close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Les Echos - 09.01.2019

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Les pépites françaises misent
sur la reconnaissance vocale
L’ESSENTIEL
LE DÉLICAT REGROUPEMENT
DES PROFESSIONS DE SANTÉ
Deux négociations conventionnelles vont s’ouvrir, pour structurer les soins au niveau local, puis
créer et financer 4.000 postes
d’assistants médicaux. // P. 4
LES POPULISTES ITALIENS
À L’ASSAUT DE BRUXELLES
En vue des élections européennes, Matteo Salvini mise sur les
nations souverainistes quand
Luigi Di Maio parie sur les mouvements populistes. // P. 6
ET L’ÉDITORIAL
D’ÉTIENNE LEFEBVRE P. 9
ENTREPRISES
& MARCHÉS
Shutterstock
Impôts L’exécutif
dans le piège de la
taxe d’habitation // P. 2
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE // MERCREDI 9 JANVIER 2019 // LESECHOS.FR
Les dividendes
du CAC 40
retrouvent un
niveau record
Face aux juges, Carlos Ghosn
se dit « accusé à tort »
l Les grandes entreprises françaises ont versé
AUTOROUTES : DES BAISSES
DE TARIFS CIBLÉES À L’ÉTUDE
Les concessionnaires ne renonceront pas à l’augmentation prévue pour 2019, mais étudient des
mesures pour réduire la facture
des usagers quotidiens. // P. 15
LE PLAN DE BATAILLE DU
NOUVEAU PATRON DE PFIZER
Le directeur général du premier
laboratoire pharmaceutique
américain écarte la nécessité
d’une acquisition pour accélérer
la croissance. // P. 18
PARIS SE DOTE D’UNE ÉCOLE
DE MODE INTERNATIONALE
Deux écoles vont fusionner pour
créer une formation de référence
dans la mode, qui accueillera plus
d’un millier d’étudiants. // P. 20
57 milliards d’euros à leurs actionnaires en 2018.
l Dividendes et rachats d’actions en hausse de 12 %.
l Le signe que les groupes phares de la Bourse
de Paris ont retrouvé confiance en l’avenir.
es géants du CAC 40 ont versé l’an dernier
46,5 milliards d’euros de dividendes et ont
racheté pour 10,9 milliards de leur propres
actions. Soit un total de 57,4 milliards distribués aux
actionnaires. Du jamais-vu depuis 2007. Ils auront
donc mis onze ans à effacer complètement les stigmates de la crise financière, pour renouer avec de
tels niveaux de redistribution. En un an, les dividendes et rachats d’actions ont augmenté de plus de
12 %. Une générosité qui s’explique d’abord par la
forte hausse des résultats des sociétés du CAC 40.
En 2017, elles ont enregistré leur meilleure perfor-
L
mance depuis dix ans. Les dividendes ont suivi. A
eux seuls, Total, Sanofi et BNP Paribas ont contribué
à hauteur de 33 % du montant total.
Toutes les entreprises du CAC ont d’ailleurs distribué un dividende l’an dernier. Les anticipations
pour 2018 laissent présager que ce record pourrait
être battu cette année. Par ailleurs, les entreprises
du CAC 40 ont succombé aux rachats d’actions.
Elles sont dix-sept à avoir racheté pour au moins
100 millions d’euros cette année.
// PAGE 26 ET L’ÉDITORIAL
DE GUILLAUME MAUJEAN PAGE 9
ROME VOLE AU SECOURS
DE LA BANQUE CARIGE
EPA/
Jean Claude Moschetti/RÉA
Alors que les géants américains dominent
le secteur, quelques start-ups françaises
essaient de s’y faire une place. // P. 23
AUTOMOBILE « Je n’ai jamais eu l’intention de violer la loi. » En garde à
vue depuis cinquante-et-un jours dans une prison de Tokyo, Carlos
Ghosn a pu plaider sa cause publiquement et répondre aux accusations
du procureur japonais. Pantoufles aux pieds et amaigri, le patron déchu
de Nissan a tenté de démonter une par une les raisons de son interpellation. Mais le juge a réaffirmé la justification de sa détention, pointant la
volonté d’éviter une « fuite par avion ». // PAGE 16
Unédic : comment le
patronat veut éviter le clash
sur les contrats courts
Le Trésor italien garantira l’émission de nouvelles obligations et
prévoit une recapitalisation préventive en cas d’aggravation de la
crise. // P. 27
CARNET // P. 31
EMPLOI Le patronat, qui s’oppose aux syndicats sur
Shutterstock
la question de la régulation des contrats courts, va leur proposer de renvoyer le sujet à une autre négociation plus large.
La négociation sur l’assurance-chômage arrive à
un tournant. Après avoir abordé la gouvernance,
Pôle emploi, les intermittents ou les pistes d’économies, la séance de ce mercredi est toute entière
consacrée au sujet qui divise le plus les partenaires sociaux : la régulation des contrats courts. Les
syndicats veulent un mécanisme de type bonusmalus pour punir les employeurs qui en abusent,
une promesse de campagne d’Emmanuel
Macron. Le patronat ne veut pas en entendre par-
Vidéoprotection
Jusqu’où iront
les villes // L’ENQUÊTE P. 13
Vinci donne
le coup d’envoi
du deuxième
aéroport
de Lisbonne
SUR
NICOLAS BARRÉ
À 7H12 DU LUNDI AU VENDREDI
DANS LE 7H-9H DE NIKOS ALIAGAS
ISSN0153.4831
NUMÉRO 22863
110e ANNÉE
32PAGES
Antilles Réunion 4 €. Guyane-St Martin
5,20 €. Belgique 3,40 €. Espagne 4,30 €.
Grande-Bretagne 3£70. Grèce 4 €. Italie
4,30 €. Luxembourg 3,70 €. Maroc 30 DH.
Suisse 5,70 FS. Tunisie 4,8 TND. Zone CFA
3000 CFA.
TRANSPORT Vinci n’en finit plus
d’affirmer sa nouvelle position de leader mondial des concessions aéroportuaires. Le groupe français a donné
mardi le coup d’envoi du projet de
deuxième aéroport de Lisbonne, qui
sera construit sur une ancienne base
aérienne militaire. Le gouvernement
portugais a fait du nouvel équipement
une priorité pour soutenir l’afflux
croissant de touristes dans la capitale
du pays. La capacité de l’actuel aéroport Humberto Delgado sera parallèlement augmentée. Les deux sites seront
facilement accessibles depuis le centre
de la ville. // PAGE 19
ler et renvoie à des négociations de branche, lesquelles ne donnent pourtant pas grand-chose
pour le moment. Pour éviter un clash, le trio
Medef-CPME-U2P va proposer d’ouvrir une autre
négociation interprofessionnelle, quitte à repousser l’échéance de quelques semaines. Son thème
serait élargi à l’accès au marché du travail d’une
manière générale, des plus précaires notamment,
pour revoir les règles des CDD, des CDD d’usage
ou encore du temps partiel. // PAGE 3
Les prochains défis du
capitalisme français
L’analyse de David Barroux
Concurrence, régulation, digitalisation : l’univers dans lequel évoluent
les entreprises françaises a connu en
quelques années une véritable révolution. Les défis à relever sont immenses pour les chefs d’entreprise.
Dans ce contexte, la tendance française est de multiplier les normes et
les contraintes. Il faut au contraire
veiller à ne pas entraver nos acteurs
économiques, écrit David Barroux.
// PAGE 9
L’écran déroulable Signature OLED TV R de LG. Photo John Locher/AP/Sipa
Le sud-coréen LG invente
les téléviseurs à écran déroulable
HIGH-TECH LG a présenté une télévision
dont l’écran peut s’enrouler et se dérouler
entièrement, au CES, le Salon de l’électronique grand public de Las Vegas. Le deuxième
fabricant mondial de téléviseurs compte la
commercialiser cette année. Avant même
de pouvoir annoncer son prix, LG reconnaît
déjà que ce produit haut de gamme ne cons-
tituera pas d’importants volumes de vente.
N’empêche, plusieurs spécialistes pensent
que les écrans pliables pourraient être l’une
des grandes tendances du marché des téléviseurs cette année. D’après IHS Markit, au
total, il devrait se vendre 223,5 millions de
téléviseurs tous types confondus dans le
monde en 2019. // PAGE 22
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Le boxeur, la cagnotte
et ce qu’ils nous disent
Quand l’exécutif durcit les sanctions contre les casseurs,
une cagnotte s’envole en faveur d’un cogneur de gendarmes. Concentré d’une époque sens dessus dessous.
LE FAIT
DU JOUR
POLITIQUE
Cécile
Cornudet
i une fable raconte
en peu d’effets
les méandres d’une
société, alors celle du boxeur
et de sa cagnotte en est bien
une. Violence, argent, viralité,
inversion des valeurs, tout
ce que notre époque « gilets
jaunes » compte de déraison
vient d’être résumé par
les 48 dernières heures
de ce cogneur de gendarmes
devenu le héros de certains.
Il tabasse un samedi, se cache
un dimanche, finit par se
rendre le lundi et se livre à un
vrai faux mea culpa dans une
vidéo Internet : voilà la recette
du succès, pour peu qu’on
n’oublie ni le couplet anti-flics
ni celui consacré aux élites. Le
boxeur Christophe Dettinger
le sait si bien qu’il se peint en
« citoyen lambda… gazé par
la police » et voit la cagnotte
Leetchi posée par ses proches
récolter plus de 110.000 euros
en une journée.
Quand l’exécutif promet
de durcir les sanctions pour
rétablir l’ordre, certains
Français entendent
« provocation » et sanctifient
un agresseur. Edouard
Philippe renforce le dispositif
anti-casseurs, la cagnotte
s’envole le même jour. Hasard
parlant. La morale de la fable
Dessins Fabien Clairefond pour « Les Echos »
S
est qu’il n’y en a plus. Dans ces
deux mois de crise, des digues
ont sauté. La violence s’est
banalisée ou plus précisément
la violence sociale est devenue
justificatrice de violence
physique. Ne manquait
que l’argent : la cagnotte y
remédie. « La violence paie »,
au sens propre aussi. « Les
casseurs viendront maintenant
avec un sponsor sur leur
tee-shirt », grince un député
LREM. Dans ces périodes
électriques, des redresseurs
de torts savent débusquer les
bons sujets, quitte à alimenter
leur succès viral. Marlène
Schiappa et Mounir Mahjoubi
rompent avec l’apathie
exécutive. Abonder
la cagnotte de « quelqu’un
frappant un policier, c’est être
complice de ces graves
violences », s’est lancée
la secrétaire d’Etat à l’Egalité
femmes-hommes, en
souhaitant l’identification des
donateurs. Leetchi a fermé
la cagnotte. On a les combats
que l’on peut. Y compris dans
l’opposition. Tout à sa volonté
de surfer sur un mouvement
qui décidément lui échappe
(et semble profiter au
Rassemblement national),
Jean-Luc Mélenchon prend
fait et cause pour le boxeur.
« Le but de ceux qui veulent
interdire cette collecte est
de détruire la famille aussi »,
se risque-t-il. Violenter,
s’indigner, encenser,
à contretemps de préférence.
Bienvenue dans les eaux
calmes de 2019 !
ccornudet@lesechos.fr
en bref
« Gilets jaunes » : les syndicats de
police jugent les mesures insuffisantes
SÉCURITÉ Plusieurs syndicats des forces de l’ordre ont jugé
mardi les mesures anti-casseurs du gouvernement insuffisantes, invitant l’exécutif à durcir encore sa réponse aux violences
qui émaillent depuis huit semaines les défilés des « gilets jaunes ». « Rien dans les dispositions pénales ne semble pouvoir
enrayer le sentiment d’impunité », a notamment regretté le syndicat Alliance, classé à droite. Les principaux syndicats de
magistrats ont, en revanche, critiqué des dispositions qui risquent, selon eux, de menacer des libertés fondamentales.
Darmanin annonce une prime
exceptionnelle pour les agents du fisc
FINANCES PUBLIQUES Le ministre de l’Action et des Comptes
publics, Gérald Darmanin, a annoncé mardi l’attribution d’une
prime exceptionnelle de 200 euros net en février aux
40.000 fonctionnaires du fisc, qui ont permis un passage « sans
bug » au prélèvement à la source. « Il faut récompenser le mérite
et les gens qui travaillent beaucoup », a expliqué Gérald Darmanin lors d’un déplacement à Lyon, en chiffrant l’enveloppe nécessaire à 8 millions d’euros. C’est un « premier pas insuffisant », a
dénoncé Anne Guyot Welke, représentante de Solidaires.
SUR
RETROUVEZ DOMINIQUE SEUX
DANS « L’ÉDITO ECO »
À 7H45
DU LUNDI AU VENDREDI
Taxe d’habitation : les pistes
pour mettre fin à l’imbroglio
l En exonérant 80 % de ménages de taxe d’habitation, Emmanuel Macron
a déclenché un engrenage fiscal dont le gouvernement peine à sortir.
l Plusieurs scénarios sont sur la table.
FISCALITÉ
Ingrid Feuerstein
et Matthieu Quiret
On attendait les bugs du prélèvement de l’impôt à la source. C’est
finalement sur la taxe d’habitation
q u’e s t i n t e r ve n u l e p r e m i e r
cafouillage fiscal du gouvernement
cette année. Après avoir ouvert
dimanche la porte à un revirement
sur la disparition de cet impôt, le
ministre de l’Economie et des
Finances, Bruno Le Maire, a estimé
mardi que sa position avait « été mal
comprise »… avant que l’Elysée ne
confirme que cette mesure sera
bien évoquée lors du grand débat.
Le signe d’une hésitation au sein de
l’exécutif sur ce sujet délicat.
Voici les options à l’étude pour
tenter de sortir de cet imbroglio.
EXONÉRATION POUR 80 %
•SEULEMENT
DES MÉNAGES
C’est le scénario du statu quo. Le
gouvernement s’en tient au mécanisme voté dans la loi de finances 2018, et qui consiste à exonérer
80 % des ménages d’ici à 2020 en
abaissant leur taxe d’habitation
d’un tiers chaque année. La perte
pour les collectivités est compensée
par un dégrèvement sur la base du
niveau des taux de l’année 2017,
revalorisé en fonction de l’indexation des bases locatives et de la progression de la population.
Fin 2017, le Conseil constitutionnel a validé ce mécanisme, à condition que ce système soit transitoire,
en vue d’une réforme plus globale
des finances locales. Cela nécessitet-il obligatoirement la disparition
de la taxe d’habitation pour les 20 %
de ménages les plus aisés ? D’après
nos informations, Bercy a demandé
l’avis du Conseil d’Etat sur ce point.
Dans tous les cas, ce mécanisme
présente des fragilités juridiques. Il
y a d’abord la crainte d’une dérive
des taux pour les 20 % de foyers
encore assujettis. Ensuite, le fonctionnement au-delà de 2020 n’est
pas clair, à la fois en termes de compensation pour les communes et de
traitement pour les foyers dans le
champ de l’exonération, mais dont
la commune a augmenté le taux ou
l’augmenterait après 2020. Ces derniers paieraient-ils toujours une
taxe d’habitation, même réduite ?
Les avis divergent. Enfin, il crée une
inégalité entre les collectivités qui
comptent encore de nombreux
assujettis, et qui pourront plus facilement continuer à jouer du levier
fiscal, et les autres.
•
SUPPRESSION TOTALE
DE LA TAXE D’HABITATION
Ce sont les raisons qui ont poussé
Emmanuel Macron à annoncer, en
novembre 2017, la disparition totale
de la taxe d’habitation. Avec pour
argument que, si cet impôt est
injuste pour 80 % des ménages, il
l’est aussi pour les 20 % restants. Le
mouvement des « gilets jaunes » a
conduit le gouvernement à réexaminer sa position. Cette baisse
d’impôt de 7 milliards pour les 20 %
de ménages les plus aisés paraît
compliquée politiquement face aux
revendications sur l’équité fiscale.
Elle n’a jamais été inscrite dans la
trajectoire budgétaire, alors qu’il
faudra sans doute se passer de la
hausse de taxe carbone, qui, elle,
était bien prévue d’ici à 2022.
Dans la majorité, certains rappellent que l’exonération de ces 20 % de
ménages ne figurait pas dans le programme d’Emmanuel Macron.
Cette promesse est intervenue quelques mois après son élection, sous la
pression du Conseil constitutionnel.
« Il y a une cohérence à faire disparaître la taxe d’habitation, puisque nous
voulons baisser les prélèvements obligatoires. Mais les contraintes supplémentaires aujourd’hui nécessitent de
repenser cette extension », résume
Jean-René Cazeneuve, député LREM
spécialiste des finances locales.
repose sur un lissage plus marqué
autour du seuil d’assujettissement à
la taxe d’habitation. Ceci répondrait
à la problématique d’égalité devant
l’impôt des contribuables, mais pas
à celle de l’autonomie fiscale des
communes. Le sénateur Alain
Richard (LREM) propose quant à
lui de supprimer en totalité la taxe
d’habitation mais de compenser
cette disparition en partie par un
complément d’impôt sur le revenu.
Sauf que l’exécutif s’est engagé à ne
pas créer de nouvel impôt…
La réouverture du débat offre
l’opportunité à France urbaine de
proposer à nouveau son scénario
suggéré il y a un an. Il s’agissait de
faire profiter aux 20 % des Français
les plus aisés du dernier tiers de
baisse de taxe d’habitation en 2020
à certaines conditions de revenus.
« On respecte ainsi la promesse de
Macron de 10 milliards de baisses de
taxe d’habitation sans exonérer les
plus riches », fait-on valoir chez
France urbaine. n
D’UNE IMPOSI•TIONMAINTIEN
POUR LES PLUS RICHES
Des scénarios intermédiaires sont
donc à l’étude. L’une des pistes
L’exécutif s’empêtre dans le débat fiscal
tains ministres sont très hostiles à la
non-suppression pour tous de la
taxe d’habitation. Et puis, au
moment où le chef de l’Etat dit vouloir ne pas renoncer aux réformes et
avancer, tout ce qui pourrait constituer un recul est malvenu. L’exécutif
tente de le prévenir d’ailleurs, en
expliquant que ce ne serait pas un
recul pour les 20 %, car pour eux, il
ne s’agissait pas d’une promesse de
campagne… Les dégâts, aussi, dans
l’électorat de LREM sont redoutés.
L’Elysée a confirmé mardi
que la piste du maintien
de la taxe d’habitation pour
les 20 % de Français les plus
aisés « est sur la table
pour le grand débat ».
Isabelle Ficek
@IsabelleFicek
S’il était besoin de le prouver, les
allers-retours sur la suppression de
la taxe d’habitation pour les 20 % de
Français les plus aisés depuis dimanche illustrent à quel point le débat
fiscal, avant même qu’il ne s’ouvre, va
être difficile à mener. Et combien il
va être ardu pour l’exécutif de se
montrer ouvert au débat, sans renier
ses promesses ni fâcher son socle
électoral, et sans donner l’impression de l’orienter et d’avoir décidé de
mesures avant même qu’il n’ait lieu.
Dimanche, c’est donc le ministre
de l’Economie, Bruno Le Maire, qui,
interrogé lors du Grand Rendezvous Europe 1 - CNews - « Les
Echos », assure qu’il est essentiel
que la suppression de la taxe d’habitation, y compris pour les 20 % des
Français les plus aisés « soit aboutie », mais qu’« on peut très bien
demander aux Français » s’il est
« légitime » de le faire pour « les 20 %
les plus riches ». Certes, la promesse
de campagne d’Emmanuel Macron
concernait 80 % des Français, mais
Eric Piermont/AFP
FRANCE
Bruno Le Maire a estimé mardi avoir été mal compris.
il avait assuré, en novembre 2017,
vouloir l’élargir à tous. Et si pour ces
20 %, la mesure n’était pas encore
votée, elle n’était pas, jusqu’ici, officiellement remise sur la table. « Si
nous répondons “non” à chacune des
demandes des Français, si nous ne
sommes pas capables d’écouter la
demande de justice qui s’exprime
partout en France, nous ne réussirons pas le débat », ajoutait Bruno Le
Maire. Bref, de quoi laisser entendre
que l’hypothèse est plus que sur la
table, quand l’exécutif a déjà fermé
la porte au retour de l’ISF ou à une
réforme des droits de succession.
Il faut dire que la crise des « gilets
jaunes » est passée par là et que les
services de Bercy travaillent effectivement sur cette hypothèse « depuis
au moins un mois et les annonces du
président sur le pouvoir d’achat »,
selon une source gouvernementale.
La situation budgétaire s’est
aggravée et Bercy est plus que jamais
à la recherche de milliards. Voter la
suppression de la taxe d’habitation
pour les 20 % des Français les plus
aisés donne aussi des sueurs froides
à certains dans la majorité.
Mais au gouvernement comme
dans la majorité, le débat est vif. Cer-
Dégâts électoraux redoutés
Mardi matin, à la surprise générale,
Bruno Le Maire a voulu « clarifier »
sa position, assurant qu’elle avait été
« mal comprise ». Et de marteler
qu’il fallait « aller au bout de la suppression de la taxe d’habitation ».
Tout en indiquant que « cela n’interdit pas que ce sujet fasse partie du
débat que nous aurons sur la fiscalité.
Nous n’allons pas décider à l’avance
de son issue ». De quoi, cette fois,
donner l’impression que le balancier, après être parti fort d’un côté,
revient fort de l’autre. Voulant clore
la séquence, l’Elysée a indiqué
mardi en fin d’après-midi que « la
suppression pour 80 % des Français
est déjà actée », que le gouvernement
envisage une suppression pour
tous, mais que le sujet est bien « sur
la table pour le grand débat ». Pas sûr
que les Français s’y retrouvent. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE // 03
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
Assurance-chômage : ce que propose
le patronat pour éviter un clash
l La séance de mercredi entre les partenaires
sociaux porte sur la régulation des contrats courts,
un thème qui les divise.
l Pour calmer le jeu, le patronat veut renvoyer
à une autre négociation au champ plus large.
SOCIAL
Alain Ruello
@AlainRuello
Ça passe ou ça casse. Réaffirmée
par Emmanuel Macron lors de ses
vœux du Nouvel An, la réforme de
l’assurance-chômage aborde un
moment crucial. Syndicats et patronat se retrouvent ce mercredi pour
leur sixième séance de négociation
avec, à l’ordre du jour, le sujet qui les
oppose le plus : la régulation des
contrats courts. « On saura d’ici à
mi-janvier si un accord est possible
ou non », confirme un des négociateurs côté syndicats.
Après un premier tour de chauffe
consacré à la gouvernance de l’Unédic, aux obligations de Pôle emploi
puis aux intermittents du spectacle,
les partenaires sociaux se sont quittés avant Noël, passablement divisés sur la question des économies à
trouver dans les dépenses du
régime d’assurance-chômage.
Dégager des économies
Le gouvernement a imposé une
fourchette de 1 à 1,3 milliard sur
35 milliards d’allocations versées
par an. Pour répondre à cette exigence, le patronat a mis sur la table
un certain nombre de pistes, la plus
décriée consistant à aligner la durée
de versement sur celle d’acquisition
des droits.
Dégager des économies, pourquoi pas, encore faut-il que le patronat lâche quelque chose, faute de
quoi la probabilité d’un accord sera
minime. C’est tout l’enjeu de la
séance de ce mercredi sur les contrats (CDD ou intérim) de moins
d’un mois dont le nombre a explosé
et qui coûtent environ 2 milliards
par an, hors intermittents, à l’Unédic. Pis, près de deux sur trois ne
sont pas isolés car ils prennent la
forme de relations suivies entre un
employeur et un salarié. Pour mettre fin à cette précarité qui concerne
400.000 personnes, les syndicats
veulent imposer un mécanisme de
type bonus-malus consistant à augmenter le taux de cotisation chômage des employeurs qui en abusent, et le faire baisser pour les
e m p l o y e u r s ve r t u e u x . C ’e s t
d’ailleurs une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.
Une autre négociation
au champ élargi
Le patronat ne veut pas en entendre
parler. En lieu et place, il renvoie à
des négociations branche par branche, conformément au document
de cadrage de la négociation du
gouvernement qui – signe de sa
division sur le sujet – n’évoque en
rien la menace d’un bonus-malus.
Le hic, c’est que le nombre d’accords
anti-précarité reste très faible. Surtout, aucun ne concerne les branches mises à l’index, l’hôtellerierestauration en particulier.
Pour éviter un clash, le camp
patronal va proposer aux syndicats
de renvoyer le sujet à une autre
négociation interprofessionnelle,
qui serait menée en parallèle de
celle de l’assurance-chômage,
Contrats courts : accord
dans les travaux publics
La FNTP vient de déposer
un accord qui tente
de limiter le recours
aux contrats très courts.
Marie Bellan
@mbellan1
Le Medef avait prévu qu’une dizaine
de branches auraient signé des
accords pour limiter le recours aux
contrats courts d’ici au début de
cette année. On s’en approche, mais
le compte n’y est pas tout à fait.
Après la métallurgie, la propreté, le
commerce et la distribution,
l’import-export et les domaines
skiables, les travaux publics viennent se rajouter à la liste des secteurs d’activité qui ont réussi à traiter le sujet hautement sensible de
l’emploi précaire et sur lequel le gouvernement menace de recourir à un
bonus-malus. Une autre branche
importante, celle des entreprises du
médicament (le Leem), a également
un accord signé et validé sur le « CDI
de chantier » depuis fin décembre.
L’accord dans les travaux publics,
qui a été déposé mardi, a été signé
par la CFE-CGC et FO, qui représentent 30 % à eux deux, soit un quantum suffisant au niveau de la branche pour valider le texte.
Les partenaires sociaux du secteur ont pris la peine de faire une
photographie de l’emploi dans les
travaux publics avant de déterminer leurs mesures. Les chiffres qui
figurent en annexe montrent que le
recours aux CDD courts (de moins
de 1 mois) est relativement peu
répandu dans les travaux publics :
82 % des contrats de travail sont des
CDI (chiffres de 2016) et seuls 0,05 %
des embauches se font en CDD
courts (soit 8.900 contrats), dont
31 % ont une durée inférieure ou
égale à 5 jours et près de la moitié
sont des réembauches. En revanche, l’intérim est beaucoup plus
présent avec 34.600 intérimaires en
équivalent temps plein en 2016, en
augmentation de 55 % de 2004 à
2017 (contre +63 % tous secteurs
confondus).
Délai de carence
Suite à ce constat, et avec l’objectif
d’allonger les périodes d’emploi en
rendant plus attractifs les contrats
de plus de 1 mois, l’accord prévoit
deux dispositions principales.
La première consiste à raccourcir
le délai de carence entre deux CDD
ou intérim (uniquement pour les
contrats de plus de 1 mois) en le
ramenant à 20 % de la durée initiale
du contrat, sans pouvoir excéder
10 jours calendaires. La deuxième
disposition étend le nombre de cas
où le délai de carence ne s’applique
pas (toujours pour les contrats de
plus de 1 mois) en incluant les périodes « d’accroissement d’activité qui
se succèdent ».
Dans un autre volet, l’accord
insiste sur la nécessité d’« adapter la
durée du travail des salariés permanents au carnet de commandes et de
limiter ainsi le recours à des contrats
courts ». Le texte prévoit aussi de
promouvoir le CDI intérimaire de
manière expérimentale.
Enfin, dans un souci de montée
en qualification des titulaires de
contrats courts, le texte prévoit un
modeste abondement du compte
personnel de formation par
l’employeur. n
quitte à déborder de quelques
semaines, selon nos informations.
Pourquoi une autre négociation
plutôt qu’un rajout de séances ?
Parce que son champ serait élargi à
l’accès au marché du travail d’une
manière générale, de ceux qui en
sont le plus éloignés notamment.
Parmi les thèmes abordés
devraient figurer les délais de
carence entre deux CDD, les seuils
d’heures complémentaires pour les
temps partiels ou encore les CDD
d’usage. Et c’est à l’issue des deux
négociations que les partenaires
sociaux jugeraient de la possibilité
de signer ou non. n
Pôle emploi propose d’améliorer ses services
L’opérateur public
a répondu aux demandes
des partenaires sociaux
dans le cadre de la négociation de sa convention
d’objectifs 2019-2021.
Il met en avant la question
des effectifs.
leur deuxième séance de négociations sur l’assurance-chômage.
Certaines sont innovantes, d’autres
approfondissent des actions déjà
engagées, quelques-unes
contournent les demandes parce
qu’elles se heurtent à des contraintes légales.
sur l’intelligence artificielle. A
l’image de cette proposition destinée à réduire les difficultés de
recrutement des entreprises. Elle
prend la forme d’un assistant virtuel pour « analyser l’attractivité de
l’offre d’emploi déposée au regard de
Son dixième anniversaire à peine
célébré, Pôle emploi s’attelle à ses
devoirs pour la période 2019-2021
qui ont pris un peu de retard. C’est
tout l’objet du projet de convention
que l’opérateur public vient de mettre sur la table pour la négociation
de ses objectifs à trois ans avec les
partenaires sociaux et l’Etat. Un
texte dévoilé par l’agence « AEF » et
auquel « Les Echos » ont eu accès.
Les propositions d’amélioration
du service rendu aux chômeurs ou
aux entreprises qui y figurent renvoient à chacune des demandes
que les syndicats et le patronat ont
(difficilement) formulées lors de
Message
à la puissance publique
Pour faire mieux,
voire plus avec moins,
Pôle emploi mise
plus que jamais sur le
numérique, et même
sur l’intelligence
artificielle.
Elles soulignent surtout qu’une partie des améliorations visées par
Pôle emploi dépend des moyens
humains qui lui seront attribués. Le
message est clairement adressé à la
puissance publique qui a décidé
d’une nouvelle coupe dans les effectifs, à hauteur de 800 postes équivalents temps plein (ETP) à la fin de
l’année prochaine sur les 50.000
environ que compte l’opérateur
public.
Pour faire mieux, voire plus avec
moins, Pôle emploi mise plus que
jamais sur le numérique, et même
la réalité du marché du travail »,
« alerter de manière argumentée le
recruteur ou le conseiller, au fur et à
mesure de la saisie des critères de
l’offre » et « proposer des solutions
adaptées » pour augmenter les
chances de trouver le bon candidat,
quitte à mobiliser des dispositifs de
formation.
« Services à la carte »
Toujours dans ce chapitre, plutôt
que d’unifier ses offres de services
aux entreprises, comme le lui ont
demandé les partenaires sociaux,
Pôle emploi propose de les « clarifier » via une « sélection de services à
la carte » : analyse de poste ou présélection de candidats par exemple.
Au passage, l’opérateur promet
que les aides financières à la formation avant recrutement seront activables « en quelques clics ». De
même, promet-il des « réponses spécifiques » pour les TPE et PME, sous
réserve, là encore, des moyens disponibles. Il faudrait par exemple
100 ETP supplémentaires pour augmenter d’un quart le nombre de
méthodes de recrutement par simulation, un dispositif efficace qui se
base sur les compétences de la personne et non pas son CV. — A. R.
Les demandes des partenaires sociaux jugées irréalistes
Syndicats et patronat
veulent que l’opérateur
public renforce son appui
à tous les chômeurs.
L’opérateur public oppose
son manque d’effectifs.
contact avec le conseiller référent
au cours du premier mois. L’opérateur public partage l’objectif d’une
première prise en charge plus complète et plus personnalisée. Mais
pas plus précoce.
Intensifier l’aide pour tout demandeur d’emploi au bout de quatre de
mois de chômage : c’est l’une des
demandes phares que les partenaires sociaux ont formulées à Pôle
emploi dans le cadre de la négociation de sa convention d’objectifs
pour les années 2019-2021. Une
demande qui risque de rester lettre
morte : y répondre signifie augmenter les effectifs de l’opérateur public à
hauteur de 10.000 postes, soit 20 %
de plus, peut-on lire dans les documents transmis aux syndicats et au
patronat auxquels « Les Echos » ont
eu accès.
« Même dans l’hypothèse où cette
possibilité ne serait utilisée que par
10 % des demandeurs d’emploi, la
charge serait de 1.000 équivalents
temps plein annuel travaillé supplémentaires », selon l’opérateur
public. Impossible, là encore,
compte tenu des coupes dans les
rangs imposées par le gouvernement (800 postes cette année,
après 600 en 2018). Compte tenu
également des obligations issues
du plan pauvreté : dégager
850 postes pour fournir d’ici à 2022
un accompagnement global à
200.000 personnes supplémentaires. A fortiori, ajoute Pôle emploi,
une « approche systématique
Un « pack de démarrage »
Le renforcement de l’aide aux chômeurs se heurte aux problèmes
d’effectifs de Pôle emploi. Photo Pascal Guyot/AFP
d’intensification à l’issue d’une
période de temps tiendrait insuffisamment compte de la spécificité de
chaque situation ».
L’opérateur ne ferme pas la porte
à un renforcement de l’aide aux chômeurs, mais – fidèle à sa politique –
pour « les moins autonomes » et à des
« moments clefs », comme une sortie
de formation ou une rupture de
contrat pour les personnes en activité réduite par exemple.
Deux autres demandes des partenaires sociaux se voient opposer
les mêmes arguments de moyens.
Primo, établir le diagnostic des
besoins et le projet professionnel du
chômeur dans les deux semaines
maximum qui suivent son inscription. Et secundo, démarrer l’accompagnement à travers le premier
800
POSTES DE MOINS
EN 2019 À PÔLE EMPLOI
(APRÈS 600 EN 2018)
Les coupes dans les effectifs
imposées par le gouvernement.
La solution, plaide-t-il, pourrait
prendre la forme d’un « pack de
démarrage » d’une ou deux demijournées en présence du conseiller
référent, si le chômeur exprime un
besoin d’aide en s’inscrivant. Mais
dans un délai comparable à celui de
l’entretien de situation actuel, qui
intervient en moyenne dans les
vingt jours. « Des délais plus courts
[…] impliqueraient de réaliser
de 80.000 à 90.000 entretiens auprès
d e d e m a n d e u rs d ’ e m p l o i q u i
auraient retrouvé un emploi entre la
deuxième et la troisième semaine
d’inscription », argumente l’opérateur. Surtout, toutes les demandes
d’indemnisation ne seraient pas
traitées avant le premier entretien.
La solution passe aussi par un
suivi en continu de la situation du
demandeur d’emploi pour détecter,
le cas échéant, des signes de démobilisation. Pôle emploi mise pour
cela sur le journal de bord, une des
nouveautés de la loi « Pour la liberté
de choisir son avenir professionnel ». Inspirée du modèle danois,
l’expérimentation consiste pour la
personne à renseigner ses démarches de recherche d’emploi en
s’actualisant.
— A. R.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 // FRANCE
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Le délicat regroupement
des professionnels de santé
l La première séance de négociation sur les communautés professionnelles
territoriales de santé (CPTS) va se tenir la semaine prochaine.
l Les médecins seront les plus directement concernés.
SANTÉ
Ludovic Marin/AFP
Solveig Godeluck
@Solwii
Le directeur de l’assurance-maladie, Nicolas Revel, va mener deux
négociations conventionnelles clefs pour l’application de la stratégie
de transformation du système de santé au premier trimestre.
2018
Rentrée sur les chapeaux de roue
pour les acteurs de la santé. Alors
que le projet de loi de mise en œuvre
du plan de transformation du système de santé devrait arriver au
Conseil d’Etat dans les prochains
jours, plusieurs négociations conventionnelles vont se tenir simultanément au cours du premier trimestre. Le Conseil de l’assurancemaladie en a validé les orientations
lundi. Il s’agit de restructurer le plus
vite possible l’accès aux soins, afin
de contrecarrer l’expansion des
déserts médicaux et de soulager des
professionnels de santé débordés.
Les médecins, pharmaciens,
infirmiers et autres professions de
santé vont tenir la première séance
de négociation conventionnelle sur
les communautés professionnelles
territoriales de santé (CPTS), le
16 janvier. Objectif : développer ces
communautés, qui n’étaient que
200 à la mi-2018 et qui devront tourner autour d’un millier en 2022, afin
de confier la responsabilité de la
population locale à un collectif de
soignants.
Les missions des CPTS éligibles à
un financement pérenne par l’assurance-maladie devront être définies dans la négociation. L’idée
serait d’assurer l’accès à un méde-
VOTEZ POUR LE STRATÈGE DE L’ANNÉE
Temps fort de la vie des affaires, depuis trente ans, le Prix du Stratège est remis à un chef d’entreprise de l’industrie
ou de la finance qui, durant l’année écoulée, a pris une initiative notable ou a fait preuve d’une réussite remarquable.
Le Prix sera remis par Les Echos, en fonction du choix de ses lecteurs.
Méka Brunel
Administratrice,
Directrice Générale
de Gecina
Née et élevée en Iran, elle
est Ingénieure en travaux publics, diplomée de l’ESTP Paris et est titulaire d’un
MBA à HEC Paris. Elle rejoint en 2017
GECINA en tant que directrice générale
et est nommée à la présidence du Conseil
de Développement de la Métropole du
Grand Paris (Codev). Méka Brunel est
également administratrice du Crédit
Foncier de France, de la Fédération des
Sociétés Immobilières et Foncières et de
l’Université de Cergy-Pontoise. Elle est
distinguée Professionnelle de l’année par
les Pierres d’Or en 2013 et 2018.
Thomas Buberl
Administrateur et
Directeur Général
d’AXA
Né en Allemagne, il est
diplômé de l’école de commerce WHU
de Coblence (Allemagne), d’un MBA
à l’Université de Lancaster (RoyaumeUni) et d’un Doctorat en économie à
l’Université de St. Gallen (Suisse). Il est
distingué en 2008 en tant que Young
Global Leader par le Forum Economique
Mondial. En 2012, il devient directeur général d’AXA Allemagne. Thomas
Buberl est nommé au 1er septembre 2016
administrateur et directeur général d’AXA,
président du conseil d’administration
d’AXA Equitable Holdings (États-Unis).
Charles Edelstenne
Président du Conseil
d’Administration
Dassault Systèmes
Charles Edelstenne
devient président directeur général de
Dassault Aviation en 2000. Il cède sa
place en 2013, tout en gardant la tête de
la holding Dassault Systèmes. Charles
Edelstenne est président du groupe
industriel Marcel Dassault, administrateur de Thales, de Carrefour, de Sogitec
Industries, de la Société anonyme belge
de constructions aéronautiques (SABCA),
de Dassault Medias, du Groupe Figaro
Benchmark et de la Banque Lepercq de
Neuflize (USA), Chairman de Dassault
Falcon Jet Corporation (États-Unis), président d’honneur de Dassault Aviation et
du GIFAS. Il est commandeur de l’ordre
national de la Légion d’honneur.
Yves Guillemot
Président
Directeur Général
& Cofondateur
d’Ubisoft
Diplômé de commerce à l’institut de
la PME (IPME), Yves Guillemot grandit dans une famille d’entrepreneurs. Il
fonde Ubisoft avec ses quatre frères en
1986, puis la société Gameloft en 1999.
Ubisoft devient l’un des leaders mondiaux
du développement et de l’édition de
logiciels de jeux vidéo interactifs destinés aux consoles de jeux. Yves Guillemot
a longuement défendu les intérêts
d’Ubisoft face à l’entrée de Vivendi au
capital du Groupe en 2015. En 2016, Yves
Guillemot est nommé chevalier de la
Légion d’honneur.
Laurent Mignon
Président
du directoire
du Groupe BPCE
Diplômé d’HEC et du
Stanford Executive Program, Laurent
Mignon exerce en banque et assurance
durant toute sa carrière. Il devient directeur général de Natixis en 2009. Laurent
Mignon entre à la tête de la BPCE au
1er juin 2018. Il est également président
du conseil d’administration de Natixis
et du Crédit Foncier, président de CE
Holding Participations, administrateur de CNP Assurances, de Sopassure,
d’Arkema et de l’AROP (Association pour
le Rayonnement de l’Opéra national
de Paris).
Carlos Tavares
Président
du directoire
PSA - Groupe Peugeot
Né et élevé à Lisbonne,
Carlos Tavares est diplômé de l’École
Centrale Paris. Il réalise toute sa carrière chez le constructeur automobile
Renault, où il est nommé directeur
général délégué aux opérations de 2011
à 2013, soit le numéro 2 du Groupe après
Carlos Ghosn. En 2014, il prend la tête
du groupe PSA en rejoignant la direction
opérationnelle de la branche automobile
du Groupe. Il occupe les fonctions de
président depuis 2017.
VOTEZ POUR TROIS DES SIX NOMINÉS PAR ORDRE DE PRÉFÉRENCE (1, 2, 3)
Une liste de six nominés a été sélectionnée par notre rédaction. C’est sur cette liste que nos lecteurs sont invités à
participer à la désignation du vainqueur en retenant trois des six noms par ordre de préférence. Un jury déterminera le
lauréat du Prix du Stratège 2018. Votez pour trois des six nominés par ordre de préférence jusqu’au vendredi 25 janvier et
envoyez votre choix à annick.rousseau@shan.fr
Retrouvez le Prix du Stratège
sur lesechos.fr/
cin traitant pour tous les habitants
(12 % des Français en sont privés) ou
à des consultations non programmées, mais aussi favoriser les transitions soins de ville-hôpital dans
les deux sens, faire de la prévention
ou de la formation continue, selon
un document interne de l’assurance-maladie. Il faudra également
outiller ces communautés en systèmes d’information et autres logiciels d’e-prescription.
Un malus pour les solitaires
Les négociateurs devront également définir la notion d’« exercice
coordonné » entre professionnels
de santé, « qui implique a minima la
participation à une CPTS », a insisté
la ministre de la Santé, Agnès
Buzyn, dans sa lettre de cadrage le
20 décembre. Le gouvernement a
prévu de moduler la rémunération
des professionnels de santé afin de
les inciter à abandonner l’exercice
isolé. A ce stade, l’objectif de l’assurance-maladie est de créer un
bonus, mais aussi un malus, ce qui
risque de soulever une tempête
chez les praticiens libéraux.
Les médecins devraient d’ailleurs
être les premiers à passer le test. La
négociation d’un avenant à leur
convention débute une semaine
plus tard, et doit s’achever simultanément avec l’autre négociation, fin
mars. Ils diront si cette modulation
doit porter sur le tarif de la consultation ou sur les éléments forfaitaires
de la rémunération (13 % du total),
et à quoi elle ressemblera.
Les médecins devront aussi se
mettre d’accord sur le profil, les
missions et la prise en charge des
4.000 postes d’assistants médicaux
à créer d’ici à 2022. Ces emplois en
L’idée, entre autres,
serait d’assurer
l’accès à un médecin
traitant pour
tous les habitants
(12 % des Français
en sont privés).
cabinet médical seront intégralement financés dans un premier
temps par l’assurance-maladie,
afin de libérer du temps de soins.
Seuls les médecins en exercice
coordonné et en mode regroupé y
auront droit ; ils devront s’engager à
une augmentation mesurable de la
patientèle suivie.
Au fil des ans, les patients étant
de plus en plus nombreux et les
revenus du médecin plus conséquents, le soutien financier de la
Sécurité sociale diminuerait. De
plus, « la non-atteinte des objectifs
devrait conduire à remettre en cause
les aides accordées ». Des conditions
qui seront sans nul doute âprement
discutées. n
Cancer : deux nouveaux
traitements s’affichent
à plus de 300.000 euros
Novartis et Gilead demandent
un prix très élevé aux
hôpitaux pour leurs thérapies
géniques, en attendant
la fixation d’un tarif négocié.
deux ou trois malades ont été traités
depuis 2018, et quelques dizaines de
plus pourraient être pris en charge
en 2019.
Un prix appelé à baisser
Avec les nouvelles thérapies géniques, une piqûre peut valoir de l’or.
Ainsi, l’injection de Yescarta
ou de Kymriah coûtera 350.000
ou 320.000 euros en France, pour
soigner des patients atteints d’un
cancer du système lymphatique.
Ces prix facturés aux hôpitaux
seront intégralement pris en charge
par la Sécurité sociale pour les
patients.
Ces tarifs ont été fixés unilatéralement par les fabricants et dévoilés
mardi par le ministère de la Santé. Ils
sont comparables aux tarifs américains – qui étaient respectivement de
373.000 dollars et 475.000 dollars au
lancement commercial de ces produits outre-Atlantique en 2017.
Seuls deux ou trois
malades ont été traités
en France depuis 2018.
Yescarta et Kymriah ne vont toutefois pas mettre en danger l’équilibre des comptes de l’assurancemaladie. D’abord, ces thérapies
innovantes basées sur la technique
des cellules CAR-T concernent
encore très peu de monde. Elles
soignent certaines leucémies lymphoblastiques aiguës et ne sont dispensées que dans quelques établissements médicaux en France. Le
traitement est délicat : on prélève
des cellules sur une personne déjà
très affaiblie par la maladie ; elles
sont renvoyées dans un laboratoire
américain, où elles sont génétiquement modifiées ; puis on les réinjecte à la personne prélevée. Seuls
Rien à voir donc avec l’arrivée du
traitement Sovaldi contre l’hépatite C de Gilead, en 2014, qui avait mis
en danger les comptes de la Sécurité
sociale, avec une cible potentielle de
plus de 150.000 patients et un prix
initial très élevé (56.000 euros la
cure). Il y a un point commun entre
ces thérapies, toutefois : elles ne se
contentent pas de gagner quelques
mois ou années de vie, mais visent la
guérison.
Par ailleurs, ce prix unitaire de
320.000 ou 350.000 euros ne doit
pas faire illusion. Ce n’est qu’une
« indemnité » fixée par le laboratoire
dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation, en attendant la
négociation d’un prix définitif avec le
comité économique des produits de
santé, rattaché au gouvernement. Ce
dernier s’attachera à faire baisser la
facture – même si le producteur affiche un niveau élevé d’exigence.
La commission d’évaluation économique et de santé publique de la
Haute Autorité de santé devrait se
prononcer à la fin janvier sur le rapport coût/bénéfices de Yescarta et
Kymriah, ce qui permettra d’ouvrir
la négociation tarifaire. Les laboratoires devront reverser la différence
entre les sommes perçues et le prix
définitif. De plus, leurs gains sont
encadrés par la loi. Pendant la
phase d’autorisation temporaire
d’utilisation, ils n’ont pas le droit
d’encaisser plus de 30 millions
d’euros de revenus en douze mois
sur cette thérapie. S’ils dépassent ce
plafond, le coût du traitement
sera autoritairement ramené à
10.000 euros par patient et par an.
— S. G.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
L’AVENIR,
C’EST VOUS QUI
LE DÉCRYPTEZ
Nous accompagnons 1 entreprise
de Medtech-Biotech sur 2
lors de son entrée en bourse.
Medtech-Biotech : entreprises du secteur des technologies médicales et de l’innovation santé.
Société Générale, S. A . au capital de 1 0 09 897 173,75 € – 552 120 222 RC S PARIS – Siège social : 29, bd Haussmann, 750 09 PARIS. Crédit photo : Tom Craig – Novembre 2018.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 // FRANCE
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Seuls deux lycéens sur dix quittent
leur académie après le bac
Une étude de l’Insee,
publiée mardi, révèle
une mobilité encore
relativement limitée des
jeunes bacheliers pour
leur entrée dans l’enseignement supérieur.
Marie-Christine Corbier
@mccorbier
Une fois leur bac en poche, les
lycéens vont, pour beaucoup, quitter le territoire où ils ont obtenu
leur diplôme. La mobilité à
l’entrée dans l’enseignement
supérieur est assez forte, selon
une étude de l’Insee publiée
mardi. Six bacheliers sur dix
poursuivent leurs études ailleurs
que dans le territoire (1) où ils ont
été lycéens. Mais ils ne sont que
deux sur dix à changer d’académie
et, dans ce cas de figure, seulement un peu plus de la moitié
d’entre eux déménagent. L’étude
s’appuie sur des données de 2015.
La première raison de cette mobilité étudiante tient d’abord à l’offre
locale : toutes les formations ne
sont pas proposées sur tous les
territoires. Certaines formations
en santé sont « souvent absentes »,
souligne l’Insee.
Sans surprise, les jeunes de
milieux défavorisés sont aussi
moins mobiles. « Quand les jeunes
d’origine défavorisée résident loin
des grands pôles universitaires, des
contraintes financières plus fortes
sont susceptibles de peser sur les
choix », relève l’étude, qui parle de
déménagements ou de navettes
quotidiennes parfois « trop coûteux », malgré les bourses sur critères sociaux et les aides financières octroyées.
« Les différences selon l’origine
sociale sont les plus fortes pour les
mobilités de plus longue distance
avec changement d’académie, qui
nécessitent dans six cas sur dix un
déménagement », note l’Insee :
seuls 19 % des jeunes bacheliers
socialement défavorisés poursuivent leurs études en dehors de leur
académie d’origine, contre 26 %
parmi les jeunes issus de milieux
très favorisés.
Partir… mais pas trop loin
Ces mobilités sont aussi à relativiser : dans la majorité des cas, elles
concernent des académies limitrophes, avec des étudiants qui
s’orientent vers le grand pôle régional le plus proche de chez eux.
Par ailleurs, les différences géographiques sont importantes :
parmi les six plus importants flux
au niveau national, cinq concernent des échanges entre académies d’Ile-de-France et avant tout
des académies de banlieue (Versailles, Créteil) vers Paris.
Cette mobilité concerne plus de
huit étudiants sur dix, contre à
peine six sur dix au niveau national. Le nombre de jeunes Parisiens qui quittent Paris intra-muros – où l’offre de formation est
importante – pour aller étudier en
banlieue, n’est toutefois pas à
négliger : « Ils restent dans la
moyenne nationale (22 %) et sont
orientés vers l’académie de Versailles pour la moitié, et vers Créteil
pour un tiers », selon l’Insee. « Cela
témoigne de la faiblesse de l’offre
[parisienne, NDLR] sur certaines
formations, notamment en STS »,
commente Jérôme Fabre, l’un des
auteurs de l’étude. L’étude relève
aussi des comportements différents selon les académies, liés à
l’offre de formation. La moitié
d’entre elles – dont Nantes, Toulouse, Bordeaux ou Aix-Marseille
– présentent « un profil proche de
la moyenne nationale ».
Les jeunes de milieux
défavorisés sont
moins mobiles.
Seuls 19 % poursuivent
leurs études en dehors
de leur académie
d’origine.
A Rouen ou à Lyon, marqués
par la présence de deux grands
centres universitaires, les nouveaux bacheliers sont « peu mobiles ». A l’inverse, les bacheliers des
académies de Lille, Strasbourg,
Nancy-Metz et Rennes sont « particulièrement mobiles », mais ils
restent dans leur académie. Tandis qu’à Grenoble et Limoges, ils
sortent davantage de leur académie (27 % à Grenoble, 30 % à
Limoges, contre 22 % au niveau
national). n
(1) L’Insee parle de « zone d’emploi »
pour définir le territoire « vécu », autrement dit dans lequel un étudiant va pouvoir faire un aller-retour dans la journée
sans que cela soit trop coûteux.
en bref
Laurent Berger invité lundi au séminaire
de rentrée des députés LREM
POLITIQUE Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, est invité
lundi au séminaire de rentrée des députés La République en marche
(LaRem) consacré au grand débat national et aux élections européennes, a-t-on appris mardi auprès du groupe majoritaire à l’Assemblée.
Convié en tant que « grand témoin », le leader syndical pourra dialoguer avec les quelque 300 députés invités à cette session de travail d’une
journée, à laquelle participeront aussi le directeur de campagne des
élections européennes, Stéphane Séjourné, et la présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno.
Polémique sur le salaire de l’organisatrice
du grand débat national
POLITIQUE L a r é vé l a t i o n d u
Jacques Demarthon/AFP
ENSEIGNEMENT
SUPÉRIEUR
salaire de Chantal Jouanno, la présidente de la commission chargée
de l’organisation du grand débat
national, fait polémique. Selon
« La Lettre A », il s’élèverait à
14.666 euros brut mensuels, ce
qu’ont critiqué des « gilets jaunes »
et des membres des oppositions.
« C’est le salaire fixé par les autorités » pour les présidents de la commission « quels qu’ils soient », a
plaidé Chantal Jouanno, invitant à
mettre le sujet au programme du
« grand débat ».
Les victimes de l’amiante lancent
une nouvelle action pour obtenir un procès
SANTÉ Vingt-trois ans après les premières plaintes, des victimes de la
contamination à l’amiante lancent une nouvelle action judiciaire pour
faire juger les responsables nationaux du scandale sanitaire, ont
annoncé mardi leurs avocats. Son but: obtenir d’ici à « un an, un an et
demi » un procès pénal pour les responsables nationaux de cette
« catastrophe sanitaire » qui fait « 3.000 victimes par an », ont annoncé
ses avocats Antoine Vey et Eric Dupond-Moretti lors d’une conférence
de presse.
Risques de conflit d’intérêt :
Pannier-Runacher déchargée de dossiers
POLITIQUE La secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher s’est vu retirer certaines attributions, dont la gestion des dossiers liés à Engie, afin
d’éviter tout potentiel conflit d’intérêt, selon un décret publié mardi
au « Journal Officiel ». La secrétaire d’Etat auprès de Bruno Le Maire
est déchargée de tout ce qui concerne la Compagnie des Alpes dont
elle a été directrice générale déléguée, de la société Elis dont elle fut
membre du conseil de surveillance, et d’Engie, où son mari travaille,
précise le décret.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 07
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
MONDE
en
chiffres
ALLEMAGNE : L’INDUSTRIE
RALENTIT ENCORE
ZONE EURO : NET RECUL
DU CLIMAT ÉCONOMIQUE
La production industrielle
a diminué de 1,9 % en
novembre, a annoncé l’Office
fédéral de la statistique
mardi après – 0,8 % en
octobre. Cette nouvelle
baisse, pour le troisième
mois d’affilée, est une
surprise et, en même temps,
la preuve d’une décélération
durable de la première
économie européenne.
Le sentiment économique
s’est sensiblement dégradé,
et davantage qu’attendu, en
décembre, au terme d’une
année qui a vu l’optimisme
des acteurs économiques
s’altérer au fil des mois.
L’indice mesurant ce
sentiment économique était
de 107,3 en décembre, en
recul pour le douzième mois
d’affilée (109,5 en novembre).
773.125
AFGHANS RENTRÉS
D’IRAN EN 2018
Ils avaient immigré en Iran
pour des raisons économiques et sont rentrés dans
leur pays en 2018, alors que
les sanctions américaines
ont fait plonger l’économie
iranienne. Une hausse des
retours de 66 % par rapport
à 2017, selon l’OIM.
Les populistes italiens
partent à l’assaut de Bruxelles
EUROPE
La Ligue et le M5S
s’organisent
en vue des prochaines
élections européennes.
Olivier Tosseri
@oliviertosseri
— Correspondant à Rome
Le leader du M5S, Luigi Di Maio (en arrière plan), et celui
de la Ligue, Matteo Salvini. Photo Mistrulli/Fotogramma/ROPI-RÉA
La trêve entre le gouvernement italien et l’Union européenne n’aura
duré que le temps de boucler difficilement son budget juste avant Noël.
2019 est l’année des élections européennes et les forces populistes, en
campagne électorale permanente,
ont besoin de faire oublier leur recul
devant les « eurocrates honnis ».
Unies à Rome, elles partent en ordre
dispersé pour les chasser des institutions bruxelloises. Mais, pour livrer
bataille, elles ont besoin d’alliés.
Luigi Di Maio, chef de file du M5S,
a désigné les siens : les « gilets jaunes » français. « Ne faiblissez pas ! »
les a-t-il exhortés dans une lettre
publiée lundi sur le blog de son parti.
Il met à leur disposition la plateforme Internet baptisée « Rousseau » utilisée par le M5S. « Une nouvelle Europe est en train de naître,
poursuit-il, Celle des “gilets jaunes”,
celle des mouvements, celle de la
démocratie directe. » Beppe Grillo
avait déjà fait part de son soutien aux
opposants à Emmanuel Macron,
dont la vingtaine de revendications
du revenu de citoyenneté à plus de
consultations populaires en passant
par des pensions de retraite plus élevées étaient « identiques aux nôtres ».
Besoin d’alliés
Luigi Di Maio, qui se rendra la
semaine prochaine à Strasbourg,
pourrait y rencontrer Jacqueline
Mouraud, une des figures initiales
du mouvement des « gilets jaunes »
et qui entend créer un parti politique, baptisé « Les Émergents ». Il
devrait s’entretenir avec des représentants de celle-là à Caen, présents
à Rome samedi. L’ébauche d’un programme sera rapidement annoncée
dont le cœur serait un revenu
citoyen européen et une baisse des
salaires des eurodéputés.
La Ligue et le M5S
se placent dans deux
camps différents pour
se disputer un même
électorat, celui
des eurosceptiques et
des citoyens en colère.
Pour Massimiliano Pananari,
politologue à l’université LUISS
Guido Carli de Rome, cette ingérence du M5S s’explique par son
intention de créer une « Internationale des mouvements populistes ». Il
souffre en effet de son isolement
international et a besoin d’alliés au
Parlement européen. « Le M5S siège
pour l’instant avec Ukip, qui disparaîtra suite au Brexit, et ses tentatives
de rejoindre le groupe des libéraux
proeuropéens d’Alde ont échoué. Le
message n’est pas tant destiné aux
Français, mais aux Italiens auxquels
il faut faire oublier les reniements du
programme originel et prouver que,
bien qu’au pouvoir, il demeure une
force révolutionnaire. » Une stratégie
inverse de celle de Matteo Salvini qui
préfère multiplier les rencontres
avec des hommes de parti et de gouvernement. Après avoir reçu à Milan
son ami le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, il se rend ce mercredi à Varsovie. Il y rencontrera
Jaroslaw Kaczyński, le chef du parti
au pouvoir Droit et Justice. « Salvini
veut mettre sur pied une internationale des nations souveraines, estime
Massimiliano Pananari, celles qui
ont réalisé ou sont sur le point de
lancer ses propositions. Ce qu’il
n’arrive pas à faire librement et totalement en Italie, il veut le faire au niveau
européen. »
En ce début de campagne pour les
européennes, la Ligue et le M5S se
placent dans deux camps différents
pour se disputer un même électorat,
celui des eurosceptiques et des
citoyens en colère. Côte à côte, ils
pourraient bientôt se retrouver à
nouveau face à face.
(
Lire l’éditorial
d’Etienne Lefebvre
Page 9
L’horizon de la croissance mondiale s’assombrit
COMMERCE
La Banque mondiale
a de nouveau abaissé,
mardi, ses prévisions.
Richard Hiault
@RHIAULT
Tensions commerciales, recul
avéré de l’activité économique,
baisse des échanges commerciaux,
renchérissement du coût des
emprunts… Les ingrédients ne
manquent pas pour saper un peu
plus le niveau attendu de la croissance mondiale. Dans son rapport
annuel sur les perspectives économiques globales, la Banque mondiale a de nouveau abaissé ses prévisions. D’un dixième de point
précisément par rapport à ses
attentes de juin dernier. La progression du produit intérieur brut mondial s’élèverait à 2,9 % cette année
puis 2,8 % l’année suivante.
Du côté des pays industrialisés, la
Banque se montre assez pessimiste.
La croissance atteindra tout au plus
2 % cette année avant de refluer à
1,6 % en 2020. Les Etats-Unis (2,5 %
« Au début de 2018,
tous les cylindres de
l’économie mondiale
étaient en action,
mais le moteur perd
de la vitesse
et le trajet pourrait
devenir encore plus
cahoteux l’année
prochaine. »
KRISTALINA GEORGIEVA
Directrice générale par intérim
de la Banque mondiale
et 1,7 % respectivement) comme la
zone euro (1,6 % et 1,5 %) mènent le
bal de ce ralentissement. Outre-Atlantique, la normalisation de la
politique monétaire couplée avec la
fin de la relance budgétaire se traduira par un ralentissement accentué par le relèvement des droits de
douane décidé par Donald Trump
l’an dernier.
Un tableau mitigé
« La probabilité d’une récession aux
Etats-Unis est très faible », rassure
Franziska Ohnsorge, l’une des
rédactrices du rapport et directrice
du groupe « Perspectives de développement » à la Banque mondiale.
Côté européen, le début de la
normalisation de la politique de la
BCE ainsi qu’une moindre croissance des échanges commerciaux
conduiront là aussi à un ralentissement certain. Parallèlement à cette
décélération dans les pays riches, les
pays émergents et en développement parviendront tout juste à
maintenir une vitesse de croisière de
4,2 % de croissance. Principalement
en raison d’un accroissement,
plus faible que prévu, de l’activité
des pays exportateurs de matières
premières.
Les autres sont promis également
à une baisse de régime. La Chine est
créditée de 6,2 % cette année après
6,5 %. L’Inde afficherait 7,5 %.
L’Argentine subira encore une récession avec un recul du PIB de 1,7 %,
tandis que le Brésil est appelé à
rebondir (2,2 % en 2019 après 1,2 %).
« Au début de 2018, tous les cylindres
de l’économie mondiale étaient en
action, mais le moteur perd de la
vitesse et le trajet pourrait devenir
encore plus cahoteux l’année prochaine », a commenté Kristalina
Georgieva, directrice générale par
intérim de la Banque mondiale.
Face à ce tableau mitigé sur le
plan des performances économiques, la Banque mondiale s’inquiète
de son objectif de réduction de
l’extrême pauvreté dans le monde.
Par habitant, la croissance sera
insuffisante pour combler l’écart de
revenu avec les économies avancées
pour 35 % des économies émergentes et en développement en 2019,
alerte la banque. La proportion
atteindrait même 60 % dans le cas
des pays affectés par les conflits et la
violence.
Une aggravation des tensions
commerciales entre les Etats-Unis et
la Chine couplée à une hausse des
taux d’intérêt ne pourrait qu’aggraver la situation. « Si la Chine et les
Etats-Unis, du fait d’une escalade
dans la guerre commerciale, venaient
à subir une baisse de 1 % de leur PIB, la
croissance mondiale reculerait de
près de 1 % dans les douze mois suivants », prévient Franziska Ohnsorge. Si un tel risque se matérialisait
au second semestre de 2019, l’économie mondiale se rapprocherait dangereusement d’une récession. n
Les pays pauvres renouent avec la dette
Les pays à faible revenu
ont nettement accru
leur recours à l’emprunt.
La situation inquiète
la Banque mondiale, qui
appelle à plus de discipline.
Les pays les plus pauvres de la planète
renouent avec leurs vieux démons.
Leur endettement repart nettement
à la hausse. Dans un chapitre spécial
de son rapport sur les perspectives de
croissance, publié mardi, la Banque
mondiale s’alarme d’un retournement de tendance. Grâce aux plans
de réduction de dettes mis en place
par les institutions multilatérales –
Fonds monétaire international et
Banque mondiale – dans les années
2000, les 33 pays les plus pauvres
avaient pourtant réussi, en moyenne,
à faire passer leur dette publique de
100 % du PIB en 2000 à environ 30 %
en 2013. En 2017, le ratio est repassé
au-dessus des 50 %. Un tiers de ces
pays affichaient un déficit budgétaire
supérieur à 3 % du PIB en 2017.
« L’augmentation du fardeau de la
dette est généralement peu inquiétante
si elle est destinée à financer des investissements », lesquels augmentent le
potentiel de production d’un pays et,
par conséquent, sa capacité à rembourser ses emprunts à l’avenir, tempère la Banque. La Guinée-Bissau,
Madagascar, le Mali et le Népal sont
dans ce cas. En revanche, les autres
ont plutôt eu tendance à augmenter
leur endettement pour soutenir la
consommation.
Les pays d’Afrique subsaharienne
ont ainsi emprunté pour relever les
niveaux de salaires de leurs fonctionnaires. Pis : « Certains emprunts peu-
vent également avoir été réorientés vers
l’accumulation d’actifs privés stockés à
l’étranger », relate la Banque mondiale. En clair, certains chefs d’Etat ne
se privent pas d’acquérir de belles
résidences à l’étranger.
Défaut de paiement
Pour ne rien arranger, les emprunts
des pays pauvres ont changé de
nature. Ce ne sont plus des prêts
concessionnels tels que pratiqués
par les institutions multilatérales. Ce
sont des prêts commerciaux généralement libellés en dollars. L’Ethiopie, le Mozambique, le Rwanda, le
Sénégal, le Tadjikistan et la Tanzanie
ont tous émis de tels emprunts.
Parallèlement, les créanciers
publics qui ne sont pas membres du
Club de Paris ont accru leur rôle. En
particulier la Chine. La RDC, l’Ethio-
pie, le Mozambique, la Tanzanie,
l’Ouganda et le Zimbabwe ont bénéficié de telles largesses.
Le problème, pour la Banque
mondiale, est que ces accords de
prêt « ne sont souvent pas publics et
peuvent être complexes ». L’an passé,
le FMI a ainsi découvert des dettes
cachées au Mozambique. Résultat :
la dette publique du Mozambique
est passée d’environ 50 % du PIB en
2103 à plus de 100 % l’an dernier. La
charge des intérêts est passée, entretemps, de 2,6 % du PIB à 16,5 % !
Pour la Banque mondiale, il est
urgent d’agir et elle somme ces pays
de remettre de l’ordre dans leurs
finances publiques. Les risques de
défaut de paiement s’accroissent.
Surtout si les taux d’intérêt des
emprunts en dollars venaient à progresser fortement. — R. H.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 // MONDE
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Kim Jong-un vient chercher le soutien
de Pékin avant de rencontrer Trump
En Inde,
une grève
d’ampleur
nationale
l Le jeune leader nord-coréen effectue sa quatrième visite en Chine.
l Il plaide pour un allégement des sanctions économiques.
ASIE DU SUD
A quelques mois à
peine des élections
générales, des
millions de personnes ont manifesté
leur grogne
dans tout le pays.
ASIE
Frédéric Schaeffer
@fr_schaeffer
— Correspondant à Pékin
Au terme d’un long trajet depuis
Pyongyang, le vieux train blindé
vert foncé aux bandes jaunes est
arrivé en gare de Pékin à 10 h 55
mardi matin. A son bord, Kim
Jong-un, accompagné de son
épouse Ri Sol Ju et de plusieurs
hauts dignitaires. Cette visite surprise du dictateur nord-coréen en
Chine – la quatrième depuis le printemps dernier – intervient alors que
se profile un deuxième sommet
entre Kim Jong-un et Donald
Trump, après celui de juin organisé
à Singapour.
Ni la date ni le lieu n’ont été annoncés, mais le président américain a
indiqué dimanche que les deux parties souhaitaient cette rencontre et
que des négociations étaient en
cours sur le lieu du prochain sommet. Des diplomates américains et
nord-coréens se sont récemment
rencontrés à plusieurs reprises à
Hanoï, rapportait lundi le journal
sud-coréen « Munhwa IIbo », suggérant que le futur sommet pourrait se
tenir au Vietnam.
Comme il l’avait déjà fait l’an dernier avant d’entamer une série de
sommets très risqués – avec Moon
Jae-in, le président sud-coréen, puis
avec Donald Trump –, le jeune leader
Carole Dieterich
— A New Delhi
Le train du leader nord-coréen est arrivé dans la matinée de mardi à la gare de Pékin. Photo Nicolas Asfouri/AFP
nord-coréen Kim vient chercher le
soutien de son puissant voisin. Kim
Jong-un, dont la visite en Chine doit
s’achever jeudi, veut pouvoir compter sur Xi Jinping pour mieux le soutenir en cas d’échec du futur sommet
qui pourrait réveiller les tensions
entre Pyongyang et Washington.
« Le principal objectif de Kim
Jong-un est de consulter le président
chinois pour accorder leurs positions
avant son sommet avec Donald
Trump, explique Cheng Xiaohe, professeur de relations internationales
à l’université Renmin à Pékin. Les
deux dirigeants vont aussi discuter de
la coopération économique entre les
deux pays à l’heure où Kim Jong-un
cherche l’aide de Pékin pour obtenir
un assouplissement des sanctions ».
« Une nouvelle voie »
Principal partenaire commercial
du pays ermite, la Chine, à l’instar
de la Russie, plaide pour que
les Nations unies puissent alléger
les sanctions si Pyongyang se
conforme à ses promesses de dénucléarisation. Mais les discussions
entre Pyongyang et Washington
sur l’arsenal nucléaire nord-coréen
sont dans l’impasse depuis le sommet de Singapour, au cours duquel
le chef d’Etat américain s’était
contenté de vagues promesses du
leader nord-coréen.
Exigeant un allégement immédiat des sanctions économiques,
Kim Jong-un a déclaré, lors de son
discours du Nouvel An, qu’il pourrait choisir une « nouvelle voie » si
les Etats-Unis continuaient de
demander des actions unilatérales
de la part de la Corée du Nord. Mais
Donald Trump a envoyé, diman-
che, une fin de non-recevoir, affirmant que les sanctions économiques resteraient en place tant qu’il
n’y aurait pas de résultats « très positifs » sur la dénucléarisation.
« Avoir un lien plus étroit avec
Pékin peut aider Pyongyang à faire
pression sur Washington »,
estime Zhao Tong, chercheur au
Carnegie-Tsinghua Center for Global Policy, à Pékin. Mais en se rendant à Pékin, Kim Jong-un vient
aussi rappeler l’extrême dépendance de son régime vis-à-vis de son
principal allié. n
« La Corée du Nord joue de la rivalité grandissante
entre les Etats-Unis et la Chine »
a visite surprise du dirigeant
nord-coréen en Chine pourrait préjuger d’une nouvelle
vague de rencontres au sommet
autour de la péninsule et constituer
une tentative pour faire pression sur
Donald Trump, juge le chercheur
Zhao Tong.
L
Que cherche Kim Jong-un
en se rendant
une nouvelle fois en Chine ?
Pour Kim Jong-un, il y aurait une
logique à jouer la carte d’un équilibre stratégique entre la Chine et les
Etats-Unis, qui sont les deux grandes
puissances dans la région, considérant que c’est la meilleure chance
d’atteindre son objectif visant à conserver les armes nucléaires et à faire
pression sur Washington et à aider
Kim à obtenir des résultats favorables lors des prochaines négociations avec Trump.
3 QUESTIONS À
ZHAO TONG
Chercheur au
CarnegieTsinghua Center
for Global Policy,
à Pékin.
DR
1
croître l’économie de la Corée du
Nord simultanément. Cependant,
avec cette quatrième visite en Chine,
Kim Jong-un montre au monde qu’il
entretient des relations plus étroites
avec la Chine qu’avec n’importe quel
autre acteur majeur, y compris les
Quel est l’enjeu
pour Pékin ?
Dans le contexte de concurrence et
rivalité stratégique grandissantes
entre les Etats-Unis et la Chine, Pékin
a également un intérêt stratégique à
faire en sorte que la Corée du Nord
ne devienne pas pro-américaine à
l’avenir. La Chine est donc très satisfaite de l’amélioration rapide des
relations bilatérales avec la Corée du
Nord. Alors que la Chine souligne
l’importance de maintenir
une communication stratégique
avec la Corée du Nord, la relation pri-
2
Etats-Unis et la Corée du Sud. Le fait
qu’il vienne courtiser Xi Jinping peut
aussi démontrer qu’il n’est pas très
confiant quant aux résultats du prochain sommet probable avec
Trump. Avoir un lien plus étroit avec
Pékin peut aider Pyongyang à faire
vilégiée entre les deux pays est bien
partie pour perdurer.
Que peut-on attendre
d’un deuxième sommet
entre Kim Jong-un et Trump ?
Absolument rien ne prouve que Kim
Jong-un envisage de rendre ses
armes nucléaires dans un avenir
proche. Il est peut-être ouvert à un
gel et une limitation de son arsenal
nucléaire, comme le laisse supposer
son discours du Nouvel An, mais cela
n’a rien à voir avec un abandon complet des capacités de dissuasion
nucléaire stratégique. Les négociations à venir entre la Corée du Nord et
les Etats-Unis sur la dénucléarisation seront loin d’être sans difficultés.
Propos recueillis par F. S.
3
Cybersécurité : un étudiant fait sonner l’alarme en Allemagne
EUROPE
L’auteur de la
cyberattaque massive
dont a été victime
le pays en décembre est
un geek de vingt ans.
Ninon Renaud
@NinonRenaud
— Correspondante à Berlin
Le profil de l’auteur de la cyberattaque massive dont ont été victimes au
cours du mois de décembre plus
d’une centaine de personnalités du
monde politique et médiatique en
Allemagne a de quoi inquiéter sur la
fragilité des systèmes de protection
des données privées sur Internet.
Loin d’être un espion de l’Est, un dangereux fasciste ou même un informaticien chevronné, c’est un simple étu-
diant de vingt ans qui a réussi à
mettre la main sur les milliers de données privées, qu’il a ensuite publiées
le mois dernier via son compte twitter @_0rbit sous la forme d’un calendrier de l’avent, a annoncé mardi la
police allemande.
Arrêté dimanche, le jeune homme
vit chez ses parents, à 160 kilomètres
au nord de Francfort. Décrit comme
un geek peu sociable, il a reconnu
avoir agi seul et regretté ses actes,
assurant n’avoir pas pris la mesure de
leurs conséquences. Il aurait simplement agi sous l’effet de l’énervement
qu’auraient suscité les propos tenus
publiquement par ses différentes victimes.
Sentiment d’impuissance
Parmi elles, une cinquantaine ont vu
non seulement adresses et numéro
de téléphone divulgués mais aussi
des documents plus sensibles
comme des cartes de crédit, des rap-
ports ou encore des photos privées.
Les autorités ont déjà supprimé
8,3 gigabits de données personnelles
volées avec l’aide d’une cinquantaine
de plates-formes hôtes internationales, mais elles n’excluent pas que certaines informations restent sur la
toile encore un certain temps.
S’il risque trois ans de prison et une
lourde amende, le jeune hacker a été
libéré lundi soir, faute de motifs de
détention sérieux. Peut-être allégerat-il la charge contre lui en aidant les
autorités allemandes a mieux
s’armer pour l’avenir, alors que cet
épisode nourrit le sentiment
d’impuissance des autorités allemandes dans le domaine de la cybersécurité. Le ministre de l’Intérieur
Horst Seehofer a d’ailleurs défendu
mardi le bon fonctionnement de son
administration, notamment la coopération entre l’Office fédéral de la
sécurité informatique (BSI) et l’Office
fédéral de la police criminelle (BKA).
« Nous pouvons
promettre de faire
tout notre possible
pour protéger
la population. Mais
nous ne pouvons
assurer une sécurité
absolue. »
HORST SEEHOFER
Le ministre de l’Intérieur
Selon lui, l’identification du hacker
48 heures après la connaissance des
faits en est la meilleure illustration.
Outre la création de 300 nouveaux
postes au sein du BSI et le recrutement de 160 experts en cybersécurité
au sein de l’Office de la police crimi-
nelle, le ministre de l’Intérieur allemand a néanmoins promis pour le
premier semestre une « loi de sécurité informatique 2.0 » ainsi que le
renforcement du dispositif de détection précoce des cyberattaques. Un
label de sécurité informatique uniforme et la certification des matériels,
notamment des routeurs qui permettent la circulation des données,
devraient aussi permettre de sensibiliser les particuliers à la sécurité
informatique.
C’est sans doute là que le bât blesse
le plus. « Chaque individu doit être
conscient des risques. Nous pouvons
promettre de faire tout notre possible
pour protéger la population. Mais
nous ne pouvons assurer une sécurité
absolue », a conclu Horst Seehofer. Il
en appelle à la responsabilisation de
chacun, notamment en matière de
choix de mots de passe, le meilleur
antidote jusqu’à présent au vol de
données personnelles sur Internet. n
Des plantations de thé aux banques, de l’est du Bengale occidental (est) à l’extrême pointe
du Kerala (sud-ouest), ils
seraient environ 200 millions
d’Indiens à avoir répondu,
mardi, à l’appel de dix syndicats
de gauche. Selon ces chiffres
avancés par les organisateurs, il
s’agirait de l’une des plus grosses démonstrations de force
depuis l’arrivée au pouvoir du
Premier ministre, Narendra
Modi, en 2014.
Les revendications, elles,
arborent un air de déjà-vu :
hausse du salaire minimum,
Sécurité sociale universelle,
arrêt des privatisations, mais
aussi de la réforme du droit du
travail en cours et lutte contre le
chômage. Un enjeu de taille
dans ce pays qui accueille chaque année 10 à 12 millions de
nouveaux actifs sur le marché
du travail. Des mots qui résonnaient déjà dans les rues en septembre 2016, lorsque 150 à
190 millions personnes s’étaient
mobilisées. « Le gouvernement
est resté sourd à nos demandes,
nous avons annoncé cette grève
générale dès le mois de septembre 2018 et il n’a même pas passé
un coup de fil aux syndicats »,
regrette K Hemalata, la présidente du Centre of Indian Trade
Unions, syndicat affilié au Parti
communiste.
La grève a particulièrement
affecté les transports, mais elle
aura aussi perturbé les services
des banques publiques dans
l’ensemble du pays. Deux syndicats des employés de banques
ont en effet appelé leurs membres à se joindre à ce mouvement. Plusieurs syndicats du
secteur bancaire avaient déjà
appelé à la grève à deux reprises
en décembre, notamment contre les fusions et les privatisations des banques publiques.
Les agriculteurs
en renfort
Des agriculteurs sont également
venus gonfler les rangs des manifestants. Le 30 novembre dernier, eux aussi étaient descendus
dans les rues par milliers pour
dire la dureté de leurs conditions
de vie. « Les agriculteurs vont
rejoindre les opérations sur les
routes, les manifestations et les
rassemblements pour faire en
sorte que cette grève soit un succès
et pour montrer leur désenchantement vis-à-vis de Narendra Modi
et de ses politiques », avait déclaré
la veille Atul Kumar Anjaan de la
section des agriculteurs du Parti
communiste indien à l’agence de
presse indienne Press Trust of
India (PTI).
La mobilisation a été particulièrement marquée dans les
Etats du Kerala et du Karnataka,
respectivement dirigés par le
Parti communiste et par une
coalition de l’opposition au BJP
(Parti du peuple indien) de
Narendra Modi. Mercredi, les
Indiens seront à nouveau dans
les rues pour une deuxième
journée de grève. A quelques
mois à peine des élections législatives, l’ampleur de ce mouvement sonne comme une alarme
à laquelle le gouvernement aura,
sans doute, du mal à rester
insensible. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 09
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
SOMMAIRE
idées&débats
Le meilleur du Cercle Changer de regard sur les indépendants
des Echos
La Chronique
Alstom-Siemens, une fusion menacée ?
Et alors ?
Le Point de vue
Comment redonner du pouvoir d’achat
aux Français
Cinéma
« Edmond » : à la fin de l’envoi, il touche
LES ÉDITORIAUX
DES « ÉCHOS »
Ni totems ni tabous
Pascal Garnier pour « Les Echos »
Les prochains défis
du capitalisme français
David Barroux
@DavidBarroux
— Rédacteur en chef
Industrie-Services
En ce début d’année 2019, lors des
réunions stratégiques de rentrée
auxquelles seront conviés les étatsmajors des grands groupes français,
l’accent sera sans doute mis sur les
économies française comme mondiale qui semblent ralentir. Certains
pointeront les incertitudes politiques hexagonales ou redouteront
les conséquences potentielles du
Brexit. D’autres s’inquiéteront de la
perspective de remontée des taux
d’intérêt ou de la montée des tensions protectionnistes. Plus que
la conjoncture et les évolutions à
court terme, ce sont cependant
aujourd’hui des tendances de fond
bien plus structurelles qui devraient
préoccuper les patrons tricolores et
leurs équipes dirigeantes.
Si, à première vue, l’année qui
s’ouvre ne s’annonce guère différente de celle qui vient de se clore, la
vérité et que même si les règles du
jeu du capitalisme ne changent que
progressivement, l’univers dans
lequel évoluent les entreprises françaises a connu en quelques années
une véritable révolution. Nous ne
sommes qu’en 2019, mais le monde
économique n’a déjà plus rien à voir
avec celui du début du siècle.
Le premier changement majeur
et totalement structurant concerne
l’évolution du cadre concurrentiel. Il
y a encore peu, les entreprises connaissaient leurs concurrents. Ils
pouvaient être domestiques ou
internationaux mais ils faisaient la
même chose que vous ! Ce n’est plus
le cas. Aujourd’hui, le danger peut
venir de partout. De start-up, bien
sûr, qui rêvent toutes d’ubériser tous
les secteurs économiques. Mais
aussi de nouveaux horizons géographiques. La Chine, en particulier,
était un concurrent low cost. C’est
devenu un acteur technologique, à
la pointe de l’innovation, sur bien
des fronts. Dans les télécoms, un
Huawei n’est pas le fournisseur le
moins cher. Mais il est souvent le
L’ANALYSE
DE LA RÉDACTION
Concurrence, régulation, digitalisation :
l’univers dans lequel
évoluent les entreprises françaises a
connu en quelques
années une véritable
révolution. Les défis à
relever sont immenses. Il faut veiller à ne
pas entraver nos
acteurs économiques
face à ce tournant.
D
Les points à retenir
y a encore peu,
•lesIlentreprises
connaissaient
leurs concurrents.
Ce n’est plus le cas.
Aujourd’hui, le danger peut
venir de partout. De start-up,
bien sûr, mais aussi
de nouveaux horizons
géographiques comme la Chine.
Dans ce contexte mouvant, la
France impose à ses entreprises
des règles qu’elle ne peut
imposer aux autres.
Or, tout comme elles sont
devenues expertes en matière
d’optimisation fiscale,
les multinationales
sont les nouvelles reines
de l’optimisation réglementaire.
Nous devons tirer les leçons
de ce changement de contexte.
•
•
•
•
meilleur. En outre – et au-delà des
seuls Gafa –, tous les géants du digital made in USA représentent désormais une double menace qui n’était
pas totalement perceptible il y a
encore peu. Primo, l’écosystème
financier américain que l’on disait
tota lement court-termiste a
redonné à son capitalisme le sens du
temps long. Amazon n’a pas gagné
d’argent pendant des années. Uber
ou Netflix ont le droit de brûler des
milliards sans être sanctionnés
outre mesure par les marchés. On
est loin de la pression des résultats
trimestriels qui aujourd’hui tétanise
nos entreprises, lesquelles ne peuvent prendre le risque et le temps de
se réinventer sans être sévèrement
punis en Bourse.
Secundo, les nouveaux géants
digitaux peuvent être protéiformes.
Ils ne sont pas présents que sur un
métier. Les milliards engrangés par
Amazon dans le cloud lui permettent ainsi d’investir sans trop se soucier de profitabilité à court terme
dans le commerce ou les services
financiers par exemple. Un Alibaba
emprunte la même voie. Difficile
dans ces conditions pour les « pure
players » tricolores de faire face à
des concurrents qui peuvent se permettre de casser les prix.
Le second changement majeur,
totalement déstabilisant pour les
entreprises françaises, concerne la
régulation. Dans un pays qui adore
les lois, les normes et les codes en
tout genre, la soumission à la règle
est devenue un véritable boulet.
D’abord parce que si la mondialisation économique est un fait acquis,
les obligations auxquelles il faut se
soumettre restent aujourd’hui le
plus souvent nationales. Or, tout
comme elles sont devenues expertes en matière d’optimisation fiscale,
les multinationales sont les nouvelles reines de l’optimisation réglementaire. Bien des acteurs comme
Google, Facebook ou d’autres s’avèrent impossibles à réguler. Et dans
bien des domaines, la France
impose des règles à ses entreprises
qu’elle ne peut imposer aux autres.
Les sociétés tricolores paient leurs
impôts et respectent nos lois quand
d’autres qui se développent sur le
marché hexagonal peuvent s’en
affranchir, créant ainsi une énorme
distorsion de concurrence.
Et, tout aussi grave, lorsque pour
tenter de corriger les choses notre
législateur fait évoluer le cadre légal,
ce n’est jamais pour alléger la régulation qui freine nos champions, mais
c’est pour chercher à imposer aux
nouveaux acteurs les règles de notre
ancien monde. Plutôt que de donner
plus de liberté à G7 ou aux hôteliers,
on préfère encadrer Uber et Airbnb,
ce qui n’incite guère nos acteurs économiques à devenir plus innovants
et conquérants. Le pire étant que,
bien trop souvent, le législateur
français, qui cherche à se donner
bonne conscience à peu de frais, est
devenu le champion européen de la
« surtransposition » et du durcissement des règles européennes. Le
monde agricole, pointé du doigt
pour son usage des pesticides et
autres engrais, en sait quelque
chose.
Le troisième constat qui s’impose
aujourd’hui est enfin que, si les consommateurs français ne manquent
jamais une occasion de se plaindre
de la hausse du coût de la vie, dans
bien des domaines la France est en
réalité un pays dans lequel la concurrence est particulièrement vive.
Dans les télécoms, la distribution, la
banque, l’assurance, le nombre
d’acteurs est souvent plus important que dans des pays comparables
et la guerre des prix est une réalité.
Le poids d’acteurs mutualistes ou
de réseaux d’entrepreneurs indépendants, moins soumis à la pression des marchés financiers, explique peut-être en partie cette
situation.
Difficile évidemment d’en appeler à une hausse des prix ou à une
baisse de l’intensité concurrentielle.
Mais en ce début d’année, les consommateurs français, qui sont aussi
les salariés du capitalisme tricolore,
doivent admettre que les règles du
jeu ont changé sur bien des fronts et
qu’il est temps d’en tirer en partie des
leçons. n
Jamais les entreprises du CAC 40 n’ont rendu
autant d’argent à leurs actionnaires. Plus de
57 milliards d’euros leurs ont été versés l’an
passé. Soit un peu plus qu’en 2007, avant le
déclenchement de la crise financière. Dits
comme cela, ces chiffres dévoilés ce matin
par « Les Echos », grâce aux calculs des
spécialistes
de Vernimmen, risquent
Par Guillaume
évidemment de tourner en boucle autour
Maujean
des ronds-points. Car, comme chacun sait, la
solution à tous nos problèmes se trouve dans
Le
les poches d’autrui. Surtout quand elles sont
capitalisme pleines. Surtout quand il s’agit de celles du
actionnarial CAC 40, qui n’aime rien tant que d’opprimer
ses salariés, d’étrangler ses partenaires et de
n’est-il pas
brûler toutes les ressources de la planète pour
en train de
servir des actionnaires toujours plus rapaces.
Il n’en est évidemment rien. Et il suffit pour
se mordre
s’en convaincre d’analyser les données d’un
la queue ?
peu plus près. Si spectaculaires soient-ils, ces
dividendes ont été versés au titre des résultats
de l’année 2017, qui fut particulièrement favorable aux ténors de
l’économie française, présents sur tous les continents. Les 40 poids
lourds de la cote avaient ainsi engrangé plus de 90 milliards de
résultats nets cette année-là, portés par une conjoncture
exceptionnelle. Leurs profits ont augmenté de 18 %, les dividendes
de moins de 5 %. Autrement dit, le « taux de distribution » est en
décrue. En tenant compte des rachats d’actions, on retrouve le chiffre
des 57 milliards et ce taux de distribution monte de 46 % à 59 %.
Mais ces rachats d’actions ou « buybacks » sont en fait concentrés
sur quelques entreprises seulement (Total et Sanofi en représentent
la moitié à eux deux) : même au sein du CAC 40, les inégalités sont
la règle. Une fois ces précisions données, il ne faut pas non plus
esquiver les débats. Ces dividendes et ces rachats d’actions, n’ont-ils
pas été versés en rognant sur l’investissement ? Les patrons n’ont-ils
pas été obsédés par la seule création de valeur aux actionnaires à
court terme, au détriment de l’avenir ? Autrement dit, le capitalisme
actionnarial n’est-il pas en train de se mordre la queue ?
La question est soulevée en ce moment par nombre d’économistes
« mainstream » (Patrick Artus en tête), par de grands investisseurs
américains (notamment le géant BlackRock) ou par des rapports
très sérieux, comme celui rendu par Nicole Notat et Jean-Dominique
Senard sur l’objet social des entreprises.
Vernimmen y apporte une réponse claire. Aucun groupe du CAC
n’a dû s’endetter au-delà du raisonnable ou réduire ses
investissements pour rémunérer ses actionnaires. La preuve :
les plus gros payeurs sont souvent les plus gros investisseurs…
Conclusion : les dividendes doivent être considérés pour ce qu’ils
sont, ni des totems ni des tabous.
(
Lire nos informations
Page 26
Salvini et Di Maio ont
franchi la ligne jaune
Par Etienne Lefebvre
Avec le mouvement des « gilets jaunes », les tentatives de
récupération politique franchissent les frontières. Après les
velléités grossières de Jean-Luc Mélenchon et celles plus
machiavéliques de Marine Le Pen, c’est au tour des leaders du
gouvernement italien, Matteo Salvini et surtout Luigi Di Maio
d’entonner une ode aux autoproclamés représentants du peuple
français. Dans une Union européenne où les dirigeants évitent
d’interférer dans les affaires intérieures d’un autre Etat membre,
les présidents de la Ligue et du M5S ont franchi la ligne jaune. Un
comble quand on se souvient avec quelle vigueur ils avaient exigé,
à leur arrivée au pouvoir, le « respect » des autres chefs d’Etat. Leur
courroux n’était pas moins grand quand la France avait osé rappeler
que l’Italie devait respecter les règles budgétaires européennes.
Dans cette affaire, les deux leaders populistes ne se contentent pas
de soutenir des partis politiques (RN, LFI) dont ils seraient les alliés
au Parlement européen. Ils prennent fait et cause pour un
mouvement dont la frange dure veut faire tomber le gouvernement
Macron et le système politique de la Ve République avec lui. Le M5S
propose même son aide technologique au passage – via sa plateforme internet, censée faciliter la structuration des « gilets jaunes ».
L’ambiance promet d’être chaude entre officiels français et italiens
lors des prochains sommets européens. Le gouvernement français
a sèchement répondu aux provocations venues de Rome, mardi,
mais sans en rajouter car personne n’est dupe : Luigi Di Maio et
Matteo Salvini sont en campagne pour les élections européennes
et recherchent une publicité maximum. Avec des buts différents.
Le leader du M5S, isolé et distancé par la Ligue, cherche des alliés
en Europe et rêve de voir émerger son équivalent politique sur le sol
français. Le président de la Ligue entend une nouvelle fois mettre
en scène son opposition à Emmanuel Macron pour fédérer
les formations nationalistes et populistes sur le continent.
(
Lire nos informations
Page 7
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 // IDEES & DEBATS
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
LES ARTICLES LES PLUS LUS SUR LESECHOS.FR
opinions
1. Amazon devient la plus grosse société cotée du monde
2. Impôts : les 20 % de Français les plus aisés, perdants de la décennie
d’après-crise
3. Carlos Ghosn face aux juges : « On m’accuse à tort »
4. Attention au ras-le-bol fiscal des cadres
5. Taxe d’habitation : un nouveau casse-tête pour l’exécutif
LE MEILLEUR DU
CERCLE DES ÉCHOS
DANS LA PRESSE
ÉTRANGÈRE
Changer de regard
sur les indépendants
Les Pays-Bas s’inquiètent
de l’« obscurantisme »
venu d’Amérique
STATUT COTÉ « En dix ans, selon Eurostat,
le nombre d’indépendants a augmenté de
120 % en France. Le statut de travailleur
indépendant attire de plus en plus d’actifs
hautement qualifiés ayant décidé de devenir
leur propre patron. Ce vent d’indépendance
ne semble toutefois pas près de s’essouffler.
D’après une étude menée par OpinionWay,
52 % des 18-30 ans disent être attirés par la
création d’entreprise. »
RECRUTEMENT « Pourtant les entreprises,
PME et grands groupes, sont frileuses à l’idée
de puiser dans cette pépinière de talents, alors
même qu’elles avouent avoir du mal à
embaucher des profils techniques. Les
processus de recrutement doivent donc
évoluer et s’adapter à l’essor du travail
indépendant. Car pour 70 % d’entre eux, le
retour à un emploi salarié n’est pas
envisageable à court terme. »
ENTREPRENEURS « Au-delà de la simple
externalisation de projets, c’est toute la
relation entreprise-indépendants qui doit être
repensée. Les entreprises ne peuvent traiter
les free-lances de la même manière que des
agences. […] Rappelons aussi que ceux-ci sont
des entrepreneurs au même titre que les
créateurs de start-up. […] Qu’attendent donc
les entreprises pour changer de regard sur les
travailleurs à leur compte ? Ces derniers
représentent une opportunité – et non une
menace – dans leurs efforts d’acquisition et de
rétention de talents. Plus que de simples
exécutants, le “freelancing” est amené à
devenir une pierre angulaire pour aider les
entreprises à gagner en productivité. »
a
A lire en intégralité sur Le Cercle
lesechos.fr/idees-debats/cercle
« Les fanatiques de Nashville ont
•frappé.
» Le quotidien néerlandais « De Volkskrant » s’inquiète
du « vent d’obscurantisme » en provenance des Etats-Unis. Une mouture
néerlandaise de « la déclaration de
Nashville basée sur une lecture littérale
de la Bible », un pamphlet rédigé en
2017 dans cette ville du Tennessee par
une organisation se faisant appeler
le « Conseil pour la masculinité et la
féminité bibliques », a été signée par
plusieurs centaines de personnes aux
Pays-Bas, dont des membres du
clergé, des politiciens et d’anciens
professeurs d’université. Fixant de
strictes conditions en matière de
sexualité pour les croyants et affirmant que l’on peut guérir l’homosexualité, le texte conçu par des chrétiens évangéliques américains
conservateurs condamne le mariage
entre personnes du même sexe et les
personnes transgenres. « Ces fanatiques qui veulent régler des questions
d’ordre sexuel à l’aune de fictions
remontant à plus de 2.000 ans ont
finalement provoqué le contraire que
ce qu’ils attendaient », se félicite le
journal, en rapportant un flot de réactions indignées, jusqu’au ministère
public, qui envisage d’engager des
poursuites pénales contre les signataires. Et le « Volkskrant » de rappeler
que « la diffusion d’un tract à Amsterdam en 2016 expliquant que l’homosexualité était condamnable aussi bien
pour les chrétiens, les juifs que les
musulmans, a donné lieu à une
amende de 500 euros à l’encontre de ses
auteurs pour injure et incitation à la
discrimination ». En 2001, les PaysBas ont été le premier pays à reconnaître le mariage homosexuel.
— Didier Burg, à Amsterdam
LE LIVRE
DU JOUR
Les politiques
familiales sous toutes
leurs formes
LE PROPOS Dans une France où la
famille existe désormais sous de
multiples formes, ce court ouvrage,
qui vient d’être réédité, fait la
lumière sur la portée, le contenu et
les résultats des politiques
publiques familiales. Un travail de
longue haleine, au regard de la
diversité des prestations,
mécanismes et financements. Et
une tâche tout aussi conséquente
pour l’Etat providence, soucieux
d’adapter ses dispositifs à la
diversification des structures
familiales.
L’INTÉRÊT Après un état des lieux
clair et concis, le livre fait un zoom
sur les périls et les défis des
politiques familiales. Par exemple,
note l’auteur, l’intensité des
séparations et des recompositions
familiales est très perturbante d’un
point de vue financier et monétaire.
Comment répartir le bénéfice du
quotient familial en cas de
séparation ? Comment répartir
alors les prestations familiales ?
Tout aussi déstabilisant, et encore
plus inéluctable, le vieillissement de
la population interroge : « Le
financement des retraites et de la
« Les Politiques familiales »
par Julien Damon, éditions
Que sais-je ?, 126 pages, 9 euros.
dépendance va-t-il prendre le pas sur
celui de la politique familiale ? » Ce
qui amène à une nouvelle question :
faudra-il, alors, se diriger vers une
politique familiale davantage
tournée vers « tout le cycle d’une vie
de famille », mais s’intéressant
moins à la petite enfance ?
L’AUTEUR Julien Damon est
professeur associé à Sciences Po et
conseiller scientifique de l’Ecole
nationale supérieure de Sécurité
sociale. Il est aussi contributeur
régulier des pages Idées & Débats
des « Echos ».
— Kévin Badeau
Franck Crusiaux/RÉA
Encore aujourd’hui, les entreprises hésitent
à collaborer avec des travailleurs
indépendants. Une situation que
regrette Charles Thomas, le cofondateur et
dirigeant de Comet.
L’usine d’Alstom
Petite-Forêt,
dans le Nord.
Alstom-Siemens, une fusion
menacée ? Et alors ?
Un refus des autorités européennes au mariage des groupes ferroviaires
français et allemand serait une bonne nouvelle. Car elle obligerait
nos pouvoirs publics à réfléchir enfin à notre politique industrielle.
LA
CHRONIQUE
d’Edouard
Tétreau
nfin une bonne nouvelle en provenance de Bruxelles ! Margrethe Vestager, commissaire
européenne à la Concurrence, par
ailleurs l’une parmi les trop rares dirigeants européens à tenir tête à la volonté
hégémonique des Gafa, va faire capoter
le funeste projet de fusion entre Alstom
et Siemens. A Paris plutôt qu’à Berlin, on
pousse de grands cris sur le déraillement annoncé d’un « Airbus du rail »
bien peu soutenu en Europe : pas moins
de quatre autorités nationales de la concurrence (Grande-Bretagne, Espagne,
Pays-Bas, Belgique) alertent sur les
futurs abus de position dominante du
nouvel ensemble. Quant au PDG de Siemens, Joe Kaeser, il indique déjà avoir
« d’autres options » pour son groupe.
Cela tombe bien : grâce à ce refus que
l’on espère ici se concrétiser avant le
18 février, d’autres options plus désirables vont exister pour Alstom, pour la
politique industrielle française, et pour
l’Union européenne.
D’abord, Alstom : la fusion, précipitamment annoncée à l’été 2017, prévoit
sa prise de contrôle par Siemens,
moyennant quelques euros de dividendes et de prime de contrôle pour ses
actionnaires ; des garanties de papier
sur la préservation de l’emploi en
France ; et le maintien symbolique d’un
siège en France. On peut imaginer pour
ce groupe français, leader mondial
quasi centenaire, un destin plus honorable, à l’image de sa performance opérationnelle et financière récente. Ainsi
pourra-t-il explorer un partenariat transatlantique avec le canadien Bombardier, ou encore un rapprochement avec
les activités de signalisation de Thales
pour créer un vrai leader mondial. Et
ainsi tailler des croupières au si menaçant conglomérat chinois CRRC. Et
défier l’hégémonie du rival historique
Siemens sur certains marchés. « Que le
meilleur gagne ! » est un projet plus stimulant qu’une abdication en rase campagne face à des concurrents déterminés, si soutenus par leurs Etats d’origine.
E
Ce qui nous renvoie à l’un des mystères français de plusieurs décennies :
notre absence singulière de politique
industrielle. Nous avons beau avoir une
Direction générale de l’industrie, une
Direction générale des entreprises, une
Agence des participations de l’Etat, un
ex-commissariat au Plan rebaptisé
« France Stratégie », bpifrance et la
Caisse des Dépôts, des commissions à
profusion, de grands corps d’Etat pas
médiocres, une excellence en termes
d’idées novatrices, d’ingénierie et de planification, un exécutif qui connaît « la
grammaire des affaires » : nous n’avons
pas le moindre début de commencement d’une vision stratégique pour
notre économie et nos entreprises.
A cela, nous semblons préférer des
logiques à court terme de comptables
défaitistes (« nous n’avons plus les
moyens d’investir »), de communicants
pressés de faire l’affiche avec des motsclefs comme autant de points gagnants
(« l’Airbus du rail ») ou de banquiers
d’affaires encaissant leur commission
avant de passer au pitch suivant.
On peut imaginer
pour ce groupe français,
leader mondial quasi
centenaire, un destin
plus honorable.
Le cas Alstom est hélas illustratif de la
mauvaise gestion par l’Etat de trop
nombreux dossiers tout aussi stratégiques dans les télécoms, le numérique,
l’énergie, la défense, le nucléaire, les
infrastructures, l’agriculture, le spatial.
L’absence de vision à long terme et de
choix concrets de l’Etat, en termes de
régulation, de prise ou cession de participations, comme de rapprochement
d’entreprises ou de dotation en recherche-développement, pour favoriser des
filières leaders, est plus qu’une honte.
Elle handicape notre souveraineté, nos
entreprises et l’emploi en France, dans
la très âpre compétition mondiale du
moment. L’exécutif actuel, notamment
avec le réemploi intelligent des recettes
de privatisations annoncées, a ici l’occasion de se ressaisir dans ce domaine
majeur, qui déterminera la façon dont
nous vivrons les prochaines décennies.
L’Europe, enfin. Les dernières
années, riches en épisodes violents de
compétition industrielle entre nations
allant jusqu’à l’espionnage ou le dumping écologique et social, auront sans
doute dessillé la naïveté béate de quelques beaux esprits europhiles. Ceux,
notamment, qui expliquaient qu’il fallait que les industriels français de la
défense s’assoient sur leurs intérêts
pour faire émerger leur doux rêve d’une
Europe du secteur. Ce moment est,
hélas, passé. Il demeure que, sans une
forme d’union européenne à réinventer,
qui se dote, elle aussi, d’une ambition de
souveraineté dans les domaines industriels stratégiques, nous serons balayés
par le retour des puissances historiques.
Alors que la Chine, l’Inde, la Turquie,
la Russie, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Japon (qui, avec l’affaire Nissan,
utilise des procureurs à sa botte pour
pousser ses intérêts économiques
nationaux) ont tous compris que le
XXIe siècle serait celui des nationalismes économiques, au nom de quelle
bêtise l’Europe devrait-elle s’interdire
de défendre et promouvoir les intérêts
de ses entreprises, plutôt que ceux des
autres nations ? Cela passe très concrètement par des appels d’offres préférentiels pour les entreprises européennes
(un « Buy European Act »), par une politique de grands travaux financés par
l’Union et par un droit de la concurrence
qui ne soit plus l’alpha et l’oméga de la
politique de la Commission. Mais un
auxiliaire au service d’une ambition
plus importante.
L’Europe n’a pas vocation à être un
marché de consommateurs où l’on
achète des produits et services fabriqués ailleurs. Elle a vocation à protéger
ses citoyens des menaces du XXIe siècle
tout en leur donnant les moyens de lutter dans la compétition mondiale,
qu’elle soit aujourd’hui seulement économique, demain peut-être militaire.
Ce sera sans doute l’un des enjeux des
prochaines élections européennes, et de
la constitution d’une nouvelle Commission européenne, où l’hégémonie allemande annoncée devra être diluée dans
une ambition plus large, portée par des
personnalités ayant fait leurs preuves
dans la période récente. Ainsi de Margrethe Vestager, mais aussi de Michel
Barnier qui a réussi le tour de force
d’unir l’Europe face aux désordres
annoncés du Brexit.
Edouard Tétreau est associé gérant
de Mediafin.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 11
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
LES ARTICLES LES PLUS PARTAGÉS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
opinions
1. « Gilets jaunes » : l’opposition n’approuve pas les annonces sécuritaires
d’Edouard Philippe
2. Attention au ras-le-bol fiscal des cadres
3. Le made in France creuse son sillon dans les entreprises
4. Les téléviseurs à écran déroulable débarquent au CES
5. Impôts : les 20 % de Français les plus aisés, perdants de la décennie
d’après-crise
LE POINT
DE VUE
de Pierre Gattaz
a question du pouvoir d’achat est
évidemment d’actualité et on
voit fleurir moult propositions,
dont certaines laissent un peu sceptique. Il faut rappeler une évidence qui
semble trop souvent oubliée : pour distribuer la richesse, il faut d’abord l’avoir
créée. Or beaucoup de propositions
partent d’une double idée fausse :
1. L’idée que la France est un pays riche
et que le problème n’est qu’une question
de redistribution.
2. L’idée que la redistribution passe
forcément par l’impôt et la taxe.
Ce sont deux erreurs fondamentales
qui ont malheureusement guidé notre
politique depuis trente ans et qui ont
conduit à la situation actuelle. Ce sont
deux erreurs car les réalités que l’on voit
sur le terrain sont les suivantes. Si la
France reste globalement riche, elle ne
l’est plus territorialement de manière
uniforme : des zones très riches
côtoient des zones dévitalisées. Et ceux
qui diffusent le mieux la richesse dans
les territoires, ce sont nos entreprises et
nos entrepreneurs, pas l’impôt ou les
taxes. Car pour créer, produire, vendre,
ils ont besoin de salariés, d’apprentis,
d’associés, de services… et ils impulsent
ainsi des dynamiques territoriales
vertueuses.
Or, depuis trente ans, nos politiques
fiscales ont fait fuir ceux qui irriguaient
L
LA CHRONIQUE
DU CERCLE
DES ÉCONOMISTES
de Jean-Paul Pollin
our le vingtième anniversaire de
l’euro, les « élites » européennes
semblent avoir préféré la discrétion à l’autosatisfaction coutumière. Il
faut dire que les observateurs extérieurs, qui ne sont pas tous des ennemis
de la construction européenne, considèrent généralement que l’union
monétaire est une construction bancale qui a plutôt desservi les intérêts de
ses Etats membres.
De fait, durant ses vingt premières
années, l’euro n’a pratiquement tenu
aucune de ses promesses : il n’a pas
provoqué le sursaut de croissance que
l’on en attendait, il n’a pas contribué à
stimuler les échanges commerciaux ou
financiers entre les pays de la zone et il
n’a pas facilité la convergence entre les
économies partenaires. Son seul véritable succès concerne la maîtrise de
l’inflation pour laquelle la Banque centrale européenne a si bien agi qu’elle
peine actuellement à faire remonter
l’inflation sous-jacente vers l’objectif
des 2 %. C’est-à-dire que la zone continue à flirter avec la déflation.
Mais c’est durant la Grande Récession que la monnaie unique a montré le
plus clairement ses faiblesses. Avant
celle-ci, l’alignement des taux d’intérêt a
incité certains pays à l’endettement
pour financer le logement ou les déficits
publics. Puis, quand la situation s’est
dégradée, le retournement des flux de
capitaux a signé la désintégration
monétaire et financière de la zone. Et,
en l’absence de mécanismes de solidarité, il a provoqué la crise des dettes
P
Comment redonner
du pouvoir d’achat
aux citoyens
nos territoires : les ETI et les PME. La
surtaxation des créateurs de richesse et
des entreprises a conduit à une dévitalisation de nos territoires et à une fuite de
notre potentiel dynamique. Le poids
des prélèvements obligatoires sur le travail, mais aussi la surtaxation du capital
productif, notamment du fait de l’ISF,
ont été des facteurs aggravants de ce
phénomène. Nos voisins, l’Allemagne,
la Suisse ou l’Autriche n’ont pas fait les
mêmes erreurs et leur situation est bien
différente.
Cessons de penser que
la redistribution passe
par l’impôt et la taxe.
Distribuer sans rétablir
la compétitivité,
c’est jeter l’argent
par les fenêtres.
Ainsi, contrairement à ce que l’on
peut lire, une politique en faveur de la
compétitivité des entreprises est une
politique en faveur de l’emploi et du
pouvoir d’achat. Une entreprise qui va
bien, redistribue. Je ne parle pas là de
théorie, mais de réalité économique :
une entreprise qui gagne de l’argent
partage avec toutes ses composantes,
et pas uniquement ses actionnaires.
On peut ergoter sur les montants,
mais cette réalité se vérifie toujours.
Ainsi, le gouvernement a raison de
maintenir le cap d’une politique
entrepreneuriale, de baisse des charges, donc des dépenses publiques et
de dynamisation de la croissance.
Bien sûr, nous, entrepreneurs,
devons aussi être exemplaires : redistribuer la richesse produite, rester
raisonnables dans nos propres rémunérations, partager et accompagner
nos salariés. Mais là aussi, quand on
regarde la réalité du terrain, c’est la plupart du temps le cas, et ce ne sont pas
quelques contre-exemples exceptionnels, trop souvent brandis, qui viennent contredire cette réalité.
Alors que notre pays sort d’une crise
inédite, les solutions simplistes, celles
qui creusent les déficits, qui font porter
le poids du présent aux générations
futures en sacrifiant leur avenir, ne
sont plus possibles. Creuser la dette,
c’est enterrer le futur. Distribuer sans
avoir rétabli les fondements de la
compétitivité, c’est jeter l’argent par les
fenêtres. Il faut parfois rappeler
quelques vérités de base.
L’euro n’a pas tenu le rôle
de bouclier contre
les chocs extérieurs
qu’on lui avait prédit.
Plus profondément, la faiblesse de
l’union monétaire tient au fait qu’elle ne
repose sur aucune souveraineté politique clairement définie, alors que la monnaie en est en principe l’expression. Ce
point avait aussi été invoqué en critique à
la construction de l’euro et la réponse à
cette objection avait été du même ordre :
la création de la monnaie unique serait
une étape cruciale dans la constitution
de l’union politique. Or, ici encore, les
faits ont démenti la prophétie : le fonctionnement de l’union monétaire a
plutôt divisé les Etats qu’il ne les a rapprochés, attisant les rancœurs des uns et
la défiance des autres.
L’ultralibéralisme,
un épouvantail si français
LIBRE
PROPOS
Par Gaspard
Koenig
Pierre Gattaz est président
de Radiall et de BusinessEurope.
L’euro, une monnaie
en manque
de souveraineté
publiques avec les conséquences que
l’on sait. L’euro n’a donc pas tenu le rôle
de bouclier contre les chocs extérieurs
qu’on lui avait prédit. Ces résultats
étaient largement prévisibles, car on
pouvait aisément constater que la zone
euro ne satisfaisait nullement aux critères classiques d’une zone monétaire
optimale. Mais, à l’époque, cette objection avait été balayée en expliquant que
l’instauration de l’union monétaire, en
modifiant la structure des économies,
permettrait d’assurer le respect des critères. Les faits ont démontré la vacuité
de cette argumentation.
Lors de ses vœux aux Français, le président de la République l’a annoncé :
le capitalisme « ultralibéral » va mourir. Photo Lionel Préau / Riva Press
Pourtant, en dépit de toutes ces
déconvenues, l’union monétaire est
devenue irréversible. Parce que les
coûts économiques et politiques de sa
dissolution seraient considérables ; de
plus, les citoyens européens y seraient
hostiles dans leur très grande majorité.
Mais il faut alors trouver des solutions
pour que son fonctionnement ne nuise
pas aux économies de la zone. Logiquement, cela impliquerait de faire aussi
vite que possible, ce qui aurait dû être
fait avant l’introduction de l’euro, c’està-dire la construction d’une souveraineté européenne se concrétisant dans
un budget fédéral, des systèmes sociaux
comparables, une harmonisation des
règles régissant les marchés du travail…
ainsi qu’une vision partagée de l’exercice de la démocratie. Mais un tel projet
qui éclaire le long terme est pratiquement impossible à réaliser dans un
futur proche. Du fait des replis nationalistes et des clivages qui se sont durcis
entre le bloc ordo-libéral du Nord et les
populismes du Sud.
Sur le moyen terme, il faudra donc se
contenter des ravaudages conçus dans
l’urgence pendant la crise : des politiques macroprudentielles nationales
pour moduler les effets hétérogènes de
la politique monétaire unique, des
fonds de secours pour aider des systèmes nationaux d’assurance… Au
mieux, une solution d’attente.
Jean-Paul Pollin est professeur
à l’université d’Orléans et membre
du Cercle des économistes.
es traditions sont respectées : le
« capitalisme ultralibéral » va mourir. C’est ce qu’a annoncé le président
de la République lors de ses vœux aux Français, rabâchant sans ciller une formule que
n’aurait désavouée ni Marine Le Pen, ni
Jean-Luc Mélenchon, ni, au fond, l’ensemble de notre classe politique.
Cette incantation rituelle est une spécialité française : le mot « ultralibéral » est quasi
introuvable dans d’autres langues, où on lui
préfère un « néolibéralisme » davantage
fondé intellectuellement et historiquement.
« Ultralibéral » n’est pas un mouvement
d’idées, mais une simple insulte pour
disqualifier une philosophie politique. Ce
dénigrement a une longue histoire, à gauche, bien sûr, mais aussi à droite : Nicolas
Sarkozy dénonçait en son temps les « ultralibéraux », tandis que Jacques Chirac comparait, dans ses moments de haute réflexion, le
libéralisme au fascisme. A ma connaissance,
le premier chef d’Etat français à avoir conspué le libéralisme est Philippe Pétain, dans
un texte fondateur du nouvel Etat français,
paru dans la « Revue des Deux Mondes » en
septembre 1940. Le Maréchal y dénonce
explicitement le libéralisme comme « un
produit étranger, importé, que la France, rendue à elle-même, rejette tout naturellement »
(alors même que le mot fut inventé par
Maine de Biran, et le principe par Pierre de
Boisguilbert). Le ton fut donné pour un bon
siècle. Triste référence.
La critique sous-jacente, adressée à un
marché dérégulé, régi par la loi de la jungle
(je pioche dans mon dictionnaire personnel
des idées reçues), est pourtant d’une naïveté
confondante. Ce n’est pas le marché qui
s’oppose à la régulation, mais la régulation
qui crée le marché. Historiquement,
Laurence Fontaine a montré comment les
premiers marchés, les foires du Moyen Age,
furent des lieux de création normative (sur
les poids et mesures, par exemple). Michel
Foucault, en lisant les textes fondateurs du
libéralisme, a également interprété le marché comme « lieu de justice », où s’appliquent les règlements et où s’élabore le droit
public. Aujourd’hui, les accords de
« libre »-échange sont des chefs-d’œuvre de
complexité, tandis que les banquiers soumis
à Bâle III ou au régulateur américain, la
redoutée SEC, savent que leur activité est
tout sauf anarchique : la question qui se pose
est celle de la bonne régulation, encoura-
L
geant la responsabilité individuelle plutôt
que la conformité bureaucratique. Pour
exister, le capitalisme a besoin que l’on établisse des droits de propriété, que l’on certifie
les informations et que l’on garantisse la
concurrence. En attendant peut-être la
« blockchain », ce rôle revient à l’Etat. Alors,
pourquoi tant d’acharnement contre l’épouvantail du « capitalisme ultralibéral » ?
Parce que nos élites lui préfèrent le capitalisme à la française, le capitalisme de connivence, fait de dîners au Siècle, de conseils
d’administration endogamiques et de pantouflages énarchiques. A de trop rares
exceptions près, les grands PDG français ne
sont pas des entrepreneurs qui ont réussi en
prenant leurs risques, mais des hommes de
cabinet qui doivent tout à la technostructure
administrative.
A force de bercer
la population du mythe
du « capitalisme
ultralibéral », il ne faut pas
s’étonner qu’elle réclame
un socialisme
ultranationaliste.
En retour, le pouvoir n’hésite pas à donner
ses consignes : le ministre de l’Economie
s’immisce dans les dossiers industriels, des
chantiers de Saint-Nazaire à l’usine Ford de
Blanquefort, et le président de la République
« convoque » les patrons à l’Elysée (merveilleuse expression, pleine de déférence
hiérarchique). Un mode de gouvernement
libéral, ultralibéral si cela vous chante,
consisterait à poser des règles économiques
égales pour tous, sans privilèges, subventions ni sauvetages, et à élaborer une vraie
protection sociale fondée sur l’individu, quel
que soit son statut. La liberté contractuelle
sera d’autant plus légitime que les droits fondamentaux seront assurés de manière
inconditionnelle.
Ce débat n’est pas seulement théorique.
Les « gilets jaunes » sentent confusément
que l’ordre économique est cadenassé et
qu’ils en sont exclus. Mais à force de bercer la
population du mythe du « capitalisme ultralibéral », il ne faut pas s’étonner qu’elle
réclame un socialisme ultranationaliste. Or
ce dont la France a besoin, c’est de vrais capitalistes ; de grands capitalistes mais aussi de
petits capitalistes, comme ceux que l’économiste Hernando de Soto défend depuis les
banlieues de Lima jusqu’aux villages de
Tunisie ; tous ces entrepreneurs en puissance aujourd’hui brimés, méprisés, taxés et
matraqués. Les capitalistes en gilets jaunes !
Gaspard Koenig est philosophe et
président du think tank GenerationLibre.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 // IDEES & DEBATS
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
art&culture
Alexis Michalik, jeune homme de théâtre abonné des molières, réalise son premier long métrage.
« Edmond » met en scène l’écriture de « Cyrano de Bergerac » par Edmond Rostand. Un film
populaire sur la pièce la plus populaire de notre histoire littéraire. Récit d’une success-story.
« Edmond » : à la fin de l’envoi, il touche
Saint Joseph,
priez pour nous !
LA
CHRONIQUE
de Thierry
Gandillot
ls ont quinze ans. Et ils ne laisseraient
personne dire que c’est le plus bel âge de la vie.
C’est un petit groupe soudé de six adolescents
précoces qui fonctionnent à l’écart des autres, ce
qui n’est pas sans créer des tensions. On les juge
arrogants, méprisants, et ils ne font rien pour
améliorer leur image. Au contraire, ils
multiplient les provocations et les postures
jusqu’à provoquer des frictions avec le reste des
élèves de cette institution catholique de SaintJoseph, patron de la bonne mort et consolateur
des agonisants. (« Jésus, Marie, Joseph, assistezmoi dans mes derniers moments, soutenez-moi,
défendez-moi contre les assauts du démon et
accordez-moi d’expirer saintement. » On le précise,
ça peut toujours servir, surtout vers la fin du film.)
Quand il débarque à Saint-Joseph, Pierre remplace
le professeur principal, qui s’est défenestré sous nos
yeux dès la première scène, ce qui a l’avantage de
mettre directement dans l’ambiance. Thésard
spécialiste de Kafka, Pierre conjuguera rapidement
théorie de sa pratique et pratique de sa théorie. Il
comprend que le Club des Six a décidé d’avoir sa
peau comme il a eu celle du professeur précédent.
La chaleur caniculaire ajoute à la paranoïa
alimentée par des coups de téléphone anonymes et
le sentiment d’être espionné en permanence. Mais
Pierre, dont on découvrira qu’il n’est pas fait d’un
bloc, ne se laisse pas impressionner. Il décide
d’enquêter à son tour sur les comportements
étranges de ces adolescents qui se lancent les défis
les plus extrêmes. Ce qu’il va découvrir petit à petit,
nous le découvrirons en même temps que lui.
Comme dans son précédent film,
« Irréprochable », où le personnage incarné par
Marina Foïs basculait dans la folie sous la pression
d’un univers professionnel hyperconcurrentiel,
Sébastien Marnier fait preuve d’une grande
virtuosité dans la montée en puissance du
suspens. Mais sous le couvert d’un film de genre,
il aborde des thèmes autrement plus sérieux
comme le désespoir des adolescents face à la
destruction de la planète, à la violence d’un monde
hanté par la menace des attentats terroristes, à
l’égoïsme des adultes ou à la démission du monde
enseignant. Cette vision nihiliste du monde, les Six
parviendront-ils à l’inoculer à leur professeur ?
En attendant, le spécialiste de Kafka a des
cauchemars et des visions de cafards.
Saint Joseph, priez pour eux ! Pour nous…
I
Thomas Solivérès interprète Edmond Rostand dans le film d’Alexis Michalik. Photo Legende Films - Ezra - Gaumont
seulement vingt-neuf ans, en
1897, Edmond Rostand écrit
« Cyrano de Bergerac ». La
pièce est un succès incroyable. Alors
que les rappels du public se font encore
entendre, le dramaturge se voit décoré
de la Légion d’honneur. Quatre ans
plus tard, il deviendra le plus jeune
membre de l’Académie française. A
seulement vingt-neuf ans, en 2011,
Alexis Michalik met en scène son premier grand succès au théâtre, « Le Porteur d’Histoire ». Avec cette pièce, suivie du « Cercle des illusionnistes », il
sera récompensé de deux molières. Si
Alexis Michalik ne souhaite pas exagérer la comparaison avec l’auteur de
« Cyrano », c’est néanmoins grâce à
Rostand qu’il a remporté son succès
suivant, en 2016 : « Edmond ».
Une douzaine d’acteurs et un rythme
effréné pour présenter parmi les plus
grandes success-stories du théâtre
français. Au début de la pièce, Edmond
A
R o s t a n d n ’e s t p a s
FILM FRANÇAIS
tions d’« Edmond », au
encore trentenaire
Edmond
théâtre du Palais-Royal,
mais déjà démodé, lorsd’Alexis Michalik.
seront acclamées par le
que comparé à l’infatiAvec Thomas Solivérès,
public et la critique. La
gable Feydeau. Le poète
Olivier Gourmet et
pièce raflera cinq molièaccumule les problèMathilde Seigner. 1 h 49.
res.
mes de sous, les remarLe cinéma serait-il
ques de sa femme et les pages blanches.
la suite logique de ce grand succès sur
les planches ? C’est plutôt un retour à
Retour à l’origine
l’origine pour Alexis Michalik. Car, au
Par l’intermédiaire de Sarah Bernhardt,
départ, le jeune franco-britannique
sa protectrice, il propose une pièce au
avait plutôt l’idée d’un film à la
grand Coquelin. L’acteur lui demande
manière du « Shakespeare in Love »
une comédie héroïque dans laquelle il
de Joe Madden, qui raconte comment
pourra manier l’épée. Mais elle sera en
le jeune William retrouve l’inspiravers, répond Edmond. Les deux homtion grâce à l’amour et écrit son plus
mes s’accordent sur le long nez et le titre :
grand chef-d’œuvre, « Roméo et
« Cyrano de Bergerac ». Ces prolégomèJuliette ». Faute de financement,
nes à l’invention de « Cyrano » fournisMichalik ne peut monter son projet
sent le point de départ de la délicieuse
cinématographique et décide d’écrire
pièce d’Alexis Michalik, que « Les
pour la scène. Le succès de la pièce lui
Echos » décrivaient à sa sortie comme
permet de boucler la boucle : et voici
« Une lettre d’amour au théâtre, haletante,
« Edmond » sur grand écran.
joyeuse et émouvante… ». Les représentaAlexis Michalik parvient à déjouer
les pièges du premier film. « Edmond »
ne cherche pas à faire ses preuves dans
une surenchère de plans virtuoses ou
de postures intellectuelles. Tout le
public rit de voir Tchekhov au bordel.
C’est un film populaire, familial, réjouissant, autant que Cyrano, notre héros
national.
Le film garde intentionnellement
une certaine théâtralité. Dans la pièce,
on applaudissait déjà la façon dont le
dernier acte était joué pour de bon
devant les spectateurs. Dans le film, la
dernière scène entre Cyrano et la belle
Roxane nous plonge directement dans
un décor de couvent. On quitte la scène
et les acteurs ; on est avec les personnages de Cyrano. On est dans l’imaginaire
collectif. On sort heureux et ému de
cette ode cinématographique au théâtre. En apesanteur. Alexis Michalik
tient aussi bien les paris que Cyrano de
Bergerac : à la fin de l’envoi, il touche.
— Julia Denis
Louis-Julien Petit ne se lasse pas de filmer la « France d’en bas » et ses petits soldats en guerre contre l’inacceptable. En
2015, dans « Discount », le cinéaste s’intéressait au combat des employés d’un
supermarché qui, désireux de briser les
chaînes de la précarité, montaient leur
propre entreprise coopérative. L’année
suivante, pour Arte, il mettait en scène
« Carole Matthieu », un téléfilm incarné
par Isabelle Adjani où il radiographiait la
souffrance au travail et ses conséquences funestes. En ce début d’année, l’obs-
tiné Louis-Julien Petit
FILM FRANÇAIS
leur région, ironiquecreuse le même sillon
Les Invisibles
ment baptisé « L’Envol »,
avec « Les Invisibles »,
De Louis-Julien Petit,
va fermer ses portes à la
une fiction sur les réaliavec Audrey Lamy,
suite d’une décision
tés sociales les plus somCorinne Masiero,
administrative absurde.
bres de l’Hexagone où,
Noémie Lvovsky… 1 h 42.
Aidées par les travailleumalgré la noirceur de
ses so ciales qui les
son argument scénaristique, il privilégie
côtoient et les soutiennent depuis des lusla drôlerie et l’impertinence. Les héroïtres, ces héroïnes du quotidien entament
nes de ce film à la fois réaliste et réjouisune lutte à la fois vitale et cocasse pour ne
sant ? Des femmes SDF du nord de la
pas céder à la sinistrose.
France qui, avec l’humour du désespoir,
préfèrent taire leur vrai patronyme et se
Toutes ensemble !
font appeler Lady Di, Mimie Mathy ou
Témoigner de la violence économique et
Brigitte Macron.
sociale de notre époque, mais fuir
Contraintes de survivre dans la rue,
comme la peste la complaisance et le
ces femmes usées par des années
misérabilisme… Fidèle à ses principes de
de misère se révoltent le jour où elles
toujours, Louis-Julien Petit signe avec
apprennent qu’un centre d’accueil de
« Les Invisibles » une comédie sociale à
avec Laurent Lafitte, Emmanuel Bercot, Pascal
Gregory, Luàna Bajrami, Victor Bonnel. 1 h 43.
Film en bref
FILM ARGENTIN
L’Ange
De Luis Ortega, avec
Lorenzo Ferro, Chino Darin,
Mercedes Moran… 1 h 55.
« Les Invisibles » ? Mieux vaut en rire !
Le talentueux Louis-Julien Petit
met en scène des femmes SDF
qui refusent de se résoudre au
pire. Résultat : une comédie
sociale offensive et cocasse.
L’Heure de la Sortie de Sébastien Marnier,
Aires, au début des années 1970. Carlitos,
•unBuenos
lycéen de dix-sept ans, arbore un charmant
la fois offensive et euphorisante qui rappelle les meilleures réussites britanniques du genre, en premier lieu « The Full
Monty », de Peter Cattaneo, l’histoire
désopilante d’une bande de chômeurs
de Sheffield qui tentaient de conjurer le
mauvais sort économique en devenant…
strip-teaseurs. Avec son scénario inventif et ses actrices survoltées (Audrey
Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky) qui dialoguent avec des comédiennes non professionnelles incarnant
leurs propres rôles de SDF (des rôles qui,
hélas, n’ont pour elles rien de fictionnel),
Louis-Julien Petit signe le film français le
plus juste, le plus puissant et… le plus
drôle de ce début d’année. Des invisibles
à découvrir et à aimer de toute urgence.
— Olivier De Bruyn
minois qui ne laisse personne indifférent. Mais, derrière ce visage angélique, se cache un tempérament… diabolique. D’abord petit délinquant, le
héros, accompagné par un ténébreux acolyte, ne va
pas tarder à devenir un tueur incontrôlable qui
sème partout la mort sur son passage. Dans son
nouveau film, le cinéaste argentin Luis Ortega
(« Black Box », « Lulu ») s’inspire de l’aventure sanguinaire réelle de Carlos Eduardo Robledo Puch, un
criminel argentin des années 1970 qui fut surnommé « L’Ange de la mort ». Stylisé et envoûtant,
le film, qui rappelle à la fois les fictions mafieuses de
Martin Scorsese et certains récits identitaires de
Pedro Almodóvar (cinéaste associé à la production
de « L’Ange »), entraîne dans son récit dérangeant
et, en creux, dresse un portrait acide de l’Argentine
des années 1970, marquée au fer rouge par la corruption, le consumérisme et le culte de l’ultraviolence. Un film noir fiévreux et singulier qui mérite
de ne pas passer inaperçu. — O. D. B.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 13
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
enquête
Vidéoprotection :
jusqu’où iront les villes
Nice est la ville de France la plus équipée avec 2.145 caméras sur la voie publique (et 170 dans les rames du tramway) pour 344.000 habitants. Photos Valery Hache/AFP ; Karim Daher
SÉCURITÉ // Les maires sont de plus en plus
nombreux à installer des caméras dans les rues.
Même si leur efficacité n’est pas avérée,
certains d’entre eux rêvent d’aller plus loin et d’investir dans des drones ou de l’intelligence artificielle.
Nathalie Silbert
@natsilbert
a-t-il des images ? Aujourd’hui,
dans la quasi-totalité des enquêtes,
c’est la première question posée par
tout procureur ou juge. Les caméras de surveillance installées sur la voie publique sont
en effet souvent aux premières loges. « On ne
saurait plus travailler sans ces outils », constate Elisabeth Sellos-Cartel, chargée de la
vidéoprotection à la délégation aux coopérations de sécurité au ministère de l’Intérieur.
« Big Brother is watching you » n’est plus un
chiffon rouge pour les maires. Au vu des
autorisations délivrées par les préfets, plus
de 6.000 communes sont aujourd’hui équipées… quinze fois plus qu’en 2006, dont près
de la moitié aidée financièrement par l’Etat,
selon la Place Beauvau. Nice, championne
de France, avec 2.145 caméras sur la voie
publique (et 170 dans les rames du tramway)
pour 344.000 habitants, Paris, Lyon, Marseille etc. : la quasi-totalité des grandes villes
ont investi dans ces technologies.
Assorti d’un Fonds interministériel de
prévention de la délinquance (FIPD) pour
aider les villes à se doter de caméras, le plan
vidéoprotection lancé en 2008 par Nicolas
Sarkozy a conquis les maires. D’autant que,
dans la foulée, la terminologie a subtilement
évolué : on est passé de la vidéosurveillance
à la vidéoprotection. Soit « un outil qui n’a
pas pour but de réprimer mais de prévenir les
délits », note Aloïs Ramel, avocat chez Seban
& Associés. Depuis, l’usage des caméras a
été étendu à la vidéoverbalisation des infractions routières. De façon générale, la vidéoprotection est très encadrée juridiquement.
« Sous la pression à la fois des attentats, des
troubles à l’ordre public, et des citoyens, s’équiper est de plus en plus consensuel », constate
Juan Companie, chargé de mission Sécurité
à l’Association des maires de France.
Y
« Mettre la pression »
sur les délinquants
Les partisans mettent tous en avant les
mêmes arguments pour justifier l’utilité des
caméras dans la lutte contre les délits les
plus fréquents (trafics, agressions, dégradations, vols à la tire…) souvent à l’origine du
sentiment d’insécurité : selon eux, elles dissuadent certains délinquants de passer à
l’acte. « L’objectif est de leur mettre suffisamment de pression pour les obliger à bouger »,
explique le vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France en charge de la sécurité
et ancien directeur de la police nationale,
Frédéric Péchenard. La vidéo accélère aussi
le temps d’intervention des forces de l’ordre,
si une scène inquiétante est observée, et permet de mieux calibrer les patrouilles à
envoyer. Enfin, elle aide à la résolution des
enquêtes, comme récemment à Saint-Ouen
où des jeunes ayant incendié des voitures
ont été confondus grâce à la vidéosur-
Mode d’emploi
Avant d’implanter
des caméras, la commune
doit faire réaliser un audit
de sécurité par la gendarmerie ou la police nationale.
Puis obtenir le feu vert du
préfet, sur avis de la commission de vidéoprotection.
Dans un dossier détaillé,
elle doit décrire le nombre de
caméras envisagé, la technologie utilisée, l’emplacement
où elles seront installées, leur
orientation… « Les caméras ne
doivent pas porter atteinte à la
vie privée. Elles ne peuvent par
exemple filmer les intérieurs
des appartements », souligne
l’avocat Alain Bensoussan.
Chaque modification du plan
de vidéoprotection est suspendue à une nouvelle autorisation. Les vidéos sont conservées un mois maximum.
Elles ne peuvent être visionnées que sur requête d’un
procureur ou d’un officier
de la police judiciaire (OPJ).
veillance. Le mouvement transcende les clivages politiques. A Firminy (17.000 habitants), Marc Petit, le maire Front de gauche,
qui était rétif aux caméras, s’y est converti
après la flambée de violence et l’arrivée de
bandes de la banlieue lyonnaise à l’été 2009.
« Les caméras ne résolvent pas tout, dit-il,
mais elles ont une efficacité, surtout après la
baisse des effectifs de la police nationale engagée par Nicolas Sarkozy. Ne pas investir, c’était
faire le lit du Front National. » L’édile a fait des
émules dans sa région, même parmi les maires PC, tel celui de La Ricamarie. Tout le
monde ne partage pas cet engouement.
Brest est ainsi la dernière grande ville sans
dispositif de surveillance, ni police municipale. A Pordic, dans les Côtes-d’Armor
(6.900 âmes), quelque 150 habitants ont
manifesté fin 2018 contre la politique « tout
sécuritaire » du maire qui veut faire de Pordic une ville surveillée et armée. Les « anticaméras » jugent que ces outils portent
atteinte aux libertés individuelles. Ils mettent aussi en doute leur efficacité et pointent
le coût élevé : entre 8.000 et 15.000 euros par
caméra, auquel s’ajoutent les frais de maintenance, les salaires des agents qui regardent les vidéos… En 2011, la Cour des comptes avait apporté de l’eau à leur moulin,
regrettant l’absence d’évaluation de ces dispositifs.
Le constat n’a pas changé. Directeur de
recherche au CNRS et auteur de « Vous êtes
filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance », Laurent Mucchielli va même
plus loin : pour lui, les caméras ne font que
déplacer la délinquance tandis que leur rôle
dans l’élucidation des délits concerne moins
de 3 % des enquêtes. La Ligue des droits de
l’homme pointe aussi les failles du système :
« A Nice, la multiplication des caméras n’a pas
empêché l’attentat meurtrier du 14 juillet
2016. » De même à Strasbourg, endeuillée
par une attaque sur le marché de Noël en
décembre. « Le dispositif de surveillance a
contribué à identifier aussitôt l’auteur, Cherif
Chekatt », observe néanmoins Cédric
Michel, président du Syndicat de défense des
policiers municipaux.
Surveillance renforcée à Paris
Quoi qu’il en soit, après avoir atteint un pic
sur la période 2010-2013, les demandes
d’autorisation pour s’équiper se maintiennent à un niveau élevé. A Paris où la Préfecture de police a la main sur la sécurité, après
les fusillades à « Charlie Hebdo » puis au
Bataclan en 2015, la surveillance a été renforcée, avec 165 nouvelles caméras dômes. Leur
nombre s’établit ainsi à 1.364, une vingtaine
restant à implanter. Se sont ajoutées 2.000
caméras fixes installées dans le cadre du
plan antiterroriste, selon le ministère de
l’Intérieur.
Au Conseil de Paris, la sécurité est un sujet
qui divise. « Dans l’opposition, on souhaiterait voir beaucoup plus de caméras sur la voie
publique », observe Colombe Brossel,
adjointe chargée de cette question.
L’emballement pour la vidéoprotection a
fait tache d’huile dans les petites communes.
« Elles veulent surveiller les entrées et les sorties de ville, les ronds-points et les bâtiments
publics », note-t-on chez Eiffage Energie qui
a équipé une trentaine de villes en Ile-de
France. Ainsi, Mouroux (5.230 âmes) en Sei-
ne-et-Marne va dépenser 700.000 euros
pour installer 90 caméras, soit une pour 58
habitants ! « Mouroux est traversée par trois
départementales. On a déjà été confronté à des
recherches d’individus », explique le maire
adjoint Laurent Barré, qui espère aussi lutter contre des dégradations dans la ville qui
coûtent cher en réparation.
Flou juridique
D’une commune à l’autre, l’état des dispositifs est cependant très variable. Dans certaines, quelques caméras se contentent d’enregistrer des images. Dans d’autres, faute
d’être passées au numérique, les vidéos,
d’une qualité médiocre, sont difficiles à
exploiter. Le dispositif le plus abouti : celui
où des caméras sont reliées à un centre de
surveillance urbain (CSU), avec des opérateurs scrutant les images 24 heures sur 24,
sept jours sur sept et une connexion au commissariat. C’est le cas à Saint-Etienne, parmi
les villes françaises les plus peuplées (171.300
habitants). Gaël Perdriau, le maire LR, a fait
de la sécurité un argument de campagne
pour être élu en 2014. Sous son impulsion, le
nombre de caméras a été triplé, porté à 320,
Les « anti-caméras »
jugent que ces outils
portent atteinte aux
libertés individuelles.
et les effectifs de la police municipale ont
bondi de 90 à 161. « C’était la condition pour
faire revenir en centre-ville des Stéphanois qui
ne s’y sentaient plus en sécurité et attirer des
investisseurs qui construisent des logements et
créent des enseignes », justifie l’édile. Le CSU
de la ville emploie 38 agents (14 opérateurs
de vidéoprotection et 24 policiers municipaux), qui se relaient en permanence devant
14 écrans affichant, chacun, de une à neuf
vidéos issues de caméras différentes.
« En 2017, un millier d’interventions
ont été déclenchées grâce aux
seules images », précise
Cédric Renaud, directeur
de la police et de la sécurité civile municipales. Résultat : début
2018, la police
nationale aurait
fait état, lors d’une
séance du Conseil
local de sécurité et
de prévention de la
délinquance, d’un recul
de 21 % des violences urbaines
entre 2016 et 2017. Ironie de
l’histoire : lors du défilé des
« gilets jaunes » le 1er décembre,
Saint-Etienne a subi de gros dégâts, les
CRS étant mobilisés sur la Fête des
Lumières à Lyon… Pour Gaël Perdriau, la
vidéoprotection ne suffit plus : il a
équipé une partie de sa police municipale de
caméras piétons accrochées au torse – le fait
d’être filmé « fait baisser la tension » et « offre
des éléments de preuve indiscutables », dit-il.
Et veut expérimenter un drone ainsi qu’un
logiciel qui repérera les sons anormaux sur
la voie publique et préviendra le CSU.
Comme lui, beaucoup d’élus rêvent de
sophistiquer leur dispositif de surveillance,
séduits par les promesses des technologies
innovantes proposées par les industriels.
Les capteurs et logiciels permettant de
détecter des mouvements de foule, des
allers-retours répétés d’un individu sur un
lieu ou un colis abandonné sont au point.
« Les plus grandes villes françaises utilisent
déjà des caméras intelligentes », assure Axel
Garcia chez Bosch, premier fabricant mondial de sécurité électronique. « L’idée est
d’avoir des caméras efficaces pendant les incidents », résume Dominique Legrand, président de l’Association nationale de la vidéoprotection, qui regroupe collectivités et
fabricants. Pour cela, il faut des outils mobiles : caméras nomades et drones. Un flou
juridique entoure l’usage des nouvelles technologies. « Ni l’analyse comportementale, ni
l’usage de drone, ni les applications sécuritaires sur smartphone n’ont de cadre légal »,
note Juan Companie. Début 2018, la Commission nationale de l’informatique et des
libertés (CNIL) a toutefois sommé Nice de ne
plus utiliser Reporty, une application qui
permettait à un citoyen de dénoncer en
temps réel un délit à la police municipale.
Plus restrictive que d’autres pays, la France
prohibe clairement la reconnaissance
faciale. « La loi interdit de stocker dans un
fichier des visages ou des plaques d’immatriculation », souligne Axel Garcia. Ce que certains regrettent, comme Dominique
Legrand. « Après la fusillade de Strasbourg,
on a perdu la trace de Cherif Chekatt pendant
48 heures. Une technologie plus performante
aurait peut-être permis de le retrouver plus
rapidement. »
Pour Frédéric Péchenard,
une évolution est probable.
« Demain, la reconnaissance
faciale sera le troisième fichier de la
police scientifique », prédit-il, rappelant que,
dans le passé, les
emprein
tes génétiques ont donné
lieu à des débats
similaires à ceux
qui entourent ce nouvel outil. La Chine, bien
sûr, où elle s’invite désormais dans le quotidien, mais
aussi la Grande-Bretagne et les
Etats-Unis ont déjà franchi le pas.
A Orlando, en Floride, après l’attentat le plus
meurtrier depuis le 11 septembre 2001 sur le
sol américain, Amazon a signé avec la police
locale afin d’installer son programme Rekognition de reconnaissance faciale sur un
tiers des caméras de surveillance de la ville,
dans un concert de protestations. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 //
Mercredi 9 janvier 2019Les Echos
,
Budget de l’Etat 2018 : 390,8 milliards d’euros // PIB 2017 : 2.420 milliards d’euros courants
// Plafond Sécurité sociale : 3.377 euros/mois à partir du 01-01-2019 // SMIC horaire : 10,03 euros
à partir du 01-01-2019 // Capitalisation boursière de Paris : 1.406,33 milliards d’euros (au 28-12-2018)
// Indice des prix (base 100 en 2015) : 103,45 en novembre 2018 // Taux de chômage (BIT) : 9,1 %
au 3e trimestre 2018 // Dette publique : 2.322,3 milliards d’euros au 3e trimestre 2018
Les chiffres
de l'économie
EN FRANCE
À L’ÉTRANGER
FOOTBALL LE TOULOUSAIN
TOBIDO REJOINDRA BARCELONE
SYRIE TENSION ENTRE
WASHINGTON ET ANKARA
Le jeune défenseur central français
du Toulouse FC Jean-Clair Todibo
rejoindra à partir du 1er juillet le FC
Barcelone libre de tout contrat, a
annoncé mardi le club espagnol.
Todibo, 19 ans, n’a plus joué depuis
début novembre en Ligue 1 avec le
TFC après son refus de signer un
contrat professionnel qui aurait permis au club d’empocher des indemnités de transfert en cas de départ.
Le conseiller américain à la sécurité
nationale, John Bolton, venu à Ankara
discuter du retrait américain prévu de
Syrie, n’a pas été reçu finalement mardi
par le président turc Recep Tayyip
Erdogan, qui lui reproche d’avoir
défendu la milice kurde syrienne YPG.
Washington estime qu’elle combat
Daech efficacement et veut la garantie
de la Turquie qu’elle ne la massacrera
pas après le retrait américain de Syrie
dans quelques mois, alors qu’Erdogan
la considère comme terroriste.
PYRÉNÉES L’ENNEIGEMENT
AU PLUS BAS DEPUIS
VINGT-DEUX ANS
L’Union européenne a inscrit mardi
une division des renseignements iraniens sur sa liste des organisations terroristes, a annoncé le Danemark qui
accuse Téhéran d’avoir fomenté une
opération sur son sol visant des opposants. Il s’agit de la « Direction pour la
sécurité intérieure » du renseignement iranien et de deux responsables
de cette division, dont son chef, Saeid
Hashemi Moghadam, après des projets déjoués en France et au Danemark.
MADAGASCAR RAJOELINA
CONFIRMÉ PRÉSIDENT
Le pilote alsacien s’est adjugé la deuxième étape du Dakar-2019. Il décroche ainsi son onzième succès en quatre participations et grimpe à la 5e place au classement général. En prenant la tête autour du kilomètre 150, il a devancé de 8 secondes
l’Espagnol Nani Roma et le Néerlandais Bernhard ten Brinke. Après une performance moyenne lors de la première étape,
Sébastien Loeb vient de montrer à tous ses concurrents qu’il allait falloir compter avec lui.
Photo : Franck Fife/AFP
« PENDEZ LES BLANCS » UN
RAPPEUR DEVANT LA JUSTICE
Propulsé hors de l’anonymat cet
automne par le tollé suscité par son
clip « Pendez les Blancs », le rappeur
noir Nick Conrad est jugé ce mercredi
à Paris pour « provocation directe à
commettre des atteintes à la vie ». La
diffusion de ce clip avait enflammé les
réseaux sociaux et suscité de nombreuses condamnations, y compris
du gouvernement. Alors ministre de
l’Intérieur, Gérard Collomb avait
dénoncé des « propos abjects ».
SOCIÉTÉ FERMETURE
DE L’UNIQUE RESTAURANT
NATURISTE DE PARIS
L’unique restaurant naturiste de
Paris a annoncé mardi sa fermeture
en février prochain, faute de clients.
Installé dans le 12e arrondissement de
Paris, O’Naturel avait ouvert en
novembre 2017. Une fois passés par le
vestiaire, les clients en costume
d’Adam ou d’Eve pouvaient profiter
de menus allant de 39 à 49 euros.
Rijasolo/AFP
ÉDITION DÉCÈS DE LA
ROMANCIÈRE ALINE KINER
La romancière et journaliste Aline
Kiner est décédée lundi à l’âge de
59 ans « après des années de lutte
contre la maladie », a annoncé mardi
son éditeur. Cette passionnée d’histoire était notamment l’auteure de
« La Nuit des béguines », fresque littéraire sur le destin d’une communauté
de femmes à Paris au Moyen Age. Elle
« travaillait à un nouveau projet
autour de la figure du bouc émissaire
dans la France du XIVe siècle ».
Sébastien Loeb fait ses preuves au Dakar 2019
IRAN L’EUROPE PLACE UNE
DIRECTION DU RENSEIGNEMENT
SUR SA LISTE TERRORISTE
Eric Cabanis/AFP
Le niveau d’enneigement dans les
Pyrénées est jusque-là le plus bas
recensé depuis la mise en place, il y a
vingt-deux ans, de mesures de référence aux lacs d’Ardiden (Hautes-Pyrénées), situés à 2.450 mètres d’altitude, selon Météo-France. A cette
altitude, la couche de neige atteint
actuellement 42 cm contre 1,10 m en
moyenne ces vingt dernières années.
Seule la moitié des stations pyrénéennes ont partiellement ouvert
leurs domaines aux skieurs.
LA PHOTO DU JOUR
La Haute Cour constitutionnelle
(HCC) malgache a validé, mardi, la victoire de l’ancien chef de l’Etat Andry
Rajoelina à l’élection présidentielle du
mois dernier en rejetant toutes les
requêtes en annulation pour fraude de
son rival Marc Ravalomanana. « Est
déclaré élu président de la République
Andry Rajoelina », a déclaré le président de la HCC, Jean-Eric Rakotoarisoa, sous les acclamations.
AUTRICHE LA POSTE VEND
DES DONNÉES POLITIQUES
La poste autrichienne a reconnu,
mardi, collecter et commercialiser
des données sur les « affinités politiques » présumées de ses clients, assurant ne rien voir d’illégal à cette pratique, alors que des révélations de
presse l’ont placée sous le feu des critiques dans la foulée du scandale
Facebook.
ALLEMAGNE AGRESSION
D’UN DÉPUTÉ D’AFD
Angela Merkel et les principaux partis
allemands ont sévèrement condamné
mardi le passage à tabac de Frank
Magnitz, un député du parti AFD
d’extrême droite, lundi soir, dans la
ville de Brême, par trois personnes qui
ont pris la fuite, dernière illustration du
net raidissement du climat politique
dans le pays depuis plus d’un an. Les
forces de l’ordre parlent « d’un acte
politiquement motivé ».
ON EN PARLE À BUDAPEST
Les syndicats hongrois se mobilisent
contre la réforme du Code du travail
Des leaders syndicaux ont appelé à une grève nationale le 19 janvier.
Une première en Hongrie depuis la chute du communisme
Catherine Chatignoux
@chatignoux
dicats ont appelé à une « grève
nationale » le 19 janvier, contre
la loi qu’ils qualifient d’« esclavagiste », car elle porte à 400 le
nombre d’heures supplémentaires qu’un salarié pourra être
amené à travailler chaque
année. Leur rémunération
pourra, elle, attendre jusqu’à
trois ans. « C’est peut-être le
signal d’une résurgence des syndicats qui avaient perdu de leur
influence ces trente dernières
années depuis la fin du communisme », note l’agence Bloomberg. Avec environ un travailleur sur dix affilié, le taux de
syndicalisation est très faible en
Hongrie, comme ailleurs à l’est
de l’Europe, mais une grève largement suivie porterait un coup
à l’image d’un gouvernement
e passage à la nouvelle
année n’a pas balayé en
Hongrie – pas plus qu’en
France – la colère d’une partie de
l’opinion publique. Durant le
week-end, plusieurs milliers de
protestataires mobilisés par
l’opposition, les syndicats et les
ONG, ont bravé le froid et se sont
rassemblés devant le Parlement. Ils s’en sont pris au Premier ministre, Viktor Orbán, et
ont réclamé, comme lors des
précédentes manifestations, le
retrait de deux lois récemment
adoptées et une plus grande
liberté de la presse.
Pour la première fois depuis
la chute du rideau de fer, des syn-
L
Orban solide et consensuel, à
quelques mois des élections
européennes dont le dirigeant
autocrate aimerait faire une
tribune pour exporter ses
idées sur la démocratie illibérale et la défense des valeurs
chrétiennes.
Pénurie
de main-d’œuvre
Le projet de loi a été inspiré par
la pénurie de main-d’œuvre qui
sévit en Hongrie et par le refus
du gouvernement d’ouvrir le
marché du travail à des travailleurs immigrés. Une stratégie largement soutenue par les
électeurs de Viktor Orbán. La
croissance économique est
forte, le chômage faible et les
salaires montent en flèche, ce
qui donne peu de prise au mouvement syndical. L’opposition a
beau dénoncer la soumission du
pouvoir aux groupes étrangers
comme BMW ou Volkswagen et
certains syndicalistes redouter
que cette loi sur les heures supplémentaires porte atteinte à la
cellule familiale, il n’est pas sûr
que la vague de protestation se
déploie massivement. D’autant
que Viktor Orbán jouit toujours
d’un niveau élevé de popularité.
Reste que l’inquiétude des Hongrois s’étend bien au-delà du
marché du travail : la réforme de
la justice administrative, l’autre
loi votée à la mi-décembre, a
réduit l’indépendance des
magistrats et le pouvoir multiplie les restrictions à la liberté
des médias. n
7
6
5
5
6
JEUDI
DI
-1/4
1/4
4
6
9
-2/3
3/7
3
7
4
5
2
5
0/6
3
4
1/6
5
1/5
4
4
3
-4/1
4/1
3/8
5
2
VENDRED
DI
7
7
-1/5
1/5
-2/5
2/7
1
12
11
6
8
4/8
9
7
1
11
1/3
/
6/10
SAMEDI
3/7
12
2/6
2/5
5/7
2/11
11/15
8/13
2/4
2/3
-1/3
3/6
-1/4
2/5
20/28
21/27
20/233
3/4
-1/3
0/2
17/19
17/23
18/25
0/5
6/11
6/9
2/5
0/6
4/7
6/13
4/10
1/8
2/9
0/8
0/6
-18/-133
-10/-8
-12/-9
9
5/7
0/2
-6/-3
28/41
26/41
27/41
14/15
11/15
11/14
7/8
9/10
11/12
24/31
24/31
24/29
9
21/23
22/27
21/30
4/6
3/8
5/12
1/3
-6/-4
-9/-6
-1/2
-2/0
-6/0
JEUDI
-1/5
1/5
5
7
VENDREDI
NDREDI
4/6
3/10
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mercredi 9 janvier 2019
www.lesechos.fr
Les réserves
de la banque
centrale ont
augmenté
de 10 tonnes
en décembre.
// P. 28
DEVISES EUR/GBP 0,8996 EUR/JPY 1,2425 EUR/CHF 1,1227 GBP/USD 1,2714 USD/JPY 1,0859 USD/CHF 0,9811 TAUX EONIA -0,365 LIFFE EURIBOR 3 MOIS -0,31 OAT 10 ANS 0,6989 T-BONDS 10 ANS 2,7116
INDUSTRIE & SERVICES
RENAULT
DERNIÈRE HEURE
Le plaidoyer de Carlos Ghosn
face au juge. // PP. 16 ET 17
Péages : pas de gel des tarifs,
mais des réductions ciblées en vue
ÉNERGIE
Le régulateur de l’Energie, prêt
à quitter son poste. // P. 18
SIKA
Le spécialiste helvète convoite
le français Parex.
Le Negresco
orphelin
de sa « dame »
Chrsitiane Navas
— Correspondante à Nice
// P. 18 ET « CRIBLE » P. 32
Jeanne Augier a tiré sa révérence. A
95 ans, diminuée depuis plusieurs
années par la maladie d’Alzheimer, « La
dame du Negresco », qui avait toujours
ses appartements au sixième étage du
palace niçois, s’en est définitivement
allée. « Pour les 180 salariés, très émus,
c’est une période transitoire d’inquiétude
et d’incertitude qui s’ouvre », a souligné
Me Candice Guignon Begazi, avocate du
comité d’entreprise.
Jeanne Augier, qui avait racheté l’établissement en 1957 avec son époux, Paul
Augier, n’a pas laissé de descendance.
Ayant toujours repoussé les offres
d’achat, elle avait pris des dispositions en
2009 pour protéger le palace musée,
emblématique de la promenade des
Anglais avec sa coupole rose. La création
d’un fonds de dotation visait à protéger
l’établissement hôtelier de la convoitise de
grands groupes internationaux. Mais son
objet social trop flou, « soulager la misère
animale et humaine » n’a pas permis d’éviter la multiplication des difficultés.
DR
VINCI
Le groupe français double la mise
à Lisbonne. // P. 19
LUXE
Paris lance une grande école
internationale de la mode.
// P. 20
HIGH-TECH & MÉDIAS
ÉLECTRONIQUE
Les téléviseurs à écran déroulable
débarquent au CES. // P. 21
SAMSUNG
Après Apple, le géant sud-coréen
déçoit sur les ventes
de smartphones.
Les sociétés d’autoroutes pourraient faire un geste pour les automobilistes sur leur trajet domicile-travail. Photo Shutterstock
// P. 22 ET « CRIBLE » P. 32
Le gouvernement attend des
concessionnaires des mesures pour baisser la facture
des usagers quotidiens.
START-UP
ÉVÉNEMENT
Reconnaissance vocale :
comment les start-up tricolores
tirent leur épingle du jeu.
// P. 23
Lionel Steinmann
@lionelSteinmann
AMAZON
Le combat de titans entre la firme
de Seattle et Google continue.
// P. 23 ET « CRIBLE » P. 32
Shutterstock
PME & RÉGIONS
INSERTION
L’Ile-de-France veut rattraper
son retard dans l’économie sociale
et solidaire. // P. 24
FINANCE & MARCHÉS
BOURSE
Les groupes du CAC 40 ont versé
57,4 milliards à leurs actionnaires.
// P. 26 ET L’ÉDITORIAL
DE GUILLAUME MAUJEAN P. 9
BANQUE
L’Etat italien vole au secours
de la banque Carige. // P. 27
CARNET // P. 31
SUR
DANS
« LA CHRONIQUE
BOURSE »
À 13H ET 17H30
DU LUNDI AU VENDREDI
Le gouvernement a demandé aux concessionnaires autoroutiers de formuler d’ici au
début de la semaine prochaine des « propositions » pour « prendre en compte les attentes
des Français en termes de pouvoir d’achat »,
mais les automobilistes ne doivent pas
s’attendre à des mesures spectaculaires.
Un gel de l’augmentation des tarifs, qui
doit intervenir comme chaque année le
1er février, n’est en particulier pas à l’ordre du
jour. La hausse moyenne prévue pour 2019
est de 1,8 %, a confirmé mardi lors d’une rencontre avec des journalistes une porte-parole de Sanef, l’une des trois principales
sociétés concessionnaires françaises. Et les
entreprises concernées, contrats à l’appui,
n’entendent pas y renoncer.
« La très mauvaise idée, ça serait de refaire
ce qui a été fait en 2015 en annonçant un gel
imposé par l’Etat, qui donne droit à compen-
sation à ces sociétés concessionnaires. Ce qui
fait que c’est le pouvoir d’achat de demain
qu’on ampute, en faisant semblant de préserver le pouvoir d’achat d’aujourd’hui », a
assuré mardi Elisabeth Borne sur franceinfo. La ministre des Transports parle
d’expérience, puisqu’elle était à l’époque
directrice de cabinet de Ségolène Royal,
ministre chargée des Transports, qui avait
pris tout le monde par surprise en annonçant cette mesure. Les autoroutiers avaient
obtenu une compensation étalée sur quatre
ans, dont +0,25 % cette année.
Les concessionnaires n’étaient pas contre
un nouveau gel (ils ont, de bonne source,
proposé eux-mêmes cette option à la ministre vendredi dernier), mais en échange d’un
allongement de la durée de leurs concessions, solution dont la ministre ne veut pas
entendre parler.
Des efforts sans contrepartie
Les efforts attendus seront sans contrepartie, a confirmé Sanef. Leur portée sera de
facto limitée, ou plus précisément très
ciblée. « La commande […] est d’essayer de
trouver un système permettant de faire un
geste pour les automobilistes sur leur trajet
domicile-travail », a expliqué Xavier
Huillard, le PDG de Vinci, en marge d’un
déplacement à Lisbonne. De quoi répondre
aux « gilets jaunes », et donner du grain à
moudre au gouvernement, qui affiche sa
priorité aux transports du quotidien.
Pour illustrer le propos, la porte-parole de
Sanef a avancé l’exemple d’une formule
d’abonnement mise en place sur l’A4 à SaintAvold (Moselle) : les usagers peuvent acheter
un forfait de 40 passages par mois (soit
5 allers-retours par semaine) pour 119 euros,
au lieu de 176 euros dans le cas d’achat à
l’unité. Des mesures de ce type pourraient être
étendues à d’autres sections d’autoroutes.
Cette formule a un autre avantage : dans
un second temps, les pouvoirs publics pourraient inciter les employeurs à prendre à leur
charge une partie de ces forfaits autoroutiers, à l’image de ce qu’ils doivent déjà faire
pour les usagers des transports en commun.
L’économie pour les automobilistes concernés serait d’autant plus importante.
Autres pistes évoquées par Sanef : sur l’A14,
les véhicules électriques ont droit à un rabais
de 50 %, et les covoitureurs (trois passagers
ou plus) bénéficient eux aussi de réductions.
Mais l’extension de cette première mesure ne
concernerait que très peu de bénéficiaires, et
la seconde suppose l’installation de caméras
de contrôle sur les portiques de péages, ce qui
implique des mois de travaux. n
« Gilets jaunes » : Leetchi clôt la cagnotte
de soutien au boxeur accusé de violences
La polémique avait pris tellement d’ampleur
qu’elle a fini par faire réagir le gouvernement.
Mardi, la plate-forme en ligne de collecte de
dons Leetchi a annoncé avoir clos la cagnotte
de soutien à l’ancien boxeur Christophe Dettinger, filmé en train de porter des coups à
deux gendarmes sur une passerelle à Paris,
samedi, lors de l’acte VIII des « gilets jaunes ».
Cette cagnotte rassemblait plus de
117.000 euros mardi matin, une somme destinée à soutenir l’auteur présumé des faits, qui
s’était rendu à la police la veille et qui était toujours en garde à vue mardi après-midi. Dans
la matinée, le nombre de donateurs continuait à grimper (près de 7.500 à 10 h 45), mais
le montant récolté n’était plus visible.
Dès lundi soir, la mise en place de cette
cagnotte de soutien et son succès spectaculaire avaient poussé le gouvernement à réa-
gir. « Il y a une minorité de nos concitoyens qui
pensent que la violence se justifie, […] donner
de l’argent pour la violence », avait regretté la
ministre du Travail, Muriel Pénicaud.
Le « dégoût » de Mounir Mahjoubi
Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes et à la lutte contre les
discriminations, a également condamné cet
appel au don : « Donner à une cagnotte de soutien pour quelqu’un frappant un policier, c’est
être complice de ces graves violences. Admettre
cela, c’est accepter que tout se règle par des violences de rue », a-t-elle déploré. Mounir
Mahjoubi, secrétaire d’Etat au Numérique, a,
lui, fait part de son « dégoût » sur Twitter.
Si Leetchi avait, dans un premier temps,
refusé d’intervenir, l’ampleur de la polémique
l’a finalement poussé à suspendre cet appel
au don : « La cagnotte n’accepte désormais plus
de contributions », a annoncé la plate-forme,
filiale depuis 2015 du groupe Arkéa, qui rassemble les fédérations Bretagne, Sud-Ouest et
Massif central du Crédit Mutuel.
« Leetchi s’engage à ce que les fonds collectés sur la cagnotte de soutien à Christophe
Dettinger servent uniquement à financer les
frais de justice, conformément à nos CGU
(conditions générales d’utilisation) et à la
législation en vigueur. En effet, nos CGU
proscrivent toute incitation à la haine ou à
la violence », est-il ajouté. « Le reste de
l’argent collecté sera remboursé aux participants lorsque l’ensemble des démarches
juridiques auront été financées », fait savoir
Leetchi. De son côté, sa maison mère, le
Crédit Mutuel, a annoncé l’ouverture
d’une enquête interne. n
6.000 œuvres d’art
Placé sous administration judiciaire
depuis 2013, le Negresco, qui a renoué
depuis avec une situation bénéficiaire,
continue à alimenter la chronique judiciaire. Une enquête pénale est en cours
contre l’ancien directeur artistique de
l’hôtel pour abus de faiblesse. Le tribunal de commerce de Nice a été dessaisi
au profit de celui de Marseille et le Parquet national financier a ouvert une
enquête qui a valu au procureur de Nice
une perquisition en décembre 2018.
La création d’un fonds
de dotation avec un objet
social trop flou, « soulager la misère animale
et humaine », n’a pas
permis d’éviter la multiplication des difficultés.
Première femme en France à la tête
d’un palace, Jeanne Augier laisse l’image
d’une femme de caractère qui a su contre
vents et marées poursuivre le projet
d’une vie, « faire du Negresco un hôtel
musée à la gloire de la création artistique
française ». Habituée des salles de ventes
européennes, cette collectionneuse a
rassemblé plus de 6.000 œuvres d’art et
se plaisait à superviser directement la
décoration de chaque chambre et suite,
étudiant les moindres détails. Figure
emblématique et surtout atypique de
l’hôtellerie niçoise, avec sa mort, c’est un
peu l’esprit rebelle de la promenade des
Anglais qui disparaît. n
Jeanne Augier, propriétaire
du Negresco, est décédée
à l’âge de 95 ans. Photo AFP
Shutterstock
La Chine achète de l’or,
une première depuis deux ans
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
16 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
INDUSTRIE
&SERVICES
LA PREMIÈRE AUDIENCE PUBLIQUE DU DIRIGEANT FRANCO-BRÉSILIEN
Le plaidoyer de Carlos Ghosn
l Le patron de Renault a expliqué mardi qu’il était accusé à tort et détenu injuste
l Mais sa défense n’a pas fait toute la lumière sur certaines accusations avancées
à suivre
Nicolas Economou/NurPhoto/AFP
Yann Rousseau
@yansan
— Correspondant à Tokyo
Boeing a devancé Airbus
en nombre de livraisons en 2018
AÉRONAUTIQUE Airbus a livré 800 avions civils en 2018, tandis
que Boeing a annoncé hier 806 avions commerciaux livrés, contre 763 en 2017. Le groupe est légèrement en dessous de ses
ambitions, qui étaient de livrer entre 810 et 815 appareils. Boeing
a obtenu 893 commandes nettes. Avec un carnet de commandes
de sept ans, le constructeur a porté les cadences de production
du 737 à 52 avions par mois en milieu d’année. Le programme
Dreamliner a clôturé l’exercice avec 145 appareils livrés.
Le distributeur Sears sur le point
de demander sa liquidation
DISTRIBUTION Sears Holdings va demander mardi sa mise en
liquidation après l’échec d’un plan de reprise de 4,4 milliards de
dollars (3,85 milliards d’euros) soumis par son président
Edward Lampert, ce qui pourrait entraîner la disparition de la
chaîne de grands magasins après cent vingt-six années d’existence, a appris Reuters de sources proches du dossier. La mort
de cette icône de la distribution aux Etats-Unis illustrerait les
difficultés persistantes du secteur face au commerce en ligne.
51 jours de détention
Véhicules électriques : forte hausse
des bornes de recharges publiques
AUTOMOBILE La France continue de s’équiper en bornes de
recharge pour véhicules électriques, avec fin novembre près de
25.000 points de charge accessibles au public sur le territoire,
selon le baromètre de l’Avere et du Gireve, réunissant les
acteurs de la mobilité électrique. Soit une hausse de 24 % par
rapport au niveau de septembre 2017. En 2015, il y en avait moins
de 10.000. Le secteur a ainsi peu souffert de la fermeture d’une
partie des bornes du réseau parisien d’Autolib’ à l’été 2018.
Larry Ellison
est le second
actionnaire
privé de Tesla
enseignes de la distribution et
des majors de l’industrie devrait
pousser les ventes des produits
« vegan » et végétariens de 57 %,
à 600 millions d’euros d’ici à 2021
en France, selon le cabinet d’études Xerfi. Ce marché profite de la
baisse de forme des produits laitiers et carnés. Toutefois, les tendances « veggie » sont le fait
d’une mode et ont vocation à
demeurer des niches, affirme
Xerfi.
Shutterstock
ALIMENTATION L’intérêt des
AUTOMOBILE L e f o n d a t e u r
d’Oracle Larry Ellison, nommé
fin décembre membre du conseil
de Tesla, a déclaré p osséder
1,75 % du capital du constructeur
californien, l’équivalent de 1 milliard de dollars. Cela fait de lui le
second actionnaire individuel du
groupe derrière son ami Elon
Musk. Selon Bloomberg, Larry
Ellison figure parmi les dix personnes les plus riches du monde,
avec un trésor de 51,4 milliards de
dollars.
ersonne n’imagine réellement Carlos Ghosn sauver
sa place au-delà du court
terme chez Renault, vu les affres
judiciaires dans lesquelles il se
débat au Japon. « Même innocenté,
c’est fini pour lui », tranche sans fard
une source gouvernementale. Tôt
ou tard, il va donc falloir agir.
« La gouvernance intérimaire
mise en place fonctionne, mais elle
n’est pas éternelle », prévenait
Bruno Le Maire dimanche. « Si et
seulement si Carlos Ghosn est empêché, nous en tirerons les conséquences. » A cet égard, le ministre de
l’Economie, qui rappelle sans cesse
la présomption d’innocence, ne
devrait pas se bercer d’illusions.
Même si la justice jap onaise
n’ajoute pas de nouveaux chefs
d’inculpation, il se passera (sauf
énorme rebondissement) de longs
mois avant que ne se tienne le procès du patron dans l’Archipel, pays
dans lequel il sera vraisemblable-
P
LES ECHOS
n FORMATION
LE DIRIGEANT DANS UN MONDE DISRUPTIF
Le monde est en mutation, les dirigeants ont un rôle
pivot pour transformer leur entreprise et doivent donc
se réinventer. 6 jours inédits... 6 aspects du Leader que
vous devez devenir pour mener une transformation
responsable et performante !
Rendez-vous à partir du 22 mars 2019 à Paris
En savoir plus sur www.lesechos-formation.fr/cycle-dirigeant.htm
Un service proposé par Les Echos Solutions
Ce n’est qu’une fois devant les juges
qu’il a été désentravé. Amaigri par
51 jours de détention, il s’est avancé
vers la barre dans son costume bleu
marine, sans cravate. Des pantoufles de plastique vertes aux pieds
puisque les souliers sont interdits
aux prisonniers. Et il a pu se libérer.
« Je suis accusé à tort et suis détenu
injustement », a enfin lancé, en
anglais, le dirigeant.
Et s’appuyant sur une déclaration, dont chaque mot avait été pesé
avec ses avocats, le patron francobrésilien a d’abord tenu à rappeler
« son amour » pour Nissan et
assuré que tout ce qu’il avait fait au
fil des ans, il l’avait réalisé avec le
seul objectif de « soutenir et de renforcer » le constructeur afin de
l’aider à retrouver sa place au
milieu des entreprises les plus respectées du Japon. « J’y ai consacré
deux décennies de ma vie », a-t-il
soufflé. « J’y ai travaillé jour et nuit,
sur terre et dans les airs, me tenant
épaule contre épaule avec les travailleurs de Nissan autour du
globe », a insisté le patron, comme
pour montrer sa peine à l’idée que
l’on ose le soupçonner d’avoir trahi
son groupe. Dans la foulée, il a donc
tenté de démonter, un à un, les dif-
Mardi, le PDG de Renault n’était pas venu s’adresser à ses accusateurs mais à l’opinion publique autorisée, pour
« Je n’ai jamais
eu l’intention
de violer la loi. »
CARLOS GHOSN
férents éléments avancés par le
parquet depuis son interpellation.
« Contrairement à l’accusation des
procureurs, je n’ai jamais reçu de
Nissan la moindre compensation
qui n’aurait pas été divulguée et je
n’ai pas non plus conclu de contrat
engageant qui aurait spécifié le paiement d’un montant fixe », a détaillé
Carlos Ghosn, en réponse aux charges plutôt légères qui constituent sa
première mise en examen.
Pour justifier cette première
interpellation, le parquet avait
assuré que Carlos Ghosn avait, avec
la complicité de Greg Kelly, son
bras droit chez Nissan, sciemment
omis d’intégrer une partie de ses
revenus dans le rapport financier
que Nissan doit remettre chaque
année aux autorités boursières
nippones.
S e l o n l ’a c c u s a ti o n , C a r l o s
Ghosn, qui n’aurait pas voulu révéler le montant total exact de sa paye
pour s’éviter une énième polémique, n’aurait inscrit dans ce document que son salaire annuel mais
pas un système de paiement différé
de revenus qui serait intervenu
après son départ de la direction du
constructeur. « Je n’ai jamais eu
l’intention de violer la loi », a-t-il
encore martelé.
Le « test de la mort »
Et pour prouver sa bonne foi, le
patron franco-brésilien a osé une
étonnante référence au « test de la
mort ». « Si je meurs aujourd’hui,
est-ce que mes héritiers pourraient
réclamer à Nissan le paiement
d’autre chose que mes retraites ? La
réponse est sans équivoque : Non ! »,
a assuré le PDG. Avec la même fermeté mais avec beaucoup moins de
transparence, il a aussi démenti
le second volet des accusations
du parquet, qui le soupçonne
d’avoir abusé de sa position de dirigeant de Nissan pour se sortir
d’une mauvaise passe financière
en octobre 2008.
A l’époque, Carlos Ghosn, qui a
contracté deux contrats de swap de
devises auprès de la Shinsei Bank
pour changer au meilleur taux les
yens de son salaire chez Nissan en
dollars, est frappé par la crise financière. La monnaie américaine
chute face à la devise nippone et il
redoute d’être incapable d’honorer
les achats de devises prévues par
ses contrats. Une perte équivalente
à près de 15 millions d’euros se profile en cas de fermeture de ses positions risquées. « La banque m’a
alors demandé une augmentation
immédiate des collatéraux liés à mes
contrats. Mais je ne pouvais pas le
faire de moi-même », a-t-il expliqué.
L’après-Ghosn est encore très flou chez Renault
Shutterstock
« Veg » :
d’ici à 2021
le marché va
bondir de 57 %
Le procureur n’aura rien dit. Et les
juges ont écouté poliment l’argumentaire de Carlos Ghosn. Ils le
connaissaient déjà par cœur. Mais
cette fois, le PDG de Renault, qui a
été entendu des dizaines de fois par
le parquet depuis son arrestation le
19 novembre dernier, n’était pas
venu s’adresser à ses accusateurs
mardi mais à l’opinion publique
autorisée, pour la première fois, à
écouter ses arguments, relayés par
la poignée de journalistes présents
dans la salle d’audience. Il avait dix
minutes pour convaincre et enfin
tenter de laver son honneur.
Une mission compliquée par un
« théâtre juridique nippon » qui
souille l’image des suspects, avant
même leur éventuelle condamnation. Dans l’ascenseur qui le menait
à la salle d’audience, l’ancien président de Nissan avait dû tourner le
dos aux portes et faire face au coin
des parois. Comme un mauvais
élève. Jusqu’à son installation dans
la salle, il portait des menottes et
marchait, encadré par ses deux
gardiens qui le guident, dès qu’il
sort de sa prison, par une sorte de
longue corde courant autour de sa
taille et de ses poignets.
ANALYSE
Julien Dupont-Calbo
ment assigné à résidence, en cas de
libération sous caution.
Chez Renault comme au sein de
l’Etat, on a dans un coin de la tête les
résultats annuels du mois de
février. Certains souhaitent disposer d’une direction plus durable à ce
moment-là, surtout si les comptes
ne sont pas bons. D’autres non. « Il
peut être raisonnable de se laisser du
temps », juge une source interne au
groupe. Pour compliquer l’affaire,
le calendrier peut être bousculé à
tout moment, en fonction des avancées de l’enquête interne menée
chez Renault sur les rémunérations
des dirigeants, ou de révélations
japonaises. Quoi qu’il arrive,
aucune décision ne sera prise avant
le 11 janvier, date de la prochaine
échéance judiciaire, avec la fin de sa
garde à vue actuelle et probable
inculpation.
Dans l’absolu, rien n’est encore
validé sur la gestion de l’aprèsGhosn. « Pas grand-chose n’a bougé
depuis Noël, la réflexion est toujours
en cours. La crise des “gilets jaunes”
occupe les esprits du gouvernement », indique un proche du dossier. Dans les hautes sphères de
l’Etat, on pencherait plutôt pour un
tandem composé d’un président et
d’un directeur général, et l’on souhaiterait pousser dans un second
temps pour l’établissement d’un
conseil d’administration plus
regardant. Reste que c’est bien le
conseil du groupe qui a la main. Le
temps de la Régie est révolu, même
si l’Etat dispose encore de 15 % du
capital et de deux administrateurs.
Pour le remplacement de Carlos
Ghosn, plusieurs options sont sur la
table – sachant que l’idée est de
trouver quelqu’un connaissant
l’industrie automobile, à l’aise à
l’international et « nippo-compatible ». Etre français serait un plus,
mais ne pas l’être ne serait pas rédhibitoire. Dans cet environnement,
les candidats potentiels ne sont pas
si nombreux.
En interne, Thierry Bolloré fait
tourner la boutique depuis sa nomination provisoire au rang de directeur général délégué. Quelques
noms extérieurs circulent également. Jean-Dominique Senard, qui
quitte Michelin en mai, ou Didier
Leroy, le numéro deux de Toyota.
Quant à Carlos Tavares, « ce n’est
pas son sujet », indique un proche
collaborateur du patron de PSA.
Pour compliquer la tâche, il faut
composer avec Nissan – dont l’étatmajor doit lui aussi être chamboulé –, et voir qui placer à la tête de
l’Alliance Renault-Nissan. Dans ce
jeu-là, étant donné les rapports très
froids avec le partenaire japonais,
chaque décision peut décider de
l’issue de la partie. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 17
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
ment.
par le procureur.
BIENS DE
CONSOMMATION
Le groupe rachète
l’américain Wilbur
Curtis, le numéro deux
des machines à café
filtre professionnel.
Dominique Chapuis
dchapuis@lesechos.fr
Le groupe SEB se renforce dans
le secteur des machines à café sur
lequel il est entré en 2016, en ajoutant
aux machines expresso, des machines à café filtre. Le leader mondial
du petit électroménager vient de
mettre la main sur Wilbur Curtis,
le numéro deux américain du café
filtre professionnel. Le montant de
l’opération n’a pas été communiqué.
Fondé en 1941, Wilbur Curtis
fabrique des équipements de préparation de boissons chaudes et froides, principalement des machines à
café filtre et à cappuccino. Des équi-
la première fois, à écouter ses arguments. Photo Behrouz Mehri/AFP
Ne disposant pas de fonds
suffisants, il va demander « de
manière temporaire » à Nissan
de prendre en charge les contrats afin de disposer du collatéral nécessaire. « Tout ça pendant que je réunissais des
collatéraux provenant d’autres
sources. […] Et à condition que
cela ne coûte rien à l’entreprise », a-t-il insisté.
Eviter au maximum
la prison
Ses avocats, emmenés par
Motonari Otsuru, ont toutefois
indiqué, dans les documents
distribués à la presse, que Carlos Ghosn avait obtenu ce soutien de Nissan de manière biaisée. Ne voulant pas dévoiler ses
propres ennuis, il avait fait valider par le conseil d’administration une considération très
vague permettant éventuellement à un haut dirigeant japonais de Nissan, d’ailleurs très
proche du patron français,
d’intervenir sur des dossiers de
swaps contractés par des
cadres étrangers du constructeur. « Clairement, ses conseils
ne cherchent plus à défendre son
éthique sur ce point mais se conc e nt re n t s eul ement s ur la
dimension légale », analyse un
proche du dossier. « Pour eux,
la priorité, c’est de lui éviter au
maximum la prison. »
Carlos Ghosn, comme ses
avocats, se sont d’ailleurs assez
peu étendus sur le rôle joué par
un milliardaire saoudien dans
cette gestion des contrats. Le
procureur est convaincu que le
PDG de Renault a fait appel,
après le transfert temporaire
de ses contrats à Nissan, à son
ami Khaled Al-Juffali pour
obtenir un collatéral susceptible de rassurer la Shinsei Bank.
Et le parquet l’accuse d’avoir
par la suite « dédommagé »
l’homme d’affaires en puisant
directement, entre 2009
et 2012, dans la « réserve » de
capitaux qu’il contrôlait en tant
que PDG de Nissan. Une accusation que Ghosn et Al-Juffali
réfutent. Tous les deux affirmant que les paiements faits à
l’époque à une société du milliardaire saoudien étaient liés à
des « services critiques » et des
activités de lobbying.
Peu impressionné par cette
démonstration, le juge a redit
que la détention du patron
franco-brésilien, était, aux
yeux de la cour, pleinement justifiée car une remise en liberté
aurait pu présenter plusieurs
risques pour le parquet et le travail d’instruction. Le magistrat
Yuichi Tada a ainsi rappelé
que Carlos Ghosn aurait pu
entrer en contact avec des personnes liées au dossier pour
tenter de dissimuler certains
éléments. « Le suspect a des
bases dans plusieurs pays étrangers et aurait pu vouloir s’échapper », a-t-il avancé, avant de
pointer « le risque d’une fuite
par avion ».
Peu impressionné,
le juge a redit
que la détention de
l’ancien président
de Nissan était,
aux yeux de la cour,
pleinement justifiée.
Autant de considérations
qui seront réexaminées ce vendredi quand prendra fin la troisième période de garde à vue de
Carlos Ghosn. Déjà arrêté trois
fois et mis en examen une fois
début décembre, le dirigeant
risque d’être, de nouveau,
inculpé, formellement ce vendredi dans le dossier des contrats de swaps, et éventuellement sur un second volet des
rémunérations différées. Si le
procureur n’émet pas un quatrième mandat d’arrêt, ses avocats pourront déposer une
demande de libération sous
caution qui pourrait, si un juge
l’accepte, déboucher sur une
sortie de prison en milieu de
semaine prochaine. n
pements destinés surtout à des
torréfacteurs comme Smucker’s
(l’équivalent de Cafés Richard en
France), des enseignes de coffeeshop ou des restaurants.
Complémentarité
« Ses investissements soutenus,
notamment en matière d’innovation,
lui permettent de proposer une offre
parmi les plus avancées du marché »,
indique le groupe lyonnais. Wilbur
Curtis, dont le chiffre d’affaires s’est
élevé à plus de 90 millions de dollars
l’an dernier, est surtout présent aux
Etats-Unis. La société familiale a une
usine de production à Montebello
(Californie), avec 300 personnes.
Cette acquisition est complémentaire de celle de l’allemand WMF, le
leader mondial des machines à café
expresso professionnelles, en 2016.
Un groupe qui réalise l’essentiel de
son activité en Europe. « Wilbur Curtis, spécialiste du café filtre aux EtatsUnis, apporte au groupe – déjà présent
sur ce marché avec les machines
expresso automatiques Schaerer et
WMF – une complémentarité straté-
gique majeure en termes d’offre produits et de portefeuille de clients, souligne Thierry de La Tour d’Artaise, le
PDG de SEB. Notre groupe devient
ainsi l’un des leaders du café professionnel aux Etats-Unis. »
En 2016, le champion mondial
avait mis 1,6 milliard d’euros sur la
table pour racheter WMF. Un record
dans son histoire, témoin de ses
ambitions dans le café. Très rentable, ce secteur suscite de plus en plus
d’appétit dans le monde, à l’instar de
l’offensive de JAB Holding contre
Nestlé. Le marché est estimé au
global à environ 200 milliards
d’euros, selon Euromonitor. Le
groupe tricolore veut en profiter.
« SEB confirme sa détermination à
poursuivre son expansion dans ce
secteur du café professionnel, qui offre
de formidables opportunités de développement », insiste son PDG.
Pour les machines à café, le marché est estimé à 1,5 milliard d’euros,
en hausse d’environ 8 % par an, avec
des marges confortables. Car de
nouveaux pays s’ouvrent à sa dégustation, comme l’Inde ou la Chine.
DR
SEB fait un pas de plus
face aux juges sur le marché du café
Les machines de Wilbur Curtis
sont surtout destinées à des
torréfacteurs, des enseignes de
coffee-shop ou des restaurants.
Dans les pays matures, les goûts
évoluent. Adeptes du café filtre,
les Américains commencent à
découvrir les cafés de spécialité.
Le financement du rachat de
Wilbur Curtis se fera par endettement, via des lignes de crédit existantes. L’opération devrait être finalisée en février 2019. n
LES AFFAIRES
REPRENNENT!
DELL VOUS ACCOMPAGNE POUR MIEUX COMMENCER L’ANNÉE !
CONTACTEZ NOS CONSEILLERS AU
0801 800 001 *
1,
S U P P O RT J +
O
R
P
IE
T
N
A
GAR
-30%
SUR 4 ANS À
ITUDE
SUR LES LAT
Optiplex 3060 Micro Form Factor
Latitude 15 5000
Le meilleur des solutions Pro à prix réduits.
Profitez-en dès maintenant pour votre PME.
ProSupport
Contactez un conseiller Dell dès aujourd’hui au 0801 800 001*
ou rdv sur notre site Dell.fr
© 2018 Dell Inc. ou ses iliales. Tous droits réservés. Dell, EMC et d’autres marques sont des
marques de Dell Inc. ou de ses iliales. Dell S.A, Capital 1 782 769 € Siège Social 1 rond-point
Benjamin Franklin 34000 Montpellier. France. N° 351 528 229 RCS Montpellier –APE 4651Z.
Prix et spéciications techniques corrects à la date de parution. Prix et spéciications techniques
modiiables sans avis préalable. Photos non contractuelles. Dell n’est pas responsable des erreurs
de typographie ou de photographie. Les ofres promotionnelles sont limitées à 5 systèmes
maximum par client. Les ofres et les prix indiqués en ligne sont uniquement valables pour les
achats efectués à la boutique en ligne Dell. Pour plus de renseignements, merci de bien vouloir
contacter notre équipe commerciale. Les Conditions Générales de Vente et de Services de Dell
s’appliquent. Vous pouvez les consulter à l’adresse www.dell.fr. Cette ofre expire le 31/01/2019.
*De 9h à 18h du lundi au vendredi (Numéro gratuit).
Windows 10 Professionnel est la
solution idéale pour les entreprises.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
18 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Le régulateur de l’énergie
prêt à quitter son poste
Maurel & Prom
parie sur le pétrole
vénézuélien
ÉNERGIE
ÉNERGIE
Jean-François Carenco,
président de la CRE,
attend le feu vert de la
Haute Autorité pour la
transparence de la vie
publique pour intégrer
Altarea Cogedim.
Le petit pétrolier
français achète 40 %
d’une société
contrôlée par
la compagnie
nationale PDVSA.
Vincent Collen
@VincentCollen
Le Cercle national des armées,
ce 18 décembre, a résonné des
« padam padam » d’une artiste
« épatante et pleine d’entrain »,
comme l’annonçait le programme
de la soirée de fin d’année organisée
par la Commission de régulation de
l’énergie (CRE). Chacun, pourtant,
attendait le discours de Jean-François Carenco, son président. « Tu
sais qu’il annonce sa démission ce
soir ? » soufflait un invité. De démission, il n’y eut point. Et même pas
de suspense. « Je suis là et bien là, à
la barre », a-t-il démarré, entre le
piano et la grosse caisse.
La démission n’était pas pour ce
soir-là, mais elle est toujours dans
l’air. Selon plusieurs sources, l’exserial préfet (Saint-Pierre-et-Miquelon, Haute-Savoie, Lyon, Ile-deFrance…) pourrait bientôt rejoindre
Altarea Cogedim. « Je ne peux que
confirmer le conditionnel », indiquet-on chez le promoteur immobilier.
« C’est soumis à la Haute Autorité »,
rappelle-t-on dans l’entourage de
Jean-François Carenco.
De fait, ce transfert doit d’abord
être validé par la Haute Autorité
pour la transparence de la vie publique. Une réunion de son collège est
prévue, comme toutes les deux
semaines, ce mercredi, y indiquet-on, sans vouloir préciser si le
Romain Beurrier/réa
Véronique Le Billon
@VLeBillon
Jean-François Carenco, à Matignon pour une consultation des associations, en janvier 2018.
dossier du président de la CRE est
à l’ordre du jour. Et, si son départ est
bien validé, il n’aura pas lieu avant
février : Jean-François Carenco veut
présider le collège de la CRE qui examinera, le 7 février, la révision du
tarif réglementé de l’électricité.
Nommé pour six ans par François
Hollande début 2017, Jean-François
Carenco n’est pas victime de l’alternance : « tous les deux ans, il part de
son poste », rappelle un proche. Ces
derniers mois, le président de la CRE
a déjà été donné partant pour l’organisation des JO 2024 à Paris ou
auprès de Jean-Louis Borloo pour
un grand plan pauvreté – son engagement social va de la présidence de
l’association d’insertion Coallia à
l’accueil, cet hiver, de 30 sans-abri
dans les locaux de la CRE.
Jean-François Carenco, qui vient
de nommer directeur général des
services Dominique Jamme – un
pilier du régulateur –, irrite souvent
les concurrents d’EDF. « Il est sympathique et chaleureux, mais sur
le fond il faut quelqu’un de technique,
de rationnel », plaide un fournisseur.
Dès son arrivée, l’ancien préfet a
prévenu qu’il ne serait pas là pour
« faire la chasse au gros » (EDF).
Depuis, il a aussi jugé qu’il y avait
« désormais trop d’acteurs dans
l’électricité » ou qu’il ne voulait
pas construire « des châteaux forts
énergétiques » – des microréseaux
qui viendraient grignoter le périmètre du distributeur Enedis.
« J’y étais et c’est moi
le coupable »
Jean-François Carenco aime surtout
fédérer, organiser, « coconstruire » –
il a notamment créé un large comité
de prospective pour défricher les
grands sujets de la transition énergétique. Quand les concurrents d’EDF
trouvent que le marché ne s’ouvre
pas assez vite, il propose en subs-
tance de réfléchir davantage, avant
de changer un modèle qui a fonctionné depuis l’après-guerre.
Une prudence à rapprocher de
son sens de l’Etat, mais aussi de son
passé de directeur de cabinet de
Jean-Louis Borloo, à la toute fin des
années 2000. A l’époque, l’Etat
s’était engagé sur un soutien massif
aux énergies renouvelables, qui va
encore peser dix ans sur les finances
publiques. « J’y étais et c’est moi le
coupable », a-t-il dit ce 18 décembre,
revendiquant aujourd’hui de resserrer les cordons de la bourse pour
éviter une nouvelle « catastrophe
budgétaire ».
Pour avoir ainsi, avec d’autres,
lancé la renégociation financière des
projets d’éolien en mer, « j’ai parfois
l’impression que la CRE est considérée
comme un ennemi par un certain
nombre de syndicats professionnels,
fédérations. S’ils croient cela, ils ont
totalement tort », a-t-il assuré. n
« Inflexion stratégique »
Le directeur général
du premier laboratoire
américain écarte la
nécessité d’une acquisition pour accélérer
la croissance.
Anaïs Moutot
— Correspondante à San Francisco
Alors que les laboratoires américains Bristol-Myers Squibb et Eli
Lilly démarrent l’année avec deux
rachats, Pfizer ne semble pas vouloir suivre le mouvement. Interrogé
lundi en ouverture de la J.P. Morgan
Healthcare Conference, Albert
Bourla, le nouveau PDG de l’entreprise, s’est montré frileux : « Vu
notre trésorerie, nous pouvons
racheter quasiment n’importe quelle
entreprise, mais cette capacité ne va
pas disparaître dans les deux à cinq
prochaines années », a-t-il déclaré.
Tout en indiquant « ne jamais dire
jamais », il a affirmé vouloir concentrer ses investissements sur les
produits en cours de développement en interne.
L’ancien directeur opérationnel
du premier laboratoire américain
a succédé à Ian Read à la tête du
groupe il y a une semaine. Pour sa
première apparition publique à ce
poste, il a fait part de son optimisme
sur la scène de cette conférence rassemblant 9.000 participants à San
Francisco. Selon lui, Pfizer entre
dans une nouvelle ère après une
période difficile marquée par l’expiration des brevets de ses produits
phares – Viagra (dysfonction érectile), Lipitor (anticholestérol) et
Celebrex (anti-inflammatoire).
« Quand Ian Read a pris les rênes de
la société en 2010, il a été confronté à
une fin d’exclusivité de brevets d’une
ampleur sans précédent dans l’histoire de l’industrie, avec des revenus
qui sont passés de 62 milliards de dollars en 2010 à moins de 50 milliards
en 2015 », a-t-il souligné. Héritant
d’une R&D « pas assez productive dans la première décennie du
millénaire », l’ancien patron a dû
procéder à des acquisitions pour
continuer à croître – Hospira en
2015 puis Medivation en 2016.
La situation est « très différente »
aujourd’hui, assure Albert Bourla.
« Nous passons d’une culture consistant à gérer le déclin à une culture
optimisant la croissance », assure ce
doctorant grec qui a rejoint l’entreprise en 1993. La longue période
d’expiration des brevets s’achèvera
en juin avec la tombée dans le
domaine public du Lyrica (douleurs
neurologiques). « Une période sans
perte d’exclusivité s’ouvre ensuite
jusqu’en 2026 », précise-t-il.
La société a aussi entamé une
réorganisation interne l’année dernière, réduisant de 2 % ses effectifs
en octobre, pour concentrer ses
dépenses sur la R&D. Elle a également opéré un recentrage sur six
domaines thérapeutiques, parmi
lesquelles l’oncologie, les maladies
rares et les vaccins. Si elle n’a pas
Gian Ehrenzeller/AP/Sipa
Le plan de bataille
du nouveau patron
de Pfizer
PHARMACIE
L’annonce a de quoi surprendre. Maurel & Prom, la petite
société pétrolière française, va
investir au Venezuela. Un pays
dont beaucoup d’investisseurs
étrangers ont au contraire cherché à se retirer ces dernières
années. L’opération, annoncée
à l’automne, a été confirmée
lundi soir par le président Nicolás Maduro lui-même. « Un bon
accord a été conclu pour accroître la production d’un champ
important », a déclaré le chef de
l’Etat à la télévision après avoir
reçu le patron de Maurel &
Prom, Michel Hochard.
Maurel & Prom a déboursé
70 millions d’euros pour racheter à Shell sa participation de
40 % dans une société contrôlée
à 60 % par PDVSA, le monopole
public des hydrocarbures
du Venezuela. Cette société
exploite un champ situé dans
la région du lac Maracaibo, au
nord-ouest du pays. Elle prévoit
d’investir jusqu’à 350 millions
d’euros d’ici à 2023, dont 40 %
pour Maurel & Prom. « Le
potentiel de montée en puissance
est important, assure Michel
Ho chard. La production
pourrait doubler d’ici à deux
ans. » Elle est de 6.000 barils par
jour actuellement pour les 40 %
détenus par Maurel & Prom.
Albert Bourla, le nouveau patron de Pfizer, a fait lundi sa première
apparition sur la scène de la J. P Morgan Health Conference.
réussi à revendre son activité d’automédication comme elle le souhaitait, elle a trouvé une solution alternative en formant un joint-venture
avec GSK mi-décembre.
15 nouveaux blockbusters
La société compte désormais lancer
25 nouveaux traitements d’ici à
2022. Elle estime que 15 d’entre eux
pourraient devenir des blockbusters, ces médicaments rapportant
plus d’un milliard de dollars de revenus. « Notre pipeline ne s’est jamais
mieux porté », assure Albert Bourla.
En oncologie, au-delà de la multiplication des indications pour ses
franchises dans le cancer du sein
(Ibrance) et de la prostate (Xtandi),
la société accélère dans le cancer du
rein. Elle mise notamment sur les
combinaisons de molécules en partenariat avec d’autres acteurs.
Michael Dolsen, le directeur de la
R&D, a évoqué un traitement combinant le Bavencio, développé avec
l’allemand Merck, et l’Inlyta, un
inhibiteur de la tyrosine kinase mis
au point en interne, avec de bons
résultats dans une étude de
phase III, la dernière avant com-
mercialisation, dans le traitement
du cancer du rein.
Du côté du cancer du poumon,
alors que son produit Xalkori fait
face à une forte compétition de
Roche, Pfizer a obtenu l’autorisation de la FDA en novembre pour
mettre sur le marché un traitement
pour les patients souffrant d’une
rechute.
Du côté des maladies rares, la
société mise sur le tafamidis
comme futur blockbuster. Cette
molécule, dont la société espère
obtenir l’autorisation de mise sur le
marché par la FDA en juillet, est la
première à montrer son efficacité
contre la cardiomyopathie amyloïde.
Un monopole qui permettrait à
la société de la vendre au prix fort
– entre 150.000 et 300.000 dollars,
selon la banque d’investissement
SunTrust Robinson Humphrey.
Actuellement moins de 5.000 personnes sont concernées, mais
Albert Bourla estime « que la maladie est sévèrement sous-diagnostiquée ». Le nombre de malades
pourrait s’élever à un demi-million,
selon l’entreprise. n
Le groupe français réalise là
son plus gros coup depuis qu’il
est passé sous le contrôle du
pétrolier indonésien Pertamina, en 2016. Le nouvel actionnaire (à 70 %) pousse Maurel
& P r o m à d i ve r s i f i e r s o n
e m p r e i n t e g é o g r a p h i q ue
au-delà de l’Afrique, son terrain
de jeu historique. Il s’agit
d’une « inflexion stratégique
partielle », estime Michel
Hochard, le Venezuela devenant un « pays clef ».
A en croire le dirigeant, le
risque pris par Maurel & Prom
est mesuré car le groupe ne fait
que se substituer à Shell dans
une société qui est déjà opérationnelle et qui génère du cash.
« Le Venezuela est un pays risqué
mais l’investissement est modéré
par rapport au potentiel d’augmentation rapide de la production de ce champ », juge Nicolas
Montel, analyste chez Portzamparc.
« Des signes
d’ouverture »
Michel Hochard décèle « des
signes d’ouverture » de la part du
régime socialiste de Nicolás
Maduro qui serait désormais
« plus favorable aux partenariats » avec des investisseurs
étrangers. PDVSA vient de
signer un autre accord avec
une petite société américaine,
Erepla. Elle prévoit d’investir
500 millions de dollars pour
augmenter la production de
trois champs pétroliers vénézuéliens.
Le Venezuela, qui dispose
des plus importantes réserves
de brut au monde, a vu sa production s’effondrer depuis deux
ans, passant de 2,2 millions de
barils par jour à 1,2 million,
faute d’investissements pour
entretenir et moderniser les
infrastructures pétrolières,
alors que le pays est en proie à
de graves troubles politiques et
économiques. n
en bref
Nucléaire : EDF choisit Mitsubishi pour
une commande de gros composants
ÉNERGIE EDF a choisi le japonais Mitsubishi Heavy Industries
(MHI) pour renouveler d’importants équipements de centrales
nucléaires françaises, au détriment de sa propre filiale Framatome (ex-Areva NP), a indiqué à l’AFP le groupe mardi, un choix
critiqué par ses syndicats. EDF « a contractualisé avec MHI »
pour le remplacement de « trois triplettes de générateurs de
vapeur pour le palier de (réacteurs de) 900 mégawatts », la fourniture d’une quatrième triplette étant en option, a affirmé un porte-parole du groupe. En choisissant MHI, EDF écarte ainsi
l’offre de Framatome, sa propre filiale, également candidate
pour cet appel d’offres. MHI détient par ailleurs 19,5 % du capital de Framatome.
113 millions de passagers pour IAG,
le groupe de British Airways
AÉRIEN Le groupe IAG, maison mère de cinq compagnies
aériennes, dont British Airways, a annoncé mardi avoir transporté près de 113 millions de passagers en 2018, grâce à la progression de l’ensemble des régions desservies. Au total,
112.920 millions de passagers, soit une hausse de 7,7 % sur un an,
ont volé sur l’une des cinq compagnies d’IAG, à savoir la britannique British Airways, l’irlandaise Aer Lingus, les espagnoles
Iberia et Vueling, ainsi que la nouvelle compagnie à bas coût
Level. Plus de la moitié des clients ont pris des vols en Europe et
près d’un quart des liaisons intérieures.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 19
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
en bref
Aéroports : Vinci double
la mise à Lisbonne
La reprise des Chantiers de l’Atlantique
par Fincantieri sous l’œil de Bruxelles
NAVAL La Commission européenne va examiner en détail
l’opération de rachat de 50 % du capital des Chantiers de l’Atlantique par l’italien Fincantieri, après l’accord entériné en septembre 2017 par la France et l’Italie. « Sans préjudice de l’issue de
son enquête exhaustive, la Commission considère que l’opération
pourrait nuire de manière significative à la concurrence en
matière de construction navale, en particulier sur le marché mondial des bateaux de croisière, a-t-elle indiqué mardi dans un communiqué. La Commission a également conclu qu’elle était l’autorité la mieux placée pour examiner les effets transfrontaliers
potentiels de l’opération. »
ANNLEGALECH
annonces judiciaires & légales
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
LIBERTÉ - ÉGALITÉ – FRATERNITÉ
PRÉFET DES YVELINES
Direction Régionale et Interdépartementale
de l'Environnement
et de l’Énergie d’Île-de-France
Unité départementale des Yvelines
La maquette du nouvel aéroport, le deuxième de la capitale portugaise, que Vinci construira près de Lisbonne. Photo DR
BTP
La filiale portugaise
du groupe français
va agrandir l’actuel
aéroport et en construire un deuxième.
Antoine Boudet (à Lisbonne)
@Aboudet
Ça plane pour Vinci Airports. Après
2018, terminé en fanfare avec la
prise de contrôle de l’aéroport londonien de Gatwick, le groupe de
construction et de concessions a
signé avec le gouvernement portugais un accord financier portant sur
l’expansion de la capacité de l’actuel
aéroport de Lisbonne que gère déjà
le français ainsi que la construction
d’un second aéroport. « Il aura fallu
neuf mois de discussions, ce qui constitue un délai très raisonnable », a
souligné Xavier Huillard, le PDG du
groupe Vinci.
C’est une étape historique, a salué
le premier ministre du Portugal,
Antonio Costa, qui a rappelé que la
question d’un deuxième aéroport
pour la capitale aura été débattue
pendant près de 50 ans, avec pas
moins de 17 localisations proposées. Cette fois, malgré la présence
de quelques manifestants contre le
projet de deuxième aéroport à
Montijo, à 25 kilomètres de Lisbonne de l’autre côté du Tage, le
projet est bel et bien lancé. Après
avoir obtenu les autorisations des
instances environnementales,
attendues dans le courant de
l’année, la signature d’un avenant
au contrat de concession avant fin
2019 permettra le lancement de
l’appel d’offres pour la construction
de la future plate-forme qui sera
opérée par ANA, filiale à 100 % de
Vinci Airports.
Car le Portugal est un pays que
Vinci connaît bien. Le groupe y a
remporté fin 2012 la privatisation
de l’opérateur des aéroports portugais, ANA. La première d’une série
d’opérations qui ont fait de lui le
premier gestionnaire aéroportuaire privé au monde, avec quelque 228 millions de voyageurs.
Dans ce qui reste le plus important investissement d’une entreprise française au Portugal, pour un
montant à l’époque de 3,01 milliards
d’euros auxquels se sont ajoutés
depuis près de 300 millions, il était
prévu de discuter du projet de
deuxième aéroport dès lors que le
nombre de 30 millions de passagers
à Humberto Delgado serait atteint.
Ce qui sera le cas en 2019. « Lorsque
nous avons racheté ANA, nous prévoyions une croissance annuelle de
3 %, elle a été d’un peu plus de 10 % à
Lisbonne », a indiqué Nicolas Notebaert, directeur général de Vinci
Concessions et président de Vinci
Airports.
Pour les compagnies
low-cost
L’infrastructure actuelle, située à
seulement quelques kilomètres du
centre de la capitale, dispose encore
de possibilités pour accroître son
trafic. Mais le rythme de croissance
du tourisme notamment nécessite
la construction d’un deuxième
aéroport. Il sera situé sur une
actuelle base aérienne dont la piste
sera rallongée tandis que l’aérogare
ouvrirait fin 2022.
Vinci s’engage à investir 1,15 milliard d’euros d’ici à 2028, dont
650 millions dans l’actuel aéroport
Delgado et 500 millions dans le
futur aéroport de Montijo. A quoi
s’ajoutent 156 millions pour la prise
en charge du déménagement des
militaires de l’actuelle base et quelques travaux d’accès. La plateforme de Montijo accueillera les
vols sans correspondance, essentiellement ceux des compagnies
low-cost (Ryanair, Vueling, Wizzair…). Tandis que Delgado restera
le hub de la compagnie nationale
TAP. Les deux aéroports seront
reliés par la route avec un temps de
trajet estimé à une demi-heure. Une
navette fluviale mettra l’aéroport de
Montijo à une trentaine de minutes
du centre-ville de Lisbonne.
À NOTER
Vinci détient par ailleurs
41 % du capital de Lusaponte,
la société concessionnaire
des deux ponts qui traversent
le Tage à Lisbonne.
Matériaux : le groupe suisse Sika
convoite le français Parex
BTP
Le spécialiste helvète,
autour duquel
Saint-Gobain
a longtemps tourné,
attaque à son tour.
Comme lui, Parex
est un spécialiste de la
chimie de construction.
Par arrêté interpréfectoral du 28
novembre 2018, une enquête publique
d’une durée de 16 jours est organisée
du 7 janvier 2019 au 22 janvier 2019
inclus
sur la demande de permis exclusif de
recherche de gîte géothermique à basse
température dit « Vélizy-Meudon »,
présentée par la société ENGIE Réseaux,
pour une durée de 3 ans.
Le site de recherche concerne,
pour partie, les communes de VélizyVillacoublay,
Viroflay,
Jouy-en-Josas,
Chaville, Meudon, Clamart, Le PlessisRobinson, Châtenay-Malabry et Bièvres.
Le dossier d’enquête publique comporte
notamment les caractéristiques du projet et
les informations environnementales.
A l’issue de la procédure, les Préfets
des Yvelines,
des
Hauts-de-Seine
et de l’Essonne prendront par arrêté
interpréfectoral une décision d’autorisation
de recherche avec prescriptions ou une
décision de refus.
Pendant la durée de l’enquête, le dossier
est consultable :
- sur internet aux adresses suivantes :
• http://gite-geothermique-bassetemperature-velizy-meudon.
enquetepublique.net/ (site dédié à
l’enquête publique).
• http://www.yvelines.gouv.fr/Publications/
Enquetes-publiques/Geothermie
(Préfecture des Yvelines),
• http://www.hauts-de-seine.gouv.fr/
Politiques-publiques/Environnement-etprevention-des-risques/Environnement/
Eau/Eau-arrete-et-enquete-publiqueGeothermie (Préfecture des Hauts de
Seine),
• http://www.essonne.gouv.fr/Publications/
Enquetes-publiques/Eau
rubrique
Géothermie (Préfecture de l’Essonne),
- sur support papier et sur support
informatique, aux mairies de VélizyVillacoublay, Meudon et Bièvres, aux jours
et horaires d’ouverture des mairies au
public.
Le public pourra consigner ses
observations et propositions directement
sur le registre d’enquête à feuillets
non mobiles, côté et paraphé par le
commissaire-enquêteur, ouvert à cet effet
dans les mairies de Vélizy-Villacoublay,
Meudon et Bièvres. Les observations et
Direction des Constructions Publiques et de l’Architecture
- AVIS –
CONCERTATION
Ouverte par l’arrêté en date du 20 décembre 2018 conformément aux dispositions
des articles L300-1, L103-2 et R103-1 et suivants du code de l’urbanisme
Philippe Bertrand
@Bertra1Philippe
Sika n’en a pas fini avec la France.
Le groupe suisse de chimie de spécialités a fait une offre ferme pour
racheter le français Parex auprès
du fonds d’investissement CVC.
L’annonce a été faite mardi en
marge de la publication du chiffre
d’affaires 2018. Au cours des trois
dernières années, Sika a fait l’actualité à cause de son bras de fer avec
Saint-Gobain qui le convoitait.
Avec l’aide de la Fondation Gates,
les actionnaires minoritaires ont
contrecarré le projet de cession de
la famille du fondateur.
Aujourd’hui, c’est Sika qui attaque. Le spécialiste de l’étanchéité,
du collage et de l’insonorisation
pour la construction dans lequel
Saint-Gobain conserve une participation de 10,7 % propose 2,5 milliards de francs suisses (2,2 mil-
RAPPEL - AVIS D’ENQUÊTE PUBLIQUE
Demande de permis
exclusif de recherche de
gîte géothermique à basse
température dit « VélizyMeudon », présentée par la
société ENGIE Réseaux
propositions écrites sur ce projet peuvent
également être adressées par voie postale
à la mairie de Vélizy-Villacoublay, siège de
l’enquête, à l’attention du commissaireenquêteur. Elles seront annexées au
registre d’enquête tenu à disposition au
siège de l’enquête.
Le public pourra également faire
parvenir ses observations et propositions
au commissaire-enquêteur, du 7 janvier
2019, à partir de 8h30, au 22 janvier 2019
inclus, jusqu’à 19h00 :
• sur le registre dématérialisé accessible
sur le site internet suivant : http://gitegeothermique-basse-temperature-velizymeudon.enquetepublique.net/
• par courrier électronique à l’adresse
dédiée à l’enquête : gite-geothermiquebasse-temperature-velizy-meudon@
enquetepublique.net
Les observations et propositions
transmises par voie électronique seront
consultables sur le registre dématérialisé
(site mentionné ci-dessus) dans les
meilleurs délais.
Monsieur Bernard-Claude PANET,
ingénieur en urbanisme et aménagement
en retraite, est désigné en qualité de
commissaire-enquêteur.
Il recevra les observations et
propositions écrites et orales de toutes les
personnes qui le souhaiteront aux lieux,
dates et horaires suivants :
le 8 janvier 2019 de 16h00 à 19h00 à
la mairie de Vélizy-Villacoublay
le 12 janvier 2019 de 9h00 à 12h00 à
la mairie de Meudon
le 18 janvier 2019 de 14h00 à 17h00 à
la mairie de Vélizy-Villacoublay
le 22 janvier 2019 de 14h30 à 17h30 à
la mairie de Bièvres
Toutes informations sur le dossier
d’enquête peuvent être demandées auprès
de Monsieur Nicolas MONNEYRON,
responsable Géothermie et Innovations,
société ENGIE Réseaux
BP – A922 - 1 place Samuel de Champlain
92930 Paris La Défense
Les demandes concurrentes portant
sur tout ou partie du même périmètre sont
présentées et adressées, sous les mêmes
formes que celles prévues aux articles 5 à
10 du décret n°78-498 du 28 mars 1978
modifié relatif aux titres de recherches et
d’exploitation de géothermie, au plus tard
dans les quinze jours qui suivent la fin de
l’enquête publique.
Le rapport et les conclusions du
commissaire-enquêteur seront tenus à
la disposition du public aux mairies de
Vélizy-Villacoublay, Meudon et Bièvres, à la
Direction régionale et interdépartementale
de l’environnement et de l’énergie d’Îlede-France - unité départementale des
Yvelines, dans les préfectures des Hautsde-Seine et de l’Essonne et sur les sites
internet des préfectures mentionnés pour
la consultation du dossier d’enquête, à
réception et pendant un an à compter de la
clôture de l’enquête.
EP18-505
enquete-publique@publilegal.fr
PROJET « SITE TOUR EIFFEL »
DEMAIN, QUELS AMENAGEMENTS ET QUELS PARCOURS ?
LES ACCES, LES ESPACES PUBLICS, LES SERVICES, LES JARDINS…
A partir du 21 janvier 2018, informez-vous et participez sur :
concertationsitetoureiffel.fr
liards d’euros, valeur d’entreprise)
pour une entreprise active dans les
enduits pour la protection et la
décoration des façades, les colles à
carrelage et revêtements de sols et
les systèmes d’étanchéité pour le
béton et le génie civil. Parex a été
cédé en 2001 par Lafarge à trois
fonds d’investissement, dont CVC.
La société est basée à Issy-lesMoulineaux, à l’ouest de Paris. Elle
est présente dans 23 pays avec
74 usines et réalise un peu plus
de 1 milliard d’euros de chiffre
d’affaires pour environ 173 millions
d’excédent brut d’exploitation (Ebitda), selon le communiqué de Sika.
Le groupe suisse souhaite doubler
la taille de ses activités de mortier
qui atteindraient 2 milliards d’euros
avec l’opération. Il en attend de 80
à 100 millions de francs suisses de
synergies annuelles.
Objectif 2019 : des ventes
en hausse de 6 % à 8 %
L’opération devrait être finalisée
au deuxième ou au troisième trimestre 2019, sous réserve d’approbation
par les autorités réglementaires. Le
prix proposé correspond à 12 fois
l’Ebitda. Les experts le considèrent
comme élevé même s’il repousse la
concurrence d’autres fonds d’investissement. Le cours de Sika a baissé
en Bourse à l’annonce du projet.
Sur son exercice 2018, Sika a
généré un chiffre d’affaires de
7,09 milliards de francs suisses, en
hausse de 13,7 % en monnaie locale
par rapport à l’année précédente. Il
a ainsi atteint son objectif qui consistait à dépasser pour la première
fois le cap des 7 milliards de ventes.
Pour 2019, il table sur une progression de ses ventes de l’ordre de
6 % à 8 %, dans la lignée de ses
objectifs à moyen terme. Avec cette
transaction, il pourrait atteindre la
barre des 8 milliards de chiffre
d’affaires.
Vous y trouverez :
- Des informations sur les objectifs du projet
- Les dates des ateliers participatifs et de la réunion publique de restitution
- Les dates et lieux de présence du point d’information sur site
- Un registre en ligne
Tous les habitants, associations locales, visiteurs du site et
autres personnes concernées et intéressées sont invitées à
y participer.
> Un avis, une question ?
concertationsitetoureiffel.fr
EP19-004
enquete-publique@publilegal.fr
La ligne de référence est de 40 signes en corps minimal de 6 points didot.
Le calibrage de l’annonce est établi de filet à filet.
Les départements habilités sont 75, 91, 92, 93, 94, 95 et 69.
(
Lire « Crible »
Page 32
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
20 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Paris lance une grande école
internationale de la mode
LUXE
TGV Inoui installe
sa marque
Issu de la fusion de
deux écoles existantes,
ce nouveau pôle
comptera environ
un millier d’étudiants
en 2020.
STRATÉGIE
Avec l’ambition de
devenir une référence
mondiale.
La SNCF développe la
notoriété de sa nouvelle
griffe, alors que la ligne
Paris-Lille se met à son tour
à ses couleurs. Sa mascotte,
le chien Bobby, va, en vidéo,
à la rencontre des différents
métiers.
Dominique Chapuis
dchapuis@lesechos.fr
Paris disposera bientôt d’une
grande école de la mode, qui soit
enfin une référence mondiale. Son
lancement a été acté mardi, sous
l’égide des ministres de l’Economie,
et de la Culture, Bruno Le Maire et
Franck Riester, en présence des
grands groupes de luxe, LVMH,
Kering, Chanel et Hermès et des
acteurs de la formation du secteur.
Preuve de l’importance d’un secteur,
qui représente 600.000 emplois en
France pour un chiffre d’affaires de
plus de 154 milliards d’euros.
Cette école est le premier volet
concret du contrat de filière signé
entre la profession et l’Etat. Jusqu’à
présent, la France disposait d’une
série de petites écoles, avec peu de
visibilité à l’international, à l’exception de l’Institut français de la mode
(IFM), en charge des futurs dirigeants. D’où l’idée, proposée par la
Fédération de la haute couture, de
fusionner l’IFM avec l’Ecole de la
chambre syndicale de la couture
parisienne (ECSCP) qui forme, elle,
aux techniques du métier (modélistes, patronage…). Le tout en ajoutant une nouvelle compétence à ces
deux écoles, un volet création.
« Jusque-là, Paris faisait appel à
des écoles étrangères pour trouver des
stylistes ou des designers pour ses studios », a souligné Ralph Toledano, le
président de la fédération. Faute de
vivier local, les grandes maisons
marketing
Clotilde Briard
@ClotildeBriard
La nouvelle école s’articulera autour de la création, du management et du savoir-faire,
avec des formations allant du CAP au doctorat. Photo Pascal Sittler/RÉA
recrutaient leur futur directeur
artistique et leurs assistants à la Central Saint Martins School, à Londres,
ou bien à Anvers. Un comble pour la
capitale de la mode.
Un campus aménagé à la
Cité de la mode et du design
Cette nouvelle école, qui conservera
le nom d’Institut français de la
mode, s’articulera autour de trois
axes : la création, le management et
le savoir-faire, avec des formations
allant du CAP au doctorat. Les premiers étudiants l’intégreront dès
septembre 2019. Mais sa grande
rentrée est prévue en 2020, avec
l’ambition d’atteindre 1.100 élèves,
v e n u s d u m o n d e e n t i e r.
Aujourd’hui, ces deux écoles
accueillent 40 nationalités et comp-
tent de 400 à 450 étudiants. Le campus sera aménagé sur le site actuel
de la Cité de la mode et du design,
propriété d’une filiale de la Caisse
des Dépôts, quai d’Austerlitz, dont
la surface va passer de 2.300 à
8.000 mètres carrés.
« Protéger cet écosystème de la
mode et du luxe, qui nous distingue
dans la mondialisation, le valoriser
et le transmettre, c’est tout l’enjeu du
nouveau contrat de filière », a souli-
600.000
EMPLOIS
sont recensés dans le secteur
de la mode en France, pour
un chiffre d’affaires de plus
de 154 milliards d’euros.
gné Guillaume de Seynes, le président du comité stratégique. La
filière est en quête de 10.000 salariés
par an en production pendant cinq
ans, d’où la nécessité de formation.
Améliorer la compétitivité des
façonniers, via des transferts de
technologies, est un autre volet du
plan. Ainsi que le financement des
jeunes marques émergentes.
La traçabilité des vêtements et
leur recyclage pour les produits
invendus sont un autre axe de
réflexion. « La force de ce contrat,
c’est le travail de fond engagé par tous
les acteurs autour des mêmes enjeux,
et sur lesquels nous pouvons faire
bouger les lignes de nos métiers, audelà de la compétition », conclut
Bruno Pavlovsky, président des
activités mode de Chanel. n
Une petite erreur peut donner
naissance à de bonnes idées.
Kellogg’s se félicite encore de
celle qui a fait voir le jour aux
corn-flakes, alors que son fondateur cherchait à obtenir du
granola. A la SNCF, c’est la disparition du chien Bobby à la
toute fin du spot de la marque
TGV Inoui, lancée officiellement en septembre, qui a fait de
lui un héros de saga. Dans la
dernière scène, à la suite d’un
mauvais raccord au montage,
l’animal qui, dans un sens, passait une porte avec la famille
représentant les voyageurs du
futur, n’était plus là, de l’autre
côté. L’entreprise ferroviaire en
a fait un gimmick.
Cet automne, une quête pour
trouver Bobby a donc été lancée
sur les réseaux sociaux pour
créer interaction et proximité.
Et depuis le 7 janvier, le chien est
parti à la rencontre des différents métiers de la SNCF, allant
dans la cabine du conducteur,
l’ouverture à la concurrence,
prévue à partir de décembre 2020 pour les TGV. Et d’ici là
de montrer la différence avec
Ouigo et de justifier, aux yeux
des clients, l’écart de prix.
« Le nom TGV a déjà une
notoriété élevée mais, avec Inoui,
nous voulons faire évoluer le
niveau d’attente pour placer la
barre haut par rapport aux
futurs nouveaux entrants. Pour
lancer la marque, nous ne pouvions pas attendre que le projet
industriel soit déployé sur le
parc complet », remarque
Julien Féré.
Annonces personnalisées
Même ceux qui ne voyagent pas
sur les lignes déjà revisitées sont
exposés à la griffe. S’ils sont
grands voyageurs, ils ont accès à
des Salons bien marqués. Le
personnel, chargé de mettre
l’accent sur l’accueil plus que sur
le contrôle désormais délégué
aux portiques de sécurité, porte
d’ailleurs de nouveaux badges
où la marque apparaît avant la
mention SNCF. Côté restauration à bord, la carte, supervisée
par le chef étoilé Michel Sarran,
poursuit dans la veine des propositions plus élaborées. Une
offre végétarienne a déjà fait son
apparition à la rentrée. Le menu
doit évoluer vers plus de bio et de
local. Et cet été sera vendu un
cookie spécial de Michel et
Augustin, dont la composition
est issue d’un vote organisé
auprès des clients du bar.
ÉQUIPEMENT
CULTUREL
Dernier établissement
de ce type 100 % privé
en Europe, il accueille
800 étudiants de
haut niveau.
Il abrite également
la salle Cortot, qui
accueille 130 concerts
par an.
Martine Robert
@martiRD
C’est le dernier établissement
d’enseignement supérieur musical
100 % privé en Europe. Malgré une
scolarité à 3.500-4.000 euros contre
600 euros en moyenne dans le
public, l’Ecole normale de musique
de Paris attire 800 étudiants d’une
cinquantaine de nationalités différentes. Mais l’établissement, qui
fête ses 100 ans, a eu le temps de conforter sa renommée et son réseau.
« Le pianiste Alfred Cortot a créé
l’école en 1919 parce qu’il trouvait la
musique française insuffisamment
présente dans le monde ; il voulait la
faire rayonner en formant des enseignants et des virtuoses étrangers à
Paris », précise la directrice Françoise Noël-Marquis. Les étudiants
viennent ici découvrir un style, un
esprit, transmis depuis l’origine par
des professeurs reconnus tels Paul
Dukas, Arthur Honegger, Olivier
La salle Cortot, réalisée par l’architecte Auguste Perret.
Photo Ecole normale de musique de Paris
Messiaen, Pablo Casals, Nadia
Boulanger, Henri Dutilleux, André
Navarra, Georges Enesco…
Une vitrine
Au sein de l’école, la salle Cortot de
400 places réalisée par l’architecte
Auguste Perret en 1929, restaurée en
2001 grâce au soutien du ministère
de la Culture et de Liliane Bettencourt, est le lieu des concerts d’étudiants et des master class publiques.
Elle est aussi louée 3.000 euros pour
des concerts en soirée (Philippe
Maillard Productions, Centre de
musique de chambre de Paris, Court
Circuit) ou des événements privés.
Au total, 130 concerts de musique
classique, baroque ou contemporaine y sont donnés par an. « Ce
chef-d’œuvre Art déco à l’acoustique
exceptionnelle est notre vitrine et une
source de recettes. Trouver des financements est indispensable car les
frais de scolarité ne couvrent que 75 %
d’un budget d’environ 3 millions
d’euros », poursuit Françoise NoëlMarquis, à la tête de dix permanents
gérant 150 intervenants.
Longtemps, l’Europe a été le point
de passage obligé pour les études
musicales, avec en France deux institutions d’excellence, le Conservatoire national et l’Ecole normale.
« Avec le développement de cursus
universitaires spécialisés dans l’Hexagone mais aussi aux Etats-Unis et en
Asie, la concurrence s’est durcie »,
précise la directrice, qui a réussi à
délivrer une centaine de bourses
aux étudiants en s’appuyant sur
des mécènes : Altran, la Fondation
Bettencourt-Schueller, le Crédit du
Nord, Buffet Crampon…
Pour faciliter l’insertion professionnelle des étudiants, outre les
auditions, les captations audiovisuelles des récitals, un label de
disques, 50 « Concerts de Midi &
Demi » sont proposés en public.
Des partenariats permettent aux
élèves de se produire avec des
orchestres (Lamoureux, de Chambre de Paris, de l’Opéra de Massy…)
et des festivals (Lisztomanias, Chopin-Nohant, Nuits du piano, Centre
de musique de chambre de Paris…).
Pour ses 100 ans, l’école prépare
une publication avec « Beaux-Arts »,
une BD avec Dargaud, un week-end
de festivités. « Nous n’avons pas
d’autre choix que de nous positionner
comme une “Rolls-Royce de l’enseignement musical” et il faut le faire savoir »,
souligne Françoise Noël-Marquis,
qui veut maintenant partir à la conquête du continent sud-américain. n
Letizia Le Fur
L’Ecole normale de musique fête ses 100 ans
La SNCF veut placer la barre haut en termes de services
avant l’ouverture à la concurrence, fin 2020 pour les TGV.
accompagnant un technicien
pour réparer le wifi, rejoignant
une opératrice pour comprendre comment les trains sont suivis. Ses vidéos ont investi le Web.
« C’est une manière de faire
découvrir les coulisses aux clients
mais aussi de mobiliser
l’interne », souligne Julien Féré,
directeur de la communication
externe de Voyages SNCF. Des
peluches à l’effigie de Bobby
seront même à gagner sur les
réseaux sociaux. Et les influenceurs de l’entreprise, appartenant à la « Team SNCF », en ont
reçu un pour pouvoir se mettre
en scène sur leur lieu de travail.
Evolution du niveau
d’attente
Cette nouvelle façon de placer la
marque sous les feux des projecteurs intervient alors que ParisLille se met ce mois-ci aux couleurs de TGV Inoui, après les
lignes Paris-Bordeaux puis
Paris-Lyon et Paris-Strasbourg.
Même si le mouvement se fait au
fur et à mesure, la SNCF a intérêt
à bien installer sa marque d’ici à
« Nous avons aussi travaillé les
annonces à bord, pour les personnaliser. Il n’y a pas de phrases
toutes faites, mais une charte
sémantique pour adapter les prises de parole selon l’heure de la
journée et la situation. On ne
s’adresse pas aux voyageurs de la
même façon à 6 heures du matin
que l’après-midi, dans les trains
associés à des périodes de vacances et dans ceux où les clients
business sont nombreux. Et les
retours des clients sont très
bons », indique Julien Féré.
Autre axe de communication : en novembre, une campagne à base de slogans en forme
de clin d’œil a été faite autour de
tarifs minimums pour un trajet
comme un Paris-Lyon dès
45 euros ou un Toulouse-Paris
à partir de 49 euros. « Plus on
communique sur la qualité, plus
on doit expliquer que les prix ne
bougent pas », conclut Julien
Féré. En faisant évoluer service
et identité, la marque doit en
effet veiller à ne pas renvoyer
une image trop haut de gamme
synonyme d’inaccessibilité. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 21
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
Orange
s’intéresserait à un
opérateur basque
25
Mediapart, le site d’information
d’Edwy Plenel, a été condamné
en diffamation pour une enquête
« à charge » pour l’article
« Comment le groupe Bolloré
a ruiné deux entrepreneurs
camerounais » (datant de 2016).
Le site va devoir retirer
des passages de l’article.
Mediapart va faire appel.
Le groupe français étudierait
le rachat d’Euskaltel,
selon le quotidien espagnol
« El Economista ». Avec
574.000 clients fixe, le câbloopérateur est le premier fournisseur d’Internet fixe dans le nord
de l’Espagne. Il se repose déjà
sur un accord de roaming avec
Orange España pour le mobile.
MILLIONS D’ABONNÉS
DR
en
pixels
DR
HIGH-TECH
&MEDIAS
Bolloré remporte
un procès contre
Mediapart
En 2018, Hulu a augmenté
de 48 %, à 25 millions, le
nombre d’abonnés à son offre
combinant SVoD et télévision
linéaire. Le concurrent
de Netflix aux Etats-Unis
a généré près de 1,5 milliard
de dollars de publicité,
soit une hausse de 45 %.
Les téléviseurs à écran
déroulable débarquent au CES
l LG a présenté à Las Vegas une télévision dont l’écran peut s’enrouler et se dérouler entièrement.
l Les marques vantent leurs produits premium, alors que le prix moyen chute sur les autres segments.
ÉLECTRONIQUE
Florian Dèbes (à Las Vegas)
@FL_Debes
Depuis qu’il s’est aplati, le petit écran
n’avait eu de cesse de s’agrandir ;
il pourra maintenant se faire plus
discret en s’enroulant sur lui-même.
C’est ce que LG vient de révéler
au CES : une télévision rétractable
qui a fait impression lors du Salon
mondial de l’électronique grand
public qui se tient cette semaine à
Las Vegas. Le deuxième fabricant
mondial de téléviseurs annonce
qu’il la commercialisera cette année.
A l’image du prototype présenté
l’an dernier par la filiale LG Display
du groupe sud-coréen, l’écran du
Signature OLED TV R rentre complètement dans sa base quand la
télévision n’est pas allumée. Dans
cette position, l’appareil se change
en enceinte audio. A l’allumage, un
moteur déroule l’écran qui sort de la
base pour s’arrêter sur deux modes
de vision : soit le plein écran 65 pouces, soit un écran plus horizontal
conçu pour afficher des photos, les
informations météo ou le tableau de
bord d’une maison connectée.
Un produit haut de gamme,
à faible volume
« Cet écran, c’est une télévision qui ne
se voit plus quand elle est éteinte,
note Jérôme Pinton, le directeur
marketing de LG France. Cela ouvre
des perspectives en termes de
décoration d’intérieur, par exemple, en se réappropriant le mur
derrière l’écran. » Mais tout le
monde ne pourra pas se permettre
cette coquetterie. Avant même de
pouvoir annoncer son prix, LG
reconnaît déjà que ce produit haut
de gamme ne constituera pas
d’importants volumes de vente.
Plusieurs spécialistes
pensent que les écrans
pliables pourraient
être l’une des grandes
tendances du marché
cette année.
C’est une habitude de l’industrie.
« Personne ne vous le dira au CES,
mais 99 % des télévisions vendues
aux Etats-Unis coûtent moins de
2.000 euros alors qu’ici les marques
ne parlent que du 1 % qui se vend audelà », grince un cadre de TCL, le
groupe chinois qui monte en démocratisant les technologies innovantes, quelques années après leur présentation à Las Vegas. N’empêche,
plusieurs spécialistes pensent que
les écrans pliables pourraient être
l’une des grandes tendances du
marché des téléviseurs cette année.
D’après IHS Markit, au total, il
devrait se vendre 223,5 millions de
téléviseurs tous types confondus
dans le monde en 2019.
Alors que les marques dévoilent
leurs premiers modèles en ultrahaute résolution (8K), la moitié
L’écran du Signature OLED TV R rentre complètement dans sa base quand la télévision n’est pas allumée. Photo John Locher/AP/Sipa
d’entre eux afficheront du 4K (haute
définition). Les technologies de
grands écrans haut de gamme,
OLED ou QLED, ne pèseront que
3 % des volumes mais elles seront
vantées par tous les fabricants. Car
ces derniers voient grossir ce marché du premium, plus profitable,
alors que le prix moyen chute sur les
autres segments. Avec sa télévision
enroulable, LG capitalise encore
plus sur l’OLED, une technologie
d’écran que le coréen a été le premier à maîtriser et que la plupart
de ses concurrents ont massivement adoptée depuis, en se fournissant auprès de… LG Display. « Seul
l’OLED permet une épaisseur d’écran
de 2,5 mm qu’il est ensuite possible
d’enrouler », relève Jérôme Pinton.
Chez LG, l’OLED représente 20 %
des volumes de téléviseurs vendus.
Samsung toujours leader
Défenseur du QLED, Samsung
reconnaît que ses écrans ne sont
pas aussi souples mais renvoie
les consommateurs à la recherche d’une télévision discrète
vers d’autres produits, comme son
cadre-télévision The Frame. Pour
l’avenir, le leader mondial du téléviseur a dévoilé à Las Vegas un nouveau prototype d’écran MicroLED,
une technologie s’affranchissant des
contraintes de tailles. En détenant
28,4 % des parts du marché mondial
en valeur selon IHS Markit, Samsung tient encore une position solide
face à son compatriote sud-coréen.
En dépit du succès de l’OLED, LG
reste loin derrière en s’appropriant
15,2 % des revenus du secteur. n
TCL, le numéro trois mondial de la télévision,
accélère dans l’audio
Devenu troisième fabricant
mondial de téléviseurs
en volume, le spécialiste
de l’électronique poursuit
son expansion derrière
Samsung et LG.
Le risque latent d’une hausse des
taxes douanières entre leur pays
d’origine et le premier marché
mondial de l’électronique grand
public n’effraie pas les dirigeants
chinois de TCL. C’est d’ailleurs
sur le sol des Etats-Unis, au CES,
que le fabricant de téléviseurs
et de smartphones a annoncé
faire grandir ses ambitions sur
le marché de l’audio.
D’ici à quelques semaines, TCL
commercialisera aux Etats-Unis
et en Europe une gamme d’écouteurs intra-auriculaires, un casque
arceau ainsi que plusieurs modèles
de barre de son pour téléviseurs.
« Sur ces marchés, c’est la première
fois que la marque TCL sortira de la
maison », souligne Kevin Wang,
le PDG de TCL Electronics.
En Chine, TCL produit du matériel
audio depuis des années, pour son
compte ou pour d’autres industriels. Il vient de signer un partenariat avec Xiaomi, le fabricant
de smartphones qui monte, pour
coopérer dans le développement
de produits électroniques. A cette
occasion, Xiaomi a d’ailleurs pris
0,5 % du capital de TCL.
De fait, les premières mesures de
protectionnisme de l’administration américaine n’ont concerné
qu’à la marge les produits électroniques grand public comme les
nouveaux casques audio de TCL
ou ses téléviseurs. Une partie de
la production du groupe est par
ailleurs réalisée au Mexique, à
l’abri d’une hypothétique hausse
des tarifs douaniers. Et le contexte
actuel n’a pas empêché TCL de progresser sur le marché américain
ou ailleurs, surtout grâce à ses
écrans plats. En 2017, la marque
revendique avoir vendu 23 millions de téléviseurs, ce qui lui a
permis de se hisser à la troisième
place mondiale, derrière Samsung
et LG. « Aux Etats-Unis, la marque
est même classée deuxième certains
mois en 2018 », se félicite Frédéric
Langin, le directeur des ventes
et du marketing de TCL Europe.
Une internationnalisation
en cours
Le directeur de développement des produits de TCL Amérique
du Nord, Aaron Dew, au CES, le 7 janvier 2019. Photo Robyn Beck/AFP
En Europe, où la France est le premier marché pour le groupe, les
ventes en volume ont augmenté de
60 % sur les neuf premiers mois de
2018. « Mais en valeur, TCL reste distancé par Sony au niveau mondial »,
note Paul Gray, analyste pour IHS
Markit. Tout comme son autre
concurrent Hisense, TCL s’est longtemps concentré sur le marché
chinois après sa création en 1981.
Les années 2000 marquent le
début de l’internationalisation
pour l’entreprise, notamment
avec le rachat de la marque française Thomson. Puis, le dragon
chinois a pris son envol suivant
la montée en gamme incessante
des modèles de télévision.
Fabricant de ses propres dalles
d’écran – à l’instar de LG et Samsung –, il fait partie des rares marques à avoir choisi le standard
haute résolution QLED tout en affichant son intention de commercialiser aussi la technologie rivale
OLED et de bâtir une usine dédiée.
En 2017, l’entreprise a enregistré
en dollars hongkongais l’équivalent de plus de 4,5 milliards d’euros
de recettes et une croissance de
22,4 % par rapport à 2016. Sur les
neuf premiers mois de 2018, TCL a
généré 60 % de ses revenus hors de
Chine, contre 51 % en 2017. « Nous
sommes connus pour démocratiser
l’accès aux grandes tailles d’écran »,
remarque Antoine Salomé pour
TCL Europe. Sponsor du célèbre
footballeur Neymar, la marque
affirme aussi avoir profité de la
dernière Coupe du monde pour
gagner en notoriété. — Fl. D.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
22 // HIGH-TECH & MEDIAS
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Après Apple, Samsung déçoit
sur les ventes de smartphones
Edition : Noël
a limité les dégâts
ÉDITION
Samsung, et plus des trois quarts
de son bénéfice global.
Anticipant une hausse de la
demande, tous les acteurs des semiconducteurs (Samsung, Hynix,
Toshiba et Micron) avaient massivement renforcé leurs capacités dans
les puces mémoire en 2016 et 2017
pour faire du volume et rester compétitif dans ce marché très volatil.
En 2017, les capex sur les puces
mémoire avaient atteint 44 milliards de dollars, soit 85 % de plus
par rapport à 2016, selon IC Insights.
Samsung à lui tout seul avait mis sur
la table 12 milliards, selon ODDO
BHF, avant de réduire la voilure.
« Jusqu’à présent, Samsung était en
mode dérapage contrôlé, explique
Veysel Taze, analyste semi-conducteurs chez ODDO. Mais le ralentissement du marché du smartphone a
introduit une nouvelle incertitude. »
TÉLÉPHONIE
Pour la première fois
en quatre ans, le géant
sud-coréen a émis
mardi un « profit
warning » pour son
quatrième trimestre.
Raphaël Balenieri
@RBalenieri
La tech a décidément le moral dans
les chaussettes en ce début 2019.
Deux des plus grands fabricants
mondiaux de smartphones ont
émis, à moins d’une semaine
d’intervalle, des avertissements sur
leurs résultats du dernier trimestre.
Après Apple le 3 janvier, son rival
Samsung a, à son tour, envoyé un
« profit warning » mardi.
Le plus gros groupe d’électronique au monde s’attend désormais à
un bénéfice en repli de 29 % sur les
trois derniers mois de 2018 et à un
chiffre d’affaires en recul de 11 %.
En cause, la stagnation qui affecte
deux de ses marchés clefs : les puces
mémoire et les téléphones portables. En Bourse, Samsung a décliné
de 1,7 %. C’est la première fois, en
quatre ans, que le conglomérat
de Séoul avertit ainsi les marchés.
Samsung avait toutefois préparé le
terrain, début novembre, en expliquant s’attendre « à un déclin des
résultats globaux de la compagnie »
pour la fin 2018, avant une embellie
courant 2019. L’avertissement a toutefois surpris, car Samsung avait
connu au troisième trimestre un
bénéfice record, en hausse de 21 %.
Marché en berne
Cette industrie, l’un des premiers
débouchés pour les puces DRAM et
NAND, vient en effet de connaître
son quatrième trimestre d’affilée de
repli, selon IDC. Et la situation n’est
guère plus rose du côté des PC, ou de
l’automobile. Portés par l’essor du
cloud, seuls les serveurs sont en
forte croissance. Huawei l’a bien
compris en lançant, lundi, une puce
qui leur est spécialement dédiée.
En plus d’une faible demande
pour les puces, Samsung fait les frais
d’un marché du smartphone en
berne. Le sud-coréen est certes
toujours le numéro un mondial,
avec plus de 321 millions d’unités
en 2017, selon Gartner. Mais il s’est
fait évincer en Chine, le premier
marché mondial, par les fabricants
locaux comme Huawei, numéro un
du marché chinois et deuxième
constructeur au monde. Ce dernier
contrôle presque 26 % du marché
chinois, selon Gartner, contre moins
de 1 % pour Samsung. Une part
minime qui l’a forcé, en décembre,
à fermer une usine près de Pékin
qui employait 2.600 personnes.
Le sud-coréen parie désormais sur
la 5G, le prochain standard de téléphonie mobile, et sur des innovations comme le smartphone pliable
pour se relancer sur ce marché.
Crise de surcapacités
Sur les puces mémoire, un marché
à 125 milliards de dollars sur lequel
Samsung est le numéro un mondial, le groupe est victime d’une surcapacité. Résultat, le prix de ces
composants présents dans les
smartphones, les PC, les serveurs
dans les data centers et même les
voitures, a fortement chuté : –10 %
pour les puces DRAM et – 15 % pour
les puces NAND, les deux principales catégories, selon les chiffres
de DRAMeXchange cités par l’AFP.
Or, les puces mémoire représentent plus d’un tiers des ventes de
(
IBM dévoile au CES le premier
ordinateur quantique « compact »
INFORMATIQUE
Jusqu’à présent,
les ordinateurs basés
sur la mécanique
quantique existaient
seulement sous une
forme désassemblée.
Gabriel Nedelec
@GabrielNedelec
Pour le néophyte, les termes résonnent comme la promesse d’un bon
livre de science-fiction. « Calculateur quantique », « équipement
cryogénique », « zéro absolu »…
Pourtant, c’est un projet bien réel
qu’ont présenté les équipes d’IBM au
CES de Las Vegas lundi, et qui préfigure très probablement le futur de
l’informatique. Le groupe américain est en effet parvenu à assembler
le premier ordinateur quantique
d’un seul bloc, rapporte le « Financial Times », quand les supercalculateurs basés sur cette technologie
remplissent actuellement des laboratoires entiers. Maîtrisée, la puissance de ces machines, qui regroupent les connaissances scientifiques
les plus avancées, pourrait reléguer
les ordinateurs actuels au placard.
C’est du moins l’ambition caressée par l’ensemble des chercheurs
et des industriels lancés dans ce
domaine. Pour l’heure, il n’existe
qu’un seul exemplaire de l’IBM
Q System One, et il n’est pas encore
question de passer à une production
industrielle. Même si cette porte
n’est pas fermée par le groupe, qui
envisage dans un premier temps de
louer la puissance de sa création via
le cloud plutôt que de la transporter.
Un langage complexe
L’opération est périlleuse : l’IBM
Q System One est un cube de verre
de 2,74 mètres de côté, soit la taille
d’un petit studio de 20 m3. A l’intérieur, outre des composants électroniques, se trouvent une cuve
d’hélium liquide et un équipement
cryogénique qui doivent permettre
aux qubits (quantum bits, la forme
prise par l’information dans les
ordinateurs quantiques) de fonctionner dans les conditions qui lui
sont propres, soit une température
proche du zéro absolu. IBM Q System One a tout de même fait le
déplacement jusqu’au CES, exposé
aux yeux de participants intrigués.
Alors que les ordinateurs classiques fonctionnent grâce à un
langage binaire fait de 1 et de 0, un
ordinateur quantique utilise, lui, les
deux phénomènes quantiques des
particules que sont la superposition
d’état et l’intrication. Ainsi, un bit
peut être à la fois un 1 et un 0, ce qui
multiplie de façon exponentielle les
opérations possibles. Cette technologie est vue comme le futur des
ordinateurs depuis sa découverte,
au début des années 1980, grâce
au physicien Dick Feynman.
Aujourd’hui, la course fait rage de
part et d’autre de l’Atlantique pour
développer et trouver des applications larges. Les ordinateurs quantiques sont cantonnés à certains
domaines. En l’occurrence, celui
d’IBM peut être utilisé dans l’intelligence artificielle, la recherche médicale ou encore dans les matériaux.
En France, le CEA a présenté
sa stratégie de développement cet
été afin de parvenir à en créer un,
notamment en partenariat avec
Atos, dont le PDG, Thierry Breton,
s’est lancé dans la bataille en 2016.
En octobre, trois instituts grenoblois
ont remporté 14 millions d’euros de
financement auprès de l’Union
européenne afin de développer
une machine d’une puissance
de 100 qubits, ce qui en ferait la plus
puissante de la planète. Pour
l’heure, ce record est détenu par
Google, dont le « Bristlecone » développe une puissance de 72 qubits. n
Lire « Crible »
Page 32
Patrick Artus
Chef Économiste et
membre du Comité
exécutif Natixis,
Professeur-Associé
à l’École d’Économie
de Paris
Mathilde Lemoine
Chef Économiste Groupe
Edmond de Rothschild,
Professeur à Sciences Po.
Mercredi 16 janvier 2019 à 19h00,
« Faut-il craindre une nouvelle crise ? »
Informations et inscriptions :
www.lesechos-debats.fr
En 2018, les ventes
de livres ont moins
reculé qu’en 2017,
Noël ayant réduit les
mauvais résultats
d’une année en
dents de scie.
Véronique Richebois
@VRichebois
Gilles Haéri, tout nouveau président d’Albin Michel, se frotte
les mains : « Les fêtes de fin
d’année se sont révélées une très
bonne surprise et ont même
permis de gagner du terrain ! »
En réalité, le secteur de l’édition
a surtout limité le choc.
Après le recul des ventes de
1 % en volume enregistré en
2017, le cru 2018 devrait ainsi
révéler une évolution moins
négative des ventes globales
de –0,3 % en valeur (c’est-à-dire
en chiffre d’affaires) et de
–0,5 % en volume (source GfK).
Soit une très légère amélioration par rapport à l’an dernier,
s’accompagnant de grandes
disparités selon les segments.
La littérature au sens large
(fiction et documents) serait
ainsi en recul de 0,6 % en valeur
et de 2,1 % en volume, alors que
la BD afficherait des hausses
respectives de 2,1 % en valeur
et de 2,5 % en volume.
Mais, pour l’heure, éditeurs
et libraires respirent. Après
avoir senti le méchant vent
du boulet en novembre pour
cause de « gilets jaunes » et
commencé à désespérer de
leurs chiffres de ventes de fin
d’année, Noël les a littéralement
sauvés. Mieux, ils arborent « un
bilan légèrement positif pour
l’année 2018 avec une croissance
de 0,6 % de notre chiffre d’affaires, là où l’année 2017 avait enre-
–0,3 %
L’ÉVOLUTION
des ventes globales en 2018,
contre –1 % en 2017.
gistré un recul de 1,9 % », indique
Guillaume Husson, délégué
général du Syndicat de la librairie française. « Mais l’équilibre
demeure fragile et beaucoup
de libraires savent que la rentabilité de leur année se décidera
le 26 décembre. »
Mais ils ont eu chaud ! Sur le
seul week-end des 8 et 9 décembre, leurs ventes ont effectué
une chute en piqué de près de
14 %… Tandis qu’Amazon récoltait les fruits du mouvement
social avec une hausse de ses
transactions de l’ordre de 30 %
les mêmes jours.
Une dernière semaine
décisive
Toutefois, le mouvement social
étant partiellement retombé,
les Français sont redescendus
dans la rue et repartis, gaillards,
en quête de cadeaux. « Les ventes en librairies ont redémarré
de façon très nette le 17 décembre,
confirme Guillaume Husson.
Et, sur la période courant du 17
au 30 décembre, nous avons
enregistré une hausse de 5,8 %
des ventes de BD, de 5,1 % des
sciences humaines, 5 % de la littérature jeunesse, qu’a accompagné un recul de 1,8 % des ventes
d’ouvrages de fiction. » A ce titre,
la dernière semaine de l’année
a été décisive avec une hausse,
tous segments confondus
(BD, jeunesse, fiction…), de
6,2 % des ventes entre le 24 et
le 30 décembre.
Mieux, de façon plus générale, la tradition française
consistant à faire du livre l’un
des cadeaux clefs des fêtes de
Noël a permis de « limiter la
casse ». Le constat s’est révélé
exact pour la quasi-totalité des
acteurs du secteur de l’édition,
à commencer par les chaînes
(Gibert, Cultura, Relais H…),
les librairies indépendantes
et Amazon. En revanche, ce ne
paraît pas être le cas « des centres commerciaux, dont certains,
situés à l’abord de ronds-points,
ont vu leur fréquentation perturbée par les “gilets jaunes” »,
nuance Vincent Montagne,
président du Syndicat national de l’édition (SNE) et, par
ailleurs, patron de Média Participations-La Martinière. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 23
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
REBOND
START
UP
U
2
MILLIONS D’EUROS
La fintech Nalo réalise sa première levée de fonds auprès d’un
groupe de 67 investisseurs. Elle
propose une solution de conseil et
de gestion automatisée de patrimoine aux particuliers.
Embleema cède 15 % de son
capital au groupe Pharmagest. La start-up franco-américaine va pouvoir accroître le déploiement de ses applications de partage de
données de santé basées sur la blockchain. Au sein de son écosystème, la jeune
pousse rassemble les patients d’un côté,
et les entreprises des sciences de la vie et
les professionnels de santé de l’autre. Les
seconds peuvent avoir accès aux données
des premiers, mais de manière totalement anonymisée et en temps réel pour
favoriser la recherche médicale.
1,5
MILLION D’EUROS
TeamBrain boucle un tour de table auprès de
Side Capital. Le moteur de recherche BtoB
créé en 2013 par Alexandre Colin veut accélérer son développement notamment grâce à
des intégrateurs, et vise un chiffre d’affaires
de 20 à 30 millions d’euros d’ici à trois ans.
Reconnaissance vocale : comment les
start-up tricolores tirent leur épingle du jeu
l Alors que les géants américains dominent le secteur,
quelques pépites françaises essaient de s’y faire une place.
l Tour d’horizon avec Snips, Linagora et ViVoka.
ÉVÉNEMENT
Déborah Loye
@Loydeborah
Sur l’Eureka Park du CES, l’environnement est particulièrement
bruyant, donc peu propice aux
démonstrations de reconnaissance
vocale. Pourtant, sous la bannière
French Tech, trois jeunes pousses
proposent au public de « discuter »
avec des machines en testant leur
interface. Et cela fonctionne. En parlant dans un micro de la taille d’une
balle de golf, chez Snips, on allume
ou éteint des ampoules, on lance
une machine à laver ou on déroule
une persienne. Au stand d’en face,
chez LinTO, on demande à un assistant numérique de nous rappeler
d’« envoyer un mail à David ».
Ces derniers mois, ce sont les
Gafam, en particulier Amazon et
G o o g l e , qui ont fait parler de
reconnaissance vocale. Mais les
jeunes pousses, qui travaillent également, depuis plusieurs années, au
développement de ces solutions,
comptent bien tirer leur épingle du
jeu. « Si elles attaquent les Gafam de
front, ces jeunes entreprises n’ont
aucune chance, assure Jérôme
Grondin, responsable du Lab innovation chez Niji. Elles doivent absolument faire un pas de côté, en travaillant sur des cas d’usage très
spécifiques par exemple. »
C’est le choix qu’a fait Linagora au
moment de lancer LinTO, il y a deux
ans. « Nous avons décidé de travailler
sur la productivité en réunion »,
indique Michel-Marie Maudet,
fondateur de l’entreprise. Son assistant vocal permet de prévoir des
rendez-vous, mais aussi de répartir
les tâches ayant été énoncées
durant une réunion. D’ici à cet été, il
sera également capable de produire un résumé de ce qu’il y a été
dit. « Nous avons développé une technologie capable de noter tout ce qui
est dit, et sommes en train de créer
des algorithmes qui constituent des
« Si elles attaquent
les Gafam de front,
ces jeunes
entreprises n’ont
aucune chance.
Elles doivent
absolument faire
un pas de côté,
en travaillant
sur des cas d’usage
très spécifiques. »
JÉRÔME GRONDIN
Responsable du Lab innovation
chez Niji
résumés, en partenariat avec le
Laboratoire d’informatique de
l’Ecole polytechnique (LIX) »,
annonce Michel-Marie Maudet.
Chez ViVoka, on se distingue en
n’agissant que sur une seule chaîne
du maillon de la reconnaissance
vocale, celui du traitement automatique du langage naturel (NLP).
« Nous pensons que la reconnaissance vocale n’a de sens que si elle permet d’offrir une vraie valeur ajoutée
en termes d’expérience », affirme le
fondateur de l’entreprise, William
Simonin. La jeune pousse évite
donc de s’éparpiller et se concentre
sur des secteurs spécifiques : ceux
de l’hôtellerie et du retail. « Lorsqu’un client passe une commande
sur le site en ligne d’un supermarché,
il peut par exemple demander “tous
les ingrédients pour faire des crêpes”
ou “la crème fraîche la moins chère”
grâce à notre assistant », détaille
l’entrepreneur. A l’hôtel, ViVoka
indique aux clients quel est le code
du wi-fi ou l’heure du déjeuner, et les
connecte aux services de conciergerie. Lors du CES, la jeune pousse
dévoile un nouveau support pour
son logiciel : un miroir connecté,
qui permettra par exemple d’afficher des cartes ou la météo.
Chez Snips, le pas de côté passe
par l’absence de connexion au
cloud, grâce à des logiciels embarqués. Une manière radicale de
s’assurer que personne ne met la
L’équipe de la start-up Vivoka, qui s’est spécialisée sur les secteurs de l’hôtellerie et du retail. Photo Vivoka
main sur les données des utilisateurs, mais qui réduit cependant le
champ d’action de la jeune pousse à
la commande vocale, pour le
moment du moins.
Le marché circonspect
Au CES, la start-up, qui a déjà levé
24 millions de dollars, présente
trois produits : Snips Commands,
Snips Flow et Snips Satellite. Le premier est un logiciel de reconnaissance vocale s’intégrant dans un
microcontrôleur et permettant
d’ajouter des commandes à des
objets tels que des machines à laver.
« Il permet de générer entre 30 et 40
c o m m a n d e s » , i n d i q u e Ya n n
Lechelle, COO de Snips. Snips Flow
Le combat de titans entre Google et Amazon continue
En marge de cette bataille, Samsung, avec sa fonctionnalité Bixby,
continue son chemin. « La primeur du marché ne sera pas pour le
premier arrivant », veut croire Stéphane Cotte, le vice-président de la
division électronique grand public
de Samsung Electronics France.
A son rythme, l’industriel coréen
vient seulement d’ouvrir sa technologie à des développeurs tiers.
Installée sur près de 600 millions
d’appareils d’après la marque, elle
a jusqu’ici peu séduit les foules.
A Las Vegas, Google
continue d’investir pour
rattraper le retard de son
Assistant sur le service
Alexa d’Amazon. Samsung
reste en embuscade.
Florian Dèbes
@FL_Debes
Google n’accepte pas qu’un concurrent parle plus fort que lui. Déjà animateur d’un gigantesque stand au
CES en 2018, le moteur de recherche
s’est résolu à tripler la taille de son
espace pour l’édition 2019 du Salon
de l’électronique grand public. Sur
plus de 5.000 mètres carrés payés à
prix d’or, il défendra notamment son
assistant vocal, le simplement
nommé « Assistant ».
Malgré cet investissement, il n’est
pas certain que le californien de
Mountain View ait le dernier mot
face à son principal compétiteur
basé plus au nord, à Seattle. Présents depuis plus longtemps au CES,
Amazon et son service Alexa ont un
temps d’avance dans cet affrontement de titans. Une chose est sûre,
les deux profitent de la richesse et de
la profondeur de leurs bases de données pour entraîner leurs intelligences artificielles et écraser la concurrence face aux jeunes pousses qui
tentent de les affronter directement.
Au-delà des volumes de ventes
d’enceintes connectées – sur les-
Google a triplé la taille de son espace pour l’édition 2019 du CES, avec
une surface supérieure à 5.000 mètres carrés Photo Robyn Beck/AFP
quelles Google avait pris la tête au
premier semestre 2018 avant
qu’Amazon ne reprenne l’ascendant au troisième trimestre – les
deux mastodontes se disputent les
faveurs des fabricants d’objets connectés, qu’ils côtoient de très près
durant cette semaine de salon.
100 millions d’appareils
équipés d’Amazon Alexa
Il y a quelques jours, un cadre d’Amazon indiquait qu’Alexa était présente sur plus de 100 millions d’appareils construits par la marque ou par
ses partenaires. Tandis que Google
peut se vanter d’avoir préinstallé par
défaut Assistant sur des millions de
smartphones Android récents, mais
rien ne prouve que le service est utilisé. Au total, 3.500 marques ont
développé des services autour de la
technologie Alexa contre 1.500 qui
ont travaillé sur Assistant. Ces chiffres ont été mis en avant par le fabricant de téléviseurs et de machines à
laver LG lors d’une conférence de
presse au cours de laquelle le groupe
sud-coréen a indiqué ne pas avoir
choisi de partenaire entre les deux.
Ce non-choix est bien l’une des
nouveautés de ce CES. Les marques, qui avaient commencé par
sélectionner un acteur jugé de confiance, multiplient désormais les
partenariats pour ne pas s’attacher
auprès d’un seul fournisseur de
technologies vocales.
Les marques
multiplient désormais
les partenariats
pour ne pas s’attacher
auprès d’un seul
fournisseur de
technologies vocales.
Mais l’entreprise entend faire
valoir ses arguments autour de la
sécurité des données. D’après un
magazine informatique allemand,
un utilisateur d’Alexa qui avait
demandé à Amazon de lui transférer ses données personnelles collectées par l’entreprise a récemment reçu des sons enregistrés
dans le salon et même dans la salle
de bains d’un autre utilisateur
d’enceinte connectée. n
s’intègre, lui, sur un microprocesseur, plus grand, mais qui permet
de faire du traitement automatique
de langage naturel. Par exemple, en
entendant « Hey Snips, il fait froid
ici », l’outil réagit en augmentant la
température d’un degré. Quant aux
micros connectés « satellites », ils
permettent simplement à Snips
d’être présent dans toute la maison.
Si les technologies de reconnaissance vocale arrivent peu à peu à
maturité, le marché semble encore
circonspect. Les start-up énumèrent
les pilotes qu’elles déploient : chez
Société Générale et Air France pour
LinTO (qui a aussi signé un contrat
chez EDF) ou dans la filiale d’AccorHotels Adagio pour ViVoka. Chez
Snips, on assure que des produits
intégrant la technologie seront bientôt sur le marché, sans citer de noms,
pour cause d’« accords de confidentialité signés avec des partenaires pour
qui la voix est un enjeu extrêmement
stratégique », assure Yann Lechelle.
4
À NOTER
Les acteurs français se réunissent au sein de « The Voice
Lab », un consortium créé
dans l’objectif d’échanger
des bonnes pratiques et…
des données, le nerf de la guerre
de la reconnaissance vocale.
Baidu a placé son
assistant dans plus de
200 millions de produits
Le Google chinois
a noué des partenariats
avec les fabricants
chinois de smartphones.
Nicolas Richaud
@NicoRichaud
L’assistant vocal Alexa a trouvé à
qui parler. En fin de semaine dernière, Baidu, alias le Google chinois, a annoncé que son propre
logiciel, DuerOS, était désormais
disponible sur plus de 200 millions de produits (essentiellement de marques chinoises). Soit
deux fois plus que pour le majordome intelligent d’Amazon qui a
fait savoir qu’il avait franchi le cap
des 100 millions dimanche.
Le parc de produits utilisant
DuerOs a plus que doublé sur les
cinq derniers mois. Sur un an, sa
croissance est de 300 %. Pour continuer à accélérer, Baidu a noué des
partenariats avec les fabricants
chinois de smartphones (Huawei,
Vivo, Oppo). Moins positif : seuls
35 millions d’utilisateurs se servent au moins une fois par mois de
cet assistant mâtiné d’intelligence
artificielle, a révélé le groupe chinois il y a quelques semaines.
A l’instar d’Amazon avec ses
« skills », Baidu s’échine aussi à élaborer un écosystème de programmes développés par des tiers et
calibrés pour son assistant intelligent. Un modèle proche de ce que
proposent Apple et Google avec les
applications mobiles par l’intermédiaire de leurs boutiques en
ligne respectives. En novembre,
Baidu comptabilisait quelque 800
« skills » compatibles avec DuerOS. Un chiffre modeste au regard
des 70.000 disponibles dans l’écosystème d’Amazon.
Enceintes connectées
Après avoir racheté la start-up
Raven Tech début 2017, le groupe
chinois a aussi commercialisé plusieurs gammes d’enceintes
connectées (Raven H, Xiaodu)
comme Amazon l’a fait avec ses
Echo, Google avec ses Google
Home ou encore Apple avec ses
HomePod. Lors du troisième trimestre de 2018, les ventes d’enceintes Baidu ont atteint 1 million d’unités sur le territoire chinois, selon les
données du cabinet Canalys. Ce qui
en fait le troisième acteur de son
marché domestique derrière ses
compatriotes Xiaomi et Alibaba. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
en
direct
Déchets industriels
Paprec reprend TER
CENTRE L’Allemand Kronos
ÎLE-DE-FRANCE Le groupe de
Solar Projects vient de déposer
une demande de permis de
construire pour 4 à 5 millions
d’euros une centrale photovoltaïque de 7,4 millions de kW/h
(1.500 ménages) à Billy au sud de
Blois sur une ancienne carrière
de 6,1 hectares. Selon « La Nouvelle République », le chantier
pourrait démarrer en 2020.
gestion des déchets et de recyclage Paprec a annoncé l’acquisition de Tri Environnement
Recyclage (TER), entreprise
spécialisée dans la collecte de
déchets auprès de clients industriels implantée à Athis-Mons
(Essonne). Elle réalise un chiffre
d’affaires de 32 millions d’euros
emploie 90 personnes et collecte
Jean-Pierre Muller/AFP
PME
&REGIONS
Loir-et-Cher : projet
de centrale solaire
annuellement 220.000 tonnes de
déchets divers, notamment
papier et déchets industriels
banals. L’entreprise a été créée
par Marcel Solarz, un entrepreneur pionnier de la récupération, également créateur auparavant de la société CDI, rachetée
déjà par Paprec en 2010.
Le groupe qui revendique la
place de leader français du
recyclage, emploie 8.500 personnes pour un chiffre d’affaires de
1,5 milliard d’euros.
L’Ile-de-France veut rattraper son retard
dans l’économie sociale et solidaire
l La région réoriente vers les entreprises son action, qui reposait jusque-là sur les associations.
l Elle va favoriser l’intégration des entreprises sociales dans l’économie classique.
INSERTION
Dominique Malécot
@DMalecot
Le constat est dur. L’économie
sociale et solidaire ou ESS ne représente que 7,7 % de l’emploi en Ile-deFrance, très en deçà des 10 % observés au niveau national. Et même si
l’Avise, l’agence d’ingénierie qui
regroupe une petite vingtaine
d’acteurs majeurs du secteur
remonte ce score à 8,8 %, soit
405.600 emplois dans le privé, la
région s’en contente d’autant moins
que c’est dans les grandes villes,
comme il y en a notamment en Ilede-France, que les inégalités sont les
plus fortes. C’est en partie ce phénomène – déjà observé dans les villes
de l’Antiquité – qui explique que le
taux de pauvreté atteint 15,4 % en
région parisienne, contre 14,9 % au
niveau national, selon les chiffres de
la préfecture d’Ile-de-France.
La région a donc décidé de revoir
sa politique en la matière. « Nous
avons voulu créer un nouvel environnement dès décembre 2015, rappelle
Sylvie Mariaud, déléguée spéciale
à l’économie sociale et solidaire de
la région Ile-de-France, notre
retard s’expliquait en partie par le fait
que l’essentiel des crédits étaient
absorbés par le fonctionnement, leur
saupoudrage et que la politique
menée jusque-là occultait totalement
les entrepreneurs sociaux, car elle
était orientée vers les associations. »
Résultat, toujours selon Sylvie
Mariaud, dans la région, très peu
d’entreprises de l’ESS dépassent 250
salariés. Après une concertation
avec tous les acteurs du secteur, la
région a choisi d’appuyer les entreprises à fort potentiel, comme elle le
fait, du reste, pour les PME « classiques » susceptibles d’accéder au
rang d’ETI. Concrètement, elle leur
ouvre ses dispositifs « up » tels que
PM’up, destiné à aider les PME à
moderniser leurs outils de production. Cette année, 10 % à 15 % de ces
aides, de 160.000 euros en moyenne,
ont été attribuées à des entreprises
de l’ESS. En juillet dernier, un « accélérateur » est venu compléter le dispositif. Financé à 50 % par la région,
soit 500.000 euros, il réunit les compétences d’HEC Paris, du fonds Inco
et d’Accenture, pour appuyer les
entreprises tant par du conseil que
du financement.
Seulement, favoriser le développement des entreprises de l’ESS n’a
pas grand sens si elles ne peuvent
pas être intégrées à l’économie, en
commençant par nouer des relations et des échanges avec les entreprises « classiques ». Ces dernières sont en effet, elles-mêmes, de
plus en plus, appelées à développer
une économie plus inclusive, autrement dit à accroître la part sociale de
leurs activités. La région a donc
lancé à la fin de l’année dernière un
Club Social Business. « Les diri-
geants ont compris l’enjeu de ce virage
vers une économie plus inclusive,
créatrice de valeurs économiques et
sociales », a expliqué la présidente la
région, Valérie Pécresse devant
Favoriser
le développement des
entreprises de l’ESS
n’a pas grand sens
si elles ne peuvent pas
être intégrées
à l’économie.
quelque 500 patrons de PME et de
grands groupes réunis pour l’occasion. « Les clients, les salariés, les
citoyens, ont de nouvelles attentes. Ils
sont aussi conscients des enjeux
sociaux et sociétaux de l’Ile-de-France
et veulent être acteurs de ce changement. Il est temps de passer des bonnes intentions à l’action concrète », a
martelé la présidente de la région.
Il ne s’agit pas d’un simple gadget
marketing ou d’un label, comme il
en existe aussi pour donner bonne
conscience aux consommateurs. Ce
Club Social Business a été créé à
l’initiative d’un consortium dirigé
par le Réseau des entrepreneurs
citoyens, qui va l’animer en collaboration avec l’Agence pour la diversité entrepreneuriale (Adive), l’ONG
Ashoka, KPMG et Socialcobizz. La
région, qui l’a doté d’une subvention
de 300.000 euros, part du principe
que « l’économie de marché peut
résoudre certains défis sociaux et
environnementaux tout créant des
emplois » et que ses propres achats
peuvent soutenir les initiatives
d’ESS. n
L’Accélérateur doit doper
les entreprises de l’ESS
Le fonds Inco, HEC et
Accenture ont constitué
une structure pour
accompagner la montée
en charge des entreprises
solidaires afin qu’elles
s’insèrent dans l’écosystème
des grands groupes.
Les crèches Agapi pour les quartiers
prioritaires de la ville ; Séquences
Clés Productions, qui emploie 80 %
de handicapés dans l’audiovisuel ;
Simplon.Co, pour dispenser une formation intensive de sept mois aux
métiers du numérique à des publics
fragiles ; ou l’association La Réserve
des Arts, qui récupère des matériaux industriels pour les créateurs
et les écoles d’art font partie des dix
lauréats sélectionnés pour bénéficier des services de L’Accélérateur.
Lancé en juillet dernier par la
région Ile-de-France pour doper
des entreprises à fort potentiel de
l’économie sociale et solidaire (ESS),
ce dispositif ne se limite pas à la
récupération de déchets alimentaires, l’alimentation en circuit
court, les traiteurs éthiques ou
l’insertion, majoritaires dans la promotion 2018.
Il vise aussi à créer les conditions
d’un développement économique
plus responsable. Opéré par le fonds
spécialiste des start-up à fort impact
environnemental et social Inco, qui
apporte ses capacités d’ingénierie
financière et d’accompagnement,
HEC Paris pour le réseau et Accenture pour la stratégie de croissance,
L’Accélérateur est une structure
légère qui allie diagnostic, financement et conseil. « Il s’agit de démontrer que ces entreprises, qui défendent
d e s va l eurs , p euvent chan ge r
d’échelle, créer de la croissance et des
emplois », résume-t-on à la Région,
qui finance, à hauteur de
500.000 euros, la moitié du budget
de la structure. Concrètement les
dix premiers lauréats admis dans
L’Accélérateur vivent actuellement,
depuis novembre, une première
phase de diagnostic qui va durer jusqu’en février et doit leur donner la
possibilité de transformer leur projet en plan d’action. Ces entreprises
entreront alors, jusqu’en septembre 2020, dans la phase d’accélération proprement dite qui doit leur
permettre de créer des emplois, tout
en donnant des perspectives de carrière à leurs salariés. En septembre 2020, elles auront un mois pour
faire le bilan de leurs deux années de
présence dans le dispositif et élaborer leur plan stratégique pour la
suite.
Un fond d’investissement
spécifique
Pour accompagner le mouvement,
la région Ile-de-France, de son côté,
a levé 3 millions d’euros, dont
1,5 million apporté directement par
la collectivité, pour financer le
fonds d’investissement régional
Invest Ile-de-France, consacré à
l’économie sociale et solidaire. Jusqu’alors dénommé Equisol, ce
fonds, auquel contribuent notamment le Crédit Coopératif, le groupe
Banque Populaire, le groupe CM
CIC, Revital’Emploi et la Macif, est
désormais doté de 6,7 millions
d’euros sous la gestion d’Esfin Gestion. Il est directement placé sous la
présidence de Sylvie Mariaud, déléguée spéciale à l’économie sociale et
solidaire de la région.
« Les gens qui ont un projet n’ont
pas de souci pour être accompagnés,
juge un des protagonistes du dispositif qui voit passer 200 à 230 dossiers d’entreprise par an. Ceux qui
ne trouvent pas, c’est généralement
pour une bonne raison. » — D. Ma.
Les bijoutiers veulent garantir une traçabilité des pierres ; l’or, quant à lui, doit être extrait de mines
où les conditions économiques sociales des travailleurs sont satisfaisantes. Photo Shutterstock
JEM mise sur la joaillerie éthique
Cette jeune entreprise
parisienne s’attache aux
conditions d’extraction
des pierres qu’elle inclut
dans ses bijoux..
Double sens. Dorothée Contour a
baptisé sa joaillerie « Jem », non pas
parce qu’elle met en valeur des pierres remarquables, des gemmes,
mais parce que ce sont aussi les initiales de « jewellery ethically minded » – joaillerie à préoccupations
éthiques – pour rappeler son engagement social et environnemental.
« Des valeurs auxquelles les clients
sont de plus en plus sensibles »,
reconnaît la patronne. « Les matériaux que nous utilisons sont essentiellement d’origine minière et, à la
création de la marque en 2010, nous
avons été extrêmement attentifs à
leur provenance à leurs conditions
d’extraction », explique-t-elle.
Aussi ses pierres sont-elles label-
lisées ARM, pour Alliance for Responsible Mining ou alliance pour
une mine responsable, tandis que
son or est estampillé « Fairmined »,
ce qui lui garantit que les mineurs
qui l’extraient le font dans des conditions économiques et sociales
satisfaisantes. « Des solutions existent et nous nous inscrivons dans un
mouvement qui vise à changer les
pratiques du métier », insiste Dorothée Contour.
Luxe et ESS
Jem estime avoir fait la démonstration qu’une entreprise peut associer
les pratiques de l’économie sociale
et solidaire et celles du luxe. Reste
qu’il lui faut changer d’échelle,
« notre chiffre d’affaires est resté très
confidentiel pendant les premières
années », reconnaît la dirigeante,
trop faible en tout cas pour décider
« d’autres maisons à s’engager » sur
la même voie. Convaincue que la
croissance passait par une augmentation de capital, Jem s’est donc rapprochée de la région Ile-de-France
qui a investi via son fonds InvESS
réservé à l’économie sociale et solidaire. Elle a pu ainsi ouvrir sa première boutique en propre dans le
1er arrondissement de Paris et élargir son offre au diamant artificiel. De
quoi, aussi, renforcer sa présence dans les grands magasins aux
Etats-Unis, au Japon et en Europe
du Nord où la clientèle est « très intéressée » par le concept éthique de
Jem. Tous les bijoux sont fabriqués
en France, par des sous-traitants à
Paris et à Lyon ainsi que dans le Jura
et les Vosges. Comme d’autres professionnels, Dorothée Contour note
que beaucoup de savoir-faire sont
perdus, mais cela ne l’empêche pas
de travailler avec des sous-traitants
qui lui ressemblent. Elle envisage
maintenant de passer de 6 à 7 ou 8
salariés. — D. Ma.
Du chantier
du siècle
au recyclage,
l’insertion
peut faire
recette
Les travaux du métro du
Grand Paris ont déjà généré
des centaines d’emplois en
insertion. Le Relais compte
doubler sa capacité
de tri de vieux vêtements
en cinq ans.
Colère. « Les entreprises exagèrent
en disant qu’elles vont manquer de
personnel pour construire le métro
du Grand Paris et concrétiser les
investissements qu’il va permettre de
réaliser », s’indigne un fin connaisseur des rouages du projet qualifié
depuis une dizaine d’années de
chantier du siècle. « Les calendriers
sont connus et fixés, rien n’empêche
de former des gens dont on sait qu’on
aura besoin d’eux à partir d’une date
précise. Cela pourrait même s’appliquer à des détenus souhaitant se
réinsérer en sortant de prison », soutient cet expert qui a lui-même déjà
fondé une entreprise d’insertion
pour aider des jeunes des cités à
trouver un travail.
Les clauses spécifiques préconisées depuis 2010 par la préfecture
d’Ile-de-France ou la CCI de ParisIDF dans les contrats du Grand
Paris sont plus efficaces qu’il n’y
paraît. Elles réservent 5 % des heures à effectuer sur les chantiers « à
des publics éloignés de l’emploi ». La
dizaine de conventions signées par
la Société du Grand Paris (SGP), en
charge de la construction du métro,
s’est traduite par « 681 contrats
d’insertion, dont 71 en formations
qualifiantes en 2018, souligne-t-on à
la SGP. Sur la ligne 15 Sud, cela représente 579 personnes en insertion
depuis le début des travaux. » La
RATP, de son côté, évoque 700.000
heures d’insertion pour la quarantaine de marchés passés pour les
prolongements, au nord et au sud
de sa ligne 14, qui sera intégrée au
réseau de métros du Grand Paris.
500.000 euros en une
minute
A l’opposé de ce chantier à 35 milliards d’euros, la Scop Le Relais,
détenue aux deux tiers par plus de
2.000 salariés, dont 30 % en réinsertion sociale, a levé un prêt participatif de 500.000 euros sur la plateforme européenne Look & Fin en
moins d’une minute ! Basé dans les
Hauts-de-France, Le Relais, né en
1985 du Mouvement Emmaüs,
commercialise des vêtements
de seconde main – pour l’habillement et le recyclage – après les avoir
collectés et triés. Toutes activités
confondues, son chiffre d’affaires a
atteint 98,6 millions d’euros en
2017. Il a lancé un projet de doublement de sa capacité de tri en cinq
ans financé par bpiFrance et
Finorpa à raison de 1 million d’euros
chacun que complètent les
500.000 euros de prêt participatif.
— D. Ma.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
PME & REGIONS // 25
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
500.000
BOURGOGNE FRANCHECOMTÉ La plate-forme collaborative qui aide à la recherche de
logements ou d’Ephad pour les
personnes âgées lève 1,5 million
d’euros auprès de BDR IT et BCF
Croissance & Innovation,
bpifrance et Groupama Paris Val
de Loire. Elle a référencé
11.000 établissements et propose
des services d’accompagnement.
auprès de bpifrance et de Finorpa
d’un million chacun. L’entreprise
d’utilité sociale, détenue à 66 % par
plus de 2.000 salariés (dont 30 % en
réinsertion sociale), a réalisé un
chiffre d’affaires de 98,6 millions
d’euros en 2017 sur l’activité textile.
Pappyhappy
EUROS POUR LE GROUPE LE RELAIS
Le Relais, leader français du recyclage textile, structuré en SCOP et
situé à Bruay-la-Buissière (Pas-deCalais), a levé 500.000 euros auprès
de particuliers, via la plate-forme de
crowdlending Look&Fin. Cet
apport complète le prêt obtenu
innovateurs
Papyhappy lève
1,5 million d’euros
Careclever lance Cutii,
le robot qui recrée
du lien social
CENTRE
VAL DE LOIRE
Le mécanicien de
précision double de
taille en reprenant AEds
et conforte ses positions
auprès de ses clients
civils et militaires.
Après sa prise de contrôle par le
fonds d’investissement français
HLD en juillet dernier, le groupe
Rafaut n’en finit pas de grandir. Il y a
trois mois, ce spécialiste de la mécanique de précision dédiée au secteur
de l’aéronautique annonçait la construction d’une nouvelle usine près
de Valenciennes (Nord). Le 10 janvier, il va signer le rachat du groupe
AEds, fournisseur, comme lui, de
grands donneurs d’ordre comme
Airbus ou le secteur de la défense.
Composé de cinq filiales, AEds
fabrique notamment des réservoirs
pendulaires pour le Rafale et le
Mirage 2000, ainsi que des éléments
de circuits hydrauliques et de freins
pour Airbus, ou encore des roues
d’avion et d’hélicoptère. L’entreprise,
SIRPA.Air
Christine Berkovicius
— Correspondante à Orléans
Rafaut, comme AEds, fournit des éléments pour le Rafale.
fondée à Dreux en 2004, a progressé
à coups de rachats successifs, pour
atteindre 200 salariés et 46 millions
de chiffre d’affaires. Mais l’un de ses
deux fondateurs, Maurice Laffly, âgé
de soixante-quinze ans, souhaitait
se retirer. Avant de partir, il a choisi
d’assurer l’avenir « en rapprochant
AEds d’un groupe de taille similaire ».
Son collègue, Jean-Christophe Bertolo, directeur général, réinvestit
dans Rafaut, tout comme l’un des
actionnaires financiers d’AEds,
BNP Paribas Développement.
Taille critique
Avec cette opération, Rafaut, qui
emploie 140 salariés à Villeneuvela-Garenne (Hauts-de-Seine) et Salbris (Loir-et-Cher), va doubler son
chiffre d’affaires, à 100 millions
d’euros, une étape indispensable
pour atteindre la « taille critique »
exigée par les donneurs d’ordre qui
cherchent à réduire le nombre de
leurs fournisseurs, précise le PDG,
Bruno Berthet. Dans l’aviation commerciale, les deux entreprises
bénéficient de portefeuilles complémentaires. Rafaut a pour principal client Airbus dont il est fournisseur de rang 1 et auquel il livre
notamment des commandes de vol,
tandis qu’AEds a Safran pour premier client. Dans le secteur de la
défense, ce sont leurs produits qui
viennent se compléter, comme sur
le Rafale, où les réservoirs fournis
par AEds s’accrochent à des fixations conçues et fabriquées par
Rafaut pour Dassault Aviation.
« Nous allons être en mesure de fournir une offre plus globale, de rapprocher nos savoir-faire et de progresser
dans la chaîne de valeur de nos
clients », se réjouit Bruno Berthet.
Mais la nouvelle ETI n’entend pas
s’en tenir là et envisage d’autres opérations de croissance externe « qui
s’inscriront dans la stratégie du
groupe », indique Jean-Hubert Vial,
l’un des cinq associés de HLD. D’ici
là, Rafaut va optimiser ses moyens
dans son nouveau périmètre et se
concentrer sur sa nouvelle usine,
qui devrait entrer en service au
deuxième semestre de cette année. n
Careclever
Aéronautique : Rafaut avale AEds
pour cibler de nouveaux marchés
LE FINANCEMENT
CARECLEVER
Date de création : 2016
Président : Antoine Bataille
Montant : 1,65 million
Effectif : 9 personnes
Secteur : robotique
Nicole Buyse
— Correspondante à Lille
Pour lancer l’industrialisation
de son robot Cutii, Careclever
vient de boucler un nouveau
financement de 1,65 million
d’euros. Les grandes familles du
Nord, actionnaires historiques
de la start-up, créée en 2016 à
Roubaix, réinvestissent
500.000 euros, et l’Ircem Prévoyance entre au capital à hauteur de 700.000 euros. A l’issue
de l’opération complétée par un
emprunt bancaire de
450.000 euros, Antoine Bataille,
le président- fondateur, et son
frère Vincent restent actionnaires majoritaires. Le compagnon
virtuel Cutii, dont le visage est un
écran de type tablette, a pour
Icko Apiculture s’envole avec Céréa Capital
Le fonds a pris la
majorité du capital
du leader français des
produits de la ruche.
Paul Molga
— Correspondant à Marseille
Après soixante-dix ans passés à
butiner seul son marché, le leader
français du matériel apicole Icko
Apiculture vient d’ouvrir son capital au fonds Céréa qui en prend la
majorité. Objectif : profiter de la
flambée de l’apiculture amateur et
de la hausse de consommation des
produits de la ruche pour se porter
débutant, formation express, blog
de conseils, fiches agenda des travaux à la ruche, chaîne YouTube
pratique… Sa hotline, créée en 2010,
reçoit quotidiennement 300 appels
pour savoir comment démarrer, se
perfectionner ou commander.
15 % à l’export
Sur le marché professionnel aussi,
Icko est incontournable : premier
distributeur français avec 50 % de
part de marché revendiquée, installé à Bollène, Nîmes, Toulouse, en
Alsace et chez 500 revendeurs, dont
la moitié de jardineries, il référence
plus de 5.000 produits indispensables à l’élevage des abeilles (dont
une centaine pour le débutant).
Plus de 600 fournisseurs alimentent ses rayons. Il est également
fabricant : premier cirier européen
(avec 2 tonnes par jour), il produit
ses propres marques de ruches
(Rucheco) et de vareuses (Combiz),
mais aussi des chaînes d’extraction
et des grues de transhumance, un
appareil de levage pour faciliter le
chargement des ruches. Ses produits s’exportent : 15 % du chiffre
d’affaires s’effectue hors de France,
essentiellement vers l’Afrique, les
pays du Maghreb et les DOM-ROM.
Avec son nouveau partenaire,
Pierre Ickowicz va pouvoir procéder à des acquisitions pour renforcer ses parts de marché et contrôler
des métiers qui lui échappent
comme la fabrication d’extracteurs
de miel ou les produit de nourrissage de l’abeille. Il espère doubler
son activité dans les cinq ans. n
Stackr s’ouvre le marché des déchetteries
LA PME À SUIVRE
AUVERGNE
RHÔNE-ALPES
Effectif : 80 salariés
Chiffre d’affaires : 9 millions
Activité : gestion de flux
Léa Delpont
— Correspondante à Lyon
Depuis plus de vingt ans, Stackr
compte les clients des boutiques et
des centres commerciaux. Ses capteurs étudient leurs parcours, du
parking à la caisse, afin d’optimiser
les flux et le taux de transformation
des visites en achats. Stackr travaille avec des géants du secteur tels
Unibail-Rodamco, la Compagnie
de Phalsbourg, Happychic, Vivarte,
Yves Rocher, Zannier, FNAC-Darty,
Grand Frais ou Intersport. Soit 450
clients pour lesquels cette entreprise de Béligneux (Ain) équipe
15.700 sites dans plus 40 pays.
Au départ spécialiste des flux piétons, Stackr a entamé sa croissance
en 2012 avec l’acquisition d’une
société spécialiste de la lecture de
plaques d’immatriculation. Cela lui
a permis de se développer dans les
zones commerciales puis dans le
contrôle d’accès automatisé aux
sites logistiques. Cette activité représente désormais 25 % de son chiffre
d’affaires de 9 millions d’euros.
Ce sont aujourd’hui les collectivités locales que l’entreprise de 80
salariés veut ajouter à sa clientèle
en appliquant sa technologie aux
déchetteries. L’histoire a commencé en 2017 à Montluel, dans le
voisinage de Stackr. Déployée dans
25 sites de la région lyonnaise, la
solution vient de remporter un
appel d’offres de la métropole d’AixMarseille.
Moins de fraude
Grâce à un logiciel capable de corriger les aléas de lecture des caractères, « notre service permet d’automatiser l’accès à 98 % », assure le
président de l’entreprise Franck
Zulian. Il assume des tarifs 30 %
supérieurs à ceux de la concurrence car « ce taux d’automatisation
est garanti et permet de gagner un
équivalent temps plein sur les frais de
fonctionnement », l’agent placé à
l’entrée ne se justifiant plus. S’y
ajoutent une meilleure sécurité
avec moins de véhicules sur les
quais et la lutte contre la fraude. Les
premières collectivités équipées
ont gagné « en moyenne 40 % de facturation » grâce au contrôle strict
de la fréquentation par les professionnels, « qui ne peuvent plus tricher en utilisant leur badge particulier », souligne le dirigeant.
Pour faire un dépôt, il faut s’inscrire sur la plate-forme Internet
avec sa carte grise et son justificatif
de domicile. Le lecteur optique fait
office de portier et le logiciel compte
les passages des artisans. Il gère les
abonnements ou les gratuités en
fonction du type d’usagers qui reçoivent la facture à domicile. Il existe
4.620 déchetteries en France. n
Mise en service mi-2019
Après le succès du premier prototype au CES de La Vegas en
janvier 2017, Careclever avait
réuni un premier financement
de 1,8 million d’euros via la Carsat et bpifrance (prêt innovation) pour fabriquer les 18 robots
en pré-série testés chez des personnes âgées. « Celles-ci se sont
dites rassurées par cette présence,
estimant que cela structurait leur
journée et remettait du lien social
dans leur vie », rapporte Antoine
Bataille. Lancés en production
ce mois-ci chez Novatec, à Lannion, 500 robots seront mis en
service à la mi-2019. n
Icohup casse le coût
de la radioprotection
avec le détecteur Rium
Rium
PACA
leader mondial de l’activité. En
douze ans, depuis qu’il a repris
l’entreprise familiale, Pierre
Ickowicz a déjà quasiment quadruplé son chiffre d’affaires pour
atteindre 25 millions d’euros l’an
passé. Nouveaux bâtiments de stockage (12.000 m2 au total), nouvel
atelier de travail de la cire, réorganisation des flux logistiques, développement de l’offre en ligne…
Vivifiée par ce nouveau souffle,
l’entreprise multiplie les initiatives
marketing pour dépoussiérer le
secteur et fidéliser une nouvelle
clientèle de plus de 70.000 convertis, essentiellement des trentenaires
et jeunes quadras urbains qui peuvent posséder jusqu’à 20 ruches, par
passion, militantisme ou pour
arrondir leurs fins de mois : kit de
mission d’apporter des services
aux personnes âgées pour préserver leur autonomie le plus
longtemps possible. La caméra
3D insérée à sa base scanne son
environnement, ce qui lui permet de se déplacer entre les
meubles. De même, l’algorithme
de « face tracking » reconnaît
son interlocuteur après avoir
enregistré une première fois son
visage. A commande vocale, il
peut mettre la personne en lien
avec un service d’urgence, une
consultation médicale à distance ou sa famille via Skype…
« Nous proposons actuellement
une trentaine d’activités à distance », souligne Antoine
Bataille. Cocréé avec des seniors
en tenant compte de leurs
besoins, Cutii pourra, à terme,
avoir une vocation domotique :
commande des volets, du chauffage, des repas à domicile…
LA TECHNOLOGIE
ICOHUP
Date de création : 2016
Président : Gaël Patton
Effectif : 8 personnes
Secteur : nucléaire
Docteur en physique à l’université Lyon-I, Gaël Patton préparait une thèse en imagerie médicale quand il a eu l’idée de
Rium : un détecteur
de radioactivité « à bas coût,
mais haute performance». Le
lien entre les deux univers ? «La
scintillation et le rayonnement
ionisant sont des technologies
communes à l’imagerie médicale
et à la surveillance de la radioactivité», explique-t-il. En 2016, il a
donc créé Icohup qui commercialise, depuis octobre, les boîtiers connectés Rium au prix de
590 euros, plus un abonnement
aux services de gestion de données. Il veut « améliorer la protection des personnes exposées
aux rayonnements, en limitant
fortement l’investissement pour
les entreprises ». Vissés au mur
ou portés à la ceinture pour surveiller l’exposition d’une zone
ou d’une personne, ils ciblent le
nucléaire, la santé (scintigraphies, radiothérapies…), la
sécurité (armée, pompiers…) et
le traitement de déchets. Les
capteurs mesurent, en temps
réel, le niveau de radioactivité
pour alerter sur la présence
d’éléments suspects ou des
dépassements de seuil, avec un
système de visualisation simple
via une application mobile. La
plate-forme garde l’historique
des données pour mieux comprendre les incidents.
Source radioactive
Mais la spécificité de Rium est sa
capacité « à déterminer l’origine
de la radioactivité par spectrométrie gamma : uranium, césium
137, fluor 18, technétium », énumère Gaël Patton. « Les autres
offres existantes capables de
comprendre la source de la pollution coûtent 10 à 15.000 euros»,
affirme le président d’Icohup.
La start-up lyonnaise a vendu à
EDF, Orano et des CHU… ses
cent premiers capteurs assemblés à Limoges et étalonnés sur
les bancs de l’IRSN. Pas encore à
des centres de déchets, mais elle
est en contact avec Veolia. Fonctionnant de –20 à +50 °C et affichant 15 heures d’autonomie,
Rium s’intègre à toute infrastructure et peut, étant léger
(190 g) et compact (5 cm),
embarquer sur un drone. — L. D.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
26 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
LES INVESTISSEURS
PLÉBISCITENT L’ÉMISSION
DE DETTE BELGE
FINANCE
&MARCHES
La Belgique démarre bien l’année
sur les marchés. Au cours d’une
séance pourtant très chargée
en levées de dette, le Royaume
a obtenu 28,5 milliards d’euros
de demande pour le placement
de ses titres à 10 ans. Un record.
La Belgique s’en est tenue à un
emprunt de 6 milliards et a profité
de l’engouement pour réduire son
taux par rapport à celui de départ.
les
indices
Les groupes du CAC 40 ont versé
57,4 milliards à leurs actionnaires
l Fortes de leurs bons résultats, les entreprises du CAC 40 ont augmenté
de plus de 12 % les dividendes et les rachats d’actions en 2018.
l Elles n’ont pas été aussi généreuses avec leurs actionnaires depuis dix ans.
Des inégalités « criantes »
Les entreprises du CAC 40 ont beaucoup utilisé le levier des rachats
d’actions. Ils ont crû, en un an, de
4,3 milliards, à 10,9 milliards
(+65 %), un record depuis 2009,
mais un niveau qui reste inférieur à
celui d’avant-crise. Ces rachats sont
(
L’éditorial
de Guillaume Maujean
Page 9
TOTAL
(10,12 milliards)
Comme la plupart
des pétroliers,
Total a, parmi
ses actionnaires,
des fonds de pension qui ont besoin
de versements de
dividendes réguliers.
Il n’a pas réduit
son dividende
depuis 1981.
Rodger Bosch/AFP
Les géants du CAC 40 ont enfin
tourné la page de la crise financière.
Ils auront mis onze ans pour retrouver leurs marges, mais aussi leur
niveau de dividendes et de rachat
d’actions. Car 2018 a été une année
record en matière de redistribution
aux actionnaires, avec un total de
5 7 , 4 m i l l i a r d s d ’e u r o s (d o n t
10,9 milliards de rachats d’actions).
Cela représente une hausse de
12,8 % sur un an et de 62 % par rapport au plus bas de 2009. C’est ce
que montre l’étude annuelle réalisée par les auteurs de La Lettre Vernimmen.net.
« Ce n’est pas surprenant car les
résultats de ces entreprises sont très
discrétionnaires et n’impliquent
« contrairement aux dividendes
aucun engagement implicite de récurrence », rappelle Pascal Quiry. Si
Total reste le principal contributeur
(3,77 milliards), 17 sociétés sur 40
ont procédé à des rachats d’actions
significatifs (au moins 100 millions)
et 7 groupes y ont consacré chacun
autour de 500 millions : L’Oréal,
Vinci, Schneider, Safran, Capgemini,
Saint-Gobain, TechnipFMC.
Si les entreprises se sont montrées plus généreuses dans leurs
retours aux actionnaires, cela doit
aussi beaucoup à trois entreprises,
qui contribuent à hauteur de 33 %
du volume global : Total (10,1 milliards), Sanofi (4,8 milliards) et BNP
Paribas (3,8 milliards). « Ce sont toutes des entreprises à maturité qui
génèrent des capitaux propres importants, que leur faible croissance rend
inutiles en leur sein et qu’il est plus
sain de reverser à leurs actionnaires,
plutôt que de le gaspiller en surinvestissements ou en placements oisifs de
trésorerie », juge Pascal Quiry.
En ajoutant AXA, LVMH, L’Oréal
et Schneider, il ressort donc que sept
entreprises contribuent à hauteur
de 51 % des fonds redistribués, alors
que la dernière moitié du CAC 40 ne
verse que 18 % du total… « Même au
sein du CAC, les inégalités sont criantes ! », notent les auteurs de la lettre
Vernimmen.net qui jugent « probable que l’an prochain les chiffres
soient encore meilleurs, compte tenu
de la progression des résultats 2018
que l’on peut entrevoir ». Au premier
semestre, le CAC 40 avait
dégagé 48 milliards de profits.
Boris Horvat/AFP
Pierrick Fay
@pierrickfay
d’ailleurs de reculer, à 46 % (59 %
avec les rachats d’actions et les dividendes extraordinaires). Il était de
48 % en 2017 et de 50 % en 2015.
Par ailleurs, six entreprises ont
encore versé une partie de leurs dividendes en actions, dont Total (à hauteur de 2,4 milliards) et Danone
(770 millions). « Ce sont autant de
débours de trésorerie évités pour des
groupes soucieux de ne pas mettre
sous tension leur structure financière
ou de préserver intacte leur capacité à
financer des opérations de croissance
externe », souligne Vernimmen.net.
Shutterstock
BOURSE
bons à ce moment du cycle », souligne Pascal Quiry, professeur à HEC
et auteur de la lettre spécialisée en
finance avec Yann Le Fur. En 2017,
année de référence pour les versements de dividendes en 2018, le
CAC 40 avait réalisé sa meilleure
année depuis dix ans, avec 92 milliards d’euros de bénéfices.
Signe de l’amélioration de la
situation globale de l’indice de la
Bourse de Paris, pour la première
fois depuis que Vernimmen.net
compile ces chiffres, toutes les
entreprises qui le composent ont
versé un dividende et seulement
trois sociétés (Engie, Carrefour,
TechnipFMC) l’ont réduit. Pour
autant, le montant des dividendes
versé n’a augmenté que de 4,96 %
quand, dans le même temps, le
résultat net courant du CAC 40 a
bondi de 18 %. Le taux de distribution des bénéfices continue
Quelques tendances de 2018
ARCELORMITTAL
(230 millions)
Le groupe a renoué
avec le versement
d’un dividende,
signe de
sa confiance
pour 2018.
Un dividende
(83 millions)
« symbolique »
pour une entreprise
de cette taille.
BNP PARIBAS
(3,77 milliards)
La banque reste
le deuxième contributeur de l’indice.
Les trois banques
du CAC ne pèsent
que 12,7 % du total.
C’est le seul secteur
à ne pas avoir
retrouvé son niveau
de distribution
d’avant crise.
INTERVIEW // PASCAL QUIRY Auteur de la Lettre Vernimmen et professeur à HEC
« Nous avons toutes les raisons d’être fiers de ces sociétés »
Près de la moitié des entreprises du CAC 40 ont réalisé
des rachats d’actions pour
un montant important.
C’est une pratique qui
se démocratise en France ?
Les rachats d’actions sont une façon
de rendre du cash de façon discrétionnaire et transitoire. Une entreprise qui disposerait de 200 ou
300 millions après avoir fait ses
investissements et qui juge sa structure financière solide peut faire du
rachat d’actions, si elle estime que
cette somme ne sera pas récurrente.
C’est plus logique financièrement
que d’augmenter le dividende.
Aucune recherche scientifique n’a
montré que les actionnaires s’enrichissaient significativement par un
rachat d’actions ; sauf le cas particulier de l’entreprise incapable de
dégager une rentabilité au moins
égale dans la durée au coût de ses
financements, et qui gaspille donc
des capitaux propres qu’il vaut
mieux sortir et utiliser ailleurs.
Apple a racheté sur les neuf
premiers mois de 2018
pour près de 63 milliards de
dollars de ses propres actions.
Mais avec la chute du titre, le
« Wall Street Journal » estimait que la valeur des actions
rachetées avait chuté de 9 milliards… C’est de la destruction
de valeur. N’est-ce pas de
nature à remettre en question
ces politiques ?
Mais Apple a acheté ces actions au
prix du marché et les a déjà annulées ou neutralisées. C’est comme
de dire que vous avez acheté des
devises en début d’année pour un
voyage et que vous avez perdu de
l’argent parce que vous auriez pu en
acheter moins cher en fin d’année
lorsque le cours a baissé… Par
ailleurs, Apple a de telles marges, a
de tels montants de cash à disposition parce que ses fans sont prêts à
acheter ses produits à ces prix-là. Le
groupe ne peut pas l’utiliser, donc il
le rend aux actionnaires. C’est tout
de même plus sain que d’avoir
200 milliards bloqués sur des
comptes à l’étranger et investis sur
des emprunts d’Etat américains.
C’est de l’argent qui circule, qui est
réinvesti, peut-être dans un futur
Apple, de la même façon que les
« Ensemble,
les sociétés du CAC 40
valent plus que
les 40 premiers
groupes allemands.
Elles créent
de la richesse. »
« Dans une économie, il n’y a rien de pire que de l’argent
qui ne circule pas. Dividendes et rachats d’actions sont des outils
antirentes », analyse Pascal Quiry. Photo HEC
rachats d’actions d’IBM dans les
années 1980-1990 ont indirectement p ermis le financement
d’Apple. Dans une économie, il n’y a
rien de pire que de l’argent qui ne
circule pas. Dividendes et rachat
d’actions sont des outils antirentes.
57 milliards de dividendes
et de rachats d’actions en 2018 :
cela risque d’alimenter
le débat sur la répartition
des richesses…
Non, car le versement d’un dividende ne vous enrichit pas plus que
le retrait de billets à un distributeur
ne vous enrichit ! Vous avez simplement transformé en liquide une
partie de votre patrimoine. Mais ce
qui compte, c’est que les entreprises
françaises se portent bien. Que
veut-on ? Que les groupes du
CAC 40 ne fassent plus de bénéfices
et ne distribuent plus de dividendes ? En France, nous avons toutes
les raisons d’être fiers des sociétés
du CAC 40. Ensemble, elles valent
plus que les 40 premiers groupes
allemands. Elles créent de la
richesse. Je n’ai pas connaissance
d’une seule entreprise du CAC 40
qui ait choisi de réduire ses investissements pour verser un dividende.
Propos recueillis par
P. Fay
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 27
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
L’Etat italien vole au secours
de la banque Carige
HSH Nordbank :
une privatisation
contestée
en Allemagne
l Le Trésor garantira l’émission de nouvelles obligations.
l Il se réserve la possibilité de procéder, en cas d’aggravation
de la crise, à une recapitalisation préventive.
Des créanciers
réclament
1 milliard d’euros
à l’ex-banque
publique.
BANQUE
Olivier Tosseri
@OlivierTosseri
— Correspondant à Rome
Avec Edouard Lederer
C’est l’épreuve du feu pour le gouvernement populiste italien. Il se
résout à intervenir pour éviter la
faillite de Carige, la dixième banque
du pays, après avoir pourtant tenu
des propos incendiaires contre les
gouvernements précédents qui
avaient notamment sauvé Monte
dei Paschi di Siena (MPS) fin 2016
avec plusieurs milliards d’euros
d’argent public. Lorsqu’ils étaient
dans l’opposition, la Ligue et le M5S
juraient que pas un euro du contribuable ne serait utilisé pour venir
en aide à un « secteur arrogant aux
pratiques similaires à celle de la
mafia », selon les mots de Luigi Di
Maio (M5S). Au pouvoir, ils sont
contraints de voler au secours d’une
banque essentielle pour l’économie
de Gênes et dont la chute pourrait
avoir un impact systémique.
En toute urgence, un Conseil des
ministres a été convoqué lundi soir
pour adopter un décret-loi. Carige
pourra ainsi bénéficier des garanties d’Etat pour l’émission de nouvelles obligations et de financements de la Banque d’Italie. En cas
d’aggravation de la crise, le Trésor
se réserve la possibilité de procéder
« à une recapitalisation publique à
titre de précaution » afin de respecter les exigences réglementaires
concernant les fonds propres, selon
le communiqué publié à l’issue du
Conseil des ministres. Banca Carige
a, lui, souligné que cette mesure
ne serait utilisée seulement qu’en
« option résiduelle ».
Le sauvetage
s’annonce déjà
onéreux pour des
contribuables italiens
qui ne devaient plus
être mis à contribution
sur le dossier bancaire.
Il s’agit toutefois d’un revirement
total stigmatisé par la presse italienne. C’était pourtant l’unique
solution possible constate Stefano
Caselli, spécialiste du secteur bancaire à l’université Bocconi de
Milan. « Sur la forme l’attitude du
gouvernement prête à sourire, mais
sur le fond c’était la seule chose à
faire, dit-il. La nomination de trois
administrateurs extraordinaires par
la BCE va leur permettre de travailler
plus sereinement pour trouver un
repreneur. » Dans la presse ita-
lienne, outre les banques italiennes
MPS ou UBI, les noms de BNP Paribas et Crédit Agricole sont régulièrement cités. Les deux groupes
n’ont pas souhaité commenter.
Pour la rendre plus attractive
malgré son exposition à une économie italienne en ralentissement,
la cession de créances douteuses
(NPL) sera accélérée. Des contacts
sont en cours avec la Société pour la
Gestion d’Actifs (SGA), contrôlée
par le Trésor. Celle-ci pourrait
reprendre au moins 2,8 milliards
d’euros sur ses 3,7 milliards d’euros
de crédits détériorés. Ce sera le
montant minimum d’un sauvetage
qui s’annonce déjà onéreux pour
des contribuables italiens qui ne
devaient plus être mis à contribution sur le dossier bancaire.
Selon Banca Carige, ces mesures,
qui incluent également la renégociation d’une obligation hybride avec le
Fonds italien de garantie des dépôts
(FITD), permettront de présenter
d’ici à fin 2019 un business plan à
même de renforcer son attractivité
en cas de rapprochement. Selon Raffaele Lener, l’un des administrateurs
extraordinaires nommés par la BCE,
la conclusion d’un accord de fusion
pourrait permettre d’éviter une augmentation de capital de 400 millions
d’euros que son premier actionnaire, la famille Malacalza, avait
empêchée le mois dernier. n
BANQUE
Pauline Houédé
@Pauline _H
— Correspondante à Francfort
Aujourd’hui au pouvoir, Luigi Di Maio, du Mouvement 5 étoiles,
est contraint de voler au secours d’une banque essentielle
pour l’économie de Gênes et dont la chute pourrait avoir un impact
systémique. Photo Alberto Pizzoli/AFP
Les aides publiques loin de disparaître
Encore éloignée, l’hypothèse d’une recapitalisation
« préventive » par l’Etat
italien est évoquée pour
Carige. La disparition totale
du « bail out » n’est pas
encore d’actualité.
Edouard Lederer
@EdouardLederer
Le principe est gravé dans le marbre depuis la crise financière de
2008 : l’argent public ne doit plus
jamais servir à éponger les pertes
d’une banque en difficulté (« bail
out »). En lieu et place doit prévaloir
le principe opposé (« bail in ») selon
lequel les actionnaires, créanciers
et grands déposants sont « rincés »
en premier. Avec l’annonce de son
plan d’aide à la banque génoise
Carige – en grande difficulté et passée sous la tutelle de la BCE – l’Etat
italien fait plus qu’une entorse à ce
principe : il vient d’approuver une
garantie publique pour de futures
émissions obligataires de Carige.
Surtout, il dit même envisager une
« recapitalisation préventive » de la
banque. En clair, injecter de l’argent
de frais, en cas d’urgence.
Déjà Monte dei Paschi
Le même type de débat avait déjà
agité la Péninsule en 2017, lorsque
l’Union européenne avait autorisé
une autre « recapitalisation préventive », celle de Monte dei Paschi
(MPS). Pour y avoir droit, la banque
toscane avait toutefois dû consentir
à des milliers de suppressions de
postes et des réductions de coûts
drastiques. Une mise en résolution
pure et simple – c’est-à-dire le
déclenchement du « bail in » suivi
d’une reprise ou d’une liquidation
de la banque – aurait eu un coût
politique élevé, car, dans le cas de
MPS, nombre de « créanciers »
étaient en réalité des petits épargnants auprès de qui des titres de
dettes bancaires trop risqués
avaient été placés.
Est-ce à dire que le « bail out » a
encore de beaux jours devant lui et
que les enseignements de la crise
sont déjà oubliés ? Pas forcément.
La notion de recapitalisation préventive existe bel et bien dans le
droit européen : elle reste autorisée
pour les établissements restant viables (et non pour les « zombies »), et
à condition que les actionnaires et
les créanciers prennent bien quelques pertes.
Deux résolutions
en deux ans
Ce dispositif ne fait pas que des heureux à la BCE, car c’est la Commission européenne qui donne son
accord à l’Etat qui souhaite apporter une aide. Le superviseur des
banques de la zone euro voit donc
son rôle limité face à certains de ses
plus mauvais élèves.
Le nouveau Conseil de résolution unique (SRB, dans son acronyme anglais) a toutefois déjà
déclenché deux résolutions depuis
l’entrée en vigueur de ce dispositif,
début 2016 : en Espagne, Banco
Popular, repris par Santander, en
Lettonie, ABLV Bank, liquidée
après des soupçons de blanchiment par les autorités américaines.
En 2017, deux petites banques italiennes y avaient échappé in extremis. n
Recul en 2018 du nombre de Français
couverts par une complémentaire santé
ASSURANCE
Un Français sur dix
n’avait pas de couverture santé en 2018,
selon une étude publiée par la Fédération
nationale indépendante des mutuelles.
Le taux d’équipement
a nettement baissé
chez les étudiants
et les 18-24 ans.
Laurent Thévenin
@laurentthevenin
C’est une évolution inquiétante. Un
Français sur 10 n’avait pas de complémentaire santé en 2018, soit
davantage que l’année précédente.
Ils étaient 90 % à déclarer l’an dernier être couverts, contre 93 % en
2017, selon le baromètre annuel
publié mardi par la Fédération
nationale indépendante des mutuelles (Fnim) et réalisé par le cabinet
Epsy auprès d’un échantillon de
1.000 personnes. Ce qui marque un
net recul par rapport aux taux
d’équipement généralement avancés par les pouvoirs publics (94 à
96 %), souligne la FNIM.
Alors qu’une grande partie de la
population est désormais obligatoirement assurée via un contrat
collectif, c’est chez les plus jeunes
que le taux d’équipement « dégringole ». Seuls les deux-tiers des
18-24 ans disaient en 2018 être couverts par une complémentaire
santé, contre 75 % en 2017. Ce n’était
plus le cas aussi de 69 % des étudiants, contre 85 % un an plus tôt.
Selon la FNIM, il faut y voir « certainement l’expression à la fois des difficultés économiques rencontrées et
de la défiance envers la protection
sociale collective ».
Mais un autre élément a pu jouer.
Depuis la rentrée universitaire
2019, les nouveaux étudiants sont
directement inscrits à la Sécurité
57 %
DES PERSONNES
INTERROGÉES
trouvent que le prix
de leur complémentaire
santé est « juste ».
sociale, alors qu’ils devaient auparavant s’affilier à une mutuelle étudiante pour bénéficier du régime
étudiant de Sécurité sociale. « A
partir du moment où on ne propose
plus la mutuelle dans les files d’inscription universitaires, on peut penser que ça y est sûrement pour quelque chose », estime Philippe Mixe, le
président de la FNIM. Sans compter
que certains étudiants peuvent
aussi être protégés par le contrat de
leurs parents.
Mais le renoncement à la complémentaire santé est aussi marqué
dans les ménages aux revenus les
plus modestes (moins de
20.000 euros par an). En 2018, ils
n’étaient plus que 80 % à déclarer
disposer d’une couverture, contre
84 % dans l’édition précédente du
baromètre.
« Mise au pas »
Plus de la moitié (57 %) des personnes interrogées trouve que le prix
de leur complémentaire santé est
« juste ». Mais, pour 39 % d’entre
elles, il est « excessif ». Dans cette
enquête réalisée en octobre avant le
mouvement des « gilets jaunes »,
plus de 70 % des répondants trouvent « injustifiée » la charge fiscale
sur les complémentaires santé.
Alors qu’Emmanuel Macron
avait poussé fin décembre les complémentaires santé à prendre des
mesures en faveur du pouvoir
d’achat des ménages, la FNIM n’a
pas imité les trois grandes fédérations du secteur (Mutualité française, Fédération française de
l’assurance et Centre technique des
institutions de prévoyance). Sous la
pression, celles-ci se sont notamment engagées, pour leurs contrats
Philippe Mixe, président de la
Fédération nationale indépendante des mutuelles (FNIM)
Photo FNIM
d’entrée de gamme, à reverser aux
assurés les hausses de tarifs demandées pour 2019.
« S’engager au nom de toutes les
organisations, cela relève de l’incantation », indique Philippe Mixe.
Celui-ci déplore l’attitude des pouvoirs publics, « qui semblent vouloir
mettre au pas les complémentaires
santé et qui trouvent honteux que les
cotisations augmentent ». n
Quelques semaines après sa
privatisation, l’ancienne banque
régionale allemande HSH Nordbank est attaquée en justice. Un
groupe de dix-huit investisseurs
américains, allemands et issus
d’autres pays européens lui
réclament 1 milliard d’euros. Ces
derniers, qui ont porté l’affaire
devant le tribunal de Kiel le
28 décembre, reprochent à l’établissement bancaire de déprécier à tort la valeur de certaines
de ses obligations.
Plombé pendant la crise
financière par les crédits immobiliers « subprime » et sauvé
de la faillite par les pouvoirs
publics, HSH a été officiellement privatisé fin novembre :
le Land du Schleswig-Holstein
et la ville-Etat de Hambourg
l’ont cédé p our 1 milliard
d ’e u r o s à u n c o n s o r t i u m
d’investisseurs composé des
fonds américains Cerberus et
JC Flowers, de l’autrichien
Bawag, du londonien Centaurus Capital et de l’américain
GoldenTree.
Manque à gagner
Dans la foulée, la banque a
annoncé qu’elle rachèterait fin
2020 ses titres hybrides. Or, en
raison des lourdes pertes qu’elle
prévoit d’enregistrer d’ici là,
HSH estime que la valeur de
ces obligations ne représentera
plus alors qu’environ 15 % de la
valeur fixée lors de leur émission. Dans le rouge, la banque
est autorisée à déprécier leur
valeur. L’opération, qui représente un manque à gagner pour
les investisseurs qui avaient
acquis cette dette, permettra à
HSH d’empocher 1,6 milliard
d’euros, estiment les plaignants
représentés par le cabinet
Quinn Emanuel Urquhart &
Sullivan.
Ces derniers demandent
par ailleurs des dommages et
intérêts. Ils accusent la banque
d’avoir pendant des années utilisé ses pertes comptables pour
déprécier la valeur de leurs obligations et éviter de verser des
intérêts. HSH a jugé ces reproches « sans substance ». Les
investisseurs précisent, quant
à eux, être « toujours prêts à
entamer un dialogue avec HSH
et ses conseillers afin de trouver
une solution à l’amiable ».
Cet épisode intervient alors
que NordLB, autre banque
publique régionale en difficulté, cherche un investisseur
pour renflouer son capital.
Cerberus ferait partie des
candidats, selon la presse.
« Nous sommes
toujours prêts
à entamer
un dialogue
avec HSH et
ses conseillers
afin de trouver
une solution
à l’amiable. »
LES INVESTISSEURS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
28 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
La Chine achète de l’or,
une première depuis deux ans
Des poids lourds de
Wall Street créent
une Bourse low cost
MATIÈRES
PREMIÈRES
BOURSE
Des banques de Wall
Street, alliées à des
courtiers et fonds
d’investissement ont
annoncé la création
de MEMX.
Les réserves de la
banque centrale ont
augmenté de 10 tonnes
en décembre.
Les achats des pays
émergents sont
portés par un désir
de « dé-dollarisation ».
Elsa Conesa
@ElsaConesa
— Bureau de New York
Muryel Jacque
@MuryelJacque
Après plus de deux ans de statu quo,
la Chine s’est remise à acheter de
l’or. En décembre, la banque centrale chinoise a augmenté ses réserves de 320.000 onces, soit environ
10 tonnes. Sa dernière acquisition
d’or remontait au mois d’octobre 2016.
Désormais, Pékin p ossède
dans ses coffres-forts 59,56 millions d’onces d’or, soit 1.853 tonnes, d’après les données publiées
sur le site Internet de la People’s
Bank of China. Le pays asiatique
reste le sixième plus gros détenteur d’or de la planète derrière la
Russie (2.066 tonnes). La Chine,
qui est le premier producteur et le
premier consommateur d’or au
monde, avait révélé l’ampleur de
ses réserves à l’été 2015, après des
années de silence. Contrairement
à ce que certains avaient imaginé,
les stocks chinois s’étaient avérés
moins importants que ceux de la
France (2.436 tonnes), même s’ils
avaient augmenté de près de 60 %
entre 2009 et 2015, passant de
1.054 à 1.658 tonnes. Auparavant,
la Chine avait déjà acheté
454 tonnes entre 2003 et 2009,
selon le Conseil mondial de l’or
(CMO). Au cours des trois années
passées, Pékin a donc accumulé
encore près de 200 tonnes. Pour
autant, cet or stocké représente
moins de 3 % du total des réserves
de change chinoises, alors que le
métal précieux compte pour 74 %
des réserves américaines et 59 %
des françaises.
La Chine possède désormais dans ses coffres-forts 59,56 millions d’onces d’or, soit 1.853 tonnes,
ce qui en fait le sixième détenteur de la planète. Photo Shutterstock
C o m m e l a C h i n e , d ’a u t r e s
grandes banques centrales émergentes ont amassé de l’or ces dernières années. Des centaines de
tonnes. En tête, très loin devant,
figure la Russie, suivie de la Turquie, du Kazakhstan et de l’Inde,
de retour en 2018. « De plus en
plus de banques centrales ont
acquis de l’or en 2018. A fin novembre, leurs achats nets dépassaient
450 tonnes, soit bien davantage
qu’à la même période un an plus
tôt », indique le CMO dans son
Plus de 100 milliards de dollars
dans les ETP
Pour la première fois depuis 2012, la valeur totale des
réserves d’or des fonds adossés au métal – 2.440 tonnes –
a dépassé 100 milliards de dollars l’an dernier, selon
le Conseil mondial de l’or (CMO). Le regain de volatilité
sur les marchés, la montée des craintes concernant
l’économie mondiale, les tensions commerciales et géopolitiques ont incité les investisseurs à placer davantage
d’argent dans ces produits en fin d’année. La demande
est venue avant tout des fonds domiciliés en Europe
(+10 % sur un an), Allemagne et Royaume-Uni en tête.
dernier rapport (qui n’intègre pas
l’achat d’or chinois de décembre).
Diversification
Pour le CMO, la demande d’or des
pays émergents est motivée par « la
diversification » de leurs réserves de
change et par la « dédollarisation ».
Mais les pays d’Asie centrale ou de
l’Est ne sont plus les seuls à faire des
emplettes. En Europe, la Pologne a
acheté près de 26 tonnes entre janvier et novembre 2018, et la Hongrie
plus de 28 tonnes. En annonçant en
octobre dernier avoir décuplé ses
stocks, la banque centrale de Hongrie a expliqué que l’or était aussi un
moyen de se prémunir contre des
changements structurels à venir
dans le système financier international. Ces achats effectués par les
banques centrales offrent un
soutien de poids aux cours de l’or. n
Devises digitales : les banques centrales
ne sont pas prêtes à sauter le pas
CRYPTODEVISES
La fin des billets et des
pièces est encore une
perspective lointaine,
selon un sondage
de la Banque des
règlements internationaux auprès des
banques centrales.
Mais la Suède
et l’Uruguay
se distinguent.
Nessim Aït-Kacimi
@NessimAitKacimi
Le remplacement des pièces et
billets par leur version numérique
est encore une perspective lointaine, selon un sondage de la Banque des règlements internationaux
(BRI) auprès de 63 banques centrales, dont 41 des pays émergents.
L’utilisation du « cash » fait de la
résistance en Europe depuis la
crise.
Sept banques centrales sur dix
réfléchissent aux avantages, coûts,
et risques de lancer leurs devises
2.0 sans pour autant prévoir de les
émettre dans un avenir proche.
Plus d’une sur deux réfléchit aux
deux grands types de devises digi-
tales, à usage général ou restreint
(banques…), et près d’un tiers se
concentrent sur la monnaie
digitale « pour tous ». Les banques
centrales offrent déjà une forme de
monnaie digitale au secteur financier et aux grandes banques
commerciales.
dés ont aujourd’hui l’autorisation
d’émettre ces nouvelles devises, un
tiers n’en ont pas le droit et 40 % ne
sont pas sûres que cela relève de
leurs prérogatives. Un changement
de leur statut leur offrirait cette
possibilité.
Prudence
Inclusion financière
Les principales raisons d’émettre
les devises numériques sont l’amélioration de la sécurité et efficacité
des paiements, en diminuant les
risques de fraude et fabrication de
faux billets. « La plupart des banques centrales ont clarifié tous les
défis liés au lancement d’une devise
digitale, mais elles ne sont pas
encore convaincues que les avantages l’emportent sur les coûts, note la
BRI. Les institutions qui en perçoivent les bénéfices sont en majorité
celles des pays émergents. » Les
devises numériques favorisent
l’inclusion financière de populations qui n’ont pas accès aux banques traditionnelles.
Dans les trois prochaines
années, 85 % de sondés ne prévoient pas d’émettre leurs devises
digitales. Seules deux banques centrales de pays émergents jugent
cette éventualité forte. A moyen
terme, dans les trois à six ans, près
d’un tiers estime que c’est probable
ou possible. Seuls un quart des son-
« Les banques centrales évoluent à
des rythmes différents sur ces
questions, ce qui crée des risques.
Elles procèdent toutefois de manière
prudente et collaborent entre elles, ce
qui devrait réduire l’éventualité de
conséquences indésirables, constate
la BRI. Le paiement en cash ne sera
pas la principale solution de paiement à l’avenir, mais la plupart des
gens devront attendre pour utiliser
une devise digitale émise par les banques centrales. »
La banque centrale d’Uruguay
fait partie des cinq institutions à
être la plus avancée. En novembre 2017, elle a testé la faisabilité
d’un « e-Peso », en émettant 20 millions d’e-Pesos, qui ont ensuite été
annulés en avril 2018. Le pays n’a
pas encore décidé s’il va lancer finalement sa nouvelle devise digitale
en complément des liquidités. La
Suède, où le paiement en « cash »
est en déclin constant avec 15 % des
particuliers utilisant les pièces et
billets contre 40 % en 2010, a lancé
son projet de « e-couronne » en
2017. Elle va maintenant tester ce
projet lors d’un programme pilote.
a
Pour aller plus loin, rejoignez
« Les Echos Cryptoclub »
Crypto-scepticisme
Interrogées sur les cryptodevises, 58 % des banques
centrales jugeaient marginale l’utilisation de ces monnaies dans leurs pays, et 28 % que cela restait une niche.
Elles leur reconnaissent un poids plus élevé dans les
paiements entre pays. 8 % à 10 % anticipent un usage
accru des cryptomonnaies, que ce soit dans leurs économies ou dans les paiements transfrontières. Plus du
quart prévoient la stabilité de leur utilisation et 7 % à
14 % leur déclin. Plus de la moitié des sondés confessent
leur ignorance sur le développement futur des cryptos.
La Bourse de New York (Nyse)
et le Nasdaq compteront bientôt un nouveau concurrent.
Des poids lourds de la finance
comme Morgan Stanley, UBS
ou Bank of America se sont
alliés à des courtiers et à des
fonds comme Fideli t y ou
Citadel pour lancer prochainement une Bourse low cost.
Objectif : prendre des parts de
marché aux acteurs traditionnels, accusés de pratiquer
des tarifs trop élevés.
Cette nouvelle plate-forme,
dont la création a été annoncée
lundi, s’appellera « Members
Exchange » (MEMX) et sera
contrôlée par les neuf banques,
courtiers et sociétés de trading à
haute fréquence qui en financent la création, renouant avec
la tradition des Bourses contrôlées par leurs utilisateurs.
MEMX, qui sera basée à New
York, compte déposer une
demande pour avoir le statut de
Bourse auprès du régulateur
(SEC), une procédure qui peut
prendre jusqu’à douze mois,
voire davantage. Elle a déjà levé
7 millions de dollars lors d’une
première levée de fonds et
entend faire entrer d’autres
investisseurs, selon la presse
américaine.
Les fondateurs de MEMX
veulent concurrencer les
grands acteurs traditionnels
que sont le New York Stock
Exchange (Nyse) ou le Nasdaq,
régulièrement accusés
d’imposer des commissions
trop élevées à leurs utilisateurs. L’an dernier, la SEC a
ainsi sanctionné le Nasdaq et le
Nyse pour les tarifs élevés
qu’elles facturent à leurs utili-
sateurs pour accéder aux
données de marché.
Une tendance que différentes vagues de concentration
sont venues encore renforcer :
des treize Bourses actives dans
les actions aux Etats-Unis, une
seule est encore indépendante.
Les douze autres sont contrôlés
par trois opérateurs que sont
Intercontinental Exchange
(ICE), propriétaire du NYSE, le
groupe Nasdaq et Cboe Global
Markets. Près de deux tiers des
volumes d’actions échangés le
sont via ces trois acteurs.
Commissions
plus faibles
Reste à savoir si l’initiative, qui
n’est pas la première du genre,
peut parvenir à faire bouger
des positions établies de longue
date. Fondée en 2012, la start-up
IEX Group, la seule à être
encore indépendante, n’est en
effet parvenue qu’à capter 2,5 %
des volumes. Avec des commissions plus faibles que ses
concurrents – sur lesquelles
elle n’a toutefois pas communiqué – MEMX estime avoir des
arguments.
« Nous pensons qu’avec la
bonne équipe, nous pourrions
gérer une plate-forme pour une
fraction du coût de ce que facturent les acteurs établis », a
déclaré au « Wall Street Journal » le patron de la société de
trading haute fréquence Virtu,
l’un des fondateurs. Sa présence dans le projet ainsi que
celle du fonds Citadel devrait
néanmoins assurer à ce dernier
un important flux d’activité, les
deux sociétés brassant à elles
deux 40 % des volumes
d’actions. Mais le projet se veut
ouvert à tous les types d’investisseurs, depuis les particuliers
jusqu’aux banques ou traders
algorithmiques. Les sociétés de
courtage pour particuliers
Charles Schwab ou TD Ameritrade font d’ailleurs partie des
neuf fondateurs.
Lundi, la nouvelle a fait reculer les cours des trois principaux acteurs, dans des marchés
en légère hausse : ICE a perdu
plus de 3 %, Nasdaq Inc 2,6 % et
Cboe 1,8 %. n
Les clients de BNP
Paribas victimes d’une
panne informatique
BANQUE
La banque évoque
un « incident informatique interne ».
Solenn Poullennec
@SolennMorgan
Des paiements par carte refusés, des retraits d’argent impossibles, des comptes bancaires
en ligne qui ne répondent plus…
Les clients de BNP Paribas
étaient nombreux mardi à
s’être retrouvés dans l’embarras
en raison d’une panne informatique au sein de la banque, à en
croire plusieurs témoignages et
messages qui ont fleuri sur les
réseaux sociaux.
Interrogé par « Les Echos »,
le groupe bancaire a reconnu
avoir été victime d’un « incident
informatique interne ». L’hypothèse d’une attaque est donc à
écarter. A 18 heures, mardi, un
porte-parole indiquait que le
service avait été progressivement remis en route dans le
courant de l’après-midi et que le
problème informatique était
désormais résolu. Pour l’heure,
BNP Paribas ne donne pas plus
d’indications sur l’origine et le
périmètre de la panne.
Des clients de BNP Paribas
Fortis en Belgique ont aussi été
confrontés à des difficultés
dans le courant de la journée au
moment d’utiliser leurs services bancaires en ligne ou de
retirer de l’argent dans un distributeur. Un représentant de la
banque en Belgique indiquait
mardi soir que l’incident avait
été résolu dans l’après-midi.
6,6 millions de clients
particuliers
BNP Paribas n’indique pas, à ce
stade, si des mesures pourraient être prises vis-à-vis des
clients qui ont subi des dysfonctionnements à la veille de
l’ouverture des soldes dans
l’Hexagone. En France, l’établissement bancaire compte
6,6 millions de clients particuliers, selon son rapport annuel
2017. En Belgique, la banque de
détail compte 3,5 millions de
clients au total. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 29
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
euronext
SÉANCE DU 08 - 01 - 2019
CAC 40 : 4773,27 (1,15 %) NEXT 20 : 10632,42 (1,82 %)
CAC LARGE 60 : 5301,65 (1,21 %)
CAC ALL-TRADABLE : 3730,45 (1,27 %)
DATE DE PROROGATION : 28 JANVIER
CAC 40
SRD Suite
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
ACCOR (AC) R
A
FR0000120404
AIR LIQUIDE (AI) R
11/05/18 1,05
A
FR0000120073
28/05/18 2,65
AIRBUS GROUP (AIR) R
A
NL0000235190
16/04/18 1,28
ARCELORMITTAL (MT)
A
LU1598757687
ATOS SE (ATO) R
FR0000051732
AXA (CS) R
17/05/18 0,09
A
31/05/18 1,7
A
FR0000120628
03/05/18 1,26
BNP PARIBAS (BNP) R
A
FR0000131104
BOUYGUES (EN) R
30/05/18 3,02
A
FR0000120503
CAP-GEMINI (CAP) R
02/05/18 1,7
A
FR0000125338
CARREFOUR (CA) R
04/06/18 1,7
A
FR0000120172
21/06/18 0,46
CREDIT AGRICOLE (ACA) R
A
FR0000045072
DANONE (BN) R
22/05/18 0,63
A
FR0000120644
04/05/18 1,9
DASSAULT SYSTEMES (DSY) R A
FR0000130650
ENGIE (ENGI) R
29/05/18 0,58
A
FR0010208488
10/10/18 0,37
ESSILORLUXOTTICA (EI) R
A
FR0000121667
26/04/18 1,53
HERMES INTL (RMS) R
A
FR0000052292
KERING (KER) R
07/06/18 7,6
A
FR0000121485
L.V.M.H. (MC) R
14/05/18 4
A
FR0000121014
LEGRAND (LR) R
04/12/18 2
A
FR0010307819
L'ORÉAL (OR) R
01/06/18 1,26
A
FR0000120321
25/04/18 3,55
OUV
VOL.
NB TITRES
37,1
720341
290.969.205
106,15
766811
428.341.474
83,83
2533915
776.469.994
18,828
5685850
1.021.903.623
70,2
477732
106.884.219
19,212
7314687
2.424.908.275
40,705
4372775
1.249.798.561
30,05
1606127
371.977.875
84,98
879045
167.293.730
15,7
5347595
789.252.839
9,775
6083094
2.866.437.156
60,83
1565341
685.055.200
102,5
422239
261.541.129
13
7316273
2.435.285.011
110,8
1264434
426.777.218
474,4
87020
105.569.412
397,9
337604
126.279.322
251,5
742574
505.028.789
48,7
630223
267.471.813
196,95
529607
560.341.550
CLOT
+ HAUT
+ BAS
37,09
37,46
36,87
106,6
107,95
106,15
86,65
88,61
83,56
19,192
19,492
18,82
71,82
73,3
69,56
19,222
19,474
19,158
40,885
41,35
40,47
30,3
30,91
30
87,48
89,04
84,58
15,7
15,865
15,37
9,811
9,904
9,724
61,32
61,63
60,79
103,5
104,75
101,85
13,16
13,275
12,97
111,2
111,9
110,7
479,9
485,2
468
410,5
414,4
394,5
258,55
262,5
250,1
50,2
50,66
48,7
198,65
200,2
196,7
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
+ 0,24
- 1,46
- 16,43
+ 0,14
+ 1,09
- 2,91
+ 3,7
- 2,72
+ 0,03
+ 2,28
- 0,55
- 34,27
+ 2,98
+ 5,8
- 43,18
+ 0,38
- 2,53
- 25,54
+ 0,5
- 1,71
- 36,61
- 1,94
- 8,15
- 32,03
+ 3,77
- 9,33
- 14,57
+ 2,72
+ 7,68
- 12,49
+ 0,65
- 3,74
- 33,82
+ 0,79
- 3,89
- 13,96
+ 1,47
- 1,19
+ 14,16
+ 1,08
+ 8,54
- 10,42
+ 0,54
+ 1,18
- 3,22
+ 1,63
- 0,46
+ 7,14
+ 3,56
+ 3,85
+ 11,18
+ 3,13
+ 3,63
+ 5,32
+ 1,44
- 0,55
- 23,43
+ 0,61
- 3,57
+ 6,37
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
- 0,05
37,46
36
2,83
- 1,71
107,95
104,15
2,49
+ 3,2
3,4
88,61
25,52
77,5
1,73
+ 5,8
19,492
17,056
+ 0,48
73,3
67,5
2,37
+ 1,93
19,474
18,428 6,56
+ 3,57
41,35
38,135
7,39
- 3,32
31,21
29,81
5,61
+ 0,78
89,04
79,8
1,94
+ 5,3
15,865
14,485 2,93
+ 4,04
9,904
9,095 6,42
- 0,31
62,07
60,2
3,1
- 0,19
104,75
96,02
0,56
+ 5,07
1,21
13,275 10,91
12,17
2,81
+ 0,68
111,9
108,95
1,38
- 1,01
485,2
462,4
1,58
- 0,27
414,4
380,7
0,97
+ 0,14
262,5
243,65
0,77
+ 1,83
50,66
47,91
2,51
- 1,27
201,2
196
1,79
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
MICHELIN (ML) R
A
FR0000121261
ORANGE (ORA) R
22/05/18 3,55
A
FR0000133308
04/12/18 0,3
PERNOD-RICARD (RI) R
A
FR0000120693
PEUGEOT (UG) R
28/11/18 1,35
A
FR0000121501
02/05/18 0,53
PUBLICIS GROUPE (PUB) R
A
FR0000130577
RENAULT (RNO) R
FR0000131906
SAFRAN (SAF) R
06/06/18 2
A
21/06/18 3,55
A
FR0000073272
29/05/18 1,6
SAINT-GOBAIN (SGO) R
A
FR0000125007
SANOFI (SAN) R
11/06/18 1,3
A
FR0000120578
11/05/18 3,03
SCHNEIDER ELECTRIC (SU) R A
FR0000121972
02/05/18 2,2
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (GLE) R A
FR0000130809
SODEXO (SW) R
30/05/18 2,2
A
FR0000121220
01/02/18 2,75
STMICROELETRONICS (STM) R A
NL0000226223
17/12/18 0,05
TECHNIPFMC (FTI) R
A
GB00BDSFG982
TOTAL (FP) R
19/11/18 0,13
A
FR0000120271
25/09/18 0,64
UNIBAIL-R/WFD (URW)
A
FR0013326246
VALEO (FR)
A
DIV 3 06/06/16
FR0013176526
04/06/18 1,25
VEOLIA ENV. (VIE) R
A
FR0000124141
VINCI (DG) R
14/05/18 0,84
A
FR0000125486
VIVENDI (VIV) R
06/11/18 0,75
A
FR0000127771
20/04/18 0,45
OUV
VOL.
NB TITRES
87,22
703135
179.750.453
14,195
13284369
2.660.056.599
138,5
529353
265.421.592
19,38
3261137
904.828.213
51,12
586766
235.249.801
54,59
1693887
295.722.284
103,9
817869
409.116.893
29,2
1936520
546.585.004
74,17
1854842
1.252.219.053
57,8
1941850
579.138.192
28,405
4077846
807.917.739
88,92
350517
147.454.887
11,3
4216346
911.156.920
19,19
2019001
450.480.680
47,44
5474798
2.640.602.007
137,92
836377
138.286.626
25,44
2190898
240.253.100
17,755
2756798
565.593.341
72,26
1218739
597.489.393
21,67
2705029
1.305.804.297
SRD
CLOT
+ HAUT
+ BAS
87,94
89,32
86,58
13,78
14,25
13,78
138,7
139,7
138,35
19,635
19,885
19,265
51,62
52,06
51
55,95
56,86
54,53
106,45
107,6
103,85
29,675
29,98
29,06
74,42
75,02
74,07
59,92
60,38
57,64
28,615
29,01
28,3
89,22
90,18
88,68
11,37
11,795
11,255
19,44
19,695
19,05
47,2
47,73
47,18
141,66
143,56
137,78
26,25
27,05
25,26
17,965
18,17
17,665
73,14
73,3
72,04
21,7
21,97
21,6
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
+ 1,15
+ 2,02
- 30,92
- 2,96
-6
- 6,26
+ 0,04
+ 0,51
+ 4,84
+ 1,29
+ 9,6
+ 8,87
+ 1,42
+ 6,54
- 7,42
+ 2,72
- 2,81
- 36,76
+ 2,9
+ 0,76
+ 19,55
+ 1,84
- 0,89
- 38,07
+ 0,79
- 2,78
+ 0,09
+ 0,77
- 2,35
- 18,32
+ 0,7
- 6,04
- 36,6
+ 0,45
+ 1,13
- 20,37
+ 0,18
- 4,97
- 41,15
+ 2,91
+ 1,59
- 27,68
- 0,21
-2
- 1,74
+ 3,16
- 2,13
+ 3,47
+ 4,79
- 59,6
+ 1,1
- 0,22
- 18,6
+ 1,27
+ 0,63
- 17,26
+ 0,28
+ 2,12
- 8,9
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
+ 1,43
89,32
83,74
4,04
- 2,65
14,34
13,78
2,18
- 3,21
142,3
137,6
0,97
+ 5,31
19,885
17,87
2,7
+ 3,08
52,06
48,7
3,87
+ 2,57
56,86
51,98
6,35
+ 1
107,6
101,1
1,5
+ 1,75
29,98
28,275 4,38
- 1,64
75,68
72,75
4,07
+ 0,33
60,4
57,58
3,67
+ 2,86
29,01
26,88
7,69
- 0,31
90,18
86,78
3,08
- 8,93
0,23
12,225 50,03
10,635 0,46
+ 10,14
19,695
16,6
+ 2,21
47,865
44,775
1,36
+ 4,62
143,56
130,18
+ 2,9
27,05
23,5
4,76
+ 0,06
18,17
17,51
4,68
+ 1,56
73,5
70,2
1,03
+ 1,97
21,97
20,8
2,07
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
OUV
VOL.
NB TITRES
AB SCIENCE (AB) g
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
B 3,7
3,98
111392
4,052
40.789.901
3,7
B 6,12
6,18
16032
6,19
FR0004040608
27/11/18 0,2 58.512.053
6,12
ABIVAX (ABVX) g
B 12
11,42
28772
12,32
FR0012333284
10.024.182
11,3
ACANTHE DEV. (ACAN) g
C 0,497
0,516
9945
0,516
FR0000064602
08/02/18 0,3 147.125.260
0,497
ACTIA GROUP (ATI) g
C 3,35
3,32
46110
3,4
FR0000076655
13/06/18 0,12 20.099.941
3,3
ADOCIA (ADOC) g
B 16
15,98
11704
16,38
FR0011184241
6.916.753
15,94
AÉROPORTS DE PARIS (ADP) G
A 166,3
170,7
66705
171,3
FR0010340141
06/12/18 0,7 98.960.602
166,3
AIR FRANCE-KLM (AF) G
A 9,46
9,646
2746436
9,776
FR0000031122
14/07/08 0,58 428.634.035
9,382
AKKA TECHNOLOGIES (AKA) g
B 46,2
46,6
18541
47,2
FR0004180537
29/06/18 0,49 20.291.990
46,2
AKWEL (AKW) g
B 16,48
17,04
12988
17,26
FR0000053027
06/06/18 0,3 26.741.040
16,48
ALD (ALD)
A 10,81
11
56826
11,1
FR0013258662
30/05/18 0,55 404.103.640
10,81
ALPES (CIE DES ) (CDA) g
B 22,7
23,35
12512
23,55
FR0000053324
13/03/18 0,5 24.413.271
22,7
ALSTOM (ALO) LR
A 34,09
34,12
1141670
34,88
FR0010220475
20/07/18 0,35 223.256.020
33,72
ALTAREA (ALTA) g
A 170
170,4
2777
170,8
FR0000033219
22/05/18 12,5 16.061.329
168,6
ALTEN (ATE) G
A 74
74,8
54668
75,45
FR0000071946
25/06/18 1 33.829.958
73,85
ALTRAN TECHNOLOGIES (ALT) G A 6,83
7,275
1715902
7,335
FR0000034639
11/05/18 0,24 257.021.105
6,81
AMPLITUDE SURG. (AMPLI) g
2,94
2,86
8686
2,94
FR0012789667
47.804.841
2,86
AMUNDI (AMUN) G
A 47,5
48,49
EX-DS 15/03/17
164560
48,68
FR0004125920
22/05/18 2,5 201.704.354
47,29
APRIL GROUP (APR)
B 20,3
20,4
148371
20,4
FR0004037125
10/05/18 0,27 40.904.135
20,2
ARCHOS (JXR) g
C 0,351
0,346
943163
0,361
FR0000182479
57.851.743
0,342
ARKEMA (AKE) L
A 78,02
80,82
354346
81,84
FR0010313833
25/05/18 2,3 76.532.456
77,94
ARTPRICE.COM (PRC) g
C 14,2
14,68
33089
15,04
FR0000074783
6.651.515
14,12
ASSYSTEM (ASY) g
B 26,4
26,4
OPA 24/11/17
12145
26,8
FR0000074148
19/06/18 1 15.668.216
25,75
ATARI (ATA)
C 0,348
0,371
2254688
0,375
FR0010478248
255.105.360
0,346
AUBAY (AUB) g
C 27,75
28,7
18520
29,2
FR0000063737
08/11/18 0,27 13.136.796
27,5
AUREA (AURE)
C 5,28
6
17376
6
FR0000039232
27/06/18 0,15 12.017.008
5,22
AVENIR TELECOM (AVT) g
C 0,155
0,155
63695
0,156
FR0000066052
21/10/11 0,05 110.501.888
0,152
AXWAY SOFTWARE (AXW) g
B 12,5
12,56
7097
12,56
FR0011040500
02/07/18 0,2 21.210.546
12,3
BÉNÉTEAU (BEN)
A 11,76
12,32
227710
12,44
FR0000035164
14/02/18 0,25 82.789.840
11,76
BIC (BB) G
A 90,3
89,45
84299
90,9
FR0000120966
28/05/18 3,45 45.988.387
89,45
BIGBEN INT. (BIG) g
C 8,3
8,98
51636
9,01
FR0000074072
30/07/18 0,1 19.500.119
8,28
BIOMÉRIEUX (BIM)
A 57,4
57,5
106841
58,4
FR0013280286
05/06/18 0,34 118.361.220
56,8
BOIRON (BOI) g
A 49,3
51,7
5383
51,8
FR0000061129
31/05/18 1,6 17.565.560
49,3
BOLLORÉ (BOL) G
A 3,612
3,64
1188186
3,694
FR0000039299
07/09/18 0,02 2.927.197.152
3,6
BONDUELLE (BON) g
B 29,75
30,5
22432
30,5
FR0000063935
14/12/18 0,5 32.281.118
29,65
BUREAU VERITAS (BVI) L
A 17,755
17,895
884012
18,085
FR0006174348
18/05/18 0,56 442.216.000
17,61
BURELLE SA (BUR)
A 768
820
76
820
FR0000061137
05/06/18 16 1.853.315
768
CARMILA (CARM)
C 15,9
16,1
125453
16,1
FR0010828137
23/05/18 0,75 136.561.695
15,76
CASINO (CO) LR
A 35,99
35,99
354629
36,81
FR0000125585
03/12/18 1,56 109.729.416
35,99
CATANA GROUP (CATG) g
C 2,54
2,6
235643
2,645
FR0010193052
30.514.178
2,54
CGG (CGG) G
C 1,249
1,298
7901480
1,34
FR0013181864
709.944.398
1,244
CHARGEURS (CRI) g
C 17,4
17,8
41126
17,87
FR0000130692
12/09/18 0,3 23.551.755
17,11
CHRISTIAN DIOR (CDI)
A 335,7
345,1
EX D OP 08/06/17
26995
348,9
FR0000130403
04/12/18 2 180.507.516
335,7
CIE DU CAMBODGE (CBDG)
A
/101218
FR0010557264
ABC ARBITRAGE (ABCA) g
FR0000079659
A : Indicateur acompte, solde ou total du dividende. BPA : Bénfice par action. PER : Price Earning Ratio. Les plus hauts et plus bas ajustés sont sur l’année
civile. Les valeurs classées par ordre alphabétique sont regroupées en trois classes de capitalisation signalées par les lettres A pour les capitalisations
supérieures à 1 milliard d’euros, B pour les capitalisations comprises entre 1 milliard d’euros et 150 millions d’euros et C pour les capitalisations inférieures
à 150 millions d’euros. L : Valeurs de l’indice CACNext20. R : Valeurs de l’indice CACLarge60. G : Valeurs de l’indice CACMid60. g : Valeurs de l’indice
CACSmall. Les bénéfices par action : source FacSet JCF Estimates. Mise en ligne intégrale des informations réglementées sur www.lesechos-comfi.fr
07/06/18 180 559.735
+ 6,3
+ 6,7
- 63,08
+ 0,49
- 0,32
- 6,22
- 4,83
+15,35
+ 21,1
+ 3,82
- 9,79
- 39,01
- 4,6
- 58,03
- 1,36
+33,84
- 0,99
+ 2,71
+ 4,34
+ 4,28
+ 2,03
+ 6,54
- 32,55
+ 1,64
- 4,9
- 5,95
+ 4,67
+ 3,65
- 50,89
+ 1,76
- 1,7
- 19,71
+ 3,09
- 1,48
- 32,51
+ 0,09
- 8,18
- 5,09
+ 1,31
- 3,29
- 19,05
+ 1,56
- 2,22
+ 2,12
+ 6,91
+ 3,93
- 44,98
- 1,38
+ 4,76
- 28,14
+ 2,32
- 1,44
- 32,82
+21,07
+ 34,65
- 1,29
+ 4,7
- 51,61
+ 3,4
+ 0,7
- 21,99
+ 4,11
+29,68
- 16,5
+ 1,15
- 5,38
- 12,58
+ 6,61
+21,84
- 19,35
+ 5,13
- 4,33
- 15,96
+ 11,52
- 3,54
- 29,08
+ 2,65
-13,89
- 41,06
+ 1,95
+ 6,08
- 43,55
+ 4,05
+ 0,16
- 42,43
- 0,33
- 0,72
- 4,84
+ 8,98
- 5,97
- 38,99
- 0,35
- 6,2
- 26,66
+ 4,66
+ 1,37
- 33,29
+ 1,17
+ 0,17
- 22,55
+ 2,69
- 3,17
- 35,79
+ 1,39
- 2,64
- 25,28
+ 6,77
+ 0,24
- 38,11
+ 1,26
- 4,73
- 33,2
- 0,31
- 0,17
- 30,68
+ 1,37
+ 5,91
- 20,91
+ 3,92
+ 0,93
- 20,29
+ 2,48
+12,8
- 32,63
+ 2,59
+ 4,45
+ 13,86
- 1,75
- 25,33
+ 14,76
4,052
3,378
+ 1,64
6,2
5,98
- 3,55
12,8
11,3
+ 4,03
0,516
0,491
- 1,78
3,4
3,24
- 3,39
17,08
15,2
+ 3,14
171,3
163
+ 1,75
9,776
9,014
+ 5,43
47,2
42,1
+ 5,84
17,26
15,3
+ 5,77
11,1
10,1
- 5,47
24,6
22,55
- 3,26
35,6
33,4
+ 2,77
175,4
163,4
+ 2,89
75,45
70,25
+ 3,85
7,335
6,51
+ 4
3,04
2,75
+ 5,05
48,68
44,59
+ 2,26
20,4
19,95
- 5,34
0,397
0,333
+ 7,82
81,84
72,88
+ 2,23
15,04
13,1
- 2,4
27,3
25,75
+ 8,96
0,375
0,32
+ 1,95
29,2
25,8
+ 9,09
6
5,18
+ 0,65
0,16
0,146
+ 1,13
12,56
11,9
+ 7,32
12,44
10,72
+ 0,34
90,9
87,45
+ 12,11
9,01
7,8
58,4
53,1
+ 5,62
51,8
47,5
+ 4
3,694
3,412
+ 7,39
30,5
28,2
+ 0,56
18,085
16,99
+ 3,02
820
730
- 0,37
16,32
15,76
- 0,96
36,81
34,01
+ 13,04
2,645
2,115
+ 12,28
1,34
1,081
+ 5,95
17,87
16,18
+ 3,35
348,9
323,9
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
CLARANOVA (CLA) g
C 0,652
2483680
393.613.788
A 18,8
308144
FR0000120222
03/05/18 0,84 686.618.477
COFACE (COFA) g
A 8,15
414313
FR0010667147
24/05/18 0,34 153.899.261
COLAS (RE)
A 135,6
196
FR0000121634
30/04/18 8,2 32.654.499
COVIVIO (COV) G
A 84,15
181876
FR0000064578
15/05/18 4,5 82.902.898
COVIVIO HOTELS (COVH)
A 24,2
1390
FR0000060303
11/04/18 1,55 118.057.886
DASSAULT AV. (AM) G
A 1218
7890
FR0000121725
01/06/18 15,3 8.348.703
DASSAULT SYSTÈMES (DSY) R
A 102,5
422239
FR0000130650
29/05/18 0,58 261.541.129
DBV TECHNOLOGIES (DBV) G
B 12,96
486392
FR0010417345
30.137.977
DERICHEBOURG (DBG) g
B 4,112
573356
FR0000053381
13/02/18 0,14 163.878.780
DEVOTEAM (DVT) g
C 85,9
6471
FR0000073793
14/06/18 0,9 8.332.407
DNXCORP (DNX) g
C5
668
FR0010436584
10/07/18 0,6 2.834.575
EDENRED (EDEN) G
A 33,58
539750
FR0010908533
14/05/18 0,85 239.266.350
EDF (EDF) LR
A 13,64
EX-DS 7/03/17
2412887
FR0010242511
06/12/18 0,15 3.010.267.676
EIFFAGE (FGR) LR
A 73,84
367512
FR0000130452
22/05/18 2 98.000.000
EKINOPS (EKI) g
2,62
15490
FR0011466069
21.529.161
ELIOR (ELIOR) G
A 13,33
343510
FR0011950732
16/03/18 0,42 172.289.164
ELIS (ELIS) G
A 15,17
383900
FR0012435121
29/05/18 0,37 219.927.545
EOS IMAGING (EOSI)
C 2,94
31036
FR0011191766
26.237.907
ERAMET (ERA) Gg
A 59,4
103090
FR0000131757
29/05/18 2,3 26.633.660
ERYTECH PHARMA (ERYP) g
B 6,75
45694
FR0011471135
17.940.035
ESI GROUP (ESI) g
C 27
2821
FR0004110310
6.017.892
EURAZEO (RF) G
A 62,5
118800
FR0000121121
30/04/18 1,25 76.518.341
EURO RESSOURCES (EUR)
C 2,95
12734
FR0000054678
12/06/18 0,15 62.491.281
EUROFINS SCIENTIFIC (ERF) G
A 337
44996
FR0000038259
28/06/18 2,04 17.649.834
EUROPCAR GROUPE (EUCAR) G
A 8,135
298704
FR0012789949
29/05/18 0,15 161.030.883
EUTELSAT COM. (ETL) LG
A 17,875
306290
FR0010221234
20/11/18 1,27 232.774.635
EXEL INDUSTRIES (EXE) g
B 66
525
FR0004527638
14/02/18 1,58 6.787.900
FAURECIA (EO) G
A 33,6
954038
FR0000121147
01/06/18 1,1 138.035.801
FFP (FFP) g
A 82,2
5676
FR0000064784
22/05/18 2 24.922.589
FIGEAC AERO (FGA) g
B 10,68
17176
FR0011665280
31.839.473
FIN. ODET (ODET)
A 770
92
FR0000062234
07/06/18 1 6.585.990
FNAC DARTY (FNAC)
A 58,5
81210
FR0011476928
26.792.938
FONCIÈRE LYONNAISE (FLY)
A 58,4
3044
FR0000033409
30/04/18 2,3 46.528.974
FROMAGERIES BEL (FBEL)
A 304
179
FR0000121857
18/05/18 7 6.872.335
FUTUREN (FTRN) g
C 1,13
N/P REGR.
799
FR0011284991
277.776.587
GECI INTERNATIONAL (GECP) g
C 0,114
645083
FR0000079634
01/10/01 0,1 163.325.030
GECINA (GFC) G
A 115,2
109758
FR0010040865
12/06/18 2,65 76.265.492
GEMALTO (GTO) L
A 50,7
242375
NL0000400653
22/05/17 0,43 90.920.356
GENFIT (GNFT) G
B 18,83
223964
FR0004163111
31.166.437
GENSIGHT (SIGHT)
C 3,47
267197
FR0013183985
24.766.723
GENTICEL (GTCL) g
1,23
127512
FR0011790542
79.347.621
GETLINK (GET) LR
A 11,69
810652
FR0010533075
22/05/18 0,3 550.000.000
GL EVENTS (GLO) g
B 17,4
22948
FR0000066672
13/06/18 0,65 29.982.787
FR0004026714
CNP ASSURANCES (CNP) GR
3,24
3,61
0,41
1,5
1,76
5
2,14
1,03
1,34
3,3
5,16
1,32
2,85
3,79
0,94
2,5
1,59
2,03
3,86
1,11
0,59
3,1
0,55
1,64
3,13
1,95
4,34
1,69
0,99
3,21
OUV
VOL.
NB TITRES
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
0,642
0,667
0,634
18,94
19,12
18,73
7,9
8,37
7,87
137
137
135,6
85,8
86,15
83,9
24,6
24,6
24,2
1215
1219
1197
103,5
104,75
101,85
13,01
13,5
12,8
4,096
4,174
4,068
86,4
87,9
84,1
5,06
5,06
4,95
34,3
34,91
33,52
13,57
13,75
13,56
75,48
75,6
73,84
2,79
2,79
2,62
13,44
13,74
13,25
15,36
15,39
15,03
2,95
3,005
2,94
61,55
62,1
57,95
6,6
6,795
6,585
28,2
28,2
27
63
63,35
62,5
3
3
2,85
351,2
355,8
335,2
8,13
8,285
8,09
17,93
18,04
17,74
67
67
66
34,98
35,87
33,15
84,4
85,8
82,2
11
11
10,64
800
802
770
60,45
60,8
58
58,4
58,6
58,2
286
304
286
1,14
1,14
1,13
0,111
0,115
0,11
118
118,2
114,5
50,74
50,76
50,7
18,65
18,89
18,31
3,3
3,65
3,28
1,278
1,286
1,172
11,86
11,905
11,685
17,3
17,46
17,02
- 0,93
- 6,35
+ 14,03
+ 1,18
- 0,58
- 3,96
- 3,07
+ 0,38
- 17,71
+ 0,15
+ 0,74
- 25,87
+ 2,2
- 0,92
- 8,14
+ 2,08
- 4,28
- 13,68
+ 1,17
- 4,03
- 9,8
+ 1,47
- 1,19
+ 14,16
- 0,38
-48,17
- 70,39
+ 0,39
+16,1
- 53,87
+ 3,72
- 2,15
+ 10,91
+ 1,2
- 4,53
- 22,15
+ 2,45
+ 7,09
+ 37,53
- 0,84
- 2,34
+ 25,65
+ 2,11
- 2,61
- 20,3
+ 6,9
+ 3,72
0,7
0,563
+ 2,27
19,12
17,92
- 0,38
8,37
7,73
- 2,14
139,8
135,4
+ 1,9
86,15
81,95
+ 1,23
24,6
23,5
+ 0,41
1233
1168
- 0,19
104,75
96,02
+ 22,62
14,97
10,35
+ 2,45
4,174
3,812
+ 4,73
87,9
76,5
+ 14,22
5,18
4,63
+ 6,82
34,91
31,44
- 1,67
13,85
13,55
+ 3,45
75,6
71,04
+ 4,89
2,79
- 44,53
2,535
+ 0,3 + 2,91
+12,19
13,74
- 23,81
12,52
+ 2,2 + 5,57
+ 1,19
15,41
- 34,92 13,99
- 1,99 - 12,85
-14,49
3,46
- 41,58
2,87
+ 4,59 + 1,99
- 4,65 62,1
- 40,7
55,4
- 1,49 + 5,6
+ 2,96
6,795
- 64,34
6,02
+ 4,44 + 1,62
-6
28,2
- 38,7
26,2
+ 0,72 + 1,94
- 0,24 63,35
- 19,13 60,55
+ 1,7 + 8,3
+ 7,14
3
- 13,79
2,69
+ 5,91 + 7,73
+ 7,8 355,8
- 33,04 313,2
- 0,67 + 3,37
+ 1,06
8,285
- 25,48
7,53
+ 0,31 + 4,21
+ 1,16
18,04
- 5,13
16,99
+ 1,52 - 1,47
- 7,97 68,2
- 44,63 65
+ 4,73 + 5,78
+10,87 35,87
- 49,57 30,12
+ 3,43 + 5,24
- 4,09 85,8
- 17,74 78,1
+ 2,04
- 5,17
11
- 41,8
10,24
+ 0,25 + 0,5
+ 8,4 802
- 23,08 764
+ 3,78 + 5,87
+18,65 60,8
- 42,21 55
+ 1,04 - 3,95
- 7,59 60
+ 4,29 57,8
- 5,92 - 2,05
- 2,05 314
- 42,8 286
+ 0,89 + 0,88
+ 0,88
1,14
+ 0,88
1,13
- 1,33 + 9,9
- 7,11
0,124
+ 13,27
0,101
+ 2,7 + 4,42
- 4,45 118,2
- 24,46 110,3
+ 0,04 + 0,16
+ 0,28 50,76
+ 2,53 50,64
+ 0,43 + 7,49
-15,15
19,18
- 27,83 16,55
- 3,23 - 0,9
- 8,84
3,79
- 46,08
3,11
+ 4,75 + 25,79
+24,8
1,286
- 26,97
0,98
+ 1,32 + 1,11
+ 6,85 12,105
+ 8,11
11,615
+ 1,65 + 0,46
+ 1,88 17,48
- 33,72 15,92
4,44
4,3
5,99
1,26
0,56
3,42
1,04
27,67
1,11
2,65
3,13
2,41
3,74
1,98
5
0,68
1,87
7,08
2,36
3,15
2,37
0,13
2,45
4,21
12,04
2,53
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
OST
VOL.
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
GROUPE CRIT (CEN) g
B 49,55
1814
FR0000036675
27/06/18 4,4 11.250.000
GROUPE FLO (FLO) g
C 0,195
EX D S 13/06/17
189859
FR0004076891
08/07/14 0,06 765.157.113
GROUPE GORGÉ (GOE) g
B 9,29
3178
FR0000062671
19/06/18 0,32 13.502.843
GROUPE LDLC (LDL) g
C 5,95
NOM.
13474
FR0000075442
06/10/16 0,5 6.322.106
GROUPE PARTOUCHE (PARP)
19,8
REGR.
1905
FR0012612646
11/09/17 0,31 9.627.034
GTT (GTT) Gg
A 68,5
37578
FR0011726835
26/09/18 1,33 37.028.800
HAULOTTE GROUP (PIG)
B 8,91
20529
FR0000066755
10/07/18 0,22 31.371.274
HIGH CO (HCO) g
C 4,42
8193
FR0000054231
01/06/18 0,14 22.421.332
HUBWOO (HBW) g
C
FR0004052561
ICADE (ICAD) G
CLOT
+ HAUT
+ BAS
53,6
53,8
49,55
0,21
0,21
0,195
9,44
9,55
9,29
6,19
6,21
5,84
19,25
19,8
19,25
67,95
69,1
67,6
9,25
9,28
8,91
4,8
4,8
4,42
136.345.527
A 67
68,75
69401
69,4
FR0000035081
02/05/18 4,3 74.535.741
66,6
ID LOGISTIC (IDL) g
B 119
124
1282
124,6
FR0010929125
5.628.475
115,8
ILIAD (ILD) G
A 121,6
118,95
174886
123,65
FR0004035913
20/06/18 0,68 58.975.840
118,65
IMERYS (NK) G
A 43,3
43,92
93918
44,32
FR0000120859
11/05/18 2,08 79.604.285
42,82
INGENICO GROUP (ING) LR
A 49,63
51,5
357408
52,06
FR0000125346
23/05/18 1,6 63.144.527
49,32
INNATE PHARMA (IPH) g
B 7,91
7,855
229199
8,08
FR0010331421
63.932.655
7,74
INSIDE SECURE (INSD)
C 1,38
1,618
386952
1,66
FR0010291245
44.119.162
1,362
INTER PARFUMS (ITP) g
B 32,55
33,2
59346
33,85
FR0004024222
09/05/18 0,67 42.965.628
32,4
IPSEN (IPN) G
A 112,85
114,8
93523
115,25
FR0010259150
04/06/18 1 83.794.128
112,7
IPSOS (IPS) G
A 21,54
21,82
47540
22,14
FR0000073298
02/07/18 0,87 44.436.235
21,54
JACQUET METAL SERVICE (JCQ) g B 16
16,88
57651
17,44
FR0000033904
04/07/18 0,7 24.028.438
16
JCDECAUX (DEC) G
A 25,6
25,56
129277
25,86
FR0000077919
22/05/18 0,56 212.757.582
25,32
KAUFMAN & BROAD (KOF)
B 33,38
35,42
74850
35,96
FR0004007813
09/05/18 2,1 21.864.074
33,38
KLEPIERRE (LI) LR
A 27,25
28,07
535941
28,23
FR0000121964
26/04/18 1,96 314.356.063
27,21
KORIAN (KORI)
A 31,4
31,98
101182
32
FR0010386334
21/06/18 0,6 81.976.425
31,32
LAFARGEHOLCIM (LHN)
A 36,86
37,48
78771
37,67
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
36,86
LAGARDÈRE (MMB) G
A 21,85
22,09
447981
22,14
FR0000130213
07/05/18 1,3 131.133.286
21,66
LATECOERE (LAT) g
C 2,74
2,735
189572
2,75
FR0000032278
29/06/07 0,75 94.744.952
2,68
LE BÉLIER (BELI) g
C 30,05
31,15
1566
31,7
FR0000072399
29/05/18 1,18 6.582.120
30
LNA SANTÉ (LNA) g
B 45,05
48,1
7267
48,7
FR0004170017
06/07/18 0,32 9.705.937
45,05
LECTRA (LSS)
B 18,5
18,76
37030
18,92
FR0000065484
02/05/18 0,38 31.577.881
18,06
LINEDATA SVICES (LIN) g
B 33,7
35,5
1248
35,5
FR0004156297
05/07/18 1,35 7.293.356
33,7
LISI (FII) g
A 22,8
24,75
22390
24,8
FR0000050353
02/05/18 0,48 54.114.317
22,6
LUMIBIRD (LBIRD) g
C 11,94
11,68
14209
11,94
FR0000038242
16.754.425
11,4
M6-MÉTROPOLE TV (MMT) G
A 14,1
13,99
73971
14,16
FR0000053225
16/05/18 0,95 126.414.248
13,97
MAISONS DU MONDE (MDM)
B 17,56
19,05
147603
19,11
FR0013153541
18/06/18 0,44 45.241.894
17,56
MAISONS FRANCE CONF. (MFC) g B 31
30,5
2701
31,25
30
FR0004159473
05/06/18 1,7 6.937.593
MANITOU (MTU) g
B 22,5
22,95
22342
23
FR0000038606
18/06/18 0,62 39.668.399
22,35
MARIE BRIZARD W & S (MBWS)
B 2,5
2,46
42229
2,52
FR0000060873
27/09/07 0,5 28.338.654
2,46
MAUNA KEA (MKEA)
C 2,38
2,35
121111
2,38
FR0010609263
23.147.338
2,28
MERCIALYS (MERY) g
A 12,42
12,78
210050
12,83
FR0010241638
19/10/18 0,5 92.049.169
12,41
MERSEN (MRN) g
B 24,75
25,95
79651
26,55
FR0000039620
03/07/18 0,75 20.636.663
24,6
METABOLIC EXPLORER (METEX) g C 1,63
1,65
56339
1,65
FR0004177046
23.261.500
1,61
NANOBIOTIX (NANO) g
B 13,2
12,78
615604
13,82
FR0011341205
19.633.373
12,48
NATIXIS (KN) LR
A 4,261
4,28
4369772
4,318
FR0000120685
28/05/18 0,37 3.150.288.592
4,239
NEOEN (NEOEN)
A 19,04
19,5
19839
19,76
FR0011675362
84.957.498
18,98
NETGEM (NTG) g
C 0,954
0,95
4681
0,968
FR0004154060
16/05/18 0,1 29.664.667
0,948
NEXANS (NEX) G
A 24,19
23,84
261484
24,22
FR0000044448
22/05/18 0,7 43.604.914
23,68
NEXITY (NXI) G
A 38,42
39,76
79978
40,04
FR0010112524
05/06/18 2,5 56.129.724
38,24
NICOX (COX)
B 6,99
6,675
340531
7,145
FR0013018124
22.869.669
6,63
NRJ GROUP (NRG) g
B 7,42
7,7
5787
7,7
FR0000121691
05/06/18 0,15 78.107.621
7,42
OENEO (SBT) g
B 9,2
9,77
33383
9,93
FR0000052680
31/07/18 0,15 64.103.519
9,2
ONXEO (ONXEO) g
B 1,035
1,011
184999
1,039
FR0010095596
50.892.509
1,009
ORPÉA (ORP) G
A 89,24
91,16
99571
92,2
FR0000184798
13/07/18 1,1 64.586.323
89,12
PARROT (PARRO) g
B 3,23
3,205
54467
3,23
FR0004038263
30.174.671
3,19
PHARMAGEST INT. (PHA)
51,9
52,3
4060
52,7
FR0012882389
02/07/18 0,75 15.174.125
51,9
PIERRE & VACANCES (VAC) g
B 16
16,34
5012
16,36
FR0000073041
19/03/12 0,7 9.804.565
16
PIXIUM VISION (PIX) g
C 1,978
1,788
637229
1,978
FR0011950641
21.606.363
1,782
PLASTIC OMNIUM (POM) G
A 20,7
20,98
263817
21,62
FR0000124570
02/05/18 0,67 148.566.107
20,57
PLASTIVALOIRE (PVL)
B 8,9
9,29
DIV 8 02/05/17
57826
9,43
FR0013252186
05/04/18 0,27 22.125.600
8,84
PSB INDUST. (PSB)
C 32
33,5
1089
34
FR0000060329
25/05/18 1,25 3.675.000
32
RALLYE (RAL)
A 9,055
9,075
24393
9,19
FR0000060618
30/05/18 1 53.738.266
9,055
RECYLEX SA (RX)
C 6,42
7,045
149131
7,47
FR0000120388
04/07/90 0,61 25.886.482
6,415
RÉMY COINTREAU (RCO) G
A 98,2
99,65
96575
100,3
FR0000130395
31/07/18 1,65 50.949.787
97,95
REXEL (RXL) G
A 9,238
9,448
1017907
9,47
FR0010451203
04/07/18 0,42 303.988.899
9,084
ROBERTET SA (CBE)
B
/061218
C.I.P.
FR0000045601
28/06/18 5,2 143.582
ROBERTET SA (CBR)
B
/040119
C.D.V. NOM.
FR0000045619
ROTHSCHILD & CO (ROTH) G
A 29,65
29,6
29326
30
FR0000031684
22/05/18 0,68 77.512.776
29,5
RUBIS (RUI)
A 48,78
49,38
DIV 2 28/07/17
186942
49,94
FR0013269123
08/06/18 1,5 96.811.004
48,62
SARTORIUS STED. BIO. (DIM)
A 85,9
87,8
DIV 6 10/05/16
70231
89,4
FR0013154002
09/04/18 0,46 92.180.190
85,15
SAVENCIA (BH)
B 58,4
58,8
7929
58,8
FR0000120107
14/05/18 1,4 14.032.930
58
SCOR (SCR) LR
A 38,95
38,87
375246
39,5
FR0010411983
30/04/18 1,65 192.784.482
38,87
% VEIL % AN
BPA
% MOIS + HAUT AN PER
% 52 S. + BAS AN RDT
+ 7,85 + 1,13
+ 4,48 53,8
- 30,93 48,8
8,21
+ 5,11 + 7,69
+ 0,96
0,21
- 22,51
0,185
+ 1,62 + 12,25
+ 3,74
9,57
- 44,73
8,26
+ 5,99 + 7,09
- 5,5
6,21
- 70,1
5,66
- 2,78 - 3,75
- 6,1
20
- 44,04 19,25
- 0,44 + 1,19
+ 1,27 69,1
+ 30,17 63,7
1,96
+ 3,35 + 4,76
+ 0,98
9,28
- 46,96
8,18
+ 8,6 + 8,72
+18,08
4,8
- 4,38
4,305
2,92
+ 14,49 + 17,04
+ 0,64
0,158
- 1,25
0,138
+ 2,92 + 3,38
+ 1,78 69,4
- 17,37 64,05
+ 4,2 + 7,83
+ 0,32 124,6
- 8,55 112,2
- 2,38 - 3,02
- 4,11 123,65
- 42,48 117,45
0,57
+ 1,81 + 4,62
- 7,38 44,32
- 46,99 40,6
4,72
+ 4,29 + 3,96
-10,56 52,06
- 45,04 46,63
+ 0,32 + 5,65
- 0,7
8,08
+ 39,03
7,18
+ 18,8 + 17,59
- 4,37
1,66
- 44,21
1,302
+ 2,15 - 1,63
- 6,21 33,85
+ 5,4
32,05
2,02
+ 1,64 + 1,73
- 3,04 116,15
+ 8,2 107,65
0,87
+ 0,74 + 6,23
+ 6,75 22,14
- 32,9
20,08
3,99
+ 6,7 + 8,76
+16,9
17,44
- 41,79 15,08
4,15
+ 0,08 + 4,24
- 6,85 25,86
- 26,68 23,84
2,19
+ 5,54 + 6,05
+ 1,2
35,96
- 11,32 32,76
+ 3,27 + 4,12
- 0,11
28,23
- 22,88 26,26
+ 1,59 + 2,9
- 3,09 32
+ 6,6
30,08
+ 2,18 + 4,61
4
+ 0,78 37,67
- 24,57 35,21
+ 1,33 + 0,32
- 5,88 22,17
- 17,64 21,36
5,89
+ 0,55 - 1,62
+ 3,21
2,775
- 53,57
2,61
+ 3,66 + 2,98
+ 1,8
31,7
- 41,23 28,9
3,79
+ 6,42 + 10,45
+ 6,77 48,7
- 19,16 43,2
+ 1,63 + 3,19
+ 3,76 18,92
- 27,85 17,84
2,03
+ 5,66 + 12,7
+16,39 35,5
- 5,33 31,3
3,8
+ 9,27 + 20,73
+ 3,99 24,8
- 39,93 20,2
1,94
- 1,02 + 6,18
+ 9,16
11,94
+ 56,9
10,66
- 0,78 - 0,36
- 5,15
14,16
- 34,99 13,55
6,79
+ 8,98 + 14
+ 8,18
19,11
- 49,92 16,15
2,31
- 1,61 - 4,84
- 4,69 32
- 51,36 30
5,57
+ 2,23 + 2,46
- 1,5
23
- 26,91 20,8
2,7
- 1,21 - 6,46
-39,18
2,645
- 80,69
2,4
- 0,42 + 16,92
+ 5,15
2,43
- 55,41
1,984
+ 2,73 + 6,77
+ 2,73 12,83
- 31,07
11,78
+ 5,27 + 10,43
+12,83 26,55
- 34,3
22,8
2,89
+ 2,61 + 2,61
- 2,94
1,65
- 31,11
1,594
+ 6,5 + 9,79
+ 6,41
13,82
- 13,71
11,2
+ 0,45 + 3,91
- 5,93
4,318
- 37,97
4,06
8,65
+ 2,31 + 2,96
+ 8,09 19,76
+ 18,18
18,8
- 0,21 - 3,06
- 4,43
0,98
- 62,3
0,94
52,63
- 0,17 - 2,01
- 5,62 24,31
- 54,15 23,13
2,94
+ 3,65 + 0,91
- 5,56 40,04
- 24,05 37,78
6,29
- 1,91 + 33,23
+42,81
7,145
- 38,25
4,96
+ 4,05 + 3,77
+ 2,94
7,7
- 15,94
7,34
1,95
+ 6,54 + 12,04
+12,43
9,93
- 6,42
8,58
- 1,56 + 15,94
+ 9,95
1,045
- 48,44
0,871
+ 2,2 + 2,17
- 1,75 92,2
- 10,01 85,8
1,21
+ 0,31 + 0,31
- 0,31
3,305
- 65,28
3,19
+ 0,97 + 2,35
+ 4,39 52,7
+ 11,4
50
+ 1,24 + 2,13
+ 6,52 16,64
- 62,86 15,62
+ 3
+ 6,81
+ 9,69
1,978
- 35,74
1,652
+ 1,65 + 4,02
+ 2,84 21,62
- 47,17
19,1
+ 5,57 + 4,5
+21,76
9,43
- 50,11
8,17
+ 4,36 + 10,2
-20,62 34
- 25,56 29,7
3,73
+ 0,11 + 0,72
- 2,21
9,19
- 42,74
8,7
11,02
+ 12,63 + 25,8
+15,21
7,47
- 52,88
5,47
+ 1,89 + 0,71
+ 0,15 100,3
- 12,13 94,15
1,66
+ 1,99 + 1,59
- 1,27
9,47
- 38,59
8,752
4,45
+ 43,33
- 1,5
- 8,64
- 5,13
+ 1,48
+ 6,38
- 17,7
+ 2,27
- 0,45
+ 38,6
+ 0,69
- 2,65
- 27,41
- 0,41
- 4,02
+ 13,29
44
44
- 4,05
30,85
29,3
+ 5,33
49,94
45,8
+ 0,52
89,4
83
+ 5,38
58,8
55,4
- 1,35
39,67
37,95
2,3
3,04
SRD Suite
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
CLOT
OST
VOL.
+ HAUT
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
+ BAS
SEB (SK) G
A 112,8
113,9
42289
114,9
FR0000121709
21/05/18 2 50.169.049
112,2
SEQUANA (SEQ)
C
/040119
FR0011352590
SES-IMAGOTAG (SESL) g
65.183.351
B 17,72
25708
FR0010282822
25/06/12 0,5 14.376.762
SHOWROOMPRIVÉ (SRP) g
B 2,51
173706
FR0013006558
34.623.503
SIPH (SIPH) g
B
FR0000036857
14/06/18 0,79 5.060.790
SOITEC (SOI) G
B 51,9
EX-DS 13/05/16 REGR.1P20
148017
FR0013227113
30.311.510
SOLOCAL GPE (LOCAL) g
B 0,537
REGR.
2216307
FR0012938884
583.630.365
SOMFY (SO)
A 63,5
4846
FR0013199916
01/06/18 1,3 37.000.000
SOPRA STERIA GP (SOP)
A 82,5
42422
FR0000050809
03/07/18 2,4 20.547.701
SPIE (SPIE) G
A 11,5
494123
FR0012757854
26/09/18 0,17 150.000.000
SQLI (SQI)
16,02
10206
FR0011289040
21/07/17 0,88 4.425.786
ST DUPONT (DPT) g
C 0,135
100
FR0000054199
16/09/14 0 524.279.556
STEF (STF) g
B 76,4
2982
FR0000064271
04/05/18 2,45 13.165.649
STENTYS (STNT) g
C 0,442
76839
FR0010949404
26.824.657
SUEZ ENVIRONNEMENT (SEV) LR A 11,485
2236458
FR0010613471
22/05/18 0,65 621.362.579
SUPERSONIC IM. (SSI) g
C 1,33
24701
FR0010526814
23.209.127
SWORD GROUP (SWP) g
B 31,5
17236
FR0004180578
12/11/18 3,06 9.544.965
SYNERGIE (SDG) g
B 24,75
5775
FR0000032658
20/06/18 0,8 24.362.000
TARKETT (TKTT) G
A 18,45
120001
FR0004188670
03/07/18 0,6 63.722.696
TECHNICOLOR (TCH) G
A 0,95
2367357
FR0010918292
21/06/17 0,06 414.461.178
TELEPERFORMANCE (RCF) G
A 140,8
124508
FR0000051807
25/04/18 1,85 57.780.000
TERREIS (TER)
B 36,2
5198
FR0010407049
13/11/18 0,44 25.327.454
TF1 (TFI) G
A 7,095
264589
FR0000054900
30/04/18 0,35 209.912.140
THALES (HO) LR
A 100,3
310199
FR0000121329
04/12/18 0,5 213.097.001
THERMADOR GROUPE (THEP)
B 44,9
1333
FR0013333432
9.109.752
TIKEHAU CAPITAL (TKO)
A 19,8
EX D S 03/07/17
4648
FR0013230612
30/05/18 1 103.477.599
TOUAX (TOUP) g
C 4,89
10132
FR0000033003
30/12/14 0,5 7.011.547
TRANSGÈNE (TNG)
B 2,965
26174
FR0005175080
62.275.923
TRIGANO (TRI) g
B 74,6
88837
FR0005691656
11/01/18 1,3 19.336.269
UBISOFT ENTERTAINMENT (UBI) LRA 72,44
742238
FR0000054470
112.968.495
VALLOUREC (VK) G
A 1,81
7284416
FR0000120354
04/06/15 0,81 457.987.760
VALNEVA (VLA) g
B 3,35
103436
FR0004056851
92.106.952
VICAT (VCT) G
A 42,8
16163
FR0000031775
20/04/18 1,5 44.900.000
VILMORIN & CIE (RIN) G
A 56
9786
FR0000052516
12/12/18 1,35 20.833.902
VIRBAC (VIRP) g
A 122,2
5186
FR0000031577
26/06/15 1,9 8.458.000
VRANKEN-POMMERY M. (VRAP)
B 23,6
1000
FR0000062796
06/07/18 0,8 8.937.085
WAVESTONE (WAVE)
B 23,5
9231
FR0013357621
20.196.492
WENDEL (MF) G
A 103,9
47320
FR0000121204
22/05/18 2,65 46.279.301
WORLDLINE (WLN) G
A 39,5
103054
FR0011981968
182.554.317
X-FAB SILICON (XFAB)
A 4,5
112575
BE0974310428
130.781.669
XPO LOGISTICS (XPO) g
A 306
120
FR0000052870
12/07/18 0,8 9.836.241
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
+ 1,34
- 3,88
- 30,72
- 9,79
- 72,03
19,6
+ 10,73
19,6
+ 5,6
17,62
- 34,56
2,7
+ 7,57
2,72
+ 9,53
2,49
- 56,42
+ 0,25
- 0,73
- 4,81
52,95 + 2,62
54,8
+ 8,02
51,5
- 17,39
0,528 + 0,1
0,56
- 8,26
0,526 - 46,72
65,6
+ 2,02
65,6
+ 4,46
63,5
- 23
84,1
+ 2,69
85,25
- 1,75
81,65
- 48,84
11,85
+ 3,31
12,03
+ 4,87
11,46
- 46,72
16,42
+ 1,99
16,42
- 1,91
16
- 53,89
0,135
0,135
+ 0,37
0,135
- 11,18
76,2
- 0,13
77
+ 2,83
75,9
- 21,36
0,443 - 1,34
0,45
-15,23
0,44
- 74,3
11,7
+ 2,18
11,845
- 7,36
11,45
- 20,81
1,314
- 1,2
1,34
- 5,19
1,3
- 31,42
32,15
+ 3,71
32,6
+ 9,35
31,5
- 4,17
26,35 + 6,9
26,4
+ 7,55
24,6
- 42,59
18,91
+ 2,88
19,09
- 0,99
18,44
- 45,25
0,925 - 2,79
0,982
-17,63
0,925 - 70,37
144,8
+ 3,13
146,5
+ 2,48
140,3
+ 16,77
36,5
+ 1,11
36,5
+ 0,55
36,2
- 15,31
7,065
7,18
- 6,86
7,04
- 42,93
101,5
+ 1,5
102,5
- 2,5
100
+ 11,39
46,8
+ 5,88
46,8
+ 1,96
44,9
- 19,31
19,7
+ 2,34
19,85
-10,86
19,6
- 9,63
4,88
- 0,41
4,9
-13,78
4,69
- 60,16
2,93
- 1,18
2,98
- 0,68
2,93
74,25
- 0,8
76,2
-13,31
72,5
- 52,62
75,32 + 6,54
76,08
+10,5
72
+ 10,57
1,83
+ 1,84
1,894 - 6,3
1,754 - 67,76
3,45 + 3,29
3,465 + 1,47
3,31
+ 9,52
43,22
+ 1,6
43,66
+ 0,84
42,64
- 38,65
56,2
+ 0,36
58
- 0,18
55,8
- 37,14
119,8
- 1,96
122,2
- 2,12
119,4
- 3,54
23,6
- 0,42
23,6
- 1,26
23,3
- 1,67
26,55 + 12,5
26,55
- 7,17
23,5
- 36,79
106,4
+ 2,21
107,3
+ 2,31
103,9
- 27,12
40,28 + 3,49
41,08
-11,24
39,2
- 4,91
4,5
+ 1,81
4,585
- 7,5
4,475 - 56,56
320
320
- 3,03
306
+ 21,21
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
+ 0,98
114,9
107
+ 3,67
0,214
0,204
+ 7,81
19,6
16,84
+ 12,03
2,72
2,37
81,5
81
+ 4,64
54,8
48,6
+ 4,77
0,56
0,473
+ 4,13
65,6
61,7
+ 4,28
85,25
78,1
+ 2,24
12,03
10,99
- 0,36
16,42
15,5
+ 7,57
0,135
0,125
- 1,04
77
75
+ 1,96
0,454
0,416
+ 1,47
11,845
11,29
- 3,38
1,38
1,296
+ 10,86
32,6
28,35
+ 7,77
26,4
22,6
+ 7,93
19,09
16,96
- 3,04
0,982
0,87
+ 3,72
146,5
133,7
+ 1,39
36,6
35,4
- 0,21
7,18
6,7
- 0,49
102,7
98,96
+ 5,17
46,8
43
+ 0,25
19,85
19
4,95
4,69
+ 7,33
3,01
2,695
- 7,94
79,85
70,65
+ 6,87
76,08
65,8
+ 12,58
1,894
1,554
+ 8,83
3,465
3,1
+ 4,25
43,66
40,84
- 0,53
58
53,5
+ 5,27
122,6
111,8
- 0,42
23,7
23,2
+ 14,69
26,55
23,45
+ 1,62
107,3
101,4
- 4,55
42,22
38,44
+ 5,63
4,585
4,145
+ 2,56
320
306
2,85
3,38
3,22
5,56
11,2
3,04
3,17
1,28
4,95
0,49
5,08
1,75
3,47
2,4
2,49
0,25
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
GEMALTO (GTO) L
NL0000400653
NOKIA (NOKIA) R
FI0009000681
SES (SESG) LR
LU0088087324
A 50,7
242375
22/05/17 0,43 90.920.356
A 5,232
846477
31/05/18 0,13 5.635.922.159
17,605
831606
23/04/18 0,68 360.037.272
50,74 + 0,04 + 0,16
50,76
+ 0,28 50,76
50,7
+ 2,53 50,64
5,26
+ 1,08 + 3,87
5,324 + 7,35
5,324
5,204 + 29,49
4,874
17,5
- 0,85 + 4,73
17,89
- 3,47 17,89
17,5
+ 36,56 16,26
4,21
12,04
0,3
17,76
3,61
4,57
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
GENERAL ELECTRIC (GNE)
7,69
7,58
53812
7,89
USD 19/12/18 0,01 8.698.115.000
7,5
7,229
7,238
16910
7,278
GB0005405286
USD 11/10/18 0,1 20.035.547.017
7,181
LAFARGEHOLCIM LTD (LHN)
A 36,86
37,48
78771
37,67
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
36,86
SCHLUMBERGER (SLB)
A 34,7
35,4
2426
36,1
AN8068571086
USD 04/12/18 0,5 1.434.212.164
34,7
STALLERGENES GREER (STAGR) A 28,4
28,5
5792
29,85
GB00BZ21RF93
19.738.742
28,05
US3696041033
HSBC (HSB)
+ 1,47
+19,56
- 50,13
+ 1,8
+ 0,96
- 15,57
+ 2,18
+ 0,78
- 24,57
+ 2,02
- 3,8
- 41,39
+ 2,15
- 6,1
- 31,08
+ 14,33
7,89
6,46
+ 0,22
7,379
6,996
+ 4,61
37,67
35,21
+ 7,93
36,1
30,9
+ 0,71
29,85
27,15
1,29
52,19
4
3,45
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
30 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
euronext//taux&changes//matières premières
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD
ISIN
VALEUR
OUV
+HT +BS
FR0013341781 2CRSI
C 8,84 8,92
8,8
FR0000076887 A.S.T. GROUPEg
C 5,67
5,92
5,67
FR0013185857 ABEO
C 31
31
28,5
FR0000076861 ACTEOSg
C 1,395 1,395
1,395
BE0974269012 AD CAPITAL
FR0000062978 ADL PARTNERg
C 13,6
13,6
13,45
FR0012821890 ADUX (EX:HI MEDIA) C 2,98 3,15
2,98
FR0004152874 ADVENISg
C 1,325 1,325
1,29
FR0013296746 ADVICENNE
C 11
11,1
10,95
FR0000053043 ADVINI
C 28
28,2
28
FR0000044612 AFONE PART.
C 10,7
11,2
10,6
FR0000062804 ALPHA MOS
C 0,33 0,357 0,33
FR0000053837 ALTAMIRg
B 12,7
13,4
12,7
FR0000039216 ALTAREIT
B440 440
440
FR0011051598 AMOEBAg
C 2,2
2,2
2,145
FR0013258589 ANTALIS
B 0,919 0,923 0,901
FR0010481960 ARGANg
B 43,1
43,6
43
FR0012185536 ARTEA
C 13,8
13,8
13,8
FR0000076952 ARTOIS
A
C 10,2
FR0011992700 ATEME
11,18
10,16
FR0000061780 AUGROS CP
C
FR0013183589 AURES TECH.
C 29
31,45 28,55
FR0011800218 AWOXg
0,966 1,005 0,946
FR0000064123 BACCARAT
B222,7 222,7 222,7
MC0000031187 BAINS MONACO
B 48,4 48,4
47,6
FR0013258399 BALYO
C 3
3,055 3
FR0000062788 BARBARA BUI
C
FR0000035370 BASTIDE
C 29
30,3
28,9
FR0000062150 BLEECKER
C
FR0011592104 BLUE SOLUTIONSg
16,4
16,6
16,4
FR0004548873 BOURBONGg
A 3,795 3,795 3,67
FR0000074254 BOURSE DIRECT
C 1,11
1,16
1,09
FR0000078958 BUSINESS ET DEC.g
C
FR0010151589 CAFOM
C 5,35
5,5
5,35
FR0012969095 CAPELLI
28,8 32,6
28,8
FR0000064156 CARP.DE PARTIC.
C
FR0000072894 CASTg
C 3,85 3,88
3,85
FR0000064446 CATERING INTER.g
B 9,16
9,22
9,16
FR0010193979 CBO TERRITORIAg
C 3,26 3,28
3,24
FR0000078339 CCA INTERN.
C
FR0000053506 CEGEDIMg
B 21,8
21,8
21,5
FR0010309096 CEGEREALg
B 34,8 34,8
34,8
FR0012633360 CELLNOVOg
C 1,73
1,82
1,64
FR0012616852 CERENISg
B 0,503 0,505 0,481
FR0000037475 CFI
C
FR0000060907 CHAUSSERIA SA
C
FR0000054322 CIBOX INTER.g
C 0,126 0,126
0,116
FR0000060824 CLAYEUXg
0,22
C 0,22 0,22
FR0000053399 CNIMg
B 81,8 83,4
81,8
FR0013335742 COGELEC
C 6,85 6,85
6,85
FR0004031763 COHERISg
C 1,63
1,63
1,58
FR0000065393 COURTOIS
C 126
126
126
FR0000044323 CR ALPES PROV.
C 110
110
110
FR0000185506 CR ATL. VENDÉE
C 131,02 131,02 131
FR0010483768 CR BRIE PICARD.
B 25,48 25,5
25,15
FR0000045213 CR ILLE VILAINE
C102,02 102,02 102
FR0010461053 CR LANGUEDOC
C 75,01 75,1
75,01
FR0000045239 CR LOIRE HTE-LOIRE C 94,21 94,39 93,61
FR0000045551 CR MORBIHAN
C 85,01 85,05 84,5
FR0000185514 CR NORD FRANCE
B 22,25 22,4
22,25
FR0000044364 CR NORM. SEINE
C 129,9 129,9
129,9
FR0000045528 CR PARIS IDF
B 88,7
89,5
88,6
FR0000045346 CR RHÔNE-ALPES
C199,04 199,04 199,04
FR0000045544 CR TOULOUSE
C 112,62 113,1
112,62
FR0000045304 CR TOUR. POITOU
C 115,1 115,3
115
FR0000050395 CROSSWOOD
C
FR0007317813 CS-COM. ET SYST.g
C 3,91
4,03
3,91
FR0011026749 DALETg
C 11,7
11,7
11,6
FR0000036774 DANE-ELEC MEMORYg C
FR0010879056 DEINOVE
1,66
1,68
1,642
FR0013283108 DELTA PLUS GROUP B 34
35
34
FR0000035784 DIGIGRAM
C 0,785 0,785 0,785
FR0012202497 DMS
C 0,748 0,75
0,72
FR0000065260 DOCKS PÉTROLES A C
FR0010099515 ECAg
C 9,86 10,75
9,86
FR0000072373 EGIDEg
C 1,445 1,45
1,405
FR0000031023 ELECT. STRASBOURG B 99
99,2
99
FR0012650166 ELECTRO POWERg
C 13,45 13,8
13,15
FR0004030708 ENCRES DUBUITg
C 5,2
5,2
4,68
FR0000120669 ESSOg
B 34,5 36
34,15
FR0000061475 EURASIA FONC INV
C
FR0000075343 EUROMEDIS GROUPEg C 6,6
6,6
6,6
FR0010490920 EUROPACORPg
C 1,09
1,18
1,035
FR0000064164 EXACOMPTA CLAIREF. C
FR0000037343 EXPL. PROD. CHIM.
C
FR0000039026 EXPL. PROD. CHIM.
C
FR0000062341 F.I.E.B.M.
C
FR0000062507 F.I.E.B.M.
C
FR0000038184 F.I.P.P.
C 0,302 0,319 0,302
FR0000063034 FAUVET-GIREL g
C
FR0011271600 FERMENTALGg
2,595 2,69
2,58
FR0000062101 FERMIÈRE CANNES
B
FR0000061418 FIDUCIAL OFFICE
C 28,4 28,4
28,4
FR0000060535 FIDUCIAL RE
B 169
169
169
FR0000076986 FIN. MONCEY
A
FR0000035123 FINATIS
B 41,2
41,2
41,2
FR0000074759 FLEURY MICHON
B 39,9 40,5
39,9
FR0000065930 FONCIÈRE 7 INV.
C
FR0000064362 FONCIÈRE ATLAND
C 113
113
113
FR0000038499 FONCIÈRE EURIS
B 29,8 29,8
29,8
FR0010341032 FONCIÈRE INEA
B 38,5 38,6
38,5
FR0011277391 FONCIÈRE PARIS NORD C 0,029 0,031 0,028
FR0000053944 FONCIÈRE VOLTA
C
FR0013030152 FRANÇAISE ENERGIE C 11,8
13,15
11,8
FR0010588079 FREY
B 27,4
27,4
27,4
FR0000031973 FSDV
C 30,2 30,2
30,2
FR0000030611 GALIMMO
C 24,6 24,6
24,6
FR0000034894 GAUMONT
B 115,5 119,5
113,5
FR0000053035 GEA
C 86
86,4
86
FR0010501692 GENERIXg
C 3,2
3,28
3,18
FR0011799907 GENOMIC VISIONg
0,39 0,425 0,371
FR0000061459 GÉRARD PERRIER
C 45,1
46,6
45
FR0000065971 GRAINES VOLTZ
C 34,6 34,6
34,6
FR0000124232 GROUPE IRD
C 24
24
24
FR0004010338 GROUPE JAJ
C 1,45
1,45
1,45
FR0004050300 GROUPE OPENg
C 19,8 20,5
19,7
FR0010214064 GROUPE PIZZORNO
C 13,85 13,85
13,85
FR0004155000 GROUPE SFPIg
C 2,16
2,2
2,16
FR0000032526 GUERBETg
B 50,1
51,5
49,7
FR0000066722 GUILLEMOT CORP.g
C 3,62 4,26
3,56
FR0004035061 GUY DEGRENNE
C 0,23 0,23
0,23
FR0000038531 HF COMPANYg
C 5,56 5,6
5,56
FR0012821916 HIPAY GROUP
C 8
8
7,78
FR0000065278 HOPSCOTCH GROUPEg C 6,54 6,7
6,54
FR0000051393 IDI
B 39,6 40
39,6
FR0000030827 IGE + XAOg
C130
130
130
FR0000033243 IMMO. DASSAULT
B 51,6
52
51
FR0000036980 IMMO. HÔTELIÈRE
C
FR0000066219 IND. FIN. ENT.
C 53
53
53
FR0000071797 INFOTELg
C 38,45 41
38,1
FR0000064297 INNELEC MULT.g
C 4,5
4,61
4,5
FR0000060451 INSTALLUX SA
C 318
318
318
FR0000064958 INTEXA
C
FR0013233012 INVENTIVA
B 5,86 6,2
5,86
FR0000072597 IT LINKg
C 7,12
7,14
7,04
FR0004026151 ITESOFTg
C 3,74
3,74
3,74
FR0000073843 ITS GROUPg
C 4,63 4,68
4,6
FR0012872141 JACQUES BOGART
C 6
6,2
6
FR0004029411 KEYRUSg
C 4,56 4,6
4,48
FR0000039638 LA FONCIÈREVERTE C
FR0000066607 LACROIX SA
C 19,6 20,5
19,6
FR0000035263 LAFUMA
C
FR0004027068 LANSON-BCC
B 29,6
29,8
29
FR0006864484 LAURENT-PERRIER
B 95
96,2
94
FR0000075673 LE TANNEURg
C
FR0000121295 LEBON
C 122
123
122
FR0004165801 LES HÔTELS DE PARIS C
FR0004023208 LES NX CONSTR.
B 34,8 35,2
34,8
FR0000033599 LEXIBOOKg
C 0,858 0,858 0,858
FR0000121352 LOCINDUS
B 26,4 26,5
26,4
FR0000030074 MALTERIES FR-B
C600 600
600
FR0000032302 MANUTAN INTER.g
B 61,8 62
61
FR0000051070 MAUREL & PROMG
A 3,455 3,48
3,33
FR0011742329 MCPHY ENERGYg
4,01
4,075 3,955
FR0000061244 MECELEC
C 1,28
1,29
1,24
FR0000052623 MEDASYSg
C 0,289 0,289 0,279
FR0000064404 MÉDIA 6
C 12,5
12,5
12,45
FR0004065605 MEDINCELL
C 6,85 6,85
6,8
FR0010298620 MEMSCAPg
C 1,985 1,985
1,9
FR0000077570 MICROPOLEg
C 1,03
1,07
1,015
FR0000064180 MOUL. STRASBOURG C
CLÔT ÉCART VOL
8,92 + 3,72
11140
5,9 + 1,72
20729
28,7 - 6,52
5031
1,395+ 0,36
321
0,1
13,45 - 1,1
3,13 + 6,83
1,29 - 3,01
10,95 - 0,42
28 + 3,7
11,2
0,357
13,4 + 5,51
440
2,19 + 1,16
0,915 - 0,44
43,1 + 0,23
13,8 + 0,73
611
16857
101
3599
728
3542
291
4657
1
20368
9855
1122
1
5050
11,14 + 9,65
29126
4,6
30,85 + 5,47
0,98 + 3,59
222,7
47,6 + 5,08
3,01 + 0,17
2664
54579
70
580
9540
7
29,8 + 3,83
9525
105
16,6 + 1,22
3,69 - 1,47
1,15 + 2,68
7,43 - 4,78
5,5 + 3,77
31,5 + 9,38
36652
65965
13920
380
5123
45,6
3,85 + 0,26
9,22 + 0,88
3,28 + 0,92
1663
6134
8123
4,99
21,7 + 1,4
34,8
1,67 - 0,6
0,487 - 3,18
590
5
205291
181410
1,23
7,7
0,123+ 0,41
0,22 + 4,76
83,4 + 2,21
6,85 + 0,44
1,63
126
110
- 0,36
131
- 0,02
25,4 - 0,31
102
+ 0,18
75,01 + 0,27
94,39 + 0,2
84,5 - 0,25
22,25 + 0,23
129,9
89,5 + 0,9
199,04 + 0,01
112,62 + 0,02
115
- 0,17
514862
1000
290
471
3720
1
22
11
4673
87
144
309
257
2134
1
1120
1
46
413
4,8
4 + 2,3
11,6
720
41
0,56
1,66 + 1,34
34,6 + 2,98
0,785+ 9,03
0,746+ 2,76
23986
1523
1000
19651
466
10,75 + 9,03
1,43 - 1,04
99
13,45 + 2,28
5,14 - 1,15
35,6 + 4,71
1500
5325
121
11870
791
1814
0,244
6,6
1,115 + 5,19
1
170856
103
860
VALEUR
OUV
+HT
MR BRICOLAGE SA
B 7,66
7,66
MRM
C 1,39
1,39
MUSÉE GRÉVIN
C
NANOBIOTIXg
B 13,2
13,82
NAVYA
B 1,9
1,9
NEOPOSTG
A 24,78 26,04
NEURONESg
B 19
19,25
NEXTSTAGE
C 90
91
OFFICIIS PROPERTIESg C 0,75
0,75
OL GROUPEg
C 2,81
2,81
ORAPIg
C 5,5
5,5
ORCHESTRA-PRE.
C 0,516 0,526
OREGE
2,52
2,57
PARAGON ID
C 17,92 18
PAREFg
C 74,5
76
PASSAT
C 3,42
3,44
PATRIMOINE & COM
B 16
16
PCAS g
C 13,26 13,26
POUJOULAT
C 34
34
POXELg
C 5,26 5,42
PRECIA g
C 175
175
PRISMAFLEXg
C 9,26 9,5
PRODWAYS GROUP
B 2,91
2,95
PROLOGUEg
C 0,411 0,433
QUOTIUM TECH.
C
RAMSAY GDS
A 19,9
21,2
RIBERg
C 2,085 2,145
ROBERTET SA
B530 530
ROCHE BOBOIS
B 17
17
S.A.M.S.E.
B 134
136
SABETON
C
SCBSMg
C 6,4
6,55
SÉCHÉ ENV.g
B 28
29
SELECTIRENTE
C
SERGEFERRARI GROUP C 6,02 6,02
SIGNAUX GIROD
C 12,8
12,8
SII
C 20,4
21,4
SMCP
A 13,622 14,76
SMTPCg
B 18,48 19,1
SOC. FR. CASINOS
C
SODIFRANCE
C
SODITECH ING.
C 0,835 0,835
SOFIBUS
C 179
179
SOFT COMPUTINGg C 24,4 24,4
SOGECLAIRg
C 21,5
22,5
SPIR COM.
C
TAYNINH
C
B
TESSIg
TFF GROUP
B 35,5 36
TIPIAK
C 78
78
TIVOLY
C 29,4 29,6
TONNA ELECT.
C
+BS
7,66
1,39
CLÔT
7,66
1,39
ÉCART VOL
502
250
64
12,48
12,78 + 6,5 615604
1,86
1,89 - 0,53
3979
24,72
25,76 + 3,87 172443
18,8
18,8 - 1,57
24316
87
87
- 3,33
4010
0,74
0,74 - 1,33
956
2,79
2,8 - 0,36
3190
5,38
5,42 - 1,46
671
0,492
0,5 - 4,22 62260
2,49
2,49
1734
17,74
18
+ 0,56
346
73,5
73,5 - 1,34
120
3,42
3,44 + 0,59
867
15,6
15,6 - 1,27
1036
13,24
13,26 - 0,3
550
34
34
1
5,22
5,22 - 0,57 121683
169
170
- 0,59
28
9,26
9,48 + 2,38
519
2,825
2,855- 0,87
35266
0,411
0,424+ 3,29 184390
18,8
19,9
2,07
510
16,9
134
21,2
2,09
516
16,9
136
+ 6,53
- 2,64
- 0,59
+ 1,49
4477
17873
565
21
30
6,55
28,4 + 1,43
416
18053
21,6
6,4
28
86
5,88 - 2,33
12,8
21,2 + 3,92
14,754+ 9,55
19,1 + 3,58
5,84
12,8
20,3
13,586
18,48
4370
301
35861
171764
1163
1,93
16
0,835
0,835
179
179
24,4
24,4 - 0,81
21,5
22,5 + 4,65
2,65 - 1,85
1921
8
2200
567
1,36
125
34,5
78
29,4
36 + 2,9
78
29,6 + 0,68
9292
40
77
0,41
ISIN
FR0000039240
FR0000036816
FR0010127662
FR0000054215
FR0000034548
FR0000074197
FR0000062465
FR0004186856
FR0000066680
FR0000050049
FR0000035719
FR0000065765
FR0004183960
FR0011995588
FR0004034072
FR0011471291
VALEUR
TOUPARGEL GROUPE
TOUR EIFFEL
TXCELLg
UNIBEL
UNION FIN. FR. BQUE g
UTIg
VERNEUIL PART.
VETOQUINOLg
VIDELIO (EX:IEC)
VIEL ET CIEg
VIKTORIA INVESTg
VISIODENTg
VOLUNTIS
VOLTALIA
XILAM ANIMATIONg
YMAGISg
0,319 + 5,63
2310
32,2
2,69 + 3,66
15281
1400
28,4
169
1
1
5450
+ 1
1
596
+HT
2,44
35,9
+BS
2,34
34,9
127
124,5 + 0,4
11,86 + 4,74
124,5
C
270
0,02
2,58
A
B
C
C
B
C
C
C
C
C
B
C
735
22,3
22,6
0,522 0,54
21,8
0,522
22,5 + 0,9
0,54 + 4,25
48,5 48,8
1,83
1,83
4,13
4,15
3,38 3,38
46,3
1,83
4,13
3,38
46,7 - 3,71
1,83
4,15
3,38 + 19,86
3840
1002
EURONEXT GROWTH (Sélection)
1,89
1898
1
2789
104
ISIN
FR0010641449
FR0010397760
FR0012788065
FR0012816825
FR0011053636
FR0011648716
FR0010907956
FR0000035818
FR0004166197
FR0000044810
FR0010342329
FR0012819381
FR0013204070
FR0000077562
FR0004153930
FR0010458729
FR0004155687
FR0011584549
FR0004032746
FR0004171346
FR0000064529
FR0000061608
FR0004197747
FR0013263878
FR0004155240
FR0004045847
2,5
5 + 0,19
8,26 - 1,67
41,55 + 6,27
1,56
4,86 5
4,86
8,45 8,5
8,26
39,6 42,25 39,6
1,56
1,585
1,555
30067
4644
12103
9327
APERAM
BENI STABILI
CELYAD
CNOVA NV
DEXIA
EURONEXT
MAINSTAY MEDICAL
MONTEA CVA
NOKIAR
RENTABILIWEB GPg
ROBECO NV
ROLINCO
A 24,9
25,49
24,8
24,86 + 0,28
20,5
3,6
3,64
49,74
4,26
58,2
5,204
21,5 + 11,57
98814
3,6
431
3,75 + 1,63
583
50,7 + 0,5
117455
4,26 + 0,47
31
58,6 + 0,34
5,26 + 1,08 846477
36,12
36,24
36,12 - 0,03
36,24 + 3,48
0,66
C
A
C
A
21
22,96
3,62
3,62
3,7
3,75
49,96 50,9
4,26 4,26
58,8 58,8
A 5,232 5,324
C
36,12 36,12
36,24 36,24
8,98
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
CH0008853209
SN0008626971
CM0000035113
US1491231015
SN0000033192
GB0002374006
US5324571083
CI0000053161
CH0308403085
US4282911084
US4567881085
MA0000011488
US58933Y1055
US7427181091
LU0934195610
US9098831004
CH0008175645
A 125,5
CLÔT ÉCART VOL
2,44 + 0,83
221
35,3 - 1,67
9605
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
LU0569974404
IT0001389631
BE0974260896
NL0010949392
BE0974290224
NL0006294274
IE00BJYS1G50
BE0003853703
FI0009000681
BE0946620946
NL0000289783
NL0000289817
AGTA RECORD
BRAS. OUEST AFR.
BRASS. CAMEROUN
CATERPILLAR INC.
CFOA
DIAGEO
LILLY AND CO
FORESTIÈRE EQ.
GENEUROg
HEXCEL
INFOSYS
MAROC TELECOM
MERCK AND CO INC
PROCTER & GAMBLE
RORENTO CDH
RUSAL PLC
TELEVERBIER
CHANGES : COURS AU COMPTANT
B 63,5 63,5
C665 665
B
114,5 114,5
C
63,5
665
63,5
665
- 3,62
1
468
114
114
+ 3,64
24
VALEUR
AGROGENERATION
AUPLATA
BIOCORP
BIOPHYTIS
BLOCKCHAIN GROUP
CARBIO
CARMAT
ESKER
EVOLIS
EUROPLASMA
GAUSSIN
GROUPE GUILLIN
GROUPE PAROT
HIOLLE INDUSTRIES
HYBRIGENICS
IMPLANET
MASTRAD
MNDg
NEOVACS
NEXTEDIA
NSC GROUPE
PISCINES DESJOYAUX
THERADIAG
UMANIS
VERGNET
VOY. DU MONDE
OUV
0,122
0,058
7,26
1,704
0,16
4,73
24,4
59,3
20,1
0,056
0,275
21
5,28
4,28
0,095
0,18
0,426
1,264
0,218
0,679
+HT
0,122
0,06
7,28
1,83
0,16
4,9
25
61,2
20,6
0,057
0,284
22,2
5,3
4,3
0,095
0,185
0,429
1,3
0,222
0,679
+BS
0,112
0,055
7,26
1,62
0,15
4,73
24,4
59
20,1
0,051
0,263
20,85
5,18
4,28
0,083
0,17
0,426
1,25
0,204
0,662
12
0,962
8,24
0,239
113,5
12
12
0,962 0,88
8,36
8,22
0,239 0,236
115
112,5
CLÔT ÉCART VOL
0,112 - 4,27 381616
0,055- 4,88 13635970
7,28 + 0,28
351
1,782+ 4,58
68231
0,155 - 3,25 103335
4,81 + 1,69
1868
25 + 2,46
7249
60,8 + 2,53
8118
20,6 + 2,49
379
0,054- 7,76 5440579
0,273+ 0,55 2178294
21,9 + 5,54
34298
5,3
145
4,3 - 0,46
801
0,084- 8
943032
0,171 + 1,79 376458
0,428+ 0,23
4186
1,252- 0,64
54659
0,208- 0,72 1102420
0,679 - 1,45
6947
78
12
0,88 - 8,9
8,32 + 0,97
0,236- 1,26
115
+ 1,77
CERTIFICAT/FONDS
INVESTIR 10 GRANDES VALEURS
INVESTIR PEA PALATINE
86,5
500
42810
3575
23179
710
INVESTIR 10
112.37
84.5
I10GS - FR0011630474
FR0013284114
1,42
2,15
4,02
30,16
+ 0,74
98
C
B 3,34
750
3,47
3,34
3,47 + 3,89
- 13,79
1231
47
C
15,2
12,95
12,95
12,95
81,2
81,2
81,2
12,95 + 0,39
65,5 + 2,27
+ 1,5
429
81,2
180
59,13
19,91
C
48
VAR.
VEILLE
EN %
VAR.
ANNÉE
EN %
DOLLAR US
1,1443
LIVRE STERLING
0,8992
FRANC SUISSE
1,1226
COURONNE DANOISE
7,4668
COURONNE NORV.
9,7904
KUNA CROATE
7,4317
COURONNE SUEDOISE
10,2232
DOLLAR CANADIEN
1,524
YEN JAPONAIS
124,17
DOLLAR AUSTRALIEN
1,6049
ROUBLE RUSSE
76,543
ROUPIE INDIENNE
80,283
DOLLAR NEO-ZELANDAIS 1,7026
COURONNE TCHEQUE
25,646
FORINT HONGROIS
321,97
ZLOTY POLONAIS
4,301
LEV BULGARE
1,9563
DOLLAR HONG-KONG
8,9694
WON SUD COREEN
1286,2736
PESO MEXICAIN
22,1837
REAL
4,2621
DOLLAR SINGAPOUR
1,5542
RAND SUD-AFRICAIN
15,9846
LIVRE TURQUE
6,2912
RENMIBI YUAN
7,838
RUPIAH
16188,2463
PESO PHILIPPIN
60,0243
RINGGIT MALAIS
4,7046
BATH THALANDAIS
36,6757
-0,29
0,17
-0,20
-0,01
-0,02
0,06
0,14
-0,09
-0,43
-0,07
0,06
0,18
0,21
0,27
0,25
0,11
0,05
-0,24
0,28
-0,11
-0,58
-0,12
0,39
1,79
-0,29
0,10
-0,24
-0,38
0,02
-0,20
-0,20
-0,36
0,00
-1,19
0,17
-0,20
-2,05
-2,30
-1,62
-3,67
0,45
-0,32
-0,25
0,28
0,21
-0,27
-0,26
0,78
-1,66
-4,36
-0,55
-3,87
3,61
-0,57
-1,95
-0,42
-0,75
-0,88
TAUX DE RÉFÉRENCE
TAUX EN %
08-01-2019
EUR
USD
1
1,1443
0,8992
1,1226
10,2232
7,4668
1,2417
1,524
EUR
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY
CAD
GBP
0,8739
1,1121
1
1,2726
0,7858
1
0,9809
1,2485
8,9327
11,3686
6,525
8,304
1,0853 138,1216
1,3318
1,6948
MARCHÉ OBLIGATAIRE
TAUX MARCHÉS MONÉTAIRES ET EURODEVISES
COURS DE CHANGES CROISÉS
COURS
BCE
08-01-2019
1 EURO EN DEVISE
CHF
SEK
0,8908
1,0195
0,8009
1
9,1055
6,6509
110,625
1,3574
0,0978
0,1119
0,088
0,1098
1
0,7303
12,1494
0,1491
DKK
0,1339
0,1533
0,1204
0,1504
1,3693
1
0,1663
20,4093
JPY (100)
CAD
0,8053
0,9214
0,724
0,904
0,0823
6,0121
1
1,2276
0,6562
0,7509
0,59
0,7367
6,708
4,8997
0,8146
1
08-01-2019
MARCHÉS MONÉTAIRES
1 MOIS
3 MOIS
JOUR
6 MOIS
1 AN
ZONE EURO-0,34/-0,64-0,24/-0,54 -0,16/-0,46 -0,16/-0,46-0,08/-0,38
ECARTS DE TAUX AVEC L’ALLEMAGNE
08-01-2019
6 MOIS
ALLEMAGNE 100,27
PORTUGAL
-0,27
FRANCE
-0,05
ESPAGNE
-0,10
ITALIE
-0,32
2 ANS
5 ANS
7 ANS
10 ANS
-0,59
0,44
0,15
0,28
1,10
-0,26
0,83
0,29
0,53
1,79
-0,01
1,26
0,37
0,82
2,31
0,22
1,60
0,48
1,21
2,56
EUROMTS
INDICE
FRANCE
1-3 ANS
5-7 ANS
10-15 ANS
PLUS 15 ANS
PLUS 25 ANS
EMTXI-BE
246,00
171,14
235,91
284,67
334,43
343,53
234,26
VAR %
0.15
-0.23
-0.09
-0.28
-0.20
-0.24
-0.14
31/12 VAR %
245,87
171,32
236,50
287,33
337,19
346,89
235,28
-0.10
-0.55
-0.16
-0.70
-0.62
-0.74
-0.30
COURS A TERME DE L’EURO CONTRE LES PRINCIPALES DEVISES
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY (100)
CAD
1,1443
1,1444
0,8991
0,8992
1,1226
1,1227
10,2202
10,2262
7,4664
7,4671
124,1800
124,2000
1,5235
1,5245
-0,0022
-0,0026
-0,0002
-0,0006
0,0008
0,0003
0,0055
0,0061
0,0014
0,0016
-0,1805
-0,2036
-0,0001
0,0004
-0,0080
-0,0084
0,0001
-0,0025
0,0015
0,0010
0,0016
0,0023
0,0031
0,0031
-0,1914
-0,2263
-0,0057
-0,0053
-0,0170
-0,0175
-0,0053
-0,0056
0,0027
0,0021
-0,0038
-0,0054
0,0061
0,0058
-0,2200
-0,2620
-0,0149
-0,0145
-0,0355
-0,0361
-0,0119
-0,0124
0,0051
0,0042
-0,0204
-0,0221
0,0140
0,0083
-0,1946
-0,2590
-0,0343
-0,0343
08-01-2019
COMPTANT
ACHAT
VENTE
A 1 MOIS
ACHAT
VENTE
A 3 MOIS
ACHAT
VENTE
A 6 MOIS
ACHAT
VENTE
A 12 MOIS
ACHAT
VENTE
BCE
105
OUV
C 2,42
B 35,8
GA0000121459 TOTAL GABON
US91912E1055 VALE SA
BMG9887P1068 ZCI LIMITED
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
TAUX ET CHANGES
PAYS
5,3
41,2
40,4
ISIN
FR0004034320
FR0000060196
FR0000037970
FR0011341205
FR0013018041
FR0000120560
FR0004050250
FR0012789386
FR0010298901
FR0010428771
FR0000075392
FR0013190410
FR0010609206
FR0013318813
FR0010263202
FR0000038465
FR0011027135
FR0000053514
FR0000066441
FR0012432516
FR0000060832
FR0004044600
FR0012613610
FR0010380626
FR0010211615
FR0000044471
FR0000075954
FR0000039091
FR0013344173
FR0000060071
FR0000060121
FR0006239109
FR0000039109
FR0004175842
FR0011950682
FR0000060790
FR0000074122
FR0013214145
FR0004016699
FR0010209809
FR0000072563
FR0000078321
FR0000038804
FR0000075517
FR0000065864
FR0000131732
FR0000063307
FR0004529147
FR0013295789
FR0000066482
FR0000060949
FR0000064388
PRINCIPAUX TAUX DIRECTEURS
820
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
TAUX PRET MARGINAL 0.25 %
taux repO (refi)
0.00 %
taux depOt
-0.40 %
ROYAUME UNI TAUX JOUR LE JOUR
0.45 %
taux de base
0.75 %
USA
TAUX JOUR LE JOUR
2.31 %
fOnds federaux
2.50 %
2 ans
2.53 %
10 ans
2.71 %
JAPON
BOJ TOKYO
-0.10 %
taux JOur le JOur
-0.35 %
taux repO (refi)
-0.10 %
10 ans
-0.01 %
TAUX BONS DU TRÉSOR
BTF
TAUX
1 MOIS
3 MOIS
6 MOIS
9 MOIS
1 AN
2 ANS
5 ANS
10 ANS
-0,56
-0,58
-0,57
-0,57
-0,57
-0,47
0,01
0,70
INDICES DE RÉFÉRENCE DES EMPRUNTS À TAUX VARIABLES
MOY.
MENS.
NOV. 16
DÉC. 16
JANV. 17
FÉV. 17
MARS 17
AVR. 17
MAI 17
JUIN 17
JUIL. 17
AOÛT 17
SEPT. 17
OCT. 17
NOV. 17
DÉC. 17
JANV. 18
FÉV. 18
MARS 18
AVR. 18
MAI 18
JUIN 18
JUIL. 18
AOÛT 18
SEPT. 18
OCT. 18
NOV. 18
DÉC. 18
TMM
EURIBOR
1 MOIS
3 MOIS
-0,3486
-0,3501
-0,3511
-0,353
-0,3532
-0,3563
-0,3585
-0,3569
-0,359
-0,3561
-0,3573
-0,3589
-0,3513
-0,3411
-0,3614
-0,3649
-0,3628
-0,3648
-0,3628
-0,3614
-0,3636
-0,359
-0,3609
-0,3662
-0,3614
-0,3608
-0,373
-0,373
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,373
-0,373
-0,373
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,369
-0,369
-0,37
-0,371
-0,372
-0,371
-0,37
-0,37
-0,369
-0,371
-0,37
-0,369
-0,367
-0,313
-0,313
-0,325
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,33
-0,33
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,328
-0,328
-0,329
-0,328
-0,329
-0,326
-0,322
-0,321
-0,319
-0,319
-0,318
-0,316
-0,312
TME
0,70
0,80
0,91
1,11
1,10
0,97
0,87
0,71
0,89
0,78
0,77
0,77
0,65
0,62
0,82
0,97
0,85
0,80
0,83
0,83
0,68
0,73
0,79
0,86
0,81
0,74
SOURCE CDC IXIS
TMOR.
PUB. PRIV.
MOY.
EONIA
EURIBOR
TEC
HEBDO
1 MOIS 3 MOIS 10
THE
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
29-11
30-11
03-12
04-12
05-12
06-12
07-12
10-12
11-12
12-12
13-12
14-12
17-12
18-12
19-12
20-12
21-12
24-12
26-12
27-12
28-12
31-12
02-01
03-01
04-01
07-01
08-01
0,80
0,76
0,76
0,76
0,76
0,76
0,71
0,71
0,71
0,71
0,71
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,72
0,72
0,72
0,72
0,73
0,73
0,73
0,73
0,70
0,70
0,70
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
1,17
1,05
1,00
1,03
1,03
0,88
0,93
0,99
1,06
1,01
0,94
-0,362
-0,365
-0,349
-0,349
-0,355
-0,369
-0,358
-0,359
-0,359
-0,358
-0,36
-0,36
-0,362
-0,362
-0,364
-0,366
-0,367
-0,374
-0,369
-0,369
-0,369
-0,355
-0,356
-0,356
-0,368
-0,365
-0,365
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,367
-0,367
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,368
-0,369
-0,369
-0,369
-0,367
-0,366
-0,365
-0,365
-0,364
-0,364
-0,363
-0,362
-0,363
-0,363
-0,363
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,316
-0,315
-0,315
-0,314
-0,312
-0,312
-0,311
-0,311
-0,311
-0,311
-0,309
-0,31
-0,31
-0,309
-0,309
-0,309
-0,31
-0,309
-0,31
-0,309
-0,309
-0,31
0,71
0,69
0,70
0,68
0,66
0,66
0,67
0,69
0,74
0,69
0,70
0,69
0,71
0,70
0,70
0,67
0,68
0,68
0,68
0,68
0,69
0,69
0,64
0,65
0,66
0,69
0,73
THOR.
PUB.
PRIV.
1,00
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
0,91
0,91
0,91
0,91
0,91
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,92
0,92
0,92
0,92
0,93
0,93
0,93
0,93
0,90
0,90
0,90
1,00
0,96
0,96
0,96
0,96
0,96
0,91
0,91
0,91
0,91
0,91
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,92
0,92
0,92
0,92
0,93
0,93
0,93
0,93
0,90
0,90
0,90
2
113
- 0,88
29,8
38,6 + 0,26
0,03 + 5,56
1
1127
205
198670
3,98
13 + 10,17
4391
27,4
22
30,2 - 16,11
3
24,6
1
116,5 + 2,19
366
86,4 + 0,47
78
3,28 + 2,5
4631
0,378- 2,71 870852
46,5 + 3,1
460
34,6
73
24
1
1,45 - 9,38
14
20,1 + 1,52
12649
13,85
1
2,17 + 1,88
54517
51,4 + 2,19
8009
3,86 + 7,52
46860
0,23 + 1,77 20000
5,6 + 1,08
536
7,78 - 2,75
2028
6,6 + 0,92
634
40
+ 1,78
1047
130
50
51
- 0,78
374
1,04
53
- 1,85
40 + 4,03
4,61 + 2,44
318
54
14112
283
17
2,3
6,02 + 2,73
7,04 - 1,4
3,74
4,68 + 0,86
6,2 + 3,68
4,56
23604
771
500
3171
2389
4643
MATIÈRES PREMIÈRES
MÉTAUX PRÉCIEUX
MÉTAUX NON FERREUX
MÉTAUX STRATÉGIQUES
PARIS
OR (EUROS CPROR/*COURS HEBDO)
08/01
07/01
COURS PRIME PREC.
LINGOT
0
36970
36370
10 FLORINS
216
-1,84
227
5 DOLLARS*
325
18,83
325
10 DOLLARS
600
9,69
600
20 DOLLARS
1230
12,39
1230
5 ROUBLES*
0
-100
0
50 PESOS
1390
1,92
1400
LATINE
209
-1,02
214
NAPOLEON
221,9
5,08
220
1/2 NAPOLEON* 125,7
19,05
123
SOUVERAIN ELI I* 280
5,17
280
SOUVERAIN
272,2
2,24
271
1/2 SOUVERAIN* 140
5,17
140
SUISSE
214,9
1,77
219
TUNISIENNE*
213
0,87
213
MARK*
268
2,91
268
KRUGERRAND
1200
6,08
1208
LINGOTIN 500GRS 18660
2,61
18850
LINGOTIN 250GRS 9300
2,28
9440
LINGOTIN 100GRS 3750
3,11
3770
ARGENT C3E (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
526,24
531,26
CUIVRE (GIRM):
LONDRES
(EN DOLLARS)
PALLADIUM (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
36 559
36 828
FIX2
36 820
36 836
1955
22,6
29
- 2,03
94,2 + 1,29
176
241
2,08
123
+ 0,82
63
2,74
35,2 + 1,15
0,858- 0,23
26,4 - 0,38
600
62 + 0,32
3,36
3,985- 0,25
1,29 + 0,78
0,284- 1,73
12,45
6,8 - 0,73
1,95 - 2,01
1,055+ 4,46
645
277
20
558
93
324
221288
9058
541
25212
46
76
3006
33991
AUTRES DEMI PRODUITS CUIVREUX :
BASE CUIVRE
612,79 DEPUIS LE 08/01
BASE LAMINÉ LAITON 1 TITRE 518,12 DEPUIS LE 08/01
BASE LAMINÉ LAITON 70/30
526,73 DEPUIS LE 08/01
BASE LAMINÉ LAITON 85/15
569,76 DEPUIS LE 08/01
BASE LAMINÉ BRONZE 94/6
705,21 DEPUIS LE 08/01
BASE LAMINÉ BRONZE 94/4
674,4 DEPUIS LE 08/01
LONDON METAL EXCHANGE
08/01
07/01
ALLIAGE D`ALUMIN. (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
1410-1420
1435-1445
10880
CASH
3 MOIS
VOL.
1857,5-1858
1873,5-1874
1276050
ETAIN (EN $ PAR TONNE)
PALLADIUM (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
1 309
1 313
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
820
823
SETTLEMENT
07/01
15,75
15,71
15,79
15,89
16,11
08/01
JANV. 19
15,57
MARS 19
15,67
MAI 19
15,77
JUIL. 19
15,86
SEPT. 19
15,92
OR (EN DOLLARS PAR ONCE)
SETTLEMENT
SETTLEMENT
JANV. 19
FÉV. 19
AVR. 19
JUIL. 19
OCT. 19
08/01
818,4
813,9
820,7
825,6
838,1
CASH
3 MOIS
VOL.
07/01
1286,6
1297
1302,9
1308,7
1321,1
SETTLEMENT
07/01
822
821
826,8
831,3
837,1
11035-11040
11100-11105
204852
1933,5-1934,5
1948-1950
107050
2530-2535
2461-2461,5
127925
10915-10920
10990-11000
205752
CLÔTURE
1935,5-1936
1948-1950
107300
2500-2505
2431-2433
128450
SETTLEMENT SETTLEMENT
JANV. 19
FÉV. 19
MARS 19
AVR. 19
07/01
2,64
2,63
2,64
2,65
VOL
159
242
46712
72
KUALA LUMPUR
ETAIN (EN DOLLARS PAR TONNE)
SETTLEMENT SETTLEMENT
JOU R
08/01
19750
07/01
19650
CLÔTURE
08/01
BASE FEB 19 60,72
BASE MAR 19 58,64
POINTE FEB 19 67
POINTE MAR 19 62,6
NEW YORK
CUIVRE (EN CENTS PAR LB)
08/01
2,64
2,64
2,64
2,64
ICE
(EN GBP PAR MWH)
19550-19575
19525-19550
1605
ZINC (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
ANTIMOINE 99,65% (PAR TONNE)
8050
8050
BISMUTH 99,99% (PAR LB)
3,75
3,75
CADMIUM 99,95% (PAR LB)
1,35
1,35
COBALT (CATHODES) 99,80% (PAR LB)
33
33
EPONGE DE TITANE 99,60% (PAR KG)
6,8
6,8
FERRO MANGANESE (HC) (PAR TONNE)
975
975
FERRO MOLYBDENE (PAR KG)
28,3
28,3
GERMANIUM (PAR KG)
1300
1300
SELENIUM 99,50% (PAR LB)
14,5
14,5
SILICIUM (PAR TONNE)
1905
1905
08/01
BASE
40,69
POINTE
46,28
ICE FUTURES
(EN GBP PAR MWH)
PLOMB (EN $ PAR TONNE)
SETTLEMENT
08/01
JANV. 19
1282
AVR. 19
1292
JUIN 19
1298,3
AOUT 19
1304,5
DÉC. 19
1316,6
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE)
19755-19765
19730-19740
1570
5838-5840
5855-5860
132400
NICKEL (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
NEW YORK
ARGENT (EN CENTS PAR ONCE)
SETTLEMENT
CASH
3 MOIS
VOL.
07/01
ÉLECTRICITÉ
5889-5889,5
5912-5914
132350
LONDON BULLION MARKET
08/01
07/01
ARGENT (EN CENTS PAR OZ)
FIXAGE
1 558
1 567
1 292
1878,5-1879
1861-1962
1278500
CUIVRE (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
STOCKS
OR (EN DOLLARS PAR OZ)
FIX
1 286
1400-1420
1425-1430
10880
ALUMINIUM (EN $ PAR TONNE)
PLATINE (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
23 137
23 288
FIX2
23 065
23 089
57
20,5 + 5,13
CATHODES : 5348 A COMPTER DU 08/01/
08/01
VOL
CLÔTURE
07/01
40,69
46,28
CLÔTURE
VOL
364004
192492
VOL
07/01
60,72
58,64
67
62,6
PRODUITS PÉTROLIERS
SUCRE
ROTTERDAM
(BARGES - FOB) (EN $ PAR TONNE)
GAS OIL 0.1% SUL.
517
London Daily Price:
362,5
337,5
366,5
341,5
SINGAPOUR
GASOLINE 97
GAS OIL
FUEL OIL (180)
FUEL OIL (380)
62,25
67,92
410,5
378,5
56,15
60,68
417
385
ÉMISSION CO2
NYMEX EMISSIONS (EN EUROS PAR TONNE)
CLÔTURE
AVR. 19
MAI 19
JUIN 19
JUIL. 19
AOUT 19
CLÔTURE
CLÔTURE
08/01
49,83
50,55
50,58
50,95
51,33
07/01
49,18
49,6
50,05
50,43
50,75
CLÔTURE
CLÔTURE
07/01
2,96
2,86
2,68
VOL
CLÔTURE
VOL
32
3
12
12
08/01
12,69
12,81
12,99
13,28
13,88
07/01
12,63
12,71
12,82
13,09
13,7
MARS 19
MAI 19
JUIL. 19
OCT. 19
MARS 10
08/01
DEC 2018 21,62
JAN 2019 21,49
FEV 2019 20,94
CLÔTURE
VOL
08/01
07/01
MARS 19 1735
1747
MAI 19
1765
1774
JUIL. 19
1776
1785
SEPT. 19
1782
1790
DÉC. 19
1781
1790
NEW YORK (EN $ PAR TONNE)
7117
3802
2742
1947
1271
07/01
2399
2437
2468
2474
2489
15057
12307
1477
770
26
CLÔTURE
VOL
08/01
07/01
JANV. 19 1539
1525
20
MARS 19 1554
1542
6628
MAI 19
1573
1561
2392
JUIL. 19
1593
1576
971
SEPT. 19
1610
1593
163
NEW YORK-ARABICA (EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
10235
2863
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
DÉC. 19
08/01
104,7
107,7
113,45
117,3
07/01
102,85
105,8
111,4
115,25
VOL
25430
12749
1135
925
JUS D’ORANGE
CHICAGO (EN $ PAR 1000 BDFT)
NEW YORK (CONT. NO2 - EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
08/01
324,8
330,8
335,8
07/01
324,9
331
335,4
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
84332
20598
21130
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
08/01
07/01
JANV. 19 10,41
10,1
MARS 19 10,69
10,69
MAI 19
10,89
10,83
AVOINE À CHICAGO
(EN CENTS PAR BOISSEAU)
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
JOU R
08/01
07/01
112,45
115,7
423
6
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
153
21
2
SETTLEMENT SETTLEMENT
08/01
174
166,25
178,75
VOL
07/01
169
172,5
178,5
VEAU VIVANT - BRESIL - BRL :
LE 07/01//19
BETAIL VIVANT - CME - USD :
LE 07/01//19
BETAIL D'ENGRAIS - CME - USD :
LE 07/01//19
PORC MAIGRE - CME - USD :
LE 07/01//19
PORC FRANCE E - EUR :
LE 02/03//17
15
33
VOL
112.45
152.5
1.232
1.46
0.619
1.5
INDICES
08/01
RJ CRB
BOIS
JANV. 19
MARS 19
MAI 19
VOL
1340
209
255
BETAILS
LONDRES-ROBUSTA (EN $ PAR TONNE)
CLÔTURE
141
4
08/01
07/01
MARS 19 381,25
383
MAI 19
389,25
390,75
JUIL. 19
396,75
398,25
RIZ À CHICAGO (EN CENTS PAR LB)
VOL
NEW YORK (CONT. N°2 - CENTS PAR LB)
07/01
72,87
75,54
77,73
08/01
2387
2429
2463
2468
2484
SETTLEMENT SETTLEMENT
JANV. 19
MARS 19
MAI 19
07/01
23,12
22,8
21,52
SETTLEMENT SETTLEMENT
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
DÉC. 19
JUIL. 10
VOL
VOL
08/01
07/01
MARS 19 182,5
182,25
JUIN 19
185,5
185,5
AOUT 19 188,5
188,25
MAIS À CHICAGO (EN CENTS PAR
BOISSEAU)
CAFÉ
INDICE COTLOOK A : 81,5, LE 08/01//19
08/01
72,05
74,66
71,57
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
café (cents US/livre) :
Prix composé : 101.39
Moyenne quinze derniers jours : 205.461
COTON
Mars 19
Juil. 19
Oct. 19
71246
43231
21621
6798
2004
VOL
08/01
07/01
MARS 19 521,5
516,75
MAI 19
526,75
521,5
SEPT. 19
538,5
535,5
MAIS À PARIS (EN EUROS PAR TONNE)
VOL
07/01
22,53
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
08/01
07/01
MARS 19 206
205,25
11779
MAI 19
207
206,75
2715
SEPT. 19
189,5
189,25
567
BLÉ À CHICAGO (EN CENTS PAR BOISSEAU)
08/01
07/01
MARS 19 281
279,25
MAI 19
277,5
276,25
JUIL. 19
278,75
278,5
BLÉ FOURRAGER À LONDRES
(EN £ PAR TONNE)
POWERNEXT GAS FUTURES
08/01
07/01
FÉV. 19
546
543,5
68309
MARS 19 546,5
543,5
58556
AVR. 19
546
542,75
33905
MAI 19
546,25
542,75
18910
JUIL. 19
549,25
547,25
5157
NEW YORK NYMEX WTI (EN $ PAR BARIL)
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
08/01
2,98
2,87
2,72
CLÔTURE
VOL
CLÔTURE
NYMEX ( EN $ PAR MBTU)
08/01
NORD DA 21,34
08/01
07/01
JOUR
58,17
57,33
MARS 19 58,17
57,33
191376
AVR. 19
58,34
57,55
98259
LONDRES-GAZOLE (EN $ PAR TONNE)
CLÔTURE
VOL
07/01
28,9
29,15
29,3
GAZ NATUREL
FÉV. 19
MARS 19
AVR. 19
VOL
5557
3425
1031
224
149
CACAO
SETTLEMENT SETTLEMENT
08/01
28,9
29,15
29,3
CLÔTURE
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
cacao (dollars/tonne) : le 06/01/
Prix indicatif : 2354,57
LONDRES (EN £ PAR TONNE)
URANIUM
JANV. 19
MAI 19
JUIN 19
CLÔTURE
08/01
07/01
MARS 19 344,6
344
MAI 19
351,2
348,7
AOUT 19 356,6
354,5
OCT. 19
360,9
358,8
DÉC. 19
366,9
365,2
NEW YORK (EN CENTS PAR LB)
VOL
URANIUM NYMEX (EN $ PAR LB)
LONDRES-BRENT (EN $ PAR BARIL)
CLÔTURE
CLÔTURE
07/01
23,01
POWERNEXT GAS SPOT
PRODUITS PÉTROLIERS
CLÔTURE
CLÔTURE
08/01
22,4
BLÉ DE MEUNERIE N°2 À PARIS
(EN EUROS PAR TONNE)
LONDRES (EN DOLLARS PAR TONNE)
513,5
FUEL
FUEL OIL (HS 180)
FUEL OIL (HS 380)
SPOT
CÉRÉALES
12,8 cts/lb
181,96
07/01
181,05
REUTERS COM. 2381,29
2368,11
MOODYS COM. 5735,26
5684,42
OR INDUSTRIEL 36332
36571
2811,8
2796,9
LMEX
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 31
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
Mirabaud Asset Management
Tél. +41 058 200 60 01
www.mirabaud.com
marketing@mirabaud-am.com
A la recherche d’une gestion active
de conviction ?
Tous les details de nos solutions d’investissement
à disposition ici : www.mirabaud-am.com
Pictet Asset Management
34, avenue de Messine 75008 Paris
Tél. : 01 56 88 71 00
www.assetmanagement.pictet
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
LU0130728842 PICTET-EMERGING EUROPE
305,7
LU0130729220 PICTET-EMERGING MKTS
506,15 07/01
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
547,09 08/01
LU0128467544 PICTET-GLOBAL EMERG.DEBT
366,09 08/01
LU0935268721 RAM (L) SF EM MKT CORE EQ
LU0168449691 PICTET-GREATER CHINA
475,85 07/01
LU0188501257 PICTET-HEALTH
253,66 07/01
497,89 07/01
90,89 07/01
LU0704154292 RAM (L) SF EM MKT EQ
163,06 07/01
LU1626129727 SWISS ALL CAPS (CHF)
96,67 07/01
LU0375629556 RAM (L) SF EUROPEAN EQ
399,88 07/01
LU1626130816 SILK ROAD ZONE STOCKS (USD)
93,05 07/01
LU1048876350 RAM (L) SF GB SHLDR YLD EQ
115,84 07/01
LU0851564897 EUROPEAN EQUITY (EUR)
141,6
LU0705072691 RAM (L) SF L/S EM MKT EQ
119,16 07/01
LU1626130220 HIGH DIV. EUROPE STOCKS (EUR)
89,14 07/01
LU0851564541 WORLD EQUITY (EUR)
138,48 07/01
138,99 07/01
LU0705071701 RAM (L) SF L/S EUROPEAN EQ
148,2 04/01
124,06 07/01
LU0375630729 RAM (L) SF NORTH AM EQ
267,58 07/01
57,11 04/01
LU1074511459 RAM (L) TF CONV EUROPE
138,34 07/01
LU0338483075 PICTET-RUSSIAN EQUITIES
LU0256846139 PICTET-SECURITY
214,15 07/01
LU0340554913 PICTET-DIGITAL
281,75 07/01
LU0130732364 PICTET-SMALL CAP EUR.
1031,38 07/01
LU0255798109 PICTET-EMERG LC DEBT
161,23 08/01
LU0104884860 PICTET-WATER
276,64 07/01
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
LU1626130063 SWISS SMALL & MID CAPS (CHF)
LU0217139020 PICTET-PREMIUM BRANDS
226,61 07/01
DÉSIGNATION
DES VALEURS
93,85 07/01
13511,83 07/01
665,86 07/01
CODE ISIN
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT.
DATE
SYNCHRONY (LU)
LU0176900511 PICTET-JAPANESE EQ. SEL.
LU0090689299 PICTET-BIOTECH
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
Banque Cantonale
de Genève (France) SA
Tél. 04 72 07 31 50
bcgef.fr/fonds
232,81 07/01
LU0070964530 PICTET-INDIAN EQ.
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
04/01
LU0144509717 PICTET-EUROPEAN SUST. EQ.
LU0155303323 PICTET-ASIAN EQ. JAPAN
75,26 07/01
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
LU0128490280 PICTET-EUR BONDS
LU1279334210 PICTET-ROBOTICS
LU0280430660 PICTET-CLEAN ENERGY
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
CLASSIFICATION
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
CLASSIFICATION
DÉSIGNATION
DES VALEURS
CODE ISIN
CLASSIFICATION
CLASSIFICATION
sicav//fcp
LU0419186167 RAM (L) TF GB BD TOT RET
141,58 07/01
LU0935723782 RAM (L) TF II ASIA BD TOT RET
137,16 07/01
07/01
Valeur unitaire hors frais : valeur de la part ou de l’action hors droits d’entrée ou de sortie éventuels. Les SICAV éligibles au PEA sont signalées par un astérisque *. Le pictogramme P indique la cotation d’un FCP.
Classification des OPCVM : actions françaises (AF), actions de la zone EURO (AE), actions internationales (AI), monétaires EURO (ME), monétaires à vocation internationale (MI), obligations et autres titres de créances libellés en EURO (OE), obligations et autres titres de créances internationaux (OI), sicav luxembourgeoises (LX), diversifiés (DI), garantis ou assortis d’une protection (GP). ** : en euros ou dans la devise indiquée dans la colonne «DÉSIGNATION DES VALEURS».
carnet
fr
PORTRAIT
par Emmanuel Guimard
— Correspondant à Nantes
Alain Martineau
Thierry
Croisey,
l’homme
qui compte
chez Strego
Il se serait bien vu en artiste peintre, en aventurier ou bien en patron de PME, comme son père.
Mais, finalement, en ce début d’année 2019,
Thierry Croisey se retrouve à la présidence de
Strego. Ce groupe angevin est l’un des poids
moyens français de l’expertise comptable et du
conseil avec 1.300 salariés, une forte croissance
et un rattachement récent au réseau international Baker Tilly. « Le métier d’expert-comptable,
ce n’est pas passer sa vie seul à faire des additions », souligne, à 57 ans, ce solide gaillard au
regard bleu tout en cordialité. Sans cravate, stature de rugbyman et de bon vivant, Thierry
Croisey tranche avec l’austérité que l’on prête
typiquement aux hommes de chiffres. « Ce
qu’on apprend avec le temps, c’est la psychologie,
la philosophie, la façon de comprendre l’autre, ses
choix et ce que l’on peut lui apporter », plaide-t-il.
Ce Troyen d’origine s’est enraciné à Cholet
voilà trente ans. Il dirigeait jusqu’à présent le
bureau local de Strego, fort de 100 salariés. Et
s’enthousiasme : « Le Choletais est un territoire
fabuleux, dynamique, simple, sain avec beaucoup
d’entraide et d’agilité », déclare celui qui a pourtant connu les derniers feux de l’industrie locale
de la chaussure.
Aîné de quatre enfants, fils d’un gérant d’une
petite entreprise de peinture en bâtiment,
Thierry Croisey a grandi dans « une famille ni
ENTREPRISES
FRAIKIN
Denis André
est désormais le directeur
financier du groupe.
Denis André, 44 ans, diplômé
d’HEC, titulaire du diplôme d’études supérieures comptables et
financières (DESCF), a commencé sa carrière comme auditeur au sein du cabinet PwC.
pauvre ni riche », dit-il, évoquant une éducation
paternelle empreinte « de valeurs d’intégrité, de
travail et de respect. » Par atavisme, le jeune
Champenois s’oriente vers l’expertise-comptable, à Reims, finançant ses études en tant que
pion. « J’ai failli devenir avocat, car l’un de mes
profs m’a envoyé faire du droit, raconte ce curieux,
qui s’estime autant attiré par les lettres et les arts
que par les chiffres. J’y ai pris beaucoup de plaisir,
notamment en histoire des idées politiques. »
Sa vie professionnelle démarre néanmoins
en 1983 dans un cabinet d’expertise-comptable
du Grand Ouest, vite racheté par un des « Big
Four » du secteur dont il tait le nom. « Pourquoi
leur faire de la publicité, ils sont déjà tellement
visibles ? » s’amuse-t-il.
Expert-comptable en pays pygmée
De cette période, l’expert-comptable se souvient
d’une série de missions en Afrique pour le
compte de la Banque mondiale et du FMI. Il lui
faut alors examiner les comptes d’entreprises, telles cette compagnie aérienne ou cette plantation
d’hévéas en pays pygmée, où flotte encore une
ambiance postcoloniale… De quoi nourrir une
foule d’anecdotes. Et cultiver un « goût du voyage,
de la découverte, de la nature, d’autres croyances »,
qu’il revendique : « J’ai déjà visité 50 pays, et
j’aimerais en connaître encore autant », dit-il.
Entré chez General Electric Real
Estate (GE) en 2003, il y a été contrôle financier Europe, devenant
directeur financier, chargé des
acquisitions en 2005. Il a été
nommé directeur financier de
Carrefour Property en 2008, puis
a été nommé secrétaire général et
directeur financier du groupe
Nocibé quatre ans plus tard.
Depuis 2014, il était directeur
financier d’Alliance Automotive
Groupe.
Mais l’atmosphère « Big Four » ne satisfait pas
Thierry Croisey, qui redoute une ambiance de
« panier de crabes où il faut jouer des coudes entre
associés ». Vient alors, en 1989, la rencontre avec
Strego et son emblématique fondateur, Vincent
Bukowski, « un visionnaire, un humaniste »,
selon Thierry Croisey, évoquant là l’une des conversations les plus marquantes de sa carrière. « Il
m’a alors averti : “Vous comprenez que ce que vous
signez aujourd’hui n’est pas un contrat de travail,
mais un ticket d’associé à valider dans les deux ans.
Le cas échéant, vous aurez la décence de partir de
vous-même.” »
Trois décennies plus tard, Thierry Croisey est
toujours là. Et sa relation avec Strego est manifestement fusionnelle. Du groupe angevin, il vante
un climat « sain, presque égalitaire, quasi familial. » Le meilleur gage de performance, dit-il,
très premier degré, « c'est l'épanouissement personnel, voire l’amitié… sans être hypocrite ».
A Cholet, l’homme, direct et disert, connaît
presque tout le monde. Son tissu relationnel s’est
aussi étoffé au sein du Club des jeunes dirigeants
local et de l’Association pour le progrès du management, sa « bouffée d’oxygène mensuelle. » Il a
aussi exercé un mandat à la Compagnie nationale des commissaires aux comptes et fut président de la Compagnie régionale.
Dans son nouveau bureau de président,
Thierry Croisey s’est entouré de tableaux et de
sculptures d’artistes locaux dont une étonnante
statue primitive en carton. En dépit d’un métier
« où l’on bosse comme des malades », il a d’ailleurs
trouvé le temps de prendre des cours de peinture. « Une franche rigolade », admet modestement ce fan de Jean-Michel Basquiat et de musique « non commerciale », du jazz au rock en
passant par l’électro des New-Yorkais de Ratatat
qu’il a récemment vu en concert avec l’un de ses
trois enfants.
Cet éclectique, également féru de rugby, se voit
comme un patron « ne sachant pas mentir :
J’essaie de faire attention aux autres, même si je ne
donne pas toujours cette impression », reconnaît
Thierry Croisey qui nourrit, en prime, dans ses
nouvelles fonctions, l’ambition de féminiser une
profession « aux codes encore très masculins. » n
CROMOLOGY
Gaëtan Bartra
accède au poste nouvellement
créé de directeur général
des réseaux intégrés France.
Gaëtan Bartra, 59 ans, est récipiendaire d’une formation DECF.
Après des débuts chez Castorama, il est entré, en 1989, chez
Peintures Gauthier, rachetée par
Sigma Coatings en 1991. Il a
notamment été directeur du
Réseau Gauthier en France au
sein du groupe SigmaKalon en
2000, puis directeur du développement France entre 2003 et
2005. Il a pris ensuite la direction
du réseau Le Comptoir Seigneurie
Gauthier de SigmaKalon. Depuis
2008, il était directeur des réseaux
de distribution de PPG Architectural Coatings sous l’enseigne Le
Comptoir Seigneurie Gauthier et
des sociétés filiales de PPG, Peppler et Station Peinture.
GROUPE PARTOUCHE
Martine Monteil
Eric Battesti
ont rejoint les rangs
de l’exploitant français de casinos
en qualité de conseillers
de Fabrice Paire, président
du directoire du groupe.
Leurs missions concerneront
« la sécurité des casinos, la sûreté
des personnes et des biens,
ou encore les relations avec
la tutelle ou les correspondants
locaux du ministère », a précisé
le groupe à la presse.
Martine Monteil, 68 ans, licenciée en droit et diplômée de l’Institut de criminologie, est préfet
honoraire. Elle est la première
femme à avoir pris la tête de la
direction centrale de la Police
judiciaire en 2004, après en avoir
gravi tous les échelons, de la
« crim » à la Brigade de répression du proxénétisme, en passant
par la brigade des stupéfiants. En
2008, elle avait été nommée préfète et secrétaire générale de la
zone de défense de Paris.
Eric Battesti, ancien élève de
l’ENA, est commissaire général
de Police. Il a notamment dirigé
les Renseignements généraux en
Corse jusqu’en 2007 avant de
devenir attaché de sécurité intérieure à l’ambassade de France à
Londres, puis à Pékin. Il a égalem e n t é t é c h a rg é d e m i s s i o n
auprès du conseiller diplomatique du ministre de l’Intérieur.
GECINA
Cyril Mescheriakoff
Sabine Hillenmeyer
sont nommés respectivement
directeur exécutif des risques
et de l’audit interne et directrice
innovation. Cyril Mescheriakoff
est membre du comité exécutif
et Sabine Hillenmeyer est
membre du comité de direction.
Cyril Mescheriakoff, 46 ans, titulaire d’un DESS d’administration
des entreprises, est ingénieur
HEI. De 1999 à 2005, il a officié
chez PwC où il a été manager
senior en charge des sujets de
stratégie opérationnelle pour le
secteur financier. En 2006, il a
rejoint la banque d’investissement de la Société Générale au
sein de laquelle il a exercé plusieurs fonctions de vente et de
management, avant de prendre
en charge, en 2014, la direction de
l’audit interne du groupe pour les
activités de marchés et la gestion
d’actifs.
Sabine Hillenmeyer, 52 ans,
diplômée d’HEC, a débuté chez
Bain & Co. En 1993, elle est entrée
dans le groupe Lafarge où elle est
notamment devenue senior vice
president marketing et innovation groupe ou encore directrice
g é n é r a l e d ’u n e d i v i s i o n d e
Lafarge North America. Nommée
senior advisor de Messier, Maris
& Associés en 2015, elle était
devenue partner industrie chez
Kea-Euclyd en 2017.
ILS SONT NÉS
UN 9 JANVIER
Nicolas Aubagnac,
décorateur, 48 ans.
Joan Baez, chanteuse, 78 ans.
Michel Barnier,
ex-ministre, ex-commissaire
européen, négociateur en chef
chargé du Brexit, 68 ans.
Pascal Bazin,
ex-PDG d’Avis Europe, 62 ans.
Isabelle Bordry, ex-directrice
générale de Yahoo! France,
cofondatrice de Retency, 49 ans.
Lara Fabian, chanteuse, 49 ans.
Eric Jacquet, président de
Jacquet Metal Service, 60 ans.
Farah Khan, réalisatrice, 54 ans.
Claude Mandil,
ex-directeur exécutif de l’Agence
internationale de l’énergie, 76 ans.
Rigoberta Menchù, activiste,
prix Nobel de la paix, 60 ans.
Catherine « Kate » Elizabeth
Middleton,
duchesse de Cambridge, 37 ans.
Christian Nibourel,
président d’Accenture France
et Benelux, 61 ans.
Jimmy Page,
guitariste de rock, 75 ans.
Vincent Riou, navigateur, 47 ans.
François Roussely,
ancien président d’EDF,
ex-CEO de Credit Suisse, 74 ans.
, Envoyez vos nominations à
carnetlesechos@nomination.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
crible
Mercredi 9 janvier 2019
` SUR LE WEB WWW.LESECHOS.FR
Trou de mémoires
Samsung Electronics peut s’abriter derrière
Apple, jusqu’à un certain point.
LA SÉANCE DU 8 JANVIER 2019
La Bourse
de Paris
termine
en hausse
de 1,15 %
de Paris a clôturé
•s uLar uBourse
ne hausse de 1,15 %.
L’indice CAC 40 a progressé de
54,10 points, à 4.773,27 points,
dans un volume de transactions
de 3,7 milliards d’euros. La
veille, il avait perdu 0,38 %. Le
marché a été encouragé par les
propos du président Donald
Trump qui a déclaré sur Twitter
que « les discussions avec la
Chine se passent très bien ! » La
guerre commerciale entre les
Etats-Unis et la Chine est une
des principales craintes des
marchés cette année.
Dans le reste de l’Europe, la
Bourse de Francfort a clôturé
sur une hausse de 0,52 %. La
Bourse de Londres a terminé
sur un gain de 0,74 %. La
confiance économique dans
la zone euro a reculé en
décembre, tout comme la
production industrielle en
Allemagne en novembre.
Du côté des valeurs françaises, 37 valeurs de l’indice
CAC40 ont terminé en hausse
et trois en baisse, à savoir
Orange (– 2,96%), Bouygues
(– 1,94 %) et Total (– 0,21 %).
Airbus a clôturé sur une
progression de 3,70 %. Le
groupe a atteint son objectif
de 800 livraisons d’avions
e n 2 0 1 8 . Vi n c i a t e r m i n é
en hausse de 1,27 %, à
73,14 euros. Le groupe va
investir 1,15 milliard d’euros
au cours des dix prochaines
années pour doubler la capacité aéroportuaire de Lisbonne.
Carrefour a profité
(+2,72 %) du relèvement de sa
recommandation à « acheter »
par Bank of America-Merrill
Ly n c h . S a i n t - G o b a i n a
progressé de 1,84 % après
l’annonce de négociations
avec le fonds OpenGate Capital
pour lui vendre son activité de
carbure de silicium.
Hisense 21
IBM 22
Icko 25
Icohup 25
LG 21
LG Display 21
Linagora 23
Lusaponte 19
Maurel & Prom 18
Merck 18
Morgan Stanley 28
Nasdaq 28
Negresco 15
New York Stock
Exchange 28
Novartis 4
Parex 19
PDVSA 18
Pertamina 18
Pfizer 18
Rafaut 25
Vengeance helvète
C’est bien connu, la répétition nuit à l’effet de surprise. La grosse déception
servie par Samsung Electronics – avec son résultat d’exploitation du
dernier trimestre inférieur d’un quart aux attentes – a été reçue dans un calme bien digne de son pays de naissance (–1,7 % à Séoul et –3,4 % à Londres),
rien à voir avec le « Nervous Breakdown » constaté chez Apple (–10 %) une
semaine plus tôt, après un avertissement pourtant de moindre ampleur.
Une fois de plus, rester dans l’ombre portée du prodige californien aura
bénéficié au géant asiatique qui en est à la fois le concurrent et le fournisseur. Les prévisionnistes attitrés du chaebol coréen, déjà sur leurs gardes,
ont vu venir la très forte concurrence sur le marché des mobiles mais pas
forcément la faiblesse de la demande de puces mémoires, y compris des
data center. Quant aux investisseurs mondiaux, ils y verront confirmation
d’un ralentissement de la croissance mondiale au début de l’année, notamment en Chine. Samsung Electronics profitera aussi des derniers signaux
apaisants pour Wall Street du président de la banque centrale américaine.
Le gros trou prélevé par les mémoires dans les bénéfices pourra être
relativisé, d’autant que la cote de valorisation est restée basse (6,8 fois
le bénéfice prévisionnel). Il n’en montre pas moins que le conglomérat
familial reste très exposé aux cycles, économiques et d’innovations, son
vieux défi stratégique.
De l’écho
Venger un divorce dans un remariage, rien de plus banal, quoi qu’on aurait
pensé l’air des alpages pacificateur. Il n’en est rien. Le suisse Sika, le Guillaume
Tell des produits chimiques pour la construction, était attendu en Allemagne
pour décocher sa flèche sur la branche mise en vente par BASF. Le voilà finalement qui vise en France l’ancienne activité de mortiers de Lafarge, devenue
Parex, en atteignant en plein cœur son principal concurrent et néanmoins
premier actionnaire à hauteur de 10,75 %, Saint-Gobain. L’entreprise de Baar
s’intéresse certes à celle d’Issy-les-Moulineaux au moins autant pour son empreinte hexagonale que pour ses fortes implantations chinoise et américaine.
Mais cette pomme d’amour est suffisamment grosse en termes de montant
– 2,2 milliards d’euros dettes incluses – pour provoquer un hoquet boursier
(–3,99 % mercredi) qui envoie le titre Sika vers sa première sous-performance
sur un an depuis 2014 par rapport à l’indice de la place zurichoise. A la paix,
signée l’an dernier, avec Saint-Gobain au prix du rachat d’une partie de son
capital pour 2,1 milliards de francs suisses, Sika a ajouté quatre acquisitions en
moins d’un an. La dernière, la plus importante de son histoire plus que centenaire, devrait porter le levier de l’endettement bien au-dessus de 3 fois l’Ebitda.
Les LBO conduits par des fonds dans les matériaux ont tous fini dans le mur,
ou presque. Mais Sika compte sur son savoir-faire industriel pour tirer de 80 à
100 millions de francs suisses de synergies qui ramèneront la valorisation d’un
généreux 11,3 fois l’Ebitda de 2019 à moins de 8,5 fois. Saint-Gobain, lui, n’a plus
qu’à espérer ne pas perdre de morceau dans cette fondue franco-suisse.
Renault 16
Roche 18
Ryanair 19
Safran 25
Samsung 21, 22
Sanef 15
SEB 17
Shell 18
Sika 19
SNCF 20
Stackr 25
TAP 19
TCL Electronics 21
TD Ameritrade 28
UBS 28
Vinci Airports 19
Virtu 28
Vueling 19
Wilbur Curtis 17
Wizzair 19
Xiaomi 21
EN VUE
Les Echos est une publication du
PRINCIPAL ASSOCIÉ UFIPAR (LVMH)
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Pierre Louette
DIRECTRICE GÉNÉRALE PÔLE LES ECHOS Bérénice Lajouanie
DIRECTEUR DÉLÉGUÉ Bernard Villeneuve
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION & PRÉSIDENT DE LA SAS LES ECHOS Pierre Louette
Edité par Les Echos, SAS au capital de 794.240 euros RCS 582 071 437
10, boulevard de Grenelle, CS10817, 75738 Paris Cedex 15 Tél. : 01 87 39 70 00.
www.lessechos.fr
ÉDITRICE Capucine Marraud des Grottes
ÉDITRICE ADJOINTE Clémence Callies
DIRECTEUR DES DÉVELOPPEMENTS ÉDITORIAUX DU PÔLE LES ECHOS Henri Gibier
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Nicolas Barré
DIRECTEURS DÉLÉGUÉS DE LA RÉDACTION
Dominique Seux et François Vidal
RÉDACTEURS EN CHEF
David Barroux (Entreprises)
Laura Berny (Enquêtes)
Daniel Fortin (Magazine, Opinions, Innovation)
Arnaud Le Gal (Les Echos Entrepreneurs
et opérations spéciales)
Etienne Lefebvre (France et International)
Clémence Lemaistre (Information digitale)
Guillaume Maujean (Finance-Marchés)
Pascal Pogam (Information
et transformation digitale)
RÉDACTEUR EN CHEF TECHNIQUE Didier Boileau
DIRECTEUR DE CRÉATION Fabien Laborde
DIRECTRICE ARTISTIQUE ADJOINTE
Marion Moulin
Le suisse Sika concurrence sur ses terres
son premier actionnaire, Saint-Gobain.
Amazon reprend la tête des capitalisations
boursières, en tranquillisant ses supporters.
LES ENTREPRISES CITÉES
AEds 25
Amazon 22, 23
Apple 22
Baidu 23
Bank of America 28
BNP Paribas 28
BNP Paribas Fortis
28
Careclever 25
Cboe Global Markets
28
Charles Schwab 28
Citadel 28
Crédit Mutuel 15
Dassault Aviation
25
Erepla 18
Fidelity 28
Gilead 4
Google 23
GSK 18
Sa Béotie natale était jugée inculte par les cerveaux d’Athènes. Et pourtant,
la nymphe Echo n’a pas affublé Amazon du bonnet d’âne de la high-tech, au
contraire. Non seulement cette enceinte connectée n’est pas le seul vecteur
de diffusion de l’assistant vocal Alexa, mais la firme de Seattle vient
de réaliser sa meilleure saison de ventes de vacances de Noël à ce jour, bien
entraînée par Echo Dot pour ses objets connectés. Passée depuis longtemps des belles lettres de la librairie aux bons chiffres du e-commerce,
la multinationale américaine en a profité pour prendre la tête des capitalisations boursières mondiales, coiffant de peu Microsoft et Google.
Ces trois grâces de l’informatique dans le cloud distancent Apple, la firme
à la pomme chassée de son jardin des Hespérides pour cause de « sales
warning ». Amazon n’en navigue pas moins un cinquième en dessous
de son record de début septembre – le seuil de 1.000 milliards de dollars
avait été franchi –, une époque où Wall Street était moins obnubilée par
le « bear market ». Et pourtant, sa valorisation reste très élevée (61 fois
le bénéfice par action estimé de 2019), même si sa cote d’amour s’avère
moins titanesque pour l’excédent brut d’exploitation prévisionnel (20 fois
environ). Ce thermomètre apprécié des banquiers (l’Ebitda) permet de
relativiser l’effet déprimant sur le résultat net de l’amortissement des investissements et ces derniers ont fourni le socle du contrat de confiance noué
entre Jeff Bezos et ses supporters boursiers. Constater qu’Amazon reste
branché sur le moteur encore vaillant de la consommation en ligne des
ménages les rassure dans le brouillard économique et politique ambiant.
EDITORIALISTES
Cécile Cornudet,
Jacques Hubert-Rodier, Eric Le Boucher,
Jean-Francis Pécresse, Jean-Marc Vittori,
Sabine Delanglade, Laurent Flallo,
Sylvie Ramadier (Le Crible)
LES ECHOS EXECUTIVES
RÉDACTRICE EN CHEF Muriel Jasor
LES ECHOS WEEK-END
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Henri Gibier
RÉDACTEURS EN CHEF Gilles Denis,
Karl de Meyer et Lucie Robequain
DIRECTRICE ARTISTIQUE Cécile Texeraud
SÉRIE LIMITÉE
RÉDACTRICE EN CHEF Frédérique Dedet
DIRECTRICE ARTISTIQUE
Clarice Fensterseifer
DIRECTEUR DE LA DIFFUSION ET DU MARKETING CLIENTS Etienne Porteaux
DIRECTEUR STRATÉGIE ET COMMUNICATION Fabrice Février
PUBLICITÉ Les Echos Team Media Tél. : 01 87 39 78 00.
PRÉSIDENTE Corinne Mrejen
DIRECTEUR GÉNÉRAL Philippe Pignol
DIRECTRICE PUBLICITÉ FINANCIÈRE Céline Vandromme
DIRECTRICE PUBLICITÉ COMMERCIALE Emmanuelle Denis
DIRECTRICE PUBLICITÉ LIFESTYLE Anne-Valérie Oesterlé
SERVICE ABONNEMENTS LES ECHOS 4, rue de Mouchy 60438 Noailles Cedex
Tél. : 01 70 37 61 36. Fax : 01 55 56 70 38 du lundi au vendredi de 9 h à 18 h
IMPRESSION L’Imprimerie (Tremblay-en-France), Midi Libre (Montpellier).
TIRAGE DU 08 JANVIER 2019 : 86.274 exemplaires
Origine du papier : Belgique. Taux de fibres recyclées : 100%.
Ce journal est imprimé sur du papier porteur de l’Ecolabel européen
sous le numéro FI/37/002. Eutrophisation : Ptot 0.013kg/tonne de papier
Membre de membre ACPM OJD CPPAP : 0421 c 83015. Toute reproduction, même partielle, est
interdite sans l’autorisation expresse de l’éditeur (loi du 11 mars 1957)
Ce numéro comporte un 3e cahier de 16 pages « Les Echos Entreprises et Collectivités »
Alexis Michalik
’est un pic, c’est un cap, c’est un
très grand auteur. L’actualité
donne envie de se pendre. La
suffisante bêtise règne sur les plateaux
TV, sur les ronds-points, on n’en peut
plus. Vive alors le théâtre, la finesse, la
gaieté d’Alexis Michalik ! L’auteur
d’« Edmond » dégaine les succès
comme Cyrano sa rapière. Vite et bien.
Il a 36 ans, en avait 29 lorsqu’il donna ses
premiers textes, le même que celui
d’Edmond Rostand lorsque l’auteur
marseillais écrivit « Cyrano ». A Rostand on avait prédit un four. Cent vingt
ans plus tard, « Cyrano » reste, à ce jour,
la pièce préférée des Français. Financée
par des proxénètes corses, elle se révélera très bonne gagneuse. Les Français
adorent le personnage de Cyrano.
Flamboyant, romantique, ce bretteur-là ne frappe pas les hommes à
terre. Avec « Edmond », l’histoire de la
création laborieuse de Cyrano, Micha-
C
lik a raflé à peu près tous les molières de
l’année 2017 pour sa pièce. Ce jour-là
croulant sous les récompenses il n’a
quasiment pas quitté la scène,
« Edmond » non plus. La pièce a été
jouée dans toute la francophonie. Elle
n’est pas un accident dans la jeune carrière de Michalik, « Intra Muros » est un
bijou. « Le Porteur d’Histoire » et « Le
Cercle des illusionnistes » tournent
encore. Jamais de cuistrerie, Alexis affiche sa « haine de l’ennui ». A la fin de
l’envoi il touche (pourquoi s’épargnerait-on ce plaisir de citation ?). Au cours
du XXe siècle, « Cyrano » a dépassé les
200.000 représentations. « Edmond » a
déjà rassemblé plus de 500.000 spectateurs, une prouesse au théâtre. Cette
semaine, il arrive au cinéma, les critiques ont adoré. Ave Cesars ?
(
Lire nos informations
Page 12
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MERCREDI 9 JANVIER 2019// SUPPLÉMENT GRATUIT AU NUMÉRO 22863 | ISSN 0.153.4831 | NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT
MARCHESPUBLICS.LESECHOS.FR
Gare du Nord : le colossal chantier
de rénovation enfin sur les rails
v
LE BAROMÈTRE
DE L’ÎLE-DE-FRANCE
La nouvelle société d’économie mixte de Ceetrus et Gares & Connexions sera créée
d’ici à trois semaines. Près de 600 millions d’euros de travaux sont prévus.
Laurence Albert
Le compte à rebours est lancé pour le colossal
chantier de rénovation de la gare du
Nord. Quelques mois après avoir jeté son
dévolu sur Ceetrus, la foncière d’Auchan,
Gares & Connexions (SNCF) s’apprête début
février à porter sur les fonts baptismaux leur
société d’économie mixte à opération unique
(SEMOP) commune. Le projet a été adoubé fin
décembre, en même temps que le conseil de
surveillance et son directoire présidé par
Aude Landy-Berkowitz. Ces étapes administratives franchies, le chantier va pouvoir
démarrer fin 2019 – après l’obtention du
permis de construire. Le lifting de la première
gare d’Europe – 222 millions de voyageurs par
an – doit être achevé avant les JO de 2024, et
s’annonce spectaculaire. Quelque 600 millions d’euros de travaux sont programmés
pour accompagner la hausse du flux de voyageurs – 800.000 en 2024 contre 700.000
aujourd’hui – avec la création d’un terminal de
départ, moderniser, sécuriser, ouvrir l’édifice
et l’adapter aux nouvelles mobilités.
Tripler la surface
Trois fois plus vaste, la nouvelle gare dotée
d’une nef de 300 mètres, comportera 100.000 mètres carrés dédiés à l’activité
ferroviaire, aux circulations, aux commerces,
restaurants, et loisirs. « L’une de nos ambitions
sera de promouvoir le savoir-faire à la française,
avec par exemple un peu de bistronomie et des
artisans ayant le label « Fabriqué à Paris ».
Mais notre ambition ne se limite pas à créer un
objet commercial. Ici, l’environnement est très
différent de celui qui entoure, par exemple, la
gare Saint-Lazare. Nous voulons un quartier de
ville qui saura répondre aux divers besoins des
usagers, voyageurs, travailleurs ou riverains »
fait valoir Aude Landy-Berkowitz. Le numérique sera l’un des maîtres mots : la gare disposera d’une « digital factory », kyrielle de servi-
LIFTING. La mue de la première gare d’Europe devrait s’achever avant les JO de 2024. Illustration Valode & Pistre
ces à distance disponibles via une application.
Le projet comporte également un espace de
travail collaboratif. Les immeubles tertiaires
ne sont pas légion dans ce pan du 10e arrondissement. Ils pourraient pourtant intéresser
certaines entreprises prêtes à s’exiler à Paris
en raison du Brexit, mais désireuses de rester
à proximité de l’Eurostar. « Il y a un potentiel »
assure Aude Landy-Berkowitz. Reste à apaiser
et requalifier les rues alentour.
Mené tambour battant, en cœur de ville, et sur
un bâtiment inscrit au titre des Monuments
Historiques, le chantier agrège des contraintes. La gare restant ouverte, les travaux
devront avoir lieu de nuit. Des dispositifs
antibruit et anti-poussière ont du être imaginés. Il faudra peut-être reloger certains riverains. Une telle complexité a pesé dans la
décision de mûrir un projet global, et donc de
Le chiffre
100.000
mètres carrés
La surface de la gare
à l’issue des travaux.
travailler avec un consortium (Eiffage, Valode
& Pistre..). La formule de la SEMOP permet
des ajustements. Pour Gares & Connexions,
c’est aussi l’assurance de préserver sa trésorerie puisque Ceetrus, actionnaire à 66 % de la
SEMOP, financera les travaux et l’exploitation
en contrepartie de la perception des loyers
pendant 46 ans.
Gares & Connexions, qui se défend de toute
privatisation, reste propriétaire des murs, et
conserve la main sur le projet (notamment
ferroviaire). Ceetrus voit de son côté dans ce
partenariat « équitable et pluridisciplinaire une
occasion d’expérimenter ». « C’est la première
fois que nous travaillons sur des bâtiments
historiques à Paris » remarque ainsi Aude
Landy-Berkowitz. Une expérience intéressante alors que Ceetrus postule à un appel
d’offres pour l’exploitation de l’Hôtel-Dieu. n
Courbevoie réhabilite
le parc Bécon
La ville vient de confier à une agence de paysagistes un ambitieux
projet de rénovation. Le parc s’ouvira davantage sur la Seine.
Laurence Albert
PAYSAGE. Le projet prévoit de créer deux
belvédères et des terrasses et d’implanter
un jardin botanique. Illustration Land’Act
A voir les grandes tours qui se dressent
sur son territoire, on peine à croire
que l’expansion de Courbevoie a commencé pendant la révolution industrielle. Témoins de ce riche passé, deux
pavillons datant de l’exposition universelle de 1878 trônent pourtant au cœur
du parc de Bécon, le poumon vert
de la ville : le pavillon de la Suède et
de la Norvège, devenu le musée Roybet
Fould, et le pavillon des Indes. Tous
deux ont été rénovés il y a quelques
années. C’est désormais au tour de
l’écrin qui les entoure : le parc de
Bécon lui-même, autrefois propriété
du prince Stirbey, site classé depuis
1941. « Un joyau de 3 hectares, devenu
trop petit au vu de son énorme succès
de fréquentation » de l’aveu même de
l’adjoint au maire chargé de l’aménagement urbain durable, des paysages,
de la mobilité et de la qualité de vie,
Bernard Accart.
« Avec une moyenne de 22.000 habitants
au kilomètre carré, Courbevoie est une
commune dense. Les habitants nous
demandent de la nature en ville. Nous
avons beau avoir 43 jardins, il fallait
rénover et agrandir celui-ci pour
répondre à ces attentes, pouvoir continuer à accueillir un public diversifié et
de tous âges » explique-t-il.
25 % de surface utile en plus
Exit, donc, les tennis et le centre
horticole municipal, dont le déplacement permettra de regagner 25 % de
surface utile. Confié à l’agence paysagère Land’Act, lauréate de nombreux
prix, le projet prévoit de créer deux
belvédères et des terrasses, d’implanter des bosquets et un jardin botanique, des bancs et des jeux d’eaux.
Il s’agit de redessiner le jardin et de
l’ouvrir sur la Seine. L’objectif est
également d’y apporter une touche
plus écologique : gestion durable de
l’eau, lutte contre la pollution sonore
et lumineuse, préservation de la
biodiversité. Un city-stade, des activités ludiques et un restaurant verront
le jour. Les caves situées sous le grand
escalier, dédiées à la viticulture,
seront ouvertes au public. Le théâtre
de verdure sera maintenu, en écho
à la vocation culturelle du parc qui
compte outre son musée, des sculptures et une résidence d’artiste. L’Orangerie, autre « folie » du parc, sera
rénovée, avec l’idée, là aussi de
conserver « l’esprit des lieux ».
Enfin, de nouveaux accès seront créés
pour renforcer les liens avec la ville
et la Seine. « Nous sommes en train
de prolonger la promenade de bord
de Seine, qui fera près d’1,7 kilomètre
et se déroulera jusqu’au parc », explique
Bernard Accart.
L’agrandissement du Parc de Bécon
permettra aussi le phasage des travaux
en cinq tranches. Ces derniers pourraient débuter fin 2019. Le budget
prévu avoisine les 11 millions d’euros.
Après avoir choisi mi-décembre
l’agence Land’Act parmi cinq autres
candidates, la municipalité veut désormais recueillir l’avis de la population
lors de présentations qui auront lieu
en février prochain. n
DU 3 AU 9 JANVIER 2019
Chaque semaine, « Les Echos »
présente le baromètre des marchés
publics, en partenariat avec la plateforme e-marches-publics.com.
Il s’agit des marchés en cours
de publication.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
–6,4 %
L’évolution du nombre de logements autorisés à construire
en Ile-de-France d’octobre 2017
à septembre 2018 par rapport
aux douze mois précédents.
–19 %
L’évolution du nombre de logements commencés à construire en
Ile-de-France de juillet à septembre
derniers par rapport aux mêmes
mois de 2017.
+2,5 %
L’évolution du nombre de logements commencés à construire
en Ile-de-France d’octobre 2017
à septembre 2018 par rapport
aux douze mois précédents.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 // GRAND PARIS
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
A Fontainebleau, les écuries
du Roi se transforment
Un appel à projets a été lancé pour le quartier des
Héronnières. Laissé à l’abandon, le site pourrait être
transformé en hôtel, musée ou école d’arts.
Lamia Barbot
A Fontainebleau, il n’y a pas que le château
et la forêt. Plusieurs dépendances sont
présentes sur les 130 hectares qui entourent
le château. Parmi elles, se trouve l’ancienne
grande écurie du Roi, appelée quartier des
Héronnières, construite pour Louis XV.
Après son transfert au département de la
Guerre, le site qui compte 11 bâtiments a été
transformé en caserne jusqu’en 2001 puis
abandonné. Ses bâtiments sont pourtant
classés et inclus dans le périmètre d’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco
depuis 1981. Ils doivent faire l’objet d’un
projet de réhabilitation, dont le coût a été
évalué à 25 millions d’euros. « Nous avons
travaillé en deux temps avec tout d’abord un
appel à idées en 2016 pour savoir si le lieu
pouvait susciter une manifestation d’intérêts
avant de lancer l’appel à projets », raconte
Arnaud Amelot, directeur des bâtiments et
des jardins au château de Fontainebleau.
Appel à idées
PATRIMOINE. L’ancienne caserne compte 11 bâtiments classés, vides depuis 2001. Leur réhabilitation
coûtera 25 millions d’euros. Photo Alexandre Halbardier
L’appel à idées est un succès. Une douzaine
de dossiers sont déposés permettant de
dégager cinq axes. D’abord, l’hôtellerie haut
de gamme tournée vers « l’art de vivre à la
française », la culture (installation d’un
musée ou de galeries) et l’enseignement
(création d’un campus universitaire par
exemple). Enfin, les activités sportives liées
à la forêt, avec l’équitation en point central,
et pour finir la construction de logements.
L’appel à projets a été lancé en décem-
bre 2018. Des terrains avoisinants ont été
intégrés afin de permettre de réaliser des
constructions. « Le seul fait de reconvertir le
quartier des Héronnières est très vite apparu
problématique pour assurer la viabilité
financière de l’opération, dans la mesure où il
est demandé au repreneur de participer très
largement à la rénovation des bâtiments dans
le cadre du projet qu’il mettra en œuvre,
explique Arnaud Amelot. D’où la proposition de mettre à disposition un terrain constructible avec un impératif de respect des
règles d’urbanisme imposées ». Le Clos des
Ebats, affecté jusqu’à présent au ministère
des Armées (4,8 hectares) – mais qui sera
bientôt transféré au ministère de la Culture
(et remis en dotation au château de Fontainebleau) – et une parcelle classée forêt de
protection, administrée par l’ONF d’un
hectare, ont rejoint l’opération. « Notre
ambition est de développer le rayonnement
international du château et de valoriser le
patrimoine de l’Etat en ayant une vision
globale du château, du parc, des dépendances
et du quartier du Bréau au cœur d’un important projet de requalification urbaine et
paysagère », rappelle Arnaud Amelot.
En janvier 2015, le ministère de la Culture a
doté le château de Fontainebleau d’un
schéma directeur de rénovation de 115 millions d’euros sur 12 ans. Avec 500.000 visiteurs chaque année, Fontainebleau est le
quatrième château le plus visité de France
derrière Versailles, Chambord et Chenonceau. A l’horizon 2026, Fontainebleau a pour
ambition d’accueillir 700.000 visiteurs. n
Le parc des Portes de Paris s’ouvre sur la ville
Icade et les collectivités locales ont signé un protocole
d’aménagement, avec 200.000 mètres carrés de
constructions prévues et la création d’un espace vert.
Marion Kindermans
Le parc des Portes de Paris, ex-EMGP
(Entrepôts et Magasins Généraux de Paris),
ce vaste foncier de 58 hectares au nord de la
capitale, voit son avenir se dessiner. Après
un premier accord lors du Mipim (salon de
l’immobilier) de 2017, nouveau pas en
avant, début décembre 2018, avec la signa-
ture d’un protocole pour l’aménagement du
parc par Icade, propriétaire du lieu, l’agglo
Plaine Commune et les villes d’Aubervilliers
et de Saint-Denis, sur lesquelles s’étend
l’emprise. L’objectif est de créer un quartier
de ville mixant bureaux et activités.
Ce gros morceau de territoire est une des
emprises foncières franciliennes stratégiques, à la lisière de Paris. Située entre la Porte
PUBLICATION BI-MÉDIA PRESSE + WEB DE VOS APPELS D’OFFRES
INVESTISSEMENT. Le parc des Portes de Paris devrait bénéficier à plein des effets du
Grand Paris dans le nord-est parisien. Photo Fernando Javier Urquijo
ics
isé marchés publ
es
teurs économiqu
Le média des ac
teurs chaque jour.
avec 673 000 lec
Le portail spécial
ites/mois.
avec 625 000 vis
de la Chapelle et la Porte d’Aubervilliers, elle
est collée au périphérique et longe l’A1. Une
pépite qu’Icade entend bien faire fructifier,
alors que cette zone du nord-est parisien va
bénéficier à plein dans les années à venir de
l’effet Grand Paris. « Ce parc et celui du Millénaire représentent plus de 20 % du portefeuille
de la foncière tertiaire », confirme Olivier
Wigniolle, directeur général d’Icade.
Activités audiovisuelles
Pour vos appels d’offres
visibilité
efficacité
sécurité juridique
Tél. : 01 87 39 84 40 | marchespublics@lesechos.fr | http://marches-publics.lesechos.fr/
Pour l’instant, le parc abrite notamment des
activités audiovisuelles et studios (Euromedia, Endemol France…), des magasins de
grossistes qui renvoient à la fonction historique de stockage et entrepôt du site ou le
centre commercial du Millénaire.
Le protocole prévoit la réalisation d’un
espace vert central de 1,5 hectare et la construction sur une partie du parc d’affaires de
200.000 mètres carrés supplémentaires.
Soit un rythme de construction de 30.000 à
50.000 mètres carrés de construction par an
dans les dix prochaines années. Avec l’ambition d’y faire venir de nouvelles entreprises.
L’idée, poussée surtout par les collectivités locales, est d’ouvrir cet immense îlot sur
l’extérieur. « Le parc fonctionne pour l’instant comme une enclave, sorte de barrière
avec Aubervilliers, Saint-Denis et Paris »
explique Olivier Wignolle. « C’est un territoire hors sol qu’il faut relier à la ville »
martèle aussi Patrick Braouezec, président
de Plaine Commune, dont le plan local
d’urbanisme intercommunal (PLUI) va être
modifié mi-2019 pour permettre les réalisations d’Icade sur le parc. L’aménagement
d’espaces publics et le projet de tramway
T8, qui traversera le parc de bout en bout
sur 2 kilomètres de distance, donneront aux
habitants l’opportunité de traverser la zone.
Un « projet urbain partenarial » entre les
collectivités et Icade sera signé au premier
semestre 2019 pour définir le sort des bâtiments. « Certains destinés aux commerces de
gros n’ont plus de raison d’être », décrypte le
directeur d’Icade. A la place devraient
émerger un ou deux hôtels, des bureaux,
des espaces numériques en face du métro
Front-Populaire (ligne 12), près du Campus
Condorcet, qui sera finalisé fin 2019-2020.
1 milliard d’euros
Une partie des voies seront restituées à l’agglo
pour qu’elle les aménage et les gère. Pour
l’heure, 12.000 personnes travaillent dans ce
parc. Le chiffre doublera dans dix ans. Avec
ce programme, et les projets en cours de
développement, l’investissement total d’Icade
représente plus d’un milliard d’euros. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
p
u
t
r
a
t
Votre s
r
i
t
r
o
s
e
d
e
t
i
r
é
m
.
e
r
b
m
de l’o
.
à
l
s
e
m
m
o
s
s
u
No
startup
iledefrance.fr/
égion :
R
p
u
tr
ta
s
la
t
France es
e
d
egas
e
V
Îl
s
n
a
L
io
g
S
é
E
C
u
La R
a
pagnées
m
o
c
c
a
ncées
p
a
u
n
tfi
r
t
e
ta
s
e
é
40 s
n
g
accompa
p
u
tr
ta
s
0
0
0
1
et
.
chaque année
*
* la région pour entreprendre
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 // INITIATIVES LOCALES
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
Aulnay-sur-Mauldre privé de commerces
Le maire d’Aulnay-sur-Mauldre poursuit son bras de fer avec
la communauté urbaine Grand-Paris-Seine-et-Oise (GPS&O).
Cette dernière refuse l’implantation de trois commerces de
proximité sur la commune. Le maire a déposé un recours.
Alain Piffaretti
Le petit village de 1.200 habitants parviendra-t-il à faire entendre sa voix face à
l’immense communauté urbaine GrandParis-Seine-et-Oise (GPS & O) de
400.000 habitants à laquelle il appartient ?
Jean-Christophe Charbit, le maire d’Aulnaysur-Mauldre souhaiterait installer une
boulangerie avec « coin repas », une charcuterie-épicerie fine et une halle semiouverte vendant des produits locaux
(notamment du maraîchage) à l’entrée du
village, le long de la D91. La communauté
urbaine (CU), qui estime que le projet contrevient à son Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI) en cours d’élaboration,
a rejeté le dossier le 11 décembre dernier.
Interprétation « restrictive »
INTERCOMMUNALITÉ. La communauté urbaine estime que le projet d’ouverture de trois magasins à l’entrée
du village, le long de la D91, contrevient à son Plan local d’urbanisme intercommunal. Photo Henry Salomé/CC by SA 3.0
fr
décideurs locaux
IMMOBILIER
ENSEIGNEMENT
GROUPE QUALICONSULT
FONDATION HEC
Pierre-Guillaume Lansiaux
Olivier Sevillia
est nommé directeur général
est le nouveau président
Cet ingénieur diplômé de l’Ecole Centrale Paris était
président-directeur général de la filiale Qualiconsult depuis 2017. C’est en 2013 qu’il est entré dans le
groupe en tant que directeur technique construction. Il était auparavant responsable Ile-de-France
pour Afitest.
Ce titulaire d’un MBA HEC et d’un executive program
de Stanford University est ingénieur de formation.
Actuellement, il assure la direction générale Europe
de Capgemini. En parallèle, il préside le conseil
d’administration de l’ENSIIE. Il fait également partie
des grands donateurs de la fondation depuis dix ans.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
L’argument de GPS & O est double : le
projet du maire d’Aulnay consiste à implanter des commerces de flux en périphérie ce
qui est contraire aux objectifs du PLUI. La
communauté urbaine entend en effet
défendre les commerces de centre-ville. En
outre, ce programme ne permet pas à la
communauté urbaine de respecter les
obligations imposées par l’Etat de ne pas
consommer trop d’espaces naturels. « Le
projet est situé sur un espace naturel et boisé.
Pour répondre aux impératifs de l’Etat, nous
sommes déjà descendus de 65 à 55 hectares
naturels consommés par an… Cela implique
des efforts de la part de tous les élus », appuie
Suzanne Jaunet, vice-présidente de GPS &
O en charge de l’urbanisme et maire
adjointe à l’urbanisme à Achères.
Du côté d’Aulnay-sur-Mauldre, c’est
l’incompréhension totale. Le maire souligne
que la parcelle concernée, une trentaine de
mètres de large et 350 mètres de long,
n’occupe qu’une partie du terrain situé entre
la voie ferrée et la route départementale à
l’entrée du bourg. « Il ne s’agit en aucun cas,
pour les Aulnaysiens, d’un espace de promenade ou de détente, contrairement au parc
municipal », indique le maire. Ce dernier
pointe « une interprétation excessive de la
réglementation ». Et comment son projet de
trois magasins peut-il être jugé, par GPS &
O, de la même façon que les grands centres
commerciaux en entrée de ville, dont il faut
protéger les activités des centres bourgs ?
Au contraire, défend le maire, ces commerces basés sur les circuits courts seraient
créateurs d’emploi et renforceraient l’attractivité du village et le lien social. Ils répondraient notamment aux besoins des personnes sans moyen de locomotion.
Aux yeux du maire d’Aulnay-sur-Mauldre, l’affaire est révélatrice des difficultés
rencontrées par les petites communes
pour faire entendre leur voix à l’intérieur
des intercommunalités géantes. Le
recours formé par le maire d’Aulnay
contre la délibération de GPS & O pointe
« Les petits villages
servent de réserves
foncières [pour
GPS&O], au risque
de figer toute possibilité pour eux de se
développer. »
JEAN-CHRISTOPHE CHARBIT
Maire d’Aulnay-sur-Mauldre
en effet l’attitude du président de la communauté urbaine qui lui aurait coupé la
parole lors du conseil communautaire du
11 décembre 2018, sans lui laisser la possibilité de développer son argumentation.
La lettre recommandée, adressée au préfet
des Yvelines, pour saisine du tribunal administratif sur la délibération de GPS & O,
dénonce ainsi : « Le non-respect des droits
d’expression et d’information dévolus à
l’ensemble des conseillers communautaires ».
Ce point est fondamental selon l’élu : présenter son dossier aurait en effet pu lui
permettre d’obtenir un vote à bulletin secret
sur le PLUI (il suffit d’un tiers des voix pour
déclencher la procédure) et modifier le
résultat. Selon le maire d’Aulnay, cette
affaire soulève en outre un autre problème
sur le fond. « Les grands projets d’aménagement urbain menés par GPS & O dans la
Vallée de la Seine consomment beaucoup
d’espaces. Pour équilibrer, les petits villages
servent de réserves foncières, au risque de
figer toute possibilité pour eux de se développer », dénonce Jean-Christophe Charbit.
Pour redynamiser le village, la municipalité
a lancé d’autres projets, comme la construction d’un bâtiment attenant à l’école pour
accueillir le centre de loisirs ainsi que d’un
cabinet médical et d’un foyer de vie social
intergénérationnel. n
Centre d’entraînement du PSG
de Poissy : le calendrier se précise
Le futur centre d’entraînement du PSG, le « training center » situé sur les terrasses de Poncy
à Poissy, prend forme. L’enquête publique devrait démarrer dans les prochaines semaines.
Le centre fera 74 hectares, dont 15 d’espaces extérieurs aménagés et 4 de surfaces couvertes.
Parmi les équipements : un stade de 5.000 places (dont 3.000 assises), 17 terrains de foot, un
pôle restauration, un pôle hôtellerie de 46 chambres, des locaux pour les dirigeants. Divers
projets de voirie sont également prévus pour permettre une meilleure insertion urbaine du
centre d’entraînement. Deux ronds-points vont être aménagés sur la RD30, ainsi qu’une piste
cyclable. Les travaux pourraient démarrer à l’été 2019 pour une livraison en 2021.— A.P.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
A Poissy, les travaux pourraient démarrer à l’été 2019 pour une livraison en 2021. Photo AFP
–8,3 %
–3,7 %
+11,5 %
L’évolution du nombre de
logements autorisés à construire dans les Yvelines
d’octobre 2017 à septembre
2018 par rapport aux douze
mois précédents.
L’évolution du nombre de
logements commencés à
construire dans les Yvelines de juillet à septembre
derniers par rapport aux
mêmes mois de 2017.
L’évolution du nombre de
logements commencés à
construire dans les Yvelines
d’octobre 2017 à septembre
2018 par rapport aux douze
mois précédents.
A Versailles, le quartier Bernard
de Jussieu bientôt rénové
La réhabilitation des 1.100 logements HLM du quartier Bernard de Jussieu va démarrer dans les prochaines semaines. Mené par le bailleur social Versailles Habitat, l’opération devait durer 27 mois pour se terminer en 2021. L’isolation thermique des
22 bâtiments sera totalement revue, tandis que les halls et cages d’escaliers seront
entièrement rénovés ainsi que la voirie et l’éclairage extérieurs. La rénovation va
s’accompagner de l’installation de neuf fresques monumentales sur les pignons
d’immeubles. Ces œuvres sont confiées à neuf artistes français et étrangers afin de
renforcer l’attractivité du quartier. — A.P.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INITIATIVES LOCALES // 05
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
Le ru de Ballancourt est un affluent de l’Essonne. Photo Poudou99/CC by Sa 3.0
Le ru de Ballancourt remis à ciel
ouvert en 2019
TOURISME. Le domaine de Méréville est l’un des sites les plus visités du département. Photo essonne.fr
Essonne cherche
touristes
désespérément
Le Siarce (Syndicat intercommunal d’aménagement, de réseaux et du cycle de l’eau) a
approuvé le lancement de l’opération d’aménagement et de restauration du ru de Ballancourt,
un petit affluent de l’Essonne qui traverse la commune de Ballancourt-sur-Essonne. A partir
de septembre 2019, les travaux nécessaires à la remise à ciel ouvert du cours d’eau devraient
débuter. Ils consisteront en la création d’un nouveau réseau d’eaux pluviales ainsi que le
dévoiement des réseaux existants avec un aménagement du lit du ru et de ses berges et la
réalisation de franchissements permettant les accès piétons et routiers. — L. Ba.
Le conseil départemental a adopté un nouveau schéma de
développement du tourisme pour la période 2018 à 2021.
Lamia Barbot
Et le département le moins visité d’Ile-deFrance est… l’Essonne. Voilà un classement
qui ne réjouit guère le conseil départemental.
Pourtant, en 2017, la région Ile-de-France
était la première destination touristique
mondiale avec 48 millions de visiteurs.
« La densité de l’offre parisienne ne laisse que
peu d’opportunités au reste de l’offre régionale.
Certains territoires franciliens tirent cependant
avantage de sites touristiques internationaux »,
estime le département.
En clair, « on n’a pas de pépites comme
Disney », résume François Durovray, le président de l’Essonne. Selon lui, l’attractivité et
l’activité touristique de l’Essonne restent
aujourd’hui encore limitées. L’essentiel
de l’activité étant généré par des motivations
« familiales », comme les visites à des parents
et des amis. « Pourtant le département regorge
de trésors touristiques comme le domaine de
Méréville ou la maison atelier du peintre Foujita », estime le président.
Partant du diagnostic que l’offre touristique
du département n’est pas assez structurée,
qualifiée et mise en valeur, le conseil départemental a adopté, en fin d’année 2018, un
nouveau schéma de développement du tourisme 2018-2021.
Carte d’ambassadeur
Celui-ci prévoit notamment d’utiliser les
habitants de l’Essonne pour promouvoir les
sites touristiques de leur territoire. « Nous
réfléchissons à créer une carte d’ambassadeur
pour les habitants désireux de promouvoir les
richesses de leur territoire auprès de leurs
proches. Elle leur donnerait un accès gratuit
aux sites touristiques s’ils viennent accompagnés de touristes », décrit François Durovray.
La question de l’offre d’hébergement en
Essonne a été étudiée. Résultat : l’offre est
dense mais relativement classique, et surtout
n’est pas assez qualitative. Les chambres
d’hôtes et les gîtes sont souvent utilisés sur
des longues durées par des voyageurs professionnels en mission dans le département.
Des projets de logements insolites sont en
réflexion, tels que des hébergements dans les
arbres. « Un appel à projets sera proposé pour
soutenir la qualification et la structuration
de l’offre touristique en relation avec les recommandations du schéma. Les projets pourront porter sur le développement d’activités,
de l’hébergement, de l’accessibilité, de l’accueil
et de tout autre service s’intégrant dans l’amélioration d’un produit touristique global », a
annoncé le département.
La région a mobilisé 15.000 euros pour la lutte contre le décrochage scolaire.
Photo Shutterstock
Grigny veut lutter contre
le décrochage scolaire
La région Ile-de-France et l’association Bleu Blanc Zèbre ont signé un partenariat d’une
durée de trois ans pour aider à lutter contre le décrochage scolaire. L’objectif est de créer
du lien entre les différents acteurs, notamment avec les associations, afin de repérer les
élèves en décrochage et tenter de les mobiliser. La région a débloqué 15.000 euros dans le
cadre de ce partenariat. En Ile-de-France, 20 villes ont été identifiées. Selon les derniers
chiffres connus, il y aurait environ 100.000 personnes en décrochage scolaire en Ile-deFrance. — L. Ba.
Soutenir la création
En parallèle, une aide en investissement
soutenant la création ou la rénovation
d’hébergements touristiques autrefois conditionnée par l’obtention du label « Gîtes de
France », sera élargie à tous les labels veillant
à la pérennité d’une offre touristique. Des
bonifications seront attribuées pour soutenir
les projets d’hébergements de qualité,
innovants, insolites, écologiques et s’inscrivant dans une offre touristique cohérente.
Parmi les lieux touristiques les plus visités
du département se trouve le domaine de
Méréville rouvert depuis 2017 d’avril à octobre, tous les week-ends. En 2018, le domaine
a enregistré 20.000 visiteurs.
4
À NOTER
Une offre à destination des Franciliens
pourrait être mise en place. Il s’agirait de
courts séjours « mise au vert » centrés sur
la découverte de la nature de l’Essonne.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
Les habitants ont jusqu’au 20 janvier pour déposer leur candidature. Photo shutterstock
Le département renouvelle
son prix Action pour la planète
Pour la quatrième année consécutive, le département de l’Essonne organise le prix Action pour
la planète qui encourage les idées en faveur du climat. Les habitants de l’Essonne ont jusqu’au
20 janvier pour déposer leur candidature. Les dossiers seront examinés par un jury avant d’être
soumis à un vote sur Internet du 11 mars au 14 avril 2019. Les éditions précédentes avaient
permis à des projets de se développer, comme ce fut le cas en 2017 pour l’association Potago qui
a créé un potager coopératif à Gometz-la-ville. Les prix Action pour la planète sont organisés
par de nombreux conseils départementaux d’Ile-de-France dont le Val-de-Marne. — L. Ba.
fr
–12,5 % +1,6 %
–3,4 %
L’évolution du nombre de logements autorisés à construire
en Essonne d’octobre 2017 à
septembre 2018 par rapport
aux douze mois précédents.
L’évolution du nombre de logements commencés à construire
en Essonne d’octobre 2017 à
septembre 2018 par rapport
aux douze mois précédents.
L’évolution du nombre de
logements commencés à construire en Essonne de juillet à
septembre derniers par rapport
aux mêmes mois de 2017.
décideurs locaux
ENSEIGNEMENT
ENSEIGNEMENT
COMUE UNIVERSITÉ PARIS-SACLAY
FONDATION PARIS-SUD UNIVERSITÉ
Sylvie Retailleau
Florence Cordier
élue présidente
élue présidente
Cette ancienne élève de l’ENS Cachan a été
reçue à l’agrégation de physique appliquée.
Elle a obtenu un doctorat en sciences de l’université Paris-Sud. Récemment, elle assurait la
présidence de l’université Paris-Sud. Professeure des universités et professeure de physique à l’université Paris-Sud, elle était doyenne
de la faculté des sciences d’Orsay depuis 2011.
Diplômée en sciences sociales du travail,
elle est déléguée emploi Ile-de-France
d’EDF et présidente du Centre d’études et
de recherches sur les qualifications
(Cereq). Entrée chez EDF en 2001, elle a été
responsable du recrutement, de la marque
employeur et des relations avec l’enseignement supérieur à la drh du groupe EDF.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 // INITIATIVES LOCALES
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
L’ancienne poste de CergyPréfecture va être repensée
Deux bâtiments d’une surface totale de plus de 9.000 mètres carrés… Poste Immo a lancé un
appel à projets afin de trouver une nouvelle vocation à l’ancienne poste de Cergy-Préfecture.
Lieu emblématique du quartier, cette dernière a en partie déménagé en 2017 pour l’intérieur
du centre commercial des 3 Fontaines. Dans le premier bâtiment se trouvait un centre de tri,
deux niveaux de parking et des aires de livraison. Le deuxième abrite encore les bureaux de la
direction régionale du groupe mais ceux-ci devraient avoir quitté les lieux en juin prochain.
Le projet sélectionné devrait être annoncé dans un an.— F. R.-G.
DÉBAT. Une concertation publique sur les prévisions de croissance à Roissy devrait être menée
à compter du 12 février pour trois mois. Photo Shutterstock
Bruit : le projet
de terminal 4
de Roissy inquiète
Le projet pourrait amener 500 mouvements d’avions
supplémentaires par jour en 2037. Une concertation
publique organisée par ADP devrait débuter en février.
Florence Renard
@FlorenceRG
Jusqu’à 38 % d’avions en plus en 2037 si le projet
de terminal 4 à Roissy-Charles-de-Gaulle se
concrétise… C’est ce que craint l’Association de
défense du Val-d’Oise contre les nuisances
aériennes (Advocnar). La construction de la
future aérogare devrait démarrer en juillet 2020
et pourrait ouvrir partiellement en 2024, peu
avant le début des Jeux Olympiques de Paris.
Mais la version finale n’est attendue qu’à l’horizon 2037. D’une dimension comparable à
l’actuel aéroport d’Orly, ce futur terminal intégré en forme de « U » pourra accueillir jusqu’à
40 millions de passagers de plus par an en 2037
et effectuer 500 mouvements d’avions de plus
par jour. Cette augmentation du nombre des
vols fait craindre à l’Advocnar une hausse de la
pollution sonore et de l’air.
Parmi les différentes méthodes permettant
d’atténuer les nuisances comme l’atterrissage en
descente continue, le décollage en seuil de piste
ou encore l’augmentation de l’angle d’atterrissage, l’association milite notamment pour une
limitation des vols de nuit. Aujourd’hui, l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle est champion
d’Europe en la matière, avec en moyenne
157 mouvements d’avions entre 22 heures et
6 heures, s’agace la présidente de l’association,
Françoise Brochot. A Francfort, les vols de nuits
sont interdits de 23 heures à 5 heures tandis qu’à
Roissy les restrictions d’avions bruyants sont
moins sévères que dans d’autres aéroports. C’est
le cas de l’aéroport de Nantes-Atlantique où les
avions certifiés entre 1977 et 2006 devraient être
interdits de décoller et d’atterrir entre 23 heures
La nouvelle vocation des deux bâtiments vides sera annoncée dans un an.
Photo Poste Immo / Florent Michel / 11h45
Une nouvelle médiathèque
à Cormeilles-en-Parisis
Après deux ans de travaux, les anciens locaux de la Caisse primaire d’assurance maladie, rue
de la Libération, fermés depuis 2012, ont enfin été rénovés et transformés en médiathèque.
Le bâtiment de 900 mètres carrés sur trois niveaux, racheté par la commune en 2013 pour la
somme de 900.000 euros, va abriter un fonds de 32.000 documents. Le projet de 2,4 millions
d’euros est porté par le Val Parisis, qui a récupéré la compétence « lecture publique ». Il a été
financé par la communauté d’agglomération Val Parisis, la Direction régionale des affaires
culturelles (Drac), la région Ile-de-France, le conseil départemental du Val-d’Oise et la ville de
Cormeilles-en-Parisis.— F. R.-G.
et 6 heures à compter du 31 mars 2019. Et remplacer une partie de la flotte par des avions plus
modernes ? « C’est peut-être la solution », répond
Françoise Brochot. Mais les avions ayant une
durée de vie de 30 à 40 ans, « les appareils qui
nous pourrissent la vie ne sont pas près de disparaître », regrette-t-elle.
Concertation publique
Au groupe Aéroports de Paris, le gestionnaire
de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, on
insiste sur le fait que l’« on est à un stade en
amont d’un projet qui va durer quinze ans ».
« On est à la veille de l’ouverture d’une concertation qui a pour objet de présenter non pas le projet
de terminal dans son détail, mais les prévisions de
croissance à Roissy et toutes les conséquences de
cette croissance », précise Edward Arkwright,
directeur général exécutif du groupe ADP. Cette
concertation publique devrait être menée à
compter du 12 février pour trois mois. « C’est une
concertation complètement inédite dans l’histoire
d’ADP » notamment parce qu’elle n’était pas
obligatoire, souligne Edward Arkwright.
Au cours de cette concertation, une quinzaine
de sujets seront discutés. « Ce que l’Advocnar et
l’ensemble des parties prenantes nous disent,
nous avons trois mois pour l’entendre, pour en
débattre et pour entendre ce que les gens en disent.
Nous ne prendrons position qu’à la fin de cette
concertation », affirme Edward Arkwright. Le
groupe a déjà assuré que « le projet se fera sans
nouvelle piste et sur des zones déjà largement
imperméabilisées ». Situé « au cœur de la plateforme », « il n’aura pas d’effet d’éviction sur les
autres activités situées aux alentours », insiste
Edward Arkwright. n
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
Deux ans de travaux et 2,4 millions d’euros ont été nécessaires pour transformer
l’ancienne Caisse primaire d’assurance maladie en médiathèque. Photo Basalt Architectes
Trois sites du Val-d’Oise labellisés
« Patrimoine d’intérêt régional »
La région Ile-de-France a désigné les 27 sites franciliens retenus pour être labellisés « Patrimoine régional ». Trois sont dans le Val-d’Oise : le château du duc de Dino, à Montmorency,
propriété de la ville aujourd’hui occupé par une association de protection à l’enfance ; le
Moulin Leroy, à Valmondois, qui est actuellement la demeure et l’atelier d’un maître verrier et
de sa femme ; et, enfin, le Fort de Cormeilles, à Cormeilles-en-Parisis. Le label a pour objectif
« d’identifier et de distinguer des sites qui, bien que non protégés au titre des Monuments Historiques, présentent un réel intérêt patrimonial », indique la région.— F. R.-G.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
Le château de Dino, à Montmorency, est l’un des projets distingués. Photo P. Poschadel
fr
–38,3 % –47,2 % +3,2 %
L’évolution du nombre de
logements autorisés à construire dans le Val-d’Oise
d’octobre 2017 à septembre
2018 par rapport aux douze
mois précédents.
L’évolution du nombre de
logements commencés à
construire dans le Val-d’Oise
de juillet à septembre derniers par rapport aux mêmes
mois de 2017.
L’évolution du nombre de
logements commencés à
construire dans le Val-d’Oise
d’octobre 2017 à septembre
2018 par rapport aux douze
mois précédents.
décideurs locaux
FINANCE
DISTRIBUTION
ORANGE BANK
CASINO FRANCE ET FRANPRIX-LEADER PRICE
Stéphane Vallois
Clément Lubin
est nommé directeur général délégué
prend la tête de la logistique
Cet ancien élève de la London School of Economics est diplômé de l’Essec. En 2016, il
devient directeur général adjoint de Crédit
Agricole Payment Services. Au sein du groupe
il a été à la direction de la stratégie, puis dans
la division en charge des services de paiement.
A 36 ans, cet ancien élève de l’Ecole Polytechnique est ingénieur du corps des
Mines. En 2014, il est entré dans le groupe
Casino en qualité de directeur supply
chain. Auparavant, il a occupé différents
postes dans la fonction publique.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 07
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
ANNLEGALWK
75 • PARIS
SOCIETES
416144B – LES ECHOS
409562A – LES ECHOS
415663A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/11/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
Par acte SSP en date du 30/11/2018, il
a été constitué une SARL denommée
NIGHTSHOP. Nom commercial : PlanetFood. Capital : 100 euros. Siège Social :
40 rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris. Objet social : Vente de produits alimentaires comestibles et consommables
et restauration. Gérance : Medhi-Amine
Machouk, 2 rue claude debussy 94000
Créteil. Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Paris.
Par ASSP du 04/01/19,il a été constitué
une SAS dénommée 2ÈME AVENUE.Siège social :3 rue du faubourg
saint martin 75010 Paris.Capital :1 €.Objet :prestations de conseils aux entreprises et autres organisations en matière de
stratégie,innovation,marketing et
communication. L’animation de modules
de formation en digital.Président :Mme
Harmony Cauchebrais,3 rue du faubourg
saint martin 75010 Paris.Durée :99 ans.
Immatriculation au RCS de PARIS.
LA MINGA
415595B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
28/12/2018 il a été constitué une SAS à
capital variable nommée :
PAILLECO
Objet social : Importation et distribution
de pailles à boire écologiques autres produits écologiques ainsi que toutes opérations commerciales, juridique ou financière liées à l’activité
Siège social : 24 BOULEVARD DE
DOUAUMONT, 75017 PARIS 17E ARRONDISSEMENT Capital minimum :
200 €, en dessous duquel il ne peut être
réduit Capital initial : 2000 € Capital
maximum : 1000000 € Président : Mme
Denise Bailleul demeurant : 24 BOULEVARD DE DOUAUMONT, 75017 PARIS
élu pour une durée de 5 années Admission aux assemblées et exercice du
droit de vote : Chaque actionnaire est
convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix. Clauses
d’agrément : Les actions sont librement
cessibles entre actionnaires uniquement
avec accord du Président de la société.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
415621B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SARL
nommée :
ALTAÏ PARTNERS
Objet social : Conseil aux entreprises et
en investissements financiers
Siège social : 24 rue vieille du temple,
75004 Paris Capital : 5000 € Gérance :
M. Boris BRUCK, 24 rue vieille du temple, 75004 Paris Cogérant : Mme Elena
BRUCK, 24 rue vieille du temple, 75004
Paris Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Paris
415965B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
18/12/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
LUXMY TEXTILE & TAILORING
Objet social : vente de prêt à porter, retouche
Siège social : 7 Rue Perdonnet, 75010
Paris Capital : 1000 € Gérance : Mme
JEYALUXMY PARAMSOTHY, 18 rue
Pasteur, 77500 Chelles Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
416005B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
18/12/2018 il a été constitué une SASU
à capital variable nommée :
ACANTHASTECH
Objet social : Protection, surveillance et
exploration du récif corallien et des fonds
marins
Siège social : 128 Rue La Boétie, 75008
PARIS Capital minimum : 100 €, en
dessous duquel il ne peut être réduit Capital initial : 1000 € Capital maximum :
50000 € Président : M. Gilles LE BRAS
demeurant : 40 Chemin des Epinards,
97490 ST DENIS élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
416012B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
JDO
Objet social : Expert-Comptable CAC
Siège social : 10 rue Roger Bacon,
75017 Paris Capital : 1500 € Président :
M. Jérémy DIDOMENICO demeurant :
10 rue Roger Bacon, 75017 Paris élu
pour une durée indéterminée Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
Objet social : Architecte, Urbaniste,
Maître d’oeuvre et toutes mission se rapportant à l’acte de bâtir et à l’aménagement de l’espace.
Siège social : 17 Rue Mathis, Appartement 182, 75019 Paris Capital : 1000 €
Président : Mme Cécile CONDUCHE
demeurant : 17 Rue Mathis, appartement
182, 75019 PARIS élu pour une durée
indéterminée Durée : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris
416173B – LES ECHOS
Par acte SSP du 01/12/2018 il a été
constitué une société :
ACACIO
Objet social : SERRURERIE, METALLERIE Siège social : CHEZ ISM, 41
RUE BARREAU, 75013 PARIS Forme :
EURL Capital : 200 € Gérant : ACACIO
DA SILVA, 9 RUE DES BUISSONNETS,
94500 CHAMPIGNY SUR MARNE Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
Par ASSP du 06/12/18,il a été constitué
une SAS dénommée LOURA SERVICES
PROFESSIONNELS FRANCE.Siège social :51 rue villiers 75012 Paris.Capital : 100 €.Objet :Services de consultation en informatique qui incluent la
programmation et implantation des solutions informatisées.Président :M.Rafael
Hernandez, 51 rue villiers 75012 Paris.Durée :99ans.Immatriculation au RCS
de PARIS.
414506A – LES ECHOS
Par acte SSP du 02/01/2019 il a été
constitué une SAS dénommée :
Aux termes d’un acte SSP en date du
08/01/2019 il a été constitué une SCI de
Construction Vente (SCICV ou SCCV)
nommée :
SCCV BENODET PLAGE
Objet social : Acquisition d’un terrain en
vue de réaliser une opération de promotion immobilière
Siège social : 83 Boulevard Exelmans,
75016 PARIS Capital : 1 000 € Gérant :
la société SVM PROMOTION, au capital
de 89 850 €, immatriculée au RCS de
PARIS sous le numéro 800564361, domiciliée 83 Boulevard Exelmans 75016
PARIS représentée par Sébastien VAN
MOERE Cessions de parts sociales :
les parts sociales sont librement cessibles au profit d’un Associé. Toute cession à un tiers de la société est soumise
au préalable à agrément de la collectivité
des Associés réunis en Assemblée Générale Durée : 30 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Paris
Siège social : 66 avenue des ChampsÉlysées 75008 PARIS. Capital : 5.000 €.
Objet : Site internet Marketplace à l’international, avec vente et achats de produits et service en ligne. Investissement
au capital des sociétés et gestion des investissements. Conseil et accompagnement dans le commerce international.
Opération commerciale, industrielle ou financière, mobilière ou immobilière. Président : M PHAN Thanh Tan, 6 traverse
des Loubets 13011 MARSEILLE. Directeur Général : M MAROUT Mohamed,
16 rue de Carthage 57100 THIONVILLE.
Admission aux assemblées et droits de
vote : Tout actionnaire est convoqué aux
assemblées. Chaque action donne un
droit à une voix. Clauses d’agrément :
Les cessions d’actions à un tiers à la société sont soumises à l’agrément de la
société. Durée : 99 ans. Immatriculation
au RCS de PARIS.
AGILETECH
Par acte SSP du 16/10/2018 constitution
de la SCI : DNP Capital : 1500 euros.
Siège social : 17 rue aux ours 75003 paris. Objet : acquisition de tous biens immobiliers. Gérance : pierre potron 12 bis
rue de la cour des noues 75020 paris.
Cessions de parts sociales : les parts sociales sont librement cessibles au profit
d’un associé. Toute cession à un tiers de
la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des associés
réunis en Assemblée Générale. Durée :
99 ans à compter de l’immatriculation au
RCS de Paris.
Siège social : 10 rue Penthievre 75008
PARIS. Capital : 1.000 €. Objet :
Consultant informatique. Président : M
EL HALIMI Rachid, 35 TER rue constant
Coquelin 94400 VITRY SUR SEINE. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
PARIS.
Par ASSP du 10/12/18,il a été constitué
une SAS à capital variable dénommée
OLGA COIFFURE.Siège social :20 rue
de la glacière 75013 Paris.Capital
min :1000 €,capital initial :4000 €,capital
maxi :50000 €.Objet :Coiffure Mixte.Coiffure et Maquillage pour Cérémonie.Services de Soins Associés et Annexes.Vente de produits et accessoires
de Coiffure, de Soins et de Beauté.Président :M.OLIVIER WESTERLINCK,1
rue jean leblond 95130 Franconville.Durée :99 ans.Immatriculation au RCS de
PARIS
409561A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 30/11/2018, il
a été constitué une EURL denommée
NIGHTSHOP. Nom commercial : planetfood. Capital : 100 euros. Siège Social :
40 Rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris. Objet social : Vente de produits alimentaires comestibles et consommables
et restauration. Gérance : Medhi-Amine
Machouk, 2 rue claude debussy 94000
Créteil. Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Paris.
Par acte SSP en date du 11/12/2018, il
a été constitué une SARL denommée
BENTO CONSEIL
Capital : 5000 euros
Siège Social : 9, rue Victor Chevreuil
75012 PARIS
Objet social : Conseil en transformation
numérique, marketing digital, développement informatique
Gérance : M. Olivier SZYMCZAK, 9, rue
Victor Chevreuil 75012 PARIS
La société sera immatriculée au RCS de
PARIS
Objet : L’acquisition, la propriété, l’emprunt, l’hypothèque en vue d’acquérir
tous biens ou droits immobiliers et l’édification de toutes constructions. L’administration par bail ou autrement, la gestion de tous biens immobiliers.
Pour avis
Par ASSP du 04/01/19,il a été constitué
une SAS dénommée TMCONSULTING.Siège social :42 rue liancourt
75014 Paris.Capital :500 €.Objet :Conseil en ingénierie Conception et
calcul mécanique.Président :M. Tullio
Moscato,42 rue liancourt 75014 Paris.Durée :99ans.Immatriculation au RCS
de PARIS.
415819A – LES ECHOS
Par ASSP du 03/01/19,il a été constitué
une SAS dénommée LES CRÉATURES
DU MARAIS.Siège social :28 rue des archives 75004 Paris.Capital :1500 €.Objet :la détention et la gestion de participations dans d’autres sociétés et la
fourniture de services administratifs et financiers à ces sociétés (activités de holding).Président :M.Maxence Bobin,28
rue des archives 75004 Paris.Durée :99
ans.Immatriculation au RCS de PARIS.
Par ASSP du 01/01/19,il a été constitué
la Société Civile dénommée JOSOP.Siège social :7 rue du cardinal mercier 75009 Paris.Capital :100 €.Objet :acquisition et gestion de valeurs
mobilières et de biens immobiliers.Gérance :M.Fabien Penso,7 rue du cardinal
mercier 75009 Paris.Cessions soumises
à agrément.Durée :99 Immatriculation au
RCS de PARIS.
415841A – LES ECHOS
Par acte SSP du 03/01/2019 il a été
constitué une SASU dénommée : B&C
NEW EDGE Siège social : 89 avenue victor hugo 75116 PARIS Capital : 1.000 €
Objet : Toutes transactions immobilières,
tous conseils en investissement, gestion
immobilière et gestion de patrimoine,
l’activité de marchands de biens, l’aménagement de zones d’activité commerciale pour le compte des communes de
France, la promotion et la construction
immobilière, la fourniture de tous
conseils, suggestions et réalisations
dans le domaine immobilier, toutes activités de prestations de services s’y rattachant directement ou indirectement Président : la société B&C FRANCE, SAS,
sise 89 avenue victor hugo 75116 PARIS
Nº489835124 RCS de PARIS représentée par CANTIE Olivier Commissaire aux
Comptes Titulaire : SAS P2M AUDIT 80
Rue Cardinet 75017 PARIS immatriculée
au Greffe de PARIS Nº399203280 Transmission des actions : Actions librement
cessibles entre associés uniquement.
Admission aux assemblées et exercice
du droit de vote : Tout Actionnaire est
convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix. Durée : 99
ans à compter de l’immatriculation au
RCS de PARIS
415860A – LES ECHOS
Par acte SSP du 31/12/2018, il a été
constitué une SAS à capital variable dénommée UN NOUVEAU PARTAGE. Objet : Information pour la réussite et le
bien-être. Capital : minimum 25 €, initial
100 €. Cessions soumises à agrément.
Siège social : 17 rue Gazan 75014 PARIS. Président : Kevin Frasseto , 35
Avenue Henri dunant Appt
c24 31130 Balma. Durée : 99 ans. Immatriculation : RCS de PARIS
415878A – LES ECHOS
Par ASSP du 01/01/19, il a été constitué
la Société Civile dénommée PASMYR.Siège social :21 rue danielle casanova 75001 Paris.Capital :2000 €.Objet : acquisition et gestion de valeurs
mobilières et de biens immobiliers.Gérance :M.Pascal HEROLD, 21 rue danielle casanova 75001 Paris ; Mme Myriam HEROLD,21 rue danielle casanova
75001 Paris. Cessions soumises à agrément. Durée :99 Immatriculation au RCS
de PARIS.
415905A – LES ECHOS
Par acte SSP du 03/01/2019, il a été
constitué une SAS à capital variable dénommée Flat Color Automobiles. Objet :
Commerce de voitures et de véhicules
automobiles légers. Capital : minimum
25 €, initial 100 €. Cessions soumises à
agrément. Siège social : 17 rue Gazan
75014 Paris. Président : Sébastien Mazerand, 51 rue du 18 Juin 57820 ST
Louis. Durée : 99 ans. Immatriculation :
RCS de Paris
415765A – LES ECHOS
415601A – LES ECHOS
415638A – LES ECHOS
409431A – LES ECHOS
415693A – LES ECHOS
Durée : 99 ans RCS PARIS
409294A – LES ECHOS
Par acte SSP du 6/12/2018 constitution
de la SASU INKLUVI. Capital : 1000 €.
Siège social : 18-26 rue goubet 75019
paris. Objet : conseils aux entrepreneurs.
Président : Nicolas Schweitzer, 56 rue de
meaux 75019 paris. Durée de la société : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de Paris.
Objet : Prestation de services HOME
STAGING, Décoration interieur, petit travaux de rénovation, ménage, et mise en
relation client pour la location saisonniere
d’appartement. Président : LANDRAU
Franck 18 rue de gretz, 77240 CESSON.
Transmission des actions : la propriété
d’une action emporte de plein droit adhesion aux statuts aux actes et aux decisions collectives, (...) les actions sont indivisibles à l’égard de la société (...).
Admission aux assemblées et exercice du droit de vote : Chaque action
donne droit, dans les benefices et l’actif
social, à une part proportionnelle à la
quotité du capital qu’elle represente. Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PARIS.
414668A – LES ECHOS
Par acte SSP du 02/01/2019 il a été
constitué une SASU dénommée :
409386A – LES ECHOS
FLAT CARE
Siège social : 77 rue st martin, 75004
PARIS. Capital : 500 €.
Suivant acte reçu par Maître Denis GOUJON, soussigné, Notaire associé de la
société d’exercice libéral « Denis GOUJON et Laetitia FELIX-CORDON, Notaires associés », titulaire d’un Office Notarial à TALENCE (33400), 16 avenue du
Maréchal de Lattre de Tassigny, le 20 décembre 2018, enregistré au Service Départemental de l’Enregistrement le
28/12/2018 Dossier 2018 00052688 Réf.
3304P61 2018 N 5396 a été constituée
une société civile immobilière ayant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination sociale :
POULAIN-DUCASSE
Forme : Société civile
Durée : 99 ans
Siège : PARIS 12ÈME ARRONDISSEMENT (75012) 5 place Felix Eboué Objet social : l’acquisition, en état futur
d’achèvement ou achevés, l’apport, la
propriété, la mise en valeur, la transformation, la construction, l’aménagement,
l’administration, la location et la vente
(exceptionnelle) de tous biens et droits
immobiliers, ainsi que de tous biens et
droits pouvant constituer l’accessoire,
l’annexe ou le complément des biens et
droits immobiliers en question.
Capital social : 1000 euros
Par acte S.S.P. à PARIS du 07.01.2019,
il a été constitué une SCI présentant les
caractéristiques suivantes :
Dénomination :
415664A – LES ECHOS
Par acte SSP du 15/11/2018 il a été
constitué une SASU dénommée :
416125A – LES ECHOS
Gérance : Monsieur Hervé POULAIN et
Madame Sylvie DUCASSE, son épouse
demeurant à PARIS 12ÈME ARRONDISSEMENT (75012) 5 place Félix
Eboué
Le notaire
409624A – LES ECHOS
AGREESO
416209B – LES ECHOS
Cession de parts sociales : Toutes les
cessions de parts, quelle que soit la qualité du ou des cessionnaires, sont soumises à l’agrément préalable à l’unanimité
des associés.
415917A – LES ECHOS
Par acte SSP du 20/12/2018 il a été
constitué une SARL dénommée : JN
FONCIERE Siège social : 12 rue du bouquet de longchamp 75116 PARIS Capital : 1.000 € Objet : L’achat, la gestion et
la vente de tous biens immobiliers destinés à la location meublée. Gérant : Mme
BENAROCH Eliane 3 Bis Avenue des
Chardons 77340 PONTAULT
COMBAULT Durée : 99 ans à compter
de l’immatriculation au RCS de PARIS
415949A – LES ECHOS
Par acte SSP du 18/12/2018 il a été
constitué une SCI dénommée : SCI CARPENTIER UZAN Siège social : 92 rue
boileau 75016 PARIS Capital : 1.000 €
Objet : La société a pour objet prioritairement l’acquisition, la détention, la gestion, l’organisation et la vente de biens et
droits immobiliers sis à PARIS, 16ème
arrondissement, 156 avenue de Versailles. Gérant : Mme CARPENTIER Sophie
90 Rue Boileau 75016 PARIS Co-Gérant : M. UZAN Yves 90 Rue Boileau
75016 PARIS Cession des parts sociales : Les parts sont librement cessibles
entre associés. Les autres cessions sont
soumises à l’agrément préalable du ou
des gérants. En cas de pluralité de gérants, l’accord unanime des gérants sera
requis pour obtenir l’agrément. A défaut
d’accord entre les gérants, l’agrément
sera réputé refusé. Durée : 99 ans à
compter de l’immatriculation au RCS de
PARIS
« SCI A B E »
Siège social : 276, rue de Belleville –
75020 PARIS
Durée : 99 ans.
Capital : 100 €uros divisé en 100 parts
de 1 €uro chacune.
Gérance : Mr Jules ABE, demeurant
276, rue de Belleville - 75020 – PARIS a
été nommé gérant pour une durée non
limitée.
Les parts sociales sont librement cessibles au profit d’un Associé. Toute cession à un tiers de la société est soumise
au préalable à agrément de la collectivité
des Associés réunis en Assemblée Générale.
La Société sera immatriculée au RCS de
PARIS.
416224A – LES ECHOS
Il a été constitué le 1er janvier 2019 une
association d’avocats inscrite au Barreau
de Paris régie par les lois en vigueur et
par les statuts, desquels il a été extrait
ce qui suit :
- la dénomination de l’association est :
PERSPECTIVES - Association d’avocats
- le siège de l’association est fixé au : 2
bis rue du Bouloi 75001 PARIS
- les associés sont : Me Grégory MARGOLINE – Me Jean-Jacques BEN-ATTAR - Me Julien STEINBERG – Me Raphaël PERRIN
- L’association est inscrite au Barreau de
Paris
- A l’unanimité, les associés ont déclaré
que l’association s’est placée sous le régime de la responsabilité professionnelle
de chacun des associés au sens de l’article 124 du décret du 27 novembre 1991
modifié par le décret du 15 mai 2007. En
conséquence, la mise en cause de la responsabilité professionnelle de l’un de ses
membres n’engagera pas celle des autres associés,
- Les initiales AARPI (Association d’Avocats à Responsabilité Professionnelle Individuelle) suivront la dénomination de
l’association.
Pour avis
415623B – LES ECHOS
PRATS AVOCAT
SAS au capital de 15000,00 €
9 RUE DE TREVISE, 75009 PARIS
843582859 RCS Paris
Par décision en date du 31/12/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 10 BIS AVENUE DE LA
GRANDE ARMEE, 75017 PARIS à
compter du 31/12/2018.
Autres modifications :
- il a été pris acte de la nomination de
DG M. DIMITRI FLANDRE, demeurant
253 RUE GAMBETTA, 60700 SACY-LEGRAND, et DG Mme ROSE NGO BEGUE, demeurant 98 B RUE DES MARTYRS DE LA RESISTANCE, 78800
HOUILLES à compter du 31/12/2018.
- il a été pris acte de changer la dénomination de la société.
Ainsi, la dénomination sociale de la société est désormais :
PFB avocats
- il a été décidé de modifier le capital de
la société en le portant de 15000 € à
45000 €. Mention en sera faite au RCS
de Paris
415626B – LES ECHOS
416039A – LES ECHOS
Par acte SSP du 26/11/2018 il a été
constitué une SASU dénommée : DARAM Siège social : 7 rue des cloys 75018
PARIS Capital : 1.000 € Objet : Le
conseil en entreprise, conseil en développement commercial et activité d’intermédiaire dans le commerce. Président :
D’ARAM DE VALADA Benoit 42 rue de
clichy 75009 PARIS Transmission des
actions : Actions librement cessibles Admission aux assemblées et exercice du
droit de vote : Tout Actionnaire est
convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix. Durée : 99
ans à compter de l’immatriculation au
RCS de PARIS
AD2
SAS au capital de 1000,00 €
46 place Jules Ferry,
92120 MONTROUGE
817468200 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 22, rue
Raymond Losserand, 75014 PARIS à
compter du 31/12/2018.
Présidence : M. Alain VERLAC, demeurant 9 Allée du Prunier Hardy, 92220 BAGNEUX
La société sera immatriculée au RCS de
Paris et sera radiée du RCS de Nanterre
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
415633B – LES ECHOS
415821B – LES ECHOS
PHRAO DESIGNS
SCI BOIS BLANC
SASU au capital de 10000,00 €
75 RUE DE LOURMEL, 75015 PARIS
533944583 RCS Paris
SCI au capital de 1000,00 €
36, RUE PIERRE SEMARD, 75009
PARIS
802144907 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
23/11/2018 il a été pris acte de la nomination de DG Mme Nathalie Paulin, demeurant 52 RUE CARNOT, 92100 BOULOGNE BILLANCOURT à compter du
23/11/2018. Mention en sera faite au
RCS de Paris
Par décision de L’AGE en date du
15/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 32, RUE
DE CHAMBERY, 75015 PARIS à
compter du 15/12/2018. Mention en sera
faite au RCS de Paris
415637B – LES ECHOS
415822B – LES ECHOS
COMBIO ENERGY
4MS IMMO
SARL au capital de 1000,00 €
78 rue de Ponthieu, 75008 PARIS
838152627 RCS Paris
SCI au capital de 100,00 €
290 rue de Charenton 75012 PARIS
832781140 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
06/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 30 rue du
Stade, 57200 REMELFING à compter du
01/01/2019.
Par décision de L’AGE en date du
07/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 68 RUE
DES GRANDS CHAMPS, 75020 PARIS
à compter du 14/01/2019. Mention en
sera faite au RCS de Paris
Autres modifications : - Il a été décidé
d’augmenter le capital de la société en le
portant de 1000 € à 10 000 €. Il a été pris
acte de changer la dénomination sociale
de la société qui devient LANDTECH
ENERGY.
Gérance : Mme Patricia SEREK, demeurant 4 Impasse Gounod, 57520 ROUHLING. La société sera immatriculée au
RCS de Sarreguemines et sera radiée du
RCS de Paris
415639B – LES ECHOS
PROGEXAIR
SARL au capital de 7622,45 €
108 rue Damrémont, 75018 PARIS
408604676 RCS Paris
Par décision en date du 04/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 26 rue Damrémont,
75018 PARIS à compter du 04/01/2019.
Mention en sera faite au RCS de Paris
HOTEL CENTRAL BASTILLE
SARL au capital de 24390,00 €
16 RUE DE LA ROQUETTE, 75011
PARIS
662007152 RCS Paris
Par décision en date du 23/12/2018 il a
été pris acte de la nomination de M. Mohamed AMRANE, demeurant 17 RUE
DES BERNARDINS 75005 PARIS en
qualité de nouveau Gérant, à compter du
01/01/2019 pour une durée illimitée, en
remplacement de Mme HAKIMA
AMRANE, Gérant démissionnaire. Mention en sera faite au RCS de Paris
415682B – LES ECHOS
SQUARES PRODUCTIONS
INTERNATIONALES
SARL au capital de 45734,71 €
152 Boulevard Haussmann, 75008 Paris
328824750 RCS Paris
Sigle : SPI
Par décision en date du 02/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 91 rue du Faubourg
Saint Honoré, 75008 Paris à compter du
02/01/2019. Mention en sera faite au
RCS de Paris
415813B – LES ECHOS
AUXANE
SARL Unipersonnelle au capital de
5000,00 €
2 rue de l’atlas, 75019 PARIS
793943143 RCS Paris
Par décision en date du 02/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 17 rue henri monnier,
75009 PARIS à compter du 02/01/2019.
Mention en sera faite au RCS de Paris
415629A – LES ECHOS
415899A – LES ECHOS
415589B – LES ECHOS
ALTERA
QVB CAPITAL
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 92
NEMESIS CONSULTING
SARL au capital de 1250000,00 €
128 RUE DE LA BOETIE, 75008 PARIS
493905210 RCS Paris
Par décision en date du 01/09/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 37 RUE ADAM LEDOUX, 92400 COURBEVOIE à compter
du 01/09/2018. La société sera immatriculée au RCS de Nanterre et sera radiée
du RCS de Paris
416045B – LES ECHOS
LCSP CHALLENGE
SASU au capital de 7500,00 €
18 RUE DAGORNO, 75012 PARIS
451012355 RCS Paris
Par décision en date du 27/12/2018 il a
été pris acte de la démission pour ordre
de Mme KARSENTI LUCETTE, de ses
fonctions de Président à compter du
31/12/2018. M. JEROME KARSENTI,
demeurant 3 RUE JADIN 75017 PARIS,
est nommé Président à compter de cette
même date. Mention en sera faite au
RCS de Paris
415835B – LES ECHOS
CO3 DEVELOPPEMENT
SARL au capital de 3000,00 €
115 Rue Saint Dominique, 75007 Paris
507514438 RCS Paris
Par décision de L’Associé Unique en
date du 17/12/2018 il a été pris acte de
modifier l’objet social de la société, à
compter du 17/12/2018
Nouvel objet social : Extension de l’objet social de la société aux activités de
formation professionnelle et organisation
ou l’intervention dans le cadre de séminaires et colloques scientifiques et d’expertise. L’article 2 des statuts a été modifié en conséquence. Pour avis et
mention. Mention en sera faite au RCS
de Paris
415873B – LES ECHOS
415667B – LES ECHOS
416010B – LES ECHOS
ISRAE CONSEIL
SARL au capital de 1000,00 €
40 Rue Alexandre Dumas, 75011 Paris
753055391 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
03/09/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 122 Rue
Ernest Savart, 93100 Montreuil à
compter du 03/09/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Bobigny et sera
radiée du RCS de Paris
415987B – LES ECHOS
BENOIT TOURISME VOYAGES
SARL au capital de 114435,00 €
27, rue la Bruyère, 75009 PARIS
422333435 RCS Paris
Sigle : BTV
Par décision de L’AGE en date du
17/11/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 71, avenue Victor Hugo, 94600 Choisy le Roi à
compter du 17/11/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Créteil et sera
radiée du RCS de Paris
416008B – LES ECHOS
SHARP INGENIERIE
SAS au capital de 21000,00 €
7 RUE PASQUIER, 75008 PARIS
815376876 RCS Paris
Par décision en date du 14/12/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 7 PASSAGE THIERE,
75011 PARIS à compter du 01/01/2019.
Mention en sera faite au RCS de Paris
416199B – LES ECHOS
BMS-BAR
SAS au capital de 3000,00 €
75 RUE DU FAUBOURG DU TEMPLE,
75010 PARIS
824591028 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
18/12/2018 il a été pris acte de la nomination de DG M. SAHLI MOHAMMED,
demeurant 56 RUE DE LA FONTAINE
AU ROI, 75011 PARIS à compter du
18/12/2018. Mention en sera faite au
RCS de Paris
Société à Responsabilité Limitée
Siège social : 11, rue du Cherche midi
75006 PARIS
503 713 406 R.C.S PARIS
Par décision de l’associé unique en date
du 18/12/2018 il a été pris acte de modifier l’objet social de la société, à compter
de ce jour, par adjonction de la mention
suivante : « l’acquisition, la propriété et la
gestion de toutes valeurs mobilières et
immobilières ». Mention en sera faite au
RCS de Paris.
pressing montorgueil, EURL au capital
de 75000 € Siège social : 16 rue mandar
75002 paris 493490841 RCS paris. Le
28/11/18, l’associé unique a : décidé de
transférer le siège social au 23 rue henri
brisson 72000 Le Mans à compter du
10/12/18 ; . Radiation au RCS de PARIS
Inscription au RCS de LE MANS
LEIKIR WEB
SARL au capital de 1 000 euros
Siège social : 42 Rue Monge
75005 PARIS
819 886 128 RCS PARIS
Aux termes d’une décision en date du 18
décembre 2018, l’associée unique a
nommé en qualité de cogérant Monsieur
Julien DUSSART, demeurant 4 bis rue
Ampère 91300 MASSY, pour une durée
non limitée. Monsieur Yann HOURDEL
et Monsieur Aurélien LOOS sont, quant
à eux, maintenus dans leurs fonctions de
cogérants. Pour avis. La Gérance.
LANGE ET LINCEUL
Société à Responsabilité Limitée
RCS NANTERRE B 524 786 373
Par l’A.G.E du 01/11/2018, il a été décidé
de transférer le siège social au 1 Boulevard Exelmans, 75016 PARIS. Président : Sébastien MOREAU demeurant 1
Boulevard Exelmans, 75016 PARIS. Radiation au RCS de NANTERRE immatriculation au RCS de PARIS.
415704B – LES ECHOS
415991A – LES ECHOS
Dénomination : LANCEL SOGEDI, forme
SA à conseil d’adminsitration, siège social : 48-50 rue Ampère - 75017 PARIS
au capital de 20 000.000 €, RCS PARIS
612 036 376.
L’Assemblée générale mixte du 26/09/18
a nommé le cabinet DELOITTE et Associés dont le siège social est fixé au 6
Place de la Pyramide - 92908 PARIS LA
DEFENSE CEDEX aux fonctions de
Commissaires aux comptes en remplacement de la société PRICEWATERHOUSECOOPERS AUDIT SA, dont le
mandat est arrivé à expiration. Modification au RCS de Paris.
416153A – LES ECHOS
UFINVEST
Au capital de 7.625 euros
Siège social : 16 rue Sauffroy 75017
PARIS
Aux termes du PV de l’Assemblée Générale extraordinaire du 3 décembre 2018,
il a été décidé de transférer le siège social du 16 rue Sauffroy 75017 PARIS au
22 bis rue Barrault 75013 PARIS, à
compter du 10 décembre 2018.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au RCS de PARIS
BLACKHORSE, SASU au capital de 1 €
Siège social : 19 avenue d italie 75013
PARIS 827913856 RCS PARIS. Le
03/12/18, l’associé unique a décidé de
nommer Directeur Général Mme bouchra
le berre, 12 rue du perche 28800 bonneval ; . décidé de modifier l’objet social : la
négociation et conclusion des contrats
d’achat, de vente, de location ou de prestations de services, au nom et pour le
compte d’autres personnes. Mention au
RCS de PARIS
SNC SEIGNELAY
audicare france, SARL au capital de
30000 € Siège social 18 Av de la Jonchère 78170 LA CELLE SAINT CLOUD
520320490 RCS Versailles. Le 08/11/18,
les associés ont décidé de transférer le
siège social au 88 avenue des Ternes
75017 Paris à compter du 01/12/18 ; Objet : Fourniture et pose des solutions
d’isolation acoustique. Ingénierie acoustique, vente de prothèse auditives et accessoires. Gérance : Mohamed Sylla, 2,
résidence des Chataigniers 92380 GARCHES. Radiation au RCS de VERSAILLES. Inscription au RCS de PARIS
92100 BOULOGNE BILLANCOURT
Société en Nom Collectif
Au capital de 1.000 euros
Siège social : 3 boulevard de
Sébastopol 75001 PARIS
RCS PARIS 843 212 689
Aux termes du PV des Décisions extraordinaires des Associés du 18 décembre
2018, il a été décidé de modifier la dénomination sociale en SNC GUYNEMER
30.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au RCS de PARIS
415799A – LES ECHOS
TENTATIVE D’EVASION
SARL au capital de 166 750 euros
Siège social : 5, rue Nicolet - 75018
PARIS
395 136 211 RCS PARIS
Par décision de l’associé unique du
30/10/2018, il a été décidé d’augmenter
le capital d’une somme de 29 440 euros
par apport de numéraire pour le porter
à 196 190 euros. Modification au RCS de
PARIS.
S.A.S au capital de 377 200 €
Siège social : 24-32 rue Jean
Goujon, 75008 Paris
750 579 963 RCS PARIS
AVIS A INSERER
Il résulte de la décision de l’Associé Unique en date du 19 décembre 2018 et du
certificat de la banque dépositaire des
fonds établi le 20 décembre 2018, que le
capital social a été augmenté d’un montant de 15.000.000 euros par émission
de 150.000 actions nouvelles de 100 euros chacune, pour le porter de 377.200
euros à 15.377.200 euros.
Ce même jour, il a été décidé de réduire
le capital social de 8.491.000 euros à
6.886.200 euros par voie d’annulation de
84.910 actions.
Il a été constaté la reconstitution des capitaux propres.
Les articles 6 et 7 des statuts ont été modifiés en conséquence.
Pour avis,
416159A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 92
BRUNETTI CONSULTING
SARL Unipersonnelle au capital de
200,00 €
11 rue du docteur finlay, 75015 Paris
533753851 RCS Paris
Par décision de L’Associé Unique en
date du 01/12/2018 il a été décidé de la
dissolution anticipée de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
01/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. jean pierre brunetti, 11 rue du
docteur finlay, 75015 Paris et fixé le siège
de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société. Mention en
sera faite au RCS de Paris
Siège social : 12 Rue Castiglione
75001 PARIS
451 119 812 RCS PARIS
Le 04/12/2018, l’AGE des associés a décidé de transférer le siège social du 12
rue castiglione 75001 Paris au 68 avenue d’Iéna, 75116 PARIS à compter du
même jour, et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts. Pour avis.
La Gérance
415842A – LES ECHOS
FUNDIMMO Société par actions simplifiée au capital de 926.322 € Siège : 154
boulevard Haussmann 75008 PARIS
802497099 RCS de PARIS Par décision
du gérant du 07/01/2019, il a été décidé
de transférer le siège social au 22 Rue
DE COURCELLES 75008 PARIS. Mention au RCS de PARIS.
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme Hortense de Navacelle 60 rue saint lazare,
75009 Paris, pour sa gestion et décharge
de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
415838B – LES ECHOS
MAFALDO
SARL au capital de 1000,00 €
28 rue sedaine, 75011 PARIS
830197554 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
07/12/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liqui dat ion am iable à c omp ter du
07/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. SALOMON Adam, 36 rue poulet, 75018 Paris et fixé le siège de liquidation et l’adresse de correspondance
chez le liquidateur M. SALOMON Adam.
Mention en sera faite au RCS de Paris
415839B – LES ECHOS
FEI CHANG BA LI
416160A – LES ECHOS
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
Société Anonyme
415827A – LES ECHOS
SELARL de médecins au capital de
7 800 euros
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2018 l’associé unique a :
Par décision de L’AGE en date du
30/11/2018 les Associés ont :
LVMH Finance
DOCTEUR CATHERINE PLANTE ET
ASSOCIES
OPEN ART
SASU au capital de 10000 €
60 rue saint lazare, 75009 Paris
811346485 RCS Paris
SASU WASABI SUN au capital de
2 000 €. Siège social : 12 Place du Général Leclerc 92700 COLOMBES
RCS NANTERRE 840 966 618 Par l’AGE
du 04/01/2019, il a été décidé de nommé
président Mr ZENGIN Ali Dogan demeurant au : 3 Rue Mozart 78200 MANTES
LA JOLIE en remplacement de Mme MANIS Pelin démissionnaire et de transférer
le siège au 8 Rue du FBG Poissonnière
75010 PARIS Radiation au RCS de Nanterre Immatriculation au RCS de PARIS
409636A – LES ECHOS
S gobert, EURL au capital de 2500 €
Siège social : 5 rue bonaparte 06300
Nice 794602201 RCS Nice. Le 30/11/18,
l’associé unique a décidé de transférer le
siège social au 20 rue dauphine 75006
Paris à compter du 26/11/18 ; . Objet :
Programmation informatique Gérance :
Stanislas Gobert, 20 rue dauphine 75006
Paris. Radiation au RCS de NICE. Inscription au RCS de PARIS
Par décision de L’Associé Unique en
date du 15/12/2018 il a été décidé la dissolution anticipée de la société et sa mise
en liquidation amiable à compter du
15/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. RENE NAPOLI, 43 RUE DES
FAVORITES, 75015 PARIS et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Paris
415750B – LES ECHOS
415728A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 78
Siège social : 28 rue Rieux
415710A – LES ECHOS
409399A – LES ECHOS
409424A – LES ECHOS
SAS au capital de 1000 €
415635A – LES ECHOS
RCS PARIS 414 043 521
409357A – LES ECHOS
RUBYSOFT
au capital de 7 500,00 €
SASU au capital de 2000,00 €
43 RUE DES FAVORITES, 75015
PARIS
809876477 RCS Paris
au capital de EUR 534 996 000
Siège Social : 24-32 rue Jean Goujon
75008 Paris
380 097 881 RCS PARIS
Avis à Insérer
Il résulte de l’Assemblée Générale Mixte
du 19 décembre 2018 et du récépissé de
dépôt des fonds de la banque en date du
20 décembre 2018, que le capital social
a été :
- augmenté de 499.999.995 euros par
émission de 33.333.333 actions nouvelles pour le porter de 534.996.000 euros
à 1.034.995.995 euros, puis- réduit de
482.506.275 euros par annulation de
32.167.085 actions au nominal de 15 euros afin d’apurer les pertes de la société ;
il a été ramené à 552.489.720 euros.
L’article 6 des statuts a été modifié en
conséquence.
L’Assemblée Générale a également
constaté la reconstitution des capitaux
propres.
Pour avis,
SAS au capital de 8000 €
57 Rue de Richelieu, 75002 PARIS
818405425 RCS Paris
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. YANG
Chen 36 Rue de Bellefond, 75009 PARIS, pour sa gestion et décharge de son
mandat,
415849B – LES ECHOS
MAFALDO
SARL au capital de 1000 €
28 rue sedaine, 75011 Paris
830197554 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
07/12/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. SALOMON Adam 36 rue poulet, 75018 Paris,
pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 09
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
415855B – LES ECHOS
S.C.I TAVOL
416211B – LES ECHOS
VOLUME 2
Société Civile au capital de 762,25 €
17 Quai Voltaire, 75007 PARIS
331195214 RCS Paris
SAS au capital de 1000,00 €
11 rue Carpeaux, 75018 Paris
827577560 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
03/12/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquid ation a miab le à c om pte r du
03/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. Dominique CHEVALIER, 10
rue du Bac, 75007 PARIS et fixé le siège
de liquidation et l’adresse de correspondance chez le liquidateur M. Dominique
CHEVALIER. Mention en sera faite au
RCS de Paris
Par décision de L’AGE en date du
31/10/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquid ation am ia ble à c ompt er du
31/10/2018, nommé en qualité de liquidateur Mme Delphine Flauraud, 55 rue
de Verdun, 77270 Villeparisis et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance chez le liquidateur Mme
Delphine Flauraud. Mention en sera faite
au RCS de Paris
415982B – LES ECHOS
IRON BODYFIT PARIS
SASU au capital de 1000 €
1 rue Théodule Ribot, 75017 Paris
821868015 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
15/11/2018 l’associé unique a :
409615A – LES ECHOS
Instructions, SAS au capital de
7500 €. Siège social : 49 r de paradis
75010 Paris. 828201319 RCS Paris. Le
31/10/18, les associés ont approuvé les
comptes de liquidation, déchargé le liquidateur de son mandat et constaté la clôture des opérations de liquidation. Radiation au RCS de Paris.
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. Hadri
JAFFAL 21 rue Pierre Mendes, 84310
Morière les Avignon, pour sa gestion et
décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
412076A – LES ECHOS
Club du 28, SAS au capital de
10 €. Siège social : 45 av ledru rollin
75012 Paris. 824866479 RCS Paris. Le
28/11/18, les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société, nommé
liquidateur M. Joseph Hermet, 22 rue
brey 75017 Paris, et fixé le siège de liquidation au siège social. Modification au
RCS de Paris.
415997B – LES ECHOS
40
SAS au capital de 3000,00 €
8 rue du Foin, 75003 Paris
793196874 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
27/12/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquid ation am ia ble à c ompt er du
27/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. David Manuel, 5 rue Philibert
Delorme, 75017 Paris et fixé le siège de
liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société. Mention en
sera faite au RCS de Paris
414501A – LES ECHOS
S.C.I. ROBART
SCI au capital de 1.524,49 €. Siège social : 19 RUE MAZARINE 75006 PARIS.
RCS 408 170 843 PARIS.
L’AGO du 31/12/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat
et prononcé la clôture de liquidation, à
compter du 31/12/2018. Radiation au
RCS de PARIS.
415780A – LES ECHOS
CESAR
PR CLUNY
Société Civile Immobilière au capital
de 10 000 €
Société à responsabilité limitée
Siège social : 4 rue de Castellane -75008
PARIS
ART BLENDER
SARL au capital de 1000 €
30 rue de saintonge, 75003 Paris
807499298 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
31/12/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. ANTHONY PALMIERI 91 rue d’Aguesseau,
92100 Boulogne-Billancourt, pour sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
416015B – LES ECHOS
FRENCHOLOGY
SAS au capital de 6000 €
2 rue beethoven, 75016 Paris
831061312 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
27/11/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mlle Sanaé Blanc 20 rue Borromée, 75015 Paris, pour sa gestion et décharge de son
mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
MB CONSEIL
SARL au capital de 5000 €
56 avenue de la republique, boite 23,
75011 Paris
503875403 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
31/12/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme mathilde Madelin 36 rue de la Chine, 75020
Paris, pour sa gestion et décharge de son
mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
75005 PARIS
Aux termes du procès-verbal de
l’AGE du 31/12/2018, il a été décidé la
dissolution anticipée de la société à
compter du 31/12/2018. Mr Jaques
LECA demeurant 42 rue Laugier, 75017
PARIS a été nommé liquidateur. Le siège
de liquidation a été fixé au 4 rue de Castellane, 75008 PARIS. Mention en sera
faite au RCS de PARIS.
415782A – LES ECHOS
SIENA
SA au capital de 38 112 €
Siège social : 4 rue de Castellane 75008
PARIS
379008600 RCS PARIS
810577148 RCS PARIS
Par décision du 01/12/2018, l’associé
unique a décidé la dissolution anticipée
de la Société à compter du même jour et
sa mise en liquidation amiable sous le régime conventionnel.M. Patrick ROUSSILHE, demeurant 34 avenue de la République 94700 MAISONS ALFORT,
associé unique, exercera les fonctions de
liquidateur pour réaliser les opérations de
liquidation et parvenir à la clôture de
celle-ci. Le siège de la liquidation est fixé
au siège social. C’est à cette adresse que
la correspondance devra être envoyée et
que les actes et documents concernant
la liquidation devront être notifiés.Les actes et pièces relatifs à la liquidation seront déposés au Greffe du Tribunal de
commerce de PARIS, en annexe au
RCS.
Suivant procès-verbal du 31/12/2018,
l’Assemblée Générale Extraordinaire a
décidé la dissolution anticipée de la société à compter du 31/12/2018. Mr
Thierry FLORENT demeurant 17 rue Esther Cordier, 92320 CHATILLON, a été
nommé liquidateur. Le siège de liquidation a été fixé au 4 rue de Castellane,
75008 PARIS. Mention en sera faite au
RCS de PARIS.
416060A – LES ECHOS
NIKITA HAIRSTYLE
Société par actions simplifiée en
liquidation
Au capital de 8 000 euros
Siège social : 62, rue Blomet, 75015
PARIS
415785A – LES ECHOS
Siège de liquidation : 62 rue Blomet
75015 PARIS
HERMES
809995467 RCS PARIS
Société Civile Immobilière au capital
de 1500 €
Siège social : 4 rue de Castellane - 75008
PARIS
441669801 RCS PARIS
Aux termes du procès-verbal de l’AGE du
31/12/2018, il a été décidé la dissolution
anticipée de la société à compter du
31/12/2018. Mr Jacques LECA demeurant 42 rue Laugier, 75017 PARIS, a été
nommé liquidateur. Le siège de liquidation a été fixé au 4 rue de Castellane,
75008 PARIS. Mention en sera faite au
RCS de PARIS.
Par décision du 07/12/2018, l’associée
unique a décidé la dissolution anticipée
de la Société à compter du même jour et
sa mise en liquidation amiable sous le régime conventionnel. Mme Nikita DUCOS, associée unique, exercera les
fonctions de liquidateur pour réaliser les
opérations de liquidation et parvenir à la
clôture de celle-ci. Le siège de la liquidation est fixé au siège 62 rue Blomet
75015 PARIS. C’est à cette adresse que
la correspondance devra être envoyée et
que les actes et documents concernant
la liquidation devront être notifiés. Les actes et pièces relatifs à la liquidation seront déposés au Greffe du Tribunal de
commerce de PARIS, en annexe au
RCS.
LES PETITES AILES
415786A – LES ECHOS
SAS au capital de 500 €. Siège social :
16 rue Sedaine 75011 PARIS. RCS
823 177 415 PARIS.
LA FONTAINE
416178A – LES ECHOS
Société Civile Immobilière au capital de 3
000 €
My Original Content
Siège social : 4 rue de Castellane - 75008
PARIS
Société à Responsabilité Limitée en
liquidation au capital de 5 000 euros
433863263 RCS PARIS
Siège de liquidation : 90 rue des
Cévennes - 75015 PARIS
L’AGE du 10/12/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 10/12/2018,
nommé liquidateur Mme BELJAN Tamara, 16 rue Sedaine 75011 PARIS et
fixé le siège de la liquidation au siège social.
L’AGE du 20/12/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat
et prononcé la clôture de liquidation, à
compter du 20/12/2018. Radiation au
RCS de PARIS.
Aux termes du procès-verbal de l’AGE du
31/12/2018, il a été décidé la dissolution
anticipée de la société à compter du
31/12/2018. Mr Jacques LECA demeurant 42 rue Laugier, 75017 PARIS, a été
nommé liquidateur. Le siège de liquidation a été fixé au 4 rue de Castellane,
75008 PARIS. Mention en sera faite au
RCS de PARIS.
415655A – LES ECHOS
415939A – LES ECHOS
SAS PARIS ASIA-II
CICONIA
Société par actions simplifiée en
liquidation
SASU au capital de 20 000 €
Au capital de 1 000 euros
Siège social : 46 RUE DU FAUBOURG
SAINT MARTIN - 75010 PARIS
Siège social et de liquidation : 10 Place
Vendôme
75001 PARIS
808 066 377 RCS PARIS
Le 14/12/2018, l’AGO de clôture de liquidation a approuvé les comptes de liquidation au 31 octobre 2018, a donné quitus au liquidateur et a constaté la clôture
des opérations de liquidation, à compter
du 14/12/2018. Radiation au RCS de PARIS.
RCS PARIS 802 717 322
Le 31/07/2018, nature de l’acte a décidé
la dissolution anticipée de la société à
compter du 31/07/2018. Mme Perrine
DEMONGEOT demeurant 91 GRANDE
RUE 77410 VILLEVAUDE, a été nommé
liquidateur. Le siège de liquidation a été
fixé au 46 RUE DU FAUBOURG SAINT
MARTIN - 75010 PARIS . Modification au
RCS de PARIS.
415988A – LES ECHOS
415661A – LES ECHOS
416044B – LES ECHOS
au capital de 1 000 euros
Siège social : 67 rue Saint Jacques
485011910 RCS PARIS
414633A – LES ECHOS
416014B – LES ECHOS
415999A – LES ECHOS
LIBERTY HOME
Société civile au capital de 1 000 €
5, rue de Castiglione 75001 PARIS
RCS PARIS D 451 426 613
Le 30/11/2018 à onze heures, il a été décidé la dissolution anticipée de la société.
Mr Thierry de Haynin demeurant 1 Chemin de Barrauraz, CH–1291 COMMUGNY (SUISSE), a été nommé liquidateur.
Le siège de liquidation a été fixé au 5,
rue de Castiglione 75001 PARIS et la
correspondance est à adresser au siège
de la société. Modification au RCS de
PARIS.
Le 30/11/2018 à douze heures l’AGO a
approuvé les comptes de liquidation, a
donné quitus au liquidateur et a constaté
la clôture des opérations de liquidation.
Radiation au RCS de PARIS.
TERRE DE VITRAIL
SARL en liquidation au capital de
Ont acté un projet commun de fusion
transfrontalière par voie d’absorption de
FLINVEST par PREVAL dont les modalités sont les suivantes :
-L’évaluation de l’actif et du passif de la
Société Absorbée, dont la transmission
est prévue à la Société Absorbante, est
effectuée sur la base d’une situation
comptable établie au 30/09/2018. La valeur comptable nette provisoire des actifs
apportés par la Société Absorbée est de
1.996.569.09 € résultant d’un montant
d’actif apporté à hauteur
de 2.785.671,74 € et d’un montant de
passif pris en charge à hauteur de
789.102,65 €.
-Le rapport d’échange des droits sociaux
est d’environ 2.547,1819 actions de la
Société Absorbée pour 1 action de la Société Absorbante.
-En rémunération de l’apport, il sera procédé à une augmentation du capital social de la Société Absorbante de
243.750 € par émission d’un nombre arrondi de 975 actions nouvelle d’une valeur nominale de 250 €, attribuées à l’associé unique de la Société Absorbée
(sans tenir compte de 15.065 actions
auto-détenues par la Société Absorbée)
-La différence entre la valeur comptable
nette provisoire des actifs de la Société
Absorbée apportés, et le montant de
l’augmentation du capital social de la Société Absorbante, constituera une prime
de fusion provisoire de 1.752.819 €.
Cette prime de fusion sera toutefois diminuée de 76.228,90 €, correspondant à
la valeur des 15.065 Actions de catégorie
B auto-détenues par la Société Absorbée
qui seront annulées au moment de la Fusion en raison de la disparition de cette
dernière, ramenant ainsi la prime de fusion provisoire à 1.676.590,10 €.
-Les créanciers peuvent obtenir une information exhaustive sans frais sur cette
opération au siège de la Société Absorbée (41 avenue Montaigne 75008 Paris).
Ils peuvent former opposition devant le
Tribunal de Commerce de Paris dans les
30 jours de la dernière publication prévue
par la loi.
-Les contrats de travail des salariés de la
Société Absorbée seront transférés de
plein droit à la Société Absorbante, sans
modification, conformément à l’article
L.1224-1 du Code du Travail.
-Le projet de fusion transfrontalière a été
déposé au nom de FLINVEST au RCS
du Tribunal de Commerce de Paris, le
02/01/2019.
Pour avis.
415587B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 19/12/2018, concernant la société MAKE YOUR MONDAY, lire
20/10/2018 en lieu et place de
16/12/2018
798 377 628 RCS PARIS
416198B – LES ECHOS
Suivant décision du 16 octobre 2018,
l’associée unique a approuvé les
comptes de liquidation, a donné quitus
au liquidateur, l’a déchargé de son mandat et a prononcé la clôture de la liquidation.
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 06/09/2018, concernant la société MYTROC, lire La date du transfert
du siège sociale est à compté du
25/06/2018
Les comptes de liquidation seront déposés au greffe du Tribunal de commerce
de PARIS, en annexe au RCS.
416200B – LES ECHOS
Pour avis
Le Liquidateur
416206A – LES ECHOS
ALFREDO RENOV. SASU au Capital de
1.000 €. Siège social 128 rue la BOETIE
immeuble D 75008 PARIS. RCS PARIS
834 221 608. Par AGE du 31 12 2018 à
10 heures il a été décidé la dissolution
anticipée de la société au 31 12 2018 est
nommé en qualité de liquidateur Mr ALFREDO Manuel demeurant 41 rue Auguste Blanqui 94400 VITRY-SUR-SEINE
le siège de la liquidation est fixé au siège
social modification au RCS de PARIS.
Par AGE du 31 12 2018 à 16 heures il a
été approuvé les comptes de liquidation
au 31 12 2018 a donné quitus à Mr ALFREDO Manuel liquidateur, le décharge
de son mandat puis prononce la clôture
des opérations de liquidation au
31 12 2018 radiation au RCS de PARIS
Additif à l’annonce parue dans Les Echos
(Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 06/09/2018, concernant la société MYTROC, lire Par décision de
l’AGE du 25/06/2018, il a été décidé de
la poursuite des activités sociales malgré
les pertes.
416201B – LES ECHOS
Additif à l’annonce parue dans Les Echos
(Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 06/12/2018, concernant la société BELLILA, lire Par décision de l’assemblée générale en date du
05/12/2018, il a été décidé de transformer la SAS en société unipersonnelle à
compter du 05/12/2018
415043A – LES ECHOS
RCS PARIS 804 849 099
Suivant Acte établi par Maître Léonie
Grethen, Notaire de résidence à Luxembourg, Grand-Duché de Luxembourg, en
date du 28/12/2018, les sociétés :
Décision de l’Associée unique du
04.12.2018 :
- approuvé les comptes de liquidation ;
- donné quitus au Liquidateur, Catherine
Aoustin demeurant 11 bis rue Chapon –
93300 Aubervilliers et l’a déchargé de
son mandat ;
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du 04.12.2018.
Les comptes de liquidation seront déposés au Greffe du tribunal de commerce
de Paris.
Mention sera faite au RCS de Paris
sis et exploité 13 Rue de Dunkerque,
75010 PARIS, comprenant Clientèle,
droit au bail, enseigne, licence IV..
L’entrée en jouissance a été fixée au
01/01/2019.
La présente vente est consentie et acceptée moyennant le prix principal de
800000 €.
Les oppositions, s’il y a lieu, seront reçues dans les dix jours suivant la dernière en date des publications légales.
Pour la réception des oppositions élection de domicile est faite tant pour la correspondance et le renvoi des pièces que
pour la validité à Séquestre juridique de
l’ordre des avocats 11, Place Dauphine
75053 Paris Cedex 01.
Pour unique insertion
415645B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 17/12/2018 enregistré le
04/01/2019 au SDE de PARIS, dossier
numéro 2019 00000441, reference numéro 7544P612019 A 00166, la société
PANDA 3 W SARL, au capital de 8000 €,
immatriculée au RCS de PARIS sous le
numéro 813095353, domiciliée 24 RUE
D’ENGHIEN 75010 PARIS représentée
par M WANG Huajun,
a cédé à
la société SEVEN ESPOIR SARL, au
capital de 1000 €, immatriculée au RCS
de PARIS sous le numéro EN COURS,
domiciliée 24 RUE D’ENGHIEN 75010
PARIS représentée par MLLE HU Mengqian,
un fonds de commerce de restaurant
traiteur
sis et exploité 24 RUE D’ENGHIEN,
75010 PARIS, comprenant nom enseigne clientèle bail matériel.
L’entrée en jouissance a été fixée au
17/12/2018.
La présente vente est consentie et acceptée moyennant le prix principal de
80000 €.
Les oppositions, s’il y a lieu, seront reçues dans les dix jours suivant la dernière en date des publications légales.
Pour la réception des oppositions élection de domicile est faite tant pour la correspondance et le renvoi des pièces que
pour la validité au siège du fonds de
commerce.
Pour unique insertion
415976B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 19/10/2018 enregistré le
29/10/2018 au SIE de paris, dossier numéro 201800052173, reference numéro
7544P61 2018 A 23202, la société JAH
JEH SARL, au capital de 10000 €, immatriculée au RCS de PARIS sous le numéro 750152654, domiciliée 7 RUE
PERDONNET 75010 PARIS représentée par MAYA POUNGOUJALI,
a cédé à
Mme KAJANI JEYABALAN, gérant de la
sarl Luxmy textile & tailoring, en cours
d’immatriculation, 18 ue Pasteur, 77500
Chelles
un fonds de commerce de impot, export, vente de textile
sis et exploité 7 rue Perdonnet, 75010
PAris, comprenant clientèle, droit au bail,
contrat téléhone.
L’entrée en jouissance a été fixée au
19/10/2018.
La présente vente est consentie et acceptée moyennant le prix principal de
13000 €.
Les oppositions, s’il y a lieu, seront reçues dans les dix jours suivant la dernière en date des publications légales.
Pour la réception des oppositions élection de domicile est faite tant pour la correspondance et le renvoi des pièces que
pour la validité à 7 RUE PERDONNET
75010 PARIS.
Pour unique insertion
VENTE DE FONDS GERANCE
7.500 euros
Siège social : 123 Rue de Clignancourt –
75018 Paris
un fonds de commerce de Marchands
de vins, café, liqueurs, bières et restaurant.
415596B – LES ECHOS
PREVAL, Société Anonyme au capital
de 250.000 €, ayant son siège social au
11 boulevard Royal L-2449 Luxembourg
(Grand-Duché de Luxembourg) enregistrée au RCS du Luxembourg sous le nº B
190.081, (Société Absorbante)
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 18/12/2018 enregistré le
04/01/2019 au SDE de PARIS ST HYACINTHE, dossier numéro 2019
00000282, reference numéro 7544P61
2019 A 00078, la société RAYANNE
SARL, au capital de 10000 Euros, immatriculée au RCS de PARIS sous le numéro 498070960, domiciliée 13 Rue de
Dunkerque 75010 Paris représentée par
M.Rabah BABACI,
Et
a cédé à
FLINVEST, Société par Actions Simplifiée au capital de 1.000.000 €, ayant son
siège social au 41 avenue Montaigne
75008 Paris, enregistrée au RCS de Paris sous le nº 449 522 390, (Société Absorbée)
la société LE VICTORIA SARL, au capital de 8000 Euros, immatriculée au
RCS de PARIS sous le numéro
510877731, domiciliée 88 Bd de la Chapelle 75018 Paris représentée par
M.Khelifa BENBELAID,
416099A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous seing privé
en date du 4 janvier 2019, enregistré au
Service des Impôts des Entreprises de
PARIS ST SULPICE, le 8 janvier 2019,
dossier nº2019 00000644, référence
7584P61 2019 A 00188,
La société SASU AIDAN RESTAURATION, Société par Actions Simplifiée au
capital de 1.000 euros, sise 146 rue de
Longchamp 75116 PARIS, RCS PARIS
813 491 883
a cédé à :
La société EDM PARTNERS, Société
par Actions Simplifiée au capital de
150 euros, sise 25 avenue Pierre 1er de
Serbie 75016 PARIS, RCS PARIS
842 358 939
un fonds de commerce de restaurant,
bar, brasserie, discothèque, sis et exploité 25 avenue Pierre 1er de Serbie
75016 PARIS,
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
DIVERS
moyennant le prix de 50.000 euros.
La date d’entrée en jouissance a été
fixée au 4 janvier 2019.
Les oppositions, s’il y a lieu seront reçues dans les dix jours de la dernière publication légale, pour la validité et la correspondance au Cabinet d’Avocats 24
Penthièvre, 24 rue de Penthièvre 75008
PARIS.
416081B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 29/12/2018 enregistré le
04/01/2019 au SIE de CRETEIL,
la société LUNITAX SARL, au capital de
19360 €, immatriculée au RCS de PARIS
sous le numéro 327446662, domiciliée 4
RUE DE MONTHOLON, 75009 PARIS
représentée par FERREIRA DANIEL,
a donné en location gérance à
M. ISMAIL BEN ABDELMALEK, 24 RUE
GEORGES MARGUERITEAU, 94550
CHEVILLY LARUE
un fonds de commerce de
TAXI PARISIEN CONSTITUE DE L’AUTORISATION DE ST Nº6382DELIVRE
PAR LE PREFET DE POLICE LE
06/07/1983 VEHICULE EQUIPE TAXI
EXPLOITE EN ZONE TAXI PARISIEN
RATTACHE AU SIEGE DE LA SOCIETE
situé 4 RUE DE MONTHOLON, 75009
PARIS, à compter du 01/01/2019
jusqu’au 31/12/2019
Le contrat est renouvelable par tacite reconduction d’une période de 12 mois
Pour unique insertion
415592B – LES ECHOS
Avis de changement de nom
patronymique
M. CHAYA Benoit,
né le 06/09/1993 à Paris XVI,
demeurant 20 rue Philibert Lucot, 5ème
gauche, 75013 Paris,
dépose une requête auprès du Garde
des Sceaux afin de s’appeler à l’avenir
Rinnert.
Pour avis
416041A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte authentique reçu
par Maître Constance VIDALENC, Notaire au sein de la SELARL VIDALENC
& ARNAL, 6 Place Saint-Michel 75006
PARIS, le 07/09/2019, il a été établit le
Procès-verbal de dépôt et de description
de testament en date du 31/12/2017 suite
au décès de Mme Huguette Gervaise
DORET, née le 29/09/1938 à PARIS
(75020), décédée le 21/10/2018 à PARIS
(75011), demeurant en son vivant 6 rue
Paul Bert 75011 PARIS. La défunte a institué un légataire universel. L’opposition
est formée auprès du notaire susmentionné dans les conditions de l’article
1007 du code civil.
78 • YVELINES
SOCIETES
416105B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 29/12/2018 enregistré le
04/01/2019 au SIE de CRETEIL,
la société LUNITAX SARL, au capital de
19360 €, immatriculée au RCS de PARIS
sous le numéro 327446662, domiciliée 4
RUE DE MONTHOLON 75009 PARIS
représentée par FERREIRA DANIEL,
a donné en location gérance à
M. AMAR ABDELHAMID, 6 RUE DU
CLOS SAINT-MICHEL, 94550 CHEVILLY LARUE
un fonds de commerce de
TAXI PARISIEN CONSTITUE DE L’AUTORISATION DE ST Nº7200 DELIVREE
PAR LE PREFET DE POLICE LE
06/07/1983 VEHICULE EQUIPE TAXI
EXPLOITE EN ZONE TAXI PARISIEN
RATTACHE AU SIEGE DE LA SOCIETE
situé 4 RUE DE MONTHOLON, 75009
PARIS, à compter du 01/01/2019
jusqu’au 31/12/2019
Le contrat est renouvelable par tacite reconduction d’une période de 12 mois
Pour unique insertion
416145B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 29/12/2018 enregistré le
07/01/2019 au SIE de BOBIGNY,
la société AUDRAN TAXIS SARL, au capital de 8000 €, immatriculée au RCS de
PARIS sous le numéro 662021260, domiciliée 4 RUE DE MONTHOLON 75009
PARIS représentée par ALVES ANTONIO,
a donné en location gérance à
M. NADJIM KASSAH, 15 AVENUE RONSARD, 93270 SEVRAN
un fonds de commerce de
TAXI PARISIEN CONSTITUE DE L’AUTORISATION DE ST Nº5749 DELIVREE
PAR LE PREFET DE POLICE LE
30/05/1972 VEHICULE EQUIPE TAXI
EXPLOITE EN ZONE TAXI PARISIEN
RATTACHE AU SIEGE DE LA SOCIETE
situé 4 RUE DE MONTHOLON, 75009
PARIS, à compter du 01/01/2019
jusqu’au 31/12/2019
Le contrat est renouvelable par tacite reconduction d’une période de 12 mois
Pour unique insertion
Gérant : M. DARMON Fabien, 29 Rue
Vn Gogh, 78114 MAGNY LES HAMEAUX. Cession des parts sociales :
Les cessions de parts doivent être
constatées par acte authentique ou sous
signature privée. Elles ne sont opposables à la société qu’après la signification
ou l’acceptation prévues par l’article 1690 du Code civil. Elles ne sont opposables aux tiers que lorsqu’elles ont de
surcroît été publiées par le dépôt en annexe au registre du commerce et des sociétés compétent d’une copie authentique de l’acte de mutation ou d’un original
s’il est sous signature privée. Toutes les
cessions de parts, quelle que soit la qualité du ou des cessionnaires, sont soumises à l’agrément préalable à l’unanimité
des associés. La qualité d’associé est
transmise de plein droit aux descendants
et au conjoint de l’associé décédé à l’exclusion de tous autres ayants droit. Tout
autre ayant droit doit, pour devenir associé, obtenir l’agrément de la collectivité
des associés se prononçant par décision
extraordinaire hors la présence de ces
dévolutaires, les voix attachées aux parts
de leur auteur n’étant pas retenues pour
le calcul du quorum et de la majorité. Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de VERSAILLES.
415975A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 18/12/2018, il
a été constitué une SARL denommée
EPICERIE ELANCOURT
Capital : 1000 euros Siège Social : 11
PLACE DU BEFFROI 78990 ELANCOURT Objet social : EPICERIE Gérance : M. RAJARATNAM THAMBIA demeurant 46 AVENUE PAUL BERT 78200
MANTES LA JOLIE Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de VERSAILLES
415608B – LES ECHOS
416172A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
Par acte SSP en date du 04/01/2019, il
a été constitué une SASU au capital de
10 000 € dénommée :
LE CONSEIL DE QUALITE
PHYCEA PORTAGE
Objet social : Aide au développement
durable des entreprises en France et à
l’étranger, en particulier par des actions
de conseil et formations basées sur les
méthodes et outils de la Qualité
Siège social : 12, Allée des Tennis
78230 Le Pecq
Siège social : 8 rue de la muette, 78650
Beynes Sigle : LCQ Capital : 1000 €
Président : M. philippe FAIVRE demeurant : 8 rue de la muette, 78650 Beynes
élu pour une durée indéterminée Durée :
99 ans à compter de son immatriculation
au RCS de Versailles
Objet :. Activité de portage salarial
Présidence : PHYCEA, SAS au capital
de 10 000 € RCS Versailles 529 633 828
dont le siège social est au 12, allée des
Tennis 78230 Le Pecq avec pour représentant permanent M. Jean-Philippe
Sampieri.
Chaque action donne droit à la participation aux assemblées et au vote, les cessions sont libres
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de VERSAILLES
415677A – LES ECHOS
415974A – LES ECHOS
HOLDING EdLV
CABINET D’ARCHITECTURE
VINCENT DE BERNY
Société civile au capital de 57 100 euros
Siège social :122 RUE D’ACHERES 78600 MAISONS LAFFITTE
Nº 824 543 979 RCS VERSAILLES
Par Assemblée générale extraordinaire du 30/11/2018, il a été décidé de
transférer le siège social au 3 Rue Sainte
Catherine - 78630 ORGEVAL
Modification au RCS de VERSAILLES.
415820A – LES ECHOS
Nouvelle mention : Capital 127.000 €uros
350 986 261 R.C.S. VERSAILLES
Lors de la même AGE, il a été décidé d’étendre l’objet social aux activités
suivantes : "l’acquisition de tous biens
immobiliers, l’administration et l’exploitation par bail, location ou autrement desdits immeubles et de tous autres immeubles bâtis" et de modifier les statuts en
conséquence. Dépôt au RCS de VERSAILLES.
Pour avis,
DEMAIN aUdit conseil
SARL au capital de 1.000 €
SWEET HAIR PROFESSIONAL
78400 CHATOU
Société en cours de formation
D’un procès-verbal de l’associé unique et
Président du 6 novembre 2018, il résulte
que la dénomination sociale a été modifiée pour adopter, à compter du
06/11/2018, celle suivante : NEW GENERATIONS COSMETICS.
Les statuts ont été modifiés en conséquence
Centre Commercial les Croix
Suivant PV d’AGE du 10/12/2018, il a été
décidé d’augmenter le capital d’une
somme de 43.520 euros euros par incorporation de réserves pour le porter à
44.520 euros. Lors de la même AGE, il a
été décidé de transférer le siège social
au 2 allée des Vermonts, 78280 GUYANCOURT. Les statuts ont été modifiés en
conséquence. Dépôt au RCS de VERSAILLES.
78940 LA QUEUE-LEZ-YVELYNES
RCS Versailles B 421 263 054
Par décision de l’AGE en date du 28 décembre 2018, les associés ont décidé :
- D’augmenter le capital social pour le
porter à 12 000 euros par la création de
250 parts nouvelles de 16 euros chacune, entièrement libérées, en numéraire. Les statuts 6, et 7 des statuts ont
été modifiés en conséquence. Pour avis.
La Gérance,
415898A – LES ECHOS
Par décision en date du 03/12/2018 il a
été décidé de modifier le capital de la société en le portant de 1000,00 € à
70000 €. Mention en sera faite au RCS
de Versailles
409606A – LES ECHOS
416027B – LES ECHOS
Creation de la sasu : Rva Batiment, 37
rue danielle casanova 78210 St Cyr
l’Ecole. Cap. : 1000 €. Obj. : plomberie,
chauffage. Pdt : Maria-Florina
Risco, 78210 St Cyr l’Ecole. 99 ans au
rcs de versailles.
USINE EMILIE PATINE
SARL Unipersonnelle au capital de
500,00 €
69 RUE SAINT NICOLAS, 78600
MAISONS LAFFITE
824057145 RCS Versailles
Sigle : EMILIE PATINE
Par décision en date du 30/12/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 21 BIS AVENUE EGLE,
BAT A1, 78600 MAISONS LAFFITTE à
compter du 30/12/2018.
Gérance : Mme EMILIE CHABANON,
demeurant 21 BIS AVENUE EGLE, BAT
A1, 78600 MAISONS LAFFITTE. Mention en sera faite au RCS de Versailles
NICOLAS LEGER
SASU au capital de 5000,00 €
126 chemin de la cavée, 78630 Orgeval
823568431 RCS Versailles
SCI ELIOTT
Par décision en date du 04/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 7 Rue des vignes, 78220
Viroflay à compter du 04/01/2019.
Siège social : 15 rue van gogh, 78114
MAGNY LES HAMEAUX. Capital :
1.000 €.
Autres modifications : - il a été pris acte
d’ajouter un nom commercial : L’atelier
automobile de Viroflay
Objet : L’acquisition, l’apport, la propriété, la mise en valeur, la transformation, la construction, l’aménagement,
l’administration, la location et la vente de
tous biens et droits immobiliers, ainsi que
de tous biens et droits pouvant en constituer l’accessoire, l’annexe ou le complément.
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : Entretien et réparation de véhicules automobiles légers
L’article nº 3 des statuts a été modifié, en
conséquence. Mention en sera faite au
RCS de Versailles
PHILISA
SCI au capital de 76.225 €
Siège social : 4 Parc des Fontenelles
78870 BAILLY
798.128.237 RCS VERSAILLES
419 709 324 RCS Versailles
Aux termes du procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire du 28 Décembre 2018, il résulte :
Les associés lors de l’AGE du
01/04/2018 ont décidé le transfert du
siège au 5 Avenue de Brétigny 92380
GARCHES et de modifier l’article 4 des
statuts.
Capital
- Ancienne mention : Le capital social
est fixé à 500 euros. Il est divisé en 500
parts sociales, de 1 euros chacune.
- Nouvelle mention : Le capital social
reste fixé à 500 euros. Il est divisé en 500
actions, de de 1 euros chacune entièrement libérées.
Forme
- Nouvelle mention : Société par actions
simplifiée
Administration
Gérant de la société : Monsieur Laurent
GAUTRET, 32 avenue de ROCQUENCOURT, 78 150 LE CHESNAY
- Nouvelles mentions :
PRESIDENT : Monsieur Laurent GAUTRET demeurant 32 avenue de ROCQUENCOURT 78 150 LE CHESNAY
Mentions complémentaires
ADMISSION AUX ASSEMBLEES ET
DROIT DE VOTE :
Tout associé peut participer aux assemblées sur justification de son identité et
de l’inscription en compte de ses actions.
Chaque associé dispose autant de voix
qu’il possède ou représente d’actions.
Mention sera faite au RCS de VERSAILLES
Pour avis,
Siège social : 8 rue de Chatillon, 91210
DRAVEIL Nom commercial : DESTOCK’AS Capital : 4000 € Gérance : M.
Ammar GUERRA, 41 rue de Verdun,
94520 DRAVEIL Cogérant : M. Saifi
BOUMENDJEL, 11 résidence des Avelines, 91940 LES ULIS Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Evry
Aux termes d’un acte SSP en date du
04/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
DOCTEUR ITECH
Objet social : COMMERCE DE MATÉRIELS DE TELECOMMUNICATION
Siège social : 232 rue Marchand Feraoun, 91700 FLEURY MEROGIS Capital : 500 € Président : M. FAYZ HASSAN-AHMED demeurant : 232 rue
Marchand Feraoun, 91700 FLEURY MEROGIS élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Evry
409628A – LES ECHOS
Par ASSP du 04/12/18,il a été constitué
une SAS dénommée FACTOR-Y.Siège
social :11 b rue de la brèche des vignes
91480 Quincy sous sénart.Capital :1000 €.Objet :réalisation de toutes
prestations de conseils,apports d’affaires,assistance opérationnelle aux entreprises et autres organisations publiques,para-publiques, et associatives en
France et à l’étranger.Président : Mme
Valérie RINAZ,11 b rue de la brèche des
vignes 91480 Quincy sous sénart.Durée :99ans.Immatriculation au RCS de
EVRY.
414669A – LES ECHOS
412151A – LES ECHOS
Par acte SSP du 13/12/2018 il a été
constitué une SAS dénommée :
FORM’MUM, SASU au capital de
1000 €. Siège social : 4 r camille saulnier
- pavillon 5 78110 Le vésinet. 532509015
RCS VERSAILLES. Le 14/12/18, l’associé unique a décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur
Mme Sophie Lanternier, 4 r Camille Saulnier - Pavillon 5 78110 Le Vésinet, et fixé
le siège de liquidation au siège social.
Modification au RCS de VERSAILLES.
Siège social : 06 ALLEE MARCEL CERDAN 91330 YERRES. Capital : 1.000 €.
Objet : Restauration traditionnelle indienne. Président : M TIRYAKI Zeynel,
06 allée marcel cerdan 91330 YERRES.
Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS
de EVRY.
- Ancienne mention : Société à responsabilité limitée
- Anciennes mentions :
416174B – LES ECHOS
416164A – LES ECHOS
78 150 LE CHESNAY
La collectivité des associés de la Société
MIMBEAU a décidé de la transformation
de la Société en Société par actions simplifiée à compter du 28 Décembre 2018.
Cette transformation entraîne la publication des mentions suivantes :
Aux termes d’un acte SSP en date du
31/12/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
415593B – LES ECHOS
416135A – LES ECHOS
819 651 795 RCS VERSAILLES
au capital de 500 euros
SOCIETES
DESTOCK’AS
C PRINT
Siège social : 32 avenue de
ROCQUENCOURT
91 • ESSONNE
Objet social : La vente au détail de tous
articles de destockage, sur marchés ou
autres endroits, et plus généralement, de
tous produits non réglementés.
SARL au capital de 8 000 €
SARL au capital de 1000,00 €
64C rue de Montreuil, Bâtiment F, 78000
Versailles
842862682 RCS Versailles
Pour avis
Siège social : 2A ALLEE DES AULNES
78280 GUYANCOURT
Société à responsabilité limitée
dépose une requête auprès du Garde
des Sceaux afin de s’appeler à l’avenir
HERMEL.
Société Par Actions Simplifiée au capital
de 10 000.00 €
Siège social : 5 allée des Vermonts
ADDENDUM HOLDING
demeurant 4 rue Pierre et Charles Perret, Chez Mme HERMEL Mélanie, 78300
POISSY (Yvelines),
415590B – LES ECHOS
415986A – LES ECHOS
415830A – LES ECHOS
ILBT
Par acte authentique du 12/12/2018 reçu
par Me DARMON officiant à BUC il a été
constitué une SCI dénommée :
Mention sera faite au RCS : VERSAILLES
Mention au RCS VERSAILLES
MIMBEAU
415687A – LES ECHOS
né le 29 09 2000 à Maisons Laffitte (Yvelines),
Aux termes du procès-verbal de décisions de l’associé unique du 07/12/2018,
il résulte que le capital social a été augmenté de 126.000 € pour être porté à
127.000 € par incorporation de pareille
somme prélevée sur le report à nouveau.
Siège social : 43, Bld Vauban
415607B – LES ECHOS
Par ASSP du 07/12/18 il a été constitué
une SAS dénommée PARISLED.Siège
social :112 av ronce 78500 Sartrouville.Capital :1000 €.Objet :Importation,
exportation, commercialisation et location de matériel électrique, électronique.Président :M. MICHAEL BRUNO DA
COSTA,112 av ronce 78500 Sartrouville.Durée :99ans.Immatriculation au
RCS de VERSAILLES.
RCS VERSAILLES 790 141 857
Ancienne mention : Capital 1.000 €uros
Par acte SSP du 07/01/2019 il a été
constitué une société :
409619A – LES ECHOS
M. BOURDONNEC Quentin Henry Marcel,
SARL au capital de 91.470 €
416259B – LES ECHOS
Objet social : Plomberie Chauffagiste
Apporteur d’Affaires Siège social : 2 rue
Albert Pichon, 78140 Velizy Villacoublay
Forme : EURL Nom commercial : ILBT
Capital : 500 € Gérant : Issa KAMARA,
2 rue Albert Pichon, 78140 Velizy Villacoublay Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Versailles
SARL au capital de 1.000 €
Siège social : 36 Boulevard Exelmans
78150 LE CHESNAY
Les articles 6 et 7 des statuts ont été modifiés en conséquence.
Suivant PV d’AGE du 31/12/2018, il a été
décidé de transformer la société en SAS
à compter de ce jour, sans création d’un
être moral nouveau, d’adopter le texte
des nouveaux statuts et de mettre fin aux
fonctions de la gérance. Dénomination,
siège, durée, date de clôture et capital
sont inchangés. M. François MECHIN,
demeurant 8, rue du Carroir, Coulanges,
41150 VALLOIRE SUR CISSE est
nommé Président. Exercice du droit de
vote : une action = une voix. Cession des
actions à un tiers soumise à agrément du
Président.
416003B – LES ECHOS
Avis de changement de nom
patronymique
IMEGA
78280 GUYANCOURT
DIVERS
NSC RESTAURATION
415678A – LES ECHOS
414831A – LES ECHOS
SANDRINE GASNIER CONSEIL
SASU au capital de 10.000 €. Siège social : 83 RUE BAD AUSSEE 78370 PLAISIR. RCS 801 583 741 VERSAILLES.
L’associé unique, en date du 11/12/2018,
a décidé la dissolution de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
11/12/2018, nommé liquidateur Mme
GASNIER SANDRINE, 83 RUE BAD
AUSSEE 78370 PLAISIR et fixé le siège
de la liquidation au siège social. Mention
au RCS de VERSAILLES.
Par acte SSP du 04/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : SCI
EETNY. Sigle : SCI EETNY. Siège social : 5 chemin du cèdre, 91330 YERRES. Capital : 2.000 €.
Objet : La Société a pour objet en
France et à l’étranger :
- L’acquisition, l’administration et la gestion par bail, location ou tout autre forme
de tous immeubles et biens immobiliers.
- Toutes opérations financières, mobilières ou immobilières de caractère purement civil se rattachant directement ou
indirectement à cet objet et susceptibles
d’en favoriser la réalisation.
Gérant : M. TEBOUL Alain, 5 Chemin
DU CEDRE 91330 YERRES. Co-Gérant : Mme SCOLARY Francoise,
5 Chemin DU CEDRE, 91330 YERRES.
Co-Gérant : Mme FAURE Alice, 14 Résidence DE LA GRANDE PRAIRIE,
91330 YERRES.
Co-Gérant : M. FAURE Jeremy, 1 Résidence DU LAC, 91330 YERRES. Co-Gérant : M. TEBOUL Clement, 5 Chemin
DU CEDRE, 91330 YERRES.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 11
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
Cession des parts sociales : Toute
cession de parts sociales doit être
constatée par écrit. Les parts sociales
sont librement cessibles entre associés.
Elles ne peuvent être cédées, à titre onéreux ou à titre gratuit, à un cessionnaire
n’ayant déjà la qualité d’associé et quel
que soit son degré de parenté avec le
cédant, qu’avec le consentement unanime des associés. En cas de cession de
parts sociales, les associés se réuniront
en assemblée générale extraordinaire
pour procéder au vote. Si la Société a
refusé de consentir à la cession, les associés sont tenus, dans les six mois à
compter de ce refus, d’acquérir ou de
faire acquérir les parts à un prix payable
comptant et fixé par un accord unanime
des associés ou conformément aux dispositions de l’article 1843-4 du Code Civil ; les frais d’expertise étant à la charge
de la Société. En cas d’expertise dans
les conditions de l’article 1843-4 du Code
Civil, le cédant peut, à défaut d’accord
sur le prix fixé par l’expert, renoncer à la
cession de ses parts. Durée : 99 ans à
compter de l’immatriculation au RCS de
EVRY.
ENALEES
SAS au capital de 1559,00 €
5 rue Henri Desbrueres, 91000 Evry
815288469 RCS Evry
Par décision en date du 31/12/2018 il a
été décidé de modifier le capital de la société en le portant de 1559,00 € à
1665 €. Mention en sera faite au RCS de
Evry
416042B – LES ECHOS
SYDALIA BEAUTÉ
SARL Unipersonnelle au capital de
1000,00 €
26 rue du general de gaulle, 91610
Ballancourt sur esonne
791801384 RCS Evry
Par décision en date du 02/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 30 rue de la papéterie,
batiment E, 91610 Ballancourt sur essonne à compter du 01/02/2019. Mention
en sera faite au RCS de Evry
SO’KHALEY
Siège social : 96 rue roza parks 91700
FLEURY MEROGIS
Capital : 1.000 €
Objet : Gestion et exploitation de restaurants, pizzeria
Président : M. GHARBI Adil 96 rue roza
parks 91700 FLEURY MEROGIS
Transmission des actions : Actions librement cessibles entre associés uniquement.
Admission aux assemblées et exercice
du droit de vote : Tout Actionnaire est
convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix.
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de EVRY
415823A – LES ECHOS
B.S.E bâtiments sols extérieurs
Constitution SSP du 03/01/2019 de
B.S.E bâtiments sols extérieurs, SASU
au capital de 500 euros. Siège : 8 Avenue Pierre Brossolette, 91100 Corbeil
Essonnes. Durée : 99 ans. Président :
M. NOUI Hadj 8 Avenue Pierre Brossolette, 91100 Corbeil Essonnes. Objet :
Entreprise générale de bâtiment tous
corps d’état. Droit de vote et admission
aux assemblées permis à chaque actionnaire. RCS : Evry.
415919A – LES ECHOS
CALYPSEAUX
Constitution SSP du 05/01/2019 de CALYPSEAUX, SASU au capital de 10000
euros. Siège : 3 Impasse De La Remarde, 91340 OLLAINVILLE. Durée : 99
ans. Président : M. DUBERNARD Ferdinand 3 Impasse De La Remarde, 91340
OLLAINVILLE. Objet : Négoce de produits chimiques et de matériels. Services
dans le domaine du traitement de l’eau.
Droit de vote et admission aux assemblées permis à chaque actionnaire.
RCS : EVRY.
415429A – LES ECHOS
BABYLONE
S.A.R.L. au capital de 10 000 €
Siège social : 16, rue des Charbonniers,
91370 VERRIERES LE BUISSON
RCS EVRY 795 232 917
Suivant P.V. de l’A.G.E. du 28/11/2018,
les associés ont décidé d’étendre l’objet
social aux activités suivantes : "La mise
en valeur, la transformation, la construction, l’aménagement, l’exploitation, l’administration et la location de tous biens
et droits immobiliers, de tous biens et
droits pouvant constituer l’accessoire,
l’annexe ou le complément des biens et
droits immobiliers en question. Le lavage
automobile, en libre-service ou automatique. L’achat et la vente de véhicules
neufs ou d’occasion" et de modifier en
conséquence les statuts. Modification au
RCS d’EVRY.
415927A – LES ECHOS
GROUPE ART DECO
SARL au capital de 10.000 €
Siège : 11 AVENUE DE BIR HAKEIM
91420 MORANGIS
803443548 RCS de EVRY
Par décision de l’AGE du 31/12/2018, il
a été décidé de transférer le siège social
au 12 rue anselme 93400 ST OUEN. Radiation au RCS de EVRY et ré-immatriculation au RCS de BOBIGNY
412124A – LES ECHOS
EVENT’S PRESTIGE BUSINESS, SASU
au capital de 10000 €. Siège social : 3 bd
de l’yerres 91000 Évry. 832602890 RCS
EVRY. Le 07/11/18, l’associé unique a
décidé la dissolution anticipée de la société, nommé liquidateur M. Gaëtan
Louis MENAYAME, 60 all des Champs
Elysées 91080 Courcouronnes, et fixé le
siège de liquidation au siège social. Modification au RCS de EVRY.
416018A – LES ECHOS
416234A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 02/01/2019, il
a été constitué une SARL denommée
LRGD. Capital : 1 000 euros. Siège Social : 1, rue Molière 91520 EGLY. Objet
social : Commercialisation de matériels
informatiques, logiciels, périphériques,
multifonctions, imprimantes, prestations
de services, le conseil, la formation, l’audit, l’apport d’affaires. Gérance : M. Yves
LOUIN demeurant 2 Allée des Joncs Marins 91340 OLLAINVILLE. Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de EVRY
B.J.F.C, SAS au capital de 500 €, siège
social sis 16 rue des Hirondelles à DRAVEIL (91210), 833 519 101 RCS EVRY.
Par PV d’AG du 31.12.2018, il résulte
que la dissolution anticipée de la société
a été prononcée à compter du
31.12.2018 suivie de sa mise en liquidation. A été nommé en qualité de liquidateur M. Jean-Jacques BOUILLET, demeurant à DRAVEIL (91210) 16 rue des
Hirondelles. Le siège de la liquidation et
adresse de correspondance est fixé au
siège social. Dépôt au GTC d’EVRY.
Pour avis.
416030A – LES ECHOS
415809B – LES ECHOS
AS CONSEILS
PLEIN SUD
SARL AS CONSEILS en liquidation au
capital de 13000 euros. Siège : 4 avenue
d’Estienne d’Orves, 91300 Massy. RCS
Evry 450346598. A compter A.G.E du
31-12-2017 : Approbation des comptes
de liquidation. Quitus au liquidateur, décharge de son mandat. Clôture de liquidation. Radiation de la société. Dépot
comptes de liquidation au RCS de Evry.
SARL au capital de 8000,00 €
5 Rue Verrier, 91400 Orsay
431316629 RCS Evry
Par décision de L’AGO en date du
10/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 40 rue de
Montlhéry, 91400 Orsay à compter du
10/12/2018.
Gérance : M. Serge Sinopoli, demeurant
40 rue de Montlhéry, 91400 Orsay. Mention en sera faite au RCS de Evry
416000B – LES ECHOS
Avis de changement de nom
patronymique
416236B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 28/11/2018, concernant la société SAM MINI SHOP, lire aux termes
d’un acte SSP en date du 11/11/2018 il
a été constitué une SASU en lieu et place
de aux termes d’un acte SSP en date du
01/11/2018 il a été constitué une SASU
409460A – LES ECHOS
415886A – LES ECHOS
Creation de la sas : Côté Villa, 59 rue st
denis 92700 Colombes. Sigle : CV.
Cap. : 1000 €. Obj. : négoce de tous produits. Pdt : Marie Louise, 59 rue st denis
92700 Colombes. Dg : Vincent Roux : 59
rue st denis 92700 Colombes. 99 ans au
rcs de Nanterre.
Par acte SSP du 07/01/2019 il a été
constitué une SAS dénommée : URBAN
TRAPPEUR Siège social : 39 avenue de
bellevue 92340 BOURG LA REINE Capital : 50 € Objet : Importation et distribution de cosmétiques naturels pour hommes. Président : Mme FILLIN-MARTINO
Elodie 39 avenue de bellevue 92340
BOURG LA REINE Directeur Général :
M. IRABÉ Yves 39 avenue de bellevue
92340 BOURG LA REINE Transmission
des actions : Actions librement cessibles
entre associés uniquement. Admission
aux assemblées et exercice du droit de
vote : Tout Actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Durée : 99 ans à compter de
l’immatriculation au RCS de NANTERRE
Mme MAKIESA MAYOKO Filo,
demeurant 9 allée de bergerie, 91210
Draveil (Essonne),
agissant au nom de leur enfant mineur
BUKASA KADILA Miphi Raisa, née le
01/08/2012 à haut de seine sevres
(Hauts de Seine), dépose une requête
auprès du Garde des Sceaux afin de
s’appeler à l’avenir MAKIESA KADILA
MIPHI RAISA.
Pour avis
92 • HAUTS-DE-SEINE
SOCIETES
415741B – LES ECHOS
415812A – LES ECHOS
Par acte SSP du 13/12/2018 il a été
constitué une SAS dénommée :
DIVERS
416019B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
LGM CONSULTING
Objet social : Conseil et prestations de
services en informatique, bases de données, progiciels de gestion intégrés, programmation applicative et web.
Siège social : 7 rue de la Sablière,
92400 Courbevoie Capital : 1000 € Président : M. Guillaume Laroue demeurant : 7 rue de la Sablière, 92400 Courbevoie élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Nanterre
415761B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
YOUTILE
Objet social : La Société a pour objet en
France et à l’étranger le conseil aux entreprises et notamment : - Les études de
marché, la création et le développement
de produits, toutes activités de promotion
et de publicité, toutes opérations
commerciales liées à ces activités, c’està-dire la fabrication et la distribution de
produits, le développement, des services
tels que merchandising, droits dérivés,
marketing direct ou autres opérations dérivées.
Siège social : 31 rue Carnot, 92100
Boulogne Billancourt Capital : 1000 €
Président : Mme Charlotte DUPUIS demeurant : 31 rue Carnot, 92100 Boulogne Billancourt élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Nanterre
415983B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
ONESMILE VTC
Objet social : Exploitation de véhicule
de transport avec chauffeur (VTC)
Siège social : 223 JARDIN DE L ARCHE, APP 432, 92000 NANTERRE Nom
commercial : ONESMILE VTC Capital :
500 € Président : M. Philippe COLARDELLE demeurant : 223 JARDIN DE L
ARCHE, APP 432, 92000 NANTERRE
élu pour une durée de 99 années Durée :
99 ans à compter de son immatriculation
au RCS de Nanterre
416237B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
03/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
LES ÉDITIONS TATIANA
Objet social : Commerce de détail spécialisé de produits par internet, notamment dans les domaines de la pédagogie
et dans le domaine scientifique.
Siège social : 44 rue Victor Hugo, 92800
PUTEAUX Capital : 2000 € Président :
Mme Tatiana MICHEL épouse FENOUIL
demeurant : 44 rue Victor Hugo, 92800
Puteaux élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Nanterre
409434A – LES ECHOS
Par ASSP du 04/12/18,il a été constitué
une SARL familiale dénommée HELIOS.Siège social :11 rue saint-james
92200 Neuilly-sur-seine.Capital :100 €.Objet :Location meublée non
professionnelle.Gérance :Mme magalie
herrmann,11 rue saint james 92200
Neuilly sur seine ; M.Charles-Henri Herrmann,11 rue saint james 92200 Neuilly
sur seine Durée :99 ans.Immatriculation
au RCS de NANTERRE.
409494A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 3/12/2018, il a
été constitué une SCI dénommée MAYLAND GLOBAL. Capital : 500 €. Siège
social : 4 bis rue crémieux 92250 LA GARENNE COLOMBES. Objet social : Acquisition de ts biens immobiliers, bâtis ou
non bâtis. Gérance : Mr Philipp MAYRHOFER demeurant 4 bis rue Crémieux
92250 LA GARENNE COLOMBES. Cessions de parts sociales : les parts sociales sont librement cessibles au profit
d’un associé. Toute cession à un tiers de
la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des associés
réunis en Assemblée Générale. Durée
de la société : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Nanterre.
409510A – LES ECHOS
Creation de la sasu : Bodian Transport,
7 sq. henri regnault 92400 Courbevoie.
Cap. : 100 €. Obj. : VTC. Pdt : Harouna
Dit Benogo Kane, 7 sq. henri regnault
92400 Courbevoie. 99 ans au rcs de
Nanterre.
Par acte SSP en date du 02/01/2019, il
a été constitué une SARL denommée :
JVDS
Capital : 2 000 euros
Siège Social : 23 avenue des Vats 92700 COLOMBES
Objet social : Activité de traduction et
d’interprétation, et tous services linguistiques. Conseil et organisation d’évènements, toutes opérations de publicité, la
communication interne et externe, les
prestations et conseil en marketing et
communication.
Gérance : Mme Judith LAFUENTE VAN
DER SLUIS, demeurant 23 avenue des
Vats à COLOMBES (92700)
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de NANTERRE
415768A – LES ECHOS
Par acte SSP du 08/11/2018 il a été
constitué une SASU dénommée : ZIBRAKA Siège social : 65 rue de la croix
92000 NANTERRE Capital : 250 € Objet : MONTAGE DEMONTAGE D ECHAFAUDAGE NETTOYAGE IMPORT EXPORT ACHAT ET VENTE DE
MATERIELS ET PRESTATIONS DE
SERVICE Président : EFFAH William 31
rue klock 92110 CLICHY Transmission
des actions : Actions librement cessibles
entre associés uniquement. Admission
aux assemblées et exercice du droit de
vote : Tout Actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Durée : 99 ans à compter de
l’immatriculation au RCS de NANTERRE
415824A – LES ECHOS
Par acte ssp en date du 03/01/2019, il a
été constitué une SCI dénommée :
LA FONTAINE
415901A – LES ECHOS
Par acte SSP du 16/07/2018 il a été
constitué une SARL dénommée : BDR
92 CLAMART 3 DORLIAT Sigle :
BDR92C3D Nom commercial : BERCEAU DES ROIS Siège social : 3 passage dorliat 92140 CLAMART Capital :
10.000 € Objet : EXPLOITATION DE
CRECHES, STRUCTURES D’ACCUEIL
DE LA PETITE ENFANCE Gérant : M.
NTCHOUANGO LAMINSI Armel 9 Rue
DES ACACIAS 92360 MEUDON LA FORET Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de NANTERRE
Par acte sous seing privé du 5 janvier
2018, il a été créé la société suivante :
Dénomination :
BLIN ACCOMPAGNEMENT
Forme : SAS
Capital : 1.500 €
Siège social : 4 rue du Bournaire –
92230 GENNEVILLIERS
Objet : Conseil, accompagnement d’entreprises et/ou de leurs dirigeants ; fournitures de prestations de services et études ; prise de participations dans toutes
entreprises ; et toutes activités s’y rapportant
Durée : 99 ans
Président : M. Richard BLIN, demeurant
4 rue du Bournaire – 92230 GENEVILLIERS
Cessions d’actions : Cessions d’actions libres entre associés, cessions à un
tiers soumises à l’agrément des associés
statuant à la majorité au moins des voix.
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre.
416142A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 07/01/2019, il
a été constitué une SARL denommée :
LENA TRAITEUR
Capital : 20 000 euros
Siège Social : 1 rue Aristide Briand
-92130 ISSY LES MOULINEAUX
Objet social : l’exploitation d’un fonds de
commerce de boucherie, triperie, volaille
et gibier, rôtisserie et épicerie, charcuterie, traiteur,
Gérance : M. Salah OUBERRANE demeurant 253 boulevard Jean Jaurès 92100 BOULOGNE BILLANCOURT
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de NANTERRE
Capital : 1.000 €
Siège social : 19 Bis rue La Fontaine 92120 MONTROUGE
Objet social : l’acquisition de tous immeubles bâtis ou non l’administration et
l’exploitation par bail, location ou autrement de ces immeubles et de tous autres
immeubles bâtis ou non dont elle pourrait
devenir propriétaire ultérieurement, par
voie d’acquisition, échange, apport ou
autrement ; la construction, la réfection,
la rénovation, la réhabilitation et plus généralement, la mise en valeur de tous
biens mobiliers et immobiliers ; l’emprunt
de tous fonds nécessaires à la réalisation
de cet objet, et la mise en place de toutes
sûretés réelles ou autres garanties nécessaires à la conclusion de ces emprunts
Gérance : Mr Laurent ROUEZ et Mme
Aurélie ROUEZ née SALEH demeurant
82 avenue Henri Ginoux - 92120 MONTROUGE
Cessions de parts sociales : les parts
sociales sont librement cessibles au profit d’un associé, ou au conjoint de l’un
d’eux ou à des ascendants et descendants du cédant. Toute cession à un tiers
de la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des associés
réunis en Assemblée Générale.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de NANTERRE.
FINANCIERE JASMIN
SASU au capital de 40000,00 €
36, Rue Parmentier, 92200 NEUILLY
SUR SEINE
533885562 RCS Nanterre
Par décision en date du 01/10/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 5, Place de la Liberté,
92250 LA GARENNE COLOMBES à
compter du 01/10/2018.
Autres modifications : - Présidence :
Mr Thierry BURBAN, demeurant 5, Place
de la Liberté - 92250 LA GARENNE COLOMBES. Mention en sera faite au RCS
de Nanterre
415996B – LES ECHOS
415947A – LES ECHOS
415758A – LES ECHOS
415847B – LES ECHOS
416222A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 21/12/2018, il
a été constitué une EURL denommée
TOOP-RENOV
Capital : 3000 euros Siège Social : 30
PLACE LE VAU 92600 ASNIERES SUR
SEINE Objet social : RENOVATION
D’INTERIEUR, PEINTURE, REVETEMENT DE SOLS ET MURS, ELECTRICITE, NETTOYAGE ET ENTRETIEN Gérance : M. ABDERRAZAK
HAFIDHI demeurant 30 PLACE LE VAU
92600 ASNIERES SUR SEINE Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de NANTERRE
415624B – LES ECHOS
AD2
SAS au capital de 1000,00 €
46 place Jules Ferry, 92120
MONTROUGE
817468200 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 22, rue
Raymond Losserand, 75014 PARIS à
compter du 31/12/2018. La société sera
immatriculée au RCS de Paris et sera radiée du RCS de Nanterre
CETOINE
SAS au capital de 36000,00 €
23 Avenue Saint Exupéry, 92320
Chatillon
840737274 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
01/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 99 rue
Maurice Arnoux, 92120 Montrouge à
compter du 01/01/2019. Mention en sera
faite au RCS de Nanterre
415998B – LES ECHOS
SOFFIBOIS ARCHES
SAS au capital de 37000,00 €
11 rue de Louvain, 92400 Courbevoie
481577393 RCS Nanterre
Par décision de L’Associé Unique en
date du 18/12/2018 il a été pris acte de
changer la dénomination de la société, à
compter du 18/12/2018, pour SUSTAIN
VOSGES SAS.
Autres modifications : - L’associé décide de changer la date de clôture du bilan du 31 mars au 31 décembre de chaque année, soit une clôture du bilan de
l’exercice actuel au 31/12/2018.
- il a été pris acte de la nomination de M.
Magnus TORP, demeurant Helleren 61
3280 Tjodalyng Norvège en qualité de
nouveau Président, à compter du
18/12/2018 pour une durée illimitée, en
remplacement de M. Fahim SAMAHA,
Président démissionnaire.
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : La société a pour objet en France ou à l’étranger, directement
ou indirectement : 1) Aquaculture ou toutes activités aquacoles de production animale ou végétale en milieu aquatique notamment l’élevage de saumon, de truites
et autres espèces similaires 2) Constitution et prise de participation dans les sociétés françaises ou étrangères quelque
soit leur objet ; 3) Et généralement, toutes opérations quelconques, industrielles, commerciales, financières, mobilières ou immobilières se rattachant
directement ou indirectement à cet objet
ou à tous autres objets similaires ou
connexes ou susceptibles d’en faciliter
l’extension ou le développement. Mention en sera faite au RCS de Nanterre
416002B – LES ECHOS
CULTURE ET FORMATION
SASU au capital de 501000,00 €
1 place Paul Verlaine, 92100
Boulogne-Billancourt
318490109 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
07/01/2019 il a été pris acte de la nomination de M. Johnny SCHWERTZIG, demeurant 13 rue des Cyclannens 69500
Bron en qualité de nouveau DG, à
compter du 08/01/2019 pour une durée
illimitée, en remplacement de Mme Lise
LAMBERT, DG démissionnaire. Mention
en sera faite au RCS de Nanterre
416013B – LES ECHOS
ALTERA
SARL au capital de 1250000,00 €
128 RUE DE LA BOETIE,
75008 PARIS
493905210 RCS Paris
Par décision en date du 01/09/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 37 RUE ADAM LEDOUX, 92400 COURBEVOIE à compter
du 01/09/2018.
Gérance : M. PATRICK GUILLAUME,
demeurant 73 AVENUE GAMBETTA,
78400 CHATOU
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre et sera radiée du RCS de Paris
409482A – LES ECHOS
ORA’LOCCA. SAS au capital de 100 €.
Siège social : 52 rue des longs prés
92100 boulogne-billancourt. 837 917
610 RCS nan ter re. Par AG E du
10/10/2018, il a été décidé de transférer
le siège social 9 rue froide 92220 bagneux. Modification au RCS de nanterre.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 //
414695A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 92 et 93
SARL AS ASSURANCE
SARL au capital de 10.000 €. Siège social : 3 Rue Ampère, 93800 EPINAY SUR
SEINE. RCS 790 884 167 BOBIGNY.
L’AGE du 26/10/2018 a décidé de transférer le siège social au 82 Rue De Paris,
92110 CLICHY, à compter du
26/10/2018. Gérant : M GOËLLER Sarah, 70 Boulevard Jean Jaurès 92110
CLICHY. Radiation du RCS de BOBIGNY et immatriculation au RCS de NANTERRE.
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
L’Assemblée générale ordinaire du
30/06/2018, après avoir constaté que
l’actif net est devenu inférieur à la moitié
du capital social, a décidé qu’il n’y avait
pas lieu de dissoudre la société, et décide également la poursuite de ses activités, conformément aux dispositions de
l’article : L223-42 du code de Commerce.
Mentions au RCS de NANTERRE.
415814A – LES ECHOS
POMME P
SARL au capital de 7 622,45 €
64 route des Fusillés de la Résistance
92000 NANTERRE
414774A – LES ECHOS
ARC DE SEINE IMMOBILIER
SARL au capital de 10.000 €. Siège social : 59 rue pierre poli 92130 ISSY LES
MOULINEAUX. RCS 753 702 901 NANTERRE.
L’AGE du 03/01/2019 a décidé de modifier l’objet social comme suit : Societe
Fonciere : Constitution, la gestion et l’exploitation d’un portefeuille immobilier.
Mention au RCS de NANTERRE.
402 833 065 RCS NANTERRE
Suivant PV de l’AGE du 1/01/2019 il a
été décidé de : transférer le siège social
au 2 bd de la Libération 93200 Saint-Denis.
Radiation au RCS de Nanterre
415831A – LES ECHOS
ED&CO
SARL au capital de 1 000 euros
415602A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 92 et 93
SCI BVEII CANNES PROPERTIES
Société Civile immobilière
Au capital de 1.000 euros
Siège social : 40 rue Jean Jaurès Les
Mercuriales 93170 BAGNOLET
RCS BOBIGNY 840 051 361
Aux termes du PV de l’Assemblée Générale extraordinaire du 6 décembre 2018,
il a été décidé » de transférer le siège social du 40 rue Jean Jaurès Les Mercuriales 93170 BAGNOLET au 54 rue de Bitche Paris La Défense
7 92400 COURBEVOIE, à compter du 1er
décembre 2018.
Durée : 99 ans jusqu’au 01/06/2117
Objet : l’acquisition, la détention, l’administration, la gestion, l’exploitation par
bail, location ou autrement, de tous immeubles et biens et droits immobiliers,
quelsqu’en soient l’usage ou la destination ; la mise en valeur desdits immeubles et biens immobiliers par toutes édifications, amélioration et tous travaux.
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
Mention en sera faite au RCS de BOBIGNY et NANTERRE
Siège social : 12 avenue du Maréchal
Juin 92100 BOULOGNE BILLANCOURT
Nº 839 616 547 RCS NANTERRE
Par décisions de l’associé unique du
21/12/2018, il a été décidé de transférer
le siège social au 10 avenue du Maréchal
Juin 92100 BOULOGNE BILLANCOURT
à compter du 21/12/2018.
Modification au RCS de NANTERRE.
415864A – LES ECHOS
KELISOA
SASU au capital de 1 000 Euros
Siège social : 50 Avenue de la Porte de
Villiers 92300 LEVALLOIS-PERRET
R.C.S : 838 189 173 NANTERRE
TRANSFERT DE SIEGE
Par décision de l’associé unique du
01/08/2018, il a été décidé le transfert du
siège de la Société, domiciliée au « 50
Avenue de la Porte de Villiers –92300
LEVALLOIS-PERRET », elle sera désormais domiciliée au « 62 Rue Marjolin –
92300 LEVALLOIS-PERRET ». L’article
4 « SIEGE SOCIAL » des Statuts a été
modifié en conséquence. Toutes les démarches ont été faites à cet effet. Le dépôt légal sera effectué au RCS de NANTERRE.
415895A – LES ECHOS
415804A – LES ECHOS
MOMENT VIP
S.A.S. au capital de 1 500,00 Euros
Siège social : 20 Rue Sadi Carnot 92170
VANVES
R.C.S : 803 412 170 NANTERRE
POURSUITE DES ACTIVITES
GARI CONSULTING Société par actions
simplifiée à associé unique au capital de
1.000 € Siège : 39 Rue Parmentier
92200 NEUILLY SUR SEINE 835322074
RCS de NANTERRE Par décision de
l’associé unique du 31/05/2018, il a été
décidé de transférer le siège social au 52
Boulevard DE VALMY 92700 COLOMBES. Mention au RCS de NANTERRE.
415915A – LES ECHOS
RADISSON HOSPITALITY FRANCE SAS au capital de 110.432.630 € - Siège
social : 49/51, Quai de Dion Bouton
(92800) PUTEAUX - RCS NANTERRE B
453 854 879 Aux termes d’une décision
en date du 20/11/2018, l’associé unique
a décidé de transférer le siège social
49/51 Quai de Dion Bouton (92800) PUTEAUX au 15, rue Jean Jaurès - Immeuble Aviso Bât C (92800) PUTEAUX à
compter du 21/11/2018 et de modifier en
conséquence l’article 4 des statuts.
416011A – LES ECHOS
RADISSON RESORT FRANCE – SAS
au capital de 37.000 € - Siège social :
49/51, Quai de Dion Bouton (92800) PUTEAUX - RCS NANTERRE 481 676 690
Aux termes d’une décision en date du
20/11/2018, l’associée unique a décidé
de transférer le siège social 49/51 Quai
de Dion Bouton (92800) PUTEAUX au
15, rue Jean Jaurès - Immeuble Aviso
Bât C (92800) PUTEAUX à compter du
21/11/2018 et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts.
416050A – LES ECHOS
416119A – LES ECHOS
415591A – LES ECHOS
MBI HOLDING
GC GEM sas au capital de 2 000 € Siège social : 65 rue Denis Papin 92700
COLOMBES - 807 648 068 RCS NANTERRE. D’un PV de l’AG du 27/12/2018,
il résulte que la dissolution anticipée de
la société a été prononcée à compter de
ce jour suivie de sa mise en liquidation.
A été nommée en qualité de liquidatrice :
Mme Arielle CORCIA, demeurant à COLOMBES (92700) 65 rue Denis Papin, à
qui ont été conférés les pouvoirs les plus
étendus pour terminer les opérations sociales en cours, réaliser l’actif et acquitter
le passif. Le siège de la liquidation est
fixé au siège social. C’est à cette adresse
que la correspondance devra être envoyée et que les actes et documents
concernant la liquidation devront être notifiés. Le dépôt des actes et pièces relatifs à la liquidation sera effectué au GTC
de Nanterre. Pour avis.
Société à responsabilité limitée
au capital de 190 500 euros
Siège social : 61 bis, rue Voltaire
92250 LA GARENNE COLOMBES
532881661 RCS NANTERRE
Par décision du 18/12/2018, l’associé
unique a décidé :
- de remplacer à compter de ce jour la
dénomination sociale "MBI HOLDING"
par "MB PROJECTS" et de modifier en
conséquence l’article 3 des statuts.
- de transférer le siège social du 61 bis,
rue Voltaire, 92250 LA GARENNE COLOMBES au 9 bis avenue Joffre 92250
LA GARENNE COLOMBES à compter
du même jour, et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts.
415803A – LES ECHOS
416149A – LES ECHOS
AUDINVEST
SARL au capital de 1000 euros
SOCIETE DISTRIBUTION
ALIMENTAIRE PAN AFRICAINE
Siège social : 13 rue Escudier - 92100
Boulogne-Billancourt
SODIAPA
Aux termes de décisions de l’associée
unique en date du 31/12/2018, il a été
décidé de transformer la société
en SPFPLAS à compter du même jour,
sans création d’un être moral nouveau et
de mettre fin aux fonctions de la gérance. La durée de la société, sa dénomination, son objet, son siège, son capital ainsi que les dates d’ouverture et de
clôture de son exercice social demeurent
inchangés.
SA au capital de 9 181 000 €
18 rue Troyon – 92316 SEVRES
RCS Nanterre 807 577 838&micro ;
Le 19 décembre 2018 l’AGE a décidé :
- D’augmenter le capital d’une somme de
6 328 000 € pour le porter à 15 509 000 €
par création de 6 328 000 actions nouvelles, en compensation avec des créances certaines et exigibles ;
- Puis de réduire le capital d’un montant
de 14 069 594 € par absorption des pertes constatées au 31 mars 2018, et d’annuler en conséquence 14 069 594 actions.
Le capital se trouve ramené à
1 439 406 €, divisé en 1 439 406 actions
d’une valeur nominale de 1 €.
Mention sera faite au RCS de Nanterre.
416087A – LES ECHOS
ADIALEA
SAS au capital de 35 024 000 €
18 rue Troyon – 92316 SEVRES
RCS Nanterre 794 538 637
Le 18 décembre 2018 les associés ont
décidé d’augmenter le capital d’une
somme de 36 103 000 € maximum, à
réaliser en une ou plusieurs fois par
émission de 36 103 000 actions nouvelles à libérer en numéraire et par compensation de créance.
Par décision du 28 décembre 2018, le
Président, conformément à la délégation
qui lui était consentie, a constaté la réalisation définitive de l’augmentation de
capital à hauteur de 21 878 000 €, par
émission de 21 878 000 actions nouvelles d’une valeur nominale d’1 € chacune.
Le capital se trouve ainsi porté à
56 902 000 €.
Mention sera faite au RCS de Nanterre
811 509 777 RCS Nanterre
Il a été nommé :
- Mme Aude STEIGER demeurant 13 rue
Escudier - 92100 Boulogne-Billancourt
en qualité de Président,
- la société CONCORDE EUROPEENNE
AUDIT FRANCE (CEAF –INTER AUDIT– GROUPE VENDOME AUDIT), domiciliée 3 rue des Deux Boules – 75001
Paris, en qualité de commissaire aux
comptes titulaire et la société SOCIETE
DE COMMISSARIAT AUX COMPTES
DES ILES DU NORD, domiciliée Carrefour les 4 chemins LD Marigot - 97133
Saint-Barthelemy, en qualité de commissaire aux comptes suppléant.
Le 01.10.2018, Patrick Corbin l’associé
unique de la société Afg compétences et
formation (sasu au capital de 201720 €,
8 r de l’hotel de ville 92200 neuilly sur
seine, 493418016 Rcs Nanterre) a décidé la dissolution anticipée sans liquidation de la société Afg compétences et formation. Les créanciers peuvent faire
opposition à la dissolution dans les délais
prévus aux dispositions de l’article
1844-5 du Code civil et de l’article 8 alinéa 2 du décret nº78-704 du 3 juillet
1978, à compter de la publication du présent avis. Ces oppositions doivent être
présentées devant le Tribunal de
commerce de Nanterre.
415609B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 20/12/2018, concernant la société IMMO EDEN, lire Objet social : marchand de biens, acquisition et gestion de
biens ou droits immobiliers en lieu et
place de acquisition et gestion de biens
ou droits immobiliers
VENTE DE FONDS GERANCE
415896B – LES ECHOS
Accès aux assemblées et droit de
vote : tout associé peut participer aux assemblées sur justification de son identité
et de l’inscription en compte de ses actions. Chaque action donne droit à une
voix.
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 06/01/2019 il a été mis fin à la
location gérance, consentie par acte SSP
à CLICHY en date du 12/09/2018, pour
une durée de 1 an renouvelable par tacite reconduction, entre :
Transmission des actions : la transmission des actions détenues par l’associée
unique est libre, sauf dispositions législatives ou réglementaires contraires. En
cas de pluralité d’associés, la transmission des actions à un tiers sera soumise
aux dispositions législatives ou réglementaires et à l’agrément préalable des
associés.
la société LAURA TAXI, SARL au capital
de 285 000 €, immatriculée au RCS de
NANTERRE sous le numéro 300498441,
domiciliée 33 RUE DU LANDY 92110
CLICHY représentée par MR JERONIMO CESAR,
Modification au RCS de NANTERRE.
416104B – LES ECHOS
AQUARELLEONLINE
SAS au capital de 7000,00 €
80 avenue du Général de Gaulle, 92250
La Garenne Colombes
820541365 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
27/12/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquid ation am ia ble à c ompt er du
27/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. Dominique Compain, 7 rue de
la Source, 92500 Rueil Malmaison et fixé
le siège de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Nanterre
au profit de
M. MOHAMED BENZINE, 7 RUE HENRI
BARBUSSE, 92110 CLICHY portant sur
un fonds de commerce de : une location
partielle de son fonds de commerce
composé d’un autorisation de stationnement portant le numéro 5791 et d’un véhicule équipé taxi portant le numéro DJ970-LF sis et exploité au 33 RUE DU
LANDY, 92110 CLICHY
Pour unique insertion
416022B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 31/12/2018 il a été mis fin à la
location gérance, consentie par acte SSP
à CLICHY en date du 27/08/2018, pour
une durée de 1 an renouvelable par tacite reconduction, entre :
la société COR TAXI, SARL au capital de
8 000 €, immatriculée au RCS de NANTERRE sous le numéro 322067265, domiciliée 33 RUE DU LANDY 92110 CLICHY représentée par MR JERONIMO
CESAR,
au profit de
409324A – LES ECHOS
SamaSun France, EURL au capital de
1 €. Siège social : 6-8 rue du 4 septembre 92130 Issy-les-moulineaux.
831422589 RCS Paris. Le 02/12/18, l’associé unique a approuvé les comptes de
liquidation, déchargé le liquidateur de
son mandat et constaté la clôture des
opérations de liquidation. Radiation au
RCS de Paris.
M. DJAMEL RAHMOUNI, 1 SQUARE
D’ANJOU, 95100 ARGENTEUIL portant
sur un fonds de commerce de : une location partielle de son fonds de
commerce composé d’un autorisation de
stationnement portant le numéro 14764
et d’un véhicule équipé taxi portant le numéro DP-650-NA sis et exploité au 33
RUE DU LANDY, 92110 CLICHY
Pour unique insertion
93 • SEINE-SAINT-DENIS
SOCIETES
415893B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
IKARIOS CONSULTING
Objet social : conseil et service en informatique
Siège social : 2 MAIL DU CLOS SAINT
VINCENT, 93160 NOISY-LE-GRAND
Capital : 1000 € Président : M. Jean-Michel BRINGER demeurant : 2 MAIL DU
CLOS SAINT VINCENT, 93160 NOISYLE-GRAND élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Bobigny
415995B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
GB FIBRE
Objet social : Installation de la fibre optique et Télécom, Dépannage, réseaux
informatique et télécommunication,
maintenance à l’échelle nationale et internationale
Siège social : 51 AV JEAN ZAY, 93190
LIVRY GARGAN Capital : 1000 € Président : Mme SORAYA GRIB, née OURRAD demeurant : 51 AV JEAN ZAY,
93190 LIVRY GARGAN élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Bobigny
416138B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/02/2017 il a été constitué une SASU
nommée :
TAXI NACER
Objet social : Transports de voyageurs
par Taxis
Siège social : 17 Rue Alfred DE MUSSET, 93240 Stains Capital : 100 € Président : M. Nacer BELKACEMI demeurant : 17 Rue Alfred DE MUSSET, 93240
Stains élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Bobigny
416219B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
29/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
OUIDEM
Objet social : Transport de marchandises avec des véhicules légers (3,5 Tonnes de PMA), transport et déménagement de biens mobiliers.
Siège social : 3 RUE DU FORT DE LA
BRICHE, 93200 SAINT-DENIS Capital :
7500 € Président : M. TARIK HOCINE
demeurant : 7, rue de la Galerne, 56890
Saint-Avé élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et
exercice du droit de vote : Chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées.
Chaque action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : Les actions sont
librement cessibles entre actionnaires
uniquement avec accord du Président de
la société. Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Bobigny
409573A – LES ECHOS
Par ASSP du 07/12/18,il a été constitué
la SCI dénommée SCI Z.H.Siège social :33 rue de la capsulerie 93170 Bagnolet.Capital :1000 €.Objet :acquisition
et gestion de biens mobiliers et immobiliers.Gérance :Mme Yumei Zhou,33 rue
de la capsulerie 93170 Bagnolet.Cessions soumises à agrément.Durée :99ans. Immatriculation au RCS de
BOBIGNY.
409610A – LES ECHOS
Par ASSP du 22/11/18,il a été constitué
la SCI dénommée GAMA.Siège social :30 rue du docteur roux 93420 Villepinte.Capital :1000 €.Objet :acquisition
et gestion de biens mobiliers et immobiliers.Gérance :Mme Isabel DOS SANTOS PEREIRA GAMA,30 rue du docteur
roux 93420 Villepinte.Cessions soumises à agrément.Durée :99ans.Immatriculation au RCS de BOBIGNY.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 13
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
415757A – LES ECHOS
415964B – LES ECHOS
415707A – LES ECHOS
415969A – LES ECHOS
Par acte SSP du 07 01 2019 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : L.P.S.
Capital social : 1 000 euros. Siège social : 25 rue Clovis Hugues 93200
SAINT-DENIS. Durée : 99 ans. Objet :
Réparation et entretien de serrures et
coffres forts. Président : Madame DIDI
Djazia demeurant 25 rue Clovis Hugues
93200 SAINT-DENIS. Chaque action
donne droit à la participation aux assemblées et au vote, les cessions sont libres.
Immatriculation au RCS de BOBIGNY
PROTECH TECHNOLOGIE
ANTIQUITE DU FUTUR. SARL au capital de 22.800 €. Siège social 73 rue Saint
Denis, 93300 AUBERVILLIERS. R.C.S
BOBIGNY 403 302 326. Par AGE du
02/01/2019 il a été décidé le transfert du
siège social au 14 Boulevard Foch,
93800 ÉPINAY-SUR-SEINE et la modification de l’objet social par rajout des activités de location de courte ou de longue
durée d’emplacement et d’espace de
stockage et toutes prestations de services, conseils, achat et vente de tous produits emballages et tous produits non réglementés. Modification au RCS de
BOBIGNY.
AUBE TEX sasu au capital de 8 000 €.
siège social 93 avenue Jean-Jaurès
93300 Aubervilliers RCS Bobigny
828 946 830. Par l’AGE du 02/10/2018,
il a été décidé de nommer nouveau président M. Saglam Ahmet, demeurant 20,
rue des Mourinoux 92600 Asnières-SurSeine, en remplacement de M. Polat
Yves, Iman démissionnaire. Et de transférer le siège social au 5, rue des Jardins
Dufour 93100 Montreui à compter du
02/10/2018l. Notification au RCS Bobigny.
SASU au capital de 10000,00 €
6 PLACE DES FORGERONS, 93390
CLICHY SOUS BOIS
833673403 RCS Bobigny
Par décision de L’AGE en date du
21/11/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 1 RUE
HENRI CLAUSSE, 93000 BOBIGNY à
compter du 21/11/2018.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
416230A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
20/12/2018, il a été institué une société
présentant les caractéristiques suivantes :
DENOMINATION :
W.GROUP INVESTMENT
FORME : Société Civile
SIEGE SOCIAL : 70 avenue Victor Hugo
– Lot 137 – 93300 AUBERVILLIERS
OBJET : la souscription, l’acquisition, la
gestion, l’administration, la cession, de
toutes participations, parts, actions et
plus généralement de tous titres de sociétés de quelque forme que ce soit.
DUREE : 99 années à compter de son
immatriculation au RCS de BOBIGNY
CAPITAL : 50.000 EUROS
GERANCE POUR UNE DUREE ILLIMITEE : Monsieur David WEN demeurant
16 rue des Mésanges 78700
CONFLANS SAINTE HONORINE
CESSION DE PARTS : Libre entre associés, et à tout tiers après autorisation
préalable de l’AGE acquise à la majorité
de plus de la moitié des voix présentes
ou représentées.
415606B – LES ECHOS
SCM DES DR BARTHELEMY ET
PHUNG
Société Civile De Moyens au capital de
457,35 €
6 promenade michel SIMON, 93160
NOISY LE GRAND
341883460 RCS Bobigny
Par décision en date du 02/04/2018 il a
été pris acte de changer la dénomination
de la société, à compter du 01/07/2018,
pour SCM du Dr PHUNG.
Autres modifications :
- il a été pris acte de la nomination de M.
DANIEL PHUNG, demeurant 3 RUE
PONSCARME 75013 PARIS en qualité
de nouveau Gérant, à compter du
01/07/2018 pour une durée illimitée, en
remplacement de M. francois BARTHELEMY, Gérant démissionnaire. Mention
en sera faite au RCS de Bobigny
415837B – LES ECHOS
HUGUES LA COIFF IKOTE
SARL Unipersonnelle au capital de
1000,00 €
174 Avenue Aristide Briand, 93320 Les
Pavillons-sous-Bois
824823975 RCS Bobigny
Par délibération en date du 02/12/2018,
le Gérant statuant en application de l’article L.223.42 du Code de Commerce, a
décidé qu’il n’y avait pas lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite
au RCS de Bobigny
415872B – LES ECHOS
ISRAE CONSEIL
SARL au capital de 1000,00 €
40 Rue Alexandre Dumas,
75011 Paris
753055391 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
03/09/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 122 Rue
Ernest Savart, 93100 Montreuil à
compter du 03/09/2018.
Gérance : M. Ali BOUTAHAR, demeurant 35 Rue de la République, 92800 Puteaux
Autres modifications :
- En outre, Mr BAZ MOHAMMED Ahmad
Zia, domicilié au 5, Rue Eugène Sue
93700 Drancy, est nommé Gérant en
remplacement de Mr BOUTAHAR Ali,
démissionnaire.
La société sera immatriculée au RCS de
Bobigny et sera radiée du RCS de Paris
Nouvelle mention : Travaux d’électricité
sur des courants forts et faibles, dépannage, maintenance et installation de système de sécurité, Vente de système de
sécurité et paramétrage, vente de système télécom, installation et paramétrage. Mention en sera faite au RCS de
Bobigny
415994B – LES ECHOS
PERFIA
SARL au capital de 10000,00 €
9/11 Avenue Michelet, 93400
SAINT-OUEN
533151601 RCS Bobigny
Par décision du Gérant en date du
27/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 20 PLACE
MAURICE NILES, 93700 DRANCY à
compter du 27/12/2018.
Gérance : M. Anthony PITKANITSOS,
demeurant 33 RUE VICTOR HUGO,
92400 Courbevoie. Mention en sera faite
au RCS de Bobigny
416007B – LES ECHOS
DUCHESSE DISTRIBUTION
SAS au capital de 1000,00 €
42 avenue de Stalingrad, 93200 SAINT
DENIS
843928375 RCS Bobigny
Par décision en date du 24/12/2018 il a
été pris acte de la nomination de Mme
Soraya GHLOUCI, demeurant 17 rue
Claude Debussy 95440 Ecouen en qualité de nouveau Président, à compter du
24/12/2018 pour une durée illimitée, en
remplacement de Mlle Rosa OUSSAADA, Président démissionnaire. Mention en sera faite au RCS de Bobigny
416111B – LES ECHOS
VALURIAS
SARL au capital de 1000,00 €
9 Avenue Michelet, 93400 Saint-Ouen
533127817 RCS Bobigny
Par décision du Gérant en date du
27/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 20 Place
Maurice Niles, 93700 Drancy à compter
du 27/12/2018.
Gérance : M. Anthony PITKANITSOS,
demeurant 33 rue Victor Hugo, 92400
Courbevoie. Mention en sera faite au
RCS de Bobigny
416151B – LES ECHOS
PERFIA GLOBAL INVESTOR
SCI au capital de 100,00 €
9 Avenue Michelet, 93400 Saint-Ouen
801038936 RCS Bobigny
Par décision du Gérant en date du
27/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 20 Place
Maurice Niles, 93700 DRANCY à
compter du 27/12/2018.
Gérance : M. Anthony PITKANITSOS,
demeurant 33 rue Victor Hugo, 92400
COURBEVOIE. Mention en sera faite au
RCS de Bobigny
416152B – LES ECHOS
ROYAL MONEY CREATOR
SCI au capital de 500,00 €
9 Avenue Michelet, 93400 Saint-Ouen
520642414 RCS Bobigny
Par décision du Gérant en date du
27/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 20 Place
Maurice Niles, 93700 Drancy à compter
du 27/12/2018.
Gérance : M. Anthony PITKANITSOS,
demeurant 33 rue Victor Hugo, 92400
COURBEVOIE. Mention en sera faite au
RCS de Bobigny
416064A – LES ECHOS
415709A – LES ECHOS
BAT IGES T. SARL au c a pi t al de
20.500 €. Siège social 73 rue Saint Denis
93300 AUBERVILLIERS. R.C.S BOBIGNY 493 072 581. Par AGE du
02 01 2019 il a été décidé le transfert du
siège social au 14 Boulevard Foch 93800
ÉPINAY-SUR-SEINE Modification au
RCS de BOBIGNY
Cette annonce paraît dans les départements 93 et 94
SCI D’AUBER. SCI capital de 3.800 €.
Siège social 73 rue Saint Denis 93300
AUBERVILLIERS. R.C.S BOBIGNY
431 527 118. Par AGE du 02 01 2019 il
a été décidé le transfert du siège social
au 14 Boulevard Foch 93800 ÉPINAYSUR-SEINE Modification au RCS de BOBIGNY
SCI FRANCK. SCI capital de 36.000 €.
Siège social 73 rue Saint Denis 93300
AUBERVILLIERS. R.C.S BOBIGNY
421 685 256. Par AGE du 02 01 2019 il
a été décidé le transfert du siège social
au 14 Boulevard Foch 93800 ÉPINAYSUR-SEINE Modification au RCS de BOBIGNY
415716A – LES ECHOS
SCI DE LA PAIX. SCI capital de 3 811,23
euros. Siège social 73 rue Saint Denis
93300 AUBERVILLIERS. R.C.S BOBIGNY 418 125 209. Par AGE du
02 01 2019 il a été décidé le transfert du
siège social au 14 Boulevard Foch 93800
ÉPINAY-SUR-SEINE Modification au
RCS de BOBIGNY
Aux termes d’un acte SSP en date du
16/11/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
94190 VILLENEUVE SAINT GEORGES
Par l’AGE en date du 26/11/2018, il a été
décidé de nommer nouveau gérant M.
HRISTOV David demeurant 7, allée Fréderic Ladrette 93390 Clichy-Sous-Bois
en remplacement de M. ISIK Eric démissionnaire, et de transférer le siège social
au 3, rue Trevet 93300 Aubervilliers. Radiation au RCS de Créteil immatriculation
au RCS de Bobigny
SAS au capital de1.000 €
123, rue Gabriel Péri 93200 SAINT
DENIS
R.C.S. BOBIGNY 803 288 133,
Aux termes des décisions extraordinaires de l’unique associé en date du
01/01/2019, il a été décidé de transférer
le siège social au 20 avenue de la République 93200 SAINT DENIS et ce, à
compter du 01/01/2019. L’article 4 des
statuts a été modifié en conséquence. Le
dépôt légal sera effectué au RCS de BOBIGNY.
MAXI HABITAT
RCS BOBIGNY 753 522 655
93100 MONTREUIL
Suivant PV en date du 03/08/2018, l’actionnaire unique a décidé de la continuation de la société malgré un actif inférieur
à la moitié du capital social.
402 833 065 RCS NANTERRE
Mention sera faite au RCS de BOBIGNY.
Suivant PV de l’AGE du 1/01/2019 il a
été décidé de : transférer le siège social
au 2 bd de la Libération 93200 Saint-Denis, de changer la dénomination sociale
qui devient PIXALLIANCE, sigle PA et de
modifier l’activité principale qui devient
l’imprimerie.
415586B – LES ECHOS
Gérant : M. CHELLI Ygal demeurant 40
rue de Meudon 92100 Boulogne.
Nouvelle immatriculation au RCS de Bobigny
415887A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 93 et 92
YENE PRODUCTIONS
KASSIS
SARL au capital de 7700,00 €
49 AVENUE DE LA REPUBLIQUE,
93150 LE BLANC MESNIL
429870090 RCS Bobigny
Par décision de L’AGE en date du
04/01/2019 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liqui dat ion ami able à c omp ter du
31/12/2018, nommé en qualité de liquidateur Mme ANNIE DELBOE VEUVE
KASSIS, 49 AVENUE DE LA REPUBLIQUE, 93150 LE BLANC MESNIL et fixé
le siège de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Bobigny
Société par actions simplifiée
au capital de 5000 euros
409559A – LES ECHOS
Siège social : 88 rue PERIER
Mobiles Tendances, SARL au capital de
8000 €. Siège social : 4 allée du bataillon
h i l d e ve r t 9 3 1 6 0 N o i s y l e g r a n d .
497864546 RCS Bobigny. Le 19/11/18,
les associés ont approuvé les comptes
de liquidation, déchargé le liquidateur de
son mandat et constaté la clôture des
opérations de liquidation. Radiation au
RCS de Bobigny.
92120 MONTROUGE 820.500.692
RCS NANTERRE
PERSONNE HABILITEE A ENGAGER
LA SOCIETE :
Monsieur Bruno DUTEIL, Président, 88,
rue PERIER 92120 MONTROUGE.
Aux termes du procès-verbal de l’assemblée générale extraordinaire du 16 Octobre 2018, il résulte que :
Le siège social a été transféré au 35 bis,
rue FAIDHERBE 93100 MONTREUIL, à
compter du 16 Octobre 2018.
En conséquence, la Société qui est immatriculée au Registre du commerce et
des sociétés de NANTERRE sous le numéro 820.500.692 fera l’objet d’une nouvelle immatriculation au Registre du
commerce et des sociétés de BOBIGNY.
L’article « Siège social » des statuts a été
modifié en conséquence.
Pour avis,
Siège social : 47 rue des champs élysées, 94250 GENTILLY Nom commercial : DataCompta Capital : 10000 €
Président : Mme Malika LADOUARI demeurant : 47 rue des champs élysées,
94250 Gentilly élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Créteil
415876B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
03/01/2019 il a été constitué une SARL
nommée :
LES AMIS EXOTIQUE
RIVE BUK SECURITY
SARL au capital de 8.000 €. Siège social : 9 avenue Michelet 93400 ST
OUEN. RCS 530 863 844 BOBIGNY.
L’AGE du 31/10/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 31/10/2018,
nommé liquidateur M BUKWANG Yvette,
9 avenue Michelet 93400 ST OUEN et
fixé le siège de la liquidation au siège social. Mention au RCS de BOBIGNY.
415749A – LES ECHOS
Par ASSP en date à MAISONS ALFORT
(94700) du 31/12/2018, il a été créé une
SAS :
Dénomination : PETIT-YOKE
Siège : 18 Avenue Gambetta – 94700
MAISONS ALFORT
Capital : 5.000 €
Objet : Diagnostic immobilier et technique du bâtiment, diagnostic amiante, diagnostic plomb, diagnostic Loi Carrez, diagnostic Termites, diagnostic de
Performance Energétique, diagnostic
gaz, diagnostic électricité, diagnostic
taux zéro…
Durée : 99 ans
Président : Patrick BIAMOU NGAPMOU
YOKE, 7 Square Louis Braille – 94700
MAISONS ALFORT
Admission aux assemblées - droit de
vote :
Tout associé a le droit d’assister aux assemblées. Une action équivaut à une
voix.
Toutes les cessions d’actions, à titre onéreux ou gratuit sont soumises à l’agrément préalable de la collectivité des associés, statuant aux conditions de
majorité prévues pour les décisions extraordinaires.
Immatriculation : TC CRETEIL
Objet social : Alimentation générale,
exotique, cosmétique
Siège social : 3 rue du Chemin de fer,
94350 Villiers sur Marne Capital : 2000 €
Gérance : Mme Rathinija PREMABALAN, 8 Rue de Paris, 93380 Pierrefittesur-Seine Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Créteil
416049B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/12/2018 il a été constitué une SCI
nommée :
SKAZKA
Objet social : Acquisition et location de
biens immobiliers
Siège social : 22 rue du 42e de ligne,
94340 Joinville le pont Capital : 100 €
Gérant : Mme Morgane BOUCHER, 22
rue du 42e de ligne, 94340 Joinville Le
Pont Cessions de parts sociales : les
parts sociales sont librement cessibles
au profit d’un Associé. Toute cession à
un tiers de la société est soumise au
préalable à agrément de la collectivité
des Associés réunis en Assemblée Générale Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Créteil
416187A – LES ECHOS
Par ASSP du 24/12/18,il a été constitué
une EURL dénommée IPM IMPROVE
PROJECT MANAGEMENT.Siège social :15 che des meches 94000 Créteil.Capital :500 €.Objet :conseil,assistance opérationnelle apportés aux
entreprises et autres organisations en
matière de systèmes informatiques et réseaux.Gérance :Mme SARAH LEVY ALLAL,15 che des meches 94000 Créteil.Durée :99ans.Immatriculation au
RCS de CRETEIL.
415630B – LES ECHOS
COOKIE
SAS au capital de 2000,00 €
11 Rue du colonel Driant, 94370
Sucy-en-Brie
838008613 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
07/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 2 Allée
du breau, 77000 Vaux-le-Pénil à compter
du 07/01/2019. La société sera immatriculée au RCS de Melun et sera radiée
du RCS de Créteil
409532A – LES ECHOS
Creation de la sasu : promoneuf, 68 av.
du gal gallieni 94340 Joinville Le Pont.
Cap. : 1000 €. Obj. : marchand de biens.
Pdt : Corine Bouchoucha, 68 av. du gal
gallieni 94340 Joinville Le Pont. 99 ans
au rcs de Créteil.
409566A – LES ECHOS
Par ASSP du 28/11/18,il a été constitué
la SCI dénommée LE CHÂTEAU DES
COLLINONS.Siège social :58 av du général de gaulle 94700 Maisons-alfort.Capital :1000 €.Objet :acquisition et gestion
de biens mobiliers et immobiliers.Gérance :Mme Gwladys BARTHELEMY,13-14 quai du docteur mass
94700 Maisons-alfort.Cessions soumises à agrément.Durée :99ans.Immatriculation au RCS de CRETEIL.
415618A – LES ECHOS
414694A – LES ECHOS
415712A – LES ECHOS
Par acte SSP du 04/01/2019 il a été
constitué une SARL dénommée : M&J
DINIS Siège social : 87 rue michelet
94700 MAISONS ALFORT Capital :
1.000 € Objet : Travaux de plomberie,
chauffage, VMC, double flux, neuf et rénovation Gérant : M. MACIEL DINIS Mickaël 87 Rue MICHELET 94700 MAISONS ALFORT Durée : 99 ans à
compter de l’immatriculation au RCS de
CRETEIL
Agrément :
416106A – LES ECHOS
POMME P
Les statuts ont été modifiés en conséquence.
DATACOMPTA
Objet social : La société a pour objet
l’exercice de la profession d’expert-comptable dès son inscription au
Tableau de l’Ordre des experts-comptables.
DENOMINATION
Siège social : 8 rue Mériel
92000 NANTERRE
LED
Objet social : Développement Informatique, Conseil, Sécurité Informatique.
Siège social : 15 Avenue de PARIS,
94800 Villejuif Forme : EURL Capital :
513 € Gérant : EDDY LONZI, 15 Avenue
de PARIS, 94800 Villejuif Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Créteil
SARL au capital de 25 000 €
S.A.S.U. au capital de 500 €
SARL au capital de 7 622,45 €
Par acte SSP du 05/01/2019 il a été
constitué une société :
Siège social :98 AVENUE DE CHOISY
ZA LES FLANDRES
415806A – LES ECHOS
64 route des Fusillés de la Résistance
415598B – LES ECHOS
415698B – LES ECHOS
416089A – LES ECHOS
415715A – LES ECHOS
SOCIETES
SMT
RCS CRETEIL 793 287 442
415713A – LES ECHOS
94 • VAL-DE-MARNE
Par acte SSP du 04 01 2019 il est constitué une : SASU. Dénomination : RACH
CARS. Sigle : R.C. Capital social :
1.000 €. Siège social : 23 rue Guillaume
Apollinaire 94800 VILLEJUIF. Durée : 99
ans. Objet : Location de véhicules sans
chauffeur, services voiturier, conciergerie, négoce, import-export de véhicules et
tous produits non réglementés. Président : Mr MOUNTABIH Rachid demeurant 23 rue Guillaume Apollinaire 94800
VILLEJUIF. Chaque action donne droit à
la participation aux assemblées et au
vote, les cessions sont libres. Immatriculation au RCS de CRETEIL
416250B – LES ECHOS
DOMUS SAINT QUENTIN
SCI au capital de 3000,00 €
14, Chemin des Peupliers, 94370 SUCY
EN BRIE
803882414 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
02/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 1105
route de Trouville La Haule, 27680
SAINTE-OPPORTUNE-LA-MARE à
compter du 02/01/2019. La société sera
immatriculée au RCS de Bernay et sera
radiée du RCS de Créteil
415845A – LES ECHOS
LGP SPECTACLES &
EVENEMENTS
SAS au capital de 5000 euros
4 Allée Chanteclair
94200 IVRY-SUR-SEINE
RCS de CRETEIL 824 463 665
Selon Assemblée Générale, les associés
ont décidé du transfert de siège social de
la société à : 83300 DRAGUIGNAN,
2336 Chemin du Bois des Demoiselles,
Quartier lePuits.
Et ce à effet du 26 novembre 2018.
Pour avis.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
415850A – LES ECHOS
FIRST CLASS DRIVE
SASU au capital de 10 500 Euros
Siège social : 1 Bis Impasse des Bouvets 94700 MAISONS-ALFORT
R.C.S : 818 884 637 CRETEIL
POURSUITE DES ACTIVITES
Le 30/06/2018, l’associé unique et Président, après avoir constaté que l’actif net
est devenu inférieur à la moitié du capital
social, a décidé qu’il n’y avait pas lieu de
dissoudre la société, et décide également la poursuite de ses activités, conformément aux dispositions de l’article :
L223-42 du code de Commerce. Mentions au RCS de CRETEIL.
416131A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 22 décembre 2018,
l’actionnaire unique de la SASU INTUITU, 137, rue du Professeur Paul Milliez 94500 CHAMPIGNY-SUR-MARNE,
au capital de 1000 €, immatriculée au
RCS CRETEIL 818 408 635 ont décidé :
Le transfert du siège social du 137, rue
du Professeur Paul Milliez 94500 Champigny-Sur-Marne au 12 Bis rue des Fossés 94350 Villiers-sur-Marne.
Notification au RCS de Créteil.
416134A – LES ECHOS
416140A – LES ECHOS
415714A – LES ECHOS
SCI DALMOR
Par acte SSP du 22/10/2018, il a été
constitué une SELARL ayant les caractéristiques suivantes : Dénomination :
CHRISTOPHE SOBRINHO DO COUTO.
Objet social : Exercice de la profession
de médecin. Siège social : 19 rue Charles de Gaulle 95300 Ennery. Capital :
50.000 €. Durée : 99 ans. Gérance : M.
SOBRINHO DO COUTO Christophe, demeurant 25 rue Georges Lourdel 95300
Ennery. Immatriculation au RCS de Pontoise
SCI au capital de 6 000 euros
Siège social : 38 rue Eugène Givors
94240 L’HAY LES ROSES
440 498 061 RCS CRETEIL
L’AGO des associés réunie le
08/12/2018 a approuvé les comptes de
liquidation, a donné quitus au liquidateur
et a constaté la clôture des opérations de
liquidation. Radiation au RCS de CRETEIL.
415748B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 19/12/2018, concernant la société PHARELISSAK, lire Pharelissak en
lieu et place de Pharelissac
416094B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 18/12/2018, concernant la société LA DOLCE VITA, lire Dénomination : PARADIS en lieu et place de LA
DOLCE VITA
95 • VAL-D'OISE
SOCIETES
au capital de 285.000 €
Aux termes d’un acte SSP en date du
07/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
En date du 03/12/2018, l’AGE des associés de la SARL PAGA GROUP a décidé
de transférer le siège social du 11 rue de
Nantes – Bâtiment FOB, 94150 RUNGIS
au 5 rue des Marronniers, ZAC du Plateau, 94240 L’HAY-LES-ROSES à
compter du 01/01/2019 et de modifier en
conséquence l’article 4 des statuts. Pour
avis. La Gérance
NO DIGITS
Objet social : Prestation de services et
de conseils, Conception, réalisation,
commercialisation et exploitation de produits informatiques et digitaux.
Siège social : 29 RUE DES VIGNERONS, 95140 GARGES LES GONESSE
Capital : 1000 € Président : M. BRAHIM
AIT BAHSSOU demeurant : 29 RUE
DES VIGNERONS, 95140 GARGES
LES GONESSE élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Pontoise
415888B – LES ECHOS
VYTIS
SAS au capital de 5000,00 €
295, rue du professeur Paul Milliez,
94500 Champigny-sur-Marne
818350605 RCS Créteil
Par décision en date du 20/12/2018 il a
été décidé la dissolution anticipée de la
société et sa mise en liquidation amiable
à compter du 20/12/2018, nommé en
qualité de liquidateur M. Taoufik BAHY,
10, rue de Montfort, 93000 Bobigny et
fixé le siège de liquidation et l’adresse de
correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Créteil
409400A – LES ECHOS
Par ASSP du 10/12/18,il a été constitué
une EURL dénommée SOQUET SERVICES.Siège social :9 rue jean-louis barrault 95190 Goussainville.Capital :100 €.Objet :import,export des
Produits Tropicaux.Bâtiment et travaux
publics Commerce en détaillé et en
gros.Gérance :M.Jean Hugues Soquet,9
rue jean-louis barrault 95190 Goussainville.Durée :99ans.Immatriculation au
RCS de PONTOISE.
ELSA ET NANA
SARL Unipersonnelle au capital de
500,00 €
62, AVENUE JOFFRE, 94700 Maison
Alfort
830944799 RCS Créteil
Par décision de L’Associé Unique en
date du 30/11/2018 il a été décidé de la
dissolution anticipée de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
30/11/2018, nommé en qualité de liquidateur Mme krief vALERIE, 62 AVENUE
JOFFRE, 94700 Maison Alfort et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Créteil
415671A – LES ECHOS
EL IMMO
Siège social : 20 rue de Paris 95220
HERBLAY
Capital : 1.000 €
Objet : La gestion et plus généralement
l’exploitation par bail, location ou toute
autre forme d’un immeuble que la société
se propose d’acquérir ou apporter à la
société et toutes opérations financières,
mobilières ou immobilières de caractère
purement civil et se rattachant à l’objet
social.
Gérant : M. Abdelilah EL ALLAFI, 8 Passage de Lucile 95800 CERGY
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
415700A – LES ECHOS
412099A – LES ECHOS
ELGI CONSULTING, EURL au capital de
100 €. Siège social : 7 passage du général leclerc 94400 Vitry-sur-seine.
814265336 RCS CRETEIL. Le 01/12/18,
l’associé unique a décidé la dissolution
anticipée de la société, nommé liquidateur M. Jeremy Lefevre, 7 Passage du
Général Leclerc 94400 Vitry-sur-Seine,
et fixé le siège de liquidation au siège social. Modification au RCS de CRETEIL.
Par acte SSP du 27/12/2018, il a été
constitué une SASU ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination :
PERSONAE INTUITU
MANAGEMENT
Objet social : Exploitation de véhicules
de transport avec chauffeur (VTC), location de véhicules
Siège social :13 Rue De Lapereaux
95280 Jouy-le-Moutier.
412235A – LES ECHOS
DPVTC, SASU au capital de
1500 €. Siège social : 14 b 94100 Saintmaur-des-fossés. 822921284 RCS Créteil. Le 30/11/18, l’associé unique a décidé la dissolution anticipée de la société,
nommé liquidateur M. Daniel Prat, 14 bis
avenue Foch 94100 Saint Maur des Fossés, et fixé le siège de liquidation au
siège social. Modification au RCS de
Créteil.
Siège social : 09, rue etienne dolet
95190 GOUSSAINVILLE
Objet : Revêtement de sols et murs,
achat et vente de matériel de construction.
Président : M. SATICI Adem 09, rue
etienne dolet 95190 GOUSSAINVILLE
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
SAS au capital de 1000,00 €
201 Blv A.BREMONT, 95320 ST LEU LA
FORET
842455792 RCS Pontoise
- d’étendre l’objet social à : Bâtiment général
Par décision en date du 08/01/2019 il a
été pris acte de la démission du DG M.
Eric MARIE, à compter du 08/01/2019.
Mlle Coralie MARIE, Président, demeure
seul dirigeant à compter de cette même
date. Mention en sera faite au RCS de
Pontoise
MINATO
- changer la dénomination sociale qui devient
- nommer Gérant M. AYDIN Mehmet 8
avenue choisseul 95400 ARNOUVILLE
LES GONESSE en remplacement de M.
YAKAN MICKAEL démissionnaire
Mention au RCS de PONTOISE
Capital : 500 €
Durée : 99 ans
Président : M. GAUZE GUY CLAVER,
demeurant 13 Rue De Lapereaux, 95280
Jouy-le-Moutier.
Admission aux assemblées et droits
de votes : 1 action représente 1 voix
Clause d’agrément : Les actions sont librement négociables
Immatriculation au RCS de Pontoise
LES MENUISERIES PROFESSIONNELLES : SARL au capital de 10000 €.
Siège social 3 Rue DE L’ESCOUVRIER,
95200 Sarcelles. 824 208 557 RCS de
Pontoise. L’AGE du 04/10/2018 a décidé
de transférer le siège social de la société
12 Rue Anselme, 93400 Saint-Ouen ; et
de nommer en qualité de gérant KAYA
PERMIN demeurant au 45 Allée de Monthyon, 93320 Les Pavillons-sous-Bois en
remplacement de INCI David à compter
du 04/10/2018. Radiation au RCS de
Pontoise et réimmatriculation au RCS de
Bobigny.
Par acte SSP du 03/01/2019, il a été
constitué une EURL ayant les caractéristiques suivantes :
Cette annonce paraît dans les départements 95 et 92
Objet social : La couverture et maçonnerie en tous locaux.
Siège social :26 rue de Verdun 95270
Chaumontel.
Capital : 200 €
Durée : 99 ans
Gérance : M. MABILLE Julien, demeurant 26 rue de Verdun, 95270 Chaumontel
Immatriculation au RCS de Pontoise
CAR-PRIVE. SAS à capital variable de
20000 euros. Siège social : 28 av du Général de Gaulle 92250 La Garenne-Colombes. Nº 813 534 484 RCS NANTERRE. Par AGE du 26/11/2018, il a
été décidé de transférer le siège social au
21 rue Bernard Dauchez 95420 SaintGervais à compter du 26/11/2018. Président : M.Samuel Didi demeurant au 21
rue Bernard Dauchez 95420 Saint-Gervais. En consèquence elle sera immatriculée au RCS de Pontoise et elle sera
radiée au RCS de Nanterre
415703A – LES ECHOS
ERNEST DISTRIBUTION
830012357 RCS de PONTOISE
95290 L’ISLE ADAM
Par décision de l’AGE du 20/11/2018, il
a été décidé de transférer le siège social
au 1/3 avenue du bosquet 95560 BAILLET EN FRANCE. Mention au RCS de
PONTOISE.
RCS PONTOISE 378 942 874
415771A – LES ECHOS
FENETRES SERVICE EXPRESS
EURL au capital de 8000 €
Siège social : 20 Rue Berthe Morisot
95220 Herblay
511 393 597 RCS de Pontoise
L’AGE du 18/12/2018 a décidé de transférer le siège social de la société 76 Rue
Frédéric Bellanger, 76600 Le Havre, à
compter du 18/12/2018.
Radiation au RCS de Pontoise et réimmatriculation au RCS du Havre
415834A – LES ECHOS
Par acte SSP du 07/01/2019 il a été
constitué une SAS dénommée : LA GARANTIE DES MEDECINS Sigle :
LGMED Nom commercial : LA GARANTIE DES MEDECINS Siège social : 11
impasse massenet 95240 CORMEILLES
EN PARISIS Capital : 4.000 € Objet :
Services aux prof. de santé Président :
SUTTER Willy 11 impasse massenet
95240 CORMEILLES EN PARISIS
Transmission des actions : cf statuts Admission aux assemblées et exercice du
droit de vote : Cf statuts Durée : 99 ans
à compter de l’immatriculation au RCS
de PONTOISE
Siège : 15 RUE DU GENERAL
LECLERC 95310 ST OUEN L AUMONE
Société anonyme à conseil
d’administration au capital de 300 000 €
828619387 RCS de PONTOISE
Siège social sis 60 rue Robert Moinon 95190 GOUSSAINVILLE
PRO-PROSERVICES
SASU au capital de 1000,00 €
6B rue Romain Rolland, 95140
Garges-lès-Gonesse
844370213 RCS Pontoise
Par décision de L’AGE en date du
01/01/2019 il a été pris acte de modifier
l’objet social de la société, à compter du
01/01/2019
Nouvel objet social : exploitant de voiture de tourisme avec chauffeur - nettoyage industriel - location de matériel
Services de livraison et à domicile. Mention en sera faite au RCS de Pontoise
416205B – LES ECHOS
MY CALAD PROTECTION
SASU au capital de 2000,00 €
152 RUE DE LA CROIX FLEURIE,
69400 VILLEFRANCHE SUR SAONE
841392939 RCS Villefranche-Tarare
Par décision du Président en date du
30/07/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 4-6 RUE
DES CHAUFFOURS, 95000 CERGY à
compter du 08/01/2019.
Président : M. ABDULLAH MOUSSAOUI, demeurant 152 RUE DE LA
CROIX FLEURIE, 69400 VILLEFRANCHE SUR SAONE
La société sera immatriculée au RCS de
Pontoise et sera radiée du RCS de Villefranche-Tarare
Par décision de l’AGE du 02/11/2018, il
a été décidé de :
- nommer Président M. FAZAL Adnan 24,
rue de l’égalité 95500 GONESSE en
remplacement de M. DIDARUL Islam démissionnaire.
Mention au RCS de PONTOISE
415636A – LES ECHOS
MULTIAXES Société à responsabilité limitée au capital de 7.622 € Siège : Lots
1 et 7 60260 LAMORLAYE 398870808
RCS de COMPIEGNE Par décision de
l’AGE du 03/12/2018, il a été décidé de
transférer le siège social au 5 Rue DU
CHATEAU 95270 ASNIERES SUR
OISE. Gérant : M. EMRINGER GILLES 1
RUE SANTIAGO SOULAS 95270 ASNIERES SUR OISE Radiation au RCS
de COMPIEGNE et ré-immatriculation au
RCS de PONTOISE.
415659A – LES ECHOS
PAPA
SAS au capital de 5.000 €
Siège social : 4 Rue du Marché Neuf,
95000 CERGY
819589664 RCS PONTOISE
Aux termes d’une délibération en date du
31 octobre 2018, l’AGE, statuant en application de l’article L. 225-248 du Code
de commerce, a décidé qu’il n’y avait pas
lieu à dissolution de la Société.
350 904 173 RCS PONTOISE
Aux termes d’une décision d’assemblée
générale en date du 31 décembre 2018,
il a été pris acte de la démission de M.
Joseph ALAIMO de ses fonctions d’administrateurs de la Société et de la désignation de Mme Sylvie KIENER épouse
ALAIMO, demeurant 4 rue de Beauregard à CHAPONNAY (69970), en qualité
d’administratrice pour la durée restant à
courir du mandat de son prédécesseur.
Mention en sera faite au RCS de Pontoise.
415844A – LES ECHOS
ACTION SANTE
SARL au capital de 10.000 €
Siège Social : 2 Allée Hector Berlioz
95130 FRANCONVILLE
R.C.S. Pontoise 423 120 732
Selon procès-verbal en date du 4 novembre 2018, l’associé unique a pris acte de
la démission de Monsieur Emmanuel
CASSANAS de ses fonctions de Gérant
et décidé de nommer en cette qualité, à
compter du 3 septembre 2018, Monsieur
Jean-Eric LUCAS, demeurant et domicilié 4, Chemin du Cros – 13510 EGUILLES.
Mention sera faite au RCS de Pontoise.
Pour avis,
LE GERANT
415679A – LES ECHOS
WOLOTE FLEURS Société par actions
simplifiée au capital de 12.000 € Siège :
8 Rue Corneille 95160 MONTMORENCY
834914376 RCS de PONTOISE Par décision de l’AGE du 02/01/2019, il a été
décidé de transférer le siège social à
compter du 01/02/2019 au 2 Place de
l’Eglise 49370 LE LOUROUX BECONNAIS. Radiation au RCS de PONTOISE
et ré-immatriculation au RCS de ANGERS
415846A – LES ECHOS
VEXIN BATIMENT
SARL au capital de 2 000 €
6 Chemin de Vernon 95450 VIGNY
491 189 486 RCS Pontoise
Le 30/11/2018 l’AGE a augmenté le capital social pour le porter à 30 000 €.
415688A – LES ECHOS
415911A – LES ECHOS
MINATO ENSEIGNES
ASSISTOO SARL au capital de 2.000 €
Siège : 29 RUE DE BESSANCOURT
95480 PIERRELAYE 529732778 RCS
de PONTOISE Par décision de l’AGO du
05/05/2018, il a été décidé à compter du
01/05/2018 de : - prendre acte du départ
du Gérant Mme LACASSIN Noura démissionnaire.Mention au RCS de PONTOISE
SARL au capital de 1.000 €
Siège : 11 AVENUE DES
ENTREPRENEURS 95400 VILLIERS LE
BEL
808755979 RCS de PONTOISE
Par décision de l’AGE du 12/09/2018, il
a été décidé de :
INTER MISSIONS
Siège social : 17, rue de la Personne
Angle rue de Nogent Numéro 54
415605A – LES ECHOS
S.CHALET
416072A – LES ECHOS
SARL au capital de 15.000 €
PHOENIX TFS
415594B – LES ECHOS
810 248 062 RCS de Pontoise
L’AGE du 01/12/2018 a nommé en qualité de gérant M. FADHLI FARHAT, demeurant 22 RUE EDOUARD VAILLANT,
77176 Savigny-le-Temple en remplacement de M. ZETRINI SALAH, à compter
du 01/12/2018.
Siège : 14 AVENUE DU 8 MAI
1945 95200 SARCELLES
SAS au capital de 10.000 €
Constitution SSP à Bezons en date du
02-01-2019 de : YOLO. Forme : SASU .
Capital : 1000 Euros. Siège : 30 Rue De
Pontoise, 95870 Bezons. Durée : 99 ans.
Présidence : Melle Ruicong WANG, 30
Rue De Pontoise 95870 Bezons. Objet :
Négoce tous produits non réglementés.
Activités connexes. Droit de vote et admission aux assemblées permis à chaque actionnaire. RCS : Pontoise.
SARL au capital de 2000 €
Siège social : 3 PLACE LOUIS JEAN
FINOT 95580 Andilly
SARL transformée en SAS au capital de
38 125 euros
415944A – LES ECHOS
YOLO
RENDEZ VOUS GOURMAND
409275A – LES ECHOS
409295A – LES ECHOS
MACEBILE
416070A – LES ECHOS
Modification au RCS de Pontoise
415883A – LES ECHOS
416028A – LES ECHOS
Avis est donné de la constitution d’une
SCI dénommée :
416095B – LES ECHOS
ESEN CARRELAGES
Dénomination :
415868B – LES ECHOS
538282419 RCS CRETEIL
Par acte SSP du 20/09/2018 il a été
constitué une SASU dénommée :
Capital : 5.000 €
Société à responsabilité limitée
94150 RUNGIS
APPALA PROTECT
- transférer le siège social au 14 AVENUE DU 8 AMI 1945 95200 SARCELLES.
415730A – LES ECHOS
PAGA GROUP
Siège social : 11 rue de Nantes –
Bâtiment FOB
416215B – LES ECHOS
AVIS DE TRANSFORMATION
Le 30 novembre 2018, l’associé unique
a décidé la transformation de la Société
en société par actions simplifiée à
compter du même jour, sans création
d’un être moral nouveau et a adopté le
texte des statuts qui régiront désormais
la Société. La dénomination de la Société, son objet, son siège, sa durée et
les dates d’ouverture et de clôture de son
exercice social demeurent inchangées.
Le capital social reste fixé à la somme de
38 125 euros.
Admission aux assemblées et droit de
vote : Tout associé peut participer aux
assemblées sur justification de son identité et de l’inscription en compte de ses
actions. Chaque associé a autant de voix
qu’il possède ou représente d’actions.
Transmission des actions : La cession
des actions de l’associé unique est libre.
La cession d’actions au profit de tiers doit
être autorisée par la Société, sauf entre
les associés et leurs conjoints, ascendant et descendant.
Président de la société : Monsieur Albert
VERRECCHIA, demeurant Vieux chemin
de Paris à L’ISLE-ADAM (95290). Pour
avis.
412380A – LES ECHOS
BTISSAMA, SOURIRE ORIENTAL,
EURL au capital de 10000 €. Siège social : 4 villa de l’eglantine 95280 Jouy-lemoutier. 493686547 RCS PONTOISE.
Le 30/11/18, l’associé unique a décidé la
dissolution anticipée de la société,
nommé liquidateur M. Cédric Kugelmann, 11 rue gabriel péri 95740 Frépillon
, et fixé le siège de liquidation au siège
social. Modification au RCS de PONTOISE.
414636A – LES ECHOS
TRANS BEST SERVICES
SARL au capital de 5.000 €. Siège social : 1 rue Pierre Guienne 95100 ARGENTEUIL. RCS 814 923 967 PONTOISE.
L’AGE du 05/10/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 05/10/2018,
nommé liquidateur M HADJOUT Arab, 1
rue Pierre Guienne 95100 ARGENTEUIL
et fixé le siège de la liquidation au siège
social.
L’AGE du 15/10/2018 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
liquidateur, l’a déchargé de son mandat
et prononcé la clôture de liquidation, à
compter du 15/10/2018. Radiation au
RCS de PONTOISE.
415783A – LES ECHOS
CREA’TIF HAIR
SARL au capital de 5.000 €
Siège : 12 BOULEVARD ALBERT
CAMUS 95200 SARCELLES
752066514 RCS de PONTOISE
Par décision de l’AGE du 31/10/2018, il
a été décidé la dissolution anticipée de
la société à compter du 31/10/2018,
nommé liquidateur Mme YABAS Suzanne 7 rue Cassiopée 95350 ST BRICE
SOUS FORET , et fixé le siège de liquidation au siège social où seront également notifiés actes et documents.
Par décision de l’AGE du 31/10/2018, il
a été décidé d’approuver les comptes de
liquidation, donné quitus de sa gestion au
liquidateur, et prononcé la clôture des
opérations de liquidation à compter du
31/10/2018. Radiation au RCS de PONTOISE.
415588B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 17/10/2017, concernant la société PRO LOP’R, lire 30/08/2016 en lieu
et place de 20/02/2016
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 15
Les Echos Mercredi 9 janvier 2019
appels d’offres
SERVICES
92 VILLE D'ANTONY
MISSION DE COORDINATION
EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ
ET DE PROTECTION
DE LA SANTÉ
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Mairie d'ANTONY
Mme Nathalie BENICOURT, Gestionnaire
Marchés Publics, Place de l'Hôtel de Ville,
92160
Antony, tél. : 01 40 96 72 57
Objet du marché : Accord-cadre - Mission
de coordination en matière de sécurité et
de protection de la santé pour les opérations du domaine infrastructure de la ville
d'Antony
Catégorie de services
Caractéristiques principales :
• Des variantes seront-elles prises en
compte : non
• Le présent marché a pour objet la réalisation des missions de coordination en
matière de Sécurité et de Protection de
la Santé des travailleurs (S.P.S), pour les
phases de conception et de réalisation,
dans le cadre des opérations de construction et d'aménagement des infrastructures
de la Ville d'Antony.
La présente consultation est organisée
selon la procédure adaptée, en application
des articles 27 et 34-I-1°b) du décret du
25 mars 2016.
En cas d'infructuosité, il sera possible de
recourir à une procédure négociée au sens
de l'article 30-I 2° du décret précité.
En application des articles 78 et 80 du
décret susvisé, cette consultation est un
accord-cadre à bons de commande, passé dans les conditions suivantes :
- Montant minimum annuel : pas de montant minimum de commande annuel ;
Montant
maximum
annuel
:
50 000,00 euro(s) HT.
Prestations divisées en lots : non
Cautionnement et garanties exigés : Le
présent marché ne prévoit ni avance ni
retenue de garantie.
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Le délai de paiement applicable au présent marché est de
30 jours dès réception de la facture établie
par le prestataire.
Le taux des intérêts moratoires est égal au
taux d'intérêt appliqué par la Banque Centrale Européenne à ses opérations principales de refinancement les plus récentes,
en vigueur au premier jour du semestre de
l'année civile au cours duquel les intérêts
moratoires ont commencé à courir, majoré
de 8 points de pourcentage.
Le retard de paiement donne lieu, de plein
droit et sans autre formalité, au versement
d'une indemnité forfaitaire pour frais de
recouvrement, dont le montant est fixé à
40 euro(s).
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d'opérateurs économiques
attributaire du marché : Conformément
à l'article 45 du décret du 25 mars 2016,
les candidats peuvent se présenter soit
en tant que candidat individuel, soit sous
la forme d'un groupement conjoint avec
mandataire solidaire ou d'un groupement
solidaire.
La composition du groupement ainsi que
son mandataire devront être présentés
lors de la remise des offres. La recevabilité de la candidature sera analysée pour
chaque entreprise, que le groupement soit
solidaire ou conjoint.
L'appréciation des capacités financières,
professionnelles et techniques sera globale.
Chaque opérateur économique ne peut
soumissionner qu'une seule fois, soit en
qualité de candidat individuel, soit en
qualité de mandataire, soit en qualité de
cotraitant. Il ne peut donc pas cumuler les
qualités.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Présentation d'une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières
années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé. Les livraisons
et les prestations de services sont prouvées par des attestations du destinataire
ou, à défaut, par une déclaration de l'opérateur économique
• Certificats de qualifications professionnelles. La preuve de la capacité du candidat peut être apportée par tout moyen,
notamment par des certificats d'identité
professionnelle ou des références de travaux attestant de la compétence de l'opérateur économique à réaliser la prestation
pour laquelle il se porte candidat
• Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
ses co-traitants. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
La transmission et la vérification des documents de candidatures peut être effectuée
par le dispositif Marché public simplifié sur
présentation du numéro de SIRET : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
30 janvier 2019 à 12 h 00
Délai minimum de validité des offres :
180 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires :
Durée de l'accord cadre :
L'accord cadre est conclu pour une durée
d'un an à compter de sa date de notification et peut être reconduit trois fois
pour une durée équivalente, sans que la
durée totale du marché ne puisse excéder
quatre ans.
Sous-traitance :
Par dérogation à l'article 3.6 du CCAG.
PI, le présent marché étant conclu intuitu
personae, le titulaire s'engage à exécuter
par ses propres moyens l'intégralité de la
prestation due au titre du présent marché.
Négociation :
Dans un premier temps, la Ville peut procéder à la régularisation des offres irrégulières (à condition qu'elles ne soient
pas anormalement basses) et/ou inacceptables au sens de l'article 59 du décret
25 mars 2016. La régularisation s'opérera
durant une première phase de négociations.
Dans un second temps, la Ville se réserve
le droit de procéder à un ou plusieurs tours
de négociation supplémentaires avec l'ensemble des candidats.
Les négociations pourront soit prendre
la forme d'auditions en mairie, soit d'une
demande écrite.
Elles pourront porter sur tous les aspects
de l'offre et notamment le prix, la quantité,
la qualité, le délai et les garanties de bonne
exécution du marché.
A chaque tour de négociation, les candidats devront faire parvenir une offre négociée qui sera analysée en fonction des
critères énoncés à l'article 4.2.2 du Règlement de Consultation.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 07 janvier 2019
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : Direction de
la Commande Publique - Service Marchés
Publics, tél. : 01 40 96 72 37, adresse internet : http://www.maximilien.fr/
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : Direction
de la Commande Publique - Service Marchés Publics, adresse internet : https://
marches.maximilien.fr/?page=entreprise.
EntrepriseAdvancedSearch&AllCons&refConsultation=323189&orgAcronyme=d5w
92
VILLE DE
COLOMBES
ENTRETIEN DES SYSTÈMES
DE SÉCURITÉ INCENDIE,
DES SYSTÈMES D’ALARMES
INCENDIE ET DE
DÉSENFUMAGE
AVIS DE PUBLICITE
MAIRIE DE COLOMBES
Mme Le Maire, Place de la République,
92700 Colombes, Tél : 01 47 60 80 00
mèl : marche-publics@mairie-colombes.fr
web : http://marchespublics.colombes.fr
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
L'avis implique l'établissement d'un
Accord-Cadre.
Durée : N.C.
Accord-cadre avec un seul opérateur.
Objet : Entretien des systèmes de sécurité
incendie, des systèmes d’alarmes incendie
et de désenfumage des bâtiments communaux
Type de marché : Services
Procédure : Procédure adaptée
Description : Maintenance préventive et
curative des systèmes de sécurité incendie catégories A et B (SSI), des systèmes
d’alarme incendie et de désenfumage installés dans les bâtiments communaux de
la Ville.
Le titulaire s’engage à assurer un entretien
normal tel que décrit dans la norme NF S
61-933, de toutes les installations, objet du
présent marché, du détecteur au déclencheur manuel jusqu’au tableau de signalisation et aux alarmes et toutes sujétions
techniques imprévues.
Classification CPV :
Principale : 50610000 - Services de réparation et d'entretien du matériel de sécurité
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC : NON
Forme de la procédure : Prestation divisée en lots : non
Les variantes sont refusées
Quantité/étendue :
MARCHE PUBLIC de SERVICES passés
en PROCEDURE ADAPTEE en application
de l’article 27 du décret n° 2016-360 du
25 mars 2016.
L’accord-cadre est mono-attributaire
et à bons de commande avec minimum
et maximum, passé en application des
articles 78 et 80 du décret 2016-360 du
25 mars 2016.
Marché public de services conclu à prix
mixte :
- un prix global et forfaitaire pour les prestations de maintenance préventive,
- des prix unitaires pour les prestations
curatives.
L’accord cadre est composé des montants
suivants :
- Minimum 15 000€ HT
- Maximum 200 000€ HT
- Estimation de commandes 150 000€ HT
Ces montants s’entendent pour toute la
durée du marché.
Conditions relatives au contrat
Financement : Virement par mandat administratif, financé sur le budget communal.
Conditions de participation
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
- Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
- Présentation d'une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières
années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé.
Autres renseignements demandés :
- Le formulaire DC2 téléchargeable sur
http://www.minefe.gouv.fr, thème : marchés publics.
- Les renseignements concernant la situation juridique de l'entreprise tels que prévus à l'article 48 et 49 de l'ordonnance
n° 2015-899 du 23 juillet 2015:
· Lettre de candidature ou imprimé DC 1
et d'habilitation du mandataire par les
co-traitants, le cas échéant
· Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire
(ou imprimé DC 1)
. Déclaration sur l’honneur pour justifier
que le candidat n’entre dans aucun des
cas mentionnés aux articles 45 et 48 de
l’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
(ou imprimés DC 1 et DC2)
· Renseignements sur le respect de l'obligation d'emploi mentionnée aux articles
L. 5212-1 à L . 5212-4 du code du travail (ou
imprimé DC 1)
· Déclaration sur l'honneur relative à l'égalité professionnelle entre les femmes et les
hommes
· Tout document relatif aux pouvoirs des
personnes habilitées à engager la société
. un extrait K-BIS de moins de trois mois
- Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l'importance du personnel d'encadrement pour
l'année en cours
Critères d'attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés ci-dessous avec leur pondération
55 - La valeur technique de l’offre
45 - le prix des prestations
Les sous-critères sont détaillés au réglement de la consultation.
Remise des offres : 28/01/19 à 12h00 au
plus tard.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Validité des offres : 150 jours, à compter
de la date limite de réception des offres.
Renseignements complémentaires :
Le présent marché prend effet à compter
de la date de notification pour une durée
d’un an.
La visite est facultative.
Les candidats ont la possibilité de demander à visiter certains sites en contactant la
direction des Bâtiments au 01.47.60.81.26.
Il s'agit d'un marché périodique : OUI
Calendrier prévisionnel de publication des
prochains avis : 2020
Le marché s'inscrit dans un projet/programme financé par des fonds communautaires : NON
Instance chargée des procédures de
recours : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE
CERGY-PONTOISE, 2-4 bd de l'Hautil, BP
30322, 95027 Cergy-Pontoise - Cedex, :
01 30 17 34 00 - Fax : 01 30 17 34 59, mèl :
greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Précisions concernant le(s) délai(s) d'introduction des recours : Recours en référé
pré-contractuel peut être exercé contre les
manquements aux obligations de publicité
et de mise en concurrence devant le juge
des référés du TA depuis le début de la
procédure de passation jusqu'à la signature du marché
Recours en référé contractuel peut être
exercé contre les manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence devant le juge des référés du TA, à
compter de la date de signature du marché
et ce jusqu’à l’expiration d’un délai d’un
mois si un avis d'attribution est publié
au JOUE, à défaut d’une telle publication
jusqu'à l'expiration d’un délai de six mois
à compter de la signature du marché. Ce
recours est impossible si le référé pré
contractuel a été exercé (ou si un délai
de 11 jours a été respecté entre la date de
publication au JOUE d’un avis d’intention
de conclure le marché et sa signature pour
les marchés à procédure adaptée)
Recours de pleine juridiction formé contre
la validité du marché, dans le délai de
2 mois à compter de la publication d’un
avis d'attribution, devant le juge du TA
Envoi à la publication le : 04/01/19
Les dépôts de plis doivent être impérativement remis par voie dématérialisée.
Pour retrouver cet avis intégral, accéder
au DCE, poser des questions à l'acheteur,
déposer un pli, allez sur http://marchespublics.colombes.fr
93
EPS DE
VILLE-EVRARD
ASSURANCE CONSTRUCTION
RELATIVE À UNE OPÉRATION
DE RELOCALISATION DU
PÔLE INFANTO JUVÉNILE I03
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : EPS de Ville Evrard
Mme Annick Navarro, Directeur du patrimoine et travaux, 202 Ave Jean JAURES,
93332 Neuilly sur marne cedex, tél. : 01 43
09 34 03, courriel : a.navarro@eps-villeevrard.fr, adresse internet du profil acheteur : https://www.achatpublic.com/sdm/
ent/gen/index.jsp
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Santé
Objet du marché : Prestations de services
d'assurance construction relative à une
opération de relocalisation du pôle infanto juvénile I03. : Construction d'Unités de
soins psychiatriques en hospitalisation
complète et ambulatoire pour enfants et
adolescents à Montreuil (93). Marché divisé en deux lots:
Lot 1: assurance dommages ouvrage
Lot 2: assurance tous risques chantier
Catégorie de services : 6a
Classification CPV (Vocabulaire Commun
des Marchés) :
• Objet principal : 66510000
• Objets complémentaires : 66515000
Lieu d'exécution et de livraison : 198 - 200
boulevard de la Boissière, 93558 Montreuil
sous bois
Code NUTS : FR106
La procédure d'achat du présent avis n'est
pas couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC.
L'avis implique un marché public
Caractéristiques principales :
• Des variantes seront-elles prises en
compte : non
Prestations divisées en lots : oui
Possibilité de présenter une offre pour un
ou plusieurs lots
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
• Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
ses co-traitants. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
Documents à produire obligatoirement
par l'attributaire, avant la signature et la
notification du marché public ou de l'accord-cadre (formulaire NOTI1) :
• Les pièces prévues aux articles D. 8222-5
ou D. 8222-7 et D. 8222-8 du code du travail
• Si l'attributaire est établi en France, les
attestations et certificats délivrés par les
administrations et organismes compétents
prouvant qu'il a satisfait à ses obligations
fiscales et sociales ou un état annuel des
certificats reçus
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci dessous
avec leur pondération :
• Valeur technique de l'offre jugée par référence au CCTP (50 %)
• Prix des prestations (50 %)
• Pas d'enchère électronique
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
11 février 2019 à 16 h 00
Délai minimum de validité des offres :
90 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Il
n'est pas prévu de visite pour ce marché
La date limite pour poser des questions est
fixée au 01/02/2019
La personne publique se réserve la possibilité de procéder à des négociations avec
les trois premiers candidats
le délai global de paiement est de 50 jours
conformément à l'article 183 du décret n° 360
du 25/03/2016 relatif aux marchés publics
Pour accéder au dossier de consultation, poser des questions à l'acheteur,
déposer un pli aller sur :https://www.
achatpublic.com/sdm/ent/gen/ent_detail.
do?PCSLID=CSL_2019_VPvk2l-Hls
Date d'envoi du présent avis à la publication : 04 janvier 2019
Adresse auprès de laquelle les
documents peuvent être obtenus :
adresse internet : https://www.achatpublic.com /sdm /ent /gen /ent_detail.
do?PCSLID=CSL_2019_VPvk2l-Hls
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Montreuil, 7 rue Catherine puig,, 93558 Montreuil sous bois, courriel : greffe.ta-montreuil@juradm.fr
Nature et désignation des lots :
Lot 1 Contrat d'assurance - Dommages
Ouvrage
Assurance dommage Ouvrage
C.P.V. - : Objet principal : 66515000
Lot 2 Contrat d'assurance Tous Risques
Chantier
Assurance tous risques chantier
C.P.V. - : Objet principal : 66513200
93 VILLE DE PANTIN
LOCATION ET ENTRETIEN DE
DÉVIDOIRS ESSUIE-MAINS
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Pantin
M. Bertrand KERN, Maire, 84-88 avenue du
Général Leclerc, 93507 Pantin cedex, tél. :
01 49 15 45 27, courriel : marchespublics@
ville-pantin.fr, adresse internet : http://www.
ville-pantin.fr/, adresse internet du profil
acheteur : https://www.achatpublic.com/
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Services généraux des administrations
publiques
Objet du marché : LOCATION ET ENTRETIEN DE DÉVIDOIRS ESSUIE-MAINS POUR
LES SERVICES DE LA VILLE DE PANTIN
Les prestations objet de la présente
consultation concernent la location et
l'entretien de dévidoirs d'essuie-mains
dont le descriptif est le suivant :
- essuie-mains textiles
- bobines coton blanc
- bobines coton bleu pour le Centre Technique Municipal
- plaques de sécurité anti-strangulation
pour les écoles maternelles et élémentaires ou rétractables
Catégorie de services : 27
Classification CPV (Vocabulaire Commun
des Marchés) :
• Objet principal : 39514300
Code NUTS : FR106
L'avis implique l'établissement d'un
accord-cadre avec un seul opérateur
Durée de l'accord-cadre : 4 an(s)
Caractéristiques principales :
• Des variantes seront-elles prises en
compte : non
• La procédure de passation est : la procédure adaptée ouverte. Elle est soumise
aux dispositions de l'article 27 du Décret
n° 2016-360 du 25 mars 2016.
L'accord-cadre est conclu pour une
période initiale de 1 an.
L'accord-cadre est conclu à compter de la
date de notification du contrat.
L'accord-cadre est reconduit tacitement
jusqu'à son terme. Le nombre de périodes
de reconduction est fixé à 3. La durée de
chaque période de reconduction est de
1 an. La durée maximale du contrat, toutes
périodes confondues, est de 4 ans.
• Quantités (fournitures et services), nature
et étendue (travaux) : L'accord-cadre avec
maximum est passé en application des
articles 78 et 80 du Décret n° 2016-360 du
25 mars 2016. Il fixe les conditions d'exécution des prestations et s'exécute au fur
et à mesure de l'émission de bons de commande.
Le montant maximum pour la durée initiale
du marché est de 50 000 euro(s) HT.
Les montants seront identiques pour
chaque période de reconduction.
Les prestations seront rémunérées par
application aux quantités réellement exécutées des prix unitaires fixés dans le bordereau des prix.
Prestations divisées en lots : non
Durée du marché ou délai d'exécution :
48 mois à compter de la notification du
marché
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Les prestations
seront financées selon les modalités suivantes : 100% du financement est issue
des fonds propres de la ville
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Les candidatures seront examinées au
vue des capacités juridiques, professionnelles, techniques et financières.
• Situation juridique - références requises :
Déclaration sur l'honneur pour justifier que
le candidat n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner
- Document relatif aux pouvoirs des personnes habilitées à engager la société :
extrait de K-bis ou équivalent et délégation
de pouvoir signée par la personne habilitée
de plein droit à représenter l'entreprise, le
cas échéant
- Déclaration d'intention de soumissionner
(DC1 - dernière version en vigueur - ou
support libre)
- Copie des jugements prononcés, si le
candidat est en redressement judiciaire
- Renseignements sur le respect de l'obligation d'emploi mentionnée aux articles
L. 5212-1 à L. 5212-11 du Code du travail
• Capacité économique et financière références requises : Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre
d'affaires concernant les services objet du
contrat, réalisés au cours des trois derniers exercices disponibles
- Preuve d'une assurance pour les risques
professionnels
• Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : Liste des
principaux services effectués au cours des
trois dernières années, indiquant le montant, la date et le destinataire. Les prestations de services sont prouvées par des
attestations du destinataire ou, à défaut,
par une déclaration du candidat
- Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l'importance du personnel d'encadrement pour
chacune des trois dernières années
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
25 janvier 2019 à 17 h 00
Renseignements complémentaires :
Accès gratuit au dossier de consultation
des entreprises par téléchargement sur la
plateforme, www.achatpublic.com.
Le pouvoir adjudicateur impose la transmission des plis par voie électronique
pour cette consultation. Par conséquent,
la transmission par voie papier n'est pas
autorisée.
La transmission des documents par voie
électronique est effectuée sur le profil
d'acheteur du pouvoir La transmission
des documents par voie électronique est
effectuée sur le profil d'acheteur du pouvoir adjudicateur, à l'adresse URL suivante : https://www.achatpublic.com/.
En revanche, la transmission des documents sur un support physique électronique
(CD-ROM, clé usb...) n'est pas autorisée.
Le choix du mode de transmission est global et irréversible. Les candidats doivent
appliquer le même mode de transmission
à l'ensemble des documents transmis au
pouvoir adjudicateur.
Chaque transmission fera l'objet d'une
date certaine de réception et d'un accusé de réception électronique. A ce titre, le
fuseau horaire de référence est celui de
(GMT+01:00) Paris, Bruxelles, Copenhague,
Madrid. Le pli sera considéré « hors délai » si
le téléchargement se termine après la date et
l'heure limites de réception des offres.
Si une nouvelle offre est envoyée par voie
électronique par le même candidat, celleci annule et remplace l'offre précédente.
Le pli peut être doublé d'une copie de sauvegarde transmise dans les délais impartis, sur support physique électronique ou
sur support papier. Cette copie est transmise sous pli scellé et comporte obligatoirement la mention « copie de sauvegarde »,
ainsi que le nom du candidat et l'identification de la procédure concernée.
Aucun format électronique n'est préconisé
pour la transmission des documents. Cependant, les fichiers devront être transmis dans
des formats largement disponibles.
La signature électronique des documents
n'est pas exigée dans le cadre de cette
consultation.
La signature des pièces n'est pas imposée au
stade de la remise des candidatures et des
offres. Mais elles devront être impérativement
signées avant la notification du marché.
Les documents devront être préalablement traités par les candidats par un antivirus régulièrement mis à jour.
Tout document contenant un virus informatique fera l'objet d'un archivage de sécurité
et sera réputé n'avoir jamais été reçu. Le
candidat concerné en sera informé.
Après attribution, les candidats sont informés que l'offre électronique retenue sera
transformée en offre papier, pour donner
lieu à la signature manuscrite de l'accord-cadre par les parties.
Les frais d'accès au réseau et de recours à
la signature électronique sont à la charge
des candidats.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 04 janvier 2019
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : adresse
internet : https://www.achatpublic.com/
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : adresse
internet : https://www.achatpublic.com/
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : adresse internet :
https://www.achatpublic.com/
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal Administratif de Montreuil, 7, rue Catherine Puig, 93558 Montreuil, tél. : 01 49 20 20 99, télécopieur : 01
49 20 20 00, courriel : greffe.ta-montreuil@
juradm.fr, adresse internet : http://montreuil.tribunaladministratif.fr
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal Administratif de Montreuil, 7, rue Catherine Puig,
93558 Montreuil, tél. : 01 49 20 20 99, télécopieur : 01 49 20 20 00, courriel : greffe.
ta-montreuil@juradm.fr, adresse internet :
http://montreuil.tribunaladministratif.fr
TRAVAUX
91 VILLE D'YERRES
ENTRETIEN,
RÉPARATION, RÉFECTION
ET AMÉNAGEMENT VOIRIES
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Mairie d'Yerres, Olivier CLODONG,
60 rue Charles de Gaulle 91330 Yerres. tél. :
0169497705, télécopieur : 0169497739, Courriel : sthillotlanglois@yerres.fr, profil d'acheteur : http://www.yerres.fr/.
Objet du marché : entretien, réparation,
réfection et aménagement voiries.
Type de marché de travaux : exécution.
Accord-cadre avec un seul opérateur.
Durée de l'accord-cadre : 1 an(s).
Caractéristiques principales :
La procédure de passation utilisée est :
la procédure adaptée ouverte. Elle est
soumise aux dispositions de l'article 27
du Décret n°2016-360 du 25 mars 2016.
La présente consultation concerne :
Entretien, réparation, réfection et aménagement voiries. Ce marché concerne
les travaux d'entretien, de réparation, de
réfection et d'aménagement des voiries,
de leurs dépendances et équipements de
la commune. Le montant maximum des
commandes sur la durée totale du marché s'élève à 4 000 000,00 euros H.T. Les
travaux seront rémunérés sur la base d'un
bordereau des prix unitaires.
Les lieux d'exécution des travaux seront
précisés dans chaque bon de commande.
Nombre de reconductions éventuelles : 3.
Refus des variantes.
Prestations divisées en lots : non.
Durée du marché ou délai d'exécution :
12 mois à compter de la notification du
marché.
Date prévisionnelle de commencement
des travaux : 25 mars 2019
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : fiscalité locale et
dotations de l'état.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d'opérateurs économiques
attributaire du marché : groupement solidaire d'entreprises
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Conditions de participation :
Situation juridique - références requises :
copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire
déclaration sur l'honneur pour justifier que
le candidat n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner
Capacité économique et financière - références requises : - déclaration appropriée
de banques ou preuve d'une assurance
pour les risques professionnels
- déclaration concernant le chiffre d'affaires
global et le chiffre d'affaires concernant les
travaux objet du contrat, réalisées au cours
des trois derniers exercices disponibles
Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : - déclaration indiquant l'outillage, le matériel et
l'équipement technique dont le candidat
dispose pour la réalisation du contrat
- liste des travaux exécutés au cours des
cinq dernières années, appuyée d'attestations de bonne exécution pour les plus
importants (montant, époque, lieu d'exécution, s'ils ont été effectués selon les
règles de l'art et menés à bonne fin)
- déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l'importance du personnel d'encadrement pour
chacune des trois dernières années
Référence professionnelle et capacité technique - Niveau(x) spécifique(s) minimal(aux)
exigé(s) : 5118 réseaux aep dn. 300mm
341 assises de chaussée
3421 revêtements en matériaux enrobés
classiques
3451 pavés et dalles en pierres naturelles
3622 fraisage et rabotage
364 réfections sur tranchées de couche
d'assise ou de surface
2313 opérations de terrassement en
grande masse
2321 travaux de terrassement courant en
milieu urbain
2332 couches de forme traitées ou retraitées en place
234 couches de forme en matériaux rapportés
114 ouvrage en maçonnerie
Marché réservé : non.
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
-Formulaire DC1, Lettre de candidature Habilitation du mandataire par ses co-traitants (disponible à l'adresse suivante :
http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-declaration-du-candidat)
-Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement.(disponible à l'adresse suivante :
http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-declaration-du-candidat)
Documents à produire obligatoirement
par l'attributaire, avant la signature et la
notification du marché public ou de l'accord-cadre (formulaire NOTI1) :
-Les pièces prévues aux articles D. 8222-5
ou D. 8222-7 et D. 8222-8 du code du travail -Si l'attributaire est établi en France, les
attestations et certificats délivrés par les
administrations et organismes compétents
prouvant qu'il a satisfait à ses obligations
fiscales et sociales ou un état annuel des
certificats reçus (formulaire NOTI2) -Si l'attributaire est établi dans un Etat autre que
la France, un certificat établi par les administrations et organismes du pays d'origine.
Lorsqu'un tel certificat n'est pas délivré par
le pays concerné, il peut être remplacé par
une déclaration sous serment, ou dans les
Etats où un tel serment n'existe pas, par une
déclaration solennelle faite par l'intéressé
devant l'autorité judiciaire ou administrative
compétente, un notaire ou un organisme
professionnel qualifié du pays -Si les documents fournis par le candidat ne sont pas
établis en langue française, ils doivent être
accompagnés d'une traduction en français,
certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Marché public simplifié : NON
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération.
- Prix des prestations : 40%;
- Le quantitatif et le lieu de dépôt des
matériaux courants, les fiches techniques
des principaux matériaux et matériel à
mettre en oeuvre. : 6%;
- Nombre d'équipes et composition type
en personnel et matériels pouvant être mis
en oeuvre simultanément sur la ville. : 6%;
- Moyens humains et matériels en nom
propre dont dispose le centre de travaux
pour l'exécution de ce marché. : 8%;
- Localisation et capacité de production
des centrales d'enrobés. : 6%;
- Liste des moyens techniques et personnels pouvant être mis en oeuvre en
cas d'intervention urgente en dehors des
heures ouvrables. : 8%;
- Les moyens topographiques, DAO/CAO
et de contrôle de laboratoire de chantier
dont dispose l'entreprise pour l'implantation des chantiers : 6%;
- Les procédures de traçabilité des
déchets et la localisation des lieux de
décharge. : 6%;
- L'engagement environnemental de l'entreprise. : 6%.
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres :
29 janvier 2019 à 16:00.
Délai minimum de validité des offres :
120 jour(s) à compter de la date limite de
réception des offres.
Autres renseignements :
Numéro de référence attribué au marché
par le pouvoir adjudicateur / l'entité adjudicatrice : 2018 MAPA entretien voirie.
Renseignements complémentaires :
Après examen des offres, le pouvoir adjudicateur engagera des négociations avec
tous les candidats sélectionnés. Toutefois,
le pouvoir adjudicateur se réserve la possibilité d'attribuer le marché sur la base des
offres initiales, sans négociation.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
16 //
Mercredi 9 janvier 2019 Les Echos
appels d’offres
Date d'envoi du présent avis à la publication : 27 décembre 2018.
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : Mairie d'Yerres,
Service juridique, adresse internet : http://
www.yerres.fr/
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et
technique peuvent être obtenus : Mairie
d'Yerres, tél. : 0169497742 , courriel : sthillotlanglois@yerres.fr
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : Mairie
d'Yerres, Service juridique, adresse internet : http://www.yerres.fr/
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Versailles 56 avenue de Saint Cloud 78011
VERSAILLES , tél. : 0139205400 , télécopieur : 0139205487, courriel : greffe.
ta-versailles@juradm.fr , adresse internet :
http://versailles.tribunal-administratif.fr/
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal administratif de Versailles 56 avenue de SaintCloud 78000 Versailles, tél. : 0139205400,
télécopieur : 0139205487 , courriel : greffe.
ta-versailles@juradm.fr , adresse internet :
http://www.ta-versailles.juradm.fr
Adresse à laquelle des renseignements
complémentaires peuvent être obtenus :
Mairie d'Yerres, Service juridique, tél. :
0169497742, courriel : sthillotlanglois@yerres.
fr, adresse internet : http://www.yerres.fr/
93 HUPSSD
ses co-traitants. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
- Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
Critères de sélection :
Critère n° 1 - Valeur technique de l'offre 60%
Critère n° 2 - Prix - 40%
Date limite : Le 04 février 2019 à 12h00
Reference consultation : 19AVC30TVX
Marché Public Simplifiée : La présente
consultation intègre le dispositif « MPS »
Marché Public Simplifié. Dans ce cadre,
certains éléments standards de la candidature sont récupérés dans un formulaire
spécifique « MPS » disponible lors de la
réponse électronique sur la plateforme de
dématérialisation PLACE. Cette possibilité
est ouverte aux candidats disposant d'un
numéro de SIRET.
Renseignements divers : Seule la transmission par voie électronique est autorisée à l'adresse suivante : https://www.
marches-publics.gouv.fr/
La visite du site est obligatoire.
Il vous appartient de contacter : M. DRAME
Tél : 01.48.95.57.46 / M DIAKITE Tél :
01.48.95.58.34 /ou en cas d'absence au
secrétariat 01.48.95.57.40
Conformément à l'article 27 du Décret
n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux
marchés publics, le pouvoir adjudicateur
se réserve le droit de négocier avec le ou
les candidats les mieux classés, sur tout ou
partie des éléments composant leur offre.
Le marché pourra également être attribué sur
la base des offres initiales (sans négociation).
Adresse
Internet
:
https://www.
marches-publics.gouv.fr
Date d'envoi de l'avis à l'organisme de
publication : Le 08/01/2019
93 VILLE DE PANTIN
REMPLACEMENT
DU GROUPE FROID CARRIER
DU BÂTIMENT LARREY D
ET MISE EN PLACE D’UN
DEUXIÈME GROUPE FROID
SUPPLÉMENTAIRE
Identification de l'organisme qui passe
le marché : Hôpitaux Universitaires ParisSeine-Saint-Denis
MME
Stéphanie
Martinez,
Service
marches, Hupssd, 125 rue de stalingrad,
93000 Bobigny
Tél. : 01 48 95 57 22
courriel : avc-cellule.marches@aphp.fr
Objet du marché : Remplacement du
groupe froid Carrier du bâtiment LARREY
D et mise en place d'un deuxième groupe
froid supplémentaire à l'hôpital Avicenne
Marché MOE Avec engagement sur le coût
prévisionnel des travaux à la phase APD
La mission de MOE comprend une mission
de base constituée des éléments de mission d'étude et de suivi de chantier
Nombre et consistance des lots : Il n'est
pas prévu de décomposition en lot.
Nombre et consistance des tranches :
Le marché est un marché fractionné à
tranches conditionnelles passé en application de l'article 77 du décret n°2016-360 du
25 mars 2016 relatif aux marchés publics et
comporte 3 tranches :
1 tranche ferme (APS-APD)
1 tranche conditionnelle 1 (PRO, ACT)
1 tranche conditionnelle 2 (VISA, DET, AOR)
Procédure de passation : Marché sur procédure adaptée ouverte soumise aux dispositions de l'article 27 du Décret nº2016360 du 25 mars 2016.
Il suit les dispositions des articles 77 et 90
du décret n° 2016-360 du 25 mars 2016
Durée du marché : Le délai prévisionnel
des travaux est estimé de 12 mois
Modalités d'attribution : L'équipe de
maîtrise d'oeuvre devra comporter au
minimum : un bureau d'études, tout corps
d'état et un économiste de la construction.
Le candidat peut se présenter sous forme
de groupement sous réserve du respect
des règles relatives à la concurrence.
Le délai de validité des offres est fixé à
180 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Aucune variante n'est autorisée.
Modalités d'attribution : Documents à
produire à l'appui des candidatures par le
candidat, au choix de l'acheteur public :
- Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou
travaux objet du marché, réalisés au cours
des trois derniers exercices disponibles.
- Déclaration appropriée de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels.
- Certificats de qualifications professionnelles. La preuve de la capacité du candidat
peut être apportée par tout moyen, notamment par des certificats d'identité professionnelle ou des références de travaux
attestant de la compétence de l'opérateur
économique à réaliser la prestation pour
laquelle il se porte candidat : Pour le ou les
BET tout corps d'état, le candidat fournira
toutes pièces attestant de ces capacités
(certificats professionnels, certification
ISO, agréments ou autres) notamment, les
qualifications OPQIBI attendues ou équivalence démontrée rigoureusement et part
une documentation précise et fiable : 1220
Ingénierie en second oeuvre courant (car
travaux divers d'agencement) / 1323 ingénieries en génie climatique complexe,
Pour l'économiste : certificat attestant de la
qualification OPQTECC ou tous documents
justifiant clairement d'une équivalence.
- Pour chaque membre de l'équipe les
moyens en personnel, informatique et en
télécommunications,
-Pour chaque membre de l'équipe le chiffre
d'affaires annuel HT pour les trois dernières années
Pour chaque membre de l'équipe un dossier qui comportera une liste de références
des principaux projets réalisés ou en
cours, des 5 dernières années pour lesquels seront précisés la mission confiée, le
nom de l'architecte associé, le montant HT
des travaux, la surface SHON traitée, complexité technique et fonctionnelle de l'opération,l'état d'avancement de la mission, le
nom du Maître d'Ouvrage ;
-Pour chaque membre de l'équipe la présentation de 3 références de complexité,
de nature et d'importance au moins équivalentes au présent projet ; pour chacune
de ces références, devra être précisée : la
mission confiée, le nom du BET associé, le
montant HT des travaux, la surface SHON
traitée, la complexité technique et fonctionnelle de l'opération, la durée des travaux, le nom du Maître d'Ouvrage ;
-Extrait de KBIS datant de moins de trois mois
- Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
CONSTRUCTION
D'UN RESTAURANT SCOLAIRE
ET D'UNE SALLE DE CLASSE
MATERNELLE
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Pantin, M. Bertrand
KERN, Maire, 84-88 avenue du Général
Leclerc, 93500 Pantin, profil acheteur :
https://www.achatpublic.com
Objet du marché : CONSTRUCTION D'UN
RESTAURANT SCOLAIRE ET D'UNE
SALLE DE CLASSE MATERNELLE JACQUELINE QUATREMAIRE
La procédure d'achat du présent avis
n'est pas couverte par l'accord sur les
marchés publics de l'OMC.
L'avis implique un marché public
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
Prestations divisées en lots : oui
Possibilité de présenter une offre pour un
ou plusieurs lots
Durée du marché ou délai d'exécution :
24 mois à compter de la notification du
marché
Cautionnement et garanties exigés : Une
retenue de garantie de 5% du montant initial du marché (augmenté le cas échéant
du montant des avenants) sera constituée.
Cette retenue de garantie sera prélevée
sur le montant de chaque paiement par le
comptable assignataire des paiements.
Cette retenue de garantie peut être remplacée au gré du titulaire par une garantie
à première demande.
En revanche, il ne sera pas accepté de
caution personnelle et solidaire.
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Budget de la ville
Subvention ANRU
Subvention Etat
Les sommes dues au(x) titulaire(s) et au(x)
sous-traitant(s) de premier rang éventuel(s) du marché seront payées dans
un délai global de 30 jours à compter de
la date de réception des factures ou des
demandes de paiement équivalentes
Forme juridique que devra revêtir le groupement d'opérateurs économiques attributaire du marché : Le pouvoir adjudicateur ne souhaite imposer aucune forme de
groupement à l'attributaire du marché.
L'exécution du marché est soumise à
d'autres conditions particulières : non
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Capacités juridiques, professionnelles,
techniques et financières.
Les candidats peuvent également utiliser
le Document Unique de Marché Européen
(DUME).
• Situation juridique - références requises :
Déclaration sur l'honneur pour justifier que
le candidat n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner;
Renseignements sur le respect de l'obligation d'emploi mentionnée aux articles
L. 5212-1 à L. 5212-11 du Code du travail;
Déclaration d'intention de soumissionner
(DC1- imprimé dernière version ou forme
libre);
Documents relatifs aux pouvoirs des personnes habilitées à engager l'entreprise :
extrait Kbis ou équivalent et délégation de
pouvoir signée par la personne habilitée de
plein droit à représenter l'entreprise, le cas
échéant
• Capacité économique et financière références requises : Preuve d'une assurance pour les risques professionnels ;
Déclaration concernant le chiffre d'affaires
global et le chiffre d'affaires concernant
les prestations objet du contrat, réalisées
au cours des trois derniers exercices disponibles.
• Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : Déclaration indiquant les effectifs moyens annuels
du candidat et l'importance du personnel
d'encadrement pour chacune des trois
dernières années ;
Déclaration indiquant l'outillage, le matériel et l'équipement technique dont le
candidat dispose pour la réalisation du
contrat ;
Trois références et recommandations sur
des opérations similaires appuyées d'attestations de bonne exécution pour les
plus importants (montant, époque, lieu
d'exécution, s'ils ont été effectués selon
les règles de l'art et menés à bonne fin)
Niveau(x) spécifique(s) minimal(aux) exigé(s) : La liste des qualifications professionnelles est déclinée dans le règlement
de la consultation.
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement par
le candidat, à l'appui de sa candidature :
• Déclaration sur l'honneur du candidat
justifiant qu'il n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 ou,
pour les marchés publics de défense ou de
sécurité, qu'il n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45, 46 et 48 de
l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015.
• Déclaration sur l'honneur du candidat attestant qu'il est en règle, au cours
de l'année précédant celle au cours de
laquelle a lieu le lancement de la consultation, au regard des articles L. 5212-1,
L. 5212-2, L. 5212-5 et L. 5212-9 du code
du travail, concernant l'emploi des travailleurs handicapés
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l'importance du personnel d'encadrement pour
chacune des trois dernières années.
• Déclaration indiquant l'outillage, le matériel et l'équipement technique dont le candidat dispose pour la réalisation de marchés de même nature.
• Certificats de qualifications professionnelles. La preuve de la capacité du candidat
peut être apportée par tout moyen, notamment par des certificats d'identité professionnelle ou des références de travaux
attestant de la compétence de l'opérateur
économique à réaliser la prestation pour
laquelle il se porte candidat : La liste des
qualifications professionnelles est déclinée
dans le règlement de la consultation.
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Si les documents fournis par le candidat
ne sont pas établis en langue française, ils
doivent être accompagnés d'une traduction en français, certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Autres renseignements demandés :
• Déclaration d'intention de soumissionner
(DC1- imprimé dernière version ou forme
libre) Non
• Documents relatifs aux pouvoirs des personnes habilitées à engager l'entreprise :
extrait Kbis ou équivalent et délégation de
pouvoir signée par la personne habilitée de
plein droit à représenter l'entreprise, le cas
échéant
• Preuve d'une assurance pour les risques
professionnels
• Trois références et recommandations
sur des opérations similaires appuyées
d'attestations de bonne exécution pour
les plus importants (montant, époque, lieu
d'exécution, s'ils ont été effectués selon
les règles de l'art et menés à bonne fin)
Commentaire sur les justifications : Les
candidats peuvent également utiliser le
Document Unique de Marché Européen
(DUME).
Nombre de candidats :
• Réduction du nombre d'opérateurs
durant la négociation ou le dialogue (procédure négociée, dialogue compétitif) :
Recours à une procédure se déroulant en
phases successives afin de réduire progressivement le nombre des solutions à
discuter ou des offres à négocier : NON
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération :
• Prix des prestations (50 %)
• Valeur technique (40 %)
• Délai d'exécution (10 %)
• Pas d'enchère électronique
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
23 janvier 2019 à 12 h 00
Délai minimum de validité des offres :
120 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Renseignements complémentaires : Les
sous-critères relatifs à la valeur technique
sont déclinés dans le règlement de la
consultation.
En vertu de l'article 36-II de l'Ordonnance
n°2015-899 du 23 juillet 2015, Le lot n° 6
est réservé à des structures d'insertion par
l'activité économique ou à des structures
équivalentes, lorsque plus de 50% des travailleurs concernés sont des travailleurs
défavorisés.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 26 décembre 2018
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : adresse
internet : http://www.achatpublic.com
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : adresse
internet : http://www.achatpublic.com
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : adresse internet :
http://www.achatpublic.com
Informations complémentaires :
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents contractuels et
additionnels :
Le dossier de consultation des entreprises est téléchargeable gratuitement par
chaque candidat sur la plateforme www.
achatpublic.com.
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal Administratif de Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558 Montreuil cedex, tél. : 01 49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99, courriel : greffe.
ta-montreuil@juradm.fr, adresse internet :
http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
Organe chargé des procédures de
médiation : Tribunal Administratif de
Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558
Montreuil cedex, tél. : 01 49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99, courriel : greffe.
ta-montreuil@juradm.fr, adresse internet :
http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal
Administratif de Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558 Montreuil cedex, tél. : 01
49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99,
courriel : greffe.ta-montreuil@juradm.fr,
adresse internet : http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
Nature et désignation des lots :
Lot(s) 1 Gros oeuvre / charpente / VRD
Lot(s) 2 Couverture / étancheïté
Lot(s) 3 Traitement de façades
Lot(s) 4 Menuiseries extérieures / serrurerie
Lot(s) 5 Cloisons / doublages / faux plafonds / menuiseries intérieures
Lot(s) 6 Revêtements de sols / peinture
Lot(s) 7 Chauffage / ventilation / plomberie
Lot(s) 8 Électricité courants forts et faibles
Lot(s) 9 Équipements de cuisine
Lot(s) 10 Ascenseur
AVIS
D'ATTRIBUTION
VILLE DE
92
COLOMBES
92 VILLE D'ANTONY
NETTOYAGE ET ENTRETIEN
DE DIVERS BÂTIMENTS
ADMINISTRATIFS
RÉNOVATION
DES INSTALLATIONS
DE CHAUFFAGE DU CENTRE
MARITIME PAUL ROZE
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville d'Antony
Mme Nathalie BENICOURT, Gestionnaire
Marchés Publics, Place de l'Hôtel de Ville,
92160 Antony, tél. : 01 40 96 72 37
Objet du marché : Le présent marché a
pour objet les travaux de rénovation des
installations de chauffage du Centre Maritime Paul Roze
Type de marché de travaux : exécution
Classification CPV (Vocabulaire Commun
des Marchés) :
• Objet principal : 45232141
Code NUTS : FR105
Type de procédure : Procédure adaptée
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Attributions du marché
Résultat du marché :
Attribué à un titulaire / organisme
Intitulé du marché : Travaux de rénovation
des installations de chauffage du Centre
Maritime Paul Roze à ARZON
Date d'attribution : 07 janvier 2019
Titulaire du marché ou du lot : GROUPE
FEE, ZI du Prat 60 Avenue Gontran Bienvenu, 56000 VANNES
Montant du marché ou niveau des offres :
Montant (HT) : 269000 euros (Euros)
pas de sous traitance
Autres informations : Le marché peut être
consulté, sur rendez-vous, à la Mairie
d'Antony - DCP (Service Marchés) - Place
de l'hôtel de Ville - 92160 Antony (téléphone : 01 40 96 72 57).
Valeur totale finale (HT) : 269000 euros
(Euros)
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal Administratif de Cergy-Pontoise, 2/4 Boulevard de l'Hautil,
95000 Cergy pontoise, tél. : 01 30 17 34
00, télécopieur : 01 30 17 34 59, courriel :
greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Ordonnance
n° 2009-515 du 7 mai 2009
Décrets n°2009-1455 et n°2009-1456 du
27 novembre 2009
Ordonnance et décrets consultables sur le
site http://www.legifrance.gouv.fr
Fiche de synthèse disponible sur
h t t p : / / w w w.e c o n o m i e .g o u v.f r / d a j /
recours-contentieux
Date d'envoi à la publication : 08 janvier 2019
92
VILLE DE
COLOMBES
RESTAURATION
ET RÉHABILITATION
DE L’ANCIEN CLOCHER
SAINT PIERRE SAINT PAUL
DE COLOMBES
AVIS D'ATTRIBUTION
MAIRIE DE COLOMBES
Mme Le Maire, Place de la République,
92700 Colombes, Tél : 01 47 60 80 00
mèl : marche-publics@mairie-colombes.fr
web : http://marchespublics.colombes.fr
Objet : Restauration et réhabilitation de
l'ancien clocher Saint Pierre Saint Paul de
Colombes - LOT 2 Maçonnerie - Pierre de
taille
Référence acheteur : 18AT-CP-0831-A1-U
Nature du marche : Travaux
Procédure adaptée
Classification CPV :
Principale : 45262512 - Maçonnerie de
pierres de taille
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, 2-4 bd de l'Hautil, BP 30322
- 95027 Cergy-Pontoise – Cedex, Tél :
0130173400 - Fax : 0130173459, greffe.
ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Attribution du marché
Nombre d'offres reçues : 3
Date d'attribution : 04/01/19
Marché n° : M192006
PRADEAU MORIN MONUMENTS HISTORIQUES, 23-31 rue Delarivière Lefoullon,
92800 Puteaux
Montant HT : 693 907,32 Euros
Renseignements complémentaires
Tribunal administratif de Cergy Pontoise
2-4 boulevard de l'hautil 95027 Cergy Pontoise Cedex.
Tél : 01 30 17 34 00 - fax : 01 30 17 34 59
Mail : greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Recours en référé contractuel peut être
exercé contre les manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence devant le juge des référés du TA, à
compter de la date de signature du marché
et ce jusqu’à l’expiration d’un délai d’un
mois si un avis d'attribution a été publié
au JOUE, à défaut d’une telle publication
jusqu'à l'expiration d’un délai de six mois à
compter de la signature du marché
Recours de pleine juridiction formé contre
la validité du marché, dans le délai de
2 mois à compter de la publication d’un
avis d'attribution, devant le juge du TA.
Envoi le 07/01/19 à la publication
Pour retrouver cet avis intégral, allez sur
http://marchespublics.colombes.fr
AVIS D'ATTRIBUTION
MAIRIE DE COLOMBES
Mme Le Maire, Place de la République,
92700 Colombes, Tél : 01 47 60 80 00
mèl : marche-publics@mairie-colombes.fr
web : http://marchespublics.colombes.fr
Objet : NETTOYAGE ET ENTRETIEN DE
DIVERS BATIMENTS ADMINISTRATIFS DE
LA VILLE DE COLOMBES
Référence acheteur : 18FS-CP-0810-A1-W
Nature du marche : Services
Procédure ouverte
Classification CPV :
Principale : 90900000 - Services de nettoyage et d'hygiène
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, 2-4 bd de l'Hautil, BP 30322
- 95027 Cergy-Pontoise – Cedex, Tél :
0130173400 - Fax : 0130173459, greffe.
ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Précisions concernant le(s) délai(s) d'introduction des recours : Recours en référé pré-contractuel peut être exercé contre
les manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence devant le
juge des référés du TA depuis le début de
la procédure de passation jusqu'à la signature du marché
Recours en référé contractuel peut être
exercé contre les manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence devant le juge des référés du TA, à
compter de la date de signature du marché
et ce jusqu’à l’expiration d’un délai d’un
mois si un avis d'attribution est publié
au JOUE, à défaut d’une telle publication
jusqu'à l'expiration d’un délai de six mois
à compter de la signature du marché. Ce
recours est impossible si le référé pré
contractuel a été exercé (ou si un délai
de 11 jours a été respecté entre la date de
publication au JOUE d’un avis d’intention
de conclure le marché et sa signature pour
les marchés à procédure adaptée)
Recours de pleine juridiction formé contre
la validité du marché, dans le délai de 2
mois à compter de la publication d’un avis
d'attribution, devant le juge du TA
Attribution du marché
Valeur totale du marché (hors TVA) :
450000 €
Nombre d'offres reçues : 9
Date d'attribution : 04/01/19
Marché n° : M181023
Groupe Labrenne, 5 avenue Henri Colin,
92230 Gennevilliers
Montant HT : 450 000,00 Euros
Le titulaire est une PME : NON
Sous-traitance : non.
Renseignements complémentaires
Tribunal administratif de Cergy Pontoise
2-4 boulevard de l'hautil 95027 Cergy Pontoise Cedex.
Tél : 01 30 17 34 00 - fax : 01 30 17 34 59
mailt:greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Recours en référé contractuel peut être
exercé contre les manquements aux obligations de publicité et de mise en concurrence devant le juge des référés du TA, à
compter de la date de signature du marché
et ce jusqu’à l’expiration d’un délai d’un
mois si un avis d'attribution a été publié
au JOUE, à défaut d’une telle publication
jusqu'à l'expiration d’un délai de six mois à
compter de la signature du marché
Recours de pleine juridiction formé contre
la validité du marché, dans le délai de
2 mois à compter de la publication d’un
avis d'attribution, devant le juge du TA.
Les prestations sont exécutées à bons
de commande, sans mini ni max. Estimation financière annuelle du marché est de
450 000 euros HT.
Envoi le 07/01/19 à la publication
Pour retrouver cet avis intégral, allez sur
http://marchespublics.colombes.fr
92
VILLE DE
COLOMBES
ORGANISATION DE CLASSES
DÉCOUVERTES DESTINÉES
AUX ÉCOLES ÉLÉMENTAIRES
AVIS D'ATTRIBUTION
MAIRIE DE COLOMBES
Mme Le Maire, Place de la République,
92700 Colombes, Tél : 01 47 60 80 00
mèl : marche-publics@mairie-colombes.fr
web : http://marchespublics.colombes.fr
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
L'avis implique un Accord-Cadre
Objet : Organisation de classes découvertes destinées aux écoles élémentaires
de la ville de Colombes pour l’année scolaire 2018/2019
Référence acheteur : 18AS-CP-0824-A1-W
Nature du marche : Services
Procédure adaptée
Classification CPV :
Principale : 55242000 - Services de centres
de vacances
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC : NON
Critères d'attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés ci-dessous avec leur pondération
55% Valeur technique de l'offre
45% Prix
Le marché s'inscrit dans un projet/programme financé par des fonds communautaires : non
Attribution du marché
LOT N° 1 - CLASSE DECOUVERTE DE LA
FERME / 5 JOURS (4 NUITS )-2 CLASSES
CP/CE1 ENTRE LE 25 MARS 2019 ET LE
28 JUIN 2019 (HORS VACANCES SCOLAIRES DE LA ZONE C)
Nombre d'offres reçues : 10
Date d'attribution : 21/12/18
Marché n° : M185017
ODCVL, ZAC de la Roche, 88000 Epinal
Montant indéfini
LOT N° 2 - CLASSE DECOUVERTE DES
PLAGES DU DEBARQUEMENT / 7 JOURS
(6 NUITS )-2 CLASSES CM1/CM2 ENTRE
LE 1er AVRIL 2019 ET LE 28 JUIN 2019
(HORS VACANCES SCOLAIRES DE LA
ZONE C)
Nombre d'offres reçues : 10
Date d'attribution : 21/12/18
Marché n° : M185018
EVASION 78, 1 bis Chemin du Moulin à
vent, 78280 Guyancourt
Montant indéfini
LOT N° 3 - CLASSE DECOUVERTE
DES VOLCANS / 7 JOURS (6 NUITS )2 CLASSES DE CE2 A CM2 ENTRE LE
1er AVRIL 2019 ET LE 28 JUIN 2019 (HORS
VACANCES SCOLAIRES DE LA ZONE C)
Nombre d'offres reçues : 10
Date d'attribution : 21/12/18
Marché n° : M185019
EVASION 78, 1 bis Chemin du Moulin à
vent, 78280 Guyancourt
Montant indéfini
LOT N° 4 - CLASSE DE NEIGE / 7 JOURS
(6 NUITS ) - 3 CLASSES DE CE2 A
CM2 ENTRE LE 25 MARS 2019 ET LE
07 AVRIL 2019 (HORS VACANCES SCOLAIRES DE LA ZONE C)
Nombre d'offres reçues : 10
Date d'attribution : 26/12/18
Marché n° : M185020
Association Neige et Soleil, Les Glières,
73500 Bramans
Montant indéfini
LOT N° 5 - CLASSE DE DECOUVERTE
DE L’ANGLETERRE / 2 SEJOURS DE
5 JOURS (4 NUITS) - W3 CLASSES CM1/
CM2 PAR SEJOUR ENTRE LE 06 MAI 2019
ET LE 28 JUIN 2019 (HORS VACANCES
SCOLAIRES DE LA ZONE C)
Ce lot a été déclaré SANS SUITE.
Renseignements complémentaires
lot 1 : Montant DQE TTC : 16 779 €
lot 2 : Montant DQE TTC : 19 395 €
lot 3 : Montant DQE TTC : 23 133 €
lot 4 : Montant DQE TTC : 31 360 €
Tribunal administratif de Cergy Pontoise
2-4 boulevard de l'hautil 95027 Cergy Pontoise Cedex.
Tél : 01 30 17 34 00 - fax : 01 30 17 34 59
mailt:greffe.ta-cergy-pontoise@juradm.fr
Recours en référé contractuel peut être
exercé contre les manquements aux
obligations de publicité et de mise en
concurrence devant le juge des référés
du TA, à compter de la date de signature
du marché et ce jusqu’à l’expiration d’un
délai d’un mois si un avis d'attribution a
été publié au JOUE, à défaut d’une telle
publication jusqu'à l'expiration d’un délai
de six mois à compter de la signature du
marché.
Recours de pleine juridiction formé contre
la validité du marché, dans le délai de
2 mois à compter de la publication d’un
avis d'attribution, devant le juge du TA.
Envoi le 07/01/19 à la publication
Pour retrouver cet avis intégral, allez sur
http://marchespublics.colombes.fr
93
VILLE DE
LIVRY-GARGAN
TRANSFORMATION DE LA PMI
SAINT-CLAUDE EN CRÈCHE
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Livry-Gargan.
Correspondant : Mme REYDANT, 3 place
François-Mitterrand, 93891, Livry-Gargan
cedex, tél. : 01-41-70-88-00, télécopieur :
01-45-09-21-15, Courriel : isabelle.reydant@livry-gargan.fr , adresse internet :
https://www.livry-gargan.fr .
Objet du marché : Travaux de transformation de la PMI Saint-Claude en crèche
(suite infructuosité du lot 2)
Type de marché de travaux : Exécution
Critères d'attribution retenus :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés dans le cahier des charges (règlement de la consultation, lettre d'invitation
ou document descriptif).
Type de procédure : Procédure adaptée
Attribution du marché ou du lot :
Numéro du marché ou du lot : 196. Lot n°2A :
Serrurerie-Menuiseries extérieures - Protection solaire-Menuiseries bois-Mobiliers
Nom du titulaire / organisme : SARL
MENTEK, 41 boulevard Anatole-France
93200 Saint-Denis FR,
Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 156 091 EUR
Date
d'attribution
du
marché
:
20 décembre 2018
Numéro du marché ou du lot : 197.
Lot n°2B : Cloisons doublages-Sols
souples-Peinture
Nom du titulaire / organisme : LEGENDRE
FRERES et CIE, 1 rue Jean-Jaurès 77410
CLAYE-SOUILLY FR,
Montant final du marché ou du lot attribué (H.T.) : 77 500 EUR
Date
d'attribution
du
marché
:
21 décembre 2018
Valeur totale finale (H.T.) : 233 591 euros.
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC : oui.
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif, 7 rue
Catherine Puig, 93100, Montreuil, tél. :
01-49-20-20-30, Adresse internet : https://
www.montreuil.tribunal-administratif.f .
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal
administratif, tél. : 0149202030, Adresse
internet : https://www.montreuil.tribunal-administratif.fr .
Date d'envoi du présent avis à la publication : 04 janvier 2019
Les Échos sont habilités à publier les annonces judiciaires et légales
dans les départements du Rhône, de Paris, des Yvelines, de l’Essonne, des Hautsde-Seine, de Seine-Saint Denis, du Val de Marne, et du Val d’Oise.
CONTACT //
◗ Thomas BARRE : 01 87 39 84 40
tbarre@lesechos.fr
◗ Par E-mail : marchespublics@lesechos.fr
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
24
Размер файла
8 785 Кб
Теги
Les Echos
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа