close

Вход

Забыли?

вход по аккаунту

?

Les Echos - 23.01.2019

код для вставкиСкачать
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Spiritueux
Les nouvelles
ambitions
du cognac // P. 23
L’ESSENTIEL
HIDALGO CONTRAINTE
DE RENFORCER SA POLICE
Les agents parisiens ont dressé
144.000 PV contre les incivilités
en 2018 mais la situation reste
très critiquée. La maire s’apprête
à durcir le ton. // P. 5
LE DUO FRANCO-ALLEMAND
RENFORCE SES LIENS
Le président et la chancelière ont
signé un nouveau traité, symbole
fort de leur volonté de garantir
l’unité européenne.
// P. 7 ET L’ÉDITORIAL
DE DOMINIQUE SEUX P. 10
CES NOUVEAUX VISAGES
DE LA DROITE
Focus sur les neuf jeunes LR qui
sont devenus députés pour la première fois en 2017. L’hypothèse
Bellamy aux européennes fait,
elle, grincer des dents. // P. 6
Le gendarme des télécoms français
tance à nouveau l’opérateur historique,
cette fois sur
l’accès des
opérateurs
concurrents
à son réseau
cuivre. // P. 24
Josep Lago/AFP
Shutterstock
Orange sous la menace
d’une lourde amende
LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE // MERCREDI 23 JANVIER 2019 // LESECHOS.FR
Renault
tourne la page
des années
Ghosn
Ikea fait sa révolution
au cœur de Paris
ET L’ENQUÊTE P. 14
l Le conseil d’administration va nommer, jeudi,
ADIDAS INVESTIT LA
STATION F DE XAVIER NIEL
La marque de sport allemande va
incuber 13 jeunes pousses mondiales à Paris pour renforcer son
attractivité. Un million d’euros
aura été nécessaire. // P. 26
LA DETTE D’EUROPE DU SUD
S’ARRACHE SUR LES MARCHÉS
Après l’Italie, au tour de l’Espagne de battre des records. Les
souscriptions pour sa dette sont
montées à 50 milliards. // P. 31
LA FRANCE EN MANQUE
DE STRATÉGIE MINIÈRE
Paris ne se soucie pas assez de
sécuriser l’approvisionnement en
métaux de son industrie, alerte le
Conseil économique, social et
environnemental. // P. 32
le tandem Jean-Dominique Senard et Thierry
Bolloré à la tête du constructeur automobile.
l Le patron déchu se dit prêt à démissionner.
eux mois après l’arrestation surprise de
Carlos Ghosn à Tokyo, Renault a décidé de
passer à l’étape suivante. Le conseil d’administration du constructeur automobile est convoqué jeudi pour entériner l’après-Ghosn. Sauf
énorme rebondissement de dernière minute, JeanDominique Senard sera nommé président non exécutif du groupe, et Thierry Bolloré directeur général. Le futur ex-patron de Michelin sera chargé de
renouer le fil avec Nissan et de négocier les contours
de l’Alliance entre les deux géants industriels. De
D
son côté, l’ancien numéro deux de Carlos Ghosn,
qui a géré les affaires quotidiennes de l’ex-Régie
depuis le début de la crise, aura la lourde charge de
diriger Renault dans la crise sectorielle qui se profile. Par ailleurs, Carlos Ghosn se dit prêt à démissionner, indique son entourage. Les juges ont rejeté
sa troisième demande de libération sous caution, et
le dirigeant déchu risque de passer de longues
semaines en détention.
// PAGE 18, L’ÉDITORIAL DE DAVID BARROUX
ET L’ANALYSE DE YANN ROUSSEAU PAGE 10
L’exécutif veut réformer la
fonction publique avant l’été
CARNET // P. 35
SOCIAL Le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt
Eric Piermont/AFP
reçoit cette semaine les syndicats de fonctionnaires.
Distribution
Carrefour,
la méthode
Bompard // P. 20
Le mouvement des « gilets jaunes » a bousculé
l’agenda initial du projet de réforme de la fonction
publique, qui aurait dû être présenté au début de
l’année. Après un mois de flottement, l’exécutif a
arrêté un nouveau calendrier. L’objectif est une adoption du projet de loi avant l’été, selon nos informations. Le Conseil d’Etat et les syndicats doivent être
consultés avant la présentation en Conseil des ministres. Le calendrier pourrait ressembler à celui de
l’adoption de la loi El Khomri, dont le projet avait été
présenté en Conseil des ministres le 23 avril 2016 et
INTERVIEW Le géant Ikea n’est pas à l’abri de l’évolution des modes de
consommation. A l’heure de l’omnicanal, c’est-à-dire l’addition du
magasin et des ventes en ligne, l’enseigne d’ameublement se rapproche
de ses clients. Elle ouvrira le 6 mai, au cœur de Paris, un nouveau concept de centre-ville. Fini le parcours obligatoire des grandes boîtes de
périphérie. L’heure est aux ateliers, aux espaces coopératifs, au conseil
et… à la livraison. Dans un entretien exclusif, Jesper Brodin, le PDG du
groupe, détaille la nouvelle stratégie bleu et jaune. // PAGE 19
Rétablir
la stabilité
monétaire
voté fin juillet. Pour le gouvernement, il faut toutefois
éviter un télescopage avec le grand débat au menu
duquel figure la question de la présence des services
publics dans les territoires. Le nouveau calendrier
ayant été arrêté, le secrétaire d’Etat à la fonction
publique, Olivier Dussopt, reprend cette semaine les
discussions avec les fédérations de fonctionnaires
qui s’interrogent sur la façon de relayer le mécontentement des agents sur le pouvoir d’achat alors que le
gouvernement cherche, lui, à éviter la contagion par
des gestes catégoriels. // PAGES 2 ET 3
La chronique de
Jean-Marc Daniel
La réponse à la crise de 2008-2009,
fondée sur les politiques accommodantes des banques centrales et une
intensification de la régulation est un
échec. La croissance stagne et la défiance s’installe vis-à-vis de la monnaie elle-même, plongeant des zones
entières, de l’Amérique latine à la
Turquie, dans un cauchemar inflationniste dont les dégâts politiques
sont amplifiés par l’humiliation du
recours inévitable au dollar. Et si l’on
étudiait un retour à l’étalon-or, propose Jean-Marc Daniel ? // PAGE 11
Olivier
Schrameck :
« Le législateur
doit renforcer
le CSA »
SUR
AUDIOVISUEL Dans une interview, Oli-
NICOLAS BARRÉ
À 7H12 DU LUNDI AU VENDREDI
DANS LE 7H-9H DE NIKOS ALIAGAS
La rémunération du Livret A est fixée à 0,75 % par l’Etat. Photo Denis Charlet/AFP
Le Livret A en très grande forme
malgré sa rémunération modeste
ISSN0153.4831
NUMÉRO 22871
Mastar/Sipa
ENTREPRISES
& MARCHÉS
110e ANNÉE
36PAGES
Antilles Réunion 4 €. Guyane-St Martin
5,20 €. Belgique 3,40 €. Espagne 4,30 €.
Grande-Bretagne 3£70. Grèce 4 €. Italie
4,30 €. Luxembourg 3,70 €. Maroc 30 DH.
Suisse 5,70 FS. Tunisie 4,8 TND. Zone CFA
3000 CFA.
La collecte a dépassé 10 milliards d’euros en 2018
alors que le rendement est inférieur à l’inflation.
ÉPARGNE Le Livret A a terminé l’année 2018 en beauté, avec un encours historiquement
haut à 284 milliards d’euros. Le placement offre pourtant un rendement réel négatif car sa
rémunération, fixée à 0,75 % par l’Etat, est nettement inférieure à l’inflation enregistrée en
2018. De quoi créer un « manque à gagner » de près de 3,6 milliards d’euros. // PAGE 29
vier Schrameck, qui va quitter ses fonctions jeudi, dresse le bilan détaillé de sa
présidence du Conseil supérieur de
l’audiovisuel (CSA). Alors que le président de la République a proposé RochOlivier Maistre, rapporteur général et
président de chambre à la Cour des
comptes, pour lui succéder, Olivier
Schrameck évoque ses satisfactions
mais aussi ses regrets. Au moment où le
ministre de la Culture, Franck Riester,
promet que la future loi donnera plus
de pouvoir au gendarme de l’audiovisuel, Olivier Schrameck donne des pistes qui vont alimenter la discussion au
cours des prochains mois. // PAGE 25
Olivier Schrameck donne des pistes
qui vont alimenter la discussion
au cours des prochains mois.
Photo Denis Allard/RÉA
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
FRANCE
Infox ou la politique
en majuscules
Les infox s’invitent dans le débat politique. Macron
se sert de celles propagées sur le traité d’Aix-la-Chapelle pour décrédibiliser Le Pen et Dupont-Aignan.
LE FAIT
DU JOUR
POLITIQUE
Cécile
Cornudet
ataclysme
démocratique que l’on
regardait de loin
(campagne de Donald Trump)
puis de près (crise des « gilets
jaunes »), les infox viennent de
faire leur entrée dans le cercle
restreint des armes politiques.
L’Elysée a publié mardi
un communiqué nouvelle
manière pour retourner
contre eux les accusations
que Marine Le Pen et Nicolas
Dupont-Aignan propageaient
sur le traité d’Aix-la-Chapelle.
« La VÉRITÉ (rien que la vérité)
sur le traité franco-allemand »,
est-il titré. « NON ! », l’Alsace
et la Lorraine ne vont pas être
placées sous tutelle de
l’Allemagne ; la France ne va
pas être obligée de partager
son siège au Conseil de
sécurité de l’ONU. L’Elysée
démonte les contre-vérités.
Mais il va plus loin, en faisant
du sujet un argument
électoral à quatre mois des
européennes. Il est vrai que
le contenu du traité est sans
doute trop faible pour tenir le
rôle. Les propagateurs d’infox
ont surtout trop cru à l’adage
« plus c’est gros plus ça
passe ». Cette fois, cela s’est vu.
Le Pen et Dupont-Aignan
ont été démasqués. Jordan
en bref
Assurance-chômage : accord entre
partenaires sociaux du spectacle
Fonction publique : l’exécutif
veut boucler le dossier fin juin
l Le secrétaire d’Etat à la Fonction publique, Olivier Dussopt, reçoit
les syndicats de fonctionnaires cette semaine.
l Le projet de loi devrait être déposé à l’issue du grand débat national.
Leïla de Comarmond
@leiladeco
L’exécutif était parti tambour battant. Le 1er février 2018, le Premier
ministre, Edouard Philippe, annonçait un grand big bang de la fonction publique. L’affaire devait être
rondement menée. L’obstacle des
élections professionnelles, le
6 décembre, devait être rapidement
évacué via une petite pause avant
la présentation au début de 2019 de
la réforme finalisée. « On nous a
même demandé de désigner pour au
plus tard le 15 janvier nos nouveaux
représentants au Conseil supérieur
de la fonction publique, obligatoirement consulté pour avis sur tout projet de loi », souligne un syndicaliste.
Mais le mouvement des « gilets jaunes » a bousculé l’agenda.
La reprise du dialogue, cette
semaine, par le secrétaire d’Etat à la
Fonction publique, Olivier Dussopt,
qui rencontre chacun des syndicats,
marque la volonté de l’exécutif de
reprendre le dossier. Le sujet a fait
débat, le 9 janvier, lors du séminaire
gouvernemental, sur la nécessité ou
pas de continuer à temporiser. JeanYves Le Drian en particulier, a
appelé à la prudence. Le sujet a été
de nouveau évoqué à la fin du
Conseil des ministres du 16 janvier.
Il a alors été affirmé le principe
d’une adoption de la réforme au
Parlement avant l’été, indique-t-on
de bonne source aux « Echos ».
Mais certains n’excluent pas que la
discussion se prolonge en juillet.
Un mois de flottement
Le calendrier pourrait ressembler à
celui de la loi El Khomri de 2016,
dont le projet avait été présenté en
Conseil des ministres le 23 avril.
Sachant que six semaines sont
nécessaires pour consulter le Conseil d’Etat et les instances représentatives des fonctionnaires, ce sera
juste, mais il peut être envisagé une
communication du pré-projet jus-
Le mouvement des « gilets jaunes » a bousculé l’agenda gouvernemental. Le secrétaire d’Etat
à la Fonction publique, Olivier Dussopt, reprend le dossier cette semaine. Photo Bertrand Guay/AFP
« C’est jouable
à condition que
les navettes
parlementaires
se passent bien. »
UN MEMBRE
DE L’EXÉCUTIF
qu’à la fin mars. « C’est jouable à
condition que les navettes parlementaires se passent bien », note tout de
même un fin connaisseur.
Cette décision de repartir de
l’avant met fin en tout cas à un mois
de flottement. Le 12 décembre, au
lendemain de la proclamation des
résultats des élections professionnelles, le chef de l’Etat, Emmanuel
Macron, devait s’exprimer sur la
transformation de l’Etat devant
1.800 managers publics. La réunion
avait été annulée sine die. Les syndicats devaient être reçus un à un à
Bercy avant les fêtes. Mais ces rencontres n’ont pas eu lieu. « Nous
allons continuer à moderniser le
pays », avait assuré le Premier
ministre, Edouard Philippe, mi-décembre dans « Les Echos », citant
explicitement la fonction publique,
mais sans plus de précisions.
Quatre chantiers ouverts
La référence n’était pas fortuite. Le
mouvement des « gilets jaunes »
s’est construit notamment contre la
disparition des services publics de
certains territoires et ce sujet
s’annonce comme un des enjeux du
grand débat national qui doit
s’achever le 15 mars, avec lequel la
réforme doit s’articuler.
Il reste à savoir si le grand débat
influera sur le contenu même du
texte dont les grandes lignes ont été
présentées à l’automne sur les quatre chantiers ouverts : individualisation des rémunérations, développement des contractuels, mobilité
et dialogue social.
INTERVIEW // LUC ROUBAN Directeur de recherches au CNRS
UNÉDIC L’organisation patronale (Fesac) et les cinq organisations syndicales du spectacle sont tombés d’accord à l’unanimité
pour amender leur accord de 2016 relatif aux règles d’indemnisation spécifiques de leur secteur. Cet accord fait suite à la lettre de
cadrage que leur ont adressée les partenaires sociaux interprofessionnels dans le cadre de la négociation sur l’assurance-chômage. Ces derniers doivent maintenant se prononcer sur son
contenu. Les amendements portent sur la prise en compte du
congé paternité notamment.
« Les fonctionnaires ont le sentiment
de ne pas être compris d’en haut »
Le passe Navigo à demi-tarif
pour les seniors d’Ile-de-France
Le mouvement des « gilets
jaunes » est-il soutenu par les
fonctionnaires ?
Le dernier baromètre de la confiance
politique du Cevipof montre que le
soutien est à peine moins fort chez
les fonctionnaires actifs que chez les
salariés du privé (60 % contre 65 %).
Il est d’autant plus fort que la position
dans la hiérarchie est basse. Il est très
puissant dans les catégories populaires et les petites classes moyennes de
la fonction publique – catégories C, B
et début du A (les infirmières par
exemple). Et il y a, dans le public
comme dans le privé, une forte
défiance vis-à-vis du gouvernement.
Pour 77 % des fonctionnaires, l’Etat
est conduit dans l’intérêt de quelques
personnes privilégiées, contre 74 %
des salariés du privé. La fracture
sociale est majeure.
TRANSPORTS La présidente LR de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a annoncé mardi pour fin 2019 un forfait annuel
Navigo Senior à 37,60 euros par mois, soit la moitié de l’abonnement passe Navigo. Il s’adressera aux Franciliens de plus de 65 ans
qui n’ont pas droit à la carte Améthyste, car imposables. « Comme
je m’y étais engagée en 2015, j’ai décidé de mettre fin à cette injustice »,
a-t-elle déclaré, confirmant une information du « Parisien ». Cette
mesure à 40 millions d’euros concernerait 120.000 personnes en
plus des 265.000 titulaires d’un forfait Améthyste.
SUR
RETROUVEZ DOMINIQUE SEUX
DANS « L’ÉDITO ECO »
À 7H45
DU LUNDI AU VENDREDI
Propos recueillis par
L. de C.
Le sentiment de « pessimisme
résigné » domine-t-il toujours
malgré tout ?
La résignation est toujours là. Le
pessimisme est toujours là. Alors
qu’un bon tiers des fonctionnaires a
voté pour Emmanuel Macron au
premier tour de l’élection présidentielle, on est face à une lassitude,
c’est-à-dire le sentiment que l’on
n’est définitivement pas compris
d’en haut. Il y a confrontation entre
la vision macroéconomique, financière et rationalisatrice du gouvernement et la vision pragmatique
des agents sur le terrain. Comme
chez les « gilets jaunes ».
« Seuls 33 %
des agents disent
faire confiance
à leurs syndicats. »
« Il y a dix ans,
ce taux était au-dessus
de 50 %. »
La réforme que prépare le
gouvernement ou les enjeux de
pouvoir d’achat pourraient-ils
être des catalyseurs pour un
mouvement social ?
Le climat se tend, mais on est en
cats. Il y a dix ans, ce taux était audessus de 50 %. Je vous renvoie aussi
à la faiblesse de la participation aux
dernières élections dans la fonction
publique. Il faudra voir ce qu’il y aura
concrètement dans le projet de
réforme de la fonction publique.
Sachant qu’un nouvel élément s’est
désormais invité dans le paysage : la
demande de service public portée
par les « gilets jaunes » qui va réapparaître via des demandes concrètes
dans le grand débat.
DR
Dessins Fabien Clairefond pour « Les Echos »
C
Bardella, tête de liste RN,
a revendiqué sur France Inter
le « droit d’avoir un avis qui
diverge des journalistes ».
L’« avis » plus important que
les faits. Emmanuel Macron y
a vu une faute et s’en est saisi.
Des majuscules dans le
communiqué pour montrer
son indignation. Une phrase
assassine prononcée
en Allemagne : « Ceux qui
caricaturent ou répandent le
mensonge font mal aux peuples
qu’ils prétendent défendre en
faisant bégayer nos Histoires »…
« Ils trahissent le souvenir
de nos ancêtres qui ont laissé
leur vie dans les conflits du
XXe siècle. » Les infox servent
désormais dans les deux sens.
Quand la post-vérité gagne des
responsables installés, en faire
un instrument politique peutêtre de salubrité publique.
Mais ce n’est pas sans risque.
Dans un pays « fracturé », fautil répondre à la violence des
mots et des attaques (de
Le Pen et de Dupont-Aignan)
par la violence ? Et comment
faire de la « VÉRITÉ » un
combat sans s’imposer à soi
une exigence d’ascète ? Ne rien
cacher, ne rien sous-estimer,
être transparent. Peut-être estce un hasard, mais Christophe
Castaner a changé de discours,
mardi, sur les violences
policières, reconnaissant
des accidents chez les
manifestants. Dès samedi,
les forces de l’ordre utilisant
des LBD seront équipées
de caméras-piétons.
ccornudet@lesechos.fr
RÉFORME
Luc Rouban travaille
au Cevipof et à Sciences Po.
situation d’anomie comme on dit en
sociologie, c’est-à-dire que l’on voit
disparaître à la fois les normes
d’adhésion et de protestation. Il y a
une montée de l’insatisfaction sur
les salaires, mais aussi les conditions
de travail, qui ne s’accompagne pas
d’un réinvestissement de l’action
syndicale. Seuls 33 % des agents
disent faire confiance à leurs syndi-
Dernièrement, le gouvernement a fait un geste financier
pour les policiers, les agents
des Ehpad… Cette stratégie
peut-elle permettre d’apaiser
le climat ?
C’est une stratégie d’urgence face la
crise des « gilets jaunes » pour éviter sa propagation et la multiplication des mouvements de grève
catégoriels. Mais on ne peut pas
éternellement fonctionner sur
cette logique. Il faudrait lancer
un grand chantier pour substituer
des filières de métier aux corps
actuels afin de décloisonner les
carrières. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE // 03
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
Le dilemme des syndicats
sur les revendications de pouvoir d’achat
aussi bénéficier aux agents publics.
En outre, l’exécutif a commencé à
octroyer des coups de pouce catégoriels là où la pression sociale est
la plus forte, au risque d’accroître le
mécontentement des autres agents.
Les policiers ont été les premiers à
en bénéficier en décembre, avec des
hausses de salaires et la rétribution
des heures supplémentaires
impayées. Début janvier, Agnès
Buzyn, la ministre de la Santé, a
annoncé une prime en 2019 pour les
aides-soignants des maisons de
retraite publiques (Ehpad), sans en
préciser le montant ni le calendrier.
Les syndicats, échaudés
par l’échec de mai dernier,
n’appellent pas à la mobilisation. L’exécutif, lui, met en
avant 850 millions d’euros
de mesures en faveur du
pouvoir d’achat et des coups
de pouce catégoriels.
Leïla de Comarmond,
Marie-Christine Corbier
et Renaud Honoré
« Profs en colère »
Valéry Hache/AFP
Quelques jours avant Noël, Yves
Veyrier, le secrétaire général de
Force ouvrière, avait parlé de
« Cocotte-Minute » prête à « exploser ». Si les syndicats de fonctionnaires ne sont pas forcément sur la
même ligne quand on évoque la
réforme de la fonction publique, ils
se retrouvent en revanche sur un
point : la question du pouvoir
d’achat est le sujet qui fédère les
mécontentements des agents de
l’Etat comme des collectivités locales et des hôpitaux.
Pour autant, la Cocotte-Minute a
beau siffler, les fédérations de fonctionnaires restent d’une extrême
prudence.
Organiser une journée de mobilisation sur le sujet face au gouvernement ? L’initiative n’est pas à
l’ordre du jour pour le moment.
Les syndicats gardent un souvenir
cuisant de leur dernière initiative
unitaire, le 22 mai, en faveur du
pouvoir d’achat des agents, peu
suivie. Alors pour sortir des
sentiers battus, les fédérations
(sauf FO) ont lancé une pétition
Une prime, dont le montant n’a pas été précisé, bénéficiera
aux aides-soignants des maisons de retraite publiques en 2019.
lundi sur le sujet, afin de prendre la
température.
Réactivation de « PPCR »
Cet attentisme doit rassurer le gouvernement, qui avait refusé en
décembre d’étendre aux fonctionnaires le dispositif de prime exceptionnelle défiscalisée élaboré en
direction des salariés des entreprises privées et publiques. A Bercy, on
a refait les comptes : avec la réactivation l’an prochain du « PPCR »
– un accord sur les « parcours pro-
fessionnels, les carrières et les
rémunérations » signé en 2015 sous
le quinquennat Hollande et gelé l’an
dernier –, ce sont déjà 745 millions
d’euros supplémentaires qui vont
tomber cette année dans les poches
des fonctionnaires (348 millions
pour la sphère de l’Etat, 183 millions
pour la sphère locale et 214 millions
pour les agents hospitaliers). A quoi
il faut ajouter près de 100 millions
liés aux mesures « gilets jaunes »
(extension de la prime d’activité,
heures sup défiscalisées), qui vont
Dans l’Education nationale, le
ministre Jean-Michel Blanquer
surveille comme du lait sur le feu le
mouvement des « stylos rouges »,
né en décembre hors des voies syndicales traditionnelles sur l’impulsion de « profs en colère ». « Je suis
extrêmement en accord avec le diagnostic posé sur le pouvoir d’achat, a
réagi Jean-Michel Blanquer. Tout
au long du quinquennat, nous avons
vocation à améliorer le pouvoir
d’achat des enseignants. »
Le ministre vante la mise en
place d’une deuxième heure supplémentaire obligatoire, dans les
collèges et lycées, comme une
mesure de pouvoir d’achat. Les syndicats d’enseignants, eux, y voient
une dégradation de leurs conditions de travail et un renforcement
des inégalités car la mesure profitera surtout aux hommes, agrégés
et en milieu de carrière. n
Les chasseurs
traités en acteurs
de la biodiversité
ENVIRONNEMENT
Le projet de loi
instituant l’Office
français de la
biodiversité examiné à l’Assemblée.
Joël Cossardeaux
@JolCossardeaux
L’Office français de la biodiversité (OFB) va bientôt chasser
l’Agence française de la biodive r s i t é (A F B ) . Au p r o p r e
comme au figuré. Les députés
examinent ce mercredi, en première lecture, le projet de loi
instituant cette nouvelle entité
en lieu et place de la seconde,
créée il y a plus de deux ans.
Mineur, ce changement
d’intitulé n’en marque pas
moins une nette extension des
prérogatives dévolues aux
défenseurs patentés de la biodiversité – scientifiques, associations environnementales, etc. –,
dont les rangs vont fortement
grossir. L’OFB va intégrer l’Office
national de la chasse et de la
faune sauvage (ONFCS), faisant
du même coup plus que doubler
ses effectifs (2.600 agents).
L’opération, déjà tentée sous
le quinquennat de François Hollande, s’était heurtée à l’opposition farouche des chasseurs.
Une hostilité qu’Emmanuel
Macron a fait tomber, en août
dernier, en accordant au 1,2 mil-
lion de chasseurs une baisse du
prix du permis national de
chasse de 400 à 200 euros. S’en
était suivie une période de turbulences avec le départ de Nicolas Hulot de son poste de ministre de la Transition écologique.
En toute logique, le projet de
loi fait entrer des représentants
du monde de la chasse au futur
conseil d’administration de
l’AFB qui sera composé de
cinq collèges. Sans dire dans
quelle proportion. « Un décret
précisera la composition de ce
conseil », indique-t-on au ministère de la Transition écologique, où l’on précise que l’AFB,
dotée de pouvoirs de police renforcés, doit être totalement opérationnelle au 1er janvier 2020.
Gestion adaptative
des espèces
Le texte que le gouvernement
tient à voir adopté avant le
26 avril et les élections européennes, veut responsabiliser
les chasseurs. Leur fédération
nationale devra verser 5 euros
par permis, au titre de sa contribution obligatoire à la préservation de la biodiversité, et la sécurité va être renforcée. En même
temps, les chasseurs seront
impliqués dans la « gestion
adaptative des espèces ». Les
plans de chasse vont ainsi être
transférés à leurs fédérations
départementales. Des documents très importants, car ils
contiennent les niveaux de prélèvement des espèces. n
SORTIR D’UN LABYRINTHE EN MARCHE ARRIÈRE
AVEC LE NOUVEAU PEUGEOT PARTNER ET SON SURROUND REAR VISION*
PREMIUM
À PARTIR DE
139 HT/MOIS
€
APRÈS UN 1ER LOYER DE 2 370 € HT (1)
ENTRETIEN OFFERT (2)
PEUGEOT i-Cockpit®
INDICATEUR DE SURCHARGE**
VÉHICULE UTILITAIRE
DE L’ANNÉE 2019
PEUGEOT PARTENAIRE MAJEUR DU STADE TOULOUSAIN
(1) Exemple pour le crédit-bail sur 36 mois et pour 30000 km d’un nouveau PEUGEOT Partner Premium STD 650 kg BlueHDi 100 S&S BVM5 neuf, hors options, au prix spécial de 13 724 € HT, déduction faite de la prime PEUGEOT de 1000 € pour la reprise d’un véhicule
utilitaire, au lieu de 20 450 € HT (tarif conseillé 19A au 01/02/2019). Soit 35 loyers mensuels de 139 € HT après un 1er loyer majoré de 2370 € HT. Offre incluant l’entretien et l’assistance offerts pendant 36 mois (2). Option d’achat finale en cas d’acquisition 8920 € HT. Sous
conditions de reprise. (2) Selon les conditions générales du Contrat PEUGEOT SÉRÉNITÉ PACK ENTRETIEN, disponibles dans les points de vente PEUGEOT. Offre non cumulable, réservée aux professionnels, valable du 02/01/2019 au 30/04/2019 pour un nouveau PEUGEOT
Partner Premium STD 650 kg BlueHDi 100 S&S BVM5 neuf, dans le réseau PEUGEOT participant, et sous réserve d’acceptation du dossier par CREDIPAR, SA au capital de 138517008 €, RCS Nanterre n° 317 425 981, 9, rue Henri Barbusse, 92230 Gennevilliers, mandataire
d’assurance n° ORIAS 07 004 921 (www.orias.fr). * Caméras arrière et latérale, en option selon les versions. Véhicule présenté avec options : Pack Look, jantes alliage Taranaki 16’’ et peinture métallisée. ** En option, disponible à partir du 2e trimestre 2019.
Consommation mixte (en l/100 km) : 4,2. Émissions de CO2 (en g/km) : 109.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 // FRANCE
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
SOCIAL
Le coût des mesures
d’urgence de décembre
compromet le retour
dans le vert de la
Sécurité sociale, a
reconnu mardi la
ministre des Solidarités et de la Santé.
Solveig Godeluck
@Solwii
En fin de compte, il n’y aura très probablement pas de retour dans le vert
de la Sécurité sociale cette année,
après dix-huit ans de déficit.
« L’équilibre pour 2019 est compromis », a reconnu la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn,
mardi. Les mesures d’urgence
annoncées le 10 décembre par
Emmanuel Macron pour répondre
à la crise des « gilets jaunes » vont en
effet coûter 2,6 milliards d’euros à la
Sécurité sociale cette année. De quoi
maintenir les comptes dans le
rouge, avec un déficit de 2,5 milliards d’euros pour le régime général, alors que la loi de financement
adoptée en novembre prévoit un
tout petit excédent.
Interrogée sur l’éventuelle compensation à la Sécurité sociale de ces
mesures d’urgence, par des transferts
de l’Etat ou bien par des économies, la
ministre a botté en touche. « Je n’ai
pas de date de retour à l’équilibre à vous
donner aujourd’hui », a-t-elle déclaré,
tout en dédramatisant la situation :
« Nous avions un an d’avance. »
Revirement doctrinal
Initialement, le Premier ministre
avait promis un retour à l’excédent
en 2020. Si le déficit devait perdurer
jusqu’à cette date, considère-t-on au
sein de l’exécutif, cela n’aurait pas
que des mauvais côtés : cela per-
2018
« Je n’ai pas de date
de retour à
l’équilibre à vous
donner aujourd’hui. »
AGNÈS BUZYN
Ministre des Solidarités
et de la Santé
mettrait de mieux résister à la tentation de créer de nouvelles dépenses.
De plus, à Bercy, on veut en finir
avec la règle de compensation intégrale par l’Etat des exonérations de
charges imposées à la Sécurité
sociale. Agnès Buzyn a déclaré que
des travaux allaient s’ouvrir sur le
thème des relations financières
entre ces deux pôles de la dépense
publique, sur la base du rapport
Charpy-Dubertret remis au Parlement à l’automne.
Il préconise d’instaurer une
« solidarité financière » : la sphère
sociale pourrait elle aussi voler au
secours d’un Etat très déficitaire.
Ce revirement doctrinal a en réalité déjà eu lieu, vu la trajectoire
budgétaire de la Sécurité sociale
pour le reste du quinquennat votée
en novembre, qui prévoit notamment que 5 milliards de recettes de
TVA soient réorientées vers l’Etat
d’ici à 2022.
La dérive des comptes sociaux
complique l’équation financière de
plusieurs réformes, celle des retraites comme celle de a dépendance,
qui fera l’objet d’un projet de loi en
2019. La concertation lancée fin
2018 va déboucher sur un rapport
dans la deuxième quinzaine de
février. Agnès Buzyn a mis en relief
le « désir de rester et de mourir à leur
domicile » des personnes âgées. Il
faudra des ressources nouvelles
pour financer cet accompagnement de la perte d’autonomie. n
VOTEZ POUR LE STRATÈGE DE L’ANNÉE
Temps fort de la vie des affaires, depuis trente ans, le Prix du Stratège est remis à un chef d’entreprise de l’industrie
ou de la finance qui, durant l’année écoulée, a pris une initiative notable ou a fait preuve d’une réussite remarquable.
Le Prix sera remis par Les Echos, en fonction du choix de ses lecteurs.
Méka Brunel
Administratrice,
Directrice Générale
de Gecina
Née et élevée en Iran, elle
est Ingénieure en travaux publics, diplomée de l’ESTP Paris et est titulaire d’un
MBA à HEC Paris. Elle rejoint en 2017
GECINA en tant que directrice générale
et est nommée à la présidence du Conseil
de Développement de la Métropole du
Grand Paris (Codev). Méka Brunel est
également administratrice du Crédit
Foncier de France, de la Fédération des
Sociétés Immobilières et Foncières et de
l’Université de Cergy-Pontoise. Elle est
distinguée Professionnelle de l’année par
les Pierres d’Or en 2013 et 2018.
Thomas Buberl
Administrateur et
Directeur Général
d’AXA
Né en Allemagne, il est
diplômé de l’école de commerce WHU
de Coblence (Allemagne), d’un MBA
à l’Université de Lancaster (RoyaumeUni) et d’un Doctorat en économie à
l’Université de St. Gallen (Suisse). Il est
distingué en 2008 en tant que Young
Global Leader par le Forum Economique
Mondial. En 2012, il devient directeur général d’AXA Allemagne. Thomas
Buberl est nommé au 1er septembre 2016
administrateur et directeur général d’AXA,
président du conseil d’administration
d’AXA Equitable Holdings (États-Unis).
Charles Edelstenne
Président du Conseil
d’Administration
Dassault Systèmes
Charles Edelstenne
devient président directeur général de
Dassault Aviation en 2000. Il cède sa
place en 2013, tout en gardant la tête de
la holding Dassault Systèmes. Charles
Edelstenne est président du groupe
industriel Marcel Dassault, administrateur de Thales, de Carrefour, de Sogitec
Industries, de la Société anonyme belge
de constructions aéronautiques (SABCA),
de Dassault Medias, du Groupe Figaro
Benchmark et de la Banque Lepercq de
Neuflize (USA), Chairman de Dassault
Falcon Jet Corporation (États-Unis), président d’honneur de Dassault Aviation et
du GIFAS. Il est commandeur de l’ordre
national de la Légion d’honneur.
Yves Guillemot
Président
Directeur Général
& Cofondateur
d’Ubisoft
Diplômé de commerce à l’institut de
la PME (IPME), Yves Guillemot grandit dans une famille d’entrepreneurs. Il
fonde Ubisoft avec ses quatre frères en
1986, puis la société Gameloft en 1999.
Ubisoft devient l’un des leaders mondiaux
du développement et de l’édition de
logiciels de jeux vidéo interactifs destinés aux consoles de jeux. Yves Guillemot
a longuement défendu les intérêts
d’Ubisoft face à l’entrée de Vivendi au
capital du Groupe en 2015. En 2016, Yves
Guillemot est nommé chevalier de la
Légion d’honneur.
Laurent Mignon
Président
du directoire
du Groupe BPCE
Diplômé d’HEC et du
Stanford Executive Program, Laurent
Mignon exerce en banque et assurance
durant toute sa carrière. Il devient directeur général de Natixis en 2009. Laurent
Mignon entre à la tête de la BPCE au
1er juin 2018. Il est également président
du conseil d’administration de Natixis
et du Crédit Foncier, président de CE
Holding Participations, administrateur de CNP Assurances, de Sopassure,
d’Arkema et de l’AROP (Association pour
le Rayonnement de l’Opéra national
de Paris).
Carlos Tavares
Président
du directoire
Groupe PSA
Né et élevé à Lisbonne,
Carlos Tavares est diplômé de l’École
Centrale Paris. Il réalise toute sa carrière chez le constructeur automobile
Renault, où il est nommé directeur
général délégué aux opérations de 2011
à 2013, soit le numéro 2 du Groupe après
Carlos Ghosn. En 2014, il prend la tête
du groupe PSA en rejoignant la direction
opérationnelle de la branche automobile
du Groupe. Il occupe les fonctions de
président du directoire depuis 2014.
VOTEZ POUR TROIS DES SIX NOMINÉS PAR ORDRE DE PRÉFÉRENCE (1, 2, 3)
Une liste de six nominés a été sélectionnée par notre rédaction. C’est sur cette liste que nos lecteurs sont invités à
participer à la désignation du vainqueur en retenant trois des six noms par ordre de préférence. Un jury déterminera le
lauréat du Prix du Stratège 2018. Votez pour trois des six nominés par ordre de préférence jusqu’au vendredi 25 janvier et
envoyez votre choix à annick.rousseau@shan.fr
Retrouvez le Prix du Stratège
sur lesechos.fr/
Ludovic Marin/AFP
Buzyn ne vise plus l’équilibre
de la Sécurité sociale en 2019
La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.
Un calendrier chargé
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a confirmé la date
du 13 février pour l’examen en Conseil des ministres du projet
de loi santé, qui va remodeler la carte hospitalière, réorganiser les soins de proximité et mettre fin au numerus clausus.
La réforme des transports sanitaires hospitaliers va être
retravaillée rapidement, sans renoncer aux économies
attendues. Le rapport sur les indemnités journalières
va être publié « incessamment sous peu » a promis la ministre,
et celui sur la tarification des soins à l’hôpital, le 29 janvier.
Une concertation sur la mise en place du revenu universel
d’activité devrait s’ouvrir en mars ou en avril.
Contrats courts :
la boîte à idées
du patronat pour
éviter le bonus-malus
SOCIAL
Les partenaires
sociaux ont discuté
mardi des contrats
courts.
Les mesures
conclues dans les
accords de branche
sont mises en avant
par les employeurs.
Marie Bellan
@mbellan1
Et si c’était les branches professionnelles qui donnaient l’impulsion ? Jusqu’ici, les accords de
branche se déclinaient une fois
un accord interprofessionnel
signé entre syndicats et patronat.
C’était avant. Sur la question des
contrats courts, ce pourrait être
le contraire. Même si elles sont
peu nombreuses à avoir conclu
un accord pour limiter le recours
aux contrats de très courte durée
(moins d’un mois), les branches
professionnelles concernées ont
malgré tout une série de mesures
sur lesquelles elles se sont entendues avec leurs syndicats.
Ces mesures pourraient servir
de base de travail pour les partenaires sociaux dans leur recherche de solutions contraignantes.
Et ainsi éviter de passer par la
case du bonus-malus, comme
l’espèrent les employeurs. Elles
sont mises en avant par le patronat, qui négociait mardi avec les
syndicats sur les contrats courts
dans la réforme de l’assurancechômage.
Délai de carence
L’une des mesures, que l’on
retrouve dans presque tous les
accords de branche signés – au
nombre de six –, est la réduction
du délai de carence entre deux
contrats à durée déterminée.
L’objectif est d’allonger les périodes d’emploi en CDD et de rendre
plus attractifs les contrats de plus
d’un mois. C’est le cas de l’accord
signé dans les travaux publics,
qui raccourcit le délai de carence
entre deux CDD ou intérim, lorsque ce sont des contrats de plus
d’un mois, en le ramenant à 20 %
de la durée initiale du contrat,
sans pouvoir excéder 10 jours
calendaires. L’autre dispositif
commun à plusieurs accords
de branche consiste à supprimer totalement les délais de
carence pendant certaines
périodes, par exemple en cas
« d’accroissements d’activité qui se
succèdent ». Les accords ne vont
pas, en revanche, jusqu’à modifier les durées maximales et le
nombre de renouvellements
prévus par le Code du travail
pour les CDD, ce qui serait toutefois possible depuis la réforme
des ordonnances travail.
Parmi les
assouplissements :
le CDD unique
pour remplacer
différentes
personnes.
Parmi les autres assouplissements : le CDD unique pour remplacer différentes personnes. Les
CDD de remplacement représentent une grande partie des
contrats de très courte durée,
notamment dans le médico-social où la continuité de services
est incontournable. Aujourd’hui,
le CDD de remplacement stipule
le nom et le poste de la personne
à remplacer. Si un autre salarié
est concerné, un nouveau contrat doit être signé. Une expérimentation est prévue dans le
médico-social, mais d’autres secteurs, comme la distribution,
souhaiteraient l’adopter.
Ces mesures ne sont pas
exhaustives, et d’autres éléments
devaient figurer dans le document que le patronat prévoyait
de présenter mardi. Par exemple, le développement des groupements d’employeurs qui permet de partager des salariés à
temps partiel entre plusieurs
entreprises. Le recours accru
aux CDI intérimaires est aussi
soutenu. Mais ces deux mesures
restent volontaires et non contraignantes pour l’employeur, ce
qui limite leur déploiement
rapide. Il en faudra sûrement
davantage pour convaincre les
syndicats d’abandonner le système du bonus-malus, même si
ses conséquences sur l’emploi
restent incertaines. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FRANCE // 05
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
Paris : la réforme de la sécurité
produit encore peu d’effets
l La Mairie présentera vendredi les résultats d’un audit.
l Pour les associations de quartier, les élus et les agents,
la récente direction de la sécurité n’est pas dissuasive.
COLLECTIVITÉS
Matthieu Quiret
@MQuiret
La réforme de la lutte contre l’insécurité et les incivilités à Paris peine
encore à convaincre. La Mairie présentera vendredi l’audit qu’elle a
commandé au cabinet Euro Consulting. Mais les critiques s’accumulent
contre l’efficacité de la nouvelle
Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection (DPSP) créée
en 2016 et renforcée l’an dernier. Ce
service regroupe 3.200 agents de la
Mairie, liés à la sécurité à la suite de
l’absorption en 2018 de 1.800 agents
de la préfecture.
Le président des centristes au
Conseil de Paris, Eric Azière, regrette
que la municipalité n’ait pas placé la
sécurité comme priorité. Il cite un
courrier reçu l’an dernier de
l’adjointe Colombe Brossel assumant
d’avoir favorisé « le partage de l’espace
public et les déplacements des Parisiens », autrement dit la verbalisation
des stationnements gênants, la circulation en voie de bus et le non-respect
de la vignette Crit’Air.
tier de Château-Rouge, ils n’ont pas le
droit de saisir la marchandise.
Jean-Claude Hamelin, secrétaire
général du syndicat CGT des agents
municipaux de sécurité, estime que
la réforme n’a servi qu’à déguiser des
réductions d’effectifs. « Il y a quinze
ans, chaque jardin avait son surveillant, maintenant des équipes réduites font des rondes. » Il dénonce aussi
la politique du chiffre depuis 2016 :
« On doit mettre un maximum de PV,
ce qui nous pousse à verbaliser les délits
les plus faciles, comme les dépassements de trottoir des bars ou commerçants. » D’autant que la CGT évalue à
80 % la proportion de PV jamais
payés : « Nous avons écrit il y a six mois
à la maire pour demander les chiffres
officiels, sans réponse. » Pour JeanClaude Hamelin, cette situation a fini
par démotiver les agents.
Malgré ces critiques, la DPSP peut
s’enorgueillir d’une forte hausse des
verbalisations. Michel Felkay, qui a
repris depuis une semaine la tête de
cette direction défend, lui, l’efficacité
de ses troupes : « Nous avons dressé
plus de 1 million de PV rien que sur la
circulation. » Comme lui, le premier
adjoint, Emmanuel Grégoire, reconnaît que ses agents ont été beaucoup
déployés sur la circulation, mais
« Nous voulons
décharger
la police nationale
des missions du
quotidien pour
qu’elle se concentre
sur la lutte contre
le terrorisme,
les cambriolages,
le trafic de drogue. »
MICHEL FELKAY
Nouveau patron de la DPSP
assure qu’ils se diversifient maintenant sur les autres incivilités. « Nous
avons fixé quatre priorités : les épanchements d’urine, les jets de mégots, les
encombrants et les dépôts de gravats. »
Il admet aussi que la lutte contre ces
deux derniers fléaux est compliquée,
exigeant de véritables enquêtes.
Emmanuel Grégoire prévient
que les résultats mettront du temps
à se voir : « Pour que les PV soient
efficaces, il faut que la menace se
transforme en comportement, ce
n’est clairement pas encore le cas. » n
Des pouvoirs limités
L’association de quartier Action
Barbès, qui se mobilise depuis des
années pour la tranquillité des quartiers les plus tendus de la capitale
(La Chapelle, Barbès, Gare du Nord,
Château-Rouge), fait le même constat. Son président, Jean-Raphaël
Bourge, constate une amélioration
des interventions contre les stationnements gênants et dangereux mais
pas sur les autres incivilités.
Il incrimine surtout la culture du
travail des agents. D’abord, leur incapacité à travailler durant les heures
les plus critiques, en soirée et le weekend. Mais aussi leur laxisme et leur
manque de pouvoir : « Les scooters
ou les voitures forcent par exemple
facilement les filtrages des zones piétonnes Paris Respire, les agents n’osent
pas s’interposer et se justifient de fermer les yeux par l’existence d’incivilités plus graves dans le quartier. » Sur
la question des ventes à la sauvette,
qui plombent par exemple le quar-
La capitale évolue vers une police municipale
La création d’une véritable
police municipale armée
animera le débat
des élections de 2020.
Créer une police municipale ? Le
débat promet d’animer le prochain
Conseil de Paris début février.
S’il oppose depuis longtemps la
droite (pour) et la gauche (contre), les
positions sont en train de se rapprocher. Initialement opposée, la maire
de Paris a depuis ouvert la porte à des
évolutions, assurant qu’elle n’a plus
de tabou sur le sujet.
Anne Hidalgo annoncera d’ici à
quelques jours le renforcement des
prérogatives des agents de la Direction de prévention et de sécurité
(DPSP). Ces mesures ne sont pas
toutes arbitrées, comme l’unification des nombreux statuts des
agents de la DPSP, avec des pouvoirs variés de contrôle et de verbalisation. Certains ne peuvent pas,
par exemple, contrôler les identités
ou forcer les dealers à partir. Se pose
aussi la question de l’armement,
jusqu’ici limité au bâton Tonfa et
aux bombes lacrymogènes.
Oppositions politiques
et syndicales
L’entourage de la maire assure qu’elle
fera des propositions en fonction des
résultats de l’audit présentés à la fin
du mois. Anne Hidalgo fait face à
l’hostilité des écologistes. Lundi, le
groupe de conseillers Verts, dont
David Belliard est le président, a
arrêté sa position. « Nous soutiendrons un projet de réorganisation de la
DPSP, pour la rendre plus visible par
exemple. Mais nous ne voulons pas
aller vers une police municipale, car ça
ouvrirait la porte vers l’armement des
agents et la possibilité pour le préfet de
les réquisitionner pour épauler la
police nationale. »
La création d’une police municipale se heurterait aussi à l’opposition des syndicats comme la CGT,
mais également de nombreuses
associations de quartier, qui estiment la police nationale mieux formée et plus efficace pour les missions de sécurité.
D’un autre côté, à un an des municipales, Anne Hidalgo est défiée sur
le sujet par son opposition. Le député
de droite et candidat officieux aux
élections, Pierre-Yves Bournazel, a
demandé il y a quelques jours au
gouvernement de légiférer pour
donner à la mairie les pleins pouvoirs de police. « Nous avons besoin
de policiers formés et de brigades très
spécialisées contre la petite délinquance, par exemple », justifie-t-il.
L’ancien directeur général de la
police nationale et conseiller LR, Frédéric Péchenard, s’attend à ce que la
maire cède enfin : « Elle a compris
que l’insalubrité et l’insécurité sont
devenues un enjeu politique, elle a une
vision électorale de la police. » Pour lui,
l’inefficacité de la DPSP s’explique
par l’ambiguïté actuelle de la maire.
« C’est une police qui ne veut pas dire
son nom et personne n’en comprend
les missions. » D’après ses analyses, la
Ville n’a même pas besoin d’une nouvelle loi. « La réforme de 2017 sur le
statut de Paris a donné les petits pouvoirs de police à la maire, il s’agit maintenant pour elle de les utiliser. »
D’autres analyses juridiques
jugent qu’une loi devra clarifier les
pouvoirs entre la mairie et la préfecture de police. Un chantier qui
pourrait se glisser dans le cadre de
la réforme de la préfecture qu’étudie le ministère de l’Intérieur. La
maire de Paris pourrait néanmoins
formaliser la mise en place d’une
police municipale non armée. Son
entourage rappelle qu’il existe
autant de polices municipales que
de maires. Reste à savoir si elle en
assumera le terme. — M. Q.
Le rebond poussif de l’investissement local
COLLECTIVITÉS
L’Observatoire
des finances locales
évalue à 7 % la reprise
des dépenses du bloc
communal en 2018.
Une hausse insuffisante pour rattraper
le sous-investissement
évalué à 15 %
sur le mandat actuel
des municipalités.
L’investissement local se redresse
mais de manière insuffisante.
L’Observatoire des finances et de la
gestion publique locales (OFGPL) a
publié ce mardi une étude chiffrant à 40 milliards d’euros en
moyenne annuelle l’investissement des communes et de leurs
communautés depuis le début de
mandat (2014-2018). Soit un écart
de −15 % par rapport à la période
équivalente du précédent cycle
électoral 2008-2012, à population
et prix comparable.
Cette institution créée par la loi
NOTRe de 2015 et présidée par
André Laignel évalue à 7 % la progression de l’investissement en
2018. Un chiffre similaire à la projection faite en septembre par La
Banque Postale pour l’ensemble des
collectivités locales mais inférieur
de 1 point au rebond enregistré en
2017 après deux années de baisse en
début de mandat.
Entretien ou culture
André Laignel assure qu’une nouvelle hausse probable des dépenses cette année ne suffira pas à
redresser la barre. Le mandat
devrait se solder par une baisse de
10 à 12 %. On resterait cependant
loin des craintes d’une chute de
25 % sur l’ensemble du cycle,
brandies par les élus précédemment. Par ailleurs, les investissements du cycle précédent étaient
assez élevés.
Le secrétaire général de l’OFGPL,
Thomas Rougier, relativise néanmoins la hausse de l’an dernier, qui
s’explique en partie par le renchérissement des prix du BTP. « Un
tiers des 7 % proviendrait de ce phénomène qui est déjà arrivé dans le
passé, dans les années 2000 par
exemple » précise-t-il.
Autre confirmation de l’étude, la
montée en puissance de l’intercommunalité qui désormais pèse un
tiers des investissements du bloc
local. « Une proportion qui a triplé en
un quart de siècle », souligne André
Laignel. Elle révèle aussi la forte disparité des efforts des communes,
11.000 d’entre elles consacrent
moins de 175 euros par habitant par
an quand la moyenne nationale est
de 293 euros. Et 2.700 communes
dépensent plus de 800 euros
annuels par habitant.
Les calculs d’économétrie des cinq
experts de l’OFGPL ont permis de
démontrer plusieurs corrélations.
Ainsi, les collectivités qui ont le plus
investi sont celles qui ont accumulé
le stock d’actifs le plus important ces
quinze ou vingt dernières années.
Autrement dit, le surinvestissement
des communes ne correspond pas à
un rattrapage de retards d’équipement. « Il découle d’une culture de
l’investissement plus forte de ces élus
ou des investissements d’entretien que
les patrimoines plus importants génèrent », en déduit André Laignel.
Plus intuitif, les mairies qui avaient
des difficultés financières en début
de mandat sont celles qui ont le
moins investi et vice-versa. Même si
35 % de communes peu investisseuses étaient en bonne santé. Et 62 %
des communes aux faibles investissements ont amélioré leur situation
financière. Une autre façon de constater que les économies imposées
par la baisse des dotations se sont
bien faites sur ce poste de dépense, le
plus facile à actionner. — M. Q.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 // FRANCE
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
Casseurs : tensions
dans la majorité
POLITIQUE
Le ministre de
l’Intérieur défend
un texte « de
protection et non
de répression ».
L’exécutif savait que le morceau
serait difficile à avaler pour une
partie de la majorité. Il l’est.
L’arrivée mardi en commission
des Lois à l’Assemblée de la proposition de loi LR anticasseurs
– votée au Sénat en octobre dernier – a déjà donné lieu à des discussions serrées entre les parlementaires de la majorité et le
gouvernement. Avec, dans la
majorité, des divisions.
Une aile, parfois classée à
gauche mais pas seulement, est
arc-boutée et voudrait supprimer les trois premiers articles
du texte, vus comme les plus
liberticides (l’instauration d’un
périmètre de sécurité pour les
manifestations, la possibilité
d’une interdiction administrative de manifester et l’instauration d’un fichier de casseurs).
Divisions
D’autres essaient de ferrailler
pour faire évoluer ces trois articles. Et ces deux groupes ont
aussi du mal à reprendre un
texte LR « que nos sénateurs
n’avaient pas voté et qui était surtout, de la part du Sénat, un signal
politique », regrette un député
LREM. Une frange, enfin, ne voit
pas d’objection au texte de LR.
Beaucoup déplorent des délais
très contraints. Des divisions
qui ressemblent à celles nées
autour de la loi asile et immigration au printemps dernier.
Même si le contexte a changé et
que nombre de députés ont
conscience de la difficulté à
monter au front contre le gouvernement dans la période sur
le maintien de l’ordre.
« On s’est tous rendu compte,
dans nos circonscriptions, de la
demande du retour de l’ordre
public et de la fin des débordements. Sur les mesures pénales,
nous sommes d’accord, sur les
mesures de police administrative,
nous sommes plus que circonspects », avance un membre
LREM de poids de la commission des Lois. « Ce n’est pas une loi
de répression, mais de protection », a tenté de rassurer Christophe Castaner durant son audition, qu’il avait commencée en
s’appuyant sur l’argument de
l’opinion. « On ne peut pas perdre
de temps sur le sujet car la population attend des signes forts », a-t-il
lancé, ajoutant, face à tous ceux
qui toussent sur le fait de reprendre ce texte LR qu’il a « rejoint En
marche pour le dépassement politique. » Après un déjeuner à
Matignon avec les responsables
du texte et de groupes mardi,
puis un dîner prévu au ministère
de l’Intérieur autour de Christophe Castaner, le président du
groupe Modem à l’Assemblée,
Patrick Mignola, espérait un
atterrissage qui permette d’avoir
« des outils nouveaux d’autorité
de l’Etat dans un équilibre évitant
d’attenter à la liberté d’aller et
venir ». Délicat. — I. F.
En marche fourbit ses armes
pour les européennes
ÉLECTIONS
Le parti majoritaire
présentera sa liste
fin février ou début
mars. Il mise sur
une recomposition
du Parlement européen
après les élections.
Grégoire Poussielgue
@Poussielgue
Cette fois, c’est parti. En accusant
Emmanuel Macron de vouloir vendre l’Alsace et la Lorraine à l’Allemagne via le traité d’Aix-la-Chapelle, signé mardi par le président
français et la chancelière allemande Angela Merkel, l’extrême
droite a lancé, à sa façon, la campagne des élections européennes du
26 mai. En mettant la barre très
haut sur les infox (fausses informations), Marine Le Pen a aussi
donné le ton d’une campagne
qu’elle veut transformer en référendum anti-Macron.
« L’élection européenne est systématiquement la cible des infox. Cette
année, elles viennent de l’intérieur
avec Marine Le Pen et Nicolas
Dupont-Aignan, mais aussi de l’extér i e u r c o m m e l e m o n t re n t l e s
manœuvres de Steve Bannon »,
dénonce le député La République
En marche des Français de l’étranger Pieyre-Alexandre Anglade.
L’Elysée a dénoncé ces infox dans
un communiqué. « Marine Le Pen
se ridiculise », a taclé mardi matin,
LREM a lancé sa campagne il y a presque un an. Photo Sipa
sur Europe 1, Nathalie Loiseau, la
ministre des Affaires européennes.
La réplique cinglante aux infox
de l’extrême droite sur l’Europe
montre que le parti fondé par
Emmanuel Macron est, lui aussi,
parti en campagne en vue des européennes
Initiative européenne
Stéphane Séjourné, ancien conseiller politique du chef de l’Etat à
l’Elysée, a pris la semaine dernière
ses fonctions de directeur de campagne dans les nouveaux locaux
loués pour l’occasion, à quelques
mètres du siège de LREM dans le
2e arrondissement de Paris. Placé
sous la présidence de Jean-Marc
Borello, un compagnon de route
d’Emmanuel Macron, LREM met la
dernière main à sa liste. Elle sera
présentée entre la fin février et le
début du mois de mars.
Mais pas question, alors que
le grand débat vient d’être lancé, de
se précipiter pour faire campagne.
Même si plusieurs partis ont présenté leur tête de liste, comme le FN
avec Jordan Bardella ou LFI avec
Manon Aubry, ou s’apprêtent à le
faire, comme LR avec François-Xavier Bellamy. « Il n’y a pas d’urgence.
Il ne faut pas surréagir parce que
Marine Le Pen a fait un meeting.
Notre calendrier doit rester le plus
souple possible. Nous ne sommes pas
encore audibles sur la question européenne », estime un parlementaire.
De son côté, Emmanuel Macron
prépare une initiative au niveau
européen, avec plusieurs Etats
membres. La majorité compte également sur le Brexit pour produire
un électrochoc positif sur l’Europe.
« Nous voulons la liste la plus large
possible », estime un responsable de
la majorité. Elle devrait inclure les
alliés du Modem, des représentants
de la droite modérée, mais aussi des
personnalités de la société civile. La
question de la tête de liste suscite un
clivage entre les partisans d’une
personnalité de la société dite
« civile » et ceux penchant pour un
politique expérimenté.
LREM entend profiter d’une vaste
recomposition au Parlement européen, ce qui plaide pour une tête de
liste politique, bon connaisseur des
arcanes européennes. Mais au
niveau européen, la capacité
d’attraction d’Emmanuel Macron a
fondu depuis le discours de la Sorbonne, en septembre 2017. « Il a
perdu une partie de son capital politique en Europe. Depuis l’année dernière, les responsables politiques
attendent moins de LREM, qui
n’arrive plus en position de force. Les
Allemands sont notamment inquiets
sur la poursuite des réformes en
France », estime Sébastien Maillard,
le directeur de l’Institut Jacques
Delors. n
« Depuis l’année
dernière,
les responsables
politiques attendent
moins de LREM,
qui n’arrive plus
en position de force.
Les Allemands sont
notamment inquiets
sur la poursuite
des réformes
en France. »
SÉBASTIEN MAILLARD
Directeur de l’Institut
Jacques Delors
FORMATION
Le marché français
de l’électricité
et ses perspectives
Comment le jeu concurrentiel
va-t-il évoluer ?
• Jeudi 14 février 2019 à Paris
• Jeudi 6 juin 2019 à Paris
Informations et inscriptions :
www.lesechos-formation.fr/electricite.htm
L’hypothèse Bellamy suscite
de fortes inquiétudes à droite
Le profil très conservateur
du jeune philosophe,
pressenti pour conduire la
liste LR aux européennes,
fait grincer des dents.
Pierre-Alain Furbury
paFurbury
François-Xavier Bellamy n’a plus
que quelques jours à attendre pour
savoir s’il conduira la liste des Républicains aux européennes. La commission d’investiture du parti se
réunira mardi prochain pour arrêter sa décision et, pour l’heure, la
nomination de ce professeur de
philosophie et essayiste apparaît
très plausible. Il est jeune (33 ans),
incarne le renouvellement, sa candidature est défendue par Laurent
Wauquiez et aucune alternative ne
s’impose. « S’il y avait un gros poisson, je ne suis pas certain que l’on
ferait ce choix-là. Mais la vérité, c’est
qu’il n’y a pas de gros poisson »,
explique un cadre de LR. « Le bon
profil, c’est celui qui gagne. On n’a pas
l’homme idéal », lâche un autre.
Même s’ils devraient être peu
nombreux à y faire barrage, cette
option est très loin de faire l’unanimité. Gérard Larcher, le président
du Sénat, a exprimé ses réserves.
Sous couvert de l’anonymat, bien
d’autres s’avouent « très sceptiques », voire « réticents ». Il y a ceux
qui redoutent que ce dixième
adjoint au maire de Versailles,
poussé par le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau, n’ait pas
les reins assez solides pour mener
la bataille, alors qu’il est inexpérimenté et a échoué à devenir député
en 2017 « dans une circonscription
imperdable », tacle un élu. Et il y a
ceux, parfois les mêmes, qui
s’inquiètent pour la ligne du parti,
François-Xavier Bellamy saura mardi prochain s’il conduira
la liste LR aux européennes. Photo Romain Gaillard/RÉA
jugeant le catholique et très conservateur François-Xavier Bellamy,
qui avait ferraillé contre le mariage
pour tous et participé à la création
du mouvement Sens commun, bien
trop marqué. Plus encore depuis
qu’il a « assumé », dans le « JDD »,
ses convictions « personnelles »
anti-IVG. L’intéressé a dénoncé, sur
Twitter, la « caricature » dans
laquelle on voudrait l’« enfermer »,
mais sa déclaration a semé l’émoi.
Mise en garde de Woerth
« C’est quand même assez rance »,
soupire un parlementaire. « Beaucoup n’étaient déjà pas très heureux
de ce choix. Alors après ça… », rapporte un autre. Mardi, Eric Woerth,
le président de la commission des
Finances de l’Assemblée, a mis en
garde, sur Public Sénat, sur les équilibres de la future liste : « Attention à
ne pas transformer Les Républicains
en un petit parti conservateur […] à ne
pas le rabougrir. » « Il y a beaucoup de
rectifications à apporter sur la
manière de gérer LR », a-t-il insisté
dans une interview au « Figaro ». Ils
sont nombreux à juger nécessaire
que François-Xavier Bellamy corrige très vite le tir. Et tout aussi nombreux à être sceptiques devant la
stratégie de Laurent Wauquiez. « Je
ne comprends pas. La cible, ce sont les
classes moyennes et populaires, la
ruralité. Ce n’est pas avec un intellectuel versaillais que l’on va réussir à
parler aux “gilets jaunes” », confie un
élu. « Que pèse la droite catho ? »
interroge un autre.
« Le pari de Wauquiez pour ne pas
disparaître, c’est de garantir le socle
Fillon. Mais Bellamy, c’est la parcelle
ultraconservatrice du fillonisme »,
s’inquiète un troisième. Le « pari »
est en tout cas de taille. Le dernier
sondage Ifop, publié la semaine dernière, crédite Les Républicains de
10 % des intentions de vote, avec et
sans liste « gilets jaunes ». La cote
d’alerte.
(
Lire l’enquête « Les
jeunes schnocks de LR »
Page 14
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 07
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
MONDE
en
chiffres
ALLEMAGNE : LE MORAL
DES INVESTISSEURS
REMONTE ENCORE
Le sentiment des
investisseurs allemands
s’est amélioré en janvier
pour le deuxième mois
consécutif après son creux
de plus de six ans touché en
novembre, montre l’enquête
mensuelle de l’institut ZEW.
Son indice est ressorti à –15,
après –17,5 en décembre
et –24,1 en novembre.
ROYAUME-UNI :
LE CHÔMAGE AU PLUS BAS
+ 2,7 %
Le taux de chômage
au Royaume-Uni a reculé
à 4% lors des trois mois
achevés à fin novembre,
au plus bas depuis 44 ans,
selon l’Office des statistiques
nationales. Malgré le Brexit
et le ralentissement du PIB,
tous les signaux sont au vert
sur le marché de l’emploi,
qui n’a jamais été aussi
dynamique depuis 1975.
LA CROISSANCE
EN CORÉE DU SUD EN 2018
Malgré un sursaut
au quatrième trimestre
dû aux dépenses publiques,
la croissance sud-coréenne a
ralenti à 2,7% sur l’ensemble
de 2018, son rythme
le plus faible en six ans,
selon la banque centrale.
Traité d’Aix-la-Chapelle : Macron
et Merkel unis contre vents et marées
l Le président et la chancelière ont signé mardi à Aix-la-Chapelle un traité destiné à renforcer leur coopération.
l Un symbole fort, selon eux, de leur volonté de garantir l’unité européenne.
EUROPE
Ninon Renaud
@NinonRenaud
— Correspondante à Berlin
Cinquante-six ans après la signature
par le général de Gaulle et Konrad
Adenauer du traité de l’Elysée, point
de départ de la réconciliation franco-allemande après la seconde
guerre mondiale, Angela Merkel et
Emmanuel Macron ont signé,
mardi dans la salle de couronnement de l’imposante mairie d’Aix-laChapelle, un nouveau traité.
Hués à leur arrivée par quelques
dizaines de personnes, dont certaines vêtues de gilets jaunes appelant
à leur « démission », les deux dirigeants ont voulu faire de cette signature un symbole fort de leur volonté
de garantir l’unité européenne.
Si les temps ont changé depuis
1963, ces manifestations et le cordon de sécurité qui avait obligé restaurants et magasins aux alentours
à fermer, confirment que la période
n’est pas plus empreinte de sérénité.
« Dans tous nos pays, les nationalismes, les populismes gagnent en
importance. Pour la première fois
avec la Grande-Bretagne, un pays
quitte l’Union européenne. Dans le
monde entier, le multilatéralisme est
mis sous pression », a rappelé la
chancelière allemande. « Nous
vivons dans une époque sans équivalent et, aujourd’hui, il faut faire
preuve d’une plus grande détermination, d’une plus grande clarté, d’une
plus grande vision de l’avenir », a-telle déclaré.
En lui succédant à la tribune face
aux centaines d’invités d’honneur,
Donald Tusk, le président du Conseil
de l’UE, Jean-Claude Junker, le prési-
dent de la Commission européenne,
et Klaus Iohannis, le président roumain qui assume la présidence tournante de l’UE, Emmanuel Macron a
précisé que la menace ne venait plus
d’un côté ou de l’autre du Rhin, mais
« de l’extérieur de l’Europe et de l’intérieur de nos sociétés ». « Notre ambition commune désormais doit être
que l’Europe soit le bouclier de nos
peuples contre les nouveaux tumultes du monde. »
Plus de « solidarité »
avec les Etats-Unis
En mettant ainsi en avant le Vieux
Continent, Emmanuel Macron
répond aux inquiétudes des autres
pays membres de l’Union euro-
péenne qui craindraient que, sous
couvert de jouer les laboratoires
d’une plus grande intégration européenne, le couple franco-allemand
ne veuille imposer unilatéralement
ses règles. « Les modes de décision
des institutions européennes ne le
permettent de toute façon pas », rappelle Julien Thorel, directeur du
bureau français du Centre pour la
politique européenne basé à Fribourg.
Ce texte de 28 articles répartis en
7 chapitres a en outre fait l’objet
d’un travail étroit avec les parlementaires allemands et français.
Contrairement aux accusations des
p a r t i s d ’e x t r ê m e g a u c h e e t
d’extrême droite qui dénoncent un
complot de l’exécutif pour affaiblir
la souveraineté de la France, ce sont
justement les députés qui se sont les
premiers mobilisés.
Leurs échanges « ont abouti à une
résolution portant sur le renforcement de la coopération parlementaire franco-allemande qui fut adoptée de manière solennelle dès le
22 janvier 2018, d’abord au Bundestag, puis à l’Assemblée nationale »,
rappelle Claire Demesmay, politologue à l’institut allemand de politique étrangère (DGAP). Selon elle,
« la détermination affichée par les
parlementaires a soumis les deux
gouvernements à une certaine pression ; d’autant qu’elle s’est accompagnée d’une communication systéma-
Catherine Chatignoux
@chatignoux
C’est une chose de signer un nouveau traité de coopération francoallemand en grande pompe entre
gouvernements amis. C’en est une
autre de mesurer la cote d’amour
d’un pays pour un autre et de se
demander si les Français sont
demandeurs d’un approfondissement des liens avec leur impressionnant voisin. Le sondage réalisé par
l’Ifop pour l’ambassade d’Allemagne à Paris est assez rassurant de ce
point de vue. Une très large majorité
(84 %) des Français interrogés
début décembre ont une bonne
image de l’Allemagne, même si cette
(
« Nous vivons
dans une époque
sans équivalent…
Il faut faire preuve
d’une plus grande
détermination, d’une
plus grande clarté,
d’une plus grande
vision de l’avenir. »
ANGELA MERKEL
Chancelière allemande
Lire l’éditorial
de Dominique Seux
Page 10
Les mesures phares
du traité d’Aix-la-Chapelle
Le nouvel accord
de coopération modernise
le traité historique de 1963.
Il marque une volonté
d’harmoniser les règles
et de faire converger les
économies et la diplomatie.
Cinquante-six ans après Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, Emmanuel Macron et Angela Merkel
ont voulu faire de cette signature un symbole fort de l’unité européenne. Photo Ludovic MARIN/AFP
Vue par les Français, une relation
satisfaisante mais distanciée
Le dernier sondage réalisé
par l’Ifop sur l’image
de l’Allemagne montre
des Français satisfaits
de la relation avec Berlin.
Une satisfaction qui confine
presque à la naïveté.
tique, axée sur les résultats
obtenus ». Contrairement au traité
de l’Elysée, qui avait vu les députés
allemands exiger avant de le ratifier
l’ajout d’un préambule affirmant
l’attachement européen à la solidarité avec les Etats-Unis, le traité
d’Aix-la-Chapelle devrait donc être
ratifié sans difficulté par les deux
Assemblées en février. Les parlementaires adopteront alors aussi
leur propre traité, qui crée notamment une assemblée franco-allemande chargée de faciliter la convergence des deux pays.
relation est faite autant de respect et
d’admiration que de sympathie.
Entre les ennemis d’hier, la relation
reste plutôt distante. Seule une
petite majorité de Français (52 %)
déclarent « aimer » l’Allemagne.
Le pays de Goethe et d’Angela
Merkel n’est pas du genre à qui l’on
tape dans le dos. Il est associé avant
tout à sa puissance économique, au
travail, à la richesse et à la stabilité
politique. La convivialité, la qualité
de vie et la solidarité sont moins
souvent citées. Parmi les mots ou
les idées qui viennent à l’esprit des
Français à propos de l’Allemagne,
on retrouve pas mal de clichés : la
rigidité, l’austérité, la discipline,
l’organisation, la droiture et l’ordre
devancent les concepts d’ami et de
partenaire. Les jeunes de 18-24 ans à
qui le sondage s’est adressé parallèlement, ont une approche plus
décontractée du voisin. Ils mettent
davantage en avant l’image festive,
culturelle et touristique de Berlin
et les célèbres fêtes de la bière muni-
choises viennent se substituer à la
vision traditionnelle des plus âgés.
Plus important du point de vue
politique et diplomatique, les Français semblent globalement satisfaits de la gestion de la relation franco-allemande : loin des échos des
controverses entre le président de
Très stable dans
le temps, le regard
porté sur les relations
entre les deux pays
est positif, presque
naïf, sans tomber
dans l’euphorie.
la République et la chancelière ou
de leurs ministres des Finances sur
le manque de solidarité de l’Allemagne dans la zone euro ou les réticences de Berlin à taxer les Gafa, ils
associent plus volontiers les relations franco-allemandes à un trip-
tyque partenariat-amitié-confiance
qu’à de la rivalité ou de la méfiance.
La France est tout de même vue au
passage comme le partenaire le
plus engagé des deux en faveur de la
construction européenne.
Très stable dans le temps, le
regard porté sur les relations entre
les deux pays est positif, presque
naïf, sans tomber dans l’euphorie.
Ces échanges sont jugés toujours
nécessaires à l’avenir de l’Union
européenne et de la zone euro (à
85 %), solides (77 %) et équilibrés
(61 %), estiment les sondés. La
signature d’un nouveau traité bilatéral est donc bien accueillie, 56 %
voyant ce dernier comme une priorité. Si l’image de l’Allemagne peut
être jugée satisfaisante, « il existe
une marge de raffermissement des
liens en misant sur les nouvelles
générations, estime Jérôme Fourquet, directeur à l’Ifop. Les relations
sont jugées importantes mais pas
prioritaires. On pourrait raviver la
flamme ». n
Le traité franco-allemand signé
mardi matin à Aix-la-Chapelle
vient compléter celui dit « de l’Elysée » conclu en 1963 par le général
de Gaulle et Konrad Adenauer pour
organiser et encadrer la coopération franco-allemande au sortir de
la guerre. Le nouvel accord, qui a
donné lieu en France à une série de
fausses informations sur les
réseaux sociaux et a été violemment dénoncé par Marine Le Pen,
Nicolas Dupont-Aignant et le
député européen Bernard Monot, a
pour objectif de muscler et de
moderniser cette coopération en
l’inscrivant plus clairement dans le
projet européen. Le traité de 1963
visait la réconciliation entre les
deux pays ; celui-ci a pour mot
d’ordre la convergence des économies et des réglementations.
DAVANTAGE
•LESINTÉGRER
ÉCONOMIES
L’objectif est de former à terme
« une zone économique franco-allemande » dotée de règles communes. Il s’agit donc de rapprocher les
législations dans le domaine du
droit des affaires et de coordonner
les politiques économiques « afin de
favoriser la convergence entre les
deux pays ». Les deux capitales
s’e n g a g e n t à s e c o o r d o n n e r
pour transposer dans les mêmes
termes les directives européennes.
Elles créent aussi un « conseil franco-allemand d’experts économiques » composé de 10 membres
indépendants chargés de faire des
« recommandations » aux gouvernements sur leur action économique. Une manière de favoriser une
« culture économique commune »,
entre deux pays réputés pour leurs
divergences de vues sur la bonne
stratégie économique.
LES LIENS
•DERESSERRER
PART ET D’AUTRE
Pour éliminer les obstacles à la réalisation de projets transfrontaliers
et faciliter la vie quotidienne des
habitants, les eurodistricts - entités
administratives regroupant des
communes des deux pays - se voient
attribuer des ressources et des compétences supplémentaires. Dans le
même esprit, les deux Etats créent
un comité de coopération transfrontalière chargé de proposer des
projets communs et de résoudre les
difficultés rencontrées.
VERS
•UNETENDRE
DIPLOMATIE COMMUNE
Les deux pays visent des positions
communes sur les dossiers européens et internationaux et veulent
défendre les intérêts de l’Europe aux
Nations unies. Paris et Berlin proposent d’échanger leur personnel
diplomatique dans leurs représentations permanentes à Bruxelles, à
l’ONU et à l’OTAN. Pas de « partage de
notre siège au Conseil de sécurité »
comme l’affirme Marine Le Pen,
mais une meilleure coordination
des décisions. La France promet
aussi à Berlin de faire de l’accession
de l’Allemagne comme membre
permanent au conseil de sécurité de
l’ONU une « priorité de la diplomatie
franco-allemande ».
ASSISTANCE
•ENSECASPORTER
D’AGRESSION
Rien de nouveau dans l’article 4 du
traité d’Aix puisque la promesse est
déjà inscrite dans l’article 5 du traité
de l’OTAN et les traités européens.
Les deux pays confirment - qu’en cas
d’« agression armée » contre l’un des
deux pays - c’est le risque terroriste
qui est dans l’esprit des signataires
- l’autre lui porte « aide et assistance
par tous les moyens […] y compris la
force armée ». Ils s’engagent aussi
à renforcer la capacité d’action de
l’Europe et à investir conjointement
pour combler ses lacunes capacitaires à travers « l’élaboration de programmes de défense communs. »
C. C.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 // MONDE
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
A Davos, bras de fer à distance
entre Donald Trump et Xi Jinping
l La rivalité entre les Etats-Unis
et la Chine est au cœur des débats
du Forum économique mondial.
l Même si les leaders des deux pays
ne sont pas venus en Suisse.
l Elle va bien au-delà
des affrontements commerciaux,
SOMMET
Nicolas Barré
et Jean-Marc Vittori
— Envoyés spéciaux à Davos
Ce devait être la vedette
du 49e Forum économique mondial
qui a ouvert ses portes à Davos
mardi 22 janvier. Mais le nouveau
président du Brésil, Jair Bolsonaro, a
raté son examen de passage devant
les investisseurs qu’il espère attirer.
Il n’a même pas rempli la demiheure qui lui était attribuée. Il a, certes, défendu son gouvernement
composé d’experts, pour échapper à
la pression des partis politiques. « Le
Brésil est encore relativement fermé,
nous allons l’ouvrir, a promis le président. Nous voulons qu’il fasse partie
des cinquante pays où il est le plus
facile de faire des affaires. » Une
allusion au classement de la Banque
mondiale, où le Brésil est aujourd’hui au 109e rang. Il a tenté
de rassurer sur la sécurité et la protection de l’environnement – mais
sans convaincre un auditoire qui l’a
applaudi du bout des doigts.
Deux autres présidents ne sont
pas venus à Davos cette année, mais
la rivalité de leurs pays est au cœur
de nombreuses conversations : la
Chine et les Etats-Unis. Mike Pompeo, le secrétaire d’Etat américain
qui s’exprimait en vidéo de Washington pour cause de « shutdown », a
commencé par exprimer sa « confiance dans la possibilité de nos deux
pays à prospérer ensemble ». Mais il a
vite monté le ton, pour dénoncer son
« modèle centré sur l’Etat, sa belligérance à l’égard de ses voisins et sa poli-
« L’administration
Trump ne reconnaît
pas que le pouvoir
des Etats-Unis
s’érode. »
KARIN VON HIPPEL
Institut britannique pour
les études de défense
et de sécurité
tique intérieure totalitaire ». En
matière commerciale, le ministre de
Donald Trump a critiqué un système qui n’est à ses yeux ni juste ni
réciproque, où les entreprises étrangères en Chine sont forcées de céder
leur technologie. Si la Chine accepte
d’ouvrir le jeu, « ça sera aussi bénéfique pour le peuple chinois ».
Jair Bolsonaro,
a raté son examen
de passage devant
les investisseurs
qu’il espère attirer.
Il n’a même pas
rempli la demi-heure
qui lui était attribuée.
Vu du côté chinois, c’est évidemment différent. « Il n’y a pas de crainte
que l’affrontement commercial entre
les Etats-Unis et la Chine dégénère en
conflit militaire ou idéologique,
affirme Yan Xuetong, doyen de l’Institut des relations internationales de
l’université de Tsinghua. Mais la
compétition entre les deux pays va
inévitablement se renforcer. » Le reste
de l’Asie s’inquiète. « L’Asie a été choquée par la rapidité de la dégradation
de la relation entre les Etats-Unis et la
Chine depuis un an », affirme Kishore Mahbubani, l’un des plus fins
analystes de la géopolitique mondiale qui enseigne à l’université de
Singapour. « Les 330.000 étudiants
chinois aux Etats-Unis sont désormais suspectés d’être des espions. »
« L’administration Trump ne
reconnaît pas que le pouvoir des
Etats-Unis s’érode », estime Karin
von Hippel, qui dirige l’Institut britannique pour les études de défense
et de sécurité. Et même si la Chine est
critiquée, son économie est scrutée
anxieusement à Davos par de nombreux participants. « La Chine va
ralentir à 6 % de croissance mais le
gouvernement a d’importantes marges de manœuvre pour soutenir l’économie, a rassuré Fang Xinghai, le
vice-président de l’Autorité de surveillance des marchés financiers
chinois. L’Etat a de fortes capacités
d’emprunt. » C’est loin d’être le cas de
la plupart des pays occidentaux. n
Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, s’est exprimé par vidéo depuis Washington, à l’occasion du Forum de Davos.
Il a notamment dénoncé le « totalitarisme » de la Chine. Photo Fabrice Coffrini/AFP
Commerce, climat : le monde se fait peur
La 14e édition du rapport
« Global Risks » marque
une détérioration généralisée des conditions économiques et géopolitiques du fait
des guerres commerciales.
Michel De Grandi
@MdeGrandi
L’avertissement est extrêmement
clair : les grandes puissances, à force
d’attiser des tensions politiques et
économiques ouvrent des zones de
fracture biens réelles. « Est-ce que le
monde s’achemine doucement vers
une crise ? » s’interroge le rapport
Global Risks. Pour sa 14e édition,
publiée ce mardi par le World Economic Forum, le document, qui
recense des menaces qui planent à
court ou moyen terme, en est certain : « Ces tensions représentent les
risques les plus imminents et les plus
importants. »
Dans un classement réalisé
auprès d’un millier d’experts et
ouvert aux questions politiques et
économiques, climatiques ou sociales, le document réalisé doit aider les
décideurs privés ou publics dans
leurs choix futurs. A l’ouverture du
Forum de Davos, la photographie
qu’il livre ne fait pas dans la nuance.
Si l’on évoque les craintes à court
terme, les personnes interrogées
pointent du doigt à 91 % les retombées économiques générées par les
frictions entre Etats. Juste après
(88 %), elles dénoncent les risques
liés à la sortie voulue par certains
pays des accords multilatéraux
comme le TPP (Pacifique) ou
d’accords climat comme celui de
Paris.
Conditions climatiques
extrêmes
Autre phénomène en expansion, les
cyberattaques apparaissent également très tôt dans le top des inquiétudes (82 %), devant les fake news
qui les mobilisent à 69 %. C’est donc
un monde très fracturé, presque
désorienté et en profonde réorganisation dont les leaders réunis dans la
station suisse du canton des Grisons
vont débattre.
La tendance qui se dessinait déjà
l’an dernier ne fait que se confirmer :
deux ans après l’arrivée de Trump à
la tête des Etats-Unis et alors que
partout dans le monde des régimes
« forts » se sont mis en place y compris, fin 2018, en Amérique latine, le
recentrage des politiques au niveau
des Etats prend désormais le pas sur
les efforts coordonnés des dernières
années au nom de la globalisation.
Tout se passe comme si, note le rapport, les Etats voulaient reprendre le
contrôle de leur destin et étaient
prêts, en se refermant sur eux-mêmes, à refaire le chemin inverse de
celui parcouru quelques années
plus tôt. C’est donc une globalisation
4.0 qu’il faut repenser, mais ce n’est
pas tout.
Le risque environnemental est
très « en cour » actuellement.
L’étude menée pour l’édition 2019
recense ainsi trois risques environnementaux parmi les cinq principales incertitudes. Les personnes
interrogées montrent clairement,
dans leurs réponses, à quel point
l’échec des politiques environnementales les inquiète : elles se montrent particulièrement préoccupées
par les conditions climatiques extrêmes auxquelles certaines zones sont
800
MILLIONS D’HABITANTS
vivant dans 570 villes côtières
sont menacés par la montée
des eaux.
de plus en plus souvent confrontées.
De la même manière, le manque
d’enthousiasme à mettre œuvre les
objectifs de l’Accord de Paris apparaît comme un sujet d’inquiétude.
La montée du niveau des océans
(+0,6 mètre d’ici 2050), plus rapide
que les scénarios les plus pessimistes, donne également matière à
réflexion à un moment où les phénomènes d’urbanisation s’amplifient au niveau mondial. D’ici à
2050, les deux tiers des habitants de
la Terre seront des citadins, tandis
que 800 millions de personnes
vivant dans quelque 570 villes côtières sont menacées par la montée des
eaux. Les menaces biologiques
apparaissent elles aussi comme un
fort sujet de préoccupation dans
l’enquête 2019.
Le climat n’est pas le seul facteur
d’inquiétude, mais il reste devant
beaucoup d’autres. Le rapport étant
réalisé en partie avec des experts de
la réassurance rappelle qu’en 2018,
les feux de forêt, les inondations, les
catastrophes en tous genres ont
montré combien la nature demeure
indomptable. Pour autant, il ne faut
pas oublier d’autres zones de fracture comme les inégalités de richesses. Mais là, il ne s’agit pas d’une tendance nouvelle. n
Abe et Poutine échouent une nouvelle fois à signer la paix
JAPON-RUSSIE
Les discussions mardi
à Moscou entre
le Premier ministre
japonais et le chef
du Kremlin n’ont pas
permis de résoudre
le conflit autour
des îles Kouriles.
Benjamin Quénelle
— Correspondant à Moscou
C’était leur vingt-cinquième tête-àtête. Mais six ans après leur première rencontre et après plus de
trois heures d’entretien au Kremlin,
mardi, Vladimir Poutine et Shinzo
Abe n’ont pas réussi à mettre fin à
une aberration historique entre la
Russie et le Japon : depuis la capitulation nippone en 1945, les deux
pays n’ont toujours pas signé de
traité de paix à cause de leur contentieux sur l’archipel des îles Kouriles.
« Un travail de fourmi nous attend
encore avant la signature de ce document avec des conditions mutuellement acceptables », a reconnu le
président russe à l’issue de ces nouveaux pourparlers.
« Nous avons discuté sans rien
nous cacher », a ajouté le Premier
ministre japonais. Les deux chefs
d’Etat, qui essaient à chacune de leur
rencontre de mettre en scène leur
bonne relation, ont annoncé que les
discussions se prolongeraient au
niveau de leurs ministres des Affaires étrangères le mois prochain à
Munich. Mais ils ont pareillement
insisté : les conditions de tout accord
devront être acceptables par les
Shinzo Abe et Vladimir Poutine se sont entretenus plus de trois
heures sans succès. Photo Alexander Nemenov/AFP
deux populations, japonaise et
russe. Une vraie gageure, comme
l’ont rappelé les manifestations
nationalistes dans les deux pays à la
veille de ce nouveau tête-à-tête
infructueux. Les déclarations des
ministres des Affaires étrangères, la
semaine dernière, n’invitent guère à
l’optimisme. « Nous sommes toujours loin d’être partenaires non seulement dans les relations internationales, mais également dans le fait de
trouver des voies constructives pour
améliorer nos relations », a fustigé
Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, lors de sa conférence de
presse annuelle le 16 décembre. Il a
notamment rappelé le soutien japonais aux sanctions occidentales
visant Moscou en raison de la crise
ukrainienne. Et il a regretté la faible
croissance des relations économiques.
Régulièrement invité aux forums
économiques russes, Shinzo Abe
insiste pourtant sur « le potentiel illimité de notre coopération ». L’an
passé, à Saint-Pétersbourg pour le
traditionnel « Davos russe » en mai
puis au Forum de Vladivostok en
septembre, il avait assuré le show.
Vidéos à l’appui, il avait montré ce
que les entreprises japonaises ont
déjà réalisé dans diverses villes russes : grues modernes, nouveaux
équipements médicaux, réorganisation du trafic urbain…
Potentiel économique
Mardi, après les entretiens, Vladimir Poutine a pareillement vanté le
potentiel économique de cette collaboration russo-japonaise. Le chef
du Kremlin a fixé la barre très haut :
augmenter d’une fois et demie le
montant des échanges commerciaux et passer à 30 milliards de dollars. « Mais, au-delà des bonnes paroles d’Abe, Moscou perd patience », a
confié aux « Echos » Fiodor Loukianov, expert géopolitique proche du
Kremlin. « Abe parle depuis longtemps d’amitié et de coopération économique renforcée, mais cela tarde à
se concrétiser. Parce que, à Tokyo, les
décisions économiques sont gelées à
cause de la situation autour des îles
Kouriles. » n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MONDE // 09
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
La France prône un capitalisme
générant moins d’inégalités
SOCIAL
l A Bercy, lors d’un séminaire spécial, le ministre de l’Economie
et des Finances, Bruno Le Maire, a appelé à la refonte du capitalisme.
l Ce sera l’un des objectifs du G7 présidé, cette année, par la France.
C’est l’une des dix
propositions pour
la future feuille de
route de l’Organisation internationale
du travail.
INSTITUTIONS
INTERNATIONALES
L’OIT fête ses
100 ans cette année.
Richard Hiault
@RHIAULT
« Nous ne pouvons pas payer toujours plus de croissance par toujours
plus d’inégalités. Nous sommes au
bout de ce raisonnement. » En
ouvrant, mardi, la deuxième édition
des Rendez-Vous de Bercy autour
du thème « Redéfinir le capitalisme
au XXIe siècle : plus de richesses,
moins d’inégalités », le ministre
français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a appelé à une
refonte d’un capitalisme qui « ne
survivra pas à la montée des inégalités
dans le monde ». Emmanuel Macron
avait tenu le même discours lundi
soir devant quelque 150 grands
patrons mondiaux réunis à Versailles. Aux yeux des dirigeants français, l’Europe se doit d’être à la
pointe de ce combat. La France qui
préside cette année le G7 y prendra
toute sa part.
D’abord en militant pour plus de
justice fiscale. C’est le sens de la taxe
sur les Gafa que la France va mettre
en place et qu’elle espère étendre à
l’Union européenne. Ensuite, les
ministres des Finances du G7 plancheront sur l’instauration d’un
impôt minimum pour les grandes
entreprises au niveau mondial. Pour
le ministre, il est « inacceptable »
que les grandes sociétés transfèrent
leurs bénéfices vers des paradis fiscaux ou des Etats prélevant peu
d’impôts. « Nous avons sur ce sujet-là,
aussi bien avec les Américains, les Britanniques ou les Allemands, une
détermination totale à avancer. » « La
question de la concentration capitalistique de certaines entreprises et leur
domination à la fois économique et
même politique » seront aussi sur la
table des grands argentiers du G7, a
indiqué Bruno Le Maire. Quand des
géants du numérique atteignent des
valorisations boursières de 600,
voire 1.000 milliards de dollars, soit
« plus que le PNB de la plupart des
nations de la planète », cela pose
Ubérisation du travail :
le BIT prône une
régulation mondiale
Alain Ruello
@AlainRuello
Bruno Le Maire a ouvert mardi la deuxième édition des Rendez-vous de Bercy. Photo Eric Piermont/AFP
question. Lors de son audition de
confirmation, mi-janvier, devant le
Sénat américain, William Barr, le
probable prochain ministre de la
Justice, n’avait pas mâché ses mots :
« Comment des mastodontes aussi
énormes ont-ils pu se former au nez et
à la barbe des autorités antitrust ? »
s’est-il interrogé.
L’enjeu, avec les Gafa,
est devenu politique
et géostratégique.
Reste que cette question est loin
de faire l’objet d’un consensus. A
Bercy, mardi, les intervenants n’ont
pas manqué de soulever les difficultés et les risques de cette volonté
politique. « Les politiques n’ont pas
les moyens de se battre contre ces grosses entreprises qui deviennent de plus
en plus puissantes dans l’élaboration
de la réglementation », a averti Luigi
Zingales, professeur à la Booth
School of Business de l’université de
Chicago. Antoine Blondeau, fonda-
teur et associé d’Alpha Intelligence
Capital, met en garde contre un
excès de régulation. « Il faut réguler
Facebook, mais certainement pas les
nombreuses start-up qui démarrent
en Europe et qui seront peut-être le
Facebook de demain. » « Nos dirigeants politiques ne comprennent pas
la révolution numérique », a pour sa
part asséné Aurélie Jean, directrice
générale d’In Silico Veritas.
A ses yeux, le numérique est un
moyen d’abaisser les inégalités.
Encore faut-il bien former, bien éduquer les citoyens pour leur apprendre à utiliser ces nouvelles technologies. Et à condition de ne pas les
enfermer dans des emplois de faible
qualité, ce que Diana Filippova,
cofondatrice et coprésidente de
Stroïka, appelle « les emplois du
clic ». Ces emplois qui consistent à
alimenter en données les plates-formes « sont dangereux et ne facilitent
pas l’intelligence de l’humain ». Et
d’ajouter que le capitalisme actuel
n’a plus rien à voir avec celui du
temps de Roosevelt ou de Reagan.
L’enjeu, avec ses grands du numé-
rique, est devenu politique et géostratégique. Si l’Europe veut se faire
une place dans ce capitalisme digital
entre les deux mastodontes américains et chinois, il importe de ne pas
surréglementer. Le chemin de la
refonte s’annonce bien parsemé
d’embûches. n
Tirer parti de tout ce qu’apporte
le numérique mais au service
d’un travail décent : c’est en
résumé l’une des dix recommandations d’un rapp ort
publié mardi par le Bureau
international du travail (BIT) et
qui inspirera la prochaine conférence, en juin, de l’Organisation internationale du travail,
l’OIT, à l’occasion de ses 100 ans.
En toile de fond, il y a bien sûr la
régulation des plates-formes de
travail de foule, ou « crowd working », qui éparpillent les
tâches à travers le monde. Instance gouvernée à parité par ses
Etats membres et les partenaires sociaux, l’OIT est née avec le
traité de Versailles. A ce jour,
elle a émis près de 400 conventions ou recommandations, la
France avec l’Espagne en ayant
ratifié le plus grand nombre.
Les délégués de l’OIT qui se
réuniront à Genève en juin
auront ainsi loisir de plancher
sur l’ubérisation du travail, qui –
sans être la norme – prend une
place grandissante. Les platesformes numériques fournissent
de nouvelles sources de revenus
à de très nombreux travailleurs,
mais elles posent du coup de
nouveaux défis pour l’application efficace des protections du
travail. En cause, le caractère
« fragmenté du travail dans différentes juridictions internationales […] Le travail est parfois mal
rémunéré, souvent au-dessous
du salaire minimum en vigueur,
et aucun mécanisme officiel n’est
en place pour lutter contre les
traitements inéquitables », soulignent les rapporteurs.
Requalifications
La solution ? Elaborer un système de gouvernance internationale qui établisse un socle de
droits et protections et impose
aux plates-formes (et à leurs
clients) de les respecter. La Convention du travail maritime
peut servir d’inspiration. « Leur
régulation ne pourra pas se faire
en dehors d’instances internationales », assure Cyril Cosme.
Avec son projet de charte
sociale, censée protéger les plates-formes du risque de requalification des travailleurs en salariés, la France a tenté de prendre
les devants. Différents arrêts
juridiques ont obligé le ministère du Travail à revoir sa position. Il va engager des discussions pour définir un nouveau
régime juridique dans la future
loi mobilités. n
Vendredi 25 janvier
Pauvreté : la finance mobile,
outil de désenclavement
déjà depuis une huitaine d’années
sur des plates-formes numériques
pour identifier les individus et offrir
des services financiers. Près de
1,7 milliard de p ersonnes ne
seraient incluses dans aucun système bancaire. La fondation travaille avec des fintech pour développer la recherche sur ces sujets. A
l’instar de l’opérateur M-Pesa, un
service de transfert d’argent par
téléphone mobile qui opère au
Kenya et en Tanzanie mais s’est
depuis développé en Inde, en
Afghanistan, en Roumanie, en
Albanie et en Afrique du Sud.
De passage à Paris, Melinda
Gates est venue notamment
soutenir le développement
des services financiers
mobiles pour les plus
pauvres.
Virginie Robert
@virginierg
On savait la fondation Gates impliquée dans le combat pour l’éradication de certaines maladies, le soutien aux causes des femmes ou
encore l’éducation des jeunes. A
Paris, Melinda Gates est venue
défendre, mardi, une nouvelle corde
à son arc : celui de l’inclusion financière numérique.
« Nous n’avons pas vu de résultats
si convaincants sur le microcrédit,
mais avec l’épargne, oui ! » expliquet-elle en marge d’un forum organisé
à Bercy. « Une femme investira 60 %
de plus dans son affaire si elle a accès
aux services bancaires », assure
l’épouse de Bill Gates, qui fait partie
d’une commission sur la finance du
G7.
Une façon pour elle d’inciter les
gouvernements et les organisations
multilatérales à accélérer ce mouvement. Selon elle, ce sont plus de
62 pays qui offrent déjà ce genre de
services et on enregistre 43 millions
Selon Melinda Gates
et la Fondation Gates, près
de 1,7 milliard de personnes
ne seraient incluses dans
aucun système bancaire.
Photo Stephane Allaman/Sipa
de transactions par jour. « La contraception est un outil anti-pauvreté
puissant. Les femmes peuvent s’éduquer, travailler, espacer les naissances, investir plus sur chaque enfant.
Avec un accès aux services financiers,
une femme se voit différemment. Et
on la regarde différemment »,
affirme Melinda Gates. La fondation Bill et Melinda Gates investit
« Rendre le monde
plus stable »
« L’explosion de la jeunesse en Afrique est, ou bien une énorme menace,
ou bien une opportunité », observe
Melinda Gates, et le téléphone offre
un levier d’action incomparable.
Selon ses données, si au cours des
cinq prochaines années, les gens
des pays les plus pauvres obtenaient
un accès aux services financiers,
l’économie mondiale pourrait croître de 3.600 milliards de dollars.
« Avec la montée de nationalismes, et
si vous ne voulez pas des gens qui arrivent à votre porte, c’est important de
rendre le monde plus stable », souligne-t-elle. n
SUPPLÉMENT
GRATUIT
PLACEMENTS
TOUTES LES BONNES
DÉCISIONS POUR 2019
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
idées&débats
SOMMAIRE
Le meilleur du Cercle Paris ou le mirage écologique
des Echos
La Chronique
Nous devons absolument revenir
à la stabilité monétaire
Le Point de vue
Face au risque chinois, l’Allemagne
veut réveiller l’Europe
Art et culture
La « mule » du pape Eastwood
LES ÉDITORIAUX
DES « ÉCHOS »
Paris-Berlin : faux procès,
vraies déceptions
Un casque à pointe. C’est une photo qui
barrait en très gros lundi matin la une d’un
des médias les plus respectés d’Allemagne, le
« Frankfurter Allgemeine Zeitung », avec ce
texte ironique : « Qui l’eût cru ? Le plus
absurde devient crédible en France »
puisque le traité franco-allemand d’Aix-laChapelle est suspecté de rendre l’Alsace et la
Par Dominique
Lorraine à l’Allemagne. Le « FAZ » n’est pas
Seux
le seul titre outre-Rhin à avoir fait des gorges
chaudes sur ce qui restera comme une des
La force
infox les plus incroyables et pitoyables de ces
de l’image
dernières années. Contre l’évidence, Marine
Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, deux
d’Aix-laà la présidentielle de 2017, élus de
Chapelle est candidats
la République, ont aussi cherché à accréditer
inversement l’idée que Paris allait partager son siège au
proportion- Conseil de sécurité de l’ONU. Plus c’est gros,
plus cela passe.
nelle à la
Le gouvernement, et plus
faiblesse
particulièrement le Quai d’Orsay, est en
de son fond. (petite) partie responsable de ce qui s’est
passé. Le texte commémorant le traité de
l’Elysée de 1963 signé par le général de Gaulle et Konrad Adenauer
a été tardivement disponible et il n’a pas été accompagné dès
l’origine des explications et des sous-titres qui auraient tué dans
l’œuf ces élucubrations populistes. Car le principal paradoxe est
justement celui-ci : la critique qui peut être adressée à cette copie
est que la force de l’image d’Aix-la-Chapelle est inversement
proportionnelle à la faiblesse de son fond. Son contenu est en deçà
de ce qu’espérait Emmanuel Macron à la Sorbonne il y a treize
mois, et certainement pas à la hauteur des ambitions que l’on
attend du couple franco-allemand. Angela Merkel n’a pas voulu ou
n’a pas eu les coudées franches pour laisser un sillon européen
décisif. Dès les premières semaines de son quinquennat,
Emmanuel Macron avait voulu prendre le contre-pied de François
Hollande en mettant très haut la barre, pour contraindre Berlin à
bouger et pour, enfin, fixer un objectif à l’Europe pour les dix
prochaines années – c’est la première fois depuis 1957 qu’elle n’en a
pas. Hélas, le très long accouchement de l’équipe Merkel IV a eu
raison des espoirs de Paris. Du coup, la vraie critique qui peut être
formulée à l’endroit de la chancelière est lourde : l’Union aura
finalement peu avancé pendant son long mandat de dix-huit ans à
la tête de la CDU et de déjà treize ans au faîte du pouvoir. La quasiabsence de référence à l’euro dans le traité porte sa marque, elle n’a
jamais vraiment voulu choisir entre la zone euro et l’UE à 27. Le
rendez-vous d’Aix-la-Chapelle marque dès lors la fin d’une époque
plutôt que le début d’une autre qui reste totalement à écrire.
(
Lire nos informations
Page 7
Tourner la page
Par David Barroux
Carlos Ghosn est-il si coupable que cela ? Les systèmes carcéral et
judiciaire japonais respectent-ils la présomption d’innocence et
même les droits de l’homme ? La direction nippone de Nissan a-telle instrumentalisé une affaire et manipulé la justice pour se
protéger et rétablir un rapport de forces qui lui soit plus favorable ?
Le Japon, qui est souvent d’une grande clémence avec les patrons
pris en faute, ne fait-il pas preuve d’une sévérité hors normes à
l’encontre d’un dirigeant étranger ? Le conseil d’administration de
Renault a-t-il suffisamment joué son rôle de contre-pouvoir face à
un PDG tout-puissant ? L’Alliance Renault-Nissan est-elle victime
depuis trop longtemps d’une forme d’immobilisme ? Quels que
soient ses mérites, le patron franco-brésilien méritait-il autant de
dizaines de millions de rémunération ? Et l’Etat français, qui n’est
un actionnaire parmi d’autres de Renault, peut-il chercher à se
substituer à ce point à la direction d’une entreprise privée ? Toutes
ces interrogations ont sans aucun doute une part de vrai et
mériteront d’être débattues pour que des réponses convaincantes
soient un jour apportées sur ces points. Mais l’heure n’est pas aux
questions, aux théories du complot ou à la recherche de coupables.
Le moment est venu pour Renault de tourner la page Ghosn en se
choisissant pour de bon une nouvelle équipe de direction
s’inscrivant dans la durée. Une direction pour qui la priorité sera de
trouver un terrain d’entente permettant de travailler sereinement
et de façon constructive avec un partenaire japonais qu’elle
contrôle capitalistiquement mais qu’elle ne peut gérer par la force
ou la contrainte. Rien ne sert de regretter le passé ou de se lamenter
du présent. L’urgence est de préparer l’avenir de façon constructive.
L’industrie automobile est un enjeu absolument majeur pour la
France. Elle tire l’innovation, l’emploi et des milliards d’euros. Et
Renault est avec le Groupe PSA au cœur de cet écosystème. Pour
sauver Renault, il faut aujourd’hui accepter de tourner la page
Ghosn sans autre forme de procès.
(
Lire nos informations
Page 18
Pinel pour « Les Echos »
Au Japon, Carlos Ghosn n’est pas
encore jugé mais déjà condamné
Yann Rousseau
– Correspondant à Tokyo
Deux heures du matin, le 30 juin
1966. Les pompiers de Shimizu, au
centre du Japon, sont appelés sur
l’incendie d’une maison. Dans les
décombres fumants, quatre cadavres. Celui d’un homme, cadre dirigeant dans une société de production de miso, ceux de son épouse et
leurs deux enfants. Tous les corps
portent de profondes blessures à
l’arme blanche. Très vite mobilisés,
les policiers acquièrent la conviction
que le tueur pyromane est un
employé venu dérober le patron.
Les enquêteurs arrêtent Iwao
Hakamada, un salarié de trente ans.
Après 23 jours de garde à vue, marqués par les coups, les menaces, les
privations de sommeil et d’eau, il
avoue. Ses rapides rétractations ne
servent à rien. En septembre 1968, il
est condamné à la pendaison.
En 2014, après quarante-cinq ans
dans le couloir de la mort, le juge
d’un tribunal local, qui s’était
replongé dans son dossier, l’a fait
libérer et a demandé l’organisation
d’un nouveau procès. Aujourd’hui
âgé de quatre-vingt-deux ans, Iwao
Hakamada attend une décision
finale de la Cour suprême. Ses chances sont infimes. Les décisions des
procureurs publics ne sont contredites que dans 0,03 % des cas (chiffre de 2016, le dernier connu). Le
taux de condamnation des mis en
examen atteint lui… 99,97 %. Un
record pour une démocratie.
Face à cette implacable machine
judiciaire, Carlos Ghosn, déjà mis en
examen trois fois pour des minorations de revenus et un abus de
confiance aggravé, et dont la nouve l l e d e m a n d e d e r e m i s e e n
liberté vient d’être rejetée, n’a quasiment aucune chance. Avant de se
saisir de son dossier, le parquet s’est
longuement interrogé. Il ne s’attaque, en effet, qu’aux affaires qu’il est
certain de gagner. Avant d’oser arrêter et accuser le PDG de Renault et
ancien président de Nissan, le procureur a largement consulté sa hiérarchie dans le cadre du système du
L’ANALYSE
DE LA RÉDACTION
Procureurs tout-puissants, dossiers minutieusement ficelés,
taux de condamnation record :
la machine judiciaire
japonaise est
implacable à partir
du moment où
un suspect est mis
en examen. On voit
mal comment
l’ancien président
de Nissan pourrait
y échapper.
D
Les points à retenir
Japon, le taux
•deAu
condamnation des mis
en examen atteint… 99,97 %.
Un record pour une démocratie.
Retenus pendant des semaines,
sans le droit de parler aux autres
prisonniers, de jeter un coup d’œil
vers les autres cellules ou même
de se lever et de s’allonger
en dehors des heures
réglementaires, les suspects
ont seulement le droit de lire
et d’écrire.
Carlos Ghosn, déjà mis
en examen trois fois pour
des minorations de revenus et un
abus de confiance aggravé, et dont
la nouvelle demande de remise
en liberté vient d’être rejetée,
n’a quasiment aucune chance.
•
•
« Kessai », qui implique une forme
de partage du risque au sein de
l’organisation judiciaire : on jauge
ensemble les premiers éléments
récoltés avant l’interpellation et on
envisage les peines possibles. Au fil
de ce triage, tout dossier criminel
jugé fragile est écarté. Inquiet pour
les risques qu’un échec ferait peser
sur leur carrières, les procureurs
évitent systématiquement les cas
délicats. En moyenne, chaque
année, 60 % des affaires criminelles
ne débouchent ainsi sur aucune
mise en examen, surtout lorsque la
preuve est difficile établir (les viols
par exemple). Dans ce système parfaitement huilé, les juges, qui sont
théoriquement appelés à
contrôler la procédure en toute
indépendance, se dressent rarement contre les recommandations
des procureurs. Dans de rares cas,
certains magistrats osent toutefois
aller contre l’avis du parquet lorsqu’ils estiment que l’accusation a
abusé de son pouvoir. Ce fut le cas en
décembre dans l’affaire Ghosn,
quand un juge a refusé l’extension de
la seconde garde à vue imposée au
patron franco-brésilien, arguant
que le chef d’accusation avancé par
le procureur était trop similaire à
celui retenu lors de la première
garde à vue. Le Français avait finalement été réarrêté. Pour s’éviter ces
humiliantes rebuffades, les procureurs cherchent à tout prix à obtenir,
en marge de la recherche de preuves, des confessions complètes de
leurs inculpés. Et ils y parviennent
dans près de 90 % des cas. Si les
enquêteurs n’ont jamais recours aux
maltraitances physiques, ils continuent d’exercer une pression psychologique forte sur leurs suspects
et usent notamment de longues phases de détention provisoire pour
décrocher ces aveux. Ils disposent
d’une garde à vue de 23 jours et de
possibles réarrestations pour étendre cette séquence de prison.
Retenus pendant des semaines,
sans le droit de parler aux autres prisonniers, de jeter un coup d’œil vers
les autres cellules ou même de se
lever et de s’allonger en dehors des
heures réglementaires, les suspects
ont seulement le droit de lire et
d’écrire. Le soutien de leur avocat est
très limité. Ils n’ont pas accès au dossier monté par l’accusation et ne
peuvent assister leur client lorsqu’il
est interrogé par le procureur. Ils le
rencontrent seulement en marge de
ces auditions. Seuls face au prisonnier, les procureurs agitent souvent
la promesse des visites de leurs proches ou des peines moins lourdes
ainsi que des procès plus brefs et
moins coûteux. A Carlos Ghosn, qui
est traité comme tous les autres suspects, ils offrent la perspective d’une
libération sous caution dans un
chantage dénoncé comme une
« justice de l’otage » par les pénalistes du pays.
A part quelques affaires de crimes
de sang qui sont débattues, depuis
2009, devant des jurys populaires, la
plupart des accusés seront jugés par
un panel de magistrats professionnels. Et les peines tombent sans surprise, quelle que soit l’excellence de
la défense. Cette prédictibilité est
une forme de pression qui fait craquer beaucoup de suspects. Au
point que, parfois, certains avouent à
tort. Mais il existe peu de statistiques
au Japon permettant de mesurer la
fréquence de ces erreurs judiciaires
et de la comparer à d’autres systèmes. Le pays préfère pointer la sécurité exceptionnelle de ses rues et son
très faible taux de délinquance.
Même les cas de récidives sont en
fort recul. Pourquoi se réformer ?
Depuis l’arrestation spectaculaire
du PDG de Renault, les critiques
internationales se sont toutefois
abattues sur le système japonais.
Elles ont même initié un début de
débat dans la presse nippone et le
milieu judiciaire. Le président du
Keidanren, le patronat du pays, a
évoqué une réforme de la procédure
pénale. Mais cet enjeu ne transpire
pas dans l’espace politique, où l’on
s’offusque des accusations des étrangers. Et pour l’opinion publique
effarée par les révélations sur le
patron français, il n’y a pas de sujet.
Déjà coupable, Carlos Ghosn sera
condamné. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 11
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
LES ARTICLES LES PLUS LUS SUR LESECHOS.FR
opinions
1. Orange menacé d'une nouvelle amende colossale
2. Renault : quel package de départ pour Carlos Ghosn ?
3. La Chine s'essouffle et inquiète le monde
4. Guide Michelin 2019 : les gagnants et les perdants
5. Réforme des retraites : des « coefficients majorants » pour inciter à partir plus tard
LE MEILLEUR DU
CERCLE DES ÉCHOS
DANS LA PRESSE
ÉTRANGÈRE
Paris ou le mirage
écologique
Mexique : un point
de rupture
Pour Alexandre Vesperini, élu (DVD)
du 6e arrondissement de Paris, la capitale
n’est pas aussi verte que le prétend
sa maire, Anne Hidalgo.
AUTOMOBILE « La politique de
déplacements est de plus en plus contestée.
Si elle a permis aux Parisiens de reconquérir
leur fleuve, la fermeture des voies sur berge
rive droite n’a pas fait baisser la pollution
atmosphérique dans le centre-ville.
Les capteurs de l’organisme public Airparif
révèlent depuis 2016 une hausse du nombre
de véhicules sur les quais hauts de la rive
droite et les boulevards de la rive gauche. »
VÉLOS ET TROTTINETTES « Sur les modes
de déplacement alternatifs à la voiture,
Anne Hidalgo assume l’incroyable fiasco
du Vélib’ 2 et le retard du Réseau express
vélo. Ainsi, l’association Paris en Selle révèle
que seulement 23 % des aménagements
cyclables prévus dans le plan vélo ont été
livrés […]. Sur les trottinettes électriques,
la Mairie de Paris subit la nouveauté au lieu
de l’anticiper. Pourquoi ne pas susciter
des partenariats avec la RATP pour
favoriser des trajets multimodaux et générer
des espaces de stationnements pour
ces engins ? »
TRI SÉLECTIF « Anne Hidalgo s’est
désintéressée des déchets, à tort car ce sujet
devient central pour les agglomérations
en croissance. Au niveau national,
Paris est le mauvais élève, à tous les niveaux
de la chaîne : la production de déchets
augmente et leur recyclage demeure
insuffisant (moins de 20 %), les Parisiens
jetant trois fois plus de déchets que le reste
des Français. La capitale se classe derrière
nombre de métropoles innovantes
(San Francisco, Milan, Ljubljana, Tallinn,
Roubaix…). »
a
A lire en intégralité sur Le Cercle :
lesechos.fr/idees-debats/cercle
L’explosion d’un oléoduc vendredi au
•Mexique
a fait 91 morts, selon un dernier bilan. Pour « El Universal », cette
tragédie doit, pour la société mexicaine,
être « un point de rupture » et permettre
de distinguer entre « ce qui est permis et
ce qui est interdit ». Si le gouvernement
et la société « ne parviennent toujours
pas à agir selon la loi, le Mexique aura
perdu une occasion importante de faire
un pas décisif vers le rétablissement de la
légalité et l’élimination de l’impunité ».
Le journal rappelle ainsi que des dizaines voire des centaines de personnes
s’étaient précipitées vers l’oléoduc à Tlahuelilpan, dans l’Etat d’Hidalgo, pour
prendre clandestinement du pétrole
qui s’échappait à la suite, apparemment, d’un sabotage. Puis, alors que la
nuit tombait, une violente explosion a
tué et blessé de nombreuses personnes.
« Ce fut la pire tragédie provoquée par
le vol de pétrole », écrit « El Universal ».
Ce phénomène a fait de l’Etat d’Hidalgo
« le paradis du “huachicol” » (le mot
mexicain désignant le pétrole volé ou
l’alcool frelaté). Selon la compagnie
nationale Pemex, cela a commencé en
2015, avec 183 prélèvements clandestins
de pétrole, pour se développer fortement ensuite et dépasser, en 2018, les
2.000 prélèvements dans ce seul Etat.
Des fonctionnaires, des entreprises, des
groupes criminels et, désormais, une
petite partie de la population sont
impliqués, ajoute le journal. « Pour la
première fois, néanmoins, le gouvernement mexicain tente d’y faire face pour
l’éradiquer », souligne le journal. Le
Mexique est en tout cas l’un des pays les
plus violents au monde avec, d’après
des statistiques officielles publiées par
l’AFP, 33.341 homicides en 2018, après
28.866 en 2017, largement dus à la criminalité organisée. — J. H.-R.
LE LIVRE
DU JOUR
Mers d’Asie du Sud-Est :
la politique de la tortue
de Pékin
LE PROPOS Aborder les mers
d’Asie du Sud-Est, c’est rappeler que
cette dentelle de terres émergées,
coincées entre les océans Indien et
Pacifique, est loin d’être homogène.
Elle se divise en sous-ensembles
régionaux très disparates puisque,
depuis le détroit de Malacca
jusqu’aux confins de la mer
de Corail au large de la NouvelleGuinée en passant par la mer
des Célèbes, les points en commun
sont rares. Sauf si l’on se focalise sur
les énormes ressources minières
et halieutiques qui suscitent bien
des convoitises.
L’INTÉRÊT L’ouvrage collectif,
qui rassemble 14 collaborations
de haut niveau sous la direction
de deux experts, Benoît de Tréglodé
et Nathalie Fau, prend en compte
précisément cette diversité tout en
mettant en évidence les différends
frontaliers territoriaux et
maritimes. Accompagné d’une
cartographie détaillée, le livre
permet notamment de mieux
cerner la politique maritime
chinoise dans cette zone. Décriée
dans les années 1990 parce que
Mers d’Asie du Sud-Est
Ouvrage codirigé par Nathalie Fau
et Benoît de Tréglodé,
CNRS Editions, 400 pages, 25 euros.
jugée trop agressive, la stratégie
a été repensée au cours
de la décennie suivante.
Pékin impose désormais
des coopérations de toutes sortes
aux pays en porte-à-faux
avec sa politique expansionniste.
LA FINALITÉ Les Chinois
ne sont pas là pour piller, mais pour
valoriser les zones. La politique de la
tortue en quelque sorte. Lentement
mais sûrement, la Chine construit
sa « Mare nostrum ». —M. G.
L’or reste perçu par une majorité de la population comme une valeur refuge. Photo Lisi Niesner/Bloomberg
Nous devons absolument
revenir à la stabilité monétaire
Les politiques accommodantes pratiquées par les banques centrales
depuis la récession de 2009 sont un échec. De même que l’intensification
des régulations. La bonne solution ? Peut-être le retour de l’étalon-or.
LA
CHRONIQUE
de Jean-Marc
Daniel
009, c’était il y a dix ans, l’année
de la Grande Récession. A l’époque, la contraction de l’activité
économique dépasse les 4 % pour
l’ensemble de l’OCDE (en France elle se
limite à 2,9 %). D’emblée, l’interprétation de l’événement qui domine est celle
des conséquences des folies de la
finance, avec, comme corollaire, l’appel
à davantage de régulation.
Que constatons-nous aujourd’hui ?
Les menaces sur le commerce international sont plus fortes que jamais ; selon
le FMI, la dette mondiale – publique et
privée – qui représentait 190 % du PIB
en 2008 en représenterait aujourd’hui
225 % ; la croissance, bien qu’officiellement favorisée par cette dette, s’essouffle (elle passera de 3,9 % en 2018 à 3,5 %
en 2019). Quant à l’indice composite
avancé de l’OCDE, qui sert à prévoir les
retournements conjoncturels, il est
redescendu à son niveau de juin 2008,
confirmant l’action inexorable du cycle
et annonçant de nouvelles déconvenues économiques.
Ce qui ressort de ceci, c’est que les
maux de 2009 n’ont pas été guéris. Jean
Tirole, dans son discours de réception
du prix Nobel en 2014, déclarait :
« Notre incapacité à prévoir ou à prévenir la crise financière est un rappel douloureux des dangers de l’arrogance. Il est
vrai que nous avions travaillé sur la plupart de ses ingrédients, mais comme un
virus qui ne cesse de muter, de nouveaux
dangers apparaissaient alors que nous
croyions avoir compris et évité les dangers existants. »
L’économie mondiale souffre d’une
mauvaise médication issue d’une
erreur de diagnostic sur les mutations
de l’économie. La réponse à la crise s’est
faite sous la double forme d’une intrusion massive des autorités publiques
dans la gestion du secteur financier et
d’une extension irraisonnée du rôle des
banques centrales. Au stade où nous en
sommes, l’échec de cette réponse centrée sur une politique monétaire de
2
« quantitative easing » et sur une régulation renforcée est patent : la croissance potentielle stagne et la conjoncture reste obstinément rythmée par le
cycle. En outre, la défiance s’installe visà-vis de la monnaie elle-même, plongeant des zones entières, de l’Amérique
latine à la Turquie, dans un cauchemar
inflationniste dont les dégâts politiques
sont amplifiés par l’humiliation du
recours inévitable au dollar.
Dans une chronique précédente
(novembre 2017), nous suggérions de
rétablir les accords du Louvre de 1987
afin d’assurer une certaine pérennité
dans l’évolution des changes et, plus largement, une certaine visibilité dans
l’action monétaire.
La réponse à la crise
financière s’est faite
par une extension
irraisonnée du rôle
des banques centrales.
Continuer à pratiquer
des politiques
monétaires aléatoires
et laxistes est trop
périlleux. Il faut changer.
Aujourd’hui monte une attente plus
vaste de retour à une stabilité monétaire durable, au point que certains souhaitent réhabiliter l’étalon-or. Dans un
entretien de février 2017, Alan Greenspan, revenant sur la récession de 2009
et ses origines financières, se faisait le
défenseur du métal précieux. Il concluait son propos, dont le thème central
était la nécessité de mener des politiques monétaires plus structurelles et
moins conjoncturelles, en disant :
« Dans un régime d’étalon-or, nous ne
nous serions jamais retrouvés dans la
situation dans laquelle nous sommes
aujourd’hui. »
Son raisonnement valide la pratique
de certaines banques centrales qui ont
récemment acheté des quantités significatives d’or. C’est en particulier le cas des
banques centrales chinoise et russe,
dont le but manifeste est de trouver un
moyen de contourner le dollar. Indépendamment des institutions publi-
ques, l’or reste perçu par une majorité
de la population comme une valeur
refuge. Certes, son cours a peu évolué en
2018. Mais, alors qu’en septembre 2008
l’once valait 537 euros, son prix était
monté à 1.129 euros le 1er janvier dernier.
Qualifié de relique barbare par Keynes et condamné aux poubelles de l’histoire par Lénine qui voulait l’utiliser
pour en faire des urinoirs, l’or demeure
le symbole d’une certaine sagesse
monétaire, imposant au monde de la
finance des contraintes plus efficaces et
moins arbitraires que les multiples exigences des régulateurs étatiques.
Il garde néanmoins beaucoup de
détracteurs. Leur principal reproche est
que sa quantité naturellement limitée
bride les échanges et donc la croissance.
Or, l’histoire du XIXe siècle infirme cette
assertion. Que se serait-il passé si l’or
était resté notre monnaie ? En 1910, un
ouvrier qualifié recevait chaque mois
160 francs équivalant en termes de pouvoir d’achat à 630 euros d’aujourd’hui.
Le salaire de son homologue de 2018 est
de 1.885 euros, ce qui montre qu’en un
siècle le progrès technique a permis de
multiplier le revenu réel des salariés par
trois. Simultanément, huit pièces de
20 francs de 1910 ont désormais une
valeur, sur la base du cours de l’or du
1er janvier, de… 1.888 euros. Cela signifie
que, si nous avions conservé l’étalon-or,
nous aurions connu une évolution du
pouvoir d’achat identique.
Mais cette évolution se serait nourrie
d’une répercussion de la productivité
sous forme de baisse des prix, et non
sous forme de hausse des salaires.
Ainsi, au passage, l’épargnant aurait été
préservé alors que l’inflation erratique
dans laquelle nous vivons depuis cent
ans, en favorisant les emprunteurs, a
suscité les 225 % de dettes qui inquiètent à juste titre le FMI.
La rupture que constituerait un
retour à l’étalon-or serait complexe et
brutale au point que ce retour est sinon
impossible, du moins improbable.
Mais continuer à pratiquer des politiques monétaires aléatoires où se combinent le laxisme du « quantitative
easing » et le rigorisme artificiel de la
régulation le rend sinon indispensable,
du moins souhaitable.
Jean-Marc Daniel est professeur
à l’ESCP Europe.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 // IDEES & DEBATS
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
LES ARTICLES LES PLUS PARTAGÉS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX
opinions
LE POINT
DE VUE
de Nicolas Bauquet,
Eric Chaney,
et François Godement
a Fédération des industries allemandes (BDI) alerte sur la montée en puissance de la Chine et
lance un appel aux Etats européens et à
l’UE pour faire face ensemble à ce défi.
C’est un tournant majeur, dont la gestation a été longue et difficile.
Mais l’économie sociale de marché
allemande se trouve aujourd’hui prise en
tenaille par deux menaces. D’abord
l’économie hybride chinoise – son EtatParti, sa centralisation, son usage immodéré du statut avantageux d’économie en
voie de développement pour protéger,
subventionner et piloter l’essor international de ses entreprises. Dumping commercial et financier, contournement des
règles, chantage économico-politique,
fermeture des marchés publics, mobilisation étatique sur les hautes technologies :
pour le BDI, la Chine est revenue en arrière
sur la voie de la convergence qu’avait tracée l’entrée à l’OMC.
La seconde menace, c’est la possible
réponse américaine devant l’obstination
chinoise : bien plus que des tarifs douaniers, ce serait la fragmentation de l’économie globale par une rupture des chaînes de valeur – protectionnisme
technologique, abandon d’instances
internationales comme l’OMC qui ont
été prises au piège d’une entrée de la
Chine trop favorable à celle-ci.
Alors le BDI fait preuve d’audace :
aucun pays européen ne fait jeu égal avec
la Chine, il faut donc que l’Allemagne
passe des compromis d’intérêts au sein
de l’UE pour renforcer celle-ci. Les instruments : une politique industrielle
L
1. Deux tiers des Français pensent que leurs impôts ont augmenté depuis l’élection
de Macron
2. Non, l’euro n’a pas fait flamber le prix de la baguette
3. Orange menacé d’une nouvelle amende colossale
4. Réforme des retraites : des « coefficients majorants » pour inciter à partir plus tard
5. Île-de-France : Pécresse annonce un passe Navigo à moitié prix pour les retraités
Face au risque chinois,
l’Allemagne
veut réveiller l’Europe
avec un budget européen en hausse
considérable, des grands plans européens – la 5G et l’économie hydrogène –
mais aussi un antidumping étendu aux
services et aux subventions, le durcissement de la protection de la propriété
intellectuelle, l’objectif catégorique de
l’ouverture des marchés publics chinois,
la réforme d’une politique européenne
de la concurrence dont le vice de fabrique est… de s’appliquer seulement aux
Européens.
Le patronat allemand
appelle Paris, Rome et
Berlin à une véritable
convergence stratégique.
Menacés par l’hypercompétitivité
chinoise, les industriels allemands font
des propositions très concrètes. Certaines plairont à Paris : la mention de
champions européens, l’appel à une
forte augmentation du budget de l’UE
avec un doublement de l’enveloppe consacrée à la R&D, la mise en commun des
forces pour le développement de l’intelligence artificielle, l’extension du rôle de
la BEI au-delà des frontières de l’Union,
dans les Balkans en particulier, ou
l’extension des règles limitant les subventions des Etats aux entreprises
extra-UE désireuses d’acquérir des
entreprises européennes. D’autres
seront moins bien accueillies : l’insistance sur le renforcement des règles de
l’économie de marché dans l’Union, les
interventions (des Etats) devant être
l’exception et respecter la neutralité
technologique (ce n’est pas aux Etats de
décider quelles sont les technologies du
futur), le maintien et l’extension de
l’ouverture des marchés, et le respect
des règles budgétaires. ll est cependant
capital de saisir le point crucial et nouveau de sa position : le BDI appelle
ouvertement Paris et Rome à une convergence stratégique.
Il incombe maintenant aux élites françaises, et d’abord à son patronat, de
répondre à cet appel pour dessiner une
stratégie de long terme pour l’Europe qui
permette de répondre au défi technologique chinois. Encore faut-il, pour que le
marché unique fonctionne au mieux,
que l’Union bancaire et le marché unique des capitaux, conditions nécessaires
au financement des entreprises européennes en fonction de leur qualité, et
non de leur nationalité, soient achevés
rapidement. Cela suppose une évolution
de la position allemande sur l’assurance
des dépôts bancaires.
Une réorientation des politiques européennes ne saurait attendre. Il y a cinq
ans, un tel signal d’alarme de la part de la
principale économie européenne aurait
été inimaginable. Dans cinq ans, où en
sera l’Europe dans le nouvel ordre du
monde ? Il n’y a plus de temps à perdre.
Nicolas Bauquet est directeur
des études à l’Institut Montaigne,
Eric Chaney en est le conseiller
économique et François Godement
le conseiller pour l’Asie.
Emmanuel Macron prend la parole devant 600 maires d’Occitanie dans le cadre
du « grand débat national », à Souillac le 18 janvier dernier. Photo AFP
La fausse promesse
du « Grand Débat »
LIBRE
PROPOS
Gaspard
Koenig
Par
our participer au grand débat, j’avais
dans l’esprit de consacrer une série
de chroniques aux questions posées
par le président dans sa lettre aux Français.
Je voyais sans peine les réponses que j’aurais
pu, comme soixante millions d’autres
citoyens, suggérer au gouvernement : un
revenu universel couplé à une flat tax, davantage d’autonomie fiscale pour les collectivités territoriales, etc. Mais un doute a retenu
ma plume. En quoi des propositions fontelles un débat ? N’est-ce pas céder au pire
travers national que de concocter, chacun
dans son coin, armé de concepts et de convictions, son petit programme présidentiel ?
Réforme contre réforme, idée contre idée,
opinion contre opinion : où est le débat ?
Malgré notre amour de la controverse, il
faut reconnaître que le débat n’est pas notre
fort. A la confrontation des arguments nous
préférons le confort des soliloques. Déjà pendant la Révolution française, les visiteurs britanniques constataient éberlués que les discussions parlementaires consistaient en une
série de discours préparés à l’avance et lus à
la tribune. Le ton était donné pour les siècles
à venir. Contrairement à la Chambre des
communes, où les ministres doivent répondre du tac au tac aux députés, l’Assemblée
nationale est le temple de la grandiloquence
mortifère, où le seul « débat » a lieu dans les
interstices du discours, au gré des interjections. Emmanuel Macron face aux maires à
Souillac est resté fidèle à cette tradition. Il a
patiemment écouté les doléances des uns et
des autres, puis s’est lancé dans une longue
réponse collective, déclinant tous les thèmes
depuis la politique industrielle jusqu’à la gestion de l’eau en passant par la laïcité. Performance impressionnante, passionnée, souvent juste. Mais pour lancer ce débat
national, fallait-il un monologue ?
Les émissions de « débats », auxquelles
j’ai trop participé ces dernières années, suivent le même principe. Sujet après sujet,
chacun débite sa petite théorie. Quelques
éclats braillards donnent l’illusion du dialogue, mais il est aisé de fuir les objections sur
un raisonnement fragile ou un chiffre
imprécis. De toute façon, le but est de ne pas
perdre la face et, surtout, de ne pas changer
d’avis. Quant aux réseaux sociaux, ils permettent à chacun de confirmer ses préjugés
dans le bien-être satisfait des bulles cogniti-
P
LA CHRONIQUE
DU CERCLE
DES ÉCONOMISTES
de Christian Saint-Etienne
ontrairement à ce que l’on
entend souvent dans le débat
politique en France, l’automobile est un secteur d’avenir. Alors qu’elle
est chassée de Paris sans réflexion globale sur sa place dans les transports propres du futur, elle se développe dans le
monde. Les ventes mondiales devraient
passer de 70 millions en 2004 à 97 millions en 2020.
Il faut arrêter de penser pollution en
prononçant automobile : les véhicules
propres sont déjà en production. Mais il
ne faut pas faire d’erreur stratégique :
les voitures produites en France consommant trois litres aux 100 kilomètres, et dont les émissions sont quasiment intégralement filtrées, polluent
moins sur le cycle de production que
des véhicules électriques équipés de
batteries venant de Chine, produites
dans des usines fonctionnant à l’électricité au charbon, comme celle consommée par les véhicules.
Deux transformations majeures du
secteur sont à l’œuvre : la voiture autonome et le véhicule électrique. Les voitures autonomes vont constituer à elles
seules un écosystème massif avec les
constructeurs de véhicules et leurs soustraitants qui deviennent des acteurs clefs
de l’économie numérique.
Les constructeurs, comme les soustraitants, doivent acquérir les compétences scientifiques et techniques qui sont
au cœur de l’économie numérique,
notamment dans l’intelligence artificielle, la programmation et la calibration des capteurs, les radars, sonars,
lidars (télédétection par laser) et toutes
C
Quel avenir pour
l’automobile en Europe
les caméras qui captent les informations
nécessaires aux calculs de positionnement.
Le coût des composants électroniques actuellement embarqués dans des
véhicules de gamme moyenne est de
1.500 euros et dépassera 8.000 euros
pour les systèmes autonomes complets :
ce sera une source massive de création
de valeur au cours des dix prochaines
années. C’est toute une industrie électronique nouvelle dans laquelle un pays
développé doit s’imposer s’il ne veut pas
régresser : dix millions d’emplois sont en
jeu pour la seule Union européenne à
l’horizon 2025.
Les constructeurs
doivent acquérir
les compétences
au cœur de l’économie
numérique.
La mutation en cours est au cœur de la
géostratégie mondiale. La rivalité sinoaméricaine dans la mutation numérique se joue notamment dans trois
domaines joints : l’intelligence artificielle, la 5G et la voiture autonome.
Quand les Etats-Unis infligent des sanctions contre Huawei et ZTE pour des raisons de sécurité, ils visent surtout à les
affaiblir dans leurs activités futures de
développement de la 5G qui accélère
l’innovation technologique.
En effet, la 5G va permettre de faciliter
le développement des voitures et
camions autonomes et de tous les robots
et cobots connectés, d’entrer dans le
monde des centaines de milliards
d’objets connectés qui rythmeront nos
vies futures, et d’accentuer l’essor des
techniques de réalité virtuelle. Toutes
ces transformations vont ouvrir avant
dix ans des marchés annuels plus
importants que la somme des PIB de
l’Allemagne et de la France.
La Chine pousse également le développement des voitures électriques et
hybrides afin de préempter les innovations des constructeurs occidentaux en
les obligeant à produire en Chine, et de
lutter contre la pollution locale. La Chine
a produit 27 millions de véhicules en
2017 contre 17 millions aux Etats-Unis et
15 millions en Europe, et continue
d’investir massivement dans ce secteur.
Nous ne pouvons concevoir l’avenir
de l’Europe comme seulement consommatrice de véhicules autonomes et électriques importés alors que nous fermer i o n s d e s d i z a i n e s d ’u s i n e s e t
supprimerions des centaines de milliers
d’emplois stables fabriquant souverainement des véhicules peu polluants.
Les stratégies de long terme, seules à
même de sauver simultanément nos
conditions de vie et notre niveau de vie,
sont naturellement loin des slogans et
fausses promesses. Elles ne peuvent être
conduites que par des peuples informés
et matures. Un rêve fou ?
Christian Saint-Etienne
est professeur titulaire de la chaire
d’économie industrielle
au Conservatoire national
des arts et métiers.
ves. Un tweetclash à l’ironie bien sentie y
vaut mille réfutations.
Cet évitement trop facile nous empêche
d’avancer et nous condamne à répéter éternellement les mêmes slogans conditionnés
sur l’ISF ou l’immigration. Mon seul vœu
pour ce grand débat, c’est que nous créions
en France les conditions d’un débat authentique, où les opinions s’affrontent pour de
bon plutôt que de glisser les unes à côté des
autres. Dans « On Liberty », la bible de la
liberté d’expression, John Stuart Mill faisait
de la vérité le résultat d’« une lutte entre des
belligérants combattant sous des bannières
hostiles ». En politique plus qu’ailleurs, la
rationalité n’est pas une vertu miraculeuse
mais un aboutissement dialogique. Il ne
s’agit pas de tempérer ses propos, bien au
contraire, ni de les censurer, à l’heure où les
lois « anti fake news » combinées avec l’hystérie moralisatrice de l’opinion publique
rendent la parole libre de plus en plus risquée. Mais il faut créer le champ de bataille,
l’espace sacré dans lequel tous les arguments et contre-arguments peuvent être
entendus, inspectés, contestés, soupesés et
dépecés. N’ayons pas peur des mots. Osons
tout dire, sachons tout contredire.
Pour un vrai débat, il faut
créer l’espace sacré dans
lequel tous les arguments et
contre-arguments peuvent
être entendus.
L’école devrait être le lieu naturel de cet
apprentissage, alors même que l’Education
nationale s’est toujours refusée au « debating » courant dans de nombreux pays. Les
médias pourraient profiter de la crise de confiance qu’ils traversent pour organiser des
joutes intellectuelles et politiques d’envergure, dont je suis persuadé qu’elles draineraient une audience insoupçonnée, tant les
citoyens des ronds-points sont avides de
réflexions de fond. Il m’est arrivé quelquefois
de participer à de « vrais » débats : plusieurs
heures, un contre un, des pages noircies de
notes pour préparer chaque réplique,
comme dans une disputatio scolastique. J’en
suis toujours ressorti épuisé mais heureux
d’avoir dû ausculter sans complaisance mes
propres principes, découvrant des objections inattendues et des apories secrètes.
Quand le doute s’introduit, c’est toujours une
petite défaite pour l’amour-propre, mais une
grande victoire pour l’esprit.
Il est temps de débattre du débat !
Gaspard Koenig est philosophe et
président du think tank Generation Libre.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
IDEES & DEBATS // 13
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
art&culture
CINÉMA // Le scénariste de « Gran Torino », Nick Schenk, a livré à Clint Eastwood une partition
impeccable. Que le maestro, dans le rôle d’un vieil horticulteur passé au service d’un cartel
de la drogue, interprète avec talent.
La « mule » du pape Eastwood
Bisbilles chez
les Kirghizes
LA CHRONIQUE
de Thierry
Gandillot
n ne s’attendait pas à retrouver Joachim
Lafosse dans une chevauchée à travers
les montagnes du Kirghizistan. Ses deux
derniers films, huis clos étouffants, avaient frappé
les esprits par leur âpreté. « A perdre la raison »
retraçait la descente aux enfers d’une femme qui,
poussée à bout par son mari, assassinait ses cinq
enfants. « L’Economie du couple » qui suivait la
désagrégation d’un couple sous le regard de leurs
deux petites filles, vibrait, à chaque plan, d’une
intensité exceptionnelle. Cette fois, il s’agit d’une
relation entre une mère et son fils (Virginie Efira
et Kacey Mottet-Klein). Sybille, divorcée, s’inquiète
de voir son fils Samuel, qui a quitté l’adolescence
sans vraiment entrer dans l’âge adulte, sombrer
dans la violence. Elle décide de rompre les amarres
afin de l’éloigner de ses démons. De manière
radicale, elle vend sa maison. L’argent sert à financer
un voyage à cheval au Kirghizistan dont elle espère
qu’il aura des vertus réparatrices. L’affaire est loin
d’être gagnée. Samuel alterne les phases de fâcherie
et de provocation. Sa mère vénère Beckett ; lui, est
vénère. Souvent, il se mure dans son silence, son
MP3 sur les oreilles. L’odyssée frôle à plusieurs
reprises la catastrophe. Avec le froid, la neige, les
sables mouvants, les agressions, elle prend vite des
allures de western. A mesure que leur chevauchée
progresse, la tension monte entre la mère et le fils
dont on ne sait si elle débouchera sur une ordalie,
un exorcisme ou une résilience. Joachim Lafosse
a choisi l’épure, le non-dit. Il abandonne en route
des indications décisives présentes dans le beau
roman de Laurent Mauvignier dont il s’inspire.
Le psychanalyste Jean-Bertrand Pontalis, qui lui
a servi de guide implicite, écrivait : « Il y a un mystère
entre les fils et leur mère. Un petit garçon a du mal
à relier la mère et la femme. On tente d’expliquer les
choses, on parle des corps, du désir, de la jalousie
à l’égard du père, mais cette une manière d’organiser
notre ignorance. La question sans réponse est : à quoi
rêvent nos mères ? » A défaut de donner des réponses
à une question qui n’en possède peut-être pas,
on aurait aimé que Joachim Lafosse s’avance sur
des pistes qui permettraient de s’intéresser au conflit
qui pourrit l’existence de ses personnages plus
qu’aux magnifiques paysages qu’ils traversent.
Au contraire, on n’arrive pas à s’attacher à leur
histoire malgré la belle composition de Virginie
Efira. En revanche, Kacey Mottet-Stein, trop âgé
certainement pour le rôle, ne convainc pas. Le film
manque d’âme, d’urgence, et s’achève sans qu’on
y soit vraiment entré. Malgré sa brièveté, il a paru
long. Frustrant.
O
Earl Stone (Clint Eastwood) déjoue un à un les pièges tendus par la Drug Enforcement Authority. Photo Claire Folger/Warner Bros France
arl Stone a une passion, l’horticulture. Pour ses amours, les lis
d’un jour, il a tout sacrifié, à commencer par sa famille. Pendant des
années, il a sillonné le pays au volant de
vieilles guimbardes afin de présenter
ses nouvelles productions. Il a trouvé le
moyen de se brouiller avec sa femme,
dont il a divorcé, sa fille, qui ne lui parle
plus, et même avec sa petite-fille, dont
il a zappé le mariage. Il regrette son
inconséquence, mais ne parvient pas à
forcer sa nature. Quant à choisir, il préfère aller faire le bateleur derrière son
stand pour le plus grand bonheur des
clientes qui apprécient son charme
coquin. Comme le fait remarquer son
ex-femme, « les autres avaient droit à la
version sympa d’Earl, tandis que sa
famille avait affaire à un homme qui
ne pensait qu’à s’en aller ».
La vie d’Earl bascule quand, malgré
tous ses efforts pour maintenir à flot son
exploitation horticole, il se retrouve en
faillite. Sa ferme, déjà hypothéquée,
E
va être saisie. C’est à
FILM AMÉRICAIN
mystérieux et bientôt
ce moment que, par un
La Mule
légendaire Tata, qu’ils
improbable concours
de Clint Eastwood
traquent en déployant
de circonstances, des
avec Clint Eastwood,
des moyens démesurés
âmes charitables lui
Bradley Cooper,
sans jamais arriver à
demandent de conduire
Laurence Fishburne.
le coincer, n’est autre
son antique véhicule
1 h 56
qu’un innocent producd’un endroit à un autre
teur de fleurs. Avec un
contre une forte somme d’argent. Une
mélange d’inconscience et de rouerie,
promenade de santé. Il accepte le
Earl déjoue un à un les pièges tendus
marché sans trop se poser de questions,
par la DEA (Drug Enforcement
pensant qu’il ne s’agirait là que d’un
Authority), représentée ici par Bradley
unique voyage.
Cooper, le héros de « American Sniper ». Grâce à la manne des cartels, il
Un vieux monsieur lunatique
renoue avec sa famille et ses amis. A
Ce qu’il découvre, peu à peu, c’est que
mesure que l’argent coule à flots, Earl
ses commanditaires sont des membres
tente de réparer ses erreurs du passé.
du cartel de Sinaloa qui ont trouvé en ce
Mais jusqu’où ?
vieux monsieur sympathique et un peu
Après « American Sniper », efficace
lunatique la « mule » idéale. Ils l’adomais discutable, « Sully », virtuose,
rent, l’ont surnommé « Tata » et lui
« Le 15 h 17 pour Paris », resté à quai,
passent toutes ses lubies. Lui, se prend
Clint Eastwood revient dans une forme
au jeu. Les livraisons de cocaïne sont de
olympienne. Pour son 38e film, il est
plus en plus fréquentes et importantes.
derrière et devant la caméra pour la
Les flics sont loin d’imaginer que le
première fois depuis dix ans. La der-
nière, c’était pour « Gran Torino », qui
reste dans les mémoires. Et comme on
ne change pas une équipe qui gagne,
c’est ici encore Nick Schenk qui a fourni
le scénario. Ce dernier ne cache pas
avoir pensé à Eastwood tout au long de
l’écriture. Earl a d’ailleurs l’âge de Clint.
Mais, comme Schenk le dit plaisamment, « ce qui est génial avec Clint, c’est
qu’à 88 ans il a dû jouer le fait d’être vieux,
tellement il est en forme. Il saute sur sa
chaise comme un kangourou, mais ce
n’est pas le cas de son personnage. C’était
amusant de le regarder se comporter
comme quelqu’un d’âgé, justement parce
qu’il est un véritable athlète » .On ajoutera qu’il semble encore plus beau qu’il
y a dix ans. En outre, il a gommé les grimaces et les rictus dont il abusait dans
« Gran Torino », qui étaient peut-être la
seule faiblesse du film. Ici, Clint joue de
la façon la plus sobre qui soit, ce qui lui
permet de laisser la place à toute une
gamme de sentiments – l’humour, le
décalage, l’émotion. Respect. — T. G.
Continuer de Jochim Lafosse avec Virginie Efira,
Kacey Mottet-Klen. 1 h 24
Film en bref
FILM FRANÇAIS
Eric Clapton : douze mesures, six cordes, un seul « Dieu »
Sa guitare, ses amis, ses
amours, ses emmerdes : un
documentaire retrace la vie
d’un musicien que ses admirateurs ont jadis appelé « God ».
François Bourboulon
Il y a un an, jour pour jour, quelques centaines de privilégiés avaient rempli le
théâtre Mogador pour un des concerts
privés que s’offre périodiquement le
président d’une société de gestion
d’actifs de la place. Le show d’Eric Clapton fut impeccable, tranquille et sans
surprise, n’oubliant aucun de ses standards ni le son pur et fluide de sa Fender
Stratocaster, sans compter un impeccable intermède acoustique.
C’est le genre d’atmosphère qu’apprécie désormais le « guitar hero » d’antan.
DOCUMENTAIRE
L’âge et la santé ont tenman. Et on découvre
dance à raréfier ses
Eric Clapton,
comment ce bluesman
apparitions scéniques.
Life in 12 Bars
intransigeant (« Pour
Une excellente raison
de Lili Fini Zanuck
nous, les Beatles étaient
de plonger dans le très
2 h 14.
des branleurs ») a comcomplet documentaire
posé et interprété ses
que lui a consacré Lili Fini Zanuck. Un
joyaux, dont son double chef-d’œuvre
travail d’enquête et d’entretiens avec cet
« Layla » (le morceau et l’album).
orfèvre du blues dont la vie n’est qu’un
long blues, riche d’éclairs et de drames,
La femme de son meilleur ami
de talents et d’addictions. Pendant les
Riche en images souvent inédites et
deux premiers tiers du film, on échappe
toujours superbes (avec Jimi Hendrix,
avec bonheur au brouet sans saveur des
notamment), en précieux extraits de
biopics, ces rhapsodies trop romancées
concerts ou de séances d’enregistrepour être honnêtes.
ment, le film montre ces quelques
« Life in 12 Bars » raconte un musiannées (1965-1970) où Clapton a
cien absolu qui a enchaîné les groupes :
acquis son surnom de « God ». Et puis
Yardbirds, Bluesbreakers, Cream, Blind
ses histoires d’amour, notamment
Faith ou l’essentiel Derek and the Domiavec la femme de son meilleur ami, un
nos, rencontre au sommet avec un
certain George Harrison, ont souvent
autre guitariste d’exception, Duane Allmal tourné. Et ses travers – héroïne,
alcool, etc. – l’ont conduit au bord du
gouffre. « Life in 12 Bars » bascule
alors dans la romance et le « people »,
passant subrepticement d’une passionnante saga de « Rolling Stone » à
un mauvais reportage de « Paris
Match ». Le documentaire se perd en
chemin, oubliant que Clapton a
parfois brillamment arpenté d’autres
territoires artistiques.
« Slowhand » (son autre surnom,
référence ironique à la rapidité de sa
main gauche sur le manche de ses
guitares) est l’un des plus grands guitaristes de tous les temps. « La musique
m’a sauvé », avoue-t-il dans le film. On
l’aurait aimée présente de bout en bout,
mais ce documentaire offre suffisamment d’instants magiques pour qu’on
a i t e nv i e d e vo u e r u n c u l t e à c e
« Dieu »-là. n
L’Ordre
des médecins
de David Roux
avec Jérémie Renier,
Marthe Keller, Zita Hanrot.
1 h 33.
L’hôpital est un antre de peurs, de fantasmes et
•donc
de cinéma. Quelle autre institution concentre
en ses murs la naissance et la mort ; le travail et la
douleur ; la technologie et l’humanité ? « L’Ordre des
médecins » est un beau film hospitalier car, au-delà
des clichés en blouse blanche, il nous transporte
dans des sphères intimes. Simon, solide pneumologue, voit sa mère hospitalisée dans une unité voisine
de la sienne. La peine du fils va faire vaciller l’expérience du médecin. Le long-métrage de David Roux
s’intéresse moins à documenter le fonctionnement
de l’hôpital qu’à chorégraphier une valse de sentiments. La vie d’une femme s’achève, son fils tombe
amoureux, sa fille divorce, un enfant va naître… Film
de famille et d’amitié, « L’Ordre des médecins » est
scandé par « Melocoton », la bouleversante chanson
de Colette Magny : « J’en sais rien, viens donne-moi la
main, pour aller où ? J’en sais rien… » L’hôpital : cet
endroit étrange où les mains s’enlacent pour la dernière ou la première fois. — Adrien Gombeaud
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
enquête
Les neuf jeunes députés Les Républicains élus pour la première fois en 2017 posent à l’Assemblée nationale pour « Les Echos ». Au premier plan (de gauche à droite) : Maxime Minot, Fabien Di Filippo,
Pierre-Henri Dumont, Ian Boucard, Emilie Bonnivard et Thibault Bazin. Au second plan : Aurélien Pradié, Raphaël Schellenberger et Robin Reda. Photo Bruno Levy pour « Les Echos »
Pierre-Alain Furbury
@paFurbury
l a vingt-sept ans, des allures de gendre
idéal et l’« envie de porter le meilleur de
l’ancien monde ». Depuis dix-neuf mois,
Robin Reda siège à l’Assemblée nationale.
Dans les rangs des Républicains et, physiquement, tout à la droite de l’hémicycle. A
l’époque où Christian Jacob, le chef de file
des députés LR, faisait son entrée au PalaisBourbon, lui n’avait que quatre ans. Ancien
maire de Juvisy-sur-Orge – ville qu’il a arrachée en 2014 à la gauche, tenté de suivre Bruno Le Maire dans son aventure
macroniste, il l’a emporté, au terme d’une
campagne « sans logo, la plus possible déconnectée de la politique nationale », sur une
candidate de La République En marche qui
l’avait distancé de plus de sept points au premier tour. « Il y avait un côté miraculeux. La
victoire n’en a été que plus belle », sourit-il.
Dans son département, l’Essonne, sept
députés sur dix appartiennent à la majorité.
Trente-huit LR (sur 104, apparentés
inclus) ont été propulsés pour la première
fois à l’Assemblée en mai 2017 (trois autres
les ont rejoints en 2018), contre vents et
marées. Comprendre : les vents macronistes et les marées, descendantes, fillonistes.
Un contexte sans précédent pour la droite
depuis le début de la Ve République. Parmi
eux, neuf ont moins de 40 ans. Peu connus
du grand public, Thibault Bazin, Emilie
Bonnivard, Ian Boucard, Fabien Di Filippo,
Pierre-Henri Dumont, Maxime Minot,
Aurélien Pradié, Robin Reda et Raphaël
Schellenberger sont plus jeunes que Laurent Wauquiez. Plus jeunes, aussi,
qu’Emmanuel Macron. Ils sont l’avenir de la
droite ou, en tout cas, ont du temps pour
espérer le devenir. A défaut de pouvoir, sept
d’entre eux ont déjà un titre au sein du parti.
I
« Des Mad Max »
Devenir primo-députés dans un climat
aussi « apocalyptique » – « on était des Mad
Max », se souvient la députée de Savoie Emilie Bonnivard – n’a pas été sans conséquence. Ça a créé chez eux un énorme sentiment de liberté, d’autant plus fort qu’ils ne
se sentent pas redevables du passé. « Nous
sommes tous préoccupés par le parti, mais ce
n’est pas le parti qui nous a portés. Nous, on
revient du diable vauvert. Et des gens qui ne
sont pas à droite ont voté pour nous »,
observe Thibault Bazin, élu en Meurthe-etMoselle, qui a le sentiment d’être allé chercher sa victoire « avec les dents ». « Je me sens
profondément libre. Ma victoire, je ne pense
pas la devoir au parti. Je ne suis le poulain de
personne et dans aucune écurie », renchérit
le député du Haut-Rhin Raphaël Schellenberger, qui a eu en travers de la gorge d’avoir
dû porter, pendant la campagne, « la sale
image de l’ancien monde ».
Fabien Di Filippo, pourtant l’un de ceux
qui collent le plus à la ligne de Laurent Wauquiez, se targue ainsi de s’être abstenu lors
Les « jeunes schnocks »
de la droite
POLITIQUE // Parmi les députés LR élus pour la première fois
dans la tourmente de 2017, neuf ont moins de 40 ans.
« Libres », ils tentent de se faire entendre, rêvant d’incarner
le renouveau de la droite et de l’« ancien monde ».
du vote de la réforme ferroviaire, soutenue
par le chef de sa famille politique – il n’est
pas le seul : cinq autres jeunes LR ont fait de
même. « Mes patrons, ce sont mes électeurs,
il n’y a qu’à eux que je rends des comptes »,
tranche le seul député de Moselle à ne pas
être LREM, secrétaire général adjoint
chargé des adhésions au sein du parti. Pour
la plupart issus de circonscriptions rurales
et loin d’être des ultra-libéraux, ces parlementaires revendiquent « une inclinaison
sociale plus forte que la droite historique »,
selon la formule de Ian Boucard, du Territoire de Belfort, qui explique avoir fait toute
sa campagne « sans parler immigration » et
se dit très favorable aux emplois aidés.
Maxime Minot va plus loin. Lui bouscule
son camp. Le député de l’Oise, qui a voté
Macron dès le premier tour de la présidentielle (furieux que François Fillon ne jette
pas l’éponge) et rêve d’un retour de Nicolas
Sarkozy (« s’il revient, je suis à fond derrière
lui »), veut « faire évoluer les mentalités » sur
la PMA et la GPA, qui suscitent un rejet massif dans son parti. « J’ai envie de montrer que
la droite peut être moderne », plaide l’élu, le
seul des jeunes nouveaux députés de 2017 à
être arrivé en tête au premier tour des élections législatives. « On a résisté à la vague. On
se sent plus légitimes », résume-t-il.
Franchir le mur du son
n’est pas chose facile ;
peser, encore moins.
Cette nouvelle classe a eu une chance :
arriver dans un groupe LR « dépecé » de ses
ténors. Celle, aussi, que Christian Jacob leur
laisse – saluent-ils d’une même voix – les
coudées franches. Chacun son créneau : le
logement, l’énergie, la politique de la ville, la
justice, etc. Fabien Di Filippo pilonne autant
que possible sur les questions d’immigration. Mais franchir le mur du son n’est pas
chose facile. Peser, encore moins. « Depuis
le début du quinquennat, j’ai tout essayé. Etre
gentille, nouer des contacts, être méchante,
faire la danse des sept voiles. C’est toujours
non. Les députés LREM sont totalement hermétiques à ce que l’on porte, y compris avec
nos tripes. Nous, on est le vieux monde et on
n’a rien compris ! » enrage Emilie Bonnivard, pas mécontente que la crise des
« gilets jaunes » fasse enfin « un peu
vaciller » la majorité.
« A quoi ça va servir ? »
Pour l’heure, ils en sont réduits à exhiber
comme des trophées les moments où ils
sont parvenus à faire sortir des ministres de
leurs gonds dans l’hémicycle. Aurélien Pradié, lui, n’est parvenu à se faire entendre, sur
sa proposition de loi sur l’accompagnement
des enfants en situation de handicap, qu’à la
faveur d’un coup de gueule de l’insoumis
François Ruffin contre le « sectarisme » de
la majorité, qui venait de rejeter le texte à
l’automne. « Il a fallu un an pour montrer
qu’on est capable de bosser et que ce que l’on
dit dans l’hémicycle peut avoir du sens. On est
en train de mettre notre empreinte claire dans
notre famille politique », veut croire l’élu du
Lot, qui confie avoir choisi de porter le sujet
du handicap – qui le touche pour des raisons familiales – après être parti en vacances, le premier Noël de son mandat, avec en
tête « une question obsédante : à quoi ça [être
à l’Assemblée] va servir ? ». « Ils aspirent à
s’exprimer et, surtout, à être entendus. Ils ont
réalisé la première partie, pas encore la
seconde », juge un poids lourd de la droite.
Ces jeunes élus LR sont loin d’être du
même moule – aucun n’a d’ailleurs fait
l’ENA. Ni d’avoir le même ton. Ils se sont divisés lors du vote pour la primaire de la droite
(sans qu’aucun ne choisisse Alain Juppé), au
second tour de la présidentielle (entre vote
blanc, nul ou Macron), comme dans la
course pour la présidence du parti. Ils n’ont
pas non plus le même modèle : Jacques Chirac pour les uns, Nicolas Sarkozy pour les
autres. Et ils sont éparpillés entre les commissions de l’Assemblée. Mais ils ont un
point commun, qui est une différence forte
avec la majorité : ils ont tous fait leurs armes
sur le terrain, décrochant des mandats
locaux, le plus souvent à la faveur des municipales de 2014 et des régionales de 2015.
« Nous avons des sensibilités différentes, des
cursus parfois différents, des communications
parfois différentes, mais nous sommes la nouvelle génération qui ne ressemble pas à celle
d’En marche », souligne Thibault Bazin qui,
comparé aux députés LREM, se sent
un « vieil élu ». « L’histoire démontrera qu’on
ne peut pas être député parce qu’on a rempli un
formulaire sur Internet », veut croire
Raphaël Schellenberger. Ce qui ne l’empêche
pas d’expliquer qu’« avec le non-cumul et
parce que le regard de la société a changé, on a
conscience qu’il faudra faire autre chose que de
la politique ». « Nos prédécesseurs voulaient
être ministres au prochain mandat. Nous,
avoue Pierre-Henri Dumont, élu du Pas-deCalais, on ne sait même pas si notre parti sera
au second tour de la présidentielle ! »
Ces jeunes élus LR sont loin
d’être du même moule.
Mais ils revendiquent
« un côté meute ».
Ils ne se contentent pas d’être « à l’affût
des erreurs » de ces députés de La République En marche qui les « regardaient en ricanant comme si [leurs] parcours étaient déshonorants ». Ils tentent de les provoquer en
glissant à l’un qu’il a « la braguette ouverte »
alors qu’il s’apprête à prendre la parole, en
disant à un autre qu’il a « une tache » sur sa
chemise, en faisant remarquer à un troisième qu’il a « pris quelques kilos », si possible en lui touchant le ventre. « Une guerre
psychologique bon enfant. C’est potache,
comme des gosses. Mais le truc, c’est que ça
marche », relève Ian Boucard. « On se marre
bien », confesse Pierre-Henri Dumont.
Aurélien Pradié est, en l’espèce, le
meneur. Le député, qui a eu jadis Nicole Belloubet, l’actuelle garde des Sceaux, comme
professeure de droit (« Le mot “impertinent”
revenait souvent sur mes remarques universitaires », se remémore-t-il), voit dans ces
actions une « mission de salubrité publique »,
se disant « stupéfait devant l’incapacité des
députés LREM à avoir un peu de second degré
et du recul sur eux-mêmes ». Mais il prend
soin d’ajouter : « La jeune génération des
Républicains peut donner le sentiment d’être
pétri de certitudes. En fait, c’est l’inverse. On
est quelques-uns à en avoir chié. »
Depuis le début du quinquennat, la jeune
garde des Républicains, fustigeant l’aseptisation des débats que tente, selon eux,
d’imposer la majorité, s’emploie aussi à
brailler dans l’hémicycle. Et l’assume. « La
politique, ce n’est pas que de la technique. La
politique, c’est sérieux, mais ce n’est pas lisse »,
s’enflamme Raphaël Schellenberger. « Je
suis toujours en train de gueuler et j’en suis
fier », proclame Maxime Minot. « Ça pourrait être pire. Parfois je me retiens ! » plastronne Fabien Di Filippo, qui joue à fond la
bataille des décibels et se pose avec provocation en « antéMacron » (tel l’antéchrist). Il y a
un an, lors du débat sur le budget, Bruno Le
Maire l’avait même incité à « prendre de la
tisane plutôt que du café ». Lui s’est dit prêt, en
retour, à « donner des cours de maths » au
ministre de l’Economie et des Finances. « Je
suis moins braillard. Je suis beaucoup plus
haut dans l’hémicycle… », s’amuse PierreHenri Dumont : « Mais ma conception de la
politique, c’est d’abord on gueule et après on
voit ! Ceux qu’on représente sont un peu
braillards aussi. » Seul Robin Reda affirme
avoir « appris à mesurer [s]a parole ».
« On rentre dans le tas ! »
Sans être tout proches, ces jeunes élus, soudés par leur âge, leur « envie de parler sans filtre » et le contexte de leur élection, revendiquent « un côté meute ». « Si l’un de nous se fait
cogner, on rentre dans le tas ! » racontentils. « On s’applaudit comme des dingues »,
insiste Emilie Bonnivard. Etant « la femme de
service », selon ses propres termes, l’ancienne
vice-présidente de la région Auvergne-Rhône-Alpes « les défend quand ils sont accusés de
sexisme ». « Il y a entre nous une forme de
camaraderie », admet Robin Reda, qui se
fait « chambrer » pour être « le Parisien de la
bande » et, surtout, le seul soutien de Valérie
Pécresse (il est l’un des porte-parole de son
mouvement, Libres !). « Jusqu’au jour où c’est
moi qui les chambrerai… », défie-t-il.
Pour communiquer entre eux, ils ont
créé une boucle sur WhatsApp. Seul Aurélien Pradié n’en fait pas partie, qui voit dans
ce réseau social « un truc de terroriste ou
d’ado attardé ». « Et de marcheur ! » glisse un
de ses membres. Deux autres députés LR y
sont, Virginie Duby-Muller et Damien
Abad, âgés de trente-neuf et trente-huit ans,
entrés à l’Assemblée cinq ans plus tôt. « La
marraine et le parrain », rit Raphaël Schellenberger. Le nom du groupe a été choisi en
réaction à la vieille garde du parti, furieuse
que cette « bande de boutonneux » veuille
renouveler de fond en comble la liste LR
aux prochaines européennes. Mais il fonctionne aussi par contraste avec le prétendu
« nouveau monde » politique. Ils se sont
baptisés… « les jeunes schnocks ». n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Mercredi 23 janvier 2019
Les Echos
,
// 15
Budget de l’Etat 2018 : 390,8 milliards d’euros // PIB 2017 : 2.420 milliards d’euros courants
// Plafond Sécurité sociale : 3.377 euros/mois à partir du 01-01-2019 // SMIC horaire : 10,03 euros
à partir du 01-01-2019 // Capitalisation boursière de Paris : 1.406,33 milliards d’euros (au 28-12-2018)
// Indice des prix (base 100 en 2015) : 103,45 en novembre 2018 // Taux de chômage (BIT) : 9,1 %
au 3e trimestre 2018 // Dette publique : 2.322,3 milliards d’euros au 3e trimestre 2018
Les chiffres
de l'économie
À L’ÉTRANGER
EN FRANCE
ITALIE TENSIONS AVEC PARIS
PARIS UNE BANQUE BRAQUÉE
PRÈS DES CHAMPS-ELYSÉES,
LES SUSPECTS EN FUITE
LA PHOTO DU JOUR
Nouveaux incidents diplomatiques
entre Paris et Rome. Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, a dit
mardi espérer que le peuple français
se libère bientôt d’un « très mauvais
président » à l’occasion des élections
européennes du 26 mai où les Français pourraient « reprendre en main
leur avenir et leur destin ». La veille, le
Mouvement 5 étoiles, (M5S, antisystème), l’autre composante de la majorité gouvernementale, avait dénoncé
la France « colonialiste » en Afrique,
ce qui avait poussé le Quai d’Orsay à
convoquer l’ambassadeur d’Italie.
Plusieurs malfaiteurs ont braqué
mardi matin une banque dans le
quartier des Champs-Elysées après
avoir séquestré pendant plusieurs
heures les personnes présentes
dans les locaux. Les suspects ont
réussi à ouvrir une trentaine de coffres de l’établissement, avant de
prendre la fuite.
FOOTBALL EMILIANO SALA
DISPARAÎT À BORD D’UN AVION
ENTRE NANTES ET CARDIFF
La neige fait son apparition à Paris et dans le nord de la France
Loïc Venance/AFP
RDC PAS D’OBJECTION
À L’ÉLECTION DE TSHISEKEDI
Le transfert du footballeur Emiliano
Sala a tourné au drame : l’attaquant
italo-argentin a disparu à bord d’un
avion de tourisme parti de Nantes en
direction de Cardiff, lundi soir, à une
vingtaine de kilomètres au nord de
l’île de Guernesey. Le club de Nantes,
que le joueur venait de quitter pour
s’engager avec Cardiff, a annulé
l’entraînement mardi.
L’Union européenne et l’Union africaine n’ont, dans des déclarations officielles, pas contesté, mardi, la confirmation par la cour constitutionnelle
de la RDC (République démocratique
du Congo) de la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 30 décembre. Un autre opp osant, Martin
Fayulu, avait intenté un recours, affirmant, nombreux témoignages d’obsevateurs à l’appui, que le régime avait
fraudé sur un tiers environ des bulletins pour offrir la victoire à Tshisedeki.
ZIMBABWE MNANGAGWA
APPELLE AU DIALOGUE
Le rappeur américain Chris Brown a
été placé lundi en garde à vue à Paris,
à la suite d’une plainte déposée par
une femme qui l’accuse de l’avoir violée avec un ami et son garde du corps,
a-t-on appris mardi. Chris Brown, est
également entendu pour « infraction
à la législation sur les stupéfiants ».
La plaignante affirme que les faits
auraient eu lieu dans la nuit du 15 au
16 janvier au Mandarin Oriental, un
hôtel du I er arrondissement de la
capitale.
TERRORISME TROIS PROCHES
DE L’UN DES KAMIKAZES
DU BATACLAN INTERPELLÉS
Trois membres de la famille de Foued
Mohamed-Aggad, l’un des kamikazes de la salle de spectacle du Bataclan, lors des attentats meurtriers du
13 novembre 2015, ont été interpellés
et placées en garde à vue mardi. Dans
cette enquête, une quinzaine de suspects sont déjà visés par la justice en
France, où devrait se tenir le procès
après le bouclage des investigations
attendu d’ici à un an.
SOCIÉTÉ L’EXÉCUTIF TACLE
UNE DÉPUTÉE LREM ANTI-PMA
Le porte-parole du gouvernement
Benjamin Griveaux a dénoncé mardi
les paroles « inacceptables et méprisantes » d’Agnès Thill, une députée de
la République En marche opposée à
l’ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes.
Dans une interview diffusée lundi
soir, l’élue comparait « la souffrance
des femmes seules » qui souhaitent
une PMA à celle des « drogués ».
Photo Gilles Rolle/RÉA
Jekesai Njikizana/AFP
VIOL LE RAPPEUR AMÉRICAIN
CHRIS BROWN EN GARDE À VUE
La neige et son cortège de flocons a envahi le quart nord-ouest de la France mardi, avec 25 départements placés en alerte
orange. La tour Eiffel a été fermée au public. Après une accalmie en fin de journée, cet épisode neigeux devait reprendre dans
la nuit de mardi à mercredi et devrait atteindre l’est de la France.
Le président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, a appelé mardi à
l’apaisement après les manifestations meurtrières contre la hausse
des prix des carburants, un appel
aussitôt rejeté par l’opposition qui a
exigé la fin immédiate de la répression. Il a promis de sanctionner les
dérapages de ses forces de l’ordre,
quelques heures après son retour à
Harare tard lundi soir, et a invité à
engager un « dialogue national ».
UKRAINE TIMOCHENKO
CANDIDATE À LA PRÉSIDENTIELLE
L’ex-Premier ministre Ioulia Timochenko, 58 ans, icône des révolutions
ukrainiennes de 2004 et 2014, a
annoncé mardi, sans surprise, sa
candidature à l’élection présidentielle du 31 mars, dont elle est la favorite face au président sortant Petro
Porochenko. Elle bénéficie de 16 %
des intentions de vote des électeurs,
contre 14 % pour M. Porochenko.
ISRAËL RAIDS MEURTRIERS
CONTRE L’IRAN EN SYRIE
Le bilan des victimes des raids israéliens ayant visé lundi matin en Syrie
des positions militaires du régime de
Bachar Al Assad et de son allié iranien
est monté à 21 morts, en majorité « iraniens », selon un chiffre, mardi, d’une
ONG. Israël affirme aussi avoir testé
avec succès mardi un missile antimissiles Arrow 3.
ON EN PARLE À MADRID
Les taxis espagnols veulent bloquer la frontière
avec les « gilets jaunes »
Les chauffeurs de taxis espèrent unir des mobilisations pour protester contre les VTC.
« Nous voulons internationaliser le conflit », affirme l’un des
porte-parole des protestations
des taxis, Alberto Alvarez, qui
dénonce « une dictature cachée
aux mains des lobbys ». Sur le
pied de guerre face à « la concurrence déloyale » des plates-formes de VTC, il s’indigne contre
l’insuffisance du projet de régulation du secteur préparé par le
gouvernement régional catalan
(dirigé par les indépendantistes). Le texte, en cours de négociation, présenté comme « une
opportunité d’adaptation » pour
le secteur, prévoit que les VTC
ne pourront opérer qu’avec des
réservations faites au moins 15
minutes à l’avance, avec interdiction de géolocalisation préalable ou captation directe de
clients dans la rue. Ces barrières
Cécile Thibaud
@CecileThibaud
— Correspondante à Madrid
es chauffeurs de taxis
espagnols en grève vontils s’unir aux « gilets jaunes » français ? Mobilisés
depuis six jours pour réclamer
une législation plus stricte de
l’activité des voitures de transport avec chauffeurs (VTC), les
taxis de Barcelone regardent du
côté des Pyrénées. Ils annoncent
avoir appelé les « gilets jaunes »
de Perpignan à la rescousse afin
de barrer ensemble la frontière
au passage du Perthus, par
lequel transitent plus de 9.000
camions par jour, pour beaucoup chargés de fruits et légumes primeurs qui alimentent le
reste de l’Europe.
L
sont jugées insuffisantes par les
taxis qui réclament d’imposer
un délai de réservation d’au
moins 12 à 24 heures aux VTC
pour différencier clairement les
deux activités.
Altercations
avec la police
Gilets fluorescents sur le dos, les
grévistes de Barcelone barrent
les principales artères, bloquent
les accès au port et à l’aéroport, et
arpentent la ville, provoquant au
passage des altercations avec la
police et avec les conducteurs
qui opèrent à travers des platesformes Cabify ou Uber. L’association patronale du secteur des
VTC, Unauto chiffrait à 80 les
véhicules endommagés lundi
soir dans la cité catalane. Depuis
le début de la semaine, les taxis
de Madrid leur ont emboîté le
pas et ont enfilé eux aussi leurs
« chalecos amarillos » (gilets jaunes). Ils prévoient de centrer
leurs mobilisations sur les accès
de la foire des expositions de
Madrid, où s’ouvre ce mercredi
Fitur, le grand Salon du tourisme
pour lequel sont attendus
250.000 visiteurs.
Pendant que l’inquiétude
grandit dans la capitale espagnole, à Barcelone, les associations de commerçants et restaurateurs tirent la sonnette
d’alarme face à ces « grèves abusives ». Après avoir subi durant
des mois le contrecoup des
mobilisations indépendantistes, ils se passeraient bien des
blocages des taxis qui éloignent
les clients et ternissent l’image
de Barcelone. n
3
3
3
2
5
JEUDI
DI
-0/3
0/3
2
3
8
-4/1
2/7
2
6
2
2
1
5
-1/6
1/6
2
3
1/7
5
0/3
3
3
2
-3/1
3/1
7/10
5
3
VENDRED
DI
8
8
1/5
2/8
2/8
8
12
6
8
1/3
8
8
8
-3/1
/
6/8
SAMEDI
1/5
8
5/8
-1/3
0/2
11/14
11/14
12/13
-4/-1
-5/-2
-5/-2
-2/2
-3/2
-1/2
18/24
18/25
18/26
-3/1
-4/1
-2/1
11/21
14/21
14/23
7/14
9/13
9/14
0/3
-3/5
4/7
5/13
7/12
7/13
0/5
-1/8
0/6
-22/-14
4
-19/-122
-20/-11
-1/4
4/11
-1/1
28/40
28/40
27/37
10/15
11/16
11/17
5/13
7/13
8/11
24/30
24/31
23/31
22/26
22/31
24/37
5/12
5/9
3/8
2/4
-2/0
-9/-6
-4/1
-5/1
-5/1
JEUDI
-1/4
1/4
3
7
VENDREDI
NDREDI
-1/1
3/9
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
Honor vise
la troisième place
du marché français
du smartphone
Mercredi 23 janvier 2019
www.lesechos.fr
La marque du groupe
Huawei lance son tout dernier
modèle à Paris. Elle a vu
ses ventes progresser de 80 %
en France en un an. // P. 24
nor
Ho
DEVISES EUR/GBP 0,877 EUR/JPY 1,243 EUR/CHF 1,1333 GBP/USD 1,2959 USD/JPY 1,0935 USD/CHF 0,9971 TAUX EONIA -0,371 LIFFE EURIBOR 3 MOIS -0,308 OAT 10 ANS 0,6327 T-BONDS 10 ANS 2,8981
INDUSTRIE & SERVICES
RENAULT
DERNIÈRE HEURE
Le groupe au losange
tourne la page Ghosn.
Dyson délocalise son siège social
à Singapour
// P. 18 ET L’ÉDITORIAL
DE DAVID BARROUX P. 10
IKEA
Le géant suédois ouvrira le 6 mai
son point de vente parisien. // P. 19
CARREFOUR
Le géant de la distribution
a pris le virage Bompard. // P. 20
GETLINK
Bruxelles inflige
une amende
de 570 millions
d’euros
à MasterCard
Lucas Mediavilla
@Lucas_Medv
L’exploitant du tunnel
sous la Manche se prépare
au Brexit. // P. 21
C’est un litige vieux de près de six ans
que s’apprête à solder MasterCard.
Après avoir ouvert une enquête en 2013
sur les commissions interbancaires
pratiquées par MasterCard dans
l’Espace économique européen (EEE),
Bruxelles a décidé d’infliger une
amende de 570 millions d’euros au
géant américain dans un litige relatif
aux services transfrontaliers de paiement par carte.
Dans le viseur de Bruxelles : les règles
fixées par MasterCard obligeant la banque du commerçant – la « banque
acquéreuse » – à verser la commission
d’interchange vers la banque du titulaire de la carte en fonction du pays où le
magasin est établi. Avant le 9 décembre
2015, date à laquelle des plafonds ont été
introduits par le règlement européen
sur les commissions multilatérales
d’interchange (CMI), ces commissions
variaient considérablement d’un pays à
l’autre dans l’EEE.
Charly Triballeau/AFP
HAROPA
Année positive pour le premier
pôle portuaire français. // P. 22
SPIRITUEUX
Les ambitions de la filière cognac
font polémique. // P. 23
HIGH-TECH & MÉDIAS
ORANGE
Le gendarme des
télécommunications remet
la pression sur l’opérateur. // P. 24
Le fondateur éponyme du groupe, James Dyson. Photo Christophe Archambault/AFP
INTERVIEW
Olivier Schrameck,
président du CSA. // P. 25
En plein débat sur le Brexit,
dont le fondateur James
Dyson est un partisan,
le roi des aspirateurs
sans sac a décidé de quitter
le Royaume-Uni.
START-UP
ADIDAS
La marque allemande choisit
Station F pour accompagner
les start-up. // P. 26
PME & RÉGIONS
AUTOMOBILE
Dieulevin Automobiles
Dominique Chapuis
dchapuis@lesechos.fr
Avec Internet, la distribution roule
vers de nouveaux modèles. // P. 27
FINANCE & MARCHÉS
ÉPARGNE
Le Livret A résiste au plongeon
spectaculaire de sa rémunération.
// P. 29
Le groupe Dyson aime décidément les surprises. Après avoir annoncé qu’il allait lancer une voiture électrique, un projet développé dans le plus grand secret, le roi des
aspirateurs sans sac déménage. Le groupe a
annoncé mardi le transfert de son siège
social du Royaume-Uni vers Singapour.
Une décision pour le moins surprenante en
plein débat sur le Brexit, alors que son fondateur, James Dyson, a toujours été un fervent partisan de la sortie de son pays de
l’Union européenne.
Cette décision n’a « rien à voir avec le
Brexit », a assuré le directeur général du
groupe, Jim Rowan. Elle serait liée à une
réalité économique : l’Asie est le principal
débouché du groupe, avec la Chine, le Japon
et la Corée. « Une large majorité des clients de
Dyson ainsi que tous nos centres de production sont situés en Asie. […] Cette relocalisation reflète l’importance croissante de cette
zone dans notre développement », indique le
fabricant dans un communiqué. Sur
11.900 salariés, surtout des ingénieurs et des
scientifiques, plus de 50 % sont en Asie, contre 4.600 au Royaume-Uni.
Ce transfert ne serait pas non plus lié à
des raisons fiscales : Jim Rowan a assuré
que la répartition des impôts payés par
Dyson ne changerait que de « façon négligeable », le taux d’impôt sur les bénéfices
étant de 17 % à Singapour contre 19 % au
Royaume-Uni.
C’est en fait surtout le choix de Dyson
d’implanter sa future usine automobile à
Singapour, où il compte déjà des centres de
R&D, qui a favorisé ce départ. Une annonce
qui avait déjà suscité beaucoup de critiques
en octobre dernier au Royaume-Uni. Pour
superviser son projet, Dyson a fait une prise
de poids. En avril prochain, Roland Krueger,
ancien président d’Infiniti Motor Company,
la marque de luxe de Nissan, et vice-président de Nissan Motor, doit rejoindre le
groupe. Il sera basé à Singapour. Une première production de véhicules à batteries
est prévue en 2020. « L’essentiel du comité de
direction sera désormais basé à Singapour,
pour prendre des décisions de manière plus
rapide et efficace », a souligné Dyson.
Encore investir au Royaume-Uni
Pour autant, l’« Apple de l’électroménager », dont le fondateur a une fortune personnelle estimée à 9,5 milliards de livres
(10,8 milliards d’euros), va continuer
d’investir au Royaume-Uni, où il n’a plus de
sites de production depuis 2003. « En 2018,
Dyson a réalisé son investissement le plus
important au Royaume-Uni », fait valoir la
société. Il a ouvert un campus à Hullavington (un investissement de 200 millions de
livres), où plusieurs centaines d’ingénieurs
travaillent sur son futur bolide électrique.
Dyson a aussi un centre de recherche à Malmesbury (sud-ouest de l’Angleterre), où se
trouvait jusque-là son siège social.
L’an dernier, Dyson a vu son chiffre
d’affaires bondir de 28 %, à 4,4 milliards de
livres (5 milliards d’euros), pour un bénéfice
brut d’exploitation (Ebitda) de 1,1 milliard de
livres, en croissance de 33 %. n
BANQUE
UBS pâtit à son tour de la chute
des marchés boursiers.
// P. 31 ET « CRIBLE » P. 36
MATIÈRES PREMIÈRES
La stratégie des approvisionnements miniers de la France
reste invisible. // P. 32
CARNET // P. 35
SUR
DANS
« LA CHRONIQUE
BOURSE »
À 13H ET 17H30
DU LUNDI AU VENDREDI
Edouard Carmignac se retire
de la gestion de son fonds vedette
Sophie Rolland
@Sorolland
Le passage de relais se poursuit chez Carmignac. En septembre dernier, David Older, le
responsable de l’équipe actions de Carmignac depuis 2017, avait été nommé gérant
de Carmignac Investissement – l’un des
fonds historiques de la maison, créé et géré
par Edouard Carmignac depuis trente ans.
Nouvelle étape mardi : la société annonce
qu’à soixante et onze ans, Edouard Carmignac se retire cette fois de la gestion de Carmignac Patrimoine, le produit emblématique de la boutique de la place Vendôme.
« Le fonds sera désormais entièrement géré
par Rose Ouahba, responsable de l’équipe
obligataire, et David Older, responsable de
l’équipe actions. » Dans la lettre adressée
aux investisseurs, la société précise
qu’Edouard Carmignac demeure membre
du comité stratégique d’investissement, en
tant que directeur des investissements.
Erosion des encours
Malgré des performances décevantes et une
érosion des encours, Carmignac Patrimoine
pèse toujours 14,5 milliards d’euros
d’encours. La raison de cette résistance ? Le
fonds est essentiellement distribué auprès
d’une clientèle de particuliers. « Contrairement aux investisseurs institutionnels, les particuliers ne surveillent pas la performance des
fonds au jour le jour et ils sont moins prompts
à retirer leurs capitaux en cas de sous-performance », explique un professionnel.
Alors qu’en 2008, ce fonds patrimonial,
dont « l’allocation flexible vise à atténuer les
fluctuations du capital tout en recherchant
les meilleures sources de rentabilité », avait
été l’un des rares à résister à la tempête des
« subprimes », il ne parvient même plus à
battre l’indice de marché qui lui sert de
référence. En 2018, le fonds a perdu 11 %. Et
sur trois et cinq ans, sa performance est de
–8 % et +1 %.
La boutique indépendante, souvent
considérée comme l’une des plus belles
success-stories de la gestion française,
traverse une période difficile. Aux mauvais résultats s’ajoute l’enquête pour
soupçons de « fraude fiscale » et de « blanchiment de fraude fiscale » révélée
en novembre dernier. n
MasterCard, comme
Visa, est toujours visé
dans une autre affaire
de concurrence instruite
par Bruxelles.
« En conséquence, les détaillants établis dans des pays où la commission
d’interchange était élevée ne pouvaient
pas bénéficier des commissions moins
élevées proposées par des banques acquéreuses situées dans d’autres Etats membres », explique Bruxelles dans un communiqué.
Réduction de l’amende
Après avoir mené l’enquête pendant
plusieurs années, la Commission européenne a conclu que de telles règles
imposées par MasterCard avaient eu
pour effet d’augmenter les prix, tant
pour les détaillants que pour les consommateurs, tout en limitant la concurrence transfrontière.
Ayant coopéré avec Bruxelles en
reconnaissant l’infraction, MasterCard
a bénéficié d’une réduction de 10 % du
prix de l’amende. Fin décembre, le
groupe américain avait déjà annoncé
qu’il allait passer une provision de près
de 650 millions de dollars dans ses
comptes pour régler ce litige.
M a s t e r C a r d , c o m m e Vi s a , e s t
d’ailleurs toujours visé dans une autre
affaire de concurrence instruite par
Bruxelles. Il s’agit là aussi de commissions interbancaires, mais cette fois
appliquées aux paiements effectués en
Europe à l’aide de cartes émises en
dehors de l’Espace économique européen. Début décembre, Visa et MasterCard ont fait un geste pour mettre fin à
leur litige avec Bruxelles, en proposant
de réduire leur commission « d’au moins
40 % ». Le dossier est toujours instruit.
Les commissions d’interchange
de Visa et MasterCard sont très discutées également de l’autre côté de
l’Atlan tique. En septemb re, les
deux groupes ont accepté de régler
près de 6,2 milliards de dollars pour
mettre fin à un litige les opposant
depuis près de treize ans à des commerçants américains. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
18 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
INDUSTRIE
&SERVICES Renault tourne la page Ghosn
l Le conseil d’administration du Losange devrait nommer jeudi
Jean-Dominique Senard président et Thierry Bolloré directeur général.
l Selon nos informations, Carlos Ghosn a accepté de démissionner.
Rémy Gabalda/AFP
à suivre
Les actionnaires chinois de l’aéroport
de Toulouse cherchent à vendre
INFRASTRUCTURE Casil Europe a mandaté la banque Lazard
pour vendre ses 49,99 % de l’aéroport toulousain, acquis en
2015. Le fait de n’avoir pu racheter les 10,01 % de l’Etat pour devenir majoritaire aurait forcé sa décision. Le consortium demanderait 500 millions d’euros pour la vente de ses parts, soit une
plus-value de 192 millions, que justifierait la croissance du trafic, passé de 7,6 à 9,6 millions de passagers entre 2015 et 2018.
Plus d’informations sur lesechos.fr/Industrie-services
Pour la troisième fois, mardi matin, Carlos Ghosn a vu sa demande de libération sous caution rejetée par les juges. Photo RGA/RÉA
General Electric va réduire
ses effectifs en France
AUTOMOBILE
BIENS D’ÉQUIPEMENTS Le géant américain envisage de supprimer jusqu’à 470 postes à travers la France, selon des sources
syndicales. GE a ouvert des négociations afin de réduire ses
effectifs en France, hors Boulogne-Billancourt (siège du groupe
dans l’Hexagone), à travers le dispositif de rupture conventionnelle collective instauré par les ordonnances Macron de septembre 2017. La direction de la communication de GE à Belfort
a confirmé l’ouverture de ces négociations.
Anne Feitz
@afeitz
et Julien Dupont-Calbo
@jdupontcalbo
C’est la fin d’une époque : deux
mois après Nissan et Mitsubishi,
c’e s t a u j o u r d ’ h u i a u t o u r d e
Renault de tourner la page Ghosn.
Un conseil d’administration sera
convoqué jeudi matin afin de désigner une nouvelle gouvernance
pour le groupe au losange. Sauf
surprise de dernière minute, c’est
donc le tandem Jean-Dominique
Senard et Thierry Bolloré qui
devrait succéder au PDG à la tête de
Renault.
Carlos Ghosn leur a ouvert la
voie : le dirigeant, qui a vu les juges
rejeter mardi matin pour la troisième fois sa demande de libération sous caution, a, selon nos
informations, accepté le principe
d’une démission. « Il a été informé
la semaine dernière, à la fois par
l’intermédiaire des représentants de
l’Etat et par les avocats du groupe, de
Le groupe Bonduelle se renforce
sur le marché américain
ALIMENTATION Le groupe Bonduelle a annoncé, mardi, avoir
engagé des discussions avec l’américain Seneca en vue d’acquérir son usine de Lebanon, en Pennsylvanie. Destinée au conditionnement de produits surgelés, elle dispose d’une capacité de
45.000 tonnes et emploie 140 personnes. La finalisation de
l’acquisition, incluant les actifs industriels, les stocks et le personnel du site devrait intervenir dans les prochaines semaines.
Bonduelle n’a pas précisé le montant de l’opération.
E-COMMERCE Elliott Management et Starboard demandent à
eBay de se séparer de certaines
activités. Elliott, qui possède plus
de 4 % du capital de la société, a
envoyé une lettre au conseil
d’administration pour tenter de
peser sur les futures décisions.
« eBay vaut bien plus [que sa valorisation actuelle, NDLR]. Mais des
changements urgents sont nécessaires », explique le fonds activiste dans ce courrier.
Pernod Ricard :
départ de
Pierre Pringuet
DR
Plus d’informations sur
lesechos.fr/Industrie-services
SPIRITUEUX Pe r n o d R i c a r d
devrait annoncer des changements de gouvernance ce mercredi. Pierre Pringuet, l’ancien
patron de Pernod Ricard, devrait
quitter son poste de vice-président du conseil d’administration.Patricia Barbizet, qui a
notamment été directrice générale d’Artemis, devrait être nommée administratrice référente.
L’activiste américain Elliott, qui
critique la gestion Pernod Ricard,
juge aussi nécessaire un renouvellement de la gouvernance
Modalités techniques
Le choix de Jean-Dominique
Senard, pour la présidence non
exécutive du constructeur, et de
Thierry Bolloré, comme directeur
général, est soutenu par l’Etat français, qui détient 15 % du capital du
groupe et privilégie les gouvernan-
ces bicéphales. « Il reste encore
beaucoup de détails à régler avant le
conseil sur les modalités techniques
de la succession », confie un bon
connaisseur du dossier.
Selon toute vraisemblance,
Jean-Dominique Senard sera donc
bientôt le onzième président de
l’histoire de Renault, si l’on compte
l’intérim d’Aimé Jardon après la
mort de Georges Besse, en 1986. Le
futur ex-président de Michelin
devait quitter ses fonctions à
Clermont-Ferrand en mai, mais le
Losange ne pourra sans doute pas
attendre trois mois avant de voir
son pompier arriver. Jean-Dominique Senard aura pour première
mission de renouer les liens plus
que distendus avec Nissan, et de
superviser la transition managériale chez Renault – notamment en
fonction de ce qui sortira des
enquêtes internes au sein de l’exRégie et de la structure hollandaise
de l’Alliance Renault-Nissan.
De son côté, Thierry Bolloré,
l’ancien bras droit de Carlos Ghosn,
qui lui avait promis qu’il serait
directeur général en janvier, aura
la charge non moins délicate de
gérer les opérations du groupe en
lien avec son homologue de Nissan, dans un contexte sectoriel difficile. Depuis deux mois et le début
du scandale, l’homme tâche d’agir
en coulisses sans jeter de l’huile
sur le feu.
Package de sortie
Etape suivante, la gouvernance de
l’Alliance, mais aussi de Nissan, qui
n’a toujours pas de président. Les
discussions à ce sujet sont en cours
avec la partie japonaise. Pour rappel, Renault détient 43 % de Nissan, qui détient 15 % de Renault.
Quant à Carlos Ghosn, il ne sait
pas encore exactement à quel package de sortie il aura droit (lire cidessous). « Il n’y a rien à négocier. Il
y a un contrat, qui doit déterminer ce
que le groupe lui doit, ni plus ni
moins », dit une source proche de
Renault. Celui-ci devra, quoi qu’il
en soit, être validé par le vote des
actionnaires. La prochaine assemblée générale de Renault est pour
l’instant prévue le 12 juin.
(
Lire l’éditorial de
David Barroux page 10
Le dirigeant franco-brésilien touchera-t-il
toutes ses indemnités de départ ?
Le futur ex-PDG de Renault
ne bénéficiera pas d’indemnités de départ. Mais ses
droits de retraite et
sa rémunération
différée soulèvent
des interrogations.
Laurence Boisseau
@boisseaul
Thomas Samson/AFP
Ebay sous
la pression
d’activistes
la volonté de Renault de mettre en
place une gouvernance pérenne. Or,
il a toujours dit qu’il ne voulait pas
être un obstacle ni pour Renault ni
pour l’Alliance », dit une source
proche du PDG, indiquant que
le dirigeant veut et va se retirer de
lui-même. Et ce, même s’il restait
encore mardi des détails techniques à régler. Selon le ministre
Bruno Le Maire sur BFMTV, la
gouvernance provisoire de
Renault n’avait pas encore reçu
cette démission mardi soir.
Une telle issue devrait permettre
à tout le monde de sauver la face.
Les administrateurs du Losange
n’auront ainsi pas à lui faire subir
l’humiliante étape de la révocation.
De son côté, il pourra se consacrer
à sa défense au Japon, où il clame
toujours son innocence.
Chez Renault, tout se joue cette
semaine. Sauf coup de théâtre, le
constructeur doit réunir jeudi son
conseil d’administration, pour
acter la démission et le départ de
Carlos Ghosn, et son remplacement au poste de PDG par le tandem composé de Jean-Dominique
Senard et de Thierry Bolloré. Reste
à calculer les indemnités auxquelles l’ex-patron pourrait prétendre.
Un vrai casse-tête pour le comité de
rémunération. Car son salaire
variable 2018, les rémunérations
différées au titre des exercices passés et sa retraite sont soumis à des
conditions de performance et/ou
de présence dans la société qui peuvent donner lieu à interprétation.
Le salaire fixe est la composante
de la rémunération de Carlos
Ghosn prêtant le moins à discussion. Il s’élève à 1 million d’euros (en
baisse de 19 % par rapport 2017).
Bien que le patron de Renault ait
été arrêté au Japon en novembre, il
est fort probable que la date retenue comme référence pour le calcul du fixe soit celle de sa démission ou de sa révocation.
Définir la part variable due à Carlos Ghosn au titre de 2018
s’annonce plus complexe, dans le
contexte actuel, car elle dépend
d’un certain nombre de critères de
performance, que le comité de
rémunération va devoir évaluer. Ce
salaire variable a été plafonné par
l’assemblée générale de juin 2018 à
100 % du fixe, soit à 1 million. Mais
au final, il pourrait ne pas dépasser
les 250.000 euros : il se compose en
effet d’une partie cash (25 %) et
d’actions gratuites (75 %). Or, pour
bénéficier de ces actions – à supposer que le conseil en attribue –, Carlos Ghosn devra être présent dans
la société en… 2022.
La notion de présence
Au titre de sa rémunération variable, cette année, Carlos Ghosn
aurait dû, également, percevoir en
actions l’équivalent de 1,36 million
d’euros. Des actions correspondant à une part variable différée au
titre de l’exercice 2014. En bénéficiera-t-il ? Pour les toucher, le
document de référence de l’entre-
1
MILLION D’EUROS
Le salaire fixe est la
composante de la rémunération
de Carlos Ghosn qui prête
le moins à discussion.
prise stipule qu’il devra être présent « au sein de » la société, quatre
ans après leur date d’attribution,
autrement dit en février 2019. Mais
la notion de présence dans la
société demeure floue. La date de
révocation ou de démission précise
aura, là encore, son importance.
On sait, en revanche, que Carlos
Ghosn ne devrait pas bénéficier
d’indemnités de départ. Ce n’était
pas prévu. Mais il est supposé toucher une indemnité de non-concurrence pour qu’il n’aille pas offrir
ses services à un autre groupe du
secteur. Détail qui a son importance : le montant de cette indemnité – qui peut en théorie représenter deux ans de rémunération
brute totale – doit cependant être
voté en assemblée générale. Dans
les circonstances actuelles, on imagine mal les actionnaires lui accorder quoi que ce soit, mais l’avenir le
dira… Dernier point, la retraite de
Carlos Ghosn. Peut-il faire valoir
aujourd’hui ses droits ? Le futur exPDG de Renault va avoir soixantecinq ans en mars. Il est soumis à
une condition de présence et
d’ancienneté de cinq ans. Peut-il
être considéré comme présent ? Si
oui, il serait en droit de toucher
près de 800.000 euros par an.
Validation en assemblée
générale
Ces éléments de rémunération
(hors retraite, approuvée pour la
durée du mandat lors de l’AG de
juin 2018) seront soumis à validation des actionnaires en juin prochain. Car, depuis 2018, conformément à la loi Sapin II, ces derniers
votent en assemblée générale, de
manière contraignante, d’une part
la politique de rémunération pour
l’exercice en cours, et d’autre part,
tous les éléments de la rémunération de l’année précédente. L’année
dernière, la rémunération de Carlos Ghosn avait été adoptée de justesse, à 56,5 % ; l’Etat avait voté contre.
Si cette rémunération 2018
n’était pas validée, les éléments
fixes ne seraient pas remis en
cause. Mais les éléments variables
ne pourraient être versés. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 19
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
Ikea ouvrira le 6 mai son concept
de centre-ville à Paris
l Le magasin de la Madeleine à Paris rompt
avec tous les codes de la « big box » bleue de périphérie.
l Il s’étend tout de même sur 5.400 mètres carrés
et n’est pas qu’un showroom.
Philippe Bertrand
@Bertra1Philippe
Il ouvrira le 6 mai, deux mois avant
la date prévue. Il est « unique »,
comme aime à le répéter Walter
Kadnar, le PDG de la filiale française. L’Ikea de la Madeleine, en
plein Paris, à deux pas de la Concorde, s’étendra sur 5.400 mètres
carrés et deux niveaux au-dessus
d’un Decathlon. Les 2 millions de
Parisiens y verront 4.000 produits,
dont 1.500 pourront être emportés,
les plus petits, la vaisselle, le linge
de maison, les articles de décoration et petits meubles. Le reste du
catalogue devra être commandé
en ligne.
Les dirigeants d’Ikea ont cherché
l’emplacement pendant quatre
ans. Le projet illustre la « réinvention » du géant suédois du meuble.
Des points de vente ont déjà vu le
jour au cœur de villes, à Madrid,
Hambourg ou Londres. Ils se concentrent sur une ou deux familles
de produits, comme la cuisine, sur
quelques centaines de mètres carrés. La Madeleine est un concept
généraliste, un condensé de la
grande boîte bleue habituelle de
20.000 mètres carrés.
Saumon et boulettes
L’offre est la même, mais les codes
ont changé. « Nous n’utilisons
aucun des composants classiques
d’un Ikea », résume la directrice
Annie Bétreau. « Pas de chemin unique, pas de dépôt de produits
en libre-service. » Pas d’ambiance
non plus. Les meubles sont présentés dans des mises en scène
dépouillées. Le client est pris en
main par un vendeur qui l’aidera
pour l’achat ou la commande de
toutes les références. Le magasin
proposera aussi des rendez-vous
personnalisés avec des architectes
d’intérieur.
Le plan des lieux est découpé en
cinq zones. L’entrée exposera quelques nouveautés et offrira des
bancs. Le visiteur pourra s’asseoir.
Il découvrira ensuite un espace
gourmand avec 150 places assises
de restauration et une épicerie de
spécialités suédoises. Le saumon et
les boulettes de viande fétiches
seront bien là. Trois autres zones
seront dédiées à la literie et à la salle
de bains, au rangement (la moitié
des appartements de Paris occupent moins de 45 mètres carrés)
ainsi qu’au salon. « Nous suivons un
plan d’investissement de 400 millions d’euros en France », rappelle
Walter Kadnar. « Nous investissons
ici au centre de Paris, mais aussi
dans l’e-commerce et la livraison à
l’image de notre entrepôt de Gennevilliers, dans les grandes surfaces
traditionnelles qui demeurent le
cœur de notre activité et dans des
projets mixtes de grands magasins
intégrés dans des opérations de rénovation urbaine comme à Nice près de
l’Allianz Riviera, ou à Vénissieux
comme à Lyon. »
Comme tous les distributeurs
qui recherchent l’omnicanalité,
Ikea France tisse un réseau de
points de contact. Ce sont les mil-
4.000
PRODUITS
seront visibles en magasin,
dont 1.500 pourront être
emportés.
liers de Mondial Relay, pour les
colis de moins de 20 kilos, mais
aussi des points de retrait pour les
commandes de plus de 20 kilos que
l’enseigne recherche dans les grandes agglomérations. Avec son unité
de la Madeleine, Ikea signe la fin du
modèle unique. n
Sipa
DISTRIBUTION
Les dirigeants d’Ikea ont cherché l’emplacement de leur point de vente parisien pendant quatre ans.
INTERVIEW // JESPER BRODIN PDG d’Ikea
« Nous investissons à égalité dans les centres-villes,
les grands formats et le numérique »
Jesper Brodin : « Il ne faut pas opposer ventes physiques
et électroniques. » Photo Gabriel Bouys/AFP
ouvertures dans l’Hexagone – à
Lyon et à Nice – porteront sur de
gros formats même s’ils ne ressemblent plus forcément à nos
showrooms classiques. De par
l’étendue de leur gamme, ils
demeurent le meilleur endroit où
puiser votre inspiration, notamment quand vous venez d’emménager. Nous investissons à égalité
dans les ouvertures de centre-ville,
les grands formats et le numérique.
Nous n’envisageons pas de céder
une partie de nos grandes surfaces,
ni de les reconvertir. Certaines sont
même trop petites pour faire face
au nombre de visiteurs. Les enseignes de centre-ville et les ventes
numériques ne viennent que compléter les « big boxes », qui restent
le pilier de notre stratégie, pour former une offre complète.
tre-ville. Conçu pour et avec les
Parisiens, c’est un nouveau concept, qui servira de laboratoire.
Nous avons réalisé des entretiens
avec 1.200 locaux pour mieux comprendre leurs besoins. Quand nous
ouvrirons le 6 mai, ces échanges
vont continuer pour faire évoluer le
magasin en coopération avec le
public. Nous donnons le pouvoir au
peuple ! Les leçons à en tirer – en
termes de logistique, de livraison,
de recyclage, etc. – serviront à tout
Ikea réalise une faible part de
ses ventes en ligne. Avez-vous
l’intention de corriger le tir ?
Selon les derniers chiffres, c’est
presque 10 % de nos ventes, et plus
de 15 % au Royaume-Uni. Atteindre
de 15 à 20 % au niveau global ne
semble pas déraisonnable, mais je
n’aime pas fixer d’objectif spécifique pour Internet. Il ne faut pas
opposer ventes physiques et électroniques. Plus de la moitié de nos
clients pratiquent les deux.
Propos recueillis par
Isabelle Lesniak
@IsabelleLesniak
esper Brodin est PDG d’Ikea
depuis septembre 2017.
Dans une interview exclusive aux « Echos », la première en
France depuis sa prise de fonctions,
il explique sa stratégie à l’occasion
de la présentation mardi du futur
magasin parisien, à la Madeleine.
J
Le futur magasin parisien de la
Madeleine, que vous avez présenté mardi, est un format
inédit pour l’enseigne. Marquet-il un changement de stratégie ?
Comme tous les acteurs du commerce, nous n’avons d’autre choix
que de nous réinventer. Nos clients
ont toujours les mêmes besoins
que nous devons satisfaire, mais
ceux-ci s’inscrivent dans un contexte différent. Les gens migrent
vers les villes, ils ont des espaces
plus restreints, moins de temps et
souvent pas de voiture. On doit
repenser nos méthodes pour en
tenir compte tout en restant fidèle
aux principes du design démocratique sur lequel Ikea s’est construit
depuis soixante-quinze ans. Nous
avons 7 magasins en Ile-de-France
et 33 en France mais celui de la
Madeleine sera le premier de cen-
le groupe, magasins traditionnels
inclus.
Les « big boxes » en périphérie
sont-elles condamnées ?
Pas du tout. En août, nous en avons
ouvert une avec succès en Inde
mais, même dans un marché
mature comme la France, notre
troisième dans le monde, elles ont
leur utilité. On parle beaucoup de la
Madeleine parce que c’est un concept nouveau mais les prochaines
Fin 2017, la Commission
européenne a ouvert une
enquête sur certaines dispositions fiscales contestables dont
Ikea aurait bénéficié aux PaysBas. L’offensive anti-optimisation de l’UE et des gouvernements vous inquiète-t-elle ?
L’enquête ne concerne qu’Inter
Ikea [la filiale qui exploite l’activité
de franchise, NDLR] et je ne la
commenterai pas. En tant que
groupe, nous nous conformons
« En tant que groupe,
nous nous
conformons aux
législations nationales
et payons des impôts
partout où nous
sommes implantés. »
aux législations nationales et
payons des impôts partout où
nous sommes implantés. Notre
taux d’imposition global était de
30 % l’an dernier. Ce chiffre parle
de lui-même. Et il est important de
souligner que nous nous engageons à long terme sur nos marchés. Ainsi, nous sommes présents
et payons nos impôts depuis 1981
en France. n
Lactalis à l’offensive dans les pays émergents
AGROALIMENTAIRE
Le français devient
le premier collecteur
privé de lait en Inde
avec l’acquisition
des produits laitiers
de Prabhat Dairy.
Et il achète cinq usines
en Egypte.
Carole Dieterich
— Correspondante à New Delhi
et Marie-Josée Cougard
Lactalis démarre l’année 2019 sur
les chapeaux de roue avec deux
acquisitions. L’une en Inde, la première puissance laitière au monde,
l’autre en Egypte, le premier marché de Lactalis dans le Bassin méditerranéen.
Le groupe français est devenu le
premier collecteur privé de lait en
Inde, le plus grand producteur laitier au monde en mettant la main
sur Prabhat Dairy. L’opération s’est
faite via sa filiale Thirumala Milk
Products pour un montant de
17 milliards de roupies, soit environ
210 millions d’euros. Avec cette
acquisition, le groupe français
change de dimension en Inde. Il
double sa collecte de lait à 2,3 millions de litres par jour. Lactalis
« poursuit ainsi ses objectifs de développement en Inde, où il possède
11 sites industriels », commente le
groupe.
En 2014, le groupe basé dans la
Mayenne avait déjà racheté Thiru-
mala Milk Products, dont le siège se
trouve dans le Tamil Nadu (sud-est
de l’Inde). Il s’étend désormais un
peu plus à l’ouest. Spécialisé dans la
fabrication du lait conditionné en
sachets et du ghee (beurre clarifié),
Prabhat Dairy possède deux usines
dans le Maharashtra (sud-ouest de
l’Inde). Il emploie environ
1.240 salariés et réalise un chiffre
d’affaires de 210 millions d’euros.
Danone fait son retour
« En Inde, le marché des produits laitiers commence à s’organiser et de
plus en plus de groupes étrangers
investissent dans des entreprises
indiennes pour répondre à l’évolution des habitudes alimentaires dans
le cadre d’une urbanisation croissante », estime Olivier Delbecq, du
pôle Agro de « Business France » en
« Notre modèle
fonctionne bien
en Egypte, malgré
les difficultés
inhérentes à la
situation politique
et à la forte
dévaluation récente
de la livre. »
MICHEL NALET
Porte-parole de Lactalis
Inde. Pas plus tard que la semaine
dernière, Danone tentait pour sa
part un retour en Inde en investissant dans Epigamia, le fabricant de
yaourts basé à Mumbai. L’opération de rachat de Lactalis devrait
être effective au début du deuxième
trimestre 2019, sous réserve de
l’autorisation des Autorités de la
Concurrence.
De 5 à 10 usines en Egypte
L’entreprise indienne Prabhat
Dairy a déclaré qu’elle souhaitait
désormais se concentrer davantage
sur l’alimentation pour bétail dans
différentes régions du pays mais
aussi sur des activités connexes,
comme la génétique et la nutrition
animales.
En Egypte, où il possède déjà cinq
usines, Lactalis a fait l’acquisition –
via son joint-venture avec Halawa –
de Green Land, une société jusque-là détenue par le groupe Americana. Le géant mondial met ainsi
la main sur cinq nouvelles usines
sur son plus gros marché au
Moyen-Orient pour un prix non
dévoilé. « Notre modèle fonctionne
bien en Egypte, malgré les difficultés
inhérentes à la situation politique et à
la forte dévaluation récente de la
livre. C’est un grand pays de 100 millions d’habitants », dit le porte-parole du groupe, Michel Nalet.
Green Land produit du fromage
pour l’essentiel, notamment de la
feta conditionnée en Tetra Pak. Présent en Egypte depuis les années
1990, Lactalis y a bâti trois de ses
cinq usines. En 2009, il avait acheté
l’unique usine égyptienne de
yaourts de Nestlé. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
20 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
Un an après, Carrefour a pris
le virage Bompard
Bridgestone
s’offre l’activité
télématique
de TomTom
l Le géant de la distribution a entrepris la transformation globale et massive voulue par son PDG.
l Les résultats du plan à cinq ans dépendront de la qualité de l’exécution.
Le fabricant de
pneus va débourser
910 millions d’euros
pour acquérir
TomTom Telematics.
DISTRIBUTION
« La réussite du plan Bompard passera par sa qualité d’exécution », écrivaient « Les Echos » après la présentation, le 23 janvier 2018, de la feuille
de route stratégique à cinq ans du
n o u ve a u P D G d e C a r r e f o u r .
« Depuis un an, je m’assure de l’exécution de ce plan dans ses moindres
détails », déclare aujourd’hui le successeur de Georges Plassat. « Je me
demandais naturellement si l’entreprise pouvait opérer une transformation d’une telle ampleur. Un an après,
je suis frappé par la vitesse à laquelle le
nouveau modèle Carrefour se met en
place », ajoute-t-il depuis son nouveau bureau de Massy, dans la banlieue ouest de Paris.
Tout un symbole. La direction du
groupe aux 88 milliards d’euros de
chiffre d’affaires, 12.300 magasins
dans 30 pays et 380.000 collaborateurs, a quitté fin 2018 ses locaux de
Boulogne-Billancourt et s’est installée au siège de Carrefour France.
« Nous avons mis fin à toute tentation
de désalignement entre la France et le
groupe », résume Alexandre Bompard. Le déménagement participe des économies qui remplissent
plus vite que prévu l’enveloppe de
réduction de coûts de 2 milliards qui
a été promise.
L’amincissement du poids lourd
de la distribution est surtout passé
par le départ volontaire de 2.400
cadres des sièges français. Il est
achevé. On a moins parlé des plans
sociaux qui sont menés en Belgique
et en Argentine. Ils sont pourtant
Pascal Sittler/RÉA
Philippe Bertrand
@Bertra1Philipe
Il y a un an, Alexandre Bompard livrait son plan stratégique à cinq ans pour Carrefour.
d’une même ampleur, et arrivent également à leur terme. « Les nouvelles
organisations sont en place », affirme
le dirigeant. La maison tourne, avec
deux fois moins de participants aux
réunions. Les comités exécutifs des
différentes entités ont été renouvelés
au passage. Les jeunes talents accèdent aux responsabilités. Le patron
de Taïwan a remplacé le baron de la
filiale argentine en place depuis vingt
ans. La fidèle Marie Cheval a été
déplacée de la transformation numérique aux hypermarchés français
pour opérer la révolution copernicienne nécessaire à ce format en
déclin.
« La venue de nouveaux profils
alliée à l’expérience des piliers de Carrefour crée une belle dynamique »,
estime le PDG. « Ce qui me satisfait
aussi, c’est de voir les pays travailler
tous ensemble, nous permettant ainsi
de bénéficier de l’effet de levier que
constitue la taille de notre groupe. » A
l’international, le Brésil, premier contributeur en matière de résultat, sort
du chaos économique et politique et
les « cash and carry » Atacadao confirment leur succès alors qu’un nouveau format de proximité est en
cours de déploiement. Venu de
France, Noël Prioux a redonné un
élan commercial à la filiale. L’Argentine a réduit sa centaine de millions
de pertes annuelles grâce à une restructuration que le gouvernement
Macri a accompagnée. En Chine, le
déficit, du même ordre, a été divisé
par trois. Le virage du digital et de la
livraison à domicile y a été pris. Carrefour Chine est parti de rien il y a
deux ans et réalise une part en forte
croissance de ses ventes en ligne.
Seule l’Italie, dont la valeur a été fortement dépréciée l’an passé, reste un
marché compliqué face à des acteurs
locaux dynamiques.
Généralisation du bio
Autre paragraphe de la feuille de
route Bompard : les partenariats.
Une demi-douzaine ont été engagés
avec des grands noms. Ils doivent
désormais produire leurs résultats.
« Carrefour est sorti de son isolement », répète Alexandre Bompard.
La première saison d’achats en commun avec U a démarré il y a deux
mois. Les réalisations du partenariat
avec Tesco sur les marques propres
sont par nature plus longues à apparaître. Mais l’ouverture prochaine du
« Lab » monté à Paris avec Google
sera bientôt annoncée. En Chine, pas
− encore − d’entrée de Tencent au
capital de la filiale, mais une foule de
coopérations sur la livraison, la logistique, la gestion des données. « En
Chine, nous apprenons beaucoup sur
les tendances du “retail” de demain »,
insiste le patron de Carrefour.
L’ex-empire du Milieu se veut le
berceau du « new retail ». Un commerce omnicanal dont Carrefour
entreprend l’adoption. C’est le plus
gros des chantiers Bompard, avec un
investissement de 2,8 milliards en
cinq ans. Depuis l’annonce du plan,
plus de 200 « drives » supplémentaires ont été ouverts en France ainsi
que le premier parc français de
points de retrait pour piétons qui
compte plus de 40 unités. L’e-commerce alimentaire a crû de 30 %, avec
des entrepôts dédiés en partie automatisés.
Sur le plan de l’offre, le nouveau
credo de la « transition alimentaire » s’affiche dans tous les points
de vente avec le programme Act For
Food, la généralisation du bio, y
compris dans les zones défavorisées,
et la multiplication des contrats avec
les filières agricoles. Sans compter
les œufs de poule en plein air et l’exigence de caméras dans les abattoirs
partenaires.
Le plan Bompard n’a en revanche
pas encore fait redécoller le cours de
Bourse, qui stagne aux alentours des
16 euros. « Nous opérons une transformation sans égal. C’est la qualité de
son exécution, trimestre après trimestre, qui fera la différence », confirme
le PDG. Contre le scepticisme général qui règne chez les analystes et les
investisseurs à propos du secteur de
la distribution, il entend prouver lors
des résultats annuels la « solidité
financière » de Carrefour avec
notamment une hausse de 85 millions du résultat opérationnel courant, malgré le contexte tourmenté
du marché français. n
Carrefour a passé un meilleur Noël au Brésil qu’en France
Les ventes du distributeur
sont stables dans l’Hexagone pour le quatrième
trimestre 2018.
Carrefour ne donne pas l’impact du
mouvement des « gilets jaunes »
sur ses ventes. L’évolution du chiffre
d’affaires de ses hypermarchés
français pour le quatrième trimestre 2018 confirme néanmoins les
suppositions des observateurs qui
ont vu que Nielsen estimait à 7,5 %
le manque à gagner des rayons non
alimentaires. A périmètre comparable, le chiffre d’affaires des hypers
France de Carrefour baisse
d’ailleurs de 2,2 %. Avec 247 hypers,
le groupe dirigé par Alexandre
Bompard était très exposé au blocage des ronds-points. Sur l’ensemble de l’année, la baisse de ce format
en déclin est de 1,4 %. Le distributeur a toutefois limité la casse dans
l’Hexagone au quatrième trimestre,
grâce à ses petits formats qui ont
compensé les méventes des grands
(–0,1 % au total). Les magasins de
proximité sont particulièrement
performants, avec une hausse de
3,1 % de leur chiffre d’affaires. La
croissance de la filiale brésilienne
absorbe, elle, la décroissance de
l’Espagne (–1,4 % au quatrième trimestre en comparable), de l’Italie
(–4,6 %) et de la Belgique (–3,1 %).
L’Amérique latine en hausse
Grâce à la confirmation du succès
des « cash and carry » Atacadao,
Carrefour Brésil a gonflé ses ventes
de 6,2 % en comparable. Carrefour
Argentine tire profit de sa restructuration. A taux de change cons-
tant, la hausse de son activité est de
36,4 %. L’Amérique latine est à
+12,9 % en cumul.
Signe encourageant, sur l’ensemble de l’année 2018, Carrefour affiche un chiffre d’affaires TTC de
84,9 milliards d’euros, en croissance de 1,4 % à périmètre comparable et de 1,6 % en organique. La
France est stable à +0,3 %.
« Les solides performances du quatrième trimestre confirment la dynamique de l’année 2018 », estime
Alexandre Bompard. De fait, Carrefour fait front malgré un contexte difficile dans plusieurs de ses géographies. Le groupe se transforme
aussi et prévoit par conséquent une
hausse de 85 millions de son résultat opérationnel courant en 2018, à
1,93 milliard d’euros.
— P. B.
CFAO se lance dans le hard-discount en Afrique de l’Ouest
DISTRIBUTION
Le groupe va ouvrir
en avril à Dakar
un premier Supeco,
une enseigne détenue
par Carrefour.
Antoine Boudet
@ABoudet
C’est à l’emplacement de l’ancien
cinéma El Mansour du Grand
Dakar, sur un projet qui fit l’objet
d’un bras de fer entre son promoteur et le maire de la capitale sénégalaise, que CFAO Retail va ouvrir
en avril prochain son premier
supermarché hard-discount à
l’enseigne Supeco en Afrique de
l’Ouest… et se confronter dans la
ville à Auchan, qui y a lancé une
offensive d’envergure.
Pour Jean-Christophe Brindeau,
directeur général depuis un an de la
branche distribution grande consommation de CFAO, il s’agit d’avoir
« un socle suffisamment solide pour
se développer rapidement et prendre
des parts de marché en garantissant
à la plus grande masse des Africains
la sécurité alimentaire, le respect de
la chaîne du froid, un assortiment
permanent et les prix les moins chers
du marché organisé ».
En clair, le groupe, présent dans
54 pays en Afrique et filiale du japonais Toyota Tsusho Corporation
Le groupe a revu
ses ambitions pour
se concentrer sur
le Cameroun, la Côte
d’Ivoire et le Sénégal.
(TTC), a revu ses ambitions affichées
en 2015 au lancement de son activité
retail, en partenariat avec Carrefour.
Plus question de la développer dans 8
pays, ni d’ouvrir seulement des centres commerciaux à l’occidentale. Il
s’agit désormais de se concentrer sur
3 pays, le Cameroun, la Côte d’Ivoire
et le Sénégal, et d’avancer avec trois
formats, PlaYce pour Carrefour et
Carrefour Market avec galerie mar-
chande et food court, les supermarchés Carrefour Market en solo et
Supeco pour le hard-discount.
Partenariat avec Jumia
Cette dernière enseigne sera placée
sous la direction d’un cadre sénégalais qui prendra ses fonctions le
18 février, a annoncé Jean-Christophe Brindeau. L’objectif est d’avoir
ouvert d’ici à la fin de l’année une
dizaine de Supeco au total dans les
trois pays ciblés. Carrefour Market,
présent depuis jeudi dernier à
Dakar, ouvrira, de son côté, un
magasin à Abidjan et un autre à
Bouaké, en Côte d’Ivoire, et trois au
Cameroun, dont un dans le Douala
Mall et un dans le PlaYce qui
ouvrira à Yaoundé, la capitale du
pays. Autant de projets « sécurisés »,
a souligné le patron de CFAO Retail,
pour un investissement global de
50 millions d’euros.
Afin de constituer ce « socle » qui
doit faire du pôle distribution grande
consommation de CFAO un nouveau
levier de croissance pour le groupe,
Jean-Christophe Brindeau estime à
une trentaine le nombre de Supeco
dans chacun des trois pays.
L’e-commerce a aussi sa place
dans ce dispositif. Après l’échec de
son site Africa Shop, CFAO a conclu
un partenariat avec Jumia et se prépare à ouvrir, « dans les jours qui
viennent », une boutique de produits à la marque Carrefour sur la
place de marché du site ivoirien du
premier e-commerçant africain. n
TRANSPORT
La société fournit
des données pour
la gestion de flotte
et les services de
voiture connectée.
Enrique Moreira
et Anne Feitz
Les constructeurs automobiles
ne sont pas les seuls à s’intéresser à la voiture connectée. Les
équipementiers aussi. Bridgestone Europe, filiale du fabricant
japonais de pneus, a annoncé
mardi le rachat de l’activité télématique du groupe TomTom.
Pour cela, le numéro un mondial du pneu va débourser
910 millions d’euros.
TomTom Telematics, qui
compte 670 collaborateurs,
fournit des données relatives
aux véhicules, utiles pour la
gestion de flotte et les services
liés à la voiture connectée.
« Cette acquisition va nous permettre d’accélérer notre virage
vers les services », explique aux
« Echos » Paolo Ferrari, qui
dirige le groupe en Europe. Les
ventes de pneus représentent
encore plus de 90 % des revenus de Bridgestone.
Lutter contre Google
Avec ce rachat, le concurrent de
Michelin fait d’une pierre deux
coups. Il met non seulement la
main sur la plate-forme de
TomTom Telematics, mais
aussi sur une base de données
importante, avec 860.000 véhicules utilisant actuellement le
service numérique de TomTom. « L’analyse de ces données
va nous permettre d’améliorer le
développement de nos pneus, en
nous informant sur le comportement des flottes », poursuit
Paolo Ferrari. Le manufacturier veut, par exemple, proposer des services de maintenance prédictive ou de
détection de problème après
un choc, à l’aide également de
capteurs.
La vente devrait se conclure d’ici à la fin du deuxième
trimestre de 2019. Elle ne
devrait pas avoir d’incidence
majeure sur les résultats de
Bridgestone pour l’exercice en
cours. « C’est une société très
profitable », assure Paolo Ferrari. Plusieurs acheteurs potentiels étaient sur les rangs : l’opérateur téléphonique américain
Verizon, Microsoft, Daimler et
Michelin ont été cités parmi les
candidats.
750 millions d’euros
aux actionnaires
Cette cession marque aussi une
étape importante dans le virage
stratégique de TomTom vers les
technologies de localisation.
Alors que les automobilistes
abandonnent de plus en plus
les boîtiers GPS personnels au
profit des outils intégrés dans
les smartphones, les ressources
récoltées lui permettront de
mieux lutter contre des géants
de la Silicon Valley comme
Alphabet, la maison mère de
Google.
Cette vente permettra à TomTom de reverser 750 millions
d’euros à ses actionnaires au
moyen « d’un remboursement
de capital », combiné à un
regroupement d’actions prévu
au troisième trimestre 2019. Les
activités télématiques ont
représenté 18 % des ventes de
TomTom en 2017. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 21
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
Getlink affiche un chiffre d’affaires
record et se prépare au Brexit
AUTOMOBILE
TRANSPORT
Les deux géants
japonais vont lancer
l’an prochain
une coentreprise.
L’exploitant du tunnel
sous la Manche bénéficie du dynamisme
du trafic navettes
et d’Eurostar.
Yann Rousseau
— Correspondant à Tokyo
et Frédéric Schaeffer
— Correspondant à Pékin
Il se prépare
activement à
l’augmentation des
contrôles douaniers
après le Brexit.
Jean-Michel Gradt
@ogrady99
et Lionel Steinmann
@lionelSteinmann
Jacques Gounon peut sourire.
Quand il a pris les commandes
d’Eurotunnel en 2007, la cotation
du titre était suspendue depuis
des mois et le chiffre d’affaires
ressortait à 830 millions d’euros
en 2006. Mardi, le dirigeant a
annoncé un chiffre d’affaires
record p our Getlink (le nom
adopté fin 2017 par la société
qui exploite le tunnel sous la
Manche) : près de 1,1 milliard
d’euros en 2018, en progression
de 5 % (à taux de change constant)
par rapp ort à l’année précédente. Soit une neuvième année
de hausse d’affilée.
Dans le détail, l’activité « navettes » a atteint 636 millions d’euros
(+6 % à taux de change constants),
avec près de 2,7 millions de véhicules
de tourisme transportés (+3 %). Par
ailleurs, 1,7 million de camions ont
transité par le tunnel l’an dernier.
Eurotunnel bénéficie également
de la bonne forme d’Eurostar. La
compagnie ferroviaire transmanche contrôlée par la SNCF, qui
acquitte des péages pour faire circuler ses trains dans le tunnel, a
frôlé l’an dernier la barre des 11 millions de passagers (+7 %).
Augmentation
des procédures douanières
Tout l’enjeu pour Getlink est de
conserver cet élan, alors que le
Brexit jette une ombre sur les
perspectives de l’opérateur. Qu’il y
ait ou non accord entre le Royaume-
Uni et l’Europe sur les conditions du
divorce, l’exploitant sait déjà que
cela se traduira par une augmentation des procédures douanières
pour les camions de marchandises.
Il s’y prépare depuis deux ans, avec
un enjeu crucial : maintenir la fluidité de l’embarquement, malgré
l’augmentation des contrôles, et un
certain nombre de données supplémentaires à collecter et à transmettre pour chaque camion.
Augmentation du nombre de
guichets de contrôle côté britannique et du nombre de places de parkings côté français, achat d’un scanner rayons X dimensionné pour les
camionnettes à l’usage exclusif des
douanes françaises… Un certain
nombre d’investissements ont déjà
été réalisés.
Le groupe multiplie également
les réunions d’information avec les
clients chargeurs et les services
douaniers des autres pays européens, afin que les camions se présentent bien avec des documents en
règle, faute de quoi ils ne pourront
embarquer. Pour les véhicules en
provenance du Royaume-Uni, un
vaste terrain situé à la sortie des
navettes a été mis à la disposition
des douanes françaises, afin que
des contrôles aléatoires puissent
être menés sans bloquer le reste du
débarquement. n
Eolien en mer : l’Etat met
la pression sur les industriels
ÉNERGIE
Rugy espère un tarif
de l’électricité
« au prix du marché »
pour l’appel d’offres
de Dunkerque.
Le prix sera un critère
majeur pour départager les candidats.
Shutterstock
Véronique Le Billon
@VLeBillon
La pression est forte sur le futur parc
éolien en mer de Dunkerque (Nord).
« Nous espérons que l’appel d’offres
éolien offshore de Dunkerque sera le
premier à produire de l’électricité au
prix du marché, sans subventions », a
indiqué mardi le ministre de la Transition énergétique et solidaire, François de Rugy, en ouverture des Assises européennes de la transition
énergétique, selon le site spécialisé
Contexte Energie. Une consultation
a été lancée en 2016 pour attribuer
un nouveau lot − le septième en
France − de 500 mégawatts (MW)
d’éolien en mer.
Les six premiers lots, attribués
en 2012 et 2014, ne seront pas mis en
service avant 2022 mais ils ont bénéficié d’un tarif garanti d’achat de
l’électricité autour de 200 euros par
mégawattheure pendant vingt ans,
avant qu’une renégociation imposée
par le gouvernement ne réduise ce
coût de plusieurs dizaines d’euros
par mégawattheure. En évoquant
une rémunération au prix du marché et sans subvention, François de
Rugy prend pour référence les prix
de marché actuels, autour de 55 à
60 euros par MWh.
Avec une mise en service autour
de 2024, et des prix de marché qui
devraient logiquement grimper, un
prix garanti autour des niveaux
actuels ne serait donc qu’une protec-
Panasonic
et Toyota s’allient
dans les batteries
La seule éolienne en mer aujourd’hui présente en France est
Floatgen, un projet pilote d’éolien flottant coordonné par Ideol.
tion contre une baisse des prix de
marché, et pourrait signifier dans ce
cas que « sur la vie du projet, l’Etat ne
verse pas de subvention », décrypte
l’entourage du ministre. Le raccordement du futur parc au réseau électrique à terre sera toutefois financé
directement par la facture des consommateurs, contrairement aux
deux premiers appels d’offres.
Feuille de route énergétique
Alors que les consortiums en compétition ont jusqu’au 15 mars pour
déposer leur offre, le prix sera le critère majeur de sélection. Selon deux
sources au fait du dossier, les éléments financiers pèseront pour
80 % de la note finale : 70 points
seront attribués en fonction du prix
proposé, et 10 points en fonction de
la « robustesse du montage contractuel et financier ». Le solde de la note
se partagera entre l’optimisation de
la zone (emprise, éloignement de la
côte…, pour 11 points) et la qualité
environnementale (pour 9 points).
L’idée d’un prix plancher, initialement défendue, a disparu. Et
contrairement aux deux premiers
appels d’offres, le cahier des charges
ne valorise pas le contenu local de la
fabrication des équipements.
Le projet intéresse une bonne partie du secteur, avec neuf consortiums en lice. EDF est notamment
présent avec Innogy et Enbridge,
tandis qu’Engie, en partenariat avec
EDPR, pourrait compléter son tour
de table ces prochaines semaines. Le
suédois Vattenfall est allié avec Wpd
et la Caisse des Dépôts et Consignations. Les pétroliers sont présents,
comme Equinor (ex-Statoil), ou
Shell, associé avec Quadran Energies Marines et Deme. Le consortium Vents de Dunkerque associe de
son côté Boralex, Eneco, Van Oord et
DGE. La filière, qui défend sa compétitivité, espère encore une révision à
la hausse des volumes proposés en
appels d’offres dans le cadre de la
Programmation pluriannuelle de
l’énergie (PPE). Le texte de la PPE,
qui fixe la feuille de route énergétique des dix années à venir et dont le
détail doit être publié ces prochains
jours, sera soumis pour plusieurs
mois à diverses instances consultatives avant qu’un décret soit publié. n
Inquiets de voir les industriels
chinois prendre le contrôle du
marché des batteries pour voitures électriques, Panasonic et
Toyota ont annoncé, ce mardi,
qu’ils allaient mettre en commun une large partie de leurs
capacités de recherche et de production de ces composants clefs
en Chine et au Japon.
Après avoir révélé en 2017
qu’ils étudiaient les pistes d’un
partenariat, ils vont lancer, en
2020, une coentreprise dédiée
aux batteries dites « prismatiques », apparues au début des
années 1990, et aux batteries
dites « solides », réputées plus
efficaces, attendues sur le marché à l’horizon 2025. Plus de
3.500 salariés des deux sociétés
seront réunis au sein de la nouvelle structure détenue à 51 % par
Toyota et à 49 % par Panasonic.
Ensemble, ils espèrent mobiliser plus de ressources pour
leurs équipes de R & D et gagner
en capacités de production,
notamment à Dalian, en Chine.
Selon la presse nippone, ils
pensent notamment pouvoir
séduire Mazda, Daihatsu,
Subaru ou encore Honda.
Si Toyota compte sur cette
nouvelle collaboration pour
refaire son retard sur le segment
des véhicules entièrement électriques, Panasonic y voit une
occasion de réduire sa dépendance à l’égard de Tesla, qui
capte l’essentiel de sa production de cellules cylindriques
lithium-ion. Après avoir fourni
pendant des années la totalité
des berlines du groupe américain, il craint de voir ses concurrents chinois proposer, à leur
tour, leurs batteries aux modèles Tesla qui sortiront de la
« Gigafactory » de Shanghai.
« La production de cellules proviendra de sources locales, probablement de plusieurs sociétés, afin
de répondre à la demande dans
un délai convenable », avait prévenu Elon Musk en novembre.
Réagissant à des informations
de l’agence Reuters, Tesla a
reconnu avoir reçu des propositions du fabricant Tianjin Lishen
mais assuré qu’il n’avait signé
aucun accord. Tianjin Lishen,
qui compte les constructeurs
Geely et Hyundai parmi ses
clients, a démarré dans la ville de
Suzhou, à environ 100 kilomètres de Shanghai, la production
en série d’une batterie cylindrique identique à celle fabriquée
par Panasonic pour la Model 3.
Le numéro un mondial, le chinois CATL, et le géant sud-coréen LG Chem, sont aussi sur les
rangs pour subtiliser à Panasonic le grand contrat Tesla. n
FUTURE
IS LIVE *
DONNEZ
UNE NOUVELLE
DIMENSION
À VOTRE
BUSINESS
* Le futur est live
100 000 visiteurs du monde entier
9 000 startups à rencontrer
ORGANISATEURS
PARTENAIRES PLATINUM
ÉCONOMISEZ JUSQU’À 345€ AVEC LE CODE PROMO : LECVT2019
* date de fin d’utilisation 31 janvier 2019
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
22 // INDUSTRIE & SERVICES
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
Année positive pour Haropa,
premier pôle portuaire français
MARITIME
Le GIE a vu son trafic
global progresser en
2018 de 2 % sur un an,
à 94,74 millions de
tonnes pour le maritime, et de 4,5 %,
à 22,1 millions
pour le fluvial.
Antoine Boudet
@aboudet
Au Havre, le parachèvement de Port 2000 avec 700 mètres de
quais supplémentaires sera livré en 2022. Photo Charly Triballeau / AFP
Constitué en GIE depuis 2012, et
anticipant la volonté du gouvernement de le transformer en établissement portuaire unique, Haropa,
qui regroupe les ports du Havre,
de Rouen et de Paris, a pris l’habitude de publier des chiffres de trafic globaux. En 2018, ce qui constitue donc le premier ensemble
portuaire français, et le cinquième européen, a connu une
croissance globale de 2 % sur un
an des trafics de marchandises, à
94,74 millions de tonnes dans le
domaine maritime, et de 4,5 %, à
22,1 millions de tonnes pour le fluvial en Ile-de-France.
La vertu de cette présentation est
de lisser les performances des différentes filières. Ainsi, après son
record de 2017, le port du Havre,
premier port français de conteneurs, a tout juste maintenu les
3 millions d’EVP (équivalent vingt
pieds, unité de mesure des conteneurs) atteints l’année précédente.
Une stagnation que son directeur
général, Hervé Martel, attribue à
une légère baisse des transbordements (chargement d’un bateau à
un autre), un marché « très volatil ».
En revanche, a-t-il souligné, le trafic
d’import-export en France affiche
un niveau record de 2,1 millions
d’EVP, correspondant, selon lui, à
des prises de part de marché sur son
principal concurrent, le port
d’Anvers. L’alliance 2M (Maersk,
NRJ
1ÈRE RADIO DE FRANCE
SUR LE E-COMMERCE
MSC) a d’ailleurs annoncé une nouvelle escale au Havre, a indiqué
Hervé Martel.
Le port du Havre a
tout juste maintenu
son record de 2017
pour le trafic
des conteneurs.
En revanche, le trafic
d’import-export
en France affiche
un niveau record.
Le trafic du terminal multimodal
n’a, lui, pas atteint l’objectif fixé de
170.000 EVP, notamment du fait des
grèves à la SNCF au premier semestre, pour finalement atteindre
155.000. Sur la tendance du second
semestre, il serait supérieur à
160.000 sur un an. « Il manque un
peu de volume pour atteindre l’équilibre financier », a reconnu le patron
du port du Havre, en évoquant une
évolution de l’organisation. Quant à
la « chatière », qui permettra l’accès
direct du port à La Seine, le financement devrait être bouclé en avril
prochain, et la construction se
ferait en 2013, sous réserve toutefois
des autorisations administratives.
qui « matérialise l’importance croissante des ports et du transport fluvial
et maritime pour la logistique des
grands chantiers de construction et
la filière BTP dans son ensemble », a
souligné la directrice de Ports de
Paris, et président d’Haropa,
Régine Brehier.
550 millions d’euros
d’investissement
La nomination prochaine du futur
« préfigurateur à la fusion » dans la
perspective fixée par le Premier
ministre Edouard Philippe d’aboutir à un établissement portuaire
unique en 2021 ne ralentit pas
Haropa dans ses investissements. Il
les accélère même, à 160 millions
prévus en 2019, contre 140 l’an dernier, et 550 millions au total, y compris les investissements privés.
Au Havre, outre la construction
attendue de la chatière, le parachèvement de Port 2000 avec
700 mètres de quais supplémentaires sera livré en 2022, tandis que
vont enfin commencer les travaux
qui permettront à Siemens-Gamesa de lancer son usine pour
l’éolien en mer. n
Il a dit
Importance croissante
pour la logistique
*
Si les conteneurs ont marqué le pas
au Havre, Rouen a, de son côté, conforté sa place de premier port céréalier français et ouest-européen
grâce à une campagne exceptionnelle. Le tonnage des céréales
exportées, à 7,6 millions de tonnes,
a crû de 37 % sur un an, « une des
meilleures performances de ces
quinze dernières années », s’est félicité le directeur général du port,
Nicolas Occis.
Quant à Ports de Paris, son activité bénéficie des chantiers du
Grand Paris. Le transport fluvial de
déblais en Ile-de-France a crû de
12,4 %, à 4,8 millions de tonnes, un
nouveau record. Une progression
« Nous serons prêts
au Havre à faire face
à l’hypothèse
d’un Brexit sans
accord.
[J’y vois] plutôt
une opportunité. »
HERVÉ MARTEL
Directeur général
du port du Havre
Photo Gilles Rolle/RÉA
Trafic en légère hausse
pour le port de Marseille Fos
Le premier port de France
continue de redresser la
barre. Des projets industriels et logistiques significatifs ont été signés en 2018.
Une publicité sur NRJ et votre produit
peut être aussitôt acheté
via les enceintes connectées.
NRJ 1ère radio de France sur les enceintes connectées.
Aujourd’hui, 54% des personnes possédant une enceinte connectée écoutent NRJ.**
Désormais, durant l’écoute de NRJ, l’auditeur peut ajouter instantanément
à sa liste de courses les produits entendus pendant la publicité.
Bénéficiez de la puissance de NRJ sur tous les supports :
radio / radios digitales / podcasts / assistants vocaux / enceintes connectées
Contact NRJ Global : Laurence BUCQUET - 01 40 71 40 43 - lbucquet@nrjglobal.fr - www.nrjglobal.com
*Kantar Media TGI Octobre 2018. Stations écoutées 8 derniers jours. Usage d’Internet pour des achats de produits ou services. Cible 15 ans et +.
** Médiamétrie, Baromètre des enceintes connectées intelligentes, Novembre 2018, Internautes 15 ans et +.
DeBonneville-Orlandini
Paul Molga
@paulmolga
— Correspondant à Marseille
L’équipe dirigeante du port de Marseille Fos a tenu le dernier conseil de
surveillance de son mandat sur une
note positive. Avec en 2018 un trafic
global de 1 % supérieur à celui de
l’an passé (81 millions de tonnes), le
premier port français confirme son
redressement. Plusieurs segments
sont en forte hausse : le transport de
vracs solides (+12 %), le trafic de
GNL (+9 %), et celui des passagers.
Pour ce dernier, la progression
lui a permis de franchir le cap des
3 millions de voyageurs (+11 %),
dont 1,3 million pour les lignes régulières (+6 %) notamment grâce à la
bonne santé de Corsica Linea. Les
croisiéristes ont eux connu un bond
de 15 % et, d’ici à 2020, les autorités
portuaires estiment que le cap des
2 millions de passagers de croisières pourrait être franchi, confirmant la quatrième place du port de
Marseille en Méditerranée sur ce
segment de marché.
« 2018 se distingue surtout pour le
dynamisme des implantations
industrielles et logistiques, preuve de
l’attractivité retrouvée du port », s’est
félicitée la présidente du directoire,
Christine Cabau Woehrel. Au total,
130 hectares ont fait l’objet de contractualisation et de négociations
commerciales en 2018 : promesse
de bail pour le leader des pneus
ve r t s Q u e c h e n , c o nve n t i o n s
d’implantation avec le fabricant de
bio plastique issu d’algues vertes
Eranova et le producteur de bitume
Asphaltex, chantier des caissons de
Bouygues pour les travaux d’extension de Monaco, concession à
Monaco Marine d’une plate-forme
de 5,5 hectares à Marseille pour la
réparation navale de grande plaisance, etc. Plusieurs bâtiments et
surfaces logistiques sont également
sortis de terre, dont 45.000 mètres
carrés opérés par XPO Logistics
pour le distributeur Electro Dépôt.
La transition énergétique figure
aussi au rang des priorités des autorités portuaires et doit encore accélérer dans le plan stratégique 20192023. Après les ferries de la
Méridionale, les branchements
électriques des navires à quai doivent s’étendre à d’autres compagnies. Enfin, le port a constitué un
groupe de travail sur les enjeux de
l’avitaillement en GNL. n
+1 %
DE TRAFIC GLOBAL EN 2018
Plusieurs segments du port de
Marseille sont en forte hausse :
le transport de vracs solides
(+12 %), le trafic de GNL (+9 %),
et celui des passagers (+11 %).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INDUSTRIE & SERVICES // 23
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
Les ambitions de la filière
cognac font polémique
l Les maisons de cognac réclament le droit de planter 3.474 hectares de plus en 2019.
l Des viticulteurs redoutent les conséquences.
marketing
L’engouement pour les
achats français s’intensifie
SPIRITUEUX
TENDANCE
Marie-Josée Cougard
@CougardMarie
Les vignerons de la région de
cognac seront-ils autorisés à planter 3.474 hectares de plus en 2019 ?
Une croissance de 5 % du potentiel
de production du vignoble actuel
(75.000 hectares), qui inquiète les
autres vignobles. La décision doit
être prise ce mercredi par l’établissement public FranceAgrimer.
Le marché mondial du cognac ne
cesse de grossir. « La croissance
annuelle est de l’ordre de 3 à 4 % »,
estime la maison Hennessy détenue par le leader mondial du luxe
LVMH (propriétaire des « Echos »).
L’année écoulée a été « une nouvelle
année historique », ajoute le Bureau
national interprofessionnel du
cognac (BNIC), avec 204,2 millions
de bouteilles expédiées en 2018
(+3,5 %) et un chiffre d’affaires de
3,21 milliards d’euros (+2 %). Même
si la France compte ses amateurs,
ce n’est plus un marché pour le
cognac, exporté à 98 %. La quasi-totalité de l’activité se fait à l’étranger,
avec deux énormes clients, les
Etats-Unis et la Chine. Le premier a
vu ses ventes s’envoler en 2018 tandis que le second a connu un recul,
suite à une fin d’année difficile.
Convaincus que l’engouement
pour cet alcool va se poursuivre, les
trois premiers acteurs de cette
industrie, Hennessy, Martell (Pernod Ricard) et Rémy Martin (Rémy
Cointreau) poussent les vignerons
de l’aire d’appellation cognac à
planter plus de vignes. Les discussions ont été longues et il a fallu
développer des trésors de persuasion pour lever les réticences des
producteurs et les convaincre de
réclamer autant de droits à plantation supplémentaires.
Depuis que l’Union européenne a
mis en place cette possibilité, les
cognaçais en ont usée chaque
année. 250 hectares en 2016,
Des Boutiques Vive la France
au marquage renforcé
de l’origine des produits sur
les emballages, les entreprises
mettent l’accent sur
la fabrication hexagonale.
Et les consommateurs suivent.
Clotilde Briard
@ClotildeBriard
800 hectares en 2017, 1500 hectares
en 2018, et…. 3.500 hectares pour
2019. Le temps que la vigne entre en
production, il faudra compter entre
5 et 7 ans, avant de voir les premières bouteilles arriver sur le marché.
Il faudra compter
entre 5 et 7 ans, avant
de voir les premières
bouteilles arriver
sur le marché.
L’établissement public FranceAgrimer décidera donc ce mercredi s’il donne son feu vert à la
demande de nouvelles plantations.
La question est loin d’être consensuelle. Elle suscite des inquiétudes,
même dans la région, où on pourrait plutôt s’attendre à ce que la
possibilité de produire plus, soit
vue d’un bon œil. Et cela malgré
l’assurance des maisons de cognac
qui invoquent le sérieux de leur
business plan. Certains vignerons
du cognaçais craignent un retournement des ventes comme le
cognac en a connu à plusieurs
reprises. Au moment du choc
pétrolier de 1973, à la fin des
années 1990, lorsque le marché
japonais a chuté, après la crise
financière de 2008 et après le coup
d’arrêt aux dépenses inconsidérées
des dignitaires chinois en 2012.
De mauvais souvenirs
« C’est un dossier complexe. Il n’est
pas bien vu de refuser d’augmenter
la production alors que le marché est
en plein boom. Les grandes maisons
ont fait des investissements considérables », dit un vigneron de la
région sous couvert de l’anonymat.
Il rappelle que le vignoble avait été
doublé dans les années 1970, à
115.000 hectares, la productivité
triplée, juste avant la terrible
mévente postérieure au choc
pétrolier de 1973. « Les vins blancs
destinés à la distillation avaient été
vendus en l’état provoquant l’effondrement des prix du vin blanc du
Gers et du Midi. D’autres vins du
cognacais, renforcés en alcool, ont
été vendus à des pays tiers pour faire
des brandies qui concurrençaient le
cognac », ajoute-t-il.
L’autre point que devra examiner
FranceAgrimer concerne les vœux
de nouvelles plantations des autres
régions. L’UE accorde 1 % de plantation supplémentaire de vignes
(8.000 hectares) à la France, tous
v i g n o b l e s c o n f o n d u s . Av e c
3.500 hectares, le Cognaçais s’arrogerait 40 % du nouveau droit à lui
tout seul. Mais le poids du cognac
(3,2 milliards d’euros) dans la
balance commerciale pèsera sans
doute dans la décision. n
Au centre commercial Italie
Deux à Paris, le premier point de
vente baptisé « Les Boutiques
Vive la France » joue les prolongations. Prévu pour durer quatre mois jusqu’à fin décembre, ce
magasin éphémère restera finalement ouvert jusqu’à début
mars autour d’une trentaine
d’entreprises allant des bérets
Laulhère à Toyota et sa Yaris
produite à Valencienne, en passant par les plats Pyrex. « Il fonctionne bien et a dépassé les attentes en termes de chiffre d’affaires.
Cela montre l’appétit des consommateurs pour le sujet et l’intérêt de leur parler directement »,
se félicite Romain Bertrand,
secrétaire de Pro France, l’association qui porte la certification
Origine France Garantie et qui a
mis sur pied les boutiques. Le
concept va ensuite entamer un
d’activité. Pour le public, cela
devient un levier important lors
de l’acte d’achat. La dimension
locale ne cesse de se renforcer.
Au-delà du made in France, les
gens s’intéressent de manière
croissante au “made in région”,
voire à l’origine liée à une ville. Ils
savent que les produits seront
plus chers, mais ont conscience
de la qualité qui les accompagne », souligne Laurence Bethines, directrice du département
tendances et innovations de
Team Créatif, agence de design
qui a présenté lors de Maison &
Objet une conférence sur le
thème « Comment le branding
French Touch fait vendre ? ».
Nouvelle génération
de marques
Le phénomène touche tous les
secteurs. Et les industriels fabriquant de longue date dans
l’Hexagone ont aujourd’hui
tout intérêt à afficher davantage
ce qu’ils faisaient déjà sans le
dire. D’autant que la donne évolue vite. « En alimentaire, l’arrivée d’une nouvelle génération de
petites marques françaises bouscule les groupes bien installés.
Pour ces derniers, mettre l’accent
sur la French Touch, voire créer
de nouvelles griffes, représente
une bonne façon de redevenir
attractifs », analyse Laurence
Bethines.
Les plus vieux cognacs cherchent à se distinguer
Les magasins Le Slip Français affichent clairement la couleur
en jouant autour du bleu-blanc-rouge et en affichant
en grand la notion de made in France. Photo Didier Delmas
Une nouvelle mention XXO
a été adoptée par la
profession pour les alcools
de plus de 14 ans.
Frank Niedercorn
@FNiedercorn
Très cher marché des « qualités
vieilles ». Ces cognacs les plus âgés
ne représentent que 11,5 % des volumes, mais pèsent 30 % du marché,
soit 1 milliard d’euros. C’est aussi la
catégorie qui croît le plus vite, avec
une augmentation de 7,5 % en
volume sur 2018. Autant dire que
tout ce qui touche à cette catégorie
des cognacs premium, très en
vogue en Asie, est sensible.
L’interprofession vient de se sortir une épine du pied en réglant le
problème de la mention XXO
désormais intégrée au cahier des
charges de l’appellation. Publié à
l’automne, un décret a mis fin à une
querelle au sein des maisons de
négoce. L’histoire commence en
août 2017 quand le géant Hennessy, filiale de LVMH (propriétaire des « Echos »), lance en
grande pompe une bouteille étiquetée « XXO Cognac Hors d’Age »
et vendue 600 dollars dans une
boutique de l’aéroport de Singapour. Une autre boutique doit être
ouverte à Hong Kong. Pour Hennessy, dont la suprématie est
moins évidente en Asie qu’aux
Etats-Unis, l’enjeu est très important. Fureur des concurrents qui y
L’aéroport de Singapour a l’exclusivité de vente de bouteilles étiquetées « XXO Cognac Hors d’Age »
d’Hennessy. Une autre boutique doit être ouverte à Hong Kong. Photo DFS
voient une trop grande proximité
avec la mention XO réservée aux
liqueurs de plus de 10 ans. « C’est la
privatisation d’un bien commun au
profit d’une seule maison », éructent certains.
Eaux-de-vie
d’au moins 14 ans
L’administration estime de son
côté qu’il y a risque de confusion et
que cette mention qui n’existe pas
officiellement « entraîne une tromperie du consommateur », explique-t-on à l’époque à la DGCCRF. A
l’audience, Hennessy exhumera
même une très vieille bouteille
siglée XXO cherchant à prouver
que la marque existait même si elle
avait été abandonnée par la suite.
Cela ne suffira pas et l’administration oblige Hennessy à retirer son
produit.
C’est l’embarras au sein du
Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC) même si c’est
loin d’être la première querelle du
genre sur fond d’innovation marketing. Si Hennessy a finalement
abandonné sa marque, il peut
maintenant en reprendre la commercialisation à l’instar de toutes
les maisons pour des cognacs dont
la plus jeune des eaux-de-vie doit
avoir au moins 14 ans.
« C’est un cadeau à Hennessy »,
juge certains. « C’est une excellente
décision prise à l’unanimité et qui va
permettre à toutes les maisons d’utiliser cette mention. Cela va dans le sens
de la valorisation de nos eaux-de-vie »,
estime Patrick Raguenaud, président du BNIC. Seul risque, voir le
consommateur se perdre un peu
plus sur un créneau des vieux
cognacs déjà encombré de multiples
mentions comme Hors d’Age, Extra,
Ancestral, ou encore Impérial. n
tour de France des centres commerciaux en démarrant par
Le Havre et les Docks Vauban
du 4 mars au 24 mai, avant
d’aller à Nicetoile et aux Terrasses du Port à Marseille.
Cette preuve de l’attractivité
de la dimension hexagonale des
produits, sur la scène internationale mais aussi intérieure, vient
également de marquer le Salon
Maison & Objet. Du 18 au 22 janvier, la manifestation a pris pour
thème « Excuse my french ! ».
« Il existe une nouvelle énergie
venue de petites maisons, de jeunes éditeurs qui osent, qui sont
plus flexibles. Même la notion
d’héritage, de patrimoine se dote
d’un petit “twist” », constate
Vincent Grégoire, de l’agence
NellyRodi, qui a réalisé le forum
de tendances du Salon consacré
à la thématique.
Alors que le pays a réédité
son sommet Choose France
pour attirer les entreprises malgré l’impact du mouvement des
« gilets jaunes » sur l’opinion
internationale, la mise en avant
de la spécificité hexagonale par
les entreprises ne cesse de
monter vis-à-vis de l’étranger
comme de la demande intérieure. « Aujourd’hui, la French
Touch est vue par les marques
comme créatrice de valeur et
Les signes d’origine se multiplient donc sur les emballages.
Le bleu-blanc-rouge se porte
bien. Le Chocolat des Français
décline depuis ses débuts les
trois teintes sur ses packagings
très graphiques. Jacquet fait
figurer un drapeau à l’arrière
d’un dessin de tracteur. Vico
appose sur ses paquets de chips
une petite carte de France pour
évoquer à la fois le pays de fabrication ainsi que l’origine de ses
pommes de terre. Quand Liebig
utilise aussi une représentation
de l’Hexagone pour proclamer
que les légumes de ses veloutés
sont 100 % français.
En boutique aussi, le ton est
donné. Le Slip Français en fournit un bon exemple. Ses magasins, réalisés par l’agence Market
Value, affichent clairement la
couleur dedans comme dehors
en jouant autour du bleu-blancrouge, en affichant en grand la
notion de made in France et en
montrant une grande carte des
ateliers de fabrication.
Le mouvement est bien
lancé. La moitié des briefs de
l’agence Team Créatif dans
l’Hexagone intègre ainsi la valorisation de l’origine. Avec la
nécessité de trouver de nouvelles expressions pour ne pas
banaliser la notion. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
24 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
en
pixels
Netflix a décroché pour la
première fois de son histoire
une nomination pour l’oscar du
meilleur film avec « Roma ».
Avec dix nominations au total, la
chronique familiale du Mexicain
Alfonso Cuarón est à égalité avec
« La Favorite », drame historique
de Yorgos Lanthimos. Les oscars
seront décernés le 24 février
prochain.
Eric Piermont/AFP
HIGH-TECH
&MEDIAS
Netflix en lice
pour les Oscars
Franck Gervais,
nouveau président
de l’UDA
1
Franck Gervais, directeur général
Europe d’Accorhotels passé par
Thalys et Voyages-sncf.com, a été
élu président de l’Union des
annonceurs pour deux ans (20192020). « L’UDA doit apporter des
solutions concrètes sur la
transparence, l’efficacité, et […]
l’utilisation responsable des data »,
a-t-il souligné.
MILLION
Free a annoncé avoir franchi
le cap du million d’abonnés
à une offre fibre optique.
En un an, il a quasiment
doublé son parc d’abonnés
fibre en recrutant plus de
420.000 nouveaux abonnés.
Il dispose de 10 millions de
prises raccordables (+50 %).
Le gendarme des télécommunications
remet la pression sur Orange
TÉLÉCOMS
Les chiffres clefs
Trois mois après une
première mise en
demeure, l’Arcep tance
à nouveau Orange sur
un autre sujet : l’accès
des opérateurs
concurrents
à son réseau cuivre.
30
MILLIONS
Le nombre de lignes
cuivrées.
2
Sébastien Dumoulin
@sebastiendmln
La décision a été publiée discrètement sur le site de l’Arcep mercredi
dernier. Le gendarme des télécoms
y sermonne à nouveau Orange,
accusé de ne pas respecter ses obligations vis-à-vis des autres opérateurs lorsqu’il leur met à disposition
son réseau cuivré historique.
Les 50 pages de la décision sont
techniques, juridiques – en un mot,
arides. Mais le message est très clair.
Après des années de récriminations
des concurrents, l’Arcep a fini par
ouvrir une enquête sur les pratiques d’Orange en décembre 2017. Et
le gendarme n’a pas été satisfait, ni
de ce qu’il a découvert ni des réponses apportées par Orange. Une procédure de sanction a été ouverte en
septembre et la mise en demeure
est tombée le 18 décembre.
Héritier du réseau historique cuivré de France Télécom déployé
dans les années 1970, Orange est
tenu d’y laisser accéder ses concurrents, car ceux-ci ne pourraient pas
déployer 1 million de kilomètres de
câbles et 15 millions de poteaux
dans des délais et à un coût raisonnable. Seulement, qu’il s’agisse du
marché de gros à destination des
entreprises ou des lignes dégroupées à destination des particuliers,
Orange n’est pas à la hauteur en termes de délais, de qualité ou de service après-vente.
MILLIARDS D’EUROS
Les deux amendes
encourues par Orange.
Pour Fabienne Dulac, la patronne d’Orange France, « Orange est revenu dans le vert en novembre et en décembre
sur les sept indicateurs fixés par l’Arcep ». Photo Eric Piermont/AFP
Sur divers indicateurs, l’Arcep
demande au groupe piloté par Stéphane Richard de rentrer dans les
clous, avec des seuils à respecter
chaque trimestre de l’année 2019.
Faute de quoi, Orange pourrait être
sanctionné. L’amende maximale
encourue est de 5 % du chiffre
d’affaires de l’opérateur en France,
soit près d’un milliard d’euros.
« Le réseau cuivre est
vieillissant et sursollicité »
Cet avertissement est d’autant plus
fâcheux pour Orange qu’il s’agit du
deuxième en l’espace de quelques
mois. Fin octobre, l’Arcep avait déjà
mis en demeure l’opérateur. Il s’agissait alors du service universel – c’està-dire de la fourniture par Orange
d’un raccordement et d’un service de
téléphonie fixe à des prix abordables
pour près de 2 millions de foyers.
Mais entre les poteaux à terre et les
câbles cassés, les coupures se sont
multipliées dernièrement et l’Arcep
a sorti son sifflet. Un autre dossier
sur lequel l’opérateur risque une
autre amende de la même ampleur.
Pour remettre d’aplomb le
réseau de 30 millions de lignes cuivrées, Stéphane Richard avait
annoncé aux « Echos » fin novembre le recrutement de 200 techniciens supplémentaires et une
hausse de 17 % du budget de maintenance par rapport à celui de 2017
(environ 500 millions d’euros).
« Cette nouvelle mise en demeure
part du même fait générateur, fait
valoir Fabienne Dulac, la patronne
d’Orange France. Le réseau cuivre est
vieillissant et sursollicité. Nous avons
dû affronter l’an dernier un accroissement inédit des tempêtes et impacts de
foudre sur le territoire national, sans
compter les vols de câble et les “pelleteuses malheureuses” qui sectionnent
des câbles. Ce week-end à Aubervilliers, 27 câbles ont été brisés, privant de réseau 100.000 clients 4G et
des milliers de clients ADSL. » L’opérateur assure s’être mobilisé avec
succès. Fabienne Dulac en veut pour
preuve que, dans le dossier du service universel, « Orange est revenu
dans le vert en novembre et en décembre sur les sept indicateurs fixés par
l’Arcep ».
280 recrutements
sur le marché entreprise
Les mêmes causes ayant les mêmes
effets, l’amélioration devrait se
refléter dans les indicateurs de qualité des offres de gros – d’autant que
l’opérateur a recruté 280 chargés
d’étude sur le marché entreprise
depuis septembre, portant les effectifs de ces spécialistes des petites
opérations d’infrastructure à destination des professionnels à 1.800.
Orange est donc confiant : « Le
risque de sanction n’existe que si
Orange ne se conforme pas à cette
mise en demeure, à ce stade il n’existe
donc pas de risque financier direct. »
Chez ses concurrents, certains sont
moins indulgents et font remarquer que ce nouveau front est
encore plus problématique que
celui du service universel. Le nombre de lignes concernées est autrement plus important.
Des opérateurs alternatifs évoquent même la possibilité de
s’appuyer sur la décision de l’Arcep
pour aller au tribunal de commerce
et demander réparation du préjudice. « Les opérateurs tiers n’ont pas
besoin de l’Arcep. Leurs contrats sont
beaucoup plus précis, juge Fabienne
Dulac. D’ailleurs, nous n’avons
aucun contentieux ouvert à ce jour
sur le sujet. » n
La marque du groupe
Huawei lance
son tout dernier
modèle à Paris.
Elle a vu ses ventes
progresser de 80 %
dans l’Hexagone
en un an.
« Paris est notre ville porte-bonheur.
Et il neige, ce qui est un bon présage en
Chine, le synonyme de récoltes abondantes », sourit Georges Zhao, le
président d’Honor. Pour la seconde
fois de son histoire, la marque
« jeune » du groupe Huawei a choisi
l’Hexagone pour lancer son nouveau modèle haut de gamme, le
View 20. « Notre stratégie mondiale
est d’intégrer le Top 5 des constructeurs de smartphones d’ici à fin
2020 », pointe le patron. « Mais en
France, nous sommes déjà le cin-
quième acteur en volume, et
même le quatrième en
valeur. L’objectif, ici, c’est de
monter sur la troisième marche du podium ! » Une troisième marche actuellement
occupée par… Huawei, encore à
une distance respectable d’Apple
et de Samsung.
Les deux géants souffrent, dans
un marché mondial qui décroît
(–3 % sur les neuf premiers mois de
l’année selon IDC). Avec ses deux
marques – Huawei et Honor – le
groupe chinois leur taille des croupières. A l’international, la marque Honor affiche une insolente
croissance de 170 % de ses ventes.
En France, où elle s’est lancée en
2014, elle explique avoir progressé
de 80 %.
Ho
n
TÉLÉPHONIE
or
Honor vise la troisième place du marché français du smartphone
Innovations en pagaille
Pour séduire son public, Honor
mise sur des prix raisonnables – le
tout dernier modèle s’affiche à
569 euros – et des innovations en
pagaille. Loin d’être une sous-marque du groupe Huawei, les modèles
Le View 20 intègre
l’appareil photo frontal
dans un petit cercle
de 4,5 mm de diamètre
découpé dans la dalle
LCD.
d’Honor sont parfois en avance
techniquement sur ceux de la maison mère.
Son dernier-né est ainsi le tout
premier à offrir un écran occupant
toute la surface du téléphone sans
sacrifier au « notch », l’encoche
imaginée par Apple sur ses derniers
modèles et largement imitée par la
concurrence. La caméra frontale
du View 20 est logée dans un coin,
sous la forme d’un minuscule cercle
de 4,5 mm de diamètre. Connaissant son public cible, la marque
propose également un système de
refroidissement hydraulique intégré au téléphone, pour dissiper la
chaleur générée, notamment, par
les jeux vidéo. Le View 20 sera aussi
le premier à permettre de jouer au
jeu phénomène des cours de
récréation, Fortnite, avec une
vitesse de 60 images par seconde,
contre 40 actuellement.
Honor bénéficie tout de même de
la R&D de Huawei. Ses téléphones
embarquent les puces maison,
notamment pour l’intelligence artificielle. Et Georges Zhao ne croit pas
« Honor n’est pas
une marque
de luxe. »
GEORGES ZHAO
Président d’Honor
que les déboires de Huawei – qui
voit les marchés occidentaux se fermer à ses équipements réseau sur
fond de soupçons d’espionnage –
aient des répercussions sur le marché grand public.
Honor a ouvert un magasin éphémère à La Défense en fin d’année
dernière. Mais la marque ne compte
pas imiter son concurrent et compatriote Xiaomi, qui vient d’ouvrir un
magasin sur les Champs-Elysées.
« Un tel emplacement coûte très cher,
estime Georges Zhao. Nous préférons investir dans le plus important :
le produit. C’est comme cela que le consommateur pourra en tirer le plus de
profit. Honor n’est pas une marque de
luxe. » — S. Dum.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
HIGH-TECH & MEDIAS // 25
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
INTERVIEW // OLIVIER SCHRAMECK Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel
« Le législateur doit renforcer
les pouvoirs du CSA »
Propos recueillis par
Fabienne Schmitt
@FabienneSchmitt
lors que le ministre de la
Culture et de la Communication, Franck Riester, a
annoncé lundi sur RTL que la future
loi audiovisuelle donnerait plus de
pouvoirs au CSA, Olivier Schrameck suggère quelques pistes.
A
Dans quel état d’esprit
quittez-vous votre mandat
de président du Conseil supérieur de l’audiovisuel ?
Je sors de cette expérience avec de
très grandes satisfactions, mais
aussi avec des déceptions réelles,
passionné que je suis par l’importance des questions de communication. Somme toute, je dirais que je
pars sur un bilan positif, mais
incomplet. Le CSA a eu un rôle
important sous mon mandat, avec
des pouvoirs renforcés, mais mon
grand regret, c’est qu’il n’ait pas été
pleinement reconnu par le législateur comme régulateur numérique.
Dès le début de votre mandat
vous avez pourtant obtenu
des pouvoirs supplémentaires
pour le CSA...
J’avais souhaité introduire toute
une série de dispositions économiques : certaines ont été acceptées et
d’autres ont fait l’objet d’un report,
car on avait prévu une deuxième
grande loi audiovisuelle… qui n’est
jamais venue. Déjà, à l’époque,
j’avais des doutes, mon expérience
m’ayant montré qu’en cinq ans il est
difficile de faire deux lois audiovisuelles. Or, le CSA a été conçu à l’ère
prénumérique, il faut le renforcer
pour qu’il joue pleinement son rôle.
Si on veut qu’il fasse appliquer le
droit avec force, il faut lui donner les
moyens juridiques de le faire.
Vous faites allusion à l’un des
points noirs de votre mandat
quand le retrait de l’autorisation d’émettre de la chaîne de
télévision Numéro 23 a été
retoqué par le Conseil d’Etat ?
Notamment, oui. Il nous a été reproché de ne pas avoir eu les documents à temps pour prouver les
faits frauduleux qui justifiaient le
retrait d’autorisation. Le problème,
c’est qu’on les avait demandés sans
pouvoir les obtenir. Si on donnait au
CSA des pouvoirs de perquisition,
comme on l’a fait récemment pour
l’Arcep, le régulateur des télécoms,
ce problème n’existerait plus.
L’un de vos grands regrets,
c’est le refus du législateur
pour que le CSA fasse
de la régulation ex ante…
L’idée était simple : alors que les
autres autorités de régulation
(l’Autorité de la concurrence,
l’Arcep…) font surtout de la régulation ex post, le CSA aurait privilégié
une régulation ex ante : une régulation souple par directives. Le législateur ne nous a pas jusqu’ici donné
cette compétence et je le regrette.
Car la logique de la régulation c’est
de préfigurer, d’orienter et de corriger lorsqu’un déséquilibre se crée
dans un secteur. J’espère, pour mon
successeur, que cela pourra être fait
dans la future loi audiovisuelle.
Vous vous êtes aussi battu
notamment pour que le CSA
contrôle plus l’audiovisuel
public.
Quand je suis arrivé, je me suis rendu
compte que le contrôle du CSA sur le
service public était ténu et superficiel par rapport au privé. Par exemple, l’Etat actionnaire de France Télévisions et de Radio France a un droit
de préemption sur les fréquences
libérées. Le CSA est un guichet,
obligé de les lui attribuer si le ministre en fait la demande, même si cela
n’a pas de sens économique dès lors
que le pluralisme n’est pas en cause.
On nous a en revanche donné le droit
de rendre un avis sur les contrats
d’objectifs et de moyens, et de réaliser des études d’impact sur le service
public. Tout cela était substantiel,
mais incomplet. Autant je suis
ouvert au changement du mode de
désignation des patrons de sociétés
d’audiovisuel public [le gouvernement voulant le retirer au CSA,
NDLR], autant je pense qu’en contrepartie le CSA devrait pouvoir réguler
les chaînes de télévision publiques à
l’instar des privées.
« La logique
de la régulation
c’est de préfigurer,
d’orienter et
de corriger lorsqu’un
déséquilibre se crée
dans un secteur. »
Vous avez beaucoup développé
les relations avec les autres
régulateurs européens,
à quoi cela a-t-il servi ?
C’est l’une de mes plus grandes fiertés : j’ai fait en sorte que l’ soit créé,
l’organisme qui fédère les CSA européens. Jusqu’à mon arrivée, ceux-ci
n’existaient pas de manière collective. Cela a permis d’étendre notre
compétence aux réseaux sociaux,
de promouvoir la création française et européenne grâce à la révision de la directive européenne. L’ a
notamment défini les conditions
d’indépendance de ces autorités de
régulation. J’attache beaucoup
d’importance à la régulation européenne. Mon vœu est que cet acquis
puisse prospérer.
Sur le numérique, l’un
des grands chantiers de votre
mandat, le CSA n’a pas réussi
à obtenir un vrai pouvoir de
régulation des plates-formes.
Non, la directive révisée étend la
régulation précisément aux plates-
formes numériques. La directive
SMA, qui va sans doute permettre
de faire contribuer les Gafa à la création audiovisuelle, est un remarquable succès. Mais il faut aller
beaucoup plus loin dans la régulation numérique. Attention cependant à ne pas vous méprendre : je
n’ai jamais été favorable à réguler
l’Internet, contrairement à ce qui a
parfois pu être dit. Cela serait un
danger pour les libertés publiques.
Dans l’idéal, je pense qu’il faut un
système où les fournisseurs d’accès
à Internet se contrôlent eux-mêmes
et où le CSA vérifie que ceux-ci
jouent bien ce rôle de modération
auquel ils se seront engagés. Soit, de
la « suprarégulation » : c’est cela
l’avenir de la régulation.
Comment les grands groupes
audiovisuels peuvent-ils résister aux disrupteurs numériques à peine régulés ?
Aujourd’hui, on se rend compte
que, si l’on veut développer nos
médias, il faut qu’ils marchent sur
plusieurs jambes. Je pense que ce
que l’on appelle le média global sera
le phénomène économique de
demain. C’est pourquoi, les règles
limitant la concentration entre télévisions, radios et presse écrite sont,
à mon sens, complètement dépassées. Si l’on veut que notre monde
audiovisuel se développe, il faut
lever des verrous.
Dans quels autres domaines,
le CSA doit-il être compétent ?
J’aurais souhaité que le CSA ait une
vraie compétence en matière de
droit d’auteur car les grands problèmes économiques du secteur concernent souvent ces questions,
comme, par exemple, la portabilité
des programmes et sa contrepartie,
ou encore le droit à rémunération
réclamé aux plates-formes qui
indexent les contenus audiovisuels.
La question très sensible de la
chronologie des médias mérite que
Denis Allard/RÉA
l Olivier Schrameck quitte ses fonctions le 24 janvier.
l Le président de la République a proposé Roch-Olivier Maistre, rapporteur
général et président de chambre à la Cour des comptes, pour lui succéder.
Olivier Schrameck : « J’ai fait en sorte que l’ERGA soit créé. [...]
Cela a permis d’étendre notre compétence aux réseaux sociaux,
de promouvoir la création française et européenne grâce
à la révision de la directive européenne. »
le CSA y soit associé. Savoir si un distributeur vertueux a tant de mois en
moins pour pouvoir diffuser ses
films, par rapport à un distributeur
qui ne respecte pas les règles, ce sont
des problèmes qui nous touchent
tout autant que le CNC. D’ailleurs
d’une manière générale, j’ai toujours plaidé pour une coopération
plus étroite entre le CNC et le CSA. Je
trouve très dommage que le CNC
n’ait pas entrepris avec nous des initiatives visant à valoriser le patrimoine cinématographique qui est
une grande part de notre culture.
« J’aurais souhaité
que le CSA ait
une vraie compétence
en matière de droit
d’auteur. »
Vous êtes contre une fusion
Arcep-CSA, que proposezvous ?
Pendant tout mon mandat je me
suis efforcé de développer la collaboration entre les différentes autorités de régulation, que ce soit
l’Arcep, l’Autorité de la concurrence, l’Hadopi… Je pense que, plutôt que des fusions, il faut organiser
et institutionnaliser la coopération
entre les différentes autorités.
Y a-t-il eu des dossiers gérés
en secret sous votre mandat
dont vous pouvez parler
aujourd’hui ?
Je pense que ce que j’ai réussi, c’est
commencer à ancrer l’habitude de
faire appel au CSA en cas de contentieux. Le CSA a dénoué des différends en toute discrétion, comme,
par exemple, les conditions de maintien de Roland-Garros sur France
Télévisions, qui se sont négociées ici,
y compris sur le prix à payer, en présence des acteurs concernés. Ou
encore le désistement de Sud Radio,
qui voulait déposer un recours susceptible de faire tomber les autorisations d’émettre de plusieurs chaînes
de la TNT, lancées en 2012. Parmi celles-ci, certaines ayant aussi des intérêts dans la radio s’opposaient
notamment à la fréquence Ile-deFrance de Sud Radio devant le juge.
Le contentieux sur les chaînes de la
TNT ayant, à mon sens, de grandes
chances d’aboutir, j’ai pris le parti de
suivre l’affaire en demandant à chacun de renoncer au contentieux.
Cela a réussi. La régulation économique n’est pas que juridictionnelle :
c’est le plus souvent une régulation
informelle, mais toujours sous le
contrôle du juge. n
Google montre patte blanche
à Berlin
INTERNET
Le groupe a inauguré
son nouveau siège
dans la capitale.
Ninon Renaud
@NinonRenaud
— Correspondante à Berlin
Trois mois après avoir renoncé à
ou v r i r u n camp u s d é dié aux
start-up dans le quartier alternatif
de Kreuzberg à Berlin, Google a
voulu montrer patte blanche
mardi lors de l’inauguration de son
siège de 8.500 mètres carrés sur
quatre étages situé au centre de la
capitale allemande, en bordure de
la Sprée. Ballons colorés à l’entrée,
visite des bureaux paysagers agrémentés de salles de réunions au
nom de chansons berlinoises
comme « 99 Luftballons » et d’une
salle de massage, arrêts au stand
barista de rigueur : le géant américain de l’Internet a mis les petits
plats dans les grands.
Il a aussi pris soin d’annoncer
pour l’occasion la signature d’un
partenariat avec le syndicat des services Ver. di et les chambres de
commerce et d’industrie de
Munich et Haute-Bavière et de
Düsseldorf en faveur de l’éducation
numérique. L’objectif est d’identifier les besoins en compétences
nouvelles liées à la digitalisation de
l’économie pour proposer des formations adaptées dans les différents secteurs d’activité.
Un ensemble de cours de formation de base sera par ailleurs mis à
disposition gratuitement par Google pour les entreprises et les particuliers sur une plate-forme en
ligne. « Seulement un peu moins
d’un quart de nos entreprises membres se considèrent bien positionnées
dans le domaine du numérique. Il y a
donc beaucoup à faire », s’est félicité
Armin Barbalata, directeur du
numérique de la CCI de Munich et
Haute-Bavière.
Ancré dans l’économie
allemande
Pour marquer son ancrage dans
l’économie allemande, Google recevait le soir même pour sa cérémonie d’inauguration la ministre en
charge du Digital, Dorothee Bär,
ainsi que 250 représentants des
milieux économiques, sociaux et
politiques. « De nombreux produits
clefs de Google, y compris certains de
nos outils mondiaux de protection de
la vie privée, ont été développés par
nos ingénieurs allemands », souligne Sundar Pichai, directeur général du groupe, qui promet de nouveaux investissements sans en
préciser le montant.
Malgré l’animosité de certains
habitants qui craignent que la présence de Google ne fasse flamber
plus encore les prix des loyers de la
ville, « c’est une période excitante
pour Google à Berlin. La ville se développe de plus en plus pour devenir un
centre de la scène des start-up et un
moteur de l’innovation », poursuit
Sundar Pichai.
Le bâtiment, construit dans les
années 1890 pour abriter une clinique gynécologique, accueille
depuis fin décembre les
130 employés de Google qui étaient
installés à proximité, de l’autre côté
de la Sprée. Mais il peut en abriter
plus du double, soit 300 personnes.
Troisième site le plus important
après les sièges de Hambourg et de
Munich, sur les quatre que possède
Google en Allemagne, B erlin
accueillera notamment une équipe
dédiée à l’intelligence artificielle, un
espace YouTube ainsi qu’un centre
de formation au numérique « Google Future Workshop ». n
CYBER SÉCURITÉ : QUEL RÔLE
POUR LA DIRECTION FINANCIÈRE ?
Comment répondre aux nouvelles exigences en matière de protection
des données ? Comment s'adapter pour faire face aux cyber-risques
d'aujourd'hui et de demain ? Quelles sont les bonnes pratiques à mettre
en place pour limiter les risques ?
Débat animé par Cécile DESJARDINS, journaliste - Les Echos
Jean BOUQUOT
Président - CNCC
Guillaume POUPARD
Directeur général - ANSSI
Nathalie MALICET
Vice-Présidente de
la Commission Numérique
et Innovation - CNCC
Bertrand GUEGANO
Directeur Financier
Groupe - OCEANET
TECHNOLOGY
Lundi 28 janvier 2019 - 18h30 à 20h00
Auditorium, 10 bd de Grenelle 75015 Paris
En partenariat avec
Informations & inscription gratuite
01 87 39 85 33 - aairoldi@lesechos.fr
Nombre de places limité & réservé aux CFO/DAF
Un événement
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
26 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
START
UP
LE BUZZ
e
Les contributions citoyennes au
grand débat national ont démarré
lundi dernier. Et c’est une start-up
française qui est à la manœuvre. Cap Collectif
est une civictech qui met à disposition d’associations, d’institutions publiques et privées une
plate-forme de six applications participatives
en mode SaaS. Lancée en 2014, la jeune pousse
revendique 750 projets menés avec 130 clients.
a Plus d’informations sur start.lesechos.fr/
entreprendre/actu-startup
ERRATUM
Q
1,3
MILLION D’EUROS
Tridimeo vient de lever des fonds
auprès de Sofimac Investment Managers et de CEA Investissement. La
start-up d’IncubAlliance a mis au point
des solutions d’imagerie 3D multispectrale pour l’industrie manufacturière.
Contrairement à ce que nous avions
indiqué dans l’article consacré à la
levée de fonds de Wynd dans l’édition
du 22 janvier, c’est bien Natixis, banque de financement, de gestion et de services financiers qui est
le principal investisseur. Le montant de sa participation n’est pas révélé, mais elle doit permettre à
la jeune pousse parisienne spécialisée dans les
solutions logicielles de gestion de flux financiers
et logistiques de croître à l’international.
Adidas choisit
Station F pour
accompagner
les start-up
SPORT
La marque allemande
va incuber 13 jeunes
pousses mondiales à
Paris pour renforcer
son attractivité.
Guillaume Bregeras
@gbregeras
Planté là, au milieu de la gigantesque halle de Station F, l’artiste
Pharrell Williams harangue une
foule acquise à sa cause. L’auteur du
hit planétaire « Happy » est à Paris
pour la Fashion Week, mais a tenu à
faire un détour par le 13e arrondissement pour voir ce campus dont la
notoriété a traversé l’océan Atlantique. Pharrell Williams, c’est aussi
l’une des têtes de proue d’Adidas,
avec qui il cocrée des produits. Et
c’est pour célébrer le lancement de
l’incubateur de la marque allemande qu’il s’est prêté à l’exercice.
Car pour Adidas, l’enjeu est important. Dans la grande bataille
d’image à laquelle se livrent les marques de sport, paraître comme innovant est un avantage clef.
Platform A, c’est le nom de ce
nouvel incubateur, va donc accompagner 13 start-up pendant les
six prochains mois. Un million
d’euros auront été nécessaires
pour développer ce programme
dont l’objectif est clairement de
détecter des jeunes pousses qui
peuvent aider concrètement le
géant européen à s’imposer comme
un leader mondial.
Plug & Play aux manettes
Pour déterminer les heureuses
élues, Adidas a procédé à une sélection drastique et internationale
parmi 400 candidats et s’est appuyé
sur la structure américaine Plug &
Play, connue pour sa faculté à con-
Synapse, outil
d’aide à la
prescription
MÉDICAL
La start-up a signé
un accord-cadre
avec l’hôpital
pour démarrer
des essais cliniques.
Frank Niedercorn
@FNiedercorn
— Correspondant à Bordeaux
L’artiste Pharrell Williams, en visite à Station F, en compagnie de Xavier Niel. Photo Cinemi
necter start-up et grands groupes.
Parmi les lauréates, certaines ont
déjà reçu un soutien financier de la
part d’Adidas via une prise de participation, sans que l’on sache lesquelles. Si la majorité est d’origine
américaine, deux d’entre elles sont
françaises. C’est le cas de Vekia, dont
le logiciel optimise la chaîne logistique en s’appuyant sur les données
des clients. Et Running Care, dont
l’application permet aux coureurs
de prévenir les petits pépins physiques qu’ils peuvent rencontrer.
Cette promotion de pépites tech
se divise en trois secteurs : digital,
distribution et santé. Et au terme des
six premiers mois, Adidas se fixe
pour objectif de mener un pilote
avec l’une des start-up dans chacun
de ces trois piliers. La marque allemande veut leur permettre de tester
leurs produits ou leurs services
directement avec ses consommateurs, notamment à travers son
nouveau magasin flagship, situé sur
les Champs-Elysées.
Il est encore évidemment trop tôt
pour évaluer l’impact que ces jeunes pousses auront sur l’avenir
d’Adidas, mais le choix de Paris et de
Station F pour mener cette expéri-
mentation prouve que le spécialiste du sport a identifié l’écosystème
français comme le plus adéquat
pour démarrer un projet. Quitte à
l’exporter ensuite dans d’autres
grandes capitales mondiales.
4
À NOTER
Les 13 start-up de l’incubateur
d’Adidas sont : Blue Bite,
Overtime, SneakerCrypt,
Storr, Yeay/Wom, Eyecandylab,
Hero, Radius8, Stuffstr, Vekia,
Neurun, Running Care.
Overtime est l’une des stars du programme d’Adidas
à Station F. Financée par Andreessen Horowitz
et le basketteur Kevin Durant, cette start-up américaine
est un média vidéo dédié au sport universitaire
et amateur. Elle présente des clips des meilleures actions,
de challenges et les partage sur les réseaux sociaux.
Lors de ses quinze premiers mois d’activité, elle avait
déjà enregistré le partage de 1 milliard de vidéos.
Une levée de plusieurs
millions d’euros
Shutterstock
DR
John Lewis Parternship
Trois jeunes pousses du programme Adidas
Stuffstr, start-up originaire de Seattle, a conçu une appli
sur laquelle sont enregistrés les achats de son utilisateur
par marque. Lorsque celui-ci veut s’en séparer,
il le déclare et la pépite lui donne un prix de rachat.
S’il valide l’offre, elle lui envoie une carte cadeau du
montant équivalent à dépenser avec la même marque.
Stuffstr se charge de collecter l’objet pour le vendre
ensuite sur les plates-formes de seconde main.
Running Care Seul représentant tricolore
des applis grand public du programme, il se destine
aux pratiquants de la course à pied en les aidant
à travers des conseils personnalisés, pour prévenir des
blessures ou les gérer une fois qu’elles interviennent.
Née de la rencontre d’un médecin du sport
et d’un expert en transformation numérique,
la jeune pousse travaille avec Adidas depuis 2017.
Comment HAVR sécurise ses serrures connectées
DOMOTIQUE
La start-up innove sur
le marché des serrures
connectées avec le li-fi
et lève 1 million d’euros.
Nicole Buyse
— Correspondante à Lille
On lui souhaite le même destin que
Ring, start-up revendue à Amazon
pour 1 milliard de dollars. HAVR,
pépite tricolore créée en octobre 2017 et incubée au sein du programme Scale de l’accélérateur
Peut-on prescrire la colchicine à
un patient souffrant d’insuffisance rénale ? Quelles sont les
interactions entre le kétoprofène, l’ibuprofène, le coumadin et le méthotrexate ? Pour
répondre à ces questions, un
médecin embarrassé a longtemps eu recours au bon vieux
dictionnaire Vidal ou à un confrère. Il pourra bientôt les poser,
à l’écrit ou à l’oral, via un ordinateur ou son smartphone, à la
plate-forme développée par
Synapse Medicine. Et même
analyser une ordonnance en la
prenant simplement en photo.
Pour développer son logiciel,
la jeune société s’est appuyée
sur les possibilités extraordinaires de l’intelligence artificielle.
« Le constat, c’est que la médecine
se complexifie, notamment dans
le cas des patients présentant plusieurs pathologies. C’est là que
l’intelligence artificielle entre en
jeu, car elle est désormais à l’aise
avec les données non structurées
– ce qui est le cas pour 80 % des
données médicales », résume
Clément Goehrs, cofondateur et
PDG de Synapse Medicine, qui a
fait ses études à Bordeaux avec
un cursus en médecine en
bioinformatique puis à Stanford avec un MBA.
d’EuraTechnologies, sera présent
au CES pour y présenter BrightLock,
sa serrure intelligente à ouverture
lumineuse. Et, pour se démarquer,
la jeune pousse a reçu le CES 2019
Innovation Award Honoree, dans la
catégorie « Smart Home ».
BrightLock s’ouvre simplement
avec le flash d’un smartphone mais
reste très sécurisé grâce à l’utilisation du réseau li-fi. Cela prend forme
avec « la transmission d’informations par un signal lumineux, possible depuis l’émergence de nouvelles
LED, souligne Simon Laurent,
cofondateur de la start-up avec
Alexandre Ballet. Cette technologie
amène Internet partout même là où il
n’y a pas d’accès wi-fi. » BrightLock
est constitué d’un barillet de serrure
hybride – clef mécanique ou électronique – dont le boîtier contient
une carte électronique dotée d’une
application développée par la
start-up. Le code d’ouverture est
encrypté dans le flash du smartphone. Et quand le flash lumineux
passe devant la serrure, la porte
s’ouvre. Le faisceau lumineux entre
alors dans le barillet via une fibre
optique incorporée dans le cylindre.
Récupérer de la data
La serrure intelligente existait déjà,
mais via le Bluetooth, qui peut être
piraté ou perturbé par des interfé-
rences. Le système de flash lumineux d’HAVR opère en outre dans
un périmètre restreint avec un code
à usage unique. Les entreprises peuvent ainsi gérer à distance l’accès à
leur site à des prestataires à qui on
envoie cette clef digitale, à la durée
de vie limitée. « Cela permet de récupérer de la data et de faire de l’analyse
des flux des prestataires : voir qui est
passé et quand, si la personne est bien
entrée et sortie, si la porte est bien fermée », ajoute Simon Laurent.
HAVR a lancé depuis deux semaines des tests pilotes auprès d’une
vingtaine d’entreprises, pour une
cinquantaine de serrures et en
attend des « retours d’usage ». Grâce
à une première levée de fonds
en juillet, dont il ne révèle pas le
montant, HAVR va lancer la production de 3.000 à 5.000 pièces.
Mais il prépare une nouvelle levée
pour passer à une plus grosse volumétrie : de 20.000 à 30.000 pièces
en 2019. La commercialisation
devrait être lancée à la fin du premier trimestre 2019.
HAVR se concentre pour l’instant
sur le marché des professionnels,
mais compte viser ensuite celui des
particuliers. Il table sur un chiffre
d’affaires de 150.000 euros en 2019
avec un effectif qui atteint déjà
12 personnes, et 1 million d’euros
en 2020 avec 23 à 26 personnes. n
La plate-forme a été entraînée
sur 19 millions d’ordonnances
non nominatives et gère
900 millions d’informations sur
20.000 médicaments. Depuis
septembre dernier, elle a été testée par 350 médecins. Le lancement commercial est en préparation avec une formule
d’abonnement qui sera de
30 euros par mois. Synapse
Medicine, créé en 2017 après
deux ans de recherche avec
Louis Létinier, médecin et
datascientist, et Bruno ThiaoLayel, ingénieur, exploite un
brevet appartenant au CHU de
Bordeaux. L’entreprise vient de
signer un accord-cadre avec
l’établissement qui prévoit de
lancer un projet de recherche
clinique avec les services de
médecine gériatrique.
Synapse Medicine a été soutenu dès l’origine par bpifrance
et la région Nouvelle-Aquitaine
à hauteur de 250.000 euros. Clément Goehrs affirme avoir déjà
bouclé une levée de fonds de
plusieurs millions d’euros :
« Nous le dévoilerons dans quelques semaines. La confiance de
n o s i nve s t i s s e u rs e s t b i e n
entendu liée à notre partenariat
avec un hôpital de la taille d’un
CHU, un des premiers accords de
ce type en Europe. » Synapse
Medicine pourrait ensuite rapidement lancer un service destiné aux patients eux-mêmes. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 27
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
en
direct
ÎLE-DE-FRANCE La première
édition du festival électro
Inasound, qui devait se tenir en
décembre au palais Brongniart
à Paris et avait été annulé
en raison des manifestations
des « gilets jaunes », se déroulera
les 20 et 21 avril. Il est organisé
par l’Institut national
de l’audiovisuel et parrainé par
le musicien Jean-Michel Jarre.
David Kimelfeld a annoncé
dans une interview au
« Talk »sur le site du Figaro sa
candidature en 2020 à la métropole de Lyon que Gérard Collomb
lui avait confiée à son départ
pour le ministère de l’Intérieur.
« Je vais rester président jusqu’à
la fin et surtout porter un projet
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES
Shutterstock
PME
&REGIONS
Lyon : Klimelfeld
candidat
à la métropole
Un festival électro
à la Bourse reporté
pour cette métropole au-delà
de 2020. J’ai pris en main cette
métropole et je ne le ferai non pas
seul mais collectivement »,
ajoute-t-il. Autodidacte, infirmier
avant de devenir chef d’entreprise,
il est par ailleurs maire
du 4e arrondissement de Lyon
depuis 2011 . En quittant
le gouvernement, Gérard Collomb
avait indiqué vouloir être candidat à la mairie et à la métropole,
où sont concentrés l’essentiel des
pouvoirs.
Avec Internet, la distribution automobile
roule vers de nouveaux modèles
LamiraultSchumacher,
une alliance
poids lourd
l C’est l’heure de la concentration pour les concessions de marque.
l Objectif : atteindre une taille critique pour disposer des moyens de faire évoluer
son organisation vers le « phygital »
Ce nouveau groupe
va consolider ses positions
sur ses marques phares,
Renault, Toyota et
Volkswagen, et développer
son offre de luxe.
AUTOMOBILE
Christine Berkovicius
— Correspondante à Orléans
Après avoir obtenu l’aval de l’Autorité de la concurrence le mois dernier, Lamirault, basé à Chartres
(Eure-et-Loir), et Schumacher à
Puteaux (Hauts-de-Seine) ont uni
leurs destinées au sein d’un nouveau groupe de distribution automobile qui emploie près de
1.350 salariés. L’ensemble représente 50 sites, 20 marques et réalise
880 millions d’euros de chiffre
d’affaires. Il commercialise environ
50.000 véhicules par an, dont
30.900 véhicules neufs, essentiellement sous les marques Renault, la
plus vendue, Toyota et Volkswagen.
Lamirault pèse 40 % dans le nouveau groupe, Schumacher 60 % et
leurs deux patrons se partagent le
pilotage de la nouvelle entreprise.
Paul Molga
— Correspondant à Marseille
Encore une fusion record dans
l’univers des concessions automobiles. Après les groupes Mary et
Tuppin, puis Lamirault et Schumacher l’an passé, c’est au tour des
familles Baconnier et Delieuvin de
sceller leur destin en rapprochant
une partie de leurs affaires dans une
même société baptisée « Synethis ».
Le périmètre concerne les marques
Renault, Dacia et Alpine distribuées sur 14 sites entre Gap (Hautes-Alpes) et Arles (Bouches-duRhône). Ce nouvel ensemble
détenu à parts égales écoulera plus
de 10.000 véhicules neufs et couvrira les prestations habituelles des
concessions : ventes de véhicules
d’occasion, de pièces détachées,
d’heures d’atelier et de location
automobile. Il pèsera cette année
280 millions d’euros de chiffre
d’affaires avec 500 salariés.
« Cette opération nous permet de
devenir un acteur significatif dans
notre métier avec une taille et une
cohérence géographique qui permettent d’être plus performant et de
répondre à l’exigence accrue des
constructeurs en termes d’aménagement de nos sites et de gestion de
stocks », explique Yann Delieuvin,
directeur général de la nouvelle
société. Les concessions répondent
à des cahiers des charges de plus en
plus stricts qui les obligent, par
exemple, à refaire leur intérieur
tous les cinq ans. « Nos besoins en
fonds de roulement explosent »,
assure le patron.
Explosion des ventes
en ligne
Elles doivent également s’adapter
au développement des ventes en
ligne. « C’est un nouvel outil commercial, y compris pour nos implantations physiques », poursuit-il.
Dans sa concession de Fréjus, où
opèrent déjà quatre vendeurs, un
nouveau commercial a ainsi été
Nouveaux acteurs
« Il s’agit avant tout d’une histoire
d’hommes, nous nous connaissons
bien, nos parents se fréquentaient
déjà », explique Edouard Schumacher, président du directoire. Mais
ce rapprochement entre deux
entreprises familiales permet aussi
Le nouvel ensemble constitué par les deux réseaux Baconnier et Delieuvin, détenu à parts égales, écoulera plus de 10.000 véhicules neufs.
Photo Delieuvin Automobiles
embauché pour s’occuper spécifiquement de la vente de véhicules
d’occasion sur l’adresse digitale du
groupe et des sites de vente entre
particuliers. Avec leur nouvelle
société, les deux partenaires vont
pouvoir mieux organiser cette partie en s’équipant notamment
d’outils de Yield Managment pour
97 %
DES PARCOURS D’ACHAT
démarrent en ligne,
via les moteurs de recherche
pour 87 % des acheteurs,
selon une étude de GfK.
vendre en fonction de l’offre et de la
demande locale.
Une étude du Groupe Les EchosLe Parisien, « Les stratégies phygitales dans la distribution automobile », confirme cette nécessité de
diversification : le nombre de visites en concession s’effrite d’année
en année. Il était l’an passé de
2,2 visites et 1,3 essai de véhicule en
moyenne avant d’acheter, soit deux
fois moins qu’en 2010. Et tout commence par Internet : d’après une
autre étude conduite par GfK, 97 %
des parcours d’achat démarrent en
ligne, via les moteurs de recherche
(pour 87 % des acheteurs) pour
consulter les comparatifs et vidéos
pour rendre plus concrète leur perception du véhicule. « Quand ils
essaient un véhicule, nos futurs
acheteurs sont plus déterminés
qu’auparavant », confirme Yann
Delieuvin. Et avec Amazon, ils
pourront bientôt finaliser leur
achat en ligne, via le portail d’information Vehicles Portal, qu’il a
ouvert en 2016.
Grandes surfaces
automobiles
La vente de véhicules d’occasion est
encore plus sensible à la digitalisation. Facebook a ainsi lancé mi2017 un site de petites annonces
ouvert aux particuliers comme aux
professionnels, qui concurrence
directement les 5 sites historiques
du secteur (Leboncoin, la Centrale,
ParuVendu, AutoScout24, L’Argus
Occasion). L’an passé, ces platesformes ont publié 1,6 million
d’annonces de véhicules d’occasion. Pour encore exister dans ce
contexte, les futures concessions
devront imaginer des modèles et
services disruptifs, comme la
livraison à domicile de véhicules
choisis dans un stock numérique
ou des grandes surfaces automobiles associant concession, shopping
et loisirs.
Aux Etats-Unis, « La Mecque de
l’automobile », ces premiers villages sont sortis de terre. Certains,
comme la concession Longo
Toyo t a p r è s d e L o s A n g e l e s ,
couvrent plus de 200.000 mètres
carrés et emploient plus de
500 personnes. n
Best’Oil développe un réseau de mécaniciens automobiles à domicile
Une cinquantaine
de camionnettes ateliers
sillonnent déjà une grande
partie de la France.
Didier Hugue
— Correspondant à Dijon
Best’Oil casse les codes de l’entretien des véhicules automobiles et
des petites réparations. L’entreprise dijonnaise fondée en 2013 par
Jean-Marc Cassini et Stéphane
Blanc développe un réseau de
mécaniciens automobiles à domicile pour les particuliers et les professionnels, hors poids lourds. Ce
modèle économique qu’ils qualifient fièrement de « disruptif »
repose, non pas sur un accord de
franchise, mais sur des contrats de
licence de marque.
Les opérations sont faites par
des mécaniciens de métier à l’aide
de camionnettes toutes équipées
dont l’agencement intérieur est
préservé comme un secret de fabrique. Il en coûte à chaque licencié,
engagé pour une durée initiale de
cinq ans, 60.000 euros pour le véhicule utilitaire d’intervention et son
équipement.
« Mais son apport personnel minimum n’est que de 3.000 euros et nous
nous chargeons de lui trouver les
financements bancaires et les aides à
la création d’entreprise via des organismes comme France Active ou
France Initiative, qui servent de
garantie et abondent en prêts d’hon-
neur », explique Stéphane Blanc. Le
profil type d’un candidat licencié
Best’Oil est un professionnel de la
mécanique qui a entre 25 et 35 ans,
Pour le véhicule
utilitaire d’intervention
et son équipement,
il en coûte à chaque
licencié 60.000 euros,
pour une durée initiale
de cinq ans.
est titulaire d’un bac pro, d’une
expérience de cinq à dix ans dans un
garage et n’a plus grande perspective d’évolution de carrière. « S’il tra-
vaille bien, en troisième année d’activité, il peut réaliser entre 130.000 et
150.000 euros de chiffre d’affaires et
ainsi doubler son salaire précédent »,
assure Jean-Marc Cassini, qui certifie des tarifs d’intervention de 15 à
30 % moins cher que le marché.
Diversification dans la vente
La tête de réseau, qui assure aussi
l ’a p p u i c o m m e r c i a l , p e r ç o i t
250 euros de redevance mensuelle,
mais pas de pourcentage sur le chiffre d’affaires ni de participation à la
communication. La dizaine de salariés, parmi les 52 actuels, qui réussit
le mieux dispose même d’un atelier
physique pour effectuer de plus
grosses réparations. Best’Oil développe aussi, depuis 2017, un autre
réseau, Best’Clean, uniquement
affecté au nettoyage des véhicules,
qui compte une dizaine de licenciés.
Le chiffre d’affaires global tourne
entre 5 et 6 millions d’euros, dont
1,2 million pour la tête de réseau. Il
devrait progresser très vite, car
Best’Oil vise la centaine de licenciés
en fin d’année et 300 à terme. L’entreprise diversifie par ailleurs ses activités par de la vente en ligne de pneus,
de pièces détachées et de véhicules
neufs ou d’occasion.
« Là aussi nous cassons les codes,
car nous fournissons nos licenciés
comme tout autre client qui le
demande, quant à la vente de véhicules, elle se fait au sein même du réseau
ou via la plate-forme d’un grossiste »,
argumente Stéphane Blanc. n
L’ensemble représente
50 sites, 20 marques
et réalise 880 millions
d’euros de chiffre
d’affaires.
de réagir aux mutations du marché,
et notamment à l’évolution digitale
du parcours client ou à l’émergence
de nouveaux acteurs. « Il nous faut
répondre à ces attentes, être présent à
360 degrés, via des applis, par e-mail,
par SMS, par tchat et développer de
nouveaux services. La rémunération
sur les ventes de véhicules est déjà
presque révolue », ajoute-t-il.
Nouvelle acquisition en vue
Les sites seront conservés mis à part
des concessions Citroën, dont Lamirault a dû se séparer, compte tenu
du faible poids de la marque aux
chevrons dans le nouvel ensemble.
Les deux sociétés ont des implantations géographiques complémentaires, l’Ile-de-France et Paris, la
Bretagne et la Normandie pour
Schumacher, le Centre-Val de Loire
pour Lamirault, ainsi que des clientèles différentes, avec davantage de
particuliers pour ce dernier, et plus
d’entreprises pour Schumacher.
Le nouveau groupe entend consolider rapidement ses positions
sur ses marques phares. « Nous
allons commencer par Renault,
avec l’acquisition d’un autre groupe
qui nous rejoint au 1er avril, ce qui
portera nos effectifs à 1.650 salariés,
pour un chiffre d’affaires de plus de
1 milliard d’euros », poursuit le
président du directoire. Le groupe
compte également développer
son pôle grand luxe. Il distribue
déjà Maserati et Lamborghini, et
n’exclut pas d’y adjoindre d’autres
marques. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
28 // PME & REGIONS
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
89.672
NOUVELLE-AQUITAINE IBM
et l’Ecole nationale supérieure
de cognitique, située à Talence
près de Bordeaux, viennent
de créer en décembre une chaire
sciences et technologies
cognitiques, selon « Sud Ouest ».
Big Blue explique y développer
« une approche scientifique
concrète des dimensions humaines de l’intelligence artificielle ».
tions en rentrée décalée (entre le
15 janvier et le 30 juin), pour un total
de 89.972. Pour la deuxième année
de suite, le nombre d’apprentis augmente dans tous les niveaux de formation, notamment aux niveaux I
et III, respectivement de 8 % et 6 %.
Shutterstock
APPRENTIS EN ÎLE-DE-FRANCE
La région Ile-de-France recense
89.672 apprentis et préapprentis,
soit une progression de 4,7 % par
rapport aux 85.662 de l’année précédente, auxquels s’ajoutent
3 0 0 a p p r e n t i s (e s t i m a t i o n a
minima) inscrits dans des forma-
innovateurs
IBM ouvre une
chaire à Bordeaux
Grâce à l’IA, Posos
veut mieux informer
sur les médicaments
Pyrénées : les stations de Cauterets
et de Luz-Ardiden se regroupent
Ces deux stations
seront gérées par
le même syndicat
intercommunal.
Une télécabine devrait
les relier en 2022.
LA TECHNOLOGIE
POSOS
Complémentaires
DR
Laurent Marcaillou
— Correspondant à Toulouse
C’est décidé : les stations de ski de
Cauterets et de Luz-Ardiden dans
les Hautes-Pyrénées se regrouperont dans un même syndicat en
juin. Le projet remonte à plus de dix
ans. C’est l’impossibilité du syndicat
intercommunal de l’Ardiden de
rembourser les emprunts qui a
accéléré le rapprochement, sous la
pression des banques et de l’Etat.
« En juin, la préfecture a appelé la
mairie de Cauterets pour dire que, si
l’on ne faisait rien, la station de LuzArdiden allait fermer », raconte
Michel Aubry, maire de Cauterets.
Après six mois de négociation,
l’arrêté de création d’un syndicat
intercommunal réunissant les cinq
villages de la vallée de Luz-SaintSauveur avec Cauterets et les deux
régies a été pris en décembre.
Les banques ont alors accepté de
rééchelonner la dette de 8 millions
d’euros de Luz-Ardiden sur dix ans,
Posos
ment du syndicat à la communauté
de communes, au département ou
à la Caisse des Dépôts. « Nous créerons un syndicat mixte ou une SEM
avec des partenaires publics et privés, dit Michel Aubry. Le rapprochement n’a de sens que si l’on crée une
liaison. »
OCCITANIE
tème d’information », explique
Emmanuel Bilbault, PDG de
Posos et ex-responsable de
l’information médicale du laboratoire Teva. « Aujourd’hui, la
documentation existe, mais elle
est soit très complexe et volumineuse, soit potentiellement incorrecte, en particulier sur les
forums grand public. »
Luz-Ardiden ne parvenait plus à rembourser ses emprunts.
Ce rapprochement permet un rééchelonnement de sa dette.
en divisant par deux le remboursement annuel. Il sera plus supportable pour la station, qui a enregistré
une recette de seulement 3,5 millions d’euros avec 140.000 journéesskieurs la saison dernière. Le nouveau syndicat intercommunal sera
créé en juin, mais chaque régie
continuera à rembourser ses
emprunts en attendant la fusion.
Celle-ci n’interviendra qu’avec la
construction d’une télécabine
reliant la ville de Cauterets à la station de Luz-Ardiden d’ici à 2022 ou
2024, pour près de 20 millions
d’euros. Un investissement important. « La liaison doit augmenter la
fréquentation de 70.000 journéesskieurs et cette recette supplémentaire couvrira le remboursement de la
télécabine », assure Laurent Grandsimon, maire de Luz-Saint-Sauveur.
Mais pour financer la télécabine,
les banques exigent un élargisse-
Date de création : 2017
Président : Emmanuel Bilbault
Effectif : 8 personnes
Secteur : médical
Les deux stations sont complémentaires. Dépourvue d’hébergement, Luz-Ardiden n’est joignable
que par une route de montagne,
ce qui limite sa fréquentation
malgré un grand domaine skiable. En revanche, Cauterets dispose de 25.000 lits mais a une station moins étendue, qui a
enregistré 304.000 journéesskieurs et une recette de 8,3 mill i o n s d ’e u r o s l a s a i s o n d e r nière. « Nous allons créer une seule
entreprise qui, avec 500.000 journées-skieurs, aura la taille des cinq
stations les plus importantes des
Pyrénées françaises », se félicite
Laurent Grandsimon.
A l’exception des six plus importantes, les petites stations pyrénéennes ont du mal à financer leurs
investissements. En 2015, la Cour
des comptes préconisait leur
regroupement dans des structures
plus larges, en soulignant
que « 18 stations sur 26 réalisent un
chiffre d’affaires inférieur à 5 millions d’euros, insuffisant pour assurer une exploitation ». n
Guillaume Roussange
— Correspondant à Amiens
Chaque année en France,
140.000 hospitalisations et
10.000 décès seraient liés à une
erreur médicamenteuse, selon
l’OMS. Pour faciliter l’accès à
l’information des professionnels de santé comme des
patients, Emmanuel Bilbault a
créé, en décembre 2017, Posos,
un outil d’intelligence artificielle dédié au langage biomédical. Développé par une équipe
de pharmaciens et d’ingénieurs
spécialistes du traitement automatique du langage, son algorithme est capable d’identifier
9 questions formulées sur 10. Il
peut ainsi générer 12 milliards
de réponses différentes. « Notre
objectif est de moderniser le sys-
Stanislas du Guerny
— Correspondant à Rennes
Depuis plusieurs mois, le groupe
breton d’aucy était partenaire industriel de l’entreprise nîmoise
St Mamet pour l’accompagner dans
son redressement. Une seconde
Elargir les gammes
La division légumes en conserve
d’aucy génère un chiffre d’affaires
annuel de 500 millions d’euros. Sa
prise de participation dans
St Mamet (100 millions d’euros de
recettes annuelles) va lui permettre
d’élargir ses différentes gammes
aux conserves de fruits. « Nous
avons une demande allant dans ce
sens, notamment dans la restauration hors foyer en France », continue
le directeur général du groupe
d’aucy. Ses clients du grand export
sont également demandeurs.
St Mamet, qui était jusqu’alors
très peu présent à l’international,
devrait profiter des positions
étrangères de son nouvel actionnaire minoritaire. Le groupe coopératif d’aucy, qui est également
très impliqué dans la filière œufs
(omelettes, œufs durs…), vient de
procéder à une augmentation de
ses fonds propres à hauteur de
20 millions d’euros, dont l’objectif
est de faciliter le bouclage de ses
différents projets de croissance
externe. Plus de 6 millions d’euros
ont été apportés par un tiers des
salariés du groupe, complétés par
des agriculteurs adhérents de la
coopérative qui en deviennent
actionnaires. La région Bretagne a
transformé une avance remboursable de 5 millions d’euros en capital. Le Crédit Coopératif complète
le tour de table à hauteur de 8 millions d’euros. n
Ido-data rompt la solitude du sportif
LA PME À SUIVRE
AUVERGNERHÔNE-ALPES
Dominique Malécot
@DMalecot
C’est peut-être le début de la fin du
stress pour les proches d’amateurs
de sports de loisirs en milieu
naturel. La petite entreprise lyonnaise ido-data a mis au point, pour
la Société nationale de sauvetage en
mer (SNSM), un bracelet connecté
destiné à être porté comme une
montre par les amateurs de loisirs
nautiques. Baptisé « DIAL », pour
« dispositif individuel d’alerte et de
localisation », il se compose d’une
balise GPS associée à un module de
transmission GSM. Cet équipement permet à une personne désignée par le pratiquant de suivre son
parcours sur un simple téléphone
mobile et de savoir où le chercher
en cas d’anomalie. Le porteur peut
aussi déclencher une alerte qui permet, en cas de besoin, au référent de
prévenir les secours en leur donnant une information précise.
Design Philippe Starck
Cet appareil ne remplace pas les
« balises de localisation de sinistre »
(BLS) utilisées au large des côtes et
homologuées dans le cadre du système international de recherche et
de sauvetage en mer. Il s’adresse aux
millions de personnes, enfants com-
pris, qui pratiquent des loisirs sur le
littoral, à terre ou sur l’eau. Y compris aux loueurs de matériel qui peuvent veiller plus efficacement sur
leurs clients. Les quatre fondateurs
associés d’ido-data ont réalisé le
DIAL en étroite collaboration avec la
SNSM et avec le créateur vedette Philippe Starck, passionné par la mer et
l’univers nautique, qui a cédé ses
droits aux sauveteurs. « Cela a été
une sacrée expérience, très instructive, de travailler avec Philippe
Starck », souligne Clara Fresnel,
cofondatrice associée d’ido-data.
Créée en août 2016 par ses quatre
associés, Yannick Tocquet, Thomas
Creveaux, Clara Fresnel et Antonin Carlesso, cette entreprise
est spécialiste de l’exploitation des
données dans trois domaines : la
géolocalisation, la cardiologie et
l’analyse de mouvement. Elle présente la particularité de développer
ses produits avec ses clients en se
fondant sur sa connaissance des
marchés et des travaux des chercheurs ainsi que ses capacités de
développement informatique et de
design. Le DIAL, dont le prototype a
été réalisé en France, est produit en
Chine. La commande de plusieurs
milliers d’exemplaires par la SNSM,
qui les vend aux particuliers, a largement contribué à porter son chiffre
d’affaires à près de 600.000 euros.
De quoi renforcer son équipe informatique avec Samuel Cadiou et
envisager des développements pour
d’autres sports. n
tion mobile. Ce dispositif mécatronique breveté, qui a demandé
un an de mise au point, s’installe
en quelques minutes sous la
fixation habituelle. Il est relié à
une télécommande Bluetooth
portée au poignet. Un appui long
libère les mâchoires du disque.
Le pied est mobile et peut alors
s’aligner sur la planche, comme
s’il s’agissait d’une trottinette.
BlackLine
Le projet porte sur
une prise de participation de 20 % qui
pourra être renforcée
à moyen terme.
étape va être franchie dans les prochains jours, le fabricant de légumes
va entrer au capital de la marque de
fruits. « Nous prévoyons une prise de
participation de 20 % qui pourra être
augmentée par la suite », indique
Alain Perrin, le directeur général du
groupe d’aucy. L’industriel s’engage
aux côtés du fonds Hivest Capital,
qui contrôle St Mamet depuis l’été
dernier. « L’entreprise est de nouveau
remise sur pied grâce à une nouvelle
équipe de direction », indique-t-on
chez Hivest Capital.
Adopté pour l’heure par deux
laboratoires pharmaceutiques,
dont un américain, et expérimenté par les équipes du CHU
d’Amiens, Posos est prévu pour
s’intégrer sur les logiciels et les
sites Web des organismes et des
entreprises du secteur de la
santé. « Après avoir conçu un
outil capable de comprendre toutes formes de questions, nous travaillons sur un extracteur d’information médicale qui soit apte à
fouiller la documentation disponible, comme les publications de
la Haute Autorité de santé (HAS)
ou les résumés des caractéristiques du produit (RCP) », poursuit-il. Membre d’Amiens Cluster, la start-up a annoncé avoir
conclu, lors du CES 2019 de Las
Vegas, un partenariat avec
Microsoft. Le géant américain
va mettre à sa disposition des
équipes et des locaux, afin de
l’accompagner dans le perfectionnement de ses technologies
de recherche de l’information.
En parallèle, Posos planche sur
une déclinaison de son outil en
anglais et en espagnol. n
QuickSett, le système
rotatif qui protège
les snowboarders
D’aucy va entrer au capital de St Mamet
BRETAGNE
Partenariat
avec Microsoft
L’INVENTION
BLACK-LINE
Date de création : 2017
Fondateurs : Rémi (à gauche) et Sylvain Garnerone
Effectif : 2 personnes
Secteur : sport
Paul Molga
— Correspondant à Marseille
Au moins 8 % des accidents de
snowboard pris en charge sur
les pistes chaque année sont dus
à une faute de carre à la descente
du télésiège. Car il en faut peu
aux genoux en torsion bloqués
dans leur fixation oblique pour
subir des dommages. Passionnés de la discipline, les frères
Garnerone, Sylvain et Rémi, en
savent quelque chose. « Depuis
deux décennies, les fabricants
n’ont pas vraiment proposé d’évolution technique axée sur la sécurité et le confort », explique le
premier. D’où l’idée qu’ils ont eue
de concevoir un disque rotatif
qui permette de rendre la fixa-
En prévente sur Indiegogo
La sécurité n’est pas le seul argument de ce système baptisé
« QuickSett ». « Il permet au
snowboarder d’adapter sa planche aux conditions de neige et de
pente, sans avoir à sortir le tournevis », explique Sylvain Garnerone. Cette invention a déjà été
récompensée à plusieurs reprises : meilleure innovation du
concours Toulon Var Technologies, prix Inosport, concours
Talents BGE, sélection au CES
2019 de Las Vegas… Disponible
en prévente sur Indiegogo à
69 euros, au lieu de 139 pour le
prix public, elle a déjà séduit des
centaines de clients. Bien notée
par les pratiquants, leur rotule
ouvre de sérieuses perspectives
à l’entreprise Black-Line, créée
en 2017 par les deux frères. Rien
qu’en France, les stations de
sports d’hiver voient passer
600.000 snowboarders et environ 13 millions dans le monde.
« En captant ne serait-ce que 1 %
du marché, on peut espérer réaliser 10 millions d’euros de chiffre
d’affaires », ont-ils calculé. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 29
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
LES CRAINTES
SUR L’ÉCONOMIE FONT
BAISSER LE PÉTROLE
FINANCE
&MARCHES
Au plus haut depuis deux mois, les
cours du brent et du brut américain sont repartis à la baisse. Les
dernières statistiques macroéconomiques aux Etats-Unis ne sont
pas bon signe, selon les investisseurs. En outre, le FMI a abaissé
sa prévision de croissance mondiale et la Chine a annoncé le
rythme de croissance le plus faible
de son économie depuis 1990.
les
indices
Le Livret A résiste au plongeon
spectaculaire de sa rémunération
l Les Français ont placé plus de 10 milliards d’euros sur le livret d’épargne réglementé en 2018.
l A cause de l’inflation, son rendement réel est pourtant négatif.
l Ce qui crée un manque à gagner théorique de près de 3,6 milliards d’euros pour les ménages.
ÉPARGNE
Solenn Poullennec
@SolennMorgan
Le Livret A fait de la résistance. En
dépit d’un rendement très faible, le
livret d’épargne réglementé et son
cousin le livret de développement
durable et solidaire (LDDS) ont fait le
plein de dépôts en 2018. L’an dernier,
les Français ont placé près de
12,7 milliards d’euros (net) sur ces
deux produits, selon les données
publiées mardi par la Caisse des
Dépôts. En cumul, il s’agit de la plus
forte collecte enregistrée depuis 2013
par les deux livrets, dont la rémunération est aujourd’hui fixée par l’Etat
à 0,75 %. Dans le détail, la collecte du
Livret A s’est établie à 10,1 milliards
d’euros pour 2018 après avoir été de
540 millions d’euros en décembre.
Pour le Livret A, le millésime
2018 est en ligne avec 2017, qui
avait constitué un retour en grâce
du placement après trois années
marquées par une faible collecte,
voire des retraits. L’encours du
livret complètement liquide et
défiscalisé s’est hissé ainsi à un nouveau sommet historique, à 284 milliards d’euros.
Pis, son rendement réel a plongé à
partir de 2017, quand l’inflation est
repartie à la hausse. En 2018, avec
une inflation de 1,8 % ce rendement
réel a été négatif de près de 1 %.
Autrement dit, la rémunération du
Livret A ne permet pas de compenser l’augmentation des prix sur le
pouvoir d’achat des ménages. De
quoi inciter l’association de défense
des consommateurs CLCV à tirer la
sonnette d’alarme en janvier.
Dénonçant un « manque à
gagner » de près de 3,6 milliards
d’euros pour les détenteurs particuliers de Livret A et de LDDS (qui
peuvent aussi être ouverts par des
associations ou d’autres détenteurs), l’association a appelé en vain
le gouvernement à refondre le
mode de calcul de la rémunération
des livrets d’épargne réglementée.
De nouvelles habitudes
d’épargne
A en croire la solide collecte de 2018,
les Français ne semblent pas complètement convaincus par les alertes de la CLCV. « La notion de rendement réel doit être relativisée. Le
rendement d’un produit d’épargne
avec l’évolution d’un panel de biens et
de services ne sont pas totalement
comparables », estime Philippe Crevel, le directeur du think tank le Cercle de l’Epargne. « L’épargne, c’est la
renonciation à la consommation »,
poursuit-il.
« Les ménages commencent à
s’habituer à un niveau de rémunération de l’épargne qui est globalement
bas. Le Livret A est davantage vu sous
l’angle de son rendement relatif que
s o u s c e l u i d e s o n re n d e m e n t
absolu », avance de son côté Alain
Tourdjman, directeur des études
économiques et de la prospective
de Groupe BPCE.
« La question est de savoir s’il y a
d’autres produits disponibles et
garantis qui permettent d’accéder à
un rendement réel positif. Or, ce n’est
pas facile de trouver un produit dans
le même registre », poursuit l’économiste. Aussi très prisée des Français, l’assurance-vie a vu ses rendements plonger en 2018. Le taux
moyen versé aux épargnants sur les
fonds en euros garantis en capital
au titre de 2018 devrait atterrir vers
1,60 %, contre 1,80 % en 2017.
Les Français, traditionnellement
peu enclins à investir dans des
actions, ont été échaudés par la
crise financière. L’effondrement
des marchés en fin d’année devrait
les rendre encore plus méfiants visà-vis des actifs risqués. A défaut de
trouver le bon produit d’épargne,
les ménages ont plus que jamais le
réflexe de laisser leur argent dormir
sur leur compte courant.
En 2019, la donne ne devrait pas
changer radicalement pour le
Livret A. Son taux est en effet gelé à
0,75 % jusqu’au début de l’année
2020 tandis que l’inflation devrait
marquer un peu le pas. De quoi rendre son rendement réel moins
négatif. n
Etat des lieux en trois graphiques
Une bonne collecte
en décembre
Le regain d’intérêt des Français
pour ce livret d’épargne peut paraît r e p a r a d ox a l . L e s m é n a g e s
s’étaient détournés du placement
entre 2014 et 2015 quand son rendement avait été revu à la baisse pour
tenir compte de la baisse des taux
de la Banque centrale européenne
(BCE). Or, depuis 2015, la rémunération du placement est restée, à
0,75 %, à un plancher historique.
L’an dernier, la collecte nette du Livret A s’est établie à
10 milliards d’euros. Un chiffre en ligne avec celui enregistré un an plus tôt. En 2018, la collecte a été plus
abondante au cours des premiers mois de l’année. « Les
ménages épargnent au premier semestre et dépensent
au cours du second du fait des dépenses de rentrées
scolaires et des impôts », explique Philippe Crevel, le
directeur du think tank Le Cercle de l’Epargne.
La rémunération du Livret A est aujourd’hui fixée à
0,75 %, mais son rendement réel est devenu négatif avec
la remontée de l’inflation. Une situation inédite depuis le
début des années 1980. L’augmentation des prix devrait
marquer le pas cette année. Cependant, « en 2019, le
rendement réel du Livret A devrait rester négatif. En
2020, c’est probable mais ce n’est pas certain », estime
Alain Tourdjman, directeur des études chez BPCE.
Les plans d’épargne logement (PEL) continuent du
fait de leur ancienneté à rapporter des rendements
relativement attractifs par rapport à d’autres produits d’épargne. Cependant, les nouveaux PEL
n’offrent plus qu’un intérêt de 1 % et depuis 2018, les
intérêts des nouveaux plans sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30 %. De quoi limiter
l’attractivité de ce placement.
Comment Orange Bank veut se relancer
BANQUE
La banque de l’opérateur télécoms revendique 200.000 clients
un an après son lancement, loin de ses
objectifs commerciaux.
Sharon Wajsbrot
@Sharonwaj
Un discours qui tranche. Récemment débauché du Crédit Agricole,
où il a piloté la banque d’investissement et la banque privée du
groupe mutualiste, Indosuez
Wealth Management, le nouveau
directeur général d’Orange Bank,
Paul de Leusse, n’hésite pas à tacler
la profession. « L’innovation dans
la banque est synonyme d’opacité,
on crédite volontiers les institutions
de donner des conseils dans leur intérêt et non pas dans l’intérêt de leur
client, a-t-il déclaré mardi, en commentant un sondage d’Opinion
Way sur les usages bancaires mobiles. Chez Orange Bank, nous voulons
moins innover sur le produit que sur
l’accès au produit. »
Des vendeurs qui ne sont
pas des banquiers
Après avoir misé, comme les autres
banques mobiles, sur la viralité de
son service, Orange Bank a décidé en
effet d’accélérer surtout les efforts de
conquête dans son réseau de boutiques. Ceci afin d’atteindre ses objectifs commerciaux : alors qu’elle visait
400.000 clients douze mois après
son lancement, en novembre 2017,
la banque mobile d’Orange en a
engrangé un peu plus de 200.000.
« 65 % de nos ouvertures de compte
se font en boutique et 35 % en ligne,
nos collaborateurs en boutique
aident à vendre une application
bancaire mais ne prodiguent pas de
conseils financiers. Ce ne sont pas des
banquiers ! » affirme Paul de Leusse.
La terminologie est importante à
l’heure où, sur fond de tensions
sociales et de débat sur le pouvoir
d’achat, la défiance vis-à-vis des
banquiers refait surface : selon le
sondage mené par OpinionWay
pour Orange Bank, 51 % des Français
affirment pouvoir se passer d’un
conseiller bancaire.
« Il y a une défiance vis-à-vis de
l’institution bancaire car la relation
des clients avec leur banque est culpabilisante, votre banquier vous indique que, dans ce cas, vous vous êtes
mal comporté… » estime Paul de
Leusse. Son pari ? Utiliser l’intelligence artificielle pour instaurer
une autre relation.
Paul de Leusse, directeur général d’Orange Bank.
Photo Guillaume Lechat
Selon le même sondage, 50 % des
Français se disent prêts à utiliser un
système d’intelligence artificielle
pour communiquer avec leur banque. Cette année, Orange Bank veut
lancer un système destiné à prédire
et à alerter ses clients sur leurs
potentiels découverts. A terme, son
assistant virtuel Djingo devra aussi
prodiguer des conseils financiers. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
30 // ANNONCES LEGALES
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
AEROPORTS DE PARIS
Société anonyme au capital de 296 881 806 euros
Siège : 1 rue de France, 93290 Tremblay-en France
552 016 628 RCS Paris
TARIFS DES REDEVANCES POUR SERVICES RENDUS VISEES AUX ARTICLES R. 224-1 ET R. 224-2 DU CODE DE L’AVIATION CIVILE
POUR LES AÉROPORTS PARIS – CHARLES DE GAULLE, PARIS – ORLY, PARIS – LE BOURGET
En application du code de l’aviation civile, les tarifs des redevances aéroportuaires, fixés pour
la période tarifaire 2019 au sens du Contrat de Régulation Economique (CRE) 2016-2020
conclu entre l’Etat et Aéroports de Paris, sont rendus publics par l’exploitant d’aérodrome
après avoir été notifiés à l’Autorité de supervision indépendante.
 Aéroport Paris - Le Bourget
Les tarifs ci-dessous, notifiés à l’Autorité de supervision indépendante le 22 janvier 2019 à la
suite de la décision n° 1810-D1 du 11 janvier 2019, sont exécutoires dans les conditions du
paragraphe III de l’article R. 224-3-4 du code de l’aviation civile.
3. Redevance par passager pour les aéroports Paris – Charles de Gaulle et Paris Orly, correspondant à l’usage des installations aménagées pour la réception des
passagers et du public. L’assiette de cette redevance est le nombre de passagers
embarqués.
1. Redevance d’atterrissage correspondant à l’usage des infrastructures et équipements aéroportuaires nécessaires à l’atterrissage, au décollage, à la circulation au
sol. Les tarifs sont fonction de la masse maximale certifiée au décollage de l’aéronef
(MMD).
◆ Redevance perçue pour l’atterrissage d’un aéronef sur les plates-formes de Paris
- Orly et de Paris-Charles de Gaulle
Redevance d’atterrissage hors modulation acoustique
294,98 + 4,119 x t
Tarifs en € hors taxes
où t représente la MMD en tonnes
Dispositions particulières :
le tarif est multiplié par un coefficient, précisé ci-dessous, dépendant du groupe acoustique
de l’aéronef et de l’heure de l’atterrissage ; les groupes acoustiques sont ceux définis par
l’annexe de l’arrêté du 24 janvier 1956 modifié fixant les conditions d’établissement et de
perception des redevances d’atterrissage et d’usage des dispositifs d’éclairage à percevoir
sur les aérodromes ouverts à la circulation aérienne publique.
Paris - Orly et Paris Charles-de-Gaulle
Groupe acoustique
Jour et Soir (06h00 - 22h00)
Groupe 1
1,300
Groupe 2
1,200
Groupe 3
1,150
Groupe 4
1,000
Groupe 5a
0,850
Groupe 5b
0,700
Nuit (22h00 - 06h00)
1,950
1,800
1,725
1,500
1,275
1,050
◆ Redevance perçue pour l’atterrissage d’un aéronef sur la plate-forme de Paris - Le
Bourget.
Tranches de MMD en tonnes
avions de MMD de moins de 6 tonnes
avions de MMD entre 6 et 50 tonnes
avions de MMD de 51 tonnes et plus
Tarifs en € hors taxes
(hors modulation acoustique)
180,40
180,40 + 3,53 (t-6)
où t représente la MMD en tonnes
335,72 + 17,00 (t-50)
où t représente la MMD en tonnes
Dispositions particulières :
- pour les vols d’hélicoptères, un abattement de 50% est appliqué sur ces tarifs
- pour les vols de mise en place entre une plate-forme d’Aéroports de Paris et l’aéroport de
Paris – Le Bourget, un abattement de 50% est appliqué sur ces tarifs
- pour les vols d’entraînement autorisés par la DGAC, un abattement de 75% est appliqué
sur ces tarifs
- pour les vols d’essai ou les retours forcés, la redevance n’est pas due
- le tarif est multiplié par un coefficient, précisé ci-dessous, dépendant du groupe acoustique
de l’aéronef et de l’heure de l’atterrissage ; les groupes acoustiques sont ceux définis par
l’annexe de l’arrêté du 24 janvier 1956 modifié fixant les conditions d’établissement et de
perception des redevances d’atterrissage et d’usage des dispositifs d’éclairage à percevoir
sur les aérodromes ouverts à la circulation aérienne publique
Paris - Le Bourget
Groupe acoustique
Groupe 1
Groupe 2
Groupe 3
Groupe 4
Groupe 5a
Groupe 5b
Jour et Soir (06h00 - 22h00)
1,300
1,200
1,150
1,000
0,850
0,700
Nuit (22h00 - 06h00)
4,000
1,800
1,725
1,500
1,275
1,050
2. Redevance de stationnement correspondant à l’usage par les aéronefs des infrastructures et équipements de stationnement. Les tarifs de la redevance sont
fonction de la durée du stationnement, des caractéristiques de l’aéronef (masse
maximale certifiée au décollage - MMD) et des caractéristiques de l’aire de stationnement.
◆ Aéroports Paris – Charles de Gaulle et Paris – Orly
Part fixe
en € hors taxes
Part variable
en € hors taxes
Types d’aires de stationnement
Aires de trafic
Aires de garage
Au contact
Au large
des aérogares
3,820 € par tonne
sans objet
sans objet
de MMD
0,066 € par tonne de
0,066 € par tonne de 0,140 € par tonne de
MMD et par tranche de MMD et par tranche de MMD et par heure
10 minutes
10 minutes
Dispositions particulières :
- une franchise de 50 minutes est appliquée sur la part variable pour les avions utilisant de
jour, à leur arrivée, une aire de trafic au large (entre 7 heures et 23 heures, heure locale)
- une exonération totale liée à la modulation tarifaire de la redevance de stationnement est
appliquée sur la part variable pour les aires de trafic et aires de garage entre 23:00 et 07:00,
heure locale.
- pour la part variable, toute tranche horaire commencée est due (tranche de 10 minutes
pour les aires de trafic au contact et au large, tranche d’une heure pour les aires de garage)
- dans le cas d’une touchée mixte (arrivée au contact, départ au large ou inversement), une
réduction de 50% sera appliquée pour le calcul de la part fixe de la redevance.
MODULATION DE LA REDEVANCE DE STATIONNEMENT POUR INCITER AU DEVELOPPEMENT DU TRAFIC ET A L’AMELIORATION DES INFRASTRUCTURES
Les modalités de conditions et de calcul de l’abattement sont détaillées ci-après :
Modalités d’attribution :
Pour les transporteurs aériens éligibles, la réduction de la redevance de stationnement
consentie au titre de l’année de référence sur laquelle les conditions seraient remplies est
calculée à la fin de l’année de référence considérée et attribuée sous la forme d’un avoir
valable au titre de la redevance de stationnement de l’année de référence suivante pour ce
même transporteur aérien.
La période tarifaire n (1er avril n – 31 mars n+1) est considérée comme période de référence.
Conditions d’attribution :
Le transporteur aérien bénéficiant de l’abattement est celui bénéficiant du créneau horaire lui
permettant d’assurer l’exploitation commerciale du vol.
Seuls les stationnements intégralement au contact en journée de moins de 45 minutes du
transporteur aérien bénéficient de l’abattement sur la facture totale au contact (part fixe et
part variable) relative à ce stationnement.
Modalités de calcul de l’abattement :
Pour un transporteur aérien réunissant les conditions précédentes, le montant de l’abattement
sur la redevance de stationnement attribué à ce transporteur aérien est calculé comme suit :
i. Un stationnement est éligible si :
- Il s’agit d’un stationnement au contact en journée (entre 07:00 et 23:00, heure locale) ;
- Le stationnement est d’une durée inférieure ou égale à 45 minutes ;
- L’aéronef a effectué un débarquement et un embarquement au contact dans le respect de
cette durée.
ii. Si le montant total des abattements calculés pour l’ensemble des transporteurs aériens
éligibles est inférieur à 5 M€2015 (montant indexé annuellement, conformément aux dispositions du CRE ; le plafond total des abattements applicable au titre de la période tarifaire
2019 étant précisé au (v)), alors le transporteur aérien bénéficie d’un abattement sur la
redevance de stationnement égal à :
Abattement (n, Cie) = Minimum (50% x (PartFixe < 45min (n,Cie) + PartVarContact
< 45mn (n,Cie) ; 30% RedSta (n,Cie))
Avec :
“PartFixe < 45min (n,Cie)” = Part fixe relative aux stationnements éligibles
“PartVarContact < 45min (n,Cie)” = Part variable au contact relative aux stationnements éligibles
“RedSta(n,Cie)” = produit de la redevance de stationnement correspondant à l’activité globale du transporteur.
iii. L’abattement total d’une compagnie au titre de la période considérée ne pourra dépasser
30% du produit de la redevance de stationnement correspondant à son activité globale
sur cette même période.
iv. Si le montant total des abattements calculés pour l’ensemble des transporteurs aériens
éligibles est supérieur à 5 M€2015 (montant indexé annuellement, conformément aux
dispositions du CRE; le plafond total des abattements applicable au titre de la période
tarifaire 2019 étant précisé au (v)), alors chaque transporteur aérien éligible bénéficiera
d’un abattement calculé sur la base d’un prorata du plafond.
v. Au titre de la période tarifaire 2019, le plafond total des abattements applicable sera de
5.207.338,43€.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
Aires de trafic au large
Part variable en € hors taxes
0,382€ par tonne de MMD et par heure
 redevance par passager hors correspondance
Tarifs par passager à destination
de la métropole
de l’espace Schengen
de l’UE, de l’EEE hors Schengen et des Dom/Com
Internationale (hors UE, Espace Economique Européen, Dom/Com)
Tarifs en €
hors taxes
9,34
9,34
10,27
23,67
 redevance par passager en correspondance
Tarifs par passager à destination
de la métropole
de l’espace Schengen
de l’UE, de l’EEE hors Schengen et des Dom/Com
Internationale (hors UE, Espace Economique Européen, Dom/Com)
Tarifs en €
hors taxes
5,60
5,60
6,15
14,20
MODULATION DE LA REDEVANCE PAR PASSAGER LIE AU PASSAGER ORIGINE/
DESTINATION
POUR INCITER AU DEVELOPPEMENT DU TRAFIC ET A UNE
MEILLEURE UTILISATION DES INFRASTRUCTURES
Les modalités de conditions et de calcul de l’abattement sont détaillées ci-après :
Modalités d’attribution :
Pour les transporteurs aériens éligibles, la réduction de la redevance par passager au titre
des passagers origine/destination consentie au titre de l’année de référence sur laquelle les
conditions sont remplies est calculée à la fin de l’année de référence considérée et attribuée
sous la forme d’un avoir valable au titre de la redevance passager de l’année de référence
suivante pour ce même transporteur aérien.
La période tarifaire n (1er avril n – 31 mars n+1) est considérée comme période de référence.
Conditions d’attribution :
Le transporteur aérien bénéficiant de l’abattement est celui bénéficiant du créneau horaire lui
permettant d’assurer l’exploitation commerciale du vol.
Seul le trafic vers des destinations éligibles peut bénéficier de l’abattement. Une destination
(code aéroport) est éligible si elle vérifie la condition suivante :
- La croissance du trafic de passagers origine/destination au départ de l’ensemble constitué
des plates-formes de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly vers cette destination est supérieure au double de l’évolution moyenne retenue dans le scénario central du CRE (soit
+5%).
Pour bénéficier de l’abattement au titre de l’année de référence n sur une destination éligible,
un transporteur aérien doit vérifier les conditions cumulatives suivantes :
i. Trafic de passagers origine/destination au départ du transporteur aérien sur l’ensemble
constitué par les plates-formes de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly supérieur à
10 000 passagers1 au titre de l’année de référence n.
1
Passagers facturés dans le cadre de la redevance par passager hors correspondance.
ii. Trafic de passagers origine/destination au départ du transporteur aérien en croissance sur
la destination éligible et sur l’ensemble constitué par les plates-formes de Paris-Charles de
Gaulle et Paris-Orly entre la période de référence n-1 et n.
iii. La croissance du trafic du transporteur aérien éligible ne doit pas résulter du rachat ou
de la fusion de deux transporteurs aériens (fin d’exploitation d’un transporteur aérien sur
les plates-formes d’ADP, dont le trafic serait transféré ou repris par un autre transporteur
aérien). Dans ce cas, l’année de l’opération, les calculs sont appliqués sur l’ensemble
constitué des deux transporteurs aériens.
iv. L’abattement ne s’applique qu’au titre de l’année de référence durant laquelle l’augmentation de trafic serait constatée.
v. La somme des abattements accordés toutes compagnies confondues et toutes destinations confondues ne pouvant pas dépasser le plafond fixé à 5,0 millions d’Euros2015 par
an, cette enveloppe maximale progressant chaque année comme l’évolution moyenne en
prix des redevances incluses dans le CRE, la répartition entre les compagnies éligibles se
fait au prorata du montant non plafonné dans le cas où l’enveloppe maximale est atteinte.
Modalités de calcul de l’abattement :
Pour un transporteur aérien réunissant les conditions précédentes, le montant de l’abattement sur la redevance par passager attribué à ce transporteur aérien est calculé comme suit :
i. Une destination est éligible si :
Nb passagers (n,Dest) > 5% soit (Nb Passagers (n,Dest) – 105% x Nb Passagers
(n-1,Dest) > 0
Avec :
“Nb Passagers(n,Dest) >5%” = Nombre de passagers origine/destination au départ de l’ensemble constitué des plates-formes de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly vers la destination dépassant le seuil de croissance de 5% par rapport à l’année de référence n-1
“Nb Passagers (n,Dest)” = nombre de passagers origine/destination au départ sur la destination tous transporteurs aériens confondus sur l’année de référence n.
ii. Calcul de l’abattement sur la destination:
Abattement (n,Dest) = 30% * TarifRedevancePax(n,Dest) * Nb Passagers (n,Dest) >5%
Avec :
“Abattement (n,Dest)” = abattement distribuable relatif à la destination Dest
“TarifRedevancePax(n,Dest)” = Tarif de la redevance par passager hors correspondance sur
la destination
iii. Distribution de l’abattement aux compagnies au prorata de leur participation à la croissance. Pour un transporteur aérien réunissant les conditions précédentes, le montant de
l’abattement sur la redevance par passager attribué à ce transporteur aérien sur la destination éligible est calculé comme suit :
Abattement (n,Dest,Cie) = Minimum (Abattement (n,Dest) * Nb Passagers(n,Dest,Cie) >
0% / ∑ Nb Passagers (n,Dest,Cie) > 0% ; 30% * TarifRedevancePax (n,Dest) * Nb Passagers (n,Dest,Cie) > 0% )
Avec :
“Nb Passagers(n,Dest,Cie)>0%” = nombre de passagers origine/destination du transporteur
aérien sur la période de référence n vers la destination Dest en croissance par rapport à
l’année de référence n-1;
“∑ Nb Passagers(n,Dest,Cie)>0%” = Somme des passagers origine/destination (tous
transporteurs aériens confondus) vers la destination Dest en croissance entre les années
de référence n et n-1
iv. Le montant de l’abattement calculé ne pourra dépasser pour chaque transporteur aérien
30% du produit de la redevance par passager pour sa part assise sur le passager “origine/
destination” et correspondant à l’activité de ce transporteur aérien.
v. Si le montant total des abattements calculés pour l’ensemble des transporteurs aériens éligibles, sur l’ensemble des destinations éligibles, est inférieur à 5 M€2015 (montant indexé
annuellement, conformément aux dispositions du CRE ; le plafond total des abattements
applicable au titre de la période tarifaire 2019 étant précisé au (vii)), alors le transporteur
aérien bénéficie d’un abattement sur la redevance par passager égal à la somme des
abattements calculés sur chaque destination éligible:
Abattement (n,Cie) = Somme (Abattement(Dest,Cie))
vi. Si le montant total des abattements calculés pour l’ensemble des transporteurs aériens
éligibles est supérieur à 5 M€2015 (montant indexé annuellement, conformément aux
dispositions du CRE ; le plafond total des abattements applicable au titre de la période
tarifaire 2019 étant précisé au (vii)), alors chaque transporteur aérien éligible bénéficiera
d’un abattement calculé au prorata du calcul du montant hors plafonnement.
vii. Au titre de la période tarifaire 2019, le plafond total des abattements applicable sera de
5.207.338,43€.
MODULATION DE LA REDEVANCE PAR PASSAGER LIE AU PASSAGER EN CORRESPONDANCE POUR INCITER AU DEVELOPPEMENT DU TRAFIC ET A UNE MEILLEURE
UTILISATION DES INFRASTRUCTURES
Les modalités de conditions et de calcul de l’abattement sont détaillées ci-après :
Modalités d’attribution :
Pour les transporteurs aériens éligibles, la réduction de la redevance par passager consentie
au titre de l’année de référence sur laquelle les conditions seraient remplies est calculée à la
fin de chaque trimestre pour la part fixe et à la fin de l’année de référence considérée pour
la part variable.
Ces réductions sont attribuées sous la forme d’un avoir valable au titre de la redevance par
passager de la période suivante.
La période tarifaire n (1er avril n – 31 mars n+1) est considérée comme période de référence.
Conditions d’attribution :
Le transporteur aérien bénéficiant de l’abattement est celui bénéficiant du créneau horaire lui
permettant d’assurer l’exploitation commerciale du vol.
Pour bénéficier de l’abattement au titre de l’année de référence n, un transporteur aérien doit
vérifier les conditions cumulatives suivantes :
Pour la part fixe et la part variable :
- Trafic de passagers départ en correspondance du transporteur aérien sur l’ensemble constitué par les plates-formes de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly supérieur à :
- 750 passagers en correspondance par trimestre pour la part fixe ;
- 3000 passagers en correspondance pour la part variable au titre de l’année de référence n.
Pour la part variable :
i. Trafic de passagers en correspondance au départ du transporteur aérien en croissance sur
l’ensemble constitué par les plates-formes de Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly entre
la période de référence n-1 et n.
ii. La croissance du trafic du transporteur aérien éligible ne doit pas résulter du rachat ou
de la fusion de deux transporteurs aériens (fin d’exploitation d’un transporteur aérien sur
les plates-formes d’ADP, dont le trafic serait transféré ou repris par un autre transporteur
aérien). Dans ce cas, l’année de l’opération, les calculs sont appliqués sur l’ensemble
constitué des deux transporteurs aériens.
iii. L’abattement ne s’applique qu’au titre de l’année de référence n durant laquelle le trafic et
son augmentation seraient constatés.
Modalités de calcul de l’abattement :
Pour un transporteur aérien réunissant les conditions précédentes, le montant de l’abattement sur la redevance par passager attribué à ce transporteur aérien est calculé comme suit :
i. Si le montant total des abattements calculés pour l’ensemble des transporteurs aériens
éligibles est inférieur à 5M€2015 (montant indexé annuellement, conformément aux dispositions du CRE ; le plafond total des abattements applicable au titre de la période tarifaire
2019 étant précisé au (iv)), alors le transporteur aérien bénéficie d’un abattement sur la
redevance par passager égal à :
Abattement (n,Cie) = Minimum ( Nb Passagers en correspondance (n,Cie) x 0,2€ + Nb
Passagers en correspondance>0% (n,Cie) x 5€ ; 30% x RedPaxCorr (n,Cie) )
Avec :
“Abattement (n,Cie)” = abattement accordé à la compagnie au titre de la modulation de la
redevance par passager pour sa part assise sur les passagers en correspondance ;
“Nb Passagers en correspondance (n,Cie)” = nombre de passagers en correspondance du
transporteur aérien sur l’année de référence n ;
“Nb Passagers en correspondance>0% (n,Cie)” = nombre de passagers départ du transporteur aérien sur l’année de référence n en croissance par rapport au trafic du transporteur aérien sur l’année de référence n-1 (étant entendu que ce nombre est positif) ;
“RedPaxCorr (n,Cie)” = Redevance par passager pour sa part assise sur les passagers en
correspondance correspondant à l’activité de la compagnie sur la période de référence n.
ii. Le montant de l’abattement calculé ne pourra dépasser pour chaque transporteur aérien
30% du produit de la redevance par passager au titre des passagers en correspondance et
relative à l’activité de ce transporteur.
iii. Si le montant total des abattements calculés pour l’ensemble des transporteurs aériens
éligibles est supérieur à 5 M€2015 (montant indexé annuellement, conformément aux
dispositions du CRE ; le plafond total des abattements applicable au titre de la période
tarifaire 2019 étant précisé au (iv)), alors chaque transporteur aérien éligible bénéficiera
d’un abattement calculé sur la base d’un prorata du plafond. Ce prorata s’effectuera sur la
part variable et sera calculé à la fin de l’année de référence n.
iv. Au titre de la période tarifaire 2019, le plafond total des abattements applicable sera de
5.207.338,43€.
4. Redevance pour mise à disposition de banques d’enregistrement et d’embarquement et traitement des bagages locaux sur les aéroports de Paris - Orly et de Paris
– Charles de Gaulle
Les tarifs de la redevance pour l’usage des banques d’enregistrement et d’embarquement et
traitement des bagages locaux sont composés d’une part fixe dont l’assiette est la banque
d’enregistrement ou la borne libre-service utilisée et d’une part variable dont l’assiette est le
passager à l’embarquement hors correspondance. La définition des passagers en correspondance est la même que celle applicable pour la redevance par passager (art. 2 de l’arrêté du
26 février 1981 modifié).
Le tarif annuel de la part fixe constitue un forfait annuel pour chaque banque d’enregistrement louée à l’année. Il est applicable prorata temporis en cas de location pour une saison
aéronautique entière. Le tarif horaire s’applique dans le cas d’une utilisation ponctuelle d’une
banque d’enregistrement.
 pour les aéroports Paris - Orly et Paris-Charles de Gaulle :
Tarifs en €
hors taxes
Part fixe
Comptoirs d’enregistrement
- tarif annuel par comptoir d’enregistrement
- tarif horaire (par heure d’affectation d’une banque d’enregistrement)
Bornes d’enregistrement libre-service:
- tarif annuel par borne
- tarif trimestriel par borne
14 400,00
5,20
3 550,00
887,50
Le tarif de la part variable est différencié selon les destinations des passagers classées en
deux catégories :
- trafic national, Union européenne, Espace économique européen, Suisse, Départements
et Collectivités d’Outre-Mer,
- trafic international autre que celui mentionné précédemment.
 pour l’aéroport Paris - Orly :
Part variable
- trafic national, Union Européenne, EEE, Suisse, Dom/Com
- autre trafic international
Tarifs en €
hors taxes
0,542
1,632
 pour l’aéroport Paris – Charles de Gaulle :
Part variable
- trafic national, Union Européenne, EEE, Suisse, Dom/Com
- autre trafic international
Tarifs en €
hors taxes
1,235
3,715
5. Redevance pour mise à disposition des installations de traitement des bagages en
correspondance de l’aéroport Paris – Charles de Gaulle
La redevance correspond à la mise à disposition des installations de traitement des bagages
en correspondance de l’aéroport Paris - Charles-de-Gaulle. Le tarif est fixé à 3,87 € hors
taxes par passager en correspondance embarqué. La définition des passagers en correspondance est la même que celle applicable pour la redevance par passager (art. 2 de l’arrêté
du 26 février 1981 modifié).
6. Redevance informatique d’enregistrement et d’embarquement (système CREWS)
pour les aéroports de Paris - Orly et de Paris – Charles de Gaulle
Le système CREWS permet d’effectuer les opérations d’enregistrement et d’embarquement
des passagers en autorisant l’accès au système informatique opérationnel des compagnies
aériennes.
Cette redevance est assise sur le nombre de passagers au départ des terminaux ou des parties de terminaux équipés, avec une différenciation entre les passagers hors correspondance
et les passagers en correspondance, selon les modalités suivantes :
- 0,138 € par passager hors correspondance ;
- 0,042 € par passager en correspondance.
7. Redevance pour mise à disposition des installations fixes de fourniture d’énergie
électrique pour les aéronefs sur les aéroports Paris – Charles de Gaulle et Paris –
Orly
La redevance correspond à la mise à disposition des installations fixes de fourniture d’énergie électrique pour les aéronefs. L’assiette est la touchée arrivée et départ. Les tarifs sont
fonction de l’alimentation électrique du poste de stationnement (400 Hz ou 50 Hz), et de
la catégorie de besoin énergétique de l’aéronef notamment fonction de ses équipements
techniques (nombre de prises).
Catégorie et
équipements
des aéronefs
Catégorie 1 (1 prise)
Catégorie 2 (2 prises)
Catégorie 3 (à partir de 3 prises)
Poste avion 400HZ
Par touchée
arrivée et départ
16,90€
45,88€
99,68€
Poste avion 50HZ
Par touchée
arrivée et départ
8,45€
22,94€
49,84€
8. Redevance pour mise à disposition des installations pour le dégivrage des avions
sur l’aéroport de Paris – Charles de Gaulle
Les tarifs de la redevance pour mise à disposition des installations pour le dégivrage sur
l’aéroport de Paris - Charles de Gaulle comprennent deux parties :
a. une part fixe dont le montant est dû pour chaque atterrissage entre le 15 octobre 2019 et le
15 mai 2020. Ce tarif est affecté d’un coefficient variant de 1 à 5 selon la classe UD (unité
de dégivrage) de laquelle relève l’aéronef objet de la prestation de dégivrage.
b. une part variable, due pour chaque opération de dégivrage effectuée entre le 1er octobre
2019 et le 31 mai 2020.
Les tarifs sont applicables à compter du 15 octobre 2019 pour la part fixe et à compter du
1er octobre 2019 pour la part variable. Jusqu’à ces dates, les tarifs antérieurement applicables
de la part variable et de la part fixe restent en vigueur.
avions de classe 1
avions de classe 2
avions de classe 3
avions de classe 4
avions de classe 5
Part fixe
en € hors taxes
36,52
73,04
109,56
146,08
182,60
Part variable
en € hors taxes
1 194,70
2 389,40
3 584,10
4 778,80
5 973,50
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 31
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
UBS pâtit à son tour de la chute
des marchés boursiers
étaler les investissements sur plus
de temps que prévu et s’est dit prêt à
« prendre toutes les mesures » qui
pourraient s’avérer nécessaires.
Pour 2019, UBS se montre très prudent. « L’absence de progrès dans la
résolution des tensions géopolitiques, un protectionnisme en hausse,
des différends commerciaux et une
volatilité accrue, qui ont pesé sur le
sentiment et la confiance des investisseurs […] en particulier au quatrième
trimestre, devraient affecter l’activité
client au premier trimestre 2019 »,
explique la banque.
Interrogé par les journalistes sur
la date de son prochain départ, Sergio Ermotti a tourné en dérision les
scénarios échafaudés autour de sa
succession, les jugeant « divertissants ». « Tout changement n’interv i e n d ra p a s a v a n t p l u s i e u r s
années », a-t-il dit. Les questions
autour de sa succession se sont faites plus insistantes depuis
qu’Andrea Orcel, l’ex-patron de la
banque d’investissement, a quitté le
navire à l’automne dernier pour
rejoindre Santander. La banque
espagnole a finalement estimé que
ce recrutement, estimé à plus de
50 millions d’euros, lui aurait coûté
trop cher. Sergio Ermotti s’est refusé
à tout commentaire sur ce point.
BANQUE
Les investisseurs ont
été déçus par les
résultats trimestriels
du groupe suisse.
Solenn Poullennec
@SolennMorgan
Etienne Goetz
@etiennegoetz
Les investisseurs attendaient
mieux du géant bancaire suisse
UBS. Mardi, le cours de Bourse de la
banque basée à Zurich perdait plus
de 3,9 % dans l’après-midi après la
publication de profits de 696 millions de dollars au titre des trois derniers mois de l’année dernière. « Je
dois dire que le quatrième trimestre a
été un trimestre éprouvant », a
reconnu le patron de la banque, Sergio Ermotti. Et celui-ci de souligner
que les marchés ont enregistré en
décembre leur pire performance
depuis des années.
Des retraits en Suisse
et outre-Atlantique
Cet environnement a poussé les
clients d’UBS à l’attentisme et pesé
sur les résultats de la gestion de fortune, une branche sur laquelle UBS
a décidé de mettre l’accent depuis
plusieurs années. Les revenus déga-
gés par cette activité ont peu évolué
en un an. Surtout, les clients ont
retiré près de 7,9 milliards de dollars (net) au quatrième trimestre,
limitant les rentrées d’argent frais à
24,7 milliards de dollars pour
l’ensemble de 2018 (contre près de
45 milliards en 2017). UBS note que
ce sont principalement les clients
basés en Suisse et dans la région
Amérique qui ont retiré des fonds.
Cette déconvenue intervient alors
qu’UBS s’est donné pour objectif de
repartir à l’offensive aux Etats-Unis.
Le groupe a par ailleurs essuyé
quelque 5 milliards de dollars de
retraits d’argent au quatrième trimestre dans la gestion d’actifs. A
l’heure où plusieurs banques, telles
que Société Générale ou Natixis,
ont déjà fait état de difficultés sur les
marchés en fin d’année, les mauvaises conditions de marché ont également pénalisé la banque d’investissement d’UBS.
Confronté à ces mauvaises perf o r m a n c e s , l e p a t r o n S e rg i o
Ermotti a expliqué qu’il pourrait
(
Lire « Crible »
Page 36
Le nouveau groupe
d’assurance et de
protection sociale né
début janvier est
candidat à un rapprochement avec la
Mutuelle Générale.
Laurent Thévenin
@laurentthevenin
Nouvel acteur de taille dans le secteur de l’assurance en France, le
groupe formé par AG2R La Mondiale et la Matmut depuis le 1er janvier 2019 affiche ses premières
ambitions. Le rapprochement entre
le premier groupe de protection
sociale français et l’assureur mutual i s t e r o u e n n ai s d o i t générer
650 millions d’euros de synergies de
revenus d’ici à 2022, a indiqué mardi
son directeur général délégué, Nicolas Gomart, lors d’une conférence de
presse. Baptisé AG2R La Mondiale
Matmut, ce nouvel ensemble totalisait – sur la base des données 2017 –
11,8 milliards d’euros de chiffre
d’affaires en assurance et 19,2 milliards d’euros de cotisations en
retraite complémentaire pour
18 millions de personnes protégées.
Des maisons
complémentaires
Ces deux maisons sont « complémentaires en matière de fonds de
commerce et de produits », fait valoir
Nicolas Gomart. Centré sur l’assurance de personnes (santé, prévoyance, épargne, retraite), AG2R
La Mondiale a d’abord une clientèle
d’entreprises et de professionnels.
A l’inverse, la Matmut, l’un des prin-
cipaux assureurs auto et habitation
en France, réalise encore près de
90 % de son chiffre d’affaires sur le
marché des particuliers.
« Nous sommes en capacité d’offrir
un continuum de produits et de services à nos assurés », souligne Nicolas
Gomart. D’où l’objectif affiché
d’équiper les 3,8 millions d’assurés
Matmut en produits d’épargne et de
retraite supplémentaire et de vendre des contrats dommages (auto,
habitation, etc.) ou d’assurance
emprunteur aux 2,3 millions d’assurés « actifs » d’AG2R La Mondiale
(hors contrats collectifs et retraite
complémentaire). De premières
expérimentations de ventes croisées sont annoncées pour 2019.
AG2R La Mondiale Matmut a
aussi ciblé « deux segments stratégiques » : les professionnels et entreprises (travailleurs non-salariés,
PME, TPE) et les seniors. Le nouvel
EMPRUNT D’ÉTAT
Les investisseurs
se sont jetés sur
la dette espagnole.
La demande
a atteint jusqu’à
50 milliards d’euros.
Isabelle Couet
@icouet
Les chiffres donnent le vertige.
Mardi, l’Espagne a recueilli le
plus gros volume de souscriptions de son histoire pour sa
levée de dette. L’appétit des
investisseurs pour des titres de
la zone euro n’avait même
jamais été aussi fort depuis
le premier emprunt du Fonds
européen de stabilité en 2011.
M a d r i d a o b t e n u j u s q u’à
5 0 m i l l i a r d s d ’e u r o s d e
demande au cours de l’opération. A la clôture, le livre
d’ordres affichait 47 milliards
environ.
Prix resserré
A peine né, AG2R La Mondiale Matmut
se pose en consolidateur
ASSURANCE
Incroyable ruée
sur la dette
de l’Espagne
ensemble assure ainsi déjà 700.000
TNS et TPE.
Le groupe est par ailleurs toujours candidat à un rapprochement
avec La Mutuelle Générale, la troisième mutuelle santé française, qui
se cherche un partenaire en vue d’un
adossement. Le dossier est « toujours à l’examen du conseil d’administration de La Mutuelle Générale »,
indique André Renaudin, le directeur général d’AG2R La Mondiale
Matmut. « Mais la recomposition du
paysage de la protection sociale et du
monde mutualiste n’est pas terminée », ajoute-t-il, bien décidé à y participer. Dans l’immédiat, « Solim u t [ u n a c t e u r d ’u n e t a i l l e
significative en santé prévoyance,
NDLR] doit nous rejoindre au 1er janvier 2020 », rappelle Nicolas
Gomart. « C’est un exemple. Il n’est
pas impossible qu’il y en est d’autres »,
glisse-t-il. n
Pour ce placement obligataire
effectué par syndication, l’Espagne a été épaulée par BBVA, Crédit Agricole, Citi, HSBC, JP Morgan et Société Générale. Ce
groupe de banques a recueilli
les ordres des investisseurs, avec
les prix et volume souhaités.
L’engouement exceptionnel du
marché a convaincu l’Etat espagnol de resserrer le prix indicatif
fourni à l’ouverture. En d’autres
termes, il a fait savoir, en cours
d’opération, qu’il revoyait à la
baisse le rendement proposé.
Madrid a finalement emprunté
10 milliards d’euros à 10 ans au
taux de 1,462 %.
Avec cette émission, l’Espagne, qui, comme à chaque
début d’année, a effectué une
tournée auprès des investisseurs européens – passant par
Londres, Paris, Francfort et les
capitales nordiques –, va pouvoir prendre une certaine
avance sur son programme de
financement annuel. Une
bonne nouvelle étant donné le
contexte incertain qui
s’annonce pour les marchés
financiers cette année.
Frédéric Gabizon, en charge
du placement chez HSBC, analyse la situation espagnole :
« On assiste à un véritable retour
en grâce de cet émetteur, qui a été
impulsé par les investisseurs
européens et notamment allemands il y a deux ans, et qui,
aujourd’hui, se poursuit, avec la
venue progressive des acheteurs
asiatiques. » De fait, mardi, la
demande est venue du monde
entier et l’Asie, frileuse depuis la
crise, a participé.
L’opération montre que les
investisseurs ont d’énormes
réserves de liquidités à investir,
après une fin d’année très agitée
sur les différentes classes
d’actifs. Certains pans du marché primaire s’étaient même
fermés, à l’instar de la dette spéculative américaine.
Fièvre pour la dette
européenne
Toute l’Europe profite de cette
fièvre. La semaine dernière, le
Trésor italien, qui a emprunté à
15 ans, a enregistré 35,5 milliards d’euros de souscriptions.
Du jamais-vu pour le plus gros
emprunteur de la zone euro,
dans le collimateur des marchés depuis l’arrivée au pouvoir
des populistes en 2018. Les obligations de la B elgique, de
l’Irlande ou du Portugal ont
aussi attiré une demande très
solide ces dernières semaines.
Le marché attend désormais
la Grèce. La volatilité et la
hausse des taux en Europe ont
refroidi le pays, pourtant sorti
du programme d’aide octroyé
par l’UE et le FMI en août. Toujours très mal notée par les
agences de rating, la Grèce sait
qu’elle joue gros en termes
d’image. n
ANNLEGALECH
annonces judiciaires & légales (suite)
Table de référence des types avions
Classe
UD 1
Type
avion
SWM
H25
EM2
SF3
SH3
SH6
DFL
EM4
DH8
AT4
ATR
CRJ
CR1
AT5
AT4
S00
DHT
Surface
Alaire
25,8
34,8
39,4
41,8
42,1
42,1
46,8
51
54,4
54,5
54,5
54,5
54,5
54,5
54,5
55,7
56,2
Classe
UD 2
Type
avion
731
733
734
735
737
73A
732
D92
D93
D94
D95
D98
B14
100
F70
B11
B15
Surface
Alaire
91
91
91
91
91
91
91
93
93
93
93
93
93,2
93,5
93,5
95,8
95,8
Classe
UD 3
Type
avion
T5B
TU5
310
312
A31
114
AB2
AB3
AB4
AB6
VCS
D85
DC8
D70
D87
D8L
D8M
Surface
Alaire
201,5
201,5
219
219
219
260
260
260
260
260
260
267,9
267,9
271,9
271,9
271,9
271,9
Classe
UD 4
Type
avion
ILW
L10
L12
787
D11
L15
D14
M11
SSC
330
340
D10
777
747
744
74F
741
Classe
UD 5
Surface Type
Alaire
avion
320
380
321
321
325
328,8
329
338,9
339,3
358,3
361,6
361,6
367,7
427,8
512
524,9
541,2
541,2
Surface
Alaire
845
Classe
UD 1
Type
avion
AT7
F27
FKF
F50
F28
FJF
14F
146
142
AR8
DH7
CVR
D91
DC3
NDC
Classe
UD 2
Surface Type
Alaire
avion
DAM
60
M80
70
319
70
320
70
321
76,4
T3B
76,4
TU3
77,3
TRD
77,3
CRS
77,3
CRV
77,3
72F
79,9
73S
85,5
721
86,8
727
90
72S
90
752
757
Classe
UD 3
Surface Type
Alaire
avion
116
D8A
118
IL6
122,4
762
123
763
123
767
127,3
707
127,3
138,7
146,7
146,7
153
154
157,9
157,9
157,9
185,3
185,3
Classe
UD 4
Surface Type
Alaire
avion
271,9
742
279,6
743
283,3
74B
283,3
74C
283,3
74D
283,4
74L
Classe
UD 5
Surface Type
Alaire
avion
541,2
541,2
541,2
541,2
541,2
541,2
Surface
Alaire
9. Redevance de titre de circulation aéroportuaire des aéroports de Paris – Charles de
Gaulle, Paris - Orly et Paris - Le Bourget
La redevance est due pour chaque dépôt d’un dossier de demande de titre de circulation
aéroportuaire visé à l’article R. 213-3-3 du code de l’aviation civile, auprès des services d’Aéroports de Paris, requis conformément à l’article L. 6342-2 du code des transports. En cas de
refus par l’Etat de l’habilitation de la personne concernée prévue au I de l’article R. 213-3-1
du code de l’aviation civile, elle fait l’objet d’un remboursement ou d’un avoir.
Le tarif de la redevance de titre de circulation aéroportuaire des aéroports de Paris-Charles
de Gaulle, Paris - Orly et Paris - Le Bourget est fixé à 60,70 € hors taxes.
10. Redevance pour les services d’eau et vidanges des avions (dilacération).
Cette redevance est due à chaque passage de camion de vidange.
Les tarifs de la redevance sont fixés comme suit :
 pour l’aéroport de Paris - Orly :
Tarifs (en euros HT)
Redevance de dilacération
71,71 euros
par passage de camion de vidange
 pour l’aéroport de Paris – Charles de Gaulle :
Tarifs (en euros HT)
Redevance de dilacération
47,16 euros
par passage de camion de vidange
La ligne de référence est de 40 signes en corps minimal de 6 points didot. Le calibrage de l’annonce est établi de filet à filet.
Les départements habilités sont 75, 78, 91, 92, 93, 94, 95 et 69.
LES ECHOS SOCIÉTÉS - LE PUBLICATEUR LÉGAL - LA VIE JUDICIAIRE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
32 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
La stratégie des approvisionnements
miniers de la France reste invisible
La Bourse
brésilienne
bat des
records avec
Bolsonaro
MATIÈRES
PREMIÈRES
BOURSE
Les réformes promises par le président
brésilien alimentent
l’optimisme des
investisseurs locaux.
Paris doit afficher
une volonté politique
de sécurisation
des importations en
métaux de l’industrie,
alerte le Cese.
Thierry Ogier
— Correspondant à São Paulo
Et les pouvoirs publics
doivent relancer
l’exploitation et
l’exploration minières.
Muryel Jacque
@MuryelJacque
Pour Airbus, l’embargo imposé l’an
dernier par les Etats-Unis contre le
géant de l’aluminium russe Rusal
n’a pas été simple. En privant les
fabricants d’alliage de leur matière
première, il a compliqué l’approvisionnement de l’avionneur.
L’épisode est emblématique des
problèmes auxquels peut faire face
l’industrie française, dépendante
de métaux qu’elle importe en très
grande majorité. RTE, le gestionnaire du réseau électrique, se
montre ainsi sensible à la question
du cuivre, Renault à celle du
lithium. L’Etat français en a-t-il
pleinement conscience ? Pas suffisamment, estime le Conseil économique, social et environnemental
(Cese). La stratégie des matières
premières et des mines n’est pas
visible, s’alarme la troisième
assemblée constitutionnelle de la
République dans un avis rendu
public mardi.
La gestion de la crise
des terres rares
Certes, les pouvoirs publics réagissent en cas de crise, à l’instar de
celles sur les terres rares en 2010,
souligne le Conseil. Mais la France
est dénuée de véritable politique
structurante qui lui permettrait de
relever le défi d’une puissance
industrielle. « Le problème devient
de plus en plus crucial car la transition numérique et la transition
énergétique vont consommer énormément de métaux. Or, la France
garde une position attentiste »,
expose le rapporteur de l’avis,
Philippe Saint-Aubin. La recherche
d’un modèle économique moins
soumis aux énergies fossiles va
nous rendre de plus en plus dépendants à d’autres ressources, tels le
tungstène, l’étain, le cobalt, le
lithium ou les terres rares. Pour la
France, une quarantaine de minerais et métaux critiques (c’est-à-dire
dont la rupture d’approvisionnement pourrait avoir des
conséquences importantes pour
ses utilisateurs) ont été listés par le
Bureau de recherches minières et
géologiques (BRGM).
Ces métaux indispensables à la
high-tech comme à la défense sont
exploités pour nombre d’entre eux
par la Chine – et parfois dans des
conditions déplorables. Un quasimonopole qui donne à Pékin une
mainmise sans précédent sur des
matériaux pourtant hautement
stratégiques, montre Guillaume
Pitron dans son livre « La Guerre
des métaux rares », paru l’an dernier et qui a marqué les esprits, y
compris au sein du Cese. Dans un
peu plus de quarante ans, le monde
devrait compter 10 milliards d’habitants et il utilisera deux fois plus de
matières premières qu’aujourd’hui.
Notre consommation dévorante de
matériaux pourrait monter à
167 milliards de tonnes par an, contre 90 milliards actuellement, soit
45 kilogrammes par jour et par personne, a prévenu l’OCDE en octobre
dernier.
Le Cese fait une petite vingtaine
de préconisations. Parmi elles,
identifier les filières porteuses de
recyclage et trouver les moyens de
les développer, évaluer des mesures fiscales pour appuyer la transition écologique dans l’industrie
des déchets. Ou encore s’attaquer
bien davantage à l’obsolescence
programmée et, plus largement,
avoir une consommation plus
sobre. « Les taux de recyclage à
l’échelle mondiale restent extrêmement bas. Si le cuivre, le fer, l’or et les
platinoïdes sont recyclés à plus de
50 %, les terres rares, le germanium, le sélénium ou le gallium le
sont à moins de 1 % », indique le
rapport.
Un leurre : l’externalisation
des activités polluantes
Mais le processus de recyclage,
aussi avancé soit-il, ne sera jamais
efficace à 100 % car de la matière se
perd à chaque boucle. Aussi la
France devrait-elle songer à rouvrir
des mines. « La question doit en tout
cas être posée car si nous n’exploitons
pas en France, nous sommes totalement dépendants et nous nous
voilons la face en externalisant des
activités polluantes », relève
Philippe Saint-Aubin.
Mais il faudra vaincre les réticences, nombreuses en France
aujourd’hui. Arriver à une « autorisation sociale d’exploiter »,
recommande le Cese. Pour ce
faire, il faudrait donc réformer le
Code minier (intact depuis 1994),
mettre à jour l’inventaire minier
(réalisé entre 1975 et 1992), reprendre l’exploration (arrêtée il y a des
années par le BRGM), relancer les
formations en géologie minière, et
éventuellement ressortir l’étude
d’une compagnie nationale des
mines (interrompue en 2014). De
quoi nourrir le débat agité entre
les partisans et les opposants de
l’exploitation minière qui a été
relancé en France par le projet de
mine de tungstène en Ariège et
celui de mine d’or en Guyane. n
L’investissement éthique
du fonds norvégien dans
le collimateur du gouvernement
FONDS
Le gouvernement va
créer une commission
d’évaluation des
investissements
du fonds souverain.
Nessim Aït-Kacimi
@NessimAitKacimi
La politique d’investissement du
fonds souverain norvégien suscite
des débats animés au sein de la
classe politique du pays. Sa gestion
éthique, qui consiste à exclure de
son portefeuille certains secteurs et
groupes, est dans le collimateur de
la nouvelle majorité gouvernementale menée par les conservateurs,
selon l’agence Bloomberg. Le
ministère des Finances va créer une
commission pour se pencher sur
les règles d’investissement éthique
du fonds.
Ces règles sont devenues un
fardeau qui limite la diversification du fonds, et « politisent » sa
gestion. Ce manque de cohérence
pénalise aussi sa performance.
L’éthique a un coût. Depuis 2010,
son p ortefeuille b oursier de
sociétés soucieuses de l’environnement lui a rapporté en
moyenne 6,2 % par an, contre
10,6 % pour son portefeuille boursier global. Entre 2006 et 2015,
l’exclusion de certains secteurs
(tabac, défense…) lui a coûté
127 milliards de couronnes, soit
1,2 % de performance boursière.
Effets des exclusions
A l’inverse des conservateurs, les
travaillistes souhaiteraient que le
fonds souverain, qui gère plus de
1.000 milliards de dollars, n’investisse plus dans le secteur des jeux et
des casinos. Le ministère des Finances, dont dépend le fonds souverain, s’est opposé à la sortie des
industries pétrolières et gazières.
Les actions de ce secteur représentaient un montant de 367 milliards
de couronnes au troisième trimestre de 2018, soit 4,3 % de son portefeuille global.
Le fonds souverain cède sa participation jusqu’à deux mois avant
l’annonce officielle de l’exclusion
d’une société de son portefeuille. Le
jour de l’annonce de son désinves-
tissement, le cours de la société
exclue perd autour de 2,4 %, selon
des travaux (*). Quand le Conseil
d’éthique, créé en 2004, recommande au fonds la cession d’une
e n t r e p r i s e p o u r « m a u va i s e
conduite » (corruption, violation
des droits de l’homme, dégâts causés à l’environnement…), son cours
peut chuter de 9 %. Les trois quarts
des sociétés exclues voient leur
action baisser.
L’exclusion de Texwinca Holdings, le 17 janvier, pour cause de
violation des droits de l’homme, n’a
toutefois eu aucun impact sur son
cours, qui a progressé dans les
séances suivantes. L’exclusion de
groupes à cause de leurs produits
ou activités (mines antipersonnel,
tabac, charbon) a peu d’impact sur
leur cours boursier. Cédés du fait de
leurs activités dans le charbon,
Evergy a vu son cours progresser le
jour de l’annonce de son exclusion
du portefeuille du fonds, et celui de
Washington H. Soul Pattinson est
demeuré stable.
(*) « On the Ethics of the Government
Pension Fund Global », Sondre Hansen
Eriksen, Marie Skara.
A la Bourse de São Paulo, on
garde le champagne au frais.
Après une série de records,
l’indice Ibovespa s’approche
du cap des 100.000 points.
Depuis fin octobre, lorsque la
victoire de Jair Bolsonaro face
au candidat de gauche a paru
inéluctable, la Bourse a commencé à reprendre des couleurs. Davantage que le chef
de file de l’extrême droite, elle
voit en Jair Bolsonaro le président qui a le plus de chances
de mettre en œuvre les réformes que ses prédécesseurs
n’ont pas su appliquer. Après
u n e h a u s s e d e 1 5 % l ’a n
dernier, elle ne compte pas
s’arrêter en si bon chemin.
Depuis le début de 2019, elle a
déjà gagné près de 10 %.
« Les actions sont la seule
classe d’actifs que nous recommandons d’acheter depuis octobre dernier », explique Ronaldo
Patah, stratégiste d’UBS Wealth
Management. Les perspectives
restent positives. « Il s’agit de la
meilleure classe d’actifs au Brésil.
L’Ibovespa pourrait atteindre
1 2 5.0 0 0 p o i n t s à l a f i n d e
l’année », assure Karel Luketic,
stratégiste de la société de courtage XP. Selon lui, la place de São
Paulo est encore « bon marché »
et les perspectives des entreprises sont bonnes. « On s’attend à
une progression des bénéfices de
22 % cette année », grâce à une
activité économique plus
soutenue, après deux années de
croissance balbutiante.
Les réformes fiscale
et des retraites sont
très attendues par
les investisseurs.
Les investisseurs croient aux
réformes défendues par le gouvernement. Celle des retraites,
qui languit au Congrès depuis
des années, mais qui pourrait
être adoptée au premier semestre, selon les prévisions les plus
optimistes. La réforme fiscale est
également très attendue, ainsi
que des « réformes microéconomiques qui vont faciliter la vie des
entreprises », précise Ronaldo
Patah. Le secteur privé applaudit
également des deux mains le
plan de privatisations et de
réduction des investissements
des entreprises publiques.
Sans les investisseurs
étrangers
Le ministère des Finances norvégien s’est opposé à la sortie
du fonds des industries gazières et pétrolières. Photo AFP
D’Oslo à Hollywood
Les péripéties du fonds souverain norvégien vont faire
l’objet d’une série télévisée intitulée « Le Fonds pétrolier »,
sur la chaîne Discovery. La sitcom veut explorer la schizophrénie d’un fonds, engagé en matière d’environnement,
mais qui tire ses ressources du pétrole. Son magot de
1.000 milliards de dollars attise les convoitises de la classe
politique. « Les téléspectateurs sont probablement en mesure
de faire la part entre un divertissement et la réalité », a estimé
Thomas Sevang, le responsable de la communication
de la Norges Bank Investment Management. Le fonds le plus
transparent du monde est prêt à une certaine autodérision
pour maintenir le lien avec une population, dont une partie
remet en cause sa légitimité et ses choix.
Pour l’instant, cette progression de la Bourse s’est effectuée
sans la participation des investisseurs étrangers. Ceux-ci ont
au contraire retiré près de
3 milliards d’euros d’investissement l’an dernier. Le solde
depuis le début de l’année n’est
que légèrement positif. Mais
tout cela pourrait changer si le
scénario optimiste en relation à
la réforme des retraites se
confirmait. « Les investisseurs
étrangers n’ont pas encore tout
misé sur Bolsonaro à la différence des investisseurs locaux,
explique Lucas Tambellini,
stratégiste du marché des
actions de la banque Itaú BBA,
mais ils pourraient revenir sur le
marché. » Le moment sera alors
peut-être venu de déboucher la
bouteille de champagne… n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 33
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
euronext
SÉANCE DU 22 - 01 - 2019
CAC 40 : 4847,53 (-0,42 %) NEXT 20 : 10904,96 (-0,22 %)
CAC LARGE 60 : 5389,31 (-0,40 %)
CAC ALL-TRADABLE : 3797,28 (-0,38 %)
DATE DE PROROGATION : 28 JANVIER
CAC 40
SRD Suite
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
ACCOR (AC) R
A
FR0000120404
AIR LIQUIDE (AI) R
11/05/18 1,05
A
FR0000120073
28/05/18 2,65
AIRBUS GROUP (AIR) R
A
NL0000235190
16/04/18 1,28
ARCELORMITTAL (MT)
A
LU1598757687
ATOS SE (ATO) R
FR0000051732
AXA (CS) R
17/05/18 0,09
A
31/05/18 1,7
A
FR0000120628
03/05/18 1,26
BNP PARIBAS (BNP) R
A
FR0000131104
BOUYGUES (EN) R
30/05/18 3,02
A
FR0000120503
CAP-GEMINI (CAP) R
02/05/18 1,7
A
FR0000125338
CARREFOUR (CA) R
04/06/18 1,7
A
FR0000120172
21/06/18 0,46
CREDIT AGRICOLE (ACA) R
A
FR0000045072
DANONE (BN) R
22/05/18 0,63
A
FR0000120644
04/05/18 1,9
DASSAULT SYSTEMES (DSY) R A
FR0000130650
ENGIE (ENGI) R
29/05/18 0,58
A
FR0010208488
10/10/18 0,37
ESSILORLUXOTTICA (EI) R
A
FR0000121667
26/04/18 1,53
HERMES INTL (RMS) R
A
FR0000052292
KERING (KER) R
07/06/18 7,6
A
FR0000121485
L.V.M.H. (MC) R
15/01/19 3,5
A
FR0000121014
LEGRAND (LR) R
04/12/18 2
A
FR0010307819
L'ORÉAL (OR) R
01/06/18 1,26
A
FR0000120321
25/04/18 3,55
OUV
VOL.
NB TITRES
38,76
429841
290.969.205
104,5
675364
429.423.434
94,53
1284328
776.469.994
19,584
5260203
1.021.903.623
72,72
209114
106.884.219
20,38
5258655
2.424.916.626
41,875
5480516
1.249.798.561
29,7
929961
372.377.939
95,18
662040
167.293.730
16,445
2275771
789.252.839
10,138
6598939
2.866.437.156
62,93
1225102
685.055.200
111,65
230382
261.541.129
13,645
3579941
2.435.285.011
112
664417
426.777.218
500,8
40573
105.569.412
408,9
181715
126.279.322
256
560124
505.028.789
51,2
398086
267.471.813
198,2
340270
560.341.550
CLOT
+ HAUT
+ BAS
38,95
39,15
38,76
104,9
105,3
104,05
94,75
95,05
93,88
18,944
19,668
18,872
72,78
73,56
72,2
20,395
20,42
20,25
41,515
41,875
41
29,7
29,97
29,66
96
96,5
94,82
16,335
16,59
16,245
10,07
10,174
9,996
62,81
63,47
62,52
110,2
112,15
109,6
13,695
13,755
13,615
112,1
112,85
111,9
498,8
503,6
496,8
410
415,2
406,4
257,1
258,45
255,2
51,1
51,36
50,86
198,7
199,5
197,3
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
+ 0,39
+ 9,01
- 15,84
- 0,24
- 2,51
- 3,94
+ 0,27
+14,02
+ 1,61
- 4,56
+ 2,64
- 36,77
+ 0,25
+ 3,97
- 43,36
- 0,44
+ 8,51
- 25,67
- 1,86
+ 5,1
- 38,54
+ 0,03
- 3,7
- 35,05
+ 0,38
+11,63
- 10,66
- 0,43
+10,15
- 11,54
- 1,55
+ 6,73
- 34,78
- 0,21
+ 0,93
- 11,02
- 1,25
+10,03
+ 17,26
- 0,26
+ 9,47
- 5,22
- 0,18
+ 1,59
- 0,88
- 0,52
+ 4,92
+ 11,94
- 0,7
+ 3,51
+ 7,76
- 0,06
+ 1,44
+ 5,8
- 0,04
+ 5,3
- 23,18
- 0,08
-1
+ 7,09
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
+ 4,96
39,15
36
2,7
- 3,27
107,95
102,05
2,53
+ 12,85
3,4
95,05
27,91
77,5
1,58
+ 4,43
20,25
17,056
+ 1,82
75,14
67,5
2,34
+ 8,15
20,61
18,428 6,18
+ 5,17
43,08
38,135
7,27
- 5,23
31,21
29,26
5,72
+ 10,6
96,5
79,8
1,77
+ 9,56
16,82
14,485 2,82
+ 6,79
10,424
9,095 6,26
+ 2,11
63,66
60,2
3,03
+ 6,27
112,15
96,02
0,53
+ 9,34
1,21
13,89
11,36
12,17
2,7
+ 1,49
112,85
108,95
1,37
+ 2,89
503,6
462,4
1,52
- 0,39
429,8
380,7
0,85
- 0,43
266,2
243,65
0,78
+ 3,65
51,4
47,91
2,47
- 1,24
201,2
194,55
1,79
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV
MICHELIN (ML) R
A
FR0000121261
ORANGE (ORA) R
22/05/18 3,55
A
FR0000133308
04/12/18 0,3
PERNOD-RICARD (RI) R
A
FR0000120693
PEUGEOT (UG) R
28/11/18 1,35
A
FR0000121501
02/05/18 0,53
PUBLICIS GROUPE (PUB) R
A
FR0000130577
RENAULT (RNO) R
FR0000131906
SAFRAN (SAF) R
06/06/18 2
A
21/06/18 3,55
A
FR0000073272
29/05/18 1,6
SAINT-GOBAIN (SGO) R
A
FR0000125007
SANOFI (SAN) R
11/06/18 1,3
A
FR0000120578
11/05/18 3,03
SCHNEIDER ELECTRIC (SU) R A
FR0000121972
02/05/18 2,2
SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (GLE) R A
FR0000130809
SODEXO (SW) R
30/05/18 2,2
A
FR0000121220
01/02/18 2,75
STMICROELETRONICS (STM) R A
NL0000226223
17/12/18 0,05
TECHNIPFMC (FTI) R
A
GB00BDSFG982
TOTAL (FP) R
19/11/18 0,13
A
FR0000120271
25/09/18 0,64
UNIBAIL-R/WFD (URW)
A
FR0013326246
VALEO (FR)
A
DIV 3 06/06/16
FR0013176526
04/06/18 1,25
VEOLIA ENV. (VIE) R
A
FR0000124141
VINCI (DG) R
14/05/18 0,84
A
FR0000125486
VIVENDI (VIV) R
06/11/18 0,75
A
FR0000127771
20/04/18 0,45
OUV
VOL.
NB TITRES
92,88
381760
179.750.453
13,33
5454861
2.660.056.599
139,1
473141
265.421.592
21,15
1756827
904.828.213
52,88
678910
235.249.801
56,8
801943
295.722.284
109,6
697696
435.767.951
29,765
1721638
546.585.004
72,86
2330258
1.247.395.472
60,06
1114046
579.138.192
28
4548815
807.917.739
93,62
305065
147.454.887
12,82
2641236
911.156.920
20,45
1301250
450.145.880
47,2
4302035
2.641.814.774
148,54
414995
138.286.626
26,67
1172363
240.253.100
18,145
964453
565.593.341
74,68
842548
597.515.984
21,68
1912219
1.305.804.297
SRD
CLOT
+ HAUT
+ BAS
93
93,48
91,6
13,36
13,47
13,28
140
140,45
138,85
21,34
21,37
21,09
53,24
53,34
52,64
56,78
57,15
56,48
109,2
109,75
108,85
30,12
30,12
29,635
73,16
73,2
72,66
60,16
60,26
59,56
27,82
28,195
27,545
94,66
95,58
93,62
12,48
12,94
12,42
20,35
20,74
20,22
47,01
47,28
46,71
148,5
150,04
148,18
26,2
26,8
25,94
18,085
18,27
18,03
74,64
74,9
74,5
21,73
21,86
21,64
% VEIL
% MOIS
% 52 S.
- 0,22
+10,06
- 27,65
- 0,67
- 5,75
- 9,52
+ 0,94
- 1,62
+ 7,61
+ 0,42
+14,73
+ 12,26
+ 0,68
+ 6,57
- 8,08
- 0,23
+ 2,97
- 37,8
- 0,82
+ 6,38
+ 20,26
+ 1,31
+ 5,31
- 37,36
+ 0,1
- 3,33
+ 3,29
- 0,36
+ 3,62
- 20,61
- 1,61
- 0,96
- 39,52
+ 0,7
+ 6,67
- 11,94
- 3,41
+ 3,74
- 38,34
- 1,41
+19,78
- 26,96
- 0,79
+ 2,1
- 1,87
- 0,51
+ 7,69
- 1,8
+ 4,88
- 59,89
- 0,47
- 0,06
- 14,85
- 0,13
+ 4,51
- 15,18
- 0,14
+ 2,4
- 9,27
% AN
BPA
+ HAUT AN PER
+ BAS AN RDT
+ 7,27
93,5
83,74
3,82
- 5,62
14,34
13,28
2,25
- 2,3
142,3
136
0,96
+ 14,45
21,59
17,87
2,48
+ 6,31
53,74
48,7
3,76
+ 4,09
57,48
51,98
6,25
+ 3,61
110,45
101,1
1,47
+ 3,27
30,165
28,275 4,32
- 3,3
75,68
72,59
4,14
+ 0,74
60,98
57,58
3,66
30,385
26,88
7,91
+ 5,77
95,8
86,78
2,91
- 0,04
0,23
13,02 54,92
10,635 0,42
+ 15,3
21,04
16,6
+ 1,8
48,075
44,775
1,36
+ 9,68
151,5
130,18
+ 2,7
28,41
23,5
4,77
+ 0,72
18,4
17,5
4,65
+ 3,64
75,96
70,2
1,01
+ 2,11
22,1
20,8
2,07
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
OUV
VOL.
NB TITRES
AB SCIENCE (AB) g
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
B 3,9
3,844
16943
3,9
40.789.901
3,818
B 6,2
6,13
15846
6,2
FR0004040608
27/11/18 0,2 58.512.053
6,13
ABIVAX (ABVX) g
B 9,86
9,6
20345
10,08
FR0012333284
10.024.182
9,51
ACANTHE DEV. (ACAN) g
C 0,514
0,506
3641
0,516
FR0000064602
08/02/18 0,3 147.125.260
0,506
ACTIA GROUP (ATI) g
C 3,47
3,44
14982
3,47
FR0000076655
13/06/18 0,12 20.099.941
3,37
ADOCIA (ADOC) g
B 15,26
14,84
6701
15,26
FR0011184241
6.916.753
14,74
AÉROPORTS DE PARIS (ADP) G
A 164,5
166,2
59336
167,1
FR0010340141
06/12/18 0,7 98.960.602
164,5
AIR FRANCE-KLM (AF) G
A 10,335
10,69
5387520
10,715
FR0000031122
14/07/08 0,58 428.634.035
10,33
51,5
AKKA TECHNOLOGIES (AKA) g
B 51,7
12738
52
FR0004180537
29/06/18 0,49 20.291.990
50,8
AKWEL (AKW) g
B 16,38
15,96
9535
16,38
FR0000053027
06/06/18 0,3 26.741.040
15,96
ALD (ALD)
A 11,75
11,97
94924
12,04
FR0013258662
30/05/18 0,55 404.103.640
11,72
ALPES (CIE DES ) (CDA) g
B 24,05
23,55
7586
24,05
FR0000053324
13/03/18 0,5 24.413.271
23,45
ALSTOM (ALO) LR
A 35,09
34,59
900599
35,09
FR0010220475
20/07/18 0,35 223.256.020
34,18
ALTAREA (ALTA) g
A 176
177
2415
178
FR0000033219
22/05/18 12,5 16.061.329
173,4
ALTEN (ATE) G
A 77,2
78,5
59895
79,15
FR0000071946
25/06/18 1 33.829.958
77,15
ALTRAN TECHNOLOGIES (ALT) G A 8,21
8,255
832137
8,34
FR0000034639
11/05/18 0,24 257.021.105
8,17
AMPLITUDE SURG. (AMPLI) g
3,26
3,21
5540
3,26
FR0012789667
47.804.841
3,21
AMUNDI (AMUN) G
A 49,2
49,21
EX-DS 15/03/17
85037
49,38
FR0004125920
22/05/18 2,5 201.704.354
48,88
APRIL GROUP (APR)
B 20,9
20,9
36534
20,9
FR0004037125
10/05/18 0,27 40.904.135
20,7
ARCHOS (JXR) g
C 0,325
0,328
403774
0,339
FR0000182479
57.851.743
0,325
ARKEMA (AKE) L
A 83,04
82,86
275738
84,12
FR0010313833
25/05/18 2,3 76.532.456
82,14
ARTPRICE.COM (PRC) g
C 15
14,74
9440
15,16
FR0000074783
6.651.515
14,54
ASSYSTEM (ASY) g
B 28,5
29,3
OPA 24/11/17
3381
29,3
FR0000074148
19/06/18 1 15.668.216
28,5
ATARI (ATA)
C 0,338
0,339
330311
0,345
FR0010478248
255.105.360
0,333
AUBAY (AUB) g
C 32,9
32,25
12844
32,95
FR0000063737
08/11/18 0,27 13.136.796
32
AUREA (AURE)
C 5,84
5,56
3090
5,84
FR0000039232
27/06/18 0,15 12.017.008
5,52
AVENIR TELECOM (AVT) g
C 0,158
0,158
65741
0,159
FR0000066052
21/10/11 0,05 112.001.888
0,154
AXWAY SOFTWARE (AXW) g
B 12,34
12,22
4027
12,54
FR0011040500
02/07/18 0,2 21.210.546
12,22
BÉNÉTEAU (BEN)
A 13,04
13,28
57749
13,48
FR0000035164
14/02/18 0,25 82.789.840
13,04
BIC (BB) G
A 90,05
90,25
63593
90,9
FR0000120966
28/05/18 3,45 45.988.387
89,9
BIGBEN INT. (BIG) g
C 9,5
9,34
39485
9,5
FR0000074072
30/07/18 0,1 19.500.119
9,24
BIOMÉRIEUX (BIM)
A 61,9
61,2
44197
62,3
FR0013280286
05/06/18 0,34 118.361.220
60,8
BOIRON (BOI) g
A 51
50
8253
51
FR0000061129
31/05/18 1,6 17.565.560
50
BOLLORÉ (BOL) G
A 3,6
3,588
1139808
3,628
FR0000039299
07/09/18 0,02 2.927.197.152
3,548
BONDUELLE (BON) g
B 31,6
31,2
16523
31,65
FR0000063935
14/12/18 0,5 32.538.340
31,05
BUREAU VERITAS (BVI) L
A 18,955
19,12
776157
19,255
FR0006174348
18/05/18 0,56 442.216.000
18,77
BURELLE SA (BUR)
A 948
954
34
954
FR0000061137
05/06/18 16 1.853.315
942
CARMILA (CARM)
C 16,42
16,42
29230
16,42
FR0010828137
23/05/18 0,75 136.561.695
16,3
CASINO (CO) LR
A 39
38,89
315819
39,2
FR0000125585
03/12/18 1,56 109.729.416
38,73
CATANA GROUP (CATG) g
C 2,6
2,585
54143
2,645
FR0010193052
30.514.178
2,565
CGG (CGG) G
C 1,518
1,485
3451478
1,526
FR0013181864
709.944.398
1,464
CHARGEURS (CRI) g
C 19,4
19,29
79732
19,4
FR0000130692
12/09/18 0,3 23.551.755
18,91
CHRISTIAN DIOR (CDI)
A 350,8
352,9
EX D OP 08/06/17
14757
354,1
FR0000130403
04/12/18 2 180.507.516
348,8
CIE DU CAMBODGE (CBDG)
A
/170119
FR0010557264
ABC ARBITRAGE (ABCA) g
FR0000079659
A : Indicateur acompte, solde ou total du dividende. BPA : Bénfice par action. PER : Price Earning Ratio. Les plus hauts et plus bas ajustés sont sur l’année
civile. Les valeurs classées par ordre alphabétique sont regroupées en trois classes de capitalisation signalées par les lettres A pour les capitalisations
supérieures à 1 milliard d’euros, B pour les capitalisations comprises entre 1 milliard d’euros et 150 millions d’euros et C pour les capitalisations inférieures
à 150 millions d’euros. L : Valeurs de l’indice CACNext20. R : Valeurs de l’indice CACLarge60. G : Valeurs de l’indice CACMid60. g : Valeurs de l’indice
CACSmall. Les bénéfices par action : source FacSet JCF Estimates. Mise en ligne intégrale des informations réglementées sur www.lesechos-comfi.fr
07/06/18 180 559.735
- 1,28
+14,34
- 56,69
- 0,65
+ 4,43
- 5,98
- 4,19
-13,51
+ 7,5
+ 0,8
- 2,32
- 38,44
- 0,87
+16,22
- 56,51
- 2,37
+18,72
- 10,6
+ 0,85
+ 2,47
+ 1,96
+ 4,7
+13,89
- 16,16
- 0,39
+20,47
- 0,19
- 2,45
+ 7,98
- 55,79
+ 2,13
+16,67
- 16,7
- 2,08
+ 8,03
- 34,76
- 1,73
- 2,01
- 5,08
+ 1,26
+ 8,32
- 16,31
+ 0,97
+ 9,56
+ 0,77
- 1,43
+26,42
- 38,98
- 1,84
+22,52
- 15,53
- 1,05
+ 5,76
- 32,22
+ 10,84
4,128
3,378
+ 0,82
6,27
5,98
- 18,92
12,8
9,51
+ 2,02
0,52
0,491
+ 1,78
3,61
3,24
- 10,28
17,08
14,24
+ 0,42
171,3
159,1
+ 12,76
10,715
8,68
+ 16,52
52,3
42,1
- 0,87
17,6
15,3
+ 15,1
12,04
10,1
- 4,66
24,8
22,55
- 1,93
36,1
33,4
+ 6,76
178
163,4
+ 7,98
79,15
70,25
+ 17,84
8,575
6,51
+ 16,73
3,29
2,75
+ 6,61
49,86
44,59
+ 4,76
+32,7
21
+ 31,45 19,95
+ 0,15 - 10,27
+13,72
0,397
- 53,51
0,294
+ 0,36 + 10,54
+11,82 84,12
- 22,71 72,88
- 1,73 + 2,65
+34,98 15,48
- 12,78 13,1
+ 2,81 + 8,32
+10,57 29,8
- 3,62 25,75
+ 0,15 - 0,44
+ 5,94
0,386
- 39,46
0,32
- 1,23 + 14,56
+24,52 33,3
- 11,16 25,8
- 2,11 + 1,09
+ 4,91
6,08
- 32,2
5,18
- 1,56 + 2,6
- 0,94
0,188
- 49,2
0,146
- 0,97 - 1,61
+ 1,16
13,52
- 45,2
11,8
+ 1,37 + 15,68
+23,42 13,48
- 40,71
10,72
- 0,66 + 1,23
+ 1,75 92,45
- 7,44 85,35
- 1,16 + 16,6
+16,31
9,6
- 41,92
7,8
- 0,81 + 6,43
+10,27 62,3
- 21,03 53,1
- 1,96 + 2,15
+ 4,17 54,3
- 33,95 47,5
- 0,66 + 2,51
+ 4,55
3,714
- 23,14
3,412
- 0,95 + 9,86
+11,43 31,75
- 28,28 28,2
+ 0,21 + 7,45
+10,94 19,36
- 20,17
16,99
+ 0,63 + 19,85
+24,87 954
- 31,86 730
+ 0,37 + 1,61
+ 0,37 16,64
- 31,58 15,76
- 0,21 + 7,02
+ 9,3
39,78
- 17,95 34,01
- 0,19 + 12,39
+35,62
2,965
- 23,47
2,115
- 2,88 + 28,46
+40,49
1,549
- 52,43
1,081
+ 0,31 + 14,82
+21,93 19,47
- 29,7
16,18
+ 0,28 + 5,69
+ 6,36 354,6
+ 17,2 323,9
+ 7,14
+ 7,14 6000
- 20 5700
VALEURS MNÉMO / INFO /
OST
ISIN / DATE DÉTACH. COUPON / DIV
CLARANOVA (CLA) g
C 0,65
1319322
393.613.788
A 19,89
164891
FR0000120222
03/05/18 0,84 686.618.477
COFACE (COFA) g
A 8,05
139090
FR0010667147
24/05/18 0,34 153.899.261
COLAS (RE)
A 135,6
491
FR0000121634
30/04/18 8,2 32.654.499
COVIVIO (COV) G
A 87
85713
FR0000064578
15/05/18 4,5 82.902.898
COVIVIO HOTELS (COVH)
A 24,8
341
FR0000060303
11/04/18 1,55 118.057.886
DASSAULT AV. (AM) G
A 1301
3814
FR0000121725
01/06/18 15,3 8.348.703
DASSAULT SYSTÈMES (DSY) R
A 111,65
230382
FR0000130650
29/05/18 0,58 261.541.129
DBV TECHNOLOGIES (DBV) G
B 11,8
531254
FR0010417345
30.137.977
DERICHEBOURG (DBG) g
B 3,96
279834
FR0000053381
13/02/18 0,14 163.878.780
DEVOTEAM (DVT) g
C 94,9
4934
FR0000073793
14/06/18 0,9 8.332.407
DNXCORP (DNX) g
C 5,52
5560
FR0010436584
10/07/18 0,6 2.834.575
EDENRED (EDEN) G
A 36,53
385242
FR0010908533
14/05/18 0,85 239.266.350
EDF (EDF) LR
A 14,1
EX-DS 7/03/17
1100519
FR0010242511
06/12/18 0,15 3.010.267.676
EIFFAGE (FGR) LR
A 78,48
216610
FR0000130452
22/05/18 2 98.000.000
EKINOPS (EKI) g
2,925
24151
FR0011466069
21.529.161
ELIOR (ELIOR) G
A 12,4
496213
FR0011950732
16/03/18 0,42 172.289.164
ELIS (ELIS) G
A 13,55
234662
FR0012435121
29/05/18 0,37 219.927.545
EOS IMAGING (EOSI)
C 2,61
7615
FR0011191766
26.237.907
ERAMET (ERA) Gg
A 65,5
44529
FR0000131757
29/05/18 2,3 26.633.660
ERYTECH PHARMA (ERYP) g
B 7,07
19556
FR0011471135
17.940.035
ESI GROUP (ESI) g
C 26,6
3012
FR0004110310
6.017.892
EURAZEO (RF) G
A 64,55
104658
FR0000121121
30/04/18 1,25 76.518.341
EURO RESSOURCES (EUR)
C 3,06
11185
FR0000054678
12/06/18 0,15 62.491.281
EUROFINS SCIENTIFIC (ERF) G
A 360
30759
FR0000038259
28/06/18 2,04 17.649.834
EUROPCAR GROUPE (EUCAR) G
A 7,8
148388
FR0012789949
29/05/18 0,15 161.030.883
EUTELSAT COM. (ETL) LG
A 18,1
506165
FR0010221234
20/11/18 1,27 232.774.635
EXEL INDUSTRIES (EXE) g
B 71
440
FR0004527638
14/02/18 1,58 6.787.900
FAURECIA (EO) G
A 37,5
499105
FR0000121147
01/06/18 1,1 138.035.801
FFP (FFP) g
A 89,3
2283
FR0000064784
22/05/18 2 24.922.589
FIGEAC AERO (FGA) g
B 12,44
8548
FR0011665280
31.839.473
FIN. ODET (ODET)
A 794
139
FR0000062234
07/06/18 1 6.585.990
FNAC DARTY (FNAC)
A 63,2
65570
FR0011476928
26.605.439
FONCIÈRE LYONNAISE (FLY)
A 61
2582
FR0000033409
30/04/18 2,3 46.528.974
FROMAGERIES BEL (FBEL)
A 342
14
FR0000121857
18/05/18 7 6.872.335
FUTUREN (FTRN) g
B 1,14
N/P REGR.
602
FR0011284991
277.776.587
GECI INTERNATIONAL (GECP) g
C 0,111
384878
FR0000079634
01/10/01 0,1 163.325.030
GECINA (GFC) G
A 120,7
99997
FR0010040865
12/06/18 2,65 76.265.492
GEMALTO (GTO) L
A 50,7
163780
NL0000400653
22/05/17 0,43 90.920.356
GENFIT (GNFT) G
B 17,98
75315
FR0004163111
31.166.437
GENSIGHT (SIGHT)
C 2,88
222238
FR0013183985
24.766.723
GENTICEL (GTCL) g
1,09
152952
FR0011790542
79.347.621
GETLINK (GET) LR
A 12,395
650278
FR0010533075
22/05/18 0,3 550.000.000
GL EVENTS (GLO) g
B 18,02
8005
FR0000066672
13/06/18 0,65 29.982.787
FR0004026714
CNP ASSURANCES (CNP) GR
3,26
3,49
0,42
1,36
1,88
4,6
2,12
1,01
1,27
2,91
5,08
1,29
2,78
3,41
0,84
2,7
1,64
1,88
3,82
1,07
0,56
3,2
0,56
1,6
2,93
1,68
4,01
1,56
0,96
3
OUV
VOL.
NB TITRES
CLOT
% VEIL % AN
BPA
+ HAUT % MOIS + HAUT AN PER
+ BAS % 52 S. + BAS AN RDT
0,641
0,65
0,635
19,86
19,98
19,82
8,03
8,08
8
135,2
136
134
87,25
88,2
87
25
25
24,8
1281
1301
1272
110,2
112,15
109,6
11,31
11,97
11,27
3,944
4,016
3,918
95
95,7
94,2
5,74
5,78
5,5
36,52
37,05
36,45
14,055
14,125
13,975
79,04
79,66
77,84
2,805
2,925
2,8
12,42
13,05
12,4
13,63
13,75
13,55
2,6
2,615
2,58
64,8
66,8
64,55
6,9
7,07
6,9
26,5
26,6
26,1
64,4
64,55
63,75
2,99
3,06
2,95
363,6
367,4
359,4
7,8
7,925
7,77
18,355
18,365
17,995
74,2
75
70,8
36,73
37,89
36,22
89
89,4
88
12,62
12,8
12,44
790
794
790
62,8
65,5
62,65
62,8
62,8
60,8
322
342
322
1,13
1,14
1,13
0,109
0,114
0,109
119,6
121,6
119,6
50,68
50,7
50,66
17,79
18,32
17,62
2,8
2,98
2,7
1,02
1,09
1,02
12,4
12,57
12,365
17,56
18,02
17,48
- 1,69 + 3,55
+23,27
0,7
- 34,26
0,563
- 0,35 + 7,24
+ 8,52 19,98
- 2,55 17,92
+ 1,26
+ 9,7
8,37
- 14,48
7,73
- 0,44 - 3,43
+ 0,9 139,8
- 28,09 133,6
+ 0,17 + 3,62
+ 4,18 88,2
- 1,97 81,95
+ 0,81 + 2,88
+ 4,17 25
- 13,79 23,5
- 1,16 + 5,87
+ 8,28 1303
- 6,15 1168
- 1,25 + 6,27
+10,03 112,15
+ 17,26 96,02
- 5,36 + 6,6
+28,52 14,97
- 72,84 10,35
- 0,81 - 1,35
+ 2,23
4,298
- 51,61
3,812
+ 0,11 + 15,15
+18,31 97,5
+ 17,28 76,5
+ 2,87 + 29,57
+27,27
5,78
- 13,55
4,63
+ 0,03 + 13,73
+15,79 37,05
+ 40,46 31,44
- 0,35 + 1,85
+ 3,69 14,42
+ 26,28 13,55
+ 0,38 + 8,33
+ 9,41 79,66
- 18,38 71,04
- 2,6 + 5,45
+18,35
3,045
- 41,62
2,535
- 0,56 - 4,9
- 1,82 13,74
- 34,29 12,4
+ 0,22 - 6,32
- 4,22 15,41
- 42,29 13,26
+ 0,58 - 23,19
-21,21
3,46
- 55,63
2,525
- 1,37 + 7,37
+10,77 71,4
- 45,91 55,4
- 1,85 + 10,4
+19,48
7,2
- 63,86
6,02
- 1,85 - 4,5
- 1,85 28,75
- 40,98 26,1
- 1,75 + 4,21
+ 6,27 65,65
- 20,35 60,55
- 1,97 + 7,94
+27,23
3,18
- 12,83
2,69
+ 1,17 + 11,53
+14,92 367,4
- 32,92 313,2
+ 0,06 - 0,83
+ 5,62
8,395
- 33,05
7,53
+ 1,35 + 6,68
+ 5,16
18,68
- 3,93 16,99
+ 3,92 + 9,12
+17,78 79,2
- 38,17 65
- 1
+ 11,07
+14,32 38,84
- 50,1
30,12
+ 0,11 + 10,97
+12,52 90,1
- 13,26 78,1
+ 0,32 + 14,73
+16,42 13,1
- 33,79 10,24
- 0,5 - 0,75
+ 3,4 802
- 24,04 764
- 1,02 + 9,98
+23,02 65,5
- 32,65 55
+ 2,95 + 3,29
+ 3,63 62,8
+ 6,08 57,8
+ 0,63 + 10,27
+ 8,05 342
- 35,08 286
- 3,13
+ 0,93
- 44,64
- 0,5
+ 1,1
- 25,67
- 0,04
+ 0,4
+ 2,24
- 1,06
+ 9,28
- 33,82
- 2,78
-22,01
- 51,39
- 5,56
+ 3,13
- 47,04
- 0,12
+ 8,06
+ 10,42
- 2,44
+ 9,07
- 30,8
1,14
1,13
+ 7,43
0,124
0,101
+ 5,84
122,2
110,3
+ 0,04
50,76
50,64
+ 2,54
19,18
16,55
- 15,92
3,79
2,7
+ 0,39
1,288
0,98
+ 5,71
12,57
11,615
+ 1,97
18,5
15,92
4,23
4,23
6,07
1,19
0,53
3,55
0,95
24,39
1,07
2,53
3,38
2,72
3,55
1,94
5,02
0,66
1,95
6,92
2,13
3
2,25
0,13
2,17
4,21
12,03
2,42
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
OST
VOL.
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
GROUPE CRIT (CEN) g
B 52,8
4445
FR0000036675
27/06/18 4,4 11.250.000
GROUPE FLO (FLO) g
B 0,208
EX D S 13/06/17
20980
FR0004076891
08/07/14 0,06 765.157.113
GROUPE GORGÉ (GOE) g
B 10,14
2000
FR0000062671
19/06/18 0,32 13.502.843
GROUPE LDLC (LDL) g
C 7,29
NOM.
14023
FR0000075442
06/10/16 0,5 6.322.106
GROUPE PARTOUCHE (PARP)
19,65
REGR.
2489
FR0012612646
11/09/17 0,31 9.627.034
GTT (GTT) Gg
A 71,45
94727
26/09/18 1,33 37.028.800
FR0011726835
HAULOTTE GROUP (PIG)
B 8,93
9645
FR0000066755
10/07/18 0,22 31.371.274
HIGH CO (HCO) g
C 5,45
7352
FR0000054231
01/06/18 0,14 22.421.332
HUBWOO (HBW) g
C
FR0004052561
ICADE (ICAD) G
CLOT
+ HAUT
+ BAS
52,9
53,8
52,8
0,21
0,21
0,208
9,92
10,14
9,92
7,01
7,29
6,9
21
21,2
19,65
72,45
72,5
70,7
8,87
8,99
8,87
5,38
5,5
5,36
% VEIL % AN
BPA
% MOIS + HAUT AN PER
% 52 S. + BAS AN RDT
+ 0,19 - 0,19
+ 9,18 55,8
- 29,47 48,8
8,32
+ 0,96 + 7,69
+ 3,96
0,212
- 24,46
0,185
- 1,98 + 17,95
+25,09 10,5
- 44,64
8,26
- 2,77 + 21,28
+21,7
8,9
- 64,95
5,66
+ 6,87 + 5
+ 9,38 21,2
- 40,85 18,55
+ 0,42 + 7,89
+11,03 73,15
1,84
+ 36,31 63,7
- 1
+ 0,45
+ 9,78
9,65
- 51,58
8,18
- 2,18 + 21,86
+20,09
5,56
- 0,19
4,305
2,6
- 3,45 + 24,44
+20
0,175
+ 5
0,138
+ 0,28 + 7,29
+10,36 72,35
- 17,66 64,05
- 0,29 + 18,43
+17,41 137,4
- 6,07 112,2
+ 1,51 - 12,56
-10,18 123,65
- 49,17 101,8
0,63
- 1,67 + 6,57
+ 6,17 46,74
- 46,83 40,6
4,64
- 0,69 + 5,13
+ 5,64 53,14
- 43,24 46,63
- 1,35 - 6,66
8,08
+ 27,81
6,855
- 7,28 + 18,46
+37,44
1,986
- 45,12
1,302
+ 1,19 + 25,93
+29,18 43,35
+ 25,17 32,05
1,58
- 0,91 + 6,03
+ 8,62 121,4
+ 4,45 107,65
0,84
+ 0,47 + 3,99
+ 6,59 22,42
- 35,97 20,08
4,07
- 0,48 + 6,31
+13,01
17,96
- 48,44 15,08
4,24
+ 1,02 + 5,22
+ 5,48 27,2
- 29,32 23,84
2,17
- 0,3 + 0,6
+ 1,69 37
- 17,57 32,76
+ 4,01
+ 3,62 28,58
- 22,35 26,26
- 0,54 + 7,72
+12,73 34,28
+ 24
30,08
+ 0,34 + 15,32
4
+16,03 41,98
- 18,66 35,21
+ 0,4 + 4
+ 5,48 23,11
- 11,72 21,36
5,68
+ 3,96
+19,92
3,035
- 48,94
2,61
+ 0,28 + 19,01
+26,98 36,8
- 39,8
28,9
3,28
+ 0,43 + 7,46
+ 2,86 48,7
- 16,28 43,2
- 1,19 + 13,86
+19,1
21,5
- 17,69 17,84
1,84
- 0,14 + 12,86
+17,91 38,3
- 2,87 31,3
3,8
+ 0,2 + 22,44
+33,23 25,85
- 38,78 20,2
1,91
+ 2,07 + 16,55
+17,4
13,46
+ 91,58 10,66
+ 0,75 - 3,99
- 2,53 14,27
- 38,28 12,76
7,05
- 2,35 + 24,48
+31,81 22,06
- 45,41 16,15
2,12
+ 1,01 + 8,74
+15,59 35,25
- 42,11
30
4,88
- 1,68 + 4,69
+15,23 25,2
- 26,72 20,8
2,64
+ 0,19 + 2,85
-26,59
2,89
- 77,79
2,4
+ 16,42
+17,94
2,59
- 51,25
1,984
- 0,08 + 7,52
+ 2,96 13,19
- 30,62
11,78
- 0,93 + 12,98
+13,95 27,35
- 34,61 22,8
2,83
+ 1,15 - 1,24
- 0,63
1,66
- 29,73
1,56
- 0,17 + 3,26
+12,44 13,82
- 19,97
11,2
- 0,96 + 9,78
+11,79
4,61
- 38,81
4,06
8,18
+ 0,24 + 8,24
+ 9,28 20,5
+ 24,24 18,8
+ 25,51
+41,38
1,26
- 56,23
0,94
40,65
- 0,44 + 1,73
+ 6,68 25,95
- 50,4
23,13
2,83
+ 0,2 + 3,55
+ 3,92 41,18
- 19,13
37,78
6,13
- 2,84 + 19,56
+21,16
7,145
- 41,5
4,96
+ 1,86 + 3,23
+10,69
7,7
- 15,27
7,26
1,96
+ 3,52 + 18,12
+24,7
10,5
- 3,01
8,58
+ 7,8
+ 7,74
1,045
- 47,49
0,871
- 0,04 + 1,46
+ 2,63 94,1
- 10,6
84,82
1,22
+ 0,15 + 5,48
+ 5,31
3,49
- 58,55
3,19
- 1,7 + 13,11
+11,15 60,3
+ 27,03 50
- 2,66 + 14,38
+14,81
19,38
- 57,59 15,62
- 1,31 + 7,77
+14,18
1,978
- 33,03
1,652
- 0,84 + 17,75
+19,17 24,3
- 42,27 19,1
- 1,1 + 1,35
+ 0,45
9,77
- 50,98
8,17
- 1,51 + 1,17
+ 4,71
9,33
- 38,62
8,7
10,97
- 2
- 8,41
- 4,85 22
+ 18,07 18,9
- 4,41 + 16,07
+17,54
7,47
- 51,2
5,47
- 3,39 + 0,86
+ 2,67 105
- 7,42 94,15
1,65
+ 7,25
+ 5,95 10,1
- 32,74
8,752
4,21
- 6,98
- 6,98 410
+ 21,21 400
136.345.527
A 71,15
71,35
54607
72,05
FR0000035081
02/05/18 4,3 74.535.741
70,45
ID LOGISTIC (IDL) g
B 136,6
136,2
427
136,6
FR0010929125
5.628.475
134,8
ILIAD (ILD) G
A 104,8
107,25
134010
107,75
FR0004035913
20/06/18 0,68 58.975.840
104,2
IMERYS (NK) G
A 45,4
44,74
69094
45,52
FR0000120859
11/05/18 2,08 79.604.285
44,5
INGENICO GROUP (ING) LR
A 52,24
52,08
190970
52,58
FR0000125346
23/05/18 1,6 63.144.527
52,02
INNATE PHARMA (IPH) g
B 7,02
6,94
201447
7,07
FR0010331421
63.932.655
6,855
INSIDE SECURE (INSD)
C 1,75
1,63
205298
1,782
FR0010291245
44.119.162
1,58
INTERPARFUMS (ITP) g
A 42,1
42,5
31901
43,35
FR0004024222
09/05/18 0,67 42.965.628
41,5
IPSEN (IPN) G
A 120,6
119,65
62725
121,4
FR0010259150
04/06/18 1 83.794.128
119,25
IPSOS (IPS) G
A 21,3
21,36
44378
21,5
FR0000073298
02/07/18 0,87 44.436.235
21,2
JACQUET METAL SERVICE (JCQ) g B 16,6
16,5
19028
16,6
FR0000033904
04/07/18 0,7 24.028.438
16,3
JCDECAUX (DEC) G
A 25,64
25,8
113442
26,06
FR0000077919
22/05/18 0,56 212.810.350
25,54
KAUFMAN & BROAD (KOF)
B 33,98
33,6
18321
33,98
FR0004007813
09/05/18 2,1 21.864.074
32,88
KLEPIERRE (LI) LR
A 28,05
28,04
582184
28,36
FR0000121964
26/04/18 1,96 314.356.063
28
KORIAN (KORI)
A 33,6
33,48
61953
33,8
FR0010386334
21/06/18 0,6 81.976.425
33,2
LAFARGEHOLCIM (LHN)
A 40,99
41,32
23291
41,66
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
40,99
LAGARDÈRE (MMB) G
A 22,66
22,9
113755
22,96
FR0000130213
07/05/18 1,3 131.133.286
22,66
LATECOERE (LAT) g
C 2,895
2,89
82183
2,895
FR0000032278
29/06/07 0,75 94.744.952
2,85
LE BÉLIER (BELI) g
C 35,9
36
1509
36
FR0000072399
29/05/18 1,18 6.582.120
35,3
LNA SANTÉ (LNA) g
B 46,7
46,8
3624
47,3
FR0004170017
06/07/18 0,32 9.705.937
46,6
LECTRA (LSS)
B 20,85
20,7
5633
20,95
FR0000065484
02/05/18 0,38 31.577.881
20,65
LINEDATA SVICES (LIN) g
B 35,6
35,55
1829
35,85
FR0004156297
05/07/18 1,35 7.132.856
35,05
LISI (FII) g
A 25
25,1
7176
25,2
FR0000050353
02/05/18 0,48 54.114.317
24,8
LUMIBIRD (LBIRD) g
C 12,96
12,82
18849
12,96
FR0000038242
16.754.425
12,34
M6-MÉTROPOLE TV (MMT) G
A 13,52
13,48
76300
13,64
FR0000053225
16/05/18 0,95 126.414.248
13,39
MAISONS DU MONDE (MDM)
B 21,2
20,8
106005
21,34
FR0013153541
18/06/18 0,44 45.241.894
20,62
MAISONS FRANCE CONF. (MFC) g B 34,85
34,85
4332
35,25
34,6
FR0004159473
05/06/18 1,7 6.937.593
MANITOU (MTU) g
B 23,95
23,45
9152
23,95
FR0000038606
18/06/18 0,62 39.668.399
23,3
MARIE BRIZARD W & S (MBWS)
B 2,7
2,705
15168
2,76
FR0000060873
27/09/07 0,5 28.338.654
2,7
MAUNA KEA (MKEA)
C 2,34
2,34
10124
2,37
FR0010609263
23.147.338
2,325
MERCIALYS (MERY) g
A 12,84
12,87
82110
12,96
FR0010241638
19/10/18 0,5 92.049.169
12,77
MERSEN (MRN) g
B 26,7
26,55
16275
26,75
FR0000039620
03/07/18 0,75 20.636.663
26,45
METABOLIC EXPLORER (METEX) g C 1,602
1,588
25034
1,62
FR0004177046
23.261.500
1,572
NANOBIOTIX (NANO) g
B 12,07
12,02
45711
12,29
FR0011341205
19.633.373
11,92
NATIXIS (KN) LR
A 4,53
4,522
4203892
4,556
FR0000120685
28/05/18 0,37 3.150.288.592
4,486
NEOEN (NEOEN)
A 20,4
20,5
13680
20,5
FR0011675362
84.957.498
20,25
NETGEM (NTG) g
C 1,215
1,23
14392
1,24
FR0004154060
16/05/18 0,1 29.664.667
1,19
NEXANS (NEX) G
A 24,9
24,75
72697
25,31
FR0000044448
22/05/18 0,7 43.604.914
24,56
NEXITY (NXI) G
A 40,74
40,8
52956
41,18
FR0010112524
05/06/18 2,5 56.129.724
40,46
NICOX (COX)
B 6,13
5,99
92117
6,145
FR0013018124
22.869.669
5,96
NRJ GROUP (NRG) g
B 7,52
7,66
2621
7,66
FR0000121691
05/06/18 0,15 78.107.621
7,48
OENEO (SBT) g
B 10,2
10,3
39916
10,5
FR0000052680
31/07/18 0,15 64.103.519
10,2
ONXEO (ONXEO) g
B 0,938
0,94
30716
0,949
FR0010095596
53.376.375
0,938
ORPÉA (ORP) G
A 90,6
90,52
88248
92,18
FR0000184798
13/07/18 1,1 64.586.323
90,3
PARROT (PARRO) g
B 3,34
3,37
8934
3,37
FR0004038263
30.174.671
3,3
PHARMAGEST INT. (PHA)
58,8
57,8
2157
58,8
FR0012882389
02/07/18 0,75 15.174.125
57,3
PIERRE & VACANCES (VAC) g
B 18,76
18,3
3520
18,88
FR0000073041
19/03/12 0,7 9.804.565
18,3
PIXIUM VISION (PIX) g
C 1,828
1,804
28807
1,828
FR0011950641
21.606.363
1,79
PLASTIC OMNIUM (POM) G
A 23,63
23,75
127418
23,85
FR0000124570
02/05/18 0,67 148.566.107
23,26
PLASTIVALOIRE (PVL)
B 9,12
9,01
DIV 8 02/05/17
44442
9,16
FR0013252186
05/04/18 0,27 22.125.600
8,79
RALLYE (RAL)
A 9,21
9,115
14356
9,26
FR0000060618
30/05/18 1 53.738.266
9,115
RAMSAY GDS (GDS)
A 20,4
19,6
665
20,4
FR0000044471
02/12/14 1,4 75.957.095
19,6
RECYLEX SA (RX)
C 6,5
6,5
29872
6,71
FR0000120388
04/07/90 0,61 25.886.482
6,42
RÉMY COINTREAU (RCO) G
A 105
99,8
180023
105
FR0000130395
31/07/18 1,65 50.949.787
99,25
REXEL (RXL) G
A 9,95
9,974
514936
9,974
FR0010451203
04/07/18 0,42 303.988.899
9,836
ROBERTET SA (CBE)
B
/210119
C.I.P.
FR0000045601
28/06/18 5,2 143.582
ROBERTET SA (CBR)
B
/040119
C.D.V. NOM.
44
FR0000045619
44
ROTHSCHILD & CO (ROTH) G
A 29,95
29,85
- 0,33 - 3,24
17871
30
+ 1,7
30,85
FR0000031684
22/05/18 0,68 77.512.776
29,85
- 3,24 29,05
RUBIS (RUI)
A 52,2
52,05
- 0,29 + 11,03
DIV 2 28/07/17
172511
52,4
+15,87 52,4
FR0013269123
08/06/18 1,5 96.811.004
51,7
- 13,68 45,8
SARTORIUS STED. BIO. (DIM)
A 89,5
89,3
- 0,17 + 2,23
DIV 6 10/05/16
38566
90,55
+ 8,24 91,5
FR0013154002
09/04/18 0,46 92.180.190
88,2
+ 37,6
83
SAVENCIA (BH)
B 59,2
58,6
- 0,34 + 5,02
255
59,2
+ 1,74 62,6
FR0000120107
14/05/18 1,4 14.032.930
58,4
- 27,3
55,4
SCOR (SCR) LR
A 42
41,69
- 0,88 + 5,81
331601
42,2
+10,06 42,2
FR0010411983
30/04/18 1,65 192.784.482
41,69
+ 14,16
37,95
2,28
2,88
SRD Suite
VALEURS FRANÇAISES
VALEURS MNÉMO / INFO /
OUV
OST
VOL.
ISIN / DEVISE / DATE DÉTACH. / DIV NB TITRES
SEB (SK) G
A 128,2
36479
FR0000121709
21/05/18 2 50.169.049
SEQUANA (SEQ)
C 0,217
69072
FR0011352590
65.183.351
SES-IMAGOTAG (SESL) g
B 23
22961
FR0010282822
25/06/12 0,5 14.376.762
SHOWROOMPRIVÉ (SRP) g
B 2,62
56549
FR0013006558
34.623.503
SIPH (SIPH) g
B 81,8
145
FR0000036857
14/06/18 0,79 5.060.790
B 67
SOITEC (SOI) G
EX-DS 13/05/16 REGR.1P20
487883
FR0013227113
30.311.510
SOLOCAL GPE (LOCAL) g
B 0,52
REGR.
1136283
FR0012938884
583.630.365
SOMFY (SO)
A 67,9
961
FR0013199916
01/06/18 1,3 37.000.000
SOPRA STERIA GP (SOP)
A 87,85
28199
FR0000050809
03/07/18 2,4 20.547.701
SPIE (SPIE) G
A 13,69
395326
FR0012757854
26/09/18 0,17 150.000.000
SQLI (SQI)
17,82
4240
FR0011289040
21/07/17 0,88 4.426.597
ST DUPONT (DPT) g
C 0,133
4525
FR0000054199
16/09/14 0 524.279.556
B 79,6
STEF (STF) g
1981
FR0000064271
04/05/18 2,45 13.165.649
STENTYS (STNT) g
C 0,455
32848
FR0010949404
26.824.657
SUEZ ENVIRONNEMENT (SEV) LR A 11,375
1289694
FR0010613471
22/05/18 0,65 621.362.579
SUPERSONIC IM. (SSI) g
C 1,37
15527
FR0010526814
23.209.127
SWORD GROUP (SWP) g
B 32,6
2810
FR0004180578
12/11/18 3,06 9.544.965
SYNERGIE (SDG) g
B 27,3
7008
FR0000032658
20/06/18 0,8 24.362.000
TARKETT (TKTT) G
A 19,32
43200
FR0004188670
03/07/18 0,6 63.722.696
A 0,987
TECHNICOLOR (TCH) G
868826
FR0010918292
21/06/17 0,06 414.461.178
A 146,5
TELEPERFORMANCE (RCF) G
113828
FR0000051807
25/04/18 1,85 57.780.000
TERREIS (TER)
B 37,8
1278
FR0010407049
13/11/18 0,44 25.327.454
TF1 (TFI) G
A 6,82
292163
FR0000054900
30/04/18 0,35 209.912.140
TFF GROUP (TFF)
B 43
832
FR0013295789
06/11/18 0,35 21.680.000
THALES (HO) LR
A 100,9
164998
FR0000121329
04/12/18 0,5 213.104.081
THERMADOR GROUPE (THEP)
B 49,2
1227
FR0013333432
9.109.752
TIKEHAU CAPITAL (TKO)
A 19,2
EX D S 03/07/17
6914
FR0013230612
30/05/18 1 103.477.599
C 5,12
TOUAX (TOUP) g
1195
FR0000033003
30/12/14 0,5 7.011.547
TRANSGÈNE (TNG)
B 2,785
11214
FR0005175080
62.275.923
TRIGANO (TRI) g
B 82
32411
FR0005691656
11/01/19 2 19.336.269
UBISOFT ENTERTAINMENT (UBI) LRA 78,14
206220
FR0000054470
112.968.495
VALLOUREC (VK) G
A 1,736
4916061
FR0000120354
04/06/15 0,81 457.987.760
VALNEVA (VLA) g
B 3,54
57205
FR0004056851
92.106.952
VICAT (VCT) G
A 44,74
23094
FR0000031775
20/04/18 1,5 44.900.000
A 56
VILMORIN & CIE (RIN) G
8173
FR0000052516
12/12/18 1,35 22.917.292
VIRBAC (VIRP) g
A 116,4
5222
FR0000031577
26/06/15 1,9 8.458.000
VRANKEN-POMMERY M. (VRAP)
B 23,8
1212
FR0000062796
06/07/18 0,8 8.937.085
WAVESTONE (WAVE)
B 25,6
6448
FR0013357621
20.196.492
WENDEL (MF) G
A 107,8
39831
FR0000121204
22/05/18 2,65 46.279.301
WORLDLINE (WLN) G
A 44,46
105612
FR0011981968
182.554.317
X-FAB SILICON (XFAB)
A 5,16
40659
BE0974310428
130.781.669
A 310
XPO LOGISTICS (XPO) g
74
FR0000052870
12/07/18 0,8 9.836.241
CLOT
+ HAUT
+ BAS
126,5
128,7
125,4
0,214
0,217
0,213
24,25
25,8
22,05
2,62
2,69
2,55
83,7
83,7
81,8
66,4
68,35
64,25
0,51
0,527
0,506
68
68,5
67,5
89,05
89,15
86,95
13,81
13,84
13,46
17,66
17,88
17,44
0,129
0,133
0,127
79,9
80,2
79,5
0,45
0,456
0,45
11,375
11,485
11,345
1,404
1,41
1,358
33
33,1
32,6
27,65
27,9
27,25
19,38
19,47
19,06
1,003
1,018
0,966
144,3
147,7
144,3
37,7
37,9
37,4
6,87
6,99
6,775
42,5
43
42
100,95
101,2
100,35
50
50,2
49,2
19
19,2
19
5,18
5,18
5,12
2,81
2,815
2,78
81,3
82,15
80,25
78,28
79,56
77,14
1,701
1,747
1,687
3,465
3,55
3,465
44,3
44,74
43,9
57,8
58,4
56
117,4
117,6
115
23,5
23,8
23,5
25,6
25,8
25,55
107,5
108,1
106,8
46
46
44,44
4,9
5,16
4,875
308
310
306
% VEIL % AN
BPA
% MOIS + HAUT AN PER
% 52 S. + BAS AN RDT
- 1,48 + 12,15
+16,59 130,5
- 26,62 107
- 0,47 + 4,65
+ 4,39
0,26
- 73,18
0,195
+ 5,44 + 33,39
+38,57 26,9
- 19,17
16,84
+ 0,19 + 8,71
+11,73
3,055
- 75,27
2,37
+ 2,7 + 3,08
+ 2,95 84,3
- 1,65 81
+ 5,4 + 31,23
+35,12 68,35
- 0,67 48,6
- 2,02 + 1,29
+ 9,21
0,562
- 49,35
0,473
+ 1,19 + 7,94
+10,21 70
- 15
61,7
+ 1,25 + 10,42
+14,31 89,15
- 46,36 78,1
2,7
+ 0,88 + 19,15
+20,4
14,23
- 36,24 10,99
2,9
- 1,34 + 7,16
+14,97 18,2
- 54,63 15,5
- 3,38 + 2,39
+ 1,98
0,135
- 21,65
0,12
+ 0,38 + 3,77
+12,54 81
- 22,28 75
3,07
- 1,1 + 3,69
+ 5,63
0,586
- 73,95
0,416
- 0,22 - 1,34
- 3,36 11,845
- 18,46 11,185
5,71
+ 2,48 + 3,24
+13,04
1,5
- 35,15
1,296
+ 1,23 + 13,79
+13,01 33,3
- 3,93 28,35
10,91
- 0,9 + 13,09
+16,67 29,5
- 44,7
22,6
2,89
+ 0,94 + 10,62
+10,05 19,47
- 39,09 16,96
3,1
+ 0,75 + 5,14
+10,71
1,058
- 68,5
0,87
- 1,43 + 3,37
+ 6,57 148,7
+ 16,56 133,7
1,28
- 0,53 + 4,72
+ 4,72 37,9
- 19,62 35,4
+ 0,73 - 2,97
+ 1,1
7,215
- 44,42
6,435
5,1
- 0,84 + 21,45
+22,48 43,6
- 6,59 34
0,82
- 1,03
- 0,05 105,2
+ 10,98 98,32
0,5
+ 1,83 + 12,36
+14,94 50,6
- 21,57 43
- 1,3 - 3,31
- 2,56 20,7
- 15,56 18,6
5,26
- 0,39 + 6,15
+ 7,02
5,46
- 57,37
4,69
+ 2,93
+ 6,04
3,01
- 15,36
2,695
- 1,22 + 0,81
+ 5,52 86,1
- 48,48 70,65
2,46
- 0,48 + 11,07
+16
79,96
+ 14,11
65,8
- 3,05 + 4,64
+ 7,76
1,966
- 71,14
1,554
- 3,08 + 9,31
+15,12
3,78
+ 6,94
3,1
- 0,36 + 6,85
+ 5,73 44,74
- 32,83 40,84
3,39
+ 3,03 + 12,53
+18,84 60
- 28,08 48,636
2,34
+ 1,56 + 3,16
+ 2,8 126
- 4,86 111,8
- 0,84
- 1,26 23,8
+ 2,17
23,2
- 0,2 + 10,58
+ 4,07 29,55
- 39,05 23,45
- 0,74 + 2,67
+ 6,12 109,7
- 28,14 101,4
2,47
+ 2,54 + 9
+13,3
46
- 0,35 38,44
- 5,95 + 15,02
+17,51
5,27
- 52,98
4,145
- 1,28 - 1,28
+ 0,65 320
+ 23,2 306
0,26
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
GEMALTO (GTO) L
NL0000400653
NOKIA (NOKIA) R
FI0009000681
SES (SESG) LR
LU0088087324
A 50,7
163780
22/05/17 0,43 90.920.356
A 5,3
212869
31/05/18 0,13 5.635.945.159
17,15
493993
23/04/18 0,68 360.037.272
50,68
- 0,04 + 0,04
50,7
+ 0,4
50,76
50,66
+ 2,24 50,64
5,278 - 1,27 + 4,23
5,338 + 5,35
5,366
5,238 + 32,58
4,874
17,375 + 1,19 + 3,98
17,485 + 7,15
17,89
17,105 + 30,79 16,26
4,21
12,03
0,3
17,83
3,6
4,6
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
GENERAL ELECTRIC (GNE)
8,01
7,69
22771
8,04
USD 19/12/18 0,01 8.698.115.000
7,64
7,37
7,3
17378
7,37
GB0005405286
USD 11/10/18 0,1 20.035.547.017
7,27
LAFARGEHOLCIM LTD (LHN)
A 40,99
41,32
23291
41,66
CH0012214059
CHF 11/05/18 2 606.909.080
40,99
SCHLUMBERGER (SLB)
A 39,6
38,6
13870
40,2
AN8068571086
USD 04/12/18 0,5 1.434.212.164
38,2
STALLERGENES GREER (STAGR) A 29,75
29,55
4854
29,75
GB00BZ21RF93
19.738.742
29,45
US3696041033
HSBC (HSB)
- 4
+20,91
- 41,3
- 0,83
+ 0,91
- 18,19
+ 0,34
+16,03
- 18,66
- 1,53
+21,38
- 39,88
- 0,34
+ 2,43
- 25,94
+ 15,99
8,11
6,46
+ 1,08
7,407
6,996
+ 15,32
41,98
35,21
+ 17,68
40,2
30,9
+ 4,42
29,9
27,15
1,29
52,19
4
3,45
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
34 // FINANCE & MARCHES
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
euronext//taux&changes//matières premières
EURONEXT HORS SRD
ACTIONS
FRANÇAISES
ISIN
VALEUR
OUV
+HT +BS
CLÔT ÉCART VOL
FR0013341781 2CRSI
C 9,16
9,24
9
9
- 0,88
9910
C 5,88 5,88
5,34
5,41 - 8,31
41799
FR0000076887 A.S.T. GROUPEg
FR0013185857 ABEO
C 30,6
31
30,6
31
+ 2,99
4905
FR0000076861 ACTEOSg
C 1,95 2,14
1,95
2,03 + 11,85
39392
BE0974269012 AD CAPITAL
0,095
FR0000062978 ADL PARTNERg
C 14,85 14,85 14,2
14,4 - 2,37
1443
FR0012821890 ADUX (EX:HI MEDIA) C 3,02 3,19
3,02
3,19 + 1,27
13200
FR0004152874 ADVENISg
C 1,405 1,45
1,405
1,45 + 3,2
4469
FR0013296746 ADVICENNE
C 10,622 10,622 10,622 10,622+ 0,02
12
28,4 - 2,1
FR0000053043 ADVINI
C
FR0000044612 AFONE PART.
C 11,4
11,6
11,3
11,6 + 2,66
2228
FR0000062804 ALPHA MOS
C 0,42 0,42
0,378
0,409- 2,62 113209
B 15,08 15,12
14,96
15,02 - 0,4
442
FR0000053837 ALTAMIRg
FR0000039216 ALTAREIT
B436 436
436
436
1
FR0011051598 AMOEBAg
C 2,3
2,32
2,26
2,275+ 0,22
5849
FR0013258589 ANTALIS
B 0,922 0,938 0,913
0,938+ 2,29 26096
FR0010481960 ARGANg
B 46,6
47,4
46,6
46,9 + 0,86
437
FR0012185536 ARTEA
C 15,1
15,1
14,5
14,5 - 4,61
38
FR0000076952 ARTOIS
A5050 5050 5050
5050
1
FR0011992700 ATEME
C 12,9
13,02
12,1
12,6 - 2,17
14813
5,6
FR0000061780 AUGROS CP
C
FR0013183589 AURES TECH.
C 35,1
35,3
34,85
35
- 0,29
5675
1,32
1,55
1,315
1,485+ 15,12 217675
FR0011800218 AWOXg
FR0000064123 BACCARAT
B200 200
200
200
26
MC0000031187 BAINS MONACO
B 48,4 48,4
48,4
48,4
110
FR0013258399 BALYO
C 3,9
4,05
3,85
3,88 - 1,77
41143
7
FR0000062788 BARBARA BUI
C
FR0000035370 BASTIDE
C 30
30,5
29,6
30
+ 1,35
8884
FR0000062150 BLEECKER
C
105
FR0011592104 BLUE SOLUTIONSg
B 16,55 16,55
16,45
16,55 + 0,61
272
FR0004548873 BOURBONGg
A 3,59 3,59
3,425
3,425 - 3,66
51978
FR0000074254 BOURSE DIRECT
C 1,18
1,18
1,14
1,16 - 2,52
3789
C
7,47 - 2,97
FR0000078958 BUSINESS ET DEC.g
FR0010151589 CAFOM
C 6,35 6,45
6,35
6,45
201
FR0012969095 CAPELLI
38,2
39,4
36,7
37,3 - 3,87
2469
FR0000064156 CARP.DE PARTIC.
C
45,6
FR0000072894 CASTg
C 3,95
3,95
3,86
3,9 - 0,76
1311
FR0000064446 CATERING INTER.g
B 10,2
10,85 10,2
10,7 + 7,43
7795
FR0010193979 CBO TERRITORIAg
C 3,22
3,24
3,22
3,22 - 0,62
4512
FR0000078339 CCA INTERN.
C
4,99
FR0000053506 CEGEDIMg
B 22,3
22,9
22
22,9 + 2,23
2446
FR0010309096 CEGEREALg
B 35
35
34,6
34,6 - 1,14
27
FR0012633360 CELLNOVOg
C 1,34
1,36
1,33
1,348+ 0,15 47068
B 0,528 0,533 0,51
0,524- 0,76 163632
FR0012616852 CERENISg
FR0000037475 CFI
C
0,81
FR0000060907 CHAUSSERIA SA
C
7,7
FR0000054322 CIBOX INTER.g
C 0,112 0,116
0,106
0,11 - 1,35 717008
FR0000060824 CLAYEUXg
C
0,216
FR0000053399 CNIMg
B 83,6 84,8
83,6
84,4 + 1,2
415
FR0013335742 COGELEC
C 6,999 7
6,92
7
1081
FR0004031763 COHERISg
C 1,625 1,625
1,59
1,59 - 2,15
6936
FR0000065393 COURTOIS
C 126
126
126
126
1
FR0000044323 CR ALPES PROV.
C108,82 109,02 108,82 109,02 + 0,2
2
FR0000185506 CR ATL. VENDÉE
C134
134
134
134
237
FR0010483768 CR BRIE PICARD.
B 25,25 25,375 25,25
25,25 - 0,02
1664
FR0000045213 CR ILLE VILAINE
C 101,02 101,02 101,02 101,02 + 0,02
22
FR0010461053 CR LANGUEDOC
C 75
75
75
75
799
FR0000045239 CR LOIRE HTE-LOIRE C 94,01 94,01
93,41
93,41 - 0,63
34
FR0000045551 CR MORBIHAN
C 83
83,05 83
83
132
FR0000185514 CR NORD FRANCE
B 22,6
22,65 22,4
22,5 - 0,44
2188
FR0000044364 CR NORM. SEINE
C 129,7 130,5
129,5
129,5 - 0,15
158
FR0000045528 CR PARIS IDF
B 92,58 92,9
92,32
92,56 - 0,02
2056
FR0000045346 CR RHÔNE-ALPES
C205,1 205,1
205,05 205,05
106
FR0000045544 CR TOULOUSE
C 115,48 116,44 115,48
116,44 + 0,83
101
FR0000045304 CR TOUR. POITOU
C 115
115
115
115
76
4,8
FR0000050395 CROSSWOOD
C
FR0007317813 CS-COM. ET SYST.g
C 3,97
3,97
3,75
3,95 + 0,51
6989
FR0011026749 DALETg
C 12,4
12,4
12,4
12,4 + 3,33
131
FR0000036774 DANE-ELEC MEMORYg C
0,56
FR0010879056 DEINOVE
1,7
1,7
1,642
1,668+ 0,48 19362
FR0013283108 DELTA PLUS GROUP B 38,6 39
37,8
37,8 - 1,56
774
0,9
FR0000035784 DIGIGRAM
C
FR0012202497 DMS
C 1,16
1,17
1,12
1,17 + 4,93 24467
FR0000065260 DOCKS PÉTROLES A C480 480
480
480 + 3
3
B 13,4
13,4
12,75
12,75 - 4,85
643
FR0010099515 ECAg
FR0000072373 EGIDEg
C 1,31
1,395
1,31
1,32 - 5,04
51937
FR0000031023 ELECT. STRASBOURG B 102
106
102
102,5 - 0,97
765
FR0012650166 ELECTRO POWERg
C 14,3
14,3
13,55
13,75 - 3,85
6140
FR0004030708 ENCRES DUBUITg
C 5,14
5,14
5,14
5,14 + 0,78
201
FR0000120669 ESSOg
B 33,8
33,8
33,1
33,25 - 1,77
497
FR0000061475 EURASIA FONC INV
C
0,244
FR0000075343 EUROMEDIS GROUPEg C 6,6
6,6
6,6
6,6
1
FR0010490920 EUROPACORPg
C 1,15
1,15
1,11
1,145
36657
FR0000064164 EXACOMPTA CLAIREF. C 122
122
122
122
+ 2,52
10
860
FR0000037343 EXPL. PROD. CHIM.
C
FR0000039026 EXPL. PROD. CHIM.
C
820
FR0000062341 F.I.E.B.M.
C 5,75
5,75
5,75
5,75 + 8,49
86
FR0000062507 F.I.E.B.M.
C
105
FR0000038184 F.I.P.P.
C
0,281 + 1,7
FR0000063034 FAUVET-GIREL g
C
32,2
FR0011271600 FERMENTALGg
2,89 2,89
2,795
2,82 - 2,42
4056
FR0000062101 FERMIÈRE CANNES
B
1380
FR0000061418 FIDUCIAL OFFICE
C 28,4 28,4
28,4
28,4
1
FR0000060535 FIDUCIAL RE
B 169
171
169
171
+ 1,18
39
5450
FR0000076986 FIN. MONCEY
A
FR0000035123 FINATIS
B 40
40
40
40
- 2,44
201
FR0000074759 FLEURY MICHON
B 44,7
45,2
44,1
45,2 + 1,35
363
FR0000065930 FONCIÈRE 7 INV.
C
1,8
FR0000064362 FONCIÈRE ATLAND
C 112
112
112
112
- 0,89
1
FR0000038499 FONCIÈRE EURIS
B 29,4 29,4
29,4
29,4
904
FR0010341032 FONCIÈRE INEA
B 39,6
39,7
38,8
38,9 - 1,52
691
FR0011277391 FONCIÈRE PARIS NORD C 0,033 0,033 0,031
0,032 - 1,84 210790
3,98
FR0000053944 FONCIÈRE VOLTA
C
FR0013030152 FRANÇAISE ENERGIE C 12,8
12,85
12,8
12,8 - 0,39
1259
FR0010588079 FREY
B 27,6 28
27,6
28
+ 1,45
207
36,2
FR0000031973 FSDV
C
FR0000030611 GALIMMO
C 24,6 24,6
24,6
24,6
1
FR0000034894 GAUMONT
B 118
118
117
117,5 - 0,84
246
FR0000053035 GEA
C 86,8 86,8
85,6
85,6 + 0,23
278
C 3,48 3,52
3,47
3,5 + 0,58
27917
FR0010501692 GENERIXg
FR0011799907 GENOMIC VISIONg
0,31
0,315
0,296
0,312+ 0,65 264721
FR0000061459 GÉRARD PERRIER
B 53,2 54
52,6
54
+ 1,5
603
FR0000065971 GRAINES VOLTZ
C 36
36
36
36
- 0,55
20
FR0000124232 GROUPE IRD
C 24,2 24,6
24,2
24,6 + 2,5
65
1,45
FR0004010338 GROUPE JAJ
C
C 16,64 17,9
15,94
17,7 + 5,11
46755
FR0004050300 GROUPE OPENg
FR0010214064 GROUPE PIZZORNO
C 14,7
14,7
14,7
14,7 + 0,34
1
FR0004155000 GROUPE SFPIg
C 2,44 2,48
2,41
2,46 + 2,08
47161
FR0000032526 GUERBETg
B 53,5 54
52,7
53,7 - 0,56
2711
FR0000066722 GUILLEMOT CORP.g
C 3,88 4,08
3,88
4
+ 3,09 21060
FR0004035061 GUY DEGRENNE
C 0,226 0,23
0,226
0,23 + 2,68
24592
FR0000038531 HF COMPANYg
C 5,7
5,78
5,7
5,78 + 0,7
2279
FR0012821916 HIPAY GROUP
C 8,62
8,9
8,62
8,9 + 3,49
1657
6,82
6,9 + 0,58
478
FR0000065278 HOPSCOTCH GROUPEg C 6,82 6,9
FR0000051393 IDI
B 40,9
41,5
40,9
41,5 + 1,22
442
C
134,5
- 1,47
FR0000030827 IGE + XAOg
FR0000033243 IMMO. DASSAULT
B 56,8 56,8
54,8
56,4 - 0,7
165
FR0000036980 IMMO. HÔTELIÈRE
C
1,04
FR0000066219 IND. FIN. ENT.
C
53
FR0000071797 INFOTELg
C 43,9 44,3
43,2
43,6 - 0,68
2026
FR0000064297 INNELEC MULT.g
C 4,76 4,76
4,56
4,57 - 3,99
5132
FR0000060451 INSTALLUX SA
C
334
FR0000064958 INTEXA
C
2,3
FR0013233012 INVENTIVA
B 5,9
5,98
5,66
5,8 - 2,69
9840
C 7,12
7,12
7,06
7,06 - 0,84
40
FR0000072597 IT LINKg
C 3,78
3,78
3,7
3,7 - 2,12
751
FR0004026151 ITESOFTg
C 4,91
4,91
4,91
4,91 - 1,21
1
FR0000073843 ITS GROUPg
FR0012872141 JACQUES BOGART
C 6,18
6,2
6,16
6,2
219
FR0004029411 KEYRUSg
C 5,14
5,32
5,14
5,22 + 1,56
4694
FR0000039638 LA FONCIÈREVERTE C
57
FR0000066607 LACROIX SA
C 21,2
21,6
21,2
21,6 + 2,86
1287
FR0000035263 LAFUMA
C
22,6
FR0004027068 LANSON-BCC
B 29,2
29,4
29,2
29,2
172
FR0006864484 LAURENT-PERRIER
B 93
93
91,2
92,4 - 0,22
140
C
2,06
FR0000075673 LE TANNEURg
FR0000121295 LEBON
C 136
140
131
135,5 - 0,37
465
2,52
FR0004165801 LES HÔTELS DE PARIS C
FR0004023208 LES NX CONSTR.
B 33,4 39,5
33,4
39,5 + 17,56
5437
FR0000033599 LEXIBOOKg
C 0,91
0,91
0,91
0,91
400
FR0000121352 LOCINDUS
B 26,5 26,6
26,5
26,5 - 0,75
4517
FR0000030074 MALTERIES FR-B
C605 605
605
605 + 0,83
907
FR0000032302 MANUTAN INTER.g
B 60,8 66,8
60
62,2 + 2,64
2760
FR0000051070 MAUREL & PROMG
A 3,53
3,53
3,405
3,435- 3,51
99024
FR0011742329 MCPHY ENERGYg
4,745 4,88
4,68
4,74 - 1,15
23072
FR0000061244 MECELEC
C 1,49
1,49
1,39
1,49 + 0,68
3113
C 0,3
0,3
0,3
0,3
400
FR0000052623 MEDASYSg
FR0000064404 MÉDIA 6
C 12
12,3
12
12,3 + 2,5
51
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
ISIN
FR0004065605
FR0010298620
FR0000077570
FR0000064180
FR0004034320
FR0000060196
FR0000037970
FR0011341205
FR0013018041
FR0000120560
FR0004050250
FR0012789386
FR0010298901
FR0010428771
FR0000075392
FR0013190410
FR0010609206
FR0013318813
FR0010263202
FR0000038465
FR0011027135
FR0000053514
FR0000066441
FR0012432516
FR0000060832
FR0004044600
FR0012613610
FR0010380626
FR0000060329
FR0010211615
FR0000075954
FR0000039091
FR0013344173
FR0000060071
FR0000060121
FR0006239109
FR0000039109
FR0004175842
FR0011950682
FR0000060790
FR0000074122
FR0013214145
FR0004016699
FR0010209809
FR0000072563
FR0000078321
FR0000038804
FR0000075517
FR0000065864
FR0000131732
FR0000063307
VALEUR
OUV
+HT
MEDINCELL
C 6,4
6,5
MEMSCAPg
C 2,03 2,19
MICROPOLEg
C 1,13
1,13
MOUL. STRASBOURG C
MR BRICOLAGE SA
B 7,68
7,68
MRM
C 1,41
1,41
MUSÉE GRÉVIN
C 67
67
NANOBIOTIXg
B 12,07 12,29
NAVYA
B 1,82
1,825
NEOPOSTG
A 25,92 26,28
NEURONESg
B 19,05 19,3
NEXTSTAGE
C 89
89
OFFICIIS PROPERTIESg C 0,74 0,74
OL GROUPEg
C 2,75
2,78
ORAPIg
C 5,46 5,5
ORCHESTRA-PRE.
C 0,53 0,538
OREGE
2,49 2,49
PARAGON ID
C 19,74 20
PAREFg
C
PASSAT
C 3,53
3,53
PATRIMOINE & COM
B 16,1
16,1
PCAS g
B
POUJOULAT
C 34
34
POXELg
C 5,26 5,27
PRECIA g
C
PRISMAFLEXg
C 9,24 9,36
PRODWAYS GROUP
B 2,9
2,985
PROLOGUEg
C 0,437 0,45
PSB INDUST.
B 33,3
33,6
QUOTIUM TECH.
C
RIBERg
C 1,814 1,866
ROBERTET SA
B560 562
ROCHE BOBOIS
B 14,3
16,3
S.A.M.S.E.
B 138
138
SABETON
C 21,6
21,6
SCBSMg
C 6,45 6,45
SÉCHÉ ENV.g
B 30,1
30,2
SELECTIRENTE
C 86,5 86,5
SERGEFERRARI GROUP C 6
6,18
SIGNAUX GIROD
C 12,85 12,85
SII
C 21,9 22,1
SMCP
A 14,8
15,506
SMTPCg
B 18,5
18,7
SOC. FR. CASINOS
C
SODIFRANCE
C
SODITECH ING.
C
SOFIBUS
C
SOFT COMPUTINGg C 24,4 24,4
SOGECLAIRg
C 24,4 24,4
SPIR COM.
C 2,7
2,7
TAYNINH
C
+BS
6,4
2,03
1,11
CLÔT ÉCART VOL
6,5 - 0,76
2446
2,19 + 7,88
27334
1,11 - 1,77
3654
645
7,46
1,41
67
11,92
1,74
25,74
19,05
89
0,74
2,74
5,44
0,52
2,49
19,74
3,46
15,7
34
5,17
9,24
2,9
0,436
33,1
7,46 - 2,87
1,41
67
+ 4,69
12,02 - 0,17
1,8 - 1,1
25,92 + 0,39
19,05
89
0,74
2,78 + 1,09
5,5 + 0,73
0,538+ 1,51
2,49
20
+ 1,32
75
+ 1,32
3,46 - 1,98
15,7 - 1,88
13,6 + 0,15
34
5,2 - 1,7
170
+ 2,35
9,36 + 1,74
2,97 + 1,19
0,438- 1,69
33,1 - 0,3
213
554
3
45711
11583
69544
536
1
1001
7872
2807
13965
119
208
907
631
43
51952
548
11581
51164
225
18,8
1,81
544
14,3
138
21,6
6,45
29,7
86,5
5,96
12,75
21,8
14,8
18,4
1,866+ 2,98
554
- 1,07
16 + 12,68
138
21,6 + 2,86
6,45
30
86,5
6,02 + 0,33
12,8 + 2,4
21,8 + 0,46
15,25 + 1,33
18,4 - 1,18
8825
695
399
1
356
1
1670
16
2107
181
792
89652
5454
1,51
16,6
0,955
180
24,4
23,7
2,7
24,4
23,7 - 2,87
2,7 + 3,45
40
547
30
1,36
ISIN
FR0004529147
FR0000066482
FR0000060949
FR0000064388
FR0000039240
FR0000036816
FR0010127662
FR0000054215
FR0000034548
FR0000074197
FR0000062465
FR0004186856
FR0000066680
FR0000050049
FR0000035719
FR0000065765
FR0004183960
FR0011995588
FR0004034072
FR0011471291
VALEUR
TESSIg
TIPIAK
TIVOLY
TONNA ELECT.
TOUPARGEL GROUPE
TOUR EIFFEL
TXCELLg
UNIBEL
UNION FIN. FR. BQUE g
UTIg
VERNEUIL PART.
VETOQUINOLg
VIDELIO (EX:IEC)
VIEL ET CIEg
VIKTORIA INVESTg
VISIODENTg
VOLUNTIS
VOLTALIA
XILAM ANIMATIONg
YMAGISg
OUV
B160
C 79
C 32,8
C
C 2,04
B 38,9
+HT
160
79
32,8
+BS
160
79
32,2
US7427181091
LU0934195610
US9098831004
CH0008175645
GA0000121459
US91912E1055
BMG9887P1068
ACTIONS
FRANÇAISES
EURONEXT HORS SRD Suite
CLÔT ÉCART VOL
160
233
79
16
32,2 - 1,83
67
2,04
39
2,04
38,9
1
6355
APERAM
CELYAD
CNOVA NV
DEXIA
EURONEXT
MAINSTAY MEDICAL
MONTEA CVA
NOKIAR
RENTABILIWEB GPg
ROBECO NV
ROLINCO
22,5
0,52
22,4 - 3,03
0,53 + 3,92
22,6
22,1
0,538 0,51
1337
1473
1,89
49
49,2
1,89
1,89
4,75
4,92
48,2
1,85
4,75
49
1,85 - 1,07
4,75
2,4
2,4
5,019 5,02
9,56 9,6
39,25 39,25
2,08 2,09
2,4
5,019
9,45
36,45
2,01
2,4
5,02
9,5
37,55
2,02
1768
1905
1408
2,82
A
C
A
C
A
25,8
20,44
3,62
3,62
53,2
4,12
59,8
A 5,3
C
- 4,76
500
710
9862
15357
30719
- 0,63
- 4,45
- 0,49
25,06 - 3,09
19,9 - 1,87
3,62 + 0,56
3,62
52,75 - 1,49
4,12 - 15,57
59,8 - 0,33
5,278 - 1,27
25,8
24,77
20,44 19,83
3,62
3,62
3,62
3,6
53,2
52,55
4,12
4,12
60
59,6
5,338 5,238
12455
1
997
111918
23
37,93
B 66,5
C
B 92
121,5
C
143
59,13
19,91
C
A 125
43,4
125,5
124
124
- 1,2
+ 4,98
12,6
C
609
0,02
VALEUR
AGROGENERATION
AUPLATA
BIOCORP
BIOPHYTIS
BLOCKCHAIN GROUP
CARBIO
CARMAT
ESKER
EVOLIS
EUROPLASMA
GAUSSIN
GROUPE GUILLIN
GROUPE PAROT
HIOLLE INDUSTRIES
HYBRIGENICS
IMPLANET
MASTRAD
MNDg
NEOVACS
NEXTEDIA
NSC GROUPE
PISCINES DESJOYAUX
THERADIAG
UMANIS
VERGNET
VOY. DU MONDE
OUV
0,132
0,05
9,14
1,716
0,168
5,18
23
70,7
21,7
+HT +BS
0,138
0,114
0,051 0,045
9,14
8,78
1,726
1,684
0,168 0,159
5,23
5,15
23,4
22,75
71,2
68,6
22,3
21,7
CLÔT ÉCART VOL
0,119 - 9,51 1707845
0,048- 4,92 14925446
8,8 - 3,51
4754
1,69 - 0,59
34816
0,162+ 0,12
49172
5,17 - 0,19
7247
23
4311
69,2 - 2,12
2417
22
+ 1,38
5858
0,286
20,9
5,26
4,28
0,15
0,153
0,463
1,3
0,198
0,743
0,29
20,9
5,4
4,28
0,17
0,157
0,488
1,348
0,199
0,743
0,283 - 1,05 978373
20,25 - 3,11
9580
5,4
1001
4,28
1
0,151 + 3,99 2128494
0,151 - 1,31 203542
0,478- 2,05
11998
1,3
24356
0,197 - 0,51
161863
0,729+ 0,28
16187
0,038
0,275
19,96
5,26
4,28
0,15
0,145
0,46
1,3
0,192
0,693
78
11,7 - 0,85
1,18 - 0,42
8,46 + 1,93
0,237- 2,27
122,5 - 1,61
11,8
11,8
11,7
1,185 1,185
1,145
8,3
8,52
8,3
0,243 0,243 0,237
125
125
122,5
315
5958
3418
117194
345
212869
CERTIFICAT/FONDS
38,8
AGTA RECORD
BRAS. OUEST AFR.
BRASS. CAMEROUN
CATERPILLAR INC.
CFOA
DIAGEO
LILLY AND CO
FORESTIÈRE EQ.
GENEUROg
HEXCEL
INFOSYS
MAROC TELECOM
MERCK AND CO INC
80,4
79,8
8,98
INVESTIR 10 GRANDES VALEURS
INVESTIR PEA PALATINE
VALEURS ZONE INTERNATIONALE
CH0008853209
SN0008626971
CM0000035113
US1491231015
SN0000033192
GB0002374006
US5324571083
CI0000053161
CH0308403085
US4282911084
US4567881085
MA0000011488
US58933Y1055
80,4
EURONEXT GROWTH (Sélection)
ISIN
FR0010641449
FR0010397760
FR0012788065
FR0012816825
FR0011053636
FR0011648716
FR0010907956
FR0000035818
FR0004166197
FR0000044810
FR0010342329
FR0012819381
FR0013204070
FR0000077562
FR0004153930
FR0010458729
FR0004155687
FR0011584549
FR0004032746
FR0004171346
FR0000064529
FR0000061608
FR0004197747
FR0013263878
FR0004155240
FR0004045847
735
AUTRES VALEURS DE LA ZONE EURO
LU0569974404
BE0974260896
NL0010949392
BE0974290224
NL0006294274
IE00BJYS1G50
BE0003853703
FI0009000681
BE0946620946
NL0000289783
NL0000289817
79,8
0,41
2,04
39,2
2,58
A
B
C
C
B
C
C
C
C
C
B
C
PROCTER & GAMBLE
RORENTO CDH
RUSAL PLC
TELEVERBIER
TOTAL GABON
VALE SA
ZCI LIMITED
66,5
66,5
66,5 + 0,76
INVESTIR 10
113.72
87.42
I10GS - FR0011630474
FR0013284114
-0,57
1,56
1
680
92
121,5
92
119
92
119
+ 2,22
+ 3,03
76
50
4,02
31,295 +
0,81
+ 4,17
101
C
B 3,18
750
3,19
2,9
2,9
- 3,01
- 13,79
11639
13,5 + 0,75
67
+ 0,75
1590
114
50
C
15,2
13,3
66,5
13,8
67
13,3
66,5
TAUX ET CHANGES
CHANGES : COURS AU COMPTANT
VAR.
VEILLE
EN %
VAR.
ANNÉE
EN %
DOLLAR US
1,1359
LIVRE STERLING
0,8769
FRANC SUISSE
1,1327
COURONNE DANOISE
7,4668
COURONNE NORV.
9,7663
KUNA CROATE
7,4247
COURONNE SUEDOISE
10,2531
DOLLAR CANADIEN
1,5142
YEN JAPONAIS
124,205
DOLLAR AUSTRALIEN
1,5922
ROUBLE RUSSE
75,4957
ROUPIE INDIENNE
80,901
DOLLAR NEO-ZELANDAIS 1,688
COURONNE TCHEQUE
25,647
FORINT HONGROIS
318,25
ZLOTY POLONAIS
4,2842
LEV BULGARE
1,956
DOLLAR HONG-KONG
8,9116
WON SUD COREEN
1284,16
PESO MEXICAIN
21,7401
REAL
4,2951
DOLLAR SINGAPOUR
1,5443
RAND SUD-AFRICAIN
15,832
LIVRE TURQUE
6,0579
RENMIBI YUAN
7,7325
RUPIAH
16147,5303
PESO PHILIPPIN
59,9652
RINGGIT MALAIS
4,6967
BATH THALANDAIS
36,1095
-0,10
-0,48
-0,12
0,00
0,35
-0,04
0,05
0,15
-0,36
0,25
0,02
-0,06
-0,07
0,22
0,19
-0,05
-0,01
-0,10
-0,39
-0,21
0,57
-0,06
0,71
0,10
0,07
-0,15
-0,20
0,14
-0,17
-0,94
-2,67
0,54
0,01
-1,43
0,08
0,09
-2,69
-2,27
-2,39
-4,99
1,23
-1,17
-0,24
-0,88
-0,18
-0,28
-0,90
0,61
-3,63
-3,62
-1,18
-4,79
-0,23
-1,91
-2,20
-0,52
-0,92
-2,41
PRINCIPAUX TAUX DIRECTEURS
PAYS
TAUX DE RÉFÉRENCE
TAUX EN %
22-01-2019
EUR
USD
1
1,1359
0,8769
1,1327
10,2531
7,4668
1,2421
1,5142
EUR
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY
CAD
GBP
0,8804
1,1404
1
1,2953
0,772
1
0,9972
1,2915
9,0272
11,6931
6,5736
8,5149
1,0935 141,6398
1,333
1,7267
MARCHÉ OBLIGATAIRE
TAUX MARCHÉS MONÉTAIRES ET EURODEVISES
COURS DE CHANGES CROISÉS
COURS
BCE
22-01-2019
1 EURO EN DEVISE
CHF
SEK
DKK
0,8828
1,0028
0,7743
1
9,0536
6,5928
109,65
1,3369
0,0975
0,1108
0,0855
0,1105
1
0,7282
12,1131
0,1477
0,1339
0,1521
0,1174
0,1517
1,3732
1
0,1663
20,2785
JPY (100)
CAD
0,8051
0,9145
0,706
0,912
0,0826
6,0117
1
1,2193
0,6604
0,7502
0,5791
0,748
6,7719
4,9313
0,8201
1
22-01-2019
MARCHÉS MONÉTAIRES
1 MOIS
3 MOIS
JOUR
6 MOIS
1 AN
ZONE EURO-0,32/-0,62-0,24/-0,54 -0,14/-0,44 -0,13/-0,43-0,04/-0,34
ECARTS DE TAUX AVEC L’ALLEMAGNE
22-01-2019
6 MOIS
ALLEMAGNE 100,23
PORTUGAL
-0,23
FRANCE
-0,02
ESPAGNE
-0,04
ITALIE
-0,22
2 ANS
5 ANS
7 ANS
10 ANS
-0,59
0,46
0,11
0,30
0,93
-0,28
0,71
0,25
0,46
1,51
-0,03
1,07
0,31
0,75
2,09
0,20
1,42
0,43
1,10
2,45
EUROMTS
INDICE
VAR %
FRANCE
1-3 ANS
5-7 ANS
10-15 ANS
PLUS 15 ANS
PLUS 25 ANS
EMTXI-BE
246,95
171,37
237,78
288,56
339,52
349,68
236,30
0.07
0.38
0.10
0.26
0.41
0.53
0.13
31/12 VAR %
245,87
171,32
236,50
287,33
337,19
346,89
235,28
0.37
0.29
0.44
0.20
0.28
0.27
0.30
COURS A TERME DE L’EURO CONTRE LES PRINCIPALES DEVISES
USD
GBP
CHF
SEK
DKK
JPY (100)
CAD
1,1359
1,1359
0,8768
0,8770
1,1327
1,1328
10,2490
10,2590
7,4654
7,4678
124,1800
124,2300
1,5141
1,5142
-0,0032
-0,0033
-0,0037
-0,0036
0,0003
0,0000
-0,0078
-0,0029
-0,0002
0,0014
-0,1923
-0,1862
-0,0027
-0,0034
-0,0089
-0,0090
-0,0033
-0,0054
0,0010
0,0007
-0,0110
-0,0065
0,0024
0,0032
-0,2086
-0,2100
-0,0082
-0,0090
-0,0179
-0,0180
-0,0085
-0,0084
0,0022
0,0018
-0,0167
-0,0125
0,0072
0,0061
-0,2307
-0,2344
-0,0172
-0,0180
-0,0368
-0,0369
-0,0149
-0,0153
0,0048
0,0041
-0,0325
-0,0315
0,0152
0,0109
-0,2113
-0,2457
-0,0369
-0,0381
22-01-2019
COMPTANT
ACHAT
VENTE
A 1 MOIS
ACHAT
VENTE
A 3 MOIS
ACHAT
VENTE
A 6 MOIS
ACHAT
VENTE
A 12 MOIS
ACHAT
VENTE
BCE
TAUX PRET MARGINAL 0.25 %
taux repO (refi)
0.00 %
taux depOt
-0.40 %
ROYAUME UNI TAUX JOUR LE JOUR
0.45 %
taux de base
0.75 %
USA
TAUX JOUR LE JOUR
2.33 %
fOnds federaux
2.50 %
2 ans
2.81 %
10 ans
2.90 %
JAPON
BOJ TOKYO
-0.10 %
taux JOur le JOur
-0.30 %
taux repO (refi)
-0.10 %
10 ans
0.00 %
TAUX BONS DU TRÉSOR
BTF
TAUX
1 MOIS
3 MOIS
6 MOIS
9 MOIS
1 AN
2 ANS
5 ANS
10 ANS
-0,57
-0,57
-0,57
-0,60
-0,55
-0,48
-0,01
0,66
INDICES DE RÉFÉRENCE DES EMPRUNTS À TAUX VARIABLES
MOY.
MENS.
NOV. 16
DÉC. 16
JANV. 17
FÉV. 17
MARS 17
AVR. 17
MAI 17
JUIN 17
JUIL. 17
AOÛT 17
SEPT. 17
OCT. 17
NOV. 17
DÉC. 17
JANV. 18
FÉV. 18
MARS 18
AVR. 18
MAI 18
JUIN 18
JUIL. 18
AOÛT 18
SEPT. 18
OCT. 18
NOV. 18
DÉC. 18
TMM
EURIBOR
1 MOIS
3 MOIS
-0,3486
-0,3501
-0,3511
-0,353
-0,3532
-0,3563
-0,3585
-0,3569
-0,359
-0,3561
-0,3573
-0,3589
-0,3513
-0,3411
-0,3614
-0,3649
-0,3628
-0,3648
-0,3628
-0,3614
-0,3636
-0,359
-0,3609
-0,3662
-0,3614
-0,3608
-0,373
-0,373
-0,371
-0,372
-0,372
-0,372
-0,373
-0,373
-0,373
-0,372
-0,372
-0,372
-0,372
-0,369
-0,369
-0,37
-0,371
-0,372
-0,371
-0,37
-0,37
-0,369
-0,371
-0,37
-0,369
-0,367
-0,313
-0,313
-0,325
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,33
-0,33
-0,329
-0,329
-0,33
-0,329
-0,328
-0,328
-0,329
-0,328
-0,329
-0,326
-0,322
-0,321
-0,319
-0,319
-0,318
-0,316
-0,312
TME
0,70
0,80
0,91
1,11
1,10
0,97
0,87
0,71
0,89
0,78
0,77
0,77
0,65
0,62
0,82
0,97
0,85
0,80
0,83
0,83
0,68
0,73
0,79
0,86
0,81
0,74
SOURCE CDC IXIS
TMOR.
PUB. PRIV.
MOY.
EONIA
EURIBOR
TEC
HEBDO
1 MOIS 3 MOIS 10
THE
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
13-12
14-12
17-12
18-12
19-12
20-12
21-12
24-12
26-12
27-12
28-12
31-12
02-01
03-01
04-01
07-01
08-01
09-01
10-01
11-01
14-01
15-01
16-01
17-01
18-01
21-01
22-01
0,71
0,75
0,75
0,75
0,75
0,75
0,72
0,72
0,72
0,72
0,73
0,73
0,73
0,73
0,70
0,70
0,70
0,70
0,70
0,73
0,73
0,73
0,73
0,73
0,67
0,67
0,67
0,90
1,00
1,11
1,31
1,30
1,17
1,07
0,91
1,09
0,98
0,97
0,97
0,85
0,82
1,02
1,17
1,05
1,00
1,03
1,03
0,88
0,93
0,99
1,06
1,01
0,94
-0,36
-0,36
-0,362
-0,362
-0,364
-0,366
-0,367
-0,374
-0,369
-0,369
-0,369
-0,355
-0,356
-0,356
-0,368
-0,365
-0,365
-0,365
-0,362
-0,365
-0,366
-0,366
-0,366
-0,369
-0,37
-0,371
-0,371
-0,368
-0,368
-0,368
-0,369
-0,369
-0,369
-0,367
-0,366
-0,365
-0,365
-0,364
-0,364
-0,363
-0,362
-0,363
-0,363
-0,363
-0,363
-0,364
-0,364
-0,365
-0,368
-0,369
-0,369
-0,368
-0,368
-0,368
-0,312
-0,311
-0,311
-0,311
-0,311
-0,309
-0,31
-0,31
-0,309
-0,309
-0,309
-0,31
-0,309
-0,31
-0,309
-0,309
-0,31
-0,308
-0,308
-0,308
-0,308
-0,308
-0,308
-0,308
-0,308
-0,308
-0,308
0,70
0,69
0,71
0,70
0,70
0,67
0,68
0,68
0,68
0,68
0,69
0,69
0,64
0,65
0,66
0,69
0,73
0,74
0,68
0,65
0,63
0,61
0,62
0,62
0,65
0,63
0,64
THOR.
PUB.
PRIV.
0,91
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,92
0,92
0,92
0,92
0,93
0,93
0,93
0,93
0,90
0,90
0,90
0,90
0,90
0,93
0,93
0,93
0,93
0,93
0,87
0,87
0,87
0,91
0,95
0,95
0,95
0,95
0,95
0,92
0,92
0,92
0,92
0,93
0,93
0,93
0,93
0,90
0,90
0,90
0,90
0,90
0,93
0,93
0,93
0,93
0,93
0,87
0,87
0,87
MATIÈRES PREMIÈRES
MÉTAUX PRÉCIEUX
MÉTAUX NON FERREUX
MÉTAUX STRATÉGIQUES
PARIS
OR (EUROS CPROR/*COURS HEBDO)
22/01
21/01
COURS PRIME PREC.
LINGOT
36880
0
36960
10 FLORINS
224
0,39
224
5 DOLLARS*
310
11,78
310
10 DOLLARS
648
16,83
648
20 DOLLARS
1250
12,64
1250
5 ROUBLES*
0
-100
0
50 PESOS
1392,5
0,69 1392,5
LATINE
212
-0,99
210
NAPOLEON
222,5
3,91
219,5
1/2 NAPOLEON* 125,5
17,22
125,5
SOUVERAIN ELI I* 279,9
3,68
279,9
SOUVERAIN
275,5
2,05
269
1/2 SOUVERAIN* 140
3,72
140
SUISSE
219,2
2,37
219,2
TUNISIENNE*
215
0,41
215
MARK*
275
4,14
275
KRUGERRAND
1208
5,31
1205
LINGOTIN 500GRS 18800
1,95
18700
LINGOTIN 250GRS 9400
1,95
9300
LINGOTIN 100GRS 3800
3,04
3750
ARGENT C3E (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
518,53
517,75
CUIVRE (GIRM):
LONDRES
(EN DOLLARS)
PALLADIUM (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
37 698
39 163
FIX2
37 906
38 292
PLATINE (EURO PAR KILO) (CSFANMP)
FIX1
22 443
22 565
FIX2
22 483
22 585
LONDON BULLION MARKET
22/01
21/01
ARGENT (EN CENTS PAR OZ)
FIXAGE
1 526
1 526
OR (EN DOLLARS PAR OZ)
FIX
1 282
1 280
PALLADIUM (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
1 337
1 353
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE TROY)
793
798
SETTLEMENT
21/01
15,29
15,36
15,45
15,54
15,7
22/01
JANV. 19
15,26
MARS 19
15,33
MAI 19
15,43
JUIL. 19
15,51
SEPT. 19
15,59
OR (EN DOLLARS PAR ONCE)
SETTLEMENT
JANV. 19
FÉV. 19
AVR. 19
JUIL. 19
OCT. 19
22/01
785,1
786
790,1
795,8
800
BASE CUIVRE
21/01
1281,3
1287,5
1293,7
1300,9
1313,3
SETTLEMENT
21/01
803,2
800,9
800,7
805,6
810,8
619,79 DEPUIS LE 22/01
BASE LAMINÉ LAITON 1 TITRE 525,63 DEPUIS LE 22/01
BASE LAMINÉ LAITON 70/30
534,2 DEPUIS LE 22/01
BASE LAMINÉ LAITON 85/15
576,99 DEPUIS LE 22/01
BASE LAMINÉ BRONZE 94/6
719,15 DEPUIS LE 22/01
BASE LAMINÉ BRONZE 94/4
686,02 DEPUIS LE 22/01
LONDON METAL EXCHANGE
22/01
21/01
ALLIAGE D`ALUMIN. (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
1400-1400,5
1430-1440
9940
1400-1405
1430-1440
10140
ALUMINIUM (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
1842-1842,5
1855-1856
1301650
1850-1851
1857-1858
1303475
CUIVRE (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
STOCKS
5951-5951,5
5983-5985
145025
CASH
3 MOIS
VOL.
20785-20790
20600-20650
1090
6021-6022
6043-6045
135100
20875-20900
20650-20700
1150
11665-11670
11750-11755
200466
11605-11610
11630-11640
201228
PLOMB (EN $ PAR TONNE)
2001-2003
2008-2010
91750
1970-1972
1980-1982
93025
ZINC (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
2568-2569
2565-2566
119925
2576-2577
2567-2569
121650
NEW YORK
CUIVRE (EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
JANV. 19
FÉV. 19
MARS 19
AVR. 19
22/01
2,69
2,66
2,66
2,66
21/01
2,73
2,72
2,71
2,72
VOL
49
194
78671
57
KUALA LUMPUR
ETAIN (EN DOLLARS PAR TONNE)
SETTLEMENT SETTLEMENT
JOU R
22/01
20600
21/01
20650
ANTIMOINE 99,65% (PAR TONNE)
8050
8050
BISMUTH 99,99% (PAR LB)
3,75
3,75
CADMIUM 99,95% (PAR LB)
1,35
1,35
COBALT (CATHODES) 99,80% (PAR LB)
25,5
25,5
EPONGE DE TITANE 99,60% (PAR KG)
6,95
6,95
FERRO MANGANESE (HC) (PAR TONNE)
975
975
FERRO MOLYBDENE (PAR KG)
27,25
27,25
GERMANIUM (PAR KG)
1300
1300
SELENIUM 99,50% (PAR LB)
14,5
14,5
SILICIUM (PAR TONNE)
1905
1905
ICE
(EN GBP PAR MWH)
CLÔTURE
22/01
BASE
40,69
POINTE
46,28
ICE FUTURES
(EN GBP PAR MWH)
CLÔTURE
NICKEL (EN $ PAR TONNE)
CASH
3 MOIS
VOL.
21/01
ÉLECTRICITÉ
ETAIN (EN $ PAR TONNE)
SETTLEMENT
22/01
JANV. 19
1280,7
AVR. 19
1287,9
JUIN 19
1294
AOUT 19
1300,6
DÉC. 19
1311,3
PLATINE (EN DOLLARS PAR ONCE)
SETTLEMENT
AUTRES DEMI PRODUITS CUIVREUX :
CASH
3 MOIS
VOL.
NEW YORK
ARGENT (EN CENTS PAR ONCE)
SETTLEMENT
CATHODES : 5411 A COMPTER DU 22/01/
22/01
VOL
22/01
BASE FEB 19 61,89
BASE MAR 19 58,84
POINTE FEB 19 68,11
POINTE MAR 19 62,48
CLÔTURE
21/01
40,69
46,28
CLÔTURE
VOL
364004
192492
VOL
21/01
61,89
58,84
68,11
62,48
PRODUITS PÉTROLIERS
SUCRE
ROTTERDAM
(BARGES - FOB) (EN $ PAR TONNE)
GAS OIL 0.1% SUL.
541,5
London Daily Price:
392
367
392,5
367,5
SINGAPOUR
GASOLINE 97
GAS OIL
FUEL OIL (180)
FUEL OIL (380)
64,65
72,02
439,5
407,5
64,65
72,02
438,5
406,5
ÉMISSION CO2
NYMEX EMISSIONS (EN EUROS PAR TONNE)
CLÔTURE
VOL
21/01
28,85
29,15
29,25
CLÔTURE
22/01
3,15
3,04
2,85
21/01
3,42
3,18
2,87
VOL
CLÔTURE
CLÔTURE
VOL
22/01
52,58
53
53,38
53,85
53,95
21/01
54,3
54,65
55
55,28
55,43
258
28
9
3
1
VOL
22/01
12,87
13,01
13,14
13,44
14,09
21/01
13,08
13,2
13,33
13,62
14,24
MARS 19
MAI 19
JUIL. 19
OCT. 19
MARS 10
22/01
FEV 2018 22,05
MARS 2019 21,98
AVR 2019 21,86
CLÔTURE
CLÔTURE
22/01
21/01
MARS 19 1634
1667
MAI 19
1650
1686
JUIL. 19
1660
1694
SEPT. 19
1668
1703
DÉC. 19
1677
1709
NEW YORK (EN $ PAR TONNE)
VOL
12120
12317
8014
3884
3398
21/01
2304
2336
2372
2386
2396
VOL
25421
14769
3395
1220
12
VOL
22/01
21/01
JANV. 19 1497
1525
MARS 19 1522
1538
5028
MAI 19
1545
1559
5113
JUIL. 19
1563
1577
2018
SEPT. 19
1583
1593
423
NEW YORK-ARABICA (EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
9825
1363
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
DÉC. 19
22/01
103,5
106,6
112,15
115,85
21/01
105,25
108,35
113,75
117,65
VOL
15314
7787
1298
520
CHICAGO (EN $ PAR 1000 BDFT)
NEW YORK (CONT. NO2 - EN CENTS PAR LB)
SETTLEMENT SETTLEMENT
22/01
354,9
361,3
369,4
21/01
359,3
365,7
373,5
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
JOU R
22/01
21/01
112,45
115,7
VOL
112.45
803
142
108
VOL
76899
23293
11608
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
22/01
21/01
MARS 19 10,66
10,66
MAI 19
10,86
10,84
JUIL. 19
11,09
10,98
AVOINE À CHICAGO
(EN CENTS PAR BOISSEAU)
206
14
2
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
167
16
10
SETTLEMENT SETTLEMENT
22/01
161,05
169,5
173,5
VOL
21/01
173
172
173,95
142
VEAU VIVANT - BRESIL - BRL :
151.9
LE 21/01//19
BETAIL VIVANT - CME - USD : 1.26525
LE 17/01//19
BETAIL D'ENGRAIS - CME - USD : 1.4145
LE 17/01//19
PORC MAIGRE - CME - USD :
0.61225
LE 17/01//19
PORC FRANCE E - EUR :
1.5
LE 02/03//17
INDICES
22/01
RJ CRB
JUS D’ORANGE
VOL
SETTLEMENT SETTLEMENT
BETAILS
CLÔTURE
138
11
22/01
21/01
MARS 19 380
380,75
MAI 19
388,25
389,25
JUIL. 19
396
396,5
RIZ À CHICAGO (EN CENTS PAR LB)
LONDRES-ROBUSTA (EN $ PAR TONNE)
BOIS
MARS 19
MAI 19
JUIL. 19
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
CLÔTURE
VOL
22/01
21/01
MARS 19 182,25
181,75
JUIN 19
184,5
184,75
AOUT 19 187,75
187,75
MAIS À CHICAGO (EN CENTS PAR
BOISSEAU)
JANV. 19
MARS 19
MAI 19
NEW YORK (CONT. N°2 - CENTS PAR LB)
21/01
73,95
76,66
74,73
22/01
2248
2282
2318
2329
2343
SETTLEMENT SETTLEMENT
CAFÉ
21/01
22,94
22,63
22,45
SETTLEMENT SETTLEMENT
MARS 19
MAI 19
SEPT. 19
DÉC. 19
JUIL. 10
VOL
22/01
21/01
MARS 19 522
517,75
MAI 19
527
523,5
SEPT. 19
516
536,75
MAIS À PARIS (EN EUROS PAR TONNE)
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
café (cents US/livre) :
Prix composé : 102.27
Moyenne quinze derniers jours : 205.461
COTON
22/01
73,19
75,93
75,13
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
22/01
21/01
MARS 19 205,5
205
25696
MAI 19
206,5
206,25
8484
SEPT. 19
188,5
188,25
3349
BLÉ À CHICAGO (EN CENTS PAR BOISSEAU)
VOL
INDICE COTLOOK A : 83,3, LE 22/01//19
Mars 19
Juil. 19
Oct. 19
45720
27759
13635
3713
1642
BLÉ DE MEUNERIE N°2 À PARIS
(EN EUROS PAR TONNE)
22/01
21/01
MARS 19 299
298,25
MAI 19
294
294,5
JUIL. 19
291,25
293,5
BLÉ FOURRAGER À LONDRES
(EN £ PAR TONNE)
21/01
23,12
SETTLEMENT SETTLEMENT
VOL
CLÔTURE
SETTLEMENT SETTLEMENT
CLÔTURE
POWERNEXT GAS FUTURES
VOL
CLÔTURE
NYMEX ( EN $ PAR MBTU)
FÉV. 19
MARS 19
AVR. 19
VOL
3858
3075
1227
204
181
Prix indicatif de l'Organisation internationale du
cacao (dollars/tonne) : le 20/01/
Prix indicatif : 2265,57
LONDRES (EN £ PAR TONNE)
GAZ NATUREL
CLÔTURE
22/01
21/01
FÉV. 19
564
574,25
41258
MARS 19 564,75
574,5
64568
AVR. 19
564,25
574
35672
MAI 19
564
573,5
16418
JUIL. 19
567
575,75
6335
NEW YORK NYMEX WTI (EN $ PAR BARIL)
AVR. 19
MAI 19
JUIN 19
JUIL. 19
AOUT 19
22/01
28,85
29,15
29,25
CLÔTURE
CACAO
SETTLEMENT SETTLEMENT
JANV. 19
MAI 19
JUIN 19
CLÔTURE
22/01
21/01
MARS 19 347,8
354,8
MAI 19
356,5
363
AOUT 19 362,2
368,1
OCT. 19
366
371,7
DÉC. 19
372
376
NEW YORK (EN CENTS PAR LB)
VOL
URANIUM NYMEX (EN $ PAR LB)
22/01
NORD DA 22,06
22/01
21/01
JOUR
60,91
62,74
MARS 19 60,91
62,74
192861
AVR. 19
60,78
62,57
123377
LONDRES-GAZOLE (EN $ PAR TONNE)
CLÔTURE
CLÔTURE
21/01
24,22
URANIUM
LONDRES-BRENT (EN $ PAR BARIL)
CLÔTURE
CLÔTURE
22/01
24,42
POWERNEXT GAS SPOT
PRODUITS PÉTROLIERS
CLÔTURE
LONDRES (EN DOLLARS PAR TONNE)
537
FUEL
FUEL OIL (HS 180)
FUEL OIL (HS 380)
SPOT
CÉRÉALES
13,24 cts/lb
185,42
21/01
0
REUTERS COM. 2389,74
2379,99
MOODYS COM. 5755,14
5755,14
OR INDUSTRIEL 36621
36412
2850
2873,2
LMEX
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
FINANCE & MARCHES // 35
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
Mirabaud Asset Management
Tél. +41 058 200 60 01
www.mirabaud.com
marketing@mirabaud-am.com
A la recherche d’une gestion active
de conviction ?
Tous les details de nos solutions d’investissement
à disposition ici : www.mirabaud-am.com
Pictet Asset Management
34, avenue de Messine 75008 Paris
Tél. : 01 56 88 71 00
www.assetmanagement.pictet
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
LU0130728842 PICTET-EMERGING EUROPE
323,15 21/01
LU0130729220 PICTET-EMERGING MKTS
537,05 21/01
CODE ISIN
DÉSIGNATION
DES VALEURS
550,79 22/01
240,98 21/01
LU0128467544 PICTET-GLOBAL EMERG.DEBT
370,94 21/01
LU0935268721 RAM (L) SF EM MKT CORE EQ
LU0168449691 PICTET-GREATER CHINA
511,61 21/01
LU0188501257 PICTET-HEALTH
267,01 22/01
494,63 21/01
LU0070964530 PICTET-INDIAN EQ.
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
96,59 21/01
LU0704154292 RAM (L) SF EM MKT EQ
167,32 21/01
LU1626129727 SWISS ALL CAPS (CHF)
102,58 21/01
LU0375629556 RAM (L) SF EUROPEAN EQ
414,99 21/01
LU1626130816 SILK ROAD ZONE STOCKS (USD)
97,35 21/01
LU1048876350 RAM (L) SF GB SHLDR YLD EQ
120,46 21/01
LU0851564897 EUROPEAN EQUITY (EUR)
147,84 21/01
LU0705072691 RAM (L) SF L/S EM MKT EQ
117,97 21/01
LU1626130220 HIGH DIV. EUROPE STOCKS (EUR)
92,36 21/01
LU0851564541 WORLD EQUITY (EUR)
145,55 21/01
144,21 22/01
LU0705071701 RAM (L) SF L/S EUROPEAN EQ
148,68 18/01
132,06 18/01
LU0375630729 RAM (L) SF NORTH AM EQ
280,07 21/01
60,38 21/01
LU1074511459 RAM (L) TF CONV EUROPE
139,88 21/01
LU0338483075 PICTET-RUSSIAN EQUITIES
LU0256846139 PICTET-SECURITY
LU0340554913 PICTET-DIGITAL
299,75 18/01
LU0130732364 PICTET-SMALL CAP EUR.
LU0255798109 PICTET-EMERG LC DEBT
160,94 22/01
LU0104884860 PICTET-WATER
224,8
18/01
1089,89 21/01
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
LU1626130063 SWISS SMALL & MID CAPS (CHF)
LU0217139020 PICTET-PREMIUM BRANDS
693,37 18/01
DÉSIGNATION
DES VALEURS
97,26 21/01
14107,21 21/01
240,26 21/01
CODE ISIN
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT.
DATE
SYNCHRONY (LU)
LU0176900511 PICTET-JAPANESE EQ. SEL.
LU0090689299 PICTET-BIOTECH
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
Banque Cantonale
de Genève (France) SA
Tél. 04 72 07 31 50
bcgef.fr/fonds
LU0144509717 PICTET-EUROPEAN SUST. EQ.
LU0155303323 PICTET-ASIAN EQ. JAPAN
78,43 18/01
DERNIER
DIVIDENDE NET
EN EUROS**
MONT. DATE
LU0128490280 PICTET-EUR BONDS
LU1279334210 PICTET-ROBOTICS
LU0280430660 PICTET-CLEAN ENERGY
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
CLASSIFICATION
VAL. UNIT DATE
HORS FRAIS DE LA
EN EUROS** VALOR.
CLASSIFICATION
DÉSIGNATION
DES VALEURS
CLASSIFICATION
CODE ISIN
CLASSIFICATION
sicav//fcp
LU0419186167 RAM (L) TF GB BD TOT RET
141,86 21/01
LU0935723782 RAM (L) TF II ASIA BD TOT RET
137,76 21/01
292,83 18/01
Valeur unitaire hors frais : valeur de la part ou de l’action hors droits d’entrée ou de sortie éventuels. Les SICAV éligibles au PEA sont signalées par un astérisque *. Le pictogramme P indique la cotation d’un FCP.
Classification des OPCVM : actions françaises (AF), actions de la zone EURO (AE), actions internationales (AI), monétaires EURO (ME), monétaires à vocation internationale (MI), obligations et autres titres de créances libellés en EURO (OE), obligations et autres titres de créances internationaux (OI), sicav luxembourgeoises (LX), diversifiés (DI), garantis ou assortis d’une protection (GP). ** : en euros ou dans la devise indiquée dans la colonne «DÉSIGNATION DES VALEURS».
carnet
fr
PORTRAIT
changé. Et les prix du lait ne permettaient toujours pas de vivre », résume-t-il. Puisque dire
ne suffit pas, il passe à l’action. Il veut prouver
qu’un modèle agricole qui permette de vivre
de son travail est possible, un modèle d’intégration verticale, où les éleveurs produisent,
transforment et commercialisent. Un modèle,
aussi, qui porte les valeurs de sa génération.
par Valérie Landrieu
@ValLandrieu
Fabrice Hégron,
« en direct
des éleveurs »
DR
Des concerts dans le bocage nantais
Il a été désigné mardi « Entrepreneur social de
l’année » par le Boston Consulting Group.
Fabrice Hégron, 46 ans, carrure de rugbyman
mais néanmoins adepte du ballon rond, est
avec son frère, Sébastien, l’initiateur d’un projet qui veut faire pivoter le marché du lait vers
un modèle intégré et responsable. A la clef :
juste rémunération des éleveurs, respect de
l’environnement et exigence nutritionnelle,
pour l’homme et l’animal.
Avec « En direct des éleveurs », lui, le communicant du binôme familial, a présenté à un
jury composé de personnalités de l’économie
sociale et solidaire et de grands patrons, « un
projet 100 % économique », salue Jean-Michel
Caye, directeur associé senior du BCG. Son
entreprise, sorte de réinvention du modèle
coopératif, a fêté ses deux ans en étant à l’équilibre. Le prix qu’il vient de décrocher lui permettra de se faire accompagner par le cabinet
de conseil pendant plusieurs semaines et
peut-être d’essaimer au-delà du Grand Ouest.
Déjà, Michel-Edouard Leclerc ne tarit pas
d’éloges sur l’initiative ; et, comme lui, Dominique Schelcher, le patron de Système U,
s’intéresse de près à ce lait UHT 100 % traçable,
ENTREPRISES
INDOSUEZ WEALTH MANAGEMENT
Frédéric Lamotte
est nommé directeur général de
CA Indosuez Wealth (Miami) et
responsable global de la région
Amériques pour le groupe
Indosuez Wealth Management.
Frédéric Lamotte, 54 ans, ancien
élève de l’Ecole Centrale de Paris,
titulaire d’un master en finance
internationale de HEC, est entré à
la Banque Indosuez en 1988. Cinq
à l’emballage vert. Grandi dans la ferme familiale au sud de Nantes, l’aîné des fils Hégron
n’avait pas tant que cela l’âme paysanne. Il se
rêvait davantage en Ligue 1 mais une sale blessure le rappelle prestement à la réalité. Il
deviendra technicien en alimentation animale. Quinze ans à sillonner les routes départementales avant qu’un accident et un coma
n’interrompent son rythme de travailleur
compulsif ; le temps de repenser à l’essentiel.
Des projets plein la tête
Pour autant, une opportunité de carrière lui
sourit déjà : on lui propose un poste à l’échelle
européenne. Tout est sur les rails. Mais, du
jour au lendemain, il prévient femme et
enfants qu’il va « s’installer », avec l’idée d’être
plus présent pour eux, songe-t-il alors. Il a des
projets plein la tête : remplacer le maïs et
l’ensilage par de l’herbe séchée en grange,
prendre en main la transformation du lait,
valoriser le produit et le vendre.
Aussi, lorsqu’en 2009, la crise laitière survient, il n’hésite pas longtemps à accepter des
responsabilités syndicales pour défendre le
métier. « Au bout de deux ans, rien n’avait
ans plus tard, il a intégré la filiale
de Crédit Agricole Indosuez à Singapour comme responsable produits dérivés, avant d’être responsable marché des capitaux et
produits dérivés de la filiale de
Tokyo. Il devint responsable advisory et produits structurés de
Crédit Agricole Suisse en 1997,
puis resp onsable markets &
investment solutions d’Indosuez
Wealth Management Suisse en
2007. Il était chief investment
officer d’Indosuez Wealth Management depuis 2012.
Lui qui, plus jeune, organisait, à ses heures
perdues, la logistique de concerts rassemblant
quelques milliers de personnes dans le bocage
nantais, va désormais consacrer son temps à
un projet entrepreneurial avec l’allant du
novice. « A chaque fois qu’une porte s’est fermée, nous avons trouvé un autre chemin. Toujours attentifs aux raisons d’un “non”, nous travaillions sur une solution pour obtenir un
“oui” », explique-t-il, adoptant toujours dans
son récit un « nous » fraternel.
Plus de 8 millions d’euros sont nécessaires
pour lancer le projet. Seul le Crédit Mutuel
acceptera de suivre. Sous condition : il faudra
au préalable trouver 2 millions. Fabrice
Hégron en lève plus d’un et demi sur une plateforme de financement participatif. « Ce n’était
encore qu’un projet sur papier, mais des personnes ont cru en nous », souligne-t-il, encore
plein de reconnaissance. Actionnaires à 2.500
ou 400.000 euros, « tous voulaient défendre les
mêmes valeurs ». Les éleveurs partenaires
fourniront le reste. La construction de la laiterie peut démarrer.
Quatre ans plus tard, le projet a largement
dépassé les limites d’un business viable et de
ses treize salariés : « Nous voulions montrer
que le monde agricole pouvait trouver des solutions. Nous en sommes capables ! » témoigne
Fabrice Hégron. Sous sa férule, une cinquantaine d’éleveurs et éleveuses ont pris en main
leur avenir. Et sont en train de passer, eux
aussi, d’un statut d’agriculteur à celui d’agrientrepreneur. n
ARTÉMIS COURTAGE
EURAZEO
prend la direction administrative
et financière d’Artémis Courtage.
est nommé managing director
et membre du directoire
d’Eurazeo PME.
Emmanuel Gaveau
Emmanuel Gaveau, 41 ans, diplômé
de Paris Dauphine, a débuté chez
EY. Devenu directeur d’investissement au sein de Perceva, il a assuré
ensuite la direction administrative
et financière d’Abrium, puis de Dalloyau entre 2010 et 2015. Plus
récemment, il était directeur général adjoint et directeur administratif et financier chez Quietalis.
Benjamin Hara
Benjamin Hara, 39 ans, diplômé
en droit de l’université de Paris-XI
et de la London School of Economics, est un ancien élève de HEC.
Il a débuté chez Goldman Sachs.
En 2004, il a rejoint BC Partners
où il a accompagné une série
d’investissements au sein de
l’équipe de private equity.
BNP PARIBAS LEASING SOLUTIONS
Pascal Layan
Wolfgang Pinner
Delphine Roché
Pascal Layan est nommé
directeur général délégué tout
en reprenant également le
management des activités de
consulting. Wolfgang Pinner
devient chief data officer tandis
que Delphine Roché intègre
le comité de direction générale
en qualité de directrice de la
transformation et de l’IT.
Pascal Layan, 53 ans, diplômé de
l’IEP de Bordeaux, titulaire d’un
DESS en administration des
entreprises, reste directeur des
« business lines » internationales et du marketing. Il fut d’abord
nommé directeur commercial
technology solutions France de
BNP Paribas Lease Group en
2000 et directeur commercial
de la ligne de métier internationale « technology solutions »
en 2005. Il a été promu, en 2008,
directeur général de BNP Paribas
Leasing Solutions Portugal. Il
fut notamment de 2012 à 2015,
directeur de la ligne de métier
internationale « equipment &
logistics solutions », mais aussi
administrateur de CNHi Capital
Europe et Claas Financial Services, et président de JCB Finance.
Il fut, par ailleurs, directeur des
lignes de métier internationales,
membre du comité de direction
générale.
Wolfgang Pinner, 55 ans, titulaire d’un master en économie de
l’université de Bonn, reste directeur général adjoint, chargé de la
supervision pays. Dès 1989, il est
devenu directeur commercial
construction et manutention,
puis directeur des départements
crédit et wholesale finance ou
encore responsable du management des joint-ventures en Allemagne. En 2008, il est devenu, au
siège, directeur des partenariats
et des joint-ventures, puis directeur de la ligne de métier internationale « equipment & logistics
solutions ». Promu directeur
général de Leasing Solutions
Allemagne en 2012, il était direct e u r d e l a s u p e r v i s i o n p ays ,
membre du comité de direction
générale depuis 2015.
Delphine Roché, 46 ans, ingénieure de Centrale-Supélec est
diplômée de l’ESCP Europe avec
un 3e cycle mastère management
des projets internationaux. Après
des débuts au département financement média & télécoms de la
Banque de financement et
d’investissement (BFI) de BNP
Paribas, elle a intégré le développement groupe comme responsable d’investissement dans le secteur des nouvelles technologies.
Après avoir contribué au lancement du Lean Six Sigma chez BNP
Paribas, elle l’a déployé chez
Leasing Solutions en 2007. A la
tête des départements marketing
et communication, veille et RSE,
elle était responsable adjointe de
la division bank leasing services
France depuis 2015.
ILS SONT NÉS
UN 23 JANVIER
Georg Baselitz, peintre,
sculpteur, 81 ans.
Christophe Dechavanne,
animateur, 61 ans.
Léa Drucker, actrice, 47 ans.
Caroline Grimaldi, princesse
de Hanovre et de Monaco,
62 ans.
Jérôme Guedj, homme
politique, ancien député
de l’Essonne, 47 ans.
Catherine Guillouard,
présidente-directrice générale
de de la RATP, 54 ans.
Petr Korda, champion
de tennis, 51 ans.
Stéphane Lissner, directeur
de l’Opéra de Paris, 66 ans.
Nicolas Mérigot, directeur
général de Korian Santé
France, 54 ans.
Christian Masset,
ambassadeur de France
en Italie, 62 ans.
Joséphine de Meaux, actrice,
42 ans.
Michel Pébereau, ancien
président-directeur général
de BNP Paribas, 77 ans.
Arjen Robben, footballeur,
35 ans.
, Envoyez vos nominations à
carnetlesechos@nomination.fr
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
crible
Mercredi 23 janvier 2019
` SUR LE WEB WWW.LESECHOS.FR
Grandes et petites annonces
Elliott devrait être plus chanceux avec eBay
qu’avec Arconic.
LA SÉANCE DU 22 JANVIER 2019
Regain
d’inquiétude
à la Bourse
de Paris
Bourse de Paris a terminé
•la La
séance en baisse de 0,42 %
mardi, en proie à des inquiétudes concernant l’économie
mondiale et l’absence d’avancées dans les pourparlers commerciaux entre la Chine et les
Etats-Unis. L’indice CAC 40 est
tombé à 4.847,53 points dans
un volume d’échanges de
2,69 milliards d’euros. La veille,
l’indice avait reflué de 0,17 %.
Les Etats-Unis sont en outre
entrés dans leur deuxième
mois de « shutdown » et
aucune solution évidente ne se
dessine. Les reventes de
logements dans la première
économie mondiale ont fortement chuté en décembre pour
tomber au plus bas en trois ans
et bien en dessous des attentes
des analystes. Le FMI a abaissé
lundi, pour la deuxième fois en
quelques mois, le rythme de
croissance de l’économie mondiale, désormais estimé à 3,5 %.
Et du côté du Brexit, des députés britanniques ont entrepris
d’obtenir un report de la date de
sortie de l’UE, prévue le
29 mars, voire d’organiser un
nouveau référendum.
Le secteur des matières premières, très dépendant de l’économie chinoise, a été pénalisé :
ArcelorMittal a baissé de
4,55 % et Aperam de 2,51 %. Le
secteur bancaire a reculé, BNP
Paribas cédant 1,86 %, Crédit
Agricole SA 1,54 % et Société
Générale 1,61 %. Renault a cédé
0,23 %. Le tandem composé de
Thierry Bolloré, adjoint et dauphin désigné de Carlos Ghosn, et
Je a n - D o mi n i q u e S e n a r d ,
patron de Michelin, devrait
prendre les commandes jeudi
alors que Carlos Ghosn s’est une
nouvelle fois vu refuser une libération sous caution. Pernod
Ricard a pris 0,94 %. Le groupe,
dont la gouvernance est critiquée par le fonds Elliott, a confirmé qu’il réunirait mercredi
son premier conseil d’administration de l’année.
Mamie fait de la résistance
Il n’est pas facile de grandir à l’ombre des grands arbres. Mais les investisseurs
veillent, bûchent les études de cas et sortent la tronçonneuse dès que
des branches leur semblent mal assemblées. Il n’est donc pas très surprenant
de voir la fine fleur des activistes américains, Elliott et Starboard Value,
tourner autour d’eBay. L’un des vieux chênes du « on-line » n’est plus qu’un
mince bouleau comparé à Amazon, vingt fois plus gros que lui bien que plus
âgé d’un an seulement. Le grand saule de Jeff Bezos croît au rythme du marché du e-commerce (autour de 20 % par an) quand le leader mondial des petites annonces en ligne ne progresse annuellement que de 5 % depuis trois ans.
L’entreprise fondée par Pierre Omidyar, aujourd’hui la « plus grosse valeur
technologique à faible croissance à ne pas offrir de dividende » selon les termes
d’Elliott, se trouve plus faiblement valorisée que des distributeurs classiques
déjà délaissés. Son multiple est au plus bas, rapporté à ses bénéfices, depuis
la scission de PayPal il y a trois ans et demi. Celle-ci a créé 29 milliards
de dollars de valeur nette, et le potentiel de hausse décelé par Elliott – 75 %
à 100 % par rapport aux 31 dollars par action de lundi –, réparti sur les trois
activités d’eBay, est du petit bois plus facile à couper que celui d’Arconic.
Le fonds de Paul Singer espérait faciliter la cession du spécialiste des métaux
légers. Mais la grande annonce d’une transaction à 15 milliards de dollars
a fait long feu. Le bûcheron n’est maître qu’en sa maison.
Hennessy 23
Honor 24
Huawei 24
Ido-data 28
Ikea 19
Lactalis 19
MasterCard 17
Orange 24
Orangebank 29
Panasonic 21
Pernod Ricard 23
Posos 28
Prabhat Dairy 19
QuickSett 28
Rémy Cointreau
23
Renault 18, 32
Hugo Boss rassure les investisseurs
avec ses ventes de fin d’année.
Faire contre mauvaise fortune bon cœur, c’est tout un art. UBS s’y emploie
mais personne n’est dupe, ses afflux nets de capitaux ont déçu, à cause
de la montée en flèche de l’aversion aux risques fin 2018, partout dans
le monde. Sur l’ensemble de l’exercice, l’increvable mamie suisse
de la gestion de fortune a dû se contenter de faire de la résistance, avec une
collecte dans ce métier représentant 1 % des actifs investis, au lieu des 2 à
4 % visés sur moyen terme. Malgré la conviction du patron Sergio Ermotti
d’avoir mieux performé que les rivales américaines, à la Bourse helvète,
c’est une autre histoire (– 4,1 % après la publication). En dépit de son profil
plus international que la moyenne et de son potentiel de développement
outre-Atlantique, l’action de la banque aux trois clefs reste à la traîne.
Les investisseurs regardant plus loin que le bout de leur nez n’ont cessé
d’applaudir ces dernières années le recentrage de sa banque d’investissement. Mais cette dernière n’a pas réussi à dégager un bénéfice au
quatrième trimestre. Le trading des actions et de leurs dérivés n’a pas brillé
et le rendement des fonds propres (5,3 % au dernier trimestre) repasse
en dessous du coût du capital. Vu la maîtrise des dépenses, les actionnaires
habitués aux dents de scie des montagnes et des indices n’auront pas
l’impression d’injurier l’avenir en acceptant le taux de distribution rebondi
du bénéfice (70 %, rachats d’actions compris). Mais si Deutsche Bank
était plus présentable, la question d’un grand mariage germano-helvétique
referait peut-être surface.
RTE 32
Running Care 26
Rusal 32
Samsung 24
St Mamet 28
Synapse Medicine
26
Texwinca Holdings
32
TomTom Telematics
20
Toyota 21
UBS 31
Vekia 26
Washington H. Soul
Pattinson 32
Xiaomi 24
Les Echos est une publication du
PRINCIPAL ASSOCIÉ UFIPAR (LVMH)
PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Pierre Louette
DIRECTRICE GÉNÉRALE PÔLE LES ECHOS Bérénice Lajouanie
DIRECTEUR DÉLÉGUÉ Bernard Villeneuve
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION & PRÉSIDENT DE LA SAS LES ECHOS Pierre Louette
Edité par Les Echos, SAS au capital de 794.240 euros RCS 582 071 437
10, boulevard de Grenelle, CS10817, 75738 Paris Cedex 15 Tél. : 01 87 39 70 00.
www.lessechos.fr
ÉDITRICE Capucine Marraud des Grottes
ÉDITRICE ADJOINTE Clémence Callies
DIRECTEUR DES DÉVELOPPEMENTS ÉDITORIAUX DU PÔLE LES ECHOS Henri Gibier
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Nicolas Barré
DIRECTEURS DÉLÉGUÉS DE LA RÉDACTION
Dominique Seux et François Vidal
RÉDACTEURS EN CHEF
David Barroux (Entreprises)
Laura Berny (Enquêtes)
Daniel Fortin (Magazine, Opinions, Innovation)
Arnaud Le Gal (Les Echos Entrepreneurs
et opérations spéciales)
Etienne Lefebvre (France et International)
Clémence Lemaistre (Information digitale)
Guillaume Maujean (Finance-Marchés)
Pascal Pogam (Information
et transformation digitale)
RÉDACTEUR EN CHEF TECHNIQUE Didier Boileau
DIRECTEUR DE CRÉATION Fabien Laborde
DIRECTRICE ARTISTIQUE ADJOINTE
Marion Moulin
EDITORIALISTES
Cécile Cornudet,
Jacques Hubert-Rodier, Eric Le Boucher,
Jean-Francis Pécresse, Jean-Marc Vittori,
Sabine Delanglade, Laurent Flallo,
Sylvie Ramadier (Le Crible)
LES ECHOS EXECUTIVES
RÉDACTRICE EN CHEF Muriel Jasor
LES ECHOS WEEK-END
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Henri Gibier
RÉDACTEURS EN CHEF Gilles Denis,
Karl de Meyer et Lucie Robequain
DIRECTRICE ARTISTIQUE Cécile Texeraud
SÉRIE LIMITÉE
RÉDACTRICE EN CHEF Frédérique Dedet
DIRECTRICE ARTISTIQUE
Clarice Fensterseifer
DIRECTEUR DE LA DIFFUSION ET DU MARKETING CLIENTS Etienne Porteaux
DIRECTEUR STRATÉGIE ET COMMUNICATION Fabrice Février
PUBLICITÉ Les Echos Team Media Tél. : 01 87 39 78 00.
PRÉSIDENTE Corinne Mrejen
DIRECTEUR GÉNÉRAL Philippe Pignol
DIRECTRICE PUBLICITÉ FINANCIÈRE Céline Vandromme
DIRECTRICE PUBLICITÉ COMMERCIALE Emmanuelle Denis
DIRECTRICE PUBLICITÉ LIFESTYLE Anne-Valérie Oesterlé
SERVICE ABONNEMENTS LES ECHOS 4, rue de Mouchy 60438 Noailles Cedex
Tél. : 01 70 37 61 36. Fax : 01 55 56 70 38 du lundi au vendredi de 9 h à 18 h
IMPRESSION L’Imprimerie (Tremblay-en-France), Midi Libre (Montpellier).
TIRAGE DU 22 JANVIER 2019 : 87.472 exemplaires
Origine du papier : Belgique. Taux de fibres recyclées : 100%.
Ce journal est imprimé sur du papier porteur de l’Ecolabel européen
sous le numéro FI/37/002. Eutrophisation : Ptot 0.013kg/tonne de papier
Membre de membre ACPM OJD CPPAP : 0421 c 83015. Toute reproduction, même partielle, est
interdite sans l’autorisation expresse de l’éditeur (loi du 11 mars 1957)
Ce numéro comporte un 3e cahier de 14 pages « Les Echos Entreprises et Collectivités »
UBS fait les frais de la volatilité des marchés
boursiers.
Bal costumé
LES ENTREPRISES CITÉES
Adidas 26
AG2R La Mondiale
Matmut 31
Airbus 32
Apple 24
Asphaltex 22
Black-Line 28
Bridgestone 20
Carmignac 17
Carrefour 20
CFAO Retail 20
Dyson 17
D’aucy 28
Eranova 22
Evergy 32
Getlink 21
Google 25
« La véritable élégance consiste à ne pas se faire remarquer », disait le dandy
londonien George Bryan Brummel. A la City, les histoires boursières
doivent quand même réussir à attirer un minimum les regards et Hugo
Boss en sait quelque chose. Le roi des costumes germaniques a remis
de l’ordre dans sa garde-robe stratégique pour tenter d’échapper à son
purgatoire boursier, tout en portant à sa tête son ancien directeur financier
Mark Langer il y a deux ans. Or ce dernier vient de dévoiler un dernier
trimestre tiré à quatre épingles, avec des ventes en accélération lors
du grand bal annuel de la consommation, à la fois supérieures aux attentes
des pronostiqueurs (de 2,7 %) et assorties d’une stabilité confirmée de
l’excédent brut d’exploitation pour 2018. Il n’en fallait pas plus pour revêtir
l’action de ses plus beaux atours (+5,6 %), la deuxième marche du podium
en Europe derrière easyJet, de quoi atténuer la série précédente de « profit
warnings » (Société Générale, Ryanair, Telecom Italia, Henkel). Le tailleur
de Michael Jackson dans « Thriller » ne cherche plus à rivaliser avec les
plus grandes griffes du luxe pour se réinventer. Il parvient toutefois à faire
le buzz (+37 % au dernier trimestre pour les ventes en ligne). Et il ne renonce pas à conquérir les femmes, qui peuvent se rassurer en voyant ses
« basiques » sur Megan Markle ou Letizia d’Espagne quand elles offrent
aux foules leur visage « business ». La notoriété subsistante permet aux
investisseurs de ne pas se sentir gênés aux entournures par la cote d’amour
(15 fois le bénéfice estimé), inférieure à celle d’Inditex ou de Burberry (plus
de 21 fois 2019). C’est la constance qui restera l’arbitre de ces élégances.
EN VUE
Alexandre Bompard
lexandre Bompard est de ces
joueurs qui énervent. Le genre à
vous balancer un smash le sourire aux lèvres et à vous faire mordre la
terre battue, l’air de rien, via une amortie
rétro. Fan de Roger Federer, la mèche
tout aussi folle, il partage avec lui la sérénité des champions, de ceux qui font
oublier leur ambition par un self-control
absolu. Il y a exactement un an, le PDG
de Carrefour annonçait des suppressions d’emplois en pagaille et des cessions de magasins dans le cadre de son
plan Carrefour 2022. Depuis, il déroule.
Ce n’est pas pour rien qu’on le surnomme « Pentium 12 », un processeur
d’ordinateur qui incarne sa rapidité
d’esprit. Difficile de trouver une faille
dans ce parcours hors-norme – c’est son
autre côté énervant. Sa plus grande
défaite, il la doit à Rémy Pflimlin qui lui a
ravi la direction de France Télévisions en
2010. Pour le reste, c’est presque un
A
grand chelem. Sorti quatrième de l’ENA,
l’enfant de Megève a servi François
Fillon au ministère du Travail avant de
rejoindre le privé : ce sera la direction
des sports à Canal+, Europe 1, la FNAC
puis Carrefour. Son ascension météorique en rappelle une autre. Même génération, même charme, même rythme de
sommeil – jamais plus de quatre heures
par nuit : « Il est l’équivalent dans le business de ce qu’est Emmanuel Macron en
politique », jugeait Alain Minc il y a dixhuit mois. Flatteuse à l’époque, la comparaison n’est plus forcément un cadeau
aujourd’hui. Car si les « gilets jaunes »
ont coûté 10 milliards d’euros à Emmanuel Macron, Alexandre Bompard
aimerait bien payer le minimum chez
Carrefour… et même, dans l’idéal, ne pas
passer à la caisse du tout !
(
Lire nos informations
Page 20
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
MERCREDI 23 JANVIER 2019// SUPPLÉMENT GRATUIT AU NUMÉRO 22871 | ISSN 0.153.4831 | NE PEUT ÊTRE VENDU SÉPARÉMENT
MARCHESPUBLICS.LESECHOS.FR
Les chantiers du Grand Paris
gonflent le volume des déchets
v
LE BAROMÈTRE
DE L’ÎLE-DE-FRANCE
Les effets des travaux du Grand Paris se font sentir pour la première fois sur les déchets
non dangereux inertes, qui sont passés de 20 à 25 millions de tonnes en 2018.
Marion Kindermans
@MaKindermans
Premiers effets de l’action des tunneliers
sur le volume des déchets franciliens.
D’après les estimations de l’Observatoire
régional des déchets d’Ile-de-France (Ordif),
qui est en train de finaliser ses données
pour une publication de son Tableau
de bord dans les semaines qui viennent,
les chantiers du Grand Paris commencent
tout juste à se traduire dans les chiffres.
Ce n’était pas le cas lors de la précédente
édition, parue en 2017, les premiers coups
de pioche pour construire le supermétro
du Grand Paris ayant été lancés fin 2015.
Au total, environ 30 millions de tonnes
annuelles de déchets sont traitées en Ile-deFrance. Un chiffre qui reste assez stable.
Environ 479.000 tonnes de déchets dits
dangereux sont traitées dans des installations spécifiques. Vingt millions sont des
déchets inertes non dangereux, pour la
majorité des terres, le reste étant composé
des bétons et enrobés issus de démolitions
et déconstructions. « Même si les résultats
ne sont pas finalisés, nous anticipons un
changement, les premiers volumes des terres
excavées pour construire le Grand Paris
Express vont peser dans les données », explique Blandine Barrault, en charge des études
à l’Ordif. En 2018, le Grand Paris devrait
gonfler de 5 millions de tonnes le volume
des déchets inertes non dangereux, pour
passer à 25 millions.
Centres de tri
C’est la première année que les effets du
colossal chantier se font sentir. Pour rappel,
les chantiers du Grand Paris devraient
créer 45 millions tonnes de déblais sur une
dizaine d’années. Ces travaux devraient
aussi modifier le tonnage des déchets non
dangereux non inertes. Les experts de
ENVIRONNEMENT. D’après l’Ordif, qui publiera dans quelques semaines le tableau de bord des déchets franciliens,
environ 30 millions de tonnes de déchets sont traitées en Ile-de-France chaque année. Photo Ordif
l’Ordif anticipent un passage de ces derniers de 10 à 11 millions de tonnes en 2018.
Les enjeux à venir seront l’amélioration de
centres de tri spécialisés dans le BTP et la
valorisation.
Autre enseignement : l’augmentation des
flux vers le stockage. L’Ile-de-France
compte neuf installations de stockage de
déchets non dangereux. En 2015, dernier
chiffre recensé pour l’instant, 2,1 millions
de tonnes ont été enfouies, près des deux
tiers ayant pour origine les activités économiques, déblais, gravats et terres faiblement polluées. Mais après une tendance
à la baisse depuis 2010, qui enregistrait
2,6 millions de tonnes, l’Ordif prévoit la
poursuite du rebond lié à la reprise de
l’activité économique. « Le volume est en
augmentation depuis 2016 et il va encore
augmenter sur 2018 », indiquent les experts.
Réduire la source
Le chiffre
5
flux
de déchets doivent être triés
à la source par les entreprises depuis 2017.
Les sites sont pourtant sommés de réduire
leur capacité de traitement. La loi sur la
transition énergétique veut limiter le stockage, en le diminuant de moitié par rapport
à 2010, soit 900.000 tonnes de moins par an
d’ici à 2028. « Les obligations faites depuis
deux ans aux entreprises de trier à la source
5 flux de déchets (papier, métal, plastique, bois,
verre…) pour mieux les valoriser devraient
aider à réduire la source, mais pour l’instant,
nous n’en voyons pas les effets » constate
Helder de Oliveira, directeur de l’Ordif. n
DU 17 AU 23 JANVIER 2019
Chaque semaine, « Les Echos »
présentent le baromètre des marchés publics, en partenariat avec la
plate-forme e-marches-publics.com.
Il s’agit des marchés en cours
de publication.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
Eole, un chantier
sous surveillance
Des travaux spectaculaires ont actuellement lieu sous le CNIT
de la Défense pour y construire la prochaine gare du RER E.
Un système de caméra intelligente permet d’éviter les accidents.
Lamia Barbot
@LamiaBarbot
SÉCURITÉ. Blaxtair est capable de
reconnaître une morphologie humaine
et d’alerter le conducteur du véhicule
ou du chariot élévateur. Photo DR
Il a un petit air du robot Wall-E dans le
film d’animation de Pixar mais à la
différence qu’ici il ne parle pas, il
sonne. Fixée sur les véhicules de chantier, voici la caméra Blaxtair, développée par l’entreprise française Arcure.
Avec ses deux grands yeux, Blaxtair est
dotée d’une intelligence artificielle qui
lui permet de faire la différence entre un
objet et un humain et d’avertir le conducteur de la machine de la présence
d’un ouvrier soit grâce à une alarme soit
avec un freinage automatique.
« Sur les chantiers il y a beaucoup d’obstacles ce qui fait que les systèmes de radars
de recul sonnent tout le temps. A force,
l’opérateur finit par débrancher le radar »,
explique Franck Gayraud, directeur
général d’Arcure. Blaxtair est capable de
reconnaître une morphologie humaine
et d’alerter le conducteur du véhicule ou
du chariot élévateur. En plus de l’intelligence artificielle, un écran est installé
dans la cabine pour une surveillance
humaine. « Les accidents entre un piéton
et les véhicules de chantier sont des sujets
de préoccupation pour les grands groupes », précise Franck Gayraud, qui rappelle qu’une statistique américaine
indique qu’un chariot élévateur a une
chance sur deux de heurter une personne en dix années de fonctionnement.
Sécurité et sérénité
Vinci a décidé d’équiper ses appareils de
caméras Blaxtair sur le chantier de la
gare cathédrale du CNIT à La
Défense. « C’est une technologie qui
apporte de la sérénité en plus de la sécurité
sur un chantier comme Eole qui est exigu
et où ça bouge dans tous les sens »,
résume le patron. Assemblées en
Normandie, près d’Evreux, les caméras
Blaxtair se vendent entre 3.000 et
5.000 euros l’unité. C’est essentiellement
à l’export que l’entreprise fait son chiffre
d’affaires, notamment au Japon, premier
client d’Arcure. « Le Japon est un pays qui
apprécie les nouvelles technologies et qui
est très à cheval sur la sécurité », indique
Franck Gayraud. Les travaux de prolongement du RER E vers l’ouest de l’Ile-deFrance se termineront en 2024 avec la
mise en service de l’ensemble de la ligne,
jusqu’à Mantes-La-Jolie. En 2022, un
premier tronçon – Saint-Lazare-Nanterre-La-Folie – entrera en service. La
réalisation de la gare à La Défense est
particulièrement délicate. De tous les
ouvrages du Grand Paris, celui-ci a la
particularité d’être situé dans une zone
très dense, avec l’activité du centre commercial et du centre de congrès au-dessus. La première étape du chantier
consiste à reprendre les fondations du
CNIT ou plus précisément celles des
immeubles construits sous la voûte du
centre (la voûte reposant, seule, sur trois
points d’appui en béton de 84 tonnes).
4
À NOTER
Arcure emploie 23 salariés et a produit 1.400 caméras Blaxtair en 2017.
+0,2 %
L’évolution de la population de
l’Ile-de-France entre le 1er janv. 2018
et le 1er janv. 2019.
18,2 %
La part de l’Ile-de-France dans le
total de la population nationale au
1er janv. 2019.
25,6 %
La part des moins de 20 ans dans
le total de la population en Ile-deFrance au 1er janv. 2019.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
02 // GRAND PARIS
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
Est Ensemble tope pour sa
nouvelle piscine olympique
Un centre nautique verra le jour Pont de Bondy.
L’occasion de continuer à combler le retard de piscines
criant dans le département.
Laurence Albert
@L_Albert_
La Seine-Saint-Denis profite de l’échéance des
Jeux Olympiques Paris 2024 pour combler
son retard en matière d’équipements nautiques. Le territoire d’Est Ensemble (Bondy,
Noisy-le-Sec, Montreuil, Pantin…) vient de
donner fin 2018 le coup d’envoi de la future
piscine olympique du Pont de Bondy. L’acquisition de cet équipement, qui sera avec Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois et La Courneuve,
l’un des quatre bassins d’entraînement destinés aux athlètes olympiques, a été signé en
VEFA avec le groupe NODI (entité du groupe
Mulliez). Le chantier devrait démarrer l’an
prochain. Ce vaste centre nautique
(8.700 mètres carrés) conçu par Urban Act et
l’agence d’architecture BVL comprendra un
bassin de 50 mètres (soit 10 lignes d’eau) et des
espaces ludiques. Il disposera également d’une
piscine de water-polo, la Seine-Saint-Denis disposant une équipe classée en nationale 1
pour laquelle le bassin actuel était devenu
insuffisant.
Déficit de piscines
ÉQUIPEMENT SPORTIF. Le centre nautique comprendra un bassin de 50 mètres (soit 10 lignes d’eau)
et des espaces ludiques. Photo Nodi-Urban Act
Commune aux deux villes de Bondy et Noisyle-Sec, cette nouvelle piscine contribuera à
lutter contre le déficit de surfaces nautiques,
devenu criant dans le département. Près d’un
enfant sur deux ne sait pas nager à l’entrée du
collège. Ces dernières années, le Conseil
Départemental a mis sur la table 40 millions
d’euros pour construire et rénover les piscines
de la Seine-Saint-Denis.
Ouverts dès septembre 2023, les bassins de
Bondy redeviendront accessibles aux habi-
tants une fois passés les Jeux : cette notion
« d’héritage », – concevoir des équipements
qui continueront à vivre après les JO –, était
l’une des promesses phare de la candidature
française. La construction de ce nouvel équipement offre aussi l’opportunité de repenser
les abords du Pont de Bondy, l’un des trois
points névralgiques du développement futur
du bassin de l’Ourcq. Outre le T3, une gare de
la ligne 15 du Grand Paris Express doit en effet
y voir le jour.
Hôtel et commerces
Le site de Noisy-le-Sec où s’érigera la piscine étant aujourd’hui occupé par un grand
magasin Decathlon (groupe Mulliez), Est
Ensemble a collaboré avec NODI. « Nous
avons mis en place un partenariat que je qualifierais de « public-privé-population » pour
édifier un projet qui ne se limitera pas à un
centre nautique. Nodi développera un hôtel,
un parking, des commerces et restaurants, un
magasin Decathlon et 200 logements » explique
Gérard Cosme, le président d’Est Ensemble.
Un pôle d’activité sportives de 3.850 m² et plus
de 40.000 mètres carrés de logements, commerces et services verront le jour.
Cette contribution de Nodi permet aussi de
limiter le coût de sortie de la piscine à
44,5 millions d’euros TTC au lieu des 65 à
70 millions d’euros qui auraient été nécessaires. Le montage financier n’est pas bouclé,
mais l’Etat et les collectivités seront évidemment de la partie. Quant au mode de gestion
du futur centre nautique, il n’est pas totalement arrêté mais « ce sera très probablement
une délégation de service public » assure
Gérard Cosme. n
Un bassin pour éviter les inondations
Les casiers de La Bassée doivent limiter les
conséquences des inondations de la Seine en stockant,
en aval, le surplus d’eau dans des bassins.
Lamia Barbot
@LamiaBarbot
C’est un projet qui date de la crue de 1982 qui
va voir le jour. Après plus de 30 ans de débat,
le préfet de la région Ile-de-France Michel
Cadot et Béatrice Abollivier, préfète de Seine-et-Marne ont présenté le projet de casier
pilote dit de La Bassée en décembre dernier.
« La réalisation du casier pilote, première
étape du dispositif complet d’écrêtage des
crues, va permettre d’atténuer considérable-
PUBLICATION BI-MÉDIA PRESSE + WEB DE VOS APPELS D’OFFRES
TRAVAUX. Un premier casier pilote va être construit, capable d’abaisser le niveau
de la Seine de 8 à 10 centimètres dans la capitale. Photo Kenzo Tribouillard / AFP
ics
isé marchés publ
omiques
teurs écon
Le média des ac
teurs chaque jour.
lec
0
00
3
avec 67
Le portail spécial
ites/mois.
avec 625 000 vis
Pour vos appels d’offres
visibilité
efficacité
sécurité juridique
Tél. : 01 87 39 84 40 | marchespublics@lesechos.fr | http://marches-publics.lesechos.fr/
ment les effets catastrophiques des inondations
pour des milliers de Franciliens, d’entreprises
et de biens publics », estime Michel Cadot.
Ce casier pilote sera construit entre Montereau-Fault-Yonne et Bray-sur-Seine, sur les
communes de Châtenay-sur-Seine, Gravon,
Egligny et Balloy, et sera capable de stocker
10 millions de mètres cubes pour permettre
d’abaisser le niveau de la Seine de 8 à
10 centimètres dans la capitale. Toutefois,
les travaux de celui de La Bassée ne démarreront qu’en 2022 pour se terminer fin 2023.
Plusieurs étapes administratives doivent
être validées.
L’Etablissement public territorial de bassin
Seine Grands Lacs (EPTB SGL) doit poursuivre les études préalables avant de déposer
un dossier à la Commission mixte inondation (CMI) en novembre 2019 qui aura
5 mois pour l’instruire. Une enquête publique pilotée par la préfecture de la Seine-etMarne sera ensuite menée en juin 2020
pour une durée de 3 mois. La préfecture de
la Seine-et-Marne entamera alors des procédures de déclaration d’utilité publique qui
se termineront fin 2020. L’année 2021 sera
consacrée aux travaux préparatoires de
fouilles et de défrichement.
Préserver la biodiversité
Ce premier projet pilote ouvrira la porte au
projet global qui prévoit la construction de
10 casiers délimités par 58 km de digues,
alimentés par 7 stations de pompage. Ils
doivent permettre de retenir un volume
de 55 millions de m³ pour un gain estimé de
60 cm sur la ligne d’eau à Paris. Le coût des
travaux pour le casier pilote est de 115 millions d’euros et le montant pour l’intégralité
du projet de 600 millions d’euros.
Le financement sera assuré à 50 % par l’Etat
via le fonds de prévention des risques. 30 %
de la somme devrait être prise en charge
par la Métropole du Grand Paris (MGP) qui
est compétente depuis le 1er janvier 2018 en
matière de Gestion des milieux aquatiques
et prévention des inondations (Gemapi).
La MGP a passé une convention avec l’EPTB
SGL en avril dernier pour prendre en
charge les études et de premières acquisitions foncières, permettant de lancer le
projet de « La Bassée ». Les 20 % restants
seront à la charge de l’EPTB SGL.
L’idée du stockage refait surface tous les
2-3 ans et rencontre l’opposition des écologistes qui s’inquiètent de l’impact sur la biodiversité. La préfecture et la MGP se veulent
rassurantes et assurent que l’aménagement
de la Bassée permettra également de restaurer les zones humides de la Seine, reconnues
Natura 2000. Des financements complémentaires de la Région, de l’Agence de l’Eau et du
département de Seine-et-Marne pourront
être envisagés si nécessaire. n
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INITIATIVES LOCALES // 03
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
Villepreux pionnière de la lutte contre
les perturbateurs endocriniens
La commune de Villepreux vient d’officialiser son
engagement contre les substances chimiques à risque en
signant la charte « Villes & Territoires sans perturbateurs
endocriniens » de l’association Réseau Environnement Santé.
Alain Piffaretti
@AlainPiffaretti
Pas de légumes sous vide, mais des poireaux
couverts de terre à laver… pas de panés
surgelés, mais des cagettes de poissons frais à
préparer ! La démarche engagée par la commune de Villepreux (11.000 habitants) dans
les cantines ne simplifie pas forcément la
tâche des employés communaux… Mais c’est,
pour Florence Loup, directrice générale des
services (DGS) de la ville, le prix à payer pour
réduire l’exposition des enfants aux produits
chimiques à risque, notamment pesticides.
Le plan « vert » lancé par le maire à son
arrivée à l’hôtel de ville, cible l’univers scolaire, mais aussi les achats publics, espaces
verts et agricoles, centres sportifs, etc. Avec
son adhésion à la charte « Villes & Territoires sans perturbateurs endocriniens »,
signée le 9 décembre dernier, Villepreux
conforte cette démarche et devient la première commune signataire dans les Yvelines. En France, une quinzaine de collectivités locales ont déjà adopté la charte, dont
Paris, Bordeaux ou Toulouse.
Restauration municipale de qualité
RESTAURATION SCOLAIRE. Depuis le 1er janvier 2019, tous les menus proposés aux bambins contiennent au
minimum 50 % de produits bio. Une fois par semaine, le repas est végétarien et 100 % bio. Photo Shutterstock
décideurs locaux
fr
AÉRONAUTIQUE
SERVICES
SAFRAN LANDING SYSTEMS
KAROS
Nicolas Potier
Philippe Very
nommé directeur de la division équipements
nommé lead data scientist
Cet ancien élève de l’Ecole Polytechnique et de
l’Ecole des Mines de Paris a rejoint le groupe, en
2012, en tant que directeur de la stratégie et du support industriel de Safran Aircraft Engines. Il a pris la
responsabilité des programmes moteurs de forte
puissance en 2013, avant de devenir directeur des
contrats de services en 2015.
Cet ancien élève de l’Ensae avait rejoint, en 2016,
l’équipe data science au sein de Sidetrade. Après
avoir travaillé à la Société Générale et chez Natixis,
il a participé à la création d’un fonds d’investissement. Chez Karos l’objectif de sa mission sera
notamment d’optimiser le service proposé par la
plate-forme.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
« On a voulu prendre soin des enfants de la
commune comme on le ferait avec nos propres enfants ! », commente Laurence Morelle-Bosson, maire adjointe en charge des
affaires scolaires, périscolaires et de l’innovation. L’école représente l’un des premiers
chevaux de bataille de la ville. Depuis le
1er janvier 2019, tous les menus proposés aux
bambins contiennent au minimum 50 % de
produits bio. Une fois par semaine, le repas
est végétarien et 100 % bio. Toutes les denrées sont cuisinées sur place par les agents
municipaux en excluant l’usage de matériels et de vaisselle comportant des perturbateurs endocriniens. Une partie croissante
provient de circuits courts, notamment de
producteurs bio installés à Villepreux.
Si le passage partiel au bio n’a entraîné
qu’une hausse limitée pour les parents (2 à
12 centimes par repas en fonction du quotient familial), elle représente en revanche
un véritable choix financier pour la commune, avec un coût d’environ 70.000 euros
supplémentaires pour un budget total de
361.000 euros. « Nous sommes dans un
budget contraint avec des baisses de dotations
sans augmentation de la fiscalité. Mais cette
dépense est un choix politique assumé pour la
défense de la santé et du bien-être des
enfants », insiste Laurence Morelle Bosson.
L’opération s’est accompagnée d’un changement de prestataire, avec le remplacement
de Sodexo par Normapro France.
En amont, la ville s’est engagée dans une
démarche très volontariste d’aide à l’instal-
En amont, la ville s’est
engagée dans une
démarche très volontariste d’aide à l’installation d’agriculteurs bio.
lation d’agriculteurs bio. Depuis 2015, la ville
a exclu l’utilisation des intrants chimiques
pour l’entretien de ses espaces verts dans le
cadre de l’opération « Zéro Phyto ». Mais elle
a ensuite souhaité étendre cet objectif aux
espaces privés et agricoles. Villepreux possède en effet plus de 60 % de terres agricoles,
situées en bordure de la plaine de Versailles.
La commune a en particulier négocié avec
la Safer pour faciliter l’arrivée de jeunes
agriculteurs bio sur des anciennes fermes
historiques. Elle a également participé à la
création d’un AMAP (Associations pour le
maintien d’une agriculture paysanne, dont
le but est de créer un lien direct entre
consommateur et paysan) « 100 % Villepreux ». Aujourd’hui, la commune compte
23 % d’exploitations agricoles en bio
(contre 8 % pour l’ensemble de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines) et plus
de 100 familles sont déjà inscrites sur la
liste de l’AMAP (une cinquantaine sont en
liste d’attente).
Dernier volet, la commune n’a pas oublié
le développement durable en intégrant des
clauses d’achat responsable dans ses marchés publics et des normes environnementales pour ses chantiers. Pour la construction du groupe scolaire et du complexe
sportif, le choix a par exemple été fait de
n’utiliser que des matériaux sains et naturels : enduits en terre, couleurs ocres,
plancher en bois, etc. n
Viroflay : les gares vont être mises
aux normes
De vastes travaux de mise aux normes des gares de Viroflay-Rive-Droite et Rive-Gauche vont
être entrepris pour favoriser l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Le chantier
comprend notamment la création de deux ascenseurs, d’une nouvelle passerelle aux normes
PMR (personne à mobilité réduite) et de divers aménagements. Les modifications doivent
aussi permettre d’améliorer le confort de l’ensemble des usagers. Les travaux devraient durer
quatorze mois pour un coût de plus de 9 millions d’euros. Financés par le conseil régional, la
SNCF et Ile-de-France-Mobilités, ils s’intègrent dans le cadre du schéma directeur de l’accessibilité des transports en commun élaboré par ce dernier. — A. P.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
Les travaux devraient durer quatorze mois pour un coût de plus de 9 millions
d’euros. Photo Geralix/CC BY-SA 3.0
Le réseau de chaleur de Montesson
poursuit son développement
+0,1 % 11,8 % 26,6 %
L’évolution de la population
des Yvelines entre le 1er janv.
2018 et le 1er janv. 2019.
La part des Yvelines dans
le total de la population
régionale au 1er janv. 2019.
La part des moins de 20 ans dans
le total de la population dans les
Yvelines au 1er janv. 2019.
Le réseau de chaleur du Sitru (syndicat intercommunal de traitement des résidus urbains)
devrait prochainement permettre de chauffer une partie des logements et de nombreux
bâtiments publics de Montesson. Le réseau est déjà en service dans une partie des villes de
Carrières-sur-Seine, Chatou et Houilles. Il mesure actuellement 12 km et dessert 39 points de
livraison, soit l’équivalent de près de 4.000 logements. Il est alimenté en énergie par le centre
de traitement des déchets Cristal, située à Carrières-sur-Seine. Les travaux devraient démarrer à l’été 2019 pour une entrée en service en 2020. Les années suivantes, le réseau devrait
poursuivre son développement dans les quatre communes concernées et atteindre 25 km en
2023. Le réseau de chaleur possède depuis 2017 le label « éco réseau de chaleur ».— A. P.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
04 // INITIATIVES LOCALES
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
La rivière de l’Yerres est désormais visible à Boussy-Saint-Antoine. Photo Pline/CC by SA 3.0
Le barrage de Rochopt,
sur l’Yerres, supprimé
AMÉNAGEMENT. Le chantier du rond-point coûtera 27 millions d’euros. Photo DR
Le carrefour du
Christ-de-Saclay
en chantier
Le rond-point du Christ-de-Saclay enregistre un trafic
quotidien de plus de 20.000 véhicules. A l’horizon
de 2035, le trafic devrait atteindre 30.000 véhicules
par jour avec le développement du plateau de Saclay.
Lamia Barbot
@LamiaBarbot
C’est un chantier à 27 millions d’euros qui est
en cours à Saclay. Le rond-point du Christ-de-Saclay fait l’objet d’un grand réaménagement qui
a pour but de fluidifier le trafic sur cet axe stratégique. Le président du conseil départemental
François Durovray parle même de la « suppression de 1.000 heures de bouchon par jour ».
« Le rond-point du Christ-de-Saclay est un point
noir du trafic routier en Essonne. Ce projet représente donc un enjeu stratégique et prioritaire pour
le territoire », estime quant à lui le préfet de
l’Essonne, Jean-Benoît Albertini.
Avec un trafic moyen quotidien de 20.000 véhicules, la zone est sujette aux ralentissements
aux heures de pointe. Le conseil départemental
est arrivé à la conclusion que la RD 36 n’était
plus adaptée au trafic de transit entre les pôles
économiques de Saint-Quentin-en-Yvelines et
de Massy-Palaiseau.
10.000 automobilistes supplémentaires
La situation ne devrait pas s’arranger avec le
développement urbain prévu sur le plateau
de Saclay. Le trafic attendu à l’horizon de 2035
est estimé à plus de 30.000 véhicules par jour…
Le projet de réaménagement, dont le coût est
estimé à 27 millions d’euros (18 millions financés par le département et 9 millions par l’Etat),
prévoit la transformation du carrefour à feux
en carrefour giratoire et la construction
d’une nouvelle départementale 2x2 voies entre
le giratoire et le carrefour d’accès au centre
CEA de Saclay.
En parallèle, un ouvrage sera construit pour
permettre la départementale 36 (RD 36) de
franchir le carrefour du Christ. La création d’un
site propre pour les bus sur la RD 36 pour
rejoindre la gare routière est aussi prévue afin
d’assurer une circulation fluide aux usagers des
transports en commun.
« Le projet bénéficiera également à la vie locale
avec le réaménagement et la création d’espaces
dédiés aux modes doux (piétons et cyclistes) et au
stationnement, avec la sécurisation des traversées
piétonnes et avec un traitement paysager de
qualité des espaces verts et des délaissés de voirie », assure le conseil départemental.
La fin des travaux est prévue pour mars 2020
avec en dernière phase la mise en œuvre des
équipements de sécurité, l’éclairage public
et la signalisation.
Après plusieurs années de réflexions, le préfet
de la région Ile-de-France a validé début janvier la création de la ligne 18 du futur métro du
Grand Paris, entre l’aéroport d’Orly et Versailles
en passant par le plateau de Saclay.
Longue de 35 kilomètres dans son ensemble,
dont 14 kilomètres en aérien, cette ligne doit
relier, pour 3,9 milliards d’euros, dix gares.
Elle concernera 335.000 habitants et
190.000 emplois en assurant 100.000 trajets
quotidiens.
Le projet de ligne 18 avait été abandonné par
le gouvernement à l’annonce du retrait de la
candidature de la France à l’exposition universelle de 2025.
4
À NOTER
Des ouvrages d’assainissement pour traiter
les eaux de ruissellement des chaussées
vont être construits.
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
Trois kilomètres de la rivière de l’Yerres à Boussy-Saint-Antoine sont désormais visibles grâce
à l’abaissement du barrage de Rochopt. Deux mois de travaux ont été nécessaires pour supprimer le barrage. Deux voitures et des chariots de courses ont été retrouvés. Au total ce sont
8 barrages qui seront supprimés d’ici à 2027. Ce chantier de restauration de la rivière Yerres
a pour objectif de restaurer la continuité écologique de la rivière pour lui permettre de s’autonettoyer. De nouvelles espèces de poissons vont petit à petit rejoindre cette partie de la rivière
grâce à l’augmentation du courant due à la suppression des barrages.— L. B.
Ce sont des ouvriers qui sont tombés par hasard sur le caveau alors qu’ils
effectuaient des travaux de rénovation de l’église Saint-Pierre. Photo Thibault d’Argent 2019
Un caveau du XVIIIe siècle
découvert à Brétigny-sur-Orge
« Messire Henry Martel, chevalier comte de Fontaine, seigneur de Brétigny, premier écuyer de son
altesse royale Madame la duchesse d’Orléans, âgé de 69 ans, décédé à Paris le
28 avril 1706 ». Voici les mots gravés sur la plaque retrouvée avec la dépouille d’Henry Martel
à Brétigny-sur-Orge. Ce sont des ouvriers qui sont tombés par hasard sur le caveau alors qu’ils
effectuaient des travaux de rénovation de l’église Saint-Pierre du XIIe siècle. La Direction
régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France (DRAC) a demandé que le caveau reste sur
place et réfléchit à une mise en valeur en le protégeant, par exemple, avec du verre.— L. B.
La première étape de la caravane sera Morangis, où le taux d’abstention au second
tour de la présidentielle 2017 était de 23 %. Photo Jean Claude Moschetti/RÉA
Européennes : une caravane
citoyenne sillonne l’Essonne
Après le Val-de-Marne et le Val-d’Oise, c’est au tour de l’Essonne de se prêter au jeu de la
caravane citoyenne. Le principe est simple, des adhérents de La République en Marche 91
installent un stand le temps d’une journée dans une des 21 villes de l’Essonne qui connaissent
un fort taux d’abstention. Pendant trois mois, leur objectif est de sensibiliser les électeurs
à se rendre aux urnes le 26 mai prochain pour les élections européennes. La première ville
concernée par ce tour de l’Essonne est Morangis, où le taux d’abstention au second tour de la
présidentielle 2017 était de 23 %. — L. B.
fr
+0,7 % 10,8 % 27,4 %
L’évolution de la population
de l’Essonne entre le 1er janv.
2018 et le 1er janv. 2019.
La part de l’Essonne dans le
total de la population régionale au 1er janv. 2019.
La part des moins de 20 ans
dans le total de la population
en Essonne au 1er janv. 2019.
décideurs locaux
ÉDUCATION
PHARMACIE
CENTRALE SUPÉLEC
LFB
Philippe Dufourcq
Didier Véron
nommé directeur général adjoint
nommé executive vice-president
Docteur ingénieur de l’Ecole Centrale de
Lyon et physicien, il était professeur à
l’Ecole Centrale de Marseille et directeur
des programmes de Centrale Casablanca. Il
a dirigé la recherche et l’international de
l’Ecole supérieure d’ingénieurs de Marseille, puis le département des relations
entreprises de l’Ecole Centrale de Marseille.
Diplômé de l’IEP de Paris, ce titulaire d’un
DESS de droit de la santé demeure délégué
général du G5 santé qu’il a contribué à
créer. En 1998, il a intégré la direction
générale d’Ipsen où il a notamment
assumé la fonction de vice-président
senior, affaires publiques et communication groupe.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
INITIATIVES LOCALES // 05
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
L’école au cœur des réalisations
de Pontoise en 2019
L’éducation va occuper une bonne partie des chantiers de Pontoise cette année. Tout d’abord,
les travaux de réhabilitation du groupe scolaire de l’Hermitage devraient se terminer cet été.
Ils prévoient notamment la construction d’un préau et la modernisation de la salle de restauration. L’autre grand chantier consiste en la création aux Lavandières d’un groupe scolaire
de douze classes et de 345 élèves dans les anciens locaux de la Chambre de commerce et
d’industrie du Val-d-Oise. Le groupe scolaire accueillera les élèves dès la rentrée prochaine.
Enfin, des travaux de rénovation dans le groupe scolaire Ludovic-Piette sont également au
programme. — F. R.
SUCCÈS. A Argenteuil, 3.000 utilisateurs de l’application ont émis 19.000 signalements depuis juin
2016, soit une moyenne de 13 par jour. Photo Spallian
Avec Tell My City,
Argenteuil réalise
des économies
Une étude évalue à 73.000 euros par an les bénéfices
socio-économiques réalisés par Argenteuil grâce à Tell
My City, une application qui facilite les signalements
par les habitants des problèmes rencontrés dans la ville.
Florence Renard
@FlorenceRG
Comme une centaine de villes en France, Argenteuil utilise l’application Tell My City disponible
sur smartphone, tablette ou ordinateur. Le principe est simple : les habitants peuvent y signaler
des anomalies, tas d’ordure en pleine rue, chaussée dégradée, stationnement gênant ou bien
encore un éclairage défaillant. Le but ? Inciter les
services techniques municipaux à intervenir
rapidement et impliquer les citoyens. Là où
Argenteuil se distingue, c’est que les 3.000 utilisateurs de l’application ont émis le plus grand
nombre de signalements, 19.000 précisément,
depuis son lancement en juin 2016, soit une
moyenne de 13 par jour. Sur ces 19.000 signalements, 45 % concernent la propreté, 40 % la
voirie et la circulation et 5 % l’éclairage. Ce succès
a permis de diviser par 12 le temps de traitement
des problèmes par les services de la ville. Et il a
aussi permis de réaliser des économies. C’est ce
qui ressort d’une étude menée sur la période
d’octobre 2016 à septembre 2018, par le cabinet
d’études Citizing à la demande de la société
Spallian, à l’origine de la création de Tell My City.
Selon cette dernière, les bénéfices socio-économiques nets de Tell My City à Argenteuil atteignent 73.000 euros par an pour un coût annuel
de 12.000 euros. « 1 euro investi dans l’application
équivaut à 3 euros de valeur collective créée »,
souligne-t-on chez Spallian.
Deux méthodes de calcul
Pour parvenir à cette évaluation, Citizing « a
appliqué deux méthodes », explique Renaud
Prouveur, PDG de Spallian. D’une part, le calcul
des économies réelles générées par l’application, soit la réduction des dépenses pour les
services de la ville. D’autre part, la monétarisation « qui s’appuie sur ce qu’a préconisé le rapport
Quinet sur l’évaluation des politiques publiques ».
En clair, il s’agit de mesurer la rentabilité d’un
investissement pour la société dans son ensemble. Une méthode d’évaluation qui permet par
exemple d’intégrer des préoccupations relatives
à l’environnement ou au bien-être.
Tell My City a été bénéfique dans trois domaines. Le premier concerne le cadre de vie : la
résolution plus rapide des anomalies quant à la
propreté a permis à la ville des économies de
près de 353.000 euros sur six ans, celles des
espaces verts et jardins plus de 5.000 euros et
celles concernant l’éclairage et l’électricité
273.000 euros. L’application a également permis
des gains de productivité des services. Chaque
année, les agents ont parcouru 30.360 kilomètres de moins grâce à une meilleure organisation de leurs tournées, ce qui correspond à
43 tonnes de CO2 non émis. La baisse des dépenses de carburant est estimée à plus de
18.000 euros par an. L’application a également
permis de traiter 30 % de signalements de plus
et donc de réduire « le nombre de procédure
téléphonique et papier pour un gain de
29.000 euros pour la ville », souligne Spallian.
« Il y a beaucoup d’a priori sur ce genre d’outil »,
reconnaît Renaud Prouveur. Mais dans la réalité,
on gagne en efficacité, d’autant que l’on enregistre quasiment « aucune fausse déclaration »,
assure-t-il. « Plus que les économies, je me félicite
d’avoir désormais 3.000 vigies et d’améliorer notre
performance sur les dépôts sauvages », appuie
Georges Mothron, le maire LR d’Argenteuil. n
LE TABLEAU DE BORD
DE LA SEMAINE
Le groupe scolaire des Lavandières accueillera des élèves dès la rentrée prochaine.
Photo Sylvain Mazaba
Taverny va ouvrir un pôle médical
En mai prochain, un pôle médical pluridisciplinaire ouvrira ses portes à Taverny. Outre un
cabinet d’infirmières, il accueillera 16 médecins, dont 5 généralistes et 11 spécialistes (4 dermatologues, 1 gynécologue, 1 oto-rhino-laryngologiste, 1 angio-phlébologue, 1 gastro-entérologue,
1 rhumatologue et 2 pédiatres). Ces derniers devront s’acquitter d’un loyer compris entre 500
et 600 euros par mois (hors charges). L’édifice à la façade en bois a été construit sur deux
niveaux. Il aura une surface de 1.000 mètres carrés. La ville a investi 3,8 millions d’euros dans
le projet qui lui permet de lutter contre la désertification médicale.— F. R.
Le futur pôle médical va accueillir 16 médecins, 5 généralistes et 11 spécialistes.
Photo Ville de Taverny
Budget participatif : trois projets
élus à Courdimanche
Courdimanche a mené à son terme son premier budget participatif. Il consiste à confier
aux habitants une partie du budget d’investissement de la ville, soit 50.000 euros. Les
citoyens avaient été priés en février de soumettre leurs idées. Six avaient été retenues et
soumises au vote des habitants. Trois ont finalement été élues : la mise en place d’un parcours santé près du château avec des agrès ; l’installation de bancs publics dans plusieurs
quartiers de la ville ; enfin, l’implantation de composteurs collectifs.— F. R.
EN PARTENARIAT AVEC
LA CCI PARIS ÎLE-DE-FRANCE
Parmi les trois projets retenus figure la mise en place d’un parcours santé.
Photo ville de Courdimanche
fr
+0,6 % 10,2 % 28,6 %
L’évolution de la population
du Val-d’Oise entre le
1er janv. 2018 et le 1er janv.
2019.
La part du Val-d’Oise dans
le total de la population
régionale au 1er janv. 2019.
La part des moins de 20 ans
dans le total de la population dans le Val-d’Oise au
1er janv. 2019.
décideurs locaux
TRANSPORT
DISTRIBUTION
VERSPIEREN
Parts Holding Europe
Bénédicte Jobert
Thierry Zimmermann
nommée responsable du département
maritime et transport
prend la direction des systèmes
d’information
Diplômée de l’ESC Lille (Skema Business
School), elle a rejoint Verspieren, en 2016,
comme chargée de clientèle au département maritime et transport. Elle a notamment travaillé dans l’agro-alimentaire.
Diplômé de l’Institut commercial de Nancy,
titulaire d’un DESS en informatique, il est
chez Fast Retailing depuis 2015. Auparavant il a été directeur des systèmes d’information France chez Procter & Gamble.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
06 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
ANNLEGALWK
75 • PARIS
SOCIETES
419626B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
11/12/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
VERSCHUEREN&BERMOND
ALCOOLS SARL
Objet social : La production à caractère
artisanal de boissons alcoolisées et liqueurs, et la revente de cette production
aux particuliers et aux établissements
habilités à vendre des boissons alcoolisées.
Siège social : 41 rue la Bruyère, 75009
Paris Sigle : V&B Nom commercial :
Verschueren&Bermond Alcools Capital :
20 € Gérance : M. Guillaume BERMOND, 41 rue la Bruyère, 75009 Paris
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
419639B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
19/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
COSECHA
Objet social : Achats – ventes de tous
produits - Importation et Exportation Service de tourisme. Conception et design de produits de décoration, d’accessoires et du domaine de la mode.
Conseils et formation en marketing, média et arts vivants et e-commerce.
Siège social : 15 rue marie et louise,
75010 Paris Nom commercial : Cosecha Capital : 1000 € Président : Mlle
Amandine Mousset demeurant : 15 rue
Marie et Louise, 75010 Paris élu pour
une durée indéterminée Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
419644B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
14/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
SOCIETE FRANÇAISE DU
BATIMENT
Objet social : Toutes activité liées autour de la serrurie, reproduction des clés
et badges
Siège social : 43 rue Stephenson,
75018 Paris Sigle : SOFRABAT Capital : 100 € Président : Mlle Elodie Giot
demeurant : 2 allée André Malraux,
77400 Lagny sur Marne élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
419744B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
15/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
QLF FRANCE CONSTRUCTION
Objet social : Étanchéité, couverture,
bardage, charpente métallique, maçonnerie générale.
Siège social : 37 Rue des Mathurins,
75008 PARIS Capital : 1000 € Président : M. Turkay CINAR demeurant : 2
Rue des Violettes, 08000 CHARLEVILLE
MEZIERES élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et
exercice du droit de vote : Chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées.
Chaque action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : Les actions sont
librement cessibles entre actionnaires
uniquement avec accord du Président de
la société. Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Paris
419749B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
18/01/2019 il a été constitué une SAS
nommée :
ALCHIMIE PATRIMOINE
Objet social : Gestion patrimoniale,
Conseil en Investissements financiers,
Courtage en assurances, Intermédiation
en opérations de banque et en services
de paiement, Transaction sur immeubles
et fonds de commerce en France et à
l’étranger
Siège social : 11 rue Dubrunfaut, 75012
PARIS Capital : 15000 € Président : M.
Laurent ERHARDT demeurant : 11 rue
Dubrunfaut, 75012 PARIS élu pour une
durée indéterminée DG : M. Olivier VASSEUR demeurant : 11 rue Barbès, 92300
Levallois Perret Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
419851B – LES ECHOS
420134B – LES ECHOS
418771A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/01/2019 il a été constitué une SCI de
Construction Vente (SCICV ou SCCV)
nommée :
Aux termes d’un acte SSP en date du
19/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
Par acte SSP du 10/01/2019 il a été
constitué une SASU dénommée :
SCCV ALFORTVILLE VAILLANT
COUTURIER
Objet social : Acquisition d’un terrain en
vue de réaliser une opération de promotion immobilière
Siège social : 83 Boulevard Exelmans,
75016 PARIS Capital : 1000 € Gérant :
la société SVM PROMOTION, au capital
de 89850 €, immatriculée au RCS de PARIS sous le numéro 800564361, domiciliée 83 Boulevard Exelmans 75016 Paris
représentée par Sébastien Van Moere
Cessions de parts sociales : les parts
sociales sont librement cessibles au profit d’un Associé. Toute cession à un tiers
de la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des Associés
réunis en Assemblée Générale Durée :
30 ans à compter de son immatriculation
au RCS de Paris
419879B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
24/12/2018 il a été constitué une SARL
nommée :
BODY BAT
Objet social : Peinture intérieure et extérieure, revêtements murs et sols, placage, isolation,
Siège social : 83 Rue de Reuilly, 75012
Paris Capital : 5000 € Gérance : M. AHMED HASSAN ALI, 632 Avenue Jean
Jaurès, 77190 Dammarie-les-Lys Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
419981B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
20/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
UTOPIO
Objet social : Conseil et assistance opérationnelle apportés aux entreprises et
autres organisations en matière de développement durable et économie circulaire
Siège social : 23/25 Rue jean Jacques
Rousseau, 75001 PARIS Capital : 500 €
Président : Mme Marie José PAYET demeurant : 366 ROUTE DU BOIS DE NEFLES, 97490 SAINTE CLOTILDE élu
pour une durée indéterminée Admission
aux assemblées et exercice du droit
de vote : Chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées. Chaque action
donne droit à une voix. Clauses d’agrément : Les actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec
accord du Président de la société. Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
420079B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
GTS MANAGEMENT
Objet social : Management de la carrière de sportifs professionnels, Toutes
opérations de marketing et publicité en
matières sportive, toutes activités de
consultant en matière sportive et d’une
manière générale, toutes opérations
commerciales et financières pouvant se
rattacher directement ou indirectement à
l’objet social
Siège social : 9 RUE PARROT, CS
72809, 75590 PARIS CEDEX 12 Sigle :
GTSM Capital : 100 € Président : M.
MAHAMADOU GASSAMA demeurant :
4 RUE ARISTIDE MAILLOL, 77100
MEAUX élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
420087B – LES ECHOS
Par acte SSP du 18/01/2019 il a été
constitué une société :
JAB BÂTIMENT
Objet social : Réalisation de tous travaux de construction, maçonnerie et bâtiment Siège social : 5 rue Lekain,
75016 Paris Forme : EURL Capital :
1000 € Gérant : Jose Alfredo BOLIVAR
WALTEROS, 5 rue Lekain, 75016 Paris
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
420094B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
17/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
KABANE DESIGN
Objet social : Commerce de détail
d’équipements du foyer
Siège social : 36 rue Damrémont, 75018
PARIS Nom commercial : KABANE Design Capital : 2000 € Président : M.
Bruno LINCK demeurant : 1 rue Felix
Ziem, 75018 PARIS élu pour une durée
indéterminée Durée : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris
COSECHA
Objet social : Achats – ventes de tous
produits - Importation et Exportation Service de tourisme. Conception et design de produits de décoration, d’accessoires et du domaine de la mode.
Conseils et formation en marketing, média et arts vivants et e-commerce.
Siège social : 15 rue marie et louise,
75010 Paris Nom commercial : Cosecha Capital : 1000 € Président : Mlle
Amandine Mousset demeurant : 15 rue
Marie et Louise, 75010 Paris élu pour
une durée indéterminée Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Paris
420156B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
09/01/2019 il a été constitué une SASU
à capital variable nommée :
CABINET COULIN
Objet social : Transactions sur Fonds de
Commerce et Immeubles, Conseil Juridique et Fiscal, Formalités légales, Séquestre de Fonds de Tiers
Siège social : 110 BD DAVOUT, 75020
PARIS Capital minimum : 500 €, en
dessous duquel il ne peut être réduit Capital initial : 1000 € Capital maximum :
5000 € Président : M. ABRAHAM COULIN demeurant : 110 BD DAVOUT,
75020 PARIS élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Paris
420211B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
22/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
ATTRACTIV’DESIGN
Objet social : Activités d’architecture et
de conseils en architecture d’intérieur
(APE 7111 Z)
Siège social : 128 rue de la Boétie,
75008 Paris Sigle : AD Nom commercial : ATTRACTIV’DESIGN Capital :
100 € Président : Mme Leslie MARTIN
demeurant : 62 Ter avenue Chandon,
92230 Gennevilliers élu pour une durée
indéterminée Durée : 90 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris
420281B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
INTUITU PERSONAE FINANCE
Objet social : activités de conseil aux
entreprises, notamment dans les domaines financier, commercial, de gestion et
de management et généralement toutes
opérations pouvant se rattacher, directement ou indirectement aux activités précédemment décrites.
Siège social : 8 rue rené bazin, 75016
Paris Capital : 2000 € Président : M.
Eric Dumortier demeurant : 8 rue rené
Bazin, 75016 Paris élu pour une durée
indéterminée Durée : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris
413516A – LES ECHOS
Par ASSP du 21/12/2018, il a été constitué une SAS dénommée MORPHO
.Siège social : 102 avenue des champsélysées 75008 Paris.Capital : 100 €. Objet : Location de biens meublés pour le
tourisme et les séjours de courtes durées. Location longue durée de biens nus
ou meublés. Consulting d’entreprise et
conciergerie . Président : M. Dimitri Konzolik, 39 ter rue du vivier 17200 Royan.
Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS
de PARIS.
413532A – LES ECHOS
Par ASSP du 10/12/2018, il a été constitué une SAS dénommée OCT.Siège social : 24 rue edgar faure 75015 Paris.Capital : 100 €. Objet :la location et
l’exploitation d’appartements et de maisons, ainsi que, la location de terres et
de terrains, notamment à usage agricole. Président : M. Lionel THOULY, 24
rue edgar faure 75015 Paris. Durée : 99
ans. Immatriculation au RCS de PARIS.
413538A – LES ECHOS
Par acte SSP du 21/12/2018 constitution
de la SASU : QUANT42. Capital : 1 €.
Siège social : 83 rue de saussure 75017
paris. Objet : Activité de conseil en finance quantitative. Président : Pierre
Mouy, 83 rue de saussure 75017 paris.
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de Paris.
418463A – LES ECHOS
Par acte SSP du 09/01/2019 il a été
constitué une SAS dénommée :
NARROVITA
Siège social : 163 rue de Rome 75017
PARIS. Capital : 1.000 €. Objet : Edition
diffusion promotion et vente de tout biens
et services en lien a la meemoire familiale. Président : M HAMET Emilien, 163
rue de Rome 75017 PARIS. Durée : 99
ans. Immatriculation au RCS de PARIS.
PRIVUS INTERNATIONAL
Siège social : 10 rue Ernestine 75018
PARIS. Capital : 500 €. Objet : Transport de personnes avec chauffeurs. Installation et maintenance électrique et
photovoltaïque. Président : M DIENG
Ngalla, 10 rue Ernestine 75018 PARIS.
Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS
de PARIS.
419536A – LES ECHOS
Par acte SSP du 17/01/2019 il a été
constitué une SARL dénommée : SARL
BMS Siège social : 27 rue frederick lemaitre 75020 PARIS Capital : 3.000 €
Objet : La prise d’intérêts dans toutes sociétés industrielles,commerciales, financières et immobilières, et toutes opérations s’y rattachant. Gérant : M. SADOU
Samy 27 Rue Frederick Lemaitre 75020
PARIS Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PARIS
Gérance : Mme ADMOUCHNINO
Ivanna demeurant 11 rue Charles Fourier, 94400 VITRY SUR SEINE
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Paris
419922A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 16/01/0219, constitution d’une SAS dénommée « WAYWAY » ; Siège social : 27 Bd Saint Martin – 75003 Paris ; Capital social :
3.000 € ; Objet social : La recherche et
développement dans le domaine de l’informatique comprenant notamment la
conception l’édition de logiciels et de progiciels et notamment la création d’un outil
permettant de générer des lettres de motivation et projet de formation motivés (
parcoursup ) la création de contenus les
solutions e-commerces ; Durée : 99
ans ; Président : Mme Anne FUTERMAN dt 247 rue du Faubourg St Antoine
– 75003 Paris. Immatriculation au RCS
de PARIS
419945A – LES ECHOS
419596A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 17/01/2019 constitution de la SAS :
DIALEKTA
Capital fixe : 20.000 €
Siège social : 9 Rue Anatole de la Forge
- 75017 Paris
Objet social : Prestations de conseil et
d’assistance opérationnelle aux entreprises et autres organisations en matière de
marketing, de publicité et de présence en
ligne, notamment la conception et réalisation de campagnes publicitaires, le développement logiciel ainsi que toutes activités annexes, connexes ou
complémentaires s’y rattachant directement ou indirectement.
Président : Mr Cyril CHAIB demeurant
4478 Hingston, Montréal, Québec, H4A
2J9 Canada est élu pour une durée illimitée.
Directeur Général : Mr Aymeric FREYMOND demeurant 43 rue François Gérard, 75016 Paris.
Commissaires aux comptes : Titulaire : La société Cabinet Messin située
72 rue de Monceau 75008 Paris et immatriculée au RCS de Paris sous le
nº381 205 418
Admissions aux assemblées et exercice du droit de vote : chaque actionnaire est convoquée aux Assemblees.
Chaque action donne droit à une voix.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Paris.
419723A – LES ECHOS
Au terme d’un acte SSP en date du
03/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
APTIM
L’objet social : Entreprise de Services
du Numérique
Siège social : 88, avenue des Ternes,
75017 PARIS,
Capital : 1.500 €
Président : Adrien MONIQUE-MERCIER Demeurant : 13 bis, rue du Débarcadère 75017 PARIS
Durée : 99 ans à compter de la date d’immatriculation au RCS de PARIS
419733A – LES ECHOS
Par acte SSP du 18/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : VALFARE Siège social : 142 rue clignancourt
75018 PARIS Capital : 500 € Objet :
L’acquisition, la propriété, la gestion et
l’exploitation de biens immobiliers. Gérant : M. GARNIER Regis 64 Impasse ernest irsapoulle 97424 SAINT-LEU Cession des parts sociales : Cession des
parts sociales par agrément des associés. Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PARIS
419776A – LES ECHOS
Par acte SSP du 21/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : MANEGAR Siège social : 142 rue clignancourt
75018 PARIS Capital : 500 € Objet : Acquisition, gestion et exploitation de biens
immobiliers. Gérant : M. GARNIER Regis
64 Impasse Ernest Irsapoulle 97424
SAINT-LEU Cession des parts sociales :
Cession de parts sociales par agréments
des associés. Durée : 99 ans à compter
de l’immatriculation au RCS de PARIS
419916A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 28/06/2018, il
a été constitué une SARL denommée :
JAPAN BURG’S
Capital : 10.000 €
Siège Social : 31 rue Notre dame de Nazareth 75003 Paris
Objet social : La restauration. Et, plus
généralement, toutes opérations, de
quelque nature qu’elles soient, juridiques, économiques et financières, civiles
et commerciales, se rattachant à l’objet
sus indiqué ou à tous autres objets similaires ou connexes, de nature à favoriser,
directement ou indirectement, le but
poursuivi par la société, son extension ou
son développement.
420158A – LES ECHOS
Suivant assp du 21/1/19, constit de la
SASU Tekween. Cap : 2000 €. Siège : 5
avenue Ingres (PARIS). Objet : Ingénierie. Prés : CHEIKHROUHOU Ahmed 45
Rue de Grand Charmont (25200). Durée : 99 ans au RCS de Paris.
Par acte SSP du 16/01/2019, il a été
constitué une SAS à capital variable dénommée Universal Broker Service. Objet : Courtier en opération de banque,services de paiement,et accessoires.
Capital : minimum 25 €, initial 100 €.
Cessions soumises à agrément. Siège
social : 17 rue Gazan 75014 Paris. Président : Didier Laporte, 19 rue de Meudon 92100 Boulogne Billancourt. Durée :
99 ans. Immatriculation : RCS de Paris
420003A – LES ECHOS
Par acte SSP du 17 01 2019 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : PJ
CONSULTING. Capital social : 500 euros. Siège social : 49/51 rue de Ponthieu
immeuble D 75008 PARIS. Durée : 99
ans. Objet : Toutes prestations de services et conseils aux entreprises, call center, vente de tous produits non réglementés. Président : Mr LANDOUR Maxime
demeurant 16 rue du Moulin des Lapins
75014 PARIS. Chaque action donne droit
à la participation aux assemblées et au
vote, les cessions sont libres. Immatriculation au RCS De PARIS
420005A – LES ECHOS
Par acte SSP du 18 01 2019 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : AARON
CAR’S. Capital social : 1.500 €. Siège
social : 66 avenue des Champs Elysées
immeuble D 75008 PARIS. Durée : 99
ans. Objet : Exploitant de voiture de
transport avec chauffeur, Taxi moto, location de véhicules sans chauffeur, négoce de véhicules et produits non réglementés. Président : Mr BERTILLE
Stéphane demeurant 34 rue Pierre Timbaud 92230 GENNEVILLIERS. Chaque
action donne droit à la participation aux
assemblées et au vote, les cessions sont
libres. Immatriculation au RCS de PARIS
420006A – LES ECHOS
Par acte SSP du 18 01 2019 il est constitué une S.A.S. Dénomination : BF HOLDING. Capital social : 1 000 euros. Siège
social : 113 Boulevard Haussmann
75008 PARIS. Durée : 99 ans. Objet :
Holding, prise de participation dans toutes sociétés et toutes prestations de services et conseils pour les affaires. Président : Mr BEDROSSIAN Roudik
demeurant 113 Boulevard Haussmann
75008 PARIS. Chaque action donne droit
à la participation aux assemblées et au
vote, toutes les cessions sont soumises
à l’agrément préalable de l’assemblée.
Immatriculation au RCS de PARIS
420241A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 03/01/2019, il
a été constitué une EURL denommée
SARA-A
Capital : 5000 euros Siège Social : 126
BOULEVARD HAUSSMANN 75008 PARIS Objet social : Courtiers en services
pour les particuliers et les entreprises
(type de services : télécom-énergie) Gérance : M. AYOUB LIMANE demeurant
65 RUE DE BABYLONE 59491 VILLENEUVE D’ASCQ Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de PARIS
419605B – LES ECHOS
SC PHUKET
Société Civile au capital de
176800,00 €
43/45 RUE DE LA ROQUETTE, 75011
PARIS
398330860 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
14/01/2019 il a été pris acte de la nomination de Gérant M. Kim STEPPE, demeurant 29 avenue de Tervuren, 1040
BRUXELLES BELGIQUE à compter du
01/01/2019. Mention en sera faite au
RCS de Paris
419608B – LES ECHOS
SO
SARL au capital de 7700,00 €
36 RUE DE POITOU, 75003 PARIS
437959836 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
19/01/2019 il a été pris acte de changer
la dénomination de la société, à compter
du 01/01/2019, pour DIAPASON.
Autres modifications :
- il a été pris acte de la nomination de
Gérant Mme YOULUN EON, demeurant
36 RUE DE POITOU, 75003 PARIS à
compter du 01/01/2019. Mention en sera
faite au RCS de Paris
419627B – LES ECHOS
EXOTICCA TRAVEL FRANCE
SASU au capital de 20000,00 €
55 Avenue Marceau, 75116 Paris
829443399 RCS Paris
Par décision de L’Associé Unique en
date du 07/01/2019 il a été pris acte de
la nomination de DG M. Pere VALLES
FONTANALS, demeurant 8 Pssg Saint
Gervais, 08000 Barcelone Espagne à
compter du 07/01/2019. Mention en sera
faite au RCS de Paris
419632B – LES ECHOS
SORARE
SAS au capital de 1000,00 €
25 rue melingue, 75019 Paris
844355727 RCS Paris
Par décision du Président en date du
20/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 5 Avenue
du Général de Gaulle, 94160 Saint
Mandé à compter du 21/01/2019. La société sera immatriculée au RCS de Créteil et sera radiée du RCS de Paris
420015A – LES ECHOS
Par acte SSP du 18 01 2019 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : RED
CARPET. Sigle : R.C. Capital social :
1.000 €. Siège social : 49/51 rue de Ponthieu immeuble D 75008 PARIS. Durée :
99 ans. Objet : Exploitant de voiture de
transport avec chauffeur, location de véhicules sans chauffeur, voiturier, conciergerie, négoce de véhicules et produits
non réglementés. Président : Mr
BOUARROUDJ Nabil demeurant Bihioua
Takaatz 06072 SEDDOUK ALGERIE.
Chaque action donne droit à la participation aux assemblées et au vote, les cessions sont libres. Immatriculation au RCS
de PARIS.
420024A – LES ECHOS
Par acte SSP du 21/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : FEUTRIER Siège social : 16 rue de vézelay
75008 PARIS Capital : 100 € Objet :
L’acquisition d’un ou plusieurs immeubles, l’administration et l’exploitation par
bail, location ou autrement dudit ou desdits immeubles et de tous autres immeubles bâtis dont elle pourrait devenir propriétaire ultérieurement, par voie
d’acquisition, échange, apport ou autrement Gérant : M. NEIRINCK Erwann 12
Avenue Saint Georges 44100 NANTES
Cession des parts sociales : Les parts
sociales sont librement cessibles au profit d’un associé. Toute cession à un tiers
de la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des associés
réunis en assemblée générale Durée : 99
ans à compter de l’immatriculation au
RCS de PARIS
419647B – LES ECHOS
EXCEA
SARL Unipersonnelle au capital de
2000,00 €
20 RUE ENRICO FERMI, PARC
D’ACTIVITES DU CHEIX,
63540 ROMAGNAT
800745135 RCS Clermont-Ferrand
Par décision du Gérant en date du
01/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 5 RUE
DE L’AMBROISIE, RESIDENCE BERCY
PARC, 75012 PARIS à compter du
01/01/2019.
Gérance : M. FREDERICK POIGNET,
demeurant 5 RUE DE L’AMBROISIE,
RESIDENCE BERCY PARC, 75012 PARIS
La société sera immatriculée au RCS de
Paris et sera radiée du RCS de ClermontFerrand
419650B – LES ECHOS
AZRA
SARL au capital de 1000,00 €
136 rue d’Aboukir, 75002 PARIS
844409821 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
01/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 18 rue
Blondel, 75002 PARIS à compter du
01/01/2019. Mention en sera faite au
RCS de Paris
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 07
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
419651B – LES ECHOS
EXOTICCA TRAVEL FRANCE
SASU au capital de 20000,00 €
55 AVENUE MARCEAU, 75116 Paris
829443399 RCS Paris
Par décision de L’Associé Unique en
date du 07/01/2019 il a été pris acte de
la révocation de M. Victor DE ARQUER
en qualit é de DG à co m pt e r du
07/01/2019. Mention en sera faite au
RCS de Paris
419656B – LES ECHOS
FANCY MUMMIES SAS
SAS au capital de 500,00 €
14, rue Beauregard, 75002 Paris
829168780 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
10/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 22, rue
Oberkampf, 75011 Paris à compter du
25/01/2019. Mention en sera faite au
RCS de Paris
419660B – LES ECHOS
LEGIQUIZ
SAS au capital de 2,00 €
52 rue Mme, 75006 Paris
804101277 RCS Paris
Par décision en date du 17/01/2019 il a
été pris acte de la démission du DG Mme
Delphine Rooz, à compter du
17/01/2019. Mme Caroline Vella, DG, demeure seul dirigeant à compter de cette
même date. Mention en sera faite au
RCS de Paris
419767B – LES ECHOS
CALISO
SASU au capital de 20004,00 €
18-26 rue goubet, 75019 Paris
808865687 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
21/01/2019 il a été pris acte de changer
la dénomination de la société, à compter
du 21/01/2019, pour GOMES
CONSTRUCTION.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : commercialisation de
travaux de bâtiment, métrage, devis et
petite sous-traitance. Mention en sera
faite au RCS de Paris
419768B – LES ECHOS
FIESTA CIRCUS
SARL au capital de 5000,00 €
9 rue anatole dela forge, 75017 Paris
491225249 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
21/01/2019 il a été pris acte de changer
la dénomination de la société, à compter
du 21/01/2019, pour FIESTA.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : organisation d’évènements, de soirée, marketing, agence de
communication. Mention en sera faite au
RCS de Paris
419882B – LES ECHOS
WELLSTONE
SAS au capital de 10000,00 €
44 rue Pasquier, 75008 Paris
751783333 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
07/01/2019 il a été pris acte de la nomination de G2C, au capital de 1 €, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro
844 368 928, domiciliée 44 rue Pasquier
75008 PARIS représentée par Caroline
Guezo en qualité de nouveau DG, et AP
HOLDING, au capital de 282000 €, immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 793 963 448, domiciliée 44 rue
Pasquier 75008 PARIS représentée par
Alexandre Parisey en qualité de nouveau
DG, à compter du 07/01/2019 pour une
durée illimitée, en remplacement de
CRETAZIMO SASU, DG démissionnaire,
et AP CONSEILS, DG démissionnaire.
Mention en sera faite au RCS de Paris
419908B – LES ECHOS
SANGUIS TERRAE
SARL au capital de 20000,00 €
4 RUE LOUIS VERY,
21200 BEAUNE
491780540 RCS Dijon
Par décision de L’AGE en date du
21/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 29 RUE
DESCARTES, 75005 PARIS à compter
du 21/01/2019.
Gérance : M. CHARLES-ALBAN SCHEPENS, demeurant 2 RUELLE DU VIEUX
CHATEAU, 71390 BUXY
La société sera immatriculée au RCS de
Paris et sera radiée du RCS de Dijon
419921B – LES ECHOS
DDC BÂTIMENT
SARL au capital de 1000,00 €
14, Rue Charles V, 75004 PARIS
817484959 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
21/11/2018 il a été pris acte de la nomination de Mlle Zeynep COLAK, demeurant 13 Avenue du Président JF Kennedy
28100 DREUX en qualité de nouveau
Gérant, à compter du 21/11/2018 pour
une durée illimitée, en remplacement de
M. COLAK DOGAN, DAVID, Gérant démissionnaire. Mention en sera faite au
RCS de Paris
419935B – LES ECHOS
LC INVEST
SAS au capital de 2000,00 €
2 cite de la chapelle, 75018 Paris
824968283 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
16/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 1 bis rue
alphonse de neuville, 75017 Paris à
compter du 17/01/2019.
Autres modifications : - La SAS est modifiée en SASU à associé unique en la
personne de M. MICKAEL LEPORCQ
gerard jacques né le 04/11/1979 au nouvion en thiérache en raison du décés de
M. LEBEGUE FRANCK
- il a été pris acte de la nomination de M.
mickael gerard jacques LEPORCQ, demeurant 1 bis rue alphonse de neuville
75017 Paris en qualité de nouveau Président, à compter du 17/01/2019 pour
une durée illimitée, en remplacement de
M. lebegue FRANCK, décédé. Mention
en sera faite au RCS de Paris
420095B – LES ECHOS
420230B – LES ECHOS
SAAD
BUREAU D’ETUDES
MARKETING
SASU au capital de 7000,00 €
28 rue Vernier, 75017 PARIS
821552221 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
02/01/2019 il a été pris acte de la nomination de M. Daysam MSADDAK, demeurant 46 Avenue Jean Mermoz 91320
Wissous en qualité de nouveau Président, à compter du 02/01/2019 pour une
durée illimitée, en remplacement de M.
anis MSADDAK, Président démissionnaire. Mention en sera faite au RCS de
Paris
420122B – LES ECHOS
MUREX
SAS au capital de 1000000 €
8 rue Bellini, 75016 Paris
338695869 RCS Paris
Aux termes d’une AGO en date du
18/01/2019 il a été pris acte de la nomination de la société KPMG SA, au capital
de 5497000 €, immatriculée au RCS de
Nanterre sous le numéro 775726417, domiciliée 2 avenue Gambetta, Tour
EQHO, 92066 Paris La Défense représentée par M. Samaha en qualité de nouveau CAC titulaire, à compter du
18/01/2019 pour une durée de 6 ans, en
remplacement de la société KPMG PARIS ET CENTRE, démissionnaire.
Autres modifications : - il a été pris acte
de la nomination de la société SALUSTRO REYDEL SAS, au capital de
3824000 €, immatriculée au RCS de
Nanterre sous le numéro 652044371, domiciliée 2 avenue Gambetta, Tour
EQHO, 92066 Paris La Défense représentée par M. Reydel en qualité de nouveau CAC suppléant, à compter du
18/01/2019 pour une durée de 6 ans, en
remplacement de la société KPMG AUDIT NORD, démissionnaire. Mention en
sera faite au RCS de Paris
420089B – LES ECHOS
PASSAGE ENCHANTE
SASU au capital de 20000,00 €
3 rue Barbette, 75003 Paris
838841344 RCS Paris
Par décision en date du 21/01/2019 il a
été pris acte de modifier l’objet social de
la société, à compter du 21/01/2019
Nouvel objet social : La prise d’intérêts
dans toutes entreprises de toutes natures, créées ou à créer, afin de se consacrer à l’expansion et au développement
commercial plus particulièrement mais
non exclusivement dans le domaine de
l’exploitation sous toutes ses formes de
tous restaurants, brasseries, hôtels,
bars, cafés, maisons de jeux, ainsi que
tous autres établissements ouverts au
public ; l’activité d’entrepreneur de spectacles vivants par diffusion de spectacles
et organisation de tournées sans être
employeur du plateau artistique ; toutes
opérations pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet social ou
à tous objets similaires, connexes ou
complémentaires.
Autres modifications : - L’Associé Unique a également décidé de transférer le
siège social au 4 rue des Italiens, 75009
Paris à compter du 21/01/2019. Mention
en sera faite au RCS de Paris
Par décision de L’AGE en date du
11/12/2018 il a été pris acte de modifier
l’objet social de la société, à compter du
11/12/2018
Nouvel objet social : Achat, vente, négoce de biens d’équipements de la maison, ainsi que les petits travaux annexes
de l’activité. Mention en sera faite au
RCS de Paris
CODEURS
ET COMPAGNIE
SCI au capital de 200,00 €
413479A – LES ECHOS
420140B – LES ECHOS
Jeyes France. SASU au capital de
1000 euros. Siège social : 10 rue SainteMarthe 75010 Paris. Nº 840 724 157
RCS PARIS. Par décision de l’associé
unique du 18/12/2018, il a été décidé de
transférer le siège social au 16 rue de la
Grande Truanderie 75001 paris à
compter du 18/12/2018. Président :
M.Jessy Tissot demeurant au 16 rue de
la Grande Truanderie 75001 paris. Modification au RCS de Paris.
22 place Vendome, 75001 PARIS
824254585 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
07/12/2018 il a été pris acte de changer
la dénomination de la société, à compter
du 07/12/2018, pour CODEURS ET
COMPAGNIE BATIGNOLLES. Mention
en sera faite au RCS de Paris
NOYOCO STUDIO
SAS au capital de 100,00 €
17 rue Rousselet, 75007 PARIS
819135054 RCS Paris
Par décision en date du 28/12/2018 il a
été décidé de modifier le capital de la société en le portant de 100,00 € à
140,40 €
Autres modifications :
- il a été pris acte de la nomination de M.
Eric NEMO, demeurant 28 rue Réaumur
75003 Paris en qualité de nouveau DG,
à compter du 28/12/2018 pour une durée
illimitée, en remplacement de M. Alexis
BANCE, DG démissionnaire, et M. Benjamin NICOLAS, DG démissionnaire.
Mention en sera faite au RCS de Paris
420171B – LES ECHOS
PEPAS WOMB
SARL au capital de 1987923,58 €
93 rue Réaumur, 75002 PARIS
514538966 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
17/01/2019 il a été pris acte de la nomination de M. Olivier COLLY, demeurant
38 chemin du Moulin Carron - Nº15
Chamclair 69130 ECULLY en qualité de
nouveau Gérant, à compter du
17/01/2019 pour une durée illimitée, en
remplacement de Mlle SARAH D’EER,
Gérant démissionnaire. Mention en sera
faite au RCS de Paris
413488A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 93
IDZIF. SARL au capital de 500 000 euros. Siège social : 45 rue delizy 93500
pantin. 423 426 469 RCS PANTIN. Par
AGE du 14/12/2018, il a été décidé de
transférer le siège social au 98 boulevard
Poniatowski 75012 paris. Gérant : M.
Stéphane Briand demeurant au 74 rue du
général leclerc 93370 montfermeil. En
consèquence elle sera immatriculée au
RCS de Paris et elle sera radiée au RCS
de Bobigny.
413495A – LES ECHOS
Happy Week SAS au capital de 2000 €
Siège social : 26 rue Lemercier 75017
Paris 820555720 RCS Paris. Le 12/12/18
les associés ont décidé de transférer le
siège social au 47 RUE NAVIER 75017
PARIS Mention au RCS de Paris
413510A – LES ECHOS
420181B – LES ECHOS
VICTOIRE SARL au capital de 1 € Siège
social : 6 rue marie et louise 75010 Paris
830185153 RCS Paris. Le 13/12/18 les
associés ont décidé de transférer le siège
social au 206 Boulevard Saint-Germain
75007 Paris à compter du 01/09/18. Mention au RCS de Paris
ARMAND BONDUELLE
IMMOBILIER
413528A – LES ECHOS
SARL au capital de 30000,00 €
106 BD Saint Germain, 75006 Paris
524283868 RCS Paris
Par décision de L’AGO en date du
14/01/2019 il a été pris acte de la démission pour ordre de M. Alexis Devin, de
ses fonctions de cogérant à compter du
31/12/2018. Mention en sera faite au
RCS de Paris
420210B – LES ECHOS
419815B – LES ECHOS
SARL au capital de 20000,00 €
4 AVENUE DU BEL AIR, 75012 PARIS
753384817 RCS Paris
BMARKETS
SARL au capital de 20000,00 €
78 AVENUE DES TERNES, 75017
PARIS
500272588 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
30/06/2018 il a été décidé de modifier le
capital de la société en le portant de
20000,00 € à 150000 €. Mention en sera
faite au RCS de Paris
420224B – LES ECHOS
SALE AT
SARL au capital de 100,00 €
24 rue de Poitou, 75003 Paris
815228671 RCS Paris
Par décision de L’Associé Unique en
date du 22/01/2019 il a été décidé de
transférer le siège social de la société au
39 rue Réaumur, 75003 Paris à compter
du 25/01/2019.
Autres modifications :
- il a été pris acte de changer la dénomination de la société.
Ainsi, la dénomination sociale de la société est désormais :
Dimension Management. Mention en
sera faite au RCS de Paris
419525A – LES ECHOS
YONDER MEDIA
SAS au capital de 5.000 euros
Siège social : 10 Allée Georges Récipon
75019 PARIS
803 248 269 RCS PARIS
Le 09.11.2018, sur délégations de l’Assemblée Générale Extraordinaire en date
du 29.07.2014, le Président a constaté
l’augmentation du capital social de 626
euros, le portant de 5.000 euros à 5.626
euros
Le 21.11.2018, sur délégations de l’Assemblée Générale Extraordinaire en date
des 09.11.2018, le Président a constaté
l’augmentation du capital social de 1.874
euros, le portant de 5.626 euros à 7.500
euros
419538A – LES ECHOS
SCI François du Temps
SCI au capital de 3 550 300 €
19 rue de Vienne – 75008 PARIS
RCS PARIS 487 664 203
Réunis en Assemblée Générale Mixte le
24 mai 2018, les associés ont décidé de
nommer en qualité de co-gérants :
M. Charles COYREAU DES LOGES, demeurant Château des Moulieres – 85570
L’HERMENAULT,
et M. Guislain LAMBERT, demeurant
436 avenue de la Justice de Castelnau –
34090 MONTPELLIER.
Mme Agnès COYREAU DES LOGES,
épouse DE GEOFFRE DE CHABRIGNAC, reste également co-gérante.
Mention sera faite au RCS de Paris.
Jena Pro Services, SARL au capital de
12000 €. Siège social : 34 rue Danès de
Montardat 78100 Saint Germain en Laye
790324032 RCS Versailles. Le 19/12/18
les associés ont décidé de transférer le
siège social au 13 bis avenue de la Motte
Picquet 75007 Paris à compter du
16/12/18 ; décidé de modifier l’objet social qui devient : La prise d’intérêt sous
quelque forme que ce soit et notamment
par souscription ou rachat de toutes valeurs mobilières, actions, obligations,
parts ou titres cotés ou non cotés dans
toutes sociétés... Radiation au RCS de
VERSAILLES. Inscription au RCS de PARIS
413534A – LES ECHOS
twincorp SCI au capital de 1000 €. Siège
social : 10 rue nicolo 75116 Paris 75116
Paris 528974868 RCS Paris. Le 21/12/18
les associés ont décidé de transférer le
siège social au 78 avenue Paul Doumer
75116 paris ; pris acte de la démission
en date du 21/12/18 de Stephanie Curiel,
ancien Gérant ; en remplacement, décidé de nommer Gérant Mme Alexandra
Joffo, 78 avenue Paul Doumer 75116 paris ; . Mention au RCS de Paris
418361A – LES ECHOS
AB FAST DRIVER
SASU au capital de 1.500 €. Siège social : 11 rue de l’Ourcq 75019 PARIS.
RCS 819 873 514 PARIS.
L’AGE du 01/12/2018 a décidé de nommer président : M ABBAS AMINE, 11 rue
de l’Ourcq 75019 PARIS en remplacement de M ABBAS ABDELGHANI et
étendre l’objet social aux activités de : locations de véhicules avec chauffeurs.
Mention au RCS de PARIS.
418573A – LES ECHOS
DARRAK TRANSPORT SERVICES
SAN BLAS PISCINES
Société à Responsabilité Limitée au
capital de 1 euro
Siège Social : 31, avenue Jean JAURES
- 75019 PARIS
451 691 620 RCS PARIS
Par une délibération du 6 décembre
2018, enregistrée le 12 décembre 2018,
l’associé unique a décidé :
- la transformation de la société en Société par actions simplifiée à compter du
même jour.
- L’augmentation de capital d’un montant
de 19 999 euros pour le porter à
20 000 euros, par incorporation de réserves
Forme
- Ancienne mention : Société à responsabilité limitée
- Nouvelle mention : Société par actions
simplifiée
Administration
- Anciennes mentions : Gérant : Monsieur Alexandre GANDOIN
- Nouvelles mentions : Président, sans limitation de durée : Monsieur Alexandre
GANDOIN
Admission aux assemblées : Tout associé peut participer aux assemblées sur
justification de son identité et de l’inscription en compte de ses actions.
Droit de vote : Chaque associé dispose
d’autant de voix qu’il possède ou représente d’actions.
Transmission des actions : Les transmissions d’actions sont soumises au
droit de préemption des associés, et à
l’agrément des associés.
Mention sera faite au RCS de Paris.
419571A – LES ECHOS
AXIALIS Société à responsabilité limitée
au capital de 10.125 € Siège : 43 rue
Saint-Placide 75006 PARIS 478539752
RCS de PARIS Par décision de l’AGE du
10/01/2019, il a été décidé de transférer
le siège social à compter du 15/02/2019
au 2 Ter Passage de clichy 75018 PARIS. Mention au RCS de PARIS.
Pour avis,
419844A – LES ECHOS
ORIA FINANCES
Société par actions simplifiée
au capital de 15 000 euros
Siège social : 18 Chemin de la Ferlatière
419609A – LES ECHOS
LENDEMAIN IMMOBILIER
SCI au capital de 400 000 €
10 rue de Penthièvre 75008 PARIS
825 386 659 RCS Paris
Le 31/12/2018 l’AGE a réduit le capital
social pour le ramener à 1 000 €.
419659A – LES ECHOS
AEGE Concept
Cette annonce paraît dans les départements 75 et 78
419834A – LES ECHOS
SAS au capital de 310 000 €
Siège social : 17 rue Dupin
75006 PARIS
RCS PARIS 515 231 355
Aux termes des décisions prises par les
Associés par acte sous seing privé en
date du 28.12.2018, il a été décidé de
nommer, à compter de cette même date
et pour une durée de six exercices qui
expirera à l’issue de l’assemblée générale annuelle qui statuera sur les
comptes de l’exercice qui sera clos le 31
décembre 2023, la société DELOITTE &
ASSOCIES, Société Anonyme au capital
social de 1 723.040 €, dont le siège social est sis 6 place de la Pyramide –
92908 PARIS LA DEFENSE CEDEX, immatriculée sous le nº 572 028 041 RCS
Nanterre, en qualité de co-commissaire
aux comptes.
Mention en sera faite au RCS de Paris.
Pour avis,
Le Président
419663A – LES ECHOS
ASG REPUBLIQUE
Forme juridique au capital de 500 €
Siège social : 12, rue Turgot 75009 Paris
RCS 844 756 064
Le 15/01/2019, l’AGE a décidé : d’étendre l’objet social comme suit :
La société a pour objet, en France et à
l’étranger, courtage en crédit immobilier
et courtage en assurance, courtage en
opérations de banque et service de paiement.
Modification au RCS de Paris.
419769A – LES ECHOS
CP CONSEIL Société par actions simplifiée au capital de 1.000 € Siège : 17 rue
de la Pierre Levée 75011 PARIS
840905327 RCS de PARIS Par décision
de l’AGE du 15/10/2018, il a été décidé
de changer la dénomination sociale qui
devient NONFICTION ajouter le sigle
NONFICTION à compter du 28/01/2019.
Mention au RCS de PARIS
EURL au capital de 2.000 €. Siège social : 22, allée du Clos Margot, 35590 ST
GILLES. RCS 791 651 995 RENNES.
419811A – LES ECHOS
Le Président, en date du 19/12/2018, a
décidé de transférer le siège social au 2,
rue Perdonnet, 75010 PARIS, à compter
du 02/01/2019. Président : M SCALZO
Isabella, 15, résidence du Bois Nel 35650
LE RHEU. Radiation du RCS de RENNES et immatriculation au RCS de PARIS.
STUDIO AMV Société à responsabilité limitée au capital de 5.004 € Siège : 25 rue
du Château Landon 75010 PARIS
828354654 RCS de PARIS Par décision
de l’AGE du 28/12/2018, il a été décidé
de transférer le siège social au 168 Rue
du Faubourg Poissonnière 75010 PARIS. Mention au RCS de PARIS.
69370 SAINT DIDIER AU MONT D’OR
829 325 901 R.C.S LYON
Aux termes d’une décision en date du 17
Décembre 2018, l’associé unique a décidé de transférer le siège social du 18
Chemin de la Ferlatière, 69370 SAINT
DIDIER AU MONT D’OR au 81 rue Amsterdam, 75008 PARIS à compter de ce
jour et de modifier en conséquence l’article 4 des statuts.
La Société, immatriculée au Registre du
commerce et des sociétés de LYON sous
le numéro 829 325 901 fera l’objet d’une
nouvelle immatriculation auprès du Registre du commerce et des sociétés de
PARIS.
Président : Monsieur Diego MIGNOT,
demeurant Castello 11 4b 28001 Madrid
(Espagne)
POUR AVIS
Le Président
419850A – LES ECHOS
GIN INNOVATION
Société par actions simplifiée
au capital de 10 000 €
Siège social : 98 rue Lamarck
75018 PARIS
832512180 RCS PARIS
Par décision du 11/12/2018, la Présidence de la société a constaté que la réduction du capital social de 10 000 € à 5
000 € décidée par l’AGE du 05/11/2018
est définitivement réalisée avec effet au
11/12/2018. Par cette même décision, la
Présidence a pris acte de la démission
de Monsieur Basile SAMSON de ses
fonctions de Directeur Général à compter
de ce jour et a décidé de ne pas procéder
à son remplacement. Elle a pris acte de
la démission de Madame Lina AL ALAMI,
Président de la Société, et a nommé en
remplacement Monsieur Basile SAMSON, demeurant 107 avenue des Statuaires 1180 UCCLE (BELGIQUE), pour
une durée illimitée. Elle a également décidé de transférer le siège social du 98
rue Lamarck 75018 PARIS, au 83 boulevard Richard Lenoir, 75011 PARIS, et ce
à compter de ce jour, et de modifier en
conséquence l’article 4 des statuts.
420069A – LES ECHOS
CLAUDE WILD PRODUCTIONS
SARL au capital de 8 000 euros
Siège social : 152 boulevard Haussmann
75008 PARIS
501 416 127 RCS PARIS
Par décisions de l’associé unique du 29
juin 2018, il a été décidé de transférer le
siège social au 44, rue Notre Dame
13910 MAILLANE à compter du
01.07.2018. La société sera radiée du
RCS de Paris et Immatriculée au RCS de
TARASCON.
420286A – LES ECHOS
UNUSUAL DESIGN SASU. Cap :
1000 €. Siège : 64 Avenue Jean Moulin
(75014). Par assp du 21/1/19, transfert
du siège au 128 rue de la Boétie (75008).
Modification au RCS de Paris.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
08 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
419661B – LES ECHOS
419860A – LES ECHOS
419813B – LES ECHOS
419760A – LES ECHOS
BE-A.ENGLISH
L3
Par acte SSP en date du 12/01/2019, la
SAS My Exclusive Collection a accordé
une licence de distribution avec une exclusivité mondiale sur l’intégralité de ses
produits, à la SARL Ateliers Dinand,
pour une durée initiale et renouvelable de
10 années, à effet rétroactif au 1er janvier
2019.
Par acte SSP du 15/12/2018 il a été
constitué une SARL dénommée : LE
TRI’O Siège social : 2 rue andré lebourblanc centre commercial 78590 NOISY
LE ROI Capital : 1.500 € Objet : Restauration, café, bar, brasserie, pizzeria,
vente à emporter, traiteur, cave à vin et
épicerie Gérant : M. POLINI Maxime 5
Résidence La Source 78870 BAILLY CoGérant : M. TOLLET Pierre-Marie 45 Résidence de l’Orée de Marly 78590 NOISY
LE ROI Co-Gérant : M. CISZEWSKI Ludovic 1 Square Raphael 78150 LE
CHESNAY Durée : 99 ans à compter de
l’immatriculation au RCS de VERSAILLES
SAS au capital de 5000,00 €
12 rue Jean Jacques Rousseau, 75001
Paris
840067748 RCS Paris
Par décision en date du 31/12/2018 il a
été décidé la dissolution anticipée de la
société et sa mise en liquidation amiable
à compter du 31/12/2018, nommé en
qualité de liquidateur Mme Madrid DELBOSC, 10 route de franconville, 95150
ERMONT et fixé le siège de liquidation
et l’adresse de correspondance chez le
liquidateur Mme Madrid DELBOSC.
Mention en sera faite au RCS de Paris
Société civile au capital de 300 €uros
1-3, Rue Lulli - 75002 PARIS
794 570 796 RCS PARIS
AGO du 11.12.2017 a approuvé les
comptes de liquidation, donné quitus au
Liquidateur Nicolas Prud’homme demeurant 52 rue Spontini – 75016 Paris et déchargé ce dernier de son mandat et prononcé la clôture des opérations de
liquidation. Les comptes de liquidation
seront déposés au Greffe du Tribunal de
commerce de Paris. Mention sera faite
au RCS de Paris
419870B – LES ECHOS
ET SENS
SARL Unipersonnelle au capital de
1000 €
87 rue de Courcelles, 75017 Paris
539243980 RCS Paris
Par décision de l’Associé unique en date
du 17/01/2019 l’associé unique a :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme Caroline Laurent 61 rue de Douai, 75009
Paris, pour sa gestion et décharge de son
mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
419983A – LES ECHOS
SASH-2015 CROSSLUX
Société par actions simplifiée au capital
de 114 880,00 €
Siège social : 66 rue de Provence, 75009
Paris
RCS 815 196 951
Par décision du 21/01/2019, le Président
a constaté la dissolution de la société à
compter du 21/01/2019. Conformément
aux statuts, le Président, la société TYLIA Invest, elle même représentée par
Monsieur Stéphane LUBIARZ, devient
automatiquement et de plein droit le liquidateur. Le siège de liquidation a été fixé
au 66 rue de Provence, 75009 Paris. Modification au RCS de Paris.
420155B – LES ECHOS
MEDIA EN LIGNE
SASU au capital de 10000 €
69 RUE DE LYON, 75012 PARIS
524430550 RCS Paris
Par décision de L’AGE en date du
31/10/2018 l’associé unique a :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme HALGAND ISABELLE 1 RUE DE DIANE,
94100 SAINT MAUR DES FOSSES,
pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Paris
413467A – LES ECHOS
hiphiphip, SASU au capital de
1000 €. Siège social : 39 rue de nantes
75019 Paris. 834943599 RCS paris. Le
15/12/18, l’associé unique a approuvé
les comptes de liquidation, déchargé le
liquidateur de son mandat et constaté la
clôture des opérations de liquidation. Radiation au RCS de paris.
413478A – LES ECHOS
Kameling Stores, SAS au capital de
10 €. Siège social : 5 rue des suisses
75014 Paris. 838657088 RCS Paris. Le
12/12/18, les associés ont approuvé les
comptes de liquidation, déchargé le liquidateur de son mandat et constaté la clôture des opérations de liquidation. Radiation au RCS de Paris.
415288A – LES ECHOS
PARADISO, SCI au capital de
1000 €. Siège social : 15 rue saint-benoît
75006 Paris. 807466156 RCS PARIS. Le
20/12/18, les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société, nommé
liquidateur M. Julien COHEN, 14 Passage Boiton 75013 Paris, et fixé le siège
de liquidation au siège social. Modification au RCS de PARIS.
78 • YVELINES
SOCIETES
419682B – LES ECHOS
Par acte SSP du 18/01/2019 il a été
constitué une société :
CREATE ON DEMAND
Objet social : création et développement de sites internet, vente de services
d’hébergement de sites, vente de prestations de maintenance et sécurité internet, conception et réalisation de maquettes graphiques, conseil en stratégie de
référencement, conseil en communication digitale Siège social : 25 rue du Maréchal Foch, 78000 VERSAILLES
Forme : EURL Sigle : COD Nom
commercial : COD STUDIO DIGITAL
Capital : 1000 € Gérant : Christophe
GOURDY, 3 avenue Toulouse Lautrec,
78390 BOIS D’ARCY Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Versailles
419771B – LES ECHOS
420047A – LES ECHOS
L&L
Société à Responsabilité Limitée
en liquidation au capital de 7.500 €
Siège social et siège de liquidation :
91, Rue Lafayette 75009 PARIS
529 189 979 RCS PARIS
Aux termes d’une décision en date du
31/12/2018, l’associée unique a approuvé le compte définitif de liquidation,
déchargé Madame Lucie TIEULIE,
épouse LAGASSE, demeurant 11 avenue des Cèdres 92410 VILLE D’AVRAY,
de son mandat de liquidateur, lui a donné
quitus de sa gestion et prononcé la clôture de la liquidation. Les comptes de liquidation seront déposés au greffe du
Tribunal de commerce de PARIS en annexe au RCS.
Le Liquidateur
420177A – LES ECHOS
WYZER LAW Société D’Exercice Libéral
Par Actions Simplifiée en liquidation au
capital de 20.000 € Siège social : 11 boulevard Sebastopol 75001 PARIS
823 364 682 RCS PARIS
AVIS DE PUBLICITE LEGALE
La dissolution anticipée de la société a
été prononcée, aux termes de l’assemblée générale extraordinaire, à compter
du 15 novembre 2018 suivi de sa mise
en liquidation. A été nommé comme liquidateur : Monsieur Philippe PRADAL,
demeurant à PARIS (75017) 3 rue du
Docteur Heulin, a qui ont été conféré les
pouvoirs les plus étendus pour terminer
les opérations sociales en cours, réaliser
l’actif et acquitter le passif. Le siège de
la liquidation est fixé au siège social à
PARIS (75001) 11 boulevard Sébastopol. C’est à cette adresse que la correspondance devra être envoyée et que les
actes et documents concernant la liquidation devront être notifiés. Le dépôt des
actes et pièces relatifs à la liquidation
sera effectué au greffe du tribunal de
commerce de PARIS. Pour avis, le représentant légal.
Aux termes d’un acte SSP en date du
30/10/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
LE PRIEURE
Objet social : prestation de service en
restauration, restauration, épicerie fine,
traiteur, service à domicile
Siège social : 1 rue du Tarn, 78200 Buchelay Capital : 1000 € Président : M.
Dominique ESNOT-LEPEINTRE demeurant : 175 avenue Pasteur, 78630 Orgeval élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Versailles
420189B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
02/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
ROB’S BEER
Objet social : restauration épicerie fine
traiteur service à domicile service de livraison
Siège social : 19 rue Porte aux Saints,
78200 Mantes la jolie Capital : 1000 €
Président : M. Robin CHARIRAS demeurant : 28 rue Blanche Pierre, 78820
Juiziers élu pour une durée indéterminée
DG : M. Kevyn ABBASSIAN demeurant :
2 rue Dambly, 78440 Breuil en Vexin Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Versailles
413470A – LES ECHOS
Par ASSP du 21/12/18,il a été constitué
une SAS dénommée PROFOREIGNER.Siège social :14 place du marché
78600 Maisons-laffitte.Capital :1000 €.Objet :La mise en relation
concernant les services d’accompagnement et interprétation,traduction,cours
particulier et aide à la vie quotidienne.L’accompagnement des auto-entrepreneurs à gérer leurs statuts.Président :Mme Sujin Park,14 place du
marché 78600 Maisons-laffitte.DG :M.Johan Rin,14 place du marché 78600 Maisons-laffitte.Durée :99
ans.Immatriculation au RCS de VERSAILLES
415349A – LES ECHOS
Jss, SAS au capital de 250 €. Siège social : 66 avenue des champs-élysées
75008 Paris. 833253677 RCS Paris. Le
11/10/18, les associés ont décidé la dissolution anticipée de la société, nommé
liquidateur M. Jean - Claude Seif, 11 Rue
de la Renardière 76130 Mont-Saint-Aignan, et fixé le siège de liquidation au
siège social. Modification au RCS de Paris.
418763A – LES ECHOS
SD MOBILIER ET
AGENCEMENT
SASU au capital de 1.000 €. Siège social : 89 boulevard de Port-Royal 75013
PARIS. RCS 831 389 580 PARIS.
L’associé unique, en date du 07/01/2019,
a décidé la dissolution de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
07/01/2019, nommé liquidateur M DAUCHY Stéphane, 89 boulevard de PortRoyal 75013 PARIS et fixé le siège de la
liquidation au siège social. Mention au
RCS de PARIS.
419810A – LES ECHOS
BRUNETTI CONSULTING Société à responsabilité limitée au capital de 200 €
Siège : 11 rue du Docteur Finlay 75015
PARIS 533753851 RCS de PARIS Par
d é c i s io n d e l ’ a s so c ié u n i qu e d u
31/12/2018, il a été décidé d’approuver
les comptes de liquidation, donné au liquidateur M. BRUNETTI Jean-Pierre 11
rue du Docteur Finley 75015 PARIS, quitus de sa gestion et décharge de son
mandat et constaté la clôture de liquidation au 31/12/2018. Radiation au RCS de
PARIS.
420239A – LES ECHOS
418423A – LES ECHOS
ELYZE EVENTS-ELYZE TRAITEURSASU au capital : 1 000 €. 66 AV DES
CHAMPS ELYSEES, 75008 PARIS
RCS : 802315747 de PARIS. La dissolution anticipée de la société à compter du
22/01/2019. ZESCHKOWSKI ELIE, président de la société a été nommé liquidateur. Le siège social de la liquidation
est fixé au siège de la société. Modification au RCS de PARIS
Par acte SSP du 16/01/2019 il a été
constitué une SASU dénommée :
ELEVATE CONSULTING
Siège social : 1 Allée XENAKIS 78400
CHATOU. Capital : 1.000 €. Objet :
Conseil en management : pilotage de
projet, excellence opérationnelle et
conduite du changement. Président :
Mme AVOT Emilie, 1 ALLEE XENAKIS
78400 CHATOU. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de VERSAILLES.
419777A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans "Les
Echos sociétés" le"27/11/2018", concernant la société QUIYEE SARL. Il a lieu
de lire : "Par ASSP du 17/01/2019, il a
été constitué une EURL dénommée
QUIYEE SARL".
DIVERS
419688B – LES ECHOS
Avis de changement de nom
patronymique
M. PAROLINI-FOISSEY Florent Louis
Aldo,
né le 26/01/1985 à BESANCON (Doubs),
demeurant 12 Rue Gustave ROUANET,
75018 PARIS,
dépose une requête auprès du Garde
des Sceaux afin de s’appeler à l’avenir
PAROLINI.
Pour avis
419591A – LES ECHOS
DML AUTO
Constitution SSP à Mere en date du
14-01-2019 de : DML AUTO. Forme :
SAS . Capital : 5000 Euros. Siège : Chemin Des Fossettes, 78490 Mere. Durée :
99 ans. Directeur général : M. GONCALVES PIRES Denis, 3 Rue De L Avre
78340 Les Clayes Sous Bois. Présidence : M. Luis Philippe RODRIGUES,
48 Avenue Dumotel 94230 Cachan. Objet : Achat vente location dépannage entretien et réparation de véhicules automobiles. Droit de vote et admission aux
assemblées permis à chaque actionnaire. RCS : Versailles.
419680A – LES ECHOS
Par ASSP du 21/01/2019, il a été constitué une SAS dénommée YOU
DRIVE.Siège social : 2 rue des acacias
78300 Poissy .Capital : 100 €. Objet : l’exploitation de voiture de transport
avec chauffeur (VTC). Président : M. Rafik Morouche, 2 rue des acacias 78300
Poissy . Durée : 99 ans. Immatriculation
au RCS de VERSAILLES
420037A – LES ECHOS
Par acte SSP du 21/01/2019 il a été
constitué une SASU dénommée : JM
PLUS Siège social : 93 rue du général de
gaulle 78120 RAMBOUILLET Capital :
5.000 € Objet : L’achat, la vente de prêt
à porter, femmes, hommes, enfants,
chaussures, maroquinerie et accessoires. Président : BOTBOL Moise 39 rue
fremicourt 75015 PARIS Transmission
des actions : Actions librement cessibles
Admission aux assemblées et exercice
du droit de vote : Tout Actionnaire est
convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une voix. Durée : 99
ans à compter de l’immatriculation au
RCS de VERSAILLES
420046A – LES ECHOS
Par acte SSP du 01/01/2019, il a été
constitué une SASU ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination :
CRISTAL VIBRATION NRJ
Objet social : prestations d’accompagnements et de réalisations de soins
énergétiques
Siège social : 19 rue Paul Meyan 78510
Triel-sur-Seine.
Capital : 1000 €
Durée : 99 ans
Président : Mme AUTRET AMELIE, demeurant 19 rue Paul Meyan, 78510 Trielsur-Seine
Admission aux assemblées et droits
de votes : Tout actionnaire peut participer aux assemblées quel que soit le nombre de ses actions, chaque action donnant droit à une voix.
Clause d’agrément : Cession libre entre
associés, ainsi qu’à leurs conjoints, ascendants ou descendants. Cession soumise à agrément dans les autres cas.
Immatriculation au RCS de Versailles
420142A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 02/01/2019 constitution de la SAS :
AIR COLIS
Capital fixe : 1500,00 €
Siège social : 5 allée Floran Tristan
78280 GUYANCOURT
Objet social : Mise en relation entre particuliers ou professionnels en vue du
transport collectif collaboratif de colis ;
commerce éléctronique
Président : Madame Safiatou YAYE
NOMA demeurant 5 allée Floran Tristan
78280 GUYANCOURT, élue pour une
durée illimitée
AGREMENT : L’agrément pour toute
cession d’actions par un associé est
donné par le Président.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de VERSAILLES.
420169A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 10/01/2019, il
a été constitué une SCI dénommée :
MARSINE
Capital : 3000 €
Siège social : 4 rue Gustave Flaubert
78500 Sartrouville
Objet social : Opérations de marchands
de biens, l’acquisition, la vente de biens
immobiliers la gestion et l’administration
desdits biens.
Gérance : Mme Miriam ASATRYAN demeurant 4 rue Gustave Flaubert 78500
Sartrouville.
Cessions de parts sociales : les parts
sociales sont librement cessibles au profit d’un associé. Toute cession à un tiers
de la société est soumise au préalable à
agrément de la collectivité des associés
réunis en Assemblée Générale.
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Versailles.
420270A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 17/01/2019 constitution de la SAS :
BLM CONSEIL
Capital fixe : 100 €
Siège social : 33 rue Jean Racine 78800
HOUILLES
Objet social : conseils en marketing, développement commercial et production
d’évènements
Président : Mme Bénédicte MOMBERT
demeurant 33 rue Jean racine 78800
HOUILLES élu pour une durée illimitée
Admissions aux assemblées et exercice du droit de vote : chaque associé
est convoqué aux Assemblées. Chaque
action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : les actions sont
librement cessibles
Durée de la société : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de VERSAILLES
420085B – LES ECHOS
SCI EOS
SCI au capital de 1000,00 €
5 rue Jacob Courant, 78300 POISSY
450724422 RCS Versailles
Suite à la décision du Gérant en date du
05/01/2018 il a été pris acte de la nomination de M. Marcel CARVALHO, demeurant 42 rue des Lièges 33200 BORDEAUX en qualité de nouveau Gérant, à
compter du 05/01/2018 pour une durée
illimitée, en remplacement de M. Arsénio
DOS SANTOS CARVALHO, Gérant démissionnaire. Mention en sera faite au
RCS de Versailles
420123B – LES ECHOS
VAIA CONSULTING
SAS au capital de 1000,00 €
3 rue Docteur Chanoine,
27200 VERNON
834017279 RCS Evreux
Par décision en date du 17/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 81 Avenue Jean Jaurès,
78711 MANTES-LA-VILLE à compter du
17/01/2019.
Présidence : M. Laaroussi AMZIANE,
demeurant 81 Avenue Jean Jaurès,
78711 MANTES-LA-VILLE
La société sera immatriculée au RCS de
Versailles et sera radiée du RCS de
Evreux
420248B – LES ECHOS
OPALE INFORMATIQUE ET
FINANCE
SARL au capital de 7622,45 €
16 RUE SEMERAIRE, 78150 LE
CHESNAY
413355082 RCS Versailles
Par décision en date du 21/01/2019 il a
été pris acte de la nomination de Mme
MARIE-ODILE SCHLEGEL, demeurant
71 RUE PAUL DOUMER 78420 CARRIERES SUR SEINE en qualité de nouveau Gérant, à compter du 21/01/2019
pour une durée illimitée, en remplacement de M. JEAN-FRANCOIS LESTANG, Gérant démissionnaire. Mention
en sera faite au RCS de Versailles
413442A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 78 et 91
COOPATTITUDE. SAS au capital de
15638 euros. Siège social : 86 rue de Paris 91400 Orsay. 795 350 933 RCS
EVRY. Par AGE du 12/12/2018, il a
été décidé de transférer le siège social
13 rue Saint-Honoré 78000 Versailles à
compter du 12/12/2018. Président : Francois Bachelot, 3 rue Caroline Aigle 78280
Guyancourt. En consèquence elle sera
immatriculée au RCS de Versailles et elle
sera radiée au RCS de Evry.
419535A – LES ECHOS
SCI FEGA LEVEL
SCI au capital de 100 000 €
10 promenade Mona Lisa
78000 VERSAILLES
RCS Versailles 489 507 533
Réunis en assemblée le 23 octobre 2018,
les associés ont décidé de transférer le
siège social à compter du même jour au
2/4 rue des Sirènes – 78180 MONTIGNY LE BRETONNEUX. Mention sera
faite au RCS de Versailles.
419565A – LES ECHOS
B&H Société à responsabilité limitée au
capital de 1.000 € Siège : 40 Rue d’Alsace 78200 MANTES LA JOLIE
832452056 RCS de VERSAILLES Par
décision de l’AGE du 20/01/2019, il a été
décidé de transférer le siège social au 60
Boulevard PASTEUR 78520 LIMAY.
Mention au RCS de VERSAILLES.
419573A – LES ECHOS
CRESSON SERVICES Société à responsabilité limitée au capital de 1.000 €
Siège : 26 Avenue De Mantes 78710
ROSNY SUR SEINE 834407082 RCS de
VERSAILLES Par décision de l’AGE du
18/01/2019, il a été décidé de transférer
le siège social au 122 E rue du docteur
vinaver 78520 LIMAY. Mention au RCS
de VERSAILLES.
419574A – LES ECHOS
CRESSON SERVICES Société à responsabilité limitée au capital de 1.000 €
Siège : 26 Avenue De Mantes 78710
ROSNY SUR SEINE 834407082 RCS de
VERSAILLES Par décision de l’AGE du
18/01/2019, il a été décidé de changer la
dénomination sociale qui devient
POISSY DELIVERY. Mention au RCS de
VERSAILLES
419575A – LES ECHOS
CRESSON SERVICES Société à responsabilité limitée au capital de 1.000 €
Siège : 26 Avenue De Mantes 78710
ROSNY SUR SEINE 834407082 RCS de
VERSAILLES Par décision de l’AGE du
18/01/2019, il a été décidé de : - nommer
Gérant Mme LOUNIS Iness 10 bis route
de mousseaux 78840 MOISSON en remplacement de HANDA Sofian démissionnaire.Mention au RCS de VERSAILLES
420011A – LES ECHOS
TOM SICLIS IMMOBILIER
SASU au capital de 100 €
Siège social : 2 Route de Paincourt
78120 CLAIREFONTAINE EN
YVELINES
820 343 697 RCS VERSAILLES
Par décision de l’AGE du 03/01/2019, il
a été décidé d’étendre l’objet social à :
Transaction sur immeubles et fonds de
commerces, gestion immobilière. Mention au RCS de VERSAILLES
419641B – LES ECHOS
CXS DEVELOPMENT
SARL au capital de 8000,00 €
12 AVENUE LA BRUYERE, 78600
MAISONS LAFFITTE
497574822 RCS Versailles
Par décision de L’AGE en date du
07/01/2019 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liqui dati on am iable à c omp ter du
07/01/2019, nommé en qualité de liquidateur M. CLAUDE SCHALLEBAUM, 12
AVENUE LA BRUYERE, 78600 MAISONS LAFFITTE et fixé le siège de liquidation et l’adresse de correspondance au
siège de la société. Mention en sera faite
au RCS de Versailles
419645B – LES ECHOS
IN BEER WE HOP
SAS au capital de 4000,00 €
10 RUE FELICIEN LESAGE, 78360
Montesson
834158255 RCS Versailles
Par décision de L’AGE en date du
15/01/2019 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquid ation am iab le à com pte r d u
15/01/2019, nommé en qualité de liquidateur M. MATHIAS MOUILLESEAUX,
10 RUE FELICIEN LESAGE, 78360
Montesson et fixé le siège de liquidation
et l’adresse de correspondance au siège
de la société. Mention en sera faite au
RCS de Versailles
419944B – LES ECHOS
IZI SERVICES
SASU au capital de 1000,00 €
6 allée Hélène Lazareff, 78430
Louveciennes
799449368 RCS Versailles
Par décision de L’Associé Unique en
date du 21/01/2019 il a été décidé la dissolution anticipée de la société et sa mise
en liquidation amiable à compter du
21/01/2019, nommé en qualité de liquidateur M. VERHAEGHE Clément, 6 allée
Hélène Lazareff, 78430 Louveciennes et
fixé le siège de liquidation et l’adresse de
correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Versailles
419952B – LES ECHOS
IZI SERVICES
SASU au capital de 1000 €
6 allée Hélène Lazareff, 78430
Louveciennes
799449368 RCS Versailles
Par décision de L’AGE en date du
21/01/2019 l’associé unique a :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. VERHAEGHE Clément 6 allée Hélène Lazareff, 78430 Louveciennes, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Versailles
419898A – LES ECHOS
SCI DM MONIER
SCI au capital de 6 929 euros
Siège social : 9 rue Jean Jaurès 78190
TRAPPES
334 226 453 RCS VERSAILLES
Le 18/12/2018, l’Assemblée Générale
Extraordinaire a décidé la dissolution
anticipée de la société à compter du
même jour. M. Daniel MONIER demeurant 35 avenue du Grand Veneur, 78110
LE VESINET, a été nommé liquidateur.
Le siège de liquidation a été fixé au 35
avenue du Grand Veneur, 78110 LE VESINET et la correspondance est à adresser à cette adresse. Modification au RCS
de VERSAILLES.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 09
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
419846A – LES ECHOS
419704B – LES ECHOS
FRANCE HABITATION
Aux termes d’un acte SSP en date du
26/12/2018 il a été constitué une SASU
nommée :
Groupe ActionLogement
Conformément à l’article L.443-11 du
CCH, ces offres sont proposées en priorité à toute personne physique remplissant les conditions auxquelles doivent
satisfaire les bénéficiaires des opérations
d’accession à la propriété, mentionnées
à l’article L. 443-1, parmi lesquels l’ensemble des locataires de logements appartenant aux bailleurs sociaux disposant de patrimoine dans le département,
ainsi que les gardiens d’immeuble qu’ils
emploient.
- vend à ELANCOURT (78990), 5 rue de
Lisbonne, un APPT T2, de 46,6 m2, au
RDC, Prix locataires France Habitation : 115.340 €, Prix tiers : 131.752 €,
Honoraires exclus à la charge du vendeur, Classe énergie D, réf 115653, Copropriété de 46 lots sans procédure en
cours. Estimation des charges de copropriété : 1.511 €.
Contact : QUADRAL TRANSACTIONS
Guillaume BONVALET
guillaume.bonvalet@quadral.fr
06 31 04 35 68
- vend à SARTROUVILLE (78500), 7 allée Arthur Rimbaud, un PAVILLON T4,
de 77,1 m2, Prix locataires France Habitation : 191.010 €, Prix tiers :
220.868 €, Honoraires exclus à la charge
du vendeur, Classe énergie D, réf 5864,
Copropriété de 42 lots sans procédure en
cours. Estimation des charges de copropriété : 366 €.
Contact : QUADRAL TRANSACTIONS
Philippe BRAND
philippe.brand@quadral.fr
06 63 36 35 64
91 • ESSONNE
SOCIETES
419604B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
15/01/2019 il a été constitué une SAS
nommée :
CHURRASQUEIRA DE
MONDETOUR
Objet social : Restauration rapide
Siège social : 40 boulevard de Mondetour, 91400 ORSAY Nom commercial :
CHURRASQUEIRA DE MONDETOUR
Capital : 1000 € Président : Mme Cécile
RIBEIRO demeurant : 27 bis rue des pavillons, 91140 Villejust élu pour une durée indéterminée DG : M. Armindo DOS
REIS RIBEIRO demeurant : 5 rue François Leroux, 91400 ORSAY Admission
aux assemblées et exercice du droit
de vote : Chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées. Chaque action
donne droit à une voix. Clauses d’agrément : Les actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec
accord du Président de la société. Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Evry
419621B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
20/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
IDZ CONSULTING
Objet social : Conseil, formation, coaching et assistance opérationnelle en
matière de gestion et d’organisation financière
Siège social : 11 rue des colombes,
91200 ATHIS-MONS Nom commercial : IDZ CONSULTING Capital : 500 €
Président : Mme Chimène INDZEMBIS
demeurant : 11 rue des colombes, Athis
mons, 91200 ATHIS-MONS élu pour une
durée indéterminée Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Evry
419685B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte authentique en
date du 18/01/2019 il a été constitué une
SAS nommée :
EDITIONS ONYX
Objet social : Edition de livres numériques et papiers
Siège social : 31 rue Frédéric Henri
Manhès, 91700 Sainte Geneviève des
Bois Capital : 2500 € Président : Mme
Anaïs Guilmet demeurant : 31 rue Frédéric Henri Manhès, 91700 Sainte Geneviève des Bois élu pour une durée indéterminée DG : Mme Aline Mergot
demeurant : 49 rue Louise Michel, 44340
Bougueneais Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Evry
J.GONIN INGENIEUR CONSEIL
Objet social : INGENIEUR CONSEIL
AUX ENTREPRISES
Siège social : 2 RUE DE LA JUSTICE,
91290 ARPAJON Capital : 1000 € Président : Mme JOSIANE GONIN demeurant : 2 RUE DE LA JUSTICE, 91290 ARPAJON élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Evry
420071B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/01/2019 il a été constitué une SCI
nommée :
OMEGA
Objet social : Détention, acquisition et
gestion de tous immeubles
Siège social : 1 bis rue Marcel Paul,
91300 MASSY Capital : 1000 € Gérant :
M. Sylvain MINANA, 43 rue des épis d’or,
91210 Draveil Cessions de parts sociales : les parts sociales sont librement
cessibles au profit d’un Associé. Toute
cession à un tiers de la société est soumise au préalable à agrément de la collectivité des Associés réunis en Assemblée Générale Durée : 99 ans à compter
de son immatriculation au RCS de Evry
413520A – LES ECHOS
Par acte SSP, il a été constitué une
SASU dénommée PRIAM CONSULTING Capital : 1000 € Siège social : 1
Rue Elise Deroche 91120 PALAISEAU
Objet : Conseil et services en systèmes
et logiciels informatiques ; Développement, édition et vente de logiciels, de sites web et d’applications web et mobiles ;
Formation dans les domaines précités. Président : PRIAM Youri 1 Rue
Elise Deroche 91120 PALAISEAU Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS
EVRY Transmission des actions : cession libre des actions de l’associé unique. Admission aux assemblées et droit
de vote : chaque actionnaire est convoqué aux assemblées. Chaque action
donne droit à une voix.
419500A – LES ECHOS
Par ASSP du 17/01/2019, il a été constitué une SAS dénommée HER
TOOLS.Siège social : 9 rue charles fourier 91000 Évry.Capital : 5000 €. Objet : Production et exploitation de logiciels, outils de management et d’une
plateforme de gestion multi-sectorielle.Président : M. Quentin Renoul, 64
rue jean-baptiste pigalle 75009 Paris.Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
EVRY.
419629B – LES ECHOS
SDR RAVALEMENT
SARL au capital de 18000,00 €
15 Hameau de Grenet, BAT A, 91690
SACLAS
831301098 RCS Evry
Par décision de L’AGE en date du
15/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 22 bis
avenue George Sand, 91130 RIS ORANGIS à compter du 15/01/2019.
Gérance : M. CACAN Neyzat, demeurant 22 bis avenue George Sand, 91130
RIS ORANGIS. Mention en sera faite au
RCS de Evry
Par acte SSP du 17/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : LUBINPAREJA Siège social : 18 sentier de
l’église 91630 CHEPTAINVILLE Capital :
100 € Objet : Détention et gestion de
biens mobiliers et immobiliers Gérant :
Mme LUBIN Jennifer 18 sentier de
l’église 91630 CHEPTAINVILLE Cession
des parts sociales : Libre entre les associés, soumise à agrément dans les autres cas. Durée : 99 ans à compter de
l’immatriculation au RCS de EVRY
419784A – LES ECHOS
Par acte SSP du 14/01/2019 il a été
constitué une Société civile dénommée :
SC LOOMA Siège social : 33 rue carnot
91430 IGNY Capital : 1.000 € Objet : La
propriété, la gestion, l’administration et la
disposition de tous immeubles et de tous
biens et droits mobiliers et immobiliers,
tous placements de capitaux Gérant :
Mme MAZIZ Mira 33 Rue Carnot 91430
IGNY Cession des parts sociales : Soumise à agrément Durée : 99 ans à
compter de l’immatriculation au RCS de
EVRY
419603B – LES ECHOS
GRIZZL’E-CONSULTING
SARL au capital de 1000,00 €
16 Clos Perault, 91200 ATHIS MONS
838918738 RCS Evry
Par décision de L’AGE en date du
21/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 95 rue
Edouard Vaillant, Bâtiment B, 91200
ATHIS MONS à compter du 28/12/2018.
Gérance : M. Frédéric Bonneau, demeurant 16 Clos Perault, 91200 ATHIS
MONS. Mention en sera faite au RCS de
Evry
419607B – LES ECHOS
EDIFICI IMMOBILIER
SAS au capital de 300,00 €
25 rue messidor, 91260 Juvisy sur orge
824886162 RCS Evry
Par décision du Président en date du
18/01/2019 il a été pris acte de changer
la dénomination de la société, à compter
du 18/01/2019, pour EL MUSLIM SHOP.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : Commerce de détail
sur internet et magasin. Mention en sera
faite au RCS de Evry
DAN STEPH
SARL au capital de 8000,00 €
10 BIS RUE DES PROCESSIONS,
91290 ARPAJON
489262691 RCS Evry
Par décision de L’AGE en date du
25/11/2018 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liqui dat ion ami able à c omp ter du
31/12/2018, nommé en qualité de liquidateur Mme JOSIANE GONIN, 2 RUE
DE LA JUSTICE, 91290 ARPAJON et
fixé le siège de liquidation et l’adresse de
correspondance chez le liquidateur Mme
JOSIANE GONIN. Mention en sera faite
au RCS de Evry
419794B – LES ECHOS
BICHRI CRÉATIONS
SAS au capital de 1000,00 €
65 avenue de la République, 91230
Montgeron
842083339 RCS Evry
Par décision de L’AGO en date du
21/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au Centre
Commercial La Forêt, Avenue Charles
de Gaulle, 91230 Montgeron à compter
du 21/01/2019. Mention en sera faite au
RCS de Evry
418676A – LES ECHOS
Aux termes d’une décision de l’associé
unique en date du 16/11/2018 dela SAS
AEP Ingénierie, au capital de 5 000euros
sis 1 Allée du Béarn, 91300 MASSY,
823.228.184 RCS EVRY, AngéliqueGARCIA, demeurant 1 Allée du Béarn,
91300 MASSY a été nommée en qualité
dePrésidente en remplacement de Monsieur Eliott POLANIA, démissionnaire.
419681A – LES ECHOS
DELCOURT RAIL
Société par actions simplifiée
au capital de 1 630.600 €
Siège social : 9 Rue Louise de Vilmorin
ZAC MONTVRAIN II, 91540 MENNECY
450665997 RCS EVRY
Le 13/11/2018, l’associée unique a
nommé la société ACOFEX, SAS au capital de 16.000 € immatriculée au RCS
de CRETEIL sous le numéro
420 634 602, domiciliée 27 rue des Laitières 94300 VINCENNES en qualité de
Commissaire aux Comptes suppléant en
remplacement de M.Thierry LAROQUE,
28 avenue du Général Leclerc 77610
FONTENAY TRESIGNY, lui-même appelé aux fonctions de Commissaire aux
Comptes titulaire en remplacement de
Mme Martine AVENARD, en raison de la
démission de cette dernière.
419611B – LES ECHOS
419562A – LES ECHOS
419703B – LES ECHOS
AB.TS
SARL au capital de 6500,00 €
108 AVENUE ROGER SALENGRO,
91600 SAVIGNY SUR ORGE
810558825 RCS Evry
Par décision de L’AGE en date du
08/09/2015 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liqui dat ion ami able à c omp ter du
08/09/2015, nommé en qualité de liquidateur M. THIERRY ABONDANCE, 108
AVENUE ROGER SALENGRO, 91600
SAVIGNY SUR ORGE et fixé le siège de
liquidation et l’adresse de correspondance au siège de la société. Mention en
sera faite au RCS de Evry
419657B – LES ECHOS
SARL VINCENT NOLBERT
SARL au capital de 1500 €
33 RUE DE LA BROSSE, 91720
BUNO-BONNEVAUX
517758454 RCS Evry
Par décision de L’AGO en date du
28/12/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. NOLBERT Wieslaw 33 RUE DE LA BROSSE,
91720 BUNO-BONNEVAUX, pour sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Evry
419662B – LES ECHOS
RTPE RENTAL
SARL au capital de 100000,00 €
15 rue du coteau sud, 91530 Saint
Chéron
819328907 RCS Evry
Par décision de L’AGE en date du
02/01/2019 il a été décidé la dissolution
anticipée de la société et sa mise en liquid atio n a miabl e à c o m pt e r d u
02/01/2019, nommé en qualité de liquidateur M. Patrick WOJTASINSKI, 15 rue
du coteau sud, 91530 Saint Chéron et
fixé le siège de liquidation et l’adresse de
correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Evry
418357A – LES ECHOS
ANDIAMO PIZZA
SARL au capital de 500 €. Siège social :
23 CHEMIN DE TOURNENFILS 91540
ORMOY. RCS 501 322 010 EVRY.
L’AGE du 31/03/2018 a décidé la dissolution de la société et sa mise en liquidation amiable à compter du 31/03/2018,
nommé liquidateur M OFFINI Farhat, 4,
rue des Activités 91540 ORMOY et fixé
le siège de la liquidation au siège social.
Mention au RCS de EVRY.
420153A – LES ECHOS
INOTT
INOTT, SAS au capital de 1000 euros, 1
rue du noyer renard , 91200 Athis Mons.
RCS : Evry 818314684. A compter A.G.E
du 31-12-2018 : Dissolution anticipée et
mise en liquidation volontaire. Siège de
liquidation : au siège social. Liquidateur :
M. HAMNOUNE Idir 1 Rue Du Noyer Renard, 91200 ATHIS MONS. Mention et
formalités au RCS de EVRY.
419755A – LES ECHOS
BRIDGESTONE FRANCE SALES, SAS
au capital de 1.000 €, dont le siège est
situé Parc d’activité du Moulin de Massy,
23/29 rue du Saule Trapu 91300 Massy
(842 161 606 RCS EVRY) - Société Bénéficiaire
BRIDGESTONE FRANCE, SAS au capital de 74.090.600 €, dont le siège est
situé 575 avenue Georges Washington
62400 Bethune (361 200 389 RCS ARRAS) - Société Apporteuse
Des termes des documents suivants :
projet de traité d’apport partiel d’actifs du
31/10/2018, PV des décisions de l’associé unique de BRIDGESTONE FRANCE
du 31/12/2018 et PV des décisions de
l’associé unique de BRIDGESTONE
FRANCE SALES du 31/12/2018 ; Il résulte que l’apport par BRIDGESTONE
FRANCE de sa branche complète et autonome d’activité de distribution et de
vente dénommée « Activité de Distribution » est devenu définitif le 31/12/2018
à 23h59 sur la base d’une valeur nette
comptable provisoire estimée à
96.078.690 €
Attribution à BRIDGESTONE FRANCE
de 96.078.690 actions nouvelles d’une
valeur nominale de 1 € chacune, émises
à titre d’augmentation du capital social de
BRIDGESTONE FRANCE SALES pour
un montant global de 96.078.690 € portant ainsi son capital de 1.000 € à
96.079.690 €. Modification de l’article 6
des statuts de BRIDGESTONE FRANCE
SALES en conséquence. Pour avis.
Siège social : 24 RUE DES COTES
D’AUTY, BAT 17, 92700 COLOMBES
Capital : 5000 € Président : M. AMIN
SEGUENI demeurant : 24 RUE DES COTES D’AUTY, BAT 17, 92700 COLOMBES élu pour une durée indéterminée
Admission aux assemblées et exercice du droit de vote : Chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées.
Chaque action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : Les actions sont
librement cessibles entre actionnaires
uniquement avec accord du Président de
la société. Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Nanterre
420274B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
18/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
WHAT TO DOUX
Objet social : Activités de conseil dans
le domaine de la formation
Siège social : 42 RUE DU MOULIN FIDEL, 92350 LE PLESSIS ROBINSON
Capital : 1000 € Président : Mme MAGALIE MALESTROIT demeurant : 42
RUE DU MOULIN FIDEL, 92350 LE
PLESSIS ROBINSON élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Nanterre
Creation de la sci jacques immo, 294 av.
des grésillons, apt 382 92600 Asnières/
seine. Cap. : 1000 €. Obj. : immobilier.
Grt : Liwei Ren, 294 av. des grésillons,
apt 382 92600 Asnières/seine. 99 ans au
rcs de Nanterre.
413548A – LES ECHOS
Creation de la sci francois immo, 294 av.
des grésillons, apt 382 92600 Asnières/
seine. Cap. : 1000 €. Obj. : immobilier.
Grt : Liwei Ren, 294 av. des grésillons,
apt 382 92600 Asnières/seine. 99 ans au
rcs de Nanterre.
Par acte SSP du 25/12/2018 il a été
constitué une SAS dénommée :
BENABDELKRIM
Siège social : 87 rue de silly 92100
BOULOGNE BILLANCOURT. Capital :
1.000 €. Objet : traiteur plat à consommer sur place ; à emporter et à livrer. Président : M BENABBDELKRIM ZAKARIA, 25 avenue jean baptiste clément
92100 BOULOGNE BILLANCOURT. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
NANTERRE.
418517A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
18/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
419531A – LES ECHOS
MID CONSULTING
Objet social : - Le développement informatique - Le conseil informatique - Le
consulting d’entreprise
Siège social : 17 Rue Crevel Duval,
92700 Rueil Malmaison Capital : 1000 €
Président : M. Michel IDJINOU demeurant : 17 Rue Crevel Duval, 92500 Rueil
Malmaison élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Nanterre
419616B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
18/01/2019 il a été constitué une SELARL nommée :
SELARL DU DR GOLGOLAB
Objet social : exercice de la profession
de médecin
Siège social : 2 rue rousselle, 92800 puteaux Capital : 1000 € Gérance : M.
Kourosh GOLGOLAB, 26 rue des Grandes Ecuries, 78450 Villepreux Durée : 99
ans à compter de son immatriculation au
RCS de Nanterre
420072B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
12/01/2019 il a été constitué une SAS
nommée :
MKS VILLEJUIF
Objet social : Location de véhicules utilitaires/tourisme de courte et longue durée ; Achat/Vente de véhicules de tourisme et utilitaires ; Achat/Vente de
pièces détachées automobile ; Réparation de produits multimédia
Par acte SSP du 16/01/2019 il a été
constitué la SAS TRAINING SERIES.
Objet : Conception, fabrication, maitenance, promotion, achat, commercialisation et distribution, de matériel de sport,
d’équipement sportif et d’accessoires.
Durée : 99 ans
Capital : 100 000 €.
Siège : 90/92 Route de la Reine 92100
BOULOGNE BILLANCOURT.
Cession d’actions : Cessions libres après
notification aux associés et au Président.
Admission aux assemblées et exercice
du droit de vote : Chaque action donne
le droit au vote et à la représentation lors
des décisions collectives.
Président : PANTEL SPORTS MANAGEMENT, SAS au capitall de 100 000 €,
90/92 Route de la Reine 92100 BOULOGNE BILLANCOURT, 844 924 555 RCS
Nanterre.
Commissaire aux comptes : JPA, SA
au capital de 1 000 0000 €, 7 rue Galilée
75116 PARIS, 572 116 838 RCS Paris.
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre.
Par acte SSP du 01/01/2019 il a été
constitué une SAS dénommée : NUTRIGENICS Sigle : NG Nom commercial :
NG3P, NUTR1GENICS Siège social : 53
rue chauveau 92200 NEUILLY SUR
SEINE Capital : 3.000 € Objet : Conception globale et vente en ligne de complément alimentaire. Consultant spécialisé.
Président : BUY Eric bis rue fabrot 13100
AIX EN PROVENCE Transmission des
actions : Actions librement cessibles entre associés uniquement. Admission aux
assemblées et exercice du droit de vote :
Tout Actionnaire est convoqué aux Assemblées. Durée : 99 ans à compter de
l’immatriculation au RCS de NANTERRE
419606B – LES ECHOS
418362A – LES ECHOS
419600B – LES ECHOS
SOCIETES
419624A – LES ECHOS
419780A – LES ECHOS
413547A – LES ECHOS
Par acte SSP du 11/12/2018 il a été
constitué une SASU dénommée :
PAM PIECES AUTO MOTO
Siège social : 54 TER RUE DE GARCHES 92420 VAUCRESSON. Capital :
1.000 €. Objet : Achat-vente de pièces
auto/moto, livraisons. Président : M ABBADI Mohamed, 54 Ter Rue De Garches
92420 VAUCRESSON. Admission aux
assemblées et droits de vote : Tout actionnaire est convoqué aux assemblées.
Chaque action donne un droit à une voix.
Clauses d’agrément : Actions librement
cessibles entre les associés uniquement.
Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS
de NANTERRE.
92 • HAUTS-DE-SEINE
Admission aux assemblées et exercice du droit de vote : Tout Actionnaire
est convoqué aux Assemblées. Chaque
action donne droit à une voix.
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de NANTERRE.
Par acte sous seing privé du 16 janvier
2019, il a été créé la société suivante :
Dénomination :
KAR NETWORK
Forme : SAS
Capital : 1.000 €
Siège social : 348 avenue Napoléon Bonaparte – 92500 RUEIL MALMAISON
Objet : Société de services, études techniques et ingénierie
Durée : 99 ans
Président : M. Adam KOUSSAY, demeurant 348 avenue Napoléon Bonaparte – 92500 RUEIL MALMAISON
Cessions d’actions : Toutes les cessions d’actions sont soumises à l’agrément des associés statuant à la majorité
des voix
La société sera immatriculée au RCS de
Nanterre.
419576A – LES ECHOS
Par acte SSP du 14/01/2019 il a été
constitué une SAS dénommée : ABTAN
EXPERTISE ET CONSEIL Sigle : ABTAN AEC Nom commercial : ABTAN
AEC
Siège social : 109 bis route de la reinen
92100 BOULOGNE BILLANCOURT.
Capital : 2.000 €.
Objet : Exercice de la profession d’expert-comptable Président : ABTAN
Franck 39 ter rue des abondances 92100
BOULOGNE BILLANCOURT Transmission des actions : Toute cession d’actions ayant pour effet l’admission d’un
nouvel associé est subordonnée à l’agrément résultant d’une décision extraordinaire de la collectivité des associés.
SCI CLOS DE YOLA
SCI au capital de 424000,00 €
19 rue Guynemer, 92130 ISSY LES
MOULINEAUX
448817296 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
16/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 10 rue de
l’Abbé Grégoire, 92130 Issy les Moulineaux à compter du 01/01/2019. Mention
en sera faite au RCS de Nanterre
419637B – LES ECHOS
SOLUTIONS INFORMATIQUES
POUR LE SYSTÈME
INTERACTIF ET LE SYSTÈME
D’INFORMATION
SARL au capital de 4000,00 €
4 avenue Ferron, 92600
Asnières-sur-Seine
519156087 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2018 il a été pris acte de la nomination de Mlle Victoire CADILHAC, demeurant 2 rue des Bourguignons 92600
Asnières-sur-Seine en qualité de nouveau Gérant, à compter du 01/01/2019
pour une durée illimitée, en remplacement de M. Paul-Emile CADILHAC, Gérant démissionnaire. Mention en sera
faite au RCS de Nanterre
419686B – LES ECHOS
FLIC EN FLAC
SAS au capital de 1000,00 €
15 rue Berteaux Dumas, 92200 Neuilly
Sur Seine
822735866 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
29/09/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 12 rue
Berteaux Dumas, 92200 Neuilly Sur
Seine à compter du 30/09/2018.
Président : M. Nicolas DURST, demeurant 12 rue Berteaux Dumas, 92200
Neuilly Sur Seine. Mention en sera faite
au RCS de Nanterre
419712B – LES ECHOS
SCI CRECH TOURIC
SCI au capital de 1000,00 €
9 impasse des Sommeliers de la Groue,
92150 Suresnes
817585870 RCS Nanterre
Par décision en date du 01/06/2016 il a
été décidé de modifier le capital de la société en le portant de 1000,00 € à
201000 €. Mention en sera faite au RCS
de Nanterre
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
10 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
419783B – LES ECHOS
FERHAT TRANSPORT
SASU au capital de 1500,00 €
158 avenue marx dormoy, 92120
Montrouge
823431754 RCS Nanterre
Par décision de L’Associé Unique en
date du 21/01/2019 il a été décidé de
transférer le siège social de la société au
32 rue de paris, 94510 La queue en brie
à compter du 21/01/2019. La société sera
immatriculée au RCS de Créteil et sera
radiée du RCS de Nanterre
420144B – LES ECHOS
CL CONSEIL
SARL au capital de 5000,00 €
206 bis bd Jean Jaurès, 92100
Boulogne-Billancourt
523120608 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
31/08/2018 il a été décidé de modifier le
capital de la société en le portant de
5000,00 € à 120000 €. Mention en sera
faite au RCS de Nanterre
12138363 – LE PUBLICATEUR LEGAL
419788B – LES ECHOS
MOTECH
CONSULTING
SAS au capital de 2000,00 €
176 avenue Charles de Gaulle, Cedex,
92522 Neuilly-sur-Seine
789279098 RCS Nanterre
Par décision en date du 03/01/2019 il a
été pris acte de la nomination de M. Moulay Najib MOUTAOUKKIL, demeurant
Massira I 12000 Temara MAROC en
qualité de nouveau Président, à compter
du 03/01/2019 pour une durée illimitée,
en remplacement de Mme Lalla Khadija
MOTAOUKKIL, Président démissionnaire. Mention en sera faite au RCS de
Nanterre
419809B – LES ECHOS
LH CONSEIL
SASU au capital de 1000,00 €
49 avenue Charles de Gaulle, 92200
NEUILLY SUR SEINE
803737386 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
18/01/2019 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 47 Avenue Charles de Gaulle, 92200 NEUILLY
SUR SEINE à compter du 21/01/2019.
Mention en sera faite au RCS de Nanterre
SOCIETE DE PRESSE
FEMININE
SNC au capital de 1.789.984 €
Siège social :
3/9, avenue André Malraux
Immeuble Sextant
92300 Levallois-Perret
441 174 554 RCS NANTERRE
En date du 28 décembre 2018, le Gérant suivi du Président ont constaté la
réalisation de la réduction de capital d’un
montant de 1.700.000 euros afin de le ramener à 89.984 euros et la réalisation de
la transformation de la société en Société par actions simplifiée.
L’objet de la société, sa durée, son
siège social et sa dénomination demeurent inchangés. Le capital de la société
reste fixé à la somme de 89.984 €.
Président : La société Hachette Filipacchi Associés située 3/9, avenue
André Malraux - Immeuble Sextant 92300 Levallois-Perret (324 286 319
RCS NANTERRE).
Les mandats de Commissaires aux
comptes titulaire et suppléant de Mazars et de M. Frédéric Allilaire sont
maintenus.
Admission aux assemblées : tout
actionnaire peut participer aux assemblées. Chaque action donne droit à une
voix.
419923B – LES ECHOS
LA MAISON BLEUE LUGRIN-ST GINGOLPH
SARL au capital de 1,00 €
148-152 Route de la Reine, 92100
Boulogne-Billancourt
799196829 RCS Nanterre
Par délibération en date du 29/06/2018,
de L’Associé Unique statuant en application de l’article L.223.42 du Code de
Commerce, a décidé qu’il n’y avait pas
lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite au RCS de Nanterre
419932B – LES ECHOS
LA MAISON BLEUE VAUCRESSON
SARL au capital de 1,00 €
148-152 Route de la Reine, 92100
Boulogne-Billancourt
814064788 RCS Nanterre
Par délibération en date du 29/06/2018,
de L’Associé Unique statuant en application de l’article L.223.42 du Code de
Commerce, a décidé qu’il n’y avait pas
lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite au RCS de Nanterre
419527A – LES ECHOS
MSBH
SAS au capital de 5 000 €
4 bd Galliéni
92390 VILLENEUVE LA GARENNE
RCS Nanterre 798 932 034
Le 15 janvier 2019, l’associé unique a
pris acte de la démission de Mme Anne
TELLIER, épouse HUBERT de ses fonctions de Président, et de M. Sylvain HUBERT de ses fonctions de Directeur Général, et a nommé en qualité de
Président, M. Sylvain HUBERT, demeurant 21 rue Aristide Briand – 94360 BRY
SUR MARNE et en qualité de Directeur
Général, Mme Anne TELLIER épouse
HUBERT, demeurant 21 rue Aristide
Briand – 94360 BRY SUR MARNE. Mention sera faite au RCS de Nanterre.
419658A – LES ECHOS
SARL au capital de 100,00 €
148-152 Route de la Reine, 92100
Boulogne-Billancourt
794798090 RCS Nanterre
Par délibération en date du 29/06/2018,
de L’Associé Unique statuant en application de l’article L.223.42 du Code de
Commerce, a décidé qu’il n’y avait pas
lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite au RCS de Nanterre
Suivant AGE du 19 décembre 2018, les
associés de la Société « KER LOU »,
SCI identifiée au répertoire SIREN, nº 341 735 017 (RCS de FREJUS),
ont décidés de transférer le siège social
de SAINT-RAPHAEL (83700) 368 avenue du Camp Romain à (92110) CLICHY, 15 rue Curton à compter de ce jour
et ont nommés Madame ARNETTE Solange dt à CLICHY 92110, 51 bis rue de
l’Alsace et Madame ARNETTE MarieLys dt à CLICHY 92150, 15 rue Burton,
toutes deuxnées à SURESNES le 23
mars 1981 en qualité de gérantes, pour
une durée illimitée à compter de la même
date, en remplacement de Monsieur et
Madame ARNETTE Yves et Martine démissionnaires. Capital : 1.524,49 €. Durée 99 ans. Objet : acquisition par voie
d’achat ou d’apport, propriété, mise en
valeur, administration, la location et la
vente de tous biens et droits immobiliers.
Les formalités seront effectuées au RCS
de NANTERRE. Pour avis
419934B – LES ECHOS
419858A – LES ECHOS
419933B – LES ECHOS
LMB IMMO - 3
LA MAISON BLEUE TOULOUSE
SARL au capital de 1,00 €
148-152 Route de la Reine, 92100
Boulogne-Billancourt
799196852 RCS Nanterre
Par délibération en date du 29/06/2018,
de L’Associé Unique statuant en application de l’article L.223.42 du Code de
Commerce, a décidé qu’il n’y avait pas
lieu à dissolution malgré un actif net inférieur à la moitié du capital social. Mention en sera faite au RCS de Nanterre
EXTIA
Société par actions simplifiée au capital
de 50.000 euros
Siège social : 1 Avenue de la Cristallerie 92310 SEVRES
RCS NANTERRE : 499 379 923
Le 29/06/2018, l’Associée unique décide
de ne pas renouveler le mandat de M.
Benoit MOUNEYDIER en qualité de Directeur Général. Modification au RCS
de NANTERRE.
419884A – LES ECHOS
420135B – LES ECHOS
SOLUTIONS INFORMATIQUES
POUR LE SYSTÈME
INTERACTIF ET LE SYSTÈME
D’INFORMATION
SARL au capital de 4000,00 €
4 avenue Ferron, 92600
Asnières-sur-Seine
519156087 RCS Nanterre
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2018 il a été pris acte de la nomination de Mlle Victoire CADILHAC, demeurant 2 rue des Bourguignons 92600
Asnières-sur-Seine en qualité de nouveau Gérant, à compter du 01/01/2019
pour une durée illimitée, en remplacement de M. Paul-Emile CADILHAC, Gérant démissionnaire. Mention en sera
faite au RCS de Nanterre
VALCO
EURL au capital de 500 euros
Siège social : 102 RUE JULES GUESDE
92300 LEVALLOIS PERRET
Nº 838 043 115 RCS NANTERRE
Par AGE du 02/01/2019, il a été décidé
de transférer le siège social au 61 rue
Victor Hugo 92300 Levallois Perret à
compter de ce jour.
Modification au RCS de NANTERRE.
419904A – LES ECHOS
ROTORTRADE
SAS au capital de 10 000 €
Siège social : 46 avenue de la Porte de
Villiers-92300 LEVALLOIS PERRET
RCS NANTERRE 817 905 821
Le 26/12/2018, l’associée unique a décidé d’augmenter le capital d’une somme
de 320 000 € par incorporation de
somme prélevée en compte courant pour
le porter à 330 000 €. Modification au
RCS de Nanterre.
420008A – LES ECHOS
ELYSEE PAVILLONS, SAS au capital
de 768000 €, 34-36 quai de Dion Bouton
92800 Puteaux, 789304029 RCS Nanterre. Par décisions de l’AG et du Président du 26/11/2018, le capital a été porté
à 1029780 euros. Art. 6 et 7 des statuts
modifiés. RCS Nanterre.
420106A – LES ECHOS
T.H. INDUSTRIE
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Nanterre
419859B – LES ECHOS
MEGALOPOLIS
SAS au capital de 5250 €
25 rue Fernand Forest, 92150 Suresnes
518855648 RCS Nanterre
Par décision de L’AGO en date du
11/09/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mlle LEFILLIATRE Jérôme 99 boulevard Macdonald, 75019 Paris, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Nanterre
SAS au capital de 37.000 €
Siège social : 12/14 rue Raymond Ridel 92250 LA GARENNE COLOMBES
443.699.996 RCS NANTERRE
L’AGO du 15/01/2019 a nommé à
compter du même jour M. Stéphane
COUPEAU demeurant 51 rue Edith Cavell 92400 COURBEVOIE en qualité de
Président en remplacement de M. Francis HERAUT, démissionnaire. En conséquence, le mandat de Directeur Général
de M. Stéphane COUPEAU a pris fin à
compter du même jour. Modification au
RCS de NANTERRE.
Touch in Action, SASU au capital de
1000 €. Siège social : 51 av raymond
aron 92160 Antony. 537450025 RCS
Nanterre. Le 17/12/18, l’associé unique
a approuvé les comptes de liquidation,
déchargé le liquidateur de son mandat et
constaté la clôture des opérations de liquidation. Radiation au RCS de Nanterre.
420111A – LES ECHOS
415040A – LES ECHOS
TRAJECTIVE
SARL au capital de 7 500,00 euros
Siège : 171 B avenue Charles de Gaulle
92200 NEUILLY SUR SEINE
489 719 922 RCS NANTERRE
Suivant PV des décisions de l’associé
unique du 31/12/2018, il a été décidé de
transformer la société en SAS (à associé
unique) à compter de ce jour, sans création d’un être moral nouveau, d’adopter
le texte des statuts sous sa nouvelle
forme et de mettre fin aux fonctions de la
gérance. Dénomination, objet, siège, durée, capital et date de clôture sont inchangés. Mme Christine FAURIE-GELI,
demeurant 11 allée Michel Delalande,
78180 Montigny le Bretonneux, a été
nommée aux fonctions de Président. Dépôt au RCS de NANTERRE.
MLU Services, SASU au capital de
5000 €. Siège social : 65 92700 Colombes. 821509981 RCS NANTERRE. Le
31/12/18, l’associé unique a décidé la
dissolution anticipée de la société,
nommé liquidateur M. Marin LUCAS,
65 92700 COLOMBES, et fixé le siège
de liquidation au siège social. Modification au RCS de NANTERRE.
420214A – LES ECHOS
IN EXTENSO ILE DE FRANCE
SA au capital de 18.434.720 euros
Siège social : 63 Ter Avenue Edouard
Vaillant - 92100 BOULOGNE
BILLANCOURT
449 259 860 RCS NANTERRE
Le 27/11/2018, l’AG a nommé commissaire aux comptes titulaire la société
Compagnie Française de Contrôle et
d’Expertise (CFCE), SA immatriculée au
RCS de Paris sous le nº 602 006 116 et
dont le siège est situé au 112 Bis rue Cardinet 75017 Paris pour une durée de six
exercices, soit jusqu’a l’assemblée qui
statuera sur les comptes de l’exercice
clos en 2024 ; en remplacement de Mr
Albert ABEHSSERA dont le mandat arrive à terme. Il est décidé également de
ne pas renouveler le mandat du commissaire aux comptes suppléant et de ne pas
pourvoir à son remplacement. Modification au RCS de NANTERRE.
419619B – LES ECHOS
ARTY FINANCE
SARL au capital de 2000 €
109 rue rivay, 92300 Levallois Perret
830079083 RCS Nanterre
Par décision de L’AGO en date du
31/12/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. NORBERT Delaunay 109 rue rivay, 92300 Levallois Perret, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Nanterre
419635B – LES ECHOS
VAIKIVAIZEN
SAS au capital de 1200 €
10 rue Marjolin, 92300 Levallois-Perret
831817218 RCS Nanterre
Par décision de L’AGO en date du
19/01/2019 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. MOREY Guillaume 10 rue Marjolin, 92300
Levallois-Perret, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Nanterre
419690B – LES ECHOS
PROGRES CONSULTING
SASU au capital de 2000 €
79 RUE VINCENT FAYO, 92290
CHATENAY MALABRY
828431056 RCS Nanterre
Par décision de L’AGO en date du
21/01/2019 l’associé unique a :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. PATRICK GARNIER 79 RUE VINCENT
FAYO, 92290 CHATENAY MALABRY,
pour sa gestion et décharge de son mandat,
413476A – LES ECHOS
419902A – LES ECHOS
IN EXTENSO LEYDET
SAS au capital de 9.498 euros
Siège social : 63 ter avenue Edouard
Vaillant
92100 BOULOGNE BILLANCOURT
751 916 362 RCS NANTERRE
Le 18/12/2018, l’Associé Unique a décidé la dissolution, sans liquidation, de la
société, entraînant la transmission universelle du patrimoine à celui-ci, savoir
la société IN EXTENSO ILE DE
FRANCE, SA au capital de 18.434.720
euros dont le siège social est 63 ter Avenue Edouard Vaillant 92100 Boulogne
Billancourt, immatriculée au RCS
de Nanterre sous le numéro 449 259 860,
conformément aux termes de l’article
1844-5 alinéa 3 du Code civil. Les créanciers peuvent former opposition dans les
30 jours de la présente publication au Tribunal de Commerce de Nanterre.
420070A – LES ECHOS
I-TRACK Media
SARL au capital de 1.000 euros
Siège social : 6 rue de Meudon
92140 CLAMART
530 016 047 R.C.S. NANTERRE
Suivant PV de l’AGE du 30/12/2017, il a
été décidé la dissolution anticipée de la
société à compter de ce jour ; la nomination de Mme Stéphanie BAGUET, demeurant 1 allée de Trevoye, 78730 STARNOULT-EN-YVELINES en qualité de
liquidateur ; la fixation du siège de liquidation au siège social, pour les besoins
de la correspondance. Dépôt au RCS de
NANTERRE.
420104A – LES ECHOS
I-TRACK Media
SARL au capital de 1.000 euros
Siège social : 6 rue de Meudon
92140 CLAMART
530 016 047 R.C.S. NANTERRE
L’AGO des associés réunie le
31/03/2018 a approuvé les comptes de
liquidation arrêtés au 31/12/2017, a
donné quitus au liquidateur et a constaté
la clôture des opérations de liquidation,
à compter de ce jour. Radiation au RCS
de NANTERRE.
419853A – LES ECHOS
FRANCE HABITATION
Groupe ActionLogement
vend à RUEIL-MALMAISON (92500), 87
rue des Mazurières, un APPT T4, de 84
m2, au 1er étage, Prix locataires France
Habitation : 271.350 €, Prix tiers :
307.350 €, Honoraires exclus à la charge
du vendeur, Classe énergie D, réf
128311, Copropriété de 30 lots sans procédure en cours. Estimation des charges
de copropriété : 1.684 €. Conformément
à l’article L.443-11 du CCH, cette offre
est proposée en priorité à toute personne
physique remplissant les conditions auxquelles doivent satisfaire les bénéficiaires des opérations d’accession à la propriété, mentionnées à l’article L. 443-1,
parmi lesquels l’ensemble des locataires
de logements appartenant aux bailleurs
sociaux disposant de patrimoine dans le
département, ainsi que les gardiens d’immeuble qu’ils emploient.
Contact : QUADRAL TRANSACTIONS
Pascal RAZON
pascal.razon@quadral.fr
06 89 44 80 74
419612B – LES ECHOS
420074B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 16/10/2018, concernant la société DANIEL VERWAERDE CONSULTING, lire Le Président en lieu et place
de Mme Daniele JACQUOTOT épouse
VERWAERDE, 14 square Robinson
92330 Sceaux
Aux termes d’un acte SSP en date du
02/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
419634B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 10/01/2019, concernant la société XPJ FINANCE, lire Capital : 4000 €
en lieu et place de Capital : 10000 €
AM RENOV
Objet social : Peinture, plâtrerie, rénovation, petite maçonnerie
Siège social : 70 RUE FELIX MERLIN,
93800 EPINAY SUR SEINE Capital : 1
000 € Président : M. MUSTAPHA
TURKI demeurant : 70 RUE FELIX MERLIN, 93800 EPINAY SUR SEINE élu pour
une durée indéterminée Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Bobigny
420133B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 10/01/2019, concernant la société XPJ FINANCE, lire Capital : 4000 €
en lieu et place de Capital : 10000 €
419646A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans LES
ECHOS SOCIETES le 15 01 2019
concernant la société BIOFRET lire capital social 3 600 euros et lire siège social
12 Allée Saint Exupéry 92390 VILLENEUVE-LA-GARENNE inscription au
RCS de NANTERRE.
93 • SEINE-SAINT-DENIS
SOCIETES
419638B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
10/12/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
E.P.C SERVICES
Objet social : Travaux d’eaux et de gaz
dans tous les locaux
Siège social : 2 Passage HAGUETTE,
93200 Saint Denis Capital : 2000 € Président : M. FAICAL BEN FRADJ demeurant : 2 Passage HAGUETTE, 93200
Saint Denis élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et
exercice du droit de vote : Chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées.
Chaque action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : Les actions sont
librement cessibles entre actionnaires
uniquement avec accord du Président de
la société. Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Bobigny
419653B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
15/01/2019 il a été constitué une SCI
nommée :
OLAMO
Objet social : Acquisition, administration, gestion par location ou autrement de
tous immeubles et biens immobiliers.
Vente de tous immeubles et biens immobiliers
Siège social : 1, RUE ANDRE GERARDIN, 93220 GAGNY Capital : 160000 €
Gérant : M. Dan MIMRAN, 67 Allée de
Gagny, 93340 Le Raincy Cessions de
parts sociales : les parts sociales sont
librement cessibles au profit d’un Associé. Toute cession à un tiers de la société
est soumise au préalable à agrément de
la collectivité des Associés réunis en Assemblée Générale Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Bobigny
419799B – LES ECHOS
Par acte SSP du 17/12/2018 il a été
constitué une société :
SERVICES VTC
Objet social : Transport de personnes
Siège social : 5 rue Albert dhalenne,
93400 Saint ouen Forme : EURL Nom
commercial : Services vtc Capital :
1500 € Gérant : Farouk BOUKHARI, 5
rue Albert dhalenne, 93400 Saint ouen
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Bobigny
419862B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/01/2019 il a été constitué une SAS à
capital variable nommée :
LYLY FILMS
Objet social : La production audiovisuelle, la production de films institutionnels et publicitaires, la production cinématographique, l’acquisition,
l’exploitation, la distribution, l’édition, la
diffusion sous quelques formes que ce
soit, et par quelque moyen que ce soit
des œuvres littéraires, artistiques, dramatiques, musicales, théâtrales, cinématographiques, audiovisuelles sous quelques formes qu’elles se présentent.
Siège social : 7 RUE PICASSO, porte
1941, 93370 MONTFERMEIL Capital
minimum : 1000 €, en dessous duquel il
ne peut être réduit Capital initial :
1000 € Capital maximum : 100000 €
Président : M. AMADOU LY demeurant :
7 RUE PICASSO, porte 1941, 93370
MONTFERMEIL élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Bobigny
420078B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/01/2019 il a été constitué une SARL
nommée :
LA BOITE A FORMATION
Objet social : prestations de services en
formation professionnelle - soutien scolaire - accompagnement à la création et
développement d’entreprise
Siège social : 42 boulevard Foch, 93800
EPINAY SUR SEINE Capital : 3000 €
Gérance : M. Belhassen DRIHEM, 78
Grande Rue, 95550 Bessancourt Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Bobigny
420121B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
LES TAXIS 3 S
Objet social : Location de Licence
"Taxi", le transport de personne par véhicule de moins 9 places et par VTC
Siège social : 24, Avenue Alsace Lorraine, 93130 Noisy le sec Sigle : LES
TAXIS 3 S Capital : 500 € Président :
M. Hanafi BOUGHANEM demeurant :
24, Avenue Alsace Lorraine, 93130
Noisy le sec élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Bobigny
420136B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
SERVICE PRO
Objet social : PEINTURES, SOLS,
CHAPES
Siège social : 122 AVENUE DE LA
MARNE, 93800 EPINAY SUR SEINE
Capital : 2000 € Président : M. Sarwar
MUHAMMAD demeurant : 122 AVENUE
DE LA MARNE, 93800 EPINAY SUR
SEINE élu pour une durée indéterminée
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Bobigny
419847A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 30/11/2018, il
a été constitué une SARL au capital de
10.000 € dénommée :
SARL EMG CONSTRUCTION
Siège social : 104 avenue de Lattre de
Tassigny 93800 EPINAY SUR SEINE
Objet :. Travaux de Rénovation,
Construction, Béton Armé, Maçonnerie,
Placo et Carrelage.
Gérant : Monsieur CECELOGLU Cemal
né le 01/01/1964 à Fatsa en Turquie demeurant au 34 Rue du Havre – 93600
AULNAY-SOUS-BOIS
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de BOBIGNY.
419947A – LES ECHOS
Par ASSP du 19/01/19,il a été constitué
une SAS dénommée LOGITECH2018.Siège social :3 rue de la liberte 93500 Pantin.Capital :1 €.Objet :programmation et le développement
informatique, le conseil en informatique
et l’étude des systèmes informatiques. Président : M. aviel simon benkhalifa, 3 rue de la liberte 93500 Pantin.Durée :99ans.Immatriculation au RCS de
BOBIGNY.
419998A – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du 11
Janvier 2019, il a été constitué une SAS
instituée par les lois et règlements, présentant les caractéristiques suivantes : OBJET : activité de stockage –
achats-ventes, import-export de tous matériels, de tous produits textiles,
commerce de gros et de détail. DENOMINATION : SAS DESTOCK INTERNATIONAL. Siège social : 1, avenue Louis
Blériot – 93120 LA COURNEUVE. DUREE : 99 années à compter de son immatriculation au RCS. CAPITAL : 6.000
euros divisé en 600 actions de 10 euros
chacune. Président : Monsieur Mohammed KHOUMSI, demeurant 10, rue de la
Butte – 93700 DRANCY, a été nommé
Président de la Société pour une durée
illimitée. Les cessions d’actions sont soumises à l’agrément de la collectivité des
associés. La Société sera immatriculée
au RCS DE BOBIGNY.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 11
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
420016A – LES ECHOS
420073B – LES ECHOS
Par acte SSP du 17 01 2019 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : BVK.
Capital social : 1 000 euros. Siège social : 11 rue Charles Perrin 93240
STAINS. Durée : 99 ans. Objet : Travaux
de plâtrerie, menuiserie, vente de tous
produits non réglementés. Président : Mr
BLETAN Vasile-Nelu demeurant 11 rue
Charles Perrin 93240 STAINS. Chaque
action donne droit à la participation aux
assemblées et au vote, les cessions sont
libres. Immatriculation au RCS de BOBIGNY
LES BIÈRES DE BELLEVILLE
SAS au capital de 15000,00 €
58 rue Marceau, 93100 Montreuil
838889319 RCS Bobigny
Par décision en date du 24/10/2018 il a
été décidé de modifier le capital de la société en le portant de 15000,00 € à
20000 €
Autres modifications : - Les articles 7
et 8 des statuts ont été modifiées en
conséquence suite à la décision du Président du 20/12/2018. Mention en sera
faite au RCS de Bobigny
420143A – LES ECHOS
Suivant acte SSP du 27/12/2018 constitution de la SASU LA CLASSE TRANSPORT
Capital fixe : 1500 € Siège social : 103
AVENUE JEAN MERMOZ 93120 LA
COURNEUVE Objet social : EXPLOITATION DE VEHICULES DE TRANSPORT AVEC CHAUFFEUR (VTC) ET
LOCATION DE VEHICULES SANS
CHAUFFEUR Président : Mr YOUNES
BOUSSEADEN demeurant 103 AVENUE JEAN MERMOZ 93120 LA COURNEUVE élu pour une durée illimitée Durée de la société : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de BOBIGNY
420217A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 20/11/2018, il
a été constitué une SARL au capital de
500 € dénommée :
B.F.A.E
Siège social : 51 Avenue Paul Vaillant
couturier – 93120 LA COURNEUVE
Objet : Enseignements de langues, assistance administrative.
Gérant : Madame CHAKMA Ajoya, 01
Rue Elsa Triolet – 93200 SAINT DENIS
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de Bobigny
420234A – LES ECHOS
Par acte SSP du 22 01 2019 il est constitué une S.A.S.U. Dénomination : LR FIBRE. Capital social : 1 000 euros. Siège
social : 7 rue Paul Cavaré 93110
ROSNY-SOUS-BOIS. Durée : 99 ans.
Objet : Prestations de services et
conseils en télécommunication, informatique, fibre optique et nouvelles technologies. Président : Mr KRIM Yanis demeurant 27 Rue Alphand 62210 AVION.
Chaque action donne droit à la participation aux assemblées et au vote, les cessions sont libres. Immatriculation au RCS
De BOBIGNY
420161B – LES ECHOS
LUXURY PRIVATE CAB
SAS au capital de 10500,00 €
5 allee bougainville, 93270 SEVRAN
817690134 RCS Bobigny
Par décision en date du 01/01/2019 il a
été pris acte de changer la dénomination
de la société, à compter du 01/01/2019,
pour LUXURY PRIVATE CHAUFFEUR
SERVICES.
Autres modifications :
- il a été pris acte de modifier l’objet social
Nouvelle mention : Transport public routier de personnes avec des véhicules
n’excédant pas 9 places. Location de véhicules sans chauffeur. Conciergerie.
Mention en sera faite au RCS de Bobigny
413602A – LES ECHOS
GFA GOURDIER-DELACROIX
Société civile – Capital 811 645 € - Siège
social 52 Rue de la Chasse 93130 Noisy
le Sec – 791 254 659 RCS Bobigny L’AGE du 24/09/2018 a constaté la fin
des fonctions de gérance de Mme
GOURDIER-DELACROIX Marie-Thérèse décédée le 29/10/2017, le transfert
du siège social au 24/09/2018 : 83 Rue
de Flassieux, St Didier sous Riverie
69440 Chabanière, et a confirmé GOURDIER-DELACROIX Denis 83 Rue de
Flassieux, St Didier sous Riverie 69440
Chabanière en qualité de gérant - Inscription modificative RCS Lyon.
SASU K PLUS GROUP
SASU au capital de 1000,00 €
40 Allée des Charmilles, 93190 LIVRY
GARGAN
844762112 RCS Bobigny
Par décision en date du 21/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 26 Rue Adrien Lagourgue, Le Caré, 97424 SAINT LEU à
compter du 21/01/2019. La société sera
immatriculée au RCS de Saint Pierre et
sera radiée du RCS de Bobigny
419678A – LES ECHOS
FRANCE CAR SERVICES. SARL au capital de 5.000 €. Siège social 278 rue de
Rosny 93100 MONTREUIL. R.C.S BOBIGNY 794 062 216. Par AGE du
01 01 2019 il a été décidé le transfert du
siège social au 95-97 Avenue Jean Lolive 93500 PANTIN modification au RCS
de BOBIGNY.
COKYASAR
SARL au capital de 500 €
Siège social : 3 Place Jean Jaurès
93380 PIERREFITTE-SUR-SEINE
RCS BOBIGNY 808 837 280
Par l’AGE du 02/01/2019, il a été décidé
de nommer nouveau gérant M. HRISTOV David, demeurant 7 allée Fréderic
Ladrette 93390 Clichy-Sous-Bois, en
remplacement de Mme BASIBUYUK ép
UNGAN Hatice démissionnaire. Et de
transférer le siège social au 198, rue de
PARIS 93100 Montreuil. Notification au
RCS de Bobigny.
419910B – LES ECHOS
419753A – LES ECHOS
AZ RENOV
Suivant acte SSP du 01 décembre 2018,
les associés de la SARL RBNS
CONSEILS Siège social : 9, rue Cartier
Bresson 93500 PANTIN, au capital de
1200 €, immatriculée au RCS BOBIGNY
833 661 713 ont décidé :
La suppression de l’activité suivante à
savoir : CENTRE DE FORMATION
Notification au RCS de BOBIGNY
SASU au capital de 1000,00 €
83 Boulevard Charles de Gaulle, 93380
PIERREFITTE SUR SEINE
817523921 RCS Bobigny
Par décision de L’AGE en date du
02/01/2019 il a été décidé de modifier le
capital de la société en le portant de
1000,00 € à 8000 €. Mention en sera
faite au RCS de Bobigny
420256A – LES ECHOS
419976B – LES ECHOS
1001 MAILLES
SAS au capital de 1000,00 €
45 avenue Victor Hugo, bat 233, 93300
Aubervilliers
843739764 RCS Bobigny
Par décision du Président en date du
13/12/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 5 rue Saint
Gobin, local 3213C niveau 2 bat 3, 93330
Aubervilliers à compter du 13/12/2018.
Mention en sera faite au RCS de Bobigny
420068B – LES ECHOS
DM DRIVE
SASU au capital de 1000,00 €
57, RUE DU CHEMIN DE FER
PROLONGEE, 93140 BONDY
823702949 RCS Bobigny
Par décision de L’Associé Unique en
date du 02/01/2019 il a été pris acte de
la nomination de Mme Barbara MARENDON, demeurant 08 Allée de l’Eglise
93340 LE RAINCY en qualité de nouveau
Président, à compter du 02/01/2019 pour
une durée illimitée, en remplacement de
M. DENIS MORATALLA, Président démissionnaire. Mention en sera faite au
RCS de Bobigny
419789B – LES ECHOS
AD RENOVATION
SASU au capital de 500 €
98 Avenue Galliéni, 93190 LIVRY
GARGAN
817463441 RCS Bobigny
Par décision de l’Associé unique en date
du 31/12/2018 l’associé unique a :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, M. DRAGOS Adrian 98 Avenue Galliéni, 93190
LIVRY GARGAN, pour sa gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Bobigny
420107B – LES ECHOS
419631B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/01/2019 il a été constitué une SAS à
capital variable nommée :
TWODROPPOINT
Objet social : Toutes opérations pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’achat et la vente au détail sur
internet de tous articles et produits marchands sous toutes ses formes d’opérations et tous services pouvant s’y rattacher. Et plus généralement, toutes
opérations industrielles, commerciales,
financières, mobilières ou immobilières,
se rapportant directement ou indirectement à l’objet social ou susceptibles d’en
faciliter le développement ou la réalisation.
Siège social : 55 rue barbes, 94200 Ivry
Sur Seine Sigle : TDP Capital minimum : 100 €, en dessous duquel il ne
peut être réduit Capital initial : 100 €
Capital maximum : 10000 € Président :
M. Stanislas Girard demeurant : 55 rue
barbes, 94200 Ivry Sur Seine élu pour
une durée indéterminée DG : M. Antoine
Dewez demeurant : 62 rue Saint-Placide,
75006 Paris Admission aux assemblées et exercice du droit de vote :
Chaque actionnaire est convoqué aux
Assemblées. Chaque action donne droit
à une voix. Clauses d’agrément : Les
actions sont librement cessibles entre actionnaires uniquement avec accord du
Président de la société. Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Créteil
CABINET MÉDICAL DU PARC
SCI au capital de 152.45 €
18 rue des Ecoles, 93600 AULNAY
SOUS BOIS
403230394 RCS Bobigny
Par décision de L’AGO en date du
21/12/2018 les Associés ont :
419890B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
IDLABS
- donné quitus au Liquidateur, Mme DAVID Françoise 16rue Roger Lemaire,
93600 AULNAY SOUS BOIS, pour sa
gestion et décharge de son mandat,
Objet social : PROGRAMMATION INFORMATIQUE
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Bobigny
Siège social : 6 boulevard de Bishop’s
Stortford, 94350 VILLIERS SUR MARNE
Capital : 1000 € Président : M. IBRAHIMA DIOP demeurant : 6 boulevard de
Bishop’s Stortford, 94350 VILLIERS SUR
MARNE élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Créteil
419518A – LES ECHOS
419737A – LES ECHOS
419601B – LES ECHOS
Par décision de l’associé unique du
15/01/2019, il a été décidé le transfert du
siège de la Société, domiciliée au « 2
Rue Robespierre Apt 20 – 93120 LA
COURNEUVE », elle sera désormais domiciliée au « 90 Rue Anatole France –
93120 LA COURNEUVE ». L’article 4
« SIEGE SOCIAL » des Statuts a été modifié en conséquence. Toutes les démarches ont été faites à cet effet. Le dépôt
légal sera effectué au RCS de BOBIGNY.
HELP PERMIS
SASU au capital de 300 Euros
Siège social : 54 AVENUE VAUQUELIN 93370 MONTFERMEIL
RCS : 829 754 373 BOBIGNY
TRANSFERT DE SIEGE +
SUPPRESSION D’ACTIVITE
Par décision de l’associé unique du
09/01/2019, il a été décidé de :
- transférer le siège de la Société, domiciliée au « 54 Avenue Vauquelin 93370
MONTFERMEIL », elle sera désormais
domiciliée au « 11 rue des rossignols
77181 COURTRY » ;
- supprimer l’activité « ENSEIGNEMENT
DE LA CONDUITE » dans l’objet social
de la Société.
L’article 2 « OBJET SOCIAL » et l’article
4 « SIEGE SOCIAL » des Statuts ont été
modifiés en conséquence. Toutes les démarches ont été faites à cet effet. Le dépôt légal sera effectué au RCS de BOBIGNY.
420259A – LES ECHOS
VOYAGE EXPRESS
SASU au capital de 1500 Euros
Siège social : 2 Rue Robespierre Apt 20
93120 LA COURNEUVE
R.C.S : 830 634 770 BOBIGNY
TRANSFERT DE SIEGE
GONTIER ROBERT
SAS au capital de 500 €
20 av. d’Osseville
93250 VILLEMOMBLE
RCS Bobigny 828 252 015
Le 30 novembre 2018, l’associé unique
a approuvé les comptes de liquidation de
la société, donné quitus au liquidateur et
constaté la clôture des opérations de liquidation à compter de ce même jour. La
société sera radiée du RCS de Bobigny.
419652B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 09/01/2019, concernant la société ISRAE CONSEIL, lire En outre, Mr
RAVI Patel, domicilié au 10 Bis Rue Voltaire 93120 La Courneuve, est nommé
Gérant. en lieu et place de En outre, Mr
BAZ MOHAMMED Ahmad, domicilié au
5, Rue Eugène Sue 93700 Drancy, est
nommé Gérant.
DIVERS
419745B – LES ECHOS
Avis de changement de nom
patronymique
M. BENELHOUR Karim,
né le 18/04/1991 à Paris, 18 eme arrondissement, 75018 (france),
demeurant 6 place payret, Appartement
511 A, 93400 Saint ouen (Seine-SaintDenis),
dépose une requête auprès du Garde
des Sceaux afin de s’appeler à l’avenir
CASTRO.
Pour avis
94 • VAL-DE-MARNE
SOCIETES
419625B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/01/2019 il a été constitué une SAS
nommée :
S.A.S Y.G FOOD
Objet social : Restauration rapide sur
place et à emporter avec boisson non alcoolisée.
Siège social : 8 Allée des sycomores,
94440 Villecresnes Capital : 1000 € Président : M. Mehdi Yakouben demeurant :
8 Allée des sycomores, 94440 Villecresnes élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées et exercice
du droit de vote : Chaque actionnaire
est convoqué aux Assemblées. Chaque
action donne droit à une voix. Clauses
d’agrément : Les actions sont librement
cessibles entre actionnaires uniquement
avec accord du Président de la société.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Créteil
419909B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
02/01/2019 il a été constitué une SARL
nommée :
VK EXOTIQUE
Objet social : ALIMENTATION GENERALE, BAZAR, VENTES DE PRODUITS
BUREAUTIQUE, AGENT DE TRANSFERT D’ARGENT, PHOTOCOPIEUSE,
FAX, ACTIVITE CONNEXION DE
COMMUNICATION, ACCESSOIRES DE
TELEPHONE – INFORMATIQUE ET IMPORT-EXPORT DE TOUS PRODUITS
NON REGLEMENTES
Siège social : 04 RUE DU PRESIDENT
KENNEDY, 94880 NOISEAU Capital : 2
000 € Gérance : M. Vinotharajan RAJARATNAM, 27 RUE DE LA CHAUSSEE,
45200 MONTARGIS Durée : 99 ans à
compter de son immatriculation au RCS
de Créteil
Objet social : l’acquisition d’immeubles
pour les donner en location meublée à
titre non professionnel ; l’administration,
la gestion et l’exploitation par bail, location ou autrement, d’immeubles ou terrains, dont elle pourrait devenir propriétaire par voie d’acquisition, échange,
apport ou autrement, ceci dans un but
non professionnel ; tous les actes utiles
relatifs à la gestion et à l’administration
desdits immeubles
Gérance : Mme Iphigénie LOUKAKIS
demeurant 71, rue André Laurent, 94120
Fontenay-sous-Bois
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Créteil
419533A – LES ECHOS
Par acte sous seings privés du 12 janvier
2019, il a été créé la société suivante :
Dénomination :
MONIN EEG
Forme : SELAS
Capital : 1.000 €
Siège social : 43 avenue Gabriel Péri –
94300 VINCENNES
Objet : Exercice de la profession de
Technicien Electroencéphalogramme
Durée : 99 ans
Président : Mme Clémentine MONIN,
demeurant 43 avenue Gabriel Péri –
94300 VINCENNES
Cession des actions : Toutes les cessions d’actions sont soumises à l’agrément à la majorité des deux tiers des associés exerçant leur profession au sein
de la société.
Immatriculation au RCS de Créteil.
419534A – LES ECHOS
Par acte SSP du 10/01/2019 il a été
constitué une SASU dénommée : ZAM
TRANSPORT Siège social : 10 mail de
la demi lune 94500 CHAMPIGNY SUR
MARNE Capital : 1 € Objet : L’exploitation de voiture de transport avec chauffeur (vtc) Président : DALHOUMI Zied 10
mail de la demi lune 94500 CHAMPIGNY
SUR MARNE Transmission des actions :
Actions librement cessibles entre associés uniquement. Admission aux assemblées et exercice du droit de vote : Tout
Actionnaire est convoqué aux Assemblées. Chaque action donne droit à une
voix. Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de CRETEIL
419833A – LES ECHOS
Par acte SSP du 15/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : SCI ELA
Siège social : 35 avenue de choisy 94190
VILLENEUVE ST GEORGES Capital :
1.000 € Objet : L’acquisition par voie
d’achat ou d’apport, la propriété, la mise
en valeur, la transformation, la construction, l’aménagement, l’administration et
la location de tous biens et droits immobiliers Gérant : M. YILDIRIM Ozcan 24
Rue Charles Péguy 94460 VALENTON
Co-Gérant : Mme KISLAK Yagmur 24
Rue Charles Péguy 94460 VALENTON
Cession des parts sociales : Toute cession est soumise à l’agrément préalable
à l’unanimité des associés. Durée : 99
ans à compter de l’immatriculation au
RCS de CRETEIL
420054B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
21/01/2019 il a été constitué une SELARL nommée :
SELARL DU DR LAURENT
VALLEE
Objet social : exercice de la profession
de médecin
Siège social : 8 rue du Lieutenant Heitz,
94300 VINCENNES Capital : 1000 €
Gérance : M. Laurent VALLEE, 62 rue
Emile Roux, 94120 FONTENAY-SOUSBOIS Durée : 99 ans à compter de son
immatriculation au RCS de Créteil
419907A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 05/01/2019, il
a été constitué une SARL denommée :
HERMINETTE
Capital : 1000 €
Siège Social : La Fabrique, 11/13 avenue de la Division Leclerc 94230 Cachan
Objet social : construction de tous corps
d’état de maisons individuelles en bois et
d’autres bâtiments, réhabilitation de bâtiments résidentiels et non résidentiels,
travaux de charpente, couverture, étanchéification, menuiserie bois et pvc
Gérance : M. Emile JUVIN, 13 rue Paul
Signac 94110 ARCUEIL
420216B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
12/12/2018 il a été constitué une SAS
nommée :
GARAGE PARIS
SHWEYANGYAW
Objet social : GARAGE, RÉPARATION
AUTOMOBILE
Siège social : 85 RUE HOCHE, 94200
IVRY SUR SEINE Capital : 2000 € Président : Mme Shipra BARUA demeurant : 64 RUE JULES LAGAISSE, 94200
IVRY SUR SEINE élu pour une durée indéterminée Admission aux assemblées
et exercice du droit de vote : chaque actionnaire est convoqué aux Assemblées.
Chaque action donne droit à une voix.
Clauses d’agrément : Les actions sont librement cessibles entre actionnaires.
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Créteil
418939A – LES ECHOS
Par acte SSP en date du 09/01/2019, il
a été constitué une SARL denommée :
GUERMANTES
Capital : 200 000 €
Siège Social : 71, rue André Laurent,
94120 Fontenay-sous-Bois
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Créteil
420186A – LES ECHOS
Par ASSP du 18/01/2019, il a été constitué une SAS dénommée WE
EATS.Siège social : 41 rue du port 94130
Nogent sur marne.Capital : 20000 €. Objet : Programmation et
développement d’application web et mobile. Conseil en informatique et étude des
systèmes informatiques.Président : M.
Anthony Xu, 41 rue du port 94130 Nogent sur marne.Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de CRETEIL.
419618B – LES ECHOS
KAYES 102
SCI au capital de 3375,00 €
3 RUE DE METZ, 94240
L’HA-̂LES-ROSES
822376927 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
24/06/2018 il a été décidé de transférer
le siège social de la société au 260 BD
THEOPHILE SUEUR, 93100 MONTREUIL à compter du 01/07/2018. La société sera immatriculée au RCS de Bobigny et sera radiée du RCS de Créteil
419684B – LES ECHOS
CONSEIL RECHERCHE
EVALUATION EN SCIENCES
SOCIALES
SARL au capital de 7650,00 €
380 allée Jean achard,
38330 Montbonnot Saint Martin
489420471 RCS Grenoble
Par décision en date du 25/10/2018 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 13 rue Maréchal Leclerc,
94290 Villeneuve-le-Roi à compter du
01/01/2019.
Gérance : M. Laurent Barbe, demeurant
13 rue maréchal Leclerc, 94290 Villeneuve le roi
Gérance : Mme Celine Deffayet, demeurant 13 rue Marechal Leclerc, 94290 Villeneuve le Roi
Autres modifications :
- il a été pris acte de la démission du Gérant M. Gilbert Berlioz, à compter du
01/01/2019. M. laurent Barbe, Gérant,
demeure seul dirigeant à compter de
cette même date. La société sera immatriculée au RCS de Créteil et sera radiée
du RCS de Grenoble
419689B – LES ECHOS
BRO BATIMENT
SARL au capital de 5000,00 €
12 avenue Maurice Thorez, 94200
Ivry-sur-Seine
521776740 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
26/12/2018 il a été pris acte de modifier
l’objet social de la société, à compter du
01/01/2019
Nouvel objet social : travaux de
construction surélévation et agrandissement de locaux résidentiels et de bureaux Travaux de prestations de service
dans le secteur du bâtiment ; travaux
électricité plomberie chauffage ventilation isolation peinture et vidéo surveillance. Mention en sera faite au RCS de
Créteil
419800B – LES ECHOS
FERHAT TRANSPORT
SASU au capital de 1500,00 €
158 avenue marx dormoy,
92120 Montrouge
823431754 RCS Nanterre
Par décision de L’Associé Unique en
date du 21/01/2019 il a été décidé de
transférer le siège social de la société au
32 rue de paris, 94510 La queue en brie
à compter du 21/01/2019.
Président : M. tiaouinine ferhat, demeurant 32 rue de paris, 94510 La queue en
brie
La société sera immatriculée au RCS de
Créteil et sera radiée du RCS de Nanterre
419869A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 94 et 75
SCI SOLFERINO
Société civile immobilière au capital de
15 244,90 €
Siège social : 10, rue de Solférino
75007 PARIS
381158963 RCS PARIS
Aux termes d’une délibération en date du
13/11/2018, l’assemblée générale extraordinaire a décidé de transférer le
siège social du 10, rue de Solférino,
75007 PARIS au 59 rue Jules Vanzuppe
à IVRY-SUR-SEINE 94200, d’agréer
Mme Anne-Pernelle RICHARDOT, demeurant 27 rue de Dalis à Strasbourg
67100, en qualité d’associée, de désigner cette dernière comme Gérante de
la Société et de modifier en conséquence
les articles 5 et 7 des statuts.
En conséquence, la Société, qui est immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 381158963 fera l’objet d’une nouvelle immatriculation au RCS de Créteil.
La Société, constituée pour cinquante
années à compter du 08/03/1991, a pour
objet social l’acquisition, l’administration
et la gestion de tous biens immobiliers et
un capital de 15 244,90 € composé uniquement d’apports en numéraire.
419892A – LES ECHOS
IMMO HUA
Société civile immobilière
au capital de 1 000 euros
Siège social : 93 Rue Charles Infroit
94400 VITRY SUR SEINE
817 407 877 RCS CRETEIL
Aux termes d’une délibération en date du
7/11/2018, l’AGE de la SCI IMMO HUA
a décidé de transférer le siège social du
93 rue Charles Infroit – 94400 VITRY
SUR SEINE au 100 rue Charles Infroit –
94400 VITRY SUR SEINE à compter du
même jour, et de modifier en conséquence l’article 5 des statuts.
420065A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 94 et 93
IN EXTENSO IDF HARL LEFORT
ET ASSOCIES
SAS au capital de 15.000 euros
Siège social : 1 Rue de Rome - 93110
ROSNY SOUS BOIS
Nº 437 798 093 RCS BOBIGNY
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
12 //
Par l’AGE du 02/01/2019, il a été décidé
de transférer le siège social au 7 avenue
de Joinville - 94130 NOGENT SUR
MARNE, à compter de ce jour.
Président : M. Fabrice LEFORT demeurant 1, Villa du Roi Henri IV - 92370 CHAVILLE.
En consèquence elle sera immatriculée
au RCS de CRETEIL et elle sera radiée
au RCS de BOBIGNY.
419731B – LES ECHOS
LES CLES DU VAL DE MARNE
SAS au capital de 10000 €
26-28 rue du Général de Gaulle, 22
Résidence de France, 94430
CHENNEVIERES S/M
813903143 RCS Créteil
Par décision de L’AGE en date du
31/12/2018 les Associés ont :
- approuvé les comptes définitifs de la liquidation,
- donné quitus au Liquidateur, Mme
MARTIAL Maryse 26-28 rue du Général
de Gaulle, 15 Résidence de France,
94430 CHENNEVIERES S/M, pour sa
gestion et décharge de son mandat,
- prononcé la clôture des opérations de
liquidation à compter du jour de ladite Assemblée. Radiation au RCS de Créteil
419773B – LES ECHOS
ALPHA NET SOLUTIONS
SASU au capital de 1000,00 €
40 B RUE DE PARIS, 94340
JOINVILLE-LE-PONT
804111425 RCS Créteil
Par décision de L’Associé Unique en
date du 31/12/2018 il a été décidé la dissolution anticipée de la société et sa mise
en liquidation amiable à compter du
31/12/2018, nommé en qualité de liquidateur M. Joël Blesson, 8 Vieux chemin
de la Colle, 06160 ANTIBES et fixé le
siège de liquidation et l’adresse de correspondance chez le liquidateur M. Joël
Blesson. Mention en sera faite au RCS
de Créteil
413474A – LES ECHOS
SAMSA PLOMBERIE SANITAIRE ET
CHAUFFAGE, EURL au capital de
5600 €. Siège social : 7 bis bd voltaire
94210 La varenne st hilaire. 489003590
RCS CRETEIL. Le 23/12/2018, l’associé
unique a approuvé les comptes de liquidation, déchargé le liquidateur de son
mandat et constaté la clôture des opérations de liquidation. Radiation au RCS de
CRETEIL.
419519A – LES ECHOS
ASSISBAT ASSISTANCE
BATIMENT
SARL au capital de 20.000 €
220 quai Adrien Mentienne
94360 BRY SUR MARNE
RCS Créteil 339 509 861
Le 30 novembre 2018, l’associée unique
a approuvé les comptes de liquidation de
la société, donné quitus au liquidateur et
constaté la clôture des opérations de liquidation à compter de ce même jour. La
société sera radiée du RCS de Créteil.
VENTE DE FONDS GERANCE
420099B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte sous-seing privé en
date du 15/01/2019 enregistré le
17/01/2019 au SDE de CRETEIL,
la société ETOILE TAXI 1980 SARL, au
capital de 43200 €, immatriculée au RCS
de CRETEIL sous le numéro 319491130,
domiciliée 112 AVENUE DE PARIS
94300 VINCENNES représentée par MR
TOME,
a donné en location gérance à
M. JACQUES DELICES, 214 AV CHARLES DE GAULLE, 94170 Le Perreux-surMarne
un fonds de commerce de
TAXI ADS Nº10619 situé 214 AV CHARLES DE GAULLE, 94170 Le Perreux-surMarne, à compter du 01/02/2019
jusqu’au 01/02/2020
Le contrat est renouvelable par tacite reconduction d’une période de 12 mois
Pour unique insertion
419679A – LES ECHOS
Suivant ASSP en date du 26/12/2018,
TOPSEC EQUIPEMENT, SAS au capital
de 475860 €, ayant son siège social 19
rue de la Baignade, 94400 Vitry-surSeine, 430 113 589 RCS Créteil a confié
en location-gérance à TOPSEC
FRANCE, SAS au capital de 1 euros,
ayant son siège social 19 rue de la Baignade, 94400 Vitry-sur-Seine,
840 314 652 RCS de Créteil, son fonds
de commerce de Vente en France, par
automate, catalogue et autres commerces de détails, d’articles de sport et de
loisir à destination des nageurs et des patineurs, sis et exploité19 rue de la Baignade, 94400 Vitry-sur-Seine.
La présente location-gérance est
consentie et acceptée pour une durée de
12 mois à compter du 01/01/2019 pour
se terminer le 31/12/2019, renouvelable
par tacite reconduction.
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
95 • VAL-D'OISE
SOCIETES
419839B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/10/2017 il a été constitué une SCI
nommée :
SCI YAM
Objet social : ACQUISITION, location,
vente et la gestion de tous immeubles pavillons et terrains quelconques en vue de
leur gestion
Siège social : 46 RUE DE GENERAL
DE GAULLE, 95370 MONTIGNY LES
CORMEILLES Capital : 1000 € Gérant :
Mme YAMNA M SSAHEL, 46 RUE DE
GENERAL DE GAULLE, 95370 MONTIGNY LES CORMEILLES Durée : 50 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Pontoise
419919B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
02/01/2019 il a été constitué une SAS
nommée :
B2K HOLDING
Objet social : Activités des sociétés holding
Siège social : RUE DE BELLOY, 95560
MONTSOULT Capital : 1000 € Président : M. Bilal AMARA demeurant : 3 bis
Avenue de la Concorde, 95400 ARNOUVILLE élu pour une durée indéterminée
DG : M. Abdelkader AMARA demeurant :
13 Rue Carrère, 95400 ARNOUVILLE
DG : M. Kamal AMARA demeurant : 17
rue Charles Gounod, 95500 GONESSE
Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de Pontoise
419946B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
08/01/2019 il a été constitué une SASU
nommée :
NORA-K
Objet social : Le transport de marchandises ; Toutes livraisons ; Le transport de
-3 T 500, location, service transport public, routier de marchandises, location de
véhicules industriels pour le transport
routier de marchandises avec conducteur.
Siège social : 4 RUE DU PONT, 95820
BRUYERES-SUR-OISE Capital :
6000 € Président : Mme CAMILLE,
SYLVAINE, CORINNE BELLE demeurant : 4 RUE DU PONT, 95820 BRUYERES-SUR-OISE élu pour une durée indéterminée Durée : 99 ans à compter de
son immatriculation au RCS de Pontoise
420082B – LES ECHOS
Aux termes d’un acte SSP en date du
01/01/2019 il a été constitué une SARL
nommée :
S.A.R.L TEAM SPORT 95
Objet social : Conseils et management
sport sport et plus généralement, toutes
opérations commerciales, financières, industrielles, mobilières et immobilières
pouvant s’y rapporter directement ou indirectement
Siège social : 2 Allée du Berry, 95820
Bruyere sur Oise Sigle : TM 95 Nom
commercial : CONSEIL ET MANAGEMENT SPORT Capital : 1000 € Gérance : M. Brice TAMO, 2 allée du Berry,
95820 Bruyere sur OISE Cogérant : M.
Jérémy MARIELLO, 2 allée du Berry,
95820 Bruyère sur Oise Durée : 99 ans
à compter de son immatriculation au
RCS de Pontoise
413503A – LES ECHOS
Par acte SSP du 21/12/2018 constitution
de la SAS COSMOLIFE. Capital :
80000 €. Siège social : 25 rue des alouettes 95150 tarverny. Objet : import, export
de colorants, pigments et autres matières premières pour industrie cosmétique
et autres industries. Président : Manuel
De Arriba Sanchez, 25 rue des alouettes
95150 taverny. Durée : 99 ans à compter
de l’immatriculation au RCS de Pontoise.
418560A – LES ECHOS
Par acte SSP du 08/01/2019 il a été
constitué une SASU dénommée :
SATUR TECHNOLOGIES
Siège social : 23 rue du général de
gaulle 95420 MAGNY EN VEXIN. Capital : 1.000 €. Objet : Études, Conseils et
Ingénierie informatique. Président : M
HAMROUN Mahmoud, 23 rue du général
de gaulle 95420 MAGNY EN VEXIN. Durée : 99 ans. Immatriculation au RCS de
PONTOISE.
419775A – LES ECHOS
Par acte SSP du 31/10/2018 il a été
constitué une SASU dénommée :
Président : M. NEFISSI Hichem 1 rue
des touleuses brunes 95000 CERGY
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
419808A – LES ECHOS
Par acte SSP du 10/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : SCI
COUBERTIN Siège social : 1 allée romain rolland 95350 ST BRICE SOUS
FORET Capital : 100 € Objet : La propriété, la gestion, l’administration et la
disposition de tous immeubles et de tous
biens et droits immobiliers dont elle pourrait devenir propriétaire par voie d’acquisition, échange ou autrement Gérant : M.
HANOUFA Fabrice 1 Allée Romain Rolland 95350 ST BRICE SOUS FORET
Cession des parts sociales : Soumise à
agrément Durée : 99 ans à compter de
l’immatriculation au RCS de PONTOISE
419816A – LES ECHOS
Par acte SSP du 30/11/2018 il a été
constitué une SARL à associé unique dénommée : R.P. MULTISERVICES Nom
commercial : R.P. MULTISERVICES
Siège social : 50 rue henri barbusse
95870 BEZONS Capital : 1.000 € Objet :
Travaux de rénovation immobilière , extérieurs et intérieurs Gérant : M. PEREIRA PINTO Ricardo Andre 50 Rue
Henri Barbusse 95870 BEZONS Durée :
99 ans à compter de l’immatriculation au
RCS de PONTOISE
419817A – LES ECHOS
Par acte SSP du 10/01/2019 il a été
constitué une SCI dénommée : SCI NEY
Siège social : 1 allée romain rolland
95350 ST BRICE SOUS FORET Capital : 100 € Objet : La propriété, la gestion,
l’administration et la disposition de tous
immeubles et de tous biens et droits immobiliers dont elle pourrait devenir propriétaire par voie d’acquisition, échange
ou autrement Gérant : M. HANOUFA Fabrice 1 Allée Romain Rolland 95350 ST
BRICE SOUS FORET Cession des parts
sociales : Soumise à agrément Durée :
99 ans à compter de l’immatriculation au
RCS de PONTOISE
419828A – LES ECHOS
Par acte SSP du 10/01/2019 il a été
constitué une SARL dénommée : SARL
BOULANGERS Siège social : 1 allée romain rolland 95350 ST BRICE SOUS
FORET Capital : 100 € Objet : La propriété, la gestion, l’administration et la
disposition de tous immeubles et de tous
biens et droits immobiliers dont elle pourrait devenir propriétaire par voie d’acquisition, échange ou autrement Gérant : M.
HANOUFA Fabrice 1 Allée Romain Rolland 95350 ST BRICE SOUS FORET
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
420196B – LES ECHOS
419741A – LES ECHOS
FORAID
ETABLISSEMENT MOULON ET
FILS
SAS au capital de 40000,00 €
10 avenue de l’Entreprise, 95863 Cergy
Pontoise Cedex
529557167 RCS Pontoise
Par décision en date du 08/01/2019 il a
été pris acte de la nomination de M. François MASSONNAUD, demeurant 32 rue
de la Quintinie 75015 PARIS en qualité
de nouveau Président, à compter du
08/01/2019 pour une durée illimitée, en
remplacement de M. Yves COMPANY,
Président démissionnaire. Mention en
sera faite au RCS de Pontoise
413369A – LES ECHOS
JJ TECH, SAS au capital de 2000 €
Siège social : 35 rue des pinsons 95610
ERAGNY SUR OISE 839999802 RCS
Pontoise Le 16/10/18, les associés ont :
décidé de transférer le siège social au 1
Chemin du coudrier 95650 Boissy-l’Aillerie Mention au RCS de Pontoise
413382A – LES ECHOS
192k, SAS au capital de 5000 € Siège social : 6 rue du Musigny 21000 Dijon
830783645 RCS Dijon. Le 03/12/18, les
associés ont décidé de transférer le siège
social au 25 rue de Jaigny 95160 Montmorency ; pris acte de la démission de
Eric Moutot, ancien Président ; en remplacement, décidé de nommer Président
M. Clotilde Véran, 25 rue de Jaigny
95160 Montmorency ; . Objet : L’étude, la
préconisation et la mise en œuvre de solutions techniques audiovisuelles, le
conseil et la prestation en régie générale
et technique. Radiation au RCS de DIJON. Inscription au RCS de PONTOISE
413498A – LES ECHOS
AVSO SARL au capital : 193 600 €.49/51
ruelle des plantes, 95280 JOUY LE
MOUTIER RCS : 414955542 de PONTOISE En date du 08/12/2018, Le gérant
décide le transfert du siège social au 9
rue des bois, 95000 boisemont, à
compter du 08/12/2018 et le changement
de domicile de IWANSKI Philippe, gérant
de la société, à présent domicilié : 9 rue
des bois 95000 BOISEMONT ; Modification au RCS de PONTOISE
419056A – LES ECHOS
JIM PIZZA, SAS au capital de 5.000 €,
34 rue de la Tour Billy, 95100 Argenteuil,
803 537 950 RCS Pontoise. L’AGM a décidé, le 1.12.2018, de transférer le siège
social de la société au 103 rue de la Garenne, 60240, Fleury. La société sera radiée du RCS de Pontoise et réimmatriculée au RCS de Beauvais
419524A – LES ECHOS
419829A – LES ECHOS
Par acte SSP du 21/01/2019, il a été
constitué une SASU ayant les caractéristiques suivantes :
Dénomination :
AMARIR CONSULTING
Objet social : Prestation de conseils en
informatique
Siège social : 8 allée Alexander Graham
Bell 95130 Le Plessis-Bouchard.
Capital : 1000 €
Durée : 99 ans
Président : M. AMARIR Hakim, demeurant 8 allée Alexander Graham Bell,
95130 Le Plessis-Bouchard
Admission aux assemblées et droits
de votes : Tout associé a le droit de participer aux décisions collectives, quel que
soit le nombre d’actions qu’il possède.
Chaque action donne droit à une voix.
Clause d’agrément : Les cessions d’actions sont soumises à l’agrément de la
collectivité des associés statuant à la majorité des voix des associés.
Immatriculation au RCS de Pontoise
419994A – LES ECHOS
Par acte SSP du 21/10/2018 il a été
constitué une SNC dénommée :
MOISE
Siège social : 10 place jean jaures
95500 GONESSE
Capital : 1.000 €
Objet : L’achat, la vente, gestion et l’exploitation de fonds de commerce ou titres
de sociétés ayant une activité de bar, tabac, brasserie, loto, amigo, produits de
la française des jeux, vins et liqueurs,
restaurant, presse, cartes, téléphones
Gérant : M. SEMAT Mickael 34, avenue
des aubépines 95500 GONESSE
Associé en nom : M. SAMAT Frederic 70,
rue marat 95400 ARNOUVILLE LES GONESSE
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au RCS de PONTOISE
Y2R TRANSPORT
419610B – LES ECHOS
Siège social : 4-6 rue des chauffours cs
70006 95095 CERGY PONTOISE CEDEX
Capital : 28.000 €
Objet : Transport publics routiers de
marchandises avec véhicules tout tonnage location de véhicules industriels
pour le transport routier de marchandises
avec conducteur toutes activités secondaires ayant un lien direct ou indirect
avec l’activité principale, telles les activités de déménagement, de transit, d’affrètement et d’import-export.
SASU au capital de 10000,00 €
50 RUE DE PONTOISE, 95870 BEZONS
822501482 RCS Pontoise
Par décision en date du 18/01/2019 il a
été décidé de transférer le siège social
de la société au 23 RUE ANTIGNA,
45000 ORLEANS à compter du
18/01/2019. La société sera immatriculée au RCS de Orléans et sera radiée du
RCS de Pontoise
CROME VISIONS
MARIAUD SERVICES
SARL au capital de 500 €
Siège : 104 RUE MARECHAL JOFFRE
76600 LE HAVRE
830292710 RCS de LE HAVRE
Par décision de l’AGE du 31/12/2018, il
a été décidé de :
- transférer le siège social au 4 Allée
Maurice Clavel 95350 ST BRICE SOUS
FORET.
Gérant : M. YADAN Arié 4 Allée Maurice
Clavel 95350 ST BRICE SOUS FORET.
- prendre acte du départ du Gérant M.
BEN ATTAR Benjamin démissionnaire
Radiation au RCS de LE HAVRE et réimmatriculation au RCS de PONTOISE
Société à responsabilité limitée
transformée en société par actions
simplifiée
Au capital de 8 000 euros
Siège social : 83 rue Saint Roch 95260
BEAUMONT SUR OISE
511996886 RCS PONTOISE
AVIS DE TRANSFORMATION
Par décision du 15/12/2018, l’associé
unique a décidé la transformation de la
Société en société par actions simplifiée
à compter du même jour, sans création
d’un être moral nouveau et a adopté le
texte des statuts qui régiront désormais
la Société. La dénomination de la Société, son objet, son siège, sa durée et
les dates d’ouverture et de clôture de son
exercice social demeurent inchangées.
Le capital social reste fixé à la somme de
8 000 euros.
Exercice du droit de vote : Tout associé peut participer aux décisions collectives sur justification de son identité et de
l’inscription en compte de ses actions au
jour de la décision collective. Sous réserve des dispositions légales, chaque
associé dispose d’autant de voix qu’il
possède ou représente d’actions.
Transmission des actions : La cession
des actions de l’associé unique est libre.
Agrément : Les cessions d’actions, à
l’exception des cessions aux associés,
conjoints, ascendants ou descendants
sont soumises à l’agrément de la collectivité des associés.
Sous sa forme à responsabilité limitée, la
Société était gérée par M. Pascal MOULON. Sous sa nouvelle forme de société
par actions simplifiée, la Société est dirigée par :
PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ : M. Pascal MOULON, demeurant 4 rue de l’Ile
de France 95290 L’ISLE ADAM.
419838A – LES ECHOS
3 G L Société à responsabilité limitée au
capital de 1.000 euros Siège social : 14
avenue des Essarts 95000 CERGY RCS
PONTOISE 752 554 972 L’AGE du
12/12/2018 a décidé de transformer, à
compter du 12/12/2018, la société en société par actions simplifiée et d’adopter
le texte des statuts qui régiront désormais la société. Cette transformation entraîne la publication des mentions suivantes : FORME : Société par Actions
Simplifiée CAPITAL : 1.000 € divisé en
100 actions PRESIDENT : M. Gilles
LEONARD, demeurant à CERGY
(95800) 14 avenue des Essarts Les fonctions de Gérante précédemment remplie
par Mme Géraldine DURANTON épouse
LEONARD ont pris fin, du fait de la transformation TRANSMISSION DES ACTIONS : Les actions ne peuvent être cédées, sauf entre associés, qu’avec
l’agrément préalable de la collectivité des
associés ADMISSION AUX ASSEMBLEES ET DROIT DE VOTE : Tout associé peut participer aux assemblées sur
justification de son identité et de l’inscription en compte de ses actions. Chaque
associé dispose d’autant de voix qu’il
possède ou représente d’actions.
419875A – LES ECHOS
SALCIANU BAT
SARL au capital de 10.000 €
Siège social : 8 IMPASSE LANGLOIS,
95230 Soisy-sous-Montmorency
750 945 982 RCS de Pontoise
419537A – LES ECHOS
LE HERON MLC PATRIMOINE Société
civile immobilière au capital de 2.000 €
Siège : 31 allée des Colverts 59650 VILLENEUVE D ASCQ 483754990 RCS de
LILLE METROPOLE Par décision de
l’AGE du 24/12/2018, il a été décidé de
transférer le siège social au 51 Rue des
Châtaigniers 95100 ARGENTEUIL. Gérant : M. LE CORRE MICHEL 98 RUE
DE MALCOUTURE 95100 ARGENTEUIL Radiation au RCS de LILLE METROPOLE et ré-immatriculation au RCS
de PONTOISE.
419592A – LES ECHOS
Assobet food
Assobet food, SARL au capital de 1000
euros, 13 Boulevard Edouard Branly
95200 Sarcelles. RCS Pontoise
818067894. A compter A.G.E du
14-01-2019 : La dénomination devient :
assobé food. Démission gérant : M.
DIARRA Sauroutou. Nomination nouveau gérant : M. Sandji DIARRA, 21 Rue
De Bougainville 93600 Aulnay Sous
Bois. Statuts mis à jour. Formalités au
RCS de Pontoise.
419729A – LES ECHOS
S.A.S. « CHAMPAR », au capital de
50.000 €, 12 Av. des Mourillons, 95140
GARGES LES GONESSE, R.C.S. PONTOISE B 353 994 551. Lors de l’A.G. du
08/10/18, il a été nommé à compter du
01/10/18 aux fonctions de C.A.C. titulaire, la SAS NEO ADVISORY SERVICES (A. JAADA-2 rue MONTESSORI
92600 ASNIERES/SEINE) en remplacement de M. CHATIN Bertrand, démissionnaire, et aux fonctions de C.A.C. suppléant la SASU 2C CONSULTING (C.
CRUEL-27 rue REBEVAL 75019 PARIS)
en remplacement de LEVREL ET ASSOCIES, démissionnaire. Modification au
RCS de PONTOISE.
L’AGE du 14/01/2019 a décidé de transférer le siège social de la société 2 AVENUE DE L’ESTEREL, 06160 Antibes, à
compter du 14/01/2019.
Radiation au RCS de Pontoise et réimmatriculation au RCS d’Antibes
419960A – LES ECHOS
ALPHA-TRAINING Société par actions
simplifiée à associé unique au capital de
4.000 € Siège : 34 C Rue DU RESERVOIR 95520 OSNY 832947634 RCS de
PONTOISE Par décision du président du
18/01/2019, il a été décidé de changer la
dénomination sociale qui devient IFSAPTRAINING. Mention au RCS de PONTOISE
420030A – LES ECHOS
Cette annonce paraît dans les départements 95 et 75
EMA
SAS au capital de 10.000 euros
Siège social : 3 RUE THEODORE DE
BANVILLE 75017 PARIS
Nº 789 460 136 RCS PARIS
Par AGE du 02/01/2019, il a été décidé
de transférer le siège social au 52 Boulevard Clémenceau 95240 Cormeilles en
Parisis à compter de ce jour.
Président : M. MEDINA Ephraïm demeurant 3 rue Théodore de Banville
75017 Paris.
Directeur Général : M. AMSELLEM Michael demeurant 141 rue de Longchamp
75116 Paris.
En consèquence elle sera immatriculée
au RCS de PONTOISE et elle sera radiée au RCS de PARIS.
419642B – LES ECHOS
PRO LOP’R
SARL Unipersonnelle au capital de
4000,00 €
10 RUE HENRI DUNANT, 95410
GROSLAY
812176402 RCS Pontoise
Par décision de L’Associé Unique en
date du 30/08/2016 il a été décidé de la
dissolution anticipée de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
30/08/2016, nommé en qualité de liquidateur M. Romain LOPES, 10 RUE
HENRI DUNANT, 95410 GROSLAY et
fixé le siège de liquidation et l’adresse de
correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Pontoise
420131B – LES ECHOS
PRO LOP’R
SARL Unipersonnelle au capital de
4000,00 €
10 RUE HENRI DUNANT, 95410
GROSLAY
812176402 RCS Pontoise
Par décision de L’Associé Unique en
date du 30/08/2016 il a été décidé de la
dissolution anticipée de la société et sa
mise en liquidation amiable à compter du
30/08/2016, nommé en qualité de liquidateur M. Romain LOPES, 10 RUE
HENRI DUNANT, 95410 GROSLAY et
fixé le siège de liquidation et l’adresse de
correspondance au siège de la société.
Mention en sera faite au RCS de Pontoise
419648B – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue dans Les
Echos (Le Publicateur Légal – La Vie Judiciaire), le 06/12/2018, concernant la société VIANA & LISBOA, lire Mme Elisabete DE ALMEIDA PINHO, demeurant
59 rue des Beurriers 95100 ARGENTEUIL, est nommée Gérante en remplacement de Mme Marie Gorete MACHADO à compter du 01/01/2019.
419750A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce publiée dans Les
Echos du 19/10/2018 concernant SIRA :
Il fallait lire :
- Siège social transféré en date du
13/12/2018 (....) à compter du
13/12/2018.
419985A – LES ECHOS
Rectificatif à l’annonce parue le
04/12/2018, concernant la société T2NC
SERVICES, il y avait lieu de lire Président : M. MADIATA Teofilo, 2 Place
Youri Gagarine 93200 SAINT DENIS, et
capital : 1.000 €
VENTE DE FONDS GERANCE
419522A – LES ECHOS
Suivant acte SSP en date du 19 décembre 2018, enregistré le 22 décembre
2018 au SDE Ermont, dossier 2019
0915, réf. 9504P61 2018 A 01418,
M. Alex DIMET
Courtier d’assurances, exerçant sous
l’enseigne PSA INVESTISSEMENT
CONSEIL, au 12 rue de la République –
95120 ERMONT, immatriculé au RCS de
Pontoise nº 335 197 596,
A cédé sa clientèle liée à son activité de
courtage d’assurance et conseiller en investissement financier, exploitée sous
l’enseigne PSA INVESTISSEMENT
CONSEIL, au 12 rue de la République –
95120 ERMONT, à la
SAS LIEGE INVEST,
Au capital de 1.000 €, ayant son siège
37 rue de Liège – 75008 PARIS, immatriculée au RCS de Paris sous le
nº 808 968 787.
Cette vente a été consentie au prix de
134.400 €. L’entrée en jouissance est
fixée au 1er janvier 2019.
Les oppositions s’il y a lieu seront reçues
dans les formes légales dans les 10 jours
de la dernière publication en date, pour
la validité à l’adresse de la clientèle cédée, 12 rue de la République – 95120
ERMONT, et pour la correspondance auprès de Maître José Michel GARCIA,
avocat, Cabinet ANTELIS, 251 bd Péreire - 75017 PARIS.
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
// 13
Les Echos Mercredi 23 janvier 2019
appels d’offres
APPEL
À PROJETS
78
SAINT QUENTIN
EN YVELINES
VALORISATION DE LA
COLLINE D’ÉLANCOURT,
POINT CULMINANT
D’ÎLE-DE-FRANCE
Dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024,
Saint-Quentin-en-Yvelines, territoire hôte,
souhaite lancer un appel à projets concernant la :
Valorisation de la Colline d’Elancourt,
point culminant d’Ile-de-France
Objet de l’appel à projets : Saint-Quentin-en-Yvelines mène une stratégie de
valorisation globale des sites olympiques
retenus sur son territoire dont de la Colline
d’Elancourt qui accueillera les épreuves
de VTT.
Ses qualités et son positionnement stratégique en font un espace à haut potentiel.
La Colline bénéficiera par ailleurs d’une
exposition médiatique majeure et d’une
démarche d’héritage des équipements et
aménagements olympiques.
Dans ce contexte, SQY lance un appel à
projets auprès des opérateurs intéressés à
prendre part à la valorisation de ce secteur
par une proposition originale.
Date limite de remise des dossiers :
4 mars 2019 à 16h
Le détail de la consultation est disponible
sur le site internet de SQY : sqy.fr/colline2024
ou auprès de appel-a-projet-colline@sqy.fr
CONCESSIONS
91 VILLE DE MASSY
GESTION DU MULTI-ACCUEIL
DE VILGÉNIS
AVIS DE CONCESSION
MAIRIE DE MASSY
M. Nicolas Samsoen - Maire, 1 Avenue du
général de Gaulle, 91300 Massy
Tél : 01 60 13 74 03 - mèl : correspondre@
aws-france.com - web : http://www.
ville-massy.fr
Type de pouvoir adjudicateur : Collectivité territoriale
Principale(s) activité(s) du pouvoir adjudicateur : Services généraux des administrations publiques ;
Objet : Concession de service public pour
la gestion du multi-accueil de Vilgénis
La durée du contrat est fixée à cinq (5) ans
à compter du 1er septembre 2021.
Référence acheteur : DSPCRECHE2019
Type de marché : Services
Procédure : Avis de concession
Code NUTS : FR104
Lieu principal de prestation : Massy quartier Vilgénis en construction, 91300 Massy
Durée de la concession : 60 mois.
Description : le présent contrat est une
concession au sens de l'ordonnance 216-65
du 29/01/2016 et décret n° 2016-86 du
01/02/2016 et une délégation de service
public au sens des articles L1411-1 et suivants du code général des collectivités
territoriales. La Ville confiera au candidat
retenu à titre exclusif la gestion du service
public du multi-accueil de Vilgénis de 45
berceaux. Le domaine de Vilgénis, situé
au nord-ouest de la Commune, englobe
un grand parc paysager classé de 30 hectares, un château et ses communs classés
et un ensemble de bâtiments d’activités
d’Air France. Il s’étend sur une soixantaine
d’hectares. La commune recourt a la procédure ouverte, ce choix étant possible
depuis l'arrêt du Conseil d’Etat 15/12/06
Société Corsica Ferries. Les candidats
sont informes qu'ils doivent remettre
simultanément leur candidature et leur
offre. Le pouvoir adjudicateur se réserve
le droit de négocier avec les 5 meilleures
offres remises.
Classification CPV :
Principale : 85312110 - Services de crèches
et garderies d'enfants
Valeur estimée hors TVA : 4 000 000,00
euros
Délégation
Conditions relatives au contrat
Conditions d'exécution de la concession :
NON
Conditions de participation
Habilitation à exercer l'activité professionnelle, y compris exigences relatives à l'inscription au registre du commerce ou de la
profession :
Liste et description succincte des conditions :
Conformément aux dispositions de l’article L. 1411-1 du Code général des collectivités territoriales, les candidatures
seront sélectionnées en fonction des critères suivants :
• garanties professionnelles et financières ;
• respect de l’obligation d’emploi des
travailleurs handicapés prévue à l’article
L. 5212-2 du Code du travail ;
• aptitude à assurer la continuité du service public et l'égalité des usagers devant
le service public.
Chaque candidat individuel ou membre
d’un groupement-candidat produira l'ensemble des pièces demandées ci-dessous, à l'exception de la lettre de candidature qui reste unique et qui sera
renseignée par chacun des membres du
groupement-candidat.
Situation juridique :
• lettre de candidature modèle DC1 disponible sur www.minefe.gouv.fr ou équivalent ;
• pouvoir de la ou les personnes habilitées
à engager la société ou le groupement ;
• extrait Kbis ou équivalent datant de
moins de 3 mois ;
• pour les personnes physiques ou
morales ayant commencé leur activité
depuis moins d’un an, un récépissé de
dépôt de déclaration auprès d’un centre
de formalité des entreprises ;
• certificats prévus à l’article 8 du décret
n°97-638 du 31 mai 1997 et à l’arrêté du
31 janvier 2003 modifié pris pour son
application justifiant que le candidat est en
règle au regard de ses obligations fiscales
et sociales ;
• déclaration sur l'honneur attestant que
le candidat :
O n'a pas fait l'objet au cours des 5 dernières années, d'une condamnation inscrite au bulletin n°2 du casier judiciaire
pour les infractions visées aux articles
L. 8221-1, L. 8221-2, L. 8221-3 à L. 8221-5,
L. 8251-1 et L. 8256-2 et suivants, L. 8231-1,
L. 8234-1 et suivants, L. 8241-1, L. 8241-2,
L. 8243-1 et L. 8243-2 du Code du travail
ou des infractions de même nature dans un
autre état de l’Union Européenne ;
o n’est pas en liquidation judiciaire et si le
candidat est en redressement judiciaire, la
copie du ou des jugement(s) prononcé(s)
à cet effet ;
o ne tombe pas sous le coup d'une interdiction de concourir à la présente consultation, ou d’une interdiction équivalente
pour un candidat étranger ;
•documents attestant du respect des
articles L. 5212-1 à L. 5212-5 du Code
du travail relatifs à l’emploi des travailleurs handicapés, des mutilés de guerre
et assimilés : le candidat, s’il est assujetti à l’obligation définie aux articles L.
5212-1 à L. 5212-4 du Code du travail
adressera attestation de souscription
au cours de l’année précédant celle au
cours de laquelle a eu lieu le lancement
de la consultation, de la déclaration visée
à l’article L. 5212-5 du même code, ou s’il
en est redevable, une attestation de versement de la contribution visée aux articles
L. 5212-9 à L. 5212-11 du Code du travail ;
•attestations d’assurances, notamment en
ce qui concerne les assurances couvrant
les responsabilités civile et professionnelle (précisant le niveau de couverture
en euros) dont disposent le candidat ou
chaque membre du groupement.
Capacité économique et financière :
Liste et description succincte des critères
de sélection, indication des informations
et documents requis :
• déclaration du candidat obligatoirement
signée et renseignée dans toutes ses
rubriques. A cet effet, l’imprimé DC2 est
recommandé (téléchargeable sur le site
www.minefe.gouv.fr) comprenant notamment les renseignements permettant
d’évaluer les capacités professionnelles
techniques et financières de l’entreprise ;
• si l’entreprise est en redressement judiciaire, la copie du ou des jugement(s) prononcé(s) à cet effet ;
• bilans, comptes de résultat et annexes
certifiés ou documents équivalents sur
les trois dernières années pour lesquelles
l’établissement de ces documents est obligatoire en vertu de la loi. Si le candidat est
une société filiale, les éléments financiers
(bilans, comptes de résultats et annexes
certifiés) et l’extrait Kbis devront être fournis par la maison-mère ;
• si le candidat est une société filiale,
la convention de gestion avec la société-mère devra être transmise (et notamment les détails de calcul des frais de
structure refacturés à la filiale) ;
• schéma de l’actionnariat de la société
candidate, et le cas échéant, solidité financière de ses gérants.
Référence professionnelle et capacité
technique :
Liste et description succincte des critères
de sélection, indication des informations
et documents requis :
• un mémoire présentant l’opérateur économique, son savoir-faire en matière d'exploitation du service en rapport avec l'objet de la concession ;
• la présentation des références pertinentes du candidat en rapport avec l'objet
de la concession de service public ou tout
autre document démontrant son aptitude
à assurer l'exécution du service public
concerné ;
• les renseignements relatifs à la nature de
l'activité, qualifications professionnelles,
moyens techniques et humains dont l’opérateur économique dispose pour assurer la
continuité du service public et l’égalité des
usagers devant le service public objet de
la présente consultation ;
• les références acquises en matière d'exploitation et de gestion de services comparables au service délégué ou toute autre
référence pertinente, au cours des 5 dernières années, en indiquant le montant des
prestations exécutées, le lieu et l'époque
d'exécution. Si l’opérateur économique
gère actuellement des prestations similaires à celles de l’objet du concédant : leur
localisation et les caractéristiques principales de son activité. L’opérateur économique pourra produire des certificats de
capacités ou attestations de bonne exécution.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
par ordre de priorité décroissante (priorité
= 1 à la priorité la plus grande)
1 - Valeur technique de l'offre appréciée à
l'aide du mémoire technique
3 - Prise en compte de la notion de développement durable et condition sociale de
travail
2 - qualité financière de l'offre au regard du
compte d'exploitation prévisionnel
Remise des offres : 18/03/19 à 12h00 au
plus tard.
Langues pouvant être utilisées dans l'offre
ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Renseignements complémentaires :
Ce projet sera mis en œuvre en 3 phases,
permettant la réalisation de l’ensemble du
projet d’ici 2025.Il est prévu la réalisation
d’environ 1000 logements, un groupe scolaire de 16classes et un multiaccueil de
45 berceaux. Le calendrier, à ce jour, est
le suivant: achat de la coque en VEFA: fin
d’année 2018,livraison de la coque: septembre 2020;travaux d’aménagement de
la structure: septembre 2020 à juin2021,livraison travaux et ouverture du multi-accueil:1er septembre 2021.Les ressources
du concessionnaire seront: la prestation
de service unique versée par les familles
et la CAF, la compensation financière du
concédant, les recettes tirées des places
commercialisées auprès des tiers, les
éventuelles autres recettes. Le concessionnaire exploite le service à ses risques
et périls.
Il s'agit d'un marché périodique : OUI
Calendrier prévisionnel de publication
des prochains avis :
30 aout 2026
Le marché s'inscrit dans un projet/programme financé par des fonds communautaires : NON
Instance chargée des procédures de
recours : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE
VERSAILLES, 56 avenue de Saint Cloud,
78011 Versailles - Cedex, Tél : 01 39 20
54 00 - Fax : 01 39 20 54 87, mèl : greffe.
ta-versailles@juradm.fr
Précisions concernant le(s) délai(s) d'introduction des recours : - référé précon-
tractuel contre la procédure initiée par le
pouvoir adjudicateur à introduire avant la
conclusion du contrat dans les conditions
prévues aux articles L. 551-1 à L. 551-12
et R. 551-1 à R. 551-6 du code de justice
administrative,
- référé contractuel à compter de la signature du contrat conformément aux articles
L. 551-13 et R. 551-7 à R. 551-10 du code
de justice administrative, dans les délais
mentionnés à l'article R. 551-7 du code de
justice administrative,
- recours pour excès de pouvoir contre une
décision administrative prévu aux articles
R. 421-1 à R. 421-7 du CJA, et pouvant être
exercé dans les 2 mois suivant la notification ou publication de la décision de
l'organisme (le recours ne peut plus, toutefois, être exercé après la signature du
contrat),
- recours de pleine juridiction ouvert aux
tiers justifiant d'un intérêt lésé, et pouvant
être exercé dans les 2 mois suivant la date
à laquelle la conclusion du contrat est rendue publique,
- conformément à l'arrêt du Conseil d'État,
16.7.2007 « Société Tropic Travaux signalisation », tout candidat évincé peut former
un recours en pleine juridiction, tendant à
la contestation de la validité du contrat,
dans un délai de 2 mois à compter de la
publicité annonçant la conclusion du marché. Ce recours pourra, le cas échéant,
être assorti d'une demande de référé-suspension (article L. 521-1 du code de justice
administrative).
Une fois exécutoire, le contrat pourra être
consulté par toute personne qui en fera la
demande expresse, auprès du concédant
(dans les limites fixées par la loi n°78-753
du 17 juillet 1978 relative notamment à la
communication des documents administratifs).
Envoi à la publication le : 16/01/19
Date d'envoi du présent avis au JOUE et
au BOAMP : 16/01/19
Les dépôts de plis doivent être impérativement remis par voie dématérialisée.
Pour retrouver cet avis intégral, accéder
au DCE, poser des questions à l'acheteur, déposer un pli, allez sur http://www.
marches-publics.info
FOURNITURES
94 VILLE DE RUNGIS
Le nombre de personnes qui seront assignées à l'exécution de l'accord cadre et
leur Curriculum Vitae
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Autres renseignements demandés :
• Pour justifier des capacités professionnelles, techniques et financières d'autres
opérateurs économiques sur lesquels il
s'appuie pour présenter sa candidature,
le candidat produit les mêmes documents
concernant cet opérateur économique
que ceux qui lui sont exigés par le pouvoir
adjudicateur. En outre, pour justifier qu'il
dispose des capacités de cet opérateur
économique pour l'exécution des prestations, le candidat produit un engagement
écrit et signé de l'opérateur économique.
Nombre de candidats :
• Réduction du nombre d'opérateurs
durant la négociation ou le dialogue (procédure négociée, dialogue compétitif) :
Recours à une procédure se déroulant en
phases successives afin de réduire progressivement le nombre des solutions à
discuter ou des offres à négocier : OUI
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
14 février 2019 à 12 h 00
Date d'envoi du présent avis à la publication : 16 janvier 2019
Adresse auprès de laquelle les
documents peuvent être obtenus :
adresse internet : https://www.achatpublic.com /sdm /ent /gen /ent_detail.
do?PCSLID=CSL_2019_0ym4XBSEKw
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Melun,
43 rue du Général de Gaulle, 77008 Melun
cedex, tél. : 01 60 56 66 30
Nature et désignation des lots :
Lot 1: Fourniture de plantes annuelles à
massifs et plantes grimpantes
Durée du lot ou délai d'exécution : 12 mois
à compter de la notification du marché
Lot 2: Fourniture de plantes bisannuelles
Lot(s) 3 Lot 3: Fourniture de chrysanthèmes, potées, cascades, pyramides
Lot(s) 4 Lot 4: Mise en culture de jardinières et suspensions
Lot 5: Fourniture d'arbustes
Lot 6: Fourniture de sapins
Lot 7: Fourniture de bulbes, tubercules et
rhizomes
SERVICES
75 MNHN
FOURNITURE DE VÉGÉTAUX
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Rungis, M. Raymond
Charresson, Maire, 5 rue Sainte Geneviève
BP 10, 94151 Rungis cedex, adresse internet du profil acheteur : https://www.achatpublic.com/sdm/ent/gen/index.jsp
Objet du marché : FOURNITURE DE
VÉGÉTAUX
L'avis implique l'établissement d'un
accord-cadre avec un seul opérateur
Durée de l'accord-cadre : 12 mois
• Valeur estimée (HT) : 50000 euros (Euros)
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
Prestations divisées en lots : oui
Possibilité de présenter une offre pour un
ou plusieurs lots
Durée du marché ou délai d'exécution :
12 mois à compter de la notification du
marché
Date prévisionnelle de début des prestations : 15 mars 2019
Modalités essentielles de financement
et de paiement et/ou références aux
textes qui les réglementent : Règlement
par mandat administratif selon un délai
de 30 jours. En application de l'article 183
du Décret n° 2016-360 relatif aux marchés
publics, le dépassement du délai de paiement ouvre droit et sans autre formalité,
pour le titulaire du marché, au bénéfice
d'intérêts moratoires, à compter du jour
suivant l'expiration du délai.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d'opérateurs économiques
attributaire du marché : Forme libre
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Seront éliminés au stade de la candidature :
Les candidats qui ne peuvent soumissionner à un marché en application des dispositions de l'article 45 et 48 de l'ordonnance
du 23 juillet 2015;
Les candidatures qui ne sont pas accompagnées des pièces administratives de
candidatures demandées dans le présent
règlement;
Les candidatures qui ne justifient pas de
capacités professionnelles, techniques et
financières suffisantes au regard de l'objet
de l'accord-cadre;
Les candidats qui ne justifient pas d'un
chiffre d'affaire au moins équivalent à une
fois et demie (1,5) le montant de maximum
de l'accord-cadre;
• Situation juridique - références requises
: Copie du ou des jugements prononcés, si
le candidat est en redressement judiciaire ;
Déclaration sur l'honneur pour justifier que
le candidat n'entre dans aucun des cas
mentionnés à l'article 45 et 48 de l'ordonnance du 23 juillet 2015;
Renseignements sur le respect de l'obligation d'emploi mentionnée à l'article
L. 5212-1 à 4 du Code du travail ;
• Capacité économique et financière références requises : Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre
d'affaires concernant les services objet du
contrat, réalisés au cours des trois derniers exercices disponibles
• Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : Déclaration indiquant les effectifs moyens annuels
du candidat et l'importance du personnel
d'encadrement pour chacune des trois
dernières années ;
Liste des principaux services effectués
au cours des trois dernières années, indiquant le montant, la date et le destinataire
public ou privé. Les prestations sont prouvées par des attestations du destinataire
ou, à défaut, par une déclaration de l'opérateur économique ;
Déclaration indiquant l'outillage, le matériel et l'équipement technique dont le
candidat dispose pour la réalisation de
contrats de même nature ;
ACCORD CADRE DE SERVICE
DE DOCUMENTATION
AUDIOVISUELLE
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Museum National d'Histoire
Naturelle
Administrateur Service de la Commande
Publique, 57 rue CUVIER 75005 PARIS.
télécopieur : 0140795610, Courriel :
marches@mnhn.fr,
Adresse internet : http://www.mnhn.fr.
Adresse internet du profil d'acheteur :
http://www.mnhn.fr.
Le pouvoir adjudicateur agit pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs.
Principale(s) activité(s)s du pouvoir
adjudicateur : Loisirs, culture et religion.
Objet du marché : accord cadre de service de documentation audiovisuelle
pour le compte du muséum national
d'histoire naturelle.
Lieu d'exécution : Service image du
Muséum National d'Histoire Naturelle,
75005 PARIS.
L'avis implique un marché public.
Caractéristiques principales :
Le service Images a pour principale mission de produire des images, photographies ou audiovisuels et d'en assurer la
diffusion en interne et en externe à travers
notamment la photothèque-vidéothèque
(museumedia.mnhn.fr).
La présente consultation a pour objet la
documentation audiovisuelle : réception
et intégration des productions photos et
vidéos dans la photothèque-vidéothèque
Quantités (fournitures et services),
nature et étendue (travaux) : Cette production équivaut en moyenne à 200 photos
et 3-4 vidéos par semaine. Cette prestation fera l'objet d'un engagement forfaitaire repris dans la convention d'accord
cadre de 150Jrs/an. En parallèle sont également déposés plus ponctuellement des
fonds " dormants " assez conséquents à
traiter. Cette prestation fera l'objet de
commandes ponctuelles à prix unitaires
tel que repris dans la convention d'accord
cadre.
Nombre de reconductions éventuelles :
2.
Refus des variantes.
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC : oui.
Le présent avis correspond à un avis périodique indicatif constituant une mise en
concurrence.
Prestations divisées en lots : non.
Durée du marché ou délai d'exécution :
12 mois à compter de la notification du
marché.
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : les dépenses relatives à l'exécution du marché seront imputées sur le budget du mnhn. Le titulaire est
payé par virement bancaire.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d'opérateurs économiques
attributaire du marché : en cas de constitution d'un groupement, dans le cas où
il ne revêtirait pas cette forme lors du
dépôt de sa candidature ou de son offre,
le pouvoir adjudicateur se réserve le droit
decontraindre le groupement attributaire à
revêtir la forme d'un groupement :
conjoint avec mandataire solidaire
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Conditions de participation :
Critères de sélection des candidatures :
les candidatures jugées insuffisantes
seront éliminatoires
Situation juridique - références requises :
confer les éléments détaillés en justification de l'avis.
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement
par le candidat, à l'appui de sa candidature :
-Copie du ou des jugements prononcés,
si le candidat est en redressement judiciaire (si ces documents ne sont pas déjà
demandés dans le cadre du formulaire
DC2, ci-après)
-Déclaration sur l'honneur du candidat
justifiant qu'il n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
ou, pour les marchés publics de défense
ou de sécurité, qu'il n'entre dans aucun
des cas d'interdiction de soumissionner
obligatoires prévus aux articles 45 ,46 et
48 de l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 (si cette déclaration n'est pas déjà
demandée dans le cadre du formulaire
DC1, ci-après.)
-Déclaration sur l'honneur du candidat attestant qu'il est en règle, au cours
de l'année précédant celle au cours de
laquelle a lieu le lancement de la consultation, au regard des articles L. 5212-1,
L. 5212-2, L. 5212 5 et L. 5212-9 du code
du travail, concernant l'emploi des travailleurs handicapés (si cette déclaration
n'est pas déjà demandée dans le cadre du
formulaire DC1, ci-après)
-Si le candidat est établi en France, une
déclaration sur l'honneur du candidat
justifiant que le travail est effectué par
des salariés employés régulièrement au
regard des articles L. 1221-10, L. 3243-2
et R. 3243-1 du code du travail (dans le
cas où le candidat emploie des salariés,
conformément à l'article D. 8222-5-3° du
code du travail) (si cette déclaration n'est
pas déjà demandée dans le cadre du formulaire DC1, ci-après)
-Si le candidat est établi ou domicilié à
l'étranger, une déclaration sur l'honneur du
candidat attestant qu'il fournit à ses salariés des bulletins de paie comportant les
mentions prévues à l'article R. 3243-1 du
code du travail, ou des documents équivalents (si cette déclaration n'est pas déjà
demandée dans le cadre du formulaire
DC1, ci-après)
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
- Déclaration concernant le chiffre d'affaires
global et le chiffre d'affaires concernant les
fournitures, services ou travaux objet du
marché, réalisés au cours des trois derniers
exercices disponibles (renseignements à
inscrire dans le formulaire DC2, si celui-ci
est demandé par l'acheteur public)
-Déclaration appropriée de banques ou
preuve d'une assurance pour les risques
professionnels (déclaration à produire en
annexe du formulaire DC2, si celui-ci est
demandé par l'acheteur public)
-Bilans ou extraits de bilans, concernant
les trois dernières années, des opérateurs
économiques pour lesquels l'établissement des bilans est obligatoire en vertu
de la loi (documents à fournir en annexe
du formulaire DC2, si celui-ci est demandé
par l'acheteur public)
-Présentation d'une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières
années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé. Les livraisons
et les prestations de services sont prouvées par des attestations du destinataire
ou, à défaut, par une déclaration de l'opérateur économique (documents à fournir
en annexe du formulaire DC2, si celui-ci
est demandé par l'acheteur public)
-Indication des titres d'études et professionnels de l'opérateur économique
(documents à produire en annexe du formulaire DC2, si celui-ci est demandé par
l'acheteur public)
-Indication des titres d'études et professionnels des cadres de l'entreprise et
notamment des responsables de prestation de services ou de conduite des travaux de même nature que celle du marché
(documents à produire en annexe du formulaire DC2, si celui-ci est demandé par
l'acheteur public)
-Echantillons, descriptions et/ou photographies des fournitures
-Formulaire DC1, Lettre de candidature Habilitation du mandataire par ses co-traitants (disponible à l'adresse suivante :
http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-declaration-du-candidat)
-Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement.(disponible à l'adresse suivante :
http://www.economie.gouv.fr/daj/formulaires-declaration-du-candidat)
-S'il s'appuie, pour présenter sa candidature, sur les capacités professionnelles,
techniques et financières d'autres opérateurs économiques, le candidat produit les
mêmes documents concernant cet opérateur économique que ceux qui lui sont exigés par l'acheteur public. Le candidat doit
également apporter la preuve que chacun
de ces opérateurs économiques mettra à sa
disposition les moyens nécessaires, pendant toute la durée d'exécution du marché
public ou de l'accord-cadre (documents à
produire en annexe du formulaire DC2, si
celui-ci est demandé par l'acheteur public)
-Si les documents fournis par le candidat
ne sont pas établis en langue française, ils
doivent être accompagnés d'une traduction en français, certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Documents à produire obligatoirement
par l'attributaire, avant la signature et la
notification du marché public ou de l'accord-cadre (formulaire NOTI1) :
-Les pièces prévues aux articles D. 8222-5
ou D. 8222-7 et D. 8222-8 du code du travail -Si l'attributaire est établi en France, les
attestations et certificats délivrés par les
administrations et organismes compétents
prouvant qu'il a satisfait à ses obligations
fiscales et sociales ou un état annuel des
certificats reçus (formulaire NOTI2) -Si l'attributaire est établi dans un Etat autre que
la France, un certificat établi par les administrations et organismes du pays d'origine.
Lorsqu'un tel certificat n'est pas délivré par
le pays concerné, il peut être remplacé par
une déclaration sous serment, ou dans les
Etats où un tel serment n'existe pas, par une
déclaration solennelle faite par l'intéressé
devant l'autorité judiciaire ou administrative
compétente, un notaire ou un organisme
professionnel qualifié du pays -Si les documents fournis par le candidat ne sont pas
établis en langue française, ils doivent être
accompagnés d'une traduction en français,
certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
La transmission et la vérification des
documents de candidatures peut être
effectuée par le dispositif Marché public
simplifié sur présentation du numéro de
SIRET : NON
Critères d'attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés ci-dessous avec leur pondération.
- Valeur technique : qualité des prestations
sous pondérée avec les sous critères suivants : 40%;
- Sous critère NT1 : Le profil (CV, expériences) : 30%;
- Sous critère NT2 : Qualité de la note
méthodologique (notamment délai de rendu) : 10%;
- PRIX sous pondérée avec les sous critères suivants : 60%;
- Sous critère NP1 Prix forfaitaire pour 150
jours : 40%;
- Sous critère NP2 Prix unitaire sur la base
du DQE : 20%.
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres :
04 février 2019 à 12:00.
Délai minimum de validité des offres :
120 jour(s) à compter de la date limite de
réception des offres.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 15 janvier 2019.
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : Muséum National
d'Histoire Naturelle, Astrid HINOUS 57 rue
Cuvier 75005 PARIS 75005 PARIS, courriel : marches@mnhn.fr, adresse internet :
http://mnhn.e-marchespublics.com.
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : Muséum
National d'Histoire Naturelle, Astrid
HINOUS 57 rue Cuvier 75005 PARIS 75005
PARIS, courriel : marches@mnhn.fr,
adresse internet : http://mnhn.e-marchespublics.com.
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Paris 7
rue de Jouy 75181 PARIS, tél. : 0144594400,
courriel : greffe.ta-paris@juradm.fr.
Organe chargé des procédures de
médiation : 7 rue de jouy 75181 PARIS
CEDEX 04, tél. : 0144594400, courriel :
greffe.ta-paris@juradm.fr.
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal
Administratif de Paris 7 rue de jouy 75181
PARIS CEDEX 04, tél. : 0144594400, courriel : greffe.ta-paris@juradm.fr.
Adresse à laquelle des renseignements
complémentaires peuvent être obtenus :
Muséum National d'Histoire Naturelle,
Astrid HINOUS 57 rue Cuvier 75005 PARIS
75005 PARIS, courriel : marches@mnhn.fr,
adresse internet : http://mnhn.e-marchespublics.com.
92
VILLE DE
COLOMBES
ENTRETIEN DES
SYSTÈMES DE SÉCURITÉ
INCENDIE, DES SYSTÈMES
D’ALARMES INCENDIE ET
DE DÉSENFUMAGE DES
BÂTIMENTS COMMUNAUX
Avis rectificatif du 21/01/19
MAIRIE DE COLOMBES
Mme Le Maire
Place de la République
92700 Colombes
Tél : 01 47 60 80 00
mèl : marche-publics@mairie-colombes.fr
web : http://marchespublics.colombes.fr
Référence : 19AS-CP-0837-P
Objet : Entretien des systèmes de sécurité
incendie, des systèmes d’alarmes incendie
et de désenfumage des bâtiments communaux
Référence acheteur : 19AS-CP-0837-R1-P
Remise des offres :
au lieu de : 28/01/19 à 12h00 au plus tard.
lire : 11/02/19 à 12h00 au plus tard.
Pour retrouver cet avis intégral, allez sur
http://marchespublics.colombes.fr
93 VILLE DE PANTIN
SERVICES D’ASSURANCE
DANS LE CADRE DES
TRAVAUX DE CONSTRUCTION
D’UN ÉQUIPEMENT SCOLAIRE
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Pantin
M. Bertrand KERN, Maire, 84-88 avenue
du Général Leclerc, 93500 Pantin, adresse
internet : https://www.achatpublic.com,
adresse internet du profil acheteur :
https://www.achatpublic.com
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du marché : PRESTATIONS DE SERVICES D'ASSURANCES DANS LE CADRE
DES TRAVAUX DE CONSTRUCTION D'UN
ÉQUIPEMENT SCOLAIRE
Catégorie de services : 6a
La procédure d'achat du présent avis n'est
pas couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC.
L'avis implique un marché public
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• Assurance "Dommages Ouvrage" - Prestations de services d'assurances dans le
cadre des travaux de construction d'un
équipement scolaire ZAC du Port à Pantin
dont le coût prévisionnel de construction
s'élève à 13 462 181 euro(s) TTC environ.
Prestations divisées en lots : non
Modalités essentielles de financement et
de paiement et/ou références aux textes
qui les réglementent : Budget de la ville
Les sommes dues au(x) titulaire(s) et au(x)
sous-traitant(s) de premier rang éventuel(s) du marché seront payées dans
un délai global de 30 jours à compter de
la date de réception des factures ou des
demandes de paiement équivalentes
Forme juridique que devra revêtir le groupement d'opérateurs économiques attributaire du marché : Le pouvoir adjudicateur ne souhaite imposer aucune forme de
groupement à l'attributaire du marché.
L'exécution du marché est soumise à
d'autres conditions particulières : non
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Capacités juridiques, professionnelles,
techniques et financières.
Les candidats peuvent également utiliser
le Document Unique de Marché Européen
(DUME).
РЕЛИЗ ПОДГОТОВИЛА ГРУППА "What's News" VK.COM/WSNWS
14 //
Mercredi 23 janvier 2019 Les Echos
appels d’offres
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Documents à produire obligatoirement par
le candidat, à l'appui de sa candidature :
• Déclaration sur l'honneur du candidat
justifiant qu'il n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45 et 48 de l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015 ou,
pour les marchés publics de défense ou de
sécurité, qu'il n'entre dans aucun des cas
d'interdiction de soumissionner obligatoires prévus aux articles 45, 46 et 48 de
l'ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015.
Documents à produire à l'appui des candidatures par le candidat, au choix de
l'acheteur public :
• Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles.
• Déclaration indiquant les effectifs
moyens annuels du candidat et l'importance du personnel d'encadrement pour
chacune des trois dernières années.
• Présentation d'une liste des principales
fournitures ou des principaux services
effectués au cours des trois dernières
années, indiquant le montant, la date et le
destinataire public ou privé. Les livraisons
et les prestations de services sont prouvées par des attestations du destinataire
ou, à défaut, par une déclaration de l'opérateur économique
• Formulaire DC1, Lettre de candidature - Habilitation du mandataire par
ses co-traitants. (disponible à l'adresse
suivante : http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Formulaire DC2, Déclaration du candidat individuel ou du membre du groupement. (disponible à l'adresse suivante
:
http://www.economie.gouv.
fr /daj /for mula ir es- de cla r ation - ca ndidat-dc1-dc2-dc3-dc4)
• Si les documents fournis par le candidat
ne sont pas établis en langue française, ils
doivent être accompagnés d'une traduction en français, certifiée conforme à l'original par un traducteur assermenté
Autres renseignements demandés :
• Déclaration d'intention de soumissionner
(DC1- imprimé dernière version ou forme
libre) Non
• Documents relatifs aux pouvoirs des personnes habilitées à engager l'entreprise :
extrait Kbis ou équivalent et délégation de
pouvoir signée par la personne habilitée de
plein droit à représenter l'entreprise, le cas
échéant
• L'ensemble des attestations d'assurances exigées au règlement de la consultation
Commentaire sur les justifications : Les
candidats peuvent également utiliser le
Document Unique de Marché Européen
(DUME).
Nombre de candidats :
• Réduction du nombre d'opérateurs
durant la négociation ou le dialogue (procédure négociée, dialogue compétitif) :
Recours à une procédure se déroulant en
phases successives afin de réduire progressivement le nombre des solutions à
discuter ou des offres à négocier : NON
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
• Pas d'enchère électronique
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
08 février 2019 à 12 h 00
Délai minimum de validité des offres :
120 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Date d'envoi du présent avis à la publication : 18 janvier 2019
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif et technique peuvent être obtenus : adresse
internet : http://www.achatpublic.com
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : adresse
internet : http://www.achatpublic.com
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : adresse internet :
http://www.achatpublic.com
Informations complémentaires :
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents contractuels et
additionnels :
Le dossier de consultation des entreprises est téléchargeable gratuitement par
chaque candidat sur la plateforme www.
achatpublic.com.
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal Administratif de Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558 Montreuil cedex, tél. : 01 49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99, courriel : greffe.
ta-montreuil@juradm.fr, adresse internet :
http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
Organe chargé des procédures de
médiation : Tribunal Administratif de
Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558
Montreuil cedex, tél. : 01 49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99, courriel : greffe.
ta-montreuil@juradm.fr, adresse internet :
http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal
Administratif de Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558 Montreuil cedex, tél. : 01
49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99,
courriel : greffe.ta-montreuil@juradm.fr,
adresse internet : http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
93
VILLE DE
LIVRY-GARGAN
RÉFECTION DE TROTTOIRS
BATEAU
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Livry-Gargan
Reydant Isabelle, 3 place François-Mitterrand 93891 Livry-Gargan cedex. tél. :
0141708800, télécopieur : 0145092115,
Courriel : isabelle.reydant@livry-gargan.fr,
Adresse internet : https://www.livry-gargan.fr.
Adresse internet du profil d'acheteur :
http://livrygargan.e-marchespublics.com.
Objet du marché : travaux de réfection de
trottoirs bateau.
Type de marché de travaux : exécution.
L'avis implique un marché public.
Caractéristiques principales :
La présente procédure concerne les travaux de réfection de 41 trottoirs bateau
répartis sur la commune
Refus des variantes.
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC : oui.
Prestations divisées en lots : non.
Modalités essentielles de financement
et de paiement et/ou références aux
textes qui les réglementent : financement
par fonds propres et paiement direct à 30
jours à compter de la date de réception de
la facture.
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Conditions de participation :
Critères de sélection des candidatures :
les candidats seront sélectionnés en fonction de leurs capacités techniques, professionnelles et financières appréciées au
regard des documents communiqués.
Les documents justificatifs à remettre par
les candidats sont listés dans le règlement
de la consultation.
La transmission et la vérification des documents de candidatures peut être effectuée
par le dispositif Marché public simplifié sur
présentation du numéro de SIRET : NON
Critères d'attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés dans le cahier des charges (règlement de la consultation, lettre d'invitation
ou document descriptif).
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres :
13 février 2019 à 12:00.
Délai minimum de validité des offres :
120 jour(s) à compter de la date limite de
réception des offres.
Conditions et mode de paiement pour
obtenir les documents contractuels et
additionnels :
Conformément aux dispositions de l'article 39
du Décret n°2016-360 du 25/03/2016 relatif
aux marchés publics, la présente procédure
fait l'objet d'une mise à disposition par voie
électronique du dossier de consultation des
entreprises. Le dossier de consultation peut
être téléchargé gratuitement à l'adresse suivante : http://livrygargan.e-marchespublics.
com ou www.livry-gargan.fr rubrique marchés publics Une aide technique pour le téléchargement du dossier de consultation et la
constitution électronique de leur réponse est
à disposition des candidats. Cette prestation
est assurée gratuitement par le Service d'Assistance aux Utilisateurs de la plateforme de
dématérialisation au numéro suivant : 0892 23
21 20. Le dossier de consultation mis à disposition des entreprises sur la plateforme de
dématérialisation est un dossier complet. Le
téléchargement partiel de ce dossier est de la
seule responsabilité de l'entreprise. L'authentification préalable n'étant plus obligatoire,
nous recommandons toutefois aux entreprises d'indiquer le nom de la personne chargée du téléchargement ainsi qu'une adresse
électronique, afin que puissent lui être communiquées les modifications éventuelles et/
ou les précisions apportées aux documents
de la consultation.
Conditions de remise des offres ou des
candidatures :
Conformément à l'article 41 du Décret
n°2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux
marchés publics, les candidats doivent
obligatoirement présenter leur offre sous
forme dématérialisée. Les modalités sont
indiquées à l'article 15 du règlement de la
consultation
Date d'envoi du présent avis à la publication : 18 janvier 2019.
Adresse à laquelle les offres/candidatures/projets/demandes de participation
doivent être envoyés : adresse internet :
http://livrygargan.e-marchespublics.com .
Adresse auprès de laquelle les documents
peuvent être obtenus : adresse internet :
http://livrygargan.e-marchespublics.com .
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif 7 rue
Catherine Puig 93100 Montreuil, tél. :
0149202030, adresse internet : https://
www.montreuil.tribunal-administratif.fr.
Service auprès duquel des renseignements
peuvent être obtenus concernant l'introduction des recours : Tribunal administratif
7 rue Catherine Puig 93100 Montreuil, tél. :
0149202030, adresse internet : https://www.
montreuil.tribunal-administratif.fr.
Adresse à laquelle des renseignements
complémentaires peuvent être obtenus : adresse internet : http://livrygargan.e-marchespublics.com.
94 CCAS DE RUNGIS
LIVRAISON DE REPAS
EN LIAISON FROIDE AU
DOMICILE DES PERSONNES
ÂGÉES ET / OU FRAGILISÉES
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : CCAS DE RUNGIS
M. Raymond Charresson, Président, 1 rue
de la Grange, 94150 Rungis, adresse internet du profil acheteur : https://www.achatpublic.com/sdm/ent/gen/index.jsp
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
Objet du marché : Livraison de repas en
liaison froide au domicile des personnes
âgées et / ou fragilisées
Catégorie de services : 25
La procédure d'achat du présent avis est
couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC.
Caractéristiques principales :
• Variantes refusées
• Le présent accord-cadre a pour objet
la livraison de repas au domicile des personnes âgées ou de toute autre personne
à qui le CCAS décidera de faire bénéficier
du service.
• Quantités (fournitures et services),
nature et étendue (travaux) : Le montant
maximum annuel de l'accord cadre est fixé
à 100 000.00 Euros H.T.
Prestations divisées en lots : non
Durée du marché ou délai d'exécution :
12 mois à compter de la notification du
marché
Date prévisionnelle de début des prestations (Marché de fournitures/services) :
10 mars 2019
Modalités essentielles de financement
et de paiement et/ou références aux
textes qui les réglementent : Règlement
par mandat administratif selon un délai
de 30 jours. En application de l'article 183
du Décret n° 2016-360 relatif aux marchés
publics, le dépassement du délai de paiement ouvre droit et sans autre formalité,
pour le titulaire du marché, au bénéfice
d'intérêts moratoires, à compter du jour
suivant l'expiration du délai.
Forme juridique que devra revêtir le
groupement d'opérateurs économiques
attributaire du marché : Forme libre
Langues pouvant être utilisées dans
l'offre ou la candidature : français.
Unité monétaire utilisée, l'euro
Conditions de participation :
• Critères de sélection des candidatures :
Seront éliminés au stade de la candidature :
- Les candidats qui ne peuvent soumissionner à un marché en application des
dispositions de l'article 45 et 48 de l'ordonnance du 23 juillet 2015.
- Les candidatures qui ne sont pas accompagnées des pièces administratives de
candidatures demandées dans le présent
règlement.
- Les candidatures qui ne justifient pas de
capacités professionnelles, techniques et
financières suffisantes au regard de l'objet
de l'accord-cadre.
- Les candidats qui ne justifient pas d'un
chiffre d'affaire au moins équivalent à une
fois et demie (1,5) le montant de maximum
de l'accord-cadre.
• Situation juridique - références requises :
Lettre de candidature : imprimé DC 1 Lettre de candidature et d'habilitation du
mandataire par ses cotraitants;
Déclaration du candidat : imprimé DC 2;
Déclaration sur l'honneur : déclaration sur
l'honneur datée et signée prévue à l'article
45 du code des marchés publics;
Redressement judiciaire : si le candidat est
en redressement judiciaire, copie du ou
des jugements prononcés à cet effet
• Capacité économique et financière
- références requises : Déclaration de
chiffre d'affaires :
- Déclaration concernant le chiffre d'affaires global et le chiffre d'affaires concernant les fournitures, services ou travaux
objet du marché, réalisés au cours des
trois derniers exercices disponibles ;
• Référence professionnelle et capacité
technique - références requises : Références de prestations similaires : - présentation d'une liste des prestations de même
nature exécutées au cours des trois dernières années, appuyée d'attestations de
bonne exécution pour les contrats les plus
importants. Ces attestations indiquent le
montant, l'époque et le lieu d'exécution
des prestations et précisent s'ils ont été
effectués selon les règles de l'art et menés
régulièrement à bonne fin ;
- Capacités des opérateurs invoqués à l'appui
de la candidature : - pour justifier des capacités professionnelles, techniques et financières d'autres opérateurs économiques sur
lesquels il s'appuie pour présenter sa candidature le candidat produit les mêmes documents concernant cet opérateur économique
que ceux qui lui sont exigés ;
- Liste des moyens techniques : - déclaration indiquant l'outillage, le matériel et
l'équipement technique dont le candidat
dispose pour la réalisation de marchés de
même nature ;
- Certificats de qualifications professionnelles : La preuve de la capacité du candidat peut être apportée par tout moyen,
notamment par des certificats d'identité
professionnelle ou des références de travaux attestant de la compétence de l'opérateur économique à réaliser la prestation
pour laquelle il se porte candidat ;
Marché réservé : Non
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Autres renseignements demandés :
• Selon les dispositions de l'article 49 du
décret précité, le pouvoir adjudicateur
accepte que les candidats présentent leur
candidature sous la forme d'un document
unique de marché européen (DUME) établi
conformément au modèle fixé par le règlement d'exécution 2016/7 de la Commission
européenne du 5 janvier 2016 établissant le
formulaire type pour le document unique
de marché européen en lieu et place de
l'ensemble des documents et renseignements justifiant de leurs capacités. Dans
ce cas, il est précisé que le pouvoir adjudicateur n'autorise pas les candidats à se
limiter à indiquer dans le document unique
de marché européen qu'ils disposent de
l'aptitude et des capacités requises sans
fournir d'informations particulières sur
celles-ci.
Marché public simplifié : NON.
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée
en fonction des critères énoncés dans
le cahier des charges (règlement de la
consultation, lettre d'invitation ou document descriptif)
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
11 février 2019 à 12 h 00
Date d'envoi du présent avis à la publication : 18 janvier 2019
Adresse auprès de laquelle les
documents peuvent être obtenus :
adresse internet : https://www.achatpublic.com /sdm /ent /gen /ent_detail.
do?PCSLID=CSL_2019_UNsmABHZve
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal administratif de Melun,
43 Rue du Général de Gaulle, 77008 Melun
cedex, tél. : 01 60 56 66 30APPEL
94
RATP REAL
ESTATE
MISSION DE CONTRÔLE
TECHNIQUE
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : RATP REAL ESTATE.
Correspondant : LAURENCE Fanny, 12
avenue du Val de Fontenay 94120 Fontenay
sous Bois tél. : 06-45-24-29-37 Courriel :
fanny.laurence@ratprealestate.com
Adresse internet du profil d'acheteur :
http://ratprealestate.e-marchespublics.
com.
Description du marché :
Objet du marché : Mission de contrôle
technique
Caractéristiques principales :
Quantités (fournitures et services), nature
et étendue (travaux) : Mission de contrôle
technique
Durée du marché ou délai d'exécution :
Durée du marché ou délai d'exécution : 96
mois à compter de la notification du marché.
Date prévisionnelle de début des prestations (fournitures/services) : 01 avril 2019
Critères d'attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés dans le cahier des charges (règlement de la consultation, lettre d'invitation
ou document descriptif).
Type de procédure : Procédure adaptée
Date limite de réception des offres :
05 février 2019 à 17:00
Autres renseignements :
Justifications à produire quant aux qualités et capacités du candidat :
Les justifications à produire par le candidat sont énumérées dans le règlement de
consultation.
Numéro de référence attribué au marché
par le pouvoir adjudicateur / l'entité adjudicatrice : MOD-19-008_MOD-19-009
Procédure de recours :
Instance chargée des procédures de
recours : RATP REAL ESTATE, 12, avenue
du Val de Fontenay, 94120, Fontenay sous
Bois,
Date d'envoi du présent avis à la publication : 16 janvier 2019.
AVIS
D'ATTRIBUTION
91
VILLE DE
BRÉTIGNY
AUTRES AVIS
78 VILLE D'ANDRÉSY
OCCUPATION
DU DOMAINE PUBLIC
POUR L'ORGANISATION
D'UNE ACTIVITÉ NAUTIQUE
DE LOISIRS SUR LA SEINE
Identification de l'organisme qui passe
le marché : Commune d'Andrésy, 4 boulevard Noël Marc, 78570 Andrésy
Objet du marché : La présente consultation est organisée en application des
articles L 2122-1-1 du code général de la
propriété des personnes publiques.
Elle concerne la mise à disposition du
domaine public de la Ville d'Andrésy pour
la mise en place d'une activité nautique de
loisirs sur le bras dit " non navigable" de
la Seine.
Durée du marché : Il s'agit d'une convention d'1 an, renouvelable 3 fois par tacite
reconduction, sans pouvoir excéder la
durée totale de 4 ans.
La date prévisionnelle de notification de la
convention est : le 1er mars 2019.
La date de commencement d'exécution:
l'activité devra être opérationnelle pour
l'ouverture de l'île Nancy au public, soit
pour le 1er avril 2019.
Procédure de passation : Convention
d'occupation temporaire du domaine
public passée en application de l'article
L.2122-1-1 du code général de la propriété
des personnes publiques
Critères de sélection : Sur la base des
critères ci-dessous énoncés et en fonction
de la pondération respective qui leur a été
attribuée, la convention est attribuée à la
proposition techniquement la plus avantageuses, au vu des éléments demandés :
Compétence et capacité du porteur de
projet : 10%
Compatibilité du projet proposé eu égard
au fonctionnement de l'île Nancy : 20%
Qualité de l'activité proposée : 60%
Proposition de tarification envisagée : 10%
Date limite : Date limite de réception des
offres : 11/02/19 à 12h00
Adresse Internet du profil acheteur :
https://www.achatpublic.com /sdm /ent/
gen /ent_detail.do?PCSLID = CSL _2019_
fF1bhSLKMq
MODALITES DE REMISE DES PROPOSITIONS : Les propositions des candidats
devront être réceptionnées au plus tard
le 11 février 2019, 12 h00, par pli recommandé avec avis de réception postal ou
remises contre récépissé à l'attention du
service juridique de la Ville d'Andrésy,
Hôtel de Ville, 4 boulevard Noël Marc,
78570 Andrésy.
Ou par courriel (format souhaité : PDF) à
l'adresse suivante :
juridique@andresy.com
78 VILLE D'ANDRÉSY
OCCUPATION
DU DOMAINE PUBLIC
POUR L'EXPLOITATION
D'UN POINT RESTAURATION
SUR L'ÎLE NANCY
Identification de l'organisme qui passe
le marché : Commune d'Andrésy, 4 boulevard Noël Marc, 78570 Andrésy
Objet du marché : Occupation du domaine
public pour l'exploitation d'un point restauration sur l'île Nancy, sur la Ville d'Andrésy (78570)
DESCRIPTION : La présente consultation
concerne la mise à disposition du domaine
public de la Ville d'Andrésy pour l'exploitation d'un point restauration sur l'Ile Nancy,
sur la Ville d'Andrésy (78570). Le point restauration (de type " restauration rapide")
devra être en activité dès l'ouverture de
l'île Nancy, soit à compter du 1er avril 2019.
Durée du marché : Il s'agit d'une convention d'1 an, renouvelable 3 fois par tacite
reconduction, sans pouvoir excéder la
durée totale de 4 ans.
La date prévisionnelle de notification de
la convention : le 1er mars 2019.
Procédure de passation : La présente
consultation est organisée en application
des articles L 2122-1-1 du code général de
la propriété des personnes publiques.
Critères de sélection : La convention est
attribuée à la proposition techniquement
la plus avantageuses, au vu des éléments
demandés :
Compétence et capacité du porteur de
projet : 10%
Compatibilité du projet proposé eu égard
au fonctionnement de l'île Nancy : 20%
Qualité du projet de restauration proposé :
60%
Proposition de tarification envisagée : 10%
Date limite : Date limite de réception des
offres : 11/02/19 à 12h00
Adresse Internet du profil acheteur :
https://www.achatpublic.com /sdm /ent/
gen /ent_detail.do?PCSLID = CSL _2019_
rQTTf534MK
MODALITES DE REMISES DES PROPOSITIONS : Les propositions des candidats
devront être réceptionnées au plus tard
le 11 février 2019, 12 h00, par pli recommandé avec avis de réception postal ou
remises contre récépissé à l'attention du
service juridique de la Ville d'Andrésy,
Hôtel de Ville, 4 boulevard Noël Marc,
78570 Andrésy.
Ou par courriel (format souhaité : PDF) à
l'adresse suivante : juridique@andresy.com
VOYAGE SENIORS EUROPE CROATIE 2019
MAIRIE DE BRÉTIGNY SUR ORGE
M. Nicolas Méary - Maire
46-48 rue de la mairie
91220 Brétigny sur Orge
Tél : 01 69 88 41 16 - Fax : 01 69 88 41 14
mèl : marches.publics@mairie-bretigny91.fr
web : http://www.bretigny91.fr
Objet : Voyage Seniors Europe - Croatie
2019
Référence acheteur : MA 18-13
Nature du marché : Services
Procédure adaptée
Classification CPV :
Principale : 63500000 - Services d'agences
de voyages, de voyagistes et d'assistance
aux touristes
Instance chargée des procédures de
recours :
Tribunal administratif de Versailles
56 avenue de Saint Cloud
78011 Versailles - Cedex
Tél : 0139205400 - Fax : 0139205487
greffe.ta-versailles@juradm.fr
Attribution du marché
Nombre d'offres reçues : 4
Date d'attribution : 07/01/19
Marché n° : MA 18-13
SUNSET VOYAGES, 24 rue du Moulin,
78930 VERT
Montant indéfini
Envoi le 21/01/19 à la publication
Pour retrouver cet avis intégral, allez sur
https://www.marchespublics-idf-centre.fr
93 VILLE DE PANTIN
TRAVAUX DE
RECONNAISSANCE DES SOLS
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Pantin
M Bertrand Kern, Maire, 84 - 88 Avenue du
Général Leclerc 93500 Pantin
Objet du marché : TRAVAUX DE RECONNAISSANCE DES SOLS SUR LA COMMUNE DE PANTIN
Critères d'attributions retenus : Valeur
technique (60 points) :
-Clarté et précision des notes demandées
dans le mémoire technique (25.0 points)
-Organisation et moyens humains mis en
place pour l'exécution des prestations
(15.0 points)
-Moyens matériels mis en oeuvre pour
l'exécution du marché (15.0 points)
-Moyens entrepris pour la sécurité des
chantiers et particulièrement aux
travaux à proximité des différents réseaux
(5.0 points)
Prix des prestations au regard du BPU et
du chantier type (40 points)
Type de procédure : La procédure de
passation est une procédure adaptée
ouverte. Elle est soumise aux dispositions
de l'article 27 du Décret n°2016-360 du
25 mars 2016.
L'accord-cadre avec maximum est passé en application des articles 78 et 80 du
Décret n°2016-360 du 25 mars 2016. Il fixe
les conditions d'exécution des prestations
et s'exécute au fur et à mesure de l'émission de bons de commande.
Attribution du marché : Ingénierie géotechnique
Travaux de reconnaissance de sols
Missions géotechniques G1, G2, G4, G5
Réalisation de forages notamment forages
destructifs, forages pour essais pressiométriques et pénétrométriques, sondages
carottés, pose de piézomètres, essais en
laboratoire, essais de perméabilité, page 2 / 4
mesures de radioactivité naturelle en forage.
Assistance à maîtrise d'ouvrage
Nom et adresse du titulaire :
SEMOFI, 565 rue des Voeux Saint Georges,
94290 Villeneuve Le Roi
http://www.semofi.fr/
Le montant maximum des prestations
pour la durée totale du marché est fixé à
1000000 euro(s).
Titulaire du marché : Groupement SEMOFI/GEOSOND
Date d'attribution : 09 janvier 2019
Montant du marché ou niveau des offres :
1 000 000 euro(s)
Précisions concernant le(s) délai(s) d'introduction des recours :
1) Inas tance chargée des procédures de
recours :
Tribunal Administratif de Montreuil, 7
Rue Catherine Puig, F - 93558 Montreuil,
courriel : greffe.tamontreuil@juradm.fr,
adresse internet : http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
2) Organe chargé des procédures de
médiation :
Tribunal Administratif de Montreuil, 7 Rue
Catherine Puig, F - 93558 Montreuil
3) Introduction de recours :
Précisions concernant les délais d'introduction de recours : Référé pré-contractuel prévu aux articles L.551-1 à L.551-12 du Code
de justice administrative (CJA), et pouvant
être exercé avant la signature du contrat.
Référé contractuel prévu aux articles L.55113 à L.551-23 du CJA, et pouvant être exercé dans les délais prévus à l'article R. 5517 du CJA. Recours pour excès de pouvoir
contre une décision administrative prévu
aux articles R. 421-1 à R. 421-7 du CJA, et
pouvant être exercé dans les 2 mois suivant
la notification ou publication de la décision
de l'organisme (le recours ne peut plus,
toutefois, être exercé après la signature
du contrat). Recours de pleine juridiction
ouvert aux tiers justifiant d'un intérêt lésé,
et pouvant être exercé dans les deux mois
suivant la date à laquelle la conclusion du
contrat est rendue publique.
4) Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus sur l'introduction de recours :
Tribunal Administratif de Montreuil, 7 Rue
Catherine Puig, F - 93558 Montreuil
Date d'envoi du présent avis à la publication : 21/01/2019
93 VILLE DE PANTIN
PRESTATIONS DE MÉDECINE
PROFESSIONNELLE
ET PRÉVENTIVE
AVIS D’ATTRIBUTION
Nom et adresse officiels de l'organisme
acheteur : Ville de Pantin
Correspondant : M. Bertrand KERN, Maire,
84-88 avenue du Général Leclerc, 93500
Pantin, adresse internet : https://www.
achatpublic.com, adresse internet du profil acheteur : https://www.achatpublic.com
Le pouvoir adjudicateur n'agit pas pour le
compte d'autres pouvoirs adjudicateurs
Principale(s) Activité(s) du pouvoir adjudicateur :
• Services généraux des administrations
publiques
Objet du marché : PRESTATIONS DE
MÉDECINE PROFESSIONNELLE ET PRÉVENTIVE
Catégorie de services : 25
Code NUTS : FR106
La procédure d'achat du présent avis n'est
pas couverte par l'accord sur les marchés
publics de l'OMC.
Type de procédure : Procédure adaptée
Critères d'attribution : Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en
fonction des critères énoncés ci-dessous
avec leur pondération :
• Organisation proposée au regard du
mémoire justificatif (60 %)
• Prix des prestations (40 %)
• Pas d'enchère électronique
Attributions du marché
Résultat du marché :
Attribué à un titulaire / organisme
intitulé du marché : PRESTATIONS DE
MÉDECINE PROFESSIONNELLE ET PRÉVENTIVE
date d'attribution : 14 janvier 2019
Titulaire du marché ou du lot : Association des centres médicaux et sociaux, 55,
rue rouget de lisle, 92158 Suresnes cedex
Montant du marché ou niveau des offres :
Montant (HT) : 300000 euros (Euros)
Instance chargée des procédures de
recours : Tribunal Administratif de Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558 Montreuil cedex, tél. : 01 49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99, courriel : greffe.
ta-montreuil@juradm.fr, adresse internet :
http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
Service auprès duquel des renseignements peuvent être obtenus concernant
l'introduction des recours : Tribunal
Administratif de Montreuil, 7rue Catherine Puig, 93558 Montreuil cedex, tél. : 01
49 20 20 00, télécopieur : 01 49 20 20 99,
courriel : greffe.ta-montreuil@juradm.fr,
adresse internet : http://montreuil.tribunal-administratif.fr/
Date d'envoi à la publication : 22 janvier 2019
Les Échos sont habilités à publier les annonces judiciaires et légales
dans les départements du Rhône, de Paris, des Yvelines, de l’Essonne, des
Hauts-de-Seine, de Seine-Saint Denis, du Val de Marne, et du Val d’Oise.
COMMENT PUBLIER VOS ANNONCES //
◗ Thomas BARRE : 01 87 39 84 40
tbarre@lesechos.fr
◗ Par E-mail : marchespublics@lesechos.fr
◗ Par Fax au : 01 49 53 22 60
◗ Par courrier au :
Dematis - 10 bd de Grenelle CS 10817 – 75738 PARIS CEDEX 15
Date limite de réception : le lundi midi pour une parution le mercredi suivant
dans Les Echos Entreprises et Collectivités.
RESPONSABLES D’INFORMATIONS MARCHÉS
◗ Jenyfer Befort (01 55 80 73 22)
◗ Guillaume Deshoulières (01 55 80 73 21)
◗ Jean-Francis Vinolo (07 86 15 41 80)
Les Echos Entreprises & Collectivités
◗ Editeur : Capucine Marraud des Grottes
cmarraud@lesechos.fr
◗ Directeur de Production & Logistique : Jérôme Mancellon
Retrouvez l’ensemble de nos appels d’ofres et attributions de marchés
sur marches-publics.lesechos.fr
Документ
Категория
Журналы и газеты
Просмотров
23
Размер файла
9 255 Кб
Теги
Les Echos
1/--страниц
Пожаловаться на содержимое документа