close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Science et Vie Junior N°353 – Février 2019-compressed

код для вставкиСкачать
POLICE DE
DES MERS
> LES
S
ALBATROS
AL
L
DEVENUS
D
ESPIONS
E
> L’EXPÉRIENCE
SUR LE SADISME
EN PRISON ÉTAIT
BIDON !
MENSONGE
M 01409 - 353 - F: 5,00 E - RD
LES
DOSSIER
L’INFINIMENT PETIT
EXPLOITS DE
COMMENT LES NANOTECHNOLOGIES RÉVOLUTIONNENT
ENT LE M
MONDE
ON
NDE
D
BEL : 5,30€ - ESP : 5,50€ - GR : 5,50€ - DOM S : 5,50€ - DOM A : 6,20€ - ITA : 5,50€ - LUX : 5,50€ - PORT CONT : 5,50€ - CAN : 7,99$CAN - MAR : 55DH - TOM S : 800CFP - TOM A : 1450CFP - CH : 7,50FS - TUN : 9DTU
N
S
!
S
A
V
30 J
A
#
FÉVRIER
2019
353
K. MERCIER POUR SVJ
SOMMAIRE #353 / FÉVRIER 2019
QUOI DE NEUF ?
78
6
10
16
LES SENTINELLES,
LE PEUPLE QUI
VEUT VIVRE CACHÉ
20
36
40
44
Double dose
En bref
La grande poussée des fermes
en boîte
Espions à plumes
Tous des monstres ? Pas si sûr…
À la rencontre des habitants
du crépuscule
Dossier Les étranges pouvoirs
du nanomonde
G. CIRADE
POUR SVJ
CIRA
SCIENCE
BUISSONNIÈRE
56
60
62
66
22
Questions & réponses
Et si les animaux avaient
des roues ?
Innovez
La biologie de l’amour
JOURNAL
DE L’ÉTRANGE
S
N
A
73
L’histoire du mois, Sur le vif, etc.
CHAMP LIBRE
82
88
90
92
96
98
BON ANNIVERSAIRE SVJ !
À vous de voir
À vous de jouer
On a testé le simulateur
de chute libre
Courrier
On a oublié de vous dire…
Mois prochain
4
55
71
PLEIN
LES YEUX
64
L’EXPÉRIENCE À NE PAS FAIRE
VOUS-MÊME
28
ATTEINDRE
LES SOMMETS
SHAO YING/IMAGECHINA/AFP
G. CIRADE POUR SVJ. PHOTO : B&B POUR SVJ.
BD
99
Cucarachaa
Trous de mémoiree
La belle histoire
de Castor Mother
Encart abonnement jeté sur les exemplaires de la vente au numéro.
Diffusion : France métropolitaine, Suisse et Belgique. Un catalogue LEC
jeté sur les exemplaires de toute la diffusion abonnée France
Métropolitaine. Recevez Science & Vie Junior chez vous. Offre
d’abonnement p. 95. Vous pouvez aussi vous abonner par téléphone au
01 46 48 47 85. Prix de l’abonnement : 54,90€ les 12 numéros ; ou
69,9€ les 12 numéros + 6 hors-séries. Couverture : Illustrations :
M. Saemann pour SVJ, S. Aghassian pour SVJ. Photo : CEBC-CNRS.
353_FÉVRIER 2019_3
BD
4_
353_FÉVRIER 2019
PUBLICITÉ
© Disney. © Disney/Pixar. Développé par SQUARE ENIX. SQUARE ENIX et le logo SQUARE ENIX sont des marques de fabrique ou des marques déposées de Square Enix Holdings Co., Ltd.
“2” et “Ø” sont des marques de fabrique de Sony Computer Entertainment Inc. Toutes les autres marques commerciales et/ou déposées appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
ÇA VAUT DE L’OR !
Posée sur un coussin en velours, cette truffe
blanche de 880 grammes a été vendue aux
enchères 85 000 euros à un homme d’affaires
de Hong Kong. Pas loin de 100 euros
le gramme pour cette pépite ! L’affaire s’est
conclue au château de Grinzane Cavour, dans
le cadre de la foire de la truffe blanche d’Alba
(Italie). Car c’est dans ce coin du Piémont que
les plus beaux spécimens de ce champignon
6_
353_FÉVRIER 2019
sont récoltés. La truffe blanche pousse
au pied d’arbres comme les chênes ou
les noisetiers, entre 10 et 15 cm sous terre.
Les cueilleurs arpentent les forêts avec
des chiens, toujours de nuit afin que l’odorat
de l’animal soit décuplé par le manque
de visibilité. Lorsqu’une truffe est débusquée
grâce à son odeur d’ail sauvage, il faut gratter
le sol avec un cavadou, outil qui permet de
retirer le champignon de la terre sans l’abîmer.
Si la foire fêtait cette année sa 88e édition,
la vente aux enchères n’existe, elle, que depuis
1999. Tous les ans, des truffes d’exception
y sont mises en vente, et l’argent récolté
est reversé à des organisations caritatives.
En 2015, une truffe de 900 grammes a ainsi
trouvé preneur pour 100 000 euros !
C’est loin des tarifs habituels, pourtant déjà
élevés : un champignon de 20 grammes coûte
aux alentours de 350 euros, soit 17,50 euros
le gramme. Mais quand on aime, on ne
compte pas. R.R.
MARCO BERTORELLO / AFP
QUOI DE NEUF ? DOUBLE DOSE
UNE STAR
SUR LE TAPIS
ROUGE
353_FÉVRIER 2019_7
HUSNI CHENGAH/BIOSPHOTO
QUOI DE NEUF ? DOUBLE DOSE
8_
LA MORT EN MARCHE
Ne voyez aucune marque
de solidarité entre cet insecte
à antennes et les fourmis
empilées sur lui : ces dernières
sont toutes mortes ! Et pour
cause, elles constituent le
repas de ce réduve de Malaisie,
une punaise d’un centimètre
de long. Sa technique de
chasse semble tout droit sortie
du film de science-fiction
Alien. La punaise se rue sur
la fourmi et perce son corps
à l’aide d’une sorte de trompe,
le proboscis. Elle pourrait se
contenter de la transpercer…
mais ça ne lui suffit pas.
Elle lui injecte de la salive
qui d’abord la paralyse, puis
dissout ses chairs internes.
Ne reste plus qu’à aspirer
la bouillie d’entrailles. Beurk !
Croyez-vous que la punaise
s’arrête là ? Non, elle récupère
la carcasse vide et la fixe
sur son corps à l’aide
d’une substance collante.
La prédatrice agit de la même
façon à chaque exécution, au
point qu’elle transporte parfois
une vingtaine de cadavres
(sur ce cliché, on en dénombre
tout juste une dizaine).
Des biologistes de l’université
de Canterbury (NouvelleZélande) se sont interrogés
sur la fonction de ce sac à dos
macabre. Protégerait-il
la punaise des agressions ?
Pour tester l’hypothèse, ils ont
enfermé des réduves et leurs
prédatrices, des araignées
sauteuses, dans des cages
de verre. Certaines punaises
portaient des carcasses
de fourmis, d’autres étaient
nues. Verdict : ces dernières se
faisaient attaquer dix fois plus
souvent que les premières.
Autrement dit, les araignées
ont du mal à identifier une
proie derrière ce camouflage
de fourmis mortes. Ça pourrait
être la morale de cette
histoire : pour vivre heureux,
les réduves vivent cachés ! E.D.
353_FÉVRIER 2019
LES FOURMIS,
J’EN AI PLEIN
LE DOS !
353_FÉVRIER 2019_9
QUOI DE NEUF ? EN BREF
ESPACE
INSIGHT S’EST POSÉE
SUR MARS
Panneaux solaires
déployés
(2,2 m de diamètre)
Capteurs météo
(température et vent)
Sismomètre SEIS
captant les
vibrations du sol
Sonde mesurant
la chaleur du sol
(5 m de profondeur)
epuis le 26 novembre dernier,
Mars compte un habitant de plus.
Ou plutôt une habitante :
la sonde Insight. Sitôt arrivée, elle a
déployé ses 2,2 m² de panneaux solaires
pour faire le plein d’énergie. Une fois
ses batteries chargées à bloc, elle a pu
tester ses instruments et envoyer
à la Terre un message rassurant : tout est
O.K. ! Et c’est parti pour au moins deux
ans de mesures. Principal objectif
NASA
D
10
353_FÉVRIER 2019
de la sonde, « sonder » (ça tombe bien)
l’intérieur de la Planète rouge. Il s’agit
de mesurer l’épaisseur de son écorce,
du manteau sur lequel celle-ci repose et
enfin du noyau métallique en son cœur.
Pour cela, Insight s’apprête à déployer
au sol son sismomètre, SEIS. Conçu
en France au sein du Centre national
d’études spatiales, il enregistrera les
moindres tressaillements du sol martien,
qu’ils soient dus à des mouvements
dans les profondeurs de la planète,
des impacts de météorites ou des
tempêtes. En étudiant la propagation
de ces ondes, SEIS pourra en quelque
sorte « voir » l’intérieur de la planète.
En attendant, la station météo, qui
équipe aussi la sonde, a enregistré pour
la première fois le bruit du vent martien
(taper « spacegate bruit vent Mars » sur
votre moteur de recherche). On vous le
recommande, c’est très émouvant… F.N.
IL A DIT
> « IL EST ENTRÉ DANS LE SYSTÈME INFORMATIQUE PAR LE THERMOMÈTRE DE L’AQUARIUM DU HALL D’ENTRÉE,
QUI ÉTAIT CONNECTÉ AU SYSTÈME POUR AFFICHER LA TEMPÉRATURE SUR UN ÉCRAN… »
MICHEL VAN DEN BERGHE, SPÉCIALISTE EN CYBERSÉCURITÉ, À PROPOS D’UN PIRATE QUI S’EST INTRODUIT DANS LE RÉSEAU D’UN CASINO.
BOTANIQUE
MARCHER
SUR LES PIEDS DE LA
Permettre aux plantes de se déplacer
pour profiter du meilleur ensoleillement
possible : c’est le projet du Media Lab
du MIT, la prestigieuse université
américaine de technologie. L’équipe
a créé un cyborg, mi-robot, mi-plante.
Si c’est le robot à roulettes qui produit
PLANTE
le mouvement, c’est bien la plante qui
« prend » la décision de bouger. Ses feuilles
sont, en effet, naturellement parsemées
de capteurs de luminosité. Quand ils sont
excités, ces capteurs envoient des signaux
électrochimiques à la plante dans son
ensemble, de manière à indiquer dans
2
3
MIT
1
quelle direction s’orienter et pousser.
Ces signaux sont capturés grâce
à des électrodes implantées
en différents points du feuillage,
puis transmis au robot qui, en fonction,
calcule la trajectoire à prendre.
Si la plante se trouve dans l’ombre (1)
et que l’on allume une lampe (2), elle
file ainsi vers la source lumineuse (3).
Et ne reste plus plantée là ! C.P.
CLIMAT
FRED BAVENDAM /MINDEN PICTURES / BIOSPHOTO
COUP DE
CHAUD
ET VIRAGE À
Ce n’est un mystère pour personne :
la température des océans s’élève
chaque année. Pour mesurer les effets
de ce phénomène sur les requins,
une équipe de chercheurs australiens
a étudié la croissance du cerveau
de ces grands poissons. Ils ont
récupéré des œufs qu’ils ont installés
dans une eau chauffée à 23,6 °C, soit
3 °C de plus que leur habitat naturel.
Quelques semaines après leur
naissance, les requins ont été placés
dans un couloir s’achevant sur deux
routes : l’une à droite, l’autre à gauche.
Les chercheurs ont découvert que ces
requins préféraient le circuit de droite,
contrairement aux requins élevés « à
bonne température » qui choisissent
indifféremment la droite ou la gauche.
Pourquoi une telle préférence ?
En réponse aux conditions anormales
de croissance, un hémisphère de leur
cerveau s’est sans doute plus
DROITE
développé que l’autre.
Et alors ? Eh bien,
de deux choses
l’une. Ou bien cette
perturbation
l’oblige à
développer
un cerveau
plus
performant,
faisant de lui
un chasseur
meilleur
encore.
Ou bien,
à l’inverse, elle
le rend un peu
neuneu. En tout
cas, si les océans
devaient prendre
3 °C de plus, les
requins ne seraient
plus les mêmes. R.R.
9_11
LE MOT
QUOI DE NEUF ? EN BREF
> AGOLIN
RUMINANT
LE POINT SUR…
LES PREMIERS BÉBÉS OGM
génique sur des embryons humains – si c’est avéré,
car le chercheur n’a pas encore prouvé ses dires –
serait une première. Et un acte irresponsable.
Voici pourquoi. Françoise Dupuy-Maury
KIM CHEUNG AP/SIPA
Le 25 novembre, le chercheur chinois He Jiankui
(ci-dessous) a annoncé avoir fait naître deux bébés (des
fausses jumelles) modifiés génétiquement pour être
insensibles au virus du sida. Utiliser ainsi la thérapie
1. CE N’EST PAS
UN TRAITEMENT
La thérapie génique (voir
SVJ n° 352) sert à réparer
les gènes de personnes
déjà nées et souffrant
d’une maladie génétique
très grave. He Jiankui, lui,
aurait trifouillé l’ADN
(la molécule qui porte
les gènes) d’embryons
sains, juste après la fusion
d’un spermatozoïde
et d’un ovule. Le fœtus
étant le résultat
de la multiplication
de cette première cellule,
toutes les cellules
des bébés s’en seraient
donc trouvées modifiées.
Alors que dans
le cas d’une thérapie
génique, on ne
répare que
celles qui sont
touchées par
la maladie.
2. DES EFFETS
La modification effectuée par
l’équipe chinoise empêche les
cellules des bébés de fabriquer
la protéine CCR5. L’intérêt ?
Le virus du sida entre dans
les globules blancs en se servant
de cette grosse molécule située
sur leur surface. Sans CCR5,
le virus aurait plus de mal
à pénétrer les globules blancs
et donc à infecter un jour ces
enfants. Mais rien ne dit que
cela le bloquera à coup sûr !
De plus, on ignore le rôle de
la protéine CCR5 sur les cellules
de muscles, du cerveau…
L’avoir supprimée risque aussi
de provoquer de graves effets
secondaires.
3. UNE
TECHNIQUE
ENCORE
À L’ÉTUDE
La technique utilisée
pour modifier l’ADN
– les ciseaux
moléculaires appelés
crispr/cas 9 – n’avait
pas encore été testée
chez des malades. Car
même si elle est censée
ne couper l’ADN
qu’à un endroit prévu,
elle peut parfois
entraîner des coupures
ailleurs, et ainsi affecter
d’autres gènes.
12
353_FÉVRIER 2019
4. CRÉER UNE NOUVELLE
LIGNÉE HUMAINE
Vu que les ovules de ces petites filles porteront
la modification, celles-ci la transmettront à
leurs enfants, si elles en ont. C’est justement
ce que les médecins veulent à tout prix éviter
en thérapie génique : le risque de changer le
patrimoine génétique de l’humanité ! He
Jiankui se serait arrogé ce droit, et cela
pour protéger d’une maladie qu’un simple
préservatif peut endiguer.
Pour mieux comprendre le principe
de la thérapie génique – la vraie,
celle qui
soigne –
ou la technique
des ciseaux
moléculaires
utilisée par He
Jiankui, rendezvous en p. 38
du SVJ du mois
dernier.
VCG/GETTY IMAGES
INCONNUS
CANCER
PALÉONTOLOGIE
DÉPISTAGE
OR
ANTHONY ROMILIO
KYUNG SOO KIM
EN
DINOS PIEDS LÉGERS
AUX
Sachant qu’elles ne dépassent pas 1 cm
de long, il a fallu de sacrés bons yeux
aux Sherlock Holmes paléontologues
pour dénicher ces traces fossilisées
(cercle rouge sur la photo en médaillon
ci-dessus). Et il ne fait aucun doute que,
dans la région de Jinju (Corée du Sud),
on vient de mettre au jour les plus
petites empreintes de pattes de dinos
au monde. La bestiole appartient à la
« famille » des raptors, rendus célèbres
par Jurassic Park : ces carnivores
marchaient sur deux doigts, tandis
qu’un troisième, porteur d’une griffe
tranchante, était en permanence levé
en l’air. Pour autant, pas de panique :
ce caïd XXS était gros comme
une hirondelle et se contentait
de terroriser les petits poissons du lac
au bord duquel il vivait. O.V.
ÉVOLUTION
DESCENDANTS
SMITHSONIAN MUSEUM
Comme le savent les lecteurs de SVJ,
les baleines et autres cétacés comptent,
parmi leurs lointains ancêtres,
des quadrupèdes qui vivaient sur la terre
ferme il y a plus de 50 millions d’années.
Les descendants de ces derniers
sont retournés à l’eau en gardant,
dans un premier temps, les dents héritées
de leurs ancêtres. Au fil des générations,
celles-ci ont été remplacées par des
SANS
DENTS
fanons, poils très durs qui forment un
peigne pour filtrer l’eau (photo à droite).
Les baleines retiennent ainsi le krill et
les petits poissons qui les nourrissent. Mais
comment est-on passé des molaires
aux fanons, voilà une question plus
obscure. Carlos Peredo, chercheur au
Smithsonian Museum de Washington,
vient d’apporter une lumière. Il a étudié
un fossile vieux de 33 millions d’années
(photo à gauche) et n’y a trouvé ni dents,
ni fanons : le mammifère se nourrissait
en aspirant directement l’eau de mer.
À en croire le fossile, qu’il a baptisé
Maiabalaena (« mère baleine »),
les ancêtres des cétacés ont d’abord
perdu leurs quenottes et ont acquis,
des millions d’années plus tard, une tout
autre bouche filtreuse. R.R.
Petit pas ou grand bond pour la lutte
anticancer ? Des Australiens ont mis
au point un test simplissime pour
dépister la maladie. Plus besoin de
prélever un bout de foie, d’intestin ou
d’estomac pour savoir si un organe
est atteint. Une prise de sang suffit.
En mourant, les cellules cancéreuses
libèrent en effet dans le sang une
partie de leur contenu, notamment
leur ADN. Or, les chercheurs ont
découvert que cet ADN possède
des propriétés uniques : notamment
la tendance à se « scotcher » sur l’or !
Le test consiste donc à prélever chez
le patient un peu de plasma (le sang
délesté de ses globules rouges), et
à le déposer dans une fiole contenant
de l’eau et des nanoparticules d’or.
Le mélange a une couleur rose. On y
ajoute du sel. Si le sang est sain, le sel
fait précipiter l’or : le mélange vire
au bleu. Si le patient est malade,
l’ADN cancéreux s’agglutine à l’or,
empêchant la précipitation : le
mélange reste rose. Certes, le test
ne dit pas quel organe est affecté,
mais il pourrait permettre de dépister
plus de malades, et plus tôt. C.P.
M
N
HN
Fanons
UNIVERSITY OF QUEENSLAND
NOM D’UN ADJUVANT ALIMENTAIRE QUI RÉDUIT LA QUANTITÉ DE ROTS,
DONC DE MÉTHANE, QUE LES RUMINANTS RELÂCHENT DANS L’ATMOSPHÈRE.
LE
CHIFFRE
QUOI DE NEUF ? EN BREF
>
40
BIOLOGIE
ROYAUME-UNI
Des archéologues anglais viennent
d’extraire de la boue de la Tamise,
à Londres, un cadavre bien chaussé :
couché face contre terre, une main sur
la tête, l’homme portait une paire de
ha
irr.
haute
uir.
De
Des
co
q
au
u
urr
eur
co
entt
coup
de
du
e..
du No
e
me
de
aill
iller
err
vailler
au
u bord
bord
d
MAUVAISES
NOUVELLES…
MOLA HEADLAND INFRASTRUCTURE
QUI NOUS
14_
353_FÉVRIER 2019
q
sq
qu
ue le m
que
un
se
trè
tr
è
très
qu
qu’
corr
co
cord
es pieds
nalyse de son
onservé, révèle
exerçait
e qui a détruit
es dents,
uvent aussi
our tenir une
e des pêcheurs
omment a-t-il
leuve ?
bablement pas
assssa
assassiné,
car il
ne
ne porte
aucune
b
blessure
mortelle.
Le
L
e
Le pauvre
a dû
acc
a
accidentellement
t
tomber
dans
l fleuve, s’engluer
le
dans la boue et
se noyer… E.D.
FORÊT EN SURSIS
Au Brésil, la destruction de la forêt
amazonienne s’accélère. La période
de juillet 2017 à juillet 2018 aura été
la pire de ces dix dernières années :
7 900 km2 rasés, soit 75 fois
la surface de Paris. Et presque 14 %
de plus que l’année précédente.
Toxeus magnus (photo à droite) est
une araignée. Pourtant, elle allaite ses
petits ! Par une fente de son abdomen,
elle sécrète un liquide quatre fois plus
riche en protéines que le lait de vache.
Lequel est indispensable à la survie
de ses petiots : pendant leurs vingt
premiers jours, ils ne consomment
que cela. Puis ils se mettent à chasser.
Mais ils « tètent » encore de temps
en temps, et squattent chez leur mère
jusqu’à devenir adultes. Cet apport
AILES BRÛLÉES
En Australie, les chauves-souris
d’une espèce menacée – les renards
volants à lunettes – tombent comme
des mouches en raison des vagues
de chaleur. En décembre dernier,
plus de 4 000 d’entre elles sont
mortes en une semaine !
PAS SI CLEAN
Première déconvenue pour
Cleanup Ocean, le système
de collecte des plastiques dans
l’océan (SVJ n° 352). Le boudin
en U de 600 m laisse échapper
les déchets. L’équipe cherche
des solutions.
JACK GUEZ / AFP
SQUELETTE
BOTTE
JJACK
JA
AC
CK
KG
GUEZ/AFP
UEZ/
UEZ
U
UE
EZ/
EZ
E
Z//AF
Z
AFP
A
FP
F
P
UN
SPIDER-MAM
MILLIONS DE CRABES ROUGES VIVENT
DANS L’ÎLE CHRISTMAS, HABITÉE
PAR… 2200 HUMAINS !
Marque servant
à repérer la mère
allaitant
ses petits
RU
I- C
H
complémentaire de calories éviterait
aux jeunes de trop sortir chasser
et de s’exposer
aux prédateurs. De plus,
Spider-Maman, qui
nettoie le nid en
permanence,
les protégerait
des parasites.
Un dévouement
maternel qui n’avait été
observé jusque-là que
chez des mammifères à l
durée de vie, comme l’é
ou l’homme. C.P.
AN
G
Q
UA
N
ISRAËL
MAGOT MILLE ANS
DE
SAUVÉ PAR LE DRONE
Le drone pourrait être l’avenir du
transport d’organes. Aux États-Unis,
un rein humain a ainsi voyagé en
conteneur réfrigéré de Washington
à Baltimore (1 600 km) en 24 heures.
Sans que la chaleur des moteurs
ni les secousses du vol ne l’abîment.
L’évolution est au cœur de toute la
biologie : de la génétique à l’écologie
en passant par la paléontologie, toute
l’histoire du vivant en
découle. SVJ y
consacre son dernier
HORS-SÉRIE
Hors-Série, qui
raconte comment
naissent, évoluent
DARWIN et
N
et disparaissent
L’ÉVOLVUouTsIO
allez
les espèces. Avec un
tout
dre
compren
invité Instagrameur
MÊME
ÇA !
de choc : Charles
Darwin en personne !
SAGE REVIREMENT
Le gouvernement chinois revient
sur sa décision d’octobre dernier
d’autoriser l’utilisation de cornes de
rhinos et d’os de tigres en médecine
traditionnelle. Tant mieux pour les
animaux qui ne seront pas tués au
service de pratiques inefficaces. S.R.-C.
M 03377 - 133H - F: 5,90 E - RD
N° 133
JANVIER
2019
( enfin )
… ET BONNES
NOUVELLES
LE REQUIN QUI TUE
Selon une étude, seuls les requins
ayant une personnalité particulière
(audacieux, vite fans de chair
humaine…) attaquent les hommes.
Riposter en tuant des squales
au hasard ne résout donc rien.
Mieux vaut cibler les responsables.
pèlerins l’accès aux lieux où, selon la Bible,
avait vécu Jésus-Christ. En 1100, la ville
de Césarée tombait entre leurs mains.
À leur approche, les propriétaires de
ces pièces d’or – qui représentaient alors
une belle somme – les auraient enterrées
à la hâte dans un puits. Et après ? Selon
Peter Gendelman, l’archéologue qui a fait
cette découverte, « il y a de fortes chances
qu’ils aient été massacrés ou réduits en
esclavage par les conquérants chrétiens ».
Ils auraient mieux fait de se cacher eux
plutôt que leur argent ! E.D.
HORS
SÉRIE
Même dans un parc archéologique
aussi touristique que celui de Césarée,
en Israël, on trouve encore des trésors.
Des archéologues israéliens ont
récemment déterré un pot de bronze
rempli d’une vingtaine de pièces d’or,
vieilles d’au moins 900 ans ! À l’époque,
plusieurs régions
d’Israël avaient été
conquises par des
chrétiens : les fameux
croisés. Ces derniers
souhaitaient garantir aux
HORS-SÉRIE
353_FÉVRIER 2019_15
QUOI DE NEUF ? 5 QUESTIONS
LA GRANDE
POUSSÉE DES FERMES
EN BOÎTE
De grands potagers en ville, complètement coupés de la nature,
sans accès au soleil, à la pluie, ni même à la terre, c’est la nouvelle
façon de faire pousser des légumes. Une drôle d’idée que ces
fermes-usines ? Pas tant que ça.
A. KON/BLOOMBERG/GETTY
T IMAGES
Romain Raffegeau
f
1
QU
QU’EST-CE
QU’UNE
FERME
FE
EN BOÎTE ?
U ferme
Une
da
dans laquelle
po
poussent
des plantes et des
de
légumes qui ne
lég
voient jamais
voie
la lumière extérieure.
la lumièr
Cela
Ce
la s’a
’app
pp
Cela s’appelle
une ferme
l est
oleil
arr des ampoules
e
mettent,
sous
r l’énergie
re,
e des végétaux.
o
ontrôle
de
a
ature
ainsi que
#
entss sont contrôlés
llors possible
o
ons idéales pour
p toute l’année,
pe
s et des attaques
s voraces. L’eau
e
ence,
de façon
Cette salade est cultivée
hors-sol : ses racines
ne se développent pas
dans la terre mais plongent
directement dans l’eau.
On appelle ce mode
de culture l’hydroponie.
#
Zoom
Les nutriments sont ddes
éléments minéraux présents
pré
16
6_
353_FÉVRIER 2019
à ne pas gâcher. Les cultures
n’étant pas en pleine terre,
on peut les empiler sur plusieurs étages
pour gagner de la place. Ces fermes sont
très faciles à implanter là où on ne les
attend pas, notamment au cœur d’une
métropole. Soit dans des locaux conçus
pour, soit dans d’anciens bâtiments
délaissés : usines abandonnées, soussols, parkings, ou même bunkers de
la Seconde Guerre mondiale, comme
à Londres. Ces potagers sont l’une des
multiples formes de l’agriculture urbaine,
dont le principe consiste à faire pousser
la nourriture à proximité de ceux qui vont
la consommer : en ville. Ils rejoignent ainsi
les plantations sur les toits, les « fermes
verticales » aux murs extérieurs recouverts
de végétation, les jardins de ville sur
les balcons ou dans des parcs… Mais
les fermes indoor sont de loin les plus
high-tech de la bande.
dans le sol, indispensables
à la croissance des plantes :
azote, potassium, phosphore…
2
EST-CE QUE ÇA MARCHE ?
Oui, elles sont en plein
boom ! Si ces exploitations
agricoles existent depuis
longtemps – l’une des pionnières
américaines, AeroFarms, a été créée en
2004 –, elles poussent désormais comme
des champignons. Crop One, aux ÉtatsUnis, produit entre autres des salades
et des épinards ; Agricool, en France,
produit des fraises en plein Paris ; Infarm,
en Allemagne et en France, cultive
des salades et des herbes aromatiques ;
Spread, au Japon, jardine des salades à la
chaîne… La liste est longue. La principale
raison de cet essor ? Les progrès réalisés
sur les éclairages. Grâce aux leds à basse
28
jours de croissance pour une laitue
indoor, à comparer aux 90-120 jours
pour une salade en champ, l’hiver.
consommation, les prix de vente
des légumes et des herbes sont proches
de ceux des productions issues de
la culture traditionnelle. Ainsi, les laitues
de Spread coûtent en moyenne 20 à 30 %
de plus qu’une laitue qui a poussé dans
un champ. Un prix certes plus élevé,
mais plus stable. « Si, une année, la récolte
en champ n’est pas bonne en raison de
mauvaises conditions climatiques, le prix
des laitues va s’envoler. Mais pas celui
des nôtres, affirme un porte-parole de
Spread. Car les faire pousser nous coûte
toujours la même chose. »
Le principal atout des produits de ces
fermes est leur fraîcheur, car ils sont
JAMES MCDONALD/BLOOMBERG/GETTY IMAGES
Dans un conteneur
canadien, un employé
inspecte des choux frisés
dopés à la lumière
violette, énergisante.
cultivés tout près de leur lieu de vente.
« Aux États-Unis, les légumes classiques
voyagent en moyenne 3 200 km, calcule
Rebecca Haders, de 80 Acres Farm.
Alors que les nôtres ne font que 80 km. »
Mieux encore : en novembre dernier,
Infarm a installé 18 « placards potagers »
(voir question 3) à Nanterre (Hauts-deSeine), au sein d’un entrepôt pour
les professionnels de la restauration.
Leur production est vendue à quelques
mètres. Difficile de faire plus frais et local !
Dernier atout, le gain de place :
en empilant plusieurs étages de cultures,
il est facile de concentrer la production.
Ce qui explique que les fermes en boîte
se développent surtout dans des régions
où la surface agricole est comptée,
comme à Singapour.
0,11
litre d’eau nécessaire pour
faire pousser une laitue indoor chez Spread,
contre 11 litres d’eau en extérieur.
353_FÉVRIER 2019_17
QUOI DE NEUF ? 5 QUESTIONS
3
COMMENT
ÇA MARCHE ?
2
1
Voici le principe général
d’un « placard potager »,
comme celui de la société
Infarm. Chaque plateau
LAUREN
R NT HINDR
DRYC
YC
CKX
1. Les leds éclairent les plantes de 6 heures
à 21 heures, comme le ferait le soleil en juin.
Elles apportent ainsi l’énergie nécessaire à la
#
photosynthèse#, qui permet à la plante de
grandir. Elles ne reproduisent pas exactement
la lumière solaire : elles apportent un surplus
de rayonnement bleu et rouge, car ce sont
ces composantes de la lumière qui sont
les plus utiles à la plante.
TOMOHIRO OHSUMI/BLOOMBERG/GETTY IMAGES
FABRICE DE SILANS/METRO
mesure environ 1 m2. Ils sont
répartis sur deux colonnes
de 4 à 7 étages. « Nous
concentrons ainsi sur 2 m2
au sol l’équivalent de
la production de 500 m2
en culture traditionnelle »,
explique Florian Cointet,
son responsable en France.
Les herbes sont ensuite
conditionnées pour être vendues
juste à la sortie des potagers.
Dans la plantation de Kameoka, près
de Kyoto (Japon), un employé de Spread
en tenue stérile surveille les laitues.
18_
353_FÉVRIER 2019
Chez Infarm,
les plants d’aneth
poussent
ent aussi dans
les placards
à ciboulette…
Contrôle
informatique
5
Circuit d’eau
4
EST-CE
BIO ?
ÉCOLO ?
Bio : techniquement, non. « Par définition,
un légume bio est un végétal dont
les racines sont en contact avec la roche
mère », détaille Agnès Lelièvre
d’AgroParisTech, institut de recherche
en agronomie. Or, dans les fermes indoor,
les légumes poussent hors-sol. Ceci dit,
ils sont sains. Déjà, ils ne sont exposés à
aucun pesticide. « Si un puceron s’introduit
dans une de nos fermes, on envoie un
de ses prédateurs, comme la coccinelle,
l’éradiquer », explique Florian Contet,
#
Zoom
Photosynthèse : processus par lequel
les plantes fabriquent de la matière
organique grâce à la lumière du soleil.
Pompes
d’Infarm. Les légumes poussant dans
un air filtré, ils sont aussi à l’abri de la
pollution extérieure. Dans les pays
où les sols ont été contaminés par
les industries chimiques ou l’agriculture
intensive, de tels légumes ont tout
pour séduire les consommateurs.
Est-ce écolo pour autant ? Pour l’eau, oui.
Le recyclage permanent en réduit
la consommation de 95 % par rapport à
l’agriculture traditionnelle. Voilà pourquoi,
à Dubaï (Émirats arabes unis), où il ne pleut
que 13 jours par an, la société Crop One
va installer une ferme de 130 000 m2 qui
produira jusqu’à 2,7 tonnes de légumes
verts par jour. Autre atout écolo : le circuit
d’eau étant fermé, les nutriments apportés
ne sont pas répandus dans la nature.
Lors de ce processus, elles absorbent
du CO2 et rejettent de l’oxygène.
Un substrat est un support dans lequel
une plante peut fixer ses racines.
2. Sur le plateau, les plants sont répartis suivant
leur stade de développement : au centre,
ceux venant de germer ; autour, ceux en cours
de croissance ; à l’extérieur, les herbes prêtes
à être récoltées. Lors de ce cycle de trois
à quatre semaines, un ingénieux système décale
les plantes vers l’extérieur (flèches violettes).
3
4
3. Pas de terre, juste un pot de 3 cm de haut
contenant un #substrat# neutre, que les racines
traversent avant de plonger directement
dans l’eau du plateau.
4. L’eau, enrichie en nutriments, circule
en permanence (c’est ce que l’on appelle
l’hydroponie). Elle est pompée dans un réservoir
et redescend par des gouttières, de plateau
en plateau. Les seules pertes sont dues
à l’évaporation (qui contribue à humidifier l’air)
et l’absorption par les plantes.
6
Reste un dernier point : l’énergie. Et là…
c’est compliqué ! Agnès Lelièvre précise :
« Il n’y a pas encore de calcul précis sur
l’énergie consommée par le #cycle de vie
complet# de ces fermes. » Toutefois, pour
la croissance d’une seule plante, le bilan
est moins bon que celui d’une exploitation
classique puisqu’on éclaire les légumes
par des leds fonctionnant à l’électricité
au lieu de profiter de l’énergie du soleil.
D’un autre côté, en faisant pousser sous
lampe, on a des légumes locaux en hiver
au lieu de gaspiller du carburant pour
en faire venir de pays ensoleillés. En plus,
ils ont du goût – oui, on a testé ! Même si,
comme le souligne, amusée, Agnès
Lelièvre : « La question reste de savoir
si on a besoin d’en manger hors saison. »
#
6. Une aération au centre renouvelle l’air, qui est
filtré en entrée (et éventuellement chauffé).
À peine récoltées en entrepôt, les herbes
aromatiques d’Infarm sont vendues dans
cette grande surface pour professionnels…
quelques mètres plus loin !
FABRICE DE SILANS/METRO
1
5. L’eau pompée dans le réservoir traverse
des capteurs qui mesurent sa conductivité
électrique (c’est-à-dire qu’ils renseignent
sur les minéraux qu’elle renferme) et son taux
d’acidité. Un logiciel analyse les résultats
et rectifie la concentration en minéraux
et l’acidité si besoin.
5
EST-CE
L’AGRICULTURE
DU FUTUR ?
Non, ça n’en sera qu’un pan. D’abord
parce que la ferme indoor ne s’appliquera
jamais à des cultures comme les céréales,
qui ne peuvent pas être vendues telles
quelles aux consommateurs. Ensuite,
dans l’article, nous vous avons surtout
parlé de salades et d’herbes aromatiques.
Car si on peut tout faire pousser
dans ces fermes, sur le plan technique,
les choses se compliquent quand on
attend de la plante qu’elle sorte de son
état végétatif (celui où elle ne produit que
de la feuille), pour faire des graines et
fruits. Car, à ce moment-là, ses besoins
changent. Mais si le fruit est très demandé,
comme la fraise, ça peut valoir le coup.
À l’heure actuelle, les productions
de fermes indoor ne sont rentables
(ou presque) que pour les végétaux
fragiles et chers : une botte de persil
ou de basilic de 15 grammes prend peu
de place et se vend aussi cher qu’un kilo
de carottes. Dans le futur, la gamme
de légumes pourrait s’étendre car
le coût de production va diminuer
grâce aux lampes plus économes
et à une
automatisation
plus poussée.
Comme dans la
nouvelle usine de
Spread, au Japon,
où les plateaux
sont déplacés
par des robots
qui surveillent
la croissance
en permanence.
Les humains,
eux, n’auront plus
qu’à savourer.
Zoom
Le cycle de vie complet d’une installation
comprend sa fabrication, sa période
d’utilisation et son démantèlement.
353_FÉVRIER 2019_19
QUOI DE NEUF ?
1
ESPIONS
À PLUMES
NAVIGATION CACHÉE
Ce bateau a éteint son système d’identification
pour pouvoir pêcher la légine et le thon, en plein
jour, sans avoir à respecter les règles imposées pour
protéger les albatros (mis en danger par ce type
de pêche). Mais il n’a pas coupé son radar,
un instrument indispensable pour naviguer sans
risque dans les eaux agitées de l’océan Austral.
Équipés de balises, 150 albatros vont parcourir l’océan
austral pour aider à traquer les braconniers qui
les déciment. Une véritable patrouille des mers !
Texte : Françoise Dupuy-Maury. Illustration : Michel Saemann pour SVJ
n peu de colle spéciale, et voilà
méthode pour pêcher le thon et
la petite boîte noire fixée sur les
la #légine# qui décime… les albatros.
plumes (illustration au centre
Géants des mers
de la page). Placide, l’albatros se laisse
menacés par la pêche
faire, sans rien comprendre aux gestes
En effet, pour attraper ces gros
du bipède qui tripatouille son dos en lui
poissons, on utilise en général
expliquant que c’est pour son bien.
des palangres : des lignes
La scène se déroule en ce moment,
de 2 à 3 kilomètres de long,
sur trois îles des Terres australes
parsemées d’hameçons
et antarctiques françaises
sur lesquels sont placés
– Kerguelen, Amsterdam
Océan
Indien
de petits poissons
et Crozet –, où les albatros
en guise d’appâts.
hurleurs font une halte
Afrique
Amsterdam
Le hic, c’est que les
entre deux séances de
palangres ne coulent
pêche en mer. Depuis
Crozet
Australie
pas tout de suite. Les
quelques mois, des
Kerguelen
albatros affamés, qui
chercheurs, menés par
repèrent les bateaux
Henri Weimerskirch
Zone de vol
jusqu’à 30 kilomètres
du Centre d’études
des albatros
Antarctique
à la ronde, se jettent sur
biologiques de Chizé,
les appâts. Trop souvent,
y équipent ces géants
ils s’accrochent aux
des mers de balises. Elles
mporté
mpor
téss sous
sous
hameçons, sont emportés
permettront de détecter les
#
#
l’eau quand la ligne coule
signaux radars émis par les bateaux
pêchant illégalement.
noyés. Bilan : l’albatros est l
Encore des animaux qui vont bosser pour
menacé au monde !
des humains ? Oui, sauf que cette fois,
Voilà pourquoi des États, d
ceux qui ont le plus à gagner dans
la France, imposent des règ
l’histoire, ce sont les albatros eux-mêmes.
aux palangriers : pêcher de n
ent
nt
Car les braconniers traqués utilisent une
quand les albatros ne chassent
U
#
20_
Zoom
Un radar détecte les objets grâce à un signal
(des ondes radio) qui, lorsqu’il est renvoyé
par un obstacle, trahit la présence de celui-ci.
353_FÉVRIER 2019
La légine est un grand poisson
carnassier dont la chair est très
appréciée et très chère.
Le GPS (Global
Positioning System)
permet de repérer
re
la position
d’un point su
sur Terre grâce
aux signaux émis par
des satellites.
3
INTERVENTION
La
L Marine nationale et le Centre
rég
régional
opérationnel de surveillance
et de sauvetage reçoivent l’information.
Si le bateau braconne et que la zone est
bie
bien sous leur juridiction, ces gendarmes
de
des mers peuvent envoyer un navire
l’in
l’intercepter.
pas ; mettre des plombs sur les palangres
pour les faire couler plus vite ; déployer
au-dessus des appâts des systèmes
qui empêchent les oiseaux de s’en
approcher…
Bien sûr, ces règles sont contraignantes.
Alors certains pêcheurs ne les respectent
pas. Dans ce cas, ils pêchent sans
autorisation et, pour échapper aux
sanctions, coupent
le système
d’identification
automatique de leur
bateau, un dispositif
qui révèle à distance
son identité,
son cap,
sa vitesse…
Difficile, alors, de repérer ces
fraudeurs au milieu des 2 millions de
kilomètres carrés d’océan appartenant
à la France et surveillés par la Marine
nationale. La seule chose pouvant trahir
les braconniers est le signal de leur radar
de navigation. Car dans cet océan balayé
par de terribles vents et parsemé d’îles,
l’éteindre pour rester discret serait
trop dangereux.
D’où l’idée d’Henri Weimerskirch
de traquer ces signaux grâce à une
patrouille de 150 espions infatigables.
Les albatros sont taillés pour pareille
mission : pour se nourrir, ils parcourent
jusqu’à 10 000 kilomètres en quinze jours.
À eux tous, ils couvrent ainsi 25 millions
de kilomètres carrés d’océan, soit
une surface aussi grande que toute
l’Amérique du Nord et l’Amérique
centrale ! Et puis, avec leur envergure
de 3,5 mètres et leur poids d’une dizaine
de kilos, ils ne sont pas gênés par une
balise d’une soixantaine de grammes.
Un bateau sur deux fraude…
Tous les bateaux qu’ils survoleront seront
ainsi détectés par l’appareil. Bien sûr,
tous n’appartiendront pas à des tricheurs.
Aux chercheurs, basés en métropole,
de faire le tri dans les
informations qui leur
seront envoyées par
satellite. S’ils voient,
sur leurs écrans,
le signal
d’identification
automatique d’un
bateau à l’endroit
signalé par l’oiseau, bonne nouvelle :
l’embarcation est connue et autorisée.
En revanche, s’il n’y a rien, c’est que le
bateau navigue incognito et qu’il s’agit
sans doute d’un fraudeur. L’info est
transmise aux « gendarmes des mers »
qui pourront alors intervenir.
A priori, ils ne manqueront pas de boulot.
Lors de tests préliminaires menés avec
une cinquantaine d’albatros, la moitié
des bateaux repérés avaient éteint leur
système d’identification. À l’époque,
il fallait attendre le retour des oiseaux
àt
r récupérer les données
sur les balises. C’était trop
rendre les fraudeurs en
élit. Maintenant que les volatiles
ont connectés en permanence,
e aux braconniers est lancée.
M x : si tout se passe bien, d’autres
Mi
ouilles devraient voir le jour
ouvelle-Zélande et à Hawaï
en
e
n 2019 ou 2020. La vengeance
d l’albatros est en marche ! de
2
SUSPECT REPÉRÉ
Dès qu’un albatros espion est
à moins de 5 kilomètres du bateau,
l’antenne de sa balise (alimentée
à l’énergie solaire) capte les signaux
radars de l’embarcation. Équipée
d’un système de localisation par
#
GPS#, la balise envoie ensuite
par satellite la position de l’oiseau
(donc celle du bateau) aux
chercheurs. Ceux-ci vérifient si le
bateau a transmis, ou non, un signal
d’identification depuis
is cet endroit.
Avant d’équiper
les albatros de balises,
Henri Weimerskirch a
étudié ces oiseaux marins
pendant des années.
CEBC-CNRS
BIENTÔT D’AUTRES
PATROUILLES EN
NOUVELLE-ZÉLANDE
ET À HAWAÏ
353_FÉVRIER 2019_21
QUOI DE NEUF ?
SVJ
Eh oui, trois décennies déjà que votre
magazine préféré initie, génération après
génération, les ados au monde des sciences !
Pour ceux qui auraient raté le début, voici
un rappel des épisodes précédents.
Arthur Labaume
22_
353_FÉVRIER 2019
AN
daté de janvier. Le premier
lauréat a 10 ans et s’appelle
Adrian Rappo. Il bidouille
une agrafeuse pour brocher
son fanzine, nommé La Planète.
Trente ans plus tard, Adrian
a réussi dans les biotechnologies
(salut, Adrian !). Et le concours
Innovez est toujours là.
PHOTOS : B.LECLERC POUR SVJ
Bien joué, SVJ ! Les abonnés
affluent, et le magazine
cartonne. Au point qu’il s’enrichit,
tous les trois mois, d’un numéro
« hors-série » thématique : le
n° 1 est consacré au XXIe siècle.
Mieux : un concours
d’inventions apparaît dans
le onzième numéro du mensuel,
1990
GRÉGOIRE CIRADE POUR SVJ
NS
N
D
até du mois de février,
un petit nouveau déboule
chez les marchands de journaux.
Son nom s’affiche fièrement :
SCIENCE & VIE JUNIOR,
avec une Terre bleue et orange
à la place du O. En tout,
100 pages spécialement
1989
mitonnées pour les collégiens.
Son premier rédacteur en chef,
Sven Ortoli, l’a voulu plein
de hautes ambitions, à l’image
de son aîné Science & Vie.
Et dès la première année,
c’est un feu d’artifice de sujets
trapus : fractales, neutrinos,
antimatière, microscope à effet
tunnel… SVJ explose les limites
des programmes scolaires.
Du jamais-vu ! Il explore
les hauts (l’avion fusée) comme
les bas (les « fumeurs noirs »
des abysses), se penche aussi
volontiers sur les sujets
de société que sur l’histoire,
et se paye même le luxe
d’un correspondant au Japon
(salut, Lionel) ! Deux pages
surgies dès le premier numéro
sont promises à un bel avenir.
Leur sujet : l’actualité des
choses et des faits bizarres.
353_FÉVRIER 2019_23
QUOI DE NEUF ?
Si l’on en croit les signatures
à la fin des articles, un journaliste
paraît anormalement actif :
un certain Arthur Labaume.
En réalité, c’est un pseudonyme
utilisé par la rédaction pour
signer les articles rédigés
à plusieurs (à l’époque, le journal
est situé rue de la Baume, à
Paris). C’était un petit secret ;
on le partage aujourd’hui avec
vous. Et pour les besoins de ces
quelques pages, hop, on ressort
Arthur de la naphtaline.
S a trouvé sa vitesse
SVJ
d croisière. Il expédie
de
s envoyés spéciaux
ses
e Floride, à Sarajevo
en
o Mexico. Et, déjà,
ou
s dessinent une
se
p
poignée
de sujets
d prédilection :
de
robots,
r
vampires,
effets
spéciaux,
e
constructions
c
géantes…
et
g
cerveaux
bizarres.
c
1992
1991
Un petit nouveau débarque à
la rédaction, Catulle Londres !
Cet éternel débutant, inspiré
d’un stagiaire réel (salut,
François !), est le héros
d’une BD imaginée par Olivier
Lascar (dessin) et Fabrice
Nicot (scénario). Chaque
mois, elle dévoile
aux lecteurs, avec humour,
les coulisses de la rédaction.
On y retrouve les principaux
rédacteurs, M. Physique,
Mlle Biologie, M. Techno et
surtout le « rédac chef », tête
de turc de nos héros. Le vrai
rédacteur en chef de l’époque,
Jean Lopez (en médaillon),
découvre ainsi chaque mois,
légèrement inquiet, à quelle
sauce il va être
mangé.
11 septembre, 14 h (heure
française). Stupéfaction :
un avion a percuté le World
Trade Center, à New York.
Tous devant la télé, nous voyons
les événements s’enchaîner :
4 avions pulvérisés, deux tours
de 400 m effondrées, plus de
5 000 morts, tout ça en moins
d’une heure… À dix jours du
bouclage, alors que le magazine
est quasiment en boîte,
nous décidons de bouleverser
le sommaire en consacrant
plus d’un tiers de nos pages
à l’événement. C’était chaud :
on a bossé dans l’urgence, galéré
pour les interviews, car les
spécialistes étaient alors très
sollicités.
Mais
dossier, nous en sommes fiers !
sollliliccit
so
itéés. M
aiss ce do
ai
24_
353_FÉVRIER
ÉVRIER 2019
2005
FRÉDÉRIC ALBERT POUR SVJ
2003
Changement de mains.
SVJ était jusque-là
la propriété d’Excelsior,
groupe de presse
familial qui avait lancé
Science & Vie en 1913
(eh oui !). Mais son patron,
Paul Dupuy, décide
de le céder au groupe
britannique Emap. Trois
ans plus tard, c’est un
groupe italien, Mondadori,
qui fera l’acquisition
de votre magazine.
2002
Arrivée des blattes
les plus célèbres du
monde : Cucaracha.
Elles débarquent à
l’occasion d’une
nouvelle formule, à
laquelle elles
survivront.
C’est bien connu,
les cafards,
ça résiste à tout.
La preuve :
Cucaracha est
toujours là !
2001
CETTE
ANNÉE-LÀ…
1993
1996
Premier toilettage sérieux pour
le magazine
m
i – ce qu’on
’ appelle
ll
dans le métier une « nouvelle
formule ». Jusque-là, SVJ
se découpait en trois parties :
« Aujourd’hui », « Hier », « Peut-
être ». Les nouvelles séquences
ont pour nom « Découvertes »,
« Planète », « Explorations ».
Tout un programme.
Et le logo avec sa petite Terre ?
Il a survécu, bien sûr.
2000
1999
Pour le changement de millénaire, le monde entier
attendait un bug généralisé des ordinateurs. Nous
n’avons pas cédé à l’angoisse. Et avons préféré
saluer l’an 2000 avec un numéro de janvier riche
en science-fiction. D’une part, un article imaginant
la vie en 2100, dans lequel on parle de
réchauffement climatique, d’hologramme, de
culture d’organes… Beaucoup de sujets qui sont
aujourd’hui dans l’actualité scientifique. Cette
année-là, nous avons aussi parlé de l’un des plus
o ts de biologie de notre temps : le
grands proje
projets
séquençage du génome hum
humain par un collectif de
scientifiques. Une révolution
révolutio pour la génétique !
Première édition
internationale de SVJ
en Pologne. Bientôt,
on pourra aussi lire
nos articles traduits
en Italie, Azerbaïdjan,
Géorgie, Thaïlande, Corée
du Sud ainsi qu’à Dubaï
(Émirats arabes unis) et
Singapour. Aujourd’hui,
SVJ a encore trois éditions
étrangères (Russie, Chine
et Arabie saoudite).
Ceux
x qui
qu écrivent votre magazine
ont tous
to en tête un moment fort.
1996
19 « On me confie une nouvelle
rrubrique mensuelle, CYBER &
CO, consacrée à un truc nouveau
C
aauquel personne ne comprend
rien. Ça s’appelle… l’Internet !
J’entreprends de domestiquer
le courrier électronique quand
tous mes collègues ne jurent
que par le téléphone (fixe) et le fax
(ne cherchez pas, ça n’existe plus).
Durant quelques années, je vais me sentir
un peu comme une bête curieuse… »
Olivier Voizeux, rédacteur en chef
1996 « En mars, j’écris un papier sur
une ccurieuse épidémie qui frappe les
vaches
vach anglaises. Les pauvres bêtes
finissent
avec le cerveau comme
fini
du gruyère après avoir consommé
des
de farines animales. Certaines
personnes
ont déjà mangé de ces
p
“vaches
folles” et se demandent
“v
ce qu’elles risquent. D’abord, les
scientifiques sont rassurants. Mais
au fil des mois, des Anglais tombent
malades, sans doute après avoir ingéré
de la viande contaminée… Dans un autre
article, en décembre, je recommande de ne
plus consommer de tripes ou de cervelle. En
France aussi, tout le monde prend peur et la
consommation de viande bovine s’effondre. »
Serge Lathière, rédacteur en chef adjoint
2001 « Je pars au Liberia, en Afrique, pour
suivre une mission humanitaire de l’ONG
Action internationale contre la faim.
Je n’avais jamais pris l’avion, jamais quitté
l’Europe, jamais fait de reportage…
J’ai voyagé
y g dans un vieux coucou à hélices
dont les sièges s’effondraient, débarqué
dans un pays en guerre civile, où
da
lles “policiers” étaient d’ex-enfants
soldats armés jusqu’aux dents,
et où les journalistes étaient
détestés (pour passer
les contrôles, nous avons caché
nos ordis et appareils photo
dans nos sacs à sous-vêtements !).
J’ai vécu des moments forts dans un
hôpital de brousse accueillant des mamans
et des enfants victimes de la guerre,
de la faim… Une grosse claque, mais
qui m’a donné le goût pour l’ailleurs. »
Carine Peyrières, rédactrice
PHOTOS : BB & B. LECLERC POUR SVJ
Exclusif ! Un enfant
Ex
sauvage a été trouvé
sa
dans
da le bois de Boulogne,
quasiment
dans Paris.
qu
Dans
Da ce numéro d’avril,
le reportage
photo
r
est stupéfiant… et
complètement
bidon.
com
Les lecteurs devront
s’y
’ ffaire : chaque année,
désormais,
les pages d’avril
déso
sentiront
le poisson.
sent
_25
QUOI
Q
UOI DE NEUF
UF ?
UF
Le mythique boson de Higgs
est découvert au LHC, le
plus grand accélérateur de
particules du monde. La fin
d’une quête de plus de
quarante ans ! Et un sacré
défi pour nous : expliquer
ce que représente cette
particule, et comment
on l’a trouvée. Défi relevé
à l’époque ! SVJ ne recule
devant aucune difficulté,
c’est dans son ADN…
2012
2013
2013
Dès le premier numéro, le bizarre
avait droit de cité dans nos colonnes
(voir 1989). Mais il s’octroie désormais
une part de roi avec la création du « P’tit
journal de l’étrange ». C’est le bébé de
deux journalistes de la rédaction, Jérôme
et Emmanuel, qui l’ont imaginé dans
leur coin, en secret, autour d’une passion
commune pour les faits divers. Il explore
toutes les bizarreries du monde ; et son
succès auprès des lecteurs ne se dément
pas – notamment pour « Les cinglés du
mois », « La liste étrange » et « Le cabinet
de curiosités ». Depuis, « Le P’tit
journal » et devenu « Le Journal de
l’étrange », mais il continue à vous livrer
chaque mois sa dose d’extravagance !
SVJ dépasse les 150 000 abonnés.
Un record ! Dans le numéro 247,
nous annonçons une journée où
Internet sera coupé. Ce poisson
d’avril trop convaincant provoque
un léger vent de panique chez
nos lecteurs qui, angoissés, nous
inondent de courriers. La même
année, le journaliste René
Cuillierier écrit l’article « Et si
la Lune n’existait pas ? » Un galop
d’essai, avant l’installation
de sa rubrique « Et si… » en 2013.
Pour le retour de Star Warss ssur
ur
les écrans, SVJ consacre
cre un
dossier complet à la saga… orienté
du bon côté de la Force : celui
lui des
sciences, bien sûr. On y trouve
notamment les réponses
ses aux
questions : « Chewbacca a-t-il
t-il des
puces ? », « Combien de réacteurs
acteurs
nucléaires sont nécessaires
ssaires
à l’Étoile noire pour détruire
étruire
une planète ? », « Quel est lee code
de la route pour les voitures
oitures
volantes ? » Ben oui, on se pose
toutes ces questions, nous
us ! Pas
vous ? On a bien galéré pour
ourr les
les
réponses, mais on les a trouvées
uvées !
2016
CETTE
ANNÉE-LÀ…
2003 « Je me frotte au plus épineux des
sujets, pire que la physique des particules :
les ovnis ! Un sac de nœuds où ceux qui
croient aux extraterrestres et leurs opposants
se liv
livrent une bataille sans pitié.
U
Un enfer pour une enquêtrice.
P
Pourtant, j’y retourne en
2004 et 2010 pour deux
hors-série de SVJ. Et même si
j’aurais aimé y croire, toujours
pas d’aliens à l’horizon ! »
Sylvie Redon-Clauzard,
rédactrice en chef adjointe
26_
353_FÉVRIER 2019
2005 « Je suis à SVJ depuis
un mois quand le rédac chef
me lance : “Eh, le nouveau,
t’as déjà navigué sur un briseglace ?” Deux avions et un
hélico plus tard, me voici à bord de
l’Amundsen, à partager la vie des
scientifiques et des marins du navire
canadien, en plein océan Arctique. En
fermant les yeux, j’entends encore le
bruit de la coque frappant la glace… »
Jérome Blanchart, rédacteur
en chef adjoint
2009 « J’ai
J’a
’aii la tête
têt
êtee à l’envers.
l’l’en
enve
vers
rs Au sens
sen
enss
propre. Je participe à un vol Zéro G
au départ de Blagnac, près de Bordeaux.
Ce type de vol permet aux chercheurs
de pr
pratiquer des expériences comme s’ils
ét
étaient en apesanteur. Alors qu’en fait,
iils sont dans un Airbus qui, à intervalle
régulier, coupe pratiquement ses
moteurs. C’est la chute libre, et vous
vous retrouvez à flotter dans la cabine
durant vingt secondes, jusqu’à
ce que l’avion rallume ses moteurs…
puis recommence. Au début,
2010
2006
SVJ est élu « magazine de l’année » par
le Syndicat des éditeurss de la presse
magazine. Des prix, nous en avons reçu
quelques-uns, mais celui-ci a une saveur
très particulière. La raison ? C’est un prix
toutes catégories. En effet,
t, nous étions
en concurrence avec des magazines
agazines pour
adultes et le jury a eu lee bon goût de
trouver que notre titre pour
urr la
la jeunesse
avait les qualités journalistiques
urnalistiques
qu’on réserve en générall aux lecteurs
plus âgés. Hip hipp hip, hourra!
hourra !
2007
À la faveur d’un nouveau ravalement de SVJ
appa
apparaît
la rubrique « Magic Maths », qui
p
se porte
encore comme un charme. C’est aussi
co d’envoi d’une rubrique d’histoire
le coup
des sciences en bandes dessinées qui durera
plus de cinq ans.
Cha
Chaque
mois,
ses aauteurs travaillent
des dizaines
d’he
d’heures
et dévorent
des bibliothèques
enti
entières
pour réaliser
p
six pages
denses
et ddocumentées. Et
pou tenir le rythme,
pour
pas de mystère,
ils eengloutissent des
hect
hectolitres
de café !
2019
Fin de l’histoire ?
Point du tout :
après une nouvelle
formule durant
l’été 2018, SVJ
repart de plus belle.
Prochain cap :
2049 pour
nos 60 ans !
bonjour le mal des transports ! Puis on finit
par virevolter sans crainte dans la cabine,
en mode Thomas Pesquet. Une sensation
grisante inoubliable. »
Fabrice Nicot, chef de rubrique
2015 « Reportage en Ardèche où est
copiée, au plus petit détail près, la
grotte préhistorique de Pont d’Arc
(l’originale est interdite au public).
Dès l’arrivée, je me retrouve sur un
chantier où je manque me faire
écraser par une énorme tractopelle !
Le 17 mai 2017, Mounir Mahjoubi est nommé
secrétaire d’État (autrement dit, ministre)
dans le gouvernement du nouveau président
Emmanuel Macron. Euh, quel rapport avec
nous ? Simple : adolescent, Mounir lisait SVJ ;
il a même remporté le prix Innovez à l’âge de
13 ans. En septembre, nous l’avons interviewé
à l’occasion d’un article qui donnait
des conseils pour participer au concours.
Sans tarder, je me réfugie dans le bâtiment
devant moi. Au départ, j’ai l’impression
d’être dans un hangar où des ouvriers
coulent du béton sur des grilles métalliques.
Un peu déçu, je m’engouffre dans la partie
achevée de la grotte. Et là, la magie opère, je
suis tr
transporté 36 000 ans en arrière. »
Emmanuel
Emm
Deslouis, rédacteur
2017
2
« En mars 2016, j’écris
u dossier sur la Kingdom Tower,
un
la plus haute tour au monde (1 km),
construite
c
en Arabie saoudite. À cette
occasion, j’ai pu interviewer
er
Jean-Paul Viguier,
architecte célèbre qui m’a
retracé l’histoire des gratteciel. Un an plus tard, le rédac
chef me conseille de présenter
l’article au prix Roberval, qui récompense
des textes expliquant la technologie.
En novembre 2017, alors que je suis
au Japon, coup de fil de mon chef :
j’ai remporté le prix ! La tour, elle, ne sera pas
finie avant 2020. »
Romain Raffegeau, rédacteur
PHOTOS : BB & B.LECLERC POUR SVJ
À gauche,
Mounir
Mahjoubi
à 13 ans. À
droite, vingt
ans plus tard
à l’Assemblée
nationale.
GETTY
GETT
Y IMAG
IMAGES/A
IMAGES/AFP
ES/AFP
FP
2017
2
017
353_FÉVRIER 2019_27
QUOI DE NEUF ? PLEIN LES YEUX
ATTEINDRE
GETTY IMAGES
LES
28_
353_FÉVRIER 2019
SOMM
M
METS
LÀ-HAUT SUR LA MONTAGNE
Malgré son altitude modeste (un peu
plus de 1 500 m), un simple coup
d’œil suffit pour comprendre à quel
point le mont Tianmen est difficile
d’accès. Pourtant, ce sommet
de la province de Hunan, en Chine,
est très prisé des touristes. Nul doute
qu’il le serait moins, en dépit de ses
paysages uniques et de son
importance spirituelle, s’il n’y avait
ce téléphérique, qui vous emmène
directement de la ville de Zhangjiajie
jusqu’en haut. D’une longueur totale
de 7 455 m sur un dénivelé de plus
d’un kilomètre, il est réputé pour être
un des plus longs au monde. Les
moins téméraires pourront toujours
emprunter la voie qui serpente
en contrebas (bien visible ici à droite
de l’image), mais gare aux nausées :
elle aligne pas moins de 99 virages…
SVJ prend de la hauteur ! Téléphériques,
ascenseurs et escaliers vous attendent pour
des ascensions vertigineuses. Vous montez ?
Arthur Larpent
353_FÉVRIER 2019_29
QUOI DE NEUF ? PLEIN LES YEUX
SPIRALE INFERNALE
Même si vous n’avez pas
le vertige, il y a de fortes
chances que cet escalier
vous donne quand même
le tournis. Cette
impressionnante
structure de 92 mètres
de haut se trouve aussi
en Chine, dans
la province du Henan,
à l’est du pays. Elle
permet d’accéder au
« grand canyon » local, au
cœur des monts Taihang
– un parc national réputé
pour ses paysages
somptueux et ses oiseaux
rares tels que la cigogne
noire, qu’on ne peut
observer que dans cette
région du globe. Outre
des jarrets d’acier, il vous
faudra un cœur de
champion pour arriver
en haut ! D’ailleurs, avant
d’entamer la grimpette,
vous devrez signer une
déclaration certifiant
que vous êtes en forme
et que vous avez moins
de 60 ans…
SHAO YING/IMAGE CHINA/AFP
GETTY IMAGES
30_
À DOS DE DRAGON
La preuve que la Chine est
décidément une puissance
montante est sous vos yeux
sous la forme… d’un
ascenseur ! Connu sous
le nom de Bailong,
ou « ascenseur des Cent
Dragons », il permet de
s’épargner plusieurs heures
de route pour se rendre au
village de Wulong. En effet,
un peu moins de deux
minutes suffisent pour
avaler les 326 mètres de
la falaise. Il a fallu trois ans
pour bâtir un tel colosse,
capable de transporter plus
de 1 000 personnes par
heure grâce à sa rangée de
trois cabines à deux étages.
Plus haut que la tour Eiffel,
il mérite bien le titre
de plus grand ascenseur
d’extérieur au monde.
353_FÉVRIER 2019
UNE BELLE PENTE
GRIMPANTE
ARND WIEGMANN/REUTERS
TOURNEZ MANÈGE !
Montagnes russes ? Pas tout
à fait. Celles-ci sont suisses.
L’engin joliment éclairé est
une cabine de funiculaire,
croisement entre un
tramway et un téléphérique.
Autrement dit, ces wagons
en forme de tonneaux sont
tractés par un câble pour
monter la pente. Et quelle
pente ! Il s’agit, en effet, du
funiculaire le plus abrupt au
monde, avec une inclinaison
de plus de 45 degrés. Il relie
la ville de Schwyz à la station
de ski de Stoos, située au
cœur de la Suisse. Un village
auquel on n’accède que
de deux manières : soit
par ce funiculaire, soit
par téléphérique, à partir
de la ville de Morschach.
Gloups ! Fermez les yeux,
avalez votre salive et ditesvous qu’au moins, une fois
là-haut, il n’y aura pas
de voitures…
_31
QUOI DE NEUF ? PLEIN LES YEUX
EVGENIY MALOLETKA/AP/SIPA
VOYAGE DANS UNE
BOÎTE DE CONSERVE
32_
353_FÉVRIER 2019
MÊME PAS PEUR !
Sourire ou grimace ? Quoi qu’il
en soit, ce passager ne semble
exprimer aucune crainte à bord
de sa cabine toute rouillée.
Comme d’autres habitants
de Tchiatoura, une ville
de Géorgie, il l’emprunte sans
doute régulièrement. En effet,
cette ville située à 200 km
de la capitale géorgienne Tbilissi
est connue pour son activité
minière. Une spécialité liée
aux montagnes environnantes,
qui abritent des dépôts
de manganèse, un minerai
essentiel à la production du fer
et de l’acier. C’est donc pour
faciliter son extraction qu’un
réseau de téléphériques a été
installé en 1954, en pleine
époque soviétique, les cabines
débouchant directement sur les
mines. L’activité s’est beaucoup
réduite mais reste encore
vivace plus de soixante ans plus
tard, malgré des accidents
réguliers. Ainsi, 70 lignes
de téléphérique fonctionnent
encore à ce jour, même si leur
état n’est pas très rassurant
pour les travailleurs : certaines
stations terminales sont
pratiquement en ruine…
353_FÉVRIER 2019_33
HANNES BERGER/RED BULL CONTENT POOL
QUOI DE NEUF ? PLEIN LES YEUX
LÂCHER PRISE
Évidemment, l’hélicoptère
n’est pas la façon la plus
sportive d’accéder à un
sommet. Sauf que pour Fabio
Wilmer, le sport commence
une fois en haut : ses exploits,
il les signe en dévalant
des pentes au guidon de son
BMX ! Spécialiste de trial
– une sorte de course
d’obstacles à vélo –, le jeune
cascadeur de 23 ans s’est ici
associé à la marque Red Bull
pour organiser une descente
infernale le long des pistes
de Saalbach, une station
de ski en Autriche.
Sa performance, « Fabiolous
Escape 2.0 », intégralement
filmée et diffusée sur
YouTube, est d’ailleurs loin
d’être un coup d’essai.
EN VOILÀ UN
QUI N’A PAS FROID
AUX YEUX !
34_
353_FÉVRIER 2019
CHINA DAILY/REUTERS
ALEX EGGERMONT/CULTURA/AURORA
SUR LA CORDE RAIDE
Avouez que c’est une
façon singulière de
prendre le téléphérique !
Le casse-cou en blanc
se nomme Freddy Nock,
et c’est un habitué
puisqu’il détient plusieurs
records mondiaux
de funambulisme.
Cette photo a été prise
en 2014, alors qu’il tentait
de remonter le long de ce
câble sans harnais ni filet
de sécurité. Une tentative
finalement avortée
après 420 m à cause
de la raideur de la pente.
Ah, et si ce téléphérique
vous semble familier,
ce n’est pas étonnant :
c’est celui de la page 28.
FAIRE LE MUR
À mains nues : voici sans
nul doute la façon la plus
noble de conquérir un
sommet. D’autant que, sur
cette falaise calcaire de la
baie d’Along, au Vietnam,
vous n’avez pas d’autre
choix. En effet, le paysage
exceptionnel de la région
est classé par l’Unesco
sur la liste du patrimoine
mondial de l’humanité. Ce
qui veut dire interdiction
de tout escalier, ascenseur,
monte-charge… Ici, on ne
triche pas.
353_FÉVRIER 2019_35
QUOI DE NEUF ?
TOUS DES
MONSTRES ?
PAS SI SÛR…
Le but de mon expérience était de prouver que
en prison, meme des étudiants bien élevés. Il
Toi, tu
bouges
pas !
C’était l’une des plus célèbres expériences
es en
ricain
psychologie. Selon son inventeur, l’Américain
Philip Zimbardo, elle prouvait que la prison
son
rendrait mauvais même le plus doux des
hommes. Sauf que tout était trafiqué.
Fabien Trécourt. Illustrations : Stanislas Aghassian pour SVJ
Nous sommes tous des
monstres en puissance.
Je vais vous raconter
l'incroyable expérience
qui m'a permis de
le prouver.
nford,, j'ai engagé
En 1971, à l'université Stanford,
24 étudiants pour participer
ticiper à un jeu
de rôle dans une fausse
usse prison
prison.
Certains
feront les
gardiens,
d'autres
les détenus.
Vous
toucherez
15 $ par
jour.
Dommage
qu'on ne puisse
pas choisir, je
me voyais bien
gardien...
a prison fait-elle de nous des
bourreaux ? Oui, répond Philip
Zimbardo en 1971, au terme
de ce qu’on a appelé « l’expérience
de Stanford » (lire la BD ci-dessus et
pages suivantes). L’université Stanford,
située en Californie, est l’une des plus
prestigieuses au monde. Là-bas,
L
36_
353_FÉVRIER 2019
Zimbardo, un psychologue américain,
a dirigé une expérience en #psychologie
sociale# considérée comme l’une des
plus grandes études scientifiques sur le
comportement des humains. D’après elle,
placés dans un certain environnement et
dans certaines conditions, nous pourrions
tous être poussés à faire des choses qu’on
ne ferait pas en temps normal. Pire :
certains endroits rendraient mauvais
à tous les coups. À commencer par
la prison : elle transformerait les gardiens
en tortionnaires vicieux, et les détenus en
remise en question depuis plus de
quarante ans. Jusqu’à ce qu’un jeune
chercheur français en sciences sociales,
Thibault Le Texier, remette tout en cause.
Il a lu et regardé tout ce qu’il pouvait sur
le sujet. Et des documents, il y en a des
tonnes : tout a été filmé, enregistré ou
encore noté sur papier. Ces archives sont
en accès libre depuis 2011, et le
chercheur français s’y est plongé. « Je
voulais me renseigner pour faire un film
sur Philip Zimbardo et son expérience,
explique-t-il. J’ai alors découvert qu’il y
avait beaucoup de mensonges et
d’exagérations. »
Jusqu’à présent,
à lire les articles
écrits par le
psychologue
américain dans
des revues
scientifiques, il était
établi que les
gardiens de l’expérience avaient décidé
eux-mêmes de terroriser les détenus,
jusqu’à parfois leur infliger souffrances et
PHILIP G. ZIMBARDO
n'importe qui peut devenir un tortionnaire
suffit d'un uniforme et de quelques barreaux.
Le but de l’expérience était
de prouver que la prison
constitue un environnement
néfaste, susceptible
d’engendrer des
comportements
extrêmes. Mais si
Zimbardo a tout
manipulé, ça ne
tient plus la route.
C’est comme
si une personne
vous disait que
le collège rendait les jeunes
violents, et demandait
DES
MENSONGES
ET DES
EXAGÉRATIONS
Les faux
prisonniers
avaient
de vraies
chaînes
aux pieds.
#
Zoom
La psycho-
logie sociale
étudie la façon
dont nos
sentiments,
pensées et
actions sont
influencés
par les autres.
Arretez vos
délires ! C'est
juste une
simulation,
tout ça !
Dès le
deuxième
jour, une
émeute a
éclaté
et les
gardiens ont
torturé les
prisonniers
en
représailles.
suite p. 38
malades également violents. Ni notre
liberté, ni nos valeurs ne pèseraient
bien lourd dans cette situation.
Une idée indubitablement démontrée
par l’expérience de Stanford et jamais
humiliations. Philip Zimbardo a toujours
dit qu’il n’avait donné aucune instruction
de ce genre. « En réalité, affirme Thibault
Le Texier, il n’a pas arrêté de les inciter
à jouer les tortionnaires, à être très durs
avec les prisonniers. Il leur a même
donné des consignes strictes et des
idées de punition. » Et ça change tout.
secrètement à quelques
élèves de provoquer des
bagarres pour le prouver.
Ça ne serait pas
l’établissement, mais bien
la personne qui serait
à l’origine de la violence.
C’est ce qui s’est passé
353_FÉVRIER 2019_37
QUOI DE NEUF ?
dans l’expérience de Stanford.
L’un des gardiens, notamment, était un
étudiant très proche de Zimbardo,
et il faisait tout pour obtenir les résultats
attendus. « À un moment, raconte
Thibault Le Texier,
il trouve qu’un autre
gardien est trop gentil
avec les détenus.
Alors, il lui met la
pression en lui disant
qu’il est payé pour
jouer le rôle d’un
méchant, qu’il doit
bien travailler et que, s’il ne fait pas plus
d’efforts, ils ne pourront pas aller
dénoncer la prison dans les médias. »
À l’époque, dans les années 1970,
un vent de contestation soufflait contre
les valeurs classiques de la société
américaine. Dans ce contexte, Zimbardo
et ses collègues, hostiles à la prison,
militaient pour une autre prise en charge
des personnes punies par la justice.
Donc, ils ont tout fait pour que
l’expérience leur donne
raison. Zimbardo
a, par exemple, toujours
soutenu que les
participants à l’expérience
avaient vite oublié qu’ils
étaient dans un
simulacre : ils s’étaient
totalement identifiés
à leur rôle de bourreau ou de victime
et avaient basculé dans une autre
dimension, comme si le monde extérieur
n’existait pas…
Tout faux, a découvert Thibault Le Texier
en relisant les comptes rendus écrits
« VICTIMES » ET
« BOURREAUX »
N’ONT JAMAIS
ÉTÉ DUPES
La seule consigne donnée aux
« gardiens« était de maintenir l'ordre,
quitte à faire un peu peur aux détenus...
pendant et après l’expérience.
« Personne n’y croyait vraiment, affirmet-il. Ils disent tous être restés
parfaitement conscients que c’était une
simulation, qu’ils ne risquaient rien et
que ça allait bien se terminer. » Comme
quand on joue aux jeux vidéo, par
exemple. Pour se défendre, Zimbardo
rétorque parfois que certains détenus
Encore !
Je vais
t'apprendre,
moi !
... mais ils
sont
devenus de
plus en
plus
sadiques
au fil des
jours,
alors qu'il
n'avait
jamais été
question
de ça !
L’AUTRE EXPÉRIENCE QUI FAIT (VRAIMENT) PEUR
Vous connaissez peut-être une autre étude
fameuse, celle du psychologue social Stanley
Milgram, conduite à l’université Yale en 1962.
Milgram avait recruté par petites annonces
des « assistants » pour, soi-disant, aider
un scientifique dans une expérience sur
l’apprentissage. En clair, ils devaient envoyer
des chocs électriques, de plus en plus forts,
aux apprenants qui répondaient mal.
En réalité, les recrutés étaient eux-mêmes
les « cobayes ». On testait leur aptitude
à se soumettre à une autorité : dans ce cas
précis, le scientifique (qui était un complice).
38_
353_FÉVRIER 2019
La plupart des spécialistes avaient prédit que
guère plus de 3 % des cobayes iraient jusqu’à
infliger des décharges de 450 volts
– susceptibles de tuer. Dans la réalité,
pas moins de… 65 % sont allés jusqu’au bout,
obéissant plus ou moins docilement
au chercheur qui assurait « prendre toute
la responsabilité ». À la différence de celle
de Zimbardo, cette expérience a été
reproduite une douzaine de fois dans
plusieurs pays, y compris récemment, avec
toujours les mêmes résultats. Elle est donc
fiable. Et ça fait froid dans le dos… O.V.
ont fait des crises d’angoisse ou des
dépressions, parce qu’ils croyaient
vraiment être en prison. En réalité,
la plupart ont imaginé cette astuce pour
pouvoir arrêter plus tôt que prévu : ils
avaient signé un contrat qui les obligeait
à rester jusqu’à la fin. En revanche, s’ils
tombaient malades, ils avaient le droit
Deux fautes graves
Bref, Zimbardo a commis deux fautes
graves pour un chercheur en
psychologie : primo, il a précisé aux
participants avant de mettre en œuvre
son expérience, pour être sûr d’obtenir
les résultats qu’il voulait. »
Tout aussi grave, le psychologue
américain a sélectionné les témoignages
et les vidéos qui lui donnaient raison. En
effet, les gardiens et les détenus avaient
parfois des comportements normaux,
et se montraient même détendus. Ces
passages ont été supprimés des résultats
pour donner l’impression que la violence
était permanente et enflait au fil
des jours. Après avoir été un modèle
pour des générations de chercheurs
en psychologie, l’expérience de Stanford
tombe de son piédestal. Il est difficile
de savoir pourquoi un chercheur si connu
a persisté dans son mensonge aussi
longtemps, et comment personne
ne s’en est rendu compte jusqu’à présent.
Mon expérience
devait durer deux
semaines, mais j'ai
décidé de l'arreter
au bout de six jours
pour protéger les
détenus.
Elle nous
a prouvé que les lieux
dans lesquels nous
évoluons, à l'école ou au
travail, par exemple, sont
plus forts que nous. VOUS
AUSSI, vous seriez devenus
des tortionnaires si vous
aviez joué les gardiens
avec nous !
Sauf que, comme le révèle notre article,
Philip Zimbardo n'avait pas dit toute
la vérité...
La situation est devenue incontrôlable.
Les gardiens s'étaient totalement
identifiés à leur rôle, comme s'ils
avaient oublié qui ils étaient, leurs
valeurs morales, leur humanité...
participants ce qu’il voulait prouver ;
secundo, il leur a demandé de tout faire
pour que ça se réalise. Du point de vue
scientifique, son étude n’a pas de valeur.
« Les conclusions étaient écrites à
l’avance, résume Thibault Le Texier.
D’ailleurs, Zimbardo avait réalisé
une sorte de répétition avec l’un des
PHILIP G. ZIMBARDO
de sortir. Du coup, certains ont fait
semblant — un peu comme les élèves
qui vont à l’infirmerie du lycée pour
éviter le contrôle de maths…
« C’est très étonnant, je ne comprends
pas pourquoi on n’a pas regardé
précisément les archives avant », confie
Thibault Le Texier.
Pris à son propre piège
Le plus fou, c’est que l’Américain n’a pas
cherché à les détruire et les a même
laissées en accès libre. « Je pense qu’il a
fini par croire à ses propres mensonges,
envisage le chercheur français. Peut-être
aussi était-il gagné par un sentiment
d’impunité, se disant : ”si personne ne m’a
attrapé en quarante ans,
ça ne va plus se
produire“… » Confronté
au scandale, Philip
Zimbardo a fait mine
de publier une longue
réponse aux critiques
sur son site internet.
Bizarrement, il évoque
à peine celles de Thibault
Le Texier : sur 27 pages
de texte, seulement
cinq sont consacrées
à cette enquête…
et esquivent les
accusations de
mensonge ou de tricherie.
Mais alors, cela veut-il dire
que les prisons ne font
aucun mal aux individus ?
Pas du tout ! D’autres
expériences beaucoup plus
rigoureuses ont montré que
l’environnement, les lieux
et les personnes que nous
fréquentons ont une très
forte influence sur ce que
nous faisons (voir encadré
page de gauche). Mais
désormais, on ne peut plus
compter sur l’expérience
de Stanford pour nous
apprendre quoi que ce soit
sur le sujet.
Rien de
tel qu’une
corvée de
nettoyage
de W.-C.
pour
humilier les
prisonniers.
#
Bonus
À lire :
Histoire d’un
mensonge,
enquête sur
l’expérience
de Stanford,
de Thibault Le
Texier (éd. La
Découverte,
coll. Zones).
353_FÉVRIER 2019_39
QUOI DE NEUF ?
RENCONTRE
DES HABITANTS
DU CRÉPUSCULE
À LA
POISSON-OGRE
Entre la surface éclairée et les grandes
profondeurs, les océans abritent une zone
crépusculaire. Elle grouille d’êtres étranges et peu
connus dont dépend en partie l’avenir de la planète.
Une mission se prépare pour aller les étudier.
Anne Debroise
300 m de profondeur, sous
la surface des océans, règne
le crépuscule. Sauf si on vous
a greffé des yeux de calamar géant,
vous ne percevrez pas les quelques
rayons solaires – moins de 1 % de
la lumière de surface – qui pénètrent
cette couche de l’océan, surnommée
twilight zone (« zone crépusculaire »
en anglais). Mille mètres sous la
surface règne l’obscurité la plus totale
(voir schéma en bas à droite).
Trop profonde pour être accessible
aux plongeurs, cette région
intermédiaire est un vrai trou noir
dans notre connaissance de la
On
planète.. « On
ne!
e !!»» a
ou la Lune
cherch
mpss
On a l
pens
rien n’y
ar
ar
vivait. Car
t
l’endroit
À
n’est pas seulement noir, il est froid
(jusqu’à 4 °C), et il y règne une
pression des dizaines de fois
supérieure à celle que nous
supportons en
surface.
Pourtant, les échos
renvoyés par les
#
sonars# suggèrent
que cette zone
grouille de vie.
La masse totale de
ses habitants serait 200 fois celle
des vertébrés terrestres les plus
répandus… les poulets ! Pourtant,
on n’a quasiment aucune image
de ce
ce monde
mon
onde
de inconnu.
inc
ncon
onnu
nu.
nu.
de
UN TROU NOIR
AU BEAU MILIEU
DES OCÉANS
Des grands sensibles…
…
Po
p
plus
luss gros
lu
en
en
océa
oc
éano
nographie
graphi
aphie
e du
u monde,
océanographie
a Woods
W
la
Ho
Hole
Oceanic Institution,
aux États-Unis, a
lancé en 2018 un vaste programme
d’exploration. Les chercheurs ont
commencé à construire un véhicule
bardé de capteurs (caméras, sonars,
détecteurs de lumière, etc.). Deep-See,
c’est son nom, se déplacera à 600 m
sous l’eau, tracté depuis la surface
pa un bateau. La difficulté est
par
de construire un appareil capable de
pr
prendre
des images dans le noir sans
se faire remarquer. Car les habitants
du crépuscule sont hypersensibles :
Les engins
engg d’exploration actuels, comme Alvin
(ci-contre),
(ci-contree ne sont pas adaptés à la zone crépusculaire
et seront remplacés par un nouveau modèle, Deep-See.
40_
353_FÉVRIER
ER 2019
POISSON LANTERNE
CALMAR
ANCISTROCHEIRUS
ils s’enfuient dès qu’ils aperçoivent
de la lumière ou captent le moindre
remous causé par l’approche d’un filet
de pêche ou d’un véhicule sous-marin.
En France, le chercheur Christian
Tamburini participe à un autre projet :
immerger à 2 400 m de profondeur,
au large de Toulon, un robot qui
observera la zone crépusculaire
par en dessous.
Quel que soit le point de vue choisi,
on s’attend à y découvrir d’énormes
quantités d’êtres vivants. Pendant
la Seconde Guerre mondiale, les
#
Sunlight zone
(lumière du jour)
Twilight zone
(crépuscule) de
300 à 1000 m
de profondeur
Midnight zone
(nuit noire)
Spontanément, on aurait envie
d’utiliser, comme les anglophones,
l’expression twilight zone
(littéralement, « zone
crépusculaire »). En anglais, cette
partie de l’océan se range entre la
sunlight zone (« zone de la lumière
du jour ») et la midnight zone
(« zone de minuit »). Mais si on
veut privilégier le français – ce
que nous essayons toujours de
faire à SVJ –, les mots manquent
de charme. En effet, si on
souhaite la qualifier en fonction
de la quantité de lumière qu’elle
reçoit, il faut parler de zone
dysphotique, intercalée entre les
zones photique (sous la surface)
et aphotique (les ténèbres).
On peut aussi la désigner par
sa profondeur : elle est alors dite
mésopélagique, coincée entre les
zones épipélagiques (au-dessus)
et bathypélagique (en dessous).
PAUL CAIGER/WHOI. PAUL CAIGER. WHOI. STÉVEN CAMUS POUR SVJ
QUEL NOM POUR
LE CRÉPUSCULE ?
Zoom
Sonar : appareil qui repère des objets en émettant
des ondes sonores et en analysant les échos produits
quand les ondes rebondissent sur ces objets.
353_FÉVRIER 2019_41
QUOI DE NEUF ?
COMMENT L’OCÉAN IMMOBILISE
H2O
CO2
Zoom
On appelle
plancton les
organismes
microscopiques
végétaux
(phytoplancton) et
animaux (zooplancton) en
suspension
dans l’océan.
PA
UL CA
A
PAUL
CAIGER/WHOI
Les sédiments
sont des
particules
(débris de
roches, restes
d’êtres
vivants) en
suspension
dans l’eau qui,
sous l’effet de
la gravité, se
déposent sur
le fond marin
en couches
plus ou moins
épaisses.
premiers sonars
utilisés pour repérer
les sous-marins ont mis
en évidence une couche
réfléchissant fortement
les ondes sonores entre
300 et 500 m de
profondeur. Elle était
tellement opaque
qu’elle a parfois été
prise pour le fond de la
mer… avant qu’on se
rende compte qu’elle se
déplaçait ! On a retrouvé
cette « couche profonde
de diffusion » dans tous
les océans, sauf en
Arctique.
Aujourd’hui, l’analyse
des signaux sonars plus
précis confirme qu’elle
est constituée de
millions d’êtres vivants.
Or, on ne connaît
qu’une infime partie des
espèces qui la peuplent.
Quand les filets lâchés
en profondeur
remontent quelque
chose, c’est à l’état de
bouillie. Pas éto
à 300 m de p
s
la press
ff
,
les gaz présents dans les tissus des
êtres vivants y sont dissous ou
prennent très peu de place. Mais en
remontant, leur volume enfle et les
créatures explosent. D’autant qu’une
grande partie de ces espèces sont
petites et gélatineuses, donc
facilement écrabouillées par les filets.
353_FÉVRIER
ER 2019
ER
20
0119
019
9
Phytoplancton
Début de la twilight zone
Zooplancton
Un défilé d’Halloween
Quelques rares incursions ont malgré
tout permis de décrire certains
habitants. Qui semblent tout droit
sortis d’un défilé d’Halloween : yeux et
mâchoires démesurés, dents acérées,
corps transparents ou mous…
On y recense crustacés, méduses,
poissons, calamars et pas mal
d’inclassables. Fait curieux : presque
tous possèdent des organes capables
d’émettre de la lumière. Certains s’en
servent pour se reconnaître entre eux
ou signaler un danger, d’autres pour
attirer leurs proies. D’autres encore
s’illuminent par en dessous, ce qui
ve
ve
empêcherait des pré
s venus
rss de
de v
om
om
des profondeurs
r ombre
se
détach
lair.
Un
c
ca
q
qu
d
du
p
po
ntt
ê
êt
g
s
gros
GONOSTOME À GRANDES DENTS
42_
1
Fin de la twilight zone
FOND MARIN
STÉPHANE JUNGERS POUR SVJ
#
O2
1. Premier mode d’immobilisation : au contact
de la mer, une partie du dioxyde de carbone
(CO2) de l’atmosphère est dissous dans l’eau.
Grâce à l’énergie du soleil, le phytoplancton
parvient, à partir de l’eau (H2O) et du CO2,
à bricoler de grosses molécules à base de carbone
(des sucres, des graisses, des protéines) pour
sa propre croissance. Le carbone est ainsi stocké
dans la matière même des êtres vivants.
échappe ? En effet, ces mystérieux
habitants du crépuscule interagissent
avec tout l’océan, et, indirectement,
avec la Terre entière. La nuit, ils
migrent vers la surface pour manger.
Le #zooplancton#, notamment, se
régale de #phytoplancton# qui, grâce
à la lumière et à la #photosynthèse#
(zoom p. 18), prolifère à la surface.
Tous les soirs, ce zooplancton monte
a
ainsi de plusieurs centaines de mètres,
e replonge avant les premières
et
lueurs du jour.
Or, cette migration a de grandes
c
conséquences :
les minuscules
p
prédateurs
du zooplancton
re
e
reviennent
du festin avec, dans
e
r estomac
(ou ce qui en tient
a
m
la matière dont sont faites leurs
pro
pr
o
proies.
Cette matière, dite organique,
est composée de molécules à base de
carbone. Carbone qui passe ainsi de
la couche superficielle de l’océan vers
4
2
2
77
3
5
2. La nuit, le zooplancton monte
de la twilight zone (TZ) pour se gaver
de phytoplancton : par la chaîne
alimentaire, le carbone passe
d’un être vivant à un autre.
3. Le zooplancton à son tour sert
de nourriture aux prédateurs
de la TZ. Qui, eux-mêmes, sont
consommés par plus gros qu’eux.
Plus il y a d’êtres vivants dans la TZ,
plus il y a de carbone piégé dans
cette couche profonde où il sera
immobilisé durablement.
6
FOND MARIN
4. Deuxième mode :
les déchets organiques,
excréments et cadavres
coulent en direction
du fond sous forme
de « neige » (points blancs).
5. Cette neige sert de
nourriture aux êtres vivants
de la TZ. 6. Ce qui n’est
pas consommé se dépose
sur le fond marin.
une couche où il sera coincé pendant
toute la durée de vie des animaux.
Chaque être va utiliser ce carbone
pour fabriquer sa propre matière
organique, puis sera mangé par plus
gros que lui, etc. De prédation en
digestion, les
atomes de carbone
passent ainsi d’une
espèce à l’autre
comme le ballon
lors d’un match
de foot.
Sous forme
d’excréments, une partie va ensuite
tomber au fond de l’océan, où elle
restera durablement piégée dans les
#
sédiments#. Par le biais de la
respiration, une autre partie sera
réinjectée dans l’eau sous forme de
CO2 dissous (voir encadré ci-dessus).
Avec la pression, le gaz restera
longuement à cette profondeur. Voilà
7. Troisième mode : tous
les êtres vivants respirant
dans l’eau rejettent du CO2.
Ce gaz, dissous, voyage dans
les océans avec les courants.
Il finira par rejoindre
l’atmosphère, des années
ou des siècles plus tard.
Ce troisième mode est celui
qui permet de fixer le plus de
carbone dans l’eau de mer.
comment les habitants de la zone
crépusculaire séquestrent une partie
du CO2 de l’air. Ce mécanisme, les
spécialistes le qualifient de « pompe à
carbone » biologique. On estime qu’il
aurait permis d’enfouir plus d’un tiers
du carbone émis
par les activités
humaines,
notamment la
combustion des
énergies fossiles
(pétrole, gaz…).
Mais ce sont des
estimations à la louche. La twilight
zone abrite des milliers d’espèces
inconnues, dont on ignore les mœurs,
l’alimentation ou les réactions
aux changements en cours, parmi
lesquels le réchauffement global
de l’eau des océans. Profiteront-elles
de la raréfaction de leurs prédateurs,
comme les thons ou les requins
L’OCÉAN PIÈGE UN
TIERS DU CARBONE
ÉMIS PAR L’HOMME
CTÉNOPHORE
pêchés en excès ? Seront-elles
stimulées par une atmosphère plus
riche en carbone ? Souffriront-elles
des déchets plastique qui baignent
toute la planète (voir SVJ n° 352) ? Pour
le savoir, il y a urgence à les étudier.
GETTY IMAGES
STEVEN CAMUS POUR SVJ
LE CARBONE EN PROFONDEUR
Des alliés à protéger
Les biologistes sont aussi impatients
de ramener des espèces nouvelles
à la surface, possiblement riches de
molécules inconnues, dont certaines
pourraient servir à soigner des
maladies. D’autres pensent aussi
que l’on pourrait pêcher cette faune.
Pas pour l’alimentation humaine,
car ces poissons sont petits, mais au
moins pour nourrir ceux que l’on élève
dans les bassins d’aquaculture.
Mais il faudra veiller à le faire avec
parcimonie. Dans notre effort de lutte
contre le changement climatique, les
habitants du crépuscule sont des alliés
à protéger.
Remerciements à Bernard Quéguiner
et Christian Tamburini (université
de Marseille), Pascal Conan (observatoire
de Banyuls-sur-Mer), Camille Le Guen
(université de St Andrews, GrandeBretagne) et Marcel Koken (station
biologique de Roscoff).
353_FÉVRIER 2019_43
QUOI DE NEUF ? DOSSIER
Accrochez vos ceintures, SVJ
vous emmène dans un voyage
fantastique ! Destination :
notre monde de tous les jours,
mais vu à l’échelle du
nanomètre, un million de fois
plus petit que le millimètre.
Dans ce nanomonde, la
matière la plus banale acquiert
des propriétés incroyables, que
l’on commence à maîtriser.
L’enjeu ? Des applications
révolutionnaires pour la santé,
l’informatique,
l’environnement…
Fabrice Nicot
ÉTRANGES
POUVOIRS
LES
DU NANOMONDE
44_
353_FÉVRIER 2019
les plus
ire
ress ne ssont
ontt
qu
u
loin
lo
in
po
o
re
e
où
t--i
le
d’’
le
ki
D
co
o
so
o
Ic
pa
To
Le
10
M
du
u
à
p..
de
ou
att
le
m
pr
m
pll
d’’
dii
ess
en
n
éc
dé
é
d’’
s
é
e--
ess
…
e..
g
ME!!
mme cel
elui
uii
te
e
e
e,,
t
à vouss
mes
es
MICHEL SAEMANN POUR SVJ
es v
extt
ex
353_FÉVRIER 2019_45
MICHEL SAEMANN POUR SVJ
QUOI DE NEUF ? DOSSIER
> Quand on est nano,
qu’est-ce qui change ?
D
urface
ur
u
r fa
face
ce
e Et ça
ça
e.
la ssurface
urfa
ur
ffa
ace de
e cont
ccontact
onta
acc t ave
a
vecc l’air
l airr chaud
chau
ud
avec
du ffour.
our.
r. La cui
ccuisson
uiss
ssson
ne
st p
luss h
lu
omog
om
ogèn
ène.
e..
est
plus
homogène.
Des pro
propriétés
opri
p éttés
é inédites…
objets
o
bjjets
bje
b
etss
e,
elle,
e
n
en
Sa
S
as
pa
p
a
da
d
a
na
n
an
nano
Vot
Vo
t
Votr
de 10
pr
ré
prés
sur
su
r
surf
un
60
000
l’é
l’éq
éq
d’
’u
d’un
vin
vi
n
ving
te
er
terr
te
ten
en
tenn
Ou
u
qu
u
quant
po
pouv
la t
ou
o
u de v
Vo
V
o
ap
de
ed
uti
ut
utili
Ett cce n’
na
an
nano
de
ep
de 21
zéros
zér
os!!!),
),
21 zéros
ne
it
oit
ttotale
otal
ot
ale
al
e de
de
e
e
nbo
bon…
n…
…
onbon…
on
ion
ntt
.
Le llingot
ingo
in
gott de métal
mét
métal
all fond
fon
ond
d vers
verrs
ver
1
d
°°C.
C.
C.
d’
M
nce
n
nc
cce
e
Mi
ance
d
de
s,,
sa
a
belle
lle
belle
co
o
ant
vant
GLOBULE
BLANC
MURDOCH UNIVERSITY IN
PERTH AUSTRALIA / GETTY
IMAGES RICE UNIVERSITY,
NANO-CAR TEAM/CNRS
SHUTTERSTOCK
PETIT
COMMENT ?
46_
353_FÉVRIER 2019
Zoom
x8
Zoom
x 7,5
CHEVEU
Le diamètre d’un cheveu fin
est de 60 #micromètres#.
Il n’est pas nano du tout !
Pas plus que le globule blanc
en petit médaillon…
… qu’il faudrait grossir
7,5 fois pour le ramener
à la taille du cheveu.
Cette cellule humaine, de
8 micromètres de diamètre,
est elle-même une géante…
BACTÉRIE
… comparée aux bactéries,
comme celles qui peuplent
notre intestin. Ici E. coli,
qui mesure un micromètre,
soit mille nanomètres.
LES COU
ULEURS DE L’OR
la ttaille
ailllle
ai
ed
es n
cu
ule
less
des
cules
(vvoirr e
(voir
ncadré
nc
adré à droite).
d
dro
ro
oit
ite)
e)).
encadré
…e
et modifiables
difiables à loisir
Outr
Ou
O
u
utt
de
d
ec
son
so
n
sont
mat
ma
t
maté
Po
ou
Pour
pl
lup
plup
que
qu
eq
ouleurs,
uleu
urs lles
es ffaçons
açons
aç
ons
aus
a
u s
us
uss
aussi
less n
le
Un lingot d’orr purr, c’est jaune un peu
orangé. Réduisez--le en nanopoudre et
dispersez cette pooudre dans de l’eau. Vous
V
aurez alors une soolution tantôt rouge,
tantôt rosée, mauuve… ou bleue ! Tout
dépend de la taillee de vos nanoparticules.
Pour
Po
urqu
quoi
oi ? Si l’or du lingot nous apparaît
jaune, c’estt qu’
u’ilil abbsorbe grosso modo toutes
les couleurs qui coom
mpo
posent la lumière,
sauff la composantte jaun
ne, renvoyée jusqu’à
nos yeux. Or, cettte couleuur renvoyée
dépend, en fai
f t, dees #nuages d’électrons#
qui entourent les noyaux des #atomes#.
Avec de l’or massiff, les atomes ont
ntt tous
beaucoup de voisin
ns, et leurs nuaages
g
d’électrons sont in
nfluencés parr ce voisinage.
vo
Mais dans les nanoparticules, le vooisinage
est bien plus réduuit, ce qui changee les
caractéristiques ddes nuages… et mo
modifie
donc la lumière reenvoyée par le mét
é al.
d
de
d
de
sso
o
ssouv
sou
ouv
uvent
ent les
les impuretés
imp
mpurret
etés
éss
souvent
que lles
es
uss que
êt
à la d
vva
a
se
au
En
E
n
co
fa
ju
id
vo
#
lles
ément
férée
s.
vez
de
s aient
s
ue
re !
E
NANOPARTICULES
À l’intérieur du nanomonde, les tailles varient d’un facteur 100 entre,
d’un côté, les plus grosses nanoparticules et, de l’autre, les machines
moléculaires de quelques nanomètres seulement (à gauche)
et les nanotubes de carbone de 1 nm de diamètre (à droite).
E
Avec les virus, on s’approche
de la frontière du nanomonde
située, par définition, à 100 nm
– un peu moins que les dimensions
du virus du sida (ci-dessus).
Zoom
x 30
TI
Zoom
x8
R
O E
SO
AN D
N ON
M
N
M NA TRÉ E
O N
N O
D
E
VIRUS
Zooms
Les atomes sont
les briques de
base de la
matière. Ils sont
constitués d’un
noyau autour
duquel tournent
des électrons.
Ceux-ci ne
suivent pas,
comme la Lune
autour de la
Terre, des orbites
régulières mais
forment des
nuages
d’électrons.
Un micromètre
(μm) vaut
un millième
de millimètre.
ET AU-DELÀ ?
Ici, c’est le royaume
des simples atomes et
de leurs constituants.
Un autre monde
avec sa propre physique.
353_FÉVRIER 2019_47
PICTOS STÉPHANE JUNGERS POUR SVJ
QUOI DE NEUF ? DOSSIER
> Les
es nan
anote
otech
chnol
nolog
ogies
iess
boulev
bo
ulever
erse
sent
nt d’o
’ore
ress
ett d
e
quot
qu
otid
id
s
perm
pe
rm
e
man
mat
atiè
ière
re
à l’
na
que
qu
e
p
se
e
re
d
d
(vv
ntt
p
de
d
e
s
de
d
e
uess
s il y a
cié
éess
L
#
Zoom
Un semiconducteur n’est
ELLES
BOOSTENT
NT
NOS OBJE
ETS
T
DU
U
QUOT
OTIDIE
I
N!
e
e,
034 km
km/h
/h !
s
rses
rs
es
n
Qu
u
ress
re
de
du
En
E
n
surr
su
po
o
révv
ré
no
o
s
rev
evan
anch
che,
e, d aut
utre
ress obje
obje
etss
on
o
nd
de
e so
ont
nt déjjà à n
nos
os por
orte
tes.
s.
q,,
Bizarrement,
pour travailler sur
les nanotechnologies,
err les spécialistes, comme
ici cette chercheuse
espagnole, font appel
à de grosses
machines.
IM A
GES
Voici un modèle 3D
de la « nanovoiture »
qui a gagné la première
nanocourse, organisée
à Toulouse en 2017.
Longue de 4 nm,
elle est propulsée par
un minicourant
généré par un
microscope
à effet
tunnel
(voir
p. 51).
En 20
01
1
17,
7, la p
pre
remiè
mière
re cou
ours
rse
e de
na
ano
novo
vo
oit
itur
ures
es a eu lie
lieu
u à Tou
oulous
louse
e surr
un
n
n°°
mo
oin
inss d
de
e 10
arr
T TY
UNIVERSITY OF BASEL,
SWISS NANO DRAGSTER/CNRS
accro,
ro
o,
p cu
cules
less
accr
ac
crois
oisse
sent
nt leu
eurs
rs
perfor
perf
ormance
manc
anccce
es, com
omme
me vou
ouss le ver
verre
rezz
avec
av
ec les batt tte
eri
riess (vvoirr p 53))
Évv
se
na
e dess
na
a
es eng
engins
inss
in
nv
réa
ré
a
éc
, sii
ell
iss
lon
urs
de
re
l’l’ex
exx
de
d
e
n,,
La
a
ce
ste
e
lle
e
àa
Ca
On
s
mo
o
Il n
Le
de
s
qu
u
de
e
me
me
De
diff
di
Ma
a
y
GE
ni tout à fait
conducteur, ni
tout à fait
isolant : suivant
les conditions
dans
nss llesquelles
esquelles
il est
stt pplacé
lacé
(la température,
r
parr exemple),, ilil
ssera passer,
r ou
laissera
non,
n,, le
le courant
ctrique.
électrique.
48_
nanos à votre service
LégendeMi
L
ééggen
ndeeM
M
Mii
lllllique
liqu
que explaccus,
eexxp
pllac
acccu
us,, esequis
esseequ
quiiss ped
ped
ed
quii volecuptas
q
qu
vole
vo
lecu
cupt
ptas
as mo
mo quis
qu
q
uis
is dolo
doollo
debis
d
de
eb
biis
is sequam
seq
equa
uam dolor
dooolo
d
lor si
lo
si utae.
uta
taee..
Bis
B
Bi
is m
ma
maximus
axi
xi m
mu
us truntia
trun
tr
unttiia
pratemolut
p
pr
raattemo
molu
ut quatus
quat
qu
atus exerum
exer
ex
erum
um
ar
rci
ciiiisc
sc iimaio
maaioo
m
arciisc
3
SHUTTERSTOCK
1
NANOTUBE
DE
E CARBONE
LE COSTAU
COSTAUD
T D
À TOUT FAIRE
U
ctro
ct
ro
l’électro
nique, l
nanotu
ant
e
alors le rôle
de transistorss
lorsqu’ils sont
semiconducteurs (voir
p. 50) ou de nanofils
s..
électriques ultra-efficaces.
du
uct
cte
e
Ils seront utiles comme conducteu
sol
ola
a
dans les batteries, les cellules solai
m
ouve
ou
vert
rt
Enfin, les chercheurs ont récemme
ouvert
que les nanotubes n’aiment pas l’e
parfaitement à l’intérieur du tube, n’
aucune liaison avec les atomes de car
.
Cette caractéristique remarquable pourrait
servir à désaliniser l’eau de mer. Pourtant,
même si de nouvelles propriétés sont
ainsi régulièrement découvertes,
les nanotubes – contrairement aux
fibres de carbone avec lesquelles
il ne faut pas les confondre (elles sont
bien plus grosses) – mettent du temps
à passer du labo au grand public.
En effet, leur production reste délicate,
que ce soit pour obtenir un type de
nanotube précis ou pour contrôler leur
croissance (image ci-contre). Lorsqu’on
les maîtrisera mieux, il sera possible
de les fabriquer en quantité
industrielle à faible
coût. Pour l’instant,
les nanotubes sont
encore un luxe.
L
Les nanotubes
« po
poussent » comme les
blé
blés, par la base. Pas dans
la terre, mais sur un
substrat qui favorise la
réaction chimique par
laquelle les atomes de
carbone s’accrochent
à la base du tube.
M. MAYNE ET M. PINAULT; UMR NIMBE CEA-CNRS
n matériau
en nanotubes de carbone est six
fois plus résistant que l’acier,
et cent fois plus léger. Ces
nanotubes peuvent conduire le
courant électrique mieux qu’un fil de
cuivre ou bien se comporter comme un
#
semi-conducteur# tel le silicium, si précieux
en électronique. Ils résistent à la chaleur
– jusqu’à 750 °C – et la conduisent aussi très
bien… Bref, vous l’aurez compris, les nanotubes
de carbone (découverts en 1991, il en existe de
plusieurs sortes) sont un peu les surdoués des
nanotechnologies. La paroi d’un de ces nanotubes
est constituée d’une seule couche d’atomes de
carbone fortement liés entre eux dans un maillage
façon nid d’abeille (schéma ci-dessus). Et c’est tout !
Des parois d’un atome d’épaisseur, rien à l’intérieur
du tube, on comprend que le matériau soit léger.
Sa pureté, sa géométrie et la nature de ses liaisons
chimiques expliquent son extraordinaire
résistance. Sa capacité à conduire le courant
(semi-conducteur ou conducteur) dépend
de la façon dont s’agencent les hexagones
du nid d’abeille. Forcément, les applications
potentielles sont innombrables. La
résistance à toute épreuve des nanotubes
de carbone permettrait de fabriquer des
vêtements pare-balles beaucoup plus
efficaces, et bien plus légers, que
ceux d’aujourd’hui en Kevlar.
Ils pourraient permettre
de miniaturiser encore
davantage
353_FÉVRIER 2019_49
PICTOS STÉPHANE JUNGERS POUR SVJ
QUOI DE NEUF ? DOSSIER
2
NANOTRANSISTOR
3
EM
PA
LE ROI DE
L’INFORMATIQUE ans eux, pas
d’informatique ! C’est dire
si les transistors, gravés par milliards dans
les puces de vos ordinateurs, « smartphones » et
autres objets nomades, sont importants. Eux aussi
ont franchi depuis quelques années les portes du
nanomonde. Mais d’abord, qu’est-ce qu’un transistor ?
Juste un minuscule interrupteur que l’on peut contrôler
à distance, à l’aide d’un courant électrique. Il laisse passer
le courant (état 1) ou bien il le bloque (état 0). Ça n’a l’air de rien
comme ça, mais c’est l’alphabet de l’informatique, où tout est codé
en une série de 0 et en 1. Le premier microprocesseur, inventé par Intel
en 1971, comptait 2 300 transistors, chacun d’une taille d’environ 10 000 nm
(0,01 mm). Aujourd’hui, un #microprocesseur# peut en contenir jusqu’à
30 milliards, d’environ 10 nm ! Ces composants minuscules sont gravés dans la
matière avec des lasers ou des faisceaux à électrons, avec une précision de
5 nm. Cela dit, on atteint les limites de l’art. Car en dessous de 10 nm, ils ne
sont plus « étanches », autrement dit LégendeMi
ils laissent passer le courant même en
llique
explaccus,
position éteinte. Alors, fin de la miniaturisation
? Peut-être, mais cela ne
esequis
ped
qui
devrait pas brider les ordinateurs pour autant. Puisque
volecuptas mo
la surface pour rajouter des transistors
est limitée,
les ingénieurs imaginent tout simplement
les empiler en formant des étages ! Nos
bécanes devraient donc poursuivre
encore quelques années leur
course à la performance.
S
Le microprocesseur
est le « cerveau » de
l’ordinateur. C’est lui
50_
353_FÉVRIER 2019
qui organise les
échanges de données
entre les différents
composants et fait
les calculs.
KE
LE
YU
NI
VE
R
TY
Zoom
BE R
SI
#
La solution pour
miniaturiser
toujours plus ?
Empiler les
transistors sur une
puce. Ici, des
contacteurs électriques
relient deux étages
de transistors.
Ces
bâtonnets
brillants sont
des nanotubes de
carbone qui pourraient être utilisés
pour fabriquer les transistors les plus
petits au monde. Ces nanotubes
mesurent 1 nm de diamètre, pour
environ 10 nm de long.
DES MICROSCOPES
POUR VOIR LES NANOS
NANOCAPSULE LA LIVREUSE
DE MÉDOCS
’ennui avec les
médicaments, c’est qu’en
prendre revient parfois à tirer sur une
mouche avec un bazooka… Par exemple, pour
détruire les cellules cancéreuses qui prolifèrent, on tente
de les empoisonner par des substances chimiques. Sauf que
le poison s’attaque aussi aux cellules saines. L’idéal serait de le
déverser uniquement sur les cellules cancéreuses… Pour le patient,
ce serait moins de médicaments à prendre, et surtout moins d’effets
secondaires, voire plus du tout. Justement, imaginez que l’on construise
un nanovaisseau, capable de délivrer sa cargaison de poison pile où il faut !
Oui, sauf qu’il devra aussi survivre aux attaques de notre organisme, qui
dégaine ses #globules blancs# dès qu’il repère un intrus. Et s’il survit, notre
vaisseau devra encore reconnaître les cellules malades, s’y arrimer et délivrer le
médicament. Sacré programme ! Mais il y a une solution : copier la nature.
Un virus, par exemple, est un spécialiste du transport à petite échelle et de
l’intrusion dans les cellules. Pour cela, son enveloppe extérieure est
hérissée de minuscules bras qui l’arriment aux cellules visées. Les
chercheurs sont déjà capables de
copier ces bras. L’étape suivante
consistera à les fixer sur les
nanocapsules
contenant le
médicament.
1 Une tension
électrique est
appliquée entre
l’objet à examiner
et la pointe du
microscope. Quand
la distance entre
eux est très faible…
STÉPHANE JUNGERS POUR SVJ
CH RI
S BI
CK
EL
L
Fabriquer des nano-objets, c’est bien !
Les voir, c’est mieux. Si les nanotechnologies peuvent se développer,
c’est avant tout parce que les
microscopes ont beaucoup progressé.
Microscope électronique à balayage, en
transmission ou à effet tunnel… Ils ont
chacun leurs avantages et inconvénients
et les chercheurs les utilisent en
fonction de leurs besoins. Mais ils ont
en commun de ne pas utiliser la lumière
visible, qui ne sert à rien à cette échelle.
En effet, la lumière est constituée de
photons, des particules qui peuvent être
vues comme des ondes, à la manière des
vagues sur l’océan. C’est la façon dont
ces ondes réagissent face à un obstacle
qui permet de voir ce dernier. Le hic,
c’est que les vagues de la lumière visible
sont bien trop grandes pour saisir la
taille d’un atome : elles mesurent entre
400 et 800 nm ! Elles sont au moins
dix fois trop grandes pour distinguer
les nano-objets et ne font que les
submerger. Heureusement, les électrons
peuvent aussi être vus comme des ondes,
avec des vagues bien plus petites :
autour d’un millième de nanomètre,
selon la vitesse à laquelle ils sont
accélérés. Ils remplacent ainsi les photons
dans des microscopes « électroniques »
copiant le principe des microscopes
optiques : la cible est « éclairée » par
des électrons. Une partie des électrons
ayant frappé la cible est renvoyée vers
des capteurs qui reconstituent la
surface touchée. Autre option, toujours
à partir d’électrons, mais selon un
principe cette fois très différent : le
microscope électronique à effet tunnel
(voir schéma ci-dessous).
Microscope à
effet tunnel
#
Zoom
Les globules
blancs sont
les cellules
de défense
de l’organisme,
chargées
de repérer et
de détruire les
corps étrangers
(virus, bactéries
et autres
microbes).
2 .… un
courant passe
(flèche rouge).
Lorsque
la pointe
se déplace,
elle doit garder
ce courant
constant. Pour
cela, elle monte
ou descend,
révélant ainsi
les reliefs
de la surface.
Lâchée dans le sang, cette nanocapsule
voyage jusqu’à la tumeur. Une fois
en contact, elle s’accroche aux cellules
cancéreuses grâce à ses bras (en bleu), puis
libère le médicament qu’elle contient.
353_FÉVRIER 2019_51
PICTOS STÉPHANE JUNGERS POUR SVJ
QUOI DE NEUF ? DOSSIER
NANOPIÈGE 4
LA
DÉPOLLUEUSE rouver
de l’eau
potable est une priorité
des pays en voie de
développement. L’eau
des rivières et des puits y est
souvent empoisonnée par des
polluants comme le plomb, l’arsenic,
le mercure et les microbes. Grâce à
leur large surface de contact et leur
grande réactivité, les nanomatériaux
sont tout indiqués pour fabriquer
des pièges à polluants. Les projets
sont nombreux, et donnent déjà des
résultats. Ainsi, en Inde, le professeur
Pradeep, de l’Institut de technologie
de Madras, développe des filtres
dans lesquels des nanoparticules
d’oxyde de fer jouent un rôle clé.
Elles sont emprisonnées entre des
feuilles de chitosan (un dérivé
de la chitine, qui constitue
la carapace des insectes),
dont elles ne peuvent
s’échapper (schéma
T
LE PRINCIPE
Eau
polluée
ci-dessous).
Quand l’eau polluée
à l’arsenic les traverse,
le polluant s’accroche à la
surface des nanoparticules
de fer. Et la surface, ce n’est pas
ce qui manque : 172 mètres carrés
par gramme de matériau pour
notre oxyde de fer ! Ce filtre peut
ainsi retenir jusqu’à un dixième
de son poids en polluants. L’eau
en ressort potable. Pour décrocher
l’arsenic du filtre, il suffit de le
tremper dans un bain spécial, et
il se retrouve prêt à l’emploi.
Les dispositifs sont très
efficaces et peu chers
à fabriquer. Ceux du
professeur Pardeep
peuvent fournir
une eau saine
à une famille
indienne
pour 14 euros
par an !
L’eau que boit cette enfant
a été filtrée par cette drôle de
machine verte conçue par le
professeur Pradeep, de
l’Institut de technologie de
Madras. Elle peut purifier
environ 80 litres à l’heure.
AM
AR
IT
Arsenic
piégé
Arsenic
Nanoparticule
piégeuse
Eau
dépolluée
STÉPHANE JUNGERS POUR SVJ
Feuille de
chitosan
#
Zoom
Un ion est un atome qui a gagné
ou perdu un ou plusieurs électrons.
Contrairement aux atomes
52_
353_FÉVRIER 2019
électriquement neutres, les ions
sont chargés positivement
(quand ils ont perdu un électron)
ou négativement (quand ils en ont
gagné un).
5
TOUT N’EST PAS ROSE
NANODOPANT une
«V ite,
prise,
une
capacité à
retenir
24 fois plus de Li+ que
le graphite ! Problème :
une anode en silicium quadruple
de volume lorsqu’elle se charge
en ions. Au bout de deux ou trois
cycles de charge et décharge,
elle se désagrège. C’est là que
les nanoparticules entrent en scène.
En effet, lorsqu’il mesure moins de
150 nm, le silicium cristallin peut être
considéré comme élastique, ce qui lui
permet de « gonfler » et se « dégonfler »
sans s’abîmer. Les prochaines batteries
seront ainsi équipées d’une anode en
graphite enrichie en nanoparticules
de silicium. Leur autonomie
devr
de
vrai
aitt grimper
grimper
gri
mper de 20 % dans
dans
devrait
les ann
a
nnées
ées à vvenir.
enir.
en
irr.
les
années
BMW
je n’ai plus de batterie!»
Vous vous dites ça tous
les jours ? Eh bien demain,
vos angoisses vont s’envoler.
Les batteries de vos téléphones
fonctionnent grâce aux #ions#
lithium (Li+). Lorsque la batterie
délivre du courant, ils circulent de
l’anode (le pôle négatif) vers la cathode
(pôle positif). Ils font le chemin inverse
lorsque vous la rechargez. À l’anode
en graphite, ils sont stockés entre les
feuillets d’atomes de carbone, qui
constituent ce matériau. Plus l’anode
peut contenir de Li+, plus la batterie
a d’autonomie. On considère que six
atomes de carbone sont nécessaires
pour retenir un ion lithium. Pas
terr
te
rrib
ible
le.. En revanche,
rrev
evan
anch
che,
e, un
n atome
a
ato
tome
me de
de
terrible.
si
ili
4 Li+,
sili
l 4 Li
a
av
g
ge
Soit
So
it
LA BOOSTEUSE
DE BATTERIE
Les nanoparticules peuvent-elles nous
empoisonner? Ce n’est pas une question
anodine vu qu’un millilitre d’air en
contient jusqu’à 100000! Vos poumons
pouvant retenir six litres d’air, faites
le calcul… Des nano, nous en avalons
donc tous les jours, et pas parce qu’elles
s’échappent des labos ou des usines.
Elles proviennent de la pollution liée
aux activités humaines. On retrouve,
par exemple, des nanotubes de carbone
à la sortie des pots d’échappement
des voitures : ils se forment tout seuls à
cause de la combustion incomplète du
carburant. Un toner d’imprimante libère
autour de lui de l’encre, autrement dit
des nanoparticules de carbone… L’ennui,
c’est que le corps est une passoire pour
les nanoparticules. Elles entrent par le
nez ou la bouche. Seule la peau semble
une barrière assez efficace. Ensuite, on
les retrouve dans les bronches, l’intestin,
le sang ou encore le cerveau. Or, les
nanoparticules disposent d’une grande
surface de contact pour réagir avec les
molécules du corps humain. Les effets
potentiels vont de l’allergie à la formation
de caillots pouvant boucher des vaisseaux
sanguins… Ces particules sont
minuscules, mais c’est leur accumulation
qui est potentiellement dangereuse.
r les chercheur
Or,
chercheurs manquent de recul
tirerr ddes
es conclusions.
con
pourr tirer
Néanmoins,
é
de nombreuses études
de toxicité sont
dét
en cours pour déterminer
les seuils à ne
r ou les
l produits à interdire.
pas dépasser,
nanotechnol
Les nanotechnologies
sont riches de
ma elles devront rester
promesses mais
sous étroite ssurveillance…
#
Bonus
À lire : La nano révolution, d’Azar
Khalatbari (Éd. Quae, 19 euros).
À voir : le colloque « Chimie, nanoD’ici 2023, BMW équipera ses voitures électriques de batteries enrichies
en nanoparticules de silicium. Le gain d’autonomie serait de 10 à 15 %.
Remerciements à
Pierre Rabu et Pascale
Launois (CNRS), Cédric
Haon (CEA Grenoble) et
Daniel Bernard (Comité
nanotechnologies des
ingénieurs et
scientifiques de
France).
matériaux et nanotechnologies »,
en vidéo sur le site de la Maison de
la chimie (bit.ly/2ROe3sa). Certains
exposés sont pour tout public.
353_FÉVRIER 2019_53
À la une...
SCIENCE & VIE JUNIOR
Le mensuel préféré des ados.
12 numéros + 6 hors-séries par an
SCIENCE & VIE DÉCOUVERTES
Le magazine des 7-12 ans
pour apprendre en s’amusant.
6 numéros + 4 hors-séries par an
SCIENCE & VIE
Le mensuel le plus lu
en France !
12 numéros + 4 hors-séries
+ 2 numéros spéciaux par an
LE QUESTIONS RÉPONSES
DE SCIENCE & VIE
Les questions de la vie,
les réponses de la science.
4 numéros par an
Actuellement en vente
chez votre marchand de journaux ou en ligne sur
CE MOIS-CI
BD
TROUS
DE MÉMOIRE
À la rencontre des oublié(e)s de la science
RICH A RD
TREVITHICK
C AMILLE
VAN
BE LLE
353_FÉVRIER 2019_55
SCIENCE BUISSONNIÈRE QUESTIONS & RÉPONSES
B&B POUR SVJ
> AVALE-T-ON SA SALIVE
EN DORMANT ?
56_
PRESQUE PAS. Et pour cause,
nous produisons beaucoup moins
de salive durant notre sommeil qu’au
cours de la journée. En effet, elle nous
sert principalement à dégrader les
353_FÉVRIER 2019
aliments avant la digestion. Au cours
de la nuit, le peu de salive sécrétée
est stocké dans la bouche. Si vous
dormez sur le dos, vous avalerez cette
salive par réflexe sans vous réveiller.
Mais si vous dormez sur le côté ou sur
le ventre, c’est à vos risques et périls :
un nez un peu bouché, obligeant
à dormir la bouche ouverte, et c’est
le filet de bave assuré ! Élodie Perret
LA SCIENCE CONSISTE À PASSER D’UN ÉTONNEMENT À UN AUTRE. »
> «ARISTOTE,
PHILOSOPHE ET SAVANT GREC DU IV SIÈCLE AV. J.-C.
SHUTTERSTOCK
e
> POURQUOI LES NUAGES
D’ORAGE SONT-ILS NOIRS ET
PAS BLANCS ?
EN FAIT, LES NUAGES NOIRS SONT
BLANCS… lorsqu’ils sont vus de dessus.
Mais depuis le sol, ils paraissent très sombres.
Pour comprendre, plongeons dans le nuage.
Il est composé de gouttes d’eau
et de cristaux de glace, en suspension
dans l’air. Dans leur descente en ligne droite
vers le sol, les rayons du soleil heurtent ces
obstacles, qui les dispersent dans toutes
les directions. Y compris vers le sol, d’où
le mélange de tous les rayons lumineux nous
apparaît en temps normal avec une couleur
blanche. Les nuages d’orage, eux, sont
si épais que quasiment aucun rayon lumineux
ne parvient jusqu’à nous : sans lumière, on ne
voit que du noir. S.R.-C.
> POURQUOI A-T-ON LA CHAIR DE
POULE LORSQU’IL
FAIT FROID ?
À L’ORIGINE, POUR SE PROTÉGER.
OLMEZ/GETT IMAGES
BELE OLMEZ/GETTY
QUI
A DIT ?
En effet, lorsqu’il ne fait pas chaud, notre
corps déclenche un tas de mécanismes
qui empêchent notre température
interne de baisser. Parmi eux, la chair
de poule. Ce soulèvement de la peau
est provoqué par la contraction
de muscles situés à la base des poils.
Ces derniers se hérissent, formant une
barrière qui emprisonne une couche
d’air tiède, isolant notre peau de l’air froid
extérieur. Enfin, emprisonnait. Car nous
n’avons hélas plus assez de poils pour que
P.
P.
la chair de poule soit vraiment efficace… E.P.
353_FÉVRIER
É
2019_57
BRITT ERLANSON/GETTY IMAGES
B
SCIENCE BUISSONNIÈRE QUESTIONS & RÉPONSES
Russie
ROHAN CHABUKSWAR AND KUSHAL MUKHERJEE
E
ERJEE
Pakistan
Vérifiez sur un globe : la ligne
rouge relie le Pakistan à la Russie
sans toucher une terre émergée.
QUELLE DISTANCE MAXIMALE PEUT-ON
PARCOURIR EN LIGNE DROITE DANS
L’OCÉAN SANS TOUCHER TERRE ?
PLUS DE 32 000 KM d’océan relient
le Pakistan à la Russie, sans aucune terre :
c’est le chemin maritime en ligne droite
le plus long. En tout cas, c’est ce qu’un
internaute a prétendu, sans aucune preuve,
en 2012. Il n’en fallait pas plus pour piquer
la curiosité de deux amis chercheurs :
l’Irlandais Rohan Chabukswar et l’Indien
Kushal Mukherjee. Ensemble, ils ont mis
au point un programme informatique
complexe pour confirmer ou infirmer cette
théorie. Il se base sur une reconstitution
numérique de la planète prenant
en compte le relief, afin de déterminer
les espaces de terre et d’eau (les continents
étant forcement plus élevés que les
océans). Dix minutes de calcul ont suffi
à leur simulation pour trouver le trajet.
Et l’internaute avait raison, comme vous
pouvez le constater sur l’itinéraire tracé
en rouge sur le globe terrestre (visuels
ci-dessus). E.P.
QUI ÉTAIT…
… JACQUELINE AURIOL ?
AKG-IMAGES / ULLSTEIN BILD
LA PREMIÈRE FEMME PILOTE
D’ESSAI EN FRANCE. Pourtant
58_
rien ne destinait Jacqueline Auriol
(1917-2000) à l’aviation. En 1947,
son mari, fils du président de la
République Vincent Auriol, lui fait
découvrir ce domaine, qui devient
vite une passion. Elle obtient son
brevet de pilote en 1948, à 31 ans.
353_FÉVRIER 2019
Après un terrible accident
d’hydravion, elle est grièvement
blessée. Mais à force d’obstination,
elle reprend le pilotage et enchaîne
les brevets : militaire, d’hélicoptère,
d’avion à réaction… En 1953,
Jacqueline devient la première
européenne à passer le mur du son.
En 1954, elle intègre le Centre
l,,
d’essais en vol,
et décroche
son brevet
de pilote
d’essai
un an plus
tard. Une
première
P.
P.
en France ! E.P.
>
QU’EST-CE QU’UN TROU NOIR ?
LE SIGNE QU’IL FAUT CHANGER DE CHAUSSETTES NOIRES.
10 CHIFFRES
SUR…
… LES JEUX
VIDÉO
4,3 milliards
> POURQUOI UTILISET-ON DE L’EAU CHAUDE
POUR FAIRE SON THÉ ?
POUR DISPERSER
RAPIDEMENT L’ARÔME ET
LES SAVEURS. En effet, dans
l’eau chaude, les molécules d’eau
sont agitées, s’entrechoquent et
entrent en collision avec le thé.
Sous le coup, les molécules
odorantes, que l’on appelle arôme,
et celles responsables des saveurs,
perceptibles avec la langue, sortent
des feuilles et se répandent dans
l’eau. Plus la température est
élevée, plus il y a de mouvements
et plus ces composés se
dispersent. Attention, l’eau ne doit
pas être trop chaude car elle
risquerait de cuire les feuilles,
ce qui libérerait de l’amertume.
Comme le dit un proverbe chinois :
« Un vrai guerrier, comme le thé,
montre sa force dans l’eau
chaude ». Alors à vos théières ! E.P.
d’euros. C’est le
chiffre d’affaires
du marché français
du jeu vidéo en 2017.
4 milliards
de km2 : la surface
jouable dans
Minecraft. À titre
de comparaison, c’est
près de 8 fois la
superficie de la Terre
(510 millions de km2).
5 millions
Le nombre de fans
de e-sport en France.
3,4 millions
joueurs simultanés
ont été recensés sur
Fortnite, le 4 février
2018.
1,3 million
d’exemplaires du jeu
Fifa 2018 vendus
en 2017. C’est la
meilleure vente de
jeux vidéo de l’année.
911 000
consoles Nintendo
Switch ont été
vendues, en France,
en 2017.
451
siècles, c’est le temps
de jeu cumulé (en mai
2014) de tous les
joueurs du monde sur
Assassin’s Creed IV
Black Flag.
51 %
des Français jouent
régulièrement aux
jeux vidéo.
47 %
des joueurs réguliers
français sont des
femmes.
34
ans. Moyenne d’âge
des joueurs français.
E.P.
SHUTTERSTOCK
MOUR
353_FÉVRIER 2019_59
MONTER À CHEVAL SERAIT MOINS DOULOUREUX POUR VOTRE POPOTIN ET LES HÉRISSONS
HÉ
ÉRISSONS
N’AURAIENT PLUS RIEN À CRAINDRE SUR LES ROUTES ! OUI, MAIS…
ne roue animale, avouez-le,
ça vous semble impossible.
Les animaux sont faits d’un seul
tenant ; toutes leurs parties sont
reliées entre elles par des muscles,
des ligaments ou des tendons. À mesure
que la roue tournerait autour de son axe
vivant, les veines et
les artères qui l’irriguent
s’emberlificoteraient
jusqu’à entendre un sinistre
« skrotch » !
Mais pas si vite. À bien y
réfléchir, la roue n’a pas
besoin d’être alimentée par
des vaisseaux sanguins si
elle est constituée de tissus morts – un peu
comme la corne de rhinocéros, qui est
une sorte de touffe solide de poils
agglomérés. Quelque chose du même
genre pourrait pousser à partir de la patte,
U
à la manière des bois des cerfs, puis s’en
désolidariserait pour ensuite pouvoir
tourner librement.
Admettons. Une autre objection, plus
sérieuse, a été proposée par le biologiste
Richard Dawkins. Dans la nature, l’évolution
procède par des #mutations génétiques#
qui se font au hasard. Celles
nécessaires pour passer
d’une bestiole à pattes à
une bestiole sur roues
sont si nombreuses qu’elles
n’ont aucune chance
d’arriver d’un coup. Il
faudrait donc que tout cela
se produise graduellement,
au fil des générations.
Or, une mutation n’est transmise aux
générations suivantes que si elle n’est pas
un handicap pour son porteur. Et comme
toutes les étapes intermédiaires entre des
MARCHER
À 4 ROUES
OU ROULER
À 4 PATTES ?
U
K
PO
J
SV
TT
AR
… LES ANIMAUX AVAIENT DES ROUES ?
R
PLU
ET SI…
SCIENCE BUISSONNIÈRE QUESTIONS & RÉPONSES
pattes et des roues
es qui roulent
sont… des roues qui ne roulent
pas, eh bien, toutt ça ne
oir encadré
se produit pas (voir
ci-dessous). C’estt la raison pour
laquelle, selon Dawkins,
awkins, on n’a
jamais observé aucune
ucune bestiole
à roulettes.
Est-ce déjà la fin de
cette histoire, chers
ers lecteurs ?
Pas encore. Car les
es étapes
intermédiaires feraient
raient certes
des roues minables,
les, mais
pourraient constituer
tuer quand
même un avantage
ge pour
d’autres raisons.
Prenez les dinosaures.
aures. Il y a très
longtemps, leurs ancêtres ont
acquis des plumes.
es. Pas pour voler
– leurs plumes ressemblaient
ssemblaient à du
duvet – mais pour
ur les protéger du froid,
POURQUOI C’EST IMPOSSIBLE SELON DAWKINS
Pour passer des pattes aux roues,
de nombreuses étapes sont nécessaires.
Délirons un peu. Parmi une population
de bipèdes, un mutant apparaît : chez lui,
les griffes se courbent et se referment autour
des pieds (1). Si c’est un avantage, ces mutants
vont devenir la norme au fil des générations.
Par la suite, il faudra qu’une autre mutation
apparaisse dans la nouvelle population,
60_
353_FÉVRIER 2019
2
qui oblige ces « boucles » à être parfaitement
rondes (2). Rebelote : si cette nouvelle forme
est un avantage, elle va se répandre et
s’imposer. Et on continue avec la mutation qui
assure que les roues se désolidarisent du pied
pour tourner librement quand elles ont fini de
pousser (3), suivie, quelques générations plus
tard, de celle qui assure la croissance de tissus
lisses et épais au bon endroit autour de « l’axe
3
4
de rotation» pour que les frottements ne
soient pas trop douloureux… (4) Hélas, fait
remarquer le biologiste Richard Dawkins,
toutes ces étapes intermédiaires ne sont
jamais avantageuses. Au contraire, il s’agit
de terribles handicaps. Et jamais l’évolution
ne rendrait cela possible, surtout pas au
prétexte que « vous verrez, dans cinq millions
d’années, ce sera super ! »
STÉPHANE JUNGERS POUR SVJ
1
Certes, il n’a pas de
moteur, mais on p
peut
lui trouver des
substituts : com
comme
l’écureuil volan
volant, il
pourrait déplo
déployer
une membrane
membran
pour faire voile
voil au
vent. Peut-être que
membres
seuls ses mem
antérieurs sont
dotés de roues,
pourrait
si bien qu’il pou
encore user de
ses pattes arrière.
arrièr À
moins qu’il ne vvive
avec
en symbiose av
espèce
une autre espè
trouvé
qui aurait trouv
avantage à
s’associer à lui
!
pour… le pousser
pous
Une histoire
qui tombe à plat
avantage non négligeable ! Contrairement
à nos poils,
il quii sontt d
des fib
fibres ttoutes
t
simples, les plumes primitives des dinos
étaient des structures ramifiées, faites
de branches et de barbules : comme
ce n’était pas un inconvénient, cela s’est
transmis aux générations suivantes.
Un accessoire de séduction ?
Or, les matériaux constitués de
microscopiques barbules ont la propriété
de s’iriser dans la lumière, ce qui a permis
à certains porteurs de plumes d’arborer
des couleurs nettement plus flashy. Et, par
exemple, de faire en sorte que les mâles
se fassent remarquer des femelles. Comme
c’est le cas, aujourd’hui, chez les paons
mâles. Là encore, c’est plutôt un avantage.
Finalement, de nombreux dinosaures se
sont retrouvés couverts de grandes plumes
Stop, arrêtons-nous
arrêtons-nou là.
Même si la vie est
incroyablement inventive,
invent
il faut constater qu’aucun
animal sur roues n’existe.
Et l’explication est peut-être tout
simplement que c’est inutile. En effet,
effe
si nous trouvons la voiture, le vélo ou
ramifiées, à la fois légères, résistantes et
plus
que la
l rollers
ll
l pratiques
ti
l marche,
l Si bi
souples.
bien que, d
dans l’l’un d
des groupes les
c’est que nous avons grandi au milieu
de dinos où de nombreuses autres
de terrains lisses, plats et durs. Dans la
modifications corporelles étaient aussi
apparues (par exemple, un allongement du nature, on n’en trouve guère. D’ailleurs, la
bras et de la main), les individus ont fini par roue a presque complètement disparu de
la circulation entre l’Arabie et l’Inde il y a
être en mesure de voler : encore un gros
1 500 ans, lorsqu’on a trouvé un meilleur
avantage ! De la même façon, les roues
« imparfaites » pourraient, avant de rouler moyen de transporter les marchandises
sur la Route de la soie : à savoir, les
pour de bon, avoir servi à nos bestioles
quatre pattes des chameaux et des
intermédiaires à… « faire la roue »
dromadaires.
(ha, ha !) comme les paons.
D’où cette double conclusion. Primo, les
Admettons encore. Mais ce bestiau
à roulettes, comment fait-il pour avancer ? grandes théories qui expliquent pourquoi
les animaux ne roulent pas sont peut-être
#
fausses : la vraie raison est simplement
que les roues, dans la nature, c’est juste
Une mutation génétique est
nul. Deuzio, allez savoir, maintenant que
un changement accidentel dans
les gènes, les programmes chimiques
nous avons construit des routes partout,
portant le plan de fabrication d’un être
ça pourrait changer… René Cuillierier
vivant. Elle peut aboutir à l’apparition
d’une caractéristique inédite.
Zoom
353_FÉVRIER 2019_61
SCIENCE BUISSONNIÈRE
1 000 €
> Romain Raffegeau
Maxence de Rogalski,
12 ans, invente le
ChasseOTrésor
u cours de
l’été 2017,
Maxence
discute avec
un ami. Ce dernier
lui soutient que
la chasse au
trésor, un jeu
assez simple, n’est
pas à la portée
d’un robot. Piqué
au vif, Maxence,
passionné de
robotique, décide
de lui démontrer
le contraire.
Il imagine
un dispositif
ingénieux avec
des plaquettes
à poser sur
des boutonspoussoirs. Quand on pose
la bonne plaquette, un indice
s’affiche à l’écran. Maxence
trace une ébauche du
schéma électrique dans
un carnet. Et puis, le temps
RS
U
O
C
N
O
C
E
L S JEUNES
DE NTEURS
INVE
A
> Classe : 4e au collège
Victor-de-Laprade,
à Montbrison (Loire).
> Passions : robotique,
chimie, escalade.
> Métier rêvé :
ingénieur
en robotique.
passe… La rentrée,
les devoirs, tout
l’éloigne de son
idée. Jusqu’à
ce que, enfin,
aux dernières
grandes vacances,
Maxence ait le
temps de travailler
sur son invention.
Le ChasseOTrésor
est né : un « robot »
confectionné
dans une boîte
à chaussures
peinte en blanc.
L’intérieur abrite
une carte
de type Arduino,
sur laquelle
le programme
du jeu est installé,
et une pile de 9 volts pour
l’alimenter. Il ne reste plus
aux joueurs qu’à trouver les
indices. Et à Maxence, à se
féliciter de son invention qui
lui rapporte le prix Innovez !
POUR PARTICIPER AU CONCOURS
Retrouvez le bulletin d’inscription et le règlement sur
JUNIOR.SCIENCE-ET-VIE.COM
62_
353_FÉVRIER 2019
1
2
3
5
6
7
9
10
11
13
14
15
1
LES INDICES
Dans cette chasse au
trésor high-tech, les indices
sont fournis par des
plaquettes de plastique
carrées, percées de quatre
trous. Elles sont cachées par
l’organisateur de la partie.
À chaque fois qu’un joueur
en trouve une, il doit la
placer sur le ChasseOTrésor
pour que celui-ci dévoile
l’indice permettant
de trouver la plaquette
suivante. Chacune
se distingue par le nombre
et la position des vis que
Maxence y a insérées
(et bloquées par des écrous).
Une vis en haut à gauche
pour la plaquette 1, une vis
en haut à droite pour la 2,
etc. En tout, il y en a 15
(voir schéma ci-dessus, la
flèche bleue indiquant le sens
de la plaquette). De quoi
faire une chasse comptant
jusqu’à… 16 étapes (l’indice
de la plaquette 15 mène
au trésor final).
À GAGNER TOUS LES MOIS
Boutons
A0 à A3
Bouton A5
Bouton A4
4
8
12
Le chasseur appuie sur le bouton A4 pour
obtenir la première énigme, celle indiquant où
trouver la plaquette 1. Si le message fait plus
de deux lignes, il faut appuyer sur le bouton A5,
sous l’écran, pour en afficher la fin. Une variable
du programme, baptisée « indice », passe alors à la
Réglage de la
luminosité
de l’écran
valeur 1 pour indiquer au programme qu’on a lu
la première énigme et que l’on doit lui fournir
la plaquette 1. Pour la trouver, le joueur doit
résoudre l’énigme. Une fois la plaquette découverte,
il la pose sur l’emplacement dédié aux indices,
constitué des 4 boutons-poussoirs A0 à A3.
Bouton A5
3
Bouton A0
Bouton A1
Bouton A3
Bouton A2
Bouton A4
Pile 9V
Interrupteur
Entrées reliées
aux boutons
ASTUCE
Pour créer une nouvelle chasse au trésor,
il suffit d’éditer le programme sur un
ordinateur et de le modifier. Après avoir
chargé le nouveau code sur la carte
Arduino, une autre partie commence !
Carte Arduino
SANDRINE FELLAY POUR SVJ
2
DÉMARRAGE DU JEU
LE LECTEUR
D’INDICES
En plaçant la plaquette sur
le ChassOTrésor, les vis
enclenchent les boutons situés
sous elles. La plaquette 1
enfonce celui en haut à gauche,
fermant un circuit électrique de
sorte qu’une tension s’applique
sur l’entrée A0 de la carte
Arduino. Puis le joueur appuie
sur le bouton A4.
Le programme vérifie
que l’entrée A0 est bien sous
tension, correspondant
à l’indice 1. Il affiche alors la
deuxième énigme. La variable
« indice » prend la valeur 2.
La machine attend dorénavant
la plaquette 2… Et ainsi de suite,
chaque indice étant associé
à une configuration de boutonspoussoirs et à une tension
transmise à la carte Arduino.
353_FÉVRIER 2019_63
SCIENCE BUISSONNIÈRE L’EXPÉRIENCE À NE PAS FAIRE VOUS-MÊME
SE FAIRE CUIRE
UN ŒUF
E
H
C
U
R
D’AUT
Quoi de mieux qu’un œuf quand on a
un petit creux à caler ? Ayant une
grosse faim, j’ai voulu aller piocher
dans le nid d’un gros oiseau. Logique…
mais pas de tout repos !
Jérôme Blanchart
out ça, c’est à cause de mon
estomac. Ou plutôt, de l’emprise
qu’il exerce sur moi lorsqu’il est
vide et commence à gargouiller
telle une créature énorme et
menaçante. Les estomacs vides sont de
puissants télépathes : impossible de
résister aux ordres qu’ils expédient
directement dans notre cerveau.
« Un saladier de pâtes à la
bolognaise ! » « Un cake
aux fruits confits et son
litre de glace ! » « Un kilo
de risotto ! Non, deux ! »
Ce matin-là, devant mon
frigo vide, son vœu
semblait plutôt facile
à exaucer : « Un œuf
à la coque ! » Sauf que je le
connaissais, mon estomac : un simple
œuf de poule ne lui suffirait pas. Pour
faire taire ses gargouillis, il lui faudrait
quelque chose de plus imposant.
Je savais bien d’où lui venait cette idée.
La veille, j’avais admiré un drôle
d’oiseau dans un zoo : un casoar à
casque, le plus grand oiseau au monde
après l’autruche (les femelles peuvent
T
353_FÉVRIER 2019
TRAGIC MATT
ACTIVITÉ
JOURNALISTE
PARTICULARITÉ
PRÊT À
RISQUER SA
VIE POUR SVJ
atteindre 1,70 m pour 50 kg). Comme
elle, il ne peut pas voler : c’est un ratite,
un oiseau coureur, également
apparenté à l’émeu et au kiwi. Côté
look, en revanche, il est unique : deux
longues pattes musclées et écailleuses,
un corps couvert de plumes semblables
à de longs poils noirs, un cou dénudé,
bleu électrique et rouge sang, une tête
couronnée d’une énorme
crête osseuse (voir photo
page de droite). Son nom
malais, cassuwaris, signifie
d’ailleurs « tête casquée ».
Pour ma part, si j’avais été
le premier à le découvrir
dans ses forêts natales
de Nouvelle-Guinée
ou d’Australie, j’aurais
été tenté de le baptiser Casoasorus rex,
tant la ressemblance avec un terrible
dinosaure est frappante. Mais enfin,
je l’avais découvert dans un zoo,
et la première pensée qui m’était venue
n’était pas digne d’un naturaliste : je me
demandais quelle taille de poêle serait
nécessaire pour faire une omelette avec
un seul de ses œufs – verts et deux fois
GARE AUX
COUPS
DE PATTES
MORTELS !
64_
L’EXPÉRIMENTATEUR
plus hauts qu’un œuf de poule.
Passeport, machette, réchaud à gaz,
cuillère à soupe, coquetier géant…
J’avais commencé à remplir mon sac à
dos pour une expédition dans le nordest de l’Australie lorsque je songeais
à un point délicat : comment subtiliser
un œuf à ce vélociraptor moderne ?
Une brève plongée dans l’histoire
des faits divers locaux me coupa – très
temporairement – l’appétit. En 1926,
un garçon a été égorgé par un casoar
dans son ranch du Queensland. Depuis,
on a recensé tant d’attaques sur
l’homme que l’animal a été mentionné
#
Zoom
Le carré d’un nombre est le résultat
de la multiplication de ce nombre
par lui-même. La racine carrée est
le nombre qui, multiplié par lui-même,
donne le nombre de départ.
en guise de mouillette, je me prépare
à lancer la cuisson… Lorsque je
m’interroge : quel temps ? Pour un œuf
de poule de 5 centimètres de diamètre,
comptez 3 minutes. Mais pour un œuf
d’autruche de 15 centimètres ?
dans le Livre Guinness des records
comme « l’oiseau le plus dangereux
au monde ». Il dispose, en effet, d’une
griffe effilée à chaque patte, longue
d’environ 10 centimètres, soit autant
que celles du tigre. Menacé, il projette
ses deux pattes vers l’avant, en un coup
de pied sauté capable de lacérer
le ventre ou le cou d’un humain. Ajoutez
à cela qu’il est capable de piquer des
pointes de vitesse à 50 km/h, et mon
plan « à la coque » se transforme en plan
« à la noix ». Je renonce.
Mais pas mon estomac. Sous son
influence, je me tourne vers l’autruche
d’Afrique. En apparence, l’idée semble
encore plus mauvaise : 2,75 m de haut
(sa tête est donc à la hauteur du filet
d’un panier de basket), 150 kg, pointes
de vitesse à 70 km/h et coups de pattes
mortels, même pour les lions dans la
savane… Heureusement, je ne vais pas
m’enfoncer dans la savane. En France,
on compte environ 50 élevages
d’autruches qui produisent 1 500 tonnes
de viande par an (notre pays en
consomme 4 800 tonnes par an – contre
1,6 million de tonnes de poulet). Et il
se trouve que certains éleveurs vendent
leurs œufs. Enfin, je vais pouvoir
le remplir, mon coquetier géant !
Une baguette découpée en deux
Affamé, je réalise qu’il ne suffit pas de
multiplier le temps par trois : la chaleur
diffuse dans l’œuf depuis l’extérieur.
C’est-à-dire que sa pénétration n’est
pas du tout linéaire : elle est
proportionnelle à la #racine carrée#
du temps de cuisson ! Au bord de
l’inanition, je brûle mes dernières
réserves d’énergie dans un calcul sur
un coin de nappe, et j’en arrive à un
temps d’à peu près trente minutes…
J’en ajoute dix pour qu’il soit bien cuit.
Un coup de scie – il paraît que la
coquille épaisse de 3 mm supporte
le poids d’un homme sans se briser,
alors elle n’a rien à craindre d’une petite
cuillère ! – et la dégustation peut
commencer. Trois heures plus tard, mon
estomac est toujours aux commandes.
J’ai beau lui expliquer
Les œufs du
qu’un œuf d’autruche
casoar sont verts,
pèse 1,5 kg et a le
deux fois plus
hauts que ceux
volume de 30 œufs de
de
la poule… et
poules, il est impossible
par les
protégés
à raisonner :
griffes
10 cm
griffe
f s de 10
cm au
jamais il
bout de ses pattes.
ne laissera
un œuf
à la coque
inachevé !
Je crois que
je vais
exploser… Le mois prochain,
ain,,
retrouvez notre
e
rubrique Magic
ic Mat
Maths.
ths
hs.
QU’EST-CE QU’UN ŒUF ?
Un œuf est une sorte de vaisseau spatial :
il contient tout ce dont un oiseau a besoin
pour accomplir le long voyage de
la fertilisation à la naissance (21 jours
pour une poule, 45 pour une autruche).
En comparaison, les embryons des
mammifères sont ravitaillés en permanence
par leur mère, via le cordon ombilical.
Pour faire sans, l’œuf doit être très nutritif.
Le blanc est composé d’eau et de protéines.
Le jaune, d’eau
et de beaucoup de
lipides – de l’énergie concentrée sous forme
de matière grasse. Le plus fou, c’est qu’un
œuf est en fait une simple cellule, issue
d’un ovocyte de la mère, fécondé (ou non)
par un spermatozoïde du père. Le plus gros
œuf d’autruche jamais pesé (2,589 kg),
en 2008, en Suède, est donc aussi la plus
grande cellule vivante connue à ce jour !
SHUTTERSTOCK
ILLUSTRATION : GRÉGOIRE CIRADE POUR SVJ. PHOTO : B&B POUR SVJ.
Trente minutes sur le feu
353_FÉVRIER 2019_65
SCIENCE BUISSONNIÈRE
LA BIOLOGIE
DE L’AMOUR
Saint-Valentin oblige, parlons d’amour… mais
à la sauce SVJ, bien sûr ! L’amour, ça ne s’explique
pas ? Eh bien si, répondent les scientifiques. Et
c’est dans le cerveau que tout se joue, ou presque.
Carine Peyrières
20TH CENTU
RY FOX
Un « radar » dans la tête
En effet, notre cerveau est équipé d’une
sorte de radar automatique destiné
à repérer très vite ce qu’il ne faut pas
« louper » dans le brouhaha de notre
environnement. Aussi bien ce qui peut
être dangereux – comme ce serpent dans
le coin ou ce gars à l’air louche – que ce
qui pourrait nous apporter
un
n immense bonheur, comme
ENT
T
une chose est sûre : ce choix se fait sans
que vous y ayez réfléchi, fait l’inventaire
des qualités et défauts de l’autre.
Bref, sans en avoir conscience.
SUMMIT ENTERTAINM
omber amoureux, c’est renversant,
magique, une expérience unique !
Quoique… pas si unique que ça.
Car si chaque histoire d’amour possède
ses propres acteurs, ses décors, ses
rebondissements, la trame, elle, est
immuable. Elle est écrite dans la structure
même de notre cerveau qui, dès la
puberté, met en œuvre une série de
mécanismes biologiques et chimiques
pour nous inciter à trouver un(e)
partenaire, à le (la) conquérir, puis à nous
y attacher. C’est la même pièce de
théâtre, en quatre actes,
qui se joue chez
tous les êtres
humains depuis la
nuit des temps…
Acte I : l’étincelle.
Elle vous tombe
dessus sans crier
gare. D’un coup,
vous craquez pour
quelqu’un.
Pourquoi elle,
pourquoi lui ? C’est
encore un mystère
pour la science. Mais
ce top model qui arrive au lycée. Sur
quelles bases votre cerveau vous dit-il
qu’Untel ou Unetelle est à tomber
ou pas ? Probablement d’infimes détails
(un sourire, une allure, le contexte dans
lequel a eu lieu la rencontre) qu’il peut
relier à des événements agréables
stockés dans votre mémoire. Si la somme
ou la force de ces détails est suffisante,
il étiquette la personne « désirable +++ ».
Parfois, cela arrive au premier coup d’œil !
D’autres fois, à retardement : on craque
sur un(e) ami(e) dont une parole
ou une action a fait soudain grimper
« la cote de désirabilité ». Et c’est parti !
Si, jusqu’ici, tout s’est déroulé à votre
insu, votre cerveau va désormais tout
faire pour que vous ne ratiez pas ce
Expliquer l’amour ? Hors de question au cinéma,
où les mystères de la passion font toujours un carton.
66_
353_FÉVRIER 2019
MO/CDM POUR SVJ
potentiel « grand amour ». Comment ? En
le mettant sous le feu des projecteurs. La
région du cerveau consacrée à l’attention
se focalise sur sa cible. D’un coup, vous ne
voyez que lui, qu’elle,
le reste disparaissant
dans un nuage.
En même temps, votre
hypothalamus (une
petite structure dans
le cerveau) déclenche
la libération dans votre
organisme d’un tas
de substances qui font
battre votre cœur très vite, flageoler
vos jambes, monter le rouge aux joues.
Ce feu d’artifice intérieur fait jaillir
une évidence dans votre esprit : cette
personne vous plaît ! Dès lors, vous
n’aurez qu’une envie, lui plaire à votre
tour, la conquérir.
Ainsi débute l’acte II. Le moment où
il vous pousse des
ailes… Et là encore,
vous n’y pouvez rien.
Car, dans votre
cerveau, tout
un ensemble de
#
neurones#, répartis
dans plusieurs
régions, s’est activé :
ils forment le système
de la motivation – également nommé
circuit de la récompense. C’est lui qui
nous pousse à réaliser des actions en
nous donnant un aperçu du plaisir qu’on
UNE FOIS LA
PERSONNE JUGÉE
« DÉSIRABLE », LE
CERVEAU S’EMBALLE
#
Zoom
pourrait en retirer. Autrement dit,
il fabrique le désir. Le désir d’un éclair
au chocolat, de gagner le tournoi
de tennis… ou de se jeter dans les bras
de la personne pour qui vous craquez !
Attiser le désir en stimulant
l’imagination
Ce système carbure à la dopamine, une
substance libérée par le centre principal
du circuit de la motivation, situé dans les
profondeurs du cerveau. Elle va stimuler
votre imagination, titiller vos émotions
pour vous faire miroiter le plaisir que vous
ressentiriez en embrassant l’élu(e) de votre
cœur (enfin, de votre ciboulot, plutôt).
Surtout, la dopamine va vous insuffler
de l’énergie, booster vos muscles, vous
Neurones : cellules du système nerveux.
Ils forment des réseaux qui leur
permettent de communiquer entre eux.
353_FÉVRIER 2019_67
SCIENCE BUISSONNIÈRE
MO
embrasse, un flot de dopamine se
déverse dans votre cerveau, provoquant
un intense frisson de plaisir. Votre
mémoire étiquette ces expériences
comme particulièrement agréables.
Vous n’avez donc de cesse de
recommencer. Vous êtes obnubilés l’un
par l’autre. Et même quand vous êtes
séparés, la simple vue d’une veste
ressemblant à la sienne ou quelques
notes de ce morceau que vous aimez
tous les deux suffisent à réenclencher la
machine à dopamine, et à vous donner
l’envie irrépressible de vous retrouver.
Pire, dès que la réponse à votre SMS
tarde ou qu’un week-end en famille
vous éloigne, vous êtes frustré(e), vous
vous sentez mal.
/C
DM
Accros à l’amour
U
SV
J
mettre sous tension pour vous pousser
à agir. Attention, pas en mode bourrin
kamikaze ! En effet, la zone du cerveau
dédiée à la raison et à la réflexion,
le cortex frontal, vous crie qu’aller déclarer
direct votre flamme, ce serait la honte
assurée. Et puis, la dopamine mobilise
aussi ce cortex frontal pour l’inciter
à élaborer une stratégie d’approche.
Attirer l’attention de l’autre…
quitte à être ridicule !
Votre soudaine envie de soigner votre
apparence, par exemple, vient de là.
Tout comme les stratagèmes un peu sioux
pour croiser « par hasard » celui ou celle
sur qui vous avez flashé : oublier votre
classeur dans sa classe, faire un détour par
son quartier le matin… Et voilà qu’au lieu
de réviser pour un examen important,
vous passez des heures sur son Instagram
ou sa chaîne YouTube afin d’en apprendre
plus sur lui ou sur elle, et découvrir
comment le (la) faire craquer.
Eh oui, ce n’est pas parce que la zone de
la raison est impliquée que les stratégies
sont toujours d’une grande finesse.
Qui ne s’est jamais ridiculisé, au moins un
68_
353_FÉVRIER 2019
peu, dans pareille situation ? Mais c’est
normal. Plus vous partagez de bons
moments avec votre
coup de cœur, plus
vous sentez (ou croyez
sentir) qu’il (elle) n’est
pas insensible à votre
charme, et plus le
circuit de la motivation
s’emballe dans votre
cerveau. Il finit par
crier plus fort que le
cortex frontal, qui incite à la prudence.
Et vous trouvez enfin le courage de vous
déclarer !
L’acte III, si acte III il
y a (car oui, il arrive
qu’on se soit fait
des films et qu’on
se fasse
éconduire), est le
plus décoiffant.
C’est celui où vous
êtes enfin en
couple. À chaque
fois que l’autre
vous prend la
main, qu’il vous
Les données recueillies par l’imagerie médicale (ici,
deux ados s’embrassant dans un IRM) ont permis
de repérer les zones du cerveau activées
chez les amoureux !
Le système de la dopamine – qui est
aussi celui activé par les drogues – vous
rend en quelque sorte accro à l’autre.
Et capable de douces folies, comme
supporter un trajet
de deux heures pour
passer juste quinze
minutes ensemble.
À ce stade, l’amour
donne des ailes…
géantes ! Les flots
permanents de
l’énergisante
dopamine vous
rendent euphorique, vous font vous sentir
plus joli(e), plus fort(e), plus intelligent(e).
Prêt(e) à déplacer des montagnes dans
UNE FOIS EN
COUPLE, LE
CERVEAU FAIT TOUT
POUR QUE ÇA DURE
THIERRY BERROD / MONA LISA / LOOKATSCIENCES
PO
R
LES YEUX DE L’AMOUR
tous les domaines : remporter un match,
se présenter comme délégué(e), réaliser
vos rêves les plus fous. Vous êtes dopé(e).
Et votre cerveau fait tout pour que ça dure.
En effet, dès les premiers baisers, votre
hypothalamus a libéré de l’ocytocine, une
#
hormone# qui joue les philtres d’amour.
Elle favorise l’empathie, le fait que l’on
se préoccupe de l’autre, que l’on ait envie
de le réconforter, de le défendre, de
le rendre heureux. Des expériences ont
aussi prouvé qu’elle nous fait voir l’autre
« plus beau » (voir encadré à droite). Tous
ces processus nous incitent à rester fidèle.
Et c’est sans doute la fonction originelle
de l’amour : lier les couples suffisamment
pour que, s’ils ont des enfants, ils en
prennent soin ensemble.
Ces mécanismes instinctifs se sont
probablement développés à la
préhistoire. À cette époque, où les
conditions de vie étaient plus difficiles
qu’aujourd’hui, la coopération entre
les parents, l’établissement d’une vraie
structure familiale favorisait probablement
la survie des jeunes humains qui,
contrairement aux autres bébés animaux,
restent longtemps incapables de se
débrouiller seuls.
L’ocytocine nous pousse à être fidèle, en nous
faisant voir notre partenaire plus beau. Pour le
prouver, des chercheurs allemands ont réalisé
l’expérience suivante. Ils présentent à des
individus amoureux deux clichés : un de leur
amoureuse, un d’une demoiselle, jugée tout
aussi séduisante par un autre groupe
d’hommes. Ils leur demandent d’évaluer
la beauté de chacune, en donnant une note
(voir schémas ci-dessus).
Avec ocytocine
Forte préférence pour l’amoureuse
VIVIEN GROS POUR SVJ
Sans ocytocine
Petite préférence pour l’amoureuse
1 Le participant inhale un mélange sans
2 Cette fois, le cobaye reçoit une inhalation
ocytocine (phase de contrôle de l’expérience).
Résultat : les volontaires donnent une
meilleure note à leur dulcinée qu’à l’inconnue.
d’ocytocine. Résultat : la note donnée
à l’amoureuse augmente considérablement.
Les participants la préfèrent toujours aux
inconnues, mais bien plus que la première fois !
Acte IV : la rupture. Car, bien sûr, l’amour
ce n’est pas que de la chimie. Si les
substances sécrétées par notre corps
favorisent la relation, elles ne garantissent
pas son succès. Au fil du temps, on peut se
rendre compte que l’on n’est pas (ou plus)
sur la même longueur d’onde ou que ce
n’était pas aussi réciproque qu’on croyait.
Et quand on se fait larguer, ça fait mal !
On ne peut s’empêcher de ressasser dans
sa tête les bons moments. Problème, ces
souvenirs réactivent sans cesse le système
de la motivation. Aveuglé par le désir
et la frustration, boosté encore par la
dopamine, on peut chercher à reconquérir
l’amour perdu. On lui envoie des SMS,
on se remet en question – « Qu’est-ce que
j’ai fait ? Qu’est ce qui ne va pas chez
moi ? » –, on promet de changer…
#
Zoom
DIRK SCHEELE/UNIVERSITY OF BONN
De l’euphorie à la déprime
Les hormones sont des messagers chimiques
produits par le corps. Elles régulent le
fonctionnement des cellules et des organes.
Nous avons volontairement simplifié l’expérience
détaillée ci-dessus, qui se déroule en fait dans
une machine à #IRM#. Observé par imagerie
médicale, le cerveau des participants a révélé que
la prise d’ocytocine renforçait l’activité du système
du désir (zones en jaune sur les visuels à gauche)
face au visage de l’amoureuse.
Mais un beau jour, on se rend compte
que c’est bien fini. Nos désirs n’étant plus
satisfaits, le niveau de dopamine baisse
considérablement. On se sent moins
motivé, on a moins d’énergie : on déprime.
Par chance, il n’y a pas que l’amour qui
actionne la pompe à dopamine. Retrouver
ses potes, reprendre le foot ou la guitare,
préparer des vacances, ça marche aussi.
Petit à petit, vous allez vous sentir mieux.
Et qui sait, recroiser par hasard une autre
personne, « unique », qui vous fera à
nouveau craquer comme une biscotte !
Remerciements à Jean-Pol Tassin (Institut de
biologie Paris-Seine), Serge Stoléru (Inserm),
Sylvie Thirion (Institut de neurosciences de la
Timone), Sébastien Bouret (Institut du cerveau
et de la moelle épinière).
L’IRM (imagerie à résonance magnétique) est
une technique d’imagerie médicale. Elle permet
notamment d’observer l’activité des différentes
régions du cerveau.
353_FÉVRIER 2019_69
BD
LA BELLE HISTOIRE DE CASTOR MOTHER
LA LIBELLULE QUI FEINT LA MORT
Pfff !
Trop de trucs
àf
faire aujourd’hui.
j’ai p
pas envie....
Je suis sûre que,
vous aussi, a vous
arrive quelquefois.
a arrive à tout le monde!
Même dans la nature,
a
les animaux manquent
parfois
a
d’envie
pour certaines
t
choses.
Les femelles libellules,
par exemple. Elles ont
trouvé un bon moyen
t
de s’éviter certaines
corvées.
Dans les alpes suisses, le chercheur
f était
ét
tait venu
Rassim Khelifa
récupérer des oeufs d’insectes
pour son travail.
trava
a il. il fut témoin
d’un phénomène surprenant.
t
t
Une femelle libellule était
poursuivie
d, soudain, elle chuta
chut
ta
par un mâle quand
en plein vol… et s’écrasa au sol, inerte.
Surpris, le mâle n’insista
t pas
pas Et partit
partit
courtiser une autre femelle, laissant
la première pour morte.
Pourtant,
Pourtant
t t, elle était
ét
tait bien vivante.
viv
vante.
Dès que le scientifique s’est approché,
l’insecte a immédiatement
pris la fuite.
a
Pourquoi cette libellule a-t-elle
a-t- elle simulé
sa mort ? Tout simplement pour éviter
de s’accoupler avec
le mâle !
a
Preuve de l’efficacité de cette
technique : d’après le chercheur, sur
27 femelles l’ayant
’a
ayant utilisée, 21 ont
échappé aux assauts de leur don juan.
Celles qui ne le faisaient
pas,
f
pas, en
revanche,
v
, subissaient toujours
l’étreinte du mâle.
Allez,
mademoiselle,
fais pas
p
t
a timide !
ta
Le relou… tu
vois p
pas que je
suis morte, là ?
Pour les femelles, la
reproduction est très
coûteuse en énergie. Rassim
khelifa pense que celles qui
feignent la mort cherchent
à économiser leurs forces.
Comme elles ne s’épuisent
pas à pondre en permanence,
elles survivraient plus
longtemps… et auraient donc
une plus grande descendance.
Malheureusement,
ce procédé ne
fonctionne pas pour
éviter de faire ses
devoirs. désolée
désolée...
j’aurais
dû faire
f
comme
christine…
À bientôt
pour une
nouvelle
histoire !
Ce n’est qu’une
hypothèse.
Et, bien sûr,
les femelles
ne choisissent
pas ce
comportement :
Il est
instinctif.
353_FÉVRIER 2019_71
Numéro 8
Supplément illustré
LE JOURNAL DE L’ÉTRANGE
“L’étrangeté est le condiment nécessaire de toute beauté.” Charles Baudelaire
P. 76 Image mystère.
Frankenscience.
P. 77 Le cabinet de curiosités.
La liste étrange.
P. 78 Les Sentinelles,
le peuple qui veut
vivre caché
> mortel !
a été brisé en morceaux…
Leur registre théâtral est digne
de la Comédie française.
Pourtant, nul n’égale Fernando
Nuno La Fuente, footballeur
amateur dans le club de
Ballybrack, en Irlande. Lui, c’est
carrément sa mort qui a été
simulée ! Juste avant un match
de championnat, le secrétaire
du club a annoncé que
Fernando avait péri dans un
accident de moto. Le match a
été reporté – c’était l’objectif de
la supercherie –, tous les autres
clubs ont respecté une minute
de silence en hommage, et une
notice nécrologique a même été
publiée dans un journal local.
Finalement, la nouvelle de son
décès est arrivée jusqu’aux
oreilles de Fernando…
qui n’était au courant de rien.
« Je jouais à un jeu vidéo
lorsque j’ai eu un appel
du travail. Ils m’ont dit : “Tu es
célèbre !” C’est comme ça que
j’ai appris que j’étais mort. »
Le club s’est excusé, son
secrétaire a été viré. J.B.
CAPUCINE DESLOUIS POUR SVJ
P. 74-75 Sur le vif. Les
cinglés du mois.
Destination fatale.
hez les footballeurs
professionnels, certains
ont élevé la simulation
au rang d’art. Vols planés
stratosphériques, larmes
de crocodile, mains serrées sur
un tibia dont tout indique qu’il
C
353_FÉVRIER 2019_73
Sur le vif
> colléserré
A
SE
YS
RG E
/C
AVVI
WPA / BARCROFT IMAGES/
ABAC
A
ussi tendrement enlacés
qu’un couple de
danseurs, ces varans du Sri
Lanka mériteraient qu’on leur
décerne le prix du plus beau
tango reptilien. Mais on ferait
une belle erreur de
jugement ! Les reptiles – deux
mâles – s’affrontent dans une
lutte féroce d’où la tendresse
est exclue. À l’issue du
combat, le vainqueur
gagnera le contrôle
absolu surr le
le boutt
de territoire qu’ils
se disputent. E.D.
SEAN RAYFORD/GETTY IMAGES/AFP
LE JOURNAL DE L’ÉTRANGE
MI
GLÉS DU
N
I
OIS
M
LES
C
74_
353_FÉVRIER 2019
Train fantôme
Australie. Le chauffeur d’un
train de 268 wagons chargés
de minerai de fer descend de
sa cabine pour effectuer une
inspection. Le train repart…
sans lui. Les autorités ont fait
dérailler le convoi 100 km plus
loin, avant qu’il arrive en ville.
C
E
HA
LP
RO
/AP
BST
A
/SI P
Serpent surprise
La tête dans le…
La scène a été filmée par une caméra
de surveillance dans une prison
thaïlandaise. Un prisonnier de 23 ans
interpelle un gardien : il y a un cobra
dans sa cellule ! Le surveillant ouvre,
entre… Le prisonnier, lui, sort, ferme
et prend la tangente, laissant le gardien
trop crédule avec le reptile imaginaire.
Dans le cadre d’une expérience publiée
dans une revue de pédiatrie, six
volontaires ont avalé des têtes de Lego
pour résoudre un antique mystère :
combien de temps faut-il à ce bout de
plastique pour traverser le tube digestif ?
On vous passe les détails expérimentaux
pour vous livrer la réponse : 41 heures.
> Miroir
trempé
A
Destination fatale
> Le Cenzub
b
> Selfiecontrôle
U
ne jambe fléchie
fléchie, l’autre
tendue, serait-ce le prélude à
un coup de pied mortel
mor suivi d’un
coup de bâton dans les gencives
d’un ennemi invisib
invisible ? En fait,
ce touriste chinois prépare sa
pose. Avec sa per
perche, il repère
la distance à laq
laquelle il doit
placer son écra
écran avant de
la faire pivote
pivoter pour que le
cliché englob
englobe son humble
personne et l’opéra
l
de Francfort der
derrière lui
(non visible ici). Qu
Quand le selfie
devient un art de précis
précision ! E.D.
FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
ucun trucage n’a été
utilisé pour obtenir cet
effet miroir : le photographe
a juste profité du passage
d’un ouragan ! Ce phénomène
climatique a déclenché des
pluies torrentielles dans
le sud des États-Unis, faisant
sortir de leur lit plusieurs
cours d’eau. La rivière
Waccamaw a ainsi inondé
la ville de Bucks
Bucksport,
ce voiture
où était garée cette
bleue. Avouez qu’il
qu était
captu
tentant de capturer
son reflet
dans ce miroir liquide
li
éphémère ! E.D
! E.D.
LOCALISATION
9°34’02.6 Nord
3°54’33.8 Est
(Sissonne, France)
CATÉGORIE
Ville fantôme.
DESCRIPTION
Une ville de 5 000 habitants…
sans habitant, avec une gare
sans train, un cimetière
sans cercueils, des restaurants
sans clients. À quoi sert cette
mystérieuse cité ? À accueillir
des soldats français qui
viennent s’entraîner à la guerre
avant de partir au combat.
Cette ville fantôme est en fait
le Centre d’entraînement aux
actions en zone urbaine
(Cenzub), situé au cœur
du camp militaire de Sissonne,
dans l’Aisne. L’objectif de
ce centre est de simuler
des attaques de type guérilla
urbaine, où les soldats
doivent progresser entre
les immeubles et s’affronter
dans des combats rapprochés.
CE QU’ON
EN PENSE
En tant que partisan de
la non-violence et cinéphile,
je suggère plutôt au
propriétaire des lieux – l’armée
française – de louer ces décors
à des réalisateurs de films
apocalyptiques. E.D.
Oh my Godzilla !
Victoire fumeuse
Gros cylindré
Au large du Japon, la petite île d’Esanbe
Hanakita Kojima a disparu. Elle culminait
à 1,4 mètre au-dessus de la mer. Il est fort
probable qu’elle ait été victime de l’érosion,
accélérée par les va-et-vient répétés de
l’eau. Mais une autre explication domine
sur les réseaux sociaux : cette destruction
serait l’œuvre de Godzilla !
L’affaire a fait grand bruit chez les joueurs
de fléchettes professionnels. Après
le match qui les opposait lors du tournoi
mondial de Wolverhampton, deux champions
se sont mutuellement accusés de ne pas
avoir lâché seulement des fléchettes.
Défense du vainqueur : « S’il pense
que j’ai pété, il se trompe à 1 000 %. »
Vous n’êtes pas enfant de chœur à Zebbug,
petit village du centre de Malte ? Tant
mieux pour vous. Gwann Sultana, tout juste
nommé archevêque, a défilé dans ses rues
à bord d’une Porsche Boxter S décapotable
dont il avait laissé le moteur éteint : une
douzaine d’enfants tout de blanc vêtus
tractaient l’engin ! J.B.
353_FÉVRIER 2019_75
FRANKENSCIENCE
C’EST QUOI ?
Affetto, une tête d’enfant robotisée développée
par l’université d’Osaka (Japon).
CE QU’ON EN PENSE ?
Malgré tout le talent et la bonne
volonté des chercheurs, il faut bien
avouer que chacune des mimiques
d’Affetto est absolument
effrayante ! E.D.
76_
353_FÉVRIER 2019
SI
ER
IV
UN
A
AK
À mesurer les déformations du visage
selon les différentes expressions qu’il
prend. Les chercheurs ont déterminé
des points de repère sur la peau
du robot et ont enregistré précisément
leurs déplacements. Grâce à ces
données, ils espèrent rendre
les expressions des robots toujours
plus réalistes.
OS
À QUOI ÇA SERT ?
TY
Incandescent comme l’œil de Sauron, le demi-globe s’échauffe sous la flamme d’un chalumeau. Il s’agit d’un œil
de verre qu’un prothésiste allemand modèle patiemment, jusqu’à lui donner un aspect ultraréaliste. L’artisan
n’a pas le droit à l’erreur, puisque son œuvre viendra in fine ranimer la flamme d’un regard éteint. E.D
ANDREAS ARNOLD/DPA/MAXPPP
IMAGE MYSTÈRE
LE JOURNAL DE L’ÉTRANGE
LA
> 5 FINS
MONDE
DU M
RA
RATÉES
D
epuis des siècles, dans les hautes vallées de
Papouasie-Nouvelle-Guinée, les conflits entre
tre
villageois se règlent souvent lors de batailles,
armes à la main. Pour se protéger, les Papous
fabriquent de longs boucliers. Ils sont
traditionnellement décorés de motifs
géométriques. Mais depuis la fin des années
ées
1940, ils peuvent être ornés du Fantôme,,
un personnage de comics né en 1936.
Ces bandes dessinées ont été amenéess
dans cette région du Pacifique,
pendant la Seconde Guerre mondiale,
ale,
par les soldats américains. E.D.
GE
le cabinet de curiosités
iosi
> BOUCLIER
PAPOU POP
E ÉTRA
T
S
N
LI
OLIVIER GARCIN - MUSÉE DES CONFLUENCES
1975
1
L’épais
bouclier est
sculpté dans
un tronc d’arbre.
Écrits de la Bible à l’appui, les
Écr
Témoins de Jéhovah affirment
Té
avoir calculé que l’armageddon,
av
l’u
l’ultime combat entre le bien et le
mal, aurait lieu en 1975. Quelqu’un
m
a dû s’emmêler dans les calculs !
17 DÉCEMBRE 1996
En contact avec des aliens,
l’Américain Sheldan Nidle a prédit
que des millions d’extraterrestres
allaient débarquer sur Terre
et vaporiser les humains à coups
de laser. On les attend toujours !
1ER JANVIER 2000
2
Les Papous
pei
peignent
souvent
ce justicier,
surnommé « l’ombre
qui marche »
ou « l’homme qui ne
peut pas mourir »,
car il a la réputation
d’être invulnérable
et incarne pour
eux une protection
magique.
3
Cette plaque
d’immatriculation provient
du véhicule d’un
fonctionnaire papou qui
l’a clouée sur son bouclier.
En 1993, le Canadien Peter
de Jager annonce que le passage
à l’an 2000 va faire buguer les
ordinateurs. À sa suite, certains
s’inquiètent du déclenchement
inopiné d’armes nucléaires.
Le jour dit, pas de catastrophe.
21 DÉCEMBRE 2012
José Argüelles déclare en 1987,
dans son livre Le Facteur maya,
qu’en 2012 un cycle de l’humanité
va prendre fin et que des aliens
reviendront sur Terre pour
emmener cent mille Terriens.
28 SEPTEMBRE 2015
Selon un révérend américain de l’île
de Puerto Rico, Efrain Rodriguez,
un astéroïde devait percuter
la Terre, provoquant un séisme
et un tsunami XXL. Selon la Nasa,
il n’y aura pas d’astéroïdes géants
d’ici des centaines d’années ! E.D.
353_FÉVRIER 2019_77
LE JOURNAL DE L’ÉTRANGE
SENTINELLES,
LE PEUPLE QUI VEUT
VIVRE CACHE
LES
Pour se protéger, cette tribu de l’océan Indien
refuse tout contact avec le monde moderne. Un
Américain en a fait l’expérience au prix de sa vie…
OLIVIER VOIZEUX
M
ais quelle mouche
a piqué John Chau ?
Dans la journée du
16 novembre 2018, selon toute
vraisemblance, cet Américain
de 26 ans accoste sur le sable
de Sentinelle Nord, une petite
île située dans l’archipel
Andaman-et-Nicobar, au large
de l’Inde (voir carte ci-dessous).
À peine descendu de son
kayak, il y trouve la mort, sans
doute transpercé par une
flèche. S’agit-il d’un accident,
John se trouvant au mauvais
moment, au mauvais endroit ?
Tout au contraire : ce drame,
rapporté par les médias du
monde entier, était prévisible.
John est présenté, selon
les sources d’informations,
comme un « touriste »,
un « globe-trotter », un
« aventurier » ou un
« missionnaire »,
c’est-à-dire
quelqu’un qui
s’est donné
INDE
pour mission de transmettre la
parole de Jésus-Christ. D’après
l’organisation chrétienne
américaine All Nations,
à laquelle il était lié, c’était bien
le cas.
Accueilli par des flèches
John Chau avait déjà accompli
des missions en Irak, au
Kurdistan et en Afrique du Sud
pour le compte de All Nations.
Surtout, depuis
l’université, il se
préparait à cette
visite sur l’île de
Sentinelle Nord
pour « partager
les Évangiles »
avec ses
habitants.Toutefois, puisque le
jeune homme avait planifié son
voyage, il ne pouvait ignorer
qu’en 2006, deux pêcheurs
imprudents avaient déjà péri
de la même façon. Par ailleurs,
les pêcheurs de Port Blair, la
capitale de l’archipel, que John
a payés pour l’emmener
près de l’île, avaient
sûrement dû lui faire part
du grand danger qu’il courait.
À ces mêmes pêcheurs, il a
confié une lettre d’une
douzaine de pages, transmise
à la police de l’archipel. On y
apprend qu’une fois sur place,
ses pires craintes ont été
justifiées. John a tenté une
première prise de contact.
Mais un enfant lui a décoché
une flèche qui s’est plantée…
dans la Bible qu’il tenait en
main ! Il a alors fui
grâce au kayak qui
lui permettait
de faire la navette
entre le bateau de
pêche et la plage.
C’est dans une
seconde tentative
de rapprochement, après avoir
confié sa lettre, qu’il a perdu la
vie. Mais comme il avait enjoint
aux pêcheurs de rentrer au
port, ces derniers n’ont rien vu.
En revenant le lendemain,
ils ont aperçu de loin des
indigènes tirer le cadavre
avec une corde, ce qui laisse
peu de doute sur l’issue
de la rencontre.
DES
CADEAUX
REJETÉS
Zoom
#
Sentinelle
Nord
78_
353_FÉVRIER 2019
Les ONG (organisations non
gouvernementales) sont des
structures indépendantes de
Détail poignant, la lettre
se termine par quelques mots
à l’adresse de sa famille : « S’il
vous plaît, si je suis tué, ne
soyez en colère ni contre eux
ni contre Dieu. Je vous aime
tous. » En somme, John Chau
est allé au-devant de la mort
en toute connaissance de cause
et s’est sacrifié pour sa religion.
Mais pourquoi donc, dans ce
coin d’océan Indien, accueillet-on les visiteurs à coups
de flèches ?
Les habitants de cet îlot boisé,
à peine plus petit que l’île
de Ré, ont été surnommés
« Sentinelles », du nom de l’île
l’autorité des États, qui
interviennent dans différents
domaines : actions humanitaires,
défense des droits de l’homme…
KRASSIMIR MERCIER POUR SVJ
Un cochon en offrande
Comme le rappelle l’#ONG#
Survival International, qui
défend les droits des peuples
indigènes : « La plupart de
ce qu’on sait [sur eux] a été
collecté depuis les bateaux
amarrés hors de portée
des flèches et lors des
quelques périodes où [ils] ont
permis aux autorités de les
approcher grâce à des
offrandes. »
En effet, en 1967, un groupe
d’Indiens, mené par
l’#anthropologue# Trilokinath
Pandit, a pu établir des
contacts cordiaux, en leur
offrant non seulement des noix
de coco (elles ne poussent
pas sur place) mais aussi un
cochon… qui n’a pas dû plaire
car sa dépouille sera retrouvée
enterrée et intacte. De rares
visites pacifiques suivront,
jusqu’à la dernière en 1991.
Depuis,
c’est
s, c
est une certitude,
ils sont
n hostiles.
nt
Mais q
quand
uand on se
plonge
e dans l’histoire
de l’archipel,
rchipel, ce
rejet des
des étrangers
n’a rien
en de
surprenant.
enant. Toutes
les tribus
bus
d’Andaman-etaman-etNicobar
ar ont subi,
s bi,
su
pendant
a t
an
des siècles,
ècles,
les raids
ds des
Birmans
ns
et des
Chinois
is
venus
Zoom
#
Un anthropologue étudie les
caractéristiques physiques,
sociales et culturelles des hommes.
John Chau
le globetrotter avait
déjà frôlé la
mort : il a pris
ce selfie
en mai 2017,
en Californie,
peu de temps
avant d’être
mordu par
un serpent
à sonnettes !
DOC INSTAGRAM/DR
qu’ils occupent – l’appellation
North Sentinel ou « Sentinelle
Nord » a été donnée par les
cartographes anglais. On ignore
comment ils se désignent
eux-mêmes dans leur langue.
On ne sait pas, d’ailleurs, quelle
langue ils parlent, ni même
combien ils sont.
LE JOURNAL DE L’ÉTRANGE
NASA EARTH OBSERVATORY IMAGE
LES SENTINELLES, CES INCONNUS
Si leur île (photo ci-contre) appartient
officiellement à l’Inde, les Sentinelles n’ont
pas le type physique des Indiens.
Ils appartiennent au groupe ethnique
des Négritos : ils sont petits, leur peau est
noire, mais ils n’ont pas pour autant le
type africain. Néanmoins, les spécialistes
estiment qu’ils seraient les descendants
de la première vague d’Homo sapiens
ayant quitté l’Afrique, avant de gagner à
pied les côtes indiennes. Leur arrivée dans
l’archipel Andaman-et-Nicobar remonterait
à une époque s’étendant de -55 000 à
-35 000 ans. On lit parfois qu’ils vivent
encore comme à l’âge de pierre. C’est faux.
Ils tissent, construisent des pirogues,
vivent dans des habitations où cohabitent
En 2002, un photographe
indien a pu prendre
(de loin) ce cliché
des Sentinelles…
plusieurs
familles.
S’ils
chassent à
l’arc, leurs
pointes de
flèches sont
taillées dans
des objets en
acier échoués sur
les côtes de leur île.
« J’ai saisi la hampe de la
flèche cassée dans ma Bible et j’ai senti
la pointe, avait noté John Chau. Elle était
en métal, mince mais très tranchante. »
Combien sont-ils ? Une quarantaine ? Une
centaine ? Davantage ? Eux seuls le savent.
y chercher des esclaves.
Aux XVIIIe et XIXe siècles, les
Britanniques colonisent les îles
sans ménagement. En 1859,
la dernière révolte contre
l’envahisseur – arcs et flèches
contre fusils – se solde par
un massacre des populations
autochtones.
Plus que les balles,
pourtant, ce sont
les microbes qui
vont décimer les
indigènes. En effet,
leur #système
immunitaire# n’est
pas préparé à la rougeole,
aux oreillons, à la grippe,
ni aux maladies sexuellement
transmissibles apportées
par les Occidentaux. En deux
siècles, des groupes ethniques
comme les Grands Andamanais
et les Onges disparaissent
quasiment.
On aurait pu penser qu’une fois
sous la tutelle de l’Inde, en
1947, l’archipel allait souffler.
Les Indiens venant d’acquérir
leur indépendance après une
longue colonisation anglaise, on
attendait d’eux du respect. Mais
avec les peuples indigènes,
même la cohabitation est
ravageuse. Prenez ceux
qu’on appelle les Jarawas,
qui vivent dans une
réserve de 1 000 km2 sur
l’île Andaman du Sud.
La construction d’une
autoroute sur leurs terres
a permis le développement
d’un tourisme de masse, que
l’ONG Survival International
n’hésite pas à qualifier
de « safaris humains ».
Les ravages
de la « civilisation »
Les braconniers pénètrent
aussi plus aisément les forêts,
où ils chassent les tortues, les
sangliers et autres gibiers dont
les tribus dépendent. L’alcool
et la marijuana font des ravages,
comme la rougeole. Et les
Jarawas s’éteignent peu à peu.
Fermés sur eux-mêmes, au point
de mériter le titre de population
la plus coupée du monde
moderne, les Sentinelles ont-ils
conscience de tout
ce qui s’est déroulé
à 50 km de leurs
côtes ? Sans doute
pas. Mais pour eux,
qui se transmettent
oralement les
histoires du passé,
l’hostilité à l’étranger est depuis
toujours un réflexe de survie.
Depuis 1963, l’accès à certaines
îles Andaman (dont Sentinelle
Nord) a été restreint par
les autorités indiennes,
officiellement afin de protéger
les populations locales. Mais la
restriction a été levée en août
2018. Ce qui a facilité la venue
du missionnaire imprudent
et amoureux de ce peuple
farouche. Un amour qui n’aura
rendu service à personne. RAGHU RAI/MAGNUM PHOTOS
RÉFLEXE
DE
SURVIE
80_
Remerciements à l’anthropologue
Kirk Huffman ainsi qu’à Sophie
Grig (Survival International).
Zoom
#
On appelle système immunitaire l’ensemble
des défenses de notre organisme contre
les corps étrangers (virus, bactéries…).
353_FÉVRIER 2019
PARTENARIAT SVJ
VOUS ÊTES
PASSIONNÉ DE
SCIENCES ?
DÉCOUVREZ LA SÉLECTION 2018
DU PRIX LE GOÛT DES SCIENCES !
Chaque année, ce prix littéraire scientifique
récompense les meilleurs ouvrages de sciences
grand public dans sa catégorie jeunesse.
PLUS D’INFORMATIONS SUR
esr.gouv.fr
#LeGoutDesSciences
Un prix du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation
Conception graphique : MESRI Delcom1 | Christelle Perrin
Les prix seront remis en mars 2019.
CHAMP LIBRE À VOUS DE VOIR
ON N’A PAS VU
YAO
> De P. Godeau.
> Sortie le 23 janvier.
Ciné
e jeune Yao est fan de Seydou Tall.
Quand il découvre que l’acteur
français se rend à Dakar, il fugue
de son village, à 380 km de la capitale
sénégalaise. En ramenant Yao à
OMAR SY
LIONEL BASSE
ses parents, Seydou, le « bounty »
(noir dehors, blanc dedans),
va découvrir pour la première
fois la terre de ses ancêtres. Dans
ce rôle, Omar Sy est parfait. Son
jeu est si épuré, sur la réserve,
que l’on entre instantanément
dans sa peau, comme si c’était
nous qui faisions ce « retour
aux sources ». Les paysages
époustouflants nous scotchent
PHILIPPE GODEAU
à l’écran. Un roadtrip sensible
à savourer en famille ! C.P.
L
U N
AVEC FATOUMATA DIAWARA
F I L M
D E
SCÉNARIO AGNÈS DE SACY ET PHILIPPE GODEAU
M U S I Q U E
O R I G I N A L E
-M-
AVEC LA COLLABORATION DE KOSSI EFOUI DIALOGUES AGNÈS DE SACY PRODUIT PAR PHILIPPE GODEAU ET OMAR SY CO PRODUIT PAR NATHALIE GASTALDO GODEAU PRODUCTRICES ASSOCIÉES CAMILLE GENTET MARYVONNE LE MEUR UNE COPRODUCTION PAN-EUROPÉENNE KOROKORO FRANCE 2 CINÉMA AVEC LA PARTICIPATION DE CANAL+ CINÉ+ FRANCE TÉLÉVISIONS EN ASSOCIATION AVEC INDÉFILMS 6
RÉALISÉ AVEC LE SOUTIEN DU PROGRAMME EUROPE CREATIVE-MEDIA DE L’UNION EUROPÉENNE CODISTRIBUTION PATHÉ FILMS ET PAN-EUROPÉENNE VENTES INTERNATIONALES WILD BUNCH IMAGE JEAN-MARC FABRE A.F.C. MONTAGE HERVÉ DE LUZE SON JEAN-LUC AUDY LOÏC PRIAN JEAN-PAUL HURIER CASTING CONSTANCE DEMONTOY NOUMA BORDJ
1 ASSISTANTS RÉALISATEUR TATUM DROUILHAT DEMBA DIEYE SCRIPTE ÉLODIE VAN BEUREN RÉGIE DRAMANE TRAORÉ SOULEYMANE KEBÉ PRODUCTEUR EXÉCUTIF JEAN-YVES ASSELIN SUPERVISION MUSICALE VALÉRIE LINDON ET PIERRE-MARIE DRU
BD
APOSIMZ
LA PLANÈTE DES MARIONNETTES (TOME 1)
> De T. Nihei. > Éd. Glénat. > 7,60 euros.
Aposimz est
un astre artificiel,
grand comme
une planète. À sa
surface, l’air et
la nourriture sont
rares, mais les
profondeurs sont
dominées par
un empire doté
de « Réincarnés »,
mi-hommes
mi-machines
de guerre. Essro,
habitant de la
surface, devient
82
353_FÉVRIER 2019
lui aussi un
Réincarné après
la destruction
de son village
par l’empire.
Et il compte bien
utiliser son
nouveau pouvoir
pour venger les
siens… Classique,
le scénario n’en
est pas moins
efficace : on a très
vite envie d’en
savoir plus sur
les origines et la
nature d’Aposimz.
Les paysages
de ce vaisseau
spatial colossal
sont vraiment
spectaculaires.
Au Japon, Tsutomu
Nihei est une star
du manga et du
space opera.
Si vous avez aimé
Knights of Sidonia
(sa précédente
série, conseillée
par SVJ), jetez-vous
sur Aposimz ! J.B.
> GLASS
C’est le nouveau film de M. Night Shyamalan
(sortie le 16 janvier). On vous en parle le mois
prochain avec une interview exclusive du réalisateur.
LES DATES
> 19 JANVIER
3e édition de la Nuit de la lecture. Tous les événements
près de chez vous sur nuitdelalecture.culture.gouv.fr
JUSQU’AU 10 MARS
« Les fans contre-attaquent », au centre expo Lafayette-Drouot
(Paris), présente plus de 600 objets de la saga Star Wars.
Livre
NEWTON
ET LA
CONFRÉRIE
DES
ASTRONOMES
> De M. Kadi, A. Kaplan et T. Boyko.
> Éd. Les Petits Platons. > 14 euros.
Livre
LA MÉMOIRE
DES COULEURS
> De S. Michaka. > Éd. Pocket Jeunesse.
> 17,90 euros.
Mauve se réveille
dans une brocante.
Il a perdu la
mémoire et ignore
comment et
pourquoi il s’est
retrouvé là. Il se
rend compte très
vite qu’il peut lire
dans les pensées.
C’est le point
de départ d’une
aventure où il va
devoir reconstituer
son histoire. Grâce
à sa mémoire
qui commence
à lui revenir, Mauve
entrevoit l’avenir
des humains sur
la Terre… et le rôle
crucial qu’il va
y jouer.
J’ai bien aimé
ce livre car les
personnages ont
des personnalités
bien distinctes et
leurs relations sont
très réalistes.
Je trouve aussi
les allers-retours
entre le présent et
le passé de Mauve
très bien faits.
Dans cette courte
histoire, nous
suivons le génie
Isaac Newton dans
des péripéties
toutes plus
absurdes
et amusantes
les unes que les
autres, qu’il se
retrouve coincé
au centre de la
Terre ou perdu
dans l’espace.
Ses aventures
le mènent à faire
des découvertes
liées à la gravité,
ainsi que
des rencontres
extravagantes
avec de grands
astronomes
comme Galilée
ou Copernic.
Ce livre m’a plu
car il est
dynamique et
drôle, notamment
grâce aux
nombreux dessins
amusants
et cocasses, mais
aussi car il traite
de la physique
de manière simple.
Rédigé par Marius,
élève de 2de au
lycée de la Marcq
Institution, à Marcqen-Barœul (Nord).
Rédigé par Gustave,
élève de 3e
au collège SoniaDelaunay, à Paris.
353_FÉVRIER 2019_83
CHAMP LIBRE À VOUS DE VOIR
Livre
Livre
MOLIÈRE VU PAR UNE
AU BONHEUR
ADO ET PAR SON CHIEN DES LETTRES
Expo
> De C. Alix. > Éd. Poulpe Fictions. > 11,95 euros.
Dans cette
pistaches grillées,
biographie
mais aussi Maïa,
originale, suivez
sa petite sœur
Inès, 12 ans,
surdouée,
youtubeuse pour
et découvrez la vie
la chaîne 100 % Bio,
trépidante
fan de slam et de
du plus grand
auteur de théâtre
français : Molière
(alias « Momo »
pour les intimes).
Vous saurez
tout du célèbre
dramaturge,
de son enfance
rue Saint-Honoré,
à Paris, à sa mort
en 1673.
J’ai bien aimé
ce livre car il est
très ludique.
On suit avec
facilité l’histoire
grâce aux
nombreuses
illustrations qui
parsèment
l’ouvrage. À lire
absolument si vous
êtes un passionné
de théâtre !
Rédigé par
Valentine, élève de
3e au collège MarieRivier, à Bourg-SaintAndéol (Ardèche).
> De S. Usher. > Éd. Le Livre de Poche (2 volumes).
> 14,90 euros (le volume).
Tirés du site
lettersofnote.com
(en anglais), voici
244 courriers
authentiques
reproduits, traduits
et commentés.
Au fil des pages,
on tombe sur
un document
historique
(« Nous coulons
vite », le dernier
télégramme du
Titanic), une lettre
saugrenue (« Est-ce
que les scientifiques
prient ? » demande
Phyllis, jeune élève
d’une classe de
catéchisme, à
Albert Einstein), un
conseil improbable
(« Soyez un bon
garçon et mangez
vos légumes »,
recommande John,
8 ans, au président
américain Richard
Nixon). Allez, un
dernier pour les
geeks : en 1976,
l’acteur britannique
Alec Guinness,
LES MYSTÈRES
DE L’ÉPAU
> Abbaye royale de l’Épau, au Mans (Sarthe).
> epau.sarthe.fr > Jusqu’au 17 mars.
EPAU/AIR2D3
Quel est le duo
britannique le plus
connu de la BD
française ?
Le capitaine
Francis Blake
et le professeur
Philip Mortimer,
84_
bien sûr ! Depuis
plus de soixantedix ans, leurs
aventures mêlent
espionnage
et science, et
les confrontent
à de véritables
méchants, comme
le fourbe Olrik.
Cette exposition
est l’occasion
de découvrir, sur
une carte géante
de Londres,
les lieux mythiques
de la BD. Dans une
autre salle, vous
verrez les anciens
Vue aérienne de
l’abbaye de l’Épau, qui
a été restaurée dans son
aspect du XIIIe siècle.
353_FÉVRIER 2019
e
numéros d
de
Vie qui
quii
Science & Vie
e
ont inspiré lle
ourr
ou
dessinateur p
pour
gin
inss
créer ses engins
us
futuristes. Vous
ssi
apprendrez aussi
comment le trèss
rigoureux hiver
é
de 1954 a poussé
l’auteur à imaginerr
S.O.S. Météores.
B
Br
le
d
de
d
de
v
vo
uss
e
ie
écrivant à une
amie, se plaint de
devoir apprendre
des « pages de
dialogues ineptes »
pour jouer avec un
certain Tennyson ?
Ellison ? Non :
Harrison ! « Harrison
Ford : tu as déjà
entendu parler de
lui ? » Il parle du rôle
d’Obi-Wan Kenobi
dans le premier
C.B
C.
B
Star Wars ! C.B.
IVR
L
N
Lucie, 15 ans, a lu l’Expérience Noa Torson
et elle a adoré ! Elle nous dit pourquoi.
R
U
E
U
N
PUB L I C I T É
LECTEU
Chaque mois, un(e) lecteur(trice) de Science & Vie Junior vous propose
la critique d’un livre.
Lucie, 15 ans,
lectrice de
Science & Vie Junior,
nous donne son avis
sur le tome 1 de
l’Expérience Noa Torson,
de Michelle Gagnon.
Ce roman commence par une scène haletante.
Peux-tu nous en parler ?
hackeurs : /ALLIANCE/. Ses membres ne se
connaissent pas personnellement, seulement
sous leurs pseudonymes, Rain (« pluie » en
anglais) pour Noa. Mais elle va finir par
rencontrer Peter, le fondateur d’/ALLIANCE/.
En vrai, c’est l’autre héros du livre.
Un hackeur solitaire, lui aussi ?
Lucie : Au début, Noa, l’héroïne du livre,
se réveille sans souvenir récent. C’est une fille
de 16 ans, plutôt solitaire. Le problème, c’est
qu’elle n’est pas couchée dans son lit, mais
sur une sorte de table d’opération, dans
un hôpital bizarre. Elle ne perd pas de temps,
arrache les tuyaux reliés à ses bras, tabasse
des infirmiers louches et s’enfuit dans la nuit.
L. : Il est aussi très doué en informatique,
mais il est moins solitaire qu’elle. Il a une
petite amie et des parents, même s’ils ne
s’occupent pas vraiment de lui. Au fil du livre,
on comprend même qu’ils ont quelque
chose à voir avec l’hôpital clandestin où Noa
s’est réveillée…
Sacré personnage, cette Noa !
L. : Non. Ils travaillent avec un certain Mason.
C’est lui qui tire les ficelles. Et franchement,
il fait peur. Mais il est raccord avec toute cette
histoire d’hôpital clandestin, où l’on pratique
des expériences sur les humains… C’est
hyperréaliste et très glauque. Normal que ce
soit un vrai méchant qui dirige les opérations !
L. : C’est sûr, c’est une dure à cuire qui arrive
toujours à s’en sortir par ses propres moyens.
Mais je la trouve assez… déprimante.
Surtout au début. Elle est orpheline et est
très renfermée sur elle-même. Elle n’a pas
vraiment de vie. Puis, elle va commencer à
recevoir de l’aide d’autres personnages,
et ça va changer. C’est ce que j’ai vraiment
aimé dans ce livre : qu’elle devienne de
plus en plus vivante. Mais au début, sa seule
vie sociale est virtuelle.
Comment ça ? Elle est branchée sur les
réseaux sociaux ?
L. : Mieux : c’est une hackeuse. Elle écrit en
code informatique, pénètre dans des systèmes
protégés… Et elle fait partie d’un groupe de
Ce sont eux qui l’y ont conduite ?
Ce premier volume s’appelle Ne t’arrête pas.
Pourquoi ?
L. : Parce que Noa et Peter passent leur
temps à courir et à se cacher de Mason
et de ses hommes ! Au moindre répit, ils se
branchent sur leurs ordis et hackent des
systèmes informatiques pour en apprendre
plus sur les expérimentations humaines dont
Noa a été le cobaye… Les rendre publiques,
c’est le seul moyen d’arrêter Mason !
Prix de vente : 7,90 €.
3 tomes disponibles en poche.
L’HISTOIRE
Noa, 16 ans, se réveille sur une table d’opération,
la poitrine barrée par une cicatrice. Elle ne sait pas
où elle se trouve, mais comprend vite que ce n’est
pas un hôpital ordinaire. Elle prend la fuite. Mais
cette hackeuse de talent comprend qu’elle ne pourra
pas échapper longtemps à ses poursuivants.
Pour la première fois de sa vie, elle va demander de
l’aide à ses amis hackeurs. Ensemble, ils vont tenter
de percer le terrible secret de sa cicatrice…
De quelle expérience a-t-elle été le cobaye ?
CHAMP LIBRE À VOUS DE VO
INTERV
IEW
E
VE
USI
L
XC
ROBERT
ZEMECKIS
BI
BIENVENUE
À MARWEN
U
UNE
UN
INCROYABLE
HISTOIRE
HIS
VRAIE
ous avons rencontré
le célèbre réalisateur
é
éricain Robert Zemeckis
tour vers le futur, Forrest
mp…), qui a adapté cette
ouvante histoire d’un
mme qui se soigne en
tographiant des poupées.
ous a parlé de son travail
effets spéciaux.
JEAN-BAPTISTE LACROIX
N
86
353_FÉVRIER 2019
SVJ : Avez-vous rencontré
Mark Hogancamp, dont
l’histoire est racontée
en,
dans Bienvenue à Marwen,
avant de réaliser le film ?
ur qui
quii
R.Z. : Steve Carell, l’acteur
l’incarne, et moi sommes allés
le voir chez lui, un mois avant
le tournage. Je lui ai posé
beaucoup de questions sur
son histoire. Steve a observé
sa gestuelle et sa manière
de s’exprimer afin de pouvoir
jouer son personnage le plus
fidèlement possible. Mark a
bien compris que nous allions
l er
aliser
c tiion
n
iction
us a
ous
r..
onfi
on
fiance.
ance
nce..
onfiance.
SVJ : Les figurines articulées
sont animées grâce
à la technique de capture
de mouvements. Comment
avez-vous reporté les gestes
des acteurs sur ces jouets,
alors que ces derniers
possèdent beaucoup
moins d’articulations
que les êtres humains ?
> De R. Zemeckis. > Sortie le 2 janvier.
ON EN PREND
PLEIN
LA FIGURINE !
e 8 avril 2000,
M
Ma
ogancamp
(S
arell) se fait
viole
vi
olem
m
violemm
agresser par
s à la sortie
ouffre
ismes crâniens
il en perd la
près deux ans
ogancamp
ce
L
et ses proches sous la forme
de soldats américains
et d’habitant(e)s d’un village
belge imaginaire,
Marwencol, affrontant
de cruels commandos nazis
durant la Seconde Guerre
mondiale. Ses magnifiques
photos lui permettent
de se reconstruire, et le
révèlent en tant qu’artiste…
Robert Zemeckis a adapté
cette incroyable histoire
vraie, où les acteurs
apparaissent aussi sous
la forme de figurines
animées en 3D. Le résultat
est aussi spectaculaire
qu’émouvant. Nous vous
recommandons chaudement
film
ilm!! P.P.
P.P.
ce film
’i
en
si
cè
icul
des décors
dé
dé
des
m
IlIl se repr
d
d’
Lorsque
nous
R. Z
R
Z. : L
Lor
rsq
sque
ue n
ouss
ou
R.Z.
enregistrions les
déplacements des acteurs,
nous leur demandions autant
que possible de faire
des gestes simples, imitant
ceux des poupées. Et quand
ils n’y arrivaient pas, nous
retouchions les mouvements
par ordinateur. Certains
gestes ont été vraiment plus
difficiles que d’autres à
transposer sur les figurines 3D,
notamment au niveau des
articulations des bras. Nous
avons éliminé certaines
subtilités des mouvements
humains, et imité les
articulations propres aux
figurines. C’est ainsi qu’un
geste complexe du bras
anss
es..
res.
uii
e actrice faisant
u
us
un
lus
b
brus
de,,
ca
ar r ll
car l
une
un
e art
a
rtic
tiicula
ulati
l ti
ttion
on q
ui piv
ivote
ote
e
articulation
qui pivote
sur un axe à ce niveau-là.
SVJ : Autre difficulté : toutes
les figurines ont la même
taille à l’écran, alors que
ce n’est pas le cas des acteurs
qui leur prêtent leurs
mouvements. Comment
avez-vous fait pour parvenir
à ce résultat ?
R.Z. : Sur le plateau de
capture de mouvements,
les acteurs étaient placés sur
des podiums afin que leurs
visages soient à la même
hauteur et qu’ils se regardent
dans les yeux. Leurs têtes
étaient donc placées au
même niveau. Puis, nous avons
compensé numériquement
les différences de taille en
allongeant ou raccourcissant
les jambes, selon les statures
des acteurs.
Propos recueillis et traduits
par Pascal Pinteau.
353_FÉVRIER 2019_87
CHAMP LIBRE À VOUS DE JOUER
> Par Nicolas Gavet
Jeu vidéo
11-11 : MEMORIES RETOLD
> Support : PS4,
PS4 Xbox One et PC. > Éditeur : Bandai Namco. > Genre
Genre : aventure.
> Âge : à partirr de
d 12 ans. > Prix : 30 euros environ.
e n’est pas un
n jeu
jeu
mai
aiss
de guerre mais
un jeu sur
la guerre. Eh oui,
contrairement
aux sagas comme
Call of Duty et
la
Battlefield, qui font la
bat
atss
part belle aux combats
ultraviolents et à
te,
e,
l’action hyperréaliste,
11-11 : Memories
Retold joue la carte d
l’émotion. Le jeu o
en effet, une expé
qui vous plonge au
de la vie de tous les
pendant la Premiè
Guerre mondiale :
C
FARMING
SIMULATOR 19
> Supports : PS4,
Xbox One, PC
et Mac.
> Éditeur : Focus
Home Interactive.
> Genre : gestion.
> Âge : pour tous.
> Prix : 30 à 50 euros
environ.
88_
353_FÉVRIER 2019
C
h
Comme chaque
année à la même
époque, le jeu de
gestion Farming
Simulator roule
ses mécaniques
et apporte son lot
de nouveautés. Au
menu, de nouvelles
plantes à cultiver
(coton, avoine,
etc.), mais aussi de
nouveaux animaux
à élever, comme
les chevaux, ainsi
que 300 véhicules
et équipements
à disposition
pour faire de votre
simple ferme en
début de partie un
véritable empire
de l’agriculture.
le q
la c
lla
ess
un
n
n dans les tranchées,
en
c
uction
de dirigeables Zeppelin,
d
d’un ami au front, etc. L’histoire
n
ontée
du point de vue de deux
a
nages,
que l’on incarne
iivement. D’un côté, Harry,
to
o
tographe
canadien en quête
u
ure et de prestige. De l’autre,
g
génieur allemand à la recherche
ffils
i Max, porté disparu. La
o
originalité de ce titre, au-delà
h
phisme
étonnant et de son
e (on se croirait devant
me
na
animé qui aurait été réalisé par
i
eintre
Vincent Van Gogh), c’est
que
qu
e ll’histoire est relatée au travers
de
e courriers qu’échangent
lle
les deux héros avec leur famille.
D
Des lettres qui brossent
DIABLO III :
ETERNAL
COLLECTION
> Support : Switch.
> Éditeur : Blizzard
Entertainment.
> Genre : hack’n
slash.
> Âge : à partir
de 16 ans.
> Prix : 50 euros env.
Diablo III,
le célèbre hack’n
slash (comprenez
« j’avance dans
les niveaux en
écrabouillant tous
les ennemis »),
débarque sur
Switch. Cette
édition « Eternal
Collection »
comporte tous
les contenus
additionnels
sortis depuis 2012,
l’extension Reaper
of Souls, ainsi
que des
personnages
inédits, comme
le Croisé.
Un jeu d’action
époustouflant
tè
le caractè
té
t
la naïveté
rit
r
la maturit
nc
biais, on
n de n
st
le destin
se
est
me
nés à
intimeme
menés
er
ent
nt,,
se croiser
ment,
v
qui dit a
ave
dr
à résoudre
ps
du temps,
et de le d
au
du niveau
er
mes.
me
s..
des leviers
se
uii
Des casse
sq
qui
eà
viennentt d
ee
ttoutt
la partie
et q
ou
rs
de décou
ors
sq
dans lesqu
e ent
e
ntre
re
e ttoutes
oute
ou
tess les
les mains.
mainss.
à mettre
entre
ain
ai
in
à la prise en m
main
immédiate.
PLAYSTATION
CLASSIC
> Constructeur : Sony
> Prix : 100 euros env.
Après Nintendo,
SNK, Commodore
et Atari, c’est
au tour de Sony
de proposer une
version mini de
sa célèbre console
PlayStation.
170 grammes
seulement
sur la
balance,
une taille
moitié moins
grande que
l’originale, mais
20 jeux
intégrés
20 jeu
euxx iint
ntég
égré
é
rés
és
dans la console.
Parmi eux, Final
Fantasy VII,
Tekken 3, Ridge
Racer 4, Metal
Gear Solid ou
encore Rayman.
Rien que des hits
des années 1990
qui sont encore
aujourd’hui
des références
du genre.
REF
la mythique course en Ferrari des années 1980, est annoncée
> SÉRIE CULTE OutRun,
sur la console Switch pour les prochaines semaines. Eh oui, il y avait une vie
(de pixels) avant les sagas Gran Turismo et Forza Motorsport !
NOTRE AVIS
La patte graphique.
La bande-son. La guerre
comme on l’a rarement vue.
Les énigmes, trop
simples pour un jeu
d’aventure. La durée de vie
un peu
p tropp courte.
SQUADRO
> Éditeur : Gigamic. > 2 joueurs.
Jeu de société > 35 euros environ.
e principe de Squadro est simple :
effectuer un aller-retour avec ses
pièces sur le plateau de jeu avant son
adversaire. Les deux joueurs se placent à
90° l’un de l’autre et doivent faire avancer
leurs 5 pions en ligne droite, tour après
tour, d’un certain nombre de cases : 1, 2
ou 3, suivant le nombre de petits points
blancs inscrits sur la ligne de départ, de
part et d’autre de la rainure dans laquelle
glisse la pièce. Une fois sa pièce arrivée
à l’extrémité du plateau, le joueur
la retourne. Au prochain tour, elle devra
rejoindre son point de départ. Attention,
pour le retour, le nombre de cases diffère.
Par exemple, si, à l’aller, une pièce
se déplaçait de trois cases par tour, au
L
retour
reto
ur elle
elllle
e ne peut
peut
retour,
roise
se
roise
saute
aut
ute
e
, on saute
e
onc
hypertactique : il faut
anticiper les déplacements
de votre
vot
otre
re
opposant
oppo
op
posa
sant
nt
NOTRE AVIS
La très grande simplicité
des règles : en 30 secondes,
on a tout compris ! Un jeu
supertactique qui ne laisse
aucune place au hasard.
Rien à dire !
au
a
suii
su
suiv
év
vit
iter
er
éviter
ur
our
te
e
aute
pii
joueur à ramener 4 de ses
5 pions gagne la partie.
353_FÉVRIER 2019_89
CHAMP
AMP LIBRE ON A TESTÉ…
LE SIMULATEUR
DE CHUTE LIBRE
Accompagnée par un champion
champio
jj’ai
’ fai
’ai
ffaitt le grand saut à quelque
quelques
du sol. Sensation
Sensations
Salomé Gotr
O
un film
film
oltent
ol
olte
tent
nt à une
une
s
Fly,
Fly,,
aut
ut
u monde.
monde.
mon
de..
r du
s
n’
estt q
’à
. Ce n’es
n’est
qu’à
des acr
a
cro
o
des
acrob
lilibr
bre –,
e –, iil s
libre –,
Comm
pion
on
mpion
ttylle
tyle
ise
serr
liser
érrienn
iennes
ess en c te
e
ériennes
on a
ccom
ur..
accomp
nateur.
anss un ou
ourag
Bon, je suis
suiss un peu
sui
pe
pe
ça n’a
a pas
pass
è
o
l’air sorcier. Après
éo
explicative, c’est à mon tou
m’équiper : combinaison, casque,
lunettes et bouchons d’oreilles, car le
vacarme sera assourdissant. Pour créer
la sensation de chute libre, le flux d’air
peut en effet atteindre 270 km/h,
soit la vitesse des vents dans les
ouragans les plus ravageurs. Debout
à l’entrée de la chambre de vol, les bras
90_
353_FÉVRIER 2019
ui vveut
eutt j
eu
qui
de champ
je tente de tenir la posit
bassin en avant, bras pliés à angle droit
à hauteur des yeux, menton relevé…
bref, le corps en banane. Sauf que
ma banane ressemble davantage à
un spaghetti. Le vent est trop puissant,
Le secre
ecre
Le moindre faux mou
déstabilise et m’envoie valdinguer
contre les parois du tube. Habitué,
1
SE
2
3
, je
e me
me
utô
tôtt
lutôt
LE TEST
SOUFFLE D’ENFER
La soufflerie est placée
au-de
au-dessus du tube et envoie
l’ai
’ r par-dessous grâce
grâ à des
l’air
conduits. Ouf,
f je ne finirai
pas mixée parr lles
es gigantesques
hélices...
LANGUE DES SIGNES
Petite révision des codes
gestuels : un doigt en l’air
signifie « lève la tête »,
deux doigts tendus « allonge
tes jambes », deux doigts
pliés « replie tes jambes »,
et le pouce et l’auriculaire
levés en secouant le poignet
« détends-toi ».
PHOTOS : ALAIN GUILHOT POUR SVJ
LA
ATTENTION LES YEUX
Ne pas oublier mes lunettes.
Sans elles, j’aurais les larmes
aux yeux. Pire, les lentilles
de contact que je porte iraient
valdinguer dans le décor !
rique
ique Oui, deux minutes,
orique.
ès court,
co
co
rès
mais c’est deux fois plus
u’
’un
n saut classique en parachute,
u’un
e le rappelle Yohann :
uell
tuellement,
les avions nous
nt à 4 500 m d’altitude car,
uent
0 m il n’y a déjà plus d’oxygène.
000 m,
ut ne durent donc jamais
auts
plus
pl
uss de 45 secondes ! » Croyez-moi,
on ne vvoit pas le temps passer.
353_FÉVRIER 2019_91
CHAMP LIBRE COURRIER
DITES-LE AVEC UNE IMAGE
RÊVE D’ESPACE
Mathys, 14 ans.
e qui fait rêver Mathys, c’est l’espace.
Et même si cet élève de seconde ne
nous avait pas confié vouloir travailler,
plus tard, dans l’ingénierie spatiale, on s’en
serait douté rien qu’à voir les dessins qu’il
nous a envoyés, riches en cieux étoilés et
combinaisons spatiales. « Je suis aussi passionné
par la musique, le sport, les sciences et le
dessin. Je n’ai jamais pris de cours, mais j’essaye
différentes techniques : fusain, aquarelle…
Pour les dessins que je vous ai envoyés,
j’ai réalisé des esquisses au crayon de bois,
coloriées ensuite avec des marqueurs Posca. »
Vous pouvez apprécier le travail des couleurs
sur la vague, évidemment inspirée à Mathys
par celle du peintre japonais Hokusai.
C
DÉFI
ROC OU PAS ROC ?
Si l’on a mis autant de temps à répondre au défi
de Pierre et ses cousins (SVJ n°347), c’est qu’il
nous a donné du fil à retordre. Aux lectrices
et lecteurs, d’abord, qui ont émis de nombreuses
hypothèses sur la nature du « caillou » qu’il a
trouvé (voir photo).
« C’est un fruit à coque fossilisé », affirmait
Valentin. Pour Étienne, il s’agissait plutôt d’un
« boulet de coke (pas la drogue hein, le charbon),
généralement utilisé dans les hauts-fourneaux ».
Axel, lui, y voyait plutôt « une bombe volcanique,
plus précisément une bombe fuseau, qui se
forme lorsqu’un magma peu fluide refroidit ».
Mais ni la forme, ni l’aspect ne correspondaient
exactement à ces propositions. Après avoir
consulté plusieurs spécialistes, voici ce que l’on
peut affirmer :
- ce n’est pas un œuf fossile.
- cela ressemble énormément à ce que les
92_
353_FÉVRIER 2019
géologues appellent un « nodule », c’est-àdire une masse globuleuse d’une composition
différente de la roche qui l’entoure (ce qui
est bien le cas de celui de Pierre, trouvé dans
une carrière de kaolin, autrement dit d’argile).
Le problème, c’est que les nodules sont
de nature très diverses : ils peuvent être
magmatiques (formés par des roches
volcaniques projetées sous forme de « gouttes »
de magma brûlant, qui se sont solidifiées
en refroidissant) ou sédimentaires (formés dans
des roches déposées en couches successives
au fond de la mer, qui recouvrait la région
il y a des millions d’années).
Or, les nodules sédimentaires peuvent
renfermer des fossiles… et ce pourrait être
le cas de celui-ci. Le sillon qui le traverse sur
toute sa longueur fait en effet penser à celui
qui sépare en deux la coquille d’un bivalve
(un coquillage du type moule). Pour en être sûr,
l’idéal serait d’analyser sa composition… ou de
le casser pour voir s’il renferme un fossile. Mais
il est peut-être possible de déterminer sa nature
sans l’examiner ni le casser, grâce à sa densité :
s’il est composé de roches magmatiques,
il sera plus dense (plus lourd, à volume égal) que
s’il est fait de roches sédimentaires. Nous avons
proposé à Pierre une expérience, très simple,
pour déterminer la densité du caillou.
Et en attendant de vous donner le résultat, on
vous met au défi de nous proposer à votre tour
une expérience : envoyez-nous vos suggestions
à courriersvj@mondadori.fr.
CONTACT
VOS QUESTIONS ET VOS RÉACTIONS À :
> ENVOYEZ
COURRIERSVJ@MONDADORI.FR
RÉACTIONS
Je suis belge et contrairement à ce que vous
écrivez dans l’article « Pourquoi dit-on quatrevingts et pas huitante ? » du SVJ n° 352, en
Belgique, on dit aussi quatre-vingts ! Jérôme
Nous aurions dû tourner la langue septante
fois dans notre bouche : huitante n’est employé
que dans quelques cantons suisses. Et octante
n’est quasiment plus utilisé en Belgique.
Vous écrivez dans le SVJ n°351 que « le Suédois
Anders Celsius a choisi pour degré 0 le point
d’ébullition et pour degré 100 le point ou
la glace d’eau fond. » Ne serait-ce pas plutôt
le contraire ? Joshua
VOUS AIMEZ
L’Île
aux mensonges
raconte l’histoire de la jeune Faith
Sunderly. En 1860, elle doit s’exiler avec
toute sa famille car son père, un célèbre
naturaliste, est accusé d’avoir trompé le monde
de la science. Plusieurs thèmes forts sont abordés
ici, comme le combat entre la science et la religion,
la place des femmes dans la société, le regard
des autres mais aussi les mœurs de cette époque.
Plus qu’une histoire de meurtre et d’enquête, ce roman
est une histoire qui change notre regard sur le monde
et nous montre l’évolution de la société.
>Clémence, 16 ans, en 1re.
>L’Île aux mensonges.
>De Frances Hardinge.
>Éd. Gallimard Jeunesse.
>18,50 euros.
Comme plusieurs lecteurs nous ont fait
la même remarque que Joshua, nous pensons
nécessaire de dissiper ce malentendu.
Ce n’est pas une erreur : dans l’échelle de
température initiale de Celsius, l’eau bouillait
à zéro… et gelait à 100 °C ! Ce qui n’était pas
très pratique… C’est pour cela que, comme
nous l’écrivons dans l’article, l’échelle a par
la suite été inversée pour devenir celle que
l’on connaît aujourd’hui.
Dans le « Questions & Réponses » du SVJ
n° 349, vous parlez de l’astrophysicienne
Jocelyn Bell Burnell. Or, j’ai récemment
vu le film Contact, dont l’héroïne est
une astrophysicienne qui, après avoir capté
un signal radio très régulier, est moquée par
ses collègues scientifiques qui la traitent
de « chercheuse de petits hommes verts ».
Je pense qu’elle est inspirée de Jocelyn Bell
Burnell, même si le film est plutôt une œuvre
de science-fiction que biographique. Roxane
Nous avons vu aussi Contact, un grand
classique de S.-F. Mais, même si Roxane a
raison de soulever les grandes similitudes qui
existent entre son héroïne, incarnée par Jodie
Foster, et Jocelyn Bell Burnell, nous n’avons
pas la preuve formelle que celle-ci a servi
de modèle pour ce rôle. Le scénario est tiré
du roman Contact, de Carl Sagan (lui-même
astronome) qui a tiré le nom de son héroïne,
Eleanor Arroway, de deux personnages :
Eleanor Roosevelt (femme du président
américain Franklin D. Roosevelt) et…
Voltaire (dont le vrai nom était « Arouet »).
353_FÉVRIER 2019_93
CHAMP LIBRE COURRIER
< LA LAURÉATE DE DÉCEMBRE (SVJ 351) :
LILAS. Bravo aux autres pour leur langue bien
pendue, comme Jérémie aux « papilles au bout
du rouleau » ou Mahaut et sa « langue de chat ».
COINCE TA BULLE
Imaginez un texte à mettre dans la bulle.
La meilleure réponse sera publiée dans deux mois.
Par courriel coincetabulle.svj@mondadori.fr Mettez en objet « Bulle du n°x » (le numéro où le dessin est publié). Par courrier « coince ta bulle !»
Science & Vie Junior, 8 rue François-Ory, 92543 Montrouge Cedex. Signez de votre prénom et indiquez l’endroit où vous habitez !
VOS ŒUVRES
INVITÉE MYSTÈRE
D’accord, je me rends ! Je suis la Candice que vous
recherchez. C’est moi qui ai dessiné la coccinelle
publiée dans votre avis de recherche du SVJ n° 348.
Pour m’excuser de ne pas avoir laissé
mes coordonnées plus tôt, voici ma coccinelle…
en couleurs cette fois-ci ! Candice
En plus de sa coccinelle, Candice nous a envoyé
quelques aquarelles, une technique que cette
lycéenne de 15 ans a découverte au fil des cours
de dessin qu’elle prend depuis trois ans. Et comme ses
peintures d’animaux sont très réussies, on les partage
aussi avec vous !
94_
353_FÉVRIER 2019
ABONNEZ-VOUS À
> et recevez le mini-drone !
1 an (12 numéros)
+ 6 hors-séries
+ la version numérique
+ le mini-drone
60° et flip
Option air 3
’hélices
Protections d
LED intégrées
Prix public : 49€
Devenez un as du pilotage grâce à ce mini-drone !
Caractéristiques : ❯ Dimensions du drone : 8 x 8 x 3 cm.
❯ Batterie Lithium – 150 mah. ❯ Temps de vol : 10 min. ❯ Temps
de chargement : 45- 50 minutes. ❯ Distance de fonctionnement :
20 mètres. ❯ Câble USB inclus. ❯ La télécommande fonctionne
avec 2 piles de type AA non fournies.
,90€
72
49%
VERSION NUMÉRIQUE OFFERTE
seulement
Votre magazine
vous de
suitréduction
partout !
au lieu de 144,40€
Découvrez toutes nos offres sur
BULLETIN D'ABONNEMENT
KiosqueMag.com
à retourner sous enveloppe affranchie à : Service abonnements Science&Vie Junior - CS 90125 - 27091 Evreux Cedex 9
1
Je choisis l'offre d’abonnement et mon mode de paiement :
L’offre Passion :
1 an - 12 n° + 6 hors-séries + le mini-drone
connecté pour 72,90€ au lieu de 144,40€*.
L’offre Classique :
1 an - 12 n° seuls pour 54,90€ au lieu de 60€*.
2
-49%
[1030212]
-9%
[1030220]
Je choisis mon mode de paiement :
Par chèque bancaire à l’ordre de Science&Vie Junior
ssss ssss ssss ssss
Expire fin : ss / ss Cryptogramme : sss
Par carte bancaire :
J’indique les coordonnées du bénéficiaire de l’abonnement :
ssssssssssssssssssssssssssssssssss
Prénom : sssssssssssssssssssssssssssssssss
Adresse : sssssssssssssssssssssssssssssssss
ssssssssssssssssssssssssssssssssssss
CP : sssss
Ville : sssssssssssssssssssssssssss
Date de naissance : ss ss ssss
Tél. : ss ss ss ss ss
Mobile : ss ss ss ss ss
Email d’un adulte : sssssssssssssssssssssssssssssss
Nom :
Indispensables pour gérer mon abonnement et accéder à la version numérique.
J’accepte d’être informé(e) des offres des partenaires de SV Junior (groupe Mondadori).
J’accepte de recevoir des offres de nos partenaires (hors groupe Mondadori).
Dater et signer obligatoirement :
À:
ss / ss / ssss
Date :
Signature :
*Prix public et prix de vente en kiosque. Offre valable pour un premier abonnement livré en
France métropolitaine jusqu’au 30/03/2019. Je peux acquérir le mini-drone seul au prix de
49€ [1030238]. Votre abonnement et votre mini-drone vous seront adressés dans un délai de
4 semaines après réception de votre règlement. En cas de rupture de stock, un produit d’une
valeur similaire vous sera proposé. Vous disposez d’un droit de rétractation de 14 jours à compter
de la réception du magazine et du mini-drone en notifiant clairement votre décision à notre
service abonnements ou via le formulaire de rétractation accessible dans nos CGV sur le site
www.kiosquemag.com. Le coût de renvoi des produits est à votre charge. Les informations recueillies à
partir de ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique destiné à Mondadori Magazines France
pour la gestion de son fichier clients par le service abonnements. Conformément à la loi « informatique
et libertés » du 06/01/1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux informations
qui vous concernent en écrivant à l’adresse d’envoi du bulletin.
CHAMP LIBRE ON A OUBLIÉ
OUB
DE VOUS DIRE…
SVJ, c’est nous !
le savoir,
Souvent, vous croisez, sans
met en
l’un(e) d’entre nous qui se
tain(e)s plus
er
C
e.
cl
ti
ar
un
ns
da
e
èn
sc
urs. Cette
lle
ai
d’
,
es
tr
au
d’
e
qu
t
en
uv
so
! L’équipe
fois, au diable la modestie
it) votre
de ceux qui font (ou ont fa
and jour.
magazine se dévoile au gr
8
2
3
4
5
6
1
7
17
14
13
96
6_
353_FÉVRIER 2019
15
16
Qui
est qui ?
22
24
23
12
11
9
10
21
19
20
Suivez-nous sur Instagram.
Flashez notre nametag.
PRODUCTION SVJ. DR
18
1. Jérôme
2. Serge
3. Christophe
4. Olivier
5. Emmanuel
6. Anouk
7. Sylvie
8. Romain
9. Jean-Philippe
10. Fabrice
11. Bruno
12. Benjamin
13. Aurélia
14. Isabelle
15. Thomas
16. Bertrand G.
17. Pascal
18. Mireille
19. Guillemette
20. Bertrand B.
21. Carine
Coucou aux
absentes : Claire
(22), Delphine (23),
Florence (24, partie
juste avant les trente
ans !) et Noémie
(qui n’aime pas être
photographiée).
Sans oublier
les innombrables
pigistes qui, chaque
mois, nous aident
à rédiger et mettre
en page le magazine.
353_FÉVRIER 2019_97
5
Même si elles
progressent à pas
de géant, les sciences
du passé n’ont pas
encore réponse à tout.
La construction
de la Grande Pyramide
d’Égypte,
le mécanisme
d’Anticythère,
les roues géantes du
désert d’Arabie, la ville
fortifiée de Nan Madol
et les curieuses sphères
du Costa Rica : le mois
prochain, vous
comprendrez pourquoi
ces cinq sujets collent
encore des sueurs
froides aux
archéologues.
MYSTÈRES
ARCHÉOLOGIQUES
QUI DÉFIENT LA
SHUTTERSTOCK
SCIENCE
TECHNO
BIOLOGIE
Les robots
au service
de la natu
nature
Un vaccin qui
fait
le
bzzzz
Vacciner les abeilles contre
les maladies, ce serait formidable
pour protéger les ruches ! Alors que
l’on croyait cela impossible, une
équipe de chercheurs en Finlande
vient d’y parvenir. Un résultat
prometteur pour, peut-être,
enrayer le déclin de butineuses
à qui l’on doit beaucoup.
GETTY
Ce que l’homme a fait, ssa technologie
peut-elle le défaire ? En
E tout cas, elle
essaie. Pourr lutter
lutter co
contre la pollution,
aider à replanter des arbres
ou redonnerr vie
vie aux récifs
récif de coraux,
des robots s’activent les bboulons. SVJ
est allé voir ces machines à la main verte.
Par courrier : Service Abonnement Science & Vie Junior,
CS 90125 - 27091 Evreux Cedex 9.
Vous pouvez aussi vous abonner sur WWW.KIOSQUEMAG.COM
ABONNEMENTS ET DIFFUSION
RÉDACTION
Rédacteur en chef Olivier Voizeux, assisté de Mireille Liébaux.
Rédacteurs en chef adjoints Jérôme Blanchart, Serge Lathière,
Sylvie Redon-Clauzard.
Directeur artistique Bertrand Gamblin.
Chef de rubrique Fabrice Nicot.
Rédacteurs Emmanuel Deslouis, Carine Peyrières, Romain Raffegeau.
Première secrétaire de rédaction Aurélia Lieberherr.
Secrétaires de rédaction Christophe Bajot, Raphaëlle Malaurent.
Premiers rédacteurs graphistes Claire Ferrasse, Benjamin Leclerc, Thomas
Bellour. Rédactrice graphiste Érica Dentzler.
Rédacteur photo Bertrand Boisselle.
Documentaliste Delphine Habauzit.
PUBLICITÉ Tél. 01 41 33 50 19. Fax 01 41 33 50 34.
Directrice exécutive Cécile Chambaudrie.
Contacts publicité Lionel Dufour (50 19), Virginie Commun (50 28).
Planning Angélique Consoli (53 52), Stéphanie Guillard (53 50). Trafic
Corynne Albin. Opérations spéciales Véronique Besse (43 89).
MARKETING Responsable marketing Giliane Douls.
Chef de produit Mathilde Janier-Bonnichon.
Par téléphone : 01 46 48 47 85 (du lundi au samedi, de 8 h à 20 h).
353_FÉVRIER 2019
Ventes d’anciens numéros et de reliures Tél. 01 46 48 48 83,
sur WWW.KIOSQUEMAG.COM et pour la Belgique
et la Suisse EXPORT.VENTES@MONDADORI.FR
AFFICHAGE ENVIRONNEMENTAL
Origine du papier
Allemagne
Taux de fibres recyclées
100%
Certification
PEFC
Impact sur l’eau
Ptot 0,008kg/tonne
DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER Xavier Cavenel.
Directeur du contrôle de gestion Renaud Terrade.
Direction Pôle Carole Fagot. Éditeur Sébastien Petit.
98_
Tarifs d’abonnement France 1 an (12 numéros) 54,90 € ;
1 an (12 numéros + 6 hors-séries) 69,90 €.
FABRICATION Chefs de fabrication Valérie Brunehaut, Alexia Froment.
Prépresse/photogravure Sylvain Boularand, Christophe Guérin, Stéphane
Mossot.
ÉDITEUR Mondadori Magazines France. Siège social 8, rue François-Ory,
92543 Montrouge Cedex. Directeur de la publication Carmine Perna.
Actionnaire principal Mondadori France SAS.
Imprimeur Elcograf Italie, via Luigi e Pietro Pozzoni, 11 – 24034 Cisano
Bergamasco – Italie.
Commission paritaire n° 1218 K 84016. ISSN 0992-5899.
Dépôt légal janvier 2019. Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949
sur les publications destinées à la jeunesse.
DIRECTION ÉDITION
Suisse Edigroup, 39 rue Peillonnex, 1225 Chêne-Bourg ;
tél. 022 860 84 50 ; fax 022 348 44 82 ; mondadori-suisse@edigroup.ch.
Belgique Edigroup Belgique, Bastion Tower étage 20, Pl. du Champ de mars
5, 1050 Bruxelles ; tél. 070 233 304 ; www.mondadori-belgique@edigroup.
be. États-Unis et Canada Express Mag, 8275 avenue Marco Polo, Montréal,
Québec H1 E7K1 ; tél. 1 800 363 1310 (français)
et 1 877 363 1310 (anglais) ; fax (514) 355 3332.
RELATIONS AVEC LES ABONNÉS
CRÉDIT PHOTO
Une publication du groupe
PRÉSIDENT Ernesto Mauri.
Rédaction 8, rue François-Ory, 92543 Montrouge Cedex.
Tél. 01 46 48 48 48.
Directeur marketing clients/diffusion Christophe Ruet.
Abonnements : Directrice marketing direct Catherine Grimaud.
Chef de groupe marketing direct Juliette Mesnil.
Chef de produit marketing direct Pauline Lepetit.
Directeur des ventes Christophe Chantrel.
Responsable diffusion marché Siham Daassa.
Le site de la rédac.
science-et-vie.com
GETTY
DOSSIER
MOIS PROCHAIN #354 / EN KIOSQUE DÈS LE 13 FÉVRIER
BD
353_FÉVRIER 2019_99
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
10
Размер файла
63 082 Кб
Теги
Science et Vie
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа