que 1968 soit
nisme.
un grand repère historique, plus ou moins artificiel, pour
Pourquoi cette indulgence dans la mémoire officielle et collective
dater un changement rapide de la France, c’est certain. Cela
pour les crimes communistes ?
touche les rapports entre les hommes et les femmes, la
Il a fallu attendre L’Archipel du Goulag, d’Alexandre
famille, l’entreprise, l’université, l’économie. A partir de
Soljenitsyne, publié en 1973 à Paris, pour que s’opère une
1968, il y a eu une sorte d’accélération vers un monde nouprise de conscience. Cela peut fort bien se comprendre. Ces
veau. Est-ce que cela se serait passé sans les événements de
crimes ont été plus présents à l’Est qu’à l’Ouest et ont, pour
Mai ? C’est possible, et même probable. Mais ces événements
nous, moins de visages et de lieux. Certains d’entre nous
ont joué un rôle d’accélérateur social et de repère générationont des membres de leurs familles qui ont été déportés ou
nel absolu. Et, pour les historiens, la commémoration de
connaissent des voisins, des amis qui portent en eux cette
Mai 68 a commencé dès 1968. Entre mai et décembre 1968,
mémoire. Il y a aussi des associations de fils et filles de
il y a eu plus de 100 livres sur ces événements. De la même
déportés. Il n’y a pas l’équivalent pour la mémoire commufaçon que Péguy avait dit du 14 juillet 1789 que la prise de la
niste. Les vecteurs mêmes de la mémoire sont moins
«
»
L A C H R O N I Q U E D E
F R A N Ç O I S D ’ O R C I V A L
Bastille avait été, à elle-même, sa propre commémoration,
1968 est tout entier commémoratif. C’est la mémoire de 1789,
de la révolution de 1848, de la Commune de Paris : Mai est le
récapitulatif symbolique de la mémoire de la Révolution
française. Mai 68 a grillé la politesse au bicentenaire de 1789.
Ce concentré commémoratif a inauguré ce que j’ai appelé
« l’ère de la commémoration ».
Le Sénat polonais a voté une loi sur la Shoah, destinée à défendre
l’image du pays. Le texte a déclenché une polémique mondiale…
Un sentiment d’horreur et d’effroi. Au prétexte que les camps
nazis localisés en Pologne pendant la guerre n’étaient pas des
camps polonais mais allemands, le gouvernement polonais
cherche à faire oublier la politique antisémite de la Pologne et
sa participation à l’extermination des Juifs soit sous forme directe, soit sous forme indirecte par inspiration des Allemands.
Il y a eu des pogroms et des liquidations exécutés par les
Polonais eux-mêmes dès 1941. Des livres entiers ont été
consacrés aux villages pogromisés comme celui de Jedwabne
en juillet 1941. Après avoir été longtemps exclusivement attribué aux Einsatzgruppen (police politique du Troisième
Reich), des historiens mettent en avant la responsabilité de
civils polonais, peut-être à l’instigation des troupes allemandes.
On ne peut pas nier la politique antisémite de la Pologne, qui
s’est même déployée après la guerre où de nouveaux pogroms
ont eu lieu sur les survivants juifs des camps. On peut citer
notamment le massacre de Kielce en 1946, imputé dans un
premier temps au service soviétique alors que les coupables
étaient les Polonais eux-mêmes. Il y a un historique de
l’antisémitisme polonais incontestable. C’est donc la poussée
d’un nationalisme polonais exacerbé qui impose cette loi.
C’est le type même d’ingérence du politique sur l’historique
au nom de quoi nous avions fondé, sous la présidence de René
Rémond, cette association, dont j’ai hérité après lui, qui
s’appelle Liberté pour l’histoire et qui a lutté contre les lois
mémorielles auxquelles le décret de 2012 du Conseil constitutionnel a, semble-t-il, mis fin…
Vous êtes opposé aussi bien à la loi Gayssot qu’à la loi Taubira…
Non, pas du tout de la même manière. Le problème de la loi
Gayssot est complexe car elle a servi de modèle aux autres lois
mémorielles, sans en être une à proprement parler. Robert
Badinter a bien montré qu’il s’agissait d’une loi
anti-négationniste et non mémorielle. Ce n’était pas une loi de
qualification d’un passé lointain par un groupe de pression,
mais une loi qui concernait la négation d’un fait historique évident. C’était donc une loi, non contre l’Histoire, mais en faveur
de celle-ci. A titre personnel, je faisais tout de même partie du
très petit nombre d’historiens, avec Pierre Vidal-Naquet
(historien dreyfusard dont les parents eux-mêmes avaient été
déportés) et Madeleine Rebérioux (alors présidente de la Ligue
des droits de l’homme), qui y étaient hostiles. Nous avions
bien des raisons au début du « faurissonisme » de souhaiter la
sanction de la négation du génocide juif, mais nous craignions
qu’en sanctuarisant un groupe, nous poussions les autres
groupes victimisés à vouloir se sanctuariser eux-mêmes.
C’est exactement ce qui est arrivé avec la loi Taubira.
■ PROPOS RECUEILLIS PAR ALEXANDRE DEVECCHIO
CETTE GAUCHE QUI
S’EN PREND AUX BLANCS…
Le parquet de Bobigny a classé la plainte dans l’indifférence générale. C’était pourtant une plainte
déposée par le ministre de l’Education nationale
contre le syndicat SUD Education 93 pour diffamation envers l’Etat – oui l’Etat, accusé de
racisme ! Classement ? Cette affaire est un révélateur. Au mois de novembre dernier, le syndicat SUD Education 93 annonçait qu’il allait faire « l’analyse du racisme d’Etat dans
la société et en particulier dans l’Education nationale » en organisant
des ateliers en « non-mixité raciale », c’est-à-dire à l’exclusion
des Blancs… « Que comptez-vous faire ? » demande le
21 novembre à l’Assemblée Cécile Rilhac, députée LREM, précédemment chef d’établissement scolaire, qui interpelle le ministre
de l’Education nationale.
Désolé d’avoir appris « avec beaucoup de tristesse l’initiative d’un
syndicat d’organiser deux ateliers
séparant les “racialisés” des “nonracialisés” », Jean-Michel Blanquer
attaque : « L’expression utilisée est
« Non-mixité
absolument scandaleuse ! […] On
raciale,
parle de “non-mixité raciale”, de
“blanchité”, de “racisés”, les mots les
blanchité » :
plus épouvantables du vocabulaire
des mots
politique sont utilisés au nom d’un
épouvantables
prétendu antiracisme alors qu’ils
véhiculent évidemment un racisme. »
utilisés au nom
Il informe alors les députés
de l’antiracisme
qu’il porte plainte contre SUD
Education 93. Réaction des élus ?
Tous se lèvent d’un même mouvement : longue ovation. Y compris
Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ! Seuls quatre élus de la
France insoumise restent assis. Eh bien, ce sont ceux-là qui vont
triompher…
Quatre jours plus tard, Libération titre : « Y a-t-il vraiment un
“racisme d’Etat” ? » Deux tribunes suivent, l’une d’une
blogueuse féministe qui justifie l’expression « racisme d’Etat » et
la « blanchité », l’autre d’un chercheur du CNRS qui conseille à
Blanquer de « faire un stage d’antiracisme » ; en face, un entretien
avec Michel Wievorka, seul à approuver le ministre. Deux contre
un : tout est bon pour démolir un homme qui plaît trop à
l’opinion et déplaît tant à la « gauchosphère ». La plainte
va-t-elle au moins aboutir ? Même pas ! Le 7 février, le parquet
classe sans suite. Circulez !
«
»
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 35
e
s
p
r
i
t
s
l
i
b
r
e
s
I
D
L
E
C
T
U
R
E
É
E
D
É
B
A
T
S
*
O
P
I
N
I
O
N
S
*
E
S
S
A
I
S
*
D
O
C
U
M
E
N
T
S
LA JEUNE AFRIQUE
AUX PORTES
DE LA VIEILLE EUROPE
E
t si Raspail n’était ni un prophète ni un romancier visionnaire,
mais simplement un implacable historien de notre futur ? »,
s’interrogeait Jean Cau au moment de la parution du Camp des
Saints. Ecrit en 1972, alors que le problème de l’immigration n’existait pas,
ce roman décrivait l’invasion de l’Europe par des millions de « miséreux »
venus du tiers monde et ses conséquences sur la civilisation occidentale.
Quatre décennies plus tard, la réalité semble rejoindre la fiction. Stephen
Smith n’est pas romancier, mais journaliste et universitaire. Il a tenu la
rubrique « Afrique » de Libération puis du Monde. Et travaillé comme analyste pour les Nations unies et l’International Crisis Group. Son dernier
essai, La Ruée vers l’Europe, fondé sur une enquête rigoureuse, a pourtant des allures de récit apocalyptique. L’Europe grisonnante se dépeuple
tandis que l’Afrique émergente ressemble à « l’île de Peter Pan ». L’Union
européenne compte aujourd’hui 510 millions d’habitants vieillissants et
l’Afrique, 1,25 milliard dont 40 % ont moins de
15 ans. En 2050, 450 millions d’Européens feront
face à 2,5 milliards d’Africains.
Historiquement, l’Afrique était pourtant sousEn 2050,
peuplée. Cinquante fois grande comme la France,
450 millions
elle ne comptait qu’environ 150 millions d’habitants
d’Européens dans les années 1930. C’est alors que la donne
feront face à démographique a basculé grâce aux progrès de
l’hygiène, de la médecine et… de la politique colo2,5 milliards niale de développement. Demain, la pression
d’Africains migratoire africaine, d’une ampleur sans précédent dans l’Histoire, sera le défi de l’Europe du
XXIe siècle, prédit l’auteur : « La jeune Afrique va se
ruer vers le Vieux Continent, cela est inscrit dans
l’ordre des choses comme l’était, vers la fin du XIXe siècle, la “ruée vers
l’Afrique” de l’Europe. » Contrairement à une idée reçue, c’est le relatif décollage du continent qui explique le phénomène de migration. Bien plus
que « l’Afrique de la misère », c’est « l’Afrique émergente » qui se met en
route. « Pour partir, il faut des diplômes, un petit pactole, un esprit qui permette d’échapper à une vision étriquée, rappelle Stephen Smith. Ce sont
donc les forces vives qui s’en vont. » Autre paradoxe, les politiques de
codéveloppement, censées aider les plus démunis à mieux vivre et rester
chez eux, alimentent au contraire la ruée en aidant les pays pauvres à
atteindre le seuil de prospérité à partir duquel leurs habitants disposent
des moyens pour partir. « La jeunesse noire tourne le dos à la tribu des
Vieux », écrivait Aimé Césaire. Cette jeunesse ne veut pas rêver de la modernité en faisant du lèche-écran. Elle veut vivre. Mais, comme l’ajoute Césaire,
« pour vivre vraiment, il faut rester soi ». L’amertume et le déracinement
HANNAH ASSOULINE/OPALE/LEEMAGE
*
«
»
DR
S
sont bien plus souvent au bout
du chemin que l’eldorado promis. Pour l’auteur, la migration
massive d’Africains vers l’Europe n’est dans l’intérêt ni de la
jeune Afrique ni du Vieux Continent. Elle prive la première de
ses cerveaux et de l’élan de sa
jeunesse et met en péril le
modèle social et culturel du
second. Mais, pour lui, la ruée
vers l’Europe est inéluctable. Et
Smith d’envisager différents
scénarios. Les deux principaux,
« l’Eurafrique » et « l’Europe forteresse » sont, à son avis, deux impasses.
Le premier a été envisagé au niveau européen et par les démographes de
l’ONU dans un rapport, publié en 2000, intitulé « Migration de remplacement : est-ce une solution pour les populations en déclin et vieillissantes ? » C’est sur ce rapport que Renaud Camus prendra appui pour
développer sa sulfureuse théorie du « grand remplacement ». L’idée était
de faire venir en Europe près de 1 million d’immigrés par an pour stopper
le déclin démographique et sauver le système de retraite et de Sécurité
sociale. En réalité, note Smith en s’appuyant sur les travaux de l’économiste Paul Collier, « l’immigration massive d’Africains n’améliorerait en
rien le ratio de dépendance du Vieux Continent ». Le gain en termes de
cotisations retraite ne compenserait pas les coûts engendrés par l’immigration en matière de sécurité, de soins ou d’éducation. Au contraire, pour
Smith, la ruée vers l’Europe serait synonyme de fin de l’Etat providence.
« Il ne subsistera en Europe que l’Etat de droit, le vieux Léviathan de
Hobbes. Il aura alors fort à faire pour empêcher “la guerre du tous contre
tous” dans une société sans un minimum de codes communs », écrit-il.
« Sur le plan pratique, l’Europe forteresse est moins indéfendable qu’il n’y
paraît. » Les conventions migratoires (qui « coupent le mal à sa source »),
passées avec les pays de départ, ont déjà fait leur preuve. Mais, pour
Smith, ces digues ne suffiront pas à contrer les nombreuses vagues qui
s’annoncent. Et, sur le plan éthique, cette stratégie n’est, pour lui, pas
recevable. Dans un article intitulé « Jean Raspail ou le splendide malentendu », le romancier Jérôme Leroy écrivait de l’auteur du Camp des
Saints : « La contradiction, en effet, était rude, y compris pour Raspail
lui-même, profondément catholique et royaliste. Perdre son âme en
déclenchant un massacre pour sauver une civilisation
ou perdre cette civilisation. » Stephen Smith ne dit pas
autre chose : « Il y a une Europe qui a peur de perdre
son “âme” et une autre qui veut à tout prix prouver
ALEXANDRE DEVECCHIO
qu’elle en a une. »
La Ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le
Vieux Continent, de Stephen Smith, Grasset, 268 p., 19, 50 €.
e
s
p
r
i
t
s
l
i
b
r
e
s
I
D
L E S
I N S O L E N C E S
D ’ É R I C
Z E M M O U R
É
E
CE QU’IL FAUT COMPRENDRE ET RETENIR
DE L’AFFAIRE MENNEL IBTISSEM
S
*
D
É
B
A
T
S
*
O
C
droit de douter des vérités officielles. De le dire publiquement
e fut leur affaire Dreyfus. Une affaire
sans être sanctionnée pour « délit d’opinion ».
Dreyfus du pauvre. Avec des Zola de
Mais curieusement, ce n’est pas ce que plaident ses avocats
bar-tabac et des Barrès sans talent.
autoproclamés. Leur défense sonne faux. Cette jeune fille
Avec la télé et les réseaux sociaux à la
porte un prénom coranique, comme on disait naguère dans
place des journaux et des prétoires.
les documents de l’Administration. Elle arbore un ostentaAvec une jeune chanteuse à la place
toire turban, version chic du voile islamique. Et chante en
du capitaine. Devoir renoncer à son
arabe. Prénom, vêtement, langue, tous les signes extérieurs
quart d’heure de gloire sur TF1, c’est
d’assimilation, que la République jadis imposait de gré ou de
aujourd’hui pire qu’être envoyé au bagne de l’île du Diable !
force, et qui ont fabriqué des générations de FranLa jeune chanteuse s’appelle Mennel Ibtissem, est
çais à partir des immigrés italiens, espagnols,
belle à se damner et chante du Leonard Cohen
russes, polonais, kabyles, etc., manquent à cette
sirupeux en anglais et en arabe. On découvre
jeune fille. Ce n’est pas un hasard mais une volonté
qu’avant d’enchanter les jurés de « The Voice »,
délibérée, réfléchie. C’est typiquement ce que le
elle avait parsemé son compte Twitter de
C’est
bon sens populaire appelle une « Française de
réflexions sarcastiques doutant de la culpabilité
l’affaire Dreyfus
papier ». Cela ne lui ôte aucun droit ni n’en fait une
des djihadistes, y voyant la main de l’Etat français
du pauvre,
citoyenne de seconde zone. Mais cela marque la
« terroriste ». Aussitôt, le feu prend sur les réseaux
différence entre le droit et la réalité, entre le point
sociaux et TF1 est sommée de virer la « comploavec des Zola
de vue des élites et celui du peuple.
tiste ». Qui préfère se retirer dignement.
et des Barrès
Quand les belles âmes viennent nous expliquer,
La guerre est alors déclarée. Entre les pour et les
frémissantes d’indignation, que les barbus, les
contre. Entre les avocats de la belle et ses
sans talent
Frères musulmans, les salafistes et les djihacontempteurs. Ses thuriféraires énamourés la
distes se réjouissent du rejet de cette jeune
regardent avec des yeux concupiscents de vieux
chanteuse, pour mieux l’attirer, elle et ses
barbons de Molière lutinant Célimène. Ses
semblables, dans leurs filets, ils se trompent et
accusateurs y voient une Mata Hari islamiste. Les
nous trompent. Les réflexions pseudo- « complotistes » de
premiers plaident pour le droit à l’erreur d’une « jeunesse
Mennel Ibtissem ne sont pas des erreurs de jeunesse, mais sont
française ». Les seconds reconnaissent la patte de Tariq
cohérentes avec son milieu et sa culture. Avec cette contreRamadan et des Frères musulmans. Ceux-ci devraient se
société qui est en train de forger dans de nombreuses banlieues
rappeler leur combat permanent pour la liberté d’expression.
un peuple dans le peuple.
Cette jeune fille y a droit comme chacun d’entre nous. Elle a le
«
P
I
N
I
O
N
S
*
»
E
S
S
A
I
S
*
L A
D
NOTRE DRAME DES LANDES
O
Et non, ils ne lâchent rien. Malgré
l’annonce de l’abandon du projet
d’aéroport à Notre-Damedes-Landes, les zadistes les plus
ultras ne désarment pas et
veulent désormais rester sur place
pour « gagner la bataille de la
gestion collective des terres ».
Au lendemain de l’expiration du
C
M
E
N
T
S
JEAN CLAUDE MOSCHETTI/REA
U
38 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
P H O T O
Q U I
F Â C H E
délai de validité de la déclaration
d’utilité publique (DUP), certains
espèrent ainsi faire souche,
comme l’avait fait la Société civile
des terres du Larzac, créée
en 1985 dans le Massif central,
quatre ans après l’abandon
d’un projet d’extension
du camp militaire voisin.
LE TOUR DU MONDE
Croisières Aériennes en avion privé 2018-2019
IM 075140076
Voyager dans un esprit palace
PARIS
PÉTRA
A
TAHITI
MANDALAY
BAGAN
BAIE D’HALONG
TAJ MA
AHALL
CHU PICCHU
MAC
ILE DE PÂQUES
RIO
ANDE BARRIÈRE DE CORAIL
GRA
Du 6 au 27 octobre 2018
Du 26 octobre au 16 novembre 2019
- 2000 € par personne en réservant avant le 31 mars 2018*
Tel. : +33 (0)1 48 78 71 51
www.safransdumonde.com
Early bird : - 2 000 € par personne pour toute réservation enregistrée avant le 31 mars 2018 en Espace Safrans ou en Club Safrans
POUTINE, TSAR DU KRE
Favori pour sa réélection en mars prochain à la tête de son pays, le président
Moscou à laquelle il préfère la quiétude de sa résidence au bord de la mer
MLIN… ET DE SOTCHI
russe gouverne de moins en moins depuis la célèbre forteresse de
Noire. Une véritable petite révolution.
PAR
PAR PIERRE
PIERRE A
AV
VRIL
RIL
VALERY
VALERY SHARIFULIN/TASS/ABACA
SHARIFULIN/TASS/ABACA
Bien
ien qu’il mette volontiers ses pas
dans ceux des tsars, Vladimir
Poutine rechigne de plus en plus
à gouverner sous les ors du
Kremlin, qui abrite plusieurs
somptueuses salles d’apparat.
L
e choix était prémonitoire. Le 7 mai 2000, le
nouveau président de la Fédération de Russie,
Vladimir Poutine, faisait une première entorse à
la règle et, contrairement à son
prédécesseur, Boris Eltsine,
décidait de se faire investir dans
le Grand palais du Kremlin et
non pas dans le Palais d’Etat.
Tout un symbole ! Dans ce dernier, hérissé de colonnes de marbre à la mode soviétique, construit sous Khrouchtchev en 1961,
se tenaient les congrès du Parti communiste. Dans le premier,
érigé en 1838, sous Nicolas Ier, on y couronnait les tsars…
A midi, ce jour-là, au premier coup de l’horloge, l’ancien patron
des services secrets (FSB) franchit les murailles du Kremlin par
la porte Spassky, face à la charmante cathédrale Saint-Basilele-Bienheureux, traversa les deux salles Saint-Georges et
Saint-Alexandre au son de la Marche solennelle du couron42 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
LA MAJESTÉ DE L’ÉTAT
nement, de Tchaïkovski, avant de rejoindre le podium de la
salle Saint-André. « Nous sommes rassemblés aujourd’hui,
dans ce lieu saint pour notre peuple. C’est ici que réside notre
mémoire nationale, dans les murs du Kremlin où durant des
siècles s’est accomplie l’histoire de notre pays », déclara le nouveau chef de l’Etat, lui-même originaire de Saint-Pétersbourg,
d’où régnaient les tsars de Pierre le Grand jusqu’à Nicolas II.
Dans son bureau de travail au Kremlin, devant une caméra de
la télévision publique, le nouveau président affectait au
contraire la posture du fonctionnaire indifférent au décorum.
Le fauteuil ne « le serre pas », dit-il, la fenêtre, tendue d’un
rideau opaque, « donne sur une cour » qu’il n’a pas pris la peine
de regarder. « Je ne me laisse pas distraire par les choses que je
ne considère pas comme importantes », justifie alors le futur
maître de la Russie, annonçant le côté Janus du personnage.
Versant public, la majesté de l’Etat s’incarne à travers le
Kremlin, rendant au lieu sa symbolique originelle. Versant
privé, son serviteur privilégie la discrétion.
Dix-huit ans plus tard, à la veille du quatrième mandat de
Vladimir Poutine, les attributs du pouvoir n’ont pas changé,
ALEXEI DRUZHININ/TASS/ABACA
REUTERS
VYACHESLAV PROKOFYEV/TASS/ABACA
Le Kremlin demeure, pour
le président russe, le lieu
d’accueil privilégié des
hommes d’Etat étrangers,
qu’il reçoit dans ses bureaux,
situés dans les murs
de l’ancien Sénat (page
de gauche, lors de la visite
du président serbe
Aleksandar Vucic) ou dans
la salle Saint-André du Grand
Palais (avec le roi Salmane
d’Arabie saoudite, ci-contre).
Ci-dessus, en décembre
dernier, dîner de réception
des autorités militaires ayant
participé à la campagne de
Syrie contre l’Etat islamique.
RUSSE S’INCARNE À TRAVERS LE KREMLIN
mais le lieu de son exercice, lui, s’est déplacé. Il s’est également
disséminé. Désormais, il faut faire un peu plus de deux heures
d’avion, en direction du sud, pour le découvrir. Arrivé sur
place, la route tortillonne le long d’une haute palissade bardée
de caméras, descend en pente raide entre les palmiers et les
magnolias avant de s’achever face à une barrière. Derrière la
clôture, on distingue les bâtiments d’un immense complexe
résidentiel et, plus loin, à travers la luxuriante végétation, l’eau
scintillante de la mer Noire. « A partir d’ici, on ne peut plus
continuer à pied », prévient un policier débonnaire, plus
aimable que les cerbères déployés autour du Kremlin.
Pourtant, le lieu surveillé par ce fonctionnaire est tout aussi
stratégique que le centre névralgique de la capitale russe :
Botcharov Routcheï, du nom de la source qui coule à proximité,
est l’une des trois résidences officielles de Vladimir Poutine, sise
à Sotchi, la ville des Jeux olympiques d’hiver de 2014.
Par la magie du lieu et les goûts personnels du propriétaire, elle
tend même à s’imposer comme la préférée du Président, qui,
selon les décomptes scrupuleux des médias russes, y aurait
passé 66 jours en 2017, soit l’équivalent de deux mois sur une
année. Si l’on ajoute à l’agenda présidentiel ses dates de
fréquentation de Novo-Ogarevo, sa deuxième résidence
située dans la huppée banlieue moscovite, le palais du
Kremlin et ses murailles crénelées font pâle figure dans la
nouvelle géographie du pouvoir russe, désormais réservée au
décorum officiel. C’est dans la prestigieuse salle Saint-André,
boursouflée de dorures, celle-là même où il avait été investi
en 2000, que Vladimir Poutine a reçu en octobre dernier le roi
Salmane d’Arabie saoudite, pour la première visite d’un
monarque saoudien en Russie. L’an dernier, les personnalités
civiles russes ont été décorées dans la salle Catherine tandis
que le chef de l’Etat prononce toujours son discours annuel à
la nation, salle Saint-Georges.
« Au Kremlin se trouvent directement les musées et les
cathédrales, qui sont ouvertes au public. C’est aussi là que
travaillent un petit nombre de conseillers et des services techniques. Mais compte tenu de communication moderne, le Président
ne fait pas de différence entre Novo-Ogarevo, la Crimée ou Sotchi.
Le travail s’accomplit à haut niveau et de manière identique
dans n’importe quel point du pays », confirme le porte-parole
de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov. Si, à l’époque 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 43
À SOTCHI, LA PRÉSENCE DE VLADIMIR POU
- soviétique, la vision dans la nuit du bureau allumé de Sta-
line au Kremlin était garante de la dévotion du dictateur à son
peuple, « il suffit aujourd’hui que le Président apparaisse à
l’écran », confirme le politologue Mark Ournov, directeur
scientifique à la Faculté de politique appliquée.
A partir de 2011, l’Administration présidentielle a été progressivement déplacée à Staraïa Plochtchad, dans le quartier historique de Kitaï Gorod, à Moscou. Le bâtiment qui hébergeait
cette dernière, construit dans les années 1930 sur l’emplacement de deux anciens monastères, a été détruit. Des vestiges
archéologiques ont été exhumés pour la plus grande joie des
agences de tourisme qui les font découvrir à leurs clients. Si,
dans les articles de presse, le Kremlin sert toujours à désigner
Vladimir Poutine et son proche entourage, l’un et l’autre ont
élu domicile ailleurs, au gré des préférences du chef. Comme
si la France devait s’habituer à ce qu’Emmanuel Macron gouverne la France du fort de Brégançon.
Avec sa vue surplombant la mer Noire, et ses 40 hectares,
Botcharov Routcheï est souvent présentée comme le lieu de
« villégiature officielle » du chef de l’Etat russe. Cette vision est
44 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
très réductrice. Certes, avec sa plage privée, ses deux piscines
– eau salée et eau douce – et sa sophistiquée salle de
gymnastique, la résidence a de quoi ravir l’athlète
sexagénaire qu’est Vladimir Poutine. En 2016, un appel
d’offres lancé par la branche locale du Service de protection
de l’Etat et consulté par Le Figaro, annonçait des travaux à
Sotchi d’un montant de 1,8 milliard de roubles (25,7 millions
d’euros) comprenant notamment la construction d’une
piscine supplémentaire, d’un spa et d’un pavillon de plage.
L’Administration présidentielle s’est toujours gardée d’établir
un lien officiel entre ces travaux d’agrément, prévus jusqu’à la
fin 2018, et le complexe présidentiel.
Longtemps, Botcharov Routcheï a cultivé la discrétion, tout
comme le maître des lieux. Durant ses deux premiers mandats, ce dernier y passait quasiment ses étés, sans que la nouvelle fasse la une des journaux. C’est déjà là qu’en 2003
et 2008, le président russe accueillit George Bush père et fils
– leur successeur Barack Obama sera reçu en 2009 à NovoOgarevo. Les photos du musée de la ville le montrent tout
sourire, en 2004, en compagnie de Jacques Chirac et de l’exchancelier allemand Gerhard Schröder. Le 30 août 2015 la télé-
Une salle de sport,
deux piscines, un spa,
un pavillon de plage : sur
les bords de la mer Noire,
le président russe a fait
aménager sa résidence de
Sotchi pour qu’elle lui serve
aussi de lieu de villégiature.
Elle n’en reste pas moins
un endroit d’où il gouverne
le pays. Il y tient des réunions
de travail avec son Premier
ministre, Dmitri Medvedev
(ci-dessus) et y reçoit ses
invités de marque (ci-contre
avec Bachar el-Assad,
en novembre 2017).
TINE PASSE INAPERÇUE
vision d’Etat avait montré le Président et son Premier ministre,
poussant des haltères au soleil, un moyen de faire taire les
rumeurs de disgrâce qui frappaient alors Dmitri Medvedev. Le
20 novembre dernier, c’est Bachar el-Assad qui s’est rendu en
toute discrétion à Sotchi, pour remercier son hôte de son aide
militaire en Syrie. Le week-end dernier, Vladimir Poutine a
dû, selon la version officielle, annuler son séjour sur place à la
suite du crash de l’avion de ligne qui a fait 71 victimes, le
contraignant à recevoir dans la capitale, le 12 février, le président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, initialement attendu à Botcharov Routcheï.
Le Président, et il s’en cache à peine, préfère à la grisaille moscovite le soleil de la mer Noire, dont il profite particulièrement
au printemps et à la fin de l’été, ses deux saisons préférées. En
mai 2017, Botcharov Routcheï a battu des records de fréquentation. Le président russe y a séjourné du 30 avril au 3 mai,
avant d’y revenir les 10 et 11, au lendemain du défilé militaire
commémoratif du 9 sur la place Rouge, et enfin du 16 au 22 où
il accueillit notamment le Premier ministre italien, Paolo
Gentiloni. En juin, c’était au tour de l’émir du Bahreïn. Pour ne
pas donner à la population russe l’impression que le Président
est en vacances, les télévisions diffusent ces jours-là, des
entretiens avec des gouverneurs de région, filmés précédemment et ailleurs qu’à Sotchi.
Pour Alla Gousseva, la très accueillante directrice du musée
de l’Histoire de la ville, Vladimir Poutine ne fait que suivre les
pas de deux de ses illustres prédécesseurs, Nicolas II et Joseph
Staline. Le dernier empereur Romanov avait fondé la ville de
Sotchi et ordonné aux riches marchands russes et aux familles
prestigieuses de la noblesse – les Volkonski, les Troubetskoï,
les Ioussoupov – d’acheter des terres et d’investir sur place,
même si l’intéressé n’y mit jamais les pieds. Tout en se faisant
construire sa discrète datcha sur les hauteurs, le dictateur,
pour sa part, a fait bâtir une « cité heureuse » destinée au repos
des travailleurs, selon le modèle de l’art pompier soviétique.
« Il s’y rendait très souvent. C’est là qu’il a rédigé des manuels
d’histoire et a pris des décisions stratégiques lors de la Seconde
Guerre mondiale », affirme Anna Gousseva. La construction
du palais de Botcharov Routcheï sera entreprise en 1934, à
l’initiative formelle du commissaire à la guerre, Kliment
Vorochilov, l’un des rares fidèles de Staline que le maître n’ait
pas fait fusiller. Plus tard, Khrouchtchev ou Brejnev y
séjournèrent à l’occasion, sans appétit particulier, à la
différence de Vladimir Poutine.
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 45
Le drapeau russe flotte
au-dessus du Grand Palais,
près des cathédrales
du Kremlin : le Président est là.
MOSCOU,
UNE VILLE “REMPLIE
D’ENNEMIS
POTENTIELS”
- Quatre-vingts ans après la fondation de Sotchi, ajoute
l’historienne, c’est ce dernier qui releva le défi improbable d’y
organiser, en 2014, des Jeux olympiques. Et comme à l’époque
du tsar, il « invita » les oligarques contemporains à y
construire des stations de sports d’hiver. Aujourd’hui, le
maire de la ville, Anatoly Pakhomov, se définit comme un
« manager de tourisme » et un bienfaiteur social qui consacre
70 % du budget de la cité à construire des écoles, des jardins
d’enfants ou des hôpitaux. Il a à cœur le bien-être de sa population mais aussi celui de son invité de marque, dont le portrait,
à côté de celui de Dmitri Medvedev, orne en évidence son
bureau. Le Premier ministre bénéficie également à Sotchi
d’une résidence officielle qu’il ne fréquente guère. « Si en
Russie, on aime le Président, à Sotchi on l’aime deux fois plus.
C’est grâce à ses forces qu’ont été construits 362 kilomètres de
nouvelles routes, deux centrales thermiques et que deux décharges
ont été fermées », explique l’édile qui se félicite de n’avoir jamais
eu à subir les foudres publiques du prince. « Grâce à Dieu »,
plaisante-t-il en se signant.
Dans cette ville de 500 000 habitants, la présence de Vladimir
Poutine passe inaperçue. On croise seulement à l’occasion,
séjournant au luxueux sanatorium Sotchi, l’ancien chef des
services secrets Mikhaïl Fradkov ou le chef de l’Administration présidentielle Sergueï Kirienko. Les chartes d’apparatchiks et de journalistes chargés de suivre les convois présidentiels ne troublent pas davantage la quiétude des résidents.
« Poutine, on le voit à la télé. Il est là-bas, nous, on est ici. Chacun
sa place. Le seul avantage du quartier, c’est qu’il n’y a pas de
hooligans », résume Evguennia. Cette retraitée habite un
immeuble décrépi de deux étages, distant de seulement
46 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
200 mètres des palissades présidentielles. Et attend qu’on lui
propose un nouveau logement.
Son voisin, qui logeait dans un
bâtiment adjacent tout aussi
vétuste, a été plus entreprenant.
Il est allé déposer une demande de
relogement directement au bureau des requêtes présidentielles,
ouvert à Botcharov Routcheï lors
des nombreux séjours qu’y effectue le chef de l’Etat. Sa démarche
a été couronnée de succès : de son
immeuble ne reste qu’un tas de
gravats, jonché d’immondices,
qu’un promoteur sera bientôt chargé de nettoyer. « Les gens
viennent nombreux et parfois de très loin pour porter leur lettre
à Vladimir Poutine », confirme Natalia, une autre voisine.
La quiétude de la population est aussi un argument brandi par
le Kremlin pour y justifier la quasi-absence de son chef et sa
présence, en dehors de Sotchi, à Novo-Ogarevo, son autre
résidence située à 35 kilomètres de la place Rouge. En janvier,
selon son agenda officiel, il y a passé cinq jours où il a
notamment reçu le Premier ministre belge, Charles Michel.
« Les problèmes des embouteillages à Moscou sont connus de
tous, c’est pourquoi le Président fait tout pour minimiser ses
déplacements sur les artères congestionnées de la capitale »,
explique Dmitri Peskov, secrétaire de presse de Poutine. Les
cortèges qui autrefois immobilisaient des milliers de voitures
durant de très longues minutes ont pratiquement disparu.
Le rédacteur en chef de la radio Echo de Moscou, Alexeï
Venediktov, avance une autre explication : Poutine, l’homme
de Saint-Pétersbourg, « n’aime pas Moscou » et ressemble en
ce sens à Pierre le Grand. « Saint-Pétersbourg appartient aux
terres froides du Nord. Par symétrie, le nouveau tsar a choisi
Sotchi, au sud », ajoute ce chroniqueur éclairé des mœurs
présidentielles. « Moscou est la ville de l’opposition, Poutine la
perçoit comme hostile, remplie d’ennemis potentiels. » Il n’y a
reçu que 47 % des voix lors des élections présidentielles de
2012, après avoir dû affronter des centaines de milliers de
manifestants les mois précédents. A Sotchi, son score était
bien meilleur bien qu’inférieur de 3 points à la moyenne
nationale, soit 60 %.
« Cette ville est totalement apolitique. Le niveau de vie y est plus
élevé qu’ailleurs, ce qui attire les investissements. Et grâce aux
visites de Poutine, on s’occupe beaucoup de la propreté dans les
rues. C’est pourquoi il n’y a pas de protestation », explique
Konstantin Zykov, le responsable du siège de l’opposant
Alexeï Navalny. Les mauvaises langues ajoutent qu’en plus du
pain, le tsar fournit des jeux à sa population. Hormis les sports
alpins, la boxe et la Formule 1 ont élu domicile à Sotchi. L’été
prochain, le stade de la ville accueillera plusieurs des matchs
de la Coupe du monde de football. Le résident de Botcharov
Routcheï devrait être présent dans les tribunes.
■ PIERRE AVRIL (À MOSCOU ET À SOTCHI)
“TOUT, DANS LE DESTIN DE LA
Surplombant le mausolée
de Lénine (au centre),
3 des 19 tours du Kremlin
Kremlin
(à droite) : celles de l’Angle
de l’Arsenal (au premier plan),
NikolskaIa et Spasskaïa.
Au fond de la place Rouge,
la cathédrale Saint-Basile-leBienheureux. A gauche,
au premier plan, le musée
national d’Histoire.
48 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
RUSSIE, PART DU KREMLIN”
La forteresse aux murs rouges fut le cœur du
pouvoir absolu sous les tsars comme sous
Staline et ses successeurs. Mais aussi et
surtout un lieu de mystères et de secrets.
PAR VLADIMIR FÉDOROVSKI *
C
ÉRIC MARTIN/FIGARO MAGAZINE
’est en songeant à la violence sanguinaire
d’Ivan le Terrible et à la terreur politique
exercée trois siècles et demi plus tard par
Staline que Winston Churchill se prend à
murmurer durant la Seconde Guerre mondiale que « le Kremlin est une énigme drapée de mystère ».
Staline est celui qui affame et asservit son peuple, mais
aussi celui qui sauve sa patrie de la barbarie nazie.
Tout, dans le destin de la Russie, part du Kremlin. Le génie
slave s’y déploie dans toute sa démesure depuis des siècles,
avec ses orgies médiévales, ses complots, ses assassinats,
la grandeur et la fatalité du pouvoir absolu. Kremlin signifie « forteresse ». Au fil des aménagements architecturaux
ordonnés par les tsars blancs et rouges – encore tout dernièrement sous Vladimir Poutine –, les fouilles archéologiques ont permis de retrouver des vestiges remontant aux
XIe – XIIe siècles. D’abord des palissades de bois protégées
par des pieux juchés sur un haut talus, puis des murailles
de pierre longtemps inexpugnables, jusqu’à leur destruction finale lors d’un tremblement de terre survenu en
1446. La reconstruction en brique s’effectuera de 1485 à
1495 sous la direction d’architectes italiens.
Avec Ivan le Terrible, premier tsar de Russie de 1547 à 1584,
la citadelle acquiert son statut impérial. C’est le fruit d’un
coup de génie : en 1547, à 16 ans, le jeune prince vient
d’inventer la légende selon laquelle la couronne, le collier et
le sceptre dévolus à son sacre sont un legs direct de
l’empereur Constantin destiné par-delà l’immensité des
siècles à un successeur digne de lui. Dès lors, les murailles du
Kremlin seront garantes du rétablissement de la vraie foi.
Comme l’avait prédit quelques années plus tôt le moine
Philothée aux princes moscovites, Moscou sera la troisième
Rome. La première était tombée sous les coups des barbares.
La deuxième – Constantinople – avait été submergée par la
vague musulmane. Moscou, en toute pureté théologique,
allait être la dernière cité choisie par Dieu pour le servir.
Entretenu par les milieux ecclésiastiques, ce principe
justifiera le pouvoir absolu des souverains ancrés dans leur
forteresse, jusqu’à ce que Pierre Ier décide d’européaniser
l’empire et d’en transférer la capitale à Saint-Pétersbourg.
Ainsi va le monde : au bord de la Neva, le voyageur est déjà
quelque part en Europe, tandis qu’au pied du Kremlin, il
respire l’air de la Russie profonde.
1918, l’aristocratie des Lumières et le pouvoir tsariste ont
définitivement vécu. A l’issue de l’insurrection
bolchevique, Moscou redevient la capitale du pays. Lénine
a pris cette option pour faire table rase du passé, mais aussi
parce que, contrairement à Saint-Pétersbourg, la ville 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 49
SUICIDES,
ASSASSINATS,
COUPS D’ÉTAT ET
ESPIONNAGE
C’est à partir de la période Brejnev, secrétaire général du
parti de 1966 à 1982 – et dont je fus l’interprète pour les
pays arabes –, que j’ai commencé à arpenter les
interminables couloirs du Kremlin, et cela jusqu’au
putsch de Moscou que j’ai vécu en direct et qui fut fomenté
par les radicaux communistes en 1991 contre Gorbatchev.
Avec l’arrivée de ce dernier au pouvoir, la vie avait changé
du tout au tout : la perestroïka inventée par Alexandre
Iakovlev allait permettre la sortie du système totalitaire.
Au Kremlin, Gorbatchev formait avec son épouse un
couple fusionnel : il avait sans cesse besoin de la toucher,
comme pour puiser en elle son énergie. Ils étaient
complémentaires : lui, méridional, artiste et adepte du
flou ; elle, originaire du Nord, froide, cartésienne,
tranchée, catégorique. Et puis il y a tout ce que l’on ne sait
pas, mais que j’ai appris en agissant de concert avec
Iakovlev, et que je peux désormais dire…
50 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
RIA NOVOSTI
éventuel ennemi. Le Kremlin ne sera plus le donjon dressé
de la chrétienté, mais l’antre aux multiples couloirs et
souterrains obscurs de la puissance et de la violence du
nouveau pouvoir. Succédant à la police politique tsariste,
la Tcheka, la Guépéou, le NKVD, le MGB et le KGB
exécutent les ordres. Selon l’académicien Alexandre
Iakovlev, idéologue de la perestroïka et conseiller de
Gorbatchev, le régime totalitaire en URSS sacrifiera au
moins 25 millions de vies humaines.
Les Moscovites affirment non sans une certaine superstition
que « les murs du Kremlin gardent la mémoire ». Ivan le Terrible
y fracasse d’un coup de sceptre mortel la tempe de son fils
bien-aimé après s’en être pris à sa belle-fille enceinte – qui
fera une fausse couche. Combien, entre ces sombres
murailles, de projets d’empalements, de décapitations, de
tortures, mais aussi de directives données pour l’unification
et la gloire de l’empire ? A l’ère contemporaine, à la
liquidation d’opposants politiques au sein du Comité central
– au cœur même de la citadelle, donc − se superposent des
drames intimes. En 1932, au soir de la célébration du
quinzième anniversaire de la révolution d’Octobre, Nadejda,
deuxième épouse de Staline, se retire dans sa chambre et,
ivre de jalousie à l’encontre de son mari qui multiplie les
aventures féminines, se tire une balle dans le cœur. Elle a
31 ans. Molotov, bras droit de Staline, attribuera cet acte à une
maladie mentale héréditaire de la malheureuse, non sans
évoquer en privé le goût du petit père des peuples pour sa
jeune coiffeuse. Bien évidemment, cette mort fut camouflée
en « décès subit ». En l’occurrence, officiellement : une
appendicite. Et le secret du suicide fut gardé durant près de
soixante ans.
WWW.BRIDGEMANART.COM
- située loin de la mer est moins exposée aux coups d’un
Il y a aussi les aventures d’espionnage. Le Kremlin n’a pas
seulement servi de décor dans des films à la James Bond.
Il fut le théâtre d’authentiques opérations, telle
l’exfiltration en 1987 d’un certain Leonov qui avait réussi
l’exploit de placer sur écoute le téléphone de Mikhaïl
Gorbatchev. Les services spéciaux américains prenaient
connaissance en temps réel des conversations du
AKG-IMAGES
Comme le rappelle
Vladimir Fédorovski, « les
murs du Kremlin gardent
la mémoire ». Celle d’Ivan
le Terrible, qui tenta en
vain d’empêcher les Tatars
de Crimée de brûler
Moscou en 1571 (en haut, à
gauche) ; celle de Staline
(ci-contre), qui, après la
victoire contre les
Allemands en 1945,
reprend possession de ces
lieux où sa propre femme
s’est suicidée treize ans
plus tôt ; celle de
Gorbatchev, dernier
dirigeant de l’URSS, et
d’Eltsine, premier
président postsoviétique
(en bas, à gauche).
■ VLADIMIR FÉDOROVSKI
PRESSE
numéro un soviétique ! L’opération « Coppélia » qui se
déroula lors d’une représentation de ce ballet au Palais des
congrès du Kremlin fut montée par le fameux agent de la
CIA Tony Mendez, spécialiste des actions clandestines de
l’autre côté du rideau de fer, celui-là même qui organisa la
fuite des diplomates américains de Téhéran retracée dans
le film de Ben Affleck, Argo. Et le sauvetage de Leonov, je
le raconte dans mon dernier ouvrage, ne fut pas moins
rocambolesque. Tout comme l’arrivée à Moscou d’une
équipe de communication américaine en vue de la
réélection de Boris Eltsine en 1996. Quand on détaille les
agissements de ce commando à l’époque, les actuelles
simagrées à propos de l’ingérence russe dans l’élection de
Donald Trump ont de quoi faire sourire. Via ses missi
dominici, la CIA avait investi le territoire politique russe.
Sans elle, Eltsine, champion des galipettes dans la neige et
des flagellations dans l’épaisse vapeur des bains russes du
Kremlin, aurait été balayé par le suffrage populaire. Il a
terminé sa carrière en 2000, rongé, bouffi par l’alcool,
avec 1 % d’avis favorables, imbibé au point d’être
surnommé, entre autres qualificatifs, « M. Absent », après
avoir conforté un système oligarchique corrompu dans
lequel 5 % de la population se partageaient le gâteau,
quand 50 % des Russes frôlaient le seuil de pauvreté. Enfin
est arrivé le temps Vladimir Poutine, et, avec lui, de façon
sous-jacente, une célébration des valeurs chrétiennes,
une claire prise de distance de la Russie avec l’Occident, et
une sorte de goût retrouvé de la grandeur
stalinienne. L’immense histoire du
Kremlin se poursuit. Son nouveau
chapitre s’ouvrira le mois prochain.
* Vladimir Fédorovski, écrivain d’origine russe
le plus édité en France, est l’auteur, en collaboration
avec Patrice de Méritens, d’Au cœur du Kremlin.
Des tsars rouges à Poutine, Stock, 315 p., 20 €.
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 51
9
VISITE GUIDÉE
AU
KREMLIN
12
Une partie de la forteresse rouge de Moscou
se visite toute l’année. Promenade parmi ses
églises, ses palais et ses musées, qui
recèlent certains des plus beaux trésors de
la sainte Russie.
13
PAR JEAN-CHISTOPHE BUISSON
P
ar où commencer ? Que voir ? Que ne faut-il pas
manquer ? Au contraire du palais de l’Elysée, à
Paris, et de la plupart des sièges du pouvoir
politique dans le monde, celui de la Russie, à
Moscou, se visite. En partie, certes, puisque plusieurs
bâtiments disséminés sur les 27 hectares entourés des
célèbres murs de briques rouges sont totalement fermés au
public. Mais, après avoir arpenté la place Rouge, encadrée par
le musée national d’Histoire, le mausolée de Lénine, la
cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux et l’ancien Goum
transformé en supermarché du luxe, ce qui reste accessible à
l’intérieur du Kremlin est suffisamment vaste pour qu’on se
pose en effet quelques questions pratiques avant de pénétrer,
par la tour Koutafia, depuis le jardin Alexandrovsky, ou par la
tour Borovitskaya, dans cette aire où l’histoire du pays (et du
monde) s’est écrite, parfois en lettres de sang, au fil des siècles.
Outre le jardin intérieur, où Youri Gagarine planta un chêne
(toujours en excellente santé) à son retour de l’espace en 1961,
les façades des bâtiments interdits derrière les murs desquels
travaillent Poutine, son gouvernement et ses services plus ou
moins secrets, on peut admirer et visiter plusieurs églises et
musées recelant de nombreux trésors. Des églises ? Mais oui. Si
l’on associe spontanément le Kremlin à la puissance politique,
quelques pas à l’intérieur de la « forteresse » suffisent à se
souvenir que celle-ci fut aussi (et surtout ?) le siège de l’Eglise
orthodoxe russe dès la fin du Moyen Age. Certes, de nombreux
vestiges de cette identité (notamment un couvent, un
monastère et une chapelle) ont disparu, victimes entre autres
des révolutionnaires de 1917 qui, non contents d’ôter par
exemple l’icône du Christ installée au-dessus de la tour
Spasskaïa, ancienne entrée d’apparat du Kremlin, fichèrent
des étoiles rouges sur plusieurs des 19 tours de l’enceinte (elles
y sont toujours…). Mais Dieu n’est pas totalement mort. Il est
même au cœur des lieux : place des Cathédrales, autour de
laquelle cinq édifices à Sa gloire écrasent de leurs ombres
blanches majestueuses le visiteur, croyant ou non.
Surmontée de cinq coupoles dorées, la cathédrale de la
Dormition (ou de l’Assomption) est la plus impressionnante
des églises du Kremlin. Bâtie par un architecte italien à la fin
du XVe siècle, elle a survécu aux sabots des chevaux de
Napoléon (qui en avait fait une écurie !), à la furie anticléricale
des Rouges et aux obus allemands de la Seconde Guerre
52 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
17
1
1. Palais des Armures (musée).
2. Cathédrale de l’Annonciation.
3. Cathédrale de la Dormition.
4. Palais des Patriarches (musée),
église des Douze-Apôtres.
5. Clocher d’Ivan-le-Grand.
6. Cathédrale de l’Archange-Saint-Michel.
7. Tour de l’Eau (Vodovzvodnaïa).
8. Tour du Saint-Sauveur (Spasskaïa).
9. Tour Saint-Nicolas (Nikolskaïa).
mondiale pour offrir un spectacle unique. De quoi se
compose-t-il ? D’abord du trône en bois du Monomaque.
Lieu de prière conçu pour Ivan le Terrible, il est orné de basreliefs relatant la réception d’un empereur byzantin par un
prince russe et repose sur quatre supports en forme
d’animaux qui symbolisent les quatre royaumes de notre
monde. L’iconostase de la cathédrale compte 69 pièces dont
une Sainte Vierge et un saint Georges datant du XIIe siècle,
mais aussi un Christ en robe d’or et une impressionnante
Dormition montrant des apôtres volant sur un nuage vers le
lit de mort de la mère de Dieu. Sans oublier les tombeaux et les
châsses contenant les reliques des principaux patriarches de
10
8
11
5
4
6
3
16
14
2
7
l’Eglise russe disposés le long des murs peints de la cathédrale.
Ceux-ci ont été réalisés par un bataillon de 150 peintres qui ont
créé plus de 250 compositions mettant en scène 2 000 figures
religieuses. Y sont évoqués la vie de Jésus et de la Vierge, le
Jugement dernier et des conciles œcuméniques. Autant de
raisons qui expliquent la vénération de ce lieu de culte où Ivan
le Terrible se maria, où la princesse allemande Sophie von
Anhalt-Zerbst se convertit pour devenir Catherine II et où le
tsar Alexandre Ier se déplaça en grande pompe pour former le
vœu de repousser Napoléon Ier…
Comme ses voisines de l’Annonciation et de l’ArchangeSaint-Michel, la cathédrale de la Dormition est dépourvue
10. Mausolée de Lénine, place Rouge.
11. Ancien Sénat : siège de l’administration présidentielle.
12. Ancien Arsenal : lieu de stationnement du régiment
de sécurité présidentielle.
13. Palais d’Etat (ex-Palais des congrès) : construit dans
les années 1960, il sert de salle principale
au Ballet du Kremlin et accueille des spectacles.
14. Palais des Térems (XVIIe), premier palais en pierre
des tsars, résidence officielle du président russe.
15. Grand Palais du Kremlin (XIXe) : ancienne résidence
des tsars, transformée en lieu de réceptions
et d’inaugurations officielles.
16. Palais à Facettes (XVe) : un des lieux d’accueil
des visites officielles de la présidence.
17. Jardin Alexandrovsky.
ILLUSTRATION : ANDRÉ DE CHASTENET
MO
SK
OV
A
15
de campanile : le clocher d’Ivan-le-Grand en fait office.
S’élevant à 81 mètres de haut, dominant la place des
Cathédrales, il est visible à des dizaines de kilomètres – les
tsars avaient même interdit qu’un bâtiment lui fût supérieur
en taille à Moscou. Construit au XVIe siècle (là encore par un
Italien), agrandi au XVIIe, il fut plus tard flanqué d’une petite
église. La cloche qui surplombe sa nef centrale est lourde
(65 tonnes) mais trois fois moins que celle qu’on découvre au
pied du clocher, posée à l’extérieur de l’édifice. Tsar kolokol
(« la cloche Reine ») est le plus gros maître-bourdon du
monde. Six mètres de haut et de diamètre, ornée de portraits
et de textes dessinés et rédigés au XVIIIe, elle est amputée 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 53
VALERY SHARIFULIN/TASS/ABACA
SYLVAIN SONNET/HEMIS.FR
MOSCOW KREMIN MUSEUM
CAMILLE MOIRENC/HEMIS.FR
A ne manquer sous aucun prétexte : la cathédrale de l’Archange-Saint-Michel et la plus grosse cloche du monde ; la cathédrale de
la Dormition ; le Tsar Pouchka, plus gros canon du monde ; le musée des Armures où figure notamment le carrosse d’Elisabeth Ire.
UN LIEU CHARGÉ
D’HISTOIRE
POLITIQUE
ET RELIGIEUSE
- d’un triangle de bronze, stigmate de sa chute
spectaculaire après un incendie. Quelques mètres plus loin,
un autre « tsar-objet » : Tsar Pouchka, le « roi des canons ».
Près de 40 tonnes, un calibre de 890 mm (mais on ignore s’il
a jamais envoyé le moindre obus), il révèle le savoir-faire
d’ingénierie militaire russe au XVIe siècle. Il a été commandé
par Fédor Ier, fils d’Ivan le Terrible, qui, dit-on, n’était pas peu
fier de figurer en bas-relief sur le canon…
Cet incroyable canon est posé devant l’église des DouzeApôtres, accolée au palais des Patriarches. Bâti pour le
patriarche Nikon, il abrite une des plus belles collections de
l’art russe au XVIIe dans une salle somptueuse qui servit
longtemps de lieu de réception pour les tsars : la salle de la
Croix. S’y tient une exposition permanente d’objets
(mobilier, vaisselle religieuse, bijoux, habits) qui restitue
parfaitement le temps des premiers Romanov.
Le palais des Armures, lui, est une splendeur pour les yeux.
54 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
Paradoxalement, ce n’est pas devant les armures qu’on
s’attarde, mais devant le trône (étonnamment) modeste d’Ivan
le Terrible, les carrosses ouvragés (notamment celui du maire
de Briansk en 1640, avec ses tentures de velours extérieures et
ses fenêtres en mica ; celui créé par le Français Bregtheil pour
Catherine II, avec ses incroyables motifs mythologiques ; celui,
ultra-rococo, offert à l’impératrice Elisabeth Ire par le roi de
Prusse qui en pinçait pour elle), les cadeaux parfois très
baroques offerts aux tsars par les ambassadeurs étrangers,
quelques couronnes (ne pas manquer celle, en or, de Vladimir
Monomaque) et les œufs de Fabergé, aux tailles et aux
décorations plus invraisemblables les unes que les autres.
Quant aux amateurs de tout ce qui brille, ils ne manqueront
pas, dans le même bâtiment que le palais des Armures, le
Fonds des diamants. Cette collection de bijoux, joyaux,
couronnes et sceptres ayant appartenu aux couples
impériaux russes regorge de pièces insolemment
éblouissantes (au sens propre et au sens figuré). La plus
impressionnante ? Le diamant de 190 carats offert à
Catherine II par son généreux amant et conseiller Grigori
Orlov. Mais on y découvre aussi un lingot d’or de
36 kilogrammes et le plus grand saphir taillé du monde
(258 carats). Au Kremlin, les diamants sont éternels…
■ JEAN-CHISTOPHE BUISSON (À MOSCOU)
Le Kremlin se visite tous les jours, de 10 h à 17 h, sauf le jeudi.
Billet d’entrée pour l’ensemble architectural (jardin, églises, Palais des
Patriarches, clocher d’Ivan-le-Grand). Billet supplémentaire pour le musée
des armures et le fond des diamants.
C R O I S I È R E S
BERLIN
ELBE
Nedlitz
MAGDEBOUR
POL OGN
WITTENBER
MEISSEN
BAD SCHANDAU
DRESDE
LITOMERICE
PRAGU
MOLDAU
A L LE M A GN E
avec Alain Duault,
conférencier,
directeur artistique
CROISIÈRE MUSICALE
S U R L A M O L D A U E T L’ E L B E
n proraation ptionnll av :
Melody Louledjan,
soprano
Pierre Genisson,
clarinee
Le Trio
Wanderer
DE PRAGUE À BERLIN
RENSEIGNEMENTS
ET RÉSERVATIONS
AU Précisez le code: CROISIERE FIGARO
Vous découvrirez des joyaux du patrimoine architectural étroitement associés
à la création musicale des plus grands compositeurs : Dvorak, Schumann, Wagner,
Mendelssohn, Strauss qui enchanteront votre voyage.
EN PARTENARIAT AVEC
Le MS Elbe Princesse, privatisé pour Le Figaro, doté de 40 cabines seulement, vous
offrira des moments magiques à vivre entre lecteurs du Figaro !
w w w. c r o i s i e u r o p e . c o m
© O. Asmussen
AUT RICH E
56 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
SON ALTESSE
L’AGA KHAN
Mondialement connu pour la passion qu’il voue aux
chevaux de course, le prince héritier de la dynastie des
Hassan est aussi un homme d’affaires avisé. Chef
spirituel des ismaéliens, cet imam professe un islam
modéré. Il célèbre jusqu’en juillet son jubilé de diamant.
L’Aga Khan avec sa fille
Zahra dans les écuries de
Gouvieux, près de Chantilly,
lors d’une rencontre pour
« Le Figaro Magazine ». Le
prince a trois enfants d’un
premier mariage avec Sarah
Frances Croker-Poole, et le
dernier, Aly, d’un second
avec Gabriele Homey.
EMANUELE SCORCELLETTI
PAR CHARLES JAIGU
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 57
C
DMITRI KESSEL/THE LIFE PICTURE COLLECTION/GETTY IMAGES ; ZAHUR RAMJI/AKDN
A Chantilly, en 1999, l’Aga
Khan et son jockey Gérald
Mossé, vient de remporter
le Prix de Diane, avec
la pouliche Daryaba.
“MON PÈRE EST BEAUCOUP PLUS
C
et homme est en
mouvement perpétuel autour de la terre.
Un voyageur itinérant,
mais avec room service 5 étoiles, une armada de garçons d’étage. Le voilà, comme il se doit,
entre un atterrissage et un décollage : « Papa est rentré du Portugal hier soir. Je suis arrivé ce matin de Genève », explique sa
fille Zahra, qui le retrouve ce soir-là dans leur propriété
d’Aiglemont, tout près de Chantilly. Le lendemain, le prince
aux 81 printemps repartira dans son jet vers Douchanbé, capitale du Tadjikistan. Ses valises soigneusement l’attendent
déjà. Une dizaine de personnes l’accompagneront pour
veiller au moindre détail. Tout est huilé, silencieux, invisible.
Pour l’approcher, il faut convaincre ses nombreux conseillers
qui tentent de désarmer toute curiosité mal placée. Car la
communication de Son Altesse, toujours très ciblée et cloisonnée, est tout sauf ostentatoire. Elle le protège comme il
convient à un chef spirituel, mais aussi à ses fidèles dispersés
aux quatre coins du monde, un peuple de confession ultrami-
58 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
noritaire qui cherche à se fondre dans le paysage. « Pour être
efficace, il faut souvent ne pas se faire remarquer », nous confie
Son Altesse en détachant chaque syllabe pour marteler l’importance de son message.
Tout est donc fait pour que l’Aga Khan se concentre sur ses
missions principales : la relation avec sa communauté de fidèles dans le monde et la géopolitique humanitaire. « Les rapports avec le Tadjikistan sont bons, on a un programme dans la
santé à Kaboul qui marche bien, et maintenant les Tadjiks veulent
qu’on aille chez eux », glisse Son Altesse en français. A Aiglemont, on trouve les écuries du prince et les bureaux de sa Fondation. Le cadre est luxueux, mais fonctionnel. Des maisons
à taille humaine ouvrent leurs larges fenêtres sur des pelouses
soignées, dans lesquelles les petits et grands bâtiments de
pierre picarde se fondent parmi les arbres dans un silence
parfait. Au détour d’un virage, on tombe sur un centre d’entraînement fraîchement repeint d’un vert foncé équestre.
C’est là que se trouvent les chevaux de course du prince.
« Mon père est beaucoup plus dans son avion que sur un cheval »,
souligne Zahra, sous l’œil approbateur de son père.
Cela ne l’empêche pas de toujours suivre le déroulement des
courses où ses chevaux sont engagés. Il connaît en général
leur arbre généalogique sur le bout des doigts, en remontant
jusqu’aux arrière-grands-parents. « Il y en a beaucoup qui
connaissent ça mieux que moi. La meilleure sur ce sujet est la reine
Elisabeth, qui peut remonter jusqu’à six générations. Je pense que
c’est sa seule vraie passion, on discute énormément de chevaux
ensemble, et je suis heureux de lui en avoir donné », raconte-t-il.
« Les médias ont tendance à
arabiser le monde musulman »,
regrette l’Aga Khan, que l’on voit ici
lors d’une de ses tournées
à la rencontre des ismaéliens
d’Afghanistan, qu’il n’a pu
retrouver qu’après
la chute de l’URSS.
DANS SON AVION QUE SUR UN CHEVAL”
Car l’Aga Khan est l’un des rares dans le monde à être à la fois
éleveur et entraîneur. « Dans le monde hippique, soit on élève
pour vendre, soit on achète pour faire courir mais le prince élève et
entraîne, et il achète très peu, car il estime qu’on ne reconnaît un bon
cheval qu’en le voyant évoluer depuis longtemps. Il vient souvent
voir les chevaux, les tester », explique Alain de Royer-Dupré,
entraîneur et éleveur à Chantilly, qui suit les chevaux du
Prince depuis plus de trente ans.
Sur ce sujet, comme sur les autres, l’Aga Khan fait exception.
Hâlé et robuste, affable et sans protocole, le prince est intemporel dans ses costumes discrets. Un peu moins dandy que ne
l’était son père – même si, sur les photos de jeunesse, il a un
air à la Sean Connery, fossettes charmeuses et manières suaves –, il n’a rien d’un seigneur d’Asie centrale. Il est pourtant
précédé d’une aura où voltigent des épouses et des fêtes
somptueuses, le tout dans un nuage de vénération religieuse,
ce qui lui donne le mystère d’un personnage d’Hergé dont les
vies apparemment contradictoires cessent de l’être par la
grâce de la fortune, la fidélité d’un peuple pieux et une générosité qui le place à la tête de la plus grande organisation humanitaire privée - un milliard de dollars distribués chaque
année. Son élégance discrète a été façonnée par les écoles internationales, du pensionnat du Rosey, dans les montagnes
suisses, non loin de Gstaad, jusqu’à Harvard. Il roule légèrement les « r » et parle avec naturel, quand la princesse Zahra
aime pimenter la conversation d’humour et d’argot. Zahra
Khan, le visage parsemé de taches de rousseur, polyglotte
comme son père, vit à la fois en princesse, en femme et en
mère de trois enfants, divorcée de son mari anglais. Son père
a décidé de l’impliquer dans l’élevage princier, et sa complicité avec le patriarche ismaélien est évidente. Elle vit en
Suisse, comme une partie de la famille Khan.
Dans les écuries d’Aiglemont, les pur-sang sont traités
comme des vedettes de films à gros budget. Cela fait quatrevingt-dix ans que les chevaux de l’Aga Khan sont présents en
France. Il possède également trois haras en Normandie, dont
celui racheté à Jean-Luc Lagardère, et il a conservé son élevage irlandais, acheté dans les années 1920, au sud-ouest de
Dublin. Au total, 850 chevaux, et 220 employés, dont les deux
tiers en France, les autres en Irlande. Car c’est par les chevaux
que les Khan ont migré de l’Asie vers l’Europe. Leur casaque
verte et rouge est arrivée sur les champs de courses d’Epsom
et de Longchamp dans les années 1920.
« Je ne sais pas si les ismaéliens suivent mes couleurs, et je n’ai
jamais posé la question. Parfois, je reçois des messages quand
j’ai un cheval gagnant. Je pense qu’ils voient ça comme un
hobby personnel », nous dit-il. Il n’y avait rien d’évident à
prolonger l’investissement dans les courses de chevaux de
génération en génération. Quand son père Aly lui a transmis
son élevage en 1960, le jeune homme hésite à tout vendre,
puis il choisit la continuité. Même s’il s’agit d’un hobby,
l’élevage des chevaux n’est jamais un hasard chez un prince
musulman. « Le Prophète lui-même est souvent représenté
avec un cheval », glisse l’Aga Khan.
Pour comprendre l’étonnant alliage dont est fait l’Aga 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 59
DMITRI KESSEL/THE LIFE PICTURE COLLECTION/GETTY IMAGES
JAMES WHITMORE/THE LIFE PICTURE COLLECTION/GETTY IMAGES
Aga Khan III (1877-1957) avec la bégum, son épouse, à gauche,
et Rita Hayworth, à droite, mariée au prince Ali Khan entre
1949 et 1951. Ali Khan se tient au-dessus d’elle en costume
sombre. A sa droite, on voit le jeune Karim, futur Aga Khan IV.
L’Aga Khan reçoit en 1957 les tuniques de son grand-père
lors d’une cérémonie d’installation à Dar es-Salaam, en
Tanzanie.
UNE MISSION
SPIRITUELLE
ET DES INTÉRÊTS
TEMPORELS
- Khan, il faut revenir aux commencements de l’islam,
après la scission entre les sunnites et les chiites. Au VIIIe siècle
de notre ère, les chiites se scindent à leur tour en deux groupes. Les duodécimains – aujourd’hui majoritaires dans le
chiisme – et les ismaéliens. Dans les premiers temps, ce sont
les ismaéliens qui partent à la conquête du monde. Leur califat
couvre notamment l’Egypte. Mais il s’écroule au XIe siècle, et
les ismaéliens se dispersent dans les montagnes du Liban – ce
sont les druzes – ou les hauts plateaux du royaume perse.
Ceux que l’on nomme désormais les ismaéliens nizarites se
retrouvent en Syrie, en Asie centrale et en Inde. Persécutés, ou
tout juste tolérés, ils survivent dans une semi-clandestinité.
Mais, à partir de 1818, leur 46e imam, Mohamed Hassan est
gratifié du titre turco-mongol d’Aga Khan Ier par le shah
d’Iran. Puis il est chassé par ce même shah, qui le juge finalement trop puissant. Il doit fuir, avec ses fidèles, jusqu’en Inde,
où il noue une alliance avec le colonisateur britannique qui le
reconnaît comme un descendant direct du Prophète. Son petit-fils, Aga Khan III, prend sa suite en 1885. Ce sera le même
homme qui, en 1898, dînera avec la reine Victoria, et prendra
le thé en 1953 avec la toute jeune Elisabeth II. Et c’est sa passion pour les chevaux qui le pousse à quitter l’Inde pour l’Europe dans les années 1920. Installé à Genève, il va et vient entre les champs de courses anglais et français, entre Epsom et
Longchamp. Habitué des cours princières, marié quatre fois –
dont une avec la fille d’un conducteur de tramway français –,
c’est lui qui invente les premières fondations humanitaires ;
des dizaines d’écoles et de dispensaires aux Indes et en Afrique de l’Est. Il devient président de la SDN dans les années
1930 et il est, en 1948, l’un des pères fondateurs du Pakistan.
En 1957, le vieux prince s’éteint dans sa propriété genevoise,
au terme d’un très long règne. A l’ouverture du testament,
c’est la stupéfaction : il annonce sa volonté de transmettre sa
mission à son petit-fils de 20 ans pour qu’il devienne « l’imam
de l’âge atomique ». Le père, éconduit mais pas rancunier,
sillonnera le monde avec son fils Karim pour asseoir sa légitimité avant de mourir, en 1960, au volant de sa Lancia dans un
mauvais virage du parc de Saint-Cloud.
ROBERT KNUDSEN/AKDN
Karim Aga Khan n’a pas encore atteint la longévité de son
Avec John Kennedy à la Maison-Blanche, en 1961.
60 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
grand-père, mais il fête néanmoins cette année ses soixante
ans d’imamat. « Dans le monde, qui a le même job à un tel niveau
pendant soixante ans ? » remarque un proche. C’est pour célébrer l’événement que depuis un an, il répond aux invitations
de toutes les communautés de son peuple. Cette religion n’a
pas de clergé, en dehors de l’Aga Khan lui-même, mais des
« comités de la communauté », pas de lieu de culte mais des
« centres culturels », les jamatkhanas. Elle propose des lieux
de méditation, mais aussi des salles de réunion équipées de
Wi-Fi. Contrairement au pape, auquel il se compare parfois,
l’Aga Khan « n’a pas qu’une mission spirituelle, il s’occupe aussi
des intérêts temporels des siens », explique-t-il. Ses multiples
fondations constituent un réseau complexe de sociétés d’investissement. En tout, 80 000 personnes travaillent pour les
fondations de la famille, qui comprennent les actifs les plus divers qu’il s’agisse de la plus grande banque du Pakistan, mais
aussi des hôpitaux, des sociétés agricoles, des compagnies
d’aviation, des hôtels. La Costa Smeralda, en Sardaigne, où il
a développé 3 000 hectares en station balnéaire, est en revanche un «activité privée». On le retrouve souvent du côté de
l’Afghanistan, qui abrite « une communauté ismaélienne encore
plus ancienne qu’en Inde, au Pakistan ou en Afrique », nous
dit-il. Dans ce pays ravagé par les talibans, sa fondation finance une trentaine de centres de santé de toutes tailles. « On
gère, pour le gouvernement afghan, l’électricité et le système sanitaire de trois provinces, des projets d’industrie et de développement
rural. Nous construisons aussi des barrages hydroélectriques et
des fermes d’énergie solaire au Tadjikistan et au Kirghizistan»,
indique sa fille Zahra. L’Afrique de l’Est est une autre zone
d’aide au développement. « La décolonisation a laissé beaucoup
de pays en difficulté, et j’ai voulu les aider. Dans les années 1960,
j’ai créé le journal The Nation, le quotidien des indépendantistes
africains, qui est aujourd’hui l’un des premiers d’Afrique de
l’Est », observe l’Aga Khan.
Si la silhouette furtive de Son Altesse se fait discrète sur les
champs de courses pendant le Prix de Diane - « Je préfère un
mardi pluvieux où l’on est trois sur l’hippodrome », sourit-il -, la
légendaire discrétion de l’Aga Khan est moins vraie en Afrique
ou en Asie, où certains hôpitaux portent son nom. « Nous
voulons être connus dans ces pays pour nos actions philanthro-
GARY OTTE/AKDN
Visite aux ismaéliens de Salamieh, en
Syrie, pendant le jubilé d’or, en 2008.
piques », explique Zahra. Il faut que la population sache que
la communauté ismaélienne est bienfaitrice, qu’elle édifie
hôpitaux, barrages, universités, routes et réseaux électriques.
« Nos universités accueillent les meilleurs étudiants, nos hôpitaux
accueillent tous les malades. A Dar es-Salaam, on est soigné dans
un hôpital Aga Khan. Mon père a travaillé sur le long terme : toutes
ces institutions existent depuis soixante ans, ce sont des marques
connues », continue Zahra. En cas de crise politique, le chef de
la famille ismaélienne prend ses responsabilités. « En 1972,
quand Idi Amin Dada a dit qu’il n’était plus responsable des nonOugandais, j’ai transporté avec les Canadiens en deux jours
25 000 personnes dans des charters pour le Kenya et le Canada »,
nous raconte le prince.
Les enfants de l’Aga Khan sont tous impliqués dans la gestion
de ces fondations. « Mon frère s’occupe du microcrédit et de la
finance, et moi des chevaux, de la santé et de l’éducation mais nous
sommes polyvalents et, s’il y a un problème au sud du Pakistan,
c’est notre téléphone qui va sonner », résume Zahra. Karim Aga
Khan est donc l’un des premiers praticiens de l’autodéveloppement, citant sans cesse cette maxime chinoise dont il s’est
fait une devise : « Je ne pêche pas le poisson pour nourrir ceux qui
ont faim, je leur donne une canne à pêche. » C’est l’une des nombreuses originalités de cette philanthropie par vocation religieuse : réalisme géopolitique et culture de l’investissement
de long terme. Tout y est pesé dans une logique de fonds
« éthiques » avant l’heure. Son approche anticipe très tôt le
besoin d’infrastructures que les Etats africains ne sont pas
capables de porter. « Son Altesse a compris, dès les années 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 61
GARY OTTE/AKDN
Visite d’une école
primaire du
réseau Aga Khan
à Mombasa,
au Kenya.
UN PIONNIER DU
DÉVELOPPEMENT
DANS LE TIERS
MONDE
- 1970, que le développement du tiers-monde ne passait pas
par les mégaprojets, mais par l’esprit d’initiative en milieu rural », rappelle l’un des cadres de la société - ils sont 200 près
de Chantilly, et à peu près autant à Genève.
Le ciment de cette diaspora, c’est donc lui, cet homme dont
les messages aux fidèles ressemblent plus à des business plans
qu’à des encycliques. Avec le zakat (la dîme), chaque ismaélien donne une partie de ses revenus, qu’il réinvestit au profit
de chaque communauté, sans qu’on connaisse toutefois les
montants. La valorisation totale des acifs de l’Aga Khan est
évaluée autour de 15 milliards de dollars, mais on ne connaît
pas le bilan des actifs de cette holding atypique. Exonéré
d’impôts en France, où il est très souvent – il habite également
dans un hôtel particulier sur l’île de la Cité, à Paris –, l’Aga
Khan a « sauvé le domaine de Chantilly », qu’il s’agisse du château, cogéré par l’Institut de France, ou de l’hippodrome. « Le
prince est un aménageur dans l’âme, il est d’ailleurs membre de la
section architecture de l’Académie des beaux-arts, raconte
Gabriel de Broglie, le chancelier de l’Institut. A Chantilly, il a
toujours eu une vision d’ensemble et de long terme. » Ce côté
stratège au long cours se retrouve dans la protection des arts
62 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
islamiques : « Au Caire, il a exhumé les enceintes médiévales
ensevelies sous des siècles de déchets », se souvient Gabriel de
Broglie. Il ajoute : « Il a pris le temps qu’il lui fallait pour créer une
collection d’art islamique, puis il a choisi de l’installer à Toronto
parce qu’il s’y trouvait une importante communauté ismaélienne,
mais aussi parce que c’était le premier musée du genre sur le
continent américain. »
On considère en général que les ismaéliens sont entre 13 et
15 millions dans le monde. « C’est toujours un peu délicat de
compter chaque communauté », nuance l’Aga Khan, qui préfère,
là aussi, rester dans le vague. Car les ismaéliens sont souvent
vulnérables dans les pays musulmans où ils se trouvent. On
comprend l’extrême précaution avec laquelle le prince aborde
ces sujets, lui dont la famille a fait le choix de l’occidentalisation depuis plus d’un siècle, au point de présenter le visage le
plus moderne de l’islam. « On fait trop souvent la confusion entre
une culture, la culture arabe, et une foi, la foi musulmane », prévient
le chef des ismaéliens. Il regrette que les médias se laissent aller
à « l’arabisation du monde musulman ». Les ismaéliens sont la
preuve que l’adaptation à la modernité est possible. « Nous
sommes modérés, nous regardons vers l’avant, [notamment
parce que] la communauté a un imam vivant qui est le chef spirituel incontesté de son peuple », fait observer Zahra. « Nous ne
nous référons pas à la tradition pour la tradition. Nous y cherchons
ce qui est valable dans le monde moderne, et la communauté
écoute les décisions de l’imam vivant. Notre foi est une foi qui peut
évoluer », conclut son père. Evoluer jusqu’où ? Un jour une
femme pourrait-elle être l’imam de la communauté ismaélienne ? «Il n’en est pas question !», jurent ses proches, effrayés
de cette suggestion. Ce ne serait qu’une révolution de plus
■ CHARLES JAIGU
pour « l’imam de l’âge atomique ».
Probablement l’un des magazines
les plus intelligents du moment !
32
BUSINESS | CULTURE | DESIGN | ARCHITECTURE | MODE | VOYAGES | LIFESTYLE | N° 32 FÉV. / MARS / AVR. 2018 | 6 € | www.thegoodlife.fr
Le premier magazine masculin hybride : business & lifestyle
RAPPORT SPÉCIAL
THE GOOD FLIGHT
The Good Speed
70 PAGES SUR
ARMEMENT : ISRAËL À LA POINTE
DE LA TECHNOLOGIE
L’ÉVOLUTION DES
MARCHÉS AÉRIENS
DANS LE MONDE,
POUR TOUT SAVOIR
SUR LES MEILLEURES
COMPAGNIES
The Good College
ÉCOLE HÔTELIÈRE DE LAUSANNE :
GLOBAL ATTITUDE & EXCELLENCE
The Good Trips
Think
Positive
PORTLAND :
BIG CITY ET BERCEAU
DU MOUVEMENT HIPSTER
The Good Design
LE MOUVEMENT MEMPHIS :
LES ANNÉES 80 EN BOOMERANG
The Good Shoes
L’INDUSTRIE DE LA CHAUSSURE
DE LUXE AU SCANNER
The Good Test
MINI COUNTRY MAN
HYBRIDE RECHARGEABLE
Think
Global
The Good Vibration
MUSIQUE, PHOTO
ART CONTEMPORAIN
Extremely addictive
Business
is
beautiful
NUMÉRO 32 (300 PAGES).
EN VENTE CHEZ TOUS LES MARCHANDS DE JOURNAUX.
CRÉÉ PAR IDEAT ÉDITIONS, L’ÉDITEUR DU MAGAZINE DE DÉCORATION
.
Sur le marché de nuit,
les vendeuses
proposent leurs bottes
de qat à 10 dollars la
pièce. Avant de payer,
les acheteurs examinent
la fraîcheur des feuilles,
notamment les plus
petites, les seules qu’ils
vont mâcher.
64 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
QAT
LE FLÉAU SOMALIEN
Dans la corne de l’Afrique, ces feuilles vertes euphorisantes sont
consommées quotidiennement. Un business juteux pour les négociants
et ruineux pour les usagers.
DE NOS ENVOYÉS SPÉCIAUX À MOGADISCIO ET À MAUA, JEAN-MARC GONIN (TEXTE) ET PASCAL MAITRE/COSMOS (PHOTOS)
66 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
ACCROS,
LES HOMMES PASSENT
DES HEURES À MÂCHER
Censés protéger les réfugiés qui ont fui la famine
pour trouver abri dans un camp entre Afgooye et Mogadiscio,
ces deux miliciens mâchent du qat. Le rituel est immuable :
dès que les vendeuses arrivent en début d’après-midi,
les hommes arrêtent toute activité.
L
À MAUA, AU KENYA, LA RÉGION
a matinée tire à sa fin et le soleil brûle déjà.
Mogadiscio, la capitale somalienne, vit au
ralenti. Les piétons recherchent l’ombre
des murs blanchis à la chaux,
les artisans somnolent couchés à même les planches
sur des sommiers semblables à de larges tables, et les
animaux – chiens, moutons, bourricots –, paressent à l’abri
des maigres acacias. Au marché de Beerta, en lisière du
centre-ville, la torpeur cache l’impatience. Couvertes de
tôle ondulée appuyée sur des poteaux de bois grossier, les
échoppes alignées sont encore vides. On dirait une étendue
de terre battue peuplée de quelques marchands oisifs. Tous
n’attendent qu’une chose : l’arrivage quotidien de qat.
Quand les trois camions franchissent l’un après l’autre le
portail de ce marché de gros gardé par des hommes en
armes telle une réserve d’or, leur irruption dans un nuage
de poussière déclenche l’effervescence. D’un coup, tout
le monde se lève et se précipite vers les poids lourds.
On crie, on se bouscule, on se menace. Des hommes
68 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
grimpent aux ridelles vers les sacs de jute empilés. Un à
un, ils jettent les ballots gonflés de feuilles vertes, immédiatement récupérés par des portefaix qui se les disputent
entre eux. Certes, le nom du grossiste destinataire est
écrit sur chaque sac mais celui qui le transporte jusqu’à
son étal aura droit à une récompense inestimable : une
poignée de qat.
Dans les échoppes, le jute est prestement décousu pour
libérer le précieux feuillage. Les grosses bottes sont divisées en petits bouquets. Les revendeuses des rues – à
Mogadiscio, la vente du qat est assurée par des femmes –
les entassent ensuite dans des paniers ou des cabas
ronds. Munies de leurs achats, elles quittent l’enceinte
de Beerta sans délai. Devant le portail, des dizaines de
rickshaws, moteur en marche, attendent leur passagère. A peine le qat entassé sur le plancher des véhicules
et les vendeuses installées sur la banquette, une nuée de
tuk-tuk – autre appellation de ces taxis triporteurs –
fond sur le centre-ville où des acheteurs en manque
tournent en rond. Comme tous les toxicomanes, leur
ration quotidienne les obsède.
Chaque jour, le même scénario se reproduit. Immuable. A
ENTIÈRE VIT DE CETTE CULTURE
Mogadiscio comme à Bosasso ou à Kismaayo, à Bardera
comme à Baidoa, du nord au sud et d’est en ouest, la
Somalie croule sous le qat tous les après-midi. Comme à
Djibouti ou au Yémen, sur l’autre rive de la mer Rouge,
cette drogue est un fléau national qui dévaste la société :
accoutumance, violence, diminution de l’appétit,
somnolence.
Dans la corne de l’Afrique, cela fait des siècles que l’on
consomme cette plante. En arabe, qat (ou khat) signifie
arbuste. Il est originaire de cette région, soit du Yémen,
soit d’Ethiopie, selon les sources. Aujourd’hui, le qat
pousse essentiellement dans ces deux pays ainsi qu’au
Kenya, à des altitudes supérieures à 1 600 mètres. En
mâchant ses feuilles, on libère une substance psychotrope, la cathinone, qui stimule et rend euphorique – ce
sont les bourgeons et les jeunes rameaux qui en contiennent
le plus. Ses effets sont comparables aux amphétamines :
elle soulage la fatigue et atténue la sensation de faim.
Selon le site du ministère de la Santé, Drogue Info Service,
sa consommation régulière entraîne tolérance et dépendance. En d’autres termes, l’usager ressent une perte
d’efficacité du qat et son organisme en réclame davantage
et plus souvent. Reconnaissables à leurs dents brunâtres,
Le qat consommé à
Mogadiscio pousse
dans la région de
Maua, sur les flancs du
mont Kenya. Ci-dessus,
les cultivateurs
kényans apportent
chaque jour leur
récolte au marché
d’Athiru Gaiti, où des
négociants établissent
le prix selon la qualité
et la fraîcheur.
A gauche, une femme
emballe du qat
dans des feuilles
de bananier pour
l’exportation : les
feuilles ainsi protégées
vont prendre l’avion
pour Toronto,
où la consommation
de qat est légale.
ceux qui en mâchent chaque
jour développent des symptômes
de paranoïa, subissent des accès
de violence et peuvent nourrir
des idées suicidaires. Insomnies, troubles de la sexualité et
dénutrition viennent compléter
ce sombre tableau.
Parcourir les rues de Mogadiscio
après 15 heures revient à errer au
pays de la toxicomanie généralisée : les trois quarts de la population masculine s’y adonnent.
Partout, des hommes, assis sur
un seuil de porte, couchés à
même le sol ou vautrés à l’arrière
d’un pick-up, dépiautent leur
poignée de rameaux rougeâtres. A leurs pieds, le sol est
jonché de feuilles jetées parce que jugées insuffisamment
fraîches et jeunes à leur goût. Une joue gonflée par la boule
de qat formée des meilleurs rameaux, ils passent des heures
immobiles, les yeux dans le vague, à laisser la substance agir.
Seuls interludes, de grandes rasades de thé servent à 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 69
A 1 700 m. d’altitude,
dans une plantation
du village de Munoru
(Kenya), une cueilleuse
travaille au milieu des
arbustes (ci-dessus).
Les feuilles se récoltent
toute l’année.
Au centre, un avion
chargé de qat vient
de se poser sur une
piste en Somalie.
Immédiatement
déchargées sur
un pick-up,
les balles prennent
le chemin
du marché.
- réhydrater la bouche
asséchée par cette plante aux
effets astringents. Autant dire
qu’il ne faut pas traîner dehors à
partir d’une certaine heure.
Certes, Mogadiscio n’est pas
une ville de tout repos mais, dès
que le soleil décline, mieux vaut
ne pas se trouver sur le chemin
de ces accros au qat souvent
munis d’une kalachnikov ou
d’un couteau. Les accès de colère
induits par la drogue conduisent chaque soir à des drames.
Au-delà des humeurs belliqueuses qu’elle produit, cette
addiction pèse lourd sur l’économie et le travail. Au détail, dans les rues de Mogadiscio,
le qat se vend 10 dollars le bouquet. Les usagers en ont
besoin chaque jour. Un accro doit donc dépenser
300 dollars par mois pour assouvir sa dépendance. Or le
salaire net moyen d’un Somalien tourne autour de
250 dollars. La conséquence est évidente : ceux qui peuvent se le permettre y passent l’intégralité de leurs revenus
et les plus pauvres doivent recourir à des moyens illégaux
pour se procurer de l’argent. « Il n’est pas rare que des
soldats ou des policiers somaliens se servent de leur arme pour
braquer, explique un responsable de sécurité occidental à
Mogadiscio. Et, avec l’argent volé, ils se paient leur ration de
qat. » Ailleurs, ce sont des familles qui sont détruites, des
foyers qui s’appauvrissent et des enfants qui souffrent.
Quand l’essentiel des revenus est englouti par le qat,
l’argent n’arrive pas jusqu’à la maison.
Surnommé Qaad Diid (arrête le qat !) par les Somaliens,
Abukar Awale, 48 ans, a déclaré la guerre à cette addiction. Il en a lui-même consommé pendant des années.
Quand il a émigré de Somalie pour l’Angleterre, il s’est
installé en 1997 à Wembley, où le qat importé légalement
se trouvait facilement sur le marché. Pendant sept ans, il
a continué à en prendre avant de s’arrêter d’un coup, se
rendant compte qu’il détruisait sa famille et son avenir.
« Je perdais confiance en moi, explique-t-il, je devenais
paranoïaque. » Du jour où il s’est libéré de sa dépendance,
Abukar Awale a lancé une organisation de lutte contre la
consommation de qat. Il a d’abord concentré ses efforts
sur la Grande-Bretagne, où la communauté somalienne
la pratiquait sans entraves. Sa campagne de sensibilisation a marché. Scientifiques, travailleurs sociaux, élus lui
ont emboîté le pas pour réclamer son interdiction au
Royaume-Uni, dernier pays de l’Union européenne où il
était en vente libre – même les Pays-Bas, où la tolérance
vis-à-vis de ce genre de substances n’est plus à démontrer, l’avaient prohibé en 2012. Alors ministre de l’Intérieur, Theresa May a décidé de mettre fin au négoce en
2013, mesure qui a pris effet en juin 2014.
Depuis cette victoire, Qaad Diid tente de faire du prosélytisme dans son pays d’origine. Il n’a pas encore osé faire
campagne en Somalie même. Mais il a tenté des incursions
dans deux Etats voisins – nés de sécessions avec la Somalie.
Avec des fortunes diverses. Au Puntland, il a effectué une
“LE COMMERCE DU QAT, C’EST UNE COUR
70 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
Ci-dessus, un camion
conférence devant des étudiants en février 2015, tandis
qu’au Somaliland, il a été arrêté par les autorités avant
qu’il ne puisse prendre la parole…
A Maua, Abukar Awale ne serait pas le bienvenu. On le
vouerait plutôt aux gémonies. Depuis que le GrandeBretagne a mis un coup d’arrêt aux importations de qat,
cette bourgade du Kenya a perdu gros – un chiffre d’affaires
annuel estimé à 25 millions de dollars. Située dans le
comté de Meru sur les flancs du mont Kenya, la ville vit de
l’arbuste aux propriétés euphorisantes. Pas moins de 95 %
du qat consommé à Mogadiscio pousse dans les plantations de la région. En langue meru, l’ethnie locale, on
l’appelle miraa. Et, pour les agriculteurs, elle signifie
miracle. Tout autour de Maua, sur les pentes du volcan
éteint, on n’aperçoit qu’une mer ininterrompue de ces
arbustes aux troncs gris et aux branches tortueuses.
Le long des routes et des chemins, des colonnes d’ouvriers
agricoles, hommes et femmes, se louent d’une plantation
à l’autre pour cueillir les feuilles. « Le miraa, c’est une
course contre la montre, explique Jeremiah Kobia, négociant en gros à Maua. Les feuilles fanent en quarante-huit
heures et ne sont plus consommables. » Dès l’aube, les récolteurs sont à l’œuvre. Cornaqués par un ou une – les
femmes sont nombreuses à travailler dans les plantations
– contremaître, ils se concentrent sur les arbres désignés.
Délicatement, ils coupent les tiges rouges, de la couleur
de la rhubarbe, qu’ils posent ensuite dans un sac en
bandoulière.
Une fois la cueillette terminée, les propriétaires de
arrive au marché
l’exploitation filent à moto vers
de Breeta avec
les marchés de la région, lestés
les sacs de qat.
de grosses bottes de qat tout
Il est parti avec sa
frais. Le principal se tient tous
cargaison de
les matins à Athiru Gaiti. Là,
l’aéroport de
dès 7 heures du matin, les néMogadiscio où
gociants attendent les fermiers
atterrissent chaque
sur une place aux allures de
jour plusieurs avions
grand parking. Ces derniers
chargés de qat en
portent la botte à vendre sur
provenance de Nairobi
(Kenya). Sur chaque
leur tête. Les négociants tourballe, les transitaires
nent autour d’eux pour juger la
ont inscrit le nom
marchandise. « On la détecte à
du grossiste somalien
l’œil nu, dit Jeremiah Kobia.
destinataire
Plus le rouge des tiges est vif,
de la marchandise.
meilleur est le qat. » Ce jour-là,
une botte de qualité optimale se
vend 1 500 shillings kényans (soit 600 KES le kilo), un peu
moins de 15 dollars – à Mogadiscio, avec une botte comme
celle-ci, les détaillants feront une trentaine de bouquets à
10 dollars pièce… Interrogée sur le prix, une agricultrice se
lamente : « Avant que la Grande-Bretagne interdise la vente,
on nous achetait la même botte pour 10 000 shillings
(100 dollars) ! »
Au bout d’une heure, les affaires sont terminées. Un agriculteur retardataire arrive en courant, tenant une grosse
botte. En vain. Les négociants ont terminé leurs achats.
Comme Jeremiah Kobia, ils enfourchent leur moto ou
montent dans leur 4 x 4 pour gagner Maua au plus vite.
Quelques dizaines de bottes demeurent néanmoins -
SE CONTRE LA MONTRE QUOTIDIENNE”
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 71
Un négociant du
marché de nuit
d’Hargeisa compte
sa recette.
Le marché du qat est
juteux. Il sert,
entre autres,
au financement des
milices somaliennes.
Pourtant, comme
partout en Afrique,
l’argent liquide tend
à disparaître et à
laisser place à des
paiements via le
téléphone mobile.
- sur place. Des négociants
les apportent vers une spacieuse
cabane en planches construite
en lisière du marché. A l’intérieur, assises à même le sol, une
vingtaine de femmes s’affairent
à confectionner de petits bouquets de qat. Une fois les tiges
assemblées, elles les enroulent
dans de la feuille de bananier
qu’elles saucissonnent ensuite
avec un lien végétal. Le tout est
ensuite glissé dans un sac en
plastique. Cet emballage précautionneux visant à conserver l’humidité des feuilles est
réservé à l’exportation lointaine. Ce qat-là va prendre un
vol quotidien de Nairobi à Toronto (Canada), où vivent
plusieurs dizaines de milliers de Somaliens. « Il y a cinq
ans, cette cabane était une vraie ruche, raconte Laban
Gitonga, un négociant âgé de 23 ans. Le qat destiné à
l’Angleterre était conditionné ici pour partir par avion à
Londres. » Jusqu’au 24 juin 2014, 56 tonnes de qat s’envolaient
chaque année de Nairobi pour l’aéroport d’Heathrow.
Autant dire qu’évoquer le simple nom de Theresa May sur
le marché d’Athiru Gaiti provoque un début d’émeute.
A Maua, la marchandise change de mains. Jeremiah
Kobia, qui a regroupé le qat acheté le matin dans des gros
sacs de jute, le vend en ville à des Somaliens. A 1 000 KES
le kilo, il empoche un bénéfice de 40 %. Plusieurs milliers
de Somaliens vivent dans cette bourgade située à
1 600 mètres d’altitude où il fait froid et humide. Loin
des contrées désertiques et brûlantes où elle a ses origines, cette diaspora domine le business du qat au Kenya.
Pourtant, elle n’en détient pas le monopole : le plus
gros négociant de Maua, Stanley Karuti, est kényan.
Les Somaliens de Maua n’aiment pas que l’on mette le
nez dans leurs affaires. En fin d’après-midi, le long de la
rue principale, sur des dizaines de pick-up alignés le long
de hauts hangars s’entassent les sacs de qat. S’approcher
pour poser quelques questions ou prendre quelques
clichés provoque illico cris et menaces. Au point que la
police locale doit intervenir. « Ils ne veulent pas qu’on se
mêle du commerce du qat, explique un officier. Ne vous
approchez pas de leurs véhicules ! »
S’intéresser de trop près aux voitures en cours de chargement n’est pas le seul danger. Il est encore plus périlleux
UN BUDGET MENSUEL DE 300 $, SOIT PL
72 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
A peine acheté,
de les croiser sur la route. Car les pick-up chargés de qat
dévalent les quelque 300 kilomètres vers l’aéroport
Wilson de Nairobi à tombeau ouvert. Ils doublent sur les
routes de montagne sans la moindre visibilité. Les accidents sont si fréquents que les autorités kényanes ont
hérissé la chaussée de ralentisseurs afin de freiner ces
fous du volant (tous somaliens). Un chauffeur se vante
d’arriver à destination en trois heures – le nôtre, qui
roulait à une allure normale, en a mis cinq…
Au petit matin, sur le tarmac de Wilson, le deuxième
aéroport de la capitale kényane, une quinzaine d’avionscargos bimoteurs attendent la livraison quotidienne. « Le
transport est organisé par les acheteurs et il est à leur charge,
explique Stanley Karuti. Nous assurons seulement la
livraison de la marchandise jusqu’à Wilson Airport. » Pour
le négociant, cela représente deux pick-up chaque jour,
soit deux tonnes de qat réparties en une vingtaine de sacs
de 100 kilos. Lui aussi pleure la disparition du marché
britannique. « Nous avons perdu 40 % de notre chiffre
d’affaires. »
Quand les avions décollent un à un vers Mogadiscio,
le qat contenu dans leur carlingue a été cueilli depuis
à peine vingt-quatre heures. Deux heures plus tard,
« l’escadrille de la came » touche le tarmac de la
le qat est consommé
capitale somalienne. Le ballet
sans délai. Cet homme
est au point. Les camions sont
vient de jeter les
prêts à recevoir la cargaison
feuilles les plus grosses
que toute une ville attend. Vers
et ne garde que
11 heures du matin, ils franchiles plus tendres.
ront le portail du marché de
Une à une, il les met
Beerta.
dans sa bouche pour
La boucle est bouclée. Immuaformer une boule
ble, quotidienne, la noria du
contre la joue qu’il
qat apporte aux habitants de la
va mâcher pendant des
heures tout en avalant
ville leur ration quotidienne.
des rasades de thé.
Ta n d i s q u e n é g o c i a n t s e t
Très astringent,
transporteurs s’enrichissent, la
le qat exige de boire
population s’enfonce dans la
beaucoup.
toxicomanie et la pauvreté.
Dans ce pays déchiré par plus
d’un quart de siècle de guerre
civile, où tout est à reconstruire et à réinventer,
trois hommes sur quatre, accros à cette substance,
vont perdre leur temps, leur santé et parfois leur vie à
attendre puis à mâcher des heures ces maudites feuilles
vertes. Dans cet enfer, le qat est un paradis plus qu’artificiel.
■ JEAN-MARC GONIN
US QUE LE SALAIRE MOYEN D’UN SOMALIEN
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 73
ARCHIPEL DES RYUKYU,
Mer turquoise, jungle profonde, plages de sable fin…
D’Okinawa à Ishigaki, l’empire du Soleil-Levant prend
des airs de paradis hawaïen. On vit jusqu’à 100 ans sous
ces doux tropiques, loin, si loin de la frénésie tokyoïte.
PAR VINCENT NOYOUX (TEXTE) ET STÉPHANE COMPOINT
POUR LE FIGARO MAGAZINE (PHOTOS)
74 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
LE JAPON TROPICAL
Sable blanc, perles
noires et mer indigo.
Avec son allure d’île
thaïlandaise, la baie de
Kabira est l’un des
hauts lieux de l’archipel
d’Okinawa. On y élève
notamment des perles
de culture au superbe
gris irisé.
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 75
UN JAPON DE CARTE POSTALE, TANTÔT POL
76 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
YNÉSIEN, TANTÔT IRLANDAIS
C’est une histoire de fantômes.
A chaque marée, l’îlot sableux de
Phantom Island (ci-dessus) surgit
et disparaît de la mer de Chine
orientale. A 100 kilomètres de là,
les brouillards sur les falaises de
Yonaguni confèrent à ce bout de
terre des airs d’île mystérieuse.
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 77
UNE PYRAMIDE
SOUS LES EAUX,
ET LE BALLET
DES MANTAS
Trois mètres d’envergure
et une souplesse à toute
épreuve. A Ishigaki
ou Yonaguni, les raies
mantas évoluent dans
une eau à 25 °C, parfois
aux côtés des somptueux
requins-baleines.
Le grand bleu à portée
de masque.
L
aissons les sumos à Tokyo comme on
laisse les gondoles à Venise. En atterrissant
à Okinawa, on comprend vite que le Japon
qui se présente à nous n’a
pas grand-chose à voir avec
celui du mont Fuji et du
Shinkansen, des salarymen
impassibles et des pâles
geishas. Le mercure taquine les 30 °C, le personnel de
l’aéroport porte des chemises à fleurs et les locaux arborent
un joli teint hâlé. Ce Japon tropical ne fait rien comme tout
le monde : ici, les cerisiers fleurissent en janvier, l’awamori
(eau-de-vie de riz) détrône le saké, et une paisible
décontraction remplace stupeur et tremblements.
L’île principale de l’archipel des Ryukyu a beau avoir été le
théâtre d’une des plus violentes batailles de la Seconde
78 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
Guerre mondiale *, on s’y rend désormais en vacances
pour profiter des délices d’une mer chaude presque toute
l’année. La gastronomie est divine et l’alimentation si saine
qu’on vit ici plus vieux que partout ailleurs sur la planète.
Sur les 3 144 habitants du village d’Ogimi, au nord de l’île,
166 ont plus de 90 ans et 10 sont centenaires. Chaque jeudi,
les plus vaillants se retrouvent à la salle municipale pour
bavarder, prendre le thé, faire des exercices d’assouplissement et quelques pas de danse.
Hatsu Miyagi, minuscule grand-mère à la peau parcheminée, vient de fêter ses 100 ans. Son sourire en paraît 20.
Les privations de la guerre, les typhons dévastateurs, les
cinq enfants qu’elle fut seule à élever ne l’ont jamais
éloignée de son potager. Elle y cultive ses légumes et son
bonheur à l’ombre de sa petite maison en bois. Sada Miyagi,
98 ans, huit enfants, ne dîne que de légumes. Pas d’alcool,
pas de tabac, une heure de télévision par jour. Sa voisine,
Haru, 99 ans, arbore une dentition impeccable. Sa mère a
vécu jusqu’à 101 ans. Son secret de jouvence est également
à chercher dans son potager : courge amère riche en
vitamine C, nabera dont le jus est excellent contre la toux,
goya (concombre amer) aux propriétés antidiabétiques.
A chaque bouchée, un jour de gagné. Il faudrait ajouter le
Un bateau à
fond de verre
permet de
découvrir
l’étrange cité
engloutie de
Yonaguni. Cette
pyramide aux
angles droits
découverte en
1985 serait-elle
d’origine
naturelle ? Les
avis d’experts
s’affrontent…
shikuwasa (citron aux vertus anti-inflammatoires),
le shima ninjin (carotte soulageant la fatigue des yeux),
la papaye (antioxydante), sans oublier algues (mozuku et
kombu), poissons et coquillages. Une corne d’abondance
dont il ne faut pas abuser. Nos centenaires pratiquent toutes
la règle du hara hachi bun me, qui consiste à ne manger
qu’aux huit dixièmes de sa faim. Muni de ces précieux
conseils nutritionnels, on peut entrer en confiance dans
n’importe quelle auberge ou izakaya (bar servant des petits
plats). Cochon noir, tofu de cacahuète, raisin de mer (algue
en grappes) et patate douce à la chair violet vif se côtoient
au fil des bouillons, tempuras et chanpurus (sautés de légumes)… La cuisine d’Okinawa est un festival de saveurs, de
couleurs et de textures.
Après le réconfort, l’effort. Okinawa est le berceau du
karaté. Le multiple champion du monde Ryo Kiyuna est né
ici et, dans une île qui compte près de 400 dojos, le
prochain a de bonnes chances d’y pousser son premier kiai
(cri). A Naha, la capitale, un musée flambant neuf est dédié
à cet art martial inspiré du kung-fu chinois. On peut y
exercer son adresse. On y apprend aussi qu’avant de
s’exporter tardivement au Japon (1922) puis dans le reste
du monde, le karaté trouve son origine à l’époque du
royaume de Ryukyu. C’est que, durant son âge d’or
(du XIVe au XVIe siècle), l’archipel jouait sa propre carte,
entretenant des relations commerciales et diplomatiques
avec la Chine, le Japon, la Corée, le Siam et tout le Sud-Est
asiatique. Plaque tournante de la mer de Chine orientale, le
royaume de Ryukyu avait son siège au château de Shuri,
dans les hauteurs de Naha. Des remparts joliment inclinés
et percés de portes gardent un palais vermillon. Son architecture doit autant au Japon qu’à la Chine : sobre structure
en bois apparent d’un côté, dragons et riches ornements
de l’autre. On imagine sans peine le faste des cérémonies
qui se déroulaient dans la grande cour lors de l’investiture
du roi, en présence des 500 émissaires de la délégation
chinoise. Après cinq siècles d’autonomie, le royaume de
Ryukyu fut annexé par le Japon en 1879.
Il ne faut pas quitter Okinawa sans avoir salué les résidents de l’aquarium de Churaumi, l’un des plus grands du
monde. Derrière une baie vitrée de 22,5 mètres de long et
8,2 mètres de haut, raies mantas et requins-baleines
accomplissent, parmi une myriade de poissons, un ballet
aquatique hypnotisant. L’une de ces merveilles tachetées,
le requin-baleine Jinta, vit dans cet aquarium depuis 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 79
DES ALIMENTS
SAINS ET VARIÉS,
LE SECRET POUR
VIVRE 100 ANS !
collier ou en bague, il s’observe patiemment sous l’eau, les
yeux écarquillés. Les poissons de Phantom Island, au large
d’Ishigaki, crient de toutes leurs couleurs. Dans une
eau aigue-marine, des demoiselles cyans côtoient des
poissons-papillons, des balistes Picasso patrouillent sous
l’œil des poissons-cochers. La faune sous-marine donne
son spectacle deux fois par jour : Phantom Island est un banc
de sable que la mer de Chine orientale découvre et recouvre
à chaque marée. Une île éphémère, un instant, un rêve.
A quelques brasses de là, l’île de Taketomi, un confetti d’à
- vingt-deux ans. Un record de longévité en captivité
pour cette espèce. A Okinawa, décidément, on sait s’y
prendre pour jouer les prolongations…
Plonger à l’intérieur de l’aquarium de Churaumi est
interdit, mais il y a mieux : se baigner à Ishigaki, l’île principale de l’archipel des Yaeyama, à plus de 400 kilomètres au
sud-ouest d’Okinawa. Un masque, des palmes, un tuba et
le monde du silence est à vous. A Kabira Ishigaki, des raies
mantas de 3 mètres d’envergure ondulent au ralenti,
majestueuses. Aucun Poséidon ne chevauchera jamais ces
tapis volants des mers. Tout cela à quelques brasses du
rivage… Non loin de là, des bateaux à fond de verre permettent d’admirer ce qui se trouve sous l’eau de la baie de
Kabira sans se mouiller. La plage passe pour l’une des plus
belles du Japon. Une eau aux dégradés turquoise baigne un
îlot corallien coiffé de jungle. C’est ici que l’on élève les
perles noires de Kabira, qui sont grises et légèrement irisées.
Mais le vrai trésor de cette mer chaude ne se monte pas en
80 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
peine 6 kilomètres carrés, attire les citadins de la mégapole
japonaise en mal de quiétude. Leur stress fond comme
neige au soleil parmi les allées de l’unique village, fleuries
d’allamandas et de bougainvilliers. On les parcourt à vélo
ou, dans une carriole tirée par un buffle. Les ruelles
sableuses sont bordées de murets de corail qui se coupent à
angle droit. Un petit air de Porquerolles, doux, calme et
propret. Sur l’une des trois plages de l’île, on peut ramasser
des étoiles de sable – en fait de minuscules fossiles étoilés
(hoshizuna en japonais). Et le soir, le dernier bateau reparti,
on contemple les étoiles du ciel dans un silence galactique.
Taketomi passe pour l’un des conservatoires de l’habitat
traditionnel local. Ici, les maisons sont toutes en bois,
coiffées de tuiles couleur brique, gardées par des couples de
chiens-lions (shisa), l’animal mythique d’Okinawa,
supposé chasser les mauvais esprits. Faisons-en un peu, de
mauvais esprit : on ne passera pas toutes ses vacances sur
la minuscule Taketomi. Mais on dînera assurément chez la
Gardienne de la tradition des
Ryukyu, l’île de Taketomi a
conservé son habitat ancien, ses
chars à bœufs et son atmosphère
paisible. On s’y baigne et on y
contemple le ciel étoilé. A des
années-lumière de Tokyo…
rieuse Mariko, qui tient l’excellente maison et table d’hôtes
Cago. Comme quelques autres sur l’île, cette wedding
planner de Tokyo a laissé les cadences infernales derrière
elle pour se poser dans ce nid douillet. Elle concocte à ses
invités des plats raffinés et surprenants, issus de la mer ou
du potager. Actrices, architectes, designers, médecins
viennent se faire dorloter quelques jours dans ce refuge
simple et chaleureux. « Au Japon, on pratique l’art de la
soustraction : plus on dépouille, plus on se rapproche du vrai
luxe », philosophe Mariko. Que pense-t-elle d’Iriomote,
l’île voisine où nous devons nous rendre le lendemain ?
« C’est plus sauvage, plus énergique. On y va pour se dépenser.
Ici, on se repose ». A Iriomote le yin, à Taketomi le yang…
Naoya Ojima ne dira pas le contraire. A l’instar de Mariko,
ce citadin a quitté le monde de la joaillerie pour s’installer
dans l’éden tropical des îles Yaeyama. « Pourquoi Iriomote ?
Parce qu’il y a tout ici : la mer, la montagne, les rivières,
la jungle, la mangrove… » Naoya est guide nature, et c’est
peu dire qu’on a besoin de ses services dans cette île
couverte à 90 % d’une épaisse forêt primaire. A peine
2 000 habitants vivent sur les 289 kilomètres carrés de cette
montagne d’émeraude baignée d’une eau turquoise,
protégée et classée parc national. C’est le territoire du crabe
de cocotier, du serpentaire bacha (un rapace) et surtout du
chat sauvage d’Iriomote. Cette créature, à mi-chemin
entre le léopard et le matou de gouttière, est une espèce
endémique considérée comme trésor national. « La nuit,
il vient pêcher dans la mangrove, qui est la plus septentrionale
d’Asie », nous apprend Naoya en donnant un premier coup
de pagaie. Notre kayak, qui suit le sien, glisse sur l’eau
saumâtre, dans un décor de palétuviers, de Barringtonia
fleuris et de pandanus. Bientôt la végétation s’ouvre et l’on
distingue, perchée dans la montagne, le but de notre
excursion : la cascade de Pinaisara. Une courte marche à
travers la jungle, dans une touffeur moite, nous mène à un
amphithéâtre de grès noir tapissé de palmiers de Formose.
Au milieu jaillit la plus haute chute d’eau de l’archipel
d’Okinawa (55 mètres). Un bassin accueille les plongeons
des visiteurs. Ceux-ci risquent d’être de plus en plus nombreux à l’avenir. Iriomote est en effet en passe d’obtenir son
classement à l’Unesco (aux côtés d’Amami-Oshima, de
Tokunoshima et de la partie nord d’Okinawa).
Plus à l’est, il faut prendre le bateau pour rejoindre le
hameau de Funauki. C’est ici, dans les eaux chaudes et
pures de la ferme perlière de Shirahama, qu’une partie des
perles noires de Kabira sont cultivées. Il faut sept ans pour
faire une perle, nous apprend Zenko Ishigaki, le directeur
du site. L’opération la plus délicate consiste à glisser la bille
de nacre à l’intérieur de l’huître. Il faut du toucher et de la
concentration. Or, c’est justement le calme et la sérénité
qui imprègnent ce bout d’île aux faux airs de carte postale
thaïlandaise. Pour rejoindre la plage d’Ida, on se faufile
parmi les hibiscus et les philodendrons et l’on suit les
grands planeurs, superbes papillons blanc et noir aux
reflets bleutés. Enfin, c’est le croissant de sable et la mer
cristalline où dansent des poissons stabilobossés de
couleurs fluorescentes. A la nuit tombée, on peut 16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 81
OKINAWA,
UN PEU À PART
ENTRE CHINE
ET JAPON
W
5
W
6
C A R
- tenter un drôle de jeu : apercevoir le chat sauvage
d’Iriomote. Il en existe une centaine dans l’île. Un guide
spécialisé nous aide à chercher l’aiguille dans la botte de
foin. Peine perdue, ce soir-là. Mais il n’est pas désagréable
de guetter les ombres sous la lune, d’errer parmi les rizières
et la jungle, de sentir l’odeur tiède monter du sol. Les sens
aux aguets, on devient le félin que l’on cherche lors de ce
petit safari nocturne.
UTILE
Office national du tourisme
japonais (01.42.96.20.29 : ;
Tourisme-japon.fr), standard ouvert
de 9 h 30 à 13 h. Visit
Okinawa %(Visitokinawa.jp).
Y ALLER
Le vol qui nous emmène à Yonaguni nous fait basculer dans
une autre atmosphère. Nous voici au point le plus occidental
du Japon, à seulement 120 kilomètres des côtes de Taïwan
(Tokyo est à plus de 2 000 kilomètres). Avec ses hautes
falaises, ses chevaux en liberté et ses prairies verdoyantes
striées de murets de pierre, l’île évoque l’Irlande.
Une Irlande tropicale où poussent le riz et la canne à sucre.
Les 130 chevaux de la race locale yonaguni servaient
autrefois au labour et au transport. Il n’y a pas si longtemps,
les enfants allaient à l’école à cheval, laissant leur monture
en dehors de l’établissement. On ne retrouve plus cette
ambiance de Far West, mais on vient à Yonaguni pour autre
chose. Sous l’eau, une cité engloutie attire les plongeurs du
monde entier. Elle fut découverte en 1985 par un plongeur,
Kihachiro Aratake. « Je cherchais un nouveau site de plongée
quand, dans l’eau claire, à 150 mètres du rivage, j’ai aperçu une
structure en pierre, avec des escaliers et des angles droits. Ça
ressemblait au Machu Picchu ! J’en avais la chair de poule ! »
raconte l’homme, qui dirige un club de plongée. Des universitaires vinrent étudier le site. Les plus hardis conclurent
à une construction humaine, vestige d’une cité engloutie
lors d’un tremblement de terre, voilà plusieurs milliers
d’années. D’autres supposent qu’il s’agit d’une création
naturelle provoquée par l’intense activité des plaques
tectoniques. Le site pourrait aussi avoir servi de carrière de
pierre avant de s’effondrer dans la mer. Quoi qu’il en soit,
il faut plonger pour voir ces « ruines » : des murs droits, des
marches régulières menant à des terrasses, des contreforts
étoilés à la Vauban… La star de l’apnée Guillaume Néry, et
avant lui Jacques Mayol, sont venus visiter cette mystérieuse Atlantide. On peut les imiter, avec une bouteille
d’oxygène sur le dos (éviter le tour en bateau à fond de
verre, décevant). D’octobre à avril, des requins-marteaux
viennent en procession dans les eaux translucides de
Yonaguni, aux côtés des raies mantas, des makaires bleus et
des requins-baleines. Une merveille qu’aucun aquarium,
pas même celui de Churaumi (Okinawa), ne pourra jamais
■ VINCENT NOYOUX
reproduire…
* Prise par les Américains à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’île d’Okinawa sera
placée sous administration civile américaine jusqu’en 1972, date à laquelle elle est
rétrocédée au Japon. Les Etats-Unis y conservent d’importantes bases militaires.
82 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
W
4
W
3
Avec ANA-All Nippon Airways
(0.805.54.24.67 ; Ana.fr). La
première compagnie aérienne
japonaise dessert
quotidiennement Okinawa au
départ de Paris avec un
changement d’appareil à Tokyo
Haneda. De Tokyo, 11 vols/jour
vers Okinawa et 2 vols/jour vers
Ishigaki ; pour Ishigaki, 2 vols/
jour également au départ
d’Okinawa. Compter environ
709 € le billet France-Okinawa
(en classe Premium Economy, le
vol intérieur est offert). Un
système de coupons de vols
intérieurs permet de voyager
dans tout l’archipel à moindres
frais (10 800 yens, environ 82 €,
le coupon). Départs possibles de
Lyon, Nice, Marseille, Toulouse,
Bordeaux, Nantes et Strasbourg.
NOTRE SÉLECTION
D’HÉBERGEMENTS
W
2
W
1
A Okinawa, Magachabaru &
(00.81.980.56.1301 ;
Magachabaru.com). Les amateurs
de design contemporain adoreront
cet ensemble de « bunkers »
perdus dans la jungle. Les
11 confortables villas de 135 m2
avec piscine privée ouvrent
toutes sur la nature luxuriante.
Original. Chambre double :
1 036 € avec petit déjeuner.
The Ritz-Carlton Okinawa )
(00.81 980.43.5555 ; Ritzcarlton.
com/okinawa). Vue sur la mer
turquoise depuis ce fleuron de
W
7
W
8
W
9
OKINAWA ET LES RYUKYU
D E
Mer de Chine
orientale
c
Ar
Pinasaira
Funauki
h
de
l
e
ip
s
V O Y A G E
Ry
u
u
ky
Okinawa
Naha
Russie
Chine
Corée du Nord
Kabira
Corée du Sud
Yonaguni
Océan
Pacifique
Ogini
JAPON
ILLUSTRATION OLIVIER CAILLEAU
N E T
Ishigaki
Iriomote
Taketomi
Archipel des Yaeyama
l’hôtellerie de luxe (5 étoiles),
bâti dans le style architectural
local. Trois restaurants, un spa et
la mer toute proche. Golf 18 trous
à proximité. Chambre double :
267 € ; petit déjeuner, 30 €.
A Ishigaki,
Jusandi @(00.81.980.88.2833 ;
Jusandi. jp). Coup de cœur pour
ces cinq villas avec piscine
nichées dans un splendide écrin
de nature sauvage, face à la mer.
On apprécie l’architecture
contemporaine des bâtiments,
l’élégante décoration et
l’excellence de la cuisine (petit
déjeuner et dîner). Idéal pour
jouer aux Robinsons pendant
quelques jours. Chambre double :
888 € avec petit déjeuner
(1 221 € dans la grande villa).
Club Med Kabira Ishigaki
(0.810.810.810 ; Clubmed.fr). Une
situation paradisiaque face à la
mer turquoise. Préférer les
chambres du 4e étage pour
50 km
profiter de la meilleure vue. Spa,
piscine, tennis, squash et
activités à foison (kayak, paddle,
planche à voile). Mini-club.
Chambre double vue mer de 215
à 341 €/personne en pension
complète.
A Taketomi, Cago /
(00.81.980.85.2855 ; Taketomicago. com). Mariko Matsuda et
son époux tiennent avec bonheur
cette petite maison d’hôtes au
cœur du joli village de l’île. Trois
petites chambres sobres mais
charmantes donnent sur une
courette. Excellente table d’hôtes
à petits prix. Chambre double :
de 137 à 148 € avec petit
déjeuner. Dîner : 23 €.
Akanaya (00.81.980.85.2002).
Tatami et futon meublent les
deux seules chambres de cette
maison typique de Taketomi.
Atmosphère zen dans le jardin
sec japonais. Chambre double :
518 €.
ARCHIPEL DES RYUKYU
A Iriomote, Ruka (
(00.81.980.85.6645 ; Rukairiomote.com). Des fragrances de
cyprès et de cèdre japonais
flottent dans cette demeure de
type traditionnel, aussi sobre
qu’élégante. Le maître des lieux
ne parle pas anglais, mais
connaît les fonds marins
d’Iriomote comme sa poche.
Chambre double : 267 € avec
petit déjeuner.
BONNES TABLES
A Okinawa, Ashagi (0988.67.
3116). Le restaurant de l’hôtel
Daiichi (célèbre pour ses petits
déjeuners) sert une délicieuse
cuisine kaiseki, succession
de mets raffinés présentés
avec un soin tout nippon. Les
Okinawaïens y retrouvent des
parfums d’enfance, les autres
se régalent de cette cuisine
exécutée dans les règles de l’art.
Compter de 40 à 64 €.
Urizn §(0988.85.2178).
Ambiance chaleureuse dans cet
izakaya, sorte de bar à tapas
japonais. On s’y régale de petits
plats locaux à partager entre
amis : galette au taro, porc au
sésame, tempura d’échalotes.
Repas autour de 23 €.
Eminomise (0980.44.3220 ;
Eminomise.com). A la fois chef
et nutritionniste, Emiko Kinjo
concocte, à Ogimi (le village des
centenaires), une cuisine
inspirée des recettes des
grands-mères d’Okinawa. Frais,
sain et équilibré.
A Ishigaki, Funakura No Sato !
(0980.82.8108 ;
Funakuranosato. com). On
déguste une cuisine typique
d’Ishigaki (bœuf persillé,
cheesecake au tofu) dans cette
belle auberge de bois. Une
danseuse en kimono et un
musicien traditionnel animent
plaisamment le dîner. Réserver le
week-end. Repas : 30 € environ.
Kokkara $(0980.88.8150).
Cette adresse familiale très
secrète propose un repas kaiseki
de haute volée : soupe de goya
haché, sashimi, lard mijoté au
miso et cœur de pandanus à
déguster agenouillé, dans un
décor de cloisons en papier de
riz. Dîner uniquement (sur
réservation). De 30 à 60 €
environ.
À FAIRE
Iriomote Osanpo Kibun
(0980.84.8178 ; Iriomote-osanpo.
com). Le guide anglophone
Naoya Ojima organise des
randonnées à pied, en kayak,
avec masque et tuba (et parfois
tout cela à la fois) et du
canyoning sur l’île d’Iriomote. V. N.
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 83
q u a r t i e r s
E N
V U E
DU PASSÉ FAISONS
TABLE OUVERTE
En des temps où tout prête à polémique,
le musée du Quai Branly-Jacques Chirac
exhume de ses réserves plus de 200 œuvres
liées au passé colonial de la France.
Un pari audacieux !
84 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
DR
C
ommandés pour la majorité d’entre
eux à l’occasion de l’Exposition
coloniale de 1931, des dizaines
de tableaux, dessins et gravures
étaient bannis des cimaises
depuis des décennies, pudiquement remisés dans des sous-sols
humides, invisibles à nos yeux contemporains. Le musée du
Quai Branly-Jacques Chirac propose de les découvrir en
les regardant comme les témoins d’une époque révolue :
celle qui affirmait en effet haut et fort la hiérarchie des
races, où l’homme blanc dominait « l’indigène » et
l’exploitait sans état d’âme.
Les deux grands panneaux qui nous accueillent dans le
hall du musée en sont l’excellent préambule. Réalisés par
Georges Michel vers 1930, ils présentent les principales
productions d’origine végétale : bois de rose, coco,
caoutchouc, manioc, copal, café, riz… récoltées par des
indigènes du monde entier. Ceux-ci s’affairent sereinement dans un décor joyeusement exotique. Une vision
lénifiante de la dure réalité locale qui faisait écho – à
l’époque – à l’immense frise sculptée de 130 mètres carrés d’Alfred Janniot ornant la façade du pavillon construit
pour l’occasion, Porte Dorée (baptisé aujourd’hui, assez
ironiquement, musée de l’Histoire de l’immigration). Le
but étant clairement assumé, le visiteur se devait « d’être
frappé par la puissance de l’idée coloniale capable d’inspirer un art puissant, d’où a disparu fort heureusement
cet orientalisme de bazar qui le faisait mettre, hier
encore, au ban de l’art véritable », écrivait André Demaison,
auteur du guide de l’expo. S’y ajoutaient portraits
commémoratifs, scènes historiques et « leçon d’histoire
de France revue sous l’angle expansionniste depuis les
« Peintures
des lointains »,
musée du
Quai BranlyJacques Chirac,
Paris VIIe,
jusqu’au
6 janvier 2019.
Catalogue
coédité avec les
Editions Skira,
272 p., 45 €.
Page de droite :
« Baie d’Along »,
par Lucien
Lièvre (fin des
années 1920).
croisades jusqu’à la Troisième République », comme le
souligne Sarah Ligner, commissaire de l’exposition.
Au côté de ces œuvres de franche propagande, le musée
du Quai Branly respecte le projet initial, dont une large
section était consacrée à des peintres moins « engagés ». Ce qui alors n’avait pas été du goût de tout le
monde. Le peintre Fernand Sabatté, fondateur en 1929
de la revue L’Art, s’indignait : « Si Ingres, Delacroix, Corot
ou Degas revenaient parmi nous, ils seraient bien étonnés de se voir classés “peintres coloniaux”. » Pour lui,
l’artiste se contente de rapporter une vision personnelle
de ses voyages, vision de l’étrangeté et du pittoresque.
Depuis la campagne d’Egypte de Bonaparte, la guerre
d’indépendance grecque face à la Turquie et, en 1830, la
conquête de l’Algérie, la séduction des lointains opère
sans répit. Comme le souligne Victor Hugo : « L’Orient est
devenu la préoccupation générale. » Et quoi de mieux
qu’un port comme invitation au voyage. Celui d’Alger
peint par Léon Cauvy ou de Saïgon par Charles Fouqueray.
Leur palette est riche d’une variété infinie de couleurs
chaudes. Les bourlingueurs sont à la mode, le mythe de
l’explorateur est à son apogée et l’Orient fait fantasmer.
Les clichés liés à l’exotisme sont au rendez-vous :
femmes rêvées dans un harem comme cette douce
Odalisque (1860) de Tissier, foules bigarrées, nature
sauvage, déserts impitoyables… On retrouve aussi Paul
Gauguin et Emile Bernard en quête d’un ailleurs primitif
pour se régénérer. En 1931, c’est « le magicien du rêve tropical, le maître de Tahiti » que l’on célèbre en Gauguin.
« L’art grossier du Papou » est oublié.
On découvre aussi une magnifique galerie de portraits
où, comme le soulignait Eugène Fromentin, « le goût de
l’ethnographie va rejoindre le sentiment du beau ». C’est
la rencontre avec l’autre, l’inconnu, que l’on pourrait
symboliser par ce tableau intitulé au départ Fanatique
(1901), de Lucien Lévy-Dhurmer, rebaptisé par la suite,
plus justement, L’Etudiant marocain ! Pour aider les
artistes désirant voyager, l’Etat crée des bourses. En
contrepartie, ils devront enseigner quelque temps dans
les écoles des beaux-arts fondées aux colonies où un art
local se développe comme à Madagascar (on admire
l’étonnant Portrait d’un bourgeois malgache, 1899, par
Louis Raoelina) ou en Indochine. Une superbe exposition
riche en découvertes.
• SYLVIE MARCOVITCH
CLAUDE GERMAIN/MUSÉE DU QUAI BRANLY-JACQUES CHIRAC
l i b r e s
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 85
quartiers libres
THÉÂTRE
CINÉMA
L’ a
EXPOSITION
f
f
i
c
h
e
CINÉMA
MARGOT ROBBIE,
LE GRAND SAUT
S
on nom est
sur toutes
les lèvres.
Depuis sa
prestation
dans Le Loup de Wall
Street, aux côtés de
Leonardo DiCaprio, Margot
Robbie a vu sa cote
grimper en flèche. Dans
Tarzan de David Yates ou
Suicide Squad de David
Ayer, sortis en 2016,
l’Australienne de 27 ans
confirmait son talent. A
son tour, Craig Gillespie
peut se féliciter de l’avoir
choisie dans Moi, Tonya.
Elle y mérite les meilleures
notes (tant artistiquement
que techniquement) pour
son interprétation de
Tonya Harding, connue
pour avoir été la première
Américaine à réaliser un
triple axel en compétition,
puis restée dans les
mémoires pour avoir été
impliquée dans l’agression
de sa rivale Nancy
Kerrigan aux JO de 2014.
Et peu importe si, dans ce
biopic de haut vol, acide
et prenant, l’actrice
dévoile nécessairement
une personnalité plus
86 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
lumineuse que celle de
l’ex-championne. Peu de
points communs entre les
deux femmes, assurément,
sinon une détermination
égale. Un trait de
caractère qui a jadis
conduit Margot Robbie,
alors étudiante en droit, à
abandonner son cursus
pour assouvir sa passion.
Bien lui en a pris. On la
retrouvera notamment
dans Goodbye Christopher
Robin, où elle jouera
l’épouse de l’écrivain
Alan Alexander Milne
(interprété par Domhnall
Gleeson) et dans Suicide
Squad 2, qu’elle produira
également. Excellente
surfeuse, elle n’a sans
doute pas fini de faire
des vagues au cinéma…
PIERRE DE BOISHUE
THÉÂTRE
ÉLÉMENTAIRE,
MES CHERS
SPECTATEURS
e Lucernaire
(Paris VIe) était
bondé, l’autre soir, au
point que l’on ne pouvait
pas ajouter un seul
spectateur et c’est bien
normal : il y a une belle
tradition en France du
théâtre policier qui n’est
guère exploitée. Bravo
donc à Julien Lefebvre
qui a écrit, en s’amusant,
ce Cercle de Whitechapel,
et à Jean-Laurent Silvi,
qui l’a mis en scène. Une
réussite. On retrouve, en
créateur futé de Sherlock
Holmes et jeune homme
déjà précoce, Arthur
Conan Doyle dans ses
œuvres. Il est en très
L
bonne compagnie, celle de
Bram Stoker (l’auteur de
Dracula) et de George
Bernard Shaw (qu’il serait
déshonorant de
présenter). Les trois,
accompagnés d’une jeune
personne pleine d’esprit,
Mary Lawson, enquêtent
sur les meurtres de Jack
L’Eventreur. Dans un décor
amusant, les comédiens
font merveille. Suspense…
JEAN-LUC JEENER
EXPOSITION
L’ÂGE D’OR DE
SAINT-GENIÈS
urtout connu comme
peintre, Francis
Saint-Geniès a également
été, dans les années 60,
une des grandes figures
du monde de la publicité.
Ses affiches, toujours
S
L E S
P A S S E - T E M P S
D ’ É R I C N E U H O F F
STEVE GRANITZ/WIREIMAGE ; L’INSTANT D’UN REGARD ; COLLECTION MATOU. ©ADAGP, PARIS 2017 ; SIMON FOWLER/ERATO
REVUE
PRESSÉE
MUSIQUE
pleines de joie et de
couleurs lumineuses,
évoquent un monde passé
qui prend, avec le recul,
des allures d’âge d’or de
la consommation. C’étaient
les Trente Glorieuses
et l’on croyait vraiment
que le progrès et les
machines finiraient par
libérer l’homme (et la
femme) des tâches
quotidiennes ou
ménagères. On sait
aujourd’hui qu’il n’en fut
rien… Restent ces
réclames au charme
suranné, un peu naïf par
endroits, qui vantent des
marques parfois disparues
et qui nous racontent
l’enfance de la pub. On
pourra se faire une idée
de la qualité du travail de
cet artiste en se rendant
au Musée de l’affiche de
Toulouse*, à qui Francis
de Lassus Saint-Geniès
(son vrai nom) a fait don
de quelque 150 affiches.
J.-R. VAN DER PLAETSEN
* Musée Matou, jusqu’au
4 mars.
MUSIQUE
VOIX ET
BAGUETTE
uand la contralto
française Nathalie
Stutzmann a créé et dirigé
en 2000 son ensemble
baroque Orfeo 55, le
milieu musical n’a ni
compris cette prise de
risque (sa voix rare et
puissante était reconnue
et recherchée), ni soutenu
sa volonté de mener deux
carrières de front tant le
défi paraissait suicidaire.
Q
Près de vingt ans après,
non seulement le pari est
tenu – Orfeo 55 creuse
un sillon de référence
dans le répertoire baroque
et se produit partout dans
le monde, de l’Europe aux
Amériques –, mais le feu
reste intact quand son
timbre capiteux chante
des airs baroques tout en
menant impeccablement
son ensemble virtuose,
que l’on peut apprécier
sur disque (Quella
Fiamma, Warner) ou sur
scène *. A la fois opulent
et bouleversant.
OLIVIER OLGAN
* Le 16 février à la Seine
Musicale (BoulogneBillancourt), le 20 mars
à La Chaux-de-Fonds,
les 13 mars et 4 juin
à Montpellier.
L
a presse écrit n’importe
quoi. C’est son rôle. Il ne faut
pas croire tout ce qu’elle raconte. Sur l’affiche du dernier Woody Allen, la citation d’un
critique proclame : « A couper le souffle ».
Heureusement, les guillemets sont là. Elles
marquent peut-être une certaine ironie. On
peut penser ce qu’on veut de Wonder Wheel,
mais une chose est certaine : on n’en sort pas
avec des problèmes de respiration. La formule
indiquée vaut pour un policier, un film
d’épouvante. Le monde est ainsi, avide de superlatifs, gavé de compliments. Tout cet encens monte aux narines. On en perd le goût.
Sur les colonnes Morris, l’épithète « sublime »
fleurit. Le mot « chef-d’œuvre » n’est pas
rare. Sur Allociné, les étoiles
pleuvent. On dirait qu’il n’y
a plus de navets (nos espions L’épithète
assurent pourtant que la
« sublime »
denrée n’est pas exactement
en voie de disparition). Les fleurit. On
César, toujours inspirés, ont dirait qu’il
créé cette année une noun’y a plus
velle catégorie qui récompensera le long-métrage de navets
ayant réalisé le plus grand
nombre d’entrées. Quelle
trouvaille ! Pourquoi n’y avait-on pas songé
avant ? Qu’attendent les Oscars pour imiter
cette brillante initiative ? Cette plaisante agitation rappelle la phrase de Truffaut selon laquelle les gens avaient deux métiers, le leur et
celui de critique de cinéma. Partout, des blogueurs étalent leurs avis. La toile grouille de
sous-Bazin, de pseudo-Bory. La profession
s’en empare goulûment, brandit leurs éloges
avec fierté. Elle n’a plus besoin de ces pauvres
journalistes qui ont passé des milliers d’heures dans les salles obscures, se sont abîmés les
yeux à la Cinémathèque. Les producteurs
rêvent de nous mettre au chômage. Ça serait
d’un repos.
«
»
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 87
quartiers libres
L ’ A P O S T R O P H E D E
J E A N - C H R I S T O P H E
S C I E N C E - F I C T I O N
B U I S S O N
HÉROS MAIS PAS TROP
★ ★ BLACK PANTHER, de Ryan
VIVE LE ROI
JEAN !
vec un casting majoritairement
A
afro-américain et des
personnages féminins forts et
indépendants, Black Panther arrive
à point nommé pour Disney
dans un temps où les accusations
de whitewashing et de sexisme
se multiplient plus vite que les
productions Marvel (18 depuis
2008…). Dernier-né de cet univers
cinématographique, Black Panther
n’aurait pu être que le film prétexte
d’un studio souhaitant montrer
patte blanche. Il n’en est rien.
En abandonnant l’hystérie
cartoonesque qui plombait
les derniers titres de la franchise,
le réalisateur Ryan Coogler propose
ce que l’on est en droit d’attendre
de la part de Marvel : un film d’action
très correct qui se déroule entre
un début à la Mission : impossible,
avec une belle séquence en Corée
du Sud, et un dénouement dans un
univers tutoyant Avatar de James
Cameron. Le bémol, qui semble être
désormais la marque de fabrique
de Disney : la disparition
de l’émerveillement devant la figure
du héros – victime tragique
de cette époque où les geeks ont été
dépouillés de leur patrimoine mais
non de leur âme d’enfant animée
d’une indécrottable volonté de croire...
VINCENT JOLLY
Post-apostrophum : après ce film, comment ne pas trépigner dans
l’attente du retour de l’(anti) héros OSS 117 (annoncé pour 2019) ?
88 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
D R A M E
JE SUIS DE NAZARETH
★ ★ WAJIB,
Au cours de la
distribution, le ton
monte rapidement
entre eux, laissant voir
l’occasion du
leur vision divergente
mariage de
de la vie malgré
sa sœur, Shadi, jeune
leurs efforts pour
architecte vivant à Rome communiquer.
depuis quelques années, Annemarie Jacir prend
rentre chez lui
le prétexte des tensions
à Nazareth afin d’aider entre ces deux hommes
son père dans la remise pour évoquer la
des invitations de la
situation palestinienne
main à la main, comme en Israël. Ce drame
le veut la tradition
met en exergue
palestinienne du Wajib. la confrontation des
de Annemarie Jacir,
avec Mohammad
et Saleh Bakri.
A
cultures, l’amour du pays
et l’importance de la
famille et des traditions.
Un film plein de
tendresse, qui restitue
l’atmosphère propre
de la ville et du pays
grâce à des moments
réalistes et touchants.
TIPHAINE DE LAMBERTYE
RETROUVEZ JEAN-CHRISTOPHE BUISSON CHAQUE SEMAINE DANS L’ÉMISSION
« ON REFAIT LE MONDE » PRÉSENTÉE PAR MARC-OLIVIER FOGIEL ET
BERNARD POIRETTE, DU LUNDI AU VENDREDI DE 19 H 15 À 20 HEURES.
PRESSE
★★★★
EXCELLENT
★★★
TRÈS BIEN
★★
BIEN
★
MOYEN
✖
À ÉVITER
MARVEL STUDIOS 2018
CHRISTOPHE BRACHET
CHER JEAN DUJARDIN, si rire est le propre de
l’homme, faire rire est sans conteste le
propre de l’acteur que vous êtes. Sans vouloir
vous réduire à cette fonction (The Artist notamment a
montré que vous pouviez exciter nos glandes lacrymales
parasympathiques autant que nos zygomatiques), permettez qu’on vous juge tellement supérieur aux autres
dans ce registre qu’on guette vos apparitions dans des
comédies avec la même impatience que Manuel Valls les
opportunités de venir sur les plateaux de télévision dire
ce qu’il pense de n’importe quel
sujet (la neige, le Brexit, la sécurité
routière, Maurras, la police, le
Nutella, etc.).
Dans Le Retour du héros, le nouveau
film de l’excellent Laurent Tirard
(Molière, Le Petit Nicolas, etc.), vous
formez, avec Mélanie Laurent, un
duo comique jubilatoire et mémorable. Officier couard de l’armée
napoléonienne (oui, il y en avait…),
héros d’opérette autant que celui de ces dames par la
vertu d’un gigantesque mensonge, vous incarnez un de
ces personnages ambivalents qui font le sel des bons films
de divertissement : tour à tour (et parfois concomitamment !) séduisant et répugnant, indécis et déterminé,
sensible et froid, raté et chanceux, attachant et
insignifiant, manipulé et manipulateur. Filmé avec la
même intensité et la même empathie que Daniel Auteuil
(Le Bossu) ou surtout Jean-Paul Belmondo (Cartouche,
L’Homme de Rio…) par le regretté Philippe de Broca, vous
êtes en effet « incorrigible » et « magnifique ». Jouant
de votre art du mime et de la grimace, servi par des
dialogues aux petits oignons, une narration et une mise
en scène aussi soignées qu’ambitieuses, vous faites mieux
qu’enchanter : vous rendez au film d’aventures en
costume ses lettres de noblesse égarées par deux
générations de réalisateurs-auteurs emportés par leur
rêve absurde de nouvelle nouvelle vague. Leurs thuriféraires, qui confondent intelligence et intellectualisme,
hurleront d’effroi devant Le Retour du héros : c’est bon
signe. Mieux : la marque d’une œuvre réussie.
Coogler, avec Chadwick Boseman,
Lupita Nyong’o et Michael B. Jordan.
L
A
V
I
S
I
O
N
T
É
L
É
D
E
S
T
É
P
H
A
N
E
H
O
F
F
M
A
N
N
LE RETOUR DE CLÉMENTINE
PHILIPPE LE ROUX/FRANCE 2
D
ans la médiocrité générale de la programmation du
service public, il y a parfois des merveilles. Leur
succès montre que le public a plus de talent que les
dirigeants des chaînes. Ainsi a-t-il fêté notamment
Dix pour cent et fait, depuis deux ans, un triomphe à Lebowitz
contre Lebowitz.
Pourquoi a-t-il fallu attendre deux ans pour une deuxième
saison ? Mystère. Pourquoi expédie-t-on les huit épisodes en
quatre semaines, à raison de deux par soir ? Autre mystère.
Chacun de ces films est assez riche en émotions et en suspense
pour permettre de passer une soirée magnifique. En mettre une
double dose, c’est risquer la surdose. Une règle, vieille comme
le spectacle, conseille aux artistes de finir un quart d’heure trop
tôt plutôt que trente secondes trop tard : le public doit rester
sur sa faim. Mais les gens de marketing ne sont pas des artistes.
Résultat : ils affament le téléspectateur, puis ils le gavent.
Ne boudons pas notre plaisir de voir, depuis avant-hier et
pour trois semaines encore, Clémentine Célarié et ses amis
dans les aventures du cabinet d’avocats Lebowitz. Les
problèmes de société contemporains - sida, bavures policières, erreurs judiciaires, maltraitance d’enfants, violences
faites aux femmes - sont traités avec rigueur, tout en étant
mêlés à la bouffonnerie d’une vie quotidienne pleine d’éclats.
Clémentine Célarié est à la fois poignante et d’une irrésistible
drôlerie, tout comme ses partenaires, unis dans la réussite
d’une série gâchée par sa programmation.
Lebowitz contre Lebowitz, France 2, encore 6 épisodes diffusés à 20 h 55
les 21, 28 février et 7 mars.
100% DES MODÈLES EN
SOLDES OU PROMOTIONS
Chemises
à partir de 50€ 25€
Chaussures Ville et Boots
à partir de 139€ 99€
Soldes du 10/01/18 au 20/02/18 en France et sur notre e-shop - Visuels non contractuels
NOS BOUTIQUES
SHOP ONLINE
PARIS 4° 35, bd Henri IV - PARIS 6° 116, bd St Germain - PARIS 7° 39, bd Raspail - PARIS 8° 11, rue La Boétie
PARIS 8° 76/78, av. des Champs Elysées - PARIS 8° 4, rue Chauveau Lagarde - PARIS 17° Palais des Congrès
LYO N 1 ° 2 0 , r u e L a n t e r n e - LYO N 2 ° 4 , r u e C h i l d e b e r t - LYO N 6 ° 5 1 , c o u r s Fr a n k l i n R o o s e v e l t
MARSEILLE 6° 32, rue Montgrand - AIX-EN-PROVENCE 25, rue Thiers - ANNECY 7, rue Sommeiller
NICE 30, rue de l’Hôtel des Postes - BRUXELLES Galerie de la Porte Louise
WWW.BEXLEY.COM
- Leader depuis 1996 Chaussures, Prêt-à-porter, Accessoires
quartiers libres
LES VARIATIONS DE
FRANÇOIS DELÉTRAZ
LE THÉÂTRE
DE PHILIPPE
TESSON
DU TRÈS GRAND ART
u’est-ce que c’est, Art ? Qu’est-ce que cela
représente ? C’est l’histoire d’un tableau
d’environ un mètre soixante sur un mètre vingt qui
« représente un homme qui traverse un espace et qui disparaît ». De cette définition, empruntée à l’un des trois personnages en
conclusion de la pièce de Yasmina Reza, vous pouvez inférer de multiples
interprétations, mais qui toutes rejoignent une même thématique, une
même conclusion : la vanité et toutes ses déclinaisons, la fragilité des
sentiments, la difficulté du « vivre-ensemble », la force des illusions et
celle des conventions, la relativité de la valeur des choses et de l’art en
particulier, l’inanité et le mensonge des mots, bref le vertige du vide et
du néant. Tout s’efface lorsque la tempête et le drame se sont apaisés et
tout sans doute recommencera.
Sur ces sujets, Yasmina Reza a écrit il y a bientôt vingt-cinq ans cette
pièce remarquable qui a superbement résisté au temps. Est-ce parce
que la faiblesse du théâtre contemporain met en valeur la qualité exceptionnelle de cette œuvre culte, est-ce parce que la
mise en scène de Patrice Kerbrat, le décor d’Edouard
Laug et l’admirable interprétation des trois acteurs atteignent
La pièce a
la perfection ? On a, devant cette représentation, l’étrange
superbement
sentiment d’assister non pas à une reprise mais à une décourésisté au
verte. Y est pour beaucoup le contraste, cette fois très marqué,
entre la pureté, le dénuement, la sérénité du décor et la
temps
violence des passions anarchiques qui opposent les trois
protagonistes. On est dans un environnement d’une irréalité
totale. L’abstraction, le vide absolu d’une blancheur immaculée, le
néant. Et au sein de ce huis clos, trois amis qui vont se déchirer autour
d’un enjeu dérisoire qui n’est en réalité qu’un prétexte à une sorte de
purge, un défoulement de leur mal-être, de leurs faiblesses, de leurs
contradictions, de leurs frustrations, de leurs ambiguïtés, de leur jalousie.
Mais ce jeu cruel de la vérité, d’une brutalité et d’une noirceur inouïes,
ne serait-il pas, sous les apparences de la haine, la part secrète, perverse
et salutaire des sentiments d’amitié qu’ils se portent depuis quinze ans
et qui sans doute résisteront à ce drame ? Le dénouement de la pièce ne
laisse-t-il pas la porte ouverte à l’oubli des injures ?
Yasmina Reza explore avec une finesse aiguë les labyrinthes de la nature
humaine dans ce texte parfaitement construit, souverainement écrit.
Trois acteurs exceptionnels l’incarnent, dirigés avec une maîtrise absolue
par Patrice Kerbrat : Alain Fromager, Charles Berling et Jean-Pierre
Darroussin. Ils rivalisent de talent, d’intelligence et de charme. Le fameux
monologue de ce dernier restera dans nos mémoires. Voilà beaucoup
d’épithètes et d’adverbes élogieux ! Ils ne sont pas excessifs.
«
»
Art, de Yasmina Reza. Mise en scène de Patrice Kerbrat. Avec Charles Berling, JeanPierre Darroussin et Alain Fromager. Théâtre Antoine (01.42.08.77.71).
90 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
PRESSE
Q
“BODYGUARD” : DU VRAI
THÉÂTRE MUSICAL
E
nfin au Palais des Sports de Paris une comédie
musicale qui tient la route. Après une multitude de productions de pacotille enchaînant
les airs conçus pour passer en radio, on redoutait une nouvelle déception avec Bodyguard. Or,
cette adaptation du blockbuster des années 1990 s’affirme
bel et bien comme une véritable pièce de théâtre musical.
Si le spectacle détient bien sûr son lot d’effets de lumière
et de pyrotechnie, la pièce ménage aussi une place à
l’intimité en réduisant drastiquement l’espace scénique. Le
comédien Benoît Maréchal, dans le rôle de Frank Farmer,
participe pour beaucoup à cette impression théâtrale.
Dans cette salle de plus de 3 000 places qui pousse
souvent les acteurs à la caricature, il parvient à rester dans
la nuance et à donner de l’ampleur au rôle. Quant à Valérie
Daure dans le rôle de Rachel Marron, elle est sublime dans
le registre mezzo, tout particulièrement dans son interprétation de I Have Nothing à la fin de la première partie. Cylia,
à la voix claire et limpide dans le rôle de la sœur de Rachel,
fait également montre d’une belle maîtrise vocale. Les
moments de danse sont superbes et remarquablement
exécutés par une troupe aguerrie. A tel point qu’on regrette
qu’il n’y en ait pas davantage en deuxième partie où les
dialogues, souvent trop longs et au ras des pâquerettes,
alignent les lieux communs.
En somme, on tient là une distribution de très bon niveau
qui sert formidablement ces airs rendus mondialement célèbres par Whitney Houston. Une suite de chansons composées entre 1974 et 2009 que la chanteuse américaine,
disparue en 2012, avait fait siennes avec le succès que l’on
sait. Loin de se cantonner à la copie du fameux film de Mick
Jackson, ce musical avait déjà triomphé lors de sa création
à l’Adelphi Theatre de Londres en 2012, vingt ans après
la sortie du film. Le succès s’était prolongé au fil d’une
tournée internationale qui avait curieusement ignoré la
France. Jusqu’à maintenant… Après le Palais des Sports,
le spectacle partira pour une grande tournée dans tout le
pays au mois de mai.
Palais des Sports, Paris XVe (01.48.28.40.10). Jusqu’au
11 mars.
Plus que des cartes postales,
écrivez une histoire
Quand vous partez avec Les Maisons du Voyage,
vous êtes préparé pour vivre l’expérience
la plus immersive qui soit. Grâce à une approche
culturelle unique, nos conseillers mettent
leur connaissance de la destination au service
de chaque voyageur pour lui permettre de vivre des
face-à-face toujours plus authentiques et singuliers.
Eric Laforgue
maisonsduvoyage.com
01 84 25 96 14
ICI COMMENCE L’AILLEURS
quartiers libres
L A
P A G E
D ’ H I S T O I R E
D E
J E A N
S É V I L L I A
PHOTOS PRESSE
DEUX FACES DE L’ANCIEN RÉGIME
E S S A I
LA PHILOSOPHIE
EN MARCHE
★ ★ ★ PARIS
PHILOSOPHE, de Jean
Lacoste, Bartillat, 216 p.,
19 €.
Que les philosophes aiment
marcher, nous le savons
au moins depuis les
péripatéticiens chers
à Aristote. C’est cette voie
royale qu’emprunte lui-même
Jean Lacoste qui, en
quelques chapitres brefs
et allègres, parcourt le Paris
des amis de la sagesse.
Du Quartier latin médiéval
d’Abélard au campus
de Vincennes, où s’illustra
Gilles Deleuze, en passant
par le Palais-Royal
de Diderot, le
XVIe arrondissement
de Bergson ou le quai aux
Fleurs de Jankélévitch,
le philosophe et germaniste
– qui a garde d’oublier
les séjours parisiens d’Hegel
et d’Heidegger – promène
son érudition historique et
géographique d’institutions
(la Sorbonne, le Collège
de France, l’Ecole normale
supérieure) en appartements
(comme celui de Gabriel
Marcel, rue de Tournon). Ses
« déambulations » montrent
notamment que « la
philosophie a des territoires
et des lieux qu’elle occupe
de longue date » tout en
s’efforçant d’y échapper à
travers des « sécessions
créatrices ». Pour le coup,
il est urgent de se mettre en
RÉMI SOULIÉ
marche !
D
éveloppée au Grand Siècle, la tradition des
fêtes royales, princières et aristocratiques
s’est poursuivie jusqu’à la veille de la Révolution.
Mais à cette époque, de 1770 à 1789, une inflexion
est apparue qui, sans anticiper sur la suite des
événements, laissait percevoir une sourde
inquiétude, révélant les faiblesses de l’édifice
social à la fin de l’Ancien Régime. C’est ce
moment que raconte, avec une érudition impressionnante, Didier Masseau, un professeur des
universités, spécialiste du XVIIIe siècle (1). A
Versailles, dans la continuité des grandes fêtes
louis-quatorziennes, mais aussi en province et à
la ville, souvent dans les folies, ces luxueuses demeures construites à cette fin, c’est une frénésie
de festivités, de spectacles, de banquets, de bals et
de feux d’artifice où le libertinage (dans tous les
sens du terme) ouvre une parenthèse débridée
dans l’esprit de sérieux des Lumières. Parsemé de
piquantes anecdotes, l’ouvrage se lit aisément,
mais en laissant une piètre
image d’une haute société plus
caractérisée par la recherche
des plaisirs que par le souci du
bien commun.
Au sortir de cette lecture, on découvrira avec bonheur la figure
d’Etienne de Silhouette (2). Le
patronyme de cet éphémère
ministre de Louis XV est devenu
un nom commun car il se distrayait en dessinant, sur les murs de
son château de Bry-sur-Marne, des visages tracés
par une simple ligne. « Répandre le nom commun
pour faire oublier l’homme hors du commun »,
diagnostique Thierry Maugenest. Passionné par le
XVIIIe siècle, ce romancier a fait authentique
œuvre de chercheur en reconstituant, à partir de
documents d’archives, la vie de celui qui, lecteur
de Confucius, traducteur de Pope et de Bolingbroke, protégé de Mme de Pompadour, est devenu pour six mois, en 1759, contrôleur général
des Finances. Poussé par sa foi chrétienne et
encouragé par le roi, Silhouette entreprendra de
taxer les riches pour aider les indigents, politique
qui suscitera contre lui une levée de boucliers de la
part des privilégiés, le forçant à la démission. C’est
l’autre face d’avant la Révolution, celle dont la
réussite aurait changé le cours
de l’Histoire.
(1) Fêtes et folies en France à la fin de l’Ancien Régime, de Didier Masseau, CNRS
éditions, 304 p., 24 €.
(2) Etienne de Silhouette (1709-1767). Le
ministre banni de l’histoire de France, de
Thierry Maugenest, La Découverte,
222 p., 18 €.
E S S A I
LA VIE DE CHÂTEAU
★ ★ ★ LA VIE DANS
UN CHÂTEAU MÉDIÉVAL, de
Frances & Joseph Gies, Les Belles
Lettres, 288 p., 16,90 €.
près la bataille d’Hastings
A
(1066), les Normands
de Guillaume le Conquérant
apportent en Angleterre
le féodalisme et le
château fort. Il y en
a un particulièrement
imposant, le château de
Chepstow, à la frontière
du pays de Galles. C’est
de là que Mr & Mrs
Gies, gracieux sujets de
92 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
Sa Majesté aujour-d’hui disparus,
entament leur visite en forme
d’initiation au Moyen Age. A la fois
guides de l’édifice et de l’époque,
ils ont le sérieux et l’élégance du
butler d’une bonne maison. Ils sont
chez eux. Ils font d’abord le tour
du propriétaire, décrivent
le quotidien du seigneur,
de la dame du château,
du personnel et des
villageois.
Ils insistent sur le rôle
central de la chasse,
racontent l’expérience
d’un siège. Et s’arrêtent
sur les mentalités médiévales :
la primauté de l’ordre, de la
solidarité et des liens personnels,
le rôle majeur de l’honneur
dans la chevalerie. Cet univers
clos amorce son déclin au
XIVe siècle, avec l’apparition
de la poudre à canon, qui fait du
château fort un château de cartes.
A noter en fin d’ouvrage un « petit
lexique de la féodalité » et une
liste des principaux châteaux forts
en Europe, bienvenus. Car La vie
dans un château médiéval peut
aussi faire office de précieux guide
EMMANUEL HECHT
touristique.
MARCELLE VALLET
JE VEUX DES PRÊTRES,
JE DONNE.
R É C I T
R O M A N E S Q U E
LE CLUB DES CHICS FILLES
★ ★ ★ MANGÉES. UNE HISTOIRE DES MÈRES LYONNAISES, de
Catherine Simon, Sabine Wespieser Editeur, 260 p., 21 €.
Les hommages qui ont accompagné la mort de Paul Bocuse, le 20 janvier
dernier, n’ont pas fait la place qui lui revenait à Eugénie Brazier, femme
couverte d’étoiles par le Guide Michelin dès 1932 et auprès de laquelle le
cuisinier lyonnais a débuté son apprentissage en 1946, lorsqu’il avait 20 ans.
Le gratin de macaronis, c’était elle ; la poularde de Bresse en demi-deuil,
encore elle. Dans Mangées, Catherine Simon célèbre cette cuisinière au
batillon bien développé et quelques autres mères lyonnaises à peine moins
bavardes qu’elle : La Génie, Léa Bidaut, Paule Castaing, Marie-Thé Mora.
Mi-essai, mi-roman, son livre est une manière de dérive sentimentale dans la
capitale des Gaules, patrie du passé surcomposé où la rencontre des dames
du temps jadis peut parfois prendre des allures d’odyssée gourmande.
Catherine Simon ressuscite la grande époque – celle où les gâte-sauces
prenaient des coups de casserole sur le coqueluchon –, en mettant en scène
le reporter gourmand Etienne Augoyard qui, au cours d’une enquête qui lui a
été commandée par Le Progrès de Lyon, revisite les pages heureuses et malheureuses de l’histoire de la Croix-Rousse et du Lyon populaire en se rinçant
le corgnolon avec des verres de morgon et de juliénas, les vins du Beaujolais
SÉBASTIEN LAPAQUE
voisin. Voilà qui nous donne faim et soif. A table !
E T
A U S S I
Aucun thème grave
SI JE T’OUBLIE,
BARCELONE...
ou léger n’y est oublié.
Précédée par une
Quant au petit dictionmagnifique lettre à la
naire qui clôt l’ouvrage,
capitale catalane,
il fournit un complél’anthologie de textes
ment érudit et précieux
rassemblés et présentés
indispensable à tous
par l’excellent Pierre
ceux qui escomptent
Ducrozet est une invi- Vila-Matas aux errances arpenter les rues de
tation à la plus merveil- chocs de Mac Orlan,
Barcelone. J.-CH. BUISSON
leuse des lectures.
Montalbán et Genet, en * Barcelone. Histoire, proHistoire, art de vivre,
passant par les
menades, anthologie et
architecture, politique, étonnements
dictionnaire, sous la direcgastronomie, littérature : enthousiastes de García tion de Pierre Ducrozet,
des flâneries chics de Lorca, Bolaño et
Robert Laffont/Bouquins,
Cervantes, Stendhal et Mendoza, tout y est.
968 p., 32 €.
L’Œuvre des Vocations est au
service de l’Église catholique
en Île-de-France. Sa mission
est de financer la formation
des séminaristes.
www.mavocation.org
BON DE SOUTIEN
Merci de remplir ce document, et le retourner avec votre chèque à
Œuvre des Vocations, 15 rue des Ursins, 75004 Paris.
OUI, je soutiens la formation des futurs prêtres
Melle
M.
Mme
M. & Mme
Nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prénom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Adresse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . C P
E-mail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . @ . . . . . . . . . . . .
Tél.
Je fais un don en ligne sur www.mavocation.org
Je fais un don de . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . € par chèque à
l’ordre de Œuvre des Vocations*
*Dans le cadre de l’IFI, veuillez établir votre chèque à l’ordre de
Fondation Nationale pour le Clergé.
Tout don fait l’objet d’un reçu fiscal.
contact@oeuvredesvocations.org - 01.78.91.93.20
Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations
vous concernant, demander leur rectification ou leur suppression en vous adressant par écrit à l’Œuvre
des Vocations. Nous ne communiquons jamais les coordonnées de nos donateurs à des tiers.
quartiers libres
R O M A N
É T R A N G E R
UNE VILLE, DES VIES
BASSO CANNARSA
★ ★ ★ UNE VILLE
À CŒUR OUVERT,
de Zanna Sloniowska,
Delcourt, 240 p., 20 €.
Traduit du polonais par
Caroline Raszka-Dewez.
R O M A N
omment trouver sa
C
place dans une ville
qui a si souvent changé
d’identité ? Lviv fut
polonaise, autrichienne,
russe, ukrainienne, s’est
appelée Lwów, Lemberg
et même Lvov. Un lieu
délabré et lumineux,
véritable héros
de ce premier roman
impressionnant, écrit
en polonais par une
Ukrainienne ! En 1988,
la narratrice est encore
une enfant lorsque sa
mère, cantatrice célèbre
est abattue par un sniper.
Elle vit alors non
É T R A N G E R
★ ★ ★ MANQUENT À L’APPEL, de
Giorgio Scianna, Liana Levi, 220 p., 18 €.
Traduit de l’italien par Marianne Faurobert.
R
oberto, Ivan, Anto et
Lorenzo sont partis en
Grèce pour leurs
« premières vacances
d’adultes » et ne sont pas rentrés. Selon
le ministère des Affaires étrangères, ils
ont désactivé leurs portables et ont été
vus pour la dernière fois en Turquie.
Adolescents lambda, fils aimés et aimants
issus de familles aisées d’une province
du nord de l’Italie, élèves appréciés des
professeurs et de leurs camarades de
classe, leur disparition est une énigme.
Jusqu’à ce que se dessine l’inconcevable :
ils ont rejoint la Syrie. Durant quatre
mois, deux fois par semaine, les parents
des quatre garçons rencontrent
L E
le commissaire Cassini qui les informe
de l’avancée de l’enquête. L’impuissance
cède au désespoir, l’incompréhension à
la colère. Un soir de novembre, Lorenzo
rentre chez lui. Hagard. Seul. Où sont
ses camarades ? Pourquoi sont-ils
partis ? Les familles, la police, le lycée,
tous veulent des réponses. Lorenzo,
lui, se mure d’abord dans le silence.
Avec des chapitres courts empruntant
parfois au théâtre, l’auteur alterne entre
le récit fragmenté de Lorenzo et l’attente
des proches. Leur lecture s’avère tour
à tour effrayante, déroutante, émouvante.
Dans un style sobre et d’une efficacité
saisissante, Giorgio Scianna décortique
froidement ce qui pourrait être les
motivations d’une certaine jeunesse
à s’engager aux côtés de l’Etat islamique.
Un roman coup-de-poing. MARIE ROGATIEN
M A R Q U E - P A G E
D E
A. SKAWIANCZYK
L’APPEL DE LA SYRIE
N I C O L A S
seulement avec cette mère
engagée, mais aussi une
grand-mère effacée et une
arrière-grand-mère
despotique. Dans un même
appartement, ces quatre
générations s’aiment,
se détestent, luttent
chacune pour leurs
opinions toujours
discordantes. Trop de
drames, trop d’épreuves
pour ces fortes
personnalités contraintes
de partager leur quotidien
mais qui, paradoxalement,
ne peuvent se passer les
unes des autres. A elles
quatre, ces femmes
symbolisent leur ville,
bringuebalée par l’Histoire,
malmenée par les
occupations successives.
Dans ces pages
envoûtantes, assurément
autobiographiques, Zanna
Sloniowska éblouit
par sa faculté à mêler
les époques, mais aussi
l’art et l’amour, l’intime
et la politique.
LAURENCE CARACALLA
U N G E M U T H
PATMOS ET THANATOS
94 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
quelques jours plus tard. Après quoi, l’enfer se déchaîne…
Christopher Bollen, rédacteur en chef du journal warholien
Interview, qui a écrit deux excellents romans très new-yorkais
ultracontemporains, verse désormais dans le thriller classique à
la Patricia Highsmith. C’est assez déroutant, mais son style
nerveux (« Sa bouche est une vraie chasse d’eau industrielle ») lui permet de ne pas sombrer dans le genre
polar pour rombières. La dérive de Ian sous un soleil
épuisant au milieu d’un cauchemar touristique est
fascinante, tandis que Bollen donne à Patmos des
allures apocalyptiques, ce qui est assez ironique quand
on y pense.
DR
I
an, un New-Yorkais fils de riche désormais déshérité et
pauvre comme Job, part rejoindre Charlie, son ami
d’enfance new-yorkais d’origine chypriote, fils de riche
également, mais nageant toujours en pleine opulence dans
les eaux de Patmos où il possède plusieurs yachts et où il s’est
installé. Celui-ci lui avait promis qu’en cas de coup
dur, il pourrait toujours compter sur lui. Sur place, la
petite amie du protecteur, sa fille, une ex de Ian connue
à l’université, un cousin de Charlie et son amant, un
baby-sitter d’un certain âge et alcoolique, et d’autres
personnages folkloriques. Quelques mois avant, une
bombe a explosé devant un café. Ian, qui a désespérément besoin d’argent, accepte de travailler pour
l’entreprise mystérieuse de Charlie, lequel disparaît
Beau ravage, de Christopher Bollen, Calmann-Lévy, 537 p.,
22,50 €. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nathalie Peronny.
AU2018
E
V S
U – MAR
O
N ER
I
VR
É
F
L’Espagne musulmane,
d’al-Andalus à la Reconquista
En 711, les conquérants musulmans envahissent le royaume
wisigoth d’Espagne et le soumettent entièrement. Pendant
tout le Moyen Age, la péninsule Ibérique, devenue al-Andalus,
vivra sous la loi de l’islam. Le Figaro Histoire consacre
son nouveau dossier à ces huit siècles de domination
musulmane et à la lutte des souverains chrétiens pour
recouvrer l’Espagne « perdue ». Les meilleurs spécialistes en
font revivre les grandes figures comme Le Cid ou Averroès,
décryptent les légendes qui ont entretenu le mythe d’un
« paradis andalou » et d’un âge d’or de la tolérance religieuse,
vous ouvrent les portes de l’Alhambra de Grenade avec ses
mystérieuses inscriptions.
8
€
,90
Au cœur de l’actualité, les manifestations qui viennent d’agiter
l’Iran sont l’occasion de dresser un bilan du régime fondé en
1979, entre profonde stabilité et inexorables mutations. Côté
reportage, Le Figaro Histoire vous dévoile la genèse du musée
du Louvre, des collections de Louis XIV au musée universel, à
travers la splendide exposition qui lui est consacrée au Louvre
Abu Dhabi. Il vous emmène aussi à la découverte du château
de Vincennes, la plus méconnue des résidences royales, aux
portes de Paris.
Le Figaro Histoire, 162 pages.
En vente chez tous les marchands de journaux
et sur www.figarostore.fr/histoire
Retrouvez Le Figaro Histoire sur Twitter et Facebook
Le Figaro Histoire,
tout reste à découvrir
quartiers libres
L E
L I V R E
D E
F R É D É R I C
B E I G B E D E R
LES JEUNES GENS D’AUJOURD’HUI
C
DICTIONNAIRE
LE JAZZ POUR
LES NULS
★ ★ DICTIONNAIRE
AMOUREUX DU JAZZ,
de Patrice Blanc-Francard,
Plon, 800 p., 24 €.
NICOLAS UNGEMUTH
P O L A R
ÉCHEC ET MATE
★ ★ ★ LA FEMME À LA FENÊTRE,
de A. J. Finn, Presses de la Cité,
528 p., 21,90 €. Traduit de l’anglais
(Etats-Unis) par Isabelle Maillet.
DR
Ceux qui ne connaissent
rien au jazz mais
souhaitent s’y mettre
posent toujours la même
question : « Par où
commencer ? »
Ils pourraient bien
commencer par ce bon
livre de vulgarisation
écrit par Patrice BlancFrancard, homme de télé
et de radio que l’on
connaît surtout pour ses
contributions au rock
(« Pop 2 », « Les Enfants
du rock »), mais qui
adore le jazz depuis
ses plus tendres années.
Simplement écrit,
accessible, son
Dictionnaire amoureux
brosse le portrait de
plusieurs jazzmen
incontournables et détaille
leurs meilleurs albums.
Seuls les mastodontes y
sont admis (et encore,
sans parler de Fats
Navarro, Phineas
Newborn, Gerry Mulligan
ou Art Pepper, Bud Powell
et Dexter Gordon ne sont
pas de la partie, ce qui
est un peu raide tout de
même pour un dictionnaire
du jazz, amoureux ou
non). Une belle entrée en
la matière néanmoins.
Sujette à une sévère agoraphobie, Anna
vit recluse dans une grande maison de
Harlem, depuis le départ de son mari
et de sa fille, et passe son temps à
regarder de vieux films noirs, à jouer aux échecs sur le net
ou à espionner ses voisins par la fenêtre, tout en flottant
dans un redoutable cocktail de médicaments et de merlot.
Jusqu’au jour où, observant la maison d’en face, elle est
témoin d’un crime. Reste, dans son état, à convaincre la
96 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
nouvelles. Soren est obsédé par la
mort. La société de consommation a engendré une génération de
trouillards : si l’on n’est ni un migrant,
ni un SDF, ni un chômeur de longue durée, force
est de reconnaître que le seul véritable emmerdement, c’est d’être mortel. La mort est
omniprésente dans ce roman faussement léger :
le père a tenté de refaire sa vie mais sa compagne
est foudroyée par un cancer, le frère bipolaire se
bat contre la sclérose en plaques…
Résumé ainsi, La nuit et des poussières vous semblera sinistre. Et pourtant, ce roman frêle
raconte une lutte rageuse pour la survie. JeanBaptiste Gendarme porte un nom autoritaire
mais dirige une revue très distrayante, Décapage, parfaitement humoristique et passionnée
de littérature contemporaine. Son roman
ressemble à sa revue : sérieux mais divertissant,
ambitieux sans lourdeur. Soren doit trouver de
l’argent pour nourrir ses enfants. Il regarde des
vidéos X quand sa femme se refuse à lui. Il a peur
des attentats, du suicide, des bagarres, mais ce
n’est pas un lâche. La nuit et des poussières
raconte l’histoire de deux jeunes
gens qui apprennent que le
bonheur est une guerre contre
tout l’univers. Malheureusement, à la fin, ils la perdent.
DR
DR
’est un petit roman qui se lit vite, découpé
en chapitres brefs, incisifs. Il parle d’un
couple postmoderne, Soren et Paloma, qui ont
deux filles, Agathe et Louise. Le frère de Soren
est très malade, son père vit seul et se laisse
pousser la barbe, sa mère est morte dans un
accident de voiture. Avec ces phrases courtes,
on a l’impression de lire un roman des années
soixante : un vieux Sagan ou un hommage aux
Choses de Perec. Ces livres dont les personnages
se débattent dans des appartements meublés,
qu’ils quittent pour traverser la France en
voiture…
S’il est bizarre de publier en 2018 un roman des
années soixante, il faut admettre que c’est une
bonne idée, parce que les thèmes de cette
époque (l’éclatement de la famille, la solitude
qu’engendre l’individualisme, la contradiction
entre le couple et la liberté) nous emprisonnent
toujours. Pourquoi changer de style alors que
nous nous débattons toujours avec les mêmes
difficultés qu’en mai 1968 ? Pendant que Soren
va rendre visite à son frère, Paloma est partie à
Cadaqués chez sa mère boire des spritz. La différence avec les années soixante, c’est que Paloma
prend des photos qu’elle poste sur Instagram.
Son exhibitionnisme lui donne l’impression
d’exister. Chez Sagan, elle aurait passé des
coups de téléphone, envoyé des télégrammes ou
des cartes postales. Le désespoir est le même,
mais les appels au secours prennent des formes
La nuit et des poussières, de Jean-Baptiste
Gendarme, Gallimard, 168 p., 15 €.
police de la réalité des faits… Vendu en peu de temps
dans 38 pays et présenté comme un des événements
éditoriaux de 2018, ce redoutable premier roman d’un
jeune éditeur new-yorkais sous pseudo (Dan Mallory) tient
largement ses promesses en assemblant habilement tous
les ingrédients d’un page-turner : une intrigue
machiavélique, rythmée de stupéfiants rebondissements,
un suspense insoutenable, baignant dans un huis clos
paranoïaque, une héroïne sympathique, en pleine détresse,
et, cerise sur le gâteau, un hommage érudit au cinéma de
Hitchcock ou, dans une moindre mesure, aux énigmes en
chambres closes d’Agatha Christie. Il y a deux ans, La Fille
du train nous avait menés en bateau. Aujourd’hui, c’est à
La Femme à la fenêtre de nous faire grimper aux rideaux.
PHILIPPE BLANCHET
L ’ AIR
DU TEMPS
ZENITH
Instrument vintage
PASTIS 51
La plage à la montagne
Pastis 51 ouvre le PASTIS’ODROME en haut
des pistes ! Cette année, les vacances aux sports
d'hiver prennent des couleurs d'été. Avec la plage
éphémère du 51, le véritable Pastis de Marseille
s’installe à 2 000 mètres d’altitude dans les
Hautes-Alpes, au cœur de la station de Vars.
Le rendez-vous est donné sous les 25 degrés
du Dôme 51 pour des activités de plage avec DJ,
dans une ambiance méditerranéenne garantie
aux couleurs de Marseille. Le tout accompagné
de la fraîcheur anisée d'un 51 dans un transat
entouré de palmiers et au chant des cigales.
Avec le modèle Pilot Cronometro Tipo CP-2 Flyback,
la manufacture Zenith rend hommage à l'une de
ses pièces les plus emblématiques : un chronographe
produit à partir des années 60 en exclusivité pour
les pilotes de la force aérienne italienne. Esthétiquement
fidèle à l'instrument d'époque, cette édition de 43 mm
de diamètre affirme son allure vintage avec un boîtier
en bronze qui se patinera joliment avec le temps,
tout en abritant un calibre automatique El Primero,
mouvement iconique de Zenith, équipé
de la fonction flyback ou "retour en vol".
Zenith, Pilot Cronometro Tipo CP-2 Flyback : 7 900 €
Boutique Zenith, 23 Place Vendôme, 75001 Paris
Tél : 07 87 28 20 14 - www.zenith-watches.com
UNIQLO
Le PASTIS’DROME 51, du 17 février au 3 mars 2018,
Les Cassettes, 05560 Vars - www.51.fr
Nouvelle collection
Inès de la Fressange
L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ.
À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
LE JOUR DU SEIGNEUR
©Photos : DR
Quête spirituelle
Diffusée sur
les écrans pour
la première fois
le 24 décembre
1948 à minuit,
la messe Le Jour
du Seigneur est
devenue la plus
ancienne émission
de télévision du monde. Grâce à elle, des milliers
de fidèles, qui n’ont pas la possibilité de se rendre
à l’église, peuvent prier, communier et vivre leur
foi chaque dimanche matin sur France 2.
Aujourd’hui, le Fonds de Dotation CFRT/Le Jour
du Seigneur lance un appel à la générosité de
chacun (legs, assurances-vie et donations exempts
de droits de succession) pour soutenir l’émission
et lui donner les moyens de continuer sur la voie
de la longévité pour les générations futures.
Spécialiste des vacances de rêve, Exotismes
propose cette année encore son Poker de l’Hiver :
une sélection de très bons plans pour partir à prix
doux dans les îles paradisiaques. Et les belles
opportunités ne manquent pas ! La Martinique
pour 699 € TTC (6 nuits au Karibea Résidence
Camélia en hébergement seul, départ le
01/04/18), l’Ile Maurice pour 975 € TTC (5 nuits
en B&B à l’Hôtel Flowers of Paradise 3 étoiles,
départ le 19/04/18). Prix par personne en chambre
double, vols A&R au départ de Paris, et transferts
A&R sur place inclus.
CFRT/Le Jour du Seigneur, 45 bis rue de la glacière
75013 Paris - Tél : 01 44 08 88 71
Exotismes, Poker de l’Hiver : plus d'offres sur
www.exotismes.fr et en agences de voyages
EXOTISMES
Cet hiver, partez moins cher au soleil !
PAGE RÉALISÉE PAR LE SERVICE COMMERCIAL DU FIGARO MAGAZINE
Uniqlo présente la neuvième collection de l’icône
du chic parisien, Ines de la Fressange et de Naoki
Takizawa, Directeur Artistique des projets spéciaux
de la marque. Cette ligne rend hommage aux
paysages et à l’architecture des ports de plaisance,
authentiques havres de paix situés entre terre
et mer. Parmi les pièces phares : des parkas
en coton à carreaux vichy, des pantalons
décontractés aux imprimés printaniers, des robes
cache-cœur à volants, inspirées des années 60
ou encore de beaux pyjamas. Les couleurs bleu
cobalt et rouge s’associent le plus souvent à une
large palette de motifs au sein de cette collection
intemporelle qui appelle l’été.
Uniqlo, Collection Printemps Eté 2018, Ines de la
Fressange, de 14,90 € à 129,90 € - www.uniqlo.com
quartiers libres
2
PHOTOS DR
1
BIEN-ÊTRE
TOUT SCHUSS SUR LES SPAS DE
Messieurs, voici quelques pistes balisées pour retrouver une peau et des jambes toutes neuves. Pause détente
A
près le sport… le
réconfort ! Rien
de tel, pour se
remettre d’une
journée de ski,
qu’une heure dans un spa, histoire
de se débarrasser des tiraillements
des muscles des jambes, de ceux de
la peau. Les hommes, qui composent
désormais 40 % de la clientèle,
s’offrent volontiers un soin du visage
quand ils sont en vacances. Ils ont
bien raison : entre froid et soleil, les
lèvres se dessèchent, l’épiderme
perd de son élasticité.
A Megève, Les Fermes de Marie (1),
le mythique Hôtel Mont-Blanc (4),
au cœur de la station, et le Lodge
Park (3), trois établissements qui
appartiennent à la famille Sibuet, ont
prévu un bon Bol d’air pur (135 €).
« Ce soin de 80 minutes passe par
un nettoyage profond de l’épiderme,
un modelage du visage avec une
alternance de rouleaux de jade frais
et de galets chauds pour raffermir et
une hydratation avec la crème Pure
Altitude Antarctica », précise Marie
Sibuet, directrice générale des
maisons et hôtels familiaux. Pour le
corps, miser sur le soin après-ski
Energétique des Alpes, un massage
manuel accompagné de baluchons
de lin gorgés d’huiles essentielles
hydratantes et de plantes alpines
tonifiantes. Au programme, manœuvres de relaxation musculaire et
étirements avec une attention
particulière portée sur les jambes.
« Nous sommes l’un des rares spas
de Courchevel à posséder une vue
sur les pistes et la montagne »,
98 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
4
se réjouit Marie Rault, manager du
spa du Strato (2). Le 5 étoiles a
donné son nom à un protocole d’une
heure (180 €) consacré au corps
concocté, en exclusivité, par Sothys.
Les manipulations se font à l’aide
d’huiles essentielles, cocktail de
reine-des-prés, cyprès, fucus et
romarin, pour un meilleur drainage.
Là aussi, l’accent est mis sur les
jambes. Pas mal non plus, le soin
visage hydratant avec modelage du
cuir chevelu et des trapèzes.
« Nous avons remarqué que,
naturellement, les skieurs venaient
chez nous », signale-t-on aux
Thermes de Saint-Gervais-lesBains qui sont en train de faire peau
neuve. « Avec la participation des
remontées mécaniques, nous
proposons un “package” forfait
avec un accès à notre espace bienêtre. » Une formule idéale pour
s’offrir un Parcours santé forme (à
partir de 29 € l’accès). Soit trois
heures d’activités à l’intérieur avec
bains de vapeur, fauteuils massants
F O C U S
3
DIAMANTS
PRESQUE
SUR CANAPÉ
Connaissez-vous la règle
des 4 C – cut/carat/clarity/
color –, qui détermine
le prix d’un diamant blanc ?
Saviez-vous que la pierre
de la couronne de la reine
d’Angleterre faisait 3 200 carats
avant d’être scindée puis
taillée ?
La maison Philippe Tournaire,
maître artisan d’art joaillier
montbrisonnais, dont l’offre
ne s’adresse pas aux seuls
cous et doigts de ces dames,
organise des ateliers
de gemmologie d’une durée
de deux heures pour devenir
incollable en « caillasse »
de luxe.
Pédagogue en diable,
Mathieu Tournaire, le fils,
ouvre le coffre et dévoile
les dessous de la joaillerie
autour d’un café-croissant.
Muni d’une pince et
d’une « loupe à l’œil »,
chaque participant – novice
ou érudit, selon le niveau
de l’atelier choisi –
manipule et ausculte
saphirs, émeraudes, rubis,
opales et autres pierres
sous toutes leurs formes
(brutes, polies, taillées)
et toutes leurs facettes.
Breakfast at Tournaire’s.
1. Beau comme une
barrique, le jacuzzi
avec vue sur la
montagne des
Fermes de Marie,
à Megève.
2. Entre parois
abruptes et ardoises,
le grand bleu de la
piscine du spa du
Strato, à Courchevel.
3. Le sauna du Lodge
Park, à Megève.
4. Parcours
aquatique en plein
air, dans le dédale
des bassins des
Bains du Mont-Blanc,
à Saint-Gervais.
MONTAGNE
garantie.
CATHERINE SAINT-JEAN
MARIE ROGATIEN
Ateliers proposés à Paris, Lyon et
Savigneux (Loire), 8 participants
maximum, 30 €. Possibilité de
cours sur mesure. Réservation sur
www.philippetournaire.com
VINCENT CHAMBON
et à l’extérieur en suivant le spectaculaire « labyrinthe » aquatique
équipé d’alcôves massantes et d’un
sauna. Une déambulation dans
l’une des plus anciennes eaux
thermales – 6 500 ans d’après une
datation au carbone 14 –, naturellement chaude (35 °C dans le
bassin), 30 fois plus riche en minéraux et oligoéléments qu’une eau
classique. Et qui, en prime, possède
des vertus apaisantes et cicatrisantes grâce au soufre, au manganèse
et au zinc qu’elle contient, entre
autres. Cerise sur le gâteau, pour ne
pas priver les skieurs d’une journée
sur les pistes, des nocturnes sont
prévues jusqu’à 21 h 30. A la nuit
tombée, l’eau s’illumine de fuchsia,
de bleu Klein… Féerique.
L A
D U
B O N N E M E S U R E
T A I L L E U R S C A V I N I
REVERS DE PANTALON,
UN COUP GAGNANT ?
L
e pantalon a commencé à être vraiment adopté à la
ville vers 1860, remplaçant ainsi la culotte complétée de bas de soie ou de bottes. Les portraits de
Napoléon III montrent ce glissement stylistique. Ce
nouveau vêtement qui pend au talon - d’où son nom est alors très collant. Il faut le brider sous la chaussure
pour en tendre la ligne. Au début du XXe siècle, il prend
de l’ampleur. Les jambes deviennent des tubes que
l’on repasse à plat. Les plis sont marqués latéralement,
au niveau des coutures et non devant. Ce repassage a
tendance à faire gonfler la jambe, si bien que vues de
face, les jambes ont l’air très larges.
C’est dans les années 1920 que le pli
marqué longitudinalement apparaît. Il
permet de mieux structurer la ligne.
Pas
Malgré l’aisance importante des panpour le
talons de l’époque, l’aspect est plus
smoking longiligne.
Le revers de pantalon est
apparu avant le tournant du XX e siècle. La
légende raconte que Bertie, futur
Edouard VII, retourna un jour ses bas
de pantalon pour éviter la boue sur
un champ de courses. La mode se
répandit. Une photo de 1909 le
montre au derby d’Epsom avec
un tel retroussis.
C’est ainsi que les Anglais ont adopté
le revers pour les pantalons dits de
campagne. Mais pas pour la ville. Le fils
de Bertie, le rigoureux roi George V fera
d’ailleurs remarquer un jour à un visiteur à Buckingham sa tenue : « Mon
palais est-il si humide que vous deviez
porter des revers ? » C’est pour cela que le
smoking ne se porte absolument pas avec
un revers. Sur le continent, l’engouement a
été inverse. Un beau pantalon de ville se
termine avec un revers. Pour les Italiens,
c’est même un impératif, le revers signant
l’appartenance d’un pantalon aux plus
hautes lignées. C’est finalement un peu
comme la conduite à gauche ou à droite,
une simple différence d’appréciation !
«
s»
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 99
quartiers libres
Sous une robe
discrète, cette berline
japonaise dissimule
des solutions
techniques originales
lui procurant une
efficacité remarquable
sur les routes à faible
adhérence.
La planche de bord est
d’apparence classique
mais l’ergonomie et
la qualité sont
irréprochables.
AUTO SUBARU IMPREZA : LA PREUVE PAR
La berline japonaise démocratise les quatre roues motrices pour faciliter l’ascension des familles en montagne.
lus la route devien- intégrale dont l’efficacité sur faible
adhérence, avec l’avantage d’une
FICHE
TECHNIQUE
dra glissante et adhérence nous a une nouvelle fois
consommation contenue dans la
Moteur
plus l’automobiliste conquis.
vraie vie, ce que ne traduit pas
4 cylindres à plat essence,
ne tardera pas à Direction Rovaniemi, capitale de la
forcément le malus de 1 050 €, voire
3
1 600 cm , 114 ch, 150 Nm
percevoir l’intérêt Laponie au nord de la Finlande.
1 613 €, dont l’Impreza est hélas
Transmission
de disposer de quatre roues motri- A cette époque de l’année, la neige
taxée en France. Disponible à partir
Intégrale, boîte auto CVT
ces. Subaru fut le premier, huit ans y est abondante et la température
de 23 990 €, cette Subaru n’en
Dimensions
L. 4,46, l. 1,78, h. 1,48 m
avant Audi, à avoir l’idée de transpo- peut descendre jusqu’à moins 30 °C.
demeure pas moins la berline à
Consommation
ser sur la route cette transmission Dans ces conditions extrêmes,
transmission intégrale la moins
6,2 l/100 km
conçue à l’origine pour propulser les l’Impreza évolue avec une rare
chère du marché. Et pas la moins
Emissions (CO2)
véhicules en tout-terrain. Une idée aisance et une grande souplesse,
agréable à conduire. Les choix tech140 g/km
primée par trois titres de champion favorisée par une boîte automatique
niques décalés chers aux ingénieurs
Vitesse
180 km/h
du monde des rallyes dans les an- à variation continue. Nonobstant
de la marque, tels que le moteur à
Prix
nées 1990, grâce à un bolide bleu une fâcheuse tendance à s’emballer
plat ou la transmission intégrale
23 990 €
prénommé Impreza. La berline japo- sous forte accélération, cette trans« symétrique » se traduisent par
naise a, depuis, arrêté sa carrière mission dépourvue d’à-coups
une efficacité routière surprenante.
sportive. Sa cinquième génération contribue à limiter les pertes de
Grâce à un centre de gravité plus
se met plus largement au service motricité. Le petit moteur « boxer »
bas que la moyenne, l’Impreza vire à
des familles, tout en continuant à se de seulement 114 ch facilite aussi la
plat sans devoir recourir à des
distinguer par une transmission progression sur les routes à faible
suspensions fermes.
P
~
100 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
T E C H N O
LA TENDANCE DE
LAURENCE HALOCHE
LE PC DES
GRANDS
VOYAGEURS
Une carte SIM intégrée
pour se connecter à internet
à tout moment ! Voilà la
spécificité inédite de cet
ordinateur portable 2 en 1.
Conçu en partenariat avec
Transatel (pour l’abonnement
mobile), l’Asus Transformer
Mini intègre le système
Windows 10, un écran tactile
10,1 pouces ainsi qu’un
NOUVEL AN CHINOIS :
L’EMPIRE DES SENS
QUATRE
La rigueur de son comportement
routier se double d’un excellent
confort. Si sa planche de bord hérite,
à l’instar de sa carrosserie, d’un
traitement classique, son ergonomie
et sa qualité de fabrication ne
prêtent guère le flanc à la critique.
Derniers atouts de cette discrète
japonaise, la richesse de sa dotation
de série incluant une panoplie
complète d’aides à la conduite et une
sécurité passive du meilleur niveau,
sans oublier la fiabilité légendaire
des productions de la marque.
Subaru précise que 96 % des voitures vendues ces dix dernières
années sont encore en circulation,
de nombreuses affichant entre
350 000 et 450 000 kilomètres
THIERRY ÉTIENNE
au compteur.
clavier détachable pour
travailler en mode PC comme
en mode tablette selon
l’environnement dans lequel
on se trouve. Alors que les
appareils de ce type étaient
jusqu’à présent contraints de
disposer d’un signal Wi-Fi
à proximité pour accéder au
net, ce petit prodige profite
d’une carte SIM pour surfer
sur les réseaux 3G et 4G
de toute l’Europe. Il est
possible de souscrire un
abonnement avec Transatel
instantanément depuis
l’interface Windows. Parfait
pour rester en contact avec
sa famille, partager un
fichier avec son entreprise
et exploiter des données
dans le cloud. Ultraléger
(620 g en mode tablette,
870 g avec le clavier), le
Transformer Mini ravira les
nomades et les blogueurs
compulsifs. Seul reproche ?
Des performances
multimédias limitées qui
le cantonneront aux
applications de bureautique.
PASCAL GRANDMAISON
Asus Transformer Mini
T103HAF, 350 € (Asus.fr).
DR
TEPPO VERTOMAA
DR
E
t si l’éventail des festivités du Nouvel An chinois, le
16 février, était l’occasion d’entrer dans l’année du
Chien en dégustant, non pas un wok de chowchow, mais quelques plats traditionnellement préparés
pour le réveillon ? Du bon, de l’authentique. Ras-le-bol
des mauvais traiteurs, des temples de jade et autres
maisons du lotus dont les menus « alphabet » déroulent du
nem flagada, du porc au caramel insipide, du riz cantonais
transi de froid ! Au foie gras et au chapon du 31 décembre
doit répondre le « beau manger » des épicuriens de
l’empire du Milieu. « Pour l’an neuf, chacun se rend dans sa
famille, précise le sinologue Cyrille J.-D. Javary. Plus de
800 millions de déplacements enregistrés en Chine, en 2017.
Le repas est important. On mange des mets qui ont une
symbolique : des raviolis dont la forme en lingot d’or est signe
de prospérité, des nouilles de longévité, plus longues que
d’habitude, des gâteaux de riz glutineux. »
A Paris, plusieurs palaces parisiens proposent de fêter
l’événement de façon impériale. Brunch asiatique ce
dimanche au Mandarin Oriental. Au Lili, restaurant
gastronomique de l’hôtel The Peninsula où officie le chef
Ma Wing Tak, coup de cœur notamment pour les raviolis
au porc des montagnes noires, chou bok choi et huile de
piment, et pour les perles de riz gluant, sésame noir et sirop
de gingembre. A la carte du Shang Palace du Shangri-La
Hotel, le chef étoilé Samuel Lee sert six plats dont son
fameux saumon Lo Hei et un « bouddha qui saute pardessus le mur », à l’intitulé aussi poétique que prometteur.
Le bonheur de la bouche, tout est dit ! C’est d’ailleurs le
titre de l’excellent ouvrage de Zheng Lunian (Editions
Michel de Maule), où l’on découvre qu’il convient de
goûter la cuisine chinoise « avec les dents » pour apprécier
non seulement les saveurs mais plus encore les textures
croquantes, fondantes ou gélatineuses de mets
d’excellence qui illustrent « l’intelligence du bien manger » !
The Peninsula Paris propose un voyage culturo-culinaire.
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 101
quartiers libres
L A
T A B L E
D E
M A U R I C E
B E A U D O I N
À LA MANUFACTURE, LE CAVIAR
EST SERVI EN PLAT DU JOUR
A
LUCIE SASSIAT
ccrochez vos ceintures ! A Paris, je vais
vous proposer la visite d’un lieu totalement
insolite, en retrait du port de l’Arsenal, aux
177 anneaux pour bateaux de plaisance, et de la
place de la Bastille. Loin de l’agitation, la rue de
l’Arsenal, où se niche La Manufacture, vit
calme, tranquille, un peu endormie. Derrière la
vitrine de l’établissement, on découvre un
restaurant qui n’en est pas vraiment un. Un lieu
de dégustation. On vient ici goûter les caviars
Kaviari et d’autres produits de la mer, saumons
fumés, crabe royal russe du Kamtchatka, chair
de tourteau de Grande-Bretagne et ses pinces,
harengs sauce aneth de Hollande, anchois à
l’huile d’olive d’Espagne, etc.
Karin Nebot, l’adorable patronne de cet
établissement élégant, a le caviar dans les
gènes. Son père, Jacques Nebot, a vécu, depuis
les années 1970, dans le caviar, à travers Astara
et Hédiard, dont il fut le dirigeant. Il est toujours
présent rue de l’Arsenal, à
déambuler, souriant, entre le
labo, l’arrière-cuisine, la table
d’hôtes, la « boutique-frigo »,
accompagnant les voyages
gustatifs extraordinaires des
amateurs et clients de ce lieu étrange, où il
dévoile les secrets des grains précieux.
Le goût sûr de Karin Nebot a fait de ce site
industriel un endroit remarquablement décoré,
le choix des éclairages étant particulièrement
réussi. J’ai déjeuné, installé à l’angle d’une
table immense, dans l’« arrière-cuisine ». Un
repas sans prétention mais face à trois boîtes de
caviar. Un sacré combat ! Qui demande du
palais et quelques billets. Mais on savoure, on
savoure, on fait rouler les grains sous le palais.
Que le caviar de Kaviari soit italien, français,
chinois, iranien, bulgare, la félicité est au bout
de la langue. Et ne laisse guère de place pour
explorer le tarama au crabe, l’anguille fumée ou
le saumon fumé sauvage de la Baltique.
La Manufacture est l’endroit idéal pour un dîner
hors du temps, entre amis, une boîte de caviar
au centre de la table. Dans la simplicité ! « La
sophistication suprême », d’après Léonard de
Vinci. D’ailleurs, les vins sont particulièrement
abordables.
S A V E U R S
LE MIZUNA
VENU D’ASIE
Connaissez-vous le mizuna ?
Cette plante ou plutôt cette
salade qu’on met dans les
mescluns. Le mizuna pousse
deux fois par an, son feuillage
vert intense comporte des
arêtes fortement découpées.
Originaire des zones maritimes
d’Asie, on la trouve maintenant
en Europe et, comme elle aime
les embruns et le soleil,
d’abord sur les bords
méditerranéens. Les Japonais
l’utilisent pour des salades et
des soupes. En Europe, uniquement pour la salade, mais
plutôt mélangée avec de
la laitue, de la roquette ou de
la feuille de chêne. Sa saveur
légèrement épicée est proche
de l’oseille ou des épinards.
Le mizuna est très riche en
calcium et en vitamines A et C.
Il se vend sur les étals français
depuis peu. Cette plante
aromatique peu connue
étonnera vos invités.
VÉRONIQUE ANDRÉ
La Manufacture Kaviari, 13, rue de l’Arsenal, 75004 Paris
(01.44.78.90.52). Dégustation sur le pouce toute la
journée. Caviar : les 50 g, 80 € et 125 € (Italie), 115 €
(France), 150 € (Chine), 475 € le béluga (Bulgarie,
Chine, Iran). Fermé samedi et dimanche.
PHOTOS DR
ARTS DE LA TABLE CECI N’EST PAS UN VERRE
Bruno Evrard : une marque peu
connue, pourtant héritière d’une
histoire ancienne. Il y a quatrevingt-dix ans, Fleury Evrard faisait
éclore à Saint-Venant, dans le Pasde-Calais, une petite société spécialisée dans les arts de la table,
notamment le négoce de vaisselle.
Fils, petit-fils et arrière-petit-fils du
fondateur ont développé l’entreprise en préservant un savoir-faire
mis au service d’une priorité : la
102 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
créativité. Les collections révèlent
aujourd’hui un large choix où se
mêlent des modèles au design
raffiné et d’autres, plus simples, qui
se jouent notamment des échelles
avec humour. Ainsi les 15 litres du
Big Glass n’invitent-ils pas à une
beuverie orgiaque mais transforment
cet objet original en seau à champagne,
à glace, en bol à punch ou à sangria.
Même esprit pour la carafe Carole
(ci-contre) qui reprend la forme
d’un verre géant (1,6 litre) doté d’un
bec verseur. Déjà présente sur les
tables de nombreux restaurants,
cette fantaisie ne passe pas inaperçue
tout en gardant sa fonction première :
décanter un vin.
LAURENCE HALOCHE
Décanteur Carole, 39 €. Conceptstore Bruno Evrard, ouvert du lundi
au vendredi de 9 h à 17 h 30,
route de Saint-Floris,
62350 Saint-Venant (03.21.63.17.81 ;
Bruno-evrard.com).
PHOTOS : CYRILLE GEORGE JERUSALMI - DR
LE CHOIX DU
“FIGARO MAGAZINE”
Maison
La Mauny,
fondée en 1749.
LE TERROIR MARTINIQUAIS EN MAJESTÉ
Sous l’impulsion de sa dirigeante
Nathalie Guillier-Tual, la grande
rhumerie du sud de l’île revit.
C
ertaines missions peuvent tirer en longueur. Ainsi, pour Nathalie Guillier-Tual,
redresser la barre de l’entreprise
La Mauny fraîchement rachetée par le
groupe Chevrillon en 2012, avant d’en
céder la gestion et rentrer à Paris dans la foulée, devait être
l’affaire de six mois. Fondée en 1749 par le comte de Mauny,
la propriété de 250 hectares dont 80 de champs de canne
à sucre est alors anesthésiée. La présidente doit relancer
la machine, conclure des accords avec 80 petits agriculteurs à qui la maison achète la majorité des précieuses
cannes qui permettent de réaliser le rhum agricole. Depuis
1996, l’appellation impose que le spiritueux soit distillé à
partir du jus de cette plante et non de mélasse allongée
d’eau. Les cannes mûrissent par le bas, où le sucre est
concentré. Pour le préserver, la coupe à la main – harassante par ce climat chaud et humide – est privilégiée. Toute
P A P I L L E S
E T
la gamme aromatique s’étend le long des tiges : les notes
fruitées au pied laissent place à celles de fleurs séchées sur
les cimes. Comme elles pourrissent rapidement par leurs
extrémités, il faut les transporter fissa à la distillerie où l’on
mesure leur taux de brix (sucre), qui doit être de 25 %
environ. Elles sont ensuite malmenées par une multitude de
machines ferrailleuses, broyées et mouillées trois fois pour
extirper 95 % de leurs sucres et obtenir le jus, appelé vesou,
qui fermente jusqu’à titrer 5 degrés avant d’être distillé dans
des colonnes d’acier géantes. Le tout dans un bruit assommant. Le résultat sera destiné à être blanc ou ambré. Dans
le second cas, il se reposera de ces efforts durant quelques
années dans d’anciens fûts de cognac, de bourbon ou de
porto. La Martinique dispose d’une diversité de sols remarquable : magnésium, sédiments marins ou argile rouge.
Autant de typicités que La Mauny met en avant dans des
rhums généreux, aux saveurs épicées, minérales ou exotiques. L’entreprise remise sur pied a de beaux jours devant
elle. Quant au retour à Paris de la dirigeante, il n’est plus
GABRIELLE VIZZAVONA
d’actualité.
CHÂTEAU
LARRIVAUX 2014
C’est un château en partie
caché par son parc et ses
bois, à Cissac-Médoc, au
sud-ouest de l’appellation
Saint-Estèphe. Il aurait
pu être celui de la Belle
au bois dormant, mais
le dynamisme de sa
propriétaire est sans rapport
avec la léthargie de l’héroïne du conte. Cet endroit
au charme fou qui s’étend
sur 75 hectares – dont 19
sont dédiés à la viticulture –,
se transmet de mère en
fille, de tante en nièce,
depuis le XVIe. Bérangère
Tesseron y produit
aujourd’hui un vin tout
en rondeur, riche et charnu,
largement dominé par
le cépage merlot.
Une cuvée pleine
de vie, sans
artifices, fidèle
à l’esprit des
lieux et à la
personnalité
de celle qui fait
souffler un vent
bienveillant
sur ces terres.
STÉPHANE
REYNAUD
Prix : 15 €.
La Mauny Rhum vieux Signature : 40 €.
P U P I L L E S
PRÉPARER SON
GÉNÉPI MAISON
« Qui n’a jamais rêvé de produire sa
liqueur maison ? Vieille tradition familiale
ou plaisir personnel, cette idée fait
ressortir en chacun de nous notre âme
de contrebandier, plongée en pleine
prohibition des années 1930 », entonnent
en chœur Florent Chouzy et Augustin
Vibert. Fondateurs de la toute jeune
société Mélange des Alpes, installée à
Annecy, les deux Savoyards ont imaginé
un kit permettant de préparer soi-même
son génépi. Pas besoin d’avoir eu un
ancêtre bouilleur de cru pour se lancer,
l’affaire est simplissime. Il suffit d’acheter,
en grande surface ou chez un caviste,
un alcool pour fruits à 40°, puis de
remplir le flacon contenant un dosage
idéal de sucre et de brins de génépi
bio. Mélanger doucement et
laisser macérer entre vingt et
quarante jours – les équilibres
sont alors plus aboutis – avant de
filtrer deux à trois fois la liqueur.
Si les pères chartreux n’ont pas
à redouter la concurrence de cette
production de niche, le résultat s’avère
aussi sympathique que le principe. On
dégustera ce digestif lors d’un séjour à
la montagne, plutôt pur, à température
ambiante ou glacée, à moins de
le proposer en cocktail en début
de repas associé à du vin blanc,
par exemple.
LAURENCE HALOCHE
Kit Mont Genep, 16,90 €, sur
Melangedesalpes.com, chez
les cavistes et en grande surface.
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 103
quartiers libres
E S C A P A D E
ANTIBES-JUAN-LES-PINS PRESSE COMMUNICATION
DEUX HÔTELS
EN UN
À TENERIFE
Avec le nouveau Royal
Hideaway qui vient d’ouvrir
dans l’archipel des Canaries,
le groupe espagnol Barceló
inaugure un complexe doté de
deux établissements très haut
de gamme : l’un destiné aux
adultes et l’autre, aux familles.
L’ensemble est situé au bord
de l’Océan, non loin du village
de La Caleta, sur la côte
sud-ouest de Tenerife, avec
vue sur le Teide, majestueux
volcan qui domine l’île
du haut de ses 3 718 m.
Au Royal Hideaway Corales
Beach, réservé aux plus
de 16 ans, les 121 suites
disposent toutes d’une vaste
terrasse donnant sur la mer.
Quant au Royal
Hideaway Corales Suites,
il abrite les tribus dans
114 appartements et villas
mesurant jusqu’à 390 m2
et pouvant accueillir jusqu’à
6 personnes. Les deux hôtels
sont reliés par une passerelle
qui permet à leurs hôtes
de profiter des 9 restaurants,
du spa et des 3 piscines
d’eau de mer chauffée.
Un panel d’activités pour
découvrir Tenerife de façon
originale complétera
prochainement l’inventaire
des bonheurs à vivre
au Royal Hideway.
MER ET MONTAGNE,
L’OFFRE UNIQUE DE LA CÔTE D’AZUR
E
n haut des pistes des Eguilles, dans la station de Valberg, un petit morceau de bleu
se détache de l’horizon. « La mer ! »,
s’écrie un enfant. « Les skieurs corses
disent même que, par beau temps on voit
la pointe de leur île depuis les pistes », s’amuse un moniteur de l’ESF. La station-village des Alpes du Sud est distante de 104 km de Cannes, soit plus d’une heure trente
en voiture et 25 minutes en hélicoptère. C’est la dernière
folie sur la Côte d’Azur : skier le matin et s’adonner aux
joies nautiques l’après-midi. Dominée par le mont Mounier
(2 817 m d’altitude), la station de Valberg développe
56 pistes (90 km) dont 28 rouges et 6 noires (forfait jour,
32,30 €). De longues descentes entre les mélèzes permettent d’admirer un paysage grandiose, celui du parc du
Mercantour dont la station est une des portes d’entrée.
Un environnement rare et protégé qui lui a inspiré un réel
engagement écoresponsable. Valberg maîtrise son énergie, adapte la vitesse des remontées mécaniques au
nombre de skieurs, produit une neige artificielle sans
additifs chimiques et a mis à disposition des visiteurs une
flotte de véhicules électriques sans permis, entre autres
initiatives. Son grand atout est d’offrir une combinaison
astucieuse entre les joies de la glisse et celles qu’offre la
104 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
mer… si proche. Par une route vertigineuse, on passe des
sommets enneigés de Valberg aux palmiers de la Croisette
en un rien de temps.
Les grands hôtels de Cannes surfent sur cette vague. Le
Carlton, par exemple, s’apprête à inscrire une offre dédiée
pour les séminaires d’entreprise et achemine déjà ses
clients individuels en voiture (avec chauffeur) et même
en hélicoptère, le nec plus ultra. « Nos clients quittent
l’hôtel à 8 h 30 et, à 11 h, ils sont skis aux pieds, témoigne
le premier concierge, Maxime Nerkoswski. Le plus difficile
est de trouver des taxis équipés de pneus neige… assez
inhabituels dans une région où l’ensoleillement est de
300 jours par an. » Les visiteurs y trouvent leur compte
car le Carlton, au moment des sports d’hiver, affiche ses
tarifs les plus économiques de la basse saison (jusqu’au
1er avril, à partir de 150 € la nuit pour deux).
La mairie de Cannes, engouffrée dans la brèche, a lancé
il y a quelques jours une application mobile à télécharger,
Cannes Sports, qui recense toutes les activités nautiques
et sportives de la ville, très utile pour l’après-ski : ski nautique, kitesurf, voile et même circuits de jogging en bord
de mer présentés à la manière des pistes en montagne.
Le passage de l’un à l’autre de ces univers si différents
jette sur le visiteur une impression inoubliable. Cap sur
le sable blond avec de la poudreuse plein les yeux… voilà
PHILIPPE VIGUIÉ-DESPLACES
qui n’est pas banal !
Offices de Tourisme de Valberg (04.93.23.24.25 ; Valberg.com)
et de Cannes (04.92.99.84.22 ; Cotedazur-tourisme.com).
Hôtel Carlton (04.93.06.40.06 ; Carlton-cannes.fr).
Barceló (00.34.922.86.09.12 ;
Barcelo.com). Royal Hideaway
Corales Beach, à partir de
300 € la nuit. Royal Hideaway
Corales Suites, à partir de
400 € la nuit.
DR
Pour relancer sa saison d’hiver,
la Riviera multiplie les initiatives
permettant de passer, en une même
journée, du ski alpin au ski nautique…
PAR GUILAUME DE DIEULEVEULT
DU NEUF DANS VOTRE VIE
75
PARIS 7ème
75
PARIS 11ème
Bac - Raspail - Grenelle
Passage Oberkampf
En plein cœur du triangle Bac-Raspail-Grenelle,
fruit d’une réhabilitation architecturale
exceptionnelle. Du studio au 5 pièces duplex,
prestations de haut standing, vastes terrasses
et balcons.
Aux portes du Marais, à 200 m du cirque d’Hiver,
dans un quartier prisé. Très beaux appartements
du studio au 4 pièces, aux prestations haut de
gamme. Balcons et généreuses terrasses.
Prix : de 400 000 € à 1 155 000 €
Lots : du studio au 4 pièces
Lots : du studio au 5 pièces
duplex
Espace de vente : 14 boulevard Raspail, 75007 Paris. Ouvert du mercredi au samedi de 14h à
19h. paris7- emerige.com
75
AVEC
Espace de vente : 61 boulevard Voltaire, 75011 Paris. Ouvert le lundi de 15h à 19h et du jeudi
au dimanche de 11h à 13h et de 14h à 19h. En co-promotion avec Linkcity et Ogic.
passage-oberkampf.com
PARIS 11ème
9 Charrière
Travaux en cours. Dans un cadre de vie recherché,
au calme d’une petite rue résidentielle. Dernier
appartement 4 pièces disponible, aux prestations
haut de gamme.
Prix : 1 018 000 €
Lots : 4 pièces
Les plus belles adresses
en Ile-de-France
sont sur
Espace de vente : 61 bd Voltaire, 75011 Paris. Ouvert le lundi de 14h30 à 19h et du jeudi au
dimanche de 11h à 13h et de 14h à 19h. En co-promotion avec OGIC. 9charriere.com
75
PARIS 12ème
Place Félix Eboué
En travaux. Sur la place Félix Eboué, au pied
du métro Daumesnil. Appartements du 2 au
4 pièces aux prestations haut de gamme. Vues
exceptionnelles aux derniers étages, commerces
en pied d'immeuble.
emerige.com
01 78 05 45 00
Prix : de 500 200 € à 1 098 700 €
Lots : du 2 au 4 pièces
Emerige, SAS au capital de 3.292.800 euros, au RCS Paris 350 439 543 - Siège social 17-19 rue Michel Le Comte
75003 Paris - 02/18
Espace de vente : 98 avenue Daumesnil, 75012 Paris. Ouvert lundi et du jeudi au dimanche
de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h. En co-promotion avec INOVALIS. paris12.emerige.com
75
PARIS 13ème
92
CLAMART
7 Rue de Tolbiac
Canal Avenue
NOUVEAU. Une adresse d’exception face au
M˚ Bibliothèque F. Mitterrand, au sein d'un
quartier commerçant très prisé et idéalement
desservi. App. aux prestations très haut de
gamme, balcons, terrasses et jardins privatifs.
NOUVEAU. Au cœur du futur quartier Grand
Canal, proche de toutes les commodités. Des
appartements du studio au 5 pièces offrant pour
certains une vaste terrasse, un balcon ou un jardin
privatif.
Prix : de 369 000 € à 1 597 000 €
Lots : du studio au 5 pièces
duplex
Prix : de 186 000 € à 586 000 €
Lots : du studio au 5 pièces
Espace de vente :110 rue de Patay, 75013 Paris. Ouvert le lundi et du jeudi au dimanche de
10h30 à 12h30 et de 14h à 19h. paris13.emerige.com
Espace de vente : A l’angle des avenues Charles de Gaulle et Réaumur, 92140 Clamart. Ouvert
le lundi, jeudi et vendredi de 14h à 19h, le mardi, mercredi, samedi et dimanche de 10h30 à
12h30 et de 14h à 19h. En co-promotion avec Eiffage Immobilier. canal-avenue.com
92
92
GARCHES
RUEIL-MALMAISON
72 Colonel Rochebrune
Rue des Bons Raisins
En travaux. Une résidence idéalement située
dans un environnement verdoyant et calme.
Des appartements du studio au 4 pièces, avec
balcons, jardins ou terrasses aux vues dégagées
sur Paris pour certains.
Découvrez cette nouvelle résidence au cœur
de l’écoquartier de la ZAC de l’Arsenal à RueilMalmaison. Appartements du studio au 5 pièces
prolongés de généreux espaces extérieurs. Vaste
jardin paysager en cœur d’îlot.
Prix : de 227 000 € à 640 000 €
Lots : du studio au 4 pièces
Prix : de 204 000 € à 645 000 €
Lots : du studio au 5 pièces
Espace de vente : 72 rue du Colonel de Rochebrune, 92380 Garches. Ouvert le lundi et
du jeudi au dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h. En co-promotion avec Hèracles.
garches.emerige.com
Espace de vente : 20 rue Galliéni, 92500 Rueil-Malmaison. Ouvert le lundi et du jeudi au
dimanche de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h. rueil.emerige.com
LEADER DU COURTAGE EN LIGNE.
10 ANS EN FRANCE.
Choisir le bon courtier, c’est choisir un courtier en qui
vous pouvez avoir confiance.
Faites dès maintenant le choix du N°1 mondial et
premier courtier à fêter ses 10 ans en France*.
Avec IG, vous choisissez un courtier proche de vous et
bénéficiez automatiquement d’un compte risque limité,
preuve de notre engagement pour un trading
plus responsable.
Découvrez notre histoire et ouvrez
votre compte sur IG.com
Le trading avec effet de levier amplifie les gains et les pertes.
Le risque de perte est limité au capital investi.
IG.com
ACTIONS | CFD | INDICES | MATIÈRES PREMIÈRES
* Présent en France depuis 2007. N°1 des CFD en France selon le nombre de clients ayant investi sur CFD ou Forex au cours d’une période de 12 mois (Investment
Trends 2017). N°1 sur le courtage en ligne des CFD dans le monde en termes de revenus, hors Forex (Source : états financiers publiés en octobre 2016).
F
M
PLACEMENTS
LES BONS CHOIX
POUR 2018
ASSURANCE-VIE : TIREZ LE MEILLEUR PARTI DE VOTRE CONTRAT, p. 108
SICAV : LE RETOUR EN FORCE DES GÉRANTS, p. 110
MONTAGNE : LES NOUVELLES ENVIES DES ACHETEURS, p. 112
FISCALITÉ : CE QUI CHANGE POUR L’USUFRUIT AVEC L’IMPÔT SUR LA FORTUNE IMMOBILIÈRE, p. 116
ISTOCKPHOTO/GETTY IMAGES
DOSSIER COORDONNÉ PAR CAROLE PAPAZIAN ET GHISLAIN DE MONTALEMBERT
AVEC MARIE BARTNIK, MARIE PELLEFIGUE ET HERVÉ ROUSSEAU
PARTIR DU BON PIED
Assurance-vie, immobilier, Bourse,
fiscalité, coup de projecteur sur les
nouveautés qu’un épargnant averti
doit connaître. Le rendement des
fonds en euros s’est à nouveau effrité
cette année. Rien de dramatique,
l’assurance-vie reste un placement
sûr qui permet de sécuriser ses gains,
mais la tendance confirme celle des
années précédentes, d’autant que
l’inflation grignote les gains (lire
ci-dessous). Face à ce mouvement
de fond, les particuliers sont incités
par leurs conseillers à prendre des
risques. Le risque n’est pourtant pas
fait pour tout le monde et, surtout, il
doit être compris et mesuré : il faut le
doser en fonction de son tempérament
et de son horizon de placement. La
nouvelle réglementation européenne
impose d’ailleurs aux établissements
financiers de s’assurer que leurs
clients sont bien informés. Cela
promet d’être quelque peu fastidieux
sans doute, mais pourrait au final
obliger les épargnants à se poser
les bonnes questions. En termes
d’épargne, il faut d’abord penser
à soi, à ce que l’on veut faire de son
argent, à ce que l’on en attend
et à ce que l’on craint. Si vous ne
supportez pas de perdre 10 % de votre
capital une année donnée, dites-le
clairement et ne vous engagez pas
dans des placements qui ne vous
ressemblent pas.
Pour vous aider à partir du bon pied,
nous avons interrogé les spécialistes
sur la bonne manière de diversifier
ses placements dans le cadre de
l’assurance-vie. Après les
performances boursières de 2017, les
experts espèrent que la Bourse et
notamment les actions européennes
resteront bien orientées cette année.
Mais tous les arbres ne monteront
peut-être pas au ciel comme l’a
montré le recul des marchés ces
dernières semaines : comment
aborder l’année ? Faut-il miser
sur les indices boursiers ou faire
confiance aux gérants qui
sélectionnent les titres ? Autres
questions pour qui prend le chemin
de la diversification.
Enfin, même si la fiscalité ne penche
pas en sa faveur, la pierre garde une
place à part dans un patrimoine.
S’offrir une résidence secondaire
reste un plaisir, mais il est de plus en
plus raisonné. Si la neige tombée en
masse ces dernières semaines vous
donne des envies de montagne, faites
le tour avec nous des nouveaux
programmes. Le foncier se raréfie et
l’immobilier de montagne a changé.
Souvent, ces programmes sont plus
petits qu’avant, mais les
appartements sont plus grands,
conçus pour répondre à la demande
nouvelle de vacanciers qui ne
glissent plus sur les pistes toute la
journée. Propriété classique ou
résidence de tourisme, nous revenons
sur ces deux formules qui coexistent.
Enfin, puisque l’IFI, successeur de
l’ISF est centré sur la pierre,
penchons-nous sur ce nouvel impôt
patrimonial. Les règles du jeu ont
en effet changé pour certains
usufruitiers et nus-propriétaires
(page 116). C’est le cas dans les
familles où, à la suite de la disparition
d’un des parents, une maison ou un
appartement sont détenus à la fois
par le conjoint survivant et les
enfants.
CAROLE PAPAZIAN
TIREZ LE MEILLEUR PARTI DE VOTRE
Les fonds en euros n’ont rapporté que 1,5 % en moyenne en 2017. Nos conseils pour dynamiser l’épargne
D
es rendements
inexorablement
en baisse. En 2017
encore, les fonds
en euros des
contrats d’assurance-vie ont
rapporté moins que l’année
précédente – environ 1,5 % en
moyenne, net de frais selon
Facts & Figures, contre 1,8 %
l’année dernière. Un maigre
revenu auquel il faut encore
soustraire les prélèvements sociaux, que le gouvernement a
fait passer de 15,5 % à 17,2 % le
1er janvier 2018. Et surtout l’inflation, qui grignote désormais
la plus grande partie des gains
des épargnants. Les prix ont en
effet recommencé à grimper
en 2017, de 1 % contre 0,2 % en
2016, et le phénomène devrait
s’accentuer cette année. La
Banque de France prévoit une
hausse des prix de 1,4 % en
2018. De quoi faire diminuer
son épargne en valeur réelle.
Car les rendements ne devraient pas se ressaisir dans
l’immédiat. Même si les taux
d’intérêt sont amenés à monter, la proportion d’obligations
peu rémunératrices achetées
dans le passé par les assureurs
devrait continuer à grever
pendant deux ou trois ans encore le revenu servi aux épargnants.
La réforme fiscale votée en
2017 modifie enfin la fiscalité
de ce placement qu’affectionnent les Français. Le prélève-
108 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
ment forfaitaire unique de
30 % (prélèvements sociaux
compris) s’applique désormais
aux encours de plus de
150 000 € pour tous les versements effectués depuis le
27 septembre dernier. Ces
gains étaient auparavant taxés
à hauteur de 24,7 % au-delà de
huit ans. « Entre la légère dégradation de la fiscalité et la
baisse des rendements, on n’est
plus à tous les coups gagnants :
l’assurance-vie ne permet plus
d’avoir à coup sûr à la fois du
rendement et un capital garanti », note Alain Tourdjman,
chez BPCE.
Est-ce à dire qu’il faut renoncer au fonds en euros et réorienter son épargne vers des
placements plus risqués ? Pas
forcément, ou pas complètement. D’abord parce que tous
les fonds en euros n’offrent pas
à leurs souscripteurs les mêmes rendements. « Il est faux
de dire que les fonds en euros ne
rapportent plus, s’insurge Antoine Delon, directeur du
courtier Linxea. Certains ne
sont pas performants mais il en
reste d’excellents » Certains
contrats, souvent ceux des
courtiers ou des associations,
ont en effet servi l’année dernière un revenu supérieur à
2 %, voire 2,5 % net de frais.
Une rémunération appréciable
pour un capital complètement
garanti. Ainsi, l’Afer, association d’épargnants, a offert un
NICO ELNINO/ISTOCKPHOTO/GETTY IMAGES
ASSURANCE-VIE
de vos contrats sans prendre trop de risques.
revenu de 2,4 % sur son fonds
en euros, Asac-Fapes, 2,58 %,
Gaipare, 2,65 %. La mutuelle
Monceau, de son côté, a rémunéré ses épargnants 2,8 % et la
mutuelle Garance, 3,1 %. Les
contrats des banques, en revanche, sont globalement
moins généreux.
Tous les opérateurs ne rémunèrent par ailleurs pas tous
leurs contrats de la même manière. Si vous envisagez de placer vos économies sur un fonds
en euros pour une longue période, mieux vaut privilégier
ceux qui ne font pas de différence au sein de leurs contrats.
C’est souvent le cas des associations. D’autres établisse-
ments ont a contrario tendance à malmener les contrats
fermés à la commercialisation
et à leur servir des rendements
moins élevés qu’aux nouveaux
contrats, dont ils entendent favoriser la vente, souligne une
récente étude de la CLCV.
Certains fonds en euros, davantage investis dans la pierre,
offrent enfin un rendement
nettement supérieur à ceux cités plus haut. Ils restreignent
cependant pour la plupart
leurs conditions d’accès, et
imposent notamment d’investir parallèlement en unités
de compte, dont le capital n’est
pas garanti. C’est le cas par
exemple du contrat Sérénipierre, géré par Suravenir, qui
a servi en 2017 3,4 % de rendement à ses souscripteurs mais
exige, outre des frais de versement qui peuvent monter jusqu’à 5 %, de verser 50 % du
capital sur des unités de
compte.
Afin de redynamiser leur
épargne, un nombre croissant
de Français font de toute façon
le choix d’investir une partie
de leur épargne en unités de
compte. Selon les derniers
chiffres de la Fédération française de l’assurance (FFA),
28 % des cotisations versées en
décembre 2017 l’étaient sur ce
type de support, contre 20 %
seulement en 2016.
Les banques et assureurs encouragent depuis quelques
années cette évolution, en
accordant un bonus en fonction du poids des unités de
compte dans le contrat. Les
épargnants qui diversifient
leurs placements ne sont cependant pas forcément gagnants à tous les coups. Outre
la perte de garantie en capital
(vous n’êtes plus assuré de récupérer la somme que vous
avez placée), les frais prélevés
sur les supports en unités de
compte sont plus importants.
« Et si le client investit dans un
support peu risqué, contenant
une part importante d’obligations, il s’expose au risque de
taux, qui était assumé par l’assureur sur le fonds euros »,
ajoute la CLCV. Toutes les unités de compte n’exposent en
effet pas les épargnants au risque avec la même intensité…
Comment, dès lors, doser la
part de risque à prendre ?
« Traditionnellement, on dit
qu’on détermine la part d’act i o n s à d é te n i r d a n s s o n
portefeuille en calculant 100
moins son âge, explique -
16 FÉVRIER 2018 - LE FIGARO MAGAZINE 109
SICAV
- Xavier Richard, de chez
Faut-il, dans ce cas, être un expert des marchés financiers ?
Pas forcément. De plus en plus
d’opérateurs proposent à leurs
clients une gestion pilotée de
leur assurance-vie, en fonction de leur profil de risque.
C’est alors un grand nom de la
gestion d’actifs, Edmond de
Rothschild chez Boursorama,
Morningstar ou Carmignac
chez Linxea, Lazard Frères
gestion chez Altaprofits, Fidelity chez Suravenir par exemple, qui gère votre épargne.
Traditionnellement réservée à
la clientèle des banques privées, la gestion pilotée s’est
démocratisée ces dernières
a n né e s , au p oi nt d ’ ê t re
proposée à un coût nul ou quasi
nul chez ces acteurs en ligne.
Avec des résultats qui doivent
être jaugés sur au moins trois
ans, volatilité des marchés financiers oblige. Les contrats
Linxea ont ainsi progressé
12,6 % à 21,3 % en trois ans selon les profils, Altaprofits 2,7 %
à 9,9 % et Boursorama 13,7 % à
■ MARIE BARTNIK
27,3 %.
LE RETOUR EN FORCE
DES GÉRANTS
Après la hausse des dernières années, la Bourse est devenue chère.
Les particuliers qui veulent prendre position ont intérêt désormais à
mixer fonds gérés par des professionnels et produits indiciels.
D
ans l’offre
pléthoriq u e d e
fonds, il
existe une
catégorie qui fait un véritable tabac, ce sont les
ETF (« exchanged traded
products »). Aussi appelés « trackers », ces
fonds permettent de
répliquer fidèlement un
i nd ic e . O n p a rle de
« gestion passive » par
opposition à la « gestion
active », où le gérant est libre de ses choix. montre que plus des trois quarts d’entre
Ces produits, cotés en Bourse, permettent de d’eux s’attendent, pour 2018, à des marchés
prendre des positions en un éclair et de faire plus agités et à de violentes secousses, ce qui
volteface aussi vite, le tout à peu de frais. A devrait donner l’avantage aux stratégies
condition toutefois de réussir à s’y retrouver d’investissement basées sur la sélection de
dans l’offre de plus en plus large, et parfois valeurs.
complexe, de trackers.
Quand les marchés sont chers, comme c’est le
« Ces dernières années, pour gagner en Bourse, cas aujourd’hui, les trackers ont en effet un
il suffisait d’investir sur un indice pour être porté inconvénient : Par construction, la gestion
avec la marée montante »,
passive amène à se positionner
note Gilles Guibout, responsur les actions ou les segments
sable des stratégies actions
de marché qui ont le plus
européennes chez Axa IM.
progressé, ce qui revient à
Ces dernières
Un terrain de jeu idéal pour
surpondérer les actions plus
les ETF. Les fonds indiciels et
chères. La gestion de convicannées, pour
les ETF ont d’ailleurs largetion peut permettre en outre
gagner en Bourse,
ment surfé sur cette vague.
d’appliquer, à côté d’autres
Mais, pour bon nombre de il suffisait d’investir critères, un filtre retenant des
spécialistes, cette période
sociétés performantes sur le
sur un indice
faste pourrait être révolue.
plan social et environnemental.
Après avoir lutté, souvent en
« Ce sont des préoccupations de
vain, pour battre les indices,
plus en plus présentes chez les
les gérants actifs tiendraient
investisseurs », note Koen Van
alors leur revanche. Le vent est en effet en de Maele, chez Candriam.
train de tourner sur les marchés. Un peu par- Au final, dans un portefeuille, la gestion pastout, les banques centrales, qui ont largement sive peut être complémentaire de la gestion
alimenté l’euphorie, se montrent moins active, à condition de choisir le bon indice à
généreuses. La FED américaine a été la pre- répliquer. Un particulier peut ainsi investir
mière à prendre le virage, mais, avec le retour une partie de ses actifs en trackers pour
de la croissance, les autres grandes banques s’exposer sur un marché et être mobile. Et
centrales de la planète devraient suivre.
faire confiance à des gestionnaires classiques
Une enquête réalisée par Natixis Investment pour des positions de plus long terme.
■ HERVÉ ROUSSEAU
Managers auprès de ses grands clients
110 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
DRAZEN LOVRIC/GETTY IMAGES
HSBC. Un jeune a toute la vie devant lui et peut donc se permettre
de prendre plus de risques. Or,
sur une longue période, les marchés action ont une bonne rentabilité »
Un conseil à adapter, évidemment, en fonction de ses besoins et de son aversion au risque. Un trentenaire qui
souhaite acheter sa résidence
principale a un horizon d’investissement plus court qu’un
sexagénaire qui souhaite avant
tout transmettre son patrimoine. Un point de repère :
l ’ Au to r i té d e s m a rch é s
financiers recommande de
n’investir dans des unités de
compte risquées que l’argent
que l’on est sûr de pouvoir bloquer pendant au moins cinq
ans. « Un trentenaire qui n’envisage pas d’utiliser ses fonds à
moyen terme peut investir 50 %
à 60 % de son capital en unités
de compte », estime Antoine
Delon.
«
»
IMMOBILIER
LES NOUVELLES ENVIES DE CEUX
QUI ACHÈTENT À LA MONTAGNE
Hôtels transformés en copropriétés, résidences de tourisme où le spa est devenu incontournable,
nouveaux programmes, tour de piste des manières de devenir propriétaire.
PAR CAROLE PAPAZIAN
C
ertains propriétaires ne verront
pas les sommets
enneigés cet
h iver . I l s ne
viennent plus dans leurs appartements, dont ils laissent
les « lits froids » ! Cette expression chipée aux professionnels
du tourisme décrit un nouveau
phénomène : dans les stations,
trop d’appartements restent
vides. Souvent, ils ne sont plus
au goût du jour et les louer
serait difficile. « Près de 75 %
des logements en montagne ont
été construits dans les années
1960, 1970 ou 1980. Or, les
attentes de la clientèle ont évolué
et notre parc immobilier a
vieilli », souligne Michel
Bouvard, PDG de Savoie
Stations Ingénierie Touristique. Pour les stations, c’est un
manque à gagner. Un logement occupé est synonyme de
retombées pour les commerçants, les écoles de ski et les
remontées mécaniques. Pour
les propriétaires, cet immobilier dormant est une charge.
De plus en plus de communes
les encouragent à moderniser
leurs biens et à les louer. Le
dispositif Affiniski a été conçu
pour cela. Accessible dans
33 stations françaises, il permet aux particuliers de trouver en un même lieu toutes les
informations dont ils ont besoin et d’être mis en contact
avec des entreprises pour les
travaux. Un coup de pouce
Globalement,
utile quand on habite à des
centaines de kilomètres.
Aujourd’hui, la plupart des
investisseurs souhaitent passer
du temps dans leur résidence
secondaire. Ils la louent quand
ils ne l’occupent pas, mais un
appartement à la montagne
n’est pas un pur placement
financier. Dans quel contexte
achètent-ils ? « La période est
intéressante, les domaines sont
en train de s’adapter à la demande », souligne Roddy Aris,
chez Knight Frank. Et les prix ?
« Ils sont stables dans les stations
françaises des Alpes, où les
acheteurs ont des nationalités de
plus en plus diverses mais où la
demande des Français est
forte », indique de son côté
Savills.
les prix
Une fois la station choisie, reste
se sont stabilisés
à décider du type de propriété.
Les particuliers ont le choix. La
résidence de tourisme, inventée par Pierre & Vacances, a
permis de développer les
stations françaises. Dans cette
formule, les propriétaires
«
dans les stations
112 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
des Alpes
»
achètent leur bien en récupérant la TVA et le confient en
location à l’exploitant, en se
réservant quelques semaines
d’utilisation par an. Ils ont en
échange droit à des loyers qui
sont renégociés à la fin du bail.
Il n’existe plus de réduction
d’impôt, et la plupart des
acheteurs optent pour le statut
de loueur en meublé non professionnel (LMNP) qui leur
permet de déduire les charges
et d’amortir le bien. Avant de
se lancer dans cette formule, il
faut s’assurer du sérieux et de
la solidité de l’exploitant et,
comme pour tout investissement immobilier, de la qualité
de l’emplacement et de la
demande locative. Mais une
fois le contrat compris (et
notamment les conditions de
sortie et l’indemnité d’éviction à payer quand on reprend
sa liberté), le propriétaire est
déchargé de tout souci de
gestion.
De nouvelles résidences
conçues pour répondre à la
demande des vacanciers -
mes-placements.fr
POUR TOUS MES PLACEMENTS
Contrat d’assurance vie
0%
mes-placementsliberté
t de
trée epports
n
’e
d
is
su
de fraent (hors t les SCPI
n
m
o
e
s
d
r
s
ve ifique
I)
spéc
et SC
Contrat d’assurance vie multi-supports assuré par Spirica, filiale à 100 % du
Crédit Agricole Assurances
FONDS EN EUROS EURO ALLOCATION LONG TERME 2 (1)
3
%
NETS
EN 2017
Taux nets de frais de gestion,
hors prélèvement sociaux et fiscaux.
Les rendements passés ne préjugent
pas des rendements futurs.
(2)
+ de 500 supports disponibles dont :
385 SICAV/FCP
(3)
|
22 Trackers /ETF
(3)
|
110 titres vifs
(3)
|
5 OPCI
(3)
et
16 SCPI
(3)
(Société Civile de Placement Immobilier)
Pour la part des garanties exprimées en unités de compte, les montant investis ne sont pas garantis mais sont sujets
à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.
Nos conseillers sont disponibles du lundi au samedi de 9h à 19h (18h le samedi) au 01 47 20 33 00
(1) L’investissement dans le fonds Euro Allocation Long Terme 2 est réservé aux nouveaux versements (pas d’accès par arbitrage ni par versement régulier). Le fonds en euros Euro Allocation Long Terme 2 reste
également soumis au plafond d’investissement de 60 % maximum du versement et de 100 000 € par contrat. L’horizon étant sur le long terme, en cas de désinvestissement (par arbitrage ou rachat) dans les trois
années qui suivent le 1er investissement sur le fonds Euro Allocation Long Terme 2, une pénalité de 3 % des sommes brutes désinvesties sera appliquée. (2) Taux de rendement annuel net de frais de gestion du
contrat de 0,70 % par an, hors prélèvements sociaux et fiscaux. Tous les versements dans les fonds en euros doivent comprendre une part investie en Unités de compte de 25 % minimum (SICAV, FCP, SCPI, EMTN,
Trackers, Titres vifs…). Les performances passées de préjugent pas des performances futures. (3) L’investissement en unités de compte ne comporte aucune garantie, ni de rendement ni de capital. Les SCPI et OPCI
sont des supports d’investissement de long terme (8 ans minimum recommandé) qui supportent des frais spécifiques indiqués par avenant, sous réserve de l’enveloppe disponible auprès de Spirica. Les ETF et les
Titres vifs supportent des frais spécifiques, en majoration ou minoration de la valeur liquidative de l’ETF ou du Titre vif (cours de clôture).
mes-placements Liberté est un contrat individuel d’assurance vie de type multisupports distribué par mes-placements.fr et assuré par Spirica (filiale à 100 % du Crédit Agricole Assurances), SA au capital social de
181 044 641 euros, entreprise régie par le code des assurances, RCS Paris n° 487 739 963, 50-56 rue de la Procession, 75015 Paris. Les garanties de ce contrat peuvent être exprimées en unités de compte et en
euros. Pour la part investie en unités de compte, les montants investis ne sont pas garantis et sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.
mes-placements.fr est une marque de Finance Sélection, 152 avenue de Malakoff 75116 Paris, SAS au capital de 126 320 €, RCS de Paris B 424 354 223, enregistrée à l’Organisme pour le Registre des Intermédiaires
en Assurances (ORIAS) sous le n°07 001 799 (www.orias.fr) intervenant pour la distribution de produits financiers en tant que Conseiller en Investissement Financier (CIF) adhérent à la Chambre Nationale des
Conseils en Gestion de Patrimoine, association agréée par l’Autorité des Marchés Financiers. Les autorités de contrôle de mes-placements.fr sont l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) 61, rue
Taitbout – 75436 Paris CEDEX 09 et l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), 17 Place de la Bourse, 75002 Paris.
*Catégorie Courtier en produits financiers – Étude BVA Group – Viséo CI – mai à juillet 2017 – Plus d’infos sur escda.fr.
Document à caractère publicitaire - Février 2018
Le meilleur de l’assurance-vie, de l’épargne retraite et de la défiscalisation est sur
sommets. A Méribel, l’hôtel Le
Yéti, par exemple, doit être
transformé en résidence et les
prix oscillent entre 23 000 et
30 000 €/m² pour des biens de
150 à 400 m². Des Français, des
Belges et des Britanniques ont
déjà pris position pour être au
cœur des Trois-Vallées.
Investir à la montagne, c’est la
«
La décoration
des nouveaux
programmes mixe
bois et éléments
contemporains
»
- (des appartements plus
grands, des espaces bien-être
et une décoration mariant le
bois et le contemporain, éloignée de l’ambiance « Heidi »
d’il y a quelques années) sont
lancées. Le rythme de
construction a ralenti, mais de
nouveaux programmes bien
adaptés à la demande locative
s o n t c om mercia l i s é s .
Pierre & Vacances propose ainsi
des appartements à Avoriaz et
planche sur le grand projet
d’Aime 2000 à La Plagne, où
il prévoit 500 unités et est
chargé des infrastructures
(voirie, espace aqualudique…). Le groupe a aussi posé
le mois dernier la première
pierre de sa prochaine résidence, L’Hévana, à Méribel.
Un programme 5 étoiles de 95
appartements (de 320 000 à
1 million d’euros hors taxes)
reliés au centre-ville par une
passerelle piétonne, dont la
moitié ont été vendus. Certains disposent de leur propre
poêle à bois (rare dans une
résidence de tourisme) et de
leur sauna. Les unités d’exc ep t ion s ont vendue s
12 000 €/m² hors taxes. La
résidence comprendra aussi
un spa, une piscine, une salle
de sports. Des incontournables, désormais, dans les
résidences de tourisme.
« Aujourd’hui, le spa est un élément déterminant dans un choix
d’hébergement, autant pour les
vacanciers que pour les propriétaires », note Dominique
Ménigault, directeur général de Pierre & Vacances
Conseil Immobilier.
Le spa est d’ailleurs l’un des
points forts du promoteur
annecien MGM, qui s’est
spécialisé dans les stations
moyennes et propose des programmes d’une quarantaine
d’appartements avec une
décoration « montagne »
modernisée autour de 5 000 à
6 000 €/m² hors taxes. Prochaines livraisons : aux Houches, à Valmorel et à Samoëns.
Des logements sont encore
disponibles dans certaines résidences qui tournent déjà,
comme celle du Roc des
Tours, au Grand-Bornand. Le
114 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
promoteur lance aussi la
commercialisation de trois
nouvelles résidences aux
Saisies, à Vallandry et à La
Rosière. « Nos clients font avant
tout un investissement patrimonial dans un appartement dans
lequel ils ont envie de venir »,
explique David Giraud, son
président.
Certains particuliers ne souhaitent toutefois pas être liés à
un exploitant dans le cadre
d’une résidence de tourisme et
veulent acheter une résidence
secondaire en conservant leur
entière liberté. « La plupart de
nos clients occupent leur bien
quatre à six semaines par an et le
louent en courte durée le reste du
temps. Ils signent un mandat de
gestion locative avec prestations
de services parahôteliers permettant la récupération de la
TVA sur le prix d’acquisition »,
précise Camille Letuve, un des
cofondateurs d’Athena Advisers, cabinet qui commercialise une quarantaine de prog ra m m e s d e d i f f é re n t s
promoteurs à la montagne.
Dans la plupart des stations, de
petites opérations immobilières sont en cours, souvent à
l’initiative de promoteurs locaux. D’anciens hôtels sont de
plus en plus souvent convertis
en appartements. Et certaines
de ces opérations permettent
de devenir propriétaire dans de
très beaux emplacements à des
prix qui peuvent atteindre des
plupart du temps acheter dans
une station que l’on aime et
que l’on connaît. Pour fidéliser
les habitués et conquérir de
nouvelles familles, les stations
mettent les petits plats dans les
grands. Elles sont en effet
c on f ronté e s à u ne r ude
concurrence (l’Autriche pour
le ski, mais surtout les destinations au soleil) et se battent sur
deux fronts : en développant
des activités été comme hiver
pour attirer une clientèle de
non-skieurs et en modernisant leurs infrastructures.
« Nous allons rendre le centreville plus accueillant pour les
piétons et nous prévoyons plus de
1 000 nouveaux lits touristiques », explique par exemple
Isabelle Pochat-Cottilloux, directrice de l’office de tourisme
du Grand-Bornand, une destination qui fonctionne bien
aussi l’été grâce à la proximité
du lac d’Annecy. Des projets
qui comptent pour les investisseurs, car ces modernisations peuvent booster les prix
de certains micromarchés.
« Souvent, dans les stations qui
investissent dans de nouvelles
infrastructures, les prix progressent. C’est le cas par exemple à
Saint-Martin-de-Belleville, et
cela le sera aussi à Val-d’Isère,
où le centre de la station va être
repensé », estime Camille
Letuve. A Val-d’Isère, le projet
de créer un nouveau quartier,
Le Coin de Val, avec des résidences, des hôtels, une gare
routière, des commerces, des
installations de ski et d’aprèsski, et la réhabilitation de bâtiments des années 1970 et 1980,
représente ainsi un investissement de 200 millions d’euros.
■ CAROLE PAPAZIAN
IMPÔT
CE QUI CHANGE
POUR L’USUFRUIT
Les changements fiscaux
concernant l’usufruit
Jusqu’à présent, « qu’il soit légal ou conventionnel, c’était à
l’usufruitier de déclarer à l’ISF,
chaque année, la valeur du bien
en pleine propriété », note Tha-
line Melkonian, responsable
de l’ingénierie patrimoniale
chez Degroof Petercam. S’il
dépassait les seuils d’imposition, il devait alors régler le
montant de cet impôt.
Depuis le 1er janvier, Bercy distingue deux modes d’imposition selon l’origine de l’usufruit. Quand ce dernier a été
accordé par donation au
dernier vivant ou testament,
l’usufruitier reste redevable de
l’IFI à 100 %. En revanche, « s’il
s’agit d’un usufruit légal, le paiement de l’IFI est désormais
réparti entre usufruitier et nupropriétaire selon le barème fiscal
qui détermine la valeur de l’usufruit », précise Fabien Vatinel,
responsable de l’ingénierie patrimoniale chez Neuflize OBC.
Ainsi, un conjoint usufruitier
de 75 ans sera imposé sur la
base de 30 % de la valeur du
bien immobilier détenu en démembrement . « Les 70 % restants entreront dans la base
taxable du nu-propriétaire ; s’ils
sont plusieurs, ils se partageront
cette quote-part », précise
Thaline Melkonian. Dans
notre exemple précédent,
deux nus-propriétaires devront chacun déclarer 35 % de
la valeur totale du bien à l’IFI.
Quelles conséquences pour votre patrimoine ?
Si vous êtes déjà usufruitier, le
premier réflexe consiste à déterminer la nature de votre
usufruit pour savoir comment
le déclarer à l’IFI si vous êtes
assujetti à cet impôt. En effet,
« la modification fiscale touche
tous les usufruitiers légaux, et
pas uniquement ceux qui récu-
116 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
«
pèreraient ce droit après le
1er janvier », précise Thaline
Melkonian. Si vous êtes
nu-propriétaire, il est temps
également de chercher à évaluer ce que change la réforme
pour vous et si vous devenez
passible de l’IFI.
Le paiement
de l’IFI
est désormais
réparti
entre usufruitier
Si vous n’êtes pas encore usufruitier et détenez un patri-
et nu-propriétaire
»
VALEUR DE L’USUFRUIT
SELON L’ÂGE
DE L’USUFRUITIER
ÂGE DE L’USUFRUITIER VALEUR DE
VALEUR
(au moment du L’USUFRUIT
DE LA
démembrement)
NUE-PROPRIÉTÉ
De 51 ans à 60 ans
De 61 ans à 70 ans
De 71 ans à 80 ans
De 81 ans à 90 ans
A partir de 91 ans
50 %
40 %
30 %
20 %
10 %
50 %
60 %
70 %
80 %
90 %
OLIVIER CAILLEAU
L
a dernière loi de finances
a modifié les règles de
taxation de certains
biens immobiliers
démembrés. Il est
courant, dans une famille,
qu’après un décès, un appartement ou une maison appartienne en partie au conjoint
survivant et en partie aux enfants. « Le démembrement
consiste à décomposer la pleine
propriété d’un bien entre la
nue-propriété, possession des
murs, et l’usufruit, droit d’habiter
ou de mettre en location »,
rappelle Nathalie CouzigouSuhas, notaire à Paris Ve.
En général, les biens sont
démembrés après le premier
décès dans un couple marié.
« En présence d’enfants communs, le conjoint survivant peut
opter soit pour un quart de l’héritage en pleine propriété, soit pour
l’intégralité en usufruit », explique Sylvain Guillot-Bataille,
notaire à Paris IXe. Attention,
en présence d’enfants issus
d’autres unions, le conjoint
survivant ne peut pas récupérer d’usufruit légal, car le code
civil ne lui octroie que la pleine
propriété. Pour lui donner un
usufruit conventionnel, il faut
donc soit réaliser une donation
au dernier vivant (anciennement appelée donation entre
époux) devant notaire, soit rédiger un testament.
OLENA YAKOBCHUK/ STOCK.ADOBE.COM
Depuis le début de l’année, l’usufruit « légal »,
celui qui résulte d’une succession, n’est plus
imposé comme avant. Explications.
moine immobilier familial,
difficile de savoir si vous serez
gagnant ou perdant. Tout dépend de la valeur de votre base
imposable à l’IFI, du nombre
de nus-propriétaires et de leur
patrimoine taxable. Demandez des simulations à votre
notaire ou conseiller financier
pour calculer l’impact de cette
réforme sur votre patrimoine
et celui de vos enfants.
Quel que soit le résultat, ne
renoncez pas à prendre des dispositions en faveur de votre
conjoint : le jour de votre décès,
même en présence d’un testament ou d’une donation au
dernier vivant en sa faveur, il
pourra toujours opter pour sa
seule part légale. « Le plus
important est de se donner le
maximum de souplesse en réfléchissant d’abord sur un plan civil
et non uniquement avec un but
fiscal », ajoute Fabien Vatinel.
D’autant que, si vous vivez encore de longues années, une
nouvelle réforme pourrait
mettre à mal votre stratégie.
■ MARIE PELLEFIGUE
Voir plus loin pour votre patrimoine
INDÉ
PEN
DAN
CE
Trouver, en toute liberté, les pépites
à fort potentiel ignorées par les marchés.
Maîtrise, connaître les sociétés dans lesquelles nous investissons. Lucidité, refuser les modes passagères. Expérience,
35 ans de gestion privée pour des performances durables.
Proximité, offrir une gestion sur-mesure, performante, dans
une relation de confiance.
Voir plus loin pour votre patrimoine
Société de gestion privée
7, rue de Tilsitt - 75017 Paris - www.tiepolo.fr - contact@tiepolo.fr
Société de gestion de portefeuilles agréée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) sous le numéro GP 07-000019
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Elles ne sont ni garanties ni constantes dans le temps.
L’ART DE VIVRE avec
PARIS 8e
Triangle d'Or - François 1er. Dans un bel immeuble haussmannien, appartement rénové de 150 m². Trois chambres
dont une avec dressing. Exposé sud. Cave. Réf. : A-65897.
Prix : c
BARNES Saint-Honoré
+33 (0)1 85 34 70 55
sainthonore@barnes-international.com
AIX-EN-PROVENCE
ANNECY
BASSIN D’ARCACHON
BORDEAUX
CANNES
CHAMONIX
CORSE
CÔTE BASQUE
DEAUVILLE
EVIAN
ILE DE RÉ
LA BAULE
LILLE
LYON
MEGÈVE
MÉRIBEL
NANTES
PARIS
PÉRIGORD
SAINT-TROPEZ
PARIS 16e
La Muette. Dans un bel immeuble ancien, appartement de 221 m réner. ex salns salle manger cisine et 3 chambres. ae. Pssibilité
prfessin libérale. Réf. : 80. Prix : 2 200 000 .
BARNES Trocadéro · +33 (0)1 72 31 60 90
paris16@barnes-international.com
HAUTS-DE-SEINE
is lmbes. tel par ticlier de 3 0 m
cnstrit en 1
. Réceptin de 0 m chambres
titterrasse garage dble et ardin. Réf. : 7337.
Prix : 2 0
000 .
BARNES Hauts-de-Seine Nord · +33 (0)1 55 61 92 89
info@barnes-international.com
YVELINES
VAL-DE-MARNE
rielsreine. aisn d e de 3 m. ble
saln aec cheminée salle manger cisine et
chambres. Parc pasager de 1 7 m. ssl
aménagé. arage. Réf. : . Prix : 1 10 000 .
aintarice. aisn de 230 m aec ardin prximité immédiate d bis de incennes. 3 chambres
et 2 salles de bains. eax lmes. Réf. : 0.
Prix : 1 000 .
www.barnes-international.com
BARNES Yvelines · +33 (0)1 55 61 92 88
yvelines@barnes-international.com
BARNES Val-de-Marne · +33 (0)1 84 25 51 94
valdemarne@barnes-international.com
BOUCHES-DU-RHÔNE
VAR
ÉTATS-UNIS
Aix-en-Provence. Centre-ville. Au 1er étage d’un
hôtel particulier, appartement de 215 m². Réception, séjour-salle à manger, cuisine et 3 chambres.
Cave. Garage. Réf. : A-57750. Prix : 1 995 000 €.
Plage de Fabregas. Villa "pieds dans l’eau" de
220 m. ble réceptin et chambres. errain
de 2 000 m. Piscine. ccs direct a riage et e
panramie. Réf. : 827. Prix : 1 70 000 .
Miami. Dans un quartier animé de Miami Beach, appartement d’angle. 2 chambres et 2 salles de bains.
Piscine. Salle de gym. Accès direct à la plage. Vue
imprenable. Réf. : 171113. Prix : $ 830 000
BARNES Provence Aix · +33 (0)4 42 53 54 55
provence@barnes-international.com
BARNES Littoral Varois · +33 (0)4 94 34 18 20
littoral-varois@barnes-international.com
BARNES Miami · +1 (305) 361 2233
miami@barnes-international.com
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
L’ART DE VIVRE avec
PARIS 15e
Parc ndréitron. ppartement en triplex de 1 m²
comprenant chambres. 11 m² de terrasses. eux parkings.
é. : 1.
Prix : 2 0 000 .
BARNES Champ-de-Mars
+33 (0)1 85 56 05 05
paris15@barnes-international.com
PARIS
ATHÈNES
AIX-EN-PROVENCE
BARCELONE
BRUXELLES
BASSIN
D’ARCACHON
BUDAPEST
BORDEAUX
- CANNES
CRANS-MONTANA
GENÈVE
CHAMONIX
- CORSE
ILE MAURICE
COTE BASQUE
LISBONNE
COURCHEVEL
LONDRES
LOS ANGELES
DEAUVILLE - EVIAN
MADRID
ILE MARRAKECH
DE RÉ - LILLE
LYON MIAMI
- MEGEVE
MONACO
NANTES
- PARIS
MONTRÉAL
MOSCOU
PERIGORD
NEW YORK
SAINT-TROPEZ
ST BARTH
TEL AVIV
HAUTS-DE-SEINE
euillsureine aussae. xclusivité. u
5e étage appartement duplex 1 m². riple réception cuisine é
uipée chambres. alcons 2 parkings et 2 caves. é. : 20. Prix : 2 0 000 .
BARNES Neuilly-sur-Seine · +33 (0)1 55 61 92 90
info@barnes-international.com
PARIS 12e
HAUTS-DE-SEINE
aucresson. aison 20 m² chambres dont
une suite parentale. arage 2 emplacements de
voitures. Parcelle de 1 00 m². Possibilités dagrandissements. é. : 21. Prix : 1 000 .
BARNES Hauts-de-Seine Ouest · +33 (0)1 55 61 40 21
info@barnes-international.com
SAVOIE
aison darchitecte de 2 m² comprenant un vaste
espace de réception trois chambres un bureau et
une terrasse. é. : 2. Prix : 1 575 000 .
éribel. Proche pistes de ski. ppt. de 10 m² sur
2 niveaux. ouble séjour avec cheminée salle manger cuisine é
uipée et grandes chambres
avec salle de bains. é. : 101201. Prix : 2 7 000 .
www.barnes-international.com
BARNES Paris Est · +33 (0)1 84 25 51 90
paris-est@barnes-international.com
BARNES Méribel-Courchevel · +33 (0)4 79 08 90 00
meribel-courchevel@barnes-international.com
GIRONDE
ÎLE MAURICE
PORTUGAL
Bordeaux - Parc bordelais. Exclusivité. Maison
amiliale de 00 m² comprenant chambres.
errain de 1 700 m² avec dépendance de 70 m²
et piscine. é. : 0. Prix : 2 200 000 €.
kasha. te ouest villa contemporaine de m²
proposant suites. ccs mer et gol. nvironnement naturel exceptionnel. Services hôteliers.
Prix : 2 200 000 €.
Lisbonne. En plein centre-ville, hôtel particulier
haut standing de 1 200 m² avec un jardin privé et
un penthouse indépendant avec terrasse. Plusieurs
salons et 7 chambres. Parking. Prix : c c c
BARNES Bordeaux · +33 (0)5 32 09 10 90
bordeaux@barnes-international.com
BARNES Île Maurice · +230 483 5052
mauritius@barnes-international.com
BARNES Portugal · +351 211 977 230
portugal@barnes-international.com
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
< MOTS CROISÉS >
L
A
G
R
I
L
L
Horizontalement
1. La marche militaire est une de leurs
spécialités. Arrive avec un coup dans
le nez. Ordre de départ.
2. Fabricants de mirages. Mme Auguste.
3. Propriétaire de grands bois. Pigeon
pour le faisan. Gagnée et même touchée.
4. Etaient inspirées par le feu. Doublement homme de troupe. Ne sont
pas signes de changement.
5. Un bout de feutre. Exécution sommaire. N’a pas été jusqu’au bout de sa
peine.
6. Effets spectaculaires. Pas admis
par la droite. Préposition. Ses tours
peuvent être déjoués par le rossignol.
7. Romains pour un Béarnais. Voie
d’eau. En vente. Marque de fidélité.
Derrière.
8. Dessous de la magistrature. Pas
très fraîche... au fond ! N’est pas
complètement rassuré.
9. Bon ou mauvais, c’est quand même
un titre. Même Jean-Jacques aurait pu
s’y retrouver sur le sable. Direction.
10. Longtemps il s’est couché de bonne
heure. Frustrants pour le précédent.
11. A obtenu une mention. Va de bouche à oreille. Arrosée ?
12. Haute école. Mentionnée plus
haut. Article étranger. Aunée.
13. Ailes protectrices. Amoureux classique.
14. Proche de Gontcharov et de Tourgueniev. Cocotte. Relation de cercle.
15. Bouchèrent des trous. Jésus arabe.
Un fragment de l’air des clochettes.
16. Où Louis Leprince-Ringuet se
montra tout nu. Du mou au milieu des
durs. Temps compté.
17. Partie d’écarté. Bouquets de
fleurs. Partie de tennis. Pronom.
18. Microclimat. Elargit les lits.
Homme populaire.
19. Petit gars. Tapissées. Prise.
20. Volée. Vedettes américaines. Est
toujours l’obligé de quelqu’un.
Verticalement
1. Sœur de charité. Auto-stoppeur.
2. Quand 45 kilomètres plus 225 kilomètres font 35. Font la loi, mais pas encore
chez nous !
E
D
E
M
I
C
H
E
L
L
A
C
L
O
S
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
3. Il n’en faut que pour deux ronds pour
faire un baba. Concerne les partis. La
même chose.
4. Tiré à la ligne. Patron d’avocats. Fut
aussi mauvaise mère qu’abominable
belle-mère.
5. En piste. Courir les rues ou battre la
campagne. La plus chère de la bande.
Une tranche de saucisson.
6. Conjonction. Fait appel. Changement de direction
7. Tourne-sol. Trop gâtée. Agents diplomatiques de S.S.
8. Morte sous le couteau. Pièces anciennes. Prennent à la gorge.
9. Cyrano attendait sa fin pour toucher.
A ôté l’H à Othello et puis l’a fait chanter.
Article. Avec le précédent, s’est illustrée
dans la zoophilie.
10. Une personne de bonne foi. Berge.
De même dans un état. Point clair.
11. Finales de tennis. Cité en 63. On
les dit malheureuses et pourtant ce
sont des dures.
12. Rouge indélébile. Préposition. Des
signes alarmants.
13. Attraction avant. Baille avec de l’eau ou
digère avec du vin. Russe d’Aragon.
14. Petite ficelle. Instrument à vent.
Sautées cavalièrement.
Mots croisés
Couv16_Mise
Solution du 9 février
120 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
1
7 11:03 Page
en page 1 15/12/201
100 %
16
de mots croisés
40 gridelles
Michel Laclos
: 11,70 FS ; LUX
: 7,60 €
Laclos
BEL : 7,60 € ; CHF
Horizontalement : 1. Mao Tsé-tung. Tamponner. 2. Arrière-pensée. Rua. 3. Neige. Sanitaire. Note.
4. Inerte. Réarmons. Tino. 5. Gêneur. Fi. Spiral. 6. Astérix. Elysées. Si. 7. Cnémide. SSE. 8. Culte.
Nice. Idéal. Ein. 9. Es. Irrationnelle. Ut. 10. Sulé. Errent. Celtique. 11. Fadette. Aa. OE. Lot. 12. Arde.
Oh. Esoppo. Esab. 13. Curseur. Pu. Pâle. Etal. 14. Cie. Scenic railway. 15. Et. HS. Ecarte. Lobes.
16. Pierre. Eve. Cirage. 17. Témoin. Assaillants. 18. Ero. Ptose. Glaise. Ile. 19. Reine. Usine. Rétablis.
20. Assertions. Adresses.
Verticalement : 1. Manigances. Acceptera. 2. Arènes. Usufruitières. 3. Oriental. Ladre. Emois.
4. Tigrée. Tièdes. Pro. NE. 5. Seéturcer. Es. Riper. 6. Er. Erin. Retouchent. 7. Tes. Xénarthres. Oui. 8. Upart.
Mitre. Lasso. 9. Néné. Sicié. Epie. Sein. 10. Gniaf. Déon. Succès. NS. 11. Striée. Nt. Ravage. 12. Team. In.
Appareil. 13. AEIOUY. Décapait. Lard. 14. RN. Stèle. Ollé. Lier. 15. Presse. Allo. EW. Caste. 16. Ou.
Pelletée. Alinéas. 17. Nantis. Seyort. BS. 18. Oir. Séuqlat. Basile. 19. Tnassituoba. Eg. Lis. 20. Eolien. Et. Lisérés.
15. Tire des traits sur bien des pages. Se
déguisait volontiers en courant d’air.
Champion de luth. A passé les limites.
16. Ruinée à cause d’un cheval. Quand
on le perd, c’est sans comprendre. Nettoyer en lessivant.
17. Trous dans la tête. Amateurs de fromages.
18. Lettres de Voltaire. Passa à l’ombre. Possessif. Article. Bibi.
19. Ennemie de don Diègue. Poisson
d’argent.
20. Lettres de Voltaire. Vedettes du port.
Est toujours dans le coin. Une partie du
règlement.
tor du grand
Une édition collec
croisés
maître des mots
LE “FIG MAG JEUX”
100 % LACLOS
EST DE RETOUR
Disponible en kiosque
et sur le site
www.figarostore.fr
Contact service client au
01 70 37 31 70
L’ART DE VIVRE avec
HÉRAULT
HÉRAULT
HÉRAULT
Montpellier - Ecusson. Sublime appartement de
réception, de 0 m² dont 50 m² de terrasses, avec
ve sr la promenade royale d Peyro.
P : N. Pri : m m m
Montpellier Carnon - Exclusité - Pour rénovation
ou construction (illustration), maison disposant
de 1 m de faade en front de mer. ceptionnel P : N. Pri : c
ontpellier, est Propriété de 00 m² a volmes
eceptionnels overte sr n parc de 1,5 ha.
Proche golf 1 tros et école internationale.
P : N. Pri : m m m
Immobilière Foch Sotheby's International Realty
04 67 57 34 10 · www.uzes-sothebysrealty.com
Immobilière Foch Sotheby's International Realty
04 67 57 34 10 · www.uzes-sothebysrealty.com
Immobilière Foch Sotheby's International Realty
04 67 57 34 10 · www.uzes-sothebysrealty.com
HAUTE-SAVOIE
PARIS 16e
vianles
ains Propriété denviron 40 m² habitables sr 1 0 m² de terrain, face a lac éman,
5 chambres, 4 salles de bains.
Réf. : . P : . Pri : m m m
Av. Georges Mandel. Imm. PDT appt. traversant
rénové. alerie, 2 salons, s. manger, sites.
Ves dégagées. Paring. Réf. : P10. P : .
Pri : 5 00 000 .
Evian Sotheby's International Realty
04 50 74 11 11 · www.evian-sothebysrealty.com
Paris Ouest Sotheby's International Realty
01 40 60 50 00 · www.parisouest-sothebysrealty.com
PARIS 4e
PARIS 7e
ALPES-MARITIMES
ai enriV. ppartement lmine de 2 m² a
4 e étage. ntrée, vaste séjor, cisine, chambre,
salle de bains. nnee : cave.
Réf. : PP214. P : . Pri : 1 0 000 .
ros aillo Re ler. mmeble hassmannien,
appartement 5 m², 5 e étage, ascenser. ntrée,
salon, cisine overte sr salle manger, chambre,
salle dea. Réf. : PP4. P : . Pri : 0 000 .
annes ace vie port. ernier étage résidence
avec ascenser, pièces m² idéal investissement
locatif saisonnier et congrès. Réf. : 115. P : .
Pri : 40 000 .
Propriétés Parisiennes Sotheby's International Realty
06 07 01 67 71 · www.proprietesparisiennes.com
Propriétés Parisiennes Sotheby's International Realty
06 84 15 96 74 · www.proprietesparisiennes.com
Côte d’Azur Sotheby’s International Realty
04 92 92 12 88 · www.cotedazur-sothebysrealty.com
CORSE-DU-SUD
CORSE-DU-SUD
CORSE-DU-SUD
Location Porto-Vecchio, Les Villas Terra Porra,
Palombaggia, domaine privé. Villa 20 m², terrain
000 m². 5 ch, prestations hôtelières, jardin paysager, piscine 14 m. Réf. : Villa istinc.
Location Porto-Vecchio, Les Villas Terra Porra,
Palombaggia, domaine privé. Villa 250 m², terrain
000 m². 4 ch, prestations hôtelières, jardin paysager, piscine 15 m. Réf. : Villa redda.
Location Porto-Vecchio, Les Villas Terra Porra,
Palombaggia, domaine privé. Villa 240 m², terrain
4 000 m². 4 ch, prestations hôtelières, jardin paysager, piscine 15 m. Réf. : Villa Nepita.
Propriétés Corses Sotheby’s International Realty
06 43 43 44 44 · www.proprietescorses.fr
Propriétés Corses Sotheby’s International Realty
06 43 43 44 44 · www.proprietescorses.fr
Propriétés Corses Sotheby’s International Realty
06 43 43 44 44 · www.proprietescorses.fr
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
< MOTS FLÉCHÉS / SUDOKU >
Problème n° 1851
TIGES
EFFET DE
FORCE
JOYAU DES
CARAÏBES
HOMME DE
PÊNES
BLONDE QUI
SE SIFFLE
ANSE
NIPPONNE
AUTREMENT
DIT GAÏA
UN TYPE
COMMUN
MEITNÉRIUM
LIÉ AU LION
DRAME
ENREGISTRA
QUI RESTE
SANS
CONNAISSANCES
DEMI-SŒUR
CRITIQUE
LITTÉRAIRE
ITALIEN
ENCARTÉE
PAYÉE CASH
COMME LA
CAMPAGNE
ACCORD DE
NORMAND
DE MINUIT
À MIDI
PRÉFIXE
ILS FONT
DES
RAVAGES
FERVEUR
QUI ONT
DES FRÈRES
AÎNÉS
D’UNE
FATUITÉ
PUÉRILE
ARBRE
D’AMÉRIQUE
TROPICALE
GORGE
BOUCHERIE
EN GROS
TAPIS
D’ORIENT
APPRÉCIATION
CÔTE
DU SUD
AJOUTE
QUELQUE
CHOSE
IL FACILITE
LA DÉMONSTRATION
CÉRÉALE
SÉCULIER A TOUJOURS
LE MOT
POUR RIRE
MISE EN
COURONNE
OU EN
ÉCUSSON
BOISSON
DES DIEUX
IL SORT EN
ASPIRANT
CARDINAL
DE
MULHOUSE
STATION HS
IL A
LA CORDE
AU COU
CRÉÉ
CELLULE
D’ANALYSE
PRÊT DANS
LA MARINE
DANS
UN SENS
NÉGATIF
CLÉ PASSÉE
ÉQUIPÉ DU
NÉCESSAIRE
REPRODUIRE
Solution du problème n° 1850
R T
DECA
AN
ABST
AT
BL I N
L L A
SOL I
NAV
USNE
C S F
ENT EN
S ATRO
ACT I ON
RROSE
ARS A
OS ENT
USUR I E
I RES E L
ES ARRE
D
E
R
A
I
N
D M
UME R
CE A
SA L
CABL
H A I
ENT E
RE
I E
TS
L
E
I
E
N
S
LA DIABOLIQUE DE LA SEMAINE DE BERNARD GERVAIS Ingénieur et ancien professeur de mathématiques, spécialiste du Su Doku en France.
Rappel des règles du Su Doku : une grille est composée de 81 cases, soit 9 carrés (9 blocs de 9 cases). Le joueur doit compléter la grille avec des chiffres allant
de 1 à 9. Chaque chiffre ne peut être utilisé qu’une fois, et une seule, dans chaque ligne, dans chaque colonne et dans chaque carré.
LES ASTUCES DE LA DIABOLIQUE DU NUMÉRO PRÉCÉDENT :
Difficulté : ✰✰✰✰✰✰✰
Tout de suite, G9-H9 = 8-9. Un autre couple binaire : C9-F9 = 2-4 (voir A2-C8
et E8-E6), et ainsi F9 = 4 et C9 = 2. D3 = 4, B2 = 4, A4 = 4, I5 = 4, G7 = 4.
Mais aussi, A1-A6 = 1-9 (car G3-I3 = 1-9 et B9-C7 idem), A3-A7-A9 = 5-6-7.
Un découpage de la ligne 6 et B6 = 6 apparaît. Encore un couple binaire :
G1-H3 = 2-7 et G2-H2-I2 = 3-6-8. Une découpe du secteur 1 et C3 = 6. C1 = 3,
B 1 = 8 , A 1 = 9 , C 2 = 1 , F 3 = 3 , D 1 = 2 , E 1 = 1 , G 1 = 7, H 3 = 2 ,
E4 = 3, D4 = 6, D5 = 8, D7 = 1, C4 = 8, C5 = 5, A6 = 1, I7 = 2, I4 = 1, F5 = 1, H8 = 1,
B5 = 2, B4 = 9, I8 = 6, H2 = 6. Complétons le TVP. Une disposition favorable
pour un raisonnement facile : - Si G4 = 2 ? F4 = 7, F8 = 5 et 8 de G8 = 3, ainsi
G = 3 est certain puis, I2 = 3, G2 = 8, I6 = 8, H6 = 3, B7 = 3, H9 = 8,
G9 = 9, etc.
122 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
L’ART DE VIVRE avec
PARIS 8e
e o r ge . D a n s u n
immeuble en pierre de
taille, cet appar tement
de 130 m² comprend une
entrée, un salon d'angle,
une salle à manger, une
cuisine d natoire, deux
chambres, une salle de
bains et une salle d'eau.
mplacement idéal. Une
cave complète ce bien.
Réf. : 283415.
N e w Yo r k - L o n d r e s - M o s c o u - G e n è v e - S a i n t B a r t h
Prix : 2 625 000 €.
DANIEL FÉAU Saint-Honoré
01 53 53 07 07 · sainthonore@feau-immobilier.fr
w w w. f e a u - i m m o b i l i e r. f r
PARIS 2e
PARIS 7e
Rue Poissonnière. rand
loft ouvrant sur un patio
de 23 m². l se compose
d'un salon avec une
cuisine ouverte, de deux
chambres , d'une s alle
de bains et d'une suite
parentale avec un dressing
et une salle de douche.
Une c ave complè te ce
bien.
Réf. : 353364.
renelle. ppar tement
de 127 m² situé dans un
bel immeuble mpire. l
dispose d'un grand salon,
d'une salle à manger, de
trois chambres avec salle
de bains et salle de douche
dont une donnant sur une
cour arborée. Une cave
complète ce bien.
Réf. : 315076.
Prix : 1 680 000 €.
Prix : 1 947 500 €.
DANIEL FÉAU 9e
01 55 31 94 70 · 9eme@feau-immobilier.fr
DANIEL FÉAU Saint-Dominique
01 47 05 50 36 · saintdominique@feau-immobilier.fr
HAUTS-DE-SEINE
PARIS 16e
aintloud ontretout.
elle maison située sur un
terrain de 1 060 m². lle
comprend un séour, une
suite parentale, uatre
chambres avec deux salles
deau et une salle de bains.
Une terrasse de 34 m², une
cave à vin et un garage
indépendant.
Réf. : 588627.
pontini. ppar tement
de 221 m² dans un
immeuble en pierre de
taille. l dispose de uatre
chambres et de trois salles
de bains. l bénécie d'un
balcon, d'une vue agréable
et de la proximité des
commerces de l'avenue
ictorugo. Une cave.
Réf. : 1240481.
Prix : 2 390 000 €.
Prix : 2 425 000 €.
DANIEL FÉAU Paris Ouest
01 41 12 03 12 · parisouest@feau-immobilier.fr
DANIEL FÉAU Victor-Hugo
01 45 53 25 25 · victorhugo@feau-immobilier.fr
PARIS 6e
PARIS 16e
Odéon. Dans un très
bel immeuble de 1839,
appartement de 154 m² se
composant d'une entrée,
d'une salle à manger avec
une cuisine ouverte, d'un
grand salon et de trois
chambres dont une suite
parentale. Récemment
rénové. Une cave. Réf. :
340762.
L a Muet te. Pent house
avec terrasses aux deux
derniers étages d'un
imm eub l e b én é f ician t
de très belles vues sur la
tour Eif fel et les jardins
du Ranelagh. Il comprend
un salon de 55 m², une
salle à manger, et quatre
chambres. Caves et
emplacements de parking.
Réf. : 432250.
Prix : 2 950 000 €.
DANIEL FÉAU Saint-Germain
01 44 07 30 00 · saintgermain@feau-immobilier.fr
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
Prix : 7 000 000 €.
DANIEL FÉAU Passy
01 53 92 00 00 · passy@feau-immobilier.fr
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
฀ < BRIDGE >
PAR PHILIPPE CRONIER, www.lebridgeur.com
Problème n° 552 : Un quadra qui se porte bien
Solution du problème n° 551 : Habile couverture
♠ 76
♥ D863
♦AV
♣DV987
Les enchères, Sud donneur, tous vulnérables.
Sud
1♣
2SA
O
passe
passe
N
1♥
3SA
E
passe
in
0
♠ RV5
♥ ARV
♦ D87
♣ A 10 6 2
Entame : 4 de ♠, pour la Dame d’Est.
Bridgerama est une revue qui a vu le jour en 1974. La ligne éditoriale vient
d’être coniée à mes collègues et rédacteurs habituels du Figaro Magazine,
Michel Bessis, Philippe Cronier et Jean-Christophe Quantin, les auteurs
du best-seller "Les Enchères au bridge".
Si tout se passe au mieux, vous ferez douze levées. Mais comment
assurez-vous votre contrat ?
J.-P. M.
Solution la semaine prochaine
Contrat : 3♦ par Sud. Est a ouvert de 1♣, Ouest a dit 1♥, Est 1♠ et Ouest 3♣.
Tournoi par paires.
♠D62
Entame : 9 de ♠.
♥8743
♦532
♣963
♠98
♠ R 10 7 3
N
♥ R V 10 6 2
♥AD
O
E ♦876
♦94
S
♣ R 10 5 2
♣DV74
♠AV54
♥95
♦ A R D V 10
♣A8
L’entame vient de vous offrir une huitième levée mais d’où peut provenir
la neuvième ? Les enchères et l’entame vous ont averti que les ♠ étaient
partagés 4-2, tandis qu’il n’y a rien à espérer ni des ♥ ni des ♣. Alors ? Eh bien,
seul l’atout peut vous tirer d’affaire, à condition de faire une coupe du mort,
ce qui peut être envisagé puisque vous possédez quatre ♠ en main pour trois
au mort. Encore faut-il organiser cette coupe. Si vous jouez tout de suite trois
tours de ♠, Est va en donner un quatrième tour et Ouest coupera au-dessus
du mort. Si vous jouez deux tours d’atout avant de jouer ♠, Est donnera un
troisième tour d’atout et vous ne pourrez plus couper. Décidément, on n’arrive
à rien. Mais si ! Couvrez le 9 de ♠ de la Dame et laissez passer le Roi d’Est qui
va apparaître. Prenez le retour à ♠, donnez deux tours d’atout et jouez deux
tours de ♠ supplémentaires. Quand Ouest défausse, vous avez gagné :
vous coupez votre dernier ♠ pour votre neuvième levée, menant à bien une
manœuvre de Guillemard bien originale…
Retrouvez plus d’une année de problèmes de bridge
et leurs solutions sur www.lebridgeur.com
www.lebridgeur.com
Président : Serge DASSAULT. Directeur général : Marc FEUILLÉE. Directeur général adjoint : Jean-Luc BREYSSE. Directeur des rédactions : Alexis BRÉZET. Directeur de la rédaction
du Figaro Magazine : Guillaume ROQUETTE. Directeur délégué de la rédaction : Jean-René Van der PLAETSEN. Directeur artistique : Joseph MAGGIORI. Directeur adjoint de la
rédaction (culture et art de vivre) : Jean-Christophe BUISSON. Directeur de la photo et des reportages : Cyril DROUHET. Conseiller éditorial : Anne-Sophie Von CLAER.
Rédaction en chef (France) : Carl MEEUS. Rédacteur en chef relations extérieures : François DELÉTRAZ. France : Véronique GROUSSET (rédactrice en chef), Ghislain de MONTALEMBERT
(rédacteur en chef adjoints), Christophe DORÉ, Charles JAIGU, Guyonne de MONTJOU (grand reporter). Chroniqueurs : François d’ORCIVAL, Eric ZEMMOUR. Reportages : Jean-Marc GONIN
(rédacteur en chef), Olivier MICHEL, Jean-Louis TREMBLAIS (grands reporters), Cyril HOFSTEIN. Culture : Nicolas UNGEMUTH (rédacteur en chef adjoint), Pierre de BOISHUE,
Valérie LEJEUNE (grands reporters), Clara GÉLIOT. Chroniqueurs : Frédéric BEIGBEDER, Stéphane HOFFMANN, Philippe TESSON. Tourisme : Bénédicte MENU (rédactrice en chef adjointe),
Guillaume de DIEULEVEULT (grand reporter). Art de vivre : Laurence HALOCHE (rédactrice en chef adjointe), Pascal GRANDMAISON, Frédéric MARTIN-BERNARD, Sylvain REISSER.
Chroniqueurs : Maurice BEAUDOIN, Philippe BOUVARD, Eric NEUHOFF. Esprits libres : Patrice de MÉRITENS, Jean SÉVILLIA (rédacteurs en chef adjoints). Patrimoine-immobilier :
Carole PAPAZIAN (rédactrice en chef). iPad : Nathalie JÉRÔME. Rédactrice en chef SR-révision : Sylvie MARCOVITCH. Service photo : Marie-Sylvie DEMAREST (chef de service),
Isabelle DUREUIL, Jean-François GUERRI, Wanda SCHMOLLGRUBER. Documentaliste : Annick CHAPPELLIER. Service maquette : Cyril DELABARRE (chef de studio), François CACHELOU,
Sandrine KAUFMANN, Corinne LAGUERRE, Philippe RAILLIER, Bruno SIGNORINO. Chef d’édition : Philippe LACOUDRE. Révision : Véronique DEQUATREMARD (1re SR), Anne CADET,
Hélène FRONI, Pierre ILIAS, Laetitia QUINTANO. Infographie : André de CHASTENET, Olivier CAILLEAU.
Editrice : Sofia BENGANA. Editeur adjoint : Robert MERGUI. Directeur général adjoint : Maurice BEAUDOIN. Administrateur de la rédaction : Nathalie HERVO. Communication et
partenariats : Marie MÜLLER. Droits de reproduction : Valérie THEVENIAUD-VIOLETTE, Valérie SAUNIER, Virginie LE TRIONNAIRE (syndication-service@lefigaro.fr). Gestion des
abonnements : 01.70.37.31.70 - Fax : 01.55.56.70.11. - Courriel : abo@lefigaro.fr - Site internet : www.lefigaro.fr - rubrique : Abonnez-vous. Directrice juridique : Bénédicte WAUTELET.
Directeur industriel : Marc TONKOVIC. Responsable fabrication : Denis IMBAULT. Responsable pré-presse : Alain PENET.
Régie Publicitaire : MEDIA. figaro. 9, rue Pillet-Will, 75430 Paris Cedex 09. Tél. : 01.56.52.20.00. Présidente : Aurore DOMONT.
Directrice déléguée : Chantal FOLLAIN de SAINT SALVY. Directrice commerciale adjointe Pôle News : Cécile HENIQUE-PARIZET.
Société éditrice : Société du Figaro - Siège social : 14, boulevard Haussmann, 75009 Paris. Tél. : 01.57.08.50.00. Président : Serge DASSAULT. Directeur général, directeur de la publication : Marc FEUILLÉE. Commission
paritaire du Figaro Magazine (supplément de Le Figaro - N° CPPAP 0421 C 83022) : 2000 C 83022 (édition nationale) et n° 0118C82655 (édition internationale). Imprimé par GROUPE MAURY IMPRIMEUR (45330 Malesherbes).
Numéro d’impression : 18M1947. ISSN 0184-9336. Imprimé en France/Printed in France. Origine du papier : Allemagne. Taux de fibres recyclées : 43 %. Eutrophisation : Ptot 0.003 kg/tonne de papier.
Cahier N° 1 : Le Figaro Magazine - Cahier n° 2 : Le Figaro Magazine TV imprimé par HÉLIO-CORBEIL (91100 Corbeil-Essonnes) et H2D MARY (77440 Mary-sur-Marne).
124 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
L’ART DE VIVRE avec
10 AGENCES À PARIS OUEST, 2 AGENCES À LONDRES, CHELSEA & FULHAM
VOUS ACCUEILLENT TOUS LES JOURS, MÊME LE SAMEDI...
... et 24h/24 sur breteuilimmo.com
PARIS 16e
PARIS 7e
Village de Pass. mmeuble
récent, 5 e étage, appartement de 39 m², larges
balconsterrasses. Entrée,
double séour, cuisine intégralement éuipée, buanderie, 3 chambres, salles
de bains, 3 toilettes. Cave.
Paring en supplément.
Breteuil. Bel immeuble
haussmannien, appartement de 00 m², dernier étage accessible par
ascenseur. Entrée, vaste
double réception dotée
d'un balcon lant, cuisine,
5 chambres dont une parentale, bureau, salle de
bains, salles d'eau.
Prix : 850 000 €.
Prix : 3 00 000 €.
AGENCE PASSY
01 55 74 74 55 · tour@breteuilimmo.com
AGENCE DUQUESNE
01 53 58 30 90 · duquesne@breteuilimmo.com
PARIS 6e
PARIS 8e
vres Bablone. m
meuble récent, e étage
a s c e n s e u r, a p p a r t e ment de m², terrasse
3 0 m ². o ub l e s é o u r,
cuisine, chambre possi
bilité e chambre, salle de
bains. Paring en supplé
ment 0 000 €.
Parc de M o nceau. Im meuble haussmannien
de grand standing, appartement de 260 m² traversant, dernier étage, balcon
filant. Galerie d'entrée,
réception, salle à manger,
cuisine, 4 chambres, salle
de bains, salle d'eau, dressings. Emplacement de
parking dans la cour.
Prix : 50 000 €.
Prix : 2 990 000 €.
AGENCE SAINT-SULPICE
01 42 84 85 00 · mezieres@breteuilimmo.com
AGENCE MONCEAU
01 56 43 60 06 · monceau@breteuilimmo.com
PARIS 16e
PARIS 3e
Village d'Auteuil. Bel immeuble en pierre de taille,
appar tement familial
de 88 m² au charme de
l'ancien, esprit maison.
Entrée, salon, cuisine séparée, 3 chambres, rangements, salle d'eau avec
buanderie. Cave.
Arts et Métiers. Petit immeuble du XIX e , duplex
aux derniers étages, superficie de 96 m² (59 m²
loi Carrez). Entrée, séjour
et coin bibliothèque, cuisine, chambre, salle de
bains, bureau, à l'étage :
chambre, salle de bains.
Prix : 995 000 €.
AGENCE AUTEUIL
01 42 24 80 00 · corot@breteuilimmo.com
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
Prix : 1 085 000 €.
AGENCE MARAIS
01 85 73 69 69 · marais@breteuilimmo.com
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
L’ART DE VIVRE avec
SAVOIE
Edenarc 1�00 signe le clap de in. �aisisse� cette dernière
opportunité pour devenir propriétaire d�un des 50 derniers appartements ��i � �olf aux pieds. �ésidence de
�ourisme 5�����, �2 au �5. Achat ��oueur en meublé�.
Allie � la perfection plaisir et déiscalisation. �entabilité garantie � occupation. Possibilité achat classique.
Prix : de 234 000 € �� � 1 040 000 € ��.
EDENARC 1800
04 79 22 00 16
www.edenarc1800.com
PARIS 7e
PARIS 17e
Place �auban. Immeuble
1�30 grand standing, appar tement d �exception
comprenant : galerie d�entrée, double réception,
suite parentale dressing
et salle de bains, bureau
et cuisine aménagée.
Beaux volumes, vue panoramique face au d�me
des Invalides. �hambre de
service et deux caves.
Place du Brésil. Au 5e étage
ascenseur d'un immeuble
pierre de taille, 4 pièces
avec balcon ilant. Entrée,
double réception avec
3 fenêtres, 2 chambres,
cuisine d înatoire équipée, sdb avec baignoire et
douche. Plan optimisé et
traversant, très bien exposé. Excellent état. Une
cave complète ce bien.
Prix : 3 �30 000 €.F.A.I.
Prix : 1 220 000 €. F.A.I.
CABINET COURTOIS
+33 (0)1 44 18 00 21 · duquesne@cabcourtois.com
CABINET COURTOIS
+33 (0)1 53 43 08 20 · madeleine@cabcourtois.com
VAR
PARIS 3e
Exclusivité. Sanar y-surMer, plein centre, T3 au
2e étage avec ascenseur,
cuisine ouverte sur séjour
d onnan t sur te r ras s e,
2 chambres, sde. Garage
en s-sol, bien soumis au
s t atut de copropriété,
18 lots, quote-part charges
annuelles : 1 560 €, pas de
procédure en cours menée. Réf. : 1057. DPE : C.
ur arais uple de
1 m² donnant sur les
ardins la ranaise dun
htel particulier omprenant sour avec chemine, salle maner, cuisine dnatoire ltae 1 bureau, 3 chambres,
1 salle deau, 1 salle de
bains, 1 cave et 2 parins
viennent complter cet
ensemble en parait tat
ri c
Prix : 560 000 €.
ESPACE IMMOBILIER - Sanary-sur-Mer
+33 (0)4 94 101 200 · contact@espaceimmobiliersanary.fr
VILLARET IMMOBILIER Marais
01 42 78 17 78 · www.villaret-immobilier.com
PARIS 16e
PARIS 8e
La Muette. Appartement
d'environ 150 m² composé d'un double séjour
avec cuisine semi-ouverte
aménagée et équipée,
3 chambres et 2 salles de
bains. Vue dégagée sur
le bois de Boulogne et le
square des Ecrivains-Combattants. Cave et 2 parkings dans l'immeuble.
A proximité de l'Etoile et
du parc Monceau, dans
copropriété de standing,
appartement traversant
de 206 m² avec balcon
f ilant. Galerie d'entrée
desservant un salon 31 m²
environ, salle à manger,
4 chambres, dont suite
parentale 28 m², cuisine
et buanderie. Usage
professionnel autorisé.
Prix : 1 710 000 €.
MARC FOUJOLS Paris Rive Droite
+33 (0)1 53 70 00 00 · paris@marcfoujols.com
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
Prix : 2 467 500 €.
MARC FOUJOLS PARIS RIVE GAUCHE
+33 (0)1 56 81 11 40 · paris6@marcfoujols.com
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c 5 à 10M €
c c c + de 10M €
L’ART DE VIVRE avec
PARIS 5e
Lhomond. A quelques pas du Panthéon, 1er étage dune
magnique copropriété historique, duplex de 60 m² entièrement refait par architecte et partiellement meublé
composé : dune belle pièce sur ardin, dune cuisine,
dune chambre et sa salle de bains. Au calme, un petit
coin de campagne. n paring en option.
Prix : 050 000 €.
AGENCE VARENNE 6e
01 45 55 79 10
www.agencevarenne.fr
CALVADOS
HAUTS-DE-SEINE
Tr o u v i l l e - s u r- M e r à
quelques minutes. Très
agréable maison d'environ
0 m². éour de 5 m²
très lumineux, cheminée.
Grandes baies vitrées,
vue mer, terrasse, bureau.
chambres. Chauf fage
au fuel. ardin arboré de
3 00 m² clos de haies. arage. Charreterie. rès bon
état, plein sud. éf. : 6.
ille d ’Avra es ateliers de Corot sur les
ét ang s et la for
t . xceptionnel immeuble
A contemporain en
cons truc tion, 3 pièces
6 m², 2 chambres, P :
2,60 m, prestations luxe et
plan modiable sur ardin
commun de 2 000 m² avec
accès privé aux étangs.
Autres biens disponibles.
Prix : 625 000 €.
Prix : 20 000 €.
PIERRE FLORE
02 31 87 84 66 · agencepierrelore@gmail.com
TER COGNITA
+33 (0)1 48 25 93 33 · contact@tercognita.paris
HAUTE-SAVOIE
BELGIQUE
xclusivité Annec le
ieux. ans un domaine
sécurisé avec piscine et
parc , duplex de 7 m ²
utiles, 2 chambres dont
une en suite. ue lac et
m o n t a g n e s . e r r a s s e ,
cave, paring. Possibilité
d’un garage.
éf. : A6560.
verise. xclusif. uperbe
propriété située à 5 mn
de ruxelles. ntourée
d’un parc de 50 ha avec
bois et 0 ha d ’étangs.
Complètement rénové
en 20 0 et décoré par
Axel ervoordt, le manoir
d’une superficie denviron 0 0 0 m² propose
7 chambres et 2 appartements séparés.
Prix : c c c
ENGEL & VÖLKERS - Premium Office
+33 (0)6 40 24 24 24 · brusselspremium@engelvoelkers.com
Prix : 5 700 €.
BARNES Annecy
+33 (0)4 50 66 92 40 · annecy@barnes-international.com
ÎLE MAURICE
FLORIDE
Grand-Baie, proche toutes
commodités. Villa de
2 5 m ² , 2 c h a m b r e s ,
très haut standing avec
piscine et jardin située
dans un domaine privé.
Accès au each Club.
ésidence scale possible,
l’investissement sort de
l’assiette du nouvel impôt
sur la fortune.
Naples. Appartement de
luxe de 226 m² avec ascenseur privé, comprenant
3 ch et 2 sdb, très spacieux
et lumineux, belle hauteur
sous plafond, grande cuisine à l’américaine. Copropriété située dans un
quar tier prisé avec piscine, salle de sports, accès
privé à la plage et option
ponton à bateau.
Prix : 476 000 €.
SOLATOL INTERNATIONAL LTD
+33 (0)6 98 62 23 47 · p.michel@gfbholding.com
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
mmm 1 à 2M €
Prix : 750 000 €.
KRIEF & PARTNERS
+1 (239) 398 6846 - +33 (0)6 51 12 72 73 · fabrice@kriefandpartners.com
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
L’ART DE VIVRE avec
PARIS 5e
Place du Panthéon avec vue dégagée sur le dôme, au
5 e étage avec ascenseur, un appartement de m²
comptant pièces dont chambres et 2 salles deau. u
8e étage, 2 chambres de service dont une avec salle deau.
es meilleurs lycées de rance et le ardin du uembourg
sont tout proches. ne adresse mythique. é. : 0.
Pri : 2 50 000 .
PATRICE BESSE Paris
01 42 84 80 85
www.patrice-besse.com
HAUTS-DE-SEINE
PARIS 16e
À Montrouge, une
ancienne maison
bour geoise de 5 0 m ²
totalement rénovée par
un architecte et comptant
chambres. u ond
du jardin paysager, un
ancien pigeonnier a été
réhabilité en maisonnette
indépendante de 0 m².
é. : S.
Dans une voie privée
du Trocadéro, aux 4 e et
5e étages, un appartement
de 05 m² avec 5 chambres
et 0 m² de réception. Son
plan réparti sur 2 niveau
p e r m e t t r a d a cc u e ill ir
une grande amille. ne
chambre de ser v ice et
u n p a r k i n g . Ve n t e e n
eclusivité.
é. : 50.
Prix : 2 620 000 €.
Prix : 3 465 000 €.
PATRICE BESSE Paris
01 42 84 80 85 · www.patrice-besse.com
PATRICE BESSE Paris
01 42 84 80 85 · www.patrice-besse.com
ARDÈCHE
ALPES-MARITIMES
rdèche méridionale,
dans e n v. p roté gé, au
milieu des vignes et des
bois sur 2 00 m² de terrain, erme du Ve denv.
20 m² hab. Sarticulant
autour dune cour intérieure, restauration sobre
et de qualité. ch, 2 bains.
uisine équipée, salon-séour. déale pour résidence
de vacances. é. : 0
annes aliornie. ans
lhistorique chteau Scott,
atypique triple pour les
amateurs de biens hors du
commun. Vue mer panoramique, eposé sud. Entrée, cuisine ouverte avec
coin repas, chambres,
2 salles de bains. oitterrasse denviron 0 m².
rand garage, cave.
é. : 02.
Pri : 5 000 .
Pri : 0 000 .
CHRISTINE MIRANDA
+33 (0)4 75 04 98 48 · contact@christinemiranda.com
MAGREY & SONS
+33 (0)6 66 10 47 72 · www.magrey.com
SAVOIE
SAVOIE
Courchevel. Chalet Olimpia, skis aux pieds, meublé
et équipé. Plus de 250 m²
de caractère, 5 chambres
dont 2 master suite. Vue
panoramique sur la vallée.
Service 5* : conciergerie,
lobby-lounge, ski room,
spa avec piscine int. et
ext. Réalisation et commercialisation par Vallat
Elégance.
Phoenix par Vallat. Sublime appt au cœur de
Courchevel village et skis
aux pieds composé de
3 ch, un séjour, des balcons
sud et une terrasse de
45 m² ! Personnalisable
dans les moindres détails.
Votre "home sweet home"
montagnard sur le plus
beau domaine skiable du
monde.
Prix : c c
VALLAT COURCHEVEL
+33 (0)4 79 08 33 33 · courchevel1850@vallat.fr
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
Prix : m m m
VALLAT COURCHEVEL
+33 (0)4 79 08 33 33 · courchevel1850@vallat.fr
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
L’ART DE VIVRE avec
ILLE-ET-VILAINE
Saint-Malo - A quelques minutes de deux gares TGV et des
plages, élégante malouinière de �90 m² nichée dans un
parc clos de 21 hectares. Vastes réceptions, � cham�res
avec �ains, greniers. �or�t, étang, prés � chevaux.
Réf. : �R�-��1�-V�.
DP� : �.
Prix : 1 960 000 €.
EMILE GARCIN Bretagne
+33 (0)6 21 88 10 15 - +33 (0)1 47 17 18 18
vincent.garnier@emilegarcin.com
PARIS 6e
BOUCHES-DU-RHÔNE
S a i n t- S u l p i c e - S a i n tGermain- des-Prés. Immeuble pierre de taille,
4 e étage ascenseur, très
�el appartement d�angle
de 20 0 m ² ave c g ran d
�alcon, � cham�res. Lumière et volumes, état
exceptionnel.
Réf. : PR�-2�60-M�.
DP� : D.
Propriété contemporaine
sur les hauteurs du Roucas-�lanc. �ardin pa�sager de 1 �19 m², au calme
a�solu, piscine et studio
d'ami dans une �folie� du
dé�ut de siècle. �50 m² ha�ita�les rénovés, toit-terrasse aménagé. �arages.
Vues � couper le souffle
sur la mer. Réf. : MR � 60�1-��. DP� : �.
Prix : 3 850 000 €.
Prix : � 500 000 €.
EMILE GARCIN Paris Rive Gauche
+33 (0)1 42 61 73 38 · parisrg@emilegarcin.com
EMILE GARCIN Marseille-Littoral
+33 (0)4 42 54 52 27 · marseille@emilegarcin.com
DORDOGNE
PUY-DE-DÔME
A �0 mn de Li�ourne, demeure de carac tère au
milieu de son �le, maison
de � cham�res, � salles
d�eau-�ains, 2 salons, une
�i�liothè�ue et une salle
� manger est faite pour
recevoir. Lumineuse avec
ses cheminées et magnifi�ues par�uets. Proche
tou te s commodi té s e t
services. Réf. : 900���vm.
2 mn �lermont-�errand
centre, v illa res t aurée
dominant la cité clermontoise. �00 m², grands volumes de séjour et salon,
cuisine é�uipée, suite parentale 61 m² en rdc, � ch.
chacune avec sd� au 1er.
Parc ar �oré 2 � 0 0 m ²,
terrasse, chauferie, cave
et garages.
Réf. : �02�5vm. DP� : D.
Prix : ��0 000 €.
GROUPE MERCURE Bordeaux - Aquitaine - Bassin d’Arcachon
+33 (0)5 56 52 00 78 · bordeaux@groupe-mercure.fr
Prix : 890 000 €.
GROUPE MERCURE Auvergne Bourbonnais
+33 (0)4 73 78 80 01 · auvergne@groupe-mercure.fr
VENDÉE
VAUCLUSE
e
�légant ch�teau du ���
siècle, d�une surface ha�ita�le de 500 m², situé �
l�orée d�un village ofrant
les principaux commerces
et services. �n ��timent
de dépendance a�rite garage, écurie et ancienne
maison de gardien. �eau
parc planté de �,�� ha.
Réf. : 2905.
Prix : ��0 000 €.
CABINET LE NAIL
02 43 98 20 20 · info@cabinetlenail.com
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
mmm 1 à 2M €
Région Vaison-laRomaine. Au cœur d'un
village en position do minante, ce mas de ville
rénové d'env. 190 m² se
co m p o s e d ' u n s é j o u rcuisine et de 5 ch avec
pièce d'eau. Le jardin ofre
une vue sur le Mont-Ventoux et les Dentelles de
Montmirail, piscine et cuisine d'été. Réf. : 11212.
Prix : 695 000 €.
BOSCHI IMMOBILIER PRESTIGE
+33 (0)4 90 36 33 33 · prestige@boschi-immobilier.com
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
L’ART DE VIVRE avec
SAVOIE
Courchevel. Dans la nouvelle résidence des Bois du Praz,
au centre du village montagnard de Courchevel - le Praz,
magnifique T4 de 110,65 m² avec balcons, prestations
haut de gamme et paring. cté du centre et à 00 m
des pistes. Casier à ski, cave. Vues panoramiques sur les
glaciers et la vallée. Autres appartements disponibles.
Prix : 1 720 000 €.
CIMALPES
+33 (0)479 898 898
info@cimalpes.com
EURE
EURE
Vexin normand. A moins
de 50 mn de aris, château
denviron 00 m parfaitement restauré. randes
pièces de réceptions en
enf ilade, belle hauteur
sous plafond. arc denviron 4 ha clos de murs. iscine, poolhouse, tennis.
Réf. : PPC-8264-RB.
DPE : C.
Normandie. Pays d’Auge,
proche de Cormeilles. Manoir denviron 40 m et
maison damis de 250 m
entièrement rénovés. arc
arboré et fort étendus
sur 0 ha. ituation dominante. Belle vue.
Réf. : DV48XB.
Prix : 2 650 000 €.
Prix : 1 590 000 €.
EMILE GARCIN Propriétés et Châteaux
+33 (0)1 42 61 73 38 · proprietes@emilegarcin.com
EMILE GARCIN Normandie
+33 (0)2 31 14 18 18 · normandie@emilegarcin.com
ALPES-MARITIMES
VAUCLUSE
E xce p t io n n e l . L e F ir s t
Croiset te es t une résidence de pres tige disposant de 2 appar te ments, dont ce bien de
chambres aux prestations luxueuses dignes
des plus grands palaces
sur la Croisette à Cannes
face au Palais des Festivals.
Entre Avignon, Châteauneuf- du-Pape et
L' Isle - sur-S or g ue, mas
provençal du XIXe, 20 m,
entièrement restaurés.
chambres, suite parentale, cuisine ouverte sur
salon et salle à manger,
pièce de 5 m, dépendance de 5 m, ardin de
0 0 m paysagé avec
grande piscine au sel.
Prix : c
Prix : 825 000 €.
PROPRIÉTAIRE
+33 (0)6 62 07 50 12 · familleprache@live.fr
KNIGHT FRANK Cannes
04 97 06 30 30 · www.EstateNetPrestige.com
VIENNE
CALVADOS
En Poitou, maison de
matre de 850 avec parc
et petit bois sur 5 hectares.
e hameau est à quelques
mn dun village avec tous
les ser vices. Restaurée
ave c soin , la demeure
labellisée par la ondation
du Patrimoine est
confortable et reposante.
Vente en exclusivité.
Réf. : 848.
Dans le Bessin, à 40 mn de
Caen et 20 mn de Bayeux,
un château X VII e siècle
avec ses douves, son
colombier XVIe siècle, ses
ruines romantiques et
sa remarquable grange.
Restauré, le château se
dresse sur une campagne
avec bocage à per te de
vue. Vente en exclusivité.
Réf. : 284425.
Prix : 480 000 €.
PATRICE BESSE Poitou-Charentes
01 42 84 80 85 · www.patrice-besse.com
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
Prix : 860 000 €.
PATRICE BESSE Basse-Normandie
01 42 84 80 85 · www.patrice-besse.com
mmm 1 à 2M €
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
L’ART DE VIVRE avec
MAROC
arraech Route de luria ropriété de plainpied de
00 m² nichée dans un ardin arboré de 6 000 m². ouble
réception ouvrant sur une terrasse couverte et le ardin,
suites avec terrasses. oolhouse, piscine, patio.
Réf. : 22.
ri : 70 000 .
EMILE GARCIN Marrakech
+ 212 (0) 5 24 31 42 42
marrakech@emilegarcin.com
BELGIQUE
GIRONDE
r u e l l e s u p l e d e
306 m² avec réceptions
ouvrant sur une terrasse
de 6 m². uite paren
tale avec terrasse et salle
de bains , 2 chambres ,
2 bains. ave, 2 parings.
Réf. : R0167.
: .
aas,  0 mn de ordeau, sur un magniue parc, chartreuse de
5
0 m² habitables proposant des prestations
de ualité : vastes pices
de réception, 5 chambres
avec salle de bains. iscine. eu maisons indépendantes  rénover.
Réf. : 2
3.
: .
Prix : 1 750 000 €.
ri : 1 05 000 .
EMILE GARCIN Bruxelles
+32 (0)2 201 94 00 · bruxelles@emilegarcin.com
EMILE GARCIN Bordeaux
+33 (0)5 56 00 12 21 · bordeaux@emilegarcin.com
HAUTS-DE-SEINE
HAUTE-SAVOIE
euillsureine ois.
ans un immeuble ré cent avec gardienne, bel
appartement en rede
ardin de 155 m ² a ve c
30 m² de ardin privatif
entourant lappartement.
Réceptions, 3 chambres
possibilité . ouble bo.
ave. hambre de service
en sus. Réf. : 73
. : .
hamoni, village d rgentire, dernier étage au
calme. uperbe appartement divisible, 11 pices,
chambres, 5 salles de
bains, vaste séour avec
cheminée, 3 grands
balcons, vue panoramiue
ontlanc, caves, paring, garage poss. roche
pistes. 260 m² hab. iscine
et ascenseur.
ri : c
ri : c
EMILE GARCIN Neuilly-sur-Seine
+33 (0)1 47 17 18 18 · neuilly@emilegarcin.com
AGENCE SCHUSS IMMOBILIER
+33 (0)4 50 54 00 35 · agenceschuss@orange.fr
TARN-ET-GARONNE
HÉRAULT
30 mn ontauban et
5 mn oulouse. ans village avec toutes commodités, htel particulier e e de 610 m² en 1 pices
principales : belles pices
de réception, cuisine votée, 7 chambres. 5 caves
votées. léments inscrits
. arc 2 500 m². iscine.
aring. Réf. : 62vm.
: .
Montpellier - Beaux-Arts,
bordure Ecusson. Elégante
demeure de caractère XIXe
dans voie privée et écrin
de verdure sur terrain
de 1 527 m² clos de murs
sans vis-à-vis avec piscine.
260 m² habitables plus
dépendances, 5 chambres
dont 2 suites, la campagne
en ville ! E xclusivité.
Réf. : 60013vm.
ri : 75 000 .
GROUPE MERCURE Toulouse - Midi-Pyrénées - Périgord
+33 (0)5 34 417 427 · carnot@groupe-mercure.fr
m - de 0,5M €
mm 0,5 à 1M €
mmm 1 à 2M €
Prix : 1 790 000 €.
GROUPE MERCURE Montpellier
+33 (0)6 99 54 78 13 · montpellier@groupe-mercure.fr
c 2 à 5M €
c c 5 à 10M €
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à la vente
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
c c c + de 10M €
DES VACANCES D’EXCEPTION
L’ISLE SUR LA SORGUE CORSE - PROPRIANO
avec
PRÈS CANNES - AIX
8-12 personnes | Bord rivière | Belle villa calme
Piscine chaufée | Centre-ville à pied
Dominant baie Valinco et port plaisance | Villa luxe
5 suites | Superbe vue mer et montagne | Piscine
Luxueuse villa d’architecte | Superbe piscine
(15 x 5 m) | Spa | Jusqu’à 11 personnes
Prix : de 1 600 € à 3 500 €/semaine
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 10 78 04 12
collinet.claude@gmail.com
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 20 35 62 51
villa-luxe-corse.fr
Prix : de 4 500 € à 5 500 € la semaine
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 12 13 74 33
annieloinard@yahoo.fr
CORSE SUD
GUADELOUPE
GOLFE D’AJACCIO RIVE SUD
Villa de luxe | 12-14 pers. 6 chambres | Piscine
privée | Vue mer exceptionnelle
Saint-François | Appartement 70 m² | 2 chambres
Plage, marina, golf...
Presqu’île Isolella | "Pieds dans l’eau" | Villa | Grande
terrasse | Jardin clos | 6 chambres | 12 personnes
Prix : 4 000 € à 17 000 €/semaine
PROPRIÉTAIRE |+33 (0)6 32 51 53 98
www.villa-diamondhead-corse.com
Prix : de 4 000 € à 6 000 €
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 10 61 11 63
bridgesuchet@gmail.com
Disponible juillet. Prix : de 4 850 € à 5 850 € la semaine.
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 72 58 20 64
alain@uberdesign.com
CANNES
CORSE
PROVENCE
Au cœur de la Californie | Prestigieuse villa à louer
Vue mer
Grande propriété traditionnelle | Piscine 19 x 9 m
Spa et sauna | 7 chambres | 5 salles de bains
Parc naturel du Verdon | Bâtisse luxe | Vue panoramique lac de Castillon | Grand confort 12 pers.
PROPRIÉTAIRE | 00 49 17 36 05 19 42
houdayer@gmail.com
PROPRIÉTAIRE | 06 47 42 46 83
www.casadilonda.com
Prix : de 1 500 à 6 900 €/semaine
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 08 83 84 97
www.lechaletenprovence.com
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à louer
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
DES VACANCES D’EXCEPTION
avec
CORSE-DU-SUD
PROCHE PORTICCIO
CORSE SUD
Vue panoramique sur la mer | Villa 260 m²
11 personnes | Piscine chaufée | Parc 7 000 m²
Villa 250 m² + F3 + Maison invités 75 m² | Piscine à
débordement | Vue sur Golfe Ajaccio | 16 pers.
Villa californienne 360 m² | Jardin 8 000 m² | Pieds
dans l’eau | Vue mer | 8 ch | Accès direct plage
Prix : de 3 000 € à 5 500 € la semaine
PROPRIÉTAIRE | +41 79 474 56 27
www.chezmarcetnina.com
GUILLAUME
NERI |NERI
06 40Propriétés
30 20 10 Corses
GUILLAUME
06 40 30 20 10 | contact@corse-exception.com
GUILLAUME NERI Propriétés corses
06 40 30 20 10 | contact@corse-exception.com
BRETAGNE SUD
BRETAGNE
AU PIED DU LUBERON
500 m station Le Pouldu | Jardin 3 000 m²
Maison en pierre | 4 chambres
Maison piscine intérieure | 50 m plage | Vue mer
Cheminée | Billard | Spa
Mas 10-12 personnes | Piscine avec plages à balnéo
Prix : de 1 800 € à 2 800 €/semaine
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 80 42 95 03
htp://bretagnerochellec.weebly.com
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 22 48 09 23
www.villas-ouest.com
Prix : nous consulter
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 74 32 79 28
GOLFEDEPORTOVECCHIO
PYLA-SUR-MER
TARN-ET-GARONNE
Superbe villa accès direct mer + corps mort
4 ch | 8 Personnes | Piscine chaufée
Maison d’architecte | Vue mer | 10 pers. | 5 ch.
4 sdb | 5 mn à pied plage | Piscine | Chalet d’invités
Villégiature en Quercy Blanc
8-10 pers. | Superbe vue sur Lauzerte
Prix de 1 890 € à 8 790 €/semaine - Réf. : 310.
Corsevilla.com - Locations & ventes | + 33 (0)1 72 81 35 04
info@corsevilla.com
PROPRIÉTAIRE | +33 (0)6 33 28 95 79
girolleforestiere@gmail.com
Prix : de 1 450 € à 3 200 € par semaine
PROPRIÉTAIRE | +32 (0)4 86 64 85 71
www.combedemiel.com
Le plus grand choix de belles maisons et de beaux appartements à louer
proprietes.lefigaro.fr | 01 56 52 80 00
L E
B L O C - N O T E S
D E
P H I L I P P E
B O U V A R D
PAS DE PARITÉ COMPLÈTE
SANS REVISITER TOUS LES OPÉRAS
O
JACQUES TORREGANO/LE FIGARO MAGAZINE
n ignore si la secrétaire d’Etat
la minorité de blocage. Pourquoi ne pas offrir à
chargée de l’Egalité entre les
Tristan et Yseult des amours moins clandestines
femmes et les hommes y est
qui leur permettraient de chanter plus fort et de
pour quelque chose mais la
bénéficier d’une vie moins misérable autorisant
parité a choisi de s’exercer sur
des décors plus somptueux ? Seul bémol au
de nouveaux théâtres : ceux
synopsis réactualisé : Yseult serait condamnée
où l’on représente des opéras. Il
par les prud’hommes à verser une coquette
était temps. Car, depuis que l’art
indemnité à Brangaine, la servante à laquelle
lyrique existe, des dizaines d’héroïnes jeunes,
après son mariage forcé avec le roi Marc, elle
belles et courageuses perdaient régulièrement la
avait ordonné de prendre sa place dans le lit
vie avant le dernier rappel. Il faut croire que les
nuptial. La transformation d’Orphée et Eurydice
Italiens sont moins machos qu’on le dit puisque
en opérette serait un jeu d’enfant. Il faudrait
ce sont eux qui sur une scène de Florence ont
seulement substituer à la descente aux Enfers la
pris le risque de revisiter la Carmen de Bizet. Le
m o n t é e s u r u n p a q u e b o t d e c ro i s i è re .
tableau final se déroule dans les arènes de Séville
Simplement pour rester fidèle à la malédiction
où la cigarière attend son nouvel amant
originelle et défendre la cause du féminisme,
Escamillo. Mais la situation est inversée. Ce
Eurydice enfermerait-elle Orphée dans sa
Aïda avec
n’est pas don José qui tue l’infidèle mais cette
cabine chaque fois qu’il se serait retourné sur
sa trompette
dernière qui, pour la première fois depuis la
une jolie passagère. Pendant qu’on y est, on
création de l’œuvre en 1875, saigne comme un
arrangera les affaires de cœur de la Tosca.
crèverait
poulet le torero qu’elle n’aime plus avant de
Lorsqu’elle aura poignardé l’odieux Scarpia, elle
le tympan de
confesser son crime devant la foule. On ne
pourra s’enfuir tranquillement avec le gentil
pouvait imaginer plus belle revanche dans le
Mario. Plus question d’exécution capitale pour
Radamès
cadre de la lutte contre les violences faites aux
ce dernier et de suicide pour sa fiancée. Afin de
femmes. Le ton est donné. La brèche est
survivre, les amants accepteraient la propoouverte. De nombreux auteurs vont devoir s’y
sition d’un publicitaire leur demandant de poser
engouffrer. Nul doute par exemple que dans les
dans un spot où l’ingestion régulière de raviolis
mois qui viennent Norma et Pollione ne périront
à la tomate conditionne la réussite de la vie de
plus sur le bûcher et que l’action se déplacera de
couple. On humaniserait Médée dont la cruauté
50 avant J.-C. à une époque plus récente. Peut-être la nôtre fit mettre en doute la générosité de Maria Callas. Créon le roi
si, davantage que l’Antiquité, elle inspire costumiers et de Corinthe autoriserait la magicienne à ouvrir une petite
décorateurs. Il suffirait que les fidèles du temple druidique boutique où elle vendrait des raisins secs et le shampoing
de Norma fassent la quête et que les tourtereaux échangent mis au point par le savant Loréalos pour démocratiser la
les bûches contre des meubles ignifugés. Bien sûr, il ne fau- Toison d’or. Un semblable relookage de l’histoire de France
dra pas toucher à la rivalité amoureuse entre Aïda la fille du épargnerait la guillotine à Marie-Antoinette si bien élevée,
roi d’Ethiopie et Amneris la fille du pharaon. Mais on évitera si vaillante que, paraît-il, elle se confondit en excuses pour
le pire en suggérant la solution du ménage à trois à ces deux avoir par mégarde marché sur le pied de celui qui allait lui
femmes aimant le même homme. Quitte, si le beau couper la tête. Le bel Axel de Fersen n’aurait qu’à mener à
Radamès ne parvient pas à les satisfaire toutes les deux, à ce terme son projet d’évasion de la prison du Temple.
qu’Aïda lui éclate les tympans avec l’une de ses fameuses L’ancienne reine de France passerait de Versailles à
trompettes jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le dernier acte Stockholm et assurerait la régence jusqu’à l’arrivée des
verrait les deux survivantes pendre la crémaillère du Bernadotte.
nouveau nid d’amour où les deux rescapées vont vivre très On remarquera qu’en épargnant la vie des grandes
heureuses ensemble sans avoir à ramasser le linge qui traîne amoureuses, on économise l’hémoglobine et que l’on
et les bouteilles vides. De la même façon, un librettiste conserve pour un usage plus agréable des tempéraments
moderne pourrait sauver la vie de Roméo et de Juliette en les volcaniques. Tout au plus, les poètes et les musiciens
faisant boire non pas du poison mais le jéroboam d’un affectés au ravaudage des grandes œuvres lyriques devrontchampagne récolté dans une vigne de Toscane et commer- ils prévoir de joyeuses cavatines au lieu et place des grands
cialisé par une société dont les Montaigu seraient les airs désespérés sur les notes desquels cantatrices et ténors
actionnaires majoritaires mais où les Capulet détiendraient expiraient interminablement.
«
»
134 LE FIGARO MAGAZINE - 16 FÉVRIER 2018
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
1
Размер файла
38 580 Кб
Теги
journal, Le Figaro
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа