close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Libération - 22.01.2019-1

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MARDI 22 JANVIER 2019
www.liberation.fr
A Morestel (Isère), dimanche. PHOTO PABLO CHIGNARD. HANS LUCAS
2,00 € Première édition. No 11708
DES HAUTS ET DES BAS
Catharsis nationale ou poudre aux yeux? Dans toute la France,
se tiennent des centaines de réunions, aux formats divers, mêlant
colères et propositions. «Libération» s’y est invité. REPORTAGES, PAGES 2-5
A Souillac (Lot), vendredi PHOTO ULRICH LEBEUF . MYOP
AU DÉBUT DES DÉBATS
In collaboration with
INTERNATIONAL WEEKLY
Parcoursup
Top départ
pour la
saison 2
Notre-Damedes-Landes
Les zadistes
un an après
PAGE 18
PAGES 12-13
TUESDAY, JANUARY
22, 2019
Saudi
Women
Take Risks
And Flee
Copyright © 2019 The
New York Times
By BEN HUBBARD
and RICHARD C. PADDOCK
BEIRUT, Lebanon — Whenever
her father beat her, or
bound her
wrists and ankles to punish
perceived disobedience, her for
the Saudi
teenager dreamed of
escape,
said. But the same question she
always stopped her: How
would she
get out? If she ran away
within the
country, the Saudi police
would
just send her home.
Saudi law
barred her from traveling
abroad
without her father’s permission.
But during a family
vacation
in Turkey when she was
17,
had al-Muhaimeed bolted. ShaWhile
her family slept, she
took a taxi
across the border to Georgia
declared herself a refugee. and
live the way I want to,” “I now
said Ms.
Muhaimeed, 19, from
her home in
Sweden.
Chaque mardi, retrouvez un supplément
spécial de 4 pages avec les meilleurs articles
et éditoriaux du «New York Times», en anglais.
World attention was
drawn to
the status of Saudi women
after
another teenager, Rahaf
Alqunun,
18, was stopped in Thailand
this
month while trying to
make
Australia to seek refuge it to
there.
After an international
social media campaign, the United
Nations
declared her a refugee
on January
9. She left Thailand two
days
for Canada, where officials later
said
she had been granted
asylum.
The phenomenon of women
trying to flee Saudi Arabia
is not new,
coming to the world’s
attention as
early as the 1970s, when
a
Saudi
princess was caught trying
with her lover. They were to flee
executed.
But the number of young
en taking the enormous womrisk appears to have grown
in
years, rights groups say, recent
as women frustrated by social
and legal
constraints at home turn
to social
media to help plan, and
sometimes
document, their efforts
to escapes.
“All these women who
15 years ago
would have never been
heard from
can now find a way to
reach out,”
said Adam Coogle, who
monitors
Saudi Arabia for Human
Rights
Watch.
Some slip out quietly,
traveling
to the United States or
elsewhere
before applying for
asylum —
which is never a sure
thing.
being stopped in Turkey Since
in 2017,
two sisters, Ashwaq
and Areej
Hamoud, 31 and 29 respectively,
have been fighting a
deportation
order, saying they fear
for their
lives if they return to
Saudi Arabia.
Even global attention
does not
Con­­tin­­ued on Page II
Republicans expect Democrats,
led by Nancy Pelosi, left,
and Chuck Schumer, right,
PHOTOGRAPHS BY
to be hard on President
DOUG MILLS/THE NEW
Trump’s ‘Nonstop’ Political
War
YORK TIMES
Donald J. Trump.
A border wall fight
is the first of many
battles on the horizon.
his own administration.
What all this adds up to
remains unclear. Whether
it will
lead to a full-blown impeachBy PETER BAKER
ment inquiry in the House
has
WASHINGTON — So
yet to be decided. But it
it has
undercome to this: The president
scores the chance that
of
with canthe United States was
didates already lining
asked
up to
week whether he is a Russianlast
him on in 2020, Washington take
agent. And he refused
spend the months to come will
to directly
bating the future of Mr. deanswer.
Trump’s
NEWS
presidency and the direction
The question,
ANALYSIS
of
the country.
which came
from a friendly
“The reality,” said Andy
Surainterviewer, not one of
bian, a Republican strategist
the “fake
media” journalists he
and former special assistant
disparto
ages, was “the most insulting
Mr. Trump, is “that the
next
President Trump is facing
thing I’ve ever been asked,”
years are going to be nonstoptwo
an array of investigations
declared. But it is a question he
a Democratic Congress.
political war.”
At the United States-Mexicoinitiated by
has hung over his presidencythat
border.
But Mr. Trump’s inner
circle
now for two years.
has shrunk, and he has
first articles of impeachment
fewer
If the government shutdown
advisers around him whom
alcampaign chairman shared
ready filed, Mr. Trump
he
standoff between Mr.
faces
trusts.
the
His White House chief
Trump
polling data with an associate
prospect of an all-out political
of
and the United States
staff is still serving in
Congress
tied by prosecutors to
an acting
war for survival that may
Russian
has seemed ugly, it may
capacity, and the West
make
eventuintelligence.
the still-unresolved partial
Wing
ally seem tame in light
depleted by the shutdown. is
of what is
Then, new reports added
government shutdown
to come. The border wall
to
pale by
himself wrote on Twitter As he
fight
the sense of siege at the
comparison.
on Janjust the preliminary skirmish is
White
uary 12, “There’s almost
House. The New York
in
The last several days have
nobody
Times
this new era of divided
in the W.H. but me.”
governreported that after Mr.
offered plenty of foreshadowing.
ment. The real battle has
Trump
Mr. Surabian said the
yet to
fired the F.B.I. director,
The newly empowered
rest
begin.
James
Demoof the party must recognize
B. Comey, in 2017, the bureau
crats summoned the president’s
With Democrats now in
the threat and rally behind
opened an investigation
charge
longtime personal lawyer
of the House of Representatives,
into
president. “Republicans the
whether the president
testify after he implicated to
need
was
the special counsel believed
understand that Democrats to
working for the Russians.
to
Trump in an illegal schemeMr.
in
be wrapping up his investigation
And
Congress, beholden to
to
The
Washington
arrange
the
‘resisPost reported
hush payments before
into Russian election meddling
tance,’ aren’t interested
that Mr. Trump has gone
the 2016 election for women
in
and the Trump campaign’s
out of
tisanship, they’re out for biparhis way as president to
inclaimed to have had affairs who
blood,”
volvement, news media
hide
he said. “It’s a war we
outlets
details of his discussions the
can win,”
th candidate. Legal papers with
competing for scoops and
with
he added, “but only with
President Vladimir V.
the
closed that Mr. Trump’s disfortiPutin
onetime
Russia, even from members of
of
Con­­tin­­ued on Page II
IMPRIMÉ EN FRANCE / PRINTED IN FRANCE Allemagne 2,50 €, Andorre 2,50 €, Autriche 3,00 €, Belgique 2,00 €, Canada 5,00 $, Danemark 29 Kr, DOM 2,80 €, Espagne 2,50 €, Etats-Unis 5,00 $, Finlande 2,90 €, Grande-Bretagne 2,20 £,
Grèce 2,90 €, Irlande 2,60 €, Israël 23 ILS, Italie 2,50 €, Luxembourg 2,00 €, Maroc 22 Dh, Norvège 30 Kr, Pays-Bas 2,50 €, Portugal (cont.) 2,90 €, Slovénie 2,90 €, Suède 27 Kr, Suisse 3,40 FS, TOM 450 CFP, Tunisie 5,00 DT, Zone CFA 2 500 CFA.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
2 u
ÉVÉNEMENT
ÉDITORIAL
Par
PAUL QUINIO
Nécessaire
Ni angélisme béat ni critique systématique a priori.
Huit jours seulement après
le début du grand débat
imaginé par le gouvernement en réponse à la crise
des gilets jaunes, il est trop
tôt pour tirer des conclusions définitives sur son
intérêt. D’un point de vue
quantitatif comme qualitatif. Nombre de débats qui
se tiendront, conditions
d’organisation, affluence
dans les salles, diversité des
participants, thèmes abordés, propositions mises sur
la table: il faudra regarder
tout ça de près. La première
plongée effectuée par Libé
dans quatre débats en confortera certains dans leur
refus d’y participer. Stop
à «l’enfumage», clameront
les opposants les plus vifs
au Président. D’autres y
trouveront au contraire des
raisons d’espérer. «Le dialogue est possible», se réjouiront les pro-Macron. Postures politiques sans surprise
et de bonne guerre. Bien
sûr que le chef de l’Etat, en
lançant son initiative, cherche à sauver sa peau de président actif. Evidemment
que ce débat est un contrefeu à l’occupation des
ronds-points et aux manifestations hebdomadaires.
Que les adversaires du dirigeant n’aient pas envie de
lui servir de marche-pied,
on peut le comprendre.
La défiance, chaque année
plus grande, des citoyens
à l’égard des politiques
légitime néanmoins un
point de vue moins partisan. Violence des débats,
niveau d’abstention, montée des extrêmes sont trois
des maux emblématiques
de notre vie démocratique.
Elle a besoin d’être réoxygénée. Le grand débat n’est
pas l’alpha et l’omega de
cette nécessaire revigoration politique, juste un
exercice participatif. Et si la
démocratie participative ne
peut se substituer à sa
grande sœur représentative, elle peut utilement la
compléter. Cela suppose un
minimum de sincérité dans
la démarche macronienne.
C’est le postulat de base.
Si l’initiative présidentielle
s’avérait n’être que calcul
politique, l’échec serait
garanti. Pas seulement
pour le débat, mais pour le
chef de l’Etat lui-même. •
Libération Mardi 22 Janvier 2019
Grand débat
«Sans
les gilets
jaunes, nous
ne serions
pas là»
«Libé» a assisté à quatre réunions
organisées dans le cadre de la
grande consultation. Manifestants
peu présents, espoir ténu… le bilan
semble mitigé.
REPORTAGES
Par ALAIN AUFFRAY
(à Palaiseau),
MAÏTÉ DARNAULT
(à Morestel),
MATHILDE FRÉNOIS
(à La Colle-sur-Loup),
et STÉPHANIE MAURICE
(à Arras)
E
ntre thérapie de groupe
citoyenne, assemblées locales et séances de remobilisation de la majorité: le grand débat
se décline depuis une semaine sur
tout le territoire. Tout en fixant les
lignes rouges, notamment sur sa
politique fiscale et économique,
le gouvernement mise beaucoup
sur cette catharsis nationale pour
sortir de deux mois de mobilisation
des gilets jaunes. Certains manifestants ont décidé de jouer le jeu,
venant aux réunions avec leurs
revendications mais parfois, les
organisateurs ne se sont pas donné
la peine de les inviter. Libération a
assisté à quatre versions de ce grand
exercice qualifié par le chef de l’Etat
Dans la salle des fêtes de Morestel (Isère). PABLO CHIGNARD. HANS LUCAS
de «démocratie délibérative» et qui
doit durer jusqu’à mi-mars.
LA-COLLE-SUR-LOUP
«Nous on réfléchit,
on débat, eux ils crient»
ITALIE
ALPES-DEHAUTEPROVENCE
ALPESMARITIMES
La Colle-sur-Loup
Nice
Monaco
r
e
Me rrané
e
dit
VAR
Mé
10 km
Chantal Maimon est arrivée en
avance à la salle la Rose de mai. Elle
a déjà réaligné les chaises pliantes
et scotché des affichettes sur la
porte vitrée. «Je n’animerai pas sept
heures de débat. Je n’apporterai pas
de réponses, écarte-t-elle. Je ne suis
pas présidente de la République.»
Mais Chantal est bien référente de
LREM à La Colle-Sur-Loup (AlpesMaritimes), une commune de
7 000 habitants située à une vingtaine de kilomètres de Nice.
A 70 ans, cette retraitée de la grande
distribution organisait samedi
«le premier débat dans une salle des
Alpes-Maritimes». Pour elle, «les
gilets jaunes ont pris trop de place,
mais leur mouvement n’est pas que
négatif. Ils n’ont pas tort sur tout. Le
pouvoir d’achat par exemple: il est
difficile de dire à un Français qu’il
est possible de vivre correctement
avec 800 euros par mois».
Cette première réunion commence
donc sur ce thème mais – est-ce
l’étiquette LREM des organisateurs
ou l’heure matinale ? – on ne peut
pas dire qu’on se presse à la Rose de
mai. Au plus fort de la matinée,
seize personnes s’assiéront face
à Chantal. Certaines sont encartées
LREM, toutes ont voté Macron et
soutiennent encore ce président si
peu populaire. C’est le cas de Gilles
et Françoise, médecin et assistante
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
u 3
gone. Macron leur a fait savoir que ses réformes
structurelles, comme celle du marché du travail, ne pouvaient être remises en cause par ce
débat, mais que celui-ci offrait l’opportunité de
réfléchir à «une croissance plus inclusive».
«Enfumage!» protestaient encore samedi dernier plusieurs dizaines de milliers de gilets
jaunes mobilisés pour l’acte X de leur mobilisation. A l’extrême droite comme à l’extrême
gauche, on dénonce une manœuvre de diversion dont la seule raison d’être serait de gagner
du temps et d’étouffer la colère. Mais dans les
autres partis comme dans plusieurs syndicats
et organisations professionnelles, on se dit prêt
à jouer le jeu, tout en s’interrogeant sur le
grand flou qui entoure la restitution et l’exploitation de ce qui remontera du terrain. Le parti
de Laurent Wauquiez, Les Républicains,
entend participer «pour que le pays sorte du
chaos». Yannick Jadot et les écologistes
souhaitent, eux, que cela soit l’occasion de
conclure, partout en France, des «contrats
territoriaux de transition écologique».
Tout en maintenant qu’ils n’avaient pas vocation à être «les animateurs d’un débat décidé
et organisé par l’Etat», le président LR de l’Association des maires de France (AMF), François Baroin, a indiqué lundi que ces derniers
favoriseraient «toutes les remontées». Au passage, il veut faire émerger la demande d’une
«grande loi de décentralisation». C’est aussi le
souhait de Dominique Bussereau (ex-LR), président de l’Assemblée des départements de
Frances (ADF), qui a annoncé que les principales associations d’élus présenteraient dans
les prochaines semaines «une proposition commune de participation au débat».
«Diversité». Du côté du gouvernement, on
sociale, venus en voisins de SaintPaul-de-Vence. Leur jugement sur
le mouvement déclenché le 17 novembre est sans nuance : «Plutôt
que de piailler ou de tourner en rond
sur un rond-point, discuter permet
de faire bouger les lignes. On va s’en
sortir par le haut.» Assis au
deuxième rang, ils découvrent le
menu concocté par Chantal à base
de fiscalité, transition écologique,
citoyenneté et organisation de
l’Etat.
Mais finalement, la discussion va
tourner à l’exercice de pédagogie
pendant une heure et demie. «Ce
monde basé sur les ordinateurs a besoin de relais pour aider les gens, décrypte un participant de cette réunion aux faux airs d’AG, où tous les
copropriétaires sont d’accord pour
résoudre le problème de l’ascenseur. On a tous entendu parler de
l’histoire de la carte d’identité où il
faut parcourir 20 kilomètres pour la
refaire. Cette déshumanisation et ce
monde virtuel nuit à la démocratie.
Que les gilets jaunes Suite page 4
Macron rassure les
patrons, les maires
assurent les réunions
Le Président a affirmé
à 150 grands dirigeants, lundi
à Versailles, qu’il tiendrait
son cap. Jeudi, il poursuivra
sa tournée en régions.
E
mmanuel Macron et ses ministres veulent y croire: le grand débat national serait sur de bons rails, une semaine après
son lancement officiel. Le 13 janvier, dans sa
lettre aux Français, le chef de l’Etat avait invité
«le plus grand nombre» à participer à cette «initiative inédite» et à formuler des propositions
pour «bâtir un nouveau contrat pour la nation». Censé se poursuivre jusqu’au 15 mars, le
débat doit permettre à l’exécutif de répondre
à des «questions essentielles» touchant à la fiscalité, aux services publics, à la transition écologique et à la démocratie et la citoyenneté.
«Nous ne reprendrons pas le cours normal de
nos vies», a juré Macron, tout en précisant que
les changements à venir ne remettaient pas en
cause les fondements d’une politique économique validée par les électeurs au printemps 2017.
«Croissance». C’est aussi ce qu’il a voulu rappeler lundi aux 150 grands patrons réunis au
château de Versailles pour la deuxième édition
de Choose France, rendez-vous annuel censé
promouvoir les investissements dans l’Hexa-
assure ne pas s’inquiéter du foisonnement de
propositions qui partent dans tous les sens.
Tout en se félicitant que quelques idées nouvelles viennent «revivifier le débat», une source
ministérielle reconnaît qu’elle attend surtout
de ce grand brainstorming qu’il mette au jour
«la grande diversité des points de vue» ainsi que
«les injonctions contradictoires» adressées au
gouvernement. Les deux ministres chargés
d’animer le grand débat, Emmanuelle Wargon
et Sébastien Lecornu, ont soumis lundi leur
méthodologie aux «garants» indépendants
nommés la semaine dernière par l’exécutif et
les présidents des assemblées. Ces cinq «sages»
présenteront ce mardi leurs préconisations.
Alors que les premiers débats ont eu lieu le
week-end dernier, près de 600 événements
sont recensés sur la plateforme dédiée. Près de
la moitié d’entre eux est organisée par des maires. Les autres par des particuliers ou des associations. Selon un sondage Odoxa pour le Figaro, publié en fin de semaine dernière,
94% des Français ont entendu parler du grand
débat. Même s’ils doutent encore très majoritairement de son utilité et de son impartialité,
29% se disent prêts à y participer. Soit un total
très théorique de 13 millions de contributeurs.
Macron entamera jeudi la troisième étape de
sa tournée des maires. En Normandie puis en
Occitanie, les deux premières ont pris la semaine dernière des allures de marathon, de
plus de six heures chacun. Retransmises en direct, ces performances ont donné à voir – ou
à revoir– un Macron combatif et plein d’assurance, loin du président accablé qui s’était fait
très discret ces deux derniers mois. Ce qui lui
a valu, selon plusieurs enquêtes, de bénéficier
d’un léger regain de popularité à la fin de la semaine dernière. De quoi agacer l’opposition:
LR demande que ces grands shows devant les
maires soient considérés comme des «meetings
de campagne» pour les européennes. Le CSA
ne lui donne pas tort. Selon France Info, il
considère «a priori» que ces interventions
pourraient être décomptées du temps de parole de la majorité.
A.A.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ÉVÉNEMENT
4 u
Libération Mardi 22 Janvier 2019
se retrouvent
sur les ronds-points, c’est symptomatique. On a besoin de proximité.»
Le retour des cafés dans les villages,
lieu de sociabilisation et de discussion, est proposé comme une des
solutions. Bernard note. C’est lui
qui se chargera de faire la synthèse
et de la «remonter au national». Il
écrit aussi les remarques sur la taxe
carbone, la limitation de la vitesse
à 80 km/h, les médias, les réseaux
sociaux…
A la Rose de mai, tout est très studieux. Les participants ont signé
une feuille de présence et s’excusent quand ils se coupent la parole.
Un respect facilité par la toute
petite assemblée, l’uniformité des
participants et, du coup, l’absence
de confrontation. L’invitation n’a
été diffusée que sur les pages
Facebook et le site de LREM, les gilets jaunes n’ayant pas été spécifiquement conviés. On parle d’eux
avec beaucoup de distance, si ce
n’est du mépris. «Nous, on réfléchit,
on débat. Eux, ils crient, ils s’énervent», lâche Bernard. «Si c’est pour
avoir autant de policiers que
de gilets jaunes dans la salle, ce n’est
pas la peine», embraye Chantal. La
référente locale a prévu une
nouvelle réunion vendredi. Toujours sans invitation des gilets
jaunes.
Suite de la page 3
ARRAS
«Si tout cela part
dans une boîte à oubli…»
Mer du Nord
Manche
Calais
BEL.
PAS-DECALAIS
Arras
NORD
Préparation du grand débat à Arras (Nord-pas-de-Calais), dans une salle de l’hôtel de ville, samedi. PHOTO AIMÉE THIRION
des cahiers de doléances (dont le
principe n’a été adopté que samedi).
Elle aurait aimé aussi que le maire
mette une salle à disposition: «Nous
voulons nous structurer et nous préparer pour le grand débat, en approfondissant les thématiques.» Par
principe, les gilets jaunes présents
samedi ont refusé de faire partie des
garants de cet exercice de démocratie participative. «Nous, on a déjà des
convictions, on n’est pas impartial,
argumente Cendrine Woillet. Il faut
respecter le cadre.»
SOMME
20 km
PALAISEAU
«La citoyenneté,
c’est ce que l’on fait»
PARIS
VAL-DEMARNE
YVELINES
Palaiseau Evry
A la salle la Rose de mai à La Colle-sur-Loup (Alpes-Maritimes), samedi. PHOTO LAURENT CARRÉ
soit bien consigné et utile. Si tout cela
part dans une boîte à oubli, cela
pourrait accentuer les déceptions et
la fatigue générale.»
Des formations seront d’ailleurs
organisées samedi prochain en mairie pour les futurs animateurs et
assesseurs bénévoles des tables
rondes. Une trentaine de personnes
sont volontaires. On a aussi voté sur
le fonctionnement pour avoir des
réunions «au plus proche des gens»,
dans tous les quartiers d’Arras. «Il ne
faut pas que le débat soit confisqué
par le centre-ville», met en garde un
des rapporteurs. Le maire opine.
Cendrine Woillet, représentante du
«2CHT» d’Arras, un groupe de gilets
jaunes, reconnaît à l’édile sa sincérité: «Lui, il n’essaye pas de récupérer
le débat. Je peux me tromper, mais
j’ai le sentiment qu’il va nous laisser
libres.» Même si elle lui reproche
d’avoir beaucoup tardé pour ouvrir
ESSONNE
RE IR
EU -LO
ET
Un vrai exercice démocratique, pour
«permettre l’expression de tous»,
c’est ainsi que Frédéric Leturque,
maire d’Arras (Nord-Pas-de-Calais),
voit le grand débat national. Sans tirer la couverture à lui ni faire le jeu
du gouvernement, l’édile, passé de
l’UDI aux Centristes de Hervé Morin, assume sa position médiane. Un
«accompagnement bienveillant» qui
laisse la main aux habitants de la
préfecture (41 000 habitants) sur
l’organisation de la consultation. Samedi matin, on débattait donc sur
le grand débat dans les locaux de la
mairie. «Cela ne peut pas être l’affaire d’un maire: c’est une affaire de
citoyens, avec tout le monde sur un
pied d’égalité», insiste l’élu, qui
trouve cette idée de grand débat
«remarquable». Mais s’il reconnaît
à Macron une volonté d’agir, il
regrette que ses courriers d’alerte
envoyés à l’Elysée sur la baisse de
l’APL ou la suppression des emplois
aidés n’aient pas été pris en compte.
Pour lui, «les autorités nationales
étaient sourdes», et les gilets jaunes
ont fait exploser ce mur du silence.
Devant les participants, Frédéric
Leturque prévient: «Il faut que tout
LOIRET
E- E
IN RN
SE MA
ET
10 km
Ils sont venus nombreux et avec,
visiblement, une envie sincère de
débattre. A midi samedi, plus d’une
centaine de personnes sont instal-
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
la colère cet automne. «Sans le mouvement des gilets jaunes, nous ne
serions pas là, je souhaite les remercier», note un intervenant. Pour lui,
l’enjeu de ce débat national serait de
réfléchir au moyen d’être écouté par
les élus sans en passer par des référendums. Le référendum d’initiative citoyenne (RIC), revendication
phare sur les ronds-points et dans
les manifs jaunes, ne fait pas recette: une seule personne suggérera
de l’instaurer «au niveau local et pas
national». Dans une ambiance
grave et sereine, chacun y va de ses
propositions. Un jeune homme juge
«cruciale» la reconnaissance du
vote blanc et un étudiant suggère
qu’on instaure un système de «vote
par notation des candidats», quand
un troisième défend sa vision d’une
«véritable démocratie participative». Dans son idée, classes populaires, moyennes et aisées devraient
être représentées par des chambres différentes où siégeraient des
citoyens tirés au sort : «Pour être
adoptée, une loi devrait obtenir le
vote de ces trois chambres.»
Les lobbys, l’ENA, le Conseil économique, social et environnemental:
tous les centres de pouvoir y passent. «La citoyenneté c’est ce que l’on
fait ce matin. On critique souvent les
élus. Mais nous, que faisons-nous ?
Le pays c’est d’abord nous. C’est immature de se plaindre de nos élus»,
s’emporte une intervenante. A la fin
des deux heures d’échanges, un militant macroniste engagé n’est pas
tout à fait rassuré : «Je regarde la
salle, je connais les trois quarts des
gens.» Pour les trois prochains
débats d’ici mi-mars, il invite chacun à revenir «accompagné de personnes qu’on n’entend jamais». Pour
lui, le chef de l’Etat a pris un «gros
risque» avec ce grand débat. Il
«craint le pire» si cet exercice ne
devait pas avoir de débouchés
concrets.
MORESTEL
«L’écologie n’est pas taboue
chez les gilets jaunes»
AIN
SAVOIE
LOIRE
Morestel
ISÈRE
ARDÈCHE
lées dans la salle du conseil municipal de Palaiseau (Essonne) où le
maire LR, Grégoire de Lasteyrie,
salue une «première étape pour
restaurer le dialogue» au moment
où «la rupture de confiance des citoyens vis-à-vis de leurs élus et même
des citoyens entre eux est palpable».
Dans l’assemblée, la majorité des
participants n’en sont pas à leur
première réunion publique : habitués des conseils de quartiers, responsables associatifs ou militants
politiques… A l’image de l’animateur du débat, Charles Henry, président de la MJC, professeur de lycée
et candidat à la tête d’une liste de
gauche aux municipales en 2008,
qui a accepté d’orchestrer les rencontres.
Mobilisés sur le rond-point Gutenberg, entre Palaiseau et Villebonsur-Yvette, les gilets jaunes locaux
ont été invités. Un seul d’entre eux
s’est déplacé. Devant l’assemblée, il
raconte qu’il n’a connu que «la
dégringolade des salaires» depuis
son adolescence et que cela explique sa participation à un mouvement qui «sommeillait depuis trente
ans». Debout au fond de la salle, il
s’éclipse avant la fin de la séance.
A quarante minutes de RER du centre de Paris, Palaiseau n’a ni la
sociologie ni la géographie des territoires périphériques d’où est partie
u 5
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
Grenoble
DRÔME
20 km
STE S
AU PE
H AL
Curieux show-room automobile
devant la Maison de l’amitié de Morestel (Isère), une petite commune
de 4500 habitants située entre Lyon
et Grenoble. Sur le parvis, trois véhicules de gendarmerie s’alignent
à côté d’une Zoé, la voiture électrique de Renault, portières ouvertes
et stickers bleus vantant son achat
«à partir de 99 euros par mois».
C’est à l’invitation de la députée
LREM du cru, Cendra Motin, qu’un
représentant du constructeur français est venu faire de la réclame.
Morestel, c’est là où se trouve sa
permanence parlementaire et l’élue
avait déjà prévu de remplacer ses
vœux-galette par une journée consacrée à la transition écologique.
Une fois le grand débat lancé par le
Président, elle a recyclé son événement, invitant ses concitoyens à un
pique-nique-débat. Une petite centaine de personnes est présente à
midi, dont seize gilets jaunes et
sept gendarmes. Moyenne d’âge: la
cinquantaine. Autant de femmes
que d’hommes. On trouve des
stands sur le tri et le compostage,
sur les énergies renouvelables et
l’isolation de l’habitat ainsi qu’une
petite table Renault. «C’est pour demander la libération de Ghosn»,
grince un habitant.
La députée lance la séance en soulignant qu’il ne s’agit pas d’un meeting politique. «Mon rôle, c’est de ne
surtout pas intervenir. Je ne suis
pas là pour répondre à des questions, pour prêcher la bonne pa-
role.» Le questionnaire du gouvernement est bien en vue sur les
tables. «Partir de ce papier, ça
ferme le débat», lâche Catherine,
52 ans, porte-parole des gilets jaunes locaux. Mais contrairement à
d’autres camarades qui quittent la
pièce assez vite, cette assistante
maternelle prend un siège : «Les
grands débats sur l’écologie, on les
a déjà eus sur les ronds-points. On
a préparé des choses concrètes, on
voudrait voir si c’est jouable maintenant.» Catherine lit un long programme manuscrit qui commence
par l’inscription de l’écologie dans
la Constitution et dans le programme d’éducation civique. Viennent ensuite, en vrac, la baisse du
prix des voitures, la taxation des
banques qui financent les énergies
fossiles, des supertankers ou des
entreprises qui émettent des gaz à
effet de serre, en passant par la gratuité des déchetteries. La porte-parole fait une pause : «Je suis allée
vite, mais vous voyez, l’écologie n’est
pas un sujet tabou chez les gilets
jaunes.»
Autour des tables, certains remplissent un seul questionnaire, parlementant ou votant avant. D’autres
répondent individuellement après
avoir discuté avec leurs voisins. Une
quinqua sociologue et «insoumise
écolo», commente : «Il faut arrêter
de parler des glaciers qui fondent à
des milliers de kilomètres et informer les gens sur ce qu’il se passe chez
eux.» Il faut passer à la restitution
des groupes fissa car à 15 heures, le
programme de la députée prévoit
une conférence sur les zones humides. Un peu court comme timing.
Cendra Motin : «Vous savez, on
apprend en marchant.» •
«Foulards rouges», «gilets
bleus»: en marche pour l’ordre
Si peu d’élus de la majorité
semblent vouloir y participer,
la mobilisation de dimanche, qui
réclame la fin des troubles publics,
a initialement été organisée en
soutien au Président. Trois groupes
Facebook mènent la danse.
D
isputer la rue aux gilets jaunes? L’idée ne fait
pas l’unanimité dans le camp présidentiel,
alors qu’une «marche républicaine des libertés» doit réunir dimanche à Paris les partisans d’un
«rétablissement de l’ordre public». Si certains macronistes veulent se joindre au cortège, d’autres voient
surtout les risques de la démarche – les organisateurs s’efforçant, eux, de convaincre du caractère
«apolitique» de l’événement. «Dans l’ensemble, les
dirigeants macronistes sont très réticents, rapporte
l’un d’eux. Mais on sent aussi une pression forte de
notre base, qui a besoin de sortir de la sidération et
d’exprimer une forme de ras-le-bol après deux mois
de crise.»
Lundi, un peu plus de 9000 personnes avaient indiqué sur Facebook vouloir participer au défilé, qui
partira à 14 heures de la place de la République vers
celle de la Bastille. L’appel est porté par trois groupes
actifs sur les réseaux sociaux : la page Facebook
«STOP. Maintenant ça suffit», le collectif des «gilets
bleus» et celui des «foulards rouges» –ces derniers
ayant pris la main sur l’organisation du rassemblement. Si la marche a été imaginée par un sympathisant macroniste revendiqué, et d’abord présentée
comme un acte «de soutien» au Président, l’intitulé
a vite été nettoyé de toute référence politique: la manifestation ne vise plus, officiellement, qu’à promouvoir le «dialogue» et refuser la «violence».
«Démocratie». «Certains de nos membres auraient
voulu qu’on invite le Président, mais on a refusé: dimanche, ce sont les citoyens qui prennent la parole
pour défendre la démocratie», indique «Ricardo»,
un porte-parole des «foulards rouges» qui, comme
la plupart des membres du collectif, s’exprime sous
pseudonyme pour des raisons de «sécurité».
L’homme promet, mystérieux, «deux arrêts» symboliques sur le chemin du cortège et «une grosse surprise» à son arrivée place de la Bastille. Preuve, selon
ses organisateurs, que les manifestants ne rouleront
pas pour le pouvoir: «Nous avons adressé des invitations à tous les parlementaires de France, sauf ceux
de La France insoumise et du Rassemblement national», poursuit Ricardo, affirmant qu’«une cinquan-
taine de députés ont confirmé leur présence: beaucoup d’élus de LREM, mais aussi du Parti socialiste
et de l’UDI». Contacté par Libération, le patron du
PS, Olivier Faure, assure qu’«aucun député socialiste
n’est prévu» dans le cortège. Côté UDI, le président
du parti, Jean-Christophe Lagarde, ne souhaite pas
prendre part à un mouvement «d’abord organisé en
soutien au président Macron», tout en laissant ses
élus libres d’y participer.
Situation plus contrastée dans le camp présidentiel.
Contactés par Libération, plusieurs députés macronistes souhaitent venir à la manifestation ou l’«envisagent», à l’image d’Olivier Grégoire (Paris) d’Aurore
Bergé (Yvelines). «Mais si j’y vais, ce sera en tant que
citoyenne attachée aux valeurs de la République, pas
en tant que députée», prend soin de préciser la seconde. Même prudence, lundi matin sur France Inter, de la part du président du groupe LREM à l’Assemblée, Gilles Le Gendre: «Si j’y participe je ne le
dirai pas», a-t-il fait savoir, tout en reconnaissant
que l’événement est «regardé d’un œil extrêmement
favorable» par son camp. Côté gouvernement, le
ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer,
d’abord enthousiaste, n’est aujourd’hui plus sûr de
prendre part à la marche: «C’est une option ouverte»,
indiquait simplement son entourage lundi.
«Amalgame». Un cadre macroniste énumère les
raisons de cette tiédeur: «Est-on sûr de pouvoir éviter
un affrontement en cas de contre-manifestation? Si
non, l’image sera détestable et, même si nous ne sommes pas les fauteurs de trouble, on nous accusera de
faire de la provocation. Ensuite, on a opté pour le débat comme sortie de crise, donc en manifestant
à notre tour, on envoie un message contradictoire.
Enfin, en étant présents, on donnerait l’image d’une
manifestation de soutien à Macron, qui risque de
moins mobiliser qu’une marche contre le désordre.»
Les organisateurs attendent «entre 8 000
et 10 000 personnes, peut-être plus», annonce
Ricardo à Libération.
D’autres macronistes excluent toute participation
à la marche, y voyant une provocation. «Il ne faut
surtout pas y aller, estime le député Aurélien Taché,
un représentant de l’aile gauche de la majorité. On
n’est pas là pour diaboliser un mouvement à cause
de 10 % de fauteurs de troubles. Les gilets jaunes,
pour l’instant, ce sont les Français : plus on fera
l’amalgame, plus on les poussera dans les bras des
radicaux.» Une condamnation implicite des tenants de la ligne dure au sein de l’exécutif et de la
majorité.
DOMINIQUE ALBERTINI
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
6 u
MONDE
Libération Mardi 22 Janvier 2019
Par
SONIA DELESALLESTOLPER
Correspondante à Londres
D
epuis Noël, le Retour de
Mary Poppins, avec l’actrice
Emily Blunt dans le rôle de
la plus célèbre nanny au monde, fait
un tabac au box-office britannique.
Theresa May ne ressemble pas du
tout à Mary Poppins. En fait, de sa
valise rouge en cuir frappée des armoiries de la reine Elizabeth II
– berceau des papiers officiels de
l’Etat– elle n’a sorti aucune recette
miraculeuse. Elle a bien tenté le traditionnel «morceau de sucre qui
aide la médecine à couler», mais les
députés n’ont pas été dupes. Rien
dans son plan B, qui ressemble terriblement à son plan A, ne laisse
penser que la Première ministre britannique pourra convaincre les députés de la soutenir et d’adopter
l’accord de retrait de l’Union européenne le 29 janvier, lors du prochain vote prévu au Parlement.
Après trois jours de discussions et
un week-end d’intenses réflexions,
May a affirmé avoir «écouté et entendu» les réserves des différents
partis. Mais elle s’est présentée devant le Parlement avec le même accord qui lui a valu une défaite cinglante mardi dernier, en fait la pire
gifle jamais subie par un Premier
ministre britannique devant la
Chambre des communes. Elle se
«comporte comme si elle avait perdu
son vote par 30 voix et pas 230 !»,
s’est encore emportée la députée
travailliste Yvette Cooper.
INFERNAL CALENDRIER
La locataire du 10, Downing Street
n’a pas ménagé le suspense. Elle a
rapidement éliminé toutes les options réclamées par les différentes
factions des parlementaires. Pas
question d’écarter une sortie de
l’UE sans accord. Pas question d’envisager de demander une extension
de l’article 50 pour aller au-delà de
la date butoir fixée au 29 mars. Pas
question d’envisager sa révocation,
ce qui signifierait «rester au sein de
l’UE». Quant à l’éventualité d’un second référendum, la Première ministre a une nouvelle fois rappelé
que «notre devoir est d’appliquer la
décision rendue lors du premier [référendum]».Les députés ont donc
prévu de déposer dans la semaine
une série d’amendements qui, justement, proposeront ces différents
cas de figure. Et seront donc soumis
au vote ce 29 janvier, prochaine date
cruciale de l’infernal calendrier du
Brexit. Seule réelle annonce surprise, la Première ministre a supprimé les frais d’enregistrement des
citoyens européens pour le fameux
«settled status» qui leur permettra,
après le Brexit, de continuer à vivre
et travailler légalement au Royaume-Uni (lire ci-contre).
May a essentiellement promis de
consulter avant tout ses troupes, les
conservateurs les plus «brexiters»
réunis au sein du European Re-
Brexit : Theresa May
face au «jour sans fin»
La Première ministre britannique a présenté lundi à la Chambre des
communes un plan B quasi similaire à l’accord avec l’UE rejeté par
les députés la semaine dernière. Objectif: gagner du temps pour
parvenir à un compromis et obtenir des concessions de Bruxelles.
search Group (ERG) et surtout les
députés du Democratic Unionist
Party (DUP), le petit parti unioniste
nord-irlandais qui assure une majorité à son gouvernement. Elle a annoncé son intention de revoir le fameux «backstop», ce filet de
sécurité prévu en cas d’échec des
négociations sur un accord commercial futur. Le backstop prévoit
de maintenir l’Irlande du Nord dans
une union douanière avec l’UE,
pour éviter l’installation d’une frontière entre l’Irlande du Nord et l’Irlande. Or, le DUP et les brexiters les
plus virulents y sont farouchement
opposés. Ils jugent que cette solution couperait l’Irlande du Nord du
reste du Royaume.
«PROFOND DÉNI»
La Première ministre a cependant
exclu de rouvrir l’accord de paix du
Vendredi saint, signé en 1998, et qui
a mis fin à trente ans de guerre civile larvée en Irlande du Nord. «Je
ne l’ai même jamais envisagé», a-telle insisté. Elle présentera ensuite
«les résultats de ces discussions à
l’Union européenne». Sa décision de
consulter avant tout le DUP pour essayer de déceler ce qui pourrait être
acceptable pour ce petit parti,
donne l’impression que May cherche avant tout à assurer sa survie
politique. Le DUP a voté contre l’accord de paix en 1998 et pour le
Brexit en 2016. Le parti unioniste
n’est pas en phase avec les habitants
d’Irlande du Nord qui avaient voté
en faveur de l’accord de paix à 71%
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
u 7
La Première ministre,
lundi devant
le 10, Downing Street
à Londres. PHOTOS
PLANET.PIX
ZUMA-REA.
TOBY MELVILLE. REUTERS
et à 56 % pour rester dans l’UE.
Le chef du parti travailliste Jeremy
Corbyn a accusé May d’être «dans
un profond déni» et jugé son accord
«absolument impossible à faire
adopter». Le leader du Labour refuse toujours d’engager des discussions avec la Première ministre si
elle persiste dans son refus d’exclure la possibilité d’une sortie de
l’UE sans accord. «C’est un jour sans
fin», s’est plaint Corbyn.
May a pourtant promis «plus de consultations» avec les députés, notamment sur la déclaration politique,
texte qui accompagne l’accord de retrait et trace les grandes lignes, vagues, de la relation future entre le
Royaume-Uni et l’UE. En gros, en
échange du soutien des députés
pour l’accord de retrait, qui fixe les
conditions de sa sortie, elle promet
d’écouter plus leurs avis pour dessiner les liens de l’avenir. Le problème
est qu’elle demande aux parlementaires de croire sur parole à ses capacités d’écoute. Or, peu y semblent
enclins, dans son parti ou dans l’opposition. Le travailliste Hilary Benn
a ainsi jugé que la Première ministre
avait «peut-être sa porte ouverte,
mais son esprit reste fermé». May
prend un nouveau pari: à 67 jours
du Brexit, elle compte sur la pression du temps et un début de panique pour convaincre les «remainers»
comme les «leavers» de soutenir, un
peu par défaut, son accord. Tout en
espérant que l’UE lâchera aussi, une
fois de plus, un peu de lest. Pas sûr
qu’elle gagne ce dernier pari. •
Les résidents européens doivent
retaper à la porte
Depuis lundi, 3,5 millions
de ressortissants de l’UE
peuvent s’enregistrer pour
obtenir le droit de rester au
Royaume-Uni après le Brexit.
Une procédure qui soulève
beaucoup d’incertitudes.
P
etit à petit, la réalité du Brexit et ses
conséquences prennent une allure
concrète. Depuis lundi, les citoyens européens du Royaume-Uni peuvent entamer les
démarches pour obtenir le droit d’y rester légalement après le Brexit. Le ministère britannique de l’Intérieur a lancé lundi la procédure d’enregistrement de quelque 3,5 millions
d’Européens installés dans le pays, certains depuis quatre ou cinq ans, d’autres depuis vingt
ou trente ans. Tous sont arrivés simplement,
en prenant un ferry, un train ou un avion, parfois juste pour quelques mois. Beaucoup ont
décidé de s’y installer, pour y construire leur vie
ou pour une longue parenthèse. Mais une fois
le Brexit entériné –en principe le 29 mars, sauf
si l’article 50 est prolongé pour retarder la sortie
de l’Union européenne–, ils seront désormais
des habitants à part, au statut différent de leurs
voisins. Ils seront toujours européens, mais les
Britanniques ne le seront plus.
Alors dans le cadre du contrôle de cette immigration, qui a été au cœur du débat politique
avant le référendum du 23 juin 2016 (et qui ne
joue presque plus aucun rôle dans le débat actuel), les citoyens européens devront postuler
pour demander l’obtention du «settled status».
Ils devront l’obtenir pour avoir le droit de vivre
et travailler légalement au Royaume-Uni une
fois expirée la période de transition qui doit durer jusqu’à début 2021. Les premiers candidats
ont payé 65 livres (73 euros) par personne pour
lancer la procédure. Mais dans un revirement
surprise, la Première ministre Theresa May a
annoncé lundi devant la Chambre des Communes qu’elle supprimait ce tarif et que les citoyens européens pourront s’enregistrer gratuitement. «Ceux qui ont déjà payé seront
remboursés», a-t-elle ajouté.
Reste qu’il s’agit de la première phase de «test»
de cette procédure, longuement discutée pendant toute la durée des négociations avec
l’Union européenne, qui devrait donc être
ouverte complètement le 29 mars et le restera
jusqu’au 30 juin 2021. Elle sera valable si un accord est finalement adopté par le Parlement
Les premiers candidats
ont payé 65 livres par
personne pour lancer
la procédure. Puis May
a annoncé qu’elle
accordait la gratuité.
britannique. Dans le cas contraire, la situation
s’avère plus floue, même si le gouvernement de
Theresa May a promis de garantir les droits des
citoyens européens, quel que soit le scénario
de sortie de l’UE.
Pour Nicolas Hatton, fondateur du groupe
The 3 Million qui se bat pour représenter et préserver les droits des Européens au RoyaumeUni, le lancement très symbolique de cette procédure ne fait que renforcer «l’incertitude pour
ces ressortissants européens alors que le pays
continue d’errer dans le chaos le plus total». La
vérité, dit-il encore, est que «nous n’avons toujours pas d’accord avec l’Union européenne sur
nos droits après la sortie de l’UE. J’ai parlé à des
milliers d’Européens depuis juin 2016, et il existe
un véritable sentiment d’abandon et de trahison, qui ne sera pas consolé par la rigueur administrative du gouvernement britannique qui, au
lieu d’organiser un enregistrement automatique, a préféré mettre en place une procédure de
demande, qui peut être refusée dans certains
cas, ce qui renforce l’anxiété des candidats».
En effet, pour se qualifier pour le settled status,
un citoyen européen doit avoir vécu au moins
cinq ans au Royaume-Uni, apporter une preuve
d’identité, de résidence et ensuite télécharger
une simple application sur son téléphone portable. Sauf que l’application ne peut pour le
moment être téléchargée que sur des smartphones Android et pas sur des iPhones, qui représentent environ 50% du marché… Pratique.
S.D.-S. (à Londres)
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
8 u
MONDE
Libération Mardi 22 Janvier 2019
Angela Merkel et Emmanuel
Macron au prix international
Charlemagne, à Aix-laChapelle (Allemagne) en mai.
PHOTO WOLFGANG RATTAY. REUTERS
TRAITÉ FRANCOALLEMAND
Un pacte
d’amitié
pour
dirigeants
en détresse
Macron et Merkel, tous deux
affaiblis, signent ce mardi
le nouveau traité de l’Elysée,
à Aix-la-Chapelle. Symbolique,
le texte réaffirme les principes
de solidarité mais élude
les problèmes européens.
Par
JOHANNA LUYSSEN
Correspondante à Berlin
S
i le «couple franco-allemand»
est régulièrement soupçonné
de verser davantage dans l’affichage que dans l’élaboration de
politiques concrètes, ce n’est pas la
signature du nouveau traité de l’Elysée, ce mardi à Aix-la-Chapelle, qui
fera taire les mauvaises langues.
Ce texte était pourtant très attendu
depuis le discours sur l’Europe
d’Emmanuel Macron, en septembre 2017 à la Sorbonne. A l’époque,
le président français plaidait avec
emphase pour «une impulsion
franco-allemande décisive et concrète», et proposait de signer un
nouveau traité le 22 janvier 2018. Le
chef de l’Etat reprenait alors peu ou
prou des idées déjà énoncées par
l’ex-chancelier allemand Gerhard
Schröder et l’essayiste Alain Minc
dans une tribune en 2016, où ils en
appelaient à un élargissement du
texte, signé en 1963 par Adenauer
et de Gaulle. Dans un contexte postBrexit de «montée du populisme»,
de «résurgences nationalistes» et de
«retour des égoïsmes», ces derniers
plaidaient alors pour un «Elysée
2.0».
Ainsi, à l’époque de son discours à
la Sorbonne, Macron souhaitait que
le texte soit ratifié lors de son
55e anniversaire, le 22 janvier 2018.
Mais les exigences élyséennes se
sont heurtées aux convulsions de la
politique intérieure allemande: en
janvier 2018, Berlin était paralysé
par la poussive mise en place d’une
nouvelle coalition gouvernementale, et donc peu de nature à lui emboîter le pas. Plus d’un an plus tard,
voilà ce texte enfin ratifié par
Macron et Merkel à Aix-la-Chapelle,
ex-capitale de l’Empire carolingien.
CASQUE À POINTE
Si, d’ordinaire, les traités franco-allemands déclenchent assez peu de
réactions des deux côtés du Rhin, ce
texte-ci attire davantage l’attention.
Depuis quelques jours circulent en
France plusieurs intox, alimentées
par l’extrême droite française. Le
texte est accusé de pousser la France
à partager son siège de membre permanent du Conseil de sécurité de
l’ONU avec son voisin d’outre-Rhin
(lire ci-contre), et même de «vendre»
l’Alsace et la Lorraine aux Allemands –preuve des relents germanophobes en France. Ces dernières
élucubrations ont réussi à faire grincer des dents le très austère Frankfurter Allgemeine Zeitung. Dans
son édition de lundi, le quotidien de
Francfort met à sa une l’image d’un
casque à pointe de l’armée prussienne, accompagnée de ce sarcastique commentaire: «Qui l’eût cru?»
En outre, histoire d’ajouter à la
confusion ambiante, bon nombre de
députés allemands ont mal pris l’annonce de la date de la signature du
texte par le gouvernement : ils
avaient en effet prévu le même jour
de discuter avec leurs homologues
français d’un nouvel accord parlementaire. La cheffe du groupe parlementaire vert au Bundestag a ainsi
parlé d’un «affront», tandis qu’un de
ses collègues du FDP (libéraux) évoquait un «acte hostile».
Mais au-delà des fantasmes complotistes et des susceptibilités diverses,
que dit le texte? Les deux pays s’apprêtent notamment à adopter «une
clause de défense mutuelle qui reconnaît qu’une agression, une menace
portée sur l’un des deux pays sera vue
comme une agression, une menace
par l’autre pays qui mettra tout en
œuvre pour aider son partenaire».
«Très concrètement, cela peut arriver dans le cas d’une attaque terroriste où il faut déployer un certain
nombre de moyens d’assistance, de
recherche, de renseignements communs pour aider l’autre pays», indique-t-on à l’Elysée. Mais cette
«clause de solidarité» n’est pas nouvelle. Elle s’inspire de ce qui existe
déjà dans les traités de l’Otan et de
l’UE. Le texte assure aussi que la
France soutient l’Allemagne pour
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
Alsace, ONU:
rien à voir avec
la choucroute
Le traité fait l’objet de
fausses informations,
divulguées notamment
par l’extrême droite.
Checknews démêle
le vrai du faux.
C
ertes, le contenu du traité
d’Aix-la-Chapelle n’est pas
facilement accessible pour
tout citoyen. Il n’est pas mis en
avant sur les sites des ministères,
de la présidence ou de la chancellerie, et les communiqués de
presse le vantant n’indiquent pas
de lien vers son contenu. Mais il
fait l’objet de fantasmes saugrenus.
INTOX 1
Non, le traité ne prévoit
pas une vente de l’Alsace
et de la Lorraine à l’Allemagne
qu’elle obtienne un siège permanent
au Conseil de sécurité de l’ONU.
C’est même là une «priorité de la diplomatie franco-allemande». Mais
le sujet était déjà à l’ordre du jour de
«l’Agenda 2020», feuille de route élaborée lors du douzième Conseil des
ministres franco-allemand, en 2010.
«OPPORTUNITÉ RATÉE»
En outre, il existe de nombreux clivages entre la France et l’Allemagne, sur des sujets aussi variés que
la taxation des géants du numérique, la sortie du nucléaire ou la politique en matière d’exportations
d’armes. Des enjeux dont le traité ne
dit pas grand-chose. «Beaucoup de
questions ne sont pas évoquées dans
le texte. C’est vraiment une opportunité ratée, surtout à quelques mois
des élections européennes, com-
«L’enjeu de la
transformation
écologique est
à peine abordé,
et sans projet
commun.»
Jens Althoff directeur
à la Fondation Heinrich Böll
u 9
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
mente Jens Althoff, directeur de
l’antenne française de la Fondation
Heinrich Böll –affiliée aux Verts allemands. Par exemple, l’enjeu de la
transformation écologique est à
peine abordé, et sans projet commun. C’est également le cas pour la
politique d’immigration et d’intégration, alors que l’idée est tout de
même, à la fin, d’aboutir à une politique européenne commune.»
Le texte prévoit bien quelques initiatives, telles un Conseil franco-allemand d’experts économiques (purement consultatif) composé de dix
experts indépendants, ou la création d’une plateforme numérique
commune sur laquelle plusieurs
médias –France Télévisions, ARD,
Arte – ont déjà «commencé à réfléchir», indique l’Elysée.
De manière générale, les deux dirigeants signataires sont fragilisés. Affaibli par la crise des gilets jaunes, le
chef de l’Etat semble avoir pour
l’instant relégué au second plan ses
ambitions européennes. La chancelière, elle, est devenue au fil des
mois un «canard boiteux», dirigeante en fin de règne dans un pays
en crise politique. Avec en toile de
fond commun les incertitudes du
Brexit, la montée des populismes en
Europe et les turbulences incessantes de la présidence Trump. •
Contrairement à ce qui a pu être
dit par certains sites conspirationnistes, le traité n’évoque à aucun
moment une «vente»
de l’Alsace et de la
Lorraine à l’Allemagne, ni même une
«mise sous tutelle d’une part de
l’Alsace», comme insiste Marine
Le Pen dans une vidéo. Le nom de
la région Grand Est, comme ceux
des Länder frontaliers Bade-Wurtemberg, Rhénanie-Palatinat et
Sarre, ne sont mentionnés nulle
part dans le document. Dans son
argumentation, Marine Le Pen
considère qu’il s’agirait d’une «ingérence manifeste attentatoire à la
souveraineté territoriale» et qui
irait à l’encontre de la Constitution française. On peut penser que
cette rumeur est liée au chapitre 4
qui porte sur la coopération régionale et transfrontalière et où les
deux pays «entendent faciliter l’élimination des obstacles dans les
territoires frontaliers afin de mettre en œuvre des projets transfrontaliers et de faciliter la vie quotidienne des habitants de ces
territoires». Pourtant, l’article 13
du traité précise aussi que ces rapprochements «en particulier dans
les domaines économique, social,
environnemental, sanitaire, énergétique et des transports» entre les
régions et Länder frontaliers se
fait «dans le respect des règles
constitutionnelles respectives des
deux Etats». Il n’est donc pas
question de violer la Constitution
d’un des deux pays.
INTOX 2
Non, la France ne partagera pas son siège au
Conseil de sécurité de
l’ONU avec l’Allemagne
Sur les plateaux télé, comme dans
sa vidéo, Marine Le Pen évoque le
fait qu’elle n’a «pas envie de parta-
ger le siège de la France au Conseil
de sécurité» avec l’Allemagne.
Cette proposition ne figure pas
dans le traité d’Aix-la-Chapelle.
Le conseil de sécurité de l’ONU est
évoqué à deux reprises: dans l’article 5 et l’article 8. «Article 5:Les
deux Etats étendent la coopération
entre leurs ministères des Affaires
étrangères, y compris leurs missions diplomatiques et consulaires.
Ils procéderont à des échanges de
personnels de haut rang. Ils établiront des échanges au sein de leurs
représentations permanentes
auprès des Nations unies à
New York, en particulier entre
leurs équipes du Conseil de
sécurité.» Ici, il est fait mention de
l’échange de personnels de haut
rang, c’est-à-dire de fonctionnaires, dans leurs représentations diplomatiques, y compris dans leurs
équipes du Conseil de sécurité. La
France y a un siège permanent,
tandis que l’Allemagne peut être
amenée à y siéger en tant que
membre non permanent. Cet échange de
personnel signifie-t-il
que la France cède son
siège? Non. Il s’agit d’échanges de
fonctionnaires, et non pas de tous
les fonctionnaires.«Article 8 : (2)
Les deux Etats s’engagent à poursuivre leurs efforts pour mener à
terme des négociations intergouvernementales concernant la réforme du Conseil de sécurité des
Nations unies. L’admission de la
République fédérale de l’Allemagne
en tant que membre permanent du
Conseil de sécurité des Nations
unies est une priorité de la diplomatie franco-allemande.»
Là aussi, il n’est pas mentionné de
céder son siège ou de faire s’asseoir deux Etats sur une même
chaise, mais de coordonner leur
position. Pas question de faire une
partie de chaise musicale. Le
deuxième point est d’ailleurs très
clair: ce que veut l’Allemagne, c’est
que la France s’engage à la soutenir pour une réforme du Conseil
de sécurité de l’ONU, qui lui permettrait d’obtenir un siège permanent avec les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. D’autres
pays comme le Brésil, le Japon et
l’Inde revendiquent aussi une
place, compte tenu de leur puissance économique dans le monde.
Enfin, il est vrai que le vice-chancelier allemand Olaf Scholz (SPD)
a proposé en novembre dernier
que la France abandonne son siège
de membre permanent au Conseil
de sécurité des Nations unies au
profit de l’Europe –sachant que la
France est le seul pays membre de
l’UE à y siéger. Mais cette proposition a été reçue froidement par la
diplomatie française.
JACQUES PEZET
Carnet
DÉCÈS
Son épouse,
ses enfants,
la famille ORR et ses proches,
ont le chagrin de vous faire
part de la disparition de
Andrew ORR
dans la soirée du 17 janvier
2019.
Une cérémonie aura lieu le
24 janvier 2019 à la coupole
du crématorium du Père
Lachaise à 13H30.
Ni fleurs, ni couronnes
souhaitées.
SOUVENIRS
Tendres pensées pour
Jean Dominique ALFONSI
parti il y a 1 an déjà
Toute sa Famille
qui ne l’oublie pas.
Vous organisez
un colloque,
un séminaire,
une conférence...
Contactez-nous
Réservations
et insertions
la veille de 9h à 11h
pour une parution
le lendemain
Tarifs : 16,30 e TTC la ligne
Forfait 10 lignes :
153 e TTC pour une parution
15,30 e TTC la ligne suppl.
abonnée et associations : - 10 %
Tél. 01 87 39 84 00
Vous pouvez nous faire
parvenir vos textes
par e-mail :
carnet-libe@teamedia.fr
01 87 39 84 00
carnet-libe@teamedia.fr
La reproduction de nos petites
annonces est interdite
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 u
MONDE
Libération Mardi 22 Janvier 2019
LIBÉ.FR
Imago TV,
la transition en vidéos
C’est une sorte de Netflix version engagée et
écolo. Il a même un petit plus: sa gratuité. Le site Imago TV, lancé
fin 2018 par deux Français, rassemble une ribambelle d’émissions,
documentaires, podcasts et courts métrages plus ou moins connus. Le tout est destiné à former une «plateforme vidéo de la transition». Transition au sens large, à savoir écologique, économique,
financière, sociétale ou même spirituelle. CAPTURE D’ÉCRAN IMAGO
des Iraniens étant de tracer
un «arc chiite» continu, de
Beyrouth à Téhéran. D’où
l’appui décisif des Gardiens
de la révolution à Bachar alAssad, dans le cadre d’une
opération qui aurait coûté au
régime au moins 2000 hommes et plus d’une quinzaine
de milliards de dollars depuis
sept ans. La nouveauté réside
dans cette profusion de
déclarations. Jamais les parties impliquées ne s’étaient
montrées aussi bavardes lors
de pareils échanges de feu,
Tsahal allant jusqu’à tweeter
en direct l’opération dans
une campagne de communication inédite.
«Rhétorique». Ces derniè-
Damas, dans la nuit de dimanche à lundi. D’après les médias syriens, les forces d’Al-Assad répondaient à des missiles israéliens. PHOTO STR. AFP
Confrontation Israël-Iran: en Syrie,
une «escalade en mots et en actes»
Ce week-end,
l’Etat hébreu a mené
une nouvelle série
de frappes sur des
«bases iraniennes»,
intensifiées par
la riposte du régime
syrien et de son
allié iranien. Des
affrontements cette
fois publiquement
revendiqués.
Par
GUILLAUME
GENDRON
Correspondant à Tel-Aviv
C
e serait presque un
week-end comme les
autres dans les hauteurs du Golan, à la frontière
israélo-syrienne: des skieurs
slalomant sur les pistes et des
missiles d’interceptions israéliens cisaillant le ciel. Si
Israël bombarde ce qu’il désigne comme des «cibles iraniennes» en Syrie de façon
quasi hebdomadaire, les
dernières vingt-quatre heures ont vu la confrontation la
plus directe – et meurtrière
côté syrien– entre Tel-Aviv et
Téhéran depuis l’embrasement vite contenu de mai.
Un bras de fer impliquant
aussi les forces de Bachar alAssad, le tout sous le regard
des Russes, arbitres du théâtre opérationnel syrien.
En croisant les déclarations
de Moscou avec celles de TelAviv, on arrive à l’enchaînement suivant: dans la nuit de
samedi à dimanche, des
chasseurs israéliens lancés
dans un énième raid aux
abords de l’aéroport de Damas sont mis en déroute par
les batteries antiaériennes syriennes. Le lendemain aprèsmidi, un missile sol-sol provenant de Syrie est intercepté
par le système de défense israélien «Dôme de Fer» audessus du mont Hermon,
dans la partie du Golan annexé par l’Etat hébreu. Selon
Tsahal, la roquette «visant
des populations civiles» aurait
été directement tirée par une
unité des forces Qods (soldats
d’élite de l’armée iranienne).
Riposte. En «réponse», Tsahal a conduit dans la nuit de
dimanche à lundi une vaste
série de frappes aériennes
aux environs de la capitale
syrienne sur une dizaine de
«sites militaires des forces
Qods», décrits comme des
entrepôts de munition dans
l’aéroport de Damas, un
camp d’entraînement et une
base de renseignement.
Selon le centre de défense
russe, les soldats d’Al-Assad
auraient néanmoins réussi à
détruire une trentaine de
missiles israéliens, entraî-
nant une nouvelle riposte de riens dans l’attaque israéTsahal. Justifiée, selon son lienne. Au total, l’Observaporte-parole, Ronen Manelis, toire syrien des droits de
par le fait d’avoir «prévenu les l’homme estime que
Syriens de ne pas faire feu onze combattants ont été
contre nos avions, ce qu’ils ont tués, dont des militaires irachoisi de faire
niens et militants
L'HISTOIRE du Hezbollah. Les
malgré tout. Cela
nous a amenés à
médias natioDU JOUR
conduire trois vanaux syriens ont
gues d’attaques sur leurs sys- fait état d’une «attaque intèmes de défense antiaé- tense» israélienne, tout en se
riens».
félicitant de l’interception de
Les puissantes batteries la «majorité des projectiles
antimissiles S-300, livrées hostiles». Depuis Téhéran,
aux Syriens par la Russie et Aziz Nasirzadeh, commanopérées conjointement, sont dant des forces aériennes iracependant restées silencieu- niennes, a, de son côté, déses. Signe que pour Moscou, claré que ses pilotes étaient
bien qu’échaudé par la «absolument prêts et impadestruction d’un avion Iliou- tients de confronter le régime
chine en septembre dans la sioniste».
confusion semée par un raid Les événements du week-end
israélien, la coordination ne sont qu’un épisode parmi
militaire avec Tel-Aviv est d’autres dans la longue camtoujours d’actualité.
pagne d’Israël contre toute
Les Russes ont confirmé la implantation durable des formort de quatre soldats sy- ces Qods en Syrie, l’objectif
res semaines, l’Etat hébreu a
revendiqué de plus en plus
ouvertement ses actions en
Syrie, tentant de préserver
ses «lignes rouges» malgré les
avertissements russes et le
retrait annoncé des forces
américaines. Le 11 janvier, le
chef d’état-major de Tsahal,
Gadi Eizenkot, détaillait au
New York Times l’ampleur de
cette campagne anti-iranienne : «Nous avons frappé
des milliers de cibles sans en
revendiquer la responsabilité
ou réclamer le crédit»,
déclarait-il, ajoutant que
l’armée israélienne avait
largué 2000 bombes en Syrie
durant la seule année 2018.
Des chiffres jusqu’ici secrets.
«Nous avons une politique
constante : saper l’enracinement iranien en Syrie et faire
mal à quiconque tente de
nous attaquer», a souligné
Nétanyahou dimanche, alors
en visite historique au Tchad.
Lundi, le Premier ministre
israélien enfonçait le clou,
promettant de «ne laisser
passer aucune agression»
iranienne.
«Dans ce genre de campagne,
il y a deux façons de montrer
sa détermination. Soit on intensifie l’aspect militaire
– plus de cibles, plus de
sophistication –, soit on
monte d’un cran la rhétorique
en public. Israël avait choisi
de dire aux Iraniens qu’ils
prenaient des risques. Téhéran a répliqué quand même,
d’où cette escalade en mots et
en actes», a résumé Yaakov
Amidror,
ex-conseiller
sécuritaire de Nétanyahou,
lors d’un débriefing téléphonique à l’attention des
correspondants étrangers
(dont Libération). •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
u 11
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
LIBÉ.FR
Union européenne :
objectif Lune avant 2025
La Lune, star de l’année 2019. Les Chinois
s’y sont posés le 3 janvier et les Américains veulent «préparer
la surface lunaire à une présence humaine». L’Europe, de son
côté, veut y «aller avant 2025», ont annoncé lundi l’Agence
spatiale européenne et ArianeGroup, qui étudient la faisabilité
d’une mission lunaire 100 % UE pour exploiter les roches lunaires avant d’y établir une base humaine. PHOTO AP
Dix Casques bleus tchadiens tués
dans une attaque contre l’ONU
RUSSIE
MEXIQUE
La Russie a menacé l’UE de
«représailles» après les nouvelles sanctions imposées
lundi par Bruxelles à des responsables du renseignement
militaire russe jugés responsables de l’empoisonnement
de l’ex-agent double Sergueï
Skripal en mars au RoyaumeUni. «Nous nous réservons le
droit d’exercer des représailles
contre cette action hostile», a
indiqué Moscou, qui dénonce
une «campagne d’information» des Britanniques qui
«coïncide avec une nouvelle
vague de crise dans les négociations sur le Brexit».
Le bilan de l’explosion d’un
oléoduc dans le centre du
Mexique vendredi s’est
alourdi à 89 morts, a annoncé lundi le ministre de la
Santé, Jorge Alcocer. Pour
l’heure, les autorités tablent
sur l’hypothèse d’une fuite
provoquée par des voleurs de
carburants qui auraient perforé le conduit. Avertie vendredi, Pemex, la compagnie
pétrolière d’Etat, n’avait pas
fermé l’oléoduc, considérant
que la fuite était «minimale».
Cette dernière avait attiré
plus de 700 personnes, venues avec des bidons.
Jamais les Casques bleus
n’avaient essuyé de pertes
aussi lourdes au Mali.
Dimanche, 10 soldats
tchadiens ont été tués et
25 autres blessés dans une
«attaque complexe» revendiquée par Al-Qaeda au
Maghreb islamique. Les
assaillants, «arrivés à bord
de nombreux véhicules armés», selon le communiqué
de la Mission intégrée des
Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma),
ont tenté de prendre d’assaut
le camp du contingent tchadien à Aguelhok, dans l’est
du pays.
C’est l’agence de presse
mauritanienne Al-Akhbar
Chef de file du Partido Popular (droite catholique) en Catalogne, ce féroce détracteur
de l’indépendance de sa région est élu eurodéputé
en 1999 puis devient une figure de la droite à Strabourg.
Il noue alors des liens avec le
CNRI, qui rassemble plusieurs tendances de l’opposition au régime des mollahs.
Dont un secteur marxiste et
armé, les Moujahiddines du
Peuple.
A Strasbourg, le CNRI a
déployé une intense activité
de lobbying pour obtenir le
retrait des Moudjahiddines
de la liste noire des organisations terroristes. Qu’il
obtient en 2009. Croyant tenir en Vidal-Quadras un appui fidèle, ou peut-être pour
lui renvoyer l’ascenseur,
les hommes d’affaires de
la diaspora persane lui
auraient donné un coup de
pouce financier pour lui permettre de retrouver un fauteuil au Parlement européen.
Il avait en effet quitté le PP et
devait faire campagne avec
le nouveau-né Vox. Le
scénario n’a pas abouti :
1,56 % des voix. La diaspora
iranienne a alors arrêté les
frais. F.-X.G.
néral de l’ONU au Mali, le
Tchadien Mahamat Saleh
Annadif, a loué la «bravoure»
des militaires. «La garnison
n’a pas été submergée», précise le porte-parole de l’étatmajor français des armées,
le colonel Steiger.
Deux bases de l’opération
Barkhane encadrent Aguelhok: elles sont situées à une
centaine de kilomètres au
sud et au nord. Une patrouille de Mirage 2000 a
survolé la zone «sans ouvrir
le feu». Dimanche, la ministre des Armées, Florence
Parly, a annoncé que la force
conjointe du G5 Sahel –des
troupes mauritaniennes,
maliennes, burkinabées,
nigériennes et tchadiennes
dédiées à la lutte antijihadiste – était «en train de reprendre ses opérations».
Le Tchad est le pays qui a le
plus épaulé la France lors
de l’opération Serval,
en 2013, lors de la reconquête du Nord-Mali :
2000 soldats avaient été engagés. Ses troupes forment
encore l’un des contingents
de la Minusma les plus
nombreux, avec un millier
d’hommes. Plusieurs d’entre
eux ont été tués autour
d’Aguelhok ces dernières
années. Au total, plus de
160 Casques bleus ont perdu
la vie au Mali depuis 2013.
CÉLIAN MACÉ
NNER
O
D
T
U
E
ON P ONHEUR,
DU B T AUSSI
ON PEUSMETTRE
LE TRAN
Espagne: le parfum
persan de Vox
Selon de nouvelles révélations d’El País, c’est grâce à de
généreux donateurs que la
formation d’extrême droite
Vox est née en 2013. Des mécènes non pas espagnols,
mais iraniens. Le journal, qui
assure avoir eu accès à un listing de ces donations, écrit
qu’au moins 1 million d’euros
a été versé par des membres
de l’opposition iranienne en
exil. Les fonds recueillis
auraient permis de louer le
siège de Vox à Madrid, de salarier son secrétaire général et
de financer la campagne des
européennes de 2014.
El País ne dévoile ni le nombre ni l’identité des contributeurs, mais affirme qu’ils sont
liés au Conseil national de la
résistance en Iran (CNRI), un
des groupes d’opposition au
régime de Téhéran, basé à
Auvers-sur-Oise (Val-d’Oise).
Quel rapport entre le CNRI et
la frange la plus radicale de la
droite espagnole qui a fait irruption en décembre dans le
paysage politique en faisant
élire 12 de ses membres au
parlement d’Andalousie? La
réponse tient en un seul
nom : Alejo Vidal-Quadras,
ex-vice-président du Parlement européen.
qui a relayé sa revendication. Aqmi affirme avoir
mené l’attaque «en réaction
contre la visite [dimanche]
du Premier ministre israélien au Tchad», précise
Al-Akhbar. Le même jour,
Benyamin Nétanyahou était
en effet présent à N’Djamena pour officialiser la
reprise des relations diplomatiques entre le Tchad et
Israël, rompues en 1972.
L’attaque a été «repoussée»
par les Casques bleus qui ont
«poursuivi les assaillants
dans leur déroute», a souligné la Minusma. «Au moins
trois» combattants islamistes auraient été tués. Le représentant du secrétaire gé-
Ciné Andy Vajna,
le producteur de
«Rambo», est mort
Le producteur milliardaire américano-hongrois
Andy Vajna est mort samedi à l’âge de 74 ans.
Pendant sa carrière aux
Etats-Unis, il s’était spécialisé dans la production
de films d’action comme
Total Recall ou Rambo.
En 2013, ce proche de Viktor Orbán était rentré à
Budapest pour réorganiser le fonds de soutien au
cinéma en Hongrie.
PHOTO AP
Précision. Contrairement à ce que nous écrivions lundi dans notre article «Des sacs Dior aux
taudis : Hongkong, concentré d’inégalités», le
prix du mètre carré pour
un logement sur le pic de
l’île Victoria n’est pas
de 14 000 euros mais
de 140 000 euros.
Léguer au Secours populaire
français,
c’est
multiplier
votre bonheur à l’infini pour
faire vivre une solidarité de
proximité contre la pauvreté et
l’exclusion des enfants et des
personnes les plus démunies.
LEGS, DONATIONS,
ASSURANCES-VIE
secourspopulaire.fr
Secours populaire français • 9/11 rue Froissart - 75140 Paris Cedex 03
Votre contact
Carole Pezron
01 44 78 79 26
Le Secours populaire français est une association reconnue d’utilité publique. Exonérée
de tous droits de succession, elle vous garantit le respect scrupuleux de vos volontés et
la rigueur de la gestion dans l’utilisation des fonds.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 u
FRANCE
Libération Mardi 22 Janvier 2019
Dans le bocage, sur le site de Notre-Dame-des-Landes, le 19 janvier. Les zadistes ont vainement espéré que la zone soit gérée comme l’est le Larzac.
NOTRE-DAME-DES-LANDES
Un an après, la bataille juridique
a remplacé celle des «barricades»
Depuis l’abandon du projet d’aéroport, la plupart des zadistes restés sur place
jouent le jeu de la régulation pour obtenir de l’Etat des titres d’occupation
des terres. Tout en se disant fidèles à leur idéal d’une agriculture non intensive.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
Par
GUILLAUME FROUIN
Correspondant à Nantes
PHOTOS FRANCK TOMPS
J
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
dans les prochains mois. Mais,
avant cela, il va falloir franchir un
sacré obstacle: celui de la Commission départementale d’orientation
de l’agriculture (CDOA). Cette structure se réunit tous les trois mois, à
huis clos, pour déterminer quels
candidats sont retenus pour exploiter les terres qui se sont libérées. Les
critères sont arrêtés dans un
«schéma directeur», où sont prioritaires les «jeunes agriculteurs» en
quête d’une «première exploitation»
et qui font une demande d’aide publique… Mais, en contrepartie de
ces aides, le «jeune agriculteur» doit
répondre à des objectifs de rentabilité.
«C’est à qui va
présenter le plus
de jeunes
à la commission,
entre les fils
d’agriculteurs et
les néoruraux.»
Jojo zadiste.
dernier. Le rapport entre radicaux
et légalistes serait désormais de «un
pour six», selon un de ses voisins.
Seule la ferme de la Grée, où
s’étaient concentrés une partie des
heurts lors de l’évacuation de la
«route des chicanes» (une départementale qui traverse la ZAD du nord
au sud), ne s’est toujours «pas engagée dans la même trajectoire vertueuse, d’ouverture et de dialogue»,
confirme la préfecture de la LoireAtlantique.
Le «non-marché» de la ZAD
blics. «Il n’y a plus de ZAD, ça
n’existe pas», s’emporte cet ancien
ouvrier du bâtiment. A l’écouter,
une «purge» des «extrémistes» végan et féministes aurait même eu
lieu à leur initiative, au printemps
MAINE-ET-LOIRE
ojo habite depuis huit ans à
Saint-Jean-du-Tertre, un village situé à l’ouest de la ZAD de
Notre-Dame-des-Landes. Il fait de
l’élevage et du maraîchage. Figure
du mouvement, il a fait partie de la
délégation qui a ferraillé avec l’administration, au printemps dernier,
pour que la zone soit gérée comme
l’est le Larzac. Là-bas, depuis trente-cinq ans, les paysans bénéficient
d’un bail de location collectif des
terres conclu après l’abandon par le
ministère de la Défense de l’extension d’un camp militaire. Mais à No- «Logique de paravent»
tre-Dame-des-Landes «l’Etat est Pour «ne pas devenir des paysans
resté bloqué sur cette idée de conven- qui font de l’agriculture intensive»,
tions d’occupation
les zadistes sont donc renprécaire (COP)
trés «dans une logique
ILLE-ETVILAINE
individuelles,
de paravent». Et ont
pour essayer de
dû être «imaginanous réduire à
tifs». Par exemMORBIHAN
LOIREdes individus»,
ple, le week-end
ATLANTIQUE
s o u l i g n e - t- i l .
dernier, Jojo et
Un «chantage»
s e s amis de
Notre-DameNantes
auquel la majoSaint-Jean-dudes-Landes
rité des zadistes a
Tertre prépaAt Oc
la éa
nt n
finalement cédé,
raient les repas de
iq
ue
VENDÉE
dans la mesure où il
la «soirée festive» et
10 km
leur «permettait d’avoir
de la «journée d’éducala garantie de rester [dans la
tion populaire» organisées
ZAD, ndlr] et de faire cesser l’affron- à Nantes pour les vingt ans de la
tement» alors en cours avec les gen- section départementale d’Attac.
darmes. Un «compromis» somme «On considère que cela contribue à
toute acceptable… et surtout doublé la viabilité de notre activité», explid’un tour de force. «On avait accès que-t-il. «De cette manière, on prend
à 100 hectares de terres à 20 km de l’Etat à son propre jeu… même si
Nantes, alors que la plupart d’entre c’est un jeu assez particulier, puisnous n’avaient pas de diplôme en que tu joues avec un adversaire qui
agriculture et qu’on était en situa- peut définir les règles.»
tion irrégulière», rappelle Jojo. Un En attendant, d’ici la prochaine
an après l’abandon du projet d’aéro- CDOA, les zadistes vont faire le forport, les zadistes tentent donc de cing pour obtenir de l’Etat, à défaut
concilier leurs idéaux avec le pro- d’un fermage en bonne et due
cessus de régularisation exigé par forme, au moins une promesse de
l’Etat. Pour autant, l’ambiance n’est bail de location des terres. Et, sur ce
pas vraiment au beau fixe sur place. plan, la «guerre» a déjà commencé
Ce «compromis» a un goût de com- avec la FNSEA (le puissant syndicat
promission pour les «zadistes» radi- d’agriculteurs), par DAE (demandes
caux : une centaine ont déjà quitté d’autorisation d’exploitation) interla ZAD, sur les 250 à 300 occupants posées. «C’est à qui va présenter le
qu’elle comptait avant son évacua- plus de jeunes à la commission, entre
tion partielle, au printemps dernier. les fils d’agriculteurs et les néoruSur une route, une main hostile au raux», résume Jojo. Pour aider les
compromis a peint en blanc sur la zadistes à monter leurs dossiers, un
chaussée: «Saint-Jean-du-Traître». «bureau d’autodéfense administraUne allusion claire à ce village où tive» a donc été mis en place sur
les zadistes ont poussé en faveur de la ZAD. «Il y avait une pression de
la régularisation.
l’Etat pour rentrer dans le cadre qui
nous était imposé, et on ne voulait
Une coopérative en projet
pas que les gens se retrouvent seuls
Au bout du compte, ces fameuses face à ça», explique Nico, une autre
conventions individuelles d’occu- figure du mouvement anti-aéropation précaire des terres n’ont pas port.
changé grand-chose au fonctionne- «On a créé des emplois à la DDTM
ment quotidien de la ZAD. «Même [Direction départementale des ters’il n’y a qu’un seul nom inscrit sur ritoires et de la mer, ndlr]: ils ont dû
les fiches déposées en préfecture [qui embaucher des gens spécialement
attribuent nommément des parcel- pour suivre l’abandon du projet
les à des gens qui vont les cultiver, d’aéroport», se marre de son côté
ndrl], on continue de pratiquer Manu, un habitant des «Fosses noil’agriculture collective», fait obser- res», un lieu-dit de la ZAD, en couver Jojo. Son nom, par exemple, pant son bois. «Ils ne s’attendaient
n’apparaît sur aucune fiche. Pour certainement pas à ce qu’on soit
autant, il travaille sur un projet autant combatifs dans la bataille jud’élevage de vaches rustiques avec ridique que derrière les barricades.»
un ami. «On va s’associer plus tard», Jojo et ses amis, toutefois, ne s’en
explique-t-il. Une coopérative plus cachent pas : ils savent bien que
large regroupant une trentaine de leur approche a provoqué une sciszadistes, «qui partagent les mêmes sion sur la ZAD. «Quand vient
affinités», devrait même voir le jour l’heure de vérité, tu sais que tu vas
perdre les deux extrêmes de ta communauté de lutte, souffle-t-il. Mais
il ne faut pas oublier que toutes les
organisations révolutionnaires ont
une façade légale.» «Savoir naviguer
dans ce marécage administratif, ça
aussi c’est un truc de pirates», se
marre un de ses copains de SaintJean-du-Tertre, qui épluche lui
aussi des oignons pour la soirée
d’Attac. «Ici, beaucoup sont arrivés
quand il n’y avait ni flics ni huissiers. Ils se sont montés une illusion,
et sont tombés de haut – et même
beaucoup trop haut–, quand elle a
commencé à se fendre.»
Chris, qui vit avec ses deux chiots
dans une caravane, est, lui, toujours
autant remonté contre ces «bobos»
et ces «fils de bourges» favorables à
un compromis avec les pouvoirs pu-
u 13
Jojo, l’une des figures de la lutte anti-aéroport, le 19 janvier.
Chris dénonce, lui, le «compromis» avec les pouvoirs publics.
Des zadistes qui ont accepté de
jouer le «jeu» de la régularisation,
on en trouve aussi au «Hangar de
l’Avenir». Edifié en 2016, ce préau
ouvert s’agrandit petit à petit pour
se transformer en menuiserie coopérative. Bûcherons et charpentiers
veulent en effet désormais «exporter [leur] manière de faire» à l’extérieur de la ZAD. «En France, on a la
culture de la futaie régulière, avec
des arbres de la même variété, tous
plantés à la même période», explique Thomas, un ancien étudiant en
architecture de 29 ans. «Nous, on
préfère faire pousser une forêt de
plusieurs étages, avec des arbres
d’âges diversifiés. On veut aussi laisser la place pour de beaux spécimens, pour les seules qualités esthétiques.» Une «nouvelle ambition»
qu’on retrouve à la ferme voisine de
Bellevue: la boulangerie, qui écoulait jusqu’alors son pain à prix libre
sur le «non-marché» de la ZAD, est
en train d’être refaite de fond en
comble. «On a l’idée d’aller faire les
marchés extérieurs pour payer nos
baux : aujourd’hui, il y a quand
même trois boulanges dans la ZAD,
et on est moins nombreux à y vivre»,
confie Audrey, 21 ans.
La «nouvelle ambition» de la ZAD se
traduit aussi par le «fonds de dotation» qu’elle vient de créer. Cet outil
juridique de défiscalisation, situé
«entre l’association et la fondation»,
ambitionne de lever 3 millions
d’euros pour acheter les terres qui
vont se libérer sur la zone. Baptisé
«La terre en commun» et piloté par
un conseil d’administration au sein
duquel diverses sensibilités du
mouvement anti-aéroport sont représentées, il restera propriétaire
des terres et se chargera d’attribuer
lui-même les baux d’exploitation.
«Cela permet d’enrayer la logique de
spéculation foncière», explique Isa,
une zadiste qui a œuvré à sa mise
en place. «Aucun d’entre nous n’a le
fantasme de devenir grand propriétaire foncier.» Treize lieux devraient
ainsi être mis en vente dans les prochains mois: leurs anciens propriétaires expropriés n’ont pas fait jouer
leur «droit au retour».
Le fonds de dotation lorgne aussi
les terres du département de LoireAtlantique, qui va se faire rétrocéder en avril les 895 hectares qu’il
avait initialement expropriés et cédés à l’Etat pour son aéroport. Le
fonds n’a en tout cas a priori rien
d’une utopie: après une communication faite aux «soutiens les plus
proches», 220000 euros ont déjà été
levés en l’espace d’un mois sur le
site de La terre en commun. Quand
la défiscalisation sert la cause des
zadistes… •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 u
FRANCE
Libération Mardi 22 Janvier 2019
LIBÉ.FR
Condamnation de Guéant : des hommes
politiques ont-ils déjà fait de la prison ?
Oui. Le cas le plus récent est celui de Léon Bertrand, l’ex-maire de
Saint-Laurent-du-Maroni, en Guyane. Condamné à trois ans ferme en septembre, il se
trouve toujours en détention. Mais c’est l’ancien maire de Cannes, l’UDF-PR Michel
Mouillot, qui a fait le plus long séjour à l’ombre : condamné à six ans ferme pour
corruption dans l’affaire des casinos cannois, il a passé quatre ans en prison. Quant
à Claude Guéant, condamné à deux ans, dont un an ferme, il peut demander un aménagement de peine ou même une libération conditionnelle due à son âge. PHOTO AFP
Au Sénat, Alexandre Benalla
entre excuses et esquives
Entendu lundi
par la commission
d’enquête, l’ancien
conseiller du
Président a affirmé
qu’un mystérieux
«salarié de l’Elysée»
lui avait rendu
ses passeports,
qu’il a utilisés
23 fois.
Par
EMMANUEL
FANSTEN
Photo
ALBERT FACELLY
U
ne pincée de mea
culpa et une dose
d’esquive. Pour sa
deuxième audition devant la
commission d’enquête sénatoriale, Alexandre Benalla a
encore fait montre de
souplesse, maintenant ses
précédentes déclarations
sous serment tout en cherchant à calmer le jeu avec
l’Elysée. Costume bleu, cravate assortie, rasé de frais et
flanqué de son avocate,
Jacqueline Laffont, l’ancien
conseiller d’Emmanuel
Macron a commencé par
dénoncer les «contre-vérités»
et «approximations» qui
auraient alimenté ces
derniers mois la «pseudo-affaire Benalla».
Un «lynchage en règle» selon
lui, d’abord dû à la «construction d’un personnage»
présenté tour à tour comme
«sulfureux», «diabolique» et
«infréquentable», mais qui
n’aurait rien à voir avec la
réalité. «J’ai commis un
certain nombre d’erreurs que
j’ai reconnues, y compris
devant la justice», a-t-il
concédé, admettant avoir lui
même «contribué» à la
construction de ce personnage par certaines sorties intempestives. Mais si certains
de ses propos ont pu laisser
croire qu’il était en croisade
contre son ex-employeur, il
jure désormais ne détenir
«aucune information sur qui
que ce soit». Une posture
d’apaisement qui ne l’a pas
Alexandre Benalla lors de sa seconde audition au Sénat, lundi.
empêché d’éluder méthodiquement les questions les
plus embarrassantes en
s’abritant derrière le secret
de l’instruction, lui qui vient
d’être mis en examen pour
«usage public et sans droit
d’un document justificatif
d’une qualité professionnelle» dans l’enquête sur ses
passeports diplomatiques.
Scission. L’usage irrégulier
de ces documents après son
licenciement devait constituer le cœur de cette nouvelle
audition. Mercredi, le chef de
cabinet
d’Emmanuel
Macron, Patrick Strzoda, a
révélé que Benalla avait
utilisé les précieux sésames
«une vingtaine de fois» entre
le 1er août et le 31 décembre
pour des séjours privés.
«Vingt-trois fois», a précisé
l’intéressé, tout en répétant
que ces passeports se
trouvaient bien à l’Elysée le
19 septembre, comme il
l’avait affirmé dans la presse.
Une version difficilement
compatible avec celle de
Patrick Strzoda, qui avait
expliqué de son côté que les
documents en question ne se
trouvaient plus à l’Elysée dès
fin juillet. «Je vous réaffirme
que le 19 septembre mes passeports étaient bien à
l’Elysée», a répété l’ancien
conseiller, actant la scission
avec Strzoda.
Comment expliquer un tel
imbroglio ? Tout en admettant avoir utilisé un de ces
passeports entre le 1er et
le 7 août, Alexandre Benalla
a affirmé les avoir restitués
«courant août», avant de se
les voir remettre début octobre par un «personnel salarié
de l’Elysée». «On m’a fait
savoir que ces passeports
n’étaient pas désactivés»,
a-t-il ajouté. Cette hypothèse
d’une remise des passeports
par une mystérieuse source
élyséenne, déjà évoquée lors
de sa précédente audition,
suscite de nombreuses
questions sur les relations
qu’aurait gardées Benalla au
sein du Palais. Impossible en
revanche d’en savoir plus sur
les conditions d’obtention de
ces documents, couvertes selon lui par le secret de
l’enquête. Une explication
qui a laissé perplexes les parlementaires.
Même flou autour de leur utilisation, bien que l’ancien
conseiller ait affirmé avoir
«avisé» des «membres de la
présidence de la République»
de ses déplacements à
l’étranger par «courtoisie
républicaine», en refusant de
dévoiler leurs noms ou leurs
fonctions. Avant de souligner
que ces personnes «devaient
en connaître», formule qui
fleure bon les services
secrets.
Laconique. Refusant de répondre sur ses nouvelles
activités professionnelles,
Alexandre Benalla s’est montré tout aussi laconique sur
un contrat de sécurité privée
signé avec un oligarque
russe, Iskander Makhmudov.
Comme l’a révélé Mediapart,
son ami Vincent Crase,
ancien gendarme réserviste
à l’Elysée, a touché en juin
300000 euros sur ce contrat
via sa société Mars. Or le nom
de Benalla apparaît en lien
avec au moins deux
autres sociétés prestataires
de ce contrat russe : il aurait
touché via l’une d’elle
12 000 euros en décembre,
montant révélé par le Canard
enchaîné. «Je ne connais pas
Makhmudov et ne l’ai jamais
rencontré, a pourtant formellement démenti Benalla. Je
n’ai jamais contribué, jamais
été intéressé au moindre contrat que Crase a pu passer.»
Interrogé à son tour par la
commission d’enquête,
Vincent Crase est apparu
plus nerveux qu’Alexandre
Benalla.
Confirmant avoir signé un
contrat de trois mois avec
Makhmudov le 6 juin 2018,
soit un mois après avoir
quitté l’Elysée, il n’a pas su
expliquer pourquoi une nouvelle société avait pris le
relais après sa mise à l’écart
en juillet, suite aux révélations de l’affaire. Pas plus
qu’il n’a su justifier les émoluments versés par cette société à Benalla. L’ancien gendarme a simplement dit
vouloir «tourner la page» et
se consacrer désormais à
l’écriture. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
u 15
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
LIBÉ.FR
Psychiatrie : une manif à Paris
ce mardi pour sortir de la crise
Marcher «pour un printemps de la psychiatrie». C’est sur
ce thème que se rassembleront place de la République, à Paris, ce mardi
à 11 heures quelques centaines de personnes à l’appel de plusieurs collectifs, mais aussi de l’Union syndicale de la psychiatrie, de SUD et de la CGT.
Cette mobilisation s’inscrit dans la continuité des grèves dans plusieurs
hôpitaux pour protester contre un manque de moyens criant mettant en
danger des patients. PHOTO CYRIL ZANNETTACCI
Trois cas de bébés sans bras
dans les Bouches-du-Rhône
LREM-LFI Bruno Bonnell a «envie de
piquer des idées à La France insoumise»
Bruno Bonnell, député La République en marche (LREM) dans
le Rhône, en est persuadé: le mouvement des gilets jaunes va
conduire la majorité à «beaucoup plus formaliser» son projet
de société, entraînant de fait des bouleversements dans son
groupe parlementaire. Il tend la main : «J’ai envie de piquer
des idées à La France insoumise. Certaines sont très bonnes,
comme les mesures sur l’écologie et l’économie de la mer. C’est
leur exécution qui est mauvaise. La porte est donc grande
ouverte. Attention: les égomaniaques qui se servent de la misère
humaine pour vanter leur mouvement, comme François Ruffin,
c’est non. Mais des gens comme Alexis Corbière, c’est oui.» Pas
sûr que la réciproque soit vraie, cependant… Mais l’ancien
PDG d’Infogrames (désormais Atari) est également persuadé
que si des élus rejoignent la majorité, d’autres vont la quitter.
Dans son viseur, en particulier, le député du Maine-et-Loire
Matthieu Orphelin, qui a récemment appelé ses collègues à
justifier leurs frais de mandat «au premier euro». «Je lui pose
la question : “Tu es confortable jusqu’où pour rester dans ce
groupe ?”» tonne Bruno Bonnell. SYLVAIN CHAZOT
Et maintenant, le pourtour
de l’étang de Berre. Après
l’Ain, le Morbihan et la Loire-Atlantique, c’est dans les
Bouches-du-Rhône que l’affaire dite des «bébés sans
bras» a rebondi lundi. Selon
le Parisien, trois nouveaux
cas d’agénésie des membres
supérieurs (ATMS) ont été
recensés dans un rayon
de 30 kilomètres autour de
Vitrolles. Il s’agit de trois petites filles nées en juin, août
et novembre 2016 dans des
communes qui bordent
l’étang, connu pour son importante pollution liée à l’activité industrielle.
La concentration de ces cas,
dans le temps et dans l’es-
50
Réseaux sociaux Yannick Jadot soutient
Macron sur la levée de l’anonymat
Evoquée vendredi par le Président lors de son marathon
verbal avec les maires, la fin de l’anonymat sur Internet trouve
un soutien en la personne de Yannick Jadot. «Vous avez vu
comment on se fait insulter sur les réseaux sociaux par des
comptes anonymes?» a noté le leader EE-LV lundi sur BFMTV,
assumant être favorable à la levée de l’anonymat. «Quand vous
avez un compte sur Facebook, sur Twitter, pourquoi vous ne
l’assumez pas? La force du débat politique et […] des réseaux
sociaux, comme la force du lien social, […] c’est d’assumer ce
qu’on dit. C’est trop facile de se mettre derrière un compte anonyme et d’insulter tout le monde.» On pourra objecter que certains, non anonymes, le font aussi. PHOTO AFP
Loi «anticasseurs» Yaël Braun-Pivet
craint des dérives
L’examen du projet de loi «anticasseurs» annoncé par Edouard
Philippe débute ce mardi à la commission des lois de l’Assemblée. Dans la majorité, certains craignent déjà des dérives.
Parmi eux, Yaël Braun-Pivet, présidente de ladite commission.
L’élue des Yvelines redoute des mesures liberticides. Citée par
le JDD, elle se dit ainsi «réticente» à la création de zones de
manifestation où le filtrage avec fouilles par les forces de l’ordre serait autorisé. Pour marquer son opposition, elle prend
l’exemple des sans-papiers: avec une telle mesure, ils verraient
leur droit de manifester entravé par la peur d’un contrôle.
C’est le montant, en
millions d’euros, de
l’amende record infligée à Google par
la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). L’instance
française de protection des données personnelles a estimé que
la firme n’informait
pas assez clairement
ses utilisateurs sur
l’exploitation de leurs
données personnelles. C’est la première
sanction de telle ampleur prononcée par
un pays de l’Union en
utilisant le nouveau
règlement européen
sur la protection des
données personnelles
(RGPD), en vigueur
depuis le 25 mai.
pace, est statistiquement
supérieure à ce que l’on devrait enregistrer en fonction
des données scientifiques,
comme le souligne dans le
quotidien Emmanuelle
Amar, la directrice du Registre des malformations en
Rhône-Alpes (Remera): «La
science estime qu’une ATMS
se produit lors d’une naissance sur 10 000. Il y a
27 000 naissances par an
dans les Bouches-du-Rhône,
donc avec trois agénésies par
an, on est déjà au-dessus du
nombre total attendu. Mais,
en plus, là, elles se produisent dans un rayon de 30 kilomètres. C’est une affaire
très sérieuse», relève l’épidé-
miologiste et lanceuse
d’alerte dans l’Ain.
A Libération, elle précise
toutefois que, pour l’heure,
«on ne peut pas statuer sur
l’existence d’un nouveau
cluster [phénomène concentré dans le temps et l’espace,
ndlr] car nous ne disposons
pas des données de malformations sur ce département.
La cause environnementale
est probable mais toujours
inconnue».
La révélation de ces trois
nouveaux cas, qui s’ajoutent
aux quinze déjà recensés, a
eu pour effet de relancer la
polémique alors que les
autorités sanitaires doivent
rendre publiques, ces pro-
chains jours, les conclusions
de leur enquête nationale
sur le sujet. Afin d’établir de
potentiels liens entre les
malformations constatées et
d’éventuels facteurs exogènes, environnementaux ou
non, les professionnels de la
santé ont publié dimanche
un appel pour la mise en
place sans délai d’un «registre des cancers et des maladies congénitales sur le territoire français». «Même s’il
faut que les cas déjà recensés
soient étudiés, il nous faut du
prospectif», insiste Annie
Lévy-Mozziconacci, généticienne à l’hôpital Nord de
Marseille.
S.Ha. (à Marseille)
LA NOUVELLE APPLI
JEUX DE LIBÉRATION
Déjà disponible sur Android et iOS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE
Recueilli par
LILIAN ALEMAGNA
et AMANDINE CAILHOL
N
ouvelle réforme de l’assurance chômage, big-bang des retraites et réflexion autour du «revenu universel
d’activité»… Sur le papier, l’année 2019 est
chargée en modifications du système social
français. Lundi, les partenaires sociaux ont
rencontré le haut-commissaire chargé de la
réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, entamant ainsi de nouvelles consultations avant
la présentation d’un projet de loi annoncé entre les élections européennes du 26 mai et la
pause estivale. Sociologue et directeur de recherche au centre d’économie de l’université
Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Jean-Claude Barbier met en garde contre un changement du
Libération Mardi 22 Janvier 2019
système d’assurance français pour aller vers
une protection individuelle à l’anglosaxonne.
Au départ, les gilets jaunes se sont mobilisés contre une hausse de taxe, certains se
plaignaient d’un trop-plein d’impôts…
Cela menace-t-il, à terme, notre modèle
de protection sociale ?
Je ne pense pas. L’impôt est par nature quelque chose de simple: n’importe quel citoyen
comprend qu’on lui prélève de l’argent pour
en recevoir par ailleurs. En revanche, la vraie
question qui se pose est celle de la justice
fiscale. Les lois de finances françaises –et encore, ça s’est amélioré ! – sont très compliquées. Résultat, les gens voient ce qu’ils
paient en impôts mais pas ce qui en est fait.
C’est notamment ce qui s’est passé avec les
hausses (annulées) de taxes sur les carbu-
«
«L’exécutif
réforme
la protection
sociale
en douce»
Alors que les consultations sur les
retraites ont repris lundi, le sociologue
Jean-Claude Garnier s’inquiète de voir
le modèle social français, fondé sur
la réciprocité et le collectif, céder la place
à un système d’assurance individuelle
à l’anglo-saxonne.
rants : le gouvernement n’a pas été capable
d’être clair sur ce qu’il allait réellement mettre
dans la transition écologique. C’est une question de confiance. Il faut qu’il y ait de la réciprocité, et c’est justement la base de la protection sociale : nous sommes un collectif,
certains apportent des ressources, certains
seulement de temps en temps, et pratiquement tout le monde reçoit à un moment de sa
vie. C’est cet équilibre qui crée la confiance.
Je ne crois pas en une révolte française contre
les impôts. En revanche, la rupture des équilibres a entamé la confiance.
Avoir supprimé des cotisations salariales
sur la maladie et le chômage pour soutenir le pouvoir d’achat, qu’est-ce que cela
dit de notre futur modèle social ?
C’est le début d’un changement majeur de
notre système d’assurance. Je crains qu’en
ayant choisi de supprimer les cotisations chômage payées par les salariés, même si l’Etat
compense pour l’instant cette somme par la
CSG, on finisse par ne plus avoir d’assurance
chômage du tout. C’est l’aboutissement d’une
croyance politique (et non économique) solidement établie: les cotisations sociales augmentent le coût du travail, donc découragent
l’embauche. Ce n’est pas faux par principe
mais ça ne veut pas dire que quand on diminue les cotisations, la création d’emploi est
au rendez-vous. Rappelez-vous les fantaisies
de l’ex-président du Medef, Pierre Gattaz: les
baisses de cotisations ne se sont pas traduites
par des créations massives d’emplois…
Comment décrire le système français ?
Il est composé d’un ensemble d’acteurs et
de secteurs dont le plus important est l’assurance. Et l’assurance, c’est la Sécurité sociale.
Notre histoire de la protection sociale s’est
créée sur la base d’une combinaison entre les
revendications ouvrières et le travail de réformistes. On oublie trop souvent que ce sont de
grands commis de l’Etat, des intellectuels, des
philanthropes, qui ont aussi permis l’avènement de la protection sociale française à la fin
du XIXe siècle. De grands penseurs, en France
mais aussi dans d’autres pays européens, ont
travaillé sur les moyens de faire fonctionner
une société en train de se rénover mais qui
peut toujours potentiellement exploser. Un
des moyens trouvés contre ce risque, c’est la
protection sociale. A l’époque, on appelle ça
A Paris, le 15 mars 2018, lors de la journée
«la question sociale», c’est-à-dire la capacité
sociale de faire en sorte que les gens aient non
seulement accès au vote mais soient aussi des Comment maîtriser et réduire les coûts ? Il
individus complets, participant à la démocra- faut chasser les dépenses inutiles et les juger
tie comme au système social en termes de ri- en fonction de leur qualité. Cette réforme est
chesse et de sécurité.
engagée depuis longtemps, contrairement
La protection sociale est un système qui fait à ce qu’on dit sur une France prétendue irréinteragir le politique, l’économique et les fa- formable.
milles. C’est le résultat de plus de cent ans de Les propositions de réforme de l’exécutif
construction. C’est une institution, on ne peut vont-elles dans le bon sens ?
pas la découper en «programmes».
Le gouvernement réforme la protection soLa protection sociale française a-t-elle ciale en douce. Je n’ai vu ça dans aucun pays.
besoin d’être réformée ?
Le contraste est total avec, par exemple, ce qui
Contrairement à l’idée répandue chez nos s’est fait au Danemark. Là-bas, à la fin des angouvernants, notre système n’est pas «à bout nées 90, ils ont travaillé pendant un an et
de souffle». Dire que «ça ne mardemi sur une réforme systémiche plus» est une vilenie de cerque et publié 1 000 pages sur
tains ennemis de la protection
Internet avec des synthèses
sociale. Les mêmes nous explicompréhensibles pour les ciquent que le salariat n’existe
toyens.
plus ou que la technologie oblige
Pour Emmanuel Macron, ce
à changer de métier plusieurs
nouvel Etat-providence doit
fois dans sa vie, alors que la proêtre «émancipateur, univerportion de personnes en CDI qui
sel, efficace, responsabiligardent leur emploi longtemps
sant, c’est-à-dire couvrant
INTERVIEW
n’a jamais été aussi élevée… Nodavantage, protégeant
tre système est soutenable et adaptable. Mais mieux, s’appuyant aussi sur les mêmes
il doit incontestablement être réformé. Parce droits et les mêmes devoirs pour tous».
que la population augmente et –c’est un suc- Que comprenez-vous à cette phrase ?
cès!– que nous vivons plus vieux. Les techni- Qu’il est en train de vendre son affaire… Pour
ques de soin deviennent plus sophistiquées, les néolibéraux, la protection sociale n’est efinformatisées, en conséquence elles coûtent ficace que si les prestations individuelles sont
plus cher. Il faut donc arbitrer : comment encadrées par des incitations à travailler. Pour
peut-on faire plus, mieux, mais avec moins? eux, le marché est le meilleur endroit, le plus
DR
16 u
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
u 17
«Derrière la
“simplification” et
la fusion des minima
sociaux tels qu’ils
existent, l’idée est
d’enlever tout ce qui
différencie, ce qui est
qualifié par certains de
“corporatiste”, et ainsi
“d’universaliser”
vers le bas. »
d’action nationale des retraités, venus défendre leur pouvoir d’achat touché par la hausse de la CSG. PHOTO DENIS ALLARD. REA
efficace pour cela. Avec Emmanuel Macron,
je redoute notamment la destruction de l’assurance chômage. Bientôt, les partenaires sociaux n’auront plus d’autonomie pour fixer le
niveau des prestations. Leurs négociations au
sein de l’Unédic, organisme de gestion paritaire, étaient certes déjà encadrées par l’Etat,
mais on assiste désormais à un basculement
du pouvoir des partenaires sociaux vers le
pouvoir étatique. A terme, ce que je redoute,
c’est la fin de la logique assurantielle du chômage, remplacée par un système d’assistance
financé par la CSG, et de fait par l’impôt. On
va directement vers le modèle britannique,
c’est-à-dire une prestation unique pour tout
le monde, sans condition de ressources et
seulement versée pendant six mois.
Concernant les retraites, se dirige-t-on
vers un système à la suédoise ?
Il est clair que nous allons vers un système de
comptes par points (voire notionnels). Mais
sur le site de la réforme des retraites, il n’y a
rien, si ce n’est des banalités comme «simplifier», «visibiliser», rendre le système «plus
juste». Mais comment fait-on pour recalculer
les droits acquis de ceux qui ont cotisé avec
le régime actuel? Rappelons qu’aujourd’hui,
on a 43 systèmes! On sait seulement que nous
allons conserver le principe de la répartition
et la formule «1 euro cotisé donne les mêmes
droits dans un régime unique». Sauf que dans
le système suédois dont on parle beaucoup,
il y a certes un premier étage fidèle à ce principe, celui de la retraite de base, mais il y a
aussi un deuxième étage, celui de la complémentaire, basé sur la capitalisation. Auquel
s’ajoute par ailleurs un troisième niveau, celui
de la retraite qu’on peut qualifier d’indivi-
duelle, qui repose sur des surcomplémentaires privées. Ce n’est donc pas d’une simplicité absolue. Par ailleurs, on connaît déjà les
désavantages de ce système : il offre certes
une stabilité impeccable car il repose sur un
mécanisme d’autorégulation lié notamment
à l’espérance de vie, mais aussi à la conjoncture. Du coup, lors de la crise, les pensions ont
baissé. Aujourd’hui encore, en Suède, 30 à
40 % des plus de 65 ans ont une pension de
base proche du seuil de pauvreté, dont beaucoup de femmes.
Le risque est donc d’aller vers un système
où la pension de retraite ne serait plus
qu’un filet de sécurité ?
C’est le scénario catastrophe: le scénario britannique, c’est-à-dire celui d’un système essentiellement basé sur des retraites en capital
privé. Ce qui est en train de se jouer, c’est le
ratio entre la retraite de base et la complémentaire. Si la retraite de base, comme en
Suède, représente autour de 40 % et que le
reste dépend de votre capitalisation, cela peut
être soutenable. Mais à condition que personne ne soit en dessous du seuil de pauvreté.
Sinon, on dérive vers le filet de sécurité.
La logique est-elle la même sur les
minima sociaux? L’exécutif entend créer
notamment un revenu universel…
Cette réforme est totalement piégée. Il y a une
ambiguïté sur l’idée d’«universalité». On est
face à un mensonge politique organisé. Ce ne
sera pas universel, mais sous condition de
ressources. Avec un seul minima social, avec
un seul seuil. Ce que le gouvernement a en
tête, c’est de fusionner tous les minima sociaux tels qu’ils existent. Derrière la «simplification», l’idée est d’enlever tout ce qui différencie, ce qui est qualifié par certains de
«corporatiste», et ainsi d’«universaliser» vers
le bas. La logique sous-jacente, c’est qu’il y a
beaucoup trop de gens qui ont droit à des
aides. Rappelez-vous le discours du Président
sur le «pognon de dingue»! Pour lui, il faut que
ces gens sortent des dispositifs pour aller vers
le travail, ne serait-ce qu’en prenant un tout
petit bout de travail, un petit bout de contrat.
Allons-nous vers la fin de la protection
sociale ?
Je ne le crois pas. Cependant, si ce gouvernement parvient à continuer les réformes et s’il
n’y a pas un rééquilibrage des acteurs sociaux
autour de ses dossiers, nous allons vers une
dégradation très importante de notre système. Est-ce que les syndicats vont continuer
à se tirer dans les pattes ? Est-ce que FO va
continuer à s’effondrer avec ces problèmes internes ? Est-ce que la CGT restera rigide ?
Est-ce que le pouvoir actuel va réussir à déstabiliser la CFDT? Il faut un regain du syndicalisme. Notamment sur la réforme des retraites, qui est la mère des batailles.
Justement, allons-nous vers une protection sociale européenne ?
Je n’y crois pas. Les gouvernements nationaux, qui sont simplement des gestionnaires
voulant boucler leur budget, n’ont pas besoin
de ça pour mettre en œuvre leur logique libérale. Certes, il y a des tendances communes
entre les différents pays membres car, derrière, il y a une même logique de maintenir
les dépenses en mettant en œuvre les solutions libérales. Mais ça s’arrête là. •
MUSIQUE MATIN DE SASKIA DE VILLE
LE 7/9 DE FR ANCE MUSIQUE, DU LUNDI
AU VENDREDI
Retrouvez chaque mercredi à 8h50 la chronique C’est mioche de Guillaume Tion de
francemusique.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
18 u
FRANCE
Libération Mardi 22 Janvier 2019
LIBÉ.FR
Monarchie : le prétendant est mort,
vive le prétendant !
Le 21 janvier est décidément funeste pour
la famille de France : 226 ans jour pour jour après l’exécution de
Louis XVI, le comte d’Orléans, qui réclamait d’occuper le trône
sous le nom d’Henri VII depuis 1999, est mort lundi à l’âge de 85 ans.
Ce membre de la branche Orléans aura ferraillé toute sa vie contre
les prétentions de la branche Bourbon. Son fils lui succède : notre
nouveau pseudo-roi de France s’appelle donc Jean IV. PHOTO AFP
Parcoursup
admis en deuxième
année mais…
Le Défenseur
des droits a émis
une série de
recommandations
afin d’améliorer la
plateforme, alors
que les inscriptions
commencent ce
mardi. Parmi les
griefs: manque de
transparence sur les
critères de sélection
et inégalités.
Par
MARIE PIQUEMAL
A
lors que débute ce
mardi la saison 2 de
Parcoursup, le système d’affectation des étudiants dans l’enseignement
supérieur, voilà que le Défenseur des droits, Jacques Toubon, met les pieds dans le
plat. Dans sa décision, il revient sur les principales critiques émises l’année dernière
contre le système et formule
une série de recommandations précises, et bien argumentées, à l’attention du
ministère de l’Enseignement
supérieur. Objectif: rendre la
procédure d’affectation plus
transparente (entre autres).
Il donne deux mois à la
ministre, Frédérique Vidal,
pour répondre, misant sur la
pression médiatique, ses
décisions n’ayant pas de
valeur contraignante.
Première recommandation,
qui ne va pas faire plaisir
à toutes les universités :
le Défenseur des droits estime que chaque formation
doit annoncer clairement les
critères sur lesquels elle s’appuie pour trier les dossiers,
«de sorte qu’au moment de la
formulation de leurs vœux, et
non plus a posteriori, les candidats disposent de l’ensemble
des informations relatives
aux modalités de traitement
de leur candidature (ordre de
prise en considération des critères propres à chaque formation, leur hiérarchisation,
leur poids dans la prise de
décision par la commission
locale)». Il en va, dit le Défenseur des droits, de «la transparence de la procédure»,
indispensable pour «permettre aux candidats d’effectuer
leurs choix en toute connaissance de cause».
Jusqu’alors, le ministère opposait le sacro-saint «secret
des délibérations des jurys».
Pour le Défenseur des droits,
l’argument ne tient pas :
énoncer d’entrée de jeu les
critères ne porte pas atteinte
au secret des délibérations,
«étant donné qu’il ne vise pas
à dévoiler le contenu de l’appréciation portée sur chaque
candidature mais uniquement les critères pris en
compte dans cette appréciation ainsi que leur méthode
d’application».
Cela permettrait aussi de rassurer les élèves et leurs profs.
L’année dernière, beaucoup
s’inquiétaient que les formations trient les candidatures
LES DATES CLÉS
Du 22 janvier au 14 mars : Les jeunes inscrivent
sur Parcoursup leurs 10 vœux. Ils ne sont pas obligés
de les hiérarchiser ; c’est la grande différence avec
l’ancien système, Admission post-bac (APB).
Du 15 mai au 19 juillet : Les réponses tombent
au fil de l’eau, avec une pause pendant le bac.
Le calendrier a été resserré pour limiter le stress
des élèves. Et les formations indiquent le rang
du dernier appelé l’an dernier pour que le candidat
puisse estimer ses chances d’être accepté ou non.
14 septembre : Fin de la phase complémentaire.
en fonction de leur lycée
d’origine, et donc laissent sur
le bas-côté ceux venant d’établissements ayant mauvaise
réputation. Le ministère a eu
beau répéter que ce critère
n’était pas paramétrable dans
l’outil donné aux universités,
le doute a persisté. Au moment de dresser le bilan de
Parcoursup, en septembre, la
ministre avait évoqué l’idée
d’anonymiser les dossiers
pour rassurer tout le monde.
Le Défenseur des droits la
prend au mot, l’invitant
à poursuivre la réflexion.
Quotas. Deuxième pique :
la question de la mobilité
géographique et des quotas
de boursiers. Frédérique
Vidal n’a de cesse de vanter
les mérites du nouveau
système qui, dit-elle, améliore la mobilité des étudiants et la mixité sociale
grâce à l’instauration de quotas de boursiers. Mais, l’été
dernier, quand les premiers
résultats sont tombés, des
élus comme Stéphane Troussel, président du conseil
départemental de la SeineSaint-Denis, ainsi qu’un
collectif d’associations et
syndicats (Unef, UNL, SAF,
Snesup-FSU, FCPE…) ont
saisi, en tempêtant, le
Défenseur : ils estiment, au
contraire, que Parcoursup
renforce les inégalités, sociales et géographiques.
Le Défenseur tranche le débat et la querelle de chiffres:
«Il apparaît que le nombre de
candidats de l’académie de
Créteil ayant accepté une proposition stagne par rapport
à 2017 (-0,4 %). Cela questionne donc le caractère effectif de l’amélioration mise en
avant par le ministère de
l’Enseignement supérieur au
sujet de la mobilité des étudiants franciliens.»
Un constat qui semble traduire «la persistance de freins
dans l’affectation des candidats franciliens pour accéder
aux établissements parisiens»
Au lycée Fernand-et-Nadia-Léger d’Argenteuil, le 18 juin. PHOTO ÉDOUARD CAUPEIL
et nécessite la mise en place
des «mesures nécessaires
pour y remédier».
Autre demande : plus de
vigilance sur la situation des
élèves boursiers. Là encore,
coup rude pour la communication du ministère. La
politique des quotas a été
appliquée «diversement en
fonction des académies, avec
parfois des taux de boursiers
fixés à des niveaux sensiblement inférieurs au nombre de
candidats boursiers ayant
souhaité intégrer les formations concernées», et elle ne
concernait pas toutes les
formations proposées dans
Parcoursup, notamment
dans le privé.
Pour les étudiants handicapés, le Défenseur, qui s’est
saisi du sujet, préconise de
mettre en place, au niveau de
chaque académie, un dispositif permettant une affectation prioritaire des candidats
dès le début de la procédure,
et non à la fin.
Chances. Même si rien
n’assure que les recommandations du Défenseur seront
suivies d’effet, elles ont au
moins le mérite d’étayer un
ressenti partagé par les enseignants de lycées professionnels et technologiques.
«La situation des bacheliers
technologiques, et surtout
professionnels, demeure un
sujet de préoccupation,
écrit-il. En dépit des efforts
déployés par le ministère,
ceux-ci ont moins de chances
d’accéder à l’enseignement
supérieur dans une filière de
leur choix.»
Certes, le nombre de bacs pro
acceptés en BTS a augmenté
(+23 %), comme le répète le
ministère, mais, pointe le
Défenseur, «parallèlement,
certains chiffres peuvent
interpeller». Ainsi, 27 % des
bacheliers professionnels
(23,6% avec une proposition
positive et 3,4% sans proposition positive) ont «démissionné» de Parcoursup,
contre 14,5 % du côté des
bacheliers généraux. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
LIBÉ.FR
u 19
«Quand tu es roux, ta pilosité
tombe dans le domaine public»
Qu’on les chérisse ou qu’on les haïsse,
qu’ils soient moqués ou admirés, les cheveux, c’est une sacrée
affaire. Parce qu’ils contribuent à faire de nous ce que nous
sommes, Libération leur consacre une chronique. Aujourd’hui,
Clémence, 36 ans, qui travaille dans l’administration publique,
parle de ses cheveux roux : point fort pendant l’enfance, mais
parfois difficile à vivre à l’adolescence. PHOTO PLAINPICTURE
Michelin: une étoile de moins
dans l’assiette de Marc Veyrat
Des étoiles et un trou noir à
la cérémonie 2019 du guide
Michelin: le chapeau paysan
de Marc Veyrat. Récompensé
d’une troisième étoile l’an
passé, la distinction suprême
de la haute cuisine, le chef et
berger de 68 ans, imposante
figure du domaine de Manigod (Haute-Savoie), a été
rétrogradé à deux astres lors
de la cérémonie du
palmarès 2019, lundi, à Paris.
C’est la chute la plus rapide
de l’histoire de la gastronomie. Et une affaire de business ou de pouvoir ? «Je ne
comprends pas, explique-t-il,
très déçu, à Libération.
Est-ce parce que j’ai refusé
d’endosser la veste du Miche-
lin en public l’an passé ? Un international des guides
confrère m’avait prévenu : Michelin, conteste ces soup“Tu vas le payer très cher.” çons: «Nous ne tenons absoEt, voilà, c’est arrivé…»
lument pas compte de ce
On passe du Michelin à la genre de facteurs. Seule
Fashion Week : chaque lau- compte la qualité de l’assiette
réat est tenu d’arborer pour sur la base des expériences
les séances photos une veste vécues par nos inspecteurs.»
blanche de cuisinier avec les Du reste, Veyrat n’est pas le
sponsors du
seul rétrogradé:
guide. A savoir:
la maison HaePALMARÈS
San Pellegrino
berlin, à Ill(groupe Nestlé), Metro (gros- haeusern (Haut-Rhin), créasiste de la bouffe) et Prési- trice de la truffe Souvaroff
dent (filiale de Lactalis). Et, (que Paul Bocuse piquera
donc, le chaud bouillant pour créer sa célèbre soupe
Veyrat, sorte de Depardieu VGE), plat emblématique
du faitout, fut le seul récom- depuis 1952, retombe à deux
pensé à refuser ce rôle étoiles. Tout comme Pascal
d’homme-sandwich. Gwen- Barbot (L’Astrance, à Paris).
dal Poullennec, le directeur Mais cette bruyante destitu-
tion raconte aussi la toutepuissance de Michelin dans
le monde des restos.
La perte d’une étoile peut
cependant réduire au jus le
chiffre d’affaires. Veyrat, naguère trois étoiles, avait
annoncé, après les avoir déjà
perdues, qu’il se foutait de
les reconquérir, avant de
changer d’avis, menaçant de
faire un malheur si on ne le
réintégrait pas. Beaucoup
d’observateurs estiment que
le Michelin a cédé, en 2018, à
ses coups de pression. Sa relégation, sous l’impulsion du
nouveau directeur des guides, serait une façon de dire:
alors, c’est qui le chef ?
PIERRE CARREY
Stocamine L’Etat renonce à extraire
les déchets dangereux toujours enfouis
Le ministre de l’Ecologie a tranché : les déchets industriels
dangereux enterrés dans le centre de stockage de Stocamine
à Wittelsheim (Haut-Rhin) resteront enfouis. «Compte tenu
des enjeux, de la balance des risques» et du «surcoût» lié au déstockage, «la solution la plus adaptée demeure la poursuite du
chantier de confinement», préconise un document officiel
révélé lundi par l’AFP et adressé aux députés auteurs du rapport. Celui-ci préconisait l’évacuation de plus de 40000 tonnes de déchets dangereux non radioactifs, réclamée par les
élus et les associations, car ils menacent la plus grande nappe
phréatique d’Europe. PHOTO P. BASTIEN. DIVERGENCE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
ABONNEZ
VOUS
Offre intégrale
33€
8IZUWQ[(1)[WQ\XT][LMLM
ZuL]K\QWVXIZZIXXWZ\I]XZQ`
LM^MV\MMVSQW[Y]M
7ЄZMoL]ZuMTQJZM[IV[MVOIOMUMV\
ABONNEZ-VOUS À LIBÉRATION
²LuKW]XMZM\ZMV^WaMZ[W][MV^MTWXXMIЄZIVKPQMo4QJuZI\QWV [MZ^QKMIJWVVMUMV\
2 rue du Général Alain de Boissieu 75015 PARIS7ЄZMZu[MZ^uMI]`XIZ\QK]TQMZ[
Oui
AUTLIB18
, je m’abonne à l’offre intégrale Libération. Mon abonnement
intégral comprend la livraison chaque jour de Libération et chaque samedi de
Libération week-end par portage(1) + l’accès aux services numériques payants de
liberation.fr et au journal complet sur iPhone et iPad.
Nom
Prénom
Rue
N°
Code postal
20 u
Libération Mardi 22 Janvier 2019
Répertoire
repertoire-libe@teamedia.fr
01 87 39 84 80
DISQUAIRE SÉRIEUX
ACHÈTE DISQUES
VINYLES
33 TOURS ET 45 TOURS
TOUS STYLES
MUSICAUX :
POP ROCK, JAZZ,
CLASSIQUE,
MUSIQUES DU MONDE,...
AU MEILLEUR TARIF +
MATÉRIEL HI FI HAUT
DE GAMME.
RÉPONSE ASSURÉE ET
DÉPLACEMENT
POSSIBLE.
TEL : 06 08 78 13 60
ANTIQUITÉS/
BROCANTES
Achète
tableaux
anciens
XIXe et Moderne
avant 1960
Tous sujets, école de Barbizon,
orientaliste, vue de Venise,
marine, chasse, peintures de
genre, peintres français &
étrangers (russe, grec,
américains...), ancien atelier
de peintre décédé, bronzes...
Estimation gratuite
EXPERT MEMBRE DE LA CECOA
V.MARILLIER@WANADOO.FR
06 07 03 23 16
Retrouvez
tous les jours
les bonnes
adresses de
(cours, association,
enquête, casting,
déménagement, etc.)
@
E-mail
(obligatoire pour accéder aux services numériques de liberation.fr et à votre espace personnel sur liberation.fr)
Règlement par carte bancaire. Je serai prélevé de 33€ par mois (au lieu de 50,80€, prix au
numéro). Je ne m’engage sur aucune durée, je peux stopper mon service à tout moment.
Libération est officiellement habilité pour l’année 2019 pour la publication des annonces légales
et judiciaires par arrêté de chaque préfet concerné dans les départements : 75 (5,50 €) - 92 (5,50
€) - 93 (5,50 €) tarifs HT à la ligne définis par l’arrêté du ministère de la Culture et la
Communication de décembre 2018
75 PARIS
MUSIQUE
Ville
Numéro de téléphone
Annonces légales
legales-libe@teamedia.fr 01 87 39 84 00
Contactez-nous
Professionnels, 01 87 39 80 59
Particuliers, 01 87 39 84 80
ou repertoire-libe@teamedia.fr
Document : LIB_19_01_22_ED_75_6305139_18-570.pdf;Date
: 15. Jan 2019 - 11:02:51
ENQUÊTE PUBLIQUE
RÉPUBLIQUE FRANCAISE
Liberté – Égalité – Fraternité
PRÉFECTURE DE LA RÉGION D’ÎLE-DE-FRANCE,
PRÉFECTURE DE PARIS
RAPPEL AVIS D’ENQUÊTE PUBLIQUE
En exécution de l’arrêté préfectoral du 20 décembre 2018 de Monsieur
le préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, une enquête
publique unique portant sur l’intérêt général du projet de réhabilitation
du bâtiment de « la boîte à claque » de l’École polytechnique et de la
galerie de Navarre, à Paris 5ème arrondissement et sur la modification
du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Paris rendue nécessaire pour la
réalisation du projet, sera ouverte
du lundi 21 janvier 2019 à 8h30 au vendredi 22 février 2019 à 17h,
soit 33 jours consécutifs.
Le dossier d’enquête, comprenant notamment une note de
présentation juridique et administrative du projet de réhabilitation du
bâtiment de « la boîte à claque » et de la galerie de Navarre (pièce
A), une présentation de l’intérêt général du projet (pièce B), un rapport
de présentation concernant la mise en compatibilité du PLU de la ville
de Paris (pièce C) et les avis émis (pièce D) ainsi que les registres
d’enquête publique, seront déposés dans les lieux d’enquête suivants,
où ils pourront être consultés aux jours et heures habituels d’ouverture
au public, pendant toute la durée de l’enquête publique :
• Préfecture de Paris et d’Île-de-France, Unité départementale
de l’équipement et de l’aménagement (siège de l’enquête) –
5, rue Leblanc, 75015 Paris
• Mairie du 5ème arrondissement de Paris – 21, Place du Panthéon,
75005 Paris et sous une forme dématérialisée via :
•
le site internet dédié à l’enquête publique :
http://ecole-polytechnique.enquetepublique.net
•
le site internet de la préfecture de Paris et d’Île-de-France :
http://prefectures-regions.gouv.fr/ile-de-france/documents-publications
(thème : enquêtes publiques).
De plus, un poste informatique, permettant un accès gratuit au
dossier d’enquête, sera mis également à la disposition du public au
siège de l’enquête.
Cette enquête sera conduite par un commissaire enquêteur,
Monsieur Claude BURLAUD, directeur de l’urbanisme, retraité.
Toute personne qui aurait à formuler des observations et propositions
pourra les faire connaître pendant la durée de l’enquête publique :
• en les consignant sur le registre d’enquête prévu à cet effet dans les
lieux d’enquête cités ci-dessus ou sur le registre dématérialisé via :
• le site internet dédié à l’enquête publique :
http://ecole-polytechnique.enquetepublique.net
• l’adresse de courriel :
ecole-polytechnique@enquetepublique.net.
• en les adressant par écrit au siège de l’enquête :
à l’attention de Monsieur Claude BURLAUD, commissaire enquêteur
/ projet de réhabilitation du bâtiment « la boîte à claque » de l’École
polytechnique et de la galerie de Navarre
Préfecture de Paris et d’Île-de-France - UDEA 75
Unité départementale de l’équipement et de l’aménagement de Paris
5, rue Leblanc - 75911 Paris cedex 15
Le commissaire enquêteur se tiendra à la disposition du public pour
recevoir ses observations lors des permanences à la mairie du 5ème
arrondissement de Paris, aux dates suivantes :
• Lundi
21 janvier 2019 de 8h30 à 11h30
• Jeudi
31 janvier 2019 de 16h30 à 19h30
• Mardi
12 février 2019 de 14h00 à 17h00
• Vendredi 22 février 2019 de 14h00 à 17h00
Pendant la durée de l’enquête publique, toute demande d'informations
sur le projet pourra être effectuée auprès du maître d’ouvrage, à
l’attention de Monsieur Vincent STALPERS, directeur du patrimoine
immobilier, École Polytechnique – route de Saclay – 91128 PALAISEAU
ou à l’adresse courriel : ccep.ep@polytechnique.fr.
A l’issue de l’enquête, le commissaire enquêteur établira son rapport
et consignera dans un document séparé ses conclusions motivées,
dans un délai d’un mois maximum à compter de la clôture de l’enquête.
Le rapport et les conclusions motivées du commissaire enquêteur
seront tenus à la disposition du public pendant un an à la mairie du
5ème arrondissement de Paris ainsi qu’à la préfecture de Paris et d’Îlede-France, siège de l’enquête.
Ces documents seront consultables sur le site internet de la préfecture
de la région d’Île-de-France : http://prefectures-regions.gouv.fr/ile-defrance/documents-publications/consultations/enquêtes-publiques
A l’issue de l’enquête et conformément aux dispositions du code de
l’urbanisme, le maître d’ouvrage se prononcera par une déclaration de
projet sur l’intérêt général du projet emportant mise en compatibilité du
Plan Local d’Urbanisme de Paris.
EP18-570
enquête-publique@publilegal.fr
Carte bancaire N°
Expire le
mois
année
Signature obligatoire :
Règlement par chèque. Je paie en une seule fois par chèque de 391€ pour un an
d’abonnement (au lieu de 659,70€, prix au numéro).
Vous pouvez aussi vous abonner très simplement sur : www.liberation.fr/abonnement/
(1) Cette offre est valable jusqu’au 30.1 .018 en France métropolitaine. La livraison est assurée par porteur avant 7 )30 dans plus de 500 villes, les autres
communes sont livrées par voie postale. Les informations requises sont nécessaires à Liberation pour la mise en place et la ges
tion de l’abonnement.
Elles pourront Ð tre cédées à des Partenaires commerciaux pour une finalité de prospection commerciale sauf si vous cochez la case ci-contre.
Conformément à la loi jinformatique et libertésx du 6 janvier 1978 vous disposez d’un droit d’accÒs, de rectification, de limitation, d’opposition et de
suppression des données que vous avez transmises en adressant un courrier à Libération o rue de .ouchy o 6038 N0"*LLES cedex. Pour en savoir
plus sur les données personnelles, rendez-vous sur http:bit.lyLibeC(V
L’amour s’écrit dans
A l’occasion de la
Saint Valentin
déclarez votre flamme...
sur notre site http://petites-annonces.liberation.fr rubrique entre-nous
ou par téléphone 01 87 39 84 80 (Paiement CB uniquement)
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
u 21
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
À LA TÉLÉ CE SOIR
TF1
FRANCE 4
TFX
21h00. S.W.A.T.. Série. Accusé
à tort. Miracle de Noël. Retour
au bercail. Avec Shemar
Moore. 23h35. Blindspot.
Série. 2 épisodes. Avec
Sullivan Stapleton.
21h00. Les stagiaires.
Comédie. Avec Vince Vaughn,
Owen Wilson. 22h55. Morning
Glory. Comédie. Avec Rachel
McAdams, Harrison Ford.
21h00. Big Bounce. Jeu.
La course de trampoline.
22h55. Le big bêtisier. Div.
00h45. Le big bêtisier. Div.
FRANCE 2
21h00. TouU le monde joue
au docteur Divertissement.
23h10. Infrarouge. Documentaire.
FRANCE 3
CSTAR
FRANCE 5
21h00. Au cœur de l’enquête.
Documentaire. 22h45.
Au cœur de l’enquête.
Documentaire.
20h50. Destins d’orphelins.
Doc. 22h00. Le monde en
face. 22h45. C dans l’air.
Magazine.
TF1 SÉRIES FILMS
PARIS PREMIÈRE
21h00. Le Jaguar. Comédie.
Avec Jean Reno, Patrick Bruel.
22h50. Stephen King :
Firestarter : Sous l’emprise
du feu. Série. Épisodes 1 & 2.
20h50. Flic ou voyou. Film.
Avec Jean-Paul Belmondo,
Michel Galabru. 23h00. Le
solitaire. Film policier.
Avec Jean-Paul Belmondo.
21h00. Au-delà des apparences. Série. Connaît-on
ceux qu’on aime ?. L’armoire
à secrets. Le trou noir. Avec
Helena Noguerra. 23h35.
Soir 3. Information. 00h15.
Une histoire de fou. Drame.
6TER
TMC
21h00. Cookie. Comédie
dramatique. De Lea Fazer.
Avec Alice Taglioni. 22h50.
Storage Wars : enchères
surprises. Divertissement.
21h00. Calogero - Liberté
chérie tour. Concert à l’Olympia en direct. 22h55. 90’
Enquêtes. Magazine. 00h10.
90’ Enquêtes. Magazine.
CANAL+
21h00. Downsizing. Film
de science-fiction. Avec Matt
Damon, Kristen Wiig. 23h15.
Tchi tcha. Magazine.
20h50. Les coulisses de
l’Histoire. Documentaire.
Hitler, l’art de la défaite.
Le plan Marshall a sauvé
l’Amérique. 22h40. Trump
et le coup d’État des multinationales. Documentaire.
M6
21h00. Véto de Choc.
Magazine. 23h05. État
de choc. Magazine.
21h00. Snapped : les femmes
tueuses. Magazine. 22h50.
Snapped : les femmes
tueuses. Magazine.
NRJ12
RMC STORY
21h00. Témoin pour cible.
Film d'action. Avec Til Schweiger. 23h25. Stratton. Thriller.
20h55. The Road Within.
Téléfilm. Avec Robert Sheehan, Dev Patel. 22h45. La mort
d’Auguste. Téléfilm.
C8
LCP/AN
21h00. La scoumoune votre
malchance devient une
chance !. Divertissement.
23h15. Le grand bêtisier
des animaux. Divertissement.
21h00. Patron incognito.
Magazine. 22h50. Patron
incognito. Magazine. 00h45.
Patron incognito. Magazine.
Il fera froid et des averses de neige se
La perturbation arrivée la nuit précédente
apportera des pluies en Bretagne. Il neigeraproduiront du nord-est au Massif central. La
limite pluie / neige se situera vers 400
du Limousin aux Hauts-de-France en
mètres en Aquitaine mais aussi près de la
passant par le Bassin parisien. Le temps
Méditerranée.
restera sec ailleurs.
L’APRÈS-MIDI Le risque d'averses de neige
L’APRÈS-MIDI La perturbation pluviofaiblira. Mais de fortes averses de grésil se
neigeuse s'étendra du sud-ouest au
produiront de la Corse à la région PACA.
nord-est. Il fera froid partout.
Lille
1 m/9º
Caen
Paris
Strasbourg
Brest
Paris
Orléans
Dijon
IP 04 91 27 01 16
1 m/10º
1,5 m/11º
Bordeaux
Toulouse
Bordeaux
4,5 m/13º
Nice
Montpellier
Marseille
Toulouse
Marseille
1/5°
6/10°
11/15°
Directeurs adjoints
de la rédaction
Stéphanie Aubert,
Christophe Israël,
Alexandra Schwartzbrod
Rédacteurs en chef
Michel Becquembois
(édition), Grégoire Biseau
(enquêtes), Christophe
Boulard (technique),
Sabrina Champenois
(société), Guillaume
Launay (web)
Directeur artistique
Nicolas Valoteau
16/20°
21/25°
26/30°
31/35°
Agitée
Éclaircies
Peu agitée
Nuageux
Calme
Fort
Pluie
Modéré
Couvert
Orage
Pluie/neige
FRANCE
MIN
MAX
-1
3
6
5
-1
-4
-3
4
7
8
8
3
2
2
FRANCE
Lyon
Bordeaux
Toulouse
Montpellier
Marseille
Nice
Ajaccio
MAX
-1
3
1
0
0
4
6
4
8
6
9
7
10
9
MONDE
Alger
Berlin
Bruxelles
Jérusalem
Londres
Madrid
New York
7
8
Taux de fibres recyclées:
100 % Papier détenteur de
l’Eco-label européen
N° FI/37/01
Neige
MIN
MAX
7
-3
-1
8
2
3
-9
12
0
1
17
5
10
-1
Indicateur
d’eutrophisation :
PTot 0.009 kg/t de papier
La responsabilité du
journal ne saurait être
engagée en cas de nonrestitution de documents.
Pour joindre un journaliste
par mail : initiale du
prénom.nom@liberation.fr
1BS ("²5"/
(030/
Par GAËTAN
GORON
HORIZONTALEMENT
I. Equipe en déplacement
II. Du sol au plafond, et
on recommence # Apport
de titres III. Hostile au
gai, et terreau du mal
IV. Fait un choix # Ville en
Valais V. Grille # Quatre
fois cinq moins vin VI. Non
seulement une vue originale, mais en corps # Mieux
vaut qu’il ne montre pas
qui il est VII. Port géorgien
sur la mer Noire VIII. Sept,
c’était hier IX. On peut le
taxer d’imposer à 100 %
(enfin mieux vaut éviter)
X. Particulièrement savoureuse XI. Bêtes en fait pas
si bêtes
9
VI
VII
VIII
IX
X
XI
Grille n°1122
VERTICALEMENT
1. Il faudrait qu’ils aient davantage pignons sur rue 2. Cœur de laitue #
Sang qui fait un tour, et vite # Annonce 3. Escalope romaine 4. Elles sont
en dépression, au bord du gouffre # Napoléon fit ses classes dans cette
ville fondée par Auguste 5. Il comprend intérêts et commissions # Volcan
d’Ethiopie 6. Dieu bûcheron des Gaulois # Voies de circulation 7. Bretons
en pointe 8. Bourse # Indien d’Amérique 9. C’est le paradis # Comme l’air
Solutions de la grille d’hier
Horizontalement I. ENVIEILLI. II. DAIM. YUAN. III. OSRAM. TVA.
IV. UT. CAPTÂT. V. AÏD. GEINT. VI. REEBOK. DÉ. VII. MAGASIN.
VIII. SLIM. NIET. IX. MAS. BRI. X. PROKOFIEV. XI. TATOUEUSE.
Verticalement 1. ÉDOUARD SEPT. 2. NASTIE. RA. 3. VIR. DEMI-MOT.
4. IMAC. BAMAKO. 5. MAGOG. SOU. 6. IY. PÉKAN. FE. 7. LUTTI. SIBIU.
8. LAVANDIÈRES. 9. INATTENTIVE.
libemots@gmail.com
ON S’EN GRILLE UNE AUTRE ?
Mots croisés,
sudoku,
échecs…
Retrouvez
tous nos jeux
sur mobile
avec RaJeux,
la nouvelle Déjà
appli de disponible sur
Libération iOS et Androïd
1
36/40°
Faible
MIN
6
◗ SUDOKU 3878 MOYEN
15
Lille
Caen
Brest
Nantes
Paris
Strasbourg
Dijon
5
V
PUBLICITÉ
Libération Medias
2, rue du Général Alain
de Boissieu - 75015 Paris
tél. : 01 87 25 85 00
Origine du papier : France
Soleil
4
IV
ABONNEMENTS
abonnements.liberation.fr
sceabo@liberation.fr
tarif abonnement 1 an
France métropolitaine: 384€
tél.: 01 55 56 71 40
1 m/14º
0,6 m/14º
-10/0°
Directeur de la publication
et de la rédaction
Laurent Joffrin
Imprimé en France
Membre de OJD-Diffusion
Contrôle. CPPAP : 1120 C
80064. ISSN 0335-1793.
Nice
Montpellier
3
III
IMPRESSION
Midi Print (Gallargues),
POP (La Courneuve),
Nancy Print (Jarville),
CILA (Nantes)
Lyon
2
II
Cogérants
Laurent Joffrin,
Clément Delpirou
Dijon
Nantes
Lyon
2,5 m/13º
Strasbourg
Brest
Orléans
Nantes
1
I
Petites annonces. Carnet
Team Media
10, bd de Grenelle CS 10817
75738 Paris Cedex 15
tél. : 01 87 39 84 00
hpiat@teamedia.fr
0,6 m/11º
Caen
S’EN
ĥ
UNE?
Ģ
ON
GRILLE
Lille
1 m/9º
1 m/10º
Principal actionnaire
SFR Presse
Rédacteurs en chef adjoints
Jonathan Bouchet-Petersen
(France), Lionel Charrier
(photo), Cécile Daumas
(idées), Gilles Dhers (web),
Fabrice Drouzy (spéciaux),
Matthieu Ecoiffier (web),
Christian Losson (monde),
Catherine Mallaval
(société), Didier Péron
(culture), Sibylle
Vincendon (société)
20h30. Droit de suite - Le
documentaire. Doc. 21h30.
Droit de suite - Le débat.
22h00. On va plus loin. Mag.
MERCREDI 23
MARDI 22
Edité par la SARL
Libération
SARL au capital
de 15 560 250 €.
2, rue du Général Alain
de Boissieu - CS 41717
75741 Paris Cedex 15
RCS Paris : 382.028.199
Directeur délégué
de la rédaction
Paul Quinio
CHÉRIE 25
W9
ARTE
www.liberation.fr
2, rue du Général Alain
de Boissieu, 75015 Paris
tél. : 01 87 25 95 00
4
7 8
9 2
2
3
◗ SUDOKU 3878 DIFFICILE
8
7
5 2
1 4
5
8
6
8
6
7
4
8
3
5
9
1
2
1
9
5
2
4
6
8
7
3
4
1
6
7
5
8
2
3
9
7
2
8
3
1
9
5
6
4
3
5
9
4
6
2
1
8
7
5
4
1
6
9
3
7
2
8
2
6
7
5
8
4
3
9
1
9
8
3
1
2
7
6
4
5
8 7
3
2 7
6 8
5
5
3 8
9
2 6
9
4
4 3
6 8
1
5
SUDOKU 3877 MOYEN
2 7
4 8
SUDOKU 3877 DIFFICILE
Solutions des
grilles d’hier
7 5
1
9 4
1
1
8 1
5 9
7
3
6 7
4 3
7
7
3
8
3
2
9
7
1
4
5
6
3 9
6
1
8
2
3
7
4
5
9
5
4
9
1
8
6
3
7
2
3
7
2
4
5
9
1
6
8
2
3
6
5
4
8
9
1
7
7
9
1
3
6
2
8
4
5
8
5
4
9
7
1
2
3
6
4
2
3
7
9
5
6
8
1
9
6
5
8
1
3
7
2
4
1
8
7
6
2
4
5
9
3
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
22 u
Libération Mardi 22 Janvier 2019
IDÉES/
Une culture de la sécurité informatique
est nécessaire en France, ne serait-ce que
pour arbitrer des choix comme la facilité
d’accès aux données pour les services de
renseignements : ces facilités ne sont souvent
que des failles informatiques, susceptibles
d’être utilisées de façon moins légitime.
P
our qui en doutait encore,
l’année 2018 a une nouvelle
fois montré que la menace
numérique n’est pas éthérée et
que les défis pour la sécurité numérique restent immenses. Plus
sophistiquées, mieux élaborées,
L'ŒIL DE WILLEM
plus destructrices et touchant désormais toute la société, du citoyen à la grande entreprise
jusqu’à nos institutions démocratiques, les attaques informatiques sont entrées dans une dimension nouvelle.
Premier constat : les attaquants
exploitent de plus en plus les relations de confiance établies entre les entreprises et leurs partenaires pour accéder aux données
et informations sensibles. Pour
contourner les dispositifs de détection des entreprises ciblées, ils
s’attaquent en effet à leurs prestataires ou leurs fournisseurs, gé-
Par
GUILLAUME
POUPARD
DR
Tous connectés,
tous responsables
néralement moins bien sécurisés. Le second constat est encore
plus préoccupant : qu’il s’agisse
d’Etats ou d’organisations criminelles, les attaquants s’attachent
aujourd’hui à préparer les conflits de demain. De nombreuses
intrusions dans des infrastructures numériques critiques semblent en effet avoir pour but de
préparer des attaques futures.
Energie, transports, santé… Tous
les secteurs sont concernés et la
menace va croissant à mesure de
la numérisation de la société.
Tous connectés, tous impliqués,
tous responsables : voilà l’approche fondamentale que nous devons porter. D’abord car la sécurité numérique doit sortir de son
domaine réservé pour associer
l’ensemble des architectes de la
société numérique. Si l’on pense
à l’intelligence artificielle, à la
santé connectée ou aux voitures
autonomes, les formidables usages rendus possibles par le numérique ne pourront en effet être
durables que s’ils recueillent la
confiance des utilisateurs. Ensuite parce que la sécurité numérique ne se limite pas à une question technologique. Elle draine
des enjeux économiques, politiques et sociétaux majeurs qui
nous concernent tous.
La France et l’Europe ont un rôle
historique à jouer pour prévenir
le surgissement d’un Far West
numérique. L’Appel de Paris pour
la confiance et la sécurité dans le
cyberespace, lancé en novembre
dernier par le président de la République, permet de tracer une
voie crédible en ce sens.
Il faut sans cesse se rappeler que
la révolution numérique est
avant tout affaire de choix. Ces
choix, qui doivent associer les
concepteurs de produits et de solutions numériques comme les
artisans du droit et des politiques
publiques, ne peuvent plus se
faire au détriment de la sécurité.
Le débat sur le chiffrement des
données illustre bien cette nécessité. La question revient régulièrement sur la table, parfois à l’occasion d’affaires retentissantes
– on se souvient notamment du
Directeur général de l’Agence
nationale de la sécurité des
systèmes d’information (Anssi)
bras de fer médiatique entre Apple et le FBI sur l’accès à un téléphone chiffré. Elle est souvent
présentée comme une opposition
entre les services de sécurité et
les défenseurs des droits et libertés ; une opposition entre sécurité
et libertés en réalité très réductrice. Pour cause : il faut mesurer
l’importance du chiffrement
dans la sécurisation de nos données, celles de nos entreprises et
de nos administrations, si bien
qu’il serait plus juste de parler
d’une opposition entre sécurité…
et sécurité.
Une proposition, régulièrement
avancée pour contourner le chiffrement, serait de contraindre
les constructeurs et fournisseurs
de services et d’applications numériques à introduire délibérément dans leurs systèmes des
backdoors. Ces «portes dérobées» permettraient ainsi à des
autorités légitimes d’accéder aux
données intéressant les enquêtes. Las ! Si cette idée peut sembler frappée au coin du bon sens,
son application s’avérerait nécessairement dramatique. Car
une «porte dérobée» correspond
en réalité à une faille de sécurité
et il est impossible de s’assurer
qu’un tel accès ne soit disponible
qu’aux personnes autorisées.
Avec la prise en compte des exigences de sécurité, on le voit, le
débat sur le chiffrement ne se
pose plus tout à fait dans les mêmes termes. La question revient
dès lors à savoir comment répondre aux besoins légitimes des
services d’enquête et de renseignement sans pour autant sacrifier la sécurité globale des solutions numérique.
Dans ce débat comme sur les
autres sujets qui peuvent mettre
en tension l’efficacité à court
terme avec la sécurité globale à
long terme, il faut savoir se garder des excès autant que des solutions simplistes. La recherche
d’équilibre est par nature complexe, subtile et – on peut facilement le comprendre – source de
frustration pour certains services
de sécurité. Elle est néanmoins
indispensable. Plus encore, elle
conditionne le développement
d’un numérique de confiance.
D’où l’urgence de diffuser cette
culture de la sécurité à tous les
niveaux. La formation des décideurs, des acteurs économiques,
des agents publics et des citoyens
constitue en ce sens un chantier
majeur de ces prochaines années.
La sécurité numérique doit ainsi
faire son entrée dans les manuels
scolaires et la formation
professionnelle, pour faire
de chacun un acteur engagé
de la société numérique
de demain. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
ÉCONOMIQUES
Par PIERRE-YVES GEOFFARD professeur à l’Ecole
d’Economie de Paris, directeur d’études à l’EHESS
La complexité fiscale à la
française, source d’inégalités
Notre système ressemble davantage à un maquis qu’à un jardin
à la française. Coûteux parce qu’inefficace, il est source
d’injustices. Par exemple, un artisan sera toujours plus démuni
qu’une grande entreprise et son armée de fiscalistes.
A
u cœur du grand débat qui vient de
s’ouvrir, les questions fiscales occupent une place centrale. Plusieurs
documents, notamment une fiche préparée
par Bercy, ainsi que des notes de France
Stratégie, proposent une synthèse bienvenue de la situation française, en particulier
en comparaison avec les autres pays européens. On y apprend ainsi que si les dépenses socialisées, financées par les taxes et les
cotisations sociales, sont plus élevées
qu’ailleurs, c’est surtout en raison des retrai-
tes, des dépenses militaires, et de subventions plus importantes au secteur productif.
On y lit aussi la faiblesse de la France en termes d’investissement dans l’éducation et la
recherche. On voit s’y dessiner les grandes
caractéristiques de l’intervention publique
en France: d’importants efforts pour réduire
les inégalités, davantage grâce à la structure
des prestations qui bénéficient surtout aux
plus pauvres qu’à celle des prélèvements,
globalement peu progressifs; mais très peu
d’efforts en faveur de la mobilité sociale,
RÉ/JOUISSANCES
Par
LUC LE VAILLANT
Avec Carlos, pourquoi
ça dé-Ghosn
Tentative d’explication des raisons pour
lesquelles la France se réjouirait presque des
malheurs japonais du PDG de Renault-Nissan.
L
e récent lâchage de Carlos
Ghosn par l’Etat, principal
actionnaire de l’ancienne régie, n’est pas prêt de désespérer
Billancourt. Incarcéré au Japon
pour dissimulation de revenus et
abus de biens sociaux, l’ex-patron
de Renault-Nissan est un étrange
saurien du business qui affiche
une cote de sympathie désespérément plate dans l’Hexagone.
C’est comme si les réussites incontestables comme les possibles malversations de l’homme à tête de
tortue et à sourcils circonflexes
glissaient sur la carapace d’une
u 23
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
vieille nation qui vomit l’argent.
Celle-ci a fait son deuil de son industrie et regarde en maugréant
monter au pinacle et chuter aux
abysses, des dirigeants dont elle finit par se fiche royalement.
dont on sait par ailleurs qu’elle est très faible
en France.
Mais une grande question, passée sous silence par ces notes de synthèse, est hélas absente du grand débat en cours: cette question, c’est celle de la complexité de la
fiscalité française. Certes, tout système fiscal, fruit autant de grands principes clairs
que d’un empilement de dispositifs adoptés
au fil de l’eau, visant à répondre aux problèmes du moment puis pérennisés par l’inertie ou par de nouvelles urgences, donne plutôt l’image d’un maquis que d’un jardin à la
française. Il n’en reste pas moins que toute
réforme ou évolution de la fiscalité devrait
avoir parmi ses objectifs celui de la simplification. Car la complexité est coûteuse :
source d’inefficacités multiples, elle est également le moteur d’inégalités profondes.
Tout dispositif fiscal modifie les incitations
pesant sur les acteurs économiques, qu’il
s’agisse des ménages ou des entreprises.
Cela peut être un objectif recherché, comme
dans le cas de la fiscalité écologique ou des
taxes pesant sur l’alcool ou le tabac ; cela
peut être aussi la source de distorsions,
comme dans le cas des taxes pesant sur le
travail, renchérissant le coût de l’emploi
pour les entreprises et diminuant le salaire
perçu par les travailleurs; mais la difficulté
à appréhender des règles, qui plus est lorsqu’il est difficile d’anticiper leur évolution,
augmente inutilement l’incertitude. On sait
tous les avantages des taxes à large assiette
et à taux bas, en termes de clarté, de lisibilité
et de rendement budgétaire; et pourtant, exception après exception, niche après niche,
c’est l’inverse qui caractérise le système fiscal français: des taux en apparence élevés,
mais pesant sur des assiettes réduites, percées de partout.
Source d’inefficacités, la complexité fiscale
est également créatrice de profondes inéga-
vant la froidure des montagnes
suisses, il porte une parka dotée
d’une capuche ourlée de fourrure.
Cette moumoute animale, ou synthétique qu’importe, signe le
grand aventurier des neiges industrielles et le découvreur des pôles
de profit, l’arpenteur des banquises récessives qui craquent sous la
botte comme le fouetteur des
chiens de traîneaux ouvriers. Cet
ornement poilu et réchauffeur en
fait le digne successeur des explorateurs d’opportunités comme le
frère en sauvagerie des harponneurs de bébés phoques.
Hier, Ghosn siégeait au plus haut
des cieux. Il dormait dans les nuages cent jours par an, dominant depuis son jet privé les misérables
vermisseaux de son empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais.
Fort de son omniprésence stellaire,
il était l’Orient et l’Occident, doué
d’un don d’ubiquité au bilan carbone carabiné. Aujourd’hui, il s’allonge sur le tatami d’une cellule.
Un aventurier trop confiant.
Pourquoi le Japon destitue
son héros. Entouré de yakuzas et
Une photo dit parfois beaucoup
d’un aplomb magnifique et d’une
assurance outrancière. Nous sommes à Davos en 2018. Devant le capitalisme mondialisé qui mesure
encore mal la menace des nationalismes illibéraux, Ghosn parade,
fort de sa légitimité de tycoon. Bra-
de condamnés à mort, l’homme
de 64 ans a perdu 10 kilos. Pourtant la France au cœur d’artichaut
se soucie peu de la disgrâce de son
polytechnicien. Quand l’un des
siens est en butte à des justices
étrangères, le pays se souvient généralement qu’il est la patrie des
lités. Entre les entreprises selon leur taille
tout d’abord, un artisan exerçant seul étant
bien plus démuni qu’une grande entreprise
pouvant faire recours à des fiscalistes, internes ou externes. Entre les ménages aussi, les
plus fortunés faisant régulièrement appel
à des cabinets spécialisés permettant de profiter d’opportunités peu visibles pour le
commun des mortels : nourrie par la complexité, l’optimisation fiscale est l’apanage
des puissants.
Si la complexité fiscale est source de tant
d’inefficacités et d’inégalités, pourquoi donc
perdure-t-elle? C’est qu’outre les difficultés
intrinsèques à toute démarche simplificatrice, elle sert également de nombreux acteurs: des cabinets spécialisés dans la compréhension de règles confuses en tirent
d’importants profits ; de nombreux chercheurs universitaires, juristes ou économistes, en font leur miel; et au sein de l’appareil
d’Etat, les services de Bercy monopolisant
peu ou prou l’expertise et les données statistiques permettant de la déployer peuvent
ainsi conforter leur position dominante visà-vis d’autres ministères, du Parlement ou
d’organismes cherchant à évaluer l’action
publique de manière indépendante. De ce
point de vue, la publication de fiches de synthèse plutôt transparentes et pédagogiques
est un signe encourageant de la démarche
initiée par le «grand débat» : ce partage du
savoir est une condition nécessaire à la maturité de la réflexion collective. Mais sans
une réelle démarche de simplification, le débat public restera à la merci du bon vouloir
de ceux dont le pouvoir s’appuie sur la compréhension d’un système à la complexité
délétère. •
Cette chronique est assurée en alternance par PierreYves Geoffard, Anne-Laure Delatte, Bruno Amable et
Ioana Marinescu.
droits de l’homme et n’a de cesse
de rapatrier ses fils prodigues, prodiges ou podagres. A tout le moins,
il débat de la culpabilité de l’embastillé. Quand DSK fut promené
menotté pour un viol supposé, la
France prit feu. Elle s’écharpa à
tout va, d’autant que la veille elle
était prête à convoler présidentiellement avec Strauss. Elle était encore dans la mansuétude charnelle
qui depuis a pris cher quand les
plaies d’argent restent mortelles.
Dans le cas de Ghosn, l’éloignement émotionnel vient aussi du secret du dispositif japonais, exact inverse de l’humiliante exposition
américaine. Le sauveur de Nissan
était un héros de manga. Le voilà
privé de visibilité. Aucune image
de lui entre deux policiers. Aucune
vidéo volée de son quotidien de
taulard. Aucune caméra le montrant sans cravate devant ses juges.
Rien n’a filtré, sinon un croquis en
salle d’audience. Comme s’il était
désormais néantisé par un système
accusatoire à garde à vue prolongée
tant que l’aveu n’est pas extorqué.
Les primes de match des
riches. L’autre élément qui prive
Ghosn d’apitoiement est son avidité assumée. Celui qui a fêté son
second mariage à Versailles avec
serveurs en perruque a toujours
pensé qu’il était de son devoir d’en
mettre plein la vue à ses concur-
rents manufacturiers. Il s’agissait
de jouer à qui aurait la turbine la
plus argentée. Dans son esprit, cela
devait contribuer à la fierté d’entreprise. Celle-ci pouvait ainsi admirer
au miroir la réussite de son numéro 1 qui ne pouvait, évidemment, que s’évaluer monétairement. Longtemps paysanne et
catholique, la France a de soudaines remontées d’égalitarisme sansculotte. Elle continue à s’indigner
des rétributions stratosphériques,
légales ou non. Si les hauts fonctionnaires se voient reprocher leurs
facilités de misère, que dire de la
fortune de footballeur qu’exigeait
le Libanais né au Brésil? Le PDG se
croyait au PSG et au Real à la fois. Il
additionnait la paie Renault et
le solde Nissan. Il bagarrait avec
Sarkozy ou Macron, qui tentaient
de le ramener à une décence plus
hypocrite. Manager autoritaire et
performant, Ghosn le munificent
qui ouvrait le bal des débutantes
avec ses filles au Crillon a triomphé
grâce à des voitures à bas coût et à
sa prescience décroissante.
Pour s’exfiltrer de la prison qui lui
est promise, qu’il ne compte ni sur
les SUV ni sur les berlines. Il aura le
choix entre une Logan, premier
prix de chez Dacia, et une Twizy,
cet hybride électrique, mi-moto mivoiturette, sans vitres fixes, où il
fait bon capeler une capuche
fourrée. •
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24 u
Libération Mardi 22 Janvier 2019
CULTURE/
«DAU»
Montagne russe
et montage louche
Ce projet-monstre au long cours se dévoile
à Paris. Une débauche de moyens et
d’ambitions au service d’une immersion dans
l’ère soviétique, à la croisée des arts et de
l’attraction foraine, aussi ambiguë que vaine.
Par
ELISABETH FRANCK-DUMAS
C
omment, vous ne connaissez pas
«DAU»? Mais tout-Paris ne parle que de
ça! Vous ne devez pas suivre le compte
Twitter de cette journaliste du Figaro qui s’enthousiasme de «l’incroyable soirée» qu’elle a
passée là-bas avec Eric Cantona. Vous ne devez pas lire le blog de l’empereur des supermarchés Michel-Edouard Leclerc, qui a posté
des photos de sa visite de ce projet «aux frontières de l’expérience artistique et politique»
(frontières visiblement fréquentées par des
critiques et commissaires en vue). «DAU» n’a
pas commencé qu’il croule déjà sous les superlatifs : projet pharaonique, palanquée de
mégastars convoquées (Romeo Castellucci,
Marina Abramovic, Fanny Ardant…), budget
équivalent au PIB du Belize.
Mais difficile à raconter, quand même, ce
«DAU». Il colle un peu aux doigts et échappe
tout à la fois. Alors commençons par les faits:
du 24 janvier au 17 février, le Théâtre du Châtelet, le Théâtre de la Ville et le centre Pompidou vont accueillir «DAU» (prononcer «dao»),
gigaexpo immersive visitable vingt-quatre
heures sur vingt-quatre, où les spectateurs
circuleront dans d’innombrables pièces mo-
quettées de rouge et postérisées de Lénine,
afin de visionner treize longs métrages, assister à des concerts et conférences, ou simplement boire des vodkas dans un décor estampillé Soviet suprême. Pour cela, il leur faudra
acquérir un «visa» coûtant entre 35 et
150 euros (!) et répondre à des questions type
«avez-vous été utilisé dans une relation sentimentale?» ou «avez-vous été abusé dans votre
enfance?» Les réponses sont censées orienter
le parcours, où chacun sera guidé par un simili-smartphone appelé «device». Il faudrait être
aveugle pour ne pas voir le succédané d’expérience totalitaire offert aux visiteurs –soumission volontaire, surveillance généralisée– et,
en ligne de mire, les parallèles avec le contemporain. «Entre fête et totalitarisme!» s’enthousiasme déjà le magazine Trax. «Plongée
dans l’air stalinienne (sic), avec de vrais anciens agents du KGB!» jubile Konbini. La spectacularisation façon fête foraine des tragédies
du XXe siècle, quelques années après le Fils
de Saul, semble avoir atteint une forme d’apogée, portée par une génération d’artistes décomplexés qui a trouvé son public.
Œuvre totale
Ne venir à «DAU» que pour se mettre une
murge pourrait être défendable, bien qu’oné-
reux, mais serait passer à côté du cœur supposé du réacteur: les films, tournés par le cinéaste russe Ilya Khrzhanovsky, qui à 43 ans
est le cerveau de toute l’affaire. Auteur à ce
jour d’un autre long métrage, 4, hélas pas
sorti en France, il s’était lancé il y a une douzaine d’années dans un biopic du Prix Nobel
de physique russe Lev Landau (dit «Dau»), lequel projet semble avoir muté en une délirante œuvre totale, sous l’effet de ce redoutable combo de la mégalomanie trouvant sur
son chemin des fonds illimités (son mécène
est l’empereur de la 4G en Russie, Sergueï
Adoniev).
Afin de réaliser un projet à la mesure de la vie
rocambolesque de Landau (allez voir sur Wikipédia, ça envoie), Khrzhanovsky s’est mis
en tête de recréer une cité scientifique soviétique telle celle où œuvra Landau, et d’y faire
vivre quelque 400 personnages sous l’œil
d’une caméra, deux ans durant. Vêtements,
nourriture, plomberie, vocabulaire: tout date
des décennies 1938-1968, et le gros des troupes n’était pas des comédiens mais des quidams jouant «leur» rôle (des scientifiques
jouant des scientifiques, des boulangers faisant les boulangers, etc.), même si Dau luimême est joué par le chef d’orchestre Teodor
Currentzis. Des articles paraissent çà et là de-
puis quelques années sur ce serpent de mer
(«Quatorze bébés ont été conçus pendant le
tournage!») et le Guardian a qualifié l’expérience de Truman Show «totalitaire». Mais
Paris sera le théâtre de la toute première restitution, Berlin ayant refusé d’accueillir «DAU»
pour raisons de «sécurité» en octobre. Il faut
dire que l’idée de reconstruire une portion
du mur de Berlin n’avait pas amusé les
riverains, certains s’étant plaint que le mur,
le vrai, n’avait pas été pour eux un «jouet
événementiel».
Bibelot de cœur humain
Ne bénéficiant pas du soutien d’un mécène
tel Adoniev, le service Culture de Libé n’a pu
mobiliser des équipes pour voir l’intégralité
des longs métrages (durée totale: vingt heures). Mais visite fut faite des décors en construction, où fut admiré ce bibelot de cœur humain pris dans du plexi qu’Ilya Khrzhanovsky
«adore», et visionnage fut enduré de deux des
films. L’un était un exercice somme toute
classique, et plutôt ennuyeux, de télé-réalité
en costume joué par des anonymes, activant
les ressorts de gêne et questionnements
usuels: que sommes-nous en train de regarder? Quelle est la part de mise en scène (puisqu’évidemment il y en a une) dans telle scène
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
u 25
La «secte» du
temple soviet
Méthodes d’embauche
équivoques, culte de la
personnalité, exigence
d’engagement total...
Des collaboratrices
du projet décrivent
un climat toxique.
L
es rumeurs relatives à
«DAU», entreprise aussi mégalo que mystérieuse d’un
réalisateur alors inconnu (lire cicontre), avaient commencé à circuler dès que la presse russe eut
vent du projet, à la fin des années
2000. Le secret absolu qui a enveloppé dès le début toute l’aventure, dont les médias avaient été
totalement proscrits à l’exception
notable de l’édition américaine du
magazine GQ, a participé à nourrir
les légendes et les fantasmes. On
racontait, en Russie et ailleurs,
qu’Ilya Khrzhanovsky avait construit un temple de la débauche,
dont il tirait les ficelles et au cœur
duquel il s’était installé en personne. Quand «DAU» prend ses
quartiers à Paris à l’automne dernier, le mystère s’épaissit encore,
savamment entretenu, y compris
par les gens dont le travail est d’en
faire la communication.
«Flou». En circulant dans les
Stars convoquées
passé, toutes ces stars convoquées, tout cet ar«DAU» est
gent balancé par la fenêtre, personne ne semcomposé de
ble s’autoriser à envisager que les films puistreize longs
sent être des bouses, que le parcours puisse
métrages,
se révéler d’un goût douteux, et que toute l’ex- de concerts, de
périence puisse se résumer à un Disneyland conférences…
kitsch et nostalgique, voire à un gag, ou à une
On peut aussi
vaste fumisterie dont Ilya K. serait le seul à
juste y boire
s’amuser. Comme si toute cette débauche deune vodka
vait forcément accoucher de quelque chose, dans un décor
sinon à quoi bon? Mais tant d’absurdité phaestampillé
raonique est-elle peut-être la métaphore du
Soviet
régime que «DAU» entend critiquer.
suprême.
Il se pourrait, évidemment, qu’on ait tort d’être
PHOTO
sceptique. Qu’il y ait forcément quelque chose
ALEXANDER
à comprendre, et qu’il faille pour cela voir les
ZAKUTSKY.
treize longs métrages, les 700 heures de rushs,
PHENOMEN IP
les concerts, les conférences. Car «DAU» ne
2019
s’amuse pas uniquement avec des ficelles soviétiques. Il utilise aussi de vieux ressorts capitalistes. Comme cette peur de passer forcément à côté de quelque chose : comment
dit-on «fear of missing out», en russe? •
Sans doute les défenseurs du projet diront-ils
que là est l’ambition de «DAU», faire réfléchir
sur la vérité, mise à mal aujourd’hui comme
hier. Et c’est une chose fascinante, avec ce
«DAU»: combien tout le monde semble avoir
envie qu’il tienne debout. Après tout ce temps
DAU
d’ILYA KHRZHANOVSKY
du 24 janvier au 17 février, au Théâtre
du Châtelet, au Théâtre de la Ville
et au centre Pompidou, à Paris.
de coït? Dans tel interrogatoire où le flic glisse
caricaturalement dans l’antisémitisme ?
Quelle a été la volonté des personnages de se
mettre en scène, afin d’exister dans l’ennui
cruel qui devait être le leur, etc.? D’autant que
ces gens n’étaient pas filmés par des caméras
de surveillance, mais par un chef op intervenant de manière intermittente. L’autre film,
manifestement plus scénarisé, met en scène
Currentzis-Dau écartelé entre une ancienne
maîtresse et son officielle. Bref, pas de quoi
crier au génie, mais suffisant pour voir que le
projet est lardé de contradictions, que ce soit
du point de vue de la réalité historique ou de
l’utopie avouée d’enregistrer une réalité humaine en temps réel. Mais sur ce point il y
aura toujours deux écoles : ceux qui croient
au pouvoir de la fiction, et ceux qui estiment
qu’un interminable documentaire sur une
fausse situation est un meilleur moyen de
s’approcher de la vérité.
couloirs feutrés du Théâtre du
Châtelet fermé pour rénovation,
on est immanquablement frappé
par l’aspect et le sentiment fuyant
de tout ce qui s’y passe. Des jeunes
gens, visiblement triés sur le volet
– «tout le monde était casté sur le
physique et la personnalité, jeunes,
beaux, stylés, un peu décadents»,
confirme Marie (1), qui a travaillé
dix semaines sur le projet –, ont
l’air très occupés, installés dans
les loges décorées façon kitsch soviétique. Ce qu’ils font réellement
n’est pas clair. «A l’embauche, on
ne te dit pas ce que tu vas faire précisément, l’entretien est flou et mélange les questions personnelles et
professionnelles. Après on se rend
compte que la plupart des gens
n’ont pas du tout été sélectionnés
pour des compétences précises, ils
n’ont pas d’expérience. En revanche, ils ont le look et surtout ont
l’air engagés et dévoués au projet»,
décrit Manon. Le Monde rapporte
le témoignage de «Laura» qui «a
passé quatre entretiens d’embauche pour un poste dont la nature
n’a jamais été claire. Elle a vomi à
la sortie du dernier rendez-vous»,
ayant eu notamment à répondre
à des questions du type «Est-ce
que vous avez déjà touché un
mort?», «On voudrait faire participer au projet des personnes en fin
de vie et des prostituées, est-ce que
cela vous dérangerait d’en recruter ?»
«Gourou Ilya». Toutes les personnes interrogées par Libération,
qu’elles aient passé quatre jours
ou deux mois à «DAU», y travaillent encore, ont été congédiées
sans façon ou ont pris d’elles-mêmes la tangente, s’accordent sur la
première impression, qui ne fera
que se renforcer : le sentiment
d’entrer dans un environnement
sectaire. «Les filles qui travaillent
sur le projet avec Ilya depuis
dix ans le suivent partout, lui sont
dévouées corps et âme, c’est un
Dieu pour elles. Et c’est vrai qu’il
joue avec les sentiments des gens»,
note Laetitia, qui collabore à
«DAU» depuis de longs mois.
«Tout le monde doit croire au projet car toute personne qui y travaille fait partie de l’œuvre, du
producteur exécutif au barman,
chacun devient ambassadeur de
“DAU”, qu’il doit représenter à
temps plein. L’expérience est très
immersive, même pour la partie
technique», se souvient Manon.
«Ce projet est une secte rassemblée
autour du gourou Ilya qui leur lave
le cerveau depuis dix ans à essayer
de légitimer son despotisme par
une pseudo-poétique de la mémoire. Il a essayé de réenclencher
le processus avec l’équipe parisienne, mais sans succès. A défaut
de trouver des fidèles, il a esclavagisé des autoentrepreneurs, les faisant travailler quinze heures par
jour, sept jours sur sept, pour un
salaire de misère», s’énerve Marie,
qui est partie en claquant la porte.
Mais les horaires excessifs, voire
abusifs, une ambiance tendue de
suspicion généralisée et de compétitivité maladive, l’«impression
de vivre dans un soap-opera, avec
des ragots et des histoires de coucheries» (selon Manon) n’ont toutefois pas eu complètement raison
de la fascination qu’exerce
Khrzhanovsky et son ouvrage sur
ceux qui s’y sont brûlés.
VERONIKA DORMAN
(1) Tous les prénoms ont été modifiés.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
26 u
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
CULTURE/
Libération Mardi 22 Janvier 2019
ARTS
Les justes plis de Thomas Demand
Une monographie
rassemble les œuvres
de l’artiste allemand qui,
depuis vingt-huit ans,
photographie ses
sculptures, trompe-l’œil
de papier, carton ou film
transparent.
dorf, au début des années 90, il
lll
suivait le cursus sculpture sous la direction de Fritz Schwegler. Ainsi, depuis qu’il
est étudiant, Demand observe le même
protocole : à partir de feuilles planes, il
déplie un monde en plusieurs dimensions.
De la 2D, il passe à la 3D, qu’il raplatit
en définitive en 2D grâce à la lentille
photographique. Un peu comme dans les
livres en relief pour enfants ou les cartes
de Noël que l’on ouvre et que l’on referme
et dans lesquelles est contenu un monde
imaginaire.
D
ans la pesanteur (4, peut-être 5 kilos?) de la monographie livresque
de Thomas Demand se déploie un
monde fragile et léger, au bord de l’évanescence. Paru chez l’éditeur britannique
Mack, The Complete Papers rassemble
vingt-huit ans de travail de l’artiste allemand à travers 500 pages qui menacent à
tout instant de s’envoler. La très belle idée
de cette édition chronologique est d’avoir
inséré dans l’ouvrage, à chaque année intercalaire, des feuilles colorées volantes,
matière première du sculpteur de papier.
Dès que l’on tourne les pages, les feuillets
sur lesquels sont imprimées les dates menacent de s’égarer, et l’on n’a qu’une envie,
les retenir, à l’instar de nos souvenirs que
l’on cherche à tout prix à conserver.
En vieillissant, l’ouvrage perdra sans
doute sa colonne vertébrale logique et son
horloge interne, mais qu’importe, puisque
le travail de l’artiste allemand, aujourd’hui
installé en Californie, traite de ce sujet
même: la mémoire. Et la force du livre –il
s’agit bien ici d’une œuvre en soi comme
le rappelait Maylis de Kerangal lors de son
entretien avec l’artiste au BAL, à Paris, en
janvier– est de toucher à la dimension littéraire de Thomas Demand qui, depuis
trois décennies, articule avec une
immense patience et une constance méticuleuse, la sculpture et la photographie.
De nombreux textes d’auteurs (dont le
photographe Jeff Wall, le philosophe Jacques Rancière ou le cinéaste Alexander
Kluge) ouvrent les chapitres.
Obstination. Thomas Demand avait atterri, pour sa première année d’études,
dans une filière de design pour les églises,
au milieu de religieuses. En a-t-il gardé
une forme de mysticisme? «Que croire?»
est devenu, en tout cas, la question fondamentale de son monde d’illusions. Au début de l’épais catalogue raisonné, ses premiers pliages inédits ressemblent aux
objets votifs (chemise pliée, chaussure…)
que les bouddhistes font brûler. Chacune
de ses natures mortes raconte une histoire,
et l’ensemble de son œuvre, une philosophie. De la photo du plongeoir (Diving
board, 1994) qui a tant circulé en passant
par les décombres après l’attentat de Claus
von Stauffenberg (Raum, 1994), la dernière
planque de Saddam Hussein à Tikrit (Kitchen, 2004) jusqu’aux banals instantanés
à l’iPhone (The Dailies, en cours depuis 2008), travaux récents moins connus,
Demand bouscule le temps et l’histoire. Il
fait trembler les représentations,
collectives et intimes, jouant sur la sensation de «déjà-vu».
L’inquiétant plongeoir reconstituait la piscine où il a appris à nager, la pièce saccagée partait du souvenir d’une photo d’archive vue dans les livres scolaires et les
clichés à l’iPhone, tels des haïkus visuels,
tentent de s’approprier la mémoire immédiate compulsée dans nos smartphones.
Ce travail d’endurance –qui évolue finalement peu au fil du catalogue raisonné, à
part pour les immenses défis comme
(Grotto, 2006), la reconstitution d’une
grotte grandeur nature– reprend du sens
là où on avait vu de la répétition.
L’obstination paye à l’heure où les croyances vacillent sous le coup des fake news et
des réseaux sociaux. Car le sculpteur Thomas Demand est parti d’une idée toute
simple: nous avons tous des images dans
la tête. Sont-elles vraies ou seulement vraisemblables ? C’est ce qu’il tente de comprendre avec ses photographies métaphoriques, paradoxalement «fantomatiques
et réalistes» (Alexander Kluge). Et tout
simplement, à l’aide de papier, matière noble et bon marché.
CLÉMENTINE MERCIER
Cartes de Noël. Car l’artiste, né à Munich en 1964, n’est pas un photographe
comme les autres, il est le photographe de
ses sculptures. Dans le vide de son atelier,
il construit ses images de toutes pièces,
s’étant mis au défi de ne jamais utiliser que
du papier, du carton ou du film transparent. Tout au plus fait-il 20 photographies
par an, et l’on apprend dans la longue interview qui introduit l’ouvrage qu’il n’est
pas très à l’aise avec la technique. Il se décrit d’ailleurs lui-même en Jacques Tati de
la photographie se battant avec les éléments quand il tente une prise de vue sur
le toit du Getty Museum à Los Angeles –il
photographie ses maquettes en lumière
naturelle et en extérieur depuis qu’il s’est
installé là-bas.
Photographier est pour lui un exercice difficile, car il n’a jamais étudié ce domaine.
A la Kunstakadémie de Düssel- lll
L’atelier de Thomas Demand et sa «junior suite». THE COMPLETE PAPERS (MACK, 2018)
THE COMPLETE PAPERS de THOMAS
DEMAND. Mack Books, 504 pp., 99 €
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
u 27
«La France est-elle un
des seuls pays européens
à utiliser le LBD?»
«Condamné à un an ferme,
Claude Guéant va-t-il
vraiment aller en prison ?»
ÉDITIONS DU LIVRE
«Des groupes proches
de l’extrême droite ont-ils
assuré le service d’ordre
de manifestations de gilets
jaunes ?»
«Quelles sont les universités
qui refusent la hausse des frais
d’inscriptions pour
les étrangers?»
«Aquarium», petit traité
d’océanographisme
Ce lumineux livre pour
enfants révèle sous la palette
de la graphiste Fanette
Mellier les superbes tréfonds
d’un océan abstrait.
S
ous sa modeste et élégante apparence
ainsi que sa couverture cartonnée
caressée de dorures transparentes,
Aquarium, le nouveau livre pour enfants
de la graphiste française Fanette Mellier
recèle une multitude de secrets oniriques…
et graphiques. On prend autant de plaisir
à parcourir ses pages emplies de multiples
formes élémentaires et mystérieuses qu’on
aurait à chercher des détails gravés dans
le bois d’une cabane d’enfants.
D’un côté de la page, un océan aux
gradations lactées marqué de formes plus
foncées qui laissent deviner, selon les
imaginations, de drôles de sous-marins
ou poissons-missiles, des scalaires (ou des
cerfs-volants ?). De l’autre côté de cette
même page, un monde totalement
bariolé, avec autant de formes géométriques composant des tableaux abstraits,
entre mobiles de Calder et décors de jeu
d’arcade old school (l’océan dans Mario
Bros circa 83).
Mais un autre univers se tient là, littéralement entre les pages, qui se tournent et
qui se gorgent de lumière, un univers qui
assemble le recto et le verso, et qui joue de
l’application de ses diverses couches d’encre, et ses différentes transparences, matités, brillances… afin de former un véritable spectacle aquatique. C’est là le don et la
sensibilité de cette graphiste française qui
sait très bien que notre monde, pour s’animer, y compris sur papier, ne compte pas
que sur le visible, et son Aquarium vibre
là, quand on le feuillette, objet-livre organique qui prospecte la lumière pour y débusquer matière à nous faire rêver.
JÉRÉMY PIETTE
AQUARIUM de FANETTE MELLIER
Editions du livre, 50 pp. 25 €
vous demandez
nous vérifions
CheckNews.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Libération Mardi 22 Janvier 2019
www.liberation.fr f facebook.com/liberation t @libe
Super Eros
Arielle Dombasle L’artiste multifonctions, dont
l’extravagance et l’hyperactivité cachent une intelligence
structurée, livre un film à la sensualité lunaire.
C
hère Arielle Dombasle,
Il y a une expression que vous avez façonnée pendant
notre rencontre qui continue à me trotter dans la tête.
Nous étions dans la pénombre d’un palace qui jouxte l’Elysée
et vous m’avez fait valoir que votre appartement, qui surplombe le palais présidentiel, se trouvait à quelques «encabrures». J’ai trouvé ce mot-valise que vous veniez de boucler assez
admirable, d’autant qu’il vous correspond parfaitement. Il y
a chez vous du cabré et du cambré, de la caracole et de la cavalcade, et un cousinage avec le caballero qu’on défie comme avec
le cheval fou que jamais l’on ne dompte. Le pianiste de bar que
vous aviez été gentiment interrompre
pour qu’on puisse mieux s’entendre s’est
remis à jouer. Et je ne sais si c’est la dégringolade des notes qui a brouillé ma compréhension. En tout cas, j’ai cru deviner qu’«en filigrane» était devenu, pour vous, «en filigramme». Et cela m’a séduit que le
personnage extravagant que vous paraissez être cache une télégraphiste filiforme qui use d’un pèse-lettre en guise de pèsepersonne et une messagère qui s’habille en taille 34.
Il y a chez vous, Arielle, un expressionnisme assez fascinant
qui drape d’exagération une hyperactivité heureuse, une at-
tention aux autres étonnante, sans oublier un refus de la
plainte qui rassérène par ces temps larmoyants. Vous êtes la
cousine épanouie d’une Isadora Duncan, à ne jamais écharper.
Car il ne faut pas se méprendre, vos pâmoisons théâtrales, votre avant-bras levé au ciel pour défier le soleil, votre encolure
jetée-battue ne sont que les masques grimaçants d’un esprit
joliment outillé, d’une culture envahissante et d’un altruisme
imprévu.
Alien Chrystal Palace, que vous réalisez et dans lequel vous
tenez le rôle principal, est un objet non répertorié au catalogue. C’est un projet ésotérico-érotico-dingo. On hésite entre
le fantastique et l’onirique, la mythologie
et la métaphysique, la farce et le grotesque. L’argument de départ est intéressant.
Il s’agit de reconstituer les êtres complets
que selon Platon nous étions à l’origine. Fragmentés par des
dieux jaloux, nous errons à la recherche de notre part manquante et tentons de reconstituer cette androgynie perdue.
Dans votre film, les deux faces de cette pièce unique, les deux
têtes de ce Janus bifrons sont dans une opposition résolue.
On ne peut imaginer registres plus différents que le vôtre et
celui de votre partenaire, Nicolas Ker.
LE PORTRAIT
1) Il grommelle et éructe en Gainsbarre des mauvais jours.
Vous continuez à aimanter l’attention en fée pharamineuse,
vêtue d’une veste galonnée et d’une minijupe voletante. Dans
la vie, Ker est vite parti dans la débine et la bibine, hébergé
par des prostituées, vivant dans des taudis punks en autodestructeur très doué pour se miner de l’intérieur. Vous ne sniffez
ni ne buvez. Vous ne mangez rien de ce qui a des yeux. Dans
les langoustines, c’est la mayonnaise que vous préférez. Vous
êtes l’épouse du philosophe Bernard-Henri Lévy que vous
adulez à l’infini, en mirobolante amoureuse de l’amour. Chez
vous, l’intendance suit allègrement, même si, pour boucler
le maigre budget de votre dernière œuvre, vous avez dû multiplier les débrouilles et mobiliser le ban et l’arrière-ban de votre
troupe amicale qui compte du beau monde. Citons le chausseur Christian Louboutin, le décorateur Vincent Darré, mais
aussi les acteurs Michel Fau, Jean Pierre Léaud et même Asia
Argento. D’elle vous dites son goût de l’excès qui lui vaut des
retours de bâton vengeurs.
2) Pour les besoins de votre fiction commune, Ker se rêve roi
d’un trio saphique et dévoile un sexe qui a failli vous valoir
l’hommage incitateur de la censure. Seins nus, vous vampez
à l’écran des blondinettes qui ressemblent à celle que vous
avez été. Dans la réalité, on vous élit icône gay à l’unanimité.
Sur le podium d’un festival
LGBT, vous avez enlacé sans
barguigner votre habilleuse,
27 avril 1958
histoire d’être l’initiatrice du
Naissance à Hartford
«big kiss» demandé qui en(Etats-Unis).
suite s’est généralisé.
1983 Pauline à la plage
Ker est prince cambodgien,
(Rohmer).
grandi en Egypte. Comme lui,
2008 La Possibilité
vous avez des origines lointaid’une île (Houellebecq).
nes au romanesque enlu23 janvier 2019 Alien
miné. Vous êtes née aux
Crystal Palace.
Etats-Unis et avez grandi au
Printemps 2019
Mexique. Votre famille évoAlbum Empire avec
luait entre monde diplomatiNicolas Ker.
que, gaullisme politique, art
précolombien, soyeux lyonnais et esprit couture. Ce qui peut sembler un univers chatoyant et protégé s’est avéré révulsif. Le décès de votre mère
à 34 ans s’est doublé de la survenue d’une marâtre acariâtre.
Il faut sans doute dater de là votre refus d’enfanter.
3) Nicolas Ker est un mathématicien de formation devenu musicien, fondateur de Poni Hoax, groupe de rock electro. Vous
avez toujours eu la fibre artiste et ne vous êtes jamais cantonnée à un registre. Soprano, vous aimez démoder les Castafiores. Au cinéma, vous rayonnez chez Rohmer en plaideuse des
ambiguïtés sentimentales, précieuse jamais ridicule au délicat
phrasé suranné. Mais vous pouvez aussi apparaître en méchante dans des séries américaines comme Miami Vice. Et
même jouer avec Klaus Kinski, une suite d’Histoire d’O. Rien
ne vous fait peur si ce n’est la routine.
Votre accent perché ne doit pas vous coller aux basques une
réputation de méprisante quand la prétention vous est inconnue. Vous avouez une certaine empathie pour les gilets jaunes
en détresse économique. Sans accentuer le parallèle, trop
avertie pour cela, vous vous souvenez qu’après avoir flambé
votre héritage vous brûliez les meubles pour vous chauffer.
Et vous vous réjouissez qu’en France, où vous ne votez pas
pour ne pas perdre votre nationalité américaine, la mort soit
tenue en respect par les forces de l’ordre quand, selon vous,
le Mexique, votre pays de cœur, aurait déjà aligné les cercueils.
Vous intervenez aux Grosses Têtes de RTL et vous en parlez
comme d’un divan psychanalytique, vous qui refusez de vous
y allonger pour mieux citer joliment Lacan. Vous estimez qu’il
y a «de l’obscénité à aller se raconter» mais vénérez la confession catholique. Folle d’un dieu latino, vous exaltez le cérémonial doloriste, le latin de messe et le chant grégorien, sans
oublier les oraisons à la Bossuet.
Ma chère Arielle, je vous ai quittée enchanté. Remontant les
Champs, je me félicitais de votre plaidoyer contre la désérotisation d’un monde miné par la guerre des sexes. Je me répétais aussi ce mot que vous avez emprunté à Molière: «On ne
meurt qu’une fois, mais c’est pour si longtemps.» Le lendemain,
vous m’avez fait parvenir la copie de votre passeport pour mettre un terme à une polémique qui vous fatigue sans exagérément vous perturber. Wikipédia prétend que vous avez 65 ans.
Je peux témoigner que l’Amérique vous en donne 60. •
Par LUC LE VAILLANT
Photo FRÉDÉRIC STUCIN
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
In collaboration with
INTERNATIONAL WEEKLY
TUESDAY, JANUARY 22, 2019
Copyright © 2019 The New York Times
Saudi
Women
Take Risks
And Flee
By BEN HUBBARD
and RICHARD C. PADDOCK
BEIRUT, Lebanon — Whenever
her father beat her, or bound her
wrists and ankles to punish her for
perceived disobedience, the Saudi
teenager dreamed of escape, she
said. But the same question always stopped her: How would she
get out? If she ran away within the
country, the Saudi police would
just send her home. Saudi law
barred her from traveling abroad
without her father’s permission.
But during a family vacation
in Turkey when she was 17, Shahad al-Muhaimeed bolted. While
her family slept, she took a taxi
across the border to Georgia and
declared herself a refugee. “I now
live the way I want to,” said Ms.
Muhaimeed, 19, from her home in
Sweden.
World attention was drawn to
the status of Saudi women after
another teenager, Rahaf Alqunun,
18, was stopped in Thailand this
month while trying to make it to
Australia to seek refuge there.
After an international social media campaign, the United Nations
declared her a refugee on January
9. She left Thailand two days later
for Canada, where officials said
she had been granted asylum.
The phenomenon of women trying to flee Saudi Arabia is not new,
coming to the world’s attention as
early as the 1970s, when a Saudi
princess was caught trying to flee
with her lover. They were executed.
But the number of young women taking the enormous risk appears to have grown in recent
years, rights groups say, as women frustrated by social and legal
constraints at home turn to social
media to help plan, and sometimes
document, their efforts to escapes.
“All these women who 15 years ago
would have never been heard from
can now find a way to reach out,”
said Adam Coogle, who monitors
Saudi Arabia for Human Rights
Watch.
Some slip out quietly, traveling
to the United States or elsewhere
before applying for asylum —
which is never a sure thing. Since
being stopped in Turkey in 2017,
two sisters, Ashwaq and Areej
Hamoud, 31 and 29 respectively,
have been fighting a deportation
order, saying they fear for their
lives if they return to Saudi Arabia.
Even global attention does not
Con­­tin­­ued on Page II
PHOTOGRAPHS BY DOUG MILLS/THE NEW YORK TIMES
Republicans expect Democrats, led by Nancy Pelosi, left, and Chuck Schumer, right, to be hard on President Donald J. Trump.
Trump’s ‘Nonstop’ Political War
A border wall fight
is the first of many
battles on the horizon.
By PETER BAKER
WASHINGTON — So it has
come to this: The president of
the United States was asked last
week whether he is a Russian
agent. And he refused to directly
answer.
NEWS
The question,
ANALYSIS
which came
from a friendly
interviewer, not one of the “fake
media” journalists he disparages, was “the most insulting
thing I’ve ever been asked,” he
declared. But it is a question that
has hung over his presidency
now for two years.
If the government shutdown
standoff between Mr. Trump
and the United States Congress
has seemed ugly, it may eventually seem tame in light of what is
to come. The border wall fight is
just the preliminary skirmish in
this new era of divided government. The real battle has yet to
begin.
With Democrats now in charge
of the House of Representatives,
the special counsel believed to
be wrapping up his investigation
into Russian election meddling
and the Trump campaign’s involvement, news media outlets
competing for scoops and the
President Trump is facing an array of investigations initiated by
a Democratic Congress. At the United States-Mexico border.
first articles of impeachment already filed, Mr. Trump faces the
prospect of an all-out political
war for survival that may make
the still-unresolved partial
government shutdown pale by
comparison.
The last several days have
offered plenty of foreshadowing.
The newly empowered Democrats summoned the president’s
longtime personal lawyer to
testify after he implicated Mr.
Trump in an illegal scheme to
arrange hush payments before
the 2016 election for women who
claimed to have had affairs with
th candidate. Legal papers disclosed that Mr. Trump’s onetime
campaign chairman shared
polling data with an associate
tied by prosecutors to Russian
intelligence.
Then, new reports added to
the sense of siege at the White
House. The New York Times
reported that after Mr. Trump
fired the F.B.I. director, James
B. Comey, in 2017, the bureau
opened an investigation into
whether the president was
working for the Russians. And
The Washington Post reported
that Mr. Trump has gone out of
his way as president to hide the
details of his discussions with
President Vladimir V. Putin of
Russia, even from members of
his own administration.
What all this adds up to remains unclear. Whether it will
lead to a full-blown impeachment inquiry in the House has
yet to be decided. But it underscores the chance that with candidates already lining up to take
him on in 2020, Washington will
spend the months to come debating the future of Mr. Trump’s
presidency and the direction of
the country.
“The reality,” said Andy Surabian, a Republican strategist
and former special assistant to
Mr. Trump, is “that the next two
years are going to be nonstop
political war.”
But Mr. Trump’s inner circle
has shrunk, and he has fewer
advisers around him whom he
trusts. His White House chief of
staff is still serving in an acting
capacity, and the West Wing is
depleted by the shutdown. As he
himself wrote on Twitter on January 12, “There’s almost nobody
in the W.H. but me.”
Mr. Surabian said the rest
of the party must recognize
the threat and rally behind the
president. “Republicans need to
understand that Democrats in
Congress, beholden to the ‘resistance,’ aren’t interested in bipartisanship, they’re out for blood,”
he said. “It’s a war we can win,”
he added, “but only with forti-
Con­­tin­­ued on Page II
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
II
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY
TUESDAY, JANUARY 22, 2019
WORLD TRENDS
The ‘Nonstop’ War
Of Trump
ment fight 20 years ago, said big
issues like a shrinking middle
class largely untrained for the
tude, unity, coherent messaging
21st-century economy would go
and a willingness to fight back.”
unaddressed during the battles
Democrats, for their part, say
to come.
they are out for accountability,
“The political class is now adnot blood, intent on forcing a president who went largely unchecked
dicted to Manichaean conflict as
by a Republican Congress during
a way of life,” Mr. Epstein said.
his first two years in office to
“It’s become the mother’s milk
come clean on the many scandals
— for base voters in both parties
that have erupted involving his
who together make up a minority
business, taxes, campaign and
share of voters, for cable televiadministration.
sion and for social media.”
Lost in everything may be any
Instead of talks to end the
chance of bipartisan policymakshutdown, the president spent
at least part of last weekend
ing. At stake in the current fight
defending himself against the
is just $5.7 billion for Mr. Trump’s
suspicions about his affinity for
promised border wall, roughly
Mr. Putin. He insisted that he has
one-eighth of one percent of the
actually been tougher on Russia
total federal budget. If one-eighth
than his predecessors and that
of one percent of the total budget
the F.B.I. was led by “losers that
can prompt the longest governtried to do a number on your
ment shutdown in American hisPresident.”
tory, then the potential for further
He picked up the
telephone on January
12 to call into the Fox
News television show
hosted by Jeanine Pirro, who participated in
a campaign rally with
him last fall. She asked
him about the F.B.I.
investigation reported
by The Times with a
tone of scorn.
“I’m going to ask
you, are you now or
have you ever worked
SARAH SILBIGER/THE NEW YORK TIMES
for Russia, Mr. President?” Ms. Pirro
President Trump responded to new
asked.
reports that he has aided Russian
“I think it’s the most
interests by calling them “insulting.”
insulting thing I’ve
ever been asked,” he
answered. “I think it’s the most
clashes over the remaining 99.87
insulting article I’ve ever had
percent seems considerable. On
written. And if you read the arissues like health care, taxes, cliticle, you’d see that they found
mate change, guns and national
absolutely nothing.”
security, the two sides start this
era of divided government far
She then cited the Post artiapart.
cle about his efforts to conceal
“That’s the flashing yellow light
details of his private meetings
here,” said Mayor Rahm Emanuwith Mr. Putin. “We had a great
conversation,” he said. “We were
el of Chicago, a former top White
talking about Israel and securing
House aide to Presidents Bill ClinIsrael and lots of other things,
ton and Barack Obama. “If you
and it was a great conversation.
can’t do Government 101, what
I’m not keeping anything under
makes you think you’re going to
wraps. I couldn’t care less.”
do Advanced Placement GovernMs. Pirro expressed sympathy
ment like finding the money for
for the battles he was waging.
an infrastructure bill?”
“You’ve got such fight in you,
Julian Epstein, who was the
it’s unbelievable,” she said.
counsel for Democrats on the
“Well,” he answered, “I guess I
House Judiciary Committee
have good genes.”
during Mr. Clinton’s impeach-
Con­­tin­­ued from Page I
INTERNATIONAL WEEKLY
NANCY LEE Executive editor
TOM BRADY Editor
ALAN MATTINGLY Managing editor
The New York Times International Weekly
620 Eighth Avenue, New York, NY 10018
EDITORIAL INQUIRIES:
nytweekly@nytimes.com
SALES AND ADVERTISING INQUIRIES:
nytsyn-sales@nytimes.com
COLE BURSTON/GETTY IMAGES; BELOW, TASNEEM ALSULTAN FOR THE NEW YORK TIMES
Saudi Women Take Risk Fleeing
Con­­tin­­ued from Page I
guarantee that a woman will not
be repatriated. In 2017, Dina Ali
Lasloom, 24, begged for help in a
widely viewed online video after
she was stopped in the Philippines. She was held at the airport
until family members took her
back to Saudi Arabia, where it is
unclear what happened to her.
Women who make it out must
contend not only with their families’ efforts to force them home,
but with the Saudi government’s
extensive efforts, often involving
diplomats pressing for repatriation. Women who are repatriated
can face criminal charges of parental disobedience or harming
the kingdom’s reputation.
“As Saudi women, we are still
treated as property that belongs
to the state,” said Moudi Aljohani, who moved to the United
States as a student and has applied for asylum.
The ways women choose to flee
vary, but interviews with five
who succeeded showed common
themes. Many had discussed
their plans in private chat groups
with other women who had already fled or were also considering it. Many fled from Turkey, a
popular Saudi vacation spot, to
Georgia, which Saudis can enter
without a visa. And many aimed
for Australia because they could
apply for visas online.
Some said they had fled because of abuse by male relatives
and they felt that the kingdom
offered nowhere to turn for protection. Others wanted out of the
kingdom’s strict, Islamic social
codes, which limit what women
can wear, which jobs they can
Karam Shoumali contributed
reporting.
Critics say a loosening of restrictions on Saudi women has
not given safeguards to ones with abusive guardians. Rahaf
Alqunun, top right at center, was given asylum in Canada.
pursue and with whom they can
socialize. All spoke of wanting to
escape male guardianship laws,
which require all women to have
a male guardian whose permission they need to get married,
travel and undergo some medical procedures. The guardian is
often a father or husband, but can
be a brother or even a son.
The kingdom’s day-to-day ruler, Crown Prince Mohammed bin
Salman, has vowed to make life
better for women. He took power
from the religious police, who harassed women deemed inappropriately dressed, and lifted the
ban on women driving. Women
can now attend mixed concerts
and pursue careers off limits to
their mothers. But critics say
there is no recourse for women
with abusive guardians.
That’s why Nourah, 20, fled.
Her father abused her, but her
efforts to get help were ignored.
Last year, her boyfriend want-
ed to marry her, but her family
thought he was from a lower
social class, said Nourah, who
didn’t want her last name used.
Her father arranged her marriage to a man she did not know.
A day before her prospective
groom arrived, she ran away.
Saudi men use a government
website to manage women they
have guardianship over, granting
or denying them the right to travel
and even setting up notifications
for when they board a plane.
Nourah used her father’s
phone to give herself permission
to travel, disabled his notifications and flew to Turkey. Then
she went to Georgia, and bought
a ticket to Australia via the United Arab Emirates, although she
feared that the Emirati government would return her to Saudi
Arabia. Nourah made it to Sydney, but said, “To me that was
like a suicide mission, but I had
no other option.”
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY AND INTERNATIONAL REPORT APPEAR IN THE FOLLOWING PUBLICATIONS: CLARÍN, ARGENTINA n DER STANDARD, AUSTRIA n LA RAZÓN,
BOLIVIA n THE HAMILTON SPECTATOR, TORONTO STAR AND WATERLOO REGION RECORD, CANADA n LA SEGUNDA, CHILE n LISTIN DIARIO, DOMINICAN REPUBLIC n LIBÉRATION, FRANCE
n
PRENSA LIBRE, GUATEMALA n THE ASAHI SHIMBUN, JAPAN n EGEMEN, KAZAKHSTAN n EL NORTE AND REFORMA, MEXICO n ISLAND TIMES, PALAU n EL COMERCIO, PERU n NEDELJNIK, SERBIA
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY
TUESDAY, JANUARY 22, 2019
III
WORLD TRENDS
FRANCE DISPATCH
Crossing the English Channel in Stolen Boats
By ADAM NOSSITER
BOULOGNE-SUR-MER,
France — There is disquiet along
the cold, foggy quays of this fishing port facing Britain. Captain
after captain, returning to Boulogne-sur-Mer with the day’s haul
of crab and sole, has the same
story: Their boats are being broken into.
The suspected culprits? Smugglers, and their migrant clients,
who are intent on reaching Britain and are looking for vessels
to cross the forbidding English
Channel.
Since the start of Europe’s migration crisis in 2015, the English
Channel has largely been seen
as unbreachable, its shifting
currents and volatile weather
making any attempt to cross too
dangerous. But officials in Boulogne-sur-Mer, France’s largest
fishing port, reported a surge of
these migrant crossings in the
last three months of 2018, whether in a stolen fishing boat or, more
frequently, in small inflatable
craft that set off in the dark from
the beaches lining the French
coast.
“This is something completely
new for us,” said Marc Bonnafous,
who oversees the government’s
search and rescue operation in
the channel waters from the lighthouse at Cap Gris-Nez. “And it
has absolutely exploded.”
Last year, around 500 migrants
— 10 times as many as in 2017
— attempted the voyage across
the channel, a trip of about 30
kilometers at its narrowest point.
More than half made it across.
The crossings set off concerns in
Britain, with anti-immigration
ANDREA MANTOVANI FOR THE NEW YORK TIMES
Marc Bonnafous, head of search and rescue efforts, is seeing more trips from France to England.
politicians calling it a crisis. This
month, the French interior minister, after talks with his British
equivalent, announced patrols
would be increased.
“This boat is my business;
it’s my only enterprise,” said
Jean-Marie Baheu, as he fixed a
lock on his 13-meter boat, the Murex. Someone had tried to smash
into the captain’s cabin.
The Quai Gambetta, onto which
deck hands were hoisting crates
of crab as the captain worked on
his repairs, is the preferred docking spot. From here, skippers can
unload their catch directly to the
fish stalls that line the waterfront.
Twelve attempted break-ins have
been logged in recent weeks, said
Stéphane Pinto, a leader of the regional fishermen’s committee.
“We’ve never seen anything
like this,” said Valerie Arnout,
who was at her stand selling
fish caught by her brother that
morning. The town, the largest
fish-processing center in Europe,
depends on its fleet for survival.
Some fishermen are vowing to
sit up all night in their boats, cradling guns.
Most of those attempting the
crossing by boat are Iranians,
according to officials, because
they have the means to pay hefty
fees. In one recent case, the
migrants paid their smuggler
100,000 euros, around $115,000,
High-Rise Collapse
Is Symbol of Russia
By ANDREW E. KRAMER
MAGNITOGORSK , Russia
— A loud bang startled Anna P.
Timofeyeva awake. She reached
for the light, but the electricity
had gone out. In the dark, she
and her husband quickly dressed
their 2-year-old son and prepared
to flee.
“We understood something
was wrong,” she said. But when
they opened the front door of their
seventh-floor apartment they
stopped short. From the doorstep,
she said, they could look directly
down on rubble far below, all that
was left of 25 neighboring apartments.
The explosion that collapsed
Mrs. Timofeyeva’s high-rise building on December 31 in the city of
Magnitogorsk in southern Russia killed 39 people and initially
stirred fears of terrorism. But the
authorities have since blamed an
even greater danger: crumbling
infrastructure, including Soviet-era apartment blocks.
For a decade or more, as oil revenues have swelled its coffers, the
Kremlin has poured resources
into its armed forces, overhauling
and professionalizing its army,
navy and military intelligence
agency.
The results have buttressed
President Vladimir V. Putin’s
drive to restore Russia to major-power status.
Yet, the apartment collapse and
an earlier, highly unpopular cut in
state pensions serve as a reminder
of the lingering hardships that ordinary Russians are asked to endure, particularly those who live
in the country’s hinterlands.
In the case of the accident in
Magnitogorsk, what was said to be
a natural gas explosion, sheared
off a section of the building, flattening dozens of apartments but
leaving Mrs. Timofeyeva’s un-
Much of a highrise building
collapsed on
December 31 in
Magnitogorsk,
Russia, killing
39 people and
shining a light
on unsafe
conditions
in Soviet-era
apartments.
EMILE DUCKE FOR THE NEW YORK TIMES
scathed. “We were lucky,” she
said.
In the sprawling industrial city
built around a gigantic steel factory, housing, as in much of Russia,
has long been a pressing problem.
Magnitogorsk — which means
Magnetic Mountain and is named
for nearby iron-ore deposits so
massive they are said to distort
compass readings — is a city
whose very name has long been
redolent of the hardships of Russia’s industrial backwaters.
It was conjured from the empty
steppe by decree of Joseph Stalin
and intended as a model commu-
nist city, populated by enthusiastic
volunteers known as shock workers. Its roughly 415,000 residents
today earn average monthly wages of $360.
The Magnitogorsk Iron and
Steel Works became the pride of
the Soviet Union, while the workers lived in mud huts in the early
years and scarce and shoddy
housing ever since.
Living space has always been
tight in Magnitogorsk. In the
1930s, the average inhabitant
got about two square meters, often either a corner of a room or
space for a cot in an open-plan
officials said.
The English Channel is one of
the most trafficked waterways in
the world, with giant container
ships whose wakes could tip over
the inflatable skiffs typically
used by the migrants — which
is what makes the fishing boats
attractive.
“The risks are extremely high,”
Mr. Bonnafous said. The currents
are strong and constant, he added, and the water so cold that “you
would survive for less than an
hour.”
So far, there have been no reported deaths, but Mr. Bonnafous
thinks it is only a matter of time.
From the lighthouse, the white
cliffs of Dover, England, are visible. His colleagues are bent over
radar screens tracking the crossings. A boat taking what he calls
an “erratic” course will trigger
an alarm, although it is often the
migrants themselves who call the
emergency number and ask to be
rescued.
The calls often come in the
early morning, leaving the rescue teams the task of finding the
small boats in the dark, Mr. Bonnafous said.
Just before Christmas, 14
migrants, including several children, made it 11 kilometers off the
coast on a boat stolen from Boulogne, the St. Catherine, before
the motor gave out. The thieves
had forgotten to open the cooling
valves.
“They completely fried the motor,” said Quentin Gillon, who was
sorting a tangled mass of ropes
on the deck of the St. Catherine,
his cousin’s boat. “And then the
boat got stuck.”
wooden barracks.
Today, most residents live in
tenement-style concrete high-rises like the one that collapsed.
Built in 1973 and housing about
1,300 people, it was of a type of
mass-produced, utilitarian housing seen throughout the former
Eastern Bloc.
But even after the disaster, older residents still sang the praises
of the chunky structure, having
moved there from barracks or
communal apartments. Far from
demanding a new and safer building, many of them spent the week
pleading with the authorities to let
them stay in the part of it that remained standing.
Yet, others were more skeptical about moving back in. Yulia
V. Skalvysh, an accountant at the
steel mill, said she was told she
would have to return to her tworoom apartment a few meters
away from the collapse. The authorities were apparently unconcerned about a crack in the tiled
wall of her kitchen that she said
was growing longer each day.
“They say, ‘It’s safe, you can return,’ but I don’t want to,” she said.
“I want to live in safety.”
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IV
THE NEW YORK TIMES INTERNATIONAL WEEKLY
TUESDAY, JANUARY 22, 2019
O P I N I O N & C O M M E N TA RY
E D I TOR I A LS OF T H E T I M ES
A Shaky Start in Brazil
No sooner was Jair Bolsonaro
sworn in as president of Brazil on
New Year’s Day than he let loose a
fountain of far-right decrees, undermining protections for the environment, indigenous land rights
and the lesbian, gay, bisexual and
transgender community; putting
nongovernmental organizations
under monitoring; and purging
government contractors who do
not share his ideology. This thrilled
Donald Trump, who tweeted enthusiastically, “Congratulations
to President @JairBolsonaro who
just made a great inauguration
speech — the U.S.A. is with you!”
Mr. Bolsonaro returned the
love, tweeting back, “Together,
under God’s protection, we shall
bring prosperity and progress to
our people!”
His actions were a sad but not
unexpected performance. Brazil’s new leader is a onetime military officer whose 27 years in the
Brazilian Congress were notable
only for crude insults to women,
sexual minorities and blacks. “A
good criminal is a dead criminal,”
he declared; he promised to send
“red outlaws” to prison or exile;
he dedicated his vote to impeach
former President Dilma Rousseff
to the officer responsible for her
torture under the former military
dictatorship.
None of that seemed to matter to
voters laboring under an economic collapse, a crime wave and a corruption scandal that undermined
any faith in the political establishment. Mr. Bolsonaro’s promise of
change, any change, was enough
to sweep him into office with 55
percent of the vote in October. The
language of his inaugural address
— “I come before the nation today,
a day in which the people have rid
themselves of socialism, the inversion of values, statism and political correctness” — was music to
the ears of his reactionary base,
investors and Mr. Trump, who
shares his values and his bluster.
The stock market soared to record highs, and the Brazilian real
strengthened against the dollar.
Mobilizing hatred and fear has
become the strategy of would-be
authoritarians, and Mr. Bolsonaro
has drawn liberally from the playbook of the likes of Rodrigo Duterte
of the Philippines, Viktor Orban of
Hungary and Recep Tayyip Erdogan of Turkey. He has also been
dubbed the “Trump of the Tropics”
for his outrageous remarks and
political base of evangelical Christians, moneyed elites, craven politicians and military hawks.
But bashing minorities and
making grandiose promises go
only so far to compensate for the
lack of governing competence or
a coherent program. Within the
first week of Mr. Bolsonaro’s presidency, the same investors and
military officers who celebrated
a reactionary president were also
given reasons for pause. While his
economy minister, Paulo Guedes,
a University of Chicago-educated
neoliberal economist who taught
economics in Chile during the Pinochet era, promised to reform
Brazil’s unwieldy pension system,
Mr. Bolsonaro made unscripted
comments suggesting a minimum
retirement age well below what
his economic team was mulling.
He also alarmed various constituencies when, contrary to campaign pledges, he spoke of increasing taxes and when he questioned
a proposed partnership between
the Brazilian airplane manufacturer Embraer and Boeing, and
when he suggested he would allow an American military base
on Brazilian soil. His chief of staff
said the president was “wrong” on
the tax increase, Embraer stock
tumbled, and generals were re-
ADRIANO MACHADO/REUTERS
Jair Bolsonaro has already
alarmed some of his
constituencies in his first
weeks as Brazil’s president.
portedly unhappy.
As Mr. Bolsonaro gathers momentum, with the memory of
military dictatorship still strong,
much will depend on the ability of
Brazilian institutions to withstand
his autocratic assault. Much will
also depend on Mr. Bolsonaro’s
ability to deliver on sorely needed economic reforms. That test
begins in February, when the new
Congress convenes — the president commands only an unstable
coalition of several parties, and he
is bound to encounter strong opposition to his reforms. A fateful year
has begun for Brazil.
INTELLIGENCE/VIET THANH NGUYEN
Why We Struggle to Say ‘I Love You’
Is it true that Asian-Americans cannot say “I love you?” The
striking title of the writer Lac Su’s
memoir is “I Love Yous Are for
White People,” which explores the
emotional devastation wreaked
on one Vietnamese family by its
refugee experiences. I share some
of Lac Su’s background, and it has
been a lifelong effort to learn how
to say, without awkwardness, “I
love you.” I can do this for my son,
and it is heartfelt, but it comes
with an effort born of the self-consciousness I still feel when I say it
to my father or brother.
Thus, when the actress Sandra
Oh won a Golden Globe award for
best actress in a television drama,
“Killing Eve,” perhaps the most
powerful part of her acceptance
speech for many of us who are
Asian-Americans was when she
thanked her parents. Gazing at
them in the audience, she said, in
Korean, “I love you.” She was emotional, her parents were proud,
and I could not help but project
onto them one of the central dramas of Asian immigrant and refugee life: the silent sacrifice of the
parents, the difficult gratitude of
the children, revolving around the
garbled expression of love.
So many of our Asian parents
have struggled, suffered and endured in ways that are beyond
Viet Thanh Nguyen is the author,
most recently, of “The Refugees”
and the editor of “The Displaced:
Refugee Writers on Refugee
Lives.” He teaches English at the
University of Southern California.
Send comments to intelligence@
nytimes.com.
the imaginations of their children
born or raised in North American
comfort. This sacrifice was how
Asian parents say “I love you”
without having to say it. And so
many of us children are not expected to say it either, but instead
are expected to express love
through gratitude, which means
obeying our parents and following
their wishes.
Our parents, for the most part,
told us to get a good education,
get a good job and not speak up,
things they had to do to survive.
They have encouraged, or forced,
many of us to become doctors,
lawyers and engineers, and to feel
ashamed if we do not. What these
parents did not do was tell us we
could become artists, actors or
storytellers, people engaged in
seemingly trivial, unsafe and unstable professions. This is why it
has been so rare for me, as I give
talks in different places around
the United States, to encounter
Asian parents who embrace their
children who do not become the
“model minority.”
I have met so few who have
proudly told me that their children
are English majors or have become writers or artists. Perhaps
Ms. Oh’s parents were like this. I
sometimes wish my parents would
have been like this. But I became
a writer despite, and perhaps because of, their resistance to the
idea, my inarticulate desires pushing against their inarticulate sacrifice, all of it taking place before a
backdrop of refugee life.
I grew up in the relatively diverse city of San Jose, California,
in the 1980s. My neighbors were
older white working-class people,
Mexican immigrants and Vietnamese refugees. Then I went to
a mostly white high school, with
only a handful of students of Asian
descent. We knew we were different, but we found our difference a
little difficult to put into words. We
called ourselves “the Asian invasion.”
We laughed about that term,
but looking back, it was clear that
we had internalized the racism
of American society. In my case,
I was lucky that I had never been
called a racist slur to my face. But
we all knew that somehow we
were seen by other Americans as
invaders of their country, even if it
happened to be our country, too.
What I only belatedly realized
was that I needed — we all needed — more stories featuring us.
More voices belonging to us. More
advocates telling our stories in our
way with our faces, our inflections,
our concerns, our intuitions. We
just needed to be at the center of a
story, which would include all the
complexities of human subjectivity, not just the good but the bad, the
three-dimensional fullness that
white people took for granted with
the privilege of being individuals.
When it came to mass media’s
representations of us — film and
television, morning radio disc
jockey jokes, journalistic punditry
— we got only the bad. We were collectively the villains, the servants,
the enemies, the mistresses, the
houseboys, the invaders.
As a result, so many of us who
watched these distorted images
and heard the stupid jokes learned
to be ashamed of ourselves. We
REUTERS
Sandra Oh, at the recent Golden Globes, expressed her love for
her parents, a powerful moment for many Asian-Americans.
learned to be ashamed of our parents. And the shame compounded
the inability to say “I love you,” a
phrase that belonged to the wonderful world of white people we
saw in the movies and television.
We had to learn better, but the
truth is that Asian parents have
to learn better, too. You cannot
be proud of your artist and storyteller children only when they win
Golden Globes. We honor your
sacrifice for us, but you have to
encourage your children to speak
up as well, to claim their voices, to
risk mediocrity and failure, to tell
their stories and your stories. At
the very least, you cannot stand in
their way.
A high school classmate who
lived in the elite, mostly white
city of Saratoga, California, in the
1980s told me that when Asians
started moving in — the “good,”
professional Asians — white
people started moving out. No
amount of Asian-American success will change this dynamic of
white people fearing that we are
the Asian invasion — taking their
jobs, stealing their seats in the
elite colleges — until we challenge
racism of both the explicit and implicit kinds.
We are still the Asian invasion in
the eyes of many, and if we are not
as terrifying today as we were in
the past, it is at least partly because
many white Americans are more
afraid of invasions by Muslims,
Mexicans and Central Americans.
Many people who might not wish to
be our neighbors would at least prefer us to African-Americans.
We cannot accept this as our
price of entry into American society. If we must assert ourselves
and speak out against racism
when it is directed against us, we
must also do so when it benefits
us. And we do that by challenging
and changing the American story.
We do it by taking the stage and by
telling our own stories, which is
really, in the end, our way of saying “I love you” to our parents, our
families, our communities and our
country.
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
3
Размер файла
13 777 Кб
Теги
liberation
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа